Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême

Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême
Canada
Supreme Court
Reports
Recueil des arrêts
de la Cour suprême
du Canada
Part 3, 2013 Vol. 3
3e cahier, 2013 Vol. 3
Cited as [2013] 3 S.C.R. 657-948
Renvoi [2013] 3 R.C.S. 657-948
Published pursuant to the Supreme Court Act by / Publié conformément à la Loi sur la Cour suprême par
ROGER BILODEAU, Q.C. / c.r.
The Registrar, Supreme Court of Canada / Registraire de la Cour suprême du Canada
Deputy Registrar / Registraire adjointe
MARY MCFADYEN
General Counsel / Avocate générale
BARBARA KINCAID
Chief Law Editor / Arrêtiste en chef
J. DAVID POWER
Senior Counsel / Avocate-conseil
JULIE TERRIEN
CLAIRE ZOË BIDER-HALL
JANICE CHENEY
CHANTAL DEMERS
VALERIE DESJARLAIS
GENEVIÈVE DOMEY
LEE ANN GORMAN
Legal Counsel / Conseillers juridiques
AMÉLIE LAVICTOIRE
KAREN LEVASSEUR
JOANNE NORMAN
LORRAINE PILETTE
RÉMI SAMSON
IDA SMITH
JACQUELINE STENCEL
LESLI TAKAHASHI
CAMERON TAYLOR
RENÉE THÉRIAULT
RENÉE MARIA TREMBLAY
Chief, Jurilinguistic Services / Chef du service jurilinguistique
CHRISTIAN C.-DESPRÉS
Jurilinguists / Jurilinguistes
JULIE BOULANGER
MARIE RODRIGUE
DAVID AUBRY
STEPHEN BALOGH
MARIE-LUC SIMONEAU
CLAIRE VALLÉE
Manager, Editorial Services / Gestionnaire, Service de l’édition
PETER O’DOHERTY
SUZANNE AUDET
MONIQUE DELORME
Technical Revisors / Réviseurs techniques
NANCY MCCAUGHAN
PAULINE MCTAVISH
ANNE-MARIE NOËL
Manager, Operational Support Services / Gestionnaire, Services d’appui aux opérations
SUZANNE GIGUÈRE
Administrative Assistants / Adjoints administratifs
SÉBASTIEN GAGNÉ
MANON PLOUFFE
Changes of address for subscriptions to the Supreme Court
Reports should be referred to Publishing & Depository
Services, Public Works and Government Services, Ottawa,
Ontario, Canada K1A 0S5 together with the old address.
Les abonnés du Recueil des arrêts de la Cour suprême du
Canada doivent signaler tout changement d’adresse aux
Éditions et Services de dépôts, Travaux publics et Services
gouvernementaux, Ottawa (Ontario) Canada K1A 0S5, en
indiquant l’ancienne adresse.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2013.
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013.
CONTENTS
SOMMAIRE
Alberta (Information and Privacy Commissioner)
v. United Food and Commercial Workers,
Local 401 ................................................................... 733
Alberta (Information and Privacy Commissioner) c.
Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et
du commerce, section locale 401 ............................. 733
Constitutional law — Charter of rights — Freedom of
expression — Labour relations — Privacy — Union
video-taping and photographing individuals crossing
its picket line for use in its labour dispute — Whether
legislation restricting the collection, use and disclosure
of personal information violates union’s expressive right
under s. 2(b) of Charter and, if so, whether violation is
justified — Canadian Charter of Rights and Freedoms,
ss. 1, 2(b) — Personal Information Protection Act, S.A.
2003, c. P-6.5 — Personal Information Protection Act
Regulation, Alta. Reg. 366/2003.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Liberté
d’expres­sion — Relations de travail — Droit à la vie
pri­vée — Syndicat filme et photographie des person­
nes franchissant sa ligne de piquetage pour se servir des
enre­gistrements dans le cadre du conflit de travail en
cours — La loi qui restreint la collecte, l’utilisation et la
communication de renseignements personnels porte-­telle atteinte au droit à la liberté d’expression du syn­di­cat
protégé par l’art. 2b) de la Charte et, dans l’affirma­tive,
l’atteinte est-elle justifiée? — Charte canadienne des
droits et libertés, art. 1, 2b) — Personal Information Pro­
tection Act, S.A. 2003, ch. P-6.5 — Personal Information
Protection Act Regulation, Alta. Reg. 366/2003.
Amaratunga v. Northwest Atlantic Fisheries
Organization ............................................................. 866
Public international law — Jurisdictional immunity —
In­ternational organizations — Former senior manager of
international organization headquartered in Canada fil­
ing wrongful dismissal suit — International organization
claiming immunity under Order reflecting agreement
with Canada — Whether claimed immunity applies —
Mean­ing of immunities “required” for performance of
functions — Northwest Atlantic Fisheries Organization
Privileges and Immunities Order, SOR/80-64, s. 3(1).
Katz Group Canada Inc. v. Ontario (Health and
Long-Term Care) ..................................................... 810
Food and drugs — Regulations — Validity — Province
of Ontario enacting Regulations to effectively ban the
sale of private label drugs by pharmacies — Purpose
of Regulations to reduce drug prices — Whether Reg­
ulations are ultra vires on the ground that they are in­
consistent with the statutory scheme and mandate —
Drug Interchangeability and Dispensing Fee Act Reg­
u­lation, R.R.O. 1990, Reg. 935, s. 9 — Ontario Drug
Benefit Act Regulation, O. Reg. 201/96, s. 12.0.2.
La Souveraine, Compagnie d’assurance générale v.
Autorité des marchés financiers .............................. 756
Provincial offences — Financial products and services
— Nature of offence — Strict liability — Insurance
company charged with committing offence on number
of occasions by helping or inducing, through its consent
and/or authorization, third party to violate regulatory
pro­vision — Regulator not responding to written expla­
nations from insurance company before issuing state­
ments of offence — Whether offence at issue one of strict
liability — If so, whether proof of mens rea required
Continued on next page
Amaratunga c. Organisation des pêches de
l’Atlantique Nord-Ouest .......................................... 866
Droit international public — Immunité de juridiction —
Organisations internationales — Poursuite pour congé­
diement injustifié par un ancien cadre supérieur d’une
orga­nisation internationale dont le siège est au Canada
— Revendication par l’organisation internationale de
l’immunité de juridiction fondée sur le décret énon­çant
l’entente conclue entre elle et le Canada — L’immu­nité
reven­diquée s’applique-t-elle? — Sens des immu­nités
qu’« exige » l’exercice de fonctions — Décret sur les
privilèges et immunités de l’Organisation des pêches de
l’Atlantique nord-ouest, DORS/80-64, art. 3(1).
Katz Group Canada Inc. c. Ontario (Santé et Soins
de longue durée) ....................................................... 810
Aliments et drogues — Règlements — Validité — Adop­
tion, par la province de l’Ontario, de règlements ayant
pour effet d’interdire effectivement la vente, par les phar­
macies, de médicaments sous marque de distributeur —
Règlements ayant pour objectif de réduire les prix des
médicaments — Les règlements sont-ils ultra vires au
motif qu’ils sont incompatibles avec l’objet et le mandat
de la loi? — Drug Interchangeability and Dispensing Fee
Act Regulation, R.R.O. 1990, Règl. 935, art. 9 — Ontario
Drug Benefit Act Regulation, O. Reg. 201/96, art. 12.0.2.
La Souveraine, Compagnie d’assurance générale c.
Autorité des marchés financiers .............................. 756
Infractions provinciales — Produits et services finan­ciers
— Nature des infractions — Responsabilité stricte —
Société d’assurance accusée d’avoir commis une infrac­
tion à de multiples reprises en aidant ou en amenant, par
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Continued)
— Whether actus reus of offence proved beyond rea­
son­able doubt — Whether offence is discrete offence
or party liability offence — Whether single conviction
should be substituted for multiple convictions entered at
trial — Act respecting the distribution of financial prod­
ucts and services, R.S.Q., c. D-9.2, ss. 482, 491.
Provincial offences — Defences — Due diligence —
Officially induced error — Conditions for availability of
defence based on reasonable mistake of law — Whether
official’s passive conduct may be reasonably relied on as
approval or inducement.
McLean v. British Columbia (Securities
Commission) ............................................................. 895
Administrative law — Securities — Standard of Review
— Limitation of Actions — Appellant entering into set­
tlement agreement with Ontario Securities Com­mission
in respect to certain possible improper actions — B.C.
Securities Commission initiating secondary pro­ceedings
based on settlement agreement — B.C. Se­curi­ties Act
establishing limitation period of six years from date of
“events” giving rise to proceedings — Whether “events”
triggering six-year limitation period are the underlying
misconduct giving rise to the settle­ment agreement, or the
settlement agreement itself — Whether the standard of
review of the Commission’s de­cision should be correct­
ness or reasonableness — Having regard to the standard
of review, whether there is any basis to interfere with the
Commission’s interpretation — Securities Act, R.S.B.C.
1996, c. 418, ss. 159, 161(6)(d).
Quebec (Agence du revenu) v. Services
Environnementaux AES inc. ................................... 838
Contracts — Interpretation — Intention of parties — In­
tention declared in documents relating to transactions
not reflecting common intention of parties because of
errors made by professional advisors — Transactions hav­
ing unforeseen tax consequences — Whether it is open to
courts to intervene to find that amendments made by par­
ties to documents associated with transac­tions were le­
gitimate and necessary — Civil Code of Québec, S.Q.
1991, c. 64, art. 1425.
R. v. Hay .................................................................... 694
Criminal law — Charge to jury — Eyewitness evidence
— Whether trial judge instructed jury that it could con­
vict accused based on eyewitness evidence alone — If
so, whether such an instruction would constitute an error.
SOMMAIRE (Suite)
son consentement et/ou son autorisation, un tiers à
enfrein­dre une disposition de droit réglementaire —
Auto­rité réglementaire n’ayant pas répondu aux expli­
cations écrites de la société d’assurance avant d’émettre
les constats d’infraction — L’infraction en cause estelle de responsabilité stricte? — Dans l’affirmative, la
preuve de la mens rea est-elle requise? — La preuve de
l’actus reus de l’infraction a-t-elle été faite hors de tout
doute raisonnable? — L’infraction reprochée constituet-elle une infraction distincte ou une infraction de res­
pon­
sabilité stricte en tant que participant? — Les
déclara­tions de culpabilité multiples inscrites au pro­
cès devraient-elles être remplacées par une seule décla­
ration de culpabilité? — Loi sur la distribution de produits
et services financiers, L.R.Q., ch. D-9.2, art. 482, 491.
Infractions provinciales — Moyens de défense — Dili­
gence raisonnable — Erreur provoquée par une personne
en autorité — Conditions de recevabilité de la défense
fondée sur une erreur de droit raisonnable — La conduite
passive d’une personne en autorité peut-elle raisonna­
blement être interprétée comme une approbation ou une
incitation?
McLean c. Colombie-Britannique (Securities
Commission) ............................................................. 895
Droit administratif — Valeurs mobilières — Norme de
con­trôle — Prescription — Règlement intervenu entre
l’appelante et la Commission des valeurs mobilières de
l’Ontario relativement à de possibles irrégularités — Ins­
tance secondaire engagée par la Commission des valeurs
mobilières de la C.-B. sur le fondement de ce règlement
— Loi sur les valeurs mobilières de la C.-B. prévoyant
un délai de prescription de six ans à comp­ter de « l’évé­
nement » qui donne lieu à l’instance — L’« évé­nement »
à partir duquel commence à courir le délai de six ans
correspond-il à l’inconduite qui est à l’origine du
règle­ment ou au règlement lui-même? — La norme de
contrôle applicable à la décision de la Commission estelle celle de la décision correcte ou celle de la décision
raisonnable? — Au regard de la bonne norme de con­trôle,
quelque élément justifie-t-il que l’on réforme l’interpré­
ta­tion de la Commission? — Securities Act, R.S.B.C.
1996, ch. 418, art. 159, 161(6)d).
Québec (Agence du revenu) c. Services
Environnementaux AES inc. ................................... 838
Criminal law — Evidence — Fresh evidence — Hair
clip­ping evidence relied upon by Crown to explain
Contrats — Interprétation — Intention des parties —
Volonté déclarée dans des documents relatifs à des tran­
sactions ne reflétant pas la commune intention des parties
en raison d’erreurs commises par des profession­nels —
Transactions entraînant des impacts fiscaux non prévus
Continued on next page
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Concluded)
ac­cused’s appearance at time of arrest as well as afterthe-fact change of appearance — New forensic evidence
reports and testimony to the effect that most hair clip­
pings did not originate from scalp — Whether the ac­
cused’s motion to adduce fresh evidence should be
granted.
R. v. McRae ............................................................... 931
Criminal law — Offences — Uttering threats — Ele­
ments of offence — Actus reus — Mens rea — Respon­
dent stating to fellow detainees that he would kill and/
or harm Crown prosecutor, officer-investigator and wit­
nesses involved in his trial — Whether it is necessary
to prove threats were conveyed to their subjects and/or
that accused intended they be so conveyed — Whether
lower courts erred in finding that elements of of­fence
not made out — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46,
s. 264.1(1)(a).
R. v. Vu ...................................................................... 657
Constitutional law — Charter of Rights — Search and
seizure — Validity of search — Police obtaining warrant
not specifying grounds for obtaining evidence of owner­
ship or occupancy of residence and not mention­ing search
of computers and cellular telephones — Whether search
warrant properly permitting a search for documents ev­
idencing ownership or occupation — Whether warrant
au­thorized search of computers and cellular telephone
— If search was unlawful, whether evidence obtained
should be excluded — Canadian Charter of Rights and
Freedoms, ss. 8, 24(2).
SOMMAIRE (Fin)
— Les tribunaux peuvent-ils intervenir pour constater la
légitimité et la nécessité des modifications apportées par
les parties aux documents afférents aux transactions? —
Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 1425.
R. c. Hay .................................................................... 694
Droit criminel — Exposé au jury — Déposition d’un
témoin oculaire — Le juge du procès a-t-il donné au jury
la directive qu’il pouvait déclarer l’accusé coupable sur le
seul fondement de la déposition d’un témoin oculaire? —
Dans l’affirmative, pareille directive était-elle erronée?
Droit criminel — Preuve — Nouvel élément de preuve —
Bouts de poils mis en preuve par le ministère public pour
expliquer l’apparence de l’accusé au moment de son
arres­tation et la modification de son apparence après le
fait — Nouveaux rapports et témoignages d’experts en
criminalistique indiquant que la plupart des bouts de
poils ne provenaient pas du cuir chevelu — Y a-t-il lieu
d’accueillir la requête de l’accusé en production de nou­
veaux éléments de preuve?
R. c. McRae ............................................................... 931
Droit criminel — Infractions — Proférer des menaces —
Éléments de l’infraction — Actus reus — Mens rea —
Intimé confiant à des codétenus qu’il allait causer la mort
de la procureure de la Couronne, d’un policier-enquêteur
et des témoins impliqués dans son procès et/ou leur
infliger des lésions corporelles — Est-il nécessaire de
prouver que les menaces ont été transmises aux person­
nes visées et/ou que l’accusé entendait qu’elles soient
ainsi transmises? — Les juridictions inférieures ont-elles
com­mis une erreur en concluant que des éléments de
l’infraction n’avaient pas été établis? — Code criminel,
L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 264.1(1)a).
R. c. Vu ...................................................................... 657
Droit constitutionnel — Charte des droits — Fouilles, per­
quisitions et saisies — Validité de la fouille — Obtention
par la police d’un mandat ne précisant pas les motifs de
la recherche de preuves confirmant l’identité des pro­prié­
taires ou occupants d’une résidence et ne mention­nant pas
la fouille d’ordinateurs et de téléphones cellulaires — Le
mandat de perquisition autorisait-il dûment la recherche
de documents confirmant l’identité des propriétaires ou
occupants? — Le mandat autorisait-il la fouille des ordi­
nateurs et du téléphone cellulaire? — Si la fouille était
illégale, la preuve obtenue devait-elle être écartée? —
Charte canadienne des droits et libertés, art. 8, 24(2).
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
657
Thanh Long Vu Appellant
Thanh Long Vu Appelant
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
and
et
Attorney General of Ontario,
Attorney General of Alberta,
British Columbia Civil
Liberties Association,
Canadian Civil Liberties Association
and Criminal Lawyers’ Association
(Ontario) Interveners
Procureur général de l’Ontario,
procureur général de l’Alberta,
Association des libertés
civiles de la Colombie-Britannique,
Association canadienne des libertés
civiles et Criminal Lawyers’ Association
(Ontario) Intervenants
Indexed as: R. v. Vu
Répertorié : R. c. Vu
2013 SCC 60
2013 CSC 60
File No.: 34687.
No du greffe : 34687.
2013: March 27; 2013: November 7.
2013 : 27 mars; 2013 : 7 novembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
ON APPEAL FROM THE COURT OF APPEAL FOR
BRITISH COLUMBIA
EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DE LA
COLOMBIE-BRITANNIQUE
Constitutional law — Charter of Rights — Search
and seizure — Validity of search — Police obtaining
war­rant not specifying grounds for obtaining evidence
of ownership or occupancy of residence and not men­
tioning search of computers and cellular telephones —
Whether search warrant properly permitting a search
for documents evidencing ownership or occupation —
Whether warrant authorized search of computers and
cellular telephone — If search was unlawful, whether
evidence obtained should be excluded — Canadian
Charter of Rights and Freedoms, ss. 8, 24(2).
Droit constitutionnel — Charte des droits — Fouilles,
perquisitions et saisies — Validité de la fouille — Obten­­
tion par la police d’un mandat ne précisant pas les
motifs de la recherche de preuves confirmant l’identité
des propriétaires ou occupants d’une résidence et ne men­
tionnant pas la fouille d’ordinateurs et de téléphones
cellulaires — Le mandat de perquisition autorisait-il
dûment la recherche de documents confirmant l’identité
des propriétaires ou occupants? — Le mandat autorisait-il
la fouille des ordinateurs et du téléphone cellulaire? —
Si la fouille était illégale, la preuve obtenue devait-elle
être écartée? — Charte canadienne des droits et libertés,
art. 8, 24(2).
The appellant was charged with production of mari­
juana, possession of marijuana for the purpose of traf­
fick­ing, and theft of electricity. The police had obtained a
warrant authorizing the search of a resi­dence for evi­dence
of theft of electricity, including documenta­tion iden­tify­
ing the owners and/or occupants of the resi­dence. Even
L’appelant a été accusé de production de marijuana,
de possession de marijuana en vue d’en faire le trafic et
de vol d’électricité. Les policiers ont obtenu un mandat
les autorisant à perquisitionner dans une résidence pour y
rechercher des preuves de vol d’électricité, y compris des
documents identifiant les propriétaires et/ou occupants
658
R.
v.
[2013] 3 S.C.R.
VU
though the Information to Obtain (“ITO”) indicated that
the police intended to search for “com­puter gener­ated
notes”, the warrant did not specifically refer to comput­
ers or authorize the search of computers. In the course
of their search of the residence, police found marijuana,
two computers and a cellular telephone. A search of the
de­vices revealed evidence that the appellant was the oc­
cupant. At trial, he claimed that the searches had vio­
lated his s. 8 Charter rights. The trial judge concluded
that the ITO did not establish reasonable grounds to
believe that documents identifying the owners and/or
occu­pants would be found in the residence and so the
war­rant could not authorize the search for them. Fur­ther,
the police were not authorized to search the per­sonal
com­puters and cellular telephone because those devices
were not spe­cif­i­cally mentioned in the warrant. She ex­
cluded most of the evidence found as a result of these
searches and acquitted the appellant of the drug charges.
The Court of Appeal set aside the acquittals and or­dered
a new trial on the grounds that the warrant had prop­
erly authorized the searches and that there had been no
breach of the appellant’s s. 8 Charter rights.
Held: The appeal should be dismissed.
de la résidence. Même si la Dénonciation en vue d’obte­
nir un mandat de perquisition (« Dénonciation ») indi­
quait que les policiers entendaient chercher « des notes
générées par ordinateur », le mandat ne faisait pas expres­
sément mention des ordinateurs et n’autorisait pas non
plus la fouille de tels appareils. Durant la perquisi­tion
dans la résidence, les policiers ont trouvé de la mar­i­
juana, deux ordinateurs et un téléphone cellulaire. La
fouille de ces appareils a permis de découvrir des élé­
ments de preuve établissant que l’appelant était l’occu­
pant de la résidence. Au procès, l’appelant a soutenu
que les fouil­les avaient violé les droits que lui garantit
l’art. 8 de la Charte. La juge de première instance a con­
clu que la Dénon­ciation ne démontrait pas l’existence
de motifs rai­sonnables de croire que des documents
con­firmant l’identité des propriétaires et/ou occupants
seraient trouvés dans la résidence, et qu’en conséquence
le man­dat ne pouvait autoriser leur recherche. En outre,
les policiers n’étaient pas autorisés à fouiller les ordina­
teurs personnels et le téléphone cellulaire, parce que ces
appareils n’étaient pas expressément mentionnés dans
le mandat. La juge de première instance a écarté la plu­
part des éléments de preuve découverts par suite de ces
fouilles, et elle a acquitté l’appelant des accusations liées
à la drogue. La Cour d’appel a annulé les acquitte­ments
et ordonné la tenue d’un nouveau procès, au motif que
le mandat avait dûment autorisé les fouilles et qu’il n’y
avait eu aucune violation des droits garantis à l’appe­
lant par l’art. 8 de la Charte.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
The traditional legal framework holds that once po­
lice obtain a warrant to search a place for certain things,
they do not require specific, prior authorization to search
in receptacles such as cupboards and filing cabinets.
The question in this case is whether this framework is
appropriate for computer searches. Computers differ in
important ways from the receptacles governed by the
traditional framework and computer searches give rise
to particular privacy concerns that are not sufficiently
addressed by that approach.
Selon le cadre juridique traditionnel, lorsque des poli­
ciers obtiennent un mandat les autorisant à perquisi­
tionner dans un lieu et à y chercher certaines choses, ils
n’ont pas besoin d’obtenir une autorisation expresse préa­
lable pour fouiller dans des contenants tels que des pla­
cards et des classeurs. Il s’agit en l’espèce de déter­miner
si ce cadre juridique convient à la fouille des ordi­nateurs.
Les ordinateurs diffèrent à bien des égards des contenants
visés par le cadre juridique traditionnel, et la fouille des
ordinateurs soulève, en matière de respect de la vie pri­
vée, des préoccupations particulières dont ne tient pas
suffisamment compte cette approche.
The first issue that arises in this case is whether the
search warrant properly permitted a search for documents
identifying the owners and/or occupants. Although the
trial judge found that the ITO did not contain a statement
by its author that there were reasonable grounds to be­lieve
that such documents would be found in the residence,
the ITO set out facts sufficient to allow the authorizing jus­
tice to reasonably draw that inference. The search for such
La première question soulevée en l’espèce consiste à
déterminer si le mandat de perquisition autorisait dûment
la recherche de documents identifiant les propriétaires et/
ou occupants. Bien que la juge de première instance ait
conclu que la Dénonciation ne contenait aucune décla­
ration de son auteur indiquant qu’il existait des motifs
raisonnables de croire que de tels documents seraient
découverts dans la résidence, la Dénonciation énon­çait
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
659
ma­terial, therefore, did not breach the appellant’s rights
un­der s. 8 of the Charter.
suffisamment de faits pour permettre au juge de paix saisi
de la demande d’autorisation de tirer raison­nable­ment
cette inférence. Les fouilles visant de tels documents n’ont
donc pas violé les droits garantis à l’appelant par l’art. 8
de la Charte.
The second issue is whether the warrant authorized
the search of the computers and cellular telephone.
Section 8 of the Charter — which gives everyone the
right to be free of unreasonable searches and seizures
— seeks to strike an appropriate balance between the
right to be free of state interference and the legiti­mate
needs of law enforcement. This balance is generally
achieved in two main ways. First, the police must obtain
judicial authorization for a search before they conduct
it, usually in the form of a search warrant. Second, an au­
thorized search must be conducted in a reasonable man­
ner, ensuring that the search is no more intrusive than
is reasonably necessary to achieve its objectives. The
pri­vacy interests implicated by computer searches are
markedly different from those at stake in searches of
receptacles such as cupboards and filing cabinets. It is
difficult to imagine a more intrusive invasion of privacy
than the search of a personal or home computer. Com­
pu­ters potentially give police access to an almost un­lim­
ited universe of information that users cannot control,
that they may not even be aware of, may have tried to
erase and which may not be, in any meaningful sense,
lo­cated in the place of search. The numerous and strik­
ing differences between computers and traditional re­
ceptacles call for distinctive treatment under s. 8 of the
Charter. The animating assumption of the traditional
rule — that if the search of a place is justified, so is the
search of receptacles found within it — simply cannot
apply with respect to computer searches.
La deuxième question est de savoir si le mandat
autorisait la fouille des ordinateurs et du téléphone cel­
lulaire. L’article 8 de la Charte — qui confère à chacun
le droit à la protection contre les fouilles, les perqui­
sitions ou les saisies abusives — vise à établir un juste
équilibre entre le droit à la protection contre l’ingérence
de l’État et la nécessité légitime de faire respecter la
loi. Cet équilibre est généralement réalisé grâce à deux
moyens principaux. Premièrement, les policiers doivent
obtenir des tribunaux l’autorisation d’effectuer une
perquisition avant de procéder à celle-ci, autorisation
qui prend habituellement la forme d’un mandat de per­
quisition. Deuxièmement, la perquisition ainsi autorisée
doit être effectuée d’une manière non abusive, ce qui
permet d’éviter que la perquisition ait un caractère plus
envahissant que ce qui est raisonnablement nécessaire
pour atteindre ses objectifs. Les intérêts en matière de
respect de la vie privée que met en jeu la fouille des
ordinateurs diffèrent nettement de ceux en cause lors
de la fouille de contenants tels des placards et des clas­
seurs. Il est difficile d’imaginer une atteinte plus grave
à la vie privée d’une personne que la fouille de son
ordi­nateur personnel. Les ordinateurs sont susceptibles
de donner aux policiers accès à un univers presque illi­
mité d’informations sur lesquelles les utilisateurs n’ont
aucune maîtrise, dont ils ne connaissent peut-être même
pas l’existence, qu’ils peuvent avoir tenté d’effacer,
et qui d’ailleurs pourraient fort bien ne pas se trouver
concrètement dans le lieu fouillé. Les différences nom­
breuses et frappantes entre les ordinateurs et les con­
tenants traditionnels commandent que ces objets soient
traités différemment pour l’application de l’art. 8 de la
Charte. L’hypothèse fondamentale à la base de la règle
traditionnelle — à savoir que si la perquisition effectuée
dans un lieu est justifiée, la fouille des con­tenants
découverts dans ce lieu l’est également — ne peut tout
simplement pas s’appliquer à la fouille des ordinateurs.
In effect, the privacy interests at stake when comput­
ers are searched require that those devices be treated, to
a certain extent, as a separate place. Prior authorization
of searches is a cornerstone of our search and seizure
law. The purpose of the prior authorization process is
to balance the privacy interest of the individual against
the interest of the state in investigating criminal activ­ity
before the state intrusion occurs. Only a specific, prior
au­thorization to search a computer found in the place
En effet, en raison des intérêts en matière de vie pri­
vée que soulève la fouille d’un ordinateur, un tel appa­
reil doit, dans une certaine mesure, être traité comme un
lieu distinct. L’autorisation préalable des per­quisitions
constitue une assise fondamentale de notre droit rela­
tif aux fouilles, perquisitions et saisies. L’objectif du
processus d’autorisation préalable est de mettre en
balance le droit à la vie privée du particulier et l’intérêt
de l’État à enquêter sur une activité criminelle, avant
660
R.
v.
VU
[2013] 3 S.C.R.
of search ensures that the authorizing justice has con­sid­
ered the full range of the distinctive privacy con­cerns
raised by computer searches and, having done so, has
de­cided that this threshold has been reached in the cir­
cumstances of a particular proposed search. This means
that if police intend to search any computers found
within a place they want to search, they must first satisfy
the authorizing justice that they have reasonable grounds
to believe that any computers they discover will contain
the things they are looking for. If police come across a
com­puter in the course of a search and their warrant does
not provide specific authorization to search computers,
they may seize the computer, and do what is necessary
to ensure the integrity of the data. If they wish to search
the data, however, they must obtain a separate warrant.
In this case, the authorizing justice was not required to
impose a search protocol in advance with conditions
limiting the manner of the search. While such conditions
may be appropriate in some cases, they are not, as a gen­
eral rule, constitutionally required.
que l’intrusion de l’État ne se produise. Seule une auto­
risation expresse préalable de fouiller des ordinateurs
susceptibles d’être découverts dans le lieu perquisitionné
garantit que le juge de paix qui a statué sur la demande
d’autorisation a pris en compte l’ensemble des préoc­
cupations distinctives en matière de vie privée que sou­
lève la fouille de ces appareils, puis déterminé que ce
critère était respecté eu égard aux circonstances de la
fouille particulière projetée. Cela signifie que, si des poli­
ciers entendent fouiller tout ordinateur trouvé dans le
lieu qu’ils souhaitent perquisitionner, ils doivent d’abord
convaincre le juge de paix saisi de la demande d’auto­
risation qu’ils possèdent des motifs raisonnables de
croire que les ordinateurs qu’ils pourraient découvrir
contiendront les choses qu’ils recherchent. Si, durant
une perquisition, les policiers trouvent un ordinateur
et que leur mandat ne les autorise pas expressément à
fouiller les ordinateurs, ils peuvent le saisir et prendre
les mesures nécessaires pour assurer l’intégrité des don­
nées. Toutefois, s’ils désirent consulter ces données, ils
doi­vent obtenir un mandat distinct. En l’espèce, le juge
de paix saisi de la demande d’autorisation n’était pas tenu
d’impo­ser à l’avance un protocole de perquisition assorti
de conditions limitant la façon de procéder à la fouille.
Quoique de telles conditions puissent convenir dans cer­
tains cas, elles ne sont pas, en règle générale, requises
par la Constitution.
Having found that the search here was unlawful, the
final issue is whether the evidence obtained should be
excluded. Section 24(2) of the Charter requires that evi­
dence obtained in a manner that infringes the rights of
an accused under the Charter be excluded from the trial
if it is established that “having regard to all the circum­
stances, the admission of it in the proceedings would bring
the administration of justice into disrepute”. Here, the
ITO did refer to the intention of the officers to search for
computer-generated documents and considering that the
state of the law with respect to computer searches was un­
certain when police carried out their investigation and the
otherwise reasonable manner in which the search was
conducted, the violation was not serious. Further, there
was a clear societal interest in adjudicating on their mer­
its charges of production and possession of marijuana for
the purpose of trafficking. Balancing these factors, the
evidence should not be excluded. The police believed on
reasonable grounds that the search of the computer was
authorized by the warrant. While every search of a per­
sonal or home computer is a significant invasion of pri­
vacy, the search here did not step outside the purposes
for which the warrant had been issued.
Comme il a été conclu que la fouille effectuée dans
la présente affaire était illégale, la dernière question qui se
pose est de savoir si la preuve obtenue devrait être écar­
tée. Le paragraphe 24(2) de la Charte exige que les élé­
ments de preuve obtenus d’une manière qui porte atteinte
aux droits garantis à l’accusé par la Charte soient écartés
du procès s’il est établi, « eu égard aux circonstances, que
leur utilisation est susceptible de déconsidérer l’admi­
nistration de la justice ». En l’espèce, la Dénonciation
faisait effectivement mention de l’intention des policiers
de rechercher des documents générés par ordinateur et,
vu l’état incertain du droit applicable à la fouille d’ordi­
nateurs au moment où les policiers ont effectué leur
enquête et la manière par ailleurs non abusive dont la
fouille a été effectuée, la violation n’était pas grave. En
outre, il était manifestement dans l’intérêt de la société
que des accusations de production et de possession de
marijuana en vue d’en faire le trafic soient jugées au fond.
Il ressort de la mise en balance de ces différents facteurs
que les éléments de preuve ne doivent pas être écartés.
Les policiers possédaient des motifs raisonnables de
croire que la fouille de l’ordinateur était autorisée par le
mandat. Bien que toute fouille d’un ordinateur personnel
constitue une atteinte importante à la vie privée, la fouille
effectuée en l’espèce n’a pas débordé les objectifs pour
lesquels le mandat avait été décerné.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
661
Cases Cited
Jurisprudence
Applied: Hunter v. Southam Inc., [1984] 2 S.C.R.
145; R. v. Grant, 2009 SCC 32, [2009] 2 S.C.R. 353; re­
ferred to: R. v. Araujo, 2000 SCC 65, [2000] 2 S.C.R.
992; R. v. Morelli, 2010 SCC 8, [2010] 1 S.C.R. 253; R.
v. Shiers, 2003 NSCA 138, 219 N.S.R. (2d) 196; R. v.
Sanchez (1994), 93 C.C.C. (3d) 357; R. v. Allain (1998),
205 N.B.R. (2d) 201; R. v. E. Star International Inc., 2009
ONCJ 576 (CanLII); BGI Atlantic Inc. v. Canada (Minis­
ter of Fisheries and Oceans), 2004 NLSCTD 165, 241
Nfld. & P.E.I.R. 206; R. v. Charles, 2012 ONSC 2001, 258
C.R.R. (2d) 33; R. v. Cole, 2012 SCC 53, [2012] 3 S.C.R.
34; R. v. Plant, [1993] 3 S.C.R. 281; R. v. Mohamad
(2004), 69 O.R. (3d) 481; R. v. Boudreau-Fontaine, 2010
QCCA 1108 (CanLII); Descôteaux v. Mierzwinski, [1982]
1 S.C.R. 860; Lavallee, Rackel & Heintz v. Canada (At­
torney General), 2002 SCC 61, [2002] 3 S.C.R. 209;
United States v. Carey, 172 F.3d 1268 (1999); United
States v. Burgess, 576 F.3d 1078 (2009); United States v.
Christie, 717 F.3d 1156 (2013); R. v. Côté, 2011 SCC 46,
[2011] 3 S.C.R. 215.
Arrêts appliqués : Hunter c. Southam Inc., [1984] 2
R.C.S. 145; R. c. Grant, 2009 CSC 32, [2009] 2 R.C.S.
353; arrêts mentionnés : R. c. Araujo, 2000 CSC
65, [2000] 2 R.C.S. 992; R. c. Morelli, 2010 CSC 8,
[2010] 1 R.C.S. 253; R. c. Shiers, 2003 NSCA 138,
219 N.S.R. (2d) 196; R. c. Sanchez (1994), 93 C.C.C.
(3d) 357; R. c. Allain (1998), 205 R.N.-B. (2e) 201; R.
c. E. Star International Inc., 2009 ONCJ 576 (CanLII);
BGI Atlantic Inc. c. Canada (Minister of Fisheries and
Oceans), 2004 NLSCTD 165, 241 Nfld. & P.E.I.R. 206;
R. c. Charles, 2012 ONSC 2001, 258 C.R.R. (2d) 33; R.
c. Cole, 2012 CSC 53, [2012] 3 R.C.S. 34; R. c. Plant,
[1993] 3 R.C.S. 281; R. c. Mohamad (2004), 69 O.R.
(3d) 481; R. c. Boudreau-Fontaine, 2010 QCCA 1108
(CanLII); Descôteaux c. Mierzwinski, [1982] 1 R.C.S.
860; Lavallee, Rackel & Heintz c. Canada (Procureur
général), 2002 CSC 61, [2002] 3 R.C.S. 209; United
States c. Carey, 172 F.3d 1268 (1999); United States c.
Burgess, 576 F.3d 1078 (2009); United States c. Christie,
717 F.3d 1156 (2013); R. c. Côté, 2011 CSC 46, [2011]
3 R.C.S. 215.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 8, 24(2).
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 186(4)(d),
326(1)(a), 487, 487.1, 488, 488.1.
Personal Information Protection and Electronic Doc­
uments Act, S.C. 2000, c. 5.
Charte canadienne des droits et libertés, art. 8, 24(2).
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 186(4)d),
326(1)a), 487, 487.1, 488, 488.1.
Loi sur la protection des renseignements personnels et
les documents électroniques, L.C. 2000, ch. 5.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Fontana, James A., and David Keeshan. The Law of
Search and Seizure in Canada, 8th ed. Markham,
Ont.: LexisNexis, 2010.
Gold, Alan D. “Applying Section 8 in the Digital World:
Seizures and Searches”. Paper prepared for the Law
Society of Upper Canada, 7th Annual Six-Minute Crim­
inal Defence Lawyer, June 9, 2007.
Kerr, Orin S. “Ex Ante Regulation of Computer Search
and Seizure” (2010), 96 Va. L. Rev. 1241.
Kerr, Orin S. “Searches and Seizures in a Digital World”
(2005), 119 Harv. L. Rev. 531.
LaFave, Wayne R. Search and Seizure: A Treatise on the
Fourth Amendment, 5th ed., vol. 2. St. Paul, Minn.:
West, 2012.
Robinton, Lily R. “Courting Chaos: Conflicting Guidance
from Courts Highlights the Need for Clearer Rules to
Govern the Search and Seizure of Digital Evidence”
(2010), 12 Yale J.L. & Tech. 311.
Fontana, James A., and David Keeshan. The Law of
Search and Seizure in Canada, 8th ed. Markham,
Ont. : LexisNexis, 2010.
Gold, Alan D. « Applying Section 8 in the Digital
World : Seizures and Searches ». Paper prepared for
the Law Society of Upper Canada, 7th Annual SixMinute Criminal Defence Lawyer, June 9, 2007.
Kerr, Orin S. « Ex Ante Regulation of Computer Search
and Seizure » (2010), 96 Va. L. Rev. 1241.
Kerr, Orin S. « Searches and Seizures in a Digital World »
(2005), 119 Harv. L. Rev. 531.
LaFave, Wayne R. Search and Seizure : A Treatise on the
Fourth Amendment, 5th ed., vol. 2. St. Paul, Minn. :
West, 2012.
Robinton, Lily R. « Courting Chaos : Conflicting Guid­
ance from Courts Highlights the Need for Clearer
Rules to Govern the Search and Seizure of Digital
Evidence » (2010), 12 Yale J.L. & Tech. 311.
662
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
APPEAL from a judgment of the British
Columbia Court of Appeal (Low, Levine and
Frankel JJ.A.), 2011 BCCA 536, 315 B.C.A.C. 36,
535 W.A.C. 36, 92 C.R. (6th) 15, 250 C.R.R. (2d) 108,
285 C.C.C. (3d) 160, [2011] B.C.J. No. 2487 (QL),
2011 CarswellBC 3551, setting aside the ac­quit­
tals entered by Bruce J., 2010 BCSC 2012, [2010]
B.C.J. No. 2963 (QL), 2010 CarswellBC 4018, and
ordering a new trial. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de
la Colombie-Britannique (les juges Low, Levine et
Frankel), 2011 BCCA 536, 315 B.C.A.C. 36, 535
W.A.C. 36, 92 C.R. (6th) 15, 250 C.R.R. (2d) 108,
285 C.C.C. (3d) 160, [2011] B.C.J. No. 2487 (QL),
2011 CarswellBC 3551, qui a annulé les acquit­
tements prononcés par la juge Bruce, 2010
BCSC 2012, [2010] B.C.J. No. 2963 (QL), 2010
Carswell­BC 4018, et qui a ordonné la tenue d’un
nou­veau pro­cès. Pourvoi rejeté.
Elizabeth P. Lewis, Neil L. Cobb and Nancy Seto,
for the appellant.
Elizabeth P. Lewis, Neil L. Cobb et Nancy Seto,
pour l’appelant.
W. Paul Riley and Martha M. Devlin, Q.C., for
the respondent.
W. Paul Riley et Martha M. Devlin, c.r., pour
l’intimée.
Michal Fairburn and Lisa Henderson, for the in­
tervener the Attorney General of Ontario.
Michal Fairburn et Lisa Henderson, pour
l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Jolaine Antonio, for the intervener the Attorney
General of Alberta.
Jolaine Antonio, pour l’intervenant le procureur
général de l’Alberta.
Nader R. Hasan and Gerald J. Chan, for the
in­tervener the British Columbia Civil Liberties
Association.
Nader R. Hasan et Gerald J. Chan, pour
l’intervenante l’Association des libertés civiles de
la Colombie-Britannique.
David S. Rose and Allan Manson, for the in­
tervener the Canadian Civil Liberties Association.
David S. Rose et Allan Manson, pour l’inter­
venante l’Association canadienne des libertés civi­
les.
Paul J. I. Alexander, for the intervener the Crim­
inal Lawyers’ Association (Ontario).
Paul J. I. Alexander, pour l’intervenante Criminal
Lawyers’ Association (Ontario).
The judgment of the Court was delivered by
Cromwell J. —
Version française du jugement de la Cour rendu
par
Le juge Cromwell —
I. Introduction
I. Introduction
[1] In this case, the digital and Internet age meets
the law of search and seizure. The encounter raises
a novel issue: Does the traditional legal frame­
work require some updating in order to protect the
unique privacy interests that are at stake in com­
puter searches? The traditional legal framework
[1] Dans la présente affaire, l’ère du numérique
et d’Internet rencontre le droit relatif aux fouilles,
perquisitions et saisies. Cette rencontre soulève une
question inédite : Est-il nécessaire de procéder à une
certaine actualisation du cadre juridique tradition­
nel afin de protéger les intérêts uniques en matière
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
663
holds that once police obtain a warrant to search
a place for certain things, they can look for those
things anywhere in the place where they might
rea­sonably be; the police do not require specific,
prior authorization to search in receptacles such
as cupboards and filing cabinets. The question
before us is whether this framework is appropri­
ate for computer searches; in short, should our law
of search and seizure treat a computer as if it were
a filing cabinet or a cupboard?
de vie privée que met en jeu la fouille des ordina­
teurs? Selon le cadre juridique traditionnel, lorsque
des policiers obtiennent un mandat les autorisant à
perquisitionner dans un lieu et à y chercher certaines
choses, ils peuvent fouiller partout dans ce lieu où
ces choses pourraient raisonnablement se trouver.
Ils n’ont pas besoin d’obtenir une autorisation
expresse préalable pour fouiller dans des contenants
tels que des placards et des classeurs. La question
dont nous sommes saisis en l’espèce est celle de
savoir si ce cadre juridique convient à la fouille des
ordinateurs. Bref, nos règles de droit régissant les
fouilles, les perquisitions et les saisies devraientelles traiter les ordinateurs comme s’il s’agissait de
classeurs ou de placards?
[2] In my view, it should not. Computers differ in
important ways from the receptacles governed by
the traditional framework and computer searches
give rise to particular privacy concerns that are
not sufficiently addressed by that approach. One
cannot assume that a justice who has authorized
the search of a place has taken into account the pri­
vacy interests that might be compromised by the
search of any computers found within that place.
This can only be assured if, as is my view, the com­
puter search requires specific pre-authorization.
[2] À mon sens, elles ne devraient pas. Les ordi­
nateurs diffèrent à bien des égards des contenants
visés par le cadre juridique traditionnel, et la fouille
des ordinateurs soulève, en matière de respect de la
vie privée, des préoccupations particulières dont ne
tient pas suffisamment compte cette approche tra­
ditionnelle. On ne saurait présumer que le juge de
paix ayant autorisé des policiers à perquisition­ner
dans un lieu a pris en compte les intérêts en matière
de vie privée auxquels pourrait porter atteinte la
fouille des ordinateurs trouvés dans ce lieu. Le seul
moyen propre à assurer la prise en compte de ces
intérêts consiste selon moi à exiger que la fouille
d’un ordinateur fasse l’objet d’une autorisation
expresse préalable.
[3] In practical terms, the requirement of spe­
cific, prior authorization means that if police in­
tend to search computers found within a place
with re­spect to which they seek a warrant, they
must satisfy the authorizing justice that they have
reason­able grounds to believe that any compu­
ters they discover will contain the things they are
look­ing for. If, in the course of a warranted search,
po­lice come across a computer that may contain ma­
terial for which they are authorized to search but
the warrant does not give them specific, prior au­
thorization to search computers, they may seize the
device but must obtain further authorization before
it is searched.
[3] En pratique, voici ce que signifie l’obligation
d’obtenir une autorisation expresse préalable : si
les policiers ont l’intention de fouiller les ordina­
teurs se trouvant dans le lieu à l’égard duquel ils
sollici­tent un mandat, ils doivent convaincre le juge
de paix saisi de la demande d’autorisation qu’ils
ont des motifs raisonnables de croire que tout ordi­
na­teur qu’ils pourraient y trouver contiendra les
cho­ses qu’ils recherchent. Si, dans le cours d’une
per­quisition avec mandat, les policiers trouvent un
ordinateur susceptible de contenir des éléments
qu’ils sont autorisés à rechercher, et que le mandat
dont ils disposent ne les autorise pas de manière
expresse et préalable à fouiller des ordinateurs, ils
peuvent saisir l’appareil, mais doivent obtenir une
autre autorisation avant de le fouiller.
664
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
II. Overview and Issues
II. Aperçu et questions en litige
[4] The appellant was charged with production
of marijuana, possession of marijuana for the pur­
pose of trafficking, and theft of electricity. The
po­lice obtained a warrant authorizing the search
of a residence for evidence of theft of electricity, in­
clud­
ing documentation identifying the owners
and/or occupants of the residence. Even though the
In­formation to Obtain a Search Warrant (“ITO”)
in­dicated that the police intended to search for,
among other things, “computer generated notes”,
the warrant did not specifically refer to computers
or authorize the search of computers: A.R., vol. II,
at p. 112. In the course of their search of the resi­
dence, police found marijuana and they also dis­
cov­ered two computers and a cellular telephone. A
search of these devices led to evidence that the ap­
pellant was the occupant of the residence.
[4] L’appelant a été accusé de production de
marijuana, de possession de marijuana en vue d’en
faire le trafic et de vol d’électricité. Les policiers ont
obtenu un mandat les autorisant à perquisi­tion­ner
dans une résidence pour y rechercher des preuves
de vol d’électricité, y compris des documents iden­
tifiant les propriétaires et/ou occupants de la rési­
dence. Même si la Dénonciation en vue d’obtenir un
mandat de perquisition (« Dénoncia­tion ») indi­quait
que les policiers entendaient cher­cher notam­ment
[TRADUCTION] « des notes générées par ordinateur »,
le mandat ne faisait pas expressément mention des
ordinateurs et n’autori­sait pas non plus la fouille
de tels appareils : d.a., vol. II, p. 112. Durant la
per­quisition dans la rési­dence, les policiers ont
trouvé de la marijuana, en plus de découvrir deux
ordinateurs et un téléphone cellulaire. La fouille de
ces appareils a permis de découvrir des éléments de
preuve établissant que l’appelant était l’occupant de
la résidence.
[5] At trial, the appellant claimed that these
searches violated his rights under s. 8 of the Ca­
nadian Charter of Rights and Freedoms and asked
the judge to exclude the evidence found as a result.
The judge concluded that the ITO did not estab­lish
reasonable grounds to believe that documentation
identifying the owners and/or occupants would be
found in the residence and so the warrant could not
au­thorize the search for such documents. In ad­
di­tion, the trial judge found that police were not
authorized to search the personal computers and
cel­lular tele­phone because those devices were not
spe­cifically men­tioned in the warrant. She excluded
most of the evidence found as a result of these
searches and acquitted the accused of the drug
charges (2010 BCSC 2012 (CanLII)).
[5] Au procès, l’appelant a soutenu que ces
fouilles avaient violé les droits que lui garantit
l’art. 8 de la Charte canadienne des droits et liber­
tés, et il a demandé à la juge d’exclure les éléments
de preuve ainsi découverts. Celle-ci a conclu que la
Dénonciation ne démontrait pas l’existence de motifs
raisonnables de croire que des documents iden­tifiant
les propriétaires et/ou occupants se trouve­raient
dans la résidence, et qu’en conséquence le mandat ne
pouvait autoriser la recherche de tels documents. La
juge de première instance a en outre conclu que les
policiers n’étaient pas autorisés à fouiller les ordi­
nateurs personnels et le téléphone cel­lulaire, parce
que ces appareils n’étaient pas expres­sément men­
tion­nés dans le mandat. Elle a écarté la plupart des
éléments de preuve découverts par suite de ces fouil­
les, et elle a acquitté l’accusé des accusations liées
à la dro­gue (2010 BCSC 2012 (CanLII)).
[6] The Crown appealed and the Court of Appeal
set aside the acquittals and ordered a new trial (2011
BCCA 536, 315 B.C.A.C. 36). In the court’s view,
the warrant had properly authorized the searches
and there had been no breach of the appellant’s s. 8
Charter rights.
[6] Le ministère public a interjeté appel et la
Cour d’appel a annulé les acquittements et ordonné
la tenue d’un nouveau procès (2011 BCCA 536,
315 B.C.A.C. 36). De l’avis de la Cour d’appel, le
mandat avait dûment autorisé les fouilles et il n’y
avait eu aucune violation des droits garantis à l’appe­
lant par l’art. 8 de la Charte.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
665
[7] The appellant’s further appeal to this Court
raises three issues:
[7] Le pourvoi formé par l’appelant devant notre
Cour soulève trois questions :
1. Did the search warrant properly permit a search
for documentation identifying the owners and/
or occupants?
1. Le mandat de perquisition autorisait-il dûment
la recherche de documents identifiant les pro­
prié­taires et/ou occupants?
2. Did the warrant authorize the search of the
com­puters and cellular telephone?
2. Le mandat autorisait-il la fouille des ordinateurs
et du téléphone cellulaire?
3. If the search was unlawful, should the evidence
obtained be excluded?
3. Si la fouille était illégale, la preuve obtenue
devait-elle être écartée?
[8] On the first issue, I agree with the Court of Ap­
peal that the ITO established reasonable grounds to
believe that relevant documents would be found in
the residence. It follows that the warrant properly
au­thorized a search for that sort of material. On the
second issue, I agree with the trial judge that the
warrant did not authorize the search of the com­
put­ers and cellular telephone. However, I conclude
that the trial judge was wrong to exclude the evi­
dence found as a result. I would therefore dismiss
the appeal.
[8] Pour ce qui est de la première question, je
sous­cris à la conclusion de la Cour d’appel selon
laquelle la Dénonciation démontrait l’exis­tence
de motifs raisonnables de croire que des docu­
ments per­tinents se trouveraient dans la résidence.
Il s’ensuit que le mandat autorisait dûment la
recher­che de documents de cette nature. Quant à la
deuxième question, à l’instar de la juge de pre­mière
instance, j’estime que le mandat n’autorisait pas la
fouille des ordinateurs et du téléphone cellulaire.
Toute­fois, je conclus que la juge a eu tort d’écar­
ter les éléments de preuve ainsi découverts par suite
de cette fouille. Je rejetterais donc le pourvoi.
III. Analysis
III. Analyse
A. First Issue: Reasonable Grounds to Search for
Ownership or Occupancy Documentation
A. Première question : motifs raisonnables de
rechercher des documents confirmant l’identité
des propriétaires ou occupants
[9] I agree with the Court of Appeal that the facts
provided in the ITO were sufficient to support a
rea­sonable inference on the part of the issuing jus­
tice that documentation evidencing ownership or
occupancy would be found in the residence. The
trial judge, in concluding otherwise, did not show
sufficient deference to the issuing justice’s as­sess­
ment of the evidence. Some background about the
ITO and the decisions at trial and on appeal helps to
explain my conclusion.
[9] Je fais mienne la conclusion de la Cour
d’appel selon laquelle les faits énoncés dans la
Dénonciation étaient suffisants pour permettre
au juge de paix qui a décerné le mandat d’inférer
rai­sonnablement que des documents confirmant
l’identité des propriétaires ou occupants seraient
trouvés dans la résidence. Or, en tirant une conclu­
sion différente, la juge de première instance n’a
pas manifesté suffisamment de déférence envers
l’appréciation de la preuve par le juge de paix. Un
certain nombre de renseignements sur le contexte
de la Dénonciation et des décisions rendues au
pro­cès et en appel aideront à expliquer ma propre
conclusion.
666
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
[10] On August 31, 2007, Mr. Hall, a subcon­
tractor of British Columbia Hydro, informed po­
lice that a service check of the hydro meter outside
premises on 84 Avenue in Langley showed that
elec­tricity was being diverted and used without
being recorded for billing purposes. B.C. Hydro
records listed Foh Hiong as the subscriber for the
electrical service at the property. Having received
this information, Constable Carter searched the
RCMP computer system and determined that the
current owner of the residence was Thanh L. Vu. He
found that there was no homeowner grant being
claimed for the residence and there was no business
licence associated with it. Cst. Carter drove by the
res­idence and made observations of its style (a twostorey house with a basement) and address as well
as the location of the hydro-meter. He contacted
Mr. Hall on September 6, 2007, to confirm that: no
B.C. Hydro employee had removed any hydroelectrical diversion from the residence; Mr. Hall still
believed a theft of electricity was ongoing; and the
subscriber’s name on the B.C. Hydro account was
still the same. Using this information, Cst. Carter
swore an ITO for the premises for the purpose of
lo­cating evidence of a theft of electricity.
[10] Le 31 août 2007, M. Hall, un sous-traitant
de British Columbia Hydro, a informé la police
qu’une vérification du compteur d’électricité exté­
rieur d’une propriété située sur l’avenue 84 à
Langley avait révélé que de l’électricité était détour­
née et utilisée sans que cette consommation soit
enregistrée et facturée. Les dossiers de B.C. Hydro
indiquaient que l’abonné aux services d’électricité
pour la propriété s’appelait Foh Hiong. Après avoir
reçu ces renseignements, l’agent Carter a effectué
des recherches dans le système infor­matique de
la GRC et déterminé que le proprié­taire de la rési­
dence se nommait Thanh L. Vu. Il a aussi constaté
qu’aucune subvention aux pro­priétaires n’était
récla­mée à l’égard de la résidence et que celle-ci
ne faisait l’objet d’aucun permis d’exploitation
commerciale. L’agent Carter est ensuite passé en
voiture devant la résidence et a noté des observa­
tions sur le type de construction de celle-ci (maison
à deux étages avec sous-sol), son adresse ainsi que
l’emplacement du compteur. Le 6 septembre 2007,
il a communiqué avec M. Hall pour obtenir la con­
firmation de ce qui suit : aucun employé de B.C.
Hydro n’avait enlevé de dispositifs de détourne­
ment d’hydro-électricité de la rési­dence; M. Hall
croyait encore qu’un vol d’électri­cité continuait
d’avoir lieu; le nom de l’abonné sur le compte de
B.C. Hydro était toujours le même. S’appuyant sur
ces renseignements, l’agent Carter a préparé une
dénonciation sous serment en vue d’obtenir un man­
dat de perquisition visant les lieux en question
afin d’y rechercher des éléments de preuve de vol
d’élec­tricité.
[11] The ITO indicated that Cst. Carter intended
to seize any evidence supporting a charge of theft of
electricity contrary to s. 326(1)(a) of the Criminal
Code, R.S.C. 1985, c. C-46. In particular, he in­
tended to seize all equipment and parts utilized to
divert electricity, including: “. . . meter bases, the
elec­trical meters, new and used BC Hydro meter
seals, typed, written or computer generated notes
relative to the theft of the hydro electricity and re­
cords and documentation relating to occupancy and
control over the property and electrical services
sup­plied”: A.R., vol. II, at p. 112.
[11] La Dénonciation indiquait que l’agent Carter
entendait saisir tout élément de preuve étayant
une accusation de vol d’électricité en violation
de l’al. 326(1)a) du Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C-46. En particulier, il entendait saisir tout
équipement ou composant utilisé pour détourner
l’électricité, y compris : [TRADUCTION] « . . . les
socles, les compteurs d’électricité, les sceaux —
neufs et usagés — du compteur de B.C. Hydro, les
notes dactylographiées, manuscrites ou générées
par ordinateur se rapportant au vol d’électricité,
ainsi que les relevés et documents relatifs à l’occu­
pation de la propriété et au contrôle exercé sur
celle-ci et les services électriques fournis » : d.a.,
vol. II, p. 112.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
667
[12] A Justice of the Peace issued a search warrant
authorizing seizure of “[a]ll equipment and parts
utilized to divert electricity, including the meter
bases, electrical meters, electrical wires, hydro by­
pass connections [as well as] [d]ocumentation iden­
ti­fying ownership and/or occupancy of the prop­erty”
relevant to an investigation of the offence: A.R.,
vol. II, at p. 109.
[12] Un juge de paix a délivré un mandat de
per­quisition autorisant la saisie de [TRADUCTION]
« [t]out équipement ou composant utilisé pour
détourner l’électricité, y compris les socles, les com­
pteurs d’électricité, les fils électriques, les disposi­
tifs de détournement d’électricité [ainsi que] [l]es
documents identifiant les propriétaires et/ou occu­
pants de la propriété » pertinents pour les besoins
d’une enquête sur l’infraction : d.a., vol. II, p. 109.
[13] The appellant argued at trial that the search
for documents relating to ownership and occupa­
tion violated his rights under s. 8 of the Charter to
be free from unreasonable searches and seizures.
He submitted that the warrant should not have
authorized a search for that sort of documentation
because the ITO did not set out reasonable grounds
to believe that ownership documentation would be
found in the residence.
[13] Au procès, l’appelant a plaidé que les fouilles
effectuées pour chercher des documents permettant
d’identifier les propriétaires et occupants avaient
violé le droit à la protection contre les fouilles, les
perquisitions ou les saisies abusives que lui garan­
tit l’art. 8 de la Charte. Il a soutenu que le mandat
n’au­rait pas dû autoriser les policiers à procéder à
des fouilles visant des documents de cette nature,
étant donné que la Dénonciation ne faisait pas état
de motifs raisonnables de croire que des documents
relatifs à l’identité des propriétaires seraient décou­
verts dans la résidence.
[14] On the voir dire at trial, Cst. Carter agreed
that the ITO contained no statement concerning
his grounds to believe that documents evidencing
ownership or occupation would be found in the res­
idence. The trial judge found that “[t]he ITO does
not contain a statement by its author that there are
reasonable grounds to believe that documents evi­
dencing ownership or occupation will be found in
the Residence. Nor does the ITO contain any facts
to support such a belief by Cst. Carter who drafted
the ITO” (voir dire decision, 2010 BCSC 1260, 218
C.R.R. (2d) 98, at para. 54). She concluded there­
fore that the ITO could not support a search warrant
for documents evidencing ownership or occupation
(para. 54).
[14] Lors du voir-dire au procès, l’agent Carter a
reconnu que la Dénonciation ne renfermait aucune
déclaration concernant les motifs pour lesquels il
croyait que des documents confirmant l’identité des
propriétaires ou occupants seraient découverts dans
la résidence. La juge de première instance a conclu
que [TRADUCTION] « [l]a Dénonciation ne contient
aucune déclaration de son auteur indiquant qu’il
existe des motifs raisonnables de croire que des
docu­ments confirmant l’identité des propriétaires
ou occupants seront découverts dans la résidence.
La Dénonciation ne mentionne pas non plus de
faits appuyant la conviction de l’agent Carter à cet
égard, l’auteur de la Dénonciation » (décision sur le
voir-dire, 2010 BCSC 1260, 218 C.R.R. (2d) 98,
par. 54). Elle a en conséquence conclu que la
Dénon­ciation ne pouvait justifier la délivrance d’un
mandat de perquisition permettant de chercher des
documents confirmant l’identité des propriétaires
ou occupants (par. 54).
[15] The Court of Appeal found that this was an
error. According to the court, the trial judge had reweighed the grounds set out in the ITO and sub­
stituted her view of the sufficiency of the evi­dence
[15] La Cour d’appel a jugé qu’il s’agissait
là d’une erreur. Selon elle, la juge de première
instance avait réévalué les motifs énoncés dans
la Dénonciation et substitué son opinion sur le
668
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
for that of the issuing justice. In my re­spect­ful view,
the Court of Appeal was on firm ground in reaching
this conclusion.
caractère suffisant de la preuve à celle du juge de
paix qui avait décerné le mandat. À mon humble
avis, cette conclusion de la Cour d’appel reposait
sur de solides assises.
[16] The question for the reviewing judge is
“whether there was reliable evidence that might
rea­sonably be believed on the basis of which the
autho­rization could have issued, not whether in
the opinion of the reviewing judge, the applica­
tion should have been granted at all by the autho­
riz­ing judge”:  R. v. Araujo, 2000 SCC 65, [2000] 2
S.C.R. 992, at para. 54 (emphasis deleted); R.
v. Morelli, 2010 SCC 8, [2010] 1 S.C.R. 253, at
para. 40. In ap­plying this test, the reviewing judge
must take into account that authorizing justices
may draw rea­sonable inferences from the evidence
in the ITO; the informant need not underline the
obvious: R. v. Shiers, 2003 NSCA 138, 219 N.S.R.
(2d) 196, at para. 13; R. v. Sanchez (1994), 93 C.C.C.
(3d) 357 (Ont. Ct. (Gen. Div.)), at pp. 364-65; R. v.
Allain (1998), 205 N.B.R. (2d) 201 (C.A.), at para. 11.
[16] Le juge qui siège en révision doit trancher
la question de savoir « s’il existait quelque élé­
ment de preuve fiable auquel le juge aurait pu
raisonnablement ajouter foi pour accorder l’auto­
risation, et non si, de l’avis du juge siégeant en
révi­sion, le juge saisi de la demande d’autorisa­tion
aurait dû y faire droit » : R. c. Araujo, 2000 CSC
65, [2000] 2 R.C.S. 992, par. 54 (soulignement omis);
R. c. Morelli, 2010 CSC 8, [2010] 1 R.C.S. 253, par. 40.
En appliquant ce critère, le juge sié­geant en révision
doit se rappeler que le juge de paix saisi de la demande
d’autorisation peut tirer des inférences raisonnables de
la preuve présentée dans la dénonciation; l’auteur de
la dénonciation n’est pas tenu de souligner à grands
traits ce qui est par ailleurs évident : R. c. Shiers, 2003
NSCA 138, 219 N.S.R. (2d) 196, par. 13; R. c. Sanchez
(1994), 93 C.C.C. (3d) 357 (C. Ont. (Div. gén.)), p. 364-­
365; R. c. Allain (1998), 205 R.N.-B. (2e) 201 (C.A.),
par. 11.
[17] The ITO set out facts sufficient to allow the
au­thorizing justice to reasonably draw the in­ference
that there were reasonable grounds to be­lieve that
documents evidencing ownership or occupation
would be found in the residence: A.R., vol. II, at
p. 112. In particular, the ITO referred to the prem­
ises to be searched as a “residence” and as a “two
(2) story house” (p. 111). It also indicated that the
appellant owned the property and that electricity
was being consumed there (pp. 110-11). In my
view, it is a reasonable inference that a residence
would be the place to look for documents evidenc­
ing ownership or occupation. Where else would one
expect to find such documents if not in the residence
itself? Moreover, I think that the authorizing justice
could reasonably infer that a place was being oc­
cupied as a residence from the fact that electricity
was being consumed at that place and that it had an
owner.
[17] La Dénonciation énonçait suffisamment
de faits pour permettre au juge de paix saisi de la
demande d’autorisation d’inférer raisonnablement
qu’il existait des motifs raisonnables de croire que
des documents confirmant l’identité des proprié­
taires ou occupants seraient découverts dans la
rési­dence : d.a., vol. II, p. 112. En particulier, la
Dénon­ciation décrivait les lieux visés par la per­
qui­sition comme étant une [TRADUCTION] « rési­
dence » et une « maison à deux (2) étages » (p. 111).
Elle indiquait également que l’appelant était le
propriétaire des lieux et que de l’élec­tricité y était
consommée (p. 110-111). À mon avis, il est rai­son­
nable d’inférer qu’une rési­dence est l’endroit où il
faut regarder pour trouver des docu­ments confir­
mant l’identité de ses pro­pri­étaires ou occu­pants. À
quel autre endroit pourrait-on s’atten­dre à trouver
de tels documents, si ce n’est dans la rési­dence ellemême? Qui plus est, j’estime qu’il était rai­son­
nable pour le juge de paix saisi de la demande
d’autorisation d’inférer que la propriété était occu­
pée en tant que résidence, compte tenu du fait que
de l’électricité était consommée dans ce lieu et que
celui-ci avait un propriétaire.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
669
[18] I therefore conclude that the authorizing
justice could lawfully issue the warrant to search
for documents evidencing ownership or occupa­tion
of the property. The search for such material did
not breach the appellant’s rights under s. 8 of the
Charter.
[18] Par conséquent, je conclus que le juge de paix
saisi de la demande d’autorisation pou­vait légale­
ment décerner le mandat de perquisition auto­risant
la recherche de documents confirmant l’iden­tité
des propriétaires ou occupants de la pro­priété. Les
fouilles visant de tels documents n’ont pas violé les
droits garantis à l’appelant par l’art. 8 de la Charte.
B. Second Issue: The Computer Searches
B. Deuxième question : la fouille des ordinateurs
1.
Introduction
1.
Introduction
[19] I have concluded that the search warrant
authorized the police to search for documentation
identifying ownership and occupancy. The next is­
sue is whether the warrant permitted the police to
search for that sort of documentation on the com­
puters and cellular telephone found in the residence.
[19] J’ai conclu que le mandat de perquisition
autorisait les policiers à rechercher des documents
identifiant les propriétaires et les occupants. Il s’agit
maintenant de se demander si le mandat permettait
aux policiers de chercher ce genre de documents
dans les ordinateurs et le téléphone cellulaire trou­
vés dans la résidence.
[20] The appellant says that a computer search
requires specific pre-authorization in the warrant.
The Crown maintains that this is not necessary
because after-the-fact review of the reasonableness
of a computer search provides the protection guar­
anteed by s. 8 of the Charter. I agree with the ap­
pellant.
[20] L’appelant affirme que la fouille d’un ordi­
nateur doit faire l’objet d’une autorisation expresse
préalable dans le mandat. Pour sa part, le ministère
public soutient qu’une telle autorisation n’est pas
nécessaire, parce que le contrôle a posteriori du
carac­tère non abusif de la fouille d’un ordinateur
per­met d’assurer la protection garantie par l’art. 8
de la Charte. Je partage l’opinion de l’appelant.
[21] Section 8 of the Charter — which gives ev­ery­
one the right to be free of unreasonable searches
and seizures — seeks to strike an ap­propriate bal­
ance between the right to be free of state interfer­
ence and the legitimate needs of law enforce­ment.
In addi­tion to the overriding requirement that a
reasonable law must authorize the search, this bal­
ance is generally achieved in two main ways.
[21] L’article 8 de la Charte — qui confère à cha­
cun le droit à la protection contre les fouilles, les per­
quisitions ou les saisies abusives — vise à éta­blir un
juste équilibre entre le droit à la protection con­tre
l’ingérence de l’État et la nécessité légitime de faire
respecter la loi. En plus de l’exigence primor­diale
selon laquelle la perquisition doit être autorisée par
une loi non abusive, cet équilibre est généralement
réalisé grâce à deux moyens principaux.
[22] First, the police must obtain judicial au­
thorization for the search before they conduct it,
usually in the form of a search warrant. The prior
au­­­tho­rization requirement ensures that, before
a search is conducted, a judicial officer is sat­
is­fied that the public’s interest in being left alone
by government must give way to the govern­ment’s
in­terest in intruding on the individual’s privacy in
order to advance the goals of law enforcement:
Hunter v. Southam Inc., [1984] 2 S.C.R. 145, at p. 160.
[22] Premièrement, les policiers doivent obtenir
des tribunaux l’autorisation d’effectuer la perqui­
sition avant de procéder à celle-ci, autorisation qui
prend habituellement la forme d’un mandat de per­
quisition. Cette obligation d’obtenir une auto­ri­sa­
tion préalable fait en sorte que, avant l’exécu­tion de
la perquisition, un officier de justice est con­vaincu
que le droit du public de ne pas être importuné par
l’État doit céder le pas au droit de ce dernier de
s’immiscer dans la vie privée des particuliers afin
670
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
Sec­ond, an authorized search must be conducted in
a reasonable manner. This ensures that the search is
no more intrusive than is reasonably necessary to
achieve its objectives. In short, prior authorization
prevents unjustified intru­sions while the requirement
that the search be con­ducted reasonably limits
potential abuse of the authorization to search.
de veiller au respect de la loi : Hunter c. Southam
Inc., [1984] 2 R.C.S. 145, p. 160. Deuxièmement, la
per­quisition ainsi autorisée doit être effectuée d’une
manière non abusive. Cela permet d’éviter que la per­
quisition ait un caractère plus envahissant que ce
qui est raisonnablement nécessaire pour atteindre
ses objectifs. Bref, le fait d’exiger une autorisation
préalable prévient les intrusions injustifiées, alors
que celui d’exiger que la perquisition soit effectuée
d’une manière non abusive limite les risques que
l’on abuse de l’autorisation de perquisitionner qui
a été accordée.
[23] I accept the general proposition, as stated by
the Court of Appeal, that “[a] warrant authoriz­ing
a search of a specific location for specific things
confers on those executing that warrant the authority
to conduct a reasonable examination of anything at
that location within which the specified things
might be found” (para. 63). In other words, specific
prior authorization to search anything at that lo­
cation is not required. The question is whether this
general proposition applies to computers or whether
specific, prior authorization to search a computer is
required.
[23] Je souscris à la proposition générale qu’a
formulée dans les termes suivants la Cour d’appel :
[TRADUCTION] « Un mandat autorisant une per­
quisition dans un lieu précis pour chercher des cho­
ses précises confère aux personnes qui exécutent
ce mandat le pouvoir de procéder à un examen rai­
sonnable de tout élément se trouvant à cet endroit
et dans lequel les choses précisées pourraient être
découvertes » (par. 63). Autrement dit, une auto­
risation expresse préalable de fouiller tout ce qui
se trouve dans le lieu en question n’est pas requise.
Toutefois, la question qui se pose consiste à déci­
der si cette proposition générale s’applique aux
ordinateurs ou si la fouille d’un ordinateur requiert
l’obtention d’une autorisation expresse préalable.
[24] The privacy interests implicated by com­­
puter searches are markedly different from those
at stake in searches of receptacles such as cup­
boards and filing cabinets. Computers potentially
give police ac­cess to vast amounts of information
that users can­­not control, that they may not even be
aware of or may have chosen to discard and which
may not be, in any meaningful sense, located in the
place of the search. These factors, understood in
light of the purposes of s. 8 of the Charter, call for
specific pre-authorization in my view.
[24] Les intérêts en matière de respect de la vie
privée que met en jeu la fouille des ordinateurs dif­
fèrent nettement de ceux en cause lors de la fouille
de contenants tels des placards et des classeurs. En
effet, les ordinateurs sont susceptibles de donner
aux policiers accès à de vastes quantités de données
sur lesquelles les utilisateurs n’ont aucune maî­
trise, dont ils ne connaissent peut-être même pas
l’existence ou dont ils peuvent avoir choisi de se
départir, et qui d’ailleurs pourraient fort bien ne pas
se trouver concrètement dans le lieu fouillé. Je suis
d’avis que, considérés au regard des objectifs visés
par l’art. 8 de la Charte, ces facteurs comman­dent
l’obtention d’une autorisation expresse préalable.
[25] Although I find that specific, prior autho­
rization was necessary before police could search
the devices found within the appellant’s residence, I
would not accept one of the intervener’s submissions
that the authorizing justice was required, in this
[25] Bien que je conclue que les policiers devaient
obtenir une autorisation expresse préala­ble avant
de pouvoir fouiller les appareils trouvés dans la rési­
dence de l’appelant, je ne puis accepter les obser­
vations de l’un des intervenants selon les­quelles
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
671
case, to impose a search protocol in advance with
conditions limiting the manner of search. While
such conditions may be appropriate in some cases,
they are not, as a general rule, constitutionally re­
quired and were not, in my view, required in this
case.
le juge de paix saisi de la demande d’auto­risation
était tenu, dans le présent cas, d’imposer à l’avance
un protocole de perquisition assorti de conditions
limitant la façon de procéder à la fouille. Quoique
de telles conditions puissent convenir dans certains
cas, elles ne sont pas, en règle générale, requises
par la Constitution et, à mon sens, elles n’étaient
pas nécessaires en l’espèce.
[26] Before turning to my reasons for these con­
clusions, I must briefly review the facts, decisions
and positions of the parties in relation to this issue.
[26] Avant d’exposer les motifs au soutien de ces
conclusions, je vais examiner brièvement les faits,
les décisions et les thèses des parties relativement à
cette question.
2.
Facts, Decisions and Positions of the
Parties
2.
Faits, décisions et thèses des parties
(a)
The Search
a)
La perquisition
[27] On September 6, 2007, Cst. Carter and sev­
eral other officers entered the residence pursuant to
the warrant. A cursory search led to the discovery of
mar­i­juana growing in the basement. The officers
also found two computers and a cellular telephone
in the living room. Cst. Carter searched the first com­
puter, which was connected to a security system that
mon­itored the front of the residence by means of a
video camera. Examining the footage stored in the
computer, he located images of a black Honda CRV
in the driveway of the residence. The RCMP’s da­
tabase confirmed that the appellant was the reg­istered
owner of a 2007 black Honda CRV, that he had a B.C.
driver’s licence, and that he had a regis­tered address
on Quintette Crescent in Coquitlam, B.C.
[27] Le 6 septembre 2007, l’agent Carter et plu­
sieurs autres agents sont entrés dans la résidence
sous l’autorité du mandat. Une fouille som­maire
a permis de découvrir une culture de marijuana au
sous-­sol. Les agents ont également trouvé deux ordi­
nateurs et un téléphone cellulaire dans le salon.
L’agent Carter a fouillé le premier ordi­
na­
teur,
lequel était connecté à un système de sécurité qui
surveillait le devant de la résidence au moyen d’une
caméra vidéo. En examinant la vidéo archi­vée dans
l’ordinateur, il a repéré des images d’une Honda
CRV noire dans l’entrée de la résidence. La base
de données de la GRC a confirmé que l’appe­lant
était enregistré à titre de propriétaire d’une Honda
CRV noire 2007, qu’il était titulaire d’un permis de
conduire de la C.-B. et qu’il possédait une adresse
légale sur Quintette Crescent à Coquitlam, en C.-B.
[28] Cst. George searched the second computer
which was running an online chat program called
MSN. The last user was still signed in and by ac­
tivating the MSN icon and bringing up the open file
Cst. George was able to see that the user was signed
in with the email address raymondvu@hotmail.com.
A Facebook account in the name of Raymond Vu
was also open. Cst. George searched the com­puter’s
database for photographs by using the “Start”
menu and the “Search” function which per­mits a
search for any photographs or video files. He also
searched for any relevant documents on MS-DOS
[28] L’agent George a fouillé le second ordinateur
sur lequel un logiciel de clavardage en ligne appelé
MSN était en marche. Le dernier utilisateur était
tou­jours connecté et, en activant l’icône MSN et en
cli­quant sur le document ouvert, l’agent George a
pu voir que l’utilisateur était connecté au moyen de
l’adresse électronique raymondvu@hotmail.com.
Un compte Facebook au nom de Raymond Vu était
également ouvert. En utilisant le menu « Démarrer »
et la fonction « Rechercher », laquelle permet de
recher­cher des documents photo ou vidéo, l’agent a
aussi fouillé dans la base de données de l’ordinateur
672
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
or WordPerfect. The search turned up the résumé of
Raymond Vu, of which another officer took a photo­
graph. Cst. George did not take many notes during
his search and could not recall the steps he took in
the process.
à la recherche de photos. Il a également recherché
tout document pertinent dans MS-DOS ou Word­
Perfect. Cette recherche a permis de découvrir le
curriculum vitae de Raymond Vu, dont un autre
agent a pris une photo. L’agent George n’a pas pris
beaucoup de notes durant sa fouille et il ne pouvait
se souvenir des différentes opérations qu’il avait
effectuées à l’occasion de celle-ci.
[29] On October 18, 2007, Cst. George obtained
the serial number for a computer modem found at
the residence and filed a request under the Personal
In­formation Protection and Electronic Documents
Act, S.C. 2000, c. 5, to obtain the name of the sub­
scriber. His report to the Crown indicated that the
sub­scriber was Luan Vu, although Cst. George ac­
knowl­edged that this person was not a current sub­
scriber.
[29] Le 18 octobre 2007, l’agent George a obtenu
le numéro de série d’un modem d’ordinateur trouvé
dans la résidence et il a déposé, en vertu de la Loi
sur la protection des renseignements personnels
et les documents électroniques, L.C. 2000, ch. 5,
une demande en vue d’obtenir le nom de l’abonné.
Dans le rapport qu’il a présenté au ministère public,
il a indiqué que l’abonné s’appelait Luan Vu, recon­
naissant toutefois que cette personne n’était pas un
abonné à ce moment.
[30] Cst. Carter searched the Sony Ericsson model
cellular telephone found in the living room. Stored
in the phone’s database, he discovered a photo of
an Asian male, whom Cst. Carter identified as the
appellant.
[30] L’agent Carter a fouillé le téléphone cellu­
laire (de modèle Sony Ericsson) trouvé dans le
salon de la résidence. Dans la base de données du
téléphone, il a découvert la photo d’un homme asia­
tique, qu’il a identifié comme étant l’appelant.
[31] Cst. MacNeil was the exhibits officer for
the search. He seized the two computers, the cel­
lular telephone, a power cord for the phone, and a
zip drive (a portable computer storage device). He
ap­plied for and obtained a detention order to per­
mit the RCMP to retain the two computers and the
cellular telephone. The detention order was valid
for a period of 90 days unless charges were laid be­
fore its expiry.
[31] L’agent MacNeil, qui était l’agent chargé
des pièces à conviction lors de la perquisition, a
saisi les deux ordinateurs, le téléphone cellulaire,
le cordon d’alimentation du téléphone ainsi qu’un
lecteur zip (dispositif de stockage portable pour
ordinateur). Il a demandé et obtenu une ordonnance
de détention pour permettre à la GRC de conserver
les deux ordinateurs et le téléphone cellulaire. Cette
ordonnance était valide pour 90 jours à moins que
des accusations ne soient portées avant l’expiration
de cette période.
[32] On January 6, 2008, a few days after the de­
tention order had expired, Sgt. Wilde carried out a
second search of the security computer. Cst. George
had made a DVD of all the footage in the database
but it had been lost. Sgt. Wilde prepared a number
of still shots which depicted a vehicle arriving at
the residence and a male attending the residence
in the five days preceding the execution of the
search warrant. Sgt. Wilde admitted that he inten­
tion­ally had not made any notes of his search of the
[32] Le 6 janvier 2008, quelques jours après
l’expi­ration de l’ordonnance de détention, le ser­
gent Wilde a fouillé une deuxième fois l’ordinateur
du système de sécurité. L’agent George avait trans­
féré sur un DVD toutes les images figurant dans
la base de données, mais ce DVD avait été égaré.
Le sergent Wilde a préparé un certain nombre de
pho­tos qui montraient un véhicule arrivant à la rési­
dence et un homme se présentant à celle-ci dans les
cinq jours qui ont précédé l’exécution du man­dat
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
673
com­puters at the residence to ensure he would not
have to testify in court about the search.
de perquisition. Le sergent Wilde a admis qu’il
avait intentionnellement omis de prendre des notes
concernant la fouille des ordinateurs à la résidence
pour s’assurer de ne pas avoir à témoigner en cour
à ce sujet.
(b)
Decisions
b)
Décisions
[33] The trial judge concluded that the warrant
that police had obtained to search the residence did
not authorize the search of the laptop computer or
the cellular telephone found therein. In her view:
[33] La juge de première instance a conclu que le
mandat obtenu par les policiers pour perquisitionner
à la résidence n’autorisait pas la fouille de l’ordina­
teur portable et du téléphone cellulaire qui y ont été
trouvés. À son avis :
. . . it is no longer conceivable that a search warrant for
a residence could implicitly authorize the search of a
computer (or a cellular telephone containing a memory
capacity akin to a computer)  that may be found in the
premises even where the warrant specifically grants an
authority to search for documentary evidence of occu­
pation or ownership. [Emphasis deleted; voir dire deci­
sion, at para. 65.]
[TRADUCTION] . . . il n’est désormais plus possible de
penser qu’un mandat de perquisition visant une résidence
puisse implicitement autoriser la fouille d’un ordinateur
(ou d’un téléphone cellulaire comportant une capacité de
mémoire semblable à celle d’un ordinateur)  qui pour­
rait être découvert sur les lieux, même lorsque le man­
dat accorde expressément le pouvoir de chercher des
éléments de preuve documentaire confirmant l’identité
des occupants ou propriétaires. [Italiques omis; décision
sur le voir-dire, par. 65.]
[34] The Court of Appeal disagreed with the
trial judge’s ruling on the voir dire. It found that
com­puters and cellular telephones were likely re­
positories of “[d]ocumentation identifying own­
ership and/or occupancy of the property”, and as
such they could be searched under the warrant.
The court concluded that there is nothing in the na­
ture of electronic devices that requires the law of
search and seizure to treat them differently from
other receptacles found on premises for which a
search has been authorized.
[34] La Cour d’appel n’a pas souscrit à la déci­
sion rendue par la juge de première instance au
terme du voir-dire. Elle a plutôt conclu que les
ordinateurs et téléphones cellulaires constituent
des endroits où il est plausible que soient conservés
des [TRADUCTION] « documents identifiant les pro­
priétaires et/ou occupants de la propriété » et, pour
cette raison, qu’ils peuvent être fouillés en vertu
du mandat. La Cour d’appel a également jugé que
rien dans la nature des appareils électroniques
n’a pour effet d’exiger que le droit relatif aux
fouilles, perquisitions et saisies traite ces appareils
différemment des autres contenants trouvés dans
des lieux où une perquisition a été autorisée.
(c)
Positions of the Parties
c)
Thèses des parties
[35] The appellant, with the support of certain
in­terveners, submits that authorization to search a
residence for documents does not include au­tho­
rization to search computers and cellular tele­phones
found in that place. The appellant main­tains that
searches of these devices engage more important
privacy interests than searches of other receptacles
that may be found in a place, such as drawers in a
[35] L’appelant soutient, avec l’appui de cer­
tains intervenants, qu’une autorisation de fouiller
une résidence en vue d’y chercher des documents
n’emporte pas l’autorisation de fouiller les ordina­
teurs et les téléphones cellulaires découverts dans
cet endroit. Il affirme que la fouille de tels appareils
met en jeu des intérêts plus impor­tants en matière
de vie privée que la fouille d’autres con­tenants
674
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
desk or a filing cabinet. These unique features chal­
lenge the efficacy of standard lim­i­ta­tions on sear­
ches articulated in terms of place, time, and subject
matter. The appellant therefore sub­mits that specific
authorization is required before police can search a
computer.
susceptibles de se trouver dans un lieu, par exemple
les tiroirs d’un bureau ou d’un clas­seur. Ces carac­
téristiques uniques compromet­tent l’effi­cacité des
restrictions qui sont normale­ment impo­sées quant
au lieu, à la durée et à l’objet d’une per­quisition. En
conséquence, l’appelant prétend que les policiers
doivent obtenir une autorisa­tion expresse avant de
pouvoir fouiller un ordinateur.
[36] In contrast, the Crown maintains that
estab­lished principles of search and seizure are
sufficient to meet the challenges posed by new
tech­nologies; there is no need for a special re­gime
re­
quiring specific authorization for “computer
searches”: R.F., at para. 93. If a warrant authorizes
the search of a place for documents, police are au­
thorized to search computers found in that place
if those computers might reasonably contain the
documents for which the search was authorized.
A special regime for computer searches is not ad­
visable because technology is constantly chang­ing
and not all computers are used in a manner that
engages important privacy interests. Moreover,
computer searches are not all alike and different
principles of search and seizure may be engaged
depending on the circumstances in which the au­
thorities encounter a computer. The Crown warns
that requiring specific authority to search comput­
ers would restrict access to valuable information
and undermine legitimate investigations.
[36] En revanche, le ministère public plaide que
les principes bien établis du droit relatif aux fouil­
les, perquisitions et saisies permettent de répondre
aux défis que soulèvent les nouvelles techno­lo­gies;
qu’il n’est pas nécessaire d’instituer un régime
par­ticulier exigeant l’obtention d’une autorisation
expresse pour [TRADUCTION] « les fouilles d’ordina­
teurs » : m.i., par. 93. Si un mandat autorise les
poli­ciers à perquisitionner dans un lieu en vue d’y
chercher des documents, ces derniers sont autorisés
à fouiller les ordinateurs découverts dans ce lieu si
ces appareils peuvent raisonnablement contenir les
documents à l’égard desquels la perquisition a été
autorisée. Il ne serait pas souhaitable d’instaurer un
régime particulier pour les fouilles d’ordinateurs, car
la technologie évolue constamment et les ordinateurs
ne sont pas tous utilisés d’une manière qui soulève
des intérêts importants en matière de respect de
la vie privée. De plus, les fouilles d’ordinateurs
ne sont pas toutes pareilles, et différents principes
relatifs aux fouilles, perquisitions et saisies peuvent
entrer en jeu selon les circonstances dans lesquelles
les autorités trouvent des ordinateurs. Le ministère
public souligne que le fait d’exiger une autorisation
expresse à l’égard de la fouille des ordinateurs limi­
terait l’accès à des renseignements très utiles et
compromettrait des enquêtes légitimes.
3.
Authorizing the Search of Computers
Found in a Place of Search
3.
Autorisation de fouiller les ordinateurs
décou­verts dans un lieu perquisitionné
[37] I agree with the appellant and the trial judge
that computer searches require specific, prior au­
thorization.
[37] Tout comme l’appelant et la juge de première
instance, je suis d’avis que la fouille d’un ordinateur
exige l’obtention d’une autorisation expresse préa­
lable.
[38] I do not distinguish, for the purposes of
prior authorization, the computers from the cellular
telephone in issue here. Although historically
cellular telephones were far more restricted than
[38] En ce qui a trait à l’autorisation préalable, je
ne fais aucune distinction entre les ordinateurs et le
téléphone cellulaire en litige dans la présente affaire.
Il est vrai que, dans le passé, le volume et le genre
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
675
computers in terms of the amount and kind of in­
formation that they could store, present day phones
have capacities that are, for our purposes, equivalent
to those of computers. The trial judge found that the
cellular telephone in this case, for example, had a
“memory capacity akin to a computer”: voir dire de­
cision, at para. 65. In these reasons, then, when I
referred to “computers”, I include within that term
the cellular telephone.
de données qu’il était possible de stocker dans les
téléphones cellulaires étaient bien plus limités que
dans les ordinateurs, mais les cellulaires modernes
disposent de capacités qui, pour les fins qui nous
occupent, équivalent à celles des ordinateurs. La
juge de première instance a conclu que, par exem­
ple, le téléphone cellulaire saisi en l’espèce pos­
sédait [TRADUCTION] « une capacité de mémoire
analo­gue à celle d’un ordinateur » : décision sur le
voir-dire, par. 65. Par conséquent, lorsque je fais men­
tion des « ordinateurs » dans les présents motifs, je
vise également le téléphone cellulaire.
(a)Specific, Prior Authorization Is Required
for Computer Searches
a)
Nécessité d’une autorisation expresse
préalable en cas de fouille d’ordinateurs
[39] As noted earlier, the general principle is
that authorization to search a place includes au­
thorization to search places and receptacles within
that place: J. A. Fontana and D. Keeshan, The Law
of Search and Seizure in Canada (8th ed. 2010), at
p. 1181; see, for example, R. v. E. Star International
Inc., 2009 ONCJ 576 (CanLII), at para. 17; BGI
Atlantic Inc. v. Canada (Minister of Fisheries and
Oceans), 2004 NLSCTD 165, 241 Nfld. & P.E.I.R.
206, at paras. 70-72; R. v. Charles, 2012 ONSC 2001,
258 C.R.R. (2d) 33, at para. 61. This general rule
is based on the assumption that, if the search of a
place for certain things is justified, so is the search
for those things in receptacles found within that
place. However, this assumption is not justified in
relation to computers because computers are not
like other receptacles that may be found in a place
of search. The particular nature of computers calls
for a specific assessment of whether the intrusion
of a computer search is justified, which in turn re­
quires prior authorization.
[39] Comme il a été indiqué précédemment, sui­
vant le principe général applicable, l’autorisation
de perquisitionner dans un lieu emporte celle de
fouil­ler les espaces et contenants se trouvant dans
ce lieu : J. A. Fontana et D. Keeshan, The Law of
Search and Seizure in Canada (8e éd. 2010), p. 1181;
voir, par exemple, R. c. E. Star International Inc.,
2009 ONCJ 576 (CanLII), par. 17; BGI Atlantic
Inc. c. Canada (Minister of Fisheries and Oceans),
2004 NLSCTD 165, 241 Nfld. & P.E.I.R. 206,
par. 70-­72; R. c. Charles, 2012 ONSC 2001, 258
C.R.R. (2d) 33, par. 61. Cette règle générale repose
sur l’hypothèse selon laquelle, si l’exécution d’une
perquisition dans un lieu pour y chercher certai­
nes choses est justifiée, la recherche de ces choses
dans les contenants découverts dans ce lieu est elle
aussi justifiée. Toutefois, cette hypothèse n’est pas
justifiée dans le cas des ordinateurs, étant donné
que ceux-ci ne sont pas assimilables aux autres
contenants susceptibles de se trouver dans le lieu
perquisitionné. La nature particulière des ordi­
nateurs commande une analyse distincte de la
question de savoir si l’intrusion que représente la
fouille d’un ordinateur est justifiée, auquel cas une
autorisation préalable est nécessaire.
(i) Computers Are Different From Other
“Receptacles”
(i) Existence de différences entre les ordina­
teurs et les autres « contenants »
[40] It is difficult to imagine a more intrusive in­
vasion of privacy than the search of a personal or
home computer: Morelli, at para. 105; R. v. Cole, 2012
SCC 53, [2012] 3 S.C.R. 34, at para. 3. Computers are
[40] Il est difficile d’imaginer une atteinte plus
grave à la vie privée d’une personne que la fouille
de son ordinateur personnel : Morelli, par. 105; R.
c. Cole, 2012 CSC 53, [2012] 3 R.C.S. 34, par. 3.
676
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
“a multi-faceted instrumentality without precedent
in our society”: A. D. Gold, “Applying Section 8 in
the Digital World: Seizures and Searches”, prepared
for the 7th Annual Six-Minute Criminal Defence
Lawyer (June 9, 2007), at para. 3 (emphasis added).
Consider some of the distinc­tions between comput­
ers and other receptacles.
L’ordinateur constitue [TRADUCTION] « un instrument
aux multiples facettes sans précédent dans notre
société » : A. D. Gold, « Applying Section 8 in the
Digital World : Seizures and Searches », document
préparé pour le 7th Annual Six-Minute Criminal
Defence Lawyer (9 juin 2007), par. 3 (je souligne).
Considérons maintenant certaines des distinctions qui
existent entre les ordinateurs et les autres con­tenants.
[41] First, computers store immense amounts of
information, some of which, in the case of personal
computers, will touch the “biographical core of per­
sonal information” referred to by this Court in R. v.
Plant, [1993] 3 S.C.R. 281, at p. 293. The scale and
variety of this material makes comparison with tra­
ditional storage receptacles unrealistic. We are told
that, as of April 2009, the highest capacity com­mer­
cial hard drives were capable of storing two tera­
bytes of data. A single terabyte can hold roughly
1,000,000 books of 500 pages each, 1,000 hours
of video, or 250,000 four-minute songs. Even an
80-­gigabyte desktop drive can store the equivalent of
40 million pages of text: L. R. Robinton, “Court­ing
Chaos: Conflicting Guidance from Courts Highlights
the Need for Clearer Rules to Govern the Search and
Seizure of Digital Evidence” (2010), 12 Yale J.L. &
Tech. 311, at pp. 321-22. In light of this massive
sto­rage capacity, the Ontario Court of Appeal was
surely right to find that there is a significant dis­
tinc­tion between the search of a computer and the
search of a briefcase found in the same location.
As the court put it, a computer “can be a repository
for an almost unlimited universe of information”:
R. v. Mohamad (2004), 69 O.R. (3d) 481, at para. 43.
[41] Premièrement, les ordinateurs stockent
d’immenses quantités de données, dont certai­nes,
dans le cas des ordinateurs personnels, touchent
à l’« ensemble de renseignements biographi­ques
d’ordre personnel » qu’a mentionné notre Cour
dans R. c. Plant, [1993] 3 R.C.S. 281, p. 293.
L’ampleur et la variété de cette information rendent
irréalistes les comparaisons avec les contenants
traditionnels de stockage. On nous dit que, en avril
2009, les lecteurs de disque dur commerciaux dotés
de la plus importante capacité de mémoire pou­
vaient stocker deux téraoctets de données. Or, un
seul téraoctet peut contenir à peu près 1 000 000 de
livres de 500 pages chacun, 1 000 heures de vidéo
ou 250 000 chansons de quatre minutes. Même
le disque dur de 80 gigaoctets d’un ordinateur de
bureau peut stocker l’équivalent de 40 millions de
pages de texte : L. R. Robinton, « Courting Chaos :
Conflicting Guidance from Courts Highlights the
Need for Clearer Rules to Govern the Search and
Seizure of Digital Evidence » (2010), 12 Yale J.L.
& Tech. 311, p. 321-322. Compte tenu de cette
capacité phénoménale de stockage, la Cour d’appel
de l’Ontario a certainement eu raison de conclure
qu’il existe une différence importante entre la fouille
d’un ordinateur et celle d’une mallette trouvée au
même endroit. Comme l’a exprimé la Cour d’appel,
un ordinateur [TRADUCTION] « peut abriter un univers
presque illimité d’informations » : R. c. Mohamad
(2004), 69 O.R. (3d) 481, par. 43.
[42] Second, as the appellant and the intervener
the Criminal Lawyers’ Association (Ontario) point
out, computers contain information that is auto­
matically generated, often unbeknownst to the user.
A computer is, as A. D. Gold put it, a “fastidious re­
cord keeper” (para. 6). Word-proces­sing programs
will often automatically gener­ate temporary files
that permit analysts to reconstruct the development
[42] Deuxièmement, comme le soulignent l’appe­­
lant et l’intervenante la Criminal Lawyers’ Asso­
cia­­tion (Ontario), les ordinateurs renferment des
données qui sont générées automatiquement, souvent
à l’insu de l’utilisateur. Comme l’a dit A. D. Gold,
l’ordina­teur [TRADUCTION] « tient les dos­siers de
façon très méticuleuse » (par. 6). En effet, il arrive
souvent que les logiciels de traitement de texte
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
677
of a file and access information about who created
and worked on it. Similarly, most browsers used to
surf the Internet are programmed to automatically
retain information about the websites the user has
visited in recent weeks and the search terms that
were employed to access those websites. Ordinar­
ily, this information can help a user retrace his or
her cybernetic steps. In the context of a criminal in­
vestigation, however, it can also enable inves­tigators
to access intimate details about a user’s interests,
habits, and identity, drawing on a record that the
user created unwittingly: O. S. Kerr, “Searches and
Seizures in a Digital World” (2005), 119 Harv. L.
Rev. 531, at pp. 542-43. This kind of information
has no analogue in the physical world in which
other types of receptacles are found.
génè­rent auto­matiquement des fichiers tempo­raires
permettant aux analystes de recon­stituer l’éla­bo­­
ration d’un fichier et d’avoir accès à des ren­sei­
gnements indiquant qui a créé le fichier et qui y
a travaillé. De même, la plupart des naviga­teurs
utilisés pour consulter Internet sont pro­grammés
pour conserver automatiquement des rensei­gne­
ments concernant les sites Web que l’utilisa­teur a
visités dans les semaines précédentes, ainsi que les
syntagmes de recherche qu’il a utilisés pour y accé­
der. Normalement, ces renseignements peuvent
aider l’utilisateur à retracer ses démarches cyber­
nétiques. Dans le contexte d’une enquête criminelle,
toutefois, ils peuvent également permet­tre aux
enquê­teurs d’avoir accès à des détails intimes con­
cernant les intérêts, les habitudes et l’identité de
l’utili­sateur, à partir d’un dossier que ce dernier a
créé sans le savoir : O. S. Kerr, « Searches and Sei­
zures in a Digital World » (2005), 119 Harv. L. Rev.
531, p. 542-543. Les renseignements de ce genre ne
possèdent pas d’équivalents dans le monde concret
qui est celui des autres types de contenants.
[43] Third, and related to this second point, a
computer retains files and data even after users
think that they have destroyed them. Oft-cited
Amer­ican scholar O. S. Kerr explains:
[43] Troisièmement — et ce point est d’ailleurs lié
au second —, l’ordinateur conserve des fichiers et
des données même après que les utilisateurs croient
les avoir détruits. Comme l’explique un auteur amé­
ricain fréquemment cité, O. S. Kerr :
. . . marking a file as “deleted” normally does not actually
delete the file; operating systems do not “zero out” the
zeros and ones associated with that file when it is marked
for deletion. Rather, most operating systems merely go
to the Master File Table and mark that particular file’s
clusters available for future use by other files. If the
operating system does not reuse that cluster for another
file by the time the computer is analyzed, the file marked
for deletion will remain undisturbed. Even if another
file is assigned to that cluster, a tremendous amount of
data often can be recovered from the hard drive’s “slack
space,” space within a cluster left temporarily unused. It can
be accessed by an analyst just like any other file. [p. 542]
[TRADUCTION] . . . le fait qu’un fichier ait été sélectionné
et « supprimé » ne signifie pas normalement qu’il a
effec­tivement été supprimé; les systèmes d’exploitation
n’« éliminent » pas les zéros et les un associés à ce fichier
lorsqu’il est sélectionné pour suppression. La plupart
des systèmes d’exploitation modifient plutôt la table de
fichiers principale pour indiquer que le bloc de mémoire
de ce fichier est libre pour accueillir dans le futur d’autres
fichiers. Si le système d’exploitation ne réutilise pas ce
bloc pour un autre fichier au moment où l’ordinateur est
analysé, le fichier qui a été sélectionné pour suppression
reste en mémoire et peut être récupéré. Même si un autre
fichier est inséré dans ce bloc de mémoire, une quantité
phénoménale de données peut souvent être récupérée dans
l’espace libre sur le disque dur, soit l’espace dans un bloc
de mémoire temporairement non utilisé. Un analyste peut
accéder à ce fichier comme à tout autre fichier. [p. 542]
Computers thus compromise the ability of users to
control the information that is available about them
in two ways: they create information without the
Les ordinateurs compromettent ainsi de deux
façons la capacité des personnes qui les utilisent
de rester maîtres des renseignements disponibles à
678
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
users’ knowledge and they retain information that
users have tried to erase. These features make com­
puters fundamentally different from the recepta­cles
that search and seizure law has had to respond to in
the past.
leur sujet : ils créent de l’information à l’insu des
utilisateurs et ils conservent des données que ces
der­niers ont tenté d’effacer. En raison de ces caracté­
ristiques, les ordinateurs sont fondamentalement
différents des contenants que le droit relatif aux
fouil­les, perquisitions et saisies a dû régir par le
passé.
[44] Fourth, limiting the location of a search to
“a building, receptacle or place” (s. 487(1) of the
Code) is not a meaningful limitation with respect
to computer searches. As I have discussed earlier,
search warrants authorize the search for and seizure
of things in “a building, receptacle or place” and
“per­mit the search of receptacles such as filing cab­
inets, within that place . . . . The physical presence
of the receptacle upon the premises permits the
search”: Fontana and Keeshan, at p. 1181 (italics in
original; underlining added). Ordinarily, then, po­
lice will not have access to items that are not phys­
ically present in the building, receptacle or place for
which a search has been authorized. While doc­u­
ments accessible in a filing cabinet are always at the
same location as the filing cabinet, the same is not
true of information that can be accessed through a
computer. The intervener the Canadian Civil Lib­
er­ties Association notes that, when connected to
the Internet, computers serve as portals to an al­
most infinite amount of information that is shared
between different users and is stored almost any­
where in the world. Similarly, a computer that is
connected to a network will allow police to access
information on other devices. Thus, a search of a com­
puter connected to the Internet or a network gives
access to information and documents that are not
in any meaningful sense at the location for which
the search is authorized.
[44] Quatrièmement, limiter l’endroit où la fouille
se déroule à « un bâtiment, contenant ou lieu »
(par. 487(1) du Code) ne constitue pas une restric­
tion utile en ce qui concerne la fouille des ordina­
teurs. Comme je l’ai expliqué plus tôt, les mandats de
per­quisition autorisent les policiers à rechercher des
choses dans « un bâtiment, contenant ou lieu » et à
les saisir, et [TRADUCTION] « permettent de fouiller
des contenants, tels des classeurs, dans le lieu per­
qui­sitionné [. . .] La présence physique du con­
tenant sur les lieux permet d’effectuer une telle
fouille » : Fontana et Keeshan, p. 1181 (italiques
dans l’original; je souligne). Ordinairement, les poli­
ciers n’ont pas accès aux objets qui ne se trou­vent
pas physiquement dans le bâtiment, contenant ou
lieu où la perquisition a été autorisée. Bien que les
documents physiques auxquels on a accès dans un
classeur se trouvent toujours au même endroit que
le classeur lui-même, on ne peut en dire autant des
renseignements auxquels on peut avoir accès au
moyen d’un ordinateur. L’intervenante l’Association
canadienne des libertés civiles souligne que les
ordi­nateurs qui sont connectés à Internet servent de
portails à une quantité presque infinie de données
qui sont partagées entre différents utilisateurs et
stock­ées presque n’importe où dans le monde. De
même, un ordinateur connecté à un réseau permet­
tra à la police d’avoir accès à des renseignements
se trouvant dans d’autres appareils. Par conséquent,
la fouille d’un ordinateur connecté à Internet ou à
un réseau permet d’avoir accès à des données et à
des documents qui ne se trouvent pas concrètement
dans le lieu où la fouille est autorisée.
[45] These numerous and striking differences be­
tween computers and traditional “receptacles” call
for distinctive treatment under s. 8 of the Charter.
The animating assumption of the traditional rule —
that if the search of a place is justified, so is the
[45] Ces différences nombreuses et frappantes
entre les ordinateurs et les « contenants » tradi­
tion­nels commandent que ces objets soient traités
dif­féremment pour l’application de l’art. 8 de la
Charte. L’hypothèse fondamentale à la base de la
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
679
search of receptacles found within it — simply
cannot apply with respect to computer searches.
règle traditionnelle — à savoir que si la perquisition
effectuée dans un lieu est justifiée, la fouille des
contenants découverts dans ce lieu l’est également
— ne peut tout simplement pas s’appliquer à la
fouille des ordinateurs.
(ii)Prior Authorization Is Required
(ii) Nécessité de l’autorisation préalable
[46] Prior authorization of searches is a corner­
stone of our search and seizure law. As the Court af­
firmed in Hunter, the purpose of s. 8 is “to protect
in­dividuals from unjustified state intrusions upon
their privacy. That purpose requires a means of pre­
vent­ing unjustified searches before they happen . . . .
This, in my view, can only be accomplished by a sys­
tem of prior authorization” (p. 160 (emphasis in orig­
inal)). Dickson J. went on in Hunter to say that the
requirement of prior authorization “puts the onus on
the state to demonstrate the superiority of its inter­
est to that of the individual” (ibid.). The purpose of
the prior authorization process is thus to balance
the privacy interest of the individual against the in­
terest of the state in investigating criminal activity
before the state intrusion occurs.
[46] L’autorisation préalable des perquisitions
constitue une assise fondamentale de notre droit
relatif aux fouilles, perquisitions et saisies. Comme
l’a confirmé la Cour dans l’arrêt Hunter, l’art. 8
a pour but « de protéger les particuliers contre les
intru­sions injustifiées de l’État dans leur vie privée.
Ce but requiert un moyen de prévenir les fouilles
et les perquisitions injustifiées avant qu’elles ne
se produisent [. . .] Cela ne peut se faire, à mon avis,
que par un système d’autorisation préala­ble »
(p. 160 (souligné dans l’original)). Le juge Dickson
a ajouté, dans ce même arrêt, que l’exigence rela­
tive à l’autorisation préalable « impose à l’État
l’obli­gation de démontrer la supériorité de son droit
par rapport à celui du particulier » (ibid.). L’objec­
tif du processus d’autorisation préalable est donc
de mettre en balance le droit à la vie privée du parti­
culier et l’intérêt de l’État à enquêter sur une acti­
vité criminelle, avant que l’intrusion de l’État ne se
produise.
[47] I have found that privacy interests in com­
puters are different — markedly so — from privacy
in­terests in other receptacles that are typically found
in a place for which a search may be authorized.
For this reason, I do not accept that a justice who
has considered the privacy interests arising from the
search of a place should be assumed to have prop­
erly considered the particular interests that could
be compromised by a computer search. The dis­
tinctive privacy concerns that are at stake when a
computer is searched must be considered in light
of the purposes of s. 8 of the Charter. This calls
for a specific assessment of “whether in a particular
situation the public’s interest in being left alone
by government must give way to the government’s
interest in intruding on the individual’s privacy in
order to advance its goals, notably those of law
en­forcement”:  Hunter, at pp. 159-60. That is the
threshold demanded by s. 8 of the Charter. Only a
specific authorization to search a computer found
[47] J’ai conclu que les intérêts en matière de vie
privée soulevés par les ordinateurs diffèrent — et ce
net­tement — de ceux que mettent en jeu d’autres
con­tenants se trouvant habituellement dans les
lieux où des perquisitions peuvent être autorisées.
Pour cette raison, je ne peux admettre qu’il faille
présumer qu’un juge de paix ayant considéré les
inté­rêts en matière de vie privée que soulève la
perquisition envisagée dans un lieu a dûment tenu
compte des intérêts particuliers auxquels pourrait
porter atteinte la fouille d’un ordinateur. Les préoc­
cupations distinctives en matière de vie privée qui
sont en jeu lors de la fouille d’un ordinateur doivent
être examinées au regard des objectifs de l’art. 8 de
la Charte. Il est donc nécessaire de se demander de
façon particulière « si, dans une situation donnée,
le droit du public de ne pas être importuné par
le gouvernement doit céder le pas au droit du
gouvernement de s’immiscer dans la vie privée des
particuliers afin de réaliser ses fins et, notamment,
680
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
in the place of search ensures that the authorizing
justice has considered the full range of the distinc­
tive privacy concerns raised by computer searches
and, having done so, has decided that this threshold
has been reached in the circumstances of a particular
proposed search.
d’assurer l’application de la loi » : Hunter, p. 159160. Voilà en quoi consiste le critère d’application
de l’art. 8 de la Charte. Seul un mandat autorisant
expressément la fouille des ordinateurs susceptibles
d’être découverts dans le lieu perquisitionné garan­
tit que le juge de paix qui a statué sur la demande
d’autorisation a pris en compte l’ensemble des
préoc­cupations distinctives en matière de vie privée
que soulève la fouille de ces appareils, puis déter­
miné que ce critère était respecté eu égard aux cir­
constances de la fouille particulière projetée.
[48] Specific, prior authorization means, in prac­
tical terms, that if police intend to search any com­
puters found within a place they want to search,
they must first satisfy the authorizing justice that
they have reasonable grounds to believe that any
com­puters they discover will contain the things they
are looking for. They need not, however, establish
that they have reasonable grounds to believe that
com­puters will be found in the place, although they
clearly should disclose this if it is the case. I would
add here that once a warrant to search computers is
obtained, police have the benefit of s. 487(2.1) and
(2.2) of the Code, which allows them to search, re­
produce, and print data that they find.
[48] Concrètement, une telle autorisation expresse
préalable signifie que, si des policiers entendent
fouiller tout ordinateur trouvé dans le lieu qu’ils
souhaitent perquisitionner, ils doivent d’abord con­
vaincre le juge de paix saisi de la demande d’auto­
risation qu’ils possèdent des motifs raisonnables de
croire que les ordinateurs qu’ils pourraient décou­
vrir contiendront les choses qu’ils recherchent. Les
poli­ciers ne sont toutefois pas tenus de démontrer
qu’ils ont des motifs raisonnables de croire que des
ordinateurs seront découverts dans le lieu concerné,
mais ils devraient clairement dévoiler ce fait si
c’est le cas. J’ajouterais ici que les policiers qui ont
obtenu un mandat autorisant la fouille d’ordina­
teurs peuvent ensuite se prévaloir des par. 487(2.1)
et (2.2) du Code, dispositions qui les autorisent
à fouiller, à reproduire et à imprimer les données
qu’ils trouvent.
[49] If police come across a computer in the
course of a search and their warrant does not pro­
vide specific authorization to search computers,
they may seize the computer (assuming it may rea­
son­ably be thought to contain the sort of things that
the warrant authorizes to be seized), and do what is
necessary to ensure the integrity of the data. If they
wish to search the data, however, they must obtain a
separate warrant.
[49] Si, durant une perquisition, les policiers trou­
vent un ordinateur et que leur mandat ne les autorise
pas expressément à fouiller les ordinateurs, ils peu­
vent le saisir (pour autant qu’il soit raisonnable de
croire que l’appareil contient le genre de choses que
le mandat autorise à saisir) et prendre les mesures
nécessaires pour assurer l’intégrité des données.
Toutefois, s’ils désirent consulter ces données, ils
doi­vent obtenir un mandat distinct.
(iii)After-the-Fact Review Is Not Sufficient
(iii)Insuffisance du contrôle a posteriori
[50] The Crown and intervening Attorneys
General submit that specific, prior authorization to
search computers is not necessary because an afterthe-fact review of the manner in which a search is
conducted provides sufficient protection for the
[50] Le ministère public et les procureurs généraux
intervenants soutiennent que l’obtention d’une
auto­risation expresse préalable de fouiller des ordi­
nateurs n’est pas nécessaire, parce que le con­
trôle a posteriori de la manière dont la fouille a
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
681
pri­vacy rights that are at stake when a computer is
searched. I disagree.
été effectuée protège suffisamment les droits en
matière de vie privée que met en jeu la fouille d’un
ordinateur. Je ne suis pas d’accord.
[51] As I explained above, if computers give rise
to particular privacy interests that distinguish them
from other receptacles typically found in a place,
then s. 8 requires those interests to be taken into ac­
count before the search takes place, not just afterthe-fact, in order to ensure that the state’s interest
in conducting the search justifies the intrusion into
individual privacy. In effect, the privacy interests
at stake when computers are searched require that
those devices be treated, to a certain extent, as a
separate place.
[51] Comme je l’ai expliqué précédemment, si
les ordinateurs soulèvent des intérêts particuliers
en matière de vie privée qui les distinguent des
autres contenants habituellement trouvés dans un
lieu, l’art. 8 commande alors que ces intérêts soient
pris en compte avant l’exécution de la fouille — et
non pas seulement après celle-ci — si l’on veut
s’assu­rer que l’intérêt de l’État à effectuer la
fouille justifie l’intrusion dans la vie privée de la
personne concernée. En effet, en raison des intérêts
en matière de vie privée que soulève la fouille d’un
ordinateur, un tel appareil doit, dans une certaine
mesure, être traité comme un lieu distinct.
[52] As a result, I reject the Crown’s submission
that leaving the reasonableness of a computer
search to after-the-fact review alone is compliant
with the requirements of s. 8 of the Charter. As I
explain next, however, I find the Crown’s submis­
sions to be more convincing with respect to the
issue of whether authorizing justices should be
constitutionally required to include search proto­
cols in warrants authorizing the search of a com­
puter.
[52] Par conséquent, je rejette l’argument du minis­
tère public selon lequel le contrôle a posteriori du
caractère non abusif de la fouille d’un ordinateur
permet à lui seul d’assurer le respect des exigences
de l’art. 8 de la Charte. Cependant, comme je vais
l’expliquer ci-après, j’estime que les prétentions
du ministère public sont plus convaincantes rela­
tivement à la question de savoir si les juges de paix
saisis des demandes d’autorisation doivent être
considérés comme tenus par la Constitution d’insé­
rer des protocoles de perquisition dans les mandats
autorisant la fouille d’ordinateurs.
(b)A Warrant Authorizing the Search of Com­
puters in the Circumstances of This Case
Would Not Constitutionally Require the
Imposition of Con­ditions Limiting How the
Computers Were to Be Searched
b)La Constitution n’exige pas qu’un mandat
auto­risant la fouille d’ordinateurs dans
des circon­stances comme celles qui nous
occupent impose des conditions limitant
la façon dont les ordinateurs doivent être
fouillés
[53] The intervener the British Columbia Civil
Liberties Association (“B.C.C.L.A.”) submits that,
in addition to a requirement that searches of com­
puters be specifically authorized by a warrant, this
Court should also find that these warrants must,
as a rule, set out detailed conditions, sometimes
called “ex ante conditions” or “search protocols”,
un­der which the search may be carried out. Ac­
cord­ing to the B.C.C.L.A., search protocols are nec­
essary because they allow authorizing justices
to limit the way in which police carry out their
[53] L’intervenante l’Association des libertés civi­
les de la Colombie-Britannique (« A.L.C.C.-B. »)
soutient que, en plus d’exiger que la fouille des
ordinateurs soit expressément autorisée par un
man­dat, notre Cour devrait également conclure
qu’un tel mandat doit, en règle générale, énoncer
des conditions détaillées — parfois appelées « con­
ditions préalables » ou « protocoles de per­qui­
sition » — aux termes desquelles la perquisition
peut être exécutée. Selon l’A.L.C.C.-B., les proto­
coles de perquisition sont nécessaires, parce qu’ils
682
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
searches, protecting certain areas of a computer
from the eyes of the investigators. The Crown and
intervening Attorneys General oppose this sort of
requirement, arguing that it is contrary to princi­
ple and impractical. While I am not convinced that
these sorts of special directions should be re­jected
as a matter of principle, my view is that they are
not, as a general rule, constitutionally required
and that they would not have been required in this
case.
permettent au juge de paix saisi de la demande
d’autorisation d’encadrer la façon dont les poli­
ciers effectuent leurs fouilles et de protéger ainsi
certaines parties des ordinateurs du regard des
enquêteurs. Pour leur part, le ministère public et
les procureurs généraux intervenants s’opposent
à une exigence de ce genre, plaidant qu’elle serait
contraire aux principes pertinents et impossible à
appliquer. Même si je ne suis pas convaincu que des
directives spéciales de cette nature devraient par
principe être écartées, je suis néanmoins d’avis que
de telles directives ne sont pas, en règle générale,
requises par la Constitution, et qu’elles n’auraient
pas été nécessaires en l’espèce.
[54] While I propose, in effect, to treat computers
in some respects as if they were a separate place
of search necessitating distinct prior authorization,
I am not convinced that s. 8 of the Charter re­
quires, in addition, that the manner of searching a
computer must always be spelled out in advance.
That would be a considerable extension of the
prior authorization requirement and one that in
my view will not, in every case, be necessary to
properly strike the balance between privacy and
effective law enforcement. I reach this conclu­
sion for two reasons.
[54] Bien que je propose, dans les faits, de con­
sidérer qu’à certains égards un ordinateur constitue
un lieu de fouille séparé nécessitant une autorisa­
tion préalable distincte, je ne suis pas persuadé que
l’art. 8 de la Charte requiert en outre que la manière
de fouiller un ordinateur soit toujours précisée à
l’avance. Une telle condition aurait pour effet d’élar­
gir considérablement l’obligation d’obtenir une
autorisation préalable, et, à mon sens, elle ne serait
pas nécessaire dans tous les cas pour établir un
juste équilibre entre la protection de la vie privée
et l’application efficace de la loi. J’arrive à cette
conclusion pour deux raisons.
[55] First, the manner of search is generally re­
viewed after the fact. That sort of detailed review
with evidence and argument from both sides is
better suited to developing new rules about how
searches are to be conducted than is the ex parte
procedure by which warrants are issued. R. v.
Boudreau-Fontaine, 2010 QCCA 1108 (CanLII),
is a good example of a case where the scope of a
computer search was found to be unreasonable after
the fact. The police had a search warrant authorizing
them to examine a computer for evidence that the
respondent had accessed the Internet. The Quebec
Court of Appeal found that the police were not, by
virtue of the warrant, authorized to scour the com­
puter for evidence that the accused had engaged
in the crime of distributing child pornography
(para. 53). Thus, an ex post review of the reason­
ableness of a computer search in a particular case
can signal to police how they should limit their
[55] Premièrement, la manière dont la perqui­
sition a été exécutée fait généralement l’objet d’un
contrôle a posteriori. Ce genre de contrôle minu­
tieux, où les deux parties présentent des éléments
de preuve et des arguments, est plus propice à l’éla­
boration de nouvelles règles sur la façon d’effec­
tuer les fouilles que ne l’est la procédure ex parte
de délivrance des mandats. L’arrêt R. c. BoudreauFontaine, 2010 QCCA 1108 (CanLII), constitue
un bon exemple de situation où l’étendue de la
fouille d’un ordinateur a, a posteriori, été jugée
abusive. Les policiers étaient munis d’un mandat
de perquisition les autorisant à fouiller un ordi­
nateur afin d’y chercher des éléments de preuve
indiquant que l’intimé avait accédé à Internet. La
Cour d’appel du Québec a conclu que les poli­
ciers n’étaient pas autorisés par ce mandat à pas­
ser l’ordinateur au peigne fin à la recherche de
preu­ves de la perpétration par l’accusé du crime
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
683
searches in future cases. Moreover, as has occurred
in other areas of search law, after-the-fact review
may lead courts to set out specific rules according
to which searches must be conducted, as this Court
did, for example, in Descôteaux v. Mierzwinski,
[1982] 1 S.C.R. 860, at pp. 889-92.
de distri­bution de pornographie juvénile (par. 53).
En con­séquence, le contrôle a posteriori du carac­
tère non abusif d’une fouille d’ordinateur dans un
cas par­ticulier peut indiquer aux policiers la façon
dont ils devraient circonscrire leurs perquisitions
dans de futures affaires. En outre, comme cela
s’est pro­duit dans d’autres domaines du droit en
matière de perquisitions et de fouilles, le contrôle
a posteriori peut amener les tribunaux à établir
des règles précises sur la manière dont les fouilles
et perquisitions doivent être effectuées, comme
l’a fait notre Cour dans l’arrêt Descôteaux c.
Mierzwinski, [1982] 1 R.C.S. 860, p. 889-892.
[56] Of course, developments in the case law
may also spur parliamentary action aimed at tack­
ling the issues more comprehensively. The Criminal
Code contains certain rules which impose con­
ditions, or require the authorizing justice to impose
conditions, relating to the manner in which searches
may be conducted. For example, s. 488 of the Code
stipulates that a warrant (issued under s. 487 or
s. 487.1) shall generally be executed by day. Also,
the Code and this Court have set out special rules
governing the manner of search — in effect, search
protocols — in relation to documents for which
solicitor-client privilege is claimed: s. 488.1; Laval­
lee, Rackel & Heintz v. Canada (Attorney General),
2002 SCC 61, [2002] 3 S.C.R. 209, at para. 49.
Similarly, s. 186(4)(d) requires a judge who issues
an intercept authorization to impose such terms
and conditions as are advisable in the public in­
terest. I would not at this point foreclose similar de­
velopments with respect to computer searches as
the law evolves through reviews of searches at trial
and, if Parliament is so inclined, through legislative
action.
[56] Il va de soi que l’évolution de la jurispru­
dence peut également inciter le législateur à inter­
venir en vue de régler certaines questions de façon
plus globale. Le Code criminel comporte en effet
certaines règles qui assujettissent l’exécution des
fouilles au respect de certaines conditions ou qui
obligent le juge de paix saisi de la demande d’auto­
risation à imposer des conditions. Par exemple,
l’art. 488 du Code précise qu’un mandat (décerné
en vertu de l’art. 487 ou 487.1) doit généralement
être exécuté de jour. De plus, le Code et notre
Cour ont énoncé des règles particulières régissant
la manière d’effectuer les perquisitions — en fait,
des protocoles de perquisition — dans le cas de
documents à l’égard desquels le privilège des
communications entre client et avocat est invo­
qué : art. 488.1; Lavallee, Rackel & Heintz c.
Canada (Procureur général), 2002 CSC 61, [2002]
3 R.C.S. 209, par. 49. De même, l’al. 186(4)d) oblige
le juge qui accorde une autorisation d’intercep­ter
des communications privées à imposer les modalités
qu’il estime opportunes dans l’intérêt public. À ce
stade-ci, je n’écarte pas la possibi­lité que les règles
encadrant la fouille des ordinateurs connaissent des
développements analogues, à mesure que le droit
évolue par suite soit du contrôle des fouilles lors des
procès, soit des interventions du législateur, lors­que
celui-ci sent le besoin de le faire.
[57] Second, requiring search protocols to be
imposed as a general rule in advance of the search
would likely add significant complexity and prac­
tical difficulty at the authorization stage. At that
point, an authorizing justice is unlikely to be able
[57] Deuxièmement, le fait d’exiger que soient
en règle générale imposés des protocoles de per­
quisition avant l’exécution de la fouille rendrait vrai­
semblablement l’étape de l’autorisation beau­coup
plus complexe, en plus de créer des difficultés d’ordre
684
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
to predict, in advance, the kinds of investigative
techniques that police can and should employ in
a given search or foresee the challenges that will
present themselves once police begin their search.
In particular, the ease with which individuals can
hide documents on a computer will often make it
difficult to predict where police will need to look
to find the evidence they are searching for. For
example, an authorizing justice’s decision to limit
a search for child pornography to image files may
cause police to miss child pornography that is
stored as a picture in a Word document. In short,
attempts to impose search protocols during the au­
thorization process risk creating blind spots in an
investigation, undermining the legitimate goals of
law enforcement that are recognized in the pre-­
authorization process. These problems are mag­
nified by rapid and constant technological change.
pratique. En effet, à cette étape le juge de paix saisi de
la demande d’autorisation n’est probablement pas
capa­ble de prédire le genre de techniques d’enquête
que les policiers pourront et devront utiliser dans le
cadre d’une perquisition donnée, ou encore de pré­
voir les défis qui surgi­ront une fois que les policiers
commenceront leur per­quisition. En particulier, vu
la facilité avec laquelle les gens peuvent cacher des
documents dans un ordinateur, il est souvent difficile
de prédire l’endroit où les policiers devront fouiller
pour trou­ver la preuve recherchée. Par exemple, si le
juge de paix saisi de la demande d’autorisation dans
une affaire de pornographie juvénile décide de limi­
ter la perquisition aux fichiers images, les policiers
pourraient passer à côté de photos pornographi­ques
d’enfants insérées dans un document Word. Bref, les
tentatives en vue d’imposer des protoco­les de perqui­
sition à l’étape de l’autorisation ris­quent de créer des
angles morts dans une enquête et de contrecarrer les
objectifs légitimes de l’appli­cation de la loi dont tient
compte le processus d’auto­risation préalable. Ces
problèmes sont d’ailleurs amplifiés par l’évolution
rapide et constante de la technologie.
[58] Courts in the United States have acknowl­
edged the difficulty of predicting in advance where
relevant files might be found on a computer. While
the Tenth Circuit once suggested that police should
be restricted to searching computers by file types,
titles, or key words (see United States v. Carey, 172
F.3d 1268 (10th Cir. 1999), at p. 1276), later cases
have moved away from this approach: W. R. LaFave,
Search and Seizure: A Treatise on the Fourth
Amend­ment (5th ed. 2012), vol. 2, at pp. 968-69.
For example, in United States v. Burgess, 576 F.3d
1078 (10th Cir. 2009), decided 10 years after Carey,
the same court held that “[i]t is unrealistic to ex­
pect a warrant to prospec­tively restrict the scope
of a search by di­rectory, filename or extension or
to attempt to structure search methods . . . . [S]uch
limits would unduly re­
strict legitimate search
objectives” (pp. 1093-94). More recently, in United
States v. Christie, 717 F.3d 1156 (10th Cir. 2013), the
court found that “[c]om­puter files can be misnamed
by accident, disguised by in­tention, or hidden al­
together, leaving investigators at a loss to know ex
ante what sort of search will prove sufficient to ferret
out the evidence they le­gitimately seek”: p. 1166;
see generally O. S. Kerr, “Ex Ante Regulation of
[58] Aux États-Unis, les tribunaux ont reconnu
la difficulté de prédire où les dossiers pertinents
peuvent se trouver dans un ordinateur. Bien que la
Tenth Circuit Court ait déjà suggéré que les poli­ciers
ne devraient être autorisés à fouiller les ordi­na­teurs
que par types de fichier, par titres ou par mots clés
(voir United States c. Carey, 172 F.3d 1268 (10th Cir.
1999), p. 1276), des décisions posté­rieures se sont
éloi­gnées de cette approche : W. R. LaFave, Search
and Seizure : A Treatise on the Fourth Amend­ment
(5e éd. 2012), vol. 2, p. 968-969. À titre d’exemple,
dans United States c. Burgess, 576 F.3d 1078
(10th Cir. 2009), affaire décidée 10 ans après Carey,
le même tribunal a tiré la conclusion qu’[TRADUC­
TION] « [i]l est irréaliste de s’attendre à ce qu’un
man­dat limite de façon prospective l’étendue d’une
fouille par réper­toires, noms de fichier ou exten­
sions, ou tente de structurer des méthodes de fouille
[. . .] [D]e tel­les limites restreindraient indûment les
objectifs légitimes des fouilles » (p. 1093-1094).
Plus récemment, dans United States c. Christie, 717
F.3d 1156 (10th Cir. 2013), la Tenth Circuit Court
a conclu qu’[TRADUCTION] « [i]l peut arri­ver que
des fichiers informatiques soient acci­den­tellement
mal désignés, intentionnellement camouflés ou
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
685
Computer Search and Sei­zure” (2010), 96 Va. L.
Rev. 1241, at p. 1277.
encore tout simplement cachés, autant de situations
qui empêchent les enquêteurs de savoir d’avance
quel genre de fouille leur permettra de dénicher les
preuves qu’ils recher­chent légitimement » : p. 1166;
voir, en général, O. S. Kerr, « Ex Ante Regulation
of Computer Search and Seizure » (2010), 96 Va. L.
Rev. 1241, p. 1277.
[59] For these reasons, my view is that search pro­
tocols are not, as a general rule, constitution­ally re­
quired for pre-authorization of computer searches.
Nor, in my view, were they constitutionally required
in this case.
[59] Pour ces raisons, je suis d’avis que les pro­
tocoles de perquisition ne sont, en règle générale,
pas requis par la Constitution en cas d’autorisation
préalable de la fouille d’un ordinateur. De plus,
aucun protocole de la sorte n’était constitutionnel­
lement requis dans les circonstances de la présente
affaire.
[60] The computer searches here were aimed
at evidence of ownership and occupation of a
dwelling. There is nothing in the record that would
assist us in formulating a practical and appropriate
search protocol that could have been imposed in
this case. Depending on how the computer was
used, which police could not have known until
they looked at the device, this evidence could have
been found almost anywhere in the computer. For
example, an address or image of the occupant could
have been in a Word document, an Excel file, a taxfiling program, image or video files, various on­
line accounts, etc. Moreover, a search of any one
of these types of programs or files would not have
assured access to the sought-after information. Fi­
nally, the police did not indicate any intention to
use sophisticated forensic search methods to scour
the device and they made no attempt to do so. In my
view, there were no circumstances that pointed to a
need for a search protocol to be included in a war­rant
authorizing the search of computers, should they be
found in the residence.
[60] En l’espèce, la fouille des ordinateurs visait
des éléments de preuve confirmant l’identité des pro­
priétaires et occupants d’une habitation. Il n’y a rien au
dossier qui puisse nous aider à formuler un protocole
de perquisition qui soit à la fois pratique et approprié,
et qui aurait pu être imposé dans la présente affaire.
Selon la façon dont les ordinateurs étaient utilisés —
facteur que les policiers ne pouvaient connaître avant
d’examiner les appareils — la preuve recherchée
aurait pu être découverte à peu près n’importe où
dans ceux-ci. Par exemple, l’adresse de l’occupant ou
une photo de celui-ci aurait pu figurer dans un
document Word, un fichier Excel, un logiciel de
pro­­duction de déclarations de reve­nus, des fichiers
images ou vidéos, divers com­ptes en ligne, etc.
En outre, la fouille de l’un ou l’autre de ces types
de logiciels ou de fichiers n’aurait pas nécessaire­
ment permis de trouver l’information recherchée.
Enfin, les policiers n’avaient d’aucune façon indi­
qué qu’ils entendaient recourir à des techni­ques
d’investigation criminalistique perfec­tionnées pour
passer l’appareil au peigne fin, et ils n’ont d’ailleurs
fait aucune tentative de la sorte. À mon avis, aucune
circonstance ne tendait à indiquer qu’il était néces­
saire d’inclure un protocole de perquisition dans un
mandat autorisant la fouille d’ordinateurs, au cas où
de tels appareils seraient découverts dans la résidence.
[61] By now it should be clear that my finding
that a search protocol was not constitutionally re­
quired in this case does not mean that once police
had the warrant in hand, they had a licence to scour
[61] Il est sans doute évident, à ce point-ci, que
ma conclusion selon laquelle aucun protocole de
perquisition n’était requis par la Constitution en
l’espèce ne signifie pas que, une fois munis d’un
686
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
the devices indiscriminately. They were bound, in
their search, to adhere to the rule that the manner
of the search must be reasonable. Thus, if, in the
course of their search, the officers realized that there
was in fact no reason to search a particular pro­gram
or file on the device, the law of search and seizure
would require them not to do so.
mandat, les policiers étaient pour autant autorisés
à passer sans discernement les appareils au peigne
fin. En effet, ils demeuraient quand même tenus
de se conformer à la règle requérant que la manière
de procéder à la perquisition ne soit pas abusive.
Par conséquent, s’ils s’étaient rendu compte durant
la perquisition qu’il n’existait en fait aucune raison
de fouiller un logiciel ou un fichier spécifique dans
l’appareil, le droit relatif aux fouilles, perquisitions
et saisies exigeait qu’ils s’abstiennent de le faire.
[62] Although I do not find that a search proto­
col was required on the particular facts of this case,
authorizing justices must assure themselves that
the warrants they issue fulfil the objectives of prior
authorization as established in Hunter. They also
have the discretion to impose conditions to ensure
that they do. If, for example, an authorizing jus­
tice were faced with confidential intellectual prop­
erty or potentially privileged information, he or
she might find it necessary and practical to impose
limits on the manner in which a computer could be
searched. In some cases, authorizing justices may
find it practical to impose conditions when police
first request authorization to search. In others, they
might prefer a two-stage approach where they
would first issue a warrant authorizing the seizure
of a computer and then have police return for an ad­
ditional authorization to search the seized de­vice.
This second authorization might include direc­
tions concerning the manner of search. Moreover,
I would not foreclose the possibility that our de­
velop­ing understanding of computer searches and
changes in technology may make it appropriate
to impose search protocols in a broader range of
cases in the future. Without expressing any firm
opin­ion on these points, it is conceivable that pro­
ceeding in this way may be appropriate in some
circumstances.
[62] Bien que j’estime qu’aucun protocole de
perquisition n’était requis au vu des faits particu­liers
de la présente affaire, les juges de paix saisis d’une
demande d’autorisation doivent s’assurer que les man­
dats qu’ils décernent répondent aux objectifs de la pro­
cédure d’autorisation préalable établis dans l’affaire
Hunter. De plus, ils possèdent le pou­voir discrétion­naire
d’imposer des conditions à cette fin. Si, par exemple,
le juge de paix est en présence de renseignements
concernant des droits de propriété intellectuelle
confidentiels ou encore des renseignements suscep­
tibles d’être protégés par un privilège, il pourrait
décider qu’il est nécessaire et pratique d’imposer des
limites quant à la manière dont un ordinateur peut
être fouillé. Dans certains cas, le juge de paix peut
estimer pratique d’imposer des conditions lorsque les
policiers présentent leur demande d’autorisation de
perquisitionner initiale. Dans d’autres circonstances,
il pourrait préférer une démarche en deux temps, où
il décernerait d’abord un mandat autorisant la saisie
d’un ordinateur et exigerait que les policiers reviennent
ensuite devant lui afin d’obtenir une autorisation
supplémen­taire leur permettant de fouiller l’appareil
saisi. Cette seconde autorisation pourrait comporter
des directives sur la manière de procéder à la fouille.
En outre, je n’écarte pas la possibilité que l’amé­
lioration de nos connaissances en matière de fouille
d’ordinateurs ainsi que l’évolution des technologies
puissent justifier, dans le futur, d’impo­ser des pro­
tocoles de perquisition dans un plus large éventail de
situations. Je ne me prononce pas de façon ferme sur
ces questions, mais il est par ailleurs concevable, selon
moi, qu’une telle procé­dure puisse s’avérer appropriée
dans certaines circonstances.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
687
(c)The Scope of These Reasons
c) Portée des présents motifs
[63] It is not my intention to create a regime that
applies to all computers or cellular telephones that
police come across in their investigations, regard­
less of context. As the respondent correctly points
out, police may discover computers in a range of
situations and it will not always be appropriate to
require specific, prior judicial authorization be­
fore they can search those devices. For example, I
do not, by way of these reasons, intend to disturb
the law that applies when a computer or cellular
telephone is searched incident to arrest or where
exigent circumstances justify a warrantless search.
Rather, these reasons relate to those situations where
a warrant is issued for the search of a place and
police want to search a computer within that place
that they reasonably believe will contain the things
for which the search was authorized. As noted ear­
lier, it is not necessary that the police present rea­
son­able grounds that a computer will be found in
order to obtain a warrant that includes authoriza­
tion to search a computer found in the premises.
[63] Je n’ai pas l’intention de créer un régime
applicable à tous les ordinateurs et téléphones cel­
lulaires que trouvent les policiers au cours de leurs
enquêtes, indépendamment du contexte. Comme le
souligne à juste titre l’intimée, les policiers peuvent
découvrir des ordinateurs dans des situations variées
et il ne sera pas toujours indiqué d’exiger qu’ils
obtiennent au préalable une autorisation judiciaire
expresse avant de pouvoir fouiller les appareils. Par
exemple, je n’entends pas, par les présents motifs,
modifier le droit applicable lorsqu’un ordinateur ou
un téléphone cellulaire est fouillé de façon inci­dente
lors d’une arrestation, ou lorsque des circon­stances
pressantes justifient l’exécution d’une fouille sans
mandat. Les présents motifs visent plutôt les situations
où un mandat est décerné en vue d’autoriser une
perquisition dans un lieu et où les policiers souhaitent
pouvoir fouiller les ordinateurs qu’ils pourraient y
trouver, parce qu’ils croient raisonnablement que
ceux-ci contiendront les choses pour lesquelles la
perquisition a été autorisée. Comme je l’ai souligné
précédemment, il n’est pas nécessaire que les policiers
qui désirent obtenir un mandat de perquisition
autorisant aussi la fouille de tout ordinateur qui serait
trouvé dans les lieux perquisitionnés présentent des
motifs rai­sonnables de croire qu’un ordinateur sera
décou­vert dans ceux-ci.
[64] While the scope of these reasons is restricted
to warranted searches of a place, they apply equally
to all computers found within a place with respect to
which a search warrant has been issued. Put differ­
ently, any time that police intend to search the data
stored on a computer found within a place for which
a search has been authorized, they require specific
authorization to do so. I find no reason, for the pur­
poses of prior authorization, to treat computers dif­
ferently on the basis of the particular use to which
they have been put. For example, in this case, I make
no distinction between the “personal” computer and
the “security” computer for the purposes of prior au­
thorization because both were capable of storing
personal information. Computers do not distinguish
between personal data and non-personal data; if
information can be reduced to a series of ones and
ze­ros, it can be stored on any computer. Moreover,
decisions about whether or not to search the data
[64] Bien que la portée des présents motifs se
limite aux perquisitions visant un lieu et autori­sées
par un mandat, les motifs s’appliquent également
à tous les ordinateurs découverts dans le lieu à
l’égard duquel un mandat de perquisition a été
décerné. Autrement dit, chaque fois que les policiers
ont l’intention de fouiller les données stockées
dans un ordinateur découvert dans le lieu où une
per­quisition a été autorisée, ils ont besoin d’une
autorisation expresse pour le faire. Je ne vois aucune
raison, pour les besoins du processus d’autorisation
préalable, de traiter les ordinateurs différemment
les uns des autres selon l’utilisation particulière
qui est faite de chacun. Par exemple, relativement
à la délivrance de l’autorisation préalable, je ne fais
aucune distinction en l’espèce entre l’ordinateur
« personnel » et l’ordinateur de « sécurité », puisque
les deux permettaient de stocker des renseignements
personnels. Les ordinateurs ne distinguent pas les
688
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
on a device must be made before police know ex­
actly what it contains. Rare will be the case where
police know, at the authorization stage before they
search a device, whether a computer is used for
personal purposes or not. When it comes to autho­
rization, then, I would treat all computers in the
same way.
données qui sont personnelles de celles qui ne le
sont pas; si des renseignements peuvent être réduits
à une série de un et de zéros, ils peuvent être sto­c­
kés dans n’importe quel ordinateur. Qui plus est, la
décision de fouiller ou non les données se trouvant
dans un appareil est nécessairement prise avant
que les policiers sachent exactement ce que con­
tient celui-ci. Il arrive rarement que les policiers
sachent, à l’étape de l’autorisation précédant la
fouille d’un ordinateur, si cet appareil est utilisé à
des fins personnelles ou non. Par conséquent, pour
ce qui concerne l’autorisation, je traiterais tous les
ordinateurs de la même façon.
C. Third Issue: Exclusion of the Evidence
C. Troisième question : exclusion de la preuve
[65] In this case, the search warrant did not au­
thorize the search of the computers found in the
residence. As a result, the searches of those de­
vices were not authorized by law and violated the
appellant’s right to be free of unreasonable search
and seizure under s. 8 of the Charter. I must there­
fore address the question of whether the evidence
found as a result of those searches was properly
excluded at trial.
[65] En l’espèce, le mandat de perquisition n’auto­
risait pas la fouille des ordinateurs découverts
dans la résidence. Par conséquent, la fouille de ces
appareils n’était pas autorisée par la loi et violait
le droit de l’appelant à la protection contre les
fouilles, les perquisitions et les saisies abusives
que lui garantit l’art. 8 de la Charte. Je dois donc
décider si les éléments de preuve recueillis par suite
de cette fouille ont à juste titre été écartés au procès.
[66] The trial judge admitted the evidence ob­
tained from the security computer but excluded the
evidence derived from the search of the personal
computer and the cellular telephone. The appellant
is asking that the decision of the trial judge be re­
stored and he does not contest her decision to ad­mit
the evidence from the security computer. My s. 24(2)
Charter analysis is therefore limited to the evidence
derived from the search of the personal computer
and the cellular telephone.
[66] La juge de première instance a admis la
preuve tirée de l’ordinateur de sécurité, mais
écarté celle découlant de la fouille de l’ordinateur
per­sonnel et du téléphone cellulaire. L’appelant
demande le rétablissement de la décision de la juge
de première instance, mais ne conteste pas la déci­
sion de cette dernière d’admettre la preuve prove­
nant de l’ordinateur de sécurité. En conséquence,
mon analyse fondée sur le par. 24(2) de la Charte
se limite à la preuve résultant de la fouille de l’ordi­
nateur personnel et du téléphone cellulaire.
[67] Although in general, a reviewing court
should defer to a trial judge’s s. 24(2) determina­
tion, I find I cannot do so in this case. In R. v. Côté,
2011 SCC 46, [2011] 3 S.C.R. 215, the majority
of this Court found that “[w]here a trial judge has
considered the proper factors and has not made
any unreasonable finding, his or her determination
is owed considerable deference on appellate re­
view” (para. 44). However, where relevant factors
have been overlooked or the trial judge has made
an error, a fresh s. 24(2) analysis is necessary: Cole,
[67] Bien que, en règle générale, le tribunal sié­
geant en révision doive faire montre de déférence
envers la décision rendue par le juge de première
instance en vertu du par. 24(2), j’estime ne pas
pouvoir le faire en l’espèce. Dans R. c. Côté, 2011
CSC 46, [2011] 3 R.C.S. 215, notre Cour a statué
à la majorité que, « [l]orsque le juge du procès a
pris en compte les considérations applicables et n’a
tiré aucune conclusion déraisonnable, sa décision
justifie une grande déférence en appel » (par. 44).
Toutefois, lorsque des facteurs pertinents ont été
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
689
at para. 82. In her decision to exclude evidence in
this case, the trial judge relied heavily on her find­
ing that the ITO contained no facts supporting a
warrant to search for documents evidencing own­
ership or occupation of the residence. For the rea­
sons I set out in relation to the first issue on appeal,
I conclude that this finding was erroneous. I must
therefore undertake my own s. 24(2) analysis, of
course accepting all of the trial judge’s findings
which are not tainted by any error.
négligés ou que le juge du procès a commis une
erreur, une nouvelle analyse fondée sur le par. 24(2)
s’impose : Cole, par. 82. La décision de la juge de
première instance écartant des éléments de preuve
en l’espèce repose considérablement sur sa con­
clusion que la Dénonciation ne faisait état d’aucun
fait justifiant la délivrance d’un mandat de per­
quisition en vue de chercher des documents confir­
mant l’identité des propriétaires ou occupants de la
résidence. Pour les motifs que j’ai énoncés au sujet
de la première question soulevée par le présent pour­
voi, j’estime que cette conclusion était erronée. En
conséquence, je dois effectuer ma propre analyse
fondée sur le par. 24(2), en faisant miennes, bien
sûr, toutes les conclusions de la juge de première
instance qui ne sont pas viciées par une erreur.
[68] Section 24(2) of the Charter requires that
evidence obtained in a manner that infringes the
rights of an accused under the Charter be excluded
from the trial if it is established that “having regard
to all the circumstances, the admission of it in the
proceedings would bring the administration of
justice into disrepute”. The burden is on the party
seek­ing exclusion to persuade the court that this
is the case. In R. v. Grant, 2009 SCC 32, [2009] 2
S.C.R. 353, the Court established that
[68] Le paragraphe 24(2) de la Charte exige que
les éléments de preuve obtenus d’une manière qui
porte atteinte aux droits garantis à l’accusé par la
Charte soient écartés du procès s’il est établi, « eu
égard aux circonstances, que leur utilisation est
susceptible de déconsidérer l’administration de la
justice ». Il incombe à la partie qui sollicite l’exclu­
sion des éléments de preuve de persuader le tribunal
que c’est le cas. Dans l’arrêt R. c. Grant, 2009
CSC 32, [2009] 2 R.C.S. 353, la Cour a formulé
l’analyse en ces termes :
[w]hen faced with an application for exclusion under
s. 24(2), a court must assess and balance the effect of
admitting the evidence on society’s confidence in the
justice system having regard to: (1)  the seriousness of
the Charter-infringing state conduct (admission may
send the message the justice system condones serious
state misconduct), (2)  the impact of the breach on the
Charter-protected interests of the accused (admission
may send the message that individual rights count for
little), and (3)  society’s interest in the adjudication of the
case on its merits. [para. 71]
Ainsi, le tribunal saisi d’une demande d’exclusion fon­
dée sur le par. 24(2)  doit évaluer et mettre en balance
l’effet que l’utilisation des éléments de preuve aurait sur
la confiance de la société envers le système de jus­tice en
tenant compte de : (1) la gravité de la conduite attenta­
toire de l’État (l’utilisation peut donner à penser que le
sys­tème de justice tolère l’inconduite grave de la part de
l’État), (2) l’incidence de la violation sur les droits de
l’accusé garantis par la Charte (l’utilisation peut donner
à penser que les droits individuels ont peu de poids)
et (3) l’intérêt de la société à ce que l’affaire soit jugée au
fond. [par. 71]
[69] Turning to the first factor, I conclude that the
Charter-infringing state conduct was not serious.
Although the trial judge characterized the conduct
as “egregious”, that conclusion is inextricably tied
to her erroneous conclusion that the warrant did
not authorize the search for documents relating to
ownership and occupancy. When that finding is
re­moved from the analysis, we are, in my view, left
[69] Pour ce qui est du premier facteur, je con­
clus que la conduite attentatoire de l’État n’était
pas grave. Quoique la juge de première instance
ait qualifié cette conduite d’[TRADUCTION] « indi­
gne », cette conclusion est inextricablement liée
à sa conclusion erronée selon laquelle le mandat
n’autorisait pas la recherche de documents con­
cernant l’identité des propriétaires et occupants.
690
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
with a search of a computer that was not expressly
au­thorized by the search warrant but for which the
police had reasonable grounds. It is also important,
at this stage, to acknowledge that the ITO did refer to
the intention of the officers to search for computergenerated documents and that the state of the law
with respect to the search of a computer found in­
side premises was uncertain when police carried out
their investigation. The Langley department had a
policy of searching computers found on premises
and there was no clear law prohibiting them from
doing so. Indeed, the trial judge found that “the of­
ficers carried out the search in the belief that they
were acting under the lawful authority of the war­
rant granted by the justice”: voir dire decision, at
para. 77. This case should serve to clarify the law
on this point and prevent this kind of confusion in
the future.
Une fois cette constatation écartée de l’analyse, il
ne reste, à mon avis, qu’une fouille d’ordinateur
qui n’était pas expressément autorisée par le man­
dat de perquisition, mais que les policiers avaient
des motifs raisonnables d’exécuter. Il importe
égale­ment, à cette étape-ci, de reconnaître que la
Dénonciation faisait effectivement mention de
l’intention des policiers de rechercher des docu­
ments générés par ordinateur et que l’état du droit
relativement à la fouille d’ordinateurs découverts
dans un lieu était incertain au moment où les
policiers ont effectué leur enquête. Le service de
police de Langley disposait d’une politique sur la
fouille des ordinateurs trouvés sur les lieux d’une
perquisition, et aucune règle de droit n’empêchait
explicitement les policiers de se livrer à de telles
fouilles. D’ailleurs, la juge de première instance a
conclu que « les agents ont effectué la fouille en
croyant agir sous l’autorité légitime du mandat
décerné par le juge de paix » : décision sur le voirdire, par. 77. La présente affaire devrait permettre
de clarifier le droit sur cette question et de prévenir
ce genre de confusion à l’avenir.
[70] That said, there are two somewhat disqui­
eting aspects of the search of the computer. First,
Sgt. Wilde admitted in his testimony that he
intentionally did not take notes during the search
so he would not have to testify about the details.
This is clearly improper and cannot be condoned.
Although I do not decide here that they are a
constitutional prerequisite, notes of how a search
is conducted should, in my view, be kept, absent
unusual or exigent circumstances. Notes are par­
ticularly desirable when searches of computers
are involved because police may not be able to re­
call the details of how they proceeded with the
search. Second, I share the trial judge’s concern that
Sgt. Wilde obtained evidence by searching one of
the seized computers after the detention order had
expired. That search related to the security com­pu­
ter, however, and the evidence obtained as a result
of that search is not in issue under s. 24(2), as I
explained earlier.
[70] Cela dit, la fouille des ordinateurs en l’espèce
présente toutefois deux aspects assez troublants.
Premièrement, le sergent Wilde a admis dans son
témoignage qu’il avait intentionnellement omis de
prendre des notes durant cette fouille afin de ne pas
avoir à témoigner sur les détails de celle-ci. Il s’agit
là d’une conduite clairement répréhensible, qui ne
saurait être tolérée. Bien que je ne décide pas, en
l’espèce, que de telles notes sont requises sur le
plan constitutionnel, les policiers devraient à mon
avis prendre des notes sur la façon dont la fouille
est effec­tuée, sauf en cas de situations pressantes
ou inha­bituelles. La prise de notes est particulière­
ment souhaitable lors de la fouille d’ordinateurs,
étant donné que les policiers pourraient ne pas être
en mesure de se rappeler en détail comment ils y
ont procédé. Deuxièmement, tout comme la juge de
première instance, je suis préoccupé par le fait que
le sergent Wilde a obtenu des éléments de preuve
en fouillant, après l’expiration de l’ordonnance
de détention, l’un des ordinateurs qui avaient été
saisis. Cette fouille visait toutefois l’ordinateur de
sécurité, et la preuve ainsi recueillie n’est pas con­
testée en vertu du par. 24(2), comme je l’ai expliqué
précédemment.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
Le juge Cromwell
691
[71] Given the uncertainty in the law at the time
and the otherwise reasonable manner in which the
search was carried out, I conclude that the violation
was not serious. The trial judge’s opposite conclu­
sion was clearly premised on her legal error re­
specting authorization to search for documents
relating to ownership and occupation.
[71] Comme le droit applicable était incer­tain
au moment des faits pertinents et vu la manière
par ail­leurs non abusive dont la fouille a été effec­
tuée, je conclus que la violation n’était pas grave.
La con­clusion contraire de la juge de première
instance découlait manifestement de son erreur de
droit concernant l’autorisation de rechercher des
documents se rapportant à l’identité des pro­prié­
taires et occupants.
[72] I turn to the second stage of the inquiry. I
accept the trial judge’s finding that the privacy in­
terests that are at stake in computer searches are
of the highest order and that the search conducted
here was “very intrusive and comprehensive”: voir
dire decision, at para. 83. At the same time, the
record does not indicate that the police gained
access to any more information than was appro­
priate, given the fairly modest objectives of the
search as defined by the terms of the warrant. As the
trial judge pointed out, the computers in this case
were not forensically examined as they were in
Morelli. On balance, this factor favours exclusion,
but not strongly so.
[72] Je passe maintenant à la deuxième étape
de l’analyse. J’accepte la conclusion de la juge de
première instance selon laquelle les intérêts en
matière de vie privée que met en jeu la fouille d’un
ordinateur sont extrêmement impor­tants et que
la fouille effectuée dans la présente affaire était
[TRADUCTION] « très large et envahissante » : déci­
sion sur le voir-dire, par. 83. Par ailleurs, le dossier
n’indique toutefois pas que les policiers ont eu accès
à plus d’informations que ce qui était opportun, eu
égard aux objectifs assez modestes de la fouille
décrits dans le mandat. Comme l’a souligné la juge de
première instance, en l’espèce les ordinateurs n’ont
pas été fouillés par des experts comme l’avaient
été ceux en cause dans l’affaire Morelli. Globale­
ment, le présent facteur milite en faveur de l’exclu­
sion, mais pas de façon déterminante.
[73] The third stage of the s. 24(2) inquiry re­
quires the Court to consider society’s interest in
the adjudication of the case on its merits. The rel­
evant question here is whether the truth-seeking
function of the criminal trial process would be
bet­ter served by admission of the evidence, or by
its exclusion: Grant, at para. 79. The factors to
be considered are the reliability of the evidence,
the importance of the evidence to the Crown’s
case, and the seriousness of the offence, although
this consideration has the potential to cut both
ways: Grant, at paras. 81 and 83-84. The trial judge
found that all the documents and photographs
retrieved from the hard drives of the computers and
the cellular telephone are reliable, real evidence.
She also found that the evidence was required to
establish knowledge of and control over the mari­
juana found growing in the basement of the res­
idence. When the case was heard, the absence of
this evidence substantially weakened the Crown’s
[73] À la troisième étape de l’analyse fondée
sur le par. 24(2), la Cour doit considérer l’intérêt
de la société à ce que l’affaire soit jugée au fond.
La question pertinente en l’espèce consiste à se
deman­der si la fonction de recherche de la vérité
que remplit le procès criminel serait mieux servie
si on permettait l’utilisation de la preuve que si on
l’écartait : Grant, par. 79. Les facteurs à prendre en
compte sont la fiabilité des éléments de preuve, leur
importance pour le ministère public et la gravité de
l’infraction, quoique ce dernier facteur puisse jouer
dans les deux sens : Grant, par. 81 et 83-84. La juge
de première instance a conclu que l’ensemble des
documents et des photos extraits des lecteurs de dis­
que dur des ordinateurs et du téléphone cellu­laire
constituent des preuves matérielles fiables. Elle a
également conclu que cette preuve était nécessaire
pour établir la connaissance de l’existence de la
mar­ijuana cultivée dans le sous-sol de la rés­i­dence
et le contrôle exercé sur celle-ci. Lorsque l’affaire
692
R.
v.
VU
Cromwell J.
[2013] 3 S.C.R.
case. Finally, with respect to the third factor, I agree
with the trial judge that there is a clear societal inter­
est in adjudicating on their merits charges of pro­
duction and possession of marijuana for the purpose
of trafficking.
a été instruite, l’absence de ces éléments a considé­
rablement affaibli la preuve du ministère public.
Enfin, pour ce qui est du troisième facteur, tout
comme la juge de première instance j’estime qu’il
est manifestement dans l’intérêt de la société que
des accusations de production et de possession de
marijuana en vue d’en faire le trafic soient jugées
au fond.
[74] Balancing these factors, I am of the view that
the evidence should not be excluded. The police
be­lieved on reasonable grounds that the search of
the computer was authorized by the warrant. While
every search of a personal or home computer is
a significant invasion of privacy, the search here
did not step outside the purposes for which the
warrant had been issued and it did not include
forensic examination. The evidence obtained was
reliable, real evidence which was important to the
adjudication of the charges on their merits.
[74] Après avoir soupesé ces différents facteurs,
je suis d’avis que les éléments de preuve ne doivent
pas être écartés. Les policiers possédaient des
motifs raisonnables de croire que la fouille des
ordinateurs était autorisée par le mandat. Bien que
toute fouille d’un ordinateur personnel constitue
une atteinte importante à la vie privée, la fouille
effectuée en l’espèce n’a pas débordé les objectifs
pour lesquels le mandat avait été décerné et elle n’a
pas donné lieu à une analyse criminalistique. Les
éléments recueillis étaient des preuves matérielles
fiables, qui étaient importantes pour permettre au
tri­bunal de juger les accusations au fond.
IV. Disposition
IV. Dispositif
[75] I would dismiss the appeal and uphold the
order of the Court of Appeal setting aside the ac­
quittals entered after trial and directing a new trial.
[75] Je rejetterais le pourvoi et je confirme­
rais l’ordonnance de la Cour d’appel annulant les
acquittements inscrits à l’issue du procès et ordon­
nant la tenue d’un nouveau procès.
Appeal dismissed.
Pourvoi rejeté.
Solicitors for the appellant: Cobb St. Pierre
Lewis, Vancouver.
Procureurs de l’appelant : Cobb St. Pierre Lewis,
Vancouver.
Solicitor for the respondent: Public Prosecution
Service of Canada, Vancouver.
Procureur de l’intimée : Service des poursuites
pénales du Canada, Vancouver.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur géné­
ral de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario,
Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Alberta: Attorney General of Alberta, Calgary.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de l’Alberta : Procureur général de l’Alberta, Cal­
gary.
Solicitors for the intervener the British Colum­
bia Civil Liberties Association: Ruby Shiller Chan
Hasan, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association des
libertés civiles de la Colombie-Britannique : Ruby
Shiller Chan Hasan, Toronto.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
VU
693
Solicitors for the intervener the Canadian Civil
Lib­erties Association: Neuberger Rose, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association
cana­dienne des libertés civiles : Neuberger Rose,
Toronto.
Solicitors for the intervener the Criminal Law­
yers’ Association (Ontario): Rosen Naster, Toronto.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’
Association (Ontario) : Rosen Naster, Toronto.
694
R.
v.
[2013] 3 S.C.R.
HAY
Leighton Hay Appellant
Leighton Hay­ Appelant
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine­ Intimée
Indexed as: R. v. Hay
Répertorié : R. c. Hay
2013 SCC 61
2013 CSC 61
File No.: 33536.
No du greffe : 33536.
2013: April 23; 2013: November 8.
2013 : 23 avril; 2013 : 8 novembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Wagner.
ON APPEAL FROM THE COURT OF APPEAL FOR
ONTARIO
EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DE L’ONTARIO
Criminal law — Charge to jury — Eyewitness evidence
— Whether trial judge instructed jury that it could con­
vict accused based on eyewitness evidence alone — If so,
whether such an instruction would constitute an error.
Droit criminel — Exposé au jury — Déposition d’un
témoin oculaire — Le juge du procès a-t-il donné au jury
la directive qu’il pouvait déclarer l’accusé coupable sur
le seul fondement de la déposition d’un témoin ocu­laire?
— Dans l’affirmative, pareille directive était-elle erronée?
Criminal law — Evidence — Fresh evidence — Hair
clipping evidence relied upon by Crown to explain ac­
cused’s appearance at time of arrest as well as after-the-­
fact change of appearance — New forensic evidence
re­ports and testimony to the effect that most hair clip­
pings did not originate from scalp — Whether ac­cused’s
motion to adduce fresh evidence should be granted.
Droit criminel — Preuve — Nouvel élément de preuve —
Bouts de poils mis en preuve par le ministère public pour
expliquer l’apparence de l’accusé au moment de son
arres­tation et la modification de son apparence après
le fait — Nouveaux rapports et témoignages d’experts
en criminalistique indiquant que la plupart des bouts
de poils ne provenaient pas du cuir chevelu — Y a-t-il
lieu d’accueillir la requête de l’accusé en production de
nouveaux éléments de preuve?
In the early morning of July 6, 2002, two men, one
wearing a blue/green shirt, shot and killed C.M. in a To­
ronto nightclub. E was seen leaving the club in a car reg­
istered to the appellant H’s mother, with whom H lived.
Multiple witnesses were able to confidently identify E as
the shooter. Given H’s connection to the residence and
a database lookup that revealed he had a prior firearm
con­viction, the police considered him a suspect as well.
L.M., who witnessed the shooting, was shown a lineup
which included one photo of H that was taken roughly
two years earlier. When asked about the identity of the
shooter in the blue/green shirt, she selected H’s photo.
Three weeks after the shooting, L.M. participated in
a second photo lineup which contained the photo of H
taken on the day of his arrest. L.M. did not select any
photo from this sequence. E and H were subsequently
Tôt le matin du 6 juillet 2002, deux hommes, dont
un portait une chemise de couleur bleue/verte, ont fait
feu sur C.M. dans une boîte de nuit de Toronto, et l’ont tué.
E a été vu quittant les lieux dans une voiture immatriculée
au nom de la mère de l’appelant H, qui vivait avec elle. Un
bon nombre de témoins ont pu iden­ti­fier avec assurance E au
tireur. Étant donné les liens exis­tant entre H et la résidence,
et ses antécé­dents criminels en matière d’armes à feu,
révélés par l’interrogation de bases de données, la police
le con­sidérait lui aussi comme un suspect. Une série de
photos comprenant une photo de H prise environ deux ans
auparavant a été montrée à L.M., qui avait été témoin de la
fusillade. Quand on a demandé à L.M. d’identifier le tireur
à la chemise bleue/verte, elle a désigné la photo de H. Trois
semaines après la fusillade, L.M. a participé à une deuxième
séance d’identification photographique. La série de pho­­tos
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
695
charged with the first degree murder of C.M. and the
attempted murder of his brother.
comprenait une photo de H prise le jour de son arres­tation,
mais L.M. n’a désigné aucune de ces photos. E et H ont par
la suite été accusés du meurtre au premier degré de C.M. et
de tentative de meurtre à l’endroit du frère de C.M.
The Crown’s case against H consisted of testimony
from L.M. and four pieces of physical evidence: bullets
found in a sock in a laundry hamper in H’s bedroom;
a white T-shirt in the same hamper with one granule of
gun­shot residue on it; hair clippings from a newspaper
in the garbage of the bathroom nearest to H’s bedroom;
and hair clippings in an electric razor found in H’s
nightstand. The Crown’s theory was that H shaved his
head upon returning home from the shooting. This was
necessary to explain the discrepancy between the eye­
witness testimony, which indicated that the second
shooter had dreadlocks that were two inches or longer,
and the length of H’s hair when he was arrested, which
was very short. It was also used to explain why L.M.
was not able to identify H based on the arrest photo
shown to her three weeks after the shooting. The Crown
also suggested that the haircut represented an after-thefact attempt by H to change his appearance to cover up
his involvement in the shooting. The jury found E and
H guilty of first degree murder of C.M. and attempted
murder of his brother. In the Court of Appeal, H chal­
lenged his conviction on the bases that the jury’s ver­
dict was unreasonable and that the trial judge erred in
instructing the jury on eyewitness identification. The
court found that the trial judge did not instruct the jury
that it could convict on L.M.’s testimony alone and held
that the jury’s verdict was not unreasonable because, de­
spite weaknesses in L.M.’s eyewitness testimony, there
was other confirmatory evidence presented to the jury.
La preuve à charge du ministère public à l’encontre
de H était constituée du témoignage de L.M. et de quatre
éléments de preuve matérielle : des balles trouvées dans
une chaussette retirée d’un panier à linge dans la cham­
bre de H; un tee-shirt blanc provenant du même panier
à linge et sur lequel il y avait une granule de résidu de
poudre; des bouts de poils trouvés dans un journal jeté
dans la poubelle de la salle de bain la plus près de la cham­
bre de H; et des bouts de poils provenant d’un rasoir élec­
trique trouvé dans la table de nuit de H. Selon la thèse
du ministère public, H s’était rasé la tête à son retour
à la maison après la fusillade. Il fallait expli­quer ainsi
pourquoi la longueur des cheveux de H lors de son arres­
tation — il avait les cheveux très courts — ne cor­res­
pon­dait pas à la longueur décrite par le témoin oculaire,
selon lequel le second tireur portait des tresses rastas
longues d’au moins deux pouces. Cette thèse devait aussi
expliquer pourquoi, trois semaines après la fusillade,
L.M. n’avait pas pu identifier H à partir de la photo prise
lors son arrestation. Le ministère public a également sou­
tenu qu’en se coupant les cheveux, H avait tenté, après
le fait, de modifier son apparence pour dissimuler son
implication dans la fusillade. Le jury a déclaré E et H
coupables du meurtre au premier degré de C.M. et de
tentative de meurtre à l’endroit du frère de ce dernier. En
Cour d’appel, H a contesté sa déclaration de culpabilité
aux motifs que le verdict du jury était déraisonnable et
que le juge du procès avait adressé au jury des directives
erronées concernant l’identification par témoin oculaire.
La Cour d’appel a estimé que le juge du procès n’avait
pas indiqué au jury qu’il pouvait déclarer H coupable en
se fondant sur le seul témoignage de L.M. et a conclu
que, malgré des faiblesses relevées dans la déposition de
L.M., le témoin oculaire, le verdict du jury n’était pas
déraisonnable parce que d’autres éléments corroborants
avaient été présentés au jury.
While the application for leave to appeal was pending
before this Court, H filed a motion to compel the Crown
to release hair clipping evidence for forensic testing.
H sought to forensically examine the hair clippings to
determine from what part of the body the clippings came.
This Court allowed the motion. H subsequently filed a
motion to adduce the reports and testimony of experts
who conducted the forensic examination.
Pendant que la demande d’autorisation d’appel devant
notre Cour suivait son cours, H a demandé par requête
que le ministère public soit tenu de produire, à des fins
d’ana­lyse criminalistique, des bouts de poils déposés
en preuve lors du procès. L’analyse sollicitée visait à
déterminer de quelle partie du corps provenaient ces élé­
ments de preuve. Notre Cour a accueilli la requête. Par la
suite, H a déposé une requête pour présentation des rap­
ports et témoignages des experts ayant procédé à l’ana­
lyse criminalistique.
696
R.
v.
HAY
[2013] 3 S.C.R.
Held: The appeal should be allowed, the motion to
adduce fresh evidence should be granted and the matter
should be remanded for retrial.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli, il est fait droit à la
requête en production de nouveaux éléments de preuve et
l’affaire est renvoyée pour la tenue d’un nouveau procès.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein,
Cromwell and Wagner JJ.: It would have been an error to
instruct the jury that it could convict H based on L.M.’s
testimony alone. Where the Crown relies on an eyewit­
ness identification, the trial judge has a duty to caution
the jury regarding the well-recognized frailties of identi­
fication evidence. However, a properly instructed jury
may conclude, notwithstanding the frailties of eye­
witness identification, that the eyewitness’ testimony is re­
liable and may enter a conviction on those grounds. This
may be so even where the Crown has relied on only a
single eyewitness. However, where the Crown’s case con­
sists solely of eyewitness testimony that would nec­es­
sar­ily leave reasonable doubt in the mind of a reasonable
juror, the trial judge must direct an acquittal upon a
mo­­tion for directed verdict. L.M.’s testimony, in and of
itself, would not have permitted a reasonable juror to
con­clude without reasonable doubt that H was one of the
shooters and therefore, it would have been an error for
the trial judge to instruct the jury that it could convict
H based solely on L.M.’s evidence. While L.M.’s tes­ti­
mony on its own could not have supported an inference
of guilt be­yond a reasonable doubt, the trial judge’s in­
struc­tion, read as a whole, did not instruct the jury that
it could convict H based solely on her testimony. Rather,
in review­ing L.M.’s testimony, the trial judge described
each of the specific problems with her identification and
instructed the jury that it must look to confirmatory ev­
idence. The trial judge was not circumscribed to in­struct
the jury as to the sufficiency of L.M.’s testimony using
any particular words and he must be afforded some lat­
itude in determining the best way to convey to the jury
the relevant legal principles and how they apply to the
evidence adduced at trial. The trial judge put great care
into his jury charge and, in particular, into the instruc­
tions as to eyewitness evidence. L.M.’s testi­mony in con­
junction with the confirmatory evidence was suf­ficient
to support the conclusion that H was guilty beyond a
reasonable doubt and, thus, there was no error in the jury
charge.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella,
Rothstein, Cromwell et Wagner : Le fait d’expliquer
au jury qu’il pouvait déclarer H coupable sur le seul
fon­dement du témoignage de L.M. aurait constitué une
erreur. Lorsque le ministère public a recours à l’identifi­
cation par témoin oculaire, le juge du procès a l’obliga­
tion de mettre le jury en garde au sujet des faiblesses
recon­nues de la preuve d’identification. Toutefois, un
jury ayant reçu les directives appropriées peut, en dépit
des fai­blesses de l’identification par témoin oculaire,
conclure à la fiabilité de la déposition du témoin oculaire
et rendre un verdict de culpabilité sur ce fon­dement, et
ce, même si le ministère public n’a cité qu’un seul témoin
oculaire. Cependant, si la preuve du ministère public
consiste uniquement en la déposition d’un témoin ocu­
laire qui soulèverait nécessairement un doute raison­
nable dans l’esprit d’un juré raisonnable, le juge du
pro­­cès saisi d’une demande de verdict imposé doit ordon­
ner un acquittement. Le témoignage de L.M. n’aurait
pas, en lui-même, permis à un juré raisonnable de con­
clure hors de tout doute raisonnable que H était l’un des
tireurs et, par conséquent, le juge du procès aurait com­
mis une erreur s’il avait donné au jury la directive
qu’il pouvait déclarer H coupable sur la seule foi du
témoignage de L.M. La déposition de L.M. ne pouvait,
à elle seule, étayer une inférence de culpabilité hors
de tout doute raisonnable. Toutefois, les directives du
juge, considérées dans leur ensemble, n’indiquaient
pas au jury qu’il pouvait déclarer H coupable sur le
seul fondement de ce témoignage. En passant en revue
le témoignage de L.M., le juge a plutôt décrit chacun
des problèmes particuliers que posait l’identification
qu’elle avait faite et il a donné comme directive au
jury qu’il devait rechercher des éléments de preuve
corroborants. Le juge du procès n’était pas obligé de s’en
tenir à des termes précis dans ses directives concernant
la suffisance du témoignage de L.M. Il faut lui laisser
une certaine latitude dans le choix de la meilleure façon
d’expliquer aux jurés les principes juridiques appro­
priés et la façon de les appliquer à la preuve présentée
au procès. Le juge du procès a apporté beaucoup de soin
à son exposé au jury et, plus particulièrement, aux direc­
tives concernant la preuve par témoin oculaire. Jumelé à
la preuve corroborante, le témoignage de L.M. était suf­
fisant pour fonder une conclusion de culpabilité hors de
tout doute raisonnable et, par conséquent, l’exposé au
jury n’était entaché d’aucune erreur.
The motion to adduce fresh evidence should be
granted and a new trial should be ordered. H’s fresh
Il y a lieu d’accueillir la requête en production de
nouveaux éléments de preuve et d’ordonner la tenue
[2013] 3 R.C.S.
ev­idence consists of affidavits and cross-examinations
of two forensic experts, in which each expert provides an
opinion as to the percentage of hairs in the newspaper
and the razor that came from H’s scalp, as opposed to
his face or trunk. The experts agreed that the samples
taken were predominantly facial hairs. The Crown’s ex­
perts conducted a paper review and testified that there
was no evidence to support the proposition that the hair
clippings represented a head shave. The overriding con­
sideration upon a motion to adduce fresh evidence is “in
the interests of justice” and this requires consideration of
the principles enunciated in Palmer v. The Queen. The
Crown has conceded that the expert evidence H seeks
to adduce is credible. Mere lack of knowledge on the
part of H’s trial counsel without any indication that he
in­quired into the possibility of obtaining and presenting
the evidence is a factor against admitting the evidence
for the first time on appeal. However, in view of the fact
that this is a criminal case, involving charges of the most
serious nature, the evidence should not be ex­cluded
solely on the basis of a lack of diligence. It cannot rea­
sonably be disputed that H’s fresh evidence bears on a
decisive issue. The evidence of hair clippings was used
to explain the discrepancy between the eyewitness de­
scription of the shooter and H’s actual appearance at the
time of arrest. This was also how the Crown explained
L.M.’s inability to identify H based on his arrest photo.
The hair clippings were also adduced as evidence that
H had attempted an after-the-fact change of his appear­
ance. The evidence was directly relevant to whether H
was in fact the shooter in the blue/green shirt. The fresh
evidence that H seeks to adduce could reasonably be
expected to have affected the jury’s verdict. The Crown
re­lied heavily on the haircut evidence at trial. The sig­
nif­icance of the hair clippings was also reflected in the
jury charge. The Court of Appeal too recognized that the
hair clipping evidence was significant to the Crown’s
case and noted that the hair clippings allowed for a
powerful inference of guilt. Given the significance of
the haircut to the Crown’s case, the fresh evidence could
reasonably be expected to have affected the result. For
these reasons, H’s motion to adduce fresh evidence
should be granted. The appropriate remedy here is a new
trial.
R.
c.
HAY
697
d’un nouveau procès. Ces nouveaux éléments de preuve
apportés par H se composent des affidavits et des contreinterrogatoires de deux experts en criminalistique expo­
sant leurs avis respectifs concernant le pourcentage de
cheveux de H trouvés dans le journal et le rasoir par
rapport au pourcentage de poils provenant de son visage ou
de son tronc. Les experts s’entendaient pour dire que les
échantillons provenaient principalement de poils faciaux.
Les experts du ministère public ont analysé les rapports
et témoigné qu’aucune preuve ne permettait d’affirmer
qu’il s’agissait de cheveux. L’élément prépon­dérant dans
l’examen d’une requête en production de nouveaux élé­
ments de preuve est « l’intérêt de la justice » et il importe
à cet égard d’examiner les principes énon­cés dans Palmer
c. La Reine. Le ministère public a reconnu la plausibilité de
l’expertise que H cherche à présenter. La seule ignorance
de la part de l’avocat de H au procès, sans indication qu’il
se soit informé de la possibilité d’obtenir et de produire
l’élément de preuve, constitue un facteur jouant contre
l’admission de l’élément en preuve pour la première fois
en appel. Toutefois, comme il s’agit d’une affaire criminelle
portant sur des accusations extrêmement graves, il n’y a pas
lieu d’exclure la preuve sur le seul fondement du manque
de diligence. On ne peut raisonnablement contester que
le nouvel élément de preuve que veut produire H porte
sur une question décisive. Les bouts de poils mis en
preuve ont servi à expliquer pourquoi la description du
tireur donnée par le témoin oculaire ne correspondait pas
à l’apparence de H au moment de son arrestation. Ils ont
aussi servi à expliquer pourquoi, selon le ministère public,
L.M. avait été incapable d’identifier H à partir de la photo
prise le jour de son arrestation. Les bouts de poils avaient
égale­ment été mis en preuve pour démontrer que H avait
tenté, après le fait, de modifier son apparence. La preuve
se rapporte directement à la question de savoir si H était
bien le tireur à la chemise bleue/verte. On peut raison­na­
blement penser que les nouveaux éléments de preuve que
H cherche à faire admettre auraient influé sur le verdict du
jury. Au procès, le ministère public s’est fortement appuyé
sur la preuve relative à la coupe de che­veux. L’exposé du
juge au jury révèle lui aussi l’importance des bouts de
poils. La Cour d’appel a elle aussi reconnu l’importance de
la preuve relative aux bouts de poils pour la thèse du minis­
tère public et a fait remarquer que les bouts de poils per­
mettaient de tirer une inférence solide de culpabilité.
Compte tenu de l’impor­tance de la question de la coupe de
cheveux pour le ministère public, on peut raisonnablement
penser que les nouveaux éléments de preuve auraient influé
sur le résultat. Pour ces motifs, il y a lieu d’accueillir la
requête de H en production de nouveaux éléments de
preuve. La tenue d’un nouveau procès constitue la répa­
ration appropriée en l’espèce.
698
R.
v.
[2013] 3 S.C.R.
HAY
Per Fish J.: There is agreement that the appellant’s
motion to adduce fresh evidence should be granted, that
the appeal should be allowed and that a new trial should
be ordered. However, the trial judge made a fatal error by
instructing the jury that it could convict the appellant on
the evidence of L.M. alone.
Le juge Fish : On s’entend pour dire qu’il y a lieu de
faire droit à la requête de l’appelant en production de
nouveaux éléments de preuve, d’accueillir le pourvoi
et d’ordonner la tenue d’un nouveau procès. Le juge du
procès a toutefois commis une erreur fatale en disant au
jury qu’il pouvait déclarer l’appelant coupable sur la foi
du seul témoignage de L.M.
Crown counsel asked the judge to instruct the jury
that they could convict the appellant on the evidence of
one eyewitness alone. Counsel made clear that he was
referring specifically to the testimony of L.M. In his
closing address, Crown counsel proceeded on the un­
derstanding that the trial judge would charge the jury to
that effect. At no point in his charge did the trial judge
correct these assertions by the Crown. Pursuant to the
Crown’s closing argument, the jury would thus have as­
sumed that it was entitled to convict the appellant based
solely on L.M.’s eyewitness identification. This mis­
apprehension of the law was reinforced by the trial judge
in his instructions to the jury. Although the trial judge
urged caution, he informed the jury in unmistakable
terms that the testimony of one eyewitness could prop­
erly ground a conviction. The jury would therefore have
understood that this rule applied unless instructed oth­
erwise for a particular witness. No such instruction was
ever given. On the contrary, the trial judge explained that
identification evidence is stronger if the accused was
previously known to the witness. This was indisputably
a direct reference to L.M.’s evidence implicating the
ap­pellant. The trial judge’s subsequent instructions re­
garding L.M.’s evidence further reinforced Crown coun­
sel’s uncorrected statement to the jury that they could
convict the appellant on her photo identification alone. It
is not possible in light of this record to conclude that the
trial judge did not instruct the jury that it could convict
the appellant on the evidence of L.M. alone.
L’avocat du ministère public a demandé au juge
d’expliquer au jury qu’il pouvait déclarer l’appelant
coupable sur la base de la déposition d’un seul témoin
oculaire. L’avocat a clairement indiqué qu’il parlait
pré­cisément du témoignage de L.M. Dans sa plaidoirie
finale, l’avocat du ministère public s’est exprimé con­
for­mément à l’entente suivant laquelle le juge du pro­cès
donnerait au jury des directives en ce sens. Le juge du
procès n’a jamais corrigé dans son exposé ces affirma­
tions du ministère public. Aux termes de la plaidoirie
finale du ministère public, le jury aurait ainsi tenu pour
acquis qu’il était habilité à déclarer l’appelant coupable
en se fondant uniquement sur l’identification faite par
L.M., le témoin oculaire. Le juge du procès a renforcé
cette conception erronée du droit dans ses directives
adressées au jury. Bien que le juge du procès ait exhorté
le jury à la prudence, il lui a fait savoir sans équivoque
que la déposition d’un seul témoin oculaire pouvait
fonder une déclaration de culpabilité. Le jury aurait donc
compris que cette règle s’appliquait à moins que le juge
lui ait donné une directive contraire à l’égard d’un témoin
en particulier. Aucune directive de la sorte ne lui a été
donnée. Au contraire, le juge du procès a expliqué que
la preuve d’identification est plus solide si le témoin
connaissait déjà l’accusé. À n’en pas douter, il renvoyait
ainsi directement au témoignage de L.M. impliquant
l’appelant. Les directives subséquentes du juge du procès
relatives au témoignage de L.M. ont donné encore plus
de poids à la déclaration non corrigée faite par l’avocat
du ministère public aux jurés, selon laquelle ils pouvaient
déclarer l’appelant coupable sur le seul fondement
de son identification par L.M. à partir d’une photo. Il
est impossible de conclure, à la lumière du dossier en
l’espèce, que le juge du procès n’a pas expliqué au jury
qu’il pouvait déclarer l’appelant coupable sur la foi
du seul témoignage de L.M.
Cases Cited
Jurisprudence
By Rothstein J.
Citée par le juge Rothstein
Applied: Palmer v. The Queen, [1980] 1 S.C.R. 759;
referred to: R. v. Hay, 2010 SCC 54, [2010] 3 S.C.R. 206;
R. v. Mezzo, [1986] 1 S.C.R. 802; R. v. Turnbull, [1976] 3
Arrêt appliqué : Palmer c. La Reine, [1980] 1 R.C.S.
759; arrêts mentionnés : R. c. Hay, 2010 CSC 54,
[2010] 3 R.C.S. 206; R. c. Mezzo, [1986] 1 R.C.S. 802; R. c.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
699
All E.R. 549; R. v. Hibbert, 2002 SCC 39, [2002] 2 S.C.R.
445; R. v. Canning, [1986] 1 S.C.R. 991; R. v. Nikolovski,
[1996] 3 S.C.R. 1197; R. v. Arcuri, 2001 SCC 54, [2001] 2
S.C.R. 828; R. v. Reitsma, [1998] 1 S.C.R. 769, rev’g
(1997), 97 B.C.A.C. 303; R. v. Zurowski, 2004 SCC 72,
[2004] 3 S.C.R. 509; United States of America v. Shep­
hard, [1977] 2 S.C.R. 1067; R. v. Jaw, 2009 SCC 42, [2009]
3 S.C.R. 26; R. v. Avetysan, 2000 SCC 56, [2000] 2 S.C.R.
745; R. v. Candir, 2009 ONCA 915, 257 O.A.C. 119; R. v.
Pickton, 2010 SCC 32, [2010] 2 S.C.R. 198; R. v. G.D.B.,
2000 SCC 22, [2000] 1 S.C.R. 520; R. v. M. (P.S.) (1992), 77
C.C.C. (3d) 402; McMartin v. The Queen, [1964] S.C.R.
484; R. v. Stolar, [1988] 1 S.C.R. 480.
Turn­bull, [1976] 3 All E.R. 549; R. c. Hibbert, 2002 CSC 39,
[2002] 2 R.C.S. 445; R. c. Canning, [1986] 1 R.C.S. 991;
R. c. Nikolovski, [1996] 3 R.C.S. 1197; R. c. Arcuri,
2001 CSC 54, [2001] 2 R.C.S. 828; R. c. Reitsma, [1998]
1 R.C.S. 769, inf. (1997), 97 B.C.A.C. 303; R. c. Zurowski,
2004 CSC 72, [2004] 3 R.C.S. 509; États-Unis d’Amé­
rique c. Shephard, [1977] 2 R.C.S. 1067; R. c. Jaw, 2009
CSC 42, [2009] 3 R.C.S. 26; R. c. Avetysan, 2000 CSC 56,
[2000] 2 R.C.S. 745; R. c. Candir, 2009 ONCA 915, 257
O.A.C. 119; R. c. Pickton, 2010 CSC 32, [2010] 2 R.C.S.
198; R. c. G.D.B., 2000 CSC 22, [2000] 1 R.C.S. 520; R.
c. M. (P.S.) (1992), 77 C.C.C. (3d) 402; McMartin c. The
Queen, [1964] R.C.S. 484; R. c. Stolar, [1988] 1 R.C.S.
480.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Criminal Code, R.S.C. 1970, c. C-34, s. 610.
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 683.
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 683.
Code criminel, S.R.C. 1970, ch. C-34, art. 610.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court
of Appeal (Moldaver, Blair and MacFarland JJ.A.),
2009 ONCA 398, 249 O.A.C. 24, [2009] O.J.
No. 1904 (QL), 2009 CarswellOnt 2518, affirming
the accused’s convictions for first degree murder
and attempted murder entered by McCombs J. Ap­
peal allowed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de
l’Ontario (les juges Moldaver, Blair et MacFarland),
2009 ONCA 398, 249 O.A.C. 24, [2009] O.J.
No. 1904 (QL), 2009 CarswellOnt 2518, qui a con­
firmé les déclarations de culpabilité de l’accusé de
meurtre au premier degré et tentative de meurtre
inscrites par le juge McCombs. Pourvoi accueilli.
James Lockyer, Philip Campbell and Joanne
McLean, for the appellant.
James Lockyer, Philip Campbell et Joanne
McLean, pour l’appelant.
Susan L. Reid, for the respondent.
The judgment of McLachlin C.J. and LeBel,
Abella, Rothstein, Cromwell and Wagner JJ. was
delivered by
Rothstein J. —
Susan L. Reid, pour l’intimée.
Version française du jugement de la juge en chef
McLachlin et des juges LeBel, Abella, Rothstein,
Cromwell et Wagner rendu par
Le juge Rothstein —
I. Introduction
I. Introduction
[1] Leighton Hay was convicted of first degree
murder and attempted murder for a shooting that
took place in a Toronto nightclub. He appeals his
con­viction on two grounds. First, he argues that the
trial judge erred by instructing the jury that he could
be convicted based solely on the testimony of the
one eyewitness who implicated him at trial. Second,
he has filed a motion in this Court to adduce fresh
[1] Leighton Hay a été déclaré coupable de meur­
tre au premier degré et de tentative de meurtre à la
suite d’une fusillade survenue dans une boîte de
nuit de Toronto. Il se pourvoit devant nous con­
tre sa déclaration de culpabilité en invoquant deux
moyens. Premièrement, il soutient que le juge
du procès a donné une directive erronée au jury
en lui disant qu’il pouvait rendre un verdict de
700
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
ev­idence, which, he says, warrants acquittal or a new
trial.
culpabilité sur la seule foi de la déposition de
l’unique témoin oculaire l’ayant impliqué lors du
procès. Deuxièmement, il a demandé à la Cour
l’autorisation de produire un nouvel élément de
preuve qui, selon lui, justifie son acquittement ou
la tenue d’un nouveau procès.
[2] I agree with the Court of Appeal that the
trial judge did not err in instructing the jury. The
eyewitness testimony against Mr. Hay on its own
could not have supported an inference of guilt be­
yond a reasonable doubt; however, the trial judge’s
instruction, read as a whole, did not instruct the jury
that it could convict Mr. Hay based solely on her
testimony.
[2] Je conviens avec la Cour d’appel que les
directives que le juge du procès a adressées au jury
n’étaient pas entachées d’erreur. La déposition du
témoin oculaire impliquant M. Hay ne pouvait, à
elle seule, étayer une inférence de culpabilité hors
de tout doute raisonnable; toutefois, les directives du
juge, considérées dans leur ensemble, n’indiquaient
pas au jury qu’il pouvait déclarer M. Hay coupable
sur le seul fondement de ce témoignage.
[3] However, Mr. Hay’s motion to adduce fresh ev­
idence should be granted. He has asked this Court
to consider evidence from two experts who have fo­
rensically examined hair clipping exhibits that the
Crown relied on at trial to establish that Mr. Hay
shaved his head after the shooting. The evidence
was used to explain the discrepancy between the
eye­witness description of the shooter and Mr. Hay’s
ac­tual appearance at the time of arrest. It was also
ad­duced as evidence that Mr. Hay had attempted
an after-the-fact change of his appearance. The
fresh evidence indicates that the hair clippings did
not originate from Mr. Hay’s scalp. In my view,
Mr. Hay has satisfied the standard for adducing
fresh evidence articulated in Palmer v. The Queen,
[1980] 1 S.C.R. 759, at p. 775, and the appropriate
rem­edy is a new trial.
[3] Il y a lieu, cependant, d’autoriser M. Hay
à produire un nouvel élément de preuve. Celui-ci
a demandé à la Cour d’examiner la preuve appor­
tée par deux experts ayant effectué une analyse
criminalistique de bouts de poils que le ministère
public avait mis en preuve pour établir que M. Hay
s’était rasé la tête après la fusillade. Cette preuve
avait servi à expliquer pourquoi la description du
tireur donnée par le témoin oculaire ne correspondait
pas à l’apparence de M. Hay au moment de son
arrestation, et à démontrer que celui-ci avait tenté,
après le fait, de modifier son apparence. Or, les
nouveaux éléments de preuve indiquent que les
bouts de poils ne provenaient pas du cuir chevelu de
M. Hay. Je suis d’avis que M. Hay s’est conformé à
la norme énoncée dans Palmer c. La Reine, [1980] 1
R.C.S. 759, p. 775, en matière de production d’une
nouvelle preuve et que la tenue d’un nouveau pro­
cès constitue la réparation appropriée.
II. Factual Background
II. Contexte factuel
[4] In the early morning of July 6, 2002, two men
shot and killed Collin Moore in a Toronto nightclub.
The men also shot at Collin’s brother, Roger Moore,
who escaped with a graze to his forehead.
[4] Tôt le matin du 6 juillet 2002, deux hommes
ont fait feu sur Collin Moore dans une boîte de nuit
de Toronto et l’ont tué. Ils ont également tiré sur
son frère, Roger Moore, qui s’en est cependant sorti
avec une égratignure au front.
[5] The evidence at trial established that Collin
was hosting a monthly fundraising event at the
night­club. Sometime after midnight, three or four
[5] Il a été établi au procès que Collin animait
une soirée-bénéfice mensuelle dans la boîte de
nuit. Peu après minuit, trois ou quatre hommes sont
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
701
men arrived at the club and refused to pay the entry
fee. Two of the intruders were Gary Eunick, who
was seen wearing an orange vest, and his brother,
both of whom were known by multiple witnesses
at the club. The intruders pushed their way into the
lobby of the club. When Collin and Roger inter­
vened, a fight broke out in which beer bottles were
broken and the glass door of the club was smashed.
arrivés à l’établissement et ont refusé de payer le
coût d’entrée. De multiples témoins présents con­
naissaient deux d’entre eux, soit Gary Eunick qui,
d’après les témoignages, portait une veste orange,
et son frère. Les intrus ont forcé leur chemin dans le
vestibule. Lorsque Collin et Roger sont intervenus,
une bagarre a éclaté, des bouteilles de bière ont été
fracassées et la porte vitrée de la boîte de nuit a volé
en éclats.
[6] Following the fight in the lobby, Collin and
Roger retreated to the nightclub’s kitchen. The
intruders exited the club, at which point Mr. Eunick
was seen fidgeting with a gun in the parking lot.
Minutes later, he and two of the other intruders, one
wearing a blue/green shirt, returned to the night­
club. Mr. Eunick was armed with a semi-automatic
handgun and the man in the blue/green shirt carried
a long barrel revolver. Mr. Eunick and the man
in the blue/green shirt entered the kitchen, where
they shot Collin eight times, killing him. They also
shot at Roger, who was grazed by a bullet and only
slightly wounded.
[6] Après la bagarre dans le vestibule, Collin et
Roger ont retraité à la cuisine. Les intrus sont sor­
tis de la boîte de nuit, et M. Eunick a alors été vu
en train de manier une arme à feu dans le station­
nement. Quelques minutes plus tard, il est revenu
dans l’établissement, accompagné de deux des
autres intrus, dont un qui portait une chemise de
couleur bleue/verte. M. Eunick tenait une arme
de poing semi-automatique et l’homme à la che­
mise bleue/verte tenait un revolver à canon long.
M. Eunick et l’homme à la chemise bleue/verte
sont allés à la cuisine et ont fait feu à huit repri­
ses sur Collin, le tuant. Ils ont également tiré sur
Roger, qui a été effleuré par un projectile et n’a
subi qu’une blessure superficielle.
[7] The owner of the nightclub saw Mr. Eunick
leaving the club in a green Honda and recorded
the licence plate number. The car was registered to
Lydia Hay, who resided at 6927 Chigwel Court,
with her daughter Lisa Hay, who was Gary Eunick’s
girl­friend, and her son Leighton Hay, the appellant.
The police arrived at the Chigwel residence within
approximately half an hour of the shooting, where
they found the green Honda in the driveway. They
surveilled the residence for approximately the next
10 hours.
[7] Le propriétaire de la boîte de nuit a vu
M. Eunick quitter les lieux dans une voiture de mar­
que Honda, de couleur verte, et a noté le numéro
de la plaque. La voiture était immatriculée au nom
de Lydia Hay, qui résidait au 6927 Chigwel Court,
avec sa fille, Lisa Hay — la petite amie de Gary
Eunick — et son fils, Leighton Hay, l’appelant. Les
policiers sont arrivés à la résidence de Chigwel
Court environ une demi-heure après la fusillade et
ont noté la présence de la voiture Honda verte garée
dans l’entrée. Ils ont alors surveillé la résidence pen­
dant une dizaine d’heures.
[8] While the police were surveilling the home,
several witnesses from the nightclub were shown
photo lineups at the police station. Multiple wit­
nesses were able to confidently identify Gary
Eu­nick as the shooter in an orange vest with the
semi-automatic gun. Given Mr. Hay’s connection to
the Chigwel residence and a database lookup that
revealed he had a prior firearm conviction, the po­
lice considered him a suspect. Leisa Maillard, an
[8] Entre-temps, au poste de police, avaient
lieu des séances d’identification photographi­que
auxquelles avaient été convoqués plusieurs témoins
de l’incident à la boîte de nuit. Un bon nom­bre d’entre
eux ont d’ailleurs pu identifier avec assurance Gary
Eunick au tireur à la veste orange et à l’arme semiautomatique. Étant donné les liens existant entre
M. Hay et la résidence de Chigwel Court et ses anté­
cédents criminels en matière d’armes à feu, révélés
702
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
ac­quaintance of Collin Moore who was in the kitchen
at the time the intruders entered to shoot him, was
shown a lineup containing a photo of Mr. Hay.
When asked about the identity of the shooter in the
blue/green shirt, she selected Mr. Hay’s photo. The
details of that selection are discussed in more detail
later.
par l’interrogation de bases de données, la police le
considérait comme un suspect. Une série de photos
comprenant celle de M. Hay a donc été montrée à
Leisa Maillard, une connaissance de Collin Moore
qui se trouvait dans la cuisine lorsque les intrus y
sont entrés et ont tiré sur lui. Quand on a demandé
à Mme Maillard d’identifier le tireur à la chemise
bleue/verte, elle a désigné la photo de M. Hay. Nous
reviendrons plus loin sur cette identification de
façon plus détaillée.
[9] Neither party proffered evidence as to whether
Mr. Hay’s photo was included in the lineups shown
to witnesses other than Ms. Maillard.
[9] Aucune des parties n’a présenté de preuve
établissant si la photo de M. Hay figurait parmi
les photos présentées à d’autres témoins que
Mme Maillard.
[10] At approximately noon, following the shoot­
ing, Lisa Hay, Mr. Hay’s sister, emerged from the
Chigwel residence and appeared as though she was
prepared to clean the green Honda. At this point, the
police moved in, secured the residence, and arrested
Gary Eunick and Leighton Hay. The men were sub­
sequently charged with the first degree murder of
Collin Moore and the attempted murder of Roger
Moore.
[10] Après la fusillade, vers midi, Lisa Hay, sœur
de M. Hay, est sortie de la résidence de Chigwel
Court et semblait s’apprêter à laver la voiture Honda
verte. La police est alors intervenue, a sécurisé la
résidence et a arrêté Gary Eunick et Leighton Hay,
lesquels ont par la suite été accusés du meurtre au
premier degré de Collin Moore et de tentative de
meurtre à l’endroit de Roger Moore.
III. Procedural History
III. Historique judiciaire
A. Trial Proceedings
A. Le procès
[11] Mr. Eunick and Mr. Hay were tried together
on both counts. The Crown’s theory at trial was that
Mr. Eunick and Mr. Hay were the two men who
entered the kitchen and shot at the Moore brothers.
[11] MM. Eunick et Hay ont été jugés ensemble
relativement aux deux chefs d’accusation. Selon
la thèse du ministère public exposée au procès, il
s’agissait des deux hommes qui étaient entrés dans
la cuisine et avaient fait feu sur les frères Moore.
[12] The identity of Mr. Eunick as one of the
shooters was never in serious doubt. Mr. Eunick was
identified by multiple witnesses at the nightclub, in­
cluding Collin Moore’s wife, who knew him, and
the club owner, who named him during his initial
911 call that night. The physical evidence connect­
ing Mr. Eunick to the shooting was also over­whelm­
ing. The Crown introduced evidence of a palm print
and blood found on the front door of the night­­club
that matched Mr. Eunick. It also introduced evi­
dence of several items found scattered around the
Chigwel residence that implicated Mr. Eunick,
[12] L’identification de M. Eunick avec l’un des
tireurs n’a jamais été sérieusement mise en doute.
En effet, il a été identifié par de nombreux témoins
présents à la boîte de nuit, dont l’épouse de Collin
Moore, qui connaissait M. Eunick, ainsi que par le
propriétaire de l’établissement, qui l’avait nommé
dans l’appel initial au service 911. En outre, la
preuve matérielle reliant M. Eunick à la fusillade
était accablante. Le ministère public a mis en
preuve une empreinte de paume et un échantillon
de sang prélevés sur la porte d’entrée de la boîte
de nuit et correspondant à l’empreinte et au sang
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
703
in­cluding: a shopping bag recovered from the back
of the house containing the orange vest he wore at
the club, which had Mr. Eunick’s blood and gunshot
gran­ules on it; a backpack containing a white T-shirt
and blue jeans, which had Mr. Eunick’s blood and
gunshot residue on them; shoes in Lisa Hay’s
closet, which had glass shards in the treads from
the broken door at the club; bullets found in a sock
in a hamper at the entrance to Mr. Hay’s bedroom,
one of which may have been cycled through (i.e.
was at some point loaded in the chamber of the
semi-automatic handgun fired by Mr. Eunick); and
Mr. Eunick’s blood in the front passenger area of
the Honda Civic.
de M. Eunick. Il a également présenté en preuve
divers articles recueillis à la résidence de Chig­
wel Court et impliquant M. Eunick, notamment un
sac à provisions récupéré à l’arrière de la maison
et contenant la veste orange qu’il portait dans la
boîte de nuit, maculée de son sang et de granules
de poudre; un sac à dos dans lequel se trouvaient un
tee-shirt blanc et un jeans, eux aussi tachés du sang
de M. Eunick et de résidus de poudre; des chaussu­
res trouvées dans le placard de Lisa Hay, et dont les
semelles retenaient des éclats de verre provenant de
la porte brisée de la boîte de nuit; des balles d’arme
à feu à l’intérieur d’une chaussette trouvée dans
un panier à linge sale à l’entrée de la chambre de
M. Hay — dont une aurait pu connaître un cycle
d’armement, c.-à-d. qu’elle aurait été chargée à un
certain moment dans la chambre de l’arme de poing
semi-automatique utilisée par M. Eunick —; et du
sang de M. Eunick prélevé du côté du passager à
l’avant de l’habitacle de la voiture Honda Civic.
[13] The Crown’s theory was that Mr. Hay was the
second shooter — the man with the long barrel re­
volver wearing a blue/green shirt. Mr. Hay’s de­fence
was that he never went to the club with Mr. Eunick
that night and was instead at home sleeping during
the relevant period.
[13] Selon la thèse du ministère public, M. Hay
était le deuxième tireur, l’homme qui portait la
chemise bleue/verte et tenait un revolver à canon
long. Ce dernier a soutenu pour sa défense qu’il
n’était pas allé à la boîte de nuit avec M. Eunick
cette nuit-là et qu’il dormait à la maison pendant la
période en cause.
[14] The Crown’s case against Mr. Hay consisted
of testimony from Ms. Maillard and four pieces of
physical evidence: (1) the aforementioned bullets in
a sock, which were found in a laundry hamper at the
entrance of Mr. Hay’s bedroom; (2) a white T-shirt,
which contained a particle of gunshot residue, found
in the same hamper; (3) hair clippings found in a
newspaper in the bathroom garbage; and (4) hair
clippings found in an electric razor in Mr. Hay’s
nightstand. An understanding of the relevance of
each piece of evidence and the overall strength of
the Crown’s case is necessary to evaluate Mr. Hay’s
arguments on appeal.
[14] La preuve à charge du ministère public à
l’encontre de M. Hay était constituée du témoignage
de Mme Maillard et de quatre éléments de preuve
matérielle : (1) les balles susmentionnées, trouvées
à l’intérieur d’une chaussette dans un panier à linge
sale à l’entrée de la chambre de M. Hay, (2) un teeshirt blanc provenant du même panier et sur lequel
on avait décelé une particule de résidu de poudre,
(3) des bouts de poils trouvés dans un journal dans
la poubelle de la salle de bain, et (4) des bouts de
poils recueillis dans un rasoir électrique déposé dans
la table de nuit de M. Hay. Il faut bien compren­
dre la pertinence de chaque élément de preuve et la
force probante générale de la preuve du ministère
public pour apprécier les arguments que M. Hay a
invoqués en appel.
704
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
(1)Ms. Maillard’s Eyewitness Evidence
(1)La déposition de Mme Maillard, le témoin
oculaire
[15] Ms. Maillard was the only eyewitness who
implicated Mr. Hay as one of the shooters. She
tes­tified that she was in the kitchen when the two
shooters entered and that she focused her attention
on the shooter who was wearing the blue/green
plaid button-up shirt with a white T-shirt under­
neath and who carried a long barrel revolver. She
described him as having two-inch long “picky”
dreadlocks: A.R., vol. II, at p. 832. According to her
testimony, she said to the shooter: “You don’t have
to do this, you know. If you guys want to fight,
just fight. He has a wife and kids” (p. 835). At that
point, the man turned to her, pointed his gun, and
said, “Shut your blood clot before I kill you” (ibid.).
Ms. Maillard continued to focus on the man in the
blue/green shirt, who moved further into the kitchen
and began firing at the Moore brothers. After the
fourth shot, she left the kitchen and hid in the
hallway.
[15] Mme Maillard est le seul témoin oculaire
ayant désigné M. Hay comme l’un des tireurs. Selon
son témoignage, elle se trouvait dans la cuisine lors­
que les deux tireurs y sont entrés, et son attention
s’est dirigée vers celui qui portait un tee-shirt blanc
avec une chemise à carreaux bleue/verte bou­ton­
née et qui tenait un revolver à canon long. Selon
elle, il portait des tresses rastas [TRADUCTION] « ébou­
riffées » longues de deux pouces : d.a., vol. II,
p. 832. Toujours d’après son témoignage, elle a
dit au tireur : « Ce n’est pas nécessaire de faire ça,
tu sais. Si vous voulez vous battre, battez-vous. Il
a une femme et des enfants » (p. 835). L’homme
s’est alors tourné vers elle et l’a mise en joue en lui
lançant : [TRADUCTION] « Ferme ta maudite gueule
ou je te descends » (ibid.). Mme Maillard a continué
d’observer l’homme à la chemise bleue/verte qui
s’est encore avancé dans la cuisine avant de com­
mencer à tirer sur les frères Moore. Après le qua­
trième coup de feu, elle est sortie de la cuisine et
s’est cachée dans le couloir.
[16] As mentioned above, following the shooting,
the police suspected that Mr. Hay might be the
second shooter and included his picture in a photo
lineup shown to Ms. Maillard. The evidence at trial
es­tablished that the lineup contained 12 photos,
one photo of Mr. Hay that was taken roughly two
years earlier and 11 photos depicting men with sim­
ilar features.
[16] Après la fusillade, on l’a vu, la police soup­
çon­nait M. Hay d’être le deuxième tireur et a donc
inclus sa photo dans une séance d’identification
photo­graphique tenue avec Mme Maillard. La preuve
présentée au procès établit que 12 photos ont
alors été montrées, soit une photo de M. Hay prise
environ deux ans auparavant et 11 photos d’hommes
partageant des traits similaires.
[17] Detective Derek Young provided Ms. Maillard
with a series of cautions before show­ing her the
photo lineup. In particular, he informed her that he
would be showing her a page with 12 pho­tos on it
that may or may not include a photo of the suspect.
He informed her that she should go through each of
the 12 photos before selecting anyone and that she
should not rely heavily on facial features that might
change. He told her that if she was able to identify
the shooter with 100 percent positivity, she should
say so, and if not, she should provide a percentage
on the likelihood that the person she has selected
was the suspect.
[17] Le détective Derek Young a servi plusieurs
mises en garde à Mme Maillard avant de lui exhiber
les photos. Il lui a notamment mentionné qu’il allait
lui montrer une page présentant 12 photos, parmi
lesquelles pourrait ou non se trouver une photo du
suspect. Il lui a dit qu’elle devait, avant de sélection­
ner une photo, examiner toutes les photos et qu’elle
ne devait pas attacher trop d’importance aux carac­
téristiques faciales susceptibles de changer. Il a
ajouté que si elle était en mesure d’identifier le
tireur avec une certitude absolue, elle devait le dire;
sinon, elle devait préciser le pourcentage de proba­
bilité, selon elle, que la personne dont elle avait
sélectionné la photo soit le suspect.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
[18] Det. Young’s and Ms. Maillard’s testi­mony
established that Ms. Maillard looked at each photo
in the lineup and that when she reached the photo
depicting Mr. Hay, she became shaken up. She
pointed at the photo and stated: “Out of all of these
pictures this gentleman most fits the description
of the gentlemen I saw shooting”: A.R., vol. III, at
p. 999. She stated to the investigating officer that in
her belief, the photo of Mr. Hay depicted the shooter
in the blue/green shirt and on “a percentage scale I
would probably say maybe 80 percent” (pp. 97980). Det. Young then sought to clarify her statement
with the following exchange:
Le juge Rothstein
705
[18] Il ressort des témoignages du détective
Young et de Mme Maillard que celle-ci a regardé cha­
cune des photos et qu’elle s’est agitée en regar­
dant celle de M. Hay. Elle a désigné la photo en
déclarant : [TRADUCTION] « Parmi toutes ces photos,
c’est cet homme qui correspond le mieux à celui que
j’ai vu tirer » : d.a., vol. III, p. 999. Elle a déclaré à
l’enquêteur qu’elle croyait que la photo de M. Hay
représentait le tireur à la chemise bleue/verte, et a
ajouté : « . . . en pourcentage, je dirais à environ
80 p. 100 » (p. 979-980). Le détective Young a alors
cherché à lui faire préciser sa déclaration, ce qui a
donné lieu à l’échange suivant :
[TRADUCTION]
[Det. Young:]
Are you saying that this photograph
depicts the likeness about 80 percent
of the person?
.
.
[Det. Young:]
.
.
[Det. Young:] .
[Mme Maillard :] C’est ça.
. . .
[Dét. Young :]
La personne qui a tiré?
. . .
.
[Ms. Maillard:] That’s correct.
.
. . .
.
That did the shooting?
.
Affirmez-vous que cette photo res­
semble à la personne à environ 80
p. 100?
.
[Ms. Maillard:] That’s correct.
.
[Dét. Young :]
[Mme Maillard:] C’est ça.
. . .
.
But are you saying this is the person
that did the shooting? I have to have a
yes or no.
[Dét. Young :] Mais est-ce que vous dites que c’est
la personne qui a tiré? Vous devez
répondre par un oui ou un non.
. . .
. . .
[Ms. Maillard:] No, the photograph is about 80 per­cent
. . . of what depicts the likeness of the
person that did the shooting.
[Mme Maillard :] Non. La photo ressemble à la per­sonne
qui a tiré à environ 80 p. 100.
.
[Det. Young:] .
. . .
.
[Dét. Young :] Okay.
.
.
.
[Ms. Maillard:] I wish I could. [A.R., vol. III, at
pp. 1014-16]
O.K.
. . .
[Mme Maillard :] Je souhaiterais pouvoir le dire. [d.a.,
vol. III, p. 1014-1016]
706
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[19] At trial, Ms. Maillard took the position that
she did intend to identify Mr. Hay as the shooter in
the blue/green shirt. She explained her comment
that the photo shared 80 percent of the likeness of
the shooter as follows:
[19] Au procès, Mme Maillard a déclaré que son
intention était d’identifier M. Hay au tireur à la
che­mise bleue/verte. Elle a ainsi expliqué son com­
mentaire selon lequel la photo lui ressemblait à
80 p. 100 :
I meant that the photograph being a photocopy,
about not being able to pick up the facial hair, not being
able to see, you know, knowing that it might not be a
cur­rent photograph of him, noting that his hair might
be different, taking into account all those factors that
I was told and being — seeing someone get shot and
knowing that this is something very important that I was
doing, picking somebody, you know, out of a line-up that
was responsible for a man dying, I was being cautious.
[A.R., vol. II, at pp. 856-57]
[TRADUCTION] Je voulais dire que la photo étant une
photocopie, que je ne pouvais distinguer la pilosité du
visage, je ne pouvais voir, vous comprenez, et je savais
que ça pouvait être une photo non récente et que les
cheveux pouvaient avoir changé. Je tenais compte de
tous les facteurs dont on m’avait parlé, et après avoir vu
quelqu’un se faire tirer dessus, et sachant que je faisais
quelque chose de très important, c’est-à-dire identifier
quelqu’un, à partir d’une série de photos, qui était res­
ponsable de la mort d’un homme, j’étais prudente. [d.a.,
vol. II, p. 856-857]
[20] According to Ms. Maillard’s testimony, a
day or two after the shooting, she called the police
station “to find out whether or not [her] I.D. was
pretty much the right person or not”: A.R., vol. II, at
pp. 893-94.
[20] Selon le témoignage de Mme Maillard, elle a
téléphoné au poste de police un jour ou deux après
la fusillade [TRADUCTION] « pour savoir si l’identifi­
cation [qu’elle avait faite] correspondait assez bien
à la bonne personne » : d.a., vol. II, p. 893-894.
[21] Three weeks after the shooting, Ms. Maillard
participated in a second photo lineup, in which she
was shown a number of photographs in sequence
and asked if any matched the shooter in the blue/
green shirt. The photo sequence contained the photo
of Mr. Hay taken on the day of his arrest, following
the shooting. However, Ms. Maillard did not select
any photo from the sequence. Ms. Maillard testified
at trial that she just “flipped through” the photos
and stated that the arrest photo did not have a
gaunt face, as she had recalled the shooter at the
club: A.R., vol. II, at p. 895.
[21] Trois semaines après la fusillade,
Mme Maillard a participé à une deuxième séance
d’identification photographique au cours de
laquelle on lui a présenté plusieurs photos de façon
séquen­tielle en lui demandant d’indiquer si l’une
d’elles correspondait au tireur à la chemise bleue/
verte. La série de photos comprenait une photo de
M. Hay prise le jour de son arrestation, après la
fusillade, mais Mme Maillard n’a désigné aucune
des photos. Elle a témoigné, au procès, qu’elle avait
[TRADUCTION] « passé vite » sur les photos, et que
la photo prise lors de l’arrestation ne montrait pas
un homme au visage émacié conforme au souvenir
qu’elle conservait du tireur de la boîte de nuit : d.a.,
vol. II, p. 895.
[22] Finally, defence counsel elicited testimony
from Ms. Maillard that at the preliminary inquiry,
she repeatedly identified Mr. Eunick, not Mr. Hay,
as the shooter in the blue/green shirt. Ms. Maillard
testified that she erroneously pointed out Mr. Eunick
because she was nervous and scared, and because
Mr. Hay had bulked up since the shooting.
[22] Enfin, l’avocat de la défense a fait témoigner
Mme Maillard sur le fait qu’à l’enquête préliminaire,
elle avait plusieurs fois identifié M. Eunick, et non
M. Hay, au tireur à la chemise bleue/verte. Elle a
répondu s’être trompée en désignant M. Eunick
parce qu’elle était nerveuse, qu’elle avait peur et
que M. Hay avait pris du poids depuis la fusillade.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
707
[23] Ms. Maillard was not asked at trial if she
could make an in-court identification of Mr. Hay.
[23] Lors du procès, on n’a pas demandé à
Mme Maillard si elle pouvait identifier M. Hay
dans la salle d’audience.
(2)Physical Evidence: Bullets, White T-Shirt
and Hair Clippings
(2)La preuve matérielle : les balles, le tee-shirt
blanc et les bouts de poils
[24] As mentioned above, the Crown intro­
duced the following physical evidence implicating
Mr. Hay: (1) bullets found in a sock in a laundry
hamper in his bedroom, one of which may have been
cy­cled through the semi-automatic hand­gun fired
by Mr. Eunick; (2) a white T-shirt in the same ham­
per with one granule of gunshot residue on it; (3) hair
clip­pings from a newspaper in the garbage of the
bathroom nearest to Mr. Hay’s bedroom; and (4)
hair clippings in an electric razor found in Mr. Hay’s
nightstand.
[24] Comme je l’ai déjà indiqué, le ministère
public a présenté les éléments de preuve matérielle
suivants pour démontrer l’implication de M. Hay :
(1) des balles trouvées dans une chaussette retirée
d’un panier à linge dans sa chambre — une de ces bal­
les pouvait avoir été engagée dans l’arme de poing
semi-automatique dont s’était servi M. Eunick —,
(2) un tee-shirt blanc provenant du même panier à
linge et sur lequel il y avait une granule de résidu de
poudre, (3) des bouts de poils trouvés dans un jour­
nal jeté dans la poubelle de la salle de bain la plus
près de la chambre de M. Hay, et (4) des bouts de
poils provenant d’un rasoir électrique trouvé dans la
table de nuit de M. Hay.
[25] The bullets and white T-shirt implicated
Mr. Hay in the crime based on the location in which
they were found — the hamper in his bedroom —
and the expert testimony associating them with the
shooting. With respect to the bullets, the Crown’s
firearms expert testified that one of the unfired bul­
lets found in the sock had been cycled through the
semi-automatic gun used by Mr. Eunick in the
shoot­ing. Mr. Hay’s firearm expert did not dispute
the methodology or assumptions made by the
Crown expert, but testified that he was unable to
reach the same conclusion. It was undisputed that
if the bullets in the sock had any connection to the
shooting, it was to the semi-automatic gun fired by
Mr. Eunick and not the long barrel revolver used by
the shooter in the blue/green shirt.
[25] Les balles et le tee-shirt blanc impliquaient
M. Hay à cause de l’endroit où ils avaient été
trouvés — le panier à linge dans sa chambre — et
du témoignage d’expert qui les reliait à la fusillade.
L’expert en armes à feu cité par le ministère public
a déclaré que l’une des balles non utilisées trouvées
dans la chaussette avait été engagée dans l’arme
semi-automatique dont M. Eunick s’était servi
lors de la fusillade. L’expert en armes à feu cité
par l’avocat de M. Hay n’a pas remis en question
la méthodologie suivie par l’expert du ministère
public ni les hypothèses qu’il a formulées, mais il a
témoigné ne pas pouvoir tirer la même conclusion.
Il était incontestable que s’il existait un lien entre
les balles trouvées dans la chaussette et la fusillade,
c’était avec l’arme semi-automatique utilisée par
M. Eunick et non le revolver à canon long utilisé
par le tireur à la chemise bleue/verte.
[26] The white T-shirt was tied to the shooting by
virtue of the eyewitness testimony that the shooter
in the blue/green shirt was wearing a white T-shirt
underneath and the fact that the T-shirt was found
on the top of Mr. Hay’s laundry hamper with one speck
of gunshot residue on it. The Crown’s theory was
that Mr. Hay put the bullets and his white T-­shirt
[26] Le tee-shirt blanc était lié à la fusillade en
raison des dépositions des témoins oculaires affir­
mant que le tireur à la chemise bleue/verte en portait
un sous sa chemise, et parce qu’il avait été trouvé sur
le dessus de la pile de linge dans le panier de M. Hay
et qu’il y avait une granule de résidu de poudre des­
sus. Le ministère public soutenait que M. Hay avait
708
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
in the hamper upon returning home from the
shooting.
mis les balles et son tee-shirt blanc dans le panier à
son retour à la maison après la fusillade.
[27] The defence argued that Mr. Eunick, who
had testified that he used the bathroom next to
Mr. Hay’s bedroom upon returning from the club,
placed the bullets in Mr. Hay’s hamper, which was
located just inside the entrance to the bedroom. In
the process of doing so, Mr. Eunick contaminated
the white T-shirt on the top of the hamper with a
single granule of gunshot residue. According to the
defence, this was supported by the fact that there
was no gunshot residue found on any of the other
items in the hamper.
[27] La défense a fait valoir que M. Eunick — qui
avait témoigné être allé, à son retour de la boîte de
nuit à la salle de bain située à côté de la chambre
de M. Hay — avait placé les balles dans le panier
de M. Hay situé à l’entrée de la chambre à coucher.
Ce faisant, M. Eunick avait contaminé le tee-shirt
blanc qui se trouvait sur le dessus de la pile avec une
seule granule de résidu de poudre. Selon la défense,
l’absence de résidu de poudre sur les autres pièces
déposées dans le panier étayait cette thèse.
[28] The other physical evidence introduced by
the Crown was hair clippings obtained from two
places: (1) a crumpled page of newspaper dated
three weeks earlier found in the waste basket in
the bathroom near Mr. Hay’s bedroom and (2)
an electric razor found in the nightstand next to
Mr. Hay’s bed. The evidence established that the
hairs in the newspaper and the razor were less than
a centimeter long. The hair was not submitted to
a forensic expert for trial and no expert testified
regarding the hair.
[28] L’autre élément de preuve matérielle du
ministère public consistait en des bouts de poils
recueillis à deux endroits : (1) dans une feuille de
journal froissée vieille de trois semaines recueillie
dans la poubelle de la salle de bain située près de la
chambre de M. Hay, et (2) dans un rasoir électrique
trouvé dans la table de nuit à côté du lit de M. Hay.
La preuve a établi que les cheveux trouvés dans le
journal et le rasoir mesuraient moins d’un centi­
mètre. Les cheveux n’ont pas été soumis à un expert
en criminalistique en vue du procès et aucun expert
n’a témoigné à leur sujet.
[29] The Crown’s theory with respect to the
hair clippings was that Mr. Hay shaved his head
upon returning home from the shooting. This was
necessary to explain the discrepancy between
the eye­witness testimony — which indicated that
the second shooter had dreadlocks that were two
inches or longer — and the length of Mr. Hay’s hair
when he was arrested — which was very short. It
was also used to explain why Ms. Maillard was not
able to identify Mr. Hay based on the arrest photo
shown to her three weeks after the shooting. The
Crown also suggested that the haircut represented
an after-the-fact attempt by Mr. Hay to change his
appearance to cover up his involvement in the
shooting.
[29] Selon la thèse du ministère public concer­
nant les bouts de poils, M. Hay s’était rasé la
tête à son retour à la maison après la fusillade. Il
fallait en effet expliquer pourquoi la longueur des
cheveux de M. Hay lors de son arrestation — il
avait les che­veux très courts — ne correspondait
pas à la longueur décrite par les témoins oculaires,
selon les­quels le second tireur portait des tresses
rastas lon­gues d’au moins deux pouces. Cette thèse
devait aussi expliquer pourquoi, trois semaines
après la fusil­lade, Mme Maillard n’avait pas pu
identifier M. Hay à partir de la photo prise lors de
son arrestation. Le ministère public a également
soutenu qu’en se coupant les cheveux, M. Hay avait
tenté, après le fait, de modifier son apparence pour
dissimuler son implication dans la fusillade.
[30] In addition to this physical evidence, the
Crown also introduced a videotape of the Chigwel
Court residence recorded after Mr. Eunick and
Mr. Hay were arrested. One scene in the video
[30] Outre ces éléments de preuve matérielle, le
ministère public a aussi déposé un enregistrement
vidéo montrant la résidence de Chigwel Court,
réalisé après l’arrestation de MM. Eunick et Hay,
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
709
de­picts a blue shirt draped on a bunk bed in a second
bedroom in the home. However, the record does not
indicate that the Crown ever sought to seize the
shirt, let alone submit it for testing or present it to
one of the eyewitnesses to make the case that it was
the blue/green shirt worn by the second shooter.
et dans lequel on peut notamment voir une chemise
bleue étendue sur un lit superposé dans une autre
chambre à coucher. Toutefois, selon le dossier, le
ministère public n’a pas cherché à saisir la chemise
ni même à la faire analyser ou à la montrer à l’un des
témoins oculaires pour prouver qu’il s’agissait bien
de la chemise bleue/verte portée par le deuxième
tireur.
(3)Jury Verdict
(3)Le verdict du jury
[31] Based on the evidence described above,
the jury found Mr. Eunick and Mr. Hay guilty of
first d­ egree murder of Collin Moore and attempted
murder of Roger Moore.
[31] S’appuyant sur la preuve décrite précé­
demment, le jury a déclaré MM. Eunick et Hay
coupables du meurtre au premier degré de Collin
Moore et de tentative de meurtre à l’endroit de
Roger Moore.
B. Ontario Court of Appeal, 2009 ONCA 398, 249
O.A.C. 24
B. Cour d’appel de l’Ontario, 2009 ONCA 398,
249 O.A.C. 24
[32] In the Court of Appeal, Mr. Hay challenged
his conviction on the bases that the jury’s verdict
was unreasonable and that the trial judge erred in
instructing the jury on eyewitness identification.
Moldaver J.A., as he then was, wrote for a unan­
imous panel and dismissed the appeal.
[32] En Cour d’appel, M. Hay a contesté sa
déclaration de culpabilité aux motifs que le ver­
dict du jury était déraisonnable et que le juge du
procès avait adressé au jury des directives erronées
concernant l’identification par témoin oculaire.
Le juge Moldaver, maintenant juge de notre Cour,
rendant le jugement unanime de la Cour d’appel, a
rejeté l’appel.
[33] The court held that the jury’s verdict was
not unreasonable because, despite weaknesses in
Ms. Maillard’s eyewitness testimony, there was
other confirmatory evidence presented to the jury,
including the bullets and shirt found in Mr. Hay’s
hamper and the hair clippings, which allowed for
the “powerful inference” that Mr. Hay shaved his
head after the murder to disguise his appear­ance
(para. 36). The court acknowledged that the jury
could have drawn multiple inferences from the
evidence presented, but concluded that this con­
firmatory evidence “put this case over the unrea­
sonable verdict threshold” (ibid.).
[33] La Cour d’appel a conclu que, malgré des fai­
blesses relevées dans la déposition de Mme Maillard,
le témoin oculaire, le verdict du jury n’était pas dérai­
sonnable parce que d’autres éléments de preuve
cor­roborants présentés au jury, notamment les bal­
les et le tee-shirt trouvés dans le panier à linge de
M. Hay ainsi que les bouts de poils, autorisaient une
[TRADUCTION] « inférence solide » que M. Hay s’était
rasé la tête après le meurtre pour modifier son
apparence (par. 36). La Cour d’appel a reconnu que
le jury aurait pu tirer de multiples inférences de
la preuve présentée, mais elle a conclu que cette
preuve corroborante « élev[ait] le ver­dict au-dessus
du seuil sous lequel un verdict est dérai­sonnable »
(ibid.).
[34] With respect to the trial judge’s instruction
to the jury on eyewitness identification, Mr. Hay
raised three arguments. First, he argued that the trial
[34] En ce qui concerne les directives que le juge
du procès a données au jury au sujet de l’iden­ti­fi­
cation par témoin oculaire, M. Hay a invoqué trois
710
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
judge erroneously instructed the jury that it could
convict Mr. Hay on the evidence of Ms. Maillard
alone. The Court of Appeal disagreed. In its view,
the trial judge did not instruct the jury that it could
convict on Ms. Maillard’s testimony alone. Rather,
the trial judge instructed the jury that it must look to
confirmatory evidence.
arguments. Il a d’abord soutenu que le premier juge
avait fait erreur en indiquant au jury qu’il pouvait
déclarer M. Hay coupable en se fondant sur le seul
témoignage de Mme Maillard. La Cour d’appel n’a
pas retenu cet argument, estimant que le juge du
procès n’avait pas donné une telle directive, mais
avait plutôt incité le jury à rechercher des éléments
de preuve corroborants.
[35] Mr. Hay raised two other challenges regard­
ing the trial judge’s instruction on eyewitness evi­
dence and challenged the trial judge’s instruc­tion
on the planning and deliberation requirement for
first degree murder. These challenges were rejected
by the Court of Appeal and have not been reargued
before this Court.
[35] M. Hay a soulevé deux autres motifs de
contestation à l’égard des directives portant sur le
témoignage de témoins oculaires et a aussi contesté
les directives concernant la préméditation et le pro­
pos délibéré, des éléments nécessaires pour qu’il
y ait meurtre au premier degré. La Cour d’appel a
rejeté ces moyens, qui n’ont pas été repris devant
notre Cour.
C. Motion for an Order to Release Exhibits
C. Requête sollicitant la production de pièces
[36] While the application for leave to appeal was
pending before this Court, Mr. Hay filed a motion to
compel the Crown to release two pieces of evidence
for forensic testing: the hair clippings found in the
crumpled newspaper and the hair clippings found
in the electric razor. Mr. Hay sought to forensically
examine the hair clippings to determine from what
part of the body the clippings came. This Court
allowed the motion; see R. v. Hay, 2010 SCC 54,
[2010] 3 S.C.R. 206, at para. 10. However, it de­
ferred consideration of any motion to adduce fresh
evidence to be considered with the appeal (para. 9).
[36] Pendant que la demande d’autorisation
d’appel devant nous suivait son cours, M. Hay a
demandé par requête que le ministère public soit
tenu de produire deux éléments de preuve à des fins
d’ana­lyse criminalistique, à savoir les bouts de poils
trouvés dans le journal froissé et ceux qui avaient
été prélevés dans le rasoir électrique. L’analyse sol­
licitée visait à faire déterminer de quelle partie du
corps provenaient ces éléments de preuve. Notre
Cour a accueilli la requête; voir R. c. Hay, 2010 CSC
54, [2010] 3 R.C.S. 206, par. 10. Elle a toutefois
reporté à l’audition du pourvoi l’examen de toute
requête en production de nouveaux éléments de
preuve (par. 9).
[37] On December 1, 2010, the parties submitted
a proposed protocol for releasing the hair clippings
and having them examined by the Centre of Foren­
sic Sciences. This Court ordered that the hairs be
released and examined in accordance with that pro­
tocol. Mr. Hay subsequently filed a motion under
s. 683 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, to
adduce the reports and testimony of experts who
con­ducted the forensic examination.
[37] Le 1er décembre 2010, les parties ont soumis
un projet de protocole visant la production des bouts
de poils pour analyse par le Centre des sciences
judi­ciaires. Puis, notre Cour en a ordonné la pro­duc­
tion et l’examen conformément au protocole. Par
la suite, M. Hay a déposé une requête fondée sur
l’art. 683 du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46,
pour présentation des rapports et des témoignages
des experts ayant procédé à l’analyse criminalis­ti­
que.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
711
IV. Issues
IV. Questions en litige
[38] This appeal presents two issues:
[38] Le présent pourvoi soulève deux questions :
(1)
Whether the trial judge erred by instructing
the jury that it could convict Mr. Hay based
on Ms. Maillard’s eyewitness evidence alone.
(1)
Le juge du procès a-t-il commis une erreur
en donnant au jury la directive qu’il pouvait
déclarer M. Hay coupable sur le seul fon­
dement de la déposition de Mme Maillard, le
témoin oculaire?
(2)
Whether Mr. Hay’s motion to adduce fresh
evidence should be granted and if so, what is
the appropriate remedy?
(2)
Y a-t-il lieu d’accueillir la requête de M. Hay
en production de nouveaux éléments de
preuve et, le cas échéant, quelle est la répa­
ration appropriée?
V. Analysis
V. Analyse
A. Jury Charge Regarding Eyewitness Testimony
A. L’exposé au jury relatif à la déposition des
témoins oculaires
[39] Mr. Hay argues that the trial judge erred by
instructing the jury that it could convict him on
Ms. Maillard’s eyewitness testimony alone. Like
the Court of Appeal, I am of the view that Mr. Hay’s
argument should be rejected. As I explain below, it
would have been an error to instruct the jury that
it could convict Mr. Hay based on Ms. Maillard’s
testimony alone because it was too weak to estab­
lish Mr. Hay’s guilt beyond a rea­sonable doubt.
However, read as a whole, the trial judge’s jury
charge did not instruct the jury that it could convict
based on Ms. Maillard’s testimony alone. Rather, it
instructed the jury that it must look to confirmatory
evidence. It is not disputed that Ms. Maillard’s tes­
timony in conjunction with the confirmatory evi­
dence was sufficient to support the conclusion that
Mr. Hay was guilty beyond a rea­sonable doubt and,
thus, there was no error in the jury charge.
[39] M. Hay plaide que le juge du procès a fait
erreur en expliquant au jury qu’il pouvait déclarer
M. Hay coupable en s’appuyant uniquement sur la
déposition de Mme Maillard, le témoin oculaire. Tout
comme la Cour d’appel, j’estime qu’on ne saurait
retenir cet argument. Ainsi que je l’expliquerai,
le fait d’expliquer au jury qu’il pouvait déclarer
M. Hay coupable sur le seul fondement du témoi­
gnage de Mme Maillard aurait certes constitué une
erreur parce que ce témoignage était trop faible
pour établir hors de tout doute raisonnable la cul­
pabilité de M. Hay. Toutefois, l’exposé du juge au
jury, pris dans son ensemble, n’indique pas qu’un
verdict de culpabilité pouvait être rendu sur la foi
de ce seul témoignage. De fait, il a plutôt donné
comme directive au jury qu’il devait rechercher des
éléments de preuve corroborants. Nul ne con­teste
que, jumelé à la preuve corroborante, le témoi­
gnage de Mme Maillard était suffisant pour fonder
une conclusion de culpabilité hors de tout doute
raisonnable et, par conséquent, l’exposé au jury
n’était entaché d’aucune erreur.
(1)Whether It Would Have Been an Error to
Instruct the Jury That It Could Convict Mr. Hay
Based on Ms. Maillard’s Testimony Alone
(1)Aurait-il été erroné d’expliquer au jury qu’il
pouvait déclarer M. Hay coupable sur la
seule foi du témoignage de Mme Maillard?
[40] The credibility and weight that should be
given to eyewitness testimony is an issue com­mitted
[40] Les questions relatives à la crédibilité des
témoins oculaires et au poids à accorder à leur
712
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
to the ultimate trier of fact — here, the jury: R. v.
Mezzo, [1986] 1 S.C.R. 802, at pp. 844-45. It is
well established that where the Crown relies on an
eyewitness identification, the trial judge has a duty
to caution the jury regarding the well-recognized
frailties of identification evidence; see Mezzo, at
p. 845, citing R. v. Turnbull, [1976] 3 All E.R. 549
(C.A.); R. v. Hibbert, 2002 SCC 39, [2002] 2 S.C.R.
445, at paras. 78-79 (per Bastarache J., dissent­ing,
al­though not on this point); R. v. Canning, [1986]
1 S.C.R. 991. However, a properly instructed jury
may conclude, notwithstanding the frailties of eye­­
wit­ness identification, that the eyewitness’ testi­
mony is reliable and may enter a conviction on those
grounds. This may be so even where the Crown has
relied on only a single eyewitness; see Mezzo, at
p. 844; R. v. Nikolovski, [1996] 3 S.C.R. 1197, at
para. 23.
témoignage relèvent du juge des faits — en l’espèce,
le jury : R. c. Mezzo, [1986] 1 R.C.S. 802, p. 844845. Il est bien établi que lorsque le minis­tère public a
recours à l’identification par témoin oculaire, le juge
du procès a l’obligation de mettre le jury en garde au
sujet des faiblesses reconnues de la preuve d’iden­
tification; voir Mezzo, p. 845, citant R. c. Turnbull,
[1976] 3 All E.R. 549 (C.A.); R. c. Hibbert, 2002
CSC 39, [2002] 2 R.C.S. 445, par. 78-­79 (le juge
Bastarache, dissident, mais non sur ce point); R. c.
Canning, [1986] 1 R.C.S. 991. Toute­fois, un jury
ayant reçu les directives appropriées peut, en dépit
des faiblesses de l’identification par témoin oculaire,
con­clure à la fiabilité de la déposition du témoin
oculaire et rendre un verdict de culpabilité sur ce
fondement, et ce, même si le ministère public n’a cité
qu’un seul témoin oculaire; voir Mezzo, p. 844; R. c.
Nikolovski, [1996] 3 R.C.S. 1197, par. 23.
[41] Although the duty to assess the credibility
and weight of an eyewitness’ evidence sits with the
jury and, in some circumstances, the testimony of
one eyewitness will support a conviction, the jury
should not be permitted to convict on the basis of
eyewitness testimony that could not support an
inference of guilt beyond a reasonable doubt. In
other words, a jury should not be instructed that it
may convict based on eyewitness testimony alone
where that testimony, even if believed, would
necessarily leave reasonable doubt in the mind of
a reasonable juror; see R. v. Arcuri, 2001 SCC 54,
[2001] 2 S.C.R. 828, at paras. 21-25; R. v. Reitsma,
[1998] 1 S.C.R. 769, rev’g (1997), 97 B.C.A.C.
303; R. v. Zurowski, 2004 SCC 72, [2004] 3 S.C.R.
509; United States of America v. Shephard, [1977] 2
S.C.R. 1067, at p. 1080. Indeed, where the Crown’s
case consists solely of eyewitness testimony that
would necessarily leave reasonable doubt in the
mind of a reasonable juror, the trial judge must di­
rect an acquittal upon a motion for directed ver­dict
(Arcuri, at para. 21).
[41] Bien que l’appréciation de la crédibilité et du
poids de la déposition d’un témoin oculaire relève
du jury et que, dans certaines circonstances, la
déposition d’un seul témoin oculaire puisse fonder
une déclaration de culpabilité, un jury ne devrait pas
être autorisé à rendre un verdict de culpabilité en
s’appuyant sur une déposition d’un témoin oculaire
qui ne pourrait étayer une inférence de culpabilité
hors de tout doute raisonnable. Autrement dit, il ne
faudrait pas expliquer au jury qu’il peut déclarer
un accusé coupable en se basant uniquement sur
la déposition d’un témoin oculaire lorsque la
déposition, même si l’on y accorde foi, laisserait
nécessairement subsister un doute raisonnable dans
l’esprit d’un juré raisonnable; voir R. c. Arcuri,
2001 CSC 54, [2001] 2 R.C.S. 828, par. 21-25; R.
c. Reitsma, [1998] 1 R.C.S. 769, inf. (1997), 97
B.C.A.C. 303; R. c. Zurowski, 2004 CSC 72, [2004]
3 R.C.S. 509; États-Unis d’Amérique c. Shephard,
[1977] 2 R.C.S. 1067, p. 1080. En fait, si la preuve
du ministère public consiste uniquement en la
déposition d’un témoin oculaire qui soulèverait
nécessairement un doute raisonnable dans l’esprit
d’un juré raisonnable, le juge du procès saisi d’une
demande de verdict imposé doit ordonner un
acquittement (Arcuri, par. 21).
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
713
[42] In my view, it would have been unreason­
able for the jury to convict Mr. Hay based solely
on Ms. Maillard’s eyewitness testimony. In addi­
tion to the usual frailties associated with eyewit­
ness identification and photo lineups, the evidence
at trial established several other problems with
Ms. Maillard’s ability to identify Mr. Hay as the
shooter. As described above, Ms. Maillard’s initial
selection of Mr. Hay from the photo lineup was ac­
companied by a statement that she was not iden­ti­fy­
ing him as the shooter, but as someone who shared
80 percent of the likeness of the shooter. Fur­
thermore, within a couple of days of the shoot­ing,
Ms. Maillard called the police to confirm whether
the person she had selected was “pretty much the
right person or not”: A.R., vol. II, at pp. 893-­94.
Also, the evidence established that three weeks
after the shooting Ms. Maillard was not able to
select Mr. Hay as the shooter based on his arrest
photo taken the day of the crime and that, at the
pre­liminary inquiry, Ms. Maillard repeatedly iden­
tified Mr. Eunick, not Mr. Hay, as the shooter in
the blue/green shirt. Each of these events raised
some doubt as to Ms. Maillard’s ability to identify
Mr. Hay as the second shooter.
[42] À mon avis, le jury aurait rendu un verdict
déraisonnable s’il avait déclaré M. Hay coupable
sur la seule foi de la déposition de Mme Maillard,
le témoin oculaire. En effet, outre la faiblesse habi­
tuellement associée à l’identification par témoin
oculaire et aux séances d’identification photogra­
phique, la preuve présentée au procès a révélé plu­
sieurs autres problèmes touchant la capacité de
Mme Maillard d’identifier M. Hay au tireur. Comme
je l’ai déjà indiqué, lorsqu’elle a désigné la photo
de M. Hay lors de la première séance d’identifi­
cation, Mme Maillard a déclaré qu’elle ne l’identifiait
pas au tireur, mais plutôt à une personne ressem­blant
à 80 p. 100 au tireur. De plus, quelques jours après
la fusillade, Mme Maillard a téléphoné à la police
pour savoir si l’identification qu’elle avait faite
[TRADUCTION] « correspondait assez bien à la bonne
personne » : d.a., vol. II, p. 893-894. Également,
la preuve a démontré que, trois semaines après la
fusillade, Mme Maillard a été incapable de désigner
M. Hay comme étant le tireur à partir de la photo de
celui-ci prise lors de son arrestation le jour même
du crime et que, lors de l’enquête préliminaire, elle
a plusieurs fois désigné M. Eunick, et non M. Hay,
comme étant le tireur à la chemise bleue/verte.
Chacun de ces incidents a jeté un certain doute sur la
capacité de Mme Maillard d’identifier M. Hay au
deuxième tireur.
[43] To be sure, the Crown did adduce evidence to
address some of the problems with Ms. Maillard’s
testimony. It elicited testimony from Ms. Maillard
that, despite her statements to the contrary when
she selected Mr. Hay’s photo on the morning of
the shootings, she did intend to identify Mr. Hay as
the shooter. Furthermore, the Crown introduced hair
clip­pings found in Mr. Hay’s bathroom and electric
ra­zor to explain that Ms. Maillard was unable
to identify Mr. Hay based on his arrest photo be­
cause he had cut his hair.
[43] Certes, le ministère public a présenté des
éléments de preuve afin de corriger certains pro­
blèmes liés à la déposition de Mme Maillard. Ainsi,
il a obtenu de celle-ci l’affirmation que, malgré ses
déclarations contraires au moment de désigner la
photo de M. Hay le matin suivant la fusillade, son
intention était effectivement de l’identifier au tireur.
En outre, le ministère public a produit des bouts de
poils trouvés dans la salle de bain et le rasoir élec­
trique de M. Hay afin d’expliquer l’incapacité de
Mme Maillard d’identifier M. Hay à partir de la
photo prise lors de son arrestation par le fait qu’il
s’était coupé les cheveux.
[44] In my view, however, this evidence does
not support the conclusion that Ms. Maillard’s
testimony, on its own, provided a basis for convic­
tion. Ms. Maillard’s testimony that she intended to
identify Mr. Hay as the shooter could not erase the
[44] J’estime toutefois que ces éléments de preuve
ne permettent pas de conclure que le témoignage
de Mme Maillard permettait à lui seul de rendre un
verdict de culpabilité. Ainsi, sa déclaration portant
qu’elle avait l’intention d’identifier M. Hay au tireur
714
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
reasonable doubt created by her confirmation at the
time of the photo lineup that she could not identify
him as the shooter and by her inability to identify
Mr. Hay at the subsequent photo lineup and at the
preliminary inquiry. Furthermore, although the
Crown’s explanation that Mr. Hay cut his hair after
the shooting gave the jury a basis for reconciling
Ms. Maillard’s difficulty in identifying Mr. Hay in
the second photo lineup, the explanation itself re­
lied on confirmatory evidence — the hair clippings.
It thus does not change the fact that Ms. Maillard’s
testimony, in and of itself, would not have permitted
a reasonable juror to conclude without reasonable
doubt that Mr. Hay was one of the shooters.
n’aurait pu dissiper le doute raisonnable découlant
du fait qu’elle a confirmé, lors de la séance d’iden­
tification photographique, ne pas pouvoir l’iden­
ti­fier et qu’elle a été incapable de l’identifier lors
de la séance subséquente de même qu’à l’enquête
pré­liminaire. De surcroît, l’explication du minis­
tère public selon laquelle M. Hay s’était coupé les
che­veux après la fusillade, même si elle permet­
tait au jury de comprendre la difficulté éprouvée
par Mme Maillard à identifier M. Hay lors de la
deuxième séance, reposait elle-même sur une
preuve corroborante — les bouts de poils. Cette
expli­cation ne modifie donc en rien le fait que le
témoignage de Mme Maillard n’aurait pas, en luimême, permis à un juré raisonnable de conclure
hors de tout doute raisonnable que M. Hay était l’un
des tireurs.
[45] For these reasons, in my view, it would
have been an error for the trial judge to instruct
the jury that it could convict Mr. Hay based solely
on Ms. Maillard’s evidence. Indeed, in this appeal,
the Crown has not attempted to argue otherwise.
The Crown has instead argued that the trial judge
made no error because he never instructed the jury
that it could have convicted Mr. Hay based on
Ms. Maillard’s testimony alone. I turn to that argu­
ment next.
[45] C’est pourquoi j’estime que le juge du pro­cès
aurait commis une erreur s’il avait donné au jury la
directive qu’il pouvait déclarer M. Hay coupable
sur la seule foi du témoignage de Mme Maillard.
D’ailleurs, le ministère public n’a pas tenté de sou­
tenir le contraire dans le présent pourvoi. Il a plutôt
fait valoir que le juge n’avait pas commis d’erreur
parce qu’il n’avait pas adressé une telle directive au
jury. C’est cet argument que j’aborde maintenant.
(2)Whether the Trial Judge Erred in Instructing
the Jury
(2)Le juge du procès a-t-il commis une erreur
dans ses directives au jury?
[46] In my view, the Court of Appeal correctly
held that the trial judge made no error in instruct­
ing the jury regarding Ms. Maillard’s eyewitness
testimony.
[46] Selon moi, la Cour d’appel a conclu à bon
droit que le juge du procès n’avait commis aucune
erreur dans ses directives au jury concernant la
déposition de Mme Maillard, le témoin oculaire.
[47] When reviewing a jury charge, “[a]n appel­
late court must examine the alleged error in the
context of the entire charge and of the trial as a
whole”: R. v. Jaw, 2009 SCC 42, [2009] 3 S.C.R.
26, at para. 32. Where an impugned reference in a
jury charge in isolation could be understood to be
an incorrect statement of the law, an appeal court
will not interfere if it is evident that, considering
the charge as a whole, the jury would have been
properly instructed: ibid., at paras. 3 and 24.
[47] Lors de l’examen d’un exposé fait au jury,
« [u]ne cour d’appel doit examiner l’erreur alléguée
dans le contexte de l’ensemble de l’exposé au jury
et du déroulement général du procès » : R. c. Jaw,
2009 CSC 42, [2009] 3 R.C.S. 26, par. 32. Si, dans
un exposé au jury, un passage contesté pris isolément
peut amener à conclure qu’il renferme une erreur
de droit, une cour d’appel n’interviendra pas s’il est
évident, compte tenu de l’exposé complet, que le
jury a reçu les directives appropriées : ibid., par. 3
et 24.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
715
[48] Furthermore, although appeal courts will
in­terfere when a jury has not been adequately in­
structed, a trial judge must be afforded a certain
degree of flexibility in instructing the jury; see R.
v. Avetysan, 2000 SCC 56, [2000] 2 S.C.R. 745, at
para. 9. A trial judge is not required to use “any par­
ticular form of words” in instructing the jury regard­
ing the frailties of eyewitness evidence and, rather,
must be afforded considerable latitude in deciding
how best to apprise the jurors about those frail­
ties: Turnbull, at p. 552; R. v. Candir, 2009 ONCA
915, 257 O.A.C. 119, at para. 110.
[48] En outre, bien que des directives au jury
inadéquates entraînent l’intervention des cours
d’appel, le juge du procès doit jouir d’une certaine
latitude sur la façon de donner ses directives; voir
R. c. Avetysan, 2000 CSC 56, [2000] 2 R.C.S. 745,
par. 9. Ainsi, le juge du procès n’est pas tenu de
recou­rir à [TRADUCTION] « une formulation parti­
cu­lière » pour attirer l’attention du jury sur les fai­
bles­ses de la preuve par témoin oculaire; il faut, au
contraire, lui accorder une latitude considérable
dans le choix de la meilleure façon d’informer les
jurés de ces fai­bles­ses : Turnbull, p. 552; R. c. Can­
dir, 2009 ONCA 915, 257 O.A.C. 119, par. 110.
[49] In the present case the trial judge made the
following general remarks about the reliability of
eyewitness evidence, prior to revisiting in detail the
evidence against Mr. Eunick and Mr. Hay:
[49] Dans l’affaire qui nous occupe, avant de reve­
nir à l’examen en détail de la preuve présentée con­
tre MM. Eunick et Hay, le juge du procès a formulé
les remarques générales qui suivent concernant la
fiabilité de la preuve par témoin oculaire :
There has been eyewitness testimony from a number
of witnesses. You must be very cautious about relying on
eyewitness testimony to find either of the two ac­cused
persons guilty. That caution is required because experi­
ence has taught us that all identification evidence suffers
from an inherent frailty. Human observations and rec­
ollections are notoriously unreliable in this area.
[TRADUCTION] Vous avez entendu le témoignage
de divers témoins oculaires. Vous devez faire preuve d’une
grande prudence avant de déclarer l’un ou l’autre des deux
accusés coupable sur le fondement de la dépo­­sition d’un
témoin oculaire. Cette prudence s’impose parce que
l’expé­rience nous enseigne que toute preuve d’iden­­tifi­
cation comporte une faiblesse inhérente. Les obser­vations
et les souvenirs des êtres humains sont notoirement peu
fiables dans ce domaine.
Indeed, many cases of miscarriage of justice have been
due to mistaken identification by one or more responsi­
ble witnesses whose honesty was not challenged and who
had ample opportunity for observation, but whose iden­
tifications subsequently proved to be erroneous.
En fait, beaucoup d’erreurs judiciaires sont attribua­
bles à une erreur d’identification de la part d’un ou de
plu­sieurs témoins sérieux dont l’honnêteté n’était pas con­
testée qui avaient disposé d’amples possibilités d’obser­
vation, mais dont l’identification s’est par la suite révélée
erronée.
You may have no doubt that a witness or witnesses
are certain in their own minds that they observed and
rec­ognized the proper identifying characteristics, but a
convincing witness, who is perfectly honest, may also be
mistaken. A person can be sure in his or her own mind
about an identification and yet be mistaken. In that con­
text, you must bear in mind the distinction between
credibility or truthfulness, as opposed to reliability or
ac­curacy.
Il se peut que vous ne doutiez aucunement qu’un ou
des témoins sont intimement convaincus d’avoir observé
et reconnu les caractéristiques permettant l’identification,
mais un témoin convaincant et tout à fait honnête peut
aussi se tromper. Quelqu’un peut être persuadé de bien
iden­­tifier une personne et être pourtant dans l’erreur. Dans
ce contexte, vous ne devez pas perdre de vue la dif­férence
entre la crédibilité ou la véracité, d’une part, et la fiabilité
ou l’exactitude, d’autre part.
So I repeat, ladies and gentlemen, you must be very
cautious about relying on eyewitness testimony alone
to find either of the defendants guilty of any crime. In
the past, there have been miscarriages of justice. Persons
Je répète donc, mesdames et messieurs, que vous
devez exercer une grande prudence avant de conclure à
la culpabilité de l’un ou l’autre défendeur sur la seule
foi d’une déposition d’un témoin oculaire. Il y a eu des
716
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
have been wrongly convicted because eyewitnesses have
made mistakes in identifying the persons whom they saw
committing the crime.
erreurs judiciaires dans le passé. Des gens ont été injus­
tement déclarés coupables parce que des témoins ocu­lai­
res se sont trompés dans l’identification des personnes
qu’ils avaient vues commettre le crime.
As a result, you should look for confirmatory evidence
to support the eyewitness identification evidence. If you
find other evidence to support the eyewitness iden­tifi­
cation evidence, you may decide that the frailties asso­
ciated with a conviction based only on identification
evidence has been discounted. It will be up to you.
Par conséquent, vous devez rechercher des éléments
de preuve corroborants étayant la preuve d’identification
par témoin oculaire. Si vous trouvez d’autres éléments de
preuve appuyant l’identification par un témoin oculaire,
vous pouvez décider que la fragilité d’une déclaration
de culpabilité fondée uniquement sur la preuve d’iden­
tification a été écartée. C’est à vous qu’appartient cette
décision.
But even if you find no confirmatory evidence —
even though you are to exercise caution because of the
frailties of eyewitness identification evidence — you are,
nevertheless, entitled to convict on the evidence of even a
single eyewitness if you accept that witness’ identification
and find that it proves guilt beyond a reasonable doubt.
But you should exercise real caution before convicting
on this type of evidence alone. [Emphasis added; A.R.,
vol. V, at pp. 2145-46.]
Mais même si vous ne trouvez aucun élément de
preuve corroborant — bien que vous deviez faire preuve
de prudence en raison des faiblesses de la preuve d’iden­
ti­fication par témoin oculaire — vous pouvez malgré tout
rendre un verdict de culpabilité reposant sur la dépo­
sition d’un seul témoin oculaire si vous acceptez cette
identification et jugez qu’elle établit la culpabi­lité hors de
tout doute raisonnable. Vous devez toutefois vous mon­
trer réellement prudents avant de déclarer quelqu’un cou­
pable en vous appuyant uniquement sur une telle preuve.
[Je souligne; d.a., vol. V, p. 2145-2146.]
Mr. Hay contends that the last paragraph of this
excerpt would have left the jury with the under­
standing that it could have convicted him based on
Ms. Maillard’s testimony alone.
M. Hay soutient que le dernier paragraphe de cet
extrait aurait amené le jury à penser qu’il pouvait le
déclarer coupable sur le seul fondement du témoi­
gnage de Mme Maillard.
[50] Taken in isolation, the statement that the
jury was “entitled to convict on the evidence of
even a single eyewitness” may appear to do that.
However, I agree with the Court of Appeal that such
an interpretation of the trial judge’s in­struction is
belied when the full context of the jury charge is
considered.
[50] Pris isolément, le passage soulignant au
jury qu’il [TRADUCTION] « [peut] [. . .] rendre un
verdict de culpabilité reposant sur la déposition
d’un seul témoin oculaire » peut sembler faire une
telle affir­mation. Je conviens toutefois avec la Cour
d’appel que cette directive du juge du procès ne
peut s’interpréter ainsi lorsqu’on tient compte du
contexte global de l’exposé fait au jury.
[51] As the Court of Appeal observed, the im­
pugned instruction was, as a general matter, a cor­
rect statement of the law. As mentioned above,
a jury may convict on the basis of a single eyewit­
ness’ testimony, notwithstanding the frailties of
eyewitness identifications, if the witness’ testimony
could support a finding of guilt beyond a reasonable
doubt.
[51] Ainsi que l’a fait remarquer la Cour d’appel,
la directive en question constituait, de façon géné­
rale, un exposé exact du droit. Je le répète, malgré
les faiblesses de l’identification par témoin oculaire,
un jury peut rendre un verdict de culpabilité repo­
sant sur la déposition d’un seul témoin oculaire
si ce témoignage permet de conclure hors de tout
doute raisonnable à la culpabilité.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
717
[52] Furthermore, the impugned instruction was
made in the context of general instructions that
applied to both Mr. Hay and his co-defendant,
Mr. Eunick. With respect to Mr. Eunick, there were
mul­tiple witnesses whose testimony could have sup­
ported a finding of guilt beyond a reasonable doubt.
Witnesses Jennifer Moore and Hugh Robinson, for
instance, were both able to recognize Mr. Eunick
from their past dealings and identify him as one of
the shooters during and immediately after the shoot­
ing.
[52] En outre, la directive contestée s’inscrivait
dans le contexte de directives générales s’appliquant
tant à M. Hay qu’à son codéfendeur, M. Eunick, à
l’égard duquel la déposition de nombreux témoins
pouvait étayer une conclusion de culpabilité hors
de tout doute raisonnable. Par exemple, les témoins
Jennifer Moore et Hugh Robinson ont tous deux
pu reconnaître M. Eunick à cause de précédents
contacts avec lui, et ils ont pu l’identifier à l’un des
tireurs pendant et immédiatement après la fusillade.
[53] After the general instruction excerpted
above, the trial judge provided additional cau­tions
regarding the frailties of eyewitness testimony
and then reviewed the evidence against each de­
fendant. The trial judge’s instruction regarding the
evidence against Mr. Hay did not convey to the
jury that it could convict Mr. Hay based solely on
Ms. Maillard’s testimony. Rather, in reviewing
Ms. Maillard’s testimony, the trial judge described
each of the specific problems with her identification,
including her inability to identify Mr. Hay at the
second, sequential photo lineup — which he de­
scribed as “a better way of showing photographs”
than the first photo lineup (A.R., vol. V, at p. 2178)
— and Ms. Maillard’s misidentification at the pre­
liminary inquiry. After reviewing these problems
the trial judge stated:
[53] Après avoir exposé la directive générale
précitée, le juge du procès a formulé des mises en
garde additionnelles à propos des faiblesses de la
preuve par témoin oculaire, puis il a passé en revue
la preuve présentée contre chaque défendeur. Ses
directives au sujet de la preuve impliquant M. Hay
n’indiquaient pas au jury qu’il pouvait déclarer
l’accusé coupable sur la seule base du témoignage
de Mme Maillard. En passant en revue ce témoi­
gnage, le juge a plutôt décrit chacun des problèmes
particuliers que posait l’identification qu’elle
avait faite, notamment son incapacité d’identifier
M. Hay lors de la deuxième séance d’identifica­
tion photographique, à présentation séquentielle —
qui était, selon le juge, [TRADUCTION] « une meil­
leure façon de montrer les photos » que la pre­
mière séance (d.a., vol. V, p. 2178) — et l’erreur
d’iden­tification commise par Mme Maillard lors de
l’enquête préliminaire. Après avoir examiné ces
problèmes, le juge du procès a ajouté :
You must be very careful of the evidence of
Ms Maillard because of the problems that I have pointed
out. You should look for other evidence confirming her
identification. [Emphasis added; A.R., vol. V, at p. 2181.]
[TRADUCTION] Vous devez faire montre de beaucoup
de prudence à l’égard du témoignage de Mme Maillard
en raison des problèmes que je vous ai signalés. Vous
devriez rechercher d’autres éléments de preuve confir­
mant l’identification qu’elle a faite. [Je souligne; d.a.,
vol. V, p. 2181.]
In addition, the trial judge distinguished
Ms. Maillard’s eyewitness account from the stron­
ger eyewitness evidence against Mr. Eunick:
En outre, le juge du procès a établi une distinction
entre la déposition que Mme Maillard a faite à titre
de témoin oculaire, et les dépositions, plus solides,
d’autres témoins oculaires qui avaient été présentées
contre M. Eunick :
In the case of Leisa Maillard, unlike Hugh Robinson
and Jennifer Moore, she had never seen the person she
picked out of the lineup — Leighton Hay — before. Her
[TRADUCTION] Pour ce qui est de Leisa Maillard, con­
trairement à Hugh Robinson et à Jennifer Moore, elle
n’avait jamais vu Leighton Hay auparavant, la personne
718
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
evidence must, therefore, be approached with greater
caution. [A.R., vol. V, at p. 2186]
dont elle avait désigné la photo au cours de la séance
d’identification. Il faut donc se montrer plus prudent à
l’égard de son témoignage. [d.a., vol. V, p. 2186]
[54] I agree with the Court of Appeal that “[i]n
the face of those instructions, it is fanciful to think
that the jury would have convicted Hay solely on the
eye-witness testimony of Ms. Maillard” (para. 48).
Mr. Hay’s argument boils down to a contention that
the trial judge was required to say words such as
“you may not convict Mr. Hay based on Leisa
Maillard’s testimony alone”. However, the trial judge
was not circumscribed to instruct the jury as to the
sufficiency of Ms. Maillard’s testimony using those
particular words. He had a duty to “convey to the
jury as trier of fact the relevant legal principles and
how they apply to the evidence adduced at trial”, and
he must be afforded some latitude in determining
the best way to do so: R. v. Pickton, 2010 SCC 32,
[2010] 2 S.C.R. 198, at para. 61. A reasonable juror
instructed in the manner described above would
not have interpreted the impugned statement as an
instruction that the jury could render a conviction
based solely on Ms. Maillard’s testimony; see Jaw,
at para. 24.
[54] Je suis d’accord avec la Cour d’appel pour
dire que [TRADUCTION] « [c]ompte tenu de ces direc­
tives, penser que le jury aurait déclaré M. Hay
coupable sur la seule foi du témoignage oculaire de
Mme Maillard relève de la fantaisie » (par. 48). La
thèse de M. Hay revient essentiellement à affir­mer
que le juge du procès aurait dû prononcer des mots
tels que « vous ne pouvez déclarer M. Hay coupable
sur la base du seul témoignage de Leisa Maillard ».
Or, le juge n’était pas obligé de s’en tenir à ces
termes précis dans ses directives concernant la
suffisance du témoignage de Mme Maillard. Il avait
l’obligation « d’expliquer aux jurés — le juge
des faits — les principes juridiques appropriés et
la façon de les appliquer à la preuve présentée au
procès », et il faut lui laisser une certaine latitude
dans le choix de la meilleure façon de le faire : R.
c. Pickton, 2010 CSC 32, [2010] 2 R.C.S. 198,
par. 61. Un juré raisonnable à qui on aurait donné
la directive ci-dessus n’aurait pas interprété le pas­
sage contesté comme une indication qu’il pouvait
rendre un verdict de culpabilité reposant unique­
ment sur le témoignage de Mme Maillard; voir Jaw,
par. 24.
[55] The record establishes that the trial judge
put great care into his jury charge and, in particular,
into the instructions as to eyewitness evidence. The
trial judge, for instance, gave a mid-trial instruction
to the jury regarding the frailties of eyewitness
testimony immediately after Ms. Maillard testi­
fied, in which he reiterated the problems with her
evidence. At that time, he gave both parties an op­
por­tunity to object and make submissions re­quest­
ing additional instructions, but neither counsel did
so. Furthermore, prior to instructing the jury at the
end of the trial, the judge held a pre-charge hear­
ing, in which he accepted submissions on the in­
structions relating to eyewitness testimony. During
that hearing, counsel for the Crown and both de­
fendants were all asked to consider the paragraph
Mr. Hay now impugns, and all counsel expressed
satisfaction with its language. Counsel for Mr. Hay
made several submissions regarding the problems
[55] Il ressort du dossier que le juge du procès
a apporté beaucoup de soin à son exposé au jury
et, plus particulièrement, aux directives concer­
nant la preuve par témoin oculaire. Par exemple,
en cours d’instance, immédiatement après le témoi­
gnage de Mme Maillard, il a exposé au jury les fai­
blesses de la preuve par témoin oculaire et a alors
réitéré les problèmes notés dans son témoignage.
À ce moment, il a offert aux deux parties l’occa­
sion de formuler une objection et de présenter des
observations demandant des directives supplémen­
taires, mais aucun des avocats ne s’en est prévalu.
En outre, avant de présenter son exposé au jury à
la fin de l’instruction, le juge a tenu une audience
au cours de laquelle il a entendu les arguments des
avocats à propos des directives concernant la preuve
par témoin oculaire. Au cours de cette audience, les
avocats du ministère public et des deux défendeurs
ont été invités à examiner le passage que M. Hay
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
719
with Ms. Maillard’s identification, each of which
the trial judge made note of and subsequently in­
cluded in his instructions to the jury. At no time
dur­ing any of these hearings did any party express
the view that the trial judge’s instruction would
convey to the jury that it could convict based on
Ms. Maillard’s testimony alone.
conteste à présent, et se sont dits satisfaits de sa
formulation. L’avocat de M. Hay a formulé plu­
sieurs arguments au sujet de problèmes relevés dans
l’identification faite par Mme Maillard, et le juge les
a tous pris en note avant de les intégrer dans ses
directives au jury. Jamais au cours de ces audiences
une partie n’a exprimé l’opinion que la directive du
juge laisserait entendre au jury qu’il pourrait rendre
un verdict de culpabilité fondé uniquement sur le
témoignage de Mme Maillard.
[56] For these reasons, I am of the view that the
trial judge did not err in instructing the jury and
would dismiss this ground of appeal.
[56] Pour ces motifs, je suis d’avis que le juge du
procès n’a pas commis d’erreur dans ses directives
au jury et que ce moyen d’appel doit être rejeté.
B. Motion to Adduce Fresh Evidence
B. Requête en production de nouveaux éléments
de preuve
[57] As mentioned above, Mr. Hay has filed a
mo­tion to adduce expert evidence regarding the
forensic testing of the hair clippings that the Crown
introduced at trial. Mr. Hay argues that the fresh
evidence establishes that the hair clippings did not
come from a shave of Mr. Hay’s scalp and that, as a
result, acquittal or a new trial is warranted. I explain
below that the motion to adduce fresh evidence
should be granted and a new trial should be ordered.
[57] Comme je l’ai déjà mentionné, M. Hay a
demandé par requête l’autorisation de produire une
expertise concernant l’analyse criminalistique des
bouts de poils déposés en preuve par le ministère
public lors du procès. Il soutient que cette nouvelle
preuve établit qu’il ne s’agissait pas de cheveux qu’il
avait rasés et qu’il faut en conséquence pro­noncer
un verdict d’acquittement ou ordonner la tenue
d’un nouveau procès. J’explique plus loin qu’il
y a lieu d’accueillir la requête en production de nou­
veaux éléments de preuve et d’ordonner la tenue
d’un nouveau procès.
(1)The Fresh Evidence
(1)
Les nouveaux éléments de preuve
[58] Mr. Hay’s fresh evidence consists of affida­
vits and cross-examinations of two forensic experts,
in which each expert provides an opinion as to the
percentage of hairs in the newspaper and the razor
that came from Mr. Hay’s scalp, as opposed to his
face or trunk.
[58] Ces nouveaux éléments de preuve apportés
par M. Hay se composent des affidavits et des
contre-­interrogatoires de deux experts en crimi­
nalistique exposant leurs avis respectifs concer­
nant le pourcentage de cheveux de M. Hay trouvés
dans le journal et le rasoir par rapport au pourcen­
tage de poils provenant de son visage ou de son
tronc.
[59] Johanne Almer, a scientist at the Centre of
Forensic Sciences, examined the hairs introduced
at trial. In her initial report, she concluded, based
on an examination of the diameter and shape of
the individual hairs, that 68 percent of the hairs in
the newspaper and 48 percent of the hairs in the
[59] Johanne Almer, scientifique travaillant
au Centre des sciences judiciaires, a analysé les
cheveux et les poils produits au procès. Dans son
rap­port initial, elle a conclu, après examen du dia­
mètre et de la morphologie des poils et cheveux
individuels, que 68 p. 100 des cheveux ou poils
720
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
razor were indicative of facial or trunk origin. The
remaining hairs could have been facial, trunk or
scalp hair.
prélevés dans le journal et 48 p. 100 de ceux pré­
levés dans le rasoir tiraient leur origine du visage ou
du tronc. Le reste aurait pu provenir du visage, du
tronc ou du cuir chevelu.
[60] Scientist Richard Bisbing, a second expert,
endorsed the methodology used by Ms. Almer. Af­
ter examining the hairs and Ms. Almer’s work, he
concluded that “the samples from the two items are
predominantly comprised of facial hairs” and that
“[a]lthough the presence of some scalp hairs can­not
be excluded, there is no indication of a large num­
ber of scalp hairs in either sample”: Application Re­
cord, vol. I, Tab D, at p. 3.
[60] Le deuxième expert, le scientifique Richard
Bisbing, a approuvé la méthodologie suivie par
Mme Almer. Après avoir examiné les cheveux et
les poils ainsi que le travail de Mme Almer, il a
con­clu que [TRADUCTION] « dans les deux cas, les
échantillons se composent principalement de poils
faciaux » et que « [m]ême si on ne peut exclure la
présence de cheveux, rien n’indique qu’il y en ait
beaucoup dans chacun des échantillons » : dossier
de demande, vol. I, onglet D, p. 3.
[61] Mr. Bisbing recommended that a represen­
tative scalp hair be obtained from Mr. Hay to
improve the accuracy of the testing. The Crown con­
sented. After a representative scalp hair was ob­
tained, Ms. Almer conducted further examination
and produced a second report affirming her earlier
conclusions. She reported that if a particular outlier
hair from Mr. Hay’s scalp sample was excluded
from her calculations, she would conclude that at
least 91 percent of the hairs from the newspaper
and 70 percent of the hairs from the razor did not
originate from Mr. Hay’s scalp. Mr. Bisbing also
con­ducted a second examination and agreed with
Ms. Almer’s findings. He concluded:
[61] M. Bisbing a recommandé que M. Hay
fournisse un échantillon représentatif de ses che­
veux afin d’améliorer l’exactitude des résultats, ce
à quoi le ministère public a consenti. Après avoir
obtenu cet échantillon, Mme Almer a procédé à
d’autres examens et présenté un second rapport
confirmant ses conclusions antérieures. Elle a noté
qu’en excluant, dans ses calculs, un cheveu aberrant
trouvé dans l’échantillon fourni par M. Hay, elle
conclurait qu’au moins 91 p. 100 des cheveux ou
poils prélevés dans le journal et 70 p. 100 de ceux
prélevés dans le rasoir ne provenaient pas du cuir
chevelu de M. Hay. M. Bisbing a lui aussi effectué
un deuxième examen et a souscrit aux conclusions
de Mme Almer, précisant comme suit dans sa con­
clusion :
It can now be stated with a reasonable degree of scientific
certainty that the hairs from the clipper (Item 87)  and
from the newspaper (Item 88)  are populations of facial
(beard)  hair. Neither sample contains a significant num­
ber of scalp (head)  hairs to challenge this conclusion.
[Application Record, vol. I, Tab E, at p. 3]
[TRADUCTION] Il est à présent possible d’affirmer avec
un degré raisonnable de certitude scientifique que ce qui
se trouvait dans le rasoir (pièce 87)  et dans le jour­nal
(pièce 88)  était des ensembles de poils faciaux (barbe).
Aucun des échantillons ne renferme un nombre signi­fica­
tif de cheveux permettant de contester cette conclusion.
[dossier de demande, vol. I, onglet E, p. 3]
[62] The Crown also hired two experts: David
Exline, a hair analyst, and Dr. Jeffrey Rosenthal,
a professor of statistics. Both experts conducted
a paper review of Ms. Almer’s and Mr. Bisbing’s
reports without personal examination of the hairs.
Much of the Crown experts’ analysis focused
on whether it was proper to exclude a hair ob­
tained from Mr. Hay’s scalp that Ms. Almer and
[62] Le ministère public a lui aussi retenu les
services de deux experts : David Exline, spé­
cia­liste de l’analyse de la pilosité, et M. Jeffrey
Rosenthal, professeur de statistique. Les deux
experts ont analysé les rapports de Mme Almer et de
M. Bisbing sans examiner eux-mêmes les cheveux
ou poils. Une grande partie de leur analyse a porté
sur la question de savoir s’il convenait d’exclure de
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
721
Mr. Bisbing considered to be an outlier. Both
Mr. Exline and Dr. Rosenthal testified that they
would have included the outlier hair. However,
both also testified that such inclusion would not
have a significant impact on the results and they
would thus have reached conclusions similar to
Ms. Almer and Mr. Bisbing. Consistent with
Ms. Almer and Mr. Bisbing, Mr. Exline testified
that although he could not say with absolute cer­
tainty that there were no scalp hairs among the
hair clippings, there was, as a scientific matter, no
evidence to support the proposition that the hair
clip­pings represented a head shave.
l’échantillon fourni par M. Hay le cheveu consi­
déré comme aberrant par Mme Almer et M. Bisbing.
Or, M. Exline et M. Rosenthal ont tous deux témoi­
gné qu’ils auraient inclus ce cheveu, mais ont ajouté
que cette inclusion n’aurait pas eu d’inci­dence
signi­ficative sur les résultats et qu’ils seraient ainsi
parvenus à des conclusions analogues à celles de
Mme Almer et de M. Bisbing. Abondant dans le sens
du témoignage de Mme Almer et de M. Bisbing,
M. Exline a témoigné que, même s’il ne pou­vait
confirmer avec une certitude absolue l’absence
de cheveux dans les bouts de poils mis en preuve,
aucune preuve scientifique ne permettait d’affir­
mer qu’il s’agissait de cheveux.
(2)Whether the Motion to Adduce Fresh
Evidence Should Be Granted
(2)Y a-t-il lieu d’accueillir la requête en
production de nouveaux éléments de
preuve?
[63] This Court considered the discretion of
an ap­pellate court to admit fresh evidence under
s. 610 of the Criminal Code, R.S.C. 1970, c. C-34,
the predecessor of s. 683, in Palmer. The overriding
consideration upon a motion to adduce fresh evi­
dence is “the interests of justice”: Criminal Code,
s. 683; Palmer, at p. 775. This requires consideration
of the following principles:
[63] Dans l’arrêt Palmer, notre Cour a analysé
le pouvoir discrétionnaire d’une cour d’appel de
recevoir de nouveaux éléments de preuve en vertu
de l’art. 610 du Code criminel, S.R.C. 1970,
ch. C-34, à présent l’art. 683. L’élément pré­pon­dé­
rant dans l’examen d’une requête en production de
nouveaux éléments de preuve est « l’intérêt de la
justice » : Code criminel, art. 683; Palmer, p. 775.
À cet égard, il importe d’examiner les principes
suivants :
(1) The evidence should generally not be admitted if,
by due diligence, it could have been adduced at
trial provided that this general principle will not
be applied as strictly in a criminal case as in civil
cases: see McMartin v. The Queen, [1964] S.C.R.
484.
(1) On ne devrait généralement pas admet­tre une
déposition qui, avec diligence rai­sonnable, aurait
pu être produite au procès, à condition de ne pas
appliquer ce principe général de manière aussi
stricte dans les affaires criminelles que dans les
affaires civiles : voir McMartin c. The Queen,
[1964] R.C.S. 484.
(2) The evidence must be relevant in the sense that
it bears upon a decisive or potentially decisive
issue in the trial.
(2) La déposition doit être pertinente, en ce sens
qu’elle doit porter sur une question décisive ou
potentiellement décisive quant au procès.
(3) The evidence must be credible in the sense that it
is reasonably capable of belief, and
(3) La déposition doit être plausible, en ce sens
qu’on puisse raisonnablement y ajouter foi, et
(4) It must be such that if believed it could reason­ably,
when taken with the other evidence adduced at trial,
be expected to have affected the result. [p. 775]
(4) elle doit être telle que si l’on y ajoute foi, on
puisse raisonnablement penser qu’avec les autres
éléments de preuve produits au pro­cès, elle aurait
influé sur le résultat. [p. 775]
722
R.
v.
HAY
[2013] 3 S.C.R.
Rothstein J.
Here, the Crown has conceded that the expert
evidence Mr. Hay seeks to adduce is credible and
thus satisfies the third factor. As I explain below,
the consideration of the remaining factors leads
to the conclusion that the fresh evidence should be
admitted.
En l’espèce, le ministère public a reconnu la plau­
sibilité de l’expertise que M. Hay cherche à pré­
senter, de sorte que le troisième facteur est respecté.
Comme on le verra, l’examen des autres facteurs
porte à conclure à l’admission des nou­veaux élé­
ments de preuve.
(a) Due Diligence
a)
[64] The due diligence criterion exists to ensure
finality and order — values essential to the integrity
of the criminal process: R. v. G.D.B., 2000 SCC
22, [2000] 1 S.C.R. 520, at para. 19 (citing R. v.
M. (P.S.) (1992), 77 C.C.C. (3d) 402 (Ont. C.A.),
per Doherty J.A., at p. 411). The due diligence
requirement calls for an appellate court to consider
the reason why the evidence was not presented at
trial: G.D.B., at para. 20. However, this Court has
recognized that “due diligence is not an essential
requirement of the fresh evidence test, particularly
in criminal cases” and that the “criterion must
yield where its rigid application might lead to a
miscarriage of justice” (para. 19). Nonetheless, it is
an important factor to be considered in the totality
of the circumstances (ibid.).
[64] Le facteur de la diligence raisonnable existe
pour assurer le caractère définitif et le déroulement
ordonné du processus judiciaire criminel — des
valeurs essentielles à l’intégrité du processus en
matière criminelle : R. c. G.D.B., 2000 CSC 22,
[2000] 1 R.C.S. 520, par. 19 (citant R. c. M. (P.S.)
(1992), 77 C.C.C. (3d) 402 (C.A. Ont.), le juge
Doherty, p. 411). La condition de la diligence
raisonnable oblige les cours d’appel à examiner la
raison pour laquelle l’élément de preuve n’a pas été
présenté au procès : G.D.B., par. 20. Notre Cour a
toutefois reconnu que « la diligence raisonnable
n’[est] pas une condition essentielle d’admissibilité
de nouveaux éléments de preuve, particulièrement
dans les affai­res criminelles » et que ce « critère ne
doit pas être retenu lorsque son application rigide
est suscep­tible d’entraîner une erreur judiciaire »
(par. 19). Il s’agit néanmoins d’un facteur important
qui doit s’apprécier en fonction de l’ensemble des
circon­stances (ibid.).
[65] Here, Mr. Hay submits that the fresh evi­
dence was not adduced at trial because his trial
coun­sel was unaware that it was feasible to perform
forensic testing to determine whether hair clip­pings
originate from an individual’s scalp or another part
of the body. Mr. Hay has submitted an affida­vit
from his trial counsel to that effect.
[65] Dans le présent pourvoi, M. Hay plaide que
le nouvel élément de preuve n’a pas été présenté
au procès parce que son avocat ignorait qu’il était
possible, au moyen d’analyses criminalistiques,
d’établir si l’on était en présence de cheveux ou de
poils. M. Hay a déposé en ce sens un affidavit de
l’avocat qui l’avait représenté au procès.
[66] In his reasons granting the order to release
the two exhibits for forensic testing, Cromwell J.
inferred from the evidence before him that it simply
did not occur to any of the experienced criminal
lawyers that forensic testing of this nature was fea­
sible:
[66] Dans les motifs de l’ordonnance accueil­
lant la requête sollicitant la production des deux
pièces en vue d’une analyse criminalistique, le juge
Cromwell a déduit de la preuve dont il disposait
qu’il n’était simplement pas venu à l’esprit d’aucun
des criminalistes d’expérience qu’une telle analyse
était possible :
This sort of forensic testing was not conducted by the
Crown in preparation for trial and was not requested on
Aucune analyse de ce genre n’a été effectuée par le
ministère public en vue du procès et on n’en a demandé
Diligence raisonnable
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
723
behalf of the defence until several months after the ap­
peal to the Court of Appeal had been dismissed. Defence
counsel at trial indicates in his affidavit that he was un­
aware that forensic analysis could distinguish between
scalp and facial hairs. There is a letter in the record indi­
cating that the applicant’s counsel on the appeal to the
Court of Appeal was similarly unaware of the feasibility
of such testing. There is no evidence that the Crown was
aware of this possibility. Given that it appears that no one
requested such testing and the potential importance of
the result which might be obtained, I would infer that it
simply did not occur to any of the experienced criminal
lawyers involved that this testing was available. [para. 8]
une, pour le compte de la défense, que plusieurs mois
après le rejet de l’appel par la Cour d’appel. Dans son affi­
davit, l’avocat qui a occupé pour la défense au procès
dit qu’il ne savait pas que des analyses scien­tifiques per­
mettaient de distinguer les cheveux des poils faciaux. Une
lettre au dossier indique que l’avocat ayant représenté
le demandeur devant la Cour d’appel n’était pas non
plus au courant de la possibilité de telles ana­lyses. Rien
ne prouve que le ministère public était au fait de cette
possibilité. Puisqu’il semble que personne n’a demandé
pareille analyse et, vu l’importance que pour­raient avoir les
résultats susceptibles d’être obtenus grâce à celle-ci, j’en
déduis qu’il n’est tout simplement pas venu à l’esprit de
l’un ou l’autre des criminalistes d’expé­rience concernés que
pareilles analyses existaient. [par. 8]
The parties have not provided any reason why this
conclusion should be reconsidered.
Les parties n’ont invoqué aucune raison justifiant
un réexamen de cette conclusion.
[67] In general, mere lack of knowledge on the
part of trial counsel without any indication that he
inquired into the possibility of obtaining and pre­
senting the evidence is a factor against admit­ting
the evidence for the first time on appeal: McMartin,
at pp. 490-91. However, in view of the fact that this
is a criminal case, involving charges of the most se­
rious nature, I would not allow the evidence to be
ex­cluded solely on the basis of a lack of diligence.
[67] En général, la seule ignorance de la part d’un
avocat au procès, sans indication qu’il se soit informé
de la possibilité d’obtenir et de produire l’élément de
preuve, constitue un facteur jouant contre l’admis­
sion de l’élément en preuve pour la première fois en
appel : McMartin, p. 490-491. Toutefois, comme il
s’agit d’une affaire criminelle portant sur des accu­sa­
tions extrêmement graves, je n’exclurais pas la preuve
sur le seul fondement du manque de dili­gence.
(b)Whether the Evidence Bears on a Decisive
or Potentially Decisive Issue
b) La preuve porte-t-elle sur une question
décisive ou potentiellement décisive?
[68] It cannot reasonably be disputed that
Mr. Hay’s fresh evidence bears on a decisive is­
sue. As described above, the hair clippings from
Mr. Hay’s waste basket and electric razor were used
in two ways. First, they were used to explain the
dis­crepancy between the eyewitnesses’ description
of the shooter as having dreadlocks and the short
length of Mr. Hay’s hair at the time of his arrest. This
was also how the Crown explained Ms. Maillard’s
inability to identify Mr. Hay based on his arrest
photo. Second, the hair clippings were used to im­
plicate Mr. Hay by suggesting that he had cut his
hair immediately after the shooting as evidence
of an after-the-fact attempt to change his appear­
ance.
[68] On ne peut raisonnablement contester que
le nouvel élément de preuve que veut produire
M. Hay porte sur une question décisive. Comme on
l’a vu, les bouts de poils provenant de la corbeille
et du rasoir de M. Hay ont été utilisés à deux
fins. Premièrement, ils ont servi à expliquer pour­
quoi la description faite par des témoins oculaires
selon laquelle le tireur portait des tresses rastas ne
concor­dait pas avec les cheveux courts de M. Hay
au moment de son arrestation. Ils ont aussi servi
à expli­quer pourquoi, selon le ministère public,
M me Maillard avait été incapable d’identifier
M. Hay à partir de la photo prise le jour de son arres­
ta­tion. Deuxièmement, les bouts de poils ont servi
à impliquer M. Hay en donnant à entendre qu’il
s’était coupé les cheveux immédiatement après
la fusillade, ce qui indiquait qu’il avait tenté après
le fait de modifier son apparence.
724
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[69] The evidence was therefore directly relevant
to whether Mr. Hay was in fact the shooter in the
blue/green shirt.
[69] La preuve se rapporte donc directement à la
question de savoir si M. Hay était bien le tireur à la
chemise bleue/verte.
(c)Whether the Evidence Could Reasonably
Be Expected to Have Affected the Result
c)
[70] The fresh evidence that Mr. Hay seeks to
adduce could reasonably be expected to have af­
fected the jury’s verdict. The import of the hair clip­
pings is evident from comments made by the trial
judge and Crown counsel, the jury charge and the
Court of Appeal’s analysis, each of which I describe
below.
[70] On peut raisonnablement penser que les
nouveaux éléments de preuve que M. Hay cherche
à faire admettre auraient influé sur le verdict du
jury. Des remarques du juge du procès et de l’avo­
cat du ministère public, l’exposé du juge au jury
et l’analyse de la Cour d’appel témoignent tous de
l’importance que revêtaient les bouts de poils. Je
décrirai ici chacun de ces éléments.
[71] Although the Crown has sought to downplay
the significance of the hair evidence in this appeal,
it relied heavily on the haircut evidence at trial. In
his closing address, for instance, Crown counsel
painted the following picture for the jury:
[71] Bien qu’ayant cherché dans le présent pour­
voi à minimiser l’importance des bouts de poils, le
ministère public s’est fortement appuyé au procès
sur la preuve relative à la coupe de cheveux. En
plaidoirie, par exemple, l’avocat du ministère public
a peint le tableau suivant à l’intention du jury :
When they came home, they convened at the back of
the house. Mr. Hay took off his shirt and they began to
task divide. They took Eunick’s bloody clothes to wash
them. At some point, an old piece of newspaper was laid
out, and Leighton Hay’s short, short dreads were shaved
off, possibly by himself but more likely by Mr. Eunick be­
cause he knows how to cut hair. They were then dumped
into the toilet. They were taken off, and only the small
hairs that weighed the least stuck to that newspaper, and
he crumpled it up and threw it in the garbage, and that’s
where it was, right on top, the last thing put in. Every­
thing else was flushed.
[TRADUCTION] À leur arrivée à la maison, ils se sont
réunis à l’arrière de la maison. M. Hay a enlevé son
tee-­shirt et ils se sont partagé les tâches. Ils ont pris les
vêtements maculés de sang d’Eunick pour les laver. À
un certain moment, une vieille feuille de journal a été
étalée, et les très courtes tresses de Leighton Hay ont été
rasées. Il les a peut-être rasées lui-même, mais il est plus
probable que ce soit M. Eunick qui l’ait fait parce qu’il
sait couper les cheveux. Les tresses ont ensuite été jetées
dans la cuvette de la toilette. Il les a donc enlevées, et seuls
les petits bouts de poils les plus légers ont adhéré au jour­
nal, qu’il a ensuite roulé en boule avant de le jeter à la pou­
belle. C’est là que se trouvait la feuille de journal, sur le
dessus, car c’est la dernière chose qui y a été mise. Tout
le reste est parti à l’égout.
Mr. House makes something of the date of that news­
paper. If I understood his submission, the last time
Leighton Hay would have shaved was June 18th. But he
keeps his hair shears for shaving in his night table. He
shaved his head that night. He threw the short dreads
down the toilet. He left just the small clippings in that
piece of newspaper.
M. House veut tirer argument de la date du journal. Si
je comprends bien ce qu’il avance, Leighton Hay se serait
rasé pour la dernière fois le 18 juin. Mais il conserve dans
sa table de nuit le rasoir à cheveux dont il se sert. Il s’est
rasé la tête cette nuit-là. Il a jeté les courtes tresses dans
la cuvette de la toilette. Il n’a laissé que les petits bouts
de poils dans la feuille de journal.
Mr. House, if he suggested to you — and I thought he
did — that they were all over the newspaper, they weren’t;
they were wrapped up inside it. Detective Sergeant Tony
M. House, s’il vous a laissé entendre — et je crois
qu’il l’a fait — qu’il y en avait partout sur la feuille, ce
n’était pas le cas; ils étaient enveloppés à l’intérieur. Le
Peut-on raisonnablement penser que l’élé­
ment de preuve aurait influé sur le résultat?
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Rothstein
725
Smith testified to that. And he threw them in the gar­
bage. And the reason was to alter his appearance. There
wouldn’t be much point in hiding clothes and bullets,
and leaving hair in the waste bin. It was in the toilet.
[Emphasis added; A.R., vol. VI, at pp. 128-29.]
sergent détective Tony Smith a témoigné de ce fait. Et il
les a jetés dans la poubelle. Et c’était pour modifier son
apparence. Il n’aurait pas été très logique de cacher les
vêtements et les balles, et de laisser les cheveux dans la
poubelle. Ils ont été jetés dans la toilette. [Je souligne; d.a.,
vol. VI, p. 128-129.]
[72] Further, in comments made during the trial in
the absence of the jury and witnesses, the trial judge
recognized that if the Crown could establish that
Mr. Hay shaved his head in the morning following
the shootings, it would be “powerful evidence” of his
“identity” as the shooter and that “he did it to al­ter
his appearance”: A.R., vol. II, at p. 928.
[72] De plus, dans des observations présentées au
cours du procès en l’absence du jury et des témoins,
le juge du procès a reconnu que si le ministère
public pouvait établir que M. Hay s’était rasé la tête
le matin suivant la fusillade, cela constituerait un
[TRADUCTION] « élément solide de preuve l’iden­
tifiant » au tireur et indiquant qu’« il l’avait fait pour
modifier son apparence » : d.a., vol. II, p. 928.
[73] The significance of the hair clippings was
also reflected in the jury charge. The trial judge
instructed the jury that because Mr. Hay had a
shaved head at the time of his arrest, the jury “must
consider whether the evidence establishes that
Leighton Hay shaved his head that night after
he got home”: A.R., vol. V, at p. 2153 (emphasis
ad­ded). He instructed the jury that it must con­
sider confirmatory evidence before relying on
Ms. Maillard’s eyewitness testimony, given the
frailties of eyewitness identifications and her in­
abil­ity to identify Mr. Hay at the second photo
lineup and the preliminary inquiry. He repeated
multiple times that the Crown’s explanation for
Ms. Maillard’s inability to identify Mr. Hay based
on his arrest photo hinged on proving that Mr. Hay
had cut his hair after the murder, for which the only
evidence was the hair clippings.
[73] L’exposé du juge au jury révèle lui aussi
l’importance des bouts de poils. Il comportait
la directive selon laquelle le jury [TRADUCTION]
« [devait] vérifier si la preuve établi[ssait] que
Leighton Hay s’[était] rasé la tête cette nuit-là à
son retour à la maison », parce que celui-ci avait
la tête rasée au moment de son arrestation : d.a.,
vol. V, p. 2153 (je souligne). Le juge a indiqué au
jury qu’il devait examiner la question des éléments
de preuve corroborants avant de s’appuyer sur le
témoignage de Mme Maillard, et ce, à cause des fai­
blesses de la preuve d’identification par témoin
oculaire et de l’incapacité de cette dernière d’iden­
tifier M. Hay lors de la seconde séance d’iden­ti­
fication photographique et aussi lors de l’enquête
préliminaire. Le juge a d’ailleurs maintes fois répété
que, pour expliquer l’incapacité de Mme Maillard
d’identifier M. Hay à partir de la photo prise lors
de son arrestation, le ministère public devait établir
que M. Hay s’était coupé les cheveux après le meur­
tre, et que la seule preuve de ce fait résidait dans les
bouts de poils.
[74] The Court of Appeal too recognized that
the hair clipping evidence was significant to the
Crown’s case. In concluding that the jury’s ver­dict
was not unreasonable, the Court of Appeal ex­plained
that the hair clippings allowed for a “powerful
inference” of guilt which was sufficient to “tip the
scales and put this case over the unrea­sonable ver­
dict threshold” (para. 36). Given the sig­nif­i­cance
of the haircut to the Crown’s case, Mr. Hay’s fresh
[74] La Cour d’appel a elle aussi reconnu l’impor­
tance de la preuve relative aux bouts de poils pour
la thèse du ministère public. En concluant que le
verdict du jury n’était pas déraisonnable, elle a
expliqué que les bouts de poils permettaient de tirer
[TRADUCTION] « une inférence solide » de culpabi­
lité, suffisante pour « faire pencher la balance et
élever le verdict au-dessus du seuil sous lequel
un verdict est déraisonnable » (par. 36). Compte
726
R.
v.
HAY
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
evidence indicating that the hair clippings did not
come from a scalp shave could reasonably be ex­
pected to have affected the result.
tenu de l’importance de la question de la coupe de
cheveux pour le ministère public, on peut raison­
nablement penser que les nouveaux éléments de
preuve indiquant que ce qui avait été mis en preuve
n’était pas des cheveux rasés auraient influé sur le
résultat.
[75] For these reasons, I would grant Mr. Hay’s
motion to adduce fresh evidence.
[75] Pour ces motifs, je suis d’avis d’accueillir
la requête de M. Hay en production de nouveaux
éléments de preuve.
(3)The Appropriate Remedy
(3)La réparation appropriée
[76] Having concluded that Mr. Hay’s motion to
adduce fresh evidence should be granted, I turn to
the appropriate remedy. This Court has explained
that where an appeal court is of the view that fresh
evidence would be conclusive of the issues in the
case, it should dispose of the matter accordingly: R.
v. Stolar, [1988] 1 S.C.R. 480, at p. 492. However,
where the fresh evidence is not so decisive that it
would allow an immediate disposition of the mat­
ter, but it nonetheless has sufficient probative force
that, if accepted by the trier of fact, it might have
altered the result of the trial, an appeal court should
admit the evidence and direct a new trial: ibid.;
Palmer, at pp. 776-77.
[76] Ayant conclu qu’il y a lieu de faire droit à
la requête de M. Hay en production de nouveaux
éléments de preuve, j’aborde la question de la
réparation appropriée. Notre Cour a expliqué que
si une cour d’appel juge qu’un nouvel élément de
preuve serait concluant quant aux questions en
litige, elle peut statuer sur l’affaire en conséquence :
R. c. Stolar, [1988] 1 R.C.S. 480, p. 492. Toutefois,
si le nouvel élément de preuve n’est pas décisif
au point de permettre à la cour d’appel de statuer
immédiatement sur l’affaire, mais qu’il revêt
néanmoins une force probante telle qu’il aurait
pu changer l’issue du procès s’il avait été accepté
par le juge des faits, la cour d’appel devrait alors
admettre l’élément de preuve et ordonner la tenue
d’un nouveau procès : ibid.; Palmer, p. 776-777.
[77] The appropriate remedy here is a new trial.
As I have explained above, the expert evidence in­
dicating that the hair clippings did not result from
a scalp shave could reasonably be expected to have
affected the verdict. However, it is not so decisive
as to allow an immediate disposition in the form of
an acquittal. The Crown, in its submissions on the
motion to adduce fresh evidence, has raised the
possibility of certain limitations or gaps in the ex­
pert evidence adduced in this appeal. The interests
of justice require that the Court remit the matter
for a new trial, in which the Crown would have the
opportunity to adduce evidence challenging the
reliability of the fresh evidence.
[77] La réparation appropriée en l’espèce est la
tenue d’un nouveau procès. Comme je l’ai expliqué,
on peut raisonnablement penser que l’expertise
indiquant que ce qui avait été mis en preuve n’était
pas des cheveux aurait influé sur le verdict. Cette
expertise, toutefois, n’est pas décisive au point de
justifier une décision immédiate sous la forme d’un
acquittement. Dans son argumentation relative à
la requête en production de nouveaux éléments de
preuve, le ministère public a évoqué de possibles
limites ou lacunes touchant l’expertise présentée en
l’espèce. Il est donc dans l’intérêt de la justice que
la Cour ordonne la tenue d’un nouveau procès au
cours duquel le ministère public aura l’occasion de
présenter une preuve contestant la fiabilité des nou­
veaux éléments de preuve.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Fish
727
VI. Conclusion
VI. Conclusion
[78] For the foregoing reasons, Mr. Hay’s motion
to adduce fresh evidence is granted and the appeal
is allowed. The matter is remanded for retrial.
[78] Pour ces motifs, il est fait droit à la requête
de M. Hay en production de nouveaux éléments
de preuve, et l’appel est accueilli. L’affaire est ren­
voyée pour la tenue d’un nouveau procès.
The following are the reasons delivered by
Version française des motifs rendus par
Fish J. —
Le juge Fish —
I
I
[79] Like Justice Rothstein, and for the reasons he
has given, I would grant the appellant’s motion to
adduce fresh evidence and order a new trial.
[79] À l’instar du juge Rothstein et pour les motifs
qu’il expose, je suis d’avis d’accueillir la requête de
l’appelant en production de nouveaux éléments de
preuve et d’ordonner la tenue d’un nouveau procès.
[80] Our sole disagreement relates to the trial
judge’s charge concerning the evidence of Leisa
Maillard. Justice Rothstein finds that the trial
judge did not instruct the jury that it could con­vict
the appellant, Leighton Hay, on the evidence of
Ms. Maillard alone. With respect, I believe that he
did.
[80] Notre désaccord ne porte que sur les direc­
tives du juge du procès concernant le témoignage
de Leisa Maillard. Selon le juge Rothstein, le juge
du procès n’a pas dit au jury qu’il pouvait déclarer
coupable l’appelant, Leighton Hay, sur la foi du
seul témoignage de Mme Maillard. Avec égards, je
crois qu’il l’a fait.
[81] As we shall see, the trial judge and coun­sel
evidently thought so too. The jury can hardly have
un­derstood the judge’s charge differently.
[81] De toute évidence, comme nous le verrons,
le juge du procès et l’avocat du ministère public
étaient aussi de cet avis. Le jury n’a sans doute pas
interprété différemment l’exposé du juge.
[82] This error is in my view fatal, though the
judge’s charge was otherwise flawless and emi­
nently fair. And I think it right to add that the law
in this regard is more certain now than it was at the
time of trial.
[82] Cette erreur me semble fatale, bien que
l’exposé du juge était par ailleurs irréprochable et
éminemment juste. Et je crois opportun d’ajouter
que le droit en la matière est plus clair aujourd’hui
qu’il l’était au moment du procès.
II
II
[83] Leighton Hay stands convicted of first degree
murder and attempted murder. Leisa Mail­
lard
was the only eyewitness who implicated Mr. Hay
in the fatal shooting of the victim. In a photo
lineup con­ducted by the police, Ms. Maillard said
she was “about 80 percent” sure that Mr. Hay was
the shooter, but could not answer that question
“yes or no”. She did not identify Mr. Hay in court.
Other sig­nificant frailties in her evidence are well
[83] Leighton Hay a été déclaré coupable de
meurtre au premier degré et de tentative de meurtre.
Leisa Maillard est le seul témoin oculaire ayant
impliqué M. Hay dans le meurtre de la victime.
Lors d’une séance d’identification photographique
tenue par les policiers, Mme Maillard a dit être cer­
taine [TRADUCTION] « à environ 80 p. 100 » que M. Hay
était le tireur, mais elle ne pouvait pas répon­dre
« par oui ou par non » à cette question. Elle n’a
728
R.
v.
HAY
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
set out in the reasons of Justice Rothstein (notably at
paras. 15-23 and, compendiously, at para. 42).
pas identifié M. Hay en salle d’audience. D’autres
faiblesses importantes de sa déposition sont bien
exposées dans les motifs du juge Rothstein (notam­
ment aux par. 15-23 et, en résumé, au par. 42).
[84] In his pre-charge submissions, Crown coun­sel
nonetheless asked the judge to instruct the jury that
they could convict Mr. Hay on the evidence of one
eyewitness alone (A.R., vol. V, at pp. 2004, 2008
and 2011). Counsel made clear that he was refer­
ring specifically to the testimony of Ms. Maillard
(pp. 2008 and 2014). Indeed, he could hardly have
been referring to anyone else: As mentioned earlier,
no other eyewitness implicated Mr. Hay.
[84] Dans les observations qu’il a faites avant
l’exposé au jury, l’avocat du ministère public a mal­
gré tout demandé au juge d’expliquer au jury qu’il
pouvait déclarer M. Hay coupable sur la base de la
déposition d’un seul témoin oculaire (d.a., vol. V,
p. 2004, 2008 et 2011). L’avocat a clairement indi­
qué qu’il parlait précisément du témoignage de
Mme Maillard (p. 2008 et 2014). En fait, il ne pouvait
guère parler de qui que ce soit d’autre : je le répète,
aucun autre témoin oculaire n’a impliqué M. Hay.
[85] Quite properly, Crown counsel assured the
trial judge that he “want[ed] to be able to fashion [his]
closing address to the jury in a way that’s respon­
sible and consistent with what you’re going to be
tell­ing them” (A.R., vol. V, at p. 2014; unless other­
wise indicated, the emphasis throughout is mine).
The trial judge replied that he “[did not] have a
problem” with the Crown’s request and indicated
that he would charge the jury to that effect, though
not necessarily in the wording proposed (pp. 2011
and 2014).
[85] À juste titre, l’avocat du ministère public
a donné au juge du procès l’assurance qu’il
[TRADUCTION] « [voulait] être en mesure d’adapter
[son] exposé final au jury de façon responsable et
en conformité avec ce que [le juge allait] leur dire »
(d.a., vol. V, p. 2014; sauf indication contraire,
dans les présents motifs, les italiques sont ajou­
tés). Le juge du procès a répondu que la demande
du ministère public [TRADUCTION] « ne [lui] pos[ait]
pas de problème » et a précisé qu’il donnerait au
jury des directives en ce sens, quoique pas néces­
sairement avec la for­mulation proposée (p. 2011 et
2014).
[86] In his closing address, Crown counsel pro­
ceeded on that understanding. This was apparent
from the very outset:
[86] L’avocat du ministère public s’est exprimé
selon cette entente dans sa plaidoirie finale. Cela
était évident dès le tout début :
I suspect His Honour will also tell you, after con­
sidering the strength of eyewitness testimony you’re
entitled to convict on it alone if it persuades you, beyond
a reasonable doubt, that the person identified was the
shooter. [A.R., vol. VI, at p. 111]
[TRADUCTION] J’imagine que monsieur le Juge vous
dira également qu’après avoir évalué la force probante
de la déposition du témoin oculaire, vous êtes habilités
à conclure à la culpabilité sur la seule foi de cette dépo­
sition si elle vous convainc, hors de tout doute raison­
nable, que la personne identifiée était le tireur. [d.a.,
vol. VI, p. 111]
[87] The Crown then emphasized to the jury that
this principle applied to the testimony of Leisa
Maillard:
[87] Le ministère public a ensuite souligné au
jury que ce principe s’appliquait au témoignage de
Leisa Maillard :
The lawyer [for Mr. Hay] has made much of the fact
that [Ms. Maillard] said 80 percent. She explained to you
what she meant. 80 percent is of the picture, because it
may be an older picture. . . . If you accept her explanation
[TRADUCTION] L’avocat [de M. Hay] a beaucoup
insisté sur le fait que [Mme Maillard] avait dit 80 p. 100.
Elle vous a expliqué ce qu’elle voulait dire par là. Les
mots 80 p. 100 renvoient à la photo, parce qu’il peut
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Fish
729
— there’s no reason not to — you can convict on the
photo lineup and [her] visceral reaction [to it] all alone.
If you’re troubled by it, then your troubles will be wiped
away by the overwhelming confirmatory evidence in
this case, which under Canadian law makes up for any
frailties you might find in the photo lineup. [A.R., vol. VI,
at p. 117]
s’agir d’une photo plus ancienne. [. . .] Si vous acceptez
son explication — et il n’y a aucune raison de ne pas le
faire — vous pouvez conclure à la culpabilité sur le seul
fondement de l’identification faite à partir d’une série
de photos et de [la] réaction viscérale [que la séance a
suscitée chez elle]. Si cette explication vous préoccupe,
alors vos préoccupations seront dissipées par l’imposante
preuve corroborante produite en l’espèce qui, en droit
cana­dien, compense toute faiblesse que vous pourriez
déceler dans la séance d’identification photographique.
[d.a., vol. VI, p. 117]
And again:
Et encore :
You could, in this case, convict Leighton Hay on Leisa
Maillard’s photo lineup . . . . [p. 119]
En l’espèce, vous pourriez déclarer M. Hay coupable
sur la foi de l’identification faite par Leisa Maillard à
partir d’une série de photos . . . [p. 119]
[88] At no point in his charge did the able and
experienced trial judge correct these assertions by
the Crown. This confirms to me, particularly in light
of the pre-charge discussions, that they conformed
to the judge’s own understanding of the law.
[88] Le compétent et chevronné juge du procès
n’a jamais corrigé dans son exposé ces affirmations
du ministère public. Cela me confirme, surtout au vu
des propos échangés avant l’exposé, que ces affirma­­
tions correspondaient à la façon dont le juge envi­
sageait le droit.
[89] Pursuant to the Crown’s closing argument,
the jury would thus have assumed that it was entitled
to convict Mr. Hay based solely on Ms. Maillard’s
eyewitness “identification”.
[89] Aux termes de la plaidoirie finale du minis­
tère public, le jury aurait ainsi tenu pour acquis
qu’il était habilité à déclarer M. Hay coupable en se
fondant uniquement sur l’« identification » faite par
Mme Maillard, le témoin oculaire.
[90] Unfortunately, this misapprehension of the
law was soon to be reinforced by the trial judge in
his own instructions to the jury.
[90] Malheureusement, le juge du procès n’a pas
tardé à renforcer cette conception erronée du droit
dans ses propres directives adressées au jury.
[91] Early in his charge, the trial judge made clear
to the jury that “the main issue in this trial is the
identity of the people who murdered Collin Moore”
(A.R., vol. V, at p. 2144). He then explained the
dangers associated with reliance on eyewitness
evidence to establish guilt. Then, in some measure
echoing Crown counsel’s prior submission, he
instructed the jury as follows:
[91] Au début de son exposé, le juge du procès a
clairement indiqué au jury que [TRADUCTION] « la
principale question en litige dans ce procès est
l’identité des personnes qui ont tué Collin Moore »
(d.a., vol. V, p. 2144). Il a ensuite expliqué les
dangers liés au fait de se fonder sur la déposition de
témoins oculaires pour établir la culpabilité. Puis,
reprenant dans une certaine mesure l’observation
faite auparavant par l’avocat du ministère public, le
juge a donné au jury les explications suivantes :
. . . you should look for confirmatory evidence to sup­
port the eyewitness identification evidence. If you find
other evidence to support the eyewitness identification
evi­­dence, you may decide that the frailties associated
[TRADUCTION] . . . vous devez rechercher des éléments
de preuve corroborants étayant la preuve d’identification
par témoin oculaire. Si vous trouvez d’autres éléments de
preuve appuyant l’identification par un témoin oculaire,
730
R.
v.
HAY
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
with a conviction based only on identification evidence
[have] been discounted. It will be up to you.
vous pouvez décider que la fragilité d’une déclaration
de culpabilité fondée uniquement sur la preuve d’iden­
tification a été écartée. C’est à vous qu’appartient cette
décision.
But even if you find no confirmatory evidence — even
though you are to exercise caution because of the frail­ties
of eyewitness identification evidence — you are, neverthe­
less, entitled to convict on the evidence of even a sin­gle eye­
witness if you accept that witness’ identification and find
that it proves guilt beyond a reasonable doubt. [A.R., vol. V,
at p. 2146]
Mais même si vous ne trouvez aucun élément de
preuve corroborant — bien que vous deviez faire preuve
de prudence en raison des faiblesses de la preuve d’iden­
tification par témoin oculaire — vous pouvez malgré tout
rendre un verdict de culpabilité reposant sur la dépo­
sition d’un seul témoin oculaire si vous acceptez cette
identification et jugez qu’elle établit la culpabilité hors de
tout doute raisonnable. [d.a., vol. V, p. 2146]
[92] Thus, although the trial judge urged caution,
he informed the jury in unmistakable terms that
the testimony of one eyewitness could properly
ground a conviction. The jury would therefore have
understood that this rule applied unless instructed
otherwise for a particular witness. No such in­
struction was ever given.
[92] Ainsi, bien que le juge du procès ait exhorté
le jury à la prudence, il lui a fait savoir sans équivo­
que que la déposition d’un seul témoin oculaire
pouvait fonder une déclaration de culpabilité. Le
jury aurait donc compris que cette règle s’appliquait
à moins que le juge lui ait donné une directive con­
traire à l’égard d’un témoin en particulier. Aucune
directive de la sorte ne lui a été donnée.
[93] More particularly, the trial judge never told
the jury that his general instructions that I have
just quoted did not apply to the testimony of Leisa
Maillard. On the contrary, soon afterward, he ex­
plained that identification evidence is stronger if
the accused was previously known to the witness.
And he related this instruction specifically to “the
evidence against Leighton Hay” (A.R., vol. V, at
p. 2148). This was indisputably a direct reference to
Ms. Maillard’s evidence implicating Mr. Hay.
[93] Plus précisément, le juge du procès n’a
jamais dit au jury que ses directives générales, que
je viens de citer, ne valaient pas pour le témoi­
gnage de Leisa Maillard. Au contraire, il a expliqué
peu après que la preuve d’identification est plus
solide si le témoin connaissait déjà l’accusé. Et il
a fait explicitement le lien entre ces directives et
[TRADUCTION] « la preuve contre Leighton Hay »
(d.a., vol. V, p. 2148). À n’en pas douter, il renvoyait
ainsi directement au témoignage de Mme Maillard
impliquant M. Hay.
[94] In any event, there could be no confusion
regarding which defendant the trial judge was
referring to when he instructed the jury that it was
“entitled to convict on the evidence of even a single
eyewitness” (A.R., vol. V, at p. 2146). Several eye­
witnesses identified Mr. Hay’s co-accused, Gary
Eunick, as one of the shooters. Only Mr. Hay was
identified by “a single eyewitness” — Ms. Maillard
(ibid.). Accordingly, the only meaningful appli­
cation of this general instruction was in regard to
Ms. Maillard’s testimony.
[94] Quoi qu’il en soit, il ne peut y avoir de
doute sur l’identité du défendeur dont parlait le
juge du procès lorsque ce dernier a dit aux jurés
qu’ils [TRADUCTION] « pouv[aient] [. . .] rendre un
verdict de culpabilité reposant sur la déposition
d’un seul témoin oculaire » (d.a., vol. V, p. 2146).
Plusieurs témoins oculaires ont identifié le coac­
cusé de M. Hay, Gary Eunick, avec l’un des
tireurs. Seul M. Hay a été identifié par « un seul
témoin oculaire », Mme Maillard (ibid.). En consé­
quence, cette directive générale ne valait de
manière significative que pour le témoignage de
Mme Maillard.
[2013] 3 R.C.S.
R.
c.
HAY
Le juge Fish
731
[95] The judge’s subsequent instructions regard­
ing Ms. Maillard’s evidence, if anything, reinforced
Crown counsel’s uncorrected statement to the jury
that they could convict Mr. Hay on her photo iden­
tification alone — and reinforced as well the judge’s
own instruction to the same effect (reproduced
above at para. 91).
[95] À tout le moins, les directives subséquen­tes
du juge relatives au témoignage de Mme Maillard ont
donné plus de poids à la déclaration non cor­rigée
faite par l’avocat du ministère public aux jurés,
selon laquelle ils pouvaient déclarer M. Hay cou­
pable sur le seul fondement de son identification
par Mme Maillard à partir d’une photo, et ont aussi
donné plus de poids à la directive du juge lui-même
en ce sens (reproduite au par. 91).
[96] For example, in terms virtually identical to
the judge’s general caution regarding eyewitness
iden­tification evidence, he later instructed the jury
that it “should look for other evidence confirming
her identification” (A.R., vol. V, at p. 2181). Man­
ifestly, the term “should” deprives this instruction of
imperative force. And, with respect, I am unable to
find in this or any other passage that the trial judge
“instructed the jury that it must look to confirmatory
evidence” (my colleague’s reasons, at para. 39).
[96] Par exemple, le juge a par la suite dit au
jury, en des termes pratiquement identiques à
sa mise en garde générale concernant la preuve
d’identification par un témoin oculaire, qu’il
[TRADUCTION] « [devrait] rechercher d’autres élé­
ments de preuve confirmant l’identification [faite
par Mme Maillard] » (d.a., vol. V, p. 2181). Le mot
« devrait » enlève manifestement tout caractère
impératif à cette directive. Et, avec égards, je ne peux
conclure de cet extrait, ou de tout autre, que le juge
du procès « a [. . .] donné comme directive au jury
qu’il devait rechercher des éléments de preuve cor­
roborants » (motifs du juge Rothstein, par. 39).
[97] Finally, near the very end of his charge, the
trial judge once again indicated to the jury that
they could convict Mr. Hay on the evidence of
Ms. Maillard alone. Without any suggestion that
this was wrong in law, the trial judge referred to
Crown counsel’s submission that “just based on
Leisa Maillard’s evidence alone you should be sure
that the shooter was Leighton Hay” (A.R., vol. V, at
p. 2245).
[97] Finalement, vers la toute fin de son exposé,
le juge du procès a de nouveau indiqué au jury qu’il
pouvait déclarer M. Hay coupable sur le fondement
du seul témoignage de Mme Maillard. Sans aucune­
ment laisser entendre que cette affirmation était
erronée en droit, le juge du procès a repris le pro­
pos de l’avocat du ministère public suivant lequel
[TRADUCTION] « compte tenu uniquement du témoi­
gnage de Leisa Maillard, vous devriez être certains
que Leighton Hay était le tireur » (d.a., vol. V, p. 2245).
[98] As mentioned at the outset and with the
greatest of respect, I am unable in light of this
record to conclude that the trial judge did not in­
struct the jury that it could convict Mr. Hay on the
evidence of Ms. Maillard alone.
[98] Comme je l’ai mentionné au début, et avec
égards pour l’opinion de mon collègue, il m’est
impos­sible de conclure, à la lumière du dossier en
l’espèce, que le juge du procès n’a pas expliqué
au jury qu’il pouvait déclarer M. Hay coupable sur
la foi du seul témoignage de Mme Maillard.
III
III
[99] The Court of Appeal held, at para. 48,
that “[i]n the face of [the jury] instructions, it
is fanciful to think that the jury would have con­
victed Hay solely on the eye-witness testimony of
[99] La Cour d’appel a statué au par. 48 de ses
motifs que [TRADUCTION] « [c]ompte tenu de ces
direc­tives [données au jury], penser que le jury
aurait déclaré M. Hay coupable sur la seule foi du
732
R.
v.
HAY
[2013] 3 S.C.R.
Fish J.
Ms. Maillard.” My colleague Justice Rothstein
agrees (para. 54).
témoignage oculaire de Mme Maillard relève de la
fantaisie. » Mon collègue le juge Rothstein partage
cet avis (par. 54).
[100] Though patently speculative and certainly
unverifiable, that may in fact be so. In light of the
trial judge’s effort to make clear to the jury that it
should be cautious before convicting Mr. Hay based
solely on Ms. Maillard’s identification, it does ap­
pear unlikely that the jury convicted Mr. Hay with­out
any regard to the confirmatory evidence. Whether
that is the case, however, is a question that we are
neither called upon nor entitled to resolve.
[100] Bien que ce propos relève manifeste­ment
de la conjecture et que son bien-fondé ne puisse
sûrement pas être vérifié, c’est peut-être ce qui s’est
effectivement passé. Comme le juge du procès s’est
employé à préciser au jury qu’il devait faire preuve
de prudence avant de déclarer M. Hay coupable en
se fondant uniquement sur l’identification faite par
Mme Maillard, il semble en fait peu probable que le
jury ait déclaré M. Hay coupable sans tenir com­pte
de la preuve corroborante. Nous ne sommes toute­
fois pas appelés ni autorisés à résoudre la ques­tion
de savoir si c’est le cas ou non.
[101] Rather, the issue that concerns us here is
whether the trial judge erred in his instructions to
the jury, and not with why the jury decided as it did
— a matter beyond our ken.
[101] La question qui nous intéresse en l’espèce
est de savoir si le juge du procès a commis une erreur
dans ses directives au jury, et non pas de savoir
pourquoi le jury a rendu la décision qu’il a ren­due,
un point qui nous dépasse.
IV
IV
[102] As stated at the outset, I agree with Justice
Rothstein that the appellant’s motion to adduce
fresh evidence should be granted, that the appeal
should be allowed and that a new trial should be
ordered.
[102] Comme je l’ai indiqué au début, je partage
l’avis du juge Rothstein qu’il y a lieu de faire droit
à la requête de l’appelant en production de nou­
veaux éléments de preuve, d’accueillir le pourvoi et
d’ordon­ner la tenue d’un nouveau procès.
Appeal allowed.
Pourvoi accueilli.
Solicitors for the appellant: Lockyer Campbell
Posner, Toronto; Joanne McLean, Toronto.
Procureurs de l’appelant : Lockyer Campbell
Posner, Toronto; Joanne McLean, Toronto.
Solicitor for the respondent: Attorney General
of Ontario, Toronto.
Procureur de l’intimée : Procureur général de
l’Ontario, Toronto.
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
733
Information and Privacy Commissioner
of Alberta Appellant
Information and Privacy Commissioner
of Alberta Appelant
v.
c.
United Food and Commercial Workers, Local
401 Respondent
Travailleurs et travailleuses unis de
l’alimentation et du commerce, section locale
401 Intimé
- and -
- et -
Attorney General of Alberta Appellant
Procureur général de l’Alberta Appelant
v.
c.
United Food and Commercial Workers,
Local 401 Respondent
Travailleurs et travailleuses unis de
l’alimentation et du commerce,
section locale 401 Intimé
and
et
Attorney General of Canada,
Attorney General of Ontario,
Privacy Commissioner of Canada,
Canadian Civil Liberties Association,
British Columbia Civil Liberties Association,
Information and Privacy
Commissioner of Ontario,
Coalition of British Columbia Businesses,
Merit Canada,
Information and Privacy Commissioner
of British Columbia,
and Alberta Federation of
Labour Interveners
Procureur général du Canada,
procureur général de l’Ontario,
commissaire à la protection de
la vie privée du Canada,
Association canadienne des libertés civiles,
Association des libertés civiles
de la Colombie-Britannique,
commissaire à l’information et à la protection
de la vie privée de l’Ontario,
Coalition of British Columbia Businesses,
Merit Canada,
Information and Privacy Commissioner
of British Columbia,
et Alberta Federation of Labour Intervenants
Indexed as: Alberta (Information and
Privacy Commissioner) v. United Food and
Commercial Workers, Local 401
Répertorié : Alberta (Information and
Privacy Commissioner) c. Travailleurs et
travailleuses unis de l’alimentation et du
commerce, section locale 401
2013 SCC 62
2013 CSC 62
File No.: 34890.
No du greffe : 34890.
2013: June 11; 2013: November 15.
2013 : 11 juin; 2013 : 15 novembre.
734
ALBERTA
v.
U.F.C.W.
[2013] 3 S.C.R.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
ON APPEAL FROM THE COURT OF APPEAL FOR
ALBERTA
EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DE L’ALBERTA
Constitutional law — Charter of rights — Freedom
of expression — Labour relations — Privacy — Union
video-­taping and photographing individuals crossing
its picket line for use in its labour dispute — Whether leg­
is­lation restricting the collection, use and disclosure of
personal information violates union’s expressive right
under s. 2(b) of Charter and, if so, whether violation is jus­
tified — Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1,
2(b) — Personal Information Protection Act, S.A. 2003,
c. P-6.5 — Personal Information Protection Act Regu­
lation, Alta. Reg. 366/2003.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Liberté
d’expression — Relations de travail — Droit à la vie
privée — Syndicat filme et photographie des personnes
franchissant sa ligne de piquetage pour se servir des enre­
gistrements dans le cadre du conflit de travail en cours
— La loi qui restreint la collecte, l’utilisation et la com­
munication de renseignements personnels porte-­t-elle
atteinte au droit à la liberté d’expression du syn­dicat
protégé par l’art. 2b) de la Charte et, dans l’affir­mative,
l’atteinte est-elle justifiée? — Charte canadienne des
droits et libertés, art. 1, 2b) — Personal Information Pro­
tection Act, S.A. 2003, ch. P-6.5 — Personal Infor­mation
Protection Act Regulation, Alta. Reg. 366/2003.
During a lawful strike lasting 305 days, both the
Union and the employer video-taped and photographed
individuals crossing the picketline. The Union posted
signs in the area of the picketing stating that images of
persons crossing the picketline might be placed on a
website. Several individuals who were recorded cross­
ing the picketline filed complaints with the Alberta In­
formation and Privacy Commissioner. The Commissioner
appointed an Adjudicator to decide whether the Union
had contravened the Personal Information Protection
Act (PIPA). The Adjudicator concluded that the Union’s
col­lection, use and disclosure of the information was not
authorized by PIPA. On judicial review, PIPA was found
to violate the Union’s rights under s. 2(b) of the Charter.
The Court of Appeal agreed and granted the Union a
constitutional exemption from the application of PIPA.
À l’occasion d’une grève légale qui a duré 305 jours,
tant le syndicat que l’employeur ont enregistré des vidéos
et pris des photos de personnes en train de franchir la
ligne de piquetage. Le syndicat a installé des affiches
à l’intérieur de la zone de piquetage annonçant que les
images des personnes qui franchissaient la ligne étaient
susceptibles d’être publiées sur un site Web. Plusieurs des
personnes filmées ou photographiées en train de fran­
chir la ligne de piquetage ont déposé une plainte auprès
du commissaire à l’information et à la protection de la
vie privée de l’Alberta. Ce dernier a désigné une arbitre
chargée de décider si le syndicat avait contrevenu à la
Personal Information Protection Act (PIPA). L’arbitre a
conclu que la collecte, l’utilisation et la communication
des renseignements par le syndicat n’étaient pas auto­
risées par la PIPA. Lors d’un contrôle judiciaire, il a été
jugé que la PIPA portait atteinte aux droits du syndicat
protégés par l’al. 2b) de la Charte. La Cour d’appel s’est
dite d’accord et a accordé au syndicat une exemption
constitutionnelle quant à l’application de la PIPA.
Held: The appeal is substantially dismissed.
PIPA establishes a general rule that organizations can­
not collect, use or disclose personal information without
consent. None of PIPA’s exemptions permit the Union
to collect, use and disclose personal information for the
purpose of advancing its interests in a labour dispute. The
central issue is whether PIPA achieves a constitutionally
acceptable balance between the interests of individuals
in controlling the collection, use and disclosure of their
personal information and a union’s freedom of expres­sion.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté en grande partie.
La PIPA pose comme règle générale que les organi­
sations ne peuvent recueillir, utiliser ou communiquer
des renseignements personnels sans le consentement des
intéressés. Aucune des exceptions prévues par la PIPA
ne permet au syndicat de recueillir, d’utiliser ou de com­
muniquer des renseignements personnels en vue de faire
valoir ses intérêts dans le cadre d’un conflit de travail. La
question principale est celle de savoir si la PIPA atteint
un équilibre acceptable sur le plan constitutionnel entre,
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
735
To the extent that PIPA restricts collection for legit­imate
labour relations purposes, it is in breach of s. 2(b) of the
Charter and cannot be justified under s. 1.
d’une part, le droit des personnes d’exercer un droit de
regard sur la collecte, l’utilisation et la communication
des renseignements personnels les concernant et, d’autre
part, la liberté d’expression d’un syndicat. Dans la mesure
où la PIPA empêche la collecte de renseignements per­
sonnels à des fins légitimes de relations du travail, elle
viole l’al. 2b) de la Charte et cette violation ne saurait se
justifier au sens de l’article premier.
The purpose of PIPA is to enhance an individual’s
con­trol over his or her personal information by restrict­
ing the collection, use and disclosure of personal infor­
mation without that individual’s consent. The objective of
pro­vid­ing an individual with this measure of control is
intimately connected to individual autonomy, dignity and
privacy, self-evidently significant social values.
La PIPA vise à renforcer le droit de regard d’une per­
sonne sur les renseignements personnels la concernant
en restreignant leur collecte, leur utilisation et leur com­
munication sans son consentement. L’objectif de fournir
à une personne ce droit de regard est intimement lié à son
autonomie, à sa dignité et à son droit à la vie privée, des
valeurs sociales dont l’importance va de soi.
But the Act does not include any mechanisms by
which a union’s constitutional right to freedom of ex­
pres­sion may be balanced with the interests protected
by the legislation. This Court has long recognized the fun­
damental importance of freedom of expression in the
context of labour disputes. PIPA prohibits the collection,
use, or disclosure of personal information for many le­
git­imate, expressive purposes related to labour relations.
Picketing represents a particularly crucial form of ex­pres­
sion with strong historical roots. PIPA imposes restric­
tions on a union’s ability to communicate and persuade
the public of its cause, impairing its ability to use one of
its most effective bargaining strategies in the course of a
lawful strike. This infringement of the right to freedom
of expression is disproportionate to the government’s
ob­jective of providing individuals with control over the per­
sonal information that they expose by crossing a pick­
etline. It is therefore not justified under s. 1 of the Charter.
Mais la Loi ne prévoit aucun mécanisme permettant
de trouver un équilibre entre les intérêts qu’elle protège
et le droit constitutionnel du syndicat à la liberté d’expres­
sion. La Cour reconnaît depuis longtemps l’importance
fondamentale que revêt la liberté d’expression dans le
contexte des conflits de travail. La PIPA interdit la collecte,
l’utilisation et la communication de renseignements per­
sonnels qui serviraient de nombreux objectifs expres­sifs
légitimes relatifs aux relations de travail. Le piquetage
con­stitue une forme d’expression particulièrement vitale
et fermement ancrée dans l’histoire. La PIPA restreint
la faculté du syndicat de communiquer avec le public
et de le convaincre du bien-fondé de sa cause, compro­
mettant ainsi sa capacité de recourir à une de ses stra­
tégies de négociation les plus efficaces au cours d’une
grève légale. Cette atteinte au droit à la liberté d’expres­
sion est disproportionnée par rapport à l’objectif du gou­
vernement d’accorder aux personnes un droit de regard sur
les renseignements personnels qu’elles exposent en fran­
chissant une ligne de piquetage. Cette atteinte n’est donc
pas justifiée au sens de l’article premier de la Charte.
Given the comprehensive and integrated structure
of the statute, the Government of Alberta and the Infor­
mation and Privacy Commissioner requested that the
Court not select specific amendments, requesting in­
stead that the entire statute be declared invalid so that
the legislature can consider the Act as a whole. The dec­
laration of invalidity is therefore granted but is suspended
for a period of 12 months to give the legis­lature the op­
portunity to decide how best to make the legislation con­
stitutionally compliant.
Compte tenu de l’économie exhaustive et inté­grée
de la Loi, le gouvernement de l’Alberta et le com­mis­
saire à l’information et à la protection de la vie privée
ont demandé à ce que la Cour ne fasse pas un tri parmi
des modifications précises, mais qu’elle déclare plu­tôt
l’invalidité de la totalité de la Loi de sorte que la légis­
lature puisse en traiter comme d’un tout. La déclaration
d’invalidité est donc prononcée, mais suspendue pen­dant
12 mois afin de donner à la législature le temps néces­
saire pour décider de la meilleure façon de rendre la loi
constitutionnelle.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Order P2010-003; Synergen Housing
Co-op Ltd., 2010 CanLII 98626; Lavigne v. Canada
Arrêts mentionnés : Order P2010-003; Synergen
Housing Co-op Ltd., 2010 CanLII 98626; Lavigne
736
ALBERTA
v.
U.F.C.W.
[2013] 3 S.C.R.
(Of­fice of the Commissioner of Official Languages), 2002
SCC 53, [2002] 2 S.C.R. 773; Dagg v. Canada (Minister
of Finance), [1997] 2 S.C.R. 403; H.J. Heinz Co. of Can­
ada Ltd. v. Canada (Attorney General), 2006 SCC 13,
[2006] 1 S.C.R. 441; R.W.D.S.U., Local 558 v. Pepsi-Cola
Canada Beverages (West) Ltd., 2002 SCC 8, [2002] 1
S.C.R. 156; U.F.C.W., Local 1518 v. KMart Canada Ltd.,
[1999] 2 S.C.R. 1083; Ontario (Attorney General) v. Fraser,
2011 SCC 20, [2011] 2 S.C.R. 3; Reference re Public
Service Employee Relations Act (Alta.), [1987] 1 S.C.R.
313; Great Atlantic & Pacific Co. of Canada, [1994]
O.L.R.B. Rep. March 303; R. v. Morgentaler, [1988] 1
S.C.R. 30; Schachter v. Canada, [1992] 2 S.C.R. 679.
c. Canada (Commissariat aux langues offi­
cielles),
2002 CSC 53, [2002] 2 R.C.S. 773; Dagg c. Canada
(Ministre des Finances), [1997] 2 R.C.S. 403; Cie H.J.
Heinz du Canada ltée c. Canada (Procureur général),
2006 CSC 13, [2006] 1 R.C.S. 441; S.D.G.M.R.,
section locale 558 c. Pepsi-Cola Canada Beverages
(West) Ltd., 2002 CSC 8, [2002] 1 R.C.S. 156; T.U.A.C.,
section locale 1518 c. KMart Canada Ltd., [1999] 2
R.C.S. 1083; Ontario (Procureur général) c. Fraser, 2011
CSC 20, [2011] 2 R.C.S. 3; Renvoi relatif à la Public
Service Employee Relations Act (Alb.), [1987] 1 R.C.S. 313;
Great Atlantic & Pacific Co. of Canada, [1994] O.L.R.B.
Rep. March 303; R. c. Morgentaler, [1988] 1 R.C.S. 30;
Schachter c. Canada, [1992] 2 R.C.S. 679.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Administrative Procedures and Jurisdiction Act, R.S.A.
2000, c. A-3.
Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1, 2(b).
Personal Information Protection Act, S.A. 2003, c. P-6.5,
ss. 1(1)(i) “organization”, (k) “personal information”, 3,
4(1), (3)(a), (b), (c), 7(1), 14(d), (e), 17(d), (e), 20(f), (j),
(m), 56(2), (3).
Personal Information Protection Act Regulation, Alta.
Reg. 366/2003, s. 7.
Personal Information Protection and Electronic Doc­
uments Act, S.C. 2000, c. 5, s. 26(2)(b).
Administrative Procedures and Jurisdiction Act, R.S.A.
2000, ch. A-3.
Charte canadienne des droits et libertés, art. 1, 2b).
Loi sur la protection des renseignements personnels et les
documents électroniques, L.C. 2000, ch. 5, art. 26(2)b).
Personal Information Protection Act, S.A. 2003, ch. P-6.5,
art. 1(1)i) « organization », k) « personal infor­mation »,
3, 4(1), (3)a), b), c), 7(1), 14d), e), 17d), e), 20f), j), m),
56(2), (3).
Personal Information Protection Act Regulation, Alta.
Reg. 366/2003, art. 7.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Adams, George W. Canadian Labour Law, 2nd ed., vol. 1.
Au­rora, Ont.: Canada Law Book, 1993 (loose-leaf up­
dated June 2013, release 46).
Canada. Report of a Task Force established jointly by De­
partment of Communications/Department of Jus­tice.
Privacy and Computers. Ottawa: Information Can­ada,
1972.
Craig, John D. R. “Invasion of Privacy and Charter Val­
ues: The Common-Law Tort Awakens” (1997), 42
McGill L.J. 355.
Drapeau, Michel W., and Marc-Aurèle Racicot. Protec­
tion of Privacy in the Canadian Private and Health
Sectors 2013. Toronto: Carswell, 2012.
Gratton, Éloïse. Understanding Personal Information: 
Managing Privacy Risks. Markham, Ont.: Lexis­Nexis,
2013.
Hogg, Peter W. Constitutional Law of Canada, 5th ed.
Supp., vol. 2. Toronto: Thomson/Carswell, 2007 (up­
dated 2012, release 1).
Hunt, Chris D. L. “Conceptualizing Privacy and Elu­
cidating its Importance: Foundational Considerations
for the Development of Canada’s Fledgling Privacy
Tort” (2011), 37 Queen’s L.J. 167.
Adams, George W. Canadian Labour Law, 2nd ed., vol. 1.
Au­rora, Ont. : Canada Law Book, 1993 (loose-leaf
up­dated June 2013, release 46).
Canada. Rapport du Groupe d’étude établi conjointement
par le ministère des Communications et le ministère
de la Justice. L’ordinateur et la vie privée. Ottawa : 
Information Canada, 1972.
Craig, John D. R. « Invasion of Privacy and Charter
Values : The Common-Law Tort Awakens » (1997),
42 R.D. McGill 355.
Drapeau, Michel W., and Marc-Aurèle Racicot. Pro­
tection of Privacy in the Canadian Private and Health
Sectors 2013. Toronto : Carswell, 2012.
Gratton, Éloïse. Understanding Personal Information : 
Managing Privacy Risks. Markham, Ont. : LexisNexis,
2013.
Hogg, Peter W. Constitutional Law of Canada, 5th ed.
Supp., vol. 2. Toronto : Thomson/Carswell, 2007 (up­
dated 2012, release 1).
Hunt, Chris D. L. « Conceptualizing Privacy and Eluci­
dating its Importance : Foundational Consi­derations
for the Development of Canada’s Fledgling Privacy
Tort » (2011), 37 Queen’s L.J. 167.
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
737
International Labour Organization. Report of the Director-­
General: Freedom of association in practice: Lessons
learned. Geneva: International Labour Office, 2008
(online:http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/
@dgreports/@dcomm/documents/publication/
wcms_096122.pdf).
MacNeil, Michael. “Unions and the Charter: The Su­
preme Court of Canada and Democratic Values”
(2003), 10 C.L.E.L.J. 3.
Rayner, Wesley B. Canadian Collective Bargaining Law,
2nd ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2007.
MacNeil, Michael. « Unions and the Charter : The
Supreme Court of Canada and Democratic Values »
(2003), 10 C.L.E.L.J. 3.
Organisation internationale du travail. Rapport du
directeur général : Liberté d’association : enseigne­
ments tirés de la pratique. Genève : Bureau inter­
national du Travail, 2008 (en ligne : http://www.ilo.
org/wcmsp5/groups/public/@dgreports/@dcomm/
documents/publication/wcms_096123.pdf).
Rayner, Wesley B. Canadian Collective Bargaining Law,
2nd ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2007.
APPEAL from a judgment of the Alberta Court
of Appeal (Slatter and McDonald JJ.A. and Read J.
(ad hoc)), 2012 ABCA 130, 57 Alta. L.R. (5th) 249,
522 A.R. 197, 544 W.A.C. 197, 349 D.L.R. (4th) 654,
258 C.R.R. (2d) 110, 33 Admin. L.R. (5th) 321,
[2012] 6 W.W.R. 211, 2012 CLLC ¶210-025, [2012]
A.J. No. 427 (QL), 2012 CarswellAlta 760, allowing
in part (only to the extent the remedy was varied)
a decision of Goss J., 2011 ABQB 415, 53 Alta. L.R.
(5th) 235, 509 A.R. 150, 339 D.L.R. (4th) 279, 32
Admin. L.R. (5th) 107, [2012] 4 W.W.R. 324, 2011
CLLC ¶210-055, [2011] A.J. No. 940 (QL), 2011
CarswellAlta 1486, setting aside a decision of the
Information and Privacy Commissioner, Or­der
P2008-008, 2009 CanLII 90942. Appeal substan­
tially dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de
l’Alberta (les juges Slatter, McDonald et Read (ad
hoc)), 2012 ABCA 130, 57 Alta. L.R. (5th) 249, 522
A.R. 197, 544 W.A.C. 197, 349 D.L.R. (4th) 654,
258 C.R.R. (2d) 110, 33 Admin. L.R. (5th) 321,
[2012] 6 W.W.R. 211, 2012 CLLC ¶210-025,
[2012] A.J. No. 427 (QL), 2012 CarswellAlta 760,
qui a accueilli en partie (seulement dans la mesure
où la répa­ration a été modifiée) une décision de la
juge Goss, 2011 ABQB 415, 53 Alta. L.R. (5th) 235,
509 A.R. 150, 339 D.L.R. (4th) 279, 32 Admin. L.R.
(5th) 107, [2012] 4 W.W.R. 324, 2011 CLLC ¶210055, [2011] A.J. No. 940 (QL), 2011 Carswell­Alta
1486, qui a infirmé une décision de l’Infor­mation
and Pri­
vacy Commissioner, Order P2008-008,
2009 CanLII 90942. Pourvoi rejeté en grande partie.
Glenn Solomon, Q.C., and Robert W. Armstrong,
for the appellant the Information and Privacy Com­
missioner of Alberta.
Glenn Solomon, c.r., et Robert W. Armstrong,
pour l’appelant Information and Privacy Commis­
sioner of Alberta.
Roderick Wiltshire, for the appellant the Attorney
General of Alberta.
Roderick Wiltshire, pour l’appelant le procureur
général de l’Alberta.
Gwen J. Gray, Q.C., and Vanessa Cosco, for the
respondent.
Gwen J. Gray, c.r., et Vanessa Cosco, pour
l’intimé.
Sean Gaudet, for the intervener the Attorney
General of Canada.
Sean Gaudet, pour l’intervenant le procureur
général du Canada.
Rochelle S. Fox and Sara Weinrib, for the inter­
vener the Attorney General of Ontario.
Rochelle S. Fox et Sara Weinrib, pour l’inter­
venant le procureur général de l’Ontario.
Mahmud Jamal, Patricia Kosseim, Regan Morris
and Kirk Shannon, for the intervener the Privacy
Commissioner of Canada.
Mahmud Jamal, Patricia Kosseim, Regan Morris
et Kirk Shannon, pour l’intervenant le commissaire
à la protection de la vie privée du Canada.
738
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
Patricia D. S. Jackson and Sarah Whitmore, for
the intervener the Canadian Civil Liberties Asso­
ciation.
Patricia D. S. Jackson et Sarah Whitmore, pour
l’intervenante l’Association canadienne des libertés
civiles.
Lindsay M. Lyster, for the intervener the British
Columbia Civil Liberties Association.
Lindsay M. Lyster, pour l’intervenante l’Associa­
tion des libertés civiles de la Colombie-Britannique.
William S. Challis, for the intervener the Infor­
mation and Privacy Commissioner of Ontario.
William S. Challis, pour l’intervenant le com­
missaire à l’information et à la protection de la vie
privée de l’Ontario.
Simon Ruel, for the interveners the Coalition of
British Columbia Businesses and Merit Canada.
Simon Ruel, pour les intervenantes Coalition of
British Columbia Businesses et Merit Canada.
Written submissions only by Nitya Iyer, for
the intervener the Information and Privacy Com­
missioner of British Columbia.
Argumentation écrite seulement par Nitya
Iyer, pour l’intervenant Information and Privacy
Commissioner of British Columbia.
David Williams and Kristan McLeod, for the in­
tervener the Alberta Federation of Labour.
David Williams et Kristan McLeod, pour
l’intervenante Alberta Federation of Labour.
The judgment of the Court was delivered by
Abella and Cromwell JJ. —
Version française du jugement de la Cour rendu
par
Les juges Abella et Cromwell —
Overview
Vue d’ensemble
[1] This appeal requires the Court to determine
whether Alberta’s Personal Information Protection
Act unjustifiably limits a union’s right to freedom
of expression in the context of a lawful strike. At
is­sue is whether the Act achieves a constitutionally
acceptable balance between the interests of indi­
viduals in controlling the collection, use and dis­
closure of their personal information and a union’s
freedom of expression.
[1] Dans le présent pourvoi, la Cour doit
déterminer si la Personal Information Protection
Act de l’Alberta restreint indûment le droit d’un
syndicat à la liberté d’expression dans le cadre
d’une grève légale. Il s’agit de savoir si la Loi atteint
un équilibre acceptable sur le plan constitutionnel
entre, d’une part, le droit des personnes d’exercer
un droit de regard sur la collecte, l’utilisation et la
communication des renseignements personnels les
concernant et, d’autre part, la liberté d’expression
d’un syndicat.
[2] The dispute in this case arose when the United
Food and Commercial Workers, Local 401 recorded
and photographed individuals crossing its picketline
for use in its labour dispute. Several individuals
whose images were captured complained to the
In­formation and Privacy Commissioner of Alberta
that the Union’s activities contravened the Personal
Information Protection Act, S.A. 2003, c. P-6.5
[2] Le litige dont il est question en l’espèce a pris
naissance lorsque le syndicat des Travailleurs et
travailleuses unis de l’alimentation et du commerce,
section locale 401 (« syndicat ») a enregistré des
vidéos et pris des photos de personnes en train
de franchir sa ligne de piquetage, en vue de s’en
servir par la suite dans le cadre de son conflit de
travail. Plusieurs des personnes dont les images
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
739
(“PIPA”), which restricts the collection, use and
disclosure of personal information by a range of
organizations. Those individuals were successful,
prompting an application for judicial review on
the basis that the legislation infringed the Union’s
right to freedom of expression under s. 2(b) of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms and that
this infringement was not justified under s. 1.
avaient été captées se sont plaintes au commissaire
à l’information et à la protection de la vie privée
de l’Alberta (« commissaire ») que les activités du
syn­dicat contrevenaient à la Personal Information
Pro­­tection Act, S.A. 2003, ch. P-6.5 (« PIPA »
ou « Loi »), qui restreint la faculté d’un certain
nombre d’organismes de recueillir, d’utiliser et de
communiquer des renseignements personnels. Ces
personnes ayant obtenu gain de cause, le syndicat
a formulé une demande de contrôle judiciaire dans
laquelle il a allégué que la loi en question portait
atteinte à la liberté d’expression que lui garantit
l’al. 2b) de la Charte canadienne des droits et liber­
tés et que cette atteinte n’était pas justifiée au sens
de l’article premier.
[3] In our view, the legislation violates s. 2(b) be­
cause its impact on freedom of expression in the
labour context is disproportionate and the infringe­
ment is not justified under s. 1.
[3] À notre avis, non seulement la Loi viole-­
t-elle l’al. 2b) parce que ses répercussions sur la
liberté d’expression dans le contexte du travail sont
démesurées, mais l’atteinte qu’elle cause n’est pas
justifiée au sens de l’article premier.
Facts
Les faits
[4] The Union represents employees at the Pal­
ace Casino at West Edmonton Mall in Alberta. In
2006, during a lawful strike which lasted 305 days,
both the Union and a security company hired by
the employer video-taped and photographed the
picketline near the main entrance to the Casino.
The Union posted signs in the area of the pick­
eting stating that images of persons crossing the
picketline might be placed on a website called
www.casinoscabs.ca.
[4] Le syndicat représente les employés du Palace
Casino du West Edmonton Mall, situé en Alberta.
En 2006, à l’occasion d’une grève légale qui a duré
305 jours, tant le syndicat qu’une agence de sécurité
engagée par l’employeur ont enregistré des vidéos
et pris des photos de la ligne de piquetage dressée
près de l’entrée principale du casino. Le syndicat a
installé des affiches à l’intérieur de la zone de pique­
tage annonçant que les images des personnes qui
franchissaient la ligne étaient susceptibles d’être
publiées sur le site Web www.casinoscabs.ca.
[5] Several individuals who were recorded cross­
ing the picketline filed complaints with the Alberta
Information and Privacy Commissioner under PIPA.
The Vice-President of the Casino complained that
he was photographed or video-taped and that two pic­
tures of him were used on a poster displayed at
the picketline with the text: “This is [x’s] Police Mug­
shot.” Images of his head were also used in union
news­letters and strike leaflets with captions intended
to be humorous. Another complainant, a member of
the public, testified that cameras were trained on the
entrance to the Casino where he would regularly
[5] Plusieurs des personnes filmées ou photo­
graphiées en train de franchir la ligne de pique­
tage ont déposé une plainte, en application de la
PIPA, auprès du commissaire à l’information et à
la protection de la vie privée de l’Alberta. Le vice-­
président du casino s’est plaint d’avoir été pho­
tographié ou filmé sur bande vidéo, et du fait que
deux photos de lui s’étaient retrouvées sur une
affiche exhibée à la ligne de piquetage et portant
la mention : [TRADUCTION] « Photos signalétiques
de la police de [x] ». Des images de son visage
se sont également retrouvées sur des tracts et des
740
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
meet friends. A third complainant testified that she
had been photographed and video-taped while work­
ing near the Casino entrance. No recordings of the
complainants were placed on the website.
bulletins d’information du syndicat avec des légen­
des qui se voulaient humoristiques. Un autre plai­
gnant, un simple citoyen, a expliqué qu’il y avait
des caméras à l’entrée du casino, là où il ren­con­trait
fréquemment des amis. Une troisième plai­gnante a
affirmé avoir été photographiée et filmée sur bande
vidéo alors qu’elle travaillait près de l’entrée du
casino. Aucune image des plaignants n’a été publiée
sur le site Web.
[6] The Commissioner appointed an Adjudicator
to decide whether the Union, in collecting, using
and disclosing personal information about individ­
uals without their consent had con­tra­vened PIPA.
In Alberta, the Administrative Pro­ce­dures and Ju­
risdiction Act, R.S.A. 2000, c. A-3, and accom­pa­
nying regulations prevent the Com­missioner from
deciding questions of constitutional law. As a result,
the Adjudicator lacked jurisdiction to con­sider the
Union’s arguments on the constitution­al­ity of PIPA
or its application to the Union’s activities. The Ad­
ju­dicator accepted the Union’s evidence that it is com­
mon practice in Alberta for both employers and
unions to video-tape and photograph picketlines
and that the Union did so for the following reasons:
[6] Le commissaire a désigné une arbitre char­
gée de décider si le syndicat avait contrevenu à la
PIPA en recueillant, utilisant et communiquant des
rensei­gnements personnels sans le consentement
des personnes à qui ils se rapportent. En Alberta,
l’Admi­nistrative Procedures and Jurisdiction Act,
R.S.A. 2000, ch. A-3, et ses règlements d’applica­
tion empêchent le commissaire de trancher des
questions de droit constitutionnel. L’arbitre n’avait
donc pas compétence pour examiner les arguments
du syndicat quant à la constitutionnalité de la PIPA
ou quant à son application aux activités du syndicat.
L’arbitre a accepté les éléments de preuve du syn­
dicat suivant lesquels il est courant en Alberta que
les employeurs et les syndicats enregistrent sur
bande vidéo et photographient ce qui se passe sur
les lignes de piquetage. Elle a ajouté que le syndicat
l’avait fait pour les raisons suivantes :
•
informing the public about the strike, including
through pamphlets, newsletters and a website;
•
informer le public au sujet de la grève, notam­ment
au moyen de tracts, de bulletins d’information
et d’un site Web;
•
informing picketing Union members about the
strike, including through pamphlets, newsletters
and a website;
•
informer les membres du syndicat qui faisaient
du piquetage au sujet de la grève, notamment
au moyen de tracts, de bulletins d’information
et d’un site Web;
•
dissuading people from crossing the picketline;
•
dissuader quiconque de franchir la ligne de
piquetage;
•
acting as a deterrent to violence from nonpicketers;
•
s’en servir comme moyen pour dissuader les
personnes ne faisant pas de piquetage de recou­
rir à la violence;
•
gathering evidence should it become relevant
to an investigation or legal proceeding (both of
•
recueillir des éléments de preuve qui pour­raient
s’avérer utiles lors d’une enquête ou d’une
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
741
ins­tance judiciaire (tant en ce qui concerne les
altercations que pour faire la preuve des lon­
gues périodes de piquetage paisible);
altercations as well as to show long periods of
peaceful picketing);
•
creating material for use as a training tool for
Union members;
•
créer du matériel didactique pouvant servir à la
formation des membres du syndicat;
•
providing material to other unions for educa­
tional purposes;
•
offrir du matériel éducatif aux autres syndicats;
•
supporting morale on the picket line with the
use of humour;
•
appuyer le moral des syndiqués sur la ligne de
piquetage en recourant à l’humour;
•
responding to similar activity on the part of the
employer; and
•
réagir aux mesures semblables prises par
l’employeur;
•
deterring theft of Union property.
•
dissuader le vol de biens appartenant au syn­
dicat.
(Order P2008-008; United Food and Commercial
Workers, Local 401, 2009 CanLII 90942 (AB OIPC),
at para. 20)
(Order P2008-008; United Food and Com­mercial
Workers, Local 401, 2009 CanLII 90942 (OIPC
Alb.), par. 20)
The Adjudicator concluded that “many of these
purposes also promoted the underlying purpose
of the strike — that of achieving a resolution to
the labour dispute [in favour] of the Union”: 
para. 20. The Adjudicator concluded that the
Union’s collection, use and disclosure of private
in­for­mation was for an expressive purpose. As
she put it, “one of the primary purposes of the
Union’s information collection was to dissuade
people from crossing the picket line”: para. 51. She
also concluded that she was not aware of, and had
not been referred to, any provisions of PIPA that
would authorize collection, use and disclosure of
personal information for that purpose: para. 67. She
rejected the Union’s claim that it was covered by
the “journalistic purposes” exemption because its
activities were also aimed at resolving the labour
dispute in its favour. The “journalistic purposes”
exemption in the Act therefore did not apply to
the extent that the information was collected,
used or disclosed for other purposes. The Union’s
ancillary argument — that the collection, use and
disclosure of personal information was authorized
under another exemption — a possible investigation
or legal proceeding — was accepted, but was not
L’arbitre a conclu que [TRADUCTION] « bon nombre
des objectifs en question favorisaient également
l’atteinte de l’objectif fondamental de la grève,
soit celui de parvenir à un règlement du conflit de
travail en faveur du syndicat » (par. 20). L’arbitre a
aussi conclu que la collecte, l’utilisation et la com­
munication de renseignements personnels par le
syndicat visaient un objectif de nature expressive.
À cet égard, elle a affirmé qu’« en recueillant les ren­
seignements en question, le syndicat visait notam­
ment à dissuader les gens de franchir la ligne de
piquetage » (par. 51). L’arbitre a également conclu
qu’elle ne connaissait, et qu’on ne lui avait cité,
aucune disposition de la PIPA autorisant la collecte,
l’utilisation et la communication de renseignements
personnels à cette fin (par. 67). Elle a rejeté l’argu­
ment du syndicat suivant lequel ce dernier était
protégé par l’exception relative aux « fins journalis­
tiques », puisque ses activités visaient également
à résoudre le conflit de travail en sa faveur. Pour
elle, l’exception relative aux « fins journalistiques »
prévue par la Loi ne s’appliquait donc pas, dès
lors que les renseignements avaient été recueillis,
utilisés ou communiqués à d’autres fins. L’argument
accessoire du syndicat suivant lequel la collecte,
742
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
sufficient to exempt the Union’s activity from PIPA
for any other purpose. The Union was ordered to
stop collecting the personal information for any pur­
poses other than a possible investigation or legal pro­
ceeding and to destroy any personal information it
had in its possession that had been obtained in con­
travention of the Act.
l’utilisation et la communication des renseigne­
ments personnels étaient autorisées par une autre
exception — soit celle relative à la tenue d’une éven­
tuelle enquête ou à l’introduction d’une éven­tuelle
instance judiciaire — a été accepté, mais cela n’était
pas suffisant pour soustraire ses activités à l’appli­
cation de la PIPA à toute autre fin. Le syn­dicat a
donc reçu l’ordre de cesser de recueillir des rensei­
gne­ments personnels à toute autre fin qu’une éven­
tuelle enquête ou instance judiciaire ainsi que de
détruire tout renseignement personnel qu’il avait
en sa possession et qui avait été obtenu en con­
travention de la Loi.
[7] On judicial review, the Union argued that the
provisions of PIPA that prevent it from collecting,
using and disclosing personal information obtained
from its lawful picketline infringed s. 2(b) of the
Charter (2011 ABQB 415, 53 Alta. L.R. (5th) 235).
The chambers judge found that the Union’s activity
had expressive content and that there was no reason
to exclude it from the protection of s. 2(b). She
found that PIPA, as interpreted by the Adjudicator,
directly limited the Union’s freedom of expression
by preventing the Union from collecting, using, and
disclosing personal information obtained about in­
dividuals while they were in public view. She also
concluded that the breach could not be justified
under s. 1.
[7] Lors du contrôle judiciaire, le syndicat a fait
valoir que les dispositions de la PIPA qui l’empê­
chaient de recueillir, d’utiliser et de commu­ni­quer
des renseignements personnels obte­nus sur sa ligne
de piquetage licite contrevenaient à l’alinéa 2b) de la
Charte (2011 ABQB 415, 53 Alta. L.R. (5th) 235).
La juge en son cabinet a conclu que les activités du
syndicat comportaient un contenu expressif et qu’il
n’y avait aucune raison de les soustraire à la pro­
tec­tion de l’al. 2b). Elle a affirmé que, selon l’inter­
prétation que l’arbitre lui en avait donnée, la PIPA
restreignait directement la liberté d’expression du
syndicat en lui interdisant de recueillir, d’utiliser et
de communiquer des renseignements personnels
con­cer­nant des personnes alors qu’elles étaient à
la vue du public. Elle a également conclu que cette
violation ne pouvait se justifier au sens de l’article
premier.
[8] The Court of Appeal was of the view that the
real issue in the case was whether it was justifiable
to restrain expression in support of labour relations
and collective bargaining activities (2012 ABCA
130, 57 Alta. L.R. (5th) 249). It concluded that PIPA
was overbroad. The privacy interest at stake was mi­
nor since the complainants were in a public place,
crossing a picketline, and had notice that images
were being collected. On the other side of the bal­
ance was the right of workers to engage in col­lec­
tive bargaining and of the Union to communicate
with the public: para. 74. The Court of Appeal
agreed with the chambers judge that there was a
breach of s. 2(b) that could not be saved under s. 1
[8] La Cour d’appel s’est dite d’avis que la véri­
table question en litige était celle de savoir s’il était
justifié de restreindre l’expression favorable aux
activités se rapportant à des relations de travail et
à une négociation collective (2012 ABCA 130, 57
Alta. L.R. (5th) 249). Elle a conclu que la PIPA
avait une portée trop large. En effet, d’une part, le
droit au respect de la vie privée en jeu était mineur,
puisque les plaignants se trouvaient dans un lieu
public, qu’ils franchissaient une ligne de pique­
tage et qu’ils étaient avisés que des images étaient
recueillies. D’autre part, il fallait tenir compte du
droit des travailleurs de négocier collectivement et
de celui du syndicat de communiquer avec le public
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
743
and it therefore granted the Union a constitutional
exemption from the application of PIPA.
(par. 74). La Cour d’appel s’est aussi dite d’accord
avec la juge en son cabinet pour conclure que la
violation de l’al. 2b) ne pouvait être justifiée au
sens de l’article premier et elle a donc accordé au
syndicat une exemption constitutionnelle quant à
l’application de la PIPA.
Analysis
Analyse
[9] The stated constitutional questions in this case
are:
[9] Les questions constitutionnelles énoncées en
l’espèce sont les suivantes :
1. Do the Personal Information Protection Act,
S.A. 2003, c. P-6.5, and the Personal Infor­ma­tion
Protection Act Regulation, Alta. Reg. 366/2003,
violate s. 2(b) of the Canadian Char­ter of Rights and
Freedoms insofar as they re­strict a union’s ability to
collect, use or dis­close personal information during
the course of a lawful strike?
1.La Personal Information Protection Act, S.A. 2003,
ch. P-6.5, et le Personal Information Protection
Act Regulation, Alta. Reg. 366/2003, portent-ils
atteinte aux droits protégés par l’al. 2b) de la Charte
canadienne des droits et libertés dans la mesure où
ils limitent la capacité d’un syndicat de recueillir,
d’utiliser ou de com­muniquer des renseignements
personnels pen­dant une grève légale?
2. If so, is the infringement a reasonable limit pre­
scribed by law, which can be demonstrably justified
in a free and democratic society under s. 1 of the
Canadian Charter of Rights and Free­doms?
2. Dans l’affirmative, cette atteinte constitue-t-elle une
limite raisonnable, prescrite par une règle de droit,
dont la justification peut être démontrée dans une
société libre et démocratique au sens de l’article
premier de la Charte canadienne des droits et
libertés?
[10] We turn first to the question of whether PIPA
limits freedom of expression. This case arises in
the specific factual context that was before the Ad­
judicator, but the challenge is to PIPA as a whole.
While there was some debate about whether par­
ticular aspects of the conduct engaged in by the
Union were protected by s. 2(b), there can be no
doubt, in our view, that PIPA limits expressive ac­
tivity that is so protected. The reviewing judge and
the Court of Appeal both recognized that the col­
lection, use and disclosure of personal informa­tion
by the Union in the context of picketing during a
lawful strike is inherently expressive. We agree.
[10] Examinons d’abord la question de savoir si
la PIPA restreint la liberté d’expression. La présente
affaire est survenue dans le contexte factuel précis
qui a été soumis à l’arbitre, mais c’est la PIPA dans
son ensemble qui est contestée. Bien qu’il y ait eu
un certain débat quant à la question de savoir si
des aspects particuliers des agissements du syndi­
cat étaient protégés par l’al. 2b), il nous apparaît
incontestable que la PIPA restreint les activités
expressives ainsi protégées. La juge saisie de la
demande de contrôle judiciaire ainsi que la Cour
d’appel ont toutes deux reconnu que la collecte,
l’utilisation et la communication, par le syndicat,
de renseignements personnels dans le contexte
d’un piquetage au cours d’une grève légale consti­
tuaient intrinsèquement des activités expressives.
Nous sommes du même avis.
[11] As the parties conceded, freedom of expres­
sion under s. 2(b) is clearly engaged by the Union’s
activities. The Union collected personal informa­
tion by recording the picketline. One of the primary
[11] Comme l’ont admis les parties, les activités
du syndicat font manifestement intervenir la liberté
d’expression protégée par l’al. 2b). Le syndicat a
recueilli des renseignements personnels en filmant
744
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
pur­poses for the Union’s collection of personal infor­
mation was, as the Adjudicator recognized, to dis­
suade people from crossing the picketline: para. 51;
Goss J., at paras. 31-34; Court of Appeal, at para. 64.
Recording conduct related to picketing and, in par­
ticular, recording a lawful picketline and any in­
di­viduals who crossed it, is expressive ac­tiv­ity: its
purpose was to persuade individuals to support the
Union. So too is recording and potentially us­ing or
dis­tributing recordings of persons crossing the pick­
et­line for deterring people from crossing the pick­
etline and informing the public about the strike.
et photographiant la ligne de piquetage. Comme l’a
reconnu l’arbitre, en recueillant des renseignements
personnels, le syndicat visait notamment à dissuader
quiconque de franchir la ligne de piquetage (par. 51;
motifs de la juge Goss, par. 31-34; motifs de la Cour
d’appel, par. 64). Le fait de filmer et de photogra­
phier des actes relatifs au piquetage, plus particu­
lièrement relatifs à une ligne de piquetage légale
et à toute personne qui la franchit, est une activité
expressive : il s’agit de persuader des personnes
d’appuyer le syndicat. Il en est de même du fait de
filmer ou de prendre des photos ainsi que de poten­
tiellement utiliser ou distribuer les enre­gistrements
montrant des personnes en train de franchir la ligne
de piquetage : dans ce cas, il s’agit de dissuader qui­
conque de faire de même et de renseigner le public
sur la grève.
[12] To understand how PIPA limited the Union’s
expressive activities, it is helpful to review the leg­
islation in some detail.
[12] Pour comprendre comment la PIPA restreint
les activités expressives du syndicat, il est utile
d’examiner la loi en question de façon assez détail­
lée.
[13] Alberta’s PIPA was inspired by the federal
Personal Information Protection and Electronic
Documents Act, S.C. 2000, c. 5 (“PIPEDA”). Both
pieces of legislation are part of an international
move­ment towards giving individuals better control
over their personal information: Éloïse Gratton,
Understanding Personal Information: Managing
Privacy Risks (2013), at pp. 6 ff. PIPEDA generally
applies to private sector organizations engaged in
commercial activities in any province. It does not
apply, however, if the Governor in Council deter­
mines that there is comparable protection in place
in the province, as is the case with respect to PIPA
in Alberta: PIPEDA, s. 26(2)(b); Michel W. Drapeau
and Marc-Aurèle Racicot, Protection of Privacy
in the Canadian Private and Health Sectors 2013
(2012), at p. AB-3.
[13] La PIPA de l’Alberta s’inspire d’une loi fédé­
rale, la Loi sur la protection des renseignements per­
sonnels et les documents électroniques, L.C. 2000,
ch. 5 (« LPRPDÉ »). Ces deux lois s’inscrivent dans
une tendance internationale vers la reconnaissance
d’un plus grand droit de regard des personnes sur
les renseignements personnels les concernant
(Éloïse Gratton, Understanding Personal Informa­
tion : Managing Privacy Risks (2013), p. 6 et suiv.).
La LPRPDÉ s’applique de manière générale aux
organisations du secteur privé qui se livrent à des
activités commerciales dans une province. Elle ne
s’applique toutefois pas si le gouverneur en conseil
estime qu’il existe déjà une protection comparable
dans la province en question, comme c’est le cas
avec la PIPA en Alberta (LPRPDÉ, al. 26(2)b);
Michel W. Drapeau et Marc-Aurèle Racicot, Pro­
tection of Privacy in the Canadian Private and
Health Sectors 2013 (2012), p. AB-3).
[14] PIPA’s stated purpose is almost identical to
that of the PIPEDA. PIPA’s purpose is explicitly set
out in s. 3, which states that it is
[14] L’objectif déclaré de la PIPA est presque
iden­tique à celui de la LPRPDÉ et est explicite­
ment énoncé à son art. 3 :
to govern the collection, use and disclosure of personal
information by organizations in a manner that recognizes
[TRADUCTION] . . . régir la collecte, l’utilisation et la
com­munication de renseignements personnels d’une
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
745
both the right of an individual to have his or her personal
information protected and the need of organizations to col­
lect, use or disclose personal information for purposes
that are reasonable.
manière qui tient compte à la fois du droit des individus
à la protection des renseignements personnels qui les
con­cernent et du besoin des organisations de recueillir,
d’utiliser ou de communiquer des renseignements per­
sonnels à des fins raisonnables.
[15] The scope of PIPA is, however, consider­
ably broader than that of PIPEDA. Unlike PIPEDA,
PIPA’s limitations on the collection, use and dis­
closure of personal information are not restricted
to those activities undertaken for commercial pur­
poses. Instead, PIPA establishes a general rule that
organizations cannot collect, use or disclose personal
information without consent: s. 7(1). Except as pro­
vided for by PIPA, it “applies to every organi­za­tion
and in respect of all personal infor­ma­tion”: s. 4(1).
The term “organization” includes a corpo­ration, an
unincorporated association, a trade union, a partner­
ship, or an individual acting in a com­mer­cial capac­
ity: s. 1(1)(i). The term “personal information” is
de­fined broadly to mean “information about an
iden­tifiable individual”: s. 1(1)(k). The Commis­
sioner has made it clear that personal information
includes information that is not “private”, so that
“per­sonal information does not lose its character as
personal information if the information is widely
or publicly known”: Order P2010-003; Synergen
Housing Co-op Ltd., 2010 CanLII 98626 (AB
OIPC), at para. 17.
[15] La PIPA a toutefois une portée beaucoup plus
large que la LPRPDÉ. En effet, contrairement aux
mesures prévues par cette dernière, les restrictions
que prévoit la PIPA quant à la collecte, à l’utilisation
et à la communication des renseignements person­
nels ne visent pas uniquement les activités ayant
des fins commerciales. La PIPA pose plutôt comme
règle générale que les organisations ne peuvent
recueillir, utiliser ou communiquer des renseigne­
ments personnels sans le consentement des inté­
ressés (par. 7(1)). Sauf dans la mesure prévue par
la PIPA, celle-ci [TRADUCTION] « s’applique à toute
organisation et à l’égard de tout renseignement
personnel » (par. 4(1)). Le mot « organisation »
s’entend notamment des personnes morales, des
associations non constituées en personne morale,
des organisations syndicales, des sociétés de per­
sonnes et des personnes physiques agissant dans
le cadre d’une activité commerciale (al. 1(1)i)).
L’expression « renseignements personnels » est
définie de façon large comme « tout renseignement
concernant une personne identifiable » (al. 1(1)k)).
Le commissaire a bien précisé que les renseigne­
ments personnels comprennent ceux qui ne sont pas
« privés », de sorte que [TRADUCTION] « les rensei­
gnements ne perdent pas leur caractère de rensei­
gnements personnels s’ils sont largement diffusés
ou connus du public » (Order P2010-003; Synergen
Housing Co-op Ltd., 2010 CanLII 98626 (OIPC
Alb.), par. 17).
[16] The breadth of PIPA is mitigated by a se­
ries of exemptions. The most relevant include the
following. First, through a restriction on the def­
ini­tion of “organization”, PIPA excludes from its
application individuals acting in a “personal or do­
mestic capacity”: ss. 1(1)(i) and 4(3)(a). Second,
s. 56(2) and (3) operate together so that PIPA does
not apply to a non-profit organization unless that
organization collects, uses, or discloses information
in connection with a commercial activity. Third,
the application provision indicates that PIPA does
[16] Une série d’exceptions limite cependant
la portée de la PIPA. En voici certaines des plus
pertinentes. Premièrement, en limitant la portée de
la définition du mot « organisation », la Loi exclut
de son champ d’application les personnes qui agis­
sent [TRADUCTION] « à titre personnel ou familial »
(al. 1(1)i) et al. 4(3)a)). Deuxièmement, compte
tenu de l’effet combiné des par. 56(2) et (3), la PIPA
ne s’applique pas aux organismes sans but lucratif
à moins que ceux-ci ne recueillent, utilisent ou
com­muniquent des renseignements dans le cadre
746
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
not apply in certain circumstances, including when
information is collected, used, or disclosed for
“artistic or literary purposes and for no other pur­
pose” (s. 4(3)(b)) or when it is collected, used or dis­
closed for “journalistic purposes and for no other
purpose” (s. 4(3)(c)). Finally, PIPA creates an excep­
tion to the consent requirement where the col­lection,
use or disclosure of the information is reasonable for
the purposes of an investigation or a legal proceeding
(ss. 14(d), 17(d), 20(f) and (m)) or the infor­mation
is “publicly available as prescribed or oth­erwise de­
termined by the regulations” (ss. 14(e), 17(e) and
20(j)). The term “publicly available” is narrowly
defined in s. 7 of the Personal Information Pro­
tection Act Regulation, Alta. Reg. 366/2003, to
mean information that is available: in a telephone
or business directory (or other similar registry); in
a record of a quasi-judicial body; or in a magazine,
book, or newspaper.
d’une activité commerciale. Troisièmement, les dis­
positions de la Loi relatives à son champ d’appli­
cation précisent qu’elle ne s’applique pas dans
cer­taines circonstances, notamment lorsque les
ren­seignements sont recueillis, utilisés ou commu­
niqués « à des fins artistiques ou littéraires et à
aucune autre fin » (al. 4(3)b)) ou « à des fins jour­
nalistiques et à aucune autre fin » (al. 4(3)c)). Enfin,
la PIPA prévoit une exception à l’exigence du con­
sentement lorsque la collecte, l’utilisation ou la com­
munication des renseignements est raisonnable à
des fins relatives à une enquête ou à une instance
judiciaire (al. 14d), 17d), 20f) et 20m)) ou lorsque
les renseignements sont « accessibles au public
selon ce qui est prescrit ou autrement prévu par
règle­ment » (al. 14e), 17e) et 20j)). L’article 7 du
Personal Information Protection Act Regulation,
Alta. Reg. 366/2003, donne une définition étroite de
l’expression [TRADUCTION] « accessibles au public »,
en précisant qu’il s’agit de renseignements que l’on
peut obtenir en consultant un annuaire téléphonique
ou commercial (ou tout autre répertoire semblable),
les registres d’un organisme quasi judiciaire ou
encore un magazine, un livre ou un journal.
[17] Given the Adjudicator’s finding that none
of these exemptions applied to allow the Union to
col­lect, use and disclose personal information for
the purpose of advancing its interests in a labour
dispute, we conclude without difficulty that it re­
stricts freedom of expression.
[17] Vu la conclusion de l’arbitre suivant laquelle
aucune des exceptions susmentionnées ne s’appli­
quait de manière à permettre au syndicat de recueil­
lir, d’utiliser et de communiquer des renseignements
personnels en vue de faire valoir ses inté­rêts dans le
cadre d’un conflit de travail, nous n’avons aucune
difficulté à conclure que la Loi res­treint la liberté
d’expression du syndicat.
[18] This brings us to the s. 1 analysis. At this
stage, we must determine whether PIPA serves
a pressing and substantial objective and, if so,
whether its provisions are rationally connected to
that objective, whether it impairs the right to free­
dom of expression no more than is necessary, and
whether its effects are proportionate to the gov­
ernment’s objective. While PIPA is rationally con­
nected to a pressing and substantial objective, its
broad limitations on freedom of expression are not
demonstrably justified because its limitations on
expression are disproportionate to the benefits the
legislation seeks to promote.
[18] Cela nous amène à l’analyse fondée sur
l’article premier. À cette étape-ci, il nous faut
déterminer si la PIPA vise un objectif urgent et
réel et, dans l’affirmative, si ses dispositions sont
rationnellement liées à cet objectif, si cet objec­
tif porte atteinte au droit à la liberté d’expression
au-­delà de ce qui est nécessaire et si ses effets sont
pro­­portionnels à l’objectif du gouvernement. Bien
que la PIPA soit rationnellement liée à un objec­
tif urgent et réel, la justification des res­trictions
considérables qu’elle impose à la liberté d’expres­
sion ne peut se démontrer parce que ces restrictions
sont disproportionnées par rapport aux bienfaits
qu’elle cherche à promouvoir.
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
747
[19] There is no dispute that PIPA has a pressing
and substantial objective. The purpose of PIPA is
ex­plicitly set out in s. 3, as previously noted, which
states:
[19] Il est acquis aux débats que la PIPA vise un
objectif urgent et réel. Son objet est explicitement
énoncé à l’art. 3 qui, comme nous l’avons déjà
signalé, prévoit que :
3 The purpose of this Act is to govern the collection, use
and disclosure of personal information by organizations
in a manner that recognizes both the right of an individual
to have his or her personal information protected and the
need of organizations to collect, use or disclose personal
information for purposes that are reasonable.
[TRADUCTION] 3 La présente loi a pour objet de régir
la collecte, l’utilisation et la communication de ren­
seignements personnels d’une manière qui tient compte
à la fois du droit des individus à la protection des rensei­
gnements personnels qui les concernent et du besoin des
organisations de recueillir, d’utiliser ou de communiquer
des renseignements personnels à des fins raisonnables.
The focus is on providing an individual with
some measure of control over his or her personal
information: Gratton, at pp. 6 ff. The ability of in­
dividuals to control their personal information is
intimately connected to their individual autonomy,
dignity and privacy. These are fundamental values
that lie at the heart of a democracy. As this Court
has previously recognized, legislation which aims
to protect control over personal information should
be characterized as “quasi-constitutional” because
of the fundamental role privacy plays in the preser­
vation of a free and democratic society: Lavigne v.
Canada (Office of the Commissioner of Official Lan­
guages), [2002] 2 S.C.R. 773, at para. 24; Dagg v.
Canada (Minister of Finance), [1997] 2 S.C.R. 403,
at paras. 65-66; H.J. Heinz Co. of Canada Ltd. v.
Canada (Attorney General), [2006] 1 S.C.R. 441,
at para. 28.
La Loi cherche d’abord et avant tout à conférer aux
personnes un certain droit de regard sur les rensei­
gnements personnels les concernant (Gratton, p. 6
et suiv.). Or, la faculté d’une personne d’exercer un
tel droit est intimement liée à son autonomie, à sa
dignité et à son droit à la vie privée. Il s’agit de
valeurs fondamentales qui se situent au cœur de
toute démocratie. Ainsi que la Cour l’a déjà reconnu,
une loi qui vise à protéger un droit de regard sur des
renseignements personnels devrait être qualifiée de
« quasi constitutionnelle » en rai­son du rôle fon­
da­mental que joue le respect de la vie privée dans
le maintien d’une société libre et démo­cratique
(Lavigne c. Canada (Commissariat aux langues offi­
cielles), [2002] 2 R.C.S. 773, par. 24; Dagg c.
Canada (Ministre des Finances), [1997] 2 R.C.S.
403, par. 65-66; Cie H.J. Heinz du Canada ltée c.
Canada (Procureur général), [2006] 1 R.C.S. 441,
par. 28).
[20] PIPA’s objective is increasingly significant
in the modern context, where new technologies
give organizations an almost unlimited capacity to
collect personal information, analyze it, use it and
communicate it to others for their own purposes.
There is also no serious question that PIPA is ratio­
nally connected to this important objective. As the
Union acknowledges, PIPA directly addresses the
objective by imposing broad restrictions on the
col­lection, use and disclosure of personal infor­ma­
tion. However, in our view, these broad restrictions
are not justified because they are disproportion­
ate to the benefits the legislation seeks to promote.
In other words, “the Charter infringement is too
high a price to pay for the benefit of the law”: 
[20] L’objectif visé par la PIPA gagne en impor­
tance à l’ère moderne, où les nouvelles technolo­
gies fournissent aux organisations une capacité
quasi illimitée de recueillir des renseignements
per­sonnels, de les analyser, de les utiliser et de les
communiquer à autrui pour leurs propres fins. En
outre, on ne peut sérieusement mettre en doute l’exis­
tence d’un lien rationnel entre la PIPA et cet objec­
tif important. Comme le reconnaît le syndicat, la
Loi aborde de front cet objectif en restreignant
con­sidérablement la collecte, l’utilisation et la com­
mu­nication des renseignements personnels. Ces
res­tric­tions considérables nous paraissent toute­
fois injustifiées parce qu’elles sont disproportion­
nées par rapport aux bienfaits que la loi cherche à
748
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
Peter W. Hogg, Constitutional Law of Canada
(5th ed. Supp.), vol. 2, at p. 38-43.
pro­mouvoir. Autrement dit, [TRADUCTION] « la
violation de la Charte constitue un prix trop élevé
à payer pour avoir droit au bénéfice de la loi »
(Peter W. Hogg, Constitutional Law of Canada
(5e éd. suppl.), vol. 2, p. 38-43).
[21] The beneficial effects of PIPA’s goal are
demonstrable. PIPA seeks to enhance an individual’s
control over his or her personal information by re­
stricting who can collect, use and disclose personal
information without that individual’s consent and
the scope of such collection, use and disclosure.
PIPA and legislation like it reflect an emerging
recognition that the list of those who may access
and use personal information has expanded dra­
matically and now includes many private sector
actors. PIPA seeks to regulate the use of personal
information and thereby to protect informational
privacy, the foundational principle of which is that
“all information about a person is in a fundamental
way his own, for him to communicate or retain . . .
as he sees fit”: Report of a Task Force established
jointly by the Department of Communications/
De­part­ment of Justice, Privacy and Computers
(1972), at p. 13.
[21] Les effets bénéfiques de l’objet visé par la
PIPA peuvent être démontrés. En effet, la PIPA
vise à renforcer le droit de regard d’une personne
sur les renseignements personnels la concernant,
en précisant qui peut les recueillir, les utiliser et les
com­muniquer sans son consentement, et en limi­
tant la portée de leur collecte, de leur utilisation et
de leur communication. La PIPA et les lois similai­
res témoignent de la nouvelle reconnaissance du fait
que le nombre de personnes et d’entités susceptibles
de consulter et d’utiliser des renseignements per­son­
nels a considérablement augmenté et que de nom­
breux acteurs du secteur privé figurent aujourd’hui
parmi elles. La PIPA vise à réglementer l’utilisation
des renseignements personnels et à protéger par le
fait même leur caractère privé, un objectif fondé sur
le principe selon lequel « l’information de caractère
personnel est propre à l’intéressé, qui est libre de
la communiquer ou de la taire comme il l’entend »
(Rapport du Groupe d’étude établi conjointement par
le ministère des Communications et le ministère de
la Justice, L’ordinateur et la vie privée (1972), p. 13).
[22] Insofar as PIPA seeks to safeguard infor­
ma­tional privacy, it is “quasi-constitutional” in na­
ture: Lavigne, at para. 24; Dagg, at paras. 65-66;
H.J. Heinz, at para. 28. The importance of the pro­
tection of privacy in a vibrant democracy cannot
be overstated: see John D. R. Craig, “Invasion of
Privacy and Charter Values: The Common-Law Tort
Awakens” (1997), 42 McGill L.J. 355, at pp. 36061. As Chris D. L. Hunt writes in “Conceptualizing
Privacy and Elucidating its Importance: Founda­
tional Considerations for the Development of Can­
ada’s Fledgling Privacy Tort” (2011), 37 Queen’s L.J.
167, at p. 217, “[d]emocracy depends on an au­
tonomous, self-actualized citizenry that is free to
for­mu­late and express unconventional views. If
inva­sions of privacy inhibit individuality and pro­
duce conformity, democracy itself suffers.”
[22] Dans la mesure où elle vise à faire respecter
le caractère privé des renseignements personnels,
la PIPA est de nature « quasi constitutionnelle »
(Lavigne, par. 24; Dagg, par. 65-66; H.J. Heinz,
par. 28). On ne saurait trop insister sur l’importance
de protéger la vie privée dans une démocratie dyna­
mique (voir John D. R. Craig, « Invasion of Privacy
and Charter Values : The Common-Law Tort
Awakens » (1997), 42 R.D. McGill 355, p. 360-361).
Comme l’affirme Chris D. L. Hunt dans « Con­cep­
tualizing Privacy and Elucidating its Im­por­tance : 
Foundational Considerations for the De­velopment
of Canada’s Fledgling Privacy Tort » (2011), 37
Queen’s L.J. 167, p. 217, [TRADUCTION] « [l]a démo­
cra­tie a besoin de citoyens autonomes qui se réali­
sent et qui sont libres de formuler et d’exprimer des
opinions non conformistes. Si les atteintes à la vie
privée gênent l’individualité et entraînent le con­
formisme, c’est la démocratie elle-même qui en
souffre. »
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
749
[23] PIPA also seeks to avoid the potential harm
that flows from the permanent storage or unlimited
dissemination of personal information through the
Internet or other forms of technology without an
individual’s consent.
[23] La PIPA vise également à éviter la survenance
du préjudice pouvant découler de la conservation
permanente ou de la diffusion illimitée de rensei­
gnements personnels par Internet ou d’autres tech­
nologies sans le consentement de l’intéressé.
[24] Finally, as discussed above, the objective
of providing an individual with some measure
of control over his or her personal information is
intimately connected to individual autonomy, dig­
nity and privacy, self-evidently significant social
values.
[24] Enfin, comme nous l’avons vu, l’objectif de
fournir à une personne un certain droit de regard
sur les renseignements personnels la concernant est
intimement lié à son autonomie, à sa dignité et à
son droit à la vie privée, des valeurs sociales dont
l’importance va de soi.
[25] The price PIPA exacts, however, is dispro­
portionate to the benefits it promotes. PIPA limits
the collection, use and disclosure of personal infor­
mation other than with consent without regard for
the nature of the personal information, the purpose
for which it is collected, used or disclosed, and
the situational context for that information. As the
Adjudicator recognized in her decision, PIPA does
not provide any way to accommodate the expressive
purposes of unions engaged in lawful strikes. In­
deed, the Act does not include any mechanisms
by which a union’s constitutional right to freedom
of expression may be balanced with the interests
protected by the legislation. As counsel for the
Com­missioner conceded during oral submissions,
PIPA contains a general prohibition of the Union’s
use of personal information (absent consent or
deemed consent) to further its collective bargaining
objectives. As a result, PIPA deems virtually all
personal information to be protected regardless of
context.
[25] En revanche, la PIPA a des conséquences
dis­proportionnées par rapport aux bienfaits qu’elle
pro­meut. En effet, elle restreint la collecte, l’utili­
sation et la communication de renseignements
personnels effectuées en l’absence du consentement
de l’intéressé sans égard à la nature de ces rensei­
gnements, à l’objectif de leur collecte, utilisation
ou communication et au contexte dans lequel ils
se situent. Ainsi que l’arbitre l’a reconnu dans sa
décision, la PIPA ne prévoit aucune façon de tenir
compte des objectifs expressifs visés par les syn­
dicats qui se livrent à des grèves légales. En effet,
elle ne prévoit aucun mécanisme permettant de
trouver un équilibre entre le droit constitutionnel
du syndicat à la liberté d’expression et les inté­rêts
qu’elle protège. Ainsi que l’avocat du commissaire
l’a admis au cours de son plaidoyer, la PIPA interdit
globalement au syndicat d’utiliser des rensei­gne­
ments personnels — à défaut de consen­tement réel
ou présumé — pour favoriser la réalisation de ses
objectifs en matière de négociation collective. Par
conséquent, selon la PIPA, pratiquement tous les
renseignements personnels méritent d’être protégés,
peu importe le contexte.
[26] But the extent to which significant values
were actually impaired in the context of this case
must be kept in context. The personal information
was collected by the Union at an open political
demonstration where it was readily and publicly
observable. Those crossing the picketline would
reasonably expect that their image could be caught
and disseminated by others such as journalists,
for example. Moreover, the personal information
collected, used and disclosed by the Union was
[26] Il faut toutefois situer dans son contexte
la mesure dans laquelle on a effectivement porté
atteinte à des valeurs importantes en l’espèce. Le syn­
dicat a recueilli les renseignements person­nels lors
d’une manifestation politique publique au cours de
laquelle le public pouvait facilement les observer.
Les personnes franchissant la ligne de piquetage
pouvaient raisonnablement s’attendre à être filmées
ou photographiées et à ce que leur image soit dif­
fusée par autrui, notamment des journalistes. En
750
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
limited to images of individuals crossing a pick­
etline and did not include intimate biographical
details. No intimate details of the lifestyle or per­
sonal choices of the individuals were revealed.
outre, les seuls renseignements personnels recueil­
lis, utilisés et communiqués par le syndicat étaient
des images de personnes franchissant une ligne de
piquetage et ne comprenaient aucune information
biographique intime. Aucun détail intime con­cer­
nant le mode de vie ou les choix personnels des
inté­ressés n’a été dévoilé.
[27] It goes without saying that by appearing
in public, an individual does not automatically
forfeit his or her interest in retaining control over
the personal information which is thereby exposed.
This is especially true given the developments in
technology that make it possible for personal in­
formation to be recorded with ease, distributed to
an almost infinite audience, and stored indefinitely.
Nevertheless, PIPA’s restrictions operate in the
context of a case like this one to impede the formu­
lation and expression of views on matters of sig­
nificant public interest and importance.
[27] Il va sans dire qu’en apparaissant en public,
une personne ne renonce pas nécessairement à son
droit de regard sur les renseignements personnels
ainsi exposés. Cela est particulièrement vrai compte
tenu des avancées technologiques permettant
d’enregistrer aisément des renseignements person­
nels, de les diffuser à un auditoire presque illimité
et de les conserver indéfiniment. Malgré cela, les
restrictions prévues par la PIPA s’appliquent, dans
le contexte d’un cas comme celui qui nous occupe,
pour entraver la formulation et l’expression d’opi­
nions sur d’importantes questions d’intérêt public
majeur.
[28] PIPA’s deleterious effects weigh heavily in
the balance. What is of the utmost significance in our
view is that PIPA prohibits the collection, use, or dis­
closure of personal information for many legiti­mate,
expressive purposes related to labour rela­tions.
These purposes include ensuring the safety of union
members, attempting to persuade the public not to
do business with an employer and bringing debate
on the labour conditions with an employer into the
public realm. These objectives are at the core of pro­
tected expressive activity under s. 2(b).
[28] Les effets néfastes de la PIPA pèsent forte­
ment dans la balance. Ce qui importe le plus,
selon nous, c’est que la PIPA interdit la collecte,
l’utilisation ou la communication de renseignements
personnels qui serviraient de nombreux objectifs
expressifs légitimes relatifs aux relations de travail.
Parmi ces objectifs, mentionnons ceux consistant
à assurer la sécurité des membres du syndicat, la
tentative de convaincre le public de s’abstenir de
faire affaire avec un employeur donné et le fait de
transporter sur la place publique le débat sur les
conditions de travail imposées par un employeur.
Ces objectifs se situent au cœur même des activités
expressives protégées par l’al. 2b).
[29] This Court has long recognized the funda­
mental importance of freedom of expression in the
context of labour disputes: R.W.D.S.U., Local 558 v.
Pepsi-Cola Canada Beverages (West) Ltd., [2002] 1
S.C.R. 156 (“Pepsi”), at para. 33. In U.F.C.W., Local
1518 v. KMart Canada Ltd., [1999] 2 S.C.R. 1083
(“KMart”), Cory J., writing for the Court, held that
“[f]or employees, freedom of expression becomes
not only an important but an essential component of
labour relations”: para. 25 (emphasis added).
[29] La Cour reconnaît depuis longtemps l’impor­
tance fondamentale que revêt la liberté d’expression
dans le contexte des conflits de travail (S.D.G.M.R.,
section locale 558 c. Pepsi-Cola Canada Beverages
(West) Ltd., [2002] 1 R.C.S. 156 (« Pepsi »), par. 33).
Dans l’arrêt T.U.A.C., section locale 1518 c. KMart
Canada Ltd., [1999] 2 R.C.S. 1083 (« KMart »), le
juge Cory a affirmé, au nom de la Cour, que « [p]our
les employés, la liberté d’expression devient une
composante non seulement importante, mais
essentielle des relations du travail » (par. 25 (nous
soulignons)).
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
751
[30] Expressive activity in the labour context is
directly related to the Charter protected right of
workers to associate to further common workplace
goals under s. 2(d) of the Charter:  Ontario (Attor­ney
General) v. Fraser, [2011] 2 S.C.R. 3, at para. 38. As
the International Labour Organization observed,
“[t]he exercise of freedom of association and collec­
tive bargaining is dependent on the mainte­nance of
fundamental civil liberties, in particular, . . . free­dom
of opinion and expression”: Report of the DirectorGeneral: Freedom of association in practice: Les­
sons learned (2008), at para. 34.
[30] Les activités expressives dans le contexte
du travail se rattachent directement au droit des
travailleurs, protégé par l’al. 2d) de la Charte, de
s’associer pour atteindre des objectifs communs
liés au travail (Ontario (Procureur général) c. Fraser,
[2011] 2 R.C.S. 3, par. 38). Ainsi que l’a fait observer
l’Organisation internationale du travail; « [l]’exer­cice
de la liberté d’association et du droit de négociation
collective repose sur la défense des libertés civiles
fondamentales et notamment des suivantes : droit
à [. . .] la liberté d’opinion, d’expression » (Rap­port
du directeur général : Liberté d’association : 
enseignements tirés de la pratique (2008), par. 34).
[31] A person’s employment and the conditions of
their workplace can inform their identity, emotional
health, and sense of self-worth: Reference re Public
Service Employee Relations Act (Alta.), [1987] 1
S.C.R. 313, at p. 368. As McLachlin C.J. and LeBel J.
recognized in Pepsi, free expression on these is­sues
therefore “contributes to self-understanding, as well
as to the ability to influence one’s working and nonworking life”: para. 34.
[31] L’emploi d’une personne et ses conditions de
travail sont susceptibles de façonner son identité, sa
santé psychologique et sa perception de sa valeur
personnelle (Renvoi relatif à la Public Service Em­
ployee Relations Act (Alb.), [1987] 1 R.C.S. 313,
p. 368)). Ainsi que la juge en chef McLachlin et le
juge LeBel l’ont reconnu dans l’arrêt Pepsi, la libre
expression d’opinions sur ces questions « contribue
[donc] à la compréhension de soi ainsi qu’à la
capacité d’influencer sa vie au travail et sa vie en
dehors du travail » (par. 34).
[32] Free expression in the labour context can also
play a significant role in redressing or alleviating the
presumptive imbalance between the employer’s eco­
nomic power and the relative vulnerability of the in­
dividual worker: Pepsi, at para. 34. It is through their
expressive activities that unions are able to articu­
late and promote their common interests, and, in the
event of a labour dispute, to attempt to per­suade the
employer.
[32] Dans le contexte du travail, la liberté
d’expres­sion peut également jouer un rôle important
pour éliminer ou atténuer l’inégalité présumée entre
le pouvoir économique de l’employeur et la vulné­
ra­bilité relative du travailleur (Pepsi, par. 34). C’est
grâce à leurs activités expressives que les syndicats
sont en mesure de formuler et de promouvoir leurs
intérêts communs et, en cas de conflit de travail, de
tenter d’infléchir l’employeur.
[33] Finally, in the labour context, freedom of ex­
pres­sion can enhance broader societal interests. As
this Court found in Pepsi, the free flow of expression
by unions and their members during a labour dispute
plays an important role in bringing issues relating
to labour conditions into the public arena for discus­
sion and debate: paras. 34-35. As this Court empha­
sized in Pepsi, free expression provides “an avenue
for unions to promote collective bargaining issues
as public ones to be played out in civic society, rather
than being confined to a narrow realm of individua­
lized economic disputes”: Michael MacNeil, “Unions
[33] Enfin, dans le contexte du travail, la liberté
d’expression est susceptible de favoriser des inté­
rêts collectifs plus larges. Ainsi que l’a jugé la
Cour dans l’arrêt Pepsi, la liberté d’expression
des syn­dicats et de leurs membres durant un con­
flit de travail contribue largement à transporter sur
la place publique le débat sur les conditions de tra­
vail (par. 34-35). Comme l’a souligné la Cour dans
le même arrêt, la liberté d’expression [TRADUCTION]
« offre aux syndicats un moyen de favoriser un débat
public sur des questions de négociation collective
au sein de la société civile en faisant en sorte que
752
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
and the Charter: The Supreme Court of Canada and
Democratic Values” (2003), 10 C.L.E.L.J. 3, at p. 24.
ces questions ne soient plus confinées au domaine
étroit des conflits économiques individualisés »
(Michael MacNeil, « Unions and the Charter : The
Supreme Court of Canada and Democratic Values »
(2003), 10 C.L.E.L.J. 3, p. 24).
[34] Since the Second World War, the Canadian gov­
ernment has recognized that unions have a role to play
in the Canadian economy and society more broad­ly: 
George W. Adams, Canadian Labour Law (2nd ed.
(loose-leaf)), vol. 1, at pp. 1-11 to 1-16. This recogni­tion
includes a general acceptance that workers have
the right to associate and bargain collectively and
that when collective bargaining breaks down, unions
and employers may, in certain circumstances, legit­i­
mately exert economic sanctions in order to facil­i­
tate resolution of the dispute in their favour: Wesley
B. Rayner, Canadian Collective Bargaining Law
(2nd ed. 2007), at pp. 2 and 457.
[34] Depuis la Seconde Guerre mondiale, le gou­
vernement canadien reconnaît que les syndicats ont
un rôle à jouer au sein de l’économie canadienne
et de la société en général (George W. Adams, Ca­
nadian Labour Law (2e éd. (feuilles mobiles)), vol. 1,
p. 1-11 à 1-16). On en est ainsi venu à accepter de
façon générale que les travailleurs ont le droit de
s’associer et de négocier collectivement et que, en
cas de rupture des négociations collectives, les
syn­dicats et les employeurs peuvent, dans cer­tains
cas, exercer légitimement des sanctions écono­mi­
ques pour faciliter le règlement du différend en leur
faveur (Wesley B. Rayner, Canadian Collective Bar­
gaining Law (2e éd. 2007), p. 2 et 457).
[35] Within the labour context, picketing repre­
sents a particularly crucial form of expression with
strong historical roots. Strikes and picketlines have
been used by Canadian unions to exert economic
pres­sure and bargain with employers for over a
century: affi­davit of Dr. Jeffery M. Taylor, A.R.,
vol. IV, at p. 35. The use of picketlines is an in­
valuable tool in the economic arsenal of workers in
the collective bargaining process: Rayner, at p. 483.
As Judith McCormack, then Chair of the Ontario
Labour Relations Board, explained in Great At­lan­
tic & Pacific Co. of Canada, [1994] O.L.R.B. Rep.
March 303:
[35] Dans le contexte du travail, le piquetage
con­stitue une forme d’expression particulièrement
vitale et fermement ancrée dans l’histoire. Les syn­
dicats canadiens recourent aux grèves et aux lignes
de piquetage pour exercer des pressions écono­mi­
ques et négocier avec les employeurs depuis plus
d’un siècle (affidavit de Jeffery M. Taylor, d.a.,
vol. IV, p. 35). Le recours aux lignes de pique­
tage con­stitue un outil d’une valeur inestimable dans
l’arse­nal économique des travailleurs au cours des
négo­ciations collectives (Rayner, p. 483). Ainsi que
Judith McCormack, qui était alors présidente de la
Commission des relations de travail de l’Ontario, l’a
expliqué dans la décision Great Atlantic & Pacific
Co. of Canada, [1994] O.L.R.B. Rep. March 303 :
Picketing is . . . part of a group of economic sanctions
which are considered key to the scheme of collective
bargaining as a whole. While such sanctions are not fre­
quently resorted to in the overall landscape of collective
bargaining, it is axiomatic that the underlying threat of
such economic conflict is what drives the vast majority of
uneventful negotiations and contract settlements. [para. 35]
[TRADUCTION] La mise en place de piquets de grève fait
[. . .] partie d’une série de sanctions économiques qui sont
considérées comme un élément essentiel du régime de
négociations collectives dans son ensemble. Bien qu’on
ne recoure pas fréquemment à ce type de sanctions en
matière de négociation collective, il est évident que c’est
la menace sous-jacente des conflits économiques qui
explique le dénouement sans histoire de la grande majo­
rité des négociations ainsi que la conclusion égale­ment
sans histoire des conventions collectives. [par. 35]
[36] The effectiveness of picketlines is dependent
on the ability of the union to try to convince the
[36] L’efficacité des lignes de piquetage dépend
de la capacité du syndicat de convaincre le public
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
c.
T.U.A.C.
Les juges Abella et Cromwell
753
public not to cross the picketline and do business
with the employer. Cory J. recognized the signif­
icance of the role of public opinion in KMart,
where he observed that “it is often the weight of
public opinion which will determine the outcome
of the dispute”: para. 46. In some cases, this goal
may be achieved simply by making others aware
of the labour dispute. In others, however, a union
may achieve its goal by putting pressure on those
who intend to cross the picketline. The imposition
of public or economic pressure has come to be
accepted as a legitimate price to pay to encourage
the parties to resolve their dispute. As McLachlin
C.J. and LeBel J. observed in Pepsi, strikes are not
tea parties: para. 90. This Court has acknowledged
that such pressure is permissible as long as it
does not rise to the level of a tortious or criminal
act: Pepsi, at paras. 96 and 101-7.
de ne pas les franchir et de s’abstenir de faire affaire
avec l’employeur. Le juge Cory a reconnu l’impor­
tance de l’opinion publique dans l’arrêt KMart, où
il a fait observer que « c’est souvent le poids de
l’opinion publique qui détermine l’issue [du] con­
flit » (par. 46). Dans certains cas, on peut atteindre
cet objectif simplement en faisant connaître l’exis­
tence du conflit de travail. Dans d’autres, toutefois,
le syndicat peut atteindre son objectif en exerçant
des pressions sur les personnes qui ont l’intention
de franchir la ligne de piquetage. On en est venu
à accepter que l’exercice de pressions publiques
ou économiques constitue un prix légitime à payer
pour inciter les parties à régler leur diffé­rend.
Comme la juge en chef McLachlin et le juge LeBel
l’ont fait observer dans l’arrêt Pepsi, une grève n’est
pas une partie de plaisir (par. 90). La Cour a reconnu
que cette pression était permise dès lors qu’elle
ne dégénère pas au point de donner lieu à un acte
délictueux ou criminel (Pepsi, par. 96 et 101-107).
[37] PIPA imposes restrictions on a union’s
ability to communicate and persuade the public of
its cause, impairing its ability to use one of its most
effective bargaining strategies in the course of a
lawful strike. In our view, this infringement of the
right to freedom of expression is disproportionate to
the government’s objective of providing individuals
with control over personal information that they
expose by crossing a picketline.
[37] La PIPA restreint la faculté du syndicat de
communiquer avec le public et de le convaincre
du bien-fondé de sa cause, compromettant ainsi sa
capacité de recourir à une de ses stratégies de négo­­
ciation les plus efficaces au cours d’une grève légale.
À notre avis, cette atteinte au droit à la liberté d’expres­
sion est disproportionnée par rapport à l’objectif du
gouvernement d’accorder aux per­sonnes un droit de
regard sur les renseignements per­sonnels qu’elles
exposent en franchissant une ligne de piquetage.
[38] This conclusion does not require that we
condone all of the Union’s activities. The breadth
of PIPA’s restrictions makes it unnecessary to
examine the precise expressive activity at issue
in this case. It is enough to note that, like privacy,
freedom of expression is not an absolute value and
both the nature of the privacy interests implicated
and the nature of the expression must be considered
in striking an appropriate balance. To the extent
that PIPA restricted the Union’s collection, use and
disclosure of personal information for legitimate
labour relations purposes, the Act violates s. 2(b) of
the Charter and cannot be justified under s. 1.
[38] Cette conclusion ne nous oblige pas à cau­
tionner toutes les activités du syndicat. Vu l’ampleur
des restrictions imposées par la Loi, il n’est pas
nécessaire d’examiner l’activité expressive pré­
cise en litige dans la présente affaire. Il suffit de
sou­ligner qu’à l’instar de la protection de la vie
pri­vée, la liberté d’expression n’est pas une valeur
absolue et qu’on doit tenir compte à la fois de la
nature des droits à la vie privée en jeu et de celle
de l’expression pour atteindre un juste équilibre
entre eux. Dans la mesure où la PIPA empêchait
le syndicat de recueillir, d’utiliser et de communi­
quer des renseignements personnels à des fins légi­
times de relations du travail, la Loi viole l’al. 2b) de
la Charte et cette violation ne saurait se justifier au
sens de l’article premier.
754
ALBERTA
v. U.F.C.W. Abella and Cromwell JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[39] Accordingly, we would answer the consti­
tutional questions as follows:
[39] Par conséquent, nous sommes d’avis de
répondre comme suit aux questions constitution­
nelles :
1. Do the Personal Information Protection Act,
S.A. 2003, c. P-6.5, and the Personal Informa­
tion Protection Act Regulation, Alta. Reg. 366/
2003, violate s. 2(b) of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms insofar as they restrict a
union’s ability to collect, use or disclose per­sonal
information during the course of a lawful strike?
1.La Personal Information Protection Act, S.A. 2003,
ch. P-6.5, et le Personal Information Pro­tection
Act Regulation, Alta. Reg. 366/2003, portent-ils
atteinte aux droits protégés par l’al. 2b) de la Charte
canadienne des droits et liber­tés dans la mesure où
ils limitent la capacité d’un syndicat de recueillir,
d’utiliser ou de com­muniquer des renseignements
personnels pen­dant une grève légale?
Answer: Yes.
Réponse : Oui.
2. If so, is the infringement a reasonable limit pre­
scribed by law, which can be demonstrably jus­tified
in a free and democratic society under s. 1 of the
Canadian Charter of Rights and Free­doms?
2. Dans l’affirmative, cette atteinte constitue-t-elle une
limite raisonnable, prescrite par une règle de droit,
dont la justification peut être démontrée dans une
société libre et démocratique au sens de l’article
premier de la Charte canadienne des droits et
libertés?
Answer: No.
Réponse : Non.
[40] Both the Information and Privacy Com­
mis­sioner of Alberta and the Attorney General of
Al­berta stated in oral argument that if they were
un­successful, they would prefer that PIPA be struck
down in its entirety. We agree. Given the compre­
hen­sive and integrated structure of the statute, we
do not think it is appropriate to pick and choose
among the various amendments that would make
PIPA constitutionally compliant: R. v. Mor­gentaler,
[1988] 1 S.C.R. 30, at p. 80; Schachter v. Canada,
[1992] 2 S.C.R. 679, at p. 707.
[40] Tant le commissaire à l’information et à la
protection de la vie privée que le procureur général
de l’Alberta ont affirmé lors des débats que s’ils
n’obtenaient pas gain de cause, ils préféreraient que
la PIPA soit invalidée en entier. Nous sommes du
même avis. Compte tenu de l’économie exhaustive
et intégrée de la Loi, il ne nous paraît pas approprié
de faire un tri parmi les diverses modifications qui
rendraient la PIPA conforme à la Constitution (R. c.
Morgentaler, [1988] 1 R.C.S. 30, p. 80; Schachter
c. Canada, [1992] 2 R.C.S. 679, p. 707).
[41] We would therefore declare PIPA to be
invalid but suspend the declaration of invalidity
for a period of 12 months to give the legislature
time to decide how best to make the legislation
constitutional. Rather than sustain the constitutional
exemption ordered by the Court of Appeal, we
would simply quash the Adjudicator’s order.
[41] Nous sommes par conséquent d’avis de
décla­rer la PIPA invalide, mais de suspendre cette
déclaration d’invalidité pendant 12 mois afin de
donner à la législature albertaine le temps néces­
saire pour décider de la meilleure façon de rendre la
loi constitutionnelle. Nous sommes en outre d’avis
d’annuler simplement l’ordonnance de l’arbitre
plutôt que de confirmer l’exemption consti­tu­tion­
nelle décrétée par la Cour d’appel.
[42] The Union is entitled to its costs.
[42] Le syndicat a droit à ses dépens devant toutes
les cours.
[2013] 3 R.C.S.
ALBERTA
Appeal substantially dismissed with costs.
c.
T.U.A.C.
755
Pourvoi rejeté en grande partie avec dépens.
Solicitors for the appellant the Information and
Privacy Commissioner of Alberta: Jensen Shawa
Solomon Duguid Hawkes, Calgary.
Procureurs de l’appelant Information and
Privacy Commissioner of Alberta : Jensen Shawa
Solomon Duguid Hawkes, Calgary.
Solicitor for the appellant the Attorney General
of Alberta: Attorney General of Alberta, Edmonton.
Procureur de l’appelant le procureur général
de l’Alberta : Procureur général de l’Alberta,
Edmonton.
Solicitors for the respondent: Chivers Carpenter,
Edmonton.
Procureurs de l’intimé : Chivers Carpenter,
Edmonton.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Canada: Attorney General of Canada, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général
du Canada : Procureur général du Canada, To­
ronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, To­
ronto.
Solicitors for the intervener the Privacy Com­
missioner of Canada: Osler, Hoskin & Harcourt,
Toronto; Office of the Privacy Commissioner of
Canada, Ottawa.
Procureurs de l’intervenant le commissaire à
la protection de la vie privée du Canada : Osler,
Hoskin & Harcourt, Toronto; Commissariat à la
protection de la vie privée du Canada, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil
Liberties Association: Torys, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association
canadienne des libertés civiles : Torys, Toronto.
Solicitors for the intervener the British Columbia
Civil Liberties Association: Moore, Edgar, Lyster,
Vancouver.
Procureurs de l’intervenante l’Association des
libertés civiles de la Colombie-Britannique : Moore,
Edgar, Lyster, Vancouver.
Solicitor for the intervener the Information and
Privacy Commissioner of Ontario: Information and
Privacy Commissioner of Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le commissaire à
l’infor­mation et à la protection de la vie privée de
l’On­tario : Commissaire à l’information et à la
pro­tection de la vie privée de l’Ontario, Toronto.
Solicitors for the interveners the Coalition of
British Columbia Businesses and Merit Canada: 
Heenan Blaikie, Ottawa.
Procureurs des intervenantes Coalition of Brit­
ish Columbia Businesses et Merit Canada : Heenan
Blaikie, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Information and
Privacy Commissioner of British Columbia: Lovett
Westmacott, Vancouver.
Procureurs de l’intervenant Information and
Privacy Commissioner of British Columbia : Lovett
Westmacott, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Alberta Feder­
ation of Labour: Chivers Carpenter, Edmonton.
Procureurs de l’intervenante Alberta Federation
of Labour : Chivers Carpenter, Edmonton.
756
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
[2013] 3 S.C.R.
La Souveraine, Compagnie
d’assurance générale Appellant
La Souveraine, Compagnie d’assurance
générale Appelante
v.
c.
Autorité des marchés financiers Respondent
Autorité des marchés financiers Intimée
Indexed as: La Souveraine, Compagnie
d’assurance générale v. Autorité des
marchés financiers
Répertorié : La Souveraine, Compagnie
d’assurance générale c. Autorité des
marchés financiers
2013 SCC 63
2013 CSC 63
File No.: 34699.
No du greffe : 34699.
2013: March 20; 2013: November 21.
2013 : 20 mars; 2013 : 21 novembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis
and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
ON APPEAL FROM THE COURT OF APPEAL FOR
QUEBEC
EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DU QUÉBEC
Provincial offences — Financial products and
services — Nature of offence — Strict liability — In­
surance company charged with committing offence on
number of occasions by helping or inducing, through
its consent and/or authorization, third party to violate
regulatory provision — Regulator not responding to
written explanations from insurance company before
issuing statements of offence — Whether offence at issue
one of strict liability — If so, whether proof of mens rea
required — Whether actus reus of offence proved beyond
reasonable doubt — Whether offence is discrete offence
or party liability offence — Whether single conviction
should be substituted for multiple convictions entered at
trial — Act respecting the distribution of financial
products and services, R.S.Q., c. D-9.2, ss. 482, 491.
Infractions provinciales — Produits et services
financiers — Nature des infractions — Responsabilité
stricte — Société d’assurance accusée d’avoir commis
une infraction à de multiples reprises en aidant ou en
amenant, par son consentement et/ou son autorisation,
un tiers à enfreindre une disposition de droit réglemen­
taire — Autorité réglementaire n’ayant pas répondu
aux explications écrites de la société d’assurance avant
d’émettre les constats d’infraction — L’infraction en
cause est-elle de responsabilité stricte? — Dans
l’affirmative, la preuve de la mens rea est-elle requise? —
La preuve de l’actus reus de l’infraction a-t-elle été faite
hors de tout doute raisonnable? — L’infraction reprochée
constitue-t-elle une infraction distincte ou une infraction
de responsabilité stricte en tant que participant? — Les
déclarations de culpabilité multiples inscrites au procès
devraient-elles être remplacées par une seule déclaration
de culpabilité? — Loi sur la distribution de produits et
services financiers, L.R.Q., ch. D-9.2, art. 482, 491.
Provincial offences — Defences — Due diligence —
Officially induced error — Conditions for availability of
defence based on reasonable mistake of law — Whether
official’s passive conduct may be reasonably relied on as
approval or inducement.
Infractions provinciales — Moyens de défense —
Diligence raisonnable — Erreur provoquée par une
personne en autorité — Conditions de recevabilité de la
défense fondée sur une erreur de droit raisonnable — La
conduite passive d’une personne en autorité peut-elle
raisonnablement être interprétée comme une approbation
ou une incitation?
S is an Alberta insurance company that is registered
with the Autorité des marchés financiers (“AMF” or “Au­
thority”) and is authorized to sell insurance products in
S est une société d’assurance albertaine inscrite
auprès de l’Autorité des marchés financiers (« AMF »
ou « Autorité ») et autorisée à vendre des produits
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
757
Quebec; it offers such products through brokers. The
AMF issued 56 statements of offence against S for help­
ing or inducing, through its consent and/or authoriza­
tion, a broker that was not registered with the AMF to
violate a provision of the Act respecting the distribution
of financial products and services, R.S.Q., c. D‑9.2
(“ADFPS”).
d’assurance au Québec, lesquels sont offerts par
l’entremise de courtiers. L’AMF a déposé 56 constats
d’infraction contre S pour avoir aidé ou amené, par
son consentement et/ou son autorisation, un courtier
non-inscrit auprès de l’AMF à enfreindre une disposi­
tion de la Loi sur la distribution de produits et services
financiers, L.R.Q., ch. D-9.2 (« LDPSF »).
Before the statements of offence were issued, S had
replied in writing to a request from the AMF for infor­
mation, explaining why in S’s view, its conduct was not
problematic. The AMF issued the statements of offence
more than six months later without responding to S’s
written explanations.
Préalablement au dépôt des constats d’infraction,
S avait répondu par écrit à la demande d’informations
de l’AMF en précisant les raisons pour lesquelles sa
conduite ne posait pas, selon S, problème. L’AMF a
procédé au dépôt des constats d’infraction plus de six
mois plus tard sans répondre aux explications écrites
données par S.
The trial judge convicted S on the basis that it had au­
thorized, permitted or consented to the distribution by
its broker of insurance products for property located in
Quebec although it knew that the broker did not hold the
licences required by the ADFPS. According to the trial
judge, the offence at issue is one of strict liability, and
the defence raised by S on the basis of a mistake of law
was not valid.
Le juge du procès a conclu à la culpabilité de S
au motif qu’elle avait autorisé, permis ou consenti
que soient distribués par son courtier des produits
d’assurance à l’égard de biens situés au Québec sachant
que ce dernier ne détenait pas les permis requis par la
LDPSF. Selon le juge du procès, l’infraction en cause en
est une de responsabilité stricte, et le moyen de défense
invoqué par S sur la base d’une erreur de droit n’était
pas recevable.
The Superior Court allowed S’s appeal and acquitted
S on the basis that neither the actus reus nor the mens
rea of the offence had been proved beyond a reasonable
doubt. According to the Superior Court, the offence at
issue requires proof of a wilful act and of a specific in­
tent, which had not been shown, since S had not known
that its broker was breaking the law.
La Cour supérieure a accueilli l’appel de S et a
prononcé son acquittement au motif que ni l’actus reus,
ni la mens rea de l’infraction n’ont été prouvés hors
de tout doute raisonnable. Selon la Cour supérieure,
l’infraction en cause exigeait la preuve d’un acte
volontaire de même que d’une intention spécifique,
laquelle n’a pas été démontrée car S ne savait pas que
son courtier avait agi en violation de la loi.
The Court of Appeal allowed the AMF’s appeal
and restored the 56 convictions of S for the offence in
question, which it characterized as one of strict liability.
Concerning the actus reus, the majority of the Court
of Appeal found that the authorization S had given its
broker was sufficient to establish this element of the of­
fence. They added that the due diligence defence is not
available where the mistake being relied on is one of law
and that the AMF’s failure to respond to S’s written ex­pla­
nations did not transform that mistake into one of mixed
fact and law.
La Cour d’appel a fait droit à l’appel de l’AMF et
a rétabli les 56 condamnations de S quant à l’infrac­
tion en cause, qualifiant cette dernière de responsabi­
lité stricte. Au sujet de l’actus reus, la majorité de la
Cour d’appel est d’avis que l’autorisation donnée par
S à son courtier était suffisante pour établir l’élément
matériel de l’infraction. Elle ajoute que la défense de
diligence raisonnable n’est pas recevable en cas d’erreur
de droit et que le défaut de l’AMF de répondre aux
explications écrites de S ne transforme pas cette erreur en
erreur mixte de fait et de droit.
Held (LeBel and Fish JJ. dissenting in part and
Abella J. dissenting): The appeal should be dismissed
with costs.
Arrêt (les juges LeBel et Fish sont dissidents en partie
et la juge Abella est dissidente) : Le pourvoi est rejeté
avec dépens.
Per McLachlin C.J. and Rothstein, Cromwell,
Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.: The Court
of Appeal was right to review the Superior Court’s
conclusions with regard to both mens rea and the
actus reus. Had it not been for the Superior Court’s
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein,
Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et Wagner : La Cour
d’appel a eu raison de traiter des conclusions de la Cour
supérieure tant en ce qui concerne la mens rea que l’actus
reus. N’eût été la conclusion de la Cour supérieure sur
758
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
[2013] 3 S.C.R.
conclusion that proof of mens rea was required for
the offence at issue, that court would not have arrived
at the same interpretation of the content of the actus reus, and the ratio decidendi of its judgment would
have been different. Those issues are inextricably
linked, and the Court of Appeal therefore had jurisdic­
tion to decide the actus reus issue and set aside the
acquittal entered by the Superior Court. Otherwise, the
appeal to the Court of Appeal on the issue of mens rea
would have become moot and irrelevant.
l’exigence d’une mens rea eu égard à l’infraction en
cause, elle n’en serait pas arrivée à la même inter­
prétation du contenu de l’actus reus, et le ratio decidendi
de son jugement aurait été autre. Ces questions sont
inextricablement liées et la Cour d’appel avait donc
compétence pour trancher la question de l’actus reus et
annuler l’acquittement prononcé par la Cour supérieure.
S’il en avait été autrement, le pourvoi formé devant la
Cour d’appel sur la question de la mens rea devenait
théorique et dénué de tout intérêt.
The offence provided for in s. 482 of the ADFPS is
a regulatory offence. Such offences are generally strict
liability offences, and strict liability offences do not re­
quire proof of mens rea. In enacting the ADFPS, the
Quebec legislature chose to establish an independent of­
fence in s. 482 rather than establishing a mode of par­
ticipation in the commission of an offence as has been
done in s. 21(1)(b) of the Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46.
L’infraction créée par l’art. 482 de la LDPSF est une
infraction réglementaire. Une infraction de cette nature
appartient en général à la catégorie des infractions de
responsabilité stricte, lesquelles n’exigent pas la preuve
de mens rea. En adoptant la LDPSF, le législateur
québécois a choisi d’édicter à l’art. 482 une infraction
autonome, et non d’établir un mode de participation à la
commission d’une infraction analogue à ce qui est prévu
à l’al. 21(1)b) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46.
The difference between the wording of s. 21(1)(b) of
the Criminal Code and that of s. 482 of the ADFPS, and
in particular the omission of the words “for the purpose
of” from s. 482 of the ADFPS, confirms the general rule
that, unless otherwise indicated, regulatory offences ad­
opted to protect the public fall into the category of strict
liability offences. In this case, proof of mens rea was not
required: it was not necessary to prove that S knew its
broker intended to break the law or that the former had
the specific intent of helping or inducing the latter to do
so.
La différence textuelle entre l’al. 21(1)b) du Code
criminel et l’art. 482 de la LDPSF, notamment l’omis­
sion d’inclure les mots « en vue de » à l’art. 482 de la
LDPSF, confirme la règle générale selon laquelle, sauf
indication contraire, les infractions réglementaires adop­
tées pour la protection du public appartiennent à la
catégorie des infractions de responsabilité stricte. En
l’espèce, aucune preuve de mens rea n’était requise : il
n’était pas nécessaire de prouver que S savait que son
courtier entendait enfreindre la loi ou encore qu’elle avait
l’intention spécifique de l’aider ou de l’amener à le faire.
On the actus reus of the offence, the evidence shows
that S’s conduct was not, strictly speaking, passive, since
its failure to object in a timely manner to its broker’s
actions constituted consent and/or authorization within
the meaning of s. 482 of the ADFPS. S’s conduct had the
effect of provoking a violation of the law by its broker,
which means that the actus reus of the offence has been
established beyond a reasonable doubt. S can avoid lia­
bility only by showing that it acted with due diligence.
Quant à l’actus reus de l’infraction, la preuve
démon­
tre que la conduite de S n’était pas stricto
sensu passive car son défaut de s’opposer en temps utile
aux gestes de son courtier constitue un consente­ment
et/ou une autorisation au sens de l’art. 482 de la LDPSF.
La conduite de S a eu l’effet de provoquer une vio­
lation de loi par son courtier et, partant, l’élé­m ent
matériel de l’infraction a été établi hors de tout doute
raisonnable. S ne peut écarter sa responsa­bilité qu’en
démontrant qu’elle a agi avec diligence raisonnable.
The due diligence defence is available if the defendant
reasonably believed in a mistaken set of facts that, if true,
would have rendered his or her act or omission innocent.
A defendant can also avoid liability by showing that he
or she took all reasonable steps to avoid the particular
event. However, this defence will not be available if the
defendant relies solely on a mistake of law to explain the
commission of the offence. A mistake of law can ground a
La défense de diligence raisonnable est recevable si
le défendeur croyait pour des motifs raisonnables à un
état de faits inexistant qui, s’il avait existé, aurait rendu
l’acte ou l’omission innocent. De plus, le défendeur qui
démontre qu’il a pris toutes les précautions raisonnables
pour éviter que l’événement en question ne se produise
pourra échapper à la responsabilité. Cette défense ne
sera cependant pas recevable si le défendeur n’invoque
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
759
valid defence only if the mistake was an officially in­duced
error and if the conditions with respect to the appli­
cation of such a defence are met. No matter how rea­
sonable a mistake of law may be, it cannot — unlike a
mistake of fact or an officially induced error — serve as
a valid defence in the case of a strict liability offence.
The objective of public protection that underlies the
creation of regulatory offences militates strongly against
accepting a general defence of reasonable mistake of law
in this context.
qu’une erreur de droit pour expliquer la commission
de l’infraction. L’erreur de droit ne peut servir à fonder
une défense valable que si elle a été provoquée par
une personne en autorité et si les conditions limitant
l’application de cette défense sont respectées. Aussi
raisonnable que puisse être une erreur de droit, con­
trairement à l’erreur de fait et à l’exception fondée sur
une erreur de droit provoquée par une personne en auto­
rité, cette erreur de droit ne peut servir de défense valable
dans le cas d’une infraction de responsabilité stricte.
L’objectif de la protection du public qui est à la base de la
création des infractions réglementaires milite fortement
contre la recevabilité d’une défense générale d’erreur de
droit raisonnable dans ce domaine.
Finally, although it is true that the offence provided
for in s. 482 of the ADFPS is a discrete and independent
offence and that S is not liable for the offences commit­
ted by its broker, this does not mean that S cannot have
committed several discrete offences. That is in fact what
occurred here. It would nevertheless be preferable for a
prosecutor, when exercising its discretion to issue multi­
ple statements of offence, to assess the context in which
the offences were committed on a case-by-case basis.
Enfin, s’il est vrai que l’infraction définie à l’art. 482
de la LDPSF est une infraction distincte et indépendante
et que S n’est pas responsable des infractions commises
par son courtier, ce constat n’exclut pas pour autant la
possibilité que S ait commis plusieurs infractions dis­
tinctes. Tel est le cas en l’espèce. Il serait néanmoins
souhaitable que le poursuivant apprécie, au cas par cas,
le contexte entourant la perpétration des infractions
lorsqu’il exerce son pouvoir discrétionnaire de déposer
des constats d’infractions multiples.
Per LeBel and Fish JJ. (dissenting in part): The appeal
should be allowed in part in order to substitute a single
conviction for the 56 convictions entered at trial and re­
stored by the Court of Appeal.
Les juges LeBel et Fish (dissidents en partie) : Le
pourvoi devrait être accueilli en partie afin de substi­
tuer une seule déclaration de culpabilité aux 56 qui
ont été inscrites à l’issue du procès et rétablies par la
Cour d’appel.
S stands convicted 56 times for what, as a matter of
law, was a single offence. Section 482 of the ADFPS
creates a discrete substantive offence, rather than a party
liability offence. Manifestly, an insurer found to have vi­o­
lated s. 482 of the ADFPS is neither guilty of the same
offence nor liable to the same penalty as the firm it
helped or induced to contravene another provision of the
Act or regulations. Party liability is expressly provided
for in s. 491 of the ADFPS.
S a été reconnue coupable de 56 accusations qui,
en droit, ne visaient qu’une seule et même infraction.
L’article 482 de la LDPSF crée une infraction sub­
stantielle distincte, plutôt qu’une infraction de res­
ponsabilité en tant que participant. De toute évidence,
l’assureur reconnu coupable d’avoir enfreint l’art. 482
de la LDPSF n’est ni coupable de la même infraction, ni
passible de la même peine que le cabinet qu’il a aidé ou
amené à enfreindre une autre disposition de la Loi ou de
ses règlements. La responsabilité en tant que participant
est expressément prévue à l’art. 491 de la LDPSF.
Section 491 was adopted in its present form in 2009.
Had it been in force in 2006, when the proceedings in this
case were instituted, it would have been open to the Au­
thority to charge S with having participated as a party in
the 56 offences under another provision of the Act com­
mitted by its broker. Here, without the benefit of s. 491,
the Authority charged S with 56 counts under s. 482 —
a substantive offence with a different penalty — and
claimed 56 times the mandatory minimum penalty under
L’article 491 a été adopté dans sa forme actuelle
en 2009. S’il avait été en vigueur en 2006, lorsque la
poursuite a été intentée dans la présente affaire, il aurait
été loisible à l’Autorité d’accuser S d’avoir agi en tant
que participant aux 56 infractions prévues par une autre
disposition de la Loi commises par son courtier. En
l’espèce, alors qu’elle ne disposait pas de l’art. 491,
l’Autorité a déposé contre S 56 chefs d’accusation
en vertu de l’art. 482 — une infraction substantielle
760
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
[2013] 3 S.C.R.
s. 482 as if S, under that section, was a party to the
offences allegedly committed by its broker.
pas­sible d’une peine différente — et a réclamé pour
chacune des 56 accusations la peine minimale obligatoire
prévue à l’égard de l’art. 482, tout comme si S était, sur
le fondement de cette disposition, responsable en tant que
participant des infractions reprochées à son courtier.
Nowhere does s. 482 of the ADFPS provide that an
insurer or its mandatary is liable for offences committed
by the person or firm induced — by either the insurer or
its mandatary — to commit them. Insurer and mandatary
alike, when they aid or induce another to commit a sub­
stantive offence under the ADFPS, such as s. 482, may
now be prosecuted under s. 491 of the ADFPS as parties
to that offence. But they are not liable as parties when
charged under s. 482, as S was in this case. The decision
to create a discrete substantive offence by enacting s. 482
represents a deliberate legislative choice to which courts
must give effect.
L’article 482 de la LDPSF n’indique d’aucune façon
qu’un assureur ou, selon le cas, son mandataire est
responsable des infractions commises par la personne
ou le cabinet que l’un ou l’autre a amené à commet­
tre. Tant les assureurs que leurs mandataires, lorsqu’ils
aident ou amènent quelqu’un à commettre une infraction
substantielle établie par la LDPSF, par exemple celle
prévue à l’art. 482, peuvent désormais être poursuivis en
vertu de l’art. 491 de cette loi en tant que participants
à cette infraction. Ils n’engagent cependant pas leur
responsabilité en tant que participants lorsqu’ils font
l’objet d’accusations fondées sur l’art. 482, comme le
fut S en l’espèce. La décision de créer une infraction
substantielle distincte en édictant l’art. 482 représente
un choix législatif délibéré, auquel les tribunaux doivent
donner effet.
Per Abella J. (dissenting): The appeal should be
allowed and the proceedings stayed.
La juge Abella (dissidente) : Le pourvoi devrait être
accueilli et les procédures arrêtées.
To date, officially induced error has only been used
as a defence in circumstances where an official actually
gave erroneous information to an accused. It has been
seen, in other words, as requiring official conduct of an
active kind. But there is no principled basis for exclud­
ing conduct of a more passive nature, including silence
from an official, which could, in some circumstances,
reasonably be relied on as approval, or an “inducement”.
This is particularly the case if the silence occurs in a
regulatory framework that demonstrably requires a de­
gree of expedition, such as the one S, an insurance com­
pany, was subject to. Underlying the defence of officially
induced error is the broad principle that an individual
not be held culpable when he or she is induced by an
official’s conduct into relying on a reasonable but in­
correct understanding of the law. Punishing a regulated
entity who is dependent on the regulator’s timely re­
sponse, and reasonably relies on its silence, perpetuates
the very injustice that led to the development of the strict
liability defences in the first place: finding the morally
innocent culpable.
Jusqu’à maintenant, la défense fondée sur l’erreur
provoquée par une personne en autorité n’a été invo­
quée que dans des cas où la personne en autorité a con­
crètement fourni des renseignements erronés à l’accusé.
Autrement dit, on a considéré que ce moyen de défense
exigeait une conduite de nature active de la part de la
personne en autorité. Aucun principe ne justifie toutefois
d’exclure une conduite de nature plus passive, par exem­
ple le silence d’une personne en autorité. Dans certaines
circonstances, un tel silence pourrait raisonnablement
être interprété comme une approbation ou une « incita­
tion ». C’est particulièrement le cas si le silence survient
dans le contexte d’activités réglementées requérant mani­
festement célérité, comme celui dans lequel agissait la
société d’assurances S. La défense fondée sur l’erreur pro­
voquée par une personne en autorité repose sur le principe
général selon lequel un individu ne doit pas être déclaré
coupable lorsque la conduite d’une personne en autorité
l’a amené à se fonder sur une interprétation raisonnable,
mais incorrecte, du droit applicable. Punir une entité rég­
le­mentée qui avait besoin d’une réponse en temps utile
de la part de l’organisme de réglementation et qui, rai­
sonnablement, s’est fiée au silence de ce dernier, a pour
effet de perpétuer l’injustice même qui est à l’origine de
la reconnaissance de moyens de défense opposables aux
infractions de responsabilité stricte : les déclarations de
culpabilité prononcées contre des personnes morale­
ment innocentes.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
761
The question in dealing with an official’s passive con­
duct is whether a reasonable person in the position of
the accused would have expected the official to inform
him or her in a timely way that their understanding of
the law was incorrect. The responsibilities of the official
and the field and complexity of the regulation at issue
will be relevant, as will the extent to which the accused
could reasonably have expected a timely response in or­
der to carry on its undertakings. If a body charged with
supervising a regulatory domain fails inexplicably to re­
spond relatively promptly to an accused’s erroneous as­
sertion, it shares the blame for the accused’s ignorance of
the law. In such circumstances, it is inappropriate for that
very regulatory body to bring charges against an accused
who has reasonably relied on its silence.
Lorsque le tribunal apprécie la conduite passive
d’une personne en autorité, il doit se demander si une
personne raisonnable se trouvant dans la situation de
l’accusé se serait attendue à ce que la personne en
autorité l’informe en temps utile que son interpréta­
tion de la loi était incorrecte. Les responsabilités exer­
cées par la personne en autorité ainsi que le domaine et
la complexité du règlement en litige devront être
examinés, tout comme la mesure dans laquelle l’accusé
pouvait raisonnablement s’attendre à recevoir en temps
utile une réponse lui permettant d’exercer ses activi­
tés. Si une entité chargée de la supervision d’un sec­
teur réglementé omet de manière inexplicable de réa­gir
rela­­tivement promptement à une affirmation erronée de
l’accusé, elle partage la responsabilité à l’égard de l’igno­
rance de la loi de l’accusé. En pareilles circons­tances,
il est malvenu pour ce même organisme de régle­
mentation de porter des accusations contre une per­
sonne qui s’est raisonnablement fondée sur son silence.
S took reasonable steps to satisfy itself that it was
not violating the law. It set out its understanding of
the rel­evant legal requirements and the basis for its
un­derstanding in an unambiguous letter to the inves­
tigator responsible for the file. Yet rather than respond
to S’s letter, 7 months later the regulatory body brought
56 charges. It was reasonable for S to rely on the reg­
ulatory body’s conduct — in this case silence — as
confirmation that its understanding of the law was
cor­rect and as an inducement to conduct itself accord­
ingly. The regulatory body had a duty to be diligent in
performing its statutory role. Had that body responded in
any way, let alone in a timely one, S could have brought
itself in conformity with the law.
S a pris des mesures raisonnables pour s’assurer
qu’elle ne contrevenait pas à la loi. Elle a exposé son
inter­prétation des exigences légales pertinentes, ainsi que
les fondements de cette interprétation, dans une lettre
rédigée en termes non ambigus qu’elle a adres­sée à
l’enquêteur responsable du dossier. Malgré cela, au lieu
de répondre à la lettre de S, l’organisme de réglemen­
tation a plutôt déposé 56 accusations contre celle-ci
7 mois plus tard. Il était raisonnable pour S de considé­
rer la conduite de l’organisme de réglementation — en
l’occurrence son silence — comme une confirmation
que l’interprétation qu’elle faisait du droit applicable
était exacte, et comme une invitation à agir sur la foi
de cette interprétation. L’organisme de réglementa­tion
avait l’obligation de s’acquitter avec diligence du rôle
qui lui est conféré par la loi. Si cet organisme avait
répondu d’une quelconque façon, et en temps utile de
surcroît, S aurait pu se conformer à la loi.
Cases Cited
Jurisprudence
By Wagner J.
Citée par le juge Wagner
Applied: R. v. City of Sault Ste. Marie, [1978] 2
S.C.R. 1299; referred to: R. v. Keegstra, [1995] 2 S.C.R.
381; Vézeau v. The Queen, [1977] 2 S.C.R. 277; Lévis
(City) v. Tétreault, 2006 SCC 12, [2006] 1 S.C.R. 420;
Marston v. Autorité des marchés financiers, 2009 QCCA
2178 (CanLII); R. v. F. W. Woolworth Co. Ltd. (1974),
3 O.R. (2d) 629; R. v. Briscoe, 2010 SCC 13, [2010] 1
S.C.R. 411; R. v. Hibbert, [1995] 2 S.C.R. 973; Demers
v. Autorité des marchés financiers, 2013 QCCA 323
(CanLII); R. v. Jorgensen, [1995] 4 S.C.R. 55; Molis v.
Arrêt appliqué : R. c. Ville de Sault Ste-Marie,
[1978] 2 R.C.S. 1299; arrêts mentionnés : R. c.
Keegstra, [1995] 2 R.C.S. 381; Vézeau c. La Reine,
[1977] 2 R.C.S. 277; Lévis (Ville) c. Tétreault, 2006
CSC 12, [2006] 1 R.C.S. 420; Marston c. Autorité des
marchés financiers, 2009 QCCA 2178 (CanLII); R. c.
F. W. Woolworth Co. Ltd. (1974), 3 O.R. (2d) 629; R.
c. Briscoe, 2010 CSC 13, [2010] 1 R.C.S. 411; R. c.
Hibbert, [1995] 2 R.C.S. 973; Demers c. Autorité des
marchés financiers, 2013 QCCA 323 (CanLII); R. c.
762
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
[2013] 3 S.C.R.
The Queen, [1980] 2 S.C.R. 356; R. v. Wholesale Travel
Group Inc., [1991] 3 S.C.R. 154; R. v. Power, [1994] 1
S.C.R. 601; R. v. O’Connor, [1995] 4 S.C.R. 411.
Jorgensen, [1995] 4 R.C.S. 55; Molis c. La Reine, [1980]
2 R.C.S. 356; R. c. Wholesale Travel Group Inc., [1991]
3 R.C.S. 154; R. c. Power, [1994] 1 R.C.S. 601; R. c.
O’Connor, [1995] 4 R.C.S. 411.
By Fish J. (dissenting in part)
Citée par le juge Fish (dissident en partie)
Demers v. Autorité des marchés financiers, 2013
QCCA 323 (CanLII).
Demers c. Autorité des marchés financiers, 2013
QCCA 323 (CanLII).
By Abella J. (dissenting)
Citée par la juge Abella (dissidente)
R. v. City of Sault Ste. Marie, [1978] 2 S.C.R. 1299;
Lévis (City) v. Tétreault, 2006 SCC 12, [2006] 1 S.C.R.
420; R. v. Jorgensen, [1995] 4 S.C.R. 55.
R. c. Ville de Sault Ste-Marie, [1978] 2 R.C.S. 1299;
Lévis (Ville) c. Tétreault, 2006 CSC 12, [2006] 1 R.C.S.
420; R. c. Jorgensen, [1995] 4 R.C.S. 55.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Act respecting insurance, R.S.Q., c. A-32.
Act respecting the Autorité des marchés financiers,
R.S.Q., c. A-33.2, ss. 4(2), (3), 7.
Act respecting the distribution of financial products and
services, R.S.Q., c. D-9.2, ss. 71, 462, 482, 487, 491
[am. 2009, c. 58, s. 85].
Code of Penal Procedure, R.S.Q., c. C-25.1, art. 291.
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 21.
Securities Act, R.S.Q., c. V-1.1, s. 208.
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 21.
Code de procédure pénale, L.R.Q., ch. C-25.1, art. 291.
Loi sur l’Autorité des marchés financiers, L.R.Q.,
ch. A-33.2, art. 4(2), (3), 7.
Loi sur la distribution de produits et services financiers,
L.R.Q., ch. D-9.2, art. 71, 462, 482, 487, 491 [mod.
2009, ch. 58, art. 85].
Loi sur les assurances, L.R.Q., ch. A-32.
Loi sur les valeurs mobilières, L.R.Q., ch. V-1.1, art. 208.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Côté-Harper, Gisèle, Pierre Rainville et Jean Turgeon.
Traité de droit pénal canadien, 4e éd. Cowansville,
Qué.: Yvon Blais, 1998.
Létourneau, Gilles. Code de procédure pénale du
Québec: annoté, 9e éd. Montréal: Wilson & Lafleur,
2011.
Parent, Hugues. Traité de droit criminel, t. 1, 3e éd.
Montréal: Thémis, 2008.
Parent, Hugues. Traité de droit criminel, t. 2, 2e éd.
Montréal: Thémis, 2007.
Quebec. Assemblée nationale. Journal des débats de
la Commission permanente des finances publiques,
vol. 41, no 47, 1re sess., 39e lég., 26 novembre 2009,
p. 20-21.
Côté-Harper, Gisèle, Pierre Rainville et Jean Turgeon.
Traité de droit pénal canadien, 4e éd. Cowansville,
Qué. : Yvon Blais, 1998.
Létourneau, Gilles. Code de procédure pénale du
Québec : annoté, 9e éd. Montréal : Wilson & Lafleur,
2011.
Parent, Hugues. Traité de droit criminel, t. 1, 3e éd.
Montréal : Thémis, 2008.
Parent, Hugues. Traité de droit criminel, t. 2, 2e éd.
Montréal : Thémis, 2007.
Québec. Assemblée nationale. Journal des débats de
la Commission permanente des finances publiques,
vol. 41, no 47, 1re sess., 39e lég., 26 novembre 2009,
p. 20-21.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court
of Appeal (Dalphond and Kasirer JJ.A. and
Cournoyer J. (ad hoc)), 2012 QCCA 13, [2012]
R.J.Q. 111, [2012] J.Q. n o 33 (QL), 2012
CarswellQue 36, SOQUIJ AZ-50819137, setting
aside a decision of Martin J., 2009 QCCS 4494,
[2009] Q.J. No. 10913 (QL), 2009 CarswellQue
10003, SOQUIJ AZ-50578234, setting aside a
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du
Québec (les juges Dalphond et Kasirer et le juge
Cournoyer (ad hoc)), 2012 QCCA 13, [2012] R.J.Q.
111, [2012] J.Q. no 33 (QL), 2012 CarswellQue
36, SOQUIJ AZ-50819137, qui a infirmé une
décision du juge Martin, 2009 QCCS 4494, [2009]
Q.J. No. 10913 (QL), 2009 CarswellQue 10003,
SOQUIJ AZ-50578234, laquelle avait infirmé une
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
763
decision of Boisvert J.C.Q., 2008 QCCQ 10557,
[2008] J.Q. no 12056 (QL), 2008 CarswellQue
11563, SOQUIJ AZ-50522982. Appeal dismissed,
LeBel and Fish JJ. dissenting in part and Abella J.
dissenting.
décision du juge Boisvert, 2008 QCCQ 10557,
[2008] J.Q. no 12056 (QL), 2008 CarswellQue
11563, SOQUIJ AZ-50522982. Pourvoi rejeté, les
juges LeBel et Fish sont dissidents en partie et la
juge Abella est dissidente.
Jean-Claude Hébert and Patrick Henry, for the
appellant.
Jean-Claude Hébert et Patrick Henry, pour
l’appelante.
Éric Blais and Tristan Desjardins, for the
respondent.
Éric Blais et Tristan Desjardins, pour l’inti­mée.
English version of the judgment of McLachlin
C.J. and Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis and Wagner JJ. delivered by
Le jugement de la juge en chef McLachlin et des
juges Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis
et Wagner a été rendu par
[1] Wagner J. — The appellant, La Sou­ve­
raine, Compagnie d’assurance générale (“La Souve­
raine”), is appealing a judgment of the Quebec
Court of Appeal dated January 10, 2012. The
Court of Appeal allowed an ap­peal of the re­spon­
dent, the Autorité des marchés financiers (“AMF”),
from a judgment rendered by the Quebec Su­
pe­rior Court on October 6, 2009 in which that
court had set aside a decision of the Court of
Qué­bec dated No­vem­ber 10, 2008. The Court of
Qué­bec had convicted La Souveraine of com­mit­
ting, 56 times, the offence pro­vided for in s. 482
of the Act respect­ing the dis­tri­bution of finan­
cial prod­
u cts and services, R.S.Q., c. D-9.2
(“ADFPS”).
[1] Le juge Wagner — L’appelante, La
Souveraine, Compagnie d’assurance générale
(« La Souveraine »), se pourvoit contre un arrêt
rendu le 10 janvier 2012 par la Cour d’appel du
Québec. Cette dernière a accueilli l’appel formé
par l’intimée, l’Autorité des marchés finan­
ciers (« AMF »), contre un jugement daté du
6 octobre 2009 de la Cour supérieure du Québec,
qui avait infirmé une décision rendue le 10
novembre 2008 par la Cour du Québec décla­
rant La Souveraine coupable d’avoir commis à
56 reprises l’infraction définie à l’art. 482 de la
Loi sur la distribution de produits et services
financiers, L.R.Q., ch. D-9.2 (« LDPSF »).
[2] The appellant argues that the offence of which
it was convicted requires proof of mens rea and that
the subjective element of the offence was not proved
beyond a reasonable doubt. In the alternative, it
submits that, even if the offence is a strict liability
offence, the actus reus was not proved. Finally, it
argues that, in any event, it exercised due diligence
and that, for all these reasons, this Court should
acquit it.
[2] L’appelante plaide qu’elle a été reconnue
coupable d’une infraction exigeant la preuve de
la mens rea et que l’élément subjectif de l’infrac­
tion n’a pas été établi hors de tout doute raisonna­
ble. Subsidiairement, elle soutient que, même s’il
s’agissait d’une infraction de responsabilité stricte,
l’actus reus n’a pas été prouvé. Finalement, elle
ajoute qu’en tout état de cause, elle a fait preuve
de diligence raisonnable et que, pour toutes ces rai­
sons, notre Cour devrait prononcer l’acquittement.
[3] For the reasons that follow, I find that the
appeal must fail. The offence in question is one of
strict liability. The actus reus was established, and
the due diligence defence was not available in this
[3] Pour les motifs qui suivent, je suis d’avis
que l’appel est mal fondé. L’infraction reprochée
est une infraction de responsabilité stricte. L’actus
reus a été établi et, en l’espèce, la défense de
764
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
case, because the appellant was relying on a pure
mistake of law.
diligence raisonnable n’était pas recevable car
l’appe­lante invoquait une pure erreur de droit.
I. Background
I. Le contexte
[4] The appellant is an Alberta insurance company
that is duly registered with the AMF under the Act
respecting insurance, R.S.Q., c. A-32, and is au­
thorized to sell insurance products in Quebec. It
generally offers its products through a number of
brokers that operate in various regions of Canada.
Flanders Insurance Management and Administrative
Services Ltd. (“Flanders”), a Winnipeg-based com­
pany, was one of those brokers, but since it was not
registered with the AMF, it was not authorized to
offer insurance products in Quebec.
[4] L’appelante est une société d’assurance alber­
taine, dûment inscrite auprès de l’AMF en vertu de
la Loi sur les assurances, L.R.Q., ch. A-32, et auto­
risée à vendre des produits d’assurance au Québec.
De façon générale, elle offre ses produits par l’entre­
mise d’un certain nombre de courtiers qui exercent
leurs activités dans diverses régions du Canada.
Flanders Insurance Management and Administra­
tive Services Ltd. (« Flanders »), entreprise basée
à Winnipeg, est l’un de ces courtiers, mais comme
il n’était pas inscrit auprès de l’AMF, il n’était
pas autorisé à offrir des produits d’assurance
au Québec.
[5] In 2004, Flanders, acting on the appel­
lant’s behalf, negotiated and issued to the in­
sured, GE Commercial Distribution Finance
Canada (“GE”), a master policy on inventories
of goods financed by GE, namely recreational
vehicles at various dealerships across Canada.
Of those dealerships, 56 with establishments in
Quebec agreed to participate under the master
policy strictly to insure the portion of their
inventories to which GE’s coverage applied. The
broker then issued to each Quebec participant
an individual insurance certificate in which
GE was named as the [TRANSLATION] “insured”
and the dealership as the “certificate holder”. I
should add that the insurance premiums were
paid directly to the broker by GE, which billed
the dealerships for them on a monthly basis. Any
indemnity payable by the appellant following the
occurrence of an event covered by the policy was
paid directly to GE in Ontario.
[5] En 2004, ce courtier négocie et délivre pour
le compte de l’appelante une police-cadre d’assu­
rance à l’assuré, GE Financement commercial
aux détaillants Canada (« GE »), pour assurer les
inventaires des biens financés par cette dernière,
à savoir des véhicules récréatifs chez différents
concessionnaires situés partout au Canada. De ce
groupe, 56 concessionnaires ayant leur établisse­ment
au Québec ont adhéré à la police-cadre, stric­tement
pour assurer la partie de leur inventaire soumise à
la garantie de GE. Le courtier a par la suite délivré
à chacun des adhérents québécois un certificat
individuel d’assurance qui désigne GE à titre
d’« assuré » et le concessionnaire comme « titu­laire
du certificat ». Il convient d’ajouter que les primes
d’assurance sont payées directement au cour­tier par
GE, qui les facture mensuellement aux con­cession­
naires. Toute indemnité payable par l’appe­lante à
la suite de la réalisation d’un risque garanti est
encaissée directement par GE en Ontario.
[6] A competitor of Flanders that had previ­
ously done what Flanders was now doing filed a
com­plaint with the AMF alleging, inter alia, that
Flanders was pursuing these activities in Quebec
without holding the required licences. The AMF
began its investigation on January 13, 2005.
[6] Une entreprise concurrente de Flanders qui
occupait le même rôle que ce courtier aupara­
vant, dépose une plainte auprès de l’AMF et allè­
gue, entre autres, que Flanders exerce ces activités
au Québec sans détenir les permis requis. Le
13 janvier 2005, l’AMF entreprend son enquête.
[7] In April of that year, the AMF asked the
ap­
pellant for information about its business
[7] En avril 2005, l’AMF demande à l’appe­lante
certaines informations sur ses rapports commer­ciaux
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
765
relation­ship with Flanders and GE, and about the
insurance products covering the inventories financed
by GE for the dealerships located in Quebec.
avec Flanders et GE, ainsi que sur les produits
d’assurance garantissant les inventaires financés par
GE pour le compte des concessionnaires situés au
Québec.
[8] On June 10, 2005, the appellant replied in
writing that, in its view, the licensing issue was
not problematic, since GE, Flanders’ client, had
its head office in Ontario. The appellant added that
the master policy had been negotiated and issued
in Ontario and that the premiums were paid di­
rectly to Flanders by GE. It also mentioned that,
in the event of a loss, the indemnity was payable
directly to GE and not to the dealership. At the
same time, the appellant sent the AMF a list of
the Quebec dealerships that were participants un­
der the master policy issued to GE.
[8] Le 10 juin 2005, l’appelante répond par
écrit que, selon elle, la question des permis ne
pose pas problème car GE, le client de Flanders,
a son siège social en Ontario. L’appelante ajoute
que la police-cadre d’assurance a été négociée
et conclue en Ontario et que les primes d’assu­
rance sont payées directement à Flanders par
GE. L’appelante précise également qu’en cas
de sinistre, l’indemnité est payable directement
à GE, et non au concessionnaire. À la même
occasion, l’appelante transmet à l’AMF la liste
des concessionnaires québécois qui ont adhéré à
la police-cadre délivrée à GE.
[9] On August 25, 2005, Flanders invited the
Quebec dealerships to renew their individual
insurance certificates.
[9] Le 25 août 2005, Flanders sollicite les con­
cessionnaires québécois pour renouveler leurs cer­
tificats d’assurance individuels respectifs.
[10] In January 2006, the AMF issued
56 statements of offence against the appel­lant.
This was the first “communication” between
the parties since the last letter the appellant
had sent on June 10, 2005.
[10] Au mois de janvier 2006, l’AMF dépose
56 constats d’infraction contre l’appelante. Il s’agit
de la première « communication » entre les par­ties
depuis la dernière lettre transmise par l’appelante
le 10 juin 2005.
[11] The statements of offence, which the
appellant contested, were worded as follows:
[11] Les constats d’infraction qui seront contestés
par l’appelante sont ainsi rédigés :
[TRANSLATION] At [place], on or about August 25, 2005,
did consent to and/or authorize the issuance by Flanders
. . ., a firm not registered with the Autorité des marchés
financiers, of a floor plan insurance policy, number . . .
to [name of dealership], contrary to section 71 of the
[ADFPS] (the “Act”), thereby committing the offence
provided for in section 482 of the Act and rendering
itself liable to the penalty provided for in section 490 of
the Act.
À [localité], le ou vers le 25 août 2005, a consenti et/ou
autorisé Flanders [. . .], un cabinet non inscrit auprès de
l’Autorité des marchés financiers, à délivrer à [nom du
concessionnaire] une police d’assurance sur les stocks,
numéro [. . .], le tout en contravention de l’article 71 de
la [LDPSF] (la « Loi »), commettant ainsi l’infraction
prévue à l’article 482 de la Loi et se rendant ainsi passible
de la peine prévue à l’article 490 de la Loi.
II. Judicial History
II. Historique des procédures judiciaires
[12] Judge Boisvert of the Court of Québec
convicted the appellant of the 56 offences (2008
QCCQ 10557 (CanLII)). He found that the of­
fence provided for in s. 482 of the ADFPS is
one of strict liability. He added that regardless
of whether the offence is one of strict or specific
[12] Le juge Boisvert de la Cour du Québec
déclare l’appelante coupable des 56 infractions
(2008 QCCQ 10557 (CanLII)). Il conclut que
l’infraction définie à l’art. 482 de la LDPSF en
est une de responsabilité stricte. Il ajoute que
quelque soit la nature de l’infraction, à savoir
766
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
liability, the evidence showed that the appellant
had known that it was insuring property located
in Quebec and that its broker, Flanders, was not
duly registered in Quebec. According to Judge Boisvert, the appellant had therefore authorized,
permitted or consented to the distribution by its
broker of insurance products for property lo­
cated in Quebec although it knew that the broker
did not hold the required licences.
de responsabilité stricte ou spécifique, la preuve
démontre que l’appelante savait qu’elle assurait
des biens situés au Québec et que son courtier,
Flanders, n’y était pas dûment inscrit. Selon le juge
Boisvert, l’appelante a donc autorisé, permis ou
consenti que soient distribués par son courtier des
produits d’assurance à l’égard de biens situés au
Québec, sachant que ce dernier ne détenait pas les
permis requis.
[13] Judge Boisvert accepted that the appellant
had not known that Quebec legislation applied to
the master policy for inventories of goods located in
Quebec and that its mandatary had to be registered
in that province. In his opinion, a mistake of law
such as this cannot be raised as a defence. He also
explained that the appellant had not done enough to
ensure that its commercial transactions were con­
sistent with provincial legislation, but had instead
relied on its broker’s opinion without obtaining in­
dependent legal advice.
[13] Le juge Boisvert reconnaît que l’appelante
ignorait que les lois québécoises s’appliquaient à
la police-cadre d’assurance relativement aux inven­
taires des biens situés au Québec et que son man­
dataire devait être enregistré dans cette province.
De l’avis du juge, ce type d’erreur de droit ne cons­
titue pas une défense recevable. Le juge précise
également que l’appelante n’a pas effectué des
démarches suffisantes pour s’assurer que ses opé­
rations commerciales respectaient la législation pro­
vinciale, mais s’est plutôt fiée à l’opinion de son
courtier sans obtenir d’avis juridique indépendant.
[14] In the Superior Court, Martin J. allowed
La Souveraine’s appeal and acquitted it on all
the counts (2009 QCCS 4494 (CanLII)). He
found that the actus reus of the offence —
the material fact — had not been proved be­
yond a reasonable doubt. In his view, the words
“helps” and “induces” in s. 482 of the ADFPS
require proof that the defendant performed a
wil­ful act, and the appellant’s passive conduct
in relation to the transactions in question could
not be considered a wilful act. Martin J. added
that the offence in this case requires proof of
mens rea, or a guilty mind. In his opinion, a party
liability offence that sanctions not the conduct of
the principal offender but that of a secondary
offender, that is, an individual who helped or
induced the principal offender to commit the
principal offence, continues to require proof of
mens rea even if the principal offence is one of
strict liability. Since the appellant had not known
that Flanders was breaking the law, the mens rea
had not been proved.
[14] En Cour supérieure, le juge Martin accueille
l’appel de La Souveraine et acquitte celle-ci de tous
les chefs d’accusation (2009 QCCS 4494 (CanLII)).
Il conclut que l’actus reus — le fait matériel — de
l’infraction n’a pas été prouvé hors de tout doute
raisonnable. Les termes « aide » et « amène »
figurant à l’art. 482 de la LDPSF requièrent la
preuve d’un acte volontaire de la part du défendeur,
et le comportement passif de l’appelante à l’égard
des opérations commerciales en cause n’équivaut
pas à un tel acte. Le juge Martin ajoute égale­
ment qu’il s’agit, en l’espèce, d’une infraction qui
requiert la preuve de la mens rea, d’une intention
cou­pable. À son avis, une infraction de complicité
qui sanctionne non pas le comportement de l’auteur
principal, mais celui du délinquant secondaire, à
savoir l’individu qui aide ou amène le premier à
commettre l’infraction principale, demeure une
infraction exigeant la preuve de la mens rea, et ce,
même si l’infraction principale est de responsabilité
stricte. Or, puisque l’appelante ne savait pas que
Flanders agissait en violation de la loi, la mens rea
n’a pas été prouvée.
[15] In any event, Martin J. found that the
appellant’s defence was valid, since the mistake
[15] À tous égards, selon le juge Martin, l’appe­
lante dispose d’une défense valable, car l’erreur
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
767
the appellant was alleging was not a pure mistake
of law, but one of mixed fact and law. That mis­
take had arisen not only from a misinterpreta­
tion of the applicable law, but also from the fact
that the AMF’s silence following the letter of
June 10, 2005 had been interpreted as a confir­mation
that the contemplated transactions were lawful.
qu’elle invoque n’est pas une pure erreur de droit,
mais plutôt une erreur mixte de fait et de droit.
Cette erreur découle non seulement d’une mau­
vaise interprétation du droit applicable, mais aussi
du fait que le silence de l’AMF, après la lettre du
10 juin 2005, a été interprété comme une con­
firmation de la légalité des opérations commerciales
envisagées.
[16] The Court of Appeal granted the AMF
leave to appeal under art. 291 of the Code of
Penal Procedure, R.S.Q., c. C-25.1, on the
following question of law (2012 QCCA 13
(CanLII)): Did the Superior Court judge err in
law by imposing on the AMF a burden of prov­
ing a specific mens rea for the offence provided
for in s. 482 of the ADFPS?
[16] La Cour d’appel du Québec autorise l’AMF,
en vertu de l’art. 291 du Code de procédure pénale,
L.R.Q., ch. C-25.1, à se pourvoir sur la question
de droit suivante (2012 QCCA 13, [2012] R.J.Q.
111) : le juge de la Cour supérieure a-t-il erré en
droit en imposant à l’AMF un fardeau de prouver
la mens rea spécifique pour l’infraction édictée à
l’art. 482 de la LDPSF?
[17] The Court of Appeal, in reasons written by
Kasirer and Cournoyer JJ.A., allowed the AMF’s
appeal and restored the convictions. The majority
found that the offence in this case is one of strict
liability and that the actus reus of the offence had
been proved beyond a reasonable doubt: the ap­
pellant had never maintained that Flanders had
distributed the insurance products in question
without its authorization, and this was sufficient
to establish the actus reus. Moreover, the due
dili­gence defence was not available in this case,
because the mistake being relied on was one of
law and because having exercised due diligence
in inquiring into the applicable law is not a valid
defence in either a criminal or a regulatory con­
text. Finally, the AMF’s failure to reply to the
appellant’s letter of June 10, 2005 did not trans­
form that mistake of law into one of mixed fact
and law.
[17] La Cour d’appel, pour les motifs exposés
par les juges Kasirer et Cournoyer, fait droit à
l’appel de l’AMF et rétablit les condamnations.
La majorité estime qu’il s’agit, en l’espèce, d’une
infraction de responsabilité stricte et que l’actus
reus de l’infraction a été prouvé hors de tout doute
raisonnable : l’appelante n’a jamais soutenu que
Flanders avait délivré les produits d’assurance en
cause sans son autorisation, laquelle est suffisante
pour établir l’actus reus. De plus, la défense
de diligence raisonnable n’est pas recevable en
l’espèce, puisque l’erreur invoquée est une erreur
de droit et que la diligence raisonnable déployée
pour s’enquérir du droit applicable n’est pas une
défense valable, tant en matière criminelle qu’en
matière réglementaire. Finalement, le défaut de
l’AMF de répondre à la lettre de l’appelante du
10 juin 2005 ne transforme pas cette erreur de droit
en erreur mixte de fait et de droit.
[18] Dalphond J.A., dissenting, would have
dismissed the AMF’s appeal and acquitted the
appellant. He agreed with the majority that the
offence provided for in s. 482 of the ADFPS is one
of strict liability. However, he also agreed with the
Superior Court that the actus reus had not been
proved, because the wording of the section required
active participation in the violation of the law. The
appellant’s [TRANSLATION] “passive acquiescence”
(para. 56) to Flanders’ transactions could not have the
[18] Le juge Dalphond, dissident, aurait pour sa
part rejeté l’appel de l’AMF et acquitté l’appelante.
À l’instar de la majorité, il conclut que l’infraction
définie à l’art. 482 de la LDPSF en est une de
responsabilité stricte. Cependant, tout comme la
Cour supérieure, il estime que l’actus reus n’a pas
été prouvé, étant donné que le texte de l’infraction
exige une participation active à la violation de la
loi. Or, l’« acquiescement passif » (par. 56) de
l’appelante aux opérations de Flanders ne pouvait
768
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
effect of “helping” or “inducing” Flanders to com­
mit such a violation. According to Dalphond J.A.,
even if the actus reus had been established, the
appellant had to be acquitted, because it had exer­
cised due diligence by [TRANSLATION] “actively
[seeking] to comply with the law” (para. 68).
avoir pour effet d’« aider » ou d’« amener » cette
dernière à commettre une telle violation. Selon le
juge Dalphond, même si l’actus reus avait été établi,
l’appelante devait être acquittée, parce qu’elle avait
fait montre en l’occurrence de diligence raisonnable
en « cherch[ant] activement à se conformer à la
loi » (par. 68).
[19] More specifically, Dalphond J.A. noted that
the appellant had reviewed how its product was dis­
tributed and how the product was treated in the
other provinces of Canada. It had sought infor­
mation from Flanders and obtained legal advice
to the effect that the transactions in question were
lawful. Dalphond J.A. expressed the opinion that
the defence of due diligence was available in this
case because the appellant’s mistake was the result
not only of an erroneous interpretation of the law,
but [TRANSLATION] “also of a set of concurrent facts
leading La Souveraine to believe that this inter­
pretation was well founded” (para. 76). These facts,
in his view, included in particular the complexity of
the transactions at issue, the fact that the insurance
premiums and indemnities were payable outside
Quebec, the fact that the coverage concerned only
assets belonging to GE, the reassurance given by
Flanders and its lawyers that the transactions were
lawful and, finally, the AMF’s silence following the
appellant’s explanatory letter of June 10, 2005.
[19] Plus particulièrement, le juge Dalphond note
que l’appelante a analysé le processus de distri­
bution de son produit et considéré le traitement de
ce dernier dans les autres provinces canadiennes.
Elle s’est informée auprès de Flanders et a obtenu
des avis juridiques selon lesquels les opérations
commerciales en cause respectaient la loi. Il est
d’avis que la défense de diligence raisonnable était
recevable en l’espèce, puisque l’erreur de l’appe­
lante résultait non seulement d’une interprétation
erronée de la loi, mais « aussi d’un ensemble de faits
concomitants qui laissaient croire à La Souveraine
que cette interprétation était bien fondée » (par. 76).
Parmi ces faits, le juge Dalphond retient notam­
ment la complexité des opérations commerciales
en cause, le fait que les primes d’assurance et les
indemnités étaient payables hors du Québec, le
fait aussi que la couverture ne visait que des biens
appartenant à GE, les réassurances données par
Flanders et ses avocats sur la légalité des opérations
commerciales et, finalement, le silence de l’AMF
à la suite de la lettre explicative de l’appelante du
10 juin 2005.
III. Issues
III. Questions en litige
[20] The appellant submits, first, that the Court of
Appeal lacked jurisdiction to set aside the Superior
Court’s judgment of acquittal, because leave had
not been granted to appeal the conclusion in that
judgment that the actus reus had not been proved in
this case. It argues that the appeal was limited to the
question whether the offence provided for in s. 482
of the ADFPS requires proof of mens rea.
[20] Dans un premier temps, l’appelante soutient
que la Cour d’appel n’avait pas compétence pour
annuler le jugement d’acquittement rendu par la
Cour supérieure, en l’absence d’une autorisation à
se pourvoir contre la conclusion du jugement de la
Cour supérieure selon laquelle la preuve de l’actus
reus était absente en l’espèce. L’appel, plaide-t-elle,
était limité à la question de savoir si l’infraction
prévue à l’art. 482 de la LDPSF exigeait la preuve
de la mens rea.
[21] The appellant further submits that the of­
fence in question is one that requires proof of a
guilty mind. It argues that, at common law, mens [21] Dans un deuxième temps, l’appelante sou­
tient que l’infraction en cause fait partie de celles
qui exigent la preuve d’une intention coupable.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
769
rea is always required where the offence involves
secondary penal liability. In the alternative, if this
Court characterizes the offence as one of strict lia­
bility, the appellant submits that the actus reus of
the offence has not been proved. Finally, it argues
that the due diligence defence was available given
that it had, at the very most, made only a reasonable
mistake of law.
Elle plaide que, suivant la common law, la mens
rea est toujours requise dans les cas où l’infraction
entraîne une responsabilité pénale secondaire. Sub­
sidiairement, si notre Cour qualifie l’infraction en
cause de responsabilité stricte, l’appelante soutient
que l’actus reus de l’infraction n’a pas été prouvé.
Finalement, elle affirme que la défense de diligence
raisonnable était recevable car elle n’a commis,
tout au plus, qu’une erreur de droit raisonnable en
l’espèce.
[22] The AMF takes the position that the offence
provided for in s. 482 of the ADFPS is one of strict
liability for which the actus reus has been proved
beyond a reasonable doubt. It adds that the appel­
lant’s mistake in this case was purely one of law and
that a defence cannot be based on such a mistake.
[22] L’AMF pour sa part est d’avis que l’infrac­
tion définie à l’art. 482 de la LDPSF en est une de
responsabilité stricte dont l’actus reus a été prouvé
hors de tout doute raisonnable. De plus, elle affirme
que l’appelante a commis une pure erreur de droit
en l’espèce, ce qui ne peut fonder un moyen de
défense.
[23] I will begin by discussing the preliminary is­
sue of the Court of Appeal’s jurisdiction before turn­
ing to the four main issues raised by this appeal. The
first of those issues concerns the nature of the of­
fence provided for in s. 482 of the ADFPS in light of
the three categories recognized since R. v. City of Sault
Ste. Marie, [1978] 2 S.C.R. 1299: offences requiring
proof of mens rea, strict liability offences and absolute
liability offences. The second issue relates to the con­­
tent of the actus reus of the offence at issue and
whether that element was proved beyond a reason­
able doubt. The third issue concerns the content of
the due diligence defence and whether that defence
was available in this case. The final issue is whether a
defence based on a reasonable mistake of law should
be accepted.
[23] Je vais d’abord traiter de la question pré­li­
minaire de la compétence de la Cour d’appel pour
examiner par la suite les quatre questions princi­
pales soulevées par ce pourvoi. Premièrement, je
m’inter­rogerai sur la nature de l’infraction définie
à l’art. 482 de la LDPSF au regard des trois caté­
go­ries recon­nues depuis l’arrêt R. c. Ville de Sault
Ste-Marie, [1978] 2 R.C.S. 1299 : les infractions
exigeant la preuve de la mens rea, les infractions
de responsabilité stricte et les infractions de res­
ponsabilité absolue. Deuxièmement, j’étudierai
le contenu de l’élément matériel de l’infraction
en cause et je déterminerai s’il a été prouvé hors
de tout doute raisonnable. Troisièmement, je me
pencherai sur le contenu de la défense de diligence
raisonnable et déciderai si, en l’espèce, elle était
recevable. Finalement, j’examinerai la question de
l’opportunité de reconnaître une défense fondée sur
une erreur de droit raisonnable.
IV. Analysis
IV. Analyse
A. Jurisdiction of the Court of Appeal
A. La compétence de la Cour d’appel
[24] I find that the Court of Appeal was right
to review the Superior Court’s conclusions with
regard to both mens rea and the actus reus. In R. v.
Keegstra, [1995] 2 S.C.R. 381, this Court consid­
ered the arguments that may be raised on appeal
in criminal cases. On the subject of appeals for
[24] Je considère que la Cour d’appel a eu rai­
son de traiter des conclusions de la Cour supérieure
tant en ce qui concerne la mens rea que l’actus
reus. Dans l’arrêt R. c. Keegstra, [1995] 2 R.C.S.
381, notre Cour s’est penchée sur les arguments
qui peuvent être avancés en appel en matière
770
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
[2013] 3 S.C.R.
Wagner J.
which leave to appeal has been granted, Lamer C.J.
began by laying down a general rule (para. 28), but
af­ter doing so, he added some significant quali­
fications (paras. 29 and 31):
crimi­nelle. Au sujet des pourvois formés à la suite
d’une autorisation d’en appeler, le juge en chef
Lamer a, d’abord, posé la règle générale (par. 28), pour ensuite apporter des nuances significatives
(par. 29 et 31) :
. . . the Court may choose to grant leave on restricted
grounds or at large. Restricting the leave granted to spe­
cific issues constrains the arguments which may be raised
by appellants. The arguments which may be raised by re­
spondents are not affected by an order granting leave on
narrow grounds. . . .
. . . la Cour peut choisir d’accorder soit une auto­
risation restreinte à certains moyens, soit une autorisation
générale. Restreindre l’autorisation à des questions pré­
cises revient à dicter les arguments que peuvent avancer
des parties appelantes. Une ordonnance qui accorde une
autorisation restreinte à certains moyens ne change rien
aux arguments qui peuvent être avancés par des parties
intimées. . .
Leave granted under the Criminal Code provisions
differs from leave granted under s. 40 of the Supreme
Court Act in civil matters. While appeal routes in civil
cases are not at issue in this motion, it is useful to clarify
that the decision in Idziak v. Canada (Minister of Justice),
[1992] 3 S.C.R. 631, is not relevant to criminal appeals.
In Idziak, leave was granted on one ground only and both
parties were restricted in their argument to addressing
that ground. In civil matters, leave to appeal may be
sought with respect to any finding adverse to the party
in question. The number of such findings in a civil case
is nearly always much greater than in a criminal case.
Accordingly, as a matter of policy, when restricted leave
is granted in civil cases, the respondent will normally be
limited to arguing those issues set out by the Court in its
order granting leave. . . .
L’autorisation accordée en vertu des dispositions
du Code criminel diffère de celle accordée en vertu
de l’art. 40 de la Loi sur la Cour suprême en matière
civile. Bien que les moyens d’appel dans les affaires
civiles ne soient pas en cause dans la présente requête,
il est utile de préciser que l’arrêt Idziak c. Canada
(Ministre de la Justice), [1992] 3 R.C.S. 631, n’est pas
pertinent quant aux appels en matière criminelle. Dans
l’arrêt Idziak, l’autorisation n’a été accordée que pour
un seul moyen et, dans leurs plaidoiries, les deux par­
ties ont dû se contenter de ne débattre que ce moyen.
En matière civile, l’autorisation de pourvoi peut
être demandée pour toute conclusion défavorable à la
par­tie requérante. De telles conclusions sont presque
toujours beaucoup plus nombreuses en matière civile
qu’en matière criminelle. Pour cette raison, en principe,
lorsqu’une autorisation restreinte est accordée dans
une affaire civile, l’intimé ne pourra normalement débat­
tre que les questions énoncées par la Cour dans son ordon­
nance accordant l’autorisation. . .
. . .
. . . in some cases, two issues which may have been
discussed separately at the court of appeal will be so
inextricably linked as to form two aspects of the same
question of law. In this case, an appellant who has a
narrow right of appeal based on a dissent, or who has
been granted leave to appeal on restricted grounds, will
be able to address all aspects of the question, even if
the court of appeal treated the different aspects sepa­
rately. One example of this intertwining is the question
of whether a particular error of law is so serious that it
justifies setting aside the trial verdict. The provisions for
taking account of the severity of errors (s. 686(1)(b)(iii)
in the case of convictions, and the threshold set out in
Vézeau v. The Queen, [1977] 2 S.C.R. 277, in the case
.
.
.
. . . dans certains cas, deux questions qui peuvent
avoir été débattues séparément en cour d’appel seront si
inextricablement liées qu’elles formeront deux aspects
d’une même question de droit. Dans ce cas, la partie
appelante qui jouit d’un droit d’appel restreint fondé
sur une dissidence, ou qui a obtenu l’autorisation de
se pourvoir relativement à certains moyens seulement,
pourra aborder tous les aspects de la question, même si
la cour d’appel les a traités séparément. On peut cons­
tater l’existence de cette relation étroite dans la ques­
tion de savoir si une erreur de droit donnée est grave au
point de justifier l’annulation du verdict prononcé au
procès. Les dispositions relatives à la prise en compte
de la gravité des erreurs (le sous-al. 686(1)b)(iii) dans
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
771
of acquittals) will always be intertwined with any error
of law considered by this Court. [Emphasis added;
paras. 28-31.]
le cas de déclarations de culpabilité, et le critère établi
dans Vézeau c. La Reine, [1977] 2 R.C.S. 277, dans le
cas d’acquittements) seront toujours étroitement liées à
toute erreur de droit considérée par notre Cour. [Je
souligne; par. 28-31.]
[25] Although these principles were formulated in
relation to a criminal offence, they are also relevant
in the context of regulatory offences.
[25] Bien qu’ils soient formulés au sujet d’une
infraction criminelle, ces enseignements sont éga­
lement pertinents dans le contexte d’une infraction
réglementaire.
[26] In the instant case, Martin J. of the Superior
Court found on the basis of his interpretation of the
words “helps” and “induces” used in s. 482 of the
ADFPS that there was no proof with respect to the
actus reus or to mens rea (para. 140):
[26] Dans le présent dossier, le juge Martin de la
Cour supérieure en est arrivé à la conclusion qu’il y
avait absence de preuve concernant l’actus reus et
la mens rea compte tenu de son interprétation des
mots « aide » et « amène » du texte de l’art. 482 de
la LDPSF (par. 140) :
The operative words of “aiding” and “inducing” are
however of prime importance in the resolution of this
matter. The role that they play in relation to the culpa­
bility of the appellant is pivotal. In my view, these words
indicate the requirement for some sort of voluntary action
on the part of the accused as an essential element of the
offence and secondly they also invest the offence with a
mens rea component.
[TRADUCTION] Les termes pertinents — « aide »
et « amène » — revêtent toutefois une importance
primordiale pour trancher la présente affaire. Ils jouent
un rôle décisif quant à la culpabilité de l’appelante. À
mon sens, ces termes ont pour effet d’exiger, en tant
qu’élément essentiel de l’infraction, une certaine forme
d’acte volontaire de la part de l’accusé, en plus d’intégrer
à l’infraction une composante de mens rea.
[27] It can be seen from Martin J.’s reasons that
his interpretation of the content of the actus reus and
his finding that there was no proof in this re­gard
flowed directly from his reasoning with re­spect to
mens rea, as all these elements are inextricably
linked. In his opinion, the authorization the appel­
lant had given its broker to distribute insurance prod­
ucts on its behalf was not sufficient to constitute the
wilful act required to prove the offence. However,
that authorization had clearly had the effect of
inducing the broker to commit the offence. This
means that the judge had to assume that the offence
has a mens rea component, namely acting with a
certain goal, or “for the purpose” of helping or in­
ducing a third party, the appellant’s broker in this
case, to perform a certain action. In other words,
had it not been for his conclusion that proof of
mens rea was required, Martin J. would not have
arrived at the same interpretation of the content
of the actus reus, and the ratio decidendi of his
judgment would have been different (Vézeau v.
The Queen, [1977] 2 S.C.R. 277). The Court of
Appeal therefore had jurisdiction to decide the
[27] Il ressort de la lecture des motifs du juge
Martin que son interprétation du contenu de l’actus
reus, de même que sa conclusion quant à l’absence
de preuve à cet égard, découlent directement de
son raisonnement au sujet de la mens rea, le tout
étant inextricablement lié. De l’avis du juge, l’auto­
risation accordée par l’appelante à son courtier
de distribuer des produits d’assurance en son
nom n’était pas suffisante pour constituer l’acte
volontaire requis pour établir l’infraction. Or,
l’autorisation en question a eu clairement pour effet
d’amener le courtier à commettre l’infraction. Cela
signifie que le juge a dû nécessairement présumer
de l’existence d’un élément de mens rea dans le con­
tenu de l’infraction, soit le fait d’agir dans un cer­
tain but ou « en vue » d’aider ou d’amener un tiers,
en l’occurrence le courtier de l’appelante, à poser
un certain geste. En d’autres mots, n’eut été de sa
conclusion sur l’exigence d’une mens rea, le juge
Martin n’en serait pas arrivé à la même inter­
pré­tation du contenu de l’actus reus, et le ratio
deci­dendi de son jugement aurait été autre (Vézeau
c. La Reine, [1977] 2 R.C.S. 277). La Cour d’appel
772
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
actus reus issue and set aside the acquittal he had
entered.
avait donc compétence pour trancher la question de
l’actus reus et annuler l’acquittement prononcé par
le juge Martin.
[28] Indeed, as a matter of pure logic, no other
conclusion is possible on the issue of the Court
of Appeal’s jurisdiction. If the Court of Appeal had
no legal authority to consider the actus reus issue
and this issue was res judicata, decided in favour
of the appellant, then the appeal to that court on
the issue of mens rea, for which leave was granted,
would have become moot and irrelevant. I can­
not imagine that the Court of Appeal would have
granted leave for an appeal that lacks relevance.
[28] Cette conclusion au sujet de la compétence
de la Cour d’appel s’impose également pour une
raison de pure logique. En effet, si la Cour d’appel
n’avait pas été légalement autorisée à intervenir
sur le moyen fondé sur l’actus reus et qu’il y
avait eu chose jugée sur cette question en faveur
de l’appelante, le pourvoi formé devant elle sur la
question de la mens rea, autorisé sur permission,
serait devenu théorique et dénué de tout intérêt. Je
ne peux me convaincre que la Cour d’appel aurait
ainsi autorisé un appel sans pertinence.
[29] Thus, the appellant’s arguments in this regard
are without merit and must be rejected.
[29] Les prétentions de l’appelante à cet égard
sont donc mal fondées et doivent être rejetées.
B. Nature of the Offence Provided for in
Section 482 of the ADFPS
B. La nature de l’infraction définie à l’art. 482 de
la LDPSF
[30] Section 482 of the ADFPS reads as follows:
[30] L’article 482 de la LDPSF est rédigé ainsi :
482. Every insurer that helps or, by encouragement, ad­
vice or consent or by an authorization or order, induces
a firm or an independent representative or independent
partnership through which it offers insurance products
or an executive officer, director, partner, employee or
representative of such a firm or independent partnership
to contravene any provision of this Act or the regulations
is guilty of an offence.
482. Un assureur qui aide ou, par un encouragement,
un conseil, un consentement, une autorisation ou un
ordre, amène un cabinet, ou un représentant autonome
ou une société autonome par l’entremise de qui il offre
des produits d’assurance, ou un dirigeant, administrateur,
associé, employé ou représentant de ce cabinet ou de
cette société autonome, à enfreindre une disposition de la
présente loi ou de ses règlements commet une infraction.
The same applies to any director, executive officer, em­
ployee or mandatary of an insurer.
Il en est de même de tout administrateur, dirigeant,
employé ou mandataire d’un assureur.
[31] A court inquiring into the nature of an offence
must interpret the relevant statutory provision. In
doing so, it must take account of the presumption
established by this Court that regulatory offences
are generally strict liability offences. In Lévis
(City) v. Tétreault, 2006 SCC 12, [2006] 1 S.C.R.
420, at para. 16, LeBel J. explained this as follows,
citing the presumption of statutory interpretation
articulated by this Court in Sault Ste. Marie:
[31] Afin de déterminer la nature d’une infraction,
il faut interpréter la disposition législative en cause.
Dans le cadre de cette démarche, il est important
de tenir compte de la présomption établie par notre
Cour suivant laquelle les infractions réglementaires
appartiennent en général à la catégorie des infrac­
tions de responsabilité stricte. Dans l’arrêt Lévis
(Ville) c. Tétreault, 2006 CSC 12, [2006] 1 R.C.S.
420, par. 16, le juge LeBel a donné les explications
suivantes à cet égard en rappelant la présomption
d’interprétation articulée par notre Cour dans Sault
Ste-Marie :
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
773
Classifying the offence in one of the three categories
now recognized in the case law thus becomes a question
of statutory interpretation. Dickson J. noted that regu­
latory or public welfare offences usually fall into the
category of strict liability offences rather than that of
mens rea offences. As a general rule, in accordance with
the common law rule that criminal liability ordinarily
pre­supposes the existence of fault, they are presumed to
belong to the intermediate category:
Le classement de l’infraction dans l’une des trois
catégories désormais reconnues par la jurispru­dence
devient alors une question d’interprétation législa­tive. Le
juge Dickson souligne que les infrac­tions réglementaires
ou de bien-être public se retrou­vent habituellement dans
la catégorie des infractions de responsabilité stricte,
plutôt que dans celle des infractions de mens rea. En effet,
on présume, en règle générale, qu’elles appartiennent à
la catégorie intermédiaire, pour respecter le principe de
droit reconnu par la common law selon lequel, ordinaire­
ment, l’imposition d’une responsabilité pénale sup­pose
l’existence d’une faute :
Public welfare offences would prima facie be in the
second category. They are not subject to the presumption
of full mens rea. An offence of this type would fall in
the first category only if such words as “wilfully,” “with
intent,” “knowingly,” or “intentionally” are contained in
the statutory provision creating the offence. [p. 1326]
Les infractions contre le bien-être public appartien­
nent généralement à la deuxième catégorie. Elles ne
sont pas assujetties à la présomption de mens rea
proprement dite. Une infraction de ce genre tombera
dans la pre­mière catégorie dans le seul cas où l’on
trouve des termes tels que « volontairement », « avec
l’intention de », « sciemment » ou « intentionnellement »
dans la disposition créant l’infraction. [p. 1326]
[32] I note, first, that the offence provided for
in s. 482 of the ADFPS is a regulatory offence.
Protection of the public is the underlying rationale
for such offences, which are enacted as “incidental
sanctions whose purpose is to enforce the perfor­
mance of various duties, thereby safeguarding the
general welfare of society” (City of Lévis, at para. 13,
per LeBel J.). The objective of the scheme established
by the ADFPS, which includes the offence provided
for in s. 482, is essentially to regulate the insurance
products distribution indus­try in order to protect the
public (Marston v. Autorité des marchés financiers,
2009 QCCA 2178 (CanLII), at para. 46).
[32] Je souligne d’entrée de jeu que l’infraction
créée par l’art. 482 de la LDPSF est une infraction
réglementaire. La raison d’être des infractions de
cette nature est la protection du public. Elles sont
dictées à titre de « sanctions accessoires destinées à
assurer le respect d’obligations diverses, préservant
ainsi le bien-être commun de la société » (Ville
de Lévis, par. 13, le juge LeBel). Or, l’objectif
du régime établi par la LDPSF, dont fait partie
l’infraction prévue à l’art. 482 de la LDPSF, con­
siste essentiellement à encadrer le secteur de la
distribution des produits d’assurance afin de pro­
téger le public (Marston c. Autorité des marchés
financiers, 2009 QCCA 2178 (CanLII), par. 46).
[33] Accordingly, in keeping with the presump­
tion of statutory interpretation established in Sault Ste. Marie, and in the absence of specific language
indicating a contrary intention on the legislature’s
part, the regulatory offence provided for in s. 482
of the ADFPS will be presumed to be one of strict
liability, hence one that does not require proof of
mens rea.
[33] En conséquence, suivant la présomption
d’interprétation de l’arrêt Sault Ste-Marie et
en l’absence de termes spécifiques traduisant
une intention contraire de la part du législateur,
l’infraction réglementaire définie à l’art. 482 de
la LDPSF sera présumée appartenir à la catégorie
des infractions de responsabilité stricte, lesquelles
n’exigent pas la preuve de mens rea.
[34] In the case at bar, the appellant refers to other
considerations in support of its argument that the
offence provided for in s. 482 of the ADFPS falls
into the category of mens rea offences. According
[34] En l’espèce, l’appelante évoque d’autres
con­sidérations au soutien de sa prétention sui­
vant laquelle l’infraction énoncée à l’art. 482
de la LDPSF appartiendrait à la catégorie des
774
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
to the appellant, in the case of a party liability of­
fence like the one at issue here, the common law
continues to require proof of mens rea even where
the principal offence is one of strict liability. This
is the standard of secondary penal liability, which
requires, more specifically, proof of a mens rea of
knowledge: the accomplice must have had knowl­
edge of the essential elements of the principal of­
fence and must have acted as he or she did with the
specific intent of helping or inducing the principal
offender to break the law.
infractions de mens rea. Selon l’appelante, en
cas d’infrac­tions de complicité comme celle en
cause, la preuve de mens rea demeure requise
par la common law et ce, même lorsque l’infrac­
tion principale relève de la responsabilité stricte.
Il s’agit de la norme de responsabilité pénale
secondaire qui exige plus précisément la preuve
d’une mens rea de connaissance : le complice
doit avoir connu les éléments essentiels de
l’infrac­tion principale, et avoir agi comme il l’a
fait, avec l’intention spécifique d’aider ou d’ame­
ner l’auteur principal à enfreindre la loi.
[35] In this regard, the appellant relies in par­
ticular on the judgment of the Ontario Court of
Appeal in R. v. F. W. Woolworth Co. Ltd. (1974),
3 O.R. (2d) 629, which concerned being a party
to an offence within the meaning of s. 21(1)(b) of
the Criminal Code (now R.S.C. 1985, c. C-46). In
that case, two salespersons had been convicted of
making false representations to the public about the
prices of products they were offering for sale in a
space made available to them by a Woolworth store
in exchange for a commission on sales. The issue
was whether, under s. 21 of the Criminal Code,
Woolworth should be convicted of being a party to
the same offence on the basis that it had aided the
two salespersons to commit it.
[35] À cet égard, l’appelante s’appuie notamment
sur l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario dans
R. c. F. W. Woolworth Co. Ltd. (1974), 3 O.R.
(2d) 629, où il était question de la participation
à une infraction au sens de l’al. 21(1)b) du Code
crimi­nel (maintenant L.R.C. 1985, ch. C-46). Dans
cette affaire, deux vendeurs avaient été reconnus
coupables d’avoir fait de fausses déclarations au
public au sujet du prix des produits qu’ils offraient
en vente dans l’espace mis à leur disposition, par un
magasin Woolworth, en échange d’une commission
sur les ventes. La question en litige était de savoir
si Woolworth devait, en vertu de l’art. 21 du Code
criminel, être déclarée coupable en tant que par­
ticipante à la même infraction parce qu’elle avait
aidé les deux vendeurs à la commettre.
[36] The Ontario Court of Appeal held that, to
be convicted of being a party to an offence under
s. 21 of the Criminal Code, a defendant had to have
known that the principal offender’s acts consti­
tuted an offence and to have done something for
the purpose of aiding the latter to commit that
offence. The court explained this as follows:
[36] La Cour d’appel de l’Ontario a jugé que, pour
être reconnu coupable en tant que participant à une
infraction en vertu de l’art. 21 du Code criminel,
un défendeur doit avoir su que les gestes accomplis
par l’auteur principal constituaient une infraction et
avoir agi dans le but d’aider celui-ci à commettre
cette infraction. Elle s’est exprimée ainsi :
. . . even in offences of strict liability, to hold one
guilty as an aider and abettor, the Crown had the onus
of proving knowledge on the part of the alleged aider
of the circumstances necessary to constitute the offence
which he is alleged to have aided, although it is not
required that it be proven the alleged aider knew that
those circumstances constituted an offence.
[TRADUCTION] . . . même dans le cas des infractions
de responsabilité stricte, pour faire déclarer une personne
coupable d’avoir fourni aide et encouragement, le
ministère public devait établir que la personne accusée
d’avoir fourni de l’aide était au fait des circonstances
nécessaires pour constituer l’infraction qu’on lui reproche
d’avoir aidé à commettre, sans toutefois être tenu de
prouver que cette personne savait que les circonstances
en question constituaient une infraction.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
.
.
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
.
Le juge Wagner
.
.
775
.
. . . Section 21 requires that an alleged party must
do or omit to do something for the purpose of aiding
the principal to commit the offence. That purpose must
be the purpose of the one sought to be made a party to
the offence (Sweet v. Parsley, supra) but if what is done
incidentally and innocently assists in the commission
of an offence that is not enough to involve the alleged
party whose purpose was not that of furthering the
perpetra­tion of the offence.
. . . Selon l’article 21, la personne à qui on reproche
d’avoir participé à une infraction doit accomplir une
chose ou omettre d’accomplir une chose en vue d’aider
l’auteur principal à commettre l’infraction. La fin repro­
chée doit être celle que poursuivait la personne à qui
l’on reproche d’avoir participé à l’infraction (Sweet c.
Parsley, précité), car le fait que des gestes accomplis
accessoirement et innocemment aident quelqu’un à com­
mettre une infraction ne suffit pas pour impliquer le pré­
sumé participant qui n’a pas agi en vue de favoriser la
perpétration de l’infraction.
. . . one does not render himself liable by renting or
loaning a car for some legitimate business or recreational
activity merely because the person to whom it is loaned
or rented chooses in the course of his use to transport
some stolen goods, or by renting a house for residential
purposes to a tenant who surreptitiously uses it to store
drugs. [pp. 639-40]
. . . une personne ne se rend pas coupable en louant ou
en prêtant une voiture pour des activités commerciales ou
récréatives légitimes simplement parce que la personne
à qui elle a prêté ou loué la voiture décide au cours de
l’utilisation de transporter des articles volés, ou en louant
une maison à des fins résidentielles à un locataire qui
l’utilise à son insu pour entreposer des drogues. [p. 639640]
[37] The reasoning adopted by this Court in R.
v. Briscoe, 2010 SCC 13, [2010] 1 S.C.R. 411,
per Charron J., is also relevant:
[37] Le raisonnement adopté par notre Cour dans
l’arrêt R. c. Briscoe, 2010 CSC 13, [2010] 1 R.C.S.
411, la juge Charron, est également noté :
Of course, doing or omitting to do something that
resulted in assisting another in committing a crime is
not sufficient to attract criminal liability. . . . The aider
or abettor must also have the requisite mental state or
mens rea. Specifically, in the words of s. 21(1)(b), the per­
son must have rendered the assistance for the purpose of
aiding the principal offender to commit the crime.
Évidemment, accomplir ou omettre d’accomplir une
chose qui a pour effet d’aider une autre personne à com­
mettre un crime ne suffit pas à engager la responsabilité
criminelle. [. . .] La personne qui aide ou qui encourage
doit aussi avoir l’état d’esprit requis ou la mens rea
requise. Plus précisément, aux termes de l’al. 21(1)b),
la personne doit avoir prêté assistance en vue d’aider
l’auteur principal à commettre le crime.
The mens rea requirement reflected in the word
“purpose” under s. 21(1)(b) has two components: intent
and knowledge. For the intent component, it was settled
in R. v. Hibbert, [1995] 2 S.C.R. 973, that “purpose”
in s. 21(1)(b) should be understood as essentially syn­
onymous with “intention”. The Crown must prove that
the accused intended to assist the principal in the com­
mission of the offence. . . .
L’exigence de la mens rea qui ressort de l’expression
« en vue de » à l’al. 21(1)b) comporte deux élé­
ments : l’intention et la connaissance. En ce qui concerne
l’élément d’intention, il a été établi dans R. c. Hibbert,
[1995] 2 R.C.S. 973, que l’expression « en vue de » de
l’al. 21(1)b) devrait être considérée comme étant essen­
tiellement synonyme d’« intention ». Le ministère public
doit établir que l’accusé avait l’intention d’aider l’auteur
principal à commettre l’infraction. . .
As for knowledge, in order to have the intention to
assist in the commission of an offence, the aider must
know that the perpetrator intends to commit the crime,
although he or she need not know precisely how it will
be committed. That sufficient knowledge is a prerequi­
site for intention is simply a matter of common sense.
[Emphasis in original; paras. 15-17.]
En ce qui concerne l’élément de connaissance, l’inten­
tion d’aider à commettre une infraction suppose que la
personne doit savoir que l’auteur a l’intention de commettre
le crime, bien qu’elle n’ait pas à savoir précisément la façon
dont il sera commis. Il relève tout simplement du bon sens
qu’il faut avoir une connaissance suffisante pour avoir
l’intention requise. [En italique dans l’original; par. 15-17.]
776
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
[38] With respect, I find that Woolworth and
Briscoe do not support the proposition that proof
of mens rea is required in every case of secondary
penal liability. It is true that the reasoning set
out in Woolworth and Briscoe applies where the
secondary penal liability provided for in s. 21 of
the Criminal Code is at issue. However, for the
following reasons, I find that that reasoning does
not apply in the instant case.
[38] Avec égards pour l’opinion contraire,
j’estime que les arrêts Woolworth et Briscoe
n’appuient pas la proposition selon laquelle la
preuve de la mens rea est requise dans tous les
cas de responsabilité pénale secondaire. Il est
vrai que le raisonnement formulé dans les arrêts
Woolworth et Briscoe s’applique lorsqu’il s’agit
de la responsabilité pénale secondaire prévue à
l’art. 21 du Code criminel. Cependant, pour les
motifs énumérés ci-après, je suis d’avis que ce
raisonnement n’est pas applicable en l’espèce.
[39] First of all, there is a significant differ­ence
between the wording used for the independent of­
fence provided for in s. 482 of the ADFPS and the
wording of s. 21(1)(b) of the Criminal Code, which
defines the concept of being a “party to an offence”.
Whereas the former provides that “[e]very insurer
that helps or . . . induces a firm . . . to contravene
any provision of this Act . . . is guilty of an offence”,
the latter provides that “[e]very one is a party to an
offence who . . . does or omits to do anything for the
purpose of aiding any person to commit it”.
[39] En premier lieu, il existe une différence
marquée entre le texte de l’infraction autonome
définie à l’art. 482 de la LDPSF et celui de
l’al. 21(1)b) du Code criminel qui définit un
« parti­ci­pant à une infraction ». Tandis que le pre­
mier texte édicte qu’« [u]n assureur qui aide ou
[. . .] amène un cabinet [. . .] à enfreindre une
dis­po­sition de la présente loi [. . .] commet une
infrac­tion », le second prévoit que « [participe]
à une infrac­tion [. . .] quiconque accomplit ou
omet d’accom­plir quelque chose en vue d’aider
quelqu’un à la commettre ».
[40] This difference in wording is determinative.
As this Court has pointed out, the expression “for
the purpose of” is synonymous with intention,
which is why intention and knowledge on the
accomplice’s part must be established in order to
convict him or her under s. 21(1)(b) of the Criminal
Code (R. v. Hibbert, [1995] 2 S.C.R. 973).
[40] Cette différence textuelle est dirimante.
Comme notre Cour l’a souligné, l’expression
« en vue de » est synonyme d’intention, d’où
l’obligation d’établir l’intention et la connais­
sance du complice pour conclure à sa culpabilité
en vertu de l’al. 21(1)b) du Code criminel (R. c.
Hibbert, [1995] 2 R.C.S. 973).
[41] Furthermore, in enacting the ADFPS, the
Quebec legislature, rather than establishing a sec­
ondary penal liability offence by, for example, re­
producing the words of s. 21(1)(b) of the Criminal
Code, chose to establish an independent offence in
s. 482 of the ADFPS. In Woolworth, it was clear
from the provision in question that Parliament had
taken the opposite approach:
[41] Je remarque également qu’en adoptant
la LDPSF, au lieu d’imposer une infraction de
responsabilité pénale secondaire en reprenant,
par exemple, le libellé de l’al. 21(1)b) du
Code criminel, le législateur québécois a choisi
d’édicter à l’art. 482 de la LDPSF une infraction
autonome. Dans l’arrêt Woolworth, il ressortait du
texte de loi en cause que le législateur fédéral avait
opté pour la solution contraire :
In enacting s. 33 [of the Combines Investigation Act,
R.S.C. 1970, c. C-23], Parliament had the option of
including in the Act provisions extending culpability for
the infraction of the section to those other than the actual
perpetrators in which even the Courts would have been
[TRADUCTION] Lorsque le Parlement a édicté l’art. 33
[de la Loi relative aux enquêtes sur les coa­li­tions,
L.R.C. 1970, ch. C-23], il lui était loisible d’insé­
rer dans la Loi des dispositions étendant la culpa­
bilité pour l’infraction prévue à cet article à d’autres
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
777
called upon to interpret the scope of the words used by
Parliament to convey its intention. However, instead of so
doing Parliament has chosen to rely upon the extension
by s. 21 imported into any offence created by statute.
[p. 637]
personnes que celles l’ayant effectivement commise,
et même dans ce cas, les tribunaux auraient été appe­lés
à interpréter la portée des mots employés par le légis­
lateur pour exprimer son intention. Or, plu­
tôt que
de procéder de la sorte, le législateur a choisi de s’en
remettre à l’art. 21, lequel élargit le champ d’application
de la responsabilité découlant de toute infraction créée
par la loi. [p. 637]
[42] In my opinion, the Quebec legislature’s
choice is not inconsequential. The difference be­
tween the wording of s. 21(1)(b) of the Criminal
Code and that of s. 482 of the ADFPS leads
to different conclusions as regards the char­
acterization of the offences in question. The
omission of the words “for the purpose of” from
s. 482 of the ADFPS confirms the general rule
that, unless otherwise indicated, regulatory
offences adopted to protect the public fall into
the category of strict liability offences.
[42] À mon avis, le choix du législateur québé­
cois n’est pas sans conséquence. La différence
tex­tuelle entre l’al. 21(1)b) du Code criminel et
l’art. 482 de la LDPSF entraîne des conclusions
différentes quant à la qualification des infrac­
tions en cause. L’omission d’inclure les mots « en
vue de » à l’art. 482 de la LDPSF confirme la
règle générale selon laquelle, sauf indication con­
traire, les infractions réglementaires adoptées pour
la protection du public appartiennent à la caté­
gorie des infractions de responsabilité stricte.
[43] In addition to the distinction based on the
mens rea requirement that flows from the use of the
expression “for the purpose of” in s. 21(1)(b) of the
Criminal Code and the absence of that expression
from s. 482 of the ADFPS, another more general
distinction persuades me that s. 482 of the ADFPS
is not subject to the common law rule that proof
of mens rea continues to be required for a party
liability offence even when the principal offence is
one of strict liability. This distinction is based on
the difference between a provision that establishes
an independent offence and one that establishes
a mode of participation in the commission of an
offence.
[43] En sus de la distinction fondée sur l’exigence
de la mens rea qui ressort de l’expression « en vue
de » employée à l’al. 21(1)b) du Code criminel,
laquelle est absente du texte de l’art. 482 de la
LDPSF, une autre distinction d’ordre plus général
me convainc que l’art. 482 de la LDPSF n’est pas
assujetti à la règle de common law selon laquelle
une preuve de mens rea demeure requise en cas
d’infractions de complicité, même lorsque l’infrac­
tion principale relève de la responsabilité stricte.
Cette distinction tient à la différence entre une dis­
position qui édicte une infraction autonome, d’une
part, et une disposition qui établit un mode de par­
ticipation à la commission d’une infraction, d’autre
part.
[44] In the recent case of Demers v. Autorité des
marchés financiers, 2013 QCCA 323 (CanLII), the
Quebec Court of Appeal considered a provision
that establishes a mode of participation in the com­
mission of an offence rather than an independent
offence, namely s. 208 of the Securities Act, R.S.Q.,
c. V-1.1 (“SA”), which reads as follows:
[44] La Cour d’appel du Québec, dans l’arrêt
Demers c. Autorité des marchés financiers, 2013
QCCA 323 (CanLII), s’est prononcée récemment
sur une disposition qui établit un mode de
participation à la commission d’une infraction
plutôt qu’une infraction autonome. Il s’agit de
l’art. 208 de la Loi sur les valeurs mobilières,
L.R.Q., ch. V-1.1 (« LVM »), qui se lit comme suit :
208. Every person who, by act or omission, aids a per­
son in the commission of an offence is guilty of the of­
fence as if he had committed it himself. He is liable to the
208. Celui qui, par son acte ou son omission, aide
quelqu’un à commettre une infraction est coupable de
cette infraction comme s’il l’avait commise lui-même.
778
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
pen­alties provided in section 202, 204 or 204.1 according
to the nature of the offence.
Il est passible des peines prévues à l’article 202, 204
ou 204.1 selon les infractions en cause.
The same rule applies to a person who, by incitation,
counsel or order induces a person to commit an offence.
La même règle s’applique à celui qui, par des
encouragements, des conseils ou des ordres, amène
quelqu’un à commettre une infraction.
[45] In light of its decision in the case at bar,
the Court of Appeal could have held in Demers
that s. 208 of the SA establishes a strict liability
offence. That conclusion would have been based
on the fact that, like s. 482 of the ADFPS and un­
like s. 21(1)(b) of the Criminal Code, s. 208 of the
SA does not require proof of a specific mens rea.
[45] Compte tenu de son arrêt dans la présente
affaire, la Cour d’appel aurait pu conclure dans
Demers que l’art. 208 de la LVM édicte une
infraction de responsabilité stricte. Une telle
conclusion aurait pu s’imposer au motif qu’à l’ins­
tar de l’art. 482 de la LDPSF, l’art. 208 de la LVM
n’exige pas la preuve d’une mens rea spécifique,
contrairement à l’al. 21(1)b) du Code criminel.
[46] But the Court of Appeal rejected that argu­
ment and held that it did not have to rule on the
nature of the offence provided for in s. 208 of the
SA. Because the evidence in the record was suf­
ficient to establish beyond a reasonable doubt
that the person in question had the specific intent
“[to aid] a person in the commission of an offence”
within the meaning of that provision, a conviction
was warranted. The Court of Appeal nonetheless
took the time to note that an important distinction
had to be drawn between the offence provided for
in s. 208 of the SA and the one at issue in the in­
stant case (Demers, at paras. 54-56):
[46] Or, la Cour d’appel a rejeté cet argument
et en est arrivée à la conclusion qu’elle n’avait
pas à statuer sur la nature de l’infraction définie
à l’art. 208 de la LVM. En fait, puisque la preuve
au dossier était suffisante pour établir hors de
tout doute raisonnable l’intention spécifique de la
partie en cause d’« aide[r] quelqu’un à commettre
une infraction » au sens de cette disposition, une
déclaration de culpabilité était justifiée. Néan­
moins, la Cour d’appel a pris la peine de souligner
qu’il y avait une distinction importante à faire entre
l’infraction définie à l’art. 208 de la LVM et celle
dont il est question dans la présente affaire (Demers,
par. 54-56) :
[ TRANSLATION] Unlike section 482 [ADFPS],
section 208 SA provides for a mode of partic­ipation
rather than an independent offence. In this sense,
section 208 SA is more similar to section 21(1)(b) Cr.C.
than to the provision at issue in La Souveraine.
Contrairement à l’article 482 [LDPSF], l’article
208 LVM édicte un mode de participation et non une
infraction autonome. L’article 208 LVM est plus proche,
en ce sens, de l’article 21(1)b) C.cr. que de la disposition
visée dans La Souveraine.
It should be noted that according to section 208 SA,
an accomplice is guilty of the offence committed by the
principal offender “as if he had committed it himself/
comme s’il l’avait commise lui-même”. Section 482
[ADFPS], on the other hand, provides that an insurer that
acts in the contemplated manner is guilty of “an offence/
une infraction” that is distinct from the one committed
by the principal offender. Thus, section 208 is merely a
mode of participation . . . and not a separate “offence”.
On notera que l’article 208 LVM précise que le
complice est coupable de l’infraction commise par
l’acteur principal « comme s’il l’avait commise luimême/as if he had committed it himself ». En revanche,
l’article 482 [LDPSF] prévoit que l’assureur qui se livre
au comportement visé est coupable d’« une infraction/
an offence », infraction distincte de celle commise par
l’acteur principal. L’article 208 est donc un simple mode
de participation [. . .] et non d’une « infraction » en ellemême.
It should also be noted that the [ADFPS] includes
a provision — section 491 [ADFPS] — that is practi­
cally identical to section 208 SA. Like section 208 SA,
it de­fines a mode of participation which renders an
Notons, de plus, que la [LDPSF] comporte une dis­
position pratiquement identique à celle prévue à l’article
208 LVM — l’article 491 [LDPSF]. Comme le fait l’article
208 LVM, cet article définit un mode de participation qui
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
779
accomplice guilty of the same offence as the principal
offender “as if the person had committed it himself/
comme s’il l’avait commise lui-même”. This section,
which parallels section 208 SA, was not raised in
La Souveraine as a basis for the insurer’s liability. The
differences between section 208 SA and section 482
[ADFPS] suffice for me to conclude that this Court’s
decision in La Souveraine cannot serve as a precedent
in the case at bar.
rend le complice coupable de la même infraction que le
contrevenant principal, « comme s’il l’avait commise
lui-même/as if the person had committed it himself ».
Ce dernier texte, cousin de l’article 208 LVM, n’a nul­
lement été soulevé dans La Souveraine pour fonder la
responsabilité de l’assureur. Les différences entre l’article
208 LVM et l’article 482 [LDPSF] suffisent pour conclure
que l’arrêt de cette Cour dans La Souveraine ne peut servir
de précédent dans la présente affaire.
[47] In sum, s. 482 of the ADFPS, which creates
a separate offence, differs from ss. 208 of the SA
and 491 of the ADFPS, which create modes of
participation more similar to those established
in s. 21(1)(b) of the Criminal Code (see also the
reasons of the Court of Appeal, at paras. 41-44, per
Dalphond J.A., dissenting but not on this issue).
It follows that the offence provided for in s. 482
of the ADFPS need not be subject to the common
law rule that proof of mens rea continues to be
required for party liability offences.
[47] En somme, le texte de l’art. 482 de la LDPSF,
en créant une infraction distincte, se démarque de
celui des art. 208 de la LVM et 491 de la LDPSF,
lesquels créent des modes de participation qui res­
semblent davantage à ce qu’édicte l’al. 21(1)b)
du Code criminel (voir aussi les motifs de la Cour
d’appel, par. 41-44, le juge Dalphond, dissident, mais
pas sur cette question). Il s’ensuit que l’infraction
définie à l’art. 482 de la LDPSF n’a pas à être assu­
jettie à la règle de common law selon laquelle la
preuve de mens rea demeure requise en cas d’infrac­
tions de complicité.
[48] Before concluding on this issue, I will add
a few observations about the comment made by the
Ontario Court of Appeal in Woolworth that a person
does not incur liability by loaning or renting a car
for some legitimate activity merely because the
person to whom it is loaned or rented chooses to
use it to transport stolen goods, or by renting a
house for residential purposes to a tenant who
surreptitiously uses it to store drugs.
[48] Avant de conclure sur cette question, j’ajou­
terai quelques observations au sujet de l’affir­
mation de la Cour d’appel de l’Ontario dans
l’affaire Woolworth selon laquelle une personne
n’engage pas sa responsabilité en prêtant ou
lou­ant une voiture pour des activités légitimes,
du seul fait que la personne à qui elle a prêté ou
loué la voiture décide, au cours de son utilisa­
tion, de trans­porter des biens volés, ou encore en
louant une maison à des fins résidentielles à un
loca­taire qui l’utilise à son insu pour y entreposer
des drogues.
[49] I agree with that comment in the criminal
context and am of the opinion that s. 21(1)(b) of
the Criminal Code addresses these concerns by
requiring proof of mens rea. However, I consider
the situation to be quite different in the context
of regulatory offences. Those who engage in regu­
lated activities agree in advance to adhere to strict
standards, and they accept that they will be rigor­
ously held to those standards, which are typical of
such spheres of activity. It is therefore not surprising
in the regulatory context to find strict liability
of­fences that encompass forms of secondary penal
liability for the ultimate purpose of vigilantly
[49] Je reconnais le bien-fondé de ces propos en
matière criminelle et je suis d’avis qu’en exigeant
la preuve de la mens rea, l’al. 21(1)b) du Code
criminel répond à ces préoccupations. Néanmoins,
j’estime que la situation est tout autre en matière
d’infractions réglementaires. Les personnes qui
exercent des activités réglementées acceptent au
préalable de se soumettre à des normes strictes, et
elles reconnaissent qu’elles seront rigoureusement
tenues de respecter ces normes, typiques de telles
sphères d’activités. Dès lors, il n’est pas surprenant,
en droit réglementaire, d’être en présence d’infrac­
tions de responsabilité stricte qui englobent des
780
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
en­suring compliance with a regulatory framework
es­tablished to protect the general public.
formes de responsabilité pénale secondaire dans
l’ultime but d’assurer avec vigilance le respect d’un
cadre réglementaire établi afin de protéger le public
en général.
[50] For these reasons, I conclude that the offence
provided for in s. 482 of the ADFPS is one of strict
liability and that it was not necessary to prove that
the appellant knew its broker intended to break
the law or that the former had the specific intent of
helping or inducing the latter to do so. Proof that
the appellant’s actions in fact helped or induced
its broker to contravene s. 71 of the ADFPS by
distributing insurance products without holding
the required licences is sufficient to convict the
appellant.
[50] Pour ces motifs, je conclus que l’infraction
définie à l’art. 482 de la LDPSF participe des
infractions de responsabilité stricte et qu’il n’était
pas nécessaire de prouver que l’appelante savait que
son courtier entendait enfreindre la loi ou encore
qu’elle avait l’intention spécifique de l’aider ou de
l’amener à le faire. La preuve que les gestes posés
par l’appelante ont, dans les faits, aidé ou amené
son courtier à contrevenir à l’art. 71 de la LDPSF
en délivrant des produits d’assurance sans détenir
les permis requis est suffisante pour entraîner sa
culpabilité.
C. Content and Proof of the Actus Reus
C. Le contenu et la preuve de l’actus reus
[51] The appellant argues that the actus reus of
the offence provided for in s. 482 of the ADFPS,
which it describes as an offence [TRANSLATION]
“in the form of incitement to break the law” in
light of the use of the words “help” and “induce”
in that section, requires proof that the defendant
“recommended or suggested the commission of
an offence to someone”. In the appellant’s view,
this implies “a real action on the defendant’s part
and not simply passive acquiescence or a laissezfaire attitude” (A.F., at paras. 37-39). In this case,
the appellant submits, the “real action” required
to convict has not been established, since all it did
was passively acquiesce to the offence, committed
by its broker, of issuing the individual insurance
certificates to the Quebec dealerships without the
required licences.
[51] L’appelante avance que l’actus reus de l’infrac­
tion prévue à l’art. 482 de la LDPSF, qu’elle qualifie
d’infraction « prenant la forme d’une incitation à
violer la loi » compte tenu des termes « aider » et
« amener » qui s’y trouvent, exige la preuve que le
défendeur a « recommandé ou suggéré à quelqu’un
de commettre une infraction ». Cela suppose, toujours
selon l’appelante, l’existence d’« une conduite posi­
tive de la part du défendeur et non simplement un
acquiescement passif ou une attitude de laisser-faire
de sa part » (m.a., par. 37-39). L’appelante soumet
qu’en l’espèce, la « conduite positive » requise pour
les fins d’une condamnation n’a pas été établie,
puisqu’elle a simplement acquiescé passivement à
l’infraction commise par son courtier, à savoir la déli­
vrance sans les permis requis des certificats d’assu­
rance individuels aux concessionnaires québécois.
[52] This argument must fail. I agree with the
majority of the Court of Appeal on this point: the
appellant helped Flanders commit the offence
provided for in s. 71 of the ADFPS by authorizing
or consenting to the issuance of the individual in­
surance certificates to the Quebec dealerships. The
evidence shows that the appellant was aware that
the insured property was located in Quebec. It was
also aware no later than June 10, 2005 of the list of
Quebec dealerships that were participants under the
master policy issued to GE, since that was when it
[52] Cet argument est voué à l’échec. Je partage
l’opinion de la majorité de la Cour d’appel sur ce
point : l’appelante a aidé Flanders à commettre
l’infrac­tion prévue à l’art. 71 de la LDPSF en
donnant son autorisation ou son consentement à la
délivrance des certificats d’assurance individuels
aux concessionnaires québécois. La preuve démon­
tre que l’appelante était consciente que les biens
assurés étaient situés au Québec. Elle connaissait la
liste des concessionnaires québécois qui ont adhéré
à la police-cadre d’assurance délivrée à GE au plus
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
781
gave the list to the AMF. Thus, Flanders did not issue
the individual insurance certificates to the Quebec
dealerships without the appellant’s knowledge, and
the appellant did not object to its insurance products
being so distributed. The appellant’s conduct was
therefore not, strictly speaking, passive. On the con­
trary, it had the effect of provoking a violation of
the law, which means that the actus reus of the
offence has been established beyond a reasonable
doubt.
tard le 10 juin 2005, car elle l’avait communiquée
à l’AMF à ce moment. Flanders n’a donc pas émis
les certificats d’assurance individuels aux conces­
sionnaires québécois à l’insu de l’appelante, et cette
dernière ne s’est jamais opposée à ce que ses produits
d’assurance soient ainsi délivrés. En conséquence,
la conduite de l’appelante n’était pas stricto sensu
passive. Au contraire, cette conduite a eu l’effet de
provoquer une violation de la loi et, partant, l’élément
matériel de l’infraction a été établi hors de tout doute
raisonnable.
[53] I should reiterate that the legislature has,
in setting out that actus reus, provided that it can
consist “[of] encouragement, advice or consent or
[of] an authorization or order”. In my view, the
appellant’s failure to object in a timely manner to
the proposed issuance of the individual insurance
certificates by Flanders constituted consent and/
or authorization within the meaning of the statute.
Its conduct helped and/or induced Flanders to
contravene s. 71 of the ADFPS. This is sufficient to
establish the actus reus of the offence provided for
in s. 482 of the ADFPS.
[53] Il importe de rappeler qu’en décrivant cet élé­
ment matériel, le législateur précise que celui-ci peut
se traduire « par un encouragement, un conseil, un
consentement, une autorisation ou un ordre ». À mes
yeux, le défaut de l’appelante de s’opposer en temps
utile au plan de délivrance des certificats d’assurance
individuels par Flanders constitue un consentement
et/ou une autorisation au sens de la loi. Ce faisant,
elle a aidé et/ou amené Flanders à enfreindre les
dispositions de l’art. 71 de la LDPSF. Cela suffit
pour établir l’actus reus de l’infraction définie à
l’art. 482 de la LDPSF.
[54] The appellant raised an additional argument
at the hearing: the actus reus was not established in
this case, because the appellant had been unaware
that Flanders did not hold the licenses the broker
was required to hold in order to distribute the in­
surance products in question. It submitted that its
unawareness of that fact implied that it had not
acted wilfully. In my opinion, the appellant’s claim
that it was unaware of the situation is not supported
by the evidence. Its argument based on this claim
is therefore of no assistance to it, and I accordingly
do not need to consider this argument that the wil­
fulness required for the actus reus of the offence
was absent.
[54] À l’audience, l’appelante a invoqué un argu­
ment supplémentaire suivant lequel l’actus reus
n’avait pas été établi en l’espèce vu que l’appelante
ignorait que Flanders ne détenait pas les permis
requis afin de délivrer les produits d’assurance en
cause. Selon l’appelante, son ignorance de ce fait
signifie que sa conduite n’était pas volontaire. Je
suis d’avis que la prétention de l’appelante quant
à son ignorance de la situation n’est pas appuyée
par la preuve. Pour cette raison, son argument fondé
sur cette prétention ne lui est d’aucun secours et
je n’ai donc pas à examiner cet argument relatif à
l’absence du caractère volontaire de l’élément maté­
riel de l’infraction.
[55] As I mentioned above, the offence provided
for in s. 482 of the ADFPS is one of strict liability.
Once the actus reus has been proved beyond a rea­
sonable doubt, the defendant can avoid liability
only by showing that it acted with due diligence. It
must therefore be asked whether the due diligence
defence was available and, if so, whether the
appellant discharged its burden of proof in this
regard.
[55] Je réitère que l’infraction définie à l’art. 482
de la LDPSF constitue une infraction de respon­
sabilité stricte. Une fois l’actus reus prouvé hors
de tout doute raisonnable, le défendeur ne peut
écarter sa responsabilité qu’en démontrant qu’il
a agi avec diligence raisonnable. Il convient donc
de se demander si la défense de diligence raison­nable
était recevable et, le cas échéant, si l’appe­lante s’est
acquittée de son fardeau de preuve à cet égard.
782
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
D. Due Diligence Defence
D. La défense de diligence raisonnable
[56] The due diligence defence is available if the
defendant reasonably believed in a mistaken set
of facts that, if true, would have rendered his or
her act or omission innocent. A defendant can
also avoid liability by showing that he or she took
all reasonable steps to avoid the particular event
(Sault Ste. Marie, at p. 1326). The defence of due
diligence is based on an objective standard: it
requires consideration of what a reasonable person
would have done in similar circumstances.
[56] La défense de diligence raisonnable
est recevable si le défendeur croyait pour des
motifs raisonnables à un état de faits inexistant
qui, s’il avait existé, aurait rendu l’acte ou l’omis­
sion innocent. De plus, le défendeur qui démontre
qu’il a pris toutes les précautions raisonnables
pour éviter que l’événement en question ne se
produise pourra échapper à la responsabilité
(Sault Ste-Marie, p. 1326). La défense de dili­
gence raisonnable est assujettie à une norme
objective et elle suppose l’examen de l’attitude
d’une personne raisonnable placée en pareilles
circonstances.
[57] However, this defence will not be available
if the defendant relies solely on a mistake of law
to explain the commission of the offence. Under
Canadian law, a mistake of law can ground a
valid defence only if the mistake was an officially
induced error and if the conditions laid down in R.
v. Jorgensen, [1995] 4 S.C.R. 55, with respect to the
application of such a defence are met. A defendant
can therefore gain nothing by showing that it made
a reasonable effort to know the law or that it acted
in good faith in ignorance of the law, since such
evidence cannot exempt it from liability.
[57] Cette défense ne sera cependant pas rece­
vable si le défendeur n’invoque qu’une erreur de
droit pour expliquer la commission de l’infraction.
En droit canadien, l’erreur de droit ne peut servir
à fonder une défense valable que si elle a été
provoquée par une personne en autorité et si les
conditions limitant l’application de cette défense
énoncée dans l’arrêt R. c. Jorgensen, [1995] 4
R.C.S. 55, sont respectées. Ainsi, il est inutile pour
un défendeur de démontrer qu’il a déployé des
efforts raisonnables pour connaître la loi ou que, par
méconnaissance de celle-ci, il a agi de bonne foi.
Une telle preuve ne saurait écarter sa responsabilité.
[58] In this Court, the appellant argues that the
due diligence defence was available in this case
because it was unaware that its broker did not hold
a license in Quebec. Thus, the question is purely
one of fact.
[58] Devant notre Cour, l’appelante plaide que
la défense de diligence raisonnable était recevable
en l’espèce, étant donné qu’elle ignorait que son
courtier ne détenait pas de permis d’exercice au
Québec. Pour elle, il s’agit d’une pure question de
fait.
[59] I cannot accept this argument. The testimo­
nial evidence shows that the appellant consented
to and/or authorized the issuance by its broker,
Flanders, of the individual insurance certificates
to the Quebec dealerships because it believed that
the broker did not need to hold a license given
that the certificates were merely accessory to the
master policy issued to GE in Ontario. The ev­
idence does not support the conclusion suggested
by the appellant, namely that it consented to and/
or authorized the issuance of the certificates be­
cause it mistakenly believed that Flanders was
[59] Je ne peux accepter cette prétention. Il res­
sort de la preuve testimoniale que l’appelante a
consenti et/ou autorisé son courtier, Flanders, à
délivrer les certificats d’assurance individuels aux
concessionnaires québécois parce qu’elle croyait
que son courtier n’avait pas besoin de permis étant
donné que les certificats n’étaient que l’accessoire
de la police-cadre d’assurance émise à GE en
Ontario. La preuve ne permet pas de conclure,
comme l’appelante nous invite à le faire, qu’elle a
consenti et/ou autorisé la délivrance des certificats
au motif qu’elle croyait erronément que Flanders
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
783
duly registered with the AMF in Quebec. On the
contrary, the appellant explained that it would have
been alarmed if it had learned that Flanders was
distributing insurance products in Quebec other
than those accessory to the master policy issued to
GE. The appellant said that Flanders had assured it
that it was using the services of a broker licensed in
Quebec in such cases.
était dûment inscrit auprès de l’AMF au Québec.
Au contraire, l’appelante explique qu’elle se serait
alarmée si elle avait appris que Flanders délivrait
au Québec des produits d’assurance autres que
ceux accessoires à la police-cadre émise à GE.
Flanders l’aurait assuré que, dans un tel cas, on fai­
sait appel aux services d’un courtier titulaire d’un
permis d’exercice au Québec.
[60] The following are excerpts from the tes­timony
of the appellant’s representative, Robert Phillips, on
this point:
[60] Voici des extraits du témoignage du repré­
sentant de l’appelante, Robert Phillips, sur cette
question :
[TRADUCTION]
Q. So, now, you were aware that it was a problem of
unlicensed broker in Quebec?
Q. Donc, là, vous saviez qu’il s’agissait d’un problème de
courtier ne détenant pas de permis d’exercice au Québec?
A. Yes, which we subsequently phoned . . . as I said
earlier, we subsequently phoned Flanders . . .
R. Oui, à l’égard duquel nous avons télé­phoné [. . .] comme
je l’ai dit plus tôt, nous avons subséquemment téléphoné à
Flanders . . .
Q. And asked?
Q. Et vous avez demandé?
A. . . . and asked and we were told that they were . . .
we’re using the services of a broker in Quebec to act as
signing authority on their behalf.
R. . . . et nous avons demandé et on nous a dit qu’ils
faisaient [. . .] nous faisons appel aux services d’un
courtier au Québec qui agit comme signataire autorisé
pour leur compte.
Q. Even for the floor plan?
Q. Même pour la police-cadre d’assu­rance?
A. Not necessarily for floor plan, but for any other
coverages that they would be issuing because we keep
coming back to this, the floor plan. As far as we were
concerned, it was GE Ontario account that didn’t
require . . .
R. Pas nécessairement pour la police-cadre d’assurance,
mais pour toutes les autres protections qu’ils offriraient
parce que nous revenons constamment à celle-ci, la
police-cadre. En ce qui nous concerne, c’était le compte
de GE Ontario qui ne requérait pas . . .
Q. So, there was no problem with Flanders?
Q. Donc, il n’y avait aucun problème pour ce qui est de
Flanders?
A. Well, as far as the floor plan was concerned. If they
were doing other coverages and we were doing other
coverages, we would have immediately suspended them
and taken another action.
R. Bien, pour autant que la police-cadre d’assurance était
concernée. S’ils avaient offert d’autres protections et
que nous en avions offert d’autres, nous les aurions sus­
pendues sur-le-champ et pris d’autres mesures.
Q. So . . .
Q. Donc . . .
A. So, we weren’t issuing other cov­erages in Quebec
for GE or the deal­ers or were we aware what Flanders
was doing. [Emphasis added; A.R., vol. III, at pp. 106-7.]
R. Donc, nous n’émettions pas d’autres protections au
Québec pour GE ou les concessionnaires, ni ne savions ce
que faisait Flanders. [Je souligne; d.a., vol. III, p. 106-107.]
[61] Thus, the evidence shows that the appellant
was unaware not that its broker was not registered
in Quebec, but that a licence was required for the
[61] La preuve révèle donc que l’appelante igno­
rait non pas que son courtier n’était pas inscrit au
Québec, mais plutôt qu’un permis était nécessaire
784
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
broker to issue the individual insurance certificates
to the Quebec dealerships. This is not a mistake of
fact, but a pure mistake of law that cannot serve to
ground the due diligence defence.
au courtier pour délivrer les certificats d’assurance
individuels aux concessionnaires québécois. Or, il
s’agit là non pas d’une erreur de fait, mais d’une
pure erreur de droit qui ne peut servir à fonder la
défense de diligence raisonnable.
[62] In the alternative, the appellant argues that
its participation in the commercial transactions at
issue was based on a mistake of mixed fact and law
and that, since such a mistake has the same effect
as a mistake of fact, it is still entitled to rely on the
due diligence defence. In other words, the appellant
argues that it reasonably believed in a mistaken set
of facts or legal situation which, if true, would have
rendered its conduct innocent.
[62] Subsidiairement, l’appelante plaide que sa
participation aux opérations commerciales en cause
repose sur une erreur mixte de fait et de droit, assi­
milable à une erreur de fait et que, pour cette raison,
elle est toujours en droit d’invoquer la défense
de diligence raisonnable. En d’autres mots, elle
prétend avoir cru pour des motifs raisonnables à un
état de faits ou une situation juridique inexistants
qui, s’ils avaient existé, auraient rendu sa conduite
innocente.
[63] On its argument with respect to a mistaken
legal situation, the appellant refers once again to
its belief that Flanders did not have to be registered
with the AMF in the circumstances and says that its
mistake of fact was based on several other factors. It
explains, in particular, that the AMF’s failure to reply
to its explanatory letter of June 10, 2005 wrongly
reassured it that its transactions were lawful. Its as­
sessment of the situation in this regard was also
reinforced by the legal advice of Flanders’ lawyers
and the fact that its transactions were recognized to
be lawful in all the other Canadian provinces. Finally,
the minimal secondary role played by the Quebec
dealerships in the complex commercial transactions
that essentially took place in Ontario supported the
view that the appellant’s belief was reasonable: the
master policy was negotiated and signed in Ontario,
the “principal” client, GE, had its head office in that
province, GE paid the insurance premiums directly
to Flanders in Winnipeg, and any indemnities would
be payable directly to GE in Ontario. In short, it was
reasonable for the appellant to believe that it was
proceeding lawfully in selling the insurance products
in question.
[63] En ce qui concerne sa prétention relative
à une situation juridique inexistante, l’appelante
réitère sa conviction que l’inscription de Flanders
auprès de l’AMF n’était pas nécessaire dans les
circonstances. Son erreur de fait serait fondée sur
plusieurs autres éléments. L’appelante explique
notamment que l’absence de réponse de la part
de l’AMF à sa lettre explicative du 10 juin 2005
l’a indûment rassurée sur le caractère légal de
ses opérations commerciales. De plus, les avis
juridiques des juristes agissant pour Flanders, ainsi
que la reconnaissance de la légalité de ses opéra­
tions dans toutes les autres provinces canadiennes,
l’ont également confortée dans son appréciation
de la situation à cet égard. Finalement, le rôle
accessoire et minimal réservé aux concessionnaires
québécois dans les opérations commerciales com­
plexes se déroulant essentiellement en Ontario
appuyait le caractère raisonnable de sa croyance : la
police-cadre avait été négociée et signée en
Ontario, le client « principal », GE, avait son siège
social dans cette province, les primes d’assurance
étaient payées directement par GE à Flanders,
sise à Winnipeg, et toute indemnité éventuelle
était payable directement à GE en Ontario. Bref,
il était raisonnable pour l’appelante de croire à la
légalité de son mode d’exploitation des produits
d’assurance en cause.
[64] In my opinion, the appellant’s arguments can
lead to only one conclusion: its mistake was one of
[64] À mon avis, les arguments soulevés par
l’appelante ne mènent qu’à une seule conclusion : 
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
785
law. Moreover, I note that the appellant is not claim­
ing that it believed in a mistaken legal situation and,
at the same time, a mistaken set of facts. Rather, it
is arguing that it mistakenly believed in the exis­
tence of a legal situation because of a set of facts
that were actually true. At the very least, it claims
that its belief in that mistaken legal situation was
justified and should be excused in light of that
factual reality.
il s’agit d’une erreur de droit. Je constate d’ailleurs
qu’elle ne prétend pas avoir cru à une situation
juridique inexistante et, en même temps, à un état
de faits inexistant. Elle affirme plutôt avoir erroné­
ment cru à l’existence d’une situation juridique
en raison d’un état de faits qui existait bel et bien.
Elle pré­tend qu’à tout le moins, sa croyance en
cette situ­ation juridique inexistante était justifiée
et devait être excusée au regard de la réalité fac­
tuelle ainsi décrite.
[65] In this regard, I agree with Cournoyer J.A.
that [TRANSLATION] “[t]he AMF’s silence cannot on
its own transform an error of law into an error of
mixed fact and law” (para. 232). And as I mentioned
above, under the law as it now stands in Canada, no
matter how reasonable a mistake of law may be, it
cannot — unlike a mistake of fact or an officially in­
duced error — serve as a valid defence in the case
of a strict liability offence. In Molis v. The Queen,
[1980] 2 S.C.R. 356, Lamer J. noted:
[65] À cet égard, je partage l’opinion du juge
Cournoyer selon laquelle « [l]e seul silence de
l’AMF ne peut transformer une erreur de droit
en erreur mixte de fait et de droit » (par. 232). Je
rappelle également que dans l’état actuel du droit
au Canada, aussi raisonnable que puisse être une
erreur de droit, contrairement à l’erreur de fait
et à l’exception fondée sur une erreur de droit pro­
voquée par une personne en autorité, cette erreur
de droit ne peut servir de défense valable dans
le cas d’une infraction de responsabilité stricte.
Dans l’affaire Molis c. La Reine, [1980] 2 R.C.S.
356, le juge Lamer souligne :
. . . the defence of due diligence that was referred to in
Sault Ste. Marie is that of due diligence in relation to the
fulfilment of a duty imposed by law and not in relation to
the ascertainment of the existence of a prohibition or its
interpretation. [p. 364]
. . . l’arrêt Sault Ste-Marie parle de la défense de
diligence raisonnable par rapport à l’accomplissement
d’une obligation imposée par la loi et non par rapport aux
recherches sur l’existence d’une interdiction ou sur son
interprétation. [p. 364]
[66] Since the mistake relied on by the appellant
was purely one of law, I find that the appellant’s
argument based on the mistake having been one
of mixed fact and law must be rejected and that
the due diligence defence was not available in
the instant case.
[66] Puisque l’erreur invoquée par l’appelante est
une pure erreur de droit, je conclus que son argu­
ment fondé sur l’erreur mixte de droit et de fait doit
être écarté et que la défense de diligence raisonnable
n’est pas recevable en l’espèce.
[67] However, the appellant also argues, in the
alternative, that this Court should qualify the rule
with respect to ignorance of the law and recog­
nize reasonable mistake of law in the vast mosaic
of reg­ulatory offences. More specifically, it asks
that this defence be made available in cases in
which reasonable ignorance of or honest confusion
about the applicable law is closely tied to impro­per
conduct on the part of a regulatory body. It thus
argues that the competent authority set a “trap” by
[67] Toutefois, l’appelante plaide aussi subsi­
di­
airement que notre Cour devrait nuancer la
règle relative à l’ignorance de la loi et reconnaî­tre
l’erreur de droit raisonnable dans la vaste mosaï­
que des infractions réglementaires. Plus spécifique­
ment, elle demande la reconnaissance de cette
défense dans les cas où l’ignorance raisonnable ou
la confusion honnête au sujet du droit applicable
est intimement liée au comportement abusif d’un
organisme de réglementation. En conséquence,
786
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
acting unfairly toward it. I will now consider this
final argument.
elle plaide l’existence d’un « piège » qu’aurait créé
l’autorité compétente en adoptant un comportement
inéquitable à son égard. Je vais maintenant exami­
ner ce dernier argument.
E. Reasonable Mistake of Law
E. L’erreur de droit raisonnable
[68] This Court has held many a time that the
fact that a defendant has exercised due diligence
to find out and verify the nature of the applicable
law is not a defence (City of Lévis, at para. 22). It
has characterized the rule with respect to ignorance
of the law as “an orienting principle of our crimi­
nal law which should not be lightly disturbed”
(Jorgensen, at para. 5, per Lamer C.J.). In City of
Lévis, at paras. 22-27, LeBel J. noted that this rule
has the same weight in regulatory law.
[68] Notre Cour a maintes fois affirmé que la
dili­gence raisonnable déployée par un défendeur
pour connaître et vérifier la nature du droit appli­
cable ne constitue pas un moyen de défense (Ville
de Lévis, par. 22). Elle a qualifié la règle relative à
l’ignorance de la loi de « principe directeur de notre
droit criminel qui ne devrait pas être perturbé à la
légère » (Jorgensen, par. 5, le juge en chef Lamer).
Dans l’arrêt Ville de Lévis, aux par. 22-27, le juge
LeBel rappelle que la règle a le même poids en droit
réglementaire.
[69] The rule with respect to ignorance of the law
exists to ensure that the criminal justice system func­
tions properly and that social order is preserved.
G. Côté-Harper, P. Rainville and J. Turgeon explain
this rule, conveyed by the maxim “ignorance of the
law is no excuse”, as follows (Traité de droit pénal
canadien (4th ed. 1998), at p. 1098):
[69] La raison d’être de la règle relative à l’igno­
rance de la loi est d’assurer la bonne marche du
système de justice pénale et le maintien de l’ordre
social. Les auteurs G. Côté-Harper, P. Rainville
et J. Turgeon donnent les explications suivantes à
l’égard de cette règle traduite par la maxime « nul
n’est censé ignorer la loi » (Traité de droit pénal
canadien (4e éd. 1998), p. 1098) :
[TRANSLATION] The presumption of knowledge of
the law becomes the quid pro quo for the principle of
legality. The legislature assures citizens that it will not
punish them without first telling them what is prohibited
or required. But in exchange, it imposes on them an ob­
ligation to ask for information before acting. . . .
La présomption de connaissance de la loi devient la
contrepartie du principe de la légalité. Le législateur
assure les citoyens qu’il ne les punira pas sans leur avoir
au préalable indiqué ce qui est interdit ou impératif. Mais,
en échange, il leur impose l’obligation de se renseigner
avant d’agir. . .
Fear of social disorder and anarchy is the main argu­
ment of those who want to uphold the maxim. To accept
an unrestricted possibility of hiding behind a subjective
excuse of ignorance would be dangerous and improper.
La crainte du désordre social et de l’anarchie est l’argu­
ment majeur invoqué par ceux qui désirent le maintien de
la maxime. Il serait dangereux et abusif d’admettre sans
restriction que l’on puisse s’abriter derrière une excuse
subjective d’ignorance.
[70] In Jorgensen, Lamer C.J. also endorsed this
view, quoting the following passage on the rationale
for the rule against a defence based on mistake of
law:
[70] Dans l’arrêt Jorgensen, le juge en chef Lamer
abonde dans le même sens en citant ce qui suit au
sujet de la justification de la règle qui fait obstacle à
une défense fondée sur l’erreur de droit :
Don Stuart identifies four aspects of the rationale for
the rule against accepting ignorance of the law as an
excuse:
Don Stuart fait ressortir quatre aspects de la justi­
fication de la règle qui s’oppose à l’acceptation de
l’ignorance de la loi à titre d’excuse :
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
787
[TRADUCTION]
1. Allowing a defence of ignorance of the law
would involve the courts in insuperable eviden­
tial problems.
1. L’admission du moyen de défense d’ignorance
de la loi causerait aux tribunaux des problèmes
insurmontables en matière de preuve.
2. It would encourage ignorance where knowledge is
socially desirable.
2. Elle encouragerait l’ignorance alors que la con­
naissance est souhaitable du point de vue social.
3. Otherwise every person would be a law unto himself,
infringing the principle of legality and contradicting
the moral principles underlying the law.
3. Sinon, chacun ne connaîtrait d’autre loi que la
sienne, ce qui contreviendrait au principe de la
légalité et contredirait les principes moraux qui
sous-tendent le droit.
4. Ignorance of the law is blameworthy in itself.
4. L’ignorance de la loi est répréhensible en soi.
(Canadian Criminal Law: A Treatise (3rd ed. 1995), at
pp. 295-98) [para. 5]
(Canadian Criminal Law : A Treatise (3e éd. 1995),
pp. 295 à 298) [par. 5]
[71] It should nonetheless be noted that if the rule
that ignorantia juris non excusat — ignorance of
the law excuses no one — were absolute, this could
seriously hinder the application of another cardinal
rule of our criminal justice system: there can be no
punishment without fault. The overlap be­tween these
rules is all the more significant given the current
simul­taneous proliferation of regulatory measures
and penal statutes. Indeed, several authors have
pointed out that it is now impossible for citizens to
have comprehensive knowledge of every law:
[71] Néanmoins, il convient de souligner que
l’absolutisme de la règle ignorantia juris non
excusat — l’ignorance de la loi n’excuse pas
— pourrait entraver sérieusement l’application
d’une autre règle cardinale de notre système de
justice pénale : il ne saurait y avoir de sanction
en l’absence de faute. Le chevauchement de ces
règles est d’autant plus significatif que l’on assiste
aujourd’hui à une prolifération simultanée de
mesures réglementaires et de lois pénales. Plusieurs
auteurs soulignent d’ailleurs que la connaissance
exhaustive des lois par le citoyen est maintenant
chose impossible :
[TRANSLATION] The presumption of knowledge of laws
was acceptable and defensible in the past because those
laws concerned only serious offences and crimes against
morality. The situation is very different today, and the
crim­inal or penal law must be interpreted by consulting
an abundant case law. The much-discussed multiplication
of penal statutes must also be considered, and no one, not
even criminal lawyers and other specialists in such matters,
can profess to know all of them. The situation created by
this proliferation of statutes is aggravated by the problem
of their publication, which, although formal, is often not
really effective.
La présomption de la connaissance des lois était tolérable
et se justifiait autrefois parce que l’on ne retrouvait dans
ces lois que les infractions graves et des crimes contre la
loi morale. La situation a beaucoup évolué de nos jours
et le droit criminel ou pénal doit s’interpréter avec l’aide
d’une jurisprudence volumineuse. De plus, il faut aussi
considérer cette fameuse inflation des lois pénales et
personne, même les criminalistes et autres spécialistes en
la matière, n’a la prétention de les connaître toutes. La
situation créée par cette multiplication des textes légaux
est aggravée par le problème de leur publicité qui, bien
que formelle, n’est souvent guère effective.
(Côté-Harper, Rainville and Turgeon, at p. 1099)
(Côté-Harper, Rainville et Turgeon, p. 1099)
[72] Dickson J. also commented on this in Sault
Ste. Marie, at p. 1310:
[72] Le juge Dickson fait le même constat
lorsqu’il écrit dans l’arrêt Sault Ste-Marie, p. 1310 :
Public welfare offences obviously lie in a field of con­
flicting values. It is essential for society to maintain, through
Les infractions contre le bien-être public mettent mani­
festement en jeu des valeurs contradictoires. Il est essentiel
788
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
effective enforcement, high standards of public health and
safety. Potential victims of those who carry on latently
pernicious activities have a strong claim to consideration.
On the other hand, there is a generally held revulsion against
punishment of the morally innocent.
que la société maintienne, par un contrôle efficace, un
haut niveau d’hygiène et de sécurité publi­ques. Il faut
séri­eusement prendre en considération les victimes poten­
tielles de ceux qui exercent des activités comportant un
danger latent. En revanche, on répugne généralement à
punir celui qui est moralement innocent.
[73] Despite the problems that flow from regu­la­
tory measures, the rise in the number of such mea­
sures and the commensurate multiplication of penal
provisions designed to enforce them go hand in hand
with the evolution of modern societies. These trends
are well established. Regulatory measures are ad­
opted to protect the public from dangers that can
result from activities that are otherwise legitimate.
The reason why penal sanctions are used in this
con­text rather than civil law or administrative law
sanctions lies in the deterrent power of penal law
(H. Parent, Traité de droit criminel, vol. 2 (2nd ed.
2007), at paras. 496-500). Cory J. eloquently
explained the importance of regulatory offences in
R. v. Wholesale Travel Group Inc., [1991] 3 S.C.R.
154, at pp. 221-22:
[73] Malgré les difficultés qu’ils engendrent,
l’accroissement des mesures réglementaires et la
multiplication proportionnelle des dispositions
pénales visant à assurer leur respect vont de pair
avec l’évolution des sociétés modernes. Ces phé­
nomènes sont bien enracinés. La raison d’être
des mesures réglementaires est la protection du
public contre les dangers auxquels peut donner
lieu l’exercice d’activités par ailleurs légitimes.
L’emploi de sanctions pénales dans ce contexte,
plutôt que de sanctions civiles ou administra­
tives, s’explique par le pouvoir dissuasif du droit
pénal (H. Parent, Traité de droit criminel, t. 2 (2e éd.
2007), par. 496-500). Le juge Cory a éloquemment
décrit l’importance des infractions réglementaires
dans l’arrêt R. c. Wholesale Travel Group Inc.,
[1991] 3 R.C.S. 154, p. 221-222 :
It is difficult to think of an aspect of our lives that is
not regulated for our benefit and for the protection of
society as a whole. From cradle to grave, we are protected
by regulations; they apply to the doctors attending our
entry into this world and to the morticians present at
our departure. Every day, from waking to sleeping, we
profit from regulatory measures which we often take for
granted. . . .
Il est difficile de penser à un aspect de nos vies qui
n’est pas réglementé pour notre propre avantage et pour
la protection de la société dans son ensemble. Du berceau
à la tombe, nous sommes protégés par des dispositions
réglementaires; elles s’appliquent tant aux médecins qui
nous mettent au monde qu’aux entrepreneurs de pompes
funèbres présents à notre départ. Chaque jour, du lever au
coucher, nous profitons de mesures réglementaires que
nous tenons souvent pour acquises. . .
In short, regulation is absolutely essential for our pro­
tection and well being as individuals, and for the effective
functioning of society. It is properly present throughout
our lives.
En bref, les mesures réglementaires sont absolu­
ment essentielles pour assurer notre protection et notre
bien-être en tant qu’individus et pour permettre le
fonctionnement efficace de la société. Elles sont justi­
fiées dans tous les aspects de notre vie.
[74] The foregoing discussion underscores the
conflicts that inevitably result from the constantly
expanding presence of regulatory measures. Such
measures play an essential role in the implemen­
tation of public policy. The rule that ignorance of
the law is not a valid defence supports the state’s
duty in this regard. For this reason alone, it needs
to be enforced.
[74] Ce qui précède met en relief les tensions
inévitables résultant de la place sans cesse crois­
sante qu’occupent les mesures réglementaires.
Ces mesures sont indispensables pour la mise en
œuvre des politiques d’intérêt public. La règle
selon laquelle l’ignorance de la loi ne constitue
pas une défense valable appuie le devoir de l’État
à cet égard. Pour cette seule raison, elle doit être
respectée.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
789
[75] At the same time, the rise in the number of
statutes coupled with their growing complexity in­
creases the risk that a citizen will be punished in
circumstances in which ignorance of the law might
nevertheless be understandable.
[75] En même temps, force est de constater que
l’accroissement du nombre de textes légaux, con­
jugué à leur complexité grandissante, aug­mentent
le risque qu’un justiciable soit sanctionné dans
des circonstances où la méconnaissance de la loi
pourrait par ailleurs être compréhensible.
[76] In light of all these considerations, I find that
the objective of public protection that underlies the
creation of regulatory offences militates strongly
against accepting a general defence of reasonable
mistake of law in this context. As Cory J. noted in
Wholesale Travel, at p. 219,
[76] En tenant compte de toutes ces considé­
rations, je suis d’avis que l’objectif de la protection
du public qui est à la base de la création des infrac­
tions réglementaires milite fortement contre la
recevabilité d’une défense générale d’erreur de
droit raisonnable dans ce domaine. Comme l’a sou­
ligné le juge Cory dans l’arrêt Wholesale Travel,
p. 219 :
[r]egulatory legislation involves a shift of emphasis from
the protection of individual interests and the deterrence
and punishment of acts involving moral fault to the pro­
tection of public and societal interests.
La législation réglementaire implique que la protection
des intérêts publics et sociaux passe avant celle des
intérêts individuels et avant la dissuasion et la sanction
d’actes comportant une faute morale.
[77] Moreover, it is incumbent on a regulated en­
tity that engages in an activity requiring specific
knowledge, including knowledge of the applicable
law, to obtain that knowledge. The following obser­
vations of Hugues Parent are of particular relevance
in a regulatory context such as the one in the instant
case. Although he objects to the rule conveyed by
the maxim “ignorance of the law is no excuse” be­
ing absolute, Parent mentions a very important limit
— unforeseeability of the mistake — that would
have to apply should the rule be relaxed:
[77] De plus, il incombe à l’entité réglementée qui
s’engage dans une activité qui requiert des con­
naissances particulières, y compris le droit appli­
cable en la matière, de les obtenir. Les observations
suivantes de l’auteur Hugues Parent sont fort per­
tinentes dans un contexte de réglementation comme
celui qui nous concerne. Tout en s’opposant au
caractère absolu de la règle évoquée par la maxime
« nul n’est censé ignorer la loi », l’auteur Parent fait
état d’une limite très importante à laquelle devrait
se conformer un éventuel assouplissement de cette
règle, à savoir celle de l’imprévisibilité de l’erreur
en cause :
[TRANSLATION] An individual who acts in ignorance of
a provision he or she is not in a position to know about,
despite being in good faith and exercising due diligence,
does wrong unknowingly, and therefore unintentionally.
Such an individual cannot therefore be held liable.
L’individu qui agit dans l’ignorance d’une disposition
qu’il n’était pas en mesure de connaître, malgré sa bonne
foi et sa diligence raisonnable, agit mal sans le savoir et,
par conséquent, sans le vouloir. Aucune responsabilité ne
peut donc lui être imputée.
To be successfully argued, insurmountable ignorance
of the law must be unforeseeable, which means that
it must not be related to an activity requiring special
knowledge: thus, a professional fisher charged with
possession of immature lobsters cannot use ignorance of
the law as a defence. As O’Hearn Co. Ct. J. stated in [R.
v. Maclean (1974), 17 C.C.C. (2d) 84 (N.S. Co. Ct.)], “if
an accused wishes to indulge in an activity that requires
special knowledge including knowledge of the applica­
ble law, he can fairly be held to be under an obligation
Pour être alléguée avec succès, l’ignorance invincible
de la loi doit être imprévisible, c’est-à-dire qu’elle ne doit
pas être reliée à une activité qui exige une connaissance
particulière, de sorte que le pêcheur professionnel,
accusé d’avoir en sa possession une quantité de homards
immatures, ne pourra soulever en défense son ignorance
de la loi. Comme le mentionne le juge O’Hearn dans
l’arrêt [R. c. Maclean (1974), 17 C.C.C. (2d) 84 (C. cté
N.-É.)], « si une personne veut se lancer dans une acti­
vité qui exige des connaissances particulières, dont la
790
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
to acquire that knowledge”. Because the information
needed to attain that knowledge is essential, it must be
accessible and comprehensible. [Emphasis in original.]
connaissance de la loi applicable, on peut à juste titre
conclure qu’elle a l’obligation d’acquérir cette con­
naissance ». Les informations permettant d’accéder à
cette connaissance étant essentielles, celles-ci doivent
être accessibles et compréhensibles. [En italique dans
l’original.]
(Traité de droit criminel, vol. 1 (3rd ed. 2008), at
paras. 580-81)
(Traité de droit criminel, t. 1 (3e éd. 2008), par. 580581)
[78] The regulator at issue in the instant case,
the AMF, is not required by law to reply to those
to whom the law applies or to inform them about
their rights and obligations. As a result, it was
not reasonable in this case for the appellant to
view the AMF’s silence as a confirmation of its
interpreta­tion of that law. This being said, the
AMF’s attitude is of some concern. Nevertheless,
although its attitude does not reflect the greater
transparency a regulator is normally expected to
show, and as unfortunate as that might be, that
attitude cannot be equated with improper conduct
or bad faith on its part.
[78] L’organisme de réglementation en cause dans
cette affaire, à savoir l’AMF, n’est pas tenu par la
loi de répondre ou de renseigner ceux et celles visés
par cette loi quant à leurs droits et obligations, si
bien qu’en l’espèce, il n’était pas raisonnable pour
l’appelante de considérer le silence de l’AMF en
tant que confirmation de son interprétation de ladite
loi. Cela dit, l’attitude de l’AMF laisse néanmoins
songeur. Sans témoigner de la plus grande trans­
parence qui doit normalement guider les actions
d’un organisme de réglementation et aussi regret­
table qu’elle puisse être, l’attitude de l’AMF ne
saurait cependant être assimilée à de l’abus ou de la
mauvaise foi de sa part.
[79] Furthermore, even if the AMF’s conduct
were so vexatious as to justify accepting a new
exception to the rule with respect to ignorance of
the law, which I cannot find to be the case here, I
am of the opinion that the steps taken by the
appellant to avoid breaking the law do not meet
the requirements for the due diligence defence.
The appellant relied solely on the legal advice
of professionals acting for a third party, Flanders,
in Manitoba. A reasonable person would at least
have sought an independent opinion from a
member of the Barreau du Québec, preferably
one who specializes in insurance law. Thus,
the appellant in this case has not shown that it
took all reasonable steps to avoid breaking the law.
[79] De plus, même si la conduite de l’AMF était
vexatoire au point de justifier la reconnaissance
d’une nouvelle exception à la règle relative à
l’ignorance de la loi, solution à laquelle je ne peux
conclure en l’espèce, je suis d’avis que les gestes
posés par l’appelante afin d’éviter d’enfreindre la
loi ne satisfont pas aux exigences de la défense
de diligence raisonnable. L’appelante s’est fiée
uniquement aux avis juridiques fournis par des
professionnels agissant pour le compte d’un tiers,
à savoir Flanders au Manitoba. Une personne
raisonnable aurait au moins sollicité une opinion
indépendante d’un avocat inscrit au Barreau du
Québec et exerçant préférablement dans le domaine
du droit des assurances. Quoi qu’il en soit, dans le
présent cas, l’appelante n’a pas démontré qu’elle a
pris toutes les précautions raisonnables pour éviter
de contrevenir à la loi.
[80] I am well aware of the difficulties of stat­
utory interpretation that might result from the com­
plexity of certain regulated activities. Here, it is
troubling that the AMF itself had serious difficulty
[80] Je suis bien conscient des difficultés d’inter­
prétation de la loi qui peuvent résulter de la com­
plexité de certaines activités réglementées. En
l’espèce, il est préoccupant de constater que l’AMF
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
791
interpreting the applicable law in deciding whether
the transactions in question were lawful. Is it rea­
sonable to require those to whom regulatory mea­
sures apply to have a more extensive knowledge of
the law than the body responsible for enforcing it?
ait elle-même éprouvé de sérieuses difficultés à
interpréter le droit applicable pour se prononcer sur
la légalité des opérations commerciales en cause.
Est-il raisonnable d’exiger de ceux et celles visés
par des mesures réglementaires une connaissance
plus étendue de la loi que celle qu’en a l’organisme
chargé de l’appliquer?
[81] As I mentioned above, the complexity of
regulations results from the need to ensure the
proper functioning of civil society (Wholesale
Travel, Sault Ste. Marie, City of Lévis). In this
regard, I agree with the following comment made
by Lamer C.J. in Jorgensen:
[81] Je réitère que la complexité de la régle­
mentation découle du besoin de veiller au bon
fonctionnement de la société civile (Wholesale
Travel, Sault Ste-Marie, Ville de Lévis). À cet égard,
je fais miens les propos suivants du juge en chef
Lamer dans Jorgensen :
. . . the complexity of contemporary regulation makes
the assumption that a responsible citizen will have a
comprehensive knowledge of the law unreasonable. This
complexity, however, does not justify rejecting a rule
which encourages a responsible citizenry, encourages
government to publicize enactments, and is an essential
foundation to the rule of law. [para. 25]
. . . la complexité des règlements actuels permet de
présumer qu’un citoyen responsable ne peut raison­
nablement avoir une connaissance approfondie du droit.
Toutefois, cette complexité ne justifie pas le rejet d’une
règle qui encourage les citoyens à devenir responsables
et le gouvernement à rendre publiques les règles de droit,
et qui constitue un fondement essentiel de la primauté du
droit. [par. 25]
[82] I would therefore suggest postponing the de­
bate about the appropriateness of accepting a new
exception to the rule that mistake of law can be a
valid defence only in very specific circumstances.
[82] En conséquence, je propose de reporter à plus
tard le débat sur l’opportunité de reconnaître une
nouvelle exception à la règle selon laquelle l’erreur
de droit ne peut constituer une défense recevable
que dans des circonstances bien spécifiques.
F. Number of Statements of Offence
F. Nombre de constats d’infraction
[83] My colleague Fish J. raises, in support of his
conclusion, the distinction drawn by the Court of
Appeal in Demers between s. 482 of the ADFPS,
which creates an independent offence, and ss. 208
of the SA and 491 of the ADFPS, which establish
a mode of participation in an offence. In his view,
s. 482 creates a single offence and the AMF was
wrong to issue 56 separate statements of offence
against the appellant.
[83] Mon collègue, le juge Fish, invoque au sou­
tien de son opinion la distinction soulevée par la
Cour d’appel dans l’arrêt Demers entre le contenu
de l’art. 482 de la LDPSF créant une infraction
autonome et celui des art. 208 de la LVM et 491 de
la LDPSF qui crée un mode de participation à une
infraction. Il conclut que l’art. 482 est constitutif
d’une seule et même infraction et que l’AMF a eu
tort de déposer 56 constats d’infraction distincts
contre l’appelante.
[84] In other words, whereas a person who com­
mits the offences provided for in ss. 208 of the SA
and 491 of the ADFPS is a secondary offender, the
same person, in the context of s. 482, is guilty of a
single discrete and independent offence. A person
who consents to or authorizes a broker’s acting on
[84] En d’autres mots, alors que l’auteur de l’infrac­
tion identifiée aux arts. 208 de la LVM et 491 de la
LDPSF est un auteur secondaire, ce dernier, dans le
contexte de l’art. 482, se rend coupable d’une seule
infrac­tion distincte et indépendante. S’il a consenti et/
ou autorisé le courtier à agir en son nom, il n’a commis
792
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
his or her behalf commits just one fault and should
therefore receive just one statement of offence.
qu’une seule faute et, par voie de conséquence, il ne
devrait recevoir qu’un seul constat d’infraction.
[85] I agree with my colleague that the offence
pro­vided for in s. 482 of the ADFPS is a discrete
and independent offence and that the appellant
is not liable for the offences committed by its
broker. Nonetheless, this does not, in my opinion,
mean that the appellant cannot have committed
several discrete offences. That is in fact what oc­
curred here.
[85] Je suis d’accord avec mon collègue que
l’infraction définie à l’art. 482 de la LDPSF est
une infraction distincte et indépendante et que
l’appelante n’est pas responsable des infractions
commises par son courtier. Néanmoins, je suis
d’avis que ce constat n’exclut pas pour autant la
possibilité que l’appelante ait commis plusieurs
infractions distinctes. Tel est le cas en l’espèce.
[86] The evidence in the record shows that the
consent or authorization the appellant gave its
broker was not only general, but was also spe­cific.
As of June 2005, the appellant was in posses­sion
of the list of Quebec dealerships whose invento­
ries were to be insured starting in August 2005.
Furthermore, the following words appeared above
its broker’s signature on each of the individual
insurance certificates the broker issued to the
Quebec dealerships: [TRANSLATION] “Signed on
behalf of the insurer(s) by Flanders Insurance
Management and Administrative Services Ltd.”
Thus, the appellant participated, through its rep­
resentative, Flanders, in the issuance of each of the
individual insurance certificates in Quebec. This
means that the appellant specifically con­sented
to and/or authorized each of the 56 trans­actions
that took place in Quebec, thereby committing
the offence provided for in s. 482 of the ADFPS
56 times. In short, it performed 56 separate acts
of authorization and/or consent.
[86] Il ressort de la preuve au dossier que le
consentement ou encore l’autorisation accordés
par l’appelante à son courtier n’étaient pas seule­
ment d’ordre général, mais également spécifique.
En fait, à partir du mois de juin 2005, celle-ci
était en possession de la liste des concessionnaires
québécois dont les inventaires devaient être assu­
rés à partir du mois d’août 2005. De plus, son cour­
tier a émis chacun des certificats d’assurance
individuels aux concessionnaires québécois en
appo­sant sa signature en dessous de la formule : 
« Signé au nom du ou des assureurs par Assurances
Flanders ltée, Services administratifs et de ges­
tion. » L’appelante a donc, par l’entremise de son
représentant, Flanders, participé à l’émission de
chacun des certificats d’assurance individuels
au Québec. Partant, l’appelante a spécifiquement
donné son consentement et/ou son autorisation
à chacune des 56 transactions intervenues au
Québec, commettant ainsi l’infraction identifiée
à l’art. 482 de la LDPSF à 56 reprises. Bref, il
s’agit de 56 actes distincts d’autorisation et/ou
de consentement.
[87] Although I cannot find as a matter of law
that there was a single transaction in this case and
that the appellant is guilty of just one offence, I do
consider it necessary to add a few comments about
the AMF’s decision to issue 56 separate statements
of offence against the appellant.
[87] Même si je ne peux conclure en droit qu’il
s’agit en l’espèce d’une transaction unique et que
l’appelante n’est coupable que d’une seule infrac­
tion, j’estime nécessaire néanmoins d’ajouter quel­
ques commentaires au sujet de la décision de l’AMF
de déposer 56 constats d’infraction distincts contre
l’appelante.
[88] I recognize that a prosecutor, the AMF
in this case, has a broad quasi-judicial decisionmaking power that flows from its ability, and
above all discretion, to issue statements of of­fence
in the cases that come before it (G. Létourneau,
[88] Je reconnais que le poursuivant, en l’espèce
l’AMF, bénéficie d’un large pouvoir décision­nel
de nature quasi-judiciaire qui découle de la faculté
et surtout de la discrétion de déposer des cons­
tats d’infraction dans les cas qu’elle détermine
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Wagner
793
Code de procédure pénale du Québec: annoté
(9th ed. 2011), at p. 324). Moreover, a very high
standard of intervention must be met by a court
reviewing the exercise of this broad power. Courts
can order stays of penal proceedings only in the
“clearest of cases”, where “there is conspicuous
evidence of improper motives or of bad faith or
of an act so wrong that it violates the conscience
of the community, such that it would genuinely be
unfair and indecent to proceed” (R. v. Power, [1994]
1 S.C.R. 601, at p. 616, per L’Heureux-Dubé J.; see
also R. v. O’Connor, [1995] 4 S.C.R. 411). This is
clearly not such a case.
(G. Létourneau, Code de procédure pénale du
Québec : annoté (9e éd. 2011), p. 324). La révision
judiciaire de ce vaste pouvoir doit d’ailleurs res­
pecter une norme d’intervention très exigeante. Les
tribunaux ne peuvent ordonner l’arrêt de poursuites
pénales que dans les « cas les plus manifestes »,
lorsque « la preuve démontre clairement l’existence
de motifs illégitimes, de mauvaise foi ou d’un acte
si fautif qu’il viole la conscience de la collectivité à
un point tel qu’il serait vraiment injuste et indécent
de con­tinuer » (R. c. Power, [1994] 1 R.C.S. 601,
p. 616, la juge L’Heureux-Dubé; voir aussi R. c.
O’Connor, [1995] 4 R.C.S. 411). De toute évidence,
nous ne sommes pas en présence d’un tel cas.
[89] However, I believe it is important to remem­
ber the fundamental distinction between the regu­
latory penal law system and the criminal law system
in Canada. In the leading case of Sault Ste. Marie,
at pp. 1302-3, this Court laid down the following
principles:
[89] Toutefois, j’estime qu’il est important de
rappeler la distinction fondamentale entre le régime
du droit pénal réglementaire et celui du droit cri­
minel au Canada. Dans l’arrêt de principe Sault SteMarie, aux p. 1302-1303, notre Cour a formulé les
enseignements suivants :
[Regulatory offences] are not criminal in any real sense,
but are prohibited in the public interest. . . . Although
enforced as penal laws through the utilization of the
machinery of the criminal law, the offences are in sub­
stance of a civil nature and might well be regarded as a
branch of administrative law to which traditional prin­
ciples of criminal law have but limited application.
[Les] infractions [réglementaires] ne sont pas criminelles
au plein sens du terme, mais sont prohibées dans l’intérêt
public. [. . .] Bien qu’appliquées comme lois pénales par
le truchement de la procédure criminelle, ces infractions
sont essentiellement de nature civile et pourraient fort
bien être considérées comme une branche du droit
administratif à laquelle les principes traditionnels du
droit criminel ne s’appliquent que de façon limitée.
[90] These two systems, the regulatory penal law
and criminal law systems, serve societal purposes
that are important and complementary, but also
different. In the words of Cory J., whereas “criminal
offences are usually designed to condemn and pun­
ish past, inherently wrongful conduct, regulatory mea­
sures are generally directed to the prevention of
future harm through the enforcement of minimum
standards of conduct and care” (Wholesale Travel,
at p. 219). It is therefore essential not to lose sight
of the basic differences between the two systems
and, as a result, to weaken the application of one by
distorting the application of the other.
[90] Chacun de ces régimes, soit le régime pénal
réglementaire et le régime criminel, répond à des
objectifs sociaux importants et complémentaires,
mais par ailleurs différents. Pour citer le juge
Cory, tandis « que les infractions criminelles sont
habituellement conçues afin de condamner et de
punir une conduite antérieure répréhensible en soi,
les mesures réglementaires visent généralement
à prévenir un préjudice futur par l’application de
normes minimales de conduite et de prudence »
(Wholesale Travel, p. 219). Il est donc essentiel de
ne pas occulter les différences essentielles entre les
deux régimes et ainsi affaiblir l’application de l’un
en dénaturant l’application de l’autre.
[91] In the instant case, at the risk of crossing the
line between regulatory penal liability and criminal
[91] En l’espèce, au risque d’empiéter sur la
ligne de démarcation entre la responsabilité pénale
794
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
liability, the fact that there is a substantial mini­
mum fine to sanction the commission of the offence
provided for in s. 482 of the ADFPS raises the
question whether it was fair for the AMF to decide
to lay 56 separate charges against the appellant.
réglementaire et la responsabilité criminelle, l’exis­
tence d’une amende minimale substantielle pour
sanctionner la commission de l’infraction définie à
l’art. 482 de la LDPSF nous amène à nous interroger
sur la justesse de la décision de l’AMF de déposer
56 chefs d’accusation distincts contre l’appelante.
[92] It might have been preferable for the AMF
to file a single statement of offence rather than the
56 statements it did file. Nevertheless, it will not be
necessary to determine whether the AMF’s conduct
in proceeding as it did constitutes an improper use
of procedure, since this question was not before the
other courts and was touched on only indirectly in
argument in this Court.
[92] Peut-être qu’en l’espèce il eût été préférable
que l’AMF dépose un seul constat d’infraction
plutôt que de procéder avec le dépôt des 56 constats
en cause. Mais il n’est pas nécessaire de déterminer
si la conduite de l’AMF en procédant comme elle
l’a fait constitue un abus de procédure puisque la
question ne fut pas abordée devant les autres cours
et seulement de façon indirecte à l’occasion des
plaidoiries devant cette Cour.
[93] Dura lex, sed lex: The law is harsh, but it is
the law, and the AMF has obviously given full
mean­ing to this expression where the appellant
is concerned. Yet the AMF chose to prosecute
Flanders, the principal wrongdoer, under s. 462
of the ADFPS, which meant that Flanders was lia­
ble to a lesser sanction that is in no way comparable
to the fine that could be imposed on the appellant
under s. 487 of that same Act. Although techni­
cally speaking the appellant did consent to and/or
authorize the issuance of individual insurance cer­
tificates on 56 occasions, the fact remains that these
offences arose out of a single decision to retain
Flanders as a broker.
[93] Dura lex, sed lex : La loi est dure, mais
c’est la loi, et l’AMF a de toute évidence consacré
à cette expression toute sa signification eu égard
à l’appelante. Et pourtant, eu égard à Flanders,
l’auteur principal de la faute, l’AMF a choisi de
la poursuivre en vertu de l’art. 462 de la LDPSF,
l’assujettissant ainsi à une sanction bien moindre
qui n’a aucune commune mesure avec l’amende
imposable à l’appelante en vertu de l’art. 487 de
la même loi. Même si techniquement l’appelante a
consenti et/ou autorisé la délivrance de certificats
d’assurance individuels à 56 reprises, il reste que
ces infractions découlaient d’une seule et même
décision de retenir les services de Flanders à titre de
courtier.
[94] In my opinion, it would be preferable for a
prosecutor, when exercising its discretion to issue
multiple statements of offence, to assess the context
in which the offences were committed on a caseby-case basis. This would ensure that its procedures
are not transformed into the equivalent of criminal
proceedings and do not fuel confusion between reg­
ulatory penal liability and criminal liability.
[94] À mon avis, il serait souhaitable que le pour­
suivant apprécie, au cas par cas, le contexte entou­
rant la perpétration des infractions lorsqu’il exerce
son pouvoir discrétionnaire de déposer des constats
d’infraction multiples. Ainsi, les procédures qu’il
entreprendra n’empiéteront pas sur le contentieux du
droit criminel et n’alimenteront pas la confusion des
genres entre la responsabilité pénale réglementaire et
la responsabilité criminelle.
V. Conclusion
V. Conclusion
[95] For these reasons, I would dismiss the appeal
with costs.
[95] Pour ces motifs, je suis d’avis de rejeter le
pourvoi avec dépens.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
The reasons of LeBel and Fish JJ. were delivered
by
Fish J. (dissenting in part) —
Le juge Fish
795
Version française des motifs des juges LeBel et
Fish rendus par
Le juge Fish (dissident en partie) —
I
I
[96] The appellant stands convicted 56 times for
what, as a matter of law, was in my view a single of­
fence. For the reasons that follow, I would therefore
substitute a single conviction.
[96] L’appelante a été reconnue coupable de 56 accusations qui, en droit, ne visaient à mon sens
qu’une seule et même infraction. Pour les motifs
qui suivent, je prononcerais donc une seule décla­
ration de culpabilité.
II
II
[97] According to the respondent (the “Au­thor­
ity”), the appellant (“La Souveraine”) con­travened
s. 482 of An Act respecting the distribution of
financial products and services, R.S.Q., c. D-9.2
(“ADFPS”), 56 times on the same day — in 56 dif­
ferent localities across Québec.
[97] Selon l’intimée (l’« Autorité »), l’appelante
(« La Souveraine ») a enfreint l’art. 482 de la Loi
sur la distribution de produits et services financiers,
L.R.Q., ch. D-9.2 (« LDPSF »), à 56 reprises
le même jour, et ce, à 56 endroits différents au
Québec.
[98] The 56 counts are virtually identical, except
for the place where each offence is said to have
been committed. They all allege that La Souveraine
[TRANSLATION] “did consent to and/or authorize”
Flanders Insurance Management and Administra­
tive Services Ltd. (“Flanders”) — an unregistered
firm — to contravene s. 71 of the ADFPS, thereby
itself committing an offence under s. 482 of the
ADFPS.
[98] À l’exception de l’endroit où chaque infrac­
tion aurait été commise, les 56 chefs d’accusation
sont virtuellement identiques. Ils reprochent tous
à La Souveraine d’avoir « consenti et/ou autorisé »
Flanders Insurance Management and Administrative
Services Ltd. (« Flanders ») — un cabinet non inscrit
— à enfreindre l’art. 71 de la LDPSF, commettant
ainsi elle-même l’infraction visée à l’art. 482 de la
LDPSF.
[99] Upon conviction on all 56 counts, La
Souveraine would be liable to a mandatory min­
imum punishment — a fine of $560,000.
[99] Si elle est déclarée coupable des 56 chefs
d’accusation, La Souveraine est passible d’une
amende obligatoire d’au moins 560 000 $.
[100] Section 482 of the ADFPS reads:
[100] L’article 482 de la LDPSF est rédigé ainsi :
482. Every insurer that helps or, by encouragement, ad­
vice or consent or by an authorization or order, induces
a firm or an independent representative or independent
partnership through which it offers insurance products or
an executive officer, director, partner, employee or rep­
resentative of such a firm or independent partnership to
contravene any provision of this Act or the regulations is
guilty of an offence.
482. Un assureur qui aide ou, par un encouragement,
un conseil, un consentement, une autorisation ou un
ordre, amène un cabinet, ou un représentant autonome
ou une société autonome par l’entremise de qui il offre
des produits d’assurance, ou un dirigeant, administrateur,
associé, employé ou représentant de ce cabinet ou de
cette société autonome, à enfreindre une disposition de la
présente loi ou de ses règlements commet une infraction.
The same applies to any director, executive officer,
employee or mandatary of an insurer.
Il en est de même de tout administrateur, dirigeant,
employé ou mandataire d’un assureur.
796
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
[101] I am satisfied that this provision creates a
discrete substantive offence, rather than a party lia­
bility offence. Manifestly, an insurer found to have
violated s. 482 of the ADFPS is neither guilty of
the same offence nor liable to the same penalty as
the firm it helped or induced to contravene another
provision of the Act or regulations. Party liability is
expressly provided for in s. 491 of the ADFPS.
[101] Je suis convaincu que la disposition pré­
citée crée une infraction substantielle distincte,
plutôt qu’une infraction de responsabilité en
tant que participant. De toute évidence, l’assureur
reconnu coupable d’avoir enfreint l’art. 482 de
la LDPSF n’est ni coupable de la même infrac­
tion, ni passible de la même peine que le cabinet
qu’il a aidé ou amené à enfreindre une autre
disposition de la Loi ou de ses règlements. La
responsabilité en tant que participant est expres­
sément prévue à l’art. 491 de la LDPSF.
[102] This view is supported by Demers v.
Autorité des marchés financiers, 2013 QCCA 323
(CanLII), a unanimous judgment of the Quebec
Court of Appeal released after it had decided the
matter now before us. In Demers, Kasirer J.A.
explained the differences between s. 482 of the
ADFPS and true party liability offences this way
(paras. 55-56):
[102] Cette opinion est appuyée par l’arrêt
Demers c. Autorité des marchés financiers, 2013
QCCA 323 (CanLII), un jugement unanime
rendu par la Cour d’appel du Québec posté­
rieurement à son jugement en l’espèce. Dans
Demers, le juge d’appel Kasirer a expliqué en
ces termes ce qui distingue l’infraction visée à
l’art. 482 de la LDPSF des véritables infractions de
responsabilité en tant que participant (par. 55-56) :
[TRANSLATION] It should be noted that according to
section 208 [Securities Act, R.S.Q., c. V-1.1], an ac­
complice is guilty of the offence committed by the prin­
cipal offender “as if he had committed it himself/comme
s’il l’avait commise lui-même”. Section 482 [ADFPS],
on the other hand, provides that an insurer that acts
in the contemplated manner is guilty of “an offence/
une infraction” that is distinct from the one com­mitted
by the principal offender. Thus, section 208 is merely a
mode of participation — Ms. Demers was found guilty
of contravening section 11 of the SA by applica­tion of
the rule set out in section 208 — and not a separate
“offence”.
On notera que l’article 208 [Loi sur les valeurs
mobilières, L.R.Q., ch. V-1.1] précise que le complice
est coupable de l’infraction commise par l’acteur
principal « comme s’il l’avait commise lui-même/
as if he had committed it himself ». En revanche,
l’article 482 [LDPSF] prévoit que l’assureur qui se livre
au comportement visé est coupable d’« une infraction/
an offence », infraction distincte de celle commise par
l’acteur principal. L’article 208 est donc un simple mode
de participation — Mme Demers a été déclarée coupable
d’avoir enfreint l’article 11 de la LVM par le truchement
de la règle de l’article 208 — et non d’une « infraction »
en elle-même.
It should also be noted that the Act respecting the
distribution of financial products and services includes a
provision — section 491 [ADFPS] — that is practically
identical to section 208 SA. Like section 208 SA, it defines
a mode of participation which renders an accomplice
guilty of the same offence as the principal offender
“as if the person had committed it himself/comme s’il
l’avait commise lui-même”. This section, which parallels
section 208 SA, was not raised in La Souveraine as a
basis for the insurer’s liability. The differences between
section 208 SA and section 482 [ADFPS] suffice for me
to conclude that this Court’s decision in La Souveraine
cannot serve as a precedent in the case at bar. [Emphasis
added.]
Notons, de plus, que la Loi sur la distribution des
produits financiers [sic] comporte une disposition
pratiquement identique à celle prévue à l’article 208 LVM
— l’article 491 [LDPSF]. Comme le fait l’article 208
LVM, cet article définit un mode de participation qui
rend le complice coupable de la même infraction que le
contrevenant principal, « comme s’il l’avait commise
lui-même/as if the person had committed it himself ».
Ce dernier texte, cousin de l’article 208 LVM, n’a nul­
lement été soulevé dans La Souveraine pour fonder
la responsabilité de l’assureur. Les différences entre
l’article 208 LVM et l’article 482 [LDPSF] suffisent pour
conclure que l’arrêt de cette Cour dans La Souveraine
ne peut servir de précédent dans la présente affaire.
[Italiques ajoutés.]
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Fish
797
[103] I agree with Justice Kasirer.
[103] Je partage l’avis du juge Kasirer.
[104] Section 491 was adopted in its present form
in 2009 (S.Q. 2009, c. 58, s. 85). Had it been in force
in 2006, when the proceedings in this case were
instituted, it would have been open to the Au­thority
to charge La Souveraine with having participated
as a party in the 56 offences under s. 71 of the
ADFPS committed by Flanders. Only then could
La Souveraine, as in Demers, properly be convicted
“of the same offence as the principal offender ‘as
if the person had committed it himself/comme s’il
l’avait commise lui-même’” (Demers, at para. 56).
La Souveraine would in that case have been liable,
of course, to the penalty for a violation of s. 71,
rather than the much larger mandatory minimum
penalty for a violation of s. 482.
[104] L’article 491 a été adopté dans sa forme
actuelle en 2009 (L.Q. 2009, ch. 58, art. 85). S’il
avait été en vigueur en 2006, lorsque la poursuite
a été intentée dans la présente affaire, il aurait
été loisible à l’Autorité d’accuser La Souveraine
d’avoir agi en tant que participant aux 56 infrac­
tions à l’art. 71 de la LDPSF commises par Flanders.
Ce n’est que dans une telle situation que La
Souveraine aurait pu à juste titre être déclarée cou­
pable, comme l’accusée dans Demers, « de la même
infraction que le contrevenant principal, “comme
[si elle] l’avait commise [elle]-même/as if the
person had committed it himself” » (Demers,
par. 56). La Souveraine aurait alors été passible,
évidemment, de la peine applicable en cas de vio­
lation de l’art. 71, et non de la peine minimale
obligatoire beaucoup plus lourde qu’entraîne la
violation de l’art. 482.
[105] But one thing is certain: No such charges
could be laid, as they were here, under s. 482. That
is precisely why s. 491 was adopted in its present
form: Its declared purpose was to provide for party
liability ­— which did not exist under s. 482, nor
apparently under any other provision relevant to the
present proceedings. This was recognized by the
Minister of Finance in 2009, when the amendment
to s. 491 of the ADFPS was introduced in the
National Assembly.
[105] Chose certaine : aucune accusation de ce
genre ne pouvait être portée, comme ce fut le cas en
l’espèce, en vertu de l’art. 482. C’est précisément
pour cette raison que l’art. 491 a été adopté dans sa
forme actuelle. Il avait pour objet déclaré d’établir
l’infraction de responsabilité en tant que participant
— responsabilité qui n’était prévue ni par l’art. 482,
ni apparemment par quelque autre disposition per­
tinente dans la présente instance. Le ministre des
Finances l’a d’ailleurs reconnu en 2009, quand la
modification proposée à l’art. 491 de la LDPSF a
été déposée à l’Assemblée nationale.
[106] The Minister explained that the amendment
[TRANSLATION] “introduces a new section 491 to in­
clude complicity among the offences. And the inset
also adds that the same applies to a person who, by
encouragement or advice or by an order, induces
another person to commit an offence” (R. Bachand,
Journal des débats de la Commission permanente des
finances publiques, vol. 41, No. 47, 1st Sess., 39th Leg.,
November 26, 2009, at p. 21 (emphasis added)).
[106] Le ministre a expliqué que la modification
« introduit un nouvel article 491 pour ajouter la
complicité parmi les infractions. Et [la note] ajoute
aussi que la même règle s’applique à celui qui, par des
encouragements, des conseils ou des ordres, amène
quelqu’un à commettre une infraction » (R. Bachand,
Journal des débats de la Commission permanente des
finances publiques, vol. 41, no 47, 1re sess., 39e lég.,
26 novembre 2009, p. 21 (italiques ajoutés)).
[107] Here, without the benefit of s. 491, the
Authority charged La Souveraine with 56 counts
under s. 482 — a substantive offence with a dif­
ferent penalty — and claimed 56 times the
[107] En l’espèce, alors qu’elle ne disposait pas
de l’art. 491, l’Autorité a déposé contre La
Souveraine 56 chefs d’accusation en vertu de
l’art. 482 — une infraction substantielle pas­sible
798
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
mandatory minimum penalty under s. 482 as if
La Souveraine, under that section, was a party to
the offences allegedly committed by Flanders.
d’une peine différente — et a réclamé pour cha­cune
des 56 accusations la peine minimale obli­gatoire
prévue à l’égard de l’art. 482, tout comme si
La Souveraine était, sur le fondement de cette
disposition, responsable en tant que par­ticipant
des infractions reprochées à Flanders.
[108] In essence, this is how the Authority itself
sought at the hearing of the appeal to defend the
multiplicity of charges laid against La Souveraine.
Replying to questions by the Court, counsel for
the Authority submitted that La Souveraine com­
mitted an offence under s. 482 of the ADFPS by
proxy (“par procuration”) each time Flanders, its
mandatary, committed an offence under some other
provision of the Act or regulations (transcript, at
pp. 37-40).
[108] C’est essentiellement de cette façon que
l’Autorité elle-même a tenté, à l’audition du pour­
voi, de défendre les multiples accusations déposées
contre La Souveraine. En réponse aux questions
de la Cour, l’avocat de l’Autorité a avancé que La
Souveraine avait commis par procuration une
infraction prévue à l’art. 482 de la LDPSF chaque
fois que Flanders, son mandataire, commettait une
infraction prévue à quelque autre disposition de la
Loi ou de ses règlements (transcription, p. 37-40).
[109] As we have seen, however, the first para­
graph of s. 482 creates neither a vicarious liability
nor a party liability offence. Rather, it cre­ates a dis­
crete substantive offence, of which the gravamen is
to help or induce another firm to contravene the Act
or regulations.
[109] Toutefois, comme nous l’avons vu, le pre­
mier paragraphe de l’art. 482 ne crée ni une infrac­
tion fondée sur la responsabilité du fait d’autrui,
ni une infraction de responsabilité en tant que par­
ticipant. Il crée plutôt une infraction substantielle
distincte, dont l’essentiel consiste pour un assureur
à aider ou à amener un autre cabinet à enfreindre la
Loi ou ses règlements d’application.
[110] Under the second paragraph of s. 482,
a mandatary of the insurer likewise commits the
substantive offence set out in the first paragraph
when it (the mandatary) helps or induces another
person or firm to contravene the Act or regulations.
[110] Aux termes du second alinéa de l’art. 482,
le mandataire d’un tel assureur commet lui aussi
l’infraction substantielle énoncée au premier alinéa
s’il aide ou amène une autre personne ou un autre
cabinet à enfreindre la Loi ou ses règlements
d’application.
[111] Nowhere does s. 482 of the ADFPS provide
that an insurer or its mandatary is liable for offences
committed by the person or firm induced — by
either the insurer or its mandatary — to commit
them. Insurer and mandatary alike, when they aid
or induce another to commit a substantive offence
under the ADFPS, such as s. 482, may now be
prosecuted under s. 491 of the ADFPS as parties to
that offence. But they are not liable as parties when
charged under s. 482, as La Souveraine was in this
case.
[111] L’article 482 de la LDPSF n’indique
d’aucune façon qu’un assureur ou, selon le cas,
son mandataire est responsable des infractions
commises par la personne ou le cabinet que l’un
ou l’autre a amené à commettre. Tant les assu­
reurs que leurs mandataires, lorsqu’ils aident ou
amènent quelqu’un à commettre une infraction
substantielle établie par la LDPSF, par exemple
celle prévue à l’art. 482, peuvent désormais être
poursuivis en vertu de l’art. 491 de cette loi en tant
que participants à cette infraction. Ils n’engagent
cependant pas leur responsabilité en tant que
participants lorsqu’ils font l’objet d’accusations
fondées sur l’art. 482, comme le fut La Souveraine
en l’espèce.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Le juge Fish
799
[112] While Flanders issued 56 individual cer­
tificates, each signed on behalf of La Souveraine,
it hardly follows that Flanders was acting under
56 separate authorizations — the basis of the sub­
stantive offence under s. 482 with which La
Souveraine was charged. La Souveraine was not
charged with an offence under s. 71, nor, as we
have seen, could it have been charged as a party
to that offence under s. 491. Flanders contravened
s. 71 of the ADFPS under La Souveraine’s single
authorization.
[112] Bien que Flanders ait délivré 56 certificats
individuels, chacun signé pour le compte de La
Souveraine, il est loin de s’ensuivre que Flanders
agissait en vertu de 56 autorisations distinctes —
le fondement de l’infraction substantielle prévue
par l’art. 482 et dont La Souveraine a été accusée.
Cette dernière n’a pas été accusée de l’infraction
prévue à l’art. 71 et, comme nous l’avons vu plus
tôt, elle n’aurait pas non plus pu être accusée, en
vertu de l’art. 491, d’avoir commis cette infraction
en tant que participant. Flanders a enfreint l’art. 71
de la LDPSF sur la base d’une seule et même auto­
risation de La Souveraine.
[113] The decision to create a discrete substantive
offence by enacting s. 482 represents a deliberate
legislative choice to which courts must give effect.
So, too, must the legislator’s choice, long after the
present proceedings were instituted, to provide for
party liability in s. 491 (see G. Létourneau, Code
de procédure pénale du Québec: annoté (9th ed.
2011), at pp. 118-19).
[113] La décision de créer une infraction sub­
stantielle distincte en édictant l’art. 482 représente
un choix législatif délibéré, auquel les tribunaux
doivent donner effet. Il en est de même de la décision
qu’a prise le législateur, bien après l’introduction
des procédures dans la présente affaire, d’établir une
infraction de responsabilité en tant que participants
à l’art. 491 (voir G. Létourneau, Code de procédure
pénale du Québec : annoté (9e éd. 2011), p. 118119).
[114] On no view of the matter can it be said,
as the Authority does here, that an insurer is guilty
under s. 482 of offences committed by its mandatary
under some other provision of the Act.
[114] Quel que soit l’angle sous lequel la ques­
tion est examinée, il est impossible d’affirmer,
comme le fait l’Autorité en l’espèce, qu’un assureur
est coupable, par application de l’art. 482, des
infractions à quelque autre disposition de la Loi
que commet son mandataire.
III
III
[115] It is undisputed that Flanders, with the
authorization of La Souveraine, renewed the in­
surance policies of the 56 Quebec merchants lo­
cated in Alma and elsewhere in Quebec, contrary to
s. 71 of the ADFPS.
[115] Nul ne conteste que Flanders, avec l’auto­
risation de La Souveraine, a renouvelé les polices
d’assurance des 56 marchands québécois établis
à Alma et ailleurs au Québec, enfreignant ainsi
l’art. 71 de la LDPSF.
[116] It is also uncontested that the precise lo­
cation where the authorization was granted is im­
material to the outcome of these proceedings; that
this case would in any event fall within the terri­
torial jurisdiction of the Court of Quebec; and that
La Souveraine was not misled or prejudiced in its
defence or appeal by the locations specified in the
complaint.
[116] Personne ne conteste non plus que l’endroit
précis où l’autorisation a été accordée n’a aucune
pertinence quant à l’issue de la présente instance,
que la présente affaire relève en tout état de cause
de la compétence territoriale de la Cour du Québec
et que les endroits indiqués dans la plainte n’ont pas
eu pour effet d’induire La Souveraine en erreur en
ce qui concerne sa défense ou son appel ou de lui
causer préjudice à cet égard.
800
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[117] No injustice would therefore be occasioned
by convicting La Souveraine on the first count as
drafted, even if La Souveraine in fact consented
or authorized Flanders to contravene the ADFPS
elsewhere in Quebec.
[117] Il n’y aurait donc aucune injustice si La
Souveraine était déclarée coupable du premier chef
d’accusation, tel qu’il est rédigé, même si elle a effec­
tivement consenti à ce que Flanders enfreigne la
LDPSF ailleurs au Québec ou qu’elle l’a autorisée
à le faire.
IV
IV
[118] In the result, as mentioned at the outset,
I would allow the appeal in part and substitute a
single conviction for the 56 convictions entered
at trial and restored by the Court of Appeal (2012
QCCA 13 (CanLII)).
[118] Par conséquent, comme je l’ai mentionné
au tout début des présents motifs, j’accueillerais
le pourvoi en partie et je substituerais une seule
déclaration de culpabilité aux 56 qui ont été
inscrites à l’issue du procès et rétablies par la Cour
d’appel (2012 QCCA 13, [2012] R.J.Q. 111).
The following are the reasons delivered by
Version française des motifs rendus par
[119] Abella J. (dissenting) — I agree with
Justice Wagner that s. 482 of An Act respecting
the distribution of financial products and services,
R.S.Q., c. D-9.2, creates a strict liability offence.
With great respect, however, in my view the
defence of officially induced error should apply and
La Souveraine’s appeal allowed.
[119] La juge Abella (dissidente) — Je
suis d’accord avec le juge Wagner pour dire que
l’art. 482 de la Loi sur la distribution de produits
et services financiers, L.R.Q., ch. D-9.2, crée une
infraction de responsabilité stricte. Toutefois, avec
égards pour l’opinion contraire exprimée par mon
collègue, je suis d’avis que la défense d’erreur
provoquée par une personne en autorité devrait
s’appliquer et que le pourvoi de La Souveraine
devrait être accueilli.
[120] Strict liability offences exist as an “inter­
mediate category” of offences, between criminal
offences which incorporate a mens rea element
and absolute liability offences, where proof of a
proscribed act alone is sufficient for a conviction.
The category of strict liability offences was de­
veloped by Dickson J. in R. v. City of Sault Ste.
Marie, [1978] 2 S.C.R. 1299, to acknowledge the
unique character of public welfare offences, which
[120] Les infractions de responsabilité stricte
constituent une « catégorie intermédiaire » d’infrac­
tions, qui se situe entre les infractions criminelles
— qui exigent la mens rea — et les infractions de
responsabilité absolue — infractions où la preuve
d’un acte prohibé suffit à elle seule pour entraîner
une déclaration de culpabilité. La catégorie des
infractions de responsabilité stricte a été élaborée
par le juge Dickson dans l’arrêt R. c. Ville de Sault
Ste-Marie, [1978] 2 R.C.S. 1299, pour tenir compte
de la nature unique des infractions contre le bien-être
public, lesquelles
evolved in mid-nineteenth century Britain . . . as a
means of doing away with the requirement of mens rea
for petty police offences. The concept was a judicial
creation, founded on expediency. That concept is now
firmly imbedded in the concrete of Anglo-American
and Canadian jurisprudence, its importance heightened
sont nées en Angleterre au milieu du 19e siècle [. . .]
comme moyens de se débarrasser de la mens rea en
matière de contraventions de simple police. Le concept
était une création judiciaire fondée sur des raisons de
commodité. Il est maintenant fermement ancré dans les
jurisprudences anglo-américaine et canadienne et son
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
La juge Abella
801
by the every-increasing complexities of modern society.
[p. 1310]
importance s’est accrue avec la complexité grandissante
de la société moderne. [p. 1310]
[121] The Court concluded that absent language
indicating a different legislative intent, public wel­
fare offences should be construed as strict liabil­
ity offences. The purpose was to avoid having an
individual who is “morally innocent in every sense
. . . branded as a malefactor and punished as
such”, as occurred in an absolute liability offence
(p. 1310). As Dickson J. explained:
[121] La Cour a conclu que, en l’absence de
termes indiquant une intention différente du légis­
lateur, les infractions contre le bien-être public
doivent être considérées comme étant des infrac­
tions de responsabilité stricte. Cette conclusion
avait pour but d’éviter qu’un individu « moralement
innocent sous tous rapports [soit] traité de criminel
et puni comme tel », comme cela se produisait dans
le cas des infractions de responsabilité absolue
(p. 1310). Comme l’a expliqué le juge Dickson :
Public welfare offences obviously lie in a field of
con­flicting values. It is essential for society to maintain,
through effective enforcement, high standards of public
health and safety. Potential victims of those who carry
on latently pernicious activities have a strong claim to
consideration. On the other hand, there is a generally held
revulsion against punishment of the morally innocent.
[p. 1310]
Les infractions contre le bien-être public mettent
manifestement en jeu des valeurs contradictoires. Il
est essentiel que la société maintienne, par un con­
trôle efficace, un haut niveau d’hygiène et de sécurité
publiques. Il faut sérieusement prendre en considéra­
tion les victimes potentielles de ceux qui exercent des
activités comportant un danger latent. En revanche, on
répugne généralement à punir celui qui est moralement
innocent. [p. 1310]
[122] As with absolute liability offences, the
Crown would still need to prove that the prohib­ited
act was committed, but in strict liability offences
it would be open to the accused to establish that “all
reasonable care was taken” (p. 1315). Reasonable
care was defined as follows:
[122] Tout comme pour les infractions de res­
ponsabilité absolue, le ministère public devait
continuer de prouver la perpétration de l’acte
prohibé, mais, dans le cas des infractions de res­
ponsabilité stricte, il devenait loisible à l’accusé
d’établir que « toutes les précautions raisonnables
ont été prises » (p. 1315). La notion de diligence
raisonnable a été définie ainsi :
This involves consideration of what a reasonable man
would have done in the circumstances. The defence
will be available if the accused reasonably believed in
a mistaken set of facts which, if true, would render the
act or omission innocent, or if he took all reasonable
steps to avoid the particular event. [p. 1326]
Ceci comporte l’examen de ce qu’une personne
raisonnable aurait fait dans les circonstances. La défense
sera recevable si l’accusé croyait pour des motifs
raisonnables à un état de faits inexistant qui, s’il avait
existé, aurait rendu l’acte ou l’omission innocent, ou si
l’accusé a pris toutes les précautions raisonnables pour
éviter l’événement en question. [p. 1326]
(See also Lévis (City) v. Tétreault, 2006 SCC 12,
[2006] 1 S.C.R. 420, at para. 15.)
(Voir également Lévis (Ville) c. Tétreault, 2006 CSC
12, [2006] 1 R.C.S. 420, par. 15.)
There were thus two defences to strict liability
offences: mistake of fact, and due diligence —
taking all reasonable steps to avoid the impugned
act.
Il existait donc deux moyens de défense pouvant
être invoqués à l’égard des infractions de res­
ponsabilité stricte : l’erreur de fait et la diligence
raisonnable — à savoir le fait d’avoir pris toutes
les mesures raisonnables pour éviter l’acte reproché.
802
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[123] Since Sault Ste. Marie, a new defence to
strict liability offences has emerged: officially in­
duced error. It was first recognized by Lamer C.J. in
his concurring reasons in R. v. Jorgensen, [1995] 4
S.C.R. 55:
[123] Depuis l’arrêt Sault Ste-Marie, un nouveau
moyen de défense s’est développé en matière d’infrac­
tions de responsabilité stricte : l’erreur provoquée par
une personne en autorité. Cette défense a été reconnue
pour la première fois par le juge en chef Lamer dans
ses motifs concordants dans l’arrêt R. c. Jorgensen,
[1995] 4 R.C.S. 55 :
Officially induced error of law exists as an exception
to the rule that ignorance of the law does not excuse. . . .
[T]he complexity of contemporary regulation makes the
assumption that a responsible citizen will have a com­
prehensive knowledge of the law unreasonable. This com­
plexity, however, does not justify rejecting a rule which
encourages a responsible citizenry, encourages government
to publicize enactments, and is an essential foundation to
the rule of law. Rather, extensive regulation is one motive
for creating a limited exception to the rule that ignorantia
juris neminem excusat. [para. 25]
L’erreur de droit provoquée par une personne en
autorité existe à titre d’exception à la règle selon laquelle
l’ignorance de la loi ne constitue pas une excuse. [. . .]
[L]a complexité des règlements actuels permet de pré­
sumer qu’un citoyen responsable ne peut raison­na­
ble­ment avoir une connaissance approfondie du droit.
Toutefois, cette complexité ne justifie pas le rejet d’une
règle qui encourage les citoyens à devenir responsables
et le gouvernement à rendre publiques les règles de droit,
et qui constitue un fondement essentiel de la primauté
du droit. La multiplicité des règlements est un motif
qui permet de créer une exception limitée à la règle
selon laquelle l’ignorance de la loi n’est pas une excuse.
[par. 25]
[124] Lamer C.J. explained the differences be­
tween officially induced error and due diligence as
follows:
[124] Le juge en chef Lamer a expliqué ainsi
les différences entre l’erreur provoquée par une
personne en autorité et la diligence raisonnable :
While due diligence in ascertaining the law does not
excuse, reasonable reliance on official advice which is
erroneous will excuse an accused but will not, in my
view, negative culpability. There are two important
distinctions between these related provisions. First, due
diligence, in appropriate circumstances, is a full defence.
If successfully raised, the elements of the offence are
not completed. Officially induced error, on the other
hand, does not negative culpability. Rather it functions
like entrapment, as an excuse for an accused whom the
Crown has proven to have committed an offence. Second,
diligence may be necessary to obtain the advice which
grounds an officially induced error. This is so because
an accused who seeks to rely on this excuse must have
weighed the potential illegality of her actions and made
reasonable inquiries. This standard, however, does not
convert officially induced error into due diligence.
[Emphasis added; para. 22.]
Bien que la diligence raisonnable exercée pour vérifier
le droit ne constitue pas une excuse, le fondement
raisonnable sur un avis officiel qui est erroné excusera
l’accusé mais, à mon avis, n’écartera pas la culpabilité. Il
existe deux distinctions importantes entre ces dispositions
connexes. Premièrement, la diligence raisonnable dans
des circonstances appropriées constitue un moyen de
défense complet. S’il est soulevé avec succès, les élé­
ments de l’infraction ne sont pas complétés. Par ailleurs,
l’erreur provoquée par une personne en autorité n’écarte
pas la culpabilité. Elle fonctionne plutôt comme la
provocation policière, c’est-à-dire comme une excuse
pour un accusé dont la culpabilité a été établie par le
ministère public. Deuxièmement, la diligence peut être
nécessaire pour obtenir le conseil sur lequel est fondée
l’erreur provoquée par une personne en autorité. Il en
est ainsi parce qu’un accusé qui cherche à se fonder sur
cette excuse doit avoir évalué la possibilité d’illégalité
de ses actions et s’être renseigné de façon raisonnable.
Toutefois, cette norme ne permet pas de convertir en
dili­gence raisonnable l’erreur provoquée par une per­
sonne en autorité. [Italiques ajoutés; par. 22.]
[125] Lamer C.J. set out six criteria for what
he called the “excuse” of officially induced error.
[125] Le juge en chef Lamer a énoncé six cri­­
tères qui doivent être réunis pour que s’applique
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
La juge Abella
803
LeBel J. formally endorsed it as a defence in
Lévis, and characterized the six criteria as being:
l’« excuse » qu’il a appelée erreur provoquée par
une personne en autorité. Dans l’arrêt Lévis, le juge LeBel a formellement souscrit à cette excuse
comme moyen de défense, et il a décrit ces six
critères de la manière suivante :
(1)
that an error of law or of mixed law and fact was
made;
(1)
la présence d’une erreur de droit ou d’une erreur
mixte de droit et de fait;
(2)
that the person who committed the act considered
the legal consequences of his or her actions;
(2)
la considération par son auteur des conséquences
juridiques de l’acte accompli;
(3)
that the advice obtained came from an appropriate
official;
(3)
le fait que l’avis obtenu provenait d’une personne
compétente en la matière;
(4)
that the advice was reasonable;
(4)
le caractère raisonnable de l’avis;
(5)
that the advice was erroneous; and
(5)
le caractère erroné de l’avis reçu;
(6)
that the person relied on the advice in committing
the act. [para. 26]
(6)
l’accomplissement de l’acte sur la base de cet
avis. [par. 26]
[126] LeBel J. emphasized that the burden is on
the accused to establish not only that the information
it obtained was objectively reasonable, but also that
reliance on it was reasonable. The reasonableness
of the reliance was to be determined by such fac­
tors as
[126] Le juge LeBel a souligné que l’accusé
a l’obligation d’établir non seulement que les
renseignements qu’il a obtenus étaient objec­
tivement raisonnables, mais également qu’il était
raisonnable de se fier sur ceux-ci. La question
de savoir s’il était raisonnable de se fier à ces
renseignements doit être décidée en fonction de
facteurs tels les suivants :
the efforts made by the accused to obtain information,
the clarity or obscurity of the law, the position and role
of the official who gave the information or opinion,
and the clarity, definitiveness and reasonableness of the
information or opinion . . . . [para. 27]
. . . les efforts faits par le prévenu pour se renseigner,
la clarté ou l’obscurité du texte de la loi, le poste et le
rôle du fonctionnaire qui a fourni le renseignement ou
l’opinion, ainsi que la précision, la fermeté et le caractère
raisonnable de ceux-ci . . . [par. 27]
[127] To date, officially induced error has only
been used as a defence in circumstances where
the official actually gave erroneous information to
an accused. It has been seen, in other words, as
requiring official conduct of an active kind. In
my respectful view, however, there is no princi­
pled basis for excluding conduct of a more passive
character, including silence from an official, which
could, in some circumstances, reasonably be re­
lied on as approval, or an “inducement”. This is
particularly the case if the silence occurs in a reg­
ulatory framework that demonstrably requires a
degree of expedition. Punishing a regulated entity
who is dependent on the regulator’s timely response,
and reasonably relies on its silence, perpetuates the
very injustice that led to the development of the
[127] Jusqu’à maintenant, la défense fondée sur
l’erreur provoquée par une personne en autorité n’a
été invoquée que dans des cas où la personne en
autorité a concrètement fourni des renseignements
erronés à l’accusé. Autrement dit, on a considéré
que ce moyen de défense exigeait une conduite de
nature active de la part de la personne en autorité.
À mon avis toutefois, aucun principe ne justifie
d’exclure une conduite de nature plus passive, par
exemple le silence d’une personne en autorité. En
effet, dans certaines circonstances, un tel silence
pourrait raisonnablement être interprété comme
une approbation ou une « incitation ». C’est par­
ticulièrement le cas si le silence survient dans le
contexte d’activités réglementées requérant mani­
festement célérité. Punir une entité réglementée
804
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
strict liability defences in the first place: finding the
morally innocent culpable.
qui avait besoin d’une réponse en temps utile de
la part de l’organisme de réglementation et qui,
raisonnablement, s’est fiée au silence de ce dernier,
a pour effet de perpétuer l’injustice même qui est
à l’origine de la reconnaissance de moyens de
défense opposables aux infractions de responsabi­
lité stricte : les déclarations de culpabilité pronon­
cées contre des personnes moralement innocentes.
[128] Underlying the six elements of the defence
of officially induced error is the broad principle that
an individual not be held culpable when he or she
is induced by an official’s conduct into relying on a
reasonable but incorrect understanding of the law.
The analogous test in cases where official silence is
relied on, will amount to determining whether that
silence can be construed as an inducement to rely on
a reasonable but incorrect understanding of the law.
To paraphrase LeBel J. in Lévis, it will be necessary
to demonstrate not only that the “advice” gleaned
from the silence was reasonable, but also that
reliance on it was reasonable in the circumstances.
[128] Les six éléments de la défense fondée sur
l’erreur provoquée par une personne en autorité
reposent sur le principe général selon lequel un
individu ne doit pas être déclaré coupable lorsque
la conduite d’une personne en autorité l’a amené
à se fonder sur une interprétation raisonnable,
mais incorrecte, du droit applicable. L’analyse cor­
respondante dans les cas où l’accusé s’est appuyé
sur le silence d’une personne en autorité consiste
à se demander si ce silence a eu pour effet d’ame­
ner l’accusé à se fonder sur une interprétation rai­
sonnable, mais incorrecte, du droit applicable. Pour
paraphraser le juge LeBel dans Lévis, il sera néces­
saire de démontrer non seulement que l’« avis »
inféré du silence était raisonnable, mais aussi qu’il
était raisonnable de s’y fier dans les circonstances.
[129] The question, then, in dealing with an of­
ficial’s passive conduct, is whether a reasonable
person in the position of the accused would have
expected the official to inform it in a timely way
that its understanding of the law was incorrect.
The responsibilities of the official and the field and
complexity of the regulation at issue will be rel­
evant, as will the extent to which the accused could
reasonably have expected a timely response in order
to carry on its undertakings. If a body charged with
supervising a regulatory domain fails inexplicably to
respond relatively promptly to an accused’s erroneous
assertion, it shares the “blame” for the accused’s ig­
norance of the law (Jorgensen, at para. 36). In such
circumstances, it seems to me to be particularly in­
ap­propriate for that very regulatory body to bring
charges against an accused who has reasonably relied
on its silence.
[129] Par conséquent, lorsque le tribunal appré­
cie la conduite passive d’une personne en autorité,
il doit se demander si une personne raisonnable
se trouvant dans la situation de l’accusé se serait
attendue à ce que la personne en autorité l’informe
en temps utile que son interprétation de la loi
était incorrecte. Les responsabilités exercées par
la personne en autorité ainsi que le domaine et la
complexité du règlement en litige devront être
examinés, tout comme la mesure dans laquelle
l’accusé pouvait raisonnablement s’attendre à
recevoir en temps utile une réponse lui permettant
d’exercer ses activités. Si une entité chargée de
la supervision d’un secteur réglementé omet de
manière inexplicable de réagir relativement promp­
tement à une affirmation erronée de l’accusé, elle
partage la « responsabilité » à l’égard de l’igno­
rance de la loi de l’accusé (Jorgensen, par. 36).
En pareilles circonstances, il me semble particu­
lièrement malvenu pour ce même organisme de régle­
mentation de porter des accusations contre une
personne qui s’est raisonnablement fondée sur son
silence.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
La juge Abella
805
[130] That brings us to the facts of this case. The
Autorité des marchés financiers (“AMF”) is the reg­
ulatory body responsible for supervising the finan­
cial sector in Quebec and regulating the activities
of those engaged in business in that sector. Under
s. 4(3) of An Act respecting the Autorité des marchés
financiers, R.S.Q., c. A-33.2, the AMF is charged
with the responsibility to
[130] Cela nous amène aux faits de la pré­
sente espèce. L’Autorité des marchés financiers
(« AMF ») est l’organisme de réglementation
chargé de superviser le secteur financier au
Québec et de régir les activités des personnes
exploitant une entreprise dans ce secteur. Suivant
le par. 4(3) de la Loi sur l’Autorité des marchés
financiers, L.R.Q., ch. A-33.2, l’AMF est chargée
des responsabilités suivantes :
supervise the activities connected with the distribution
of financial products and services, administer the rules
governing eligibility for and the carrying on of those
activities, and take any measure provided by law for
those purposes;
. . . assurer l’encadrement des activités de distribution de
produits et services financiers en administrant en outre
les règles d’admissibilité et d’exercice de ces activités et
en prenant toute mesure prévue à la loi à ces fins;
It must also
Elle doit également
ensure that the financial institutions and other regulated
entities of the financial sector comply with . . . the
obligations imposed on them by law with a view to pro­
tecting the interests of consumers of financial prod­ucts
and services, and take any measure provided by law for
those purposes; [s. 4(2)]
veiller à ce que les institutions financières et autres inter­
venants du secteur financier [. . .] se conforment aux
obligations que la loi leur impose en vue de protéger les
intérêts des consommateurs de produits et utilisateurs de
services financiers et prendre toute mesure prévue à la loi
à ces fins; [par. 4(2)]
Moreover,
En outre,
[t]he Authority shall also act as an information and ref­
erence centre in all fields of the financial sector. [s. 7]
[l]’Autorité agit également à titre de centre de rensei­
gnements et de référence dans tous les domaines du
secteur financier. [art. 7]
The AMF is thus the expert and administrator of the
laws governing the financial sector, including An
Act respecting the distribution of financial products
and services. It is also the designated resource for
information about the financial sector that it reg­
ulates, a singularly complex regulatory environment.
L’AMF est donc l’organisme expert en ce qui con­
cerne les textes de loi qui régissent le secteur finan­
cier, notamment la Loi sur la distribution de
produits et services financiers, et qu’elle est chargée
d’administrer. Elle est également la ressource dési­
gnée pour fournir l’information au sujet du secteur
financier qu’elle régit, un environnement assujetti à
une réglementation singulièrement complexe.
[131] La Souveraine is an Alberta-based insur­
ance company, registered with the AMF as an in­
surer in Quebec. It issues insurance certificates
through brokers, one of whom was Flanders In­
surance Management and Administrative Services
Ltd. La Souveraine used Flanders to insure displayfloor inventories of recreational products. These
inventories were financed by GE Commercial Dis­
tribution Finance Canada (“GE”) in what is called
[131] Société d’assurance basée en Alberta
et inscrite auprès de l’AMF à titre d’assureur
au Québec, La Souveraine délivre des certificats
d’assurance par l’entremise de courtiers, dont
l’un était Flanders Insurance Management and
Administrative Services Ltd. Elle avait recours
aux services de Flanders pour assurer des inven­
taires de produits récréatifs. Ces produits, qui
étaient financés par GE Financement commercial
806
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
“floor plan financing”, and distributed to 56 dealers
in Quebec.
aux détaillants Canada (« GE ») dans le cadre de ce
qu’on appelle un « financement de stocks », étaient
distribués à 56 concessionnaires au Québec.
[132] The chronology in this case is key. When
Flanders became the broker for GE’s inventories,
the previous broker, Hayhurst Elias Dudek Inc.,
complained about Flanders to the regulatory author­
ities in every province, alleging breaches of the re­
spective provincial statutory scheme. Its complaint
to the AMF, dated November 1, 2004, alleged that
Flanders was acting as an insurer in Quebec without
a licence contrary to s. 71 of An Act respecting the
distribution of financial products and services.
[132] La chronologie des événements est un élé­
ment essentiel pour bien comprendre la présente
espèce. Lorsque Flanders a commencé à agir
comme courtier à l’égard des inventaires de GE,
l’ancien courtier, Hayhurst Elias Dudek Inc., a
déposé auprès des autorités de réglementation de
chaque province des plaintes reprochant à Flanders
d’avoir contrevenu à leur régime législatif respectif.
Dans la plainte datée du 1er novembre 2004 qu’il a
adressée à l’AMF, l’ancien courtier prétendait que
Flanders agissait à titre de courtier en assurance au
Québec sans détenir de permis, en contravention de
l’art. 71 de la Loi sur la distribution de produits et
services financiers.
[133] On April 28, 2005, as a result of the com­
plaint, the AMF’s Deputy Director of Investigations
wrote to La Souveraine asking it for documents and
information pertaining to the “floor plan” insurance
it was providing in Quebec through Flanders. He
also directed La Souveraine to send the documents
to the investigator in charge of the file.
[133] Le 28 avril 2005, par suite de la plainte à
l’AMF, le directeur adjoint des enquêtes de cette
dernière a écrit à La Souveraine pour lui demander
des documents et des renseignements au sujet de
l’assurance « financement de stocks » qu’elle
offrait au Québec par l’entremise de Flanders. Il a
également enjoint à La Souveraine d’envoyer les
documents à l’enquêteur responsable du dossier.
[134] On June 10, La Souveraine sent the re­
quested documents to the investigator. Its accom­
panying letter gave a full accounting of its business
relationship in Quebec with Flanders. Notably, it also
stated that in its view there was no licensing issue,
a view, as found by the trial judge, supported by a
legal opinion La Souveraine had obtained from
Flanders’ lawyers:
[134] Le 10 juin, La Souveraine a envoyé les
documents demandés à l’enquêteur. Dans une let­
tre d’accompagnement, elle décrivait en détail ses
rap­ports commerciaux avec Flanders au Québec. En
particulier, elle affirmait que selon elle l’absence
de permis ne causait aucun problème, opinion qui,
comme l’a constaté le juge du procès, était appuyée
par un avis juridique qu’avait obtenu La Souveraine
des avocats de Flanders :
As GE-CDF is Flanders’ client, and has its head office in
Ontario, there is no licensing issue.
[TRADUCTION] Comme GE-FCD est le client de Flanders
et que son siège social se trouve en Ontario, il n’existe
aucun problème de permis.
.
.
.
We are aware that a previous broker . . . decided to issue
letters of complaint against Flanders to all provincial
jurisdictions across the country. We believe that to date
. . .
Nous savons qu’un ancien courtier [. . .] a décidé de
porter plainte contre Flanders dans toutes les provinces
du pays. Nous croyons que, à ce jour, la plupart des
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
La juge Abella
807
most if not all have responded positively to the response
given by Flanders through their lawyer.
provinces, sinon toutes, ont accueilli favorablement la
réponse qu’a donnée Flanders par l’entremise de ses
avocats.
We trust that the information provided is to your
satisfaction and responds to your needs. Should you have
any other questions or require further detail please do not
hesitate to contact the writer. [A.R., vol. X, at pp. 15-16]
Nous espérons que les renseignements fournis sauront
répondre à vos besoins. Si vous avez d’autres questions
ou désirez obtenir des précisions supplémentaires,
n’hésitez pas à communiquer avec le soussigné. [d.a.,
vol. X, p. 15-16]
[135] The AMF did not respond. On August 25,
Flanders renewed the insurance certificates for the
56 Quebec dealers.
[135] L’AMF n’a pas répondu. Le 25 août,
Flanders a renouvelé les certificats d’assurance des
56 concessionnaires québécois.
[136] In January 2006, the AMF brought 56
charg­es against La Souveraine for each of the re­
newals of insurance that had taken place at the end
of August. Each charge was for [TRANSLATION]
“consent[ing] and/or authoriz[ing]” a non-licensed
entity to issue insurance in Quebec. There was a
minimum penalty of $10,000 for each charge.
[136] En janvier 2006, l’AMF a déposé 56 accu­
sations contre La Souveraine à l’égard des renou­vel­
le­ments survenus à la fin du mois d’août. Chacune
des accusations reprochait l’infraction d’avoir
« consenti et/ou autorisé » une entité non inscrite à
délivrer une police d’assurance au Québec. La peine
minimale était de 10 000 $ pour chaque accusation.
[137] I see in these facts all the requisite ele­
ments for officially induced error. La Souveraine
took reasonable steps to satisfy itself that it was
not violating the law. It based its conduct on a legal
opinion from Flanders’ lawyers, an opinion it could
reasonably have concluded to be reliable based not
only on the assumption that a lawyer’s advice can
be relied on as accurate, but also on the fact that
that advice had proved to be accepted by the other
provincial regulatory agencies. La Souveraine was
entitled to assume that since Flanders was a national
company, its lawyers would take the necessary steps
to ensure compliance with respective provincial reg­
ulations. The jurisdiction in which the law firm was
based is not relevant.
[137] Je vois dans ces faits tous les éléments
requis pour l’application de la défense d’erreur
provoquée par une personne en autorité. La
Souveraine a pris des mesures raisonnables pour
s’assurer qu’elle ne contrevenait pas à la loi. Elle
a fondé sa conduite sur un avis juridique des avo­
cats de Flanders, avis qu’elle pouvait raisonnable­
ment considérer comme fiable, non seulement
parce qu’il est permis de supposer que les conseils
donnés par un avocat sont exacts, mais aussi
parce que cet avis avait été accepté par les autres
organismes provinciaux de réglementation. La
Souveraine était justifiée de penser que, du fait
que Flanders est une société d’envergure natio­
nale, les avocats de cette dernière font les démar­
ches nécessaires pour veiller au respect de la
réglementation applicable dans chaque province.
Le ressort dans lequel était établi le cabinet
d’avocats en question n’est pas pertinent.
[138] The legal context was far from readily as­
certainable. The AMF is responsible for regulat­
ing and being a resource for information about a
highly complex financial sector. It has a duty to be
diligent in performing its statutory role. Most of the
entities it regulates require information in a timely
way in order to carry on their businesses. This is
[138] Le contexte juridique était loin d’être facile
à déterminer. L’AMF est chargée de réglemen­
ter un secteur financier très complexe et d’agir
comme source de renseignements à cet égard. Elle
a l’obligation de s’acquitter avec diligence du
rôle qui lui est conféré par la loi. La plupart des
entités qu’elle réglemente ont besoin d’obtenir
808
LA SOUVERAINE
v.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
certainly true in dealing with insurance, where the
consequences of not having coverage can be cata­
strophic. La Souveraine set out its understanding
of the relevant legal requirements and the bases for
its understanding in an unambiguous letter to the
investigator responsible for the file. Yet rather than
respond to La Souveraine’s letter, the AMF brought
56 charges 7 months later. As Cournoyer J.A. noted
(2012 QCCA 13 (CanLII)):
l’information requise en temps utile afin de pou­
voir exercer leurs activités. C’est certainement vrai
dans le domaine des assurances, où les consé­
quences découlant de l’absence de couverture
peuvent être catastrophiques. La Souveraine a
exposé son interprétation des exigences légales
pertinentes, ainsi que les fondements de cette
interprétation, dans une lettre rédigée en termes
non ambigus qu’elle a adressée à l’enquêteur
responsable du dossier. Malgré cela, au lieu de
répondre à la lettre de La Souveraine, l’AMF a
plutôt déposé 56 accusations contre celle-ci 7 mois
plus tard. Comme l’a souligné le juge Cournoyer
(2012 QCCA 13, [2012] R.J.Q. 111) :
[TRANSLATION] . . . the AMF acts as an information and
reference centre in all areas of the financial industry
within the meaning of its constituent legislation. It is
therefore not surprising that [La Souveraine’s] executives
believed that the AMF would answer their questions. It
is even possible to imagine that the commission of the
offences would have been avoided in this case if it had.
[para. 249]
. . . l’AMF agit à titre de centre de renseignements et
de référence dans tous les domaines du secteur financier
au sens de sa loi constitutive. Il n’est pas surprenant
que les dirigeants de l’intimée [La Souveraine] aient
cru que l’AMF répondrait à leurs questions. On peut
même penser que cela aurait pu éviter la commission des
infractions en l’espèce. [par. 249]
Lamer C.J.’s observation in Jorgensen is particularly
apt in these circumstances, namely that “[a]s in the
case of entrapment . . . the state has done something
which disentitles it to a conviction” (para. 37).
L’observation suivante du juge en chef Lamer
dans Jorgensen est particulièrement à propos
dans les circonstances : « Comme dans le cas
de la provocation policière [. . .] l’État a eu une
conduite qui l’empêche d’obtenir une déclara­tion
de culpabilité » (par. 37).
[139] In addition, it is worth remembering that the
“clarity or obscurity” of the law will be a factor in
determining whether reliance on information from
an official is reasonable (Lévis, at para. 27). The
legal question at issue in this case was indisputably
complex. As Wagner J. points out, the regulatory
body itself had great difficulty determining whether
the law was being violated. In fact, there was
noth­ing so demonstrably unreasonable with La
Souveraine’s asserted understanding of the law
that it prompted the investigator responsible for
the file to send a corrective response.
[139] De plus, il convient de rappeler que la
« clarté ou l’obscurité » du texte de loi est un
fac­teur à considérer pour décider s’il est raisonna­
ble de se fonder sur les renseignements prove­nant
d’une personne en autorité (Lévis, par. 27). La
question de droit en litige dans le présent pourvoi
était incontestablement complexe. Comme le pré­
cise le juge Wagner, l’organisme de réglementation
lui-même éprouvait beaucoup de difficulté à déter­
miner si la loi était enfreinte. En fait, l’interprétation
que La Souveraine a dit faire du droit applicable de
la loi ne comportait aucun élément manifestement
déraisonnable au point d’inciter l’enquêteur res­
ponsable du dossier à lui répondre pour corriger
cette interprétation.
[2013] 3 R.C.S.
LA SOUVERAINE
c.
AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS
La juge Abella
809
[140] In these circumstances it seems to me to
have been reasonable for La Souveraine to rely
on the AMF’s conduct — in this case silence —
as confirmation that its understanding of the law
was correct and as an inducement to conduct it­
self accordingly and permit Flanders to renew the
insurance coverage for the 56 dealers. Had the
AMF responded in any way, let alone in a timely
one, La Souveraine could have brought itself into
conformity with the law. As Martin J. said in the
Superior Court (2009 QCCS 4494 (CanLII)):
[140] Dans ces circonstances, il me semble qu’il
était raisonnable pour La Souveraine de considérer
la conduite de l’AMF — en l’occurrence son silence
— comme une confirmation que l’interprétation
qu’elle faisait du droit applicable était exacte, et
comme une invitation à agir sur la foi de cette inter­
prétation et à permettre à Flanders de renouveler la
couverture des 56 concessionnaires. Si l’AMF avait
répondu d’une quelconque façon, et en temps utile
de surcroît, La Souveraine aurait pu se conformer
à la loi. Comme l’a affirmé le juge Martin en Cour
supérieure (2009 QCCS 4494 (CanLII)) :
[The Regulator] ought not to be seen to be lurking in
wait in the bushes ready to pounce, so to speak, once it
is satisfied that offences have been committed. [para. 12]
[TRADUCTION] [L’organisme de réglementation] ne doit
pas donner l’impression qu’il se cache dans les buissons,
prêt à bondir, si l’on peut dire, dès qu’il est convaincu
que des infractions ont été commises. [par. 12]
[141] I would allow the appeal and stay the
proceedings.
[141] J’accueillerais le pourvoi et ordonnerais
l’arrêt des procédures.
Appeal dismissed with costs, LeBel and Fish JJ.
dissenting in part and Abella J. dissenting.
Pourvoi rejeté avec dépens, les juges LeBel et
Fish sont dissidents en partie et la juge Abella est
dissidente.
Solicitors for the appellant: Robinson Sheppard
Shapiro, Montréal.
Procureurs de l’appelante : Robinson Sheppard
Shapiro, Montréal.
Solicitors for the respondent: Girard et al.,
Québec; Lepage Carette, Montréal.
Procureurs de l’intimée : Girard et al., Québec;
Lepage Carette, Montréal.
810
KATZ
v.
ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE)
[2013] 3 S.C.R.
Katz Group Canada Inc.,
Pharma Plus Drug Marts Ltd. and
Pharmx Rexall Drug Stores Ltd. Appellants
Katz Group Canada Inc.,
Pharma Plus Drug Marts Ltd. et
Pharmx Rexall Drug Stores Ltd. Appelantes
v.
c.
Minister of Health and Long-Term Care,
Lieutenant Governor-in-Council
of Ontario and Attorney General
of Ontario Respondents
Ministre de la Santé et
des Soins de longue durée,
Lieutenant-gouverneur en
conseil de l’Ontario et procureur
général de l’Ontario Intimés
- and -
- et -
Shoppers Drug Mart Inc.,
Shoppers Drug Mart (London)
Limited and Sanis Health Inc. Appellants
Shoppers Drug Mart Inc.,
Shoppers Drug Mart (London)
Limited et Sanis Health Inc. Appelantes
v.
c.
Minister of Health and Long-Term Care,
Lieutenant Governor-in-Council
of Ontario and Attorney General
of Ontario Respondents
Ministre de la Santé et
des Soins de longue durée,
Lieutenant-gouverneur en
conseil de l’Ontario et procureur
général de l’Ontario Intimés
Indexed as: Katz Group Canada Inc. v.
Ontario (Health and Long-Term Care)
Répertorié : Katz Group Canada Inc. c.
Ontario (Santé et Soins de longue durée)
2013 SCC 64
2013 CSC 64
File Nos.: 34647, 34649.
Nos du greffe : 34647, 34649.
2013: May 14; 2013: November 22.
2013 : 14 mai; 2013 : 22 novembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein,
Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Wagner.
ON APPEAL FROM THE COURT OF APPEAL FOR
ONTARIO
EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DE L’ONTARIO
Food and drugs — Regulations — Validity — Province of
Ontario enacting Regulations to effectively ban the sale
of private label drugs by pharmacies — Purpose of Reg­u­
lations to reduce drug prices — Whether Regula­tions are
ultra vires on the ground that they are inconsistent with
the statutory scheme and mandate — Drug Interchange­
ability and Dispensing Fee Act Regulation, R.R.O. 1990,
Reg. 935, s. 9 — Ontario Drug Benefit Act Regulation, O.
Reg. 201/96, s. 12.0.2.
Aliments et drogues — Règlements — Validité — Adop­
tion, par la province de l’Ontario, de règlements ayant
pour effet d’interdire effectivement la vente, par les phar­
ma­cies, de médicaments sous marque de distributeur —
Règle­ments ayant pour objectif de réduire les prix des
médi­caments — Les règlements sont-ils ultra vires au motif
qu’ils sont incompatibles avec l’objet et le mandat de la
loi? — Drug Interchangeability and Dispensing Fee Act
Regulation, R.R.O. 1990, Règl. 935, art. 9 — Ontario
Drug Benefit Act Regulation, O. Reg. 201/96, art. 12.0.2.
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
811
For decades, Ontario has been involved in an ongo­
ing struggle to control rising drug costs. Generic drugs
have been a key part of the strategy for dealing with this
prob­lem. Persistent market practices, however, have kept
ge­neric prices high. In Ontario, the result has been an
epi­sodic and totemic tug-of-war between regulators and
those engaged in the manufacture, distribution and sale
of generic drugs.
Depuis des décennies, l’Ontario lutte constamment en
vue de contrôler la hausse des prix des médicaments. Les
médicaments génériques ont constitué un élément clé de
la stratégie visant à contrer ce problème. Des pratiques
commerciales persistantes ont toutefois maintenu à des
niveaux élevés les prix des médicaments génériques. En
Ontario, on a ainsi assisté à des affrontements épisodiques
et totémiques entre les organismes de réglementation et
les entreprises chargées de la fabrication, de la distri­bu­
tion et de la vente des médicaments génériques.
In 1985, two complementary and intersecting stat­utes
were introduced together to address the problem of rising
drug prices for consumers: the Drug Interchangeability
and Dispensing Fee Act and the Ontario Drug Benefit
Act. The Drug Interchangeability and Dispensing Fee Act
empowers the Ministry to designate a cheaper generic
drug as “interchangeable” with a more expensive brand-­
name drug. Pharmacists must dispense the cheaper in­ter­
changeable generic to customers unless the prescribing
physician specifies “no substitution” or the customer agrees
to pay the extra cost of the brand name. This stat­ute also
limits the dispensing fees that pharmacies can charge
private customers.
En 1985, deux lois qui se complètent et se recoupent
ont été adoptées ensemble afin de remédier au problème
de la hausse des prix des médicaments pour les consom­
mateurs : la Loi sur l’interchangeabilité des médi­caments
et les honoraires de préparation et la Loi sur le régime de
médicaments de l’Ontario. La Loi sur l’interchangeabilité
des médicaments et les honoraires de préparation habilite
le ministère à désigner un médicament générique moins
coûteux comme étant « interchangeable » avec un médica­
ment de marque plus coûteux. Les pharmaciens doivent
délivrer aux clients le produit générique inter­changeable
moins coûteux à moins que le médecin qui prescrit n’indi­
que « pas de remplacement » ou que le client accepte de
payer le coût plus élevé du médicament de marque. La
loi limite également les honoraires de préparation que les
pharmacies peuvent demander à leurs clients privés.
The Ontario Drug Benefit Act governs the Ontario
Drug Benefit Program whereby the province reim­burses
pharmacies when they dispense prescription drugs at
no charge to “eligible persons” — primarily seniors and
persons on social assistance. All drugs for which On­tario
will provide reimbursement, along with the price that On­
tario will pay for them, are listed in the Formulary. When
a pharmacy dispenses a listed drug to an eligible per­
son, the Ontario Drug Benefit Act requires Ontario to
re­im­burse the pharmacy for an amount based on the For­
mulary price of the drug plus a prescribed mark-­up and
prescribed dispensing fee. This legislative scheme ef­
fectively creates two markets in Ontario for brand name
and generic drugs. The private market consists of indivi­
duals buying drugs at their own expense or for reim­
bursement by private drug insurance plans. The “public
market” is the government-funded Ontario Drug Benefit
Program. Generic drugs reach consumers in Ontario’s
pri­vate and public markets through a supply chain that
involves several participants regulated at the federal
level, the provincial level, or both. They are: fabrica­
tors, who make the generic drugs; manufacturers, who
sell ge­neric drugs under their own name to wholesalers
or di­rectly to pharmacies; wholesalers, who buy drugs
from manufacturers to distribute to pharmacies; and
La Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario
régit le Programme de médicaments de l’Ontario, par
lequel la province rembourse les pharmacies qui déli­
vrent sans frais des médicaments sur ordonnance à des
« personnes admissibles » — essentiellement les per­
sonnes âgées et les prestataires de l’aide sociale. Le
For­mulaire des médicaments énumère tous les médi­
caments remboursables par l’Ontario et indique les prix
que la province paye pour ces médicaments. Lorsqu’une
pharmacie délivre à une personne admissible un
médicament énuméré, la Loi sur le régime de médica­
ments de l’Ontario oblige la province à rembourser à
cette pharmacie un montant calculé en fonction du prix
du médicament prévu au Formulaire des médicaments,
auquel s’ajoutent une majoration prescrite ainsi que les
honoraires de préparation prescrits. Ce régime législatif
a pour effet de créer en Ontario deux marchés pour les
médicaments de marque et les médicaments géné­ri­
ques. Le marché privé est composé de particuliers qui
achètent des médicaments à leurs frais ou se font rem­
bourser par leur régime d’assurance-médicaments privé.
Le « marché public » correspond au Programme de médi­
caments de l’Ontario financé par le gouvernement onta­
rien. Les médicaments génériques sont dispensés aux
con­sommateurs ontariens sur le marché public et sur le
812
KATZ
v.
ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE)
[2013] 3 S.C.R.
phar­ma­cies, who buy drugs from wholesalers or man­
ufacturers and dispense them to their customers.
marché privé au moyen d’une chaîne d’approvi­sionne­
ment qui fait intervenir plusieurs participants assujettis
à la réglementation fédérale et à la régle­mentation pro­
vinciale, ou à l’une ou l’autre. Il s’agit des participants
sui­vants : les manufacturiers, qui fabriquent les médica­
ments génériques; les fabricants, qui vendent des médi­
caments génériques en leur propre nom à des grossistes
ou directement aux pharmacies; les grossistes, qui achè­
tent des médicaments aux fabricants en vue de leur dis­
tribution aux pharmacies; et les pharmacies, qui achè­tent
les médicaments aux grossistes ou aux fabricants et les
délivrent à leurs clients.
Before 2006, the price at which manufacturers
could apply to list generic drugs in the Formulary was
capped by regulations under the two statutes. In order
to be competitive, manufacturers would, however, give
pharmacies a substantial rebate to induce them to buy
their products. The price that manufacturers charged —
and customers paid — was thereby artificially increased
to the extent of the rebates. In 2006, in order to stop this
inflationary effect on generic drug prices, the two stat­
utes and the Regulations under them were amended to
prohibit rebates. The expected savings did not occur and
manufacturers continued to charge high prices for generic
drugs. Instead of the rebates, manufacturers were now
paying pharmacies $800 million annually in professional
allowances. Amendments were therefore introduced in
2010 eliminating the “professional allowances” ex­cep­tion.
Avant 2006, le prix auquel les fabricants pouvaient
demander que leurs médicaments génériques soient énu­
mérés au Formulaire des médicaments était plafonné
par les règlements d’application des deux lois. Pour
être concurrentiels, les fabricants consentaient toutefois
aux pharmacies des rabais substantiels pour les inciter à
acheter leurs produits. Le prix que les fabricants deman­
daient — et que les clients payaient — était par con­sé­
quent artificiellement augmenté dans la même pro­portion
que ces rabais. Pour stopper cette inflation des prix des
médicaments génériques, les deux lois et leurs règlements
d’application ont été modifiés en 2006 afin d’interdire les
rabais. Les économies prévues ne se sont pas matériali­
sées et les fabricants ont continué à demander des prix
élevés pour les médicaments génériques. Au lieu d’accor­
der des rabais, les fabricants payaient désormais aux
pharmacies 800 millions de dollars par année en remises
aux professionnels. Des modifications ont donc été intro­
duites en 2010 pour supprimer l’exception relative aux
« remises aux professionnels ».
The Regulations to the two statutes were also amended
to prevent pharmacies from controlling manufactur­
ers who sell generic drugs under their own name but do
not fabricate them. This was done by creating a category
designated as “private label products”, which includes
products sold but not fabricated by a manufacturer
which does not have an arm’s length relationship with
drug wholesalers or pharmacies. Under the Regulations,
private label products cannot be listed in the Formulary
or designated as interchangeable.
Les règlements d’application des deux lois ont égale­
ment été modifiés pour empêcher les pharmacies de
contrôler les fabricants qui vendent des médicaments
génériques en leur propre nom sans les fabriquer euxmêmes. Le législateur a créé à cette fin une catégorie
appelée « produits sous marque de distributeur » qui
englobe les produits vendus mais non fabriqués par un
fabricant qui a un lien de dépendance avec des grossis­
tes ou des pharmacies. Aux termes des règlements, les
pro­duits sous marque de distributeur ne peuvent être
énumérés au Formulaire des médicaments ni être dési­
gnés comme étant interchangeables.
Sanis Health Inc., a subsidiary of Shoppers Drug Mart,
was incorporated by Shoppers for the purpose of buying
generic drugs from third party fabricators and selling them
under the Sanis label in Shoppers Drug Mart stores. Katz
Group Canada Inc., Pharma Plus Drug Marts Ltd. and
Pharmx Rexall Drug Stores Ltd. also operate pharmacies
Sanis Health Inc., une filiale de Shoppers Drug Mart,
a été constituée en personne morale par Shoppers en vue
d’acheter des médicaments génériques de manufacturiers
tiers et de les vendre sous la marque Sanis dans les
magasins Shoppers Drug Mart. Katz Group Canada
Inc., Pharma Plus Drug Marts Ltd. et Pharmx Rexall
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
in Ontario and, like Shoppers, have taken steps to set up
their own “private label” manufacturer. In 2010, Sanis
applied to list several generic drugs in the Formulary and
have them designated as “interchangeable”. Its application
was rejected, however, because those generic drugs were
“private label products”. Shoppers and Katz chal­lenged
the Regulations that banned the sale of private la­bel prod­
ucts as being ultra vires on the grounds that they were
inconsistent with the purpose and mandate of the statutes.
The challenge succeeded in the Divisional Court. The
Court of Appeal reversed the decision.
Held: The appeal should be dismissed.
813
Drug Stores Ltd. exploitent elles aussi des pharmacies en
Ontario et, à l’instar de Shoppers, ont entrepris des
démar­ches en vue d’établir leur propre fabricant de
médi­caments génériques « sous marque de distributeur ».
En 2010, Sanis a demandé que plusieurs médica­
ments génériques soient énumérés au Formulaire des
médi­caments et qu’ils soient désignés comme « inter­
changeables ». Sa demande a toutefois été rejetée parce
que ces médicaments génériques étaient des « produits
sous marque de distributeur ». Shoppers et Katz ont
contesté les règlements interdisant la vente de pro­duits
sous marque de distributeur, les qualifiant d’ultra vires
au motif qu’ils étaient incompatibles avec l’objet et le
man­dat de la loi. Elles ont obtenu gain de cause devant
la Cour divisionnaire. La Cour d’appel a infirmé cette
décision.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
A successful challenge to the vires of Regulations
re­quires that they be shown to be inconsistent with the
objective of the enabling statute or the scope of the stat­
utory mandate. Regulations benefit from a pre­sump­tion
of validity. This presumption has two aspects: it places
the burden on challengers to dem­onstrate the invalidity
of regulations rather than on regulatory bodies to justify
them; and it favours an interpretative approach that rec­
onciles the regulation with its enabling statute so that,
where possible, the regulation is construed in a manner
which renders it intra vires. Both the challenged reg­
ulation and the enabling statute should be interpreted
using a broad and generous approach consistent with this
Court’s approach to statutory interpretation generally.
This inquiry does not involve assessing the policy mer­
its of the Regulations to determine whether they are nec­
essary, wise or effective in practice. Nor is it an inquiry
into the underlying political, economic, social or partisan
considerations.
Pour contester avec succès la validité d’un règlement,
il faut démontrer qu’il est incompatible avec l’objectif
de sa loi habilitante ou avec le cadre du mandat prévu par
la Loi. Les règlements jouissent d’une présomption de
validité. Cette présomption comporte deux aspects : elle
impose à celui qui conteste le règlement le fardeau de
démontrer que celui-ci est invalide, plutôt que d’obliger
l’organisme de réglementation à en justifier la validité;
ensuite, la présomption favorise une méthode d’interpré­
tation qui concilie le règlement avec sa loi habilitante de
sorte que, dans la mesure du possible, le règlement puisse
être interprété d’une manière qui le rend intra vires.
Il convient de donner au règlement contesté et à sa loi
habilitante une interprétation téléologique large com­
patible avec l’approche générale adoptée par la Cour
en matière d’interprétation législative. Cette analyse ne
comporte pas l’examen du bien-fondé du règlement pour
déterminer s’il est nécessaire, sage et efficace dans la pra­
tique. L’analyse ne s’attache pas aux considérations sousjacentes d’ordre politique, économique ou social ni à la
recherche, par les gouvernements, de leur propre intérêt.
In this case, the original legislative intent animat­
ing the two statutes was to control the cost of prescrip­
tion drugs in Ontario without compromising safety. As
the legislative history shows, attempts were made to pro­
mote transparent pricing and eliminate price inflation
along the drug supply chain, all in pursuit of the ultimate
objective of lowering drug costs. The purpose of the
2010 Regulations banning private label products was to
prevent another possible mechanism for circumventing
the ban on the rebates that had kept drug prices inflated. If
pharmacies were permitted to create their own affiliated
manufacturers whom they controlled, they would be
En l’espèce, l’intention du législateur à l’origine des
deux lois était de contrôler le coût des médicaments déli­
vrés sur ordonnance en Ontario sans en compromettre
l’innocuité. Comme le démontre l’historique législatif, on
a tenté de promouvoir des méthodes de fixation des prix
transparentes et de contrer la flambée des prix le long de
la chaîne d’approvisionnement des médicaments, le tout
en vue d’atteindre l’objectif ultime de réduire le coût des
médicaments. Les règlements de 2010 interdisant les pro­
duits sous marque de distributeur visaient à empêcher un
autre mécanisme susceptible de contourner l’interdiction
des rabais qui maintenaient les prix des médicaments
814
KATZ
v.
ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE)
[2013] 3 S.C.R.
directly involved in setting the Formulary prices and have
strong incentives to keep those prices high.
élevés. Si l’on permettait aux pharmacies de créer leurs
propres fabricants affiliés et de les contrôler, elles parti­
ciperaient directement à la fixation des prix affichés au
Formulaire des médicaments, ce qui les inciterait for­
tement à maintenir des prix élevés.
The 2010 private label Regulations contribute to the
legislative pursuit of transparent drug pricing. They fit into
this strategy by ensuring that pharmacies make money
exclusively from providing professional health care
services, instead of sharing in the revenues of drug man­
u­facturers by setting up their own private label sub­sid­
iaries. The Regulations were therefore consistent with
the statutory purpose of reducing drug costs.
Les règlements de 2010 relatifs aux produits sous
marque de distributeur contribuent à l’atteinte de l’objec­
tif législatif de transparence du prix des médi­caments.
Ils s’inscrivent dans cette stratégie en assurant que les
pharmacies tirent leurs revenus exclusivement de la pres­
tation de services professionnels de santé plutôt que de
la part des revenus des fabricants qu’elles touchent en
mettant sur pied des filiales qui offrent des médicaments
sous leur propre marque. Les règlements étaient par
conséquent conformes à l’objectif législatif consistant à
réduire les prix des médicaments.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Waddell v. Governor in Council (1983),
8 Admin. L.R. 266; United Taxi Drivers’ Fellowship of
Southern Alberta v. Calgary (City), 2004 SCC 19, [2004]
1 S.C.R. 485; Glykis v. Hydro-Québec, 2004 SCC 60,
[2004] 3 S.C.R. 285; Jafari v. Canada (Minister of Em­
ployment and Immigration), [1995] 2 F.C. 595; Ontario
Federation of Anglers & Hunters v. Ontario (Ministry of
Natural Resources) (2002), 211 D.L.R. (4th) 741; Thorne’s
Hardware Ltd. v. The Queen, [1983] 1 S.C.R. 106; CKOY
Ltd. v. The Queen, [1979] 1 S.C.R. 2; Alaska Train­ship Corp.
v. Pacific Pilotage Authority, [1981] 1 S.C.R. 261; Re
Doctors Hospital and Minister of Health (1976), 12 O.R.
(2d) 164; Shell Canada Products Ltd. v. Vancouver (City),
[1994] 1 S.C.R. 231; Municipal Corporation of City of
Toronto v. Virgo, [1896] A.C. 88; Forget v. Quebec (At­
torney General), [1988] 2 S.C.R. 90.
Arrêts mentionnés : Waddell c. Governor in Council
(1983), 8 Admin. L.R. 266; United Taxi Drivers’ Fellow­
ship of Southern Alberta c. Calgary (Ville), 2004 CSC
19, [2004] 1 R.C.S. 485; Glykis c. Hydro-Québec, 2004
CSC 60, [2004] 3 R.C.S. 285; Jafari c. Canada (Ministre
de l’Emploi et de l’Immigration), [1995] 2 C.F. 595; On­
tario Federation of Anglers & Hunters c. Ontario (Min­
istry of Natural Resources) (2002), 211 D.L.R. (4th) 741;
Thorne’s Hardware Ltd. c. La Reine, [1983] 1 R.C.S.
106; CKOY Ltd. c. La Reine, [1979] 1 R.C.S. 2; Alaska
Trainship Corp. c. Administration de pilotage du Paci­fique,
[1981] 1 R.C.S. 261; Re Doctors Hospital and Minister of
Health (1976), 12 O.R. (2d) 164; Produits Shell Canada
Ltée c. Vancouver (Ville), [1994] 1 R.C.S. 231; Municipal
Corporation of City of Toronto c. Virgo, [1896] A.C. 88;
Forget c. Québec (Procureur général), [1988] 2 R.C.S. 90.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Drug Interchangeability and Dispensing Fee Act, R.S.O.
1990, c. P.23, ss. 12.1, 14(1), (8).
Food and Drug Regulations, C.R.C., c. 870.
Legislation Act, 2006, S.O. 2006, c. 21, Sch. F, ss. 64, 82.
O. Reg. 201/96, ss. 1, 1(6) [rep. & sub. O. Reg. 220/10,
s. 1(1)], 12.0.2(1), (2) “private label product” [ad.
O. Reg. 220/10, s. 3].
Ontario Drug Benefit Act, R.S.O. 1990, c. O.10, ss. 0.1,
1(1), 1.2(2)(a), 1.3, 11.5, 18(1), (6).
R.R.O. 1990, Reg. 935, ss. 2, 9(1), (2) “private label
product” [ad. O. Reg. 221/10, s. 5].
Transparent Drug System for Patients Act, 2006, S.O.
2006, c. 14.
Loi de 2006 sur la législation, L.O. 2006, ch. 21, ann. F,
art. 64, 82.
Loi de 2006 sur un régime de médicaments transparent
pour les patients, L.O. 2006, ch. 14.
Loi sur l’interchangeabilité des médicaments et les
honoraires de préparation, L.R.O. 1990, ch. P.23,
art. 12.1, 14(1), (8).
Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario, L.R.O.
1990, ch. O.10, art. 0.1, 1(1), 1.2(2)a), 1.3, 11.5, 18(1), (6).
O. Reg. 201/96, art. 1, 1(6) [abr. & rempl. O. Reg. 220/10,
art. 1(1)], 12.0.2(1), (2) « private label product » [aj.
O. Reg. 220/10, art. 3].
R.R.O. 1990, règl. 935, art. 2, 9(1), (2) « private label pro­
duct » [aj. O. Reg. 221/10, art. 5].
Règlement sur les aliments et drogues, C.R.C., ch. 870.
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
815
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Brown, Donald J. M., and John M. Evans, with the
assistance of Christine E. Deacon. Judicial Review
of Administrative Action in Canada, vol. 3. Toronto: 
Canvasback, 1998 (loose-leaf updated August 2012).
Canada. Competition Bureau. Benefiting from Generic Drug
Competition in Canada: The Way Forward. Ot­tawa:  The
Bureau, 2008 (online: http://www.competitionbureau.
gc.ca/eic/site/cb-bc.nsf/eng/03026.html).
Canadian Institute for Health Information. National
Health Expenditure Trends, 1975 to 2012. Ottawa: The
Institute, 2012 (online: https://secure.cihi.ca/free_
products/NHEXTrendsReport2012EN.pdf).
Keyes, John Mark. Executive Legislation, 2nd ed.
Markham, Ont.: LexisNexis, 2010.
Ontario. Legislative Assembly. Hansard — Official Re­
port of Debates, No. 41, 1st Sess., 33rd Parl., Novem­
ber 7, 1985, p. 1446.
Ontario. Legislative Assembly. Official Report of Debates
(Hansard), Nos. 13, 19 and 23, 2nd Sess., 39th Parl.,
April 12, 21 and 28, 2010.
Organisation for Economic Co-operation and Devel­op­
ment. Health at a Glance 2009: OECD Indicators.
Paris: OECD, 2009 (online: http://www.oecd-ilibrary.
org/social-issues-migration-health/health-at-aglance-2009_health_glance-2009-en).
Régimbald, Guy. Canadian Administrative Law.
Markham, Ont.: LexisNexis, 2008.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2008.
Brown, Donald J. M., and John M. Evans, with the
assistance of Christine E. Deacon. Judicial Re­view
of Administrative Action in Canada, vol. 3. Toronto : 
Can­vasback, 1998 (loose-leaf updated August 2012).
Canada. Bureau de la concurrence. Pour une concur­
rence avantageuse des médicaments génériques au
Canada : Préparons l’avenir. Ottawa : Le Bureau,
2008 (en ligne : http://www.bureaudelaconcurrence.
gc.ca/eic/site/cb-bc.nsf/fra/03026.html).
Institut canadien d’information sur la santé. Tendances
des dépenses nationales de santé, 1975 à 2012.
Ottawa : ICIS, 2012 (en ligne : https://secure.cihi.ca/
free_products/NHEXTrendsReport2012FR.pdf).
Keyes, John Mark. Executive Legislation, 2nd ed.
Markham, Ont. : LexisNexis, 2010.
Ontario. Assemblée législative. Hansard — Official Re­port
of Debates, No. 41, 1st Sess., 33rd Parl., November 7,
1985, p. 1446.
Ontario. Assemblée législative. Journal des débats (Han­
sard), nos 13, 19 et 23, 2e sess., 39e lég., 12, 21 et 28 avril
2010.
Organisation de coopération et de développement éco­
nomiques. Panorama de la santé 2009 : Les indi­ca­
teurs de l’OCDE. Paris : OCDE, 2009 (en ligne : http://
www.oecd-ilibrary.org/social-issues-migration-health/
panorama-de-la-sante-2009_health_glance-2009-fr).
Régimbald, Guy. Canadian Administrative Law.
Markham, Ont. : LexisNexis, 2008.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statu­
tes, 5th ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2008.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of
Appeal (MacPherson, Epstein and Karakatsanis JJ.A.),
2011 ONCA 830, 109 O.R. (3d) 279, 286 O.A.C. 68,
345 D.L.R. (4th) 277, 37 Admin. L.R. (5th) 101, [2011]
O.J. No. 5894 (QL), 2011 CarswellOnt 14816, setting
aside a decision of Whalen, Molloy and Swinton JJ.,
2011 ONSC 615, [2011] O.J. No. 480 (QL), 2011
CarswellOnt 720. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de l’Ontario (les juges MacPherson, Epstein et
Karakatsanis), 2011 ONCA 830, 109 O.R. (3d) 279,
286 O.A.C. 68, 345 D.L.R. (4th) 277, 37 Admin. L.R.
(5th) 101, [2011] O.J. No. 5894 (QL), 2011 Carswell­Ont
14816, qui a infirmé une décision des juges Whalen,
Molloy et Swinton, 2011 ONSC 615, [2011] O.J.
No. 480 (QL), 2011 CarswellOnt 720. Pourvoi rejeté.
Terrence J. O’Sullivan and M. Paul Michell, for the
appellants Katz Group Canada Inc., Pharma Plus
Drug Marts Ltd. and Pharmx Rexall Drug Stores Ltd.
Terrence J. O’Sullivan et M. Paul Michell, pour
les appelantes Katz Group Canada Inc., Pharma Plus
Drug Marts Ltd. et Pharmx Rexall Drug Stores Ltd.
Mahmud Jamal, Craig T. Lockwood, Eric
Morgan and W. David Rankin, for the appellants
Shoppers Drug Mart Inc., Shoppers Drug Mart
(London) Limited and Sanis Health Inc.
Mahmud Jamal, Craig T. Lockwood, Eric
Morgan et W. David Rankin, pour les appelantes
Shoppers Drug Mart Inc., Shoppers Drug Mart
(London) Limited et Sanis Health Inc.
816
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
Lise G. Favreau, Kim Twohig and Kristin Smith,
for the respondents.
The judgment of the Court was delivered by
[2013] 3 S.C.R.
Lise G. Favreau, Kim Twohig et Kristin Smith,
pour les intimés.
Version française du jugement de la Cour rendu par
[1] Abella J. — Canada spends more on pre­
scription drugs per capita than almost all members
of the Organisation for Economic Co-operation and
Development.1 Prescription drugs are the second
largest area of health care spending.2 Drug costs
accounted for approximately 9.5% of government
health care expenses in 1985. By 2010, that number
had risen to 15.9%.3
[1] La juge Abella — Le Canada dépense
davantage par habitant pour les médicaments
délivrés sur ordonnance que presque tous les autres
pays membres de l’Organisation de coopération
et de développement économiques1. Les produits
phar­maceutiques vendus sur ordonnance sont, en
importance, la deuxième composante du coût des
soins de santé2. En 1985, le coût des médicaments
représentait environ 9,5 p. 100 du total des dépen­
ses de santé du gouvernement. En 2010, cette pro­
portion avait grimpé à 15,9 p. 1003.
[2] A key part of the strategy for controlling drug
costs has been to replace brand-name drugs with
generic drugs, in the expectation that generic drugs
would be significantly cheaper. Those expectations
were, however, challenged by persistent market
practices that kept generic prices high. In Ontario,
the result has been an episodic tug-of-war between
regulators and those engaged in the manufacture,
distribution and sale of generic drugs. This appeal
arises out of one of those regulatory episodes.
[2] Un élément clé de la stratégie de contrôle
du coût des médicaments a consisté à remplacer
les médicaments de marque par des médicaments
génériques dans l’espoir que ces derniers soient
beaucoup moins coûteux. Ces espoirs se sont tou­
tefois estompés en raison de pratiques commer­
ciales persistantes qui ont maintenu les prix des
médicaments génériques à des niveaux élevés. En
Ontario, on a ainsi assisté à des affrontements épi­
so­diques entre les organismes de réglementation
et les entreprises chargées de la fabrication, de la
distribution et de la vente des médicaments géné­
riques. Le présent pourvoi découle de l’un de ces
épisodes conflictuels en matière de régle­mentation.
Background
Contexte
[3] The sale and pricing of generic drugs is pro­
vincially regulated. In Ontario, two complemen­
tary and intersecting statutes were intro­
duced
together in 1985 to address the problem of ris­
ing drug prices: the Drug Interchangeability and
[3] La vente et la fixation des prix des médica­
ments génériques sont réglementées par les pro­
vinces. En Ontario, deux lois qui se complètent
et se recoupent ont été adoptées ensemble en 1985
afin de remédier au problème de la hausse des prix
1 Health at a Glance 2009: OECD Indicators (2009) (online), at
p. 167.
2 Competition Bureau of Canada, Benefiting from Generic Drug
Competition in Canada: The Way Forward (2008) (online), at
p. 7.
3 Canadian Institute for Health Information, National Health Ex­
penditure Trends, 1975 to 2012 (2012), at p. 21.
1 Panorama de la santé 2009 : Les indicateurs de l’OCDE (2009)
(en ligne), p. 167.
2 Bureau de la concurrence du Canada. Pour une concurrence
avan­
tageuse des médicaments génériques au Canada : Pré­
parons l’avenir (2008) (en ligne), p. 7.
3Institut canadien d’information sur la santé, Tendances des
dépen­ses nationales de santé, 1975 à 2012 (2012), p. 23.
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
817
Dis­pensing Fee Act, R.S.O. 1990, c. P.23, and the On­
tario Drug Benefit Act, R.S.O. 1990, c. O.10 (“Acts”).
des médicaments : la Loi sur l’interchangeabilité des
médicaments et les honoraires de préparation, L.R.O.
1990, ch. P.23, et la Loi sur le régime de médicaments
de l’Ontario, L.R.O. 1990, ch. O.10 (« Lois »).
[4] The Drug Interchangeability and Dispensing
Fee Act ensures that patients in Ontario receive
generic drugs rather than equivalent but more ex­
pensive brand-name drugs. It does so by empower­
ing the Executive Officer of the Ministry of Health
and Long-Term Care to designate a generic drug as
“interchangeable” with a brand-name drug. Phar­
ma­cists must dispense the cheaper inter­change­
able generic to customers unless the prescribing
physician specifies “no substitution” or the cus­
tomer agrees to pay the extra cost of the brandname. The Act also limits the dispensing fees that
pharmacies can charge private customers.
[4] La Loi sur l’interchangeabilité des médica­
ments et les honoraires de préparation fait en sorte
que les patients ontariens reçoivent des médi­
caments génériques à la place de médicaments de
marque, équivalents mais plus coûteux. À cette fin,
cette loi habilite l’administrateur du ministère de
la Santé et des Soins de longue durée à dési­gner un
médicament générique comme étant « interchan­
geable » avec un médicament de marque. Les phar­
maciens doivent préparer et délivrer aux clients le
produit générique interchangeable moins coûteux,
à moins que le médecin qui prescrit n’indique « pas
de remplacement » ou que le client accepte de payer
le coût plus élevé du médicament de marque. La Loi
limite également les honoraires de préparation que les
pharmacies peuvent demander à leurs clients privés.
[5] The Ontario Drug Benefit Act governs the
Ontario Drug Benefit Program, whereby the pro­
vince reimburses pharmacies when they dispense
prescription drugs at no charge to “eligible per­
sons” — primarily seniors and persons on social
assistance. The list of all drugs for which Ontario
will provide reimbursement, along with the price
that Ontario will pay for them, is called the For­
mulary. The Executive Officer is responsible for
listing drugs in the Formulary and setting their price
by agreement with the drugs’ manufacturers. When
a pharmacy dispenses a listed drug to an eligible
person, the Ontario Drug Benefit Act requires On­
tario to reimburse the pharmacy for an amount
based on the Formulary price of the drug plus a
prescribed mark-up and prescribed dispensing fee.
[5] La Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario
régit le Programme de médicaments de l’Ontario,
par lequel la province rembourse les pharmacies qui
préparent et délivrent sans frais des médicaments
sur ordonnance à des « person­nes admissibles » —
essentiellement les personnes âgées et les prestataires
de l’aide sociale. Le For­mu­laire des médicaments
énumère tous les médi­caments remboursables par
l’Ontario et indique les prix que la province paye
pour ces médicaments. L’administrateur est chargé
d’énumérer les médi­
caments au Formulaire des
médicaments et d’en fixer les prix avec l’accord des
fabricants des médi­caments. Lorsqu’une pharmacie
délivre à une per­sonne admissible un médicament
énum­éré, la Loi sur le régime de médicaments de
l’Ontario oblige la province à rembourser à cette
pharmacie un montant calculé en fonction du prix du
médicament prévu au Formulaire des médicaments,
auquel s’ajoutent une majoration prescrite ainsi que les
honoraires de préparation prescrits.
[6] This legislative scheme effectively creates
two markets in Ontario for brand-name and ge­neric
drugs. The “private market” consists of indi­vid­uals
buying drugs at their own expense or for reimburse­
ment by private drug insurance plans. This market
[6] Ce régime législatif a pour effet de créer en
Ontario deux marchés pour les médicaments de
marque et les médicaments génériques. Le « marché
privé » est composé de particuliers qui achètent des
médicaments à leurs frais ou se font rembourser
818
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
includes employer benefit plans, which in 2010
provided drug coverage for 8.6 million Onta­rio
employees and their families at a cost of $4 billion
to employers. Generic drugs, in order to be in the pri­
vate market, must receive Health Canada approval
for safety and effectiveness, and must be designated
as “interchangeable” by Ontario’s Exec­utive Offi­
cer.
par leur régime d’assurance-médicaments privé. Ce
marché englobe les régi­mes d’avantages sociaux des
employeurs qui, en 2010, permettaient à 8,6 millions
d’employés onta­riens et aux membres de leur famille
de bénéficier d’une assurance-médicaments, au coût
de quatre milliards de dollars pour les employeurs.
Les médica­ments génériques peuvent se retrouver
sur le mar­ché privé s’ils ont reçu l’approbation de
Santé Canada quant à leur innocuité et leur efficacité
et si l’administrateur ontarien les a désignés comme
étant « interchangeables ».
[7] The “public market” is the government-funded
Ontario Drug Benefit Program. To be in this market,
generic drugs must be approved by Health Canada,
designated by Ontario as interchangeable, and listed
in the province’s Formulary. In 2010, the Ontario
Drug Benefit Program provided drug coverage for
2.5 million people for the purchase of 3,300 drugs
listed in the Formulary at a cost of $3.7 billion.
[7] Le « marché public » correspond au Pro­
gramme de médicaments de l’Ontario financé par
le gouvernement ontarien. Les médicaments géné­ri­
ques accessibles sur ce marché doivent être approu­
vés par Santé Canada, être désignés par l’Ontario
comme étant des médicaments inter­change­ables et
être énumérés au Formulaire des médicaments de la
province. En 2010, le Pro­gramme de médicaments
de l’Ontario offrait une assurance-médicaments à
2,5 millions de person­nes pour l’achat de 3 300 médi­
caments énumé­rés au Formulaire des médica­ments,
au coût de 3,7 milliards de dollars.
[8] Generic drugs reach consumers in Ontario’s
private and public markets through a supply chain
that involves several participants regulated at the
federal level, the provincial level, or both. They are:
[8] Les médicaments génériques sont offerts aux
consommateurs ontariens sur le marché public et
sur le marché privé au moyen d’une chaîne d’appro­
visionnement qui fait intervenir plusieurs par­
ticipants assujettis à la réglementation fédé­rale et à
la réglementation provinciale, ou à l’une ou l’autre.
Il s’agit des participants suivants :
•
Fabricators, who make the generic drugs. Fab­
ricators are licensed federally under the Food
and Drug Regulations, C.R.C., c. 870.
•
Les manufacturiers, qui fabriquent les médica­
ments génériques. Le gouvernement fédéral
leur délivre des licences en vertu du Règlement
sur les aliments et drogues, C.R.C., ch. 870.
•
Manufacturers, who are licensed under the fed­
eral Food and Drug Regulations to sell ge­neric
drugs under their own name to whole­sal­ers or
di­rectly to pharmacies. Manufac­turers are re­
spon­
si­
ble for regulatory compliance: having
the drug approved by Health Canada, and hav­
ing it des­ignated as interchangeable and listed
in the Formulary. A manufacturer can either
make drugs itself, in which case it is also
•
Les fabricants, qui sont autorisés en vertu du
Règlement sur les aliments et drogues à vendre
des médicaments génériques en leur pro­
pre
nom à des grossistes ou directement aux phar­
ma­cies. Les fabricants sont chargés de faire res­
pecter la réglementation en faisant approuver les
médi­caments par Santé Canada, en les faisant
dési­gner comme interchangeables et en les fai­
sant énumérer au Formulaire des médica­ments.
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
reg­ulated as a fabricator, or it can buy the drugs
from a fabricator. The price at which manufac­­
tur­ers sell the drugs to wholesalers or phar­
ma­cies is regulated under the Ontario Drug
Benefit Act and the Drug Interchangeability
and Dispensing Fee Act. The price at which
man­u­facturers buy drugs from fabricators is not
regulated.
La juge Abella
819
Un fabricant peut soit fabriquer les médi­ca­
ments lui-même, auquel cas il est également
assu­jetti à la réglementation en tant que manu­
factu­rier, soit les acheter à un manu­fac­tu­rier.
Les prix aux­
quels les fabricants vendent les
médi­ca­ments aux grossistes ou aux phar­ma­
cies sont réglementés par la Loi sur le régime
de médicaments de l’Ontario et la Loi sur l’inter­
changeabilité des médicaments et les honoraires
de préparation. Les prix auxquels les fabri­cants
achètent des médicaments aux manu­factu­riers ne
sont pas réglementés.
•
Wholesalers, who are licensed under the fed­
eral Food and Drug Regulations to buy drugs
from manufacturers to distribute to pharmacies.
The prices at which wholesalers buy and sell
drugs are regulated under the Ontario Acts.
Their role is not implicated in the particular
issue before this Court.
•
Les grossistes, qui sont autorisés aux termes du
Règlement sur les aliments et drogues fédéral
à acheter des médicaments aux fabricants en
vue de leur distribution aux pharmacies. Les
prix auxquels les grossistes achètent et vendent
des médicaments sont réglementés par les Lois
ontariennes. Leur rôle n’est pas en jeu dans la
question en litige soumise à notre Cour.
•
Pharmacies, who buy drugs from wholesal­ers
or manufacturers and dispense them to their
cus­tomers. The term is used in these reasons to
refer to pharmacy operators and to companies
that own, operate or control pharmacies. The
prices at which pharmacies buy drugs and dis­
pense them to customers are regulated under
the Ontario Acts.
•
Les pharmacies, qui achètent les médica­ments
aux grossistes ou aux fabricants et les déli­vrent
à leurs clients. Ce terme s’entend, dans les pré­
sents motifs, des exploitants de pharmacies et
des sociétés qui possèdent, exploitent ou con­
trôlent des pharmacies. Les prix que les phar­
macies paient pour acheter des médica­ments et
pour les délivrer à leurs clients sont réglementés
par les Lois ontariennes.
[9] The Drug Interchangeability and Dispensing
Fee Act and the Ontario Drug Benefit Act give
the Lieutenant Governor in Council the authority
to make regulations, including the authority to
prescribe the conditions drugs must meet in order to
be sold in Ontario. Ontario has used that regulatory
authority to impose price controls along the drug
supply chain.
[9] La Loi sur l’interchangeabilité des médica­
ments et les honoraires de préparation et la Loi sur le
régime de médicaments de l’Ontario confèrent au
lieutenant-gouverneur en conseil le pouvoir de pren­
dre des règlements, et notamment celui de préciser
les conditions que les médicaments doi­vent respec­
ter pour qu’ils puissent être vendus en On­tario.
L’Onta­rio a utilisé ce pouvoir de réglemen­tation
pour imposer des mesures de contrôle des prix dans
la chaîne d’approvisionnement des médi­caments.
[10] Prior to 2006, the price at which manufac­
turers could apply to list generic drugs in the For­
mulary was capped by regulations under the Acts at
effectively 63% of the price of the brand-name drug.
Pharmacies would buy drugs from manufacturers
[10] Avant 2006, le prix auquel les fabricants pou­
v­aient demander que leurs médicaments génériques
soient énumérés au Formulaire des médicaments était
plafonné par les règlements d’appli­cation des Lois à
63 p. 100 du prix demandé pour les médicaments de
820
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
at the Formulary price, and dispense them to
customers at the Formulary price, plus regulated
mark-ups and dispensing fees. In order to be com­
petitive, manufacturers would, however, give phar­
macies a substantial rebate so that they would buy
their products. The price that manufacturers charged
— and customers paid — was thereby artificially
increased to the extent of the rebates. The rebates
were up to $600-800 million annually, and were
said to account for 40% of the price manufacturers
charged for drugs.
marque. Les pharmacies achetaient les médicaments
aux fabricants au prix prévu au Formulaire des
médicaments et les vendaient à leurs clients au prix
indiqué au For­mu­laire des médicaments, majoré d’un
supplément et des honoraires de préparation prescrits.
Pour être concurrentiels, les fabricants consen­
taient toutefois aux pharmacies des rabais substan­
tiels pour les inciter à acheter leurs produits. Le
prix que les fabricants demandaient — et que les
clients payaient — était par conséquent artificiel­
lement augmenté dans la même proportion que
ces rabais. Ces rabais représentaient entre 600 et
800 millions de dollars par année et auraient repré­
senté environ 40 p. 100 du prix que les fabri­cants
demandaient pour leurs médicaments.
[11] In order to stop this inflationary effect on
generic drug prices, in 2006, the Ontario Drug
Benefit Act, the Drug Interchangeability and Dis­
pensing Fee Act, and the Regulations under them
were amended to prohibit rebates.4 The amend­
ments were introduced as the Transparent Drug
System for Patients Act, 2006, S.O. 2006, c. 14.
They also added a “Principles” clause to the On­
tario Drug Benefit Act,5 which stated that the pub­
lic drug system “aims to operate transparently to
the extent possible for all persons with an interest
in the system, including . . . consumers, manufac­
turers, wholesalers and pharmacies” and “aims to
consistently achieve value-for-money and ensure
the best use of resources at every level of the sys­
tem”.
[11] Pour stopper cette inflation des prix des
médicaments génériques, la Loi sur le régime de
médicaments de l’Ontario, la Loi sur l’interchange­
abilité des médicaments et les hono­raires de pré­
paration et leurs règlements d’application ont été
modifiés en 2006 afin d’interdire les rabais4. Ces
modifications ont été apportées par l’adoption de la
Loi de 2006 sur un régime de médicaments trans­
parent pour les patients, L.O. 2006, ch. 14. Elles ont
aussi inséré dans la Loi sur le régime de médicaments
de l’Ontario5 une disposition relative aux « principes »
affirmant que le régime public de médicaments « vise
dans la mesure du possible la transparence envers les
personnes qui ont un intérêt dans le régime, notamment
[. . .] les consommateurs, les fabricants, les grossistes et
les pharmacies » et qu’il « vise à réaliser constamment
l’optimisation des ressources et leur meilleur emploi
possible à chaque niveau ».
[12] The legislature sought to terminate one
ma­jor source of revenue for pharmacies — pay­
ments from drug manufacturers — and replace
it with government reimbursement for providing
professional health care services. The amend­
ments made the reimbursement of pharmacies for
pro­fessional services a function of the Executive
[12] Le législateur cherchait à tarir une source
importante de revenus pour les pharmacies — les
sommes versées par les fabricants de médi­caments
— et à y substituer les sommes que le gou­ver­
nement remboursait pour la prestation de services
professionnels de santé. Les modifica­tions ont con­
fié à l’administrateur le paiement aux pharmacies
4 Ontario Drug Benefit Act, s. 11.5, and O. Reg. 201/96, s. 1; Drug
Interchangeability and Dispensing Fee Act, s. 12.1, and R.R.O.
1990, Reg. 935, s. 2.
5 Ontario Drug Benefit Act, s. 0.1.
4 Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario, art. 11.5, et
O. Reg. 201/96, art. 1; Loi sur l’interchangeabilité des médi­
caments et les honoraires de préparation, art. 12.1, et R.R.O.
1990, Règl. 935, art. 2.
5 Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario, art. 0.1
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
821
Of­ficer, established a Pharmacy Council to advise
the Minister primarily on this issue, and created
a new regulation-making power allowing the
Lieutenant Governor in Council to govern all
aspects of pro­
fessional services. Ontario also
increased the pre­scribed dispensing fees in the
public market.
des services professionnels qu’ils dispensent, elles
ont établi un Conseil des phar­maciens chargé de
conseiller le ministre princi­pa­lement sur cette ques­
tion et ont instauré un nouveau pouvoir de régle­
mentation permettant au lieutenant-gouverneur en
conseil de régir tous les aspects de la prestation des
services professionnels. L’Ontario a égale­ment aug­
menté les honoraires de préparation des médi­caments
vendus sur le marché public.
[13] In the expectation that the elimination of
re­bates would lead manufacturers to lower their
prices, the Ontario government also reduced the
price cap imposed by the Regulations to 50% in
the public market and removed the cap entirely in
the private market. Manufacturers could, however,
give pharmacies “professional allowances” for di­
rect patient care programs.
[13] Dans l’espoir que la suppression des rabais
incite les fabricants à diminuer leurs prix, le gou­
vernement ontarien a également ramené le plafond
des prix imposés par le règlement à 50 p. 100 dans
le cas du marché public et a supprimé entièrement le
plafond dans le cas du marché privé. Les fabricants
pouvaient toutefois accorder aux pharmacies des
« remises aux professionnels » dans le cas de pro­
grammes de soins directs aux patients.
[14] But the expected savings did not occur and
manufacturers continued to charge high prices
for generic drugs. Ontario’s Ministry of Health
and Long-Term Care found in 2007 that some of
the lead­ing generic drugs were three times more
expen­sive in Ontario than in France, Germany and
the United Kingdom, five times more expensive
than in the United States, and twenty-two times
more expensive than in New Zealand. In fact, as
a Competition Bureau Report concluded, new
generic drugs were entering the uncapped private
market at a price higher than the previous cap of
63% (Benefiting from Generic Drug Competition in
Canada: The Way Forward (2008), at p. 10).
[14] Mais les économies prévues ne se sont pas
matérialisées et les fabricants ont continué à demander
des prix élevés pour les médicaments génériques. Le
ministre ontarien de la Santé et des Soins de longue
durée a constaté en 2007 que cer­tains des médica­ments
génériques les plus en demande coûtaient trois fois
plus cher en Ontario qu’en France, en Allemagne et au
Royaume-Uni, cinq fois plus cher qu’aux États-Unis et
vingt-­deux fois plus cher qu’en Nouvelle-Zélande. En
fait, un rapport publié par le Bureau de la concurrence
a conclu que les nouveaux médica­ments généri­ques
se vendaient sur le marché privé à des prix plus élevés
qu’à leurs prix antérieurs plafonnés à 63 p. 100 (Pour
une concurrence avantageuse des médicaments géné­
riques au Canada : Préparons l’avenir (2008), p. 12).
[15] In addition, instead of the rebates, manufac­
turers were now paying pharmacies $800 million
annually in professional allowances. As a result,
the professional allowance exception was identi­
fied as yet another inflationary loophole. Audits of
206 pharmacies showed that all of them were in
violation of the rules pertaining to professional
allowances, and 70% of the funds provided by
manufacturers on this basis went towards higher
salaries and store profits, instead of being used
for patient care. The then Minister of Health,
[15] De plus, au lieu d’accorder des rabais, les
fabricants payaient désormais aux pharmacies
800 millions de dollars par année en remises aux
professionnels. On a donc constaté que l’exception
relative aux remises aux professionnels consti­
tu­ait une autre faille qui avait pour effet de gonfler
les prix. Des vérifications effectuées auprès de
206 pharmacies ont permis de constater que la tota­
lité d’entre elles contrevenaient aux règles relati­
ves aux remises aux professionnels et que 70 p. 100
des sommes fournies par les fabricants à ce chapi­tre
822
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
the Hon. Deborah Matthews, concluded that
the continuing payments by drug manufacturers
to pharmacies were the ma­jor reason Ontario
still had inflated generic drug prices relative to
comparable countries. In her view, drug prices
could be cut by 50% if the payments were elim­
inated (Legislative Assembly of Ontario, Official
Report of Debates (Hansard), Nos. 13, 19 and 23,
2nd Sess., 39th Parl., April 12, 21 and 28, 2010).
servaient à payer des salaires plus élevés et à gon­fler
les profits des entreprises au lieu de bénéficier aux
patients. La ministre de la Santé et des Soins de
longue durée de l’époque, Mme Deborah Matthews,
a conclu que les prix des médicaments génériques
étaient toujours aussi élevés en Ontario par rapport
à des pays semblables parce que les fabricants de
médicaments continuaient à faire ce genre de paiement
aux pharmacies. À son avis, les prix des médicaments
pouvaient être réduits de 50 p. 100 si ces paiements
étaient supprimés (Assemblée légis­lative de l’Ontario,
Journal des débats (Hansard), nos 13, 19 et 23, 2e sess.,
39e lég., 12, 21 et 28 avril 2010).
[16] Amendments were therefore introduced in
2010 to both Acts and to the Regulations, elimi­
nating the “professional allowances” exception. To­­
gether with the 2006 ban on rebates, this prevented
manufacturers from giving pharmacies any ben­
efits for purchasing their drugs other than small
pre­scribed discounts. At the same time, On­tario re­
duced the price cap imposed by the Reg­ula­tions
to 25% in the public market and reintroduced the
price cap in the private market. Ontario also amended
the Regulations to provide more reimbursement to
phar­macies for professional services by further in­
creasing the prescribed dispensing fees in the pub­
lic market, and by directing the Executive Officer
to pay an additional service fee on most claims in
the public market until March 31, 2013 in “rec­og­
nition of the transition to a pharmacy reimburse­
ment model aimed at supporting professional
services” (O. Reg. 220/10, s. 1(1)). The government
also allocated $100 million in funding for the
development of professional services by pharma­
cies.
[16] Par conséquent, des modifications appor­tées en
2010 aux deux Lois et à leurs règlements d’application
ont supprimé l’exception relative aux « remises aux
professionnels ». En plus de l’interdiction de 2006
relative aux rabais, cette mesure a eu pour effet
d’empêcher les fabricants d’accorder aux pharmacies
quelque avantage que ce soit en contrepartie de l’achat
de leurs médica­ments, si ce n’est de modestes rabais
autorisés par les règlements. En même temps, l’Ontario
a ramené à 25 p. 100 le plafond des prix imposé par
règle­ment dans le cas du marché public et a réin­tro­
duit le plafond des prix dans le cas du marché privé.
L’Ontario a également modifié les règle­ments pour
accorder un remboursement plus élevé aux pharmacies
au titre des services profession­nels en augmentant les
honoraires de prépara­tion prescrits à l’égard du marché
public et en obli­geant l’administrateur à payer, jusqu’au
31 mars 2013, des honoraires de services additionnels
pour la plu­part des demandes présentées sur le marché
pu­blic [TRADUCTION] « compte tenu de la transition
vers un modèle de remboursement des pharmacies
visant à appuyer les services professionnels » (Règl.
de l’Ont. 220/10, par. 1(1)). Le gouvernement a égale­
ment alloué un financement de 100 millions de dollars
pour le développement des services pro­fessionnels par
les pharmacies.
[17] The Regulations to the Ontario Drug Bene­
fit Act6 and the Drug Interchangeability and Dis­
pens­ing Fee Act7 were also amended to prevent
phar­macies from controlling manufacturers who
sell generic drugs under their own name but do not
[17] Les règlements d’application de la Loi sur
le régime de médicaments de l’Ontario6 et de la Loi
sur l’interchangeabilité des médicaments et les hono­
raires de préparation7 ont également été modi­fiés pour
empêcher les pharmacies de contrô­ler les fabricants qui
6 O. Reg. 201/96.
7 R.R.O. 1990, Reg. 935.
6 O. Reg. 201/96.
7 R.R.O. 1990, Règl. 935.
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
823
fab­ricate them. This was done by creating a category
designated as “private label products”, which were
defined in both sets of Regulations as follows:
vendent des médicaments géné­ri­ques en leur propre
nom sans les fabriquer eux-mêmes. Le législateur a
créé à cette fin une catégorie appe­lée « produits sous
marque de distributeur », une expression définie
comme suit dans les deux règlements :
“private label product” includes a drug product in respect
of which,
[TRADUCTION] « produit sous marque de distributeur »
S’entend notamment d’un produit médicamenteux à
l’égard duquel les conditions suivantes sont réunies :
(a) the manufacturer applying for the designation
of the product as a listed drug product does not
directly fabricate the product itself, and,
(a) le fabricant qui demande que le produit soit désigné
comme un produit médicamen­teux énuméré ne
fabrique pas directement le pro­duit lui-même, et
(i) is not controlled by a person that directly
fabricates the product, or
(i) il n’est pas contrôlé par une personne qui
fabrique directement le produit, ou
(ii) does not control the person that directly fab­
ricates the product, and
(ii) il ne contrôle pas la personne qui fabrique
directement le produit, et
(b)either,
(b) soit que
(i) the manufacturer does not have an arm’slength relationship with a wholesaler, an
op­erator of a pharmacy or a company that
owns, operates or franchises pharmacies, or
(i) le fabricant a un lien de dépendance avec un
grossiste, un exploitant d’une pharmacie ou
une société qui possède, exploite ou fran­
chise des pharmacies, ou
(ii) the product is to be supplied under a mar­
ket­ing arrangement associating the product
with a wholesaler or one or more operators
of pharmacies or companies that own,
operate or franchise pharmacies.
(ii) le produit doit être offert aux termes d’une
entente de commercialisation associant le
produit à un grossiste ou à un ou plusieurs
exploitants de pharmacies ou sociétés qui
pos­sèdent, exploitent ou franchisent des
phar­macies.
(O. Reg. 220/10, s. 3; O. Reg. 221/10, s. 5)
(O. Reg. 220/10, art. 3; O. Reg. 221/10, art. 5)
[18] Private label products cannot be listed in the
Formulary8 or designated as interchangeable.9 These
restrictions essentially ban the sale of private label
drugs in the private and public markets in On­tario
and are at the heart of this appeal.
[18] Les produits sous marque de distributeur
ne peuvent être énumérés au Formulaire des médi­
caments8 ni être désignés comme étant inter­chan­
ge­ables9. Ces restrictions ont essentiel­lement pour
effet d’interdire la vente de produits sous marque
de distributeur sur le marché privé et le marché public
en Ontario, et elles sont au cœur du présent pourvoi.
[19] Sanis Health Inc., a subsidiary of the Cana­
dian public company Shoppers Drug Mart Corp.,
is a manufacturer of private label products. It was
in­corporated by Shoppers for the purpose of buy­
ing generic drugs from third party fabrica­tors
and selling them under the Sanis label in Shoppers
[19] Sanis Health Inc., une filiale de la société
publique canadienne Shoppers Drug Mart Corp.,
est un fabricant de produits sous marque de distri­
buteur. Elle a été constituée en personne morale
par Shoppers en vue d’acheter des médicaments
génériques de manufacturiers tiers et de les vendre
8 Ontario Drug Benefit Act Regulation, O. Reg. 201/96,
s. 12.0.2(1).
9 Drug Interchangeability and Dispensing Fee Act Regulation,
R.R.O. 1990, Reg. 935, s. 9(1).
8 Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario, O. Reg. 201/96,
par. 12.0.2(1).
9 Loi sur l’interchangeabilité des médicaments et les honoraires
de préparation, R.R.O. 1990, Règl. 935, par. 9(1).
824
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
Drug Mart stores. Sanis entered into crosslicensing and fabrication agreements with Co­balt
Pharmaceuticals Inc. and Mylan Pharma­c eu­
ti­cals ULC, two manufacturers which currently
fab­ri­cate generic drugs and sell them in Ontario.
Pur­suant to these arrangements, Sanis would rely
on Cobalt and Mylan to fabricate generic drugs for
it and would piggy-back onto their regulatory sub­
missions as manufacturers to obtain its own Health
Canada approval.
sous la marque Sanis dans les magasins Shop­pers
Drug Mart. Elle a conclu des ententes de fabri­ca­
tion et d’échange de licences avec Cobalt Phar­ma­
ceuticals Inc. et Mylan Pharmaceuticals ULC, deux
entreprises qui fabriquent présentement des médi­ca­
ments génériques et les vendent en Ontario. Aux ter­
mes de ces ententes, Sanis s’en remet à Cobalt et à
Mylan pour fabriquer des médicaments génériques en
son nom et se sert des présentations réglementai­res
qu’elles ont déposées comme fabri­cants pour obte­nir
sa propre approbation de Santé Canada.
[20] In 2010, Sanis applied to the Executive Of­
ficer to list several generic drugs in the Formulary
and have them designated as interchangeable. The
Exec­utive Officer rejected its application for the
following reasons:
[20] En 2010, Sanis a demandé à l’administra­
teur d’énumérer au Formulaire des médicaments
plusieurs médicaments génériques et de les faire
dési­gner comme interchangeables. L’administra­teur
a refusé sa demande pour les raisons suivantes :
As you may be aware, the ministry recently posted a
notice of proposed regulations on April 8, 2010 to amend
the regulations under the [Drug Interchangeability and
Dispensing Fee Act] and the [Ontario Drug Benefit Act].
These regulations propose that it is a condition of being
designated under the [Drug Interchangeability and Dis­
pensing Fee Act] that a product is not a private label
prod­uct, and it is a condition of a product being a listed
drug product under the [Ontario Drug Benefit Act] that
it not be a private label product. These regulations will
come into effect on July 1, 2010.
[TRADUCTION] Vous savez peut-être que le Ministère a
récemment annoncé, le 8 avril 2010, un projet de règle­
ment visant à modifier les règlements d’application de
la [Loi sur l’interchangeabilité des médicaments et les
honoraires de préparation] et de la [Loi sur le régime
de médicaments de l’Ontario]. Ces règlements proposent
comme condition préalable à sa désignation sous
le régime de la [Loi sur l’interchangeabilité des médi­
caments et les honoraires de préparation] qu’un produit
ne soit pas un produit sous marque de distributeur, et
comme condition préalable à sa désignation comme pro­
duit médicamenteux énuméré au sens de la [Loi sur le
régime de médicaments de l’Ontario] qu’il ne soit pas
un produit sous marque de distributeur. Ces règlements
entre­ront en vigueur le 1er juillet 2010.
It seems to me that [Sanis’ products] would be “private
label products” as defined in the regulations. Sanis does
not directly fabricate the Products and it does not have
an arm’s length relationship with a company that owns,
operates or franchises pharmacies.
Il me semble que [les produits de Sanis] seraient des « pro­
duits sous marque de distributeur » au sens de ces règle­
ments. Sanis ne fabrique pas directement les produits et
elle a un lien de dépendance avec une compagnie qui est
propriétaire, exploitant ou franchiseur de pharmacies.
The purpose of the regulations is to prevent a pharmacycontrolled or related entity purchasing drug products
from a person that actually makes the product at lower
prices than the drug benefit price on the ODB Formulary
without providing any price reduction to patients, in­
surers, employers, the Government of Ontario, or other
pay­ors.
Les règlements en question ont pour objet d’empê­
cher une entité contrôlée par une société pharma­ceu­
ti­que ou par une entité connexe d’acheter des produits
médi­camenteux d’une personne qui fabrique effec­
tivement le produit à un prix inférieur au prix au titre du
régime de médicaments indiqué dans le Formulaire des
médi­caments de l’Ontario sans accorder de réduc­tion de
prix aux patients, aux assureurs, aux employeurs, au gou­
ver­nement de l’Ontario ou à tout autre payeur.
The government’s amendments to Ontario’s drug reg­
ulations seek to encourage manufacturers to provide
Les modifications que le gouvernement propose
d’apporter aux règlements ontariens relatifs aux
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
825
lower prices to Ontario patients. With private label
prod­ucts, the price reductions that Sanis presumably
enjoys would not be passed onto end-payors such as
government, insurers and patients. Instead, it seems that
profits would be retained within pharmacy-controlled
or­ganizations without benefiting consumers. While that
would not be a “rebate” as defined in the legislation, it is
a similar problem that the provisions against rebates seek
to prevent. Further, there is a concern that Shoppers Drug
Mart pharmacies could have an interest in dispensing
[Sa­nis products] in preference to others, which raises the
potential for a conflict of interest.
médi­caments visent à inciter les fabricants à offrir des
prix moins élevés aux patients ontariens. Dans le cas des
pro­duits sous marque de distributeur, les réductions de
prix dont Sanis bénéficierait vraisemblablement ne
seraient pas transmises à ceux qui les payent en bout
de ligne comme le gouvernement, les assureurs et les
patients. Il semble plutôt que les entreprises contrôlées
par les pharmacies conserveraient les profits sans en
faire bénéficier les consommateurs. Même s’il ne s’agi­
rait pas d’un « rabais » au sens de la loi, le problème res­
semble à celui que les dispositions interdisant les rabais
visent à éviter. De plus, il y a lieu de craindre qu’il soit
dans l’intérêt des pharmacies de la chaîne Shoppers Drug
Mart de vendre [les produits Sanis] de préférence à tout
autre, ce qui soulève la possibilité d’un conflit d’intérêts.
As a result, I do not intend to designate the Products as
interchangeable under the [Drug Interchangeability and
Dispensing Fee Act] or as listed drug products under the
[Ontario Drug Benefit Act].
Par conséquent, je n’ai pas l’intention de désigner les
produits comme des produits interchangeables au sens
de la [Loi sur l’interchangeabilité des médicaments et les
honoraires de préparation] ou comme des produits médi­
camenteux énumérés au sens de la [Loi sur le régime de
médicaments de l’Ontario].
[21] Katz Group Canada Inc., Pharma Plus Drug
Marts Ltd. and Pharmx Rexall Drug Stores Ltd.
op­erate the Pharma Plus and Rexall pharmacies in
Ontario and, like Shoppers, have taken steps to set
up their own private label manufacturer. They have
indicated that they intend to follow the same general
business model as Sanis.
[21] Katz Group Canada Inc., Pharma Plus Drug
Marts Ltd. et Pharmx Rexall Drug Stores Ltd.
exploitent les pharmacies Pharma Plus et Rexall en
Ontario et, à l’instar de Shoppers, ont entrepris des
démarches en vue d’établir leur propre fabricant
de médicaments génériques sous marque de dis­
tributeur. Elles ont indiqué avoir l’intention de sui­
vre le même modèle d’entreprise que celui de Sanis.
[22] Shoppers and Katz challenged the private
label regulations as being ultra vires on the grounds
that they were inconsistent with the statutory pur­
pose and mandate. They succeeded in the Divi­sional
Court, where Molloy J. concluded that the private
label regulations were neither consistent with the
pur­poses of the Ontario Drug Benefit Act and the
Drug Interchangeability and Dispensing Fee Act, nor
authorised by the regulation-making provi­sions.
This decision was reversed in the Court of Appeal,
where a majority (MacPherson and Karakatsanis
JJ.A.) found that the private label regulations were
intra vires.
[22] Shoppers et Katz ont contesté les règlements
relatifs aux produits sous marque de distribu­teur, les
qualifiant d’ultra vires au motif qu’ils étaient incom­
patibles avec l’objet et le mandat de la loi. Elles
ont obtenu gain de cause devant la Cour divi­sion­
naire, où la juge Molloy a conclu que les règlements
relatifs aux produits sous marque de dis­tributeur
n’étaient pas compatibles avec l’objet de la Loi sur le
régime de médicaments de l’Ontario et de la Loi sur
l’interchangeabilité des médicaments et les honoraires
de préparation et qu’ils n’étaient pas autorisés par
les dispositions de ces lois relatives à la prise de
règlements. Cette décision a été infirmée par la Cour
d’appel, qui a jugé à la majorité (les juges MacPherson
et Karakatsanis) que les règle­ments relatifs aux pro­
duits sous marque de distri­buteur étaient intra vires.
[23] I agree with MacPherson and Karakatsanis
JJ.A. and would dismiss the appeal.
[23] Je suis d’accord avec les juges MacPherson et
Karakatsanis et je suis d’avis de rejeter le pour­voi.
826
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
Analysis
Analyse
[24] A successful challenge to the vires of regu­
la­tions requires that they be shown to be incon­sis­
tent with the objective of the enabling statute or the
scope of the statutory mandate (Guy Régimbald,
Canadian Administrative Law (2008), at p. 132).
This was succinctly explained by Lysyk J.:
[24] Pour contester avec succès la validité d’un
règlement, il faut démontrer qu’il est incompatible avec
l’objectif de sa loi habilitante ou encore qu’il déborde
le cadre du mandat prévu par la Loi (Guy Régimbald,
Canadian Administrative Law (2008), p. 132). Ainsi
que le juge Lysyk l’a expliqué de manière succincte :
In determining whether impugned subordinate legisla­
tion has been enacted in conformity with the terms of
the parent statutory provision, it is essential to ascertain
the scope of the mandate conferred by Parliament, hav­
ing regard to the purpose(s)  or objects(s)  of the enact­
ment as a whole. The test of conformity with the Act is
not satisfied merely by showing that the delegate stayed
within the literal (and often broad)  terminology of
the enabling provision when making subordinate leg­
islation. The power-conferring language must be taken
to be qualified by the overriding requirement that the
subordinate legislation accord with the purposes and
objects of the parent enactment read as a whole.
[TRADUCTION] Pour déterminer si le texte législatif
subor­donné contesté est conforme aux exigences de la
loi habilitante, il est essentiel de cerner la portée du man­
dat conféré par le législateur en ce qui a trait à l’intention
ou à l’objet de la loi dans son ensemble. Le simple fait
de démontrer que le délégataire a respecté littéralement
le libellé (souvent vague)  de la loi habilitante lorsqu’il a
pris le texte législatif subordonné n’est pas suffisant pour
satisfaire au critère de la conformité à la loi. Le libellé
de la disposition habilitante doit être interprété comme
comportant l’exigence primordiale selon laquelle le texte
législatif subordonné doit respecter l’intention et l’objet
de la loi habilitante prise dans son ensemble.
(Waddell v. Governor in Council (1983), 8 Admin.
L.R. 266, at p. 292)
(Waddell c. Governor in Council (1983), 8 Admin.
L.R. 266, p. 292)
[25] Regulations benefit from a presumption of
validity (Ruth Sullivan, Sullivan on the Construc­
tion of Statutes (5th ed. 2008), at p. 458). This pre­
sumption has two aspects: it places the burden on
challengers to demonstrate the invalidity of reg­
ulations, rather than on regulatory bodies to jus­
tify them (John Mark Keyes, Executive Legislation
(2nd ed. 2010), at pp. 544-50); and it favours an in­
ter­pretative approach that reconciles the regula­tion
with its enabling statute so that, where possible, the
regulation is construed in a manner which ren­ders
it intra vires (Donald J. M. Brown and John M.
Evans, Judicial Review of Administrative Action in
Canada, vol. 3 (loose-leaf), at 15:3200 and 15:3230).
[25] Les règlements jouissent d’une présomption
de validité (Ruth Sullivan, Sullivan on the Con­struc­
tion of Statutes (5e éd. 2008), p. 458). Cette pré­
somption comporte deux aspects : elle impose à celui
qui conteste le règlement le fardeau de démon­trer que
celui-ci est invalide, plutôt que d’obliger l’organisme
réglementaire à en justifier la validité (John Mark
Keyes, Executive Legislation (2e éd. 2010), p. 544550); ensuite, la présomption favo­rise une méthode
d’interprétation qui concilie le règlement avec sa loi
habilitante de sorte que, dans la mesure du possible,
le règlement puisse être inter­prété d’une manière qui
le rend intra vires (Donald J. M. Brown et John M.
Evans, Judicial Review of Administrative Action in
Canada, vol. 3 (feuilles mobiles), 15:3200 et 15:3230).
[26] Both the challenged regulation and the
en­abling statute should be interpreted using a
“broad and purposive approach . . . consistent with
this Court’s approach to statutory interpretation
gen­erally” (United Taxi Drivers’ Fellowship of
South­ern Alberta v. Calgary (City), 2004 SCC 19,
[2004] 1 S.C.R. 485, at para. 8; see also Brown and
Evans, at 13:1310; Keyes, at pp. 95-97; Glykis v.
[26] Il convient de donner au règlement contesté
et à sa loi habilitante une « interprétation téléo­lo­
gique large [. . .] compatible avec l’approche géné­
rale adoptée par la Cour en matière d’interprétation
législative » (United Taxi Drivers’ Fellowship of
South­ern Alberta c. Calgary (Ville), 2004 CSC 19,
[2004] 1 R.C.S. 485, par. 8; voir également Brown
et Evans, 13:1310; Keyes, p. 95-97; Glykis c.
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
827
Hydro-Québec, 2004 SCC 60, [2004] 3 S.C.R. 285,
at para. 5; Sullivan, at p. 368; Legislation Act, 2006,
S.O. 2006, c. 21, Sch. F, s. 64).
Hydro-Québec, 2004 CSC 60, [2004] 3 R.C.S.
285, par. 5; Sullivan, p. 368; Loi de 2006 sur la
législation, L.O. 2006, ch. 21, ann. F, art. 64).
[27] This inquiry does not involve assessing the
policy merits of the regulations to determine whether
they are “necessary, wise, or effective in practice”
(Jafari v. Canada (Minister of Employment and Im­
migration), [1995] 2 F.C. 595 (C.A.), at p. 604). As
explained in Ontario Federation of Anglers & Hunt­
ers v. Ontario (Ministry of Natural Resources) (2002),
211 D.L.R. (4th) 741 (Ont. C.A.):
[27] Cette analyse ne comporte pas l’examen
du bien-fondé du règlement pour déterminer s’il
est « nécessaire, sage et efficace dans la pratique »
(Jafari c. Canada (Ministre de l’Emploi et de l’Immi­
gration), [1995] 2 C.F. 595 (C.A.), p. 604). Comme le
tribunal l’a expliqué dans l’arrêt Ontario Fede­ration
of Anglers & Hunters c. Ontario (Ministry of Natural
Resources) (2002), 211 D.L.R. (4th) 741 (C.A. Ont.) :
. . . the judicial review of regulations, as opposed
to administrative decisions, is usually restricted to the
grounds that they are inconsistent with the purpose of the
statute or that some condition precedent in the statute has
not been observed. The motives for their promulgation
are irrelevant. [para. 41]
[TRADUCTION] . . . le contrôle judiciaire des règle­
ments, contrairement à celui des décisions adminis­tra­tives,
se limite normalement à la question de leur incompatibi­
lité avec l’objet de la loi ou à l’inobservation d’une condi­
tion préalable prévue par la loi. Les raisons qui ont motivé
la prise du règlement ne sont pas pertinentes. [par. 41]
[28] It is not an inquiry into the underlying “po­
litical, economic, social or partisan consider­ations”
(Thorne’s Hardware Ltd. v. The Queen, [1983] 1
S.C.R. 106, at pp. 112-13). Nor does the vires of reg­
ulations hinge on whether, in the court’s view, they
will actually succeed at achieving the statutory
ob­jectives (CKOY Ltd. v. The Queen, [1979] 1
S.C.R. 2, at p. 12; see also Jafari, at p. 602; Keyes, at
p. 266). They must be “irrelevant”, “extraneous” or
“completely unrelated” to the statutory purpose to
be found to be ultra vires on the basis of inconsis­
tency with statutory purpose (Alaska Trainship
Corp. v. Pacific Pilotage Authority, [1981] 1 S.C.R.
261; Re Doctors Hospital and Minister of Health
(1976), 12 O.R. (2d) 164 (Div. Ct.); Shell Canada
Prod­ucts Ltd. v. Vancouver (City), [1994] 1 S.C.R.
231, at p. 280; Jafari, at p. 604; Brown and Evans, at
15:3261). In effect, although it is possible to strike
down regulations as ultra vires on this basis, as
Dickson J. observed, “it would take an egregious
case to warrant such action” (Thorne’s Hardware, at
p. 111).
[28] L’analyse ne s’attache pas aux considéra­tions
sous-jacentes « d’ordre politique, économique ou
social [ni à la recherche, par les gouvernements, de]
leur propre intérêt » (Thorne’s Hardware Ltd. c. La
Reine, [1983] 1 R.C.S. 106, p. 113). La vali­dité d’un
règle­ment ne dépend pas non plus de la question de
savoir si, de l’avis du tribunal, il per­mettra effective­
ment d’atteindre les objectifs visés par la loi (CKOY Ltd.
c. La Reine, [1979] 1 R.C.S. 2, p. 12; voir également
Jafari, p. 602; Keyes, p. 266). Pour qu’il puisse être
déclaré ultra vires pour cause d’incompatibilité avec
l’objet de la loi, le règlement doit reposer sur des con­
sidérations « sans importance », doit être « non per­
tinent » ou être « complètement étranger » à l’objet
de la loi (Alaska Trainship Corp. c. Administration de
pilo­tage du Pacifique, [1981] 1 R.C.S. 261; Re Doctors
Hospital and Minister of Health (1976), 12 O.R.
(2d) 164 (Cour div.); Produits Shell Canada Ltée c.
Vancouver (Ville), [1994] 1 R.C.S. 231, p. 280; Jafari,
p. 604; Brown et Evans, 15:3261). En réa­lité, bien qu’il
soit possible de déclarer un règle­ment ultra vires pour
cette raison, comme le juge Dickson l’a fait observer,
« seul un cas flagrant pour­rait justi­fier une pareille
mesure » (Thorne’s Hardware, p. 111).
[29] The grants of authority relevant to the private
label regulations are, under the Drug Interchange­
ability and Dispensing Fee Act:
[29] Les dispositions de la Loi sur l’interchan­
geabilité des médicaments et les honoraires de pré­
paration qui confèrent le pouvoir de prendre des
règlements relatifs aux produits sous marque de
distributeur sont formulées comme suit :
828
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
14. – (1)  The Lieutenant Governor in Council may
make regulations,
14 (1)  Le lieutenant-gouverneur en conseil peut, par
règlement :
(a) prescribing conditions to be met by products
or by manufacturers of products in order to be
designated as interchangeable with other prod­
ucts;
a) prescrire les conditions auxquelles doivent
répondre les produits ou les fabricants de produits
pour que ces produits puissent être désignés comme
étant interchangeables avec d’autres produits;
(b) prescribing conditions to be met for a product to
continue to be designated as interchangeable;
b) prescrire les conditions auxquelles il doit être
satisfait pour qu’un produit continue d’être
désigné comme étant interchangeable;
Under the Ontario Drug Benefit Act, they are:
La Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario
prévoit ce qui suit :
18. – (1)  The Lieutenant Governor in Council may
make regulations,
18 (1)  Le lieutenant-gouverneur en conseil peut, par
règlement :
. . .
. . .
(b) prescribing conditions to be met for a drug prod­
uct to be designated as a listed drug prod­uct;10
b) prescrire les conditions auxquelles il doit être
satisfait pour qu’un produit médicamenteux soit
désigné comme produit médicamenteux énu­méré10;
(b.1)prescribing conditions to be met for a listed drug
product to continue to be designated as a listed
drug product;
b.1)prescrire les conditions auxquelles il doit être
satisfait pour qu’un produit médicamenteux
énuméré continue d’être désigné comme produit
médicamenteux énuméré;
. . .
. . .
(m) respecting any matter considered necessary or
advisable to carry out the intent and purposes of
this Act.
m) traiter de toute question qu’il considère utile ou
nécessaire pour réaliser l’objet de la présente loi.
[30] To start the analysis, we must determine the
purposes of the enabling statutes.
[30] Au début de l’analyse, il nous faut préciser
en quoi consistent les objectifs visés par les lois
habilitantes.
[31] The original legislative intent animating the
two Acts was to combat high drug prices caused by
manufacturers quoting artificially high Formulary
prices while providing hidden discounts to phar­
macies. When the statutes were first introduced in
1985, the then Minister of Health, the Hon. Murray
J. Elston, explained that they were intended to ad­
dress the problem of “unrealistic” drug pricing:
[31] L’intention du législateur à l’origine des
deux Lois était de lutter contre les prix élevés des
médicaments du fait que les fabricants affi­chaient au
Formulaire des médicaments des prix artificiellement
élevés tout en accordant des rabais cachés aux
pharmacies. Lorsque les projets de loi ont été
présentés pour la première fois en 1985, le ministre de
la Santé de l’époque, M. Murray J. Elston, a expliqué
qu’ils visaient à s’attaquer au problème des prix
[TRADUCTION] « irréalistes » des médicaments :
10 A “listed drug product” is a drug listed in the Formulary by the
Executive Officer (ss. 1(1), 1.2(2)(a) and 1.3).
10 Un « produit médicamenteux énuméré » est un médicament
énuméré dans le Formulaire des médicaments par l’administra­
teur (par. 1(1), al. 1.2(2)a) et art. 1.3).
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
829
[The] formulary . . . lists the prices at which government
will reimburse pharmacies for drugs dispensed under the
program. These formulary prices are based on quotes
re­ceived from drug manufacturers. They are not set by
government.
[TRADUCTION] [Le] Formulaire des médicaments [. . .]
indique les prix auxquels le gouvernement remboursera
les pharmacies pour les médicaments vendus dans le
cadre du Programme. Les prix indiqués au Formulaire
des médicaments sont calculés en fonction des chiffres
fournis par les fabricants de médicaments. Ils ne sont pas
fixés par le gouvernement.
Some manufacturers realized that by quoting arti­
ficially high prices for the formulary, prices higher than
what pharmacies were actually paying for drugs, there
was an incentive for pharmacies to purchase their prod­
ucts. Government reimbursements for drugs dis­pensed
under the ODB are, as a result, higher than the cost of
many drugs to pharmacies.
Certains fabricants ont constaté qu’en fixant des prix
artificiellement élevés pour les médicaments énumérés —
des prix plus élevés que ceux que les pharmacies payaient
effectivement pour les médicaments —, les pharmacies
étaient incitées à acheter leurs produits. Le montant que le
gouvernement rembourse pour les médicaments ven­dus en
vertu du Programme des médicaments de l’Ontario est par
conséquent plus élevé que le coût que payent effectivement
les pharmacies pour bon nombre des médicaments.
It can be easily seen how this resulted in excess costs
to the Ontario drug benefit plan. This practice of price
spreading, and the fact that it was allowed to continue
for so long by the previous government, represents an
unnec­essary burden on all Ontario taxpayers.
On peut aisément comprendre comment ce système
a pu engendrer des coûts excessifs pour le Programme
de médicaments de l’Ontario. Cette pratique d’écart des
prix et le fait que le gouvernement précédent ait permis
qu’elle se poursuive aussi longtemps a imposé un fardeau
inu­tile à l’ensemble des contribuables ontariens.
. . . since the Ontario Drug Benefit Formulary is used
as a pricing guide for prescription drug sales in the cash
market, its artificially high prices have resulted in excess
costs for cash customers and for those on other drug
plans as well. [Emphasis added.]
. . . étant donné que le Formulaire des médicaments du
Programme des médicaments de l’Ontario sert de guide
d’établissement des prix pour la vente de médicaments
sur ordonnance sur le marché au comptant, les prix arti­
ficiellement élevés qu’il prévoit ont entraîné des coûts
excessifs pour les clients qui paient au comptant tout
autant que pour ceux qui bénéficient d’autres régimes
d’assurance-médicaments. [Italiques ajoutés.]
(Legislative Assembly, Hansard – Official Report of
Debates, No. 41, 1st Sess., 33rd Parl., November 7,
1985, p. 1446)
(Assemblée législative, Hansard — Official Report
of Debates, no 41, 1re sess., 33e lég., 7 novembre
1985, p. 1446)
[32] In other words, the overarching purpose of
the statutory scheme is, as Molloy J. explained, “to
con­trol the cost of prescription drugs in Ontario
without compromising safety”.
[32] En d’autres termes, l’objet prépondérant
du régime législatif est, comme l’a expliqué la
juge Molloy, [TRADUCTION] « de contrôler le coût
des médi­caments délivrés sur ordonnance en Ontario
sans en compromettre l’innocuité ».
[33] The Acts and the Regulations under them
rep­resent a series of deliberate and aspirational re­
sponses to what has proven to be a tenacious prob­
lem over the past 25 years: manufacturers charging
exceptionally high prices for generic drugs flow­ing
not from the actual cost of the drugs, but from the
manufacturers’ cost in providing finan­cial incen­
tives to pharmacies to induce them to purchase their
[33] Les Lois et leurs règlements d’application
s’inscrivent dans la foulée d’une série de mesures
énergiques et ambitieuses prises en réaction à ce
qui s’est avéré un problème tenace au cours des
25 dernières années — les fabricants exigent des
prix exceptionnellement élevés pour les médica­
ments génériques en raison non pas du coût réel
de ces médicaments, mais du coût qu’assument
830
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
products. The government has repeat­edly tried to
end these hidden benefits. As the legislative history
shows, attempts were made to promote transpar­
ent pricing and eliminate price in­flation along the
drug supply chain, all in pursuit of the ultimate ob­
jec­tive of lowering drug costs. The legislature also
exerted control over the sources of pharmacy rev­
enue, attempting to shift pharmacy revenues away
from drug sales and towards the delivery of pro­fes­
sional services. Of necessity, these legislative and
regulatory responses have been incremental.
les fabricants pour inciter financièrement les phar­
ma­cies à acheter leurs produits. Le gouvernement
a cherché sans relâche à supprimer ces avantages
cachés. Comme le démontre l’historique législatif,
on a tenté de promouvoir des méthodes de fixation
des prix transparentes et de contrer la flambée des
prix le long de la chaîne d’approvisionnement des
médicaments, le tout en vue d’atteindre l’objectif
ultime de réduire le coût des médicaments. Le
législateur a également exercé un contrôle sur la
provenance des revenus des pharmacies, en tentant
de faire en sorte que les revenus des pharmacies
proviennent moins de la vente de médicaments et
plus de la prestation des services professionnels.
Par la force des choses, ces mesures législatives et
réglementaires ont été prises graduellement.
[34] The purpose of the 2010 Regulations ban­
ning private label products was to prevent another
possible mechanism for circumventing the ban on
the rebates that kept drug prices inflated. As pre­vi­
ously noted, the problem with rebates was that they
inflated the Formulary price. In banning rebates, the
expectation was that manufacturers would lower
Formulary prices, and that pharmacies would pass
these savings on to consumers. If phar­macies were
permitted to create their own affiliated manufactur­
ers whom they controlled, they would be directly
involved in setting the Formulary prices and have
strong incentives to keep these prices high. Rather
than receiving a rebate financed by inflated drug
prices, the pharmacy would share in the manufac­
turers’ profits from those prices. This was expected
to keep the price of drugs to consumers high.
[34] Les règlements de 2010 interdisant les pro­
duits sous marque de distributeur visaient à empê­
cher un autre mécanisme susceptible de con­tourner
l’interdiction des rabais qui maintenaient les prix
des médicaments élevés. Comme je l’ai déjà signalé,
les rabais étaient problématiques parce qu’ils gon­
flaient les prix indiqués au Formulaire des médi­
caments. En interdisant les rabais, on s’atten­dait à
ce que les fabricants baissent les prix affichés au
Formulaire des médicaments et que les pharmacies,
à leur tour, transmettent aux consommateurs les
économies ainsi réalisées. Si l’on permettait aux phar­
macies de créer leurs propres fabricants affiliés et
de les contrôler, elles participeraient directement
à la fixation des prix affichés au Formulaire des
médicaments, ce qui les inciterait fortement à main­
tenir des prix élevés. Au lieu de recevoir des rabais
financés à même les prix gonflés des médicaments,
les pharmacies participeraient aux profits que ces
prix engendrent pour les fabricants. On s’attendait à
ce que cette pratique maintienne les prix élevés que
paient les consommateurs pour les médicaments.
[35] These concerns found their way into the June
2010 explanatory letter from the Executive Officer
to Sanis. The relevant portions are repeated here for
ease of reference:
[35] Ces préoccupations ont été reprises dans la
lettre explicative adressée par l’administrateur à
Sanis en juin 2010. Les extraits pertinents de cette
lettre sont reproduits ici par souci de commodité :
The purpose of the regulations is to prevent a pharmacycontrolled or related entity purchasing drug products
from a person that actually makes the product at lower
[TRADUCTION] Les règlements en question ont pour
objet d’empêcher une entité contrôlée par une société
pharmaceutique ou par une entité connexe d’acheter des
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
831
prices than the drug benefit price on the ODB Formulary
without providing any price reduction to patients, in­
surers, employers, the Government of Ontario, or other
payors.
produits médicamenteux d’une personne qui fabrique
effectivement le produit à un prix inférieur au prix au titre
du régime de médicaments indiqué dans le Formulaire
des médicaments de l’Ontario sans accorder de réduction
de prix aux patients, aux assureurs, aux employeurs, au
gouvernement de l’Ontario ou à tout autre payeur.
The government’s amendments to Ontario’s drug regu­
lations seek to encourage manufacturers to provide lower
prices to Ontario patients. With private label products,
the price reductions that Sanis presumably enjoys would
not be passed onto end-payors such as government, in­
surers and patients. Instead, it seems that profits would
be retained within pharmacy-controlled organizations
without benefiting consumers. While that would not be a
“rebate” as defined in the legislation, it is a similar prob­
lem that the provisions against rebates seek to prevent.
[Emphasis added.]
Les modifications que le gouvernement propose
d’apporter aux règlements ontariens relatifs aux médi­
caments visent à inciter les fabricants à offrir des prix
moins élevés aux patients ontariens. Dans le cas des pro­
duits sous marque de distributeur, les réductions de prix
dont Sanis bénéficierait vraisemblablement ne seraient
pas transmises à ceux qui les payent en bout de ligne
comme le gouvernement, les assureurs et les patients. Il
semble plutôt que les entreprises contrôlées par les
pharmacies conserveraient les profits sans en faire béné­
ficier les consommateurs. Même s’il ne s’agirait pas d’un
« rabais » au sens de la loi, le problème ressemble à celui
que les dispositions interdisant les rabais visent à éviter.
[Italiques ajoutés.]
[36] The private label Regulations also contribute
to the legislative pursuit of transparent drug pric­
ing. The Regulations are consistent with a rec­om­
mendation in the 2008 Competition Bureau Re­port
that “reimbursement of pharmacy services should
be provided separately from reimburse­ment of drug
costs”. The Bureau’s rationale was that provin­cial
gov­ernments have difficulty setting appropriate
fees for pharmacy services as long as pharmacies
con­tinue to receive massive payments from drug
man­u­facturers and can use those revenues to off­set
under-funding for services and inefficient ser­vice
delivery (Benefiting from Generic Drug Compe­
tition, at pp. 20-­22 and 32). Weaning pharmacies off
drug manufacturer revenues and transitioning
them to a business model based on reimbursement
for providing professional services has therefore
been an important strategy pursued in the 2006 and
2010 amendments to the Acts and Regulations.
[36] Les règlements relatifs aux produits sous
marque de distributeur contribuent aussi à attein­
dre l’objectif législatif de transparence du prix des
médicaments. Ils sont conformes à ce que le Bureau
de la concurrence avait recommandé en 2008, soit
que « le remboursement des services phar­maceuti­
ques devrait être distinct du remboursement du coût
des médicaments ». Le Bureau de la concurrence
estimait que les gouverne­ments provinciaux ont
de la difficulté à fixer des honoraires convenables
pour les services pharmaceutiques dès lors que les
phar­macies continuent à recevoir des fabricants de
médicaments des sommes faramineuses qui leur
permettent de compenser le sous-financement des
services professionnels et une prestation de services
inefficace (Pour une concurrence avantageuse des
médicaments génériques, p. 25-28 et 40). Amener
les pharmacies à renoncer aux revenus que leur pro­
curent les fabricants de médicaments et à passer à
un modèle d’entreprise axé sur le remboursement
de leurs services professionnels constituait donc
une importante stratégie poursuivie dans les modi­
fications apportées en 2006 et 2010 aux Lois et aux
règlements.
[37] The private label Regulations fit into this
strategy by ensuring that pharmacies make money
exclusively from providing professional health care
[37] Les règlements sur les produits sous mar­
que de distributeur s’inscrivent dans cette stratégie
en assurant que les pharmacies tirent leurs reve­nus
832
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
services, instead of sharing in the revenues of drug
manufacturers by setting up their own private label
subsidiaries. In this way too, the Regulations cor­
re­spond to the statutory purpose of reducing drug
costs since disentangling the cost of pharmacy ser­
vices from the cost of drugs puts Ontario in a better
position to regulate both.
exclusivement de la prestation de services pro­
fessionnels de santé plutôt que de la part des revenus
des fabricants qu’elles touchent en mettant sur pied
des filiales qui offrent des médicaments sous leur
propre marque. Ainsi, les règlements correspondent
à l’objectif visé par la loi consistant à réduire le
coût des médicaments, étant donné que le fait de
dissocier le coût des services pharmaceutiques de
celui des médicaments place l’Ontario en meilleure
posture pour réglementer les deux.
[38] The 2010 private label Regulations were
therefore part of the regulatory pursuit of lower
prices for generic drugs and are, as a result, con­
sistent with the statutory purpose.
[38] Les règlements de 2010 relatifs aux produits
sous marque de distributeur s’inscrivaient donc dans
la foulée des démarches réglementaires entreprises
en vue de réduire les prix des médicaments géné­ri­
ques et ils sont par conséquent conformes à l’objec­
tif visé par les Lois.
[39] Shoppers and Katz argued, however, that
the private label Regulations were inconsistent with
the statutory purpose because they neither could
nor would reduce drug prices. This, with respect,
miscon­strues the nature of the review exercise. The
animating concern of the ban is that private label
manufacturers’ affiliation to pharmacies could make
them more resistant to Ontario’s efforts to pro­
mote lower prices. The Regulations are therefore
connected to the statutory purpose of controlling
— and reducing — drug prices. Whether they will
ultimately prove to be successful or represent
sound economic policy is not the issue. The issue
is whether they accord with the purpose of the
scheme. In my view, they clearly do.
[39] Shoppers et Katz ont toutefois plaidé que
les règlements relatifs aux produits sous marque de
distributeur sont incompatibles avec l’objectif visé
par les Lois parce qu’ils ne pourraient pas réduire
les prix des médicaments ou ne le réduiraient pas.
En toute déférence, cet argument repose sur une
interprétation erronée de la nature de l’exercice
d’examen en cause. La préoccupation qui a suscité
l’interdiction tient à ce que l’affiliation des fabri­
cants de produits sous marque de distributeur avec
les pharmacies serait susceptible de les rendre plus
résistants aux mesures prises par l’Ontario pour
pro­mouvoir des prix moins élevés. Il existe donc un
lien entre les règlements et l’objectif législatif
con­sistant à contrôler — et à réduire — les prix des
médi­caments. Il n’est pas question de savoir si les
règlements permettront ou non en bout de ligne
d’atteindre cet objectif ou s’ils constituent ou non
une saine politique économique. La question est de
savoir si les règlements sont conformes à l’objec­tif
du régime législatif. À mon avis, ils le sont mani­
festement.
[40] Shoppers and Katz also argued that the
private label Regulations are inconsistent with
the statutory purpose because they are underinclusive: they do not prevent a pharmacy from
owning a manufacturer who is also the fabricator
of the drug. At the moment, this is pure specula­
tion — there are no pharmacies in Ontario which
[40] Shoppers et Katz ont également plaidé que
les règlements relatifs aux produits sous marque
de distributeur ne sont pas conformes à l’objectif
législatif parce qu’ils ont une portée trop limi­ta­
tive : ils n’empêchent pas une pharmacie d’être
pro­priétaire d’un fabricant qui est également le
manu­facturier du médicament. Pour le moment, il
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
833
own both the manufacturer and fabricator of a ge­
neric drug. It may well be that at some point this
will become a corporate structure of concern, but
Ontario is not obliged in its regulations to antici­
pate all potentially problematic scenarios. So long
as what it has actually enacted is consistent with
the statutory purpose and regulatory scope, Ontario
is en­titled to address the problem in stages. The
ban on private label products is not inconsistent
with or extraneous to the statutory purpose simply
because it fails to include corporate models that do
not currently exist.
s’agit là de pures spéculations : en Ontario, aucune
pharmacie n’est propriétaire à la fois de fabricants
et de manufac­turiers de médicaments géné­ri­ques.
Il se peut fort bien qu’une structure organi­sation­
nelle de ce genre devienne un jour une source de
préoccupations, mais l’Ontario n’est pas obligé,
dans sa réglementation, d’anticiper tous les scé­
narios problématiques éventuels. Dès lors que les
mesures effectivement adoptées sont confor­mes
à l’objet visé par la loi et à la portée de ses règle­
ments, l’Ontario a le droit de s’attaquer au pro­blème
par étapes. L’interdiction frappant les pro­duits sous
mar­que de distributeur n’est pas incom­patible avec
l’objet de la loi ou étrangère à ce dernier sim­
plement parce qu’elle n’englobe pas des modèles
d’entreprise qui n’existent pas encore.
[41] It bears repeating that Ontario’s totemic
struggle to control generic drug prices has been an
incremental one, due in part to an evolving aware­
ness of the mechanisms that can lead to high drug
prices, and in part to the dynamic nature of the
problem: each time the government has introduced
new measures, market participants have changed
their business practices to obviate the restrictions
and keep prices high.
[41] Il convient de répéter que la lutte totémi­que,
en Ontario, pour contrôler les prix des médica­
ments génériques a été menée graduellement, en
partie parce qu’on a pris conscience peu à peu des
mécanismes qui peuvent faire monter les prix des
médicaments et en partie en raison de la dynamique
du problème : chaque fois que le gouvernement a
adopté de nouvelles mesures, les acteurs du marché
ont modifié leurs pratiques commerciales pour se
soustraire aux restrictions et pour maintenir les prix
élevés.
[42] The private label Regulations are part of this
incremental regulatory process, tailored to address
a proposed business model in which the private la­
bel manufacturer is a substitute for a manufacturer
which already has its drugs on the market in On­
tario. Sanis, for example, proposed to rely on Cobalt
and Mylan, two manufacturers who already market
generic drugs in Ontario, to fabricate its drugs and
to provide it with the groundwork for obtaining reg­
ulatory approval. Brent Fraser, the Director of
Drug Program Services at the Ministry of Health
and Long-­Term Care, expressed this very concern
about Sanis’ proposal. In his view, Sanis’ intention
to rely on other companies like Cobalt or Mylan to
de­velop the products it proposed to sell meant that
“the only role of Sanis appears to be to earn a profit for
a phar­macy operator over and above the increased
dis­pens­ing fees, the newly introduced transitional
service fees, benefits associated with ordinary
[42] Les règlements relatifs aux produits sous
marque de distributeur s’inscrivent dans la fou­
lée d’un processus réglementaire graduel conçu
pour réagir à un modèle d’entreprise dans lequel
le fabri­cant de produits sous marque de distribu­
teur se sub­stitue au fabricant dont les médica­ments
se trou­vent déjà sur le marché ontarien. Sanis,
par exemple, comptait s’en remettre à Cobalt et à
Mylan, deux fabricants qui vendent déjà des médi­
caments génériques en Ontario, pour fabriquer
ses médicaments et pour préparer le terrain en vue
d’obte­nir l’approbation réglementaire. Brent Fraser,
le directeur des Services liés aux programmes de
médicaments du Ministère de la Santé et des Soins
de longue durée, a exprimé ses craintes sur ce point
précis en ce qui concerne la proposition de Sanis.
À son avis, l’intention de Sanis de s’en remettre à
d’autres compagnies comme Cobalt ou Mylan pour
mettre au point les produits qu’elle se propo­sait
834
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
com­mercial terms, and the planned payments for
the delivery of professional services”.
de vendre faisait en sorte que [TRADUCTION] « le seul
rôle que Sanis semble jouer se résume à engranger
les profits d’un exploitant de pharmacie en plus
des honoraires de préparation plus élevés, des
frais de services nouvellement instaurés pen­dant
la période de transition, des avantages asso­ciés aux
conditions commerciales habituelles, sans oublier
les paiements à venir pour la prestation des services
professionnels ».
[43] Shoppers and Katz also argued that the
private label Regulations are ultra vires because
they interfere with commercial rights, prohibit
an activity, and discriminate between drug manu­
facturers, none of which they say is authorised by
the grants of regulation-making authority in the
Ontario Drug Benefit Act and the Drug Interchange­
ability and Dispensing Fee Act. In my view, these
arguments cannot succeed.
[43] Shoppers et Katz ont également plaidé que
les règlements relatifs aux produits sous marque
de distributeur sont ultra vires parce qu’ils portent
atteinte à des droits commerciaux, interdisent une
activité et établissent une distinction entre les fabri­
cants de médicaments, ajoutant que rien de tout
cela n’est autorisé par le pouvoir de réglementation
prévu par la Loi sur le régime de médicaments de
l’Ontario et la Loi sur l’interchangeabilité des médi­
caments et les honoraires de préparation. À mon
avis, ces arguments ne sauraient être retenus.
[44] It seems to me somewhat ethereal to speak
of a commercial “right” to trade in a market as
highly regulated as is the pharmaceutical market in
Ontario. Manufacturers have no right to sell drugs in
the public market in Ontario unless they are listed in
the Formulary, and no right to sell generic drugs at
all unless they are designated as interchangeable.
Since the Ontario Drug Benefit Act and the Drug
In­terchangeability and Dispensing Fee Act give
the Lieutenant Governor in Council the authority
to set the conditions that a drug must meet in or­
der to be listed in the Formulary and designated
as interchangeable, they expressly authorise inter­
ference with a manufacturer’s ability to enter and
remain in the market.
[44] Il me semble quelque peu immatériel de parler
d’un « droit » commercial de faire des échan­ges dans un
marché aussi réglementé que le marché pharmaceutique
ontarien. Les fabricants n’ont le droit de vendre des
médicaments sur le marché public en Ontario que si
ces médicaments sont énumérés au Formulaire des
médicaments, et ils n’ont pas du tout le droit de vendre
des médi­caments génériques à moins que ceux-ci
n’aient été désignés comme interchangeables. Comme
la Loi sur le régime de médicaments de l’Ontario et
la Loi sur l’interchangeabilité des médicaments et les
honoraires de préparation confèrent au lieutenant-­
gouverneur en conseil le pouvoir de fixer les conditions
qu’un médicament doit respecter pour pouvoir être
énuméré au Formulaire des médi­ca­ments et pour être
désigné comme inter­change­able, ces lois permettent
expressément de res­treindre la possibilité pour un
fabricant d’entrer sur le marché et d’y demeurer.
[45] Nor do the private label Regulations con­tra­
vene the principle that a statutory power to regulate
an activity does not include the power to prohibit it.
This principle had its origins in Mu­nic­ipal Corpo­
ration of City of Toronto v. Virgo, [1896] A.C. 88
(P.C.), where Lord Davey held that
[45] Les règlements relatifs aux produits sous
marque de distributeur ne contreviennent pas non
plus au principe suivant lequel le pouvoir législatif
de règlementer une activité ne comprend pas le pou­
voir de l’interdire. Ce principe tire son origine de
l’arrêt Municipal Corporation of City of Toronto c.
Virgo, [1896] A.C. 88 (C.P.), dans lequel lord Davey
a affirmé ce qui suit :
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
La juge Abella
835
there is marked distinction to be drawn between the
prohibition or prevention of a trade and the regulation
or governance of it, and indeed a power to regulate and
govern seems to imply the continued existence of that
which is to be regulated or governed. [p. 93]
[TRADUCTION] [I]l faut nettement distinguer l’inter­
diction ou la prohibition d’un commerce et sa régle­
mentation ou son contrôle, et il est évident que le pouvoir
de réglementation et de contrôle présuppose l’existence
ininterrompue de ce qui doit être réglementé ou contrôlé.
[p. 93]
[46] Assessing whether a regulation has crossed
the line from being a permissible condition into be­
ing an impermissible prohibition requires estab­lish­
ing the scope of the activity to be regulated and then
determining the extent to which it can continue to be
carried on (Keyes, at p. 312). Here, the activity to be
regulated is the sale of generic drugs in the private
and public markets in Ontario. The private label
Reg­ulations do not prohibit manufacturers from
selling generic drugs in Ontario’s markets; they re­
strict market access only if a particular corporate
structure is used. That cannot be characterized as a
total or near-total ban on selling generic drugs in
On­tario.
[46] Pour déterminer si un règlement a franchi la
ligne de démarcation faisant en sorte qu’une con­
di­tion acceptable devient une interdiction inac­
cepta­ble, il faut préciser la portée de l’activité à
régle­menter et déterminer alors la mesure dans
laquelle cette activité peut être poursuivie (Keyes,
p. 312). Dans le cas qui nous occupe, l’activité à
réglementer consiste en la vente de médicaments
généri­ques sur le marché privé et le marché public
en Ontario. Les règlements relatifs aux produits
sous marque de dis­tributeur n’interdisent pas aux
fabricants de vendre des médicaments génériques
sur les marchés ontariens; ils leur interdisent l’accès
au marché uni­quement s’ils utilisent une certaine
struc­ture orga­nisationnelle. On ne saurait qualifier
cette mesure d’interdiction totale ou quasi-totale de
la vente de médicaments génériques en Ontario.
[47] The “discrimination” or unauthorised dis­
tinc­tions argument is similarly without a legal
foundation. Regulatory distinctions must be au­
thorised by statute, either expressly or by necessary
implication (Forget v. Quebec (Attorney General),
[1988] 2 S.C.R. 90, at pp. 106-7). The applicable leg­
islation in this case expressly authorises the mak­ing
of distinctions between different drug manufactu­
rers. Section 14(1)(a) of the Drug Inter­change­abil­
ity and Dispensing Fee Act expressly states that the
Lieutenant Governor in Council may make reg­u­la­tions
“prescribing conditions to be met by prod­ucts or by
manufacturers of products in order to be designated
as interchangeable with other prod­ucts”. Prescrib­
ing conditions to be met by drug man­u­fac­turers
necessarily creates classes of manufacturers who do
or do not meet those conditions, and, conse­quently,
to whom the regulations apply differently.
[47] L’argument des « distinctions non auto­ri­
sées » est également dénué de fondement juridi­
que. Les distinctions établies par règlement doivent
être autorisées par la loi, explicitement ou par voie
d’inférence nécessaire (Forget c. Québec (Procureur
général), [1988] 2 R.C.S. 90, p. 106-107). Les dis­
positions législatives applicables en l’espèce per­
mettent expressément d’établir des distinctions
entre les divers fabricants de médicaments. L’ali­
néa 14(1)a) de la Loi sur l’interchangeabilité des
médicaments et les honoraires de préparation pré­
voit explicitement que le lieutenant-gouverneur
en conseil peut, par règlement, « prescrire les
con­ditions auxquelles doivent répondre les pro­
duits ou les fabricants de produits pour que ces
pro­
d uits puissent être désignés comme étant
inter­changeables avec d’autres produits ». Le fait
de pres­crire les conditions auxquelles doivent satis­
faire les fabricants de médicaments crée nécessaire­
ment des catégories de fabricants qui respectent ou
non ces conditions et, par conséquent, à qui le règle­
ment s’applique de façon différente.
836
KATZ
v. ONTARIO (HEALTH AND LONG-TERM CARE) Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[48] Both Acts also state that any regulations
made under them “may be general or particular
in [their] application” (Ontario Drug Benefit Act,
s. 18(6), Drug Interchangeability and Dispensing
Fee Act, s. 14(8)). Moreover, both statutes are subject
to s. 82 of the Legislation Act, 2006, which ex­pressly
provides that the power to make regula­tions in­
cludes the power to have them apply differ­ently to
different classes:
[48] Les deux Lois précisent également que leurs
règlements d’application peuvent être « d’appli­
cation générale ou particulière » (Loi sur le régime
de médicaments de l’Ontario, par. 18(6)), ou qu’ils
« peuvent avoir une portée générale ou particulière »
(Loi sur l’interchangeabilité des médicaments et les
honoraires de préparation, par. 14(8)). Qui plus est,
les deux lois sont assujetties à l’art. 82 de la Loi
de 2006 sur la législation, qui prévoit expressément
que le pouvoir de prendre des règlements comprend
le pouvoir de les appliquer à différentes catégories :
82. (1)  A regulation may be general or particular in its
application.
82. (1)  Les règlements peuvent avoir une portée
générale ou particulière.
(2)  The power to make a regulation includes the
power to prescribe a class.
(2)  Le pouvoir de prendre des règlements comprend
le pouvoir de prescrire des catégories.
(3)  For the purposes of subsection (2), a class may be
defined,
(3)  Pour l’application du paragraphe (2), une caté­
gorie peut être définie :
(a) in terms of any attribute or combination of attri­
butes; or
a) soit en fonction d’un attribut ou d’une com­
binaison d’attributs;
(b) as consisting of, including or excluding a spec­
ified member.
b) soit de façon à être constituée d’un membre
donné ou à comprendre ou exclure un tel mem­
bre.
[49] The Regulations focus on the sale of drugs
by private label manufacturers because those man­
ufacturers and their affiliated pharmacies are the
ones considered to be particularly poised to cir­
cumvent the statutory ban on rebates that applies to
all manufacturers and pharmacies in Ontario. Far
from being “discriminatory”, the distinctions they
draw flow directly from the statutory purpose and
the scope of the mandate.
[49] Les règlements sont axés sur la vente de
médicaments par des fabricants de produits sous
marque de distributeur parce que ces fabricants et
leurs pharmacies affiliées sont considérés comme
étant particulièrement disposés à contourner l’inter­
diction légale des rabais, interdiction qui vaut pour
tous les fabricants et toutes les pharma­cies en
Ontario. Loin d’établir des « distinctions non auto­
risées », les distinctions que les règlements éta­
blissent découlent directement de l’objet de la loi et
de la portée de son mandat.
[50] Shoppers and Katz have therefore not, with
respect, demonstrated that the Regulations are ultra
vires.
[50] En toute déférence, Shoppers et Katz n’ont,
par conséquent, pas démontré que les règlements
sont ultra vires.
[51] I would dismiss the appeal with costs.
[51] Je suis d’avis de rejeter le pourvoi avec
dépens.
Appeal dismissed with costs.
Solicitors for the appellants Katz Group Canada
Inc., Pharma Plus Drug Marts Ltd. and Pharmx
Pourvoi rejeté avec dépens.
Procureurs des appelantes Katz Group Canada
Inc., Pharma Plus Drug Marts Ltd. et Pharmx
[2013] 3 R.C.S.
KATZ
c.
ONTARIO (SANTÉ ET SOINS DE LONGUE DURÉE)
837
Rexall Drug Stores Ltd.: Lax O’Sullivan Scott Lisus,
Toronto.
Rexall Drug Stores Ltd. : Lax O’Sullivan Scott
Lisus, Toronto.
Solicitors for the appellants Shoppers Drug Mart
Inc., Shoppers Drug Mart (London) Limited and
Sanis Health Inc.: Osler, Hoskin & Harcourt, To­
ronto.
Procureurs des appelantes Shoppers Drug
Mart Inc., Shoppers Drug Mart (London) Limited
et Sanis Health Inc. : Osler, Hoskin & Harcourt,
Toronto.
Solicitor for the respondents: Attorney General
of Ontario, Toronto.
Procureur des intimés : Procureur général de
l’Ontario, Toronto.
838
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
[2013] 3 S.C.R.
Agence du revenu du Québec
(formerly the Deputy Minister
of Revenue of Quebec) Appellant
Agence du revenu du Québec
(anciennement le sous-ministre
du Revenu du Québec) Appelante
v.
c.
Services Environnementaux AES inc. and
Centre Technologique AES inc. Respondents
Services Environnementaux AES inc.
et Centre Technologique AES inc. Intimées
and
et
Attorney General of Canada Intervener
Procureur général du Canada Intervenant
- and ‑
- et -
Agence du revenu du Québec
(formerly the Deputy Minister
of Revenue of Quebec) Appellant
Agence du revenu du Québec
(anciennement le sous-ministre
du Revenu du Québec) Appelante
v.
c.
Jean Riopel, Christiane Archambault and
Entreprise J.P.F. Riopel inc. Respondents
Jean Riopel, Christiane Archambault et
Entreprise J.P.F. Riopel inc. Intimés
and
et
Attorney General of Canada Intervener
Procureur général du Canada Intervenant
Indexed as: Quebec (Agence du revenu) v.
Services Environnementaux AES inc.
Répertorié : Québec (Agence du revenu) c.
Services Environnementaux AES inc.
2013 SCC 65
2013 CSC 65
File Nos.: 34235, 34393.
Nos du greffe : 34235, 34393.
2012: November 8; 2013: November 28.
2012 : 8 novembre; 2013 : 28 novembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell and Karakatsanis JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Karakatsanis.
ON APPEAL FROM THE COURT OF APPEAL FOR
QUEBEC
EN APPEL DE LA COUR D’APPEL DU QUÉBEC
Contracts — Interpretation — Intention of parties —
In­tention declared in documents relating to transac­tions
not reflecting common intention of parties because of er­
rors made by professional advisors — Transactions hav­
ing un­foreseen tax consequences — Whether it is open to
courts to intervene to find that amendments made by
par­ties to documents associated with transactions were
Contrats — Interprétation — Intention des parties
— Volonté déclarée dans des documents relatifs à des
transactions ne reflétant pas la commune intention des
parties en raison d’erreurs commises par des pro­fes­
sionnels — Transactions entraînant des impacts fiscaux
non prévus — Les tribunaux peuvent-ils intervenir pour
constater la légitimité et la nécessité des modifications
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
839
legitimate and necessary — Civil Code of Québec, S.Q.
1991, c. 64, art. 1425.
apportées par les parties aux documents afférents aux
transactions? — Code civil du Québec, L.Q. 1991,
ch. 64, art. 1425.
Shareholders of corporations engaged in transac­
tions to reorganize the corporations without tax conse­
quences. As a result of errors made by the shareholders’
tax advisors, the tax authorities issued notices of as­
sessment in which they claimed tax amounts these tax­
payers had not expected to pay. In the AES case, the
parties had agreed on share transfers involving a rollover
transaction that would be conducted in accordance with
the procedures provided for in the relevant tax legisla­
tion and was based on a calculation of the adjusted cost
base (“ACB”) of the transferred shares. One aspect of
the consideration paid for the transferred shares was the
issuance and delivery of a note for an amount equal to
that of their ACB. The agreement, the intended effect of
which was to defer the tax payable, was vitiated by an
error made in calculating the ACB of the shares. Rather
than seeking to annul the contract, the parties agreed to
correct the error by amending the documents that re­
corded and implemented their agreement, including the
necessary tax forms, after which they took their case
to the Superior Court by means of a motion for rectifi­
cation. In the Riopel case, the parties had reached a
verbal agreement to carry out a detailed tax plan, the
essen­tial terms of which had been recommended to them
by their advisors. The agreement provided for a series
of operations and acts to be completed, with precise
timelines, to carry out share transfers and a corpo­rate
amalgamation in such a way as to defer the tax li­abi­
lity associated with those transactions by follow­ing
procedures provided for in tax legislation. The parties’
advisors reversed the order of the corporate amalgama­
tion and the share transfer. Because that error prevented
the deferral of tax, they tried to correct it by amending the
original acts and having their clients sign the amended
acts without explaining the nature of the amendments to
them. After the tax authorities issued the notices of as­
sessment and the errors made in drafting the writings as­
sociated with the transaction were discovered, the parties
agreed to give effect to their original agreement by
amend­ing the defective acts.
Des actionnaires de sociétés commerciales ont effec­
tué des transactions pour procéder à la restructuration de
ces sociétés sans incidences fiscales. À la suite d’erreurs
com­mises par leurs conseillers fiscaux, le fisc a établi des
avis de cotisation réclamant des impôts imprévus par les
contribuables. Dans l’affaire AES, les parties s’étaient
entendues sur des transferts d’actions qui comportaient
une opération de roulement, conformément aux modali­
tés prévues par les lois fiscales pertinentes, sur la base
d’un calcul du prix de base rajusté (« PBR ») des actions
transférées. Un aspect de la contrepartie versée pour la
cession des actions consistait dans l’émission et la remise
d’un billet égal au montant de leur PBR. Cette entente,
qui devait avoir pour effet de reporter l’impôt payable,
a été viciée par une erreur commise dans le calcul du
PBR des actions. Au lieu de demander l’annulation du
contrat, les parties ont convenu de corriger l’erreur en
modi­fiant les documents qui constataient et exécutaient
leur entente, y compris les formulaires fiscaux nécessai­
res, puis se sont adressées à la Cour supérieure au moyen
d’une requête en rectification. Dans l’affaire Riopel, les
parties se sont entendues verbalement pour réaliser
une planifica­tion fis­cale détaillée, dont les modalités
essen­tielles leur avaient été recommandées par leurs
conseillers. L’entente prévoyait un ensemble d’opéra­
tions et d’actes à accomplir, selon un échéancier précis,
pour réaliser des cessions d’actions et une fusion de
sociétés, et ce, d’une manière propre à assurer le report
des obli­gations fis­cales afférentes à ces transactions en
uti­lisant des pro­cédures prévues par les lois fiscales. Les
con­seillers des parties ont interverti l’ordre de la fusion
des sociétés commerciales et de la cession d’actions.
Comme cette erreur empêchait le report des impôts, ils
ont tenté de la corriger en modifiant les actes originaux et
en les faisant signer par leurs clients, sans leur expli­quer
la nature des changements effectués. Après l’établisse­
ment des avis de cotisation par le fisc et la découverte
des erreurs commises dans la rédaction des écrits rela­tifs
à la transaction, les parties ont convenu de donner effet
à leur entente originale, en modifiant les actes défec­
tueux.
The Superior Court granted the application for rec­
tification in AES but dismissed the one in Riopel. The
Que­bec Court of Appeal granted both applications for
rectification, holding that art. 1425 C.C.Q. authorized the
correction of the discrepancies between the common in­
tentions of the parties and the intentions declared in the
acts, because the applications were legitimate and neither
correction affected the rights of third parties.
La Cour supérieure a accordé la demande de rec­
tification dans l’affaire AES mais l’a refusée dans l’affaire
Riopel. La Cour d’appel du Québec a fait droit dans les
deux cas aux demandes de rectification, concluant que
l’art. 1425 C.c.Q. permettait de corriger l’écart entre
l’inten­tion commune des parties et l’intention décla­rée
dans les actes, car les demandes étaient légitimes et la
correction ne portait pas atteinte aux droits des tiers.
840
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Held: The appeals should be dismissed.
[2013] 3 S.C.R.
Arrêt : Les pourvois sont rejetés.
The interplay of the civil law and tax law limits the
scope of intervention of the courts. In principle, the na­
ture and the legal consequences of transactions to which
tax law applies are determined by reference to the com­
mon law and the civil law, although a court dealing with
a challenge relating to civil aspects of a transaction with
tax implications does not have the authority to rule on
notices of assessment that were issued or notices of ob­
jection that were filed in respect of that transaction.
The validity and effects of the notices in question must
instead be determined, if necessary, by the courts that
have been assigned jurisdiction over such matters, and
those courts must also consider the consequences of
judgments rendered by the civil courts with respect to
the transactions that led to the issuance of the notices of
assessment.
L’interaction du droit civil et du droit fiscal limite
le champ d’intervention des tribunaux. Les règles de la
common law et du droit civil déterminent en principe
la nature et les conséquences juridiques des opérations
visées par le droit fiscal, mais les tribunaux saisis d’une
con­testation relative à des aspects civils d’une transac­
tion ayant des implications fiscales ne peuvent statuer
sur les avis de cotisation et les avis d’opposition établis
ou déposés à l’égard de cette transaction. Il appartien­
dra plutôt aux juridictions déclarées compétentes en la
matière de se prononcer sur la validité et les effets de ces
avis, s’il y a lieu de le faire, et d’évaluer les conséquences
des jugements rendus par les cours civiles au sujet des
opérations à l’origine des avis de cotisation.
In the civil law, the law of contracts is premised on
a principle of consensualism, and a fundamental dis­
tinction exists between the exchange of consents and
the written expression of that exchange. The parties are
free as between themselves, although this is subject to
any rights acquired by third parties, to amend or annul
the contract and the documents recording it. There is
nothing to prevent them from acknowledging the ex­
istence of a common error and agreeing to correct it by
mutual consent. The determination by the courts of the
common intention, or will, of the parties represents a true
exercise of interpretation, and it was open to the courts
to intervene for that purpose under art. 1425 C.C.Q.
If a private writing contains an error, the court must,
once the error is proved in accordance with the rules of
evidence in civil matters, note the error and ensure that
it is remedied. In the civil law, the tax authorities do not
have an acquired right to benefit from an error made by
the parties to a contract after the parties have corrected
the error by mutual consent.
Le droit civil des contrats repose sur le principe du
consensualisme et retient la distinction fondamen­tale
entre l’échange des consentements et son expression
écrite. Le contrat appartient aux parties. Entre elles, mais
sous réserve des droits qui ont pu être acquis par des
tiers, les parties sont libres de modifier ou d’annuler le
contrat et les documents qui le constatent. Rien ne les
empêche de reconnaître l’existence d’une erreur com­
mune et de convenir de la corriger de consentement
mutuel. La recherche de l’intention ou volonté commune
des parties par les tribunaux représente une véritable
opération d’interprétation, et l’art. 1425 C.c.Q. leur
permet d’intervenir à cette fin. Si l’acte sous seing privé
est entaché d’erreur, une fois cette erreur établie con­
formément aux règles de la preuve civile, le tribunal doit
la constater et faire en sorte qu’on y remédie. En droit
civil, le fisc ne possède pas de droit acquis au béné­fice
d’une erreur que les parties à un contrat auraient com­
mise, puis corrigée de consentement mutuel.
In these cases, the common intention of the parties
was expressed erroneously in all the writings prepared
to carry out the tax plans on which they had agreed. It
was open to the courts to intervene to find that the amend­
ments made by the parties to the acts at issue were legit­
imate and necessary. Their intervention was justified by
the substantive law and was not precluded by Quebec’s
rules of civil procedure. The issue was argued in an ad­
versarial process. The tax authorities were impleaded,
as they had to be, and a motion for rectification was the
normal way to bring the issue before the Superior Court
and ask it to intervene to consider conclusions that were,
first and foremost, declaratory.
En l’espèce, l’ensemble des écrits préparés pour
réaliser les planifications fiscales dont ont convenu
les parties représentait une expression erronée de leur
volonté commune. Les tribunaux pouvaient interve­nir
pour constater la légitimité et la nécessité des modifi­
ca­tions apportées par les parties aux actes en litige. Le
droit substantiel justifiait leur intervention, et la procé­
dure civile québécoise n’y faisait pas obstacle. Le débat
relevait du domaine du contradictoire. Le fisc avait été
appelé en cause, comme il devait l’être, et la requête en rec­
tification était la voie normale pour saisir la Cour supé­
rieure et lui demander d’intervenir à des fins d’abord et
avant tout déclaratoires.
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
841
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Canada (Attorney General) v. Juliar
(2000), 50 O.R. (3d) 728; Bank of Nova Scotia v.
Angelica-Whitewear Ltd., [1987] 1 S.C.R. 59; Banque
de Montréal v. Européenne de Condiments S.A., [1989]
R.J.Q. 246; Canada v. Addison & Leyen Ltd., 2007 SCC
33, [2007] 2 S.C.R. 793; Sobeys Québec inc. v. Coopé­
rative des consommateurs de Sainte-Foy, 2005 QCCA
1172, [2006] R.J.Q. 100; Shafron v. KRG Insurance
Brokers (Western) Inc., 2009 SCC 6, [2009] 1 S.C.R.
157; Performance Industries Ltd. v. Sylvan Lake Golf &
Tennis Club Ltd., 2002 SCC 19, [2002] 1 S.C.R. 678.
Arrêts mentionnés : Canada (Attorney General) c.
Juliar (2000), 50 O.R. (3d) 728; Banque de NouvelleÉcosse c. Angelica-Whitewear Ltd., [1987] 1 R.C.S. 59;
Banque de Montréal c. Européenne de Condiments S.A.,
[1989] R.J.Q. 246; Canada c. Addison & Leyen Ltd.,
2007 CSC 33, [2007] 2 R.C.S. 793; Sobeys Québec inc. c.
Coopérative des consommateurs de Sainte-Foy, 2005
QCCA 1172, [2006] R.J.Q. 100; Shafron c. KRG Insur­
ance Brokers (Western) Inc., 2009 CSC 6, [2009] 1
R.C.S. 157; Performance Industries Ltd. c. Sylvan Lake
Golf & Tennis Club Ltd., 2002 CSC 19, [2002] 1 R.C.S.
678.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, arts. 1372, 1373,
1374, 1378, 1385, 1412, 1425, 1439, 2818, 2829.
Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, art. 5.
Companies Act, R.S.Q., c. C-38, Part 1A.
Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp.), s. 86.
Taxation Act, R.S.Q., c. I-3, ss. 541 to 543.
Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 1372, 1373,
1374, 1378, 1385, 1412, 1425, 1439, 2818, 2829.
Code de procédure civile, L.R.Q., ch. C-25, art. 5.
Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.),
art. 86.
Loi sur les compagnies, L.R.Q., ch. C-38, partie 1A.
Loi sur les impôts, L.R.Q., ch. I-3, art. 541 à 543.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Baudouin, Jean-Louis, et Pierre-Gabriel Jobin. Les obli­
gations, 7e éd. par Pierre-Gabriel Jobin et Nathalie
Vézina, dir. Cowansville, Qué.: Yvon Blais, 2013.
Campbell, Colin. Administration of Income Tax 2013.
Toronto: Thomson/Carswell, 2013.
Cresp, Marie. Le temps juridique en droit privé, essai
d’une théorie générale. Aix-en-Provence, France: 
Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2013.
Deslauriers, Jacques. Vente, louage, contrat d’entreprise
ou de service, 2e éd. Montréal: Wilson & Lafleur, 2013.
Gendron, François. L’interprétation des contrats. Mont­
réal: Wilson & Lafleur, 2002.
Ghestin, Jacques. “La notion de contrat” (1990), 12 Droits 7.
Krishna, Vern. The Fundamentals of Canadian Income
Tax, 9th ed. Toronto: Thomson/Carswell, 2006.
L’Heureux, Nicole, Édith Fortin et Marc Lacoursière.
Droit bancaire, 4e éd. Cowansville, Qué.: Yvon Blais,
2004.
Lluelles, Didier, et Benoît Moore. Droit des obligations,
2e éd. Montréal: Thémis, 2012.
Marquis, Paul-Yvan. “L’inscription de faux et la
correction des actes notariés” (1990), 92 R. du N. 407.
Moore, Benoît. “Flexible contrat”, dans Benoît Moore,
dir., Mélanges Jean-Louis Baudouin. Cowansville,
Qué.: Yvon Blais, 2012, 569.
Baudouin, Jean-Louis, et Pierre-Gabriel Jobin. Les
obligations, 7e éd. par Pierre-Gabriel Jobin et Nathalie
Vézina, dir. Cowansville, Qué. : Yvon Blais, 2013.
Campbell, Colin. Administration of Income Tax 2013.
Toronto : Thomson/Carswell, 2013.
Cresp, Marie. Le temps juridique en droit privé, essai
d’une théorie générale. Aix-en-Provence, France : 
Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2013.
Deslauriers, Jacques. Vente, louage, contrat d’entreprise ou
de service, 2e éd. Montréal : Wilson & Lafleur, 2013.
Gendron, François. L’interprétation des contrats. Mont­
réal : Wilson & Lafleur, 2002.
Ghestin, Jacques. « La notion de contrat » (1990), 12
Droits 7.
Krishna, Vern. The Fundamentals of Canadian Income
Tax, 9th ed. Toronto : Thomson/Carswell, 2006.
L’Heureux, Nicole, Édith Fortin et Marc Lacoursière.
Droit bancaire, 4e éd. Cowansville, Qué. : Yvon Blais,
2004.
Lluelles, Didier, et Benoît Moore. Droit des obligations,
2e éd. Montréal : Thémis, 2012.
Marquis, Paul-Yvan. « L’inscription de faux et la cor­
rection des actes notariés » (1990), 92 R. du N. 407.
Moore, Benoît. « Flexible contrat », dans Benoît Moore,
dir., Mélanges Jean-Louis Baudouin. Cowansville,
Qué. : Yvon Blais, 2012, 569.
842
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
Moore, Benoît. JurisClasseur — Collection droit civil —
Obligations et responsabilité civile, par Pierre-Claude
Lafond, dir. Montréal: LexisNexis, 2008 (feuilles
mobiles mises à jour mars 2013, envoi no 8).
Pineau, Jean, Danielle Burman et Serge Gaudet. Théorie
des obligations, 4e éd. par Jean Pineau et Serge Gaudet.
Montréal: Thémis, 2001.
Swan, Angela, and Jakub Adamski. Canadian Contract
Law, 3rd ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2012.
Moore, Benoît. JurisClasseur — Collection droit civil —
Obligations et responsabilité civile, par Pierre-Claude
Lafond, dir. Montréal : LexisNexis, 2008 (feuilles
mobiles mises à jour mars 2013, envoi no 8).
Pineau, Jean, Danielle Burman et Serge Gaudet. Théorie
des obligations, 4e éd. par Jean Pineau et Serge Gau­
det. Montréal : Thémis, 2001.
Swan, Angela, and Jakub Adamski. Canadian Contract
Law, 3rd ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2012.
APPEAL from a judgment of the Quebec
Court of Appeal (Chamberland, Morissette and
Kasirer JJ.A.), 2011 QCCA 394, 2011 D.T.C. 5045,
[2011] Q.J. No. 1911 (QL), 2011 CarswellQue
11969, SOQUIJ AZ-50727855, affirming a deci­
sion of Borenstein J., 2009 QCCS 790, [2009] J.Q.
no 1554 (QL), 2009 CarswellQue 1643, SOQUIJ
AZ-50541289. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
du Québec (les juges Chamberland, Morissette
et Kasirer), 2011 QCCA 394, 2011 D.T.C. 5045,
[2011] J.Q. no 1911 (QL), 2011 CarswellQue 1079,
SOQUIJ AZ-50727855, qui a confirmé une déci­sion
de la juge Borenstein, 2009 QCCS 790, [2009] J.Q.
no 1554 (QL), 2009 CarswellQue 1643, SOQUIJ
AZ-50541289. Pourvoi rejeté.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court
of Appeal (Bich, Kasirer and Wagner JJ.A.),
2011 QCCA 954, [2011] J.Q. no 5720 (QL), 2011
CarswellQue 5360, SOQUIJ AZ-50755104, setting
aside a decision of Nantel J., 2010 QCCS 1576,
[2010] J.Q. no 3418 (QL), 2010 CarswellQue 3545,
SOQUIJ AZ-50628627. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
du Québec (les juges Bich, Kasirer et Wagner),
2011 QCCA 954, [2011] J.Q. no 5720 (QL), 2011
CarswellQue 5360, SOQUIJ AZ-50755104, qui a
annulé une décision de la juge Nantel, 2010 QCCS
1576, [2010] J.Q. no 3418 (QL), 2010 CarswellQue
3545, SOQUIJ AZ-50628627. Pourvoi rejeté.
Pierre Zemaitis, Christian Boutin and Khashayar
Haghgouyan, for the appellant.
Pierre Zemaitis, Christian Boutin et Khashayar
Haghgouyan, pour l’appelante.
Dominic C. Belley, for the respondents Ser­vices
Environnementaux AES inc. and Centre Technolo­
gique AES inc.
Dominic C. Belley, pour les intimées Servi­ces
Environnementaux AES inc. et Centre Technologi­
que AES inc.
Bruno Racine and Marc-Antoine St-Pierre, for the
respondents Jean Riopel, Christiane Archambault
and Entreprise J.P.F. Riopel inc.
Bruno Racine et Marc-Antoine St-Pierre, pour
les intimés Jean Riopel, Christiane Archambault et
Entreprise J.P.F. Riopel inc.
Pierre Cossette and Susan Shaughnessy, for the
intervener.
Pierre Cossette et Susan Shaughnessy, pour
l’intervenant.
English version of the judgment of the Court
delivered by
LeBel J. —
Le jugement de la Cour a été rendu par
Le juge LeBel —
I. Introduction
I. Introduction
[1] The issues raised by these appeals relate to the
nature and scope of agreements between taxpayers
[1] Ces appels soulèvent des problèmes liés à la
détermination de la nature et de la portée d’ententes
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
843
concerning corporate reorganizations, tax planning
and the tax consequences thereof. Briefly, in these
two cases, shareholders of corporations engaged in
various transactions to reorganize the corporations
in question and transfer interests in them. The in­
tention was that their agreements would have no
tax consequences. As a result of errors made by the
shareholders’ tax advisors, the Agence du revenu du
Québec (“ARQ”) and the Canada Revenue Agency
(“CRA”) issued notices of assessment in which
they claimed tax amounts these taxpayers had not
expected to pay.
intervenues entre des contribuables relativement à
la réorganisation d’entreprises, à des planifications
fiscales et aux effets de ces mesures à l’égard du
fisc. En bref, dans ces deux affaires, des actionnai­
res de sociétés commerciales effectuèrent diverses
trans­actions pour procéder à la restructuration de
ces sociétés et la cession d’intérêts dans celles-ci.
Leurs ententes devaient être réalisées sans produire
d’incidences fiscales. À la suite d’erreurs commises
par les conseillers fiscaux des contribuables en
cause, l’Agence du revenu du Québec (« ARQ ») et
l’Agence du revenu du Canada (« ARC ») établi­
rent des avis de cotisation réclamant des impôts
imprévus par ces contribuables.
[2] After the notices of assessment were issued
in these two cases, those involved agreed to correct
the documents relating to their agreements in order
to attain the intended tax neutrality. They applied
to the Quebec Superior Court for rectification of
their original documents, which, they argued, did not
re­flect their true agreements. The Superior Court
rendered contradictory judgments in the two cases,
granting one of the applications for rectification
(2009 QCCS 790 (CanLII)) but dismissing the other
(2010 QCCS 1576 (CanLII)). The Quebec Court of
Appeal granted both applications for rectification
to give effect to the true intentions of the parties
to the agreements (2011 QCCA 394, 2011 D.T.C.
5045; 2011 QCCA 954 (CanLII)). For reasons that
differ in part from those of the Court of Appeal, I
would dismiss the ARQ’s appeals, declare that it
was open to the respondents to amend their agree­
ments, and recognize their amendments.
[2] À la suite de l’établissement des avis de
cotisation dans ces deux dossiers, les parties con­
cernées s’entendirent pour corriger les docu­ments
relatifs à leurs ententes afin d’obtenir l’effet de
neutralité fiscale qu’elles recherchaient. Elles
demandèrent à la Cour supérieure du Québec de
rectifier leurs documents originaux, lesquels ne
reflétaient pas selon elles leurs véritables enten­tes.
La Cour supérieure rendit des jugements contra­
dictoires dans ces dossiers, accordant la demande de
rectification dans l’un (2009 QCCS 790 (CanLII)) et
la rejetant dans l’autre (2010 QCCS 1576 (CanLII)).
La Cour d’appel du Québec fit droit dans les deux
cas aux demandes de rectification visant à donner
effet à la volonté réelle des parties (2011 QCCA
394, 2011 D.T.C. 5045; 2011 QCCA 954 (CanLII)).
Pour des motifs différant en partie de ceux de la
Cour d’appel, je rejetterais les pourvois de l’ARQ,
déclarerais que les intimés pouvaient modifier leurs
conventions et constaterais cette modification.
II. Origins of the Cases
II. L’origine des litiges
A. Services Environnementaux AES inc.
A. Affaire Services Environnementaux AES inc.
[3] The first appeal is that of Services Environ­
nementaux AES inc. (“AES”) and Centre techno­
logique AES inc. (“Centre technologique”). The
evidence concerning the transactions that gave rise
to the dispute between the tax authorities and AES
is summarized in admissions the parties agreed on
and filed in the Superior Court.
[3] Le premier pourvoi est celui concernant
Ser­vices Environnementaux AES inc. (« AES ») et
Cen­tre technologique AES inc. (« Centre technolo­
gi­que »). Dans des admissions dont elles ont convenu
et qu’elles ont produites devant la Cour supérieure,
les parties ont résumé la preuve relative aux tran­
sactions qui ont provoqué le conflit entre les auto­
rités fiscales et AES.
844
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
[4] AES is a corporation that was constituted in
1993 under Part IA of the Companies Act, R.S.Q.,
c. C-38. Centre technologique was created in 1997
under the same statute as a wholly owned subsid­
iary of AES. In 1998, in a reorganization of the
business, AES agreed to transfer 25 percent of its
shares in Centre technologique’s capital stock to
an investor, Groupe Sani-Gestion. For the purposes
of that investment, AES and Centre technologi­
que entered into a reorganization and tax planning
agree­ment and instructed their tax advisors to im­
plement it. To ensure that the agreement would be
tax-neutral, AES and Centre technologique made
use of certain provisions on exchanges of shares set
out in s. 86 of the Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1
(5th Supp.), and ss. 541 to 543 of the Taxation Act,
R.S.Q., c. I-3. Under those provisions, a taxpayer
may defer the tax impact of an exchange of shares
on condition, inter alia, that the consideration other
than shares does not exceed the adjusted cost base
(“ACB”) of the shares received.
[4] AES est une société commerciale qui a été
constituée en 1993 en vertu de la partie IA de la Loi
sur les compagnies, L.R.Q., ch. C-38. Centre tech­
no­logique a été créée en vertu de la même loi, en
1997, comme filiale à part entière d’AES. En 1998,
dans le cadre d’une réorganisation d’entreprise,
AES s’entendit avec un investisseur, Groupe SaniGestion, pour lui céder 25 pour 100 des actions
qu’elle détenait dans le capital-actions de Centre
technologique. Pour réaliser cet investissement, AES
et Centre technologique conclurent une entente de
réorganisation et de planification fiscale et don­
nèrent mandat à leurs conseillers fiscaux de la met­
tre en œuvre. Pour assurer la neutralité fiscale de
cette entente, AES et Centre technologique utili­
sèrent certaines dispositions relatives aux échanges
d’actions prévues à l’art. 86 de la Loi de l’impôt
sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.), et aux
art. 541 à 543 de la Loi sur les impôts, L.R.Q., ch. I-3.
Pour différer l’effet fiscal d’un échange d’actions,
ces dispositions exigent, notamment, que la contre­
partie payée autrement qu’en actions n’excède pas
le prix de base rajusté (« PBR ») des actions reçues.
[5] An error, attributed to AES’s advisors, was
made in valuing the ACB of the transferred shares: 
it was valued at $1,217,029, whereas its actual
value was only $96,001. Relying on that incorrect
valuation, AES exchanged its 1,217,029 voting
shares in Centre technologique’s capital stock for
4,500,000 voting participating shares in Centre
tech­nologique and a demand note from Centre
technologique for $1,217,028. Centre technologi­
que repaid the amount of that note to AES be­
tween December 18, 1998 and September 30, 1999.
In 2000, the tax authorities added a taxable capi­
tal gain of $840,770 to the income reported by
AES for the taxation year ending on September 30,
1999.
[5] Une erreur, attribuée aux conseillers d’AES,
fut commise dans l’évaluation du PBR des actions
cédées. Celui-ci avait été évalué à 1 217 029 $, alors
qu’en réalité il n’atteignait que 96 001 $. Sur la foi
de cette évaluation erronée, lors de l’échange de ses
1 217 029 actions votantes dans le capital-actions de
Centre technologique, AES reçut 4 500 000 actions
votantes et participantes de Centre technologique,
ainsi qu’un billet à demande de cette dernière d’une
valeur de 1 217 028 $. Centre technologique paya
ce billet à AES entre le 18 décembre 1998 et le
30 septembre 1999. En 2000, les autorités fisca­
les ajoutèrent un gain en capital imposable de
840 770 $ au revenu déclaré par AES pour l’année
d’imposition terminée le 30 septembre 1999.
[6] Notices of assessment were issued, and no­
tices of objection were filed. That aspect of the
case is not before this Court, which must consider
the consequences of the attempt made by AES and
Centre technologique to correct a transaction that
could not be tax-neutral as the parties had intended,
because of the error made in carrying it out. On
November 1, 2001, after AES had objected to the
[6] Des avis de cotisation furent établis et des
avis d’opposition déposés. Cet aspect du dossier
n’est pas devant notre Cour. Celle-ci est saisie des
conséquences de la tentative d’AES et de Centre
tech­nologique de corriger une transaction qui ne
permettait pas d’atteindre la neutralité fiscale
recherchée par les parties en raison de l’erreur
commise dans sa réalisation. Après qu’AES se soit
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
845
notices of assessment, the parties agreed to cancel
and take back the note for $1,217,028. A new note
dated December 11, 1998 was to be issued in the
amount of $95,000 together with 1,122,029 Class C shares with a value of $1,122,029. AES and Cen­
tre technologique then presented a motion in the
Que­bec Superior Court for rectification and for a
de­claratory judgment. They asked that court to
amend the original agreements so that they would
reflect the parties’ original intention, to make them
retroactive to the original transaction date, that is,
to December 1998, and to declare that the amend­
ments could be set up against third parties. The
Deputy Minister of Revenue of Quebec, who has
now been succeeded by the ARQ, contested the mo­
tion and asked that it be dismissed, as did the CRA.
opposée aux avis de cotisation, le 1er novembre
2001 les parties convinrent d’annuler et de repren­
dre le billet de 1 217 028 $. Un nouveau billet de
95 000 $, daté du 11 décembre 1998, serait émis, de
même que 1 122 029 actions de catégorie C, d’une
valeur de 1 122 029 $. AES et Centre technologique
présentèrent ensuite à la Cour supérieure du Qué­bec
une requête en rectification et jugement décla­ra­
toire. Cette procédure demandait à la cour de modi­
fier les ententes originales pour qu’elles reflè­tent
l’intention originale des parties, de leur donner effet
rétroactivement à la date originale de la transaction,
c’est-à-dire décembre 1998, et de déclarer ces modi­
fi­cations opposables aux tiers. Le sous-ministre du
Revenu du Québec, aux droits duquel est main­
tenant l’ARQ, contesta la requête dont elle demanda
le rejet, comme d’ailleurs l’ARC.
B. Riopel
B. Affaire Riopel
[7] In 2004, the respondents Jean Riopel and
Christiane Archambault, who had been married
since 1984, owned 60 percent and 40 percent, re­
spectively, of the shares of a corporation called
Déchiquetage Mobile JR inc. (“Déchiquetage Mo­
bile”). In July 2004, all Déchiquetage Mobile’s
assets were sold to third parties. The only asset
then consisted of the proceeds of the sale of those
assets. At the time, Mr. Riopel was also the sole
shareholder in a holding company, Entreprise
J.P.F. Riopel inc. (“JPF”).
[7] En 2004, les intimés Jean Riopel et Christiane
Archambault, qui sont mariés depuis 1984, possé­
daient respectivement 60 pour 100 et 40 pour 100
des actions d’une société commerciale, Déchique­
tage Mobile JR inc. (« Déchiquetage Mobile »).
En juillet 2004, tous les éléments d’actif de Déchi­
quetage Mobile sont vendus à des tiers. Le seul
actif consiste alors dans le produit de la vente de
ces éléments d’actif. À ce moment-là, M. Riopel est
aussi l’unique actionnaire d’une société de porte­
feuille, Entreprise J.P.F. Riopel inc. (« JPF »).
[8] On the recommendation of their accoun­
tant, Mr. Riopel and Ms. Archambault agreed
to amalgamate Déchiquetage Mobile and JPF.
Mr. Riopel was to become the sole shareholder
of the company that would result from the amal­
ga­mation, as Ms. Archambault was to transfer
all her interests in Déchiquetage Mobile to him
for an agreed price. The intention was that the
trans­action would have no tax consequences for
Ms. Archambault. The accountant and a tax lawyer
were instructed to carry out this plan.
[8] Sur la recommandation de leur comptable,
M. Riopel et Mme Archambault conviennent de
fusionner Déchiquetage Mobile et JPF. Monsieur
Riopel doit devenir le seul actionnaire de la société
résultant de la fusion, Mme Archambault lui cédant
tous ses intérêts dans Déchiquetage Mobile moyen­
nant un prix convenu. L’opération doit se dérouler
sans conséquences fiscales pour Mme Archambault.
Le comptable et un avocat fiscaliste reçoivent le man­
dat de mener à bien ce projet.
[9] On September 1, 2004, the advisors of
Ms. Archambault and Mr. Riopel presented
them with a detailed plan for the amalgamation of
the two companies and the transfer of interests and
[9] Le 1er septembre 2004, les conseillers de
Mme Archambault et de M. Riopel leur présentent
un plan détaillé en vue de la réalisation du projet
de fusion des deux sociétés, de cession d’intérêts
846
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
for the deferral of the tax impact of the transaction.
First of all, on October 30, 2004, Ms. Archambault
was to sell her shares in Déchiquetage Mobile to
Mr. Riopel for $720,000. That price was to be paid
in part with a note for $335,000, which cor­re­s­
ponded to the ACB of Ms. Archambault’s shares.
The balance of the sale price, which was equal to
the difference between the fair market value of
the shares and their ACB, or $385,000, was to be
paid by issuing 385,000 preferred shares in JPF with
a redemption price of $385,000. On November 1,
2004, the articles of amalgamation and certificate
of amalgamation of Déchiquetage Mobile and
JPF were to be completed and the two companies
were to be amalgamated; the new company’s name
was to be Entreprise J.P.F. Riopel inc. (“JPF-2”).
On November 4, 2004, JPF-2 was to repay the
amount of the $335,000 note to Ms. Archambault
and redeem her preferred shares, whose total value
was $385,000. According to the tax lawyer, that
redemption would generate a deemed dividend
of $385,000, but the dividend would have no tax
consequences, because it was to be paid out of
JPF-2’s capital dividend account.
et de la planification fiscale destinée à reporter
l’impact fiscal de la transaction. D’abord, le
30 octobre 2004, Mme Archambault vendra à
M. Riopel ses actions dans Déchiquetage Mobile
pour un prix de 720 000 $. Ce prix sera acquitté
en partie par un billet d’une valeur de 335 000 $,
somme qui correspond au PBR des actions de
Mme Archambault. Le solde du prix de vente, qui
est égal à la différence entre la juste valeur mar­
chande et le PBR des actions, soit 385 000 $, sera
acquitté par l’émission de 385 000 actions privi­
légiées de JPF à un prix de rachat de 385 000 $.
Le 1er novembre 2004, les statuts de fusion et le
certifi­cat de fusion de Déchiquetage Mobile et de
JPF seront complétés et ces deux sociétés seront
fusion­nées sous le nom d’Entreprise J.P.F. Riopel
inc. (« JPF-2 »). Puis, le 4 novembre 2004, JPF-2
remboursera à Mme Archambault le billet de
335 000 $ et lui rachètera ses actions privilé­
giées d’une valeur totale de 385 000 $. Selon
l’avocat fiscaliste, le rachat des actions privilé­
giées entraînera un dividende réputé de 385 000 $,
mais ce dividende ne produira aucune incidence
fiscale, puisqu’il sera versé à partir du compte de
dividendes en capital de JPF-2.
[10] Unfortunately, the transaction did not un­
fold as planned. The parties’ advisors made a series
of errors in preparing the juridical acts required to
implement the plan they had recommended to their
clients. The articles of amalgamation filed with the
Inspector General of Financial Institutions, which
were dated November 1, 2004, made no mention
of the transfer of Ms. Archambault’s shares, which
was supposed to have taken place on October 30.
The amalgamation therefore preceded the sale
of the shares, contrary to what had been planned,
which meant that the transaction was not tax-neutral
as the parties had intended.
[10] Malheureusement, la transaction ne se
déroula pas comme prévu. Les conseillers des
parties commirent une série d’erreurs dans la pré­
paration des actes juridiques nécessaires pour
réa­liser la planification qu’ils avaient recomman­
dée à leurs clients. Les statuts de fusion déposés
auprès de l’Inspecteur général des institutions
financières et datés du 1er novembre 2004 ne fai­
saient aucune mention d’une cession des actions
de Mme Archambault qui aurait dû intervenir le
30 octobre. La fusion précédait ainsi la vente des
actions, contrairement à la planification prévue,
ce qui compromettait l’effet de neutralité fiscale
recherché.
[11] To correct the situation and preserve the
transaction’s tax effectiveness, the accountant and
the tax lawyer decided on October 27, 2004 to
change the legal documentation that had already
been prepared, but they did not breathe a word of
this to their clients. They kept November 1, 2004 as
the formal amalgamation date, but restructured the
planned transaction in the documents they prepared.
[11] Pour corriger la situation et préserver l’effi­
ca­cité fiscale de la transaction, le comptable et
l’avocat fiscaliste décidèrent, le 27 octobre 2004,
de modifier la documentation juridique déjà pré­pa­
rée, sans toutefois en souffler mot à leurs clients. Ils
maintinrent au 1er novembre 2004 la date formelle
de la fusion, mais restructurèrent la transaction pro­
jetée dans les documents qu’ils préparèrent. Les
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
847
Ms. Archambault’s shares in Déchiquetage Mobile
were converted to 720 common shares in JPF-2. On
November 2, 2004, after the amalgamation, JPF-2
redeemed Ms. Archambault’s 720 shares using the
rollover provisions in the tax legislation. To pay the
purchase price, JPF-2 provided a $335,000 demand
note and issued 385,000 redeemable no par value
preferred shares. On November 2, Mr. Riopel and
Ms. Archambault signed all the necessary con­tracts
and documents, but their advisors did not explain
to them the nature of the changes that had been
made to the original plan. Moreover, they acknowl­
edged that they had not read the documents at the
time of the closing of the transaction. JPF-2 subse­
quently repaid the note owed to Ms. Archambault
and redeemed her preferred shares for $385,000.
actions détenues par Mme Archambault dans Déchi­
quetage Mobile furent converties en 720 actions
ordinaires de JPF-2. Le 2 novembre 2004, soit
après la fusion, JPF-2 racheta les 720 actions de
Mme Archambault en utilisant les dispositions des
lois fiscales sur les roulements. Pour acquitter le
prix d’achat, JPF-2 remit un billet à demande de
335 000 $ et émit 385 000 actions privilégiées sans
valeur nominale et rachetables. Le 2 novembre,
M. Riopel et Mme Archambault signèrent tous les
contrats et documents nécessaires sans que leurs
conseillers leur aient expliqué la nature des chan­
gements apportés à la planification établie à
l’ori­gine. Ils reconnurent d’ailleurs ne pas avoir
lu les documents lors de la clôture de la tran­
saction. Par la suite, JPF-2 remboursa le billet
dû à Mme Archambault et lui racheta ses actions
privilégiées pour 385 000 $.
[12] Suddenly, in January 2007, Ms. Archambault
received notices of assessment from the CRA
and from Quebec’s Ministère du Revenu.
Ms. Archambault was deemed to have been paid
a $335,000 taxable dividend, and an amount of
about $150,000 in tax arrears was claimed from her,
plus the usual interest. These notices of assessment
meant that, in the tax authorities’ opinion, the tax
plan contained errors and could not meet its objec­
tive.
[12] Tout à coup, en janvier 2007, Mme Archam­
bault reçut des avis de cotisation de l’ARC et du
ministère du Revenu du Québec. On attribua à
Mme Archambault un dividende imposable de
335 000 $ et on lui réclama des arrérages d’impôt
de 150 000 $, environ, majorés des intérêts usuels.
Ces avis de cotisation signifiaient que les autorités
fiscales estimaient que la planification fiscale com­
portait des erreurs et qu’elle ne pouvait atteindre
son objectif.
[13] The respondents filed a notice of objection
to the notices of assessment in accordance with
the applicable tax legislation. That aspect of the
case remains unresolved. After receiving the no­
tices of assessment, the respondents began, in the
Quebec Superior Court, a proceeding called a
[TRANSLATION] “Motion to institute a proceeding
in rectification of contract”. According to them, the
purpose of the proceeding was to obtain recogni­
tion of the agreement they had actually reached so
that the documents would reflect their true inten­
tion. In bringing the proceeding, they intended to
give effect to the original terms of the transaction
by amend­ing or replacing the documents signed on
November 2, 2004 at their tax advisors’ office.
[13] Conformément aux lois fiscales applicables,
les intimés déposèrent un avis d’opposition aux
avis de cotisation. Cet aspect du dossier demeure
toujours en suspens. En effet, après la réception des
avis de cotisation, les intimés entamèrent devant la
Cour supérieure du Québec une procédure qualifiée
de « Requête introductive d’instance en rectification
de contrat ». Selon les intimés, l’objectif de cette
pro­cédure consistait à faire constater la véritable
entente intervenue entre eux, pour que les docu­
ments reflètent leur intention réelle. Grâce à cette
procédure, ils entendaient donner effet aux termes
de la transaction prévus à l’origine, en modifiant
ou en remplaçant les documents signés le 2 novem­
bre 2004 chez leurs conseillers fiscaux.
[14] The respondents asked, first, that the date
of the sale of their shares be changed retroac­
tively from November 2 to October 30, 2004. The
[14] Les intimés demandaient d’abord la modi­
fication rétroactive de la date de la vente de leurs
actions, du 2 novembre au 30 octobre 2004. La
848
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
sale would thus be deemed to have taken place on
the latter date, that is, before the amalgamation.
They also asked in their motion for changes to
the schedules to the articles of amalgamation
that would modify the share classes established
on November 2. In addition, they requested con­
sequential changes to the T2057 and TP-518 tax
forms they had filed after the amalgamation. Fi­
nally, they asked for a change to the price of the
transferred shares, as well as to the classes and
numbers of those shares, to make these terms con­
sistent with the tax plan that had originally been
agreed upon. The purpose of all these changes was
to ensure that the respondent Archambault would
not be deemed to have been paid a taxable dividend
as a result of the transfer of the shares.
vente serait ainsi réputée avoir eu lieu à cette
dernière date, c’est-à-dire avant la fusion. Ils sol­
li­citaient également dans leur requête des chan­
gements aux annexes des statuts de fusion, à savoir
la modification des catégories d’actions établies le
2 novembre. En outre, ils réclamaient des modifi­
cations corrélatives aux formulaires fiscaux T2057
et TP-518 qu’ils avaient produits après la fusion.
Enfin, ils souhaitaient faire modifier le prix des
actions cédées, ainsi que les catégories et le nombre
de ces actions, pour rendre ces modalités confor­
mes à la planification fiscale convenue à l’origine.
L’ensemble de ces modifications visait à éviter
l’attri­bution d’un dividende imposable à l’intimée
Mme Archambault, à la suite de la cession des
actions.
[15] In the respondents’ view, their motion repre­
sented a simple request for rectification of a contract
in order to correct writings that were inconsistent
with their actual agreement. Both the ARQ and the
CRA contested the admissibility of and basis for
the respondents’ motion. They argued that the pos­
sibility of making such a motion in the Superior
Court was not provided for in Quebec’s rules of
civil procedure and that the so-called application
for rectification was completely foreign to Quebec’s
law of obligations.
[15] Pour les intimés, leur requête représen­tait
une simple demande de rectification de contrat
visant à faire corriger des écrits non conformes à
leur accord véritable. L’ARQ et l’ARC contestèrent
toutes deux la recevabilité et le fondement de la
requête des intimés. Selon les autorités fiscales, la
procédure civile québécoise ne permettait pas la
présentation d’une telle requête devant la Cour
supé­rieure du Québec et la prétendue demande de
rectification était complètement étrangère au droit
des obligations du Québec.
III. Judicial History
III. Historique judiciaire
[16] The two cases, which this Court heard to­
gether, were conducted independently of one
another in the Quebec courts. They were heard
and decided separately both in the Superior Court
and in the Court of Appeal. I will summarize the
judgments rendered in the AES case first, followed
by the judgments in the Riopel case.
[16] Les deux affaires, qui ont été entendues en
même temps par notre Cour, ont été menées de
façon complètement indépendante devant les tri­
bunaux du Québec. Elles ont fait l’objet d’audien­ces
et de décisions distinctes tant devant la Cour supé­
rieure que la Cour d’appel. Je résumerai d’abord
les jugements rendus dans l’affaire AES, puis ceux
prononcés dans l’affaire Riopel.
A. AES
A. L’affaire AES
(1)Quebec Superior Court, Borenstein J., 2009
QCCS 790 (CanLII)
(1) La Cour supérieure du Québec, la juge
Borenstein, 2009 QCCS 790 (CanLII)
[17] On the basis of admissions of fact filed by
the parties, the Superior Court granted the motion
for rectification, finding that the respondents’
[17] Sur la base d’admissions de faits déposées par
les parties, la Cour supérieure fait droit à la requête
en rectification, reconnaissant que la procédure
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
849
pro­ceeding was not prohibited under Quebec’s rules
of civil procedure. Borenstein J. held that Quebec
civil law authorizes a certain form of rectification to
reflect the true intention of the parties to a contract.
She therefore authorized the modification of all
the documents relating to the transaction, declared
that the amendments could be set up against the tax
authorities and made them retroactive to the date
originally intended for the transaction.
civile québécoise n’interdit pas la procédure pré­
sentée par les intimés. La juge Borenstein décide
que le droit civil du Québec autorise une certaine
forme de rectification afin de refléter l’intention
réelle des parties à un contrat. Elle permet donc
la modification de tous les documents relatifs à
la transaction, déclare ces modifications opposa­
bles au fisc et leur donne effet rétroactivement à la
date prévue à l’origine pour l’exécution de la tran­
saction.
(2)Quebec Court of Appeal, Chamberland,
Morissette and Kasirer JJ.A., 2011 QCCA
394, 2011 D.T.C. 5045
(2)La Cour d’appel du Québec, les juges
Chamberland, Morissette et Kasirer, 2011
QCCA 394, 2011 D.T.C. 5045
[18] In a unanimous decision, the Court of Appeal
affirmed the Superior Court’s judgment. The Court
of Appeal saw no impediment to the respondents’
motion in Quebec’s rules of civil procedure. Ac­
cording to the Court of Appeal, the courts have the
power in Quebec civil law to correct acts in order to
give effect to the parties’ true common intention, and
there is no need to import the common law doctrine
of rectification into Quebec’s law of obligations.
In its opinion, art. 1425 of the Civil Code of Qué­
bec, S.Q. 1991, c. 64 (“C.C.Q.”), authorizes the
cor­rection of a discrepancy between the common
intention of the parties and the intention declared
in the acts, provided that the application is legiti­
mate and that the correction does not affect the
rights of third parties (paras. 17-20). The Court of
Appeal concluded that the application was le­git­
imate and did not affect the rights of the tax au­
thorities.
[18] Un arrêt unanime de la Cour d’appel confirme
le jugement de la Cour supérieure. La Cour d’appel
ne voit aucun obstacle à la requête des intimées en
procédure civile québécoise. Selon la Cour d’appel,
le droit civil du Québec autorise les tribunaux à
corriger les actes intervenus entre des parties de
façon à donner effet à leur véritable intention com­
mune, sans qu’il soit nécessaire d’importer dans le
droit des obligations du Québec la doctrine de la
rectification reconnue en common law. De l’avis
de la Cour d’appel, l’art. 1425 du Code civil du
Qué­bec, L.Q. 1991, ch. 64 (« C.c.Q. »), permet de
corriger l’écart entre l’intention commune des par­
ties et l’intention déclarée dans les actes, pourvu
que la demande soit légitime et que la correction
effec­tuée ne porte pas atteinte aux droits des
tiers (par. 17-20). La Cour d’appel conclut que la
demande est légitime et ne porte pas atteinte aux
droits des autorités fiscales.
B. Riopel
B. L’affaire Riopel
(1)Quebec Superior Court, Nantel J., 2010
QCCS 1576 (CanLII)
(1)La Cour supérieure du Québec, la juge
Nantel, 2010 QCCS 1576 (CanLII)
[19] The trial judge found, first, that no agree­
ment of wills that would have led to the formation
of a contract had resulted from the meeting of
September 1, 2004 between the parties and their
advisors. Furthermore, in any event, the alleged er­
ror was more than just a clerical error, which is the
only type of error a court can correct. What was in
fact being sought was a substantive restructuring of
[19] La juge conclut d’abord qu’aucun accord de
volonté conduisant à la formation d’un contrat ne
serait intervenu à l’issue de la rencontre des par­
ties avec leurs conseillers le 1er septembre 2004.
De plus, et quoi qu’il en soit, l’erreur invoquée
dépasse le cadre de l’erreur matérielle, la seule que
le tribunal soit habilité à corriger. Il s’agit en fait
de modifier substantiellement la structure de la
850
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
the transaction, which the Superior Court did not
have the power to authorize, since the common law
doctrine of rectification does not apply in Quebec
civil law.
transaction, ce qui ne relève pas du pouvoir de la
Cour supérieure, la doctrine de la rectification
reconnue par la common law ne s’appliquant pas
en droit civil québécois.
(2)Quebec Court of Appeal, Bich, Kasirer and
Wagner JJ.A., 2011 QCCA 954 (CanLII)
(2)La Cour d’appel du Québec, les juges
Bich, Kasirer et Wagner, 2011 QCCA 954
(CanLII)
[20] The Court of Appeal set aside the Superior
Court’s judgment and granted the conclusions
sought by the respondents with regard to recti­fi­ca­
tion, giving them retroactive effect and declaring
that they could be set up against the tax authori­
ties. It based its judgment on the principles that had
been laid down in AES, finding that the type of
motion filed by the respondents is available under
Quebec’s rules of civil procedure. A court may, with­
out applying the common law doctrine of recti­
fication but by way of interpretation in accor­dance
with art. 1425 C.C.Q., recognize the parties’ true
agree­ment and find that it does not correspond to
their declared will. The Court of Appeal held that,
in light of the evidence, it was therefore open to the
Superior Court to correct the identified errors in the
documents.
[20] La Cour d’appel casse le jugement de la
Cour supérieure et accueille les conclusions en rec­
tification recherchées par les intimés, leur donnant
un effet rétroactif et les rendant opposables au fisc.
Son jugement adopte les principes établis anté­
rieurement dans l’arrêt AES et reconnaît que la
pro­cédure civile québécoise autorise le type de
requête déposée par les intimés. Sans appliquer la
doc­trine de la rectification reconnue en common
law, le tribunal peut par interprétation, en vertu de
l’art. 1425 C.c.Q., reconnaître le véritable accord
intervenu entre les parties et constater qu’il ne
correspond pas à leur volonté déclarée. Selon la
Cour d’appel, à la lumière de la preuve, la Cour
supérieure pouvait donc corriger les erreurs déce­
lées dans les documents.
IV. Analysis
IV. Analyse
A. Issues and Positions of the Parties
A. Les questions en litige et la position des parties
[21] The issues raised by these two appeals lie on
the line between the law of obligations and tax law.
To resolve them, it will be important to properly
identify the legal nature of the parties’ transactions
and the instruments they used to conduct them.
First, however, I must consider how the parties iden­
tify and frame the issues and how they propose to
resolve them. I will then explain how I define and
characterize the issues raised by these cases and
how I would resolve them.
[21] Ces deux pourvois soulèvent des problèmes
situés aux frontières du droit des obligations et du
droit fiscal. Pour dégager des solutions répondant à
ces problèmes, il importe d’identifier correctement
la nature juridique des opérations effectuées par les
parties et des instruments qu’elles ont employés
pour les réaliser. Toutefois, il me faudra d’abord
examiner la manière dont les parties identifient et
formulent les questions en jeu, ainsi que les réponses
qu’elles proposent d’y apporter. J’exposerai ensuite
comment je définis et qualifie les problèmes posés
par ces dossiers et les solutions que je retiens.
[22] The ARQ takes the same position in both
AES and Riopel while noting the distinctive fea­
tures of their respective fact situations. In brief, the
ARQ first argues that there is nothing in the Code of
[22] Dans les deux affaires, AES et Riopel, l’ARQ
a adopté des positions identiques, tout en notant les
particularités de leur situation de faits respective. En
bref, l’ARQ plaide d’abord que rien dans le Code
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
851
Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25 (“C.C.P.”), that au­
thorizes the Superior Court to consider the type of
motion the respondents have made. The C.C.P. does
not authorize a court to rectify or amend a contract.
The basis for a power to do so would have to be
found in the substantive law established in the
C.C.Q. However, the ARQ argues, the power to in­
terpret contracts provided for in art. 1425, on which
the Court of Appeal relied in granting the ap­pli­
cations, does not apply in these cases, since they
do not involve interpretation in the true sense. Only
“clerical” errors can be corrected under art. 1425,
but the errors relied on by the respondents are not
clerical errors. According to the ARQ, the errors
alleged by the taxpayers relate only to the eco­nomic
consequences of their transactions and do not even
form a basis for an action to annul for one of the
causes provided for in the C.C.Q. Thus, the ARQ
sub­mits that it can still rely on the agreements in
the form in which they were originally set down in
writing and that the changes subsequently made to
their wording to record the “original” agreement
may not be set up against it.
de procédure civile, L.R.Q., ch. C-25 (« C.p.c. »),
n’autorisait la Cour supérieure à se saisir du type
de requête présentée par les intimés. Le C.p.c.
ne permettrait pas aux tribunaux de rectifier ou
de modifier un contrat. Il faudrait trouver le fon­
dement d’un tel pouvoir dans le droit substantiel
établi par le C.c.Q. Or, selon l’ARQ, le pouvoir
d’inter­prétation des contrats prévu par l’art. 1425
dont s’est prévalu la Cour d’appel pour accueillir
les demandes ne trouvait pas application dans les
pré­sents cas. En effet, il ne s’agissait pas d’un
exer­cice d’interprétation au sens propre du terme.
Seules les erreurs dites matérielles pourraient être
corrigées par cette voie. Les erreurs soulevées par
les intimés ne constituaient pas des erreurs de ce
type. D’après l’ARQ, les erreurs invoquées par
les contribuables ne porteraient que sur les consé­
quences économiques de leurs transactions et ne
don­neraient même pas lieu à un recours en annu­la­
tion pour l’une des causes reconnues par le C.c.Q.
L’ARQ affirme par conséquent qu’elle peut
toujours se fonder sur les ententes dans la forme où
elles ont été consignées par écrit à l’origine et que
les modifications apportées subséquemment à leur
texte pour constater la soi-disant entente originale
ne lui sont pas opposables.
[23] The Attorney General of Canada has in­ter­
vened in both the appeals in support of the ARQ.
Ac­cording to him, the power of the courts to cor­rect
supposedly defective writings is limited in Que­bec
civil law to the correction of clerical errors. Thus, the
proceedings instituted in Riopel and in AES have
no basis in the civil law. He agrees with the ARQ
that the Court of Appeal gave too broad a scope
to the power to interpret contracts provided for in
art. 1425 C.C.Q. Finally, the Attorney General of
Canada criticizes the common law courts for un­
duly extending the concept of rectification in tax
cases since the Ontario Court of Appeal’s deci­sion
in Canada (Attorney General) v. Juliar (2000), 50
O.R. (3d) 728. In any event, he argues, this concept
of rectification does not apply in the civil law
context. In his view, this Court should even inter­
vene to correct that part of the case law and bring it
into line with the Court’s most recent decisions in
this regard.
[23] Dans les deux appels, le procureur général
du Canada s’est porté intervenant au soutien de
l’ARQ. D’après le procureur général, en droit civil
québécois le pouvoir des tribunaux de corriger des
écrits censément défectueux se limite aux erreurs
matérielles. Les procédures engagées dans les affai­
res Riopel et AES ne posséderaient donc aucun
fondement en droit civil. Comme l’ARQ, il argu­
mente que la Cour d’appel a donné une portée trop
étendue au pouvoir d’interprétation des contrats
prévu par l’art. 1425 C.c.Q. Enfin, le procureur
général du Canada critique la jurisprudence de
common law qui aurait indûment élargi la notion
de rectification en matière fiscale depuis l’arrêt pro­
noncé par la Cour d’appel de l’Ontario dans Canada
(Attorney General) c. Juliar (2000), 50 O.R.
(3d) 728. De toute manière, cette conception de la
rectification serait irrecevable en droit civil. D’après
le procureur général du Canada, notre Cour devrait
même intervenir pour corriger cette jurisprudence
et la rendre conforme à ses arrêts les plus récents
en la matière.
852
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
[24] The respondents in AES and in Riopel
advance arguments that are substantially similar
despite the significant differences in their respec­
tive fact situations. They submit, first, that their
proceedings are not precluded by Quebec’s rules
of civil procedure. AES and Centre technologique
even seem to suggest that the Superior Court’s
im­plicit powers could form one legal basis for a
procedure for the correction of contracts. In oral
ar­gument, the respondents in AES and in Riopel
force­fully stressed that they are not asking for the
annulment of the contracts at issue. On the contrary,
far from seeking to amend their agreements, they
want the true nature of the agreements to be es­
tablished and recognized so as to ensure that their
declared will, as expressed in their written doc­
uments, is consistent with their true intention.
In their view, that would be an interpretation ex­
ercise permitted by art. 1425 C.C.Q. Finally, the
respondents deny that they are trying to import
the common law doctrine of rectification into the
civil law. Rather, the form of rectification they are
invoking is one for which a proper basis exists in
the civil law of Quebec, in the law of obligations,
and that is consistent with the principles of that
area of the law. They argue that the correction of
the writings can have retroactive effect and can be
set up against the tax authorities.
[24] Des moyens fondamentalement semblables
ont été soulevés par les intimés dans AES et Riopel,
malgré les différences significatives entre leur
situation de faits respective. En premier lieu, la
procédure civile du Québec ne ferait pas obstacle
aux recours entrepris. AES et Centre technologique
semblent même suggérer que les pouvoirs implicites
de la Cour supérieure pourraient constituer l’une
des bases juridiques d’un recours en correction de
contrats. Dans leurs plaidoiries, les intimés dans les
affaires AES et Riopel ont souligné avec insistance
qu’ils ne demandent pas la nullité des contrats en
litige. Au contraire, loin de chercher à modifier
leurs ententes, ils entendent plutôt faire établir et
reconnaître la véritable nature des accords qu’ils ont
conclus, pour que l’expression de volonté déclarée
dans leurs écrits soit conforme à leur intention
réelle. Pour eux, il s’agit là d’une opération d’inter­
prétation permise par l’art. 1425 C.c.Q. Enfin,
les intimés se défendent de vouloir importer en
droit civil la doctrine de la rectification reconnue
en common law. La forme de rectification qu’ils
invoquent constituerait une application correcte
du droit civil du Québec en matière d’obligations
et respectueuse de ses principes. La correction
des écrits pourrait avoir un effet rétroactif et être
opposable au fisc.
B. Nature of the Issues
B. La nature des questions en litige
[25] Thus, the dispute between the parties raises
both procedural and substantive issues. First, are
the proceedings instituted by the respondents con­
sistent with Quebec’s rules of civil procedure? And
second, are the respondents’ proceedings to amend
or correct contracts, which the Court of Appeal found
to be acceptable, permitted in Quebec civil law? This
second issue is the main one. The pro­cedural issues
raised in these cases are of only mi­nor importance.
[25] Le débat entre les parties soulève donc
des questions procédurales et substantielles. Pre­
mièrement, les recours entrepris sont-ils com­
patibles avec la procédure civile du Québec?
Deuxièmement, le droit civil québécois permet-il
les opérations de modification ou de correction de
contrats réalisées par les intimés et dont la Cour
d’appel a reconnu la recevabilité? Cette deuxième
question constitue la question principale. Les pro­
blèmes procéduraux soulevés par ces affaires ne
revêtent qu’une importance mineure.
[26] However, the way the evidence was adduced
in these cases certainly had a significant impact
on the consideration of the issues, as it facilitated
proof of the taxpayers’ allegations. In AES, the evi­
dence consists of written admissions and exhibits
[26] Toutefois, la façon dont la preuve a été
présentée dans ces dossiers a certainement eu un
impact appréciable sur l’examen des questions en
litige, car elle a facilité la preuve des allégations
des contribuables en l’occurrence. Dans AES, la
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
853
filed jointly by the parties at trial. In Riopel, the re­
spondents presented extensive documentary and
testimonial evidence — to which no objections were
made — in the Superior Court in order to establish
what they alleged to be the true nature of their
agree­ment and the errors made by their advisors in
carrying it out. The admissibility of that evidence
was not at issue at trial. The relevant questions of
law must therefore be considered and decided on
the basis of that uncontested evidence establishing
the nature of the agreements that resulted from the
exchanges of consents between the parties. Never­
theless, to help in resolving similar cases in the
future, I should, in view of how the evidence was
ad­duced, make a few comments on the possible
im­pact of the rules of evidence on the resolution
of substantive issues. It must first be determined
whether the agreements in question are contracts in
the civil law sense.
preuve consiste dans des admissions écrites et des
pièces produites conjointement par les parties en
première instance. Dans Riopel, les intimés ont
présenté en Cour supérieure, sans aucune objection
de leurs adversaires, une preuve documentaire
et testimoniale étoffée afin d’établir la nature,
selon eux, de leur véritable entente, ainsi que les
erreurs commises par leurs conseillers dans la
concrétisation de cette entente. L’admissibilité de
ces preuves n’a pas été débattue au procès. Les
questions de droit en litige doivent donc être exa­
minées et réglées sur la base de cette preuve non
contestée, qui établit la nature des ententes sur
lesquelles ont porté les échanges de consentement
intervenus entre les parties. Toutefois, afin d’aider à
la résolution d’affaires futures analogues, il faudra,
eu égard à ces modes de constitution de la preuve,
faire quelques rappels au sujet de l’effet possible
des règles de preuve à l’égard des questions sub­
stantielles. Il faut tout d’abord se demander s’il
s’agit de contrats au sens du droit civil.
C. Concept of Contract
C. La notion de contrat
[27] Although the civil law concept of contract
is, generally speaking, clearly understood, these two
cases show that there can sometimes be dis­agree­
ment, in a given situation, over whether a contract
legally exists and over the time at which the contract
is formed and binds the parties. The parties do not
always agree on the content of the contract or on
the point at which it crossed the threshold of legal
existence. In this context, a review of some basic
concepts will be helpful.
[27] Bien que la notion de contrat soit géné­
ralement bien comprise en droit civil, ces deux
affaires démontrent qu’il arrive parfois que l’on
ne s’accorde pas, dans une situation donnée, sur
l’exis­tence juridique d’un contrat et sur le moment
où celui-ci se forme et lie les parties. En effet, on
ne s’entend pas toujours sur ce que l’on considère
comme le contrat ni sur le moment où il aurait
franchi le seuil de l’existence juridique. Dans
ce contexte, il s’avère utile de rappeler quelques
notions fondamentales.
[28] In Quebec civil law, the contract is defined
in the law of obligations as an agreement of wills
for the purpose of carrying out juridical operations.
The formation of a contract is subject to the prin­
ciple of consensualism. A contract is formed by
the exchange of consents. No particular form is re­
quired except where the legislature intervenes to
impose one. The common intention of the parties
is not equivalent to the expression — oral or writ­
ten — of their declared will. As a general rule,
the writing is not an autonomous act, unlike such
doc­uments as bills of exchange and certain types
of letters of guarantee, that in a sense become the
[28] En droit civil québécois, le droit des obli­
gations définit le contrat comme un accord de
volonté visant à réaliser des opérations juridiques.
La conclusion du contrat est soumise au principe
du consensualisme. Il se réalise par l’échange
des consentements. Il n’exige aucune forme par­
ticulière, sauf lorsque le législateur intervient et
l’impose. La commune intention des parties ne se
confond pas avec l’expression — orale ou écrite —
de la volonté déclarée. En règle générale, l’écrit ne
constitue pas un acte autonome comme la lettre de
change ou certaines formes de lettres de garantie, où
le document devient en quelque sorte l’engagement
854
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
undertaking and are usually disconnected from
the circumstances that led to their creation (Bank
of Nova Scotia v. Angelica-Whitewear Ltd., [1987]
1 S.C.R. 59, at pp. 70-71; Banque de Montréal v.
Européenne de Condiments S.A., [1989] R.J.Q. 246
(C.A.); N. L’Heureux, É. Fortin and M. Lacoursière,
Droit bancaire (4th ed. 2004), at pp. 290-92).
et se trouve le plus souvent coupé du contexte qui
a entraîné sa création (Banque de Nouvelle-Écosse
c. Angelica-Whitewear Ltd., [1987] 1 R.C.S. 59,
p. 70-71; Banque de Montréal c. Européenne
de Condiments S.A., [1989] R.J.Q. 246 (C.A.);
N. L’Heureux, É. Fortin et M. Lacoursière, Droit
bancaire (4e éd. 2004), p. 290-292).
[29] These appeals will therefore require a reflec­
tion on contracts. What is a contract and when does
it come into existence? What is the relationship be­
tween a contract and the expression thereof?
[29] Les présents pourvois imposent par con­
séquent une réflexion sur le contrat. Qu’est-ce
qu’un contrat et quand naît-il? Quels rapports exis­
tent entre le contrat et son expression?
[30] Article 1378 C.C.Q. defines a contract as “an
agreement of wills by which one or several per­sons
obligate themselves to one or several other persons
to perform a prestation”. A contract is an agree­ment
that is intended to produce legal effects (D. Lluelles
and B. Moore, Droit des obligations (2nd ed.
2012), at para. 53; J. Pineau, D. Burman and
S. Gaudet, Théorie des obligations (4th ed. 2001),
at p. 51, § 20; P.-G. Jobin and N. Vézina, eds., Les
obligations (7th ed. 2013), at p. 82; J. Ghestin, “La
notion de contrat” (1990), 12 Droits 7, at p. 19).
The creation of legal effects that bind the parties
is the distinctive function of the contract. The for­
mation of a contract requires agreement on an
object, which is defined in art. 1412 C.C.Q. as “the
juridical operation envisaged by the parties” at
the time of the contract’s formation. Furthermore,
the contract gives rise to an obligation (art. 1372
C.C.Q.), the object of which is “the prestation
that the debtor is bound to render to the creditor”
(art. 1373 C.C.Q.). The prestation itself may relate
to any property, but the property must be suffi­
ciently de­ter­minate or determinable in accordance
with objectively verifiable standards or practices
of determination or calculation (art. 1374 C.C.Q.;
Jobin and Vézina, at pp. 34-35; J. Deslauriers,
Vente, louage, contrat d’entreprise ou de service
(2nd ed. 2013), at para. 67; B. Moore, JurisClasseur
Québec — Collection droit civil — Obligations et
res­ponsabilité civile (loose-leaf), by P.-C. Lafond,
ed., fasc. 1, at p. 26; B. Moore, “Flexible contrat”,
in B. Moore, ed., Mélanges Jean-Louis Baudouin
(2012), 569, at p. 574). Once an agreement of wills
is reached in accordance with these principles, the
contract establishes a set of rules applicable to the
[30] L’article 1378 C.c.Q. définit le contrat
comme « un accord de volonté, par lequel une
ou plusieurs personnes s’obligent envers une ou
plusieurs autres à exécuter une prestation ». Le
contrat constitue une entente destinée à produire
des effets de droit (D. Lluelles et B. Moore, Droit
des obligations (2e éd. 2012), par. 53; J. Pineau,
D. Burman et S. Gaudet, Théorie des obligations
(4e éd. 2001), p. 51, § 20; P.-G. Jobin et N. Vézina,
dir., Les obligations (7e éd. 2013), p. 82; J. Ghestin,
« La notion de contrat » (1990), 12 Droits 7, p. 19).
La création d’effets juridiques liant les parties
représente la fonction distinctive du contrat. La
formation du contrat exige une entente sur un objet,
qui est défini à l’art. 1412 C.c.Q. comme étant
« l’opération juridique envisagée par les parties »
au moment de la conclusion du contrat. De plus,
le contrat donne naissance à l’obligation (art. 1372
C.c.Q.), dont l’objet est « la prestation à laquelle
le débiteur est tenu envers le créancier » (art. 1373
C.c.Q.). La prestation, pour sa part, peut porter
sur tout bien, mais celui-ci doit être suffisamment
déterminé ou déterminable selon des normes ou
des méthodes de fixation ou de calcul vérifiables
objectivement (art. 1374 C.c.Q.; Jobin et Vézina,
p. 34-35; J. Deslauriers, Vente, louage, contrat
d’entreprise ou de service (2e éd. 2013), par. 67; B.
Moore, JurisClasseur Québec — Collection droit
civil — Obligations et responsabilité civile (feuilles
mobiles), par P.-C. Lafond, dir., fasc. 1, p. 26; B.
Moore, « Flexible contrat », dans B. Moore, dir.,
Mélanges Jean-Louis Baudouin (2012), 569,
p. 574). Une fois l’accord de volonté réalisé con­
formément à ces principes, le contrat établit entre
les parties un ensemble de règles, ayant valeur de
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
855
parties, which have legal authority for them, for the
purpose of carrying out what thereby becomes a
common operation or plan.
loi pour elles, en vue de réaliser une opération ou
un projet devenu commun par là même.
[31] From this perspective, for a contract to exist
and become a legal reality, the parties’ undertakings
must be sufficiently precise to establish the details
of the contemplated operation. In some cases, the
details of the operation will be clear immediately.
In other cases, a plan will take shape gradually and
will come into legal existence as a contract that is
binding on the parties and represents the law ap­
plicable to them once its details are sufficiently
clear.
[31] Dans cette optique, l’existence d’un contrat
et son émergence à la vie juridique présuppose que
les engagements des parties sont suffisamment pré­
cis pour établir les paramètres de l’opération envi­sa­
gée. Dans certains cas, les paramètres de l’opération
seront immédiatement clairs. Dans d’autres, un pro­
jet se précisera graduellement, jusqu’à ce que ses
paramètres soient suffisamment clairs pour qu’il
accède à l’existence juridique comme contrat liant
les parties et constituant leur loi commune.
[32] Moreover, as I mentioned above, the for­
mation of a contract is subject to the principle of
consensualism. In principle, it does not require
a physical sign or medium. In Quebec civil law,
a contract is formed by a meeting of the parties’
minds, as is confirmed by art. 1385 C.C.Q. As a rule,
the formation of a contract does not depend on the
adoption of a particular form. It is true that agree­
ments are often required by law to be in writing, one
example being the marriage contract, which must be
in authentic form and established by a notarial act.
In other cases, particularly those involving types of
contracts that are highly regulated, as in the field
of consumer law, a writing is required and detailed
formal requirements must be met. Nevertheless, the
principle remains the same. A contract is distinct
from its physical medium. In the Quebec law of
obligations, a distinction is maintained between the
“negotium” and the “instrumentum”, to repeat the
words used by the Court of Appeal in the cases at
bar, that is, between the common intention and the
declared will. The agreement lies in the common
intention, despite the importance — as between
the parties and in relation to third parties — of the
declaration, oral or written, of that intention.
[32] Par ailleurs, comme je l’ai rappelé précé­
demment, le principe du consensualisme gouverne
la formation du contrat. Celle-ci n’exige pas en
principe un signe ou support matériel. En droit
civil québécois, le contrat se forme par la rencon­
tre des volontés des parties, comme le confirme
l’art. 1385 C.c.Q. En principe, la formation du
contrat ne dépend pas de l’adoption d’une forme
particulière. Certes, la loi exige souvent l’écrit pour
donner effet à l’entente, par exemple en imposant
la forme authentique et le recours à l’acte notarié,
comme dans le cas des contrats de mariage. Dans
d’autres cas, particulièrement celui de catégories
de contrats fortement réglementés, comme en droit
de la consommation, il faudra recourir à l’écrit
et respecter des exigences de forme détaillées.
Cependant, le principe demeure. Le contrat se
dis­tingue de son support matériel. Le droit des
obligations du Québec maintient la distinction
entre le « negotium » et l’« instrumentum », pour
reprendre la terminologie utilisée par la Cour
d’appel dans les affaires qui nous occupent, c’est-àdire entre la volonté commune et la volonté décla­
rée. L’accord se trouve dans la volonté commune,
malgré l’importance — entre les parties et à l’égard
des tiers — de la déclaration, orale ou écrite, de
cette volonté.
[33] The existence of formal requirements for
acts contributes to the complexity of the legal
environment of contracts. The use of a written in­
strument may also bring into play certain require­
ments of the law of civil evidence that reflect a
concern with protecting the legal certainty and the
[33] La présence des exigences relatives à la
forme des actes contribue à la complexité de l’envi­
ronnement juridique des contrats. Le recours à
l’écrit met aussi potentiellement en jeu cer­tai­
nes exigences du droit de la preuve civile qui tra­
duisent le souci de protéger la sécurité juridique
856
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
stability of transactions. These requirements must
be considered when going beyond the intention
de­clared in the writing to determine the parties’
true intention. Evidentiary requirements will also
have an impact on the situations of third parties or
assignees whose interests are alleged to be affected
by the contract.
des transactions et leur stabilité. Il faut prendre
ces exigences en compte lorsqu’on restructure
la volonté réelle des parties au-delà de la volonté
déclarée dans l’écrit. Les exigences en matière
de preuve ont aussi une incidence sur la situation
des tiers ou ayants droit dont les intérêts seraient
touchés par le contrat.
[34] In these two cases, therefore, this Court is
concerned with the relationship between what the
parties claim to have been their true intention and
their declared will. Because the testimonial and
documentary evidence was adduced without any
objections, the requirements of the law of evidence
are of no consequence in the analysis on this issue.
[34] Dans ces deux dossiers, notre Cour est
donc saisie du problème des rapports entre ce que
les parties décrivent comme étant leur vérita­ble
intention et ce qui constitue leur volonté décla­rée.
Cette question peut être analysée sans qu’inter­
viennent les exigences du droit de la preuve, vu
l’existence de la preuve testimoniale et documen­
taire constituée sans objection.
[35] Obviously, the validity of consent depends
on its integrity. Various types of errors may vitiate
consent. Moreover, the contract belongs to the
parties. They are free as between themselves, al­
though this is subject to any rights acquired by
third parties, to amend or annul the contract and
the documents recording it. This means that there
is nothing to prevent them from acknowledging
the existence of a common error and agreeing to
correct it by mutual consent. Although the contract
as defined in the C.C.Q. remains the law applicable
to the parties, the parties are free to annul their
contract or modify its terms (art. 1439 C.C.Q.). In
a sense, the result is a new contract whose purpose
is to modify or extinguish the existing agreement.
In light of these principles, I must now determine
whether the parties to the transactions at issue
entered into contracts and, if they did, inquire into
the content of those contracts and of the acts and
documents that are alleged to have expressed the
agreements of wills.
[35] Évidemment, la validité d’un consente­
ment dépend de son intégrité. Diverses formes
d’erreur sont susceptibles de le vicier. De plus, le
contrat appartient aux parties. Entre elles, mais sous
réserve des droits qui ont pu être acquis par des
tiers, les parties sont libres de modifier ou d’annuler
le contrat et les documents qui le constatent. Ainsi,
rien ne les empêche de reconnaître l’existence
d’une erreur commune et de convenir de la corri­
ger de consentement mutuel. Si le contrat du
C.c.Q. demeure la loi des parties, celles-ci restent
libres de l’annuler ou d’en modifier les termes
(art. 1439 C.c.Q.). En un sens, il s’agirait là d’un
nouveau contrat destiné à modifier ou à éteindre
l’entente existante. Sur la base de ces principes,
je dois maintenant déterminer si des contrats sont
intervenus entre les parties aux transactions en
cause et, dans l’affirmative, quel est leur contenu et
celui des actes et documents qui auraient exprimé
les accords de volonté.
D. Nature of the Juridical Operations in Riopel
and AES
D. La nature des opérations juridiques dans les
affaires Riopel et AES
[36] In Riopel, the fact situation is clear and
well established. It is not open to dispute that, on
September 1, 2004, the parties reached a verbal
agreement to carry out a detailed tax plan, the es­
sential terms of which had been recommended to
them by their tax advisors. That agreement was a
contract within the meaning of the C.C.Q. The
[36] Dans l’affaire Riopel, la situation factuelle
est claire et bien établie. On ne saurait contester
que, le 1er septembre 2004, les parties se sont enten­
dues verbalement pour réaliser une planification
fiscale détaillée, dont les modalités essentielles
leur avaient été recommandées par leurs conseillers
fiscaux. Cette entente constituait un contrat au sens
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
857
agreement of wills defined all the operations and
acts required to carry out the share transfers and
corporate amalgamation in such a way as to defer
the tax liability associated with those transactions
by following procedures provided for in tax legis­
lation. The agreement established timeframes for
executing the acts and specified the order in which
they were to be completed. It required a variety of
writings to be drawn up, including contracts, com­
pany resolutions, articles of amalgamation, and
tax forms that had to be prepared and sent. Those
writings gave effect to and recorded the agreement,
but the agreement itself nevertheless existed as of
September 2004.
du C.c.Q. En effet, l’accord de volonté déterminait
l’ensemble des opérations et des actes à accomplir
pour réaliser des cessions d’actions et une fusion
de sociétés, et ce, d’une manière propre à assurer le
report des obligations fiscales afférentes à ces tran­
sactions en utilisant des procédures prévues par les
lois fiscales. L’entente prévoyait des échéanciers
d’exécution des actes et l’ordre dans lequel ceuxci devraient être complétés. Cet accord exigeait la
rédac­tion de plusieurs écrits de nature diverse : con­
trats, résolutions de compagnie, statuts de fusion,
rédaction et transmission des formulaires fiscaux,
etc. Ces écrits ont donné effet à l’entente et l’ont
con­statée, mais elle n’en existait pas moins dès le
mois de septembre 2004.
[37] The agreement of wills was not imple­mented
properly, however. The parties’ advisors made two
errors in succession. First, they reversed the order
of the corporate amalgamation and the transfer
of Ms. Archambault’s shares. Because that error
prevented the deferral of tax, they tried to correct
it. To do so, they amended the original acts and had
their clients sign the amended acts without explain­
ing the nature of the amendments to them.
[37] Cet accord de volonté a cependant reçu une
exécution défectueuse. Les conseillers des parties
ont commis deux erreurs successives. D’abord,
ils ont interverti l’ordre de la fusion des sociétés
com­
merciales et de la cession des actions de
Mme Archambault. Comme cette erreur empê­chait
le report des impôts, ils tentèrent de la corriger.
À cette fin, ils modifièrent les actes originaux et
les firent signer par leurs clients, sans leur expliquer
la nature des changements effectués.
[38] After the tax authorities issued the notices
of assessment and the errors made in drafting the
writings associated with the transaction were dis­
covered, the parties agreed to give effect to their
original agreement by amending the defective acts
that expressed it incorrectly.
[38] Après l’établissement des avis de cotisation
par le fisc et la découverte des erreurs commises
dans la rédaction des écrits relatifs à la transaction,
les parties ont convenu de donner effet à leur
entente originale, en modifiant les actes défectueux
qui l’avaient mal exprimée.
[39] Although the fact situation in AES is dif­
ferent, the admissions in the record confirm the
existence of a tax planning agreement. The parties
had agreed on share transfers involving a rollover
transaction that would be conducted in accordance
with the procedures provided for in the relevant tax
legislation and was based on a supposedly accurate
calculation of the ACB of the transferred shares.
The agreement, the intended effect of which was
to defer the tax payable, was vitiated by the error
made in calculating the ACB. One aspect of the
con­sideration paid for the transferred shares was
the issuance and delivery of a note for an amount
equal to that of their ACB. The agreement with
respect to this particular prestation was dependent
[39] Bien que l’affaire AES présente une situa­
tion factuelle différente, les admissions déposées
au dossier confirment l’existence d’une entente en
vue de réaliser une planification fiscale. On s’était
entendu sur des transferts d’actions qui comportaient
une opération de roulement, conformément aux
modalités prévues par les lois fiscales pertinentes,
sur la base d’un calcul censément exact du PBR des
actions transférées. Cette entente, qui devait avoir
pour effet de reporter l’impôt payable, a été viciée
par l’erreur commise dans le calcul de ce PBR.
En effet, un aspect de la contrepartie versée pour
la cession des actions consistait dans l’émission et
la remise d’un billet égal au montant de leur PBR.
L’accord sur cette prestation particulière dépendait
858
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
on the ACB being accurate, and therefore on its
being consistent with s. 86 of the Income Tax Act
and the corresponding provisions of Quebec’s
Taxation Act. At the time of the agreement of
wills, the ACB was at the very least determinable
by means of accepted accounting principles and
practices (V. Krishna, The Fundamentals of Cana­
dian Income Tax (9th ed. 2006), at pp. 1206-7).
Given the importance of this factor, the error made
in establishing or calculating the ACB could no
doubt have served, under the law of obligations, as
a basis for annulling the contract at the initiative of
one of the parties.
de l’exactitude du PBR, donc de sa conformité à
l’art. 86 de la Loi de l’impôt sur le revenu et aux dis­
positions correspondantes de la Loi sur les impôts
du Québec. Ce PBR était au moins déterminable
au moment de l’accord des volontés, par l’applica­
tion de principes et méthodes comptables recon­
nus (V. Krishna, The Fundamentals of Canadian
Income Tax (9e éd. 2006), p. 1206-1207). En raison
de l’importance de ce facteur, l’erreur commise
dans la détermination ou le calcul du PBR aurait
pu sans doute constituer, à l’initiative de l’une des
parties, une cause d’annulation du contrat selon le
droit des obligations.
[40] Instead, the parties agreed to correct the
error by amending the documents that recorded
and implemented their agreement, including the
necessary tax forms, thereby restoring the integrity
of their original agreement. The amendments
made to the contract documents eliminated the
incon­sistency between the parties’ original agree­
ment and the manner in which it had been ex­
pressed.
[40] Les parties ont plutôt convenu de corriger
cette erreur en modifiant les documents qui con­s­
tataient et exécutaient leur entente, y compris les
formulaires fiscaux nécessaires. Les parties réta­
blissaient ainsi l’intégrité de leur entente originale.
Ces modifications apportées à la documentation
contractuelle faisaient disparaître l’incompatibilité
entre l’entente originale des parties et l’expression
qui lui avait été donnée.
[41] In light of these conclusions on the nature
of the parties’ agreements, and in view of the context
established by the evidence in this regard, it will be
necessary to determine whether the proceedings
instituted by the respondents in AES and in Riopel
are admissible and whether the conclusions they
seek are acceptable. It must be asked whether,
within the civil law’s legal framework for the law
of obligations, the tax authorities can rely on acts
that have been proved to contain errors, or whether
such acts can be amended so that the taxpayers
can have their tax situation subsequently assessed
on the basis of the amended acts.
[41] À la lumière de ces conclusions sur la nature
des ententes intervenues entre les parties et eu égard
au contexte établi par la preuve à ce sujet, il s’agit
d’exa­miner la recevabilité des procédures enta­
mées par les intimés dans les affaires AES et Riopel
et l’admissibilité des conclusions qu’ils recher­
chent. Il faut se demander si, dans le cadre juridique
défini par le droit civil des obligations, le fisc peut se
fon­der sur des actes comportant des erreurs démon­
trées par la preuve, ou si ces mêmes actes peuvent
être modifiés, pour que la situation fiscale des con­
tribuables en cause soit appréciée plus tard sur cette
nouvelle base.
E. Situation of the Revenue Agencies
E. La situation des agences du Revenu
[42] The appellant, the ARQ, and the intervener,
the Attorney General of Canada, find themselves
engaged in a dispute regarding the nature and effect
of certain operations carried out by the respon­dents
that involve the application of Quebec civil law. As
we have already seen, however, the acts in ques­tion
have tax consequences. This interplay of the civil
law and tax law limits the scope of this Court’s
[42] L’appelante ARQ et le procureur général du
Canada intervenant se trouvent engagés dans un
débat relatif à la nature et à l’effet de certaines
opé­rations effectuées par les intimés impliquant
la mise en œuvre du droit civil du Québec. Toute­
fois, comme on l’a vu précédemment, les actes
accom­plis produisent des incidences fiscales. Cette
interac­tion du droit civil et du droit fiscal limite le
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
859
intervention, and of that of the Court of Appeal and
the Superior Court.
champ d’intervention de notre Cour, ainsi que celui
de la Cour d’appel et de la Cour supérieure.
[43] Actual challenges to the notices of assess­
ment issued in these cases would have to be raised
in the courts on which the tax legislation has con­
ferred jurisdiction over such matters. As this Court
pointed out with regard to an attempt to use the
judicial review process to respond to the issuance
of notices of assessment, the specific avenues es­
tablished by Parliament for tax appeals cannot be
circumvented (Canada v. Addison & Leyen Ltd.,
2007 SCC 33, [2007] 2 S.C.R. 793, at para. 11; see
also C. Campbell, Administration of Income Tax
2013 (2013), at pp. 564-70). This means that a court
dealing with a challenge relating to civil aspects of
a transaction with tax implications does not have
the authority to rule on notices of assessment that
were issued or notices of objection that were filed
in respect of that transaction. The validity and ef­
fects of the notices in question must instead be
determined, if necessary, by the courts that have
been assigned jurisdiction over such matters. It
would also be up to those courts to consider the
consequences of judgments rendered by the civil
courts with respect to the transactions that led to
the issuance of the notices of assessment.
[43] Les contestations proprement dites des avis
de cotisation établis dans ces dossiers reflètent des
juridictions auxquelles les lois fiscales ont donné
compétence dans ces matières. Comme notre Cour
l’a rappelé à propos d’une tentative d’utilisation
des mécanismes du contrôle judiciaire à l’égard de
l’établissement de certains avis de cotisation, on ne
saurait court-circuiter les voies d’appel particulières
établies par le Parlement dans le domaine fiscal
(Canada c. Addison & Leyen Ltd., 2007 CSC 33,
[2007] 2 R.C.S. 793, par. 11; voir aussi C. Campbell,
Admi­nistration of Income Tax 2013 (2013), p. 564570). Ce principe signifie que les tribunaux saisis
d’une contestation relative à des aspects civils d’une
transaction ayant des implications fiscales ne peu­vent
statuer sur les avis de cotisation et les avis d’oppo­si­
tion établis ou déposés à l’égard de cette transaction.
Il appartiendra plutôt aux juridictions déclarées com­
pétentes en la matière de se prononcer sur la validité
et les effets de cet avis, s’il y a lieu de le faire. Il
leur reviendra aussi d’évaluer les con­séquences des
jugements rendus par les cours civi­les au sujet des
opérations à l’origine des avis de cotisation.
[44] Nevertheless, the dispute in the two appeals
before us necessarily concerns the ARQ and the
CRA. Because of their situations, it must be asked
whether they can rely on acquired rights to have an
erroneous writing continue to apply even though
the existence of an error has been established and
it has been shown that the documents filed with the
tax authorities are inconsistent with the parties’ true
intention.
[44] Par contre, le débat en cours dans les deux
appels que nous examinons concerne nécessaire­
ment l’ARQ et l’ARC. En raison de leur position,
il faut se demander si elles peuvent invoquer des
droits acquis au maintien d’un écrit erroné, même
si l’existence d’une erreur est établie et s’il est
démontré que les documents transmis au fisc ne
correspondent pas à la volonté réelle des parties.
[45] For such a conclusion to be reached, it
would have to be found that, once the respondents
completed their operations, the revenue agencies
became special assignees that were entitled to col­
lect part of the economic proceeds of the trans­ac­
tions, and that they could rely forever on the par­ties’
declared will. I do not dispute the fact that the tax
collection procedures, remedies and types of secu­
rity established by law to facilitate the recovery of
tax debts give the agencies rights in the proceeds
of a variety of juridical operations. For example,
[45] Pour juger en ce sens, il faudrait décider que,
dès la conclusion des opérations des intimés, les
Agences sont devenues des ayants droit particuliers
— qui auraient obtenu le droit de percevoir une
partie du produit économique des transactions — et
qu’elles pouvaient se fonder définitivement sur la
volonté déclarée des parties. Je ne conteste pas que
les procédures de perception des impôts, les voies
de recours et les sûretés diverses établies par la loi
pour faciliter le recouvrement des créances fisca­
les accordent à ces organismes des droits dans le
860
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
they may become assignees of a series of claims
or holders of rights in a trust in respect of certain
prop­erty affected by transactions. Under the civil
law itself, the agencies can also prove that simula­
tion existed and demonstrate the true nature of
trans­actions they allege to be shams. In addition,
tax legislation may recharacterize contractual or
economic transactions for its own purposes by
over­riding the legal categories established by the
common law and the civil law. With the exception
of such situations, however, tax law applies to
trans­actions governed by, and the nature and legal
consequences of which are determined by refer­
ence to, the common law or the civil law.
pro­duit d’opérations juridiques variées. Par exemple,
le fisc peut devenir cessionnaire d’un ensemble de
créances ou titulaire de droits fiduciaires sur cer­
tains biens visés par des transactions. En droit
civil proprement dit, le fisc peut aussi établir qu’il
y a eu simulation et démontrer la nature réelle de
transactions qu’il prétend être factices. De plus,
les lois fiscales peuvent, pour leurs propres fins,
requalifier des opérations contractuelles ou éco­
nomiques en mettant de côté les catégories juri­
diques établies par la common law et le droit civil.
Sous réserve de telles situations, toutefois, le droit
fiscal vise des opérations régies par la common law
ou le droit civil, dont les règles en déterminent la
nature et les conséquences juridiques.
[46] But the parties are not yet at these later
stages of their respective cases. For now, therefore,
what must be determined is the true nature of the
operations transacted in AES and Riopel. The tax
consequences of this determination will, if nec­
essary, be decided in another forum. This Court
must decide whether the parties’ juridical acts,
which led to the notices of assessment, are consis­
tent with their true common intention and whether
the tax authorities are entitled to have an errone­
ous declaration of intention continue to apply. I will
there­fore consider whether the respondents have a
right to amend the acts and documents expressing
their common intention or to have them corrected,
and to have the amended or corrected acts and doc­
uments recognized.
[46] Cependant, les parties n’en sont pas encore
à ces étapes ultérieures de leur dossier respectif. Il
faut donc pour l’instant déterminer la nature réelle
des opérations effectuées dans les affaires AES et
Riopel. Les conséquences fiscales de cette déter­
mination seront, s’il y a lieu, réglées devant un
autre tribunal. Notre Cour doit décider si les actes
juri­diques accomplis par les parties et qui sont à
l’origine des avis de cotisation correspondent à
l’intention réelle commune des parties et si le fisc
a droit au maintien d’une déclaration de volonté
erronée. Je vais donc me pencher sur le droit des
intimés de modifier ou de faire corriger les actes
et documents exprimant leur volonté commune, et
d’obtenir la reconnaissance de ceux-ci.
F. Validity of Amendments to the Acts
F. La validité de la modification des actes
[47] The ARQ argues emphatically that under
Quebec law the respondents cannot amend the doc­
uments associated with their tax planning. Its ar­
gument focuses primarily on two grounds. First, the
courts should not have interpreted documents that
were clear and unambiguous. It was not open to
them to intervene to correct those acts on the basis
of the power with respect to interpretation conferred
on them in art. 1425 C.C.Q. Second, if there was an
error, it would have to serve as the basis for an ac­
tion to annul, not an attempt to correct the acts.
[47] L’ARQ a contesté avec vigueur la possibilité
dont disposeraient les intimés, en droit québécois,
de modifier les documents relatifs à leurs plani­
fications fiscales. Deux moyens ressortent princi­
palement de son argumentation. En premier lieu,
il n’y avait pas lieu pour les tribunaux d’interpré­ter
des documents qui étaient clairs et ne comportaient
aucune ambiguïté. Les tribunaux ne pouvaient
intervenir pour corriger ces actes en vertu du pou­
voir d’interprétation que leur reconnaît l’art. 1425
C.c.Q. En second lieu, s’il existait une erreur,
elle aurait dû constituer la base d’un recours en
annulation, non d’une tentative de correction des
actes.
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
861
[48] In the context of the application of art. 1425
C.C.Q., I agree with the Court of Appeal that the
determination of the common intention, or will,
of the parties represents a true exercise of interpre­
ta­tion. The discrepancy seen in the evidence be­
tween the common intention of the parties and
the expression of that intention — or the declared
will — in itself raises an interpretation issue. It is
necessary to determine what the parties intended
and where that intention can be found, in the initial
exchange of consents or in the written expression
thereof. A court must resolve this discrepancy, and
under art. 1425, it is not limited to determining
what the parties intended, but can also determine
where their intention is to be found. Often, this
will involve employing various techniques of inter­
pretation to ascertain the meaning of words or ex­
pressions in an act in order, if necessary, to fill gaps
in the text or find content in it that can be well hid­
den.
[48] Dans le contexte de la mise en œuvre de
l’art. 1425 C.c.Q., à l’instar de la Cour d’appel,
je reconnais que la recherche de l’intention ou
volonté commune des parties représente une vérita­
ble opération d’interprétation. La divergence révélée
par la preuve entre la volonté commune des parties
et l’expression de cette volonté — ou volonté décla­
rée — soulève en elle-même un problème d’inter­
prétation. Il faut déterminer quelle est l’inten­tion
des parties et où elle se trouve, dans l’échange ini­­
tial des consentements ou dans son expression
écrite. Le tribunal doit résoudre cette divergence et
l’art. 1425 lui permet non seulement de rechercher
quelle est l’intention des parties mais également
où elle réside. Fréquemment, il s’agira de dégager,
grâce à l’emploi de diverses techniques d’inter­pré­
tation, la signification de mots ou d’expressions
dans un acte afin, au besoin, de combler des vides
dans le texte ou de retrouver dans celui-ci des con­
tenus parfois bien dissimulés.
[49] In these two appeals, the determination of
meaning goes back to the root of the obligation.
Which should prevail, the proven common inten­
tion or the intention identified in the apparent act?
Although the interpretation exercise comes down to
this basic choice, its purpose nevertheless continues
to be to seek the parties’ intention in accordance
with art. 1425 C.C.Q. (F. Gendron, L’interprétation
des contrats (2002), at p. 31). The situation that
emerges from the evidence in the case before the
court is of critical importance to this choice. If there
had been a dispute between the parties about the
nature of their intention or if third parties had ac­
quired rights in relation to the legal situation cre­
ated by the acts, the law of evidence in civil mat­ters
would have placed certain obstacles in the way of
this interpretation exercise. For example, authentic
acts and private writings are proof of their content
(arts. 2818 and 2829 C.C.Q.). Moreover, the imper­
atives of certainty and stability of transactions
and of protection of the rights of third parties sup­
port this cautious approach dictated by the law of
evidence when it comes to contradicting or mod­
ifying the terms of a writing (Sobeys Québec inc.
v. Coopérative des consommateurs de Sainte-Foy,
2005 QCCA 1172, [2006] R.J.Q. 100 (C.A.), at
para. 54, per Bich J.A.).
[49] Dans ces deux appels, la recherche du sens
remonte à la racine de l’obligation. Quelle intention
faut-il choisir : l’intention commune établie par la
preuve ou l’intention ressortant de l’acte apparent?
Bien que l’opération d’interprétation se résume ici
à ce choix fondamental, elle demeure néanmoins
une recherche d’intention selon l’art. 1425 C.c.Q.
(F. Gendron, L’interprétation des contrats (2002),
p. 31). La situation résultant de la preuve qui existe
en l’espèce revêt une importance critique pour
effectuer ce choix. En effet, s’il y avait eu conflit
entre les parties sur la nature de l’intention ou si
des tiers avaient acquis des droits à l’égard de la
situa­tion juridique constituée par les actes, le droit
de la preuve civile aurait créé certains obstacles
à cette opération d’interprétation. Rappelons par
exemple que l’acte authentique et l’écrit sous seing
privé font preuve de leur contenu (art. 2818 et 2829
C.c.Q.). En outre, les impératifs de sécurité et de
stabilité des transactions et ceux de protection des
droits des tiers justifient d’ailleurs cette approche
prudente dictée par le droit de la preuve lorsqu’il
s’agit de contredire un écrit ou d’en modifier les
termes (Sobeys Québec inc. c. Coopérative des
con­sommateurs de Sainte-Foy, 2005 QCCA 1172,
[2006] R.J.Q. 100 (C.A.), par. 54, la juge Bich).
862
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
[50] There is no such obstacle in the cases at
bar. It has been established that the true agreements
of wills were as described by the parties. The parties
acknowledged the errors made in the writings giv­
ing effect to their agreements and agreed to correct
them. The correction of the acts resulted from the
actual will of the parties. There was no need to rely
for this purpose on a supposed power to correct
based on the implicit powers of the Superior Court.
Moreover, since the parties could not turn back
time, they changed the “legal time” applicable to
their agreements by, inter alia, changing the dates
originally contemplated for their performance
to dates that would enable them to be carried out
effectively. Such a stipulation, although once again
subject to the rights of third parties, was valid as
between the parties (M. Cresp, Le temps juridique
en droit privé, essai d’une théorie générale (2013),
at pp. 116-26).
[50] Dans les affaires qui nous intéressent, cet
obstacle n’existe pas. Il est établi que les véritables
accords de volonté étaient ceux décrits par les par­
ties en cause. Ces dernières reconnaissaient les
erreurs commises dans les écrits donnant effet à
leurs ententes et s’accordaient pour les corriger. La
correction des actes résultait de la volonté même
des parties. Il était inutile d’invoquer à cette fin
un prétendu pouvoir de correction basé sur les
pouvoirs implicites de la Cour supérieure. De plus,
incapables de remonter le temps, les parties ont
modi­fié le « temps juridique » applicable à leurs
enten­tes, notamment en changeant les dates pré­vues
à l’origine pour leur exécution, pour des dates
propres à en assurer l’exécution efficace. Sous
réserve toujours des droits des tiers, une telle
stipula­tion était valide entre les parties (M. Cresp,
Le temps juridique en droit privé, essai d’une théo­
rie générale (2013), p. 116-126).
[51] It was open to the courts to intervene to find
that the amendments made by the parties to the
acts at issue were legitimate and necessary. Their
intervention was justified by the substantive law
and was not precluded by Quebec’s rules of civil
pro­cedure. The issue was argued in an adversarial
pro­cess. The revenue agencies were impleaded, as
they had to be, in accordance with art. 5 C.C.P. and
the fun­damental rules of civil procedure. Since there
was a real dispute about the nature of the parties’
common intention, the issue could be brought
be­fore the Superior Court, and a motion for recti­
fica­tion was the normal way to do so. The motion
enabled that court to intervene to consider con­
clusions that were, first and foremost, declara­tory.
What was often called rectification in the course of
these proceedings basically involved recognizing
the parties’ amendments and finding that they were
legitimate and necessary.
[51] Les tribunaux pouvaient intervenir pour
constater la légitimité et la nécessité des modifi­
cations apportées par les parties aux actes en litige.
Le droit substantiel justifiait leur intervention. La
procédure civile québécoise n’y faisait pas obstacle.
Le débat relevait du domaine du contradictoire.
Les agences du revenu avaient été appelées en
cause, comme elles devaient l’être, selon l’art. 5
C.p.c. et les règles fondamentales de la procédure
civile. Vu l’existence d’un conflit réel sur la nature
de l’intention commune des parties, la Cour supé­
rieure pouvait être saisie du litige. La requête en
rectification était la voie normale pour l’en saisir.
Elle permettait à la Cour supérieure d’intervenir,
à des fins d’abord et avant tout déclaratoires. Ce
que l’on a maintes fois qualifié de rectification au
cours des débats correspondait essentiellement à
la constatation des modifications faites par les par­
ties et à la reconnaissance de leur légitimité et de
leur nécessité.
[52] In the final analysis, the court’s intervention
was based on the fundamental rules of contract law,
which is premised on a principle of consensualism
and in which a fundamental distinction exists
between the exchange of consents and the written
expression of that exchange. Quebec’s law of ev­
idence in civil matters reinforces this distinction
[52] Le fondement de cette intervention se trou­
vait en définitive dans les règles fondamentales
du droit des contrats, lequel repose sur le principe
du consensualisme et retient la distinction fonda­
mentale entre l’échange des consentements et son
expression écrite. Le droit de la preuve civile du
Québec conforte cette distinction entre volonté
[2013] 3 R.C.S.
AGENCE DU REVENU
c.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
Le juge LeBel
863
between internal will — or true intention — and de­
clared will. For example, although that law gives
particular weight to the probative value of authen­
tic acts, it nonetheless includes a procedure —
improbation — for challenging such acts. Impro­
bation enables a court to rectify an act in which
the public officer responsible for executing it, such
as a notary, inserted false statements. It is now ac­
cepted that a court can correct such an act to make it
consistent with the parties’ intention (P.-Y. Marquis,
“L’inscription de faux et la correction des actes
notariés” (1990), 92 R. du N. 407, at p. 426). The
private writing is also a form of expression of a
common intention. If such a writing contains an
error, particularly one that can, as here, be attrib­
uted to the taxpayer’s professional advisor, the
court must, once the error is proved in accordance
with the rules of evidence in civil matters, note the
error and ensure that it is remedied. In the civil law,
the tax authorities do not have an acquired right
to benefit from an error made by the parties to a
contract after the parties have corrected the error
by mutual consent.
interne — ou intention véritable — et volonté
décla­rée. Par exemple, si ce droit accorde une
force particulière à la valeur probante de l’acte
authen­tique, il admet néanmoins l’existence d’une
procédure, l’inscription de faux, qui permet de
l’atta­quer. Par cette procédure, le tribunal peut rec­
tifier un acte dans lequel l’officier public chargé de
sa réception, par exemple le notaire, aurait inséré
des déclarations erronées. On reconnaît maintenant
qu’un tribunal peut corriger un tel acte pour le ren­
dre conforme à la volonté des parties (P.-Y. Marquis,
« L’inscription de faux et la correction des actes
notariés » (1990), 92 R. du N. 407, p. 426). L’acte
sous seing privé constitue lui aussi une forme
d’expression de la volonté commune. S’il est entaché
d’erreur, notamment une erreur imputable comme
ici au conseiller professionnel du contribuable, une
fois cette erreur établie conformément aux règles de
la preuve civile, le tribunal doit la constater et faire
en sorte qu’on y remédie. En droit civil, le fisc ne
possède pas de droit acquis au bénéfice d’une erreur
que les parties à un contrat auraient commise, puis
corrigée de consentement mutuel.
[53] The common intention of the parties was ex­
pressed erroneously in all the writings prepared to
carry out the tax plans on which they had agreed.
The Court of Appeal held that it was possible to
remedy those errors and correctly identified the
common intention of the parties. I would not inter­
fere with its decisions.
[53] L’ensemble des écrits préparés pour réali­
ser les planifications fiscales dont ont convenu
les par­ties représentait une expression erronée de
leur volonté commune. Les arrêts dont appel ont
recon­nu la possibilité de remédier à ces erreurs et
ont correctement dégagé la volonté commune des
parties. Je n’interviendrais pas à leur égard.
[54] However, the judicial recognition of the va­
lidity of the amendments made by the parties in
this case to the writings recording their agreements
must be accompanied by certain reservations and a
word of warning. Taxpayers should not view this
recognition of the primacy of the parties’ internal
will — or common intention — as an invitation
to engage in bold tax planning on the assumption
that it will always be possible for them to redo their
contracts retroactively should that planning fail. A
taxpayer’s intention to reduce his or her tax liability
would not on its own constitute the object of an
obligation within the meaning of art. 1373 C.C.Q.,
since it would not be sufficiently determinate or
determinable. Nor would it even constitute the ob­
ject of a contract within the meaning of art. 1412
C.C.Q. Absent a more precise and more clearly
[54] Toutefois, la reconnaissance judiciaire de
la validité des modifications apportées en l’espèce
par les parties aux écrits constatant leurs ententes
doit s’accompagner de certaines réserves et d’une
invitation à la prudence. En effet, les contribuables
ne devraient pas interpréter cette reconnaissance de
la primauté de la volonté interne — ou intention
commune — des parties comme une invitation à se
lancer dans des planifications fiscales audacieuses,
en se disant qu’il leur sera toujours possible de
refaire leurs contrats rétroactivement en cas d’échec
de ces planifications. L’intention d’un contribuable
de réduire ses obligations fiscales ne saurait à elle
seule constituer l’objet de l’obligation au sens de
l’art. 1373 C.c.Q., compte tenu de son caractère insuf­
fisamment déterminé ou déterminable, ni même
l’objet du contrat au sens de l’art. 1412 C.c.Q. En
864
AGENCE DU REVENU
v.
SERVICES ENVIRONNEMENTAUX AES
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
de­fined object, no contract would be formed. In such
a case, art. 1425 could not be relied on to justify
seeking the common intention of the parties in or­
der to give effect to that intention despite the words
of the writings prepared to record it. As I men­tioned
above, the agreements between the parties in both
appeals were validly formed in that, according to
evidence that the ARQ did not contradict, they pro­
vided for obligations whose objects were suffi­
ciently determinable. These agreements provided,
for the corporations in question, for the estab­lish­
ment of determinate structures that would, had they
been drawn up properly, have made it possible to
meet the objectives being pursued by the parties.
The subsequent amendments did not alter the na­
ture of the structures contemplated at the outset.
All they did was amend writings that were supposed
to give effect to the common intention, an inten­
tion that had been clearly defined and that related
to obliga­tions whose objects were determinate or
determinable.
l’absence d’un objet plus précis et mieux défini,
aucun contrat ne se serait formé. L’article 1425
ne pourrait dans un tel cas être invoqué pour
justifier la recherche de l’intention commune des
parties afin de lui donner effet, malgré les termes
des écrits préparés pour la constater. Comme je
l’ai souligné plus haut, dans les deux appels, les
ententes entre les parties s’étaient valablement
formées, puisqu’elles prévoyaient des obligations
aux objets suffisamment déterminables, selon
une preuve que l’ARQ n’a jamais contredite. Ces
ententes prévoyaient, pour les sociétés concernées,
la mise en place de structures déterminées qui, si
elles avaient été élaborées correctement, auraient
permis de réaliser les objectifs visés par les parties
impliquées. Les modifications apportées par la
suite ne changeaient pas la nature de la structure
envisagée au départ. Elles se bornaient à modifier
les écrits qui étaient censés donner effet à l’inten­
tion commune — intention clairement établie et
por­tant sur des obligations aux objets déterminés
ou déterminables.
G. Review of Juliar
G. La révision de l’arrêt Juliar
[55] In oral argument, the intervener, the Attorney
General of Canada, asked this Court to consider and
reject a line of authority that has developed, he said,
since the Ontario Court of Appeal’s decision in
Juliar. In his view, that line of authority has broad­
ened the scope of application of the common law
rem­edy of rectification in tax cases and is incom­
patible with the conditions for exercising the
po