SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu, mais la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued weekly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
January 20, 2012
© Supreme Court of Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (Online)
48 - 85
Le 20 janvier 2012
© Cour suprême du Canada (2012)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
48
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
49
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
50 - 69
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
70 - 74
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
75
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
76 - 81
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
82
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
83 - 85
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
George Paloukis et autre
Serge Dubé
Dubé, Latreille
Helen Roussy
E.F. Anthony Merchant, Q.C.
Merchant Law Group
c. (34577)
v. (34578)
Theodoros Nikoforos (Qc)
Nicolas Robichon
Donati Maisonneuve
Red Seal Vacations Inc. (Sask.)
Mirilyn R. Sharp
Blaney McMurtry LLP
DATE DE PRODUCTION : 19.12.2011
FILING DATE: 19.12.2011
Jérôme Racine
Jean-Claude Dufour
Royal & Sunalliance Insurance Company of
Canada
Eric R. Williams
Williams McEnery
c. (34592)
v. (34594)
Sa Majesté la Reine (Qc)
Robin Tremblay
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
Estate of Michael Burke et al. (N.B.)
Scott G. Ellsworth, Q.C.
Ellsworth Johnson Phillips
et entre
FILING DATE: 23.12.2011
Jérôme Racine
Jean-Claude Dufour
Irma Nunez De La Torre Romero
Alan M. Stein
Stein & Stein
c. (34592)
Sa Majesté la Reine (Qc)
Robin Tremblay
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
v. (34595)
Ethan Lichtblau (Que.)
Stéphane Tremblay
McCarthy Tetrault LLP
DATE DE PRODUCTION : 23.12.2011
FILING DATE: 28.12.2011
Les immeubles Jacques Robitaille inc.
Serge Létourneau
Létourneau & Gagné
c. (34596)
Financière Banque Nationale, Lévesque
Beaubien Geoffrion inc. et autre (Qc)
Jacques Demers
O’Brien
DATE DE PRODUCTION : 29.12.2011
- 48 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JANUARY 16, 2012 / LE 16 JANVIER 2012
CORAM: Chief Justice McLachlin and Rothstein and Moldaver JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Moldaver
1.
Jeffrey Lipsitz et al. v. College of Physicians and Surgeons of Ontario et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (34439)
2.
James Whelan v. Woodbine Entertainment Group (Ont.) (Civil) (By Leave) (34327)
CORAM: LeBel, Abella and Cromwell JJ.
Les juges LeBel, Abella et Cromwell
3.
Kirk Klymchuk v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (34381)
CORAM: Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
Les juges Deschamps, Fish et Karakatsanis
4.
Cathie Gauthier c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (34444)
- 49 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JANUARY 19, 2012 / LE 19 JANVIER 2012
34189
Annapolis County District School Board and Douglas Ernest Feener v. Johnathan Lee
Marshall, represented by his Guardian, Vaughan Caldwell (N.S.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Fish and Cromwell JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to cross-appeal is granted. The
application for leave to cross-appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA323155,
2011 NSCA 13, dated February 4, 2011, is granted with costs in the cause.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel incident
est accordée. La demande d’autorisation d’appel incident de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse, numéro
CA323155, 2011 NSCA 13, daté du 4 février 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Appeals – Judgments and Orders – Jury Trial – Charge to the jury – New trial ordered due to misdirection by trial judge
– Torts – Motor Vehicles - Negligence – Standard of care – No contributory negligence by minor – Bus driver hitting
child who ran across highway – Whether driver was negligent – Whether appellate court erred in declining to make a
finding of liability against the School Board and Mr. Feener rather than order a new trial – Whether the School Board
and Mr. Feener should be held liable due to Mr. Feener’s admissions at trial and the reverse onus provisions of the
Motor Vehicle Act, R.S.N.S. 1989, c. 293 (the ―Act‖).
Four year old Johnathan Marshall was playing with his two older brothers outside their home located along a highway
when he was struck by a bus driven by the applicant Mr. Feener. Mr. Feener was driving his empty school bus on his
way to pick up high school children. As the bus approached the home, Johnathan ran onto the highway and into its path.
Mr. Feener braked immediately upon seeing the boy but Johnathan was struck, suffering serious injuries. Upon
attaining the age of 19, Johnathan, through his litigation guardian, commenced an action against Mr. Feener and his
employer, the applicant School Board. The applicants commenced third party claims against Johnathan’s parents, and
the claim against his mother remains outstanding.
A jury found that there was no negligence on the part of Mr. Feener that caused or contributed to the damages suffered
by Johnathan. The Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division dismissed Johnathan’s action. The respondent
appealed, alleging various errors by the trial judge in his charge to the jury. The Nova Scotia Court of Appeal allowed
the appeal, finding certain references by the trial judge relating to the pedestrian and vehicle rights of way set out in s.
125 of the Act to be a misdirection constituting a reversible error of law. The appellate court ordered a new trial. The
parties have applied for leave to appeal and to cross-appeal.
December 16, 2009
Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division
(Pickup J., trial with jury)
Jury finding no negligence on part of applicant Feener
that caused or contributed to damages suffered by
respondent; Respondent’s action dismissed
February 4, 2011
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald C.J.N.S., Saunders and, Beveridge JJ.A.)
Appeal allowed and a new trial ordered
- 50 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 5, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
October 13, 2011
Supreme Court of Canada
Leave to appeal granted
November 4, 2011
Supreme Court of Canada
Respondent’s motion for extension of time and
application for leave to cross-appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Appels – Jugements et ordonnances – Procès par jury – Exposé au jury – Tenue d’un nouveau procès ordonnée en
raison de directives erronées données par le juge de première instance – Responsabilité civile délictuelle – Véhicules
automobiles - Négligence – Norme de diligence – Aucune négligence contributive de la part du mineur – Conducteur
d’autobus frappe un enfant qui traversait l’autoroute en courant – Le conducteur de l’autobus a-t-il été négligent? – Le
tribunal d’appel a-t-il commis une erreur en refusant de tirer une conclusion de responsabilité à l’encontre de la
commission scolaire et de M. Freener plutôt que d’ordonner la tenue d’un nouveau procès? – La responsabilité de la
commission scolaire et de M. Feener devrait-elle être retenue en raison des aveux faits par M. Feener au procès et des
dispositions portant inversion du fardeau de la preuve figurant dans la Motor Vehicle Act, R.S.N.S. 1989, ch. 293 (la
« Loi »).
Johnathan Marshall, âgé de quatre ans, jouait avec ses deux frères aînés à l’extérieur de leur demeure située au bord
d’une autoroute et il a été heurté par un autobus conduit par le demandeur, M. Feener. M. Feener circulait dans son
autobus scolaire, lequel était vide, alors qu’il se rendait chercher des étudiants de niveau secondaire. Alors que
l’autobus approchait de la maison des enfants, Johnathan s’est rendu en courant sur l’autoroute et s’est trouvé dans la
trajectoire de l’autobus. M. Feener a freiné dès qu’il a vu Johnathan, mais il l’a quand même heurté, lui infligeant des
blessures graves. Lorsqu’il a eu 19 ans, Johnathan, représenté par son tuteur à l’instance, a intenté une action contre
M. Feener et son employeur, la commission scolaire demanderesse. Les demandeurs ont intenté une procédure de mise
en cause contre les parents de Johnathan et l’action contre la mère de ce dernier n’a pas encore été tranchée.
Un jury a conclu que M. Feener n’a commis aucune négligence causant les dommages subis par Johnathan ou
contribuant à ceux-ci. La Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, section de première instance, a rejeté l’action de
Johnathan. Celui-ci a interjeté appel, prétendant que le juge de première instance avait commis diverses erreurs dans
son exposé au jury. La cour d’appel de la Nouvelle-Écosse a accueilli l’appel en concluant que certains renvois faits
par le juge de première instance aux droits de passage des piétons et des véhicules énoncés à l’art. 125 de la Loi étaient
des directives erronées et constituaient une erreur de droit donnant lieu à révision. Le tribunal d’appel a ordonné la
tenue d’un nouveau procès. Les parties ont demandé l’autorisation d’interjeter appel et appel incident.
16 décembre 2009
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, section de
première instance
(Juge Pickup, procès avec jury)
Jury a conclu que M. Feener n’a commis aucune
négligence causant les dommages subis par le défendeur
ou contribuant à ceux-ci; action du défendeur rejetée
4 février 2011
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges MacDonald, Saunders et Beveridge)
Appel accueilli et tenue d’un nouveau procès ordonné
- 51 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
5 avril 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
13 octobre 2011
Cour suprême du Canada
Autorisation d’appel accordée
4 novembre 2011
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai prévu pour interjeter un
appel incident et demande d’autorisation d’appel
incident, déposées par le défendeur
34205
Construction Labour Relations - An Alberta Association v. Driver Iron Inc. and International
Association of Bridge, Structural, Ornamental and Reinforcing Ironworkers, Local Union
No. 720 (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Binnie, Abella and Rothstein JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 0903-0328-AC, 2011 ABCA 55, dated February 16, 2011, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 09030328-AC, 2011 ABCA 55, daté du 16 février 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Labour relations — Standard of review — Sufficiency of reasons — Reasonableness — Whether an administrative
tribunal must state on the face of its decision the manner in which it has addressed each argument made by all parties in
a fulsome, evaluative and in-depth manner — Whether the obligation of an administrative tribunal to give reasons is a
matter of procedural fairness or a matter for the reasonableness analysis as set out in Dunsmuir v. New Brunswick,
[2008] 1 S.C.R. 190, 2008 SCC 9
The applicant, Construction Labour Relations Association (―CLRA‖) is an umbrella organization that includes and
represents two registered employers’ organizations in Alberta — the Reinforcing Trade Division (―REO‖) and the
Structural Trade Division (―SEO‖). The Respondent, Driver Iron Inc. carries on business in the general construction
sector of the construction industry in Alberta and is engaged in and performs reinforcing and structural ironworking.
The respondent, International Association of Bridge, Structural, Ornamental and Reinforcing Ironworkers, Local Union
No. 720 (―Local 720‖) is a craft union that represents workers engaged in both structural and reinforcing ironwork in
Alberta. Local 720 was a party to continuing Registration Collective Agreements with the two employers’
organizations represented by the CLRA. Driver Iron was awarded work on an oil sands project. It was non-union but
advised Local 720 it would make its best efforts to utilize its members to do the ironwork on the project. Driver Iron
would not be unionized and would not agree to the terms of the Registration Collective Agreements. Local 720 and
Driver Iron agreed to the terms of a time-limited collective agreement. Driver Iron also agreed that the agreement
would fall under s. 176(1)(b) of the Labour Relations Code and would not make it an employer under s. 176(1)(a). The
agreement was not renewed once it expired. Driver Iron and Local 720 then entered into a new agreement to govern
their relationship and agreed that it would not be governed by the Code and would not be enforced by either party as a
collective agreement under the Code. The CLRA complained to the Alberta Labour Relations Board (―the Board‖)
about the agreement and alleged that the agreement violated several provisions of the Code. The CLRA claimed that
Local 720 and Driver Iron were not permitted to directly negotiate terms and conditions of employment for Driver
Iron’s employees. Only the CLRA could negotiate on behalf of Driver Iron. Driver Iron was also bound by the terms
- 52 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
of the Registration Collective Agreements. Driver Iron and Local 720 maintained they could enter into an agreement
that governed terms and conditions of employment which were outside the ambit of the Code.
The Board declared that Driver Iron was an employer under s. 176(1)(b) of the Code. Pursuant to s. 178 of the Code, it
was subject to the terms of the Registration Collective Agreements between the CLRA and Local 720. The application
for judicial review was dismissed. It was found that the plain wording of ss. 176(1)(b) and 178 supported the Board’s
interpretation that the CLRA was the exclusive bargaining authority on behalf of Driver Iron and that Driver Iron was
bound by the Registration Collective Agreements for the duration of its agreement with Local 720. On appeal, the
appeal was allowed and the matter returned to the Board for a rehearing.
January 8, 2009
Alberta Labour Relations Board
(Asbell, Chair; Kanee, Vice-Chair;
Flannery, Members)
Driver Iron declared to be an employer under s. 176(1)(b)
of the Labour Relations Code
Cooper
and
October 20, 2009
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Gill J.)
2009 ABQB 604
Application for judicial review dismissed
February 16, 2011
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Hunt, Berger and Costigan JJ.A.)
2011 ABCA 55; 0903-0328-AC
Appeal allowed; matter returned to the Board for a
rehearing
April 18, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Relations de travail — Norme de contrôle — Suffisance des motifs — Raisonnabilité — Un tribunal administratif
doit-il énoncer dans le texte de sa décision la manière dont il a traité chaque argument avancé par toutes les parties de
façon poussée, évaluative et approfondie? — L’obligation qu’a un tribunal administratif de fournir des motifs est-elle
une question d’équité procédurale ou une question qui doit faire l’objet d’une analyse de la raisonnabilité comme il est
énoncé dans l’arrêt Dunsmuir c. Nouveau- Brunswick, [2008] 1 R.C.S. 190, 2008 CSC 9?
La demanderesse, Construction Labour Relations Association (« CLRA ») est un organisme ombrelle qui comprend et
représente deux organisations patronales enregistrées en Alberta — la Reinforcing Trade Division (« REO ») et la
Structural Trade Division (« SEO »). L’intimée, Driver Iron Inc. exploite une entreprise dans le secteur de la
construction générale de l’industrie de la construction en Alberta et exercice des activités de ferronnerie structurale et
d’armature. L’intimée, l’Association internationale des travailleurs en ponts, en fer structural, ornemental et d’armature,
section locale 720 (la « section locale 720 ») est un syndicat de métier qui représente les travailleurs en fer structural et
d’armature en Alberta. La section locale était partie à des conventions collectives continues conclues avec les deux
organisations patronales enregistrées représentées par la CLRA. Driver Iron s’est vu adjuger un marché relatif à un
projet de sables bitumineux. Le personnel de l’entreprise était non syndiqué, mais celle-ci a informé la section locale
720 qu’elle allait autant que possible faire appel aux membres du syndicat pour exécuter les travaux de ferronnerie dans
le cadre du projet. Driver Iron refusait de se syndiquer ou d’accepter les conditions des conventions collectives
conclues avec les organisations patronales enregistrées. La section locale 720 et Driver Iron ont convenu de
dispositions d’une convention collective à durée déterminée. Driver Iron a également consenti à ce que la convention
soit régie par l’al. 176(1)b) du Labour Relations Code, si bien qu’elle ne serait pas considérée comme un employeur
- 53 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
aux termes de l’al. 176(1)a). La convention n’a pas été renouvelée à son échéance. Driver Iron et la section locale 720
ont ensuite conclu une nouvelle convention pour régir leurs relations et elles ont stipulé que celle-ci ne serait pas régie
par le Code qu’elle ne serait pas exécutée par les parties en tant que convention collective aux termes du Code. La
CLRA a porté plainte à l’Alberta Labour Relations Board (« le Conseil ») à propos de la convention et a allégué que
celle-ci violait plusieurs dispositions du Code. La CLRA a allégué que la section locale 720 et Driver Iron n’étaient pas
autorisées à négocier directement les conditions générales d’emploi des employés de Driver Iron. Seule la CLRA
pouvait négocier au nom de Driver Iron. Driver Iron était également liée par les dispositions des conventions
collectives conclues avec les organisations patronales enregistrées. Driver Iron et la section locale 720 ont soutenu
qu’elles pouvaient conclure une convention qui régissait les conditions générales d’emploi qui n’était pas assujetties au
Code.
Le Conseil a déclaré que Driver Iron était un employeur aux termes de l’al. 176(1)b) du Code. En vertu de l’art. 178 du
Code, elle était assujettie aux dispositions des conventions collectives conclues entre la CLRA et la section locale 720.
La demande de contrôle judiciaire a été rejetée. La cour a conclu que le sens courant des art. 176(1)b) et 178 appuyait
l’interprétation du Conseil selon laquelle la CLRA était l’autorité exclusive de négociation au nom de Driver Iron et
que Driver Iron était liée par des conventions collectives conclues avec les organisations patronales enregistrées pour la
durée de son entente avec la section locale 720. L’appel a été accueilli et l’affaire a été renvoyée au Conseil pour être
entendue de nouveau.
8 janvier 2009
Alberta Labour Relations Board
(Président Asbell, vice-président Kanee et membres
Cooper et Flannery)
Driver Iron déclarée employeur au sens de l’al. 176(1)b)
du Labour Relations Code
20 octobre 2009
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Gill)
2009 ABQB 604
Demande de contrôle judiciaire, rejetée
16 février 2011
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Hunt, Berger et Costigan)
2011 ABCA 55; 0903-0328-AC
Appel accueilli; affaire renvoyée au Conseil pour être
entendue de nouveau
18 avril 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34308
United Steelworkers v. Morneau Sobeco Limited Partnership and Superintendent of
Financial Services (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Fish and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C52187
and C52346, 2011 ONCA 578, dated September 7, 2011, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C52187 et C52346,
2011 ONCA 578, daté du 7 septembre 2011, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
- 54 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Civil procedure - Costs - Whether the Court of Appeal erred in holding that the bargaining agent for unionized pension
plan members does not have the right to obtain payment of costs from a pension trust fund on behalf of its unionized
members/plan beneficiaries - Whether the Court of Appeal erred in: i) requiring consent from pension plan beneficiaries
and ii) considering the funding status of a pension plan, in both cases as prerequisites to ordering payment of costs
from a pension trust fund when the proceeding is non-adversarial between pension plan beneficiaries, has been initiated
to enforce the due administration of the trust and is for the benefit of all pension plan beneficiaries.
Indalex Limited, and related companies (collectively ―Indalex‖) obtained protection under the Companies’ Creditors
Arrangement Act, R.S.C. 1985, c. C-36 (―CCAA‖). At the time, its two pension plans were underfunded and one was
being wound up. The court approved the sale of Indalex’s assets on a going–concern basis and the repayment of a
super-priority charge to debtor-in-possession lenders. United Steelworkers (―USW‖), as the bargaining agent for 7 of
the 169 members of one pension plan, and the representatives of the pension plan for former executives of Indalex (the
―Retirees‖) challenged the distribution of the sale proceeds. They brought motions for a declaration that there were
deemed trusts in favour of pension beneficiaries to the extent of the fund deficiencies and for orders for the release and
payment of those amounts. Indalex brought a motion to lift the CCAA stay and assign itself into bankruptcy.
The Ontario Superior Court of Justice dismissed motions by USW, the Retirees and Indalex. The Ontario Court of
Appeal allowed the appeal. The Court declared that there was a deemed trust in favour of one pension plan as well as
breaches of common law and statutory fiduciary duties which resulted in a constructive trust in favour of the other
pension plan. The plans were declared to have priority and the deficiencies were ordered to be paid out of the reserve
fund. In a separate Costs Endorsement, the appellate court approved an agreement between the Retirees, Morneau
Sobeco Limited Partnership (now Morneau Shepell Ltd.) as plan administrator, and the Ontario Superintendent of
Financial Services and ordered, inter alia, that: i) the Retirees’ full indemnity legal fees and disbursements be paid from
the pension fund attributable to each of the 14 Retirees’ accrued pension benefits (but not borne by the other three plan
members who were not respondents); and i) the costs ordered in favour of the Retirees were to be paid into the fund and
allocated among the 14 Retirees in relation to their pension entitlement. The Court of Appeal declined to make a similar
order with respect to the costs incurred by USW, finding that the union was in a materially different position. The
Court noted that the non-union beneficiaries of that plan had not consented to the arrangement, that USW was not a
beneficiary, and that the fund was underfunded. USW applies for leave to appeal that aspect of the Costs Endorsement.
February 18, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Campbell J.)
2010 ONSC 1114
Motions for declaration of deemed trust and Order of
payment of amount of deficiencies out of reserve fund,
dismissed; Motion for assignment into bankruptcy,
dismissed
April 7, 2011
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Gillese and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 265; C52187 &C52346
Appeal allowed; Declarations of: deemed trust,
constructive trust, breaches of common law and
statutory fiduciary duties, and priority by plans; Order
to pay deficiencies out of reserve fund
September 7, 2011
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Gillese and Juriansz JJ.A.)
2011 ONCA 578; C52187 &C52346
Costs Endorsement ordering , inter alia, full indemnity
of legal fees and disbursements of the Retirees from
their pension fund attributable to each; request for
similar order denied to USW
June 6, 2011
Supreme Court of Canada
Separate applications for leave to appeal April 7, 2011
decision filed by Sun Indalex Finance LLC, George L.
Miller and FTI Consulting Canada ULC
- 55 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 7, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal Sept. 7, 2011 Costs
Endorsement filed by United Steelworkers
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile - Dépens – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que l’agent négociateur des participants
syndiqués à un régime de retraite n’a pas le droit d’obtenir le paiement, d’un fonds de retraite détenu en fiducie, de
dépens pour ses participants syndiqués au régime? – La Cour d’appel a-t-elle eu tort i) d’exiger le consentement des
bénéficiaires d’un régime de retraite et ii) d’examiner la capitalisation du régime de retraite, comme conditions
préalables à la délivrance d’une ordonnance de paiement des dépens à même un fonds de retraite détenu en fiducie,
lorsque la procédure entre les bénéficiaires du régime de retraite est non contradictoire, a été entreprise afin d’assurer
la bonne administration de la fiducie et est à l’avantage de l’ensemble des bénéficiaires du régime de retraite?
Indalex Limited, et des sociétés affiliées (collectivement appelées « Indalex »), ont obtenu la protection sous le régime
de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, L.R.C. 1985, ch. C-36 (la « LACC »). À l’époque,
les deux régimes de retraite de cette société étaient sous-capitalisés et l’un d’eux était en cours de liquidation. Le
tribunal a approuvé la vente des actifs d’Indalex dans une perspective de continuité de l'exploitation ainsi que le
remboursement d’une charge superprioritaire aux prêteurs du débiteur-exploitant. Les Métallurgistes unis (les
« MU »), à titre d’agent négociateur de 7 des 169 participants de l’un des régimes de retraite, et les représentants des
anciens cadres d’Indalex (les « retraités ») ont contesté la distribution du produit de la vente. Ils ont présenté des
motions en vue d’obtenir un jugement déclarant qu’il existait des fiducies présumées en faveur des bénéficiaires du
régime de retraite dans la mesure de l’insuffisance de l’actif du régime et en vue d’obtenir des ordonnances de
mainlevée et de paiement de ces montants. Indalex a présenté une motion pour lever le sursis prononcé en vertu de la
LACC et pour faire cession de faillite.
La Cour supérieure de justice de l’Ontario a rejeté les motions des MU, des retraités et d’Indalex. La Cour d’appel de
l’Ontario a accueilli l’appel. La Cour a déclaré qu’il y avait une fiducie présumée en faveur d’un des régimes de
retraite et qu’il y avait eu des violations d’obligations fiduciaires de common law et prévues par la loi qui ont donné
lieu à une fiducie constructoire en faveur de l’autre régime de retraite. La Cour a déclaré que les régimes avaient
priorité et que les insuffisances de l’actif devaient être comblées à partir du fonds de réserve. Dans une approbation
des dépens distincte, le tribunal d’appel a approuvé une entente entre les retraités, Morneau Sobeco Limited
Partnership (maintenant Morneau Shepell Ltd.), l’administrateur du régime, et le Surintendant des services financiers
de l’Ontario et a notamment ordonné que : i) les honoraires d’avocat et les débours engagés par les retraités soient
payés au complet à même la partie du fonds de retraite imputable aux prestations de retraite accumulées des 14
retraités (qui n’est pas supportée par les trois participants au régime qui n’étaient pas défendeurs); i) les dépens
adjugés aux retraités seront versés au fonds et répartis entre les 14 retraités relativement à leur droit à pension. La
Cour d’appel a refusé de rendre une ordonnance semblable relativement aux dépens engagés par les MU car elle a
conclu que le syndicat se trouvait dans une situation nettement différente. La Cour a souligné que les bénéficiaires
non syndiqués de ce régime n’avaient pas donné leur consentement quant à l’entente, que les MU n’étaient pas
bénéficiaires et que le fonds était sous-capitalisé. Les MU ont demandé l’autorisation d’interjeter appel relativement à
ce volet de l’approbation des dépens.
Motions en vue d’obtenir un jugement déclarant
l’existence d’une fiducie présumée et une ordonnance
pour que les insuffisances de l’actif soient comblées à
partir du fonds de réserve, rejetées; motion en
suspension du sursis et en cession de faillite, rejetée
18 février 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Campbell)
2010 ONSC 1114
- 56 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 avril 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, Gillese et Juriansz)
2011 ONCA 265; C52187 et C52346
Appel accueilli; jugement déclaratoire de fiducie
présumée, de fiducie constructoire, de violations
d’obligations fiduciaires de common law et en vertu de
la loi, priorité des régimes; ordonnance pour que les
insuffisances de l’actif soient comblées à même le
fonds
7 septembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, Gillese et Juriansz)
2011 ONCA 578; C52187 et C52346
L’approbation des dépens prévoit, notamment, le
paiement intégral, à même la partie du fonds de retraite
qui revient aux retraités, des honoraires d’avocat et des
débours engagés par les retraités; demande
d’ordonnance semblable présentée par les MU, rejetée
6 juin 2011
Cour suprême du Canada
Demandes distinctes d’autorisation d’appel déposées
par Sun Indalex Finance LLC, George L. Miller et FTI
Consulting Canada ULC
7 novembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel relativement à
l’approbation des dépens du 7 sept. 2011 déposée par
les MU
34319
Jason Shand v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C47483, 2011 ONCA
5, dated January 7, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C47483, 2011
ONCA 5, daté du 7 janvier 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights - Criminal law - Offences - Murder - Whether s. 229(c) of the Criminal Code is constitutional Whether s. 229(c) demands the necessary mens rea to found a conviction for murder - If s. 229(c) is constitutional,
whether this Court’s 1913 decision in Graves and its progeny in the mid-1970s, interpreting the scope of s. 229(c),
should be overruled - Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 229(c).
The applicant and two others went to the home of a local drug dealer with the intention of stealing marijuana. They
were let into the home and then pursued a woman who had a bag of marijuana to a basement room where two men
were present. The applicant produced a gun which discharged and killed one of the men. The events leading up to the
shot were contested. Some witnesses testified that the applicant fired the gun, others that the gun fired when the
applicant hit someone on the head with it. The robbers fled the home with the marijuana.
At the pre-charge conference, there was discussion as to how to charge the jury with respect to murder. There was no
question that the evidence justified a charge on the basis of both s. 229(a)(i) (intention to cause death) and s. 229(a)(ii)
- 57 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
(intention to cause bodily harm knowing that it is likely to cause death) of the Criminal Code, as these sections came
into play if the applicant intentionally discharged his gun. The Crown also sought a charge on the basis of s. 229(c),
which might apply to the applicant’s claim of accident. The trial judge charged the jury on s. 229(c). At trial, the
applicant was found guilty of second degree murder, robbery with a firearm, breaking and entering and unlawful
possession of a loaded prohibited firearm. The applicant appealed the verdict, contesting the constitutionality of s.
229(c). The Court of Appeal dismissed the appeal, holding that s. 229(c) was constitutional and that the issue as to
whether the mens rea for murder under s. 229(c) was constitutionally sufficient had been resolved in past
jurisprudence of this Court.
March 22, 2007
Ontario Superior Court of Justice
(Glass J.)
Verdict: guilty of second degree murder, robbery with
a firearm, breaking and entering and unlawful
possession of a loaded prohibited firearm
January 7, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Feldman, Rouleau and Watt JJ.A.)
2011 ONCA 5
Appeal dismissed
June 16, 2011
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Droit criminel - Infractions - Meurtre – L’al. 229c) du Code criminel est-il constitutionnel? –
Impose-t-il la mens rea nécessaire pour asseoir une condamnation pour meurtre? – S’il est constitutionnel, faut-il
rompre avec la jurisprudence de notre Cour sur l’interprétation de la portée de cet alinéa, à savoir l’arrêt Graves, qui
remonte à 1913, et les décisions rendues dans sa foulée au milieu des années 1970? – Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C-46, al. 229c).
Le demandeur et deux autres personnes se sont rendus chez un trafiquant de stupéfiants local avec l’intention de voler
de la marijuana. On leur a permis d’entrer, et ils se sont mis à pourchasser une femme qui avait un sac de marijuana,
aboutissant dans un sous-sol où deux hommes se trouvaient. Le demandeur a sorti une arme, et il s’en est suivi un
coup de feu qui a tué l’un d’eux. Les événements qui ont mené au coup de feu ont été contestés. Certains témoins ont
déclaré que le demandeur avait fait feu intentionnellement, alors que d’autres ont dit que le coup était parti lorsque ce
dernier s’était servi de l’arme pour asséner un coup sur la tête de quelqu’un. Les voleurs se sont enfuis avec la
marijuana.
Lors de la discussion préalable aux instructions, il a été question des directives à donner au jury quant à l’accusation
de meurtre. Il ne faisait aucun doute que la preuve justifiait une accusation fondée à la fois sur le sous-al. 229a)(i)
(intention de causer la mort) et le sous-al. 229a)(ii) (intention de causer des lésions corporelles sachant qu’elles sont de
nature à causer la mort) du Code criminel, car ces dispostions entraient en jeu si le demandeur avait fait feu
intentionnellement. Le ministère public voulait aussi que le juge du procès donne des directives au jury concernant
l’al. 229c), qui était susceptible de s’appliquer en ce qui concerne la prétention du demandeur qu’il s’agissait d’un
accident. Le juge du procès a donné des directives au jury concernant l’al. 229c). Au procès, le demandeur a été
reconnu coupable de meurtre au deuxième degré, vol avec usage d’une arme à feu, introduction par effraction et
possession illégale d’une arme à feu prohibée chargée. Le demandeur a interjeté appel du verdict, contestant la
constitutionnalité de l’al. 229c). La Cour d’appel a rejeté l’appel, concluant que l’al. 229c) était constitutionnel et que
la question de savoir si la mens rea requise pour le meurtre selon l’al. 229c) était suffisante sur le plan constitutionnel
- 58 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
avait déjà été tranchée par notre Cour.
22 mars 2007
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Glass)
Verdict : coupable de meurtre au deuxième degré, vol
avec usage d’une arme à feu, introduction par
effraction et possession illégale d’une arme à feu
prohibée chargée
7 janvier 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Feldman, Rouleau et Watt)
2011 ONCA 5
Appel rejeté
16 juin 2011
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
depot de la demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel déposées
34348
Gregory Allan Johnson v. Workers' Compensation Board of British Columbia and Workers'
Compensation Appeal Tribunal (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA037333 and CA037534, 2011 BCCA 255, dated June 2, 2011, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéros CA037333 et CA037534, 2011 BCCA 255, daté du 2 juin 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law – Judicial review – Petitioner raising for the first time on judicial review the issue of whether the
new interest policy of the Workers’ Compensation Board (―WCB‖) was contrary to the Workers’ Compensation Act,
R.S.B.C. 1996, c. 492 (the ―Act‖) – Appellate court holding that the chambers judge had considered the wrong factors
in exercising her discretion to grant judicial review to a petitioner who had failed to exhaust the internal remedies of an
administrative tribunal – Whether the appellate court erred in finding that the Applicant was required to put the new
issue before the Workers’ Compensation Appeal Tribunal (―WCAT‖) before proceeding with judicial review.
The Applicant was injured in a workplace accident in 1985 and received benefits from the WCB. Fourteen years later,
he underwent surgery and was eventually awarded further benefits on the basis that the surgery resulted from the 1985
accident. However, due to a new policy passed by a WCB panel of administrators, the Applicant was not paid interest
on his retroactive wage-loss benefits. He unsuccessfully challenged the decision not to pay him interest before the
WCAT, arguing that the new interest policy could not be implemented retroactively. In his petition for judicial review,
the Applicant raised for the first time the ground that the new interest policy was contrary to s. 5 of the Act. The WCB
unsuccessfully challenged Mr. Johnson’s ability to add this new argument, and it ultimately led to Mr. Johnson’s
success in multiple proceedings before the British Columbia Supreme Court. However, the British Columbia Court of
Appeal allowed the WCB’s appeal from those decisions, overturned decision 2009 BCSC 877, set aside decision 2009
BCSC 1931, and dismissed the petition.
- 59 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 8, 2005
Workers’ Compensation Appeal Tribunal
WCAT-2005-03622-RB
Applicant’s appeal of decision not to award interest on
his retroactive wage-loss benefits, dismissed
July 2, 2009
Supreme Court of British Columbia
(Gray J.)
2009 BCSC 877
WCB’s application to strike out new ground (that the
new interest policy is contrary to s. 5 of the Act) from
applicant’s petition for judicial review, dismissed
September 9, 2009
Supreme Court of British Columbia
(Gray J.)
2009 BCSC 1931
Petition granted; New interest policy to be remitted to
the WCB for reconsideration in light of the reasons for
judgment in 2007 BCSC 1410 and 2009 BCSC 1931
June 2, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Ryan, Low and Neilson JJ.A.)
2011 BCCA 255
Appeal allowed; Order from 2009 BCSC 877
overturned; Order from 2009 BCSC 1931 decision set
aside, petition dismissed
July 18, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif – Contrôle judiciaire – Le requérant soulève pour la première fois en contrôle judiciaire la question
de savoir si la nouvelle politique en matière d’intérêt de la Workers’ Compensation Board (la « WCB ») contrevient à
la Workers’ Compensation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 492 (la « Loi ») – Le tribunal d’appel conclut que la juge en cabinet
avait tenu compte de facteurs non pertinents dans l’exercice de son pouvoir discrétionnaire d’accueillir la demande de
contrôle judiciaire d’un requérant qui n’avait pas épuisé les recours internes devant un tribunal administratif – Le
tribunal d’appel a-t-il commis une erreur en concluant que le demandeur devait soumettre la nouvelle question devant le
Workers’ Compensation Appeal Tribunal (le « WCAT ») avant de présenter une demande de contrôle judiciaire?
Le demandeur a été blessé lors d’un accident de travail qui s’est produit en 1985 et a reçu des prestations de la WCB.
Quatorze ans plus tard, il a subi une intervention chirurgicale et s’est ultérieurement vu accorder d’autres prestations au
motif que l’intervention chirurgicale découlait de l’accident survenu en 1985. Toutefois, en raison d’une nouvelle
politique adoptée par le conseil d’administration de la WCB, le demandeur n’a reçu aucun intérêt relativement à ses
prestations rétroactives d’assurance-salaire. Il a contesté sans succès devant la WCAT la décision de ne lui verser
aucun intérêt au motif que la nouvelle politique en matière d’intérêt ne pouvait pas être appliquée rétroactivement.
Dans sa demande de contrôle judiciaire, le demandeur a soulevé pour la première fois le motif que la nouvelle politique
en matière d’intérêt contrevenait à l’art. 5 de la Loi. La WCB a contesté sans succès la possibilité que M. Johnson
ajoute ce nouvel argument et c’est ainsi que M. Johnson a finalement eu gain de cause dans de nombreuses instances
devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique. Toutefois, la Cour d’appel de la Colombie-Britannique a accueilli
l’appel interjeté par la WCB à l’encontre de ces décisions, a infirmé la décision rendue dans 2009 BCSC 877, a annulé
la décision rendue dans 2009 BCSC 1931,et a rejeté la demande de contrôle judiciaire.
Appel interjeté par le demandeur à l’encontre de la
décision de ne lui accorder aucun intérêt relativement à
ses prestations rétroactives d’assurance-salaire, rejeté
8 juillet 2005
Workers’ Compensation Appeal Tribunal
WCAT-2005-03622-RB
- 60 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
2 juillet 2009
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Gray)
2009 BCSC 877
Demande de radiation d’un nouveau motif (la nouvelle
politique en matière d’intérêt contrevient à l’art. 5 de la
Loi) de la demande de contrôle judiciaire du demandeur
présentée par la WCB, rejetée
9 septembre 2009
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Gray)
2009 BCSC 1931
Demande accueillie; nouvelle politique en matière
d’intérêt renvoyée à la WCB pour nouvel examen à la
lumière des motifs des jugements rendus dans 2007
BCSC 1410 et 2009 BCSC 1931
2 juin 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Ryan, Low et Neilson)
2011 BCCA 255
Appel accueilli; ordonnance rendue dans 2009 BCSC
877, infirmée; ordonnance rendue dans 2009 BCSC
193, annulée, demande de contrôle judiciaire rejetée
18 juillet 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation de pourvoi, déposée
34376
Frederick William Quipp, Jr. v. Her Majesty the Queen AND BETWEEN Leanne Renae
Quipp v. Her Majesty the Queen AND BETWEEN Frederick William Quipp, Sr. v. Her
Majesty the Queen AND BETWEEN Frederick William Quipp, Sr. v. Her Majesty the Queen
(B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA036448, CA036449, CA36450 and CA036451, 2011 BCCA 235, dated May 13, 2011, is
dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéros CA036448, CA036449, CA36450 et CA036451, 2011 BCCA 235, daté du 13 mai 2011, est rejetée sans
dépens.
CASE SUMMARY
Aboriginal law – Fishing - Fishing without a licence - Infringement - Justification – Priorities - Does the First Nations
food fishing right of priority entail a right to harvest early-running scarce salmon stocks before sport and commercial
fishers, when a later-running stock is expected to be abundant? - Should the Department of Fisheries and Oceans be
held to a probability standard in forecasting Pacific salmon returns, before authorizing sport and commercial fisheries
in advance of First Nations food fishing opportunities? - R. v. Sparrow, [1990] 1.S.C.R. 1075.
The applicants, members of the Cheam First Nation, were convicted of unlawful fishing of salmon, contrary to the
Fisheries Act. The charges stem from 1999 summer season when the Department of Fisheries and Oceans (―DFO‖)
had closed the Fraser River to salmon fishing based on projected salmon runs. The Crown conceded that the fishing
restrictions infringed the applicants’ constitutional right to fish for food, social and ceremonial purposes; the sole
question at issue related to the justification for the breach. The convictions were upheld on summary conviction
appeal. The Court of Appeal for British Columbia granted leave on the issue of priority to be given to the aboriginal
fishery. The Court of Appeal held that the doctrine of priority did not demand that the food, social and ceremonial
- 61 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
fishery be accorded priority in time and dismissed the appeal.
December 21, 2000
Provincial Court of British Columbia
(Macdonald P.C.J.)
Convictions: unlawfully catching, retaining or selling
fish (―Early Stuart‖ run)
June 20, 2002
Provincial Court of British Columbia
(Gill P.C.J.)
Convictions: unlawfully catching, retaining or selling
fish (Mid-summer run)
August 14, 2008
Supreme Court of British Columbia
(Smith J.)
Neutral citation: 2008 BCSC 1096 (Early Stuart appeal) /
2008BCSC1098 (Mid-summer run appeal)
Summary conviction appeals dismissed
August 27, 2010
Court of Appeal for British Columbia
(Neilson J.A.)
Neutral citation: 2010 BCCA 389
Leave to appeal granted on the issue of whether the
priority granted to the food social and ceremonial
fishery includes priority in time
May 13, 2011
Court of Appeal for British Columbia
(Finch C.J.B.C.., and Hall, Frankel, Neilson, and Bennett
JJ. A.)
Neutral citation: 2011BCCA 235
Appeals dismissed
August 10, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des autochtones – Pêche – Pêche sans permis - Violation - Justification – Droits prioritaires – Les droits
prioritaires de pêche à des fins alimentaires des Premières nations confèrent-ils un droit de pêcher les stocks limités de
saumons de montaison hâtive avant les pêcheurs sportifs et commerciaux alors qu’on prévoit que les stocks de saumons
de montaison tardive seront abondants? – Le ministère des Pêches et Océans doit-il satisfaire à une norme de
probabilité en matière de prévision des montaisons du saumon du Pacifique avant d’autoriser la pêche sportive et la
pêche commerciale avant la pêche à des fins alimentaires des Premières nations? - R. c. Sparrow, [1990] 1.R.C.S. 1075.
Les demandeurs, des membres de la bande de Cheam, ont été déclarés coupables d’avoir pêché du saumon illégalement,
et ce, en contravention de la Loi sur les pêches. Les accusations tirent leur origine d’événements qui se sont produits à
l’été 1999 alors que le ministère des Pêches et des Océans (« MPO ») avait fermé la pêche au saumon sur le fleuve
Fraser en raison des montaisons de saumon anticipées. Le ministère public a reconnu que les restrictions imposées en
matière de pêche contrevenaient aux droits de pêche à des fins alimentaires, sociales et rituelles garantis par la
Constitution aux demandeurs; la seule question en litige avait trait à la justification de la violation. Les déclarations de
culpabilité ont été confirmées lors d’un appel relatif aux déclarations sommaires de culpabilité. La Cour d’appel de la
Colombie-Britannique a accordé une autorisation d’appel sur la question de l’accès prioritaire qui doit être accordé à la
pêche autochtone. La Cour d’appel a conclu que, selon la doctrine relative à l’ordre de priorité, l’accès prioritaire dans
- 62 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
le temps n’avait pas à être accordé à la pêche à des fins alimentaires, sociales et rituelles et elle a rejeté l’appel.
21 décembre 2000
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Macdonald)
Déclarations de culpabilité : avoir illégalement pris,
gardé ou vendu du poisson (montaison hâtive de la
Stuart)
20 juin 2002
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Gill)
Déclarations de culpabilité : avoir illégalement pris,
gardé ou vendu du poisson (montaison d’été)
14 août 2008
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smith)
Référence neutre : 2008 BCSC 1096 (appel relatif à la
montaison hâtive de la Stuart) / 2008 BCSC 1098 (appel
relatif à la montaison de l’été)
Appels relatifs aux
culpabilité rejetés
27 août 2010
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Juge Neilson)
Référence neutre : 2010 BCCA 389
Autorisation d’appel accordée quant à la question de
savoir si l’accès prioritaire accordé à la pêche à des fins
alimentaires, sociales et rituelles comprend un accès
prioritaire dans le temps
13 mai 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Juges Finch, Hall, Frankel, Neilson et Bennett)
Référence neutre : 2011 BCCA 235
Appels rejetés
10 août 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation de pourvoi, déposée
déclarations
sommaires
de
34465
J.J v. Canadian Union of Public Employees, Local 561 and British Columbia Human Rights
Tribunal (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA037401, 2011 BCCA 343, dated August 10, 2011, is dismissed with costs to the respondent
Canadian Union of Public Employees, Local 561.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA037401, 2011 BCCA 343, daté du 10 août 2011, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé Canadian
Union of Public Employees, Local 561.
- 63 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
(PUBLICATION BAN IN CASE) (PUBLICATION BAN ON PARTY)
Administrative law — Judicial review — Standard of review — Whether decision by British Columbia Human Rights
Tribunal to dismiss a complaint for ―no evidence‖, at the close of the complainant’s case, was a decision of law or the
exercise of a discretion
The applicant was employed as a casual painter with the respondent School Board. She became embroiled in a
disagreement with the School Board and her Union regarding whether, under the terms of her collective agreement, her
seniority accrued year-to-year such that she was entitled to be a supervisor of jobs and crews. Her relationships with
the School Board and the Union deteriorated and conflict with her peers and her shop steward escalated into
harassment, which became more acute after she complained to the Union that her shop steward had harassed her. She
eventually left and did not return to work. She complained to the British Columbia Human Rights Tribunal naming the
Union and the School Board as respondents. Against the Union, she complained that the Union failed to consider her
complaint against the shop steward because she was a woman and it permitted discriminatory practices to be
incorporated into the collective agreement. The Tribunal dismissed the complaint against the Union on a no-evidence
motion during the course of the hearing. The applicant did not apply for judicial review of the decision on the
no-evidence motion within a time limitation and she was denied an extension of time to apply for judicial review.
July 21, 2009
Supreme Court of British Columbia
(Pitfield J.)
Application to deny extension of time to apply for
judicial review granted
August 10, 2011
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Rowles, Saunders, Tysoe JJ.A.)
2011 BCCA 343; CA037401
Appeal dismissed
September 27, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE)
Droit administratif – Contrôle judiciaire – Norme de contrôle – La décision du British Columbia Human Rights
Tribunal (« Tribunal ») de rejeter la plainte pour « absence de preuve », après avoir entendu les arguments de la
plaignante, était-elle une décision juridique ou le fruit de l’exercice d’un pouvoir discrétionnaire?
La demanderesse travaillait à titre occasionnel en tant que peintre pour l’intimé, le conseil scolaire. Un désaccord est
survenu entre le conseil scolaire et le syndicat de la demanderesse quant à savoir si, aux termes de la convention
collective, son ancienneté avait augmenté d’année en année au point qu’elle était en droit de devenir superviseure
responsable des tâches à accomplir et des équipes de travail. Ses rapports avec le conseil scolaire et le syndicat se sont
détériorés, le conflit qu’elle avait avec ses pairs et son délégué syndical s’est transformé en harcèlement, et la situation
a empiré après qu’elle s’est plainte au syndicat que son délégué syndical l’avait harcelée. Elle a éventuellement quitté
son travail et n’y est pas retournée. Elle a déposé une plainte auprès du Tribunal contre le syndicat et le conseil scolaire.
- 64 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Selon elle, le syndicat n’a pas examiné sa plainte contre le délégué syndical parce qu’elle est une femme, et il a permis
que des mesures discriminatoires soient incorporées dans la convention collective. Le Tribunal a rejeté la plainte visant
le syndicat à la suite d’une requête en non-lieu déposée au cours de l’audition. La demanderesse n’a pas demandé, dans
le délai imparti, le contrôle judiciaire de la décision qui a tranché cette requête, et aucune prorogation de délai ne lui a
été accordée pour déposer une demande de contrôle judiciaire.
21 juillet 2009
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Pitfield)
Demande visant à empêcher une prorogation du délai
pour présenter une demande de contrôle judiciaire,
accueillie
10 août 2011
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Rowles, Saunders et Tysoe)
2011 BCCA 343; CA037401
Appel rejeté
27 septembre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34491
Elva Bottineau v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Deschamps, Fish and Karakatsanis JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C47358, 2011 ONCA
194, dated March 11, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C47358, 2011
ONCA 194, daté du 11 mars 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Appeals — Whether the ―common sense inference‖ should be applied to infer subjective mens rea in
a case where the actus reus of an offence consists of an omission or a series of omissions — Whether an individual’s
diminished intellectual functioning, short of incapacity to appreciate a particular risk, can serve to rebut the common
sense inference — Whether the common law limits on the ―plain view‖ seizure power apply to the statutory seizure
powers found in s. 489 of the Criminal Code.
The applicant was charged with the first degree murder of her grandson Jeffrey and the forcible confinement of her
granddaughter Judy. Children’s Aid Society removed Jeffrey, Judy and two other siblings from their parents’ home.
They were placed in the applicant and her common law spouse’s home. Jeffrey was fifteen months when they took
custody of him and he was a healthy baby of normal size and weight. Judy was also normal and healthy. The two
other children (siblings of Jeffrey and Judy) were well cared for, attended school and played with friends, and had
their medical needs tended to. Jeffrey and Judy were treated like they were unloved and unwanted. Confined for
upwards of 12 hours a day in a locked, barren and unheated room. Their most basic needs and medical needs were
ignored. Jeffrey died two months short of his sixth birthday. The trial judge convicted the applicant of second degree
murder and imposed a life sentence and directed that she not be eligible for parole for 22 years. A concurrent
eight-year sentence on the forcible confinement charge was imposed. The Court of Appeal dismissed the conviction
- 65 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
and sentence appeals.
April 7, 2006
Ontario Superior Court of Justice
(Watt J.)
Conviction:
confinement
second degree murder and forcible
March 11, 2011
Court of Appeal for Ontario
(O'Connor A.C.J.O., Doherty and Blair JJ.A.)
Neutral citation:
Appeal from conviction and sentence dismissed
October 14, 2011
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file the application
for leave to appeal and application for leave to appeal
filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Appels - Convient-il d’utiliser l’« inférence conforme au bon sens » pour déduire que l’accusé avait
la mens rea subjective dans un cas où l’actus reus d’une infraction consiste en une omission ou une série d’omissions?
– Le ralentissement des facultés intellectuelles de la personne, n’allant cependant pas jusqu’à l’incapacité d’apprécier
un risque donné, peut-il être invoqué pour réfuter l’inférence conforme au bon sens? – Les limites imposées par la
common law au pouvoir de saisir des objets « bien en vue » s’appliquent-elles aux pouvoirs de saisie prévus à
l’art. 489 du Code criminel?
La demanderesse a été accusée du meurtre au premier degré de son petit-fils Jeffrey et d’avoir séquestré sa petite-fille
Judy. La Children’s Aid Society avait ordonné que les quatre enfants d’une famille, dont Jeffrey et Judy, quittent la
demeure de leurs parents. Ils ont été confiés à la demanderesse et son conjoint de fait. Jeffrey avait quinze mois
lorsque ces derniers en ont obtenu la garde. Il était alors un bébé en santé de taille et de poids normaux. Judy était elle
aussi normale et en santé. Les deux autres enfants étaient bien traités, ils allaient à l’école, avaient des amis et
recevaient des soins médicaux lorsqu’ils en avaient besoin. Jeffrey et Judy, eux, étaient traités comme si personne ne
les aimait et ne voulait d’eux. Ils étaient verrouillés jusqu’à 12 heures par jour dans une pièce vide et non chauffée. Ils
ne recevaient pas les soins les plus élémentaires, notamment sur le plan médical. Jeffrey est décédé deux mois avant
d’atteindre l’âge de six ans. Le juge du procès a déclaré la demanderesse coupable de meurtre au deuxième degré et lui
a imposé une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant une période de 22 ans.
Il lui a imposé une peine concurrente de huit ans d’emprisonnement relativement à l’accusation de séquestration. La
Cour d’appel a rejeté les appels des déclarations de culpabilité et des peines.
7 avril 2006
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Watt)
Déclaration de culpabilité : meurtre au deuxième degré
et séquestration
11 mars 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge en chef adjoint O’Connor et juges Doherty et Blair)
Citation neutre :
Appel contre la déclaration de culpabilité et la peine
rejeté
- 66 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 octobre 2011
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel rejetées
34502
Abdullah Almalki, Khuzaimah Kalifah, Abdulrahman Almalki, by his Litigation Guardian
Khuzaimah Kalifah, Sajeda Almalki, by her Litigation Guardian Khuzaimah Kalifah, Muaz
Almalki, by his Litigation Guardian Khzaimah Kalifah, Zakariyy A Almalki, by his
Litigation Guardian Khuzaimah Kalifah, Nadim Almalki, Fatima Almalki, Ahmad AbouElmaati, Badr Abou-Elmaati, Samira Al-Shallash, Rasha Abou-Elmaati, Muayyed Nureddin,
Abdul Jabbar Nureddin, Fadila Siddiqu, Mofak Nureddin, Aydin Nureddin, Yashar
Nureddin, Ahmed Nureddin, Sarab Nureddin and Byda Nureddin v. Attorney General of
Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgments of the Federal Court of Appeal, Number A-428-10, 2011 FCA
199, dated June 13, 2011 and October 13, 2011, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accordée. La demande d’autorisation d’appel des arrêts de la Cour d’appel fédérale, numéro A-428-10, 2011 CAF
199, datés du 13 juin 2011 et du 13 octobre 2011, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Procedural law — Evidence — Applicants suing Canadian Government in Ontario Superior Court of Justice for alleged
complicity in their detention and torture in Syria and Egypt — In connection with Applicants’ action, Government
produced 486 documents, most redacted on basis of national security — Government sought order pursuant to s. 38 of
Canada Evidence Act prohibiting or limiting further disclosure — In private order, judge ordered disclosure following
balancing exercise of competing public interests — Following both public and ex parte in camera hearings, Federal
Court of Appeal allowed appeal — Federal Court of Appeal later refused to reconsider its judgment — Whether
Federal Court of Appeal erred in allowing Government to protect national-security information — Canada Evidence
Act, R.S.C. 1985, c. C-5, s. 38.
The Applicants sued the Canadian Government in the Ontario Superior Court of Justice for the Government’s alleged
complicity in their detention and torture in Syria and Egypt. The Government produced 486 documents in connection
with the Applicants’ action. Most were redacted. The Government sought an order pursuant to s. 38 of the Canada
Evidence Act prohibiting or limiting further disclosure. In a private order, the judge ordered disclosure following a
balancing exercise of competing public interests. The Government challenged the portion of the decision ordering
disclosure so as to limit any injury to international relations or national defence or national security. Following both
public and ex parte in camera hearings, the Federal Court of Appeal allowed the appeal. The Applicants brought a
motion for reconsideration; however, the Federal Court of Appeal dismissed the motion.
November 8, 2010
Federal Court
(Mosley J.)
Neutral citation: 2010 FC 1106
Application by Attorney General for order prohibiting
disclosure of documents allowed in part only.
- 67 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
June 13, 2011
Federal Court of Appeal
(Blais C.J., Létourneau and Trudel JJ.A.)
Neutral citation: 2011 FCA 199
Appeal allowed.
October 13, 2011
Federal Court of Appeal
(Trudel J.A.)
Neutral citation: None
Motion for reconsideration dismissed.
October 24, 2011
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
October 26, 2011
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to file and serve the
application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit procédural — Preuve — Les demandeurs poursuivent le gouvernement canadien en Cour supérieure de justice de
l’Ontario relativement à la présumée complicité de ce dernier à l’égard de leur détention et de leur torture en Syrie et en
Égypte — Relativement à l’action intentée par les demandeurs, le gouvernement a produit 486 documents dont la
plupart avaient été expurgés pour des raisons de sécurité nationale — Le gouvernement canadien a sollicité une
ordonnance en vertu de l’art. 38 de la Loi sur la preuve au Canada en vue de faire interdire ou restreindre toute
divulgation ultérieure — Dans une ordonnance confidentielle, le juge a ordonné la divulgation après avoir mis en
balance les diverses raisons d’intérêt public — À la suite d’une audience publique et d’une audience ex parte tenue à
huis clos, la Cour d’appel fédérale a accueilli l’appel — La Cour d’appel fédérale a par la suite refusé de réexaminer
son jugement — La Cour d’appel fédérale a-t-elle commis une erreur en autorisant le gouvernement à protéger des
renseignements touchant la sécurité nationale? — Loi sur la preuve au Canada, L.R.C. 1985, ch. C-5, art. 38.
Les demandeurs ont poursuivi le gouvernement canadien en Cour supérieure de justice de l’Ontario relativement à la
présumée complicité de ce dernier à l’égard de leur détention et de leur torture en Syrie et en Égypte. Le gouvernement
a produit 486 documents relativement à l’action intentée par les demandeurs. La plupart de ces documents avaient été
expurgés. Le gouvernement a sollicité une ordonnance en vertu de l’art. 38 de la Loi sur la preuve au Canada en vue
de faire interdire ou restreindre toute divulgation ultérieure. Dans une ordonnance confidentielle, le juge a ordonné la
divulgation après avoir mis en balance les diverses raisons d’intérêt public. Le gouvernement a contesté la partie de la
décision ordonnant la divulgation et demande que l’ordonnance de divulgation soit modifiée de façon à limiter le
préjudice porté aux relations internationales ou à la défense ou à la sécurité nationale. À la suite d’une audience
publique et d’une audience ex parte tenue à huis clos, la Cour d’appel fédérale a accueilli l’appel. Les demandeurs ont
déposé une requête en réexamen; la Cour d’appel fédérale a rejeté la requête.
8 novembre 2010
Cour fédérale
(Juge Mosley)
Référence neutre : 2010 CF 1106
Demande présentée par le procureur général en vue
d’obtenir une ordonnance interdisant la divulgation de
documents accueillie en partie seulement.
13 juin 2011
Cour d’appel fédérale
(Juges Blais, Létourneau et Trudel)
Référence neutre : 2011 CAF 199
Appel accueilli.
- 68 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
13 octobre 2011
Cour d’appel fédérale
(Juge Trudel)
Référence neutre : aucune
Requête en réexamen rejetée.
24 octobre 2011
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation de pourvoi, déposée.
26 octobre 2011
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de délai pour le dépôt et la
signification de la demande d’autorisation de pourvoi,
déposée.
- 69 -
MOTIONS
REQUÊTES
06.01.2012
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRAR / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to file additional document pursuant to
Rule 32(2) of the Rules of the Supreme Court of
Canada
Requête en vue de déposer un document
supplémentaire en vertu du paragraphe 32(2)
des Règles de la Cour suprême du Canada
Mike Shields et al.
v. (34161)
GetSet Communications Inc. et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
10.01.2012
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête en formulation
constitutionnelles
de
questions
Ivana Levkovic
v. (34229)
Her Majesty the Queen (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellant for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT THE CONSTITUTIONAL QUESTIONS BE STATED AS FOLLOW:
1.
In its application to a ―child‖ that dies before birth, does s. 243 of the Criminal Code, R.S.C., 1985, c. C-46,
infringe s. 7 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
2.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law that can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
À LA SUITE DE LA DEMANDE de l’appelante visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles dans
l'appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée;
- 70 -
MOTIONS
REQUÊTES
LES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES SUIVANTES SONT FORMULÉES :
1.
L’application de l’art. 243 du Code criminel, L.R.C., 1985, ch. C-46, à un « enfant » qui périt avant sa
naissance contrevient-elle à l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et libertés?
2.
Dans l’affirmative, cette contravention constitue-t-elle une limite raisonnable qui est prescrite par une règle de
droit et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique au sens de
l’article premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
10.01.2012
Before / Devant : DESCHAMPS J. / LA JUGE DESCHAMPS
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Ontario;
Community Legal Assistance
Society;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Ecojustice Canada;
Coalition of West Coast Women's
Legal Education and Action Fund
(West Coast LEAF), Justice for
Children and Youth and ARCH
Disability Law Centre;
Conseil scolaire francophone de
la Colombie-Britannique;
David Asper Centre for
Constitutional Rights;
Canadian Civil Liberties
Association;
Canadian Association of Refugee
Lawyers and Canadian Council
for Refugees;
Canadian HIV / AIDS Legal
Network, HIV & AIDS Legal
Clinic Ontario and Positive
Living Society of British
Columbia
IN / DANS :
Attorney General of Canada
v. (33981)
Downtown Eastside Sex Workers
United Against Violence Society
et al. (B.C.)
FURTHER TO THE ORDER dated November 4, 2011, granting leave to intervene to Attorney General of Ontario,
the Community Legal Assistance Society, the British Columbia Civil Liberties Association, Ecojustice Canada, the
Coalition of West Coast Women's Legal Education and Action Fund (West Coast LEAF), Justice for Children and
- 71 -
MOTIONS
REQUÊTES
Youth and ARCH Disability Law Centre, the Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, the David
Asper Centre for Constitutional Rights, the Canadian Civil Liberties Association, the Canadian Association of Refugee
Lawyers and Canadian Council for Refugees and the Canadian HIV / AIDS Legal Network, HIV & AIDS Legal Clinic
Ontario and Positive Living Society of British Columbia;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT only the Attorney General of Ontario, the Community Legal
Assistance Society, the British Columbia Civil Liberties Association and the David Asper Centre for Constitutional
Rights are each granted permission to present oral argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE du 4 novembre 2011, accordant l’autorisation d’intervenir au Procureur général
de l'Ontario, la Community Legal Assistance Society, l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique,
Ecojustice Canada, la Coalition of West Coast Women's Legal Education and Action Fund (West Coast LEAF), Justice
for Children and Youth et ARCH Disability Law Centre, le Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique,
le David Asper Centre for Constitutional Rights, l’Association canadienne des libertés civiles, la Canadian Association
of Refugee Lawyers et Conseil canadien pour les réfugiés et le Réseau juridique canadien VIH/sida, HIV & AIDS
Legal Clinic Ontario et Positive Living Society of British Columbia;
IL EST AUSSI ORDONNÉ QUE seulement le Procureur général de l'Ontario, la Community Legal Assistance
Society, l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique et le David Asper Centre for Constitutional
Rights auront chacun le droit de présenter une plaidoirie orale d’au plus dix (10) minutes lors de l’audition de l’appel.
11.01.2012
Before / Devant : DESCHAMPS J. / LA JUGE DESCHAMPS
Motion to file a reply factum on appeal
Requête en vue de déposer un mémoire en
réplique concernant l’appel
Attorney General of Canada
v. (33981)
Downtown Eastside Sex Workers United Against
Violence Society et al. (B.C.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by the appellant for an order permitting the filing of a reply factum;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion is dismissed without costs.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’appelant en vue de déposer un mémoire en réplique;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
- 72 -
MOTIONS
REQUÊTES
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est rejetée sans dépens.
12.01.2012
Before / Devant: CROMWELL J. / LE JUGE CROMWELL
Motion for an extension of time and motions for
leave to intervene
BY / PAR
Attorney General of Alberta;
Institut National de santé
publique du Québec;
Association des Avocats de la
Défense de Montréal
IN / DANS :
Her Majesty the Queen
Requête en prorogation de délai et requêtes en
autorisation d'intervenir
v. (33976)
Clato Lual Mabior (Crim.) (Man.)
- and between Sa Majesté la Reine
c. (34094)
D.C. (Crim.) (Qc)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATION by the Attorney General of Alberta for leave to intervene in the appeal Her Majesty the Queen
v. D.C. (34094);
AND UPON APPLICATIONS by Institut National de santé publique du Québec and by Association des Avocats de la
Défense de Montréal for an extension of time and for leave to intervene in the appeals Her Majesty the Queen v. Clato
Lual Mabior (33976) and Her Majesty the Queen v. D.C. (34094)
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY ORDERED THAT:
The motion for leave to intervene of the Attorney General of Alberta is granted and the said intervener shall be entitled
to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length in the appeal of Her Majesty the Queen v. D.C. (34094) on
or before January 24, 2012;
The motions for an extension of time and for leave to intervene of the Institut National de santé publique du Québec
and the Association des Avocats de la Défense de Montréal are granted and the said interveners shall each be entitled to
serve and file a single factum not to exceed 10 pages in length in the appeals Her Majesty the Queen v. Clato Lual
Mabior (33976) and Her Majesty the Queen v. D.C. (34094) on or before January 24, 2012;
- 73 -
MOTIONS
REQUÊTES
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners shall not be entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the
record of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellants and respondents by their interventions.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par le Procureur général de l’Alberta en vue d'intervenir dans l'appel Sa
Majesté la Reine c. D.C. (34094);
ET À LA SUITE DES DEMANDES présentées par l’Institut National de santé publique du Québec et par
l’Association des Avocats de la Défense de Montréal en prorogation de délai et en vue d'intervenir dans les appels Sa
Majesté la Reine c. Clato Lual Mabior (33976) et Sa Majesté la Reine c. D.C.(34094);
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en autorisation d’intervenir présentée par le Procureur général de l’Alberta est accueillie. L’intervenant aura
le droit de signifier et déposer un mémoire d'au plus 10 pages dans l'appel Sa Majesté la Reine c. D.C. (34094) le ou
avant le 24 janvier 2012;
Les requêtes en prorogation de délai et en autorisation d'intervenir présentées par l’Institut National de santé publique
du Québec et par l’Association des Avocats de la Défense de Montréal sont accueillies. Ces intervenants auront le droit
de signifier et déposer chacun un seul mémoire d'au plus 10 pages dans les appels Sa Majesté la Reine c. Clato Lual
Mabior (33976) et Sa Majesté la Reine c. D.C.(34094) le ou avant le 24 janvier 2012;
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelantes et
aux intimés tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
- 74 -
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
06.01.2012
12.01.2012
Muhsen Ahemed Ramadan Agraira
Pierre Lévesque
v. (34258)
c. (34417)
Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness (F.C.)
Sa Majesté la Reine (Qc)
(Autorisation)
(By Leave)
16.01.2012
17.01.2012
Agence du Revenu du Québec
Brian Cuthbertson et al.
c. (34393)
v. (34362)
Agence du Revenu du Canada et autres (Qc)
Hassan Rasouli by his Litigation Guardian and
Substitute Decision Maker, Parichehr Salasel
(Ont.)
(Autorisation)
(By Leave)
- 75 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
12.01.2012
Coram: Les juges LeBel, Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis
Éric Potvin et André Rousseau pour l’appelante.
Banque Toronto-Dominion
Christian Boutin et Pier-Olivier Julien pour l’intimée.
c. (33878)
Sa Majesté la Reine (C.F.) (Civile) (Autorisation)
DISMISSED WITHOUT COSTS / REJETÉ SANS DÉPENS
2012 SCC 1 / 2012 CSC 1
JUGEMENT :
JUDGEMENT:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel
fédérale, numéro A-490-09, 2010 CAF 174, en date
du 30 juin 2010, a été entendu aujourd’hui et le
jugement suivant a été rendu oralement :
The appeal from the judgment of the Federal Court of
Appeal, Number A-490-09, 2010 FCA 174, dated
June 30, 2010, was heard this day and the following
judgment was rendered orally:
LE JUGE LEBEL — Nous sommes d’accord avec les
motifs exposés par le juge Noël de la Cour d’appel
fédérale. En conséquence, l’appel est rejeté sans
dépens.
LEBEL J. — We agree with the reasons of Noël J.A. of
the Federal Court of Appeal.
The appeal is
accordingly dismissed without costs.
Nature de la cause :
Nature of the case:
Législation - Interprétation - Montant de TPS perçue
par une compagnie déposé dans un compte de banque
- Avis ministériel de saisie-arrêt - Avis d’intention de
faillite deux semaines plus tard - Avis de surseoir
donné à la banque par le syndic de faillite - Avis de
surseoir respecté - Avis de cotisation - La Couronne
est-elle propriétaire du montant de TPS ayant fait
l’objet d’un avis de saisie-arrêt avant la faillite? Quels sont les droits de la couronne quant à
l’opposabilité face aux syndics et aux créanciers
garanties des demandes formelles de paiement
signifiées avant la faillite, mais non réglées lors de la
faillite? - Les tribunaux inférieurs ont-ils commis une
erreur en concluant que le par. 70(1) de la Loi sur la
faillite et l’insolvabilité ne vient pas faire échec au
transfert de propriété prévu au par. 317(3) de la Loi
sur la taxe d’accise? - Loi sur la faillite et
l’insolvabilité, L.R.C. 1985 ch. B-3, par. 67(2), 70(1) Loi sur la taxe d’accise, L.R.C. 1985, ch. E-15,
par. 317(3).
Legislation - Interpretation - GST amount collected by
company deposited in bank account - Requirement to
pay sent by Minister - Notice of intention to make
proposal filed two weeks later - Notice of stay sent to
bank by trustee in bankruptcy - Notice of stay
complied with - Notice of assessment - Whether
Crown is owner of GST amount in respect of which
notice of garnishment issued prior to bankruptcy Whether Crown entitled to set requirement to pay up
against trustees and secured creditors if it served
before bankruptcy but not executed at time of
bankruptcy - Whether courts below erred in holding
that s. 70(1) of Bankruptcy and Insolvency Act does
not override transfer of ownership provided for in s.
317(3) of Excise Tax Act - Bankruptcy and Insolvency
Act, R.S.C. 1985, c. B-3, ss. 67(2), 70(1) - Excise Tax
Act, R.S.C. 1985, c. E-15, s. 317(3).
- 76 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
13.01.2012
Coram: McLachlin C.J. and Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Wendy Burnham, Eric Noble and Karen Janke-Curliss
for the appellant/respondent on cross-appeal.
Her Majesty the Queen
v (33874)
Al Meghji, Joseph M. Steiner, Amanda Heale and
Pooja Samtani for the respondent/appellant on crossappeal.
GlaxoSmithKline (F.C.) (Civil) (By Leave)
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Taxation - Income tax - Assessment - Transfer prices Appeals - Minister of National Revenue reassessing
taxpayer by increasing its income on basis that
taxpayer had overpaid non-arm’s length supplier for
purchase of drug ingredient - Whether the Federal
Court of Appeal erred by applying the reasonable
business person test to the interpretation of s. 69(2) of
the Income Tax Act - Whether the Federal Court of
Appeal erred in interpreting s. 69(2) by failing to
apply the arm’s length principle on a
transaction-by-transaction basis and on the basis that
members of the multinational group are operating as
separate entities - Whether the Federal Court of
Appeal erred in ordering that the matter be returned to
the trial judge for further determination - Income Tax
Act, R.S.C. 1985 (5th Supp.), c. 1, s. 69(2).
Droit fiscal - Impôt sur le revenu - Cotisation - Prix de
transfert - Appels - Le ministre du Revenu national a
établi de nouvelles cotisations à l’égard d’une
contribuable en augmentant son revenu au motif
qu’elle avait payé en trop le fournisseur avec lequel
elle avait un lien de dépendance pour l’achat d’un
ingrédient de médicament - La Cour d’appel fédérale
a-t-elle eu tort d’appliquer le critère de l’homme ou de
la femme d’affaires raisonnable à l’interprétation du
par. 69(2) de la Loi de l’impôt sur le revenu? - La
Cour d’appel fédérale a-t-elle commis une erreur dans
l’interprétation du par. 69(2) en n’appliquant pas le
principe du lien de dépendance opération par
opération et compte tenu du fait que les membres du
groupe multinational fonctionnent comme des entités
distinctes? - La Cour d’appel fédérale a-t-elle eu tort
de renvoyer l’affaire au juge de première instance
pour qu’il statue de nouveau? - Loi de l’impôt sur le
revenu, L.R.C. 1985 (5e suppl.), ch. 1, par. 69(2).
16.01.2012
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Thomas G. Heintzman, Q.C. and Bram D. Abramson
for the appellants.
Alliance of Canadian Cinema, Television & Radio
Artists et al.
John B. Laskin, Yousuf Aftab and Nicole Mantini for
the
respondents
Bell
Aliant
Regional
Communications, Inc. et al.
v. (33884)
Bell Alliant Regional Communications, LP et al.
(F.C.) (Civil) (By Leave)
Nicholas Peter McHaffie and Dean Shaikh for the
respondent Shaw Communications Inc.
- 77 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Communications law - Broadcasting - Reference Whether retail internet service providers (―ISPs‖)
carry on, in whole or in part, ―broadcasting
undertakings‖ subject to the Broadcasting Act when,
in their role as ISPs, they provide access through the
Internet to ―broadcasting‖ requested by end-users Whether the Federal Court of Appeal erred in law in
its interpretation of the word ―transmission‖ in s. 2 of
the Broadcasting Act - Whether the Federal Court of
Appeal erred in holding that retail ISPs do not carry
on ―broadcasting undertakings‖ by reason of policy or
considerations other than the wording of s. 2 of the
Broadcasting Act - Broadcasting Act, S.C. 1991,
c. 11.
Droit des communications - Radiodiffusion - Renvoi Les fournisseurs de services Internet (« FSI ») de
détail exploitent-ils, en tout ou en partie, des
« entreprises de radiodiffusion » assujetties à la Loi
sur la radiodiffusion, lorsque, conformément à leur
rôle comme FSI, ils fournissent l’accès par Internet à
la « radiodiffusion » demandée par les utilisateurs
finaux? - La Cour d’appel fédérale a-t-elle commis
une erreur de droit dans son interprétation de l’art. 2
de la Loi sur la radiodiffusion? - La Cour d’appel
fédérale a-t-elle eu tort de statuer que les FSI de détail
n’exploitent pas des « entreprises de radiodiffusion »
en raison de politiques ou de considérations autres que
l’article 2 de la Loi sur la radiodiffusion? - Loi sur la
radiodiffusion, L.C. 1991, ch. 11.
17.01.2012
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et
Karakatsanis
André Asselin, Sébastien Gobeil et Maxime-Arnaud
Keable pour l’appelante.
Tessier Ltée
c. (33935)
Pierre-Michel Lajeunesse pour l’intimée.
Commission de la santé et de la sécurité du travail
(Qc) (Civile) (Autorisation)
Robin K. Basu and Shannon M. Chace for the
intervener Attorney General of Ontario.
Jean-Vincent Lacroix pour l’intervenant Procureur
général du Québec.
Jonathan Penner and Freya Zaltz for the intervener
Attorney General of British Columbia.
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
- 78 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Nature de la cause :
Nature of the case:
Droit constitutionnel - Partage des compétences Relations de travail - Débardage - Société exerçant
une seule entreprise et offrant de façon normale et
habituelle des services de location de grues et de
machinerie lourde au Québec ainsi que, dans une
moindre mesure, des services de débardage L’entreprise devait-elle être qualifiée de fédérale? Loi constitutionnelle de 1867, art. 91(1) et 92(10).
Constitutional law - Division of powers - Labour
relations - Stevedoring - Company carrying on single
undertaking and normally and habitually providing
crane and heavy equipment rental services in Quebec
and, to lesser extent, stevedoring services - Whether
undertaking should be characterized as federal Constitution Act, 1867, ss. 91(10) and 92(10).
18.01.2012
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et
Karakatsanis
Benoît Belleau et Hugo Jean pour l’appelant
Procureur général du Québec.
Procureur général du Québec et autres
c. (33990)
Pierre Bienvenu, Suzanne Pringle, Catherine Martel et
Azim Hussain pour l’appelant/intimé B.
A et autres (Qc) (Civile) (Autorisation)
Gaétan Migneault pour l’intervenant
général du Nouveau-Brunswick.
Procureur
Robert J. Normey for the intervener Attorney General
of Alberta.
Guy
J.
Pratte
et
l’intimée/appelante A.
Mark
Phillips
pour
Jocelyn Verdon, Dominique Goubau et Mireille
Pélissier-Simard pour l’intervenante Fédération des
associations de familles monoparentales et
recomposées du Québec.
Martha McCarthy and Johanne Elizabeth O’Hanlon
for the intervener Women's Legal Education and
Action Fund.
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
Nature de la cause :
Nature of the case:
Charte des droits - Droit à l’égalité - État matrimonial
- Réparation - Droit de la famille - Conjoints de fait Aliments - Biens familiaux - Les articles 401 à 430,
432, 433, 448 à 484 et 585 du Code civil du Québec,
L.R.Q.,
ch. C-1991,
contreviennent-ils
au
paragraphe 15(1) de la Charte canadienne des droits
et libertés? - Dans l’affirmative, s’agit-il d’une limite
raisonnable prescrite par une règle de droit dont la
Charter of Rights - Right to equality - Marital status Remedy - Family law - De facto spouses - Support Family assets - Whether arts. 401 to 430, 432, 433,
448 to 484 and 585 of Civil Code of Québec, S.Q.
1991, c. 64, infringe s. 15(1) of Canadian Charter of
Rights and Freedoms - If so, whether infringement is
reasonable limit prescribed by law that can be
demonstrably justified in free and democratic society
- 79 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
justification peut se démontrer dans le cadre d’une
société libre et démocratique au sens de l’article
premier de la Charte canadienne des droits et
libertés? - La Cour d’appel a-t-elle erré dans le choix
de la réparation, d’une part, en ne faisant pas
bénéficier immédiatement l’ensemble des Québécois
et Québécoises d’une réparation corrigeant de manière
immédiate l’invalidité inconstitutionnelle en cause et,
d’autre part, quant à la question de la réparation de la
demanderesse? - Code civil du Québec, L.R.Q.,
ch. C-1991, art. 401-430, 432-433, 448-484, 585 Charte canadienne des droits et libertés, art. 1, 15(1),
24(1).
under s. 1 of Canadian Charter of Rights and
Freedoms - Whether Court of Appeal erred in choice
of remedy, on one hand by failing to immediately
enable all Quebeckers to benefit from remedy
rectifying constitutional invalidity in issue, and on
other hand with respect to remedy granted to female
appellant - Canadian Charter of Rights and
Freedoms, ss. 1, 15(1), 24(1).
19.01.2012
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Cheryl J. Tobias, Q.C. and Donnaree Nygard for the
appellant.
Attorney General of Canada
v. (33981)
Janet E. Minor and Courtney J. Harris for the
intervener Attorney General of Ontario.
Downtown Eastside Sex Workers United Against
Violence Society et al. (B.C.) (Civil) (By Leave)
Joseph J. Arvay, Q.C, Elin R.S. Sigurdson and Katrina
Pacey for the respondents.
David W. Mossop, Q.C. and Diane Nielsen (by
videoconference) for the intervener Community Legal
Assistance Society.
Jason B. Gratl and Megan Vis-Dunbar for the
intervener British Columbia Civil Liberties
Association.
Kent Roach and Cheryl Milne for the intervener
David Asper Centre for Constitutional Rights.
Written submissions only by Justin Duncan and
Kaitlyn Mitchell for the intervener Ecojustice Canada.
Written submissions by C. Tess Sheldon and Niamh
Harraher for the interveners West Coast LEAF et al.
Written submissions by Lorne Waldman, Clare
Crummey and Tamara Morgenthau for the interveners
Canadian Association of Refugee Lawyers et al.
Written submissions only for the intervener Canadian
Civil Liberties Association.
Written submissions only for the interveners Canadian
- 80 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
HIV / AIDS Legal Network et al.
Soumission écrite seulement pour l’intervenante
Conseil scolaire francophone de la ColombieBritannique.
RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Charter of Rights - Civil Proceedings - Parties Standing - Test for public interest standingParameters for granting public interest standing Assessing whether there is another reasonable and
effective way to bring constitutional issues before
courts for the purposes of determining whether to
grant public interest standing - Circumstances in
which public interest litigants can bring challenges to
government legislation or action - Relevance of the
nature of the constitutional challenge to the
assessment of whether there are other reasonable
means by which a challenge may be brought Whether the Court of Appeal misinterpreted and
unjustifiably relaxed the requirement that public
interest standing only be granted if there is no other
reasonable or effective manner to bring the issue to
court - Whether the Court of Appeal erred in finding
that the respondents had raised a serious question to
be tried with respect to the constitutionality of
s. 213(1)(c) of the Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46.
Charte des droits - Instance civile - Parties - Qualité
pour agir - Critère pour déterminer la qualité pour agir
dans l'intérêt public - Paramètres pour accorder la
qualité pour agir dans l'intérêt public - Évaluation de
la question de savoir s'il y a une autre manière
raisonnable et efficace de soumettre des questions
constitutionnelles aux tribunaux afin de déterminer s'il
y a lieu d'accorder la qualité pour agir dans l'intérêt
public - Circonstances dans lesquelles les plaideurs
ayant la qualité pour agir dans l'intérêt public peuvent
contester des lois ou des mesures gouvernementales Pertinence de la nature de la contestation
constitutionnelle dans l'évaluation de la question de
savoir s'il y a d'autres moyens raisonnables
d'introduire la contestation - La Cour d'appel a-t-elle
mal interprété et indûment assoupli l’exigence selon
laquelle la qualité pour agir dans l'intérêt public ne
devrait être reconnue que s’il n’y a aucune autre
manière raisonnable ou efficace de soumettre la
question au tribunal? - La Cour d’appel a-t-elle eu tort
de conclure que les intimées avaient soulevé une
question sérieuse à juger relativement à la
constitutionnalité de l’al. 213(1)c) du Code criminel,
L.R.C. 1985, ch. C-46?
- 81 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
JANUARY 20, 2012 / LE 20 JANVIER 2012
33744
Catalyst Paper Corporation v. Corporation of the District of North Cowichan (B.C.)
2012 SCC 2 / 2012 CSC 2
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Cromwell JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA037651, 2010
BCCA 199, dated April 22, 2010, heard on October 18, 2011, is dismissed with costs.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA037651, 2010
BCCA 199, en date du 22 avril 2010, entendu le 18 octobre 2011, est rejeté avec dépens.
- 82 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Catalyst Paper Corporation v. Corporation of the District of North Cowichan (B.C.) (33744)
Indexed as: Catalyst Paper Corp. v. North Cowichan (District) /
Répertorié : Catalyst Paper Corp. c. North Cowichan (District)
Neutral citation: 2012 SCC 2 / Référence neutre : 2012 CSC 2
Hearing: October 18, 2011 / Judgment: January 20, 2012
Audition : Le 18 octobre 2011 / Jugement : Le 20 janvier 2012
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein and Cromwell JJ.
Municipal law — Bylaws — Validity — Standard of review applicable to municipal taxation bylaw — What
standard of reasonableness requires in context of judicial review of taxation bylaw — Community Charter, S.B.C.
1996, c. 26, s. 197.
One of C’s four mills is located in the District of North Cowichan (―District‖) on Vancouver Island. C seeks
to have a municipal taxation bylaw set aside on the basis that it is unreasonable having regard to objective factors such
as consumption of municipal services. The District argued that reasonableness must take into account not only matters
directly related to the treatment of a particular taxpayer, but a broad array of social, economic and demographic factors
relating to the community as a whole. The chambers judge upheld the bylaw. The Court of Appeal dismissed the
appeal.
Held: The appeal should be dismissed.
The standard of review applicable is reasonableness. The power of the courts to set aside municipal bylaws is
a narrow one, and cannot be exercised simply because a bylaw imposes a greater share of the tax burden on some
ratepayers than on others. The critical question is what factors the court should consider in determining what lies
within the range of possible reasonable outcomes. Courts reviewing bylaws for reasonableness must approach the task
against the backdrop of the wide variety of factors that elected municipal councillors may legitimately consider in
enacting bylaws, including broad social, economic and political issues. Only if the bylaw is one no reasonable body
informed by these factors could have taken will the bylaw be set aside.
The fact that wide deference is owed to municipal councils does not mean that they have carte blanche.
Reasonableness limits municipal councils in the sense that the substance of their bylaws must conform to the rationale
of the statutory regime set up by the legislature. The range of reasonable outcomes is circumscribed by the purview of
the legislative scheme that empowers a municipality to pass a bylaw. Municipal councils must also adhere to
appropriate processes and cannot act for improper purposes.
The bylaw falls within a reasonable range of outcomes. The bylaw does not constitute a decision that no
reasonable elected municipal council could have made. The District council considered and weighed all relevant
factors. The process of passing the bylaw was properly followed. The reasons for the bylaw were clear and the
District’s policy had been laid out in a five-year plan. The District’s approach complies with the Community Charter,
which permits municipalities to apply different tax rates to different classes of property. The Community Charter does
not support C’s contention that property value taxes ought to be limited by the level of service consumed. Although the
bylaw favours residential property owners, it is not unreasonably partial to them.
APPEAL from a judgment of the British Columbia Court of Appeal (Newbury, Huddart and Saunders JJ.A.),
2010 BCCA 199, 286 B.C.A.C. 149, 484 W.A.C. 149, 5 B.C.L.R. (5th) 203, 318 D.L.R. (4th) 350, 92 R.P.R. (4th) 1,
69 M.P.L.R. (4th) 163, [2010] 7 W.W.R. 259, [2010] B.C.J. No. 700 (QL), 2010 CarswellBC 958, affirming a decision
of Voith J., 2009 BCSC 1420, 98 B.C.L.R. (4th) 355, 66 M.P.L.R. (4th) 35, 88 R.P.R. (4th) 203, [2010] 7 W.W.R. 220,
[2009] B.C.J. No. 2033 (QL), 2009 CarswellBC 2763. Appeal dismissed.
Roy W. Millen, Joanne Lysyk and Alexandra Luchenko, for the appellant.
- 83 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sukhbir Manhas and Reece Harding, for the respondent.
Solicitors for the appellant: Blake, Cassels & Graydon, Vancouver.
Solicitors for the respondent: Young, Anderson, Vancouver.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein et Cromwell.
Droit municipal — Règlements — Validité — Norme de contrôle applicable à un règlement municipal en
matière de taxation — Exigence de la norme de la décision raisonnable dans le contexte du contrôle judiciaire d’un tel
règlement — Community Charter, S.B.C. 1996, ch. 26, art. 197.
L’une des quatre papeteries de C se trouve dans le district de North Cowichan (« district »), sur l’île de
Vancouver. C demande l’annulation d’un règlement municipal en matière de taxation au motif qu’il est déraisonnable
eu égard à des facteurs objectifs telle la consommation de services municipaux. Le district avance que selon la norme
de la décision raisonnable il faut tenir compte non seulement de questions se rapportant directement au traitement
réservé à un contribuable en particulier, mais également de toute une gamme de facteurs sociaux, économiques et
démographiques qui touchent la collectivité dans son ensemble. Le juge de première instance a confirmé la validité du
règlement. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
La norme de contrôle à appliquer est celle de la décision raisonnable. Le pouvoir d’un tribunal d’annuler un
règlement municipal est limité et il ne peut être exercé pour la seule raison que le règlement impose un plus grand
fardeau fiscal à certains contribuables par rapport à d’autres. La question cruciale est de savoir quels facteurs le
tribunal doit prendre en compte pour déterminer en quoi consiste l’éventail d’issues possibles raisonnables. Le tribunal
appelé à réviser le caractère raisonnable d’un règlement municipal doit le faire au regard de la grande variété de
facteurs dont les conseillers municipaux élus peuvent légitimement tenir compte lorsqu’ils adoptent des règlements, y
compris des facteurs généraux d’ordre social, économique et politique. Le règlement ne sera annulé que s’il s’agit d’un
règlement qui n’aurait pu être adopté par un organisme raisonnable tenant compte de ces facteurs.
Le fait qu’il faille faire preuve d’une grande retenue envers les conseils municipaux ne signifie pas qu’ils ont
carte blanche. La norme de la décision raisonnable restreint les conseils municipaux en ce sens que la teneur de leurs
règlements doit être conforme à la raison d’être du régime mis sur pied par la législature. L’éventail des issues
raisonnables est circonscrit par la portée du schème législatif qui confère à la municipalité le pouvoir de prendre des
règlements. Les conseils municipaux doivent également adopter des processus convenables et ils ne peuvent agir à des
fins illégitimes.
Le règlement s’inscrit dans un éventail d’issues raisonnables. Il ne constitue pas une décision qu’aucun
conseil municipal élu raisonnable n’aurait pu prendre. Le conseil du district a examiné et soupesé tous les facteurs
pertinents. Le processus d’adoption du règlement a été correctement suivi. Les motifs qui sous-tendaient le règlement
étaient clairs et le district avait exposé sa politique dans un plan quinquennal. L’approche du district respecte la
Community Charter, qui autorise les municipalités à imposer un taux d’impôt foncier propre à chaque catégorie
d’immeubles. La Community Charter ne permet pas à C d’affirmer que les taxes foncières à payer devraient être
proportionnelles au niveau de consommation des services. Le règlement favorise certes les propriétaires d’immeubles
résidentiels, mais il n’est pas déraisonnablement partial envers eux.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (les juges Newbury, Huddart et
Saunders), 2010 BCCA 199, 286 B.C.A.C. 149, 484 W.A.C. 149, 5 B.C.L.R. (5th) 203, 318 D.L.R. (4th) 350, 92
R.P.R. (4th) 1, 69 M.P.L.R. (4th) 163, [2010] 7 W.W.R. 259, [2010] B.C.J. No. 700 (QL), 2010 CarswellBC 958, qui a
confirmé une décision du juge Voith, 2009 BCSC 1420, 98 B.C.L.R. (4th) 355, 66 M.P.L.R. (4th) 35, 88 R.P.R. (4th)
203, [2010] 7 W.W.R. 220, [2009] B.C.J. No. 2033 (QL), 2009 CarswellBC 2763. Pourvoi rejeté.
Roy W. Millen, Joanne Lysyk et Alexandra Luchenko, pour l’appelante.
- 84 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sukhbir Manhas et Reece Harding, pour l’intimée.
Procureurs de l’appelante : Blake, Cassels & Graydon, Vancouver.
Procureurs de l’intimée : Young, Anderson, Vancouver.
- 85 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2011 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
NOVEMBER - NOVEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
1
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
2
3
4
5
6
7
8
6
M
7
8
9
10
H
11
12
4
M
5
6
7
8
9
10
9
H
10
M
11
12
13
14
15
13
14
15
16
17
18
19
11
12
13
14
15
16
17
16
17
18
19
20
21
22
20
21
22
23
24
25
26
18
19
20
21
22
23
24
23
/ 30
24
/ 31
25
26
27
28
29
27
28
29
30
25
H
26
H
27
28
29
30
31
T
J
F
V
S
S
1
2
3
- 2012 JANUARY - JANVIER
FEBRUARY - FÉVRIER
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
1
H
2
3
4
5
6
7
8
M
9
10
11
12
13
14
5
M
6
15
16
17
18
19
20
21
12
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
7
8
9
10
11
4
5
6
7
8
9
10
13
14
15
16
17
18
11
M
12
13
14
15
16
17
19
20
21
22
23
24
25
18
19
20
21
22
23
24
26
27
28
29
25
26
27
28
29
30
31
F
v
s
s
1
2
APRIL - AVRIL
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
H
6
7
8
H
9
M
10
11
12
13
14
6
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Holidays:
Jours fériés :
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
S
D
Motions:
Requêtes :
MARCH - MARS
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
W
M
JUNE - JUIN
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
13
14
15
16
17
18
19
10
11
12
13
14
15
16
20
H
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
motion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
W
M
T
J
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising