SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
November 2, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
1615 - 1677
Le 2 novembre 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1615 - 1616
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1617
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1618 - 1655
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1656 - 1659
Requêtes
Pronouncements of appeals reserved
1660 - 1662
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
1663 - 1677
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Jacynthe Deschênes
Jacynthe Deschênes
Jorge Sosa also known as Jorge Vinicio Sosa
Orantes
Jorge Sosa
c. (34969)
v. (35047)
Banque canadienne impériale de commerce
(Qc)
Simon-Pierre Hébert
McCarthy Tétrault, s.e.n.c.r.l., s.r.l.
Attorney General of Canada (On behalf of the
United States of America) (Alta.)
Janet Henchey
A.G. of Canada
DATE DE PRODUCTION : 31.08.2012
FILING DATE: 25.09.2012
Réal Marcotte
Bruce W. Johnston
Trudel & Johnston
Noel Ayangma
Noel Ayangma
v. (35018)
v. (35050)
Fédération des caisses Desjardins du Québec
(Que.)
Raynold Langlois, c.r.
Langlois Kronstöm Desjardins
Attorney General of Canada (F.C.)
Melissa Chan
A.G. of Canada
FILING DATE: 04.10.2012
FILING DATE: 01.10.2012
North American Pipe & Steel Ltd.
Blair M. Shaw
Davis LLP
Earl Takefman
Earl Takefman
v. (35037)
v. (35031)
Dawna Bier et al. (Que.)
Howard L. Tatner
Tatner & Tatner
Greater Vancouver Water District (B.C.)
Irwin G. Nathanson, Q.C.
Nathanson, Schachter & Thompson
FILING DATE: 09.10.2012
FILING DATE: 12.10.2012
Amex Bank of Canada
Mahmud Jamal
Osler, Hoskin & Harcourt LLP
Estate of the Late Zahra (Ziba) Kazemi et al.
Kurt A. Johnson
Irving Mitchell Kalichman LLP
v. (35033)
v. (35034)
Sylvan Adams et al. (Que.)
Peter Kalichman
Irving Mitchell Kalichman LLP
Islamic Republic of Iran et al. (Que.)
James A. Woods
Woods LLP
FILING DATE: 15.10.2012
FILING DATE: 15.10.2012
- 1615 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Lana Yvonne Young
R. Ian Histed
Downtown Legal Action
Larry Peter Klippenstein
Larry Peter Klippenstein
v. (35036)
v. (35035)
Jack Ewatski et al. (Man.)
Denise A.M. Pambrun
City of Winnipeg
Attorney General of Manitoba (Man.)
Sean Boyd
Deputy Minister of Justice (Manitoba)
Civil Legal Services
FILING DATE: 15.10.2012
FILING DATE: 16.10.2012
Cynthia Michelle Burton
Cynthia Michelle Burton
Sandra Buschau et al.
John N. Laxton, Q.C.
Laxton, Gibbens & Company
v. (35039)
v. (35042)
Her Majesty the Queen (P.E.I.)
Gerald K. Quinn, Q.C.
A.G. of Prince Edward Island
Rogers Communicati ons Incorporated (F.C.)
Stephen R. Schachter
Nathanson Schachter & Thompson
FILING DATE: 18.10.2012
FILING DATE: 18.09.2012
Communications, Energy & Paperworkers’
Union of Canada, Local 298 et al.
Daniel J. Rogers
Rogers, Bobert & Burton, Lawyers
Seong Yun Ko
Dan R. Peskett
Brownlee LLP
v. (35029)
v. (35040)
Eurocan Pulp & Paper Co. et al. (B.C.)
Donald J. Jordan, Q.C.
Taylor Jordan Chafetz
Hillview Homes Ltd. (Alta.)
Rod J. Wasylyshyn
Ogilvie LLP
FILING DATE: 19.10.2012
FILING DATE: 19.10.2012
Robert Allan Rudderham et al.
Kevin Doan
Carranza LLP
Ville de Dorval et autre
Marc-André LeChasseur
LeChasseur Avocats ltée
v. (35041)
c. (35044)
1707508 Ontario Limited c.o.b. as TJ’s Grill &
Bar (Ont.)
Douglas O. Smith
Borden Ladner Gervais LLP
Les centres de la jeunesse et de la famille
Batshaw (Qc)
Louis Beauregard
Beauregard Avocats s.e.n.c.r.l.
FILING DATE: 19.10.2012
DATE DE PRODUCTION : 19.10.2012
- 1616 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
OCTOBER 29, 2012 / LE 29 OCTOBRE 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Andrew Evans v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (34926)
2.
Canadian Solar Inc. et al. v. Tajdin Abdula (Ont.) (Civil) (By Leave) (34849)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
3.
Lam Srun Horng c. Réseau de transport de la capitale (Qc) (Civile) (Autorisation) (34961)
4.
Isabelle Martin c. Commission des relations du travail et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (34983)
5.
Carrefour Ste-Adèle inc. et autres c. Société des loteries vidéo du Québec inc. (Qc) (Civile) (Autorisation)
(34923)
6.
Placements Sergakis inc. et autres. c. Société des loteries vidéo du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
(34924)
7.
Furs by Leonard Gorski Inc. v. Global Furs Inc. et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (34954)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
8.
Her Majesty the Queen v. Shaun Dennis Nodrick (Man.) (Crim.) (By Leave) (34947)
9.
Norma Irene Jacques v. Canada Trust Company, Executor and Trustee of the Estate of Norman Otto Hipel,
deceased (Ont.) (Civil) (By Leave) (34939)
10.
Howard Galganov et al. v. Corporation of the Township of Russell (Ont.) (Civil) (By Leave) (34965)
11.
Richard Rex et al. v. Dish Network L.L.C. et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (34878)
12.
Bae-Newplan Group Limited v. Brian Dalton et al. (N.L.) (Civil) (By Leave) (34852)
- 1617 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
NOVEMB ER 1, 2012 / LE 1 er NOVEMB RE 2012
34701
Albert Green v. Carmen Placzek (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52959,
2012 ONCA 45, dated January 26, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52959, 2012 ONCA
45, daté du 26 janvier 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Courts — Judges — Right to jury — Discharge of jury — Circumstances in which a trial judge can
exercise discretion to strike jury notice and discharge jury — Factors to be considered by courts when determining
whether a case’s complexity merits discharging jury and continuing before judge alone — Weight if any to attribute to
the right to a jury trial in civil cases when determining whether to strike a jury notice on the ground of complexity.
The respondent was a passenger in the front seat o f her husband's vehicle when it was struck from behind by the
applicant. She suffered fibromyalgia before the accident. Partially in issue was whether pre -existing medical
conditions affected her post-accident medical condition. The respondent was a real estate agent practicing in
partnership with her husband and alleged that she could no longer work in her former capacity. The evidence of her
finances was complicated and experts diverged on accounting issues. The applicant filed a jury notice and a ju ry was
selected. At the beginning of the trial, the respondent filed a motion to discharge the jury, arguing the case was too
complex to be left to a jury.
April 7, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Rady J.)
2010 ONSC 1938
Jury notice struck and jury dismissed
October 15, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Rady J.)
2010 ONSC 2952
Applicant
found
liable
awarded $919,237 in damages
January 26, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, LaForme, Hoy JJ.A.)
2012 ONCA 45; C52959
Appeal dismissed
March 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1618 -
and
respondent
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Tribunaux — Juges — Droit à un jury — Libération du jury — Circonstances dans lesquelles un
juge du procès peut exercer le pouvoir discrétionnaire d’annuler la convocation du jury et de libérer le jury — Facteurs
que doivent prendre en compte les tribunaux lorsqu'ils tranchent la question de savoir si la complexité d'une affaire
justifie la libération du jury et la poursuite de l'instance devant juge seul — Importance à accorder, s'il en est, au droit
à un procès devant jury dans les affaires civiles en tranchant la question de savoir s'il y a lieu d’annuler la convocation
du jury en raison de la complexité de l'affaire.
L'intimée était passagère sur la banquette avant du véhicule de son époux lorsque celui-ci a été heurté par derrière par
le demandeur. Elle souffrait de fibromyalgie avant l'accident. L'une des questions en litige était de savoir si d es
conditions médicales préexistantes avaient une incidence sur sa condition médicale postérieure à l'accident. L'intimée
était agente d'immeubles qui exerçait ses activités en société avec son époux et elle a allégué qu'elle ne pouvait plus
travailler à ce titre. La preuve de sa situation financière était complexe et les experts ne s'entendaient pas sur des
questions comptables. Le demandeur a demandé la convocation d’un jury et un jury a été constitué. Au début du
procès, l'intimée a déposé une motion en libération du jury, plaidant que l'affaire était trop complexe pour être soumise
à un jury.
7 avril 2010
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Rady)
2010 ONSC 1938
Convocation du jury annulée et jury libéré
15 octobre 2010
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Rady)
2010 ONSC 2952
Le demandeur est jugé responsable et condamné à
payer à l'intimée la somme de 919 237 $ en
dommages-intérêts
26 janvier 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Doherty, LaForme et Hoy)
2012 ONCA 45; C52959
Appel rejeté
7 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34733
Association canadienne contre l'impunité c. Anvil Mining Limited (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête pour permission d’intervenir d’Essex Business and Human Rights Project et Essex Human Rights
Clinic est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro
500-09-021701-115, 2012 QCCA 117, daté du 24 janvier 2012, est rejetée avec dépens.
The motion for leave to intervene of Essex Business and Human Rights Project and Essex Human Rights
Clinic is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec
(Montréal), Number 500-09-021701-115, 2012 QCCA 117, dated January 24, 2012, is dismissed with costs.
- 1619 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Private international law — Jurisdiction of Quebec court based on activities of defendant with office in Quebec —
Forum of necessity — Rebellion put down by Congolese army in Kilwa in 2004 — Officers acquitted of war crimes
and respondent acquitted of complicity in military proceeding in Congo — Victims unable to bring civil proceedings
in Australia, where respondent has head office — Motion to institute class action against respondent in Quebec,
where it has had place of business since 2005 — Respondent raising declinatory exception on ground of lack of
jurisdiction of Quebec court — For Quebec court to have jurisdiction, whether foreign legal person’s Quebec activities
must exist at time when action instituted or at time when cause of action arose — Whether, in considering court’s
jurisdiction, Court of Appeal erred in imposing burden on applicant to prove participation of Quebec office in alleged
fault — If Quebec court has jurisdiction, whether it is nonetheless forum non conveniens in this case — If Quebec
court does not have jurisdiction, whether it is nonetheless forum of necessity in this case — Civil Code of Québec,
S.Q. 1991, c. 64, arts. 3148(2), 3135 and 3136.
The Congolese army put down a rebellion in Kilwa in October 2004. In 2006, nine officers were charged with war
crimes; Anvil was charged with complicity. On June 28, 2007, a Congolese military court exonerated the accused.
Since a civil action seemed to be barred in Congo as a result of the military judgment, which disposed of it
incidentally, the applicant commenced a civil action in Australia, where Anvil has its head office, but could not
continue the action because it had no counsel. It is now seeking authorization for a class action in Quebec, since Anvil
has had an office in Montréal since 2005.
April 27, 2011
Quebec Superior Court
(Émery J.)
2011 QCCS 1966
Respondent’s declinatory exception dismissed; Quebec
court declared to have jurisdiction
January 24, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Forget, Giroux and Wagner JJ.A.)
2012 QCCA 117
Appeal allowed; Quebec court declared to have no
jurisdiction
March 26, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
April 25, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to intervene filed by Essex Business and
Human Rights Project and Essex Human Rights Clinic
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit international privé — Compétence du tribunal québécois selon l’activité du défendeur ayant un bureau au
Québec — For de nécessité — Rébellion écrasée par l’armée congolaise à Kilwa en 2004 — Acquittement d’officiers
pour crimes de guerre et de l’intimée pour complicité à l’issue d’une procédure militaire au Congo — Incapacité des
victimes de poursuivre au civil en Australie où l’intimée a son siège social — Requête pour exercer contre elle un
recours collectif au Québec où elle a une place d’affaires depuis 2005 — Exception déclinatoire soulevée par l’intimée
au motif d’absence de compétence du tribunal québécois — L’activité québécoise de la personne morale étrangère
doit-elle exister au moment de l’introduction de l’action ou au moment des faits générateurs du litige pour que le
tribunal québécois soit compétent? — La Cour d’appel a-t-elle erré en imposant à la partie demanderesse, dans le
cadre de l’examen de la compétence du tribunal, le fardeau de démontrer une participation du bureau québécois à la
faute alléguée? — Le tribunal québécois, s’il est compétent, est-il cependant forum non conveniens en l’espèce? — Le
- 1620 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
tribunal québécois, s’il n’est pas compétent, est-il cependant for de nécessité en l’espèce? — Code civil du Québec,
L.Q. 1991, ch. 64, par. 3148 (2), art. 3135 et 3136.
L’armée congolaise écrase une rébellion à Kilwa en octobre 2004. Des accusations de crimes de guerre sont portées
en 2006 contre neuf officiers; Anvil est accusée de complicité. Le 28 juin 2007, un tribunal militaire congolais
blanchit les accusés. Un recours civil semblant exclu au Congo par l’effet du jugement militaire qui en a disposé
accessoirement, la demanderesse en entreprend un en Australie, où Anvil a son siège social, sans pouvoir le continuer,
faute de procureur. Elle tente maintenant d’obtenir une autorisation de recours collectif au Québec, Anvil ayant un
bureau à Montréal depuis 2005.
Le 27 avril 2011
Cour supérieure du Québec
(Le juge Émery)
2011 QCCS 1966
Exception déclinatoire de l’intimée rejetée ; tribunal
québécois déclaré compétent.
Le 24 janvier 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Forget, Giroux et Wagner)
2012 QCCA 117
Appel accueilli; tribunal québécois déclaré non
compétent.
Le 26 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
Le 25 avril 2012
Cour suprême du Canada
Requête en intervention déposée par Essex Business
and Human Rights Project et Essex Human Rights
Clinic.
34835
Reggie Lee Harris v. Her Majesty the Queen (Sask.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The motion to appoint counsel and the application for leave to appeal from the judgment of the Court of
Appeal for Saskatchewan, Number CACR2054, 2012 SKCA 43, dated March 29, 2012, are dismissed without costs.
La requête pour nomination d’un avocat et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de
la Saskatchewan, numéro CACR2054, 2012 SKCA 43, daté du 29 mars 2012, sont rejetées sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Dangerous offender — Whether the burden of proof has been inadvertently shifted on to the accused
— Whether the trial judge adequately applied the evidence he had accepted to the principle of proof beyond a
reasonable doubt — Whether the deference given to the trial judge by the appeal court outweighed the facts of the case
— Whether the verdict is unreasonable.
Mr. Harris was convicted of seven offences and designated a dangerous offender. He was given a sentence of five and
a half years, with credit for the 17 months spent on remand, to be followed by a ten year supervision order, a lifetime
firearms order and a DNA order for breaking and entering and assault causing bodily harm. The other offences
- 1621 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
attracted sentences from three to six months concurrent to the sentence on the predicate offence. Mr. Harris appealed
the conviction on the predicate offence and uttering a threat, as well as the designation as a dangerous offender, the
sentence for the predicate offence and the length of the supervision order. The appeal court allowed the appeal in part,
in that the Crown had no objection to the appeal being allowed with respect to the count of uttering a threat and the
period of supervision following the expiration of the sentence was reduced from ten to five years.
November 14, 2011
Provincial Court of Saskatchewan
(Hinds J.)
2011 SKPC 176
Applicant convicted of seven offences; designated a
dangerous offender
March 29, 2012
Court of Appeal for Saskatchewan
(Cameron, Gerwing and Jackson JJ.A.)
2012 SKCA 43; CACR2054
Appeal allowed in part
May 18, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Délinquant dangereux — Le fardeau de la preuve a-t-il été déplacé par inadvertance pour qu’il
incombe à l’accusé? — Le juge du procès a-t-il adéquatement appliqué la preuve qu’il avait acceptée au principe de la
preuve hors de tout doute raisonnable? — La déférence accordée par la Cour d’appel au juge du procès l’a-t-elle
emporté sur les faits en l’espèce? — Le verdict est-il déraisonnable?
Monsieur Harris a été déclaré coupable de sept infractions et déclaré délinquant dangereux. Il a été condamné à une
peine de cinq and et demie, avec une réduction pour tenir compte des 17 mois de détention préventive, à être suivie
d’une période de surveillance de dix ans, une interdiction à vie d’avoir des armes à feu en sa possession et d’une
ordonnance de prélèvement d’ADN pour introduction par effraction et voies de faits causant des lésions corporelles.
Les autres infractions lui ont valu des peines de trois à six mois, concurrentes à la peine imposée pour l’infraction
sous-jacente. Monsieur Harris a interjeté appel de la déclaration de culpabilité de l’infraction sous -jacente et celle
d’avoir proféré une menace, la déclaration de délinquant dangereux, la peine imposée pour l’infraction sous -jacente et
la durée de la période de surveillance. La Cour d’appel a accueilli l’appel en partie, vu que le ministère public n’avait
aucune objection à ce que l’appel soit accueilli relativement à l’accusation de menace et la période de surveillance
suivant l’expiration de la peine a été réduite de dix à cinq ans.
14 novembre 2011
Cour provinciale de la Saskatchewan
(Juge Hinds)
2011 SKPC 176
Demandeur déclaré coupable de sept infractions :
déclaré délinquant dangereux
29 mars 2012
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juges Cameron, Gerwing et Jackson)
2012 SKCA 43; CACR2054
Appel accueilli en partie
- 1622 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel, déposée
18 mai 2012
Cour suprême du Canada
34836
Christian Reinales c. Ministre de la Justice du Canada (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges Fish, Abella et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004978-118, 2012 QCCA 836, daté du 8 mai 2012, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-10-004978-118, 2012 QCCA 836, dated May 8, 2012, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Criminal law — Extradition — Risk of mistreatment and torture of applicant and of his being denied full and fair trial
in United States because of his Hispanic roots and because he not U.S. citizen — Level of proof required to satisfy
Minister that risk specific to applicant — Evidence to be submitted to Minister to convince him that risk specific to
applicant and not general — Whether Minister of Justice has power to amend reasons for decision without amending
surrender order under s. 42 of Extradition Act, S.C. 1999, c. 18.
The applicant is a Canadian citizen of Latin American origin who has been ordered to be extradited to the United
States to stand trial on charges of conspiracy and drug trafficking. In response to the surrender order, the applicant
maintained that he faced a risk of mistreatment and torture and of being denied a full and fair trial in the United States
because of his Hispanic roots and because he is not a U.S. citizen. The applicant also argued that his extradition
would be unjust and oppressive in the circumstances, and contrary to the principles of fundamental justice provided
for in s. 7 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, in addition to being contrary to s. 6(1) of the Canadian
Charter of Rights and Freedoms given that the acts on which the extradition request was based were alleged to have
been committed in Canada.
December 9, 2010
Quebec Superior Court
(Castonguay J.)
Order for committal of applicant
June 24, 2011
Department of Justice of Canada
(Minister Nicholson)
Order that applicant be extradited to United States to
stand trial on charges of conspiracy and drug
trafficking
December 14, 2011
Department of Justice of Canada
(Minister Nicholson)
Confirmation of surrender order
May 8, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Rochon, Dalphond and Kasirer JJ.A.)
2012 QCCA 836; 500-10-004978-118
Application for judicial review dismissed
- 1623 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 4, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Extradition — Risque de subir de mauvais traitements, d’être torturé et de ne pas pouvoir bénéficier
d’un procès juste et équitable aux États -Unis compte tenu des origines hispaniques du demandeur et du fait qu’il n’est
pas citoyen américain — Quel niveau de preuve doit être atteint afin de satisfaire le Ministre que le risque du
demandeur est personnalisé? — Quelle preuve doit être soumise au Ministre afin de le convaincre que le risque est
personnalisé et non généralisé? — Le Ministre de la Justice a-t-il le pouvoir de modifier les motifs de sa décision sans
modifier l’arrêté d’extradition conformément au paragraphe 42 de la Loi sur l’extradition, L.C. 1999, ch. 18?
Le demandeur est un citoyen canadien d’origine latino -américaine qui fait l’objet d’une ordonnance d’extradition vers
les États-Unis afin qu’il y subisse un procès eu égard à des accusations de complot et de trafic de stupéfiants. À
l’encontre de son extradition, le demandeur a soutenu qu’il risque de subir de mauvais traitements, d’êt re torturé et de
ne pas pouvoir bénéficier d’un procès juste et équitable aux États -Unis compte tenu de ses origines hispaniques et du
fait qu’il n’est pas citoyen américain. Le demandeur a également soutenu que son extradition serait injuste et
tyrannique dans les circonstances et contraire aux principes de justice fondamentale prévus à l’article 7 de la Charte
canadienne des droits et libertés et que, de plus, elle serait contraire à l’article 6(1) de la Charte canadienne des droits
et libertés vu que les actes à l’origine de la demande d’extradition auraient été commis au Canada.
Le 9 décembre 2010
Cour supérieure du Québec
(Le juge Castonguay)
Ordonnance d’incarcération du demandeur.
Le 24 juin 2011
Ministère de la Justice du Canada
(Le ministre Nicholson)
Ordonnance d’extradition du demandeur vers les
États-Unis afin qu’il y subisse un procès pour des
accusations de complot et de trafic de stupéfiants.
Le 14 décembre 2011
Ministère de la Justice du Canada
(Le ministre Nicholson)
Confirmation de l’ordonnance d’extradition.
Le 8 mai 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Rochon, Dalphond et Kasirer)
2012 QCCA 836; 500-10-004978-118
Demande en révision judiciaire rejetée.
Le 4 juillet 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
- 1624 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34837
Auberge des Glycines inc., faisant affaire sous la raison sociale Auberge le Pomerol inc. c.
Ville de Montréal (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09020178-091, 2012 QCCA 556, daté du 23 mars 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Mont réal), Number
500-09-020178-091, 2012 QCCA 556, dated March 23, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Municipal law — Zoning — By-laws — Interpretation — Acquired rights — Vacant lot leased by corporate owner as
parking lot — Whether right to such use transmitted to inn that became owner — Whether subsequent authorization
granted to new owner — Main use or accessory use permitted — Whether business has acquired rights to commercial
leasing if it was permitted by initial by-law and administrative conditions formerly in effect — Whether initial by-law
and administrative conditions formerly in effect permitted it in this case — Whether fact that use not specifically
mentioned among uses permitted by zoning by-law necessarily means it is prohibited — Whether Court of Appeal
made dual error of law by interfering with assessment of past facts giving rise to acquired rights and present facts
justifying exercise of discretion conferred by law on trial judge — By-law concerning the erection and occupancy of
buildings in St. James Ward, Montréal No. 1376 (1935 - 1973), art. 9 — Act respecting land use planning and
development, R.S.Q. c. A-19.1, s. 227.
The Auberge owned an immovable on De Maisonneuve Boulevard in Montréal; part of the immovable was occupied
by a restaurant operated by a lessee. There was a bookstore in the neighbouring immovable on the west side and
another restaurant in the neighbouring immovable on the east side. The Auberge also owned the vacant lot adjacent to
those four commercial establishments. It provided its customers with parking spots on that lot or leased the spots to
customers of the neighbouring businesses and even to the public. In 2007, Montréal began issuing statements of
offence to the Auberge on the ground that it was n ot authorized to operate a commercial parking lot in that place. The
Auberge challenged the statements in the Municipal Court of Montréal. The City applied to the Superior Court for an
order to cease operating the parking lot.
October 28, 2009
Quebec Superior Court
(Lefèbvre J.)
2009 QCCS 4919
Motion by City for order for cessation of commercial
leasing other than leasing accessory to respondent’s
business dismissed
March 23, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Vézina, Giroux and Wagner JJ.A.)
2012 QCCA 556
Appeal allowed; City’s motion allowed
May 18, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1625 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit municipal — Zonage — Réglementation — Interprétation — Droits acquis — Location d’un terrain vacant à
titre de stationnement par un propriétaire corporatif — Transmission ou non à l’auberge devenue propriétaire du droit
à cet usage — Autorisation ultérieure donnée ou non au nouveau propriétaire — Usage principal ou usage accessoire
permis — Une entreprise a-t-elle des droits acquis à la location commerciale si le règlement initial et les conditions
administratives anciennement en vigueur l’ont permis? — Le règlement initial et les conditions administratives
anciennement en vigueur le permettaient-ils en l’espèce? — L’absence de mention expresse d’un usage parmi les
usages permis par un règlement de zonage entraîne-t-elle nécessairement son interdiction? — La Cour d’appel a-t-elle
commis une double erreur de droit en intervenant dans l’appréciation des faits passés générateurs de droits acquis et
des faits présents ayant justifié l’exercice de la discrétion conférée au premier juge par la loi? — Règlement
concernant l’érection et l’occupation des bâtiments dans le quartier St -Jacques, Montréal no 1376 (1935 - 1973),
art. 9 — Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, L.R.Q. ch. A-19.1, art. 227.
L'Auberge est propriétaire d'un immeuble sur le boulevard De Maisonneuve à Montréal; une partie de l’immeuble est
occupée par un restaurant, opéré par un locataire. L’immeuble voisin du côté ouest abrite une librairie et celui du côté
est, un autre restaurant. L'Auberge est aussi propriétaire du terrain vacant adjacent à ces quatre établissements
commerciaux. Elle y offre des places de stationnement à ses clients ou les loue à ceux des commerces voisins et même
au public. Depuis 2007, Montréal décerne des constats d'infraction à l'Auberge au motif qu'elle n'est pas autorisée à
exploiter un stationnement commercial à cet endroit. Les constats sont contes tés par l'Auberge devant la Cour
municipale de Montréal. La ville s’adresse à la Cour supérieure pour demander une ordonnance de cesser d’exploiter
le stationnement.
Le 28 octobre 2009
Cour supérieure du Québec
(Le juge Lefèbvre)
2009 QCCS 4919
Rejet de la requête de la Ville en ordonnance de faire
cesser la location commerciale autre qu’accessoire au
commerce de l’intimée.
Le 23 mars 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Vézina, Giroux et Wagner)
2012 QCCA 556
Appel accueilli; requête de la ville accordée.
Le 18 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34838
City of Calgary v. Zahmol Properties Ltd. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1101-0088-A C, 2012 ABCA 89, dated March 20, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), nu méro 1101-0088AC, 2012 ABCA 89, daté du 20 mars 2012, est rejetée avec dépens.
- 1626 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Expropriation — Judicial review —Timeliness of claim — Statutes — Interpretation — Can appellate courts use the
curative powers in a regulation to expand or abridge a limitation period set out in a statute? — Can appellate courts
direct boards and tribunals as to the proper interpretation and application of highly discretionary provisions found in
their governing regulations? — Expropriation Act, R.S.A. 2000, c. E-13, s. 36(2) — Expropriation Act Rules of
Procedure and Practice, Alberta Regulation 187/2001, r. 2, 11 and 13.
The Applicant expropriated land owned by the Respondent. On February 28, 2006, the Applicant served the
Respondent with a notice setting out the amount of compensation it proposed to pay for the land. The Respondent did
not agree with the proposed amount of compensation and, on December 4, 2006, it sent an Application for
Determination of Compensation (“ADC”) to the Alberta Land Compensation Board (the “Board”). The ADC was not
served on the Applicant.
On January 3, 2007, the Board acknowledged receipt of the ADC and stated that it expected to receive proof of service
of the ADC on the Applicant, as well as proof of further particulars in an Amended ADC, which was also to be served
on the City. The Board’s letter was copied to the A pplicant and received by the Applicant on January 8, 2007.
The Respondent subsequently filed its Amended ADC and served it on the Applicant on May 9, 2007. On May 15,
2007, the Applicant advised the Respondent that it considered the service of the Amende d ADC to have been made
beyond the one-year time limit in section 36(2) of the Expropriation Act, R.S.A. 2000, c. E-13. In response, the
Respondent brought an application before the Board regarding the admissibility of its claim in the circumstances.
July 24, 2008
Land Compensation Board for the Province of Alberta
11015.1
Respondent’s
preliminary
motion
regarding
admissibility of its claim granted on ground that it was
made in timely manner.
March 20, 2009
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Fraser, Picard and Slatter JJ.A.)
File No.: 0801-0236-A C
2009 ABCA 97
Appeal allowed and matter remitted to the Board for
reconsideration.
February 9, 2011
Land Compensation Board for the Province of Alberta
NM2009.0002
Respondent’s motion for a determination that its claim
was not statute barred dismissed.
March 20, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Slatter, O’Ferrall and Park JJ.A.)
1101-0088-A C
2012 ABCA 89
Appeal allowed.
May 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
- 1627 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Expropriation — Contrôle judiciaire — Dépôt en temps opportun de la demande — Lois — Interprétation — Les
tribunaux d’appel peuvent-ils utiliser les pouvoirs réparateurs dans un règlement pour proroger ou abréger un délai
énoncé dans une loi? — Les tribunaux d’appel peuvent-ils donner des directives aux organismes et tribunaux
administratifs quant à l’interprétation et l’application qu’il convient de faire de dispositions hautement discrétionnaires
figurant dans les règlements qui les régissent? — Expropriation Act, R.S.A. 2000, ch. E-13, par. 36(2) —
Expropriation Act Rules of Procedure and Practice, Alberta Regulation 187/2001, r. 2, 11 et 13.
La demanderesse a exproprié un terrain appartenant à l’intimée. Le 28 février 2006, la demanderesse a signifié à
l’intimée un avis indiquant le montant de l’indemnité qu’elle proposait de payer pour le terrain. L’intimée n’était pas
d’accord avec le montant d’indemnité proposé et, le 4 décembre 2006, elle a envoyé une demande de détermination
d’indemnité (« DDI ») à l’Alberta Land Compensation Board (la « Commission »). La DDI n’a pas été signifiée à la
demanderesse.
Le 3 janvier 2007, la Commission a accusé réception de la DDI et a affirmé qu’elle s’attendait à recevoir une preuve
de signification de la DDI à la demanderesse, de même qu’une preuve de précisions additionnelles dans une DDI
amendée, qui devrait elle aussi être signifiée à la Ville. La Commission a envoyé une copie conforme de sa lett re à la
demanderesse, qui l’a reçue le 8 janvier 2007.
L’intimée a par la suite déposé sa DDI amendée et l’a signifiée à la demanderesse le 9 mai 2007. Le 15 mai 2007, la
demanderesse a avisé l’intimée qu’elle considérait que la signification de la DDI a mendée avait été faite au-delà du
délai d’un an prévu au paragraphe 36(2) de l’Expropriation Act, R.S.A. 2000, ch. E-13. En réponse, l’intimée a
déposé une demande devant la Commission concernant l’admissibilité de sa DDI dans les circonstances.
24 juillet 2008
Land Compensation Board de l’Alberta
11015.1
Requête préliminaire de l’intimée concernant
l’admissibilité de sa demande accueillie au motif que
la demande avait été déposée en temps opportun.
20 mars 2009
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Fraser, Picard et Slatter)
No de dossier : 0801-0236-AC
2009 ABCA 97
Appel accueilli et affaire renvoyée à la Commission
pour nouvel examen.
9 février 2011
Land Compensation Board de l’Alberta
NM2009.0002
Requête de l’intimée visant à faire statuer que sa
demande n’était pas prescrite rejetée.
20 mars 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Slatter, O’Ferrall et Park)
1101-0088-A C
2012 ABCA 89
Appel accueilli.
22 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée.
- 1628 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34839
Zurich Canada, Zurich Insurance Company and Zurich Insurance Company of Canada v.
Joyce Maebell Dundas, Christopher Howard Dundas, Pamela Joyce Cake, Roger Garnet
Dundas, Karin Edith Thomas, Lisa Ella Marie Roach, Barbara Elizabeth Dundas, Irene
Hickson, Robert Hickson, William Hickson, Geraldine Willan, Joan Gerard, May Hickson,
Josephine Hines and Candace Hickson, a Minor, by her Litigation Guardian, William
Hickson (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Abella and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53291,
2012 ONCA 181, dated March 22, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53291, 2012 ONCA
181, daté du 22 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Limitation of actions — Insurance — Automobile insurance — Third party action against insurer of motor vehicle —
Is a claim from breach of the insurer’s duty of good faith “under” the insurance contract, or is it a claim that arises
entirely apart from the contract? — Do statutory conditions related to motor vehicle insurance claims apply to bad
faith claims? — Does the Trustee Act, R.S.O. 1990, c. T.23, limitation period apply to claims brought on behalf of an
estate against an insurer for bad faith?
In November, 1988 the driver of a motor vehicle and his three passengers were killed in an accident. The driver was
insured by Zurich and the families of his passengers sued his estate. They offered to settle their claims for $1,600,000,
an amount that exceeded the policy's $1,000,000 coverage limit. In April 1993, the driver's estate agreed to the
proposed assessment of damages made by the passengers’ families. Minutes of settlement were executed in October
1993, but the issues of prejudgment interest and costs were unresolved. Zurich then paid the $1,000,000 insurance
limits into an interest-bearing account and this amount was paid out to the three families. In December 1994, a judge
issued an endorsement on interest and costs, making critical comments ab out the insurer's failure to adjust the loss and
pay the limits into an interest-bearing account at an earlier date. Consent judgments were issued against the driver's
estate for $2,000,000 including interest and costs in August 1995. In August 1996, the driver's estate sued Zurich for
the amount that exceeded the policy limit, alleging that Zurich had breached its duty of good faith, exposed the estate
to claims in excess of the policy limit, failed to pay the policy limits on a timely basis and failed to pay the limits into
an interest bearing account. The cause of action was later assigned to two of the plaintiff families. Zurich moved for
summary judgment on the grounds that the limitation period for bringing an action had expired.
January 20, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Patterson J.)
2011 ONSC 132
Zurich’s motion for summary judgment dismissing
action granted
March 22, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Cronk, Blair and Strathy J. (ad hoc))
2012 ONCA 181
Docket: C53291
Appeal allowed; action permitted to proceed
- 1629 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Prescription — Assurance — Assurance automobile — Recours de tiers contre l’assureur d’un véhicule automobile —
La demande est-elle fondée sur un manquement à l’obligation de bonne foi de l’assureur « découlant » du contrat
d’assurance ou s’agit-il d’une demande dont le fondement est tout à fait distinct du contrat? — Les conditions légales
liées aux demandes fondées s ur une assurance automobile s’appliquent-elles aux demandes où la mauvaise foi est
alléguée? — Le délai de prescription prévu dans la Loi sur les fiduciaires, L.R.O. 1990, ch. T.23, s’applique-t-il aux
demandes présentées au nom d’une succession contre un assureur dont on allègue la mauvaise foi?
En novembre 1988, le conducteur d'un véhicule automobile et ses trois passagers ont été tués dans un accident. Le
conducteur était assuré par Zurich et les familles de ses passagers ont poursuivi sa succession. Ils ont offert de régler
leur demande pour la somme de 1 600 000 $, un montant supérieur à la garantie d'assurance de 1 000 000 $ prévue
dans la police. En avril 1993, la succession du conducteur à consenti à la cotisation projetée des dommages -intérêts
établie par les familles des passagers. Un procès -verbal de transaction a été signé en octobre 1993, mais il restait à
régler les questions des intérêts avant jugement et des dépens. Zurich a alors versé la garantie d'assurance de
1 000 000 $ dans un compte portant intérêt et ce montant a été versé aux trois familles. En décembre 1994, un juge a
délivré un certificat portant sur les intérêts et les dépens, critiquant le fait que l'assureur n'avait pas réglé le sinistre et
versé le produit d'assurance dans un compte portant intérêt à une date antérieure. En août 1995, des jugements sur
consentement ont été prononcés contre la succession du conducteur pour un montant de 2 millions de dollars, y
compris les intérêts et les dépens. En août 1996, la successio n du conducteur a poursuivi Zurich pour le montant qui
dépassait la garantie d'assurance, alléguant que Zurich avait manqué à son obligation de bonne foi, exposé la
succession à des demandes qui dépassaient la garantie d'assurance, omis de verser le produit de l'assurance en temps
opportun et omis de verser le produit de l'assurance dans un compte portant intérêt. La cause d'action à ultérieurement
été cédée à deux familles demanderesses. Zurich a présenté une motion en jugement sommaire, plaidant que le délai
de prescription de l'action était échu.
20 janvier 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Patterson)
2011 ONSC 132
Motion de Zurich en jugement sommaire rejetant
l'action, accueillie
22 mars 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Cronk, Blair et Strathy (ad hoc))
2012 ONCA 181
No du greffe : C53291
Appel accueilli; l’action peut suivre sont cours
22 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1630 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34841
Kurt Pieckenhagen, Julita Pieckenhagen, Julita-Luise Pieckenhagen a.k.a. Jules Luise a.k.a.
Jules Michael, Vera Pieckenhagen, Christopher Brooks a.k.a. Chris Brooks a.k.a. Andrew
Brooks, Nicole Pieckenhagen, 373041 Ontario Inc., Graydon Hall Property Management Ltd.
and GH Capital Corporation v. Shaw Satellite G.P., c.o.b. as Shaw DirectTM, Megan
Anderson, Curt-Michael Pieckenhagen a.k.a. Curt Michael Pieckenhagen a.k.a. Curt
Pieckenhagen a.k.a. Curt-Michael Picckenhayen a.k.a. Kurt Michael a.k.a. Pat Turner,
1125749 Ontario Limited, Eccelerated Digital, Accelerated Digital Communications Inc. and
121429 Ontario Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Abella and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54205,
2012 ONCA 192, dated March 21, 2012, is dismissed with costs to the respondent, Shaw Satellite G.P., c.o.b. as
Shaw Direct TM.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54205, 2012 ONCA
192, daté du 21 mars 2012, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Shaw Satellite G.P., faisant affaire sous la
dénonciation sociale Shaw Direct TM.
CASE SUMMARY
Contracts — Arbitration agreement — Party to contract commenced action against numerous defendants — Some
defendants covered by arbitration clause — Some issues subject to arbitration — Defendants requested stay of action
in deference to arbitration — Whether case should go to court or arbitration — When is bifurcation warranted —
Whether “competence-competence” principle has a future in Canada.
The applicants are the owners and/or operators of three apartment buildings in Toronto. Shaw alleged that they
fraudulently obtained its programming and illegally transmitted it to hundreds of tenants in the buildings. Shaw
alleges that the applicants obtained the programming by using mainly fictitious names and addresses to obtain a
number of Shaw residential subscriber accounts. The accounts and receivers associated with them were then used as
part of a satellite master antennae television system to then transmit the programming to tenants. The Shaw
Residential Agreement contains an arbitration clause forcing disputes pursuant to the agreement into arbitration.
Before filing a statement of defence, the applicants brought a motion to stay the action, arguing that the matter should
go to arbitration.
The motions judge dismissed the motion, and the Court of Appeal dismissed an appeal.
July 14, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Perell J.)
2011 ONSC 4360
Motion for stay dismissed
March 21, 2012
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson and LaForme JJ.A., Pattillo J. (ad hoc))
2012 ONCA 192
Appeal dismissed
- 1631 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats — Convention d'arbitrage — Une partie à la convention a intenté une action contre plusieurs défendeurs —
Certains défendeurs sont visés par une clause d'arbitrage — Certaines questions doivent aller en arbitrage — Les
défendeurs ont demandé la sus pension de l’instance en déférence à l’égard de la compétence d’arbitrage — L’affaire
devrait-elle être portée devant les tribunaux ou en arbitrage? — Dans quelles situations la bifurcation est-elle
justifiée? — Le principe de « compétence-compétence » a-t-il un avenir au Canada?
Les demandeurs sont propriétaires ou exploitants de trois immeubles d’habitation à Toronto. Shaw a allégué qu’ils
avaient frauduleusement obtenu sa programmation et qu’ils l’avaient illégalement transmise à des centaines de
locataires des immeubles. Shaw allègue que les demandeurs avaient obtenu la programmation en employant des noms
et des adresses fictifs pour la plupart afin d’obtenir un certain nombre de comptes d’abonnés résidentiels de Shaw. Les
comptes et les récepteurs connexes avaient ensuite été utilisés dans le cadre d’un système de télévision à antenne
collective par satellite pour ensuite transmettre la programmation aux locataires. Le contrat de service résidentiel de
Shaw renferme une clause qui oblige de porter en arbitrage les différends fondés sur le contrat. Avant de présenter
une défense, les demandeurs ont présenté une motion en suspension d’instance, plaidant que l’affaire devait aller en
arbitrage.
Le juge de première instance a rejeté la motion et la Cour d’appel a rejeté l’appel.
14 juillet 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Perell)
2011 ONSC 4360
Motion en suspension d’instance, rejetée
21 mars 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, LaForme et Pattillo (ad hoc))
2012 ONCA 192
Appel rejeté
22 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34843
Her Majesty the Queen v. P.M. (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52760,
2012 ONCA 162, dated March 16, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52760, 2012 ONCA
162, daté du 16 mars 2012, est rejetée sans dépens.
- 1632 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON PART Y) (SEALING ORDER)
Criminal law — Sentencing — Evidence — Whether ss. 723 and 726.1 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46,
which require that a sentencing judge “shall” consider and hear “any” relevant evidence, permit the judge to exclude
evidence of the actus reus on the basis that its prejudicial effect outweighs its probative value — Whether global 6
year sentence unfit to give effect to the overall gravity of the respondent’s combined offences?
The respondent pleaded guilty to serious sexual and child pornography offences. He was sentenced to six years
imprisonment. At the sentencing hearing, the trial judge refused to admit into evidence and to view a disc containing
images of child pornography and a recording of some of the offences. The Court of Appeal dismissed the appeal,
finding that it was open to the trial judge to find that the prejudicial value of the dis c outweighed its probative value.
Epstein J.A., dissenting, would have admitted the evidence and imposed a longer term of imprisonment.
July 7, 2010
Ontario Court of Justice
(Hunter J.)
Respondent sentenced to six years’ imprisonment
following convictions for to sexual assault, incest,
sexual interference, making child pornography,
possessing child pornography and careless storage of a
firearm
March 16, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg and MacPherson JJ.A., and Epstein J.A.
[dissenting])
2012 ONCA 163
Appeal dismissed
May 15, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICAT ION VISANT UNE PART IE )
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Droit criminel — Détermination de la peine — Preuve — Les art. 723 et 726.1 du Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C-46, qui obligent le juge qui impose la peine à prendre en considération et à prendre connaissance des éléments
de preuve pertinents permettent-ils au juge d'exclure des éléments de preuve de l'actus reus au motif que son effet
préjudiciable l'emporte sur sa valeur probante? — La peine totale de six ans est-elle insuffisante eu égard à la gravité
globale des infractions commises par l'intimé considérées ensemble?
L'intimé a plaidé coupable d'infractions sexuelles graves et de pornographie juvénile. Il a été condamné à une peine
d'emprisonnement de six ans. À l'audience de détermination de la peine, le ju ge du procès a refusé d'admettre en
preuve et de visionner un disque renfermant des images de pornographie juvénile et un enregistrement de certaines des
infractions. La Cour d'appel a rejeté l'appel, concluant qu'il était loisible au juge procès de conclure que l’effet
préjudiciable du disque l'emportait sur sa valeur probante. La juge Epstein, dissidente, aurait admis la preuve et
imposée une période d'emprisonnement plus longue.
- 1633 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 juillet 2010
Cour de justice de l'Ontario
(Juge Hunter)
L'intimé est condamné à une peine d'emprisonnement
de six ans après avoir été déclaré coupable d’agression
sexuelle, d’inceste, de contacts sexuels, de production
de pornographie juvénile, de possession de
pornographie juvénile et d’entreposage négligent d’une
arme à feu
16 mars 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Rosenberg, MacPherson et Epstein [dissidente])
2012 ONCA 163
Appel rejeté
15 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34861
Debbie Brake-Patten v. Abraham Gallant (N.L.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Cromwell and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Supreme Court of Newfoundland and Labrador
- Court of Appeal, Number 10/11, 2012 NLCA 23, dated April 9, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador - Cour d'appel,
numéro 10/11, 2012 NLCA 23, daté du 9 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts ― Negligence ― Liability ― Civil litigation ― Evidence ― Expert opinion evidence ― Whether bias,
predisposition and lack of impartiality and neutrality affect the qualifications of an expert to put forward evidence for
admission and/or consideration by the court or do these matters relate to the weight to be given to such evidence ―
Whether the admission and/or consideration of evidence proffered by an expert witness who is biased, is predisposed
and lacks impartiality and neutrality constitute a palpable and overriding error ― Wheth er the commission of factual
errors by the trial judge constitutes a palpable and overriding error when the factual errors formed part of the trial
judge’s reasoning for the finding of the dominant issue at trial?
The main issue in the lower courts was whether the applicant chiropractor, Dr. Debbie Brake-Patten was liable for
injuries that the respondent, Mr. Abraham Gallant suffered following chiropractic treatment he received from her.
The trial court found that the cervical manipulation done by Ms. Brake-Patten caused Mr. Gallant’s injury, that she
was negligent in failing to obtain Mr. Gallant’s informed consent to her treatment and that Mr. Gallant would not have
consented to the treatment had he been properly informed of its risks. Damages were awarded to Mr. Gallant. The
expert opinion evidence of Dr. Stewart was deemed admissible.
The Court of Appeal dismissed the appeal.
- 1634 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 4, 2010
Supreme Court of Newfoundland & Labrador, Trial
Division
(Harrington J.)
2010 NLTD 1
Ms. Brake-Patten found to be liable to Mr. Gallant in
negligence; damages awarded.
April 9, 2012
Supreme Court of Newfoundland and Labrador, Court of
Appeal
(Green C.J.N.L and White and Hoegg JJ.A.)
2012 NLCA 23
Appeal dismissed.
June 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle ― Négligence ― Responsabilité ― Procès civil ― Preuve ― Preuve d'expert ― Un parti
pris, une prédisposition et un manque d'impartialité et de neutralité ont-ils une incidence sur les qualifications de
l'expert de présenter une preuve en vue de son admission et de sa considération par le tribunal ou bien ces questions se
rapportent-elles plutôt au poids à donner à cette preuve? ― L'admission ou la considération de la preuve présentée par
un témoin expert qui a un parti pris, qui est prédisposé et qui manque d'impartialité et de neutralité constitue -t-elle une
erreur manifeste et dominante? ― Les erreurs de fait commises par le juge du procès équiv alent-elles à une erreur
manifeste et dominante lorsque les erreurs en question ont fait partie du raisonnement suivi par le juge pour statuer sur
la principale question en litige au procès?
La principale question en litige dont étaient saisies les juridictions inférieures était de savoir si la chiropraticienne
demanderesse, la docteure Debbie Brake-Patten, était responsable des blessures que l'intimé, M. Abraham Gallant, a
subies à la suite d'un traitement de chiropractie qu'il avait reçu d’elle.
Le tribunal de première instance a conclu que la manipulation cervicale effectuée par Mme Brake-Patten avait causé la
blessure de M. Gallant, qu'elle avait été négligente en n’obtenant pas le consentement éclairé de M. Gallant à son
traitement et que M. Gallant n’aurait pas consenti au traitement s'il avait été dûment informé de ses risques. Des
dommages-intérêts ont été accordés à M. Gallant. La preuve d'expert du docteur Stewart a été jugée admissible.
La Cour d'appel a rejeté l'appel.
4 janvier 2010
Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, Section de
première instance
(Juge Harrington)
2010 NLTD 1
Madame Brake-Patten jugée responsable de négligence
à l'égard de M. Gallant; dommages-intérêts accordés.
9 avril 2012
Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador, Cour d'appel
(Juge en chef Green, juges White et Hoegg)
2012 NLCA 23
Appel rejeté.
- 1635 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
34862
Her Majesty the Queen v. Steven Gerald Gareau (N.S.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CAC
237588, 2012 NSCA 41, dated April 25, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CAC
237588, 2012 NSCA 41, daté du 25 avril 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal Law — Charge to Jury — Whether convictions for first degree murder and conspiracy to commit murder
should have been set aside on appeal due to an error in the charge to the jury regarding the use of evidence of prior
convictions of co-conspirators — Whether Court of Appeal erred by failing to review jury charge as a whole and from
a functional approach when it found one sentence was fatal to the whole charge — Whether jury would have been
misled by error in jury charge.
The respondent was convicted by a jury of conspiracy to commit murder and first degree murder. The respondent was
a street level drug dealer who occasionally sold drugs to the victim. His alleged co -conspirators enlisted him to lead
them to the victim. The applicant admitted that he participated in the conspiracy but denied knowledge of any intent
to commit a murder. He claimed that he thought his co-conspirators intended only to sell drugs to the victim. Defence
counsel led evidence at trial that three of the co-conspirators had been found guilty of conspiring to commit the
murder. The trial judge instructed the jury not to use the co-conspirators’ convictions as evidence against the
respondent or as proof of his intent to commit the offence of conspiracy to murder or the offence of aiding or abetting
the murder. The trial judge then also stated: “However, you may consider this evidence in assessing the knowledge
and intention of Steven Gareau.” The Court of Appeal held that this sentence was an error that was fatal to the
convictions and that could not be cured by the curative proviso, therefore an order for a new trial was warranted.
June 26, 2003
Supreme Court of Nova Scotia,
Trial Division
Convictions by jury for first degree murder and
conspiracy to commit murder
April 25, 2012
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald, Fichaud, Farrar JJ.A.)
2012 NSCA 41; CAC 237588
Appeal allowed, new trial ordered
June 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1636 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Exposé au jury — La déclaration de culpabilité de meurtre au premier degré et de complot en vue de
commettre un meurtre aurait-elle dû être annulée en appel en raison d'une erreur dans l'exposé au jury relativement à
l'utilisation de la preuve de condamnations antérieures de coconspirateurs? — La Cour d'appel a-t-elle eu tort de ne
pas avoir examiné l'exposé au jury dans son ensemble et selon une approche fonctionnelle lorsqu'elle a conclu qu'une
seule phrase était fatale à l'accusation au complet? — Le jury aurait-il été trompé par l'erreur dans l'exposé qui lui a été
fait?
L'intimé a été déclaré coupable par un jury de complot en vue de commettre un meurtre et de meurtre au premier
degré. L'intimé était un trafiquant de drogue de la rue qui vendait occasionnellement de la drogue à la victime. Ses
présumés coconspirateurs l'avaient recruté pour qu'il les mène à la victime. Le demandeur a admis avoir participé au
complot, mais à nié avoir eu connaissance de toute intention de commettre un meurtre. Il a allégué avoir cru que ses
coconspirateurs avaient simplement voulu vendre de la drogue à la victime. L'avocat de la défense a présenté une
preuve au procès selon laquelle trois des coconspirateurs avaient été déclarés coupables de complot en vue de
commettre le meurtre. Dans ses directives, le juge du procès a demandé au jury de ne pas utiliser les condamnations
des coconspirateurs comme preuve contre l'intimé ou comme preuve de son intention de commettre l'infraction de
complot en vue de commettre un meurtre ou de l'infraction d'avoir aidé ou encouragé la perpétra tion du meurtre. Le
juge du procès a alors ajouté : [T RADUCT ION] « Cependant, vous pouvez prendre en compte cette preuve dans votre
appréciation de la connaissance et de l'intention de Steven Gareau. » La Cour d'appel a statué que cette phrase était
une erreur qui était fatale aux déclarations de culpabilité et qu'elle ne pouvait être rectifiée par la disposition
réparatrice, si bien qu’une ordonnance de nouveau procès s’imposait.
26 juin 2003
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse,
Section de première instance
Déclaration de culpabilité par un jury de meurtre au
premier degré et de complot en vue de commettre un
meurtre
25 avril 2012
Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges MacDonald, Fichaud et Farrar)
2012 NSCA 41; CAC 237588
Appel accueilli, nouveau procès ordonné
7 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34864
Mohamed C.Z. Khan v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -158-11,
dated April 10, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -158-11, daté du 10 avril
2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Appeal dismissed as constituting an abuse of process — Whether the Court of Appeal erred in
dismissing the appeal?
- 1637 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Mr. Khan filed a statement of claim in the Federal Court, seeking $27.7 million against the respondent. The claim
alleged “wrongful criminal E.I. ‘double-dipping’ fraud prosecution”, defamation and discrimination.
The respondent filed a motion to strike out the claim on the ground that it was res judicata and was an abuse of
process. The Federal Court granted the respondent’s motion. Mr. Khan filed a notice of appeal. Since the parties
could not agree on the contents of the appeal book, the court issu ed an order determining that content. Subsequently,
the respondent filed a motion to strike the claim. The Court of appeal granted the motion. It noted that Mr. Khan had
not complied with the court’s order and that the motion record clearly showed that t he claim was abusive. The Court
of Appeal refused to reconsider its decision.
November 22, 2011
Federal Court of Appeal
(Noël, Nadon and Stratas JJ.A.)
A-158-11
Appeal from a decision of the Federal Court
(February 1, 2011; Mosely J.) dismissed
April 10, 2012
Federal Court of Appeal
(Noël, Nadon and Stratas JJ.A.)
A-158-11
Motion for reconsideration dismissed
June 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Appel rejeté comme constituant un abus de procédure — La Cour d’appel a-t-elle eu tort de rejeter
l’appel?
Monsieur Khan a déposé une déclaration en Cour fédérale, cherchant à obtenir la somme de 27,7 millions de dollars
contre l’intimée. La déclaration renfermait des allégations de [T RADUCT ION] « poursuite criminelle illégale pour fraude
sous forme de cumul d’avantages de l’assurance-emploi », diffamation et discrimination.
L’intimée a déposé une requête en radiation de la demande pour cause de chose jugée et d’a bus de procédure. La
Cour fédérale a accueilli la requête de l’intimée. Monsieur Khan a déposé un avis d’appel. Puisque les parties ne
pouvaient s’entendre sur le contenu du dossier d’appel, la Cour a rendu une ordonnance déterminant ce contenu. Par
la suite, l’intimée a déposé une requête en radiation de la demande. La Cour d’appel a accueilli la requête. Elle a noté
que M. Khan ne s’était pas conformé à l’ordonnance de la Cour et que le dossier de la requête montrait clairement que
la demande était abusive. La Cour d’appel a refusé de réexaminer sa décision.
Appel d’une décision de la Cour fédérale (1er février
2011; juge Mosely), rejeté
22 novembre 2011
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Nadon et Stratas)
A-158-11
- 1638 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
10 avril 2012
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Nadon et Stratas)
A-158-11
Requête en réexamen, rejetée
7 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34866
Dexter Boyce v. Toronto Police Services Board, Donald Hebert, Aaron Rodrigues, Donavan
Smith, Anne-Marie Garisto, Mark McCullagh and various John Does, John Feeney, Thomas
Findlay, Kamaljeet Kang and Jeffrey Martin (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The motion for an extension of time to serve and file an application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53787, 2012 ONCA
230, dated April 5, 2012, is dismissed with costs to the respondents Toronto Police Services Board, Donald Hebert,
Aaron Rodrigues, Donavan Smith, Anne-Marie Garisto, Mark McCullagh and various John Does.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueille. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53787, 2012
ONCA 230, daté du 5 avril 2012, est rejetée avec dépens en faveur des intimés Commission de services policiers de
Toronto, Donald Hebert, Aaron Rodrigues, Donavan Smith, Anne-Marie Garisto, Mark McCullagh et divers Pierre
Untel.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Limitation period — Civil action begun more than 4½ years after assault alleged to have occurred
— Whether the applicant’s action is barred by operation of the Limitations Act, 2002, S.O. 2002, c. 24, Sched. B —
Whether ss. 4 and 5 of the Act operate in violation of the applicant’s rights guaranteed under the Canadian Charter of
Rights and Freedoms.
The applicant, Mr. Boyce, filed a statement of claim against the respondents on April 16, 2009. In it he alleges that on
September 30, 2004, after he entered a guilty plea to a charge of failure to comply with a recognizance and while he
was being held in a cell, a number of the individual respondents assaulted him, causing him personal injury.
Mr. Boyce was taken to hospital where he remained for one week. He remained under a doctor’s care until
November 19, 2004. He claimed damages for assault and battery and for breach of his rights under the Charter. The
respondents filed a motion for summary dismissal, opposing the claim on the ground that the action was statute -barred
because it had been commenced more than 2 years after the cause of action arose. Mr. Boyce claimed, in response,
that the Limitations Act, 2002 did not apply because he was seeking a remedy under the Charter.
Respondent’s motion for summary dismissal allowed.
January 5 and May 4, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Low J.)
2011 ONSC 53 and 2011 ONSC 2793
- 1639 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 5, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, LaForme JJ.A and Turnbull J. (ad hoc))
2012 ONCA 230
Appeal dismissed.
June 12, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to serve and file an
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Prescription — Action au civil intentée plus de quatre ans et demi après l’agression présumée —
L’action du demandeur est-elle prescrite en application de la Loi de 2002 sur la prescription des actions, L.O. 2002,
ch. 24, annexe B — Les art. 4 et 5 de la loi s’appliquent-ils en violation des droits du demandeur garantis par la Charte
canadienne des droits et libertés?
Le demandeur, M. Boyce, a déposé une déclaration contre les intimés le 16 avril 2009. Il y allègue que le
30 septembre 2004, après qu’il a inscrit un plaidoyer de culpabilité sous une accusation d’avoir manqué à un
engagement et pendant qu’il était détenu dans une cellule, certains intimés l’avaient agressé, lui causant des bless ures
corporelles. Monsieur Boyce a été transporté à l’hôpital où il est demeuré pendant une semaine. Il est demeuré sous
le soin d’un médecin jusqu’au 19 novembre 2004. Il a demandé des dommages -intérêts pour voies de fait et batterie et
pour atteinte à ses droits garantis par la Charte. Les intimés ont déposé une motion en rejet sommaire, s’opposant à la
demande au motif que l’action était prescrite, puisqu’elle avait intentée plus de deux ans après la survenance de la
cause d’action. En réponse, M. Boyce a allégué que la Loi de 2002 sur la prescription des actions ne s’appliquait pas
parce qu’il sollicitait une réparation fondée sur la Charte.
5 janvier et 4 mai 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Low)
2011 ONSC 53 et 2011 ONSC 2793
Motion de l’intimée en rejet sommaire, accueillie.
5 avril 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Doherty, LaForme et Turnbull (ad hoc))
2012 ONCA 230
Appel rejeté.
12 juin 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt d’une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel, déposées.
34873
Teva Canada Limited v. Nycomed Canada Inc., Nycomed GMBH and Nycomed International
Management GMBH (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
- 1640 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -401-11,
2012 FCA 129, dated April 25, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-401-11, 2012 CAF 129,
daté du 25 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Intellectual property — Patents — Medicines — Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations, SOR
93/-133 — Section 8 damages — Whether a technical, acontextual interpretation of the word “suffered” in the phrase
“the first person is liable to the second person for any loss suffered during the period” should be adopted, even though
it upsets the careful balance struck by the Governor in Council in section 8 of the Regulations and is inconsistent with
the Legislature’s sovereign intent? — Whether the test in Hunt v. Carey Canada Inc., [1990] 2 S.C.R. 959, should be
diluted — Whether it can be reasonably asserted that it is “plain and obvious” that the claims struck out in this case
cannot succeed — Whether the applicant Teva should be deprived of its right to a determination of this issue at trial.
The applicant, Teva, filed an action against the responden ts under s. 8 of the Patented Medicines (Notice of
Compliance) Regulations, SOR/93-133, seeking compensation for all losses, damages and harm caused by them in
delaying the issuance of a notice of compliance for its 20 mg and 40 mg pantoprazole tablets. The respondents moved
to strike all pleadings in relation to Teva’s claims for damages incurred outside the period of liability defined in
s. 8(1)(a) of the Regulations. The motion was granted and the portions of Teva’s statement of claim relating to
permanent loss of market share and damages suffered outside the prescribed liability period were struck. Teva
appealed unsuccessfully to the Federal Court and, subsequently, to the Federal Court of Appeal. The Federal Court of
Appeal held that it was plain and obvious that Teva’s claims for losses suffered outside the prescribed period could not
succeed.
August 25, 2011
Federal Court
(Prothonotary Mikczynski)
Portions of applicant’s Statement of Claim struck
October 18, 2011
Federal Court
(Beaudry J.)
Appeal dismissed
April 25, 2012
Federal Court of Appeal
(Evans, Dawson and Stratas JJ.A.)
2012 FCA 129
Appeal dismissed
June 15, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to expedite and application for leave to appeal
filed
July 31, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to expedite dismissed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Propriété intellectuelle — Brevets — Médicaments — Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité) ,
- 1641 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
DORS 93/-133 — Dommages-intérêts en vertu de l'art. 8 — Y a-t-il lieu d'adopter une interprétation technique,
indépendante du contexte, du mot « subie » dans la phrase « la première personne est responsable envers la seconde
personne de toute perte subie au cours de la période », même si une telle interprétation rompt l'équilibre
soigneusement recherché par le gouverneur en conseil à l'article 8 du Règlement et même si elle est incompatible avec
l'intention souveraine du législateur? — Le critère établi dans l'arrêt Hunt c. Carey Canada Inc., [1990] 2 R.C.S. 959,
devrait-il être assoupli? — Peut-on raisonnablement affirmer qu'il est « manifeste et évident » que les réclamations
radiées en l'espèce ne peuvent être admises? — La demanderesse Teva devrait-elle être privée de son droit à ce qu’il
soit statué sur cette question au terme d'un procès?
La demanderesse, Teva, a intenté une action contre les intimées en vertu de l'art. 8 du Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité), DORS 93/-133, pour se faire indemniser de tous les pertes, dommages et préjudices
qu’elles lui ont causés en retardant la délivrance d'un avis de conformité relativement à ses comprimés de pantoprazole
de 20 mg et 40 mg. Les intimées ont demandé par requête la radiation de tous les actes de procédure en lien avec les
réclamations de Teva se rapportant aux pertes, dommages et préjudices subis en dehors de la période de responsabilité
définie à l’al. 8(1)a) du Règlement. La requête a été accueillie et certains passages de la déclaration de Teva se
rapportant à la perte permanente de part de marché et aux dommages subis en dehors de la période de responsabilité
prescrite ont été radiés. Teva a interjeté appel à la Cour fédérale, puis à la Cour d'appel fédérale et a été déboutée dans
les deux cas. La Cour d'appel fédérale a statué qu’il était manifeste et évident que la réclamation de Teva pour pertes
subies en dehors de la période prescrite ne pouvait être admise.
25 août 2011
Cour fédérale
(Protonotaire Mikczynski)
Radiation de certains passages de la déclaration de la
demanderesse
18 octobre 2011
Cour fédérale
(Juge Beaudry)
Appel rejeté
25 avril 2012
Cour d'appel fédérale
(Juges Evans, Dawson et Stratas)
2012 FCA 129
Appel rejeté
15 juin 2012
Cour suprême du Canada
Requête pour accélérer la demande d’autorisation
d’appel et demande d'autorisation d'appel, déposées
31 juillet 2012
Cour suprême du Canada
Requête pour accélérer la demande d’autorisation
d’appel, rejetée
34886
Murray Schneider and Murray Schneider carrying on business under the firm name and
style of Fort Chiropractic Centre v. Ireneusz Eric Malinowski (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
- 1642 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1103-0142-A C, 2012 ABCA 125, dated April 27, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 11030142-AC, 2012 ABCA 125, daté du 27 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts — Negligence — Informed consent — Standard of Care — What possibilities of risks give rise to an obligation
on non-physician medical practitioners such as a chiropractor to inform and disclose to patients a risk of harm arising
from treatment — Whether trial judges can select a standard of care for particular injuries that is not based on a
professional body of opinion.
In 2002, the respondent injured his back pulling heavy cable while workin g as an apprentice electrician. The next day,
he was unable to resume work and was taken by his employer to the applicant’s chiropractic clinic. The applicant
diagnosed a sacroiliac joint sprain with a differential diagnosis of injury to a lumbar intervertebral disc. The applicant
performed spinal manipulation therapy. The next day the respondent returned without improvement. After an
interactive reassessment, the applicant performed a second chiropractic adjustment . Two days later the respondent
experienced numbness in his saddle area and could not feel his legs. He was taken to the hospital by ambulance and
was diagnosed with cauda equine syndrome, a rare neurological condition. Although intervertebral disc injury was
mentioned in a consent form signed by the respondent and mentioned in discussions with the respondent, the risk of
CES was not disclosed. After emergency surgery, the respondent suffers permanent impairment to his lower body
functions, chronic pain, periodic bladder and bowel incontinence, and partial sexual dysfunction, leg weakness, failed
back syndrome, lower back stiffness and spasms. He has not worked since September 27, 2002.
November 24, 2010
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Shelley J.)
2010 ABQB 734
Respondent’s action in negligence allowed, Damages
of $1,328,203.33 awarded
April 27, 2012
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Berger, Paperny, Rowbotham JJ.A.)
2012 ABCA 125; 1103-0142-AC
Appeal dismissed
June 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité civile — Négligence — Consentement éclairé — Norme de diligence — Quelles possibilités de risques
ont pour effet d’imposer aux professionnels de la santé autres que les médecins, par exemple les chiropraticiens,
l’obligation d'informer les patients du risque de préjudice que pose un traitement? — Les juges de première instance
peuvent-ils choisir une norme de diligence applicable à des préjudices en particulier et qui n’est pas fondée sur un
courant d’opinion de professionnels?
En 2002, l'intimé s'est blessé au dos en tirant un câble lourd alors qu'il travaillait comme apprenti électricien. Le
lendemain, il a été incapable de reprendre le travail et son employeur l’a conduit à la clinique de chiropractie du
- 1643 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
demandeur. Le demandeur a diagnostiqué une entorse de l'articulation sacro -iliaque avec un diagnostic différentiel de
blessure à un disque intervertébral lombaire. Le demandeur a administré une thérapie de manipulation vertébrale. Le
jour suivant, l'intimé est retourné le voir sans amélioration. À la suite d'une réévaluation interactive, le demandeur a
effectué un deuxième ajustement chiropratique. Deux jours plus tard, l'intimé a ressenti un engourdissement au niveau
de la selle et il n'avait plus de sensations aux jambes. Il a été conduit à l'hôpital en ambulance et on lui a diagnostiqué
le syndrome de la queue de cheval, une pathologie neurologique rare. Même si la blessure aux disques intervertébraux
avait été mentionnée dans le formulaire de consentement signé par l'intimé et mentionnée dans des discussions avec
l'intimé, le risque de SQC n'avait pas été évoqué. Après une chirurgie d'urgence, l'intimé souffre de déficience
permanente des fonctions du tronc inférieur, de douleurs ch roniques, d'incontinence vésicale et anale périodique, de
dysfonction sexuelle partielle, de faiblesse aux jambes, de séquelles du traitement chirurgical rachidien, de raideur
dans le bas du dos et de spasmes. Il ne travaille pas depuis le 27 septembre 2002.
24 novembre 2010
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge Shelley)
2010 ABQB 734
Action en négligence de l'intimé, accueillie,
dommages-intérêts de 1 328 203,33 $ accordés
27 avril 2012
Cour d'appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Berger, Paperny et Rowbotham)
2012 ABCA 125; 1103-0142-AC
Appel rejeté
25 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34888
BCF S.E.N.C.R.L. v. Spirits International B.V. and Registrar of Trade-Marks (F.C.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -357-11,
2012 FCA 131, dated April 27, 2012, is dismissed with costs to the respondent Spirits International B.V.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -357-11, 2012 CAF 131,
daté du 27 avril 2012, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Spirits International B.V.
CASE SUMMARY
Intellectual property — Trade-marks — Expungement — Registrar of trade-marks expunging Respondent’s
trade-mark from the register under s. 45 of Trade-Marks Act, R.S.C. 1985, c. T-13 — What is the burden of proof to
be discharged by a registered trade-mark owner responding to a s. 45 notice issued by the Registrar? — Whether
deficiencies or ambiguities in the evidence submitted by a registered owner in support of its registration should be
resolved in favour of or against the registered owner — What is the scope of issues that may be determined in a s. 45
case? — Whether and when a reviewing court is required to apply a reasonableness versus a correctness standard of
appellate review to a Registrar’s decision under s. 45 in light of any new evidence submitted on appeal.
In June 2008, at the request of the Applicant, BCF S.E.N.C.R.L. (“BCF”), the Registrar of trade-marks gave notice to
the Respondent, Spirits International B.V. (“Spirits”), requiring it to show that its trade -mark for a brand of vodka had
- 1644 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
been used in Canada in the prior three years. In response, Spirits submitted an affidavit from one of its managers that
indicated that the company, defined in his affidavit as including Spirits and affiliated companies, had acquired the
trade-mark from a predecessor in relation to vodka sold in Canada and that it had sold vodka in Canada bearing the
trade-mark in the past three years. The Registrar concluded that Spirits had not provided sufficient evidence of control
to allow him to conclude that the sales of registered wares in association with the trade-mark by Spirits, or any of the
affiliated companies, would enure to Spirits’ benefit. He ordered that the trade -mark be expunged. Spirits appealed on
the basis that the Registrar erred in finding that the use of the trade-mark by Spirits or its licensee had not been shown.
In support of its appeal, Spirits submitted an additional affidavit that provided more information.
June 30, 2011
Federal Court
(Scott J.)
2011 FC 805
Respondent’s
dismissed
appeal
from
expungement
April 27, 2012
Federal Court of Appeal
(Evans, Sharlow and Dawson JJ.A.)
2012 FCA 131
Respondent’s appeal allowed
June 26, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
order
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Propriété intellectuelle — Marques de commerce — Radiation — Le registraire des marques de commerce a radié du
registre la marque de commerce de l'intimée en vertu de l'art. 45 de la Loi sur les marques de commerce, L.R.C. 1985,
ch. T-13 — Quel est le fardeau de la preuve dont doit s'acquitter le propriétaire d'une marque de commerce déposée en
réponse à un avis délivré par le registraire en application de l'art. 45? — Les déficiences ou les ambiguïtés dans la
preuve présentée par le propriétaire inscrit au soutien de son enregistrement doivent-elles être réglées en faveur ou
contre le propriétaire inscrit? — Quelle est la portée des questions qui peuvent être tranchées dans une affaire fondée
sur l'art. 45? — Une cour de révision est-elle tenue d'appliquer la norme de la révision en appel de la décision
raisonnable plutôt que la norme de la décision correcte à une décision du registraire en application de l'art. 45 à la
lumière de nouveaux éléments de preuve présentés en appel?
En juin 2008, à la demande de la demanderesse, BCF S.E.N.C.R.L. (« BCF »), le registraire des marques de commerce
a donné un avis à l'intimée, Spirits International B.V. (« Spirits »), lui enjoignant de montrer que sa marque de
commerce pour une marque de vodka avait été employée au Canada pendant les trois années précédentes. En réponse,
Spirits a présenté un affidavit d'un de ses directeurs qui indiquait que la compagnie, définie dans son affidavit comme
comprenant Spirits et ses sociétés affiliées, avait acquis la marque de commerce d'une société remplacée en liaison
avec de la vodka vendue au Canada et qu'elle avait vendu de la vodka au Canada portant la marque de commerce au
cours des trois dernières années. Le registraire a conclu que Spirits n’avait pas fourni suffisamment d’éléments de
preuve au sujet du contrôle pour lui permettre de conclure que les ventes des marchandises visées par l’enregistrement
en liaison avec la marque de commerce par Spirits, ou par l’une des sociétés affiliées, profiteraient à Spirits. Il a
ordonné la radiation de la marque de commerce. Spirits a interjeté appel, plaidant que le registraire avait eu tort de
conclure que l'emploi de la marque de commerce par Spirits ou sa licenciée n'avait pas été prouvée. Au soutien de s on
appel, Spirits a présenté un autre affidavit qui renfermait des renseignements supplémentaires.
- 1645 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
30 juin 2011
Cour fédérale
(Juge Scott)
2011 FC 805
Appel de l'ordonnance de radiation interjeté par
l'intimée, rejeté
27 avril 2012
Cour d'appel fédérale
(Juges Evans, Sharlow et Dawson)
2012 FCA 131
Appel de l'intimée, accueilli
26 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34893
Ordre des chimistes du Québec c. Biomedco Services Inc. et Drasko Pekovic (Qc) (Civile)
(Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Fish et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004863-112, 2012 QCCA 785, daté du 30 avril 2012, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-10-004863-112, 2012 QCCA 785, dated April 30, 2012, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Legislation – Interpretation – Professional Chemists Act, R.S.Q., c. C-15, ss. 1(b), 1(b) in fine and 16 – Exception to
exclusive right to practise professional chemistry in case of execution of chemical or physical tests based on known
methods to determine quality of product or to control manufacturing process – Whether Court of Appeal erred in
deciding solely on basis of interpretation sub-rules, namely principle for interpreting exception and principle of
exception for statute creating monopoly over exercise of profession, and in completely avoiding modern approach to
interpretation set out in Bell ExpressVu Limited Partnership v. Rex, [2002] 2 S.C.R. 559, 2002 SCC 42 – Whether
Court of Appeal erred in holding that exception to field of exclusive practice for members of regulated profession
must be interpreted broadly and liberally.
The applicant laid charges for unlawful practice of the profession of chemist against the respondents, Drasko Pekovic,
a Ph.D. in microbiology, and Biomedco Services Inc., a company of which Mr. Pekovic was the majority shareholder.
As part of the services they offered, the respondents were paid to test the water quality of public pools. Charges were
laid against them on the ground that they had engaged in activities reserved for members of the Ordre des chimistes
(“the Order”) under the Professional Chemists Act, R.S.Q., c. C-15. Neither Mr. Pekovic nor his employees were
members of the Order, and the respondents were not part of the categories of professionals for whom the Act made an
exception for the performance of certain activities normally reserved for members o f the Order.
April 28, 2010
Court of Québec
(Judge Boyer)
No. 500-61-228002-078
No. 500-61-228003-076
Respondents acquitted of charges relating to unlawful
practice of profession
- 1646 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 17, 2011
Quebec Superior Court
(Charbonneau J.)
2011 QCCS 105
No. 500-36-005439-107
No. 500-61-228002-078
No. 500-61-228003-076
Appeal allowed; respondents convicted of charges
relating to unlawful practice of profession; judgment
corrected on February 15, 2011 as regards amount of
fines payable on each count
April 30, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Hilton, Bouchard and Fournier JJ.A.)
2012 QCCA 785
No. 500-10-004863-112
Appeal allowed; verdicts of acquittal restored
June 29, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Législation — Interprétation — Loi sur les chimistes professionnels, L.R.Q., c. C-15, art. 1(b), art. 1(b) in fine et
art. 16 — Exception au droit exclusif d’exercice de la chimie professionnelle en cas d’exécution d’essais chimiques ou
physiques basés sur des méthodes connues dans le but de déterminer la qualité d’un produit ou de suivre un procédé de
fabrication — La Cour d’appel a-t-elle erré en statuant uniquement sur la base de règles d’interprétation secondaires, à
savoir le principe d’interprétation d’une exception et le principe d’exception d’une loi créant un monopole d’exercice
professionnel, et en éludant complètement la méthode moderne d’interprétation énoncée dans Bell ExpressVu Limited
Partnership c. Rex, [2002] 2 R.C.S. 559, 2002 CSC 42? — La Cour d’appel a-t-elle erré en statuant qu’une exception
au champ d’exercice exclusif aux membres d’une profession règlementée doit être interprétée de façon large et
libérale?
Le demandeur a porté des accusations d’exercice illégal de la profession de chimiste à l’encontre des intimés, à savoir
Drasko Pekovic, lequel est docteur en microbiologie, et la société Biomedco Services Inc. dont M. Pekovic est
l’actionnaire majoritaire. Dans le cadre des services qu’ils offrent, les intimés ont entre autres réalisé des analyses
rémunérées sur la qualité de l’eau de piscines publiques et des chefs d’accusation ont été porté s contre eux au motif
qu’ils se seraient livrés à des activités réservées aux membres de l’Ordre des chimistes en vertu de la Loi sur les
chimistes professionnels, L.R.Q., c. C-15. Ni M. Pekovic ni ses employés ne sont membres de l’Ordre des chimistes
du Québec, et les intimés ne font pas partie des catégories de professionnels à l’égard desquels la Loi prévoit une
exception relative à l’exercice de certaines activités normalement réservées aux membres de l’Ordre des chimistes.
Acquittement des intimés de chefs d’accusation relatifs
à l’exercice illégal de la profession.
Le 28 avril 2010
Cour du Québec
(Le juge Boyer)
No. 500-61-228002-078
No. 500-61-228003-076
- 1647 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 17 janvier 2011
Cour supérieure du Québec
(La juge Charbonneau)
2011 QCCS 105
No. 500-36-005439-107
No. 500-61-228002-078
No. 500-61-228003-076
Appel accueilli; intimés condamnés conformément aux
chefs d’accusation relatifs à l’exercice illégal de la
profession; jugement rectifié le 15 février 2011 quant
aux montants des amendes payables pour chacun des
chefs d’accusation.
Le 30 avril 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les jutes Hilton, Bouchard et Fournier)
2012 QCCA 785
No. 500-10-004863-112
Appel accueilli; verdicts d’acquittement rétabli.
Le 29 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34905
Amec Americas Limited, dba: AMEC Earth & Environmental, a body corporate v. Lee
MacWilliams (N.B.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Cromwell and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of New Brunswick, Number
143-11-CA, 2012 NBCA 46, dated May 17, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Nouveau -Brunswick, numéro 143-11CA, 2012 NBCA 46, daté du 17 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Employment law — Unjust dismissal — Whether the Court of Appeal erred in determining that the employer bore the
burden of establishing what the employee earned in mitigation during the reasonable notice period — Whether the
Court of Appeal erred in not finding that the employee failed to meet his “duty” to mitigate — Whether the Court of
Appeal erred in finding that the failure to give notice of termination was a breach of the contract of employme nt for
which damages could flow — Whether the Court of Appeal erred in finding that pleadings were a sufficient
replacement for evidence at trial with respect to liability or the quantum of loss claimed.
The Applicant, AMEC Americas Limited, doing business as AMEC Earth and Environmental (“AMEC”) is in the
business of engineering and product management. The Respondent, MacWilliams commenced full-time employment
with AMEC in 1991 and was hired for an indefinite term. On February 15, 2010, AMEC dismissed MacWilliams
from his employment as Head of Client Services at its Fredericton office. He was 42 years old. AMEC’s termination
letter did not allege just cause. AMEC paid 4 weeks’ salary pursuant to the Employment Standard Act, S.N.B. 1982,
c. E-7.2. It also offered to settle MacWilliams’ potential claim by paying his salary for a maximum of 12 months.
The offer was subject to the condition that AMEC would only pay 50% of full salary if and when MacWilliams
entered into any employment commitment, regardless of its actual terms and conditions. MacWilliams did not accept
this offer to settle. Between February 15, 2010 and April 1, 2010, AMEC continued to pay MacWilliams’ base salary,
as well as RRSP contributions and health and dental coverage. On April 1, 2010, AMEC made a second settlement
offer. AMEC would continue to pay MacWilliams’ salary for 16 months but the payout would be reduced to 30%
- 1648 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
should he secure an employment commitment regardless of its actual terms and conditions. MacWilliams rejec ted this
offer of settlement. AMEC continued to pay MacWilliams’ base salary, RRSP contributions and health and dental
coverage until May 6, 2010. On this date, AMEC renewed the second settlement offer and informed MacWilliams
that unless he accepted this offer, his employment benefits would cease the next day. MacWilliams rejected this final
offer of settlement and AMEC terminated his employment benefits on May 7, 2010.
On October 4, 2010, MacWilliams was granted summary judgment with respect to the is sue of whether he was
dismissed without notice. AMEC’s defence that MacWilliams had failed to accept an offer to settle and by doing so
failed to mitigate and was therefore not entitled to relief was not accepted. At trial, MacWilliams was found to be
entitled to 20 months notice. AMEC was directed to pay MacWilliams all amounts to which he would have been
entitled during that period. AMEC’s appeal was allowed but only for the limited purpose of assessing MacWilliams’
damages.
October 3, 2011
Court of Queen’s Bench of New Brunswick
(Garnett J.)
2011 NBQB 272
Respondent entitled to 20 months notice
May 17, 2012
Court of Appeal of New Brunswick
(Drapeau C.J. and Quigg and Green JJ.A.)
2012 NBCA 46; 143-11-CA
Appeal allowed solely for the purpose of assessing
damages
July 26, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de l’emploi — Congédiement injustifié — La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que l’employeur avait le
fardeau d’établir ce que l’employé avait gagné en atténuation pendant le délai de préavis raisonnable? — La Cour
d’appel a-t-elle eu tort de ne pas conclure que l’employé avait manqué à son « obligation » d’atténuer ses pertes? —
La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que l’omission de donner un préavis de cessation d’emploi était une
violation du contrat d’emploi qui pouvait donner droit à des dommages -intérêts? — La Cour d’appel a-t-elle eu tort de
conclure que les actes de procédure pouvaient tenir lieu de preuve au procès en ce qui a trait à la responsabilité ou au
montant de la perte alléguée?
La demanderesse, AMEC Amériques Limitée, faisant affaire sous le nom d’AMEC Earth & Environmental
(« AMEC »), est un fournisseur de services d’ingénierie et de g estion de projets. L’intimé, M. MacWilliams a
commencé à travailler à temps plein à AMEC en 1991 et il avait été engagé pour une durée indéterminée. Le
15 février 2010, AMEC a congédié M. MacWilliams de son poste de directeur des services à la clientèle au bureau de
Fredericton. Il était âgé de quarante-deux ans. La lettre de cessation d’emploi d’AMEC n’invoquait aucun motif
valable de congédiement. AMEC lui a versé quatre semaines de salaire conformément à la Loi sur les normes
d’emploi, L.N.-B. 1982, ch. E-7.2. Elle a également offert de régler à l’amiable toute demande éventuelle de
M. MacWilliams en lui versant son traitement pour une période maximale de douze mois. L’offre était accompagnée
de la condition selon laquelle AMEC ne verserait que la moitié du salaire intégral dès lors que M. MacWilliams
s’obligerait par voie d’engagement professionnel ou de contrat d’emploi, quelles qu’en soit les clauses et conditions.
Monsieur MacWilliams n’a pas accepté cette offre de règlement. Entre le 15 février et le 1er avril 2010, AMEC a
continué à verser à M. MacWilliams son traitement de base et à payer les cotisations au REER et les primes
d’assurance-maladie et d’assurance dentaire. Le 1er avril 2010, AMEC a fait une deuxième offre de règlement
- 1649 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
amiable. AMEC continuerait à verser son salaire à M. MacWilliams pendant seize mois, mais le paiement serait
ramené à 30 % pour le cas où il s’obligerait par voie d’engagement professionnel ou de contrat d’emploi, quelles
qu’en soit les clauses et conditions. Monsieur MacWilliams a rejeté cette offre de règlement. AMEC a continué à
verser à M. MacWilliams son traitement de base et à payer ses cotisations au REER et ses primes d’assurance -maladie
et d’assurance dentaire jusqu’au 6 mai 2010. À cette date, AMEC a réitéré la deuxième offre de règlement amiable et
a informé M. MacWilliams qu’à moins qu’il n’accepte cette offre, les avantages liés à son emploi prendraient fin le
lendemain. Monsieur MacWilliams a rejeté cette offre de règlement finale et AMEC a mis fin au x avantages liés à son
emploi le 7 mai 2010.
Le 4 octobre 2010, M. MacWilliams s’est vu accorder un jugement sommaire relativement à la question de savoir s’il
avait été congédié sans préavis. Le tribunal a rejeté la défense d’AMEC selon laquelle M. MacWilliams avait omis
d’accepter une offre de règlement amiable et ce faisant, il avait omis d’atténuer ses pertes, si bien qu’il n’avait pas
droit à une réparation. Au procès, le tribunal a conclu que M. MacWilliams avait droit à un préavis de vingt mois. Le
tribunal a ordonné à AMEC de payer à M. MacWilliams tous les montants auxquels il aurait eu droit pendant cette
période. L’appel d’AMEC a été accueilli, mais à seule fin d’évaluer les dommages -intérêts de M. MacWilliams.
3 octobre 2011
Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick
(Juge Garnett)
2011 NBQB 272
L'intimé a le droit à un préavis de vingt mois
17 mai 2012
Cour d'appel du Nouveau-Brunswick
(Juge en chef Drapeau, juges Quigg et Green)
2012 NBCA 46; 143-11-CA
Appel accueilli à
dommages-intérêts
26 juillet 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
seule
fin
d’évaluer
les
34921
Diane Bouchard c. Réjean Lebel, ès qualités de syndic adjoint et Comité de discipline de
l'organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec (Qc) (Civile)
(Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête visant à accélérer la procédure de demande d’autorisation d’appel est rejetée. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-022259-113, 2012 QCCA
1061, daté du 8 juin 2012, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé Réjean Lebel, ès qualités de syndic adjoint.
The motion to expedite the application for leave to appeal is dismissed. The application for leave to appeal
from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-022259-113, 2012 QCCA 1061,
dated June 8, 2012, is dismissed with costs to the respondent Réjean Lebel, ès qualités de syndic adjoint.
CASE SUMMARY
Law of professions — Real estate brokerage — Discipline — Real estate agent acting on own behalf threatening to no
longer buy vendor’s property unless vendor reduced selling price — Agent found guilty of participating in act or
practice which could cause prejudice to public or profession — Whether Court of Appeal should have allowed appeal
— Rules of professional ethics of the Association des courtiers et agents immobiliers du Québec , R.R.Q., c. C-73.1,
- 1650 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
r. 5, s. 13.
A disciplinary complaint signed by the respondent syndic was brought against the applicant Ms. Bouchard, an
affiliated real estate agent. She was charged with committing an offence under ss. 1 and 13 of the Rules of
professional ethics by threatening to no longer purchase a vendor’s property unless the vendor reduced the selling
price, even though the promise to purchase and the counter-proposal had been accepted by the parties. Section 13 of
the Rules of professional ethics provides as follows: “A member shall not participate in any act or p ractice in real
estate matters which may . . . cause prejudice to the public or to the profession”. The discipline committee of the
Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec concluded from the evidence that, by refusing to
purchase as promised, Ms. Bouchard had sought to influence the price and had caused significant prejudice to the
vendors, who had been caught off guard and had had to agree to the price reduction. It found her guilty of
contravening s. 13, ordered that her real estate broker’s licence be suspended for 90 days and fined her $3,000.
Ms. Bouchard appealed the discipline committee’s decision but was unsuccessful. The Court of Québec dismissed the
appeal at the preliminary stage. The Court of Appeal dismissed the appe al on the ground that it was well established
in the case law that a broker could be held to certain standards of conduct when purchasing on his or her own behalf.
As well, Ms. Bouchard had not shown any errors in assessing the evidence that made the committee’s findings of fact
unreasonable. Moreover, it was open to the committee to conclude that Ms. Bouchard’s acts had adversely affected
the profession of broker.
November 24, 2011
Court of Québec
(Judge Lareau)
2011 QCCQ 15230
Motion to dismiss appeal allowed
June 8, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Doyon and Léger JJ.A.)
2012 QCCA 1061
Appeal dismissed
August 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des professions — Courtage immobilier — Discipline — Agent immobilier agissant pour lui-même menaçant de
ne plus acheter la propriété d’un vendeur s’il ne lui accorde pas une réduction du prix de vente — Agent trouvé
coupable d’avoir participé à un acte ou pratique qui peut porter préjudice au public ou à la profession — La Cour
d’appel aurait-elle dû accueillir l’appel? — Règles de déontologie de l’Association des courtiers et agents immobiliers
du Québec, R.R.Q., ch. C-73.1, r. 5, art. 13.
La demanderesse, Mme Bouchard, agent immobilier affilié, a fait l’objet d’une plainte disciplinaire signée par le
syndic intimé. Elle est accusée d’avoir commis une infraction prévue aux art. 1 et 13 des Règles de déontologie en
menaçant de ne plus acheter la propriété d’un vendeur s’il ne lui accordait pas une réduction du prix de vente, et ce,
alors que la promesse d’achat et la contre-proposition avaient été acceptées par les parties. L’article 13 des Règles de
déontologie prévoit que « Le membre ne doit participer à aucun acte ou pratique, en matière immobilière, qui puisse
[. . .] porter préjudice au public ou à la profession ». Le Comité de discipline de l’Organisme d’autoréglementation du
courtage immobilier du Québec retient de la preuve qu’en refusant d’acheter comme promis, Mme Bouchard a voulu
- 1651 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
influencer le prix et a causé un préjudice important aux vendeurs, qui ont été pris au dépourvu et ont dû consentir à la
réduction du prix. Il la déclare coupable d’avoir contrevenu à l’art. 13, ordonne la suspension de son permis de
courtier immobilier pour une période de 90 jours et lui impose une amende de 3 000 $.
Madame Bouchard porte le jugement du Comité de discipline en appel, mais en vain. La Cour du Québec rejette
l’appel au stade préliminaire, et la Cour d’appel rejette l’appel au motif qu’il est bien établi en jurisprudence qu’un
courtier peut être tenu à certaines normes de comportement lorsqu’il achète pour lui-même. De plus, Mme Bouchard
n’a pas démontré d’erreurs dans l’appréciation de la preuve rendant les conclusions factuelles du comité
déraisonnables. D’ailleurs, il était loisible au comité de conclure que les actes de Mme Bouchard nuisent à la
profession de courtier
Le 24 novembre 2011
Cour du Québec
(Le juge Lareau)
2011 QCCQ 15230
Requête en rejet d’appel accueillie
Le 8 juin 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Doyon et Léger)
2012 QCCA 1061
Appel rejeté
Le 7 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
34922
Marianne Martha Lush v. Douglas George Connell (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038826, 2012 BCCA 203, dated May 10, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA038826, 2012 BCCA 203, daté du 10 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts — Negligence — Medical malpractice — Jury dismissing applicant’s action against respondent for medical
negligence — Circumstances in which a trial judge may ask a jury to explain the reasons for finding a defendant
negligent — Extent to which policy reasons that preclude a judge from asking the jury to explain the reasons for its
verdict in a criminal trial apply in the civil context.
The applicant brought an action against the respondent interventional radiologist alleging medical negligence after she
was rendered paraplegic as a result of a procedure he had performed. The applicant alleged that the respondent was
negligent in various ways, including not using contrast solution during the procedure, using an inappropriate steroid
solution and proceeding on the date that he did, due to a cancellation in his schedule. The applicant’s action was
dismissed by a jury. The Court of Appeal upheld that decision.
- 1652 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 14, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Pearlman J.)
Report found to be admissible
January 26, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Pearlman J. sitting with a jury)
Applicant’s claim dismissed
May 10, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Prowse, Garson and Hinkson JJ.A.)
2012 BCCA 203
Appeal dismissed
August 8, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle — Négligence — Faute médicale — Le jury a rejeté l'action en faute médicale intentée par
la demanderesse contre l'intimé — Circonstances dans lesquelles un juge du procès peut demander à un jury
d'expliquer les motifs pour lesquels il a conclu à la négligence du défendeur — Mesure dans laquelle les raisons de
principe qui empêchent un juge de demander au jury d'expliquer les motifs de son verdict dans un proc ès criminel
s'appliquent dans le contexte civil.
La demanderesse a intenté une action contre l'intimé, un radiologiste d'intervention, alléguant la faute médicale après
qu'elle est devenue paraplégique à la suite d'une intervention qu'il avait effectuée . La demanderesse a allégué que
l'intimé avait été négligent de plusieurs façons, notamment parce qu'il n'avait pas utilisé une solution de contraste
pendant l'intervention, qu'il avait utilisé une solution de stéroïde inappropriée et qu'il avait procédé à son intervention à
la date en cause en raison d'une annulation de rendez-vous. L'action de la demanderesse a été rejetée par un jury. La
Cour d'appel a confirmé cette décision.
14 janvier 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Pearlman)
Rapport jugé admissible
26 janvier 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Pearlman siégeant avec un jury)
Action de la demanderesse, rejetée
10 mai 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Juges Prowse, Garson et Hinkson)
2012 BCCA 203
Appel rejeté
8 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1653 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34950
Sylvain Roger c. Linda Mercier, Gaston Drouin, Anita Rousseau, David Gosselin, JeanClaude Noël, Jacques Mercier et Claude Fournier (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accordée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09007120-105, 2012 QCCA 623, daté du 5 avril 2012, est rejetée avec dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-09007120-105, 2012 QCCA 623, dated April 5, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Contracts — Gaming and wagering — Group — Five persons participating in group that regularly purchased tickets at
convenience store — One participant moving and therefore replaced — Several million dollars won
contemporaneously — New participant informed of participation and win at same time — Ousted participant making
claim — Whether agreement to purchase lottery tickets among usual participants still in effect at time of win — Rules
governing such contract and whether rules complied with.
The applicant was part of a group that purchased lottery tickets at a convenience store in Lac -Etchemin. He moved to
Repentigny after his relationship with his spouse ended. However, he continued going to the former convenience store
occasionally to pay for the purchase of tickets, which he was in the habit of doing after the draws. His former spouse,
who had previously paid on his behalf, notified the manager of his departure. There was a disagreement concerning
the conversations that occurred in the days preceding a draw in which the group won more than $4 million. A new
participant chosen by the manager was notified of his participation and the win at the same time. The applicant argued
that he was still part of the group and claimed his share.
June 28, 2010
Quebec Superior Court
(Taschereau J.)
2010 QCCS 3456
Applicant’s claim dismissed
April 5, 2012
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Morin, Vézina and Fournier JJ.A.)
2012 QCCA 623
Appeal dismissed
September 4, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion to extend
time to serve and file application for leave to appeal
filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats — Jeu et pari — Groupe - Participation de cinq personnes à un groupe d’achat régulier de billets dans un
dépanneur — Déménagement d’un participant entraînant son remplacement — Gain de plusieurs millions concomitant
- 1654 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
— Nouveau participant informé de sa participation en même temps que du gain — Réclamation du participant évincé
— La convention d’achat de billets de loterie entre les participants habituels était -elle encore en vigueur lors du gain?
— Quelles sont les règles régissant un tel contrat et ont-elles été respectées?
Le demandeur participe à un groupe d’achat de billets de loterie dans un dépanneur de Lac -Etchemin. À la suite d’une
rupture de vie commune, il déménage à Repentigny. Il continue to utefois à se présenter à l’occasion à l’ancien
dépanneur pour régler l’achat des billets, qu’il a l’habitude de payer après les tirages. L’ex-conjointe, qui a déjà payé
à la place du demandeur, avise le gérant du départ de celui-ci. Il y a désaccord sur les conversations entourant les
jours précédant un tirage où le groupe rafle plus de 4 M$. Un nouveau participant, choisi par le gérant, est avisé de sa
participation en même temps que du gain. Le demandeur prétend faire encore partie du groupe et réclame sa part.
Le 28 juin 2010
Cour supérieure du Québec
(Le juge Taschereau)
2010 QCCS 3456
Rejet de la réclamation du demandeur.
Le 5 avril 2012
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Morin, Vézina et Fournier)
2012 QCCA 623
Rejet de l’appel.
Le 4 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d'autorisation d'appel et de la
requête en prorogation du délai pour la signifier et la
déposer.
- 1655 -
MOTIONS
REQUÊTES
24.10.2012
Before / Devant: KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Miscellaneous motion
Requête diverse
Attorney General of Canada
v. (34925)
Yuriy Kobzar (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the applicant for an order dispensing with service of the application for leave to appeal
upon the respondent and for an order appointing Mr. Joseph Di Luca and Ms. Erin Dann as amici curiae to assist the
Court by filing a response to the application for leave to appeal within 30 days of the date of this Court’s order and, if
leave to appeal is granted, to file a factum and make oral submissions at the hearing of the appeal;
THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
1)
The motion is granted.
2)
The Attorney General of Canada shall pay the disbursements of Mr. Di Luca and Ms. Dann as well as their
fees, at a rate of $200 per hour for Mr. Di Luca and $100 per hour for Ms. Dann.
3)
The response of the amici curiae to the application for leave to appeal shall be served and filed by November
21, 2012.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par le demandeur en vue d’être dispensé de signifier la demande
d’autorisation d’appel à l’intimé et de faire nommer M e Joseph Di Luca et M e Erin Dann comme amici curiae pour
qu’ils aident la Cour en déposant une réponse à la demande d’autorisation d’appel dans les 30 jours de la date de
l’ordonnance les nommant et, si la demande d’autorisatio n d’appel est accueillie, en déposant un mémoire et en
présentant une plaidoirie orale à l’audition de l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1)
La requête est accueillie.
2)
Le procureur général du Canada paiera les débours de M e Di Luca et de M e Dann et leur versera des honoraires
au taux de 200 $ l’heure pour M e Di Luca et de 100 $ l’heure pour M e Dann.
3)
La réponse des amici curiae à la demande d’autorisation d’appel sera signifiée et déposée au plus tard le 21
novembre 2012.
- 1656 -
MOTIONS
REQUÊTES
25.10.2012
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
United Nations High
Commissioner for Refugees;
Amnesty International;
Canadian Centre for International
Justice and International Human
Rights Program at the University
of Toronto Faculty of Law;
Canadian Council for Refugees;
Canadian Civil Liberties
Association;
Canadian Association of Refugee
Lawyers
IN / DANS :
Rachidi Ekanza Ezokola
v. (34470)
Minister of Citizenship
Immigration (F.C.)
and
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the United Nations High Commissioner for Refugees, Amnesty International, the
Canadian Centre for International Justice and International Human Rights Program at the University of Toronto Faculty
of Law, the Canadian Council for Refugees, the Canadian Civil Liberties Association and the Canadian Association of
Refugee Lawyers for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the United Nations High Commissioner for Refugees, Amnesty International, the
Canadian Centre for International Justice and International Human Rights Program at the University of Toronto Faculty
of Law, the Canadian Council for Refugees, the Canadian Civil Liberties Association and the Canadian Association of
Refugee Lawyers are granted and the said six groups of interveners shall be entitled to each serve and file a factum not
to exceed 10 pages in length on or before December 20, 2012.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
AND IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the respondent may serve and file a single reply factum to the
interventions not to exceed 10 pages in length on or before January 7, 2013.
- 1657 -
MOTIONS
REQUÊTES
À LA SUITE DES DEMANDES d’autorisation d’intervenir dans l’appel présentées par le Haut Commissaire des
Nations Unies pour les réfugiés, Amnistie internationale, le Centre canadien pour la justice internationale et le
Programme international des droits de la personne de la Faculté de droit de l’Université de Toronto, le Conseil canadien
pour les réfugiés, l’Association canadienne des libertés civiles et l’Association canadienne des avocats et avocates en
droit des réfugiés;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, d’Amnistie
internationale, du Centre canadien pour la justice internationale et du Programme international des droits de la personne
de la Faculté de droit de l’Université de Toronto, du Conseil canadien pour les réfugiés, de l’Association canadienne
des libertés civiles et de l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés sont accueillies et
chacun de ces six intervenants ou groupes d’intervenants pourra signifier et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au
plus tard le 20 décembre 2012.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et à
l’intimé tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE l’intimé pourra signifier et déposer un seul mémoire en réplique aux
interventions d’au plus 10 pages au plus tard le 7 janvier 2013.
26.10.2012
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to extend the time to serve and file the
applicants' reply to October 22, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réplique du demandeur
jusqu’au 22 octobre 2012
Wyeth LLC et al.
v. (34918)
Teva Canada Limited (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1658 -
MOTIONS
REQUÊTES
26.10.2012
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to extend the time to serve and file the
respondent’s response to September 12, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réponse de l’intimée jusqu’au
12 septembre 2012
Andrew Evans
v. (34926)
Her Majesty the Queen (Crim.) (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1659 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
NOVEMB ER 2, 2012 / LE 2 NOVEMBRE 2012
33970
Sa Majesté la Reine et procureur général du Québec c. Anic St-Onge Lamoureux – et –
Procureur général du Canada, procureur général de l’Ontario, procureur général du
Manitoba, procureur général de la Colombie-Britannique, procureur général de l’Alberta,
Barreau du Québec, Association québécoise des avocats et avocates de la défense, Criminal
Lawyers’ Association of Ontario et Criminal Trial Lawyers’ Association (Qc.)
2012 SCC 57 / 2012 CSC 57
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein et Cromwell
L’appel interjeté contre le jugement de la Cour du Québec, numéro 450-01-058378-097, 2010 QCCQ 8552, en date du
15 septembre 2010, entendu le 13 octobre 2011, est accueilli en partie. Les juges Rothstein et Cromwell sont dissidents
en partie.
Les questions constitutionnelles sont répondues comme suit :
1.
Les alinéas 258(1)c), 258(1)d.01) et 258(1)d.1) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, portent-ils atteinte à
l’article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés?
Réponse : Non
2.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une limite raisonnable prescrite par une règle de droit dont la justification peut
se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique au sens de l’article premier de la Charte canadienne des
droits et libertés?
Réponse : Il n’est pas nécessaire de répondre à cette question.
3.
Les alinéas 258(1)c), 258(1)d.01) et 258(1)d.1) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, portent-ils atteinte à
l’alinéa 11c) de la Charte canadienne des droits et libertés?
Réponse : Non
4.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une limite raisonnable prescrite par une règle de droit dont la justification peut
se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique au sens de l’article premier de la Charte canadienne des
droits et libertés?
Réponse : Il n’est pas nécessaire de répondre à cette question.
5.
Les alinéas 258(1)c), 258(1)d.01) et 258(1)d.1) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, portent-ils atteinte à
l’alinéa 11d) de la Charte canadienne des droits et libertés?
Réponse : Oui
6.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une limite raisonnable prescrite par une règle de droit dont la justification peut
se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique au sens de l’article premier de la Charte canadienne des
droits et libertés?
Réponse : Les alinéas 258(1)d.01) et 258(1)d.1) sont justifiés au sens de l’article premier de la Charte. L’alinéa
258(1)c), amputé des mots « en l’absence de toute preuve tendant à démontrer à la fois que les résultats des analyses
- 1660 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
montrant une alcoolémie supérieure à quatre-vingts milligrammes d’alcool par cent millilitres de sang découlent du
mauvais fonctionnement ou de l’utilisation incorrecte de l’alcootest approuvé et que l’alcoolémie de l’accusé au
moment où l’infraction aurait été commise ne dépassait pas quatre-vingts milligrammes d’alcool par cent millilitres de
sang », qui sont remplacés par les mots « en l’absence de toute preuve tendant à démontrer le mauvais fonctionnement
ou l’utilisation incorrecte de l’alcootest approuvé », est justifié au sens de l’article premier de la Charte.
The appeal from the judgment of the Court of Quebec, Number 450-01-058378-097, 2010 QCCQ 8552, dated
September 15, 2010, heard on October 13, 2011, is allowed in part. Rothstein and Cromwell JJ. are dissenting in part.
The constitutional questions are answered as follows:
1.
Do ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, infringe s. 7 of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Answer: No
2.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law that can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Answer: It is not necessary to answer this question.
3.
Do ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, infringe s. 11(c) of
the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Answer: No
4.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law that can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Answer: It is not necessary to answer this question.
5.
Do ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, infringe s. 11(d) of
the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Answer: Yes
6.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law that can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Answer: Sections 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1), and s. 258(1)(c) after severance of the words “all of the following three
things —” and “, that the malfunction or improper operation resulted in the determination that the concentration of
alcohol in the accused’s blood exceeded 80 mg of alcohol in 100 mL of blood, a nd that the concentration of alcohol in
the accused’s blood would not in fact have exceeded 80 mg of alcohol in 100 mL of blood at the time when the offence
was alleged to have been committed”, are justified under s. 1 of the Charter.
- 1661 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
33640
Samuel Dineley v. Her Majesty the Queen – and – Attorney General of Canada and Attorney
General of Quebec (Ont.)
2012 SCC 58 / 2012 CSC 58
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Cromwell JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C50525, 2009 ONCA 814, dated
November 18, 2009, heard on October 13, 2011, is allowed and the acquittal entered by the trial judge is restored.
McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ. are dissenting.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C50525, 2009 ONCA 814, en date du
18 novembre 2009, entendu le 13 octobre 2011, est accueilli et l’acquittement prononcé par le juge de première instance
est rétabli. La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell sont dissidents.
- 1662 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sa Majesté la Reine et autre c. Anic St-Onge Lamoureux (Qc) (33970)
Indexed as: R. v. St-Onge Lamoureux / Répertorié : R. c. St-Onge Lamoureux
Neutral citation: 2012 SCC 57 / Référence neutre : 2012 CSC 57
Hearing: October 13, 2011 / Judgment: November 2, 2012
Audition : Le 13 octobre 2011 / Jugement : Le 2 novembre 2012
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein et Cromwell.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Présomption d’innocence — Modifications législatives affectant
les moyens de preuve pouvant être utilisés pour réfuter la présompti on d’exactitude et les présomptions d’identité en
matière de poursuites pour conduite avec une alcoolémie supérieure à la limite légale — Défense de « type Carter »
exclue comme moyen de preuve permettant à lui seul de mettre en doute les résultats d’analy ses de l’alcoolémie — Les
nouvelles dispositions du Code criminel portent-elles atteinte à la présomption d’innocence? — Dans l’affirmative,
cette atteinte est-elle justifiée? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 258(1)c), 258(1)d.01), 258(1)d.1) — Loi
sur la lutte contre les crimes violents, L.C. 2008, ch. 6 — Charte canadienne des droits et libertés, art. 1, 11d).
Droit constitutionnel — Charte des droits — Justice fondamentale — Droit à une défense pleine et entière —
Modifications législatives affectant les moyens de preuve pouvant être utilisés pour réfuter la présomption d’exactitude
et les présomptions d’identité en matière de poursuites pour conduite avec une alcoolémie supérieure à la limite légale
— Défense de « type Carter » exclue comme moyen de preuve permettant à lui seul de mettre en doute les résultats
d’analyses de l’alcoolémie — Les nouvelles dispositions du Code criminel portent-elles atteinte au droit à une défense
pleine et entière? — Dans l’affirmative, cette atteinte est-elle justifiée? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46,
art. 258(1)c), 258(1)d.01), 258(1)d.1) — Loi sur la lutte contre les crimes violents, L.C. 2008, ch. 6 — Charte
canadienne des droits et libertés, art. 1, 7.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Auto-incrimination — Modifications législatives affectant les
moyens de preuve pouvant être utilisés pour réfuter la présomption d’exactitude et les présomptions d’identité en
matière de poursuites pour conduite avec une alcoolémie supérieure à la limite lé gale — Défense de « type Carter »
exclue comme moyen de preuve permettant à lui seul de mettre en doute les résultats d’analyses de l’alcoolémie — Les
nouvelles dispositions du Code criminel portent-elles atteinte à la protection contre l’auto-incrimination? — Dans
l’affirmative, cette atteinte est-elle justifiée? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 258(1)c), 258(1)d.01),
258(1)d.1) — Loi sur la lutte contre les crimes violents, L.C. 2008, ch. 6 — Charte canadienne des droits et libertés,
art. 1, 11c).
L est accusée d’avoir conduit un véhicule avec une alcoolémie supérieure à la limite légale. Lors de son
procès, elle a plaidé l’inconstitutionnalité des nouvelles dispositions du Code criminel relatives aux résultats des
analyses faites au moyen des alcootests. Le juge de première instance a conclu que les modifications législatives
n’avaient pas pour effet d’empêcher L de présenter une défense de type Carter pour repousser la présomption
d’exactitude. À la lumière de la preuve, le juge a conclu que le témoignage de L concernant sa consommation d’alcool
ne possédait pas un caractère sérieux et probant susceptible de soulever un doute raisonnable. Estimant que les
explications du technicien qualifié étaient suffisantes et que les présomptions prév ues aux al. 258(1)c) et 258(1)d.1) du
Code criminel étaient applicables, il a déclaré L coupable. Le juge a confirmé en partie la constitutionnalité des
nouvelles dispositions du Code criminel.
Arrêt (les juges Rothstein et Cromwell sont dissidents en partie) : Le pourvoi est accueilli en partie. Les
al. 258(1)c), 258(1)d.01) et 258(1)d.1) du Code criminel ne portent pas atteinte à l’art. 7 et à l’al. 11c) de la Charte
canadienne des droits et libertés, mais portent atteinte à l’al. 11d). Les al. 258(1)d.01) et 258(1)d.1), ainsi que
l’al. 258(1)c) amputé des deuxième et troisième exigences requises pour réfuter les présomptions, sont justifiés au sens
de l’article premier de la Charte.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish et Abella : Une présomption légale porte
atteinte à la présomption d’innocence si elle fait en sorte qu’une personne accusée peut être déclarée coupable alors
- 1663 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
qu’il subsiste un doute raisonnable dans l’esprit du juge des faits. La preuve d’expertise produite d ans la présente
instance révèle que la possibilité de mauvais fonctionnement ou de mauvaise utilisation de l’appareil lors de la prise
d’échantillons d’haleine n’est pas fondée sur de simples conjectures mais est bien réelle. Le Comité des analyses
d’alcool constitué sous l’égide de la Société canadienne des sciences judiciaires a formulé un ensemble de
recommandations relatives aux procédures que doivent suivre les professionnels qui opèrent les appareils et vérifient
leur bon entretien. Ces recommandations font bien ressortir les circonstances qui pourraient expliquer un mauvais
fonctionnement ou une utilisation incorrecte de l’appareil.
Le Parlement n’a cependant pas adopté les
recommandations du Comité et la poursuite n’a pas fait état de mécanismes d e rechange permettant à un tribunal de
conclure que les appareils ont généralement été bien entretenus et utilisés ou que le taux de défaillance attribuable à un
mauvais entretien ou à une utilisation incorrecte est négligeable. Le juge des faits pourrait donc entretenir un doute
raisonnable quant à la validité des résultats d’analyses, car on ne lui aura pas démontré pourquoi il peut s’y fier dans le
cas de la personne accusée qui subit son procès devant lui. Le juge qui entretient un tel doute demeure n éanmoins tenu
par les présomptions d’exactitude et d’identité de l’al. 258(1)c) du Code criminel et devra prononcer une déclaration de
culpabilité, à moins que la personne accusée ne repousse ces présomptions conformément aux exigences de cette
disposition. Compte tenu du mécanisme d’application des présomptions légales prévues à l’al. 258(1)c), les
al. 258(1)c) et 258(1)d.01) portent atteinte à l’al. 11d) de la Charte.
La justification d’une présomption légale au regard de l’article premier de la Charte dépend de plusieurs
facteurs, notamment des suivants : l’importance de l’objectif législatif, la difficulté pour la poursuite de prouver hors de
tout doute raisonnable le fait substitué, la possibilité pour la personne accusée de repousser la présomption et la facilité
avec laquelle elle peut le faire et, comme le révèle le présent cas, les progrès scientifiques. L’objectif des modifications
— à savoir conférer aux résultats des alcootests un poids compatible avec leur valeur scientifique — est urgent et réel.
L’alinéa 258(1)c) du Code criminel comporte trois nouvelles exigences distinctes et cumulatives auxquelles la personne
accusée doit satisfaire pour réfuter les présomptions d’exactitude et d’identité. Celles -ci requièrent donc un examen
séparé pour la suite de l’analyse de la justification.
Premièrement, la personne accusée doit soulever un doute sur le bon fonctionnement ou l’utilisation correcte
de l’alcootest. Cette exigence présente un lien rationnel avec l’objectif visé par le législateur. La preuve scientifique sur
laquelle se base ce dernier indique que, si l’appareil fonctionne correctement et si toutes les procédures sont suivies, les
résultats devraient être fiables. Aussi, la mesure porte aussi peu atteinte qu’il est raisonnablement po ssible de le faire à
la présomption d’innocence. La fiabilité des alcootests a été reconnue par les communautés scientifique et juridique.
Par ailleurs, les nouvelles dispositions n’ont pas pour effet de rendre irréfutables les résultats des analyses mais exigent
que la preuve tendant à remettre en question la fiabilité des résultats porte directement sur les défaillances qui peuvent
survenir dans l’entretien des appareils ou le processus d’analyse. Enfin, les effets de cette limite sur la présomption
d’innocence sont proportionnels à l’objectif du législateur. La première exigence de l’al. 258(1)c), telle que précisée
par l’al. 258(1)d.01), a pour objectif de faire reconnaître la valeur scientifique des résultats d’analyses fournis par les
alcootests et d’énoncer leur primauté. Cette modification législative répond au grave problème de discordance
découlant du taux de succès élevé de la défense de type Carter malgré la fiabilité scientifique reconnue des résultats.
De plus, le régime des alcootests comporte certaines garanties qui freinent l’intervention policière et protègent la
présomption d’innocence.
Deuxièmement, l’al. 258(1)c) requiert une preuve tendant à démontrer que le problème de fonctionnement ou
d’utilisation de l’appareil a causé une lecture d’alcoolémie supérieure à 0,08. Cette exigence constitue une atteinte
sérieuse à la présomption d’innocence et ne peut être justifiée dans une société démocratique. L’obligation de soulever
un doute sur le fait que l’alcoolémie excède 0,08 constitue un fardeau excessif lorsqu’elle s’insère dans un régime
législatif qui exige une preuve ciblant directement le fonctionnement ou l’utilisation de l’appareil.
La troisième exigence de l’al. 258(1)c) ne peut être justifiée au regard de l’article premier de la Charte. Il n’y
a pas de lien rationnel entre l’objectif des nouvelles mesures législatives et l’obligation de présenter une preuve qui
soulève un doute sur le fait que le taux d’alcoolémie dépasse 0,08. Cette exigence s’ajoute à celle requérant la
démonstration que l’appareil a mal fonctionné ou a été mal utilisé. Or, si la personne accusée a déjà soulevé un vice de
nature à mettre en doute la fiabilité des résultats, il est difficile de justifier qu’un tribunal soit tout de même tenu d’en
reconnaître la valeur probante si la personne accusée ne présente aucune preuve de son alcoolémie.
- 1664 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Le Parlement pouvait exclure, à l’al. 258(1)d.01), la présentation d’une preuve relative à la consommation
d’alcool de la personne accusée tendant à démontrer le mau vais fonctionnement ou l’utilisation incorrecte de l’alcootest
et déclarer une telle preuve insuffisante en droit pour mettre en doute la fiabilité des résultats d’analyses. Une telle
exclusion ne porte pas atteinte aux droits garantis à l’art. 7 de la Charte ni ne rend illusoire la réfutation des
présomptions de l’al. 258(1)c).
L’alinéa 258(1)d.1) du Code criminel établit pour sa part une deuxième présomption d’identité, suivant
laquelle un taux d’alcoolémie supérieur à 0,08 au moment de l’analyse est p résumé correspondre à celui qui existait au
moment de l’infraction reprochée. Comme l’al. 258(1)d.1) dispense la poursuite d’avoir à établir la culpabilité de la
personne accusée hors de tout doute raisonnable avant que celle-ci n’ait à répondre, il porte atteinte à la présomption
d’innocence. Pour contrer cette deuxième présomption d’identité, la preuve contraire présentée par la personne accusée
doit tendre à démontrer deux faits : (1) la consommation d’alcool était compatible avec une alcoolémie ne dép assant pas
0,08 au moment où l’infraction aurait été commise; (2) la consommation d’alcool était compatible avec les résultats des
analyses. L’objectif des ces exigences est urgent et réel. Le lien rationnel entre chacune des deux exigences et leur
objectif législatif respectif peut facilement être établi. Elles satisfont aussi au critère de l’atteinte minimale.
L’alinéa 258(1)d.1) établit un juste équilibre entre les droits collectifs et les droits individuels, et il s’insère dans un
régime législatif plus vaste tendant à faire reconnaître la primauté des résultats des alcootests. Il constitue une atteinte
justifiée à la présomption d’innocence.
La présomption d’identité de l’al. 258(1)d.1) est fondée sur le comportement habituel des conducteurs; ceux-ci
ne boivent généralement pas une quantité d’alcool suffisante pour influencer les résultats juste avant ou juste après
l’interpellation. C’est véritablement le caractère exceptionnel du comportement de la personne accusée, plutôt que la
présomption légale dont bénéficie la poursuite en vertu de l’al. 258(1)d.1), qui fait en sorte que celle-ci doive
témoigner. Le choix de cette personne de témoigner à cet égard découle d’une décision qui survient chaque fois que la
preuve du ministère public est suffisante pour mener à une déclaration de culpabilité. Il n’y a donc pas atteinte à la
protection contre l’auto-incrimination garantie par l’al. 11c) de la Charte.
En l’espèce, bien que le juge de première instance ait, à tort, considéré que L pouvait repousse r la présomption
d’exactitude de l’al. 258(1)c) du Code criminel en présentant une défense de type Carter, cette erreur n’a pas affecté sa
conclusion, étant donné qu’il n’a pas cru L en définitive. La déclaration de culpabilité de L est donc confirmée.
Les juges Rothstein et Cromwell : Le pourvoi est accueilli et il faut répondre négativement aux questions
constitutionnelles.
Les alinéas 258(1)c), 258(1)d.01) et 258(1)d.1) du Code criminel reposent sur trois idées assez simples. Si
toutes les conditions prescrites par la loi pour le prélèvement et l’analyse des échantillons d’haleine sont observées :
(1) les résultats indiqués par l’alcootest sont fiables, en l’absence d’éléments de preuve permettant d’en douter; (2) le
taux d’alcoolémie (« TA ») estimé au moyen d’éléments de preuve relatifs au taux d’absorption ou d’élimination (la
preuve de type Carter) n’est pas assez fiable pour être utilisé pour contester l’exactitude des résultats ind iqués par
l’alcootest; (3) le TA au moment des analyses ne sera pas plus élevé qu’au moment où l’accusé conduisait, sauf si ce
dernier a consommé une grande quantité d’alcool peu de temps avant de conduire ou s’il a consommé de l’alcool entre
le moment où il conduisait et celui où il a subi le test.
Aucune des dispositions contestées ne limite le droit de ne pas être contraint de témoigner garanti par l’al. 11c)
de la Charte. Bien que toutes les dispositions soient contestées sur le fondement de l’al. 11d) et de l’art. 7 de la Charte,
c’est en vertu de l’al. 11d) qu’il convient d’analyser la constitutionnalité des dispositions touchant au fardeau de la
preuve, et en vertu de l’art. 7 qu’il convient d’analyser la constitutionnalité de celles qui limitent la pertinence de
certaines questions ou excluent la preuve s’y rapportant.
Le fait que l’al. 258(1)d.01) du Code criminel exclut l’utilisation de la preuve de type Carter pour contester le
bon fonctionnement ou l’utilisation correcte de l’appareil approuvé ne viole pas l’art. 7 de la Charte. Les parties
contestant la disposition n’ont pas démontré que l’al. 258(1)d.01) limite de quelque manière significative le droit de
présenter une défense pleine et entière. Vu la preuve convaincante présentée par le ministère public à propos de la
nature généralement trompeuse de la preuve de type Carter en ce qui a trait à l’exactitude de l’alcootest, ceux qui
contestent l’exclusion de ce genre de preuve avaient l’obligation d’apporter certaines données tendant à indiq uer que,
- 1665 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
malgré le risque considérable d’erreur susceptible de découler d’une preuve de type Carter, il existait encore des
raisons de ne pas limiter l’utilisation d’une telle preuve. Le dossier ne renferme aucune donnée de ce genre en l’espèce.
Bien que des situations hypothétiques puissent constituer le fondement d’une contestation fondée sur la Charte, de
telles hypothèses doivent être raisonnables. L’autre motif invoqué à l’appui de la contestation fondée sur l’art. 7, à
savoir que l’al. 258(1)d.01) rend « illusoire » la présentation d’une défense, doit aussi être rejeté.
L’al. 258(1)c) du Code criminel limite la preuve qui peut être présentée relativement à la précision de
l’appareil à une preuve tendant à démontrer trois choses : (1) que l’appareil fonctionnait mal ou que l’analyse a été
effectuée incorrectement, (2) que le TA supérieur à 0,08 de l’accusé découle de ce mauvais fonctionnement ou de cette
utilisation incorrecte et (3) que le TA de l’accusé était dans les faits inférieur à 0,08 au mo ment de l’infraction
reprochée. Les deux premiers éléments ne font rien de plus que reconnaître la réalité que, lorsqu’ils ont été obtenus
conformément aux exigences prescrites par la loi, les résultats des analyses doivent être considérés comme étant exa cts
en l’absence de quelque raison de croire le contraire. En l’absence de preuve tendant à montrer que l’analyse n’est pas
exacte, un doute raisonnable qui reposerait simplement sur l’idée générale que la technologie n’est pas infaillible ou
qu’il existe une possibilité théorique — mais non étayée par la preuve — que l’appareil ait mal fonctionné ou ait été
utilisé incorrectement ne serait pas une conclusion rationnelle. Par conséquent, le fait d’exiger que, en l’absence de
preuve à l’effet contraire, le tribunal tire une inférence d’exactitude ne limite pas le droit de l’accusé de présenter une
défense pleine et entière. Pour ce qui est du troisième élément, il ne fait qu’énoncer, sous forme de disposition
législative, ce que la Cour a toujours jugé comme étant la preuve requise sur le plan de la logique et de la pertinence
pour réfuter la présomption d’exactitude.
Une disposition a pour effet de limiter le droit à la présomption d’innocence garantie par l’al. 11d) de la
Charte dans les cas suivants : a) elle décharge le ministère public de son obligation de présenter une preuve complète
contre l’accusé avant que celui-ci n’ait besoin de répondre; b) elle crée un risque de déclaration de culpabilité même si,
sans elle, le juge des faits pourrait avoir un doute raisonnable quant à la culpabilité de l’accusé. La présomption
d’exactitude énoncée à l’al. 258(1)c) ne risque pas d’entraîner une déclaration de culpabilité s’il existe un doute
raisonnable au sujet de la culpabilité. Elle ne limite donc pas le droit à la présomption d’innocence et, de ce fait, il n’est
pas nécessaire de procéder à l’analyse fondée sur l’article premier de la Charte. En requérant des éléments de preuve
tendant à démontrer le mauvais fonctionnement ou l’utilisation incorrecte de l’alcootest, la disposition ne fait
qu’exprimer une exigence que dicte par ailleurs le bon sens, à la lumière des faits scientifiques acceptés. Le législateur
a le droit d’édicter une telle présomption plutôt que d’exiger la production d’une preuve dans c haque poursuite fondée
sur un TA supérieur à la limite. En outre, sur le plan de la logique et de la pertinence, constitue une preuve contraire
une preuve qui tend à soulever un doute et amène le tribunal à penser que le TA ne dépassait pas dans les faits 0,08. Il
s’ensuit que ce troisième aspect de l’al. 258(1)c) importe simplement cette exigence de pertinence dans l’examen de la
question de savoir si l’appareil fonctionnait mal ou a été utilisé incorrectement.
Quant aux présomptions d’identité prévues aux al. 258(1)c) et 258(1)d.1) du Code criminel, il existe une
imposante preuve démontrant que des analyses d’alcoolémie effectuées conformément aux exigences prescrites par la
loi et révélant un TA supérieur à 0,08 constituent une indication fiable que le TA de l’accusé au moment où il
conduisait était égal ou supérieur au TA ainsi mesuré. Le fait de présumer que le TA de l’accusé au moment des
analyses correspond à son TA au moment où il conduisait ne viole pas le droit à la présomption d’innocence. Le
législateur a tout simplement énoncé dans la loi des faits bien établis, afin qu’il ne soit pas nécessaire de les prouver
dans chaque instance. Il n’y a aucun risque qu’un accusé soit déclaré coupable s’il existe un doute raisonnable sensé et
logique, basé sur la preuve ou sur une absence de preuve. Un doute quant à l’application des présomptions d’identité
qui serait fondé sur la notion du dernier verre ou celle du verre d’après relèverait de la conjecture en l’absence de
preuve que l’un ou l’autre de ces scénarios s’est réellement produit. C’est d’abord et avant tout l’accusé lui-même qui
sait s’il a bu après avoir conduit, et ce serait imposer un fardeau indûment lourd à la poursuite que de l’obliger à réfuter
dans tous les cas cette possibilité plutôt inhabituelle, même quand celle-ci n’est aucunement étayée par la preuve. De
plus, les dispositions contestées ne libèrent pas le ministère public de son obligation de présenter une preuve complète
contre l’accusé avant que celui-ci ne soit tenu de répondre. Lorsqu’une analyse effectuée en conformité avec les
exigences prescrites par la loi indique un TA supérieur à 0,08, le juge du procès ne saurait conclure que rien dans la
preuve ne lui permet de prononcer raisonnablement une déclaration de culpabilit é contre l’accusé.
- 1666 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Même en supposant que les al. 258(1)c), 258(1)d.01) ou 258(1)d.1) du Code criminel limitent le droit à la
présomption d’innocence garanti par l’al. 11d) de la Charte, il s’agit d’une limite raisonnable et justifiée dans le cadre
d’une société libre et démocratique.
POURVOI contre un jugement de la Cour du Québec (le juge Chapdelaine), 2010 QCCQ 8552, [2010] J.Q.
n o 10077 (QL), 2010 CarswellQue 10716, qui a déclaré l’accusée coupable de conduite d’un véhicule avec une
alcoolémie supérieure à la limite légale et qui a confirmé en partie la constitutionnalité des al. 258(1)c), d.01) et d.1) du
Code criminel. Pourvoi accueilli en partie, les juges Rothstein et Cromwell sont dissidents en partie.
Michel Déom, Jean-Vincent Lacroix, Marie-Ève Mayer et Patricia Blair, pour les appelants.
Patrick Fréchette, pour l’intimée.
François Joyal et Ginette Gobeil, pour l’intervenant le procureur général du Canada.
James V. Palangio et Philip Perlmutter, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Christian Vanderhooft et Nathaniel Carnegie, pour l’intervenant le procureur général du Manitoba.
Rodney Garson et Roger F. Cutler, pour l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique.
Jason R. Russell et Robert Palser, pour l’intervenant le procureur général de l’Alberta.
Marco LaBrie et Jean-Philippe Marcoux, pour l’intervenant le Barreau du Québec.
Éric Downs et Julie Bolduc, pour l’intervenante l’Association québécoise des avocats et avocates de la
défense.
Patrick Ducharme et Paul Burstein, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
Shannon K. C. Prithipaul, pour l’intervenante Criminal Trial Lawyers’ Association.
Procureur des appelants : Procureur général du Québec, Montréal.
Procureurs de l’intimée : Fréchette, Blanchette, Sherbrooke.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Montréal.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Manitoba : Procureur général du Manitoba, Winnipeg.
Procureur de l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique : Procureur général de la
Colombie-Britannique, Victoria.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Alberta : Procureur général de l’Alberta, Edmonton.
Procureurs de l’intervenant le Barreau du Québec : LaBrie, Gariépy & Associés, Longueuil.
Procureurs de l’intervenante l’Association québécoise des avocats et avocates de la défense : Downs Lepage,
Montréal.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association of Ontario : Ducharme Fox, Windsor; Burstein
Bryant, Toronto.
- 1667 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante Criminal Trial Lawyers’ Association : Gunn Law Group, Edmonton.
________________________
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Cromwell JJ.
Constitutional law — Charter of Rights — Presumption of innocence — Statutory amendments affecting
evidence that can be adduced to rebut presumption of accuracy and presumptions of identity in context of prosecution
for driving with blood alcohol level over legal limit — Exclusion of possibility that “Carter” defence would suffice on
its own to cast doubt on breathalyzer test results — Whether new provisions of Criminal Code infringe right to be
presumed innocent — If so, whether infringement justified — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 258(1)(c),
258(1)(d.01), 258(1)(d.1) — Tackling Violent Crime Act, S.C. 2008, c. 6 — Canadian Charter of Rights and Freedoms,
ss. 1, 11(d).
Constitutional law — Charter of Rights — Fundamental justice — Right to make full answer and defence —
Statutory amendments affecting evidence that can be adduced to rebut presumption of accu racy and presumptions of
identity in context of prosecution for driving with blood alcohol level over legal limit — Exclusion of possibility that
“Carter” defence would suffice on its own to cast doubt on breathalyzer test results — Whether new provisions of
Criminal Code infringe right to make full answer and defence — If so, whether infringement justified — Criminal Code,
R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01), 258(1)(d.1) — Tackling Violent Crime Act, S.C. 2008, c. 6 —
Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1, 7.
Constitutional law — Charter of Rights — Self-incrimination — Statutory amendments affecting evidence that
can be adduced to rebut presumption of accuracy and presumptions of identity in context of prosecution for driving
with blood alcohol level over legal limit — Exclusion of possibility that “Carter” defence would suffice on its own to
cast doubt on breathalyzer test results — Whether new provisions of Criminal Code infringe protection against
self-incrimination — If so, whether infringement justified — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 258(1)(c),
258(1)(d.01), 258(1)(d.1) — Tackling Violent Crime Act, S.C. 2008, c. 6 — Canadian Charter of Rights and Freedoms,
ss. 1, 11(c).
L was charged with operating a vehicle with a blood alcohol level over the legal limit. At trial, she argued that
the new provisions of the Criminal Code with respect to breathalyzer test results are unconstitutional. The trial judge
found that the statutory amendments did not bar L from presentin g a Carter defence to rebut the presumption of
accuracy. In light of the evidence, he concluded that L’s testimony about her alcohol consumption was not sufficiently
serious or probative to raise a reasonable doubt. Finding that the qualified technician’s explanations were sufficient and
that the presumptions established in s. 258(1)(c) and s. 258(1)(d.1) of the Criminal Code applied, he convicted L. The
trial judge upheld in part the constitutionality of the new Criminal Code provisions.
Held (Rothstein and Cromwell JJ. dissenting in part):
The appeal should be allowed in part.
Sections 258(1)(c), 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1) of the Criminal Code do not infringe s. 7 and s. 11(c) of the Canadian
Charter of Rights and Freedoms, but do infringe s. 11(d). Sections 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1), and s. 258(1)(c) after
severance of the second and third requirements for rebutting the presumptions, are justified under s. 1 of the Charter.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish and Abella JJ.: A statutory presumption violates the right to
be presumed innocent if its effect is that an accused person can be convicted even though the trier of fact has a
reasonable doubt. The expert evidence filed in this case reveals that the possibility of an instrume nt malfunctioning or
being used improperly when breath samples are taken is not merely speculative, but is very real. The Alcohol Test
Committee of the Canadian Society of Forensic Science has made a series of recommendations concerning the
procedures to be followed by the professionals who operate the instruments and verify that they are properly
maintained. These recommendations shed light on the circumstances that might explain how an instrument
malfunctioned or was used improperly. However, Parliamen t did not adopt the Committee’s recommendations, and the
prosecution referred to no alternative mechanisms that would enable a court to find that the instruments are generally
maintained and operated properly or that the rate of failure attributable to imp roper maintenance or operation is
insignificant. The trier of fact could therefore entertain a reasonable doubt about the validity of the test results, since he
or she will not have shown why they can be relied on in the case of the accused who is on tria l. But a judge who
entertains such a doubt will nevertheless remain bound by the presumptions of accuracy and identity of s. 258(1)(c) of
- 1668 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
the Criminal Code and will be required to convict the accused unless the accused rebuts those presumptions in
accordance with the requirements of that provision. In view of the mechanism for applying the statutory presumptions
established in s. 258(1)(c), ss. 258(1)(c) and 258(1)(d.01) infringe s. 11(d) of the Charter.
Whether a statutory presumption can be justified under s. 1 of the Charter depends on several factors,
including the importance of the legislative objective, how difficult it would be for the prosecution to prove the
substituted fact beyond a reasonable doubt, whether it is possible, and how easy it is, for the accused to rebut the
presumption, and, as can be seen from this case, scientific advances. The objective of the amendments — to give
breathalyzer test results a weight consistent with their scientific value — is pressing and substantial. Section 258(1)(c)
of the Criminal Code contains three separate and cumulative new requirements that the accused must satisfy to rebut
the presumptions of accuracy and identity. These requirements must be considered separately for the remainder of the
justification analysis.
First, the accused must raise a doubt that the instrument was functioning and was operated properly. This
requirement is rationally connected with Parliament’s objective. According to the scientific evidence on which
Parliament relied, if the instrument functions properly and all the relevant procedures are followed, the results should be
reliable. In addition, the measure violates the right to be presumed innocent as little as reasonably possible. The
reliability of breathalyzer tests has been recognized by the scientific and legal communities. Moreover, the new
provisions do not make it impossible to disprove the test results, but require that evidence tending to cast doubt on the
reliability of the results relate directly to possible deficiencies in the maintenance of the instruments or in the test
process. Finally, the effects of this limit on the right to be presumed innocent are proportional to Parliament’s
objective. The objective of the first requirement of s. 258(1)(c), as clarified by s. 258(1)(d.01), is to confirm the
scientific value and ensure the primacy of breathalyzer test results. This statutory amendment was a response to the
serious disconnect that existed in the fact that the Carter defence had a high success rate despite the recognized
scientific reliability of the results. Furthermore, the scheme adopted for breathalyzer tests includes certain guarantees
that place limits on police action and protect the presumption of innocence.
Second, s. 258(1)(c) requires evidence tending to show that the malfunction or improper operation of the
instrument resulted in a reading according to which the blood alcohol level of the accused exceeded .08. This
requirement constitutes a serious infringement of the right to be pres umed innocent that cannot be justified in a
democratic society. The requirement that the accused raise a doubt that his or her blood alcohol level in fact exceeded
.08 constitutes an excessive burden in the context of a statutory scheme under which the ev idence must relate directly to
the functioning or operation of the instrument.
The third requirement of s. 258(1)(c) cannot be justified under s. 1 of the Charter. There is no rational
connection between the objective of the new legislative measures and the requirement of adducing evidence to raise a
doubt that the blood alcohol level of the accused in fact exceeded .08. This requirement is in addition to the
requirement of showing that the instrument malfunctioned or was operated improperly. If the ac cused has already
identified a defect that could cast doubt on the reliability of the results, it is difficult to justify requiring the court t o
nevertheless accept that the results have probative value if the accused has produced no evidence regarding his or her
blood alcohol level.
It was open to Parliament to exclude, in s. 258(1)(d.01), the production of evidence of the alcohol consumption
of the accused that tends to show that the instrument was malfunctioning or was operated improperly, and to provide
that such evidence is legally insufficient to cast doubt on the reliability of the test results. This exclusion does not
infringe the rights protected by s. 7, nor does it render the rebuttal of the presumptions established in s. 258(1)(c)
illusory.
Section 258(1)(d.1) of the Criminal Code establishes a second presumption of identity according to which a
blood alcohol level over .08 at the time of the analysis is presumed to be the same as the blood alcohol level of the
accused at the time of the alleged offence. Since s. 258(1)(d.1) exempts the prosecution from having to establish the
guilt of the accused beyond a reasonable doubt before the accused must respond, it infringes the right to be presumed
innocent. To rebut this second presumption of identity, evidence to the contrary adduced by the accused must tend to
show two facts: (1) the consumption of alcohol of the accused was consistent with a blood alcohol level that did not
exceed .08 at the time when the offence was alleged to have been committed; and (2) the consumption of alcohol of the
- 1669 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
accused was consistent with the test results. The objective of these requirements is pressing and substantial. A rational
connection can easily be established between each of these requirements and the requ irement’s legislative objective.
They also satisfy the minimal impairment test. Section 258(1)(d.1) strikes a fair balance between collective rights and
individual rights, and is part of a broader legislative scheme designed to confirm the primacy of bre athalyzer test
results. It is a justified infringement of the right to be presumed innocent.
The presumption of identity established in s. 258(1)(d.1) is based on the usual behaviour of drivers, who do
not generally drink a sufficient quantity of alcohol to alter the results either just before or just after being pulled over by
the police. It is in fact the exceptional behaviour of the accused, not the statutory presumption in the prosecution’s
favour under s. 258(1)(d.1), that makes it necessary for the accused to testify. The choice by the accused to testify in
this regard flows from a decision that must be made whenever the Crown’s evidence is sufficient to support a
conviction. Thus, the protection against self-incrimination guaranteed by s. 11(c) of the Charter is not infringed.
In this case, the trial judge erred in holding that L could rebut the presumption of accuracy of s. 258(1)(c) of
the Criminal Code by presenting a Carter defence, but that error did not affect his conclusion, since, when all is said
and done, he did not believe L. L’s conviction is therefore upheld.
Per Rothstein and Cromwell JJ.: The appeal should be allowed and the constitutional questions should be
answered in the negative.
Sections 258(1)(c), 258(1)(d.01) and 258(1)(d.1) of the Criminal Code are based on three quite
straight-forward ideas. These ideas are that if all of the statutory requirements for taking and analyzing breath samples
are observed: (1) the breathalyzer results are reliable in the absence of some basis in the evidence to doubt them;
(2) the estimated blood alcohol concentration (BAC) arrived at by consumption and elimination evidence (so -called
Carter evidence) is not sufficiently reliable to be used to challenge the accuracy of breathalyzer results; and (3) the
BAC at the time of testing will not be higher than at the time of driving, unless the accused drank a large quantity of
alcohol shortly before driving or consumed alcohol between driving and testing.
None of the challenged provisions limits the right under s. 11(c) of the Charter not to be compelled to testify.
Although all of the provisions are challenged under ss. 7 and 11(d) of the Charter, the constitutionality of the
provisions which address the burden of proof are best analyzed under s. 11(d), while those which limit the relevance of,
or exclude evidence in relation to, particular issues are best analyzed under s. 7.
The fact that s. 258(1)(d.01) of the Criminal Code excludes Carter evidence to challenge the proper
functioning or operation of the approved instrument does not violate s. 7 of the Charter. The parties contesting the
provision have not shown that s. 258(1)(d.01) limits in any meaningful respect the right to make full answer and
defence. In the face of the compelling evidence presented by the Crown about the generally misleading nature of
Carter evidence in relation to the accuracy of the breathalyzer, those challenging the exclusion of this evidence h ad to
advance some evidence suggesting that, despite its great potential to mislead, there remained some reason not to restrict
the use of Carter type evidence. There is no such evidence in this record. Although hypothetical scenarios can form
the basis of a Charter challenge, they must be reasonable. The other ground advanced in support of the s. 7 challenge
— that s. 258(1)(d.01) makes a defence “illusory” — must also be rejected.
Section 258(1)(c) of the Criminal Code restricts evidence in relation to the accuracy of the device to evidence
that tends to show three things: (1) that the device malfunctioned or the analysis was performed improperly, (2) that the
improper performance resulted in the determination that the accused’s BAC exceeded .08, and (3) that the accused’s
BAC was in fact lower than .08 at the time of the offence. The first two of these elements do nothing more than to
recognize the reality that breathalyzer readings, when obtained under the statutory requirements, should be taken as
accurate absent some reason to think otherwise. Absent some evidence to suggest that the analysis is not accurate, a
reasonable doubt based simply on the general notion that technology may be fallible or that there is a hypothetical
possibility not founded on the evidence that the device malfunctioned or was not operated properly would not be a
rational conclusion. Thus, requiring the inference of accuracy to be drawn absent evidence to the contrary does not
limit the right to make full answer and defence. As for the third component, it does no more than set out in statutory
form what this Court has consistently held is required as a matter of logic and relevance to rebut the presumption of
accuracy.
- 1670 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
A provision limits the right to be presumed innocent guaranteed by s. 11(d) of the Charter if it either
(a) relieves the Crown of having to present a case to meet before the accused is called on to answer or (b) creates the
risk of conviction even if, without the provision, the trier of fact could have a reasonable doubt about the accused’s
guilt. The presumption of accuracy in s. 258(1)(c) does not create a risk of conviction in the presence of a reasonable
doubt about guilt. It therefore does not limit the right to be presumed innocent and there is no need to consider whether
any limitation is justified under s. 1 of the Charter. In requiring some evidence tending to show improper functioning
or operation, the provision simply enacts common sense in light of accepted scientific fact. Parliament is ent itled to
legislate this rather than require the evidence to be called in every “blowing over” prosecution. Furthermore, in order to
constitute evidence to the contrary as a matter of logic and relevance, that evidence must tend to raise a doubt that the
BAC in fact did not exceed .08. It follows that this third aspect of s. 258(1)(c) simply translates that requirement for
materiality into the consideration of whether the device functioned or was operated improperly.
With respect to the presumptions of identity in ss. 258(1)(c) and 258(1)(d.1) of the Criminal Code, there is
overwhelming evidence that a breathalyzer test administered in accordance with the statutory requirements and which
reveals an over .08 result is a reliable indication that the accused had a BAC which was equal to or higher than that at
the time of driving. There is no infringement of the right to be presumed innocent by deeming that the BAC at the time
of testing is the same as at the time of driving. Parliament has simply legislate d well-established facts so that they do
not have to be proved in every case. There is no risk of conviction on the basis of a reasonable doubt that has a basis in
common sense and logic in the evidence or the absence of evidence. A doubt about the presu mptions of identity based
on “bolus or intervening drinking” would be speculative, absent evidence supporting the fact that one or the other of
those scenarios had actually occurred. The fact of post-driving drinking is peculiarly in the knowledge of the accused
and it would be unduly onerous to require the prosecution to negate this rather unusual possibility in every case even
when it had no foundation in the evidence. Also, the challenged provisions do not relieve the Crown of its obligation to
present a case to meet before the accused is called on to answer. Where an over .08 breathalyzer test result is obtained
in accordance with the statutory requirements, a trial judge cannot conclude that there is no evidence upon which he
could reasonably convict an accused person.
Even assuming that ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01) or 258(1)(d.1) of the Criminal Code limit the right to be
presumed innocent as guaranteed by s. 11(d) of the Charter, any limitation is reasonable and demonstrably justified in a
free and democratic society.
APPEAL from a judgment of the Court of Québec (Judge Chapdelaine), 2010 QCCQ 8552, [2010] J.Q.
n o 10077 (QL), 2010 CarswellQue 10716, convicting the accused of driving with a blood alcohol level over the legal
limit and upholding in part the constitutionality of ss. 258(1)(c), (d.01) and (d.1) of the Criminal Code. Appeal allowed
in part, Rothstein and Cromwell JJ. dissenting in part.
Michel Déom, Jean-Vincent Lacroix, Marie-Ève Mayer and Patricia Blair, for the appellants.
Patrick Fréchette, for the respondent.
François Joyal and Ginette Gobeil, for the intervener the Attorney General of Canada.
James V. Palangio and Philip Perlmutter, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Christian Vanderhooft and Nathaniel Carnegie, for the intervener the Attorney General of Manitoba.
Rodney Garson and Roger F. Cutler, for the intervener the Attorney General of British Columbia.
Jason R. Russell and Robert Palser, for the intervener the Attorney General of Alberta.
Marco LaBrie and Jean-Philippe Marcoux, for the intervener Barreau du Québec.
Éric Downs and Julie Bolduc, for the intervener Association québécoise des avocats et avocates de la défense.
- 1671 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Patrick Ducharme and Paul Burstein, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
Shannon K. C. Prithipaul, for the intervener the Criminal Trial Lawyers’ Association.
Solicitor for the appellants: Attorney general of Quebec, Montréal.
Solicitors for the respondent: Fréchette, Blanchette, Sherbrooke.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Canada: Attorney general of Canada, Montréal.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Manitoba: Attorney General of Manitoba, Winnipeg.
Solicitor for the intervener the Attorney General of British Columbia: Attorney General of British Columbia,
Victoria.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Alberta: Attorney General of Alberta, Edmonton.
Solicitors for the intervener Barreau du Québec: LaBrie, Gariépy & Associés, Longueuil.
Solicitors for the intervener Association québécoise des avocats et avocates de la défense: Downs Lepage,
Montréal.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association of Ontario: Ducharme Fox, Windsor; Burstein
Bryant, Toronto.
Solicitors for the intervener the Criminal Trial Lawyers’ Association: Gunn Law Group, Edmonton.
- 1672 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Samuel Dineley v. Her Majesty the Queen (Ont.) (33640)
Indexed as: R. v. Dineley / Répertorié : R. c. Dineley
Neutral citation: 2012 SCC 58 / Référence neutre : 2012 CSC 58
Hearing: October 13, 2011 / Judgment: November 2, 2012
Audition : Le 13 octobre 2011 / Jugement : Le 2 novembre 2012
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Cromwell JJ.
Criminal Law — Defences — “Carter defence” — Accused charged with impaired driving and driving “over
80” — Amendments brought to Criminal Code during accused’s trial limiting evidence that may be adduced in defence
to raise doubt about reliability of breathalyzer test results — Whether Carter defence available to accused — Whether
amendments have retrospective effect to time of alleged offences — Whether amendments affect procedural or
substantive rights — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01) — Tackling Violent Crime Act,
S.C. 2008, c. 6.
Legislation — Interpretation — Effect of new legislation — Amendments brought to Criminal Code during
accused’s trial limiting evidence that may be adduced in defence to raise doubt about reliability of breathalyzer test
results — Whether amendments have retrospective effect to time of alleged offences — Whether amendments affect
procedural or substantive rights — Whether Parliament provided for preservation of evidence for cases that began
before amendments came into force — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 258(1)(c), 258(1)(d.01) — Tackling
Violent Crime Act, S.C. 2008, c. 6.
D was involved in a motor vehicle incident, following which he was asked to submit to breathalyzer tests. The
instrument registered 99 and 97 mg of alcohol per 100 ml of blood. D was charged with impaired driving and driving
with a blood alcohol level over the legal limit of 80 mg of alcohol in 100 ml of blood.
At the beginning of D’s trial, counsel for D advised the judge that he intended to tender a toxicology report in
order to challenge the accuracy of the breathalyzer test results — what is known as a Carter defence. Crown counsel
wished to cross-examine the toxicologist on his report, but the latter was not present and the trial was accordingly
adjourned. Following the adjournment but prior to the resumption of D’s trial, amendme nts to the Criminal Code were
enacted, the effect of which is to eliminate the Carter defence as an independent means to raise a doubt about the
reliability of breathalyzer test results.
The trial judge accepted the Carter defence adduced by D and entered an acquittal. The summary conviction
appeal judge upheld that decision concluding that the new legislative provisions virtually eliminated the Carter
defence, that they were substantive in nature and not procedural, and that they therefore applied only prospectively.
The Court of Appeal reversed that decision and held that the new legislative provisions were merely evidentiary and
that they therefore applied to the case. A new trial was ordered to proceed on the basis of s. 258(1) of the Criminal
Code as amended.
Held (McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ. dissenting): The appeal should be allowed and the
acquittal restored.
Per LeBel, Deschamps, Fish and Abella JJ.: Courts have long recognized that the cases in which legislation
has retrospective effect must be exceptional. More specifically, where new legislative provisions affect either vested or
substantive rights, retrospectivity has been found to be undesirable. The key task in determining the temporal
application of new legislative provisions lies not in labelling the provisions “procedural” or “substantive”, but in
discerning whether they affect substantive rights.
The fact that new legislation has an effect on the content or existence of a defence, as opposed to affecting
only the manner in which it is presented, is an indication that substantive rights are affected. As a result of the
amendments to the Criminal Code and the decision in R. v. St-Onge Lamoureux, 2012 SCC 57, the only evidence that
can be tendered to raise a reas onable doubt about the reliability of breathalyzer test results is now evidence that the
instrument was malfunctioning or was operated improperly. The Carter defence has been eliminated as an independent
- 1673 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
means to raise a reasonable doubt about the reliability of breathalyzer test results. This illustrates that the amendments
to the Criminal Code are not merely procedural; they affect a defence open to an accused and are therefore subject to
the presumption against the retrospective application of new legislation.
The broad scheme put in place by Parliament is based on presumptions that the results of the breathalyzer
analyses are accurate and that they are identical to the blood alcohol level of the accused at the time of the alleged
offence. As discussed in St-Onge Lamoureux, these statutory presumptions infringe the constitutionally protected right
to be presumed innocent. The conclusion that the infringement is justified in the context of the new legislation does not
alter the fact that constitutional rights are affected. This is a further indication that the new legislation affects
substantive rights, since constitutional rights are necessarily substantive. When constitutional rights are affected, the
general rule against the retrospective application of legislation should apply.
Finally, where the former legislation does not contemplate the gathering of evidence that is required by the
new legislation, the new legislation can only be prospective.
Per McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ. (dissenting): There are three principles of statutory
interpretation that are potentially relevant to the issue of when new legislative provisions apply. One principle is that
the legislature is presumed not to intend legislation to change the legal character or consequences of actions that
occurred before its enactment. Another is that the legislature is presumed not to intend to interfere with vested rights.
A third is that the legislature intends an enactment dealing with exclusively procedural matters, including matters of
evidence, to apply immediately to all proceedings, whether commenced before or after the enactment comes into force.
The principal question in this case is whether the new legislative provisions at issue are procedural or substantive.
The new legislative provisions in issue meet all of the tests enunciated in the Court’s jurisprudence for
determining whether a provision is procedural and they have none of the characteristics of provisions which are
properly characterized as substantive. The provisions deal with factual presumptions and what is required to rebut
them, and their operation is dependent on the existence of litigation. Evidentiary provisions like these are ordinarily
considered to be procedural. Moreover, the provisions have none of the hallmarks of substantive provisions. They do
not attach new consequences to past acts or change the substantive content of a defence, nor do they change the
existence or content of a right. The elements of the offence have not changed and it remains open to the accused to
point to evidence raising a reasonable doubt about the existence of those elements. The provisions do not make
conduct unlawful that was lawful at the time it occurred . In addition, the fact that a provision is found to limit an
accused’s right to be presumed innocent under s. 11(d) of the Charter does not support the conclusion that the provision
is substantive.
The new provisions do not eliminate or neuter a defence. The so-called “Carter defence” in reality is a
particular type of evidence adduced in order to raise a reasonable doubt. If these provisions are characterized as taking
away a defence, then any evidentiary provision that increases the risk of conviction would have to be so characterized.
The jurisprudence of this Court makes clear that this is not the case.
The new provisions accordingly relate only to the rules of evidence which apply at trial and they are therefore
purely procedural. As such, these new provisions are subject to the presumption of immediate application, and there is
nothing to rebut this presumption.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (MacPherson, Cronk and Epstein JJ.A.), 2009
ONCA 814, 98 O.R. (3d) 81, 248 C.C.C. (3d) 489, 71 C.R. (6th) 25, 256 O.A.C. 235, 86 M.V.R. (5th) 45, [2009] O.J.
No. 4875 (QL), 2009 CarswellOnt 7170, setting aside a decision of Sproat J. (2009), 86 M.V.R (5th) 34, 2009 CanLII
24636, [2009] O.J. No. 2007 (QL), 2009 CarswellOnt 2698, upholding the acquittal entered by Clements J. Appeal
allowed, McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ. dissenting.
Paul Burstein and J. Thomas Wiley, for the appellant.
Philip Perlmutter and James Palangio, for the respondent.
Jeffrey G. Johnston, for the intervener the Attorney General of Canada.
- 1674 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Michel Déom, Jean-Vincent Lacroix, Marie-Ève Mayer and Patricia Blair, for the intervener the Attorney
General of Quebec.
Solicitors for the appellant: Burstein Bryant, Toronto; J. Thomas Wiley, Brampton.
Solicitor for the respondent: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Canada: Attorney General of Canada, Ottawa.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Quebec: Attorney General of Quebec, Montréal.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein et Cromwell.
Droit criminel — Moyens de défense — « Défense de type Carter » — Accusé inculpé de conduite avec
facultés affaiblies et de conduite avec une alcoolémie « supérieure à 0.08 » — Modifications apportées au Code
criminel durant le procès de l’accusé limitent les éléments de preuve qui peuvent être produits en défense pour mettre
en doute la fiabilité des résultats obtenus par l’utilisation d’un alcootest — L’accusé peut-il se prévaloir de la défense
de type Carter? — Les modifications s’appliquent-elles rétrospectivement au moment où les infractions reprochées
auraient été commises? — Les modifications portent-elles atteinte à des droits procéduraux ou substantiels? — Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 258(1)c), 258(1)d.01) — Loi sur la lutte contre les crimes violents, L.C. 2008,
ch. 6.
Législation — Interprétation — Effet d’une nouvelle loi — Modifications apportées au Code criminel durant le
procès de l’accusé limitent les éléments de preuve qui peuvent être produits en défense pour mettre en doute la fiabilité
des résultats obtenus par l’utilisation d’un alcootest — Les modifications s’appliquent-elles rétrospectivement au
moment où les infractions reprochées auraient été commises? — Les modifications portent-elles atteinte à des droits
procéduraux ou substantiels? — Le législateur a-t-il prévu la conservation d’éléments de preuve en vue des procès
intentés avant l’entrée en vigueur des modifications? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 258(1)c),
258(1)d.01) — Loi sur la lutte contre les crimes violents, L.C. 2008, ch. 6.
D a été impliqué dans un accident automobile après lequel on lui a demandé de se soumettre à des alcootests
qui ont révélé des taux de 99 et 97 mg d’alcool par 100 ml de sang. D a été inculpé de conduite avec facultés affaiblies
et de conduite avec une alcoolémie supérieure à la limite légale de 80 mg d’alcool par 100 ml de sang.
Au début du procès de D, l’avocat de ce dernier a informé le juge qu’il comptait produire le rapport d’un
toxicologue pour contester l’exactitude des résultats de l’alcootest — ce qu’on appelle une défense de type Carter.
L’avocat du ministère public souhaitait contre-interroger le toxicologue au sujet de son rapport, mais ce dernier était
absent. Le procès a donc été ajourné. Après l’ajournement, mais avant la reprise du procès de D, des modifications au
Code criminel ont été adoptées, ce qui a eu pour effet d’éliminer la défense de type Carter comme moyen indépendant
pour soulever un doute raisonnable quant à la fiabilité des résultats de l’alcootest.
Le juge du procès a conclu à la recevabilité de la défense de type Carter présentée par D et a acquitté ce
dernier. Le juge de la cour d’appel des poursuites sommaires a maintenu cette décision, concluant que les nouvelles
dispositions législatives avaient pratiquement supprimé la défense de type Carter, qu’elles étaient des dispositions
substantielles et non procédurales, et qu’elles ne s’appliquaient donc que pour l’avenir. La Cour d’appel a infirmé cette
décision et conclu que les nouvelles dispositions législatives portaient simplement sur la preuve et qu’elles
s’appliquaient par conséquent au cas à l’étude. La tenue d’un nouveau procès sur le fondement du par. 258(1) du Code
criminel tel que modifié a été ordonnée.
Arrêt (la juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell sont dissidents) : Le pourvoi est accueilli
et l’acquittement est rétabli.
- 1675 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Les juges LeBel, Deschamps, Fish et Abella : Les tribunaux reconnaissent depuis longtemps le caractère
exceptionnel des mesures législatives applicables rétrospectivement. Plus précisément, ils ont jugé indésirable
l’application rétrospective de dispositions législatives portant atteinte à des droits acquis ou substantiels. La tâche qui
s’impose pour statuer sur l’application dans le temps des nouvelles dispositions législatives consiste non pas à les
qualifier de « dispositions procédurales » ou de « dispositions substantielles », mais à déterminer si elles portent atteinte
à des droits substantiels.
Le fait qu’une nouvelle mesure législative influe sur le contenu ou sur l’existence d’un moyen de défense,
plutôt qu’uniquement sur sa présentation, indique que des droits substantiels sont en jeu. Étant donné les modifications
apportées au Code criminel et l’arrêt St-Onge Lamoureux, 2012 CSC 57, la seule preuve pouvant être produite pour
soulever un doute raisonnable quant à la fiabilité des résultats de l’alcootest se limite désormais à celle du mauvais
fonctionnement ou de l’utilisation incorrecte de l’alcootest. La défense de type Carter a été supprimée comme moyen
de défense susceptible de soulever, à lui seul, un dou te raisonnable quant à la fiabilité des résultats de l’analyse. Cela
indique que les modifications au Code criminel ne sont pas simplement de nature procédurale; elles ont une incidence
sur un moyen de défense dont dispose l’accusé et sont, par le fait mê me, assujetties à la présomption de
non-rétrospectivité des nouvelles mesures législatives.
Le régime général instauré par le législateur repose sur des présomptions voulant que les résultats des analyses
soient exacts et correspondent à l’alcoolémie de l’accusé au moment où l’infraction reprochée aurait été commise.
Comme l’illustre l’arrêt St-Onge Lamoureux, ces présomptions légales portent atteinte à la présomption d’innocence
garantie par la Constitution. La conclusion selon laquelle l’atteinte est justifiée sous le régime des nouvelles
dispositions législatives ne change rien au fait qu’il a été porté atteinte à des droits constitutionnels. Il s’agit d’une
indication supplémentaire que les nouvelles mesures législatives portent atteinte à des droit s substantiels puisque les
droits constitutionnels sont forcément de nature substantielle. La règle générale interdisant l’application rétrospective
des mesures législatives devrait s’appliquer en cas d’atteinte à des droits constitutionnels.
Finalement, dans les cas où l’ancienne disposition législative n’envisage pas la collecte d’éléments de preuve
devenue nécessaire en raison de la nouvelle disposition législative, celle-ci ne peut s’appliquer que pour l’avenir.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell (dissidents) : Trois principes d’interprétation des
lois peuvent être pertinents pour déterminer dans quels cas s’appliquent de nouvelles dispositions législatives. Selon le
premier d’entre eux, le législateur est présumé ne pas souhaiter que la loi modifie la nature ou les conséquences
juridiques des actes commis avant son adoption. Selon le deuxième principe, le législateur est présumé ne pas avoir
l’intention de porter atteinte à des droits acquis. Selon le troisième, le législateur souhaite qu’un texte portant
exclusivement sur des questions de procédure, y compris de preuve, s’applique immédiatement à toutes les instances,
que celles-ci aient été engagées avant ou après l’entrée en vigueur du texte. La principale question en litige en l’espèce
est celle de savoir si les nouvelles dispositions législatives en cause sont de nature procédurale ou substantielle.
Les nouvelles dispositions législatives en cause satisfont à tous les critères énoncés par la Cour dans sa
jurisprudence pour établir qu’une disposition est de nature procédurale, et elles n’ont aucune des caractéristiques des
dispositions considérées à juste titre comme relevant du fond. Les dispositions traitent de présomptions de fait et des
éléments de preuve nécessaires pour les réfuter, et elles ne sont pertinentes que s’il y a bel et bien un litige. Les
dispositions relatives à la preuve comme celles en cause en l’espèce sont habituellement considérées de nature
procédurale. Qui plus est, ces dispositions n’ont aucune des caractéristiques des dispositions de fond. Elles ne
confèrent pas de conséquences nouvelles à des actes antérieurs, ni ne modifient le contenu substantiel d’un moyen de
défense. Elles n’influent pas non plus sur l’existence ou sur le contenu d’un droit. Les éléments de l’infraction n’ont
pas changé et il demeure loisible à l’accusé de présenter une preuve soulevant un doute raisonnable quant à l’existence
de ces éléments. Les dispositions n’interdisent pas une conduite qui était légale au mome nt où elle est survenue. En
outre, le fait que la disposition limite le droit de l’accusé d’être présumé innocent protégé par l’al. 11d) de la Charte ne
soutient pas la conclusion que la disposition en est une de fond.
Les nouvelles dispositions n’éliminent pas de moyen de défense, elles n’en neutralisent pas non plus. Ce que
l’on appelle la « défense de type Carter » est en fait un type particulier de preuve présentée afin de soulever un doute
raisonnable. Si l’on considère que ces dispositions écartent un moyen de défense, il faudrait alors considérer que toute
- 1676 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
disposition relative à la preuve qui augmente le risque de condamnation a le même effet. La jurisprudence de la Cour
indique clairement qu’il n’en est rien.
Ainsi, les nouvelles dispositions ne concernent que les règles de preuve applicables lors d’un procès et qu’elles
sont donc purement procédurales. Cela étant, elles sont présumées s’appliquer immédiatement, et rien ne réfute cette
présomption.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges MacPherson, Cronk et Epstein), 2009
ONCA 814, 98 O.R. (3d) 81, 248 C.C.C. (3d) 489, 71 C.R. (6th) 25, 256 O.A.C. 235, 86 M.V.R. (5th) 45, [2009] O.J.
No. 4875 (QL), 2009 CarswellOnt 7170, qui a infirmé une décision du juge Sproat (2009), 86 M.V.R (5th) 34, 2009
CanLII 24636, [2009] O.J. No. 2007 (QL), 2009 CarswellOnt 2698, confirmant l’acquittement prononcé par le juge
Clements. Pourvoi accueilli, la juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell sont dissidents.
Paul Burstein et J. Thomas Wiley, pour l’appelant.
Philip Perlmutter et James Palangio, pour l’intimée.
Jeffrey G. Johnston, pour l’intervenant le procureur général du Canada.
Michel Déom, Jean-Vincent Lacroix, Marie-Ève Mayer et Patricia Blair, pour l’intervenant le procureur
général du Québec.
Procureurs de l’appelant : Burstein Bryant, Toronto; J. Thomas Wiley, Brampton.
Procureur de l’intimée : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Ottawa.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Québec : Procureur général du Québec, Montréal.
- 1677 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
v
s
s
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
m otion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising