SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
November 16, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
1748 - 1779
Le 16 novembre 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1748
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1749
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1750 - 1772
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1773 - 1775
Requêtes
Appeals heard since last issue and
disposition
1776 - 1779
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Ural Direk
Ural Direk
F.L.
F.L.
v. (35051)
c. (35025)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Amanda Ross
City of Toronto
Jacques Lesage et autres (Qc)
Robert-Jean Chénier
McCarthy Tétrault S.E.N.C.R.L., s.r.l.
FILING DATE: 27.09.2012
DATE DE PRODUCTION : 01.10.2012
Larry Peter Klippenstein
Larry Peter Klippenstein
Gordon Richard Vail et al.
Peter C. Ghiz
v. (35053)
v. (35054)
Minister of Family Services and Consumer
Affairs (Man.)
Devin Johnston
A.G. of Manitoba
Workers Compensation Board of Prince
Edward Island et al. (P.E.I.)
Rosemary Scott, Q.C.
Stewart McKelvey
FILING DATE: 23.10.2012
FILING DATE: 25.10.2012
Lansdowne Park Conservancy
John Ernest Martin
v. (35059)
City of Ottawa (Ont.)
Stuart Huxley
City of Ottawa
FILING DATE: 29.10.2012
- 1748 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
NOVEMB ER 13, 2012 / LE 13 NOVEMBRE 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Gary Eunick v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (35020)
2.
Carevest Capital Inc. v. County of Leduc (Alta.) (Civil) (By Leave) (34935)
3.
Cardin Salomon c. Banque nationale du Canada (Qc) (Civile) (Autorisation) (35022)
4.
Jeffrey Jiyang Ma et al. v. Ying Ma also known as Michelle Ma (Ont.) (Civil) (By Leave) (34967)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
5.
H.H.R. v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (34982)
6.
Feuiltault Solutions Systems Inc. v. Zurich Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (35010)
7.
Gilbert Fournier c. Autorités des marchés financiers (Qc) (Civile) (Autorisation) (34979)
8.
Corporation of the Township of Scugog v. Shannon Deering, Tony Deering, Deborah Deering et al. (Ont.)
(Civil) (By Leave) (34943)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
9.
Her Majesty the Queen v. Mackenzie McDonald (Ont.) (Crim.) (By Leave) (34953)
10.
Robert Glen Harrison v. Ministry of Children and Family Development, Attorney General of British Columbia
et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (35043)
11.
Ministry of Community Safety and Correctional Services v. Information and Privacy Commissioner (Ont.)
(Civil) (By Leave) (34949)
12.
Yellow Pages Group Company v. Canadian Office and Professional Employees Union (Ont.) (Civil)
(By Leave) (34981)
- 1749 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
NOVEMB ER 15, 2012 / LE 15 NOVEMBRE 2012
33977
John Murphy v. John Wynne, William Holmes, William Kinlock , James Dougan, Barry
Clark, Richard O'Brien, Russell St. Eloi, Tom Millar, Tom Tomko, Anne St. Eloi, Alexander
McDonald, James Brady, Al Phillips, Ray Callard and Local 170 of the United Association of
Journeymen and Apprentices of the Plumbing and Pipefitting Industry of the United States
and Canada AND BETWEEN John Murphy de jure Business Manager of UA Local 170 of
Journeymen and Apprentices of the Plumbing and Pipefitting Industry of the United States of
America and Canada, de jure, Trustee Beneficiary of P.S. Holdings Ltd. and Pension Plan v.
Morley Shortt, Admitted Sole Member, Bare Trustee P.S. Holdings Ltd., The Union Funds
and Property, Theo Arsenault, Plumbers Pension Plan Administration, Shortt, Moore,
Arsenault and Associates Ltd., The Firm, including Sheila A. Temple, Solicitor for P.S.
Holdings Ltd. and Anne St. Eloi (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Moldaver and Karakatsanis JJ.
The applications for leave to appeal from the judgments of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA034995 and CA037160, 2011 BCCA 385 dated September 23, 2011, and 2012 BCCA 229,
dated May 17, 2012, are dismissed without costs.
Les demandes d’autorisation d’appel des arrêts de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéros CA034995 et CA037160, 2011 BCCA 385 daté du 23 septembre 2011, et 2012 BCCA 229, daté du 17 mai
2012, sont rejetées sans dépens.
CASE SUMMARY
Procedural law – Appeals – Courts – Whether appellate court erred.
March 22, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Ryan J.A.)
Application dismissed
September 23, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Smith, Neilson and Bennett JJ.A.)
2011 BCCA 385; CA034995; CA037160
Application for review dismissed
October 21, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
March 7, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Saunders J.A.)
2012 BCCA 113
Motion for miscellaneous orders dismissed
- 1750 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 17, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Donald, Kirkpatrick and Hinkson JJ.A.)
2012 BCCA 229; CA034995; CA037160
Application to vary order of Saunders J.A. dismissed
July 12, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Appels — Tribunaux — La Cour d'appel a-t-elle fait erreur?
22 mars 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juge Ryan)
Demande rejetée
23 septembre 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Smith, Neilson et Bennett)
2011 BCCA 385; CA034995; CA037160
Demande de révision rejetée
21 octobre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
7 mars 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge Saunders)
2012 BCCA 113
Requête pour obtenir diverses ordonnances, rejetée
17 mai 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Donald, Kirkpatrick et Hinkson)
2012 BCCA 229; CA034995; CA37160
Demande de modification de l'ordonnance de la juge
Saunders rejetée
12 juillet 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34828
John Doe, Requester v. Minister of Finance for the Province of Ontario AND BETWEEN
Information and Privacy Commissioner of Ontario (Diane Smith, Adjudicator) v. Minister of
Finance for the Province of Ontario (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
- 1751 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The motions for an extension of time to serve and file the applications for leave to appeal and the applicants’
replies are granted. The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario,
Number C54157, 2012 ONCA 125, dated February 24, 2012, are granted without costs.
Les requêtes en prorogation du délai de signification et de dépôt des demandes d’autorisation d’appel et des
répliques des demandeurs sont accueillies. Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de
l’Ontario, numéro C54157, 2012 ONCA 125, daté du 24 février 2012, sont accueillies sans dépens.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Access to information – Exemptions – Advice or recommendations to Minister – Whether the exemption for “advice
or recommendations” encompasses the presentation of a range of policy options and evaluative or analytical
commentary that does not reveal a suggested course of action or a preferred option – Whether the exemption for
“advice or recommendations” encompasses information which: (i) is not communicated to a decision-maker; and
(ii) does not reveal advice or recommendations communicated to a decision -maker – Whether the Court of Appeal
erred in concluding that the Information and Privacy Commissioner was unreasonable in answering each of the above
questions in the negative in this case – Freedom of Information and Protection of Privacy Act, R.S.O. 1990, c. F.31,
s. 13(1).
Pursuant to the Freedom of Information and Protection of Privacy Act (“Act”), the applicant requested records from
the Minister of Finance that concerned the issue of retroactivity and the effective date of amendments made to s. 2 of
the Corporations Tax Act, R.S.O. 1990, c. C-40. The records were sought as part of a dispute over tax liability. The
Minister denied access to the records arguing, among other things, that they contained advice or recommendations
which meant they were exempt from disclosure pursuant to s. 13(1) of the Act. The Information and Privacy
Commissioner subsequently ordered disclosure of the records on the basis that the y were in draft form, did not contain
a suggested course of action, and that there was no evidence that they had been communicated to the decision -maker
and therefore no evidence they had been used in the Minister’s deliberative process. The Divisional Co urt dismissed
the Minister’s application for judicial review in part. The Court of Appeal allowed the appeal.
February 18, 2010
Information and Privacy Commissioner of Ontario
(Smith, Adjudicator)
PA09-140
Release of records ordered pursuant to Freedom of
Information and Protection of Privacy Act, R.S.O.
1990, c. F.31
April 1, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Aston, Linhares de Sousa and Lederer JJ.)
2011 ONSC 2030
Application for judicial review dismissed in part
February 24, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg and Feldman JJ.A. and Swinton J. (ad hoc))
2012 ONCA 125
Appeal allowed; matter remitted to Information and
Privacy Commissioner for reconsideration
May 15, 2012
Supreme Court of Canada
Motions for extension of time and applications for
leave to appeal filed
- 1752 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Accès à l’information – Exceptions – Avis ou recommandations au ministre – L’exception relative aux « avis ou
recommandations » englobe-t-elle la présentation d’un éventail d’options stratégiques et de commentaires
d’appréciation ou analytiques qui ne révèlent aucune orientation ou option à privilégier? – L’exception relative aux
« avis ou recommandations » englobe-t-elle les renseignements qui : (i) ne sont pas communiqués à un décideur? et
(ii) ne révèlent aucun avis ou recommandation communiqué à un décideur? – La Cour d’appel a-t-elle commis une
erreur en concluant que le commissaire à l’information et à la protection de la vie privée a agi de façon déraisonnable
en répondant à chacune des questions ci-dessus par la négative dans la présente affaire? – Loi sur l’accès à
l’information et la protection de la vie privée, L.R.O. 1990, ch. F.31, par. 13(1).
Conformément à la Loi sur l’accès à l’information et à la protection de la vie privée (la « Loi »), le requérant a
demandé au ministre des Finances de lui communiquer des documents portant sur la question de la rétroactivité et de
la date de prise d’effet des modifications apportées à l’art. 2 de la Loi sur l’imposition des sociétés, L.R.O. 1990,
ch. C-40. Les documents étaient demandés dans le cadre d’un litige fiscal. Le ministre a refusé de produire les
documents, soutenant entre autres qu’ils contenaient des avis ou recommandations, ce qui les soustrayait à la
divulgation conformément au par. 13(1) de la Loi. Le commissaire à l’information et à la protection de la vie privée a
par la suite ordonné que les documents soient divulgués parce qu’ils étaient à l’état d’ébauche, qu’ils ne contenaient
aucun plan d’action, et parce que rien n’indiquait qu’ils avaient été communiqués au décideur et, par conséquent,
qu’ils avaient servi dans le cadre du processus de délibération du ministre. La Cour divisionnaire a rejeté en partie la
demande de contrôle judiciaire du ministre. La Cour d’appel a accueilli l’appel.
Le 18 février 2010
Commissaire à l’information et à la protection de la vie
privée de l’Ontario
(Arbitre Smith)
PA09-140
Communication
des
documents
ordonnée
conformément à la Loi sur l’accès à l’information et à
la protection de la vie privée, L.R.O. 1990, ch. F.31
Le 1er avril 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Les juges Aston, Linhares de Sousa et Lederer )
2011 ONSC 2030
Demande de contrôle judiciaire rejetée en partie
Le 24 février 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Les juges Rosenberg et Feldman, et le juge suppléant
Swinton)
2012 ONCA 125
Appel accueilli; affaire renvoyée au Commissaire à
l’information et à la protection de la vie privée pour
réexamen
Le 15 mai 2012
Cour suprême du Canada
Requêtes en prorogation de délai et demandes
d’autorisation d’appel déposées
- 1753 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34847
Sable Mary Seismic Incorporated and Matthew Kimball v. Geophysical Service Incorporated
(N.S.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Cromwell and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA
325703, 2012 NSCA 33, dated March 29, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CA 325703,
2012 NSCA 33, daté du 29 mars 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Courts — Jurisdiction — Reasons for judgment — Delay — Trial judge’s comprehension of the case — Whether a
multitude of errors of fact, conjecture and inferences drawn from fact impact the integrity of the trial judge’s decision
— Whether Court of Appeal failed to recognize and exercise its supervisory role in respect to duty to give reasons —
Whether Court of Appeal erred in failing to find that the Trial Judge’s reasons for judg ment and time between trial and
release of judgment did not meet proper standards and amounts to an error in law.
The applicants contracted with the respondent and others to form a joint venture under which they would provide
seismic services and related staff. Some written letters of agreement and draft agreements set out that the respondent
would pay the applicants their personnel costs plus 5% and Matthew Kimball a monthly salary but the applicants
argued that there was an oral agreement to change th e terms so that they would bill fixed dollar amounts shown on
invoices as actual salary plus 30% plus 6% plus 5% for benefits. The respondent eventually took over the applicant’s
seismic activities. It investigated past billings and, alleging overchargin g for personnel costs, sued the applicants for
breach of contract and fraud. The respondent alleged that personnel costs should have been billed at only actual costs
plus 5% and that Matthew Kimball’s salary and other salaries and charges were improperly billed twice. The reasons
for trial judgment were released after the six months permitted for reserving judgment under s. 34(d) of the Judicature
Act, R.S.N.S. 1989, c. 240.
December 31, 2009
Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division
(Warner J.)
2009 NSSC 404
$1,764,257.40 in damages awarded to respondent for
breach
of
contract,
fraud
and
fraudulent
misrepresentation
March 29, 2012
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald, Fichaud, Beveridge JJ.A.)
2012 NSCA 33; CA 325703
Appeal dismissed
May 28, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux — Compétence — Motifs du jugement — Retard — Manière dont le juge de première instance a compris
l'affaire — Une multitude d'erreurs de fait, de conjectures et d’inférences tirées de faits a-t-elle une incidence sur
l'intégrité de la décision du juge de première instance? — La Cour d'appel a-t-elle omis de reconnaître et d'exercer son
rôle de surveillance à l'égard de l'obligation de fournir des mo tifs? — La Cour d'appel a-t-elle eu tort de ne pas
- 1754 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
conclure que les motifs du jugement du juge de première instance et le délai qui s'est écoulé entre le procès et la
publication du jugement ne répondaient pas aux normes appropriées et équivalaient à une e rreur de droit?
Les demandeurs ont conclu avec l'intimée et d'autres un contrat de coentreprise en vertu duquel ils allaient fournir des
services sismologiques et du personnel connexe. Aux termes de certaines lettres d'entente et de projets de contrat,
l'intimée allait payer aux demandeurs leurs frais de personnel majorés de 5 % et à Matthew Kimball un salaire
mensuel, mais les demandeurs ont plaidé qu'il existait une entente verbale qui modifiait ces conditions pour qu'ils
facturent des montants fixes indiqués sur les factures comme salaire réel, majorés successivement de 30 %, 6 %, et
5 % à titre de bénéfices. L'intimée a fini par prendre en charge les activités sismologiques des demandeurs. Elle a
examiné les factures antérieures et, alléguant la surfacturation des frais de personnel, elle a poursuivi les demandeurs
pour violation de contrat et fraude. Les intimées ont allégué que les frais de personnel n’auraient dû être facturés
qu’aux frais réels majorés de 5 % et que le salaire de Matthew Kimball et d'autres salaires et frais avaient été indûment
facturés deux fois. Les motifs du jugement de première instance ont été publiés après l'expiration du délai de six mois
prescrit pour les jugements en délibéré à l'al. 34d) de la Judicature Act, R.S.N.S. 1989, ch. 240.
31 décembre 2009
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Section de
première instance
(Juge Warner)
2009 NSSC 404
La somme de 1 764 257,40 $ en dommages-intérêts est
accordée à l'intimée pour violation de contrat, fraude et
assertion frauduleuse et inexacte
29 mars 2012
Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges MacDonald, Fichaud et Beveridge)
2012 NSCA 33; CA 325703
Appel rejeté
28 mai 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34876
Lloyds Syndicate 1221 (Millennium Syndicate) v. Coventree Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54323,
2012 ONCA 341, dated May 24, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54323, 2012 ONCA
341, daté du 24 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Contracts — Construction — Contract of insurance — To what extent can pre and post contract statements,
negotiations, additions and deletions, be used to interpret or change the written contract? — To what extent can torts
concepts such as reasonable person be used to interpret/change what two business entities write down in a contract as
written proof of their subjective agreement and subjective intention?
Coventree Inc. was a major participant in the asset-backed commercial paper ("ABCP") market in Canada, whose
business was devastated following the August 2007 disruption of the ABCP market. At that time, Coventree had an
- 1755 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
insurance policy with Great American Insurance Company that covered its directors and officers. On October 16,
2007, Coventree gave notice under the Great American policy of potential claims related to the collapse of the ABCP
market, and in doing so, cast the net of potential claims against it as wide as possible. The following day, Coventree
obtained a new insurance policy with Lloyds (“Lloyds 2007 policy”) that provide d coverage from October 17, 2007 to
October 17, 2008 and expressly excluded coverage for any claim said to have occurred prior to October 17, 2007. A
further policy was negotiated between Lloyds and Coventree (“Lloyds 2008 policy”) which took effect a yea r later on
October 17, 2008 and ran until April 17, 2010. Under the Lloyds 2008 policy, the exclusion clause for prior acts was
removed.
On December 7, 2009, the Ontario Securities Commission issued a notice of hearing and statement of allegations
against Coventree. As a result of this investigation, Coventree’s directors incurred defence costs of $12 million. This
was reported as a claim for indemnification to both Great American and Lloyds. Great American accepted the claim
up to the limits of its $1 million policy with Coventree. Lloyds refused coverage on the basis that the claim fell under
the Great American policy. It also relied on three exclusion provisions in its own contract of insurance with
Coventree. Coventree argued that both policies applied and that Lloyds had waived the exclusion provisions it relied
on.
September 13, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Lederer J.)
2011 ONSC 4788
Declaration that Lloyds 2008 policy operative and
must respond to claims made
May 24, 2012
Court of Appeal for Ontario
(O'Connor, Armstrong and Watt JJ.A.)
2012 ONCA 341
Appeal dismissed
June 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats — Construction — Contrat d'assurance — Dans quelle mesure peut-on s’appuyer sur des déclarations,
négociations, ajouts et suppressions antérieurs et postérieurs au contrat pour interpréter ou modifier le contrat écrit? —
Dans quelle mesure peut-on s’appuyer sur des notions de responsabilité civile, par exemple la notion de personne
raisonnable, pour interpréter ou modifier ce que des entreprises écrivent dans un contrat comme preuve écrite de leur
entente et de leur intention subjectives?
Coventree Inc. était un acteur important dans le marché du papier commercial adossé à des actifs (« PCAA ») au
Canada, dont l'entreprise a été dévastée à la suite de la perturbation du marché du PCAA survenue en août 2007. À
cette époque, Coventree avait une police d'assurance de la Great American Insurance Company qui couvrait ses
administrateurs et dirigeants. Le 16 octobre 2007, Coventree a donné un avis, aux termes de la police Great American,
de réclamations éventuelles liées à l'effondrement du marché du PCAA et ce faisant, elle a décrit le plus largement
possible la portée des réclamations éventuelles qui pouvaient être faites contre elle. Le lendemain, Coventree a
souscrit une nouvelle police d'assurance auprès de la Lloyds (la « police Lloyds de 2007 ») qui offrait une couverture
du 17 octobre 2007 au 17 octobre 2008 et excluait expressément toute couverture à l'égard de réclamations déclarées
antérieures au 17 octobre 2007. Une autre police a été négociée entre Lloyds et Coventree (la « police Lloyds de
2008 ») qui a pris effet un an plus tard, le 17 octobre 2008, et qui est demeurée en vigueur jusqu'au 17 avril 2010. Aux
termes de la police Lloyds de 2008, la clause d'exclusion portant sur les actes antérieurs a été supprimée.
- 1756 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 7 décembre 2009, la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario a délivré un avis d'audience et un exposé des
allégations contre Coventree. En raison de cette enquête, les administrateurs de Coventree ont engagé des frais de
défense de 12 millions de dollars. Ce montant a été l’objet d’une demande d'indemnisation à la Great American et à la
Lloyds. Great American a accepté la réclamation jusqu'à concurrence de la limite d'un million de dollars stipulée dans
sa police avec Coventree. Lloyds a refusé d'indemniser, au motif que la réclamation était garantie par la police de la
Great American. Elle s'est également appuyée sur trois clauses d'exclusion dans son propre contrat d'assurance avec
Coventree. Coventree a plaidé que les deux polices s'appliquaient et que la Lloyds avait renoncé à l'application des
dispositions d'exclusion qu'elle invoquait.
13 septembre 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Lederer)
2011 ONSC 4788
Jugement déclarant que la police Lloyds de 2008
s’appliquait aux réclamations et qu'une indemnisation
était payable en vertu de celle-ci
24 mai 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges O'Connor, Armstrong et Watt)
2012 ONCA 341
Appel rejeté
22 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34880
1 King West Inc. v. 1420041 Ontario Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53690,
2012 ONCA 249, dated April 20, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53690, 2012 ONCA
249, daté du 20 avril 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Property — Condominiums — Common elements — Rights of individual unit holders — Whether individual unit
holders have right to sue with respect to common elements — In the alternative, whether an individual unit holder
should be entitled to sue in relation to common elements when the condo minium corporation has commenced an
action against the developer with respect to the common elements.
When 1 King West, a high-rise condominium complex in downtown Toronto, was under construction, 1420041
Ontario Inc. agreed to purchase nine units from 1 King West, the developer. 1420041 Ontario Inc. required that
certain common elements in its units be constructed according to its specifications, not according to the standard
condominium plans. When the building was available for occupancy, 1420041 On tario Inc. commenced an action
seeking, inter alia, specific performance of its agreement with respect to the custom design and finishes it claims 1
King West promised or, in the alternative, an abatement of the price or, in the further alternative, damage s (the
“Individual Action”). An action concerning construction of the common elements elsewhere in the building was soon
the subject of an action initiated by the condominium corporation on behalf of itself and the individual unit holders
- 1757 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
claiming damages against 1 and several other defendants (the “Condominium Action”). 1420041 Ontario Inc. did not
opt out of that action. 1 King West moved to strike the Individual Action on the basis that 1420041 Ontario Inc. did
not have standing to bring claims relating to the common elements. Initially, the motion was dismissed, but, on
appeal, it was granted. The Individual Action was dismissed insofar as it related to the common elements, and the
remainder of it was stayed insofar as it related to 1420041 Ontario Inc.’s units. Before the Court of Appeal heard the
further appeal, the Condominium Action was settled. The Court of Appeal held that the issues regarding the stay were
moot, and allowed the appeal insofar as it related to 1420041 Ontario Inc.’s standing to sue in relation to the common
elements. The Individual Action was reinstated.
February 19, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Stewart J.)
2010 ONSC 876
Motion to strike or stay Individual Action dismissed
December 9, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Divisional Court)
(Molloy, Sachs and Herman JJ.)
2010 ONSC 6671
Appeal allowed; Individual Action claims relating to
common elements struck; remainder of Individual
Action stayed with leave to lift stay if 1420041 Ontario
Inc. opts out of condominium action
April 20, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Cronk and Blair J.A., Strathy J. (ad hoc))
2012 ONCA 249
Appeal allowed; order of Divisional Court set aside
insofar as it deals with 1420041 Ontario Inc.’s legal
capacity to sue relating to common elements;
Individual Action reinstated relating to common
elements
June 19, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Biens — Condominiums — Parties communes — Droits des détenteurs de parties privatives — Les détenteurs de
parties privatives ont-ils le droit de poursuivre relativement aux parties communes? — À titre subsidiaire, le détenteur
d'une partie privative devrait-il avoir le droit de poursuivre en lien avec des parties communes lorsque que
l'association condominiale a intenté une action contre le promoteur relativement à ces parties?
Lorsque 1 King West, une tour d'habitation en copropriété située au centre -ville de Toronto, était en construction,
1420041 Ontario Inc. a accepté d'acheter neuf parties privatives de 1 King West, le promoteur. 1420041 Ontario Inc.
a demandé que certaines parties communes dans les parties privatives soient construites selon ses spécifications, et non
selon les plans standards du condominium. Lorsque l'immeuble était prêt à être occupé, 1420041 Ontario Inc. a
intenté une action dans laquelle elle a demandé entre autres l'exécution en nature de son contrat relativement à la
conception et à la finition personnalisées que 1 King West lui avait censément promises selon elle ou, subsidiairement,
une réduction du prix, ou subsidiairement encore, des dommages -intérêts (l'« action individuelle »). Une action en
dommages-intérêts portant sur la construction de parties communes ailleurs dans l'immeuble a bientôt été intentée par
l'association condominiale, en son nom et au nom des détenteurs de parties privatives, contre 1 King West et plusieurs
autres défendeurs (l'« action condominiale »). 1420041 Ontario Inc. ne s'est pas désistée de cette action. 1 King West
a demandé par motion la radiation de l'action individuelle, plaidant que 1420041 Ontario Inc. n'avait pas la qualité
pour introduire des demandes relatives aux parties communes. La motion a été rejetée en première instance, mais
accueillie en appel. L'action individuelle a été rejetée dans la mesure où elle était liée aux parties communes et, pour
- 1758 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
le reste, l'action a été suspendue dans la mesure où elle était liée aux parties privatives de 1420041 Ontario Inc. Avant
que la Cour d'appel n'instruise l'autre appel, l'action condominiale a été réglée à l'amiable. La Cour d'appel a statué
que les questions relatives à la suspension étaient théoriques et a accueilli l'appel dans la me sure où il était lié à la
qualité de 1420041 Ontario Inc. pour poursuivre en lien avec les parties communes. L'action individuelle a été
rétablie.
19 février 2010
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Stewart)
2010 ONSC 876
Motion en radiation ou en suspension de l'action
individuelle, rejetée
9 décembre 2010
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Cour divisionnaire)
(Juges Molloy, Sachs et Herman)
2010 ONSC 6671
Appel accueilli; allégations de l'action individuelle
liées aux parties communes, radiées; pour le reste,
l'action individuelle est suspendue avec autorisation de
lever la suspension si 1420041 Ontario Inc. se désiste
de l'action condominiale
20 avril 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Cronk, Blair et Strathy (ad hoc))
2012 ONCA 249
Appel accueilli; ordonnance de la Cour divisionnaire
annulée dans la mesure où elle porte sur la capacité
juridique de 1420041 Ontario Inc. de poursuivre
relativement aux parties communes; action individuelle
rétablie relativement aux parties communes
19 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34885
Wanda Bond v. Brookfield Asset Management Inc., Brookfield S pecial Situations Partners
Ltd. and 1439442 Alberta Ltd. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Moldaver and Karakatsanis JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal from the judgment
of the Court of Appeal for Ontario, Number C53770, 2011 ONCA 730, dated November 16, 2011, is dismissed with
costs. In any event, had such motion been granted, the application for leave to appeal would have been dismissed
with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53770, 2011 ONCA 730, daté du 16 novembre 2011, est rejetée avec
dépens. Quoi qu’il en soit, même si la requête avait été accueillie, la demande d’autorisation d’appel aurait été rejetée
avec dépens.
CASE SUMMARY
Courts — Jurisdiction — Conflict of laws — Whether superior courts of one province can entertain an oppression
action in respect of a corporation incorporated under the laws of a different province?
Birch Mountain Resources Limited was incorporated under the Alberta Business Corporations Act, R.S.A. 2000,
- 1759 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
c. B-9. It was based in Calgary and owned and operated a mine in northern Alberta. The applicant owned some of its
common shares, which were traded on several stock exchanges including the Toronto Stock Exchange. Tricap
Partners Ltd. and its parent are Ontario corporations. Tricap advanced a $31.5 million loan to Birch Mountain secured
by a debenture and loan agreement governed by Alberta law. Birch Mountain defaulted. Tricap commenced
enforcement proceedings and on January 8, 2009, the Alberta Court of Queens Bench issued a vesting order
transferring Birch Mountain's assets to 1439442 Alberta Ltd., an Alberta corporation based in Calgary and a private
wholly-owned subsidiary of Tricap. The applicant commenced a class proceeding in Ontario Superior Court, seeking
a declaration under the Ontario Business Corporations Act, R.S.O. 1990, c. B.16, that the respondents acted
oppressively, unfairly, prejudicially and with disregard to Birch Mountain’s common shareholders. She also seeks
damages for Birch Mountain’s common shareholders for losses in share value incurred between April 1, 2005 and
November 5, 2008. The respondent brought a motion to stay the proceedings and argued that Ontario was forum non
conveniens and the Ontario Superior Court did not have jurisdiction simpliciter.
April 20, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Perell J.)
2011 ONSC 2529
Motion to stay class proceeding granted
November 16, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Laskin, Rosenberg, Rouleau JJ.A.)
2011 ONCA 730; C53770
Appeal dismissed
June 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
June 29, 2012
Supreme Court of Canada
Application for extension of time to serve and file
application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux — Compétence — Conflit de lois — Les tribunaux supérieurs d'une province peuvent-ils connaître d'une
demande de redressement pour abus à l'égard d'une personne morale constituée en vertu des lois d'une autre province?
Birch Mountain Resources Limited a été constituée en vertu de l’Alberta Business Corporations Act, R.S.A. 2000,
ch. B-9. Elle avait son siège social à Calgary et était propriétaire-exploitante d'une mine située dans le nord de
l’Alberta. La demanderesse était propriétaire de quelques -unes de ses actions ordinaires, qui se négociaient sur
plusieurs bourses, y compris la Bourse de Toronto. Tricap Partners Ltd. et sa société-mère sont des personnes morales
de l’Ontario. Tricap a fait un prêt de 31,5 millions de dollars à Birch Mountain, garanti par une débenture et un
contrat de prêt régis par les lois de l'Alberta. Birch Mountain a manqué à ses obligations. Tricap a introduit une
instance en exécution et, le 8 janvier 2009, la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta a délivré une ordonnance d’envoi
en possession qui a eu pour effet de transférer l'actif de Birch Mountain à 1439442 Alberta Ltd., une personne morale
de l’Alberta ayant son siège à Calgary et une filiale fermée en propriété exclusive de Tricap. La demanderesse a
intenté un recours collectif en Cour supérieure de l’Ontario pour obtenir un jugement déclaratoire sous le régime de la
Loi sur les sociétés par actions de l’Ontario, L.R.O. 1990, ch. B.16, portant que les intimées avaient agi de façon
abusive, injuste, préjudiciable et sans tenir compte des actionnaires ordinaires de Birch Mountain. Elle demande aussi
des dommages-intérêts au nom des actionnaires ordinaires de Birch Mountain pour les pertes de la valeur des actions
subies entre le 1er avril 2005 et le 5 novembre 2008. Les intimées ont présenté une motion en suspension d'instance et
pour plaider que l'Ontario était un forum non conveniens et que la Cour supérieure de l'Ontario n'avait pas compétence
- 1760 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
en soi.
20 avril 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Perell)
2011 ONSC 2529
Motion en suspension du recours collectif, accueillie
16 novembre 2011
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Laskin, Rosenberg et Rouleau)
2011 ONCA 730; C53770
Appel rejeté
25 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
29 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande de prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d'autorisation d'appel, déposée
34898
Douglas Lewry v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -273-11,
2012 FCA 125, dated April 24, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -273-11, 2012 CAF 125,
daté du 24 avril 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Courts — Jurisdiction — Taxation — Procedure — Search warrants — Applicants challenging search warrant
obtained by Canada Revenue Agency from a justice of the peace in provincial court under the Criminal Code —
Applicants contending that warrant should have been obtained pursuant to provisions of Income Tax Act and Excise
Act — Respondent bringing motion to strike Applicants’ notice of application to Federal Court — Whether search and
seizure procedure followed by Canada Revenue Agency was illegal
The Lewrys challenged the validity of a search warrant issued by a justice of the peace for Saskatchewan under the
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, in the course of an investigation of income or excise tax offences by bringing an
application for judicial review of that order in the Federal Court. They argued, inter alia, that the Canada Revenue
Agency was not entitled to use the Code provisions to obtain a search warrant and was bound to use the search warrant
provisions in the Income Tax Act and Excise Tax Act. The Crown moved to have the Lewrys’ judicial review
application struck.
Respondent’s motion to strike Applicants’ notice of
application granted
March 28, 2011
Federal Court
(Lafrenière, Prothonotary)
Unreported
- 1761 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 11, 2011
Federal Court
(Noël J.)
2011 FC 883
Applicants’ motion to set aside Prothonotary’s order
granted
April 24, 2012
Federal Court of Appeal
(Pelletier, Gauthier and Stratas JJ.A.)
Appeal allowed, order of Prothonotary restored
June 22, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux — Compétence — Droit fiscal — Procédure — Mandats de perquisition — Les demandeurs contestent un
mandat de perquisition obtenu par l'Agence du revenu du Canada d'un juge de paix en cour provinciale en vertu du
Code criminel — Les demandeurs prétendent que le mandat aurait dû être obtenu en vertu des dispositions de la Loi de
l'impôt sur le revenu et de la Loi sur la taxe d'accise — L'intimé a présenté une requête en radiation de l’avis de
demande des demandeurs à la Cour fédérale — La procédure de perquisition et de saisie employée par l'Agence du
revenu du Canada était-t-elle illégale?
Les Lewry ont contesté la validité d'un mandat de perquisition décerné par un juge de paix de la Saskatchewan en
vertu du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, dans le cadre d'une enquête sur des infractions en matière d'impôt sur
le revenu ou de taxe d'accise en présentant une demande de contrôle judiciaire de cette ordonnance en Cour fédérale.
Ils ont plaidé entre autres que l'Agence du revenu du Canada n'avait pas droit de s'appuyer sur les dispositions du Code
pour obtenir un mandat de perquisition et qu'elle était tenue de s'appuyer sur les dispositions relatives aux mandats de
perquisition de la Loi de l'impôt sur le revenu et de la Loi sur la taxe d'accise. La Couronne a demandé par requête la
radiation de la demande de contrôle judiciaire présentée par les Lewry.
28 mars 2011
Cour fédérale
(Protonotaire Lafrenière)
Inédit
Requête de l'intimé en radiation de l’avis de demande
des demandeurs, accueillie
11 juillet 2011
Cour fédérale
(Juge Noël)
2011 CF 883
Requête des demandeurs en annulation de l'ordonnance
du protonotaire, accueillie
24 avril 2012
Cour d'appel fédérale
(Juges Pelletier, Gauthier et Stratas)
Appel accueilli, ordonnance du protonotaire rétablie
22 juin 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1762 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34909
Chief Robert Chamberlin, Chief of the Kwicksutaineuk/Ah-Kwa-Mish First Nation, on his
own behalf and on behalf of all members of the Kwicksutaineuk/Ah-Kwa-Mish First Nation
v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia as represented by the
Minister of Agriculture and Lands and Attorney General of Canada (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA038705 and CA038707, 2012 BCCA 193, dated May 3, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéros CA038705 et CA038707, 2012 BCCA 193, daté du 3 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil Procedure — Class actions — Aboriginal law — Fishing rights — Certification of action — Identifiable class —
Clear and objective criteria for the identification of members of the plaintiff class — “Aboriginal collectives” as
members of plaintiff class — To what extent are aboriginal peoples juridical persons with the legal capacity to sue or
assert causes of action in their own right? — To what extent can aboriginal people use class proceedings to litigate
issues involving aboriginal rights and title? — Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c.50
Chief Robert Chamberlin is the Chief of the Kwicksutaineuk/Ah -Kwa-Mish First Nation (KAFN). The KAFN is one
of several aboriginal groups inhabiting areas in proximity to the Broughton Archipelago in British Columbia. On his
own behalf and on behalf of all of the members of the KAFN, Mr. Chamberlin filed a statement of claim against the
Province of British Columbia and the Attorney General of Canada alleging in part that (i) the Province’s regulation of
salmon aquaculture was responsible for a significant decline in wild salmon stocks in the waters of the Broughton
Archipelago, (ii) that the operation of salmon aquaculture had reduced or destroyed the ability of members of the
KAFN to harvest sufficient quantities of wild salmon to satisfy their sustenance, social and ceremonial needs, and (iii)
that the conduct of both the federal and provincial Crowns in regulating salmon aquaculture infringed aboriginal
fishing rights protected by s. 35 of the Constitution Act, 1982.
Pursuant to the Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, Mr. Chamberlin applied to have his action certified as a
class action “on behalf of all aboriginal collectives who have or assert constitutionally protected aboriginal and/or
treaty rights to fish wild salmon for food, social, and ceremonial purposes [. . .] within the Broughton Archipelago”.
December 1, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Slade J.)
2010 BCSC 1699
Order certifying the action brought by the applicant as
a class proceeding, granted
May 3, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Smith [concurring], Garson, Hinkson JJ.A.)
2012 BCBCA 193
Appeal allowed and order certifying the action as a
class proceeding, rescinded
- 1763 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 2, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Recours collectifs — Droit des Autochtones — Droits de pêche — Certification du recours —
Catégorie identifiable — Critères clairs et objectifs d'identification des membres du groupe de demandeurs —
« Collectifs d’Autochtones » comme membres du groupe de demandeurs — Dans quelle mesure les peuples
autochtones sont-ils des personnes morales dotées de la capacité juridique de poursuivre ou de faire valoir des causes
d'action pour leur propre compte? — Dans quelle mesure les peuples autochtones peuvent-ils intenter des recours
collectifs pour porter en justice des questions relatives aux droits et titres ancestraux? — Class Proceedings Act,
R.S.B.C. 1996, c.50
Robert Chamberlin est le chef de la Première Nation de Kwicksutaineuk/Ah -Kwa-Mish (PNKA). La PNKA est l'un
des nombreux groupes autochtones qui habitent les régions situées à proximité de l'archipel de Broughton en
Colombie-Britannique. En son propre nom et au nom de tous les membres de la PNKA, M. Chamberlin a déposé une
déclaration contre la Province de Colombie-Britannique et le procureur général du Canada, alléguant notamment que
(i) le règlement de la Province sur la salmoniculture avait entraîné un déclin important des stocks de saumon sauvage
dans les eaux de l'archipel de Broughton, (ii) l'exploitation de la salmoniculture avait eu pour effet de réduire ou de
détruire la capacité des membres de la PNKA de récolter des quantités suffisantes de saumon sauvage pour assurer
leur subsistance et leurs besoins sociaux et cérémoniaux, (iii) la manière d’agir des Couronnes fédérale et provinciale
dans la réglementation de la salmoniculture portait atteinte aux droits de pêche ancestraux protégés par l'art. 35 de la
Loi constitutionnelle de 1982.
En vertu de la Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50, M. Chamberlin a demandé que son action soit certifiée
comme recours collectif [T RADUCT ION] « au nom de tous les collectifs d’Autochtones qui ont ou qui revendiquent des
droits ancestraux ou issus de traités constitutionnellement protégés de pêcher le saumon sauvage à des fins d'ordre
alimentaire, social et cérémonial [. . .] à l'intérieur de l'archipel de Broughton ».
1er décembre 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Slade)
2010 BCSC 1699
Ordonnance certifiant l'action intentée par
demandeur comme recours collectif, accordée
3 mai 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Smith [motifs concordants], Garson et Hinkson)
2012 BCBCA 193
Appel accueilli et ordonnance certifiant l’action
comme recours collectif, annulée
2 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1764 -
le
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34910
Emrah Bulatci v. Her Majesty the Queen (N.W.T.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Cromwell and Karakatsanis JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for the Northwest Territories, Number A -1AP200900015, 2012 NWTCA 6, dated April 13, 2012, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel des Territoires du Nord -Ouest, numéro A1-AP200900015, 2012 NWTCA 6, daté du 13 avril 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law — Evidence — Admissibility — Private communications — Procedure — Jury — Questioning
prospective jurors — During pursuit of and struggle with accused, officer was shot and fatally wounded —
Communications between accused and family members intercepted at correctional centre — As officer’s death
received much media and public attention, accused was entitled to challenge potential jurors for cause — Trial judge
ruled that potential jurors would be asked questions that were limited to “yes” or “no” answers — Whether intercepted
communications properly admitted at trial — Whether trial judge’s ruling on challenge for cause reasonab le.
In the course of an investigation into a report of an intoxicated and possibly suicidal male, a R.C.M.P. officer
encountered the accused, Mr. Bulatci, and some companions about to enter a taxi. The officer attempted to arrest
Mr. Bulatci. During the course of the officer’s search, Mr. Bulatci, who was in possession of a firearm, ran off and
was pursued by the officer. Mr. Bulatci fired two shots at the officer, who continued the pursuit. A struggled ensued
and Mr. Bulatci fired two more shots. It was subsequently discovered that the officer had been hit four times,
including a fatal wound to the neck. As the officer’s death received a great deal of media and public attention, the
trial’s venue was changed and Mr. Bulatci was entitled to challenge potential jurors for cause. The trial judge ruled
that potential jurors would be asked five or six questions, which were limited to yes or no answers. At trial, certain
communications that Mr. Bulatci had had with members of his family in a secure visiting room at the correctional
centre were introduced into evidence. The communications had been intercepted pursuant to an authorization that was
obtained prior to Mr. Bulatci’s arrest. Mr. Bulatci testified that he never intended to hit the officer. Mr. Bulatci
offered to plead guilty to manslaughter, which the Crown rejected, and the jury convicted him of first degree murder.
On appeal, Mr. Bulatci argued that the interceptions of private conversations, which he had had with his family, were
not authorized and those conversations ought not to have been admitted into evidence. The Court of Appeal dismissed
his appeal.
November 19, 2009
Supreme Court of the Northwest Territories
(Vertes J.)
A jury convicted the accused of first degree murder.
April 13, 2012
Court of Appeal for the Northwest
Territories
(Côté, Hunt and Slatter JJ.A.)
2012 NWTCA 6
Appeal dismissed.
- 1765 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 2, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to file and serve the leave
application filed together with the leave application itself.
September 21, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to file and serve the reply
filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Preuve — Admissibilité — Communications privées — Procédure — Jury — Interrogatoire de
candidats jurés — Au cours d'une poursuite et d'une bagarre avec l'accusé, un agent a été mortellement blessé par balle
— Des communications entre l'accusé et des membres de sa famille ont été interceptées au centre correctionnel —
Parce que le décès de l’agent avait attiré beaucoup d'attention dans les médias et dans le public, l'accusé avait le droit
de demander la récusation motivée des candidats jurés — Le juge du procès a statué que les seules questions qui
pouvaient être posées aux candidats jurés étaient celles qui pouvaient se répondre par « oui » ou par « non » — Les
communications interceptées ont-elles été admises à bon droit au procès? — La décision du juge du procès sur la
récusation motivée était-elle raisonnable?
Au cours d'une enquête effectuée à la suite du signalement d'un homme en état d'ivresse et potentiellement suicidaire,
un agent de la GRC a rencontré l'accusé, M. Bulatci, et quelques compagnons qui s'apprêtaient à monter à bord d'un
taxi. L'agent a tenté d'arrêter M. Bulatci. Pendant la fouille effectuée par l'agent, M. Bulatci, qui était en possession
d'une arme à feu, s'est enfui et a été poursuivi par l'agent. Monsieur Bulatci a tiré deux coups de feu en direction de
l'agent qui a continué la poursuite. Une lutte s'est ensuivie et M. Bulatci a tiré deux autres coups de feu. On a
découvert par la suite que l'agent avait été atteint à quatre reprises, y compris une blessure mortelle au cou. Parc e que
le décès de l'agent a été l'objet de beaucoup d'attention dans les médias et dans le public, le lieu du procès a été changé
et M. Bulatci avait le droit de demander la récusation motivée de candidats jurés. Le juge du procès a statué que les
candidats jurés se feraient poser cinq ou six questions qui se limitaient à des questions qui pouvaient se répondre par
« oui » ou par « non ». Au procès, certaines communications que M. Bulatci avait eues avec des membres de sa
famille dans un parloir sécurisé au centre correctionnel ont été mises en preuve. Les communications avaient été
interceptées en vertu d'une autorisation qui avait été obtenue avant l'arrestation de M. Bulatci. Dans son témoignage,
M. Bulatci a affirmé qu'il n'avait jamais eu l'intention d'atteindre l'agent. Monsieur Bulatci a offert de plaider coupable
d'homicide involontaire coupable, une offre qu'a refusée le ministère public, et le jury l'a déclaré coupable de meurtre
au premier degré. En appel, M. Bulatci a plaidé que les interceptions de conversations privées qu'il avait eu avec sa
famille n'était pas autorisées et que ces conversations n'auraient pas dû être admises en preuve. La Cour d'appel a
rejeté son appel.
19 novembre 2009
Cour suprême des Territoires du Nord-Ouest
(Juge Vertes)
Accusé déclaré coupable par un jury de meurtre au premier
degré.
13 avril 2012
Cour d'appel des Territoires du Nord-Ouest
(Juges Côté, Hunt et Slatter)
2012 NWTCA 6
Appel rejeté.
2 août 2012
Cour suprême du Canada
Requêtes en prorogation du délai de dépôt et de signification
de la demande d'autorisation d'appel déposée avec demande
d'autorisation elle-même.
- 1766 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
21 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de dépôt et de signification
de la réplique, déposée.
34913
Farrokh Rohani v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Moldaver and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038367, 2012 BCCA 198, dated May 9, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA038367, 2012 BCCA 198, daté du 9 mai 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law — Evidence — Misapprehension of evidence — Miscarriage of justice — Physician convicted of sexual
assault on 16-year-old patient — In making her finding as to physician’s credibility, trial judge referred t o typed
version of patient’s medical chart, which included entries not contained in handwritten chart in evidence — Typed
version was neither proven nor placed in evidence and physician was not questioned on it either on direct or under
cross-examination — Whether Court of Appeal erred in finding that misapprehension of typed medical chart evidence
did not result in miscarriage of justice.
The applicant, Dr. Rohani, was convicted of sexual assault on a 16-year-old male patient. The patient (“K”) alleged
that after Dr. Rohani treated him for injuries suffered while bike riding, Dr. Rohani sexually assaulted him. The trial
judge did not believe Dr. Rohani’s evidence as to what had occurred. The Crown’s case at trial was based essentially
on K’s testimony, which contained a number of inconsistencies, and on the tapes and transcripts of three intercepted
telephone conversations between Dr. Rohani and K after the alleged assault, which the Crown asserted contained
admissions by Dr. Rohani against his interest. Although there were inconsistencies in K’s evidence, the trial judge
found that K’s allegations were supported by the intercepted telephone calls. In making her finding as to Dr. Rohani’s
credibility, the judge referred to a typed version of K’s medical chart, which included entries not contained in the
portions of the handwritten chart that were in evidence. The typed version was neither proven nor placed in evidence
and Dr. Rohani was not questioned on it either on direct or under cross -examination. On appeal, Dr. Rohani argued
that the trial judge erred in her assessment of his credibility by referring to the typed medical chart and in assessing
K’s evidence by not addressing several inconsistencies in his evidence. The Court of Appeal held that while the trial
judge misapprehended the typed medical chart evidence, the misapprehension did not result in a miscarriage of justice.
The Court of Appeal therefore dismissed Dr. Rohani’s appeal.
July 22, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Allan J.)
2010 BCSC 1032
Accused convicted of sexual assault contrary to s. 271
of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46. A
conditional stay was entered on a second count of
touching for a sexual purpose contrary to s. 153.
- 1767 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 9, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Finch C.J.B.C. and Ryan and Saunders JJ.A.)
2012 BCCA 198
Appeal dismissed.
August 2, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Preuve — Interprétation erronée de la preuve — Erreur judiciaire — Médecin déclaré coupable
d'agression sexuelle d’un patient âgé de 16 ans — En arrivant à sa conclusion quant à la crédibilité du médecin, la juge
du procès s'est appuyée sur la version dactylographiée du dossier médical du patient, qui comprenait des inscriptions
qui ne figuraient pas dans le dossier manuscrit mis en preuve — La version dactylographiée n'était ni prouvée ni mise
en preuve et le médecin n'a pas été questionné à son sujet, que ce soit en interrogatoire principal ou en
contre-interrogatoire. — La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure que l'interprétation erronée de la preuve sous
forme de dossier médical dactylographié n'avait pas donné lieu à une erreur judiciaire?
Le demandeur, le Dr Rohani, a été déclaré coupable d'agression sexuelle d'un patient âgé de 16 ans. Selon le patient
(« K »), après que le Dr Rohani l’a traité pour des blessures subies alors qu'il faisait de la bicyclette, le D r Rohani
l'aurait agressé sexuellement. La juge du procès n'a pas cru le témoignage du D r Rohani sur ce qui s'était passé. La
preuve du ministère public au procès était essentiellement fondée sur le témoignage de K, qui renfermait un certain
nombre d'incohérences et sur les enregistrements et les transcriptions de trois conversations téléphoniques interceptées
entre le Dr Rohani et K après l'agression présumée, qui, d'après le ministère public, renfermaient des admissions du
Dr Rohani contraires à son intérêt. Même s'il y avait des incohérences dans le témoignage de K, la juge du procès a
conclu que les allégations de K étaient appuyées par les conversations téléphoniques interceptées. En arrivant à sa
conclusion quant à la crédibilité du Dr Rohani, la juge du procès s'est appuyée sur la version dactylographiée du
dossier médical de K, qui comprenait des inscriptions qui ne figuraient pas dans le dossier manuscrit mis en preuve. La
version dactylographiée n'était ni prouvée ni mise en preuve et le D r Rohani n'a pas été questionné à son sujet, que ce
soit en interrogatoire principal ou en contre-interrogatoire. En appel, le Dr Rohani a plaidé que la juge du procès avait
commis une erreur dans son appréciation de sa crédibilité en s'appuyant sur le dossier médical dactylographié et en
appréciant le témoignage de K sans prendre en compte plusieurs incohérences dans son témoignage. La Cour d'appel
a statué que même si la juge du procès avait mal interprété la preuve sous forme de dossier médical dactylographié,
l'interprétation erronée n'avait pas donné lieu à une erreur judiciaire. La Cour d'appel a donc rejeté l'appel du
Dr Rohani.
22 juillet 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Allan)
2010 BCSC 1032
Accusé déclaré coupable d'agression sexuelle
contrairement à l'art. 271 du Code criminel, L.R.C.
1985, ch. C-46. Un sursis conditionnel a été inscrit
relativement au deuxième chef d’avoir touché un
adolescent à des fins d’ordre sexuel contrairement à
l'art. 153.
9 mai 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juge en chef Finch, juges Ryan et Saunders)
2012 BCCA 198
Appel rejeté.
- 1768 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
2 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
34917
Anees Chaudhary v. Warden of Frontenac Institution (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Moldaver and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54342,
2012 ONCA 313, dated May 8, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54342, 2012 ONCA
313, daté du 8 mai 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Courts — Jurisdiction — Habeas corpus — Availability of habeas corpus to challenge revocation of parole by
National Parole Board — Whether a superior court can only decline habeas corpus jurisdiction if Parliament has put
in place a statutory scheme of review that is at least as broad and no less advantageous — Whether parole review
process meets this criteria — Whether applicant unlawfully deprived of liberty — Whether R. v. Graham (2001), 275
O.A.C. 200, was wrongly decided — Whether May v. Warden of Ferndale Institution, [2005] 3 S.C.R. 809, was
wrongly interpreted and applied.
The applicant was granted full parole from life imprisonment. His parole was suspended for failure to comply with a
condition of his parole that required him to make any financial disclosure requested by his parole officer. He was
arrested and returned to prison. On February 9, 2010, the National Parole Board reviewed the parole suspension and
revoked his parole. The Appeal Division upheld the Board’s decision. The applicant brought a habeas corpus
application in Superior Court. The applications judge declined to exercise the court’s habeas corpus jurisdiction.
August 5, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(McMunagle J.)
2011 ONSC 4627
Application for order granting habeas corpus with
certiorari-in-aid dismissed
May 8, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Cronk, Juriansz, Epstein JJ.A.)
2012 ONCA 313; C54342
Appeal dismissed
August 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux — Compétence — Habeas corpus — Recours à l’habeas corpus pour contester la révocation d'une
libération conditionnelle par la Commission nationale des libérations conditionnelles — Un tribunal supérieur peut-il
- 1769 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
refuser d’exercer sa compétence en matière d’habeas corpus seulement si le législateur a établi un régime législatif
d'examen qui est au moins aussi large et non moins avantageux? — Le processus d'examen en vue d'une libération
conditionnelle répond-il à ce critère? — Le demandeur a-t-il été illégalement privé de sa liberté? — L'arrêt R. c.
Graham (2001), 275 O.A.C. 200 est-il erroné? — L'arrêt May c. Directeur de l'Établissement Ferndale, [2005] 3
R.C.S 809, a-t-il été mal interprété et appliqué?
Le demandeur s'est vu accorder une libération conditionnelle totale de l'emprisonnement à perpétuité. Sa libération
conditionnelle a été suspendue pour manquement à une condition de celle -ci qui l'obligeait de faire toute divulgation
de renseignements d'ordre financier que lui demandait son agent de libération conditionnelle. Il a été arrêté et renvoyé
en prison. Le 9 février 2010, la Commission nationale des libérations conditionnelles a examiné la suspension de la
libération conditionnelle et l’a révoquée. La Section d'appel a confirmé la décision de la Commission. Le demandeur
a présenté une demande d’habeas corpus en Cour supérieure. Le juge saisi de la demande a refusé d'exercer la
compétence du tribunal en matière d’habeas corpus.
5 août 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge McMunagle)
2011 ONSC 4627
Demande d'ordonnance en habeas corpus avec
certiorari auxiliaire, rejetée
8 mai 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Cronk, Juriansz et Epstein)
2012 ONCA 313; C54342
Appel rejeté
7 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34944
Nizar Hajjage v. McGill University (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for actions is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of
Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-022766-125, 2012 QCCA 1272, dated July 10, 2012, is dismissed
with costs.
La requête visant la prise de mesures est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour
d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-022766-125, 2012 QCCA 1272, daté du 10 juillet 2012, est rejetée
avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Motion for leave to appeal dismissed — Whether the Court of Appeal erred in dismissing the
motion for leave to appeal?
In 1997, the applicant, Nizar Hajjage, was expulsed from his university studies at McGill University on the ground
that he did not meet the program requirements. In 2011, he complained to the Commission des droits de la personne et
des droits de la jeunesse, alleging, inter alia, that McGill discriminated against him on the basis of his ability as a
student. The Commission exercised its discretionary power under s. 78 of the Charter of Human Rights and Freedoms
- 1770 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
and decided to cease to act in Mr. Hajjage’s name. It found that the grounds alleged by Mr. Hajjage did not relate to
grounds of discrimination under s. 10 of the Charter. Furthermore, the Commission noted that the complaint was
prescribed, since it had been filed more than a decade after the alleged acts occurred.
Mr. Hajjage then wrote to the Human Rights Tribunal seeking a reversal of the Commission’s decision. He also
sought an order to compel McGill and the Commission to answer certain questions. McGill filed a motion to dismiss
the proceedings alleging lack of jurisdiction. The Tribunal granted the motion. It held that, barring certain exceptions
which did not apply here, once the Commission opts to cease to act pursuant s. 78 of the Charter, the Tribunal is
without jurisdiction to hear a complaint made by a complainant pers onally. Mr. Hajjage sought leave to appeal to the
Court of Appeal of Quebec. Bich J.A. dismissed his motion on the ground that an appeal had no likelihood of success.
May 14, 2012
Human Rights Tribunal
Motion to dismiss granted; proceedings dismissed for
lack of jurisdiction
July 10, 2012
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Bich J.A.)
2012 QCCA 1272; 500-09-022766-125
Motion for leave to appeal dismissed
August 7, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Requête en autorisation d'appel rejetée — La Cour d'appel a-t-elle eu tort de rejeter la requête en
autorisation d'appel?
En 1997, le demandeur, Nizar Hajjage, a été expulsé de son programme d'études universitaires à l'Université McGill
au motif qu'il ne respectait pas les exigences du programme. En 2011, il a porté plainte à la Commission des droits de
la personne et des droits de la jeunesse, alléguant entre autres que McGill avait été discriminatoire à son égard sur le
fondement de ses capacités comme étudiant. La Commission a exercé son pouvoir discrétionnaire en vertu de l'art. 78
de la Charte des droits et libertés de la personne et a décidé de cesser d'agir au nom de M. Hajjage. Elle a conclu que
les motifs allégués par M. Hajjage n'avaient pas rapport aux motifs de discrimination prévus à l'art. 10 de la Charte.
En outre, la Commission a noté que la plainte était prescrite, puisqu'elle avait été déposée plus d'une décennie après la
survenance des faits allégués.
Monsieur Hajjage a ensuite écrit au Tribunal des droits de la personne pour faire infirmer la décision de la
Commission. Il a également demandé une ordonnance pour contraindre McGill et la Commission de répondre à
certaines questions. McGill a déposé une requête en rejet de l'instance, alléguant l'absence de compétence. Le
Tribunal a accueilli la requête. Il a statué que, sous réserve de certaines exceptions qui ne s'appliquaient pas en
l’espèce, dès que la Commission choisissait de cesser d'agir conformément à l'art. 78 de la Charte, le Tribunal n'a pas
compétence pour instruire une plainte faite par un plaignant à titre personnel. Monsieur Hajjage a demandé
l'autorisation d'appel à la Cour d'appel du Québec. La juge Bich a rejeté sa requête au motif q u'elle ne présentait
aucune chance de succès.
14 mai 2012
Tribunal des droits de la personne
Requête en rejet, accueillie; instance rejetée pour
absence de compétence
- 1771 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
10 juillet 2012
Cour d'appel du Québec (Montréal)
(Juge Bich)
2012 QCCA 1272; 500-09-022766-125
Requête en autorisation d'appel, rejetée
7 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1772 -
MOTIONS
REQUÊTES
05.11.2012
Before / Devant: LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Attorney General of Ontario;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Canadian Civil Liberties
Association;
Samuelson-Glushko Canadian
Internet Policy and Public Interest
Clinic
IN / DANS :
Benjamin Cain MacKenzie
v. (34397)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(Sask.)
- and between Mandeep Singh Chehil
v. (34524)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(N.S.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the Attorney General of Ontario, the British Columbia Civil Liberties Association, the
Canadian Civil Liberties Association and Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy and Public Interest Clinic for
leave to intervene in the above appeals;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Attorney General of Ontario, the British Columbia Civil Liberties
Association, the Canadian Civil Liberties Association and Samuelson -Glushko Canadian Internet Policy and Public
Interest Clinic are granted and the said four interveners shall be entitled to each serve and file a single factum not to
exceed 10 pages in length on or before January 7, 2013.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
- 1773 -
MOTIONS
REQUÊTES
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellants and respondent by their interventions.
À LA SUITE DES DEMANDES présentées par le procureur général de l’Ontario, l’Association des libertés civiles de
la Colombie-Britannique, l’Association canadienne des libertés civiles et la Clinique d’intérêt public et de politique
d’internet du Canada Samuelson-Glushko en vue d'intervenir dans l'appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d'intervenir présentées par l’Ontario, l’Association des libertés civiles de la Colombie Britannique, l’Association canadienne des libertés civiles et la Clinique d’intérêt public et de politique d’internet du
Canada Samuelson-Glushko sont accueillies. Chacun de ces quatre intervenants pourra déposer un mémoire d'au plus
10 pages au plus tard le 7 janvier 2013.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelants et à
l'intimé tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
08.11.2012
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requête de l’appelant en prorogation du délai
de signification et de dépôt de l’avis d’appel
Motion by the appellant to extend the time to
serve and file the notice of appeal
Didier Buzizi
c. (34899)
Sa Majesté la Reine (Crim.) (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
À LA SUITE D’UNE DEMANDE de l’appelant visant à obtenir une prorogation de délai pour signifier et déposer un
avis d’appel au 12 juillet 2012, et son dossier, mémoire et recueil de sources au 20 décembre 2012;
ET APRÈS AVOIR PRIS CONNAISSANCE de la documentation déposée;
IL EST PAR LA PRÉSENTE ORDONNÉ CE QUI SUIT:
1) La demande de prorogation de délai pour signifier et déposer un avis d’appel au 12 juillet 2012 est
accordée.
2) L’appelant doit signifier et déposer son dossier, mémoire et recueil de sources le ou avant le 20 décembre
2012.
- 1774 -
MOTIONS
REQUÊTES
UPON APPLICATION by the appellant for an order extending the time to serve and file a notice of appeal to July 12,
2012, and extending the time within which the appellant may serve and file his record, factum and b ook of authorities
to December 20, 2012;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
(1) The application for an order extending the time to serve and file a notice of appeal to July 12, 2012 is
granted.
(2) The appellant shall serve and file his record, factum and book of authorities on or before December 20,
2012.
- 1775 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
09.11.2012
Coram: McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
P.D.T.
Deborah Hatch for the appellant.
v. (34780)
Maureen McGuire for the respondent.
Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal)
(As of Right)
2012 SCC 62 / 2012 CSC 62
DISMISSED / REJETÉ
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
of Alberta (Edmonton), Number 1103-0048-A, 2012
ABCA 68, dated March 5, 2012, was heard this day
and the following judgment was rendered orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d'appel de
l’Alberta (Edmonton), numéro 1103-0048-A, 2012
ABCA 68, en date du 5 mars 2012, a été entendu
aujourd’hui et le jugement suivant a été
rendu oralement :
[T RADUCT ION]
T HE CHIEF JUST ICE — This is an appeal as of right.
LA JUGE EN CHEF — Il s’agit d’un appel de plein droit.
The only issue is whether the verdict of guilt was
unreasonable. We agree with the majority of the
Court of Appeal that the verdict is not unreasonable.
The appeal is dismissed and the conviction affirmed.
La seule question à trancher est celle de savoir si le
verdict de culpabilité était déraisonnable. Nous
souscrivons à l’opinion des juges majoritaires de la
Cour d’appel selon laquelle le verdict n’est pas
déraisonnable. L’appel est rejeté et la déclaration de
culpabilité confirmée.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON
PART Y)
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE
DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON -PUBLICATION VISANT
UNE PART IE )
Criminal law - Sexual interference - Sexual
exploitation - Elements of the offence - Evidence Assessment - Reasonable verdict - Whether the
verdict was unreasonable - Whether the trial judge
erred in her application of R. v. W. (D.)., [1991] 1
S.C.R. 742 - Whether the trial judge failed to consider
an essential element of the offence in relation to a
“sexual purpose” - Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46, ss. 151 and 153(1).
Droit criminel - Contacts sexuels - Exploitation
sexuelle - Éléments de l’infraction - Preuve Appréciation - Verdict raisonnable - Le verdict était-il
déraisonnable? - La juge du procès s’est-elle trompée
dans son application de l’arrêt R. c. W. (D.). [1991] 1
R.C.S. 742? - La juge du procès a-t-elle omis de
considérer un élément essentiel de l’infraction en lien
avec des « fins d’ordre sexuel »? - Code criminel,
L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 151 et 153(1).
- 1776 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
13.11.2012
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Eric Victor Cojocaru, an infant by his Guardian
Ad Litem, Monica Cojocaru et al.
v. (34304)
Paul McGivern, Dan Shugarman, Ann Howell and
Marie-France Major for the appellants/respondents.
M. David Lepofsky for the intervener Attorney
General of Ontario.
British Columbia Women’s Hospital and Health
Center et al. (B.C.) (Civil) (By Leave)
George K. Macintosh, Q.C. and Tim Dickson for the
intervener Trial Lawyers Association of British
Columbia.
Mahmud Jamal and Raphael Eghan for the intervener
Canadian Bar Association.
Catherine L. Woods, Q.C. and Adam Howden-Duke
for the respondents/appellants.
James M. Lepp, Q.C., Mandeep K. Gill and Daniel J.
Reid for the respondents.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Appeals - Judgments - Reasons for judgment Decision of the trial judge contained large sections of
the appellants’ written closing submissions, without
attribution - Court of Appeal majority allowed appeals
and ordered a new trial - If a trial judge adopts the
submissions of only one party into his or her reasons
for judgment, is the presumption of judicial integrity
and impartiality so fundamentally displaced so as to
render the trial unfair (or a nullity) in the absence of
cogent evidence of bias? - Whether the trial judge
committed a palpable and overriding error by failing
to conduct an independent assessment of the evidence
and in failing to consider the respondents’ causation
defence.
Appels - Jugements - Motifs du jugement - La
décision du juge de première instance renfermait
d’importants extraits de l’argumentation écrite finale
des appelants, sans mention de la source - Les juges
majoritaires de la Cour d’appel ont accueilli les appels
et ordonné un nouveau procès - Si le juge de première
instance adopte l’argumentation d’une seule partie et
l’incorpore dans les motifs de son jugement, la
présomption d’intégrité et d’impartialité judiciaires
est-elle réfutée de façon tellement fondamentale qu’il
en résulte un procès injuste (ou nul) en l’absence de
preuve forte de partialité? - Le juge de première
instance a-t-il commis une erreur manifeste et
dominante en ne faisant pas une appréciation
indépendante de la preuve et en ne considérant pas le
moyen de défense des intimés fondé sur le lien de
causalité?
- 1777 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
14.11.2012
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Antrim Truck Centre Ltd.
Shane Rayman and Greg Temelini for the appellant.
v. (34413)
Her Majesty the Queen in Right of the Province of
Ontario, as represented by the Minister of
Transportation (Ont.) (Civil) (By Leave)
Leonard F. Marsello, Malliha Wilson, Shona L.
Compton and William R. MacLarkey for the
respondent.
Matthew Taylor and Jonathan Eades for the intervener
Attorney General of British Columbia.
Graham J. Rempe and Matthew G. Longo for the
intervener City of Toronto.
Kathryn I. Chalmers and Patrick G. Duffy for the
intervener Metrolinx.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Expropriation - Injurious affection - Compensation Appellant owner claiming compensation for business
damages including costs incurred in relocating truck
stop shortly after new highway opened - Ontario
Municipal Board awarding owner damages for
injurious affection - Divisional Court affirming
Board’s decision - Court of Appeal allowing appeal
and dismissing cross-appeal - Whether the Court of
Appeal erred in overturning the decisions of the Board
and the Divisional Court according to which the
appellant had established an actionable claim at law, a
necessary element to satisfy the test for injurious
affection where no land is taken under the
Expropriation Act - Expropriations Act, R.S.O. 1990,
c. E.26, ss. 1, 21.
Expropriation - Effet préjudiciable - Indemnité Indemnité pour dommages commerciaux sollicitée par
la propriétaire du bien-fonds, appelante en l’espèce, y
compris pour les frais engagés eu égard au
déplacement d’un relais routier effectué peu après
l’ouverture
d’une
nouvelle
autoroute
Dommages-intérêts pour effet préjudiciable accordés
à la propriétaire par la Commission des affaires
municipales de l’Ontario - Décision de la Commission
confirmée par la Cour divisionnaire - Appel accueilli
et appel incident rejeté par la Cour d’appel - La Cour
d’appel a-t-elle eu tort d’infirmer les décisions de la
Commission et de la Cour divisionnaires selon
lesquelles l’appelante avait établi un droit d’action
juridiquement réparable en common law, un élément
nécessaire pour satisfaire au critère d’effet
préjudiciable lorsqu’aucun bien-fonds n’est pris en
application de la Loi sur l’expropriation? - Loi sur
l’expropriation, L.R.O. 1990, ch. E.26, art. 1, 21.
- 1778 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
15.11.2012
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Construction Labour
Association
Relations
–
An Alberta
v. (34205)
ent H. Davidson, Q.C., Monique Petrin-Nicholson and
Gordon Nekolaichuk for the appellant.
Shawn W. McLeod for the respondent Alberta Labour
Relations Board.
Driver Iron Inc. et al (Alta.) (Civil) (By Leave)
Peter Gall, Joana Thackeray, Jennifer Klinck and
Andrea Zwack for the respondent Driver Iron Inc.
Joanna Gislason, Gary Caroline and Lyndsay Watson
for the respondent International Association of
Bridge, Structural, Ornamental and Reinforcing
Ironworkers, Local Union No. 720.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Labour relations - Standard of review - Sufficiency of
reasons - Reasonableness - Whether the decision of
the Board as to the meaning and effect of s. 178 of the
Labour Relations Code was reasonable - Whether the
Court of Appeal erred in quashing the decision of the
Board on the basis that its reasons were insufficient,
without inquiring into whether the decision itself fell
within a range of possible, acceptable outcomes.
Relations de travail - Norme de contrôle - Suffisance
des motifs - Raisonnabilité - La décision de la
commission des relations de travail intimée quant au
sens et à l’effet de l’art. 178 du Labour Relations
Code était-elle raisonnable? - La Cour d’appel a-t-elle
eu tort d’annuler la décision de la commission au
motif que ses motifs étaient insuffisants, sans se
demander si la décision elle-même faisait partie des
issues possibles acceptables?
- 1779 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
v
s
s
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
m otion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising