SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
November 23, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
1780 - 1861
Le 23 novembre 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1780 - 1781
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1782
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1783 - 1829
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1830 - 1834
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
Agenda
Summaries of the cases
1835
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
1836 - 1837
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
1838
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
1839- 1840
1841
1842 - 1861
Sommaires de jugements récents
Calendrier
Résumés des affaires
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Elizabeth Plomp
Elizabeth Plomp
Hélène Plasse
Hélène Plasse
v. (35079)
c. (35087)
Centre hospitalier de St. Mary (Que.)
Magali Cournoyer-Proulx
Heenan Blaikie LLP
Ville de St-Jean-sur-Richelieu (Qc)
Richard Lemieux
Lemieux, Marchand, Hamelin
FILING DATE: 11.10.2012
DATE DE PRODUCTION : 15.10.2012
Kemal Direkoglu
Kemal Direkoglu
Nermin Acostandei
Nermin Acostandei
v. (35068)
v. (35074)
SNC – Lavalin, Profac Inc. (Ont.)
Laila Karimi Hendry
Hicks Morley Hamilton Stewart Storie
LLP
Toronto Police Services Board et al. (Ont.)
Robin A.F. Squires
Borden Ladner Gervais LLP
FILING DATE: 31.10.2012
FILING DATE: 01.11.2012
Giuliano Scaduto
Victor Pilnitz
Anthony Diamond et al.
David M. Midanik
v. (35060)
v. (35064)
Workplace Safety and Insurance Appeals
Tribunal (Ont.)
Chris G. Paliare
Paliare, Roland, Rosenberg, Rothstein
LLP
Danny Doobay et al. (Ont.)
Simon Bieber
Wardle Daley Bernstein LLP
FILING DATE: 06.11.2012
FILING DATE: 02.11.2012
Eli Lilly Canada Inc. et al.
Anthony G. Creber
Gowling Lafleur Henderson LLP
Marius Drexeler
Marius Drexeler
c. (35091)
v. (35067)
Procureur général du Québec et autres (Qc)
Céline Stehly
Bernard, Roy et Associés
Novopharm Limited (F.C.)
Jonathan Stainsby
Heenan Blaikie
DATE DE PRODUCTION : 08.11.2012
FILING DATE: 08.11.2012
- 1780 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Ville de Malartic
Stephan Ferron
Cain Lamarre Casgrain Wells
Mirza Nammo
Mirza Nammo
v. (35075)
c. (35066)
Law Enforcement Review Board (Alta.)
Sean McDonough
A.G. of Alberta
Procureur général du Québec et autres (Qc)
Nathalie Fiset
Bernard, Roy et Associés
FILING DATE: 14.11.2012
DATE DE PRODUCTION : 09.11.2012
Réjeane Bélanger et autres
Marc Lalonde
Bélanger, Sauvé
Francis Proulx
René Duval
Duval Lauzon Ménard
c. (35073)
v. (35070)
Procureur général du Québec et autres (Qc)
Mélanie Paradis
Chamberland, Gagnon
Her Majesty the Queen (Que.)
Annie Landreville
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
DATE DE PRODUCTION : 15.11.2012
FILING DATE: 15.11.2012
- 1781 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
NOVEMB ER 19, 2012 / LE 19 NOVEMBRE 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Trevor Middleton v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (35021)
2.
299 Burrard Residential Limited Partnership v. Soroor Essalat (B.C.) (Civil) (By Leave) (34968)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
3.
Gusman Alexandre c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (34998)
4.
Gusman Alexandre c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35019)
5.
Sobeys Québec Inc. c. Commission de la santé et de la sécurité du travail (Qc) (Civile) (Autorisation) (34989)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
6.
Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Manitoba (Man.) (Civil) (By Leave) (35036)
7.
Brad William MacDonald v. Attorney General of Nova Scotia, representing Her Majesty the Queen in Right of
the Province of Nova Scotia (N.S.) (Civil) (By Leave) (34990)
8.
Robert Andrew McBride v. Her Majesty the Queen in Right of Canada as represented by the Minister of
National Defence et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (34963)
- 1782 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
NOVEMB ER 22, 2012 / LE 22 NOVEMBRE 2012
33996
Brett Matthew John Bykowski v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Cromwell JJ.
Pursuant to subsection 43 (1.1) of The Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton), Number 0903-0233-A, 2010
ABCA 335, dated November 4, 2010, is remanded to the Court of Appeal of Alberta for disposition in accordance
with R. v. Dineley, 2012 SCC 58.
Conformément au paragraphe 43 (1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 0903-0233-A, 2010 ABCA 335,
daté du 4 novembre 2010, est renvoyée à la Cour d’appel de l’Alberta pour qu’elle statue en conformité avec l’arrêt
R. c. Dineley, 2012 SCC 58.
CASE SUMMARY
Legislation — Interpretation — Retrospective or prospective application of amendments — Evidence — Operating a
motor vehicle with a blood alcohol concentration exceeding 80 mg alcohol in 100 ml blood — Amendment to
Criminal Code precludes testimony with respect to accused's alcohol consumption or rate of elimination or a
calculation of blood alcohol concentration premised on those factors from being evidence of a problem with the breath
testing equipment or testing procedure — Whether the amendments to ss. 258(1)(c) and 258(1)(d.01) of the Criminal
Code which came into force July 2, 2008, are retroactive or retrospective, or not.
On February 23, 2008, the applicant failed a breath test and was charged with driving with a blood alcohol
concentration in excess of the legal limit. Prior to trial, defence counsel notified the Crown that the defence intended to
lead a Carter defence (evidence related to alcohol consumption and expert opinion that the applicant’s blood alcohol
concentration would have been within the legal limit). When trial commenced, amendments on July 2, 2008, to the
Criminal Code had eliminated the Carter defence. The Crown submitted that the amendments applied retrospectively
to offences committed before the date on which the amendments became effective and the Carter defence was no
longer available. The trial judge allowed the defence to proceed. The applicant was acquitted. The summary
conviction appeal judge reversed the decision of the trial judge and directed a new trial. The Court of Appeal
dismissed an appeal.
October 27, 2008
Provincial Court of Alberta
(Myers J.)
Acquittal of charge of operating a motor vehicle with a
blood alcohol concentration exceeding 80 mg alcohol
in 100 ml blood
May 29, 2009
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Lee J.)
2009 ABQB 461
Summary conviction appeal allowed, acquittal set
aside, new trial ordered
November 4, 2010
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté, Picard, Slatter JJ.A.)
2010 ABCA 335
Docket: 0903-0233-A
Appeal dismissed
- 1783 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 31, 2010
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Législation — Interprétation — Application rétroactive ou prospective de modifications — Preuve — Conduite d’un
véhicule à moteur avec une alcoolémie qui dépasse 80 mg d’alcool par 100 ml de sang — Une modification au Code
criminel rend irrecevable le témoignage relatif à la consommation ou au taux d’élimination d’alcool par l’accusé ou un
calcul de l’alcoolémie fondé sur ces facteurs comme preuve du mauvais fonctionnement ou de l’utilisation incorrecte
de l’alcootest — Les modifications apportées aux al. 258(1)c) et 258(1)d.01) du Code criminel qui sont entrées en
vigueur le 2 juillet 2008 sont-elles rétroactives ou non?
Le 23 février 2008, le demandeur a échoué un alcootest et a été accusé de conduite alors que son alcoolémie dépassait
la limite légale. Avant le procès, l’avocat de la défense a avisé le ministère public qu’il entendait présenter une
défense Carter (une défense liée à la consommation d’alcool et un avis d’expert selon lequel l’alcoolémie du
demandeur aurait été en deçà de la limite légale). Lorsque le procès a commencé, des modifications apportées le
2 juillet 2008 au Code criminel avaient éliminé la défense Carter. Le ministère public a plaidé que les modifications
s’appliquaient rétroactivement aux infractions commises avant la date d’entrée en vigueur des modifications et que la
défense Carter n’était plus recevable. Le juge du procès a permis à la défense de procéder. Le demandeur a été
acquitté. Le juge saisi de l’appel en matière de poursuites sommaires a infirmé la décision du juge du procès et a
ordonné un nouveau procès. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
27 octobre 2008
Cour provinciale de l’Alberta
(Juge Myers)
Acquittement sur une accusation de conduite d’un
véhicule à moteur avec une alcoolémie qui dépassait 80
mg d’alcool par 100 ml de sang
29 mai 2009
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Lee)
2009 ABQB 461
Appel en matière de poursuites sommaires accueilli,
acquittement annulé, nouveau procès ordonné
4 novembre 2010
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Côté, Picard et Slatter)
2010 ABCA 335
No du greffe : 0903-0233-A
Appel rejeté
31 décembre 2010
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
- 1784 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
33998
Sylvain Loiseau c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
Conformément au paragraphe 43 (1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10-004500-094, 2010 QCCA
1872, daté du 19 octobre 2010, est renvoyée à la Cour d’appel du Québec pour qu’elle statue en conformité a vec
l’arrêt R. c. Dineley, 2012 SCC 58.
Pursuant to subsection 43 (1.1) of The Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-10-004500-094, 2010
QCCA 1872, dated October 19, 2010, is remanded to the Court of Appeal of Quebec for dispositio n in accordance
with R. v. Dineley, 2012 SCC 58.
CASE SUMMARY
Criminal law – Legislation – Interpretation – Retrospective or prospective application of amendments – Evidence –
Presumption of identity – Carter defence – Applicant charged with operating motor vehicle while impaired and
operating motor vehicle with blood alcohol level exceeding 80 mg of alcohol in 100 ml of blood – Amendment to
Criminal Code making testimony concerning accused’s alcohol consumption or elimination rate or calculation of
blood alcohol level based on those factors inadmissible as evidence of problem with equipment or method used to
administer breathalyser – Whether amendment applies retrospectively to offences committed before date it came into
force in cases where trial began or was continued after that date – Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 253(b),
255 and 258(1).
The applicant, Mr. Loiseau, was charged in January 2007 with operating a motor vehicle while impaired and operating
a motor vehicle with a blood alcohol level exceeding 80 milligrams in 100 millilitres of blood. At the time those
offences were committed, s. 258(1) of the Criminal Code provided for a defence to those charges based on an
accused’s consumption scenario (Carter defence). In July 2008, before Mr. Loiseau’s trial was held, legislative
amendments limiting the defence based on the accused’s consumption scenario came into force. In the absence of any
transitional provision or parliamentary debates explicitly discussing the temporal effect of the amendments, the issue
that arose was whether the amendments applied to pending cases. The Municipal Court of Montréal rejected the
Crown’s position that the new version of s. 258(1) had retrospective effect. Mr. Loiseau therefore presented evidence
to the contrary that was supported by a credible consumption scenario and by expert evidence showing that his blood
alcohol level was lower than indicated by the breathalyser results. He was ac quitted. The Superior Court dismissed
the appeal. The Court of Appeal allowed the appeal and ordered a new trial.
February 6, 2009
Municipal Court of Montréal
(Judge Baribeau)
Applicant acquitted of impaired driving and operating
motor vehicle with blood alcohol level exceeding 80
mg of alcohol in 100 ml of blood
October 1, 2009
Quebec Superior Court
(Buffoni J.)
2009 QCCS 4631
Appeal dismissed
October 19, 2010
Quebec Court of Appeal
(Dalphond, Hilton and Bich [dissenting] JJ.A.)
2010 QCCA 1872
Appeal allowed
- 1785 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 20, 2010
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Législation – Interprétation – Application rétrospective ou prospective de modifications – Preuve –
Présomption d’identité – Défense de type Carter – Demandeur inculpé d’avoir conduit un véhicule à moteur alors que
ses facultés étaient affaiblies et d’avoir conduit un véhicule à moteur avec une alcoolémie qui dépassait 80 mg
d’alcool par 100 ml de sang – Une modification au Code criminel rend irrecevable le témoignage sur la consommation
ou le taux d’élimination d’alcool de l’accusé ou le calcul de l’alcoolémie fondé sur ces facteurs pour servir de preuve
d’un problème concernant le matériel ou la méthode d’administration de l’alcootest – La modification s’applique-t-elle
rétrospectivement aux infractions commises avant la date d’entrée en vigueur dans le ca s de procès qui ont débuté ou
qui se sont poursuivis après cette date? – Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 253b), 255 et 258(1).
Monsieur Loiseau, demandeur, est inculpé en janvier 2007 d’avoir conduit un véhicule alors qu e ses facultés étaient
affaiblies et d’avoir conduit un véhicule alors que le taux de son alcoolémie dépassait 80 milligrammes d’alcool par
100 millilitres de sang. Au moment de la perpétration des infractions, l’art. 258(1) du Code criminel prévoyait, face à
ces accusations, une défense fondée sur le scénario de consommation d’un accusé (défense de type Carter). En juillet
2008, soit avant la tenue du procès de M. Loiseau, entrent en vigueur des modifications législatives qui limitent la
défense fondée sur le scénario de consommation du prévenu. En l’absence de disposition transitoire et de débats
parlementaires traitant explicitement de l’effet temporel des amendements, la question s’est posée de savoir si ces
amendements s’appliquent ou non aux affaires pendantes. La Cour municipale de Montréal rejette la position du
ministère public selon laquelle la nouvelle version de l’art. 258(1) a un effet rétrospectif. En conséquence, M. Loiseau
présente une preuve contraire soutenue par un scénario de consommation crédible et appuyée par une preuve d’expert
démontrant une alcoolémie inférieure à ce que les alcootests avaient révélé. Il est acquitté. La Cour supérieure rejette
l’appel. La Cour d’appel accueille l’appel et ordonne la tenue d’un nouveau procès.
Le 6 février 2009
Cour municipale de Montréal
(La juge Baribeau)
Demandeur acquitté de l’infraction de conduite avec
facultés affaiblies et d’avoir conduit un véhicule à
moteur alors que son taux d’alcoolémie dépassait
80 mg d’alcool par 100 ml de sang
Le 1 octobre 2009
Cour supérieure du Québec
(Le juge Buffoni)
2009 QCCS 4631
Appel rejeté
Le 19 octobre 2010
Cour d’appel du Québec
(Les juges Dalphond, Hilton et Bich [dissidente])
2010 QCCA 1872
Appel accueilli
Le 20 décembre 2010
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
- 1786 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34018
Ashley Anne Houde v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Cromwell JJ.
Pursuant to subsection 43 (1.1) of The Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton), Number 0903-0149-A, 2010
ABCA 335, dated November 4, 2010, is remanded to the Court of Appeal of Alberta for disposition in accordance
with R. v. Dineley, 2012 SCC 58.
Conformément au paragraphe 43 (1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 0903-0149-A, 2010 ABCA 335,
daté du 4 novembre 2010, est renvoyée à la Cour d’appel de l’Alberta pour qu’elle statue en conformité avec l’arrêt
R. c. Dineley, 2012 SCC 58.
CASE SUMMARY
Legislation — Interpretation — Retrospective or prospective application of amendments — Evidence — Operating a
motor vehicle with a blood alcohol concentration exceeding 80 mg alcohol in 100 ml blood — Amendment to
Criminal Code precludes testimony with respect to accused's alcohol consumption or rate of elimination or a
calculation of blood alcohol concentration premised on those factors from being evidence of a problem with the breath
testing equipment or testing procedure — Whether the amendments to ss. 258(1)(c) and 258(1)(d.01) of the Criminal
Code which came into force July 2, 2008, are retroactive or retrospective, or not.
On January 25, 2007, the applicant failed a breath test and was charged with driving with a blood alcohol
concentration in excess of the legal limit. Trial commenced November 19, 2007, and was adjourned. The defence
intended to lead a “Carter” defence (evidence related to alcohol consumption and expert opinion that the applicant’s
blood alcohol concentration would have been within the legal limit). When trial resumed, amendments on July 2,
2008, to the Criminal Code had eliminated the Carter defence. The Crown submitted that the amendments applied and
the Carter defence was no longer available. The trial judge allowed the defence to proceed. The Crown conceded
that, if the defence applies, the offence is not made out. The applicant was acquitted.
October 20, 2008
Provincial Court of Alberta
(Fuller J.)
2008 ABPC 280
Acquittal of charge of operating a motor vehicle with a
blood alcohol concentration exceeding 80 mg alcohol
in 100 ml blood
May 4, 2009
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Read J.)
2009 ABQB 269
Summary conviction appeal allowed, acquittal set
aside, new trial ordered
November 4, 2010
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté, Picard, Slatter JJ.A.)
2010 ABCA 335
Docket: 0903-0149-A
Appeal dismissed
December 31, 2010
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1787 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Législation — Interprétation — Application rétrospective ou prospective de modifications — Preuve — Conduite
d’un véhicule à moteur avec alcoolémie supérieure à quatre-vingts milligrammes d'alcool par cent millilitres de sang
— La modification apportée au Code criminel interdit que le témoignage relatif à la consommation d’alcool de
l’accusée ou le témoignage relatif au taux d’élimination ou le calcul de l’alcoolémie reposant sur ces facteurs soient
soumis en preuve de l’existence d’un problème avec l’alcootest ou la procédure d’alcootest — Les modifications
apportées à l’alinéa 258(1)c) et à l’alinéa 258(1)d.01) du Code criminel qui sont entrées en vigueur le 2 juillet 2008
s’appliquent-elles rétroactivement ou rétrospectivement?
Le 25 janvier 2007, la demanderesse a échoué un alcootest et a été accusée de conduite avec une alcoolémie dépassant
la limite prescrite par la loi. Le procès a commencé le 19 novembre 2007, puis il a été ajourné. La défense entendait
produire une défense « Carter » (preuve liée à la consommation d’alcool et avis d’expert que l’alcoolémie de la
demanderesse ne dépassait pas la limite prescrite par la loi). Lorsque le procès a repris, la défense Carter n’existait
plus car elle avait été éliminée par des modifications apportées au Code criminel le 2 juillet 2008. La Couronne a
prétendu que les modifications s’appliquaient et que la défense Carter n’existait plus. Le juge de première instance a
permis à la défense de procéder. La Couronne a reconnu que si le moyen de défense s’appliquait, la perpétration de
l’infraction ne pouvait pas être établie. La demanderesse a été acquittée.
20 octobre 2008
Cour provinciale de l’Alberta
(Juge Fuller)
2008 ABPC 280
Acquittement de l’accusation de conduite d’un
véhicule à moteur avec une alcoolémie supérieure à
quatre-vingts milligrammes d'alcool par cent millilitres
de sang
4 mai 2009
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Read)
2009 ABQB 269
Appel de la déclaration sommaire de culpabilité
accueilli, acquittement annulé, tenue d’un nouveau
procès ordonnée
4 novembre 2010
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Côté, Picard et Slatter)
2010 ABCA 335
Dossier : 0903-0149-A
Appel rejeté
31 décembre 2010
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
34072
Carol Truong v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Cromwell JJ.
- 1788 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Pursuant to subsection 43 (1.1) of The Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Victoria), Number CA036811, 2010
BCCA 536, dated November 30, 2010, is remanded to the Court of Appeal of British Columbia fo r disposition in
accordance with R. v. Dineley, 2012 SCC 58.
Conformément au paragraphe 43 (1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Victoria), numéro CA036811, 2010
BCCA 536, daté du 30 novembre 2010, est renvoyée à la Cour d’appel de la Colombie -Britannique pour qu’elle
statue en conformité avec l’arrêt R. c. Dineley, 2012 SCC 58.
CASE SUMMARY
Legislation — Interpretation — Retrospective or prospective application of amendments — Evidence — Operating a
motor vehicle with a blood alcohol concentration exceeding 80 mg alcohol in 100 ml blood — Whether the Court of
Appeal erred in law in holding that ss. 258(1)(c), (d.1) of the Criminal Code, as amended by the Tackling Violent
Crime Act, R.S. c. C-46 on July 2, 2008, operate retrospectively and thereby apply to the Applicant’s case.
The Applicant was charged with impaired driving and driving with a blood alcohol level over the legal limit. Th e date
of the alleged offence was July 6, 2007. On June 17, 2008, the trial date of July 24, 2008 was confirmed and she
confirmed her intention to call expert evidence to provide evidence to the contrary. On July 2, 2008, Bill C-2 came
into force, thereby altering the nature of the evidence required in order to rebut the presumption of accuracy of the
breath tests. The Applicant’s trial was held on July 24, 2008. The trial judge held that the amendments were
prospective in nature. He allowed the Applicant to bring forth the evidence to the contrary and found the Applicant not
guilty. The summary conviction appeal judge disagreed. She instead found that the amendments were retrospective in
nature, allowed the appeal and ordered a new trial. The Court of Appeal dismissed the appeal.
August 8, 2008
British Columbia Provincial Court
(Hubbard J.)
Neutral citation: 2008 BCPC 284
Not guilty of operating a motor vehicle with a blood
alcohol concentration exceeding 80 mg alcohol in 100
ml blood contrary to s. 258 of the Criminal Code
January 12, 2009
Supreme Court of British Columbia
(Stromberg-Stein J.)
Neutral citation: 2009 BCSC 22
Appeal allowed and new trial ordered.
November 30, 2010
Court of Appeal for British Columbia (Victoria)
(Donald, Low and Neilson JJ.A.)
Neutral citation: 2010 BCCA 536
Appeal dismissed
January 27, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Législation — Interprétation — Application rétroactive ou prospective de modifications — Preuve — Conduite d'un
véhicule à moteur avec une alcoolémie supérieure à 80 mg d'alcool dans 100 ml de sang — La Cour d'appel a-t-elle
commis une erreur de droit en statuant que les al. 258(1)c) et d.1) du Code criminel, modifiés par la Loi sur la lutte
- 1789 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
aux crimes violents, L.R. ch. C-46 le 2 juillet 2008, avaient un effet rétroactif, si bien qu'ils s'appliquent au cas de la
demanderesse?
La demanderesse a été accusée de conduite avec facultés affaiblies et avec une alcoolémie supérieure à la limite légale.
L'infraction aurait été commise le 6 juillet 2007. Le 17 juin 2008, la date du procès du 24 juillet 2008 a été confirmée
et la demanderesse a confirmé son intention de présenter une preuve d'expert contraire. Le 2 juillet 2008, le projet de
loi C-2 est entré en vigueur, modifiant ainsi la nature de la preuve nécessaire pour réfuter la présomption d'exactitude
des alcootests. La demanderesse a subi son procès le 24 juillet 2008. Le juge du procès a statué que les modifications
étaient de nature prospective. Il a permis à la demanderesse de présenter une preuve contraire et l’a déclaré non
coupable. La juge saisie de l'appel en matière de poursuite sommaire n'était pas de cet avis. Elle a conclu plutôt que
les modifications étaient de nature rétroactive, elle a accueilli l'appel et elle ordonnée un nouveau procès. La Cour
d'appel a rejeté l'appel.
8 août 2008
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Hubbard)
Référence neutre : 2008 BCPC 284
Demanderesse déclarée non coupable d'avoir conduit
un véhicule à moteur avec une alcoolémie supérieure à
80 mg d'alcool dans 100 ml de sang, contrairement à
l'art. 258 du Code criminel
12 janvier 2009
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Stromberg-Stein)
Référence neutre : 2009 BCSC 22
Appel accueilli et nouveau procès ordonné.
30 novembre 2010
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Victoria)
(Juges Donald, Low et Neilson)
Référence neutre : 2010 BCCA 536
Appel rejeté
27 janvier 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34607
Diane Knopf, Warden of Mission Institution and Howard Massey, Warden of Kent
Institution v. Jonathan Zuria (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038352, 2011 BCCA 452, dated November 9, 2011, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA038352, 2011 BCCA 452, daté du 9 novembre 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms - Arbitrary detention - Principles of fundamental justice - Prerogative writs - Habeas
corpus - Prisons - Disclosure required during reclassification and transfer of inmates - Whether an application for
release by way of habeas corpus is substantively the same in scope as a judicial review of the decision resulting in the
deprivation of liberty - Whether the same grounds as in judicial review and the same standard of review analysis apply
- 1790 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
in the context of an application for habeas corpus - Where an inmate is the subject of a transfer, whether procedural
fairness requires disclosure of sufficient information to meaningfully respond or all of the information considered by
the warden or, if information is withheld, that the warden justify the withholding.
The respondent was an inmate, classified as a medium security risk, and serving his sentence at Mission In stitute, a
medium security facility. On September 23, 2009, another inmate at Mission Institute was stabbed. Mission’s
security intelligence department investigated. Unidentified sources and two anonymous tips alleged that the
respondent and one other inmate were hired by a third inmate to carry out the stabbing and payment for the stabbing
was 3 grams of heroin. The findings were reported to the Warden of Mission Institute in a Security Intelligence
Report. The warden ordered the respondent’s involuntary, emergency transfer to Kent Institute, a maximum security
facility. The respondent received a Notice of Emergency Involuntary Transfer Recommendation and an Assessment
for Decision and was given an opportunity to make representations. He made submiss ions and in part objected to the
adequacy of disclosure of the information relied upon by the warden. The warden then provided notice of a final
decision reclassifying him as a maximu m security risk and confirming his transfer to Kent.
July 12, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Smart J.)
2010 BCSC 970
Application for habeas corpus dismissed
November 9, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Smith, Chiasson, Groberman JJ.A.)
2011 BCCA 452, CA038352
Appeal allowed, order dismissing application for
habeas corpus set aside, order respondent should be
released from custody at Kent Institute and returned to
custody in a medium security institution to be dealt
with therein as the prison authorities consider to be
appropriate
January 9, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés - Détention arbitraire - Principes de justice fondamentale - Brefs de prérogative - Habeas
corpus - Prisons - Communication de renseignements nécessaire pendant le reclassement et le transfèrement des
détenus - Une demande de libération par voie d’habeas corpus a-t-elle essentiellement la même portée qu’une
demande de contrôle judiciaire de la décision qui entraîne une privation de liberté? - Les mêmes motifs que ceux d’une
demande de contrôle judiciaire et la même analyse de la norme de contrôle s’appliquent -ils dans le contexte d’une
demande d’habeas corpus? - Lorsqu’un détenu est l’objet d’un transfèrement, l’équité procédurale exige-t-elle la
communication de renseignements suffisants pour répondre valablement ou bien la communication de tous les
renseignements considérés par le directeur ou, si des renseignements sont retenus, oblige -t-elle le directeur à justifier
sa décision de retenir les renseignements?
L’intimé, un détenu classé comme présentant un risque moyen en matière de sécurité, purgeait sa peine à
l’Établissement de Mission, un établissement à sécurité moyenne. Le 23 septembre 2009, un autre détenu de
l’Établissement de Mission a été poignardé. Le service de renseignement de sécurité de Mission a fait enquête. Selon
des sources non identifiées et deux tuyaux anonymes, l’intimé et un autre détenu se sont vu payer 3 grammes
d’héroïne par un troisième détenu pour poignarder la victime. Les conclusions ont été communiquées à la directrice
de l’Établissement de Mission dans un rapport sur les renseignements de sécurité. La directrice a ordonné le
- 1791 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
transfèrement non sollicité d’urgence de l’intimé à l’Établissement de Kent, un établissement à sécurit é maximale.
L’intimé a reçu un avis de recommandation d’un transfèrement non sollicité d’urgence et une évaluation en vue d’une
décision, et il s’est vu accorder l’occasion de présenter des observations. Il a présenté des observations et a contesté
en partie le caractère suffisant de la communication des renseignements sur lesquels la directrice s’était appuyée. La
directrice a ensuite fourni l’avis de décision finale qui le reclassait comme présentant un risque maximal en matière de
sécurité et confirmait son transfèrement à Kent.
12 juillet 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smart)
2010 BCSC 970
Demande d’habeas corpus rejetée
9 novembre 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Smith, Chiasson et Groberman)
2011 BCCA 452, CA038352
Appel accueilli, ordonnance rejetant la demande
d’habeas corpus annulée, ordonnance portant que
l’intimé doit être libéré de l’Établissement de Kent et
renvoyé sous garde dans un établissement à sécurité
moyenne pour y être traité comme les autorités
carcérales l’estiment indiqué
9 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
34608
Diane Knopf, Warden of Mission Institution and Harold Massey, Warden of Kent Institution
v. Glen Phillip Foster (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038258, 2011 BCCA 451, dated November 9, 2011, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA038258, 2011 BCCA 451, daté du 9 novembre 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms - Arbitrary detention - Principles of fundamental justice - Prerogative writs - Habeas
corpus - Prisons - Disclosure required during reclassification and transfer of inmates - Whether an application for
release by way of habeas corpus is substantively the same in scope as a judicial review of the decision resulting in the
deprivation of liberty - Whether the same grounds as in judicial review and the same standard of review analysis apply
in the context of an application for habeas corpus - Where an inmate is the subject of a transfer, whether procedural
fairness requires disclosure of sufficient information to meaningfully respond or all of the information considered by
the warden or, if information is withheld, that the warden justify the withholding.
The respondent was an inmate, classified as a medium security risk, and serving his sentence at Mission In stitute, a
medium security facility. On September 23, 2009, another inmate at Mission Institute was stabbed. Mission’s
security intelligence department investigated. Unidentified sources and two anonymous tips alleged that the
respondent and one other inmate were hired by a third inmate to carry out the stabbing and payment for the stabbing
was 3 grams of heroin. The findings were reported to the Warden of Mission Institute in a Security Intelligence
- 1792 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Report. The warden ordered the respondent’s involuntary, emergency transfer to Kent Institute, a maximum security
facility. The respondent received a Notice of Emergency Involuntary Transfer Recommendation and an Assessment
for Decision and was given an opportunity to make representations. He made submiss ions and in part objected to the
adequacy of disclosure of the information relied upon by the warden. The warden then provided notice of a final
decision reclassifying him as a maximu m security risk and confirming his transfer to Kent.
June 3, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Bruce J.)
2010 BCSC 781
Application for habeas corpus dismissed
November 9, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Smith, Chiasson, Groberman JJ.A.)
2011 BCCA 451, CA038258
Appeal allowed, order dismissing application for
habeas corpus set aside, order respondent should be
released from custody at Kent Institute and returned to
custody in a medium security institution to be dealt
with therein as the prison authorities consider to be
appropriate
January 9, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés - Détention arbitraire - Principes de justice fondamentale - Brefs de prérogative - Habeas
corpus - Prisons - Communication de renseignements nécessaire pendant le reclassement et le transfèrement des
détenus - Une demande de libération par voie d’habeas corpus a-t-elle essentiellement la même portée qu’une
demande de contrôle judiciaire de la décision qui entraîne une privation de liberté? - Les mêmes motifs que ceux d’une
demande de contrôle judiciaire et la même analyse de la norme de contrôle s’appliquent -ils dans le contexte d’une
demande d’habeas corpus? - Lorsqu’un détenu est l’objet d’un transfèrement, l’équité procédurale exige-t-elle la
communication de renseignements suffisants pour répondre valablement ou bien la communication de tous les
renseignements considérés par le directeur ou, si des renseignements sont retenus, oblige -t-elle le directeur à justifier
sa décision de retenir les renseignements?
L’intimé, un détenu classé comme présentant un risque moyen en matière de sécurité, purgeait sa peine à
l’Établissement de Mission, un établissement à sécurité moyenne. Le 23 septembre 2009, un autre détenu de
l’Établissement de Mission a été poignardé. Le service de renseignement de sécurité de Mission a fait enquête. Selon
des sources non identifiées et deux tuyaux anonymes, l’intimé et un autre détenu se sont vu payer 3 grammes
d’héroïne par un troisième détenu pour poignarder la victime. Les conclusions ont été communiquées à la directrice
de l’Établissement de Mission dans un rapport sur les renseignements de sécurité. La directrice a ordonné le
transfèrement non sollicité d’urgence de l’intimé à l’Établissement de Kent, un établissement à sécurit é maximale.
L’intimé a reçu un avis de recommandation d’un transfèrement non sollicité d’urgence et une évaluation en vue d’une
décision, et il s’est vu accorder l’occasion de présenter des observations. Il a présenté des observations et a contesté
en partie le caractère suffisant de la communication des renseignements sur lesquels la directrice s’était appuyée. La
directrice a ensuite fourni l’avis de décision finale qui le reclassait comme présentant un risque maximal en matière de
sécurité et confirmait son transfèrement à Kent.
Demande d’habeas corpus rejetée
3 juin 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bruce)
2010 BCSC 781
- 1793 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
9 novembre 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Smith, Chiasson et Groberman)
2011 BCCA 451, CA038258
Appel accueilli, ordonnance rejetant la demande
d’habeas corpus annulée, ordonnance portant que
l’intimé doit être libéré de l’Établissement de Kent et
renvoyé sous garde dans un établissement à sécurité
moyenne pour y être traité comme les autorités
carcérales l’estiment indiqué
9 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
34609
Diane Knopf, Warden of Mission Institution and Harold Massey, Warden of Kent Institution
v. Gurkirpal Singh Khela (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038224, 2011 BCCA 450, dated November 9, 2011, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA038224, 2011 BCCA 450, daté du 9 novembre 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms - Arbitrary detention - Principles of fundamental justice - Prerogative writs - Habeas
corpus - Prisons - Disclosure required during reclassification and transfer of inmates - Whether an application for
release by way of habeas corpus is substantively the same in scope as a judicial review of the decision resulting in the
deprivation of liberty - Whether the same grounds as in judicial review and the same standard of review analysis apply
in the context of an application for habeas corpus - Where an inmate is the subject of a transfer, whether procedural
fairness requires disclosure of sufficient information to meaningfully respond or all of the information considered by
the warden or, if information is withheld, that the warden justify the withholding.
The respondent was an inmate, classified as a medium security risk, and serving a life sentence at Mission Institute, a
medium security facility. On September 23, 2009, another inmate at Mission Institute was stabbed. Mission’s
security intelligence department investigated. Unidentified sources and two anonymous tips alleged that the
respondent paid two other inmates three grams of heroin to carry out the stabbing in retaliation for a prior assualt. The
findings were reported to the Warden of Mission Institute in a Security Intelligence Report. The warden ordered the
respondent’s involuntary, emergency transfer to Kent Institute, a maximum security facility. The respondent received
a Notice of Emergency Involuntary Transfer Recommendation and an Assessment for Decision and was given an
opportunity to make representations. He made submissions and in part o bjected to the adequacy of disclosure of the
information relied upon by the warden. The warden then provided notice of a final decision reclassifying him as a
maximu m security risk and confirming his transfer to Kent.
May 21, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Bruce J.)
2010 BCSC 721
Writ of habeas corpus granted, transfer decision
declared null and void, order respondent must be
returned to general population at Mission Institution
under medium security classification
- 1794 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 9, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Smith, Chiasson, Groberman JJ.A.)
2011 BCCA 450, CA038224
Appeal allowed in part, order modified to read that
habeas corpus granted, respondent should be released
from custody at Kent Institute and returned to custody
in a medium security institution to be dealt with therein
as the prison authorities consider to be appropriate
January 9, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés - Détention arbitraire - Principes de justice fondamentale - Brefs de prérogative - Habeas
corpus - Prisons - Communication de renseignements nécessaire pendant le reclassement et le transfèrement des
détenus - Une demande de libération par voie d’habeas corpus a-t-elle essentiellement la même portée qu’une
demande de contrôle judiciaire de la décision qui entraîne une privation de liberté? - Les mêmes motifs que ceux d’une
demande de contrôle judiciaire et la même analyse de la norme de contrôle s’appliquent-ils dans le contexte d’une
demande d’habeas corpus? - Lorsqu’un détenu est l’objet d’un transfèrement, l’équité procédurale exige -t-elle la
communication de renseignements suffisants pour répondre valablemen t ou bien la communication de tous les
renseignements considérés par le directeur ou, si des renseignements sont retenus, oblige -t-elle le directeur à justifier
sa décision de retenir les renseignements?
L’intimé, un détenu classé comme présentant un risque moyen en matière de sécurité, purgeait une peine
d’emprisonnement à perpétuité à l’Établissement de Mission, un établissement à sécurité moyenne. Le 23 septembre
2009, un autre détenu de l’Établissement de Mission a été poignardé. Le service de rens eignement de sécurité de
Mission a fait enquête. Selon des sources non identifiées et deux tuyaux anonymes, l’intimé aurait payé à deux autres
détenus trois grammes d’héroïne pour poignarder la victime en guise de représailles pour une agression antérieur e.
Les conclusions ont été communiquées à la directrice de l’Établissement de Mission dans un rapport sur les
renseignements de sécurité. La directrice a ordonné le transfèrement non sollicité d’urgence de l’intimé à
l’Établissement de Kent, un établiss ement à sécurité maximale. L’intimé a reçu un avis de recommandation d’un
transfèrement non sollicité d’urgence et une évaluation en vue d’une décision, et il s’est vu accorder l’occasion de
présenter des observations. Il a présenté des observations et a contesté en partie le caractère suffisant de la
communication des renseignements sur lesquels la directrice s’était appuyée. La directrice a ensuite fourni l’avis de
décision finale qui le reclassait comme présentant un risque maximal en matière de sécurité et confirmait son
transfèrement à Kent.
21 mai 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bruce)
2010 BCSC 721
Bref d’habeas corpus accordé, décision de
transfèrement déclarée nulle, ordonnance portant que
l’intimé doit être réintégré dans la population générale
de l’Établissement de Mission et y être classé comme
détenu à sécurité moyenne
9 novembre 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Smith, Chiasson et Groberman)
2011 BCCA 450, CA038224
Appel accueilli en partie, ordonnance modifiée pour
que soit accordé l’habeas corpus, que l’intimé soit
libéré de l’Établissement de Kent et renvoyé sous garde
dans un établissement à sécurité moyenne pour y être
traité comme les autorités carcérales l’estiment indiqué
9 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 1795 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34819
Elizabeth Bernard v. Attorney General of Canada and Professional Institute of the Public
Service of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -184-11,
2012 FCA 92, dated March 16, 2012, is granted and costs are reserved to the panel on the appeal.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -184-11, 2012 CAF 92,
daté du 16 mars 2012, est accueillie et la décision sur les dépens sera rendue par la formation qui entendra l’appel.
CASE SUMMARY
Charter — Freedom of association — Privacy law — Labour relations — Administrative law — Judicial review —
Standard of review — In view of the Supreme Court of Canada’s reasons in Dunsmuir v. New Brunswick , 2008 SCC
9, [2008] 1 S.C.R. 190, did the Federal Court of Appeal apply the appropriate standard of review — In view of the
position of the Office of the Privacy Commissioner of Canada, did the Board correctly interpret and apply the Privacy
Act — Did the Board and/or the Federal Court of Appeal fail to exercise its jurisdiction when it refused to consider the
Charter rights of the over 200,000 federal public servants affected by the Board’s orders — Privacy Act, R.S.C. 1985,
c. P-21.
The applicant is an employee of the Canada Revenue Agency (“CRA”), in a job classification for which the
Professional Institute of the Public Service of Canada (the “Union”) is the bargaining agent. Ms. Bernard has declined
to join the Union, and she seeks to prevent CRA from disclosing her home contact information to the Union. She
brought an application for judicial review of a consent order by the Public Service Labour Relations Board (the
“Board”) which authorized the disclosure of her home contact information to the Union subject to certain safeguards.
The Federal Court of Appeal remitted the matter for a decision of the Board on what information the employer must
provide to enable the Union to discharge its obligations under the Public Service Labour Relations Act, S.C. 2003,
c. 22, s. 2, without breaching the employees’ rights under the Privacy Act: Bernard v. Canada, 2010 FCA 40.
The Board found the Appellate court’s instructions were limited to assessing the privacy rights of employees and
refused to consider the applicant’s Charter argument that disclosure of the information violated her freedom not to
associate. It went on to determine that disclosure of the information was authorized by para. 8(2)(a) of the Privacy
Act, because the Union’s intended use of it was consistent with the purpose for which it was obtained by the CRA. Its
original order was amended to add further safeguards. The Federal Court of Appeal dismissed the applicant’s
application for judicial review on the basis that the Board’s decision was reasonable.
March 21, 2011
Public Service Labour Relations Board
(Mackenzie Ian R., Vice-Chairperson)
2011 PSLRB 34
Board’s previous consent order amended to include
three further safeguards
March 16, 2012
Federal Court of Appeal
(Blais C.J., Evans and Sharlow JJ.A.)
2012 FCA 92
Application for judicial review dismissed
- 1796 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 11, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte — Liberté d’association — Droit relatif au respect de la vie privée — Relations du travail — Droit
administratif — Contrôle judiciaire — Norme de contrôle — Vu les motifs de la Cour suprême du Canada dans l’arrêt
Dunsmuir c. Nouveau-Brunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1 R.C.S. 190, la Cour d’appel fédérale a-t-elle appliqué la
bonne norme de contrôle? — Vu la position du Commissariat de la protection de la vie privée du Canada, la
Commission a-t-elle correctement interprété et appliqué la Loi sur la protection des renseignements personnels? — La
Commission ou la Cour d’appel fédérale ont-elles omis d’exercer leur compétence en refusant de considérer les droits
garantis par la Charte de plus de 200 000 fonctionnaires fédéraux touchés par les ordonnances de la Commission? —
Loi sur la protection des renseignements personnels, L.R.C. 1985, ch. P-21.
La demanderesse était une employée de l’Agence de revenu du Canada (« CRA »), dans une catégorie d’emploi pour
laquelle l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (le « syndicat ») était l’agent négociateur.
Madame Bernard avait refusé de devenir membre du syndicat et elle cherche à empêcher l’ARC de communiquer ses
coordonnées personnelles au syndicat. Elle a présenté une demande de contrô le judiciaire d’une ordonnance sur
consentement rendue par la Commission des relations de travail dans la fonction publique (la « Commission ») qui a
autorisé la communication de ses coordonnées personnelles au syndicat sous réserve de certaines mesures de
protection. La Cour d’appel fédérale a renvoyé l’affaire à la Commission pour qu’elle rendu une décision quant aux
renseignements que l’employeur doit fournir pour permettre au syndicat de s’acquitter des obligations que lui impose
la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique, L.C. 2003, ch. 22, art. 2, sans porter atteinte aux droits qui
sont conférés aux employés par la Loi sur la protection des renseignements personnels : Bernard c. Canada, 2010
CAF 40.
La Commission a conclu que les directives de la Cour d’appel se limitaient à l’évaluation des droits à la vie privée des
employés et a refusé de considérer l’argument de la demanderesse fondée sur la Charte selon lequel la communication
des renseignements violait sa liberté de ne pas s’associer. La Commission a conclu en outre que la communication des
renseignements était autorisée par l’al. 8(2)a) de la Loi sur la protection des renseignements personnels, étant donné
que l’usage qu’elle entendait faire de ceux-ci était compatible avec les fins auxquelles ils ont été recueillis par l’ARC.
Sa première ordonnance a été modifiée par l’ajout de mesures de protection supplémentaires. La Cour d’appel
fédérale a rejeté la demande de contrôle judiciaire de la demanderesse, jugeant que la décis ion de la Commission était
raisonnable.
21 mars 2011
Commission des relations de travail dans la fonction
publique
(Vice-président Ian R. Mackenzie)
2011 PSLRB 34
Ordonnance sur consentement rendue précédemment
par la Commission, modifiée par l’ajout de trois autres
mesures de protection
16 mars 2012
Cour d’appel fédérale
(Juge en chef Blais, juges Evans et Sharlow)
2012 FCA 92
Demande de contrôle judiciaire, rejetée
- 1797 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel, déposée
11 mai 2012
Cour suprême du Canada
34824
Antal Babos c. Sa Majesté la Reine ET ENTRE Sergio Piccirilli c. Sa Majesté la Reine (Qc)
(Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-10004261-085 et 500-10-004264-089, 2012 QCCA 471, daté du 14 mars 2012, sont accueillies sans dépens.
The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
Numbers 500-10-004261-085 and 500-10-004264-089, 2012 QCCA 471, dated March 14, 2012, are granted without
costs.
CASE SUMMARY
Charter of rights — Constitutional law — Remedy — Stay of proceedings — Criminal law — Appeals — Powers of
Court of Appeal — Standards of review — Abuse of process — Whether Court of Appeal erred in determining that
trial judge had made palpable and overriding errors — Whether Court of Appeal erred in determining that this was not
one of “clearest of cases” of abuse of process — Whether it was still possible to order new fair trial within meaning of
s. 11(d) of Canadian Charter of Rights and Freedoms — Whether ordering new trial was appropriate remedy in this
case — Whether Court of Appeal erred in substituting itself for trial judge in assessing facts — Whether Court of
Appeal erred in minimizing fact that those taking over from first Crown counsel of record did not dissociate
themselves from her conduct — Whether Court of Appeal erred in condoning conduct of another counsel of record
who, without warrant, seized information in applicant’s medical record at prison where he was confined.
Antal Babos was driving a vehicle and was stopped by police officers Guy Brière and Marc Sénéchal when he left
Kanesatake. The police officers had information concerning the possession of firearms, which, in their opinion,
justified their intervention. After asking Mr. Babos for his driver’s licence and the relevant documents, the police
officers searched the trunk of the vehicle, where they found a prohibited semi-automatic firearm in a case. They then
arrested Mr. Babos, among other things. As for Sergio Piccirilli, he was arrested and held in custody until the trial
judgment. On November 14, 2008, the trial judge ordered a final stay of proceedings in both cases on the following
grounds: the repeated threats made against Mr. Piccirilli by the initial Crown counsel of record, the conduct and
testimony of police officers, particularly Guy Brière, who had changed his version of the facts between the preliminary
inquiry and the trial, and the fact that counsel who had succeeded the initial Crown counsel of record had obtained
Mr. Piccirilli’s medical record.
December 4, 2008
Court of Québec
(Judge Garneau)
2008 QCCQ 11373
Final stay of proceedings ordered under s. 24(1) of
Canadian Charter based on violation of ss. 7, 8 and
11(d) of Canadian Charter
March 14, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler, Nicole, C.J., and Chamberland and Doyon
JJ.A.)
2012 QCCA 471
Appeal allowed;
Trial judgment set aside;
New trial ordered
- 1798 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 14, 2012
Supreme Court of Canada
First application for leave to appeal filed by
Antal Babos; second leave application filed by
Sergio Piccirilli
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droit constitutionnel — Réparation — Arrêt des procédures — Droit criminel — Appels —
Pouvoirs de la Cour d’appel — Normes de contrôle — Abus de procédures — La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en
déterminant que le juge du procès a commis des erreurs manifestes et dominantes? — La Cour d’appel a-t-elle fait
erreur en déterminant que le présent dossier n’est pas un « cas des plus manifestes » d’abus de procédure? —
L’ordonnance d’un nouveau procès juste et équitable au sens de l’alinéa 11d) de la Charte canadienne des droits et
libertés est-il encore possible? — L’ordonnance d’un nouveau procès est-il le remède approprié dans le présent cas?
— La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en se substituant au juge de première instance dans l’appréciation des faits? —
La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en minimisant l’absence de toute forme de dissociation de la conduite de la
première procureure de la Couronne au dossier par ceux qui ont pris sa relève? — La Cour d’appel a-t-elle fait erreur
en cautionnant la conduite d’une autre procureure au dossier qui a saisi sans mandat l’information contenue au dossier
médical du demandeur à la prison où il était détenu?
Monsieur Antal Babos conduit un véhicule et se fait intercepter par les policiers Guy Brière et Marc Sénéchal au
moment où il quitte le territoire de Kanesatake. Les policiers ont alors des informations qui portent sur la possession
d’armes à feu et qui, selon eux, justifient leur intervention. Après avoir demandé à M. Babos son permis de conduire
et les documents pertinents, les policiers fouillent le coffre arrière du véhicule où ils retrouvent une arme à feu
prohibée semi-automatique rangée dans un étui. Ils procèdent alors, entre autres, à l’arres tation de monsieur Babos.
Monsieur Sergio Piccirilli a, quant à lui, été arrêté et détenu jusqu’au jugement de première instance. Le 14 novembre
2008, le juge de première instance prononce l’arrêt définitif des procédures dans les deux dossiers pour les raisons
suivantes : les « menaces répétées » proférées par l’avocate de la poursuite initialement au dossier, à l’endroit de
M. Piccirilli, le comportement et le témoignage de policiers, notamment M. Guy Brière, qui a changé sa version faits
entre l’enquête préliminaire et le procès et l’obtention du dossier médical de M. Piccirilli par l’avocate qui a succédé à
l’avocate de la poursuite initialement au dossier.
Le 4 décembre 2008
Cour du Québec
(Le juge Garneau)
2008 QCCQ 11373
Arrêt définitif des procédures ordonné en vertu de
l’alinéa 24(1) de la Charte canadienne considérant la
violation des articles 7, 8 et 11d) de la Charte
canadienne.
Le 14 mars 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge en chef Duval Hesler Nicole et les juges
Chamberland et Doyon)
2012 QCCA 471
Appel accueilli;
Jugement de première instance infirmé;
Nouveau procès ordonné.
Le 14 mai 2012
Cour suprême du Canada
Première demande d’autorisation d’appel déposée par
M. Antal Babos; Deuxième demande d’autorisation
déposée par M. Sergio Piccirilli.
- 1799 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34851
Out-Of-Home Marketing Association of Canada v. City of Toronto AND BETWEEN Pattison
Outdoor Advertising LP and Pattison Sign Group, A Division of Jim Pattison Industries Ltd.
v. City of Toronto (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C53527
and C53521, 2012 ONCA 212, dated April 2, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C53527 et C53521,
2012 ONCA 212, daté du 2 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms — Constitutional Law — Freedom of Expression — Taxation — Municipal powers
— Municipality passes Third Party Sign Tax Bylaw — The nature of the test to distinguish direct taxation from
indirect taxation — Whether a municipal government’s general authority to create exemptions from taxation
authorizes it to create a competitive advantage for itself and its joint venture partners — Whether a municipal
government’s taxation powers override guarantee of freedom of expression under s. 2(b) of the Charter and statutory
limitations on a municipal government’s power to regulate signage.
The City of Toronto passed a bylaw that imposes a tax on any device, fixture or medium that displays sign copy
advertising goods or services not available where the device, fixtu re or medium is located. One of five flat tax rates is
paid annually by the person who owns and controls the display of sign copy. The applicants brought two separate
applications to quash the bylaw. The applications were heard together and dismissed. The applications judge held in
part that signs in existence when the bylaw was passed are exempt from taxation under a “grandfathering” clause. The
Court of Appeal dismissed the applicant’s appeals and allowed an appeal by the City in respect of the grand fathering
clause.
March 3, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Penny J.)
2011 ONSC 537
Applications to quash City of Toronto Bylaw
No. 197-2010 dismissed
April 2, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Feldman, Sharpe, Epstein JJ.A.)
2012 ONCA 212; C53527 and C53521
Appeals by applicants dismissed and appeal by City of
Toronto allowed
May 31, 2012
Supreme Court of Canada
Joint application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Droit constitutionnel — Liberté d'expression — Droit fiscal — Pouvoirs municipaux
— La municipalité adopte un règlement de taxation sur les panneaux d’affichage de tiers — Nature du critère qui
permet de faire la distinction entre la taxation directe et la taxation indirecte — La compétence générale d'une
administration municipale de créer des exemptions fiscales l'autorise-t-elle à créer un avantage concurrentiel pour
- 1800 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
elle-même et ses associés d’une société en participation? — Le pouvoir de taxation d'une administration municipale
déroge-t-il à la garantie de liberté d'expression prévue à l'al. 2b) de la Charte et aux limites imposées par la loi sur le
pouvoir d'une administration municipale de réglementer la signalisation?
La Cité de Toronto a adopté un règlement qui impose u ne taxe sur tout dispositif, accessoire ou support qui annonce
des produits ou des services qui ne sont pas offerts sur place. Une taxe fixe calculée en fonction de cinq taux
d'imposition est payée annuellement par le propriétaire du panneau d’affichage o u la personne qui en a le contrôle.
Les demanderesses ont présenté deux demandes distinctes en annulation du règlement. Les demandes ont été
instruites ensemble et rejetées. Le juge de première instance a statué notamment que les panneaux d’affichage
existants au moment de l'adoption du règlement étaient exonérés de la taxe en vertu d'une clause de droits acquis. La
Cour d'appel a rejeté les appels des demanderesses et a accueilli un appel de la Cité relativement à la clause de droits
acquis.
3 mars 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Penny)
2011 ONSC 537
Demande d'annulation du règlement n o 197-2010 de la
Cité de Toronto, rejetée
2 avril 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Feldman, Sharpe et Epstein)
2012 ONCA 212; C53527 and C53521
Appels des demanderesses, rejetés et appel de la Cité
de Toronto, accueilli
31 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande conjointe d'autorisation d'appel, déposée
34858
Precious Metal Capital Corp. v. Platinum Partners Value Arbitrage Fund, L.P., Mark
Nordlicht and Ancash Mining Ltd. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54301,
2012 ONCA 298, dated May 8, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54301, 2012 ONCA
298, daté du 8 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Summary judgments — No triable issue — Action dismissed — Applicant claimed “agent”
breached contractual, fiduciary and confidence duties in acquiring mining property on his own behalf — Respondents
were successors in title to property — No issue for trial was established as agency relationship asserted by applicant
did not exist in law or on facts given documentary evidence — As applicant could not establish its agency claim, its
action against respondents could not succeed — Prior to appeal hearing, rule of civil procedure for summary judgment
amended — What is the proper interpretation of amended rule and proper application of “full appreciation” test in
determining motion for summary judgment under amended rule — With growing judicial openness to summary
judgment across Canada, how can courts ensure that disputes are fairly adjudicated in interests of justice — When case
has hallmarks of case requiring trial, what is obligation on judge in gathering and reviewing evidence before granting
- 1801 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
summary judgment — Under amended or expanded rule, do appellate courts have corresponding expanded duty to
provide analysis and written reasons in summary judgment cases that dispose of party’s right to full trial — Rules of
Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194, r. 20.
The applicant, Precious Metal Capital Corp. (“PMCC”), claims that it retained Mr. Peebles as its agent in connection
with the acquisition of a Peruvian mining property (“Pachapaqui”) and that it shared confidential information with Mr.
Peebles and another, Mr. Smith. PMCC claims that Mr. Peebles later acquired the mine for his own benefit. All agree
that PMCC engaged Mr. Peebles for two acquisitions in San Luis and Millotingo. The dispute is whether PMCC also
engaged him for the Pachapaqui acquisition. The respondents Platinum Partners Value Arbitration Fund L.P., Mark
Nordlicht and Ancash Mining Ltd. (known collectively as the “Ancash defendants” in the lower courts) purchased the
mining property from Messrs. Peebles and Smith. The Ancash defendants applied for summary judgment to dismiss
PMCC’s action against them on the basis that their position was derivative to the issues raised by the statement of
claim against Messrs. Peebles and Smith. The motion judge granted summary judgmen t and the Court of Appeal
dismissed PMCC’s subsequent appeal. Before the appeal, however, the requirement for granting summary judgment
under Rule 20 of Ontario’s Rules of Civil Procedure was amended.
September 2, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Cumming J.)
2011 ONSC 2962
Motion for summary judgement granted.
May 8, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Juriansz and Rouleau JJ.A.)
2012 ONCA 298
Appeal of summary judgment dismissed.
June 5, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Jugements sommaires — Aucune matière à procès — Action rejetée — La demanderesse a allégué
que le « mandataire » avait manqué à ses obligations contractuelles, fiduciaires et de confidentialité en acquérant un
bien minier en son propre nom — Les intimés étaient les ayants cause à l'égard du bien — Aucune matière à procès n'a
été établie, puisque la relation mandant-mandataire alléguée par la demanderesse n'existait pas en droit ou en fait,
compte tenu de la preuve documentaire — Puisque la demanderesse n'a pas pu démontrer le bien-fondé de son
allégation de mandat, son action contre les intimés ne pouvait être accueillie — Avant l'instruction de l'appel, la règle
de procédure civile en matière de jugement sommaire a été modifiée — Quelle est la bonne interprétation de la règle
modifiée et la bonne application du critère de l' « appréciation complète » lorsqu'il s'agit de statuer sur une motion en
vue d'obtenir un jugement sommaire s ous le régime de la règle modifiée? — Alors que les tribunaux canadiens se
montrent de plus en plus disposés à rendre des jugements sommaires, comment peuvent -ils s'assurer que les différends
seront équitablement jugés dans l'intérêt de la justice? — Lorsqu'il semble y avoir matière à procès, quelle est
l’obligation du juge de recueillir et d'examiner la preuve avant d'accorder un jugement sommaire? — Dans
l'application de la règle modifiée ou accrue, les cours d'appel ont-elles une obligation accrue correspondante de
fournir une analyse et des motifs écrits dans les affaires de jugement sommaire où il est statué sur le droit de la partie à
un procès au fond? — Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194, r. 20.
La demanderesse, Precious Metal Capital Corp. (« PMCC »), allègue avoir retenu les services de M. Peebles pour être
son mandataire en lien avec l'acquisition d'un bien minier péruvien (« Pachapaqui ») et avoir partagé des
- 1802 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
renseignements confidentiels avec M. Peebles et un certain M. Smith. PMCC allègue que M. Peebles a ultérieurement
acquis la mine à son propre avantage. Il est avéré que PMCC avait engagé M. Peebles relativement à deux
acquisitions à San Luis et à Millotingo. La question en litige est de savoir si PMCC l'avait également eng agé pour
l'acquisition de Pachapaqui. Les intimés Platinum Partners Value Arbitration Fund L.P., Mark Nordlicht and Ancash
Mining Ltd. (désignés collectivement les « défendeurs Ancash » dans les juridictions inférieures) ont acheté le bien
minier de MM. Peebles et Smith. Les défendeurs Ancash ont demandé un jugement sommaire pour faire rejeter
l'action de PMCC contre eux, plaidant que leur situation découlait des questions soulevées dans la déclaration contre
MM. Peebles et Smith. Le juge saisi de la motion a accordé le jugement sommaire et la Cour d'appel a rejeté l'appel
subséquent de PMCC. Toutefois, avant l'appel, la condition pour accorder un jugement sommaire en application de la
règle 20 des Règles de procédure civile de l'Ontario a été modifiée.
2 septembre 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Cumming)
2011 ONSC 2962
Motion en vue d'obtenir un jugement sommaire,
accueillie.
8 mai 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Rosenberg, Juriansz et Rouleau)
2012 ONCA 298
Appel du jugement sommaire, rejeté.
5 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
34871
R.L. c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004920-110, 2012 QCCA 635, daté du 5 avril 2012, est accueillie sans dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-10004920-110, 2012 QCCA 635, dated April 5, 2012, is granted without costs.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON PART Y) (COURT FILE CONT AINS INFORMAT ION THAT IS NOT
A VAILABLE FOR INSPECT ION BY T HE BUBLIC)
Charter — Criminal law — Applicant pleading guilty to 14 charges between 1996 and 2005 — In 2011, applicant
found unfit to stand trial because of intellectual disability — Motions for extension of time to appeal, leave to appeal
and authorization to produce new evidence — Whether Court of Appeal erred in dismissing applicant’s motions
seeking to appeal convictions entered between 1996 and 2005 in light of new evidence that applicant unfit to stand
trial in 2011 — Whether Court of Appeal erred in concluding that ap plicant had not raised serious grounds of appeal
— Whether Court of Appeal erred in law (i) in giving practical considerations and principle of stability of judgments
precedence over importance of correcting miscarriages of justice, (ii) in failing to consider public confidence in
- 1803 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
integrity of justice system as test for deciding on leave to appeal and extension of time to appeal, (iii) in requiring
applicant, at leave to appeal stage, to provide proof required at stage of hearing on merits, (iv) in not taking account of
evidence indicating that intellectual disability remains relatively stable over time, and (v) in not taking account of fact
that representation by counsel may not have made it possible to detect applicant’s intellectual disability — Whether
applicant’s rights under ss. 7 and 11(d) of Charter were infringed and, if so, whether stay of proceedings is appropriate
remedy in circumstances — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 2, 16 and 672.22 — Canadian Charter of Rights
and Freedoms, ss. 7, 11(d) and 24(1).
The applicant has an intellectual disability that was first identified at a young age.
Between 1996 and 2005, he pleaded guilty to 14 offences, including sexual assault, assault, breach of a recognizance
and breach of probation. He was convicted of all the charges in the Court of Québec, first in the Youth Division
(when he was a teenager) and later in the Criminal and Penal Division. He was represented by counsel each time he
entered a guilty plea. During that period, his fitness to stand trial was not the subject of argument in court.
During a criminal trial in 2011, a Court of Québec judge found the applicant unfit to stand trial on the ground that his
intellectual disability prevented him from participating in the judicial process in a meaningful way.
The following month, the applicant filed a motion in the Quebec Court of Appeal seeking leave to appeal his
14 previous convictions on the ground that, because of his intellectual disability, he had been unfit to stand trial on the
charges to which he had pleaded guilty between 1996 and 2005. The motion was accompanied by a motion for an
extension of the time to appeal and a motion for authorization to produce new evidence (including the psychiatric
evidence before the Court of Québec in 2011).
April 5, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Chamberland, Rochette and Dalphond [dissenting]
JJ.A.)
2012 QCCA 635
Motions for extension of time to appeal, leave to
appeal 14 guilty verdicts entered between 1996 and
2005 and authorization to produce new evidence
dismissed
June 5, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
June 6, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to extend time filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE ) (LE
DOSSIER DE LA COUR RENFERME DES DONNÉES QUE LE PUBLIC N 'EST PAS AUT ORISÉ À CONSULT ER)
Charte — Droit criminel — Demandeur ayant plaidé coupable à 14 chefs d’accusation entre 1996 et 2005 — En 2011,
le demandeur étant jugé inapte à subir un procès en raison d’une déficience intellectuelle — Requêtes pour
prorogation du délai pour en appeler, pour permission de faire appel et pour obtenir l’autorisation de présenter une
nouvelle preuve — La Cour d’appel a-t-elle erré en rejetant les requêtes du demandeur cherchant à en appeler des
condamnations prononcées entre 1996 et 2005 à la lumière de nouvelle preuve relativement à l’inaptitude du
demandeur à subir un procès ayant lieu en 2011? — Est-ce que la Cour d’appel a erré en concluant que le demandeur
n’avait pas soulevé de sérieux moyens d’appel? — La Cour d’appel a-t-elle erré en droit (i) en faisant prévaloir des
considérations pratiques et le principe de stabilité des jugements à l’importance de corriger des erreurs judiciaires, (ii)
- 1804 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
en omettant de prendre en considération la confiance du public dans l’intégrité du système de justice à titre de critèr e
pour décider de la permission d’en appeler et de la prorogation du délai d’appel, (iii) en requérant, au stade de la
permission d’en appeler, que le demandeur fasse la preuve requise au stade de l’audition sur le fond, (iv) en ne tenant
pas compte de preuve à l’effet qu’une déficience intellectuelle demeure relativement stable dans le temps, et (v) en ne
tenant pas compte du fait que la représentation par avocat n’a possiblement pas permis de détecter la déficience
intellectuelle du demandeur? — Est-ce qu’il a eu violation des droits du demandeur en vertu des articles 7 et 11d) de la
Charte et, si oui, est-ce qu’un arrêt des procédures constitue un remède approprié dans les circonstances? — Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 2, 16 et 672.22 — Charte canadienne des droits et libertés, art. 7, 11d) et 24(1)
Le demandeur souffre d’une déficience intellectuelle qui a premièrement été décelée à un bas âge.
Entre 1996 à 2005, le demandeur a plaidé coupable à quatorze infractions y inclus des chefs d’accusation d’agression
sexuelle, de voies de fait, de bris d’engagement et de bris de probation. Des condamnations furent prononcées contre
le demandeur en Cour du Québec relativement à tous ces chefs d’accusation, d’abord en Chambre de la jeunesse (alors
qu’il était adolescent), puis ensuite en Chambre criminelle et pénale. Lors de chacun de ces plaidoyers de culpabilité,
le demandeur était représenté par procureur. L’aptitude du demandeur de subir un procès n’a pas fait l’objet de débats
devant les tribunaux pendant cette période.
Dans le cadre d’un procès criminel en 2011, une juge de la Cour du Québec a conclu à l’inaptitude du demandeur à
subir un procès au motif qu’en raison de sa déficience intellectuelle, ce dernier n’était pas en mesure de participer au
processus judiciaire de façon significative.
Le mois suivant, le demandeur déposa une requête en Cour d’appel du Québec pour permission d’en appeler de s
quatorze condamnations antérieures prononcées contre lui au motif qu’en raison de sa déficience intellectuelle, il était
inapte à subir les procès dans le cadre desquels il plaida coupable entre 1996 et 2005. Cette requête fut également
accompagnée d’une requête pour proroger le délai d’appel ainsi que d’une requête pour obtenir l’autorisation de
présenter une nouvelle preuve (entre autres, la preuve psychiatrique qui était devant la Cour du Québec en 2011).
Le 5 avril 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Chamberland, Rochette
[dissident])
2012 QCCA 635
et
Dalphond
Requêtes pour proroger les délais d’appel, pour
autorisation d’en appeler de 14 verdicts de culpabilité
ayant été prononcés entre 1996 et 2005, et pour obtenir
l’autorisation de présenter une nouvelle preuve,
rejetées
Le 5 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
Le 6 juin 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de délai déposée
34879
Trevor Nicholas Construction Co. Limited v. Her Majesty the Queen AND BETWEEN
Trevor Nicholas Construction Co. Limited v. Her Majesty the Queen as represented by the
Minister for Public Works Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
- 1805 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The Applicant’s motion to join two orders into one application is granted. The application for leave to
appeal from the judgments of the Federal Court of Appeal, Numbers A -69-11 and A-375-11, 2012 FCA 110 and 2012
FCA 111, dated April 11, 2012, is dismissed with costs.
La requête de la demanderesse afin de joindre deux ordonnances dans une demande est accordée. La
demande d’autorisation d’appel des arrêts de la Cour d’appel fédérale, numéros A -69-11 et A-375-11, 2012 CAF 110
et 2012 CAF 111, datés du 11 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Judgments and orders — Summary judgment — Motions judge granting respondent’s motion for summary judgment
— Whether the Federal Court of Appeal erred in law and on the evidence by affirming the motion judge’s adverse
findings against the applicant — Whether respondent lacked status to bring second motion for summary judgment —
Whether Federal Court of Appeal erred in failing to treat the order as a final order that was binding on the parties, and
which triggered the doctrine of res judicata — Whether the Federal Court of Appeal erred in law
Between 1989 and 1993, the applicant submitted the lowest bids in response to five invitations to tender that were
advertised by Public Works Canada. The applicant was advised regarding its first two tenders, that it had been
by-passed in favour of the second-lowest bidder, based on its previous unsatisfactory work. Its subsequent three bids
were also by-passed. In 1995, the applicant sued the Crown in respect of the first four tenders, alleging that it had
been treated unfairly and that the Crown had breached an implied term to award the contract to the lowest bidder. In
2001, the Federal Court granted the Crown an order for summary judgment, dismissing the applicant’s claim for
damages for breach implied contractual terms. The Federal Court further ordered that the matter would to proceed to
trial on the issue of whether there was an implied obligation of fairness, and whether such obligation was breached.
The Crown brought a subsequent motion for summary judg ment.
January 20, 2011
Federal Court
(Crampton J.)
2011 FC 70
Respondent’s motion for summary judgment granted;
Remaining portion of applicant’s action dismissed
April 11, 2012
Federal Court of Appeal
(Evans, Sharlow and Dawson JJ.A.)
Applicant’s appeal dismissed
June 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Jugements et ordonnances — Jugement sommaire — Le juge de première instance a accueilli la requête de l'intimée
en jugement sommaire — La Cour d'appel fédérale a-t-elle commis une erreur de droit et une erreur dans son
appréciation de la preuve en confirmant la décision du juge de première instance, défavorable au demandeur? —
Manquait-il à l'intimée la qualité pour présenter une deuxième requête en jugement sommaire? — La Cour d'appel
fédérale a-t-elle eu tort de traiter l'ordonnance comme une ordonnance définitive qui liait les parties et qui rendait
applicable la doctrine de la chose jugée? — La Cour d'appel fédérale a-t-elle commis une erreur de droit?
Entre 1989 et 1993, la demanderesse a présenté les soumissions les plus basses en réponse à cinq appels d’offres que
- 1806 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
le ministère des Travaux publics du Canada avait annoncés. Relativement à ses deux premières soumissions, la
demanderesse a été informée qu’elle avait été exclue en faveur du deuxième plus bas soumissionnaire en raison de
travaux insatisfaisants qu’elle avait exécutés auparavant. Ses trois soumissions subséquentes ont également été
exclues. En 1995, la demanderesse a poursuivi la Couronne concernant les quatre premières soumissions, alléguant
qu'elle avait été traitée de manière inéquitable et que la Couronne avait manqué à une clause implicite, c'est -à-dire
adjuger le marché au plus bas soumissionnaire. En 2001, la Cour fédérale a rendu en faveur de la Couronne une
ordonnance de jugement sommaire, rejetant l'action en dommages -intérêts de la demanderesse pour manquement à des
conditions contractuelles implicites. La Cour fédérale a en outre ordonné que l'affaire soit renvoyée à procès pour
qu'il soit statué sur les questions de savoir s'il y avait une obligation implicite de traiter la demanderesse
équitablement, et dans l'affirmative, s'il y a eu manquement à cette obligation. La Couronne a présenté une requête
subséquente en jugement sommaire.
20 janvier 2011
Cour fédérale
(Juge Crampton)
2011 FC 70
Requête de l'intimée en jugement sommaire, accueillie;
pour le reste, l'action de la demanderesse est rejetée
11 avril 2012
Cour d'appel fédérale
(Juges Evans, Sharlow et Dawson)
Appel de la demanderesse, rejeté
7 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34881
Jean-Philippe Mailhot c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (De plein droit / Autorisation)
Coram :
Les juges Fish, Cromwell et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004174-080, 2012 QCCA 964, daté du 23 mai 2012, est accordée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-10-004174-080, 2012 QCCA 964, dated May 23, 2012, is granted without costs.
CASE SUMMARY
Criminal law — Charge to jury — Reasonable verdict — Defence of necessity — Whether trial judge erred in
instructions concerning factual and legal causation — Whether trial judge erred in inviting jury to find that, in this
case, acceleration of death alone established sufficient legal causation to support conviction for homicide — Whether
trial judge erred in refusing to allow defence of necessity — Whether trial judge erred by distorting respondent’s
theory and argument — Whether trial judge erred in instructions concerning applicant’s subsequent conduct by not
explaining nuances required if jury did not believe applicant’s explanation — Whether trial judge erred in instructions
concerning unanimity rule by failing to instruct jurors that they had right to disagree.
During the night of October 13, 2004, the applicant Mr. Mailhot’s spouse died in his presence. By his own admission,
he stabbed her 33 times just before she died. Only one of those stab wounds was potentially fatal and was inflicted
[T RANSLAT ION] “during the agonal phase”, after a first and also potentially fatal wound had been inflic ted either by the
spouse herself, who had allegedly wanted to commit suicide, or by Mr. Mailhot. A jury convicted Mr. Mailhot of the
- 1807 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
second degree murder of his spouse. The Court of Appeal dismissed the appeal from that verdict.
June 30, 2008
Quebec Superior Court
(Boilard J.)
- not indexed -
Accused convicted of second degree murder
July 16, 2008
Quebec Superior Court
(Boilard J.)
2008 QCCS 3382
Accused given life sentence;
Accused required to serve minimum 10-year custodial
sentence before being eligible for parole
May 23, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler C.J. and Beauregard
[dissenting] JJ.A.)
2012 QCCA 964
Appeal from jury verdict dismissed
and
Doyon
June 18, 2012
Supreme Court of Canada
Notice of appeal filed
August 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Exposé au jury — Verdict raisonnable — Défense de nécessité — Le juge de première instance a-t-il
commis une erreur dans ses directives à propos du lien de causalité factuel et juridique? — Le juge de première
instance a-t-il commis une erreur en invitant le jury à conclure que le seul fait d’accélérer la mort, en l’espèce,
établissait une causalité juridique suffisante pour soutenir une déclaration de culpabilité d’homicide? — Le juge de
première instance a-t-il commis une erreur en refusant d’ouvrir la défense de nécessité? — Le juge de première
instance a-t-il commis une erreur dénaturant la thèse et la plaidoirie de l’intimée? — Le juge de première instance a-til commis une erreur dans ses directives sur la conduite postérieure du demandeur en n’expliquant pas les nuances
nécessaires advenant que le jury ne croit pas l’explication du demandeur? — Le juge de première instance a-t-il
commis une erreur dans ses directives sur la règle d’unanimité en omettant d’instruire les jurés qu’ils avaient le droit
d’être en désaccord?
Dans la nuit du 13 octobre 2004, l’épouse de M. Mailhot, demandeur, meurt en présence de celui-ci qui, de son propre
aveu, vient de lui asséner 33 coups de couteau, dont un seul était potentiellement mortel et qui fut asséné « en phase
agonique », après qu’un premier coup, aussi potentiellement mortel, eut été porté soit par l’épouse elle -même, qui
aurait voulu se suicider, soit par M. Mailhot. Un jury a déclaré M. Mailhot coupable du meurtre au second degré de sa
conjointe. La Cour d’appel a rejeté l’appel de ce verdict.
Le 30 juin 2008
Cour supérieure du Québec
(Le juge Boilard)
- non-répertorié -
Déclaration de culpabilité : meurtre au deuxième
degré.
- 1808 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 16 juillet 2008
Cour supérieure du Québec
(Le juge Boilard)
2008 QCCS 3382
Sentence : emprisonnement à perpétuité;
L’accusé devra purger une peine de détention
minimum de dix ans avant d’être éligible à une
libération conditionnelle.
Le 23 mai 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge en chef Duval Hesler et les juges Beauregard et
Doyon [dissident])
2012 QCCA 964
Appel du verdict du jury rejeté.
Le 18 juin 2012
Cour suprême du Canada
Avis d’appel déposé.
Le 22 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
34884
Minister of Citizenship and Immigration and Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness v. Mohamed Harkat AND BETWEEN Mohamed Harkat v. Minister of
Citizenship and Immigration and Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
(F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The applications for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-76-11,
2012 FCA 122, dated April 25, 2012, are granted without costs.
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -76-11, 2012 CAF 122,
daté du 25 avril 2012, sont accordées sans dépens.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Charter of Rights — Constitutional law — Right to life, liberty and security of person — Fundamental justice — Fair
hearing — Immigration law — Evidence — Remedy — Exclusion —Standard of review — Security certificate issued
against Mohamed Harkat stating that he is inadmissible to Canada on grounds of security — Whether sections 77(2),
78, 83(1)(c) to (e), 83(1)(h), 83(1)(i), 85.4(2) and 85.5(b) of the Immigration and Refugee Protection Act breach
section 7 of the Charter and if so, whether the provisions are justified under s. 1 of the Charter — Whether it is a
violation of section 7 of the Charter, in the context of security certificate cases, to refuse special advocates the right to
cross-examine human sources in camera where such witnesses are otherwise available for examination — What is the
proper remedy where a person’s section 7 rights are found to be seriously violated due to the destruction of original
evidence and where summaries are proffered by the Ministers in pursuit of a person’s removal from Canada to a place
where they may be arbitrarily detained and/or tortured — In security certificate proceedings, what standards must be
met by the Designated Judge to satisfy this Court’s requirement that there be a “searching review” — Whether
informers in security certificate proceedings benefit from a class privilege — What is the proper standard for the
exclusion of evidence under section 24(1) of the Charter in security certificate proceedings — What is the standard of
appellate review for a trial judge’s decision with respect to a section 24(1) Charter remedy in security certificate
- 1809 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
proceedings.
In 2008, a security certificate naming Mohamed Harkat as a person inadmissible to Canada on grounds of national
security was signed by the Minister of Public Safety and Emergency Preparedness and the Minister of Citizenship and
Immigration. It is alleged that Mr. Harkat is inadmissible on security grounds for engaging in terrorism, being a
danger to the security of Canada, and being a member of an organization that there are reasonable grounds to believe
engages, has engaged or will engage in terrorism. Mr. Harkat challenged the constitutionality of the security certificate
regime, but it was upheld by the Federal Court and the Federal Court of Appeal. The Federal Court also held that a
class privilege applied to CSIS human sources, which decision was overturned by the Federal Court of Appeal. The
Federal Court was of the view that the destruction by CSIS of originals of conv ersations did not breach Mr. Harkat’s
s. 7 Charter rights, but the Federal Court of Appeal disagreed and ordered the exclusion of the evidence derived from
these originals. Finally, the Federal Court upheld the reasonableness of the security certificate, but the Federal Court
of Appeal overturned this decision in view of its above-mentioned decision to exclude evidence, sending the matter
back to the designated judge for a new determination as to the reasonableness of the certificate.
December 22, 2008
Federal Court
(Noël J.)
2009 FC 204
Motion by Mohamed Harkat’s special advocates to
identify, interview and cross -examine covert human
intelligence sources dismissed
December 9, 2010
Federal Court
(Noël J.)
2010 FC 1241
Reasonableness of security certificate issued against
Mohamed Harkat on security grounds upheld
December 9, 2010
Federal Court
(Noël J.)
2010 FC 1242
Motion by Mohamed Harkat challenging the
constitutionality of the security certificate regime
dismissed
December 9, 2010
Federal Court
(Noël J.)
2010 FC 1243
Motion by Mohamed Harkat for exclusion of
summaries of conversations as evidence or for stay of
proceedings because of alleged abuse of process
dismissed
January 21, 2011
Federal Court
(Noël J.)
2011 FC 75
Formal judgment as to reasonableness of security
certificate and questions certified for appeal
April 25, 2012
Federal Court of Appeal
(Blais C.J. and Létourneau and Layden-Stevenson JJ.A.)
2012 FCA 122
Appeal allowed in part
June 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal of the Minister of
Citizenship and Immigration and the Minister of Public
Safety and Emergency Preparedness filed
- 1810 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
June 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal of Mohamed Harkat
filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Charte des droits — Droit constitutionnel — Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne — Justice
fondamentale — Instruction équitable — Droit de l'immigration — Preuve — Réparation — Exclusion — Norme de
contrôle — Certificat de sécurité délivré contre Mohamed Harkat affirmant qu'il est interdit de territoire au Canada
pour raisons de sécurité — Les articles 77(2), 78, 83(1)c) à e), 83(1)h), 83(1)i), 85.4(2) et 85.5b) de la Loi sur
l'immigration et la protection des réfugiés portent-ils atteinte à l'article 7 de la Charte et, dans l'affirmative, l’atteinte
est-elle justifiée au regard de l'article premier de la Charte? — Dans le contexte des affaires de certificats de sécurité,
est-ce une atteinte à l'article 7 de la Charte que de refuser aux avocats spéciaux le droit de contre-interroger à huis clos
des sources humaines dans les cas où ces témoins peuvent être interrogés autrement? — Quelle est la réparation
appropriée lorsque le tribunal conclut que le droit d'une personne garanti par l'article 7 a été gravement violé en raison
de la destruction de la preuve originale et lorsque le ministre présente des résumés pour obtenir le renvoi d’une
personne du Canada vers un endroit où elle ris que d'être détenue ou torturée de façon arbitraire? — Dans les instances
concernant un certificat de sécurité, quelles normes doivent être respectées par le juge désigné pour satisfaire au critère
établi par cette Cour, c’est-à-dire qu’il y ait eu un « examen approfondi »? — Dans les instances concernant un
certificat de sécurité, les informateurs jouissent-ils d'un privilège générique ? — Quelle norme convient-il d'appliquer
relativement à l'exclusion de la preuve aux termes du paragraphe 24(1) de la Charte dans les instances concernant un
certificat de sécurité? — Quelle est la norme de contrôle en appel d'une décision du juge de première instance
relativement à une réparation aux termes du paragraphe 24(1) de la Charte dans une instance concernant un certificat
de sécurité?
En 2008, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile et le ministre de la Citoyenneté et de
l'Immigration ont signé un certificat de sécurité désignant Mohamed Harkat à titre de personne interdite de territoire
au Canada pour raison de sécurité nationale. Il est allégué que M. Harkat est interdit de territoire pour des raisons de
sécurité parce qu'il s’est livré au terrorisme, qu’il constitue un danger pour la sécurité du Canada et qu’il est membre
d'une organisation dont il y a des motifs raisonnables de croire qu'elle est, a été ou sera l'auteur de terrorisme.
Monsieur Harkat a contesté la constitutionnalité du régime des certificats de sécurité, mais celle -ci a été confirmée par
la Cour fédérale et la Cour d'appel fédérale. La Cour fédérale a également statué qu'un privilège générique s'appliquait
aux sources humaines du SCRS, une décision qui a été infirmée par la Cour d'appel fédérale. La Cour fédérale était
d'avis que la destruction par le SCRS des notes des conversations originales ne portait pas atteinte aux droits de
M. Harkat garantis par l'art. 7 de la Charte, mais la Cour d'appel fédérale n'était pas d'accord et a ordonné l'exclusion
de la preuve tirée de ces notes originales. Enfin, la Cour fédérale a confirmé le caractère raisonnable du certificat de
sécurité, mais la Cour d'appel fédérale a infirmé cette décision, vu sa décision susmentionnée d'exclure la preuve,
renvoyant l'affaire au juge désigné pour qu’il rende une nouvelle décision relativement au caractère raisonnable du
certificat.
22 décembre 2008
Cour fédérale
(Juge Noël.)
2009 FC 204
Requête des avocats spéciaux de Mohamed Harkat en
vue d'identifier, de rencontrer et de contre-interroger
les sources humaines secrètes de renseignement,
rejetée
9 décembre 2010
Cour fédérale
(Juge Noël)
2010 FC 1241
Caractère raisonnable du certificat de sécurité délivré
contre Mohamed Harkat pour raisons de sécurité,
confirmé
- 1811 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
9 décembre 2010
Cour fédérale
(Juge Noël)
2010 FC 1242
Requête de Mohamed Harkat contestant la
constitutionnalité du régime de certificats de sécurité,
rejetée
9 décembre 2010
Cour fédérale
(Juge Noël)
2010 FC 1243
Requête de Mohamed Harkat en vue de faire exclure
de la preuve le résumé des conversations ou en arrêt
des procédures pour cause d’abus de procédure
présumé, rejetée
21 janvier 2011
Cour fédérale
(Juge Noël)
2011 FC 75
Jugement officiel quant au caractère raisonnable du
certificat de sécurité et questions certifiées en vue de
l’appel
25 avril 2012
Cour d'appel fédérale
(Juge en
chef Blais,
Layden-Stevenson)
2012 FCA 122
Appel accueilli en partie
juges
Létourneau
et
22 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel du ministre de la
Citoyenneté et de l'Immigration et du ministre de la
Sécurité publique et de la Protection civile, déposée
25 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel de Mohamed Harkat,
déposée
34908
Conseil Scolaire Francophone de la Colombie-Britannique, Hélène Reid, Paul Rostagno,
Annette Azar-Diehl, Pierre Massicotte, Line Beauchemin, Alain Milot, Mélanie Boucher,
Valérie Walters, Caroline Bédard, Lise Buitendyk, Isabelle Chenail, Kim Gerry, Louise
Baldo, Nicole Leblanc, Guy Bourbeau, Suzanne Martin, Lise Séguin, Kim Davis, Valérie
Sicotte, Chantal Ricard, Nadie Savard, Marie-Christine Wilson, Stéphane Perron, MarieNicole Dubois, Bruno Calvignac, Carine Hutchinson, Jackie Pallard, Kathleen Bayzand, Guy
Champoux, Rachel Chirico, Cate Korinth, Ann Quarterman et Caroline Rousselle c. Sa
Majesté La Reine du chef de la province de Colombie-Britannique et Ministre de l'Éducation
de la province de Colombie-Britanni que (C.-B.) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Fish et Karakatsanis
La requête pour abrègement des délais est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour
d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA039196, 2012 BCCA 282, daté du 27 juin 2012, est
accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
The motion for an abridgement of time is granted. The application for leave to appeal from the judgment of
the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA039196, 2012 BCCA 282, dated June 27, 2012, is
granted with costs in the cause.
- 1812 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Civil litigation — Admissibility — Exhibits — Application for declaration that un-translated exhibits in French
language, attached to an affidavit, be considered by court without certified translation dismissed — Whether 1731
statute received from England, which provides that English is language of courts and prohibits admission of exhibits in
language other than English without certified translation, is still in force in British Columbia — Whether trial judge
presiding over civil proceedings has discretion to admit documentary evidence in language other than English without
certified translation — Proceedings in the Courts of Justice Act, 1731 (U.K.), 4 Geo. II, c. 26.
The applicants brought an action against the Province of British Columbia and the Minister of Education (collectively,
the “Province”) alleging violations of the Province’s constitutional obligations under s. 23 of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms. The Province filed an application to remove the applicants Conseil Scolaire and Fédération des
Parents as plaintiffs, and to add the Conseil scolaire as a third party. The Province contended that neither the Conseil
scolaire nor the Fédération was entitled to assert the linguistic rights guaranteed under s. 23 or to bring an action to
protect those rights. In response, the Conseil scolaire and the Fédération filed affidavits describing their respective
roles in the promotion and protection of French-language education and culture in the province. They attached to
these affidavits 195 pages of French-language exhibits and sought a declaration that the exhibits would be considered
by the court without a certified translation.
July 14, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Willcock J.)
2011 BCSC 1043
Application for declaration that un-translated exhibits
in French language, attached to an affidavit, be
considered by court without certified translation
dismissed.
June 27, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Bennett, Newbury, Kirkpatrick, Frankel and
Neilson JJ.A.)
2012 BCCA 282
Appeal dismissed.
August 1, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an abridgment of time for the application
and the appeal, if granted, filed together with the
application itself.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Instance civile — Admissibilité — Pièces — Demande de jugement déclaratoire selon lequel les pièces non traduites
rédigées en langue française, annexées à un affidavit, peuvent être considérée s par le tribunal sans traduction certifiée
conforme, rejetée — Une loi de 1731 reçue d’Angleterre, qui prévoit que l'anglais est la langue des tribunaux et qui
interdit l'admission de pièces dans une langue autre que l'anglais sans traduction certifiée co nforme est-elle encore en
vigueur en Colombie-Britannique? — Le juge qui préside une instance civile a-t-il le pouvoir discrétionnaire
d'admettre une preuve documentaire dans une langue autre que l'anglais sans traduction certifiée conforme? —
Proceedings in the Courts of Justice Act, 1731 (U.K.), 4 Geo. II, ch. 26.
Les demandeurs ont intenté une action contre la Province de Colombie -Britannique et le ministre de l'Éducation
(collectivement la « Province »), alléguant des violations aux obligations constitutionnelles de la Province au regard de
- 1813 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
l'art. 23 de la Charte canadienne des droits et libertés. La province a déposé une requête en vue de retirer le Conseil
scolaire et la Fédération des parents comme demandeurs en première instance et d'ajouter le Conseil scolaire comme
mis en cause. La Province a allégué que ni le Conseil scolaire ni la Fédération n'avaient le droit de revendiquer les
droits linguistiques garantis par l'art. 23 ou d'intenter une action pour protéger ces droits. En réponse, le Conseil
scolaire et la Fédération ont déposé des affidavits qui décrivent leurs rôles respectifs dans la promotion et la protection
de l'éducation et de la culture de langue française dans la province. Ils ont annexé à ces affidavits 195 pages de pièces
en langue française et ont demandé un jugement déclaratoire selon lequel les pièces peuvent être considérées par le
tribunal sans traduction certifiée conforme.
14 juillet 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Willcock)
2011 BCSC 1043
Demande de jugement déclaratoire selon lequel les
pièces non traduites, rédigées en langue française,
annexées à un affidavit, peuvent être considérées par le
tribunal sans traduction certifiée conforme, rejetée.
27 juin 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Bennett, Newbury, Kirkpatrick, Frankel et
Neilson)
2012 BCCA 282
Appel rejeté.
1er août 2012
Cour suprême du Canada
Requête en abrègement du délai imparti pour présenter
la demande d'autorisation d'appel et l’appel, si la
demande est accueillie, déposée avec la demande
elle-même.
34914
Her Majesty the Queen v. Erin Lee MacDonal d (N.S.) (Criminal) (As of Right/By Leave)
Coram :
LeBel, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CAC
347642, 2012 NSCA 50, dated May 11, 2012, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CAC
347642, 2012 NSCA 50, daté du 11 mai 2012, est accueillie sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal Law — Weapons offences — Possession of loaded restricted firearm — When police responded to noise
complaint at accused’s residence, accused answered door while concealing handgun — Accused’s licence to possess
handgun in Alberta did not extend to unregistered Nova Scotia residence, but accused believed it did — Whether
accused’s mistake of fact or law — What are the mens rea requirements, if any, of a s. 95 offence — Criminal Code,
R.S.C. 1985, c. C-46, s. 95.
Police responded to a noise complaint at Mr. MacDonald’s condominium. When Mr. MacDonald opened the door, an
officer observed that Mr. MacDonald had a gun in his hand. A struggle ensued and Mr. MacDonald was disarmed.
The trial judge convicted Mr. MacDonald of careless handling of a firearm contrary to s. 86 of the Criminal Code,
possessing a weapon for a dangerous purpose contrary to s. 88 and possessing (without authorization) a loaded
- 1814 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
restricted firearm contrary to s. 95. The trial judge sentenced Mr. MacDonald to a total of three years’ imprisonment
and a 10-year weapons prohibition. A majority of the Court of Appeal upheld the trial judge’s decision that no s. 8
Charter breach had occurred and therefore upheld the ss. 86 and 88 convictions. However, the Court of Appeal
allowed the appeal of the s. 95 conviction and substituted an acquittal. In dissent, Beveridge J.A. would have allowed
the appeal based on the s. 8 Charter breach and entered acquittals on all charges.
August 26, 2010
Provincial Court of Nova Scotia
(Digby J.)
Accused convicted of careless handling of a firearm
contrary to s. 86 of the Criminal Code, possessing a
weapon for a dangerous purpose contrary to s. 88 and
possessing (without authorization) a loaded restricted
firearm contrary to s. 95. Accused sentenced to total of
three years’ imprisonment and 10-year weapons
prohibition.
May 11, 2012
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald C.J.N.S. and Saunders and
Beveridge [dissenting] JJ.A.)
2012 NSCA 50
Appeal allowed in part (on the s. 95 issue, for which
the accused’s conviction was set aside and an acquittal
entered). There was a dissent on the s. 8 Charter issue
only.
July 27, 2012
Supreme Court of Canada
Notice of appeal as-of-right filed on the s. 8 Charter
issue.
August 10, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions relatives aux armes — Possession d'une arme à feu à autorisation restreinte chargée —
Lorsque des policiers ont répondu à une plainte pour bruit au domicile de l'accusé, celui-ci a répondu à la porte alors
qu'il dissimulait une arme de poing — Contrairement à ce que croyait l'accusé, le permis qui l'autorisait à posséder une
arme en Alberta ne l’autorisait pas à en posséder une à son domicile non -inscrit en Nouvelle-Écosse — L'erreur de
l'accusé en est-elle une de fait ou de droit? — Quelles sont les exigences de la mens rea, s'il en est, d'une infraction à
l'art. 95? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 95.
Des policiers ont répondu à une plainte pour bruit au condominium de M. MacDonald. Lorsque M. MacDonald a
ouvert la porte, un agent a observé que M. avait un fusil à la main. Une lutte s'est ensuivie et M. MacDonald a été
désarmé. Le juge du procès a déclaré M. MacDonald coupable de manipulation négligente d'une arme à feu
contrairement à l'art. 86 du Code criminel, de possession d'une arme dans un dessein dangereux contrairement à
l'art. 88 et de possession (sans autorisation) d'une arme à feu à autorisation restreinte chargée contrairement à l'art. 95.
Le juge du procès à condamné M. MacDonald à une peine d'emprisonnement totale de trois ans et à une interdiction
de 10 ans d’avoir des armes en sa possession. Les juges majoritaires de la Cour d'appel ont confirmé la décision du
juge du procès selon laquelle il n'y avait eu aucune atteinte à l'art. 8 de la Charte et a donc confirmé les déclarations de
culpabilité en vertu des art. 86 et 88. Toutefois, la Cour d'appel a accueilli l'appel de la déclaration de culpabilité en
vertu de l'art. 95 et il y a substitué un acquittement. Le juge Beveridge, dissident, aurait accueilli l'appel fondé sur une
atteinte à l'art. 8 de la Charte et aurait inscrit des acquittements sous toutes les accusations.
- 1815 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
26 août 2010
Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse
(Juge Digby)
Accusé déclaré coupable de manipulation négligente
d'une arme à feu contrairement à l'art. 86 du Code
criminel, de possession d'une arme dans un dessein
dangereux contrairement à l'art. 88 et de possession
(sans autorisation) d'une arme à feu à autorisation
restreinte chargée contrairement à l’art. 95. L'accusé
est condamné à une peine d'emprisonnement totale de
trois ans et à une interdiction de 10 ans d’avoir des
armes en sa possession.
11 mai 2012
Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge en chef MacDonald, juges Saunders et
Beveridge [dissident])
2012 NSCA 50
Appel accueilli en partie (relativement à la question de
l'art. 95, pour laquelle la déclaration de culpabilité de
l'accusé a été annulée et un acquittement inscrit).
Dissidence sur la question de l'art. 8 de la Charte
seulement.
27 juillet 2012
Cour suprême du Canada
Avis d'appel de plein droit déposé relativement à la
question de l'art. 8 de la Charte.
10 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
34916
Terrence Downey v. David Cranston, Robert Fisher, representing the Members of the Board
of Trustees of the Halifax Port International Longshoremen's Association, Halifax Employers
Association Pension Plan and International Longshoremen's Association / Halifax Employers
Association Welfare Trust Plan (N.S.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number
CA344079, 2012 NSCA 49, dated May 8, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CA344079,
2012 NSCA 49, daté du 8 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Pensions — Pension plan and welfare benefits — Eligibility — Whether membership eligibility standards under s. 14
of Pension Benefits Standards Act, 1985, R.S.C. 1985, C. 32 (2nd Suppl.), should be interpreted by equating “class of
employee” with pension contract membership eligibility requirements — Whether two-year vesting under s. 17 of
PBSA provides protection against retroactive denial of membership by administrators after more than two years of
annual member pension statements crediting pension contributions have been sent to employee — Whether annual
member statements required under s. 28 of PBSA may be relied upon under the law of estoppel by representation as an
unambiguous representation of membership if there is a disclaimer clause — Whether, in cases of legitimate
uncertainty or ambiguity about rights under a pension, pension beneficiaries should be encouraged to seek court
direction interpreting their rights, without risk of costs consequences.
Mr. Downey is totally and permanently disabled. He worked as a non-unionized longshoreman from 1965 until he
became a union member in July 1991. He worked a total of 245 ½ hours as a union member, until December 16,
- 1816 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
1991, after which time he could not return to work as longshoreman. After becoming a u nion member, Mr. Downey
was entitled to receive the pension and welfare plan benefits available to union members, so long as he met the
eligibility requirements as set out in the respective plans. During the relevant time, the respondents were responsible
for and managed the pension and welfare plans. They refused Mr. Downey’s application for a disability pension and
decided that he never met the requirements to become a member of the plan. The Supreme Court of Nova Scotia
dismissed Mr. Downey’s claim for benefits and ordered him to pay costs to the respondents in the amount of $45,000.
The Court of Appeal dismissed the appeal.
November 16, 2009
Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division
(McDougall J.)
2009 NSSC 336
Applicant’s claim for benefits, or alternatively, for
damages for breach of contract and breach of trust,
dismissed
July 14, 2010
Supreme Court of Nova Scotia
(McDougall J.)
2010 NSSC 270
Applicant ordered to pay $45,000 to respondents for
costs
May 8, 2012
Nova Scotia Court of Appeal
(Oland, Beveridge and Farrar JJ.A.)
2012 NSCA 49
Appeals dismissed
August 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Pensions — Prestations de pension et d’aide sociale — Admissibilité — Les conditions de participation prévues à
l'art. 14 de la Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension , L.R.C. 1985, ch. 32 (2e suppl.) devraient-elles être
interprétées en faisant équivaloir la « catégorie de salariés » aux conditions de participation à la pension contractuelle?
— L'acquisition du droit aux prestations au bout de deux ans aux termes de l'art 17 de la Loi offre-t-elle une protection
contre le refus rétroactif par les administrateurs de participer au régime après que des relevés annuels d e pension
créditant des cotisations de retraite ont été envoyés au salarié pendant plus de deux ans? — Peut-on invoquer les
relevés annuels aux participants, prescrits par l'art. 28 de la Loi, en vertu des règles de droit en matière de préclusion
par assertion de fait en tant que déclaration non équivoque de participation s'il y a une clause de dénégation? — Dans
le cas où il y a un doute ou une ambiguïté légitimes quant aux droits de pension, devrait -on encourager les
bénéficiaires de la pension à obtenir des directives du tribunal interprétant leurs droits, sans risque de conséquences
sur le plan des coûts?
Monsieur Downey a une invalidité totale permanente. Il a travaillé comme débardeur non syndiqué de 1965 jusqu'à ce
qu'il devienne membre du syndicat en juillet 1991. Il a travaillé au total 245,5 heures comme syndiqué, jusqu'au 16
décembre 1991, après quoi il n'a pas pu retourner au travail comme débardeur. Après être devenu syndiqué, M.
Downey avait droit de recevoir les prestations des rég imes de pension et d'aide sociale offerts aux syndiqués, pourvu
qu'il respectât les conditions de participation énoncées dans les régimes respectifs. À l'époque en cause, les intimés
étaient responsables des régimes de pension et d’aide sociale et en assu raient la gestion. Ils ont refusé la demande de
pension d'invalidité présentée par M. Downey et ont statué qu'il n'avait jamais rempli les conditions de participation au
régime. La Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a rejeté la demande de prestation de M. Downey et lui a ordonné de
payer aux intimés des dépens de 45 000 $. La Cour d'appel a rejeté l'appel.
- 1817 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
16 novembre 2009
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Section de
première instance
(Juge McDougall)
2009 NSSC 336
Demande du demandeur pour obtenir des prestations
ou, à titre subsidiaire, des dommages -intérêts pour
violation de contrat et violation de fiducie, rejetée
14 juillet 2010
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse
(Juge McDougall)
2010 NSSC 270
Demandeur condamné à payer la somme de 45 000 $
aux intimés pour les dépens
8 mai 2012
Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges Oland, Beveridge et Farrar)
2012 NSCA 49
Appels rejetés
7 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34920
Travailleurs et travailleuses de l'alimentation et du commerce, section locale 503 c.
Compagnie Wal-Mart du Canada (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09007205-104, 2012 QCCA 903, daté du 11 mai 2012, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Qu ébec), Number
200-09-007205-104, 2012 QCCA 903, dated May 11, 2012, is granted with costs in the cause.
CASE SUMMARY
Labour relations — Human rights — Freedom of association — Jurisdiction and powers — Conditions of employment
— Complaint alleging dismissal for union activities — Whether Court of Appeal erred in refusing to consider
applicability of s. 59 of Labour Code — Whether Court of Appeal erred in its understanding of Plourde v. Wal-Mart
Canada Corp., 2009 SCC 54, [2009] 3 S.C.R. 465, as regards applicability of ss. 15 et seq. of Labour Code, R.S.Q.,
c. C-27 (“L.C.”), in cases of business closure — Whether Court of Appeal erred in failing to consider that arbitrator
responsible for disposing of similar grievance under s. 59 L.C. has broad remedial powers.
In April 2005, the respondent Wal-Mart Canada Corp. (“Wal-Mart”) permanently closed its store in Jonquière. The
closure led the applicant United Food and Commercial Workers, Local 503, to institute a number of legal proceedings
against Wal-Mart. The central issue was whether the grievance arbitrator had jurisdiction in this case to decide the
complaint made by the applicant United Food and Commercial Workers, Local 503 (“the union”), under s. 59 L.C. on
the basis of changes made to the employees’ conditions of employment as a result of the closure of the business in
question.
- 1818 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 18, 2009
Arbitration Tribunal
(Mr. Ménard)
Complaint filed by union on March 23, 2005 allowed;
Layoffs announced by employer on February 9, 2005
and implemented as of April 29, 2005 declared
unlawful;
Jurisdiction retained to determine one or more possible
remedies if parties unable to agree on remedies
October 6, 2010
Quebec Superior Court
(Moulin J.)
2010 QCCS 4743
Motion by Wal-Mart Canada Corp. for judicial review
of award of September 18, 2009 dismissed;
Wal-Mart Canada Corp. and United Food and
Commercial Workers, Local 503, ordered to return
before respondent arbitrator to determine one or more
possible remedies if parties unable to agree on
remedies
May 11, 2012
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Vézina, Léger and Gagnon JJ.A.)
2012 QCCA 903
Appeal allowed;
Judgment under appeal set aside;
Application for judicial review allowed;
Arbitration award rendered by mis -en-cause on
September 18, 2009 annulled;
Complaint filed by union under s. 59 of Labour Code
dismissed
August 8, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Relations du travail — Droits de la personne — Droit d’association — Compétence et pouvoirs — Conditions de
travail — Plainte alléguant un congédiement en raison d’activités syndicale — La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en
refusant de considérer l’applicabilité de l’article 59 du Code du travail? — La Cour d’appel a-t-elle fait erreur dans sa
compréhension de l’arrêt Plourde c. Compagnie Wal-Mart du Canada Inc., 2009 CSC 54, [2009] 3 R.C.S. 465, quant
à l’applicabilité des articles 15 et suivants du Code du travail, L.R.Q., ch. C-27 (« C.tr. ») dans les cas de fermeture
d’entreprise? — La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en omettant de considérer que l’arbitre chargé de dis poser d’un
grief assimilé déposé en vertu de l’article 59 du C. tr. possède de larges pouvoirs de réparation?
En avril 2005, l’intimée, la Compagnie Wal-Mart du Canada inc. (« Wal-Mart ») ferme définitivement le magasin
qu’elle exploitait alors à Jonquière. Cette fermeture a entraîné plusieurs recours judiciaires initiés par la demanderesse
Les Travailleurs et Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, section locale 503, contre Wal-Mart. La
question centrale consiste à savoir si, en l’espèce, l’arbitre de griefs avait compétence pour statuer sur la plainte de la
demanderesse, Travailleurs et travailleuses de l’alimentation et du commerce, section locale 503 (« Syndicat »),
fondée sur l’article 59 C.tr., invoquant des changements survenus aux conditions de travail des salariés, à la suite de la
fermeture de l’entreprise visée.
- 1819 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 18 septembre 2009
Tribunal d’arbitrage
(Me Ménard)
Accueille la plainte déposée par le Syndicat le 23 mars
2005 ;
Déclare illégales les mises à pied annoncées par
l’Employeur le 9 février 2005 et mises en application à
compter du 29 avril 2005 ;
Réserve sa compétence aux fins d’établir un ou des
redressement(s) possible(s) advenant que les parties ne
réussissent pas à en convenir.
Le 6 octobre 2010
Cour supérieure du Québec
(Le juge Moulin)
2010 QCCS 4743
Rejette la requête en révision judiciaire de la
compagnie Wal-Mart du Canada à l’encontre de la
sentence du 18 septembre 2009;
Ordonne le renvoi de la Compagnie Wal-Mart du
Canada et des Travailleurs et travailleuses unis de
l’alimentation et du commerce, section locale 503,
devant l’arbitre intimé aux fins d’établir un ou des
redressements possibles advenant que ces parties ne
réussissent pas à en convenir.
Le 11 mai 2012
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Vézina, Léger et Gagnon)
2012 QCCA 903
Accueille l’appel;
Infirme le jugement entrepris;
Accueille la demande de révision judiciaire;
Annule la sentence arbitrale rendue par le mis en cause
le 18 septembre 2009;
Rejette la plainte déposée par le Syndicat en vertu de
l’article 59 du Code du travail.
Le 8 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
34927
Elizabeth Anne Chan v. Toronto Standard Condominium Corporation No. 1834 (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53242,
2012 ONCA 312, dated May 14, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53242, 2012 ONCA
312, daté du 14 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Costs — Applicant ordered to pay costs on a full indemnity rate in the amount of $41,706.28 to
condominium corporation — Condominium corporation claiming “additional actual costs” incurred in obtaining an
order enforcing compliance with legislation and condominium rules — Whether Court of Appeal erred in not varying
the order for costs — Condominium Act, S.O. 1998, c. 19, s. 134(5).
- 1820 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The applicant, Ms. Chan, is the owner of a condominium unit which she uses as a rental property. She br ought an
application against the respondent Corporation before the Ontario Superior Court of Justice for an order vacating a lien
the Corporation had registered on her unit pursuant to the Condominium Act to recover the costs of water damage. At
the same time, the Corporation brought an application for a compliance order, requiring that Ms. Chan and her tenants
comply with the provisions of the Act and with the condominium rules.
The Superior Court of Justice dismissed Ms. Chan’s application and granted th e Corporation’s application. Allen J.
ordered Ms. Chan to remove internal locks that were not in compliance with the condominium rules. She ordered Ms.
Chan to cease the improper use of the unit — in her view Ms. Chan had been using the unit as a rooming /boarding
house and not as a “single family” unit. Allen J. ordered costs on a full indemnity rate to the Corporation, in the
amount of $41,706.28, which she found was reasonable in the circumstances.
The Court of Appeal dismissed Ms. Chan’s appeal and saw no basis to interfere with the award of costs. It noted that
Ms. Chan would, in any event, have the right to have any additional costs claimed by the Corporation under s. 134(5)
of the Condominium Act assessed under s. 9 of the Solicitors Act.
January 6, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Allen J.)
2011 ONSC 108
Application by Ms. Chan dismissed; application by
Condominium Corporation granted with costs
May 14, 2012
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Gillese and Blair JJ.A.)
2012 ONCA 312; C53242
Appeal dismissed
August 10, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Dépens — Demanderesse condamnée à payer à l'association condominiale la somme de
41 706,28 $ à titre de dépens sur la base d’une indemnisation totale — L'association condominiale allègue avoir
engagé des « frais réels additionnels » afin d’obtenir une ordonnance pour faire observer la loi et les règles
condominiales — La Cour d'appel a-t-elle eu tort de ne pas modifier l'ordonnance concernant les dépens? — Loi sur
les condominiums, L.O. 1998, ch. 19, par. 134(5).
La demanderesse, Mme Chan, est propriétaire d'une partie privative de condominium qu'elle utilise comme bien
locatif. Elle a présenté une demande contre l'association intimée en Cour supérieure de justice de l'Ontario pour
obtenir une ordonnance annulant un privilège que l'association avait fait enregistrer à l'égard de sa partie privative en
application de la Loi sur les condominiums pour recouvrer les coûts occasionnés par un dégâts d'eau. Parallèlement,
l'association a présenté une demande d'ordonnance de conformité pour obliger Mme Chan et ses locataires à se
conformer aux dispositions de la loi et aux règles condominiales.
La Cour supérieure de justice a rejeté la demande de Mme Chan et a accueilli la demande de l'association. La juge
Allen a ordonné à Mme Chan de retirer les serrures intérieures qui n'étaient pas conformes aux règles condominiales.
Elle a ordonné à Mme Chan de cesser l'usage non autorisé de la partie privative — à son avis, Mme Chan avait utilisé
la partie privative comme maison de chambres ou une pension de famille et non comme [ T RADUCT ION] « habitation
individuelle ». La juge Allen a ordonné que la somme de 41 706,28 $ soit payée à l'association à titre de dépens sur la
- 1821 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
base d’une indemnisation totale, un montant qu'elle a jugé raisonnable en l'espèce.
La Cour d'appel a rejeté l'appel de Mme Chan et n'a pas jugé bon d'infirmer l'allocation des dépens. Elle a noté que
Mme Chan aurait le droit, de toute façon, en vertu de l'art. 9 de la Loi sur les procureurs, de faire liquider les frais
additionnels demandés par l'association en application du par. 134(5) de la Loi sur les condominiums.
6 janvier 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Allen)
2011 ONSC 108
Demande de Mme Chan rejetée; demande
l'association condominiale, accueillie avec dépens
14 mai 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges MacPherson, Gillese et Blair)
2012 ONCA 312; C53242
Appel rejeté
10 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
de
34929
Paciorka Leaseholds Limited, Bruce Paciorka, Gordon Paciorka, Elizabeth Frey, Hilda
Fisher House, Carlos Rafael Macchiavello, Virginia Rosalie Macchiavello, Frieda Pope,
Rachel Lydia Beattie, Sharon Lily Pope, Nancy Louise Hillman and Judy Diane Listhaeghe v.
Corporation of the City of Windsor (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The applications for leave to appeal from the judgments of the Court of Appeal for Ontario, Number
C54542, 2012 ONCA 431, dated June 22, 2012, and 2012 ONCA 601, dated September 13, 2012, are dismissed with
costs. The costs awarded in this Court are not payable until a determination is made by the Ontario Municipal Board,
the matter is otherwise resolved or until the Court of Appeal otherwise orders.
Les demandes d’autorisation d’appel des arrêts de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54542, 2012
ONCA 431, daté du 22 juin 2012, et 2012 ONCA 601, daté du 13 septembre 2012, sont rejetées avec dépens. Le
paiement des dépens accordés par notre Cour est suspendu jusqu’à ce que la Commission des affaires municipales de
l’Ontario rende une décision, que l’affaire soit résolue autrement ou q ue la Cour d’appel prononce une ordonnance
contraire.
CASE SUMMARY
Expropriation — Market value of land expropriated — Scope of expropriation scheme — Injurious affection —
Whether Court of Appeal erred in its application of Pointe Gourde principle enshrined in Expropriations Act by
requiring consideration of a government policy statement — Whether Court of Appeal erred in materially altering law
with respect to injurious affection damages — Expropriations Act, R.S.O. 1990, c. E.26, s. 14(4)(b).
The applicants’ lands were subject to various governmental actions between 1983 and 2002, all designed to preserve
the natural habitat in the area and protect endangered and threatened species. The lands were eventually expropriated
by the respondent City beginning in 2004. Not all of the applicants’ lands were expropriated. Pursuant to the
Expropriations Act, the applicants brought claims before the Ontario Municipal Board for the market value of the
- 1822 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
expropriated lands and for injurious affection damages in respect of the parts of the applicants' properties that were not
expropriated. In determining market value, no account can be taken of any increase or decrease in the value of the
land attributable to the government actions that culminated in the expropriation.
The Board held that the identification and designation process that commenced in 1983 led to the expropriation. It
ultimately ordered the City to pay the applicants $3,771,384 for the market value of the expropriated properties an d
$767,000 for the loss in value of the remaining properties. The Divisional Court, in a majority decision, applying a
reasonableness standard of review, upheld the Board's decision in its entirety. The Court of Appeal allowed the
respondent City’s appeal. It set aside the order of the Divisional Court and the order of the Board and directed a new
hearing before a differently constituted panel of the Board.
May 16, 2011
Ontario Superior Court of Justice,
Divisional Court
(Sachs (dissenting), Herman and Harvison
Young JJ.)
2011 ONSC 2876
Appeal dismissed
June 22, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, LaForme JJ.A. and Turnbull J.
(ad hoc))
2012 ONCA 431
Appeal allowed
September 13, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, LaForme JJ.A. and Turnbull J.
(ad hoc))
2012 ONCA 601
Respondent awarded costs of Divisional Court appeal
and of proceedings in the Court of Appeal
August 17, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
September 27, 2012
Supreme Court of Canada
Supplementary application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Expropriation — Valeur marchande du bien-fonds exproprié — Portée du régime d'expropriation — Effet
préjudiciable — La Cour d'appel s’est-elle trompée dans son application du principe de l’arrêt Pointe Gourde codifié
dans la Loi sur l'expropriation en exigeant la prise en compte d'un énoncé de politique du gouvernement? — La Cour
d'appel a-t-elle commis une erreur en modifiant de façon substantielle le droit relatif aux dommages -intérêts accordés
pour effet préjudiciable? — Loi sur l'expropriation, L.R.O. 1990, ch. E.26, al. 14(4)b).
Les biens-fonds des demandeurs ont été l'objet de diverses mesures gouvernementales entre 1983 et 2002, toutes
destinées à conserver l'habitat naturel dans la zone et à protéger des espèces en voie de disparition ou menacées. Les
biens-fonds ont fini par être expropriés par la Ville intimée à partir de 2004. Certains biens -fonds des demandeurs
n’ont pas été expropriés. En application de la Loi sur l'expropriation, les demandeurs ont introduit des demandes à la
- 1823 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Commission des affaires municipales de l'Ontario, réclamant la valeur marchande des bien -fonds expropriés et des
dommages-intérêts au titre de l'effet préjudiciable à l'égard des parties des biens des demandeurs qui n'ont pas été
expropriés. Pour fixer la valeur marchande, il ne peut être tenu compte de l'augmentation ou de la diminution de la
valeur du bien-fonds attribuable aux mesures gouvernementales qui se sont soldées par l'expropriation.
La Commission a statué que le processus d'identification et de désignation entrepris en 1983 avait mené à
l'expropriation. Elle a fini par ordonner à la Ville de payer aux demandeurs la somme de 3 771 384 $ pour la valeur
marchande des biens expropriés et la somme de 767 000 $ pour perte de la valeur de la partie restante des biens. La
Cour divisionnaire, dans une décision majoritaire, appliquant la norme de contrôle du caractère raisonnable, a
confirmé la décision de la Commission dans son intégralité. La Cour d'appel a accueilli l'appel de la Ville intimée.
Elle a annulé l'ordonnance de la Cour divisionnaire et l'ordonnance de la Commission et a ordonné la tenue d'une
nouvelle audience devant une autre formation de la Commission.
16 mai 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario,
Cour divisionnaire
(Juges Sachs (dissidente), Herman et Harvison
Young)
2011 ONSC 2876
Appel rejeté
22 juin 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Doherty, LaForme et Turnbull
(ad hoc))
2012 ONCA 431
Appel accueilli
13 septembre 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Doherty, LaForme et Turnbull (ad hoc))
2012 ONCA 601
L'intimée se voit accorder les dépens de l'appel à la
Cour divisionnaire et de l'instance en Cour d'appel
17 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
27 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande
déposée
supplémentaire
d'autorisation
d'appel,
34930
Brian Conception v. Her Majesty the Queen, The Person in Charge of Centre for Addiction
and Mental Health and the Person in Charge of the Mental Health Centre Penetanguishene
(Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C51956,
2012 ONCA 342, dated May 24, 2012, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C51956, 2012 ONCA
342, daté du 24 mai 2012, est accueillie sans dépens.
- 1824 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms — Right to security of the person — Right to liberty — Fundamental justice —
Treatment dispositions — Trial judge orders treatment forthwith of accused found unfit to stand trial —
Commencement of treatment delayed 6 days for availability of bed — Whether s. 7 Charter rights of mentally
disordered accused were violated by requirement that no court shall make a treatment order without the consent of the
person in charge of the hospital where the accused is to be treated — Whether order directing treatment forthwith of
an accused who was declared unfit to stand trial should have been set aside on appeal because the treating facility had
not provided its consent — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 672.58, 672.62(1)(a)
The applicant was charged with sexual assault. When he appeared in court, he was in a psychotic state and was
declared unfit to stand trial. Crown counsel recommended a treatment order. When asked about security concerns, a
psychiatrist testified that treatment at Oak Ridge, a facility at the Mental Health Center Penetanguishene, would make
more sense than the Center for Addiction and Mental Health or Whitby, another hospital with which he had
experience. The Crown stated that a bed would be available at Oak Ridge no later than the 19th of April which was 6
days after the date of the hearing. The hearing judge issued a “forthwith” treatment order pursuant to s. 672.58 of the
Criminal Code directing that the applicant shall be taken directly to the Center for Addiction and Mental Hea lth or a
designate and not to a jail or correctional facility under any circumstances. Court services delivered the applicant to
the Mental Health Center Penetanguishene and left him in a hallway. The respondent hospitals appealed the order.
Notwithstanding that the applicant thereafter was treated, eventually returned to court, and the charge stayed by the
time the appeal began, the Court of Appeal proceeded to determine that ss. 672.58 and 672.62(1)(a) of the Criminal
Code infringe the rights to liberty and security of the person under s. 7 of the Charter but the infringement is in
accordance with principles of fundamental justice. The Court of appeal held that the respondents’ consent was not
given for the treatment order as was required under 672.62(1)(a) of the Criminal Code therefore the treatment order
was set aside.
April 13, 2010
Ontario Court of Justice
(Hogan J.)
Applicant declared unfit to stand trial and order issued
directing treatment of applicant forthwith
May 24, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Simmons, Blair, Hoy JJ.A.)
2012 ONCA 342; C51956
Appeal allowed, ss. 672.58 & 672.62(1)(a) of the
Criminal Code declared an infringement of s. 7 of the
Charter but saved under s. 1, treatment order set aside
August 15, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Droit à la sécurité de la personne — Droit à la liberté — Justice fondamentale —
Décisions prévoyant un traitement — Le juge du procès ordonne le traitement immédiat d'un accusé jugé inapte à
subir son procès — Le début du traitement est retardé de six jours en attendant qu'un lit soit disponible — L'exigence
selon laquelle un tribunal ne peut rendre une ordonnance en matière de traitement sans le c onsentement du responsable
de l'hôpital où l'accusé doit être traité viole-t-elle les droits, garantis par l'art. 7 de la Charte, de l'accusé atteint de
troubles mentaux? — L'ordonnance de traitement immédiat d'un accusé déclaré inapte à subir son procès a urait-elle dû
être annulée en appel vu que l'établissement de traitement n'avait pas donné son consentement? — Code criminel,
L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 672.58, 672.62(1)a)
- 1825 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le demandeur a été accusé d'agression sexuelle. Lorsqu'il a comparu devant le tribunal, il se trouvait dans un état
psychotique et il a été déclaré inapte à subir son procès. L'avocat de la Couronne a recommandé une ordonnance de
traitement. Interrogé sur ses inquiétudes du point de vue de la sécurité, un psychiatre a affirmé dans son témoignage
qu'un traitement à Oak Ridge, un établissement au Centre de santé mentale de Penetanguishene, serait préférable au
Centre de toxicomanie et de santé mentale ou à Whitby, un autre hôpital qu'il connaissait d'expérience. Le ministère
public a affirmé qu'un lit serait disponible à Oak Ridge au plus tard le 19 avril, c'est -à-dire six jours après la date de
l'audience. Le juge à l'audience a décerné une ordonnance de traitement « immédiat » en application de l'art. 672.58
du Code criminel, en précisant que le demandeur devait être transporté directement au Centre de toxicomanie et de
santé mentale ou à un autre endroit désigné, mais dans aucun cas à une prison ou un établissement correctionnel. Les
services judiciaires ont transporté le demandeur au Centre de santé mentale de Penetanguishene et ils l’ont laissé dans
un couloir. Les hôpitaux intimés ont interjeté appel de l'ordonnance. Même si par la suite le demandeur a été traité et
renvoyé devant le tribunal et que l'accusation a été suspend ue au moment où l'appel allait commencer, la Cour d'appel
a jugé que les art. 672.58 et 672.62(1)a) du Code criminel portaient atteinte aux droits à la liberté et à la sécurité de la
personne garantis par l'art. 7 de la Charte, mais que l'atteinte était conforme aux principes de justice fondamentale. La
Cour d'appel a statué que les intimés n'avaient pas donné leur consentement à l'ordonnance de traitement comme
l'exigeait l'alinéa 672.62(1)a) du Code criminel, si bien que l’ordonnance de traitement a été annulée.
13 avril 2010
Cour de justice de l'Ontario
(Juge Hogan)
Demandeur déclaré inapte à subir son procès et
ordonnance de traitement immédiat du demandeur
24 mai 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Simmons, Blair et Hoy)
2012 ONCA 342; C51956
Appel accueilli, déclaration portant que les art. 672.58
et 672.62(1)a) du Code criminel portent atteinte à
l'art. 7 de la Charte, mais que l’atteinte est justifiée au
regard de l'article premier, ordonnance de traitement
annulée
15 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34945
Patrick Dovigi v. Mojdeh Razi (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number
C55136/M41347, 2012 ONCA 361, dated May 31, 2012, is dismissed with costs. The request for special costs award
is denied.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55136/M41347,
2012 ONCA 361, daté du 31 mai 2012, est rejetée avec dépens. La demande en vue d’obtenir des dépens spéciaux est
refusée.
CASE SUMMARY
Family law — Custody — Courts — Jurisdiction — Can an expecting mother dictate the jurisdiction of the court to
regulate inter-parental disputes as a function of her unfettered right to choose where she gives birth to the child? —
Does the father’s equal right as a custodial parent become subordinated and den uded so the mother can arbitrarily
determine the jurisdiction of any dispute involving the child? — What duty does a court have, within the controversy
of the competing rights of the mother and father, to protect the child through the exercise of an availa ble parens
- 1826 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
patriae jurisdiction?
The mother and father, who are the biological parents of the child, both resided in Ontario during the course of their
relationship. By November 2011, they were no longer romantically involved. On November 26, 2011 the mother,
then seven months pregnant, left Ontario for what the father allegedly understood was a visit to California. The child
was born on January 14, 2012 in California. The mother is living there, and intends to become a permanent resident.
The child has never been physically present in Ontario. The father brought an application under the Children’s Law
Reform Act, R.S.O. 1990, c. C.12 for an order for temporary and permanent shared custody and equal decision -making
on January 17, 2012. The mother brought her own custodial application in California six days later.
February 21, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Kiteley J.)
2012 ONSC 1199
Decision that Ontario courts had jurisdiction to
determine father’s application for temporary and
permanent custody of child on the basis of court’s
parens patriae power
May 31, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Cronk, Juriansz and Epstein JJ.A.)
2012 ONCA 361
Appeal allowed; Father’s application dismissed for
want of jurisdiction
August 29, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la famille — Garde — Tribunaux — Compétence - Une femme enceinte peut-elle décider de la compétence
du tribunal pour trancher des différends opposant les parents en vertu de son droit inconditionnel de choisir le lieu où
elle donne naissance à l'enfant? — Le droit égal du père en tant que parent ayant la garde devient-il subordonné et
caduc de façon à ce que la mère puisse déterminer arbitrairement la compétence relative à tout différend intéressant
l'enfant? — Quelle obligation a le tribunal, dans le cadre d’un litige opposant les droits concurrents de la mère et du
père, de protéger l'enfant par l'exercice de sa compétence parens patriae, le cas échéant?
La mère et le père, qui sont les parents biologiques de l'enfant, résidaient tous les deux en Ontario pendant qu'ils
étaient ensemble. En novembre 2011, ils ne formaient déjà plus un couple. Le 26 novembre 2011, la mère, alors
enceinte de sept mois, a quitté l'Ontario pour faire, comme l’a censément cru le père, une visite en Californie. L'enfant
est né le 14 janvier 2012 en Californie. La mère y vit actuellement et a l'intention de s'y établir. L'enfant n'a jamais
été physiquement présent en Ontario. Le 17 janvier 2012, le père a présenté une demande en vertu de la Loi portant
réforme du droit de l'enfance, L.R.O. 1990, ch. C.12 pour obtenir une ordonnance de garde partagée temporaire et
permanente de pouvoir décisionnel égal. La mère a présenté sa propre demande de garde en Californie six jours plus
tard.
21 février 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Kiteley)
2012 ONSC 1199
Décision portant que les tribunaux de l'Ontario avaient
compétence pour juger la demande du père en garde
temporaire et permanente de l'enfant en vertu de la
compétence parens patriae du tribunal
- 1827 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
31 mai 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Cronk, Juriansz et Epstein)
2012 ONCA 361
Appel accueilli; la demande du père est rejetée faute de
compétence
29 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34955
Dominique Albernhe c. François Rondeau (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09007636-126, 2012 QCCA 463, daté du 12 mars 2012, est rejetée sans dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-09007636-126, 2012 QCCA 463, dated March 12, 2012, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Motion to dismiss appeal — Proceeding seeking equal partition and licitation of residence held in
undivided co-ownership — End of indivision declared and equal partition ordered — Whether Court of Appeal
wrongly allowed motion to dismiss appeal — Whether Superior Court should have ordered payment of indemnity for
unjust enrichment.
The parties, who had been de facto spouses since 1996, separated for good in 2010. They were the undivided
co-owners of a heritage home that they had renovated. Mr. Rondeau applied to the Superior Court for an order ending
the indivision. The Superior Court allowed the action. Parent J. found that only one conclusion was possible in light
of the evidence, namely that Ms. Albernhe [T RANSLAT ION] “has not rebutted the presumption set out in art. 1015
C.C.Q. on a balance of probabilities” (para. 55), which meant that the parties had to be considered equal undivided
co-owners. The judge ordered the sale of the immovable and established terms and conditions for the sale. He also
dealt with several additional claims, which he dismissed for the most part.
On appeal, since the Court of Appeal was of the opinion that the appeal raised only questions relating to the
assessment of evidence and could not succeed, it allowed Mr. Rondeau’s motion to dismiss the appeal and dismissed
Ms. Albernhe’s appeal at the preliminary stage.
December 28, 2011
Quebec Superior Court
(Parent J.)
2011 QCCS 7356
Motion seeking equal partition and licitation of
residence held in undivided co-ownership allowed
March 12, 2012
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Rochette, Rochon and Giroux JJ.A.)
2012 QCCA 463; 200-09-007636-126
Motion to dismiss appeal allowed; appeal dismissed
- 1828 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 11, 2012
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Chamberland, Doyon and Gagnon JJ.A.)
2012 QCCA 977; 200-09-007636-126
Motion in revocation of judgment dismissed
September 5, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file application for
leave to appeal and application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Requête en rejet d’appel — Procédure demandant le partage en parts égales et la licitation d’une
résidence détenue en copropriété indivise — Fin de l’indivision prononcée et partage à parts égales ordonné — Est-ce
à tort que la Cour d’appel a accueilli la requête en rejet d’appel? — La Cour supérieure aurait-elle dû ordonner le
paiement d’une indemnité pour enrichissement injustifié?
Les parties, conjoints de fait depuis 1996, se séparent définitivement en 2010. Ils sont propriétaires d’une maison
historique qu’ils ont rénovée et qu’ils détiennent en copropriété indivise. M. Rondeau s’adresse à la Cour supérieure
pour obtenir une ordonnance mettant fin à l’indivision. La Cour supérieure accueille la demande. Le juge Parent
estime qu’à la lumière de la preuve, une seule conclusion s’impose : Mme Albernhe « n’a pas repoussé par
prépondérance de preuve la présomption édictée par l’article 1015 C.c.Q. » (par. 55), de sorte que les parties doivent
être considérées comme des propriétaires indivis à parts égales. Le juge ord onne la vente de l’immeuble et prévoit des
modalités en ce sens. Il se prononce également sur plusieurs réclamations additionnelles, qu’il rejette pour l’essentiel.
En appel, d’avis que l’appel ne soulève que des questions d’appréciation de la preuve et est voué à l’échec, la Cour
d’appel accueille la requête de M. Rondeau en rejet d’appel et rejette l’appel de Mme Albernhe au stade préliminaire.
Le 28 décembre 2011
Cour supérieure du Québec
(Le juge Parent)
2011 QCCS 7356
Requête demandant le partage en parts égales et la
licitation d’une résidence détenue en copropriété
indivise accueillie
Le 12 mars 2012
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Rochette, Rochon et Giroux)
2012 QCCA 463; 200-09-007636-126
Requête en rejet d’appel accueillie; appel rejeté
Le 11 mai 2012
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Chamberland, Doyon et Gagnon)
2012 QCCA 977; 200-09-007636-126
Requête en rétractation de jugement rejetée
Le 5 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et
dépôt d’une demande d’autorisation d’appel et
demande d'autorisation d’appel déposé
- 1829 -
MOTIONS
REQUÊTES
08.11.2012
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve and file the
appellant’s record, factum and book of
authorities
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt des dossier, mémoire et recueil de
sources de l’appelante
Her Majesty the Queen
v. (34522)
W. H. (Crim.) (N.L.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by counsel on behalf of the appellant, for an order extending the time within which to serve
and file its Record, Factum and Book of Authorities to September 17, 2012.
IT IS ORDERED that the motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’avocat de la demanderesse en vue d'obtenir la prorogation du délai
de signification et de dépôt de ses dossier, mémoire et recueil de sources jusqu'au17 septembre 2012;
IL EST ORDONNÉ que la requête est accueillie.
08.11.2012
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Requête de l’intimé en prorogation du délai de
signification et de dépôt de ses dossier, mémoire
et recueil de sources
Motion to extend the time to serve and file the
respondent’s record, factum and book of
authorities
Her Majesty the Queen
v. (34522)
W. H. (Crim.) (N.L.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by counsel on behalf of the respondent, for an order extending the time within which to serve
and file its Record, Factum and Book of Authorities to December 18, 2012.
IT IS ORDERED that the motion is granted.
- 1830 -
MOTIONS
REQUÊTES
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’avocat de l’intimé(e) en vue d'obtenir la prorogation du délai de
signification et de dépôt de ses dossier, mémoire et recueil de sources jusqu'au18 décembre 2012;
IL EST ORDONNÉ que la requête est accueillie.
09.11.2012
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requête de l’intimée, la Criminal Lawyers'
Association of Ontario, en prorogation du délai
de signification et de dépôt de ses dossier,
mémoire et recueil de sources jusqu’au 19
septembre 2012, et en autorisation de présenter
une plaidoirie orale à l'audition en vertu du
par. 71(3) des Règles
Motion to extend the time to serve and file the
respondent, Criminal Lawyers' Association of
Ontario’s
record, factum and book of
authorities to September 19, 2012, and for an
order pursuant to Rule 71(3) permitting oral
argument at the hearing of the appeal
Her Majesty the Queen
v. (34317)
Criminal Lawyers' Association of Ontario et al.
(Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
09.11.2012
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion to allow the applicant to file a single
leave application from the judgments of the
Court of Appeal of British Columbia numbers
CA037382 dated May 14, 2010 and CA039064
dated August 7, 2012
Sattva Capital
Capital Inc.)
Corporation
(formerly
Requête en vue de déposer une seule demande
d'autorisation d'appel à l'égard des jugements
de la Cour d'appel de la Colombie-Britannique
numéros CA037382, daté du 14 mai 2010, et
CA039064, daté du 7 août 2012
Sattva
v. (35026)
Creston Moly Corporation
Ventures Inc.) (B.C.)
(formerly Georgia
GRANTED / ACCORDÉE
- 1831 -
MOTIONS
REQUÊTES
14.11.2012
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Construction Owners Association
of Alberta;
Construction Labour Relations an Alberta Association and
Enform;
Canadian National Railway
Company;
Canadian Pacific Railway
Company and Via Rail Canada
Inc.;
Alberta Federation of Labour;
Communications, Energy and
Paperworkers Union of Canada,
Local 707;
Canadian Civil Liberties
Association;
Alliance of Manufacturers &
Exporters of Canada, carrying on
business as Canadian
Manufacturers & Exporters;
Canadian Mining Association;
Mining Association of British
Columbia, Mining Association of
Manitoba Inc., Quebec Mining
Association, Ontario Mining
Association and Saskatchewan
Mining Association;
Power Workers' Union
IN / DANS :
Communications, Energy and
Paperworkers Union of Canada,
Local 30
v. (34473)
Irving Pulp & Paper, Limited
(N.B.)
FURTHER TO THE ORDER dated September 14, 2012, granting leave to intervene to the Construction Owners
Association of Alberta, Construction Labour Relations - an Alberta Association and Enform, the Canadian National
Railway Company, Canadian Pacific Railway Company and Via Rail Canada Inc., the Alberta Federation of Labour,
the Communications, Energy and Paperworkers Union of Canada, Local 707, the Canadian Civil Liberties Association,
the Alliance of Manufacturers & Exporters of Canada, carrying on business as Canadian Manufacturers & Exporters,
the Canadian Mining Association, Mining Association of British Columbia, Mining Association of Manitoba Inc.,
Quebec Mining Association, Ontario Mining Association and Saskatchewan Mining Association and the Power
Workers' Union;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the following six groups, the Canadian National Railway Company,
Canadian Pacific Railway Company and Via Rail Canada In c., the Communications, Energy and Paperworkers Union
- 1832 -
MOTIONS
REQUÊTES
of Canada, Local 707, the Canadian Civil Liberties Association, the Alliance of Manufacturers & Exporters of Canada,
carrying on business as Canadian Manufacturers & Exporters, the Canadian Mining Assoc iation, Mining Association of
British Columbia, Mining Association of Manitoba Inc., Quebec Mining Association, Ontario Mining Association and
Saskatchewan Mining Association and the Power Workers' Union, are each granted permission to present oral argumen t
not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
AND IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the Construction Owners Association of Alberta, Construction
Labour Relations - an Alberta Association and Enform and the Alberta Federation of Labour are not permitted to
present oral argument at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 14 septembre 2012 accordant l’autorisation d’intervenir à la
Construction Owners Association of Alberta, la Construction Labour Relations - an Alberta Association et Enform, à la
Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, le Chemin de fer Canadien Pacifique et VIA Rail Canada Inc., à
l’Alberta Federation of Labour, au Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier, section locale
707, à l’Association canadienne des libertés civiles, à l’Alliance des manufacturiers et exportateurs du Canada, faisant
affaire sous le nom de Manufacturiers et exportateurs du Canada, à l’Association minière du Canada, la Mining
Association of British Columbia, la Mining Association of Manitoba Inc., l’Association minière du Québec, l’Ontario
Mining Association et la Saskatchewan Mining Association et à la Power Workers' Union;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE les six intervenants ou groupes d’intervenants suivants, soit la Compagnie des
chemins de fer nationaux du Canada, le Chemin de fer Canadien Pacifique et VIA Rail Canada Inc., le Syndicat
canadien des communications, de l’énergie et du papier, section locale 707, l’Association canadienne des libertés
civiles, l’Alliance des manufacturiers et exportateurs du Canada, faisant affaire sous le nom de Manufacturiers et
exportateurs du Canada, l’Association minière du Can ada, la Mining Association of British Columbia, la Mining
Association of Manitoba Inc., l’Association minière du Québec, l’Ontario Mining Association et la Saskatchewan
Mining Association et la Power Workers' Union, pourront présenter chacun une plaidoirie orale d’au plus dix (10)
minutes lors de l’audition de l’appel.
ET IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE la Construction Owners Association of Alberta, la Construction Labour
Relations - an Alberta Association et Enform et l’Alberta Federation of Labour ne sont p as autorisées à présenter une
plaidoirie orale lors de l’audition de l’appel.
14.11.2012
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Miscellaneous motion
Requête diverse
Robert Glen Harrison
v. (35043)
Ministry of Children and Family Development,
Attorney General of British Columbia et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the applicant for an order allowing the applicant to file a single joint application for leave
to appeal from two judgments of the Court of Appeal of British Columbia Numbers CA039367 and CA039859.
AND HAVING READ the material filed;
- 1833 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted
À LA SUITE DE LA DEMANDE du demandeur pour être autorisé à déposer une seule demande conjointe
d’autorisation d’appel de deux jugements de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique portant les numéros
CA039367 et CA039859;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
- 1834 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
14.11.2012
A.I. Enterprises Ltd. et al.
v. (34863)
Bram Enterprises Ltd. et al. (N.B.)
(By Leave)
- 1835 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
16.11.2012
Coram: LeBel, Fish, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
D.J.W.
Douglas H. Christie for the appellant.
v. (34623)
Margaret A. Mereigh for the respondent.
Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal)
(As of Right / By Leave)
2012 SCC 63 / 2012 CSC 63
DISMISSED / REJETÉ
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
for British
Columbia (Vancouver), Numbers
CA037623 and CA037983, 2011 BCCA 522, dated
December 22, 2011, was heard this day and the
following judgment was rendered orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de
la Colombie-Britannique (Vancouver), numéros
CA037623 et CA037983, 2011 BCCA 522, en date du
22 décembre 2011, a été entendu aujourd’hui et le
jugement suivant a été rendu oralement :
LEBEL J. — We all agree with Hinkson J.A., writing
for a unanimous Court of Appeal, that all the elements
of the charges against the appellant had been
established. We will not comment on whether the
charge of assault with a weapon should have been
stayed, as this issue was not raised in this Court. Nor
do we need, on the specific facts of this case, to rule
definitively on whether a circumcision performed by a
person without medical training can ever be
considered reasonable and in the child’s best interest.
For these reasons, the appeal is dismissed.
[T RADUCT ION]
LE JUGE LEBEL — Nous convenons tous avec le juge
Hinkson, auteur des motifs unanimes de la Cour
d’appel, que chacun des éléments des infractions
reprochées à l’appelant a été établi. Nous ne nous
prononçons pas sur la question de savoir s’il y aurait
dû y avoir arrêt des procédures relativement à
l’accusation d’agression armée, car elle ne fait pas
l’objet du pourvoi. Point n’est besoin non plus, étant
donné les faits particuliers de l’affaire, de trancher
définitivement la question de savoir s’il pourrait
jamais être raisonnable et dans son intérêt qu’un
enfant soit circoncis par une personne qui n’a pas de
formation médicale. Pour ces motifs, le pourvoi est
rejeté.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON
PART Y)
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE
DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION
VISANT UNE PART IE )
Criminal law - Offences - Criminal negligence
causing bodily harm - Whether the trial judge erred in
acquitting the appellant of aggravated assault and the
lesser included offense of assault causing bodily harm
- Whether the trial judge erred in acquitting the
appellant of assault with a weapon - Whether the trial
judge correctly applied the law regarding criminal
Droit criminel - Infractions - Négligence criminelle
causant des lésions corporelles - La juge de première
instance a-t-elle eu tort d’acquitter l’appelant de voies
de fait graves et de l’infraction incluse moindre de
voies de fait causant des lésions corporelles? - La juge
de première instance a-t-elle eu tort d’acquitter
l’appelant d’agression armée? - La juge de première
- 1836 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
negligence in the context of sincere religious belief in
circumcision.
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
instance a-t-elle correctement appliqué la règle de
droit en matière de négligence criminelle dans le
contexte de la croyance religieuse sincère à l’égard de
la circoncision?
- 1837 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
NOVEMB ER 23, 2012 / LE 23 NOVEMBRE 2012
34147
Attorney General of Canada v. Robert Kane (F.C.)
2012 SCC 64 / 2012 CSC 64
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
The appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-394-09, 2011 FCA 19, dated
January 19, 2011, heard on November 6, 2012, is allowed with costs and the decision of the Tribunal is affirmed.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -394-09, 2011 CAF 19, en date du
19 janvier 2011, entendu le 6 novembre 2012 est accueilli avec dépens et la décision du tribunal est confirmée.
- 1838 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Attorney General of Canada v. Robert Kane (F.C.) (34147)
Indexed as: Canada (Attorney General) v. Kane / Répertorié : Canada (Procureur général) c. Kane
Neutral citation: 2012 SCC 64 / Référence neutre : 2012 CSC 64
Hearing: November 6, 2012 / Judgment: November 23, 2012
Audition : Le 6 novembre 2012 / Jugement : Le 23 novembre 2012
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Administrative law — Judicial review — Standard of review — Public Service Staffing Tribunal concluding
that decision by employer to staff position by means of advertised process did not constitute abuse of authority —
Whether decision of Tribunal reviewable on standard of reasonableness.
K was employed by Service Canada in a position classified at the PM -05 level. As part of a reorganization,
the position of Regional Manager was created at the PM -06 level. The employer decided to fill the PM-06 position
through an internal advertised process. K applied to the competition but failed a mandatory examination. K filed a
complaint with the Public Service Staffing Tribunal stating an abuse of authority contrary to the Public Service
Employment Act. The Tribunal dismissed K’s claim because he had not established abuse of authority. The Federal
Court affirmed the Tribunal’s decision. The Federal Court of Appeal allowed the appeal sent this case back to the
Tribunal.
Held: The appeal is allowed with costs and the decision of the Tribunal is affirmed.
The decision of the majority of the Federal Court of Appeal must be set aside for four reasons. First, there is
nothing in either the Public Service Employment Act or the Public Service Employment Regulations which requires a
deputy head to utilize a particular selection process. Second, the majority assessed the decision of the Public Service
Staffing Tribunal against a claim that K did not make. Third, the decision to send this case back to the Tribunal was
based on the majority’s reading of the “principal justification” for the employer’s decision but the Tribunal made no
finding as to what the employer’s “principal justification” may have been. Finally, there was no realistic possibility
that the Tribunal could find an irrational finding of fact in this case.
APPEAL from a judgment of the Federal Court of Appeal (Evans, Dawson and Stratas JJ.A.), 2011 FCA 19,
413 N.R. 351, 328 D.L.R. (4th) 193, 36 Admin. L.R. (5th) 48, [2011] F.C.J. No. 79 (QL), 2011 CarswellNat 103,
setting aside a decision of Heneghan J., 2009 FC 740, 356 F.T.R. 127, [2009] F.C.J. No. 1396 (QL), 2009 CarswellNat
3528, dismissing an application for judicial review from a decision of the Public Service Staffing Tribunal, 2007 PSST
35 (CanLII). Appeal allowed.
Christopher Rupar and François Joyal, for the appellant.
Andrew Raven and Andrew Astritis, for the respondent.
Solicitor for the appellant: Attorney General of Canada, Ottawa and Montréal.
Solicitors for the respondent: Raven, Cameron, Ballantyne & Yazbeck, Ottawa.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis.
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Norme de contrôle — Conclusion du Tribunal de la dotation de
la fonction publique portant que la décision de l’employeur de doter le poste au moyen d’un processus de nomination
annoncé ne constituait pas un abus de pouvoir — Est-ce que la décision du Tribunal est susceptible de contrôle suivant
la norme de la décision raisonnable?
- 1839 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
K travaillait pour Service Canada et occupait un poste classé au niveau PM -05. Dans le cadre d’une
réorganisation, le poste de gestionnaire régional de niveau PM -06 a été créé. L’employeur a décidé de doter ce poste au
moyen d’un processus de nomination interne annoncé. K a participé au concours, mais il a échoué à un examen
obligatoire. Il a déposé auprès du Tribunal de la dotation de la fonction publique une p lainte reprochant un abus
d’autorité au sens de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique. Le Tribunal a rejeté la plainte de K, au motif que ce
dernier n’avait pas établi l’existence d’un abus de pouvoir. La Cour fédérale a confirmé la décision du T ribunal. La
Cour d’appel fédérale a accueilli l’appel formé devant elle et renvoyé l’affaire au Tribunal.
Arrêt : L’appel est accueilli et la décision du Tribunal est confirmée.
La décision des juges majoritaires de la Cour d’appel fédérale doit être annulée, et ce, pour quatre raisons.
Premièrement, rien dans la Loi sur l’emploi dans la fonction publique ou dans le Règlement sur l’emploi dans la
fonction publique n’oblige un administrateur général à utiliser un processus de sélection en particulier. Deuxièmement,
les juges majoritaires ont évalué la décision du Tribunal à la lumière d’un argument que K n’a pas soulevé.
Troisièmement, la décision de renvoyer l’affaire au Tribunal découlait de la conclusion tirée par les juges majoritaires
relativement à la « principale raison » justifiant la décision de l’employeur, mais le Tribunal n’a tiré aucune conclusion
sur ce qu’a pu être la « principale raison » de l’employeur pour agir comme il l’a fait. Enfin, il n’existait aucune
possibilité véritable que le Tribunal trouve une conclusion de fait irrationnelle en l’espèce.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel fédérale (les juges Evans, Dawson et Stratas), 2011 CAF 19, 413
N.R. 351, 328 D.L.R. (4th) 193, 36 Admin. L.R. (5th) 48, [2011] A.C.F. n o 79 (QL), 2011 CarswellNat 2679, qui a
infirmé une décision de la juge Heneghan, 2009 CF 740, 356 F.T.R. 127, [2009] A.C.F. n o 1396 (QL), 2009
CarswellNat 4907, ayant rejeté la demande de contrôle judiciaire d’une décision du Tribunal de la dotation de la
fonction publique, 2007 TDFP 35 (CanLII). Pourvoi accueilli.
Christopher Rupar et François Joyal, pour l’appelant.
Andrew Raven et Andrew Astritis, pour l’intimé.
Procureur de l’appelant : Procureur général du Canada, Ottawa et Montréal.
Procureurs de l’intimé : Raven, Cameron, Ballantyne & Yazbeck, Ottawa.
- 1840 -
AGENDA FOR DECEMBER 2012
CALENDRIER DE DÉCEMBRE 2012
AGENDA for the weeks of December 3 and 10, 2012.
CALENDRIER de la semaine du 3 décembre et celle du 10 décembre 2012.
The Court will not be sitting during the weeks of December 17, 24 and 31, 2012.
La Cour ne siègera pas pendant les semaines du 17, 24 et du 31 décembre 2012.
DATE OF HEARING /
DATE D’AUDITION
NAME AND CASE NUMBER /
NOM DE LA CAUSE ET NUMÉRO
2012-12-04
Cassidy Alexis Ediger, an infant by her Guardian Ad Litem, Carolyn Grace Ediger v.
William G. Johnston (B.C.) (Civil) (By Leave) (34408)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-12-05
Sa Majesté la Reine c. Alphide Manning (Qc) (Criminelle) (Autorisation) (34358)
2012-12-06
Her Majesty the Queen v. Kelly Joseph O’Brien (Man.) (Criminal) (As of Right)
(34694)
2012-12-06
Her Majesty the Queen v. Harry Persaud Sanishar (Ont.) (Criminal) (As or Right)
(34720)
2012-12-07
Communications, Energy and Paperworkers Union of Canada, Local 30 v. Irving Pulp
& Paper, Limited (N.B.) (Civil) (By Leave) (34473)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-12-10
Brian Cuthbertson et al. v. Hassan Rasouli by his Litigation Guardian and Susbstitute
Decision Maker, Parichehr Salasel (Ont.) (Civil) (By Leave) (34362)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-12-11
Sally Behn et al. v. Moulton Contracting Ltd. et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (34404)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-12-12
Her Majesty the Queen v. Criminal Lawyers' Association of Ontario et al. (Ont.)
(Criminal) (By Leave) (34317)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2012-12-13
Cathie Gauthier c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation) (34444)
2012-12-14
IBM Canada Limited v. Richard Waterman (B.C.) (Civil) (By Leave) (34472)
NOTE: This agenda is subject to change. Hearings normally commence at 9:30 a.m.; however, cases with multiple
parties often commence at 9:00 a.m. Where two cases are scheduled on a given day, the second case may be heard
immediately after the first one or at 2:00 p.m. Hearing dates and times should be confirmed with Registry staff at (613)
996-8666.
Ce calendrier est sujet à modification. Les audiences débutent normalement à 9h30; toutefois; l’au dition des affaires
concernant des parties multiples commence souvent à 9 h. Lorsque deux affaires doivent être entendues le même jour,
l’audition de la deuxième affaire peut avoir lieu immédiatement après celle de la première ou encore à 14 h. La date et
l’heure d’une audience doivent être confirmées auprès du personnel du greffe au (613) 996-8666.
- 1841 -
SUMMARIES OF THE CASES
34408
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cassidy Alexis Ediger, an infant by her Guardian Ad Litem, Carolyn Grace Ediger v. William G. Johnston
Torts - Negligence - Medical malpractice - Causation - Trial judge finding respondent obstetrician liable for infant
appellant’s injuries - Whether the Court of Appeal misinterpreted Snell v. Farrell, [1990] 2 S.C.R. 311, in holding that
the trial judge was not permitted to draw an inference of causation, because both parties had led expert evidence on the
issue - Whether the Court of Appeal erred in holding that there were insufficient findings and evidence to support an
inference that the respondent’s breaches of the standard of care caused the appellant’s injuries - Alternatively, whether
the Court of Appeal misapprehended the “but for” test in holding that the plaintiff bore the legal burden of proving the
threshold issue that the respondent’s application of the forceps was a cause of the bradycardia - Alternatively, whether
the Court of Appeal misapprehended the burden of proof of factual causation when it refused to apply recognized
exceptions to the “but for” test in circumstances where the trial judge found that it was n ot possible to establish with
precision the causal mechanism of cord compression resulting in the appellant’s bradycardia, and found that the
appellant’s mother would likely not have consented to the mid -forceps procedure had she been properly informed of the
material risks of injury.
The appellant sued the respondent, Dr. Johnston, an obstetrician and gynaecologist, for damages arising from serious
injury during her birth. The appellant sued through her mother, Carolyn Ediger. Late in Mrs. Ediger’s labour,
Dr. Johnston attempted a rotational “mid-level” forceps procedure to assist the delivery, but was unable to place the
forceps satisfactorily. Shortly after he abandoned the procedure, the appellant’s heart action slowed in a bradycardia
which deprived her of necessary oxygen, and persisted until she was delivered by Caesarean section and resuscitated
approximately eighteen minutes later, causing severe brain damage which is permanent. The trial judge concluded that
Dr. Johnston breached the standard of care in attempting a rotational mid-forceps delivery without first checking on the
availability of back-up for Caesarean section delivery if necessary. Despite what she found to have been an interlude of
between one and two minutes after the forceps attempt and before the onset of the bradycardia, the trial judge
concluded that the evidence was sufficient to establish that the one caused the other. She concluded as well that the
appellant had also proven her claim based on the absence of Mrs. Ediger’s informed consent to the forceps procedure
before the appellant’s birth. Dr. Johnston appealed the finding of liability on the issue of causation only. The Court of
Appeal allowed the appeal and dismissed the action.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
34408
Judgment of the Court of Appeal: May 30, 2011
Counsel:
Vincent R. K. Orchard, Q.C. and Paul T. McGivern for the appellant
James M. Lepp, Q.C., Michael G. Thomas and Daniel J. Reid for the respondent
- 1842 -
SUMMARIES OF THE CASES
34408
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cassidy Alexis Ediger, mineure représentée par sa tutrice à l’instance, Carolyn Grace Ediger c. William G.
Johnston
Responsabilité délictuelle - Négligence - Faute professionnelle médicale - Lien de causalité - La juge du procès a
conclu à la responsabilité de l’obstétricien intimé pour le préjudice subi par la mineure appelante - La Cour d’appel
a-t-elle mal interprété l’arrêt Snell c. Farrell, [1990] 2 R.C.S. 311 en statuant qu’il n’était pas loisible à la juge du
procès de faire une inférence de causalité, puisque les deux parties avaient présenté une preuve d’expert sur la question?
- La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure qu’il n’y avait pas suffisamment de conclusions et d’éléments de preuve
pour appuyer une inférence selon laquelle les manquements de l’intimé à la norme de diligence avaient causé le
préjudice subis par l’appelante? - À titre subsidiaire, la Cour d’appel a-t-elle mal interprété le critère du « facteur
déterminant » en statuant que la demanderesse avait le fardeau ultime de prouver la question préliminaire selon laquelle
l’application des forceps par l’intimé avait été une cause de la bradycardie? - À titre subsidiaire, la Cour d’appel a-t-elle
mal interprété le fardeau de la preuve de la causalité factuelle lorsqu’elle a refusé d’appliquer les exceptions reconnues
au critère du « facteur déterminant » dans une situation où la juge du procès avait conclu qu’il n’était pas possible
d’établir avec précision le mécanisme par lequel la compression du cordon avait causé la bradycardie de l’appelante et
avait conclu que la mère de l’appelante n’aurait vraisemblablement pas consenti à l’intervention au moyen de forceps si
elle avait été dûment informée des risques importants de préjudice?
Par l’entremise de sa mère, Carolyn Ediger, l’appelante a intenté une action en dommages -intérêts contre l’intimé, le
Dr Johnston, obstétricien gynécologue, pour le grave préjudice subi lors de sa naissance. Le travail de sa mère avait
atteint un stade avancé lorsque le Dr Johnston a tenté une manoeuvre de rotation partielle à l’aide de forceps pour
faciliter la naissance, mais il n’a pu mettre l’instrument en place correctement. Peu après qu’il eut mis fin à la tentative ,
la fréquence cardiaque de l’appelante a diminué (bradycardie) au point de la priver de l’oxygène dont elle avait besoin.
Cet état a persisté jusqu’à la naissance de l’enfant par césarienne et sa réanimation quelque dix-huit minutes plus tard.
L’appelante a subi de graves dommages au cerveau, et le préjudice est permanent. La juge du procès a conclu que le
Dr Johnston avait manqué à son obligation de diligence en tentant une rotation de la tête une fois l’enfant engagé dans
la filière pelvi-génitale, sans s’assurer d’abord qu’une équipe était prête à prendre le relais à la salle d’accouchement
par césarienne. Malgré sa conclusion qu’il s’était écoulé une ou deux minutes entre le recours aux forceps et les
premiers signes de bradycardie, la juge du procès a estimé que la preuve permettait d’at tribuer le ralentissement
cardiaque à la mesure prise. À son avis, le bien -fondé de la poursuite découlait également de l’absence de
consentement éclairé de M me Ediger à l’utilisation des forceps avant la naissance. Le D r Johnston a interjeté appel du
jugement qui le déclarait responsable du préjudice en invoquant la seule question du lien de causalité. La Cour d’appel
a accueilli l’appel et rejeté l’action.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
34408
Arrêt de la Cour d’appel :
le 30 mai 2011
Avocats :
Vincent R. K. Orchard, c.r. et Paul T. McGivern pour l’appelante
James M. Lepp, c.r., Michael G. Thomas et Daniel J. Reid pour l’intimé
- 1843 -
SUMMARIES OF THE CASES
34358
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Alphide Manning
Criminal law - Forfeiture of offence-related property - Factors to be considered by court in deciding not to order
forfeiture of offence-related property - Whether Court of Appeal erred as regards factors that can be considered in
balancing exercise used to determine whether impact of order of forfeiture of property other than dwelling-house is
disproportionate under s. 490.41(3) Cr.C. - Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 490.41(3).
The respondent pleaded guilty to two counts of operating a motor vehicle with a blood alcohol leve l over the legal limit.
He had similar prior convictions from 1989, 1982 and 1975. He was sentenced to imprisonment for twelve months on
the first count and five months on the second count. He was also prohibited from driving for five years following th e
end of his period of imprisonment. The Crown applied for forfeiture of the vehicle driven by the respondent at the time
of the offence on the ground that it was offence-related property within the meaning of the Criminal Code. The Court
of Québec dismissed the Crown’s motion for forfeiture of the vehicle pursuant to s. 490.41(3) of the Criminal Code,
and the Court of Appeal dismissed the Crown’s appeal.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34358
Judgment of the Court of Appeal: May 16, 2011
Counsel:
Robin Tremblay for the appellant
Patrick Jacques for the respondent
- 1844 -
SUMMARIES OF THE CASES
34358
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Alphide Manning
Droit criminel - Confiscation de biens infractionnels - Facteurs à considérer par le tribunal pour ne pas ordonner la
confiscation d’un bien infractionnel - La Cour d’appel a-t-elle erré quant aux facteurs pouvant être pris en compte dans
l’exercice de pondération visant à déterminer si la confiscation d’un bien autre qu’une maison d’habitation est ou non
démesurée suivant le paragraphe 490.41 (3) C.cr.? - Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 490.41(3).
L’intimé plaide coupable à deux infractions d’avoir conduit un véhicule à moteur alors que son taux d’alcoolémie dans
le sang dépassait la limite permise. L’intimé a déjà des antécédents judiciaires en semblable matière remontant à 1989,
1982 et 1975. Il est condamné à douze mois de prison pour la première infraction et cinq mois de prison pour la
deuxième, ainsi qu’à une interdiction de conduire de cinq ans à compter de la fin de la période d’emprisonnement. Le
ministère public demande que le véhicule de l’intimé conduit lors de l’infraction soit confisqué au motif qu’il s’agit
d’un bien infractionnel au sens du Code criminel. La Cour du Québec rejette la requête pour confiscation de véhicule
du ministère public, en application de l’art. 490.41(3) du Code criminel et la Cour d’appel rejette l’appel du ministère
public.
Origine :
Québec
No du greffe :
34358
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 16 mai 2011
Avocats :
Robin Tremblay pour l’appelante
Patrick Jacques pour l’intimé
- 1845 -
SUMMARIES OF THE CASES
34694
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Kelly Joseph O’Brien
Criminal law - Offences - Elements of the offence - Uttering threats - Mens rea requirement - Whether the Court of
Appeal erred in assessing the mens rea requirement for the offence of uttering threats - Whether the Court of Appeal
erred in finding that the evidence of the complainant was the determinative factor in the analysis of the mens rea
requirement for uttering threats - Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 264.1(1)(a).
The respondent was acquitted on two counts of uttering threats and two counts of breach of probation. While
incarcerated, he threatened by telephone to kill his girlfriend if she aborted their child. The complaint was made by the
staff of the correctional centre. When called to testify, the girlfriend explained that the respondent’s words did not
cause her any fear and that he was just being loud and belligerent with her. The Crown appealed the acquittals on two
grounds. First, it argued that in her assessment of the mens rea of the offence, the trial judge erred by relying
exclusively on the girlfriend’s evidence. In the Crown’s view, the trial judge ought to have looked at whether a
reasonable person, thinking objectively, would have considered the words to be a threat. Second, the Crown argued
that in the absence of testimony from an accused, the question of whether he had the intention to intimidate will usually
be determined by the words used, the context in which they were used and the person to whom they were directed. The
Crown submitted that the trial judge failed to do so in this case. The majority of the Court of Appeal dismissed the
appeal. Steel J.A., dissenting, would have allowed the appeal on the basis that the trial judge erred with respect to the
legal effects of the girlfriend’s evidence as it related to the mens rea requirement for uttering threats.
Origin of the case:
Manitoba
File No.:
34694
Judgment of the Court of Appeal: January 26, 2012
Counsel:
Rekka Malaviya and Ami Kotler for the appellant
Michael P. Cook for the respondent
- 1846 -
SUMMARIES OF THE CASES
34694
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Kelly Joseph O’Brien
Droit criminel - Infractions - Éléments de l’infraction - Profération de menaces - Exigence de la mens rea - La Cour
d’appel a-t-elle mal évalué la mens rea requise pour l’infraction de proférer des menaces? - La Cour d’appel a-t-elle
conclu à tort que le témoignage de la plaignante était déterminant dans l’analyse de la mens rea requise pour la
profération de menaces? - Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 264.1(1)a).
L’intimé a été acquitté relativement à deux chefs de profération de menaces et à deux chefs de violation des co nditions
de probation. Durant son incarcération, il a menacé au téléphone sa petite amie de la tuer si elle avortait leur enfant. La
plainte de menace a été déposée par le personnel du centre correctionnel. Appelée à témoigner, la petite amie a
expliqué que les paroles de l’intimé ne l’avaient aucunement effrayée et qu’il ne faisait que parler fort et se montrer
agressif envers elle. Le ministère public a interjeté appel des acquittements pour deux raisons. Il a soutenu d’abord
que, dans son évaluation de la mens rea de l’infraction, la juge du procès avait fait erreur en s’appuyant exclusivement
sur le témoignage de la petite amie. Selon le ministère public, la juge du procès aurait dû se demander si une personne
raisonnable aurait considéré objectivement les paroles comme une menace. Le ministère public a également soutenu
que, si un accusé ne témoigne pas, la question de savoir s’il avait l’intention d’intimider sera habituellement tranchée en
fonction des mots utilisés, du contexte dans lequel ils s’inscrivent et de la personne à qui ils étaient destinés. Toujours
selon le ministère public, la juge du procès n’a pas procédé à cette analyse en l’espèce. Les juges majoritaires de la
Cour d’appel ont rejeté l’appel. La juge Steel, dissidente, aurait accueilli l’appel parce que la juge du procès s’est
trompée quant aux effets juridiques du témoignage de la petite amie relatif à la mens rea requise pour la profération de
menaces.
Origine :
Manitoba
No du greffe :
34694
Arrêt de la Cour d’appel :
le 26 janvier 2012
Avocats :
Rekka Malaviya et Ami Kotler pour l’appelante
Michael P. Cook pour l’intimé
- 1847 -
SUMMARIES OF THE CASES
34720
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Harry Persaud Sanichar
Criminal law - Evidence - Complainant’s testimony - Reliability - Whether the trial judge failed to conduct a proper
inquiry into the reliability of the complainant’s evidence - Whether the trial judge failed to apply the principles of
reasonable doubt to aspects of the evidence that could have been in the defence’s favo ur.
The respondent was convicted of rape, indecent assault, buggery, gross indecency, sexual assault, assault and assault
with a weapon. The convictions concern the physical and sexual abuse of the complainant, the respondent’s
step-daughter, which allegedly occurred over the span of several years when she was a child. The complainant was in
her mid-thirties when she testified as the Crown’s only witness. The Majority of the Court of Appeal allowed the
respondent’s appeal from conviction and ordered a n ew trial on the basis that the trial judge failed to conduct a proper
inquiry into the reliability of the complainant’s testimony and failed to apply the principles of reasonable doubt to the
aspects of the evidence that could have been in the respondent’s favour. Finding no error in the trial judge’s treatment
of the evidence, Laskin J.A., dissenting, would have dismissed the appeal.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34720
Judgment of the Court of Appeal: February 22, 2012
Counsel:
Howard Leibovich for the appellant
Mark C. Halfyard for the respondent
- 1848 -
SUMMARIES OF THE CASES
34720
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Harry Persaud Sanichar
Droit criminel - Preuve - Témoignage de la plaignante - Fiabilité - Le juge du procès a-t-il omis d’analyser
correctement la fiabilité du témoignage de la plaignante? - Le juge du procès a-t-il omis d’appliquer les principes du
doute raisonnable à des aspects de la preuve qui auraient pu être favorables à la défense?
L’intimé a été déclaré coupable de viol, attentat à la pudeur, sodomie, grossière indécence, agression sexuelle, voies de
fait et agression armée. Ces condamnations sont reliées à des actes de violence physique et sexuelle échelonnés sur
plusieurs années que l’intimé aurait commis contre sa belle-fille alors qu’elle était une enfant. La plaignante était dans
la mi-trentaine lorsqu’elle a témoigné comme unique témoin du ministère public. Dans un arrêt majoritaire, la Cour
d’appel a accueilli l’appel de l’intimé et ordonné la tenue d’un nouveau procès parce qu’elle estimait que le juge du
procès n’avait pas analysé correctement la fiabilité du témoignage de la plaignante et n’avait pas appliqué les principes
du doute raisonnable aux aspects de la preuve qui auraient pu être favorables à l’intimé. Le juge Laskin, dissident, était
d’avis que le juge du procès n’avait pas commis d’erreur dans le traitement de la preuve et aurait rejeté l’appel.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34720
Arrêt de la Cour d’appel :
12 février 2012
Avocats :
Howard Leibovich pour l’appelante
Mark C. Halfyard pour l’intimé
- 1849 -
SUMMARIES OF THE CASES
34473
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Communications, Energy and Paperworkers Union of Canada, Local 30 v. Irving Pulp & Paper, Limited
Labour relations - Arbitration - Collective agreements - Policy grievance - Mandatory random alcohol testing policy Inherently dangerous workplace - Judicial review - Standard of review - Whether the Court of Appeal erred in engaging
in a standard of review analysis - Whether the Court of Appeal erred in its standard of review analysis - Whether the
award was reasonable.
The respondent, Irving Pulp & Paper, operates a kraft paper mill along the banks of the St. John River. In 2006, Irving
unilaterally adopted a workplace policy which included mandatory random alcohol testing, by breathalyser, for
employees holding safety sensitive positions. An Irving employee and member of the union occupying a safety
sensitive position was randomly tested. The test revealed a blood alcohol level o f zero. Nevertheless, the union filed a
policy grievance challenging the reasonableness of the policy on the basis of test set out in KVP Co. v. Lumber &
Sawmill Workers’ Union, Local 2537, [1965] 16 L.A.C. 73, which was referred to an arbitration panel. Applying a
balancing of interests approach, the majority of the arbitration board determined that Irving failed to establish a need for
the policy in terms of demonstrating the mill operations posed a sufficient risk of harm that outweighs an employee’s
right to privacy. Specifically, the majority concluded Irving had not adduced sufficient evidence of prior incidents of
alcohol related impaired work performance to justify the policy’s adoption. The majority concluded that, while the mill
operation represented a “dangerous work environment”, the mill operation did not fall within the “ultra-dangerous”
category such as a nuclear plant or an airline, where employers had a lighter burden of justification. Adopting a
reasonableness standard of review, the Court of Queen’s Bench allowed the application for judicial review and quashed
the arbitration decision, holding it was unreasonable to require evidence demonstrating a history of alcohol abuse in the
workplace once the majority of the arbitration board had concluded the paper mill represented a dangerous workplace.
Although the Court of Appeal reversed the application judge on the issue of the standard of review and applied a
correctness standard, the Court of Appeal dismissed the union’s appeal.
Origin of the case:
New Brunswick
File No.:
34473
Judgment of the Court of Appeal: July 7, 2011
Counsel:
Joël Michaud, David Mombourquette and Daniel Leger for the appellant
Neil Finkelstein, Steven Mason, Brandon Kain and Byron Shaw for the respondent
- 1850 -
SUMMARIES OF THE CASES
34473
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier, section locale 30 c. Les Pâtes et Papier
Irving, Limitée
Relations du travail - Arbitrage - Convention collective - Grief de principe - Politique de tests aléatoires de dépistage
d’alcool - Lieu de travail dangereux par nature - Contrôle judiciaire - Norme de contrôle - La Cour d’appel a-t-elle eu
tort de faire une analyse relative à la norme de contrôle? - La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur dans son analyse
relative à la norme de contrôle? - La sentence était-elle raisonnable?
L’intimée, Les Pâtes et Papier Irving, exploite une usine de papier Kraft sur les rives de la rivière St -Jean. En 2006,
Irving a unilatéralement adopté une politique applicable en milieu de travail qui obligeait notamment les employés
occupant un poste critique pour la sécurité à se soumettre à des tests aléatoires de dépistage d’alcool administrés au
moyen d’un alcootest. Un employé d’Irving et membre du syndicat qui occupait un poste critique pour la sécurité a
aléatoirement été soumis à un test. Le test a révélé une alcoolémie de zéro. Néanmoins, le syndicat a déposé un grief
de principe aux fins de contester le caractère raisonnable de la politique suivant le critère énoncé dans l’affaire KVP Co.
c. Lumber & Sawmill Workers’ Union, Local 2537, [1965] 16 L.A.C. 73, qui a été renvoyée à un tribunal d’arbitrage.
Le conseil d’arbitrage a procédé à une pondération des intérêts en cause et a jugé à la majorité qu’Irving n’avait pa s
établi que la politique en question était nécessaire, savoir qu’elle n’avait pas démontré que les activités de l’usine
comportaient un risque de préjudice suffisant qui l’emportait sur le droit de l’employé au respect de sa vie privée. Plus
précisément, la majorité a conclu qu’Irving n’avait pas produit d’éléments de preuve suffisants aux fins d’établir
l’existence d’incidents antérieurs au cours desquels l’exécution des tâches avait été compromise par l’alcool et de
justifier l’adoption de la politique en question. La majorité a conclu que bien que l’usine ait constitué « un milieu de
travail dangereux », elle n’appartenait pas à la catégorie des activités ultra-dangereuses comme l’exploitation d’une
centrale nucléaire ou d’une ligne aérienne, où les employeurs portaient un fardeau de justification plus léger. Adoptant
la norme de contrôle du caractère raisonnable, la Cour du Banc de la Reine a accueilli la demande de contrôle judiciaire
et a annulé la sentence arbitrale, statuant qu’il n’était pas rais onnable d’exiger des éléments de preuve établissant des
antécédents de problèmes d’alcool en milieu travail dès lors que la majorité du conseil d’arbitrage avait conclu que
l’usine de papier constituait un lieu de travail dangereux. Bien que la Cour d’app el ait infirmé la décision du juge de
première instance sur la question de la norme de contrôle et ait appliqué la norme de la décision correcte, la Cour
d’appel a rejeté l’appel du syndicat.
Origine :
Nouveau-Brunswick
No du greffe :
34473
Arrêt de la Cour d’appel :
le 7 juillet 2011
Avocats :
Joël Michaud, David Mombourquette et Daniel Leger pour l’appelant
Neil Finkelstein, Steven Mason, Brandon Kain et Byron Shaw pour l’intimée
- 1851 -
SUMMARIES OF THE CASES
34362
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Brian Cuthbertson and Gordon Rubenfeld v. Hassan Rasouli by his Litigation Guardian and Substitute
Decision Maker, Parichehr Salasel
Legislation - Interpretation - Health Care - Withdrawal of life-sustaining medical treatment - Whether patient consent is
required to withhold or withdraw non-indicated treatment - Whether consent is required to withdraw non-indicated
treatment if other positive treatment is to be administered upon the withdrawal of the non -indicated treatment - Where
there is a category of life-sustaining medical treatments that cannot be withdrawn or withheld without patient or
substitute-decision-maker consent, even where the treatment is non-indicated - In the event a physician concludes that a
current treatment has become a non-indicated treatment, despite prolonging life, what steps is a physician obliged to
take before withdrawing the non-indicated treatment?
The respondent is in a coma. The appellants, who are his physicians, seek to withdraw life -sustaining treatment and to
administer palliative care. The respondent’s substitute decision-maker under the Health Care Consent Act, 1996, S.O.
1996, c. 2, refuses to consent to withdrawing life-sustaining treatment. The appellants acknowledge that they require
consent to administer palliative care but they believe that they do not need consent to withdraw life-sustaining measures
that are no longer medically indicated. At issue is whether the appellants require consent or a determination from the
Consent and Capacity Board that withdrawing life support is in the respondent ’s best interests.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34362
Judgment of the Court of Appeal: June 29, 2011
Counsel:
Harry Underwood, Erica J. Baron and Andrew McCutcheon for the appellant
J. Gardner Hodder, Guillermo Schible and Stefan A. De Smit for the respondent
- 1852 -
SUMMARIES OF THE CASES
34362
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Brian Cuthbertson, Gordon Rubenfeld c. Hassan Rasouli, représenté par son tuteur à l’instance et
mandataire spécial, Parichehr Salasel
Législation - Interprétation - Soins de santé - Retrait d’un traitement médical de maintien de la vie - Faut-il obtenir le
consentement du patient pour refuser ou retirer un traitement non indiqué? - Faut-il obtenir le consentement pour retirer
un traitement non indiqué si un autre traitement positif d oit être administré dès le retrait du traitement non indiqué? Existe-t-il une catégorie de traitements médicaux de maintien de la vie qui ne peuvent être retirés ou refusés sans le
consentement du patient ou du mandataire spécial, même lorsque le traitement est non indiqué? - Si un médecin conclut
qu’un traitement en cours est devenu non indiqué, même s’il prolonge la vie, quelles mesures le médecin est -il obligé
de prendre avant de retirer le traitement non indiqué?
L’intimé est dans le coma. Les appelants, qui sont ses médecins, souhaitent retirer le traitement de maintien de la vie et
administrer plutôt des soins palliatifs. Le mandataire spécial de l’intimé suivant la Loi de 1996 sur le consentement aux
soins de santé, L.O. 1996, ch. 2 refuse de consentir au retrait du traitement de survie. Les appelants reconnaissent
qu’ils ont besoin de ce consentement pour administrer des soins palliatifs, mais estiment qu’ils n’en ont pas besoin pour
retirer des mesures de maintien de la vie qui ne sont plus méd icalement indiquées. La question en litige consiste à se
demander si les appelants ont besoin du consentement ou d’une décision de la Commission du consentement et de la
capacité portant que le retrait du traitement de maintien de la vie est dans l’intérê t véritable de l’intimé.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34362
Arrêt de la Cour d’appel :
le 29 juin 2011
Avocats :
Harry Underwood, Erica J. Baron et Andrew McCutcheon pour l’appelant
J. Gardner Hodder, Guillermo Schible et Stefan A. De Smit pour l’intimé
- 1853 -
SUMMARIES OF THE CASES
34404
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sally Behn, Susan Behn, Richard Behn, Greg Behn, Rupert Behn, Lovey Behn, Mary Behn and George
Behn v. Moulton Contracting Ltd. and Her Majesty the Queen in the Right of the Province of British
Columbia
Aboriginal law - Treaty rights - Logging - Duty to consult - Civil procedure - Standing - Collateral attack - Whether the
courts below erred in holding that the appellants had no standing to raise the treaty rights defences - Whether the courts
below erred in holding that the treaty rights defences constituted an impermissible collateral attack.
The Crown granted the respondent Moulton Contracting Inc. two timber sale licences and one road permit by which it
could log certain areas of land located within the Behn Family Territory. That territory is located within the Treaty 8
territory of the Fort Nelson First Nation. The appellants are members of the Behn family and are, with one exception,
members of the Fort Nelson First Nation. After Moulton’s acces s to the area was impeded by at least some of the
appellants, Moulton filed a claim for damages against them, the First Nation and their Chief, and the Crown. In their
statement of defence, the appellants denied, inter alia, that their acts were unlawful because, they alleged, the licenses
and permit were issued unlawfully and gave no rights to harvest the timber or access the area. They alleged that the
Crown both failed to consult adequately with the Fort Nelson First Nation prior to issuing the licence s and permit to
Moulton and, in issuing the instruments, interfered with the ability of the Fort Nelson First Nation to exercise its Treaty
8 rights meaningfully. In their view, this constituted an impermissible intrusion into the exclusive legislative
jurisdiction of Parliament. The Crown and Moulton successfully applied to have paragraphs of the appellants’
statement of defence struck on the basis that the appellants did not have standing to advance constitutional arguments
relating to treaty rights that belong to the Fort Nelson First Nation, and that it was plain and obvious that the pleadings
disclosed no reasonable defence or that they constituted an abuse of process.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
34404
Judgment of the Court of Appeal: July 6, 2011
Counsel:
Robert J. M. Janes, Karey M. Brooks and Sarah E. Sharp for the appellants
Charles F. Willms for the respondent Moulton Contracting Ltd.
Keith Phillips and Joel Oliphant for the respondent Her Majesty the Queen
- 1854 -
SUMMARIES OF THE CASES
34404
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sally Behn, Susan Behn, Richard Behn, Greg Behn, Rupert Behn, Lovey Behn, Mary Behn et George
Behn c. Moulton Contracting Ltd. et Sa Majesté la Reine du chef de la Colombie -Britannique
Droits des autochtones - Droits issus de traités - Ressources forestières - Obligation de consulter - Procédure civile Qualité pour agir - Contestation indirecte - Les juridictions inférieures ont-elles eu tort de conclure que les appelants
n’avaient pas qualité pour soulever les moyens de défense fondés sur les droits issus de traités? - Les juridictions
inférieures ont-elles eu tort de conclure que les moyens de défense fondés sur les droits issus de traités constituaient une
contestation indirecte irrecevable?
La Couronne a accordé à l’intimée, Moulton Contracting Inc., deux licences de vente de bois d’œuvre et un permis
d’utilisation de chemins lui permettant d’exploiter certaines zones se trouvant au sein du territoire de la famille Behn.
Ce territoire fait partie du territoire de la Première nation de Fort Nelson en vertu du Traité 8. Les appelants sont des
membres de la famille Behn et, à l’exception d’un seul d’entre eux, ils font partie de la Première nation de Fort Nelson.
Après qu’au moins certains des appelants l’eurent empêchée d’accéder à ces zones, Moulton a intenté une action en
dommages-intérêts contre eux, la Première nation et son chef, et la Couronne. En défense, les appelants ont notamment
nié que leurs actes étaient illégaux car, selon eux, les licences et le permis avaient été illégalement accordés à Moulton
et ne donnaient à celle-ci aucun droit d’exploitation des zones visées ou d’accès à ces dernières. Ils ont fait valoir que
la Couronne avait omis de consulter convenablement la Première nation de Fo rt Nelson avant d’accorder les licences et
le permis à Moulton et que, en émettant ces documents, elle avait empêché la Première nation de Fort Nelson de
véritablement exercer ses droits en vertu du Traité 8. Selon eux, cela constituait un empiètement inacceptable dans un
champ de compétence législative fédérale. Les demandes de la Couronne et de Moulton en vue de faire radier des
paragraphes de la défense des appelants ont été accueillies sur la base que ces derniers n’avaient pas qualité pour faire
valoir des arguments constitutionnels se rapportant aux droits issus de traités de la Première nation de Fort Nelson, et
qu’il était manifeste et évident que leurs arguments n’exposaient aucune défense raisonnable ou encore qu’ils
constituaient un abus de procédure.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
34404
Arrêt de la Cour d’appel :
le 6 juillet 2011
Avocats :
Robert J. M. Janes, Karey M. Brooks et Sarah E. Sharp pour les appelants
Charles F. Willms pour l’intimée Moulton Contracting Ltd.
Keith Phillips et Joel Oliphant pour l’intimée Sa Majesté la Reine
- 1855 -
SUMMARIES OF THE CASES
34317
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Criminal Lawyers’ Association of Ontario and Lawrence Greenspon
Constitutional Law - Division of powers - Court’s jurisdiction to order fees be paid to amicus curiae from Consolidated
Revenue Fund - Court’s authority to set fees payable to amicus curiae - Whether the Court of Appeal erred in finding
that the court has the inherent jurisdiction or the statutory authority to order Ontario to use public money to fund amicus
in the face of the legislature’s exclusive jurisdiction to disburse public funds - In the alternative, whether the Court of
Appeal erred in finding that there was no requirement for the court to adopt the least restrictive approach when it has
ordered that amicus curiae is necessary to protect an accused’s fair trial rights.
In four criminal proceedings, the trial judges appointed amicus curiae and set conditions for compensating the amicus.
In one case, the trial judge also put in place a process for monitoring the accounts submitted by the amicus. The
Attorney General conceded on appeal that a court has the power to appoint amicus and to set some terms of the
appointment, but submitted that the court has no jurisdiction to order the state to pay amicus’ fees or to set the rate at
which amicus should be paid. The Court of Appeal heard all four appeals together and dismissed the Attorney
General’s appeals. It held that the power to set rates of compensation and order monitoring is incidental to the court’s
power to appoint amicus curiae under s. 24(1) of the Charter or to control its processes. It held that statutory authority
in Ontario lies in the Proceedings Against the Crown Act, R.S.O. 1990, c. P.27, and the Financial Administration Act,
R.S.O. 1990, c. F.12. The Court of Appeal held that the judges’ orders do not infringe any constitutional principle. It
held that the appointments in issue and the rates set were appropriate in the circumstances.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34317
Judgment of the Court of Appeal: April 19, 2011
Counsel:
Malliha Wilson, Troy Harrison, Kristin Smith and Baaba Forson for the appellant
P. Andras Schreck and Louis P. Strezos for the respondents
- 1856 -
SUMMARIES OF THE CASES
34317
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Criminal Lawyers’ Association et Lawrence Greenspon
Droit constitutionnel - Partage des compétences - Compétence du tribunal pour ordonner que des honoraires soient
payés à des amicus curiae sur le Trésor - Pouvoir du tribunal de fixer les honoraires payables aux amicus curiae - La
Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que le tribunal avait la compétence inhérente ou le pouvoir conféré par la loi
d’ordonner à l’Ontario d’utiliser des fonds publics pour payer des amicus eu égard à la compétence exclusive du
législateur pour débourser des fonds publics? - À titre subsidiaire, la Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que le
tribunal n’était pas tenu d’adopter l’approche la moins restrictive lorsqu’il a statué que la présence d’amicus curiae était
nécessaire pour protéger les droits d’un accusé à un procès équitable?
Dans quatre affaires criminelles, les juges de première instance ont nommé des amicus curiae et fixé les conditions de
leur rémunération. Dans un cas, le juge de première instance a mis en place un processus de contrôle des comptes
présentés par l’amicus. Le procureur général a concédé en appel qu’un tribunal avait le pouvoir de nommer un amicus
et de fixer quelques conditions de la nomination, mais a plaidé que le tribunal n’avait pas compétence pour ordonner à
l’État de payer les honoraires de l’amicus ou fixer le tarif auquel l’amicus devait être payé. La Cour d’appel a instruit
les quatre appels ensemble et a rejeté les appels du procureur général. Elle a statué que le pouvoir de fixer les tarifs de
rémunération et d’ordonner le contrôle était accessoire au pouvoir du tribunal de nommer des amicus curiae en
application du par. 24(1) de la Charte ou de faire respecter sa procédure. Elle a statué que le pouvoir conféré par la loi
en Ontario découlait de la Loi sur les instances introduites contre la Couronne, L.R.O. 1990, ch. P.27 et de la Loi sur
l’administration financière, L.R.O. 1990, ch. F.12. La Cour d’appel a statué que les ordonnances des juges ne violaient
aucun principe constitutionnel. Elle a statué que les nominations en cause et les tarifs fixés étaient appropriés en
l’espèce.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34317
Arrêt de la Cour d’appel :
le 19 avril 2011
Avocats :
Malliha Wilson, Troy Harrison, Kristin Smith et Baaba Forson pour l’appelante
P. Andras Schreck et Louis P. Strezos pour les intimés
- 1857 -
SUMMARIES OF THE CASES
34444
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cathie Gauthier v. Her Majesty the Queen
Criminal law - Jury charge - Defence of abandonment - Whether Court of Appeal erred in law in holding that trial judge
had been right not to put defence of abandonment to jury - Whether Court of Appeal erred in law in upholding guilty
verdicts on ground that appellant should have prevented children from drinking beverages prepared by her spouse - R.
v. Cinous, [2002] 2 S.C.R. 3.
On January 1, 2009 at 11:56 p.m., the appellant Cathie Gauthier dialled 9-1-1 from her home. In a weak voice broken
by sobs, she requested an ambulance. The operator asked her what the problem was. She told the operator that her
wrist was cut. The operator asked whether it was a suicide attempt, and Ms. Gauthier answered: [T RANSLAT ION] “it
was a pact; my husband killed our three children”. She later stated: [T RANSLAT ION] “we said that we wouldn’t start
2009, but. . . .” During the telephone call, which lasted about 12 minutes, Ms. Gauthier also said that she had woken up
lying in her bed with her three children. Her wrist was slit and her husband was lying on the bedroom floor. She shook
the children, but they did not respond. She stated that her spouse had cut her wrist and drugged everyone with sleeping
pills. She had dragged herself to the kitchen to call for help. Sh e had the impression that these events had taken place
24 hours earlier.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34444
Judgment of the Court of Appeal: July 26, 2011
Counsel:
René Duval for the appellant
Sonia Rouleau and Régis Boisvert for the respondent
- 1858 -
SUMMARIES OF THE CASES
34444
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cathie Gauthier c. Sa Majesté la Reine
Droit criminel - Directives au jury - Moyen de défense de désistement - La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de
droit en décidant que le juge du procès avait eu raison de ne pas soumettre la défense de désistement au jury? - La Cour
d’appel a-t-elle commis une erreur de droit en maintenant les verdicts de culpabilité au motif que l’appelant e aurait dû
empêcher les enfants de boire les boissons préparés par son conjoint? - R. c. Cinous, [2002] 2 R.C.S. 3.
Le 1er janvier 2009, à 23h56, madame Cathie Gauthier, appelante, compose le 9-1-1 à partir de son domicile. D’une
voix faible et entrecoupée de sanglots, elle demande une ambulance. La standardiste lui demande quel est le problème.
Elle lui mentionne qu’elle a le poignet ouvert. À la question suivante, « c’est une tentative de suicide? », elle répond :
« c’était un pacte, mon mari a tué nos trois enfants ». Plus tard, elle dira : « on se l’était dit qu’on commencerait pas
l’année 2009 mais. . . ». Lors de cet appel téléphonique d’une durée d’environ douze minutes, madame Gauthier
mentionne également qu’elle s’est réveillée dans son lit, couchée avec ses trois enfants, le poignet tranché, son mari
gisant par terre dans la chambre à coucher. Elle a alors secoué les enfants, mais n’a obtenu aucune réaction de leur part.
Elle affirme que c’est son conjoint qui lui a coupé le poignet et qui les a tous drogués avec des somnifères. Elle s’est
traînée jusqu’à la cuisine pour téléphoner et demander de l’aide. Elle a l’impression que ces événements sont survenus
il y a vingt-quatre heures.
Origine :
Québec
No du greffe :
34444
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 26 juillet 2011
Avocats :
René Duval pour l’appelante
Sonia Rouleau et Régis Boisvert pour l’intimée
- 1859 -
SUMMARIES OF THE CASES
34472
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
IBM Canada Limited v. Richard Waterman
Employment law - Unjust dismissal - Damages - Pensions - Whether pension benefits received by the respondent
during his wrongful dismissal notice period should be deducted from his wrongful dismissal damages award.
The respondent was employed by IBM (U.K.) Ltd. and then IBM Canada Limited for over 40 years before being
terminated without cause with two months notice. When his employment terminated, he was 65 years of age and
eligible to receive benefits under IBM’s employer-funded pension plan. He had no intention of retiring and sued for
wrongful dismissal. After termination, he received a pension benefit of $2,124.25 per month. The trial judge held that
the appropriate notice period was 20 months. He awarded damages based on lack of notice for 18 months. The
respondent was paid pension benefits after termination based on a fully vested pension. The trial judge did not deduct
the amount of pension benefits paid during the notice period from the damages award. IBM Canada Limited appealed,
arguing that an amount equal to the pension benefits should have been deducted from damages. The Court of Appeal
dismissed the appeal.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
34472
Judgment of the Court of Appeal: August 2, 2011
Counsel:
D. Geoffrey Cowper, Q.C. and Lorene A. Novakowski for
Christopher Watson and Matthew Siren for the respondent
- 1860 -
the appellant
SUMMARIES OF THE CASES
34472
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
IBM Canada limitée c. Richard Waterman
Droit de l’emploi - Congédiement injustifié - Dommages-intérêts - Pensions - Les prestations de retraite reçues par
l’intimé durant la période de préavis de son congédiement injustifié devraient -elles être déduites des dommages -intérêts
qui lui ont été accordés par jugement au titre de son congédiement injustifié?
L’intimé avait occupé un emploi chez IBM (U.K.) Ltd., puis chez IBM Canada limitée pendant plus de 40 ans avant
d’être congédié sans motif valable moyennant un délai de préavis de deux mois. Au moment de la cessation de son
emploi, il était âgé de 65 ans et avait droit de recevoir des prestations sous le régime de retraite d’IBM capitalisé par
l’employeur. Il n’avait aucune intention de partir à la retraite et a intenté une poursuite en congédiement injustifié.
Après la cessation d’emploi, il recevait des prestations de retraite de 2 124,25 $ par mois. Le juge de première instance
a statué que le délai de préavis aurait dû être de 20 mois. Il a accordé des dommages -intérêts calculés en fonction de
l’absence de préavis de 18 mois. L’intimé s’est vu payer des prestations de retraite après la cessation d’emploi sur le
fondement d’une pension entièrement dévolue. Le juge de première instance n’a pas déduit du montant des dommages intérêts accordés le montant des prestations de retraite versées pendant la période de préavis. IBM Canada limitée a
interjeté appel, plaidant qu’un montant égal aux prestations de retraite aurait dû être déduit des dommages -intérêts. La
Cour d’appel a rejeté l’appel.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
34472
Arrêt de la Cour d’appel :
2 août 2011
Avocats :
D. Geoffrey Cowper, c.r. et Lorene A. Novakowski pour l’appelante
Christopher Watson et Matthew Siren pour l’intimé
- 1861 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
v
s
s
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
m otion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising