SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu, mais la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued weekly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
September 28, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
1340 - 1442
Le 28 septembre 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1340 - 1341
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1342
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1343 - 1407
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1408 - 1414
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
1415
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
Pronouncements of appeals reserved
1416
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
Agenda
Summaries of the cases
1417 - 1421
1422
1423 - 1442
Sommaires de jugements récents
Calendrier
Résumés des affaires
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
N.V.
Nizar Hajjage
Nizar Hajjage
N.V.
c. (27997)
v. (34944)
P.-A.L. (Qc)
P.-A.L.
McGill University (Que.)
Nathalie Gagnon
McCarthy, Tétrault LLP
DATE DE PRODUCTION : 27.07.2012
FILING DATE: 07.08.2012
Ministry of Community Safety and
Correctional Services
Sara Blake
A.G. of Ontario
Sylvain Roger
Jean Desrosiers
c. (34950)
v. (34949)
Linda Mercier et autres (Qc)
Hans Mercier
Morin Avocats inc.
Information and Privacy Commissioner (Ont.)
William S. Challis
Information and Privacy
Commissioner/Ontario
DATE DE PRODUCTION : 04.09.2012
FILING DATE: 04.09.2012
Her Majesty the Queen
Lisa Joyal
A.G. of Ontario
Dominique Albernhe
Dominique Albernhe
v. (34953)
c. (34955)
Mackenzie McDonald (Ont.)
John H. Hale
Hale Criminal Law Office
François Rondeau (Qc)
Vincent Fortier
Barrakat Harvey
FILING DATE: 05.09.2012
DATE DE PRODUCTION : 05.09.2012
Bank of Montreal
Heather M.B. Ferris
Lawson Lundell LLP
Furs by Leonard Gorski Inc.
Max R. Bernard
Heenan Blaikie LLP
v. (34958)
v. (34954)
Peri Formwork Systems Inc. (B.C.)
Michael Armstrong
Armstrong Simpson
Global Furs Inc. et al. (Que.)
Donald Michelin
Stein & Stein
FILING DATE: 11.09.2012
FILING DATE: 06.09.2012
- 1340 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Lumumba Patrice Olenga
Lumumba Patrice Olenga
Lam Srun Horng
Richard Gaudreau
Bergeron, Gaudreau
c. (34960)
c. (34961)
Sa Majesté la Reine (Qc)
Julie Pelletier
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
Réseau de transport de la capitale (Qc)
Richard Laflamme
Stein Monast s.e.n.c.r.l.
DATE DE PRODUCTION : 12.09.2012
DATE DE PRODUCTION : 12.09.2012
- 1341 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
SEPTEMBER 24, 2012 / LE 24 SEPTEMBRE 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Rothstein and Moldaver JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Moldaver
1.
David Black v. Her Majesty the Queen (N.B.) (Crim.) (By Leave) (34902)
2.
Minister of Citizenship and Immigration et al. v. Mohamed Harkat (F.C.) (Civil) (By Leave) (34884)
3.
Communications, Energy & Paperworkers Union of Canada, Local 721-G v. Mercury Graphics (Sask.) (Civil)
(By Leave) (34770)
CORAM: LeBel, Abella and Cromwell JJ.
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
4.
Murray Schneider et al. v. Ireneusz Eric Malinowski (Alta.) (Civil) (By Leave) (34886)
5.
Travailleurs et travailleuses de l'alimentation et du commerce, section locale 503 c. Compagnie Wal-Mart du
Canada (Qc) (Civile) (Autorisation) (34920)
6.
Association canadienne contre l'impunité c. Anvil Mining Limited (Qc) (Civile) (Autorisation) (34733)
CORAM: LeBel, Fish and Karakatsanis JJ.
Les juges Lebel, Fish et Karakatsanis
7.
Erin Lee MacDonald v. Her Majesty the Queen (N.S.) (Crim.) (As of Right / By Leave) (34914)
8.
Conseil Scolaire Francophone de la Colombie-Britannique et autres c. Sa Majesté La Reine du chef de la
province de Colombie-Britannique et autre (C.-B.) (Civile) (Autorisation) (34908)
9.
L'ordre des chimistes du Québec c. Biomedco Services Inc. et autre (Qc) (Civile) (Autorisation) (34893)
- 1342 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
SEPTEMBER 27, 2012 / LE 27 SEPTEMBRE 2012
34692
Norman Ted Walton v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA039211, 2011 BCCA 535, dated December 16, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA039211, 2011 BCCA 535, daté du 16 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Accused convicted of impaired driving — Two witnesses testified for crown about their prior
experience with impaired persons and their prior knowledge of accused through friends — Witnesses testified that
accused required help exiting vehicle, was unable to walk straight, had slurred speech and behaved flirtatiously —
Accused re-entered vehicle and backed into witnesses’ vehicle — Whether the trial judge erred in failing to make an
explicit finding as to the cause of accused’s impairment — Whether the evidence was sufficient to prove that accused
was impaired by alcohol — Whether the trial judge erred in amending his oral reasons when they were transcribed.
The accused, Mr. Walton, was convicted of impaired driving. Two witnesses, a couple, testified that they previously
knew Mr. Walton as a neighbour of a friend. The husband testified that he had experience dealing with impaired
people due to his parents’ alcoholism. He stated that Mr. Walton drove to his friends’ home and was clearly
intoxicated. Mr. Walton needed help exiting his truck and was unable to walk straight. One hour later, Mr. Walton
left the residence and drove away. Upon his return, he backed into the witnesses’ vehicle. The wife testified that she
had prior dealings with impaired people during her employment at McDonald’s Restaurant. She testified that
Mr. Walton was definitely intoxicated due to his staggering, his slurred speech and his flirtatious manner. She
testified that she yelled at him after he struck her vehicle, but he ignored her and drove away. Police had no dealings
with Mr. Walton that evening. The trial judge gave brief oral reasons at the conclusion of the evidence finding
Mr. Walton guilty. Later, the trial judge amended his reasons when they were transcribed. On appeal, Mr. Walton
argued that the trial judge erred in failing to make an explicit finding as to the cause of his impairment, that the
evidence was insufficient to prove that he was impaired by alcohol and that the trial judge erred in amending his oral
reasons when they were transcribed. The Court of Appeal, however, held that impairment was a finding of fact
entitled to deference and that it was the only rational inference available on the evidence. It further held that an
implicit finding of alcohol as cause of impairment was sufficient. Finally, the Court of Appeal held that the trial
judge’s amendments were innocuous.
January 18, 2011
Provincial Court of British Columbia
(Prov. Ct. Judge Doherty)
Accused convicted of impaired driving.
December 16, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Levine, Kirkpatrick and Neilson JJ.A.)
2011 BCCA 535
Appeal against conviction dismissed.
- 1343 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 1, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to file and serve the
leave application filed together with the application
itself.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Accusé déclaré coupable de conduite avec facultés affaiblies — Deux témoins ont déposé pour la
Couronne au sujet de leur expérience antérieure avec des personnes aux facultés affaiblies et de leur connaissance
antérieure de l’accusé par l’entremise d’amis — Les témoins ont affirmé que l’accusé avait eu besoin d’aide pour
sortir du véhicule, qu’il était incapable de marcher droit, qu’il avait la parole empâtée et qu’il flirtait — L’accusé est
remonté à bord de son véhicule et a heurté le véhicule des témoins en reculant — Le juge de première instance a-t-il
commis une erreur en omettant de formuler une conclusion expresse quant à la cause de l’affaiblissement des facultés
de l’accusé? — La preuve était-elle suffisante pour démontrer que l’accusé avait les facultés affaiblies par l’alcool? —
Le juge de première instance a-t-il commis une erreur lorsqu’il a modifié ses motifs prononcés de vive voix au
moment de leur transcription?
L’accusé, M. Walton, a été déclaré coupable de conduite avec facultés affaiblies. Deux témoins, un couple, ont
affirmé qu’ils connaissaient M. Walton en tant que voisin d’un ami. L’époux a affirmé qu’il avait déjà eu affaire à des
gens aux facultés affaiblies dans le passé à cause de l’alcoolisme de ses parents. Il a affirmé que M. Walton avait
conduit jusque chez son ami et qu’il était clairement intoxiqué. M. Walton avait eu besoin d’aide pour descendre de
son camion, et il était incapable de marcher droit. Une heure plus tard, M. Walton a quitté la résidence en voiture. À
son retour, il a foncé dans le véhicule des témoins en reculant. L’épouse a affirmé qu’elle avait déjà eu affaire à des
gens aux facultés affaiblies dans le passé dans le cadre de son emploi au restaurant McDonald’s. Elle a affirmé que
M. Walton était clairement intoxiqué parce qu’il titubait, il avait la parole empâtée et il flirtait. Elle a affirmé qu’elle
avait crié après qu’il eut percuté son véhicule, mais qu’il l’avait ignorée et était parti au volant de son véhicule. La
police n’a eu aucun contact avec M. Walton ce soir-là. Le juge de première instance a prononcé de brefs motifs de
vive voix au terme de l’enquête et a déclaré M. Walton coupable. Plus tard, le juge de première instance a modifié ses
motifs au moment de leur transcription. En appel, M. Walton a soutenu que le juge de première instance avait commis
une erreur en omettant de formuler une conclusion expresse quant à la cause de l’affaiblissement de ses facultés, que
la preuve était insuffisante pour démontrer qu’il avait les facultés affaiblies par l’alcool, et que le juge de première
instance avait commis une erreur lorsqu’il avait modifié ses motifs prononcés de vive voix au moment de leur
transcription. La Cour d’appel a cependant jugé que les facultés affaiblies étaient une question de fait à l’égard de
laquelle il fallait faire preuve de déférence et qu’il s’agissait de la seule inférence rationnelle possible eu égard aux
éléments de preuve. Elle a statué en outre qu’une conclusion implicite selon laquelle l’alcool était la cause de
l’affaiblissement des facultés était suffisante. Enfin, la Cour d’appel a statué que les modifications que le juge de
première instance avait apportées étaient sans conséquence.
18 janvier 2011
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Doherty)
Accusé déclaré coupable de conduite avec facultés
affaiblies
16 décembre 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Levine, Kirkpatrick et Neilson)
2011 BCCA 535
Appel de la condamnation rejeté
1er mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel déposées
- 1344 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34700
Anthony Diamond and Diamond + Diamond Merchant Banking Group v. Danny Doobay and
Richbuilt Developments Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number M40457
(C52321), dated January 6, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro M40457 (C52321),
daté du 6 janvier 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms ― Constitutional law ― Civil procedure ― Contempt of court ― Applicant found
guilty of civil contempt and sentenced to imprisonment and fine ― Whether civil contempt is an offence under s. 11
of the Charter ― Whether s. 718.2(d) of the Criminal Code is a principle of fundamental justice under s. 7 of the
Charter and whether Spence J. erred in not considering this before passing sentence on contempt charge ― Whether
an unrepresented person in a civil contempt hearing should be assisted by the presiding judge the same way an
unrepresented criminal defendant would be assisted ― Where solicitor’s negligence is a cause of a proceeding being
dismissed, should a court be more liberal with respect to setting aside a dismissal for delay ― Whether the Court of
Appeal and Karakatsanis J.A. (as she then was) erred in their reasoning and decision in not extending time to allow the
applicant to perfect his appeal and in upholding the imposed sentencing ― Where the liberty interests of the subject
are at stake on an appeal, can ―long-term and absolute non-compliance with clear court orders‖ be a factor in
determining whether an extension of time to perfect an appeal should be granted where the said conduct is not related
to the conduct of the appeal?
On June 18, 2010, Mr. Diamond was found guilty of civil contempt and sentenced to 21 days’ imprisonment and
a $20,000 fine. Mr. Diamond filed a notice of appeal on June 30, 2010 seeking to set aside this decision. The appeal
was dismissed for delay in perfecting the appeal by the Deputy Registrar of the Ontario Court of Appeal on August 25,
2010.
Mr. Diamond discovered his appeal had been dismissed for delay in January 2011. He brought a motion on
August 24, 2011 to have the decision of the Deputy Registrar reviewed. Karakatsanis J.A. (as she then was) dismissed
the motion. The Court of Appeal agreed and dismissed the motion for review of Justice Karakatsanis’ order.
June 18, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Spence J.)
Applicant found guilty of civil contempt and sentenced
to 21 days’ imprisonment and fine.
September 3, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Karakatsanis J.)
Motion to dismiss order of Deputy Registrar,
dismissing Applicant’s appeal of Spence J.’s decision
for delay, dismissed.
January 6, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Laskin, MacPherson and Lang JJ.A.)
Motion to set aside decision of Justice Karakatsanis
dismissed.
- 1345 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 6, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Droit constitutionnel — Procédure civile — Outrage au tribunal — Le demandeur a été
déclaré coupable d’outrage civil et a été condamné à une peine d’emprisonnement et à une amende — L’outrage civil
constitue-t-il une infraction au sens de l’art. 11 de la Charte? — L’alinéa 718.2d) du Code criminel constitue-t-il un
principe de justice fondamentale au sens de l’art. 7 de la Charte et le juge Spence a-t-il commis une erreur en ne tenant
pas compte de cet élément avant de prononcer la peine en réponse à l’accusation pour outrage? — La personne qui
n’est pas représentée lors d’une audience portant sur un outrage civil devrait-elle bénéficier de l’aide du juge qui
préside l’audience de la même façon qu’un accusé non représenté au criminel? — Lorsque la négligence de l’avocat
est une des raisons motivant le rejet de l’instance, le tribunal devrait-il être plus libéral en ce qui concerne l’annulation
du rejet de l’instance pour cause de retard? — La Cour d’appel et la juge Karakatsanis (maintenant juge de notre Cour)
ont-elles commis une erreur dans leur raisonnement et dans leur décision de refuser de proroger le délai imparti au
demandeur pour mettre son appel en état et de confirmer la peine infligée? — Lorsque les droits à la liberté de
l’intéressé sont en jeu lors de l’appel, le non-respect absolu et prolongé d’ordonnances judiciaires non ambiguës
constitue-t-il un facteur dont on peut tenir compte pour décider s’il y a lieu d’accorder une prorogation du délai imparti
pour mettre l’appel en état lorsque le comportement en question ne se rapporte pas au déroulement de l’appel?
Le 18 juin 2010, M. Diamond a été déclaré coupable d’outrage civil et a été condamné à 21 jours d’emprisonnement et
à une amende de 20 000 $. M. Diamond a déposé un avis d’appel le 30 juin 2010 en vue de faire annuler cette
décision. L’appel a été rejeté pour retard à mettre l’appel en état par le registraire adjoint de la Cour d’appel de
l’Ontario le 25 août 2010.
M. Diamond a découvert en janvier 2011 que son appel avait été rejeté pour cause de retard. Il a présenté le
24 août 2011 une requête en vue de faire réviser la décision du registraire adjoint. La juge Karakatsanis (maintenant
juge de notre Cour) a rejeté la requête. La Cour d’appel a abondé dans son sens et a rejeté la requête en révision de
l’ordonnance de la juge Karakatsanis.
18 juin 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(le juge Spence)
Le demandeur est déclaré coupable d’outrage civil et
condamné à 21 jours d’emprisonnement et à une
amende.
3 septembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(la juge Karakatsanis)
La requête en rejet de l’ordonnance par laquelle le
registraire adjoint avait rejeté l’appel interjeté par le
demandeur de la décision du juge Spence pour cause
de retard est rejetée.
6 janvier 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(les juges Laskin, MacPherson et Lang)
La requête en annulation de la décision de la juge
Karakatsanis est rejetée.
6 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel.
- 1346 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34730
Dennis Eugene Menezes v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53534, 2011 ONCA
501, dated July 7, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53534, 2011
ONCA 501, daté du 7 juillet 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Accused convicted of attempted break and enter of residence — Babysitter who was inside residence
at time of attempted break and enter later described accused’s identity to police — Police deployed dog to track scent
— On arrest, accused stated he was lost and denied attempt to break and enter residence — Whether accused’s identity
proven beyond reasonable doubt — Whether accused’s statement on arrest credible — Whether dog tracking evidence
admissible.
The applicant, Mr. Menezes, was convicted of attempted break and enter of an Oshawa residence. Inside the residence,
a 14-year-old was babysitting an infant. The babysitter saw a man through the living room window, walking towards
the backyard. Minutes after the man left the yard, the police arrived with a dog that detected fresh human scent.
Tracking the scent, the dog led the police to Mr. Menezes, who matched the babysitter’s description of the man. The
police saw no one else in the area at the time. Mr. Menezes did not testify at trial; however, he stated on arrest that he
had been looking for an employment agency and got lost. He did not know the agency’s address and did not have an
appointment. At trial, the police witnesses indicated that the nearest commercial plaza where such an agency might be
found was more than 500 meters away. The trial judge disbelieved Mr. Menezes and convicted him of attempted
break and enter. The Court of Appeal dismissed his appeal from conviction.
November 1, 2010
Ontario Court of Justice
(Halikowski J.)
Neutral citation: None
Accused convicted of a single count of attempted
break and enter.
July 7, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Moldaver, Cronk and Epstein JJ.A.)
Neutral citation: 2011 ONCA 501
Appeal from conviction dismissed.
February 24, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to file and serve the
leave application filed together with the application
itself.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Accusé reconnu coupable de tentative d'introduction par effraction dans une résidence — La
gardienne qui se trouvait l’intérieur de la résidence au moment de la tentative d'introduction par effraction a décrit
- 1347 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
l’accusé aux policiers — Les policiers ont eu recours à un chien pour suivre la piste olfactive de l’accusé — Lors de
son arrestation, l’accusé a déclaré qu’il s’était perdu et a nié avoir tenté de s’introduire par effraction dans la résidence
— L’identité de l’accusé a-t-elle été prouvée hors de tout doute raisonnable? — La déclaration de l’accusé lors de son
arrestation était-elle crédible? — La preuve obtenue à l’aide du chien pisteur est-elle admissible?
Le demandeur, M. Menezes, a été reconnu coupable de tentative d'introduction par effraction dans une résidence
d’Oshawa. Une jeune fille âgée de 14 ans gardait un enfant à l’intérieur de la résidence. La gardienne a aperçu, par la
fenêtre de la salle de séjour, un homme qui se dirigeait vers la cour arrière. Quelques minutes après qu’il eut quitté la
cour, les policiers sont arrivés avec un chien qui a détecté une odeur humaine récente. En suivant cette piste olfactive,
le chien a conduit les policiers à M. Menezes, dont la description correspondait à celle qu’avait donnée la gardienne.
Les policiers n’ont aperçu aucune autre personne dans le secteur. M. Menezes n’a pas témoigné au procès; toutefois,
il a déclaré lors de son arrestation qu’il cherchait une agence de placement et qu’il s’était perdu. Il ne connaissait pas
l’adresse de l’agence de placement et il n’avait pas de rendez-vous. Au procès, les témoins de la police ont déclaré
que le centre commercial le plus proche où pouvait se trouver une agence de placement se trouvait à plus de 500
mètres. Le juge du procès n’a pas cru M. Menezes et il l’a reconnu coupable de tentative d'introduction par effraction.
La Cour d’appel a rejeté l’appel de l’accusé.
1er novembre 2010
Cour de justice de l'Ontario
(Juge Halikowski)
Référence neutre : aucune
Accusé reconnu coupable d’une seule infraction de
tentative d'introduction par effraction.
7 juillet 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Moldaver, Cronk et Epstein)
Référence neutre : 2011 ONCA 501
Appel de la déclaration de culpabilité rejeté.
24 février 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de dépôt et de
signification de la demande d’autorisation déposée en
même temps que la demande.
34735
Law Society of Saskatchewan v. Sterling Gilbert McLean (Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
1789, 2012 SKCA 7, dated January 31, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro 1789, 2012
SKCA 7, daté du 31 janvier 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Law of professions — Barristers and solicitors — Discipline Committees — Penalties for misconduct — Whether
lawyers’ undertakings and trust conditions require strict adherence — In the professional regulatory context where the
public interest is the primary focus, what factors dictate the appropriate sanction for professional misconduct —
Whether and to what extent can mitigating factors or explanations impact solutions.
- 1348 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application concerns a decision of the Discipline Committee of The Law Society of Saskatchewan, regarding the
penalty imposed upon one of its members, Sterling McLean, a lawyer practising in Regina. The Discipline Committee
suspended Mr. McLean’s ability to practice for four months and placed him on indefinite supervision, following his
guilty plea to five counts of conduct unbecoming a lawyer.
The Discipline Committee imposed a four-month suspension and placed the lawyer on indefinite supervision. The
Court of Appeal varied the order by setting aside the penalties imposed, other than the award of costs. Taking into
account the time the lawyer had already been under suspension and supervision, the Court of Appeal substituted a
period of 25 days suspension as the appropriate penalty.
June 12, 2009
Law Society of Saskatchewan
(Korpan, Chair, Discipline Committee)
Respondent suspended from practice of law for 4
months; resumption of practice conditional upon
respondent practicing indefinitely under supervision.
January 31, 2012
Court of Appeal for Saskatchewan
(Cameron, Lane and Jackson JJ.A.)
Respondent’s appeal, allowed; period of suspension
varied to 25 further days to take into account time
already spent under suspension; supervision order
lifted.
March 27, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des professions — Avocats et procureurs — Comités de discipline — Pénalités pour inconduite — Les
engagements et les obligations fiduciaires souscrits par les avocats doivent-ils être rigoureusement respectés? — Dans
le contexte de la réglementation des professions, dans lequel l’intérêt du public revêt une importance capitale, quel
facteur dicte la sanction appropriée en cas d’inconduite professionnelle? — Dans quelles mesures des circonstances
atténuantes ou des explications peuvent-elles influencer les solutions?
La présente demande concerne une décision du comité de discipline du Barreau de la Saskatchewan concernant la
peine infligée à l’un de ses membres, Me Sterling McLean, avocat exerçant le droit à Regina. Le comité de discipline a
suspendu Me McLean pour quatre mois et lui a imposé une supervision pour une durée indéterminée à la suite de son
plaidoyer de culpabilité en réponse à cinq chefs d’avoir eu une conduite indigne d’un avocat.
Le comité de discipline a suspendu Me McLean pour quatre mois et lui a imposé une supervision pour une durée
indéterminée. La Cour d’appel a modifié l’ordonnance en annulant les pénalités infligées et en ne conservant qu’une
condamnation aux dépens. Tenant compte de la période pendant laquelle l’avocat a déjà fait l’objet d’une suspension
et d’une supervision, la Cour d’appel a estimé que la peine appropriée était une suspension de 25 jours.
12 juin 2009
Barreau de la Saskatchewan
(Korpan, président du comité de discipline)
Le comité suspend le défendeur pour une période de
quatre mois et assujettit sa réintégration à l’exercice du
droit à la condition de reprendre l’exercice de la
profession sous supervision pour une durée
indéterminée.
- 1349 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
31 janvier 2012
Cour d’appel de la Saskatchewan
(les juges Cameron, Lane et Jackson)
Appel de l’intimé accueilli; période de la suspension
modifiée par l’ajout de 25 jours supplémentaires pour
tenir compte de la période de suspension déjà imposée;
ordonnance de supervision levée.
27 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel.
34746
Anthony Whalen v. Her Majesty the Queen (N.B.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of New Brunswick, Number
41-11-CA, 2012 NBCA 20, dated February 23, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick, numéro 41-11-CA,
2012 NBCA 20, daté du 23 février 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter — Criminal law — Controlled drugs and substances — Trial judge’s duties — Assessing credibility of
witnesses — Accused convicted of unlawfully producing cannabis, possessing that substance for purpose of
trafficking, unlawfully exporting it and trafficking it — Charges arose from scheme for exportation and trafficking of
cannabis through mail — Scheme was discovered when Canada Post employee saw contents of two envelopes accused
had deposited in mail — Employee reported contents and a search warrant for accused’s home was issued —
Employee testified at trial on a voir dire — Whether there is any basis upon which to interfere with trial judge’s
findings on employee’s credibility — Whether trial judge erred in finding there was some evidence upon which
issuing judge could rely to issue search warrant for accused’s home — Canadian Charter of Rights and Freedoms,
ss. 8 and 24(2); Canada Post Corporation Act, R.S.C. 1985, c. C-10; Controlled Drugs and Substances Act, S.C.
1996, c. 19.
The accused, Mr. Whalen, was convicted of four charges under the Controlled Drugs and Substances Act. The
charges arose from a scheme for the exportation and trafficking of cannabis by mail. The scheme was discovered
when a Canada Post employee saw the contents of two envelopes that Mr. Whalen had deposited in the mail. The
employee reported the contents and a search warrant for Mr. Whalen’s home was issued. The employee, who testified
on a voir dire, said the contents became visible because the envelopes had not been properly sealed. At the conclusion
of the voir dire, the trial judge upheld the validity of the search warrant and denied Mr. Whalen’s motion to exclude
the evidence seized under it. After the admission of that evidence, the trial judge found Mr. Whalen guilty on all
charges. The trial judge sentenced Mr. Whalen to imprisonment for a total of four years less time spent in remand,
which he calculated at 405 days. Mr. Whalen appealed the convictions and sought leave to appeal the sentence,
submitting that the trial judge erred in upholding the validity of the warrant. However, the Court of Appeal dismissed
both Mr. Whalen’s appeal and his application for leave to appeal.
November 10, 2010
Provincial Court of New Brunswick
(Prov. Ct. Judge Cain)
Accused convicted of four drug charges and sentenced
to four years’ imprisonment, less 405 days spent in
remand.
- 1350 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 23, 2012
Court of Appeal of New Brunswick
(Richard, Bell and Quigg JJ.A.)
2012 NBCA 20
Appeal against convictions and application for leave to
appeal sentence dismissed.
March 27, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte — Droit criminel — Drogues et autres substances — Obligations du juge du procès — Appréciation de la
crédibilité des témoins — Accusé inculpé de production illégale de cannabis, de possession de cette substance en vue
d’en faire le trafic, et de l’avoir exportée et d’en avoir fait le trafic illégalement — Accusations portées par suite de la
découverte d’un stratagème visant l’exportation et le trafic de cannabis par la poste — Stratagème découvert
lorsqu’une employée de Postes Canada a vu le contenu de deux enveloppes que l’accusé avait mises à la poste —
L’employée a signalé ce qu’elle a vu, et un mandat de perquisition a été délivré eu égard à la maison de l’accusé —
L’employée a témoigné au procès lors d’un voir voir-dire — Y a-t-il lieu de modifier les conclusions du juge du
procès quant à la crédibilité de l’employée? — Le juge du procès a-t-il commis une erreur en concluant que le juge qui
avait décerné le mandat de perquisition disposait d’éléments de preuve à cet égard? — Charte canadienne des droits et
libertés, art. 8 et 24(2); Loi sur la Société canadienne des postes, L.R.C. 1985, ch. C-10; Loi réglementant certaines
drogues et autres substances, L.C. 1996, ch. 19.
L’accusé, M. Whalen, a été inculpé de quatre chefs d’accusation en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances. Les accusations ont été portées par suite de la découverte d’un stratagème visant l’exportation et le
trafic de cannabis par la poste. Le stratagème a été découvert lorsqu’une employée de Postes Canada a vu le contenu
de deux enveloppes que M. Whalen avait mises à la poste. L’employée a signalé ce qu’elle avait vu, et un mandat de
perquisition a été délivré eu égard à la maison de M. Whalen. L’employée, qui a témoigné lors d’un voir-dire, a
indiqué avoir été en mesure d’apercevoir le contenu des enveloppes parce qu’elles avaient été mal cachetées. À la fin
du voir-dire, le juge du procès a confirmé la validité du mandat de perquisition et rejeté la requête en exclusion de la
preuve saisie en vertu de celui-ci présentée par M. Whalen. Après l’admission de la preuve, le juge du procès a
condamné M. Whalen sur tous les chefs d’accusation, à une peine d’emprisonnement totalisant quatre ans, moins la
période de détention préventive, qui suivant ses calculs représentait 405 jours. M. Whalen a interjeté appel des
déclarations de culpabilité et de la peine, alléguant que le juge du procès avait commis une erreur en confirmant
validité du mandat. La Cour d’appel a toutefois rejeté l’appel des déclarations de culpabilité et rejeté la demande
d’autorisation d’appel de la peine.
10 novembre 2010
Cour provinciale du Nouveau-Brunswick
(Juge Cain)
Accusé déclaré condamné sur quatre chefs
d’accusation pour des infractions relatives aux drogues
à une peine d’emprisonnement de quatre ans, moins les
405 jours passés en détention préventive.
23 février 2012
Cour d’appel du Nouveau-Brunswick
(Juges Richard, Bell et Quigg)
2012 NBCA 20
Appel des déclarations de culpabilité et demande
d’autorisation d’appel de la peine rejetés.
- 1351 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation déposée
27 mars 2012
Cour suprême du Canada
34747
Wayne William Hearn v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52898, 2011 ONCA
820, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52898, 2011
ONCA 820, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether marihuana remains a controlled substance —
Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
On July 9, 2010, Mr. Hearn pleaded guilty to production of cannabis contrary to s. 7 of the Controlled Drugs and
Substances Act (―CDSA‖). The offence occurred on April 22, 2009 and involved 69 plants. On October 25, 2010
Hearn was sentenced to a $500 fine. His appeal was dismissed.
October 25, 2010
Ontario Court of Justice
(Fuerth J.)
Applicant guilty of production of a controlled
substance contrary to s. 7 of the Controlled Drugs and
Substances Act
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 820; C52898
Appeal dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La marijuana
demeure-t-elle une substance réglementée? — Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985,
ch. 19, art. 4 et 7.
- 1352 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 9 juillet 2010, M. Hearn s’est reconnu coupable de production de cannabis en violation de l’art. 7 de la Loi
réglementant certaines drogues et autres substances. L’infraction est survenue le 22 avril 2009 et se rapportait à 69
plants. Le 25 octobre 2010, M. Hearn a été condamné à une amende de 500 $. Son appel a été rejeté.
25 octobre 2010
Cour de justice de l’Ontario
(Juge Fuerth)
Demandeur déclaré coupable de production d’une
substance réglementée en contravention à l’art. 7 de la
Loi réglementant certaines drogues et autres
substances
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Sharpe et Juriansz)
2011 ONCA 820; C52898
Appel rejeté
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
34748
Gary Pallister v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52007, 2011 ONCA
820, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52007, 2011
ONCA 820, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether the Crown should be cited for contempt of court
for prosecuting possession and production of marihuana offences after ceding that the possession offence was invalid
— Whether the bogus convictions registered while the Medical Marihuana Access Regulations was flawed should be
expunged — Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
It was alleged that on October 2, 2009 the police executed a Controlled Drugs and Substances Act search warrant at a
residence in Thornbury, Ontario and seized approximately 450 cannabis plants, along with a quantity of cannabis.
Mr. Pallister was charged with production of cannabis, possession of cannabis and possession for the purpose of
trafficking, together with several co-accused. The charges were set to be heard by the Superior Court of Justice.
While his charges were still before the Ontario Court of Justice, Mr. Pallister brought an application before the
Superior Court for declaratory relief with respect to the validity of the offences. Mr. Pallister sought an order
prohibiting prosecution for marihuana related offences under the Controlled Drugs and Substances Act and staying all
marihuana charges as an abuse of process. He also sought to have the Crown cited for contempt for continuing to
prosecute marihuana offences. Finally, he sought to expunge the criminal records of all people convicted of
marihuana offences. Mr. Pallister’s application was dismissed and his appeal was dismissed.
- 1353 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 26, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(O’Connor J.)
Application for declaratory relief prohibiting
prosecution of marihuana related offences under the
Controlled Drugs and Substances Act, dismissed
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 820; C52007
Appeal dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La Couronne devraitelle être citée pour outrage au tribunal pour avoir poursuivi des infractions de possession et de production de
marihuana après avoir concédé que l’infraction de possession était invalide? — Les fausses condamnations inscrites
alors que le Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales était déficient devraient-elles être expurgées?
— Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985, ch. 19, art. 4 et 7.
Il a été allégué que, le 2 octobre 2009, la police a exécuté un mandat de perquisition en vertu de la Loi réglementant
certaines drogues et autres substances dans une résidence à Thornbury, en Ontario, et saisi environ 450 plants de
cannabis, de même qu’une certaine quantité de cannabis. Avec plusieurs co-accusés, M. MacDonald a été accusé de
production de cannabis, de possession de cannabis et de possession en vue de faire le trafic. Une date a été fixée à
l’égard des accusations d’audition devant la Cour de justice de l’Ontario. Alors que ses accusations étaient encore
devant la Cour de justice de l’Ontario, M. Pallister a présenté à la Cour supérieure de justice une requête en vue
d’obtenir un jugement déclaratoire concernant la validité des infractions. M. Pallister a sollicité une ordonnance
interdisant la poursuite d’infractions liées à la marihuana en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et autres
substances et suspendant toutes les accusations relatives à la marihuana au motif qu’il s’agirait de procédures
abusives. Il a également demandé à ce que la Couronne soit citée pour outrage, parce qu’elle continuait de poursuivre
des infractions liées à la marihuana. Enfin, il demandait à ce que soient expurgés les casiers judiciaires de toutes les
personnes déclarées coupables d’infractions liées à la marihuana. La requête de M. Pallister a été rejetée et son appel
a été rejeté
26 mars 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge O’Connor)
Requête en jugement déclaratoire interdisant la
poursuite des infractions liées à la marihuana sous le
régime de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances rejetée
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Sharpe et Juriansz)
2011 ONCA 820; C52007
Appel rejeté
- 1354 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
34749
Mark MacDonald v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52961, 2011 ONCA
820, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52961, 2011
ONCA 820, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether the Crown should be cited for contempt of court
for prosecuting possession and production of marihuana offences after ceding that the possession offence was invalid
— Whether the bogus convictions registered while the Medical Marihuana Access Regulations were flawed should be
expunged — Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
On December 8, 2008, the police executed a Controlled Drugs and Substances Act search warrant at a residence in
Otonabee-South Monaghan Township and seized a large quantity of cannabis. Mr. MacDonald was charged with
possession of cannabis for the purpose of trafficking. MacDonald brought an application before the Superior Court of
Justice seeking declaratory relief with respect to the validity of the offence. On October 27, 2010, his application was
dismissed and an appeal was later dismissed. On December 8, 2010, the charge against Mr. MacDonald was stayed.
October 27, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Gilmore J.)
2010 ONSC 5797; 09-0046-MO
Application for declaratory relief prohibiting
prosecution of marihuana related offences under the
Controlled Drugs and Substances Act, dismissed
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 820; C52961
Appeal dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
- 1355 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La Couronne devraitelle être citée pour outrage au tribunal pour avoir poursuivi des infractions de possession et de production de
marihuana après avoir concédé que l’infraction de possession était invalide? — Les fausses condamnations inscrites
alors que le Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales était déficient devraient-elles être supprimées?
— Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985, ch. 19, art. 4 et 7.
Le 8 décembre 2008, la police a exécuté un mandat de perquisition en vertu de la Loi réglementant certaines drogues
et autres substances dans une résidence du canton d’Otonabee-South Monaghan et a saisi une grande quantité de
cannabis. M. MacDonald a été accusé de possession de cannabis en vue d’en faire le trafic. M. MacDonald a présenté
une requête à la Cour supérieure de justice en vue d’obtenir un jugement déclaratoire concernant la validité de
l’infraction. Le 27 octobre, sa requête a été rejetée, et un appel a plus tard été rejeté. Le 8 décembre 2010,
l’accusation contre M. MacDonald a été suspendue.
27 octobre 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Gilmore)
2010 ONSC 5797; 09-0046-MO
Requête en jugement déclaratoire interdisant la
poursuite des infractions liées à la marihuana sous le
régime de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances rejetée
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Sharpe et Juriansz)
2011 ONCA 820; C52961
Appel rejeté
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
34750
Debra McIntyre v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53096, 2011 ONCA
820, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53096, 2011
ONCA 820, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether the Crown should be cited for contempt of court
for prosecuting possession and production of marihuana offences after ceding that the possession offence was invalid
— Whether the bogus convictions registered while the Medical Marihuana Access Regulations were flawed should be
- 1356 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
expunged — Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
On January 7, 2010, the police executed a Controlled Drugs and Substances Act search warrant at a residence in the
Township of Douro-Dummer and seized three pounds of marihuana and 1383 cannabis plants. Ms. McIntyre was
charged with production of cannabis and possession of cannabis. At the time of the hearing before the Court of
Appeal, the charges were still before the courts. Ms. McIntyre brought an application before the Superior Court of
Justice for declaratory relief with respect to the validity of the offences with which she is charged. Her application
was dismissed as was the appeal.
December 9, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Gunsolus J.)
Application for declaratory relief prohibiting
prosecution of marihuana related offences under the
Controlled Drugs and Substances Act, dismissed
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 820; C53096
Appeal dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La Couronne devraitelle être citée pour outrage au tribunal pour avoir poursuivi des infractions de possession et de production de
marihuana après avoir concédé que l’infraction de possession était invalide? — Les fausses condamnations inscrites
alors que le Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales était déficient devraient-elles être supprimées?
— Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985, ch. 19, art. 4 et 7.
Le 7 janvier 2010, la police a exécuté un mandat de perquisition en vertu de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances dans une résidence du canton de Douro-Dummer et a saisi trois livres de marihuana et 1383 plants
de cannabis. Mme McIntyre a été accusée de production de cannabis et de possession de cannabis. Au moment de
l’audience devant la Cour d’appel, les accusations étaient encore devant les tribunaux. M me McIntyre a présenté à la
Cour de justice de l’Ontario une requête en jugement déclaratoire concernant la validité des infractions dont elle était
accusée. Sa requête a été rejetée, tout comme l’appel.
9 décembre 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Gunsolus)
Requête en jugement déclaratoire interdisant la
poursuite des infractions liées à la marihuana sous le
régime de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances rejetée
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Sharpe et Juriansz)
2011 ONCA 820; C53096
Appel rejeté
- 1357 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
34751
Robert Christopher McCrady v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52549, 2011 ONCA
820, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52549, 2011
ONCA 820, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether marihuana remains a controlled substance —
Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
In October 2008, Mr. McCrady submitted an application to possess and grow marihuana pursuant to the Medical
Marihuana Access Regulations. The application was signed by his medical doctor. Health Canada processed the
application six months later, in April 2009. On February 20, 2009, before the application was processed,
Mr. McCrady was charged with possession and possession for the purpose of trafficking contrary to ss. 4 and 5 of the
Controlled Drugs and Substances Act. The amount was 106 grams, or just under four ounces. On July 19, 2010, he
was acquitted of possession for the purpose and convicted of simple possession. Mr. McCrady was sentenced to 12
months probation and a $250 fine. His appeal was dismissed.
July 19, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Lalande J.)
Applicant convicted of simple possession contrary to s.
4 of the Controlled Drugs and Substances Act
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 820; C52549
Appeal dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
- 1358 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La marihuana
demeure-t-elle une substance réglementée? — Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985,
ch. 19, art. 4 et 7.
En octobre 2008, M. McCrady a déposé une demande en vue d’être autorisé à posséder et à cultiver de la marihuana
en vertu du Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales. La demande avait été signée par son médecin.
Santé Canada a traité la demande six mois plus tard, en avril 2009. Le 20 février 2009, avant que la demande ait été
traitée, M. McCrady a été accusé de possession et de possession en vue de faire le trafic en contravention des art. 4
et 5 de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. La quantité en cause était de 106 grammes, ou un
peu moins de 4 onces. Le 19 juillet 2010, M. McCrady a été acquitté de l’accusation de possession en vue de faire le
trafic mais déclaré coupable de simple possession. M. McCrady a été condamné à 12 mois de probation et à une
amende de 250 $. Son appel a été rejeté.
19 juillet 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Lalande)
Demandeur déclaré coupable de simple possession en
contravention de l’art. 4 de la Loi réglementant
certaines drogues et autres substances
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Sharpe et Juriansz)
2011 ONCA 820; C52549
Appel rejeté
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
34753
Jean-Claude Valfer v. Etienne Calomne, ès qualités de syndic adjoint de l’Ordre
professionnel des travailleurs sociaux du Québec (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-022167-118, 2012 QCCA 211, dated January 30, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09022167-118, 2012 QCCA 211, daté du 30 janvier 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICATION BAN IN CASE) (COURT FILE CONTAINS INFORMATION THAT IS NOT AVAILABLE FOR INSPECTION BY THE
PUBLIC)
Civil procedure — Leave to appeal — Time — Motion for leave to appeal dismissed.
- 1359 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
In 1995, the respondent syndic filed a dozen complaints against the applicant Mr. Valfer, who at the time was a
member of the Ordre des travailleurs sociaux du Québec, for acts committed in 1994 and 1995. In 1997, Mr. Valfer
retired. In 2000, a complaint was added based on Mr. Valfer’s failure to cooperate with the inquiry. The complaints
were not heard until 2003-2004. In 2005, the professional inspection committee of the Ordre (now the discipline
committee) found Mr. Valfer guilty of eight counts (failure to conduct psychosocial evaluations; failure to maintain or
make entries in records; failure to respect confidentiality; failure to cooperate with the inquiry). As a penalty, the
committee struck Mr. Valfer off the roll for three months, fined him a total of $1,200 and reprimanded him. The
decision specified that the striking off the roll would start if and when Mr. Valfer resumed practising the profession. It
also provided for the publication of a notice.
The Professions Tribunal confirmed the decision for the most part. The Superior Court dismissed Mr. Valfer’s motion
for judicial review. Mr. Valfer then sought leave to appeal from the Court of Appeal, but he filed his motion late. The
Court of Appeal stated that it would have been prepared to grant an extension of time but that, in this case,
Mr. Valfer’s motion did not show that the proposed appeal concerned a question of principle, a new issue or a question
of law that had given rise to conflicting judicial precedents. Rather, the appeal raised issues relating to the
interpretation of the evidence.
October 20, 2011
Quebec Superior Court
(Riordan J.)
2011 QCCS 5882
Motion for judicial review dismissed
January 30, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Forget, Thibault and Rochon JJ.A.)
2012 QCCA 211
Motion for leave to appeal out of time dismissed
March 29, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (LE DOSSIER DE LA COUR RENFERME DES DONNÉES QUE LE
PUBLIC N'EST PAS AUTORISÉ À CONSULTER)
Procédure civile — Permission d’appel — Délai — Requête pour permission d’appeler rejetée.
En 1995, le syndic intimé porte une douzaine de plaintes contre le demandeur, M. Valfer, alors membre de l’Ordre des
travailleurs sociaux du Québec, concernant des actes posés en 1994 et 1995. En 1997, M. Valfer prend sa retraite. En
2000, une plainte visant le défaut de collaboration de M. Valfer avec l’enquête est ajoutée. L’audition des plaintes n’a
lieu qu’en 2003-2004, puis en 2005, le Comité d’inspection professionnelle de l’Ordre (maintenant le Comité de
discipline) conclut à la culpabilité de M. Valfer concernant huit chefs (omission de procéder à des évaluations
psychosociales; omission de tenir des dossiers à jour où d’y faire des inscriptions; omission de respecter la
confidentialité, défaut de collaborer avec l’enquête). En guise de sanction, le Comité prononce la radiation de
M. Valfer pendant trois mois, lui inflige une amende de 1 200 $ au total et lui adresse des réprimandes. La décision
précise que la radiation commencera à compter du moment où, le cas échéant, ou M. Valfer reprendra l’exercice de la
profession. Elle prévoit aussi la publication d’un avis.
Le Tribunal des professions confirme pour l’essentiel la décision. La Cour supérieure rejette la requête de M. Valfer
- 1360 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
en révision judiciaire. M. Valfer s’adresse alors à la Cour d’appel pour obtenir la permission de porter la cause en
appel, mais en retard. La Cour d’appel indique qu’elle aurait été disposée à proroger les délais, mais qu’en l’espèce, la
requête de M. Valfer ne démontre pas que l’appel projeté concerne une question de principe, une question nouvelle ou
une question de droit qui fait l’objet de controverse en jurisprudence. Plutôt, il s’agit de questions d’interprétation de
la preuve.
Le 20 octobre 2011
Cour supérieure du Québec
(Le juge Riordan)
2011 QCCS 5882
Requête en révision judiciaire rejetée
Le 30 janvier 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Forget, Thibault et Rochon)
2012 QCCA 211
Requête pour permission d’appeler hors délai rejetée
Le 29 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
34755
Sean William Maloney v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53799, 2011 ONCA
821, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53799, 2011
ONCA 821, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether marihuana remains a controlled substance —
Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
On June 6, 2010, Mr. Maloney and two others were in a vehicle near Casselman heading towards the Quebec border.
A police officer stopped the vehicle. Mr. Maloney handed a bag to the police officer that contained 521 grams of
cannabis marihuana and 44 grams of cannabis resin. Mr. Maloney used cannabis for medicinal purposes as he suffers
from back pain as a result of lumbar scoliosis. At the time of the offence, Mr. Maloney did not have an authorization
to possess marihuana issued under the Marihuana Medical Access Regulations. On May 27, 2011, Mr. Maloney
pleaded guilty to one count of possession of marihuana for the purpose of trafficking. He was sentenced to 30 days
imprisonment to be served intermittently and 11 months probation. Mr. Maloney appealed his conviction and
sentence. His appeal as to sentence was allowed.
- 1361 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 27, 2011
Ontario Court of Justice (General Division)
(Lévesque J.)
Applicant convicted of possession for the purpose of
trafficking
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 821; C53799
Appeal as to sentence allowed in part; appeal as to
conviction dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La marihuana
demeure-t-elle une substance réglementée? — Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985, ch.
19, art. 4 et 7.
Le 6 juin 2010, M. Maloney et deux autres personnes se trouvaient à bord d’un véhicule près de Casselman en
direction de la frontière québécoise. Un policier a arrêté le véhicule. M. Maloney a remis au policier un sac qui
contenait 521 grammes de cannabis marihuana et 44 grammes de résine de cannabis. M. Maloney consomme du
cannabis à des fins médicales, puisqu’il souffre de douleurs au dos résultant d’une scoliose lombaire. Au moment de
l’infraction, M. Maloney ne détenait pas d’autorisation de posséder de la marihuana en vertu du Règlement sur l’accès
à la marihuana à des fins médicales. Le 27 mai 2011, M. Maloney a inscrit un plaidoyer de culpabilité à un chef
d’accusation de possession de marihuana en vue d’en faire le trafic. Il a été condamné à une peine de 30 jours
d’emprisonnement à purger de façon discontinue et à 11 mois de probation. M. Maloney a interjeté appel de sa
condamnation et de sa sentence. Son appel quant à la sentence a été accueilli.
27 mai 2011
Cour de justice de l’Ontario (Division générale)
(Juge Lévesque)
Demandeur déclaré coupable de possession en vue de
faire le trafic
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge Rosenberg, Sharpe et Juriansz)
2011 ONCA 821; C53799
Appel de la sentence accueilli en partie; appel de la
condamnation rejeté
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
- 1362 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34756
Terrance Parker v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C51187, 2011 ONCA
819, dated December 22, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C51187, 2011
ONCA 819, daté du 22 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Offences — Controlled substances — Marihuana — Whether the marihuana offences set out in the
Controlled Drugs and Substances Act have been repealed — Whether marihuana remains a controlled substance —
Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1985, c. 19, ss. 4 and 7.
Mr. Parker has epilepsy and has been using marihuana to alleviate his symptoms for many years. His quest for legal
access to marihuana started in 1987 when he was charged with simple possession. He was again tried on related
charges in 1997. Mr. Parker successfully challenged the marihuana provisions under the Narcotic Control Act and the
Controlled Drugs and Substances Act arguing that they infringed his rights under s. 7 of the Charter.
In April 2006, a package of marihuana addressed to Mr. Parker was seized by Canada Post and turned over to Peel
Regional Police. Mr. Parker brought an application for the return of seized marihuana pursuant to s. 24 of the
Controlled Drugs and Substances Act. The application was dismissed and all appeals were dismissed.
December 7, 2007
Ontario Court of Justice
(Clements J.)
Application for return of seized marihuana dismissed
September 30, 2009
Ontario Superior Court of Justice
(Tulloch J.)
Appeal dismissed
December 22, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 819; C51187
Appeal dismissed
March 23, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Substances réglementées — Marihuana — Les infractions liées à la marihuana
- 1363 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
énoncées à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances ont-elles été abrogées? — La marihuana
demeure-t-elle une substance réglementée? — Loi réglementant certaines drogues et autres substances, LC 1985, ch.
19, art. 4 et 7.
M. Parker souffre d’épilepsie et consomme de la marihuana pour atténuer ses symptômes depuis de nombreuses
années. Sa lutte pour obtenir un accès légal à la marihuana a commencé en 1987 lorsqu’il a été accusé de simple
possession. Il a été jugé de nouveau à l’égard d’accusations semblables en 1997. M. Parker a contesté avec succès les
dispositions relatives à la marihuana prévues à la Loi sur les stupéfiants et à la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances, (la « loi ») en soutenant que ces dispositions violaient les droits qui lui sont garantis par l’art. 7 de
la Charte.
En avril 2006, Postes Canada a saisi et remis à la police régionale de Peel un colis contenant de la marihuana adressé à
M. Parker. Celui-ci a déposé, en vertu de l’art. 24 de la Loi, une demande de restitution de la marihuana saisie. La
demande et tous les appels ont été rejetés.
7 décembre 2007
Cour de justice de l’Ontario
(Juge Clements)
Demande de restitution de la marihuana saisie rejetée
30 septembre 2009
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Tulloch)
Appel rejeté
22 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge Rosenberg, Sharpe and Juriansz)
2011 ONCA 819; C51187
Appel rejeté
23 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel déposées
34764
Parvez Ahmed v. Sheldon Pinx, Q.C. operating as Pinx & Co. and the said Sheldon Pinx
(Man.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AI 1130-07675, 2012 MBCA 14, dated February 13, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AI 11-30-07675, 2012
MBCA 14, daté du 13 février 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms – Civil procedure – Security for costs – Whether the applicant’s ss. 7 and
15 Charter rights were violated – Whether the courts below erred in applying a different level of scrutiny to the
- 1364 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
evidence of the applicant compared to the evidence called by the respondent – Whether the courts below erred in
failing to accommodate the applicant’s version of the facts and disregarding important evidence submitted by him.
In an action by Parvez Ahmed against his former solicitor, security for costs were ordered. The statement of claim
was later struck out for delay on the basis of Rule 56.06 of the Manitoba Court of Queen’s Bench Rules, the applicant
having defaulted on filing the security for costs.
The Court of Queen’s Bench dismissed the applicant’s appeal from a Master’s order striking his statement of claim for
failure to file security for costs. The Court of Appeal dismissed the applicant’s appeal.
November 10, 2009
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Ring, Master)
Respondent’s motion for security for costs, granted.
April 11, 2011
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Lee, Sr. Master)
Respondent’s motion to strike applicant’s statement of
claim, granted.
September 30, 2011
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Cameron J.)
Applicant’s appeal, dismissed.
February 13, 2012
Court of Appeal of Manitoba
(Monnin, Hamilton and Freedman JJ.A.)
Applicant’s appeal, dismissed.
March 21, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés – Procédure civile – Cautionnement pour frais – A-t-il été porté atteinte aux
droits du demandeur garantis par les art. 7 et 15 de la Charte? – Les tribunaux inférieurs ont-ils commis une erreur en
appliquant différents degrés d’examen de la preuve du demandeur par rapport à la preuve de l’intimée? – Les
tribunaux inférieurs ont-ils commis une erreur en ne tenant pas compte de la version des faits du demandeur et des
éléments de preuve importants que celui-ci avait présentés?
Dans le cadre d’une poursuite engagée par Parvez Ahmed contre son ancien avocat, la cour a ordonné le versement
d’un cautionnement pour frais. La déclaration a été ensuite radiée, en vertu de l’art. 56.06 des Règles de la Cour du
Banc de la Reine du Manitoba, en raison du défaut du demandeur de verser le cautionnement pour frais.
La Cour du Banc de la Reine a rejeté l’appel du demandeur à l’encontre de l’ordonnance par laquelle un
conseiller-maître avait radié sa déclaration pour défaut de verser le cautionnement pour frais. La Cour d’appel a rejeté
l’appel du demandeur.
- 1365 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
10 novembre 2009
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Le conseiller-maître Ring)
Requête de l’intimée en cautionnement pour frais,
accueillie.
11 avril 2011
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Le conseiller-maître principal Lee)
Requête de l’intimée en radiation de la déclaration du
demandeur, accueillie.
30 septembre 2011
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(La juge Cameron)
Appel du demandeur, rejeté.
13 février 2012
Cour d’appel du Manitoba
(Les juges Monnin, Hamilton et Freedman)
Appel du demandeur, rejeté.
21 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée.
34765
Robert Gravel c. Telus Communications Inc. (C.F.) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéros A-265-11 et A-266-11,
2012 CAF 43, daté du 8 février 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Numbers A-265-11
and A-266-11, 2012 FCA 43, dated February 8, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Labour law — Decision of adjudicator/referee — Unjust dismissal — Layoff — Evidence — Procedural fairness —
Whether Federal Court of Appeal correctly analysed compliance with test for judicial independence and procedural
fairness — Whether Federal Court of Appeal complied with correctness and reasonableness tests established in
Dunsmuir v. New Brunswick, 2008 SCC 9, [2008] 1 S.C.R. 190, by considering all evidence filed with
adjudicator/referee — Whether Federal Court of Appeal confirmed that contract of employment at issue in this case
had been honoured — Whether Federal Court of Appeal, Federal Court and adjudicator/referee had to explain why
particular piece of evidence not taken into consideration — Whether Federal Court of Appeal denied applicant
procedural fairness by allowing counsel for respondent to testify and supplement evidence on determinative element of
case.
The applicant Robert Gravel was hired by the respondent Telus Communications Inc. (―Telus‖) for the position of
Sales Specialist II. Telus later terminated Mr. Gravel’s employment because of restructuring that led to his position
being discontinued. Mr. Gravel then filed an unjust dismissal complaint under s. 240 of the Canada Labour Code,
R.S.C. 1985, c. L-2 (―Code‖). He also filed a wage recovery complaint pursuant to ss. 188 and 247 of the Code. The
inspector in charge of the file issued a payment order in favour of Mr. Gravel for $32,768.80 plus 4% of his wages, for a
total of $34,079.55. Both parties requested that the payment order be referred to a referee. Telus challenged the payment
- 1366 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
order itself, while Mr. Gravel took issue with the amount awarded.
November 6 and 12, 2009
Decisions of Adjudicator/Referee
(Adjudicator/Referee Léonce E. Roy)
Unjust dismissal complaint dismissed;
Wage recovery complaint dismissed
June 7, 2011
Federal Court
(Beaudry J.)
2011 FC 642
Applications for judicial review dismissed
February 8, 2012
Federal Court of Appeal
(Létourneau, Noël and Mainville JJ.A.)
2012 FCA 43
Appeal dismissed
April 4, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit du travail — Sentence arbitrale — Congédiement injuste — Licenciement — Preuve — Équité procédurale —
La Cour d’appel fédérale a-t-elle analysé correctement le respect du critère d’indépendance judiciaire et d’équité
procédurale? — La Cour d’appel fédérale a-t-elle respecté les critères de la décision correcte et raisonnable établis
dans l’arrêt Dunsmuir c. Nouveau-Brunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1 R.C.S. 190 en tenant compte de l’ensemble de la
preuve déposée devant l’arbitre? — La Cour d’appel fédérale a-t-elle validé que le contrat de travail en cause dans la
présente affaire était respecté? — La Cour d’appel fédérale, la Cour fédérale et les sentences arbitrales doivent-elles
expliquer pourquoi telle ou telle preuve n’est pas prise en considération? — La Cour d’appel fédérale n’a-t-elle pas
respecté l’équité procédurale envers le demandeur en permettant au procureur de l’intimée de témoigner et de
compléter la preuve sur un élément déterminant du litige?
Le demandeur, M. Robert Gravel, est embauché par l’intimée, Telus Communications Inc. (« Telus »), pour un poste
« Sales Specialist II ». Telus met ensuite fin à son emploi en raison d’une réorganisation donnant lieu à la
suppression de son poste. Puis, M. Gravel dépose une plainte de congédiement injuste en vertu de l’article 240 du
Code canadien du travail, L.R.C., 1985, ch. L-2 (« Code »). Il dépose aussi une plainte en recouvrement de salaire selon
les articles 188 et 247 du Code. L’inspecteur chargé du dossier émet un order de paiement en faveur de M. Gravel pour un
montant de 32 768,80$ en plus de 4% du salaire pour un total de 34 079,55$. Cet ordre de paiement fait l’objet d’une
demande d’arbitrage de la part des deux parties. Telus conteste l’ordre de paiement alors que M. Gravel s’en prend au
montant octroyé.
Les 6 et 12 novembre 2009
Sentences arbitrales
(L’arbitre Me Léonce E. Roy)
Plainte de congédiement injuste rejetée;
Plainte en recouvrement de salaire rejetée.
Le 7 juin 2011
Cour fédérale
(Le juge Beaudry)
2011 CF 642
Demandes de contrôle judiciaire rejetées.
- 1367 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 8 février 2012
Cour d’appel fédérale
(Les juges Létourneau, Noël et Mainville)
2012 CAF 43
Appel rejeté.
Le 4 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34779
Minister of Social Development v. M.G. and B.B. (N.B.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of New Brunswick, Number
62-11-CA, 2012 NBCA 19, dated February 23, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick, numéro 62-11-CA,
2012 NBCA 19, daté du 23 février 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICATION BAN IN CASE) (COURT FILE CONTAINS INFORMATION THAT IS NOT AVAILABLE FOR INSPECTION BY THE
PUBLIC)
Family law – Guardianship – Right of access – Child in need of protection made a ward with a view to adoption –
Structured access to parents granted – Whether Court of Appeal erred in allowing access in respect of a child made a
ward with a view to adoption to parents whose misconduct brought about the wardship – Whether Court of Appeal
failed to recognize the overarching importance of adoption and permanency over the interests of the parents and the
serious negative impact that frequent access by negative parents has on the adoptability of the child – Whether the
Court of Appeal failed to recognize the onerous responsibility placed on any prospective parents to enable access –
Whether there is a need to re-state previously settled law that where a child is made a ward with a view to adoption,
frequent access is the rare exception, not the norm.
The respondents M.G. and B.B. are the parents of S.G., born July 1, 2003. On March 30, 2011, the New Brunswick
Court of Queen’s Bench ordered that S.G. should be placed in a Minister’s Guardianship with a view to adoption. The
court also granted structured access between S.G and each respondent. B.B. will be entitled to telephone access for up
to 5 minutes twice monthly while incarcerated, followed after incarceration by two 1-hour supervised access visits per
month, with restrictions on his conduct during access. M.G. will be entitled to two 1-hour supervised access visits per
month, with restrictions on her conduct during access. Access is to continue as long as it remains in S.G.’s best
interests.
Applicant’s application for permanent guardianship
order allowed and supervised access to respondents
granted
March 30, 2011
Court of Queen’s Bench of New Brunswick
(Tuck J.)
2011 NBQB 91
- 1368 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 23, 2012
Court of Appeal of New Brunswick
(Richard, Quigg, Green JJ.A.)
2012 NBCA 19, 62-11-CA
Applicant’s appeal from grant of access dismissed
April 18, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (LE DOSSIER DE LA COUR RENFERME DES DONNÉES QUE LE
PUBLIC N’EST PAS AUTORISÉ À CONSULTER)
Droit de la famille – Tutelle – Droit de visite – Enfant ayant besoin de protection placé sous tutelle permanente en vue
de l’adoption – Accès structuré accordé aux parents – La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en accordant le droit
de visite à l’égard d’un enfant placé sous tutelle permanente en vue de l’adoption à des parents dont le comportement
fautif a donné lieu à la tutelle? – La Cour d’appel a-t-elle omis de reconnaître l’importance primordiale de l’adoption et
de la permanence par rapport aux intérêts des parents et les graves conséquences de l’accès fréquent accordé à des
mauvais parents sur l’adoptabilité de l’enfant? – La Cour d’appel a-t-elle omis de reconnaître la lourde responsabilité
incombant aux parents potentiels quant à l’accès auprès de l’enfant? – Est-il nécessaire de reformuler le principe
juridique bien établi selon lequel, lorsqu’un enfant est placé sous tutelle permanente en vue de l’adoption, l’accès
fréquent constitue l’exception et non la règle?
Les intimés M.G. et B.B. sont les parents de S.G., né le 1er juillet 2003. Le 30 mars 2011, la Cour du Banc de la Reine
du Nouveau-Brunswick a ordonné que S.G. soit placé sous la tutelle du ministre en vue de l’adoption. La cour a
également accordé un accès structuré auprès de chacun des intimés. B.B. aura droit à un accès téléphonique deux fois
par mois pendant 5 minutes au cours de son incarcération et à deux visites supervisées par mois, d’une heure chacune,
après sa remise en liberté, sous réserve des restrictions en matière de conduite pendant les visites. M.G. aura droit à
deux visites supervisées par mois, d’une heure chacune, sous réserve des restrictions en matière de conduite pendant les
visites. Le droit de visite est maintenu tant et aussi longtemps que cela demeure dans l’intérêt supérieur de S.G.
30 mars 2011
Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick
(Le juge Tuck)
2011 NBQB 91
Demande du demandeur visant à obtenir une
ordonnance de tutelle permanente accueillie et droit à
des visites supervisées accordé aux intimés
23 février 2012
Cour d’appel du Nouveau-Brunswick
(Les juges Richard, Quigg, Green)
2012 NBCA 19, 62-11-CA
L’appel du demandeur de la décision d’accorder le droit
de visite rejeté
18 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 1369 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34784
Jerry H. Beaton v. Scott Burns and Burnco Rock Products Ltd., Minister of Labour, Alberta
Government, Workman's Compensation and Toronto Dominion Bank (Alta.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
motion to appoint counsel is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal
of Alberta (Calgary), Number 1101-0106AC, dated December 20, 2011, is dismissed with costs to the respondents
Scott Burns and Burnco Rock Products Ltd. and Toronto Dominion Bank in accordance with the Tariff.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La requête pour nomination d’un avocat est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1101-0106AC, daté du 20 décembre 2011, est rejetée avec dépens en
faveur des intimés Scott Burns et Burnco Rock Products Ltd. et Banque Toronto Dominion selon le montant qui sera
établi conformément au Tarif.
CASE SUMMARY
Civil Procedure — Trial — Appeal — Appeal struck from Court of Appeal’s list — Whether motion to restore appeal
should have been granted — Whether proceedings involving applicant amount to failures of justice because of perjury,
corruption, conflict of interest, conspiracy, political interference with justice, denials of basic rights of justice,
intentional delay, failure to obtain Legal Aid, requirement for assistance of legal counsel, obstructions of justice and
other breaches of applicant’s rights.
The applicant commenced three separate actions against the respondents for various causes. The actions were ordered
consolidated. The consolidation order was set aside. An appeal from the decision to set the consolidation order aside
was struck from the Court of Appeal’s list pursuant to Rule 530.5(4) which requires filing transcripts and appeal
digests within specified time periods. The Court of Appeal refused to restore the appeal to the list.
October 27, 2010
Court of Queen’s Bench
(McMahon J.)
Order granted to consolidate actions
November 10, 2010
Court of Queen’s Bench
(Romaine J.)
Consolidation order set aside
August 2, 2011
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(S. Stushnoff, Registrar)
Appeal from decision to set aside consolidation order
struck from court’s list
September 29, 2011
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(O’Ferrall J.A.)
Motion to restore appeal to list dismissed
December 20, 2011
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(O’Ferrall J.A.)
Application to rehear motion to restore appeal and to
review decision not to restore appeal dismissed
- 1370 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 3, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(S. Stushnoff, Registrar)
Appeal deemed abandoned
February 28, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
April 16, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file application for
leave to appeal and motion to appoint counsel filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Procès — Appels — Appel radié du rôle de la Cour d’appel — La requête en réinscription de
l’appel aurait-elle dû être accueillie? — Les instances concernant le demandeur ont-elles entraîné un déni de justice
pour cause de parjure et de corruption, de conflit d’intérêts, de complot, d’intervention politique dans le processus
judiciaire, de déni de droits fondamentaux en matière de justice, de retards intentionnels, d’entrave à l’obtention de
l’aide juridique ou de l’assistance d’un avocat, d’entrave à la justice et d’autres violations des droits du demandeur?
Le demandeur a introduit trois actions distinctes contre les intimés pour diverses causes d’action. La réunion des
actions a été ordonnée. L’ordonnance portant réunion des actions a été annulée. L’appel interjeté de la décision
annulant l’ordonnance portant réunion des actions a été radié du rôle de la Cour d’appel en vertu du par. 530.5(4) des
Règles, qui exige que les transcriptions et les résumés d’appel soient déposés dans un délai précis. La Cour d’appel a
refusé de réinscrire l’appel au rôle.
27 octobre 2010
Cour du Banc de la Reine
(le juge McMahon)
Ordonnance portant réunion des actions
10 novembre 2010
Cour du Banc de la Reine
(la juge Romaine)
Annulation de l’ordonnance portant réunion des
actions annulée
2 août 2011
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Registraire S. Stushnoff)
Suppression du rôle de la Cour d’appel de l’appel
interjeté de la décision annulant l’ordonnance portant
réunion des actions
29 septembre 2011
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(le juge O’Ferrall)
Rejet de la requête en réinscription de l’appel au rôle
20 décembre 2011
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(le juge O’Ferrall)
Rejet de la demande de nouvelle audition de la requête
en vue de faire réinscrire l’appel au rôle et de réviser la
décision refusant de réinscrire l’appel au rôle
- 1371 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
3 février 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Registraire S. Stushnoff)
Appel réputé abandonné
28 février 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel
16 avril 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai imparti pour déposer
et signifier la demande d’autorisation d’appel et
requête en vue de désigner un avocat
34787
Nicole (Nora) Hérold c. Banque de Nouvelle-Écosse (Ont.) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
La requête pour déposer de nouveaux éléments de preuve est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54371, 2012 ONCA 131, daté du 24 février 2012, est rejetée avec
dépens.
The motion to adduce new evidence is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of
the Court of Appeal for Ontario, Number C54371, 2012 ONCA 131, dated February 24, 2012, is dismissed with
costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Summary judgment — Action in negligence against respondent bank for injury resulting from
collection action taken by government in relation to student loan — Whether action wrongly dismissed on ground that
there was no genuine issue requiring trial with respect to claim.
Starting in 1987, the applicant Ms. Hérold participated in the Canadian government’s student loan program. She
received advances between 1991 and 1994. She finished her studies in April 1994. On February 11, 2010, Ms. Hérold
brought an action against the bank, arguing that the Canadian government had been mistakenly claiming amounts from
her since 1999 to repay her student loan, which she had allegedly repaid in 1994. She considered the bank liable in
negligence for the injury resulting from the collection action taken by the government. The respondent bank moved to
dismiss the action at the preliminary stage. It alleged that there was no genuine issue requiring a trial with respect to
the claim, since there was no evidence that Ms. Hérold had repaid her loan in 1994.
Chapnik J. of the Superior Court of Justice allowed the motion, finding that there was absolutely no credible evidence
in the record showing that Ms. Hérold had paid the balance in April 1994. According to the judge, Ms. Hérold had
misinterpreted the bank statement on which she was relying to support her arguments. The evidence showed instead
that her prior loans had been consolidated in November 1994 after she ceased being a student. The Court of Appeal
dismissed the appeal, finding that there was no error in the trial judge’s conclusion concerning the lack of evidence of
repayment.
June 16, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Chapnik J.)
Motion for summary judgment allowed; action
dismissed
- 1372 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 24, 2012
Ontario Court of Appeal
(Sharpe, Blair and Juriansz JJ.A.)
2012 ONCA 131; C54371
Appeal dismissed
March 8, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Jugement sommaire — Action en négligence contre la banque intimée concernant des dommages
résultant de mesures de recouvrement prises par le gouvernement relativement à un prêt étudiant — Est-ce à tort que
l’action a été rejetée au motif que la demande ne soulève pas de véritable question litigieuse nécessitant la tenue d’une
instruction?
La demanderesse, Mme Hérold, a bénéficié du programme de prêts étudiants du gouvernement canadien à compter de
1987. Elle a reçu des avances entre 1991 et 1994. Mme Hérold a terminé ses études en avril 1994. Le 11 février
2010, Mme Hérold intente une action contre la banque. Elle avance que depuis 1999, le gouvernement canadien lui
réclame erronément des montants relatifs au remboursement de son prêt étudiant, qu’elle allègue avoir remboursé en
1994. Elle tient la banque responsable par négligence des dommages qui résultent des mesures de recouvrement prises
par le gouvernement. La banque intimée présente alors une motion afin de faire rejeter l’action au stade préliminaire.
Elle allègue que la demande ne soulève pas de véritable question litigieuse nécessitant la tenue d’une instruction,
puisqu’il n’y a aucune preuve que Mme Hérold avait remboursé son prêt en 1994.
La juge Chapnik de la Cour supérieure de justice accueille la motion. Elle estime que le dossier ne comporte
[TRADUCTION] « absolument aucune preuve crédible » qui indique que Mme Hérold aurait acquitté le solde en avril
1994. Selon la juge, Mme Hérold interprète erronément le relevé bancaire sur lequel elle s’appuie pour défendre ses
prétentions. La preuve démontre plutôt que ses prêts antérieurs ont été consolidés en novembre 1994, après que Mme
Hérold ait cessé d’être étudiante. La Cour d’appel rejette l’appel. Elle estime que la conclusion de la première juge
concernant l’absence de preuve de remboursement n’est entachée d’aucune erreur.
Le 16 juin 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(La juge Chapnik)
Motion pour jugement sommaire accueillie; action
rejetée
Le 24 février 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Les juges Sharpe, Blair et Juriansz)
2012 ONCA 131; C54371
Appel rejeté
Le 8 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
- 1373 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34790
Syed Shah Barkatulla Hussaini v. Joel P. Freedman (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The motion for extension of time to serve and file the application for leave to appeal from the judgment of
the Court of Appeal for Ontario, Number C53153, dated May 2, 2011, is dismissed. The application for leave to
appeal from the judgment of the Ontario Superior Court of Justice, Divisional Court, Number 423/11, dated March 2,
2012, is dismissed with costs for lack of jurisdiction.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53153, daté du 2 mai 2011, est rejetée. La demande d’autorisation
d’appel du jugement de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, cour divisionnaire, numéro 423/11, daté du 2 mars
2012, est rejetée avec dépens vue l’absence de compétence.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Motion to quash appeal – Jurisdiction – Whether courts below from which leave to appeal is sought
erred respectively in quashing appeal and in ordering appeal abandoned.
Leave to appeal is sought in respect of an order of the Ontario Court of Appeal dated May 2, 2011, finding the selfrepresented applicant improperly brought an appeal from an interlocutory order of the Ontario Superior Court of
Justice to the Court of Appeal, rather than in the Superior Court of Justice, Divisional Court. Leave to appeal is also
sought in respect of an order of the Ontario Superior Court of Justice, Divisional Court, dated March 2, 2012, ordering
that the applicant’s application for leave to appeal an order of the Superior Court of Justice had been abandoned. The
underlying action arises from alleged solicitor’s negligence; the respondent represented the applicant in an action for
damages arising from a motor vehicle accident that occurred in 1990.
December 15, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Matlow J.)
Respondent’s motion to quash applicant’s appeal of
Master’s order, granted.
May 2, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Simmons and Blair JJ.A.)
Respondent’s motion to quash appeal from order of
Matlow J., granted.
March 2, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Divisional Court)
(Pepall J.)
Applicant’s application for leave to appeal order of
Lederman J., abandoned
April 5, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
May 31, 2012
Supreme Court of Canada
Application for extension of time, filed.
- 1374 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Requête en annulation d’appel – Juridiction – Les juridictions inférieures dont l’autorisation d’appel
est demandée ont-elles fait erreur dans un cas en annulant l’appel et dans l’autre cas en rejetant la demande
d’autorisation d’appel pour cause de péremption?
Il s’agit d’une demande d’autorisation d’en appeler d’une ordonnance datée du 2 mai 2011 par laquelle la Cour
d’appel de l’Ontario a conclu que le demandeur, qui se représentait lui-même, avait interjeté appel à tort de
l’ordonnance interlocutoire rendue par la Cour supérieure de justice de l’Ontario devant la Cour d’appel plutôt que
devant la Cour supérieure de justice, Cour divisionnaire. Autorisation est aussi demandée d’en appeler d’une
ordonnance de la Cour supérieure de justice, Cour divisionnaire, datée du 2 mars 2012, rejetant la demande
d’autorisation d’appel d’une ordonnance rendue par la Cour supérieure de justice pour cause de péremption. Le litige
découle d’une action pour négligence intentée contre l’avocat du demandeur; l’intimé a représenté le demandeur dans
une action en dommages-intérêts découlant d’un accident de voiture survenu en 1990.
15 décembre 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Matlow)
Requête de l’intimé en annulation de l’appel interjeté
contre l’ordonnance du protonotaire accueillie.
2 mai 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Simmons et Blair)
Requête de l’intimé en annulation de l’appel interjeté
d’une ordonnance rendue par le juge Matlow
accueillie.
2 mars 2012
Cour supérieure de justice
(Cour divisionnaire)
(Juge Pepall)
Demande d’autorisation d’appel présentée par le
demandeur à l’encontre de l’ordonnance du juge
Lederman rejetée pour cause de péremption.
5 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
31 mai 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de délai déposée.
34791
Anton Oleynik v. Information and Privacy Commissioner of Newfoundland and Labrador
(N.L.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Supreme Court of Newfoundland and Labrador
- Court of Appeal, Number 11/39, 2012 NLCA 13, dated February 28, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador - Cour
d’appel, numéro 11/39, 2012 NLCA 13, daté du 28 février 2012, est rejetée avec dépens.
- 1375 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Administrative law — Judicial review — Remedies — Certiorari — Mandamus — Privacy — Whether the privacy
legislation should be enforced in a selective and lenient manner when applied within academia — Whether access to
the law should depend on the individual’s place of temporary residence — Whether the applications judge erred when
addressing the deadlines set by the privacy legislation — Whether the failure to secure a return from the commissioner
when addressing the issues of mandamus and certiorari makes the proceeding irregular — Whether a principle of
natural justice and procedural fairness was observed by the applications judge — Access to Information and
Protection of Privacy Act, S.N.L. 2002, c. A-1.1.
Anton Oleynik sought access, pursuant to the Access to Information and Protection of Privacy Act, S.N.L. 2002, c.
A-1.1, to email records from his employer, Memorial University of Newfoundland, which he believed might have
been improperly deleted from the university’s computer system. He was not satisfied with the university’s response.
He then requested under the Act that the Commissioner review the university’s response and the manner in which it
had carried out the search for documents responsive to his request. An investigation was undertaken but the report
was not filed within the time limits stipulated by the Act. Mr. Oleynik then commenced a proceeding in the
Newfoundland and Labrador Supreme Court – Trial Division, seeking an order for mandamus requiring the
Commissioner to file his report as he was legislatively required to do. When the Commissioner’s report was filed
before the application was heard, Mr. Oleynik sought to have the report set aside on the basis that it was in error in its
conclusion that the university’s search for the allegedly deleted e-mails was reasonable. He also submitted that the
report was so seriously deficient that it could not be considered a report which complied with the reporting obligations
of the Commissioner under the Act.
The applications judge dismissed the applicant’s request for mandamus and, alternatively, for an order in the nature of
certiorari. The Court of Appeal dismissed the applicant’s appeal on the basis that he should have followed the appeal
avenue provided for under s. 60 of the Act, rather than an application for judicial review.
March 1, 2011
Supreme Court of Newfoundland & Labrador, Trial
Division
(Fry J.)
Applicant’s application for judicial review, dismissed.
February 28, 2012
Supreme Court of Newfoundland and Labrador - Court
of Appeal
(Rowe, Mercer and Harrington JJ.A.)
Applicant’s appeal, dismissed.
April 24, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Recours — Certiorari — Mandamus — Protection des renseignements
personnels — Les lois relatives à la protection des renseignements personnels devraient-elles être appliquées de
manière sélective et indulgente dans le cas du monde universitaire? — L’accès à la loi devrait-il dépendre du lieu de
résidence temporaire de l’intéressé? — Le juge de première instance a-t-il commis une erreur dans son analyse des
dates limites fixées par la législation sur la protection des renseignements personnels? — Le défaut d’obtenir un
rapport du commissaire entache-t-il la procédure d’irrégularité lorsqu’on examine l’opportunité de délivrer un bref de
mandamus et un bref de certiorari? — Le juge de première instance a-t-il observé les principes de justice naturelle et
d’équité procédurale? — Access to Information and Protection of Privacy Act, S.N.L. 2002, ch. A-1.1.
- 1376 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Anton Oleynik a, en vertu de l’Access to Information and Protection of Privacy Act, S.N.L. 2002, ch. A-1.1, réclamé
l’accès aux dossiers de courriels de son employeur, la Memorial University of Newfoundland, au motif qu’il croyait
que les courriels en question avaient pu être supprimés de façon irrégulière du système informatisé de l’université.
Insatisfait de la réponse de l’université, il a demandé au Commissaire, en vertu de la loi, d’examiner la réponse de
l’université ainsi que la façon dont l’université avait procédé à la recherche de documents en réponse à sa demande
d’accès. Une enquête a été ouverte, mais le rapport n’a pas été déposé dans le délai prévu par la loi. M. Oleynik a alors
introduit une instance devant la Section de première instance de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador dans
laquelle il a demandé un bref de mandamus enjoignant au Commissaire de déposer son rapport comme la loi
l’obligeait à le faire. Après que le Commissaire eut déposé son rapport avant l’examen de la demande, M. Oleynik a
demandé l’annulation du rapport au motif que le Commissaire avait commis une erreur en concluant, dans son rapport,
que l’université avait effectué des recherches raisonnables pour retracer les courriels qui auraient été supprimés. Il
affirmait également que le rapport comportait des lacunes suffisamment graves pour ne pas être considéré comme un
rapport qui satisfaisait aux obligations que la Loi imposait au Commissaire en matière de présentation de rapports.
Le juge de première instance a rejeté la requête par laquelle le demandeur sollicitait un bref de mandamus et, à titre
subsidiaire, un bref de la nature d’un certiorari. La Cour d’appel a rejeté l’appel du demandeur au motif qu’il aurait dû
suivre la procédure d’appel prévue à l’art. 60 de la Loi au lieu d’introduire une demande de contrôle judiciaire.
1er mars 2011
Section de première instance de la Cour suprême de
Terre-Neuve-et-Labrador
(le juge Fry)
Demande de contrôle judiciaire du demandeur rejetée.
28 février 2012
Cour
d’appel
de
la
Cour
Terre-Neuve-et-Labrador
(les juges Rowe, Mercer et Harrington)
Appel du demandeur rejeté.
suprême
de
Demande d’autorisation d’appel.
24 avril 2012
Cour suprême du Canada
34792
1183882 Alberta Ltd. operating as Sok's Contracting v. Valin Industrial Mill Installations
Ltd. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1103-0242-AC, 2012 ABCA 62, dated March 2, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 11030242-AC, 2012 ABCA 62, daté du 2 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Commercial law – Commercial Lease – Option to purchase - Bankruptcy and Insolvency – Interpretation of a
commercial agreement, having regard to the anti-deprivation law – Whether the statutory anti-deprivation principle is
good law in Canada – Proper interpretation of a demand and notice of default where the party making the demand,
- 1377 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
demands an impossibility – Bankruptcy and Insolvency Act RSC 1985, c. B-3, s. 65 – Whether there are issues of
public importance raised.
The parties entered into a lease. The lease contained an option to purchase. The applicant tried to exercise the option
to purchase, but the respondent took the position that the applicant was in default and was not entitled to exercise the
option. The defaults that were relied on were the failure to repay last month’s rent due under the lease extension and
the fact that the applicant filed a Notice of Intention to Make a Proposal (NOI) under the provisions of the Bankruptcy
and Insolvency Act, RSC 1985, c. B-3. The trial judge held that the applicant was not entitled to exercise the option
due to its breach for late payment of rent. In the alternative, the trial judge held that the applicant was also in breach
of the clause concerning an application for relief under the provisions of any statute concerning bankrupt or insolvent
debtors and that that clause was not contrary to public policy. The trial judge also held that the applicant was not
entitled to relief from forfeiture. A majority of the Court of Appeal dismissed the appeal.
July 7, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Topolniski J.)
2011 ABQB 440
Applicant’s application dismissed; respondent’s
cross-application allowed
March 2, 2012
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Berger and Slatter JJ.A, McDonald J.A. (dissenting))
2012 ABCA 62
Applicant’s appeal dismissed
April 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit commercial – Bail commercial – Option d’achat – Faillite et insolvabilité – Interprétation d’un contrat
commercial en ce qui a trait au principe de non-appauvrissement – Le principe légal du non-appauvrissement est-il
fondé en droit canadien? – Interprétation qu’il convient de donner à une demande formelle et mise en demeure
lorsqu’il y a impossibilité de se conformer à la mesure exigée aux termes de celle-ci – Loi sur la faillite et
l'insolvabilité, L.R.C. 1985, ch. B-3, art. 65 – Des questions d’importance pour le public sont-elles soulevées en
l’espèce?
Les parties ont conclu un bail. Le bail contenait une option d’achat. La demanderesse a tenté d’exercer l’option
d’achat, mais l’intimée était d’avis qu’elle avait manqué à ses obligations, soit qu’elle avait omis de payer le dernier
mois de loyer suivant le bail prorogé et qu’elle avait déposé un avis d’intention de faire une proposition sous le régime
de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité, L.R.C. 1985, ch. B-3. Le juge de première instance a conclu que la
demanderesse n’avait pas le droit d’exercer l’option d’achat en raison du retard à payer le loyer. Subsidiairement, le
juge de première instance a conclu que la demanderesse avait également manqué à la clause visant les demandes de
réparation déposées en vertu de toute loi applicable aux débiteurs en faillite ou insolvables et que cette clause n’était
pas contraire à l’intérêt public. Le juge de première instance a en outre conclu qu’il n’y avait pas lieu de lever la
déchéance dans le cas de la demanderesse. La Cour d’appel, à la majorité, a rejeté l’appel.
- 1378 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 juillet 2011
Cour du banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Topolniski)
2011 ABQB 440
Demande de la demanderesse rejetée; demande
reconventionnelle de l’intimée accueillie
2 mars 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Berger et Slatter et juge McDonald (opinion
dissidente))
2012 ABCA 62
Appel de la demanderesse rejeté
25 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation déposée
34803
Mickey Weig, a.k.a. Matwei Weig, a.k.a. Matvey Weig v. M.B. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52965,
2012 ONCA 135, dated March 2, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52965, 2012 ONCA
135, daté du 2 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICATION BAN IN CASE) (PUBLICATION BAN ON PARTY)
Torts — General Damages — Role of prior and intervening events on assessments of non-pecuniary damages —
Whether trier of fact must consider all prior and intervening conditions regardless of what causation test is applied —
Whether non-pecuniary damage awards should be consistent with established norms — Whether a cap on general
damages applies to damages for sexual assault.
M.B. worked at Deluxe Windows. Weig was her direct supervisor. Weig sexually assault M.B. four times in 2004
and M.B. suffered from post-traumatic stress disorder and major depressive disorder. She commenced a civil action
for damages. Weig conceded liability and accepted that M.B.’s psychological condition was due in part to the sexual
assaults. He argued, however, that M.B. suffered three other prior traumatic incidents and one other concurrent
traumatic incident that materially contributed to her psychological condition and that partially mitigated his
responsibility for her injuries.
May 6, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Wilson J.)
Jury awards respondent $300,000 in general damages,
$25,000 in aggravated damages, $45,000 for future
health care costs for sexual assaults
- 1379 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 2, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Juriansz, Rouleau, Watt JJ.A.)
2012 ONCA 135; C52965
Appeal dismissed
April 30, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS UNE PARTIE)
Responsabilité délictuelle — Dommages-intérêts généraux — Influence des faits antérieurs et des faits subséquents
sur l’évaluation de dommages-intérêts non pécuniaires — L’arbitre des faits doit-il tenir compte de l’ensemble des
faits antérieurs et subséquents, indépendamment du critère de causalité qui est appliqué? — Les montants accordés à
titre de dommages-intérêts non pécuniaires devraient-ils être conformes à des normes établies? — Existe-t-il un
montant maximal dans le cas des dommages-intérêts généraux pour agression sexuelle?
M.B. travaillait pour Deluxe Windows. Weig était son supérieur immédiat. Weig l’a agressée sexuellement à quatre
reprises en 2004 et M.B. a souffert d’un trouble de stress post-traumatique ainsi que d’un trouble dépressif majeur.
Elle a introduit une action civile en dommages-intérêts. Weig a admis sa responsabilité et a accepté que l’état
psychologique de M.B. était en partie attribuable aux agressions sexuelles dont elle avait été victime. Il a toutefois
soutenu que M.B. avait déjà subi trois incidents traumatiques ainsi qu’un autre incident traumatique à la même époque
que les agressions sexuelles, ce qui avait contribué de façon sensible à l’état psychologique de M.B. et atténuait en
partie la responsabilité de Weig en ce qui concernait le préjudice subi par M.B.
6 mai 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(la juge Wilson)
Un jury a octroyé à l’intimée 300 000 $ en
dommages-intérêts
généraux,
25 000 $
en
dommages-intérêts majorés et 45 000 $ pour les frais
de santé à débourser plus tard pour traiter les
agressions sexuelles
2 mars 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(les juges Juriansz, Rouleau et Watt)
2012 ONCA 135; C52965
Appel rejeté
30 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel
34804
George Ghanotakis c. Imprimerie Régionale ARL Ltée et René Laporte (Qc) (Civile)
(Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
- 1380 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09020874-103, 2012 QCCA 420, daté du 2 mars 2012, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-020874-103, 2012 QCCA 420, dated March 2, 2012, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Bankruptcy law — Revendication of property — Creditor — Whether Court of Appeal erred in not considering
respondent’s liability as custodian of property — Whether Court of Appeal erred in inferring that value of property
was likely nil and concluding that [ TRANSLATION] ―with today’s computer games, there is no doubt that these old
games are no longer worth anything‖ — Whether Quebec Court of Appeal erred in excluding liability of custodian for
wasting property without informing trustee or obtaining trustee’s permission in this regard — Whether Court of
Appeal erred in dismissing appeal even though appellant had shown that he was justified in revendicating debtor’s
property pursuant to s. 38 of Bankruptcy and Insolvency Act.
In 2002, on application by Découpage M.P.S. Inc., a receiving order was made against Learned Enterprises
International Inc., a company run by the applicant Mr. Ghanotakis. Pierre Roy et Associés became the trustee in
bankruptcy. The applicant alleged that he had been swindled by a partner in a business venture involving the design,
manufacturing and marketing of various cultural products, including the game books Logix and Architek that he was
claiming. On November 29, 2005, Mr. Ghanotakis brought a motion seeking authorization to take a proceeding for
the benefit of the bankrupt’s estate. On January 20, 2006, he made a motion in revendication of property, which he
amended on March 29, 2006, re-amended on February 23, 2009 and further re-amended on May 13, 2009. The
motion was ultimately dismissed.
July 14, 2010
Quebec Superior Court
(Beaugé J.)
2010 QCCS 3239
Motion in revendication of property dismissed
March 2, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler, Pelletier and Vézina JJ.A.)
2012 QCCA 420
Appeal dismissed
May 1, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la faillite — Revendication de biens — Créancier — La Cour d’appel a-t-elle erré en ne considérant pas la
responsabilité de l’intimé comme gardien des biens? — La Cour d’appel a-t-elle erré en inférant que « la valeur des
biens est vraisemblablement nulle » concluant qu’ « avec les jeux informatiques d’aujourd’hui il est certain que ces
jeux anciens n’ont plus de valeur »? — La Cour d’appel du Québec a-t-elle erré en écartant la responsabilité du
gardien pour la dilapidation des biens sans que le gardien en informe le syndic ou obtienne sa permission à cet égard?
— La Cour d’appel a-t-elle erré en rejetant l’appel alors que l’appelant avait réussi à démontrer qu’il était bien fondé
de revendiquer les biens de la débitrice en vertu de l’article 38 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité?
- 1381 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
En 2002, à la suite d’une requête de la société Découpage M.P.S. Inc., une ordonnance de séquestre est rendue contre
Entreprises Internationales Learned Inc., compagnie administrée par le demandeur, M. Ghanotakis. La firme Pierre
Roy et Associés devient syndic à cette faillite. Le demandeur, M. Ghanotakis, allègue s’être fait flouer par un associé
dans une aventure commerciale de conception, de fabrication et de mise en marché de divers produits culturels dont
les livres-jeux Logix et Architek qu’il revendique. Le 29 novembre 2005, M. Ghanotakis présente une requête pour
autorisation d’intenter des procédures au bénéfice de l’actif de la faillie. Le 20 janvier 2006, M. Ghanotakis institue
une requête en revendication de biens, requête qu’il amendera le 29 mars 2006, réamendera le 23 février 2009, puis
réamendera de nouveau le 13 mai 2009. La requête sera éventuellement rejetée.
Le 14 juillet 2010
Cour supérieure du Québec
(La juge Beaugé)
2010 QCCS 3239
Requête en revendication des biens rejetée.
Le 2 mars 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Duval Hesler, Pelletier et Vézina)
2012 QCCA 420
Appel rejeté.
Le 1er mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
34805
Valerie Guillaume v. Mintz & Partners Limited Court Appointed Receiver and Manager of
Moshav Naom Non-Profit Co-Operative Housing Corporation and Not in It's Personal
Capacity (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The respondent’s motion for substituted service is granted. The application for leave to appeal from the
judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers M41135, M41151 and M41204, (C55031), 2012 ONCA 238,
dated April 4, 2012, is dismissed with costs.
La requête de l’intimée pour utiliser un mode de signification différent est accueillie. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros M41135, M41151 et M41204, (C55031),
2012 ONCA 238, daté du 4 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Appeals — Jurisdiction of Court of Appeal — Whether Court of Appeal erred in finding legislation
providing proper route for appeal is to Divisional Court and not to Court of Appeal — Cooperative Corporations Act,
R.S.O. 1990, c. C35, s. 171.16(1).
A non-profit cooperative housing corporation in Toronto obtained an eviction order against the applicant, Valerie
Guillaume, under the Cooperative Corporations Act, , R.S.O. 1990, c. C35, in the Ontario Superior Court of Justice.
Ms. Guillaume brought a motion for a stay of the eviction order pending the bringing of her appeal of that order in the
Ontario Court of Appeal.
A single judge of the Court of Appeal granted a stay of execution for 30 days to allow the applicant to properly bring
her appeal in the Divisional Court, finding that was the proper route to pursue an appeal of an order under the Act. A
- 1382 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
panel of 3 judges of the Court of Appeal granted the respondent’s motion to quash the appeal, and dismissed the
applicant’s motions to vary the order of the single judge and to quash or adjourn the respondent’s motion to quash the
appeal.
January 20, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Perell J.)
Respondent’s application for writ of possession and
eviction, granted.
March 5, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty J.A.)
Applicant’s motion for stay of eviction order pending
appeal, granted for 30 days.
April 4, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Lang, Epstein and Hoy JJ.A.)
Respondent’s motion to quash applicant’s appeal,
granted; applicant’s motions to vary order of Doherty
J.A. and to quash or adjourn respondent’s motion,
dismissed.
May 3, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion for stay,
filed.
May 15, 2012
Supreme Court of Canada
(Fish J.)
Applicant’s motion for stay, dismissed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Appels — Compétence de la Cour d’appel — La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en
concluant que, suivant la loi, le tribunal compétent pour statuer sur l’appel était la Cour divisionnaire et non la Cour
d’appel? — Loi sur les sociétés coopératives, L.R.O. 1990, ch. C35, par. 171.16(1).
Une coopérative d’habitation à but non lucratif de Toronto a obtenu une ordonnance d’éviction contre la
demanderesse, Valerie Guillaume, en vertu de la Loi sur les sociétés coopératives, L.R.O. 1990, ch. C35, devant la
Cour supérieure de l’Ontario. Mme Guillaume a présenté une requête en sursis à l’exécution de l’ordonnance d’éviction
jusqu’à ce qu’elle ait interjeté appel de cette ordonnance devant la Cour d’appel de l’Ontario.
Un juge de la Cour d’appel a accordé à Mme Guillaume un sursis de 30 jours à l’exécution de l’ordonnance pour lui
permettre de saisir régulièrement la Cour divisionnaire de son appel, estimant que c’était la juridiction compétente
pour statuer sur l’appel d’une ordonnance interjetée en vertu de la Loi. Une formation de trois juges de la Cour d’appel
a fait droit à la requête présentée par l’intimée en vue de faire rejeter l’appel et a rejeté la requête présentée par la
demanderesse en vue de faire modifier l’ordonnance du juge et d’annuler ou d’ajourner la requête présentée par
l’intimée en vue de faire annuler l’appel.
20 janvier 2012
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(le juge Perell)
La demande de bref de mise en possession et d’éviction
présentée par la défenderesse est accueillie.
- 1383 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
5 mars 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(le juge Doherty)
La requête présentée par la demanderesse en vue
d’obtenir un sursis à l’exécution de l’ordonnance
d’éviction jusqu’à ce qu’un appel soit interjeté est
accueillie pour 30 jours.
4 avril 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(les juges Lang, Epstein et Hoy)
La requête présentée par la défenderesse en vue de faire
annuler l’appel de la demanderesse est accueillie; la
requête présentée par la demanderesse en vue de faire
modifier l’ordonnance du juge Doherty et de faire
annuler ou ajourner la requête de la défenderesse est
rejetée.
3 mai 2012
Cour suprême du Canada
Une demande d’autorisation d’appel et une requête en
sursis sont déposées.
15 mai 2012
Cour suprême du Canada
(le juge Fish)
La requête en sursis présentée par la demanderesse est
rejetée.
34807
Yeong Oh v. Trevor Robinson (Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
CACV2125, 2012 SKCA 27, dated March 8, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro CACV2125,
2012 SKCA 27, daté du 8 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Wills and estates – Wills – Holograph will and codicil – Whether holograph will and unsigned holograph codicil valid
– Whether will should be read as negating specific bequest, leaving nothing to deceased’s long-time girlfriend – The
Wills Act, 1996, S.S. 1996, c. W-14.1, ss. 11(3), 37.
John Bellamy, deceased, met the applicant, Yeong Oh, in 1981 in Saskatoon. She moved to British Columbia in the
late 1980s but they maintained their relationship throughout the years. They often visited in Saskatoon or Burnaby
and, at least once, travelled together to the Caribbean. John Bellamy died in Saskatoon on July 18, 2002. Mr.
Bellamy's holograph will was found on four pages at the back of one of his journals. The pages begin with the words
―This is the last will & testament of I John George Bellamy‖. The document sets out a specific bequest to Ms. Oh,
including a particular building. It also states that ―Category of the not a plugged nickle [sic] means get nothing. . .‖.
The third page is signed by Mr. Bellamy. There follows a blank page in the journal and then a page with the following
written at the top: ―As of July 10 Yeong Oh is on the not a plugged nickel [sic] category.‖ That (codicil) page is
unsigned. The executor, Trevor Robinson, applied to the Saskatchewan Court of Queen's Bench for the purpose of
determining which, if any, parts of the writings found in the 2000 journal should go to probate.
The Saskatchewan Court of Queen’s Bench granted the application to prove the will in solemn form, finding the
codicil was valid as it formed part of the testamentary intent of the deceased; the codicil therefore negated the specific
bequest to Ms. Oh found in the body of the will. The Court of Appeal dismissed the applicant’s appeal.
- 1384 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 18, 2011
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(Acton J.)
Respondent’s application to prove will in solemn form
(probate), granted; the will should be read as leaving
nothing to the applicant.
March 8, 2012
Court of Appeal for Saskatchewan
(Jackson, Richards and Ottenbreit JJ.A.)
Applicant’s appeal, dismissed.
May 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Successions – Testaments – Testament olographe et codicille – Le testament olographe et le codicille olographe non
signé sont-ils valides? – Faut-il interpréter le testament comme s’il est dépourvu de legs spécifique et ne prévoit pour
la petite amie de longue date du défunt aucune part de la succession? – The Wills Act, 1996, S.S. 1996, ch. W-14.1,
art. 11(3), 37.
John Bellamy, le défunt, a rencontré la demanderesse, Yeong Oh, en 1981 à Saskatoon. Cette dernière a déménagé en
Colombie-Britannique à la fin des années 1980, mais leur relation s’est poursuivie. Ils se voyaient souvent à
Saskatoon ou à Burnaby et ils sont allés au moins une fois ensemble dans les Caraïbes. John Bellamy est mort à
Saskatoon le 18 juillet 2002. Le testament olographe de M. Bellamy était rédigé sur quatre pages au dos de l’un de ses
journaux personnels. Sur la première ligne figure la mention « Ceci est le dernier testament du soussigné, John
George Bellamy ». Le document prévoit un legs spécifique en faveur de M me Oh, notamment un certain immeuble. Il
prévoit également que la « Catégorie pas un sou veut dire ne reçoit rien ». La troisième page est signée par
M. Bellamy. Suit une page blanche dans le journal et ensuite une page au haut de laquelle figure ce qui suit : « En date
du 10 juillet Yeong Oh fait partie de la catégorie pas un sou ». Cette page (le codicille) n’est pas signée. L’exécuteur
testamentaire, Trevor Robinson, a demandé à la Cour du banc de la Reine de la Saskatchewan de déterminer quelles
parties, s’il en est, des documents trouvés dans le journal de 2000 devraient être homologuées.
La Cour du banc de la Reine de la Saskatchewan a accueilli la demande d’homologation, concluant que le codicille
était valide étant donné qu’il exprimait la volonté du testateur; le codicille avait donc pour effet de priver M me Oh du
legs spécifique se trouvant dans le corps du testament. La Cour d’appel a rejeté l’appel de la demanderesse.
18 mai 2011
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan (Juge
Acton)
Demande d’homologation du testament présentée par
l’intimé accueillie; le testament ne prévoit aucune part
de la succession pour la demanderesse.
8 mars 2012
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juges Jackson, Richards et Ottenbreit)
Appel de la demanderesse rejeté.
7 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
- 1385 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34808
Real Life Homes & Investments Ltd. and Viki Sabourin v. Wert Homes and Investments Ltd.
and Grant L. Wert (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1103-0296-AC, 2012 ABCA 71, dated March 8, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 11030296-AC, 2012 ABCA 71, daté du 8 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Whether justice of the Alberta Court of Appeal should have allowed an appeal of his decision
dismissing an application for an extension of time to appeal.
The applicant, Ms. Sabourin, was one of two plaintiffs in an action against the respondents before the Alberta Court of
Queen’s Bench. Subject to certain provisions for the winding-up of the partnership between Ms. Sabourin and the
respondent, Mr. Wert, the claim was dismissed.
In accordance with the Alberta rules of court, the appeal of the judgment should have been commenced within 20 days
following service of the formal judgment. Forty-one days after the expiry of that period, Ms. Sabourin sought an
extension of time. Côté J.A. dismissed Ms. Sabourin’s application for an extension of time. Ms. Sabourin then sought
leave to appeal Côté J.A.’s jugement to a panel of three judges. The Alberta rules of court provide that no judgment
made by one justice of the court can be appealed unless that justice grants leave to do so. Côté J.A. dismissed
Ms. Sabourin’s application.
July 8, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Sulyma J.)
Action dismissed
January 6, 2012
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté J.A.)
2012 ABCA 3
Application for an extension of time to appeal
dismissed
March 8, 2012
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté J.A.)
2012 ABCA 71; 1103-0296-AC
Application for leave to appeal dismissed
May 3, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Le juge de la Cour d’appel de l’Alberta aurait-il dû accueillir l’appel interjeté de sa propre
- 1386 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
décision par laquelle il avait rejeté la requête en prorogation du délai imparti pour interjeter appel?
La demanderesse, Mme Sabourin, était l’une des deux demanderesses dans une action introduite contre les défendeurs
devant la Cour du Banc de la Reine de l’Alberta. Sous réserve de certaines dispositions concernant la liquidation de la
société en nom collectif existant entre Mme Sabourin et l’intimé, M. Wert, la demande a été rejetée.
Conformément aux Règles de procédure de l’Alberta, l’appel du jugement aurait dû être interjeté dans les 20 jours
suivant la signification du jugement formel. Quarante et un jours après l’expiration de ce délai, Mme Sabourin a
demandé une prorogation de délai. Le juge Côté a rejeté la demande de prorogation du délai de M me Sabourin.
Mme Sabourin a ensuite demandé l’autorisation d’interjeter appel du jugement du juge Côté devant une formation
collégiale de trois juges. Les Règles de procédure de l’Alberta prévoient qu’aucun jugement ne peut être interjeté du
jugement rendu par un des juges de la cour si le juge en question n’autorise pas l’appel. Le juge Côté a rejeté la
demande de Mme Sabourin.
8 juillet 2011
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(la juge Sulyma)
Action rejetée
6 janvier 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(le juge Côté)
2012 ABCA 3
Requête en prorogation du délai imparti pour interjeter
appel rejetée
8 mars 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(le juge Côté)
2012 ABCA 71; 1103-0296-AC
Demande d’autorisation d’appel rejetée
3 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel
34812
Michael Lee Barker v. Budget Rent-A-Car of Edmonton Ltd. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1103-0117-AC, 2012 ABCA 76, dated March 9, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 11030117-AC, 2012 ABCA 76, daté du 9 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Pleadings – Amendments – Summary judgment – What should the proper test be for determining
when there is sufficient evidence to support amendments to pleadings? – In motions for summary judgment, can
judges make factual inferences from pleadings to find that it is ―plain and obvious‖ that an action will not succeed?
- 1387 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The respondent, Budget Rent-A-Car (―Budget‖), rented a truck to the applicant’s employer, and the rental agreement
identified the applicant, Mr. Barker, and another man, as additional drivers. In the course of their employment, an
accident occurred. The other man had been operating the vehicle, and Mr. Barker, who suffered multiple injuries as a
result, had been a passenger. Mr. Barker was granted Workers’ Compensation Board (―WCB‖) benefits. The WCB
commenced a subrogated claim against Budget for the recovery of the benefits paid out. Budget was an employer
under Alberta’s workers’ compensation legislation and paid premiums. Initially, the WCB made no allegations of
negligence against the driver, but alleged negligence against Budget. Subsequently, the WCB applied to amend its
statement of claim to retract allegations of negligence against Budget, and to include allegations of negligence against
the driver and allegations that Budget was vicariously liable for the driver’s negligence. Budget filed an application for
summary judgment to dismiss the action on the basis that there was no merit to the claim. The chambers judge allowed
the application to amend and dismissed the application for summary judgment. The Court of Appeal allowed the
appeal.
March 7, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Lee J.)
2011 ABQB 126; 2011 ABQB 127
Amendments to pleadings in statement of claim
allowed; respondent’s application for summary
judgment dismissed
March 9, 2012
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Berger, Costigan and McDonald JJ.A.)
2012 ABCA 76
Appeal allowed; application for summary judgment
granted
May 8, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Acte de procédure — Modifications — Jugement sommaire — Quel devrait être le critère
approprié pour déterminer s’il y a suffisamment d’éléments de preuve pour justifier des modifications à un acte de
procédure? — Dans le cadre de requêtes en jugement sommaire, les juges peuvent-ils tirer des inférences factuelles
d’actes de procédure pour conclure qu’il est « évident et manifeste » que l’action ne peut être accueillie?
L’intimée, Budget Rent-A-Car (« Budget »), a loué un camion à l’employeur du demandeur. Le contrat de location
désignait le demandeur, M. Barker, et un autre homme comme conducteurs additionnels. Dans le cadre de leur
emploi, un accident est survenu. Au moment de l’accident, l’autre homme conduisait le véhicule, et M. Barker, qui a
subi plusieurs blessures à la suite de l’accident, était passager. M. Barker a obtenu des prestations de la Workers’
Compensation Board (« WCB »). La WCB a intenté une action par subrogation contre Budget pour recouvrer les
prestations payées. Budget était un employeur aux termes de la loi albertaine sur les accidents du travail et payait des
cotisations. Au départ, la WCB n’a formulé aucune allégation de négligence contre le conducteur, mais a allégué que
Budget avait été négligente. Par la suite, la WCB a présenté une requête en vue de modifier sa déclaration de manière
à retirer les allégations de négligence contre Budget et inclure des allégations de négligence contre le conducteur et
des allégations selon lesquelles Budget était responsable du fait de la négligence du conducteur. Budget a déposé une
requête en jugement sommaire visant à faire rejeter l’action au motif que celle-ci n’avait aucun fondement. Le juge en
chambre a accueilli la requête en modification et a rejeté la requête en jugement sommaire. La Cour d’appel a
accueilli l’appel.
- 1388 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 mars 2011
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Lee)
2011 ABQB 126; 2011 ABQB 127
Modifications à la déclaration permises; requête en
jugement sommaire rejetée
9 mars 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Berger, Costigan et McDonald)
2012 ABCA 76
Appel accueilli; requête en jugement sommaire
accueillie
8 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
34814
L.K.D. v. J.B., K.M.C. and Director under the Child Youth and Family Enhancement Act
(Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number 1101-0298AC, 2012 ABCA 72, dated March 5, 2012, is dismissed with costs to the respondent Director under the Child Youth
and Family Enhancement Act.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 11010298-AC, 2012 ABCA 72, daté du 5 mars 2012, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé Director under the
Child Youth and Family Enhancement Act.
CASE SUMMARY
(PUBLICATION BAN IN CASE) (PUBLICATION BAN ON PARTY) (COURT FILE CONTAINS INFORMATION THAT IS NOT
AVAILABLE FOR INSPECTION BY THE PUBLIC)
Charter of Rights – Security of the person – Status of persons – Child protection – Judgments and orders –
Interlocutory orders – Case management judge refusing to grant motion to sever certain issues from main appeal and
ordering that the Director be appointed as a party to the appeal – Whether Court of Appeal exceeded its jurisdiction in
allowing the Director to be party in appeal brought pursuant to the Alberta Family Law Act, while the Director has no
legal standing – Whether the Court of Appeal erred in holding that the Director’s withdrawn application could be
revived – Whether the Court of Appeal decision results in violation of Applicant’s right to security of the person
guaranteed by s. 7 of the Charter
The Applicant, L.K.D., is the mother of a child who was apprehended by the Director under the Child, Youth and
Family Enhancement Act, R.S.A. 2000, c. C-12 (―CYFEA‖) in January of 2009, when she was 16 months old. The
Respondents, J. B. and his mother, K.M.C. applied for private guardianship and custody of the child under the Family
Law Act, S.A. 2003, c. F-4.5. The Director placed the child with J.B. and K.M.C. in March, 2009 and she has resided
with them since that time. In October 2009, the mother consented to an order of interim guardianship in favour of J.B.
The Director filed an application for permanent guardianship under the CYFEA and this application was adjourned to
be heard at the same time as the applications for private guardianship filed by J.B. and K.M.C. The trial judge awarded
- 1389 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
the Respondents private guardianship of the child and the Director was permitted to withdraw his application for
permanent guardianship. L.K.D. filed an appeal. A case management judge was appointed who made two disputed
rulings.
November 15, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Jerke J.)
Unreported
Order appointing Director as a responding party in the
appeal; Applicant’s motion to have issues severed
dismissed
March 5, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Picard, Slatter and O'Ferrall JJ.A.)
Applicant’s appeal dismissed
May 9, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion for
extension of time in which to serve and file application
for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE) (LE
DOSSIER DE LA COUR RENFERME DES DONNÉES QUE LE PUBLIC N’EST PAS AUTORISÉ À CONSULTER)
Charte des droits – Sécurité de la personne – Droit des personnes – Protection de l’enfant – Jugements et ordonnances
– Ordonnances interlocutoires – Juge chargé de la gestion de l’instance ayant refusé d’accueillir la requête visant à
dissocier certaines questions de l’appel principal et ordonnant que le directeur soit désigné comme partie à l’appel –
La Cour d’appel a-t-elle outrepassé sa compétence en permettant que le directeur soit désigné comme partie à l’appel
interjeté sous le régime de la Family Law Act, alors qu’il n’avait pas l’intérêt requis? – La Cour d’appel a-t-elle
commis une erreur en concluant que la demande du directeur qui avait été retirée pouvait être rétablie? – La décision
de la Cour d’appel porte-t-elle atteinte au droit à la sécurité de la personne prévu à l’art. 7 de la Charte?
La demanderesse, L.K.D., est la mère d’une enfant qui a été appréhendée par le directeur sous le régime de la Child,
Youth and Family Enhancement Act, R.S.A. 2000, ch. C-12 (la « CYFE ») en janvier 2009, lorsqu’elle avait 16 mois.
Les intimés, J.B. et sa mère, K.M.C., ont présenté une demande de tutelle ou de garde privée sous le régime de la
Family Law Act, S.A. 2003, ch. F-4.5. Le directeur a confié l’enfant à J.B. et K.M.C. en mars 2009 et depuis ce temps
elle habite avec eux. En octobre 2009, la mère a consenti au prononcé d’une ordonnance de tutelle provisoire en faveur
de J.B. Le directeur a déposé une demande de tutelle permanente en vertu de la CYFEA, qui a été ajournée en vue
d’être entendue en même temps que la demande de tutelle privée présentée par J.B. et K.M.C. Le juge de première
instance a accueilli la demande de tutelle privée et il a autorisé le directeur à retirer sa demande de tutelle. L.K.D. a
interjeté appel. Le juge chargé de la gestion de l’instance a rendu les deux ordonnances en litige.
15 novembre 2011
Cour du banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Jerke)
Non publiée
Ordonnance désignant le directeur comme intimé dans
l’appel; requête visant la dissociation de certaines
questions présentée par la demanderesse rejetée.
5 mars 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Picard, Slatter et O’Ferrall)
Appel de la demanderesse rejeté.
- 1390 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel et requête en
prorogation du délai de dépôt et signification de la
demande d’autorisation d’appel déposées.
9 mai 2012
Cour suprême du Canada
34815
Jonathan David Holland, by his custodial parent and guardian ad litem, Zsuzsanna Holland,
and the said Zsuzsanna Holland v. Linda Maureen Marshall, Cariboo Memorial Hospital and
Health Centre-Interior Health Authority, College of Physicians and Surgeons of British
Columbia, Glenn A. Fedor, Roger A.G. Hicks, Suzanne Judy Bannerman, Paul R. Sobkin,
Noel J. Donnelly and Albert S. Kelly AND BETWEEN Jonathon David Holland (aka
Jonathan David Holland), by his custodial parent and litigation guardian Zsusanna Holland,
and the said Zsuzsanna Holland v. Linda Maureen Marshall, Cariboo Memorial Hospital and
Health Centre and Interior Health Authority, Michael Joschko, Glenn A. Fedor, Yorston
Clinic, Paul R. Sobkin Noel J. Donnelly, Albert S. Kelly, Suzanne Judy Bannerman, A.G.
Hicks, David V. Kason, Howard J. Pendleton, Peter Beresford, Donna Monnita, Carla L.
Forth and Karen F. Douglas (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA036649, 2011 BCCA 504, dated December 2, 2011, is dismissed with costs to the respondents physicians (as
named in the Penticton Action 26039).
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA036649, 2011 BCCA 504, daté du 2 décembre 2011, est rejetée avec dépens en faveur des médecins
intimés (ceux nommés dans l’action Penticton 26039).
CASE SUMMARY
Civil Procedure – Costs – Appeals – Leave to appeal – Vexatious litigants – Whether courts below erred in awarding
costs and denying leave to appeal
A party declared to be a vexatious litigant in the courts below challenges awards of costs and the dismissal of numerous
applications for leave to appeal and motions to vary.
The courts below dismissed all appeals, applications to vary, applications to review, and applications for leave to
appeal. The B.C. Court of Appeal prohibited the applicants from filing any document in respect of these actions unless
represented by a member of the B.C. Law Society.
June 28, 2011
Court of Appeal for British Columbia
(Bennett J.A.)
Applicant’s application to review Registrar’s taxation
and application for leave to appeal, dismissed.
August 19, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Beames J.)
Applicant’s application to review and/or to appeal
orders of a Master sitting as Registrar taxing costs,
dismissed.
- 1391 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 2, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Finch C.J.B.C., Donald and Low JJ.A.)
Applicant’s applications to vary and for leave to appeal,
dismissed.
January 31, 2012 / April 2, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal / Application for
extension of time, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Dépens – Appels – Autorisation d’appel – Plaideurs vexatoires – Les tribunaux inférieurs ont-ils
commis une erreur en adjugeant les dépens et en rejetant l’autorisation d’appel?
Une partie déclarée plaideur vexatoire par les tribunaux inférieurs conteste l’adjudication des dépens et le rejet de
nombreuses demandes d’autorisation d’appel et requêtes en modification.
Les tribunaux inférieurs ont rejeté tous les appels et toutes les demandes de modification, de révision et d’autorisation
d’appel. La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a interdit aux demandeurs de déposer des documents
concernant ces dossiers à moins qu’ils ne soient représentés par un membre du Barreau de la Colombie-Britannique.
28 juin 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(La juge Bennett)
Demande du demandeur de révision de la taxation des
dépens par le greffier et demande d’autorisation
d’appel, rejetées.
19 août 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(La juge Beames)
Demande du demandeur de révision ou d’autorisation
d’appel des ordonnances rendues par un
conseiller-maître siégeant comme registraire en vue de
la taxation des dépens, rejetée.
2 décembre 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Le juge en chef Finch et les juges Donald et Low)
Demandes du demandeur de
d’autorisation d’appel, rejetées.
31 janvier 2012 / 2 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel / Demande de
prorogation de délai, déposées.
modification
et
34816
Castonguay Blasting Ltd. v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of Ontario as
represented by the Minister of the Environment (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
- 1392 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53611,
2012 ONCA 165, dated March 16, 2012, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53611, 2012 ONCA
165, daté du 16 mars 2012, est accueillie avec dépens selon l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Environmental law — Offences — Discharge of a contaminant causing adverse effect to natural environment — Duty
to notify Minister of the Environment — Whether s. 15 of the Environmental Protection Act, R.S.O. 1990, c. E-19,
requires notification to the Minister of the Environment when the discharge of a contaminant has caused only minimal
or trivial impairment of the natural environment.
The applicant, Castonguay Blasting Ltd., was working as a subcontractor for a construction project commissioned by
the Ministry of Transportation of Ontario for the widening of a provincial highway, when one of its blasting operations
went awry and rock fragments known as ―fly-rock‖ were released into the air by an explosion. The fly-rock landed on
and damaged a vehicle and a house on nearby private property, but no one was injured. The incident was reported to
the Ministry of Labour and to the Ministry of Transportation, but not to the Ministry of the Environment, which only
learned of it several months later. Castonguay Blasting was thus charged with failing to report the discharge of a
contaminant into the natural environment contrary to s. 15(1) of the Environmental Protection Act. The trial judge
dismissed the charges on the basis that there was no justification for concluding that ss. 14 and 15 of the
Environmental Protection Act should apply in the circumstances and that the equities of the case lent no support to the
justification for the prosecution. The Superior Court allowed the appeal and entered a conviction. The majority of the
Court of Appeal dismissed the appeal.
June 21, 2010
Ontario Court of Justice
(Hunter J.)
Charge against applicant for failing to report the
discharge of a contaminant into the natural
environment contrary to ss. 15(1) and 186(1) of the
Environmental Protection Act, R.S.O. 1990, c. E-19,
dismissed
January 28, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Ray J.)
2011 ONSC 471
Appeal allowed and conviction entered; applicant
fined $25,000
March 16, 2012
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Simmons and Blair [dissenting] JJ.A.)
2012 ONCA 165
Appeal dismissed
May 10, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de l’environnement — Infractions — Rejet d’un contaminant entraînant des conséquences préjudiciables à
l’environnement naturel — Obligation d’aviser le ministre de l’Environnement — L’art. 15 de la Loi sur la protection
- 1393 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
de l’environnement, L.R.O. 1990, ch. E-19, exige-t-il que l’on avise le ministre de l’Environnement lorsque le rejet
d’un contaminant n’a entraîné qu’une dégradation minimale ou négligeable de la qualité de l’environnement naturel?
La demanderesse, Castonguay Blasting Ltd., travaillait comme sous-traitant dans le cadre de travaux de construction
commandés par le ministère des Transports de l’Ontario en vue de l’élargissement d’une route provinciale. Une de ses
opérations de dynamitage a mal tourné lorsque des éclats de roc ont été projetés dans les airs à la suite d’une
explosion. Les éclats de roc sont retombés sur un véhicule et sur une maison situés sur une propriété privée
avoisinante et les ont endommagés mais personne n’a été blessé. L’incident a été signalé au ministère du Travail et au
ministère des Transports mais pas au ministère de l’Environnement, qui n’a été mis au courant de la situation que
plusieurs mois plus tard. Castonguay Blasting a par conséquent été accusée d’avoir négligé de signaler qu’un
contaminant avait été rejeté dans l’environnement naturel, contrairement au par. 15(1) de la Loi sur la protection de
l’environnement. Le juge de première instance a rejeté les accusations au motif que rien ne justifiait de conclure que
les art. 14 et 15 de la Loi sur la protection de l’environnement devaient s’appliquer dans les circonstances, ajoutant
que l’application des principes d’equity eu égard aux circonstances particulières de l’espèce ne justifiait pas une
poursuite. La Cour supérieure a fait droit à l’appel et a inscrit une déclaration de culpabilité. La Cour d’appel a rejeté
l’appel à la majorité.
21 juin 2010
Cour de justice de l’Ontario
(le juge Hunter)
Accusation portée contre la demanderesse pour avoir
négligé de signaler le rejet d’un contaminant dans
l’environnement naturel, contrairement aux par. 15(1)
et 186(1) de la Loi sur la protection de
l’environnement, L.R.O 1990, ch. E-19, rejetée
28 janvier 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(le juge Ray)
2011 ONSC 471
Appel accueilli et déclaration de culpabilité
enregistrée; la demanderesse est condamnée à une
amende de 25 000 $
16 mars 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(les juges MacPherson, Simmons et Blair [dissident])
2012 ONCA 165
Appel rejeté
10 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel
34818
Sameer Mapara and Michael Spidel v. Bill Thompson, Warden of Ferndale Institution (B.C.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038842, 2012 BCCA 127, dated March 12, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA038842, 2012 BCCA 127, daté du 12 mars 2012, est rejetée avec dépens.
- 1394 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Charter of Rights – Right to liberty – Arbitrary detention – Criminal law – Prerogative writs – Habeas corpus –
Inmates’ applications for escorted temporary absences refused by Warden – Inmates petitioning court for, inter alia,
writ of habeas corpus for their unconditional release and for a referral for a hearing for escorted temporary absences –
Whether Court of Appeal erred in finding that unlawful restraint of their residual liberty interests did not engage the
court’s habeas corpus jurisdiction – Whether there is a lack of conformity in the law
Mr. Mapara and Mr. Spidel, both prison inmates, petitioned the court for a writ of habeas corpus for their
unconditional release, referral of their applications for escorted temporary absence for a hearing before the National
Parole Board (―NPB‖) and other declaratory relief. At the time, they were both incarcerated at the Ferndale Institution
serving life sentences for murder. The petitioners had applied for escorted temporary absences from prison but their
requests to have the NPB hear their applications were refused. They were informed that they were required to obtain
psychiatric assessments before their applications would be referred to the NPB. They submitted that they were
wrongfully deprived of their liberty.
January 28, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Bowden J.)
2011 BCSC 106
Applicants’ petition seeking, inter alia, a writ of
habeus corpus and referral for a hearing for escorted
temporary absences dismissed
March 12, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Ryan, Chiasson and Frankel JJ.A.)
2012 BCCA 127
Appeal dismissed
May 9, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Droit à la liberté – Détention arbitraire – Droit criminel – Brefs de prérogative – Habeas corpus –
Demandes de permission de sortir avec escorte des prisonniers refusées par le directeur – Les prisonniers s’adressent
aux tribunaux afin d’obtenir, entre autres, un bref d’habeas corpus portant qu’ils soient libérés sans condition et un
renvoi pour audience de leurs demandes de permission de sortir avec escorte – La Cour d’appel a-t-elle commis une
erreur en concluant que la restriction illicite de leur liberté résiduelle ne relevait pas de sa compétence en matière
d’habeas corpus? – Y a-t-il eu erreur de droit?
MM. Mapara et Spidel, deux détenus, se sont adressés aux tribunaux afin d’obtenir un bref d’habeas corpus portant
qu’ils soient libérés sans condition et un renvoi pour audience devant la Commission nationale des libérations
conditionnelles (la « CNLC ») de leurs demandes de permission de sortir avec escorte, ainsi qu’un autre jugement
déclaratoire. À l’époque, ils étaient tous deux incarcérés à l’établissement Ferndale où ils purgeaient une peine
d’emprisonnement à perpétuité pour meurtre. Les requérants avaient présenté une demande de permission de sortir
avec escorte, mais leur demande d’audience devant la CNLC a été refusée. Ils ont été informés qu’ils devaient obtenir
une évaluation psychiatrique avant que leur demande puisse être renvoyée à la CNLC. Ils prétendent qu’ils ont été
privés illégalement de leur liberté.
- 1395 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 28 janvier 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Le juge Bowden)
2011 BCSC 106
Requête des requérants visant à obtenir, entre autres,
un bref d’habeus corpus et un renvoi pour audience de
leurs demandes de permission de sortir avec escorte,
rejetée.
Le 12 mars 2012
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Les juges Ryan, Chiasson et Frankel)
2012 BCCA 127
Appel rejeté
Le 9 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
34823
Deanna Loychuk and Danielle Westgeest v. Cougar Mountain Adventures Ltd. (B.C.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038870, 2012 BCCA 122, dated March 15, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA038870, 2012 BCCA 122, daté du 15 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Contracts — Consumer contracts of adhesion — Waivers of liability — Unconscionability — Consideration —
Consumer protection legislation — Whether waivers are unconscionable in commercial recreational sports —
Application to commercial recreational sports — Whether consumer protection legislation alters the common law of
unconscionability — Whether the framework for contractual exclusion clauses in Tercon Contractors Ltd. v. British
Columbia (Transportation and Highways), 2010 SCC 4, [2010] 1 S.C.R. 69, applies to consumer contracts —
Whether consumers have to have notice of the waiver when they pay to participate in order for the waiver to be
binding.
While on a zip-line tour, the applicants collided and were badly injured as a result of the negligence of the tour guides.
The applicants commenced an action against Cougar Mountain Adventures Ltd. for damages. Before beginning the
tour, each applicant had signed a waiver of liability. The waiver disclosed risks including: ―collision with . . . other
participants . . .; negligence of . . . guides; and NEGLIGENCE ON THE PART OF THE RELEASEES,
INCLUDING THE FAILURE ON THE PART OF THE RELEASEES TO TAKE REASONABLE STEPS TO
SAFEGUARD OR PROTECT ME FROM THE RISKS, DANGERS AND HAZARDS OF PARTICIPATING
IN ECO ACTIVITIES‖ (emphasis in original). It then asked the participant to agree as follows, ―I FREELY
ACCEPT AND FULLY ASSUME ALL SUCH RISKS, DANGERS AND HAZARDS AND THE POSSIBILITY
OF PERSONAL INJURY, DEATH, PROPERTY DAMAGE AND LOSS RESULTING THEREFROM‖
(emphasis in original). It also specifies that the liability waiver is made in consideration of being allowed to
participate in the zip-line tour.
The trial judge dismissed the action and the Court of Appeal dismissed the appeal.
- 1396 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 17, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Goepel J.)
2011 BCSC 193
Action dismissed
March 15, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Newbury, Frankel, Bennett JJ.A.)
2012 BCCA 122
Appeal dismissed
May 14, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats — Contrats d'adhésion de consommation — Exonérations de responsabilité — Iniquité — Contrepartie —
Lois sur la protection du consommateur — Les exonérations sont-elles iniques lorsqu’il s’agit de sports récréatifs
commerciaux? — Application aux sports récréatifs commerciaux — Les lois sur la protection du consommateur
modifient-elles les règles de common law en matière d’iniquité? — Le cadre relatif aux clauses de non-recours établi
dans l'arrêt Tercon Contractors Ltd. v. Colombie-Britannique (Transports et Voirie), 2010 CSC 4, [2010] 1 R.C.S. 69,
s'applique-t-il aux contrats de consommation? — Les consommateurs doivent-ils avoir été avisés de l'exonération
lorsqu'ils paient pour participer afin que l'exonération leur soit opposable?
Alors qu'elles faisaient un parcours de tyrolienne, les demanderesses sont entrées en collision l'une avec l'autre et ont
été grièvement blessées en raison de la négligence des guides touristiques. Les demanderesses ont intenté une action
en dommages-intérêts contre Cougar Mountain Adventures Ltd. Avant de commencer l'activité, chaque demanderesse
avait signé une exonération de responsabilité. La formule d'exonération faisait état des risques liés à l'activité,
notamment le risque [TRADUCTION] « de collision avec les autres participants [. . .]; la négligence des [. . .] guides; et
la NÉGLIGENCE DE LA PART DES RENONCIATAIRES, NOTAMMENT L'OMISSION DES
RENONCIATAIRES DE PRENDRE DES MESURES RAISONNABLES POUR ME PROTÉGER CONTRE
LES RISQUES, LES DANGERS ET LES ALÉAS DE LA PARTICIPATION À DES ACTIVITÉS ÉCO »
(soulignement dans le texte original). On demandait ensuite aux participants de consentir à ce qui suit : [TRADUCTION]
« J'ACCEPTE LIBREMENT ET J'ASSUME ENTIÈREMENT TOUS CES RISQUES, DANGERS ET ALÉAS
ET LA POSSIBILITÉ DE BLESSURES CORPORELLES, DE DÉCÈS, DE DOMMAGES MATÉRIELS ET
DE PRÉJUDICE QUI EN RÉSULTERAIENT » (soulignement dans le texte original). Il est également précisé que
l'exonération de responsabilité est consentie en contrepartie de l'autorisation de participer au parcours de tyrolienne.
Le juge de première instance a rejeté l'action et la Cour d'appel a rejeté l'appel.
17 février 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Goepel)
2011 BCSC 193
Action rejetée
15 mars 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Newbury, Frankel et Bennett)
2012 BCCA 122
Appel rejeté
- 1397 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34826
Colin McGregor v. Scotia Mortgage Corporation (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53858, 2012 ONCA
158, dated March 12, 2012, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53858, 2012
ONCA 158, daté du 12 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Summary judgment — Motion to strike — Whether the motions judge erred in failing to address
specific questions of law — Whether summary judgment was justified.
The application concerns orders for summary judgment made in the context of a mortgagee pursuing enforcement
proceedings in respect of a Writ of Seizure and Sale issued against defaulting mortgagors, under the Mortgages Act,
R.S.O. 1990, c. M.40.
The Ontario Superior Court of Justice granted the respondent’s motion for summary judgment, ordering possession of
mortgaged lands and premises, and dismissed the applicant’s counterclaim and motions. The Court of Appeal
dismissed the applicant’s appeal.
May 12, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Hourigan J.)
Respondent’s motion for summary judgment and
delivery of possession of mortgaged property, granted;
Respondent’s motion for summary judgment on
counterclaim, granted and counterclaim dismissed;
applicant’s motions to strike statement of claim, to set
aside noting in default, to bring the mortgage back into
good standing and for summary judgment on the
counterclaim, dismissed.
March 12, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Goudge, Sharpe and Blair JJ.A.)
Applicant’s appeal, dismissed.
May 11, 2012
Supreme Court of Canada
Application for extension of time and application for
leave to appeal, filed.
- 1398 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Jugement sommaire — Requête en radiation — Le juge de première instance a-t-il commis une
erreur en n’abordant pas certaines questions de droit précises? — Le jugement sommaire était-il justifié?
La présente demande concerne des jugements sommaires prononcés dans le cadre d’une procédure d’exécution
engagée en vertu de la Loi sur les hypothèques, L.R.O. 1990, ch. M.40, par un créancier hypothécaire en vertu d’un
bref d’exécution décerné contre des débiteurs hypothécaires en défaut.
La Cour supérieure de justice de l’Ontario a fait droit à la requête en jugement sommaire de l’intimée, a ordonné la
mise en possession des immeubles hypothéqués et a rejeté la demande reconventionnelle et les requêtes présentées par
le demandeur. La Cour d’appel a débouté le demandeur de son appel.
12 mai 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(le juge Hourigan)
Requête présentée par l’intimée en vue d’obtenir un
jugement sommaire et la mise en possession de
l’immeuble hypothéqué accueillie; requête présentée
par l’intimé en vue d’obtenir un jugement sommaire
sur la demande reconventionnelle accueillie et
demande
reconventionnelle
rejetée;
requêtes
présentées par le demandeur en vue de faire radier la
déclaration, d’annuler la constatation du défaut, de
faire régulariser le prêt hypothécaire et d’obtenir un
jugement sommaire sur la demande reconventionnelle
rejetées.
12 mars 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(les juges Goudge, Sharpe et Blair)
Appel du demandeur rejeté.
11 mai 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de délai et en demande
d’autorisation d’appel.
34830
Roberto Orellana Gonzalez v. Workers’ Compensation Board (Now WorksafeBC) of British
Columbia and Workers’ Compensation Appeal Tribunal (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039268, 2012 BCCA 97, dated February 29, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA039268, 2012 BCCA 97, daté du 29 février 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of rights – Whether the applicant has been denied procedural fairness – Whether the applicant has been denied
a fundamental right to trial – Workers’ Compensation Act, R.S.B.C. 1996, c. 492.
- 1399 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Mr. Gonzalez immigrated to Canada from El Salvador, where he had been a teacher for 14 years. He hoped to teach in
Canada but his credentials were not accepted. As a result, he worked as a roofer in the hope of earning sufficient
funds to upgrade his training and return to teaching. Mr. Gonzalez was seriously injured in the course of his
employment as a roofer on September 18, 1995. Over the ensuing 14 years, Mr. Gonzalez had 24 hearings under the
Workers Compensation Act. These culminated in an award of a 100% loss of earnings pension, calculated by
reference to his past earnings as a roofer, retroactive to the date of injury. Gonzalez remains dissatisfied with the
amount awarded, as he believed that it was insufficient to compensate for his losses and that it should have been
calculated on his potential future earnings as a teacher. Mr. Gonzalez unsuccessfully sought judicial review of the
decisions of the Workers’ Compensation Review Board and the Workers’ Compensation Appeal Division. He
appealed the decision, but it was later dismissed as abandoned. Mr. Gonzalez also commenced an action against the
Workers’ Compensation Board and the Workers’ Compensation Appeal Tribunal in an effort to obtain damages
related to his injuries. Mr. Gonzalez’s action was dismissed. Mr. Gonzalez filed an appeal from that decision and also
brought an application for indigent status which was later dismissed. Mr. Gonzalez filed and served an appeal record
and did so within the time required, however he did not meet the deadline for filing and serving his factum and appeal
book. He therefore had to apply for an extension of time. The request for an extension of time was denied based on
the finding that the appeal had no merit. An appeal of that decision was also dismissed.
July 19, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Myers J.)
2011 BCSC 977
Action for damages dismissed
August 26, 2011
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Low J.A.)
Application for indigent status dismissed
December 8, 2011
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Huddart J.A.)
2011 BCCA 543
Application for extension of time to file and serve factum
and appeal book dismissed
February 29, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Newbury, Smith and Neilson JJ.A.)
2012 BCCA 97; CA039268
Appeal dismissed
April 24, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Le demandeur a-t-il été privé de l’équité procédurale? — Le demandeur a-t-il été privé du droit
fondamental à un procès? — Workers’ Compensation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 492.
- 1400 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Monsieur Gonzalez a immigré au Canada du Salvador, où il avait été enseignant pendant 14 ans. Il espérait enseigner
au Canada, mais ses titres de compétences n'ont pas été acceptés. En conséquence, il a travaillé comme couvreur dans
l'espoir de gagner suffisamment d'argent pour se perfectionner et retourner à l'enseignement. Monsieur Gonzalez a été
grièvement blessé dans l’exercice de son emploi comme couvreur le 18 septembre 1995. Au cours des quatorze
années qui ont suivi, M. Gonzalez a assisté à 24 audiences sous le régime de la Workers Compensation Act. Au terme
de ces audiences, il s'est vu accorder une pension équivalente à 100 % de sa perte de gains, calculée en fonction de ses
gains passés comme couvreur, rétroactivement à la date de la blessure. Monsieur Gonzalez demeure insatisfait du
montant accordé, puisqu'il le croit insuffisant pour l’indemniser de ses pertes et il croit que la pension aurait dû être
calculée en fonction de ses gains éventuels comme enseignant. Monsieur Gonzalez a demandé sans succès le contrôle
judiciaire des décisions de la Workers’ Compensation Review Board et de la Workers’ Compensation Appeal
Division. Il a interjeté appel de la décision, mais l’appel a été rejeté par la suite pour cause d'abandon. Monsieur
Gonzalez a également intenté une action contre la Workers’ Compensation Board et le Workers’ Compensation
Appeal Tribunal en vue d'obtenir des dommages-intérêts en lien avec ses blessures. L'action de M. Gonzalez a été
rejetée. Monsieur Gonzalez a interjeté appel de cette décision et a également présenté une demande pour qu’on lui
reconnaisse l’état de partie sans ressources, demande qui a été rejetée par la suite. Monsieur Gonzalez a déposé et
signifié un dossier d'appel dans le délai prescrit; toutefois, il n'a pas respecté le délai de dépôt et de signification de son
mémoire et de son cahier d'appel. Il a donc dû demander une prorogation de délai. La demande de prorogation de
délai a été rejetée, puisqu'il a été jugé que l'appel était sans fondement. Un appel de cette décision a également été
rejeté.
19 juillet 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Myers)
2011 BCSC 977
Action en dommages-intérêts, rejetée
26 août 2011
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge Low)
Demande de reconnaissance de l’état de partie sans
ressources, rejetée
8 décembre 2011
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge Huddart)
2011 BCCA 543
Demande de prorogation du délai de dépôt et de
signification d’un mémoire et d'un cahier d'appel, rejetée
29 février 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Newbury, Smith et Neilson)
2012 BCCA 97; CA039268
Appel rejeté
24 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1401 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34846
Robert Kotello v. Rita Steinmann (Man.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AF1130-07536, 2012 MBCA 30, dated March 27, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AF11-30-07536, 2012
MBCA 30, daté du 27 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights — Liberty rights - Status of persons — Adult protection — Respondent obtaining ex parte
protection order — Whether the Court of Appeal erred in holding that the order made pursuant to The Domestic
Violence and Stalking Act, S.M. 1998, c. 41 was not void notwithstanding that the justice of the peace who issued it
failed to comply with the imperative procedural requirements set out in the Act and in the Domestic Violence and
Stalking Regulation, Man. Reg. 117/99.
In August 2010, Ms. Steinmann obtained an ex parte protection order pursuant to the Domestic Violence and Stalking
Act from a Justice of the Peace, prohibiting her former common law partner, Mr. Kotello, from attending within 500
metres of her residence or where she herself attended. Mr. Kotello applied to have the order set aside.
December 23, 2010
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Diamond J.)
Ex parte protection order obtained against Applicant
upheld
March 27, 2012
Court of Appeal of Manitoba
(Scott, Monnin and MacInnes JJ.A.)
Appeal dismissed
May 28, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droits à la liberté — État des personnes — Protection des adultes — L’intimée a obtenu une
ordonnance de protection ex parte — La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en jugeant qu’une ordonnance
prononcée en vertu de la Loi sur la violence familiale et le harcèlement criminel, L.M. 1998, ch. 41 n’était pas nulle
malgré le fait que le juge de paix qui l’avait prononcée ne s’était pas conformé aux exigences procédurales impératives
prévues par la Loi et par le Règlement sur la violence familiale et le harcèlement criminel, Règl. du Man. 117/99?
En août 2010, Mme Steinmann a obtenu, en vertu de la Loi sur la violence familiale et le harcèlement criminel, une
ordonnance de protection ex parte par laquelle un juge de paix interdisait à son ex-conjoint de fait, M. Kotello, de se
trouver à une distance de moins de 500 mètres de son domicile ou de tout endroit où M me Steinmann pouvait se
trouver. M. Kotello a présenté une demande en vue de faire annuler l’ordonnance.
- 1402 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
23 décembre 2010
Cour du Banc de la reine du Manitoba
(la juge Diamond)
Ordonnance de protection ex parte confirmée
27 mars 2012
Cour d’appel du Manitoba
(les juges Scott, Monnin et MacInnes)
Appel rejeté
28 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel
34859
F.L. c. Claude Marquette (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09022380-125 et 500-09-022384-127, 2012 QCCA 631, daté du 5 avril 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
Numbers 500-09-022380-125 and 500-09-022384-127, 2012 QCCA 631, dated April 5, 2012, is dismissed with costs
CASE SUMMARY
(PUBLICATION BAN IN CASE) (PUBLICATION BAN ON PARTY)
Civil procedure - Abuse of process - Motion to dismiss action under art. 54.1 of Code of Civil Procedure, R.S.Q.,
c. C-25 - Applicable tests - Whether allegations in proceeding introductive of suit should have been taken as proven by
court hearing motion - Whether court should have exercised greater caution in relation to motion - Whether
blameworthy conduct by party instituting proceeding had to be shown - Whether tests developed by Quebec Court of
Appeal in Acadia Subaru v. Michaud (2011 QCCA 1037) were applied in this case - Whether court should have
applied measures set out in art. 54.3 of Code of Civil Procedure - Whether Court of Appeal should have granted leave
to appeal under subpara. 4.1 of second paragraph of art. 26 of Code of Civil Procedure - Whether art. 54.1 of Code of
Civil Procedure infringes Canadian Charter of Rights and Freedoms and Quebec Charter of human rights and
freedoms - Whether applicant was victim of miscarriage of justice in this case.
In 1999, the applicant, personally and as the tutor of her minor son, brought a civil liability action against the
respondent based on a court-ordered psychological assessment of her son conducted on September 26, 1996. The
assessment had been requested in connection with an indictment laid against the applicant’s son for assaulting the
applicant, an offence of which he was convicted on April 8, 1997.
The respondent’s assessment report diagnosed the applicant’s son with Asperger syndrome. Based on that diagnosis,
the applicant consulted a specialist in Asperger syndrome research, who diagnosed her son with adolescent-onset
conduct disorder. Like the respondent, that specialist concluded that the applicant’s son was fit to stand trial.
In her action, the applicant accused the respondent of wrongly and maliciously diagnosing her son with Asperger
syndrome, without being qualified to do so, for the benefit of the Direction de la protection de la jeunesse so that her
son would be detained in a rehabilitation centre. The applicant also argued that the respondent’s report was supposed
to be used to determine only her son’s fitness to stand trial, not his mental condition generally.
- 1403 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
On September 20, 2010, the respondent moved to dismiss the action under art. 54.1 of the Code of Civil Procedure,
R.S.Q., c. C-25 (―C.C.P.‖), on the ground that it was improper, vexatious and clearly unfounded and that it involved an
unreasonable use of procedure for the purpose of causing him prejudice. In support of his motion, the respondent
argued that he had relative immunity in this case and that he was presumed to have acted in good faith with regard to
his assessment report.
January 11, 2012
Quebec Superior Court
(Grenier J.)
No. 500-05-052973-995
2012 QCCS 30
Respondent’s motion to dismiss action under art. 54.1
of Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, allowed
on ground that applicant’s action improper and clearly
unfounded
April 5, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Bich J.A.)
No. 500-09-022380-125
2012 QCCA 631
Motion for leave to appeal under subpara. 4.1 of
second paragraph of art. 26 of Code of Civil
Procedure, R.S.Q., c. C-25, dismissed
June 4, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE)
Procédure civile – Abus de procédure – Requête en rejet de l’action en vertu de l’article 54.1 du Code de procédure
civile, L.R.Q., chapitre 25 – Critères applicables – Les allégations de la procédure introductive d’instance auraientelles dû être tenues pour avérées par la Cour saisie de la requête? – La Cour aurait-elle dû faire preuve d’une prudence
accrue dans le cadre de la requête? – La démonstration d’une conduite blâmable de la part de la partie ayant introduit
l’instance était-elle nécessaire? – Les critères développés par la Cour d’appel du Québec dans l’arrêt Acadia Subaru c.
Michaud (2011 QCCA 1037) ont-ils été appliqués en l’espèce? – La Cour aurait-elle dû appliquer les mesures prévues
à l’article 54.3 du Code procédure civile? – La Cour d’appel aurait-elle dû accorder la permission d’appel en vertu du
paragraphe 4.1 du second alinéa de l’article 26 du Code procédure civile? – L’article 54.1 du Code procédure civile
enfreint-il la Charte canadienne des droits et libertés et la Charte des droits et libertés de la personne du Québec? – Y
a-t-il eu déni de justice eu égard à la demanderesse en l’espèce?
En 1999, la demanderesse a intenté, tant à titre personnel qu’à titre de tutrice de son fils mineur, une action en
responsabilité civile contre l’intimé à la suite d’une évaluation psychologique effectuée sur ordonnance judiciaire le 26
septembre 1996 eu égard au fils de la demanderesse. Cette évaluation a été requise dans le cadre d’une mise en
accusation de voies de fait commises par fils de la demanderesse à l’endroit de cette dernière et pour laquelle il a été
trouvé coupable le 8 avril 1997.
Le rapport d’évaluation produit par l’intimé a posé un diagnostic de syndrome d’Asperger. Ce diagnostic a amené la
demanderesse à consulter un spécialiste en recherches sur le syndrome d’Asperger. À la suite de cette consultation, ce
spécialiste a posé un diagnostic de « trouble des conduites » débutant à l’adolescence. À l’instar de l’intimé, ce
spécialiste conclut que le fils de la demanderesse est apte à subir son procès.
Dans le cadre de son action, la demanderesse reproche à l’intimé d’avoir émis, de façon malicieuse et sans être qualifié
- 1404 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
pour le faire, un diagnostic erroné de syndrome d’Asperger au profit de la Direction de la protection de la jeunesse afin
que le fils de la demanderesse soit détenu dans un centre de réadaptation. La demanderesse soutient également que le
rapport de l’intimé ne devait servir qu’à déterminer si son fils était apte à subir son procès et non connaître son état
mental de façon générale.
Le 20 septembre 2010, l’intimé a demandé le rejet de l’action en cause en vertu de l’article 54.1 du Code de procédure
civile, L.R.Q., chapitre 25 (« C.p.c. ») au motif que ladite action est abusive, vexatoire et manifestement mal fondée et
qu’elle est le résultat de l’utilisation de la procédure de manière déraisonnable dans le but de nuire à l’intimé. Au
soutien de sa requête, l’intimé a soumis qu’il bénéficiait d’une immunité relative en l’espèce et qu’il est présumé avoir
agi de bonne foi eu égard à son rapport d’évaluation.
Le 11 janvier 2012
Cour supérieure du Québec
(La juge Grenier)
No. 500-05-052973-995
2012 QCCS 30
Requête de l’intimé en rejet de l’action en vertu de
l’article 54.1 du Code de procédure civile, L.R.Q.,
chapitre 25 accueillie au motif que l’action de la
demanderesse est abusive et manifestement mal
fondée.
Le 5 avril 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge Bich)
No. 500-09-022380-125
2012 QCCA 631
Requête pour permission d’appeler en vertu du
paragraphe 4.1 du second alinéa de l’article 26 du
Code procédure civile, L.R.Q., chapitre 25 rejetée.
Le 4 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34872
Computershare Trust Company of Canada v. Crystallex International Corporation and
Tenor Capital Management Company, L.P. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C55434
and C55435, 2012 ONCA 404, dated June 13, 2012, is dismissed with costs to the respondents.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C55434 et C55435,
2012 ONCA 404, daté du 13 juin 2012, est rejetée avec dépens en faveur des intimées.
CASE SUMMARY
Bankruptcy and insolvency – Company under protection of Companies’ Creditors Arrangement Act, R.S.C. 1985,
c. C-36 – Interim financing – Appropriateness of a court order approving debt in possession financing – Companies’
Creditors Arrangement Act, s. 11.2.
Crystallex is an insolvent Canadian mining company. As a result of acts by the government of Venezuela, it was
unable to pay to its largest group of creditors $100 million in notes, and sought and obtained protection under the
CCAA. It also filed a request for arbitration against Venezuela, claiming US$3.4 billion. Crystallex’s principal asset
is its arbitration claim. Any award is years away. The Ontario Superior Court of Justice has given Crystallex the
authority to prepare a plan of compromise or arrangement, and to conduct an auction to organize ―debt in possession‖
- 1405 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
(DIP) financing of $35 million to allow it to pursue the arbitration.
By the close of the auction, the respondent Tenor and the $100 million noteholders (represented by their trustee, the
applicant Computershare) had both submitted DIP financing bids. Crystallex chose Tenor’s bid and prepared a
management incentive plan (MIP). Crystallex applied for a court order confirming its choice and approving the MIP.
The noteholders strongly opposed the application, but the supervising judge approved Crystallex’s choices. The Court
of Appeal dismissed the noteholders’ appeal.
January 20, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Newbould J.)
2012 ONSC 538
Order approving bridge financing issued
April 16, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Newbould J.)
2012 ONSC 2125
Orders approving debt in possession financing and
management incentive plan issued
June 13, 2012
Court of Appeal for Ontario
(O'Connor A.C.J.O. and Blair and Hoy JJ.A.)
2012 ONCA 404; C55434, C55435
Appeals dismissed
June 29, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Faillite et insolvabilité – Compagnie sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des
compagnies, L.R.C. 1985, ch. C-36 – Financement provisoire – Bien-fondé de l’homologation du financement du
débiteur-exploitant – Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, art. 11.2.
Crystallex est une société minière canadienne insolvable. En raison de mesures prises par le gouvernement du
Venezuela, elle a été incapable de payer la somme de 100 millions de dollars à son groupe de créanciers les plus
important, détenteurs de billets à ordre pour cette somme, et a demandé et obtenu la protection sous le régime de la
LACC. Elle a également déposé une demande d'arbitrage contre le Venezuela, réclamant la somme de 3,4 milliards de
dollars US. Le principal élément d'actif de Crystallex est sa demande d'arbitrage. Il faudra des années avant qu'une
sentence soit rendue. La Cour supérieure de justice de l'Ontario a autorisé Crystallex à préparer un plan de transaction
ou d’arrangement et de procéder à une adjudication pour organiser un financement de débiteur-exploitant de 35
millions de dollars pour lui permettre de poursuivre l'arbitrage.
Aux termes de l'adjudication, l'intimée Tenor et les détenteurs de billets pour une valeur de 100 millions de dollars
(représentés par leur fiduciaire, la demanderesse Computershare) avaient toutes les deux présenté des offres de
financement du débiteur-exploitant. Crystallex a retenu l'offre de Tenor et a établi un programme d'encouragement de
la gestion (PEG). Crystallex a demandé au tribunal de confirmer son choix et d’homologuer le PEG. Les détenteurs
de billets ont vigoureusement contesté la demande, mais le juge superviseur a homologué les choix de Crystallex. La
Cour d'appel a rejeté l'appel des détenteurs de billets.
- 1406 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
20 janvier 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Newbould)
2012 ONSC 538
Homologation du financement provisoire
16 avril 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Newbould)
2012 ONSC 2125
Homologation du financement du débiteur-exploitant
et du programme d'encouragement de la gestion
13 juin 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juge en chef O'Connor, juges Blair et Hoy)
2012 ONCA 404; C55434, C55435
Appels rejetés
29 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1407 -
MOTIONS
REQUÊTES
14.09.2012
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Miscellaneous motion
Requête diverse
Wyeth LLC et al.
v. (34918)
Teva Canada Limited (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the applicants for an order allowing the applicants to file a single joint application for
leave to appeal from two judgments of the Federal Court of Appeal File Numbers A-417-11 and A-486-11;
AND HAVING READ the material filed;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE des demanderesses en vue de déposer une seule demande d’autorisation d’appel
conjointe à l’égard de deux décisions de la Cour d’appel fédérale rendues dans les dossiers A-417-11 et A-486-11;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
14.09.2012
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve and file the
respondent’s response to October 8, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réponse de l’intimée jusqu’au
8 octobre 2012
Wyeth LLC et al.
v. (34918)
Teva Canada Limited (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1408 -
MOTIONS
REQUÊTES
14.09.2012
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Motion for an extension of time and motions for
leave to intervene
BY / PAR
Amalgamated Transit Union,
Local 113;
Ontario Federation of Labour;
Construction Owners Association
of Alberta;
Construction Labour Relations an Alberta Association and
Enform;
Canadian National Railway
Company;
Canadian Pacific Railway
Company and Via Rail Canada
Inc.;
Alberta Federation of Labour;
Communications, Energy and
Paperworkers Union of Canada,
Local 707;
Toronto Transit Commission;
Canadian Civil Liberties
Association;
Alliance of Manufacturers &
Exporters of Canada, carrying on
business as Canadian
Manufacturers & Exporters;
Canadian Mining Association;
Mining Association of British
Columbia, Mining Association of
Manitoba Inc., Quebec Mining
Association, Ontario Mining
Association and Saskatchewan
Mining Association;
Power Workers' Union
IN / DANS :
Communications, Energy and
Paperworkers Union of Canada,
Local 30
Requête en prorogation de délai et requêtes en
autorisation d'intervenir
v. (34473)
Irving Pulp & Paper, Limited
(N.B.)
GRANTED IN PART / ACCORDÉE EN PARTIE
UPON APPLICATION by the Amalgamated Transit Union, Local 113 for an extension of time to apply for leave to
intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND UPON APPLICATIONS by the Ontario Federation of Labour, the Construction Owners Association of Alberta,
Construction Labour Relations - an Alberta Association and Enform, the Canadian National Railway Company,
- 1409 -
MOTIONS
REQUÊTES
Canadian Pacific Railway Company and Via Rail Canada Inc., the Alberta Federation of Labour, the Communications,
Energy and Paperworkers Union of Canada, Local 707, the Toronto Transit Commission, the Canadian Civil Liberties
Association, the Alliance of Manufacturers & Exporters of Canada, carrying on business as Canadian Manufacturers &
Exporters, the Canadian Mining Association, Mining Association of British Columbia, Mining Association of Manitoba
Inc., Quebec Mining Association, Ontario Mining Association and Saskatchewan Mining Association and the Power
Workers' Union for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Construction Owners Association of Alberta, Construction Labour Relations an Alberta Association and Enform, the Canadian National Railway Company, Canadian Pacific Railway Company and
Via Rail Canada Inc., the Alberta Federation of Labour, the Communications, Energy and Paperworkers Union of
Canada, Local 707, the Canadian Civil Liberties Association, the Alliance of Manufacturers & Exporters of Canada,
carrying on business as Canadian Manufacturers & Exporters, the Canadian Mining Association, Mining Association of
British Columbia, Mining Association of Manitoba Inc., Quebec Mining Association, Ontario Mining Association and
Saskatchewan Mining Association and the Power Workers' Union are granted and the said eight groups of interveners
shall be entitled to each serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before November 9, 2012.
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene of the Amalgamated Transit Union, Local 113 is
granted and the motion for leave to intervene is dismissed.
The motions for leave to intervene of the Ontario Federation of Labour and the Toronto Transit Commission are
dismissed.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE présentée par Amalgamated Transit Union, section locale 113 en prorogation du
délai applicable à une demande d'autorisation d'intervenir et en autorisation d'intervenir dans l'appel;
ET À LA SUITE DES REQUÊTES présentées par la Fédération du travail de l’Ontario, la Construction Owners
Association of Alberta, la Construction Labour Relations - an Alberta Association et Enform, la Compagnie des
chemins de fer nationaux du Canada, le Chemin de fer Canadien Pacifique et VIA Rail Canada Inc, la Alberta
Federation of Labour, le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier, section locale 707, la
Commission de transport de Toronto, l’Association canadienne des libertés civiles, l’Alliance des manufacturieres et
exportateurs du Canada, faisant affaire sous le nom Manufacturier et exportateurs du Canada, l’Association minière du
Canada, la Mining Association of British Columbia, la Mining Association of Manitoba Inc., l’Association minière du
Québec, l’Ontario Mining Association et la Saskatchewan Mining Association et la Power Workers' Union en
autorisation d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
- 1410 -
MOTIONS
REQUÊTES
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d'intervenir présentées par la Construction Owners Association of Alberta, la Construction
Labour Relations - an Alberta Association et Enform, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, le
Chemin de fer Canadien Pacifique et VIA Rail Canada Inc, la Alberta Federation of Labour, le Syndicat canadien des
communications, de l’énergie et du papier, section locale 707, l’Association canadienne des libertés civiles, l’Alliance
des manufacturieres et exportateurs du Canada, faisant affaire sous le nom Manufacturier et exportateurs du Canada,
l’Association minière du Canada, la Mining Association of British Columbia, la Mining Association of Manitoba Inc.,
l’Association minière du Québec, l’Ontario Mining Association et la Saskatchewan Mining Association et la Power
Workers' Union sont accordées et ces huit groupes d’intervenants pourront chacun signifier et déposer un mémoire d'au
plus dix (10) pages au plus tard le 9 novembre 2012
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai applicable à une demande d'autorisation d'intervenir présentée par l’Amalgamated
Transit Union, section locale 113 est accordée et sa demande d’autorisation d’appel est rejetée.
Les demandes d’autorisation d’appel de la Fédération du travail de l’Ontario et de la Commission de transport de
Toronto sont rejetées.
Les décisions sur les requêtes en vue de présenter des plaidoiries orales seront rendues après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et à
l'intimée tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
14.09.2012
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve and file the
applicant’s reply to August 24, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réplique de la demanderesse
jusqu’au 24 août 2012
Bae-Newplan Group Limited
v. (34852)
Brian Dalton et al. (N.L.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1411 -
MOTIONS
REQUÊTES
17.09.2012
Before / Devant: MOLDAVER J. / LE JUGE MOLDAVER
Requête en autorisation d’intervenir
Motion for leave to intervene
BY / PAR
Canadian Federation of
Independent Grocers
IN / DANS :
Samsung Electronics Co., Ltd.
et autres
c. (34617)
Option Consommateurs et autre
(Qc)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATION by the Canadian Federation of Independent Grocers for leave to intervene in the above
appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion for leave to intervene of the Canadian Federation of Independent Grocers is granted and the said intervener
shall be entitled to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before October 2, 2012.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the intervener.
The intervener is not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record of
the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellants and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellants and respondents by its intervention.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la Fédération canadienne des épiciers indépendants en vue
d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en autorisation d’intervenir de la Fédération canadienne des épiciers indépendants est accueillie et cet
intervenante pourra signifier et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 2 octobre 2012.
La décision sur la demande en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et de l’intervenante.
L’intervenante n'a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
- 1412 -
MOTIONS
REQUÊTES
Conformément à l'alinéa 59(1)(a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l’intervenante paiera aux appelantes et
aux intimées tous débours supplémentaires résultant de son intervention.
19.09.2012
Before / Devant : THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Miscellaneous motions
Requêtes diverses
F.L.
c. (34859)
Claude Marquette (Qc)
GRANTED / ACCORDÉES
À LA SUITE DE LA REQUÊTE de l’intervenant B.M.-L. en vertu du paragraphe 32(2) des Règles, sollicitant la
permission de soumettre son mémoire à la formation saisie de la demande d’autorisation;
ET À LA SUITE DE LA REQUÊTE de l’intervenant B.M.-L. en prorogation du délai pour signifier et déposer son
mémoire au 5 septembre 2012;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes sont accueillies.
UPON A MOTION BY the intervener B.M.-L. under s. 32(2) of the Rules for permission to submit his memorandum
of argument to the leave panel;
AND UPON A MOTION by the intervener B.M.-L. for an order extending the time within which to serve and file his
memorandum of argument to September 5, 2012;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motions are granted.
20.09.2012
Before / Devant : FISH, ROTHSTEIN AND MOLDAVER JJ. / LES JUGES FISH, ROTHSTEIN ET CROMWELL
Requête en vue d’obtenir un sursis à l’exécution
Motion for a stay of execution
D.L. et al.
v. (34975)
Director (Child, Youth and Family Enhancement
Act) et al. (Crim.) (Alta.)
- 1413 -
MOTIONS
REQUÊTES
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by the applicants for an order staying the judgment of the Court of Appeal of Alberta
(Edmonton), Number 1203-0209-AC, 2012 ABCA 275, dated September 19, 2012;
AND HAVING READ THE MATERIAL FILED;
IT IS HEREBY ORDERED THAT
The motion is dismissed without costs.
À LA SUITE D'UNE REQUÊTE des demandeurs en sursis d'exécution de la décision de la Cour d'appel de l'Alberta
(Edmonton), no de dossier 1203-0209-AC, 2012 ABCA 275, datée du 19 septembre 2012;
ET APRÈS EXAMEN DES DOCUMENTS DÉPOSÉS;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est rejetée sans dépens.
- 1414 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
19.09.2012
Matthew James Murphy
v. (34980)
Her Majesty the Queen (N.S.)
(As of Right)
- 1415 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
SEPTEMBER 27, 2012 / LE 27 SEPTEMBRE 2012
34240
A.B. by her Litigation Guardian, C.D. v. Bragg Communications Incorporated, a body
corporate and Halifax Herald Limited, a body corporate – and – BullyingCanada Inc., British
Columbia Civil Liberties Association, Kids Help Phone, Canadian Civil Liberties Association,
Privacy Commissioner of Canada, Newspapers Canada, Ad IDEM/Canadian Media Lawyers
Association, Canadian Association of Journalists, Professional Writers Association of Canada,
Book and Periodical Council, Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy and Public Interest
Clinic, Canadian Unicef Committee, Information and Privacy Commissioner of Ontario and
Beyond Borders (N.S.)
2012 SCC 46 / 2012 CSC 46
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA330605, 2011 NSCA 26, dated
March 4, 2011, heard on May 10, 2012, is allowed in part to permit A.B. to proceed anonymously with her application
for disclosure of the identity of the relevant IP user(s). The lower courts’ costs orders are set aside and no costs are
awarded in this Court.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse, numéro CA330605, 2011 NSCA 26, en date
du 4 mars 2011, entendu le 10 mai 2012 est accueilli en partie afin de permettre à A.B. de procéder de façon anonyme
dans le cadre de sa demande d’une ordonnance obligeant la divulgation de l’identité de l’utilisateur ou des utilisateurs
de l’adresse IP. Les ordonnances relatives aux dépens rendues dans les instances inférieures sont annulées et les dépens
ne sont pas octroyés dans notre Cour.
- 1416 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
A.B. by her Litigation Guardian, C.D. v. Bragg Communications Incorporated, a body corporate et al. (N.S.) (34240)
Indexed as: A.B. v. Bragg Communications Inc. / Répertorié : A.B. c. Bragg Communications Inc.
Neutral citation: 2012 SCC 46 / Référence neutre : 2012 CSC 46
Hearing: May 10, 2012 / Judgment: September 27, 2012
Audition : Le 10 mai 2012 / Jugement : Le 27 septembre 2012
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Karakatsanis JJ.
Courts — Open court principle — Publication bans — Children — 15-year old victim of sexualized
cyberbullying applying for order requiring Internet provider to disclose identity of person(s) using IP address to
publish fake and allegedly defamatory Facebook profile — Victim requesting to proceed anonymously in application
and seeking publication ban on contents of fake profile — Whether victim required to demonstrate specific harm or
whether court may find objectively discernable harm.
A 15-year old girl found out that someone had posted a fake Facebook profile using her picture, a slightly
modified version of her name, and other particulars identifying her. The picture was accompanied by unflattering
commentary about the girl’s appearance along with sexually explicit references. Through her father as guardian, the
girl brought an application for an order requiring the Internet provider to disclose the identity of the person(s) who used
the IP address to publish the profile so that she could identify potential defendants for an action in defamation. As part
of her application, she asked for permission to anonymously seek the identity of the creator of the profile and for a
publication ban on the content of the profile. Two media groups opposed the request for anonymity and the ban. The
Supreme Court of Nova Scotia granted the request that the Internet provider disclose the information about the
publisher of the profile, but denied the request for anonymity and the publication ban because there was insufficient
evidence of specific harm to the girl. The judge stayed that part of his order requiring the Internet provider to disclose
the publisher’s identity until either a successful appeal allowed the girl to proceed anonymously or until she filed a draft
order which used her own and her father’s real names. The Court of Appeal upheld the decision primarily on the
ground that the girl had not discharged the onus of showing that there was evidence of harm to her which justified
restricting access to the media.
Held: The appeal should be allowed in part.
The critical importance of the open court principle and a free press has been tenaciously embedded in the
jurisprudence. In this case, however, there are interests that are sufficiently compelling to justify restricting such
access: privacy and the protection of children from cyberbullying.
Recognition of the inherent vulnerability of children has consistent and deep roots in Canadian law and results
in the protection of young people’s privacy rights based on age, not the sensitivity of the particular child. In an
application involving cyberbullying, there is no need for a child to demonstrate that he or she personally conforms to
this legal paradigm. The law attributes the heightened vulnerability based on chronology, not temperament.
While evidence of a direct, harmful consequence to an individual applicant is relevant, courts may also
conclude that there is objectively discernable harm. It is logical to infer that children can suffer harm through
cyberbullying, given the psychological toxicity of the phenomenon. Since children are entitled to protect themselves
from bullying, cyber or otherwise, there is inevitable harm to them — and to the administration of justice — if they
decline to take steps to protect themselves because of the risk of further harm from public disclosure. Since common
sense and the evidence show that young victims of sexualized bullying are particularly vulnerable to the harms of
revictimization upon publication, and since the right to protection will disappear for most children without the further
protection of anonymity, the girl’s anonymous legal pursuit of the identity of her cyberbully should be allowed.
In Canadian Newspapers Co. v. Canada (Attorney General), [1988] 2 S.C.R. 122, prohibiting identity
disclosure was found to represent only minimal harm to press freedom. The serious harm in failing to protect young
victims of bullying through anonymity, as a result, outweighs this minimal harm. But once the girl’s identity is
- 1417 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
protected through her right to proceed anonymously, there is little justification for a publication ban on the
non-identifying content of the profile. If the non-identifying information is made public, there is no harmful impact on
the girl since the information cannot be connected to her. The public’s right to open courts –and press freedom –
therefore prevail with respect to the non-identifying Facebook content.
APPEAL from a judgment of the Nova Scotia Court of Appeal (MacDonald C.J.N.S. and Saunders and Oland
JJ.A.), 2011 NSCA 26, 301 N.S.R. (2d) 34, 953 A.P.R. 34, 228 C.R.R. (2d) 181, 97 C.P.C. (6th) 54, 80 C.C.L.T. (3d)
180, [2011] N.S.J. No. 113 (QL), 2011 CarswellNS 135, affirming a decision of LeBlanc J., 2010 NSSC 215, 293
N.S.R. (2d) 222, 928 A.P.R. 222, 97 C.P.C. (6th) 24, [2010] N.S.J. No. 360 (QL), 2010 CarswellOnt 397. Appeal
allowed in part.
Michelle C. Awad, Q.C., and Jane O’Neill, for the appellant.
Daniel W. Burnett and Paul Brackstone, for the amicus curiae.
Written submissions only by Brian F. P. Murphy and Wanda M. Severns, for the intervener BullyingCanada
Inc.
Marko Vesely and M. Toby Kruger, for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association.
Mahmud Jamal, Jason MacLean, Carly Fidler and Steven Golick, for the intervener Kids Help Phone.
Iris Fischer and Dustin Kenall, for the intervener the Canadian Civil Liberties Association.
Joseph E. Magnet and Patricia Kosseim, for the intervener the Privacy Commissioner of Canada.
Ryder Gilliland and Adam Lazier, for the interveners Newspapers Canada, Ad IDEM/Canadian Media
Lawyers Association, Canadian Association of Journalists, Professional Writers Association of Canada and Book and
Periodical Council.
Written submissions only by Tamir Israel, for the intervener the Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy
and Public Interest Clinic.
Jeffrey S. Leon, Ranjan K. Agarwal and Daniel Holden, for the intervener the Canadian Unicef Committee.
Written submissions only by William S. Challis and Stephen McCammon, for the intervener the Information
and Privacy Commissioner of Ontario.
Written submissions only by Jonathan M. Rosenthal, for the intervener Beyond Borders.
Solicitors for the appellant: McInnes Cooper, Halifax.
Solicitors for the amicus curiae: Owen Bird Law Corporation, Vancouver.
Solicitors for the intervener BullyingCanada Inc.: Murphy Group, Moncton.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Lawson Lundell, Vancouver.
Solicitors for the intervener Kids Help Phone: Osler, Hoskin & Harcourt, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil Liberties Association: Blake, Cassels & Graydon, Toronto.
Solicitors for the intervener the Privacy Commissioner of Canada: Office of the Privacy Commissioner of
Canada, Ottawa; University of Ottawa, Ottawa.
- 1418 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener Newspapers Canada, Ad IDEM/Canadian Media Lawyers Association, Canadian
Association of Journalists, Professional Writers Association of Canada and Book and Periodical Council: Blake,
Cassels & Graydon, Toronto.
Solicitor for the intervener Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy and Public Interest
Clinic: University of Ottawa, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Canadian Unicef Committee: Bennett Jones, Toronto.
Solicitor for the intervener the Information and Privacy Commissioner of Ontario: Information and Privacy
Commissioner of Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener Beyond Borders: Jonathan M. Rosenthal, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein et Karakatsanis.
Tribunaux — Principe de la publicité des débats judiciaires — Ordonnances de non-publication — Enfants —
Demande d’une victime de cyberintimidation à caractère sexuel âgée de 15 ans en vue d’obtenir une ordonnance
obligeant un fournisseur de services Internet à divulguer l’identité de la personne ou des personnes qui ont utilisé une
adresse IP pour publier un faux profil Facebook censément diffamatoire — Demande de la victime en vue de procéder
de façon anonyme et d’obtenir une ordonnance de non-publication du contenu du faux profil — La victime doit-elle
faire la preuve d’un préjudice particulier, ou la Cour peut-elle conclure à l’existence d’un préjudice objectivement
discernable?
Une adolescente de 15 ans a découvert que quelqu’un avait affiché sur Facebook un faux profil en utilisant sa
photographie, une version légèrement modifiée de son nom et d’autres détails qui l’identifiaient. À la photographie
s’ajoutaient des commentaires désobligeants sur l’apparence physique de l’adolescente ainsi que des allusions
sexuellement explicites. Représentée par son père en qualité de tuteur, l’adolescente a demandé une ordonnance
obligeant le fournisseur de services Internet à divulguer l’identité de la personne ou des personnes qui ont utilisé
l’adresse IP pour publier le profil de sorte qu’elle puisse identifier les défendeurs potentiels en vue d’une action en
diffamation. Dans le cadre de sa demande, elle a sollicité la permission de chercher de façon anonyme l’identité de
l’auteur du profil ainsi qu’une ordonnance de non-publication visant le contenu du profil. Deux représentants des
médias ont contesté la demande visant le respect de l’anonymat et la non-publication. La Cour suprême de la
Nouvelle-Écosse a ordonné au fournisseur de services Internet de communiquer les renseignements au sujet de l’auteur
du profil mais a rejeté la demande relative au respect de l’anonymat et à la non-publication en raison de l’insuffisance
de la preuve d’un préjudice particulier causé à l’adolescente. Le juge a sursis à l’exécution de cette partie de
l’ordonnance obligeant le fournisseur de services Internet à divulguer l’identité de l’auteur jusqu’à ce que l’adolescente
obtienne en appel l’autorisation de procéder de façon anonyme ou qu’elle dépose un projet d’ordonnance en utilisant
son propre nom et celui de son père. La Cour d’appel a confirmé la décision pour le motif principal que l’adolescente
ne s’était pas acquittée du fardeau de démontrer l’existence d’un préjudice justifiant la restriction de l’accès des médias.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli en partie.
La jurisprudence a reconnu avec ténacité l’importance cruciale du principe de la publicité des débats
judiciaires et de la liberté de la presse. En l’espèce toutefois, la protection de la vie privée et la protection des enfants
contre la cyberintimidation constituent des intérêts qui justifient la restriction de l’accès des médias.
La reconnaissance de la vulnérabilité inhérente des enfants demeure profondément enracinée en droit canadien
et elle se manifeste par la protection des droits au respect de la vie privée des jeunes. Cette protection est fondée sur
l’âge et non sur la sensibilité de l’enfant en particulier. Dans le cadre d’une demande relative à la cyberintimidation, un
enfant n’a pas à démontrer qu’il se conforme à ce paradigme juridique. Le droit attribue la vulnérabilité accrue en
fonction de l’âge et non du tempérament.
- 1419 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Bien que la preuve des conséquences préjudiciables directes que subirait un demandeur soit pertinente, les
tribunaux peuvent aussi conclure à l’existence d’un préjudice objectivement discernable. Il est logique d’inférer que la
cyberintimidation peut causer un préjudice aux enfants compte tenu de la toxicité psychologique de ce phénomène.
Puisque les enfants ont le droit de se protéger contre l’intimidation, qu’elle se manifeste sur l’Internet ou sous d’autres
formes, ils subissent — tout comme l’administration de la justice — un préjudice inévitable s’ils refusent de prendre
des mesures de protection en raison du risque de préjudice supplémentaire découlant de la divulgation publique.
Comme le bon sens et la preuve montrent que les jeunes victimes de harcèlement à caractère sexuel sont
particulièrement vulnérables au préjudice de la revictimisation consécutive à la publication, et puisqu’en l’absence de la
protection conférée par l’anonymat, la plupart des enfants ne pourront pas se prévaloir du droit à la protection, il y a
lieu d’autoriser l’adolescente à procéder de façon anonyme à la recherche de l’identité de l’auteur de la
cyberintimidation.
Dans l’arrêt Canadian Newspapers Co. c. Canada (Procureur général), [1988] 2 R.C.S. 122, la Cour a jugé
que l’interdiction de la divulgation de l’identité du plaignant ne causait à la liberté de la presse qu’un préjudice minime.
Par conséquent, le préjudice grave découlant du refus de protéger par l’anonymat les jeunes victimes de la
cyberintimidation l’emporte sur ce préjudice minime. Mais dès lors que l’identité de l’adolescente est protégée par son
droit de procéder dans l’anonymat, une ordonnance de non-publication du contenu du profil qui ne permet pas
d’identifier l’adolescente semble difficilement justifiable. La publication de ces renseignements n’entraîne pour
l’adolescente aucun effet préjudiciable puisque ceux-ci ne révèlent pas son identité. Le droit du public à la publicité des
débats judiciaires — et à la liberté de la presse — prévaut donc en ce qui concerne le contenu du profil Facebook qui ne
permet pas d’identifier la victime.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse (le juge en chef MacDonald et les juges
Saunders et Oland), 2011 NSCA 26, 301 N.S.R. (2d) 34, 953 A.P.R. 34, 228 C.R.R. (2d) 181, 97 C.P.C. (6th) 54, 80
C.C.L.T. (3d) 180, [2011] N.S.J. No. 113 (QL), 2011 CarswellNS 135, qui a confirmé une décision du juge LeBlanc,
2010 NSSC 215, 293 N.S.R. (2d) 222, 928 A.P.R. 222, 97 C.P.C. (6th) 24, [2010] N.S.J. No. 360 (QL), 2010
CarswellOnt 397. Pourvoi accueilli en partie.
Michelle C. Awad, c.r., et Jane O'Neill, pour l’appelante.
Daniel W. Burnett et Paul Brackstone, pour l’amicus curiae.
Argumentation écrite seulement par Brian F. P. Murphy et Wanda M. Severns, pour l’intervenante
BullyingCanada Inc.
Marko Vesely et M. Toby Kruger, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique.
Mahmud Jamal, Jason MacLean, Carly Fidler et Steven Golick, pour l’intervenante Jeunesse J’écoute.
Iris Fischer et Dustin Kenall, pour l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles.
Joseph E. Magnet et Patricia Kosseim, pour l’intervenant le Commissaire à la protection de la vie privée du
Canada.
Ryder Gilliland et Adam Lazier, pour les intervenants Journaux canadiens, Ad IDEM/Canadian Media
Lawyers Association, Association canadienne des journalistes, Professional Writers Association of Canada et Book and
Periodical Council.
Argumentation écrite seulement par Tamir Israel, pour l’intervenante la Clinique d’intérêt public et de
politique internet du Canada Samuelson-Glushko.
Jeffrey S. Leon, Ranjan K. Agarwal et Daniel Holden, pour l’intervenant le Comité Unicef Canada.
- 1420 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Argumentation écrite seulement par William S. Challis et Stephen McCammon, pour l’intervenant le
Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario.
Argumentation écrite seulement par Jonathan M. Rosenthal, pour l’intervenante Au-delà des frontières.
Procureurs de l’appelante : McInnes Cooper, Halifax.
Procureurs de l’amicus curiae : Owen Bird Law Corporation, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante BullyingCanada Inc. : Murphy Group, Moncton.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : Lawson Lundell,
Vancouver.
Procureurs de l’intervenante Jeunesse J’écoute : Osler, Hoskin & Harcourt, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles : Blake, Cassels & Graydon,
Toronto.
Procureurs de l’intervenant le Commissaire à la protection de la vie privée du Canada : Commissariat à la
protection de la vie privée du Canada, Ottawa; Université d’Ottawa, Ottawa.
Procureurs des intervenants Journaux canadiens, Ad IDEM/Canadian Media Lawyers Association,
Association canadienne des journalistes, Professional Writers Association of Canada et Book and Periodical
Council : Blake, Cassels & Graydon, Toronto.
Procureur de l’intervenante la Clinique d’intérêt public et de politique internet du Canada
Samuelson-Glushko : Université d’Ottawa, Ottawa.
Procureurs de l’intervenant le Comité Unicef Canada : Bennett Jones, Toronto.
Procureur de l’intervenant le Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de
l’Ontario : Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenante Au-delà des frontières : Jonathan M. Rosenthal, Toronto.
- 1421 -
AGENDA FOR OCTOBER 2012
CALENDRIER D’OCTOBRE 2012
AGENDA for the weeks of October 8 and 15, 2012.
CALENDRIER de la semaine du 8 octobre et celle du 15 octobre 2012.
The Court will not be sitting during the weeks of October 1st, 22 and 29, 2012.
La Cour ne siègera pas pendant les semaines du 1er, 22 et du 29 octobre 2012.
DATE OF HEARING /
DATE D’AUDITION
NAME AND CASE NUMBER /
NOM DE LA CAUSE ET NUMÉRO
2012-10-10
Ivana Levkovic v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave) (34229)
2012-10-11
Her Majesty the Queen v. A.D.H. (Sask.) (Criminal) (By Leave) (34132)
2012-10-12
J.F. v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave) (34284)
2012-10-15
Telus Communications Company v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal)
(By Leave) (34252)
2012-10-16
Sa Majesté la Reine c. Nicole Rochon (Qc) (Criminelle) (De plein droit / Autorisation)
(34557)
2012-10-17
Pro-Sys Consultants Ltd. et al. v. Microsoft Corporation et al. (B.C.) (Civil) (By Leave)
(34282)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-10-17
Sun-Rype Products Ltd. et al. v. Archer Daniels Midland Company et al. (B.C.) (Civil)
(By Leave) (34283)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-10-17
Samsung Electronics Co., Ltd. et autres c. Option Consommateurs et autres (Qc)
(Civile) (Autorisation) (34617)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-10-18
Muhsen Ahemed Ramadan Agraira v. Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness (F.C.) (Civil) (By Leave) (34258)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-10-19
Charles Picot c. Sa Majesté la Reine (N.-B.) (Criminelle) (De plein droit) (34499)
NOTE: This agenda is subject to change. Hearings normally commence at 9:30 a.m.; however, cases with multiple
parties often commence at 9:00 a.m. Where two cases are scheduled on a given day, the second case may be heard
immediately after the first one or at 2:00 p.m. Hearing dates and times should be confirmed with Registry staff at (613)
996-8666.
Ce calendrier est sujet à modification. Les audiences débutent normalement à 9h30; toutefois; l’audition des affaires
concernant des parties multiples commence souvent à 9 h. Lorsque deux affaires doivent être entendues le même jour,
l’audition de la deuxième affaire peut avoir lieu immédiatement après celle de la première ou encore à 14 h. La date et
l’heure d’une audience doivent être confirmées auprès du personnel du greffe au (613) 996-8666.
- 1422 -
SUMMARIES OF THE CASES
34229
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Ivana Levkovic v. Her Majesty the Queen
Charter of Rights and Freedoms - Constitutional Law - Right to Liberty - Criminal Law - Offences - Whether parts of
s. 243 of Criminal Code are unconstitutionally vague - In its application to a ―child‖ that dies before birth, does s. 243
of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, infringe s. 7 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms? - If so, is
the infringement a reasonable limit prescribed by law that can be demonstrably justified in a free and democratic
society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
The appellant was charged under s. 243 with concealing the dead body of a child. At issue is whether the words ―child
died before . . . birth‖ are vague and therefore whether s. 243 breaches s. 7 of the Canadian Charter of Rights and
Freedoms. The trial judge held that he could not determine a coherent, unambiguous meaning for the term ―child‖ in
the context of a death that occurs before birth. He severed the word ―before‖, leaving s. 243 to read ―. . . whether the
child died during or after birth. . .‖. Because the Crown could not establish the cause or time of death, he acquitted the
appellant. The Court of Appeal held that s. 243 is not unconstitutionally vague. It allowed the appeal, set aside the
acquittal and ordered a new trial.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34229
Judgment of the Court of Appeal: December 7, 2010
Counsel:
Marlys Edwardh, Jill Copeland and Jessica Orkin for the appellant
Jamie Klukach and Gillian Roberts for the respondent
- 1423 -
SUMMARIES OF THE CASES
34229
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Ivana Levkovic c. Sa Majesté la Reine
Charte des droits et libertés - Droit constitutionnel - Droit à la liberté - Droit criminel - Infractions - Certaines parties
de l’art. 243 du Code criminel sont-elles imprécises au point d’être inconstitutionnelles? - Dans son application à un
« enfant » qui est mort avant la naissance, l’art. 243 du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, porte-t-il atteinte à
l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et libertés? - Dans l’affirmative, cette atteinte constitue-t-elle une limite
raisonnable prescrite par une règle de droit, dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et
démocratique, au sens de l’article premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
L’appelante a été accusée en vertu de l’art. 243 d’avoir fait disparaître le cadavre d’un enfant. La question en litige est
de savoir si les mots « enfant soit mort avant [. . .] la naissance » sont imprécis et donc de savoir si l’art. 243 viole
l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et libertés. Le juge du procès a statué qu’il n’était pas en mesure de
déterminer un sens cohérent et non ambigu du terme « enfant » dans le contexte d’un décès qui survient avant la
naissance. Il a retranché le mot « avant », pour que l’art. 243 se lise dorénavant « [. . .] que l’enfant soit mort pendant
ou après la naissance [. . .] ». Parce que le ministère public ne pouvait établir la cause ou le moment du décès, il a
acquitté l’appelante. La Cour d’appel a statué que l’art. 243 n’étaient pas imprécis au point d’être inconstitutionnel.
Elle a accueilli l’appel, annulé l’acquittement est ordonné un nouveau procès.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34229
Arrêt de la Cour d’appel :
le 7 décembre 2010
Avocats :
Marlys Edwardh, Jill Copeland et Jessica Orkin pour l’appelante
Jamie Klukach et Gillian Roberts pour l’intimée
- 1424 -
SUMMARIES OF THE CASES
34132
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. A.D.H.
(PUBLICATION BAN IN CASE) (PUBLICATION BAN ON PARTY)
Criminal law - Appeal - Charge of unlawfully abandoning a child so that the child’s life was likely to be endangered
contrary to s. 218 of the Criminal Code - Acquittal entered - Appeal dismissed - Whether the mens rea for an offence
under s. 218 of the Criminal Code is subjective or is to be assessed by applying the modified objective standard - If the
mens rea is determined on a modified objective basis, whether a mistake of fact must be objectively reasonable, or
whether it can be subjectively reasonable.
The respondent, A.D.H., was charged with unlawfully abandoning a child so that the child’s life was likely to be
endangered contrary to s. 218 of the Criminal Code. The baby was born in a washroom at a Wal-Mart store. A.D.H.
did not know she was pregnant. She did not think that the baby was alive when she quickly delivered it in the
washroom toilet and then left the store. Management at the store called the emergency response team and the baby was
transported to hospital where it was successfully resuscitated. By all reports the child is a normal and healthy child.
The trial judge found, based on the expert evidence, that the birth was a precipitous birth, that A.D.H. did not know she
was pregnant and that the baby was born at least a month premature. A.D.H. cooperated fully with the police and
confirmed that she was the mother of the child. A.D.H. was acquitted and the appeal was dismissed.
Origin of the case:
Saskatchewan
File No.:
34132
Judgment of the Court of Appeal
January 12, 2011
Counsel:
Beverly L. Klatt and W. Dean Sinclair for the appellant
Valerie N. Harvey for the respondent
- 1425 -
SUMMARIES OF THE CASES
34132
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. A.D.H.
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE)
Droit criminel - Appel - Accusation d’avoir illicitement abandonné un enfant de manière que la vie de cet enfant soit
exposée à être mise en danger contrairement à l’art. 218 du Code criminel - Verdict d’acquittement - Appel rejeté - La
mens rea de l’infraction visée à l’art. 218 du Code criminel est-elle subjective ou doit-elle être appréciée par
l’application de la norme objective modifiée? - Si la mens rea est déterminée au moyen d’une norme objective
modifiée, l’erreur de fait doit-elle être objectivement raisonnable ou peut-elle être subjectivement raisonnable?
L’intimée, A.D.H., a été accusée d’avoir illicitement abandonné un enfant de manière que la vie de cet enfant soit
exposée à être mise en danger contrairement à l’art. 218 du Code criminel. Le bébé est né dans les toilettes d’un
magasin Wal-Mart. A.D.H. ne savait pas qu’elle était enceinte. Elle ne pensait pas que le bébé était vivant lorsqu’elle a
rapidement accouché dans la cuvette des toilettes, puis a quitté le magasin. La direction du magasin a téléphoné aux
services d’urgence et le bébé a été transporté à l’hôpital où on a pu le réanimer. Selon tous les rapports, l’enfant est
normal et en bonne santé. S’appuyant sur la preuve d’experts, le juge du procès a conclu que la naissance s’était
produite de façon abrupte, que A.D.H. ignorait qu’elle était enceinte et que le bébé est né au moins un mois avant
terme. A.D.H. a collaboré pleinement avec la police et a confirmé qu’elle était la mère de l’enfant. A.D.H. a été
acquittée et l’appel a été rejeté.
Origine :
Saskatchewan
No du greffe :
34132
Arrêt de la Cour d’appel :
le 12 janvier 2011
Avocats :
Beverly L. Klatt et W. Dean Sinclair pour l’appelante
Valerie N. Harvey pour l’intimée
- 1426 -
SUMMARIES OF THE CASES
34284
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
J.F. (a young person) v. Her Majesty the Queen
(PUBLICATION BAN ON PARTY) (PUBLICATION BAN ON WITNESSES) (COURT FILE CONTAINS INFORMATION THAT IS NOT
AVAILABLE FOR INSPECTION BY THE PUBLIC)
Criminal Law - Offence - Elements of offence - Conspiracy to commit murder - Party liability - Evidence Co-conspirator’s exception to hearsay rule - Whether the Court of Appeal erred in holding that the appellant could be
convicted of conspiracy to commit murder as a party pursuant to the combined effect of ss. 21(1) and 465(1)(a) of the
Criminal Code - If party liability to a conspiracy is an offence known to Canadian law, whether party liability in the
case of conspiracy is limited to aiding or abetting the formation of the conspiracy, as opposed to aiding or abetting the
commission of the substantive offence - Whether the co-conspirator’s exception to the hearsay rule applies to parties to
a conspiracy as opposed to members of a conspiracy - If the appeal on conviction is dismissed, whether the appeal from
sentence should be allowed and the sentence varied to a non-custodial sentence.
The appellant, a young person, was convicted by a jury of conspiracy to commit a murder. In 2002, two sisters, ―R‖
and ―T‖, murdered their mother by plying her with alcohol and Tylenol-3 and then drowning her in a bathtub. They
were convicted of first degree murder. The appellant was dating T. In MSN chats before the murder, he and T
discussed the murder. The appellant and T discussed drowning, what she might do if the mother woke during the
drowning, and meeting at a restaurant after the murder. The Crown theorized that the appellant assisted the sisters in
the formulation of the method of killing, provided pills used to drug the mother, and agreed to provide a false alibi. The
Crown argued that the appellant was guilty of conspiracy to commit the murder either as a co-conspirator or as a party
to the sister’s conspiracy. The trial judge instructed the jury that the appellant could be liable for conspiracy either as a
―full partner‖ or if he was a party to the conspiracy by aiding or abetting one or both sisters in their plan to murder. A
jury convicted the appellant of conspiracy to commit murder. The Court of Appeal upheld the conviction.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34284
Judgment of the Court of Appeal: April 6, 2011
Counsel:
Ian R. Mang and Shelley M. Kierstead for the appellant
Alexander Alvaro and Andreea Baiasu for the respondent
- 1427 -
SUMMARIES OF THE CASES
34284
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
J.F. (un adolescent) c. Sa Majesté la Reine
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT LES TÉMOINS)
(LE DOSSIER DE LA COUR RENFERME DES DONNÉES QUE LE PUBLIC N’EST PAS AUTORISÉ À CONSULTER)
Droit criminel - Infraction - Éléments de l’infraction - Complot en vue de commettre un meurtre - Responsabilité du
participant à une infraction - Preuve - Exception à la règle du ouï-dire dans le cas des coconspirateurs - La Cour d’appel
a-t-elle eu tort de statuer que l’appelant pouvait être déclaré coupable de complot en vue de commettre un meurtre en
tant que participant à l’infraction par l’effet combiné du par. 22(1) et de l’al. 465(1)a) du Code criminel? - Si la
responsabilité du participant à un complot est une infraction que reconnaît le droit canadien, cette responsabilité se
limite-t-elle à avoir aidé ou encouragé la formation du complot, par opposition à avoir aidé ou encouragé la commission
de l’infraction substantielle? - L’exception à la règle du ouï-dire dans les cas des coconspirateurs s’applique-t-elle aux
participants à un complot par opposition aux membres d’un complot? - Si l’appel de la déclaration de culpabilité est
rejeté, l’appel de la peine devrait-elle être accueilli et la peine devrait-elle être modifiée en y substituant une peine non
privative de liberté?
L’appelant, un adolescent, a été déclaré coupable par un jury de complot en vue de commettre un meurtre. En 2002,
deux sœurs, « R » et « T », ont assassiné leur mère en lui administrant de l’alcool et du Tylenol-3 et en la noyant
ensuite dans une baignoire. Elles ont été déclarées coupables de meurtre au premier degré. L’appelant fréquentait T.
Au cours de clavardages sur MSN avant le meurtre, lui et T ont parlé du meurtre. L’appelant et T ont parlé de la
noyade, de ce qu’elle pourrait faire si sa mère se réveillait pendant la noyade et ils se sont donné rendez-vous dans un
restaurant après le meurtre. Le ministère public a émis l’hypothèse que l’appelant avait aidé les soeurs à formuler la
méthode de l’assassinat, fourni les comprimés utilisés pour droguer la mère et accepté de fournir un faux alibi. Le
ministère public a plaidé que l’appelant était coupable de complot en vue de commettre le meurtre, soit comme
coconspirateur, soit comme partie au complot de la soeur. Le juge du procès a dit au jury dans son exposé que
l’appelant pouvait être coupable de complot soit comme [ TRADUCTION] « partenaire à part entière », soit comme partie
au complot en ayant aidé ou encouragé les soeurs ou l’une d’elle dans leur projet de meurtre. Un jury a déclaré
l’appelant coupable de complot en vue de commettre un meurtre. La Cour d’appel a confirmé la déclaration de
culpabilité.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34284
Arrêt de la Cour d’appel :
le 6 avril 2011
Avocats :
Ian R. Mang et Shelley M. Kierstead pour l’appelant
Alexander Alvaro et Andreea Baiasu pour l’intimée
- 1428 -
SUMMARIES OF THE CASES
34252
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Telus Communications Company v. Her Majesty the Queen
Criminal Law - Pre-trial procedure - General Warrant and Assistance Orders - Whether the court below erred in finding
that the general warrant power can be used to seize the content (the substance, meaning or purport) of private text
messages from telecommunication service providers - Whether the court below erred in finding that in acquiring the
substance, meaning and purport of such private communications, the police had not engaged in an ―interception‖ under
the Criminal Code.
The appellant seeks to have a General Warrant and Assistance Order quashed. The General Warrant obliges the
appellant to produce copies of all text messages sent and received by two of its subscribers over fourteen days and
related subscriber information. The appellant routinely creates copies of all text messages that are sent and received by
any of its subscribers and it stores these copies in a database, usually for thirty days. The copies are not intended to be
transmitted. Nor are they created and stored for a purpose related to transmitting the original text messages. The police
did not act pursuant to an authorization to intercept private communications. With the Crown’s consent, the motions
judge rescinded part of the General Warrant that required production of text messages sent or received before the date
on which the General Warrant was issued. He otherwise upheld the General Warrant.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34252
Judgment of the Superior Court:
March 4, 2011
Counsel:
Brian Gover, Scott Hutchison and Brennagh Smith for the appellant
Croft Michaelson and Lisa Mathews for the respondent
- 1429 -
SUMMARIES OF THE CASES
34252
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Telus Communications Company c. Sa Majesté la Reine
Droit criminel - Procédure préliminaire - Mandat général et ordonnances d’assistance - Le tribunal d’instance inférieure
a-t-il eu tort de conclure que le pouvoir de décerner un mandat général peut être exercé pour saisir le contenu (la
substance, le sens ou l’objet) de messages textes personnels de fournisseurs de services de télécommunications? - Le
tribunal d’instance inférieure a-t-il eu tort de conclure qu’en acquérant la substance, le sens et l’objet de ces
communications privées, la police n’avait pas fait d’« interception » au sens du Code criminel?
L’appelante sollicite l’annulation d’un mandat général et d’une ordonnance d’assistance. Le mandat général oblige
l’appelante à produire des copies de tous les messages textes envoyés et reçus par deux de ses abonnés sur une période
de quatorze jours et des renseignements connexes sur l’abonné. L’appelante crée habituellement des copies de tous les
messages textes qui sont envoyés et reçus par ses abonnés et elle conserve ces copies dans une base de données,
généralement pour une période de 30 jours. Les copies ne sont pas destinées à être transmises. Elles ne sont pas non
plus créées et stockées dans un but lié à la transmission des messages textes originaux. Les policiers n’ont pas agi
conformément à une autorisation d’intercepter des communications privées. Avec le consentement du ministère public,
le juge de première instance a annulé une partie du mandat général qui obligeait la production de messages textes
envoyés ou reçus avant la date à laquelle le mandat général a été décerné. Il a confirmé par ailleurs le mandat général.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34252
Jugement de la Cour supérieure :
le 4 mars 2011
Avocats :
Brian Gover, Scott Hutchison et Brennagh Smith pour l’appelante
Croft Michaelson et Lisa Mathews pour l’intimée
- 1430 -
SUMMARIES OF THE CASES
34557
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Nicole Rochon
Criminal law - Drugs and substances - Marijuana - Cultivating or producing - Possession for purpose of trafficking Complicity by omission - Actus reus - Whether complicity by omission under s. 21(1)(b) of Criminal Code requires
existence of legal duty to act and whether failure to act by person who omits to exercise authority over another person
or property can constitute actus reus.
The appellant Ms. Rochon entrusted her property to her son in her absence. When she returned to her property in the
summer, she found that marijuana was being cultivated on her land. She asked her son twice to remove the crop, but
she did not want to report him to the authorities. The trier of fact concluded from the evidence that Ms. Rochon had
known of the situation and had therefore been obliged to call the police and report what her son was doing.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34557
Judgment of the Court of Appeal: October 26, 2011
Counsel:
Jean Campeau for the appellant
Julie Giroux for the respondent
- 1431 -
SUMMARIES OF THE CASES
34557
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Nicole Rochon
Droit criminel - Drogues et autres substances - Marihuana - Culture ou production - Possession à des fins de trafic Complicité par omission - Actus reus - La complicité par omission suivant l’alinéa 21(1)b) du Code criminel
requière-t-elle l’existence d’un devoir légal d’agir et le fait de ne pas agir pour celui qui omet d’exercer l’autorité qu’il
détient sur une personne ou un bien peut-il constituer l’actus reus?
Mme Rochon, appelante, avait confié sa propriété à son fils en son absence. Revenant sur sa propriété à l’été, elle a
constaté la présence d’une culture de marijuana sur ses terres. Mme Rochon a demandé à son fils à deux reprises
d’enlever la plantation, mais elle n’a pas voulu le dénoncer aux autorités. Le juge des faits a retenu de la preuve que
Mme Rochon avait connaissance de la situation et devait donc appeler la police et dénoncer les agissements de son fils.
Origine:
Québec
No du greffe:
34557
Arrêt de la Cour d’appel:
Le 26 octobre 2011
Avocats:
Jean Campeau pour l’appelante
Julie Giroux pour l’intimée
- 1432 -
SUMMARIES OF THE CASES
34282
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pro-Sys Consultants Ltd. and Neil Godfrey v. Microsoft Corporation and Microsoft Canada Co. / Microsoft
Canada CIE
Civil procedure - Class actions - Certification - Cause of action - Passing-on defence - Corollary principle barring
claims by indirect purchasers - Whether it is plain and obvious that indirect purchasers in Canada have no remedy under
Canadian law where they have suffered harm because of illegal and anti-competitive conduct - Whether this case
should have been certified as a class proceeding.
The appellants commenced an action against the respondents alleging that they committed anti-competitive wrongs
enabling them to charge higher prices for some of their products. The appellants did not obtain their Microsoft
products or software licenses directly from the respondents, but acquired them as ―indirect purchasers‖ from re-sellers
or ―direct purchasers‖ (―DPs‖). The appellants pleaded causes of action for the common law torts of intentional
interference with economic interests and conspiracy, and claimed damages pursuant to s. 36 of the Competition Act,
R.S.C. 1985, c. C-34, for breaches of sections 45 and 52 of that Act. They also claimed unjust enrichment and waiver
of tort. They applied for certification of a class proceeding pursuant to the Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996,
c. 50. The respondents challenged the application arguing that it did not satisfy the requirements for certification. The
Supreme Court of British Columbia granted the application for certification of the class action. A majority of the
British Columbia Court of Appeal allowed the appeal, set aside the order for certification, and dismissed the appellants’
action on the basis that it was plain and obvious that the representative plaintiffs, as indirect purchasers, have no cause
of action maintainable in law.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
34282
Judgment of the Court of Appeal: April 15, 2011
Counsel:
J.J. Camp, Q.C. and Reidar Mogerman for the appellants
Neil Finkelstein, Brandon Kain, James Sullivan, Catherine Flood and Sara Knowles
for the respondents
- 1433 -
SUMMARIES OF THE CASES
34282
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pro-Sys Consultants Ltd. et Neil Godfrey c. Microsoft Corporation et Microsoft Canada Co. / Microsoft
Canada CIE
Procédure civile - Recours collectifs - Certification - Cause d’action - Moyen de défense fondé sur le transfert de la
perte - Principe corollaire qui rend irrecevables les demandes d’acheteurs indirects - Est-il évident et manifeste que les
acheteurs indirects au Canada n’ont aucun recours en droit canadien lorsqu’ils ont subi un préjudice en raison d’un
agissement illégal et anti-concurrentiel? - La présente affaire aurait-elle dû être certifiée comme un recours collectif?
Les appelants ont intenté une action contre les intimées alléguant que ces dernières auraient commis des fautes
anti-concurrentielles qui leur permettaient de demander des prix plus élevés pour certains de leurs produits. Les
appelants n’obtenaient pas leurs produits ou leurs licences de logiciels Microsoft directement des intimées, mais les
acquéraient en tant qu’« acheteurs indirects » de revendeurs ou d’« acheteurs directs ». Les appelants ont plaidé des
causes d’action fondées sur des délits civils de common law, soit l’atteinte intentionnelle aux intérêts commerciaux et le
complot, et ont sollicité des dommages-intérêts en vertu de l’art. 36 de la Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985, ch. C-34
pour violation des articles 45 et 52 de cette loi. Ils ont également allégué l’enrichissement sans cause et la renonciation
à un recours délictuel. Ils ont demandé la certification du recours collectif aux termes de la Class Proceedings Act,
R.S.B.C. 1996, ch. 50. Les intimées ont contesté la demande, plaidant qu’elle ne répondait pas aux conditions de
certification. La Cour suprême de la Colombie-Britannique a accueilli la demande de certification du recours collectif.
Les juges majoritaires de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique ont accueilli l’appel, annulé l’ordonnance de
certification et rejeté l’action des appelants au motif qu’il était évident et manifeste que les demandeurs représentants,
en tant qu’acheteurs indirects, n’avaient aucune cause d’action fondée en droit.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
34282
Arrêt de la Cour d’appel :
le 15 avril 2011
Avocats :
J.J. Camp, c.r. et Reidar Mogerman pour les appelants
Neil Finkelstein, Brandon Kain, James Sullivan, Catherine Flood et Sara Knowles
pour les intimées
- 1434 -
SUMMARIES OF THE CASES
34283
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sun-Rype Products Ltd. and Wendy Weberg v. Archer Daniels Midland Company, Cargill Incorporated,
Cerestar USA Inc., formerly known as America Maize-Products Company, Corn Products International
Inc., Bestfoods Inc., formerly known as CPC International Inc., ADM Agri-Industries Company, Cargill
Limited, Casco Inc. and Unilever PLC doing business as Unilever Bestfoods North America
Civil procedure - Class actions - Certification - Cause of action - Passing-on defence -Corollary principle barring claims
of indirect purchasers - Whether this case should have been certified as a class proceeding - Whether a constructive
trust can be ordered in the absence of a direct link or proprietary nexus - If a direct link or nexus is required, what is the
content of that requirement - Whether a constructive trust can be ordered where a monetary award will be an adequate
remedy - On what factual basis must the court address the certification requirements of the Class Proceedings Act?
The appellants (the ―Purchasers‖) brought claims against the respondents (the ―Producers‖) alleging that they illegally
engaged in an intentional, secret conspiracy to fix the price of high fructose corn syrup (―HFCS‖), a sweetener used in
various manufactured food products, predominantly soft drinks. As a result of the Producers’ price-fixing activity, it is
alleged that they overcharged direct purchasers (―DPs‖) like the representative plaintiff Sun-Rype Products Ltd. for the
syrup. The overcharge was passed through to indirect purchasers (―IPs‖) like the representative plaintiff Wendy
Weberg, appellant, who consumed the end product. The causes of action alleged by the Purchasers were:
i) contraventions of s. 45(1) of Part VI of the Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34 and damages under s. 36(1); ii)
tortious conspiracy and intentional interference with economic interests; iii) unjust enrichment, waiver of tort and
constructive trust; and iv) punitive damages. The Purchasers brought an application to have the action certified as a
class action pursuant to the Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, with the proposed class comprised of both
DPs and IPs of the HFCS. The Producers denied any wrongdoing and challenged the application on many fronts. A
focus became whether the Producers were precluded from relying on the passing-on defence vis-à-vis the DPs and, if
so, whether IPs are similarly precluded from having a cause of action against the Producers. The Supreme Court of
British Columbia granted the application for certification. A majority of the Court of Appeal for British Columbia
allowed the Producer’s appeal and set aside the certification order with respect to those Purchasers who are IPs, holding
that they had no cause of action. The application was remitted to the trial court for consideration with respect to DPs.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
34283
Judgment of the Court of Appeal: April 15, 2011
Counsel:
J.J. Camp, Q.C. and Reidar Mogerman for the appellants
J. Kenneth McEwan, Q.C. and Eileen Patel for the Cargill respondents
Stephen R. Schachter, Q.C. and Geoffrey B. Gomery, Q.C. for the Casco
respondents
Gregory J. Nash and David K. Yule for the ADM respondents
- 1435 -
SUMMARIES OF THE CASES
34283
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sun-Rype Products Ltd. et Wendy Weberg c. Archer Daniels Midland Company, Cargill Incorporated,
Cerestar USA Inc., auparavant connue sous le nom d’America Maize-Products Company, Corn Products
International Inc., Bestfoods Inc., auparavant connue sous le nom de CPC International Inc., ADM
Agri-Industries Company, Cargill Limited, Casco Inc. et Unilever PLC 500 faisant affaire sous la
dénomination Unilever Bestfoods North America
Procédure civile - Recours collectif - Certification - Cause d’action - Moyen de défense fondé sur le transfert de la perte
- Principe corollaire qui rend irrecevables les demandes d’acheteurs indirects - La présente affaire aurait-elle dû être
certifiée comme un recours collectif? - Une fiducie constructoire peut-elle être ordonnée en l’absence d’un lien direct
ou exclusif? - Si un lien direct est exigé, quel est le contenu de cette exigence? - Une fiducie constructoire peut-elle être
ordonnée lorsqu’une réparation pécuniaire sera une réparation adéquate? - Sur quels faits le tribunal doit-il s’appuyer
pour traiter les exigences en matière de certification prévues dans la Class Proceedings Act?
Les appelantes (les « acheteurs ») ont introduit des demandes contre les intimées (les « producteurs ») alléguant
qu’elles avaient participé illégalement à un complot intentionnel secret pour se concerter sur le prix du sirop de maïs à
haute teneur de fructose (« HFCS »), un édulcorant utilisé dans divers produits alimentaires fabriqués, principalement
des boissons gazeuses. En conséquence de cette activité de concertation sur les prix des producteurs, il est allégué que
ces derniers auraient demandé un prix excessif aux acheteurs directs (AD) comme la représentante des demandeurs,
Sun-Rype Products Ltd. pour le sirop. Le trop-perçu était imputé aux acheteurs indirects (AI) comme la représentante
des demandeurs, Wendy Weberg, appelante, qui consommaient le produit final. Les acheteurs ont allégué les causes
d’actions suivantes : i) des contraventions au par. 45(1) de la Partie VI de la Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985,
ch. C-34 et des dommages-intérêts aux termes du par. 36(1); ii) le complot délictuel et l’atteinte intentionnelle aux
intérêts économiques; iii) l’enrichissement sans cause, la renonciation à un recours délictuel et la fiducie constructoire;
iv) des dommages-intérêts punitifs. Les acheteurs ont présenté une demande en certification de l’action comme recours
collectif en vertu de la Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50, dont le groupe proposé comprendrait à la fois les
AD et les AI de la HFCS. Les producteurs ont nié toute faute et ont contesté la demande à plusieurs titres. En
définitive, une des principales questions en litige était de savoir si les producteurs étaient forclos de s’appuyer sur la
moyen de défense fondé sur le transfert de la perte à l’égard des AD et, dans l’affirmative, si les AI étaient pareillement
forclos d’avoir une cause d’action contre les producteurs. La Cour suprême de la Colombie Britannique a accueilli la
demande de certification. Les juges majoritaires de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique ont accueilli l’appel
des producteurs et annulé l’ordonnance de certification à l’égard des acheteurs qui étaient des AI, statuant que ces
derniers n’avaient aucune cause d’action. La demande a été renvoyée au tribunal de première instance pour examen à
l’égard des AD.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
34283
Arrêt de la Cour d’appel :
le 15 avril 2011
Avocats :
J.J. Camp, c.r. et Reidar Mogerman pour les appelantes
J. Kenneth McEwan, c.r. et Eileen Patel pour les intimées Cargill
Stephen R. Schachter, c.r. et Geoffrey B. Gomery, c.r. pour les intimées Casco
Gregory J. Nash et David K. Yule pour les intimées ADM
- 1436 -
SUMMARIES OF THE CASES
34617
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Samsung Electronics Co., Ltd. and Samsung Semiconductor Inc. v. Option Consommateurs and Claudette
Cloutier - and between - Hynix Semiconductor Inc. v. Option Consommateurs and Claudette Cloutier - and
between - Infineon Technologies AG and Infineon Technologies North America Corp. v. Option
Consommateurs and Claudette Cloutier - and between - Micron Technology Inc. v. Option Consommateurs
and Claudette Cloutier
Civil procedure - Class actions - Prior authorization - Conditions for instituting action - Cause of action - Violation of
Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34 - ―Passing-on‖ - Territorial jurisdiction - Class action authorized for direct and
indirect purchasers in Quebec based on purchase of product manufactured in United States - Whether indirect
purchasers in Quebec entitled to sue to recover price increase resulting from anti-competitive behaviour and whether
Court of Appeal could authorize class action in circumstances - Whether existence of strictly economic damage
suffered by Quebec resident is sufficient to give Quebec courts jurisdiction under art. 3148(3) of Civil Code of Québec.
The four appellants are companies that manufacture electronic components, including Dynamic Random Access
Memory (DRAM). In 2004, they pleaded guilty in the United States to charges of conspiring to restrict competition in
the sale of DRAM. Direct purchasers (businesses — manufacturers and/or retailers of computers and other devices
equipped with DRAM) and indirect purchasers (consumers of computers and other devices equipped with DRAM) in
Quebec filed a motion for authorization to institute a class action against the appellants. The purchasers argued that the
appellants had artificially inflated the price of DRAM and devices equipped with DRAM through their anti-competitive
behaviour in the United States, that direct purchasers in Quebec had paid a high price for DRAM and that the direct
purchasers had transferred that inflated price to indirect purchasers in Quebec. The Quebec Superior Court dismissed
the motion, refused to authorize the class action and declared that it did not have the necessary jurisdiction to hear such
an action. The Quebec Court of Appeal set aside that judgment and authorized the bringing of the proposed class
action.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34617
Judgment of the Court of Appeal: November 16, 2011
Counsel:
Yves Martineau for the appellants Infineon
Madeleine Renaud, Ad. E., for the appellant Hynix
Eric Vallières, D. Martin Low and Andrei Pascu for the appellant Micron
Francis Rouleau for the appellants Samsung
Daniel Belleau, Maxime Nasr and Violette Leblanc for the respondents
- 1437 -
SUMMARIES OF THE CASES
34617
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Samsung Electronics Co., Ltd. et Samsung Semiconductor Inc. c. Option Consommateurs et Claudette
Cloutier - et entre - Hynix Semiconductor Inc. c. Option Consommateurs et Claudette Cloutier - et entre Infineon Technologies AG et Infineon Technologies North America Corp. c. Option Consommateurs et
Claudette Cloutier - et entre - Micron Technology Inc. c. Option Consommateurs et Claudette Cloutier
Procédure civile - Recours collectifs - Autorisation préalable - Conditions d’exercice - Cause d’action - Atteinte à la Loi
sur la concurrence, L.R.C. 1985, c. C-34 - « Transfert de la perte » - Compétence territoriale - Recours collectif
autorisé pour acheteurs directs et indirects québécois découlant de l’achat d’un bien manufacturé aux États-Unis - Les
acheteurs indirects au Québec ont-ils droit de poursuivre pour recouvrer l’augmentation de prix découlant d’un
comportement anticoncurrentiel, et la Cour d’appel pouvait-elle autoriser le recours collectif dans les circonstances L’existence d’un préjudice strictement économique subi par un résident du Québec est-elle suffisante pour conférer
compétence aux tribunaux québécois en vertu de l’article 3148(3) du Code civil du Québec?
Les quatre appelantes sont des sociétés commerciales manufacturières de composantes électroniques, dont la mémoire
vive dynamique (« Dynamic Random Access Memory - DRAM »), qui ont plaidé coupables aux États-Unis en 2004 à
des accusations d’avoir conspiré de manière à restreindre la concurrence dans la vente de DRAM. Des acheteurs
directs (entreprises - fabricants et/ou détaillants d’ordinateurs et autres appareils équipés de DRAM) et des acheteurs
indirects (consommateurs d’ordinateurs et autres appareils équipés de DRAM) au Québec ont déposé une requête en
autorisation d’exercer un recours collectif contre les appelantes. Les acheteurs prétendent qu’elles ont artificiellement
gonflé le prix de DRAM et d’appareils équipés de DRAM en raison de leur comportement anticoncurrentiel aux
États-Unis, que des acheteurs directs au Québec ont payé un prix élevé pour la DRAM, et que les acheteurs directs ont
transféré ce prix gonflé aux acheteurs indirects au Québec. La Cour supérieure du Québec rejette la requête, refuse
d’autoriser le recours collectif, et déclare qu’elle n’a pas la compétence nécessaire pour entendre un tel recours. La
Cour d’appel du Québec casse ce jugement et autorise l’exercice du recours collectif proposé.
Origine :
Québec
No du greffe :
34617
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 16 novembre 2011
Avocats :
Yves Martineau pour les appelantes Infineon
Madeleine Renaud, Ad. E. pour l’appelante Hynix
Eric Vallières, D. Martin Low et Andrei Pascu pour l’appelante Micron
Francis Rouleau pour les appelantes Samsung
Daniel Belleau, Maxime Nasr et Violette Leblanc pour les intimées
- 1438 -
SUMMARIES OF THE CASES
34258
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Muhsen Ahemed Ramadan Agraira v. The Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
Immigration law - Judicial review - Inadmissibility and removal - Appellant granted leave to seek judicial review of the
Minister’s determination under s. 34(2) of the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27 that his
continued stay in Canada was detrimental to Canada’s national interest - Federal Court of Appeal allowed appeal, set
aside Federal Court decision and dismissed application for judicial review - Whether the Federal Court of Appeal erred
by finding that a transfer in ministerial responsibility was the determinative factor in interpreting s. 34(2) of the IRPA Whether the Federal Court of Appeal unlawfully fettered the discretion of the respondent by limiting the interpretation
of ―national interest‖ to issues of national security and public danger.
The appellant, Mr. Agraira is a citizen of Libya who, in 1996, left his homeland for Germany where he made a claim
for Convention Refugee status on the basis of his membership in the Libyan National Salvation Front (LNSF). His
application was unsuccessful. In March 1997, Mr. Agraira entered Canada using an Italian passport, illegally
purchased in Germany. He applied for Convention Refugee status, once again on the basis of his involvement with the
LNSF. On October 24, 1998, his claim for Convention Refugee status was refused on the basis of his lack of
credibility. Mr. Agraira married a Canadian woman and his wife sponsored his application for permanent residence in
August 1999. He was found to be inadmissible to Canada on security grounds. He attempted to avoid this finding of
inadmissibility through an application for ministerial relief under the relevant legislation. The legislative landscape
changed significantly during the life of Mr. Agraira’s application changing the minister responsible for such decisions
from the Minister of Immigration and Citizenship to the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness. The
Minister refused to grant relief. Mr. Agraira applied for, but was denied, leave to have the decision under s. 34(1) of
the IRPA that he was inadmissible, judicially reviewed. However, he was granted leave to seek judicial review of the
Minister’s determination under s. 34(2) that his continued stay in Canada was detrimental to Canada’s national interest.
Mr. Agraira’s application to the Federal Court for judicial review of that decision was successful. However, the Federal
Court of Appeal allowed the appeal, set aside the decision of the Federal Court and dismissed the application for
judicial review.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.:
34258
Judgment of the Court of Appeal: March 17, 2011
Counsel:
Lorne Waldman for the appellant
Urszula Kaczmarczyk for the respondent
- 1439 -
SUMMARIES OF THE CASES
34258
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Muhsen Ahemed Ramadan Agraira c. Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
Droit de l’immigration - Contrôle judiciaire - Interdiction de territoire et renvoi - L’appelant a obtenu l’autorisation de
solliciter le contrôle judiciaire de la décision, prise par le ministre en vertu du par. 34(2) de la Loi sur l’immigration et
la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27, suivant laquelle sa présence au Canada était préjudiciable à l’intérêt
national. - La Cour d’appel fédérale a accueilli l’appel, annulé la décision de la Cour fédérale et rejeté la demande de
contrôle judiciaire - La Cour d’appel fédérale a-t-elle eu tort de conclure que le transfert de la responsabilité à un autre
ministre était le facteur déterminant dans l’interprétation du par. 34(2) de la LIPR? - La Cour d’appel fédérale a-t-elle
entravé illégalement le pouvoir discrétionnaire de l’intimé en affirmant que le terme « intérêt national » vise
uniquement la sécurité nationale et le danger pour le public.
L’appelant, M. Agraira, est un citoyen libyen qui, en 1996, a quitté son pays natal en direction de l’Allemagne, où il a
revendiqué le statut de réfugié au sens de la Convention du fait de son appartenance au Front du salut national libyen
(FSNL). Sa demande a été rejetée. En mars 1997, M. Agraira est entré au Canada muni d’un passeport italien qu’il
s’était procuré illégalement en Allemagne. Il a revendiqué le statut de réfugié au sens de la Convention, encore une fois
en raison de sa participation au FSNL. Sa revendication a été rejetée le 24 octobre 1998 pour manque de crédibilité.
Monsieur Agraira a épousé une Canadienne, qui a parrainé sa demande de résidence permanente en août 1999. Il a été
jugé interdit de territoire au Canada pour des raisons de sécurité. Il a tenté de se soustraire à cette interdiction de
territoire en demandant une dispense ministérielle en vertu des dispositions législatives applicables. Le paysage
législatif a changé considérablement depuis que M. Agraira a présenté sa demande, et la responsabilité de prendre les
décisions de cette nature est passée du ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration au ministre de la Sécurité
publique et de la Protection civile. Le ministre a refusé d’accorder une dispense ministérielle. Monsieur Agraira a
demandé sans succès l’autorisation de présenter une demande de contrôle judiciaire de la décision, prise en vertu du
par. 34(1) de la LIPR, qu’il était interdit de territoire. Il a toutefois obtenu l’autorisation de demander le contrôle
judiciaire de la décision, prise par le ministre au titre du par. 34(2), suivant laquelle sa présence au Canada était
préjudiciable à l’intérêt national. La demande de contrôle judiciaire de cette décision, que M. Agraira a introduite
devant la Cour fédérale, a été accueillie. La Cour d’appel fédérale a toutefois accueilli l’appel, annulé la décision de la
Cour fédérale et rejeté la demande de contrôle judiciaire.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
34258
Arrêt de la Cour d’appel :
le 17 mars 2011
Avocats :
Lorne Waldman pour l’appelant
Urszula Kaczmarczyk pour l’intimé
- 1440 -
SUMMARIES OF THE CASES
34499
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Charles Picot v. Her Majesty the Queen
Criminal law - Indecent assault on male - Evidence - Corroboration - Appeals - Crown’s right to appeal - Question of
law - Where trial judge acquits on ground of reasonable doubt, whether judge’s failure to specifically take account of
testimony on incidental matters, which could in some respects have bolstered complainant’s credibility, raises question
of law alone and thus gives Attorney General right to appeal under s. 676(1)(a) of Criminal Code.
The appellant was acquitted on an indecent assault charge. The assault allegedly occurred in 1975, when the appellant
was a curate and the complainant was 13 years old. The trial judge acquitted the appellant in part because the
complainant’s testimony was not corroborated and was not consistent with the evidence. The majority of the Court of
Appeal allowed the Crown’s appeal and ordered a new trial on the ground that the trial judge had erred in concluding
that the corroborative or confirmatory evidence had to relate directly to one or more essential elements of the charge.
In the alternative, the majority concluded that the trial judge had erred in not taking account of the existing
confirmatory evidence that could have served to restore credibility to the complainant’s testimony. Richard J.A.,
dissenting, would have dismissed the appeal on the ground that [TRANSLATION] ―the trial judge took account of all the
testimony but, if this is not the case . . . this failure does not raise a question of law alone‖, which is necessary for the
Crown to have a right to appeal under s. 676(1)(a) of the Criminal Code. Richard J.A. explained that, because of the
Court of Appeal’s unanimous conclusion that corroboration was not necessary for a conviction in this case, there was
no need for it to consider whether the trial judge had erred in failing to analyse the evidence that could have provided
corroboration.
Origin of the case:
New Brunswick
File No.:
34499
Judgment of the Court of Appeal: August 18, 2011
Counsel:
Charles Picot, unrepresented
François Doucet for the respondent
- 1441 -
SUMMARIES OF THE CASES
34499
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Charles Picot c. Sa Majesté la Reine
Droit criminel - Attentat à la pudeur d’une personne de sexe masculin - Preuve - Corroboration - Appels - Droit d’appel
du ministère public - Question de droit - Lorsqu’un juge de première instance prononce un verdict d’acquittement sur le
fondement d’un doute raisonnable, le défaut du juge de tenir compte particulièrement d’un témoignage sur des
questions incidentes, qui aurait pu à certains égards étayer la crédibilité du plaignant, soulève-t-il une question de droit
seulement, donnant ainsi au procureur général un droit d’appel en vertu de l’al. 676(1)a) du Code criminel?
L’appelant est acquitté d’une accusation d’attentat à la pudeur. L’attentat se serait produit en 1975, alors que l’appelant
était vicaire d’une paroisse et que le plaignant était âgé de 13 ans. Le premier juge prononce un acquittement,
notamment au motif que le témoignage du plaignant était non corroboré et ne correspondait pas à la preuve. La
majorité de la Cour d’appel accueille l’appel du ministère public et ordonne la tenue d’un nouveau procès au motif que
le premier juge a commis une erreur lorsqu’il a conclu que les éléments de preuve corroboratifs ou confirmatifs
devaient avoir un lien direct avec un ou plusieurs éléments essentiels de l’accusation. Dans l’alternative, la majorité
conclut que le premier juge a commis une erreur en ne tenant pas compte de la preuve confirmative existante qui aurait
pu servir à restituer au témoignage du plaignant sa crédibilité. Le juge Richard, dissident, aurait rejeté l’appel au motif
que « le juge du procès a tenu compte de tous les témoignages mais, le cas advenant que ce ne soit pas le cas, [. . .] ce
défaut ne soulève pas une question de droit seulement », qui est nécessaire au droit d’appel du ministère public prévu à
l’al. 676(1)a) du Code criminel. Le juge Richard explique qu’en raison de la conclusion unanime de la Cour selon
laquelle la corroboration n’était pas nécessaire à une déclaration de culpabilité en l’espèce, il n’y a pas lieu pour la Cour
d’appel d’examiner si le premier juge a commis une erreur en omettant d’analyser la preuve qui aurait pu servir de
corroboration.
Origine :
Nouveau-Brunswick
No du greffe :
34499
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 18 août 2011
Avocats :
Charles Picot, non-représenté
François Doucet pour l’intimée
- 1442 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
F
v
s
s
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
motion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising