SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu, mais la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued weekly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
October 5, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
1443 - 1486
Le 5 octobre 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1443 - 1444
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1445
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1446 - 1472
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1473 - 1475
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
1476
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
Pronouncements of appeals reserved
1477
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
1478 - 1486
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Wanda Cummings
Wanda Cummings
DeBeers Canada Inc. et al.
Katherine L. Kay
Stikeman Elliott LLP
v. (34962)
v. (34964)
Her Majesty the Queen et al. (N.S.)
Sheldon Choo
A.G. of Nova Scotia
Michelle Fairhurst (B.C.)
J.J. Camp
Camp Fiorante Matthews
FILING DATE: 07.09.2012
FILING DATE: 13.09.2012
Robert Andrew McBride
Fritz C. Gaerdes
Alexander Holburn Beaudin + Lang LLP
Howard Galganov et al.
Robert J. Reynolds
Reynolds O’Brien LLP
v. (34963)
v. (34965)
Her Majesty the Queen in Right of Canada as
represented by the Minister of National Defence
et al. (F.C.)
Patrick Walker
Department of Justice
Corporation of the Township of Russell (Ont.)
Ronald F. Caza
CazaSaikaley LLP
FILING DATE: 13.09.2012
FILING DATE: 13.09.2012
Kerry Wong
Mark C. Halfyard
Rusonik, O’Connor, Robbins, Ross,
Gorham & Angelini LLP
Jeffrey Jiyang Ma et al.
Jeffrey Radnoff
Radnoff Law Offices
v. (34967)
v. (34966)
Ying Ma also known as Michelle Ma (Ont.)
J. Gardner Hodder
Hodder Barristers
Her Majesty the Queen (Ont.)
John McInnes
A.G. of Ontario
FILING DATE: 14.09.2012
FILING DATE: 14.09.2012
299 Burrard Residential Limited Partnership
E. Neil Kornfeld, Q.C.
Kornfeld LLP
Blood Tribe et al.
John R. Beckman, Q.C.
McKercher LLP
v. (34968)
v. (34978)
Soroor Essalat (B.C.)
Bryan G. Baynham, Q.C.
Harper Grey LLP
Attorney General of Canada (Alta.)
William L. Softley
A.G. of Canada
FILING DATE: 17.09.2012
FILING DATE: 20.09.2012
- 1443 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Enmax Power Corporation
Dalton W. McGrath
Blake, Cassels & Graydon LLP
Allen Oberg et al.
J.L. McDougall, Q.C.
Fraser Milner Casgrain LLP
v. (34977)
v. (34971)
Remington Development Corporation (Alta.)
L. Grant Vogeli
Burnet, Duckworth & Palmer
Minister of Agriculture and Agri-Food in his
Capacity as Minister Responsible for the
Canadian Wheat Board (F.C.)
Robert MacKinnon
A.G. of Canada
FILING DATE: 20.09.2012
FILING DATE: 19.09.2012
Isabelle Martin
Denis Bonneville
Larouche Lalancette Pilote, avocats
s.e.n.c.r.l.
Brad William MacDonald
Brad William MacDonald
c. (34983)
v. (34990)
Commission des relations du travail et autres
(Qc)
Véronique Morin
Commission des relations du travail
Attorney General of Nova Scotia representing
Her Majesty the Queen in Right of the Province
of Nova Scotia (N.S.)
Ryan Brothers
A.G. of Nova Scotia
DATE DE PRODUCTION : 21.09.2012
FILING DATE: 20.09.2012
Sobeys Québec inc.
André Johnson
Stein Monast s.e.n.c.r.l.
Canadian Imperial Bank of Commerce
Patricia D.S. Jackson
Torys LLP
c. (34989)
v. (34987)
Commission de la santé et de la sécurité du
travail (Qc)
Berthi Fillion
Vigneault Thibodeau Bergeron, avocats
Dara Fresco (Ont.)
Louis Sokolov
Sack Goldblatt Mitchell LLP
DATE DE PRODUCTION : 25.09.2012
FILING DATE: 25.09.2012
- 1444 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
OCTOBER 1, 2012 / LE 1er OCTOBRE 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Rothstein and Moldaver JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Moldaver
1.
Hoang Anh Pham v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Crim.) (By Leave) (34897)
2.
Her Majesty the Queen v. Chay Brooks Gladue (Alta.) (Crim.) (By Leave) (34906)
3.
Dustin Duke Darby v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Crim.) (By Leave) (34865)
4.
Victor J. Buencamino v. Canada Minister of Justice (B.C.) (Crim.) (By Leave) (34892)
5.
Michael Downer v. Personal Insurance Company of Canada (Ont.) (Civil) (By Leave) (34919)
CORAM: LeBel, Abella and Cromwell JJ.
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
6.
R.L. c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (34871)
7.
Antal Babos et autre c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (34824)
8.
Sylvain Roger c. Linda Mercier et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (34950)
9.
Diane Bouchard c. Réjean Lebel, ès qualité de syndic adjoint et autre (Qc) (Civile) (Autorisation) (34921)
10.
Auberge des Glycines inc., faisant affaire sous la raison sociale Auberge le Pomerol inc. c. Ville de Montréal
(Qc) (Civile) (Autorisation) (34837)
CORAM: Fish, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Les juges Fish, Moldaver et Karakatsanis
11.
Farrokh Rohani v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (34913)
12.
Anees Chaudhary v. Warden of Frontenac Institution (Ont.) (Crim.) (By Leave) (34917)
13.
John Murphy et al. v. John Wynne et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (34977)
14.
Wanda Bond v. Brookfield Asset Management Inc. et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (34885)
- 1445 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
OCTOBER 4, 2012 / LE 4 OCTOBRE 2012
34734
MCAP Financial Corporation v. Condominium Corporation No. 0321365 and An Unspecified
Unit Holder, As Representative Plaintiff (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1001-0308-AC, 2012 ABCA 26, dated January 27, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1001-0308AC, 2012 ABCA 26, daté du 27 janvier 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Procedural law — Summary judgment — Property law — Condominiums — Condominium development —
Financing — Whether the decision on summary judgment raises issues of public or national importance — Whether
the Court of Appeal erred in implicitly finding that the policy considerations which negated a duty of care in ordinary
negligence should be disregarded when assessing a claim in negligent misrepresentation — Whether the Court of
Appeal erred in failing to find that the negligent misrepresentation claim failed based on the failure to prove
detrimental reliance by Condo Corp. and the representative unit holder.
The respondent Condominium Corporation No. 0321365 (“Condo Corp.”) owns the common property of a seven
building, 168 unit condominium complex in Fort McMurray. Real Estate Strategies Group Inc. was involved with
and, in some fashion, assisted purchasers of 72 of the units. Condo Corp. and the representative unit holder sued for
damages to remedy the alleged faulty design and construction. The defendants included, 970365 Alberta Ltd.,
(“970365”), which was the developer of the project, and MCAP Financial Corporation (“MCAP”), which provided
interim financing to 970365 for the project. The suit alleged that the project suffered from several serious problems,
including the fact that the units in the condo project and related common property were not substantially completed at
the time of transfer, which triggered certain statutory protections in favour of the purchasers under the Condominium
Property Act, R.S.A. 2000, c. C-22.
MCAP applied for summary judgment dismissing all of the claims against MCAP. The trial judge granted summary
judgment and dismissed the action. A majority of the Court of Appeal found that the action presented genuine issues
for trial with respect to negligent misrepresentation, claims related to breach of statutory trust and unjust enrichment,
and whether MCAP was a “developer”.
June 18, 2010
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Wilkins J.)
Summary dismissal granted
January 27, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Fraser C.J.A., Watson and McDonald JJ.A.)
2012 ABCA 26
Appeal allowed in part: claims for negligent
misrepresentation, knowing assistance, knowing
receipt, unjust enrichment, and the s. 14 developer
issue should go to trial
- 1446 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 27, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit procédural — Jugement sommaire — Droit de biens — Condominiums — Aménagement de condominiums —
Financement — Le jugement sommaire soulève-t-il des questions d’importance pour le public ou des questions
d’importance nationale? — La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure implicitement qu’il y faut faire abstraction de
considérations de politique qui écartent l’obligation de diligence dans une affaire de négligence ordinaire lorsqu’il
s’agit d’évaluer le bien-fondé d’une demande en déclaration inexacte faite par négligence? — La Cour d’appel a-t-elle
eu tort de ne pas conclure que la demande en déclaration inexacte faite par négligence devait être rejetée faute de
preuve d’acte de confiance préjudiciable de la part de Condo Corp. et du copropriétaire qui représente le groupe de
demandeurs?
L’intimée Condominium Corporation No. 0321365 (« Condo Corp. ») est propriétaire des parties communes d’un
complexe de condominiums de sept édifices et de 168 unités à Fort McMurray. Real Estate Strategies Group Inc.
avait travaillé avec les acheteurs de 72 des unités et les avait aidés en quelque sorte. Condo Corp. et le copropriétaire
qui représente le groupe de demandeurs ont intenté une poursuite en dommages-intérêts pour vice de conception et de
construction. Les défenderesses comprenaient notamment 970365 Alberta Ltd., (« 970365 »), le promoteur du projet
et MCAP Financial Corporation (« MCAP »), qui avaient fourni à 970365 du financement provisoire pour le projet.
Dans la poursuite, il est allégué que le projet comportait plusieurs problèmes graves, notamment que les unités du
projet de condo et les parties communes connexes n’avaient pas été quasi-achevés au moment du transfert, ce qui a
déclenché certaines protections légales en faveur des acheteurs sous le régime de la Condominium Property Act,
R.S.A. 2000, ch. C-22.
MCAP a demandé le rejet par jugement sommaire de toutes les demandes contre elle. Le juge de première instance a
rejeté l’action par jugement sommaire. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont conclu que l’action soulevait de
véritables questions litigieuses relativement à la déclaration inexacte faite par négligence, aux allégations liées à la
violation d’une fiducie d’origine législative et à l’enrichissement injustifié et à la question de savoir si MCAP était un
« promoteur ».
18 juin 2010
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Wilkins)
Rejet sommaire prononcé
27 janvier 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juge en chef Fraser, juges Watson et McDonald)
2012 ABCA 26
Appel accueilli en partie : les demandes en déclaration
inexacte faite par négligence, aide apportée en
connaissance de cause, réception en connaissance de
cause, enrichissement injustifié et la question relative
au statut de promoteur en application de l’art. 14
devraient être tranchées à l’issue d’un procès
27 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
- 1447 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34795
3028879 Canada inc. c. Gaston Malette (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09020631-107, 2012 QCCA 382, daté du 28 février 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-020631-107, 2012 QCCA 382, dated February 28, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil law — Contracts — Suretyship — Financing — Whether Court of Appeal erred in holding that conclusion of
“Intercreditor Agreement” depended on its being signed by CIT Business Credit Canada Inc. — Whether Court of
Appeal erred in finding that suspensive condition of suretyship was not fulfilled.
Entreprises Daigle Internationale inc. (Entreprises Daigle) sold its sawmill to Malette International inc. (Malette
International), of which Gilles Malette and his brother Denis were shareholders. The Malette brothers then ran into
difficulty with their business. They contacted CIT Business Credit Canada Inc. (CIT), a company specializing in
business financing. In the summer of 2006, CIT offered them $10,000,000 in financing on condition that it be granted
a first-ranking hypothec on all Malette International’s assets. Jacques Daigle, the senior officer of Entreprises Daigle,
signed the “Intercreditor Agreement”, under which the applicant, 3028879 Canada Inc., a real estate investment
company, was to transfer its priority as a creditor to CIT. Canada Inc. signed a contract with the respondent, Gaston
Malette, a director and shareholder of Industries Malette, under which Mr. Malette stood surety for a $2,000,000 loan
in the form of a convertible debenture. This suretyship was conditional upon the conclusion of the Intercreditor
Agreement and not simply upon its being signed by Jacques Daigle. The Malette brothers met with representatives of
CIT to finalize their financing agreement. The agreement was not concluded, because some of the accounts receivable
of Industries Malette were unpaid as of the 90-day due date and were therefore of no value to CIT. Canada Inc. sent a
notice of default to Gilles Malette in which it claimed payment of interest owed by Malette International up to
January 31, 2007. A similar notice of default was also sent to Gaston Malette. Canada Inc. then sent a second notice
of default to Gilles and Gaston Malette. This time, it sought payment of the entire debt of $2,000,000, plus the interest
payable. In its motion to institute proceedings, Canada Inc. claimed $2,060,000 from Industries Malette and Gaston
Malette solidarily. The action against Gaston Malette was based on the deed of suretyship by which Mr. Malette
undertook to guarantee the performance of Industries Malette’s obligations.
April 1, 2010
Quebec Superior Court
(Dumas J.)
2010 QCCS 1316
Respondent, Mr. Malette, ordered solidarily to pay
applicant $2,000,000
February 28, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Rochon and Dutil JJ.A. and Jacques J. (ad hoc))
2012 QCCA 382
Appeal allowed
April 26, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1448 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit civil — Contrats — Cautionnement — Financement — La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en soumettant la
conclusion de l’« Intercreditor Agreement » à la signature de CIT Business Credit Canada Inc.? — La Cour d’appel
a-t-elle fait erreur en concluant que la condition suspensive du cautionnement ne s’est pas réalisée?
Entreprises Daigle Internationale inc. (« Entreprises Daigle ») vend sa scierie à Malette International inc. (Malette
International), dont MM. Gilles Malette et son frère Denis sont actionnaires. Les frères Malette éprouvent ensuite des
difficultés avec leur entreprise. Ils contactent alors CIT Business Credit Canada Inc. (CIT), une société spécialisée
dans le financement des entreprises. À l'été 2006, elle leur propose un financement de 10 000 000 $ à la condition de
détenir une hypothèque de premier rang sur tous les actifs de Malette International. Jacques Daigle, principal dirigeant
d’Entreprises Daigle, signe l’Intercreditor Agreement, une entente qui vise à s’assurer que la demanderesse, Canada
inc., qui est une société de placement immobilier, cède sa priorité de créance à CIT. Canada inc. signe un contrat avec
l’intimé Gaston Malette, un des administrateurs et actionnaire d’Industrie Malette, par lequel ce dernier se porte
caution d’un emprunt de 2 000 000 $ qui constitue une débenture convertible. Ce cautionnement est conditionnel à la
conclusion de l’Intercreditor Agreement et non simplement à sa signature par Jacques Daigle. Les frères Malette
rencontrent les représentants de CIT afin de finaliser leur entente de financement. L’entente n’est pas conclue
puisqu’une partie des comptes clients d’Industries Malette a dépassé un délai de 90 jours, devenant ainsi sans valeur
pour CIT. Canada inc. envoie une mise en demeure à Gilles Malette et lui réclame le paiement des intérêts dus par
Malette International au 31 janvier 2007. Une mise en demeure semblable est aussi expédiée à Gaston Malette.
Canada inc. fait parvenir une deuxième mise en demeure à Gilles et Gaston Malette. Canada inc. désire cette fois
obtenir le paiement de la totalité de la dette de 2 000 000 $, plus les intérêts exigibles. Dans sa requête introductive
d’instance, Canada inc. réclame 2 060 000 $ solidairement d’Industries Malette et de Gaston Malette. Le recours
contre Gaston Malette est fondé sur l’acte de cautionnement par lequel ce dernier s’engageait à garantir l’exécution les
obligations d’Industries Malette.
Le 1 avril 2010
Cour supérieure du Québec
(Le juge Dumas)
2010 QCCS 1316
L’intimé M. Malette condamné conjointement et
solidairement à payer à la demanderesse la somme de
2 000 000 $.
Le 28 février 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Rochon, Dutil et Jacques (ad hoc))
2012 QCCA 382
Appel accueilli.
Le 26 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
34822
Ranko Todorovic v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario AND BETWEEN Ranko
Todorovic v. City of Hamilton (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
- 1449 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C54412,
C54413, C54470 and C54624, 2012 ONCA 198, dated March 22, 2012, is dismissed with cost in accordance with the
Tariff.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C54412, C54413,
C54470 et C54624, 2012 ONCA 198, daté du 22 mars 2012, est rejetée avec dépens selon le montant qui sera établi
conformément au Tarif.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Pleadings — Whether the Court of Appeal for Ontario acted as a private agency of the Ontario’s
Class in Power by blindly protecting the interests of the Respondents — Whether the Ontario legislature is deliberately
designed to serve the Ontario’s Class in Power — Whether the Court of Appeal for Ontario has any accountability to
the Ontario population — Whether the Applicant, as a member of the Canadian immigration is a permanent victim of
the Ontario Class in Power’s conspiracy, expressed through perfectly conducted discrimination.
Mr. Todorovic appeals four orders of Superior Court judges made between August 25 and September 26, 2011,
namely:
(1)
the order of Parayeski J. dated August 25, 2011 striking out Mr. Todorovic’s statement of claim in
an action against the City of Hamilton. The claim was that the City failed to provide a program that was
designed to advance the employability of foreign trained professionals;
(2)
the order of Parayeski J. dated August 25, 2011 striking out Todorovic’s statement of claim in an
action against the City of Hamilton, with the exception of Mr. Todorovic’s soccer injury claim concerning
which Mr. Todorovic was given permission to file an amended statement of claim within 30 days;
(3)
the order of Gordon J. dated September 14, 2011 dismissing Mr. Todorovic’s action against the
Government of Ontario for disclosing no reasonable cause of action. Mr. Todorovic’s action was based on
allegations that the Crown failed to fund or establish additional employment assistance programs that would
be satisfactory to Mr. Todorovic and that the Crown failed to ensure a “competitive” job market in Ontario to
an acceptable standard so that Mr. Todorovic could obtain a job commensurate with his training and
experience; and
(4)
the order of Parayeski J. dated September 26, 2011 dismissing Mr. Todorovic’s action against the
Government of Ontario. The action sought to require the provincial legislature to enact laws to address
alleged abuses of power by local Hamilton MPPs and to establish a more democratic Ontario.
All four appeals were dismissed by the Court of Appeal.
August 25, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Parayeski J.)
Actions against city dismissed except for limited issue
of claim related to soccer injury
September 14, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Gordon J.)
Action against province dismissed
September 26, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Parayeski J.)
Action against province dismissed
- 1450 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 22, 2012
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, LaForme and Pattillo JJ.A.)
2012 ONCA 198; C54412, C54413, C54470, C54624
Appeals dismissed
May 1, 2012
Supreme Court of Canada
Applications (4) for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Actes de procédure — La Cour d’appel de l’Ontario a-t-elle agi comme organisme privé de la
classe au pouvoir en Ontario en protégeant aveuglément les intérêts des intimées? — La législature de l’Ontario
est-elle délibérément conçue pour servir la classe au pouvoir en Ontario? — La Cour d’appel de l’Ontario a-t-elle une
obligation de rendre des comptes à la population de l’Ontario? — Le demandeur, à titre de membre de l’immigration
canadienne, est-il une victime permanente du complot de la classe au pouvoir en Ontario, exprimée par une
discrimination parfaitement exercée?
Monsieur Todorovic interjette appel de quatre ordonnances rendues par des juges de la Cour supérieure entre le
25 août et le 26 septembre 2011, à savoir :
(1)
l’ordonnance du juge Parayeski en date du 25 août 2011 en radiation de la déclaration de
M. Todorovic dans une action intentée contre la Ville de Hamilton. Dans l’action, il est allégué que la Ville
avait omis d’offrir un programme conçu pour favoriser l’employabilité de professionnels formés à l’étranger;
(2)
l’ordonnance du juge Parayeski en date du 25 août 2011 en radiation de la déclaration de
M. Todorovic dans une action intentée contre la Ville de Hamilton, à l’exception de la demande
d’indemnisation de M. Todorovic pour blessures corporelles subies au cours d’un match de soccer à l’égard
de laquelle M. Todorovic s’est vu accorder la permission de déposer une déclaration modifiée dans un délai
de 30 jours;
(3)
l’ordonnance du juge Gordon en date du 14 septembre 2011 rejetant l’action intentée par
M. Todorovic contre le gouvernement de l’Ontario parce qu’elle ne révélait aucune cause d’action fondée.
L’action de M. Todorovic était fondée sur des allégations selon lesquelles l’État avait omis de financer ou
d’établir des programmes supplémentaires d’aide à l’emploi que M. Todorovic jugerait satisfaisants et que
l’État avait omis d’assurer un marché de l’emploi « concurrentiel » en Ontario, selon une norme acceptable
pour que M. Todorovic puisse obtenir un emploi correspondant à sa formation et à son expérience;
(4)
l’ordonnance du juge Parayeski en date du 26 septembre 2011 rejetant l’action intentée par
M. Todorovic contre le gouvernement de l’Ontario. L’action visait à obliger la législature provinciale à
s’attaquer aux abus de pouvoir censément commises par des députés provinciaux de la région de Hamilton et
à établir un Ontario plus démocratique.
La Cour d’appel a rejeté les quatre appels.
25 août 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Parayeski)
Actions contre la ville rejetées, à l'exception de la
demande d'indemnisation liée à une blessure subie
pendant un match de soccer
- 1451 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 septembre 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Gordon)
Action contre la province, rejetée
26 septembre 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Parayeski)
Action contre la province, rejetée
22 mars 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges MacPherson, LaForme et Pattillo)
2012 ONCA 198; C54412, C54413, C54470, C54624
Appels rejetés
1er mai 2012
Cour suprême du Canada
Demandes d'autorisation d'appel (4), déposées
34831
Zoltan Andrew Simon v. Her Majesty the Queen in Right of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. All other
ancillary motions are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of
Appeal, Number A-232-11, 2012 FCA 49, dated February 13, 2012, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. Toutes les autres requêtes accessoires sont rejetées. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la
Cour d’appel fédérale, numéro A-232-11, 2012 CAF 49, daté du 13 février 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Procedural law — Summary judgment — Whether summary judgment was properly granted — Whether garnishing
“other than tax” debts beyond the limitation period of 6 years and without a court procedure violates both the current
legislation and common law.
In 1999, Mr. Simon entered into a sponsorship agreement with the government of British Columbia in respect of his
first wife, a resident of Honduras. She immigrated to Canada. When they separated in 2000, she began receiving
benefits from the government of British Columbia, giving rise to an alleged sponsorship debt. In 2008, British
Columbia requested and received payment of Mr. Simon’s federal tax refunds from Canada in order to realize on the
sponsorship debt. Mr. Simon filed a statement of claim seeking a declaration that he did not owe a debt to British
Columbia under the sponsorship agreement. The Federal Court struck the statement of claim without leave to amend,
but the Federal Court of Appeal allowed an appeal in part, granting Mr. Simon leave to amend to particularize his
claim against Canada. Mr. Simon served and filed an amended statement of claim alleging additional facts and
seeking additional remedies. The Federal Court struck the amended statement of claim without leave to amend. The
Federal Court of Appeal dismissed Mr. Simon’s appeal.
- 1452 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
June 8, 2010
Federal Court
(Zinn J.)
2010 FC 617
Statement of claim struck without leave to amend
January 10, 2011
Federal Court of Appeal
(Dawson, Layden-Stevenson, Mainville JJ.A.)
2011 FCA 6
Appeal allowed in part; Federal Court order varied to
grant leave to file an amended statement of claim or to
seek an extension of time to file an application for
judicial review
May 19, 2011
Federal Court
(Snider J.)
2011 FC 582
Amended statement of claim struck without leave to
amend
February 13, 2012
Federal Court of Appeal
(Sharlow, Dawson, Trudel JJ.A.)
2012 FCA 49
Appeal dismissed
April 23, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion to extend
time filed
April 25, 2012
Supreme Court of Canada
Various motions, including a motion to extend time to
serve and file the leave application, filed
June 27, 2012
Supreme Court of Canada
Various additional motions filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit procédural — Jugement sommaire — Le jugement sommaire a-t-il été rendu à bon droit? — La saisie-arrêt de
dettes « autres que fiscales » à l’extérieur du délai de prescription de six ans et sans procédure judiciaire viole-t-elle la
législation et la common law en vigueur?
En 1999, M. Simon a conclu une entente de parrainage avec le gouvernement de la Colombie-Britannique
relativement à sa première épouse, une résidente du Honduras. Elle a immigré au Canada. Lorsque le couple s’est
séparé en 2000, elle a commencé à recevoir des prestations du gouvernement de la Colombie-Britannique, donnant
lieu à une présumée dette de parrainage. En 2008, la Colombie-Britannique a demandé et reçu le paiement des
remboursements d’impôt fédéral du Canada pour acquitter la dette de parrainage. Monsieur Simon a déposé une
déclaration pour obtenir un jugement déclarant qu’il n’avait aucune dette envers la Colombie-Britannique aux termes
de l’entente de parrainage. La Cour fédérale a ordonné la radiation de la déclaration sans autorisation de la modifier,
mais la Cour d’appel fédérale a accueilli l’appel en partie, accordant à M. Simon l’autorisation de modifier sa
déclaration pour donner des détails de sa demande contre le Canada. Monsieur Simon a signifié et déposé une
déclaration modifiée alléguant des faits additionnels et sollicitant des réparations additionnelles. La Cour fédérale a
ordonné la radiation de la déclaration modifiée sans autorisation de la modifier. La Cour d’appel fédérale a rejeté
l’appel de M. Simon.
- 1453 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
8 juin 2010
Cour fédérale
(Juge Zinn)
2010 FC 617
Déclaration radiée sans autorisation de la modifier
10 janvier 2011
Cour d’appel fédérale
(Juges Dawson, Layden-Stevenson et Mainville)
2011 FCA 6
Appel accueilli en partie; l’ordonnance de la Cour
fédérale est modifiée afin d’accorder l’autorisation de
produire une déclaration modifiée ou de demander une
prorogation de délai pour présenter une demande de
contrôle judiciaire
19 mai 2011
Cour fédérale
(Juge Snider)
2011 FC 582
Déclaration modifiée radiée sans autorisation de la
modifier
13 février 2012
Cour d’appel fédérale
(Juges Sharlow, Dawson et Trudel)
2012 FCA 49
Appel rejeté
23 avril 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel
prorogation de délai, déposées
25 avril 2012
Cour suprême du Canada
Requêtes diverses, y compris une requête en
prorogation du délai de signification et de dépôt de la
demande d’autorisation, déposées
27 juin 2012
Cour suprême du Canada
Diverses requêtes additionnelles déposées
et
requête
en
34832
Veolia ES Industrial Services Inc. v. John Brulé and Clean Water Works Inc. (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53054,
2012 ONCA 173, dated March 20, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53054, 2012 ONCA
173, daté du 20 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Employment law — Contract — Restrictive covenant — Former employee submitting a bid in competition with
former employer — Whether Court of Appeal erred in failing to set out the test for and differentiate between
non-competition agreements that arise out of a sale of business and those that arise in the pure employment context —
- 1454 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Whether Court of Appeal erred in applying the more restrictive pure employment non-competition agreement
enforceability analysis — Whether Court of Appeal erred in failing to apply the case law necessary to interpret
commercial sale of business contract — Whether Court of Appeal failed to apply appropriate standard of review for a
trial judge’s finding of a fiduciary obligation breach.
Mr. Brulé founded Veolia ES Industrial Services Inc. (“Veolia”), a business engaged in inspecting, cleaning and
rehabilitating sewers. In 1999, Mr. Brulé sold Veolia to a group of shareholders and as part of the transaction, he
entered into an employment agreement that obliged him to continue on as the company’s president and chief operating
officer until December 31, 2004. The agreement prohibited him from competing with Veolia’s business for five years
thereafter. Because certain irritants had developed in their employment relationship, the parties executed a new
agreement on January 1, 2004, whereby Mr. Brulé agreed to remain an employee of Veolia for a three year period,
subject to Veolia’s right to terminate him for cause, or without cause upon payment of compensation until the end of
his term. The non-competition clause prohibited Mr. Brulé from competing with Veolia for two years following
termination for cause, or for two years commencing January 2007 after termination without cause or if Mr. Brulé left
his employment. In July, 2004, Mr. Brulé gave notice that he was terminating in 180 days. Prior to his departure,
Mr. Brulé took with him a binder containing information about municipal tenders. He later formed a new company
that rehabilitated water mains but later decided to put a bid on a sewer project that had been publically tendered. In or
about October of 2005, both Mr. Brulé and Veolia bid on this project. Mr. Brulé was the successful bidder. Veolia
sued Mr. Brulé for breaching the non-competition covenant and for breach of his fiduciary duty. Mr. Brulé
counter-claimed for compensation owing to him by Veolia.
October 27, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Roy J.)
Applicant
awarded $465,000
in
damages;
Respondent’s counter-claim for $90,896.62 granted
March 20, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Rosenberg and Hoy JJ.A.)
2012 ONCA 173
Appeal allowed; Applicant’s action dismissed
May 17, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de l'emploi — Contrat — Clause restrictive — Un ancien employé a présenté une soumission en concurrence
avec son ancien employeur — La Cour d'appel a-t-elle eu tort de ne pas avoir énoncé le critère relatif aux accords de
non-concurrence conclus dans le contexte de la vente d'une entreprise et à ceux qui sont conclus dans un pur contexte
d’emploi et de ne pas avoir fait la distinction entre ces accords? — La Cour d'appel a-t-elle eu tort d'appliquer l'analyse
plus restrictive de l'exécution d'un accord de non-concurrence dans le contexte d'une stricte relation d'emploi? — La
Cour d'appel a-t-elle eu tort de ne pas avoir appliqué la jurisprudence nécessaire pour interpréter un contrat
commercial de vente d'entreprise? — La Cour d'appel a-t-elle omis d'appliquer la bonne norme de contrôle de la
conclusion du juge de première instance comme quoi il y avait eu manquement à l'obligation fiduciaire?
Monsieur Brulé a fondé Veolia ES Industrial Services Inc. (« Veolia »), une entreprise d'inspection, de nettoyage et de
réhabilitation d’égouts. En 1999, M. Brulé a vendu Veolia à un groupe d'actionnaires et, dans le cadre de la
transaction, il a conclu un contrat de travail qui l'obligeait à continuer à agir comme président et directeur de
l'exploitation de la compagnie jusqu'au 31 décembre 2004. L'accord lui interdisait de faire concurrence avec
- 1455 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
l'entreprise de Veolia pour une période de cinq ans par la suite. En raison de certains irritants qui s'étaient développés
dans leurs relations d'emploi, les parties ont conclu un nouvel accord le 1 er janvier 2004, en vertu duquel M. Brulé a
accepté de demeurer au service de Veolia comme employé pendant une période de trois ans, sous réserve du droit de
Veolia de le congédier avec motif, ou sans motif moyennant le paiement d'une indemnité jusqu'à la fin de son
engagement. La clause de non-concurrence interdisait à M. Brulé de faire concurrence à Veolia pendant une période
de deux ans suivant son congédiement motivé, ou pendant une période de deux ans à compter de janvier 2007 après
son congédiement non motivé ou si M. Brulé démissionnait. En juillet 2004, M. Brulé a donné un avis comme quoi il
allait démissionner dans 180 jours. Avant son départ, M. Brulé a apporté avec lui un relieur à feuilles mobiles
renfermant des renseignements sur des soumissions municipales. Il a subséquemment constitué une nouvelle
compagnie qui faisait la réhabilitation des aqueducs mais a décidé par la suite de présenter une soumission sur un
projet d’égout qui avait fait l'objet d'un appel d'offres public. Aux environs d'octobre 2005, M. Brulé et Veolia ont
soumissionné sur ce projet. Monsieur Brulé a été le soumissionnaire gagnant. Veolia a poursuivi M. Brulé pour
manquement à la clause de non-concurrence et manquement à son obligation fiduciaire. Monsieur Brulé a introduit
une demande reconventionnelle en revendication de la rémunération que lui devait Veolia.
27 octobre 2010
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Roy)
La demanderesse se voit accorder la somme de
465 000 $ en dommages-intérêts; la demande
reconventionnelle de l'intimé pour la somme de
90 896,62 $ est accueillie
20 mars 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Doherty, Rosenberg et Hoy)
2012 ONCA 173
Appel accueilli; action de la demanderesse, rejetée
17 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34844
Rainbow Concrete Industries Limited v. Ian Anderson (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53682,
2012 ONCA 195, dated March 26, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53682, 2012 ONCA
195, daté du 26 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil Procedure — Estoppel — Whether doctrine of issue estoppel should apply to prohibit a tort claim for damages
against a public official for misfeasance in public office — Substantive differences between judicial review
proceedings and tort proceedings — Principles governing access to courts to pursue a tort claim for misfeasance in
public office when related judicial review proceedings were dismissed.
The applicant filed a Statement of Claim against the respondent Ian Anderson, the Vice-Chair of the Ontario Labour
Relations Board, seeking $2,500,000 as well as punitive and special damages, for alleged misfeasance in public office.
Mr. Anderson brought a motion to strike the Statement of Claim. The Statement of Claim alleges that Mr. Anderson
- 1456 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
acted throughout the course of the applicant’s first collective bargaining with the International Union of Operating
Engineers contrary to the Ontario Labour Relations Act; the Ontario Labour Relation Board’s policies, rules and
practices; applicable rules of professional conduct; and his mandates, powers and duties under the Act and at law. The
proceedings before the Ontario Labour Relations Board and decisions rendered by Mr. Anderson and the Board during
those proceedings were reviewed by the Ontario Superior Court, Divisional Court in two judicial reviews.
April 12, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Conway J.)
Motion to strike Statement of Claim granted
March 26, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Weiler, Cronk JJ.A.)
2012 ONCA 195; C53682
Appeal dismissed
May 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Préclusion — La doctrine de préclusion découlant d’une question déjà tranchée devrait-elle
s'appliquer pour rendre irrecevable une demande en dommages-intérêts fondée sur la responsabilité délictuelle intentée
contre un fonctionnaire pour faute dans l’exercice d’une charge publique? — Différences de fond entre une demande
de contrôle judiciaire et une poursuite en responsabilité délictuelle — Principes régissant l'accès aux tribunaux afin de
continuer une poursuite en responsabilité délictuelle pour faute dans l’exercice d’une charge publique lorsqu’une
demande connexe en contrôle judiciaire a été rejetée.
La demanderesse a déposé une déclaration contre l'intimé Ian Anderson, le vice-président de la Commission des
relations de travail de l'Ontario, demandant la somme de 2 500 000 $ ainsi que des dommages-intérêts punitifs et
spéciaux pour faute présumée dans l’exercice d’une charge publique. Monsieur Anderson a présenté une motion en
radiation de la déclaration. Dans la déclaration, il est allégué que M. Anderson avait agi, tout au long de la première
négociation collective de la demanderesse avec l’International Union of Operating Engineers contrairement à la Loi
sur les relations de travail de l'Ontario, aux politiques, règles et pratiques de la Commission des relations de travail de
l'Ontario, aux règles applicables de déontologie et à ses attributions en vertu de la loi et du droit. Dans le cadre de
deux contrôles judiciaires, la Cour divisionnaire de la Cour supérieure de justice de l'Ontario a révisé les instances
instruites par la Commission des relations de travail de l'Ontario et les décisions rendues par M. Anderson et la
Commission dans le cadre de ces instances.
12 avril 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Conway)
Motion en radiation de la déclaration, accueillie
26 mars 2012
Cour d'appel de l’Ontario
(Juges Doherty, Weiler et Cronk)
2012 ONCA 195; C53682
Appel rejeté
25 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1457 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34853
North Toronto Chinese Alliance Church v. Gartner Lee Limited (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54465,
2012 ONCA 251, dated April 2, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54465, 2012 ONCA
251, daté du 2 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Dismissal for delay — Whether the courts below erred in law in giving insufficient weight to the
fact that a fair trial could be had, and to the fact that there was no prejudice to a fair trial as a result of any delay —
Whether the courts below made an error of mixed law and fact in finding that the Applicant had demonstrated disdain
and disrespect to the court and to the parties; had behaved contemptibly and therefore was contumelious and deliberate
in any delay.
The Applicant, North Toronto Chinese Alliance Church (“the Church”) conditionally purchased a property in the
Town of Richmond Hill on which to build a church. The Respondent, Gartner Lee Limited (“Gartner Lee”), an
engineering firm prepared a Phase 1 hydrological study dated March 17, 1995 for the Applicant. The Church issued a
statement of claim on July 6, 2001 alleging that the Gartner Lee’s report was negligently prepared and caused it to
suffer damages by inducing it to complete the purchase. The action was not set down for trial until April, 2010.
Gartner Lee sought summary judgment on the basis that there was no genuine issue requiring a trial. In the
alternative, Gartner Lee sought an order dismissing the action for the Church’s unreasonable and unexplained delay in
bringing the case to trial. The motion was returnable in October, 2010 but was not heard until September, 2011. The
Superior Court of Justice granted the alternative relief and dismissed the action. The Court of Appeal upheld this
decision, dismissing the Church’s appeal.
September 9, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Lauwers J.)
2011 ONSC 4526
Action dismissed
April 2, 2012
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Lang and Epstein JJ.A.)
2012 ONCA 251; C54465
Appeal dismissed
May 30, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Rejet pour cause de retard — Les juridictions inférieures ont-elles commis une erreur de droit en
n’accordant pas suffisamment d’importance au fait qu’un procès équitable était possible et qu’un retard, le cas
échéant, ne faisait pas obstacle à la tenue d’un procès équitable? — Les juridictions inférieures ont-elles commis une
- 1458 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
erreur mixte de doit et de fait en concluant que la demanderesse avait fait preuve de dédain et d’irrespect envers le
tribunal et les parties, qu’elle avait agi de façon méprisante, si bien que le retard avait été délibéré et attribuable à la
désobéissance?
La demanderesse, North Toronto Chinese Alliance Church (l’« Église ») a acheté conditionnellement un terrain dans
la municipalité de Richmond Hill pour y construire une église. L’intimée, Gartner Lee Limited (« Gartner Lee »), une
firme d’ingénierie, a réalisé pour la demanderesse une étude hydrologique de Phase 1, datée du 17 mars 1995.
L’Église a produit une déclaration le 6 juillet 2001, alléguant que le rapport de Gartner Lee avait été réalisé de façon
négligente et lui avait causé un préjudice en l’incitant à conclure l’achat. L’action n’a été inscrite au rôle qu’en avril
2010. Gartner Lee a demandé un jugement sommaire, plaidant qu’il n’y avait aucune véritable question litigieuse. À
titre subsidiaire, Gartner Lee a demandé une ordonnance rejetant l’action en raison du retard déraisonnable et
inexpliqué de l’Église à l’avoir inscrite au rôle. La requête était présentable en octobre 2010, mais elle n’a été
entendue qu’en septembre 2011. La Cour supérieure de justice a accordé la réparation demandée à titre subsidiaire et
a rejeté l’action. La Cour d’appel a confirmé cette décision, rejetant l’appel de l’Église.
9 septembre 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Lauwers)
2011 ONSC 4526
Action rejetée
2 avril 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, Lang et Epstein)
2012 ONCA 251; C54465
Appel rejeté
30 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34855
Tri-Link Consultants Inc. and Klaus Link v. Saskatchewan Financial Services Commission
(Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
1774, 2012 SKCA 41, dated April 4, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro 1774, 2012
SKCA 41, daté du 4 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law — Boards and tribunals — Natural justice — Counsel for applicants withdrawing from retainer
prior to hearing — Whether Commission erred by proceeding with the hearing immediately after counsel withdrew
without determining whether counsel should be permitted to withdraw — Whether Commission acted contrary to the
rules of natural justice by proceeding when the applicants did not have legal counsel
The applicants, Tri-Link Consultants Inc. and Klaus Link, were served with a Notice of Hearing pursuant to the
- 1459 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Securities Act, 1988, S.S. 1988-89, c. S-42.2, alleging that they had violated provisions of the Act. In 2008, prior to
the hearing, their counsel endorsed his consent to an agreed statement of facts and allegations filed that acknowledged
that the applicants failed to act honestly, fairly and in good faith toward their clients. A hearing was scheduled
concerning compensation for investors who lost money as a result of the applicants' conduct. Three days prior to the
hearing, counsel for the applicants withdrew as counsel of record. At the hearing, Mr. Link appeared in person, giving
evidence on behalf of the applicants and making submissions before the Commission. The Commission ruled that the
applicants had contravened the Act, issued a permanent ban on trading, and ordered payment of compensation for
losses suffered by investors of more than $1,200,000, plus administrative penalties and costs. On appeal, the
applicants submitted that the Commission erred in permitting counsel to withdraw without leave, erred in proceeding
with the hearing after counsel had withdrawn, and acted contrary to rules of natural justice by proceeding when the
applicants did not have legal counsel.
April 21, 2009
Saskatchewan Financial Services Commission
(Ready, Hillmer and Reidy, Commissioners)
Applicants ordered to cease advising and trading in all
securities and exchange contracts and to pay financial
compensation to investors
April 4, 2012
Court of Appeal for Saskatchewan
(Cameron, Jackson and Herauf JJ.A.)
2012 SKCA 41
Docket: 1774
Applicants’ appeal dismissed
June 4, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Organismes et tribunaux administratifs — Justice naturelle — L’avocat des demandeurs s’est
démis de son mandat avant l’audience — La Commission a-t-elle eu tort de tenir l’audience immédiatement après la
démission de l’avocat sans se demander si l’avocat devait être autorisé à se démettre? — La Commission a-t-elle agi
contrairement aux règles de justice naturelle en procédant alors que les demandeurs n’avaient pas d’avocat?
Les demandeurs, Tri-Link Consultants Inc. et Klaus Link, se sont vu signifier un avis d’audience en application de la
Securities Act, 1988, S.S. 1988-89, ch. S-42.2, alléguant qu’ils avaient violé des dispositions de la loi. En 2008, avant
l’audience, leur avocat avait signé son consentement à un exposé conjoint des faits et allégations déposé et qui
reconnaissait que les demandeurs avaient omis d’agir honnêtement, équitablement et de bonne foi à l’égard de leurs
clients. Une date d’audience a été fixée relativement au dédommagement des investisseurs qui avaient perdu de
l’argent à la suite des agissements des demandeurs. Trois jours avant l’audience, l’avocat des demandeurs s’est démis
comme avocat inscrit au dossier. À l’audience, M. Link a comparu en personne, témoignant au nom des demandeurs
et présentant des observations à la Commission. La Commission a statué que les demandeurs avaient contrevenu à la
loi, elle a prononcé une interdiction permanente de négociation et elle a ordonné le paiement d’un dédommagement au
titre des pertes subies par les investisseurs de plus de 1 200 000 $, plus les pénalités administrative et les frais. En
appel, les demandeurs ont plaidé que la Commission avait eu tort de permettre à l’avocat de se démettre sans
autorisation, qu’elle avait eu tort de tenir l’audience après la démission de l’avocat et qu’elle avait agi contrairement
aux règles de justice naturelle en procédant alors que les demandeurs n’avaient pas d’avocat.
- 1460 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
21 avril 2009
Saskatchewan Financial Services Commission
(Commissaires Ready, Hillmer et Reidy)
Les demandeurs sont sommés de cesser toute activité
de conseil et de négociation en matière de valeurs
mobilières et de contrats de change et de payer une
indemnité financière aux investisseurs
4 avril 2012
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juges Cameron, Jackson et Herauf)
2012 SKCA 41
No de greffe : 1774
Appel des demandeurs, rejeté
4 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34856
Chad Norman Morris v. Saskatchewan Government Insurance (Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number CA
1839, dated April 12, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro CA 1839, daté
du 12 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Appeals — Interlocutory and final orders — Government denying applicant automobile insurance
benefits — Applicant appealing government decision in form of statement of claim, pursuant to s. 192 of The
Automobile Accident Insurance Act, R.S.S. 1978, c. A-35 — Applicant’s request for civil jury denied on basis that
appeal not an action for purposes of ss. 18 or 19 of The Jury Act, 1998, S.S. 1998, c. J-4.2 — Whether order striking
the jury notice interlocutory or final in nature for purposes of appeal — Whether applicant’s appeal an action for
purposes of requesting civil jury.
The applicant, Mr. Morris, was injured in an automobile accident in Alberta. The vehicle was his, and was registered
in Saskatchewan. Mr. Morris made a claim for benefits pursuant to Saskatchewan accident insurance legislation, but
his claim was denied. Among other things, the respondent, Saskatchewan Government Insurance, claimed that his
insurance was invalid as a result of alleged misrepresentations concerning his residence and where the vehicle would
primarily be used. Mr. Morris appealed that decision to the Court of Queen’s Bench in the form of a statement of
claim, pursuant to s. 192 of The Automobile Accident Insurance Act, R.S.S. 1978, c. A-35 (“AAIA”). Mr. Morris also
made a request for a jury, but his jury notice was set aside on the basis that his appeal from the respondent’s decision
to deny him benefits was not an action for the purposes of ss. 18 or 19 of The Jury Act, 1998, S.S. 1998, c. J-4.2.
Mr. Morris’ appeal from that decision was struck.
September 29, 2009
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(Gabrielson J.)
2009 SKQB 383
Application to set aside jury notice allowed
- 1461 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 12, 2012
Court of Appeal for Saskatchewan
(Gerwing, Jackson and Caldwell JJ.A.)
Appeal struck
June 4, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Appels — Ordonnances interlocutoires et définitives — Le gouvernement a refusé au demandeur
des prestations d'assurance automobile — Le demandeur a interjeté appel de la décision du gouvernement par voie de
déclaration, en vertu de l'art. 192 de The Automobile Accident Insurance Act, R.S.S. 1978, ch. A-35 — La demande de
procès civil avec jury présentée par le demandeur a été rejetée au motif que l'appel n'était pas une action aux fins des
art. 18 ou 19 de The Jury Act, 1998, S.S. 1998, ch. J-4.2 — L'ordonnance de radiation de la demande de procès avec
jury revêt-elle un caractère interlocutoire ou définitif aux fins de l'appel? — L'appel du demandeur est-il une action
aux fins de la demande de procès civil avec jury?
Le demandeur, M. Morris, a été blessé dans un accident de la route en Alberta. Le véhicule lui appartenait et était
immatriculé en Saskatchewan. Monsieur Morris a présenté une demande de prestations sous le régime
d'assurance-accident de la Saskatchewan, mais sa demande a été rejetée. L'intimée, Saskatchewan Government
Insurance, a notamment fait valoir que son assurance était invalide en raison de déclarations inexactes qu’il aurait
faites relativement à sa résidence et à l'endroit où le véhicule allait être utilisé principalement. Monsieur Morris a
interjeté appel de cette décision à la Cour du Banc de la Reine par voie de déclaration, en vertu de l'art. 192 de The
Automobile Accident Insurance Act, R.S.S. 1978, ch. A-35 (« AAIA »). Monsieur Morris a également demandé un
procès avec jury, mais sa demande a été annulée au motif que son appel de la décision de l’intimée de lui refuser des
prestations n’était pas une action aux fins des art. 18 ou 19 de The Jury Act, 1998, S.S. 1998, ch. J-4.2. L’appel
interjeté par M. Morris de cette décision a été radié.
29 septembre 2009
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge Gabrielson)
2009 SKQB 383
Demande en annulation de la demande de procès avec
jury, accueillie
12 avril 2012
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juges Gerwing, Jackson et Caldwell)
Appel radié
4 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
- 1462 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34867
Alec Wolowidnyk v. Faith Rose Elizabeth Wolowidnyk (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039003, 2012 BCCA 158, dated April 13, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA039003, 2012 BCCA 158, daté du 13 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Family law — Family assets — Division — Applicant appealing order dismissing some of his claims related to
breakdown of marriage — Whether it is in the national interest for husbands to be treated equally following separation
— Whether men ought to receive equal treatment to reside in the family residence post separation
The parties were married on January 6, 2001, and separated on November 25, 2005, when the husband moved out of
the matrimonial home. He did not move back into the home after obtaining an interim order in January, 2006, that
allowed the parties exclusive occupancy of different areas of the home. The husband maintained that he could not
return because he feared for his safety at the hands of the wife’s brother and her two sons by a previous marriage. One
of the sons was convicted of assaulting the husband in 2008. The husband is 73 years of age and the wife is 63. At
trial in 2007, the trial judge ordered an equal division of family assets including the family residence. The husband’s
appeal was allowed and on his claim for reapportionment, he was awarded a 60 per cent interest in the family
residence. The Court of Appeal ordered that it be sold with reimbursement of mortgage payments made by the
husband after trial to be effected prior to the division of proceeds. The husband purchased the wife’s interest instead
and began to occupy the residence again in October, 2009. The husband commenced a second action against the wife,
her sons and her brother in August 2009, claiming, inter alia, a conspiracy to injure, private nuisance, damage to
property, emotional injury, occupation rent, damages for unjust enrichment, compensation for the cost of replacing
certain chattels, specific performance of the trial judge’s order regarding bank accounts and family cars and
rectification. He also sought punitive, aggravated and general damages, special costs and interest.
June 4, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Bruce J.)
Trial judge dismissing certain claims made by the
husband
April 8, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Bruce J.)
Wife ordered to pay husband $567.98 for damage to
personal property and $8,676 to equalize chattel
division
April 13, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Lowry, Bennett and Mackenzie JJ.A.)
2012 BCCA 158
Husband’s appeal dismissed; Wife’s cross-appeal
allowed in part; Amount payable by wife for chattel
equalization reduced to $4,631
June 12, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1463 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la famille — Biens familiaux — Partage — Le demandeur interjette appel d'une ordonnance rejetant certaines
de ses allégations et demandes liées à l'échec du mariage — Est-il d'intérêt national de traiter également les époux à la
suite d'une séparation? — Les hommes devraient-ils obtenir un traitement égal afin qu’ils puissent résider dans la
résidence familiale après la séparation?
Les parties se sont mariées le 6 janvier 2001 et se sont séparées le 25 novembre 2005, lorsque l'époux a quitté le foyer
conjugal. Il n'est pas revenu vivre au foyer après avoir obtenu une ordonnance provisoire en janvier 2006 qui
accordait aux parties l'occupation exclusive de parties différentes de la maison. L'époux a affirmé qu'il ne pouvait pas
rentrer à la maison parce qu'il craignait pour sa sécurité aux mains du frère de son épouse et des deux fils de celle-ci
issus d’un mariage précédent. L'un des fils a été déclaré coupable de voies de fait contre l'époux en 2008. L'époux est
âgé de 73 ans et l'épouse est âgée de 63 ans. Au procès tenu en 2007, le juge a ordonné le partage égal des biens
familiaux, y compris la résidence familiale. L'appel de l'époux a été accueilli et, à la suite de sa demande de
redistribution, il s'est vu accorder une participation de 60 % dans la résidence familiale. La Cour d'appel a ordonné la
vente de la maison et que le remboursement des paiements hypothécaires faits par l'époux après le procès soit fait
avant le partage du produit de la vente. L'époux a plutôt acheté la part de son épouse et a commencé à occuper la
résidence de nouveau en octobre 2009. L'époux a intenté une deuxième action contre son épouse et contre les fils et le
frère de cette dernière en août 2009, alléguant notamment un complot en vue d’infliger des lésions corporelles, une
nuisance privée, des dommages matériels et un préjudice émotionnel et demandant une indemnité d'occupation, des
dommages-intérêts pour enrichissement sans cause, une indemnité de remplacement de certains biens meubles,
l'exécution en nature de l'ordonnance du juge du procès relativement aux comptes bancaires et aux voitures familiales
et la rectification. Il a également demandé des dommages-intérêts punitifs, majorés et généraux, ainsi que des dépens
spéciaux et des intérêts.
4 juin 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bruce)
Le juge du procès rejette certaines allégations et
demandes faites par l'époux
8 avril 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bruce)
Le tribunal ordonne à l'épouse de payer à l'époux la
somme de 567,98 $ au titre de dommages aux biens
personnels et la somme de 8 676 $ pour égaliser le
partage des biens meubles
13 avril 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Lowry, Bennett et Mackenzie)
2012 BCCA 158
Appel de l'époux, rejeté; appel incident de l’épouse,
accueilli en partie; montant payable par l'épouse au
titre de l’égalisation du partage des biens meubles
réduit à 4 631 $
12 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1464 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34869
John Anthony Franchi v. Attorney General of Canada and National Parole Board (F.C.)
(Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-483-10, 2011 FCA 136,
dated April 14, 2011, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-483-10, 2011 CAF
136, daté du 14 avril 2011, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Parole — Statutory release conditions — Discretionary release conditions — Whether the standard
release conditions set out in the Corrections and Conditional Release Regulations, SOR/92-620, enabled by s. 133(2)
of the Corrections and Conditional Release Act, S.C. 1992, c. 20, are subordinate to the discretionary conditions
which may be imposed by the Parole Board of Canada by virtue of s. 133(3) of that same Act.
In 2007, the applicant, Mr. Franchi, was convicted of several fraud-related offences. He was sentenced to six years’
imprisonment. In 2009, he was released on day parole subject to several statutory conditions, one of which was that
he report immediately any change in his financial situation to his parole officer. Mr. Franchi’s day parole was also
subject to two special conditions imposed by the National Parole Board, one of which was that he had to provide full
financial disclosure, including assets, income and expenditure, immediately to his parole supervisor upon request.
Mr. Franchi’s day parole was later revoked by the Board on the basis that his failure to immediately disclose crucial
financial information to his parole officer was evidence of a continuing pattern of deceit and created undue risk for
community release. Mr. Franchi’s request for full parole was also denied. Mr. Franchi’s appeal of the Board’s
decision was dismissed. However, his application for judicial review to the Federal Court was successful. Noting the
ambiguity of the parole conditions, and finding that the special condition with respect to financial disclosure could not
mean less than the standard condition, the Court found that it was unreasonable for the Board to conclude that
Mr. Franchi was required to disclose his financial dealings on his own initiative. The Federal Court of Appeal allowed
the appeal and dismissed the application for judicial review.
November 24, 2010
Federal Court
(Harrington J.)
2010 FC 1179
Application for judicial review granted
April 14, 2011
Federal Court of Appeal
(Evans, Dawson and Stratas JJ.A.)
2011 FCA 136
Appeal allowed; application for judicial review
dismissed
June 12, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time and application for leave
to appeal filed
- 1465 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Libération conditionnelle — Conditions de libération prévues par la loi — Conditions de libération
discrétionnaires — Les conditions habituelles de libération prévue dans le Règlement sur le système correctionnel et la
mise en liberté sous condition, DORS/92-620, pris en application du par. 133(2) de la Loi sur le système correctionnel
et la mise en liberté sous condition, L.C. 1992, ch. 20, sont-elles subordonnées aux conditions discrétionnaires qui
peuvent être imposées par la Commission des libérations conditionnelles du Canada en vertu du par. 133(3) de cette
même loi?
En 2007, le demandeur, M. Franchi, a été déclaré coupable de plusieurs infractions de fraude. Il a été condamné à six
ans d'emprisonnement. En 2009, il a obtenu la semi-liberté assujettie à plusieurs conditions imposées par la loi,
notamment celle d'informer sans délai son agent de libération conditionnelle de tout changement dans sa situation
financière. La semi-liberté de M. Franchi était également l'objet de deux conditions spéciales imposées par la
Commission nationale des libérations conditionnelles, notamment celle de fournir sans délai et sur demande des
renseignements financiers complets, y compris ses éléments d’actif, ses revenus et ses dépenses, [à son] surveillant de
libération conditionnelle. La Commission a par la suite révoqué la semi-liberté de M. Franchi vu que l’omission
d’avoir communiqué sans délai des renseignements financiers cruciaux à son agent de libération conditionnelle
témoignait de l’existence d’une tendance constante à la supercherie et créait un risque inacceptable lié à sa mise en
liberté dans la collectivité. La demande de libération conditionnelle totale présentée par M. Franchi a également été
rejetée. L'appel interjeté par M. Franchi de la décision de la Commission a été rejeté. Toutefois, sa demande de
contrôle judiciaire à la Cour fédérale a été accueillie. Notant l'ambiguïté des conditions de la libération conditionnelle
et concluant que la condition spéciale concernant la divulgation des renseignements financiers ne pouvait pas vouloir
dire moins que les conditions types, la Cour a conclu qu’il était déraisonnable pour la Commission de conclure que
M. Franchi était, de sa propre initiative, tenu de divulguer ses opérations financières. La Cour d'appel fédérale a
accueilli l'appel et rejeté la demande de contrôle judiciaire.
24 novembre 2010
Cour fédérale
(Juge Harrington)
2010 FC 1179
Demande de contrôle judiciaire, accueillie
14 avril 2011
Cour d'appel fédérale
(Juges Evans, Dawson et Stratas)
2011 FCA 136
Appel accueilli; demande de contrôle judiciaire, rejetée
12 juin 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de
d'autorisation d'appel, déposées
34874
J. Robert Verdun v. Robert M. Astley (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
délai
et
demande
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number M40494
(C53813), dated April 17, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro M40494 (C53813),
daté du 17 avril 2012, est rejetée avec dépens.
- 1466 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Charter of Rights — Freedom of expression — Civil procedure — Appeals — Jury awarding respondent damages for
defamation — Applicant filing notice of appeal but failing to file transcripts — Deputy Registrar dismissing appeal.
After a trial with judge and jury, the jury found that Mr. Verdun had made defamatory comments about Mr. Astley and
awarded damages. Mr. Verdun appealed from the jury verdict.
October 28, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Deputy Registrar)
Applicant’s appeal dismissed for delay
April 17, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, LaForme and Epstein JJ.A.)
Applicant’s motion to have appeal
dismissed; Applicant’s appeal dismissed
June 14, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
reinstated
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Liberté d'expression — Procédure civile — Appels — Le jury a accordé à l'intimé des
dommages-intérêts pour diffamation — Le demandeur a déposé un avis d'appel mais n'a pas déposé de transcription
— Le greffier adjoint a rejeté l'appel.
Au terme d'un procès devant un juge et un jury, le jury a conclu que M. Verdun avait tenu des propos diffamatoires au
sujet de M. Astley et a accordé des dommages-intérêts. Monsieur Verdun a interjeté appel du verdict du jury.
28 octobre 2011
Cour d'appel de l'Ontario
(Greffier adjoint)
Appel du demandeur rejeté pour cause de retard
17 avril 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Doherty, LaForme et Epstein)
Motion du demandeur en réinscription de l'appel,
rejetée; appel du demandeur, rejeté
14 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1467 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34875
H.H. Davis & Associés Inc. c. Placements Ballylickey Inc. / Ballylickey Investments Inc. (Qc)
(Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09020777-108, 2012 QCCA 702, daté du 17 avril 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-020777-108, 2012 QCCA 702, dated April 17, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Bankruptcy and insolvency — Priorities — Bankruptcy and Insolvency Act, R.S.C. 1985, c. B-3, s. 139 — Amounts
injected or advanced by an investor and/or a shareholder in a company subsequently becoming bankrupt — Applicable
criteria for determining whether these amounts should be characterized as “capital” or “loans” — Weight to be given
to each of these criteria in determining whether, under the Bankruptcy and Insolvency Act, the claim of an investor
and/or a shareholder should be postponed in favour of other creditors of a bankrupt debtor — Whether Canadian
accountants’ practice of characterizing, a posteriori, a company shareholder’s injections as [ TRANSLATION]
“indefinite-term, interest-free loans” in year-end financial statements, without any accompanying supporting evidence
or documents, is valid and legitimate.
In 2004, the respondent corporation, Placements Ballylickey Inc., was incorporated to acquire the shares of
Installations Doorcorp Inc. (“Doorcorp”), a corporation that subsequently became bankrupt. On several occasions
before Doorcorp’s bankruptcy, the respondent transferred sums of money to Doorcorp. No contracts were signed
regarding these transfers, but the payments were recorded in a file documenting the respondent’s loans to Doorcorp,
and Doorcorp’s financial statements represent these advances as loans “with affiliated companies that are controlled
and operated by the same shareholder and are non-interest bearing with no specific terms of repayment”.
On August 15, 2008, Doorcorp declared bankruptcy. A few months later, the trustee responsible for the bankruptcy at
that time rejected the respondent’s claim on the basis that all of the amounts that it had paid to Doorcorp were a capital
advance and not a claim with fixed, predetermined terms of repayment. The trustee concluded that, under section 139
of the Bankruptcy and Insolvency Act, the respondent is not entitled to recover anything until the claims of all other
creditors of Doorcorp have been satisfied. This conclusion was confirmed in part by the Superior Court, whereas the
Court of Appeal declared that section 139 of the Bankruptcy and Insolvency Act does not apply to the claim at issue.
June 28, 2010
Quebec Superior Court
(Journet J.)
2010 QCCS 3618
No. 500-11-031965-078
Appeal from rejection of proof of claim allowed in
part; notice of rejection of respondent’s evidence
quashed; respondent declared ordinary creditor for an
amount of $740,406.39, this claim being postponed in
accordance with section 139 of Bankruptcy and
Insolvency Act.
April 17, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Beauregard, Bich and Bouchard JJ.A.)
2012 QCCA 702
No. 500-09-020777-108
Appeal allowed in part, with claim of $740,406.39
being declared not subject to section 139 of
Bankruptcy and Insolvency Act; trial judgment
otherwise affirmed.
- 1468 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
June 15, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Faillite et insolvabilité — Ordre de priorité — Article 139 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, L.R.C. 1985,
ch. B-3 — Sommes injectées ou avancées par un investisseur et/ou actionnaire dans une compagnie faisant par la suite
faillite — Quels sont les critères applicables afin de déterminer si ces sommes doivent être qualifiées de « capital » ou
de « prêt »? — Quel poids faut-il accorder à ces divers critères afin de déterminer si un investisseur et/ou actionnaire
doit voir sa créance différée par rapport aux autres créanciers d’une débitrice faillie en vertu de la Loi sur la faillite et
l’insolvabilité? — La pratique de comptables canadiens de qualifier dans les états financiers, a posteriori, lors de leur
travail de fin d’année financière, de « prêt sans terme ni intérêt » des injections faites par un actionnaire d’une
compagnie, sans preuve ou document justificatif concomitant, est-elle valide et légitime?
En 2004, la société intimée, Placements Ballylickey Inc., est incorporée afin d’acquérir les actions de la société
Installations Doorcorp Inc. (« Doorcorp »), devenue depuis faillie. À plusieurs occasions précédant la faillite de
Doorcorp, l’intimée transfère à cette dernière des sommes d’argent. Aucun contrat relativement n’est signé à cet
égard, mais les versements sont répertoriés dans un fichier où sont consignés les prêts de l’intimée à Doorcorp et les
états financiers de cette dernière représentent ces avances comme étant des prêts « with affiliated companies that are
controlled and operated by the same shareholder and are non-interest bearing with no specific terms of repayment ».
Le 15 août 2008, Doorcorp est déclarée en faillite. Quelques mois plus tard, la réclamation de l’intimée est rejetée par
le syndic alors chargé de la faillite au motif que toutes les sommes qu’elle a versées à Doorcorp représentent une
avance en capital et non une créance remboursable selon des modalités fixes et prédéterminée. Le syndic en arrive à la
conclusion qu’en vertu de l’article 139 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, l’intimée n’a droit à aucun
recouvrement jusqu’à ce que les réclamations de tous les autres créanciers de Doorcorp aient été acquittées. Cette
conclusion est en partie confirmée par la Cour supérieure, alors que la Cour d’appel déclare que la créance en cause
n’est pas visée par l’article 139 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.
Le 28 juin 2010
Cour supérieure du Québec
(Le juge Journet)
Référence neutre : 2010 QCCS 3618
No. 500-11-031965-078
Appel du rejet d’une preuve de réclamation accueilli
en partie; avis de rejet de la preuve de l’intimée
annulé; l’intimée déclarée créancière ordinaire pour un
montant de 740,406.39 $, cette créance devant être
référée suivant l’article 139 de la Loi sur la faillite et
l’insolvabilité.
Le 17 avril 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Beauregard, Bich et Bouchard)
Référence neutre : 2012 QCCA 702
No. 500-09-020777-108
Appel accueilli en partie, la créance de 740,406.39 $
étant déclarée comme créance qui n’est pas visée par
l’article 139 de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité;
jugement de première instance confirmé quant au reste.
Le 15 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
- 1469 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34882
Real Estate Council of Alberta v. Minister of National Revenue (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-56-11,
2012 FCA 121, dated April 19, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-56-11, 2012 CAF 121,
daté du 19 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Pensions — Canada Pension Plan — Statutory interpretation — In circumstances where the ordinary meaning of the
words in a statute are consistent with their context and in harmony with the scheme of the statute, what is the proper
application of the principles of statutory interpretation — Where there is no evidence of Parliament’s intention beyond
the ordinary meaning of the words of statutory provisions, whether the provisions should be interpreted as the sole
expression of Parliament’s intention — Canada Pension Plan, R.S.C. 1985, c. C-8, s. 2(1).
The Real Estate Council of Alberta (“RECA”) is a non-profit corporation with a mandate to regulate certain sectors of
the real estate industry. RECA is composed of appointed members who attend meetings and serve on committees if
selected by the Chair. Members may also sit on a hearing panel, attend seminars, conferences, various events or take
training. Members receive payments for their participation according to a schedule of rates established from time to
time by the Council. No payment is made to any member if that person did not attend a meeting, hearing or other
sanctioned event, regardless of the reason. The extent of participation in qualifying activities and payment totals vary
widely.
RECA appealed the assessment of its Canada Pension Plan contributions in respect of Council member, Beverly
Andre-Kopp for the 2004, 2005 and 2006 taxation years. Ms. Andre-Kopp did receive payments for the years in
question. On appeal, the issue was whether a Council member satisfied the definition of “office” and “officer” in
section 2 of the Canada Pension Plan and whether the Minister of National Revenue (“the Minister”) was therefore
correct in issuing the assessments in respect of Ms. Andre-Kopp because she was engaged under a tenure of office for
the relevant time period.
Section 2 of the Canada Pension Plan, R.S.C., 1985, c. C-8 defines “office” as follows:
“office” means the position of an individual entitling him to a fixed or ascertainable stipend or remuneration and
includes a judicial office, the office of a minister of the Crown, the office of a lieutenant governor, the office of a
member of the Senate or House of Commons, a member of a legislative assembly or a member of a legislative or
executive council and any other office the incumbent of which is elected by popular vote or is elected or
appointed in a representative capacity, and also includes the position of a corporation director, and “officer”
means a person holding such an office;
The appeal was allowed and the assessments issued by the Minister were vacated as the Tax Court held that the
Council members were not engaged under a tenure of office with RECA. The Federal Court of Appeal however
allowed the appeal, set aside the judgment of the Tax Court and restored the Minister’s assessments for the 2004, 2005
and 2006 taxation years.
Appeal allowed; Minister’s assessment for 2004, 2005
and 2006 taxation years vacated
January 5, 2011
Tax Court of Canada
(Rowe J.)
2010 TCC 5
- 1470 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 19, 2012
Federal Court of Appeal
(Pelletier, Gauthier and Stratas JJ.A.)
2012 FCA 121; A-56-11
Appeal allowed; Judgment of the Tax Court set aside
and Minister’s assessment for 2004, 2005 and 2006
taxation years restored
June 18, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Pensions — Régime de pensions du Canada — Interprétation législative — Dans les situations où le sens courant des
mots d’une loi est compatible avec leur contexte et en harmonie avec l’économie de la loi, comment convient-t-il
d’appliquer les principes d’interprétation législative? — En l’absence de preuve comme quoi l’intention du législateur
s’éloigne du sens courant des mots des dispositions de la loi, les dispositions doivent-elles être interprétées comme la
seule expression de l’intention du législateur? — Régime de pensions du Canada, L.R.C. 1985, ch. C-8, par. 2(1).
Le Real Estate Council of Alberta (« RECA ») est une personne morale sans but lucratif ayant le mandat de
réglementer certains domaines du secteur de l’immobilier. RECA se compose de membres nommés qui assistent à des
réunions et qui siègent sur des comités lorsqu’ils sont choisis à cet effet par le président. Les membres peuvent
également faire partie d’un organisme d’enquête, assister à des colloques, à des congrès et à divers événements ou
suivre des cours. Les membres reçoivent pour leur participation des sommes prévues dans un barème de taux établi
par le conseil. Aucun paiement n’est versé à un membre, quel qu’il soit, s’il n’a pas assisté à une réunion, à une
audience ou à une autre activité reconnue, peu importe la raison. L’étendue de la participation à des activités
admissibles et le montant total des paiements varient énormément.
RECA a interjeté appel de l’évaluation fixée relativement à ses cotisations sous le régime du Régime de pensions du
Canada à l’égard de Beverly Andre-Kopp, une membre du conseil, pour les années d’imposition2004, 2005 et 2006.
Madame Andre-Kopp a effectivement reçu des paiements pour les années en cause. En appel, la question en litige était
de savoir si un membre du conseil répondait à la définition des termes « fonction » ou « charge » donnée à l’article 2
du Régime de pensions du Canada et si le ministre du Revenu national (le « ministre ») était ainsi justifié à fixer les
évaluations relatives à Mme Andre-Kopp, puisqu’elle occupait une charge pendant la période en cause.
L’article 2 du Régime de pensions du Canada, L.R.C., 1985, ch. C-8 définit ainsi les mots « fonction » ou « charge » :
« fonction » ou « charge » Le poste qu’occupe un particulier, lui donnant droit à un traitement ou à une
rémunération déterminée ou constatable. Sont visés par la présente définition une charge judiciaire, la charge de
ministre, de lieutenant-gouverneur, de membre du Sénat ou de la Chambre des communes, de membre d’une
assemblée législative ou d’un conseil législatif ou exécutif et toute autre charge dont le titulaire est élu par vote
populaire ou est élu ou nommé à titre de représentant, y compris le poste d’administrateur de personne morale;
« fonctionnaire » s’entend d’une personne détenant une telle fonction ou charge;
L’appel a été accueilli et les évaluations fixées par le ministre ont été annulées, puisque la Cour de l’impôt a statué que
les membres du conseil n’occupaient pas une charge auprès du RECA. Toutefois, la Cour d’appel fédérale a accueilli
l’appel, annulé le jugement de la Cour de l'impôt et rétabli les évaluations du ministre pour les années d'imposition
2004, 2005 et 2006.
- 1471 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
5 janvier 2011
Cour canadienne de l’impôt
(Juge Rowe)
2010 TCC 5
Appel accueilli; évaluation du ministre pour les années
d’imposition 2004, 2005 et 2006 annulée
19 avril 2012
Cour d’appel fédérale
(Juges Pelletier, Gauthier et Stratas)
2012 FCA 121; A-56-11
Appel accueilli; jugement de la Cour de l’impôt annulé
et évaluation du ministre pour les années d’imposition
2004, 2005 et 2006 rétablie
18 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
- 1472 -
MOTIONS
REQUÊTES
26.09.2012
Before / Devant : CROMWELL J. / LE JUGE CROMWELL
Motion for an extension of time and motions for
leave to intervene
BY / PAR
Director of Public Prosecutions of
Canada;
Attorney General of Ontario;
Canadian Civil Liberties
Association;
British Columbia Civil Liberties
Association
IN / DANS :
Sa Majesté la Reine
Requête en prorogation de délai et requêtes en
autorisation d'intervenir
c. (34358)
Alphide Manning (Crim.) (Qc)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATION by the Director of Public Prosecutions of Canada for an extension of time to apply for leave to
intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND UPON APPLICATIONS by the Attorney General of Ontario, the Canadian Civil Liberties Association and the
British Columbia Civil Liberties Association for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene and for leave to intervene of the Director of Public
Prosecutions of Canada is granted and the said intervener shall be entitled to serve and file a factum not to exceed 10
pages in length on or before November 21, 2012.
The motions for leave to intervene by the Attorney General of Ontario, the Canadian Civil Liberties Association and the
British Columbia Civil Liberties Association are granted and the said interveners shall be entitled to serve and file a
factum not to exceed 10 pages in length on or before November 21, 2012.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par le Directeur des poursuites pénales du Canada en prorogation du
délai applicable à une demande d'autorisation d'intervenir et en autorisation d'intervenir dans l'appel;
- 1473 -
MOTIONS
REQUÊTES
ET À LA SUITE DES DEMANDES présentées par le Procureur général de l’Ontario, l’Association canadienne des
libertés civiles et l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique en vue d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai applicable à une demande d'autorisation d'intervenir et en autorisation d'intervenir
présentée par le Directeur des poursuites pénales du Canada est accueillie et l’intervenante pourra signifier et déposer
un mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 21 novembre 2012.
Les requêtes en autorisation d’intervenir du Procureur général de l’Ontario, de l’Association canadienne des libertés
civiles et de l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique sont accueillies et ces intervenants pourront
signifier et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 21 novembre 2012.
La décision sur la demande en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)(a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelante et à
l’intimé tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
26.09.2012
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Requête en ajournement de l’audition de
l’appel
Motion to adjourn the hearing of the appeal
Charles Picot
c. (34499)
Sa Majesté la Reine (Crim.) (Qc)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by the Appellant, for an order that the hearing of this matter scheduled for Friday October 19,
2012, be adjourned to a later date;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion is dismissed without costs.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE de l’appelant visant l’ajournement de l’audition prévue pour le vendredi 19 octobre
2012;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
- 1474 -
MOTIONS
REQUÊTES
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est rejetée sans dépens.
- 1475 -
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
01.10.2012
01.10.2012
Katz Group Canada Inc. et al.
Shoppers Drug Mart Inc. et al.
v. (34647)
v. (34649)
Minister of Health and Long-Term Care et al.
(Ont.)
Minister of Health and Long-Term Care et al.
(Ont.)
(By Leave)
(By Leave)
- 1476 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
OCTOBER 5, 2012 / LE 5 OCTOBRE 2012
33976
Her Majesty the Queen v. Clato Lual Mabior – and – Canadian HIV/AIDS Legal Network, HIV
& AIDS Legal Clinic Ontario, Coalition des organismes communautaires québécois de lutte
contre le sida, Positive Living Society of British Columbia, Canadian AIDS Society, Toronto
People With AIDS Foundation, Black Coalition for AIDS Prevention, Canadian Aboriginal
AIDS Network, British Columbia Civil Liberties Association, Criminal Lawyers’ Association of
Ontario, Association des avocats de la défense de Montréal and Institut national de santé
publique du Québec (Man.)
2012 SCC 47 / 2012 CSC 47
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and
Karakatsanis JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR 08-30-07036, 2010 MBCA 93, dated
October 13, 2010, heard on February 8, 2012, is allowed in part. The convictions in respect of the complaints by S.H.,
D.C.S. and D.H. are restored. The appeal in respect of the complaint by K.G. is dismissed.
L’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR 08-30-07036, 2010 MBCA 93, daté du 13 octobre 2010,
entendu le 8 février 2012, est accueilli en partie. Les déclarations de culpabilité relativement aux plaintes de S.H.,
D.C.S. et D.H. sont rétablies. Le pourvoi qui découle de la plainte formulée par K.G. est rejeté.
34094
Sa Majesté la Reine c. D.C. – et – Procureur général de l'Alberta, Réseau juridique canadien
VIH/sida, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, Coalition des organismes communautaires
québécois de lutte contre le sida, Positive Living Society of British Columbia, Société
canadienne du sida, Toronto People With AIDS Foundation, Black Coalition for AIDS
Prevention, Réseau canadien autochtone du sida, Criminal Lawyers’ Association of Ontario,
Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, Association des avocats de la
défense de Montréal et Institut national de santé publique du Québec (Qc)
2012 SCC 48 / 2012 CSC 48
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell,
Moldaver et Karakatsanis
L’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10-004068-084, 2010 QCCA 2289, daté du
13 décembre 2010, entendu le 8 février 2012, est rejeté.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-10-004068-084, 2010 QCCA
2289, dated December 13, 2010, heard on February 8, 2012, is dismissed.
- 1477 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Her Majesty the Queen v. Clato Lual Mabior (Man.) (33976)
Indexed as: R. v. Mabior / Répertorié : R. c. Mabior
Neutral citation: 2012 SCC 47 / Référence neutre : 2012 CSC 47
Hearing: February 8, 2012 / Judgment: October 5, 2012
Audition : Le 8 février 2012 / Jugement : Le 5 octobre 2012
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Criminal law — Aggravated assault — Consent — Fraud — Non-disclosure of HIV status — Accused
undergoing antiretroviral therapy and having protected and unprotected sexual relations knowing he was HIV-positive
— Whether approach outlined in R. v. Cuerrier, [1998] 2 S.C.R. 371, remains valid in determining whether fraud
vitiates consent to sexual relations — Whether non-disclosure of HIV status in circumstances where no realistic
possibility of transmission exists can constitute fraud vitiating consent — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46,
ss. 265(3)(c), 268, 273.
M was charged with nine counts of aggravated sexual assault based on his failure to disclose his HIV-positive
status to nine complainants before having sex with them (ss. 265(3)(c) and 273 Cr. C.). None of the complainants
contracted HIV. The trial judge convicted him on six of the counts and acquitted him on the other three, on the basis
that sexual intercourse using a condom when viral loads are undetectable does not place a sexual partner at “significant
risk of serious bodily harm”, as required by Cuerrier. The Court of Appeal varied the decision, holding that either low
viral loads or condom use could negate significant risk. This reduced to two the counts on which M could be convicted,
and the Court of Appeal entered acquittals on the four remaining counts. The Crown appealed the acquittals.
Held: The appeal should be allowed in part and the convictions in respect of the complaints by S.H., D.C.S.
and D.H. should be restored. The appeal should be dismissed in respect of the complaint by K.G.
This Court, in Cuerrier, established that failure to disclose that one has HIV may constitute fraud vitiating
consent to sexual relations under s. 265(3)(c) Cr. C. Because HIV poses a risk of serious bodily harm, the operative
offence is one of aggravated sexual assault (s. 273 Cr. C.). To obtain a conviction under ss. 265(3)(c) and 273, the
Crown must show, beyond a reasonable doubt, that the complainant’s consent to sexual intercourse was vitiated by the
accused’s fraud as to his HIV status. The test boils down to two elements: (1) a dishonest act (either falsehoods or
failure to disclose HIV status); and (2) deprivation (denying the complainant knowledge which would have caused him
or her to refuse sexual relations that exposed him or her to a significant risk of serious bodily harm). Failure to disclose
may amount to fraud where the complainant would not have consented had he or she known the accused was
HIV-positive, and where sexual contact poses a significant risk of or causes actual serious bodily harm.
Two main criticisms of the Cuerrier test have been advanced: first, that it is uncertain, failing to draw a clear
line between criminal and non-criminal conduct, and second, that it either overextends the criminal law or confines it
too closely — the problem of breadth. While it may be difficult to apply, the Cuerrier approach is in principle valid. It
carves out an appropriate area for the criminal law — one restricted to “significant risk of serious bodily harm”. The
test’s approach to consent accepts the wisdom of the common law that not every deception that leads to sexual
intercourse should be criminalized, while still according consent meaningful scope.
The Cuerrier requirement of “significant risk of serious bodily harm” should be read as requiring disclosure of
HIV status if there is a realistic possibility of transmission of HIV. This view is supported by the common law and
statutory history of fraud vitiating consent to sexual relations, and is in line with Charter values of autonomy and
equality that respect the interest of a person to choose whether to consent to sex with a particular person or not. It also
gives adequate weight to the nature of the harm involved in HIV transmission, and avoids setting the bar for criminal
conviction too high or too low. If there is no realistic possibility of transmission of HIV, failure to disclose that one has
HIV will not constitute fraud vitiating consent to sexual relations under s. 265(3)(c).
- 1478 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
The evidence adduced in this case leads to the conclusion that, as a general matter, a realistic possibility of
transmission of HIV is negated if: (i) the accused’s viral load at the time of sexual relations was low and (ii) condom
protection was used. This general proposition does not preclude the common law from adapting to future advances in
treatment and to circumstances where risk factors other than those considered in this case are at play.
Here, the four complainants all consented to sexual intercourse with M, and testified that they would not have
had sex with him had they known he was HIV-positive. M had intercourse by vaginal penetration with the four
complainants, during which he ejaculated. At the time of intercourse with the complainants S.H., D.C.S. and D.H., M
had a low viral load but did not use a condom. Consequently, those convictions should be maintained. As regards
K.G., the record shows that M’s viral load was low. When combined with condom protection, this did not expose K.G.
to a significant risk of serious bodily harm. This conviction must accordingly be reversed.
APPEAL from a judgment of the Manitoba Court of Appeal (Steel, MacInnes and Beard JJ.A.), 2010 MBCA
93, 258 Man. R. (2d) 166, 261 C.C.C. (3d) 520, 79 C.R. (6th) 1, [2011] 2 W.W.R. 211, [2010] M.J. No. 308 (QL), 2010
CarswellMan 587, setting aside convictions for aggravated sexual assault entered by McKelvey J., 2008 MBQB 201,
230 Man. R. (2d) 184, [2008] M.J. No. 277 (QL), 2008 CarswellMan 406. Appeal allowed in part.
Elizabeth Thomson and Ami Kotler, for the appellant.
Amanda Sansregret and Corey La Berge, for the respondent.
Jonathan Shime, Corie Langdon, Richard Elliott and Ryan Peck, for the interveners the Canadian HIV/AIDS
Legal Network, the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, Coalition des organismes communautaires québécois de lutte
contre le sida, the Positive Living Society of British Columbia, the Canadian AIDS Society, the Toronto People With
AIDS Foundation, the Black Coalition for AIDS Prevention and the Canadian Aboriginal AIDS Network.
Michael A. Feder and Angela M. Juba, for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association.
P. Andras Schreck and Candice Suter, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
François Dadour, for the intervener Association des avocats de la défense de Montréal.
Lucie Joncas and François Côté, for the intervener Institut national de santé publique du Québec.
Solicitor for the appellant: Attorney General of Manitoba, Winnipeg.
Solicitor for the respondent: Legal Aid Manitoba, Winnipeg.
Solicitors for the interveners the Canadian HIV/AIDS Legal Network, the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario,
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida, the Positive Living Society of British
Columbia, the Canadian AIDS Society, the Toronto People With AIDS Foundation, the Black Coalition for AIDS
Prevention and the Canadian Aboriginal AIDS Network: Cooper & Sandler, Toronto.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: McCarthy Tétrault, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association of Ontario: Schreck Presser, Toronto.
Solicitors for the intervener Association des avocats de la défense de Montréal: Poupart, Dadour, Touma et
Associés, Montréal.
Solicitors for the intervener Institut national de santé publique du Québec: Desrosiers, Joncas, Massicotte,
Montréal.
________________________
- 1479 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et
Karakatsanis.
Droit criminel — Agression sexuelle grave — Consentement — Fraude — Omission de révéler la
séropositivité — Accusé sous traitement aux antirétroviraux ayant des rapports sexuels protégés et non protégés tout en
se sachant séropositif — La démarche établie dans R. c. Cuerrier, [1998] 2 R.C.S. 371, demeure-t-elle valable pour
déterminer si la fraude vicie le consentement aux rapports sexuels? — L’omission de révéler la séropositivité lorsqu’il
n’existe aucune possibilité réaliste de transmission du VIH peut-elle constituer une fraude viciant le consentement? —
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 265(3)c), 268, 273.
M a été inculpé de neuf chefs d’agression sexuelle grave par suite de son omission d’informer les neuf
plaignantes de sa séropositivité avant d’avoir des rapports sexuels avec elles (al. 265(3)c) et art. 273 C. cr.). Aucune
des plaignantes n’a contracté le VIH. La juge du procès a déclaré M coupable de six des chefs d’accusation et l’a
acquitté des trois autres au motif qu’avoir des rapports sexuels en utilisant un condom lorsque la charge virale est
indétectable n’expose pas le partenaire sexuel à un « risque important de lésions corporelles graves » comme l’exige
l’arrêt Cuerrier. La Cour d’appel a modifié la décision, concluant qu’une faible charge virale ou l’utilisation du
condom pouvait écarter tout risque important. Dès lors, M ne pouvait être déclaré coupable que de deux chefs, et la
Cour d’appel a inscrit des acquittements pour les quatre autres. Le ministère public a interjeté appel de ces
acquittements.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli en partie, et les déclarations de culpabilité pour agression sexuelle grave sont
rétablies relativement aux plaignantes S.H., D.C.S. et D.H. Le pourvoi est rejeté en ce qui concerne la plaignante K.G.
Dans l’arrêt Cuerrier, notre Cour établit que l’omission de révéler sa séropositivité peut constituer une fraude
viciant le consentement aux relations sexuelles pour l’application de l’al. 265(3)c) C. cr. Étant donné que le VIH
présente un risque de lésions corporelles graves, l’infraction applicable est celle d’agression sexuelle grave (art. 273 C.
cr.). Pour obtenir une déclaration de culpabilité sous le régime de l’al. 265(3)c) et de l’art. 273, le ministère public doit
démontrer, hors de tout doute raisonnable, que le consentement du plaignant aux relations sexuelles est vicié par la
fraude de l’accusé concernant sa séropositivité. Le critère exige essentiellement deux choses : (1) un acte malhonnête
(le mensonge sur l’état de santé ou l’omission de révéler la séropositivité) et (2) la privation (d’éléments d’information
qui auraient causé le refus du plaignant d’avoir des relations sexuelles l’exposant à un risque important de lésions
corporelles graves). L’omission de révéler peut constituer une fraude lorsque le plaignant n’aurait pas donné son
consentement s’il avait su que l’accusé était séropositif et lorsqu’un contact sexuel présente un risque important de
lésions corporelles graves ou inflige effectivement de telles lésions.
Le critère issu de l’arrêt Cuerrier fait l’objet de deux critiques principales. Premièrement, on lui reproche son
caractère incertain en ce qu’il ne permet pas de départager clairement actes criminels et actes non criminels.
Deuxièmement, il confère au droit criminel une portée soit trop grande, soit trop restreinte (le problème de la portée).
Bien qu’il puisse être difficile à appliquer, le critère de l’arrêt Cuerrier demeure valable sur le plan des principes. Il
circonscrit avec justesse la portée du droit criminel — réprimer les actes qui exposent à un « risque important de lésions
corporelles graves ». La notion de consentement qui le sous-tend s’inspire de la sagesse de la common law (qui
s’abstient de criminaliser toute tromperie incitant à consentir à un rapport sexuel) tout en accordant une grande
importance au consentement.
L’exigence d’un « risque important de lésions corporelles graves » formulée dans l’arrêt Cuerrier doit être
interprétée comme obligeant une personne à révéler sa séropositivité lorsqu’il existe une possibilité réaliste de
transmission du VIH. Cette interprétation est étayée par l’évolution de la common law et des lois en matière de fraude
viciant le consentement aux relations sexuelles. Elle est en outre dans le droit fil des valeurs d’autonomie et d’égalité de
la Charte qui ont pour effet de protéger le droit de chacun de consentir ou non à des rapports sexuels avec une personne
en particulier. Aussi, cette interprétation tient dûment compte de la nature du préjudice causé par la transmission du
VIH et elle ne place la barre ni trop haut ni trop bas pour qu’il puisse y avoir déclaration de culpabilité. En l’absence de
possibilité réaliste de transmission du VIH, l’omission de dévoiler sa séropositivité ne constitue pas une fraude viciant
le consentement aux relations sexuelles pour l’application de l’al. 265(3)c).
- 1480 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Il appert généralement de la preuve admise au procès que la possibilité réaliste de transmission du VIH n’est
pas établie dans la mesure où, (i) au moment considéré, la charge virale de l’accusé était faible et (ii) un condom a été
utilisé. Cet énoncé général n’empêche pas la common law de s’adapter aux futures avancées thérapeutiques et aux
circonstances où des facteurs de risque différents sont en cause.
En l’espèce, les quatre plaignantes ont toutes consenti aux rapports sexuels avec M et témoigné qu’elles
n’auraient pas eu ces rapports si elles avaient su que M était séropositif. Il y a eu pénétration vaginale et éjaculation
lors des rapports sexuels avec les quatre plaignantes. Lors de ses relations sexuelles avec S.H., D.C.S. et D.H., M avait
une charge virale faible, mais il n’a pas utilisé de condom. Les déclarations de culpabilité doivent donc être confirmées
dans ces cas. En ce qui concerne K.G., le dossier révèle que la charge virale de M était faible. Combinée à l’utilisation
du condom, cette charge virale faible n’a pas exposé K.G. à un risque important de lésions corporelles graves. Par
conséquent, la déclaration de culpabilité prononcée dans ce cas doit être annulée.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Manitoba (les juges Steel, MacInnes et Beard), 2010 MBCA
93, 258 Man. R. (2d) 166, 261 C.C.C. (3d) 520, 79 C.R. (6th) 1, [2011] 2 W.W.R. 211, [2010] M.J. No. 308 (QL), 2010
CarswellMan 587, qui a annulé des déclarations de culpabilité d’agression sexuelle grave inscrites par la juge
McKelvey, 2008 MBQB 201, 230 Man. R. (2d) 184, [2008] M.J. No. 277 (QL), 2008 CarswellMan 406. Pourvoi
accueilli en partie.
Elizabeth Thomson et Ami Kotler, pour l’appelante.
Amanda Sansregret et Corey La Berge, pour l’intimé.
Jonathan Shime, Corie Langdon, Richard Elliott et Ryan Peck, pour les intervenants le Réseau juridique
canadien VIH/sida, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte
contre le sida, Positive Living Society of British Columbia, la Société canadienne du sida, Toronto People With AIDS
Foundation, Black Coalition for AIDS Prevention et le Réseau canadien autochtone du sida.
Michael A. Feder et Angela M. Juba, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique.
P. Andras Schreck et Candice Suter, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
François Dadour, pour l’intervenante l’Association des avocats de la défense de Montréal.
Lucie Joncas et François Côté, pour l’intervenant l’Institut national de santé publique du Québec.
Procureur de l’appelante : Procureur général du Manitoba, Winnipeg.
Procureur de l’intimé : Aide juridique Manitoba, Winnipeg.
Procureurs des intervenants le Réseau juridique canadien VIH/sida, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, la
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida, Positive Living Society of British
Columbia, la Société canadienne du sida, Toronto People With AIDS Foundation, Black Coalition for AIDS Prevention
et le Réseau canadien autochtone du sida : Cooper & Sandler, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : McCarthy
Tétrault, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association of Ontario : Schreck Presser, Toronto.
- 1481 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante l’Association des avocats de la défense de Montréal : Poupart, Dadour, Touma
et Associés, Montréal.
Procureurs de l’intervenant l’Institut national de santé publique du Québec : Desrosiers, Joncas, Massicotte,
Montréal.
- 1482 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sa Majesté la Reine c. D.C. (Qc) (34094)
Indexed as: R. v. D.C. / Répertorié : R. c. D.C.
Neutral citation: 2012 SCC 48 / Référence neutre : 2012 CSC 48
Hearing: February 8, 2012 / Judgment: October 5, 2012
Audition : Le 8 février 2012 / Jugement : Le 5 octobre 2012
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et
Karakatsanis.
Droit criminel — Preuve — Crédibilité — Agression sexuelle et voies de fait graves — Omission de révéler la
séropositivité — Preuve d’une possibilité réaliste de transmission du VIH — Le juge du procès pouvait-il considérer la
note d’un médecin comme un élément de preuve corroborant le témoignage du plaignant concernant l’inutilisation
d’un condom? — A-t-il commis une erreur de droit? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 265(3)c), 268, 271,
686(1)a)(ii).
D.C. a été inculpée d’agression sexuelle et de voies de fait graves. Lors de sa première relation sexuelle
vaginale avec le plaignant, elle ne lui avait pas révélé sa séropositivité. Sa charge virale était alors indétectable. Au
procès, la question cruciale était celle de savoir si un condom avait été utilisé. Les seuls témoignages entendus sur ce
point ont été ceux du plaignant et de D.C. Le premier a témoigné qu’ils n’avaient pas utilisé de condom; la seconde a
affirmé le contraire. Selon le juge du procès, ni l’un ni l’autre n’étaient crédibles. Cependant, il a conclu sur la foi
d’une note du médecin de D.C., rédigée sept ans auparavant et faisant mention d’une rupture de condom, que D.C. avait
menti à son médecin. Il en a inféré que la relation n’avait pas été protégée et il a déclaré D.C. coupable. La Cour
d’appel a conclu que le raisonnement du juge du procès sur l’utilisation d’un condom participait d’une inférence qu’il
pouvait raisonnablement tirer, mais elle a annulé les déclarations de culpabilité au motif que, même si un condom
n’avait pas été utilisé, l’exigence jurisprudentielle d’un risque important de lésions corporelles graves n’était pas
remplie vu l’absence de copie détectable du VIH dans le sang de D.C.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
Comme il est précisé dans l’arrêt R. c. Mabior, 2012 CSC 47, dans le cas du VIH, la possibilité réaliste de
transmission crée un risque important de lésions corporelles graves. Au vu des faits de l’espèce, il y avait obligation
d’utiliser le condom pour exclure la possibilité réaliste de transmission du VIH. Étant donné l’absence de crédibilité du
plaignant, le juge du procès ne pouvait prononcer une déclaration de culpabilité que si l’inutilisation du condom était
établie par ailleurs. En l’espèce, il a commis une erreur de droit en se fondant sur une conjecture comme s’il s’agissait
d’un élément de preuve corroborant le témoignage du plaignant selon lequel aucun condom n’avait été utilisé. Il ne lui
était pas loisible de s’appuyer sur une série de conclusions conjecturales concernant un prétendu mensonge et ce qui
l’avait motivé, des conclusions tirées à partir d’une note rédigée sept ans auparavant qui ne constituait pas une preuve
indépendante. La poursuite n’a donc pas établi hors de tout doute raisonnable la culpabilité de D.C. à l’égard des
accusations qui pesaient contre elle.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec (les juges Chamberland, Léger et Gagnon), 2010
QCCA 2289, [2011] R.J.Q. 18, 270 C.C.C. (3d) 50, 81 C.R. (6th) 336, [2010] J.Q. n o 13599 (QL), 2010 CarswellQue
13482, SOQUIJ AZ-50700564, qui a annulé les déclarations de culpabilité d’agression sexuelle et de voies de fait
graves inscrites par le juge Bisson, 2008 QCCQ 629 (CanLII), [2008] J.Q. n o 994 (QL), 2008 CarswellQue 986,
SOQUIJ AZ-50473926. Pourvoi rejeté.
Caroline Fontaine et Magalie Cimon, pour l’appelante.
Christian Desrosiers, pour l’intimée.
Christine Rideout, pour l’intervenant le procureur général de l’Alberta.
- 1483 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Jonathan Shime, Corie Langdon, Richard Elliott et Ryan Peck, pour les intervenants le Réseau juridique
canadien VIH/sida, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte
contre le sida, Positive Living Society of British Columbia, la Société canadienne du sida, Toronto People With AIDS
Foundation, Black Coalition for AIDS Prevention et le Réseau canadien autochtone du sida.
P. Andras Schreck et Candice Suter, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
Michael A. Feder et Angela M. Juba, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique.
François Dadour, pour l’intervenante l’Association des avocats de la défense de Montréal.
Lucie Joncas et François Côté, pour l’intervenant l’Institut national de santé publique du Québec.
Procureur de l’appelante : Poursuites criminelles et pénales du Québec, Longueuil.
Procureurs de l’intimée : Desrosiers, Joncas, Massicotte, Montréal.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Alberta : Procureur général de l’Alberta, Calgary.
Procureurs des intervenants le Réseau juridique canadien VIH/sida, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, la
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida, Positive Living Society of British
Columbia, la Société canadienne du sida, Toronto People With AIDS Foundation, Black Coalition for AIDS Prevention
et le Réseau canadien autochtone du sida : Cooper & Sandler, Toronto.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association of Ontario : Schreck Presser, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : McCarthy
Tétrault, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante l’Association des avocats de la défense de Montréal : Poupart, Dadour, Touma
et Associés, Montréal.
Procureurs de l’intervenant l’Institut national de santé publique du Québec : Desrosiers, Joncas, Massicotte,
Montréal.
________________________
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Criminal law — Evidence — Credibility — Sexual assault and aggravated assault — Non-disclosure of HIV
status — Proof of realistic possibility of transmission of HIV — Whether trial judge could rely on doctor’s note as
confirmatory evidence of complainant’s testimony that no condom had been used — Whether trial judge committed
error on question of law — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 265(3)(c), 268, 271, 686(1)(a)(ii).
D.C. was charged with sexual assault and aggravated assault. When she first engaged in vaginal intercourse
with the complainant, she had not disclosed to him the fact that she was HIV-positive. At the time, her viral load was
undetectable. The critical issue in the trial was whether a condom had been used. The only evidence on the point was
that of the complainant and D.C. The complainant testified no condom was used; D.C. testified a condom was used.
The trial judge found that neither witness was credible. However, on the basis of a note of D.C.’s doctor made seven
years earlier and referring to a broken condom, the judge concluded that D.C. had lied to her doctor, and inferred that
no condom had been worn. He convicted D.C. The Court of Appeal concluded that the trial judge’s reasoning as to
whether a condom was used was a reasonable inference, but set aside the convictions on the ground that even without
condom use, the requirement of a significant risk of serious bodily harm was not met, given the absence of detectable
HIV copies in D.C.’s blood.
- 1484 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Held: The appeal should be dismissed.
As discussed in R. v. Mabior, 2012 SCC 47, in the case of HIV, a significant risk of serious bodily harm is
found in the presence of a realistic possibility of transmission. On the facts of this case, condom use was required to
preclude a realistic possibility of HIV transmission. Given the lack of credibility of the complainant, the trial judge
needed evidence that a condom had not been used in order to convict. Here, he erred in law in relying on speculation as
confirmatory evidence of the complainant’s testimony that a condom had not been used. He could not rely on a series
of speculative conclusions about a supposed lie and the motives for it, based on a note made seven years earlier that did
not constitute independent evidence. It follows that the prosecution failed to prove D.C.’s guilt on the charges against
her beyond a reasonable doubt.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court of Appeal (Chamberland, Léger and Gagnon JJ.A.), 2010
QCCA 2289, 270 C.C.C. (3d) 50, [2011] R.J.Q. 18, 81 C.R. (6th) 336, [2010] Q.J. No. 13599 (QL), 2010 CarswellQue
14778, SOQUIJ AZ-50700564, setting aside the convictions for sexual assault and aggravated assault entered by Bisson
J.C.Q., 2008 QCCQ 629 (CanLII), [2008] J.Q. n o 994 (QL), 2008 CarswellQue 986, SOQUIJ AZ-50473926. Appeal
dismissed.
Caroline Fontaine and Magalie Cimon, for the appellant.
Christian Desrosiers, for the respondent.
Christine Rideout, for the intervener the Attorney General of Alberta.
Jonathan Shime, Corie Langdon, Richard Elliott and Ryan Peck, for the interveners the Canadian HIV/AIDS
Legal Network, the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, Coalition des organismes communautaires québécois de lutte
contre le sida, the Positive Living Society of British Columbia, the Canadian AIDS Society, the Toronto People With
AIDS Foundation, the Black Coalition for AIDS Prevention and the Canadian Aboriginal AIDS Network.
P. Andras Schreck and Candice Suter, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
Michael A. Feder and Angela M. Juba, for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association.
François Dadour, for the intervener Association des avocats de la défense de Montréal.
Lucie Joncas and François Côté, for the intervener Institut national de santé publique du Québec.
Solicitor for the appellant: Poursuites criminelles et pénales du Québec, Longueuil.
Solicitors for the respondent: Desrosiers, Joncas, Massicotte, Montréal.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Alberta: Attorney General of Alberta, Calgary.
Solicitors for the interveners the Canadian HIV/AIDS Legal Network, the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario,
Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida, the Positive Living Society of British
Columbia, the Canadian AIDS Society, the Toronto People With AIDS Foundation, the Black Coalition for AIDS
Prevention and the Canadian Aboriginal AIDS Network: Cooper & Sandler, Toronto.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association of Ontario: Schreck Presser, Toronto.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: McCarthy Tétrault, Vancouver.
Solicitors for the intervener Association des avocats de la défense de Montréal: Poupart, Dadour, Touma et
Associés, Montréal.
- 1485 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener Institut national de santé publique du Québec: Desrosiers, Joncas, Massicotte,
Montréal.
- 1486 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
F
v
s
s
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
motion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising