SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu, mais la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued weekly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
May 11, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
705 - 752
Le 11 mai 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
705 - 706
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
707
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Oral hearing on applications for
leave
708
Audience sur les demandes d'autorisation
Judgments on applications for
leave
709 - 739
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
740 - 744
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
745
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
746 - 748
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
749
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
750 - 752
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
N.P. et al.
N.P.
Hagop Artinian et al.
Julius H. Grey
Grey Casgrain
v. (34777)
v. (34719)
Director of the Child, Youth and Family
Enhancement Act (Alta.)
Brian J. Kash
A.G. of Alberta
Mary Kanavaros (Que.)
Martine L. Tremblay
Kugler Kandestin s.e.n.c.r.l.
FILING DATE: 23.02.2012
FILING DATE: 15.03.2012
Éric Bédard
Alexandre Bergevin
Bradley Francis Gray
Karen B. Molle
c. (34737)
v. (34772)
Ministre de la Justice du Canada (Qc)
Constantina Antonopoulos
Ministère de la Justice du Canada
Her Majesty the Queen (Alta.)
Jolaine Antonio
A.G. of Alberta
DATE DE PRODUCTION : 28.03.2012
FILING DATE: 16.04.2012
Alain Painchaud
Alain Painchaud
Guy Patenaude
Guy Patenaude
c. (34778)
c. (34776)
Usinage M.D. (2006) Inc. et autres (Qc)
Fernand Moisan
Barakatt, Harvey
Cynthia Garnier (Qc)
Cynthia Garnier
Belzile Auger Garnier
DATE DE PRODUCTION : 16.04.2012
DATE DE PRODUCTION : 18.04.2012
Everald Davis
Joseph Di Luca
Di Luca Copeland Davies LLP
Jessy Domond
Jessy Domond
c. (34783)
v. (34782)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Michal Fairburn
A.G. of Ontario
Fonds d’assurance responsabilité
professionnelle du barreau du Québec (Qc)
Patricia Timmons
Barreau du Québec
FILING DATE: 20.04.2012
DATE DE PRODUCTION : 20.04.2012
- 705 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Jessy Domond
Jessy Domond
Nicole (Nora) Hérold
Nicole (Nora) Hérold
c. (34785)
c. (34787)
Fonds d’assurance responsabilité du collège des
médecins du Québec (Qc)
André-Philippe Mallette
Clyde & Cie Canada s.e.n.c.r.l.
Bank of Nova Scotia (Ont.)
Evan L. Cappe
Kronis, Rotsztain, Margles Cappell LLP
FILING DATE: 23.04.2012
DATE DE PRODUCTION : 20.04.2012
- 706 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
MAY 7, 2012 / LE 7 MAI 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Rothstein and Moldaver JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Moldaver
1.
Wilfred Doyle v. Terrance McAleer (P.E.I.) (Civil) (By Leave) (34728)
2.
Melvin Sumner v. PCL Constructors Inc. et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (34630)
3.
Don Reid Stewart, Executor of the Estate of Rene Vallette, Deceased v. Appeals Commission for the Alberta
Workers' Compensation et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (34709)
CORAM: LeBel, Abella and Cromwell JJ.
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
4.
Thanh Long Vu v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (34687)
5.
Merck & Co. Inc. et al. v. Apotex Inc. et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (34681)
CORAM: Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
6.
Marty David O'Brien v. Her Majesty the Queen (N.S.) (Crim.) (By Leave) (34639)
7.
C.S. et al. v. Children's Aid Society of the Regional Municipality of Waterloo et al. (Ont.) (Civil) (By Leave)
(34721)
- 707 -
ORAL HEARING ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
AUDIENCE SUR LES DEMANDES
D’AUTORISATION
MAY 7, 2012 / LE 7 MAI 2012
Coram: McLachlin C.J. and Deschamps and Cromwell JJ.
Motion heard
Requête entendue
Mandeep Singh Chehil
Stanley W. MacDonald, Q.C. for the applicant.
Mark J. Covan for the respondent.
(By videoconference)
v. (34524)
Her Majesty the Queen (N.S.) (Criminal)
(By Leave)
GRANTED, Deschamps J. dissenting / ACCORDÉE, la juge Deschamps est dissidente
Nature of the case:
Nature de la cause :
Charter of Rights and Freedoms – Search and seizure
– Freedom from unreasonable search and seizure –
Sniff search of suitcase by sniffer-dog led to discovery
of drugs - Whether the jurisprudence is inconsistent
regarding the meaning of ―objectively reasonable
suspicion‖ – What factors should be considered when
deciding if there is a ―reasonable suspicion‖ of
criminal activity that justifies the use of a sniffer dog What standards should be applied by the courts when
considering the reliability of a police sniffer-dog Whether there are issues of public importance raised –
ss. 7, 8 and 9 of the Charter.
Charte des droits et libertés – Fouilles et perquisitions
– Protection contre fouilles, les perquisitions et les
saisies abusives – La fouille d'une valise au moyen
d’un chien renifleur a mené à la découverte de drogue
– La jurisprudence est-elle contradictoire quant au
sens de l'expression « soupçon objectivement
raisonnable »? – Quels facteurs doivent être pris en
compte lorsqu'il s'agit de décider s'il existe un
« soupçon raisonnable » d'activité criminelle qui
justifie l'utilisation d'un chien renifleur? – Quelles
normes les tribunaux doivent-ils appliquer lorsqu'ils
considèrent la fiabilité d'un chien policier renifleur? –
L'affaire soulève-t-elle des questions d'importance
pour le public? – Art. 7, 8 et 9 de la Charte.
- 708 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
MAY 10, 2012 / LE 10 MAI 2012
34397
Benjamin Cain MacKenzie v. Her Majesty the Queen (Sask.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Deschamps and Cromwell JJ.
After hearing the parties on the leave application on January 9, 2012, the application for leave to appeal from
the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number 1765, 2011 SKCA 64, dated May 25, 2011, is
granted without costs. This appeal is to be heard with Mandeep Singh Chehil v. Her Majesty the Queen (34524).
Après audition des parties sur la demande d’autorisation d’appel le 9 janvier 2012, la demande d’autorisation
d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro 1765, 2011 SKCA 64, daté du 25 mai 2011, est
accueillie sans dépens. Cet appel sera entendu avec Mandeep Singh Chehil c. Sa Majesté la Reine (34524).
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms — Search and seizure — Freedom from unreasonable search and seizure —
Sniff-search of vehicle by sniffer dog led to discovery of drugs — Whether the jurisprudence is inconsistent regarding
―reasonable suspicion‖ and a clear test is needed — Whether the Court of Appeal misapplied the standard for appellate
review and applied an incorrect evidentiary standard — Whether there are issues of public importance raised — S. 8
of the Charter.
The officers were on traffic patrol. The officers testified that they intended to issue the accused a warning ticket for
speeding. The officers then became suspicious that the accused was in possession of a controlled substance. They
conducted a sniff search with a sniffer dog. The officers found a large quantity of marijuana in the trunk of the
applicant’s vehicle. Were there sufficient objective grounds to reasonably suspect the accused was in possession of a
controlled substance? On the voir dire ruling, the judge held the officer’s conduct had not been grounded in a
reasonable suspicion; therefore, the search was unreasonable and the evidence was excluded. The Court of Appeal
held that the reasonable suspicion standard was met. The Court of Appeal allowed the Crown appeal and remitted the
matter to a judge of the Court of Queen’s Bench for a trial on the evidence.
October 20, 2009
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(McLellan J.)
2009 SKQB 415
Voir dire ruling: search violated s. 8 of the Charter;
evidence excluded pursuant to s. 24(2)
May 25, 2011
Court of Appeal for Saskatchewan
(Klebuc C.J., Richards and Caldwell JJ.A.)
2011 SKCA 64
Crown appeal allowed: matter remitted to a judge of
the Court of Queen’s Bench for a trial on the evidence
August 23, 2011
Supreme Court of Canada
Oral hearing of leave application and application for
leave to appeal filed
- 709 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Fouilles et perquisitions — Protection contre les fouilles, les saisies et les perquisitions
abusives — La fouille d’un véhicule au moyen d’un chien renifleur a mené à la découverte de drogue — La
jurisprudence est-elle contradictoire relativement au critère des « soupçons raisonnables » et un critère clair est-il
nécessaire? — La Cour d'appel a-t-elle mal appliqué la norme de révision en appel et appliqué une norme de preuve
erronée? — L'affaire soulève-t-elle des questions d'importance pour le public? — Art. 8 de la Charte.
Les agents en cause étaient en patrouille de la circulation. Dans leurs témoignages, ils ont affirmé avoir eu l’intention
de remettre à l'accusé un avertissement pour excès de vitesse. Les agents ont ensuite commencé à soupçonner que
l'accusé était en possession d'une substance réglementée. Ils ont effectué une fouille à l'aide d’un chien renifleur. Les
agents ont trouvé une importante quantité de marijuana dans le coffre du véhicule du demandeur. Y avait-il des motifs
objectifs suffisants pour soupçonner raisonnablement que l'accusé était en possession d'une substance réglementée?
Dans une décision lors d’un voir-dire, le juge a statué que l'agent n'avait pas agi sur le fondement de soupçons
raisonnables, si bien que la preuve était déraisonnable et la preuve a été exclue. La Cour d'appel a statué que le critère
des soupçons raisonnables avait été rempli. La Cour d'appel a accueilli l'appel du ministère public et renvoyé l'affaire
à un juge de la Cour du Banc de la Reine pour la tenue d'un procès sur la preuve.
20 octobre 2009
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge McLellan)
2009 SKQB 415
Décision lors d'un voir-dire : la fouille a violé l'art. 8
de la Charte; la preuve est exclue en vertu du
par. 24(2)
25 mai 2011
Cour d'appel de la Saskatchewan
(Juge en chef Klebuc, juges Richards et Caldwell)
2011 SKCA 64
Appel du ministère public accueilli : affaire renvoyée à
un juge de la Cour du Banc de la Reine pour la tenue
d'un procès sur la preuve
23 août 2011
Cour suprême du Canada
Audience de la demande d'autorisation et demande
d'autorisation d'appel, déposée
- 710 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
34479
Confédération des syndicats nationaux (CSN) et al., Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
et al., Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et al., Syndicat québécois
des employés de service, section locale 298 (FTQ), Centrale des professionnelles et
professionnels de la santé (CPS) et al., Association professionnelle des technologistes
médicaux du Québec (APTMQ), Syndicat canadien de la fonction publique et al., Fédération
interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) successeure de Fédération des infirmières et
infirmiers du Québec (FIIQ), Association des techniciens en diététique du Québec (ATDQ),
Syndicat des ergothérapeutes du Québec (SEQ), Syndicat des professionnelles et des
professionnels du gouvernement du Québec et Syndicat professionnel des diététistes et
nutritionnistes du Québec (SPDNQ) c. Procureur général du Québec ET ENTRE
Confédération des syndicats nationaux (CSN) et al., Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
et al., Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et al., Syndicat québécois
des employés de service, section locale 298 (FTQ), Association professionnelle des
technologistes médicaux du Québec (APTMQ), Alliance du personnel professionnel et
technique de la santé et des services sociaux-apts (CPS-APTMQ) et Centrale des
professionnelles et professionnels de la santé (CPS) et al., Fédération interprofessionnelle de
la santé du Québec (FIQ) successeure de Fédération des infirmières et infirmiers du Québec
(FIIQ), Syndicat canadien de la fonction publique et al. et Syndicat professionnel des
diététistes et nutritionnistes du Québec (SPDNQ) c. Procureur général du Québec (Qc)
(Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09018310-078 et 500-09-018313-072, 2011 QCCA 1247, daté du 6 juillet 2011, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
Numbers 500-09-018310-078 and 500-09-018313-072, 2011 QCCA 1247, dated July 6, 2011, is dismissed with
costs.
CASE SUMMARY
Canadian Charter – Freedom of association – Labour relations – Bargaining units determined by statute in Quebec
social affairs sector – Whether this process of negotiation contrary to freedom of association – Constitution Act, 1982,
s. 2(d) – Charter of human rights and freedoms, R.S.Q. c. C-12, s. 3 – An Act respecting bargaining units in the social
affairs sector and amending the Act respecting the process of negotiation of the collective agreements in the public
and parapublic sectors, R.S.Q. c. U-0.1.
In December 2003, the Quebec National Assembly enacted a statute that changed the union system applicable to
labour relations in the health and social affairs sector. The statute created merged bargaining units, decentralized the
negotiation of several matters and provided for an arbitration process. The affected unions challenged the statute’s
constitutionality, particularly on the basis of freedom of association. The Commission des relations de travail held that
the statute was valid, but an application for judicial review was brought against that decision.
November 30, 2007
Quebec Superior Court
(Roy J.)
Neutral citation: 2007 QCCS 5513
Impugned statute declared unconstitutional in entirety
on ground that it infringed freedom of association
protected by Charters without infringement being
justified
- 711 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 6, 2011
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Robert, Morissette and Bich JJ.A.)
Neutral citation: 2011 QCCA 1247
Appeal allowed to declare statute constitutionally
valid; incidental appeal dismissed
September 29, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne – Liberté d’association – Relations de travail – Unités de négociation déterminées par loi dans le
secteur québécois des affaires sociales – Ce régime de négociation enfreint-il la liberté d’association? – Loi
constitutionnelle de 1982, al. 2 d) – Charte des droits et libertés de la personne, L.R.Q. ch. C-12, art. 3 – Loi
concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de
négociation des conventions collectives dans les secteurs public et parapublic, L.R.Q. ch. U-0.1.
En décembre 2003, l'Assemblée nationale du Québec adopte une loi qui modifie le régime syndical applicable aux
relations de travail dans le secteur de la santé et des affaires sociales. Cette loi crée des unités de négociation
regroupées, décentralise la négociation sur plusieurs sujets et prévoit un processus d’arbitrage. Les syndicats touchés
contestent la constitutionnalité de la loi, en particulier au chapitre de la liberté d’association. La Commission des
relations de travail juge la loi valide mais cette décision fait l’objet d’une demande de contrôle judiciaire.
Le 30 novembre 2007
Cour supérieure du Québec
(La juge Roy)
Référence neutre : 2007 QCCS 5513
Loi en litige déclarée inconstitutionnelle dans son
entier au motif qu’elle enfreint la liberté d’association
protégée par les Chartes sans que cette atteinte soit
justifiée.
Le 6 juillet 2011
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Robert, Morissette et Bich)
Référence neutre : 2011 QCCA 1247
Appel accueilli aux fins de déclarer la validité
constitutionnelle de la loi; appel incident rejeté.
Le 29 septembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34493
Laurent Laroche c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10001830-053, 2011 QCCA 1891, daté du 11 octobre 2011, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number
200-10-001830-053, 2011 QCCA 1891, dated October 11, 2011, is dismissed without costs.
- 712 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Criminal law – Charge to jury – Procedure – Fraud – Evidence – Whether Court of Appeal erred in law in concluding
that trial judge not required to conduct inquiry concerning discharge of juror – Whether Court of Appeal erred in law
in concluding that there was no limit on number of counts prosecution could include in indictment – Whether Court of
Appeal erred in law in concluding that appearance of trial fairness not compromised when trial judge intervened to
deal with various requests made to him by members of jury – Whether Court of Appeal erred in law in concluding that
fraud could be proved having regard to nature of risk of monetary deprivation and trial judge’s charge on this point –
Whether Court of Appeal erred in law in concluding that applicant could be convicted of using forged document
without intent to defraud – Whether Court of Appeal erred in law in concluding that trial judge had adequately
corrected statements made by counsel for respondent during closing argument – Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46,
ss. 321, 366(1), 368(1), 380(1), 591, 644(1).
The applicant operated Garage Côté Laroche Inc., whose main activity was repairing seriously damaged road vehicles.
The lease of industrial condominiums was added to the business and was a significant source of income. During an
audit, an employee of the Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) found serious irregularities in five
records of rebuilding submitted by the Garage. Convinced that the vehicles’ certificates of technical compliance had
been obtained illegally, the government employee handed the files over to the police. Following an investigation, a
number of the vehicles in issue were seized and the Crown charged the applicant with forgery, use of a forged
document and possession of stolen property. The police investigation subsequently expanded to dozens of records of
rebuilding and to purchases of immovable property.
The applicant was ultimately charged with 342 counts and tried before a jury on 334 counts, including making a false
document, s. 366(1) Cr.C. (7 counts); use of a forged document, s. 368(1) Cr.C. (134 counts); possession of stolen
property, s. 354(1) Cr.C. (49 counts); fraud, s. 380(1) Cr.C. (140 counts); and possession of property obtained by
crime, s. 354(1) Cr.C. (4 counts).
November 3, 2005
Quebec Superior Court
(Lévesque J.)
C.S.Q. 200-01-092260-045
Guilty verdicts returned by jury on 31 counts of use of
forged document (s. 368(1) Cr.C.), 38 counts of
possession of stolen property (s. 354(1) Cr.C.) and
100 counts of fraud (s. 380(1) Cr.C.).
October 11, 2011
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Rochette, Vézina and Wagner JJ.A.)
C.A.Q. 200-10-001830-053
Neutral citation: 2011 QCCA 1891
Guilty verdicts upheld except on 6 counts of
possession of stolen property (s. 354(1) Cr.C.) and
28 counts of fraud (s. 380(1) Cr.C.).
December 9, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Directives au jury – Procédure –Fraude – Preuve – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant
qu’un juge d’instance n’était pas tenu de mener une enquête sur la libération d’un juré? – La Cour d’appel a-t-elle erré
en droit en concluant qu’il n’y avait pas de limite au nombre de chefs que la poursuite pouvait inclure dans un acte
d’accusation? – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant que l’apparence d’un procès juste et équitable
n’avait pas été rompue lorsque le juge du procès est intervenu pour régler diverses demandes qui lui ont été adressées
par des membres du jury? – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant qu’une fraude pouvait être prouvée
compte tenu de la nature du risque de privation monétaire et les directives du juge du procès à cet égard? – La Cour
- 713 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’appel a-t-elle erré en droit en concluant que le demandeur pouvait être condamné pour usage de faux en marge d’une
intention de frauder? – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant que le juge du procès avait adéquatement
corrigé les propos du procureur de l’intimée lors de sa plaidoirie finale? – Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46,
art. 321, 366(1), 368(1), 380(1), 591, 644(1).
Le demandeur exploitait le Garage Côté Laroche Inc. dont la principale activité est la réparation de véhicules routiers
gravement accidentés. La location de condominiums industriels s’est ajoutée au commerce et représente une source
importante de revenus. Au cours d’une vérification, un employé de la Société de l’assurance automobile du Québec
(SAAQ) constate que cinq dossiers de reconstruction présentés par le Garage comportent des irrégularités graves.
Convaincu que les certificats de conformité technique des véhicules ont été obtenus illégalement, le fonctionnaire
remet les dossiers au service de police. Après enquête, un certain nombre de véhicules en cause sont saisis et le
ministère public porte des accusations de faux, d’usage de faux et de recel contre le demandeur. L’enquête policière
s’est par la suite étendue à des dizaines de dossiers de reconstruction ainsi qu’à des acquisitions immobilières.
Le demandeur a ultimement fait face à 342 chefs d’accusation et a subi son procès devant jury sur 334 chefs, dont
fabrication de faux, art. 366(1) C.cr. (7 chefs); usage de faux, art. 368(1) C.cr. (134 chefs); recel, art. 354(1) C.cr. (49
chefs); fraude, art. 380(1) C.cr. (140 chefs); et possession de biens immeubles criminellement obtenus, art. 354(1)
C.cr. (4 chefs).
Le 3 novembre 2005
Cour supérieure du Québec
(Le juge Lévesque)
C.S.Q. 200-01-092260-045
Verdicts de culpabilité prononcés par un jury sur 31
chefs d’usage de faux (art. 368(1) C.cr.), 38 chefs de
recel (art. 354(1) C.cr.), et 100 chefs de fraude
(art. 380(1) C.cr.).
Le 11 octobre 2011
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Rochette, Vézina et Wagner)
C.A.Q. 200-10-001830-053
Référence neutre : 2011 QCCA 1891
Verdicts de culpabilité confirmés, à l’exception de
ceux prononcés sur 6 chefs de recel (art. 354(1) C.cr.)
et sur 28 chefs de fraude (art. 380(1) C.cr.).
Le 9 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34557
Sa Majesté la Reine c. Nicole Rochon (Qc) (Criminelle) (De plein droit / Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004238-083, 2011 QCCA 2012, daté du 26 octobre 2011, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-10-004238-083, 2011 QCCA 2012, dated October 26, 2011 is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Criminal law – Evidence – Drugs and substances – Marijuana – Cultivating or producing – Possession for purpose of
trafficking – Whether complicity by omission under s. 21(1)(b) of Criminal Code requires existence of legal duty to
act and whether failure to act by person who omits to exercise authority over another person or property can constitute
- 714 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
actus reus of that offence.
Ms. Rochon entrusted her property to her son in her absence. When she returned to her property in the summer, she
found that marijuana was being cultivated on her land. She asked her son twice to remove the crop, but she did not
want to report him to the authorities. The trier of fact concluded from the evidence that Ms. Rochon had known of the
situation and had therefore been obliged to call the police and report what her son was doing.
September 19, 2008
Court of Québec
(Judge Chevalier)
2008 QCCQ 7960
Applicant convicted of production of cannabis and
possession of cannabis for purpose of trafficking
October 26, 2011
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler C.J. and Dalphond [dissenting] and
Kasirer JJ.A.)
2011 QCCA 2012
Appeal allowed: judgment of Court of Québec set
aside, conviction quashed, applicant acquitted
November 25, 2011
Supreme Court of Canada
Notice of appeal filed
December 22, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Preuve – Drogues et autres substances – Marihuana – Culture ou production – Possession à des fins
de trafic – La complicité par omission suivant l’alinéa 21 (1)b) du Code Criminel requière-t-elle l’existence d’un
devoir légal d’agir et le fait de ne pas agir pour celui qui omet d’exercer l’autorité qu’il détient sur une personne ou un
bien peut-il en constituer l’actus reus?
Mme Rochon avait confié sa propriété à son fils en son absence. Revenant sur sa propriété à l'été, elle a constaté la
présence d'une culture de marijuana sur ses terres. Mme Rochon a demandé à son fils à deux reprises d'enlever la
plantation, mais elle n'a pas voulu le dénoncer aux autorités. Le juge des faits a retenu de la preuve que Mme Rochon
avait connaissance de la situation et devait donc appeler la police et dénoncer les agissements de son fils
Le 19 septembre 2008
Cour du Québec
(Le juge Chevalier
2008 QCCQ 7960
Déclaration de culpabilité: production de cannabis et
possession dans le but de trafic de cannabis
Le 26 octobre 2011
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge en chef Duval Hesler et les juges Dalphond
[dissident] et Kasirer)
2011 QCCA 2012
Appel accueilli : jugement de la Cour du Québec
infirmé, verdict de culpabilité cassé, demanderesse
acquittée.
- 715 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 25 novembre 2011
Cour suprême du Canada
Avis d’appel déposé
Le 22 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
34559
United Mexican States v. Cargill, Incorporated (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52737,
2011 ONCA 622, dated October 4, 2011, is dismissed with costs to the respondent.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52737, 2011 ONCA
622, daté du 4 octobre 2011, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée.
CASE SUMMARY
International law – International trade and customs – Arbitration – Award – Jurisdiction – Judicial review – Standard
of review – Standard of review of decision of arbitration panel under the North American Free Trade Agreement
Between the Government of Canada, the Government of Mexico and the Government of the United States (NAFTA) –
Review for lack or excess of jurisdiction – NAFTA, chapter 11 – Vienna Convention on the Law of Treaties (Vienna
Convention), article 31 – Whether the parties to the NAFTA namely Canada, the United States and Mexico, owe any
obligations under NAFTA Chapter Eleven to a producer or investor in its home State, as opposed to an investor in the
territory of the host State, the breach of which may give rise to compensable damages – Whether articles 31(3)(b) or
31(3)(c) of the Vienna Convention require a court sitting in review of an international arbitral award to abide by the
common agreement or practice of the treaty parties as expressed in submissions made to the court at the time of the
review – What is the standard against which an alleged agreement or practice of the treaty parties must be assessed for
the purposes of articles 31(3)(b) and 31(3)(c) of the Vienna Convention?
The applicant United Mexican States (―Mexico‖) undertook measures – i.e., trade barriers – to protect its refined sugar
industry and guard against competition from importation of foreign-produced high fructose corn syrup (HFCS). In
response, the respondent Cargill, Incorporated (a U.S. producer of HFCS) (―Cargill‖) and its Mexican subsidiary,
Cargill de Mexico S.A. de C.V. (―CdM‖), sought arbitration for breaches of Chapter 11 of the NAFTA, and an award
of damages. An arbitration panel of the International Centre for the Settlement of Investment Disputes made an award
in 2009, finding that the trade barriers constituted breaches of NAFTA, and granting over $77 million USD in
damages to Cargill and CdM. The award was to compensate ―down-stream‖ losses of direct lost sales and costs
suffered by CdM, as well as ―up-stream‖ losses of lost sales suffered by Cargill for its HFCS products manufactured in
the U.S. and exported into Mexico via CdM. As Toronto was designated the ―place of arbitration‖, Mexico brought an
application in Ontario courts to set aside the ―up-stream‖ portion of the award (i.e., losses suffered by Cargill in the
U.S., not CdM) based on an alleged excess of jurisdiction by the arbitration panel.
June 3, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Low J.)
2010 ONSC 4656
Application by the United Mexican States to set aside
arbitral award dismissed
- 716 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
October 4, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Feldman, and Moldaver JJ.A.)
2011 ONCA 622
Appeal by the United Mexican States dismissed
December 5, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit international – Commerce international et coutumes internationales – Arbitrage – Sentence – Compétence –
Contrôle judiciaire – Norme de contrôle – Norme de contrôle d'une décision d'un groupe d'arbitrage sous le régime de
l’Accord de libre-échange nord-américain entre le gouvernement du Canada, le gouvernement du Mexique et le
gouvernement des États-Unis (ALENA) – Contrôle pour absence ou excès de compétence – ALENA, chapitre 11 –
Convention de Vienne sur le droit des traités (Convention de Vienne), article 31 – Les parties à l’ALENA, c'est-à-dire
le Canada, les États-Unis et le Mexique, ont-elles des obligations aux termes du chapitre 11 de l’ALENA envers un
producteur ou un investisseur dans son État d'attache, par opposition à un investisseur dans le territoire de l'État hôte et
qui, en cas de manquement, peuvent donner lieu à des dommages-intérêts indemnisables? – Les alinéas 31(3)b) ou
31(3)c) de la Convention de Vienne obligent-ils un tribunal saisi d'une demande de contrôle judiciaire d'une sentence
arbitrale internationale à respecter l'accord ou la pratique communs des parties au traité exprimés dans les observations
présentées au tribunal au moment du contrôle? – Quelle est la norme à l'égard de laquelle un accord ou des pratiques
allégués des parties au traité doivent être appréciés aux fins des alinéas 31(3)b) et 31(3)c) de la Convention de Vienne?
La partie demanderesse, les États-Unis du Mexique (« le Mexique ») a pris des mesures – c.-à-d. des barrières
commerciales – pour protéger son industrie du sucre raffiné et se protéger contre la concurrence de l'importation de
sirop de maïs à haute teneur de glucose (HFCS) produit à l'étranger. En réponse, l'intimée Cargill, Incorporated (un
producteur de HFCS des États-Unis) (« Cargill ») et sa filiale mexicaine, Cargill de Mexico S.A. de CV. (« Cmd »),
ont demandé l'arbitrage relativement à des manquements au chapitre 11 de l’ALENA et des dommages-intérêts. Un
groupe d'arbitrage du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements a rendu une
sentence en 2009, concluant que les barrières commerciales constituaient des manquements à l’ALENA, et accordant
plus de 77 millions de dollars US en dommages-intérêts à Cargill et à CdM. La sentence devait indemniser les pertes
« en aval » – au titre des ventes perdues et des coûts directs – subies par CdM, ainsi que les pertes « en amont » – au
titre des ventes perdues – subies par Cargill pour ses produits de HFCS fabriqués aux États-Unis et exportés au
Mexique par CdM. Puisque Toronto avait été désignée comme « lieu de l'arbitrage », le Mexique a présenté une
demande aux tribunaux de l'Ontario en annulation de la partie « en amont » de la sentence (c.-à-d. les pertes subies par
Cargill aux États-Unis, et non CdM) - alléguant que le groupe d'arbitrage avait excédé sa compétence.
3 juin 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Low)
2010 ONSC 4656
Demande des États-Unis du Mexique en annulation de
la sentence arbitrale, rejetée
4 octobre 2011
Cour d'appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Feldman et Moldaver)
2011 ONCA 622
Appel des États-Unis du Mexique, rejeté
- 717 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
5 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34571
L-Jalco Holdings Inc. v. Gregory Joseph Marino and Joseph Marino (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53387,
2011 ONCA 639, dated October 12, 2011, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53387, 2011 ONCA
639, daté du 12 octobre 2011, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Mortgages – Foreclosure – Remedies – Mortgagee electing to foreclose on mortgage in default – Mortgagee not suing
on the covenant and not joining guarantors as parties – Does a lender still have the unilateral right to ignore its own
foreclosure order at any time and pursue its other concurrent remedies to recover payment of the debt? – Can a
lender’s joint-and-several liability rights be ―merged‖ via privies and issue estoppel when foreclosure is chosen as part
of the lender’s remedy?
In 2002, the Respondent, Joseph Marino approached the principal of L-Jalco Holdings Inc. (―L-Jalco‖), John
Lawrynowicz, for a loan. He agreed to make a mortgage loan of $850,000 to Joseph’s company. The security for the
loan included a mortgage from Joseph’s parents on two properties they owned on Garrison Road, a property owned by
Joseph and a property owned by his son, Gregory, also on Garrison Road. The mortgages were further secured with
guarantees from the parents, Joseph and Gregory. Acting on this transaction for all parties was Mr. Lawrynowicz’s
son, Calin, who is a lawyer. Joseph and Gregory both lost their Garrison Road properties in power of sale
proceedings. Calin had also unsuccessfully acted for Joseph in defending the power of sale proceedings. The legal
fees for both matters amounted to $600,000 and this was part of the mortgage debt. In 2004, the mortgages on the
parents' properties also went into default. In uncontested proceedings, L-Jalco obtained a foreclosure judgment
against the Garrison properties, however, the elder Marinos were not sued on their covenants to pay. Nor were Joseph
or Gregory sued as guarantors. L-Jalco took possession of the properties but did not register the foreclosure judgment
against title. The Marinos brought an action against L-Jalco and Calin for, inter alia, a declaration that the mortgage
was void and for an assessment of legal fees that they had been charged. In 2008, L-Jalco sued Joseph and Gregory on
their guarantees for approximately $2.7 million. The Respondents took the position that the action was res judicata or
an abuse of process and brought a motion to have the action dismissed.
January 31, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Perell J.)
Respondents’ Rule 21 motion to have action dismissed
granted
October 12, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Weiler and Simmons JJ.A.)
Appeal dismissed
- 718 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 12, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Hypothèques – Forclusion – Recours – La créancière hypothécaire a choisi de forclore les droits découlant d'une dette
hypothécaire impayée – Le créancier hypothécaire n’a pas poursuivi sur le fondement de l’engagement et n’a pas mis
en cause les cautions – Un prêteur a-t-il encore le droit unilatéral de faire abstraction de sa propre mesure de forclusion
en tout temps et d'intenter les autres recours à sa disposition pour recouvrer la dette? – Les droits d’un prêteur fondés
sur la responsabilité solidaire peuvent-ils être « fusionnés » par la connexité d’intérêts par titre ou la préclusion
découlant d’une question déjà tranchée lorsque la forclusion est choisie dans le cadre du recours du prêteur?
En 2002, l'intimé Joseph Marino a demandé un prêt au propriétaire de L-Jalco Holdings Inc. (« L-Jalco »), John
Lawrynowicz. Ce dernier a consenti un prêt hypothécaire de 850 000 $ à la compagnie de Joseph. Le prêt était
notamment garanti par une hypothèque consentie par les parents de Joseph grevant deux immeubles dont ils étaient
propriétaires sur le chemin Garrison, un immeuble appartenant à Joseph et un immeuble appartenant à son fils,
Gregory, également situés sur le chemin Garrison. Les emprunts hypothécaires étaient garantis en outre par des
cautionnements consentis par les parents, Joseph et Gregory. Le fils de M. Lawrynowicz, Calin, qui est avocat, a
représenté toutes les parties à cette opération. Joseph et Gregory ont tous les deux perdu leurs immeubles situés sur le
chemin Garrison dans une instance de pouvoir de vente. Calin avait représenté Joseph sans succès en défense dans
l'instance de vente forcée. Les frais de justice dans les deux dossiers s'élevaient à 600 000 $ et cette somme faisait
partie de la dette hypothécaire. En 2004, il y a eu défaut de paiement sur les emprunts hypothécaires garantis par les
immeubles des parents. Dans une instance non contestée, L-Jalco a obtenu un jugement de forclusion contre les
immeubles sur le chemin Garrison; toutefois les aînés de la famille Marino n'ont pas été poursuivis sur le fondement
de leurs engagements à payer. En outre, ni Joseph ni Gregory n'ont été poursuivi à titre de cautions. L-Jalco a pris
possession des immeubles, mais n'a pas inscrit le jugement en forclusion contre le titre. Les Marino ont intenté une
action contre L-Jalco et Calin, demandant notamment un jugement déclarant la nullité de l'hypothèque et la liquidation
des frais de justice qui leur avaient été imposés. En 2008, L-Jalco a poursuivi Joseph et Gregory sur le fondement de
leurs cautionnements pour la somme d'environ 2,7 millions de dollars. Les intimés ont fait valoir qu'il y avait chose
jugée ou un abus de procédure et ils ont présenté une motion en rejet de l'action.
31 janvier 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Perell)
Motion des intimés en rejet de l'action fondée sur la
règle 21, accueillie
12 octobre 2011
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Doherty, Weiler et Simmons)
Appel rejeté
12 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34581
Rose Venneri Donatelli and Professional Counselling Services v. Liberty Mutual Insurance
Company and Liberty Insurance Company of Canada AND BETWEEN Michael Venneri
and Comprehensive Health Clinic v. Liberty Insurance Company of Canada and Liberty
Mutual Insurance Company (Ont.) (Civil) (By Leave)
- 719 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
Coram :
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The motions for an extension of time to serve and file the applications for leave to appeal are granted. The
applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53103, 2011 ONCA
643, dated October 12, 2011, are dismissed with costs.
Les requêtes en prorogation du délai de signification et de dépôt des demandes d’autorisation d’appel sont
accueillies. Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53103, 2011
ONCA 643, daté du 12 octobre 2011, sont rejetées avec dépens.
CASE SUMMARY
Procedural law – Costs – Orders for costs – Security for costs – Failure to pay costs ordered – Statement of Defence
and Counterclaim stayed – Whether stay was the appropriate remedy – Whether issues of public and national
importance are raised.
This action was commenced in September 2003, and alleged that Rose Venneri Donatelli fraudulently or negligently
held herself out to be a doctor of psychology licensed to practice psychology in Ontario when she and Professional
Counselling Services billed Liberty Mutual for services she was not qualified to provide. Liberty Mutual paid for those
services. Criminal charges were laid, but they were later dropped and Liberty Mutual elected to file a civil suit against
Rose Venneri Donatelli, her son Michael Donatelli, his chiropractic practice Comprehensive Health Clinic, and her
business Professional Counselling Services, to recover the payments it alleged it had paid based on fraudulent claims.
Within the proceeding, there were numerous motions, with resulting costs awards. In addition, when represented by
counsel, Ms. Donatelli had given a number of undertakings on her examination for discovery. Ms. Donatelli did not
satisfy the undertakings.
On Liberty Mutual motion, the Statement of Defence and Counterclaim was struck out, but, on appeal, the Applicants
were given time to pay the outstanding costs. When the Applicants did not comply with that order, Liberty Mutual
moved again to have the Statement of Defence and Counterclaim struck out. The Statement of Defence and
Counterclaim were struck out, and the Court of Appeal dismissed the appeal.
December 2, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(MacPherson J.)
Statement of Defence and Counterclaim struck out
October 12, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Weiler, Cronk JJ.A.)
Neutral citation: 2011 ONCA 643
Appeal dismissed
December 13, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion for
extension of time filed by Rose Venneri Donatelli and
Professional Counselling Services
December 13, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion for
extension of time filed by Michael Venneri and
Comprehensive Health Clinic
- 720 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure – Dépens – Ordonnances pour les dépens – Cautionnement pour dépens – Non-paiement des dépens –
Défense et demande reconventionnelle suspendues – La suspension était-elle la réparation appropriée? – L’affaire
soulève-t-elle des questions d’importance pour le public?
La présente action a été intentée en septembre 2003 et il y est allégué que Rose Venneri Donatelli se serait fait passer
– frauduleusement ou par négligence – pour une docteure en psychologie autorisée à exercer la profession de
psychologue en Ontario lorsqu’elle et Professional Counselling Services ont facturé Liberty Mutual pour des services
qu’elle n’était pas habilitée à fournir. Liberty Mutual a payé pour ces services. Des accusations ont été portées au
criminel, mais elles ont été abandonnées par la suite et Liberty Mutual a choisi de déposer une poursuite au civil contre
Rose Venneri Donatelli, son fils Michael Donatelli, son cabinet de chiropratique Comprehensive Health Clinic, et son
entreprise Professional Counselling Services, pour recouvrer les paiements qu’elle allègue avoir versés sur le
fondement de demandes frauduleuses. Dans le cadre de l’instance, il y eu de nombreuses motions et des ordonnances
pour les dépens. En outre, lorsqu’elle était représentée par un avocat, Mme Donatelli avait pris un certain nombre
d’engagements lors de son interrogatoire préalable. Madame Donatelli n’a pas respecté les engagements.
Sur la motion de Liberty Mutual, la défense et la demande reconventionnelle ont été radiées, mais en appel, les
demandeurs ont obtenu un délai pour acquitter les dépens impayés. Lorsque les demandeurs n’ont pas respecté cette
ordonnance, Liberty Mutual a de nouveau présenté une motion pour faire radier la défense et la déclaration
reconventionnelle. La déclaration et la demande reconventionnelle ont été radiées, et la Cour d’appel a rejeté l’appel.
2 décembre 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge MacPherson)
Défense et demande reconventionnelle, radiées
12 octobre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Doherty, Weiler et Cronk)
Référence neutre : 2011 ONCA 643
Appel rejeté
13 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel et requête en
prorogation de délai déposées par Rose Venneri
Donatelli et Professional Counselling Services
13 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel et requête en
prorogation de délai déposées par Michael Venneri et
Comprehensive Health Clinic
34587
Valery Fabrikant v. M.N.S. Swamy, G.D. Xistris, S.V. Hoa, T.S. Sankar and S. Sankar (Que.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
- 721 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-021605-118, 2011 QCCA 2205, dated November 28, 2011, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09021605-118, 2011 QCCA 2205, daté du 28 novembre 2011, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Appeals – Motion to dismiss – Whether lower courts erred in dismissing the action and the appeal.
In 1992, Mr. Fabrikant applied to the Superior Court for recognition of his exclusive authorship of certain scientific
writings published in the 1980s while he was working at Concordia University. He sought injunctive remedies and
monetary and declaratory conclusions, at first against the respondents M.N.S. Swamy and T.S. Sankar, and later on
against the respondents S. Sankar, G.D. Xistris and S.V. Hoa. The respondents had been included as co-authors of the
publications.
Rolland C.J. dismissed Mr. Fabrikant’s action in March 2011. Mr. Fabrikant filed an appeal to the Court of Appeal,
but the respondents brought a motion to dismiss it on the grounds that it was frivolous and abusive and bore no
reasonable prospect of success. The Court of Appeal granted the respondents’ motion and dismissed the appeal on the
ground that it was doomed to fail.
March 25, 2011
Superior Court of Quebec
(Rolland C.J.)
2011 QCCS 1385
Action dismissed
November 28, 2011
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Duval Hesler C.J. and Beauregard and Doyon JJ.A.)
2011 QCCA 2205; 500-09-021605-118
Motion to dismiss granted; appeal and other ancillary
motions dismissed
January 26, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Appels – Requête en radiation – Les juridictions inférieures ont-elles eu tort de rejeter l’action et
l’appel?
En 1992, M. Fabrikant a demandé à la Cour supérieure de reconnaître qu’il était le seul auteur de certains écrits
scientifiques publiés dans les années 1980 alors qu’il travaillait à l’Université Concordia. Il a demandé une injonction
et des conclusions d’ordre pécuniaire et déclaratoire, d’abord contre M.N.S. Swamy et T.S. Sankar, et plus tard contre
les intimés S. Sankar, G.D. Xistris et S.V. Hoa. Les intimés avaient été désignés coauteurs des publications.
Je juge en chef Rolland a rejeté l’action de M. Fabrikant en mars 2011. Monsieur Fabrikant a déposé un appel en Cour
d’appel, mais les intimés ont présenté une requête en rejet de l’action, plaidant qu’elle était vexatoire et abusive et
n’avait aucune chance raisonnable de succès. La Cour d’appel a accueilli la requête des intimés et a rejeté l’appel au
motif qu’elle était vouée à l’échec.
- 722 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
25 mars 2011
Cour supérieure du Québec
(Juge en chef Rolland)
2011 QCCS 1385
Action rejetée
28 novembre 2011
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Juge en chef Duval Hesler, juges Beauregard et Doyon)
2011 QCCA 2205; 500-09-021605-118
Requête en rejet, accueillie; appel et requêtes
accessoires, rejetés
26 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34592
Jérôme Racine c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéros 200-10002505-100 et 200-10-002506-108, 2011 QCCA 2025, daté du 1er novembre 2011, sont rejetées sans dépens.
The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec),
Numbers 200-10-002505-100 and 200-10-002506-108, 2011 QCCA 2025, dated November 1, 2011, are dismissed
without costs.
CASE SUMMARY
Charter of rights – Constitutional law – Right to counsel – Denial of accused’s request to postpone trial because he
wanted to be represented by his former counsel and not by counsel who had represented him since start of case and
who was present and ready to proceed – Whether decision unjustifiably infringed accused’s right to be represented by
counsel of his choice – Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 10(b).
Following a trial during which he testified, the applicant Mr. Racine was convicted of assault with a weapon, uttering
threats to cause death or bodily harm, possession of cocaine and theft. (He pleaded guilty to the last two offences.)
Judge Dionne sentenced him accordingly.
On appeal from the convictions, Mr. Racine argued that his right to counsel of his choice had been violated. He stated
that, on the morning of the trial, he had asked the judge to postpone the case because he wanted to be represented by
his former counsel and not by the counsel who had represented him since the start of the case and who was present and
ready to proceed. The judge refused, the trial went forward as planned and Mr. Racine’s defence was conducted by
the counsel who was present. The Court of Appeal rejected this argument and held that Mr. Racine had been given a
fair hearing.
March 29, 2010
Court of Québec
(Judge Dionne)
Applicant convicted of assault with weapon and
uttering threats to cause death or bodily harm and
pleading guilty to charges of cocaine possession and
shoplifting; applicant sentenced accordingly
- 723 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 1, 2011
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Hilton, Dutil and Vézina JJ.A.)
2011 QCCA 2025; 200-10-002505-100 and
200-10-002506-108
Appeals dismissed
December 23, 2011
Supreme Court of Canada
Applications for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Droit constitutionnel –Droit à l’assistance d’un avocat – Refus d’une demande par un accusé pour
une remise du procès au motif qu’il souhaite être représenté par son ancien avocat, et non par celui qui le représente
depuis le début de l’affaire et qui est présent et prêt à procéder – La décision portait-elle atteinte de façon injustifiée au
droit de l’accusé de se faire représenter par l’avocat de son choix? – Charte canadienne des droits et libertés, al. 10b).
À la suite d’un procès au cours duquel il témoigne, le demandeur, M. Racine, est reconnu coupable de voies de fait
avec une arme, d’avoir proféré des menaces de mort ou de lésions corporelles, de possession de cocaïne et de vol. (Il
reconnaît sa culpabilité à l’égard des deux dernières infractions.) Le juge Dionne lui impose des peines en
conséquence.
En appel, à l’encontre des déclarations de culpabilité, M. Racine invoque comme motif le non-respect de son droit à
l’avocat de son choix. Il relate qu’au matin du procès, il avait demandé au juge de reporter l’affaire, car il souhaitait
être représenté par son ancien avocat, et non par celui qui le représentait depuis le début de l’affaire et qui était présent
et prêt à procéder. Le juge a refusé, le procès a eu lieu comme prévu et la défense de M. Racine a été assurée par
l’avocat présent. La Cour d’appel rejette ce moyen et juge que M. Racine a eu droit a un procès équitable.
Le 29 mars 2010
Cour du Québec
(Le juge Dionne)
Demandeur déclaré coupable de voies de fait avec une
arme et de menaces de mort ou de lésions corporelles,
et plaidant coupable à des accusations de possession de
cocaïne et de vol à l’étalage; sentence imposée en
conséquence
Le 1 novembre 2011
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Hilton, Dutil et Vézina)
2011 QCCA 2025; 200-10-002505-100 et
200-10-002506-108
Appels rejetés
Le 23 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demandes d'autorisation d'appel déposées
34594
Royal & Sun Alliance Insurance Company of Canada v. Estate of Michael Burke and
1021256 Ontario Inc. (N.B.) (Civil) (By Leave)
- 724 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
Coram :
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of New Brunswick, Number
49-10-CA, 2011 NBCA 98, dated November 3, 2011, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Nouveau-Brunswick, numéro 49-10-CA,
2011 NBCA 98, daté du 3 novembre 2011, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Appeal — Standard of review — Issues available on review — Issues raised on appeal — Whether an appellate court
can recast the issues on appeal before it and, in effect, retry the case below — Whether in recasting the appeal, an
appellate court can raise new issues without notice and without the ability of the parties to properly respond.
Mr. Burke, an independent commercial truck driver, was severely injured when, through no fault of his own, the
Peterbilt truck he was driving collided head-on with an uninsured automobile. His injuries prevented him from
returning to gainful employment. The Peterbilt and its trailer were owned by 1021256 Ontario Inc. (―256‖), of which
Mr. Burke was the only officer and shareholder, and through which he carried on his business. The fleet insurance on
the Peterbilt did not cover his entire loss, so he and 256 commenced an action against Royal & Sun Alliance Insurance
Company of Canada (the ―insurer‖), which insured a Chevrolet pickup truck co-leased by Mr. Burke and 256 under a
Standard Automobile Policy for New Brunswick issued by the insurer, which provided NBEF 44, the Family
Protection Endorsement, seeking a declaration that they were ―insured persons‖ within the terms of the Endorsement,
and that the insurer was liable to indemnify them. The insurer admitted the policy, but denied coverage on numerous
grounds. Late in the proceedings, the insurer alleged that Mr. Burke co-owned the Peterbilt and was not, therefore,
insured. It took the position that the term ―owns‖ in the ownership exclusion includes both the registered and the
―true‖ owner of the ―other‖ automobile. In a trail relating only to liability, the trial judge declared that the policy did
not provide indemnity coverage to either Mr. Burke or 1021256 Ontario Inc. for damages arising from the accident.
Having requested submissions on issues relating to the ownership of the Peterbilt and on the pleadings, the Court of
Appeal allowed an appeal.
March 18, 2010
Court of Queen’s Bench of New Brunswick
(Landry J.)
Neutral citation: 2010 NBQB 100
Declaration that the policy did not provide indemnity
coverage to either Mr. Burke or 1021256 Ontario Inc.
for damages arising from the accident
November 3, 2011
Court of Appeal of New Brunswick
(Drapeau C.J.N.B., Larlee and Quigg JJ.A.)
Neutral citation: 2011 NBCA 98
Appeal allowed; Michael Burke declared insured
person and eligible claimant under insurance provided
by Royal and SunAlliance Insurance Company of
Canada
December 23, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Appel — Norme de contrôle — Questions susceptibles de faire l'objet d'un contrôle — Questions soulevées en appel
— Une cour d'appel peut-elle redéfinir les questions dont il est saisi en appel, reprenant à toutes fins pratiques l'affaire
déjà instruite? — En redéfinissant les questions en appel, une cour d'appel peut-elle soulever de nouvelles questions
- 725 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
sans avis et sans permettre aux parties d'y répondre comme il se doit?
Monsieur Burke, un camionneur indépendant, a été grièvement blessé lorsque, sans qu’il soit en faute, le camion de
marque Peterbilt qu’il conduisait est entré en collision frontale avec une automobile non assurée. Ses blessures l'ont
empêché de reprendre son activité rémunérée. Le camion Peterbilt et sa remorque appartenaient à 1021256 Ontario
Inc. (« 256 »), une société par actions dont M. Burke était le seul dirigeant est actionnaire, et par laquelle il exploitait
son entreprise. L'assurance flotte du camion Peterbilt n'a pas suffi à l’indemniser complètement, si bien que lui et 256
ont intenté une action contre Royal & Sun Alliance du Canada, société d’assurances (« l'assureur »), qui assurait la
camionnette Chevrolet louée conjointement par M. Burke et 256 aux termes d’une police type d’assurance automobile
du Nouveau-Brunswick, délivrée par l'assureur qui offrait une garantie sous-assurance des tiers grâce à un avenant
F.A.N.-B. no 44 – Assurance familiale, sollicitant une déclaration portant qu'ils étaient des « assurés » au sens de
l'avenant, et que l'assureur avait l'obligation de les indemniser. L'assureur a reconnu la police, mais a refusé
l'indemnisation pour plusieurs motifs. À un stade tardif de l'instance, l'assureur a allégué que M. Burke était
copropriétaire du Peterbilt, si bien qu'il n'était pas assuré. Il défend la thèse selon laquelle le terme « propriétaire »
figurant dans la clause d’exclusion applicable au propriétaire vise à la fois le propriétaire enregistré et le « véritable »
propriétaire de l’« autre » véhicule. Dans le cadre d’un procès qui ne portait que sur la responsabilité, le juge a déclaré
que la police ne fournissait aucune garantie d'indemnisation à M. Burke ou à 1021256 Ontario Inc. au titre des
dommages-intérêts découlant de l’accident. Ayant demandé des observations sur les questions relatives à la propriété
du Peterbilt et s'appuyant sur les actes de procédure, la Cour d'appel a accueilli l’appel.
18 mars 2010
Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick
(Juge Landry)
Référence neutre : 2010 NBQB 100
Déclaration portant que la police n'offrait aucune
garantie d'indemnisation à M. Burke ou à 1021256
Ontario Inc. au titre des dommages-intérêts découlant
de l'accident
3 novembre 2011
Cour d'appel du Nouveau-Brunswick
(Juge en chef Drapeau, juges Larlee et Quigg)
Référence neutre : 2011 NBCA 98
Appel accueilli; Michael Burke déclaré assuré et
demandeur admissible à toutes les fins de l'assurance
fournie par Royal & Sun Alliance du Canada, société
d’assurances
23 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34610
Alpha Manufacturing Inc. and Eleonora J. Anderson v. Her Majesty the Queen (B.C.)
(Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The motions for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal, to adduce new
evidence and to exceed page limits are granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of
Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA033638, 2010 BCCA 436, dated September 30, 2010, is
dismissed without costs.
Les requêtes en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel, pour
déposer de nouveaux éléments de preuve et pour outrepasser le nombre limite de pages sont accordées. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA033638,
2010 BCCA 436, daté du 30 septembre 2010, est rejetée sans dépens.
- 726 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms – Fundamental Justice – Right to fair hearing – Right to be tried within
reasonable time – Criminal Law – Provincial Offences – Elements of offence – Property Law – Procedural law –
Rights of accused under ss. 7, 11(b) and 11(d) of the Charter – Mens rea required under s. 34(10) of the Waste
Management Act, S.B.C. 1982 – Whether there is a need for a uniform understanding of the rights of property owners
to determine literal boundaries, specifically as relates to survey law and the role of a surveyor – What constitutes
fundamental justice – Consequences of judges not following their own rules – Whether justice fails when the Crown
secures a conviction but implements the same activities on a larger scale – Whether Crown has the right to change
the essence of a case at will.
Eleonora J. Anderson was the principal of Alpha Manufacturing, which operated a landfill under a permit issued
pursuant to the Waste Management Act, R.S.B.C. 1996. C. 482. The permit allowed operations within a legally
described area. After the results of two trials were overturned on appeals, the applicants were convicted in a third trial
of introducing waste into the environment outside of the permitted area.
January 19, 2004
Provincial Court of British Columbia
(Miller J.)
Convictions for allowing waste to be introduced into
the environment
May 25, 2005
Supreme Court of British Columbia
(Gray J.)
2005 BCSC 773
Application for trial de novo dismissed; Appeal from
convictions dismissed; Application by Eleanora J.
Anderson for stay of proceedings dismissed
November 29, 2005
Supreme Court of British Columbia
(Gray J.)
2005 BCSC 1644
Appeals from sentences allowed and sentences varied
September 30, 2010
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Ryan, Frankel, Groberman JJ.A.)
CA033638; 2010 BCCA 436
Appeal dismissed
December 29, 2011
Supreme Court of Canada
Application for extension of time to serve and file
application for leave to appeal filed;
Application for leave to appeal filed; Motions to
exceed page limits and to adduce fresh evidence filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés – Justice fondamentale – Procès équitable – Procès dans un délai raisonnable
– Droit criminel – Infractions provinciales – Éléments de l’infraction – Droit des biens – Procédure – Droits de
l’accusé garantis par les art. 7, 11b) et 11d) de la Charte – Mens rea requise aux termes du par. 34(10) de la Waste
Management Act, S.B.C. 1982 – Y a-t-il un besoin de compréhension uniforme des droits des propriétaires fonciers de
déterminer les limites des biens-fonds, particulièrement en ce qui concerne les droit de l’arpentage et le rôle de
l’arpenteur-géomètre? – Que constitue la justice fondamentale? – Conséquences lorsque les juges ne respectent pas
- 727 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
leurs propres règles – Y a-t-il déni de justice lorsque le ministère public obtient une déclaration de culpabilité, mais
met en œuvre les mêmes activités à plus grande échelle? – Le ministère public a-t-il le droit de modifier l’essence
d’une affaire à son gré?
Eleonora J. Anderson était propriétaire d’Alpha Manufacturing, qui exploitait un site d’enfouissement en vertu d’un
permis sous le régime de la Waste Management Act, R.S.B.C. 1996. ch. 482. Le permis autorisait des activités dans
une zone officiellement désignée. À la suite de deux procès infirmés en appel, les demanderesses ont été déclarées
coupables au terme d’un troisième procès sous une accusation d’avoir déversé des déchets dans l’environnement à
l’extérieur de la zone permise.
19 janvier 2004
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Miller)
Déclarations de culpabilité d’avoir permis
déversement de déchets dans l’environnement
25 mai 2005
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Gray)
2005 BCSC 773
Demande de nouveau procès, rejetée; Appel des
déclarations de culpabilité, rejeté; demande d’Eleanora
J. Anderson en arrêt des procédures, rejetée
29 novembre 2005
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Gray)
2005 BCSC 1644
Appels des peines, accueillis et peines modifiées
30 septembre 2010
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Ryan, Frankel et Groberman)
CA033638; 2010 BCCA 436
Appel rejeté
29 décembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande de prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d’autorisation d’appel, déposée;
Demande d’autorisation d’appel, déposée; requêtes en
vue de déposer des documents dont le nombre de pages
dépasse les limites autorisées et de présenter de
nouveaux éléments de preuve, déposées
34611
Jaswinder Sahota v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
le
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C51908, 2011 ONCA
679, dated October 28, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C51908, 2011
ONCA 679, daté du 28 octobre 2011, est rejetée sans dépens.
- 728 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Criminal law – Charge to jury – Whether the Court of Appeal erred in holding that the offer to provide the jury with
the response to their question only after the jury had indicated they had reached their verdict did not result in any
unfairness to the applicant – Whether the timing of the judge’s response to the jury’s question may have resulted in a
miscarriage of justice.
Shortly after the jury retired, it requested copies of the transcripts of counsels’ closing addresses. The trial judge
instructed the jury that transcripts could not be provided and told them they should rely on their recollections of
counsels’ arguments. The next morning while the jury was still deliberating, Crown counsel brought to the court’s
attention some case law which suggested that the jury should have been told that they could listen to the addresses of
counsel if they wished to do so. Counsel for the applicant opposed any suggestion that the jury could re-hear the
closing addresses. The trial judge then agreed to offer the jury the opportunity to hear the closing addresses. The trial
judge was advised that the jury had arrived at a verdict. The trial judge recalled the jury and before taking the verdict,
told them that they could re-hear the closing addresses before returning their verdict. The jury retired for a few
minutes. When the jury returned, they declined the offer and rendered a verdict of guilty. After a trial by judge and
jury, the applicant was convicted of importing a controlled substance (heroin) contrary to s. 6(1) of the Controlled
Drugs and Substances Act. The appeal from conviction was dismissed by the Court of Appeal.
October 22, 2009
Ontario Superior Court of Justice
(Ricchetti J.)
Conviction: importing a controlled substance (heroin)
contrary to s. 6(1) of the Controlled Drugs and
Substances Act
October 28, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Juriansz, Epstein JJ.A.)
Neutral citation: 2011 ONCA 679
Appeal from conviction dismissed
January 10, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Exposé au jury – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de statuer que l’offre de fournir au jury la réponse à
leur question seulement après que le jury a fait savoir qu’il était arrivé à son verdict n’avait pas entraîné de résultat
inéquitable pour le demandeur? – Le moment où le juge a répondu à la question du jury a-t-il pu entraîner un déni de
justice?
Peu de temps après le début de ses délibérations, le jury a demandé des copies des transcriptions des plaidoiries des
avocats. Le juge du procès a informé les jurés que les transcriptions ne pouvaient être fournies et leur a dit qu’ils
devaient s’appuyer sur leurs souvenirs des plaidoiries des avocats. Le lendemain matin, alors que le jury délibérait
toujours, l’avocat de la Couronne a porté à l’attention du tribunal de la jurisprudence qui laissait entendre que le juge
aurait dû dire au jury qu’il pouvait écouter les plaidoiries s’il le voulait. L’avocat du demandeur s’est opposé à ce que
le jury puisse entendre de nouveau les plaidoiries. Le juge du procès a alors accepté de donner au jury l’occasion
d’entendre les plaidoiries. Le juge du procès a alors été informé que le jury était arrivé à un verdict. Le juge du procès
a rappelé le jury avant d’entendre le verdict et lui a dit que le jury pouvait réentendre les plaidoiries avant de rendre
son verdict. Le jury s’est retiré pendant quelques minutes. Lorsqu’il est revenu, il a décliné l’offre et a rendu un verdict
- 729 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
de culpabilité. Au terme d’un procès devant juge et jury, le demandeur a été déclaré coupable d’importation d’une
substance réglementée (l’héroïne) contrairement au par. 6(1) de la Loi réglementant certaines drogues et autres
substances. La Cour d’appel a rejeté l’appel de la déclaration de culpabilité.
22 octobre 2009
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Ricchetti)
Déclaration de culpabilité : importation d’une
substance réglementée (l’héroïne) contrairement au
par. 6(1) de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances
28 octobre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Doherty, Juriansz et Epstein)
Référence neutre : 2011 ONCA 679
Appel de la déclaration de culpabilité, rejeté
10 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel, déposée
34614
Ragavan Thamby v. Attorney General of Canada on behalf of The United States of America
(Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54224,
2011 ONCA 829, dated December 16, 2011, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54224, 2011 ONCA
829, daté du 16 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms – s. 6(1) – Mobility Rights – Criminal law – Extradition – Whether the
Court of Appeal erred in holding that there was no error in law with respect to the Minister’s decision given that the
Minister failed to give proper consideration to the applicant’s unusual circumstances which included the plea
agreement which would have been implemented but for the court office’s clerical error – Whether the Court of Appeal
erred in holding that the Minister’s decision was not unreasonable given the Minister’s reliance on the withdrawal of
the applicant’s Canadian charges to justify his extradition, which amounts to unfair and unreasonable circular
reasoning - Whether the Court of Appeal erred in holding that the Minister’s decision was not unreasonable given that
the Minister failed to provide an explanation why the Applicant cannot conclude his plea agreement in Canada in light
of the unusual circumstances – Whether there are issues of public importance raised.
The applicant, a Canadian citizen, is wanted to stand trial in the United States District Court for Texas, for his alleged
participation in a fraudulent telemarketing scheme which operated from Canada and targeted elderly residents living in
the United States. At the time of the United States request for extradition the applicant was also facing Canadian
charges after an investigation into the same alleged fraudulent telemarketing activities. The applicant decided to plead
guilty to the Canadian charges. But for a clerical error delaying the proceedings, the guilty plea would have been
entered on July 24, 2009. Counsel for the Attorney General of Ontario stayed the Canadian charges so that the
extradition proceedings could go forward. The extradition judge ordered the applicant’s committal order for
- 730 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
extradition on May 20, 2010. The Minister of Justice ordered the applicant’s surrender on October 15, 2010. The
applicant appealed the committal order and sought judicial review of the surrender order. In a decision dated April 29,
2011, the Court of Appeal upheld the decision of the extradition judge. However, with respect to the surrender
decision, the Court of Appeal allowed the application for judicial review and remitted the matter to the Minister of
Justice for reconsideration. The applicant made additional submissions to the Minister. In a letter dated August 17,
2011, the Minister informed the applicant’s counsel that ―I have concluded that Mr. Thamby’s surrender to the United
States is still warranted on the offences for which his extradition is sought. For the reasons that follow, in my view,
surrendering Mr. Thamby would be neither unjust, nor oppressive, nor unjustifiably violate his section 6(1) Charter
rights in all of the circumstances of this case.‖ The Court of Appeal dismissed the application for judicial review.
May 20, 2010
Superior Court of Justice
(Trafford J.)
Applicant’s committal order for extradition ordered
October 15, 2010
The Honourable Robert Nicholson, Minister of Justice
and Attorney General
Surrender of the applicant to the United States ordered
April 29, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Laskin, MacPherson and Sharpe JJ.A.)
Appeal from committal order dismissed; Application
for judicial review allowed and matter remitted to the
Minister of Justice for reconsideration
August 17, 2011
The Honourable Robert Nicholson, Minister of Justice
and Attorney General
Surrender of the applicant to the United States ordered
December 16, 2011
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Juriansz, Epstein JJ.A.)
Neutral citation: 2011 ONCA 829
Application for judicial review dismissed
February 10, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés – par. 6(1) – Liberté de circulation et d’établissement – Droit criminel –
Extradition – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de statuer que la décision du ministre n’était entachée d’aucune erreur de
droit vu que le ministre n’a pas pris dûment en compte la situation inusitée du demandeur, notamment la transaction
pénale qui aurait été mise en œuvre n’eut été de l’erreur d’écriture du greffe? – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de
statuer que la décision du ministre n’était pas déraisonnable vu que le ministre s’est appuyé sur l’abandon des
accusations portées contre le demandeur au Canada pour justifier son extradition, ce qui équivaut à un raisonnement
circulaire injuste et déraisonnable? – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de statuer que la décision du ministre n’était pas
déraisonnable vu que le ministre a omis d’expliquer pourquoi le demandeur ne peut pas conclure sa transaction pénale
au Canada en raison de sa situation inusitée? – L’affaire soulève-t-elle des questions d’importance pour le public?
Le demandeur, un citoyen canadien, est sommé de subir son procès devant la cour de district des États-Unis du Texas,
pour avoir censément participé à un stratagème frauduleux de télémarketing qui était mené à partir du Canada et qui
- 731 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
avait pour cible des personnes âgées qui vivaient aux États-Unis. À l’époque de la demande d’extradition des
États-Unis, le demandeur faisait également face à des accusations au Canada à la suite d’une enquête portant sur les
mêmes activités de télémarketing frauduleuses présumées. Le demandeur a décidé de plaider coupable aux accusations
canadiennes. N’eut été d’une erreur d’écriture qui a eu pour effet de retarder l’instance, le plaidoyer de culpabilité
aurait été inscrit le 24 juillet 2009. L’avocat du procureur général de l’Ontario a arrêté les procédures relativement
aux accusations canadiennes pour permettre aux mesures d’extradition de suivre leur cours. Le 20 mai 2010, le juge
d’extradition a ordonné l’incarcération du demandeur en vue de son extradition. Le 15 octobre 2010, le ministre de la
Justice a ordonné l’extradition du demandeur. Le demandeur a interjeté appel de l’ordonnance d’incarcération et a
demandé le contrôle judiciaire de l’arrêté d’extradition. Dans une décision rendue le 29 avril 2011, la Cour d’appel a
confirmé la décision du juge d’extradition. Toutefois, en ce qui a trait à l’arrêté d’extradition, la Cour d’appel a
accueilli la demande de contrôle judiciaire et a renvoyé l’affaire au ministre pour un réexamen. Le demandeur a
présenté des observations supplémentaires au ministre. Dans une lettre datée du 17 août 2011, le ministre a informé
l’avocat du demandeur en ces termes : [TRADUCTION] « J’ai conclu que l’extradition de M. Thamby vers les États-Unis
était toujours justifiée relativement aux infractions pour lesquelles l’extradition est demandée. Pour les motifs exposés
ci-après, à mon avis, l’extradition de M. Thamby ne serait ni injuste, ni tyrannique et ne violerait pas de façon
injustifiable les droits que lui garantit le paragraphe 6(1) de la Charte compte tenu de toutes les circonstances en
l’espèce. » La Cour d’appel a rejeté la demande de contrôle judiciaire.
20 mai 2010
Cour supérieure de justice
(Juge Trafford)
Ordonnance d’incarcération du demandeur en vue de
son extradition
15 octobre 2010
L’honorable Robert Nicholson, ministre de la Justice et
procureur général
Arrêté d’extradition du demandeur vers les États-Unis
29 avril 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Laskin, MacPherson et Sharpe)
Appel de l’ordonnance d’incarcération, rejeté;
demande de contrôle judiciaire, accueillie et affaire
renvoyée au ministre de la Justice pour réexamen
17 août 2011
L’honorable Robert Nicholson, ministre de la Justice et
procureur général
Arrêté d’extradition du demandeur vers les États-Unis
16 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, Juriansz et Epstein)
Référence neutre : 2011 ONCA 829
Demande de contrôle judiciaire, rejetée
10 février 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34631
Adam Karpinski v. Pierre Sylvestre and Sylvestre, Charbonneau, Fafard (Que.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
- 732 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-019749-092, 2011 QCCA 2161, dated November 23, 2011, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09019749-092, 2011 QCCA 2161, daté du 23 novembre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Law of professions – Professional liability – Attorneys – Duty to provide information and advice – Scope of mandate
– Court of Appeal holding that it could not be concluded from evidence that attorney consulted at time of resiliation of
offer to purchase residential immovable had also been given mandate to determine whether immovable could be
converted notwithstanding moratorium on condominiums in Montréal – Whether Court of Appeal was justified in
intervening.
In 2002, the applicant Mr. Karpinski offered to purchase an immovable in Montréal for $429,000. He wanted to
subdivide the land into three lots and convert the building into three triplexes for resale, but he learned that a great deal
would have to be done to make the building compliant with by-laws. He contacted the respondent attorney by
telephone to find out how to get out of his promise to purchase and to inform him of the position taken by the
hypothecary lenders. Mr. Sylvestre told him that it was likely he could not convert the immovable into divided units
(condominiums) because of a moratorium in effect in Montréal. Mr. Sylvestre advised him against undivided
co-ownership. However, he offered to inquire about the existence of the moratorium. In the days that followed, the
parties spoke by telephone, but Mr. Karpinski ultimately resiliated the offer.
On March 3, 2003, a promoter purchased the immovable for $429,000. In June 2003, part of the immovable was put
up for sale. Mr. Karpinski then discovered that the promoter’s notary had concluded on the basis of two decisions of
the Régie du logement that the moratorium did not apply to [ TRANSLATION] ―horizontal divided co-ownership‖ and
that the promoter had registered a declaration of such divided co-ownership. Mr. Karpinski sued the respondents for
$575,000, which was the difference between the price he had indicated in his promise to purchase and the total sale
price for the three units. He alleged that, in the circumstances, Mr. Sylvestre had an obligation to inform him of the
debate concerning the nature and scope of the moratorium on conversions to co-ownership and of the possibilities that
existed for converting the immovable he planned to purchase despite the moratorium.
May 13, 2009
Quebec Superior Court
(Blanchard J.)
2009 QCCS 2318
Action in professional liability allowed; respondents
ordered to pay $575,000 with interest and additional
indemnity from date of service
November 23, 2011
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Hilton and Dutil JJ.A.)
2011 QCCA 2161; 500-09-019749-092
Appeal allowed; incidental appeal dismissed; action in
professional liability dismissed
January 20, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des professions – Responsabilité professionnelle – Avocats – Devoir d’information et de conseil – Portée du
mandat – Cour d’appel jugeant que la preuve ne permettait pas de conclure que l’avocat consulté lors de la résiliation
- 733 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’une offre d’achat d’immeuble d’habitation avait également reçu le mandat de déterminer si l’immeuble pouvait être
transformé malgré l’existence d’un moratoire concernant les condos à Montréal – La cour était-elle justifiée
d’intervenir?
En 2002, le demandeur, M. Karpinski, offre d’acheter un immeuble à Montréal pour un montant de 429 000 $. Il
souhaite subdiviser le terrain en trois lots et transformer l’édifice en trois triplexes destinés à la revente, mais apprend
que des démarches importantes devront être entreprises afin de rendre l’immeuble conforme aux règlements. Il
contacte l’avocat intimé par téléphone pour savoir comment se sortir de sa promesse d’achat et pour l’informer de la
position des prêteurs hypothécaires. Me Sylvestre l’informe qu’il est probable qu’il ne pourra convertir l’immeuble en
unités divises (condos) en raison d’un moratoire en vigueur à Montréal, et lui déconseille la copropriété indivise. Il lui
propose néanmoins de s’informer quant à l’existence du moratoire. Dans les jours qui suivent, les parties se parlent par
téléphone, mais éventuellement, M. Karpinski résilie l’offre.
Le 3 mars 2003, un promoteur acquiert l’immeuble pour 429 000 $. En juin 2003, une partie de l’immeuble est mise
en vente. M. Karpinski découvre alors que le notaire du promoteur, sur la foi de deux décisions de la Régie du
logement, a conclu que le moratoire ne s’appliquait pas à la « copropriété divise horizontale » et que le promoteur a
fait enregistrer une déclaration de copropriété divise en ce sens. M. Karpinski poursuit les intimés et leur réclame
575 000 $, soit la différence entre le prix qu’il avait indiqué dans sa promesse d’achat et le total du prix de vente des
trois unités. Il allègue que Me Sylvestre avait l’obligation, dans les circonstances, de l’informer quant à l’existence du
débat entourant la nature et la portée du moratoire sur les transformations en copropriété ainsi que des possibilités qui
existaient de transformer tout de même l’immeuble dont il projetait l’acquisition.
Le 13 mai 2009
Cour supérieure du Québec
(Le juge Blanchard)
2009 QCCS 2318
Action en responsabilité professionnelle accueillie;
condamnation à payer une somme de 575 000 $ avec
intérêts et indemnité additionnelle depuis la date
d’assignation
Le 23 novembre 2011
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Hilton et, Dutil)
2011 QCCA 2161; 500-09-019749-092
Appel accueilli; appel incident rejeté; action en
responsabilité professionnelle rejetée
Le 20 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposé
34638
Édith St-Pierre et Roch Laflamme c. Municipalité de St-Magloire (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
La demande d’autorisation d’appel des arrêts de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéros 200-09007541-110, 2011 QCCA 2244 et 200-09-007560-110, 2011 QCCA 2245, datés du 6 décembre 2011, est rejetée sans
dépens.
The application for leave to appeal from the judgments of the Court of Appeal of Quebec (Québec),
Numbers 200-09-007541-110, 2011 QCCA 2244 and 200-09-007560-110, 2011 QCCA 2245, dated December 6,
2011, is dismissed without costs.
- 734 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Civil procedure – Commencement of proceedings – Territorial jurisdiction of courts – Legal proceeding instituted at
Québec court office – Whether Superior Court should have referred case to judicial district of Montmagny – Whether
Court of Appeal should have granted leave to appeal.
A motion was brought against the applicants by the municipality of St-Magloire, where they were domiciled, under
s. 227 of the Act respecting land use planning and development. The municipality sought the demolition of a garage
and the cleanup of land. In response to the proceeding filed in the Québec court office, the applicants applied for the
referral of the case to the judicial district of Montmagny.
Parent J. of the Superior Court dismissed the transfer application. He noted that, under s. 5.5 of the Courts of Justice
Act, the districts of Québec and Montmagny have concurrent jurisdiction over the municipality of St-Magloire. As
well, it is accepted that it is up to the plaintiff to choose the judicial district in which to institute an action.
The applicants then filed an inscription in appeal and a motion for leave to appeal out of time. The Court of Appeal
held that, under arts. 29 and 511 C.C.P., leave was required to appeal the judgment of the Superior Court. The Court
of Appeal was of the opinion that leave to appeal should not be granted because an appeal would have no reasonable
chance of success.
August 22, 2011
Quebec Superior Court
(Parent J.)
2011 QCCS 4313
Application for referral of case to district of
Montmagny dismissed
December 6, 2011
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Dutil, Gagnon and Wagner JJ.A.)
2011 QCCA 2245; 200-09-007560-110
Motion for leave to appeal out of time dismissed
January 9, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Introduction de l’instance – Compétence territoriale des tribunaux – Procédure judiciaire introduite
au greffe de Québec – La Cour supérieure aurait-elle dû renvoyer le dossier dans le district judiciaire de Montmagny?
– La Cour d’appel aurait-elle dû permettre l’appel?
Les demandeurs, domiciliés à St-Magloire, font l’objet d’une requête en vertu de l’art. 227 de la Loi sur
l’aménagement et l’urbanisme par laquelle leur municipalité demande la démolition d’un garage et le nettoyage d’un
terrain. En réponse à la procédure déposée au greffe de Québec, ils demandent le renvoi du dossier dans le district
judiciaire de Montmagny.
Le juge Parent de la Cour supérieure refuse la demande de transfert. Il souligne qu’en vertu de l’art. 5.5 de la Loi sur
les tribunaux judiciaires, les districts de Québec et de Montmagny ont une compétence concurrente pour ce qui est de
la municipalité de St-Magloire. De plus, il est établi que le choix du district judiciaire comme lieu d’introduction de
l’action appartient au demandeur.
- 735 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Les demandeurs déposent alors une inscription en appel et une requête pour permission d’appeler hors délai. La Cour
d’appel juge qu’au regard des art. 29 et 511 C.p.c., l’appel du jugement de la Cour supérieure est assujetti à la
permission d’appel. Elle est d’avis qu’il n’y a pas lieu d’autoriser l’appel qui n’a, selon elle, aucune chance
raisonnable de succès.
Le 22 août 2011
Cour supérieure du Québec
(Le juge Parent)
2011 QCCS 4313
Demande de renvoyer le dossier dans le district de
Montmagny rejetée
Le 6 décembre 2011
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Dutil, Gagnon et Wagner)
2011 QCCA 2245; 200-09-007560-110
Requête pour permission d’appeler hors délai rejetée
Le 9 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
34651
Elza Bonhomme et Serge Vassor c. Les Placements Jean-Philippe Ltée, André Morel et
Marcel Jarry (décédé) (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête en sursis d’exécution et en annulation du jugement de la Cour supérieure est rejetée. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-022069-116, 2011 QCCA
2261, daté du 5 décembre 2011, est rejetée avec dépens.
The motion for a stay of execution and to reverse the judgment of the Superior Court is dismissed. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09022069-116, 2011 QCCA 2261, dated December 5, 2011, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure - Motion to dismiss appeal granted and appeal dismissed on basis that it had no reasonable chance of
success - Whether Court of Appeal erred in granting motion - Whether Superior Court erred in ordering surrender and
taking in payment of immovable in question.
The respondents were successful in a hypothecary proceeding against the applicants for forced surrender and taking in
payment. The Court of Appeal granted a motion by the respondents to dismiss the appeal. In its view, the appeal had
no reasonable chance of success.
September 6, 2011
Quebec Superior Court
(Gibeau J.)
2011 QCCS 5259
Motion to institute proceeding in forced surrender and
taking in payment granted
- 736 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 5, 2011
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Morin, Dalphond and Léger JJ.A.)
2011 QCCA 2261; 500-09-022069-116
Motion to dismiss appeal granted; appeal dismissed
January 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile - Requête en rejet d’appel accueillie et appel rejeté au motif qu’il n’avait aucune chance raisonnable
de succès - La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en accueillant la requête? - La Cour supérieure a-t-elle fait erreur en
ordonnant le délaissement et la prise en paiement de l’immeuble en cause?
Les intimés ont eu gain de cause à l’encontre des demandeurs dans le cadre d’une procédure hypothécaire de
délaissement forcé et prise en paiement. La Cour d’appel a accueilli une requête des intimés en rejet d’appel. Selon
elle, l’appel n’avait aucune chance raisonnable de succès.
Le 6 septembre 2011
Cour supérieure du Québec
(La juge Gibeau)
2011 QCCS 5259
Requête introductive d’instance en délaissement forcé
et en prise en paiement accueillie
Le 5 décembre 2011
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Morin, Dalphond et Léger)
2011 QCCA 2261; 500-09-022069-116
Requête en rejet d’appel accueillie; appel rejeté
Le 25 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
34666
Sarto Landry c. Sous-ministre du Revenu du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09007300-111, 2011 QCCA 2295, daté du 13 décembre 2011, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number
200-09-007300-111, 2011 QCCA 2295, dated December 13, 2011, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Taxation - Income tax - Assessment - Evidence - Onus - Court finding that amounts deposited in taxpayer’s bank
account had to be included in computing taxpayer’s income - Whether taxpayer discharged onus of establishing prima
- 737 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
facie case that factual assumption underlying assessments was inaccurate or wrong - Whether Court of Appeal should
have intervened in circumstances.
The applicant Mr. Landry was assessed by the respondent Deputy Minister for not reporting income of $134,000 in
2002 and $75,000 in 2003. He was also assessed penalties under s. 1049 of the Taxation Act, R.S.Q., c. I-3. The
assessments were made on the basis of amounts deposited by Évariste Landry in the applicant’s bank account in cash
or by cheque.
On appeal in the Court of Québec, Mr. Landry alleged that the amounts had been loaned to him by his aunt, who was
responsible for administering a relative’s property. The judge concluded from the evidence that the amounts derived
from administration mandates given to him by his relatives but that they had been misappropriated for the benefit of
Mr. Landry and his spouse. According to the judge, the funds appropriated by Mr. Landry became taxable in his
hands as income based on the decision of the Tax Court of Canada in Buckman v. M.N.R., 91 D.T.C. 1249. The judge
upheld the assessments but allowed the appeal concerning the penalties. In his opinion, there was no evidence that the
applicant had failed to include the amounts in his income knowingly or for the purpose of evading compliance with the
Act. The Court of Appeal dismissed the appeal.
January 17, 2011
Court of Québec
(Judge Cloutier)
2011 QCCQ 15418
Appeal from two assessments allowed in part;
penalties assessed under s. 1049 of Taxation Act
deleted
December 13, 2011
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Vézina, Giroux and Viens JJ.A.)
2011 QCCA 2295; 200-09-007300
Appeal dismissed
February 13, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit fiscal - Impôt sur le revenu - Cotisation - Preuve - Fardeau - Tribunal concluant que des sommes déposées dans
un compte bancaire d’un contribuable devaient être incluses dans le calcul du revenu de ce contribuable - Le
contribuable s’était-il déchargé de son fardeau de démontrer, au moyen d’une preuve prima facie, que l’hypothèse
factuelle sous-tendant les cotisations était inexacte ou fausse? - La Cour d’appel aurait-elle dû intervenir dans les
circonstances?
Le demandeur, M. Landry, a été cotisé par le sous-ministre intimé pour n’avoir pas déclaré 134 000 $ de revenus en
2002 et 75 000 $ en 2003. On lui a aussi imposé la pénalité prévue à l’art. 1049 de la Loi sur les impôts, L.R.Q.,
ch. I-3. Les cotisations ont été établies sur la base de montants déposés en espèces ou par chèques par M. Évariste
Landry dans le compte de banque du demandeur.
En appel devant la Cour du Québec, M. Landry a allégué que ces sommes lui avaient été prêtées par sa tante, qui était
chargée de l’administration des biens d’un parent. De la preuve, le juge a conclu que les sommes provenaient de
mandats d’administration qui lui avaient été confiés par ses parents, mais que les sommes avaient été détournées à
l’avantage de M. Landry et de sa conjointe. À ce titre, selon le juge, les fonds appropriés par M. Landry devenaient
taxables entre ses mains à titre de revenus, vu la décision de la Cour canadienne de l’impôt dans Buckman c. M.N.R.,
- 738 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
91 D.T.C. 1249. Le juge a confirmé les cotisations, mais a accueilli l’appel concernant les pénalités. Selon lui, il n’y
avait pas de preuve que l’omission d’inclure les sommes au revenu avait été faite sciemment ou dans le but d’éluder
l’observation de la loi. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
Le 17 janvier 2011
Cour du Québec
(Le juge Cloutier)
2011 QCCQ 15418
Appel de deux cotisations accueilli en partie; pénalités
imposées en vertu de l’art. 1049 de la Loi sur les
impôts annulées
Le 13 décembre 2011
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Vézina, Giroux et Viens)
2011 QCCA 2295; 200-09-007300
Appel rejeté
Le 13 février 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
- 739 -
MOTIONS
REQUÊTES
27.04.2012
Before / Devant : THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve and file the
respondent’s response until July 31, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réponse de l’intimée jusqu’au
31 juillet 2012
Michael Peier
v. (34722)
Cressey Whistler Townhomes Limited Partnership
et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
27.04.2012
Before / Devant : THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve the
respondent, Air Canada’s response until April
11, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
de la réponse de l’intimée, Air Canada,
jusqu’au 11 avril 2012
Rakel Elbilia
v. (34683)
National Automobile, Aerospace, Transportation
and General Workers Union of Canada (CAW
Canada), Local 2002 et al. (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
30.04.2012
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRAR / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to allow the applicant to file a single
leave application from two judgments of the
British Columbia Court of Appeal
Requête en vue de déposer une seule demande
d'autorisation d'appel à l'égard de deux
jugements de la Cour d'appel de la ColombieBritannique
Teal Cedar Products Ltd. et al.
v. (34773)
Her Majesty the Queen in Right of the Province of
British Columbia as represented by the Ministry of
Forests et al. (B.C.)
- 740 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the applicants for an order allowing the applicants to file a single joint application for
leave to appeal from two judgments of the British Columbia Court of Appeal File Numbers CA038979 and CA038983;
AND HAVING READ the material filed;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE des demanderesses sollicitant l’autorisation de déposer une seule demande conjointe
d’autorisation d’appel de deux jugements de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique; numéros de dossiers
CA038979 et CA038983;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accordée.
30.04.2012
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
British Columbia Civil Liberties
Association;
Kids Help Phone;
Canadian Civil Liberties Association;
Privacy Commissioner of Canada;
Newspaper Canada,
Ad IDEM/Canadian Media Lawyers
Association, Canadian Association of
Journalists, Professional Writers
Association of Canada and Book and
Periodical Council;
Canadian Unicef Committee;
IN / DANS :
A.B. by her Litigation Guardian, C.D.
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
v. (34240)
Bragg Communications Incorporated,
a body corporate et al. (N.S.)
FURTHER TO THE ORDER dated April 3, 2012, granting leave to intervene to the British Columbia Civil Liberties
Association, the Kids Help Phone, the Canadian Civil Liberties Association, the Privacy Commissioner of Canada, the
- 741 -
MOTIONS
REQUÊTES
Newspaper Canada, Ad IDEM/Canadian Media Lawyers Association, Canadian Association of Journalists,
Professional Writers Association of Canada and Book and Periodical Council, the Samuelson-Glushko Canadian
Internet Policy and Public Interest Clinic, the Canadian Unicef Committee, the Information and Privacy Commissioner
of Ontario, Beyond Borders and BullyingCanada Inc. in the above appeal;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT only the following six groups of interveners, the British Columbia
Civil Liberties Association, the Kids Help Phone, the Canadian Civil Liberties Association, the Privacy Commissioner
of Canada, the Newspaper Canada, Ad IDEM/Canadian Media Lawyers Association, Canadian Association of
Journalists, Professional Writers Association of Canada and Book and Periodical Council and the Canadian Unicef
Committee, are each granted permission to present oral argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of this
appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 3 avril 2012 autorisant l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique; Jeunesse J'écoute; l’Association canadienne des libertés civiles; le Commissaire à la protection
de la vie privée du Canada; Journaux Canadiens, l’Ad IDEM/Canadian Media Lawyers Association, l’Association
canadienne des journalistes, la Professional Writers Association of Canada et le Book and Periodical Council; la
Clinique d’intérêt public et de politique d’internet du Canada Samuelson-Glushko; le Canadian Unicef Committee; le
Bureau du commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario; Au-delà des frontières et
BullyingCanada Inc. à intervenir dans l'appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE seuls les six groupes d’intervenants suivants l’Association des libertés civiles
de la Colombie-Britannique; Jeunesse J'écoute; l’Association canadienne des libertés civiles; le Commissaire à la
protection de la vie privée du Canada; Journaux Canadiens, l’Ad IDEM/Canadian Media Lawyers Association,
l’Association canadienne des journalistes, la Professional Writers Association of Canada et le Book and Periodical
Council ; et le Canadian Unicef Committee soient autorisés à présenter chacun une plaidoirie orale d’au plus dix (10)
minutes lors de l’audition de l’appel.
01.05.2012
Before / Devant : FISH J. / LE JUGE FISH
Motion to extend the time to serve and file the
respondent's factum and book of authorities to
April 17, 2012, and for an order pursuant to
Rule 71(3) permitting oral argument at the
hearing of the appeal
Requête de l'intimé en prorogation du délai
signification et de dépôt de ses mémoire
recueil de sources jusqu'au 17 avril 2012, et
vue de présenter une plaidoirie orale
l'audition en vertu du par. 71(3) des Règles
Her Majesty the Queen
v. (34268)
Richard Cole (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 742 -
de
et
en
à
MOTIONS
REQUÊTES
02.05.2012
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Director of Public Prosecutions;
Attorney General of Quebec;
Criminal Lawyers' Association
(Ontario)
Canadian Civil Liberties Association;
Canadian Association of Counsel to
Employers
IN / DANS :
Her Majesty the Queen
v. (34268)
Richard Cole (Crim.) (Ont.)
FURTHER TO THE ORDER dated April 11, 2012, granting leave to intervene to the Director of Public
Prosecutions, the Attorney General of Quebec, the Criminal Lawyers' Association (Ontario), the Canadian Civil
Liberties Association and the Canadian Association of Counsel to Employers;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT: each of the said interveners is granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L'ORDONNANCE datée du 11 avril 2012 autorisant le Directeur des poursuites pénales, le
Procureur général du Québec, la Criminal Lawyers' Association (Ontario), l’Association canadienne des libertés civiles
et la Canadian Association of Counsel to Employers à intervenir;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT : chacun desdits intervenants est autorisé à présenter une plaidoirie
orale d'au plus dix (10) minutes lors de l'audition de l'appel.
02.05.2012
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par l’intervenant
Order on intervention with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Ontario
IN / DANS :
Her Majesty the Queen
v. (34132)
A.D.H. (Crim.) (Sask.)
FURTHER TO THE ORDER dated March 7, 2012, granting leave to intervene to the Attorney General of Ontario;
- 743 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT: the said intervener is granted permission to present oral argument
not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 7 mars 2012 autorisant le procureur général de l’Ontario à intervenir;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE cet intervenant pourra présenter une plaidoirie orale d’au plus dix (10)
minutes lors de l’audition de l’appel.
- 744 -
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
26.04.2012
27.04.2012
Cathie Gauthier
Régie des rentes du Québec
c. (34444)
c. (34505)
Sa Majesté la Reine (Qc)
Canada Bread Company Ltd et autres (Qc)
(Autorisation)
(Autorisation)
01.05.2012
02.05.2012
Her Majesty the Queen
IBM Canada Limited
v. (34317)
v. (34472)
Criminal Lawyers’ Association of Ontario (Ont.)
Richard Waterman (B.C.)
(By Leave)
(By Leave)
- 745 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
08.05.2012
Coram: McLachlin C.J. and Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Scott C. Norton, Q.C., G. Grant Machum, Sara Scott
and Scott R. Campbell for the appellants.
Annapolis County District School Board et al.
v. (34189)
Jonathan Lee Marshall, represented by his
Guardian Vaughan Caldwell (N.S.) (Civil)
(By Leave)
R. Malcolm Macleod, Q.C. and Robert K. Dickson,
Q.C. for the respondent.
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Appeals - Judgments and Orders - Jury Trial - Charge
to the jury - New trial ordered due to misdirection by
trial judge - Torts - Motor Vehicles - Negligence Standard of care - No contributory negligence by
minor - Bus driver hitting child who ran across
highway - Whether driver was negligent - Standard of
care owed in circumstances - Whether the Court of
Appeal erred in concluding that the trial judge may
not charge a civil jury on pedestrian and vehicle
right-of-way provisions in cases where the trial judge
has already concluded that the plaintiff cannot be held
contributorily negligent - Whether the Court of
Appeal erred in declining to make a finding of
liability against the appellants rather than ordering a
new trial.
Appels - Jugements et ordonnances - Procès avec jury
- Exposé au jury - Nouveau procès ordonné en raison
d’une directive erronée du juge du procès Responsabilité délictuelle - Véhicules automobiles Négligence - Norme de diligence - Aucune négligence
contributive de la victime mineure - Un chauffeur
d’autobus a heurté un enfant qui traversait la route en
courant - Le chauffeur a-t-il été négligent? - Norme de
diligence applicable en l’espèce - La Cour d’appel
a-t-elle commis une erreur en concluant que les juges
qui président des procès civils ne peuvent exposer au
jury les dispositions relatives aux priorités de passage
des piétons et des véhicules lorsqu’il a été statué que
le plaignant ne peut être tenu coupable de négligence
contributive? - La Cour d’appel a-t-elle commis une
erreur en concluant à l’absence de responsabilité des
appelants au lieu d’ordonner la tenue d’un nouveau
procès?
10.05.2012
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Karakatsanis JJ.
Michelle Awad and Jane O’Neill for the appellant.
A.B. by her Litigation Guardian, C.D.
Mahmud Jamal, Jason MacLean, Carly Fidler and
Steven Golick for the intervener Kids Help Phone.
v. (34240)
Bragg Communications Incorporated, a body
corporate et al. (N.S.) (Civil) (By Leave)
Joseph E. Magnet and Patricia Kosseim
intervener Privacy Commission of Canada.
for
the
Written submissions only for the intervener
Information and Privacy Commissioner Ontario.
- 746 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Jeffrey S. Leon, Ranjan K. Agarwal and Daniel
Holden for the intervener Canadian Unicef
Committee.
Written submissions only for the intervener Bullying
Canada Inc.
Written submissions only for the intervener Beyond
Borders.
Written submissions only byTamir Israel for the
intervener Samuelson-Glushko Internet Policy and
Public Interest Clinic.
Daniel W. Burnett and Paul Brackstone Amicus
Curiae.
Iris Fischer and Dustin Kenall for the intervener
Canadian Civil Liberties Association.
Marko Vesely and . Toby Kruger for the intervener
British Columbia Civil Liberties Association.
Ryder Gilliland and Adam Lazier for the intervener
Newspaper Canada Inc.
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICATION BAN IN CASE) (SEALING ORDER)
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS
DOSSIER) (ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Civil procedure - Confidentiality orders - Defamation
- Appellant applying for order requiring disclosure of
identity of persons who used particular IP address to
create fake profile on Facebook - Appellant also
applying for permission to proceed by way of initials
and for order prohibiting publication of allegedly
defamatory statements in profile - Whether a minor
seeking a civil remedy for online sexualized bullying
should be entitled to bring a motion to determine the
identity of the intended defendant using a pseudonym
and under a publication ban concerning the substance
of the statement - Whether a court should take notice
of the inherent vulnerability of young people subject
to online sexualized bullying and the serious risk of
harm to them if they are required to republish the
comments and reveal their identity to seek a remedy,
in considering if a confidentiality order and
publication ban should be granted - Whether a court
can invoke its parens patriae jurisdiction to protect a
child, in considering whether a confidentiality order
and publication ban should be granted for a child
Procédure civile - Ordonnances de confidentialité Diffamation - L’appelante sollicite une ordonnance de
divulgation de l’identité des personnes qui ont utilisé
une adresse IP particulière pour créer un faux profil
sur Facebook - L’appelante sollicite également la
permission de procéder par voie d’initiales et une
ordonnance de non-publication de déclarations
censément diffamatoires dans le profil - Un mineur
qui demande une réparation civile pour harcèlement à
caractère sexuel en ligne devrait-il avoir le droit de
présenter une requête pour déterminer l’identité du
défendeur visé sous un pseudonyme et sous le régime
d’une ordonnance de non-publication portant sur la
substance de la déclaration? - En considérant la
question de savoir s’il y a lieu de prononcer une
ordonnance de confidentialité et une ordonnance de
non-publication, le tribunal doit-il admettre d’office la
vulnérabilité inhérente des adolescents qui font l’objet
de harcèlement à caractère sexuel en ligne et du risque
grave de préjudice qu’ils peuvent subir s’ils sont tenus
de publier de nouveau les commentaires et de révéler
- 747 -
LE
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
subject to online sexualized bullying - Whether media
that choose to intervene in a motion for a publication
ban should be entitled to costs if the motion is not
successful, particularly when the motion involves
interests broader than those of the applicant.
leur identité pour obtenir une réparation? - En
considérant la question de savoir s’il y a lieu de
prononcer une ordonnance de confidentialité et une
ordonnance de non-publication en faveur d’un enfant
qui fait l’objet de harcèlement à caractère sexuel en
ligne, le tribunal peut-il invoquer sa compétence
parens patriae pour protéger l’enfant? - Les médias
qui choisissent d’intervenir dans une requête visant à
obtenir une ordonnance de non-publication
devraient-ils avoir le droit aux dépens si la requête est
rejetée, en particulier lorsque la requête porte sur des
intérêts qui dépassent ceux du requérant?
- 748 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
MAY 11, 2012 / LE 11 MAI 2012
34038
Sa Majesté la Reine c. R.P. (Qc)
2012 SCC 22 / 2012 CSC 22
Coram:
Les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10-002302-086, 2010 QCCA
2237, en date du 3 décembre 2010, entendu le 16 décembre 2011, est accueilli et le verdict prononcé par le juge du
procès est rétabli. Les juges LeBel et Fish sont dissidents.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-10-002302-086, 2010 QCCA
2237, dated December 3, 2010, heard on December 16, 2011, is allowed and the trial judge’s verdict is restored. LeBel
and Fish JJ. are dissenting.
- 749 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sa Majesté la Reine c. R.P. (Qc) (34038)
Indexed as: R. v. R.P. / Répertorié : R. c. R.P.
Neutral citation: 2012 SCC 22 / Référence neutre : 2012 CSC 22
Hearing: December 16, 2011 / Judgment: May 11, 2012
Audition : Le 16 décembre 2011 / Jugement : Le 11 mai 2012
Présents : Les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis.
Droit criminel — Appels — Pouvoir d’une cour d’appel — Verdict déraisonnable — Crédibilité des témoins
— Juge du procès concluant que l’ensemble de la preuve testimoniale n’est pas de nature à soulever un doute
raisonnable quant à la culpabilité de l’accusé relativement à une accusation d’attentat à la pudeur concernant des
événements survenus plus de 30 ans auparavant — Le verdict est-il déraisonnable? — Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C-46, art. 686(1)a)(i).
R.P. a été déclaré coupable d’avoir attenté à la pudeur de M.L., sa belle-soeur. Le procès a été tenu plus de 30
ans après les actes reprochés. M.L. soutenait que les abus survenaient lorsqu’elle allait garder les enfants de sa sœur
G.L. et de R.P., parfois dans la demeure de ces derniers, parfois dans leur voiture, lorsque R.P. la reconduisait chez elle.
Le juge du procès n’a pas cru R.P. et a exposé de nombreuses raisons qui l’ont amené à conclure que le témoignage de
M.L. était crédible. Il a retenu les témoignages des policiers. Il a été d’avis que la poursuite avait prouvé hors de tout
doute raisonnable la commission de l’infraction. La Cour d’appel, à la majorité, a jugé que le verdict était
déraisonnable à la lumière de la preuve et a prononcé un acquittement. La juge dissidente était d’avis que le juge du
procès n’avait pas commis d’erreur manifeste et dominante dans l’appréciation de la preuve et que le verdict n’était pas
déraisonnable.
Arrêt (les juges LeBel et Fish sont dissidents) : Le pourvoi est accueilli et la déclaration de culpabilité est
rétablie.
Les juges Deschamps, Abella, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis : Pour décider si un verdict est
déraisonnable, une cour d’appel doit déterminer s’il s’agit d’un verdict qu’un jury ayant reçu des directives appropriées
ou qu’un juge aurait pu rendre. L’appréciation de la crédibilité faite en première instance, lorsqu’elle est revue par une
cour d’appel afin notamment de déterminer si le verdict est raisonnable, ne peut être écartée que s’il est établi que
celle-ci ne peut pas s’appuyer sur quelque interprétation raisonnable que ce soit de la preuve.
En l’espèce, il s’agit d’un verdict qu’un juge pouvait raisonnablement prononcer, le juge du procès n’a pas tiré
une inférence ou une conclusion de fait qui soit clairement contraire à la preuve ou incompatible avec une preuve non
contredite ou non rejetée. Par ailleurs, l’appréciation de la crédibilité des témoins faite en première instance est
raisonnable. Le juge n’a ni omis de prendre en considération les failles dans le témoignage de M.L., ni fait erreur en
tenant compte de son âge et du délai écoulé depuis les événements reprochés, ni erré dans l’appréciation du témoignage
de G.L.
Les juges LeBel et Fish (dissidents) : Les motifs du juge de première instance ne résistent pas à un examen
attentif, même lorsqu’ils sont évalués, comme il se doit, avec un regard empreint de la déférence voulue. Compte tenu
de la teneur du dossier porté à notre connaissance, aucun juge des faits ne pouvait conclure raisonnablement que R.P.
est coupable de l’infraction hors de tout doute raisonnable. La conclusion du juge du procès selon laquelle le
témoignage de G.L. était compatible avec celui de M.L. n’est carrément pas étayée par la preuve à charge présentée par
le ministère public, le dossier dans son ensemble et, plus particulièrement, le témoignage de M.L. lui-même. Tout
particulièrement, un élément essentiel du récit de M.L. porte sur le fait que R.P. l’aurait agressée sexuellement pendant
que son épouse était sur le point de se rendre à l’hôpital pour accoucher et pendant que cette dernière était à l’hôpital à
l’occasion des naissances. Or, selon le témoignage de G.L., M.L. n’a en fait gardé à ni l’une ni l’autre de ces occasions
et, confrontée à ce témoignage, elle n’a pas contredit les propos de G.L. M.L. a aussi confirmé le témoignage de G.L.
qui a affirmé que, lorsqu’elle était à la maison, elle avait une vue non obstruée du lieu où les agressions se seraient
produites. En outre, le témoignage de G.L. selon qui R.P. revenait très rarement à la maison avant elle est incompatible
- 750 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
avec les allégations d’agressions fréquentes formulées par M.L. Le juge du procès a aussi fait abstraction du
témoignage de M.L. qui confirmait d’importants aspects du témoignage de G.L. tendant à démontrer que R.P. n’a pas
pu agresser M.L., comme elle le prétend. Enfin, dans la mesure où le juge du procès a rejeté le témoignage de G.L. ou
n’en a pas tenu compte, il l’a fait pour des motifs intenables. Il semble n’avoir accordé aucun poids au témoignage de
G.L. parce qu’elle était à la fois trop vague, un motif qui n’est pas étayé par le dossier, et trop précise, ce qui contredit
le premier motif. Bien que le juge du procès ait conclu que G.L. avait choisi de croire R.P. parce qu’il est son mari, il a
négligé le fait qu’elle est aussi étroitement liée à M.L., sa sœur. Il était inacceptable de rejeter pour un tel motif le
témoignage de la seule personne qui — outre la plaignante ou l’accusé — pouvait témoigner quant à la disposition des
pièces dans les maisons où les agressions auraient eu lieu, quant aux routines et à l’horaire quotidien de R.P. et quant
aux circonstances entourant les accouchements de G.L.
En examinant la preuve en détail, les juges majoritaires de la Cour d’appel n’ont commis aucune erreur,
puisqu’ils étaient tenus de décrire aussi précisément que possible les éléments du dossier qui soutiennent leur
conclusion selon laquelle le verdict est déraisonnable.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec (les juges Thibault, Pelletier et Gagnon), 2010
QCCA 2237 (CanLII), [2010] J.Q. no 13165 (QL), 2010 CarswellQue 13100, qui a annulé la déclaration de culpabilité
d’attentat à la pudeur prononcée contre l’accusé. Pourvoi accueilli, les juges LeBel et Fish sont dissidents.
Sarah-Julie Chicoine et Jean Campeau, pour l’appelante.
Yves Savard et Claudia Langdeau, pour l’intimé.
Procureur de l’appelante : Poursuites criminelles et pénales du Québec, Québec.
Procureurs de l’intimé : Savard, Pigeon, Lévis.
________________________
Present: LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Criminal law — Appeals — Power of court of appeal — Unreasonable verdict — Credibility of witnesses —
Trial judge holding that testimonial evidence as whole did not raise reasonable doubt that accused guilty on charge of
indecent assault with regard to incidents that had occurred more than 30 years earlier — Whether verdict
unreasonable — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 686(1)(a)(i).
R.P. was convicted of indecently assaulting M.L., his sister-in-law. The trial was held more than 30 years after
the impugned acts. According to M.L., the abuse had occurred when she went to babysit the children of her sister G.L.
and R.P., and it had taken place in their residence on some occasions and in their car at other times when R.P. drove her
home. The trial judge did not believe R.P. and set out numerous reasons to explain why he considered M.L.’s
testimony credible. He accepted the police officers’ testimony and held that the prosecution had proved beyond a
reasonable doubt that the offence had been committed. The majority of the Court of Appeal held that the verdict was
unreasonable in light of the evidence and entered an acquittal. The dissenting judge found that the trial judge had made
no palpable and overriding error in assessing the evidence and that the verdict was not unreasonable.
Held (LeBel and Fish JJ. dissenting): The appeal should be allowed and the conviction restored.
Per Deschamps, Abella, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.: To decide whether a verdict is
unreasonable, an appellate court must determine whether the verdict is one that a properly instructed jury or a judge
could have rendered. A court of appeal that reviews a trial court’s assessments of credibility in order to determine, for
example, whether the verdict is reasonable cannot interfere with those assessments unless it is established that they
cannot be supported on any reasonable view of the evidence.
In this case, the verdict was one a judge could reasonably render, and the trial judge did not draw an inference
or make a finding of fact that was plainly contradicted by the evidence or was incompatible with evidence that was not
otherwise contradicted or rejected. Furthermore, the trial judge’s assessment of the witnesses’ credibility was
- 751 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
reasonable. The trial judge did not disregard the flaws in M.L.’s testimony, nor did he err either in taking into account
her age and the time elapsed since the incidents in question or in assessing G.L.’s testimony.
Per LeBel and Fish JJ. (dissenting): Even when viewed through the mandatory lens of deference, the trial
judge’s reasons do not resist scrutiny. On the record, no trier of fact could reasonably conclude that R.P. is guilty
beyond a reasonable doubt of the offence. The trial judge’s finding that there was no inconsistency between the
testimony of G.L. and M.L. was plainly incompatible with the Crown’s case, with the record as a whole and with
M.L.’s own evidence. In particular, an integral element of M.L.’s narrative was that R.P. sexually assaulted her while
his wife was about to leave for the hospital to give birth and while she was in the hospital on those occasions. G.L.
testified, however, that M.L. had in fact not babysat on either of those occasions and, confronted with this, M.L. did not
contradict G.L. M.L. confirmed as well G.L.’s evidence that G.L., when home, had an unobstructed view of the site of
the alleged abuses. Also, G.L’s testimony that R.P. returned home before her very rarely was inconsistent with M.L.’s
allegations of regular abuse. The judge also ignored M.L.’s own evidence confirming important aspects of G.L.’s
testimony tending to show that R.P. could not have assaulted M.L. as the latter alleged. Finally, to the extent that the
trial judge rejected or disregarded the testimony of G.L., he did so for unsustainable reasons. He appears to have given
no weight to the testimony because G.L. was too general, which is unsupported by the record, and because she was too
precise, which contradicts the first reason. While the judge found that G.L. had chosen to believe R.P. because he was
her husband, he disregarded the fact that she was also closely related to M.L., her sister. It was unacceptable to reject,
on that ground, the evidence of the only person who could — other than the complainant or the accused — testify to the
layout of the homes where the assaults were alleged to have occurred, to R.P.’s daily schedules and routines, and to the
circumstances surrounding G.L. giving birth.
In reviewing the evidence in great detail, the majority of the Court of Appeal committed no error, as it was
required to articulate as precisely as possible what features of the case support its conclusion that the verdict was
unreasonable.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court of Appeal (Thibault, Pelletier and Gagnon JJ.A.), 2010 QCCA
2237 (CanLII), [2010] Q.J. No. 13165 (QL), 2010 CarswellQue 13100, setting aside the accused’s conviction for
indecent assault. Appeal allowed, LeBel and Fish JJ. dissenting.
Sarah-Julie Chicoine and Jean Campeau, for the appellant.
Yves Savard and Claudia Langdeau, for the respondent.
Solicitor for the appellant: Poursuites criminelles et pénales du Québec, Québec.
Solicitors for the respondent: Savard, Pigeon, Lévis.
- 752 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2011 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
NOVEMBER - NOVEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
1
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
2
3
4
5
6
7
8
6
M
7
8
9
10
H
11
12
4
M
5
6
7
8
9
10
9
H
10
M
11
12
13
14
15
13
14
15
16
17
18
19
11
12
13
14
15
16
17
16
17
18
19
20
21
22
20
21
22
23
24
25
26
18
19
20
21
22
23
24
23
/ 30
24
/ 31
25
26
27
28
29
27
28
29
30
25
H
26
H
27
28
29
30
31
T
J
F
V
S
S
1
2
3
- 2012 JANUARY - JANVIER
FEBRUARY - FÉVRIER
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
1
H
2
3
4
5
6
7
8
M
9
10
11
12
13
14
5
M
6
15
16
17
18
19
20
21
12
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
7
8
9
10
11
4
5
6
7
8
9
10
13
14
15
16
17
18
11
M
12
13
14
15
16
17
19
20
21
22
23
24
25
18
19
20
21
22
23
24
26
27
28
29
25
26
27
28
29
30
31
F
v
s
s
1
2
APRIL - AVRIL
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
H
6
7
8
H
9
M
10
11
12
13
14
6
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Holidays:
Jours fériés :
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
S
D
Motions:
Requêtes :
MARCH - MARS
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
W
M
JUNE - JUIN
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
13
14
15
16
17
18
19
10
11
12
13
14
15
16
20
H
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
motion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
W
M
T
J
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising