SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu, mais la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued weekly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
June 22, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
953 - 970
Le 22 juin 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
953
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
954
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Oral hearing on applications for
leave
955 - 956
Audience sur les demandes d'autorisation
Judgments on applications for
leave
957 - 966
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
967
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
968 - 970
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Guillaume Lemay
Guillaume Lemay
Rainbow Concrete Industries Limited
Marvin J. Huberman
c. (34724)
v. (34844)
Ville de Sorel-Tracy (Qc)
Christian Crevier
Crevier et Beaudoin
Ian Anderson (Ont.)
Sara Blake
A.G. of Ontario
DATE DE PRODUCTION : 09.03.2012
FILING DATE: 25.05.2012
Kurt Pieckenhagen et al.
Melvyn L. Solmon
Solmon Rothbart Goodman LLP
L.P.
Lori Savory
Legal Aid Commission
v. (34841)
v. (34850)
Shaw Satellite G.P., c.o.b. as Shaw DirectTM
(Ont.)
Christopher D. Bredt
Borden Ladner Gervais LLP
Director of Child, Youth and Family Services,
Province of Newfoundland and Labrador (N.L.)
Cynthia D. Janes
A.G. of Newfoundland and
Labrador
FILING DATE: 22.05.2012
FILING DATE: 24.05.2012
Attorney General of Canada
Michael H. Morris
A.G. of Canada
Her Majesty the Queen
Lisa Joyal
A.G. of Ontario
v. (34788)
v. (34843)
Terri Jean Bedford et al. (Ont.)
Alan Young
Osgoode Hall Law School of
York University
P.M. (Ont.)
Christopher Hicks
Hicks Adams LLP
AND BETWEEN
FILING DATE: 15.05.2012
Attorney General of Canada
Jamie Klucach
A.G. of Canada
v. (34788)
Terri Jean Bedford et al. (Ont.)
Alan Young
Osgoode Hall Law School of
York University
FILING DATE: 25.05.2012
- 953 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JUNE 18, 2012 / LE 18 JUIN 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Rothstein and Moldaver JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Moldaver
1.
Judith Anne Scott v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (34799)
2.
Ivanco Keremelevski v. Ukrainian Orthodox Church St. Mary et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (34811)
3.
Telecommunication Employees Association of Manitoba Inc. - International Federation of Professional and
Technical Engineers Local 161 et al. v. Manitoba Telecom Services Inc. et al. (Man.) (Civil) (By Leave)
(34763)
CORAM: LeBel, Abella and Cromwell JJ.
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
4.
Robert Godbout c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (34704)
5.
Ivanco Keremelevski v. Insurance Corporation of British Columbia et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (34789)
6.
Ravinder Kumar Sharma v. Timminco Limited et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (34774)
CORAM: Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
7.
Steve Bédard c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (34744)
8.
Vivendi Canada Inc. c. Michel Dell'Aniello (Qc) (Civile) (Autorisation) (34800)
9.
Martin Tan Lee v. Minister of Citizenship and Immigration (F.C.) (Civil) (By Leave) (34771)
- 954 -
ORAL HEARING ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
AUDIENCE SUR LES DEMANDES
D’AUTORISATION
JUNE 4, 2012 / LE 4 JUIN 2012
Coram: McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
Motion heard
Requête entendue
Daishowa-Marubeni International Ltd.
John H. Saunders for the applicant.
David Jacyk for the respondent.
v. (34534)
Her Majesty the Queen(F.C.) (Civil) (By Leave)
GRANTED ON TWO SPECIFIED ISSUES / ACCORDÉE À L’ÉGARD DE DEUX QUESTIONS PRÉCISES
JUDGMENT:
JUGEMENT :
After hearing the parties on the leave application on
June 4, 2012, the application for leave to appeal from
the judgment of the Federal Court of Appeal, Number
A-287-10, 2011 FCA 267, dated September 23, 2011,
is granted on the following issues only:
Après audition des parties sur la demande
d’autorisation d’appel le 4 juin 2012, la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel
fédérale, numéro A-287-10, 2011 CAF 267, daté du
23 septembre 2011, est accueillie uniquement quant
aux questions suivantes :
1) Are the reforestation liabilities to be included in the
proceeds of disposition because the vendor is relieved
of a liability or are they integral to and run with the
forest tenures?
2) Does it make any difference that the parties agreed
to a specific amount of the future reforestation
liability?
- 955 -
1) Les obligations relatives au reboisement doiventelles être incluses dans le produit de disposition parce
que la venderesse est libérée d’une obligation ou estce qu’elles font partie intégrante des tenures
forestières et y sont rattachées ?
2) Le fait que les parties se sont entendues sur une
valeur précise attribuée à l’obligation future de
reboisement change-t-il quelque chose?
ORAL HEARING ON APPLICATIONS FOR
LEAVE
AUDIENCE SUR LES DEMANDES
D’AUTORISATION
Nature of the case:
Nature de la cause :
Taxation – Income Tax – Assessment – Tax treatment
of assumed contingent liabilities – Amount if any to
be included in proceeds of disposition in respect of
reforestation obligations assumed by purchasers of
sawmill operations – If any amount must be included
in proceeds, whether or not to allow an equivalent
offsetting deduction or reduction in proceeds for
having paid the purchasers to assume the obligations –
Standard of appellate review for contractual
interpretation issues – Fundamental principles
regarding deductibility of taxpayer expenses and when
an assumed liability results in an addition to vendor
proceeds as opposed to a reduction in the purchase
price paid – Whether a liability whose amount is
uncertain at the outset is a contingent liability.
Droit fiscal – Impôt sur le revenu – Cotisations –
Traitement fiscal d'obligations éventuelles prises en
charge – Montant à inclure s’il en est dans le produit
de disposition à l'égard des obligations relatives au
reboisement prises en charge par les acheteurs d'une
scierie – Si un montant doit être inclus dans le produit,
y a-t-il lieu ou non de permettre une déduction
compensatoire ou une réduction du produit pour avoir
payé les acheteurs afin qu'ils prennent en charge les
obligations? – Norme de révision en appel de
questions d'interprétation contractuelle – Principes?
fondamentaux relatifs à la déductibilité des frais du
contribuable et aux situations où une responsabilité
prise en charge donne lieu à un majoration du produit
de disposition du vendeur par opposition à une
réduction du prix d'achat payé – L’obligation dont le
montant est incertain au départ est-elle une obligation
éventuelle
- 956 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JUNE 21, 2012 / LE 21 JUIN 2012
34619
Envision Credit Union v. Her Majesty the Queen (FC) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-479-10,
2011 FCA 321, dated November 21, 2011, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-479-10, 2011 CAF 321,
daté du 21 novembre 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Taxation – Income tax – Corporations – Amalgamations – Undepreciated capital cost of depreciable assets owned by
applicant by virtue of amalgamation – Whether undepreciated capital cost flows through from predecessor credit
unions to applicant – Whether Federal Court of Appeal was correct in applying a tracing principle to the word
―property‖ in s. 87(1)(a) of the Income Tax Act – Whether Federal Court of Appeal erred in determining that tax
accounts flow through on a continuation model amalgamation where the amalgamation is outside the scope of s. 87 –
Income Tax Act, R.S.C. 1985 (5th Supp.), c. 1, s. 87.
Two British Columbia credit unions (collectively the predecessors) amalgamated under the Credit Union
Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, c. 82. The amalgamation took effect on January 1, 2001. The amalgamated
company is the applicant. In its returns for the taxation years 2001-2004, the applicant claimed capital cost allowance
(CCA) on the depreciable assets it owned by virtue of the amalgamation based on a starting undepreciated capital cost
(UCC) of the capital cost of the depreciable assets when the predecessors acquired them. On reassessment, the
Minister reduced the CCA to reflect a starting UCC of the amount of the predecessors' UCC balances immediately
before the merger. The Minister reached the UCC figure by taking the original purchase price and subtracting the
amount claimed by the predecessors as CCA in the years after they acquired the assets.
The applicant appealed the reassessments to the Tax Court of Canada. The Tax Court judge allowed the appeal in
respect of the 2001 taxation year, on the ground that the reassessment was statute-barred. However, the judge
dismissed the appeal of the Minister's reassessments for its 2002, 2003, and 2004 taxation years. The Federal Court of
Appeal dismissed the applicant’s appeal.
November 17, 2010
Tax Court of Canada
(Webb T.C.J.)
2010 TCC 576
Appeal from reassessment of 2001 taxation year
allowed; appeals from reassessments of 2002, 2003
and 2004 taxation years dismissed
November 21, 2011
Federal Court of Appeal
(Evans, Layden-Stevenson and Stratas JJ.A.)
2011 FCA 321
Appeal dismissed
January 17, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 957 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit fiscal - Impôt sur le revenu - Sociétés par actions - Fusions - Fraction non amortie du coût en capital de biens
amortissables appartenant à la demanderesse à la suite de la fusion - La fraction non amortie du coût en capital est-elle
transmise des caisses de crédit remplacées à la demanderesse? - La Cour d’appel fédérale avait-elle raison d’appliquer
un principe de l’affectation au mot « biens » à l’al. 87(1)a) de la Loi de l’impôt sur le revenu? - La Cour d’appel
fédérale a-t-elle eu tort de conclure que les comptes d’impôt sont transmis selon le modèle de la continuation lorsque
la fusion ne fait pas partie du champ d’application de l’art. 87? - Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985 (5e suppl.),
ch. 1, art. 87.
Deux caisses de crédit de la Colombie-Britannique (collectivement appelées « les caisses remplacées ») se sont
fusionnées sous le régime de la Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 82. La fusion a eu lieu le 1er
janvier 2001. La société issue de la fusion se trouve à être la demanderesse. Dans ses déclarations de revenus pour les
années d’imposition 2001-2004, la demanderesse a demandé une déduction pour amortissement (DPA) sur les biens
amortissables dont elle était propriétaire à la suite de la fusion en fonction d’une fraction non amortie du coût en
capital (FNACC) d’origine du coût en capital des biens amortissables lorsque que les caisses remplacées les ont
acquis. En établissant une nouvelle cotisation, le ministre a réduit la DPA pour qu’elle corresponde à une FNACC
d’origine égale au montant des soldes de FNACC des caisses remplacées et établis immédiatement avant la fusion. Le
ministre a déterminé le montant de la FNACC en prenant le prix d’achat initial et en soustrayant le montant demandé
par les caisses remplacées à titre de DPA dans les années qui ont suivi leur acquisition des biens.
La demanderesse a interjeté appel des nouvelles cotisations à la Cour canadienne de l’impôt. Le juge de la Cour de
l’impôt a accueilli l’appel relativement à l’année d’imposition 2001, statuant que la nouvelle cotisation était frappée de
prescription. Toutefois, le juge a rejeté l’appel des nouvelles cotisations du ministre établies pour les années
d’imposition 2002, 2003 et 2004. La Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de la demanderesse.
17 novembre 2010
Cour canadienne de l’impôt
(Juge Webb)
2010 TCC 576
Appel de la nouvelle cotisation établie pour l’année
d’imposition 2001, accueilli; appels des nouvelles
cotisations établies pour les années d’imposition 2002,
2003 et 2004, rejetés
21 novembre 2011
Cour d’appel fédérale
(Juges Evans, Layden-Stevenson et Stratas)
2011 FCA 321
Appel rejeté
17 janvier 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34652
Alassane Seck c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004234-082, 2011 QCCA 2250, daté du 7 décembre 2011, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-10-004234-082, 2011 QCCA 2250, dated December 7, 2011, is dismissed without costs.
- 958 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Criminal law – Charge to jury – Jurors – Whether Court of Appeal erred in law in declaring that Superior Court’s
Duncan instructions concerning statements by accused had not affected fairness of trial – Whether Court of Appeal
erred in law in concluding that instructions concerning subjective nature of requisite intent had not affected fairness of
trial – Whether Court of Appeal erred in law in concluding that Superior Court judge had properly exercised his
discretion by not conducting inquiry based on jury note J-6 informing Court that juror was being intimidated and that
therefore his judgment was no longer reasonable.
Following an altercation earlier in the evening of August 23, 2000, during which the victim assaulted the applicant, the
applicant took a knife, found the victim and stabbed the victim in the back. The stab wound proved fatal to the victim.
Following a jury trial, the applicant was convicted of second degree murder. The Court of Appeal dismissed his
appeal.
October 3, 2008
Quebec Superior Court
(Fraser J.)
Applicant convicted of second degree murder
December 7, 2011
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler, Dufresne and Bouchard JJ.A.)
2011 QCCA 2250
Appeal dismissed
February 6, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Exposé au jury – Jurés – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en déclarant que les directives de la
Cour supérieure de type Duncan relativement aux déclarations de l’accusé n’avaient pas atteint l’équité du procès? –
La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant que les directives quant au caractère subjectif de l’intention requise
n’avaient pas affecté l’équité du procès? – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant que le juge de la Cour
supérieure avait bien exercé sa discrétion en ne faisant pas enquête devant la note du jury J-6 avisant le Tribunal qu’il
était victime d’intimidations et que conséquemment son jugement n’était plus raisonnable?
Après une altercation plus tôt dans la soirée du 23 août 2000 durant laquelle la victime agresse le demandeur, le
demandeur se munit d’un couteau, retrouve la victime et la poignarde dans le dos. Le coup de couteau s’avère fatal
pour la victime. Suite à un procès devant jury, le demandeur est déclaré coupable de meurtre au deuxième degré. La
Cour d’appel rejette son appel.
Le 3 octobre 2008
Cour supérieure du Québec
(Le juge Fraser)
Verdict : coupable de meurtre au deuxième degré
Le 7 décembre 2011
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Duval Hesler, Dufresne et Bouchard)
2011 QCCA 2250
Appel rejeté
- 959 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel déposée
Le 6 février 2012
Cour suprême du Canada
34697
Estate of Angelo Dicaro, deceased, by his estate trustee Carmela Dicaro and Carmela Dicaro v.
Manufacturers Life Insurance Company (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54122,
2012 ONCA 14, dated January 6, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54122, 2012 ONCA
14, daté du 6 janvier 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Insurance law – Accidental death benefits – Limitation of actions – Whether life insurers have or ought to have a
positive duty to inform beneficiaries what policy coverage exists – Whether action brought within relevant limitations
period – Whether insured’s death accidental.
The applicant's husband, Angelo Dicaro, died following complications of liver disease in July 1999. The applicant
made a claim to the respondent, Manufacturers Life Insurance Company, in August 1999 and was paid $45,000 for the
basic benefit. In March 2008, the applicant made a claim for accidental death benefits because she learned her
husband’s death could have been caused by an accident during surgery. Manufacturers Life denied the claim on the
basis it was filed too late and because the applicant had not established the death was accidental. The applicant’s
statement of claim was issued in March 2010, seeking accidental death benefits in the amount of $545,000.
Manufacturers Life brought a motion for summary judgment dismissing the action because it exceeded the relevant
limitations period. The applicant, who was the beneficiary under the insurance policy, brought a cross-motion for
summary judgment in the amount of $545,000.
The Ontario Superior Court of Justice granted the insurer’s motion for summary judgment and dismissed the action,
concluding the relevant limitations period was exceeded and it was not demonstrated the insured’s death was
accidental. The Ontario Court of Appeal dismissed the applicant’s appeal.
June 15, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Chapnik J.)
Respondent’s motion for summary judgment, granted;
Applicant’s cross-motion for summary judgment, and
his action, dismissed.
January 6, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Simmons and Armstrong JJ.A.)
Applicant’s appeal, dismissed.
March 6, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
- 960 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des assurances – Indemnité en cas de décès accidentel – Prescription des actions – Les assureurs-vies ont-ils ou
devraient-ils avoir l’obligation positive d’informer les bénéficiaires de la couverture qui leur est offerte par la police
d’assurance? – L’action a-t-elle été intentée à l’intérieur du délai de prescription applicable? – La mort de l’assuré estelle accidentelle?
Angelo Dicaro, le mari de la demanderesse, est mort en juillet 1999 des suites de complications d’une maladie du foie.
En août 1999, la demanderesse a fait une réclamation à l’intimée, la Manufacturers Life Insurance Company, et a reçu
45 000 $ au titre de l’indemnité de base. En mars 2008, la demanderesse a réclamé une indemnité pour décès
accidentel parce qu’elle avait appris que la mort de son mari était peut-être attribuable à un accident subi lors d’une
intervention chirurgicale. La Manufacturers Life a refusé la réclamation au motif qu’elle avait été présentée trop tard
et que la demanderesse n’avait pas établi le caractère accidentel de la mort. Dans la déclaration qu’elle a produite en
mars 2010, la demanderesse sollicite une indemnité pour décès accidentel de 545 000 $. La Manufacturers Life a
déposé une requête en jugement sommaire rejetant l’action parce que celle-ci avait été intentée après l’expiration du
délai de prescription applicable. La demanderesse, la bénéficiaire de la police d’assurance, a déposé une requête
incidente pour obtenir un jugement sommaire lui accordant 545 000 $.
La Cour supérieure de justice de l’Ontario a accueilli la requête de l’assureur en jugement sommaire et a rejeté
l’action, concluant que le délai de prescription applicable avait été dépassé et que l’on n’avait pas démontré que la
mort de l’assuré était accidentelle. La Cour d’appel de l’Ontario a rejeté l’appel formé par la demanderesse.
15 juin 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Chapnik)
Requête de l’intimée en jugement sommaire accueillie;
requête incidente de la demanderesse en jugement
sommaire et son action rejetées.
6 janvier 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Simmons et Armstrong)
Appel de la demanderesse rejeté.
6 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
34719
Kathryn Rosenstein, Hagop Artinian v. Mary Kanavaros (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-020960-100, 2012 QCCA 128, dated January 17, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09020960-100, 2012 QCCA 128, daté du 17 janvier 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil liability – Damages – Defamation – Whether statements were defamatory – Whether competence of teacher or
professional covered by notions of public interest and free expression – Whether confidentiality agreement breached
and if so, whether this limits recovery to foreseeable damages – Whether causal connection between statements and
respondent’s inability to work – Whether award of exemplary damages justified – Whether gross salary could be
- 961 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
compensated for – Whether lower courts’ decisions compatible with societal values.
The applicants (―the parents‖) sued their son’s teacher, the principal of the Westmount school and the school board
(―the defendants‖) for what they called ―educational malpractice‖. On the morning of the trial, the parties signed a
settlement agreement which contained a confidentiality clause prohibiting the parties from divulging the terms of the
settlement. While leaving the courthouse, the parents were accosted by media representatives to whom they made
various comments with respect to the teacher’s character. In essence, they expressed that they had ―made their point‖
and that the teacher was a ―marked lady‖ who would now have to think twice about doing something unprofessional.
The parents’ comments were widely broadcast on television and published in several major Canadian newspapers. The
teacher sued the parents for defamation and was awarded $234,011.87 in damages. The parents appealed the award on
the basis that the statements were not defamatory, that the teacher suffered no damages, that the award was excessive
and that there was no basis for granting exemplary damages. In a brief set of reasons, the Court of Appeal dismissed
the appeal.
July 30, 2010
Superior Court of Quebec
(Richer J.)
2010 QCCS 3398
Respondent awarded $234,011.87 in damages for
defamatory statements made by applicants
January 17, 2012
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Duval Hesler, Dalphond and Giroux JJ.A.)
2012 QCCA 128
Appeal dismissed
March 15, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité civile – Dommages-intérêts – Diffamation – Les déclarations étaient-elles diffamatoires? – Les notions
d’intérêt public et de liberté d’expression s’appliquent-elles à la compétence de l’enseignant ou du professionnel? – Y
a-t-il eu violation de l’entente de non-divulgation et, dans l’affirmative, cette violation limite-t-elle l’indemnisation au
préjudice prévisible? – Existe-t-il un lien de causalité entre les déclarations et l’incapacité de l’intimée à travailler? –
L’octroi de dommages-intérêts exemplaires est-il justifié? – Peut-on indemniser la perte du salaire brut? – Les
décisions des juridictions inférieures sont-elles compatibles avec les valeurs de la société?
Les demandeurs (« les parents ») ont poursuivi l’enseignante de leur fils, le principal de l’école Westmount et la
commission scolaire (« les défendeurs ») pour ce qu’ils appellent une « faute professionnelle en éducation ». Le matin
du procès, les parties ont signé une entente de non-divulgation qui contenait une clause interdisant aux parties de
divulguer les modalités du règlement. À leur sortie du palais de justice, les parents ont été accostés par des
représentants des médias et leur ont fait divers commentaires sur la moralité de l’enseignante. Les parents ont dit
essentiellement qu’ils avaient « fait valoir leur point de vue » et que l’enseignante était une « dame marquée » qui
allait hésiter avant de faire preuve d’un manque de professionnalisme. Les commentaires des parents ont été largement
télédiffusés et publiés dans plusieurs grands journaux canadiens. L’enseignante a poursuivi les parents pour
diffamation et s’est vu accorder 234 011,87 $ en dommages-intérêts. Les parents ont fait appel de l’adjudication des
dommages-intérêts au motif que les déclarations n’étaient pas diffamatoires, que l’enseignante n’a subi aucun
préjudice, que les dommages-intérêts étaient trop élevés et qu’il n’y avait aucune raison d’accorder des dommagesintérêts exemplaires. La Cour d’appel a rejeté l’appel dans de brefs motifs.
- 962 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
30 juillet 2010
Cour supérieure du Québec
(Juge Richer)
2010 QCCS 3398
Dommages-intérêts de 234 011,87 $ accordés à
l’intimée pour déclarations diffamatoires faites par les
demandeurs
17 janvier 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Juges Duval Hesler, Dalphond et Giroux)
2012 QCCA 128
Appel rejeté
15 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
34725
Agyapal Singh Grewal v. Jatinder Singh Sandhu, 676207 B.C. Ltd., Lakhvir Kaur Gill (B.C.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038665, 2012 BCCA 26, dated January 19, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA038665, 2012 BCCA 26, daté du 19 janvier 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Damages – Torts – Fiduciary duty – Economic loss – Physician-patient relationship – What is the law when a
therapeutic doctor-patient relationship is moved over (by the doctor) into a non-therapeutic sphere, and moved over
during the currency of that continuing therapeutic relationship – How is loss for breach of fiduciary duty to be
quantified in Canada and which of the two models is to be followed – What is the correct measure of damages to
redress a propriety claim sounding in fraud – Scope of appellate judicial intervention; in particular what are the
governing principles that permit an appellate court to reverse or disregard the findings of the trial judge, absent
palpable and overriding error, or error of law.
The respondent, Dr. Jatinder Sandhu, was a psychiatrist and friend of the applicant, Agyapal Grewal. Between March
2002 and December 2004, Dr. Sandhu treated Mr. Grewal for clinical depression. During the treatment period, they
participated in real estate purchases and sales of a farm property and a subdivision property, which concluded in June
2005, six months after treatment had concluded. With respect to the farm property, Dr. Sandhu had held Mr. Grewal’s
interest in trust and sold it to the respondent, Lakhvir Gill, for less than market value. Immediately following the sale
of the properties Mr. Grewal commenced an action, alleging the defendant had cheated him financially in a manner
that seriously impaired his emotional and mental health.
The Supreme Court of British Columbia allowed Mr. Grewal’s action, awarding damages and special costs against Dr.
Sandhu. The court also ordered a registrar's reference to assess further damages in relation to the subdivision property.
Mr. Grewal’s action against Ms. Gill was dismissed. The British Columbia Court of Appeal dismissed Mr. Grewal’s
appeal on quantum of damages and allowed Dr. Sandhu’s cross-appeal, substantially setting aside the order of the B.C.
Supreme Court. The Court of Appeal upheld the dismissal of the action against Ms. Gill, as well as the damages award
of $162,500 against Dr. Sandhu for breach of trust with respect to the sale of the farm property. The Court of Appeal
- 963 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
remitted to the B.C. Supreme Court for retrial the claims for pecuniary losses and counterclaim in respect of the
subdivision lots.
November 18, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Smith J.)
Applicant’s action, allowed.
January 19, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Levine, Lowry and Tysoe JJ.A.)
Applicant’s appeal on quantum of damages, dismissed;
Respondent’s cross-appeal, allowed.
March 19, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Dommages-intérêts – Responsabilité délictuelle – Obligation fiduciale – Perte économique – Relation entre un
médecin et son patient – Quelles sont les règles de droit applicables lorsqu’un médecin étend la relation thérapeutique
qu’il entretient avec son patient dans une sphère non thérapeutique? – De quelle manière faut-il quantifier au Canada
la perte découlant du manquement à une obligation fiduciale et lequel des deux modes doit être employé? – Comment
doit-on calculer les dommages-intérêts lorsqu’il est fait droit à une demande de dommages-intérêts présentée en
matière délictuelle pour fraude? – Étendue de l’intervention de la cour d’appel; plus précisément, quels sont les
principes applicables permettant à la cour d’appel d’annuler ou de ne pas prendre en considération les conclusions du
juge du procès en l’absence d’une erreur manifeste et dominante ou d’une erreur de droit?
L’intimé, le Dr Jatinder Sandhu, était un psychiatre et un ami du demandeur, Agyapal Grewal. Le D r Sandhu a traité la
dépression clinique de M. Grewal entre mars 2002 et décembre 2004. Durant le traitement, ils ont participé à
l’acquisition et à la vente d’une ferme et d’une propriété lotie, des transactions qui ont été conclues en juin 2005, soit
six mois après la fin du traitement. En ce qui concerne la ferme, le D r Sandhu détenait en fiducie l’intérêt de
M. Grewal et il l’a vendu à l’intimée Lakhvir Gill pour une somme inférieure à sa valeur marchande. M. Grewal a
engagé une poursuite tout de suite après la vente des propriétés, reprochant au défendeur de l’avoir floué
financièrement d’une manière qui nuisait gravement à sa santé émotionnelle et mentale.
La Cour suprême de la Colombie-Britannique a accueilli l’action intentée par M. Grewal et condamné le D r Sandhu à
verser des dommages-intérêts et des dépens spéciaux. Elle a aussi ordonné le renvoi de l’affaire au greffier pour qu’il
évalue les dommages-intérêts supplémentaires à adjuger relativement à la propriété lotie. L’action intentée par M.
Grewal contre Mme Gill a été rejetée. La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a rejeté l’appel formé par M.
Grewal à l’égard du montant des dommages-intérêts et a accueilli l’appel incident du Dr Sandhu, annulant ainsi pour
l’essentiel l’ordonnance de la Cour suprême de la Colombie-Britannique. La Cour d’appel a confirmé le rejet de
l’action intentée contre Mme Gill de même que l’adjudication de dommages-intérêts de 162 500 $ contre le Dr Sandhu
pour abus de confiance quant à la vente de la ferme. La Cour d’appel a renvoyé l’affaire à la Cour suprême de la
Colombie-Britannique pour qu’elle instruise à nouveau les poursuites pour perte pécuniaire et la demande
reconventionnelle portant sur les terrains lotis.
18 novembre 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smith)
Action du demandeur accueillie.
- 964 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
19 janvier 2012
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Levine, Lowry et Tysoe)
Appel du demandeur concernant le montant des
dommages-intérêts rejeté; Appel incident de l’intimé
accueilli.
19 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
34737
Éric Bédard c. Ministre de la Justice du Canada (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accordée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004833-115, 2012 QCCA 154, daté du 27 janvier 2012, est rejetée sans dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-10004833-115, 2012 QCCA 154, dated January 27, 2012, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Extradition — Judicial review — Discretion — Non-compliance with release conditions — Whether Court of Appeal
erred in law in dismissing application for judicial review instituted by applicant, who at time was duly represented by
counsel under valid mandate, because of applicant’s unexplained absence from hearing.
The United States requested Mr. Bédard’s extradition so he could be tried on charges of conspiracy to traffic in a large
quantity of marijuana and ecstasy. Mr. Bédard suffers from polyostotic fibrous dysplasia, a rare congenital bone
disease that causes the weakening of bones and involves a high risk of fracture at the slightest contact with a person or
object. Mr. Bédard gets around in an electric wheelchair. When he was arrested in Quebec in May 2009, he was able
to obtain a judicial interim release on certain conditions. On December 14, 2010, the respondent Minister of Justice
signed warrants ordering Mr. Bédard’s surrender. After considering Mr. Bédard’s submissions concerning the special
circumstances associated with his health condition, the Minister concluded that it had not been proved that
Mr. Bédard’s surrender would be unjust or oppressive, outrage standards of decency or shock the conscience. The
American authorities informed the Minister that the Federal Bureau of Prisons could properly treat an inmate in
Mr. Bédard’s condition. Mr. Bédard challenged the decision of the Minister of Justice through an application for
judicial review in the Court of Appeal.
December 14, 2010
The Honourable Rob Nicholson, Minister of Justice and
Attorney General of Canada
Surrender of applicant to United States ordered
January 27, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler C.J. [dissenting] and Hilton and Gagnon
JJ.A.)
Application for judicial review of decision of Minister
of Justice summarily dismissed
March 28, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 965 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 30, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to extend time filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Extradition — Contrôle judicaire — Discrétion — Manquement aux conditions de remise en liberté — La Cour
d’appel a-t-elle erré en droit en rejetant la demande de révision judiciaire du demandeur, alors dûment représenté par
son conseil en vertu d’un mandat valide, et ce, compte tenu de son absence inexpliquée à l’audience?
Les États-Unis ont demandé l’extradition de M. Bédard afin qu’il subisse son procès quant à des accusations de
complot pour trafic d’une quantité importante de marihuana et d’ecstasy. M. Bédard souffre de dysplasie fibreuse
polyostotique, une rare affection osseuse congénitale qui cause la fragilisation des os et entraîne un risque élevé de
fracture au moindre contact avec une personne ou un objet. Il se déplace avec une chaise roulante électrique. Lors de
son arrestation au Québec en mai 2009, il a pu obtenir une mise en liberté provisoire à certaines conditions. Le 14
décembre 2010, le ministre de la Justice intimé signe des mandats ordonnant l’extradition de M. Bédard. Après avoir
considéré les observations soumises par ce dernier concernant les circonstances particulières de son état de santé, le
ministre a conclu qu’il n’a pas été prouvé que l’extradition de M. Bédard serait injuste ou tyrannique ni qu’elle
bafouerait les normes de décence ou choquerait la conscience. Les autorités américaines ont informé le ministre que le
Bureau fédéral des prisons pouvait traiter adéquatement un détenu dans la condition de M. Bédard. Ce dernier a
contesté la décision du ministre de la Justice par le biais d’une demande de révision judiciaire devant la Cour d’appel.
Le 14 décembre 2010
L’honorable Rob Nicholson, ministre de la Justice et
procureur général du Canada
Arrêté d’extradition du demandeur vers les États-Unis
Le 27 janvier 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge en chef Duval Hesler [dissidente] et les juges
Hilton et Gagnon)
Demande en révision judicaire de la décision du
ministre de la Justice rejetée sommairement
Le 28 mars 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
Le 30 mars 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation des délais déposée
- 966 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
JUNE 22, 2012 / LE 22 JUIN 2012
34060
Ville de Westmount c. Richard Rossy, Sharon Rossy, Justin Rossy, Luke Rossy, Nicholas Rossy
et Société de l’assurance automobile du Québec (Qc)
2012 SCC 30 / 2012 CSC 30
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Cromwell et Karakatsanis
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-019100-080 et 500-09019115-088, 2010 QCCA 2131, en date du 22 novembre 2010, entendu le 13 février 2012, est accueilli avec dépens. Le
jugement de la Cour supérieure est rétabli et l’action contre la Ville de Westmount est rejetée.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-019100-080 and 500-09019115-088, 2010 QCCA 2131, dated November 22, 2010, heard on February 13, 2012, is allowed with costs. The
judgment of the Superior Court is restored and the action against the City of Westmount is dismissed.
- 967 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Ville de Westmount c. Richard Rossy et autres (Qc) (34060)
Indexed as: Westmount (City) v. Rossy / Répertorié : Westmount (Ville) c. Rossy
Neutral citation: 2012 SCC 30 / Référence neutre : 2012 CSC 30
Hearing: February 13, 2012 / Judgment: June 22, 2012
Audition : Le 13 février 2012 / Jugement : Le 22 juin 2012
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Cromwell et Karakatsanis
Assurance — Assurance automobile — Régime public d’assurance automobile sans égard à la
responsabilité — Arbre tombé sur un véhicule cause la mort du conducteur — Type de lien de causalité nécessaire
entre le préjudice et l’automobile — Le préjudice subi par le conducteur a-t-il été « causé par une automobile, par son
usage ou par son chargement »? — Loi sur l’assurance automobile, L.R.Q., ch. A-25, art. 1 « accident », « préjudice
causé par une automobile ».
Procédure civile — Moyens de non-recevabilité — Arbre tombé sur un véhicule cause la mort du
conducteur — Membres de la famille du conducteur intentent une poursuite en dommages-intérêts contre la ville où
s’est produit l’accident — La poursuite civile est-elle irrecevable du fait de l’application du régime public d’assurance
automobile? — Code de procédure civile, L.R.Q., ch. C-25, art. 75.1, 165(4) — Loi sur l’assurance automobile, L.R.Q.,
ch. A-25, art. 83.57.
R a été tué lorsqu’un arbre est tombé sur le véhicule qu’il conduisait dans la ville de Westmount. Les
parents de R ainsi que ses trois frères ont intenté un recours en dommages-intérêts contre la ville en se fondant sur la
responsabilité civile qui lui incomberait, selon eux, aux termes du Code civil du Québec. Ils alléguaient que, en sa
qualité de propriétaire de l’arbre, la ville n’avait pas bien entretenu l’arbre en question. La Ville a demandé le rejet de
l’action en application du par. 165(4) et de l’art. 75.1 du Code de procédure civile. Elle a soutenu que le préjudice
résultait d’un accident causé par une automobile et que toute indemnisation pour le préjudice à la personne était donc
régie par la Loi sur l’assurance automobile (la « Loi »). La Cour supérieure a accueilli la requête de la Ville et rejeté
l’action. La Cour d’appel a conclu qu’une blessure n’est pas un « préjudice causé par une automobile » seulement
parce qu’une victime se trouve dans le véhicule au moment de l’accident. Elle a conclu que les allégations de la requête
introductive d’instance menaient à la conclusion selon laquelle rien ne liait les préjudices corporels subis par R au fait
qu’il se trouvait dans un véhicule. Elle a accueilli le pourvoi et autorisé la continuation de la cause en Cour supérieure.
Arrêt : L’appel est accueilli.
La Loi est considérée comme une loi remédiatrice. Il faut donc l’interpréter conformément à l’art. 41
de la Loi d’interprétation. Elle doit recevoir une interprétation large et libérale afin de garantir l’accomplissement de
son objet. La décision de la Cour d’appel dans l’arrêt Productions Pram inc. c. Lemay, [1992] R.J.Q. 1738, nous
enseigne que, pour décider si la Loi s’applique, les tribunaux n’ont pas à chercher un lien causal traditionnel entre la
faute et le dommage, comme cela se fait couramment dans les causes civiles délictuelles ou quasi délictuelles. Les
principes qui émanent de Pram guident utilement les tribunaux lorsqu’il s’agit d’interpréter la Loi et ils doivent être
réaffirmés. Chaque cas doit être examiné en fonction de ses faits propres. Cependant, à tout le moins, un accident qui
découle de l’utilisation d’un véhicule comme moyen de transport répondra à la définition du terme « accident » utilisé
dans la Loi et aura donc été « causé par une automobile » au sens où il faut l’entendre pour l’application de la Loi. Tout
recours civil relatif au dommage causé par l’accident en question sera irrecevable et les victimes devront formuler une
réclamation auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec. Il n’est pas nécessaire que le véhicule ait été
une cause active de l’accident. La simple utilisation ou conduite du véhicule en tant que véhicule suffiront pour que la
Loi s’applique. Cette interprétation découle d’une simple application des principes élaborés dans Pram. Elle est, en
outre, compatible avec la jurisprudence et la doctrine, et elle donne effet à l’objectif que vise le régime législatif.
Lorsqu’on applique ce test aux faits de la présente affaire, on doit conclure que la Loi s’applique à
l’accident dont R a été victime. S’il est vrai que l’automobile était possiblement stationnaire ou en train de traverser un
carrefour, selon la preuve au dossier, R l’utilisait comme moyen de transport lorsque l’accident est survenu. Cela suffit
- 968 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
pour conclure que le préjudice est le résultat d’un « accident » au sens de la Loi et que, dès lors, le droit à une indemnité
sans égard à la responsabilité prévue par le régime s’applique. Ainsi, la demande civile est irrecevable et les parents et
les frères de R doivent s’adresser à la Société de l’assurance automobile du Québec pour être indemnisés. La Cour
d’appel a commis une erreur en interprétant la Loi trop étroitement. Une telle interprétation risque de restreindre
indûment l’application souhaitée du régime québécois sans égard à la responsabilité et doit donc être rejetée.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec (les juges Thibault, Dufresne et Cournoyer
(ad hoc)), 2010 QCCA 2131, [2010] R.J.Q. 2338, [2010] J.Q. no 12046 (QL), 2010 CarswellQue 12485, qui a infirmé
une décision du juge Reimnitz, 2008 QCCS 4471 (CanLII), [2008] J.Q. n o 9318 (QL), 2008 CarswellQue 9489.
Pourvoi accueilli.
André Legrand et Dominic Dupoy, pour l’appelante.
Julius H. Grey, Politimi Karounis et Lynne-Marie Casgrain, pour les intimés Richard Rossy et autres.
Personne n’a comparu pour l’intimée la Société de l’assurance automobile du Québec.
Procureurs de l’appelante : Norton Rose OR, Montréal.
Procureurs des intimés Richard Rossy et autres : Grey, Casgrain, Montréal.
________________________
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Cromwell and Karakatsanis JJ.
Insurance — Automobile insurance — No-fault public automobile insurance scheme — Tree falling on
vehicle causing driver’s death — Type of causal link necessary between damage and automobile — Whether driver’s
injuries were “caused by an automobile, by the use thereof or by the load carried in or on an automobile”? —
Automobile Insurance Act, R.S.Q., c. A-25, s. 1 “accident”, “damage caused by an automobile”.
Civil procedure — Exception to dismiss action — Tree falling on vehicle causing driver’s death —
Driver’s family members filing action in damages against city where accident occurred — Whether civil claim barred
by virtue of public automobile insurance scheme’s application — Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, arts. 75.1,
165(4) — Automobile Insurance Act, R.S.Q., c. A-25, s. 83.57.
R was killed when a tree fell on the vehicle he was driving in the City of Westmount. R’s parents and
three brothers filed an action in damages against the City on the basis of civil liability under the Civil Code of Québec.
They alleged that, as the owner of the tree, the City had failed to properly maintain it. The City moved to dismiss the
action under arts. 165(4) and 75.1 of the Code of Civil Procedure. It argued that the injury resulted from an accident
caused by an automobile and, therefore, that any compensation for personal injury was governed by the Automobile
Insurance Act (―Act‖). The Superior Court granted the City’s motion and dismissed the action. The Court of Appeal
concluded that an injury is not ―damage caused by an automobile‖ simply because the victim was in a vehicle at the
time of the accident. It found that the motion’s allegations led to the conclusion that there was nothing to connect R’s
injuries with the fact that he was in a vehicle. It allowed the appeal and held that the case could proceed in the Superior
Court.
Held: The appeal should be allowed.
The Act is considered remedial legislation. Therefore, it must be interpreted in accordance with s. 41 of
the Interpretation Act. It must be given a large and liberal interpretation to ensure that its purpose is attained. The
Court of Appeal’s decision in Productions Pram inc. v. Lemay, [1992] R.J.Q. 1738, teaches that, in determining
whether the Act applies, a court must not look for a traditional causal link between fault and damage as is routinely
done in delictual or quasi-delictual civil liability cases. The principles from Pram are a useful guide to the
interpretation of the Act and should be reaffirmed. Each case must be considered on its facts. However, at a minimum,
an accident arising out of the use of a vehicle as a means of transportation will fall within the definition of ―accident‖ in
the Act and will therefore be ―caused by an automobile‖ within the meaning of the Act. Any civil action in connection
- 969 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
with the damage caused by that accident will be barred and victims will have to file a claim with the Société de
l’assurance automobile du Québec. The vehicle’s role in the accident need not be an active one. The mere use or
operation of the vehicle, as a vehicle, will be sufficient for the Act to apply. This interpretation follows from a
straightforward application of the principles developed in Pram. It is in line with the jurisprudence and the literature,
and it gives effect to the objective of the legislative scheme.
On the facts of this case, the Act applies to R’s accident. Although the vehicle may have been stationary
or moving through an intersection, the evidence on the record is that R was using the vehicle as a means of
transportation when the accident occurred. This is enough to find that the damage arose as a result of an ―accident‖
within the meaning of the Act and that the no-fault benefits of the scheme are triggered. Therefore, the civil claim is
barred and R’s parents and brothers must turn instead to the Société de l’assurance automobile du Québec for
compensation. The Court of Appeal erred in interpreting the Act too narrowly. Such an interpretation risks unduly
restricting the intended application of Quebec’s no-fault scheme and must therefore be rejected.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court of Appeal (Thibault and Dufresne JJ.A. and
Cournoyer J. (ad hoc)), 2010 QCCA 2131, [2010] R.J.Q. 2338, [2010] J.Q. n o 12046 (QL), 2010 CarswellQue 12485,
setting aside a decision of Reimnitz J., 2008 QCCS 4471 (CanLII), [2008] J.Q. no 9318 (QL), 2008 CarswellQue 9489.
Appeal allowed.
André Legrand and Dominic Dupoy, for the appellant.
Julius H. Grey, Politimi Karounis and Lynne-Marie Casgrain, for the respondents Richard Rossy et
al.
No one appeared for the respondent Société de l’assurance automobile du Québec.
Solicitors for the appellant: Norton Rose OR, Montréal.
Solicitors for the respondents Richard Rossy et al.: Grey, Casgrain, Montréal.
- 970 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2011 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
NOVEMBER - NOVEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
1
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
2
3
4
5
6
7
8
6
M
7
8
9
10
H
11
12
4
M
5
6
7
8
9
10
9
H
10
M
11
12
13
14
15
13
14
15
16
17
18
19
11
12
13
14
15
16
17
16
17
18
19
20
21
22
20
21
22
23
24
25
26
18
19
20
21
22
23
24
23
/ 30
24
/ 31
25
26
27
28
29
27
28
29
30
25
H
26
H
27
28
29
30
31
T
J
F
V
S
S
1
2
3
- 2012 JANUARY - JANVIER
FEBRUARY - FÉVRIER
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
1
H
2
3
4
5
6
7
8
M
9
10
11
12
13
14
5
M
6
15
16
17
18
19
20
21
12
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
7
8
9
10
11
4
5
6
7
8
9
10
13
14
15
16
17
18
11
M
12
13
14
15
16
17
19
20
21
22
23
24
25
18
19
20
21
22
23
24
26
27
28
29
25
26
27
28
29
30
31
F
v
s
s
1
2
APRIL - AVRIL
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
H
6
7
8
H
9
M
10
11
12
13
14
6
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Holidays:
Jours fériés :
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
S
D
Motions:
Requêtes :
MARCH - MARS
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
W
M
JUNE - JUIN
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
13
14
15
16
17
18
19
10
11
12
13
14
15
16
20
H
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
motion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
W
M
T
J
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising