Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême

Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême
Canada
Supreme Court
Reports
Recueil des arrêts
de la Cour suprême
du Canada
Part 2, 2013 Vol. 3
2e cahier, 2013 Vol. 3
Cited as [2013] 3 S.C.R. 323-655
Renvoi [2013] 3 R.C.S. 323-655
Published pursuant to the Supreme Court Act by / Publié conformément à la Loi sur la Cour suprême par
ROGER BILODEAU, Q.C. / c.r.
The Registrar, Supreme Court of Canada / Registraire de la Cour suprême du Canada
Deputy Registrar / Registraire adjointe
MARY MCFADYEN
General Counsel / Avocate générale
BARBARA KINCAID
Chief Law Editor / Arrêtiste en chef
J. DAVID POWER
Senior Counsel / Avocate-conseil
JULIE TERRIEN
CLAIRE ZOË BIDER-HALL
JANICE CHENEY
CHANTAL DEMERS
VALERIE DESJARLAIS
GENEVIÈVE DOMEY
LEE ANN GORMAN
Legal Counsel / Conseillers juridiques
AMÉLIE LAVICTOIRE
KAREN LEVASSEUR
JOANNE NORMAN
LORRAINE PILETTE
RÉMI SAMSON
IDA SMITH
JACQUELINE STENCEL
LESLI TAKAHASHI
CAMERON TAYLOR
RENÉE THÉRIAULT
RENÉE MARIA TREMBLAY
Chief, Jurilinguistic Services / Chef du service jurilinguistique
CHRISTIAN C.-DESPRÉS
Jurilinguists / Jurilinguistes
JULIE BOULANGER
MARIE RODRIGUE
DAVID AUBRY
STEPHEN BALOGH
MARIE-LUC SIMONEAU
CLAIRE VALLÉE
Manager, Editorial Services / Gestionnaire, Service de l’édition
PETER O’DOHERTY
SUZANNE AUDET
MONIQUE DELORME
Technical Revisors / Réviseurs techniques
NANCY MCCAUGHAN
PAULINE MCTAVISH
ANNE-MARIE NOËL
Manager, Operational Support Services / Gestionnaire, Services d’appui aux opérations
SUZANNE GIGUÈRE
Administrative Assistants / Adjoints administratifs
SÉBASTIEN GAGNÉ
MANON PLOUFFE
Changes of address for subscriptions to the Supreme Court
Reports should be referred to Publishing & Depository
Services, Public Works and Government Services, Ottawa,
Ontario, Canada K1A 0S5 together with the old address.
Les abonnés du Recueil des arrêts de la Cour suprême du
Canada doivent signaler tout changement d’adresse aux
Éditions et Services de dépôts, Travaux publics et Services
gouvernementaux, Ottawa (Ontario) Canada K1A 0S5, en
indiquant l’ancienne adresse.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2013.
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013.
CONTENTS
SOMMAIRE
Castonguay Blasting Ltd. v.
Ontario (Environment) ............................................ 323
Cuthbertson c. Rasouli ............................................ 341
Environmental law — Offences — Obligation to report
to Ministry of Environment discharge of contaminant
into natural environment — Subcontractor’s blasting
operations propelling rock debris into air, damaging
home and car — Subcontractor failing to report to
Ministry of Environment discharge of contaminant —
Whether reporting requirement triggered in this case
— Environmental Protection Act, R.S.O. 1990, c. E.19,
s. 15(1).
Cuthbertson v. Rasouli ............................................ 341
Health law — Consent to withdrawal of treatment —
Health practitioners — Physicians seeking to remove
life support and provide palliative care to uncon­scious
patient on basis that all appropriate treatments ex­hausted
and continuation of life support of no medical bene­
fit — Patient’s substitute decision‑maker disagreeing
and refusing to provide consent — Whether withdrawal
of treatment constitutes “treatment” under Health Care
Consent Act, 1996, S.O. 1996, c. 2, Sch. A — Whether
consent regime under Act governs withdrawal of life
support and therefore consent required — Whether
substitute decision‑maker’s refusal to provide consent
must be challenged before Consent and Capacity Board
pursuant to the Act rather than in the courts under the
common law — Health Care Consent Act, 1996, S.O.
1996, c. 2, Sch. A, ss. 2(1), 10(1)(b), 20, 21, 37.
Infineon Technologies AG v.
Option consommateurs ............................................ 600
Civil procedure — Class actions — Jurisdiction of
Quebec court — Application for authorization to in­stitute
class action in order to recover damages from in­ter­
national manufacturers that had conspired to inflate price
of microchips — Whether Quebec courts have jurisdic­
tion over dispute between international manufacturers
and group consisting of direct and indirect purchasers
located in Quebec given that alleged wrongdoing that
forms basis of claim occurred outside Quebec — Civil
Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, art. 3148(3).
Droit de la santé — Consentement au retrait d’un
traitement — Praticiens de la santé — Médecins
souhaitant retirer le traitement de maintien de la vie
et administrer plutôt des soins palliatifs à un patient
inconscient au motif que tous les traitements appropriés
ont été administrés et que le fait de continuer à administrer
le traitement de maintien de la vie ne comporte aucun
effet bénéfique — La mandataire spéciale du patient n’est
pas d’accord et refuse de donner son consentement —
Le retrait d’un traitement constitue‑t‑il un « traitement »
au sens de la Loi de 1996 sur le consentement aux soins
de santé, L.O. 1996, ch. 2, ann. A? — Le régime en
matière de consentement prévu par la Loi s’applique‑t‑il
au retrait du traitement de maintien de la vie de sorte
qu’un consentement est nécessaire? — Le refus de la
mandataire spéciale de donner son consentement doit‑il
être contesté devant la Commission du consentement et
de la capacité sous le régime de la Loi plutôt que devant
les tribunaux sous le régime de la common law? — Loi de
1996 sur le consentement aux soins de santé, L.O. 1996,
ch. 2, ann. A, art. 2(1), 10(1)b), 20, 21, 37.
Dynamitage Castonguay Ltée c.
Ontario (Environnement) ........................................ 323
Droit de l’environnement — Infractions — Obligation
d’aviser le ministère de l’Environnement du rejet d’un
con­taminant dans l’environnement naturel — Opérations
de dynamitage d’un sous‑traitant entraînent la projection
dans les airs d’éclats de roc, endommageant une demeure
et une voiture — Omission par le sous‑traitant d’aviser le
ministère de l’Environnement du rejet du contaminant —
L’obligation d’aviser est‑elle entrée en jeu en l’espèce?
— Loi sur la protection de l’environnement, L.R.O. 1990,
ch. E.19, art. 15(1).
Infineon Technologies AG c.
Option consommateurs ............................................ 600
Civil procedure — Class actions — Conditions for au­
tho­rizing action — Direct and indirect purchasers —
Application for authorization to institute class ac­tion in
order to recover damages from international man­ufac­
turers that had conspired to inflate price of microchips
— Proposed group consisting of direct and indirect
Procédure civile — Recours collectifs — Compétence
du tribunal québécois — Demande d’autorisation d’exer­
cer un recours collectif pour recouvrer des dommages‑
intérêts de fabricants internationaux qui ont comploté en
vue de gonfler le prix de micropuces — Les tribunaux
québécois ont‑ils compétence sur un litige opposant
des fabricants internationaux et un groupe d’acheteurs
directs et indirects se trouvant au Québec, alors que l’acte
fautif allégué à l’origine de la demande a été commis à
l’extérieur du Québec? — Code civil du Québec, L.Q.
1991, ch. 64, art. 3148(3).
Continued on next page
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Continued)
purchasers who suffered losses by absorbing, in whole
or in part, inflated portion of price — Whether common
questions arise — Whether cause of action can be rooted
in passing on of artificially inflated prices resulting from
anti‑competitive practices — Whether it is sufficient to
prove aggregate loss at authorization stage — Whether
representative and designated member are qualified to
adequately represent members of proposed group —
Whether class action should be authorized — Code of
Civil Procedure, R.S.Q., c. C‑25, arts. 1003, 1048.
Pro‑Sys Consultants Ltd. v.
Microsoft Corporation ............................................. 477
Civil procedure — Class actions — Certification — In­
di­rect purchasers — Plaintiffs suing defendants for un­
lawful conduct in overcharging for its PC operating
systems and PC applications software — Plaintiffs
seek­ing certification of action as class proceeding under
provincial class action legislation — Whether in­di­rect
purchaser actions are available as a matter of law in
Canada — Whether certification requirements are met —
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, s. 4(1).
R. v. Cairney ............................................................. 420
Criminal law — Defences — Provocation — Self‑
induced provocation — Whether fact that accused
induced act or words said to constitute provocation pre­
cludes defence of provocation from being left to jury
— Whether objective and subjective elements of prov­
ocation established, lending an air of reality to this de­
fence — Whether defence of provocation should have
been submitted to jury — Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C‑46, s. 232.
R. v. Pappas ............................................................... 452
Criminal law — Defences — Provocation — Whether
ob­jective and subjective elements of provocation es­tab­
lished, lending an air of reality to this defence — Whether
victim’s provoking comments were sudden, in the sense
that accused was caught unprepared and surprised by
them — Whether defence of provocation should have
been submitted to jury — Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C‑46, s. 232.
R. v. R.L. ................................................................... 418
SOMMAIRE (Suite)
Procédure civile — Recours collectifs — Conditions
d’autorisation du recours — Acheteurs directs et indirects
— Demande d’autorisation d’exercer un recours collectif
pour recouvrer des dommages‑intérêts de fabricants
internationaux qui ont comploté en vue de gonfler le
prix de micropuces — Groupe proposé formé des ache­
teurs directs et indirects qui ont subi des pertes en absor­
bant, en tout ou en partie, la portion gonflée du prix
— Existe‑t‑il des questions communes? — Une cause
d’action peut‑elle prendre sa source dans le transfert de
hausses artificielles de prix causées par un comportement
anticoncurrentiel? — Suffit‑il de démontrer une perte
globale à l’étape de l’autorisation? — La représentante
et le membre désigné ont‑ils qualité pour représenter
adéquatement les membres du groupe? — Y a‑t‑il lieu
d’autoriser le recours collectif? — Code de procédure
civile, L.R.Q., ch. C‑25, art. 1003, 1048.
Pro‑Sys Consultants Ltd. c.
Microsoft Corporation ............................................. 477
Procédure civile — Recours collectifs — Certification
— Acheteurs indirects — Action intentée contre les
défenderesses au motif qu’elles auraient agi illégalement
en majorant le prix de leurs systèmes d’exploitation et de
leurs logiciels d’application pour ordinateur personnel —
Demande de certification d’une action à titre de recours
collectif en application des dispositions provinciales sur
les recours collectifs — L’acheteur indirect disposet‑il d’un recours en droit canadien? — Respect des
con­ditions de certification — Class Proceedings Act,
R.S.B.C. 1996, ch. 50, art. 4(1).
R. c. Cairney ............................................................. 420
Droit criminel — Moyens de défense — Provocation
— Provocation induite — Le fait que l’accusé a été à
l’origine de l’action ou des paroles qui auraient cons­
titué une provocation empêche‑t‑il que la défense de pro­
vocation puisse être soumise à l’appréciation du jury?
— Les éléments objectif et subjectif de la provocation
étaient‑ils établis et conféraient‑ils une vraisemblance
au moyen de défense? — La défense de provocation
aurait‑elle dû être soumise au jury? — Code criminel,
L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 232.
R. c. Pappas .............................................................. 452
Criminal law — Appeals — Application for extension of
time — Appellant pleading guilty to 14 charges between
1996 and 2005 — Appellant found unfit to stand trial in
2011 for reason of intellectual disability — Appellant
Droit criminel — Moyens de défense — Provocation
— Les éléments objectif et subjectif de la provocation
étaient‑ils établis et rendaient-ils le moyen de défense
vraisemblable? — Les remarques provocatrices de la
victime ont‑elles été soudaines au sens où elles étaient
Continued on next page
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Concluded)
subsequently seeking to have convictions entered be­
tween 1996 and 2005 set aside — Majority of Court
of Appeal dismissing application for extension of time
to appeal convictions — Court of Appeal not erring in
dismissing application for extension of time.
Sun‑Rype Products Ltd. v. Archer Daniels
Midland Company ................................................... 545
Civil procedure — Class actions — Certification —
Direct and indirect purchasers — Plaintiffs allege that
de­fen­dants fixed price of high-fructose corn syrup and
overcharged direct purchasers and overcharge was passed
on to indirect purchasers — Whether indirect purchasers
have right to bring action against alleged overcharger —
Whether inclusion of indirect and direct purchasers in
proposed class warrants dismissing action — Whether
case meets certification requirement of having an iden­
tifiable class of indirect purchasers — Whether direct
pur­chasers have cause of action in constructive trust —
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, s. 4(1).
SOMMAIRE (Fin)
inattendues et ont pris l’accusé par surprise? — La
défense de provocation aurait‑elle dû être soumise au
jury? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 232.
R. c. R.L. ................................................................... 418
Droit criminel — Appels — Requête en prorogation de
délai — Appelant a plaidé coupable à 14 chefs d’accu­
sation entre 1996 et 2005 — Appelant a été jugé inapte à
subir un procès en 2011 en raison d’une déficience intel­
lectuelle — Appelant cherche par la suite à faire casser
les condamnations prononcées contre lui entre 1996 et
2005 — Juges majoritaires de la Cour d’appel rejettent
la requête en prorogation du délai pour en appeler des
condamnations — La Cour d’appel n’a commis aucune
erreur en rejetant la requête en prorogation de délai.
Sun‑Rype Products Ltd. c. Archer Daniels
Midland Company ................................................... 545
Procédure civile — Recours collectifs — Certification
— Acheteurs directs et indirects — Allégations des
demanderesses selon lesquelles le prix du sirop de maïs
à haute teneur en fructose aurait été fixé par les défen­
deresses, qui auraient vendu cet édulcorant aux ache­
teurs directs à un prix majoré, et la majoration aurait
été transférée aux acheteurs indirects — Les acheteurs
indirects ont-ils un droit de recours contre l’auteur pré­
sumé de la majoration? — La composition du groupe
pro­posé, formé à la fois d’acheteurs directs et d’ache­
teurs indirects, justifie-t-elle le rejet du recours? —
Est-il satisfait en l’espèce au critère de certification
relatif à l’existence d’un groupe identifiable d’acheteurs
indirects? — Les acheteurs directs ont-ils un droit de
recours en imposition d’une fiducie par interprétation? —
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50, art. 4(1).
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
323
Castonguay Blasting Ltd. Appellant
Dynamitage Castonguay Ltée Appelante
v.
c.
Her Majesty The Queen in Right of the
Province of Ontario as represented by the
Minister of the Environment Respondent
Sa Majesté la Reine du chef de la province
de l’Ontario, représentée par le ministre
de l’Environnement Intimée
and
et
Canadian Environmental Law Association
and Lake Ontario Waterkeeper Interveners
Association canadienne du droit de
l’environnement et Lake Ontario
Waterkeeper Intervenantes
Indexed as: Castonguay Blasting Ltd. v.
Ontario (Environment)
Répertorié : Dynamitage Castonguay Ltée c.
Ontario (Environnement)
2013 SCC 52
2013 CSC 52
File No.: 34816.
No du greffe : 34816.
2013: May 17; 2013: October 17.
2013 : 17 mai; 2013 : 17 octobre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein,
Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
ontario
en appel de la cour d’appel de l’ontario
Environmental law — Offences — Obligation to report
to Ministry of Environment discharge of contaminant
into natural environment — Subcontractor’s blasting
operations propelling rock debris into air, damaging
home and car — Subcontractor failing to report to
Ministry of Environment discharge of contaminant —
Whether reporting requirement triggered in this case
— Environmental Protection Act, R.S.O. 1990, c. E.19,
s. 15(1).
Droit de l’environnement — Infractions — Obligation
d’aviser le ministère de l’Environnement du rejet d’un
contaminant dans l’environnement naturel — Opérations
de dynamitage d’un sous-traitant entraînent la projection
dans les airs d’éclats de roc, endommageant une demeure
et une voiture — Omission par le sous-traitant d’aviser le
ministère de l’Environnement du rejet du contaminant —
L’obligation d’aviser est-elle entrée en jeu en l’espèce?
— Loi sur la protection de l’environnement, L.R.O. 1990,
ch. E.19, art. 15(1).
The appellant C was conducting blasting operations
for a highway-widening project when the operation
went awry and rock debris known as “fly-rock” was
propelled into the air by an explosion. The fly-rock shot
approximately 90 metres in the air and damaged a home
and a car. A significant amount of rock also landed in the
yard. C did not report the incident to the Ministry of the
Environment (“Ministry”) and was subsequently charged
with failing to report to the Ministry the discharge of a
contaminant into the natural environment contrary to
s. 15(1) of the Environmental Protection Act (“EPA”).
C was acquitted by the Ontario Court of Justice. The
L’appelante C effectuait des opérations de dy­nami­
tage dans le cadre de travaux d’élargissement d’une route
lorsque l’opération a mal tourné et que des « éclats de
roc » ont été projetés dans les airs par la force d’une
explosion. Les éclats de roc ont été propulsés dans les
airs sur une distance approximative de 90 mètres et ont
endommagé une demeure et une voiture. Une quantité
im­p­ortante d’éclats sont aussi tombés dans la cour. C
n’a pas signalé l’incident au ministère de l’Environne­
ment (« ministère ») et, par la suite, a été accusée
d’avoir omis, en violation du par. 15(1) de la Loi sur
la pro­tec­tion de l’environnement (« LPE »), d’aviser
324
castonguay blasting
Ontario Superior Court of Justice set aside the acquit­
tal and entered a conviction. A majority in the Court of
Appeal dismissed C’s appeal.
Held: The appeal should be dismissed.
v.
ontario (env.)
[2013] 3 S.C.R.
le mi­nistère qu’elle avait rejeté un contaminant dans
l’environnement natu­rel. C a été acquittée par la Cour
de justice de l’Ontario, mais la Cour supérieure de jus­
tice de l’Ontario a annu­lé l’acquittement et inscrit une
déclaration de culpa­bilité. Les juges majoritaires de la
Cour d’appel ont rejeté l’ap­pel de C.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
Ontario’s EPA requires that the Ministry of the
Environment be immediately notified when a contaminant
is discharged into the environment. There are two preconditions to this reporting requirement — the discharge
must have been out of the normal course of events and
it must have had — or was likely to have — an adverse
environmental impact. The purpose of the requirement is
to let the Ministry know about potential environmental
damage so that any consequential remedial steps can be
taken in a timely way.
La LPE exige que le ministère de l’Environnement
soit avisé sans délai lorsqu’un contaminant a été rejeté
dans l’environnement. Cette obligation de signa­
le­
ment est assujettie à deux conditions préalables — il
doit s’agir d’un rejet accompli en dehors du cours nor­
mal des événements, et qui cause — ou causera vrai­
semblablement — une conséquence préjudiciable sur
l’environnement. L’obligation en question a pour but
d’informer le ministère des dommages possibles à l’envi­
ronnement, afin que puissent être prises en temps utile
les mesures correctives qui s’imposent.
The EPA is Ontario’s principal environmental pro­
tection statute. Its status as remedial legislation entitles
it to a generous interpretation. Environmental protec­
tion is a complex subject matter — the environment it­
self and the wide range of activities which might harm
it are not easily conducive to precise codification. As a
result, environmental legislation embraces an expan­­­sive
approach to ensure that it can adequately respond to a
var­iety of environmentally harmful scenarios, including
ones which might not have been foreseen by the drafters
of the legislation. Because the legislature is pursuing the
objective of environmental protection, its intended reach
is wide and deep.
La LPE est la principale loi ontarienne en matière
de protection de l’environnement. Comme elle consti­
tue une loi réparatrice, elle doit recevoir une interpré­­
ta­­­tion généreuse. La protection de l’environnement
est un sujet complexe — en effet, l’environnement luimême et la vaste gamme d’activités susceptibles d’en
causer la dégradation ne se prêtent pas aisément à
une codification précise. Par conséquent, les lois proté­
geant l’environnement reposent sur l’application d’une
approche générale, qui permet de réagir adéquatement
à une gamme d’atteintes environnementales, y compris
celles qui n’ont peut-être même pas été envisagées par
leurs rédacteurs. Parce que l’objectif poursuivi par le
législateur est la protection de l’environnement, la por­tée
voulue de ces lois est large et profonde.
The overall purpose of the EPA is set out in s. 3: 
“The purpose of this Act is to provide for the protec­
tion and conservation of the natural environment.” The
EPA also protects those who use the natural environ­
ment by protecting human health, plant and animal
life, and property. The EPA seeks to achieve its goal of
pro­tecting the natural environment and those who use
it through a series of regulations, prohibitions and re­
porting requirements. It also provides for a wide range
of inspection, enforcement, preventative and remedial
powers.
L’objectif général de la LPE est énoncé à l’art. 3 : 
« La présente loi a pour objet d’assurer la protection et
la conservation de l’environnement naturel. » La LPE
protège également les personnes qui utilisent l’envi­
ronnement naturel en protégeant la santé des humains,
les végétaux, les animaux et les biens. La LPE cherche
à réaliser son objectif de protection de l’envi­ronnement
naturel et des personnes qui l’utilisent au moyen d’un
ensemble de règlements, d’interdictions et d’obligations
de signalement. Elle prévoit également un large éventail
de pouvoirs en matière d’inspection, de mise en appli­
cation de la loi, de prévention et de réparation.
One of the means by which the EPA promotes its
protective and preventative purposes is through the
prohibition in s. 14(1) against discharging a contaminant
into the natural environment where it is likely to have an
L’un des moyens par lesquels la LPE tend à l’at­teinte
de ses objectifs de protection et de prévention réside
dans l’interdiction, énoncée au par. 14(1), de rejeter dans
l’environnement naturel un contaminant qui causera
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
325
“adverse effect”. This purpose is reinforced by the related
requirement in s. 15(1) that any such discharge which
is out of the normal course of events be reported to the
Ministry of the Environment.
vrai­semblablement une « conséquence préjudiciable ».
Cet objectif est renforcé par l’obligation connexe, prévue
au par. 15(1), d’aviser le ministère de l’Environnement
d’un tel rejet s’il est accompli en dehors du cours normal
des événements.
When a contaminant is discharged, the discharger may
not know the full extent of the damage caused or likely
to be caused. The purpose of the reporting requirement
in s. 15(1) is to ensure that it is the Ministry, and not
the discharger, who decides what, if any, further steps
are required. Moreover, many potential harms may be
difficult to detect without the expertise and resources
of the Ministry. As a result, the statute places both the
obligation to investigate and the decision about what
further steps are necessary with the Ministry and not
the discharger. Notification provides the Ministry with
the opportunity to conduct an inspection as quickly as
possible and to obtain information in order to take any
necessary remedial action and to fulfill its statutory man­
date. This enables the Ministry to respond in a timely
way to the discharge of a contaminant into the natural
environment and to be involved in determining what, if
any, preventative or remedial measures are appropriate.
Lors du rejet d’un contaminant, il est possible que
l’au­teur ne connaisse pas toute l’ampleur des dom­ma­­
ges qui sont causés ou qui peuvent vraisemblablement
être causés. L’obligation de signalement prescrite par le
par. 15(1) a pour but de faire en sorte que ce soit le
mi­nistère, et non l’auteur du rejet, qui décide si des
mesures supplémentaires sont requises et, dans l’affir­
mative, lesquelles. En outre, de nombreuses nuisan­
ces éventuelles peuvent être difficiles à détecter sans
l’exper­tise et les ressources dont dispose le ministère.
En con­séquence, la loi confère au ministère, et non à
l’auteur du rejet, l’obligation d’enquêter ainsi que le
pou­voir de décider des mesures supplémentaires qui
sont nécessaires. La réception de l’avis prescrit donne
au mi­nistère la possibilité de procéder aussi rapidement
que possible à une inspection et d’obtenir des ren­sei­gne­
ments en vue de prendre toutes les mesures répa­r a­
tri­ces nécessaires et de s’acquitter du mandat que lui
confie la loi. Ce processus lui permet également de
réagir en temps utile au rejet d’un contaminant dans
l’environne­m ent naturel et de participer à la déter­
mination, s’il y a lieu, des mesures préventives ou
réparatrices appropriées.
“Adverse effect” is defined in s. 1(1) of the EPA. It
has eight definitional components. These eight branches
of the definition reflect a statutory recognition that pro­
tecting the natural environment requires, among other
strategies, maximizing the circumstances in which the
Ministry of the Environment may investigate and rem­edy
environmental harms. Each of the eight branches pro­
vides an independent trigger for the duty to report.
La définition du terme « conséquence préjudiciable »
est énoncée au par. 1(1) de la LPE et comporte huit élé­
ments. Ceux-ci montrent que la loi reconnaît que la pro­
tection de l’environnement naturel exige, entre autres
stratégies, de maximiser l’éventail des circonstances
dans lesquelles le ministère de l’Environnement peut
enquê­ter sur les nuisances environnementales et y remé­
dier. Chacune des huit formes de la notion de « con­sé­
quence préjudiciable » constitue une source autonome de
res­ponsabilité.
Section 15(1) of the EPA was clearly engaged in the
circumstances of this case and C was required to report
the discharge of fly-rock forthwith to the Ministry of the
Environment. C “discharged” fly-rock into the “natural
environment”, and there is no doubt that fly-rock meets
the definition of “contaminant”. The discharge was “out
of the normal course of events”, and it caused an “ad­
verse effect” under the definition of that term in s. 1(1),
namely, it caused injury or damage to property and loss
of enjoyment of the normal use of property. The adverse
effects were not trivial. The force of the blast, and the
rocks it produced, were so powerful they caused extensive
Le paragraphe 15(1) entrait manifestement en jeu
dans les circonstances de la présente espèce et C était
tenue de signaler sans délai au ministère de l’Envi­
ronnement le rejet des éclats de roc. C « a rejeté » dans
« l’environnement naturel » des éclats de roc et il ne
fait aucun doute que ces éclats de roc sont visés par la
définition de « contaminant ». Le rejet a été accompli
« en dehors du cours normal des événements » et a
causé une « conséquence préjudiciable » au sens de la
définition de ce terme énoncée au par. 1(1), c’est-à-dire
qu’il a causé un tort ou des dommages à des biens et la
perte de jouissance de l’usage normal de ces biens. Les
326
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
[2013] 3 S.C.R.
and significant property damage, penetrating the roof of
a residence and landing in the kitchen. A vehicle was
also seriously damaged. The fly-rock could easily have
seriously injured or killed someone. Accordingly, C was
required to report the discharge of fly-rock forthwith to
the Ministry of Environment under s. 15(1) of the EPA.
conséquences préjudiciables n’étaient pas négligeables.
La force de l’explosion et les éclats de roc qu’elle a pro­
duits étaient si puissants que d’importants dommages
aux biens ont été causés, les éclats ayant en effet traversé
le toit d’une résidence et fini leur course dans la cui­
sine. En outre, un véhicule a été gravement endommagé.
Les éclats de roc auraient pu facilement blesser sérieu­
sement une personne ou la tuer. En conséquence, en
appli­cation du par. 15(1) de la LPE, C était tenue de
signaler le rejet des éclats de roc sans délai au ministère
de l’Environnement.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Ontario v. Canadian Pacific Ltd., [1995]
2 S.C.R. 1031; R. v. Dow Chemical Canada Inc. (2000),
47 O.R. (3d) 577; 114957 Canada Ltée (Spraytech,
Société d’arrosage) v. Hudson (Town), 2001 SCC 40,
[2001] 2 S.C.R. 241.
Arrêts mentionnés : Ontario c. Canadien Pacifique
Ltée, [1995] 2 R.C.S. 1031; R. c. Dow Chemical Canada
Inc. (2000), 47 O.R. (3d) 577; 114957 Canada Ltée
(Spraytech, Société d’arrosage) c. Hudson (Ville), 2001
CSC 40, [2001] 2 R.C.S. 241.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Environmental Protection Act, R.S.O. 1980, c. 141,
s. 13(1).
Environmental Protection Act, R.S.O. 1990, c. E.19,
ss. 1(1) “adverse effect”, “contaminant”, “discharge”,
“natural environment”, 3, 6, 7, 8, 14, 15(1), 17, 18,
91.1, 92, 93, 94, 97, 132, 156, 157, 157.1, 188.1.
Legislation Act, 2006, S.O. 2006, c. 21, Sch. F, s. 64.
Occupational Health and Safety Act, R.S.O. 1990, c. O.1,
s. 53.
Loi de 2006 sur la législation, L.O. 2006, ch. 21, ann. F,
art. 64.
Loi sur la protection de l’environnement, L.R.O. 1980,
ch. 141, art. 13(1).
Loi sur la protection de l’environnement, L.R.O. 1990,
ch. E.19, art. 1(1) « conséquence préjudiciable »,
« contaminant », « environnement naturel », « rejet »,
« rejeter », 3, 6, 7, 8, 14, 15(1), 17, 18, 91.1, 92, 93,
94, 97, 132, 156, 157, 157.1, 188.1.
Loi sur la santé et la sécurité au travail, L.R.O. 1990,
ch. O.1, art. 53.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
McIntyre, Owen, and Thomas Mosedale. “The Pre­
cautionary Principle as a Norm of Customary Inter­
national Law” (1997), 9 J. Envtl. L. 221.
McIntyre, Owen, and Thomas Mosedale. « The Pre­
cautionary Principle as a Norm of Customary
International Law » (1997), 9 J. Envtl. L. 221.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court
of Appeal (MacPherson, Simmons and Blair JJ.A.),
2012 ONCA 165, 109 O.R. (3d) 401, 289 O.A.C.
146, 65 C.E.L.R. (3d) 1, 10 C.L.R. (4th) 165, [2012]
O.J. No. 1161 (QL), 2012 CarswellOnt 2199, af­
firming a decision of Ray J., 2011 ONSC 767, 57
C.E.L.R. (3d) 142, 226 C.R.R. (2d) 180, [2011] O.J.
No. 364 (QL), 2011 CarswellOnt 467, which set
aside a decision of Hunter J., 53 C.E.L.R. (3d) 140,
[2010] O.J. No. 5713 (QL), 2010 CarswellOnt
6245. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de l’Ontario (les juges MacPherson, Simmons
et Blair), 2012 ONCA 165, 109 O.R. (3d) 401,
289 O.A.C. 146, 65 C.E.L.R. (3d) 1, 10 C.L.R.
(4th) 165, [2012] O.J. No. 1161 (QL), 2012
CarswellOnt 2199, qui a confirmé une décision du
juge Ray, 2011 ONSC 767, 57 C.E.L.R. (3d) 142,
226 C.R.R. (2d) 180, [2011] O.J. No. 364 (QL),
2011 CarswellOnt 467, qui avait infirmé une
décision du juge Hunter, 53 C.E.L.R. (3d) 140,
[2010] O.J. No. 5713 (QL), 2010 CarswellOnt
6245. Pourvoi rejeté.
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
La juge Abella
327
J. Bruce McMeekin, Andrea Farkouh and MarieFrance Major, for the appellant.
J. Bruce McMeekin, Andrea Farkouh et MarieFrance Major, pour l’appelante.
Sara Blake, Paul McCulloch and Danielle
Meuleman, for the respondent.
Sara Blake, Paul McCulloch et Danielle
Meuleman, pour l’intimée.
Joseph F. Castrilli and Ramani Nadarajah, for
the interveners.
Joseph F. Castrilli et Ramani Nadarajah, pour
les intervenantes.
The judgment of the Court was delivered by
Version française du jugement de la Cour rendu
par
[1] Abella J. — Ontario’s Environmental Pro­­
tection Act, R.S.O. 1990, c. E.19 (“EPA”), re­
quires that the Ministry of the Environment be
immediately notified when a contaminant is dis­
charged into the environment. There are two preconditions to this reporting requirement — the
discharge must have been out of the normal course
of events and it must have had — or was likely
to have — an adverse environmental impact. The
purpose of the requirement is to let the Ministry
know about potential environmental damage so that
any consequential remedial steps can be taken in a
timely way.
[1] La juge Abella — La Loi sur la protec­
tion de l’environnement de l’Ontario, L.R.O. 1990,
ch. E.19 (« LPE »), exige que le ministère de l’Envi­­
ronnement soit avisé sans délai de tout re­jet d’un
contaminant dans l’environnement. Cette obli­­ga­
tion de signalement est assujettie à deux condi­
tions préalables — il doit s’agir d’un rejet accompli
en dehors du cours normal des événements, et
qui cause — ou causera vrai­semblablement — une
con­sé­quence préjudiciable sur l’environnement.
L’obligation en question a pour but d’informer le
ministère des dommages possibles à l’environ­ne­
ment, afin que puissent être prises en temps utile les
mesures correctives qui s’imposent.
[2] The interpretive exercise engaged in this
ap­peal is to determine when the reporting require­
ment is triggered. In my view, there is clarity both
of legislative purpose and language: the Ministry of
the Environment must be notified when there has
been a discharge of a contaminant out of the nor­­­­­­mal
course of events without waiting for proof that the
nat­ural environment has, in fact, been impaired. In
other words: when in doubt, report.
[2] L’exercice d’interprétation que requiert le
pré­­­sent pourvoi consiste à déterminer à quel moment
entre en jeu l’obligation de donner l’avis en ques­
tion. Selon moi, tant le texte de la LPE que son
objet sont clairs : le ministère de l’Environnement
doit être avisé lorsqu’un contaminant a été rejeté
en dehors du cours normal des événements, sans
qu’il soit nécessaire d’attendre la preuve que l’envi­
ronnement naturel a bel et bien été dégradé. Autre­
ment dit : quand on doute, on signale.
Background
Contexte
[3] In 2007, Castonguay Blasting Ltd. was hired as
a subcontractor to conduct blasting operations for
a highway-widening project commissioned by the
Ontario Ministry of Transportation.
[3] En 2007, Dynamitage Castonguay Ltée a été
engagée comme sous-traitant pour effectuer des
opérations de dynamitage dans le cadre de tra­vaux
d’élargissement d’une route commandés par le
mi­nistère des Transports de l’Ontario.
[4] On November 26, 2007, Castonguay was
blasting rock when the operation went awry and
rock debris known as “fly-rock” was propelled into
[4] Le 26 novembre 2007, Castonguay dynamitait
un rocher lorsque l’opération a mal tourné et que
des « éclats de roc » ont été projetés dans les airs
328
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
the air by an explosion. Had the blast been carried
out according to plan, the force of the blast would
have been contained and concentrated inwards,
reducing the risk of shattered rock becoming
airborne. In this case, however, the fly-rock shot
approximately 90 metres in the air and crashed
through the roof of a home, damaging the kitchen
ceiling, the siding and the eavestroughs. Some of
the fly-rock hit a car, breaking the windshield and
damaging the hood. There was also a significant
amount of rock in the yard.
par la force d’une explosion. Si le dynamitage avait
été effectué comme prévu, la force de l’explosion
au­rait été circonscrite et concentrée vers l’intérieur,
ce qui aurait diminué le risque de voir des éclats de
roc s’envoler. Dans le cas qui nous intéresse toute­
fois, les éclats de roc ont été propulsés dans les
airs et, après avoir franchi approximativement
90 mètres, ils ont traversé le toit d’une demeure,
endo­mmageant le plafond de la cuisine, le revê­
te­ment mural extérieur et les gouttières. Certains
éclats ont frappé une auto, fracassant le pare-brise
et endom­m­ageant le capot. En outre, une quantité
impor­tante d’éclats sont tombés dans la cour.
[5] Castonguay immediately reported the inci­
dent to the contract administrator, who in turn re­
ported it to the Ministry of Transportation (which
had commissioned the project) and the provincial
Ministry of Labour in accordance with the re­
quirements in s. 53 of the Occupational Health and
Safety Act, R.S.O. 1990, c. O.1. Further blasting on
the project stopped until the site was inspected and
remedial steps were agreed to with the Ministry of
Labour.
[5] Castonguay a immédiatement signalé l’inci­
dent à l’administrateur du contrat qui, à son tour, en
a avisé le ministère des Transports (qui avait co­m­
m­andé les travaux) ainsi que le ministère du Travail
provincial, conformément aux exigences prescrites
par l’art. 53 de la Loi sur la santé et la sécurité au
travail, L.R.O. 1990, ch. O.1. Les opérations de dyna­
mitage sur le chantier ont alors cessé jusqu’à ce que
le site ait été inspecté et des mesures correctives con­
venues avec le ministère du Travail.
[6] Castonguay did not report the incident to the
Ministry of the Environment. That Ministry was not
notified until May 2008, when it was told about the
incident by the Ministry of Transportation.
[6] Castonguay n’a pas signalé l’incident au minis­
tère de l’Environnement. Ce ministère n’en a été
avisé qu’en mai 2008, lorsque le ministère des
Trans­ports l’a informé de ce qui s’était passé.
[7] In September 2009, Castonguay was charged
with failing to report the “discharge of a contamin­
ant into the natural environment” to the Ministry
of the Environment contrary to s. 15(1) of the EPA.
Castonguay was acquitted by the Ontario Court of
Justice. The Ontario Superior Court of Justice set
aside the acquittal and entered a conviction (2011
ONSC 767, 57 C.E.L.R. (3d) 142). Castonguay ap­
pealed on the basis that s. 15(1) was not triggered in
these circumstances.
[7] En septembre 2009, Castonguay a été accusée
d’avoir omis, en violation du par. 15(1) de la LPE,
d’aviser le ministère de l’Environnement qu’elle
avait « rejet[é] un contaminant dans l’environnement
naturel ». L’entreprise a été acquittée par la Cour
de justice de l’Ontario, mais la Cour supérieure de
justice de l’Ontario a annulé l’acquittement et ins­
crit une déclaration de culpabilité (2011 ONSC
767, 57 C.E.L.R. (3d) 142). Castonguay a ensuite
interjeté appel, au motif que les circonstances de
l’espè­ce n’avaient pas déclenché l’application du
par. 15(1).
[8] In the Court of Appeal (2012 ONCA 165, 109
O.R. (3d) 401), MacPherson J.A., writing for the
ma­­­­jority, concluded that the plain meaning of the
relevant provisions of the EPA, the relevant case law,
and a proper understanding of the broad purposes
of the EPA confirmed that the discharge of the
[8] En Cour d’appel (2012 ONCA 165, 109 O.R.
(3d) 401), le juge MacPherson a conclu, au nom
des juges majoritaires, que le sens ordinaire des
dis­positions pertinentes de la LPE, la jurispru­
dence applicable et l’interprétation adéquate des
objec­tifs généraux de la LPE confirmaient que
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
La juge Abella
329
fly-rock in this case was covered by s. 15(1) of the
EPA and that Castonguay was therefore required to
re­port the incident to the Ministry of the Environment.
In dissent, Blair J.A. found no breach of s. 15(1) in
these circumstances. I agree with the majority that
Castonguay was required to report the incident.
le rejet des éclats de roc survenu en l’espèce
était une situa­tion visée par le par. 15(1) de la
LPE et que Caston­g uay avait en conséquence
l’obligation de signaler l’incident au ministère
de l’Environnement. Le juge Blair, dissident, n’a
constaté aucune violation du par. 15(1) dans
les circonstances de la présente aff­aire. Je suis
d’accord avec les juges majoritaires pour dire
que Castonguay était tenue de signaler l’incident.
Analysis
Analyse
[9] The EPA is Ontario’s principal environmental
pro­­tection statute. Its status as remedial legislation
entitles it to a generous interpretation (Legis­­lation
Act, 2006, S.O. 2006, c. 21, Sch. F, s. 64; Ontario
v. Canadian Pacific Ltd., [1995] 2 S.C.R. 1031, at
para. 84). Moreover, as this Court recognized in
Canadian Pacific, environmental protection is a
complex subject matter — the environment it­self
and the wide range of activities which might harm
it are not easily conducive to precise codi­­­fi­ca­tion
(para. 43). As a result, environmental legis­lation
embraces an expansive approach to en­sure that it
can adequately respond “to a wide variety of en­
viron­mentally harmful scenarios, including ones
which might not have been foreseen by the drafters
of the legislation” (para. 43). Be­cause the legis­
lature is pursuing the objective of environmental
protection, its intended reach is wide and deep
(para. 84).
[9] La LPE est la principale loi ontarienne en
matière de protection de l’environnement. Comme
elle constitue une loi réparatrice, elle doit recevoir
une interprétation généreuse (Loi de 2006 sur la
légis­lation, L.O. 2006, ch. 21, ann. F, art. 64; Ontario
c. Canadien Pacifique Ltée, [1995] 2 R.C.S. 1031,
par. 84). En outre, comme notre Cour l’a établi dans
l’affaire Canadien Pacifique, la protection de l’envi­
ronnement est un sujet complexe — en effet, l’envi­
ronnement lui-même et la vaste gamme d’activités
susceptibles d’en causer la dégradation ne se prêtent
pas aisément à une codification précise (par. 43).
Par conséquent, les lois protégeant l’environnement
reposent sur l’application d’une approche générale,
qui permet de réagir adéquatement « à une vaste
gamme d’atteintes environnementales, y compris
celles qui n’ont peut-être même pas été envisagées
par leurs rédacteurs » (par. 43). Parce que l’objectif
poursuivi par le législateur est la protection de l’envi­
ronnement, la portée voulue de ces lois est large et
profonde (par. 84).
[10] The overall purpose of the EPA is set out
in s. 3: “The purpose of this Act is to provide for
the protection and conservation of the natural
environment.” “[N]atural environment” is defined in
s. 1(1) as the “air, land and water, or any combin­ation
or part thereof, of the Province of Ontario”. The
EPA also protects those who use the natural en­
viron­ment by protecting human health, plant and
animal life, and property. This purpose was aptly
summarized by MacPherson J.A. in R. v. Dow
Chem­ical Canada Inc. (2000), 47 O.R. (3d) 577
(C.A.), as being “to protect the natural environment
and the people who live, work and play in it”
(para. 49).
[10] L’objectif général de la LPE est énoncé à
l’art. 3 : « La présente loi a pour objet d’assurer la
protection et la conservation de l’environnement
na­turel. » La notion d’« environnement naturel » est
définie ainsi au par. 1(1) : « Air, terrain et eau ou
toute combinaison ou partie de ces éléments qui
sont compris dans la province de l’Ontario. » La
LPE protège également les personnes qui utilisent
l’environnement naturel en protégeant la santé des
humains, les végétaux, les animaux et les biens. Dans
R. c. Dow Chemical Canada Inc. (2000), 47 O.R.
(3d) 577 (C.A.), le juge MacPherson a d’ailleurs
bien résumé cet objectif comme étant [traduction]
« la protection de l’environnement naturel et des
personnes qui y vivent, travaillent et jouent » (par. 49).
330
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[11] The EPA seeks to achieve its goal of pro­
tecting the natural environment and those who
use it through a series of regulations, prohibitions
and reporting requirements. It also provides for a
wide range of inspection, enforcement, preventa­
tive and remedial powers, such as the authority to
issue con­trol orders (s. 7), stop orders (s. 8), orders
re­quiring the repair of damage (s. 17), preventa­
tive meas­ure orders requiring steps to ensure that
a discharge does not occur or recur (s. 18), or con­
tra­vention orders requiring a discharger to take
compliance steps (s. 157).
[11] La LPE cherche à réaliser son objectif de
protection de l’environnement naturel et des
per­sonnes qui l’utilisent au moyen d’un ensemble
de règlements, d’interdictions et d’obligations de
si­gna­­­lement. Elle prévoit également un large éven­
tail de pouvoirs en matière d’inspection, de mise
en application de la loi, de prévention et de répa­
ration, comme le pouvoir de prendre des arrê­
tés d’intervention (art. 7), de suspension immédiate
(art. 8), des ordonnances de réparation des dom­
m­ages (art. 17), de prise de mesures préventives
pré­cisant celles qui doivent être appliquées pour
em­pêcher qu’un rejet ne se produise ou ne se pro­
duise de nouveau (art. 18), ou des arrêtés constatant
une violation de la loi et ordonnant à l’auteur de la
vi­ola­tion de prendre des mesures pour se conformer
à la loi (art. 157).
[12] One of the means by which the EPA promotes
its protective and preventative purposes is through
the prohibition in s. 14(1) against discharging a
con­­taminant into the natural environment where it
is likely to have an adverse effect, and the related
requirement in s. 15(1) that any such discharge
which is out of the normal course of events be re­
ported to the Ministry of the Environment.
[12] L’un des moyens par lesquels la LPE tend
à l’atteinte de ses objectifs de protection et de
pré­­­ven­tion réside dans l’interdiction, énoncée au
par. 14(1), de rejeter dans l’environnement naturel
un contaminant qui causera vraisemblablement
une conséquence préjudiciable, et dans l’obligation
connexe, prévue au par. 15(1), d’aviser le ministère
de l’Environnement d’un tel rejet s’il est accompli
en dehors du cours normal des événements.
[13] The issue in this appeal is the proper inter­
pretation of the reporting requirement in s. 15(1).
This provision states:
[13] La question soulevée dans le présent pour­voi
concerne l’interprétation qu’il convient de don­ner à
l’obligation de signalement que prévoit le par. 15(1).
Cette disposition est rédigée comme suit :
15.—(1) Every person who discharges a contaminant
or causes or permits the discharge of a con­taminant
into the natural environment shall forthwith notify the
Ministry if the discharge is out of the normal course
of events, the discharge causes or is likely to cause an
adverse effect and the person is not otherwise required
to notify the Ministry under section 92.
15.—(1) Quiconque rejette un contaminant dans
l’en­vi­­ronnement naturel, ou permet ou fait en sorte que
cela se fasse, en avise sans délai le ministère si un tel acte
est accompli en dehors du cours normal des événements,
s’il cause ou causera vraisemblablement une conséquence
pré­judiciable et si la personne qui l’accomplit n’est pas
tenue par ailleurs d’aviser le ministère aux termes de
l’article 92.
[14] The terms “discharge”, “contaminant”, “nat­
ural environment” and “adverse effect” are defined
in s. 1(1) of the EPA, as follows:
[14] Les termes « rejet », « rejeter », « conta­
minant », « environnement naturel » et « consé­
quence préjudiciable » sont définis comme suit
au par. 1(1) de la LPE :
“natural environment” means the air, land and
water, or any combination or part thereof, of the
Province of Ontario;
« environnement naturel » Air, terrain et eau ou
toute combinaison ou partie de ces éléments
qui sont compris dans la province de l’Ontario.
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
La juge Abella
331
“discharge”, when used as a verb, includes add,
deposit, leak or emit and, when used as a noun,
includes addition, deposit, emission or leak;
« rejet » S’entend en outre d’un ajout, d’un dépôt,
d’une perte ou d’une émission; le verbe « reje­
ter » s’entend en outre d’ajouter, de déposer, de
perdre ou d’émettre.
“contaminant” means any solid, liquid, gas, odour,
heat, sound, vibration, radiation or combination
of any of them resulting directly or indirectly
from human activities that causes or may cause
an adverse effect;
« contaminant » Solide, liquide, gaz, son, odeur, cha­­
leur, vibration, radiation ou combinaison de ces
éléments qui proviennent, directement ou in­di­
rectement, des activités humaines et qui ont ou
peuvent avoir une conséquence préjudiciable.
“adverse effect” means one or more of,
« conséquence préjudiciable » L’une ou plusieurs
des conséquences suivantes :
(a) impairment of the quality of the nat­ural
environment for any use that can be made
of it,
a) la dégradation de la qualité de l’environ­
nement naturel relativement à tout usage
qui peut en être fait;
(b) injury or damage to property or to plant or
animal life,
b)
le tort ou les dommages causés à des biens,
des végétaux ou des animaux;
(c) harm or material discomfort to any person,
c)
la nuisance ou les malaises sensibles causés
à quiconque;
(d) an adverse effect on the health of any
person,
d)
l’altération de la santé de quiconque;
(e) impairment of the safety of any person,
e)
l’atteinte à la sécurité de quiconque;
(f) rendering any property or plant or animal
life unfit for human use,
f)
le fait de rendre des biens, des végétaux ou
des animaux impropres à l’usage des êtres
humains;
(g) loss of enjoyment of normal use of property,
and
g) la perte de jouissance de l’usage normal
d’un bien;
(h) interference with the normal conduct of
business;
h) le fait d’entraver la marche normale des
affaires.
[15] Castonguay conceded that the discharge of
fly-rock caused property damage, but argued that
injury or damage to private property alone is in­­­­­
suffi­cient to engage the reporting requirement.
Since the discharge did not impair the natural
environ­ment — the air, land or water — Castonguay
was not required to report the incident to the
Ministry.
[15] Castonguay a concédé que le rejet des éclats
de roc avait causé des dommages à des biens, mais
a plaidé que le tort ou les dommages causés à une
propriété privée ne suffisent pas à eux seuls à
dé­­clencher l’application de l’obligation de signa­
lement. Et donc, que comme le rejet n’a pas
dé­gradé l’environnement naturel — à savoir l’air,
le terrain ou l’eau —, elle n’était pas tenue de
signaler l’incident au ministère.
[16] Castonguay’s argument is, in essence, an
argument that while the definition of “adverse
effect” has eight components — paras. (a) to (h)
— para. (a) is an umbrella clause. In other words,
there must be, in the language of para. (a), “im­
pairment of the quality of the natural environ­
ment for any use that can be made of it” before
[16] Essentiellement, l’argument de Castonguay
consiste à dire que, quoique la définition de « con­
séquence préjudiciable » comporte huit éléments
— les al. a) à h) — l’al. a) constitue une exigence
applicable dans tous les cas. En d’autres mots,
il doit exister, comme le prévoit cet alinéa, une
« dé­gradation de la qualité de l’environnement
332
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
any of the other seven elements come into play.
They are not stand-alone elements and only con­
stitute an “adverse effect” if they are accompanied
by the impairment to the quality of the natural
en­viron­ment set out in para. (a). An adverse ef­
fect as de­fined in paras. (b) through (h) without any
ac­company­ing impairment to the quality of the
nat­ural environ­ment under para. (a) will not be suf­
fi­cient to trig­ger s. 15(1).
natu­rel relativement à tout usage qui peut en être
fait » avant que l’un des sept autres éléments puisse
entrer en jeu. Ceux-ci ne seraient pas des élé­
ments indépendants et ils ne constitueraient une
« conséquence préjudiciable » que s’ils s’accom­
pagnent d’une dégradation de la qualité de l’envi­
ronnement naturel prévue à l’al. a). Pour cette
raison, une conséquence préjudiciable définie aux
al. b) à h), qui ne serait pas accompagnée de la
dégradation de la qualité de l’environnement naturel
visée à l’al. a), ne suffirait pas pour déclencher
l’application du par. 15(1).
[17] The Minister of the Environment, on the
other hand, argued that if the discharge caused or
was likely to cause one or more of the adverse
effects listed in paras. (a) to (h) of the statutory
def­inition, the obligation to report the dis­charge
of a contaminant under s. 15(1) materializes. Each
of the eight listed components is a separate impact
that can trigger the requirement to report.
[17] Le ministre de l’Environnement a pour sa
part plaidé que, si un rejet cause ou peut vrai­
semblablement causer une ou plusieurs des con­
séquences préjudiciables énumérées aux al. a) à
h) de la définition énoncée dans la loi, l’obliga­
tion que fait le par. 15(1) de signaler le rejet d’un
contaminant se matérialise alors. Chacun des huit
éléments du paragraphe constitue une conséquence
distincte, susceptible de faire naître l’obligation de
signalement.
[18] The Minister’s position is demonstrably
sup­­ported by the language of s. 15(1) and the rel­
evant definitions in the EPA. The purpose of the
re­porting requirement in s. 15(1) is to ensure that
it is the Ministry of the Environment, and not the
discharger, who decides what, if any, further steps
are required. When a contaminant is discharged,
the discharger may not know the full extent of the
damage caused or, in the words of s. 15(1), likely
to be caused. More­over, many potential harms
such as harm to human health, or injury to plants
and animals, and even impairment of the natural
environment, may be difficult to detect without the
expertise and re­sources of the Ministry. As a result,
the statute places both the obligation to investi­
gate and the decision about what further steps are
necessary with the Ministry and not the discharger.
[18] Le texte du par. 15(1) et les définitions per­
tinentes de la LPE appuient manifestement la thèse
du ministre. L’obligation de signalement prescrite
par le par. 15(1) a pour but de faire en sorte que
ce soit le ministère de l’Environnement, et non
l’auteur du rejet, qui décide si des mesures sup­
plé­
mentai­
res sont requises et, dans l’affirma­
tive, lesquelles. Lors du rejet d’un contaminant, il
est possible que l’auteur ne connaisse pas toute
l’ampleur des dommages qui sont causés ou qui,
comme le dit le par. 15(1), peuvent vraisem­bla­
blement être causés. En outre, de nombreuses
nuisances éventuelles, par exemple des atteintes
à la santé humaine ou le tort aux végétaux ou aux
animaux, et même la dégradation de l’environ­
nement naturel, peuvent être difficiles à détecter
sans l’expertise et les ressources dont dispose
le ministère. En con­séquence, la loi confère au
minis­tère, et non à l’au­teur du rejet, l’obligation
d’enquê­ter ainsi que le pou­voir de décider des
mesures supplémentaires qui sont nécessaires.
[19] Notification provides the Ministry with the
opportunity to conduct an inspection as quickly
[19] La réception de l’avis prescrit donne au
mini­s­tère la possibilité de procéder aussi rapide­ment
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
La juge Abella
333
as possible and to obtain information in order to
take any necessary remedial action and to fulfill
its statutory mandate. This enables the Ministry to
respond in a timely way to the discharge of a con­
taminant into the natural environment and to be in­
volved in determining what, if any, preventative or
remedial measures are appropriate.
que possible à une inspection et d’obtenir des ren­
seignements en vue de prendre toutes les mesu­
res réparatrices nécessaires et de s’acquitter du
mandat que lui confie la loi. Ce processus lui per­­
met éga­lement de réagir en temps utile au rejet
d’un contaminant dans l’environnement naturel et
de participer à la détermination, s’il y a lieu, des
me­sures préventives ou réparatrices appropriées.
[20] As the interveners Canadian Environmental
Law Association and Lake Ontario Waterkeeper
pointed out in their joint factum, s. 15(1) is also
consistent with the precautionary principle. This
emerging international law principle recognizes
that since there are inherent limits in being able to
determine and predict environmental impacts with
scientific certainty, environmental policies must
anticipate and prevent environmental deg­radation
(O. McIntyre and T. Mosedale, “The Pre­cautionary
Principle as a Norm of Customary International
Law” (1997), 9 J. Envtl. L. 221, at pp. 221-22;
114957 Canada Ltée (Spraytech, Société d’arro­
sage) v. Hudson (Town), 2001 SCC 40, [2001] 2
S.C.R. 241, at paras. 30-32). Section 15(1) gives
ef­fect to the concerns underlying the precaution­
ary principle by ensuring that the Ministry of
the Environment is notified and has the ability
to respond once there has been a discharge of a
contaminant out of the normal course of events,
without waiting for proof that the natural environ­
ment has, in fact, been impaired.
[20] Comme le soulignent dans leur mémoire
conjoint les intervenantes l’Association cana­
dienne du droit de l’environnement et Lake Ontario
Waterkeeper, le par. 15(1) est également compa­tible
avec le principe de précaution. Ce principe émer­
gent en droit international reconnaît en effet que,
parce qu’il est intrinsèquement difficile de déter­
miner et de prédire avec une certitude scientifique
les réper­
cussions environnementales, les politi­
ques en la ma­tière doivent anticiper et prévenir les
dégra­dations environnementales (O. McIntyre et
T. Mosedale, « The Precautionary Principle as a
Norm of Cus­tomary International Law » (1997),
9 J. Envtl. L. 221, p. 221-222; 114957 Canada Ltée
(Spraytech, Société d’arrosage) c. Hudson (Ville),
2001 CSC 40, [2001] 2 R.C.S. 241, par. 30-32). Le
paragraphe 15(1) répond aux préoccupations à la
base du principe de précaution en faisant en sorte
que le ministère de l’Environnement soit avisé
et ait la possibilité de réagir dès qu’il y a eu rejet
de contaminants en dehors du cours normal des
événements, sans qu’il soit nécessaire d’atten­dre
la preuve d’une dégradation effective de l’envi­
ronnement naturel.
[21] Parsing the language of s. 15(1) illuminates
its clear preventative and protective purposes. First,
a person must discharge a contaminant. Second, the
contaminant must be discharged into the natural
environment. Third, the discharge must be out of the
normal course of events. Fourth, the discharge must
be one that causes or is likely to cause an adverse
effect. Finally, the person must not be otherwise
required to notify the Ministry under s. 92, which
refers to the spill of pollutants from a structure,
vehicle or container and is therefore not applicable
to the circumstances of this case.
[21] L’analyse grammaticale du texte du
par. 15(1) fait bien ressortir les objectifs limpi­
des de prévention et de protection qu’il vise. En
premier lieu, il faut qu’une personne rejette un con­
ta­minant. Deuxièmement, ce contaminant doit être
rejeté dans l’environnement naturel. Troisiè­mement,
le rejet doit être accompli en dehors du cours nor­
mal des événements. Quatrièmement, il faut que ce
soit un rejet qui cause ou causera vrai­semblable­
ment une conséquence préjudiciable. Enfin, l’auteur
du rejet ne doit pas être par ailleurs tenu d’aviser le
ministère conformément à l’art. 92; cet article vise le
déversement de polluants à partir d’un ouvrage, d’un
véhicule ou d’un contenant, et il ne s’applique donc
pas dans les circonstances de l’espèce.
334
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[22] Taking each phrase in turn, the full scope of
the reporting requirement is revealed. Section 15(1)
applies to the discharge of “contaminant[s]” as de­
fined by the EPA. The definition of contaminant in
s. 1(1) of the EPA includes “any solid li­quid, gas,
odour, heat, sound, vibration, radiation or com­
bination of any of them resulting directly or in­
directly from human activities that causes or may
cause an adverse effect”. The reference to human
activities in the definition of contaminant, when
read in the context of s. 15 and the EPA as a whole,
recognizes that the EPA applies only to those ac­
tivities which engage the natural environment —
the air, land or water in the province. This ensures
that the definition of contaminant and s. 15 of the
EPA maintain a nexus to the statutory objective of
environmental protection.
[22] L’examen de chacune de ces expressions à
tour de rôle révèle toute la portée de l’obligation
de signalement. Le paragraphe 15(1) s’applique
au rejet de « contaminant[s] » au sens de la LPE.
Le mot « contaminant » est défini ainsi au par. 1(1)
de la LPE : « Solide, liquide, gaz, son, odeur, cha­
leur, vibration, radiation ou combinaison de ces
élé­ments qui proviennent, directement ou indi­
rectement, des activités humaines et qui ont ou
peuvent avoir une conséquence préjudiciable. » La
mention de l’expression activités humaines dans la
définition de contaminant, lorsqu’elle est considé­
rée dans le contexte de l’art. 15 et de la LPE dans
son ensemble, indique que la LPE ne s’applique
qu’aux activités touchant l’environnement naturel
— l’air, le terrain et l’eau dans la province. Cela
permet de rattacher la définition de contaminant et
l’art. 15 de la LPE à l’objectif de la loi, c’est-à-dire
la protection de l’environnement.
[23] The discharge must be into the natural en­
vironment, defined as the air, land and water of
Ontario. Section 15(1) does not impose any re­
strictions on the length of time the con­tam­inant
remains in the natural environment, nor does it re­
quire that the contaminant become part of the nat­
ural environment.
[23] Il doit s’agir d’un rejet dans l’environnement
naturel, expression définie comme étant l’air, le
terrain et l’eau en Ontario. Le paragraphe 15(1)
n’impose aucune restriction quant à la durée de
la présence du contaminant dans l’environnement
naturel et il n’exige pas non plus que le contami­nant
s’y intègre.
[24] Only discharges that are out of the normal
course of events are required to be reported to the
Ministry. This restricts the application of s. 15(1)
by excluding many everyday, routine activities. Al­
though driving a car, for example, discharges fumes
into the natural environment, the discharge is not
out of the normal course of events and no report to
the Ministry is required.
[24] L’obligation de signaler un rejet au minis­
tère vise seulement les rejets accomplis en dehors
du cours normal des événements. Cette précision a
pour effet de restreindre le champ de l’application
du par. 15(1) du fait qu’elle exclut de celui-ci
de nombreuses activités courantes de la vie quo­
tidienne. Par exemple, bien que la conduite d’une
automobile entraîne le rejet de gaz d’écha­ppement
dans l’environnement naturel, un tel rejet n’est pas
accompli en dehors du cours normal des événe­
ments et, en conséquence, aucun avis au mi­nistère
n’est requis à cet égard.
[25] The key, in my view, to understanding
s. 15(1) is that the discharge of the contaminant
caused or was likely to cause an “adverse effect”.
As previ­ously noted, adverse effect is defined as:
[25] Selon moi, le facteur clé pour bien com­
prendre le par. 15(1) est la condition requérant
que le rejet du contaminant ait causé ou cau­se­
rait vraisemblablement une « conséquence pré­
judiciable ». Comme je l’ai souligné précédemment,
l’expression conséquence préjudiciable est définie
ainsi :
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
“adverse effect” means one or more of,
c.
ontario (env.)
La juge Abella
335
« conséquence préjudiciable » L’une ou plusieurs
des conséquences suivantes :
(a) impairment of the quality of the natural en­
vironment for any use that can be made of
it,
a) la dégradation de la qualité de l’environ­
nement naturel relativement à tout usage
qui peut en être fait;
(b) injury or damage to property or to plant or
animal life,
b)
le tort ou les dommages causés à des biens,
des végétaux ou des animaux;
(c) harm or material discomfort to any person,
c)
la nuisance ou les malaises sensibles causés
à quiconque;
(d) an adverse effect on the health of any
person,
d)
l’altération de la santé de quiconque;
(e) impairment of the safety of any person,
e)
l’atteinte à la sécurité de quiconque;
(f) rendering any property or plant or animal
life unfit for human use,
f)
le fait de rendre des biens, des végétaux ou
des animaux impropres à l’usage des êtres
humains;
(g) loss of enjoyment of normal use of property,
and
g) la perte de jouissance de l’usage normal
d’un bien;
(h) interference with the normal conduct of
business;
h) le fait d’entraver la marche normale des
affaires.
[26] There is already a jurisprudential trail from
this Court and the Ontario Court of Appeal to guide
our interpretation. In Canadian Pacific, this Court
considered an earlier version of the EPA, which did
not specifically mention the term “adverse effect”.
The appeal focused on what was then s. 13(1) of the
EPA, R.S.O. 1980, c. 141, which stated:
[26] Il existe déjà un certain nombre de décisions
de notre Cour et de la Cour d’appel de l’Ontario
susceptibles de guider notre interprétation. Ainsi,
dans l’arrêt Canadien Pacifique, notre Cour a
examiné une version antérieure de la LPE, qui ne
comportait pas expressément l’expression « con­
séquence préjudiciable ». Le pourvoi portait prin­
cipalement sur l’ancien par. 13(1) de la LPE, L.R.O.
1980, ch. 141, qui était rédigé en ces termes :
[traduction]
13.—(1) Notwithstanding any other provision of this
Act or the regulations, no person shall deposit, add,
emit or discharge a contaminant or cause or permit the
deposit, addition, emission or discharge of a contaminant
into the natural environment that,
13.—(1) Malgré toute autre disposition de la présente
loi et des règlements, nul ne doit déposer, ajouter, éme­t­
tre ou rejeter un contaminant, ou causer ou permettre le
dépôt, l’ajout, l’émission ou le rejet dans l’environnement
naturel d’un contaminant qui
(a) causes or is likely to cause impairment of the
quality of the natural environment for any use
that can be made of it;
(a) cause ou risque de causer la dégradation de la
qualité de l’environnement naturel relativement à
tout usage qui peut en être fait;
(b) causes or is likely to cause injury or damage to
property or to plant or animal life;
(b) cause ou risque de causer du tort ou des dom­
mages à des biens, des végétaux ou des animaux;
(c) causes or is likely to cause harm or material
discomfort to any person;
(c) cause ou risque de causer de la nuisance ou des
malaises sensibles à quiconque;
336
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
(d) adversely affects or is likely to adversely affect
the health of any person;
(d) cause ou risque de causer l’altération de la santé
de quiconque;
(e) impairs or is likely to impair the safety of any
person;
(e) cause ou risque de causer l’atteinte à la sécurité
de quiconque;
(f) renders or is likely to render any property or
plant or animal life unfit for use by man;
(f) rend ou risque de rendre des biens, des végétaux
ou des animaux impropres à l’usage des êtres
humains;
(g) causes or is likely to cause loss of enjoyment of
normal use of property; or
(g) cause ou risque de causer la perte de jouissance
de l’usage normal d’un bien;
(h) interferes or is likely to interfere with the normal
conduct of business.
(h) entrave ou risque d’entraver la marche normale
des affaires.
[27] The first part of s. 13(1) is now s. 14(1).1
Paragraphs (a) to (h) now form part of the def­
inition of “adverse effect” found in s. 1(1) of the
EPA.
[27] La première partie du par. 13(1) constitue
maintenant le par. 14(1)1. Quant aux al. (a) à (h),
ils sont maintenant intégrés à la définition de
« conséquence préjudiciable » figurant au par. 1(1)
de la LPE.
[28] The issue in Canadian Pacific was whether
the words “for any use that can be made of it” in
para. (a) of s. 13(1) were unconstitutionally vague
or overbroad. Although the Court’s reasoning was
focused on the constitutional issues raised in that
case, the Court made several statements about the
interpretation of s. 13(1)(a) of the EPA which are
helpful in resolving the interpretive issue in this
appeal. Notably, in finding that the provision was
neither vague nor overbroad, Gonthier J., writing for
the majority, held that the application of s. 13(1)(a)
was confined to the discharge of contaminants that
cause, or are likely to cause, non-trivial im­pair­
ment of the quality of the natural environ­ment for
any use that could be made of it.
[28] La question qui se posait dans l’arrêt
Ca­n­a­dien Pacifique était de savoir si les mots
« rela­tivement à tout usage qui peut en être fait »
utilisés à l’al. 13(1)(a) étaient imprécis ou de portée
excessive sur le plan constitutionnel. Bien que,
dans son raisonnement, la Cour se soit attachée
aux questions constitutionnelles que soulevait
cette affaire, elle a tout de même formulé plus­
ieurs observations concernant l’interprétation de
l’al. 13(1)(a) de la LPE qui sont utiles pour résoudre
les questions d’interprétation du présent pourvoi.
En particulier, en décidant que cette disposition
n’était ni imprécise ni de portée excessive, le juge
Gonthier, qui a rédigé les motifs de la majorité, a
conclu que l’application de l’al. 13(1)(a) ne visait
que le rejet de contaminants causant ou risquant
de causer une dégradation non négligeable de la
qualité de l’environnement naturel relativement à
tout usage qui peut en être fait.
[29] Lamer C.J., in concurring reasons which
were not endorsed by the majority, was of the view
[29] Dans des motifs concordants auxquels n’a
toutefois pas souscrit la majorité, le juge en chef
1 Section 14(1) of the EPA states:
1 Le paragraphe 14(1) de la LPE est libellé comme suit :
14. (1) Subject to subsection (2) but despite any other provision
of this Act or the regulations, a person shall not discharge a
contaminant or cause or permit the discharge of a contaminant
into the natural environment, if the discharge causes or may cause
an adverse effect.
14. (1) Sous réserve du paragraphe (2), mais malgré toute autre
disposition de la présente loi ou des règlements, nul ne doit rejeter
un contaminant dans l’environnement naturel ou permettre ou
faire en sorte que cela se fasse si le rejet cause ou peut causer une
conséquence préjudiciable.
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
La juge Abella
337
that para. (a) should be interpreted as an umbrella
clause so that harm to the quality of the natural en­
vironment was independently required before the
rest of the provisions in paras. (b) to (h) of s. 13(1)
were engaged.
Lamer a conclu que l’al. (a) devait être considéré
comme une exigence applicable dans tous les cas,
de telle sorte qu’il fallait d’abord conclure, de façon
indépendante, à l’existence d’un préjudice causé à
la qualité de l’environnement naturel avant de pou­
voir prendre en compte les autres dispositions, soit
les al. (b) à (h) du par. 13(1).
[30] Castonguay advocates that we adopt the
min­ority approach of Lamer C.J. in Canadian
Pacific. This, with respect, is an argument that
cannot survive the amended language in the EPA
after Canadian Pacific was decided. The most
significant change to the EPA was the creation of
a separate statutory definition of “adverse effect”.
The definition included the words “means one or
more of” the eight components set out in paras. (a)
through (h). None of these components is said to
be an overriding requirement, and each is stated to
be an adverse effect. As a result, all eight branches
of “adverse effect” provide independent triggers
for liability. Castonguay’s interpretation reads out
these crucial legislative directives that each effect
is deemed to be adverse.
[30] Pour sa part, Castonguay nous demande de
retenir la démarche de la minorité qu’a formulée
le juge en chef Lamer dans Canadien Pacifique.
Avec égards, cet argument ne saurait être adopté
compte tenu des modifications apportées au libellé
de la LPE postérieurement à l’arrêt Canadien
Pacifique. La modification la plus importante au
texte de la LPE fut la création d’une définition
législative particulière du terme « conséquence pré­
judiciable ». Cette définition comportait les mots
« [l]’une ou plusieurs des » avant l’énumération
des huit situations décrites aux al. a) à h). Rien
ne précise que l’une d’elles représente une exi­
gence impérative, et chacune est présentée comme
étant une conséquence préjudiciable. Par consé­
quent, chacune des huit formes de la notion de
« conséquence préjudiciable » constitue une source
autonome de responsabilité. L’interprétation
préconisée par Castonguay fait abstraction de ces
directives cruciales du législateur selon lesquelles
chaque conséquence est réputée préjudiciable.
[31] To interpret “adverse effect” restrictively not
only reads out the plain and obvious meaning of
the definition, it narrows the scope of the reporting
requirement, thereby restricting its remedial cap­
acity and the Ministry’s ability to fulfill its statutory
mandate.
[31] Le fait d’interpréter restrictivement l’ex­pre­s­
sion « conséquence préjudiciable » a non seule­ment
pour effet d’écarter le sens évident et manifeste
de la définition, mais également de restreindre
la portée de l’obligation de signalement, limitant
en conséquence la capacité réparatrice de cette
obligation ainsi que la capacité du ministère de
s’acquitter du mandat que lui confie la loi.
[32] Canadian Pacific was interpreted and ap­
plied by the Ontario Court of Appeal in Dow Chem­
ical. In that case, Dow Chemical, like Castonguay,
argued that, in order to establish an adverse effect
under the EPA, “impairment of the quality of the
natural environment” under para. (a) must be made
out in addition to any of the other effects set out
[32] Dans Dow Chemical, la Cour d’appel de
l’Ontario a interprété et appliqué l’arrêt Canadien
Pacifique. À l’instar de Castonguay, Dow Chemical
prétendait que, pour démontrer l’existence d’une
conséquence préjudiciable sous le régime de la
LPE, il était nécessaire d’établir « la dégradation
de la qualité de l’environnement naturel » prévue à
338
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
in paras. (b) through (h). MacPherson J.A. rejected
this approach, concluding instead that
l’al. a), en plus de l’une ou l’autre des conséquences
énoncées aux al. b) à h). Le juge MacPherson a
rejeté cette thèse, concluant plutôt ainsi :
[paragraph] (a) is just one of eight defined ad­
verse effects. It relates to the natural environ­ment,
which is defined in the Act as “the air, land and
water” (s. 1(1)). The other seven [paragraphs] set out
other forms of adverse effect. Some relate to plants
and ani­mals ([paras.] (b) and (f)); some relate to people
([paras.] (c), (d) and (f)) and their property ([para.] (g))
and business ([para.] (h)). [para. 29]
[traduction] L’alinéa (a) ne constitue que l’une
des huit conséquences préjudiciables définies. Il porte
sur l’environnement naturel, qui est défini dans la Loi
comme étant « [l’]air, [le] terrain et [l’]eau » (par. 1(1)).
Les sept autres alinéas précisent d’autres formes de
con­séquences préjudiciables. Certaines ont trait aux
végétaux et aux animaux (al. (b) et (f)), alors que d’autres
concernent les personnes (al. (c), (d) et (f)), leurs biens
(al. (g)) et leurs affaires (al. (h)). [par. 29]
[33] Applying Gonthier J.’s language in Can­
adian Pacific, MacPherson J.A. accepted that each
of the eight enumerated adverse effects must be
more than trivial but that any of them was sufficient
to satisfy the definition (para. 30).
[33] Appliquant les propos du juge Gonthier dans
l’arrêt Canadien Pacifique, le juge MacPherson a
reconnu que chacune des huit conséquences pré­
judiciables devait être plus que négligeable, mais
par ailleurs que l’existence de n’importe laquelle
de ces conséquences suffisait pour satisfaire à la
définition (par. 30).
[34] The effects set out in paras. (a) to (h) are
de­­­­­signed to capture a broad range of impacts.
Some are limited to impacts on animals, people or
property and do not require any impairment of the
air, land or water in Ontario. Since the EPA pro­
tects the natural environment and those who use
it, this is consistent with the broader protections
the EPA was intended to provide. Paragraphs (a)
through (h) also reflect a statutory recognition that
pro­tecting the natural environment requires, among
other strat­egies, maximizing the circumstances
in which the Ministry of the Environment may
investigate and remedy environmental harms,
including those identified in paras. (a) to (h).
[34] Les conséquences énoncées aux al. a) à h)
visent à couvrir un large éventail de répercussions.
Certaines se limitent aux répercussions sur les ani­
maux, les personnes ou les biens et ne requièrent
pas de dégradation de l’air, du terrain ou de l’eau en
Ontario. Comme la LPE protège l’environnement
naturel et quiconque en fait usage, tout cela est
compatible avec les mesures de protection plus
étendues qu’elle a pour but d’offrir. Les alinéas a)
à h) montrent également que la loi reconnaît que
la protection de l’environnement naturel exige,
entre autres stratégies, de maximiser l’éventail des
circonstances dans lesquelles le ministère de l’Envi­
ronnement peut enquêter sur les nuisances envi­
r­on­nementales et y remédier, notamment celles
précisées aux al. a) à h).
[35] Moreover, it is important to note that the
words “adverse effect” appear in many provisions
of the EPA. Sections 6, 14, 18, 91.1, 93, 94, 97,
132, 156, 157.1, and 188.1 deal with a range of
environmental concerns such as when an order to
take preventative measures may be issued or the
development of spill prevention and contingency
plans. Restricting the definitional scope of “adverse
effect” would therefore also limit the scope of the
EPA’s protective and preventative capacities and,
[35] Qui plus est, il importe de signaler que
l’exp­res­sion « conséquence préjudiciable » fi­gure
dans un grand nombre de dispositions de la LPE.
Ainsi, les art. 6, 14, 18, 91.1, 93, 94, 97, 132,
156, 157.1 et 188.1 traitent d’une gamme de pré­
occupations environnementales, par exemple
les circonstances dans lesquelles peut être pris
un arrêté ordonnant la mise en place de mesures
préventives, ou encore l’élaboration de plans de
prévention et de plans d’urgence en matière de
[2013] 3 R.C.S.
dynamitage castonguay
c.
ontario (env.)
La juge Abella
339
consequently, the Ministry’s ability to respond to
the broad purposes of the statute.
déversements. Limiter la portée de la définition de
« conséquence préjudiciable » aurait donc aussi
pour effet de restreindre la portée des moyens
dont la LPE permet la mise en œuvre en matière
de prévention et de protection et, par conséquent,
la capacité du ministère de réaliser les objectifs
généraux de la loi.
[36] In summary, the requirement to report “forth­
with” in s. 15(1) of the EPA is engaged where the
fol­lowing elements are established:
[36] En résumé, l’obligation de donner « sans
délai » l’avis prescrit par le par. 15(1) de la LPE
entre en jeu lorsque les éléments suivants sont
établis :
i.
a “contaminant” is discharged;
i.
un « contaminant » est rejeté;
ii.
the contaminant is discharged into the nat­
ural environment (the air, land and water
or any combination or part thereof, of the
Province of Ontario);
ii.
le contaminant est rejeté dans l’environ­
n­ement naturel (l’air, le terrain et l’eau,
ou toute combinaison ou partie de ces élé­
ments qui sont compris dans la province de
l’Ontario);
iii.
the discharge is out of the normal course of
events;
iii.
le rejet est accompli en dehors du cours
normal des événements;
iv.
the discharge causes, or is likely to cause,
an adverse effect, namely one or more of
the effects listed in paras. (a) to (h) of the
definition;
iv.
le rejet cause ou causera vraisemblablement
une conséquence préjudiciable, à savoir une
ou plusieurs des conséquences énoncées aux
al. a) à h) de la définition;
v.
the adverse effect or effects are not trivial or
minimal; and
v.
la ou les conséquences préjudiciables ne
sont ni négligeables ni minimes;
vi.
the person is not otherwise required to notify
the Ministry under s. 92, which addresses
the spill of pollutants.
vi.
la personne concernée n’est pas tenue par
ailleurs d’aviser le ministère conformément
à l’art. 92, lequel vise le déversement de
polluants.
[37] Applying these elements to this case, s. 15(1)
was clearly engaged. Castonguay “discharged”
fly-rock, large pieces of rock created by the force
of a blast, into the “natural environment”. There
is also no doubt that fly-rock meets the definition
of “contaminant”. The discharge in this case was
“out of the normal course of events” — it was an
accidental consequence of Castonguay’s blasting
operation. Had the blast been conducted routinely,
the fly-rock would not have been thrust into the air.
[37] Il ressort de l’application de ces éléments à
la présente affaire que le par. 15(1) entrait mani­
festement en jeu en l’espèce. Castonguay « a
rejeté » dans « l’environnement naturel » des éclats
de roc, soit de gros morceaux de roc créés par la
force d’une explosion. Il ne fait aucun doute que
ces éclats de roc sont visés par la définition de
« contaminant ». En l’espèce, le rejet a été accompli
« en dehors du cours normal des événements » —
il s’agissait d’une conséquence accidentelle des
ac­ti­vités de dynamitage menées par Castonguay. Si
le dynamitage s’était déroulé de façon routinière,
les éclats de roc n’auraient pas été projetés dans
l’air.
340
castonguay blasting
v.
ontario (env.)
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[38] Finally, the discharge of fly-rock caused an
“adverse effect” under paras. (b) and (g) of the
definition, namely, it caused injury or damage to
property and loss of enjoyment of the normal use of
the property. Because the reporting requirement is
also engaged when the discharge is “likely to cause
an adverse effect”, para. (e) is also applicable since
the potential existed for “impairment of the safety
of any person”.
[38] Enfin, le rejet d’éclats de roc a causé une
« con­séquence préjudiciable » au sens des al. b)
et g) de la définition, c’est-à-dire qu’il a causé un
tort ou des dommages à des biens et la perte de
jouissance de l’usage normal de ces biens. Comme
l’obligation de signalement entre également en
jeu lorsque le rejet « causera vraisemblablement
une conséquence préjudiciable », l’al. e) est lui
aussi applicable, puisqu’il existait une possibilité
d’« atteinte à la sécurité de quiconque ».
[39] The adverse effects were not trivial. The
force of the blast, and the rocks it produced, were
so powerful they caused extensive and significant
property damage, penetrating the roof of a residence
and landing in the kitchen. A vehicle was also ser­
iously damaged. The fly-rock could easily have ser­
iously injured or killed someone.
[39] Les conséquences préjudiciables n’étaient
pas négligeables. La force de l’explosion et les
éclats de roc qu’elle a produits étaient si puissants
que d’importants dommages aux biens ont été cau­
sés, les éclats ayant en effet traversé le toit d’une
résidence et fini leur course dans la cuisine. Un
véhicule en outre a été gravement endommagé. Les
éclats de roc auraient pu facilement blesser sérieu­
sement une personne ou la tuer.
[40] Accordingly, s. 15(1) of the EPA applied
and Castonguay was required to report the dis­
charge of fly-rock forthwith to the Ministry of the
Environment.
[40] En conséquence, le par. 15(1) de la LPE
s’appliquait et Castonguay était tenue de signaler
sans délai au ministère de l’Environnement le rejet
des éclats de roc.
[41] I would therefore dismiss the appeal. In ac­
cordance with the Minister of the Environment’s
request, there will be no order as to costs.
[41] Je suis donc d’avis de rejeter le pourvoi.
Con­formément à la demande du ministre de l’Envi­
ronnement, aucune ordonnance n’est rendue con­
cer­nant les dépens.
Appeal dismissed.
Pourvoi rejeté.
Solicitors for the appellant: Miller Thomson,
Markham; Supreme Advocacy, Ottawa.
Procureurs de l’appelante : Miller Thomson,
Markham; Supreme Advocacy, Ottawa.
Solicitor for the respondent: Attorney General of
Ontario, Toronto.
Procureur de l’intimée : Procureur général de
l’Ontario, Toronto.
Solicitor for the interveners: Canadian En­
vironmental Law Association, Toronto.
Procureur des intervenantes : Association can­a­
dienne du droit de l’environnement, Toronto.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
341
Brian Cuthbertson and
Gordon Rubenfeld Appellants
Brian Cuthbertson et
Gordon Rubenfeld Appelants
v.
c.
Hassan Rasouli, by his Litigation Guardian
and Substitute Decision‑Maker,
Parichehr Salasel Respondent
Hassan Rasouli, représenté par sa tutrice à
l’instance et mandataire spéciale,
Parichehr Salasel Intimé
and
et
Consent and Capacity Board,
Euthanasia Prevention Coalition,
Canadian Critical Care Society,
Canadian Association of Critical Care Nurses,
Advocacy Centre for the Elderly,
ARCH Disability Law Centre, Mental Health
Legal Committee, HIV & AIDS Legal
Clinic Ontario and Evangelical Fellowship
of Canada Interveners
Commission du consentement et de la capacité,
Coalition pour la prévention de l’euthanasie,
Société canadienne de soins intensifs,
Association canadienne des infirmiers/
infirmières en soins intensifs, Advocacy Centre
for the Elderly, ARCH Disability Law Centre,
Mental Health Legal Committee, HIV & AIDS
Legal Clinic Ontario et Alliance évangélique
du Canada Intervenants
Indexed as: Cuthbertson v. Rasouli
Répertorié : Cuthbertson c. Rasouli
2013 SCC 53
2013 CSC 53
File No.: 34362.
No du greffe : 34362.
2012: December 10; 2013: October 18.
2012 : 10 décembre; 2013 : 18 octobre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell and Karakatsanis JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Karakatsanis.
on appeal from the court of appeal for
ontario
en appel de la cour d’appel de l’ontario
Health law — Consent to withdrawal of treatment —
Health practitioners — Physicians seeking to remove life
support and provide palliative care to unconscious pa­
tient on basis that all appropriate treatments exhausted
and continuation of life support of no medical benefit
— Patient’s substitute decision‑maker disagreeing and
refusing to provide consent — Whether withdrawal of
treatment constitutes “treatment” under Health Care
Consent Act, 1996, S.O. 1996, c. 2, Sch. A — Whether
consent regime under Act governs withdrawal of life
support and therefore consent required — Whether
substitute decision‑maker’s refusal to provide consent
must be challenged before Consent and Capacity Board
pursuant to the Act rather than in the courts under the
Droit de la santé — Consentement au retrait d’un
trai­tement — Praticiens de la santé — Médecins sou­hai­
tant retirer le traitement de maintien de la vie et admi­
nistrer plutôt des soins palliatifs à un patient in­conscient
au motif que tous les traitements appropriés ont été
administrés et que le fait de continuer à adminis­trer le
traitement de maintien de la vie ne comporte aucun effet
bénéfique — La mandataire spéciale du patient n’est
pas d’accord et refuse de donner son consentement —
Le retrait d’un traitement constitue-t-il un « traitement »
au sens de la Loi de 1996 sur le consentement aux soins
de santé, L.O. 1996, ch. 2, ann. A? — Le régime en
matière de consentement prévu par la Loi s’appliquet-il au retrait du traitement de maintien de la vie de sorte
342
cuthbertson
v.
rasouli
[2013] 3 S.C.R.
common law — Health Care Consent Act, 1996, S.O.
1996, c. 2, Sch. A, ss. 2(1), 10(1)(b), 20, 21, 37.
qu’un consentement est nécessaire? — Le refus de la
mandataire spéciale de donner son consentement doit-il
être contesté devant la Commission du consentement et
de la capacité sous le régime de la Loi plutôt que devant
les tribunaux sous le régime de la common law? — Loi de
1996 sur le consentement aux soins de santé, L.O. 1996,
ch. 2, ann. A, art. 2(1), 10(1)b), 20, 21, 37.
R is unconscious and has been on life support since
October 2010. The physicians responsible for R’s care
believed that he was in a persistent vegetative state, that
all appropriate treatments for his condition had been ex­
hausted, and that there was no realistic hope for his
medical recovery. In their opinion, continuing life sup­
port would not provide any medical benefit to R and
may cause harm. They sought to remove his life support
and to provide palliative care until his expected death.
S, R’s wife and substitute decision‑maker (“SDM”), re­
fused to provide her consent and applied to the Ontario
Superior Court of Justice for an order restraining the
physicians from withdrawing R from life support without
her consent as required by the Health Care Consent Act,
1996, S.O. 1996, c. 2, Sch. A (“HCCA”), and directing
that any challenge to her refusal of consent be made to
the Consent and Capacity Board (“Board”). The phys­
icians cross‑applied for a declaration that consent is
not required to withdraw life support where such treat­
ment is futile, and that the Board has no jurisdiction to
decide these issues.
R est inconscient et est maintenu en vie artificiellement
depuis octobre 2010. Les médecins chargés de s’occuper
de lui ont conclu qu’il se trouvait dans un état végétatif
per­sistant, qu’ils avaient administré tous les traitements
qui convenaient à son état et qu’il n’y avait pas de véri­
table espoir pour son rétablissement. Selon eux, le fait
de con­tinuer à administrer le traitement de maintien de
la vie ne comporterait aucun effet bénéfique pour R et
pourrait plutôt avoir des effets néfastes. Ils souhaitent
retirer le trai­tement de maintien de la vie et administrer
plutôt des soins palliatifs jusqu’à ce que survienne le
décès prévu de leur patient. S, l’épouse et la mandataire
spéciale de R, a refusé de donner son consentement et a
demandé à la Cour supérieure de justice de l’Ontario une
ordonnance interdisant aux médecins de retirer le trai­
tement de maintien de la vie administré à R sans obtenir
son consentement comme l’exige la Loi de 1996 sur le
consentement aux soins de santé, L.O. 1996, ch. 2, ann. A
(« LCSS » ou « Loi ») et leur enjoignant de contester le
refus du consentement devant la Commission du con­
sentement et de la capacité (« Commission »). Dans
une demande reconventionnelle, les médecins ont solli­
cité un jugement déclaratoire portant que le consentement
au retrait du traitement de maintien de la vie n’est pas
obligatoire dans un tel cas de traitement inutile et que
la Commission n’a pas compétence pour trancher ces
questions.
The Superior Court of Justice granted S’s application.
The Ontario Court of Appeal upheld the order, finding
that withdrawal of life support and administration of
end‑of‑life palliative care were integrally linked and
should be viewed as a “treatment package” requiring con­
sent under the HCCA.
La Cour supérieure de justice a accueilli la demande
de S. La Cour d’appel de l’Ontario a confirmé cette
ordo­nnance, concluant que le retrait du traitement de
main­tien de la vie et l’administration de soins pall­iatifs
étaient intrinsèquement reliés et devaient être consi­dérés
comme « un traitement global » exigeant un consen­
tement sous le régime de la LCSS.
Held (Abella and Karakatsanis JJ. dissenting): The
appeal should be dismissed.
Arrêt (les juges Abella et Karakatsanis sont dissi­
dentes) : Le pourvoi est rejeté.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Rothstein and
Cromwell JJ.: The consent regime imposed by the HCCA
applies in this case. This legal framework, which aims at
protecting patients’ autonomy and medical interests, has
been used to resolve end‑of‑life disputes in Ontario for
17 years. Access to this established regime should not
be closed off, casting these matters back into the courts.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish,
Rothstein et Cromwell : Le régime en matière de con­
sentement prévu par la LCSS s’applique en l’espèce.
Ce cadre juridique, qui vise à protéger l’autonomie
du patient ainsi que ses intérêts sur le plan médical,
sert depuis 17 ans en Ontario à trancher des différends
concernant les décisions de fin de vie. Il ne faudrait
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
343
While the common law of consent to medical treatment
works well for patients who have the capacity to decide
on consent to treatment, that approach is problematic
when a patient is incapable of appreciating the nature,
purpose, and consequences of the proposed treatment.
The HCCA sets out clear rules requiring consent before
treatment can occur, identifying who can consent for an
incapable patient, stating the criteria on which consent
must be granted or refused, and creating a specialized
body to settle disputes, including those between SDMs
and physicians over consent regarding life support.
Board decisions are subject to judicial review ensuring
that the Board acts within its mandate and in accord­
ance with the Constitution.
pas bloquer l’accès à ce régime bien établi et renvoyer
ces questions aux tribunaux. Bien que les règles de la
common law relatives au consentement à un traitement
médical s’appliquent bien dans le cas des patients
capables de donner un tel consentement, cette appro­
che pose problème lorsque le patient est incapable de
comprendre la nature, l’objet et les conséquences du
traitement proposé. La LCSS énonce des règles claires
qui exigent le consentement avant qu’un traitement ne
puisse être administré, désignent les personnes autori­
sées à donner le consentement pour le patient inca­
pa­ble, précisent les critères sur lesquels doivent être
fondés le consentement ou son refus, et créent un orga­
nisme spécialisé pour régler les litiges, y compris
ceux qui opposent les mandataires spéciaux et les
médecins au sujet du consentement au traitement de
maintien de la vie. Les décisions de la Commission
sont susceptibles de contrôle judiciaire, ce qui assure
qu’elle agisse dans les limites de son mandat et en
confor­mité avec la Constitution.
The appellant physicians argue that: (1) life support
that is not “medically indicated” is not “treatment” under
s. 2(1) of the HCCA; (2) in any event, the withdrawal
of treatment does not itself constitute “treatment” and
therefore does not require consent; and (3) requiring
consent for withdrawal of life support will place them
in an untenable ethical position. Reading the words of
the statute in their ordinary sense and in their context,
and having regard to the objects and scheme of the Act,
those arguments cannot succeed. First, “treatment” and
“health‑related purpose” are not confined to procedures
that are of medical benefit in the view of the patient’s
medical caregivers. Rather, “treatment” is broadly de­
fined as “anything that is done” for one of the enumerated
purposes (therapeutic, preventive, palliative, diagnostic
and cosmetic) or “other health‑related purpose”. What
the attending physician considers to be of “medical
ben­efit” to the patient is a clinical term having legal
implications for the physician’s standard of care. In
contrast, “health‑related purpose” is a legal term used in
the HCCA to set limits on when actions taken by health
practitioners will require consent. Additionally, in keep­
ing the patient alive and forestalling death, life support
arguably falls within “therapeutic” and “preventive” pur­
poses listed in the definition of “treat­ment”. Inclusion
of life support in that definition is also generally sup­
ported by the objects of the HCCA, by providing con­
sistency with respect to consent, by protecting autonomy
through the requirement of consent, and by providing
a meaningful role in the consent process for the SDM
— often a close family member. An interpretation of
Pour les médecins appelants : (1) le traitement de
main­tien de la vie qui n’est pas « indiqué sur le plan
médi­cal » ne constitue pas un « traitement » au sens
du par. 2(1) de la LCSS; (2) de toute manière, le
retrait d’un traitement ne constitue pas en soi un
« traitement » et n’exige donc pas un consentement;
et (3) l’exigence d’obtenir le con­sentement au retrait
du traitement de maintien de la vie les placera dans
une position éthique intenable. Compte tenu du sens
ordinaire des termes de la Loi et de leur con­texte
ainsi que des objets de la Loi et de son esprit, ces
arguments ne peuvent être retenus. Premièrement, les
termes « traitement » et « but relié au domaine de la
santé » ne visent pas uniquement les procédures qui
ont un effet bénéfique sur le plan médical d’après les
fournisseurs de soins du patient. Le « traitement »
est plutôt défini en termes généraux et s’entend de
« tout ce qui est fait » dans l’un des buts énumérés
(thérapeu­
tique, préventif, palliatif, diagnostique ou
cosmétique) ou dans « un autre but relié au domaine de
la santé ». Le traite­ment ayant, selon le médecin trai­
tant, un « effet bénéfique » pour le patient renvoie à une
notion clinique entraînant des conséquences juridiques
en ce qui a trait à la norme de diligence applicable au
médecin. Par contre, la notion juridique de « but relié
au domaine de la santé » est utilisée dans la LCSS
pour limiter les cas où les praticiens de la santé auront
besoin d’un consentement. En outre, pour préserver la
vie du patient et empêcher son décès, le traitement de
maintien de la vie relève vraisemblable­ment d’un but
« thérapeutique » et « préventif », au sens de la défini­tion
344
cuthbertson
v.
rasouli
[2013] 3 S.C.R.
“treatment” that is confined to what the medical caregiver
considers to be of medical benefit to the patient would
give these statutory purposes short shrift.
du terme « traitement ». L’inclusion du traitement de
maintien de la vie dans cette définition trouve éga­le­
ment appui, de façon générale, dans les objectifs de
la LCSS, en garantissant l’uniformité rela­tivement au
consentement, en protégeant l’autonomie par l’exigence
d’obtenir le consentement et en conférant un rôle
important au mandataire spécial — souvent un proche
parent — dans le processus de consentement. Donner au
terme « traitement » une interprétation qui se limiterait
aux mesures que le fournisseur de soins estime présen­
ter un effet bénéfique pour le patient aurait pour effet
d’écarter ces objectifs de la Loi.
As to the physicians’ second argument, “treatment”
in the HCCA is broadly defined and therefore should be
understood as extending to withdrawal of life support
in the situation at issue here and as that process is de­
scribed in these proceedings. Withdrawal of life sup­
port aims at the health‑related purpose of pre­venting
suffering and indignity at the end of life, often entails
physical interference with the patient’s body, and is
closely associated with the provision of palliative care.
By removing medical services that are keeping a pa­
tient alive, withdrawal of life support impacts patient
autonomy in the most fundamental way and goes to the
heart of the purposes of the HCCA. Those purposes would
be ill‑served by an interpretation that holds withdrawal
of life support cannot constitute “treatment” under the
Act. Moreover, the Board regularly exercises its juris­
diction in cases where physicians propose to withdraw
life support, consistent with the view that withdrawal
of life support constitutes “treatment” under the HCCA.
Pour ce qui est du deuxième argument des médecins,
le terme « traitement » utilisé dans la LCSS est défini en
termes généraux et doit donc être interprété de telle sorte
qu’il englobe le retrait du traitement de maintien de la
vie dans la situation dont il est question en l’espèce et
tel que ce processus est décrit dans les présentes procé­
dures. Le retrait du traitement de maintien de la vie vise
le but relié au domaine de la santé qui consiste à préve­
nir les souffrances et à préserver la dignité à la fin de
la vie, entraîne souvent une intervention physique sur
le corps du patient et a un lien étroit avec l’administra­
tion de soins palliatifs. En supprimant des services médi­
caux qui servent à garder le patient en vie, le retrait du
trai­tement de maintien de la vie a une incidence des plus
considérables sur l’autonomie du patient et touche à
l’ess­ence même des objectifs de la LCSS. Considérer
que le retrait du traitement de maintien de la vie ne
saurait constituer un « traitement » au sens de la Loi
nuirait à l’atteinte de ces objectifs. Par ailleurs, la
Commission a régulièrement exercé sa compétence
dans des cas où les médecins proposaient de retirer le
traitement de maintien de la vie et confirmé le point de
vue selon lequel ce retrait constitue un « traitement » au
sens de la LCSS.
Third, while a physician may feel that the legal obli­
gation not to withdraw life support is in tension with
their professional or personal ethics, such tensions are
inherent to medical practice. A physician cannot be
legally faulted for following the direction of the Board
any more than he or she could be faulted for abiding
by a judge’s direction at common law not to withdraw
life support. Implicit in the physicians’ request that a
judge resolve the present dispute is acceptance that if
a judge orders that life support cannot be withdrawn,
they must comply. Their legal position under the HCCA
is no different. The HCCA’s scheme for dispute resolu­
tion offers several avenues through which a clash with
a physician’s ethical compunctions may be averted; the
physician’s submissions on the patient’s condition, the
Troisièmement, bien que le médecin puisse estimer
que son obligation juridique de ne pas retirer le traite­
ment de maintien de la vie entre en conflit avec son éthi­
que professionnelle ou personnelle, de telles tensions
sont inhérentes à la pratique de la médecine. Sur le plan
juridique, on ne saurait reprocher au médecin d’avoir
sui­vi les directives de la Commission, pas plus que de
s’être conformé aux directives d’un juge, en common
law, de ne pas retirer le traitement de maintien de la vie.
Dans leur demande pour que le litige qui nous occupe
soit tranché par un juge, les médecins acceptent impli­
citement que, si le juge leur ordonne de ne pas retirer
le traite­m ent de maintien de la vie, ils doivent se
conformer à cette ordonnance. Sous le régime de la
LCSS, leur position juridique est du même ordre.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
345
nature of the proposal to withdraw life support, and what
will medically benefit the patient will be highly relevant
to the Board’s analysis. While the end‑of‑life context
poses difficult ethical dilemmas for physicians, this does
not alter the conclusion that withdrawal of life support
constitutes treatment requiring consent under the HCCA.
Le régime de règlement des différends établi par la
LCSS prévoit plusieurs recours permettant d’éviter
le conflit avec les scrupules éthiques d’un médecin;
les observations du médecin sur l’état du patient, sur
la nature de la proposition de retirer le traitement de
maintien de la vie et sur l’effet bénéfique pour le patient
sur le plan médical auront une grande pertinence pour
l’analyse de la Commission. Le contexte lié à la fin de
la vie suscite des dilemmes éthiques difficiles pour les
médecins, mais cela ne change en rien la conclusion
voulant que le retrait du traitement de maintien de la vie
constitue un traitement qui exige un consentement sous
le régime de la LCSS.
Having determined that R should be removed from
life support, the appellant physicians, applying the
HCCA in this case, were obliged to seek S’s consent
to the withdrawal: ss. 10(1)(b) and 20. Since R had not
expressed a prior applicable wish within the meaning of
s. 21(1), S was required to determine whether removal
of life support was in R’s best interests, having regard
to a series of mandatory factors relating to his medical
condition, well‑being, values and wishes: s. 21(2). If the
appellant physicians do not agree that maintaining life
support for R is in his best interests, their recourse is to
apply to the Board for a determination of whether S’s
refusal to provide consent to the withdrawal complied
with s. 21: s. 37(1). It will then be for the Board to de­
termine whether S’s refusal to provide consent to the
withdrawal of life support was in R’s best interests,
within the meaning of s. 21(2). If the Board is of the
opinion it was not, it may substitute its decision for that
of S, and clear the way for removal of R’s life support.
Si on applique la LCSS en l’espèce, après avoir
déterminé que le traitement de maintien de la vie admi­
nistré à R devait être retiré, les médecins appelants
étaient tenus de demander le consentement de S à cet
égard : al. 10(1)b) et art. 20. Puisque R n’avait exprimé
aucun désir applicable au sens du par. 21(1), S était tenue
de déterminer si le retrait du traitement de maintien
de la vie était dans l’intérêt véritable de R, en tenant
compte obligatoirement d’une série de facteurs relatifs à
son état de santé, à son bien-être, à ses valeurs et à ses
désirs : par. 21(2). Si les médecins appelants ne sont pas
d’accord pour dire que l’administration à R du traite­
ment de maintien de la vie est dans son intérêt vérita­
ble, leur recours consiste à demander à la Commission
si le refus de S de consentir au retrait du traitement est
conforme à l’art. 21 : par. 37(1). Il appartiendra ensuite
à la Com­mission de déterminer si le refus de S de con­
sentir au retrait du traitement de maintien de la vie était
dans l’intérêt véritable de R, au sens du par. 21(2). Si
elle en venait à la conclusion que ce n’est pas le cas, la
Commission pou­rrait substituer sa décision à celle de S
et permettre le retrait du traitement de maintien de la vie
administré à R.
Per Abella and Karakatsanis JJ. (dissenting): The
common law, and not the HCCA, governs when doctors
and substitute decision‑makers disagree regarding the
proposed withdrawal of an incapable patient’s life sup­
port. Thus, the court, and not the Board, is the appropriate
forum for resolving any disputes between the doctors
and the incapable patient’s substitute decision‑maker.
Les juges Abella et Karakatsanis (dissidentes) : C’est
la common law, et non la LCSS, qui s’applique lorsque
les médecins et les mandataires spéciaux ne s’entendent
pas sur le retrait proposé d’un traitement de maintien
de la vie administré à un patient incapable. C’est donc
au tribunal, et non à la Commission, qu’ils doivent
s’adresser pour régler les différends qui les opposent.
The HCCA was not intended to cover the withdrawal
of treatment or to provide a comprehensive scheme. It
specifically provides that it does not affect the law re­
lating to giving or refusing consent to anything not with­
in the definition of “treatment” (s. 8(2)). The definition
of “treatment” does not include the withdrawal or the with­
holding of treatment. Further, the withdrawal of treat­
ment and the provision of palliative care are separate
La LCSS ne vise pas à englober le retrait d’un
trai­tement et n’a pas pour objet d’instaurer un régime
com­­plet. Elle prévoit expressément qu’elle n’a pas
d’inci­dence sur le droit se rapportant au fait de don­
ner ou de refuser son consentement à tout ce qui n’est
pas compris dans la définition du terme « traitement »
(par. 8(2)). La définition du terme « traitement » ne
comprend pas le retrait d’un traitement ou le refus
346
cuthbertson
v.
rasouli
[2013] 3 S.C.R.
issues. The reasonable conclusion is that the HCCA does
not alter the common law of consent by creating an en­
titlement to treatment.
d’administrer un traitement. Par ailleurs, le retrait d’un
traitement et l’administration de soins palliatifs sont des
questions distinctes. Il convient donc de conclure que
la LCSS n’a pas pour effet de modifier les règles de la
common law en matière de consentement en conférant
le droit de recevoir un traitement.
The HCCA codifies and builds upon the common
law of consent in Ontario. It is designed to give effect
to the principle of patient autonomy — a principle with
deep roots in our common law — that permits a patient
to refuse medical treatment, no matter the con­sequences.
The scheme of the Act ensures that when treatment is
proposed, doctors, substitute decision‑makers and the
Board are all bound by the patient’s known wishes, if
clear and applicable. This is true for all treatments; there
are no special provisions for end‑of‑life scenarios.
La LCSS codifie les règles de la common law en
mati­ère de consentement en Ontario et prend appui sur
elle. Elle vise à donner effet au principe de l’autono­­
mie du patient — profondément enraciné dans notre
com­mon law — qui permet à celui-ci de refuser un trai­
te­ment mé­dical, peu importe les conséquences. L’esprit
de la Loi fait en sorte que, lorsqu’un traitement est
proposé, les mé­decins, les mandataires spéciaux et la
Commission sont tous tenus de se conformer aux désirs
connus exprimés par le patient, si ceux-ci sont clairs et
applicables. Cela vaut pour tout traitement; la Loi ne
renferme aucune dis­position particulière concernant les
situations de fin de vie.
However, the HCCA does not permit a patient to
dic­tate treatment. Neither the words nor the scheme of
the Act contemplate a patient’s right to stop a doctor
from withdrawing treatment that is no longer medically
effective or is even harmful. Such an extension of pa­
tient autonomy to permit a patient to insist on the con­
tinuation of treatment that is medically futile would
have a detrimental impact on the standard of care and
legal, ethical, and professional duties in the practice of
medicine. The role of patient autonomy must be balanced
with the physician’s role, expertise, and advice. As well,
there are a myriad of important interests, such as the
integrity of our health care system, at stake.
Toutefois, la LCSS ne permet pas à un patient
d’impo­ser un traitement. Ni le libellé ni l’esprit de la
Loi ne com­prennent le droit du patient d’empêcher le
médecin de retirer un traitement qui n’est plus effi­
cace sur le plan médical ou qui est même préjudi­
cia­ble. L’élargissement de l’autonomie du patient de
manière à lui permettre d’insis­ter sur le maintien d’un
traitement qui est inutile sur le plan médical aurait
un effet préjudiciable sur la norme de diligence et sur
les obligations juridiques, déontologiques et profes­
sionnelles dans la pratique de la médecine. Il faut mettre
en balance le rôle de l’autonomie du patient, d’une
part, et le rôle, l’expertise ainsi que l’avis du mé­decin,
d’autre part. De plus, il existe une multitude d’in­térêts
impor­tants en jeu, par exemple l’intégrité de notre
système de soins de santé.
As with the HCCA, the common law does not entitle
a patient to insist upon continuation of treatment; it does
not require a patient’s consent to the withholding or
withdrawal of treatment. Even in those cases in which the
court has intervened to prevent doctors from unilaterally
withdrawing or withholding treatment, the courts did
not conclude that consent was required. Rather, in those
cases, the courts ordered an injunction pending trial.
Other courts have explicitly concluded that consent is not
required for the withdrawal of treatment and that it is not
appropriate for a court to interfere with medical doctors
acting unilaterally and professionally in the best interests
of a patient.
Tout comme la LCSS, la common law ne donne pas
au patient le droit d’insister sur le maintien d’un traite­
ment. Elle n’exige pas non plus le consentement du
patient au refus d’administrer un traitement ou au retrait
d’un traitement. Même dans les affaires où ils sont
inter­ve­nus pour empêcher des médecins de retirer ou
de refuser uni­latéralement un traitement, les tribu­naux
n’ont pas con­clu à l’obligation d’obtenir le consente­
ment. Ils ont plu­tôt prononcé une injonction en atten­
dant l’instruction de l’affaire. Dans d’autres décisions,
les tribunaux ont expli­citement conclu que le consen­te­
ment n’était pas requis pour le retrait d’un traite­ment et
qu’il n’appartenait pas au tribunal d’intervenir lorsque
les médecins agissaient unilatéralement et profession­
nellement dans l’intérêt véritable du patient.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
347
The common law protects the interests of Canadians
in the medical realm by requiring physicians to act (1) in
accordance with the conduct of a prudent practitioner of
the same experience and standing in the field, includ­ing
a duty to obtain informed consent, and (2) in the best
interests of their patients.
La common law protège les intérêts des Canadiens
dans le domaine médical en exigeant du médecin qu’il
agisse (1) comme le ferait un praticien de la santé pru­
dent ayant la même expérience et réputation dans son
domaine, notamment en se conformant à l’obligation
d’obtenir un consentement éclairé, et (2) dans l’intérêt
véritable de ses patients.
In many typical doctor‑patient relationships, the fi­
duciary obligation and the standard of care will likely
overlap or resemble one another. However, in the end‑­
of‑life scenario where ongoing life support is futile, the
foundation and ambit of a doctor’s fiduciary duty would
be a useful and appropriate conceptual paradigm to sup­
plement the standard of care and address the broad­er
best interests of the patient. These obligations should re­
quire doctors to undertake a certain process for resolving
important questions in the end‑of‑life setting by includ­
ing a role for the family or substitute decision‑maker;
providing notice and a thorough and accommodating
process for determining the condition and best interests
of the patient; and, where they are of the opinion that
life support for a patient should be withdrawn, exploring
alternative institutions willing to continue the treatment.
Ultimately, if a doctor is satisfied that treatment is futile,
he or she may discontinue treatment notwithstanding
the wishes of the patient or family, provided they have
followed these consultative processes and considered the
patient’s best interests.
Dans le cadre de la relation typique entre le médecin
et son patient, il est probable qu’il y ait chevauchement
entre l’obligation fiduciaire et la norme de diligence ou
qu’elles se ressemblent. Toutefois, dans des situations de
fin de vie où l’administration continue d’un traitement
de maintien de la vie est inutile, l’obligation fiduciaire
du médecin, dans sa portée et son fondement, s’avérerait
un modèle théorique utile et approprié permettant de
compléter la norme de diligence et de traiter des intérêts
véritables plus larges du patient. Selon ces obligations, le
médecin devrait être tenu de suivre un certain processus
pour régler des questions importantes concernant la fin
de vie en accordant un rôle à la famille ou au manda­
taire spécial, en donnant avis et en suivant un processus
détaillé et conciliant visant à déterminer l’état de santé
et l’intérêt véritable du patient, et, lorsqu’il est d’avis
qu’il convient de retirer un traitement de maintien de la
vie administré à un patient, en examinant la possibilité
que d’autres établissements soient disposés à continuer
l’administration du traitement. S’il est convaincu en der­
nière analyse que le traitement est inutile, le médecin peut
en arrêter l’administration malgré les désirs exprimés par
le patient ou sa famille, pourvu qu’il ait suivi ces pro­ces­
sus de consultation et tenu compte de l’intérêt véritable
du patient.
Where, as here, a family member or a substitute deci­
sion‑maker disagrees with the medical practitioner’s de­
cision to withdraw life support, that person may apply
to the court to challenge the physician’s decision. In
reviewing whether a physician is acting within the pro­
fessional standard of care, the court should deter­
mine whether the life support has any chance of being
medically effective and whether withdrawal of the
treatment is in the best interests of the patient. This
necessarily includes consideration of the patient’s wishes,
values and beliefs, in addition to the broad mental and
physical implications for the patient’s condition and
well‑being. However, in making that determination, the
continuation of life is not an absolute value. The ul­timate
decision whether to withdraw life‑sustaining treatment
must respect the medical or physical consequences of
withdrawal or continuation of life support, and also the
personal autonomy, bodily integrity, and human dignity
of the patient. A doctor cannot be required to act outside
Lorsque, comme en l’espèce, il est en désaccord avec
la décision du praticien de la santé de retirer un traitement
de maintien de la vie, un membre de la famille du patient
ou le mandataire spécial peut contester cette décision,
par voie de requête, devant le tribunal. Pour établir si le
médecin respecte la norme de diligence professionnelle,
le tribunal doit déterminer si le traitement de maintien de
la vie a quelque chance de réussite sur le plan médical et
si le retrait du traitement est dans l’intérêt véritable du
patient. Cet exercice comporte nécessairement l’examen
des désirs exprimés par le patient, de ses valeurs et de ses
croyances, en plus des conséquences importantes men­
tales et physiques sur son état et son bien-être. Toutefois,
pour trancher cette question, le maintien de la vie n’est
pas une valeur absolue. La décision définitive de retirer
ou non un traitement de maintien de la vie doit respecter
les conséquences sur le plan médical ou physique de
ce retrait ou de la continuation du traitement, ainsi que
l’autonomie personnelle, l’intégrité physique et la dignité
348
cuthbertson
v.
rasouli
[2013] 3 S.C.R.
of the standard of care and contrary to his or her pro­
fessional duties.
humaine du patient. On ne peut exiger du médecin qu’il
agisse à l’encontre de ses obligations professionnelles et
de la norme de diligence à laquelle il est astreint.
In this case, the application judge made no factual
findings about the patient’s condition and effectiveness
of any treatment, and the patient’s diagnosis has been
subject to change. The matter should therefore be remit­
ted to the Ontario Superior Court of Justice, so that it may
make the necessary findings of fact, and to determine
whether the withdrawal of life support is in accordance
with the standard of care and the best interests of the
patient.
En l’espèce, la juge saisie de la demande n’a tiré
aucune conclusion de fait sur l’état de santé du patient ou
sur l’efficacité de quelque traitement que ce soit; de plus,
le diagnostic du patient a été modifié. Il y a donc lieu
de renvoyer l’affaire à la Cour supérieure de justice de
l’Ontario pour qu’elle tire les conclusions de fait néces­
saires et qu’elle détermine si le retrait du traitement de
maintien de la vie est conforme à la norme de diligence
applicable et dans l’intérêt véritable du patient.
Cases Cited
Jurisprudence
By McLachlin C.J.
Citée par la juge en chef McLachlin
Referred to: Reibl v. Hughes, [1980] 2 S.C.R. 880;
Hopp v. Lepp, [1980] 2 S.C.R. 192; Fleming v. Reid
(1991), 4 O.R. (3d) 74; Malette v. Shulman (1990), 72
O.R. (2d) 417; E. (Mrs.) v. Eve, [1986] 2 S.C.R. 388; B.
(R.) v. Children’s Aid Society of Metropolitan Toronto,
[1995] 1 S.C.R. 315; Re S.D., [1983] 3 W.W.R. 618;
Starson v. Swayze, 2003 SCC 32, [2003] 1 S.C.R. 722;
Golubchuk v. Salvation Army Grace General Hospital,
2008 MBQB 49, 227 Man. R. (2d) 274; Sweiss v.
Alberta Health Services, 2009 ABQB 691, 483 A.R.
340; Children’s Aid Society of Ottawa‑Carleton v.
C. (M.) (2008), 301 D.L.R. (4th) 194; E.J.G. (Re), 2007
CanLII 44704; G. (Re), 2009 CanLII 25289; A.K. (Re),
2011 CanLII 82907; Scardoni v. Hawryluck (2004), 69
O.R. (3d) 700; R. (Burke) v. General Medical Council,
[2005] EWCA Civ 1003, [2005] 3 W.L.R. 1132; Conway
v. Jacques (2002), 59 O.R. (3d) 737; K.M.S. (Re), 2007
CanLII 29956; D.D. (Re), 2013 CanLII 18799; P. (D.),
Re, 2010 CarswellOnt 7848; E.B. (Re), 2006 CanLII
46624; E. (Re), 2009 CanLII 28625; H.J. (Re), 2003
CanLII 49837; M. (A.) v. Benes (1999), 46 O.R. (3d) 271;
D.W. (Re), 2011 CanLII 18217; S.S. (Re), 2011 CanLII
5000; N., Re, 2009 CarswellOnt 4748; Crits v. Sylvester
(1956), 1 D.L.R (2d) 502, aff’d [1956] S.C.R. 991;
McInerney v. MacDonald, [1992] 2 S.C.R. 138; Norberg
v. Wynrib, [1992] 2 S.C.R. 226.
Arrêts mentionnés : Reibl c. Hughes, [1980] 2 R.C.S.
880; Hopp c. Lepp, [1980] 2 R.C.S. 192; Fleming c. Reid
(1991), 4 O.R. (3d) 74; Malette c. Shulman (1990), 72
O.R. (2d) 417; E. (Mme) c. Eve, [1986] 2 R.C.S. 388; B. (R.)
c. Children’s Aid Society of Metropolitan Toronto,
[1995] 1 R.C.S. 315; Re S.D., [1983] 3 W.W.R. 618;
Starson c. Swayze, 2003 CSC 32, [2003] 1 R.C.S. 722;
Golubchuk c. Salvation Army Grace General Hospital,
2008 MBQB 49, 227 Man. R. (2d) 274; Sweiss c.
Alberta Health Services, 2009 ABQB 691, 483 A.R. 340;
Children’s Aid Society of Ottawa-Carleton c. C. (M.)
(2008), 301 D.L.R. (4th) 194; E.J.G. (Re), 2007 CanLII
44704; G. (Re), 2009 CanLII 25289; A.K. (Re), 2011
CanLII 82907; Scardoni c. Hawryluck (2004), 69 O.R.
(3d) 700; R. (Burke) c. General Medical Council, [2005]
EWCA Civ 1003, [2005] 3 W.L.R. 1132; Conway c.
Jacques (2002), 59 O.R. (3d) 737; K.M.S. (Re), 2007
CanLII 29956; D.D. (Re), 2013 CanLII 18799; P. (D.),
Re, 2010 CarswellOnt 7848; E.B. (Re), 2006 CanLII
46624; E. (Re), 2009 CanLII 28625; H.J. (Re), 2003
CanLII 49837; M. (A.) c. Benes (1999), 46 O.R. (3d) 271;
D.W. (Re), 2011 CanLII 18217; S.S. (Re), 2011 CanLII
5000; N., Re, 2009 CarswellOnt 4748; Crits c. Sylvester
(1956), 1 D.L.R. (2d) 502, conf. par [1956] R.C.S. 991;
McInerney c. MacDonald, [1992] 2 R.C.S. 138; Norberg
c. Wynrib, [1992] 2 R.C.S. 226.
By Karakatsanis J. (dissenting)
Citée par la juge Karakatsanis (dissidente)
Reibl v. Hughes, [1980] 2 S.C.R. 880; Hopp v. Lepp,
[1980] 2 S.C.R. 192; McInerney v. MacDonald, [1992]
2 S.C.R. 138; Airedale N.H.S. Trust v. Bland, [1993]
A.C. 789; Sweiss v. Alberta Health Services, 2009
ABQB 691, 483 A.R. 340; I.H.V., Re, 2008 ABQB 250,
449 A.R. 211; Sawatzky v. Riverview Health Centre Inc.
(1998), 132 Man. R. (2d) 222; Golubchuk v. Salvation
Reibl c. Hughes, [1980] 2 R.C.S. 880; Hopp c. Lepp,
[1980] 2 R.C.S. 192; McInerney c. MacDonald, [1992] 2
R.C.S. 138; Airedale N.H.S. Trust c. Bland, [1993] A.C.
789; Sweiss c. Alberta Health Services, 2009 ABQB 691,
483 A.R. 340; I.H.V., Re, 2008 ABQB 250, 449 A.R.
211; Sawatzky c. Riverview Health Centre Inc. (1998),
132 Man. R. (2d) 222; Golubchuk c. Salvation Army
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
349
Army Grace General Hospital, 2008 MBQB 49, 227
Man. R. (2d) 274; Jin v. Calgary Health Region, 2007
ABQB 593, 428 A.R. 161; Child and Family Services of
Central Manitoba v. R.L. (1997), 123 Man. R. (2d) 135;
Rotaru v. Vancouver General Hospital Intensive Care
Unit, 2008 BCSC 318 (CanLII); Re J (a minor) (ward­
ship: medical treatment), [1992] 4 All E.R. 614; Re R (a
minor) (wardship: medical treatment), [1991] 4 All E.R.
177; In Re: The Conservatorship of Helga M. Wanglie,
No. PX‑91‑283 (1991), reported in (1991), 7 Issues L.
& Med. 369; In the Matter of Baby “K”, 16 F.3d 590
(1994); ter Neuzen v. Korn, [1995] 3 S.C.R. 674; Norberg
v. Wynrib, [1992] 2 S.C.R. 226; Rodriguez v. British
Columbia (Attorney General), [1993] 3 S.C.R. 519.
Grace General Hospital, 2008 MBQB 49, 227 Man. R.
(2d) 274; Jin c. Calgary Health Region, 2007 ABQB
593, 428 A.R. 161; Child and Family Services of Central
Manitoba c. R.L. (1997), 123 Man. R. (2d) 135; Rotaru
c. Vancouver General Hospital Intensive Care Unit, 2008
BCSC 318 (CanLII); Re J (a minor) (wardship : medical
treatment), [1992] 4 All E.R. 614; Re R (a minor) (ward­
ship : medical treatment), [1991] 4 All E.R. 177; In Re : 
The Conservatorship of Helga M. Wanglie, No. PX-91283 (1991), publié dans (1991), 7 Issues L. & Med.
369; In the Matter of Baby “K”, 16 F.3d 590 (1994); ter
Neuzen c. Korn, [1995] 3 R.C.S. 674; Norberg c. Wynrib,
[1992] 2 R.C.S. 226; Rodriguez c. Colombie-Britannique
(Procureur général), [1993] 3 R.C.S. 519.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Care Consent Act, S.Y. 2003, c. 21, Sch. B.
Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, arts. 11 to 25.
Consent to Treatment and Health Care Directives Act,
R.S.P.E.I. 1988, c. C‑17.2.
Health Care Consent Act, 1996, S.O. 1996, c. 2, Sch. A,
ss. 1, 2(1) “plan of treatment”, “treatment”, 8(2),
10(1), (2), 13, 20, 21, 29(1), (2), (3), 35, 36, 37, 85(1)(f).
Health Care (Consent) and Care Facility (Admission)
Act, R.S.B.C. 1996, c. 181.
Health Care Decisions Act, Va. Code Ann. § 54.1‑2990
(2013).
Health Care Directives Act, C.C.S.M. c. H27.
Legislation Act, 2006, S.O. 2006, c. 21, Sch. F, s. 64(1).
Tex. Health & Safety Code Ann. § 166.052 (Vernon
2012).
Uniform Health‑Care Decisions Act § 7, 9 U.L.A. 83
(2011).
Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 11 à 25.
Consent to Treatment and Health Care Directives Act,
R.S.P.E.I. 1988, ch. C-17.2.
Health Care (Consent) and Care Facility (Admission)
Act, R.S.B.C. 1996, ch. 181.
Health Care Decisions Act, Va. Code Ann. § 54.1-2990
(2013).
Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé, L.O.
1996, ch. 2, ann. A, art. 1, 2(1) « plan de traitement »,
« traitement », 8(2), 10(1), (2), 13, 20, 21, 29(1), (2),
(3), 35, 36, 37, 85(1)f).
Loi de 2006 sur la législation, L.O. 2006, ch. 21, ann. F,
art. 64(1).
Loi sur le consentement aux soins, L.Y. 2003, ch. 21,
ann. B.
Loi sur les directives en matière de soins de santé,
C.P.L.M. ch. H27.
Tex. Health & Safety Code Ann. § 166.052 (Vernon
2012).
Uniform Health-Care Decisions Act § 7, 9 U.L.A. 83
(2011).
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Canada. Law Reform Commission. “Euthanasia, Aiding
Suicide and Cessation of Treatment”, Working Paper 28.
Ottawa: The Commission, 1982.
Canada. Senate. Special Senate Committee on Euthanasia
and Assisted Suicide. Of Life and Death: Report of the
Special Senate Committee on Euthanasia and Assisted
Suicide. Ottawa: The Committee, 1995.
Canadian Healthcare Association, Canadian Medical
Association, Canadian Nurses Association and Cath­
olic Health Association of Canada. “Joint State­ment on
Preventing and Resolving Ethical Conflicts Involving
Health Care Providers and Persons Receiving Care”,
Association canadienne des soins de santé, Association
médicale canadienne, Association des infirmières et
infirmiers du Canada et Association catholique cana­
dienne de la santé. « Déclaration conjointe sur la pré­
vention et le règlement de conflits éthiques entre les
prestateurs de soins de santé et les personnes recevant
les soins », 1999 (en ligne : http://policybase.cma.ca/
dbtw-wpd/PolicyPDF/PD99-03F.pdf).
Association canadienne des soins de santé, Association
médicale canadienne, Association des infirmières
et infirmiers du Canada et Association catholique
cana­dienne de la santé. « Déclaration conjointe sur
350
cuthbertson
v.
rasouli
[2013] 3 S.C.R.
1999 (online: http://policybase.cma.ca/dbtw-wpd/
PolicyPDF/PD99-03.pdf).
Canadian Healthcare Association, Canadian Medical
Association, Canadian Nurses Association and Cath­
olic Health Association of Canada. “Joint Statement
on Resuscitative Interventions (Update 1995)”, 1995
(online: http://www.cma.ca/index.php/ci_id/33236/
la_id/1.htm).
College of Physicians & Surgeons of Manitoba.
Statement No. 1602: “Withholding and Withdrawing
Life‑Sustaining Treatment”, September 2007 (online: 
http://cpsm.mb.ca/cjj39alckF30a/wp-content/uploads/
st1602.pdf).
College of Physicians and Surgeons of Ontario. Policy
Statement #1‑06: “Decision‑making for the End of
Life”, July 2006 (online: http://www.cpso.on.ca/
policies/policies/default.aspx?ID=1582).
Côté, Pierre‑André, in collaboration with Stéphane
Beaulac and Mathieu Devinat. The Interpretation of
Legislation in Canada, 4th ed. Toronto: Carswell,
2011.
Hoffman, Brian F. The Law of Consent to Treatment in
Ontario, 2nd ed. Toronto: Butterworths, 1997.
Manitoba. Law Reform Commission. “Withholding or
Withdrawing Life Sustaining Medical Treatment”,
Report #109, December 2003 (online: http://www.
manitobalawreform.ca/pubs/pdf/archives/109-full_
report.pdf).
New Oxford Dictionary of English. Oxford: Clarendon
Press, 1998, “preventive”, “therapeutic”.
Picard, Ellen I., and Gerald B. Robertson. Legal Lia­
bility of Doctors and Hospitals in Canada, 4th ed.
Toronto: Thomson Carswell, 2007.
Stedman’s Medical Dictionary, 28th ed. Phila­
d el­
phia: Lippincott Williams & Wilkins, 2006, “extuba­
tion”.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2008.
Young, Hilary. “Why Withdrawing Life‑Sustaining
Treatment Should Not Require ‘Rasouli Consent’”
(2012), 6:2 M.J.L.H. 54.
la réanimation (mise à jour 1995) », 1995 (en ligne : 
http://policybase.cma.ca/dbtw-wpd/PolicyPDF/PD9503F.pdf).
Canada. Commission de réforme du droit. « Euthanasie,
aide au suicide et interruption de traitement », docu­
ment de travail 28. Ottawa : La Commission, 1982.
Canada. Sénat. Comité sénatorial spécial sur l’euthanasie
et l’aide au suicide. De la vie et de la mort : Rapport
du Comité sénatorial spécial sur l’euthanasie et l’aide
au suicide. Ottawa : Le Comité, 1995.
Collège des médecins et chirurgiens du Manitoba. State­
ment No. 1602 : « Withholding and With­drawing LifeSustaining Treatment », September 2007 (online : http://
cpsm.mb.ca/cjj39alckF30a/wp-content/uploads/
st1602.pdf).
Côté, Pierre-André, avec la collaboration de Stéphane
Beaulac et Mathieu Devinat. Interprétation des lois,
4e éd. Montréal : Thémis, 2009.
Hoffman, Brian F. The Law of Consent to Treatment in
Ontario, 2nd ed. Toronto : Butterworths, 1997.
Manitoba. Commission de réforme du droit. « With­
holding or Withdrawing Life Sustaining Medical
Treat­ment », Report #109, December 2003 (online : 
http://www.manitobalawreform.ca/pubs/pdf/archives/
109-full_report.pdf).
Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario. Policy
Statement #1-06 : « Decision-making for the End of
Life », July 2006 (online : http://www.cpso.on.ca/
policies/policies/default.aspx?ID=1582).
Picard, Ellen I., and Gerald B. Robertson. Legal Lia­
bility of Doctors and Hospitals in Canada, 4th ed.
Toronto : Thomson Carswell, 2007.
Stedman’s Medical Dictionary, 28th ed. Philadel­
phia : Lippincott Williams & Wilkins, 2006, « extuba­
tion ».
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2008.
Trésor de la langue française informatisé (en ligne),
« pré­ventif », « thérapeutique ».
Young, Hilary. « Why Withdrawing Life-Sustaining
Treatment Should Not Require “Rasouli Consent” »
(2012), 6:2 R.D.S.M. 54.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court
of Appeal (Doherty, Moldaver and Simmons JJ.A.),
2011 ONCA 482, 107 O.R. (3d) 9, 281 O.A.C. 183,
89 C.C.L.T. (3d) 175, [2011] O.J. No. 2984 (QL),
2011 CarswellOnt 14871, affirming a decision of
Himel J., 2011 ONSC 1500, 105 O.R. (3d) 761,
231 C.R.R. (2d) 26, [2011] O.J. No. 1100 (QL),
2011 CarswellOnt 1650 (sub nom. Rasouli (Liti­ga­
tion Guardian of) v. Sunnybrook Health Sci­ences
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de
l’Ontario (les juges Doherty, Moldaver et Simmons),
2011 ONCA 482, 107 O.R. (3d) 9, 281 O.A.C. 183,
89 C.C.L.T. (3d) 175, [2011] O.J. No. 2984 (QL),
2011 CarswellOnt 14871, qui a confirmé une déci­
sion de la juge Himel, 2011 ONSC 1500, 105 O.R.
(3d) 761, 231 C.R.R. (2d) 26, [2011] O.J. No. 1100
(QL), 2011 CarswellOnt 1650 (sub nom. Rasouli
(Litigation Guardian of) c. Sunnybrook Health
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
351
Centre). Appeal dismissed, Abella and Karakatsanis JJ. dissenting.
Sciences Centre). Pourvoi rejeté, les juges Abella
et Karakatsanis sont dissidentes.
Harry Underwood, Andrew McCutcheon and
Erica J. Baron, for the appellants.
Harry Underwood, Andrew McCutcheon et
Erica J. Baron, pour les appelants.
J. Gardner Hodder, Guillermo Schible and
Stefan A. De Smit, for the respondent.
J. Gardner Hodder, Guillermo Schible et
Stefan A. De Smit, pour l’intimé.
No one appeared for the intervener the Consent
and Capacity Board.
Personne n’a comparu pour l’intervenante la
Commission du consentement et de la capacité.
Hugh R. Scher, for the intervener the Euthanasia
Prevention Coalition.
Hugh R. Scher, pour l’intervenante la Coalition
pour la prévention de l’euthanasie.
Andrew S. Faith and Alexi N. Wood, for the
intervener the Canadian Critical Care Society.
Andrew S. Faith et Alexi N. Wood, pour l’inter­
venante la Société canadienne de soins intensifs.
Rahool P. Agarwal, Nahla Khouri and Nicholas
Saint‑Martin, for the intervener the Canadian
Association of Critical Care Nurses.
Rahool P. Agarwal, Nahla Khouri et Nicholas
Saint-Martin, pour l’intervenante l’Association
canadienne des infirmiers/infirmières en soins
inten­sifs.
Dianne Wintermute, Graham Webb and C. Tess
Sheldon, for the interveners the Advocacy Centre
for the Elderly and the ARCH Disability Law
Centre.
Dianne Wintermute, Graham Webb et C. Tess
Sheldon, pour les intervenants Advocacy Centre for
the Elderly et ARCH Disability Law Centre.
Marshall Swadron, Ryan Peck and Amy Wah, for
the interveners the Mental Health Legal Committee
and the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.
Marshall Swadron, Ryan Peck et Amy Wah, pour
les intervenants Mental Health Legal Committee et
HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.
Albertos Polizogopoulos and Don Hutchinson,
for the intervener the Evangelical Fellowship of
Canada.
Albertos Polizogopoulos et Don Hutchinson,
pour l’intervenante l’Alliance évangélique du
Canada.
The judgment of McLachlin C.J. and LeBel,
Fish, Rothstein and Cromwell JJ. was delivered by
Version française du jugement de la juge en chef
McLachlin et des juges LeBel, Fish, Rothstein et
Cromwell rendu par
The Chief Justice —
La Juge en chef —
I. Introduction
I. Introduction
A. Overview
A.Aperçu
[1] This case presents us with a tragic yet in­­creas­
ingly common conflict. A patient is uncon­scious.
He is on life support — support that may keep
[1] La Cour est saisie en l’espèce d’un conten­
tieux tragique qui devient néanmoins de plus en
plus fré­quent. Le patient est inconscient. Il est
352
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
him alive for a very long time, given the resources
of modern medicine. His physicians, who see no
pros­pect of recovery and only a long progression
of complications as his body deteriorates, wish to
withdraw life support. His wife, believing that he
would wish to be kept alive, opposes withdrawal of
life support. How should the impasse be resolved?
maintenu en vie artificiellement — traitement qui
pourrait le garder en vie très longtemps, compte
tenu des res­sources de la médecine moderne. Ses
médecins, qui ne voient aucune perspective de
rétablissement, mais plutôt une longue série de
complications à mesure que son corps se détério­
rera, souhaitent retirer le traitement de maintien
de la vie. Son épouse, qui pense qu’il souhaite­rait
être maintenu en vie, s’oppose au retrait du traite­
ment de maintien de la vie. Comment résou­dre
l’impasse?
[2] In the past, disputes between next of kin and
physicians over consent regarding life support and
other forms of medical treatment for incapable
pa­tients were resolved through the courts, under the
common law. However, in Ontario, the Health Care
Consent Act, 1996, S.O. 1996, c. 2, Sch. A (“HCCA”),
provides a statutory scheme for re­solving such
disputes. Under the HCCA, a designated substitute
decision-maker — often a close family member —
has the right to determine whether life support
can be withdrawn in the first instance. In making
that decision, she must act in accordance with the
provisions of the HCCA, which aim at protecting
patients’ autonomy and medical interests. In the
event of disagreement, it is open to the attending
physician to challenge the substitute decisionmaker’s decision on the ground that it is not in
accordance with the HCCA, by applying to the
Consent and Capacity Board (“Board”). The HCCA
empowers the Board to make the final decision on
the issue of consent for incapable patients.
[2] Dans le passé, les différends entre les proches
parents et les médecins au sujet du consentement au
traitement de maintien de la vie et à d’autres formes
de traitement médical administrées à des patients
incapables étaient réglés devant les tribunaux, selon
les règles de la common law. Or, en Ontario, la Loi
de 1996 sur le consentement aux soins de santé, L.O.
1996, ch. 2, ann. A (« LCSS » ou « Loi »), instaure
un régime législatif pour régler les dif­férends de
cette nature. Aux termes de la LCSS, le mandataire
spécial désigné — souvent un proche parent — a
le droit de décider avant qui que ce soit d’autre si
le traitement de maintien de la vie peut être retiré.
En prenant cette décision, le mandataire doit agir
en conformité avec la LCSS, qui vise à protéger
l’autonomie du patient ainsi que ses intérêts sur
le plan médical. En cas de désaccord, le médecin
traitant, par voie de requête devant la Commission
du consentement et de la capacité (« Com­mission »),
peut contester la décision du mandataire spécial au
motif qu’elle n’est pas conforme à la LCSS. La Loi
habilite la Commission à rendre la décision défi­
nitive quant à la question du consentement pour le
patient incapable.
[3] The appellant physicians in this case take the
position that the HCCA does not apply because con­
sent is not required for withdrawal of life support
that does not provide any medical benefit to the pa­
tient. The courts below rejected that contention, as
would I. It follows that the appeal should be dis­
missed. Where a substitute decision-maker does not
consent to the withdrawal of life support, the phys­
icians’ remedy is an application to the Board.
[3] En l’espèce, les médecins appelants font valoir
que la LCSS ne s’applique pas, parce que le con­
sentement n’est pas requis pour retirer un traitement
de maintien de la vie qui n’a aucun effet bénéfique
pour le patient. Les tribunaux d’instance inférieure
ont rejeté cet argument, tout comme je le ferais. Le
pourvoi doit donc être rejeté. Lorsque le mandataire
spécial refuse de consentir au retrait du traitement
de maintien de la vie, le recours des médecins con­
siste à présenter une requête à la Commission.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
353
[4] This case turns on statutory interpretation —
what the HCCA provides. It is not a case about who,
in the absence of a statute, should have the ultim­
ate say in whether to withhold or withdraw lifesus­taining treatment. Nor does the case require us
to resolve the philosophical debate over whether
a next-of-kin’s decision should trump the phys­
icians’ interest in not being forced to provide
non-bene­
ficial treatment and the public in­
ter­
est in not fund­ing treatment deemed of little or
no value. The On­tario legislature has ad­dressed
the conflicting in­terests and argu­ments that arise
in cases such as this in the HCCA. The Court’s task
is simply to determine what the statute re­quires.
I note that the parties did not address resource
implications or Charter issues in this appeal.
[4] La présente affaire porte sur l’interprétation
des dispositions de la LCSS. Il ne s’agit pas de déci­
der à qui revient, en l’absence d’une loi, la décision
ultime de maintenir ou de retirer le traitement de
maintien de la vie. La présente espèce ne nous oblige
pas non plus à trancher le débat philosophique
quant à la question de savoir si la décision d’un
proche parent doit avoir préséance sur l’intérêt des
médecins de ne pas être forcés d’administrer un
traitement qui n’a pas d’effet bénéfique et sur
l’intérêt public à ne pas financer un traitement qui
n’a que peu d’utilité, voire aucune. Le législateur
ontarien a traité, dans la LCSS, des intérêts et des
arguments contradictoires soulevés dans des cas
comme celui qui nous occupe. La Cour doit donc
simplement déterminer les exigences de la Loi. Je
note que, dans le présent pourvoi, les parties n’ont
pas abordé les questions relatives aux répercussions
du débat sur les ressources ou celles relatives à la
Charte.
B. The Events
B. Les faits
[5] In October 2010, Mr. Hassan Rasouli under­
went surgery at Sunnybrook Health Sciences Cen­
tre (the “Hospital”) to remove a benign brain tu­mour.
Following the procedure, Mr. Rasouli developed
an infection that caused severe and diffuse brain
damage. As a result, Mr. Rasouli has been uncon­
scious since October 16, 2010, and is being kept
alive by mechanical ventilation, connected to a
tube surgically inserted into his trachea, and arti­
ficial nutrition and hydration, delivered through a
tube inserted into his stomach. Without these lifesustaining measures, it is expected that Mr. Rasouli
would pass away.
[5] En octobre 2010, M. Hassan Rasouli a subi
une intervention chirurgicale au Sunnybrook Health
Sciences Centre (l’« hôpital ») pour qu’on procède
à l’exérèse d’une tumeur cérébrale bénigne. Par
la suite, il a contracté une infection qui a causé de
graves lésions cérébrales diffuses. En conséquence,
M. Rasouli est inconscient depuis le 16 octobre 2010
et il est maintenu en vie par ventilation artificielle,
au moyen d’une sonde insérée par voie chirurgicale
dans sa trachée, et par alimentation et hydratation
artificielles, au moyen d’une sonde insérée dans son
estomac. Sans ces mesures de maintien de la vie,
M. Rasouli décéderait vraisemblablement.
[6] The physicians responsible for Mr. Rasouli’s
care, including the appellants, Dr. Cuthbertson
and Dr. Rubenfeld, formed the opinion that
Mr. Rasouli was in a persistent vegetative state,
that all appropriate treatments for his condition
had been exhausted, and that there was no real­
istic hope for his medical recovery. In the opin­
ion of the physicians, continuing to provide life
support would not provide any medical benefit to
Mr. Rasouli and may cause harm. They seek to
[6] Les médecins chargés de s’occuper de
M. Rasouli, dont les appelants, le Dr Cuthbertson
et le Dr Rubenfeld, en sont venus à la conclusion
qu’il se trouvait dans un état végétatif persistant,
qu’ils avaient administré tous les traitements qui
convenaient à son état et qu’il n’y avait pas de
véritable espoir pour son rétablissement. Selon
les médecins, le fait de continuer à administrer le
traitement de maintien de la vie ne comporterait
aucun effet bénéfique pour M. Rasouli et pourrait
354
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
remove his life support and to provide palliative
care until his ex­pected death.
plutôt avoir des effets néfastes. Les médecins sou­
haitent retirer le traitement de maintien de la vie et
administrer plutôt des soins palliatifs jusqu’à ce que
survienne le décès prévu de leur patient.
[7] The physicians informed Mr. Rasouli’s wife,
Ms. Parichehr Salasel, who is also his litigation
guardian and substitute decision-maker under the
HCCA, of Mr. Rasouli’s diagnosis and their pro­
posed course of action. She would not agree.
Ms. Salasel and her family wish to keep Mr. Rasouli
alive. Ms. Salasel does not accept that Mr. Rasouli
is in a state of permanent and irreversible uncon­
sciousness and believes that, as a devout Shia
Mus­lim, he would wish to be kept alive. She con­
tends that new evidence on Mr. Rasouli’s neuro­
logical function indicates an increased level of
consciousness.
[7] Les médecins ont informé Mme Parichehr
Salasel — l’épouse de M. Rasouli, mais aussi sa
tutrice à l’instance et mandataire spéciale en vertu
de la LCSS — du diagnostic de celui-ci et des
mesures proposées. Elle n’a pas consenti à ces
mesures. Mme Salasel et sa famille souhaitent main­
tenir M. Rasouli en vie. Elle n’accepte pas que
celui-ci soit dans un état d’inconscience permanent
et irréversible et croit que, en tant que musulman
chiite dévot, il souhaiterait être maintenu en vie.
Elle soutient en outre que de nouveaux éléments
de preuve relatifs à la fonction neurologique de
M. Rasouli indiquent une augmentation de son état
de conscience.
[8] In the face of Ms. Salasel’s disagreement,
the Hospital arranged for a second opinion from
a neurologist who had not been involved in
Mr. Rasouli’s care. The neurologist concurred with
the original diagnosis and assessment. The Hos­pi­
tal also contacted another facility to see whether
Mr. Rasouli could be treated elsewhere, but that
facility was not prepared to admit Mr. Rasouli. In
addition, the physicians offered Ms. Salasel the
opportunity to independently obtain an opinion
from another neurologist, which she chose not
to do.
[8] Devant le désaccord de Mme Salasel, l’hôpital
a pris des dispositions pour obtenir un deuxième
avis auprès d’un neurologue qui n’avait pas suivi
M. Rasouli. Ce neurologue a souscrit au diagnostic
initial et au résultat de la première évaluation.
L’hôpital a également communiqué avec un autre
établissement pour vérifier s’il pouvait prendre en
charge M. Rasouli, mais cet établissement n’était
pas disposé à l’admettre. De plus, les médecins ont
offert à Mme Salasel la possibilité d’obtenir ellemême l’avis d’un autre neurologue, mais celle-ci a
décidé de ne pas se prévaloir de cette offre.
[9] Faced with an impasse, the physicians agreed
to postpone their plans to withdraw life support
until Ms. Salasel could apply to the Ontario Su­
perior Court of Justice for an order restraining the
physicians from withdrawing Mr. Rasouli from
life support, and directing that any challenge to
her refusal of consent be made to the Board. The
physicians cross-applied for a declaration that
Mr. Rasouli is in a permanent vegetative state, that
consent is not required to withdraw life support
where such treatment is futile, and that the Board
has no jurisdiction to decide these issues.
[9] Devant l’impasse, les médecins ont convenu
de reporter le retrait du traitement de maintien de la
vie en attendant que Mme Salasel puisse demander
à la Cour supérieure de justice de l’Ontario une
ordonnance leur interdisant de retirer le traitement
de maintien de la vie administré à M. Rasouli et leur
enjoignant de contester le refus du consentement
devant la Commission. Dans une demande recon­
ventionnelle, les médecins ont sollicité un jugement
déclaratoire portant que M. Rasouli se trouve dans
un état végétatif permanent, que le consentement au
retrait du traitement de maintien de la vie n’est pas
obligatoire dans un tel cas de traitement inutile et
que la Commission n’a pas compétence pour tran­
cher ces questions.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
355
C. Court Decisions
C. Décisions des tribunaux d’instance inférieure
[10] The Ontario Superior Court of Justice, per
Himel J., granted Ms. Salasel’s application for an
order that life support could not be removed with­
out her consent, and that any challenge to her re­
fusal to consent must be brought before the Board: 
2011 ONSC 1500, 105 O.R. (3d) 761.
[10] La juge Himel de la Cour supérieure de jus­
tice de l’Ontario a accueilli la demande par laquelle
Mme Salasel sollicitait une ordonnance interdisant
aux médecins de retirer le traitement de maintien de
la vie sans son consentement et leur enjoignant de
contester le refus du consentement devant la Com­
mission : 2011 ONSC 1500, 105 O.R. (3d) 761.
[11] The Ontario Court of Appeal upheld this
order. It held that withdrawal of life support and
administration of end-of-life palliative care were
integrally linked and should be viewed as a “treat­
ment package”: 2011 ONCA 482, 107 O.R. (3d) 9,
at para. 52. Since consent to the administration
of palliative care was clearly required under the
HCCA, it should also be required for the “treatment
package” of withdrawal of life support and ad­
ministration of palliative care.
[11] La Cour d’appel de l’Ontario a confirmé cette
ordonnance, concluant que le retrait du trai­tement
de maintien de la vie et l’administration de soins
pal­liatifs étaient intrinsèquement reliés et devaient
être considérés comme [traduction] « un traite­
ment global » : 2011 ONCA 482, 107 O.R. (3d) 9,
par. 52. Puisque la LCSS exige manifestement le
consentement à l’administration de soins palliatifs,
la Cour d’appel a estimé qu’elle doit également
exiger le consentement pour le « traitement global »
comprenant le retrait du traitement de maintien de
la vie et l’administration de soins palliatifs.
[12] In January 2012, before the hearing of the
appeal in this Court, assessments by two neurol­
ogists resulted in a change to Mr. Rasouli’s diag­
nosis from permanent vegetative state to min­imally
conscious state. As a result, the appellant phys­
icians took the view that further investigations were
required to determine whether Mr. Rasouli may be
capable of any communication, which could bear
on their assessment of whether life support should
be continued. Ms. Salasel, on the other hand,
brought a motion to quash the appeal given the
change in diagnosis. The motion was dismissed
by this Court in May 2012.
[12] En janvier 2012, avant que la Cour n’entende
le présent appel, les évaluations effectuées par
deux neurologues ont eu pour effet de remplacer le
diagnostic de M. Rasouli d’état végétatif perma­nent
par celui d’état de conscience minimale. Par consé­
quent, les médecins appelants ont estimé qu’il allait
procéder à des examens plus approfondis pour déter­
miner si M. Rasouli pouvait communiquer d’une
quelconque façon ce qui, le cas échéant, pourrait
influer sur leur opinion quant à l’opportunité de
pour­suivre ou non le traitement de maintien de la vie.
Pour sa part, vu le changement apporté au diagnos­tic
de M. Rasouli, Mme Salasel a présenté une requête
en annulation de l’appel. Notre Cour a rejeté cette
requête en mai 2012.
[13] In November 2012, both parties brought mo­
tions to adduce new evidence on Mr. Rasouli’s
neurological function. These motions were referred
to the panel hearing the appeal to be determined
at the hearing. In light of my conclusion that the
substance of the dispute must be determined by
the Board, I would dismiss the motions to adduce
[13] En novembre 2012, les deux parties ont
déposé des requêtes en vue de présenter une nou­
velle preuve concernant la fonction neurologique
de M. Rasouli. Ces requêtes ont été renvoyées à la
formation de la Cour chargée d’entendre l’appel
pour qu’elle les tranche à l’audience. Comme j’ai
conclu qu’il appartient à la Commission de statuer
356
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
fresh evidence, without prejudice to the Board re­
ceiving any evidence it deems relevant.
sur le fond du litige, je suis d’avis de rejeter les
requêtes en vue de présenter de nouveaux éléments
de preuve, sans préjudice à la possibilité que la
Commission reçoive tout élément de preuve qu’elle
jugera pertinent.
D. Issues
D. Questions en litige
[14] This appeal raises two questions.
[14] Le présent pourvoi soulève deux questions.
[15] The first is whether the HCCA governs the
issue of withdrawal of life support with the con­
sequence that Ms. Salasel’s consent to withdrawal
of life support is required, and that her refusal can
be challenged only before the Board.
[15] Premièrement, il s’agit de savoir si la LCSS
régit le retrait du traitement de maintien de la vie,
de telle sorte que le consentement de Mme Salasel
soit requis à cet égard et que son refus de l’accorder
ne puisse être contesté que devant la Commission.
[16] Only if we conclude that the HCCA does
not apply, do we reach the second question —
whether at common law this Court should order
that Mr. Rasouli’s life support can be removed
without Ms. Salasel’s consent.
[16] Ce ne serait que si nous répondions par la
négative à la première question que nous serions
appelés à nous prononcer sur la deuxième, soit
celle de savoir si, suivant la common law, la Cour
devrait ordonner que le traitement de maintien de
la vie administré à M. Rasouli peut être retiré sans
le consentement de Mme Salasel.
II. Discussion
II. Analyse
[17] In enacting the HCCA, the Ontario legislature
both codified and in important ways modified the
common law of consent to medical treatment. It is
therefore useful to begin by situating the statute with­
in the common law legal landscape.
[17] En adoptant la LCSS, le législateur ontarien a
à la fois codifié et modifié à certains égards impor­
tants les règles de common law relatives au con­
sentement à un traitement médical. Voilà pourquoi il
est utile de d’abord situer cette Loi dans le contexte
juridique de common law.
A. The Common Law Backdrop
A. La toile de fond en common law
[18] At common law, medical caregivers must
obtain a patient’s consent to the administration
of medical treatment: Reibl v. Hughes, [1980] 2
S.C.R. 880; Hopp v. Lepp, [1980] 2 S.C.R. 192.
The physician cannot override the patient’s wishes
to be free from treatment, even if he believes that
treatment is in the vital interests of the patient.
The patient’s consent must be given voluntarily
and must be informed, which requires physicians
to ensure the patient understands the nature of the
procedure, its risks and benefits, and the availability
of alternative treatments before making a decision
about a course of treatment. The requirement for
[18] En common law, les fournisseurs de soins
doivent obtenir le consentement du patient à
l’admi­nistration d’un traitement médical : Reibl
c. Hughes, [1980] 2 R.C.S. 880; Hopp c. Lepp,
[1980] 2 R.C.S. 192. Le médecin ne peut passer
outre à la volonté du patient de ne pas subir un
traitement, même s’il estime que ce traitement est
vital pour le patient. Le consentement doit être
donné volontairement et doit être éclairé, ce qui
oblige les médecins à veil­ler à ce que le patient
comprenne, avant de pren­dre une décision, la
nature du traitement, ses risques et ses effets béné­
fiques, ainsi que l’existence d’autres mesures
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
357
informed consent is rooted in the concepts of an
individual’s right to bodily integrity and respect for
patient autonomy: see Fleming v. Reid (1991), 4
O.R. (3d) 74 (C.A.).
possibles. L’obligation d’obtenir un consentement
éclairé repose sur le droit d’un individu à l’inté­
grité physique et au respect de son autonomie : 
voir Fleming c. Reid (1991), 4 O.R. (3d) 74 (C.A.).
[19] The common law of consent to medical treat­
ment works well for patients who have the capacity
to decide on consent to treatment, in the sense of
being able to understand the nature, purpose, and
consequences of the proposed treatment. The pa­
tient’s autonomy interest — the right to decide what
happens to one’s body and one’s life — has histor­
ically been viewed as trumping all other interests,
including what physicians may think is in the pa­
tient’s best interests.
[19] Les règles de la common law relatives au
con­sentement à un traitement médical s’appliquent
bien dans le cas des patients capables de donner
un tel consentement, c’est-à-dire de ceux qui sont
en mesure de comprendre la nature, l’objet et les
conséquences du traitement proposé. On a toujours
considéré que le droit du patient à l’autonomie —
soit son droit de prendre des décisions concernant
son corps et sa vie — l’emporte sur tout autre droit
ou intérêt, y compris sur l’avis des médecins quant
à ce qui est dans son intérêt véritable.
[20] However, the traditional common law ap­
proach to medical treatment is more problematic
when a patient is incapable of appreciating the
nature, purpose, and consequences of the proposed
treatment. As explained in Malette v. Shulman
(1990), 72 O.R. (2d) 417 (C.A.), at pp. 423-24, the
common law doctrine of informed consent “pre­
supposes the patient’s capacity to make a subjective
treatment decision based on her understanding of
the necessary medical facts provided by the doc­
tor and on her assessment of her own personal
circumstances”. When such capacity is lacking, the
patient is not in a position to exercise his auton­
omy by consenting to or refusing medical treatment.
[20] Cela dit, l’approche traditionnelle de la
com­­mon law à l’égard du traitement médical pose
davantage problème lorsque le patient est inca­­pable
de comprendre la nature, l’objet et les con­sé­quen­
ces du traitement proposé. Comme il est expliqué
dans Malette c. Shulman (1990), 72 O.R. (2d) 417
(C.A.), p. 423-424, la doctrine du consentement
éclairé établie en common law, [traduction] « pré­
suppose que le patient a la capacité de prendre une
décision subjective à l’égard d’un traitement, à
partir de sa compréhension des éléments pertinents
d’ordre médical présentés par le médecin et de l’éva­
luation qu’il fait de sa situation personnelle ». Le
patient qui en est incapable n’est pas en mesure
d’exercer son autonomie en donnant ou en refusant
son consentement au traitement médical.
[21] If a patient is incapable, disputes over con­
sent to treatment at common law are resolved in
the courts. The focus shifts from the patient’s au­
ton­omy interest, which is compromised or extin­
guished, to whether receiving treatment is in the
best interests of the patient. In emergency situa­
tions, where treatment is necessary to save the life
or preserve the health of an incapable patient, treat­
ment may be provided without consent: Malette, at
p. 424. In non-emergency situations, treatment may
be authorized by a court, acting under its parens
patriae jurisdiction, or in the case of an incapable
minor, by the child’s parents or legal guardian. See,
e.g., E. (Mrs.) v. Eve, [1986] 2 S.C.R. 388; B. (R.)
[21] En common law, si le patient est incapable,
les différends concernant le consentement au traite­
ment sont réglés par les tribunaux. Il ne s’agit plus
du droit du patient à l’autonomie, qui est compromis
ou éteint, mais plutôt de savoir si l’administration
du traitement est dans son intérêt véritable. En
situation d’urgence, lorsque le traitement est néces­
saire pour sauver la vie ou préserver la santé d’un
patient incapable, le traitement peut être administré
sans consentement : Malette, p. 424. En l’absence
d’urgence, le traitement peut être autorisé par un
tri­bunal, qui exerce sa compétence parens patriae,
ou dans le cas d’un mineur incapable, par les
parents de l’enfant ou par son tuteur légal. Voir,
358
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
v. Children’s Aid Society of Metropolitan Toronto,
[1995] 1 S.C.R. 315, at para. 83; Re S.D., [1983] 3
W.W.R. 618 (B.C.S.C.), at p. 629.
p. ex., E. (Mme) c. Eve, [1986] 2 R.C.S. 388; B. (R.)
c. Children’s Aid Society of Metropolitan Toronto,
[1995] 1 R.C.S. 315, par. 83; Re S.D., [1983] 3
W.W.R. 618 (C.S.C.-B.), p. 629.
B. The Statutory Scheme
B. Le régime législatif
[22] Many provinces found the common law re­
gime for the treatment of incapable patients un­
satisfactory and devised new approaches through
legislation. In 1996, the Ontario legislature passed
the HCCA, which provides a statutory framework
governing consent to treatment for capable and
in­capable patients. Similar legislation has been
adopt­ed in other provinces. See The Health Care
Directives Act, C.C.S.M. c. H27; Health Care (Con­
sent) and Care Facility (Admission) Act, R.S.B.C.
1996, c. 181; Care Consent Act, S.Y. 2003, c. 21,
Sch. B; Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64,
arts. 11 to 25; Consent to Treatment and Health
Care Directives Act, R.S.P.E.I. 1988, c. C-17.2.
[22] Plusieurs provinces ont jugé le régime de
common law relatif au traitement des patients inca­
pables insatisfaisant et ont élaboré, par voie légis­
lative, de nouvelles façons de procéder. En 1996,
le législateur ontarien a adopté la LCSS, qui établit
un cadre législatif régissant le consentement au
traitement pour les patients capables et incapables.
D’autres provinces ont adopté des lois semblables.
Voir Loi sur les directives en matière de soins de
santé, C.P.L.M. ch. H27; Health Care (Consent)
and Care Facility (Admission) Act, R.S.B.C. 1996,
ch. 181; Loi sur le consentement aux soins, L.Y.
2003, ch. 21, ann. B; Code civil du Québec, L.Q.
1991, ch. 64, art. 11 à 25; Consent to Treatment
and Health Care Directives Act, R.S.P.E.I. 1988,
ch. C-17.2.
[23] Each of these statutes provides a framework
for resolving the difficult issues surrounding treat­
ment of patients who lack capacity to decide for
themselves: Starson v. Swayze, 2003 SCC 32, [2003]
1 S.C.R. 722. Generally speaking, the statutes give
effect to the patient’s autonomy interest insofar as
possible. If the patient’s autonomy is compromised
by lack of capacity, they seek to balance it against
considerations related to the best interests of the
patient. Finally, some statutes provide for resolution
of disputes by specialized tribunals instead of the
courts. The HCCA does all these things.
[23] Chacune de ces lois établit un cadre pour
le règlement des questions délicates entourant le
trai­tement des patients incapables de décider pour
eux-mêmes : Starson c. Swayze, 2003 CSC 32,
[2003] 1 R.C.S. 722. En règle générale, elles don­
nent effet, dans la mesure du possible, au droit du
patient à l’autonomie. Si ce droit est compromis
par l’absence de capacité, les lois cherchent à
met­tre en balance ce droit, d’une part, et les con­­
si­déra­tions relatives à l’intérêt véritable du patient,
d’autre part. Enfin, certaines lois prévoient le règle­
ment des différends par des tribunaux spé­cialisés
plutôt que par les cours de justice. La LCSS fait tout
cela.
[24] The purposes of the Act are:
[24] Les objectifs de la Loi sont les suivants :
1. . . .
1. . . .
(a) to provide rules with respect to consent to treat­
ment that apply consistently in all settings;
a) prévoir des règles en matière de consentement
au traitement qui s’appliquent de façon uniforme
dans tous les milieux;
(b) to facilitate treatment, admission to care facili­
ties, and personal assistance services, for persons
b) faciliter le traitement et l’admission à des éta­
blissements de soins des personnes qui n’ont pas
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
359
lacking the capacity to make decisions about
such matters;
la capacité de prendre des décisions concernant
ces questions, et faciliter les services d’aide per­
sonnelle qui leur sont fournis;
(c) to enhance the autonomy of persons for whom
treatment is proposed, persons for whom admis­
sion to a care facility is proposed and persons
who are to receive personal assistance services
by,
c) accroître l’autonomie des personnes pour les­
quelles un traitement est proposé, de celles dont
l’admission à un établissement de soins est pro­
posée et de celles qui doivent recevoir des ser­
vices d’aide personnelle :
(i) allowing those who have been found to be
incapable to apply to a tribunal for a review
of the finding,
(i) en permettant à celles dont l’incapacité a été
constatée de demander, par voie de requête,
à un tribunal administratif de réviser cette
constatation,
(ii) allowing incapable persons to request that a
representative of their choice be appointed
by the tribunal for the purpose of making
decisions on their behalf concerning treat­
ment, admission to a care facility or person­
al assistance services, and
(ii) en permettant aux incapables de demander
au tribunal administratif de nommer un
repré­sentant de leur choix pour prendre
en leur nom des décisions concernant le
traitement, leur admission à un éta­blis­
sement de soins ou des services d’aide
personnelle,
(iii) requiring that wishes with respect to treat­
ment, admission to a care facility or pers­
onal assistance services, expressed by
per­sons while capable and after attaining
16 years of age, be adhered to;
(iii) en exigeant le respect des désirs que des
personnes ont exprimés à l’égard d’un trai­
tement, de leur admission à un établissement
de soins ou des services d’aide personnelle
devant leur être fournis, lorsqu’elles étaient
capables et avaient au moins 16 ans révolus;
(d) to promote communication and understanding
between health practitioners and their patients
or clients;
d) favoriser la communication et la compréhension
entre les praticiens de la santé et leurs malades ou
clients;
(e) to ensure a significant role for supportive family
members when a person lacks the capacity to
make a decision about a treatment, admission to
a care facility or a personal assistance service;
and
e) veiller à ce que les membres de la famille qui
soutiennent des personnes jouent un rôle impor­
tant lorsque celles-ci n’ont plus la capacité de
prendre une décision concernant un traitement,
leur admission à un établissement de soins ou un
service d’aide personnelle;
(f) to permit intervention by the Public Guardian and
Trustee only as a last resort in decisions on behalf
of incapable persons concerning treatment, ad­
mission to a care facility or personal assistance
services.
f) permettre l’intervention, mais seulement en
der­nier ressort, du Tuteur et curateur public dans
les décisions concernant le traitement, l’admis­
sion à un établissement de soins ou des services
d’aide personnelle, qui sont prises au nom des
incapables.
[25] The HCCA starts from the general premise
that medical treatment cannot be administered with­
out consent: s. 10(1). Building on this premise,
the HCCA goes on to provide a detailed scheme
gov­erning consent to treatment for incapable pa­
tients. It provides that a substitute decision-maker
must con­sent to treatment of an incapable patient: 
ss. 10(1)(b) and 20. The statute sets out a clear
[25] La LCSS part de la prémisse générale selon
laquelle le traitement médical ne peut être adminis­
tré sans consentement : par. 10(1). Sur la base de
cette prémisse, elle instaure un régime détaillé
régissant le consentement au traitement pour les
patients incapables. Elle prévoit notamment qu’un
mandataire spécial doit donner son consente­ment au
traitement administré à un tel patient : al. 10(1)b)
360
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
hierarchy designating who will serve as substi­
tute decision-maker: s. 20(1). This will often be a
close family member of the patient, furthering the
statutory ob­jective of ensuring “a significant role
for supportive family members when a person lacks
the capacity to make a decision about a treatment”: 
s. 1(e).
et art. 20. La Loi établit en outre un ordre hiér­ar­
chique clair pour désigner qui remplira la fonction
de mandataire spécial : par. 20(1). Il s’agit souvent
d’un proche parent du patient, ce qui permet de
réaliser l’objectif législatif de veiller à ce que « les
membres de la famille qui soutiennent des per­
sonnes jouent un rôle important lorsque celles-ci
n’ont plus la capacité de prendre une déci­sion con­
cernant un traitement » : al. 1e).
[26] The substitute decision-maker does not have
a free hand to grant or refuse consent at will. She
must respect prior applicable wishes of the patient
expressed while the patient was capable: s. 21(1).
If there are no such wishes, the substitute decisionmaker must decide based on the best interests of
the patient, taking into consideration a series of
mandatory factors relating to the medical condition,
well-being, values, and wishes of the patient: 
s. 21(2).
[26] Le mandataire spécial n’a pas pleine liberté
pour donner ou pour refuser son consentement. Il
doit se conformer au désir applicable exprimé par
le patient lorsqu’il était capable : par. 21(1). Si le
patient n’a pas exprimé pareil désir, le mandataire
spécial doit prendre une décision en fonction de ce
qui est dans l’intérêt véritable du patient, en tenant
obligatoirement compte d’une série de facteurs rela­
tifs à l’état de santé du patient, à son bien-être, à ses
valeurs et à ses désirs : par. 21(2).
[27] The HCCA does not neglect the role of
health practitioners in the treatment of incapable
patients. First, where there is a prior wish by
the patient, the attending physician may ask the
Board to find that the wish is not applicable to the
patient’s current circumstances (s. 35), or to permit
a departure from the wish because the likely result
of treatment has significantly improved since the
wish was made: s. 36. Second, if the physician
feels that a sub­sti­tute decision-maker has not
complied with the HCCA’s rules for giving or
refusing consent to treatment, he may challenge
the consent decision by application to the Board: 
s. 37. Such a challenge will generally focus on
medical considerations within the s. 21(2) best
interests analysis. The physician’s views of what
will medically benefit the patient are obviously
critical to the Board’s determination of the patient’s
best interests. However, the HCCA gives the Board
final responsibility to decide disputes over con­
sent to treatment for incapable patients, based on
an objective assessment of whether the substitute
de­cision-maker complied with the requirements
of the HCCA.
[27] La LCSS ne fait pas abstraction du rôle des
praticiens de la santé dans le traitement des patients
incapables. Premièrement, lorsque le patient a exprimé
un désir antérieurement, le médecin traitant peut
demander à la Commission de conclure que ce désir
n’est pas applicable à la situation du patient (art. 35)
ou qu’il est permis de ne pas s’y conformer, au motif
que le résultat vraisemblable du traitement sera dans
une large mesure meilleur que ce à quoi on se serait
attendu au moment où le patient avait exprimé son
désir : art. 36. Deuxièmement, s’il est d’avis que le
mandataire spécial ne s’est pas con­formé aux règles
de la LCSS concernant le consentement ou le refus
du consentement à un traitement, le médecin peut
contester sa décision par voie de requête devant la
Commission : art. 37. Une contestation de ce type
porte généralement sur des considérations d’ordre
médical dans l’analyse de l’intérêt véritable du
patient fondée sur le par. 21(2). L’opinion du méde­
cin quant aux mesures bénéfiques pour le patient
sur le plan médical est manifestement essentielle à
la détermination par la Commission de ce qui est
dans l’intérêt véritable du patient. La LCSS confie
toutefois à la Commission la responsabilité ultime
de trancher les différends au sujet du consentement
au traitement pour les patients incapables après
avoir décidé objectivement si le mandataire spécial
s’est conformé ou non aux exigences de la LCSS.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
361
[28] In summary, the HCCA contemplates dis­
putes between physicians and substitute decisionmakers over the care of incapable patients, and
provides for their resolution by the Board, an in­
dependent, quasi-judicial body with specialized
jurisdiction over matters of consent to medical
treatment.
[28] Bref, la LCSS s’applique aux différends qui
opposent les médecins et les mandataires spé­ciaux
au sujet des soins administrés aux patients inca­
pables, et prévoit leur règlement par la Commission,
organisme indépendant, quasi judiciaire et spé­
cialisé en matière de consentement au traitement
médical.
C. “Treatment”: Measures That Serve a HealthRelated Purpose
C. « Traitement » : mesures visant un but relié au
domaine de la santé
[29] The HCCA requires consent to all measures
that constitute “treatment”. Section 10(1) of the Act
provides:
[29] La LCSS exige le consentement à toutes
les mesures qui constituent un « traitement » : son
par. 10(1) prévoit ce qui suit :
10. (1) A health practitioner who proposes a treatment
for a person shall not administer the treatment, and shall
take reasonable steps to ensure that it is not administered,
unless,
10. (1) Le praticien de la santé qui propose un trai­
tement pour une personne ne doit pas l’administrer et
doit prendre des mesures raisonnables pour veiller à ce
qu’il ne soit pas administré, sauf, selon le cas :
(a) he or she is of the opinion that the person is ca­
pable with respect to the treatment, and the per­
son has given consent; or
a) s’il est d’avis que la personne est capable à
l’égard du traitement, et qu’elle a donné son
consentement;
(b) he or she is of the opinion that the person is in­
capable with respect to the treatment, and the
person’s substitute decision-maker has given con­
sent on the person’s behalf in accordance with
this Act.
b) s’il est d’avis que la personne est incapa­
ble à l’égard du traitement, et que le man­
dataire spécial de la personne a donné son
consentement au nom de celle-ci conformé­ment
à la présente loi.
[30] “Treatment”, in turn, is broadly defined
as care given for a health-related purpose.
Sec­tion 2(1) provides:
[30] Le mot « traitement », quant à lui, est
défini en termes généraux et il s’entend des soins
administrés dans un but relié au domaine de la
santé. Le paragraphe 2(1) est ainsi rédigé :
. . . anything that is done for a therapeutic, preventive,
palliative, diagnostic, cosmetic or other health-related
purpose, and includes a course of treatment, plan of treat­
ment or community treatment plan . . . .
. . . tout ce qui est fait dans un but thérapeutique, pré­
ventif, palliatif, diagnostique ou esthétique, ou dans un
autre but relié au domaine de la santé, y compris une
série de traitements, un plan de traitement ou un plan de
traitement en milieu communautaire. . .
[31] The issue raised in this case thus comes down
to the interpretation of “treatment” and “healthrelated” purpose under s. 2(1) of the HCCA.
[31] La question soulevée en l’espèce se résume
donc à l’interprétation des termes « traitement » et
« but relié au domaine de la santé » qui figurent au
par. 2(1) de la LCSS.
[32] The basic rule of statutory interpretation is
that “the words of an Act are to be read in their
entire context, in their grammatical and ordinary
sense harmoniously with the scheme of the Act,
[32] Selon la règle fondamentale d’interprétation
des lois, [traduction] « il faut lire les termes d’une
loi dans leur contexte global en suivant leur sens
ordinaire et grammatical qui s’harmonise avec
362
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
the object of the Act, and the intention of Parlia­
ment”: R. Sullivan, Sullivan on the Construction
of Statutes (5th ed. 2008), at p. 1. Every statute
“shall be given such fair, large and liberal inter­
pretation as best ensures the attainment of its
objects”: Legislation Act, 2006, S.O. 2006, c. 21,
Sch. F, s. 64(1).
l’esprit de la loi, l’objet de la loi et l’intention du
législateur » : R. Sullivan, Sullivan on the Cons­
truction of Statutes (5e éd. 2008), p. 1. Les lois
doivent « s’interpr[éter] de la manière la plus
équitable et la plus large qui soit compatible avec
la réalisation de ses objets » : Loi de 2006 sur la
législation, L.O. 2006, ch. 21, ann. F, par. 64(1).
[33] There is no dispute between the parties that,
in general, the provision of life support constitutes
treatment under the HCCA and therefore requires
consent. The question is whether withdrawal of life
support constitutes treatment on the facts of this
case. The physicians argue that it does not. They
raise three arguments: (1) life support that is not
“medically indicated” is not “treatment” under the
HCCA; (2) in any case, withdrawal of treatment does
not itself constitute “treatment” under the HCCA;
and (3) requiring consent for withdrawal of life sup­
port will place them in an untenable ethical po­si­
tion. I will consider each argument in turn.
[33] Les parties ne contestent pas que, de façon
générale, l’administration du traitement de maintien
de la vie constitue un traitement au sens de la LCSS
et exige donc un consentement. Il s’agit plutôt de
savoir si le retrait du traitement de maintien de la
vie constitue un traitement vu les faits de l’espèce.
Les médecins soutiennent que ce n’est pas le cas.
Ils présentent trois arguments : (1) le traitement
de maintien de la vie qui n’est pas [traduction]
« indiqué sur le plan médical » ne constitue pas
un « traitement » au sens de la LCSS; (2) de toute
manière, le retrait d’un traitement ne constitue
pas en soi un « traite­ment » au sens de la LCSS; et
(3) l’exigence d’obte­nir le consentement au retrait
du traitement de maintien de la vie les placera dans
une position éthique intenable. Je vais examiner
chacun de ces arguments à tour de rôle.
D. The Argument That “Treatment” Is Confined to
What Is of Medical Benefit to the Patient
D. L’argument portant que le terme « traitement »
se résume aux mesures qui ont un effet bénéfique
pour le patient
[34] The physicians argue that treatment under
the HCCA is limited to what the attending phys­
ician or caregiver deems to be of medical benefit to
the patient (in other words, what is medically indi­
cat­ed). Mr. Rasouli’s physicians have concluded
that life support no longer offers a medical benefit,
de­spite keeping him alive, given his unconscious
state and the extreme unlikelihood of his recovery.
It follows, they argue, that the provision of life
sup­port to Mr. Rasouli has ceased to be treatment
under the HCCA, obviating the need for consent to
its withdrawal.
[34] Selon les médecins, le traitement au sens de
a LCSS se résume aux mesures que le médecin trai­
tant ou le fournisseur de soins estime avoir un effet
bénéfique pour le patient (autrement dit, au trai­
tement indiqué sur le plan médical). Les méde­cins
de M. Rasouli ont conclu que le traitement de main­­
tien de la vie n’a plus d’effet bénéfique pour lui,
même s’il le garde en vie, étant donné son état
d’incon­science et la probabilité extrêmement faible
qu’il se rétablisse. Selon les médecins, l’admi­
nistration à M. Rasouli du traitement de maintien
de la vie ne constitue donc plus un traitement au
sens de la LCSS, ce qui élimine le besoin d’obtenir
le consentement à son retrait.
[35] The difficulty with the physicians’ argument
is that it substitutes a physician-made criterion
for treatment (medical benefit) for the criterion
[35] Le problème que pose l’argument des méde­
cins est qu’il substitue un critère établi par les méde­
cins à l’égard d’un traitement (effet bénéfique) au
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
363
speci­fied in the HCCA for consent (health-related
pur­pose). These concepts sound similar, but they
are in reality different.
critère prescrit par la LCSS à l’égard du consen­
tement (relié au domaine de la santé). Ces notions
paraissent semblables, mais, en réalité, elles sont
distinctes.
[36] The concept of “medical benefit” is a clinical
term used by physicians to determine whether a
given procedure should be offered to a patient. This
clinical term has legal implications for the phys­
ician’s standard of care. If a treatment would be
of medical benefit to the patient in this sense, the
physician may be required to offer that treat­
ment in order to comply with his standard of care.
Wheth­er a given treatment offers a medical benefit
re­quires a contextual assessment of the patient’s
circumstances, including the patient’s condition and
prognosis, the expected result of treatment for that
patient, and any risks of treatment for that patient: 
A.F., at para. 44.
[36] Le terme clinique « effet bénéfique » renvoie
à une notion utilisée par les médecins pour établir
s’il convient d’offrir d’administrer une procédure
donnée à un patient. Ce terme clinique entraîne des
conséquences juridiques en ce qui a trait à la norme
de diligence applicable au médecin. Si le traitement
a un effet bénéfique pour le patient en ce sens, le
médecin peut être tenu d’offrir d’administrer ce
trait­ement pour respecter la norme de diligence à
laquelle il doit satisfaire. Pour répondre à la ques­
tion de savoir si un traitement donné présente un
effet bénéfique, il faut procéder à une évaluation
contextuelle de la situation du patient, notamment
de son état et de son pronostic, du résultat prévu
du traitement dans le cas du patient et des risques
que le traitement comporte pour ce patient : m.a.,
par. 44.
[37] The concept of “health-related purpose”, by
contrast, is a legal term used in the HCCA to set
limits on when actions taken by health practitioners
will require consent under the statute. “Treatment”
is “anything that is done” for one of the enumerated
purposes (therapeutic, preventive, palliative, diag­
nostic and cosmetic) or “other health-related pur­
pose”. Under the HCCA, only acts undertaken for
a health-related purpose constitute treatment, and
therefore require consent. The concept of healthrelated purpose in the HCCA does not interfere with
a physician’s professional assessment of whether a
procedure offers a medical benefit. Its only function
is to determine when the actions of health care prac­
titioners require patient consent.
[37] Par contre, la notion juridique de « but relié
au domaine de la santé » est utilisée dans la LCSS
pour limiter les cas où les praticiens de la santé
auront besoin d’un consentement sous le régime
de la Loi. Le « traitement » s’entend de « tout ce
qui est fait » dans l’un des buts énumérés (thé­
rapeutique, préventif, palliatif, diagnostique ou
cosmétique) ou dans « un autre but relié au domaine
de la santé ». Sous le régime de la LCSS, seuls
les actes accomplis dans un but relié au domaine
de la santé constituent un traitement et requièrent
donc un consentement. La notion de but relié au
domaine de la santé énoncée dans la LCSS ne
fait pas obstacle à l’évaluation professionnelle du
médecin pour déterminer si une procédure présente
un effet bénéfique sur le plan médical. Elle ne sert
que lorsqu’il s’agit de déterminer les cas où les
praticiens de la santé ont besoin du consentement
du patient.
[38] The issue here is not the correctness of the
physicians’ professional opinion that sustaining life
in Mr. Rasouli’s situation confers no medical bene­
fit. In fact, their opinion appears to reflect a widely
accepted view in the medical community. The issue
[38] En l’espèce, le litige ne concerne pas l’exac­
titude de l’opinion professionnelle des médecins
selon laquelle le maintien en vie n’a aucun effet
béné­fique dans le cas de M. Rasouli. En fait, leur
opinion semble refléter un point de vue large­ment
364
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
at this stage of the argument is whether maintaining
Mr. Rasouli’s life serves a health-related purpose
within the meaning of the HCCA.
répandu dans la communauté médicale. À la pré­
sente étape, il s’agit plutôt de savoir si le traite­ment
de maintien de la vie administré à M. Rasouli vise
un but relié au domaine de la santé au sens de la
LCSS.
[39] The wording of the HCCA does not limit
“health-­related purpose” to what the attending phys­
ician considers to medically benefit the patient. The
HCCA does not use the terms “medical benefit” or
“medically indicated”. The legislature could easily
have taken this approach but instead chose to define
“treatment” more broadly with a wide-ranging and
non-exhaustive list of health-related purposes.
[39] Le libellé de la LCSS n’a pas pour effet de
restreindre le « but relié au domaine de la santé »
à un traitement ayant, selon le médecin traitant, un
effet bénéfique pour le patient. La LCSS n’emploie
pas les termes « effet bénéfique sur le plan médical »
ou « indiqué sur le plan médical ». Le législateur
aurait très bien pu procéder ainsi, mais il a plutôt
choisi de définir le mot « traitement » de façon plus
large en dressant une liste vaste et non exhaustive
de buts reliés au domaine de la santé.
[40] The words of the HCCA on their face cover
provision of life support that is effective in keeping
the patient alive and forestalling death. Life support
arguably falls within “therapeutic” and “preventive”
purposes, listed in the definition of “treatment” in
s. 2(1).
[40] Le libellé de la LCSS vise à sa face même
le traitement de maintien de la vie qui est efficace
pour préserver la vie du patient et empêcher son
décès. Le traitement de maintien de la vie relève
vraisemblablement d’un but « thérapeutique » et
« préventif », au sens de la définition du terme
« trai­tement » énoncée au par. 2(1).
[41] The New Oxford Dictionary of English (1998)
defines “therapeutic” as “relating to the healing of
disease”, but also as “having a good effect on the
body or mind” (p. 1922). Maintaining life support
for Mr. Rasouli does not serve the purpose of
“healing of disease”. However, it can be argued that
maintaining life support has a “good effect on the
body”, in the sense of keeping it alive.
[41] Le Trésor de la langue française informatisé
(en ligne), définit le terme « thérapeutique » comme
ce « [q]ui se rapporte au traitement des mala­
dies », mais aussi comme « [c]e qui adoucit, abolit
les maux [du corps et] de l’âme ». Le fait de con­
tinuer à administrer à M. Rasouli le trai­tement de
maintien de la vie ne vise pas le but qui se rapporte
au « traitement des maladies ». Cepen­dant, il est
possible d’affirmer que cela « adoucit, abolit les
maux [du corps] », en ce sens où ce trai­te­ment
main­tient le patient en vie.
[42] The same dictionary defines “preventive” as
describing a medicine or other treatment “designed
to stop disease or ill health from occurring” or
“designed to keep something undesirable such as
illness, harm, or accidents from occurring” (p. 1469).
If death is considered harmful or a manifestation
of ill health, then life support serves a preventive
purpose so long as it is effective in preventing death.
[42] Le même dictionnaire définit le terme « pré­
ventif » comme se rapportant à un remède ou à
un traitement « [d]estiné à prévenir une maladie »
ou « [d]estiné à éviter une chose fâcheuse, un mal
prévisible ». Si le décès est considéré comme la
manifestation d’une maladie ou d’un mal, alors le
traitement de maintien de la vie vise un but préventif
dans la mesure où il permet de prévenir le décès.
[43] Inclusion of life support in “treatment” is
also generally supported by the objects of the HCCA.
It provides consistency with respect to consent,
[43] L’inclusion du traitement de maintien de
la vie dans la définition du terme « traitement »
trouve également appui, de façon générale, dans
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
365
pro­tects autonomy through the requirement of con­
sent, and provides a meaningful role in the consent
process for family members. An interpretation of
“treatment” that is confined to what the medical
caregiver considers to be of medical benefit to the
patient would give these statutory purposes short
shrift. The legislature cannot have intended such a
crabbed interpretation of “treatment”.
les objectifs de la LCSS. Elle garantit l’uniformité
relativement au consentement, protège l’autonomie
par l’exigence d’obtenir le consentement et confère
un rôle important aux membres de la famille dans
le processus de consentement. Donner au terme
« traitement » une interprétation qui se limiterait aux
mesures que le fournisseur de soins estime présenter
un effet bénéfique pour le patient aurait pour effet
d’écarter ces objectifs de la Loi. Le législateur ne
peut avoir envisagé une interprétation aussi byzan­
tine du terme « traitement ».
[44] Reading the words of the statute in their
ordinary sense and in their context, and having re­
gard to the objects and scheme of the Act, I cannot
accept the physicians’ argument that “treatment”
and “health-related purpose” are confined to pro­
cedures that are of medical benefit in the view of
the patient’s medical caregivers.
[44] Compte tenu du sens ordinaire des termes de
la Loi et de leur contexte ainsi que des objets de la
Loi et de son esprit, je ne peux accepter l’argument
des médecins voulant que les termes « traitement »
et « but relié au domaine de la santé » ne visent que
les procédures qui ont un effet bénéfique sur le plan
médical d’après les fournisseurs de soins du patient.
E. The Argument That “Treatment” Does not Ex­
tend to Withdrawal of Treatment
E. L’argument portant que le mot « traitement »
ne s’applique pas au retrait d’un traitement
[45] The physicians argue that withdrawal of life
support does not constitute “treatment” under the
HCCA, because it is not treatment but withdrawal
of treatment. They argue that the Act distinguishes
between administering a particular type of care,
which is “treatment” requiring consent, and remov­
ing that care, which is not “treatment” and does not
require consent. Consequently, they argue, with­
drawal of Mr. Rasouli’s life support does not require
Ms. Salasel’s consent. I conclude that this argument
cannot succeed, essentially because withdrawal of
life support involves — indeed may be viewed as
consisting of — a series of acts that serve healthrelated purposes, and because the critical interests at
stake where withdrawal of life support is concerned
go to the heart of the purposes of the HCCA.
[45] Les médecins font valoir que le retrait du trai­
tement de maintien de la vie ne constitue pas un « trai­
tement » au sens de la LCSS, puisqu’il s’agit plutôt
du retrait d’un traitement. À leur avis, la Loi fait
la distinction entre l’administration d’une catégo­rie
particulière de soins, constituant un « traitement »
qui exige le consentement, et le retrait de ces soins,
qui ne constitue pas un « traitement » et n’exige pas
de consentement. Les médecins soutiennent donc
que le retrait du traitement de maintien de la vie
admi­nistré à M. Rasouli n’exige pas le consente­
ment de Mme Salasel. Je conclus que cet argument
ne peut être retenu, essentiellement parce que le
retrait du traitement de maintien de la vie comporte
— et, en fait, peut être perçu comme — une série
d’actes qui visent des buts reliés au domaine de la
santé, et parce que les intérêts cruciaux qui sont
en jeu à cet égard touchent à l’essence même des
objectifs de la LCSS.
[46] On its face, the definition of “treatment” in
s. 2(1) appears broad enough to include “with­
drawal of treatment”. The opening words of the
defin­ition could not be more expansive: “. . . any­
thing that is done” for one of the enumerated
[46] À sa face même, la définition du terme « trai­
tement » énoncée au par. 2(1) semble assez large
pour comprendre le « retrait d’un traitement ». En
effet, le début de la définition ne saurait avoir une
plus grande portée : « traitement » s’entend de
366
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
health-related purposes or other health-related
purpose is included in “treatment”.
« tout ce qui est fait » dans l’un des buts reliés au
domaine de la santé qui sont énumérés ou dans un
autre but relié au domaine de la santé.
[47] The breadth of the concept of “treatment” is
reinforced by the express exclusions from this term
under the HCCA. For example, the assessment or
examination of a person, the taking of a person’s
health history, and the communication of an as­
sessment or diagnosis are all excluded from the
definition of “treatment”: s. 2(1). That the legis­
lature felt it necessary to specify that such actions
are not included within the definition of treatment
strengthens the view that “treatment” was intended
to have a very broad meaning.
[47] La vaste portée de la notion de « traitement »
se trouve renforcée par les exclusions expresses énon­
cées dans la LCSS. Par exemple, l’évaluation ou
l’examen d’une personne, l’obtention des anté­
cédents en matière de santé et la communication
d’une évaluation ou d’un diagnostic sont exclus de
la définition de « traitement » : par. 2(1). Le légis­
lateur a jugé nécessaire de préciser que ces mesures
ne répondent pas à la définition de traitement, ce
qui vient renforcer l’argument selon lequel ce terme
est censé avoir un sens très large.
[48] The regulatory powers conferred by the HCCA
further support this conclusion. The statute pro­
vides machinery for the scope of the term “treat­
ment” to be narrowed by regulation, but not to be
enlarged. The Lieutenant Governor in Council
may pass regulations prescribing actions that do not
con­stitute treatment, but cannot prescribe actions
that constitute treatment: ss. 2(1) and 85(1)(f). The
delegated authority to narrow, but not to enlarge,
the definition of “treatment” suggests that the legis­
lature intended the overall concept of treatment to
be broadly construed.
[48] Les pouvoirs de réglementation conférés par
la LCSS confirment également cette conclusion. En
effet, la Loi fournit un instrument permettant de
limiter par voie réglementaire la portée du terme
« traitement », mais non de l’élargir. Le lieutenantgouverneur en conseil peut, par règlement, pres­
crire ce qui ne constitue pas un traitement, mais ne
peut pas prescrire ce qui en constitue : par. 2(1) et
al. 85(1)f). Le pouvoir délégué permettant de limi­
ter, mais non d’élargir, la définition de « traitement »
indique que le législateur a voulu que la notion glo­
bale de traitement soit interprétée largement.
[49] Given the breadth of the definition of “treat­
ment” articulated in the HCCA, it seems on first im­
pression that withdrawal of treatment could fall
with­in this term. Withdrawal or discontinuance of a
given treatment clearly may be something done for
a thera­peutic, preventive, palliative, or other healthrelated purpose.
[49] Compte tenu de la vaste portée de la défi­
nition du terme « traitement » formulée dans la
LCSS, il semble, à première vue, que le retrait d’un
traitement pourrait tomber sous le coup de cette
défi­nition. En effet, il est manifestement possible
que le retrait ou l’interruption d’un traitement
donné soit fait dans un but thérapeutique, préventif,
palliatif, ou dans un autre but relié au domaine de
la santé.
[50] The scheme of the HCCA suggests that the
legislature contemplated that withdrawal of treat­
ment requires consent in some cases. One form
of treatment identified under the HCCA is a “plan
of treatment”, which is a defined term under the
stat­ute: s. 2(1). A physician may obtain consent
for a plan of treatment that provides for various
treat­m ents and may provide for the withhold­
ing or withdrawal of treatment: ss. 2(1) and 13.
[50] Le régime créé par la LCSS suggère que le
législateur a prévu que le retrait du traitement
exige le consentement dans certains cas. Une des
formes de traitement désignées par la LCSS con­
siste en un « plan de traitement », terme défini par
la Loi : par. 2(1). Le médecin peut obtenir le con­
sentement au regard d’un plan de traitement qui
comporte divers traitements et peut prévoir le
refus d’administrer un traitement ou le retrait d’un
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
367
Section 29(3) then states that if a treatment is
withheld or withdrawn in accordance with a
plan of treatment that the physician believes
reason­a bly and in good faith was consented to,
the phys­ician is not liable for withholding or
with­drawing the treatment. This provision would
serve no pur­pose if consent were not required for
the with­hold­ing or withdrawal of treatment in
some circumstances.
trai­tement : par. 2(1) et art. 13. Le paragraphe 29(3)
précise ensuite que, si un traitement n’est pas admi­
nistré ou est retiré conformément à un plan de
traitement que le médecin croit, en se fondant sur
des motifs raisonnables et en toute bonne foi, faire
l’objet d’un consentement, ce dernier ne peut être
tenu responsable d’avoir refusé d’administrer le
traitement ou de l’avoir retiré. Cette disposition
per­drait toute son utilité si le refus d’administrer un
traitement ou le retrait d’un traitement ne fai­sait pas
l’objet d’un consentement dans certaines cir­cons­
tances.
[51] The objects of the HCCA also support the
view that “treatment” may include withdrawal of
treat­ment. The values of autonomy — critical where
life is at stake — and providing a meaningful role
for family members support regarding withdrawal
of life support as “treatment” requiring consent.
These values must be balanced against that of
ensuring ap­propriate care for incapable patients.
The HCCA aims to strike the right balance among
these values. Its purposes would be ill served by an
interpretation that holds withdrawal of life support
cannot con­stitute “treatment” under the Act.
[51] Les objectifs de la LCSS appuient aussi
l’argument selon lequel la définition du terme
« traitement » peut inclure le retrait d’un traitement.
Les valeurs de l’autonomie — élément crucial
lorsque la vie de quelqu’un est en jeu — et le rôle
important que jouent les membres de la famille jus­
tifient de considérer le retrait du traitement de
maintien de la vie comme un « traitement » auquel il
faut consentir. Ces valeurs doivent être évaluées au
regard de la garantie relative à l’administration des
soins appropriés aux patients incapables. La LCSS
vise à établir le juste équilibre entre ces valeurs.
Considérer que le retrait du traitement de maintien
de la vie ne saurait constituer un « traitement » au
sens de la Loi nuirait à l’atteinte de ses objectifs.
[52] Nor can I accept that the HCCA does not
en­compass withdrawal of life support because the
legis­lature’s intention was simply to codify the com­
mon law. Nothing in the HCCA suggests that it is
merely a codification of the common law. While
the HCCA builds on the common law, its consent
requirement is in some ways broader and in other
ways narrower than the common law, based as it is
on the detailed definition of “treatment” in s. 2(1): 
B. F. Hoffman, The Law of Consent to Treatment
in Ontario (2nd ed. 1997), at pp. 7, 10 and 163.
For anything done which is outside the definition
of “treatment”, the common law applies: s. 8(2).
For anything done which is inside the definition of
“treatment”, the HCCA applies. The HCCA goes on
to provide an administrative scheme that is entirely
independent of the common law.
[52] Je ne peux non plus accepter la thèse vou­lant
que la LCSS n’englobe pas le retrait d’un trai­te­
ment de maintien de la vie du fait que le législateur
avait simplement l’intention de codifier les règles
de la common law. Rien dans la LCSS ne donne
à penser qu’il ne s’agit que d’une codification de
ces règles. Bien que la LCSS repose sur la com­
mon law, ses exigences en matière de consentement
ont, à certains égards, une portée plus large que la
common law et, à d’autres, une portée plus étroite,
compte tenu de la définition détaillée du terme
« trai­tement » énoncée au par. 2(1) : B. F. Hoffman,
The Law of Consent to Treatment in Ontario
(2e éd. 1997), p. 7, 10 et 163. Toute mesure qui n’est
pas comprise dans la définition du terme « trai­
tement » est régie par la common law : par. 8(2).
Toute mesure qui est comprise dans la définition du
terme « traitement » est régie par la LCSS. La Loi
prévoit également un régime administratif qui est
tout à fait indépendant de la common law.
368
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[53] Even if the HCCA merely codified the com­
mon law, this would not answer the question of
wheth­er consent is required for withdrawal of life
support. The common law is not at all settled on
this issue. While the common law has traditionally
viewed consent as giving patients the right to refuse
medical care rather than to refuse its withdrawal,
courts have struggled with the applicability of
this paradigm in the end-of-life context and have
reached divergent conclusions: see, e.g., Golubchuk
v. Salvation Army Grace General Hospital, 2008
MBQB 49, 227 Man. R. (2d) 274, at paras. 22
and 25; Sweiss v. Alberta Health Services, 2009
ABQB 691, 483 A.R. 340, at para. 48; Children’s
Aid Society of Ottawa-Carleton v. C. (M.) (2008),
301 D.L.R. (4th) 194 (Ont. S.C.J.), at paras. 33-34.
[53] Même si la LCSS était uniquement une
codi­fication de la common law, cela n’apporterait
pas de réponse à la question de savoir si le retrait
d’un traitement de maintien de la vie nécessite ou
non le consentement. En effet, la common law est
loin d’avoir tranché cette question. Bien que les tri­
bunaux aient traditionnellement interprété le con­
sentement comme donnant le droit au patient de
refuser des soins médicaux plutôt que de refu­ser
le retrait de ces soins, l’applicabilité de ce para­
digme dans le contexte de fin de vie a donné du
fil à retordre aux tribunaux qui sont arrivés à des
conclusions différentes à cet égard : voir, p. ex.,
Golubchuk c. Salvation Army Grace General Hos­
pital, 2008 MBQB 49, 227 Man. R. (2d) 274,
par. 22 et 25; Sweiss c. Alberta Health Services,
2009 ABQB 691, 483 A.R. 340, par. 48; Children’s
Aid Society of Ottawa-Carleton c. C. (M.) (2008),
301 D.L.R. (4th) 194 (C.S.J. Ont.), par. 33-34.
[54] The arguments just reviewed undermine the
view that withdrawal of life support is not “treat­
ment” requiring consent. The physicians, however,
ad­vance two counter-arguments.
[54] Les arguments que je viens d’examiner minent
l’opinion selon laquelle le retrait du trai­tement de
maintien de la vie ne constitue pas un « traitement »
qui exige le consentement. Les médecins avancent
cependant deux contre-arguments.
[55] The first is textual. It is argued that by ex­
pressly including withdrawal of treatment in “plan
of treatment”, the legislature indicated that it did
not intend withdrawal of treatment to be treatment
requiring consent unless the withdrawal is part of
a plan of treatment.
[55] Le premier porte sur le texte de la Loi. Ils
font valoir que, en incluant expressément le retrait
d’un traitement dans la définition du « plan de trai­
tement », le législateur a indiqué ne pas vouloir
que le retrait d’un traitement soit un traitement
qui exige le consentement, à moins qu’il ne fasse
partie d’un plan de traitement.
[56] However, it is difficult to draw inferences of
legislative intent on point from these provisions.
As pointed out by the courts below, measures must
be “treatment” to be included within a “plan of
treatment”, making the necessary process of infer­
ence circular. Moreover, it is unclear what the legis­
lature meant by “plan of treatment”. A plan of
treatment entails obtaining consent to all elements
of the plan: s. 13. But the HCCA does not clarify
whether a plan of treatment is fixed and must be
fully specified in advance, or whether it permits
flex­ible alteration in response to changes in the pa­
tient’s situation — an understanding that might
extend to a case such as this. Whatever the correct
[56] Il est toutefois difficile de tirer de ces dis­
positions des inférences sur l’intention du légis­
lateur. Comme l’ont fait observer les tribunaux
d’instance inférieure, les mesures visées doivent
constituer un « traitement » pour qu’elles soient
incluses dans un « plan de traitement », ce qui
inscrit le processus de déduction nécessaire dans
un cercle vicieux. De plus, il est difficile d’établir
ce que le législateur entendait par le terme « plan
de traitement » qui, lui, nécessite d’obtenir le
consentement relatif à tous ses éléments cons­
titutifs : art. 13. Or, la LCSS n’indique pas si le
plan de traitement est fixe et doit être précisé
complètement à l’avance, ou s’il est souple et
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
369
response to these questions, the point is simply that
it is not clear that the legislature intended only with­
drawals of treatment that are part of a “plan of treat­
ment” to be “treatment” under the HCCA.
per­met de répondre aux changements survenus dans
la situation du patient — interprétation qui pour­rait
s’appliquer en l’espèce. Quelle que soit la bonne
réponse à ces questions, en fait, il n’est pas certain
que le législateur ait voulu que seul le retrait de
traitements faisant partie d’un « plan de traitement »
soit considéré comme un « trai­tement » au sens de
la LCSS.
[57] Moreover, common sense suggests that the
legislature cannot have intended withdrawal of life
support to require consent only in the context of
a plan of treatment. This would place the issue of
con­sent at the sole discretion of physicians. A plan
of treatment is simply a way in which physicians
may choose to group and present various treat­ments
to the patient for the purpose of obtaining con­
sent. Allowing physicians to unilaterally determine
whether consent is required in any given case cuts
against patient autonomy and the statutory objective
of providing consent rules that apply consistently in
all settings: s. 1(a).
[57] De plus, le bon sens veut que le législateur
n’ait pas souhaité que le retrait d’un traitement
de maintien de la vie requière le consentement
seulement dans le contexte d’un plan de traitement.
La question du consentement serait ainsi à la dis­
crétion exclusive des médecins. Le plan de trai­
tement est simplement un moyen, que peuvent
choisir les médecins, de regrouper et de présen­
ter les divers traitements au patient dans le but
d’obtenir le consentement. Permettre aux méde­cins
de déterminer unilatéralement si le consente­ment
est nécessaire dans un cas donné va à l’encontre de
l’autonomie du patient et de l’objet de la Loi visant
à prévoir des règles en matière de consentement
qui s’appliquent de façon uniforme dans tous les
milieux : al. 1a).
[58] The second argument against regarding treat­­
ment as including withdrawal of life support is that
it could lead to deeply undesirable results. If consent
is required for withdrawal of life support, patients
could arguably compel the continuation of any treat­
ment, regardless of its medical implications. The
legis­lature cannot have intended this. Common
sense suggests that many withdrawals of treatment
— for example, refusal to renew a prescription for
a drug that may harm a patient — must be excluded
from the definition of “treatment” under the Act.
[58] Selon le deuxième argument avancé pour
soutenir que le terme « traitement » ne vise pas le
retrait du traitement de maintien de la vie, le point de
vue contraire pourrait avoir des conséquences très
fâcheuses. S’il faut consentir au retrait du trai­
tement de maintien de la vie, le patient pourrait for­
cer la poursuite de tout traitement, peu importe ses
répercussions sur le plan médical. Le législateur ne
peut avoir souhaité pareil résultat. Le bon sens veut
que de nombreux cas de retrait d’un traitement —
par exemple, le refus de renouveler une ordonnance
pour un médicament qui peut nuire au patient —
doivent être exclus de la définition de « traitement »
figurant dans la Loi.
[59] The difficulty with this argument is that it
treats everything that can be termed a withdrawal
of treatment — from refusal to refill a prescription
to ending life support — as equivalent for pur­
poses of consent under the HCCA. A more nuanced
view that withdrawal of treatment may sometimes,
al­though not always, constitute “treatment” better
[59] Le problème que pose cet argument est qu’il
considère toutes les mesures pouvant être quali­
fiées de retrait d’un traitement — allant du refus de
renou­veler une ordonnance au retrait du traitement
de main­tien de la vie — comme équivalentes aux
fins du consentement sous le régime de la LCSS. Un
point de vue plus nuancé voulant que le retrait d’un
370
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
fits the provisions of the HCCA and the realities of
medical care.
traitement constitue parfois, mais pas toujours, un
« traitement » s’accorde mieux avec les dis­posit­ions
de la LCSS et avec la réalité des soins médicaux.
[60] At a minimum, if the processes involved in
withdrawal of care are health-related, they do not
cease to be treatment merely because one labels them
cumulatively as “withdrawal of treatment”. This
applies to withdrawal of life support, as de­­scribed
in this case. The reality is that in Mr. Rasouli’s
situation, the distinction between “treatment” and
“withdrawal of treatment” is impossible to main­tain.
The withdrawal consists of a number of med­ical
interventions, most if not all done for health-­related
purposes. Viewed globally, a series of dis­tinct acts
may be viewed as “withdrawal” of treatment. But
viewed individually, each act may be seen as having
a health-related purpose, and hence constitute “treat­
ment” requiring consent.
[60] À tout le moins, si les processus entourant le
retrait des soins sont reliés au domaine de la santé,
ils ne cessent pas d’être des « traitements » pour
la seule raison qu’ils sont qualifiés globalement de
« retrait du traitement ». Cela vaut pour le retrait du
traitement de maintien de la vie dont il est question
en l’espèce. En réalité, dans le cas de M. Rasouli,
il est impossible de maintenir la distinction entre
« traitement » et « retrait d’un traitement ». De
fait, le retrait d’un traitement comporte plusieurs
interventions médicales, dont la plupart, voire la
totalité, visent un but relié au domaine de la santé.
Pris globalement, une série d’actes distincts peuvent
être considérés comme constituant le « retrait »
d’un traitement. Pris individuellement, chacun de
ces actes peut être considéré comme visant un but
relié au domaine de la santé et constitue donc un
« traitement » qui exige le consentement.
[61] The precise elements of withdrawal of life
support will vary from case to case, but the sub­
stance of what is being done is the same: the pro­
vision of life-sustaining treatment is brought to
an end and appropriate care is provided to ease
suffering and prevent indignity at the end of life.
Typically, the steps taken in withdrawal of life
support are either physically required to effect
the process of dying or directed to minimizing
distress and discomfort as the dying process oc­
curs. Providing services to address these problems
serves health-related purposes within the meaning
of s. 2(1) of the HCCA.
[61] Les éléments précis du retrait du traitement
de maintien de la vie varient d’un cas à l’autre,
mais le fond reste le même : on retire le traitement
de maintien de la vie et on administre les soins
appropriés pour soulager la souffrance et préser­ver
la dignité à la fin de la vie. En général, les mesu­
res prises en vue de retirer le traitement de maintien
de la vie sont nécessaires sur le plan physique pour
provoquer l’agonie ou visent à réduire la détresse et
le malaise pendant qu’elle se déroule. La prestation
de ser­vices pour remédier à ces problèmes vise un
but relié au domaine de la santé au sens du par. 2(1)
de la LCSS.
[62] Many of the acts involved in withdrawal of
life support entail physical interference with the
patient’s body. The reality is that while “withdrawal”
sounds like purely negative conduct, it typically
involves physically touching or performing pro­
cedures upon the patient’s body. This is borne out
by the case law of the Consent and Capacity Board: 
see E.J.G. (Re), 2007 CanLII 44704; G. (Re), 2009
CanLII 25289; and also Golubchuk, at para. 23.
[62] Bon nombre des actes concernant le retrait
du traitement de maintien de la vie entraînent une
intervention physique sur le corps du patient. Dans
les faits, bien qu’il semble renvoyer à un compor­
tement tout à fait négatif, le terme « retrait » suppose
en général un contact physique avec le corps du
patient et des interventions sur le corps du patient.
Ce point de vue est confirmé par la jurisprudence
de la Commission : voir E.J.G. (Re), 2007 CanLII
44704; G. (Re), 2009 CanLII 25289; voir également
Golubchuk, par. 23.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
371
[63] Under the HCCA, as at common law,
physic­al interference requires consent. The right
to be free from unwanted physical interfer­ence
goes to the heart of the law of consent to medical
treatment. As described by the Ontario Court
of Appeal in Malette, at p. 423:
[63] Sous le régime de la LCSS, tout comme en
common law, l’intervention physique exige un con­
sentement. Le droit d’être protégé contre des inter­
ventions physiques non souhaitées touche au cœur
même du droit du consentement au traitement
médical. Comme l’explique la Cour d’appel de
l’Ontario dans Malette, p. 423 :
The right of a person to control his or her own body is
a concept that has long been recognized at common law.
The tort of battery has traditionally protected the interest
in bodily security from unwanted physical interference.
Basically, any intentional nonconsensual touching which
is harmful or offensive to a person’s reasonable sense of
dignity is actionable. . . . Thus, as a matter of common
law, a medical intervention in which a doctor touches the
body of a patient would constitute a battery if the patient
did not consent to the intervention.
[traduction] Le droit d’une personne de disposer
de son propre corps est reconnu depuis longtemps en
common law. Le délit de voies de fait a traditionnellement
eu pour objet de préserver l’intégrité corporelle d’une
personne contre les interventions non souhaitées. Essen­
tiellement, tout attouchement intentionnel et non con­
sensuel qui est préjudiciable ou qui heurte un sentiment
légitime de dignité peut donner lieu à des poursuites.
[. . .] Ainsi, en common law, une intervention médicale
par laquelle un médecin touche le corps d’un patient
constituera des voies de fait si le patient n’a pas consenti
à l’intervention.
[64] Furthermore, withdrawal of life support, on
the evidence here, entails the provision of palliative
care. The case law of the Board suggests that this
will generally be the case. Physicians regularly ad­
minister palliative care upon the removal of life
sup­port:  see A.K. (Re), 2011 CanLII 82907, at
p. 21; G. (Re).
[64] En outre, le retrait du traitement de maintien
de la vie entraîne, selon la preuve produite en
l’espèce, l’administration de soins palliatifs. Il res­
sort de la jurisprudence de la Commission qu’il en
est généralement ainsi. Les médecins administrent
régulièrement des soins palliatifs à la suite du retrait
du traitement de maintien de la vie : voir A.K. (Re),
2011 CanLII 82907, p. 21; G. (Re).
[65] The Court of Appeal held that withdrawal of
life support and the administration of end-of-life
palliative care are integrally linked. It reasoned that
removal of mechanical ventilation is a necessary
precondition to end-of-life palliative care and endof-life palliative care is a necessary response to re­
moval of the ventilator. Since the administration of
palliative care clearly requires consent, the court
con­cluded that consent should be required for the
entire “treatment package”, including the removal
of the ventilator (at paras. 50-52).
[65] La Cour d’appel a conclu que le retrait du
traitement de maintien de la vie et l’administration
des soins palliatifs sont intrinsèquement reliés. Elle
a estimé que le retrait de la ventilation artificielle
constituait une condition préalable essentielle à
l’administration des soins palliatifs et qu’il entraî­
nait nécessairement l’administration des soins pal­
liatifs. Puisque l’administration de ces soins exige
claire­ment un consentement, la cour a conclu qu’il
fallait consentir au « traitement global », y compris
au retrait du ventilateur mécanique (par. 50-52).
[66] The Court of Appeal’s “treatment package”
approach has been criticized on the basis that re­
moval of life support will not invariably trigger the
need for palliative care, and that the administration
of palliative care may actually precede the decision
to remove life support.
[66] L’approche de la Cour d’appel fondée sur la
notion de « traitement global » a été critiquée au
motif que le retrait du traitement de maintien de la
vie ne déclenche pas invariablement le besoin de
soins palliatifs, et que l’administration des soins pal­
liatifs peut en fait précéder la décision de retirer le
traitement de maintien de la vie.
372
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[67] While the Court of Appeal’s assertion that
removal of life support will always lead to the ad­
ministration of end-of-life palliative care may be
too broad, the evidence shows that palliative care
will be administered in the process of withdrawal
of life support in cases like Mr. Rasouli’s. It may
be impossible to predict precisely how much dis­
tress the patient will suffer in the dying process,
and hence what palliative care will be required.
But what seems clear is that palliative care will
inevitably be administered in Ontario hospitals as
part of the process of withdrawing life support in
cases like Mr. Rasouli’s. The simple fact is that
appropriate medical care at the end of life, including
palliative care, is closely tied to the withdrawal of
life support.
[67] Si l’affirmation de la Cour d’appel, selon
laquelle le retrait du traitement de maintien de la
vie entraînera toujours l’administration des soins
palliatifs, est possiblement trop large, la preuve
démontre que des soins palliatifs seront admi­
nistrés dans le cadre du processus de retrait du trai­
tement de maintien de la vie dans des cas comme
celui de M. Rasouli. Il peut être impossible de pré­
dire avec exactitude le niveau de détresse qu’éprou­
vera le patient durant son agonie, et donc, les soins
palliatifs qui seront nécessaires. Cela dit, il semble
évident que des soins palliatifs seront systé­ma­ti­
quement administrés dans les hôpitaux ontariens
dans le cadre du processus de retrait du traitement
de maintien de la vie dans des cas comme celui
de M. Rasouli. En fait, l’administration des soins
médicaux appropriés en fin de vie, y compris
des soins palliatifs, est étroitement liée au retrait
du traitement de maintien de la vie.
[68] In summary, withdrawal of life support aims
at the health-related purpose of preventing suffering
and indignity at the end of life, often entails physical
interference with the patient’s body, and is closely
associated with the provision of palliative care. With­
drawal of life support is inextricably bound up with
care that serves health-related purposes and is tied
to the objects of the Act. By removing medical ser­
vices that are keeping a patient alive, withdrawal of
life support impacts patient autonomy in the most
fundamental way. The physicians’ attempt to ex­
clude withdrawal of life support from the definition
of “treatment” under s. 2(1) of the HCCA cannot
succeed.
[68] En résumé, le retrait du traitement de main­
tien de la vie vise le but relié au domaine de la santé
qui consiste à prévenir les souffrances et à préserver
la dignité à la fin de la vie, entraîne souvent une
intervention physique sur le corps du patient et a
un lien étroit avec l’administration de soins pal­
liatifs. Le retrait du traitement de maintien de la
vie est inextricablement lié aux soins qui visent
un but relié au domaine de la santé et aux objectifs
de la Loi. En supprimant des services médicaux
qui servent à garder le patient en vie, le retrait du
traitement de maintien de la vie a une incidence
des plus considérables sur l’autonomie du patient.
La tentative des médecins d’exclure le retrait du
traitement de maintien de la vie de la définition du
terme « traitement » au sens du par. 2(1) de la LCSS
ne saurait donc réussir.
[69] The practice of the Board, although not de­
terminative, reinforces the conclusion that treat­ment
under s. 2(1) includes withdrawal of life support.
Whether implicit or explicit, a specialized tribunal’s
interpretation of its home statute constitutes per­
suasive authority: Sullivan, at p. 621; P.-A. Côté,
in collaboration with S. Beaulac and M. Devinat,
The Interpretation of Legislation in Canada (4th ed.
2011), at pp. 584-85. The Board has regularly
exercised its jurisdiction in cases where physicians
[69] Bien qu’elle ne soit pas déterminante, la
pratique de la Commission renforce la conclusion
que le « traitement » au sens du par. 2(1) englobe
le retrait du traitement de maintien de la vie.
Qu’elle soit expresse ou implicite, l’interprétation
que donne un tribunal spécialisé de sa loi constitu­
tive reste convaincante : Sullivan, p. 621; P.-A. Côté,
avec la collaboration de S. Beaulac et M. Devinat,
Interprétation des lois (4e éd. 2011), p. 633. Or, la
Commission a régulièrement exercé sa compétence
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
373
proposed to withdraw life support, consistent with
the view that withdrawal of life support constitutes
“treatment” under the HCCA: see A.K. (Re); E.J.G.
(Re); G. (Re). Courts on review have endorsed this
interpretation: see Scardoni v. Hawryluck (2004),
69 O.R. (3d) 700 (S.C.J.).
dans des cas où les médecins proposaient de retirer
le traitement de maintien de la vie et confirmé
le point de vue selon lequel ce retrait consti­
tue un « traitement » au sens de la LCSS : voir
A.K. (Re); E.J.G. (Re); G. (Re). Les cours saisies de
demandes de contrôle judiciaire ont confirmé cette
interprétation : voir Scardoni c. Hawryluck (2004),
69 O.R. (3d) 700 (C.S.J.).
[70] These considerations lead me to conclude
that “treatment” in the HCCA should be understood
as extending to withdrawal of life support in the
situation at issue here and as that process is de­
scribed in these proceedings. This case does not
stand for the proposition that consent is required
under the HCCA for withdrawals of other medical
services or in other medical contexts.
[70] Pour ces motifs, je conclus qu’il faut inter­
préter le terme « traitement » utilisé dans la LCSS
de telle sorte qu’il englobe le retrait du traitement
de maintien de la vie dans la situation dont il est
question en l’espèce et tel que ce processus est
décrit dans les présentes procédures. La présente
affaire ne permet pas d’affirmer que la LCSS exige
le consentement au retrait d’un autre service médi­
cal ou le retrait qui aurait cours dans un autre con­
texte médical.
F. The Argument That Requiring Consent for
Withdrawal of Life Support Will Place Phys­
icians in an Untenable Ethical Situation
F. L’argument portant que l’exigence d’obtenir le
consentement au retrait du traitement de main­
tien de la vie placera les médecins dans une
situation intenable sur le plan déontologique
[71] A final argument raised by the physicians is
that they may be placed in an untenable ethical
situation if consent is required for withdrawal of
life support. They could effectively be compelled
to continue providing life support, even where they
consider it to provide no medical benefit to, or even
to harm, the patient. This could place physicians in
breach of their legal and professional obligations to
act in the best interests of the patient.
[71] Les médecins font valoir en dernier lieu que
l’exigence d’obtenir le consentement au retrait du
traitement de maintien de la vie pourrait les pla­
cer dans une situation intenable sur le plan déon­
tologique. Ils pourraient effectivement être tenus
de continuer l’administration d’un traitement de
maintien de la vie, même s’ils estiment qu’il ne
comporte aucun effet bénéfique sur le plan médical
pour le patient et qu’il pourrait même lui causer
du tort. Cela pourrait les amener à manquer à leur
obligation juridique et professionnelle d’agir dans
l’intérêt véritable du patient.
[72] Legally, a physician cannot be faulted for fol­
lowing the direction of the Board, any more than he
could be faulted for abiding by a judge’s direction at
common law not to withdraw life support. Implicit
in the physicians’ request that a judge resolve the
present dispute is acceptance that if a judge orders
that life support cannot be withdrawn, they must
com­ply. Their legal position under the HCCA is no
different.
[72] Sur le plan juridique, on ne saurait reprocher
au médecin d’avoir suivi les directives de la Com­
mission, pas plus que de s’être conformé aux direc­
tives d’un juge, en common law, de ne pas retirer le
traitement de maintien de la vie. Dans leur demande
pour que le litige qui nous occupe soit tranché par
un juge, les médecins acceptent implicitement que,
si le juge leur ordonne de ne pas retirer le traitement
de maintien de la vie, ils doivent se conformer à
cette ordonnance. Sous le régime de la LCSS, leur
position juridique est du même ordre.
374
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[73] However, a physician may feel that his legal
obligation not to withdraw life support is in ten­
sion with his professional or personal ethics. Such
tensions are inherent to medical practice. Indeed,
the law of consent to medical treatment evolved
through cases in which the patient did not wish to
be treated, but the physician felt a professional obli­
gation to treat: see Malette, at p. 420; Fleming,
at pp. 85-86. The law is now clear that treatment
cannot be administered without consent, irrespec­
tive of the ethical imperative that physicians may
feel. Similarly, a physician’s duty of care may
require that treatment not be withdrawn despite
the physician’s ethical objections to its admin­
istration: see R. (Burke) v. General Medical Coun­
cil, [2005] EWCA Civ 1003, [2005] 3 W.L.R. 1132,
at para. 34. If the present case were resolved as
my colleague Justice Karakatsanis proposes, the
physicians may still be required not to withdraw
life support based on their common law or fiduciary
duties. Their ethical position under the HCCA is no
different.
[73] Toutefois, le médecin peut estimer que son
obligation juridique de ne pas retirer le traite­ment
de maintien de la vie entre en conflit avec son
éthi­que professionnelle ou personnelle. De telles
ten­sions sont inhérentes à la pratique de la méde­
cine. En effet, le droit en matière de consen­
tement à un trai­tement médical a évolué par
suite d’affai­
r es où le patient ne voulait pas
recevoir des soins, mais où le médecin croyait
avoir une obligation pro­
f essionnelle de le
soigner : voir Malette, p. 420; Fleming, p. 85-86.
Le droit établit maintenant clairement qu’un
traitement ne peut être administré sans con­
sentement, quel que soit l’impératif éthi­
q ue
que peuvent éprouver les médecins. Dans le
même ordre d’idées, suivant son obligation de
dili­gence, le médecin peut être tenu de ne pas
retirer un traitement de maintien de la vie mal­
gré ses objections éthiques à son administra­
tion : voir R. (Burke) c. General Medical Council,
[2005] EWCA Civ 1003, [2005] 3 W.L.R. 1132,
par. 34. Si la présente affaire était tranchée comme
le pro­p ose ma collègue la juge Karakatsanis,
les médecins pourraient quand même être tenus
de ne pas reti­rer le traitement de maintien de la
vie, en raison de leurs obligations fiduciaires
ou découlant de la common law. Leur position
déontologique sous le régime de la LCSS est du
même ordre.
[74] The HCCA’s scheme for dispute resolution
offers several avenues through which a clash with
a physician’s ethical compunctions may be averted.
If the substitute decision-maker refuses consent
to withdrawal of life support based on a patient’s
prior wish, the physician may seek direction from
the Board on whether the wish is applicable to the
patient’s current circumstances (s. 35) or request
permission for the substitute decision-maker to
depart from the wish: s. 36. Where there is no ap­
plicable prior wish, the substitute decision-maker
must act in the best interests of the patient. If the
physician feels that the substitute decision-maker
has not done so, he can challenge the decision be­
fore the Board: s. 37. In each of these types of
proceedings, the physician’s submissions on the
pa­tient’s condition, the nature of the proposal to
[74] Le régime de règlement des différends établi
par la LCSS prévoit plusieurs recours permettant
d’éviter le conflit avec les scrupules éthiques d’un
médecin. Si le mandataire spécial refuse de donner
son consentement au retrait du traitement de main­
tien de la vie en raison d’un désir exprimé anté­
rieurement par le patient, le médecin peut, par voie
de requête, demander des directives à la Com­
mission pour savoir si le désir est applicable aux
circonstances actuelles du patient (art. 35), ou
demander à la Commission d’accorder au man­
dataire spécial la permission de ne pas respecter
le désir exprimé : art. 36. En l’absence d’un désir
applicable exprimé antérieurement, le mandataire
spécial doit agir dans l’intérêt véritable du patient.
S’il estime que le mandataire spécial ne l’a pas
fait, le médecin peut contester sa décision devant
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
375
withdraw life support, and what will medically
benefit the patient will be highly relevant to the
Board’s analysis.
la Commission : art. 37. Dans le cas de chacun de
ces recours, les observations du médecin sur l’état
du patient, sur la nature de la proposition de retirer
le traitement de maintien de la vie et sur l’effet
bénéfique pour le patient sur le plan médical
auront une grande pertinence pour l’analyse de la
Commission.
[75] Wherever one tries to draw the line, it is in­
evitable that physicians will face ethical conflicts
regarding the withdrawal of life support. No legal
principle can avoid every ethical dilemma. What
may be needed is a practical solution that enables
physicians to comply with the law and to satisfy
their professional and personal ethics. In this case,
for example, the physicians explored the possibility
of transferring Mr. Rasouli to a different Toronto
hospital. Alternate staffing arrangements within
Mr. Rasouli’s present hospital could also be con­
sidered. Finally, other physicians qualified to under­
take Mr. Rasouli’s care may not hold an ethical
objection to continuing the administration of life
support. Such practical solutions could go far in
averting any ethical conflict.
[75] Lorsqu’on tente de trancher, les médecins
ont forcément à composer avec des conflits éthi­
ques concernant le retrait d’un traitement de main­
tien de la vie. Aucun principe juridique ne saurait
écarter tous les dilemmes éthiques. Il faudrait
plutôt trouver une solution pratique permettant aux
médecins de se conformer à la loi et de respecter
leur éthique professionnelle et personnelle. En
l’espèce, par exemple, les médecins ont examiné la
possibilité de transférer M. Rasouli dans un autre
hôpital de Toronto. Il est aussi possible d’envisager
des solutions en matière de dotation au sein de
l’hôpital où se trouve présentement M. Rasouli.
Enfin, il se peut que d’autres médecins qualifiés
pour prendre en charge M. Rasouli ne s’opposent
pas du point de vue éthique à l’administration
continue du traitement de maintien de la vie. De
telles solutions pratiques permettraient d’écarter
tout conflit éthique.
[76] While the end-of-life context poses diffi­
cult ethical dilemmas for physicians, this does not
alter the conclusion that withdrawal of life support
con­stitutes treatment requiring consent under the
HCCA.
[76] Le contexte lié à la fin de la vie suscite des
dilemmes éthiques difficiles pour les médecins,
mais cela ne change en rien la conclusion voulant
que le retrait du traitement de maintien de la vie
constitue un traitement qui exige un consentement
sous le régime de la LCSS.
G. Resolving Disagreements Over Withdrawal of
Life Support
G. Résolution des différends concernant le retrait
du traitement de maintien de la vie
[77] Having rejected the physicians’ arguments,
it follows that the consent regime imposed by the
HCCA applies in this case. I earlier outlined that
regime. At this point, it may be useful to discuss
in greater depth the role of the substitute decisionmaker, health practitioners and the Board in cases
like this.
[77] Ayant rejeté les arguments des médecins,
je conclus que le régime en matière de consente­
ment prévu par la LCSS s’applique en l’espèce.
J’ai exposé précédemment les grandes lignes de
ce régime. À ce stade, il peut être utile d’examiner
plus profondément le rôle du mandataire spécial,
celui des praticiens de la santé et celui de la
Commission dans des affaires comme celle qui
nous occupe.
376
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[78] To recap, the HCCA is a carefully tailored
statute. It deals with patients capable of consent and
patients who no longer have the power to consent.
It seeks to maintain the value of patient autonomy
— the right to decide for oneself — insofar as this
is possible. This is reflected in the consent-based
structure of the Act. If the patient is capable, she
has the right to consent or refuse consent to med­
ical treatment: s. 10(1)(a). If the patient is incap­
able, the HCCA transfers the right of consent
to a substitute decision-maker, often next of kin
(s. 10(1)(b)), who is required to act in accordance
with the patient’s declared applicable wishes or,
failing that, the patient’s best interests: s. 21.
Finally, it provides that a physician may chal­lenge
a substitute decision-maker’s consent decision by
application to the Board: ss. 35 to 37. The physician
may make submissions to the Board regarding the
medical condition and interests of the patient. If
the Board finds that the substitute decision-maker
did not comply with the HCCA, it may overrule the
substitute decision-maker and substitute its own
opinion in accordance with the statute: s. 37(3).
To be clear, this means that, even in life-ending
situations, the Board may require that consent to
withdrawal of life support be granted.
[78] Pour résumer, la LCSS est une loi soigneu­
sement conçue. Elle s’applique aux patients qui
sont en mesure de donner leur consentement ainsi
qu’à ceux qui n’ont plus cette capacité. Elle vise
à maintenir l’autonomie du patient — le droit de
décider pour soi-même — dans la mesure du pos­
sible. C’est ce qui ressort de sa structure fondée
sur le consentement. S’il est capable, le patient a le
droit de donner ou de refuser son consentement au
traitement médical : al. 10(1)a). S’il est incapable,
la LCSS confère ce droit au mandataire spécial, sou­
vent un membre de la proche famille (al. 10(1)b)),
qui est tenu d’agir conformément aux désirs appli­
cables exprimés par le patient, ou, à défaut, d’agir
dans l’intérêt véritable de ce dernier : art. 21. Enfin,
la Loi prévoit que le médecin peut contester la
décision du mandataire spécial par voie de requête
devant la Commission : art. 35 à 37. Le médecin
peut présenter à la Commission des observations
concernant l’état de santé et les intérêts du patient.
Si la Commission conclut que le mandataire
spécial ne s’est pas conformé à la LCSS, elle peut
annuler la décision de celui-ci et lui substituer son
opinion, conformément à la Loi : par. 37(3). Ainsi,
même dans des cas où il s’agit de fin de la vie, la
Commission peut exiger le consentement au retrait
du traitement de maintien de la vie.
[79] Under the HCCA, the substitute decisionmaker does not have carte blanche to give or
refuse consent. He or she must comply with the
re­quirements of s. 21 of the Act, which con­tem­
plates two situations. The first is where the substitute
decision-maker knows of a prior expressed wish
by the patient which is applicable to the cir­cum­
stances. The second is where there is no such wish,
in which case the substitute decision-maker “shall
act in the incapable person’s best interests”.
[79] Selon la LCSS, le mandataire spécial n’a pas
carte blanche en matière de consentement. Il doit
se conformer à l’art. 21 de la Loi qui prévoit deux
situations : la première est celle où le mandataire
spécial sait que le patient a exprimé antérieurement
un désir applicable aux circonstances. La deuxième
situation est celle où le patient n’a pas exprimé
un tel désir, auquel cas le mandataire spécial « agit
dans l’intérêt véritable de l’incapable ».
(1)Prior Expressed Wishes
(1)Désirs exprimés antérieurement
[80] If the substitute decision-maker knows of a
prior wish regarding treatment that the patient ex­
pressed when capable and over 16 years old, and
that is applicable in the circumstances, the wish
must be followed: s. 21(1). This reflects the pa­
tient’s autonomy interest, insofar as it is possible.
[80] Si le mandataire spécial sait que le patient,
lorsqu’il était capable et âgé d’au moins 16 ans, a
exprimé à l’égard du traitement un désir applica­
ble aux circonstances, il doit se conformer à ce
désir : par. 21(1). Cela reflète le droit du patient à
l’autonomie, dans la mesure du possible.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
377
[81] While the HCCA gives primacy to the pri­or
wishes of the patient, such wishes are only bind­
ing if they are applicable to the patient’s current
circumstances. This qualification is no mere tech­
nicality. As the Ontario Court of Appeal held in
Conway v. Jacques (2002), 59 O.R. (3d) 737, at
para. 31:
[81] Bien que la LCSS donne primauté aux
désirs exprimés par le patient, ces désirs ne sont
contraignants que s’ils sont applicables à la situa­
tion actuelle du patient. Cette précision est loin
d’être purement technique. Comme l’a affirmé la
Cour d’appel de l’Ontario dans Conway c. Jacques (2002), 59 O.R. (3d) 737, par. 31 :
. . . prior capable wishes are not to be applied mech­
anically or literally without regard to relevant changes
in circumstances. Even wishes expressed in categorical
or absolute terms must be interpreted in light of the
circumstances prevailing at the time the wish was ex­
pressed.
[traduction] . . . les désirs exprimés antérieurement
par le patient lorsqu’il était capable ne doivent pas être
appliqués aveuglément, sans égard aux changements per­
tinents dans sa situation. Même les désirs exprimés de
manière catégorique doivent être interprétés compte tenu
des circonstances particulières au moment où le désir a
été exprimé.
[82] Needless to say, where an incapable patient
has expressed a prior wish that life support not be
withdrawn, the intended meaning and scope of the
wish must be carefully considered: see Fleming,
at p. 94. The question is whether, when the wish
was expressed, the patient intended its application
in the circumstances that the patient now faces: see
Conway, at para. 33; Scardoni, at para. 74. Changes
in the patient’s condition, prognosis, and treatment
options may all bear on the applicability of a prior
wish: Conway, at paras. 37-38. For example, had
Mr. Rasouli expressed a prior wish regarding life
support, his substitute decision-maker would have
to consider whether, when the wish was expressed,
Mr. Rasouli intended the wish to apply if he were
in a permanent vegetative state, with recovery ex­
tremely improbable according to medical evidence,
and facing the health complications associated with
long-term provision of life support.
[82] Il va sans dire que, lorsque le patient inca­
pable a exprimé antérieurement le désir que le
traitement de maintien de la vie ne soit pas retiré, le
sens et la portée de ce désir doivent être examinés
attentivement : voir Fleming, p. 94. La question est
de savoir si, au moment où le désir a été exprimé,
le patient voulait qu’il s’applique dans sa situation
actuelle : voir Conway, par. 33; Scardoni, par. 74.
Les changements survenus dans l’état du patient,
le pronostic et les options de traitement peuvent
tous avoir une incidence sur l’applicabilité d’un
désir exprimé antérieurement : Conway, par. 3738. Par exemple, si M. Rasouli avait exprimé un
désir concernant le traitement de maintien de la vie,
son mandataire spécial aurait à se demander si,
au moment où il a exprimé ce désir, M. Rasouli
voulait que le désir s’applique s’il se trouvait dans
un état végétatif permanent, avec des perspectives
de rétablissement extrêmement improbables selon
la preuve médicale, et qu’il risquait de faire face à
des complications de santé liées à l’administration
prolongée du traitement de maintien de la vie.
[83] A prior wish need not identify every pos­sible
future development in order to be applicable: 
Scardoni, at para. 74; K.M.S. (Re), 2007 CanLII
29956 (Ont. C.C.B.). However, a wish that is un­
clear, vague, or lacks precision may be held in­
applic­able to the circumstances. On this basis, the
Board has found there were no prior wishes re­
lating to life support applicable to the existing
circumstances in numerous cases: D.D. (Re), 2013
[83] Le désir exprimé antérieurement n’a pas à
préciser toute évolution future possible pour qu’il
soit applicable : Scardoni, par. 74; K.M.S. (Re),
2007 CanLII 29956 (C.C.C. Ont.). Il est toutefois
possible que le désir vague ou imprécis soit jugé
inapplicable aux circonstances. Pour ce motif, la
Commission a conclu dans de nombreuses affai­
res que les désirs exprimés antérieurement con­
cer­nant un traitement de maintien de la vie étaient
378
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
CanLII 18799; P. (D.), Re, 2010 CarswellOnt 7848;
E.B. (Re), 2006 CanLII 46624; G. (Re); E. (Re),
2009 CanLII 28625; H.J. (Re), 2003 CanLII 49837.
I have been unable to locate any case in which there
was a prior expressed wish opposing withdrawal
of life support that was held to be applicable and
therefore binding in the circumstances.
inap­
p licables aux circonstances du moment : 
D.D. (Re), 2013 CanLII 18799; P. (D.), (Re), 2010
CarswellOnt 7848; E.B. (Re), 2006 CanLII 46624;
G. (Re); E. (Re), 2009 CanLII 28625; H.J. (Re),
2003 CanLII 49837. Je n’ai pas réussi à trouver
une seule déci­sion où un désir exprimé antérieure­
ment à l’encontre du retrait d’un traitement de
maintien de la vie a été jugé applicable et donc
contraignant dans les cir­constances.
[84] If it is unclear whether a prior wish is ap­
plicable, the substitute decision-maker or physician
may seek directions from the Board: s. 35. Alter­
natively, if the substitute decision-maker acts on a
prior wish that the physician believes is not ap­
plicable, the physician may challenge the consent
decision before the Board: s. 37. The physician’s
submissions on the patient’s condition, prognosis,
and any adverse effects of maintaining life support
will be relevant to the Board’s assessment of ap­
plicability.
[84] Lorsqu’on ne sait pas si le désir exprimé
antérieurement est applicable, le mandataire spé­
cial ou le médecin peut demander des directives à
la Com­mission : art. 35. Par ailleurs, si le mandataire
spécial agit conformément à un désir exprimé
antérieurement que le médecin estime inapplicable,
ce dernier peut contester devant la Commission
la décision relative au consentement : art. 37. Les
observations du médecin concernant l’état de santé
du patient, son pronostic et les effets préjudiciables
de l’administration continue du traitement de
maintien de la vie seront pertinents pour l’éva­
luation par la Commission de l’applicabilité du
désir en question.
[85] In addition, either the substitute decisionmaker or physician may apply to the Board for
permission to depart from prior wishes to refuse
treat­ment: s. 36. The Board may grant permission
where it is satisfied that the incapable person, if ca­
pable, would probably give consent because of
improvement in the likely result of the treatment
since the wish was expressed: s. 36(3).
[85] En outre, le mandataire spécial ou le méde­
cin peut, par voie de requête, demander à la Com­
mission l’autorisation de ne pas respecter les désirs
exprimés antérieurement quant au refus d’un trai­
tement : art. 36. La Commission peut accorder
cette autorisation si elle est convaincue que l’inca­
pable, s’il était capable, donnerait pro­bablement son
consentement parce que le résultat vraisemblable
du traitement est dans une large mesure meilleur
que ce à quoi on se serait attendu au moment où le
désir a été exprimé : par. 36(3).
[86] I note that the HCCA also provides that the
substitute decision-maker is not required to comply
with an expressed prior wish if “it is impossible to
comply with the wish”: s. 21(1)2. This is not raised
on the facts of this appeal, and I consider it no fur­
ther.
[86] Je note que la LCSS prévoit également que
le mandataire spécial n’est pas tenu de respecter le
désir exprimé antérieurement « s’il est impossible
de [s’y] conformer » : al. 21(1)2. Puisqu’il ne s’agit
pas d’une question que posent les faits de l’espèce,
je ne l’examinerai pas davantage.
(2)The Best Interests of the Patient
(2)L’intérêt véritable du patient
[87] If the substitute decision-maker is not aware
of an expressed prior wish of the patient or if the
[87] Si le mandataire spécial n’a pas connaissance
d’un désir exprimé auparavant par le patient ou si
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
379
wish is not applicable to the circumstances, the
substitute decision-maker must make her consent
decision based on the best interests of the patient,
according to the criteria set out in s. 21(2). These
criteria include the medical implications of treat­
ment for the patient, the patient’s well-being, the
patient’s values, and any prior expressed wishes
that were not binding on the substitute decisionmaker. This legislative articulation of the best
in­terests of the patient aims at advancing the values
that underpin the HCCA: enhancing patient au­
tonomy and ensuring appropriate medical treat­
ment.
le désir n’est pas applicable aux circonstances, il
doit prendre une décision en tenant compte de ce
qui est dans l’intérêt véritable du patient, suivant les
critères énoncés au par. 21(2). Parmi ces critères,
mentionnons les conséquences d’ordre médical du
traitement administré au patient, son bien-être,
ses valeurs ainsi que les désirs qu’il a exprimés et
auxquels le mandataire spécial n’est pas tenu de se
conformer. L’énoncé législatif de ce qui est dans
l’intérêt véritable du patient vise à promouvoir les
valeurs fondamentales de la LCSS, soit accroître
l’autonomie du patient et veiller à l’administration
d’un traitement médical approprié.
[88] The substitute decision-maker is not at liberty
to ignore any of the factors within the best interests
analysis, or substitute her own view as to what is
in the best interests of the patient. She must take
an objective view of the matter, having regard to all
the factors set out, and decide accordingly. This is
clear from the mandatory wording of the opening
portion of s. 21(2): the decision-maker “shall take
into consideration” the listed factors. The need for
an objective inquiry based on the listed factors is
reinforced by s. 37, which allows the decision of
the substitute decision-maker to be challenged by
the attending physician and set aside by the Board,
if the decision-maker did not comply with s. 21.
The intent of the statute is to obtain a decision that,
viewed objectively, is in the best interests of the
incapable person.
[88] Le mandataire spécial n’a pas le loisir d’écar­
ter l’un ou l’autre des facteurs relatifs à l’intérêt véri­
table du patient ou de substituer son opinion quant
à ce qui est dans l’intérêt véritable du patient. Il
doit adopter un point de vue objectif, compte tenu
de tous les facteurs énumérés, et pren­dre une déci­
sion en conséquence. C’est ce qui res­sort clairement
de l’énoncé impératif, au début du par. 21(2) : le
mandataire « tient compte » des facteurs énumérés.
La nécessité de prendre une décision objective
fondée sur les facteurs énumérés est renforcée
par l’art. 37, qui permet au médecin traitant de
contester la décision du mandataire spé­cial et à la
Commission d’annuler cette décision, si le man­da­
taire ne s’est pas conformé à l’art. 21. La Loi vise
l’atteinte d’une décision qui, considérée objec­ti­
vement, est dans l’intérêt véritable de l’incapable.
[89] The first consideration under s. 21(2), heav­
ily relied on by Ms. Salasel in this case, concerns
the values and beliefs of the incapable person.
Section 21(2)(a) provides that the substitute
decision-maker must consider the values and be­
liefs that the incapable person held when ca­pable
and that the substitute decision-maker be­lieves that
the incapable person would still act on if capable.
Here, Ms. Salasel argues that sustaining life as long
as possible accords with the religious beliefs of
Mr. Rasouli, and that as a result he would not have
consented to the removal of life support.
[89] Le premier élément à considérer suivant le
par. 21(2), et sur lequel Mme Salasel s’est fortement
appuyée en l’espèce, porte sur les valeurs et les
croyances de l’incapable. Selon l’al. 21(2)a), le
mandataire spécial doit tenir compte des valeurs et
des croyances de l’incapable lorsqu’il était capable
et conformément auxquelles il croit que l’inca­
pable agirait encore s’il était capable. En l’espèce,
Mme Salasel soutient que le fait de maintenir la vie
aussi longtemps que possible est conforme aux
croyances religieuses de M. Rasouli, et que celui-ci
n’aurait donc pas consenti au retrait du traitement
de maintien de la vie.
[90] The second consideration relates to known
wishes of the incapable person that were not bind­ing
[90] Le deuxième élément à considérer porte
sur les désirs exprimés par l’incapable auxquels le
380
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
on the substitute decision-maker under s. 21(1)1.
For example, wishes expressed when a person was
under the age of 16 or when incapable do not bind
a substitute decision-maker, but must be taken into
consideration at this stage of the best interests
analysis.
mandataire spécial n’est pas tenu de se conformer
aux termes de l’al. 21(1)1. Par exemple, les désirs
exprimés lorsque la personne visée avait moins de
16 ans ou lorsqu’elle était incapable n’engagent pas
le mandataire spécial, mais ils doivent être pris en
considération à ce stade de l’analyse de l’intérêt
véritable du patient.
[91] Third, in addition to considering the values
and beliefs of the patient and any relevant wishes,
s. 21(2)(c) requires that the substitute decisionmaker consider four factors that relate to the impact
of the treatment on the patient’s condition, wellbeing, and health. This stage of the best interests
analysis focuses on the medical implications of the
proposed treatment for the patient. The attending
physician’s view of what would medically benefit
the patient must be taken into account.
[91] Troisièmement, en plus de prendre en con­
sidération les valeurs et croyances du patient ainsi
que tout désir pertinent, le mandataire spécial est
tenu par l’al. 21(2)c) de prendre en compte quatre
facteurs se rapportant aux conséquences du trai­
tement sur l’état du patient, son bien-être et sa santé.
À ce stade, l’analyse relative à l’intérêt véritable
du patient est axée sur les conséquences d’ordre
médical du traitement proposé. Il faut tenir compte
de l’opinion du médecin traitant quant aux mesures
bénéfiques sur le plan médical pour le patient.
[92] The first factor asks whether receiving the
treatment is likely to improve the patient’s condition
or well-being, prevent deterioration of the person’s
condition or well-being, or reduce the extent or
rate of the deterioration of the person’s condition
or well-being: s. 21(2)(c)1. In this case, the inquiry
must determine whether removing life support
would improve, prevent deterioration of, or reduce
the extent or rate of deterioration of Mr. Rasouli’s
condition or well-being. The physicians argue that
artificially prolonging Mr. Rasouli’s life will lead
to health complications such as bedsores, respira­
tory infections, and organ failure — a scenario that
can be avoided if life support is removed. On the
other hand, Ms. Salasel argues that new evidence
and evaluation suggest that Mr. Rasouli’s condi­
tion may improve in the future, militating against re­
moval of life support.
[92] En ce qui concerne le premier facteur, il faut
se demander s’il est vraisemblable ou non que le
traitement, selon le cas, améliorera l’état ou le bienêtre du patient, empêchera la détérioration de l’état
ou du bien-être du patient, ou diminuera l’ampleur
selon laquelle ou le rythme auquel l’état ou le bienêtre du patient se détériorera : sous-al. 21(2)c)1.
En l’espèce, il faut donc décider si le retrait du
traitement de maintien de la vie aurait pour effet
d’améliorer l’état ou le bien-être de M. Rasouli,
d’empêcher la détérioration de son état ou de son
bien-être, ou de diminuer l’ampleur selon laquelle
ou le rythme auquel son état ou son bien-être se
détériorera. Les médecins soutiennent que le fait
de prolonger artificiellement la vie de M. Rasouli
entraînera des complications pour la santé, par
exemple, des escarres, des infections respiratoires
et une défaillance polyviscérale, scénario qui peut
être écarté par le retrait du traitement de maintien
de la vie. Par contre, Mme Salasel fait valoir que
de nouveaux éléments de preuve et une nouvelle
évaluation indiquent que l’état de M. Rasouli
pourrait s’améliorer à l’avenir et militent contre le
retrait du traitement de maintien de la vie.
[93] The second factor requires the substitute
decision-maker to consider whether, in the ab­sence
of the proposed treatment, the incapable person’s
[93] Pour ce qui est du deuxième facteur, le
mandataire spécial doit se demander s’il est vrai­
semblable ou non que l’état ou le bien-être de
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
381
condition or well-being is likely to improve, re­main
the same or deteriorate: s. 21(2)(c)2. In this case,
the inquiry is into the likely medical outcomes for
Mr. Rasouli if life support is not withdrawn. The
decision-maker must cast her mind into the future
and ask what the patient’s condition will be in one
year, five years, or ten years.
l’incapable s’améliorera, restera le même ou se
détériorera sans le traitement : sous-al. 21(2)c)2.
En l’espèce, il faut donc déterminer les résultats
possibles sur le plan médical pour M. Rasouli
de l’administration continue du traitement de
maintien de la vie. Le mandataire doit envisager
les perspectives d’avenir et se demander quel serait
l’état du patient dans un an, dans cinq ans ou dans
dix ans.
[94] The third factor requires the substitute
decision-maker to consider risks of harm associ­
ated with the treatment and weigh whether the
benefits from the treatment will outweigh those
risks: s. 21(2)(c)3. This factor is particularly im­
portant in cases where the substitute decisionmaker must decide whether to go ahead with a risky
procedure, like high-risk surgery, that while offering
some hope, could worsen the patient’s situ­ation. In
this case, the substitute decision-maker must con­
sider the benefits of removing life support, such
as avoidance of protracted physical deterioration
from bedsores, infections and organ deterioration
ultimately leading to death, against the risks, which
quite plainly are the hastening of death and the loss
of whatever chance of recovery Mr. Rasouli has ac­
cording to medical evidence.
[94] Le troisième facteur exige que le mandataire
spécial prenne en compte le risque d’effets néfastes
liés au traitement et qu’il établisse si l’effet béné­
fique de ce dernier l’emporte ou non sur ce risque : 
sous-al. 21(2)c)3. Ce facteur joue un rôle particu­
lièrement important lorsque le mandataire spécial
doit décider de donner son consentement à une
procédure risquée, par exemple une intervention
chirurgicale à risque élevé, qui donne un certain
espoir, mais qui peut entraîner la détérioration de
l’état du patient. En l’espèce, le mandataire spécial
doit tenir compte des effets bénéfiques du retrait du
traitement de maintien de la vie, par exemple le fait
d’empêcher une détérioration physique prolongée
causée par des escarres, des infections et par une
défaillance polyviscérale entraînant finalement
le décès, par rapport aux risques, soit le fait, bien
franchement, de précipiter la mort et d’écarter toute
chance de rétablissement qu’a M. Rasouli selon la
preuve médicale.
[95] The fourth factor requires the substitute
decision-maker to consider alternative courses of
treat­ment — whether less intrusive or restrictive
treatment would be as beneficial as the treatment
proposed: s. 21(2)(c)4. In a case such as this, the
question is whether maintaining life support would
be less intrusive or restrictive than its withdrawal,
and if so, whether maintaining life support would
be more beneficial to the patient than withdrawal.
[95] Le quatrième facteur exige que le mandataire
spécial tienne compte d’autres traitements pos­
sibles — et soupèse si un traitement moins con­
traignant ou moins perturbateur aurait ou non un
effet aussi bénéfique que celui qui est proposé : 
sous-al. 21(2)c)4. Dans un cas comme celui qui
nous occupe, il s’agit donc de savoir si l’administra­
tion continue du traitement de maintien de la vie
serait moins con­traignante ou moins perturbatrice
que son retrait, et, dans l’affirmative, si elle aurait
ou non davan­tage un effet bénéfique que son retrait.
[96] As I see it, this review of s. 21(2) reveals
that although a patient’s beliefs and prior ex­pressed
wishes are mandatory considerations, there is no
doubt that the medical implications of a proposed
[96] À mon avis, l’examen du par. 21(2) révèle
que, même s’il est impératif de tenir compte
des croyances du patient et de ses désirs expri­
més antérieurement, il ne fait aucun doute que les
382
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
treat­
ment will bear significant weight in the
analysis.
con­
s équences d’ordre médical du traitement
proposé revêtiront une importance majeure dans
l’analyse.
[97] Where physicians and substitute decisionmakers disagree about whether withdrawal of life
support would be in the best interests of the pa­
tient, the HCCA provides the procedure for resolving
this conflict. Under s. 37, the health care practitioner
may apply to the Board to have the decision of the
substitute decision-maker set aside on the ground
that it is not in the best interests of the incapable
person, having regard to the factors set out in
s. 21(2) of the Act. This is an important avenue
of recourse for physicians who believe that life
support can no longer be ethically administered
because it is not in the best interests of the patient
to do so. The Board must duly consider the phys­
ician’s professional opin­ion and submissions on
what would be of medical benefit to the patient.
[97] Lorsque les médecins et les mandataires spé­
ciaux ne s’entendent pas sur la question de savoir
si le retrait du traitement de maintien de la vie
serait dans l’intérêt véritable du patient, la LCSS
prévoit un moyen de régler ce conflit. Aux termes
de l’art. 37, le praticien de la santé peut, par voie
de requête, demander à la Commission d’annuler la
décision du mandataire spécial au motif qu’elle est
contraire à l’intérêt véritable de l’incapable, compte
tenu des facteurs énoncés au par. 21(2) de la Loi.
Il s’agit d’une voie de recours importante pour les
médecins qui estiment qu’il ne convient plus, du
point de vue éthique, d’administrer le traitement
de maintien de la vie parce qu’il n’est plus dans
l’intérêt véritable du patient. La Commission doit
dûment tenir compte de l’opinion professionnelle
du médecin et de ses observations quant à ce qui
aurait un effet bénéfique pour le patient.
[98] If the Board agrees that the substitute
decision-maker did not act in the best interests of
the patient, it may substitute its own opinion for
that of the substitute decision-maker: s. 37(3). Al­
ternatively, if the Board concludes that the sub­
stitute decision-maker did act in the best interests of
the patient, it can affirm the decision of the sub­sti­
tute decision-maker. In making these determinations,
the Board must objectively apply the same criteria
that substitute decision-makers are required to con­
sider under s. 21. The Board is well placed to
make a determination of whether treatment is in
the best interests of the patient, in light of the statu­
tory objectives of enhancing patient autonomy and
ensuring appropriate medical care. This was ob­
served by the Ontario Court of Appeal in M. (A.)
v. Benes (1999), 46 O.R. (3d) 271:
[98] Si elle convient que le mandataire spécial
n’a pas agi dans l’intérêt véritable du patient, la
Commission peut substituer son opinion à celle
du mandataire spécial : par. 37(3). En revanche, si
elle conclut que le mandataire spécial a bel et bien
agi dans l’intérêt véritable du patient, elle peut
con­firmer sa décision. Pour rendre ces décisions,
la Commission doit appliquer objectivement les
mêmes critères que ceux dont doivent tenir compte
les mandataires spéciaux aux termes de l’art. 21.
La Commission est bien placée pour déterminer si
le traitement est ou non dans l’intérêt véritable du
patient, compte tenu des objectifs de la Loi visant
à accroître l’autonomie du patient et à veiller à
l’administration des soins médicaux appropriés.
C’est ce qu’a fait observer la Cour d’appel de
l’Ontario dans M. (A.) c. Benes (1999), 46 O.R.
(3d) 271 :
A case will come before the Board only when the
health practitioner disagrees with the S.D.M.’s ap­
pli­cation of the best interests test under s. 21(2). The
Board will then have before it two parties who disagree
about the application of s. 21: the S.D.M., who may have
bet­ter knowledge than the health practitioner about
[traduction] La Commission ne sera saisie d’une
affaire que lorsque le praticien de la santé est en désac­
cord avec l’application par le mandataire du critère rela­
tif à l’intérêt véritable prévu au par. 21(2). La Commission
sera ainsi appelée à entendre deux parties qui ne s’enten­
dent pas quant à l’application de l’art. 21 : d’une part,
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
383
the incapable person’s values, beliefs and non-binding
wishes; and the health practitioner, who is the expert on
the likely medical outcomes of the proposed treatment.
The disagreement between the S.D.M. and the health
practitioner potentially creates tension and the Act rec­
ognizes this by providing for a neutral expert board to
resolve the disagreement. Indeed, after hearing sub­
missions from all parties, the Board is likely better placed
than either the S.D.M. or the health practitioner to decide
what is in the incapable person’s best interests. [para. 46]
le mandataire spécial qui peut connaître mieux que le
praticien de la santé les valeurs et les croyances de l’inca­
pable ainsi que ses désirs auxquels il n’est pas tenu de
se conformer, et, d’autre part, le praticien de la santé qui
est l’expert quant aux résultats possibles sur le plan
médical du traitement proposé. Le désaccord entre le
mandataire spécial et le praticien de la santé risque d’être
source de tension. La Loi reconnaît ce risque et prévoit
le règlement du désaccord par une commission d’experts
neutres. En effet, après avoir entendu les observations de
toutes les parties, la Commission est vraisemblablement
mieux placée que le mandataire spécial ou le praticien de
la santé pour décider de ce qui est dans l’intérêt véritable
de l’incapable. [par. 46]
[99] The Board must apply a standard of cor­
rectness in reviewing the decision of the substitute
decision-maker: Benes, at para. 36; Scardoni, at
para. 36. The wording of s. 37, which provides for
full representation and gives the Board the right
to substitute its decision for that of the substitute
decision-maker, indicates that the Board must con­
sider the matter de novo. The critical nature of the
interests at stake support the Board’s obligation to
review the decision of the substitute decision-maker
on a correctness standard.
[99] La Commission doit examiner la décision du
mandataire spécial selon la norme de la décision
correcte : Benes, par. 36; Scardoni, par. 36. Le lib­ellé
de l’art. 37, qui prévoit la pleine représentation et
qui confère à la Commission le droit de substituer sa
décision à celle du mandataire spécial, indique que
la Commission doit examiner l’affaire à nouveau.
La nature critique des intérêts en jeu vient appuyer
l’obligation de la Commission d’examiner la déci­
sion du mandataire spécial selon la norme de la déci­
sion correcte.
[100] The legislature has given the Board the
final responsibility to decide these matters. This is
not to say that the courts have no role to play.
Board decisions are subject to judicial review. This
mechanism for court oversight ensures that the
Board acts within its mandate and in accordance
with the Constitution.
[100] Le législateur a conféré à la Commission la
responsabilité ultime de trancher ces questions. Cela
ne signifie pas que les tribunaux n’ont aucun rôle à
jouer. En effet, les décisions de la Commission sont
susceptibles de contrôle judiciaire. Ce mécanisme
qui confère un droit de regard aux tribunaux assure
que la Commission agisse dans les limites de son
mandat et en conformité avec la Constitution.
[101] Over the past 17 years, the Board has de­
veloped a strong track record in handling precisely
the issue raised in this case.
[101] Au cours des 17 dernières années, la Com­
mission a fait ses preuves en tranchant précisément
la question soulevée dans la présente affaire.
[102] In some cases, the Board has upheld the
decisions of substitute decision-makers to refuse
withdrawal of life support as being in the best in­
terests of the patient: D.W. (Re), 2011 CanLII
18217; S.S. (Re), 2011 CanLII 5000; P. (D.), Re.
In others, it has reversed the decision of the substi­
tute decision-maker and required consent to be
given for the withdrawal of life support: A.K. (Re);
E.J.G. (Re); N., Re, 2009 CarswellOnt 4748. The
[102] Dans certains cas, la Commission a con­
firmé le refus du mandataire spécial de consentir au
retrait du traitement de maintien de la vie au motif
que le traitement était dans l’intérêt véritable du
patient : D.W. (Re), 2011 CanLII 18217; S.S. (Re),
2011 CanLII 5000; P. (D.), Re. Dans d’autres cas,
la Commission a infirmé la décision du mandataire
spécial et a demandé le consentement au retrait du
traitement de maintien de la vie : A.K. (Re); E.J.G.
384
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
par­tic­ular facts of each case determine whether
with­drawal of life support is in the best interests of
the patient.
(Re); N., Re, 2009 CarswellOnt 4748. Les faits
propres à chaque affaire permettent d’établir si le
retrait du traitement de maintien de la vie est dans
l’intérêt véritable du patient.
[103] Bringing its expertise to the issue, the
Board’s decisions may be expected to bring
consistency and certainty to the application of the
statute, thereby providing essential guidance to
both substitute decision-makers and health care
providers in this difficult area of the law.
[103] Puisqu’elle apporte son expertise quant à
la question en jeu, on peut s’attendre à ce que les
décisions de la Commission assurent la cohérence
et la certitude quant à l’application de la Loi, four­
nissant ainsi des indications essentielles tant aux
mandataires spéciaux qu’aux fournisseurs de soins
de santé à l’égard de ce domaine difficile du droit.
H. The Dissenting Reasons
H. Les motifs dissidents
[104] I have had the benefit of reading Justice
Karakatsanis’ reasons. Respectfully, I cannot agree
with her approach in this case.
[104] J’ai eu l’occasion de lire les motifs de la
juge Karakatsanis. En toute déférence, je ne peux
souscrire à son approche en l’espèce.
[105] First, I do not agree that the important
role the HCCA accords to prior wishes indicates
that the legislature did not intend the statute to
apply to the withdrawal of life support (reasons of
Justice Karakatsanis, at paras. 140-50). When it
comes to the life and death matter of withdrawal
of life support, there is every reason to think that
the legislature intended a patient’s applicable prior
wishes to be respected. Moreover, as discussed, a
prior wish will only be binding if it is applicable
to the patient’s current circumstances. Vagueness in
a prior wish or changes in the patient’s condition,
prognosis, or treatment options may mean that the
prior wish is inapplicable. Where prior wishes are
inapplicable, the best interests analysis governs.
[105] Premièrement, je ne peux convenir que
l’importance attribuée par la LCSS aux désirs
exprimés antérieurement par le patient indique que
le législateur ne souhaitait pas que la Loi s’applique
au retrait d’un traitement de maintien de la vie
(motifs de la juge Karakatsanis, par. 140-150).
Lorsqu’il s’agit de la question de vie ou de mort du
retrait d’un traitement de maintien de la vie, il y a
tout lieu de croire que le législateur voulait le respect
des désirs applicables exprimés antérieurement par
le patient. De plus, comme nous l’avons vu, ce type
de désir ne sera contraignant que s’il est appli­cable
aux circonstances actuelles du patient. L’impré­ci­
sion d’un désir exprimé antérieurement ou les chan­
gements survenus dans l’état de santé, le pronostic
ou les options de traitement du patient peuvent ren­
dre le désir exprimé inapplicable. Dans ces cas, c’est
l’ana­lyse relative à l’intérêt véritable du patient qui
prévaut.
[106] Second, my colleague’s proposal that con­
sent is required under the HCCA only where
with­drawal of life support is part of a “plan of
treat­ment” under the Act merely pushes the anal­
ysis back one step to the thorny problem of de­fin­
ing “plan of treatment” (paras. 154-55). Moreover,
since the HCCA gives physicians discretion over
whether withdrawal of life support will be pre­
sented as part of a plan of treatment, the ultimate
[106] Deuxièmement, la proposition de ma col­
lègue, selon laquelle le consentement n’est requis
aux termes de la LCSS que lorsque le retrait d’un
traitement de maintien de la vie fait partie d’un
« plan de traitement » au sens de la Loi, ramène sim­
plement l’analyse au problème épineux que pose la
définition du terme « plan de traitement » (par. 154155). En outre, puisque la LCSS confère aux méde­
cins le pouvoir discrétionnaire de présenter ou non
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
385
issue of whether consent is required might well turn
on the physician’s choice of what to call the pro­
cedure, risking arbitrariness. (As the record shows,
with­drawal of life support is in practice often but
not always proposed as a “plan of treatment”: see
P. (D.), Re, at para. 16.)
le retrait d’un traitement de maintien de la vie dans
le cadre d’un plan de traitement, la nécessité du
consentement pourrait très bien reposer, en dernière
analyse, sur le choix du médecin quant à la façon
de définir cette procédure, ce qui présente le risque
de recourir à l’arbitraire. (D’après le dossier, en
pratique, le retrait d’un traitement de maintien de la
vie est souvent, mais pas toujours, proposé en guise
de « plan de traitement » : voir P. (D.), Re, par. 16.)
[107] Third, if the HCCA does not apply, the fact
that the common law tort of battery may prohibit
the withdrawal of life support without consent
in some cases raises further difficulties. Justice
Karakatsanis leaves open the possibility that the
law of battery may be engaged if the mechanics of
withdrawal of life support are invasive (paras. 16263). However, it is unclear what rules for substitute
consent would govern in these circumstances, and
on what legal basis the physician could proceed
with withdrawal of life support.
[107] Troisièmement, si la LCSS ne s’applique
pas, la possibilité que le délit de voies de fait en
common law interdise dans certains cas le retrait
d’un traitement de maintien de la vie sans con­sente­
ment pose d’autres problèmes. La juge Karakatsanis
ouvre la porte à l’application de ce délit si les pro­
cédures de retrait d’un traitement de maintien de la
vie sont envahissantes (par. 162-163). Or, on ne sait
pas quelles règles régiraient dans ces circonstances
le consentement donné par un mandataire et quel
fondement juridique permettrait au médecin de
procéder au retrait d’un traitement de maintien de
la vie.
[108] I cannot agree that, on the record before us,
withdrawal of life support from Mr. Rasouli would
not be invasive (reasons of Justice Karakatsanis,
at para. 163). Mechanical ventilation is delivered
to Mr. Rasouli through a tube surgically inserted
into his throat. His hospital chart indicates that
withdrawal of life support would entail “extubation”
(A.R., vol. II, at p. 50), which is the “[r]emoval of a
tube from an organ, structure, or orifice”: Stedman’s
Medical Dictionary (28th ed. 2006), at p. 688. On
the record before us, the possibility of an invasive
medical procedure to withdraw life support cannot
be excluded.
[108] Je ne peux me rallier à la thèse voulant
que, au vu du dossier dont dispose la Cour, le retrait
du traitement de maintien de la vie administré à
M. Rasouli ne comprendrait pas de procédures
invasives (motifs de la juge Karakatsanis, par. 163).
M. Rasouli est maintenu en vie par ventilation arti­
ficielle, au moyen d’une sonde insérée par voie chi­
rurgicale dans sa gorge. Son dossier hospitalier
indique que le retrait du traitement de maintien
de la vie entraînerait un [traduction] « détu­
bage » (d.a., vol. II, p. 50), à savoir le [traduction]
« [r]etrait d’une sonde introduite dans un organe,
une structure ou un orifice » : Stedman’s Medical
Dictionary (28e éd. 2006), p. 688. Au vu du dossier,
on ne saurait exclure la possibilité que le retrait du
traitement de maintien de la vie comprenne des
procédures médicales invasives.
[109] Fourth, it can be questioned whether the
legal tools my colleague relies on to provide judi­
cial oversight of physicians’ decisions to withdraw
life support are sufficient for the task. At this point
in the development of the standard of care and fi­
duciary duty, they do not appear to support the
[109] Quatrièmement, on peut se demander si les
outils juridiques auxquels a recours ma col­lègue
pour faire en sorte que les décisions des méde­cins
de retirer un traitement de maintien de la vie soient
soumises à la surveillance des tribunaux suffisent
à la tâche. À l’étape où en est l’élaboration de la
386
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
broad-­based common law/equity review that my
colleague envisions (paras. 190-201).
norme de diligence et de l’obligation fiduciaire, ces
outils ne semblent pas appuyer l’examen général de
la common law et de l’equity qu’envisage ma col­
lègue (par. 190-201).
[110] There has been no trial on the standard of
care in this case, so we can only speculate as to its
content in situations like Mr. Rasouli’s. Whatever
its content, the standard of care does not hold
phys­icians to a standard of perfection but, rather,
only to one of reasonable care: E. I. Picard and
G. B. Robertson, Legal Liability of Doctors and
Hospitals in Canada (4th ed. 2007), at p. 225;
Crits v. Sylvester (1956), 1 D.L.R. (2d) 502 (Ont.
C.A.), at p. 508, aff’d [1956] S.C.R. 991. As such,
standard of care is a blunt instrument for reviewing
phys­ician decisions to withdraw life support, and not
one that supports the broad-based review contem­
plated by my colleague.
[110] Comme il n’y a pas eu, en l’espèce, de pro­
cès sur la norme de diligence, nous ne pouvons
qu’émettre des hypothèses quant à sa teneur dans
des cas comme celui de M. Rasouli. Cela dit, peu
importe sa teneur, la norme de diligence n’impose
pas aux médecins de satisfaire à une norme de
per­fection, mais plutôt à celle de diligence raison­
nable : E. I. Picard et G. B. Robertson, Legal Lia­bility
of Doctors and Hospitals in Canada (4e éd. 2007),
p. 225; Crits c. Sylvester (1956), 1 D.L.R. (2d) 502
(C.A. Ont.), p. 508, conf. par [1956] R.C.S. 991. La
norme de diligence est ainsi un instrument imprécis
pour contrôler les décisions des médecins de retirer
un traitement de maintien de la vie, et non pas un
instrument qui justifie l’exa­men général envisagé par
ma collègue.
[111] As for fiduciary duty, once again the waters
into which my colleague ventures are untested.
While this Court has recognized that the doctorpatient relationship is fiduciary in nature, it has
never reviewed physicians’ good-faith treatment
decisions on the basis of fiduciary duty: McInerney
v. MacDonald, [1992] 2 S.C.R. 138, at p. 149;
Norberg v. Wynrib, [1992] 2 S.C.R. 226, at p. 274.
My colleague’s approach thus contemplates a sub­
stantial expansion of the role of fiduciary duty in
regulating the doctor-patient relationship.
[111] En ce qui concerne l’obligation fidu­
ciaire, ma collègue s’aventure, là encore, en terrain
incon­nu. Si la Cour a reconnu que la relation entre
le médecin et son patient est de nature fiduciaire,
elle n’a jamais examiné de décisions prises de
bonne foi par des médecins au sujet d’un traite­ment
sur le fondement de cette obligation : McInerney
c. MacDonald, [1992] 2 R.C.S. 138, p. 149; Norberg
c. Wynrib, [1992] 2 R.C.S. 226, p. 274. L’appro­che
adoptée par ma collègue vise donc un élargisse­
ment substantiel du rôle de l’obligation fiduciaire
pour réglementer la relation entre le médecin et
son patient.
[112] Finally, how the standard of care and fi­
duciary duty relate to one another is unclear on the
proposed approach. Which analysis comes first —
standard of care or fiduciary duty? And in case of
conflict, which prevails?
[112] Enfin, l’approche proposée n’indique pas
clairement le lien qui existe entre la norme de dili­
gence et l’obligation fiduciaire. Quelle analyse a
priorité — celle relative à la norme de diligence
ou celle relative à l’obligation fiduciaire? Et quelle
analyse a préséance en cas de conflit?
[113] Fifth, if the HCCA does not apply, it is
unclear who will protect the interests of the in­
capable patient when a physician determines
that life support should be withdrawn. The pro­
posed approach contemplates the involvement of a
[113] Cinquièmement, si la LCSS ne s’applique
pas, il est difficile de savoir qui doit défendre les
intérêts du patient incapable lorsque le médecin
décide qu’il y a lieu de retirer le traitement de
main­tien de la vie. L’approche proposée envisage
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
387
“sub­stitute decision-maker”, but does not state who
this person would be or under what legal authority
he would act (reasons of Justice Karakatsanis, at
paras. 202 and 204). The HCCA creates the legal
designation of “substitute decision-maker”, and
sets out a hierarchy for identifying this individual.
However, this designation is unavailable if the
HCCA does not apply to the withdrawal of life
support.
l’inter­vention d’un « mandataire spécial », mais ne
désigne pas cette personne ni n’indique en vertu
de quel pouvoir légal il agirait (motifs de la juge
Karakatsanis, par. 202 et 204). La LCSS crée le
statut juridique de « mandataire spécial » et établit
la hiérarchie des personnes pouvant assumer ce
rôle. Or, cette désignation ne peut être invoquée si
la LCSS ne s’applique pas au retrait d’un traitement
de maintien de la vie.
[114] Sixth, I am concerned about the practical
im­pact of the proposed approach on patients, fam­
ilies, and physicians. It may heighten the vulner­
abil­­ity of incapable patients, since the legal burden
will be on family or friends to initiate court pro­ceed­
ings to prevent the withdrawal of life support, rather
than on physicians to obtain consent before acting.
The implications of this shift are particularly troub­
ling where the incapable patient lacks a network of
fam­ily and friends with the financial resources to
fund legal action, which could entail a trial on the
medical standard of care. Furthermore, it is unclear
on the proposed approach whether the physician
could withdraw life support without judicial over­
sight if no legal action is taken by the patient’s
family or friends.
[114] Sixièmement, je suis préoccupée des effets
concrets de l’approche proposée sur les patients,
sur leurs familles et sur les médecins. Elle pourrait
accroître la vulnérabilité des patients incapables,
puisqu’il incombera aux membres de la famille
ou aux amis d’engager des poursuites judiciaires
pour empêcher le retrait du traitement de maintien
de la vie, plutôt qu’aux médecins d’obtenir le
consentement avant d’agir. Ce déplacement du
fardeau pose particulièrement problème lorsque le
patient incapable ne bénéficie pas d’un réseau de
parents ou d’amis ayant les ressources financières
nécessaires pour intenter une action en justice qui
pourrait entraîner un procès sur la norme de
diligence en matière de soins de santé. En outre,
l’approche proposée n’indique pas clairement si
le médecin pourrait retirer un traitement de main­
tien de la vie sans un contrôle judiciaire, si aucune
action en justice n’était intentée par les parents du
patient ou par ses amis.
[115] One of the legislature’s primary motiva­
tions in enacting the HCCA was to simplify the
law governing the treatment of incapable patients.
The HCCA sets out clear rules requiring consent
before treatment can occur, identifying who can
consent for an incapable patient, stating the criteria
on which consent must be granted or refused, and
creating a specialized body to settle disputes. The
legal framework of the HCCA has been used to
resolve end-of-life disputes in Ontario for 17 years.
I would be reluctant to close off access to this es­
tablished regime and cast these matters back into
the courts.
[115] En adoptant la LCSS, le législateur a
notamment souhaité simplifier le droit régissant
le traitement administré aux patients incapables.
La LCSS énonce des règles claires qui exigent le
consentement avant qu’un traitement ne puisse être
administré, désignent les personnes autorisées à
donner le consentement pour le patient incapable,
précisent les critères sur lesquels doivent être
fondés le consentement ou son refus, et créent
un organisme spécialisé pour régler les litiges.
Le cadre juridique établi par la LCSS sert depuis
17 ans en Ontario à trancher des différends con­
cernant les décisions de fin de vie. J’hésiterais à
blo­quer l’accès à ce régime bien établi et à ren­
voyer ces questions aux tribunaux.
388
cuthbertson
v.
rasouli
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
I. Summary
I.Résumé
[116] I conclude that the following steps apply
under the HCCA in a case such as this, where the
substitute decision-maker and the medical health
care providers disagree on whether life support
should be discontinued.
[116] Je conclus que les étapes suivantes s’appli­
quent sous le régime de la LCSS dans des cas
comme celui dont nous sommes saisis, où le man­
dataire spécial et les fournisseurs de soins de santé
ne s’entendent pas quant à l’opportunité de retirer le
traitement de maintien de la vie.
1. The health practitioner determines whether in
his view continuance of life support is medically
indi­cated for the patient;
1. Le praticien de la santé établit si, à son avis,
l’admi­nistration continue du traitement de main­
tien de la vie est indiquée sur le plan médi­cal
pour le patient;
2. If the health practitioner determines that con­
tinu­ance of life support is no longer medically
indicated for the patient, he advises the patient’s
substitute decision-maker and seeks her consent
to withdraw the treatment;
2. S’il établit que l’administration du traitement
de maintien de la vie n’est plus indiquée sur le
plan médical pour le patient, le praticien de la
santé en avise le mandataire spécial du patient
et demande son consentement au retrait du
traitement;
3. The substitute decision-maker gives or re­fuses
con­sent in accordance with the ap­pli­ca­ble prior
wishes of the incapable per­son, or, in the ab­
sence of such wishes, on the basis of the best
in­ter­ests of the pa­tient, having regard to the
spec­ified factors in s. 21(2) of the HCCA;
3. Le mandataire spécial donne ou refuse son
con­sentement conformément aux désirs appli­
ca­
bles aux circonstances expri­
més anté­
rieu­
rement par l’incapable, ou, en l’absence de
pareils désirs, con­formément à ce qui est dans
l’intérêt véri­table du patient, compte tenu des
facteurs énon­cés au par. 21(2) de la LCSS;
4. If the substitute decision-maker consents, the
health practitioner withdraws life support;
4. Si le mandataire spécial donne son consen­te­
ment, le praticien de la santé procède au retrait
du traitement de maintien de la vie;
5. If the substitute decision-maker refuses con­sent
to withdrawal of life support, the health prac­
titioner may challenge the substitute decisionmaker’s re­fusal by applying to the Consent and
Capacity Board: s. 37;
5. Si le mandataire spécial refuse de donner son
consen­tement au retrait du traitement de main­
tien de la vie, le praticien de la santé peut, par
voie de requête devant la Commission, contester
le refus du mandataire spécial : art. 37;
6. If the Board finds that the refusal to provide
con­­sent to the withdrawal of life support was
not in accordance with the requirements of the
HCCA, it may substitute its own decision for
that of the substitute decision-maker, and per­
mit withdrawal of life support.
6. Si la Commission conclut que le refus de con­
sentir au retrait du traitement de maintien de la
vie ne se conformait pas aux exigences de la
LCSS, elle peut substituer sa pro­pre décision à
celle du mandataire spécial et autoriser le retrait
du traitement de maintien de la vie.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La Juge en chef
389
III. Conclusion
III. Conclusion
[117] Applying the HCCA in the manner just dis­
cussed, we arrive at the following conclusions.
[117] En appliquant la LCSS selon les étapes
mentionnées précédemment, nous arrivons aux
conclusions suivantes.
[118] The appellant physicians, having deter­
mined that in their view Mr. Rasouli should be
removed from life support, were obliged to seek
Ms. Salasel’s consent to the withdrawal. Since
Mr. Rasouli had not expressed a wish within the
meaning of s. 21(1)1, Ms. Salasel was required to
determine whether removal of life support was in
Mr. Rasouli’s best interests, having regard to the
factors set out in s. 21(2) of the Act.
[118] Ayant déterminé que, selon eux, le trai­
tement de maintien de la vie administré à M. Rasouli
devait être retiré, les médecins appelants étaient
tenus de demander le consentement de Mme Salasel
à cet égard. Puisque M. Rasouli n’avait exprimé
aucun désir au sens de l’al. 21(1)1, Mme Salasel
était tenue de déterminer si le retrait du traitement
de maintien de la vie était dans l’intérêt véritable
de M. Rasouli, compte tenu des facteurs énoncés au
par. 21(2) de la Loi.
[119] If the appellant physicians do not agree
that maintaining life support for Mr. Rasouli is in
his best interests, their recourse is to apply to the
Board for a determination as provided by s. 37(1) of
the HCCA.
[119] Si les médecins appelants ne sont
pas d’accord pour dire que l’administration à
M. Rasouli du traitement de maintien de la vie est
dans son intérêt véritable, en vertu du par. 37(1)
de la LCSS, leur recours consiste à demander à la
Commission de trancher la question.
[120] When the application is brought, it will be
for the Board to determine whether Ms. Salasel’s
refusal to provide consent to the withdrawal of life
support was in Mr. Rasouli’s best interests, within
the meaning of s. 21(2) of the HCCA. If the Board
is of the opinion it was not, it may substitute its de­
cision for that of Ms. Salasel, and clear the way for
removal of Mr. Rasouli’s life support.
[120] Lorsqu’elle sera saisie de la demande, il
appartiendra à la Commission de déterminer si
le refus de Mme Salasel de consentir au retrait du
traitement de maintien de la vie était dans l’intérêt
véritable de M. Rasouli, au sens du par. 21(2) de
la LCSS. Si elle en venait à la conclusion que ce
n’est pas le cas, la Commission pourrait substituer
sa décision à celle de Mme Salasel et permettre le
retrait du traitement de maintien de la vie administré
à M. Rasouli.
[121] It follows that I would dismiss the appeal. I
would also dismiss the motions to adduce fresh evi­
dence on the appeal to this Court, without prejudice
to the Board receiving any evidence it deems rel­
evant on the hearing before it.
[121] Par conséquent, je suis d’avis de rejeter le
pourvoi. Je suis aussi d’avis de rejeter les requêtes
en vue de présenter de nouveaux éléments de preuve
dans le cadre du présent pourvoi, sans préjudice à la
possibilité que la Commission reçoive tout élément
de preuve qu’elle juge pertinent.
[122] This being a matter of public interest, I
would not award costs.
[122] Vu qu’il s’agit d’une question d’intérêt
pub­lic, je n’adjugerais pas de dépens.
390
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
The reasons of Abella and Karakatsanis JJ. were
delivered by
Version française des motifs des juges Abella et
Karakatsanis rendus par
[123] Karakatsanis J. (dissenting) — This ap­
peal addresses the roles of the doctor, the incapable
patient’s substitute decision-maker, Ontario’s Con­
sent and Capacity Board and the courts, in the deci­
sion to withdraw or withhold life support.
[123] La juge Karakatsanis (dissidente) —
Le présent pourvoi porte sur les rôles du médecin,
du mandataire spécial du patient incapable, de la
Commission du consentement et de la capacité de
l’Ontario (« Commission »), et des tribunaux quant
à la décision de retirer un traitement de maintien de
la vie ou de refuser d’administrer un tel traitement.
[124] Unlike the Chief Justice, I conclude that
the common law, and not the Health Care Consent
Act, 1996, S.O. 1996, c. 2, Sch. A (the HCCA or the
Act), governs when doctors and substitute decisionmakers disagree regarding the proposed withdrawal
of an incapable patient’s life support. Thus, the
court, and not the Consent and Capacity Board, is
the appropriate forum for resolving any disputes
be­tween the doctors and the incapable patient’s
substitute decision-maker.
[124] Contrairement à la Juge en chef, je conclus
que c’est la common law, et non la Loi de 1996 sur
le consentement aux soins de santé, L.O. 1996,
ch. 2, ann. A (« LCSS » ou « Loi »), qui s’applique
lorsque les médecins et le mandataire spécial ne
s’entendent pas sur le retrait proposé d’un trai­
tement de maintien de la vie administré à un patient
incapable. C’est donc au tribunal, et non à la Com­
mission, qu’ils doivent s’adresser pour régler les
différends qui les opposent.
[125] In my view, the HCCA does not apply to
the withdrawal of treatment. The HCCA codifies the
deeply rooted common law right to refuse treat­ment,
no matter the medical consequences. It does not,
however, give patients, or their substitute decisionmakers, the right to insist on the continuation of a
treatment that is futile, harmful, or contrary to profes­
sional medical standards of care.
[125] À mon avis, la LCSS ne s’applique pas au
retrait d’un traitement. La LCSS codifie le droit
pro­fondément enraciné dans la common law de
refu­ser un traitement, peu importe les consé­quences
d’ordre médical. La Loi ne confère tou­te­fois pas
aux patients ou à leurs mandataires spéciaux le droit
d’insis­ter pour que soit maintenu un traite­ment qui
est inutile, préjudiciable ou contraire à la norme de
diligence professionnelle des médecins.
[126] In reviewing whether a physician is act­ing
within the professional standard of care at com­mon
law, the court should determine whether the life
support has any chance of being medically effect­
ive and whether withdrawal of the treatment is in
the best interests of the patient. This necessarily in­
cludes consideration of the patient’s wishes, values
and beliefs, in addition to the broad mental and
physical implications for the patient’s condition and
well-being, all within the framework of the gov­
erning legal principles.
[126] Pour établir si le médecin respecte la norme
de diligence professionnelle établie par la common
law, le tribunal doit déterminer si le traitement de
maintien de la vie a quelque chance de réussite sur
le plan médical et si le retrait du traitement est dans
l’intérêt véritable du patient. Cet exercice comporte
nécessairement l’examen des désirs exprimés par le
patient, de ses valeurs et de ses croyances, en plus
des conséquences importantes mentales et phy­
siques sur son état et son bien-être, le tout dans le
cadre des principes juridiques applicables.
[127] Accordingly, I would allow the appeal and
remit this matter to the Ontario Superior Court of
Justice, so that it may make the necessary findings
of fact and determine whether the withdrawal of life
[127] Par conséquent, je suis d’avis d’accueillir le
pourvoi et de renvoyer l’affaire à la Cour supérieure
de justice de l’Ontario pour qu’elle tire les con­
clusions de fait nécessaires et qu’elle détermine
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
391
support is in accordance with the standard of care
and the best interests of the patient.
si le retrait du traitement de maintien de la vie est
conforme à la norme de diligence applicable et dans
l’intérêt véritable du patient.
I. Background
I. Contexte
[128] The patient in this case suffered brain
dam­age that, according to his doctors, left him in a
per­sistent vegetative state. For almost three years,
he has been kept alive by life support, including
mech­anical ventilation and artificial nutrition. It is
his medical team’s opinion that there is no realistic
hope for his recovery. In their view, the provision
of life support offers him no medical benefit and
may, in fact, cause harm. As such, they wish to with­
draw life support.
[128] Le patient dont il est question en l’espèce
a subi des lésions cérébrales et se trouve de ce fait,
selon ses médecins, dans un état végétatif persistant.
Depuis près de trois ans, il est maintenu en vie par
ventilation et alimentation artificielles. L’équipe
médicale qui le soigne estime qu’il n’y a pas de
véritable espoir pour son rétablissement et que
l’administration du traitement de maintien de la vie
ne comporte aucun effet bénéfique pour le patient,
mais, en fait, possiblement des effets néfastes. Les
médecins souhaitent donc retirer ce traitement.
[129] The patient’s wife, who is his substitute
decision-maker, does not want life support with­
drawn. She has filed more recent medical as­sess­
ments as fresh evidence of a change in the patient’s
diagnosis to a minimally conscious state. Further,
she believes that her husband’s religious beliefs
dictate that he would wish to be kept alive in
these circumstances. Accordingly, she brought an
application to restrain the patient’s doctors from
withdrawing life support.
[129] L’épouse du patient, qui est sa mandataire
spéciale, ne veut pas que le traitement de maintien
de la vie soit retiré. Elle a déposé des évaluations
médicales plus récentes à titre de nouveaux élé­
ments faisant la preuve d’un changement du diag­
nostic du patient qui serait désormais celui d’état
de conscience minimale. Elle pense en outre que,
dans ces circonstances, compte tenu des croyances
religieuses de son époux, il souhaiterait être main­
tenu en vie. Elle a donc présenté une demande
visant à empêcher les médecins du patient de retirer
le traitement de maintien de la vie.
[130] The application judge concluded that,
under the HCCA, the physician’s decision to re­
move life support requires the consent of the pa­
tient or the patient’s substitute decision-maker. As
a result, the doctors are required to apply to the
Consent and Capacity Board if they wish to chal­
lenge the substitute decision-maker’s decision to
refuse to consent to the withdrawal of life support
(2011 ONSC 1500, 105 O.R. (3d) 761).
[130] La juge saisie de la demande a conclu que,
suivant la LCSS, la décision des médecins de reti­
rer le traitement de maintien de la vie exige le con­
sentement du patient ou de son mandataire spécial.
Les médecins sont donc tenus de s’adresser par
voie de requête à la Commission, s’ils souhaitent
contester la décision du mandataire spécial de
refuser le consentement au retrait du traitement de
maintien de la vie (2011 ONSC 1500, 105 O.R.
(3d) 761).
[131] The Court of Appeal dismissed the doctors’
appeal (2011 ONCA 482, 107 O.R. (3d) 9). While the
court was prepared to accept for present pur­poses
“that the Act does not require doctors to ob­tain con­
sent from a patient or substitute decision-maker to
withhold or withdraw ‘treatment’ that they view as
[131] La Cour d’appel a rejeté l’appel interjeté
par les médecins (2011 ONCA 482, 107 O.R.
(3d) 9). Même si elle était disposée à conclure pour
les besoins de la présente affaire que [traduction]
« la Loi n’exige pas des médecins qu’ils obtien­nent
le consentement du patient ou de son mandataire
392
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
medically ineffective or inappropriate” (para. 46),
it concluded that the withdrawal of life support
was inextricably bound with palliative care as a
“treatment package” (para. 52) and therefore fell
within the definition of “treatment” in the Act. In
these specific circumstances, the Court of Appeal
held that consent was required.
spécial quant au refus d’administrer un “trai­te­
ment” ou quant au retrait d’un “traitement” qu’ils
jugent inefficace ou inapproprié sur le plan médi­
cal » (par. 46), la Cour d’appel a conclu que le
retrait du traitement de maintien de la vie était
intrinsèquement lié à l’administration des soins
palliatifs, le tout constituant un « traitement glo­
bal » (par. 52), et s’inscrivait dans la définition
de « traitement » figurant dans la Loi. Dans ces
circonstances particulières, la Cour d’appel a statué
que le consentement était requis.
[132] For the reasons that follow, I conclude that
the Ontario legislature did not intend the HCCA to
require patient consent for the withdrawal of med­
ical treatment.
[132] Pour les motifs qui suivent, je conclus que
le législateur ontarien ne voulait pas que la LCSS
exige le consentement du patient au retrait d’un trai­
tement médical.
II. Analysis
II. Analyse
A. The Health Care Consent Act, 1996
A. Loi de 1996 sur le consentement aux soins de
santé
[133] The HCCA codifies and builds upon the
common law of consent in Ontario. Similar legis­
lation exists in several provinces across Canada.1
The Act provides that a medical practitioner who
proposes a treatment cannot administer it without
the consent of the patient, or, if the patient is in­
capable of consenting, the consent of the substitute
decision-maker (s. 10(1)). It does not say that a
physician who proposes to withdraw treatment
must obtain the consent of the patient or substitute
decision-maker. Further, “treatment” is defined as
“anything that is done for a . . . health-related
purpose” (s. 2(1)). The definition does not say that
“treatment” includes the withdrawal or withholding
of treatment.
[133] La LCSS codifie les règles de la common
law en matière de consentement en Ontario et prend
appui sur elle. Des lois similaires ont été adoptées
dans plusieurs provinces du Canada1. Selon la Loi,
le praticien de la santé qui propose un traitement
ne peut pas l’administrer sans le consentement du
patient, ou, s’il est incapable de le donner, sans le
consentement de son mandataire (par. 10(1)). La
Loi ne prévoit pas que le médecin qui propose le
retrait d’un traitement doive obtenir le consente­
ment du patient ou de son mandataire spécial. En
outre, le « traitement » s’entend de « tout ce qui est
fait dans un [. . .] but relié au domaine de la santé »
(par. 2(1)). Il n’est pas précisé dans la définition
que le « traitement » comprend le retrait d’un
traitement ou le refus d’administrer un traitement.
[134] The legislative history, similarly, discloses
no intention to create a right for a patient to insist
on treatment that a physician considers medically
futile. Rather, the Act is designed to provide for
[134] Dans le même ordre d’idées, l’historique
législatif ne révèle aucune intention de conférer
au patient le droit d’insister sur l’administration
d’un traitement que le médecin estime inutile sur
1See The Health Care Directives Act, C.C.S.M. c. H27; Health
Care (Consent) and Care Facility (Admission) Act, R.S.B.C.
1996, c. 181; Care Consent Act, S.Y. 2003, c. 21, Sch. B; Civil
Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, arts. 11 to 25; Consent to
Treatment and Health Care Directives Act, R.S.P.E.I. 1988, c.
C-17.2.
1Voir Loi sur les directives en matière de soins de santé, C.P.L.M.
ch. H27; Health Care (Consent) and Care Facility (Admission)
Act, R.S.B.C. 1996, ch. 181; Loi sur le consentement aux soins,
L.Y. 2003, ch. 21, ann. B; Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64,
art. 11 à 25; Consent to Treatment and Health Care Directives Act,
R.S.P.E.I. 1988, ch. C-17.2.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
393
findings of incapacity and an orderly and prin­
cipled regime for substitute decision-makers (see
H. Young, “Why Withdrawing Life-Sustaining
Treat­ment Should Not Require ‘Rasouli Consent’”
(2012), 6:2 M.J.L.H. 54, at p. 66).
le plan médical. La Loi vise plutôt les constatations
d’incapacité et prévoit un régime ordonné et rai­
sonné concernant les mandataires spéciaux (voir
H. Young, « Why Withdrawing Life-Sustaining
Treatment Should Not Require “Rasouli Consent” »
(2012), 6:2 R.D.S.M. 54, p. 66).
(1) Codifying Patient Autonomy
(1)Codification de l’autonomie du patient
[135] One of the HCCA’s purposes is to require
that medical professionals adhere to the treatment
wishes expressed by a person while capable and
over the age of 16 (s. 1(c)(iii)). The known express
wishes of a patient to refuse treatment must pre­
vail, notwithstanding the medical consequences
(s. 10(1)). As with the common law, this respects
the autonomy of a person to refuse a proposed
treatment — no matter the reason — even if the
treatment is medically necessary (see Reibl v.
Hughes, [1980] 2 S.C.R. 880; Hopp v. Lepp,
[1980] 2 S.C.R. 192). Thus, for example, an adult
patient has the right to refuse a blood transfusion
even if, as a result, death is inevitable. When it
comes to refusing treatment, personal autonomy is
paramount.
[135] La LCSS a pour objet, entre autres, d’exi­
ger que les professionnels de la santé respectent
les désirs qu’une personne a exprimés à l’égard
d’un traitement lorsqu’elle était capable et avait
au moins 16 ans révolus (sous-al. 1c)(iii)). Les
désirs connus exprimés par un patient quant au
refus d’un traitement doivent prévaloir, quelles
que soient les conséquences d’ordre médical
(par. 10(1)). À l’instar de la common law, cette
mesure respecte l’autonomie d’une personne de
refu­ser un traitement proposé — quelle que soit la
raison du refus — même si le traitement est néces­
saire sur le plan médical (voir Reibl c. Hughes,
[1980] 2 R.C.S. 880; Hopp c. Lepp, [1980] 2 R.C.S. 192). Ainsi, le patient adulte a le droit
de refuser une transfusion sanguine, même si la
mort s’ensuivra inévitablement. Lorsqu’il s’agit
du refus d’un traitement, l’autonomie personnelle
est primordiale.
[136] However, the converse is not true. As dis­
cussed below, there is no clear right under the Act
or at common law for a patient to insist on a par­
ticular treatment if the doctor is not prepared to
provide or continue to provide it. The HCCA reflects
the consensus at common law, and does not require
that a patient’s wishes prevail. When the issue is the
withdrawal of treatment that is no longer medic­
ally effective or is even harmful, a patient’s choice
alone is not an appropriate paradigm. A patient’s
autonomy must be balanced against broader in­
terests, including the nature of her condition, the
implications of continuing the treatment, the pro­fes­
sional obligations of her physicians, and the impact
on the broader health care system. This reflection
of the common law is evident from the purposes,
provisions, and scheme of the Act.
[136] L’inverse n’est cependant pas vrai. Comme
nous le verrons plus loin, la Loi ou la common
law ne confèrent aucun droit manifeste au patient
d’insister sur l’administration d’un traitement
particulier si le médecin n’est pas disposé à l’admi­
nistrer ou à continuer de l’administrer. La LCSS
reflète le consensus établi en common law et
n’exige pas que les désirs du patient prévalent.
Lorsqu’il s’agit du retrait d’un traitement qui n’est
plus efficace sur le plan médical ou qui est même
préjudiciable, le choix du patient, à lui seul, ne
constitue pas un bon paradigme. L’autonomie du
patient doit être évaluée au regard d’intérêts plus
larges, dont la nature de l’état du patient, les con­
séquences de la continuation du traitement, les
obligations professionnelles de ses médecins et les
répercussions sur le système de soins de santé.
Les objets, les dispositions et l’esprit de la Loi tra­
duisent clairement ces principes de common law.
394
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
(2)The Purposes, Provisions, and Scheme of
the Act
(2)Les objets, les dispositions et l’esprit de la
Loi
[137] The purposes of the HCCA under s. 1
include:
[137] Voici quelques-uns des objets de la LCSS
énoncés à son article premier :
1. . . .
1. . . .
(a) to provide rules with respect to consent to treat­
ment that apply consistently in all settings;
a) prévoir des règles en matière de consentement
au traitement qui s’appliquent de façon uniforme
dans tous les milieux;
(c) to enhance the autonomy of persons for whom
treatment is proposed . . . by,
c) accroître l’autonomie des personnes pour les­
quelles un traitement est proposé . . . :
(i) allowing those who have been found to be
incapable to apply to [the Board] for a re­
view of the finding,
(ii) allowing incapable persons to request that a
representative of their choice be appointed
by [the Board] for the purpose of making
decisions on their behalf concerning treat­
ment . . ., and
(ii) en permettant aux incapables de demander
[à la Commission] de nommer un repré­
sentant de leur choix . . .,
(iii) requiring that wishes with respect to treat­
ment, . . . expressed by persons while
capable and after attaining 16 years of age,
be adhered to;
(iii) en exigeant le respect des désirs que des
personnes ont exprimés à l’égard d’un trai­
tement [. . .] lorsqu’elles étaient capables et
avaient au moins 16 ans révolus;
(i) en permettant à celles dont l’incapacité a
été constatée de demander, par voie de
requête, à [la Commission] de réviser cette
constatation,
(e) to ensure a significant role for supportive family
members when a person lacks the capacity to
make a decision about a treatment . . .;
e) veiller à ce que les membres de la famille qui
soutiennent des personnes jouent un rôle impor­
tant lorsque celles-ci n’ont plus la capacité de
prendre une décision concernant un traite­ment . . .
[138] The Act sets out the framework for choos­
ing a substitute decision-maker, determines the prin­
ciples and process by which treatment decisions are
made for incapable patients, and provides a limited
mechanism to resolve disputes that may arise be­
tween the decision-maker and medical practitioners.
[138] La Loi établit le cadre relatif au choix d’un
man­dataire spécial, les principes et le processus
quant aux décisions à l’égard d’un traitement pour
les patients incapables, ainsi qu’un mécanisme
limité permettant de régler les différends qui peu­
vent survenir entre le mandataire spécial et les pra­
ticiens de la santé.
[139] For the reasons that follow, I am of the
view that a withdrawal of treatment does not fall
within the meaning of “treatment” under the Act.
Further, given the role of known wishes under the
Act, I am satisfied that the legislature did not in­
tend for the Act to extend to such decisions, and
has left such matters to be determined before the
courts, according to the common law.
[139] Pour les motifs qui suivent, je suis d’avis
que le retrait d’un traitement n’est pas visé par le
terme « traitement » tel qu’il est défini dans la Loi.
De plus, compte tenu du rôle, sous le régime de la
Loi, des désirs exprimés connus, je suis convaincue
que le législateur ne voulait pas que la Loi s’appli­
que à de telles décisions, et qu’il entendait laisser
aux tribunaux le pouvoir de trancher ces questions,
en application de la common law.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
395
(a) The Role of Known Wishes in the Scheme of
the Act
a) Le rôle sous le régime de la Loi des désirs
expri­més connus
[140] My conclusion that the HCCA does not
require patient consent for withdrawing or with­
holding treatment is informed by the scheme of the
Act.
[140] Ma conclusion selon laquelle la LCSS
n’exige pas le consentement du patient pour refu­
ser ou retirer un traitement repose sur l’esprit de la
Loi.
(i) Principles for Giving or Refusing Consent
(i) Principes devant guider le consentement ou
le refus de celui-ci
[141] The scheme of the Act ensures that when
treatment is proposed, doctors, substitute decisionmakers and the Board are all bound by the patient’s
known wishes, if clear and applicable. This is true
for all treatments; there are no special provisions
for end-of-life scenarios.
[141] L’esprit de la Loi fait en sorte que,
lorsqu’un traitement est proposé, les médecins,
les mandataires spéciaux et la Commission sont
tous tenus de se conformer aux désirs connus
exprimés par le patient, si ceux-ci sont clairs et
applicables. Cela vaut pour tout traitement; la
Loi ne renferme aucune disposition particuli­ère
concernant les situations de fin de vie.
[142] Where the wishes of the patient are not
known, the Act provides a broad test for determining
whether it is in the best interests of the incapable
patient to consent to or refuse treatment (s. 21(2)).
It requires that the incapable patient’s values, be­
liefs, and wishes be considered along with the con­
sequences of a treatment on the patient’s medical
condition and broader well-being of the patient go­
ing forward.
[142] Lorsqu’on ne connaît pas les désirs du
patient, la Loi établit un critère large visant à
déterminer si le consentement ou le refus du con­
sentement est dans l’intérêt véritable du patient
incapable (par. 21(2)). Ce critère exige de tenir
compte des valeurs, des croyances et des désirs du
patient incapable ainsi que des conséquences d’un
traitement sur son état de santé et, de façon plus
générale, sur son bien-être futur.
[143] The best interests test has no role, however,
when the express and clear wishes of the patient are
known and applicable. The provisions of the Act,
read together, ensure that if the express wishes of
the patient are known, they must be followed.
[143] Le critère relatif à l’intérêt véritable ne
joue toutefois aucun rôle lorsque les désirs clairs
et exprimés du patient sont connus et applicables.
Considérées dans leur ensemble, les dispositions de
la Loi garantissent que si les désirs exprimés par le
patient sont connus, il faut s’y conformer.
[144] When the Act is engaged, s. 21(1)1 re­
quires a substitute decision-maker to follow the
express wishes of the patient if those wishes are
known. Only if the wishes are not known can the
substitute decision-maker act in the best interests of
the patient:
[144] Lorsque la Loi est applicable, le par. 21(1)1
exige que le mandataire spécial se conforme, s’ils
sont connus, aux désirs exprimés par le patient. Ce
n’est que si ces désirs ne sont pas connus que le
mandataire spécial peut agir dans l’intérêt véritable
du patient :
21. (1) A person who gives or refuses consent to a
treatment on an incapable person’s behalf shall do so in
accordance with the following principles:
21. (1) La personne qui donne ou refuse son consen­
tement à un traitement au nom d’un incapable le fait
conformément aux principes suivants :
396
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
1. If the person knows of a wish applicable to the
cir­cumstances that the incapable person ex­
pressed while capable and after attaining 16 years
of age, the person shall give or refuse consent in
accordance with the wish.
1.
Si elle sait que l’incapable, lorsqu’il était capable
et avait au moins 16 ans révolus, a exprimé un
désir applicable aux circonstances, elle donne ou
refuse son consentement conformément au désir
exprimé.
2. If the person does not know of a wish applicable
to the circumstances that the incapable person
ex­
pressed while capable and after attaining
16 years of age, or if it is impossible to comply
with the wish, the person shall act in the inca­
pable person’s best interests.
2. Si elle ne sait pas si l’incapable, lorsqu’il était
capa­ble et avait au moins 16 ans révolus, a exprimé
un désir applicable aux circonstances, ou s’il est
impos­sible de se conformer au désir, elle agit
dans l’intérêt véritable de l’incapable.
(ii)Limited Role of the Consent and Capacity
Board
(ii)Rôle restreint de la Commission
[145] The Act permits applications to the Con­
sent and Capacity Board with respect to the con­
sent of incapable patients under three different
provisions. (These applications to the Board are not
available to resolve disputes between a doctor and
his capable patient; any such disputes must be re­
solved through the courts.) These provisions per­
mit the substitute decision-maker or the health
practitioner to seek clarification or direction from
the Board. They do not, however, give the Board
the authority to override any clear and applicable
known wishes.
[145] La Loi permet, aux termes de trois dis­
positions différentes, de présenter des requêtes à
la Commission quant au consentement des patients
incapables. (Ces requêtes ne permettent pas de
régler les différends survenus entre le médecin et
son patient capable qui, eux, doivent être réglés
devant les tribunaux.) Selon les dispositions en
question, le mandataire spécial ou le praticien de
la santé peut demander des précisions ou des
direc­tives à la Commission. Ces dispositions ne
confèrent toutefois pas à cette dernière le pouvoir
d’écarter un désir connu, clair et applicable.
[146] Section 35 provides for an application to
the Board (by the substitute decision-maker or the
health practitioner) for directions if there is need for
clarity about the wishes of the incapable person.
However, in giving directions, the Board shall apply
s. 21, which in turn requires consent be given or
refused in accordance with any known wish.
[146] Selon l’art. 35, le mandataire spécial ou
le praticien de la santé peut, par voie de requête,
demander des directives à la Commission s’il a
besoin de précisions quant aux désirs exprimés
par la personne incapable. Toutefois, en donnant
des directives, la Commission met en application
l’art. 21 qui, à son tour, requiert que le consentement
soit donné ou refusé conformément à tout désir
connu.
[147] Section 36 permits a substitute decisionmaker (or health practitioner) who seeks the consent
for treatment, despite known wishes to refuse the
treatment, to apply to the Board. However, the
Board may override the known wishes only if the
patient would have likely consented because “the
likely result of the treatment is significantly better
than would have been anticipated in comparable
circumstances at the time the wish was expressed”
(s. 36(3)).
[147] L’article 36 prévoit que le mandataire spé­
cial (ou le praticien de la santé) qui veut obtenir le
consentement à un traitement, malgré le désir connu
du patient de refuser le traitement, peut présenter
une requête à la Commission. Toutefois, celle-ci ne
peut écarter le désir connu que si le patient donnerait
probablement désormais son consentement « parce
que le résultat vraisemblable du traitement est dans
une large mesure meilleur que ce à quoi on se serait
attendu, dans des circonstances comparables, au
moment où le désir a été exprimé » (par. 36(3)).
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
397
[148] Finally, a health practitioner can apply to
the Board under s. 37 to determine whether the
sub­stitute decision-maker complied with the re­
quirements for providing consent under s. 21.
Once again, pursuant to s. 21, the best interests test
applies only if there are no clear known wishes.
There is no provision that gives the Board authority
to permit a substitute decision-maker to ignore
known wishes and to determine and act on the best
interests of the patient if the patient, over the age
of 16 years, expressed a clear and applicable wish.
[148] Enfin, aux termes de l’art. 37, le praticien
de la santé peut, par voie de requête, demander à la
Commission de déterminer si le mandataire spé­
cial s’est conformé aux exigences relatives au con­
sentement prévues à l’art. 21. Là encore, suivant
cette disposition, le critère relatif à l’intérêt véritable
s’applique uniquement si aucun désir clair et connu
n’a été exprimé. Aucune disposition ne confère à la
Commission le pouvoir d’autoriser le mandataire
spécial à faire fi des désirs connus du patient et de
décider de ce qui est dans son intérêt véritable, puis
d’agir dans cet intérêt si le patient, alors qu’il était
âgé de 16 ans ou plus, a exprimé un désir clair et
applicable.
[149] Thus, where there are known wishes, the
only available applications to the Consent and Cap­
acity Board are (1) to obtain clarification of those
wishes if unclear; or (2) to consider whether the
wishes would likely have been different because of
a change in the effectiveness of the treatment; or (3)
to ensure the known wishes are being respected.
[149] Par conséquent, lorsqu’il existe des désirs
connus, les seules requêtes possibles devant la
Commission visent (1) à obtenir des précisions si
les désirs exprimés ne sont pas clairs; (2) à déter­
miner si les désirs exprimés auraient été différents
en raison d’un changement lié à l’efficacité du
traitement; ou (3) à veiller à ce que les désirs connus
soient respectés.
[150] A clearly expressed and still applicable
wish to refuse treatment must therefore be followed
by the substitute decision-maker, the physicians,
and, crucially, by the Consent and Capacity Board.
In this context, if the legislation was intended to
go beyond the common law right to refuse medical
treatment — to provide a patient or their substitute
decision-maker with the right to insist on the con­
tinuation of treatment — it would have done so in
clear terms. It provides no such right.
[150] Le mandataire spécial, les médecins et,
cela est crucial, la Commission doivent respecter
le désir exprimé clairement, et qui est toujours
applicable, de refuser un traitement. Si le législateur
avait eu l’intention d’aller au-delà du droit reconnu
par la common law de refuser un traitement médi­
cal — pour conférer au patient ou à son mandataire
spécial le droit d’insister pour que le traitement soit
maintenu —, il l’aurait fait en termes clairs. Or, la
Loi ne confère pas un tel droit.
(b)“Treatment” Does Not Include Withdrawal
of Treatment
b) Le « traitement » ne comprend pas le retrait
d’un traitement
[151] In Ontario, s. 10 of the HCCA requires phys­
icians to secure consent to treatment:
[151] En Ontario, l’art. 10 de la LCSS exige que
les médecins obtiennent le consentement à un trai­
tement :
10. (1) A health practitioner who proposes a treatment
for a person shall not administer the treatment, and shall
take reasonable steps to ensure that it is not administered,
unless,
10. (1) Le praticien de la santé qui propose un trai­
tement pour une personne ne doit pas l’administrer et
doit prendre des mesures raisonnables pour veiller à ce
qu’il ne soit pas administré, sauf, selon le cas :
(a) he or she is of the opinion that the person is ca­
pable with respect to the treatment, and the per­
son has given consent; or
a) s’il est d’avis que la personne est capable à
l’égard du traitement, et qu’elle a donné son
consentement;
398
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
(b) he or she is of the opinion that the person is in­
capable with respect to the treatment, and the
per­son’s substitute decision-maker has given
consent on the person’s behalf in accordance
with this Act.
b) s’il est d’avis que la personne est incapable à
l’égard du traitement, et que le mandataire spé­
cial de la personne a donné son consentement
au nom de celle-ci conformément à la présente
loi.
[152] While ss. 10 and 21(1) give a central role
to consent in the context of treatment, the Act also
specifically provides that it does not affect the law re­
lating to giving or refusing consent to anything not
within the definition of “treatment” (s. 8(2)).
[152] Bien que l’art. 10 et le par. 21(1) accordent
un rôle central au consentement dans le contexte
d’un traitement, la Loi prévoit aussi expressément
qu’elle n’a pas d’incidence sur le droit se rapportant
au fait de donner ou de refuser son consentement à
tout ce qui n’est pas compris dans la définition du
terme « traitement » (par. 8(2)).
[153] Section 2 of the HCCA provides the scope
of the procedures for which consent must be se­
cured under s. 10(1) in the following definition of
“treatment”:
[153] L’article 2 de la LCSS établit la portée des
actes nécessitant le consentement, aux termes du
par. 10(1), en énonçant la définition suivante du
terme « traitement » :
“treatment” means anything that is done for a thera­
peutic, preventive, palliative, diagnostic, cosmetic or
other health-related purpose, and includes a course
of treatment, plan of treatment . . . .
« traitement » S’entend de tout ce qui est fait dans un
but thérapeutique, préventif, palliatif, diagnostique ou
esthétique, ou dans un autre but relié au domaine de la
santé, y compris une série de traitements, un plan de
traitement . . .
and of “plan of treatment”, which is defined as
follows:
L’article 2 donne aussi la définition du terme « plan
de traitement » :
“plan of treatment” means a plan that,
« plan de traitement » Plan qui a les caractéristiques
suivantes :
(a) is developed by one or more health practitioners,
a) il est élaboré par un ou plusieurs praticiens de la
santé;
(b) deals with one or more of the health problems that
a person has and may, in addition, deal with one
or more of the health problems that the person
is likely to have in the future given the person’s
current health condition, and
b) il porte sur un ou plusieurs problèmes de santé
qu’une personne présente et peut également por­
ter sur un ou plusieurs problèmes de santé que
la personne présentera vraisemblablement à
l’avenir étant donné son état de santé actuel;
(c) provides for the administration to the person of
various treatments or courses of treatment and
may, in addition, provide for the withholding or
withdrawal of treatment in light of the person’s
current health condition;
c) il prévoit l’administration à la personne de divers
traitements ou séries de traitements et peut
également prévoir, en fonction de l’état de santé
actuel de la personne, le refus d’administrer un
traitement ou le retrait d’un traitement.
[154] On its face, the definitions of “treatment”
or “plan of treatment” in s. 2 do not require a doctor
to obtain consent to withdraw treatment, except
where it is specifically provided as a component
of a “plan of treatment”. The word “treatment” in the
Act is associated with something that is proposed
[154] À leur face même, ces définitions n’exigent
pas du médecin qu’il obtienne le consentement au
retrait d’un traitement, sauf lorsqu’il est expres­
sément prévu que le traitement en question fait
partie d’un « plan de traitement ». Le terme « trai­
tement » figurant dans la Loi s’entend d’un acte
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
399
by a health practitioner (s. 10) and done for a
health-related purpose (s. 2). Although withdrawal
of life support is something that is proposed by
a health practitioner, it is not done for a healthrelated purpose. Rather, it is done for the purpose
of discontinuing treatment. Stated differently,
with­drawing life support brings that treatment to an
end. The definition of “treatment” does not say that
it includes discontinuing treatment.
proposé par le praticien de la santé (art. 10) et posé
dans un but relié au domaine de la santé (art. 2).
Bien que le retrait du traitement de maintien de
la vie soit un acte proposé par le praticien de la
santé, il n’est pas fait dans un but relié au domaine
de la santé. Il est plutôt fait dans le but de cesser
l’administration d’un traitement. Autrement dit,
le retrait du traitement de maintien de la vie met
fin à ce traitement. Or, il n’est pas précisé dans
la définition du terme « traitement » que celui-ci
comprend la cessation d’un traitement donné.
[155] In my view, the reference to withholding
or withdrawing treatment, in the definition of a
“plan of treatment”, does not provide support for
interpreting “treatment” generally to include its
withholding or withdrawal. Rather, this specific
reference to withholding or withdrawal of treatment
in the definition of “plan of treatment” makes it
clear that the framers of the Act differentiated be­
tween treatment and the withholding or withdrawal
of treatment. They could have specifically included
it in the definition of “treatment”, if they wished
to do so. Instead, withholding or withdrawal of
treatment is included only as an optional additional
element in the context of an overall plan that is
focused on providing “various treatments or courses
of treat­ment” to deal with a health problem. While
the def­inition of a “plan of treatment” may create
some arbitrariness by including some withdrawals
of treat­ment and not others, the Act has addressed
only those withdrawals of treatment that are bound
up with an overall plan that provides for more than
one treatment or course of treatment.
[155] À mon avis, le renvoi au refus d’administrer
un traitement ou au retrait d’un traitement dans la
définition du « plan de traitement » n’appuie pas une
interprétation du terme « traitement » qui inclurait
un tel refus ou retrait. Au contraire, cette mention
expresse du refus d’administrer un traitement ou du
retrait d’un traitement dans la définition du « plan de
traitement » établit clairement que les rédacteurs de
la Loi faisaient une distinction entre un traitement,
d’une part, et le refus d’administrer un traitement ou
le retrait d’un traitement, d’autre part. S’ils l’avaient
souhaité, ils auraient pu inclure expressément cette
distinction dans la définition de « traitement ». Or,
le refus d’administrer un traitement ou le retrait
d’un traitement sont seulement inclus à titre d’élé­
ments supplémentaires optionnels dans le cadre
d’un plan général qui vise l’administration de
« divers traitements ou séries de traitements » pour
régler un problème de santé. Bien que la définition
du « plan de traitement » puisse revêtir un caractère
arbitraire par l’inclusion du retrait d’un traitement
dans certains cas et non dans d’autres, la Loi porte
sur le retrait d’un traitement uniquement dans le cas
d’un plan global de traitement qui prévoit plusieurs
traitements ou séries de traitements.
[156] The protection of liability provisions fur­
ther support the conclusion that the HCCA only
contemplates a requirement of consent for the with­
holding or withdrawal of treatment that is included
in a “plan of treatment”. A physician is protected
when there is an apparently valid consent to “treat­
ment” or apparently valid refusal of “treat­ment”
(s. 29(1) and (2)). When a physician obtains an ap­
parently valid consent to a “plan of treatment”, no
[156] Les dispositions relatives à l’immunité
confirment la conclusion selon laquelle la LCSS
n’exige le consentement que dans le cas du refus
d’admi­nistrer un traitement ou du retrait d’un trai­
tement qui fait partie d’un « plan de traitement ».
Le médecin est protégé en cas de consentement
appa­remment valide au « traitement » ou de refus
apparemment valide du « traitement » (par. 29(1)
et (2)). Si le médecin obtient un consentement
400
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
liability can ensue for the withholding or with­
drawal of the treatment, as set out in the plan of
treatment (s. 29(3)). There is no similar general
provision to protect a physician from liability if a
patient consents to the withdrawal of “treatment”
that is not part of a “plan of treatment”.
apparemment valide à un « plan de traitement »,
il ne peut être tenu responsable d’avoir refusé
d’admi­nistrer un traitement ou de l’avoir retiré,
conformément à un plan de traitement (par. 29(3)).
La Loi ne comporte aucune disposition générale
similaire lorsque le patient donne son consente­
ment au retrait d’un « traitement » qui ne fait pas
par­tie d’un « plan de traitement ».
(3)The HCCA Does Not Govern Consent to
With­drawal of Treatment
(3)La LCSS ne régit pas le consentement au
retrait d’un traitement
[157] In light of the purpose, text and scheme of
the Act, I conclude that the definition of “treatment”
does not include the withdrawal of treatment. As
the Court of Appeal recognized, “if the legislature
intended that consent was required to the with­
holding or withdrawal of life support measures that
are considered to be medically ineffective or in­
appropriate”, clearer language to that effect would
have been used in the statute (para. 41). The rea­
sonable conclusion is that the HCCA does not al­
ter the common law of consent by creating an
entitlement to treatment.
[157] Compte tenu de l’objet, du libellé et de
l’esprit de la Loi, je conclus que la définition du
terme « traitement » ne comprend pas le retrait d’un
traitement. Comme l’a reconnu la Cour d’appel,
[traduction] « si le législateur avait eu l’intention
d’exiger le consentement pour le refus d’adminis­
trer un traitement de maintien de la vie ou le retrait
d’un tel traitement jugé inefficace ou inapproprié
sur le plan médical », il l’aurait exprimé plus claire­
ment (par. 41). Il convient donc de conclure que
la LCSS n’a pas pour effet de modifier les règles
de la common law en matière de consentement en
conférant le droit de recevoir un traitement.
[158] The Chief Justice, however, concludes that
withdrawal of treatment may sometimes, although
not always, constitute “treatment” as defined in the
Act. She notes that the definition of “treatment”
does not include the withdrawal of treatment in
every case. For example, a doctor would not re­
quire consent for the withdrawal of prescription
medication that was not medically indicated. To
require consent in that scenario would allow pa­
tients to compel the continuation of any treatment
despite any of the attendant medical implications
and would be absurd.
[158] La Juge en chef conclut plutôt que le
retrait d’un traitement peut constituer parfois, mais
pas toujours, un « traitement » au sens de la Loi.
Elle indique que la définition de « traitement » ne
comprend pas toujours le retrait d’un traitement.
Par exemple, le médecin n’aurait pas besoin du
consentement au retrait d’un médicament sur
ordon­nance qui n’est pas recommandé sur le plan
médical. L’obligation d’obtenir le consentement
dans ce cas permettrait aux patients d’exiger le
maintien de tout traitement malgré les conséquen­
ces sur le plan médical et serait absurde.
[159] The Chief Justice concludes that the with­
drawal of life support is included in the definition
of “treatment” in s. 2 and consent is required under
s. 10(1) because the processes involved in the with­
drawal of life support are a series of distinct acts
— most serving health-related purposes — and
the critical interests at stake go to the heart of the
purposes of the Act. In particular, the steps taken
[159] Selon la Juge en chef, le retrait d’un trai­
tement de maintien de la vie serait, lui, visé par la
définition du terme « traitement » énoncée à l’art. 2
et nécessiterait le consentement conformément au
par. 10(1) parce que les processus entourant un
tel retrait constituent une série d’actes distincts
— visant pour la plupart un but relié au domaine
de la santé — et que les intérêts cruciaux qui sont
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
401
in withdrawing life support are physically required
to effect the process of dying (or are directed to
minimizing distress and discomfort as the dying
process occurs), and serve health-related purposes.
She concludes that such steps are often (but not
always) bound up with palliative care treatment.
They often (but not always) involve physical inter­
ference with the body of the patient.
en jeu à cet égard touchent à l’essence même des
objectifs de la Loi. Plus précisément, les mesures
prises en vue de retirer le traitement de maintien
de la vie sont nécessaires sur le plan physique pour
provoquer l’agonie (ou tendent à réduire la détresse
et le malaise pendant qu’elle se déroule), et visent
un but relié au domaine de la santé. La Juge en chef
conclut que ces mesures sont souvent (mais pas tou­
jours) liées à l’administration des soins palliatifs.
Elles entraînent souvent (mais pas toujours) une
intervention phy­sique sur le corps du patient.
[160] I take a different view. I am not satisfied
that, under the Act, there is a coherent basis upon
which to conclude that some withdrawals of treat­
ment require consent and others do not. In my view,
whether withdrawal of treatment is considered to
be treatment should not depend upon the process
in­volved in the withdrawal of the treatment. Nor
should it depend upon whether it is withdrawn in
conjunction with other treatment to ease distress or
discomfort, or upon how invasive the particular pro­
cess is. Finally, it should not depend upon how a
treatment has been administered in a particular
case, whether orally, by injection or intravenously.
These distinctions provide little clarity about when
the Act will be engaged.
[160] Je ne partage pas cette opinion. Je ne suis
pas convaincue que la Loi permet logiquement
de conclure que, dans certains cas, le retrait d’un
traitement exige un consentement, alors que dans
d’autres, tel n’est pas le cas. À mon avis, la réponse
à la question de savoir si le retrait d’un traitement
est considéré comme un traitement ne devrait pas
dépendre du processus de retrait du traitement. Elle
ne devrait pas non plus dépendre de la question de
savoir si le traitement retiré est rattaché à un autre
traitement destiné à réduire la détresse et le malaise,
ou de la nature invasive de ce processus particulier.
Enfin, cette réponse ne devrait pas dépendre de
la façon d’administrer un traitement dans un cas
donné, par voie orale, par injection ou par voie
intraveineuse. Ces distinctions ne clarifient pas
vraiment le moment où la Loi s’appliquera.
[161] There is no doubt that, under the Act, the
provision of treatment to provide palliative care
re­­quires consent. However, while the decision to
with­draw life support may also lead to a decision
regarding palliative care, these decisions are not al­
ways bound together. The record shows that the
relationship between the two, as a matter of im­
plementation, will depend upon the specific circum­
stances of the case. The requirement for consent for
withdrawal should not rest on whether palliative
care is required or has preceded the withdrawal of
life support. They are separate issues. There is noth­
ing in the Act to support tying these separate issues
together as a “treatment package”.
[161] Aux termes de la Loi, il ne fait aucun
doute que l’administration des soins palliatifs exige
un consentement. Toutefois, s’il est vrai que la
décision de retirer un traitement de maintien de la
vie peut aussi mener à la décision d’administrer des
soins palliatifs, ces décisions ne sont pas toujours
reliées. Le dossier révèle que, pour des raisons de
mise en œuvre, le lien entre les deux décisions
dépendra des circonstances particulières de chaque
cas. L’exigence d’obtenir le consentement au
retrait d’un traitement ne devrait pas dépendre de
la question de savoir si l’administration des soins
palliatifs est nécessaire ou si elle a précédé le retrait
d’un traitement de maintien de la vie. Il s’agit de
questions distinctes. Rien dans la Loi ne permet
de rattacher ces questions distinctes à titre de
« traitement global ».
402
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
[162] The withdrawal of life support does not
ne­cessarily engage the common law tort of bat­
tery. Discontinuing life support need not require
physical touching of the patient. Stopping a venti­
lation machine or discontinuing the provision of
sustenance to the patient are both activities under­
taken without any physical interaction with the
patient.
[162] Par ailleurs, le retrait d’un traitement de
maintien de la vie ne donne pas nécessairement lieu
à l’application du délit de voies de fait qui existe en
common law. En effet, un tel retrait ne requiert pas
nécessairement de contact physique avec le corps
du patient. L’arrêt de la ventilation artificielle ou
l’interruption de l’alimentation sont deux activités
exercées sans aucune intervention physique sur le
corps du patient.
[163] On this record, the withdrawal of life sup­
port — the stopping of the respirator or the provi­
sion of sustenance itself — would not be invasive.
The withdrawal of treatment may in some cases,
how­ever, entail some physical interference so that
it can be undertaken more comfortably, or to re­
spect the patient’s dignity. In this case, it may be that
extubation would be undertaken once the tube no
longer serves a purpose in the provision of life sup­
port. To the extent such measures constitute pallia­
tive care, consent is required.
[163] Au vu du dossier, le retrait du traitement
de maintien de la vie — soit arrêter l’appareil
respiratoire ou interrompre l’alimentation — ne
saurait constituer des procédures invasives. Cela
dit, le retrait d’un traitement peut, dans certains cas,
entraîner une intervention physique afin d’assurer
le confort du patient ou le respect de sa dignité. En
l’espèce, il se pourrait que le détubage soit pratiqué
uniquement une fois que la sonde ne servirait plus au
traitement de maintien de la vie. Dans la mesure où
ces procédures constituent des soins palliatifs, il est
nécessaire d’obtenir le consentement à cet égard.
(4)Summary
(4)Sommaire
[164] In conclusion, the HCCA was not intended
to cover the withdrawal of treatment. The Act is not
intended to provide a comprehensive scheme. In­
deed, it specifically provides that it does not affect
the law relating to giving or refusing consent to
anything not within the definition of “treatment”
(s. 8(2)). A “plan of treatment” is described as
something proposed or “developed” by the health
care team for health-related purposes (s. 2(1)).
The Act itself does not refer to the withdrawal of
treatment, except as a specific component of a larger
plan for the provision of treatments or courses of
treatment.
[164] En conclusion, la LCSS ne vise pas à
englober le retrait d’un traitement. La Loi n’a
pas pour objet d’instaurer un régime complet. En
effet, elle prévoit expressément qu’elle n’a pas
d’incidence sur le droit se rapportant au fait de
donner ou de refuser son consentement à tout ce
qui n’est pas compris dans la définition du terme
« traitement » (par. 8(2)). Un « plan de traitement »
s’entend de ce qui est proposé ou « élaboré » par
l’équipe soignante dans un but relié au domaine de
la santé (par. 2(1)). La Loi elle-même ne fait pas
mention du retrait d’un traitement, sauf dans le
cas où il s’agit d’un élément spécifique d’un plan
plus large visant l’administration de traitements ou
séries de traitements.
[165] The Act is designed to give effect to the
principle of patient autonomy — a principle with
deep roots in our common law — that permits a
patient to refuse medical treatment, no matter the
consequences. However, neither the HCCA nor
the common law permits a patient to dictate treat­
ment; as I discuss below, there is no common law
[165] La Loi vise à donner effet au principe de
l’autonomie du patient — profondément enraciné
dans notre common law — qui permet à celui-ci
de refuser un traitement médical, peu importe les
con­sé­quences. Toutefois, ni la LCSS ni la com­mon
law ne per­mettent à un patient d’imposer un trai­
tement. Comme je l’explique plus loin, il n’existe
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
403
consensus that a doctor requires the consent of the
pa­tient to withhold or withdraw treatment. Neither
the words nor the scheme of the Act contemplate
a patient’s right to stop a doctor from withdrawing
treatment that is no longer medically effective or
is even harmful. Indeed, such an extension of pa­
tient autonomy to permit a patient to insist on the
continuation of treatment that is medically futile
would have a detrimental impact on the standard
of care and legal, ethical, and professional duties in
the practice of medicine.
pas de consensus en common law selon lequel le
méde­cin est tenu d’obtenir le consen­te­ment du
patient au refus d’administrer un traitement ou à
son retrait. Ni le libellé ni l’esprit de la Loi ne
comprennent le droit du patient d’empê­cher le
médecin de retirer un traitement qui n’est plus
efficace sur le plan médical ou qui est même pré­
judiciable. En fait, l’élargissement de l’auto­nomie
du patient de manière à lui permettre d’insister
sur le maintien d’un traitement qui est inutile sur
le plan médical aurait un effet préjudiciable sur la
norme de diligence et sur les obligations juridi­ques,
déontologiques et professionnelles dans la prati­que
de la médecine.
[166] The role of patient autonomy must be bal­
anced with the physician’s role, expertise, and ad­
vice. As well, there are a myriad of important
interests, such as the integrity of our health care
system, at stake. But the doctor’s ability to chal­
lenge the decision of the substitute decision-maker
under the Act is limited in scope, particularly where
the patient has made a prior wish with respect to
treatment. The Board in such circumstances has no
authority under the Act to override express clear
and relevant wishes of the patient.
[166] Il faut mettre en balance le rôle de l’auto­
nomie du patient, d’une part, et le rôle, l’expertise
ainsi que l’avis du médecin, d’autre part. De plus,
il existe une multitude d’intérêts importants en jeu,
par exemple l’intégrité de notre système de soins
de santé. Or, la capacité du médecin de contester
la décision du mandataire spécial en vertu de la
Loi a une portée restreinte, particulièrement lors­
que le patient a exprimé antérieurement un désir
concernant le traitement. Dans de pareilles circons­
tances, la Loi n’habilite pas la Commission à écar­
ter les désirs clairs et pertinents exprimés par le
patient.
[167] For all these reasons, I conclude that the
legislature did not intend that the Act would apply
to the withholding or withdrawal of life-sustaining
treatment.
[167] Pour tous ces motifs, je conclus que le
législateur n’avait pas l’intention que la Loi s’appli­
que au refus d’administrer un traitement de maintien
de la vie ou au retrait d’un tel traitement.
B. The Common Law
B. La common law
(1)Overview
(1)Aperçu
[168] In my view, the common law does not en­
title a patient to insist upon continuation of treat­
ment; it does not require a patient’s consent to the
withholding or withdrawal of treatment that the
physician considers has no chance of being med­
ically effective and that is no longer consistent with
the professional standard of care. For the reasons
that follow, I conclude that such consent is not
re­quired at common law, even in the context of
withholding or withdrawal of life support. I note
[168] J’estime que la common law ne donne pas
au patient le droit d’insister sur le maintien d’un
traitement. Elle n’exige pas non plus le consen­
tement du patient au refus d’administrer un trai­te­
ment ou au retrait d’un traitement que le médecin
estime inefficace sur le plan médical et qui ne
correspond plus à la norme de diligence profes­
sionnelle. Pour les motifs qui suivent, je conclus
que le consentement à cet égard n’est pas exigé
en common law, même dans le contexte du refus
404
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
that rights pursuant to the Canadian Charter of
Rights and Freedoms have not been raised or argued
in this appeal.
d’administrer un traitement ou du retrait d’un
traitement de maintien de la vie. Je tiens à souligner
que les droits garantis par la Charte canadienne des
droits et libertés n’ont été ni invoqués ni débattus
dans le cadre du présent pourvoi.
[169] A patient’s wishes, ideals, and values are
im­portant considerations in end-of-life decisions in
an institutional setting. However, the continuation of
life is not an absolute value. The ultimate decision
whether to withdraw life-sustaining treatment must
respect the medical or physical consequences of
withdrawal or continuation of life support, and also
the personal autonomy, bodily integrity, and human
dignity of the patient. A doctor cannot be required
to act outside of his standard of care and contrary to
his professional duties.
[169] Les désirs exprimés par le patient, ses
idéaux ainsi que ses valeurs sont des facteurs
importants au regard des décisions concernant
la fin de vie prises en établissement. Toutefois, le
maintien de la vie n’est pas une valeur absolue.
La décision définitive de retirer ou non un trai­
tement de maintien de la vie doit respecter les
conséquences sur le plan médical ou physique de
ce retrait ou de la continuation du traitement, ainsi
que l’autonomie personnelle, l’intégrité physique
et la dignité humaine du patient. On ne peut exi­
ger du médecin qu’il agisse à l’encontre de ses
obligations professionnelles et de la norme de dili­
gence à laquelle il est astreint.
[170] In addition to the obligation to perform
their medical duties in accordance with the stan­
dard of care, however, doctors have fiduciary obli­ga­
tions to their patients (see McInerney v. MacDonald,
[1992] 2 S.C.R. 138). La Forest J. described the
fiduciary duty in McInerney: “As part of the rela­
tionship of trust and confidence, the physician must
act in the best interests of the patient” (p. 154).
[170] Cela dit, outre le devoir d’accomplir ses
tâches d’ordre médical selon la norme de diligence,
le médecin a des obligations fiduciaires envers
ses patients (voir McInerney c. MacDonald, [1992]
2 R.C.S. 138). Dans cet arrêt, le juge La Forest a
décrit comme suit l’obligation fiduciaire : « Dans le
cadre de cette relation de confiance, le médecin doit
agir dans le meilleur intérêt du patient » (p. 154).
[171] In my view, these obligations should re­
quire doctors to undertake a certain process for
resolving such important questions, similar to the
decisions that families and substitute decisionmakers must make in the end-of-life setting. For
one, the doctor should include a role for the family
or substitute decision-maker. The doctor’s obli­
gations should include, for example, providing
notice and a thorough and accommodating pro­cess
for determining the condition and best interests of
the patient. When the medical team determines
an appropriate course of action and the patient or
their substitute decision-maker disagrees, doctors
should also explore alternative institutions willing
to continue the treatment.
[171] J’estime que, selon ces obligations, le
médecin devrait être tenu de suivre un certain
processus pour régler des questions d’une telle
importance, semblables aux décisions concernant
la fin de vie que la famille et le mandataire spé­
cial sont appelés à prendre. Tout d’abord, le méde­
cin devrait accorder un rôle à la famille ou au
mandataire spécial. Il devrait être tenu, par exem­
ple, de les aviser et de suivre un processus détaillé
et conciliant visant à déterminer l’état de santé
et l’intérêt véritable du patient. Lorsque l’équipe
médicale établit les mesures à prendre et que le
patient ou son mandataire spécial est en désaccord,
le médecin devrait également examiner la possibilité
que d’autres établissements soient disposés à
continuer l’administration du traitement.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
405
[172] In light of the duties that the doctor owes
to her patient in the end-of-life setting, if the family
objects to the physician’s and institution’s final as­
sessment, the court will review the circumstances
to ensure that the doctor’s decision to withdraw life
support accords with the required standard of care
and that the doctor has discharged her fiduciary
obligations to act in the best interests of the patient.
[172] Compte tenu des obligations du médecin
envers son patient dans le contexte de fin de vie,
si la famille du patient conteste son évaluation finale
et celle de l’établissement de soins de santé, le
tribunal examinera les circonstances pour s’assurer
que la décision du médecin de retirer le traitement
de maintien de la vie respecte la norme de diligence
requise et qu’il s’est acquitté de son obligation
fiduciaire d’agir dans l’intérêt véritable du patient.
(2)Common Law Jurisprudence
(2)La jurisprudence de common law
[173] The right to refuse treatment is well en­
trenched in the common law. However, the reverse
is not true. I know of no, nor have I been directed
to any, Canadian decision holding that consent is
a necessary condition for the withholding or with­
drawal of treatment generally. In my view, there is
no general common law right or entitlement to
treatment that a doctor considers medically in­
effective or contrary to the professional standard of
care.
[173] Le droit de refuser un traitement est bien
établi en common law. L’inverse n’est cependant
pas vrai. Je ne connais et on ne m’a cité aucune
décision canadienne portant que le consentement est
une condition essentielle pour le refus d’adminis­
trer un traitement ou pour le retrait d’un traitement
en général. À mon avis, il n’existe aucun droit géné­
ral en common law à un traitement que le médecin
estime inefficace sur le plan médical ou contraire à
la norme de diligence professionnelle.
[174] The withdrawal of life support, however,
involves stark emotional responses, competing val­ues
and difficult choices. Increasingly, medical ad­vances
permit institutions to use extraordinary measures to
prevent patients from dying. In Airedale N.H.S. Trust
v. Bland, [1993] A.C. 789 (H.L.), at p. 868, Lord
Goff of Chieveley stated that the court’s task is not
to determine “whether it is in the best interests of the
patient that he should die. The question is whether
it is in the best interests of the patient that his life
should be prolonged by the continuance of this form
of medical treatment or care.” As the application
judge Himel J. noted, in her careful and thorough
review of the common law (at paras. 53-83), the issue
of whether consent is required for the withdrawal of
life support treatment has come before the courts in
recent years.
[174] Le retrait d’un traitement de maintien
de la vie comporte toutefois des conséquences
émotionnelles douloureuses, met en présence des
valeurs opposées et entraîne des choix difficiles.
Les progrès de la médecine permettent de plus
en plus aux établissements de soins de santé de
prendre des mesures extraordinaires pour empê­
cher le décès des patients. Dans Airedale N.H.S.
Trust c. Bland, [1993] A.C. 789 (H.L.), p. 868, lord
Goff of Chiveley a affirmé que le rôle du tribunal
ne consiste pas à déterminer [ traduction] « si
l’intérêt véritable du patient consiste en son décès,
mais plutôt si l’intérêt véritable du patient consiste
à prolonger sa vie en continuant d’administrer cette
forme de traitement médical ou de soins ». Dans son
examen minutieux de la common law (aux par. 5383), la juge Himel (la juge saisie de la demande en
l’espèce) a noté que, au cours des dernières années,
les tribunaux ont déjà eu à se prononcer sur la
question de la nécessité du consentement au retrait
d’un traitement de maintien de la vie.
[175] A number of common threads emerge from
the jurisprudence.
[175] La jurisprudence fait état de plusieurs élé­
ments communs à cet égard.
406
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
(a) Consent Is Not Required to Withdraw or
Withhold Treatment That Is Medically
Ineffective
a) Le consentement n’est pas nécessaire à
l’égard du retrait d’un traitement ou du
refus d’administrer un traitement inefficace
sur le plan médical
[176] First, even in end-of-life situations, I have
not been directed to any Canadian decision ordering
that a physician obtain consent to withhold or with­
draw treatment that is not medically effective. When
faced with the question of whether or not consent is
required for the withdrawal or withholding of life
sup­port, some courts have reviewed a physician’s
decision to withhold life-sustaining treatment on the
basis of whether or not it was in the best interests of
the patient. See Sweiss v. Alberta Health Services,
2009 ABQB 691, 483 A.R. 340; I.H.V., Re, 2008
ABQB 250, 449 A.R. 211.
[176] Tout d’abord, même pour ce qui est des
situations concernant la fin de vie, on ne m’a pré­
senté aucune décision canadienne enjoignant à
un médecin d’obtenir le consentement au refus
d’administrer un traitement ou au retrait d’un
traitement inefficace sur le plan médical. Saisis
de la question de savoir si le consentement était
ou non requis pour le retrait d’un traitement de
maintien de la vie ou pour le refus d’administrer
un tel traitement, certains tribunaux ont examiné
la décision du médecin de refuser de l’administrer
en se demandant si ce refus était dans l’intérêt
véritable du patient. Voir Sweiss c. Alberta Health
Services, 2009 ABQB 691, 483 A.R. 340; I.H.V.,
Re, 2008 ABQB 250, 449 A.R. 211.
[177] Even in those cases in which the court has
intervened to prevent doctors from unilaterally with­
drawing or withholding treatment, the courts did not
conclude that consent was required. Rather, in those
cases, the courts ordered an injunction pending
trial. In Sawatzky v. Riverview Health Centre Inc.
(1998), 132 Man. R. (2d) 222 (Q.B.), the court
granted an interim injunction removing a “do not
resuscitate” order pending trial, as the case involved
factual questions as to the patient’s status and raised
the question of whether the Charter or The Human
Rights Code, C.C.S.M. c. H175, prevented a doctor
from unilaterally imposing a “do not resuscitate”
order.
[177] Même dans les affaires où ils sont inter­
venus pour empêcher des médecins de retirer ou
de refuser unilatéralement un traitement, les tribu­
naux n’ont pas conclu à l’obligation d’obtenir le
consentement. Ils ont plutôt prononcé une injonc­
tion en attendant l’instruction de l’affaire. Dans
Sawatzky c. Riverview Health Centre Inc. (1998),
132 Man. R. (2d) 222 (B.R.), le tribunal a accordé
une injonction provisoire annulant une ordonnance
de [traduction] « ne pas réanimer » dans l’attente
de l’instruction de l’affaire, puisqu’il s’agissait de
questions de fait quant à l’état du patient et de la
ques­tion de savoir si la Charte ou le Code des droits
de la personne, C.P.L.M. ch. H175, avait pour effet
d’empêcher un médecin d’imposer unilatéralement
une ordonnance de « ne pas réanimer ».
[178] In Golubchuk v. Salvation Army Grace
General Hospital, 2008 MBQB 49, 227 Man. R.
(2d) 274, the court observed, at paras. 18-23, that
there would be some situations in which withdrawal
of life support may necessitate some touching of the
patient, including for the administration of drugs
for pain. The requirement of consent, therefore,
would seem to be predicated upon whether it was
necessary to touch the patient in order to withdraw
life support or to make him more comfortable by
[178] Dans Golubchuk c. Salvation Army Grace
General Hospital, 2008 MBQB 49, 227 Man. R.
(2d) 274, le tribunal a fait remarquer aux par. 1823 que, dans certains cas, le retrait d’un traitement
de maintien de la vie peut entraîner le contact
physique avec le corps du patient, notamment
pour l’administration d’analgésiques. L’exigence
d’obtenir le consentement semblerait donc reposer
sur la nécessité du contact physique avec le corps
du patient afin de retirer son traitement de maintien
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
407
administering palliative care. This is similar to the
“treatment package” reasoning used by the Court of
Appeal in this case and is subject to the same
objections outlined above.
de la vie ou de le soulager en lui administrant des
soins palliatifs. Ce raisonnement est similaire au
raisonnement concernant le « traitement global »
formulé par la Cour d’appel en l’espèce et fait
l’objet des objections mentionnées précédemment.
[179] In another set of cases, an injunction was
or­dered for a period of time in order to allow the
pa­tient’s representatives to procure a second opin­
ion or an ethics committee report before the doc­
tors would be able to act unilaterally (see Sweiss,
at paras. 67-68; Jin v. Calgary Health Region, 2007
ABQB 593, 428 A.R. 161, at paras. 40-42).
[179] Dans d’autres affaires, le tribunal a accordé
une injonction pendant un certain temps pour per­
mettre aux représentants du patient d’obtenir un
deuxième avis ou le rapport d’un comité déon­
tologique avant que les médecins ne puissent agir
unilatéralement (voir Sweiss, par. 67-68; Jin c.
Calgary Health Region, 2007 ABQB 593, 428 A.R.
161, par. 40-42).
[180] However, other courts, including the only
other appellate decision in Canada prior to the
Court of Appeal’s decision in this case (Child and
Family Services of Central Manitoba v. R.L. (1997),
123 Man. R. (2d) 135 (C.A.)), have explicitly con­
cluded that consent is not required, and that it is
not appro­priate for a court to interfere with medical
doctors acting unilaterally and professionally in
the best interests of a patient. See also I.H.V., Re;
Rotaru v. Vancouver General Hospital Intensive
Care Unit, 2008 BCSC 318 (CanLII).
[180] Toutefois, dans d’autres décisions, dont la
seule décision d’un tribunal d’appel au Canada
antérieure à l’arrêt de la Cour d’appel en l’espèce
(Child and Family Services of Central Manitoba
c. R.L. (1997), 123 Man. R. (2d) 135 (C.A.)), les tri­
bunaux ont explicitement conclu que le con­sen­
tement n’était pas requis et qu’il n’appartenait
pas au tribunal d’intervenir lorsque les médecins
agissaient unilatéralement et professionnellement
dans l’intérêt véritable du patient. Voir également
I.H.V., Re; Rotaru c. Vancouver General Hospital
Intensive Care Unit, 2008 BCSC 318 (CanLII).
[181] In R.L., the Manitoba Court of Appeal con­
cluded that consent was not required to place a “Do
Not Resuscitate” order on a patient’s chart. The
pa­tient was an 11-month old infant in a persistent
vegetative state. Doctors agreed that the patient
would not regain any form of consciousness and,
like in this case, continuing life support would not
improve the patient’s condition. The patient’s par­
ents objected to the order. The Court of Appeal
stated, at para. 17:
[181] Dans R.L., la Cour d’appel du Manitoba a
conclu que le consentement n’était pas obligatoire
pour placer une ordonnance de « Ne pas réanimer »
dans le dossier du patient. Ce dernier était un enfant
de 11 mois qui se trouvait dans un état végétatif
persistant. Les médecins ont convenu que le patient
ne reprendrait jamais connaissance et que, comme
en l’espèce, le fait de continuer d’administrer le
traitement de maintien de la vie n’entraînerait pas
une amélioration de son état de santé. Les parents
du patient se sont opposés à l’ordonnance. La Cour
d’appel a dit ce qui suit, au par. 17 :
. . . neither consent nor a court order in lieu is required
for a medical doctor to issue a non-resuscitation direc­
tion where, in his or her judgment, the patient is in an
irreversible vegetative state. Whether or not such a dir­
ection should be issued is a judgment call for the doctor to
make having regard to the patient’s history and condition
and the doctor’s evaluation of the hopelessness of the
[traduction] . . . le médecin n’est pas tenu d’obtenir
un consentement ni une ordonnance judiciaire pour
donner des instructions de ne pas réanimer lorsqu’il
estime que le patient se trouve dans un état végétatif
irréversible. Il appartient au médecin de donner ou non
de telles instructions, compte tenu des antécédents et
de l’état de santé du patient ainsi que de son évaluation
408
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
case. The wishes of the patient’s family or guardians
should be taken into account, but neither their consent
nor the approval of a court is required.
du caractère désespéré de la situation. Il y a lieu de
prendre en considération les désirs de la famille ou
des tuteurs du patient, mais ni leur consentement ni
l’autorisation du tribunal ne sont obligatoires.
[182] This reasoning in R.L. reflects the wellestablished approach in the United Kingdom. U.K.
courts generally agree that consent is not required to
withdraw life support. Holding that physicians were
not obligated to adopt a course of treatment that, in
their view, was not in the patient’s best interests, the
Court of Appeal considered that a court order would
be “an abuse of power as directly or indirectly re­
quiring the practitioner to act contrary to the fun­
damental duty which he owes to his patient” (Re J
(a minor) (wardship: medical treatment), [1992]
4 All E.R. 614, at p. 622; see also Re R (a minor)
(wardship: medical treatment), [1991] 4 All E.R.
177; Bland).
[182] Le raisonnement de l’arrêt R.L. reflète
l’approche bien établie appliquée au RoyaumeUni. Les tribunaux de ce pays s’entendent en effet
de manière générale pour dire que le consen­te­
ment au retrait d’un traitement de maintien de la
vie n’est pas obligatoire. En concluant que les
méde­cins n’étaient pas tenus d’adopter une série
de trai­tements qui, de leur avis, n’étaient pas dans
l’inté­rêt véritable du patient, la Cour d’appel a
estimé qu’une ordonnance judiciaire constituerait
[traduction] « un abus de pouvoir obligeant le
praticien de la santé, directement ou indirecte­
ment, à agir à l’encontre du devoir fondamental qui
lui incombe envers son patient » : Re J (a minor)
(wardship : medical treatment), [1992] 4 All
E.R. 614, p. 622; voir également Re R (a minor)
(wardship : medical treatment), [1991] 4 All E.R.
177; Bland.
[183] In Bland, the leading case in the U.K., the
House of Lords held that health care providers
would not be criminally or civilly liable for with­
drawing treatment from a patient in a persistent vege­
tative state, where, in the physicians’ view, there was
no possibility that he would regain conscious­
ness and that continuing life support was not in the
pa­tient’s best interests. The House of Lords conclud­
ed that the withdrawal of life support was not illegal
without a court order:
[183] Dans Bland, l’arrêt de principe dans la juris­
prudence du Royaume-Uni, la Chambre des lords
a conclu que les fournisseurs de soins de santé ne
sont pas criminellement ou civilement responsables
du retrait d’un traitement administré à un patient
qui se trouve dans un état végétatif persistant, s’ils
estiment qu’il n’est pas possible que le patient
reprenne connaissance et que le fait de continuer
d’administrer le traitement de maintien de la
vie n’est pas dans l’intérêt véritable du patient.
Selon la Chambre des lords, le retrait d’un traite­
ment de maintien de la vie sans ordonnance judi­
ciaire n’était pas illégal :
. . . in the absence of an application, the doctor who pro­
poses the cessation of life-supporting care and treatment
on the ground that their continuance would not be in the
patient’s best interests will have reached that conclusion
himself and will be judge in his own cause unless and
until his chosen course of action is challenged in criminal
or civil proceedings. [p. 875, per Lord Lowry]
[traduction] . . . en l’absence de demande, le médecin
qui propose le retrait du traitement de maintien de la vie
au motif que la poursuite de ce traitement ne serait pas
dans l’intérêt véritable du patient sera arrivé lui-même
à cette conclusion et tranchera sa propre cause, à moins
que les mesures choisies ne soient contestées dans le
cadre d’instances pénales ou civiles. [p. 875, lord Lowry]
[184] In the United States, some state legislatures
have addressed the withholding and withdrawal of
[184] Aux États-Unis, certaines législatures des
États ont abordé directement le refus d’administrer
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
409
life support directly.2 While U.S. courts have shown
deference to patient wishes, they have declined to
address the issue of whether a patient has the right
to insist on life support (In Re: The Conservatorship
of Helga M. Wanglie, No. PX-91-283 (Minn. Dist.
Ct. (Prob. Ct. Div.) 1991), reported in (1991), 7
Issues L. & Med. 369), and whether consent was
required to withdraw life sustaining treatment that
has no benefit to the patient (In the Matter of Baby
“K”, 16 F.3d 590 (4th Cir. 1994)).
un traitement de maintien de la vie ou le retrait de
celui-ci2. Bien qu’ils aient fait preuve de retenue à
l’égard des désirs exprimés par le patient, les tri­
bunaux américains ont refusé de trancher la ques­
tion de savoir si le patient a le droit d’insister sur
l’administration d’un traitement de maintien de
la vie (In Re : The Conservatorship of Helga M.
Wanglie, No. PX-91-283 (Minn. Dist. Ct. (Prob. Ct.
Div.) 1991), publié dans (1991), 7 Issues L. & Med.
369), et sur celle de savoir si le consentement est
obligatoire pour retirer un traitement de maintien de
la vie qui n’a aucune utilité pour le patient (In the
Matter of Baby « K », 16 F.3d 590 (4th Cir. 1994)).
[185] Thus, courts throughout Canada, the U.K.
and the U.S. have been reluctant to require a doctor
to provide or continue life support treatment that
was found to be outside the professional medical
standard of care. As Hilary Young points out (at
p. 63), neither the origins of consent as a defence
to battery, nor the more recent development of the
doctrine of informed consent in negligence, ground
a legal entitlement to life-sustaining treatment out­
side the standard of care.
[185] Par conséquent, les tribunaux au Canada,
au Royaume-Uni et aux États-Unis ont hésité à
exi­ger du médecin qu’il administre ou continue
d’admi­nistrer un traitement de maintien de la vie
jugé non conforme à la norme de diligence des pro­
fes­sion­nels de la santé. Comme le sou­ligne Hilary
Young (à la p. 63), ni les origines du con­sentement
comme moyen de défense contre une accusation de
voies de fait, ni l’évolution récente de la doctrine
du consentement éclairé en matière de négligence,
ne donne droit à l’administra­tion d’un traitement
de maintien de la vie qui échappe à la norme de
diligence.
2 At least 11 states, including: Arizona, Idaho, Indiana, Kentucky,
Maryland, Minnesota, North Dakota, Oregon, Pennsylvania,
South Dakota, and Wisconsin, permit requests for life-sustaining
treatments in an advance directive. Other states, however, have
enacted statutes that allow for the unilateral withdrawal or with­
holding of life-sustaining treatment by health care providers when
it is deemed medically inappropriate. For example, Virginia’s
Health Care Decisions Act, Va. Code Ann. § 54.1-2990 (2013),
provides that physicians are not required to provide treatment
which, in their opinion, is medically or ethically inappropriate.
The Uniform Health-Care Decisions Act, 9 U.L.A. 83 (2011),
adopted (at least in part) by Maine, New Mexico, Mississippi,
and Delaware, provides that health care providers may refuse
to comply with an advance directive that “requires medically
ineffective health care or health care contrary to generally ac­
cepted health-care standards applicable to the health-care pro­
vider or institution” (§ 7(f)). Other states have struck more of a
middle ground in their legislation. In Texas, the Tex. Health &
Safety Code Ann. § 166.052 (Vernon 2012), creates a process
for resolving disagreements between physicians and substitute
decision-makers with respect to the withdrawal of life support.
2 Au moins 11 États, soit l’Arizona, l’Idaho, l’Indiana, le Kentucky,
le Maryland, le Minnesota, le Dakota du Nord, l’Oregon, la Penn­
sylvanie, le Dakota du Sud et le Wisconsin, prévoient la possibilité
de demander l’administration des traitements de maintien de la vie
par voie de directive préalable. D’autres États ont cependant adopté
des lois permettant aux fournisseurs de soins de santé de retirer
unilatéralement un traitement de maintien de la vie ou de refuser
d’administrer un tel traitement lorsqu’ils estiment que celui-ci est
inapproprié sur le plan médical. Par exemple, selon la Health Care
Decisions Act, Va. Code Ann. § 54.1-2990 (2013), de la Virginie,
les médecins ne sont pas tenus d’administrer un traitement qu’ils
estiment inapproprié sur le plan médical ou déontologique. Selon la
Uniform Health-Care Decisions Act, 9 U.L.A. 83 (2011), adoptée (au
moins en partie) par le Maine, le Nouveau-Mexique, le Mississippi
et le Delaware, les fournisseurs de soins de santé peuvent refuser de
se conformer à une directive préalable qui [traduction] « exige
l’administration de soins de santé inefficaces sur le plan médical ou
contraires aux normes généralement reconnues en matière de soins
de santé applicables aux fournisseurs ou aux établissements de soins
de santé » (§ 7f)). D’autres États encore ont choisi un compromis. Au
Texas, la Tex. Health & Safety Code Ann. § 166.052 (Vernon 2012),
prévoit un processus de règlement des différends entre les médecins
et les mandataires spéciaux portant sur le retrait d’un traitement de
maintien de la vie.
410
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
[186] In my view, even in end-of-life situations,
there is no common law right to insist on medical
treatment that the doctor and the institution consider
medically futile, harmful, and outside professional
standards. Consent is not required to withdraw life-­
sustaining treatment in such circumstances. Patients
cannot force doctors to act in violation of the stan­
dard of care.
[186] À mon avis, même dans des situations
concernant la fin de vie, il n’existe aucun droit
reconnu par la common law permettant d’insister
sur l’administration d’un traitement médical que
le médecin et l’établissement de soins de santé
estiment inutile sur le plan médical, préjudiciable
et contraire aux normes professionnelles. Le con­
sentement n’est pas obligatoire pour retirer un trai­
tement de maintien de la vie dans de pareilles
circonstances. Les patients ne peuvent pas forcer les
médecins à manquer à la norme de diligence.
(b)Doctor/Institutional Decisions Are Subject
to Judicial Oversight
b) Les décisions des médecins et des éta­
blissements sont susceptibles de contrôle
judiciaire
[187] The second thread that runs through the
jurisprudence is the court’s supervisory role in ad­
judicating end-of-life decisions; such decisions are
not entirely within the discretion of doctors (see, for
example, Sawatzky; Jin; Golubchuk; Rotaru).
[187] Le deuxième élément commun qui ressort
de la jurisprudence porte sur le rôle de surveillance
que joue le tribunal lorsqu’il est appelé à se pro­
noncer au sujet de décisions concernant la fin de
vie; ces décisions ne relèvent pas entièrement du
pouvoir discrétionnaire des médecins (voir, p. ex.,
Sawatzky; Jin; Golubchuk; Rotaru).
[188] Even in Bland, where the House of Lords
held that at common law, doctors do not require con­
sent to withdraw life support treatment, the court sug­
gested that, at least for a time, it would be desirable
that physicians receive court approval before ending
life support treatments (p. 859, per Lord Keith of
Kinkel).
[188] Même dans l’arrêt Bland, où elle concluait
que, en common law, les médecins n’étaient pas
obligés d’obtenir le consentement au retrait d’un
traitement de maintien de la vie, la Chambre des
lords a indiqué que, pour un certain temps du moins,
il serait souhaitable que les médecins obtien­nent
l’autorisation du tribunal avant de met­tre fin à un
tel traitement (p. 859, lord Keith of Kinkel).
[189] Typically, the courts have become en­
gaged in end-of-life decision making when a pa­
tient’s family has sought an injunction to stop the
institution from withholding or withdrawing lifesustaining treatment. Most often, the analysis cen­
tres on the factual record and whether the treatment
is futile or medically ineffective. In addition, courts
have also looked broadly to the best interests of the
patient.
[189] En règle générale, les tribunaux ont été
appelés à se prononcer au sujet de la prise de déci­
sions concernant la fin de vie lorsque la famille du
patient avait demandé une injonction pour empêcher
l’établissement de santé de refuser d’administrer ou
de retirer un traitement de maintien de la vie. Le
plus souvent, l’analyse portait sur le dossier factuel
et sur la question de savoir si le traitement était
inutile ou inefficace sur le plan médical. De plus,
les tribunaux se sont reportés de façon générale à
l’intérêt véritable du patient.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
411
(i) Decisions to Withdraw Life Support Must
Be in Accordance With the Standard of
Care
(i) La décision de retirer un traitement de main­
tien de la vie doit être conforme à la norme
de diligence applicable
[190] In my view, Canadian courts should assess
whether the decision to withdraw life support ac­
cords with the physician’s standard of care and
her fiduciary duty, as well as considerations of
patient autonomy and human dignity. In any re­
view, the doctor’s medical diagnosis and view of
the implications of continued treatment feature
prominently. The wishes, values, and beliefs of the
patient should be considered; however, they cannot
be determinative. A doctor cannot be required to act
contrary to her standard of care.
[190] À mon avis, les tribunaux canadiens
devraient déterminer si la décision de retirer un
traitement de maintien de la vie respecte la norme
de diligence du médecin et son obligation fidu­
ciaire ainsi que l’autonomie et la dignité humaine
du patient. Le diagnostic médical et la percep­
tion des conséquences de la poursuite d’un trai­te­
ment occupent le premier plan dans tout examen. Il
faut tenir compte des désirs exprimés par le patient,
de ses valeurs et de ses croyances, mais ces éléments
ne peuvent être déterminants. On ne peut exiger du
médecin qu’il agisse à l’encontre de la norme de
diligence à laquelle il doit satisfaire.
[191] The common law protects the interests of
Canadians in the medical realm — whether doctor
or patient — by requiring physicians to act (1) in
accordance with the conduct of a prudent prac­
titioner of the same experience and standing in her
field, including a duty to obtain informed consent
(ter Neuzen v. Korn, [1995] 3 S.C.R. 674; Reibl, at
pp. 899-900), and (2) in the best interests of their
patients (Norberg v. Wynrib, [1992] 2 S.C.R. 226,
at pp. 270-72). Typically, decisions to provide or
to withdraw treatment are made on the basis of
medical benefit to the patient. This approach will
likely satisfy the standard of care and advance the
patient’s best interests where the patient’s medical
condition is the primary concern.
[191] La common law protège les intérêts des
Canadiens dans le domaine médical — qu’ils soient
médecins ou patients — en exigeant du médecin
qu’il agisse (1) comme le ferait un praticien de la
santé prudent ayant la même expérience et réputa­
tion dans son domaine, notamment en se confor­mant
à l’obligation d’obtenir un consentement éclairé
(ter Neuzen c. Korn, [1995] 3 R.C.S. 674; Reibl,
p. 899-900), et (2) dans l’intérêt véritable de ses
patients (Norberg c. Wynrib, [1992] 2 R.C.S. 226,
p. 270-272). En règle générale, la décision d’admi­
nistrer ou de retirer un traitement repose sur l’effet
béné­fique pour le patient. Cette approche répondra
fort probablement à la norme de diligence et à
l’intérêt véritable du patient lorsque l’état de santé
de celui-ci est la principale préoccupation.
(ii)Fiduciary Duties Play a Role in the With­
drawal of Life Support
(ii)Les obligations fiduciaires ont un rôle à
jouer dans le cas du retrait d’un traitement
de maintien de la vie
[192] The fiduciary duty is a broad and evolving
set of obligations inhering in some elements of the
doctor-patient relationship. La Forest J. held in
McInerney:
[192] L’obligation fiduciaire comporte un vaste
éventail de devoirs en constante évolution, inhé­
rents, à certains égards, à la relation entre le méde­
cin et son patient. Voici ce que le juge La Forest a
déclaré dans McInerney :
In characterizing the physician-patient relationship as
“fiduciary”, I would not wish it to be thought that a fixed
set of rules and principles apply in all circumstances
En qualifiant de « fiduciaire » la relation entre le
médecin et son patient, je ne voudrais pas qu’on s’ima­
gine qu’un ensemble immuable de règles et de principes
412
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
or to all obligations arising out of the doctor-patient
relationship. As I noted in Canson Enterprises Ltd. v.
Boughton & Co., [1991] 3 S.C.R. 534, not all fiduciary
relationships and not all fiduciary obligations are the
same; these are shaped by the demands of the situation.
[p. 149]
s’appliquent dans tous les cas ou à toutes les obligations
découlant de cette relation. Comme je l’ai fait remarquer
dans l’arrêt Canson Enterprises Ltd. c. Boughton &
Co., [1991] 3 R.C.S. 534, les relations et les obligations
fiduciaires ne sont pas toutes les mêmes; elles sont tribu­
taires des exigences de la situation. [p. 149]
[193] In other words, the fiduciary obligation is not
a closed category; it maintains a flexibility to apply in
a variety of situations and it is meant to be available
if the relationship of trust required to ground the
duty is present. Medical decisions in the end-of-life
context are unique and challenging, and will give rise
to obligations under the fiduciary duty that may not
apply to other medical decisions. Given the early state
of the jurisprudence in this domain, the exact contours
of the obligation remain to be defined and explored in
future cases.
[193] Autrement dit, l’obligation fiduciaire n’est
pas immuable; elle est suffisamment souple pour
s’adapter à diverses situations et elle est censée
s’appliquer lorsque la relation de confiance néces­
saire est bel et bien présente. Les décisions d’ordre
médical concernant la fin de vie sont délicates et
différentes les unes des autres; elles donnent aussi
lieu à des devoirs imposés par l’obligation fiduciaire
qui ne s’appliquent pas nécessairement aux autres
décisions prises par les médecins. Compte tenu du
peu de jurisprudence dans ce domaine, la portée
exacte de cette obligation devra être précisée et
étudiée dans des affaires ultérieures.
[194] Generally, in many typical doctor-patient
relationships, the fiduciary obligation and the stan­
dard of care will likely overlap or resemble one
another. It seems to me, however, that in the end-of-­
life scenario where ongoing life support is futile,
the foundation and ambit of a doctor’s fiduciary du­
ty would be a useful and appropriate conceptual
paradigm to supplement the standard of care and
address the broader best interests of the patient.
In such difficult circumstances, in my view, the
ambit and operation of the fiduciary and standard
of care duties tend to diverge. As the Chief Justice
observed in Norberg: “The foundation and ambit
of the fiduciary obligation are conceptually dis­
tinct from the foundation and ambit of contract
and tort. Sometimes the doctrines may overlap in
their application, but that does not destroy their
conceptual and functional uniqueness” (p. 272). The
fiduciary may ensure that additional processes are
undertaken to ensure that the patient’s best interests
are respected, while the standard of care requires
that the correct medical decisions and operations
are undertaken according to medical standards.
[194] En règle générale, dans le cadre de la rela­
tion typique entre le médecin et son patient, il est
probable qu’il y ait chevauchement entre l’obli­
ga­
tion fiduciaire et la norme de diligence ou
qu’elles se ressemblent. Toutefois, il me semble
que, dans des situations de fin de vie où l’adminis­
tration continue d’un traitement de maintien de la
vie est inutile, l’obligation fiduciaire du médecin,
dans sa portée et son fondement, s’avérerait un
modèle théorique utile et approprié permettant de
compléter la norme de diligence et de traiter des
intérêts véritables plus larges du patient. Dans
des circonstances aussi difficiles, j’estime que
l’obligation fiduciaire et la norme de diligence, dans
leur fonctionnement et leur portée, ont tendance
à diverger. Comme le faisait observer la Juge en
chef dans Norberg, « [l]’obligation fiduciaire,
dans sa portée et son fondement, diffère sur le
plan notionnel de l’obligation contractuelle et de
la responsabilité délictuelle. Elles peuvent parfois
se chevaucher dans leur application, mais leurs
fondements théoriques et leurs fonctions demeurent
distincts » (p. 272). Le fiduciaire peut garantir que
des processus supplémentaires sont entrepris pour
assurer le respect des intérêts véritables du patient,
tandis que la norme de diligence exige que les déci­
sions et les mesures convenables sur le plan médical
soient conformes aux normes médicales.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
413
(iii)Factors in the Decision-Making Process
(iii)Facteurs pertinents dans le processus déci­
sionnel
[195] As with all medical decisions, health care
practitioners must consider the medical effective­
ness of the course of action, which involves weigh­
ing the course of action’s risks and benefits, as well
as its implications for the condition and the wellbeing of the patient.
[195] Comme pour toute décision médicale, les
praticiens de la santé doivent prendre en compte
l’efficacité sur le plan médical de la mesure prise,
ce qui comprend l’évaluation de ses risques et de
ses bénéfices, ainsi que ses conséquences sur l’état
de santé et le bien-être du patient.
[196] The prospect of imminent death, however,
elevates the significance of other interests, such as
religious beliefs and personal values. Due to the im­
portant interests involved in life-sustaining treat­ment,
factors such as maintaining respect for au­tonomy
and human dignity are particularly vital in this bal­
ancing process. However, these considerations can­
not prevail if a doctor considers the treatment to be
outside the standard of care due to its futility or harm­
ful effects.
[196] L’imminence de la mort amplifie toutefois
l’importance d’autres intérêts, telles les croyances
religieuses et les valeurs personnelles. Compte tenu
de l’importance des intérêts liés à un traitement de
maintien de la vie, des facteurs comme le respect
pour l’autonomie et la dignité humaine sont parti­
culièrement importants dans le processus de mise
en balance. Par contre, ces considérations ne peu­
vent pas prévaloir si le médecin estime que le
traitement en question échappe à la norme de
diligence en raison de son inutilité ou de ses effets
préjudiciables.
[197] Artificial continuation of life will not al­
ways be in the best interests of the patient. While
the sanctity of life is an important principle of
our legal system, it is not absolute; it is subject to
exceptions where notions of dignity must prevail
(Rodriguez v. British Columbia (Attorney General),
[1993] 3 S.C.R. 519, at p. 605, per Sopinka J.).
Further, the suggestion that life is an absolute value
is contrary to medical and scientific notions of treat­
ment. The Law Reform Commission of Canada
noted in “Euthanasia, Aiding Suicide and Cessation
of Treatment”, Working Paper 28 (1982), that
[197] Le fait de prolonger artificiellement la
vie ne sera pas toujours dans l’intérêt véritable du
patient. Certes, le principe du caractère sacré de
la vie joue un rôle important dans notre système
de droit, mais il n’est pas absolu; ce principe fait
l’objet d’exceptions dans les cas où la notion de
dignité doit prévaloir (Rodriguez c. ColombieBritannique (Procureur général), [1993] 3 R.C.S.
519, p. 605, le juge Sopinka). En outre, l’idée que
la vie est une valeur absolue va à l’encontre des
notions médicale et scientifique de traitement. La
Commission de réforme du droit du Canada a fait
remarquer ce qui suit dans « Euthanasie, aide au
suicide et interruption de traitement », Document
de travail 28 (1982) :
the guiding principle for medical decision-making is not
life in itself as an absolute value, but the patient’s overall
welfare. In most instances, this welfare imposes the main­
tenance of life, but this is not always the case. It is not the
case when the prolonging of life has become purely arti­
ficial. It is not the case when the maintenance of life can
only be achieved by an undue prolongation of the pa­tient’s
agony. It is not the case when the maintenance of life re­
sults only in the infliction of additional suffering. In other
. . . à la base de toute décision médicale le principe
essentiel à respecter n’est pas la vie en tant que telle
et en tant que valeur suprême, mais le bien du patient.
Ce bien coïncide, il est vrai, la plupart du temps avec
le maintien de la vie. Il n’en est pas cependant toujours
ainsi. Il n’en est pas ainsi lorsque le prolongement de la
vie est devenu purement artificiel. Il n’en est pas ainsi
lorsque le maintien de la vie ne peut se faire que par
une prolongation indue de l’agonie. Il n’en est pas ainsi
414
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
words, it is not the case when treatment is diverted from
its proper end and merely prolongs the dying process
rath­er than life itself. [p. 59]
lorsque le maintien de la vie passe par le fait d’infliger
des souffrances supplémentaires. En d’autres termes, il
n’en est pas ainsi lorsque le traitement est détourné de
sa finalité propre et ne fait que prolonger le « mourir »
plutôt que de prolonger la vie. [p. 67]
[198] A physician’s duties in the end-of-life con­
text are informed by policy statements from the
gov­erning professional bodies, including in Ontario,
the College of Physicians and Surgeons of Ontario
(“CPO”) (Policy Statement #1-06, “Decisionmaking for the End of Life” (July 2006) (online)).
These guidelines allow a physician to withhold or
withdraw life support against the wishes of a pa­
tient or substitute decision-maker under certain cir­
cumstances, if the patient will almost certainly not
benefit from it, although the issue of benefit must
take into account the patient’s values (CPO Policy,
at p. 5). Indeed, various policy statements of pro­
fessional medical organizations adopt the position
that physicians are not obliged to provide treatments
that will almost certainly not benefit the patient,
either because the patient’s condition is such that
recovery or improvement is virtually unpreced­ented
or because the patient will be unable to experi­ence
any permanent benefit from the treat­ment (CPO
Policy, at pp. 4-5).3
[198] Les obligations du médecin dans le con­
texte de fin de vie sont guidées par les énoncés
de politique des ordres professionnels, dont, en
Ontario, l’Ordre des médecins et chirurgiens
de l’Ontario (« OMCO ») (Énoncé de politique
no 1-06, « Decision-making for the End of Life »
(juillet 2006) (en ligne)). Ces lignes directrices
permettent au médecin, dans certaines circonstan­
ces, de refuser d’administrer ou de retirer un trai­
tement de maintien de la vie contre le gré du
patient ou de son mandataire spécial, s’il n’aura
ou n’a presque certainement pas d’effet bénéfique,
même s’il faut prendre en considération les
valeurs du patient pour juger de l’effet bénéfique
(politique de l’OMCO, p. 5). En fait, selon divers
énoncés de politique des organisations profession­
nelles médicales, les médecins ne sont pas tenus
d’administrer des traitements qui n’auront presque
certainement pas d’effet bénéfique sur le patient,
soit parce que l’état de santé du patient est tel que
son rétablissement ou qu’une amélioration serait
pratiquement sans précédent, soit que le patient ne
sera pas en mesure d’éprouver un effet bénéfique
permanent à la suite du traitement (Politique de
l’OMCO, p. 4-5)3.
[199] The CPO Policy, however, also stipulates
that patients have the “right to receive life-sustaining
[199] La politique de l’OMCO prévoit cependant
aussi que les patients ont [traduction] « le droit
3 See also The College of Physicians & Surgeons of Manitoba,
Statement No. 1602, “Withholding and Withdrawing LifeSustaining Treatment” (2007) (online); Canadian Healthcare
Association, Canadian Medical Association, Canadian Nurses
Association, and Catholic Health Association of Canada, “Joint
Statement on Resuscitative Interventions (Update 1995)” (1995)
(online); Canadian Healthcare Association, Canadian Medical
Association, Canadian Nurses Association, and Catholic Health
Association of Canada, “Joint Statement on Preventing and
Resolving Ethical Conflicts Involving Health Care Providers and
Persons Receiving Care” (1999) (online); Manitoba Law Reform
Commission, “Withholding or Withdrawing Life Sustaining
Medical Treatment”, Report #109 (2003) (online).
3 Voir aussi l’énoncé de politique no 1602 du Collège des médecins
et chirurgiens du Manitoba, « Withholding and Withdrawing LifeSustaining Treatment » (2007) (en ligne); Association canadienne
des soins de santé, Association médicale canadienne, Association
des infirmières et infirmiers du Canada et Association catholique
canadienne de la santé, « Déclaration conjointe sur la réanimation
(mise à jour 1995) » (1995) (en ligne); Association canadienne
des soins de santé, Association médicale canadienne, Associa­tion
des infirmières et infirmiers du Canada et Association catholi­que
canadienne de la santé, « Déclaration conjointe sur la préven­
tion et le règlement de conflits éthiques entre les prestateurs de
soins de santé et les personnes recevant les soins » (1999) (en
ligne); le rapport de la Commission manitobaine de réforme du
droit, « Withholding or Withdrawing Life Sustaining Medical
Treatment », Rapport no 109 (2003) (en ligne).
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
415
treatments that may be of benefit to them and that
take into account their goals, values and beliefs.
When it is not clear whether treatment might be of
benefit, the choice should be made on the side of
providing life-sustaining treatment” (p. 5). The CPO
Policy clearly indicates that, in end-of-life de­
cisions, physicians are required to account for the
“personal, cultural and religious values, goals, be­
liefs and practices” of their patients (p. 2).
de recevoir des traitements de maintien de la vie
pouvant avoir un effet bénéfique pour eux, et qui
tiennent compte de leurs objectifs, de leurs valeurs
et de leurs croyances. Lorsque l’effet bénéfique
d’un traitement n’est pas certain, le choix devrait
favoriser l’administration d’un traitement de main­
tien de la vie » (p. 5). La politique de l’OMCO indi­
que clairement que, dans le contexte des décisions
concernant la fin de vie, les médecins sont tenus de
prendre en considération « les valeurs personnelles,
culturelles et religieuses ainsi que les objectifs, les
croyances et les pratiques » de leurs patients (p. 2).
[200] Moreover, the 1995 report of the Special
Senate Committee on Euthanasia and Assisted
Suicide states that life-sustaining treatment should
not be withheld against a patient’s wishes unless it
is “futile” (Of Life and Death: Report of the Special
Senate Committee on Euthanasia and Assisted
Suicide (1995), at p. 45). “Futile treatment”, defined
by the report, must be understood as “treatment that
in the opinion of the health care team will be com­
pletely ineffective” (p. 15). See also E. I. Picard and
G. B. Robertson, Legal Liability of Doctors and
Hospitals in Canada (4th ed. 2007), at pp. 345-46.
[200] En outre, selon le rapport de 1995 du
Comité spécial du Sénat sur l’euthanasie et l’aide
au suicide, il ne faut pas refuser d’adminis­trer ou
d’inter­rompre un traitement de survie contre le
gré d’un patient à moins que le traite­ment ne soit
« inutile » (De la vie et de la mort : Rapport du
Comité sénatorial spécial sur l’euthanasie et l’aide
au suicide (1995), p. 47). Selon le rapport, un
« traitement inutile » s’entend d’un « [t]raite­ment
qui, de l’avis de l’équipe soignante, sera entiè­re­
ment inefficace » (p. 16). Voir égale­ment E. I. Picard
et G. B. Robertson, Legal Lia­bility of Doctors and
Hospitals in Canada (4e éd. 2007), p. 345-346.
[201] While the common law does not permit
personal autonomy to be the overriding consider­
ation for the withdrawal of life support, it has
long recognized the role of values, beliefs, and the
dignity of human life, including dying with dignity
(see Rodriguez, at pp. 585 and 605). This respect
is reflected in the medical profession’s and insti­tu­
tion’s policy statements. Thus, a doctor must consider
these factors in determining the patient’s best in­
terests, in accordance with her professional and
fiduciary responsibilities. For example, a patient’s
wishes may require that life support be withdrawn.
Alternatively, as discussed previously, the wish to
continue life support indefinitely may result in de­
ferring a decision pending further discussions with
the family, receipt of further medical opinions, or
exploration of other available treatment facilities.
However, if a doctor is ultimately satisfied that
treatment is futile, she may discontinue treatment
[201] Si elle ne permet pas à l’autonomie pers­
onnelle d’être le facteur déterminant lorsqu’il s’agit
de retirer un traitement de maintien de la vie, la com­
mon law reconnaît depuis longtemps le rôle des
valeurs et des croyances ainsi que la dignité de la vie
humaine, notamment le droit de mourir avec dignité
(voir Rodriguez, p. 585 et 605). C’est ce qui ressort
des énoncés de politique de la profession médicale
et des établissements. Le médecin doit donc tenir
compte de ces facteurs lorsqu’il décide de ce qui est
dans l’intérêt véritable du patient, conformément
à ses obligations professionnelles et fiduciaires.
Par exemple, le patient peut exprimer le désir que
le traitement de maintien de la vie soit retiré. Ou
encore, comme nous l’avons vu antérieurement,
le désir que le traitement soit administré pour une
période indéfinie peut donner lieu au report d’une
décision en attendant de mener des discussions sup­
plémentaires avec la famille, de recevoir d’autres
416
cuthbertson
v.
rasouli
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
notwithstanding the wishes of the patient or family,
provided they have followed these consultative
processes and considered the patient’s best interests.
avis médicaux ou d’envisager la possibilité de trans­
férer les soins à un autre établissement médical.
Cependant, s’il est convaincu en dernière analyse
que le traitement est inutile, le médecin peut en
arrêter l’administration malgré les désirs exprimés
par le patient ou sa famille, pourvu qu’il ait suivi
ces processus de consultation et tenu compte de
l’intérêt véritable du patient.
(iv)End-of-Life Decisions Must Follow a Fair,
Inclusive, and Accommodating Process
iv)Les décisions concernant la fin de vie doi­
vent faire suite à un processus équitable,
inclusif et conciliant
[202] These broader considerations, reflected in
the profession’s policies, are framed by a doctor’s
fiduciary obligation — to act in the best interests of
the patient. These obligations include broad duties
to ensure the well-being of the patient, including the
duty to consult the patient (or the patient’s substitute
decision-maker) in arriving at a decision regarding
what constitutes the patient’s best interests in the
circumstances.
[202] Ces considérations d’ordre plus général,
que traduisent les politiques professionnelles, sont
circonscrites par l’obligation fiduciaire du médecin
d’agir dans l’intérêt véritable du patient. Cette obli­
gation comprend des devoirs étendus visant à garan­
tir le bien-être du patient, notamment le devoir de
consulter ce dernier (ou son mandataire spécial)
lorsque le médecin doit décider de ce qui est dans
l’intérêt véritable du patient dans les circonstances.
[203] In keeping with these duties, the various
policy statements illustrate a process of giving
no­tice, of seeking further medical opinions if re­
quested, and of making efforts to transfer care to
another institution willing to continue administer­
ing treatment. Indeed, in this case, each of these
avenues was made available to the respondent’s
substitute decision-maker.
[203] Conformément à ces obligations, les divers
énoncés de politique présentent un proces­sus con­
sistant à donner avis, à obtenir, sur demande,
d’autres avis médicaux et à faire des efforts pour
transférer les soins à un autre établissement dis­
posé à continuer l’administration du traitement.
En l’espèce, chacun de ces recours a été offert à la
mandataire spéciale de l’intimé.
[204] Where a family member, or a substitute
decision-maker, disagrees with the medical prac­
titioner’s decision to withdraw life support, she
may apply to the court to challenge the physician’s
decision. That is what the substitute decision-maker
did in this case.
[204] Lorsqu’il est en désaccord avec la décision
du praticien de la santé de retirer un traitement de
maintien de la vie, un membre de la famille du
patient ou le mandataire spécial peut contester cette
décision, par voie de requête, devant le tribunal.
C’est ce que la mandataire spéciale a fait dans la
présente affaire.
III. Conclusion
III. Conclusion
[205] In this case, the application judge made no
factual findings about the patient’s condition and
effectiveness of any treatment, and the patient’s diag­
nosis has been subject to change. Accordingly, there
are factual issues that remain to be determined and
it is not within this Court’s ability to do so.
[205] En l’espèce, la juge saisie de la demande n’a
tiré aucune conclusion de fait sur l’état de santé du
patient ou sur l’efficacité de quelque traitement que
ce soit; de plus, le diagnostic du patient a été modi­
fié. Il reste donc des questions de fait à trancher. Il
n’appartient toutefois pas à la Cour de le faire.
[2013] 3 R.C.S.
cuthbertson
c.
rasouli
La juge Karakatsanis
417
[206] I would allow the appeal and remit the mat­
ter to the Superior Court of Justice, rather than the
Consent and Capacity Board, so that the application
judge can determine whether to issue an injunction
or declaration in accordance with these reasons and
the facts as found on the application. In light of the
public importance of the questions raised in this ap­
peal, the parties should bear their own costs.
[206] Je suis d’avis d’accueillir le pourvoi et de
renvoyer l’affaire à la Cour supérieure de justice,
plutôt qu’à la Commission du consentement et de
la capacité, pour que la juge saisie de la demande
puisse déterminer s’il y a lieu de prononcer une
injonction ou de rendre un jugement déclaratoire
conformément aux présents motifs et aux conclu­
sions de faits tirées dans le cadre de la demande.
Compte tenu de l’importance pour le public des
questions que soulève le présent pourvoi, les parties
devraient assumer leurs propres dépens.
Appeal dismissed, Abella and Karakatsanis JJ. dissenting.
Pourvoi rejeté, les juges Abella et
Karakatsanis sont dissidentes.
Solicitors for the appellants: McCarthy Tétrault,
Toronto.
Procureurs des appelants : McCarthy Tétrault,
Toronto.
Solicitors for the respondent: Hodder Barristers,
Toronto.
Procureurs de l’intimé : Hodder Barristers,
Toronto.
Solicitors for the intervener the Euthanasia Pre­
vention Coalition: Scher Law Professional Cor­
poration, Toronto.
Procureurs de l’intervenante la Coalition
pour la prévention de l’euthanasie : Scher Law
Professional Corporation, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian
Critic­al Care Society: Polley Faith, Toronto.
Procureurs de l’intervenante la Société cana­
dienne de soins intensifs : Polley Faith, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian As­
sociation of Critical Care Nurses: Norton Rose Ful­
bright, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association
cana­dienne des infirmiers/infirmières en soins
inten­sifs : Norton Rose Fulbright, Toronto.
Solicitors for the interveners the Advocacy Cen­
tre for the Elderly and the ARCH Disability Law
Centre: ARCH Disability Law Centre, Toronto; Ad­
vocacy Centre for the Elderly, Toronto.
Procureurs des intervenants Advocacy Centre for
the Elderly et ARCH Disability Law Centre : ARCH
Disability Law Centre, Toronto; Advocacy Centre
for the Elderly, Toronto.
Solicitors for the interveners the Mental Health
Legal Committee and the HIV & AIDS Legal Clinic
Ontario: Swadron Associates, Toronto; HIV & AIDS
Legal Clinic Ontario, Toronto.
Procureurs des intervenants Mental Health
Legal Committee et HIV & AIDS Legal Clinic
Ontario : Swadron Associates, Toronto; HIV &
AIDS Legal Clinic Ontario, Toronto.
Solicitors for the intervener the Evangelical
Fellowship of Canada: Vincent Dagenais Gibson,
Ottawa.
Procureurs de l’intervenante l’Alliance évan­
gélique du Canada : Vincent Dagenais Gibson,
Ottawa.
418
r.
v.
r.l.
LeBel J.
[2013] 3 S.C.R.
R.L. Appellant
R.L. Appelant
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
Indexed as: R. v. R.L.
Répertorié : R. c. R.L.
2013 SCC 54
2013 CSC 54
File No.: 34871.
No du greffe : 34871.
2013: October 18.
2013 : 18 octobre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Rothstein,
Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
on appeal from the court of appeal for
quebec
en appel de la cour d’appel du québec
Criminal law — Appeals — Application for extension
of time — Appellant pleading guilty to 14 charges be­
tween 1996 and 2005 — Appellant found unfit to stand
trial in 2011 for reason of intellectual disability — Ap­
pellant subsequently seeking to have convictions entered
between 1996 and 2005 set aside — Majority of Court
of Appeal dismissing application for extension of time
to appeal convictions — Court of Appeal not erring in
dismissing application for extension of time.
Droit criminel — Appels — Requête en prorogation
de délai — Appelant a plaidé coupable à 14 chefs
d’accusation entre 1996 et 2005 — Appelant a été
jugé inapte à subir un procès en 2011 en raison d’une
déficience intellectuelle — Appelant cherche par la
suite à faire casser les condamnations prononcées
contre lui entre 1996 et 2005 — Juges majoritaires de
la Cour d’appel rejettent la requête en prorogation du
délai pour en appeler des condamnations — La Cour
d’appel n’a commis aucune erreur en rejetant la requête
en prorogation de délai.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court
of Appeal (Chamberland, Rochette and Dalphond
JJ.A.), 2012 QCCA 635, [2012] J.Q. no 3071 (QL),
SOQUIJ AZ-50845530, 2012 CarswellQue 3329.
Appeal dismissed, Cromwell J. dissenting.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
du Québec (les juges Chamberland, Rochette et
Dalphond), 2012 QCCA 635, [2012] J.Q. no 3071
(QL), SOQUIJ AZ-50845530, 2012 CarswellQue
3329. Pourvoi rejeté, le juge Cromwell est dis­
sident.
Christian Desrosiers and Lida Sara Nouraie, for
the appellant.
Christian Desrosiers et Lida Sara Nouraie, pour
l’appelant.
Geneviève Dagenais and Christian Jarry, for the
respondent.
Geneviève Dagenais et Christian Jarry, pour
l’intimée.
The following is the judgment delivered orally
by
Version française du jugement rendu oralement
par
[1] LeBel J. — Speaking for a majority of the
Court, I am of the opinion that the Court of Appeal
[1] Le juge LeBel — M’exprimant pour la majo­
rité de la Cour, je suis d’avis que la Cour d’appel
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
r.l.
Le juge LeBel
419
of Quebec did not err when, for the reasons given
by Chamberland J.A., it dismissed the appellant’s
application for an extension of time, and for those
reasons, the appeal is dismissed.
du Québec n’a pas commis d’erreur lorsque, pour
les motifs exposés par le juge d’appel Chamberland,
elle a rejeté la requête en prorogation de délai pré­
sentée par l’appelant, et, pour ces mêmes motifs, le
pourvoi est rejeté.
[2] Justice Cromwell, dissenting, essentially for
the reasons given by Dalphond J.A. in dissent in
the Court of Appeal, would have allowed the ap­
peal, granted the extension of time and returned the
matter to the Court of Appeal.
[2] Le juge Cromwell est dissident. Essentiel­le­
ment pour les motifs de dissidence formulés par le
juge d’appel Dalphond, il aurait accueilli le pour­
voi, accordé la prorogation de délai et ren­voyé
l’affaire à la Cour d’appel.
Judgment accordingly.
Jugement en conséquence.
Solicitors for the appellant: Desrosiers, Joncas,
Massicotte, Montréal.
Procureurs de l’appelant : Desrosiers, Joncas,
Massicotte, Montréal.
Solicitor for the respondent: Poursuites cri­
minelles et pénales du Québec, Montréal.
Procureur de l’intimée : Poursuites criminelles
et pénales du Québec, Montréal.
420
r.
v.
cairney
[2013] 3 S.C.R.
Michael John Cairney Appellant
Michael John Cairney Appelant
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
Indexed as: R. v. Cairney
Répertorié : R. c. Cairney
2013 SCC 55
2013 CSC 55
File No.: 34848.
No du greffe : 34848.
2013: April 26; 2013: October 25.
2013 : 26 avril; 2013 : 25 octobre.
Present: McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein,
Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Fish,
Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
alberta
en appel de la cour d’appel de l’alberta
Criminal law — Defences — Provocation —
Self‑induced provocation — Whether fact that accused
induced act or words said to constitute provocation
precludes defence of provocation from being left to
jury — Whether objective and subjective elements of
provocation established, lending an air of reality to this
defence — Whether defence of provocation should have
been submitted to jury — Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C‑46, s. 232.
Droit criminel — Moyens de défense — Provocation
— Provocation induite — Le fait que l’accusé a été
à l’origine de l’action ou des paroles qui auraient
constitué une provocation empêche‑t‑il que la défense de
provocation puisse être soumise à l’appréciation du jury?
— Les éléments objectif et subjectif de la provocation
étaient‑ils établis et conféraient‑ils une vraisemblance
au moyen de défense? — La défense de provocation
aurait‑elle dû être soumise au jury? — Code criminel,
L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 232.
C shot and killed his long‑time friend F. At the time,
C was living with F and R, who was C’s cousin and F’s
common law spouse. F had a history of physically abus­
ing R. On the day in question, F was drinking, became an­
gry with R and started to verbally abuse her. C over­heard
F tell R that if her back had not been sore, he would have
thrown her across the kitchen. At F’s re­quest, C left the
room. He retrieved a loaded shotgun. Dis­turbed by the ar­
gument that he was overhearing, C sat in an­other room,
contemplating what to do. He decided to scare F to teach
him a lesson and deter future aggression against R. He
walked up to F, who was talking on the telephone and
struck the phone with the muzzle of the shotgun. He then
began to lecture F on his abuse of R. F reacted by say­
ing, “What are you gonna do, shoot me? You don’t have
the guts to shoot me.” F then started to leave the apart­
ment. When C called out to F to “get back here”, F said: 
“Fuck you, you goof. This is none of your business, I’ll
do with [R] whatever I want.” F then walked out of the
apartment. C followed him into the stairwell, where he
shot F, killing him. C was charged with second degree
murder and tried before a jury. He argued that he lacked
C a abattu d’un coup de feu son ami de longue date, F.
Il vivait alors chez ce dernier et R, sa cousine et conjointe
de fait de F. F brutalisait R depuis longtemps. Le jour
en question, F avait consommé de l’alcool, s’était mis en
colère contre R et avait commencé à l’insulter. C l’avait
entendu dire à R qu’il l’aurait projetée contre le mur de
la cuisine si elle n’avait pas eu mal au dos. C était sorti
de la pièce à la demande de F, puis avait récupéré un fusil
de chasse chargé. Ébranlé par la dispute qu’il entendait,
il s’était assis dans une autre pièce, se demandant quoi
faire. Il avait décidé de faire peur à F pour lui donner
une leçon et le dissuader de brutaliser R à l’avenir. Il
s’était approché de F, qui était au téléphone, et avait fra­
cassé l’appareil avec le canon de l’arme. Il avait ensuite
commencé à le sermonner sur les sévices qu’il infligeait
à R. F avait réagi en disant : « Qu’est‑ce que tu vas faire,
me tirer dessus? T’as pas le cran de tirer. » F avait ensuite
entrepris de sortir de l’appartement. Lorsque C lui avait
dit : « reviens ici », F avait répondu : « Va te faire foutre,
épais. Ça te regarde pas. Je vais faire ce que je veux avec
[R]. » F avait ensuite quitté l’appartement. C l’avait suivi
jusqu’à l’escalier, où il l’avait abattu. Accusé de meurtre
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
421
the necessary intention to be guilty of murder, and in the
alternative that he had been provoked by F’s words to
him. The trial judge, apparently concluding that there
was some evidence to support all the elements of the de­
fence of provocation, charged the jury on that defence.
The jury acquitted C of second degree murder and con­
victed him of manslaughter. The Court of Appeal allowed
the Crown’s appeal and ordered a new trial.
au deuxième degré, C a subi son procès devant jury. Il
a soutenu ne pas avoir eu l’intention requise pour être
déclaré coupable de meurtre et, subsidiairement, avoir été
provoqué par les propos de F. La juge du procès ayant
apparemment conclu à l’existence de quelque preuve de
chacun des éléments constitutifs de la provocation, son
exposé au jury a fait état du moyen de défense. Le jury
a acquitté C de meurtre au deuxième degré et l’a déclaré
coupable d’homicide involontaire coupable. La Cour
d’appel a accueilli l’appel du ministère public et ordonné
un nouveau procès.
Held (Fish and Abella JJ. dissenting): The appeal
should be dismissed.
Arrêt (les juges Fish et Abella sont dissidents) : Le
pourvoi est rejeté.
Per McLachlin C.J. and Rothstein, Cromwell,
Moldaver and Wagner JJ.: The trial judge erred in leav­
ing the defence of provocation with the jury as there
was no air of reality to the defence.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein,
Cromwell, Moldaver et Wagner : La juge du procès a eu
tort de soumettre la défense de provocation au jury car le
moyen de défense n’avait aucune vraisemblance.
The air of reality test is intended to assess whether a
properly instructed jury acting reasonably could have a
reasonable doubt as to whether the subjective and ob­
jec­tive elements of the defence of provocation are made
out. The objective element of the defence of provoca­
tion asks whether there was some evidence upon which
a jury could have a reasonable doubt that an ordinary
person in C’s circumstances — which include having
initiated a confrontation at gunpoint — would be de­
prived of the power of self‑control by F’s insults. The
history and background of the relationship between the
victim and the accused is relevant and pertinent to the
“ordinary person” test, as are all factors that would give
the act or insult special significance to an ordinary per­
son. However, that does not change the fact that a cer­
tain threshold level of self‑control is always expected of
the “ordinary person”.
Le critère de la vraisemblance vise à déterminer si un
jury ayant reçu des directives appropriées et agissant de
manière raisonnable pourrait avoir un doute raisonnable
quant à savoir si les éléments subjectif et objectif de la
défense de provocation sont établis. L’élément objectif
de la défense de provocation veut que l’on détermine si
quelque élément de preuve aurait permis à un jury d’avoir
un doute raisonnable que les insultes de F auraient privé
une personne ordinaire, dans la situation de C — qui
inclut le fait d’avoir déclenché un affrontement armé —,
du pouvoir de se maîtriser. L’historique et le contexte
des relations entre la victime et l’accusé sont pertinents
et utiles dans l’application du critère de la « personne
ordinaire », comme toutes les données qui confèrent à
l’action ou à l’insulte une importance particulière pour
une personne ordinaire. Néanmoins, il demeure qu’une
« personne ordinaire » respecte toujours un seuil minimal
de maîtrise de soi.
While the cases on self‑induced provocation do not
always distinguish between the objective and subjective
elements of the defence, read generally they confirm that
the accused’s conduct may be relevant to both elements
of the defence and that it must be considered with other
contextual factors to determine whether there is an air
of reality to the defence. Self‑induced provocation is
not a special category of the defence attracting special
principles. Rather, it describes a particular application of
the general principles that govern the defence of prov­
ocation. There is no absolute rule that a person who in­
stigates a confrontation cannot rely on the defence of
provocation. The fact that the victim’s response to the
accused’s confrontational conduct fell within a range of
reasonably predictable reactions may suggest that an
Bien que les décisions sur la provocation induite ne
distinguent pas toutes entre les éléments objectif et
sub­jectif du moyen de défense, elles confirment géné­
ralement que la conduite de l’accusé peut importer pour
les deux éléments et qu’il faut l’examiner de pair avec
les autres données contextuelles pour décider de la vrai­
semblance du moyen de défense. La provocation induite
ne correspond pas à une catégorie particulière du moyen
de défense qui ferait intervenir des principes spéciaux.
Elle commande plutôt une application particulière des
principes généraux qui régissent la défense de provo­
cation. Aucune règle absolue ne veut que la personne
qui déclenche un affrontement ne puisse invoquer ce
moyen de défense. Le fait que la réaction de la victime au
comportement agressif de l’accusé fasse partie de celles
422
r.
v.
cairney
[2013] 3 S.C.R.
ordinary person would not have lost self‑control, al­
though it must be weighed together with all other rele­
vant contextual factors. As in all cases where the defence
is raised, whether it goes to the jury depends on whether
the evidence provides an air of reality to it.
qui sont raisonnablement prévisibles peut indiquer qu’une
personne ordinaire n’aurait pas perdu son sang‑­froid,
bien qu’il faille mettre ce fait en balance avec toutes les
autres données contextuelles pertinentes. Comme chaque
fois qu’elle est invoquée, la défense de provocation doit
être vraisemblable au vu de la preuve pour être soumise
au jury.
In this case, there was evidence sufficient to sup­
port the subjective element — that C in fact acted in re­
sponse to the provocation before his passion had time
to cool. However, there was no air of reality to the ob­
jective element of the defence. C argues that F’s words
constituted a threat of imminent domestic abuse suffi­
cient to cause an ordinary person to lose self‑control.
However, F was no longer behaving aggressively to­
wards R when C approached. His moment of anger
against R had passed. The record simply does not sup­
port the contention that an ordinary person would have
viewed the victim’s words as a threat of imminent do­
mestic violence against R, leading to a loss of self‑­
control.
En l’espèce, une preuve permettait d’étayer l’élé­
ment subjectif, à savoir que C avait en fait réagi à la
provocation avant d’avoir eu le temps de reprendre son
sang‑froid. Cependant, la provocation objective n’avait
aucune vraisemblance. C prétend que les propos de F
constituaient une menace de violence conjugale immi­
nente qui aurait suffi à faire perdre la maîtrise de soi à
une personne ordinaire. Or, F ne se comportait plus de
manière agressive envers R lorsque C s’était approché de
lui. Sa colère à l’endroit de R était retombée. Le dossier
n’étaye tout simplement pas la prétention selon laquelle
une personne ordinaire aurait vu dans les paroles de la
victime une menace de violence conjugale imminente
dirigée contre R et aurait de ce fait perdu sa maîtrise de
soi.
What is left is a concern on C’s part to prevent future
abuse against R and C’s declared intention to achieve
this by extracting a promise at gunpoint from F to stop
abusing her. An ordinary person who seeks to extract a
promise at gunpoint would not be surprised if the person
confronted rebuffs the overture as did F here. There is
nothing on the record to support the element of sudden
shock required to cause an ordinary person to lose self‑­
control. It follows that a properly instructed jury acting
reasonably could not have had a reasonable doubt about
whether F’s conduct was sufficient to deprive an ordi­nary
person of self‑control.
Restent donc le souci de C de prévenir la perpétration
ultérieure d’actes de violence à l’endroit de R et son
intention déclarée d’y parvenir en arrachant à F, à la
pointe du fusil, la promesse de ne plus agresser R. La
personne ordinaire qui chercherait à arracher une pro­
messe à la pointe du fusil ne serait pas étonnée de voir
son interlocuteur repousser sa demande comme l’a fait
F en l’espèce. Aucune preuve au dossier ne permet de
conclure à un choc soudain de nature à faire perdre sa
maîtrise de soi à une personne ordinaire. Un jury ayant
reçu des directives appropriées et agissant de manière
raisonnable n’aurait donc pu avoir de doute raisonnable
quant à savoir si la conduite de F aurait suffi à priver une
personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser.
Per Fish and Abella JJ. (dissenting): The trial judge
must determine whether the evidence is reasonably ca­
pable of supporting the inferences necessary to make
out the defence of provocation. In relation to the objec­
tive element, the judge must determine whether there
is evidence that could raise a reasonable doubt about
whether the accused was faced with a wrongful act or
insult sufficient to deprive an ordinary person of self‑­
control. To determine how the “ordinary” person would
react to a particular insult, it is necessary to take the
relevant context and circumstances into account, in­
cluding the history and background of any relationship
between the victim and the accused. The assessment of
the evidence relevant to the objective element should
Les juges Fish et Abella (dissidents) : Le juge du
procès doit examiner si la preuve est raisonnablement
susceptible d’étayer les inférences nécessaires à l’appli­
cation de la défense de provocation. En ce qui a trait à
l’élément objectif, il doit se demander si la preuve pour­
rait soulever un doute raisonnable quant à savoir si
l’accusé a été aux prises avec une action injuste ou une
insulte suffisante pour priver une personne ordinaire du
pouvoir de se maîtriser. Pour déterminer comment une
per­sonne « ordinaire » réagirait à une insulte en par­ticu­
lier, il faut tenir compte des circonstances et du con­texte
en cause, notamment l’historique et le contexte des rela­
tions entre la victime et l’accusé. Il ne faut pas com­
promettre l’appréciation de la preuve relative à l’élément
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
423
not be skewed by placing predominant emphasis on the
aggressive conduct of the accused at the determinative
expense of the whole context.
objectif en mettant l’accent sur le comportement agressif
de l’accusé au détriment du contexte dans son entier.
F’s words and the reaction they would elicit from an
ordinary person cannot be appreciated without con­sid­
ering the whole context, and, in particular, the history of
the relationship between C and F. F and C were close
friends. The only source of conflict between them was
F’s long history of domestic violence against R, C’s
cousin whom he thought of as his “little sister”. F had
been attacking R for over a decade. The assaults were
frequent — often weekly. They were also severe. C knew
all about the assaults since R had repeatedly taken ref­
uge with C and his wife, and R was sometimes so badly
injured that she was unable to go to work.
Il est impossible de juger des propos de F et de la
réaction qu’ils susciteraient chez une personne ordinaire
sans tenir compte du contexte global et, en particulier,
des rapports antérieurs entre C et F, qui étaient des amis
proches. Le seul sujet de discorde entre eux était la
longue histoire de violence conjugale de F vis‑à‑vis de
R, la cousine de C, qu’il considérait comme sa « petite
sœur ». F brutalisait R depuis plus de 10 ans. Les agres­
sions avaient lieu fréquemment, souvent chaque semaine.
Aussi, elles étaient graves. C était bien au fait de la situa­
tion, car R avait maintes fois trouvé refuge chez son
épouse et lui. R présentait parfois des contu­sions dont la
gravité l’empêchait d’aller travailler.
Removing the defence of provocation from the jury
turns on the characterization that C initiated an “ag­
gressive confrontation”. On another view of these facts,
however, F initiated the confrontation when he started
verbally abusing and threatening C’s cousin — acts
that could, in light of F’s history of relentless domestic
abuse, readily and reasonably be interpreted as a prelude
to an­other brutal assault. A jury might well conclude
that the objective element of provocation was met
based on a credible threat that F would again abuse C’s
cousin, R.
Soustraire la défense de provocation à l’examen du
jury revient à conclure que C a déclenché un « affron­
tement violent ». Or, un autre point de vue veut que F
ait déclenché l’affrontement en se mettant à insulter et
à menacer la cousine de C, ce qui, au vu de la violence
conjugale à laquelle F s’était inlassablement livré
jusqu’alors, pouvait raisonnablement être considéré
d’emblée comme le prélude d’une nouvelle agression
bru­tale. Un jury pourrait fort bien conclure à l’exis­
tence du volet objectif de la provocation étant donné le
sérieux de la menace proférée par F à l’effet de brutali­
ser à nouveau R, la cousine de C.
While F’s dismissive attitude towards C might have
been predictable, a jury could infer from the full context
of this case that an ordinary person would not predict
F’s response that he would keep beating R if he felt like
it. The objective element of the defence of provocation
should be informed by contemporary norms, including
Charter values. These do not include aggressively pro­
prietary attitudes about a spouse. It is therefore troubling
to conclude, as the majority does, that it was “predictable”
for F to react to C’s warning by confirming his intention
to continue inflicting domestic violence. It is difficult to
accept that an expressed intention to continue assaulting
a spouse could ever be considered “predictable”.
L’attitude méprisante de F à l’endroit de C était peut‑­
être prévisible, mais un jury pourrait inférer du con­texte
global qu’une personne ordinaire n’aurait pas prévu que la
réaction de F soit d’affirmer qu’il continuerait de battre R
à son gré. L’élément objectif de la défense de provocation
doit être défini en fonction des normes contemporaines,
ce qui englobe les valeurs de la Charte, mais non des
attitudes violemment possessives à l’égard d’un conjoint.
Il est donc troublant de conclure, comme le font les juges
majoritaires, qu’il était « prévisible » que F réagisse à
la mise en garde de C en confirmant son intention de
com­mettre d’autres actes de violence conjugale. Il est
di­fficile de voir une réaction « prévisible » dans l’inten­
tion exprimée de continuer à agresser un conjoint.
The trial judge’s decision to leave the provocation de­
fence with the jury was therefore proper.
La juge du procès a donc eu raison de soumettre la
défense de provocation à l’appréciation du jury.
Cases Cited
Jurisprudence
By McLachlin C.J.
Citée par la juge en chef McLachlin
Distinguished: R. v. Thibert, [1996] 1 S.C.R. 37;
referred to: R. v. Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R.
Distinction d’avec l’arrêt : R. c. Thibert, [1996] 1
R.C.S. 37; arrêts mentionnés : R. c. Cinous, 2002 CSC
424
r.
v.
cairney
[2013] 3 S.C.R.
3; R. v. Buzizi, 2013 SCC 27, [2013] 2 S.C.R. 248; R. v.
Tran, 2010 SCC 58, [2010] 3 S.C.R. 350; R. v. Mayuran,
2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162; R. v. Pappas, 2013
SCC 56, [2013] 3 S.C.R. 452; R. v. Welsh (1869), 11 Cox
C.C. 336; Mason’s Case (1756), Fost. 132, 168 E.R. 66;
R. v. Tripodi, [1955] S.C.R. 438; Edwards v. The Queen,
[1973] A.C. 648; Salamon v. The Queen, [1959] S.C.R.
404; R. v. Louison (1975), 26 C.C.C. (2d) 266, aff’d
[1979] 1 S.C.R. 100; R. v. Squire, [1977] 2 S.C.R. 13; R.
v. Gibson, 2001 BCCA 297, 153 B.C.A.C. 61.
29, [2002] 2 R.C.S. 3; R. c. Buzizi, 2013 CSC 27, [2013]
2 R.C.S. 248; R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3 R.C.S.
350; R. c. Mayuran, 2012 CSC 31, [2012] 2 R.C.S. 162;
R. c. Pappas, 2013 CSC 56, [2013] 3 R.C.S. 452; R. c.
Welsh (1869), 11 Cox C.C. 336; Mason’s Case (1756),
Fost. 132, 168 E.R. 66; R. c. Tripodi, [1955] R.C.S.
438; Edwards c. The Queen, [1973] A.C. 648; Salamon
c. The Queen, [1959] R.C.S. 404; R. c. Louison (1975),
26 C.C.C. (2d) 266, conf. par [1979] 1 R.C.S. 100; R. c.
Squire, [1977] 2 R.C.S. 13; R. c. Gibson, 2001 BCCA
297, 153 B.C.A.C. 61.
By Abella J. (dissenting)
Citée par la juge Abella (dissidente)
R. v. Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3; R. v.
Tran, 2010 SCC 58, [2010] 3 S.C.R. 350; R. v. Mayuran,
2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162; R. v. Thibert, [1996]
1 S.C.R. 37.
R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002] 2 R.C.S. 3; R. c.
Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3 R.C.S. 350; R. c. Mayuran,
2012 CSC 31, [2012] 2 R.C.S. 162; R. c. Thibert, [1996]
1 R.C.S. 37.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C‑46, s. 232.
Criminal Code, 1892, S.C. 1892, c. 29, s. 229.
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 232.
Code criminel, 1892, S.C. 1892, ch. 29, art. 229.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Ashworth, A. J. “Self‑Induced Provocation and the
Homicide Act”, [1973] Crim. L.R. 483.
Ashworth, A. J. “The Doctrine of Provocation” (1976),
35 Cambridge L.J. 292.
Coke, Edward. The Third Part of the Institutes of the
Laws of England: Concerning High Treason, and
Other Pleas of the Crown, and Criminal Causes.
London: Clarke, 1809 (first published 1644).
Coss, Graeme. “‘God is a righteous judge, strong and
patient: and God is provoked every day’. A Brief
History of the Doctrine of Provocation in England”
(1991), 13 Sydney L. Rev. 570.
Manning, Morris, and Peter Sankoff. Manning, Mewett
& Sankoff: Criminal Law, 4th ed. Markham,
Ont.: LexisNexis, 2009.
Parent, Hugues. Traité de droit criminel, t. 1, L’impu­
tabilité, 3e éd. Montréal: Thémis, 2008.
Renke, Wayne N. “Calm Like a Bomb: An Assessment of
the Partial Defence of Provocation” (2009), 47 Alta.
L. Rev. 729.
Stuart, Don. Canadian Criminal Law: A Treatise, 6th ed.
Scarborough, Ont.: Carswell, 2011.
Ashworth, A. J. « Self‑Induced Provocation and the
Homicide Act », [1973] Crim. L.R. 483.
Ashworth, A. J. « The Doctrine of Provocation » (1976),
35 Cambridge L.J. 292.
Coke, Edward. The Third Part of the Institutes of the
Laws of England : Concerning High Treason, and
Other Pleas of the Crown, and Criminal Causes.
London : Clarke, 1809 (first published 1644).
Coss, Graeme. « “God is a righteous judge, strong and
patient : and God is provoked every day”. A Brief
History of the Doctrine of Provocation in England »
(1991), 13 Sydney L. Rev. 570.
Manning, Morris, and Peter Sankoff. Manning, Mewett
& Sankoff : Criminal Law, 4th ed. Markham,
Ont. : LexisNexis, 2009.
Parent, Hugues. Traité de droit criminel, t. 1, L’impu­
tabilité, 3e éd. Montréal : Thémis, 2008.
Renke, Wayne N. « Calm Like a Bomb : An Assessment
of the Partial Defence of Provocation » (2009), 47
Alta. L. Rev. 729.
Stuart, Don. Canadian Criminal Law : A Treatise, 6th ed.
Scarborough, Ont. : Carswell, 2011.
APPEAL from a judgment of the Alberta Court
of Appeal (Côté and O’Brien JJ.A. and Belzil J.
(ad hoc)), 2011 ABCA 272, 513 A.R. 345, 89 C.R.
(6th) 207, 277 C.C.C. (3d) 200, 52 Alta. L.R. (5th)
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de l’Alberta (les juges Côté et O’Brien et le juge
Belzil (ad hoc)), 2011 ABCA 272, 513 A.R. 345,
89 C.R. (6th) 207, 277 C.C.C. (3d) 200, 52 Alta.
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
425
357, 530 W.A.C. 345, [2011] A.J. No. 1039 (QL),
2011 CarswellAlta 1666, setting aside the accused’s
acquittal on a charge of second degree murder and
ordering a new trial. Appeal dismissed, Fish and
Abella JJ. dissenting.
L.R. (5th) 357, 530 W.A.C. 345, [2011] A.J.
No. 1039 (QL), 2011 CarswellAlta 1666, qui a
annulé l’acquittement de l’accusé de l’accusation
de meurtre au deuxième degré et a ordonné un
nouveau procès. Pourvoi rejeté, les juges Fish et
Abella sont dissidents.
Dino Bottos and Dane Bullerwell, for the
appellant.
Dino Bottos et Dane Bullerwell, pour l’appe­lant.
Susan D. Hughson, Q.C., and Keith Joyce, for
the respondent.
Susan D. Hughson, c.r., et Keith Joyce, pour
l’intimée.
The judgment of McLachlin C.J. and Rothstein,
Cromwell, Moldaver and Wagner JJ. was delivered
by
Version française du jugement de la juge en
chef McLachlin et des juges Rothstein, Cromwell,
Moldaver et Wagner rendu par
The Chief Justice —
La Juge en chef —
I. Background
I. Contexte factuel
[1] The law has long recognized that murder may
be reduced to manslaughter if the deceased pro­
voked the attack by a wrongful act or insult, caus­
ing the accused to act in the heat of passion. This is
called the partial defence of provocation.
[1] Il est depuis longtemps établi en droit qu’un
meurtre peut être réduit à un homicide involontaire
coupable lorsqu’une action injuste ou une insulte
Àde la part du défunt a provoqué l’agression et
poussé l’accusé à agir dans un accès de colère. C’est
ce qu’on appelle la défense partielle de provocation.
[2] But what happens if the act of provocation
by the deceased was in response to an aggressive
con­frontation initiated by the accused? That is the
problem at the heart of this case — sometimes re­
ferred to as the problem of self-induced provo­ca­
tion.
[2] Mais qu’advient‑il lorsque la provocation du
défunt a découlé d’un affrontement violent déclen­
ché par l’accusé? Telle est la question que soulève
le pourvoi et que l’on dit parfois être celle de la
provocation induite.
A. The Facts
A. Les faits
[3] The accused, Michael John Cairney, shot
and killed his long-time friend Stephen Ferguson.
At the time, Cairney was living with Ferguson and
Frances Rosenthal, who was Cairney’s cousin and
the common law spouse of Ferguson. Ferguson
had a history of drinking and physically abusing
Rosenthal.
[3] L’accusé, Michael John Cairney, a abattu
d’un coup de feu son ami de longue date, Stephen
Ferguson. Il vivait alors chez ce dernier et
Mme Frances Rosenthal, qui était sa cousine et
la con­jointe de fait de son ami. M. Ferguson
consommait de l’alcool et brutalisait Mme Rosenthal
depuis longtemps.
[4] On the day in question, Ferguson, who had
been drinking, became angry with Rosenthal be­
cause she had put a roast in the oven that he want­
ed to cook himself. Ferguson started to ver­bally
[4] Le jour en question, M. Ferguson, qui avait
consommé de l’alcool, s’est mis en colère contre
Mme Rosenthal parce qu’elle avait mis au four un
rôti qu’il comptait cuisiner lui‑même. Il a commencé
426
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
abuse Rosenthal. Cairney overhead Ferguson tell
Rosenthal that if her back had not been sore, he
would have thrown her across the kitchen.
à l’insulter. M. Cairney a entendu M. Ferguson dire
à Mme Rosenthal qu’il l’aurait projetée contre le mur
de la cuisine si elle n’avait pas déjà mal au dos.
[5] At Ferguson’s insistence and Rosenthal’s re­
quest, Cairney left the room. He retrieved a loaded
shotgun from a duffle bag in the closet. Disturbed
by the argument that he was overhearing, he sat in
the bathroom for five to ten minutes, contemplating
what to do. He decided to scare Ferguson using the
shotgun in order to teach him a lesson and deter fu­
ture aggression against Rosenthal. He walked up to
Ferguson, who was having a conversation on the
telephone, and smashed the phone with the muzzle
of the shotgun. He then began to lecture Ferguson
on his abuse of Rosenthal.
[5] M. Cairney a quitté la pièce à la demande de
M. Ferguson et de Mme Rosenthal. Il avait sorti un
fusil de chasse chargé d’un sac de sport rangé dans
un placard. Ébranlé par la dispute qu’il entendait,
M. Cairney est resté assis de cinq à dix minutes
dans la salle de bain à se demander quoi faire. Il
a décidé de se servir de l’arme pour faire peur à
M. Ferguson, lui donner une leçon et le dissuader
de brutaliser à nouveau Mme Rosenthal. Il s’était
approché de M. Ferguson, qui était au téléphone,
et a fracassé l’appareil avec le canon de l’arme. Il a
ensuite commencé à sermonner M. Ferguson sur les
sévices qu’il infligeait à Mme Rosenthal.
[6] Ferguson reacted by saying, “What are you
gonna do, shoot me? You don’t have the guts to
shoot me.” He then started to leave the apartment.
Cairney called out to Ferguson, “Get back here, I
want to talk to you.” At this point, Ferguson said
the words relied on by the defence as provoca­
tion, “Fuck you, you goof. This is none of your
business, I’ll do with Fran whatever I want”: A.R.,
vol. II, at p. 384. He then walked out of the apart­
ment. Cairney followed him out of the apartment
and to the stairwell. He shot Ferguson in the
stairwell, killing him.
[6] M. Ferguson a réagi en disant : [traduction]
« Qu’est‑ce que tu vas faire, me tirer dessus? T’as
pas le cran de tirer. » Il a ensuite entrepris de
sortir de l’appar­tement. M. Cairney a alors dit : 
« Reviens ici, je veux te parler. » C’est alors que
M. Ferguson a tenu les propos assi­mi­lés par la
défense à de la pro­vo­ca­tion : « Va te faire foutre,
épais. Ça te regarde pas. Je vais faire ce que je
veux avec Fran » (d.a., vol. II, p. 384). Il a ensuite
quitté l’appartement. M. Cairney l’a suivi jusqu’à
l’escalier, où il l’a abattu.
B. The Trial
B. Le procès
[7] Cairney was charged with second degree
murder and tried before a jury. He argued that
he lacked the necessary intention to be guilty of
murder, and in the alternative that he had been
provoked by Ferguson’s words to him.
[7] Accusé de meurtre au deuxième degré,
M. Cairney a subi son procès devant jury. Il a
soutenu ne pas avoir eu l’intention requise pour
être déclaré coupable de meurtre et, subsidiai­
rement, avoir été provoqué par les propos de
M. Ferguson.
[8] The Crown objected to the defence of prov­
ocation going to the jury, maintaining that the de­
fence had no air of reality in the circumstances.
Af­ter several exchanges with counsel, the trial
judge inquired:
[8] Le ministère public s’est opposé à ce que la
défense de provocation soit soumise à l’apprécia­
tion du jury au motif qu’elle n’était pas vraisembla­
ble dans les circonstances. Après plusieurs échanges
avec les avocats, la juge a demandé :
And so the issue for me is whether there’s some evidence
on each of the four questions, the four components of
[traduction] Je dois donc déterminer s’il existe quelque
preuve pour chacune des quatre questions, soit les quatre
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
427
pro­vocation. And I can’t weigh that evidence. I just have
to — if there is any evidence, then the issue has to be left
to the jury. [A.R., vol. I, at p. 129]
éléments de la provocation. Et je ne peux soupeser cette
preuve. Je dois seulement — s’il y a une preuve, je dois
soumettre la question au jury. [d.a., vol. I, p. 129]
[9] The trial judge then held that since there was
no evidence that Cairney had set Ferguson up de­
liberately to be able to advance a provocation de­
fence, she would leave the defence to the jury:
[9] Rien n’indiquant que M. Cairney avait délibé­
rément piégé M. Ferguson afin de pouvoir invoquer
la provocation, la juge du procès a ensuite décidé de
soumettre la défense au jury :
There’s nothing in the evidence to suggest that
Mr. Cairney planned in advance to murder Mr. Ferguson
and to set him up so that he would be in a position to
advance a provocation defence to turn murder into
manslaughter; therefore, I will allow provocation to go to
the jury. [A.R., vol. I, at p. 151]
[traduction] Il n’appert nullement de la preuve
que M. Cairney avait résolu à l’avance d’assassi­ner
M. Ferguson et de le piéger afin de pouvoir invo­quer
la provocation pour réduire le meurtre à un homicide
involontaire coupable; je permettrai donc que la défense
de provocation soit soumise au jury. [d.a., vol. I, p. 151]
[10] The trial judge, apparently concluding that
there was some evidence to support all the ele­
ments of the defence of provocation, charged the
jury on that defence. The jury acquitted Cairney
of second degree murder and convicted him of
manslaughter.
[10] La juge ayant apparemment conclu à l’exis­
tence de quelque preuve de chacun des éléments
constitutifs de la provocation, son exposé au jury
a fait état du moyen de défense. Le jury a acquitté
M. Cairney de meurtre au deuxième degré et l’a
déclaré coupable d’homicide involontaire coupable.
C. The Court of Appeal
C. La Cour d’appel
[11] The Crown appealed the acquittal on second
degree murder, arguing, among other things, that
there was no air of reality to the defence of provo­
cation. The Alberta Court of Appeal agreed and
ordered a new trial: 2011 ABCA 272, 513 A.R. 345.
[11] Le ministère public a interjeté appel du ver­
dict d’acquittement de meurtre au deuxième degré
et a fait notamment valoir que la provoca­tion n’était
pas vraisemblable. La Cour d’appel de l’Alberta lui
a donné raison et a ordonné un nouveau procès
(2011 ABCA 272, 513 A.R. 345).
[12] The Court of Appeal reviewed the test for
provocation, which consists of an objective ele­
ment (that the act or insult was of a nature to de­
prive an ordinary person of self-control) and of a
subjective element (that it actually deprived the ac­
cused of self-control), and concluded that the ob­
jective element was not met. Ferguson’s dismissive
behaviour and insulting remarks were not enough
to provoke a loss of control in an ordinary person:
[12] La Cour d’appel examine le critère applica­
ble en matière de provocation, à savoir l’existence
d’un élément objectif (l’action ou l’insulte de telle
nature qu’elle suffise à priver une personne ordi­
naire du pouvoir de se maîtriser) et d’un élément
subjectif (cette action ou insulte a effectivement
privé l’accusé du pouvoir de se maîtriser), et elle
conclut que l’exigence d’une provocation objective
n’est pas remplie. Le comportement méprisant de
M. Ferguson et ses remarques offensantes ne suf­
fisaient pas pour faire perdre sa maîtrise de soi à
une personne ordinaire :
Measured by an objective standard, and with concerns
for the encouragement of reasonable and non-violent be­
haviour, we are satisfied that the victim’s oral retorts to
Cairney’s threats of violence were not of sufficient grav­
ity to cause a loss of control. Having initiated the un­
lawful confrontation which led to Ferguson’s retorts,
[traduction] Par application d’une norme objective
et afin d’encourager des comportements raisonnables
et non violents, nous sommes convaincus que la réplique
de la victime aux menaces de M. Cairney de recourir à la
violence n’était pas suffisamment grave pour faire perdre
la maîtrise de soi. Après avoir déclenché l’affronte­ment
428
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
Cairney ought reasonably to have understood that his
conduct would elicit such a reaction on the victim’s part.
Cairney had no reason to anticipate docile acquiescence
from Ferguson in the circumstances. The reaction was
foreseeable and, in any event, not of sufficient gravity to
provoke a murderous response. [para. 45]
illégal qui a entraîné la riposte de M. Ferguson,
M. Cairney aurait dû savoir que ses actes produi­raient
une telle réaction chez la victime. Il n’y avait pas lieu
de croire que M. Ferguson se soumettrait sagement à
sa volonté. La réaction de ce dernier était prévisible et,
en tout état de cause, elle n’était pas grave au point de
provoquer une réponse meurtrière. [par. 45]
[13] The Court of Appeal also found that the sub­
jective element was not satisfied. Cairney had not
acted “suddenly”: para. 47. He may have been
angry that Ferguson had dismissed him so casu­
ally, but the ensuing act of shooting Ferguson
in the stairwell was not committed in the heat of
uncontrollable passion, in its view.
[13] La Cour d’appel estime que l’élément sub­
jectif n’est pas non plus établi. M. Cairney n’a pas
agi « soudainement » (par. 47). Il a pu être en colère
parce que M. Ferguson ne l’a pas pris au sérieux,
mais l’acte qui a consisté à abattre M. Ferguson
dans l’escalier n’a pas été commis dans un accès de
colère irrépressible.
[14] Since neither element was met, the trial judge
erred in leaving the defence of provocation to the
jury. The Court of Appeal acknowledged the trial
judge’s conclusion that the defence of provocation
was only one of the routes by which the jury could
have reduced murder to manslaughter; it could also
have done so because it did not find intent to kill.
It was impossible to know what factors entered
into the mind of each of the jurors. It followed that
the instruction with respect to provocation may
reasonably be viewed as having a material bearing
on the deliberations of the jurors and the jury’s
verdict, and a new trial should be ordered.
[14] Ni l’un ni l’autre des éléments n’ayant été
établi, la juge du procès a eu tort de soumettre la
défense de provocation à l’appréciation du jury. La
Cour d’appel prend acte de la conclusion de la juge
du procès selon laquelle la défense de provocation
n’était qu’une des avenues grâce auxquelles le jury
pouvait réduire le meurtre à un homicide invo­
lontaire coupable; il aurait aussi pu le faire en con­
cluant à l’inexistence de l’intention de tuer. Il est
impossible de savoir ce qui a motivé la décision de
chacun des jurés. Il est donc raisonnable de con­
sidérer que la directive sur la provocation a eu une
incidence certaine sur les délibérations du jury et
sur son verdict, de sorte qu’il y a lieu d’ordonner un
nouveau procès.
D. Legislation
D. Dispositions législatives
[15] Section 232 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, provides:
[15] L’article 232 du Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C‑46 prévoit :
232. (1) Culpable homicide that otherwise would be
murder may be reduced to manslaughter if the person
who committed it did so in the heat of passion caused
by sudden provocation.
232. (1) Un homicide coupable qui autrement serait
un meurtre peut être réduit à un homicide involontaire
coupable si la personne qui l’a commis a ainsi agi dans
un accès de colère causé par une provocation soudaine.
(2) A wrongful act or an insult that is of such a nature
as to be sufficient to deprive an ordinary person of the
power of self-control is provocation for the purposes of
this section if the accused acted on it on the sudden and
before there was time for his passion to cool.
(2) Une action injuste ou une insulte de telle nature
qu’elle suffise à priver une personne ordinaire du pouvoir
de se maîtriser, est une provocation pour l’application
du présent article, si l’accusé a agi sous l’impulsion du
moment et avant d’avoir eu le temps de reprendre son
sang‑froid.
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
429
(3) For the purposes of this section, the questions
(3) Pour l’application du présent article, les questions
de savoir :
(a) whether a particular wrongful act or insult
amounted to provocation, and
a) si une action injuste ou une insulte déterminée
équivalait à une provocation;
(b) whether the accused was deprived of the power
of self-control by the provocation that he alleges he
received,
b) si l’accusé a été privé du pouvoir de se maîtriser
par la provocation qu’il allègue avoir reçue,
are questions of fact, but no one shall be deemed to have
given provocation to another by doing anything that he
had a legal right to do, or by doing anything that the ac­
cused incited him to do in order to provide the accused
with an excuse for causing death or bodily harm to any
human being.
sont des questions de fait, mais nul n’est censé avoir
provoqué un autre individu en faisant quelque chose qu’il
avait un droit légal de faire, ou en faisant une chose que
l’accusé l’a incité à faire afin de fournir à l’accusé une
excuse pour causer la mort ou des lésions corporelles à
un être humain.
(4) Culpable homicide that otherwise would be mur­
der is not necessarily manslaughter by reason only that
it was committed by a person who was being arrested il­
legally, but the fact that the illegality of the arrest was
known to the accused may be evidence of provocation for
the purpose of this section.
(4) Un homicide coupable qui autrement serait
un meurtre n’est pas nécessairement un homicide
involontaire coupable du seul fait qu’il a été commis par
une personne alors qu’elle était illégalement mise en état
d’arrestation; le fait que l’illégalité de l’arrestation était
connue de l’accusé peut cependant constituer une preuve
de provocation pour l’application du présent article.
II. Discussion
II. Analyse
[16] The appellant says that the defence of prov­o­
cation had an air of reality on the evidence and that
the trial judge correctly left it to the jury. The Court
of Appeal wrongly interfered with the jury’s ac­
quittal on murder, he asserts.
[16] L’appelant affirme que la provocation allé­
guée était vraisemblable au vu de la preuve et que la
juge du procès a eu raison de la soumettre au jury.
Il ajoute que la Cour d’appel a eu tort d’infirmer le
verdict d’acquittement de meurtre prononcé par le
jury.
[17] While the arguments are variously stated, the
case presents one basic issue: What is required to
give an air of reality to the defence of provoca­tion
where the provocative conduct of the deceased came
about as a result of the accused initiating an aggres­
sive confrontation?
[17] Bien que les thèses soient formulées diffé­
remment, le présent litige se ramène à une seule
question fondamentale : à quelles conditions la
provocation est‑elle vraisemblable lorsque l’acte
provocateur du défunt découle d’un affrontement
violent déclenché par l’accusé?
[18] This in turn raises two questions. First, when
must the defence be submitted to the jury? This is the
threshold air of reality question. Second, does the
fact that the accused induced the act or words said
to constitute provocation preclude the defence from
being raised successfully?
[18] La question en appelle deux autres. Premiè­
rement, à quelles conditions faut‑il soumettre la
défense au jury? Il s’agit du critère préliminaire
de la vraisemblance. Deuxièmement, le fait que
l’accusé est à l’origine de l’action ou des paroles
qui auraient constitué une provocation empêche‑t‑­
il de faire droit au moyen de défense?
430
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
A. When Must the Defence Be Submitted to the
Jury — The “Air of Reality” Question
A. À quelles conditions la défense doit‑elle être
sou­mise au jury? — La notion de « vraisemblance »
[19] The trial judge appears to have acted on
the view that, provided there was any evidence
sup­porting the elements of the defence of provo­
cation, she was required to leave the defence to the
jury.
[19] La juge du procès semble supposer que
s’il existe quelque preuve des éléments de la
provo­
cation, elle doit soumettre le moyen de
défense au jury.
[20] The Court of Appeal, by contrast, conducted
a detailed examination of the evidence that went
into the merits of the defence.
[20] À l’opposé, la Cour d’appel examine minu­
tieusement la preuve et se prononce ainsi au fond
sur l’application du moyen de défense.
[21] Neither of these approaches is strictly cor­
rect. “[T]he air of reality test [is not] intended to
assess whether the defence is likely, unlikely, some­
what likely, or very likely to succeed at the end of
the day”: R. v. Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2
S.C.R. 3, at para. 54, quoted by Fish J. in R. v.
Buzizi, 2013 SCC 27, [2013] 2 S.C.R. 248, at
para. 16. The question is whether a properly in­
structed jury acting reasonably could have a rea­
sonable doubt as to whether the elements of the
de­fence of provocation are made out: R. v. Tran,
2010 SCC 58, [2010] 3 S.C.R. 350, at para. 41; R.
v. Mayuran, 2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162, at
para. 21. The trial judge may engage in a limited
weighing of the totality of the evidence to determine
if a jury acting reasonably on that evidence could
draw the inferences necessary to have a reasonable
doubt as to whether the accused is guilty of murder,
on the basis of the defence of provocation; see the
companion case R. v. Pappas, 2013 SCC 56, [2013]
3 S.C.R. 452. This Court, per Abella J., described
the appropriate approach to the air of reality test in
Mayuran:
[21] Aucune des démarches n’est à strictement
parler la bonne. « Le critère de la vraisemblance
ne vise pas [. . .] à déterminer s’il est probable,
improbable, quelque peu probable ou fort probable
que le moyen de défense invoqué sera retenu en fin
de compte » (R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002]
2 R.C.S. 3, par. 54, cité par le juge Fish dans R.
c. Buzizi, 2013 CSC 27, [2013] 2 R.C.S. 248,
par. 16). Il s’agit de savoir si un jury ayant reçu des
directives appropriées et agissant raisonnablement
pourrait avoir un doute raisonnable quant à savoir
si les éléments de la défense de provocation sont
établis (R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3 R.C.S.
350, par. 41; R. c. Mayuran, 2012 CSC 31, [2012] 2
R.C.S. 162, par. 21). Le juge du procès peut se livrer
à une évaluation limitée de l’ensemble de la preuve
pour déterminer si un jury agissant raisonnablement
au vu de la preuve pourrait tirer les conclusions
nécessaires à un doute raisonnable, fondé sur la
défense de provocation, quant à savoir si l’accusé
est coupable de meurtre (voir l’arrêt connexe R.
c. Pappas, 2013 CSC 56, [2013] 3 R.C.S. 452).
Dans Mayuran, notre Cour, sous la plume de la
juge Abella, formule comme suit la démarche que
commande le critère de la vraisemblance :
In determining whether a defence has an air of reality,
there must be an examination into the sufficiency of the
evidence. It is not enough for there to be “some evidence”
supporting the defence (Cinous, at para. 83). The test is
“whether there is (1) evidence (2) upon which a properly
instructed jury acting reasonably could acquit if it be­
lieved the evidence to be true” (Cinous, at para. 65). For
defences that rely on indirect evidence or defences like
provocation that include an objective reasonableness
Pour déterminer si un moyen de défense est vrai­
sembla­ble, il faut se demander si la preuve est suffisante.
Il ne suffit pas qu’il existe « une preuve » étayant le
moyen de défense (Cinous, par. 83). Il faut se demander
« s’il existe (1) une preuve (2) qui permettrait à un
jury ayant reçu des directives appropriées et agissant
raisonnablement de prononcer l’acquittement, s’il y
ajoutait foi » (Cinous, par. 65). S’agissant de moyens
de défense qui se fondent sur une preuve indirecte ou
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
431
component, the trial judge must examine the “field of
factual inferences” that can reasonably be drawn from
the evidence (Cinous, at para. 91). [para. 21]
de moyens — telle la provocation — qui ont une com­posante
objective de raisonnabilité, le juge du procès doit examiner
les « inférences de fait » qui peuvent raisonnablement être
tirées au vu de la preuve (Cinous, par. 91). [par. 21]
[22] If this air of reality test is met, the judge
should leave the defence to the jury. While judges
must ensure that there is an evidential foundation
for the defence, they should resolve any doubts as
to whether the air of reality threshold is met in
favour of leaving the defence to the jury.
[22] Lorsque la défense est vraisemblable, le juge
doit laisser au jury le soin de l’examiner. Il doit
s’assurer qu’elle a un fondement probant, mais s’il
a un doute sur le respect du critère de la vraisem­
blance, il doit trancher ce doute en faveur de la pré­
sentation du moyen de défense au jury.
[23] This appeal turns on the application of the air
of reality test to the objective element of the defence
of provocation. As will be discussed further below,
one of the requirements of the defence is that an or­
dinary person placed in the circumstances of the
ac­cused would have been deprived of self-control.
Thus, the question is whether there was some evi­
dence upon which a properly instructed jury act­
ing reasonably could have a reasonable doubt that
an ordinary person in Cairney’s circumstances —
which include having initiated a confrontation at
gunpoint — would be deprived of the power of selfcontrol by Ferguson’s insults.
[23] L’issue du pourvoi tient à la vraisemblance de
l’élément objectif de la provocation. Comme nous
le verrons plus loin, l’une des exigences du moyen
de défense veut que, dans la situation de l’accusé,
une personne ordinaire eût été privée du pouvoir
de se maîtriser. Il s’agit donc de savoir si quelque
élément de preuve aurait permis à un jury agissant
de manière raisonnable et ayant reçu des directives
appropriées d’avoir un doute raisonnable que les
insultes de M. Ferguson auraient privé une personne
ordinaire, dans la situation de M. Cairney — qui
inclut le fait d’avoir déclenché un affrontement
armé —, du pouvoir de se maîtriser.
B. The Elements of the Defence of Provocation
B. Les éléments de la défense de provocation
(1)Historical Development of the Defence
(1)Évolution historique du moyen de défense
[24] At common law, as under s. 232 of the Crim­
inal Code, the defence of provocation consists of
two elements — one subjective and one objective.
[24] En common law, comme sous le régime de
l’art. 232 du Code criminel, la défense de pro­
vocation comporte deux éléments, l’un subjectif,
l’autre objectif.
[25] Historically, the first requirement was that
the accused have lost self-control as a result of the
act or acts of the deceased. This was called the sub­
jective element; the issue was simply whether the
accused in fact (i.e. subjectively) lost his selfcontrol as a result of the deceased’s acts.
[25] À l’origine, il suffisait que l’accusé ait perdu
la maîtrise de soi à cause des actes du défunt. Il
s’agissait de l’élément subjectif, la question étant
alors seulement de savoir si l’accusé avait en fait
(c’est‑à‑dire subjectivement) perdu la maîtrise de
soi par suite des actes de la victime.
[26] The second requirement, which emerged
progressively as a means of limiting the availabil­
ity of the defence, was that the provoking act be
capable of depriving a reasonable man (or ordinary
person) of his self-control. This was called the ob­
jective element.
[26] Puis, graduellement, afin de circonscrire
l’ouverture du moyen de défense, on a exigé que
l’acte de provocation soit susceptible de priver
une personne raisonnable (ou ordinaire) du pou­
voir de se maîtriser. L’élément objectif était né.
432
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[27] In the early cases, it was enough to establish
the subjective element. The defence originated in
the 16th century concept of “chance-medley” kill­
ings. These killings occurred “by chance (without
premeditation) upon a sudden brawle, shuffling, or
contention”: E. Coke, The Third Part of the Insti­
tutes of the Laws of England: Concerning High Trea­
son, and Other Pleas of the Crown, and Criminal
Causes (1809, first published in 1644), at p. 57;
G. Coss, “‘God is a righteous judge, strong and
patient: and God is provoked every day’. A Brief
History of the Doctrine of Provocation in England”
(1991), 13 Sydney L. Rev. 570, at pp. 573-74. They
were not premeditated and occurred in the heat of
passion. They thus carried a lower degree of moral
culpability than premeditated, cold-blooded kill­
ings: Tran, at para. 13.
[27] Selon les premières décisions judiciaires, il
suffisait d’établir l’élément subjectif. Le moyen de
défense était issu de la notion, datant du 16e siè­cle,
d’homicide lors d’une « mêlée imprévue » (chance‑­
medley), un homicide commis [traduction] « acci­
dentellement (sans préméditation) à la suite d’une
rixe, bagarre ou dispute soudaine » (E. Coke, The
Third Part of the Institutes of the Laws of England :
Concerning High Treason, and Other Pleas of the
Crown, and Criminal Causes (1809, publié d’abord
en 1644), p. 57; G. Coss, « “God is a righteous
judge, strong and patient : and God is provoked ev­
ery day”. A Brief History of the Doctrine of Pro­
vocation in England » (1991), 13 Sydney L. Rev.
570, p. 573‑574). L’homicide n’était pas prémédité
et survenait dans un accès de colère. On y associait
donc un degré de culpabilité morale moindre qu’à
celui commis délibérément, de sang‑froid (Tran,
par. 13).
[28] However, the common law soon developed
a means of restraining the situations in which the
defence was available. This historical development
was described in Tran:
[28] Or, la common law a tôt fait de circonscrire
les cas dans lesquels le moyen de défense pouvait
être invoqué, ce dont notre Cour fait état comme
suit dans Tran :
. . . the courts set out to create greater certainty by
establishing specific categories of “provocative events”
that were considered “significant” enough to result in a
loss of self-control. In the seminal case, R. v. Mawgridge
(1707), Kel J. 119, 84 E.R. 1107, Lord Holt C.J. set out
four categories of provocation. [para. 15]
. . . les tribunaux se sont employés à accroître la certitude
en la matière en créant des catégories précises de « faits
provocateurs » jugés suffisamment « importants » pour
entraîner la perte de la maîtrise de soi. Dans l’arrêt de
principe R. c. Mawgridge (1707), Kel J. 119, 84 E.R.
1107, le lord juge en chef Holt établit quatre catégories
de provocation . . . [par. 15]
The use of limited categories in which the defence
was available reflected the belief that “people ought
not to yield to certain types of provocation, and
that if they did the law should offer no concession
to them”: A. J. Ashworth, “The Doctrine of Prov­
ocation” (1976), 35 Cambridge L.J. 292, at p. 295
(emphasis in original).
L’application d’un nombre restreint de catégories
de faits qui permettaient d’invoquer la défense
avait pour prémisse que [traduction] « les gens
ne devaient pas céder à certaines provocations
et que, s’ils y cédaient, ils devaient subir toute la
rigueur de la loi » (A. J. Ashworth, « The Doctrine
of Provocation » (1976), 35 Cambridge L.J. 292,
p. 295 (en italique dans l’original)).
[29] The use of categories as a means of limiting
the availability of the defence eventually gave way
to a formal standard — individuals raising the de­
fence were held to the standard of self-control ex­
pected to be exercised by the “reasonable man”: R.
v. Welsh (1869), 11 Cox C.C. 336; Tran, at para. 16.
[29] Avec le temps, les catégories créées pour cir­
conscrire l’accès au moyen de défense ont cédé le
pas à une norme formelle, de sorte que celui qui
invoquait la provocation devait respecter la norme
de la maîtrise de soi dont était censé faire preuve
un « homme raisonnable » (R. c. Welsh (1869), 11
Cox C.C. 336; Tran, par. 16).
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
433
[30] In addition, the common law precluded the
defence from being raised successfully in cases
where the accused had intentionally sought a pro­
vocative act in order to manufacture a pretense for
killing: Mason’s Case (1756), Fost. 132, 168 E.R.
66; A. J. Ashworth, “Self-Induced Provocation
and the Homicide Act”, [1973] Crim. L.R. 483,
at pp. 484-85. For example, in Mason’s Case, the
accused lost a fight to his victim in a tavern. He
thereafter returned, wearing a concealed knife, and
again challenged his victim to a fight. The victim
attempted to hit the accused, who pulled out his
concealed knife. The court held that the accused
was not truly provoked by the victim’s blows, but
rather had sought out the provocation in order to
have a pretense to commit a murder.
[30] De plus, la common law a refusé de faire
béné­ficier du moyen de défense l’accusé qui avait
délibérément recherché la provocation afin de dis­
poser d’un prétexte pour assassiner autrui (Mason’s
Case (1756), Fost. 132, 168 E.R. 66; A. J. Ashworth,
« Self‑Induced Provocation and the Homicide
Act », [1973] Crim. L.R. 483, p. 484‑485). Par exem­
ple, dans l’affaire Mason, après avoir été vaincu
par sa victime lors d’une bagarre dans une taverne,
l’accusé était retourné sur les lieux, un couteau
dissimulé sur lui, et il avait de nouveau invité la
victime à se battre. Celle‑ci avait tenté de frapper
l’accusé, lequel avait alors sorti son cou­teau. La
cour a statué que l’accusé n’avait pas vraiment été
provoqué par les coups de la victime, mais qu’il avait
plutôt recherché la provocation afin de disposer d’un
prétexte pour assassiner autrui.
[31] In Canada, these common law approaches to
restricting the availability of the defence were both
incorporated in the codification of the defence of
provocation: The Criminal Code, 1892, S.C. 1892,
c. 29, s. 229. They survive to this day. Section 232(2)
of the Criminal Code contains the common law’s
objective requirement: only a wrongful act or an in­
sult that is “of such a nature as to be sufficient to
deprive an ordinary person of the power of self-­
control” can constitute provocation. Section 232(3)
precludes “manufactured” provocation from ground­
ing the defence, by providing that “no one shall be
deemed to have given provocation to another . . . by
doing anything that the accused incited him to do
in order to provide the accused with an excuse for
causing death or bodily harm to any human being”.
[31] Au Canada, ces mesures propres à la com­
mon law pour circonscrire l’ouverture du moyen
de défense ont été intégrées à la codification de
la défense de provocation (Code criminel, 1892,
S.C. 1892, ch. 29, art. 229) et subsistent toujours.
Le paragraphe 232(2) du Code criminel énonce
l’exigence objective établie par la common law, à
savoir que seule une action injuste ou une insulte
« de telle nature qu’elle suffise à priver une per­
sonne ordinaire du pouvoir de se maîtriser » est
une provocation. Le paragraphe 232(3) fait obstacle
à la provocation « recherchée » comme moyen
de défense et dispose que « nul n’est censé avoir
provoqué un autre individu [. . .] en faisant une
chose que l’accusé l’a incité à faire afin de fournir
à l’accusé une excuse pour causer la mort ou des
lésions corporelles à un être humain ».
(2)The Modern Defence of Provocation
(2)La défense de provocation de nos jours
[32] The elements of the defence of provocation
were described by this Court in Tran.
[32] Dans l’arrêt Tran, la Cour énonce les con­
ditions d’ouverture du moyen de défense.
[33] First, there is a two-fold objective element: 
“. . . (1) there must be a wrongful act or insult; and
(2) the wrongful act or insult must be sufficient to
de­prive an ordinary person of the power of self-­
control”: Tran, at para. 25.
[33] Premièrement, « (1) il doit y avoir une
action injuste ou une insulte et (2) l’action injuste
ou l’insulte doit être suffisante pour priver une
personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser »
(Tran, par. 25). Il s’agit du volet objectif de la
provocation.
434
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[34] Second, there is a two-fold subjective ele­
ment: “. . . (1) the accused must have acted in re­
sponse to the provocation; and (2) on the sudden
before there was time for his or her passion to
cool”: Tran, at para. 36.
[34] Deuxièmement, « (1) l’accusé [doit avoir] agi
en réaction à la provocation et (2) sous l’impulsion
du moment, [sans] avoir eu le temps de reprendre
son sang‑froid » (Tran, par. 36). Il s’agit du volet
subjectif.
[35] The bulk of the argument by the parties cen­
tred on the ordinary person requirement: Would an
ordinary person lose self-control after having ini­
tiated a confrontation at gunpoint? Cairney ar­gues
that the ordinary person standard must be contex­
tualized to the circumstances of this appeal, taking
into account the fact that for years he had been a
powerless witness to Ferguson’s physical abuse of
his cousin Rosenthal, whom he loved like a sister.
The Crown, on the other hand, contends that no
or­dinary person would seek out a confrontation at
gunpoint, and thereafter be surprised and lose selfcontrol when the person who is being threatened
reacts dismissively.
[35] Les arguments des parties portent essen­tiel­
lement sur l’application de la norme de la per­sonne
ordinaire : une personne ordinaire perdrait‑­elle la
maîtrise d’elle‑même après avoir déclenché un
affron­tement à la pointe d’un fusil? M. Cairney fait
valoir qu’il convient d’adapter la norme aux cir­
constances de l’espèce et de tenir compte du fait
que, pendant des années, il avait assisté impuissant
aux mauvais traitements infligés par M. Ferguson
à sa cousine, Mme Rosenthal, qu’il aimait comme
une sœur. Pour sa part, le ministère public soutient
qu’une personne ordinaire ne rechercherait pas
un affrontement armé pour être ensuite prise au
dépour­vu et privée du pouvoir de se maîtriser si la
personne menacée réagissait avec mépris.
(a)The Purpose of the Ordinary Person Stan­
dard
a)
[36] The “ordinary person” element of the de­fence
of provocation is something of a paradox. The or­
di­nary person does not lose control and kill some­
one in the first place. However, the defence of
provocation recognizes human frailties that can
lead to violence. As Professor Renke writes:
[36] La condition d’ouverture du moyen de
défense liée à la notion de « personne ordi­naire »
relève en quel­que sorte du paradoxe. Une per­
sonne ordinaire ne perd pas la maîtrise de soi
et n’assas­sine pas autrui. Toutefois, la défense
de provoca­tion reconnaît que certaines faiblesses
humaines peuvent mener à la vio­lence. Comme
l’écrit le professeur Renke :
The reality is that individuals will, in (what should be)
extreme circumstances, respond to provocations with hom­
icidal violence. For centuries, the courts have consistently
recognized the potential for violence in our hearts and
have explained the provocation excuse as a concession
to our human frailty — not just the frailty of the accused,
but our frailty. [Emphasis in original.]
[traduction] En fait, dans (ce qui doit constituer)
des cas exceptionnels, les gens réagiront à la provocation
par une violence meurtrière. Depuis des siècles, les tri­
bunaux reconnaissent l’existence d’une violence poten­
tielle en chacun de nous et justifient l’excuse qu’offre la
provocation en y voyant un adoucissement des rigueurs
de la loi eu égard à la faiblesse humaine — non seulement
celle de l’accusé, mais aussi la nôtre. [En italique dans
l’original.]
(“Calm Like a Bomb: An Assessment of the Partial
Defence of Provocation” (2009), 47 Alta. L. Rev.
729, at p. 769)
(« Calm Like a Bomb : An Assessment of the Par­
tial Defence of Provocation » (2009), 47 Alta. L.
Rev. 729, p. 769)
La raison d’être de la norme de la personne
ordinaire
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
435
[37] The law seeks to recognize this human weak­
ness, without going so far as to condone socially un­
ac­ceptable acts of violence. The “ordinary person”
element serves to ensure that only losses of self-control
which comport “with contemporary society’s norms
and values will attract the law’s compassion”: Tran,
at para. 30. As this Court underscored in R. v. Thibert,
[1996] 1 S.C.R. 37, per Cory J., the “ordinary person”
element implicitly entails a balancing exercise:
[37] Le droit cherche à reconnaître cette faiblesse
humaine, mais sans tolérer pour autant les actes de
violence socialement inacceptables. La norme de
la « personne ordinaire » vise à garantir que seule la
perte de la maîtrise de soi d’une personne dont le com­
portement « respecte les normes et les valeurs de la
société actuelle bénéficie de la compassion du droit »
(Tran, par. 30). Comme le souligne notre Cour dans
R. c. Thibert, [1996] 1 R.C.S. 37, par la voix du juge
Cory, l’application de la norme de la « personne
ordinaire » comporte implicitement une mise en
balance :
. . . I think the objective element should be taken as an
attempt to weigh in the balance those very human frail­
ties which sometimes lead people to act irrationally and
impulsively against the need to protect society by dis­
couraging acts of homicidal violence. [para. 4]
J’estime [. . .] que le volet objectif doit être vu comme
une tentative de soupeser, d’une part, les faiblesses très
humaines qui conduisent parfois les gens à agir de façon
irrationnelle et impulsive et, d’autre part, la nécessité de
protéger la société en décourageant les actes de violence
meurtrière. [par. 4]
(b)Contextualizing the Ordinary Person Stan­
dard
b) Contextualisation de la norme de la per­
sonne ordinaire
[38] The “ordinary person” requirement limits
the availability of the defence of provocation, in
order “to ensure that the criminal law encourages
reasonable and responsible behaviour”: Thibert, at
para. 14. The downside of the “ordinary person” stan­
dard is that, if applied rigidly and in the abstract, it
runs the risk of rendering the defence unavail­able
in virtually all situations. As discussed, the truly
ordi­nary person in Canadian society does not kill
a per­son who insults him or her. In response to the
potential unfairness that could result from a purely
abstract conception of the “ordinary person”, this
Court has held that the standard must be applied in
a contextual manner:
[38] La norme de la « personne ordinaire » limite
le recours à la défense de provocation afin que
« le droit criminel encourage les comportements
raisonnables et responsables » (Thibert, par. 14).
Or, si elle est appliquée avec rigidité et de manière
abstraite, elle risque de faire obstacle au moyen de
défense dans presque tous les cas. Rappelons que,
dans la société canadienne, une personne véritable­
ment « ordinaire » ne tue pas celui ou celle qui
l’insulte. Afin d’écarter toute iniquité susceptible
de résulter d’une conception purement abstraite
de la « personne ordinaire », notre Cour a statué
que la norme doit être appliquée de manière
contextuelle :
. . . the ordinary person must be taken to be of the same
age, and sex, and must share with the accused such other
factors as would give the act or insult in question a special
significance. In other words, all the relevant background
circumstances should be considered.
. . . il faut tenir compte d’une personne ordinaire du même
âge et du même sexe que l’accusé et qui a en commun
avec lui d’autres facteurs donnant à l’acte ou à l’insulte
en cause une importance particulière. En d’autres mots,
il faut prendre en considération toutes les circonstances
pertinentes.
(Thibert, at para. 14)
(Thibert, par. 14)
[39] As the appellant emphasizes in his submis­
sions, “the history and background of the relation­
ship between the victim and the accused is relevant
[39] Comme le souligne l’appelant dans son argu­
mentaire, « l’historique et le contexte des relations
entre la victime et l’accusé sont pertinents et utiles
436
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
and pertinent to the ‘ordinary person’ test”: Thibert,
at para. 17. Indeed, all contextual factors that would
give the act or insult special significance to an or­
dinary person must be taken into account: Thibert,
at para. 18.
dans l’application du critère relatif à la “personne
ordinaire” » (Thibert, par. 17). En fait, il faut pren­
dre en compte toutes les données contextuelles qui
confèrent à l’action ou à l’insulte une importance
particulière pour une personne ordinaire (Thibert,
par. 18).
[40] However, the consideration of background
circumstances that contribute to the significance
that an ordinary person would attribute to an act
or insult does not change the fact that a certain
threshold level of self-control is always expected
of the “ordinary person”. For example, characteris­
tics of the accused such as “a propensity to drunken
rages or short tempered violence” are not relevant
to the ordinary person test: Thibert, at para. 15.
Only factors which contribute to the significance
of an act or insult should be taken into account
when contextualizing the standard: Ashworth, “The
Doctrine of Provocation”, at p. 300. The standard
should not be adapted to accommodate a particular
accused’s innate lack of self-control, as: “. . . there
is an important distinction between contextualizing
the objective standard, which is necessary and
proper, and individualizing it, which only serves to
defeat its purpose”: Tran, at para. 35. As Professor
Renke underscores, “[p]rovocation should be
recognized only at that point where the ordinary
person’s con­trol has been taken to its limit, and that
limit has been passed”: p. 772.
[40] Néanmoins, malgré la prise en compte de
telles données, une « personne ordinaire » doit tou­
jours respecter un seuil minimal de maîtrise de
soi. Par exemple, les caractéristiques d’un accusé
comme « la propension à des rages d’ivrogne ou
à l’irascibilité violente » ne sauraient valoir pour
l’application de la norme de la personne ordinaire
(Thibert, par. 15). Seules les données qui influent
sur l’importance de l’action ou de l’insulte doivent
être prises en considération pour contextualiser
la norme (Ashworth, « The Doctrine of Provoca­
tion », p. 300). Il ne faut pas l’adapter pour tenir
compte de l’absence innée de maîtrise de soi d’un
accusé en particulier, car « il existe une distinc­
tion impor­tante entre la contextualisation de la
norme objec­tive, qui est nécessaire et opportune,
et son indi­vidualisation, qui contrecarre son objec­
tif même » (Tran, par. 35). Comme le relève le
pro­fesseur Renke, [traduction] « [l]a provocation
ne doit jouer que lorsque la maîtrise de soi de la
personne ordinaire a été poussée à sa limite et que
cette limite a été franchie » (p. 772).
[41] By appropriately contextualizing the ordinary
person standard, the law on provocation strikes a
balance between recognizing human frailties that
lead to outbursts of violence, on the one hand, and
the need to protect society by discouraging acts of
homicidal violence, on the other: Thibert, at para. 4.
[41] Grâce à la juste contextualisation de la
norme de la personne ordinaire, le droit applica­ble
à la provocation reconnaît, d’une part, les faibles­
ses humaines qui mènent à des accès de violence
et, d’autre part, la nécessité de protéger la société
en décourageant le recours à la violence meurtrière
(Thibert, par. 4).
(c)Self-Induced Provocation
c) Provocation induite
[42] Self-induced provocation refers to the situ­
ation where the accused initiates or invites the act
or insult he says provoked him. It is not a special
category of the defence of provocation. The fact
that the accused initiated or invited the provocation
is simply a contextual factor in determining whether
[42] La provocation induite s’entend de l’action
ou de l’insulte que l’accusé déclenche ou suscite et
prétend qu’elle le provoque. Il ne s’agit pas d’une
catégorie particulière de provocation. Le fait que
l’accusé déclenche ou suscite la provocation n’est
qu’une donnée contextuelle à considérer pour
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
437
the subjective and objective elements of the de­
fence are met.
statuer sur l’existence des éléments subjectif et
objectif du moyen de défense.
[43] The subjective component of the defence re­
quires that “[t]he wrongful act or insult must it­self
be sudden, in the sense that it ‘must strike upon
a mind unprepared for it’”: Tran, at para. 38, cit­
ing R. v. Tripodi, [1955] S.C.R. 438, at p. 443.
The subjective component is not met where the ac­
cused in fact subjectively expected the victim’s re­
sponse and, as a result, did not act on the sudden.
Depending on the circumstances, where the accused
precipitated the provocation, there may be no ba­
sis in the evidence for any reasonable doubt as to
whether the accused acted on the sudden.
[43] L’élément subjectif requiert que « l’action
injuste ou l’insulte [soit] elle‑même [. . .] soudaine,
c’est‑à‑dire qu’elle [. . .] doit être inattendue »
(Tran, par. 38, citant R. c. Tripodi, [1955] R.C.S.
438, p. 443). Cet élément fait défaut lorsque
l’accusé prévoit en fait subjectivement la réaction
de la victime et n’agit donc pas sous l’impulsion du
moment. Selon les circonstances, lorsque l’accusé
pousse la victime à la provocation, la preuve peut
ne pas étayer un doute raisonnable quant à savoir si
l’accusé a agi impulsivement.
[44] The objective component asks whether the
pro­­voking act would cause an “ordinary person”
to lose his self-control, having regard to all the
relevant circumstances. Again, depending on the
cir­cumstances, where the accused precipitated the
victim’s wrongful act or insult by aggressively con­
fronting him or her, there may be no basis in the
evidence for any doubt as to whether that act or in­sult
would cause an ordinary person to lose self-control.
The fact that the victim’s response to the ac­cused’s
confrontational conduct fell within a range of rea­
sonably predictable reactions may sug­gest that an
ordinary person would not have lost self-control,
although it must be weighed together with all other
relevant contextual factors.
[44] L’élément objectif veut que l’on détermine
si l’acte provocateur ferait perdre sa maîtrise de soi
à une « personne ordinaire » eu égard à l’ensemble
du contexte en cause. Encore une fois, selon les
circonstances, lorsque l’accusé a incité la victime à
agir injustement ou à proférer l’insulte en l’affron­
tant de manière violente, la preuve peut ne pas
permettre de conclure que l’action ou l’insulte en
question aurait fait perdre son sang‑froid à une
personne ordinaire. Le fait que la réaction de la vic­
time à l’affrontement déclenché par l’accusé fasse
partie de celles qui sont raisonnablement prévi­
si­bles peut indiquer qu’une personne ordi­naire
n’aurait pas perdu son sang‑froid, bien qu’il faille
mettre ce fait en balance avec toutes les autres
données contex­tuelles pertinentes.
[45] It has been suggested that “the defence [of
provocation] will not be available where the ac­
cused is prepared for an insult or initiates a con­
frontation and receives a predictable response”: 
M. Manning and P. Sankoff, Manning, Mewett &
Sankoff: Criminal Law (4th ed. 2009), at p. 770
(emphasis added); see also D. Stuart, Canadian
Criminal Law: A Treatise (6th ed. 2011), at p. 590;
H. Parent, Traité de droit criminel, t. 1, L’impu­
tabilité (3rd ed. 2008), at pp. 734-35. This is best
understood not as an absolute rule, but as the usual
result of application of appropriate contextual fac­
tors to the question of whether an ordinary person
would have lost control.
[45] D’aucuns opinent que [traduction] « la
défense [de provocation] ne s’applique pas
lors­q ue l’accusé s’attend à une insulte ou qu’il
déclen­che un affrontement et obtient une réaction
prévisi­ble » (M. Manning et P. Sankoff, Manning,
Mewett & Sankoff : Criminal Law (4e éd. 2009),
p. 770 (je souligne); voir aussi D. Stuart, Cana­
dian Criminal Law : A Treatise (6e éd. 2011),
p. 590; H. Parent, Traité de droit criminel, t. 1,
L’imputabilité (3e éd. 2008), p. 734‑735). Mieux
vaut ne pas voir là une règle absolue, mais le
résultat habituel de la prise en compte des don­nées
contextuelles pertinentes pour déterminer si une
personne ordinaire aurait perdu son sang‑froid.
438
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[46] The matter is always one of context, and
in cases of doubt, the question of whether the ac­
cused’s confrontational conduct undermines the
defence should be left to the jury. In the case of
Edwards v. The Queen, [1973] A.C. 648, in which
it was alleged that the accused’s acts of black­
mail gave rise to the victim’s provocative conduct,
Lord Pearson acknowledged that “[o]n principle
it seems reasonable to say that . . . a blackmailer
cannot rely on the predictable results of his own
blackmailing conduct as constituting provocation
sufficient to reduce his killing of the victim from
murder to manslaughter”: p. 658. However, he went
on to hold that whether the inciting act would have
this effect is a matter of fact that “would in many
cases be a question of degree to be decided by the
jury”: p. 658; see also Ashworth, “Self-Induced
Provocation and the Homicide Act”, at p. 486.
[46] Tout dépend toujours du contexte et, en cas
de doute, il faut soumettre au jury la question de
savoir si le déclenchement d’un affrontement par
l’accusé est de nature à faire obstacle au moyen de
défense. Dans l’arrêt Edwards c. The Queen, [1973]
A.C. 648, rendu dans une affaire où on alléguait
que le chantage exercé par l’accusé avait amené la
victime à provoquer ce dernier, lord Pearson recon­
naît ce qui suit : [traduction] « En principe, il
semble raisonnable d’affirmer que [. . .] le maître
chanteur ne peut prétendre que la conséquence
prévisible de son propre chantage constitue une
pro­vocation suffisante pour réduire le meurtre de
la victime à un homicide involontaire coupable »
(p. 658). Il ajoute cependant que la question de
savoir si l’acte d’incitation aurait cette consé­
quence est une question de fait qui, « dans bien
des cas, est affaire de degré, ce sur quoi le jury est
appelé à statuer » (p. 658; voir aussi Ashworth,
« Self‑Induced Provocation and the Homicide
Act », p. 486).
(d)The Cases on Self-Induced Provocation
d) La jurisprudence sur la provocation induite
[47] While the cases on self-induced provocation
do not always distinguish between the objective and
subjective elements of the defence, read generally
they confirm that the accused’s conduct in inciting
provocation may be relevant to both elements of the
defence, and that it must be considered with other
contextual factors to determine whether there is an
air of reality to the defence.
[47] Bien que les décisions sur le sujet ne distin­
guent pas toutes entre les éléments objectif et subjec­tif
du moyen de défense, elles confirment généralement
que l’incitation à la provocation peut importer pour
les deux éléments et qu’il faut l’examiner de pair avec
les autres données contextuelles pour décider de la
vraisemblance du moyen de défense.
[48] The accused’s conduct in inciting the alleged
provocation was held to deprive the defence of any
air of reality in Salamon v. The Queen, [1959] S.C.R.
404. The accused had quarreled with the deceased,
Joyce Alexander, at an acquaintance’s house. The
accused then returned alone to his house, and waited
for the deceased to come home as well. When the
deceased arrived, the accused started a confronta­
tion during which he assaulted the deceased, threw
dishes at her and called her “a dirty name”: p. 407.
Eventually, the deceased retaliated by also calling
the accused a dirty name, at which point the ac­
cused shot her. This Court held that the defence of
provocation should not have been put to the jury:
[48] Dans Salamon c. The Queen, [1959] R.C.S
404, la Cour statue que l’incitation à la provoca­
tion alléguée prive le moyen de défense de toute
vraisem­blance. L’accusé s’était disputé avec la
victime, Joyce Alexander, chez une connaissance.
Il était ensuite rentré seul chez lui et avait attendu
que la victime rentre à son tour. Lorsque celle‑ci
était arrivée, il avait déclenché un affrontement au
cours duquel il l’avait attaquée, lui avait lancé
des pièces de vaisselle et l’avait insultée (p. 407).
La victime avait fini par riposter en l’insultant à
son tour et il l’avait abattue. La Cour opine que la
défense de provocation n’aurait pas dû être soumise
au jury :
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
439
The evidence shows that from the time Joyce Alexander
entered her home to that of the fatal shot, the appellant,
and not she, took, and kept throughout, the initiative of
the events leading to her death. He was evidently waiting
for her arrival. He started the quarrel during which she
retaliated. . . .
[traduction] Il ressort de la preuve qu’entre l’arrivée
de Joyce Alexander à la maison et le coup de feu mortel,
c’est l’appelant, et non elle, qui a pris l’initiative —
puis l’a conservée — des faits à l’origine du décès. De
toute évidence, il attendait le retour de la victime et il
a déclenché la dispute au cours de laquelle la victime a
riposté. . .
On this evidence, [the] appellant cannot justify or ex­
cuse his actions in saying that he was facing a situation
characterized with suddenness, unexpectedness or lack of
premonition. . . . There was no sudden provocation on the
part of Joyce Alexander causing sudden retaliation on his
part. [Emphasis added; pp. 409-10.]
Compte tenu de ces éléments de preuve, [l’]appelant
ne peut justifier ou excuser ses actes en invoquant le
caractère imprévisible et inattendu de la situation. [. . .]
Il n’y a eu de la part de Joyce Alexander aucune provo­
cation soudaine de nature à causer une riposte soudaine
de l’accusé. [Je souligne; p. 409‑410.]
[49] In R. v. Louison (1975), 26 C.C.C. (2d) 266
(Sask. C.A.), aff’d [1979] 1 S.C.R. 100, the ac­
cused sequestered a taxi driver in the trunk of his
own taxi. When he later opened the trunk, the
driver sprung out and hit him with a hammer. The
accused grabbed the hammer away, and proceeded
to smash the driver’s skull with it, killing him. At
trial, the accused argued that he acted in the heat
of the passion aroused by the hammer attack. The
Saskatchewan Court of Appeal, per Culliton C.J.,
held that the provocation was self-induced and
that the driver’s attempt to escape was objectively
predictable:
[49] Dans R. c. Louison (1975), 26 C.C.C. (2d) 266 (C.A. Sask.), conf. par [1979] 1 R.C.S.
100, l’accusé avait séquestré un chauffeur de taxi
dans le coffre de sa propre voiture. Lorsqu’il avait
ensuite ouvert le coffre, le chauffeur en avait surgi
et l’avait frappé avec un marteau. L’accusé s’était
emparé de l’outil et avait tué le chauffeur en lui
fracassant le crâne. Au procès, l’accusé a déclaré
avoir agi dans un accès de colère causé par l’atta­
que subite. La Cour d’appel de la Saskatchewan,
par la voix du juge en chef Culliton, conclut au
carac­tère induit de la provocation et qu’il était
objec­ti­ve­ment prévisible que le chauffeur tente de
s’échapper :
In my view there could not be a situation in which the
appellant had and kept the initiative throughout more
com­pletely than in the present case. . . .
[traduction] À mon avis, les faits de l’espèce illustrent
parfaitement le cas où l’appelant prend et conserve
l’initiative de l’affrontement. . .
.
.
.
. . .
. . . I am satisfied that any reasonable person who
had treated the deceased as did the appellant, would
expect that person to use any means at his disposal to
try and effect his escape if the occasion to do so arose.
The striking of the appellant by the deceased is not an
act for which his mind would be unprepared or would
take his understanding by surprise, or that would set his
passions aflame. Such an act was one that was not only
foreseeable and predictable, but was one to be expected
if the deceased was afforded any opportunity to escape.
[Emphasis added; pp. 286-87.]
. . . Je suis convaincu que toute personne raisonnable
qui aurait traité la victime comme l’a fait l’appelant
s’attendrait à ce que celle‑ci se serve de tous les moyens
possibles pour s’échapper si l’occasion se présentait.
L’agression de l’appelant par la victime ne constitue pas
un acte inattendu de nature à surprendre et faire perdre
son sang‑froid. Il s’agissait d’un acte non seulement
prévisible, mais aussi qu’il fallait prévoir si la vic­
time avait la possibilité de s’échapper. [Je souligne;
p. 286‑287.]
[50] Similarly, in R. v. Squire, [1977] 2 S.C.R. 13,
this Court found that an off-duty police officer who
had gone out looking to pick fights in bars could not
[50] De même, dans R. c. Squire, [1977] 2 R.C.S.
13, notre Cour conclut qu’un agent de police qui
avait cherché la bagarre dans des bars alors qu’il
440
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
raise the defence of provocation, as no jury acting rea­
sonably could conclude that the accused had been
provoked in such a manner as to deprive an ordinary
person of the power of self-control:
n’était pas en service ne pouvait invoquer la pro­vo­
cation, car aucun jury agissant de manière raison­
nable ne pouvait conclure que l’on avait provoqué
l’accusé au point de priver une personne ordinaire
du pouvoir de se maîtriser :
It must be remembered that on the evidence the respon­
dent was, throughout the disgraceful incidents of the eve­
ning, a bad-tempered aggressor and that he seized on the
slightest confrontation by [the deceased] to again become
the aggressor. If, during the fight which followed . . . he
suffered a couple of kicks of indefinite violence, the
provocation resulting therefrom could not possibly have
caused a police officer to draw his gun and fire five shots
at his assailant. [pp. 21-22]
Il faut se rappeler que, selon la preuve, l’intimé était,
pendant tous les incidents honteux de cette soirée, un
agresseur irascible et qu’il a saisi la moindre riposte
[du défunt] pour redevenir l’agresseur. Si, pendant la
lutte [. . .] il a reçu deux coups de pied d’une violence
indéterminée, la provocation en résultant ne pouvait
certainement pas amener un agent de police à sortir son
revolver et tirer cinq coups de feu sur son assaillant.
[p. 22]
[51] More recent cases have also confirmed that
the defence of provocation may lack an air of re­
ality when the accused initiated an aggressive con­
frontation which resulted in predictable acts of
provocation. In R. v. Gibson, 2001 BCCA 297,
153 B.C.A.C. 61, the accused initiated a physical
fight with the deceased. He lost the physical con­
frontation. The deceased pushed the accused away
and made a dismissive gesture. The accused felt hu­
miliated and stabbed the deceased with a knife as
he was walking away from the scene of the con­
frontation. The British Columbia Court of Appeal
held that there was no air of reality to the defence of
provocation, since the provocation was not sudden
and would not have caused an ordinary person to
have lost his self-control. Ryan J.A. suggested that
an ordinary person who initiates a fist fight would
not lose control when he receives blows in retal­
iation:
[51] Des décisions plus récentes confirment égale­
ment que la défense de provocation peut être dépour­
vue de vraisemblance lorsque l’accusé déclenche un
affrontement violent qui entraîne un acte de provo­
cation prévisible. Dans R. c. Gibson, 2001 BCCA
297, 153 B.C.A.C. 61, l’accusé avait été l’instigateur
d’une bagarre qu’il n’avait pas remportée contre le
défunt, ce dernier l’ayant repoussé et ayant fait un
geste méprisant. Se sentant humilié, l’accusé avait
poignardé le défunt alors qu’il s’éloignait du lieu
de l’affrontement. La Cour d’appel de la Colombie‑­
Britannique conclut que la provocation n’est pas
vrai­semblable puisqu’elle n’a pas été soudaine et
qu’elle n’aurait pas fait perdre sa maîtrise de soi à
une personne ordinaire. La juge Ryan opine que la
personne ordinaire qui est à l’origine d’une bagarre
à coups de poing ne perd pas son sang‑froid lorsque
son adversaire lui rend ses coups :
. . . the sequelae of a lost match (as in Squire, the not
unexpected blows exchanged during a consensual fight)
are not such as to deprive the ordinary person of his
power of self-control. . . . [T]he ordinary person standard
is adopted to fix the degree of self-control and restraint
expected of all in society. It recognizes human frailty
when the threshold test is passed and a person is provoked
beyond the level of tolerance of the ordinary person.
Based on the evidence in this case no jury could find that
under the same circumstances an ordinary young man in
the appellant’s place would have been provoked by the
actions, words and gestures of the deceased so as to cause
him to lose his power of self-control. [para. 86]
[traduction] . . . les conséquences naturelles d’une
défaite (les coups non imprévisibles échangés au cours
d’une bagarre qui oppose des adversaires consentants
comme dans l’affaire Squire) ne sont pas de nature à
priver une personne ordinaire du pouvoir de se maîtriser.
[. . .] [L]a norme de la personne ordinaire existe afin de
fixer le degré de maîtrise de soi et de modération attendu
de chacun en société. Elle reconnaît la fragilité humaine
chez celui qui satisfait au critère préliminaire et qui est
provoquée au‑delà du seuil de tolérance de la personne
ordinaire. Au vu de la preuve au dossier, nul jury ne
pouvait conclure que, dans la situation de l’appelant, un
jeune homme ordinaire aurait été provoqué par les actes,
les propos et les gestes du défunt au point de perdre sa
maîtrise de soi. [par. 86]
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
441
[52] Implicit in the appellate court’s reasoning is
the conclusion that the victim’s response — in­
flicting minor damage in the fight the accused had
initiated and then walking away — was within the
range of reasonably anticipated responses. No other
contextual factors suggested that an ordinary person
would have lost self-control in the circumstances.
Accordingly, there was no air of reality to the de­
fence.
[52] Il découle implicitement du raisonnement de
la Cour d’appel que la réaction de la victime — cau­ser
des blessures légères lors de la bagarre que l’accusé
avait commencée et s’éloigner ensuite — faisait par­
tie des réactions raisonnablement prévisibles. Aucune
autre donnée contextuelle ne portait à croire qu’une
personne ordinaire aurait perdu son sang‑froid dans
les circonstances. La défense n’était donc pas vraisem­
blable.
[53] In the Tran case, this Court held that an ac­
cused who knew that his wife was seeing another
man could not claim that finding her in bed with
that man had “str[uck] upon a mind unprepared for
it”: para. 45. The accused in Tran had maintained
the initiative throughout: he had entered his es­
tranged wife’s apartment unexpectedly, without
being invited, and proceeded to attack his wife
and her lover when he found them in bed together.
Although this Court analyzed the predictability of
the allegedly provocative act only under the sub­
jective component of the test, there was an implied
objective dimension to the analysis. An “ordinary
person” who burst into his estranged wife’s apart­
ment — and who knew that she had taken a new
lover — could reasonably anticipate that he would
discover the wife and her lover in bed.
[53] Dans l’arrêt Tran, notre Cour conclut que
l’accusé qui était au fait de la liaison de son épouse
avec un autre homme ne pouvait qualifier d’« ina­
t­tendue » la vue de celle‑ci au lit avec cet homme
(par. 45). L’accusé avait toujours conservé l’ini­
tiative : il s’était introduit dans l’appartement de son
ex‑épouse sans y être attendu ni y avoir été invité
et, trouvant celle‑ci au lit avec son amoureux, s’en
était pris aux deux. Bien que notre Cour ne se soit
penchée sur la prévisibilité de l’acte de provocation
allégué qu’en liaison avec l’élément subjectif du
moyen de défense, son analyse comporte une dimen­
sion objective implicite. La « personne ordinaire »
qui fait irruption dans l’appartement de son ex‑­
épouse — et dont il sait qu’elle a une liaison avec
un autre homme — s’attendrait raisonnablement à
découvrir celle‑ci au lit avec son amoureux.
[54] Finally, I come to the case Thibert. In
Thibert, a majority of this Court held that the
defence of provocation was properly left to the
jury, notwithstanding evidence that the accused’s
conduct had precipitated the wrongful act or in­
sult relied on as provocation. The accused, Thibert,
who was distraught because his wife wanted to
leave him and had begun seeing another man,
went to his wife’s workplace in an attempt to con­
vince her to stay with him. He had placed a loaded
rifle in his car. He met his wife in the parking lot
adjacent to her workplace. The wife’s lover in­
terrupted the conversation. The accused took the
rifle out of his car and pointed it at him. The de­
ceased began walking towards the accused, with
his hands on the wife’s shoulders and swing­ing
her back and forth, all the while challenging the
accused to shoot him. The accused shot him, and
raised the defence of provocation at trial.
[54] Enfin, j’en arrive à l’arrêt Thibert, où les
juges majoritaires de notre Cour concluent que la
défense de provocation a été régulièrement soumise
à l’appréciation du jury même si, selon la preuve, la
conduite de l’accusé avait mené à l’action injuste ou
à l’insulte invoquée à titre de provocation. L’accusé,
M. Thibert, atterré parce que son épouse voulait le
quitter et qu’elle avait commencé à fréquenter un
autre homme, s’était rendu au lieu de travail de cette
dernière dans le but de la convaincre de rester avec
lui. Il avait au préalable déposé une carabine chargée
dans sa voiture. Il avait rencontré son épouse dans le
stationnement adjacent à son lieu de travail. L’amant
avait interrompu leur conversation. L’accusé avait
sorti la carabine de sa voiture et l’avait pointée sur lui.
La victime s’était avancée vers l’accusé, les mains
posées sur les épaules de l’épouse, balançant cette
dernière devant lui de droite à gauche et défiant
l’accusé de le descendre. L’accusé lui avait tiré des­
sus. Au procès, il a invoqué la défense de provocation.
442
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[55] A majority of this Court, per Cory J., held
that the trial judge had not erred in leaving the de­
fence of provocation with the jury. The majority
rea­sons focused predominantly on whether the ac­
cused could have subjectively lost control as a result
of the victim’s taunts. The majority concluded that,
since the accused did not expect to see his wife’s
lover at the meeting, the confrontation with the de­
ceased was unforeseen. Accordingly, the majority
held that the subjective element could be met and
that, by extension, there was an air of reality to the
defence: Thibert, at para. 27. The accused could
not be said to have sought out the confrontation,
according to the majority’s reasoning. The reasons
also referred to the significance that an ordinary
person in the accused’s circumstances would attri­
bute to the taunts, but did not explore how the ob­
jective element of the defence, as analyzed in this
case, would be met in a situation of self-induced
provocation. The majority appears to have relied
heav­ily on the fact that, although the case was close
to the line, deference should be shown to the trial
judge who had left the defence to the jury: para. 33.
Thibert is distinguishable from the present case,
in which Cairney sought out a confrontation with
Ferguson at gunpoint.
[55] Sous la plume du juge Cory, les juges majo­
ritaires statuent que le juge du procès n’a pas eu tort
de soumettre la défense de provocation à l’appré­­­
ciation du jury. Ils s’attachent surtout à déter­mi­
ner si l’accusé aurait pu perdre subjectivement la
maî­trise de soi à cause des railleries de la victime.
Ils concluent que, l’accusé ne s’attendant pas à
voir l’amant de son épouse lors de cette rencon­tre,
l’affron­tement avec le défunt était inattendu. Ils
statuent donc que l’élément subjectif pouvait être
établi et, de ce fait, le moyen de défense avait un
carac­tère vraisemblable (Thibert, par. 27). Suivant
leur rai­sonnement, on ne peut affirmer que l’accusé
avait recherché l’affrontement. Ils font également
mention de l’importance qu’une personne ordinaire
qui se serait trouvée dans la situation de l’accusé
aurait attribuée aux railleries de la victime, mais
ils ne se penchent pas sur la problématique liée
à l’existence de l’élément objectif de la provo­
ca­tion lorsqu’elle est induite comme en l’espèce.
Ils semblent se fonder en grande partie sur le fait
que, même s’il s’agit d’un cas limite, il convient de
déférer à la décision du juge du procès de soumettre
la défense au jury (par. 33). L’affaire Thibert peut
être distinguée de la présente espèce, où M. Cairney,
armé d’un fusil, a recherché l’affrontement avec
M. Ferguson.
[56] Taken as a whole, the cases support the view
that the fact that provocation is “self-induced” by
the accused may be relevant to both the objective
and subjective components of the defence. Selfinduced provocation is not a special category of
the defence attracting special principles. Rather, it
describes a particular application of the general
principles that govern the defence of provocation.
There is no absolute rule that a person who insti­
gates a confrontation cannot rely on the defence of
provocation. As in all cases where the defence of
provocation is raised, whether the defence goes to
the jury depends on whether the evidence provides
an air of reality to it. However, the fact that an
accused sought out an aggressive confrontation and
received a predictable response is a factor which
may deprive the defence of an air of reality.
[56] Considérée dans son ensemble, la jurispru­
dence permet de conclure que l’existence d’une pro­
vocation induite par l’accusé peut être pertinente
pour les volets objectif et subjectif du moyen de
défense. La provocation induite ne correspond pas
à une catégorie particulière du moyen de défense
qui ferait intervenir des principes spéciaux. Elle
commande plutôt une application particulière des
principes généraux qui régissent la défense de
provocation. Aucune règle absolue ne veut que la
personne qui déclenche un affrontement ne puisse
invoquer ce moyen de défense. Comme chaque fois
qu’elle est invoquée, la provocation doit être vrai­
semblable au vu de la preuve pour être soumise au
jury. Cependant, le fait que l’accusé a recherché un
affrontement violent et suscité une réaction pré­
visible peut enlever toute vraisemblance au moyen
de défense.
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La Juge en chef
443
III. Application
III. Application
[57] The question is whether on the evidence
Cairney’s defence of provocation possessed an
air of reality. The trial judge left the matter to
the jury, although she appears to have applied a
“some evidence” test instead of the air of reality
test. The Court of Appeal disagreed, finding that
there could be no reasonable doubt as to whether
the objective or subjective elements of the de­
fence were present.
[57] Dès lors, au vu de la preuve, la provocation
invoquée en défense par M. Cairney était‑elle vrai­
semblable? La juge du procès a soumis la question
au jury, même si elle paraît appliquer un critère
fondé sur l’existence de « quelque preuve » plutôt
que sur celui de la vraisemblance. La Cour d’appel
n’est pas de cet avis et estime qu’il ne pouvait y
avoir de doute raisonnable quant à l’existence de
l’élément objectif ou subjectif de la défense de
provocation.
[58] In my view, this appeal can be resolved
on the objective element of the test, which asks
whether there was a wrongful act or insult by the
victim, sufficient to deprive an ordinary person of
the power of self-control.
[58] J’estime que l’issue du pourvoi repose sur
l’élé­ment objectif du critère, à savoir si la victime
a accompli une action injuste ou proféré une insulte
de telle nature qu’elle suffise à priver une personne
ordinaire du pouvoir de se maîtriser.
[59] The alleged wrongful act or insult was the
deceased’s words to Cairney when Cairney con­
fronted him at gunpoint: “Fuck you, you goof. This
is none of your business, I’ll do with Fran whatever
I want.”
[59] L’action injuste ou l’insulte résiderait dans les
propos adressés par le défunt à M. Cairney lors­que ce
dernier l’a affronté à la pointe du fusil : [traduction]
« Va te faire foutre, épais. Ça te regarde pas. Je vais
faire ce que je veux avec Fran. »
[60] Cairney argues that these words constituted
a threat of imminent domestic abuse sufficient to
cause an ordinary person to lose self-control. The
record does not support this contention. Ferguson
was having a conversation on the telephone when
Cairney approached. He was no longer behaving
aggressively towards Rosenthal — his moment of
anger against Rosenthal had passed. Moreover,
Ferguson was attempting to leave the apartment
when he spoke those words. The record, as the
Court of Appeal concluded, simply does not sup­
port the contention that an ordinary person would
have viewed the victim’s words as a threat of
imminent domestic violence against Rosenthal,
lead­ing to a loss of self-control.
[60] M. Cairney prétend que ces propos consti­
tuaient une menace de violence conjugale immi­
nente qui aurait suffi à faire perdre la maîtrise de
soi à une personne ordinaire. Or, le dossier n’étaye
pas sa prétention. M. Ferguson parlait au télé­
phone lorsque M. Cairney s’était approché. Il ne
se comportait plus de manière agressive envers Mme Rosenthal, sa colère à son endroit étant retom­
bée. Qui plus est, M. Ferguson se dirigeait vers la
sortie de l’appartement lorsqu’il a tenu ces pro­
pos. Comme le conclut la Cour d’appel, le dossier
n’étaye tout simplement pas la prétention selon
laquelle une personne ordinaire aurait vu dans les
paroles de la victime une menace de violence con­
jugale imminente à l’endroit de Mme Rosenthal, ce
qui l’aurait amené à perdre sa maîtrise de soi.
[61] What we are left with is a concern on
Cairney’s part to prevent future abuse against
Rosenthal, and Cairney’s declared intention to
achieve this by extracting a promise at gunpoint
from Ferguson to stop abusing her. An ordinary
person who seeks to extract a promise at gun­point
[61] Restent donc le souci de M. Cairney d’empê­
cher la perpétration ultérieure d’autres actes de vio­
lence à l’endroit de Mme Rosenthal et son intention
déclarée d’y parvenir en arrachant à M. Ferguson, à
la pointe du fusil, la promesse de ne plus agresser
son épouse. Une personne ordinaire qui chercherait
444
r.
v.
cairney
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
would not be surprised if the person confronted
rebuffs the overture, in words like those used by
the victim here. Ferguson’s response fell within a
range of predictable responses. There is nothing on
the record to support the element of sudden shock
required to cause an ordinary person to lose selfcontrol. It follows that a properly instructed jury
acting reasonably could not have had a reason­
able doubt about whether Ferguson’s conduct was
sufficient to deprive an ordinary person of the
pow­er of self-control.
à arracher une promesse à la pointe du fusil ne serait
pas étonnée de voir son interlocuteur repousser sa
demande en tenant des propos semblables à ceux de
la victime en l’espèce. La réaction de M. Ferguson
faisait partie de celles qui étaient prévisibles. Aucune
preuve au dossier ne permet de conclure à un choc
soudain de nature à faire perdre sa maîtrise de
soi à une personne ordinaire. Par conséquent, un
jury ayant reçu des directives appropriées et agis­
sant de manière raisonnable n’aurait pu avoir de
doute raisonnable quant à savoir si la conduite de
M. Ferguson aurait suffi à priver une personne ordi­
naire du pouvoir de se maîtriser.
[62] There was evidence, provided by Cairney’s
testimony, sufficient to support the subjective el­
ement — that Cairney in fact acted in response to
the provocation before his passion had time to cool.
The Court of Appeal entered into a minute weigh­
ing of the evidence that went into the merits of the
defence, by examining whether Cairney’s passions
had time to cool during the time that he followed
Ferguson to the apartment building’s stairwell.
This approach went well beyond the requirements
of the air of reality test — the test only requires
that there be an evidential foundation on which a
properly instructed jury acting reasonably could
find that there was a reasonable doubt as to whether
the accused is guilty of murder, on the basis of the
defence of provocation. However, the Court of
Appeal’s error in assessing the subjective element
does not change the outcome of this appeal, since
there is no air of reality to the objective element of
the defence.
[62] Une preuve, tirée du témoignage de
M. Cairney, suffisait à étayer l’élément subjec­tif,
à savoir qu’il avait en fait réagi à la provoca­tion
avant d’avoir eu le temps de reprendre son sang‑­
froid. La Cour d’appel examine minutieusement la
preuve en s’attachant au bien‑fondé de la défense
invoquée et se demande si M. Cairney a pu repren­
dre son sang‑froid le temps de rejoin­dre M. Ferguson
dans l’escalier de l’immeuble. Elle est bien loin
de s’en tenir à l’application du critère de la vrai­sem­
blance, qui exige seulement un fondement pro­bant
qui per­mette à un jury ayant reçu des direc­tives
appropriées et agissant judi­ciairement d’avoir un
doute raisonnable, fondé sur la défense de provo­
cation, quant à savoir si l’accusé est cou­pable de
meur­tre. Or, l’erreur de la Cour d’appel dans l’appré­
ciation de l’élément subjec­tif ne change rien à l’issue
du pourvoi, car la pro­voca­tion objective n’a aucune
vraisem­blance.
[63] In this case deference to the trial judge is not
appropriate, since she appears not to have applied
the correct test in deciding whether to leave the de­
fence of provocation to the jury.
[63] En l’espèce, il ne convient pas de déférer à la
décision de la juge du procès, car cette dernière ne
semble pas appliquer le bon critère pour décider de
soumettre ou non la défense de provocation au jury.
[64] I add the following, from the perspective of
policy as it applies to cases such as this. Violent
confrontations like the gunpoint lecture that led to
the death of Ferguson are to be discouraged. Where
conduct of this nature occurs, it will generally play
a role in assessing whether the defence of provo­
cation meets the air of reality test, particularly un­
der the objective element of the defence. The law
does not condone the initiation of gunpoint lectures,
[64] J’ajoute ce qui suit dans l’optique des consi­
dérations d’intérêt public qui doivent guider la Cour
dans une telle affaire. Il convient de décourager les
affrontements violents tel le sermon à la pointe du
fusil qui a entraîné la mort de M. Ferguson. Un com­
portement de ce genre joue généralement un rôle
lorsqu’il s’agit de déterminer si la provocation invo­
quée en défense satisfait au critère de la vraisem­
blance, particulièrement en ce qui concerne son
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La juge Abella
445
regardless of the cause that led the accused to pick
up a weapon.
carac­tère objectif. Le droit ne tolère pas le sermon à
la pointe du fusil, peu importe la raison pour laquelle
l’accusé recourt à une arme.
[65] Accordingly, I would dismiss the appeal and
affirm the order for a new trial.
[65] Par conséquent, je suis d’avis de rejeter le
pourvoi et de confirmer le jugement ordonnant un
nouveau procès.
The reasons of Fish and Abella JJ. were delivered
by
Version française des motifs des juges Fish et
Abella rendus par
[66] Abella J. (dissenting) — I have had the bene­
fit of reading the Chief Justice’s reasons and agree
that there was evidence to support the sub­jective
element of the provocation defence. With great
respect, however, I disagree with her con­clusions on
the objective element of the defence. In my view,
the trial judge did not err in leaving the defence
with the jury.
[66] La juge Abella (dissidente) — J’ai pris
connaissance des motifs de la Juge en chef et je con­
viens que des éléments de preuve étayaient l’élé­ment
subjectif de la provocation. Soit dit en tout respect,
je ne puis toutefois souscrire à ses conclu­sions sur
l’élément objectif de ce moyen de défense. J’estime
que la juge du procès n’a pas eu tort de soumettre la
défense de provocation à l’appréciation du jury.
[67] The role of the trial judge in deciding what
defences to put to the jury is to act as gatekeeper
and “review the evidence [to] determine whether,
if believed, it could permit a properly instructed
jury acting reasonably to acquit” (R. v. Cinous, 2002
SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3, at para. 87 (emphasis
in original)). This threshold determination “is not
aimed at deciding the substantive merits of the de­
fence”, and the trial judge must not make deter­
mi­nations of credibility, weigh evidence, make
findings of fact, or draw determinate factual in­
ferences (Cinous, at paras. 54 and 87).
[67] Il appartient au juge du procès appelé à
déterminer quels moyens de défense seront sou­
mis à l’appréciation du jury de tenir lieu de gar­
dien de la loi et d’« examiner la preuve [en vue
de] décider si elle permettrait à un jury ayant
reçu des directives appropriées et agissant rai­
sonnablement de prononcer l’acquittement, s’il y
ajoutait foi » (R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002]
2 R.C.S. 3, par. 87 (en italique dans l’original)). À
ce stade préliminaire, le juge du procès « n’a pas
à statuer sur le bien‑fondé du moyen de défense
invoqué », non plus qu’à se prononcer sur la cré­
dibilité, à apprécier la valeur probante, à tirer des
conclusions de fait ou à faire des inférences de fait
précises (Cinous, par. 54 et 87).
[68] For defences like provocation, the trial judge
must determine whether the evidence is reasonably
capable of supporting the inferences necessary to
make out the defence (R. v. Tran, 2010 SCC 58,
[2010] 3 S.C.R. 350, at para. 41). When carrying
out this “limited weighing” of the evidence, the
trial judge “does not draw determinate factual in­
ferences, but rather comes to a conclusion about the
field of factual inferences that could reasonably be
drawn from the evidence” (Cinous, at para. 91; see
also R. v. Mayuran, 2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R.
162, at para. 21).
[68] Dans le cas d’un moyen de défense comme
celui de la provocation, le juge du procès doit exa­
miner si la preuve est raisonnablement susceptible
d’étayer les inférences nécessaires à son applica­
tion (R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3 R.C.S. 350,
par. 41). Le juge qui se livre à cette « évaluation
limitée [. . .] ne fait pas d’inférences de fait précises,
mais [. . .] arrive plutôt à une conclusion concernant
les inférences de fait qui pourraient raisonnablement
être faites au vu de la preuve » (Cinous, par. 91; voir
aussi R. c. Mayuran, 2012 CSC 31, [2012] 2. R.C.S.
162, par. 21).
446
r.
v.
cairney
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[69] In relation to the objective element of prov­
ocation, the judge must determine whether there is
evidence that could raise a reasonable doubt about
whether the accused was faced with a wrongful act
or insult sufficient to deprive an ordinary person of
self-control (Tran, at para. 25). To determine how
the “ordinary” person would react to a particular
insult, it is necessary to take the relevant context and
circumstances into account, but without going so
far as to accept idiosyncratic characteristics of the
accused that would subvert the objective standard
(Tran, at paras. 31-35). One clearly relevant con­
textual circumstance that informs the inquiry is the
history and background of any relationship between
the victim and the accused (R. v. Thibert, [1996] 1
S.C.R. 37, at paras. 16-19).
[69] En ce qui a trait à l’élément objectif de la
provocation, le juge doit se demander si la preuve
pourrait soulever un doute raisonnable quant à
savoir si l’accusé a été aux prises avec une action
injuste ou une insulte suffisante pour priver une per­
sonne ordinaire du pouvoir de se maîtriser (Tran,
par. 25). Pour déterminer comment une personne
« ordinaire » réagirait à une insulte en particulier,
il faut tenir compte des circonstances et du con­
texte en cause, mais sans aller jusqu’à retenir des
carac­téristiques propres au tempérament de l’accusé
qui iraient à l’encontre de l’objet d’une norme objec­
tive (Tran, par. 31‑35). L’historique et le contexte des
relations entre la victime et l’accusé forment assu­
rément une donnée contextuelle à prendre en compte
(R. c. Thibert, [1996] 1 R.C.S. 37, par. 16‑19).
[70] In this case, Ferguson’s words and the re­
action they would elicit from an ordinary person
cannot be appreciated without considering the
whole context, and, in particular, the history of the
relationship between Cairney and Ferguson. The
majority’s approach concentrates mainly on one as­
pect of the evidence — Cairney confronting Ferguson
with a gun — to the exclusion of other evidence that
could well have led the jury to conclude that the
objective element of provocation was met based on
a credible threat that Ferguson would again abuse
Cairney’s cousin, Fran Rosenthal.
[70] En l’espèce, il est impossible de juger des
pro­pos de M. Ferguson et de déterminer la réaction
qu’ils susciteraient chez une personne ordinaire
sans tenir compte du contexte global et, en parti­
culier, des rapports antérieurs entre MM. Cairney
et Ferguson. Les juges majoritaires s’attachent prin­
cipalement à une facette de la preuve, à savoir que
M. Cairney a affronté M. Ferguson armé d’un fusil,
et ils font fi d’autres éléments qui auraient fort
bien pu amener le jury à conclure à la provocation
objective étant donné le sérieux de la menace pro­
férée par M. Ferguson à l’effet de brutaliser de
nouveau la cousine de M. Cairney, Fran Rosenthal.
[71] The predictability of the alleged provoca­
tion is certainly relevant to the analysis. But the
assessment of the evidence relevant to the objec­
tive element should not be skewed by placing pre­
dominant emphasis on the aggressive conduct of the
accused at the determinative expense of the whole
context. An analysis that overwhelmingly focuses
on whether the victim’s acts were the predictable
consequence of the accused’s aggressive conduct
appears to me to be too restrictive. It is noteworthy
that two of the commentators cited by the majority
in support of denying the defence of provocation
“where the accused . . . initiates a confrontation
and receives a predictable response” in fact criticise
such an approach (Morris Manning and Peter
Sankoff, Manning, Mewett & Sankoff: Criminal
[71] La prévisibilité de la provocation alléguée
importe certes aux fins de l’analyse. Cependant, il
ne faut pas compromettre l’appréciation de la preuve
relative à l’élément objectif en mettant l’accent sur
le comportement agressif de l’accusé au détriment
du contexte dans son entier. L’analyse qui s’attache
essentiellement à la question de savoir si les actes
de la victime ont été la conséquence prévisible du
comportement agressif de l’accusé me paraît trop
restrictive. Il importe de signaler que deux des
auteurs cités par les juges majoritaires pour écarter
la défense de provocation [traduction] « lorsque
l’accusé [. . .] déclenche un affrontement puis
obtient une réaction prévisible » critiquent en fait
cette approche (Morris Manning et Peter Sankoff,
Manning, Mewett & Sankoff : Criminal Law (4e éd.
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La juge Abella
447
Law (4th ed. 2009), at pp. 770-72; Don Stuart,
Canadian Criminal Law: A Treatise (6th ed. 2011),
at p. 592).
2009), p. 770‑772; Don Stuart, Canadian Criminal
Law : A Treatise (6e éd. 2011), p. 592).
[72] Ferguson and Cairney were close friends.
The only source of conflict between them, which
ultimately led to the killing, was Ferguson’s long
history of domestic violence against Fran Rosenthal,
whom Cairney thought of as his “little sister”.
[72] MM. Ferguson et Cairney étaient des amis
proches. Le seul sujet de discorde entre eux —
et cause de l’homicide ultimement perpétré —
était la longue histoire de violence conjugale de
M. Ferguson vis‑à‑vis de M me Rosenthal, que
M. Cairney considérait comme sa [traduction]
« petite sœur ».
[73] Ferguson had been attacking Fran Rosenthal
for over a decade. The assaults were frequent —
of­ten weekly. They were also severe: Rosenthal
testi­fied about incidents such as Ferguson hitting
her in the head with a golf club. Cairney knew all
about the assaults since Rosenthal had repeatedly
taken ref­uge with him and his wife. She would
show up bruised and injured, sometimes so badly
that she was unable to go to work.
[73] M. Ferguson brutalisait Fran Rosenthal
depuis plus de 10 ans. Les agressions avaient lieu
fré­
quem­
ment, souvent chaque semaine. Aussi,
elles étaient graves. Mme Rosenthal a entre autres
témoi­gné qu’une fois M. Ferguson l’avait frappée
à la tête avec un bâton de golf. M. Cairney était
bien au fait de la situation, car Mme Rosenthal
avait maintes fois trouvé refuge chez son épouse
et lui. Elle pré­sentait alors des contusions dont la
gravité l’empê­chait d’aller travailler.
[74] Less than a year before the shooting, Cairney
had witnessed one of the attacks. He had found
Ferguson kneeling on Fran Rosenthal’s throat, chok­
ing her to the point of unconsciousness. Cairney had
to push Ferguson off of Rosenthal, and spent that
entire night with Ferguson to ensure that he did not
attack her again. A few weeks before the shooting,
Rosenthal told Cairney that she had thought she
was going to die that time.
[74] Moins d’un an avant l’homicide, M. Cairney
avait été témoin d’une agression. Il avait alors sur­
pris M. Ferguson qui pressait son genou contre la
gorge de Fran Rosenthal et exerçait une pression
de nature à faire perdre connaissance à celle‑ci. Il
avait dû le contraindre à libérer son épouse, puis
avait passé la soirée entière avec lui afin qu’il ne
s’en prenne pas à nouveau à cette dernière. Quel­
ques semaines avant que M. Ferguson soit abattu, Mme Rosenthal avait dit à M. Cairney qu’elle avait
alors cru mourir.
[75] The incident leading to the shooting had the
potential to turn into another assault. Ferguson sud­
denly became enraged and started screaming at
Fran Rosenthal. He called her a “fuckin’ bitch” and
a “fuckin’ cunt” and threatened her with: “If it wasn’t
for your sore back, I’d be throwing you against
the walls right now.” He ordered Rosenthal to tell
Cairney to leave. When she did, Cairney expressed
his concern to her that Ferguson was going to
start beating her. She did not deny it. In crossexamination, she admitted that she wanted Cairney
[75] L’incident qui est à l’origine de l’homi­cide
aurait pu mener à une autre agres­sion. M. Ferguson
était brusquement devenu enragé et avait com­
mencé à crier après Fran Rosenthal. Il l’avait
traitée de [ traduction ] « sale chienne », de
« maudite salope », et il avait proféré la menace
suivante : « Si t’avais pas déjà mal au dos, je
te balancerais contre les murs maintenant. » Il
lui avait ordonné de dire à M. Cairney de partir.
Lorsqu’elle lui avait fait le message, M. Cairney
avait dit craindre que M. Ferguson ne se mette à
448
r.
v.
cairney
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
to leave because danger to her was imminent and
she did not want him to see it.
la rouer de coups. Elle ne l’avait pas contre­d it. M me Rosenthal a admis en contre‑interrogatoire
qu’elle avait souhaité le départ de M. Cairney
parce qu’elle s’estimait en danger et qu’elle ne
voulait pas qu’il soit témoin des gestes qu’elle
redoutait.
[76] While the majority suggests that Ferguson
was “no longer behaving aggressively towards
Rosenthal” and that “his moment of anger against
Rosenthal had passed” by the time Cairney con­
fronted him, the opposite inference can also be
drawn from this record. Notably, Cairney’s evidence
about the progression of the fight between Ferguson
and Rosenthal is that it continued to escalate after
Cairney left the room at Rosenthal’s request. Cairney
testified during cross-examination, for instance, that
hearing Ferguson screaming threats at Rosenthal
was what led him to come back in and confront
Ferguson:
[76] Les juges majoritaires laissent entendre que
M. Ferguson « ne se comportait plus de manière
agressive envers Mme Rosenthal », que « sa colère
à son endroit éta[it] retombée » lorsque M. Cairney
l’avait affronté, mais le dossier permet aussi de
tirer la conclusion contraire. Plus particulièrement,
il appert du témoignage de M. Cairney que la dis­
pute entre M. Ferguson et Mme Rosenthal avait
continué à prendre de l’ampleur après qu’il eut
quitté la pièce à la demande de Mme Rosenthal. En
contre‑interrogatoire, M. Cairney a dit par exem­
ple que c’était le fait d’avoir entendu M. Ferguson
proférer des menaces à l’endroit de son épouse qui
l’avait décidé à revenir et à faire face à M. Ferguson :
[traduction]
Q And then in spite of your concerns about the poten­
tial for violence then, you actually do leave the two
alone for a while, in spite of that explosive, you know,
kind of powder keg situation. Right?
Q Et, malgré la crainte d’actes de violence éventuels,
vous avez laissé le couple seul un moment, malgré le
caractère explosif de la situation, une sorte de baril
de poudre, c’est exact?
ARight.
ROui.
Q And you come back with the gun, smash the phone.
Right?
Q Puis vous êtes revenu armé d’un fusil, vous avez fra­
cassé le téléphone, c’est bien ça?
A After I heard the argument escalating and Steve
[Ferguson] screaming at her.
R Après avoir constaté que la situation dégénérait et
entendu Steve [Ferguson] lui crier dessus.
Q Oh, okay. What was Steve saying then in terms of the
argument escalating?
QD’accord. Que disait Steve pour vous faire conclure
que la situation dégénérait?
A I believe the words were, You never fucking listen,
you fucking cunt. I heard Frannie yelling back at
Steve. That’s when I had enough. And all I wanted
to do was scare Steve. I did not want to shoot him.
[Emphasis added.]
R Il me semble qu’il a dit, Tu n’obéis jamais, maudite
salope. J’ai entendu Frannie lui répondre en criant.
C’est alors que j’en ai eu assez. Je voulais seulement
effrayer Steve. Je ne voulais pas l’abattre. [Italique
ajouté.]
[77] At that point, Cairney confronted Ferguson
with the gun and said:
[77] M. Cairney a alors affronté M. Ferguson armé
du fusil et lui a dit :
Do you think you own her? Do you think that she’s your
property? Do you think that you can beat the shit out of
her anytime you want? I said, I had it up to here, buddy.
I said, listen, here you are all those months, when you’re
[traduction] Crois‑tu qu’elle t’appartient? Crois‑tu
qu’elle est ta propriété? Crois‑tu avoir le droit de la rouer
de coups chaque fois que tu en as envie? J’ai dit, j’en ai
jusque‑là, mon gars. J’ai dit, écoute, ça fait des mois que
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La juge Abella
449
not working and she’s buying your beer and whatever and
toting [sic] to your every whim, and whenever you get
pissed off about anything, you use her as your punching
bag.
tu ne travailles pas, qu’elle t’achète de la bière et d’autres
choses, et qu’elle satisfait tous tes caprices et, chaque fois
que quelque chose te fait chier, tu te sers d’elle comme
d’un sac de frappe.
[78] The response that caused Cairney to snap, ac­
cording to his testimony, was this: “Fuck you, you
goof. This is none of your business. I’ll do with
Fran whatever I want.” The provocative act was not
Ferguson responding dismissively to Cairney point­
ing the gun. It was his emphatic assertion that he
would continue the conduct towards Fran Rosenthal
that Cairney had just confronted him about —
“beat[ing] the shit out of her” and using her as his
“punching bag”.
[78] Ce sont les propos suivants qui l’auraient fait
disjoncter : [traduction] « Va te faire foutre, épais.
Ça te regarde pas. Je vais faire ce que je veux avec
Fran. » La provocation de M. Ferguson n’a pas con­
sisté à réagir avec mépris au fait que M. Cairney
braquait une arme sur lui, mais à affirmer haut et fort
qu’il persisterait dans le comportement que ce der­
nier lui reprochait, à savoir « rouer [Mme Rosenthal]
de coups » et se servir d’elle comme d’un « sac de
frappe ».
[79] The facts of this case illustrate the frailty of
making the availability of the provocation defence
hinge on a “who started it?” inquiry in circumstances
involving a back-and-forth between the victim and
the accused. Removing the defence from the jury
turns on the characterization that Cairney initiated
an “aggressive confrontation”. On another view of
these facts, however, Ferguson initiated the confront­
ation when he started verbally abusing and threat­
ening Cairney’s cousin — acts that could, in light
of Ferguson’s history of relentless domestic abuse,
readily and reasonably be interpreted as a prelude to
another brutal assault.
[79] Les faits de l’espèce montrent la faiblesse de
la thèse selon laquelle l’application de la défense
de provocation dépend de la question de savoir
« qui a déclenché » l’affrontement auquel la vic­
time et l’accusé ont pris part tour à tour. Sous­traire
le moyen de défense à l’examen du jury revient à
con­clure que M. Cairney a déclenché un « affron­
tement violent ». Or, un autre point de vue veut
que M. Ferguson ait déclenché l’affrontement en
se mettant à insulter et à menacer la cousine de
M. Cairney, ce qui, au vu de la violence conju­gale
à laquelle M. Ferguson s’était inlassablement livré
jusqu’alors, pouvait raisonnablement être consi­déré
d’emblée comme le prélude d’une nouvelle agres­
sion brutale.
[80] Bielby J.’s decision to leave provocation to the
jury was therefore a proper one. Her review of the
evidence relevant to the objective element of prov­
ocation was flawless:
[80] La juge Bielby a donc eu raison de sou­met­
tre la défense de provocation à l’appréciation du
jury. Son examen de la preuve eu égard à l’élé­ment
objectif du moyen de défense est irréprochable :
The event which Mr. Cairney testified caused him to lose
control was Mr. Ferguson telling him he was a goof and
that he would do what he wanted to with Fran, said as he
walked away from Mr. Cairney who had just told him to
come back. That event must be considered in the con­
text of what occurred just before and in the context of
Mr. Cairney’s knowledge of the history of domestic
violence between Mr. Ferguson and Ms. Rosenthal. . . .
[traduction] Selon son témoignage, M. Cairney aurait
perdu la maîtrise de soi lorsque M. Ferguson l’a traité
d’épais et affirmé qu’il ferait ce qu’il voulait de Fran,
des propos qu’il a tenus en s’éloignant de M. Cairney
alors que ce dernier lui enjoignait de revenir. Il faut tenir
compte de ce qui s’était produit juste avant et du fait
que M. Cairney connaissait les antécédents de violence
conjugale de M. Ferguson vis‑à‑vis de Mme Rosenthal. . .
.
.
.
You must take into account everything that was said or
done at the time and must also consider Mr. Cairney and
. . .
Il faut prendre en considération tout ce qui a alors été
dit ou fait, ainsi que la relation entre MM. Cairney et
450
r.
v.
cairney
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
Mr. Ferguson’s relationship and history. This includes
evidence of Mr. Cairney’s knowledge of prior incidents
when Mr. Ferguson had struck or been violent toward
Ms. Rosenthal, including the one he personally witnessed
the prior summer when he saw Mr. Ferguson place his
knee on her neck, leaving her almost unconscious, where
Mr. Cairney intervened to pull Mr. Ferguson off her,
the fact that she told Mr. Cairney she thought she was
going to die that night in a conversation held with him
in January 2007 and the fact Mr. Cairney was attempting
to scold Mr. Ferguson over his demeaning and violent
treatment of Fran over the years.
Ferguson, de même l’histoire de cette relation. Ce qui
comprend le témoignage de M. Cairney selon lequel
il était au courant des incidents où M. Ferguson avait
frappé ou brutalisé sa conjointe, y compris celui dont il
avait été personnellement témoin l’été précédent lorsqu’il
avait vu M. Ferguson presser son genou contre le cou
de Mme Rosenthal, qui avait presque suffoqué, et où il
était intervenu pour mettre fin à l’agression, le fait que,
lors d’une conversation en janvier 2007, Mme Rosenthal
lui a dit qu’elle avait cru mourir cette fois‑là et le fait
qu’il tentait de convaincre M. Ferguson de renoncer,
vis‑à‑vis de Fran, au comportement dégradant et violent
qui était le sien depuis des années.
[81] The majority would, however, remove the de­
fence of provocation from the jury solely because
Ferguson’s words “fell within a range of predict­
able responses” to what it calls a “gunpoint lecture”.
While Ferguson’s dismissive attitude towards
Cairney might have been predictable, it would, in
my view, be open for a jury to infer from the full
context of this case that an ordinary person would
not predict Ferguson’s response that he would keep
beating Rosenthal if he felt like it.
[81] Les juges majoritaires sont néanmoins
d’avis d’écarter la défense de provocation pour
le seul motif que les propos de M. Ferguson
« faisai[ent] partie [des réactions] prévisibles » à
ce qu’ils qualifient de « sermon à la pointe du
fusil ». L’attitude méprisante de M. Ferguson à
l’endroit de M. Cairney était peut‑être prévisi­ble,
mais j’estime qu’un jury aurait pu inférer du con­
texte global qu’une personne ordinaire n’aurait pas
prévu que la réaction de M. Ferguson soit d’affir­
mer qu’il continuerait de battre Mme Rosenthal à
son gré.
[82] This Court said in Tran that the objective el­
ement of the defence of provocation should be in­
formed by contemporary norms, including Charter
values. These do not include aggressively proprietary
atavistic attitudes. It is therefore troubling, with re­
spect, to conclude that it was “predictable” for
Ferguson to react to Cairney’s warning by confirming
his intention to continue inflicting domestic vio­
lence. It is difficult to accept that an expressed in­
tention to continue assaulting a spouse could ever be
considered “predictable”.
[82] Dans Tran, notre Cour affirme que l’élément
objectif de la défense de provocation doit être
défini en fonction des normes contemporaines, ce
qui englobe les valeurs de la Charte, mais non des
attitudes violemment possessives et primitives. Il
est donc troublant, à mon humble avis, de conclure
qu’il était « prévisible » que M. Ferguson réagisse
à la mise en garde de M. Cairney en confirmant
son intention de commettre d’autres actes de vio­
lence conjugale. Il est difficile de voir une réac­
tion « prévisible » dans l’intention exprimée de
continuer à agresser sa conjointe.
[83] It is true that “[t]he law does not condone
the initiation of gunpoint lectures”, as the majority
observes. The law never condones the conduct that
gives rise to the defence of provocation. That is why
provocation is only a partial defence, reduc­ing the
offence from murder to manslaughter and why the
defence of provocation in the circumstances of this
case in no way absolves the accused. Cairney’s
[83] Comme le font observer à juste titre les juges
majoritaires, « [l]e droit ne tolère pas le sermon à la
pointe du fusil ». Elle ne tolère jamais le compor­
tement qui donne ouverture à la défense de provo­
cation. C’est pourquoi la provocation n’offre qu’un
moyen de défense partiel, de sorte que l’infraction
de meurtre soit réduite à celle d’homicide involon­
taire coupable. Cela explique en outre que, dans les
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
cairney
La juge Abella
451
nine-year prison sentence was based on the fact that
he caused Ferguson’s death by using a firearm in
the dispute.
circonstances de l’espèce, le moyen de défense
n’emporte pas l’absolution de l’accusé. M. Cairney
a été condamné à une peine de neuf ans d’empri­
sonnement pour avoir causé la mort de M. Ferguson
en utilisant une arme à feu lors de l’affrontement.
[84] I would allow the appeal and restore the con­
viction and nine-year sentence for manslaughter.
[84] Je suis d’avis d’accueillir le pourvoi et de
rétablir la déclaration de culpabilité et la peine de
neuf ans d’emprisonnement infligée pour homicide
involontaire coupable.
Appeal dismissed, Fish and Abella JJ. dis­
senting.
Pourvoi rejeté, les juges Fish et Abella sont dis­
sidents.
Solicitors for the appellant: Depoe and Bottos,
Edmonton; Pringle Chivers Sparks, Edmonton.
Procureurs de l’appelant : Depoe and Bottos,
Edmonton; Pringle Chivers Sparks, Edmonton.
Solicitor for the respondent: Attorney General of
Alberta, Edmonton.
Procureur de l’intimée : Procureur général de
l’Alberta, Edmonton.
452
r.
v.
pappas
[2013] 3 S.C.R.
Bill James Pappas Appellant
Bill James Pappas Appelant
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
Indexed as: R. v. Pappas
Répertorié : R. c. Pappas
2013 SCC 56
2013 CSC 56
File No.: 34951.
No du greffe : 34951.
2013: April 26; 2013: October 25.
2013 : 26 avril; 2013 : 25 octobre.
Present: McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein,
Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Fish,
Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
alberta
en appel de la cour d’appel de l’alberta
Criminal law — Defences — Provocation — Whether
objective and subjective elements of provocation estab­
lished, lending an air of reality to this defence — Whether
victim’s provoking comments were sudden, in the sense
that accused was caught unprepared and surprised by
them — Whether defence of provocation should have
been submitted to jury — Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46, s. 232.
Droit criminel — Moyens de défense — Provocation
— Les éléments objectif et subjectif de la provocation
étaient‑ils établis et rendaient-ils le moyen de défense
vraisemblable? — Les remarques provocatrices de la
victime ont‑elles été soudaines au sens où elles étaient
inattendues et ont pris l’accusé par surprise? — La
défense de provocation aurait‑elle dû être soumise au
jury? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 232.
In 2006, K’s lifeless body was discovered. He had
been shot twice. Days later, P was arrested. He confessed
to killing K. According to P, K had been extorting money
from him for 18 months by threatening to reveal details
about his offshore investments to the Canada Revenue
Agency, and by threatening to harm his mother if he
chose to stop paying or went to the police. P decided that
he had had enough. He went to K’s home to end the
extortion and threats. He brought along a loaded handgun
in order to intimidate K but did not immediately take out
his gun. Rather, he attempted to get K to agree to put an
end to the extortion. K responded that he would continue
the extortion and that he had “great fucking insurance”,
a comment that P took as an implied threat against his
mother. At this point, P said he “snapped”. He retrieved
his gun and shot K in the back and then in the head.
En 2006, le corps sans vie de K a été découvert. Il
avait été abattu de deux coups de feu. Quelques jours
plus tard, P a été arrêté et a avoué avoir tué K. Il a déclaré
que K lui avait extorqué de l’argent pendant 18 mois sous
la menace de révéler à l’Agence du revenu du Canada
ses placements à l’étranger et de s’en prendre à sa mère
s’il cessait de payer ou s’il s’adressait à la police. Il en
avait eu assez et s’était rendu chez K pour faire cesser
l’extorsion et les menaces. Il avait emporté un pistolet
chargé pour intimider K, mais il ne l’avait pas sorti
immédiatement une fois chez ce dernier. Il avait plutôt
tenté de le convaincre de mettre un terme à l’extorsion.
K avait répondu qu’il continuerait de lui extorquer de
l’argent et qu’il disposait d’« une super garantie », une
mention dans laquelle P avait vu une menace proférée
implicitement contre sa mère. P aurait alors « disjoncté ».
Il avait sorti son pistolet et tiré sur K, l’atteignant au dos,
puis à la tête.
P was charged with second degree murder. At the
trial by jury, P admitted to killing K but argued that the
defence of provocation applied. Finding that there was
some evidence on the objective and subjective elements
of the defence of provocation, the trial judge left the
defence with the jury. The jury rejected the defence, and
found P guilty of second degree murder. He appealed his
P a été accusé de meurtre au deuxième degré. Lors
de son procès devant jury, il a avoué avoir tué K, mais
il a fait valoir que la défense de provocation s’appli­
quait. Concluant à l’existence d’une certaine preuve des
éléments objectif et subjectif de la défense, la juge du
procès l’a soumise au jury, qui l’a rejetée et a déclaré
P coupable de meurtre au deuxième degré. P a interjeté
[2013] 3 R.C.S.
r.
conviction, arguing inter alia that the trial judge erred in
her instructions to the jury on provocation. The majority
of the Court of Appeal dismissed the appeal, holding that
the defence of provocation was properly left with the jury
and that there were no errors in the instructions to the
jury.
Held: The appeal should be dismissed.
c.
pappas
453
appel du verdict de culpabilité au motif, entre autres,
que les directives données au jury sur la défense de pro­
vocation étaient erronées. Les juges majoritaires de la
Cour d’appel ont rejeté l’appel et conclu que la défense
de provocation avait été soumise à juste titre au jury et
que les directives de la juge du procès n’étaient entachées
d’aucune erreur.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
Per McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell,
Moldaver and Wagner JJ.: On the evidence in this case,
there was no air of reality to the defence of provocation
and the defence should not have been left to the jury.
The conviction for second degree murder, however, is
affirmed.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver et Wagner : Au vu des
éléments de preuve au dossier, la défense de provo­
ca­tion était dépourvue de vraisemblance et n’aurait
pas dû être soumise à l’appréciation du jury. Le verdict
de culpabilité pour meurtre au deuxième degré est
toute­fois confirmé.
Where the evidence requires the drawing of inferences
in order to establish the objective or subjective elements
of the defence of provocation, the trial judge may engage
in a limited weighing to determine whether the elements
of the defence can reasonably be inferred from the evi­
dence. For the purposes of the application of the air of
reality test, we must assume that the version of events
described in an accused’s confession is true. That said,
an air of reality cannot spring from bare, unsupported
assertions by the accused. Defences supported only by
bald assertions that cannot reasonably be borne out by
the evidence, viewed in its totality, should be kept from
the jury.
Lorsque la preuve exige que des inférences soient
tirées pour établir les éléments objectif et subjectif de la
défense de provocation, le juge du procès peut se livrer
à une évaluation limitée afin de déterminer si ces éléments
peuvent raisonnablement être inférés de la preuve. Aux
fins de l’application du critère de la vraisemblance, nous
devons tenir pour véridique la version des faits qui figure
dans les aveux de l’accusé. Cela dit, la vraisemblance ne
peut découler de ce qui n’est qu’une assertion non étayée
de la part de l’accusé. Le moyen de défense fondé sur de
simples affirmations qui ne peuvent pas raisonnablement
être étayées par la preuve considérée dans son ensemble
ne doit pas être soumis à l’appréciation du jury.
K’s threat against the safety of P’s mother and the his­
tory of the relations between K and P, provide a minimal
evidential foundation for the objective element of the
defence. However there was no air of reality to the sub­
jective element of the defence of provocation. That el­
ement includes a requirement of “suddenness” which
applies to both the act of provocation and the accused’s
reaction to it. The trial judge committed an error of
law by only considering whether there was evidence to
support the contention that P had killed K before there
was time for his passion to cool. She did not examine
whether the record could support a finding that K’s
provoking comments were sudden, in the sense that P
was subjectively caught unprepared and surprised by
them.
La menace contre la sécurité de la mère de P et l’his­
torique des relations entre K et lui apportent un fonde­
ment probant minimal à l’élément objectif du moyen
de défense. Toutefois, le volet subjectif de la défense
de provocation est dépourvu de vraisemblance, car son
existence exige la « soudaineté » tant de la provocation
que de la réaction de l’accusé à celle‑ci. La juge du
procès a commis une erreur de droit en se demandant
seule­ment si une preuve étayait la prétention de P selon
laquelle il avait tué K avant d’avoir eu le temps de repren­
dre son sang‑froid. Elle ne s’est pas demandé si le dossier
permettait de conclure que les remarques provocatrices
de K avaient été soudaines, c’est‑à‑dire si elles avaient
subjectivement pris P par surprise.
The record cannot reasonably support an inference
that P was caught unprepared by K’s statements as K had
made similar statements repeatedly in the past. Viewed in
its totality, the evidence suggests that before setting out
to visit K, P contemplated the possibility that K would
persist with his extortion and threats, and that in that case,
he would need to kill K to end them. A contention that P
Le dossier ne peut raisonnablement étayer la con­
clusion selon laquelle les propos de K ont pris P par
surprise étant donné que K s’était exprimé dans le même
sens maintes fois dans le passé. Considérée dans son
ensemble, la preuve donne à penser qu’avant de se rendre
chez K, P avait envisagé la possibilité que K continue
de lui extorquer de l’argent et de le menacer et qu’il lui
454
r.
v.
pappas
[2013] 3 S.C.R.
was caught unprepared is outside the range of reasonable
inferences that can be drawn from this evidence. It is
supported by little more than P’s bald assertions that he
“snapped” and “everything was just automatic”.
faudrait alors le supprimer pour mettre fin au chantage.
La prétention voulant que P ait été surpris ne fait pas
partie des conclusions raisonnables qu’il est possible de
tirer de la preuve. Elle ne prend appui que sur les affir­
mations de P selon lesquelles il avait « disjoncté », « tout
se déroulant ensuite automatiquement ».
Per Fish J.: The trial judge did not err in leaving to
the jury the defence of provocation, nor did she commit a
reviewable error in instructing the jury as she did.
Le juge Fish : La juge du procès n’a pas eu tort de
soumettre au jury la défense de provocation, et ses dir­ec­
tives au jury ne sont pas non plus entachées d’une erreur
susceptible de contrôle.
Where there is direct evidence as to all ele­ments of a
defence, the trial judge must put the defence to the jury.
Whether the evidence is true, or at least raises a reasonable
doubt as to the guilt of the accused, is a matter ultimately
reserved to the jury. In this case, the accused’s evidence at
trial constitutes direct evidence and relates the facts upon
which his defence of provocation rests. Accordingly, the
appellant discharged his evidentiary burden with respect
to both the objective and subjective components of his
defence of provocation. The mere fact that the deceased
had made similar threats in the past does not mean that
the accused would have anticipated, or been prepared for,
subsequent threats of the same sort. A reiterated threat
or insult can cause a previously unprovoked person to
“snap”. Here, the alleged provocative act was not the
deceased’s failure to end the extortion; rather, it was his
sudden utterance — “I got great fucking insurance” —
which P understood as a threat to his mother’s life. P’s
detailed evidence of the circumstances surrounding the
alleged provocation can hardly be equated with a “bare
assertion” that he was provoked. The passages in P’s con­
fession identified by the Chief Justice as supporting a
loss of self-control constitute direct evidence of the sud­
denness of the provocation and must be taken as true.
Whether those passages are inconsistent with other ev­
idence, however, is a determination that must properly
be left to the jury. In the result, the appeal fails for the
reasons of the majority in the Court of Appeal.
Dans le cas où il y a preuve directe pour chacun des
éléments d’un moyen de défense, le juge du procès doit
soumettre celui‑ci à l’appréciation du jury. Quant à
savoir si la preuve est véridique ou si elle soulève au
moins un doute raisonnable en ce qui a trait à la cul­
pabilité de l’accusé, il appartient ultimement au jury
d’en décider. En l’espèce, la preuve présentée au pro­
cès par l’appelant est directe et se rapporte aux faits sur
lesquels s’appuie sa défense de provocation. Par con­
séquent, l’appelant s’est acquitté de sa charge de pré­
sentation en ce qui concerne les éléments objectif et
sub­jectif du moyen de défense. Le seul fait que le
défunt a proféré des menaces semblables dans le passé
ne permet pas de tenir pour acquis que l’accusé a prévu
les mêmes menaces formulées subséquemment ou qu’il
y était préparé. Lorsqu’elle est répétée, une menace
ou une insulte peut faire « disjoncter » une personne
alors qu’elle ne l’avait pas provoquée auparavant. En
l’espèce, l’acte provocateur allégué n’était pas l’omis­
sion du défunt de mettre fin à l’extorsion, mais son
affir­mation soudaine — « j’ai une super garantie »
— que M. Pappas a interprétée comme une menace
d’attenter à la vie de sa mère. On ne saurait voir dans
le témoignage détaillé de P sur les circonstances de la
provocation alléguée une « simple affirmation » qu’il
a été provoqué. Les extraits de ses aveux qui, selon la
Juge en chef, étayent la perte de maîtrise de soi consti­
tuent une preuve directe du caractère soudain de la
provocation et ils doivent être tenus pour avérés. Or,
déterminer si ces extraits sont conciliables ou non avec
d’autres éléments de preuve est une tâche qui incombe
bel et bien au jury. Le pourvoi devrait donc être rejeté
pour les motifs sur lesquels se fondent les juges
majoritaires de la Cour d’appel.
Cases Cited
Jurisprudence
By McLachlin C.J.
Citée par la juge en chef McLachlin
Referred to: R. v. Cairney, 2013 SCC 55, [2013]
3 S.C.R. 420; R. v. Mayuran, 2012 SCC 31, [2012] 2
S.C.R. 162; R. v. Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R.
Arrêts mentionnés : R. c. Cairney, 2013 CSC 55,
[2013] 3 R.C.S. 420; R. c. Mayuran, 2012 CSC 31,
[2012] 2 R.C.S. 162; R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002]
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
455
3; R. v. Fontaine, 2004 SCC 27, [2004] 1 S.C.R. 702;
R. v. Arcuri, 2001 SCC 54, [2001] 2 S.C.R. 828; R. v.
Park, [1995] 2 S.C.R. 836; R. v. Gauthier, 2013 SCC 32,
[2013] 2 S.C.R. 403; R. v. Tran, 2010 SCC 58, [2010] 3
S.C.R. 350; R. v. Parent, 2001 SCC 30, [2001] 1 S.C.R.
761; R. v. Tripodi, [1955] S.C.R. 438.
2 R.C.S. 3; R. c. Fontaine, 2004 CSC 27, [2004] 1 R.C.S.
702; R. c. Arcuri, 2001 CSC 54, [2001] 2 R.C.S. 828; R.
c. Park, [1995] 2 R.C.S. 836; R. c. Gauthier, 2013 CSC
32, [2013] 2 R.C.S. 403; R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010]
3 R.C.S. 350; R. c. Parent, 2001 CSC 30, [2001] 1 R.C.S.
761; R. c. Tripodi, [1955] R.C.S. 438.
By Fish J.
Citée par le juge Fish
Referred to: Henderson v. The King, [1948] S.C.R.
226; R. v. Buzizi, 2013 SCC 27, [2013] 2 S.C.R. 248; R. v.
Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3; R. v. Fontaine,
2004 SCC 27, [2004] 1 S.C.R. 702; R. v. Gauthier,
2013 SCC 32, [2013] 2 S.C.R. 403; R. v. Osolin,
[1993] 4 S.C.R. 595; R. v. Faid, [1983] 1 S.C.R. 265;
R. v. Mayuran, 2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162; R.
v. Thibert, [1996] 1 S.C.R. 37; Parnerkar v. The Queen,
[1974] S.C.R. 449; R. v. Tran, 2010 SCC 58, [2010] 3
S.C.R. 350; R. v. Cairney, 2013 SCC 55, [2013] 3 S.C.R.
420.
Arrêts mentionnés : Henderson c. The King, [1948]
R.C.S. 226; R. c. Buzizi, 2013 CSC 27, [2013] 2 R.C.S.
248; R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002] 2 R.C.S. 3;
R. c. Fontaine, 2004 CSC 27, [2004] 1 R.C.S. 702; R.
c. Gauthier, 2013 CSC 32, [2013] 2 R.C.S. 403; R. c.
Osolin, [1993] 4 R.C.S. 595; R. c. Faid, [1983] 1 R.C.S.
265; R. c. Mayuran, 2012 CSC 31, [2012] 2 R.C.S. 162;
R. c. Thibert, [1996] 1 R.C.S. 37; Parnerkar c. La Reine,
[1974] R.C.S. 449; R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3
R.C.S. 350; R. c. Cairney, 2013 CSC 55, [2013] 3 R.C.S.
420.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 11(d), (f).
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 232.
Charte canadienne des droits et libertés, art. 11d), f).
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 232.
APPEAL from a judgment of the Alberta
Court of Appeal (Berger, O’Brien and Rowbotham JJ.A.), 2012 ABCA 221, 533 A.R. 294, 65 Alta.
L.R. (5th) 359, 288 C.C.C. (3d) 323, 264 C.R.R.
(2d) 211, 557 W.A.C. 294, [2012] A.J. No. 716
(QL), 2012 CarswellAlta 1191, affirming the ac­
cused’s convic­
tion for second degree murder.
Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour
d’appel de l’Alberta (les juges Berger, O’Brien
et Rowbotham), 2012 ABCA 221, 533 A.R. 294,
65 Alta. L.R. (5th) 359, 288 C.C.C. (3d) 323,
264 C.R.R. (2d) 211, 557 W.A.C. 294, [2012]
A.J. No. 716 (QL), 2012 CarswellAlta 1191, qui
a confirmé la déclaration de culpabilité de meurtre
au deuxième degré prononcée contre l’accusé.
Pourvoi rejeté.
Michael Bates, Jennifer Ruttan and Geoff Ellwand,
for the appellant.
Michael Bates, Jennifer Ruttan et Geoff Ellwand,
pour l’appelant.
Jolaine Antonio, for the respondent.
The judgment of McLachlin C.J. and Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ. was
delivered by
The Chief Justice —
Jolaine Antonio, pour l’intimée.
Version française du jugement de la juge en
chef McLachlin et des juges Abella, Rothstein,
Cromwell, Moldaver et Wagner rendu par
La Juge en chef —
I. Background
I. Contexte
[1] On November 10, 2006, Brian Kullman’s body
was discovered in the Elbow Falls area southwest of
[1] Le 10 novembre 2006, le corps de Brian
Kullman a été découvert dans la région de Elbow
456
r.
v.
pappas
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
Calgary, Alberta. He had been shot twice — once in
the back, and once in the head.
Falls, au sud‑ouest de Calgary, en Alberta. La vic­
time avait été abattue de deux balles, l’une au dos,
l’autre à la tête.
[2] Five days later, the appellant, Bill Pappas,
was arrested as he was about to board a plane for
London, England. The police interrogated him and
he confessed to killing Kullman.
[2] Cinq jours plus tard, l’appelant, Bill
Pappas était arrêté au moment où il s’apprêtait
à s’envoler pour Londres, en Angleterre. Lors
de son interrogatoire, il a avoué aux policiers
avoir tué M. Kullman.
[3] Pappas explained to the police his version of
the events leading to Kullman’s death. Pappas con­
tended that Kullman had been extorting money
from him for approximately 18 months by threat­en­ing
to reveal details about his offshore investments to
the Canada Revenue Agency, and by threatening to
harm his mother if he chose to stop paying or went
to the police. According to Pappas, two of Kullman’s
associates had visited his mother as a threatening
gesture, and had thereafter told him, “You say no to
Brian — you say no to Brian and next time it won’t
be a social visit”: A.R., vol. II, at p. 239.
[3] M. Pappas a donné aux policiers sa version
des événements qui avaient mené au décès de
M. Kullman. Il a soutenu que, pendant environ
18 mois, ce dernier lui avait extorqué de l’argent
sous la menace de révéler à l’Agence du revenu
du Canada ses placements à l’étranger et de s’en
prendre à sa mère s’il cessait de payer ou s’il
s’adressait à la police. Toujours selon M. Pappas,
deux associés de M. Kullman avaient d’ailleurs
rendu visite à sa mère en guise d’avertissement
et lui avaient ensuite dit : [traduction] « Tu dis
non à Brian — tu dis non à Brian et la prochaine
fois, ça ne sera pas une visite de courtoisie » (d.a.,
vol. II, p. 239).
[4] Pappas, as he put it, decided that he had had
enough. He loaded his 9 millimetre handgun with
four hollow point bullets and went to Kullman’s
con­dominium. The ostensible purpose of the visit
was to store a bicycle in Kullman’s basement. The
real purpose was to end the extortion and threats.
Pappas told the police that he brought the gun along
only to intimidate Kullman. But he also explained
that he chose this kind of bullet because it was
particularly lethal.
[4] M. Pappas en aurait eu assez. Il a chargé son
pistolet 9 millimètres de quatre balles à pointe
creuse et s’est rendu chez M. Kullman. Le prétexte
de la visite était d’y entreposer un vélo au sous‑sol,
mais le but réel était de mettre fin à l’extorsion et
aux menaces. M. Pappas a prétendu avoir emporté
le pistolet seulement pour intimider M. Kullman.
Cependant, il a ajouté avoir choisi les balles en
question parce qu’elles étaient particulièrement
mortelles.
[5] During his visit to the condominium, Pappas
raised the subject of extortion several times with
Kullman, attempting to get him to agree to put an
end to it. He did not immediately take out his gun,
but instead kept it concealed on his hip. On the way
to the basement where the bike would be stored,
Pappas tried one more appeal, saying, “Brian, just
please — let’s just end this”. In response, Kullman
said, “Buddy, why the fuck should I? You’re the
best cash out I have and I got great fucking insur­
ance”: A.R., vol. II, at p. 241.
[5] Une fois chez M. Kullman, M. Pappas a
abordé le sujet de l’extorsion plusieurs fois et
tenté de le convaincre d’y mettre un terme. Il
n’a pas sorti immédiatement l’arme dissimulée
contre sa hanche. Pendant que les deux hommes
se rendaient au sous‑sol, où le vélo devait être
entreposé, M. Pappas a imploré M. Kullman une
dernière fois : [traduction] « Brian, je t’en prie,
il faut arrêter ». Ce dernier lui a répondu : « Mon
vieux, pour quelle raison est‑ce que je le ferais?
C’est toi qui me rapportes le plus, et j’ai une
super garantie » (d.a., vol. II, p. 241).
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
457
[6] Pappas took the reference to “insurance” as an
implied threat against his mother. At this point, he
said, he just “snapped”, his “mind shut down and
everything was just automatic”: A.R., vol. III, at
p. 64, and vol. II, at p. 304. He retrieved the gun,
cocked the hammer, and shot Kullman in the back
at close range. Kullman screamed and began to fall,
and Pappas fired again. Finally, as the victim lay on
the floor in distress, Pappas moved the handgun to
within 7 or 8 inches of Kullman’s head and shot him
in the left side of his head.
[6] M. Pappas a vu dans la mention de cette
« garantie » une menace implicite contre sa mère.
Il a dit avoir alors juste [traduction] « disjoncté »,
puis « perdu la raison, tout se déroulant ensuite
automatiquement » (d.a., vol. III, p. 64, et vol. II,
p. 304). Il a sorti son pistolet, armé le chien et tiré
sur M. Kullman à bout portant dans le dos. Ce der­
nier a crié et, alors qu’il allait s’écrouler, M. Pappas
a tiré à nouveau. Enfin, tandis que la victime gisait
impuissante au sol, M. Pappas a approché l’arme
à 7 ou 8 pouces du côté gauche de sa tête et a tiré.
[7] Pappas pulled Kullman’s body up the stairs
and loaded it in Kullman’s car. After returning to
the basement and setting a fire to cover his tracks,
he drove to Elbow Falls where he rolled the body
down an embankment. Several days later, he also
disposed of Kullman’s credit card and of blood­
stained clothes in the garbage cans behind a conve­
nience store and a gas station.
[7] M. Pappas a hissé le corps de M. Kullman au
haut de l’escalier et l’a mis dans la voiture de la
victime. Après être retourné au sous‑sol et y avoir
mis le feu pour brouiller les pistes, il a pris le volant
de la voiture pour se rendre à Elbow Falls, où il
a fait rouler le corps le long d’un talus. Quelques
jours plus tard, il a jeté la carte de crédit de la vic­
time dans une poubelle derrière un dépanneur et
des vêtements tachés de sang derrière une station­
service.
[8] In his confession, Pappas admitted that he had
forged a cheque from Kullman to himself for $2,500
and deposited it into his bank account, and that he
had used Kullman’s credit card.
[8] Dans ses aveux, M. Pappas a reconnu avoir
libellé à son nom un chèque de M. Kullman au
montant de 2 500 $, avoir déposé la somme dans
son compte bancaire et avoir utilisé la carte de
crédit de la victime.
[9] Throughout, Pappas insisted that he had mur­
dered Kullman to save his mother from harm.
[9] Il a toujours soutenu avoir tué M. Kullman
pour protéger sa mère.
[10] Pappas was charged with second degree mur­
der for the killing of Kullman.
[10] M. Pappas a été accusé du meurtre au
deu­xième degré de M. Kullman.
II. The Trial and Appeal
II. Jugements de première instance et d’appel
[11] At the trial by jury, Pappas’ confession was
entered by the Crown as evidence. Pappas did not
testify, but relied on his confession as evidence
on the issue of provocation. Maintaining that he
“snapped” and killed Kullman following the im­
plied threat to harm his mother, he argued that
the defence of provocation applied to reduce the
verdict from murder to manslaughter.
[11] Au procès devant jury, le ministère public a
produit en preuve les aveux de M. Pappas, lequel
n’a pas témoigné et s’en est remis à ses aveux
pour étayer la défense de provocation. Comme il
soutenait avoir « disjoncté » puis tué M. Kullman
après que celui‑ci l’eut implicitement menacé
de s’en prendre à sa mère, il a fait valoir que la
défense de provocation s’appliquait de manière à
réduire l’accusation de meurtre à celle d’homicide
involontaire coupable.
458
r.
v.
pappas
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[12] The trial judge initially took the view that the
provocation defence lacked an air of reality. How­
ever, after hearing defence submissions on the mat­
ter, she concluded:
[12] La juge du procès a d’abord estimé que
la provocation était dépourvue de vraisemblance,
mais après avoir entendu la thèse de la défense
s’y rapportant, elle a conclu ce qui suit :
I am satisfied that if the jury were to believe the evidence
of Mr. Pappas on this issue of provocation properly, there
is some evidence upon which a reasonable jury properly
instructed could find there has been provocation. I ac­
knowledge that the evidence on the objective and sub­
jective test is not strong. But it is there. [A.R., vol. I, at
p. 5]
[traduction] Je suis convaincue que, si le jury ajou­
tait foi au témoignage de M. Pappas concernant la pro­
vocation, certains éléments de preuve permettraient à un
jury raisonnable ayant reçu des directives appropriées de
conclure à la provocation. Je reconnais que la preuve des
volets objectif et subjectif de la provocation est ténue,
mais elle existe. [d.a., vol. I, p. 5]
[13] The jury rejected the defence of provocation,
and found Pappas guilty of second degree murder.
[13] Le jury a rejeté la défense de provocation
et déclaré M. Pappas coupable de meurtre au
deuxième degré.
[14] Pappas appealed his conviction, arguing inter
alia that the trial judge’s instructions to the jury on
provocation contained several errors. The Crown
argued that the instructions were error-free. In addi­
tion, the Crown contended that there was no air of
reality to the defence and that it never should have
been left with the jury.
[14] M. Pappas a interjeté appel de la déclaration
de culpabilité, notamment au motif que les direc­
tives de la juge du procès sur la provocation com­
portaient plusieurs erreurs. Le ministère public a
plaidé que les directives étaient exemptes d’erreurs,
que la provocation alléguée était dépourvue de vrai­
semblance et qu’elle n’aurait jamais dû être soumise
à l’appréciation du jury.
[15] The majority of the Court of Appeal, per
O’Brien and Rowbotham JJ.A., dismissed the
appeal. It held that the defence of provocation
was properly left with the jury and that there
were no errors in the instructions to the jury: 2012
ABCA 221, 533 A.R. 294.
[15] Sous la plume des juges O’Brien et
Rowbotham, les juges majoritaires de la Cour
d’appel rejettent l’appel. Ils concluent que la
défense de provocation a été soumise à juste titre
à l’appréciation du jury et que les directives au
jury n’étaient entachées d’aucune erreur (2012
ABCA 221, 533 A.R. 294).
[16] Berger J.A., dissenting, agreed with the ma­
jority that the defence was properly left with the
jury but found several errors in the instructions to
the jury.
[16] Dissident, le juge Berger convient avec les
juges majoritaires que la défense a été soumise à
juste titre au jury, mais il relève plusieurs erreurs
dans les directives.
[17] Mr. Pappas now appeals to this Court. Before
us, four issues arise:
[17] M. Pappas se pourvoit aujourd’hui devant
notre Cour. L’appel soulève les quatre questions
suivantes :
(1) Was the defence of provocation properly left
to the jury? (The Crown contends it was not, mak­
ing it unnecessary for this Court to consider whether
the charge on the defence was in error.)
(1) Convenait‑il de soumettre au jury le moyen
de défense de la provocation? (Le ministère public
soutient que ce n’était pas le cas et qu’il est dès
lors inutile que notre Cour détermine si les direc­
tives sur le moyen de défense étaient erronées.)
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
459
(2) Did the trial judge fail to adequately instruct
the jury that the post-offence conduct had no bear­
ing on the issue of provocation?
(2) La juge du procès a‑t‑elle bien indiqué au jury
que les actes postérieurs à l’infraction n’avaient pas
d’incidence sur l’existence ou l’inexistence de la
provocation?
(3) Did the trial judge misstate the accused’s
motive?
(3) A‑t‑elle correctement exposé le mobile de
l’accusé?
(4) Did the trial judge err by stating the sudden­
ness instruction disjunctively, requiring rejection of
the defence if either the extortion or the threat was
not sudden?
(4) A‑t‑elle eu tort de formuler de manière dis­
jonctive sa directive sur la soudaineté et de con­
traindre ainsi le jury à rejeter le moyen de défense
si l’extorsion ou la menace n’avait pas été soudaine?
[18] For the reasons that follow, I would accept
the Crown’s argument that there was no air of re­
ality to the defence of provocation. This makes it
unnecessary for me to consider the other issues
raised by the appellant.
[18] Pour les motifs qui suivent, je suis d’avis
de faire droit à la thèse du ministère public selon
laquelle la défense de provocation était dépour­
vue de vraisemblance. Il n’est donc pas nécessaire
d’examiner les autres questions.
III. Discussion
III. Analyse
[19] For ease of reference, I set out s. 232 of the
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46:
[19] Pour faciliter sa consultation, je reproduis le
texte de l’art. 232 du Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C-46 :
232. (1) Culpable homicide that otherwise would be
murder may be reduced to manslaughter if the person
who committed it did so in the heat of passion caused by
sudden provocation.
232. (1) Un homicide coupable qui autrement serait
un meurtre peut être réduit à un homicide involontaire
coupable si la personne qui l’a commis a ainsi agi dans
un accès de colère causé par une provocation soudaine.
(2)  A wrongful act or an insult that is of such a nature
as to be sufficient to deprive an ordinary person of the
power of self-control is provocation for the purposes of
this section if the accused acted on it on the sudden and
before there was time for his passion to cool.
(2)  Une action injuste ou une insulte de telle nature
qu’elle suffise à priver une personne ordinaire du pouvoir
de se maîtriser, est une provocation pour l’application
du présent article, si l’accusé a agi sous l’impulsion du
moment et avant d’avoir eu le temps de reprendre son
sang‑froid.
(3)  For the purposes of this section, the questions
(3)  Pour l’application du présent article, les ques­tions
de savoir :
(a)  whether a particular wrongful act or insult
amounted to provocation, and
a)  si une action injuste ou une insulte déterminée
équivalait à une provocation;
(b)  whether the accused was deprived of the power of
self-control by the provocation that he alleges he re­
ceived,
b)  si l’accusé a été privé du pouvoir de se maîtriser
par la provocation qu’il allègue avoir reçue,
are questions of fact, but no one shall be deemed to have
given provocation to another by doing anything that he
had a legal right to do, or by doing anything that the
sont des questions de fait, mais nul n’est censé avoir
provoqué un autre individu en faisant quelque chose qu’il
avait un droit légal de faire, ou en faisant une chose que
460
r.
v.
pappas
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
accused incited him to do in order to provide the accused
with an excuse for causing death or bodily harm to any
human being.
l’accusé l’a incité à faire afin de fournir à l’accusé une
excuse pour causer la mort ou des lésions corporelles à
un être humain.
(4)  Culpable homicide that otherwise would be murder
is not necessarily manslaughter by reason only that it was
committed by a person who was being arrested illegally,
but the fact that the illegality of the arrest was known to
the accused may be evidence of provocation for the pur­
pose of this section.
(4)  Un homicide coupable qui autrement serait un
meurtre n’est pas nécessairement un homicide involon­
taire coupable du seul fait qu’il a été commis par une
personne alors qu’elle était illégalement mise en état
d’arrestation; le fait que l’illégalité de l’arrestation était
connue de l’accusé peut cependant constituer une preuve
de provocation pour l’application du présent article.
Was the Defence of Provocation Properly Left to the
Jury?
Convenait‑il de soumettre au jury la défense de pro­
vocation?
[20] The Crown contends that on the evidence in
this case, there was no air of reality to the defence
of provocation. I agree. I will first discuss the air
of reality test, and then the objective and subjective
elements of the defence of provocation.
[20] Le ministère public soutient que, au vu des
éléments de preuve au dossier, la provocation
allé­guée était dépourvue de vraisemblance. J’en
conviens. Je me pencherai d’abord sur le critère
de la vraisemblance, puis sur les volets objectif et
subjectif de la défense de provocation.
(1)The Air of Reality Test
(1)Le critère de la vraisemblance
[21] As discussed in the companion case R. v.
Cairney, 2013 SCC 55, [2013] 3 S.C.R. 420, before
leaving the defence to the jury, the trial judge must
find that there is an air of reality on both the ob­
jective and subjective elements of the defence. The
question is whether a properly instructed jury act­
ing reasonably could be left in a state of reason­able
doubt as to whether the accused is guilty of murder,
on the basis of the defence of provocation. There
must be an evidential foundation for both the ob­
jective and subjective elements of the defence,
which s. 232(3) of the Criminal Code states are ques­
tions of fact.
[21] Comme je l’explique dans le pourvoi con­
nexe R. c. Cairney, 2013 CSC 55, [2013] 3 R.C.S.
420, avant de soumettre le moyen de défense à
l’appréciation du jury, le juge du procès doit con­
clure que la défense de provocation est vraisembla­ble
eu égard à ses éléments objectif et subjectif. Il s’agit
de déterminer si un jury agissant raisonnablement
pourrait avoir un doute raisonnable, fondé sur la
défense de provocation, quant à savoir si l’accusé
est coupable de meurtre. Tant l’élément objectif
que l’élément subjectif, dont l’existence constitue
une question de fait suivant le par. 232(3) du Code
criminel, doivent être étayés par la preuve.
[22] The air of reality test requires courts to tread
a fine line: it requires more than “some” or “any”
evidence of the elements of a defence, yet it does
not go so far as to allow a weighing of the substan­
tive merits of a defence: R. v. Mayuran, 2012
SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162, at para. 21. A trial
judge applying the air of reality test cannot con­
sider issues of credibility and reliability, weigh
evidence substantively, make findings of fact, or
draw determinate factual inferences: R. v. Cinous,
[22] Le critère de la vraisemblance oblige le tri­
bunal à établir une distinction subtile en ce qu’il
exige davantage qu’« une » ou « quelque » preuve
des éléments requis sans permettre pour autant
l’exa­men au fond de l’applicabilité du moyen de
défense (R. c. Mayuran, 2012 CSC 31, [2012] 2 R.C.S.
162, par. 21). Le juge du procès qui applique ce cri­
tère ne peut se prononcer sur la crédibilité et la
fiabilité, apprécier la valeur probante de la preuve
sur le fond, tirer des conclusions de fait ou se livrer
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
461
2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3, at para. 87; R.
v. Fontaine, 2004 SCC 27, [2004] 1 S.C.R. 702,
at para. 12. However, where appropriate, the trial
judge can engage in a “limited weighing” of the
evidence, similar to that conducted by a prelimi­
nary inquiry judge when deciding whether to com­
mit an accused to trial: see R. v. Arcuri, 2001 SCC
54, [2001] 2 S.C.R. 828, cited by McLachlin C.J.
and Bastarache J. in Cinous, at para. 91.
à des inférences de fait précises (R. c. Cinous, 2002
CSC 29, [2002] 2 R.C.S. 3, par. 87; R. c. Fontaine,
2004 CSC 27, [2004] 1 R.C.S. 702, par. 12). Cepen­
dant, le juge qui l’estime opportun peut se livrer à
une « évaluation limitée » de la preuve de la nature de
celle qui a lieu à l’enquête préliminaire pour décider
s’il y a lieu d’ordonner le renvoi à pro­cès (voir R. c.
Arcuri, 2001 CSC 54, [2001] 2 R.C.S. 828, cité par
la juge en chef McLachlin et le juge Bastarache dans
Cinous, par. 91).
[23] The ability of the trial judge to engage in “lim­
ited weighing” depends on the type of evidence on
the record. “If there is direct evidence as to every
element of the defence, whether or not it is adduced
by the accused, the trial judge must put the defence
to the jury”: Cinous, at para. 88. The trial judge may
not engage in any weighing of direct evidence, since
this would require a consideration of the inherent re­
liability of the evidence.
[23] Cette faculté de se livrer à une « évaluation
limitée » dépend du type de preuve au dossier.
« S’il existe une preuve directe concernant chacun
des éléments du moyen de défense, peu importe
qu’elle ait été produite ou non par l’accusé, le juge
du procès doit soumettre le moyen de défense au
jury » (Cinous, par. 88). Il ne peut se livrer à une
évaluation de la preuve directe car il devrait alors
se pencher sur la fiabilité intrinsèque de la preuve.
[24] “Direct evidence is evidence which, if be­
lieved, resolves a matter in issue”: Cinous, at
para. 88, citing D. Watt, Watt’s Manual of Crim­
inal Evidence (2001), at § 8.0. However, “the
mere assertion by the accused of the elements of
a defence does not constitute direct evidence, and
will not be sufficient to put the defence before
a jury”: Cinous, at para. 88. An air of reality “can­
not spring from what amounts to little more than
a bare, unsupported assertion by the accused”,
which is otherwise inconsistent with the totality
of the accused’s own evidence: R. v. Park, [1995] 2
S.C.R. 836, at para. 35, per L’Heureux-Dubé J. For
example, in R. v. Gauthier, 2013 SCC 32, [2013]
2 S.C.R. 403, this Court, per Wagner J., suggested
that a single statement made by an accused that is
otherwise inconsistent with the accused’s “principal
narrative” is insufficient to give an air of reality to a
defence: paras. 60-61.
[24] [traduction] « Une preuve directe est une
preuve qui, si l’on y ajoute foi, règle la question
en litige » (Cinous, par. 88, citant D. Watt, Watt’s
Manual of Criminal Evidence (2001), § 8.0). Cepen­
dant, « la simple affirmation que les élé­ments d’un
moyen de défense existent ne consti­tue pas une
preuve directe et n’est pas suffisante pour que le
moyen de défense soit soumis au jury » (Cinous,
par. 88). La vraisemblance « ne peut découler de
ce qui n’est qu’une simple assertion non étayée
de l’accusé », lorsque celle-ci est par ailleurs
inconciliable avec l’ensemble de la preuve offerte
par l’accusé (R. c. Park, [1995] 2 R.C.S. 836,
par. 35, la juge L’Heureux‑Dubé). Par exemple,
dans R. c. Gauthier, 2013 CSC 32, [2013] 2 R.C.S.
403, les juges majoritaires de la Cour (sous la plume
du juge Wagner) laissent entendre qu’une seule
men­tion de l’accusé par ailleurs inconciliable
avec son « récit principal » ne suffit pas à rendre
vrai­semblable l’application d’un moyen de défense
(par. 60-61).
[25] Where the evidence instead requires the draw­
ing of inferences in order to establish the elements
of a defence, the trial judge may engage in a limited
weighing to determine whether the elements of the
[25] Lorsque la preuve exige plutôt que soient
tirées des inférences pour établir les éléments d’un
moyen de défense, le juge du procès peut se livrer
à une évaluation limitée dans le but de déterminer
462
r.
v.
pappas
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
defence can reasonably be inferred from the evi­
dence. “The judge does not draw determinate
factual inferences, but rather comes to a conclusion
about the field of factual inferences that could
reasonably be drawn from the evidence”: Cinous,
at para. 91. In conducting this limited weighing,
the trial judge must examine the totality of the
evidence: Cinous, at para. 53; Park, at para. 13, per
L’Heureux-Dubé J.
si ces éléments peuvent raisonnablement être infé­
rés de la preuve. « Le juge ne fait pas d’inférences
de fait précises, mais il arrive plutôt à une con­
clusion concernant les inférences de fait qui pour­
raient raisonnablement être faites au vu de la
preuve » (Cinous, par. 91). Dans cette évaluation
limitée, le juge du procès doit examiner la preuve
en entier (Cinous, par. 53; Park, par. 13, la juge
L’Heureux-Dubé).
[26] As discussed in Cairney, in cases where there
is a real doubt as to whether the air of reality test is
met, the defence of provocation should be left to the
jury. However, this principle does not exempt the
trial judge from engaging in a limited weighing of
the evidence, where appropriate. The fact remains
that the trial judge exercises a gatekeeper role in
keeping from the jury defences that have no eviden­
tial foundation. Defences supported only by bald
assertions that cannot reasonably be borne out by the
evidence, viewed in its totality, should be kept from
the jury.
[26] Comme il est dit dans l’arrêt Cairney, lorsque
le respect du critère de la vraisemblance suscite un
doute véritable, la défense de provocation doit être
soumise à l’appréciation du jury. Cependant, le juge
du procès n’est pas pour autant libéré de son obli­
gation de soumettre la preuve à une évaluation limi­
tée dans les cas qui s’y prêtent. Il s’acquitte de son
rôle de gardien de la loi lorsqu’il soustrait à l’appré­
ciation du jury un moyen de défense dénué de fon­
dement probant. Le moyen de défense fondé sur
de simples affirmations qui ne peuvent être raison­
nablement étayées par la preuve considérée dans son
ensemble ne doit pas être soumis à l’appréciation
du jury.
[27] In the present appeal, Pappas relies upon his
confession as providing the grounds for the defence
of provocation. For the purposes of the application
of the air of reality test, we must assume that the
version of events described in that confession is
true: Cinous, at paras. 53 and 119. The question is
whether a properly instructed jury acting reasonably
could be left in a state of reasonable doubt as to the
presence of each of the elements of the defence of
provocation. There must be an evidential foundation
for both the objective and subjective elements of the
defence. I will now examine each of these in turn.
[27] Dans le présent pourvoi, M. Pappas soutient
que ses aveux fondent la défense de provoca­tion.
Aux fins de l’application du critère de la vraisem­
blable, nous devons tenir pour véridique la ver­
sion des faits qui y figure (Cinous, par. 53 et 119).
Ainsi, la ques­tion est celle de savoir si un jury agis­
sant de manière raisonnable et ayant reçu des
direc­­tives appro­priées pourrait avoir un doute rai­
sonnable quant à l’exis­tence de chacun des élé­ments
de la défense de pro­vo­cation. Les éléments objectif
et subjectif du moyen de défense doivent être étayés
par la preuve. J’exa­mine maintenant chacun de ces
éléments.
(2)The Objective Element
(2)L’élément objectif
[28] The objective element asks whether there
was a wrongful act or insult by the deceased, suf­
ficient to deprive an ordinary person of the power
of self-­control. Pappas argues that his confession
provides evidence of a wrongful act or insult, in
the form of Kullman’s statement that he had “great
[28] L’élément objectif s’entend, de la part du
défunt, d’une action injuste ou d’une insulte qui
soit suffisante pour priver une personne ordinaire
du pouvoir de se maîtriser. M. Pappas soutient
que ses aveux établissent l’existence d’une action
injuste ou d’une insulte en ce que M. Kullman lui
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
463
fucking insurance”. Pappas’ confession describes
a sequence of events in which he had been con­
sistently extorted for an 18-month period and in
which his mother had been the target of threats.
He contends that Kullman’s reference to insurance
caused him to finally snap.
aurait dit qu’il disposait d’« une super garantie ».
Ses aveux font état d’une suite d’événements au
cours desquels on l’a inlassablement fait chanter
pendant 18 mois et on a menacé de s’en prendre
à sa mère. Il prétend que c’est la mention de la
« garantie » par M. Kullman qui l’a finalement fait
disjoncter.
[29] Unlike the companion case Cairney, this
ap­peal does not raise the issue of self-induced
provocation. Pappas did not initiate an aggres­
sive confrontation. He did not confront Kullman
at gunpoint; his weapon remained concealed on
him until the moment when he was allegedly pro­
voked. Nor did he approach Kullman in an
otherwise aggressive manner that could predict­
ably have induced threatening behaviour. Rather,
Pappas contends that he tried to reason with
Kullman, by asking him if the extortion could
cease.
[29] Contrairement au dossier connexe Cairney, le
présent pourvoi n’a pas pour objet une provocation
que l’accusé aurait lui‑même induite. M. Pappas
n’est pas à l’origine d’un affrontement violent. Il
n’a pas menacé M. Kullman de son arme; celle‑ci
est restée dissimulée jusqu’au moment où il pré­
tend avoir été provoqué. Il n’a pas non plus abordé
M. Kullman d’une manière par ailleurs agressive
dont on aurait pu prévoir qu’elle déclenche un com­
portement menaçant. M. Pappas affirme au con­
traire avoir tenté de raisonner M. Kullman en lui
demandant de mettre fin à l’extorsion.
[30] The relevant question is thus whether an
ordinary person, placed in Pappas’ circumstances,
would have been deprived of self-control upon
being told, “You’re the best cash out I have and I
got great fucking insurance”.
[30] Il faut donc se demander si, dans la même
situ­ation, une personne ordinaire aurait perdu la
maî­trise de soi en entendant son interlocuteur lui
dire [traduction] « C’est toi qui me rapportes le
plus, et j’ai une super garantie ».
[31] On the one hand, the ordinary person stan­
dard must be contextualized to take into account
the history of the relations between Pappas and
Kullman. Pappas had been the target of ongoing
extortion and the safety of his mother had repeatedly
been threatened.
[31] D’une part, la norme de la personne ordinaire
doit être adaptée au contexte que constituaient les
relations antérieures entre MM. Pappas et Kullman.
Le premier avait été victime d’extorsion, et la sécu­
rité de sa mère avait maintes fois été menacée.
[32] On the other hand, the ordinary person stan­
dard seeks to ensure that only “behaviour which
com­ports with contemporary society’s norms and
values will attract the law’s compassion”: R. v. Tran,
2010 SCC 58, [2010] 3 S.C.R. 350, at para. 30.
The particular circumstances in which the accused
finds himself are relevant in determining the ap­
propriate standard of human behaviour against
which to mea­sure the accused’s conduct: Tran, at
para. 34. Pappas had engaged in tax evasion that
Kullman was threatening to reveal to the Canada
Revenue Agency. He did not go to the police with
respect to Kullman’s extortion or threats. Rather, he
[32] D’autre part, la raison d’être de la norme de
la personne ordinaire est de faire en sorte que seule
« la personne dont le comportement respecte les
normes et les valeurs de la société actuelle bénéficie
de la compassion du droit » (R. c. Tran, 2010 CSC
58, [2010] 3 R.C.S. 350, par. 30). La situation
particulière de l’accusé importe pour déterminer
la norme de comportement humain au regard de
laquelle il convient de juger sa conduite (Tran,
par. 34). M. Pappas avait commis une fraude fiscale
que M. Kullman menaçait de dénoncer à l’Agence
du revenu du Canada. Au lieu de s’adresser à la
police pour faire mettre fin à l’extorsion ou aux
464
r.
v.
pappas
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
armed himself and attempted to dissuade Kullman
in per­son. Arguably, this behaviour runs contrary to
the ordinary person standard.
menaces, il s’est muni d’une arme et a tenté de
convaincre M. Kullman de cesser son chantage.
Un tel comportement pourrait être tenu pour non
conforme à la norme de la personne ordinaire.
[33] Nevertheless, as discussed in the companion
case Cairney, what would suffice to cause an ordi­
nary person to lose self-control is a question of de­
gree that the jury is well placed to decide, and one
which, in cases of doubt, should be left to the jury.
The nature of Kullman’s comments — a perceived
threat against the safety of Pappas’ mother — and
the history of the relations between Kullman and
Pappas, provide a minimal evidential foundation for
the objective element of the defence.
[33] Néanmoins, comme il est expliqué dans
le pourvoi connexe Cairney, ce qui suffit à faire
perdre la maîtrise de soi à une personne ordinaire
est affaire de degré, et le jury est bien placé pour
en juger; en cas de doute, le point doit être soumis
à l’appréciation des jurés. La nature des propos de
M. Kullman, perçus comme une menace contre la
sécurité de la mère de M. Pappas, et l’historique
des relations entre les deux hommes apportent un
fondement probant minimal à l’élément objectif du
moyen de défense.
(3)The Subjective Element
(3)L’élément subjectif
[34] In my view, there was no air of reality to the
subjective element of the defence of provocation.
The subjective element is two-fold: “. . . (1) the
accused must have acted in response to the prov­
ocation; and (2) on the sudden before there was time
for his or her passion to cool”: Tran, at para. 36.
[34] À mon avis, l’élément subjectif de la défense
de provocation est dépourvu de vraisemblance. Cet
élément existe à deux conditions : « . . . (1) l’accusé
a agi en réaction à la provocation et (2) sous
l’impulsion du moment, avant d’avoir eu le temps
de reprendre son sang‑froid » (Tran, par. 36).
[35] Of particular relevance to this appeal is the
requirement of “suddenness”. The defence of prov­
ocation does not apply to killings that are purely
the result of vengeance or of anger, without any
attendant loss of self-control: Tran, at para. 38; R.
v. Parent, 2001 SCC 30, [2001] 1 S.C.R. 761, at
para. 10. To determine whether there was an actual
loss of self-control, the common law has long asked
whether the accused acted “on the sudden”. The
requirement of suddenness has two dimensions: (i)
the wrongful act or insult must be sudden, in that
the accused is subjectively unprepared for it and is
caught by surprise, and (ii) the accused must kill
“on the sudden”, before there is time for his passion
to cool: Tran, at para. 38; R. v. Tripodi, [1955]
S.C.R. 438, at p. 443.
[35] L’exigence de la soudaineté importe particu­
lièrement en l’espèce. La défense de provocation
ne s’applique pas au meurtre que commet une per­
sonne seulement par vengeance ou parce qu’elle
est en colère, sans perdre sa maîtrise d’elle-même
(Tran, par. 38; R. c. Parent, 2001 CSC 30, [2001] 1
R.C.S. 761, par. 10). La common law établit depuis
longtemps que, pour déterminer s’il y a eu perte de
la maîtrise de soi, il faut se demander si l’accusé a
agi « sous l’impulsion du moment ». Cette exigence
de soudaineté comporte deux volets : (i) l’action
injuste ou l’insulte doit être soudaine, c’est‑à‑dire
avoir un effet imprévu qui surprend, et (ii) l’accusé
doit commettre l’homicide involontaire « sous
l’impulsion du moment », avant qu’il n’ait eu le
temps de reprendre son sang‑froid (Tran, par. 38; R.
c. Tripodi, [1955] R.C.S. 438, p. 443).
[36] In my view, the trial judge committed an er­ror
of law by only considering one of the two dimensions
of “suddenness”. She considered whether there was
evidence to support the contention that Pappas had
[36] J’estime que la juge du procès commet une
erreur de droit en ne tenant compte que de l’un des
deux volets. Elle se demande si une preuve étaye
la prétention de M. Pappas selon laquelle il a tué
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
465
killed Kullman suddenly, before there was time for
his passion to cool. Indeed, the trial judge reasoned
that there was an air of reality to the subjective
element on the following basis:
M. Kullman sous l’impulsion du moment, avant
d’avoir eu le temps de reprendre son sang‑froid.
Elle conclut en effet que l’élément subjectif est
vraisemblable pour les motifs suivants :
Mr. Pappas did say that it was the word “insurance” that
set him off, and he reacted immediately to that. It is not
up to me to weigh the sufficiency of that evidence. I am
satisfied that there is an air of reality to the defence.
[Emphasis added; A.R., vol. I, at p. 5.]
[traduction] M. Pappas a dit que c’est le mot « garan­
tie » qui a tout déclenché et qu’il y a immédiatement
réagi. Ce n’est pas à moi de déterminer si la preuve
est suffisante. Je suis convaincue de la vraisemblance
du moyen invoqué en défense. [Je souligne; d.a, vol. I,
p. 5.]
However, she did not examine whether the record
could support a finding that Kullman’s provoking
comments were sudden, in the sense that Pappas
was subjectively caught unprepared and surprised
by them. This is an error of law, as “sudden­
ness applies to both the act of provocation and the
accused’s reaction to it”: Tran, at para. 38.
Elle ne se demande toutefois pas si le dossier per­
met de conclure que les remarques provocatrices
de M. Kullman ont été soudaines, c’est-à-dire si
elles ont subjectivement pris M. Pappas par surprise.
Il s’agit d’une erreur de droit car « [la soudaineté]
s’applique [. . .] tant à l’acte de provocation qu’à la
réaction de l’accusé » (Tran, par. 38).
[37] The record cannot reasonably support an
inference that Pappas was caught unprepared by
Kullman’s statement that he would continue the
extortion and that he had “great fucking insur­
ance”. Kullman had made similar statements re­
peatedly in the past. Viewed in its totality, the
evidence sug­gests that before setting out to visit
Kullman, Pappas contemplated the possibility
that Kullman would persist with his extortion and
threats, and that, in that case, he would need to kill
Kullman to end them.
[37] Le dossier ne saurait raisonnablement
étayer la conclusion selon laquelle les propos de
M. Kullman, à savoir qu’il continuerait de lui
extorquer de l’argent et qu’il disposait d’« une
super garantie », ont pris M. Pappas par surprise.
M. Kullman s’était exprimé dans le même sens
maintes fois dans le passé. Considérée dans son
ensemble, la preuve donne à penser qu’avant de
se rendre chez M. Kullman, M. Pappas avait
envisagé la possibilité que M. Kullman continue
de lui extorquer de l’argent et de le menacer et
qu’il devrait alors le supprimer pour mettre fin
au chantage.
[38] The principal narrative of Pappas’ confession
is that he had resolved to put an end to the extor­­
tion and to the threats against his mother, through
what­ever means necessary. He brought a gun
loaded with hollow point bullets to his encounter
with Kullman. When asked why he chose these
bullets, he ex­plained:
[38] Selon le récit principal que renferment ses
aveux, M. Pappas avait décidé de mettre fin par tous
les moyens nécessaires à l’extorsion et aux mena­
ces qui pesaient sur sa mère. Il s’est présenté chez
M. Kullman armé d’un pistolet chargé de balles à
pointe creuse. Interrogé sur le choix de ces balles, il
a répondu :
If you want to stop someone you use a hollow point. You
don’t use a regular ball round ‘cause that goes through
them. It doesn’t do any kind of damage. . . . It wasn’t sup­
posed to be like that but it kept building up. So, I bought
them. [A.R., vol. II, at p. 262]
[traduction] Lorsqu’on veut neutraliser quelqu’un, on
utilise des balles à pointe creuse. Il ne faut pas utiliser
des balles standards à bout rond car elles traversent le
corps. Elles ne causent pas vraiment de dommages. [. . .]
Ça ne devait pas arriver, mais la situation a continué de
se dégrader. Alors, je les ai achetées. [d.a., vol. II, p. 262]
466
r.
v.
pappas
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[39] At several points in his confession, Pappas
referenced his decision to do whatever was nec­
es­sary to end the extortion and the threats to his
mother. He described that he felt that the threats
left him with little choice other than to confront
Kullman:
[39] Dans ses aveux, M. Pappas fait plusieurs
fois mention de sa décision de faire le nécessaire
pour mettre fin à l’extorsion et aux menaces
dirigées contre sa mère. Il dit avoir eu le sentiment
que les menaces ne lui laissaient d’autre choix que
d’affronter M. Kullman :
You can’t imagine what it feels like being put in [a] cor­
ner and then having to choose. I didn’t wanna hurt him.
I didn’t care about me but it was my mom. What was I
supposed to? [sic] He gave me no choice when he sent
his friends — when he sent his friends there. He gave me
no choice after that. I started — I made — I made my
decision. [A.R., vol. II, at p. 255]
[traduction] Vous ne pouvez imaginer ce que l’on
ressent lorsque l’on est acculé au pied du mur et qu’il
faut choisir. Je ne voulais pas lui faire de mal. Je ne m’en
faisais pas pour moi, mais pour ma mère. Qu’est‑ce que
je devais faire? Je n’avais plus le choix quand il a envoyé
ses amis — quand il a envoyé ses amis chez ma mère.
Il ne m’a pas donné le choix après cet événement. J’ai
commencé — j’ai pris — j’ai pris ma décision. [d.a.,
vol. II, p. 255]
He described how the ongoing extortion and threats
led him to make the “choice”, and how “[a]fter
18 months [of extortion] it became very simple”
— “[i]t was either [Kullman] or my mom”: A.R.,
vol. II, at p. 259-61. He went on to explain how,
when he was standing outside the door to Kullman’s
condominium, he flashed back to the moment when
Kullman’s associates visited his mother. He said,
“So, as soon as that image crossed my mind that’s
it, ‘Gun’s staying with me’. . . . [Kullman] made
his choice, I made mine right there”: A.R., vol. II,
at p. 294. He described in detail how Kullman’s
repeated refusals to put an end to the extortion grad­
ually made it clear he would have to resort to using
the gun he had brought:
Il explique en quoi l’extorsion incessante et les
menaces l’ont poussé à faire ce « choix » et en
quoi celui-ci [traduction] « s’est imposé de lui‑­
même après 18 mois [d’extorsion] » — « c’était
[M. Kullman] ou ma mère » (d.a., vol. II, p. 259261). Il ajoute qu’une fois chez M. Kullman, sur
le pas de la porte, il s’est souvenu du jour où les
acolytes de M. Kullman avaient rendu visite à sa
mère : « Alors, dès que cette image m’est apparue,
c’était décidé, “je gardais le pistolet”. [. . .]
[M. Kullman] avait fait son choix et j’ai alors fait
le mien » (d.a., vol. II, p. 294). Il précise comment
les refus répétés de M. Kullman de mettre fin à
l’extorsion l’ont graduellement amené à se résoudre
à utiliser le pistolet qu’il avait sur lui :
We just started talking about things and I was trying to
tell him — I was trying to literally put my foot down
right there, trying to draw the line right there. . . . And,
ah, he’s going, “Well, like I say, you know, I mean I’ve
got really good insurance”, you know? “And I’ve got a
good pay day coming up”, you know? . . . or so and he
had good insurance. And it just, you know, I’m trying to
talk him out of it or so. It’s like I’m trying to, you know,
“Don’t go there, Brian. Come on, man. Don’t go there”,
because I had something here on my hip . . . and I’m
trying to do everything I can to keep — to steer Brian
away from that . . . .
[traduction] Nous venions de commencer à discuter et
j’essayais de lui dire — j’essayais de me montrer ferme,
de faire en sorte que ça n’aille pas plus loin. [. . .] Et,
il a dit : « Eh bien, comme je l’ai dit, tu sais, je veux
dire que j’ai une super garantie », vous savez? Et, il a
ajouté : « Et, ce sera bientôt jour de paie », vous savez?
[. . .] ou quelque chose du genre, comme quoi il disposait
d’une bonne garantie. Et, vous savez, j’essayais juste de
le dissuader, j’essayais de le convaincre : « Ne fais pas
ça Brian. Allez, vieux. Ne fais pas ça », parce qu’un objet
appuyait sur ma hanche [. . .] et je fais tout ce que je peux
pour le raisonner . . .
.
.
.
I mean literally every time he would open his goddamned
mouth he would take one step closer to making me do
. . .
Je veux dire que chaque fois qu’il ouvrait sa satanée
gueule, il me poussait à faire ce que je devais faire, alors
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
La Juge en chef
467
what I had to do and I didn’t want to go there. [Emphasis
added; A.R., vol. II, at pp. 299 and 302.]
que je m’y refusais. [Je souligne; d.a., vol. II, p. 299 et
302.]
[40] The only passages in Pappas’ confession that
support a loss of self-control are the ones in which
he describes his reaction upon hearing Kullman
once again make reference to the fact that he had
“insurance”:
[40] Les seuls extraits des aveux de M. Pappas
qui étayent la perte de maîtrise de soi sont ceux qui
font état de sa réaction lorsque M. Kullman a répété
qu’il disposait d’une « garantie » :
It — it was just the way he said it. It was just the way he
said the word “insurance”. I knew what that meant. . . .
[A]fter that it was just my mind shut down and everything
was just automatic. I drew my gun, I chambered a round,
I fired. [A.R., vol. II, p. 303]
[traduction] C’est — c’est juste la façon dont il l’a
dit. Seulement la manière dont il a prononcé le mot
« garantie ». Je savais ce qu’il voulait dire. [. . .] [A]près,
c’est comme si j’avais perdu la raison, tout se déroulant
ensuite automatiquement. J’ai sorti mon pistolet, j’ai
armé le chien, j’ai tiré. [d.a., vol. II, p. 303]
At this point, Pappas said that he “snapped”.
C’est alors que M. Pappas aurait [traduction] « dis­
joncté ».
[41] The contention that Pappas was caught un­
prepared by Kullman’s comments is outside the
range of reasonable inferences that can be drawn
from this evidence. It is supported by little more
than Pappas’ bald assertions that he “snapped”
and “everything was just automatic”. Viewed in its
totality, the evidence suggests that Pappas’ mind
was prepared for the possibility that Kullman might
reject his pleas to end the extortion, “making [him]
do what [he] had to do”. His narrative, viewed as
a whole, describes a progressive building up of
the resolve to kill Kullman. Accepting Pappas’ ev­
idence that he “snapped” as true, this was not the
result of a sudden insult striking an unprepared
mind. It was simply the final stage of doing what
he had come to do — killing Kullman if that was
necessary to stop the extortion and threats.
[41] La prétention voulant que M. Pappas ait
été surpris par les propos de M. Kullman ne fait
pas partie des conclusions raisonnables qu’il est
possible de tirer de la preuve. Elle ne prend appui
que sur les affirmations de M. Pappas selon les­
quelles il a « disjoncté », « tout se déroulant
ensuite automatiquement ». Il appert de la preuve
considérée dans son ensemble que M. Pappas
envisageait la possibilité que M. Kullman refuse
de mettre fin à l’extorsion, qu’il « [le] pouss[e] à
faire ce qu’[il] devait faire ». Globalement, le récit
fait état de la naissance progressive de la déci­sion
de tuer M. Kullman. À supposer que M. Pappas
ait véritablement « disjoncté », ce n’est pas en
réaction à une insulte soudaine qui l’a surpris.
C’était l’étape finale du processus dans lequel il
s’était engagé, à savoir tuer M. Kullman au besoin
pour mettre fin à l’extorsion et aux menaces.
[42] For these reasons, I conclude that there was
no air of reality to the subjective element of the de­
fence of provocation on the evidence. The defence
should not have been left to the jury. Any errors in
the trial judge’s instructions to the jury regarding
provocation were thus irrelevant, and I need not
examine the appellant’s other grounds of appeal.
[42] Pour ces motifs, j’estime que l’élément sub­
jectif de la défense de provocation était dépourvu
de vraisemblance au vu de la preuve. Le moyen de
défense n’aurait pas dû être soumis à l’appréciation
du jury. Le caractère erroné ou non des directives
de la juge du procès au jury sur la défense de pro­
vocation importe donc peu, de sorte qu’il n’est pas
nécessaire d’examiner les autres motifs d’appel de
l’appelant.
468
r.
v.
pappas
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
IV. Conclusion
IV. Conclusion
[43] I would dismiss the appeal and affirm the con­
viction for second degree murder.
[43] Je suis d’avis de rejeter l’appel et de con­
firmer la déclaration de culpabilité pour meurtre au
deuxième degré.
The following are the reasons delivered by
Version française des motifs rendus par
Fish J. —
Le juge Fish —
I
I
[44] Like the Chief Justice, but for different rea­
sons, I would dismiss this appeal and affirm the ap­
pellant’s conviction at trial.
[44] À l’instar de la Juge en chef, mais pour des
motifs différents, je suis d’avis de rejeter le pour­voi
et de confirmer le verdict de culpabilité de l’appe­
lant.
[45] Unlike the Chief Justice, however, and with
the greatest of respect, I agree with the Court of
Appeal’s unanimous conclusion that the trial judge
did not err in leaving to the jury the appellant’s
defence of provocation (2012 ABCA 221, 533
A.R. 294).
[45] Toutefois, contrairement à la Juge en
chef, mais avec égards, je souscris à l’opinion
unanime de la Cour d’appel selon laquelle la
juge du procès n’a pas eu tort de soumettre au
jury la défense de provocation invoquée par
l’appelant (2012 ABCA 221, 533 A.R. 294).
[46] The Court of Appeal divided only as to the
adequacy of the trial judge’s charge to the jury. In
this regard, I agree with the majority that the trial
judge committed no reviewable error in instructing
the jury as she did.
[46] Seul le caractère approprié des directives au
jury suscite un désaccord chez les juges de la Cour
d’appel. Sur ce point, je conviens avec les juges
majoritaires que les directives de la juge du procès
ne sont entachées d’aucune erreur susceptible de
contrôle.
[47] In the result, the appeal fails.
[47] Le pourvoi doit donc être rejeté.
II
II
[48] There is no dispute that trial judges must
leave for the jury’s consideration every defence
available on the record, subject only to exceptional
circumstances which have no application here. To
do otherwise is to usurp the function of the jury and
to deprive the accused of an enshrined right under
our system of justice.
[48] Il est bien établi que le juge du procès doit
per­mettre au jury d’examiner tout moyen de défense
étayé par le dossier, sous réserve seulement de
circonstances exceptionnelles inapplicables en
l’espèce. S’il ne le fait pas, il usurpe la fonction du
jury et prive l’accusé d’un droit consacré dans notre
système de justice.
[49] This is not new law. In Henderson v. The
King, [1948] S.C.R. 226, for example, Kellock J.
recognized that “[i]t is a paramount principle of law
that when a defence, however weak it may be, is
raised by a person charged, it should be fairly put
[49] Il ne s’agit pas d’une règle de droit nouvelle.
Dans l’arrêt Henderson c. The King, [1948] R.C.S.
226, par exemple, le juge Kellock reconnaissait
qu’un [traduction] « principe de droit primordial
veut que le moyen de défense invoqué par un
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
Le juge Fish
469
before the jury” (p. 241; see also Taschereau J., at
p. 237).
accusé, aussi faible puisse‑t‑il être, soit soumis
en toute justice au jury » (p. 241; voir également
p. 237, le juge Taschereau).
[50] For some offences, the accused may choose
trial by jury; for others, as in this case, trial by jury
is mandatory. In either instance, absent a directed
verdict of acquittal, the determination of guilt or
innocence falls exclusively within the province of
the jury. That bedrock principle is violated when­
ever a trial judge withholds from the jury a defence
that it is entitled — indeed, required by law — to
consider.
[50] Dans le cas de certaines infractions, l’accusé
peut opter pour un procès devant jury; dans d’autres,
comme en l’espèce, il y a obligatoirement procès
devant jury. Dans l’un ou l’autre cas, sauf verdict
dirigé d’acquittement, décider de la culpabilité ou
de l’innocence ressortit strictement au jury. Il y a
atteinte à ce principe fondamental dès lors qu’un
juge soustrait à l’examen du jury un moyen de
défense que celui‑ci peut — et qu’il doit légalement,
en fait — considérer.
[51] This case hardly invites concern over the
submission of weak defences to juries. On the
contrary, it illustrates why our system of justice
supposes that juries, properly instructed by judges,
can be trusted to reject defences that do not raise
in their minds a reasonable doubt as to the guilt
of the accused. That is what happened here. The
trial judge felt bound to put to the jury the ap­
pellant’s defence of provocation — though she
found, understandably, that the evidence in sup­
port of the defence was “not strong”. And the jury,
properly instructed and acting reasonably, re­
jected the defence.
[51] La présente affaire n’est pas vraiment de
nature à susciter des craintes concernant la
soumission de moyens de défense plus ou moins
valables au jury. Elle montre au contraire que notre
système de justice a raison de compter sur le jury
auquel un juge a donné des directives appropriées
pour rejeter la défense qui ne soulève pas chez lui
un doute raisonnable quant à la culpabilité de
l’accusé. C’est ce qui s’est produit en l’espèce.
La juge du procès s’est estimée tenue de soumet­
tre au jury la défense de provocation même si elle
considérait — et on peut la comprendre — que
la preuve présentée à l’appui par l’appelant était
« mince ». Ayant reçu des directives appropriées
et agissant de manière raisonnable, le jury a rejeté
le moyen de défense.
[52] In determining whether a defence must be
submitted to the jury, trial judges must take care not
to infuse what has come to be known as the “air
of reality” test with any significance beyond the
governing standard that has prevailed for centuries.
That standard, though not always formulated in
identical terms, has never varied in substance: A de­
fence must be put to the jury if there is any ev­i­
dence upon which a properly instructed jury, acting
reasonably, could be left with a reasonable doubt
as to the guilt of the accused.
[52] Lorsqu’il est appelé à décider de soumettre
ou non un moyen de défense au jury, le juge du
procès doit se garder d’accorder à ce qu’on appelle
le critère de la « vraisemblance » plus d’impor­
tance qu’à la norme qui vaut depuis des siècles.
Bien que la formulation de la norme ait parfois
varié, sa teneur est demeurée inchangée : un moyen
de défense doit être soumis au jury s’il existe
une preuve à partir de laquelle un jury ayant reçu
des directives appropriées et agissant de manière
raisonnable pourrait raisonnablement douter de la
culpabilité de l’accusé.
[53] The phrase “air of reality” connotes neither
plausibility nor likelihood. The “air of reality test
[is not] intended to assess whether the defence is
[53] La « vraisemblance » ne s’entend ni du carac­
tère plausible, ni de la probabilité. Le « critère de la
vraisemblance ne vise pas [. . .] à déterminer s’il
470
r.
v.
pappas
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
likely, unlikely, somewhat likely, or very likely to
succeed at the end of the day”: R. v. Buzizi, 2013
SCC 27, [2013] 2 S.C.R. 248, at para. 16, citing
R. v. Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3, at
para. 54. Moreover, in determining whether to leave
a defence to the jury, the trial judge assumes that
the evidence relied upon by the accused is true: R.
v. Fontaine, 2004 SCC 27, [2004] 1 S.C.R. 702, at
para. 72; Cinous, at para. 53.
est probable, improbable, quelque peu probable ou
fort probable que le moyen de défense invoqué sera
retenu en fin de compte » (R. c. Buzizi, 2013 CSC
27, [2013] 2 R.C.S. 248, par. 16, citant R. c. Cinous,
2002 CSC 29, [2002] 2 R.C.S. 3, par. 54). Qui
plus est, le juge qui décide s’il y a lieu ou non de
soumettre une défense à l’appréciation du jury tient
pour avérée la preuve que l’accusé invoque à l’appui
(R. c. Fontaine, 2004 CSC 27, [2004] 1 R.C.S. 702,
par. 72; Cinous, par. 53).
[54] The trial judge is not permitted to make deter­
minations about the credibility of witnesses, weigh
the evidence, make findings of fact, or draw deter­min­
ate factual inferences: R. v. Gauthier, 2013 SCC 32,
[2013] 2 S.C.R. 403, at para. 25; Fontaine, at para. 72;
Cinous, at para. 54. Indeed, the “air of reality” test has
been found by this Court to be “reasonable” and “valid”
precisely because the trial judge does not weigh the
evidence and thus “cannot be accused of usurping the
role of the jury or violating the accused’s rights”: 
R. v. Osolin, [1993] 4 S.C.R. 595, at p. 691.
[54] Le juge du procès n’est pas admis à se pro­
noncer sur la crédibilité des témoins, à apprécier le
caractère probant de la preuve, à tirer des conclu­
sions de fait ou à faire des inférences de fait (R. c.
Gauthier, 2013 SCC 32, [2013] 2 R.C.S. 403,
par. 25; Fontaine, par. 72; Cinous, par. 54). Notre
Cour a en effet jugé « raisonnable » et « valide » le
critère de la « vraisemblance » précisément parce
que le juge du procès ne se penche pas sur le carac­
tère probant de la preuve, de sorte qu’« on ne peut
accuser le juge du procès d’usurper le rôle du jury
ni de violer les droits de l’accusé » (R. c. Osolin,
[1993] 4 R.C.S. 595, p. 691).
[55] In the present context, I find particularly
apt this passage from the concurring reasons of
Sopinka J. in Osolin, at pp. 653-54:
[55] Dans le présent contexte, les motifs concor­
dants du juge Sopinka dans Osolin me paraissent
particulièrement à-propos (p. 653‑654):
With respect to the defence of mistaken belief, I
agree with Cory J. that s. 265(4) “simply sets out the
basic requirements which are applicable to all defences”
(p. 676) and that it requires no more of the accused than
the discharge of an evidentiary burden to adduce or point
to some evidence on the basis of which a reasonable jury
properly instructed could acquit. I believe we are all in
agreement in this respect. Indeed, this is the basis for
our determination that it is constitutional. The term
“evidentiary burden” and the definition I have set out are
well known to trial judges and well accepted. I cannot
understand how the addition of the term “air of reality”
helps in understanding the duty of a trial judge with
respect to this defence. I am concerned that when an
attempt is made to add to the definition of a basic concept
in the criminal law, it only creates confusion.
Pour ce qui est de la défense de croyance erronée, je
suis d’accord avec le juge Cory que le par. 265(4) « éta­
blit simplement les critères fondamentaux qui sont appli­
cables à tous les moyens de défense » (p. 676) et qu’il
n’exige rien de plus de l’accusé qu’il satisfasse à la
charge de la preuve de présenter ou de signaler des élé­
ments de preuve à partir desquels un jury raisonnable
ayant reçu des directives appropriées pourrait prononcer
l’acquittement. Je crois que nous sommes tous du même
avis sur ce point. En réalité, c’est là le fondement de
la décision que nous avons prise que le paragraphe est
constitutionnel. L’expression « charge de présentation »
et la définition que j’en ai donnée sont bien connues des
juges de première instance et bien acceptées. Je ne puis
voir comment l’addition du mot « vraisemblance » faci­
lite la compréhension des obligations du juge du pro­
cès en ce qui a trait à ce moyen de défense. Je m’inquiète
qu’en essayant d’ajouter quelque chose à la définition
d’un concept fondamental de droit criminel, on ne fasse
qu’embrouiller la question.
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
Le juge Fish
471
[56] While the Court has recognized that a
“limited weighing” of the evidence will be per­
mitted, exceptionally, where the evidence relied
on by the accused is circumstantial, no weighing
is permitted with respect to direct evidence. As
the Chief Justice explains, “[t]he trial judge may
not engage in any weighing of direct evidence, since
this would require a consideration of the inherent
reliability of the evidence” (para. 23).
[56] Bien que notre Cour reconnaisse la possibi­
lité d’une « évaluation limitée » de la preuve, à titre
exceptionnel, lorsque la preuve offerte par l’accusé
est circonstancielle, nulle appréciation de la preuve
directe ne peut intervenir. Comme l’explique la Juge
en chef, « [le juge du procès] ne peut se livrer à une
évaluation de la preuve directe car il devrait alors
se pencher sur la fiabilité intrinsèque de la preuve »
(par. 23).
[57] Accordingly, where there is direct evidence
as to all elements of a defence, the trial judge must
put the defence to the jury since, “[b]y definition,
the only conclusion that needs to be reached in
such a case is whether the evidence is true” (Cinous,
at para. 88). And whether the evidence is true, or
at least raises a reasonable doubt as to the guilt of
the accused, is a matter ultimately reserved to the
jury.
[57] Par conséquent, dans le cas où il y a preuve
directe pour chacun des éléments d’un moyen de
défense, le juge du procès doit soumettre celui‑ci
à l’appréciation du jury puisque, « [p]ar définition,
la seule question qui se pose, le cas échéant, est de
savoir si la preuve est véridique » (Cinous, par. 88).
Et quant à savoir si la preuve est véridique ou si
elle soulève au moins un doute raisonnable en ce
qui a trait à la culpabilité de l’accusé, il appartient
ultimement au jury d’en décider.
[58] In this case, the appellant’s evidence at trial
constitutes direct evidence and relates the facts
upon which his defence of provocation rests. Where
an accused gives evidence as to all the elements of
the defence, as the appellant did in this case, the
trial judge is bound to leave the assessment of that
evidence to the jury: R. v. Faid, [1983] 1 S.C.R.
265, at p. 276.
[58] En l’espèce, la preuve présentée au procès
par l’appelant est directe et se rapporte aux faits sur
lesquels s’appuie sa défense de provocation. Lors­
que l’accusé offre un élément de preuve à l’appui de
chacun des volets du moyen de défense, comme le
fait l’appelant en l’espèce, le juge est tenu de laisser
au jury le soin d’apprécier ces éléments de preuve
(R. c. Faid, [1983] 1 R.C.S. 265, p. 276).
[59] According to the Chief Justice, “[t]he air of
reality test . . . requires more than ‘some’ or ‘any’
evidence of the elements of a defence” (para. 22
(emphasis added)). In my respectful view, one
should not impute to this passage a meaning that it
cannot have been intended to bear.
[59] Selon la Juge en chef, « [l]e critère de la
vrai­semblance [. . .] exige davantage qu’“une” ou
“quelque” preuve des éléments requis » (par. 22
(italiques ajoutés)). Avec égards, on ne doit pas
attribuer à cet énoncé une portée que son auteure
n’a pu vouloir lui conférer.
[60] As the Court made plain in Cinous:
[60] Notre Cour établit clairement ce qui suit dans
Cinous:
The full question is whether there is evidence (some ev­
idence, any evidence) upon which a properly instructed
jury acting judicially could acquit. If there is any or some
such evidence, then the air of reality hurdle is cleared. If
there is no such evidence, then the air of reality hurdle is
not cleared. [Emphasis in original; para. 62.]
[L]a question intégrale [. . .] est de savoir s’il existe une
preuve ou quelque élément de preuve qui permettrait à
un jury ayant reçu des directives appropriées et agissant
judiciairement de prononcer l’acquittement. Dans l’affir­
mative, le critère de la vraisemblance est respecté. Dans la
négative, il ne l’est pas. [Souligné dans l’original; par. 62.]
472
r.
v.
pappas
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
And, leaving no room for doubt in this regard, the
Court later reiterated “the full question, which is
whether there is evidence (some evidence, any ev­
idence) on the basis of which a properly instructed
jury acting reasonably could base an acquittal
if it believed the evidence to be true” (para. 83
(emphasis added)).
Puis, levant tout doute à ce sujet, la Cour rappelle
plus loin que « la question intégrale, [est celle de]
savoir s’il existe une preuve ou quelque élément
de preuve qui permettrait à un jury ayant reçu des
directives appropriées et agissant raisonnablement
de prononcer l’acquittement, s’il y ajoutait foi »
(par. 83 (italiques ajoutés)).
[61] I recognize that the Court, in R. v. Mayuran,
2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162, at para. 21,
stated that “[i]t is not enough for there to be
‘some evidence’ supporting the defence (Cinous, at
para. 83).” This passage must be read in line with
established authority, including the paragraph in
Cinous to which it refers. As appears from that very
paragraph, the Court has consistently held that the
decisive question is whether there is evidence upon
which a properly instructed jury could reasonably
acquit: Fontaine, at para. 71; Cinous, at para. 83; R.
v. Thibert, [1996] 1 S.C.R. 37, at para. 7; Faid, at
p. 276; Parnerkar v. The Queen, [1974] S.C.R. 449,
at p. 454.
[61] Je reconnais que, dans R. c. Mayuran, 2012
CSC 31, [2012] 2 R.C.S. 162, notre Cour dit au
par. 21 qu’« [i]l ne suffit pas qu’il existe “une
preuve” étayant le moyen de défense (Cinous,
par. 83). » Cette assertion doit être interprétée
eu égard à la jurisprudence établie, y compris le
paragraphe de l’arrêt Cinous auquel elle renvoie.
Il ressort de ce paragraphe même que la Cour a
tou­
jours considéré que l’élément décisif était
l’existence ou l’inexistence d’une preuve qui per­
mettrait à un jury ayant reçu des directives appro­
priées et agissant raisonnablement de prononcer
l’acquittement (Fontaine, par. 71; Cinous, par. 83;
R. c. Thibert, [1996] 1 R.C.S. 37, par. 7; Faid,
p. 276; Parnerkar c. La Reine, [1974] R.C.S. 449,
p. 454).
[62] These principles are well settled. They align
with the trust our criminal justice system places
in the collective good sense of juries. And, they
breathe life into the accused’s Charter rights to be
presumed innocent (s. 11(d)) and to have the bene­
fit of a jury trial where the maximum punishment
for the alleged offence is at least five years impris­
onment (s. 11(f)).
[62] Ces principes sont bien établis. Ils s’ins­crivent
dans la confiance que notre système de jus­tice pénale
manifeste à l’endroit du bon sens collectif du jury. Ils
donnent vie au droit constitutionnel à la présomption
d’innocence (al. 11d)) et au droit de subir un procès
devant jury lorsque la peine maximale que l’accusé
encourt est d’au moins cinq ans d’emprisonnement
(al. 11f)).
III
III
[63] I turn now to the application of these prin­
ciples to the facts of this case.
[63] Je passe maintenant à l’application de ces
prin­cipes aux faits de l’espèce.
[64] I agree with the Chief Justice that the appel­
lant discharged his evidentiary burden on the objec­
tive component of his defence of provocation. In my
respectful view, he met his evidentiary obligation
on the subjective component as well.
[64] Je conviens avec la Juge en chef que l’appe­
lant s’est acquitté de sa charge de présentation en
ce qui concerne l’élément objectif de la défense de
provocation. Avec égards, il en va de même pour le
volet subjectif.
[65] The subjective component (or “element”)
of the defence of provocation requires that the
accused acted (1) in response to the provocative act
[65] Le volet ou l’élément subjectif de la défense
de provocation exige que l’accusé ait agi (1) en
réaction à l’acte ou au comportement de provocation
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
Le juge Fish
473
or conduct; and (2) on the sudden before there was
time for his or her passion to cool: Criminal Code,
R.S.C. 1985, c. C-46, s. 232; see also R. v. Tran,
2010 SCC 58, [2010] 3 S.C.R. 350, at para. 36. The
Chief Justice emphasizes that the second, “sud­
denness” portion of the inquiry applies to both the
provocation itself and the accused’s reaction to it
(para. 36). In her opinion, there is no evidentiary
basis upon which a jury could reasonably conclude
that the wrongful provocation was sudden, in the
sense that it surprised Mr. Pappas by catching his
mind unprepared.
et (2) sous l’impulsion du moment avant d’avoir
eu le temps de reprendre son sang‑froid (Code cri­
minel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, par. 232; voir éga­
lement R. c. Tran, 2010 CSC 58, [2010] 3 R.C.S. 350,
par. 36). La Juge en chef souligne que la seconde
exigence, celle de la « soudaineté », vaut tant pour
la provocation elle‑même que pour la réaction de
l’accusé (par. 36). À son avis, la preuve ne permet
pas à un jury agissant de manière raisonnable de
conclure que l’acte fautif de provocation a été sou­
dain au sens où M. Pappas ne s’y attendait pas, qu’il
n’y était pas mentalement préparé.
[66] The appellant’s evidence was that the de­
ceased had been extorting him for 18 months lead­
ing up to the killing (A.R., vol. II, at p. 238). When
Mr. Pappas resisted, the deceased implied that he
was prepared to have Mr. Pappas’s mother killed
(p. 239). On the night in question, the appellant did
carry a concealed weapon. He testified, however,
that he did not intend to use it (pp. 242, 245 and
292-93). The deceased responded to Mr. Pappas’s
overtures by again implicitly threatening to kill
his mother (p. 303). At this point, according to
Mr. Pappas, his “mind shut down and everything
was just automatic. I drew my gun, I chambered a
round, I fired” (p. 304).
[66] L’appelant a déclaré que le défunt lui avait
extorqué de l’argent pendant les 18 mois qui avaient
précédé sa mort (d.a., vol. II, p. 238). Lorsque
M. Pappas s’était rebiffé, le défunt avait laissé enten­
dre qu’il était disposé à faire assassiner sa mère
(p. 239). Le soir en question, l’appelant dissimulait
effectivement une arme sur lui. Il a toutefois déclaré
qu’il ne comptait pas s’en servir (p. 242, 245 et
292‑293). Le défunt maître‑chanteur a réagi aux
exhortations de M. Pappas en le menaçant encore
une fois implicitement de tuer sa mère (p. 303).
Alors, selon les dires de M. Pappas : [traduction]
« J’ai perdu la raison, tout se déroulant ensuite
auto­matiquement. J’ai sorti mon pistolet, armé le
chien et tiré » (p. 304).
[67] The sudden and unexpected nature of the
deceased’s provocative act emerges from the time­
line of events on the night of the killing. Describing
the deceased’s offer to give him money for a plane
ticket, and the deceased’s subsequent veiled threat
to kill his mother, Mr. Pappas testified:
[67] Le caractère soudain et inattendu de l’acte
pro­vocateur du défunt ressort du fil des événements
le soir du meurtre. Voici comment M. Pappas a
décrit l’offre du défunt de lui remettre une somme
pour l’achat d’un billet d’avion, puis la menace
voilée subséquente de tuer sa mère :
He does me a favour from his point of view one minute. . .
and then the next minute he just told me what’s going to
happen . . . if I don’t get back and [indiscernible] his
fucking expensive toys. [A.R., vol. II, at p. 244]
[traduction] À un moment, il me fait selon lui une
faveur [. . .] puis la minute d’après il me dit simplement
ce qui va arriver [. . .] si je ne me ramène pas et
[inaudible] ses maudits jouets coûteux. [d.a., vol. II,
p. 244]
[68] Accepting this evidence as true, Mr. Pappas
plainly acted “on the sudden” — he “didn’t think
about it” (A.R., vol. II, at p. 241), but reacted
immediately to the deceased’s provocation before
there was time for his passion to cool. Indeed,
[68] À supposer que ces propos soient véridiques,
M. Pappas a clairement agi « sous l’impulsion du
moment » — il « n’a pas réfléchi » (d.a., vol. II,
p. 241), mais a réagi sans délai à la provocation du
défunt avant d’avoir eu le temps de reprendre son
474
r.
v.
pappas
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
the Chief Justice accepts that this satisfies one di­
mension of the subjective “suddenness” inquiry.
sang‑froid. La Juge en chef reconnaît en effet que
cela satisfait à un volet de l’exigence subjective de
la « soudaineté ».
[69] According to the Chief Justice, however, the
record cannot support a finding that the provocation
itself was sudden because the deceased “had made
similar statements repeatedly in the past” (para. 37).
[69] Or, selon elle, le dossier ne permet pas de
conclure que la provocation elle‑même a été sou­
daine, car le défunt « s’était exprimé dans le même
sens maintes fois dans le passé » (par. 37).
[70] In R. v. Cairney, 2013 SCC 55, [2013] 3
S.C.R. 420, Justice Abella addresses the manifest
difficulties presented by a “predictability of con­
sequences” approach with regard to the objective
element of provocation. The same holds true for
the subjective element — the mere fact that the
deceased had made similar threats to the accused
in the past does not mean that the accused would
have anticipated, or been prepared for, subsequent
threats of the same sort. Plainly, a reiterated threat
or insult can cause a previously unprovoked person
to “snap”.
[70] Dans R. c. Cairney, 2013 CSC 55, [2013] 3
R.C.S. 420, la juge Abella fait état des difficultés
évidentes que présente l’approche fondée sur la
« prévisibilité des conséquences » en ce qui con­
cerne l’élément objectif de la provocation. Les
mêmes réserves valent pour l’élément subjectif —
le seul fait que le défunt a proféré des menaces
semblables dans le passé ne permet pas de tenir
pour acquis que l’accusé a prévu les mêmes mena­
ces formulées subséquemment ou qu’il y était pré­
paré. En clair, lorsqu’elle est répétée, une menace
ou une insulte peut faire « disjoncter » une personne
qu’elle n’avait pas provoquée auparavant.
[71] The Court explicitly addressed this very
pos­sibility in Thibert. In considering whether a
provocation is “sudden” in the sense that it strikes
upon a mind unprepared for it, the Court held that
[71] Notre Cour se penche expressément sur cette
possibilité dans Thibert. Appelée à déterminer si une
provocation avait été « soudaine » au sens où elle
avait été inattendue, elle conclut :
the background and history of the relationship between
the accused and the deceased should be taken into con­
sideration. This is particularly appropriate if it reveals
a long history of insults, leveled at the accused by the
deceased. . . . “[T]he last affront may be comparatively
trivial, merely the last straw that makes the worm turn, so
to speak”. [para. 20]
. . . le contexte et l’historique des relations entre l’accusé
et la victime [s’ajoutent] aux facteurs dont il faut tenir
compte. Cela est d’autant plus approprié si l’examen
de ce facteur révèle l’existence d’une longue histoire
d’insultes proférées par la victime à l’endroit de l’accusé.
[. . .] [traduction] « [L]’insulte ultime peut être compa­
rativement insi­gnifiante, n’être que de la goutte qui fait
déborder le vase en quelque sorte ». [par. 20]
(Citing G. Williams, Textbook of Criminal Law
(2nd ed. 1983).)
(Citant G. Williams, Textbook of Criminal Law
(2e éd. 1983).)
[72] In this regard, the Chief Justice focuses on
whether Mr. Pappas’s “mind was prepared for the
possibility that Kullman might reject his pleas to
end the extortion” (para. 41). With respect, however,
the alleged provocative act was not the deceased’s
failure to end the extortion; rather, it was his sudden
utterance — “I got great fucking insurance” —
[72] Sur ce point, la Juge en chef s’attache à la
question de savoir si M. Pappas « envisageait la
possibilité que M. Kullman refuse de mettre fin
à l’extorsion » (par. 41). Cependant, soit dit en
tout respect, l’acte provocateur allégué n’était pas
l’omission du défunt de mettre fin à l’extorsion, mais
son affirmation soudaine — [traduction] « j’ai une
[2013] 3 R.C.S.
r.
c.
pappas
Le juge Fish
475
which Mr. Pappas understood as a threat to his
mother’s life (A.R., vol. II, at p. 241). This is amply
supported by Mr. Pappas’s evidence that he shot
the deceased in order to protect his mother (A.R.,
vol. II, at pp. 240-42, 247 and 254-55).
super garantie » — que M. Pappas a interpré­tée
comme une menace d’attenter à la vie de sa mère
(d.a., vol. II, p. 241). La déposition de M. Pappas
selon laquelle il a abattu la victime pour protéger
sa mère étaye amplement cette conclusion (d.a.,
vol. II, p. 240‑242, 247 et 254‑255).
[73] Nor am I able to share the Chief Justice’s
characterization as “little more than . . . bald asser­
tions” the appellant’s evidence that he was unpre­
pared for the deceased’s comments (para. 41).
[73] Je ne peux non plus convenir avec la Juge
en chef que la preuve voulant que la provocation
alléguée ait pris l’appelant de court « ne prend appui
que sur les affirmations de M. Pappas » (par. 41).
[74] In Osolin, this Court affirmed that, in order
for a defence to be put to the jury, there must be
“evidence beyond [a] mere assertion” of the el­
ements of the defence (pp. 686-87). Using the de­
fence of provocation as an example, the Court held
that while a “bare assertion” by the accused — “I
was provoked” — would not suffice, the “requisite
evidence may come from the detailed testimony of
the accused alone” (p. 687 (emphasis added)).
[74] Dans Osolin, notre Cour affirme que
pour qu’un moyen de défense soit présenté au
jury, il faut « une preuve qui va plus loin que
la seule affirmation » des éléments de la défense
(p. 686‑687). Prenant la défense de provocation
à titre d’exemple, elle conclut que même s’il ne
suffit pas que l’accusé prononce les mots « j’ai
été provoqué », la « preuve nécessaire peut prove­
nir du seul témoignage détaillé de l’accusé »
(p. 687 (italiques ajoutés)).
[75] Read in this light, Mr. Pappas’s detailed
evidence of the circumstances surrounding the al­
leged provocation, including his perceptions and ex­
planations for his actions, can hardly be equated with
a “bare assertion” that he was provoked.
[75] Sous cet éclairage, on ne saurait voir dans le
témoignage détaillé de M. Pappas sur les cir­cons­
tances de la provocation alléguée, ce qui englobe
ses perceptions et l’explication de ses gestes, une
« simple affirmation » qu’il a été provoqué.
[76] Neither can Mr. Pappas’s description of
the provoking act be considered a single state­
ment that is inconsistent with his “principal nar­
rative”: Gauthier, at para. 61, cited by the Chief
Justice, at para. 24.
[76] Sa description de l’acte provocateur ne peut
non plus être assimilée à une seule mention qui est
inconciliable avec son « récit principal » (Gauthier,
par. 61, cité par la Juge en chef, par. 24).
[77] I agree with the Chief Justice that the “only
passages in [Mr.] Pappas’ confession that support
a loss of self-control are the ones in which he de­
scribes his reaction upon hearing [Mr.] Kullman
once again make reference to the fact that
[Mr. Kullman] had ‘insurance’” (para. 40). These
des­
criptions con­
stitute direct evidence of the
suddenness of the pro­vo­cation and must be taken as
true. As such, they demonstrate that the appellant
discharged his evidentiary burden on the “sudden
provocation” element of the defence.
[77] Je partage l’avis de ma collègue que les « seuls
extraits des aveux de M. Pappas qui étayent la perte
de maîtrise de soi sont ceux qui font état de sa
réaction lorsque M. Kullman a répété qu’il disposait
d’une “garantie” » (par. 40). Ces précisions sur sa
réaction constituent une preuve directe du caractère
soudain de la provocation et elles doivent être tenues
pour avérées. Elles établissent donc que l’appelant
s’est acquitté de sa charge de présentation pour ce
qui est de l’élément de la défense qui réside dans l’exis­
tence d’une « provocation soudaine ».
476
r.
v.
pappas
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
[78] Whether these passages are “inconsistent”
with other evidence, however, necessarily requires
a weighing of the evidence and an assessment of
its reliability. That determination must properly
be left to the jury. And the trial judge’s decision
whether to leave the defence to the jury must, in any
event, be based on “the construction of the evidence
most favourable to the accused’s position”: Cinous,
at para. 98. The trial judge in this case therefore
committed no error in finding that Mr. Pappas’s
evidence — if accepted as true in whole or in part
— was capable of supporting the inference that the
deceased’s comments constituted a sudden and un­
expected act of provocation.
[78] Or, déterminer si ces extraits sont « incon­
ciliables » avec d’autres éléments de preuve exige
nécessairement d’apprécier le caractère probant et
la fiabilité de la preuve, ce qui incombe bel et bien
au jury. Et quoi qu’il en soit, la décision du juge du
procès de soumettre la défense au jury doit s’appu­yer
sur « l’interprétation de la preuve qui est la plus
favorable à l’accusé » (Cinous, par. 98). En l’espèce,
la juge n’a donc pas eu tort de conclure que la
preuve offerte par M. Pappas — si on y ajoutait foi
en totalité ou en partie — pouvait étayer l’inférence
que les propos du défunt constituaient un acte de
provocation à la fois soudain et inattendu.
IV
IV
[79] For the foregoing reasons, I am unable to
agree with the Chief Justice that the trial judge com­
mitted a reviewable error in leaving the appellant’s
defence of provocation to the jury. As mentioned at
the outset as well, I would nevertheless dismiss the
appeal for the reasons of the majority in the Court
of Appeal.
[79] Pour les motifs qui précèdent, je ne peux
souscrire à l’avis de la Juge en chef selon lequel
la juge du procès a commis une erreur susceptible
de contrôle en soumettant au jury la défense de
provocation invoquée par l’appelant. Comme je
l’indique au début des présents motifs, j’estime
néanmoins qu’il y a lieu de rejeter le pourvoi pour
les motifs sur lesquels se fondent les juges majo­
ritaires de la Cour d’appel.
Appeal dismissed.
Pourvoi rejeté.
Solicitors for the appellant: Ruttan Bates,
Calgary.
Procureurs de l’appelant : Ruttan Bates, Calgary.
Solicitor for the respondent: Attorney General of
Alberta, Calgary.
Procureur de l’intimée : Procureur général de
l’Alberta, Calgary.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
477
Pro-Sys Consultants Ltd. and
Neil Godfrey Appellants
Pro-Sys Consultants Ltd. et
Neil Godfrey Appelants
v.
c.
Microsoft Corporation and Microsoft Canada
Co./Microsoft Canada CIE Respondents
Microsoft Corporation et Microsoft Canada
Co./Microsoft Canada CIE Intimées
and
et
Attorney General of Canada Intervener
Procureur général du Canada Intervenant
Indexed as: Pro-Sys Consultants Ltd. v.
Microsoft Corporation
Répertorié : Pro-Sys Consultants Ltd. c.
Microsoft Corporation
2013 SCC 57
2013 CSC 57
File No.: 34282.
No du greffe : 34282.
2012: October 17; 2013: October 31.
2012 : 17 octobre; 2013 : 31 octobre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
british columbia
en appel de la cour d’appel de la
colombie-britannique
Civil procedure — Class actions — Certification —
Indirect purchasers — Plaintiffs suing defendants for
unlawful conduct in overcharging for its PC operating
systems and PC applications software — Plaintiffs
seeking certification of action as class proceeding under
provincial class action legislation — Whether indirect
purchaser actions are available as a matter of law in
Canada — Whether certification requirements are met —
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, s. 4(1).
Procédure civile — Recours collectifs — Certification
— Acheteurs indirects — Action intentée contre les
défenderesses au motif qu’elles auraient agi illégalement
en majorant le prix de leurs systèmes d’exploitation
et de leurs logiciels d’application pour ordinateur
personnel — Demande de certification d’une action à
titre de recours collectif en application des dispositions
provinciales sur les recours collectifs — L’acheteur
indirect dispose-t-il d’un recours en droit canadien?
— Respect des conditions de certification — Class
Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50, art. 4(1).
P brought a class action against M, alleging that
beginning in 1988, M engaged in unlawful conduct by
overcharging for its Intel-compatible PC operating sys­
tems and Intel-compatible PC applications software. P
sought certification of the action as a class proceeding
under the Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50
(“CPA”). The proposed class is made up of ultimate con­
sumers, known as “indirect purchasers”, who acquired
M’s products from re-sellers.
P a intenté contre M un recours collectif dans lequel
elle allègue que, à compter de 1988, M a agi illégale­
ment en majorant le prix de ses systèmes d’exploitation
et de ses logiciels d’application pour ordinateur person­
nel compatibles avec le processeur Intel. P a demandé la
certi­fication de son action à titre de recours collectif en
application de la Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996,
ch. 50 (« CPA »). Le groupe proposé se compose des con­
sommateurs finaux, appelés « acheteurs indirects », qui
ont acheté des produits de M à des revendeurs.
478
pro-sys consultants
The British Columbia Supreme Court found that
the certification requirements set out in s. 4(1) of the
CPA were met and certified the action. The majority of
the Court of Appeal allowed M’s appeal, set aside the
certification order and dismissed the action, determining
that indirect purchaser actions were not available as
a matter of law in Canada and therefore that the class
members had no cause of action under s. 4(1)(a) of the
CPA.
Held: The appeal should be allowed.
v.
microsoft
[2013] 3 S.C.R.
La Cour suprême de la Colombie-Britannique a
con­clu que les conditions de certification prévues au
par. 4(1) de la CPA étaient réunies et elle a certifié
l’action. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont
accueilli l’appel de M, annulé l’ordonnance de certi­
fi­cation et rejeté l’action après avoir statué que l’ache­
teur indirect n’a pas de recours en droit canadien et que
les membres du groupe n’avaient donc pas de cause
d’action comme l’exige l’al. 4(1)(a) de la CPA.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli.
Indirect purchasers have a cause of action against
the party who has effectuated the overcharge at the top
of the distribution chain that has allegedly injured the
indirect purchasers as a result of the overcharge being
“passed on” to them through the chain of distribution.
The argument that indirect purchasers should have no
cause of action because passing on has been rejected as a
defence in Canada should fail.
L’acheteur indirect a une cause d’action contre
l’auteur de la majoration qui se situe au sommet de la
chaîne de distribution et qui l’aurait indirectement lésé
du fait que la majoration lui a été « transférée » en
aval dans la chaîne de distribution. On ne peut retenir
l’argument selon lequel l’acheteur indirect ne doit se
voir reconnaître aucune cause d’action en raison du
rejet du transfert de la perte comme moyen de défense
au Canada.
The passing-on defence, which was typically ad­
vanced by an overcharger at the top of a distribution
chain, was invoked under the proposition that if the di­
rect purchaser who sustained the original overcharge
then passed that overcharge on to its own customers,
the gain conferred on the overcharger was not at the
ex­pense of the direct purchaser because the direct pur­
chaser suffered no loss. As such, the fact that the over­
charge was “passed on” was argued to be a defence
to actions brought by the direct purchaser against the
party responsible for the overcharge. This defence has
been rejected by this Court in Kingstreet Investments
Ltd. v. New Brunswick (Finance), 2007 SCC 1, [2007]
1 S.C.R. 3, and that rejection is not limited to the con­
text of the imposition of ultra vires taxes; the passing-on
defence is rejected throughout the whole of restitu­tion­­ary
law.
Le moyen de défense fondé sur le transfert de la
perte, généralement invoqué par l’auteur de la majo­
ra­tion situé au sommet de la chaîne de distribution,
vou­lait que si l’acheteur direct absorbait la majoration
puis la transférait à ses propres clients, l’auteur de la
majo­ration ne réalisait pas le bénéfice au détriment de
l’ache­teur direct, celui-ci ne subissant aucune perte.
Ce « transfert » de la majoration était donc invoqué en
défense à l’action intentée par l’acheteur direct contre
l’auteur de la majoration. La Cour a rejeté ce moyen de
défense dans Kingstreet Investments Ltd. c. NouveauBrunswick (Finances), 2007 CSC 1, [2007] 1 R.C.S. 3,
et ce rejet ne vaut pas que pour l’imposition d’une taxe
ultra vires; le moyen de défense fondé sur le transfert
de la perte est toujours exclu aux fins du droit de la
restitution.
However, the rejection of the passing-on defence
does not lead to a corresponding rejection of the of­
fen­sive use of passing on. Therefore, indirect pur­cha­
sers should not be foreclosed from claiming los­ses
passed on to them. The risk of double or multiple re­
covery where actions by direct and indirect purcha­
sers are pending at the same time or where parallel
suits are pending in other jurisdictions can be managed
by the court. Furthermore, indirect purchaser ac­tions
should not be barred altogether solely because of the
like­ly complexity associated with proof of damages. In
bring­ing their action, the indirect pur­chas­ers will­ingly
assume the burden of establishing that they have suf­
fered loss, and whether they have met their burden of
Cependant, le rejet du transfert de la perte comme
moyen de défense n’entraîne pas son exclusion comme
cause d’action. En conséquence, l’acheteur indirect ne
doit pas se voir empêcher de recouvrer le montant de
la perte qui lui a été transférée. Le tribunal peut gérer
le risque de recouvrement double ou multiple lorsque
l’action de l’acheteur direct et celle de l’acheteur indirect
sont en instance simultanément ou lorsque des poursui­
tes sont intentées parallèlement dans d’autres ressorts.
Par ailleurs, il n’y a pas lieu de faire totalement obstacle
à l’action de l’acheteur indirect pour la seule raison
qu’il sera ardu d’établir le préjudice subi. L’acheteur
indirect qui intente une action contracte volontairement
l’obligation d’établir qu’il a subi une perte, et la question
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
479
proof is a factual question to be decided on a case-bycase basis. In addition, al­low­ing the offensive use of
passing on will not frus­trate the deterrence objectives of
Canadian competition laws. Indirect purchaser actions
may, in some cir­cum­­stances, be the only means by which
overcharges are claimed and deterrence is promoted.
Finally, allow­ing indirect purchaser actions is consistent
with the remediation objective of restitution law be­cause
it allows for compensating the parties who have actually
suffered the harm rather than reserving these actions for
direct purchasers who may have in fact passed on the
overcharge.
de savoir s’il s’est acquitté ou non de son fardeau de
preuve tient aux faits de l’espèce. En outre, permettre
d’alléguer en demande le transfert de la perte ne nuira
pas aux objectifs de dissuasion des dispositions canadien­
nes sur la concurrence. Dans certaines circonstances,
l’ac­tion de l’acheteur indirect peut offrir le seul moyen de
recouvrer la majoration et d’assurer la dissuasion. Enfin,
permettre à l’acheteur indirect d’intenter une action en
justice s’accorde avec l’objectif de réparation du droit de
la restitution, car la personne qui a effectivement subi un
préjudice, et non seulement l’acheteur direct qui a pu en
fait transférer la majoration, peut ainsi être indemnisée.
The first requirement for certification at s. 4(1) of
the CPA requires that the pleadings disclose a cause
of action. A plaintiff satisfies this requirement un­
less, assuming all facts pleaded to be true, it is plain
and obvious that the plaintiff’s claim cannot succeed.
In the case at bar, the pleadings disclose causes of
action that should not be struck out at this stage of
the proceedings.
La première condition de certification prévue au
par. 4(1) de la CPA veut que les actes de procédure révè­
lent une cause d’action. Le demandeur ne satisfait pas
à la condition lorsque, à supposer que les faits invoqués
soient vrais, la demande ne pourrait manifestement pas
être accueillie. En l’espèce, les actes de procédure révè­
lent des causes d’action qu’on ne saurait radier à ce stade
de l’instance.
First, it cannot be said that the pleadings do not
disclose a cause of action under s. 36 of the Competition
Act. The contention that the s. 36 cause of action is not
properly pleaded because it was not included in the
statement of claim and that any attempt to add it now
would be barred by the two-year limitation pe­riod con­
tained in s. 36(4) of the Act is purely technical and
should be rejected. The argument that the Competition
Tribunal should have jurisdiction over the enforcement
of the competition law should also be rejected, since
s. 36 expressly confers jurisdiction on the court to enter­
tain the claims of any person who suffered loss by virtue
of a breach of Part VI of the Act.
Premièrement, on ne peut affirmer que les actes de
procédure ne révèlent pas une cause d’action fondée sur
l’art. 36 de la Loi sur la concurrence. La prétention que
la cause d’action fondée sur l’art. 36 est irrégulièrement
plaidée parce qu’elle ne figure pas dans la déclaration
et que le délai de prescription de deux ans imparti au
par. 36(4) de la Loi fait obstacle à l’ajout de cette cause
d’action est purement technique et doit être rejetée. Celle
voulant que c’est au Tribunal de la concurrence qu’il
appartient de faire respecter le droit de la concurrence
doit également être rejetée puisque l’art. 36 confère
expressément compétence à une cour de justice pour
statuer sur toute réclamation d’une personne à qui une
violation de la partie VI a infligé une perte.
Next, it is not plain and obvious that the claim in tort
for predominant purpose conspiracy cannot succeed.
The contention that the tort of predominant purpose
conspiracy is not made out because the statement of
claim fails to identify one true predominant purpose
and instead lists overlapping purposes should fail at
this stage of the proceedings. Similarly, the argument
that the predominant purpose conspiracy claim should
be struck as it applies to an alleged conspiracy between
a parent corporation and its subsidiaries should fail be­
cause it is not plain and obvious that the law considers
parent and wholly-owned subsidiary corporations to
always act in combination.
Ensuite, on ne saurait dire qu’il ne peut manifestement
pas être fait droit à l’allégation relative au délit civil de
complot visant principalement à causer un préjudice. La
thèse voulant que l’allégation ne soit pas étayée parce
que la déclaration ne révèle pas un véritable objet prin­
cipal, mais en énumère en fait plusieurs qui se che­vau­
chent, doit être rejetée à ce stade de l’instance. Il con­­vient
également de rejeter la demande de radiation de l’allé­
gation de complot entre une société mère et une filiale
visant principalement à causer un préjudice car il n’est
pas manifeste que, sur le plan juridique, une soci­é té
mère et une filiale à 100 p. 100 agissent tou­jours de
concert.
Similarly, at this point, it is not plain and obvious that
there is no cause of action in tort for unlawful means
conspiracy or intentional interference with economic
Aussi, l’inexistence d’une cause d’action en res­
ponsabilité délictuelle pour complot en vue de recou­
rir à des moyens illégaux ou pour atteinte intention­nelle
480
pro-sys consultants
v.
microsoft
[2013] 3 S.C.R.
interests. These alleged causes of action must be dealt
with summarily as the proper approach to the unlawful
means requirement common to both torts is presently
under reserve in this Court in Bram Enterprises Ltd.
v. A.I. Enterprises Ltd., 2012 NBCA 33, 387 N.B.R.
(2d) 215, leave to appeal granted, [2012] 3 S.C.R. v.
Depending on the decision of this Court in Bram, it will
be open to M to raise the matter at trial should it con­
sider it advisable to do so.
aux intérêts financiers n’est pas manifeste à ce stade.
Ces causes d’action alléguées doivent être examinées
sommairement car, dans le dossier Bram Enterprises
Ltd. c. A.I. Enterprises Ltd., 2012 NBCA 33, 387
R.N.-B. (2e) 215, autorisation d’appel accordée, [2012]
3 R.C.S. v., actuellement en délibéré, notre Cour ne
s’est pas encore prononcée sur l’approche qui s’impose
à l’égard de l’exigence, commune aux deux délits civils,
du recours à des moyens illégaux. Selon l’issue du pour­
voi dans Bram, M pourra demander à la juridic­tion de
première instance de statuer sur ce point si elle le juge
opportun.
With respect to the restitutionary claim in unjust
enrichment, it is not plain and obvious that it cannot
succeed. With respect to the argument that any en­rich­
ment received by M came from the direct purchasers
and not from the class members, and that this lack of
a direct connection between it and the class members
fore­closes the claim of unjust enrichment, it is not plain
and obvious that a claim in unjust enrichment will be
made out only where the relationship between the plain­
tiff and the defendant is direct. The question of whether
the contracts between M and the direct purchasers and
the contracts between the direct purchasers and the in­
direct purchasers, which could constitute a juristic rea­
son for the enrichment, are illegal and void should not be
resolved at this stage of the proceedings and must be left
to the trial judge.
S’agissant de la demande de restitution fondée sur
l’enrichissement sans cause, il n’est pas manifeste
qu’il ne peut y être fait droit. En ce qui concerne la
thèse voulant que l’enrichissement de M provienne des
acheteurs directs, et non des membres du groupe, et
que son absence de lien direct avec ces derniers scelle
le sort de l’allégation d’enrichissement sans cause, il
n’est pas manifeste que l’enrichissement sans cause
ne sera établi que si le lien entre la demanderesse et
la défenderesse est direct. Il n’y a pas lieu, à ce stade
de l’instance, de statuer sur la question de savoir si
les contrats entre M et les acheteurs directs et entre les
acheteurs directs et les acheteurs indirects, les­quels
pourraient constituer la cause juridique de l’enri­chis­
sement, sont illégaux et nuls; il appartient au juge du
procès de le faire.
The pleadings based on constructive trust must be
struck. In order to find that a constructive trust is made
out, the plaintiff must be able to point to a link or
causal connection between his or her contribution and
the acquisition of specific property. In the present case,
there is no referential property. P makes a purely mone­
tary claim. As the claim neither explains why a mone­
tary award is inappropriate or insufficient nor shows a
link to specific property, the claim does not satisfy the
conditions necessary to ground a constructive trust. On
the pleadings, it is plain and obvious that this claim
cannot succeed.
Les allégations relatives à l’existence d’une fiducie
par interprétation doivent être radiées. Pour faire la
preuve d’une fiducie par interprétation, le demandeur
doit pouvoir établir un lien ou un rapport de causalité
entre sa contribution et l’acquisition d’un bien. Nul bien
n’est en cause en l’espèce. P réclame seulement une
réparation pécuniaire. Étant donné qu’elle n’indique pas
en quoi une réparation pécuniaire serait inappropriée
ou insuffisante, et qu’elle n’établit pas de lien avec un
bien en particulier, l’allégation ne satisfait pas aux
conditions d’imposition d’une fiducie par interprétation.
Au vu des actes de procédure, il est manifeste qu’on ne
saurait faire droit à cette allégation.
Finally, it is not plain and obvious that a cause of
action in waiver of tort would not succeed. There is
contradictory law as to the question of whether the un­
derlying tort needs to be established in order to sustain
an action in waiver of tort. This appeal is not the proper
place to resolve the details of the law of waiver of tort,
nor the particular circumstances in which it can be
pleaded.
Enfin, il n’est pas manifeste que le demandeur qui
fonde son action sur la renonciation au recours délic­
tuel sera débouté. Le droit est contradictoire quant à
savoir si le délit civil sous-jacent doit être prouvé ou
non pour les besoins d’une action fondée sur la renon­
cia­tion au recours délictuel. Il ne convient pas de statuer
plus avant, dans le cadre du pourvoi, sur le droit appli­
cable en matière de renonciation au recours délictuel, ni
sur le contexte particulier dans lequel on peut invoquer
celle-ci.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
481
The starting point in determining the standard of
proof to be applied to the remaining certification
requirements is the standard articulated in this Court’s
decision in Hollick v. Toronto (City), 2001 SCC 68,
[2001] 3 S.C.R. 158: the class representative must
show some basis in fact for each of the certification
requirements set out in the provincial class action leg­
is­lation, other than the requirement that the plead­ings
disclose a cause of action. The certification stage is
not meant to be a test of the merits of the action, rather,
this stage is concerned with form and with whether the
action can properly proceed as a class action. The stan­
dard of proof asks not whether there is some basis in
fact for the claim itself, but rather whether there is some
basis in fact which establishes each of the individual
certification requirements. Although evidence has a role
to play in the certification process, the standard of proof
does not require evidence on a balance of probabili­
ties. The certification stage does not involve an assess­
ment of the merits of the claim and is not intended to
be a pronouncement on the viability or strength of the
action, rather, it focuses on the form of the action in
order to determine whether the action can appropri­ately
go forward as a class proceeding. Each case must be
decided on its own facts. There must be sufficient facts
to satisfy the applications judge that the condi­tions for
certification have been met to a degree that should allow
the matter to proceed on a class basis with­out founder­
ing at the merits stage by reason of the requirements
not having been met.
Le point de départ pour déterminer la norme de
preuve applicable aux autres conditions de certification
réside dans l’arrêt Hollick c. Toronto (Ville), 2001 CSC
68, [2001] 3 R.C.S. 158 : le représentant du groupe doit
établir un certain fondement factuel pour chacune des
conditions que prévoient les dispositions provinciales
sur les recours collectifs, sauf celle voulant que les actes
de procédure révèlent une cause d’action. L’examen
au fond est écarté à l’étape de la certification, laquelle
intéresse plutôt la forme et le caractère approprié de la
poursuite par voie de recours collectif. Suivant la norme
de preuve applicable, la question n’est pas celle de savoir
si la demande a un certain fondement factuel, mais bien
si un certain fondement factuel établit chacune des
conditions de certification. Bien que la preuve importe
aux fins de la certification, la norme de preuve n’exige
pas une preuve selon la prépondérance des probabilités.
La procédure de certification ne comporte pas d’examen
au fond de la demande et elle ne vise pas à déterminer
le bien-fondé des allégations; elle intéresse plutôt la
forme que revêt l’action pour déterminer s’il convient
de procéder par recours collectif. L’issue d’une affaire
dépend des faits qui lui sont propres. Suffisamment
de faits doivent permettre de convaincre le tribunal que
les conditions de certification sont réunies de telle sorte
que l’instance puisse suivre son cours sous forme de
recours collectif sans s’écrouler à l’étape de l’examen au
fond à cause du non-respect des conditions applicables.
In the case at bar, the applications judge’s finding
that the claims raised common issues is entitled to def­
erence. In order to establish commonality, evidence that
the acts alleged actually occurred is not required, rather,
the factual evidence required at this stage goes only to
establishing whether these questions are common to
all the class members. With respect to the common
issues that ask whether loss to the class members can
be established on a class-wide basis, they require the
use of expert evidence in order for commonality to
be established. The expert methodology must be suf­
ficiently credible or plausible to establish some basis in
fact for the commonality requirement — it must offer
a realistic prospect of establishing loss on a class-wide
basis so that, if the overcharge is eventually established
at the trial of the common issues, there is a means by
which to demonstrate that it is common to the class. The
methodology cannot be purely theoretical or hypothet­
ical, but must be grounded in the facts of the particular
case in question, and there must be some evidence of
the availability of the data to which the methodology
En l’espèce, la conclusion du juge selon laquelle
les demandes soulèvent des questions communes
commande la déférence. Établir la communauté des
questions n’exige pas la preuve que les actes allégués
ont effectivement eu lieu; à ce stade, il faut plutôt éta­
blir que les questions soulevées sont communes à tous
les membres du groupe. Démontrer le caractère com­
mun des questions — la perte subie par les membres
peut-elle être circonscrite à l’échelle du groupe? —
commande le recours à une preuve d’expert. La méthode
d’expert doit être suffisamment valable ou acceptable
pour établir un certain fondement factuel aux fins du
respect de l’exigence d’une question commune; elle doit
offrir une possibilité réaliste d’établir la perte à l’échelle
du groupe, de sorte que, si la majoration est établie
à l’issue de l’examen des questions communes au pro­
cès, un moyen permette de démontrer qu’elle est com­
mune aux membres du groupe. Il ne peut s’agir d’une
méthode purement théorique ou hypothétique; elle
doit reposer sur les faits de l’affaire, et l’existence des
données auxquelles la méthode est censée s’appliquer
482
pro-sys consultants
v.
microsoft
[2013] 3 S.C.R.
is to be applied. Resolving conflicts between the ex­
perts is an issue for the trial judge and not one that
should be engaged in at certification.
doit être étayée par quelque preuve. Trancher entre des
preuves d’expert contradictoires relève du juge du pro­
cès et ne doit pas intervenir à l’étape de la certification.
The applications judge’s decision to certify as com­
mon issues whether damages can be determined on an
aggregate basis and if so, in what amount, should not be
disturbed. The question of whether damages assessed
in the aggregate are an appropriate remedy can be cer­
tified as a common issue. However, this common is­sue
should only be determined at the common is­sues trial
after a finding of liability has been made. The ultimate de­
cision as to whether the aggregate damages provi­sions
of the CPA should be available is one that should be left
to the common issues trial judge. The failure to pro­pose
or certify aggregate damages, or another rem­edy, as a
common issue does not preclude a trial judge from in­
voking the provisions if considered appropriate.
La décision de certifier à titre de questions commu­
nes l’opportunité d’établir les dommages-intérêts de
man­ière globale et, dans l’affirmative, la détermination
du montant de ces dommages-intérêts, ne doit pas être
réformée. La question de savoir si l’octroi de dommagesintérêts globaux constitue une réparation ap­propriée
peut être certifiée comme question commune. Cepen­
dant, cette question commune ne sera tranchée qu’au
procès, une fois la responsabilité établie. La dé­cision
relative à l’applicabilité des dispositions de la CPA sur
les dommages-intérêts globaux doit apparte­nir en fin de
compte au juge du procès appelé à statuer sur les ques­
tions communes. L’omission de proposer ou de certi­fier
à titre de question commune l’opportu­nité d’accorder
des dommages-intérêts globaux ou une autre réparation
n’empêche pas le juge du procès de se fonder sur les dis­
positions s’il l’estime indiqué.
The applications judge’s finding that the class action
is the preferable procedure should not be interfered
with. In the present case, there are common issues re­
lated to the existence of the causes of action and there are
also common issues related to loss to the class mem­
bers. The loss-related issues can be said to be common
because there is an expert methodology that has been
found to have a realistic prospect of establishing loss
on a class-wide basis. If the common issues were to be
resolved, they would be determinative of M’s liability
and of whether passing on of the overcharge to the in­
direct purchasers has occurred. Because such deter­mi­
nations will be essential in order for the class members
to recover in this case, a resolution of the common is­
sues would significantly advance the action.
La conclusion du juge saisi des demandes selon
laquelle le recours collectif constitue la meilleure pro­
cédure ne doit pas être modifiée. Dans la présente affaire,
non seulement l’existence de causes d’action, mais aussi
la perte subie par les membres du groupe, constituent
des questions communes. On peut dire que la perte
constitue une question commune car il a été déterminé
qu’une méthode proposée par un expert permettrait assez
certainement d’établir la perte à l’échelle du groupe. Le
règlement des questions communes devrait permettre
de statuer sur la responsabilité de M et sur le transfert
de la majoration aux acheteurs indirects. Puisqu’il est
essentiel de statuer sur ces points afin que les membres
du groupe puissent recouvrer le montant de la perte, le
règlement des questions communes ferait progresser
substantiellement l’instance.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Sun-Rype Products Ltd. v. Archer
Daniels Midland Co., 2011 BCCA 187, 305 B.C.A.C.
55, aff’d 2013 SCC 58, [2013] 3 S.C.R. 545; Infineon
Technologies AG v. Option consommateurs, 2013 SCC
59, [2013] 3 S.C.R. 600; Hanover Shoe, Inc. v. United
Shoe Machinery Corp., 392 U.S. 481 (1968); Kingstreet
Investments Ltd. v. New Brunswick (Finance), 2007 SCC
1, [2007] 1 S.C.R. 3; Commissioner of State Revenue
(Victoria) v. Royal Insurance Australia Ltd. (1994), 182
C.L.R. 51; British Columbia v. Canadian Forest Products
Ltd., 2004 SCC 38, [2004] 2 S.C.R. 74; Southern Pacific
Co. v. Darnell-Taenzer Lumber Co., 245 U.S. 531
(1918); Illinois Brick Co. v. Illinois, 431 U.S. 720 (1977);
Multiple Access Ltd. v. McCutcheon, [1982] 2 S.C.R. 161;
Arrêts mentionnés : Sun-Rype Products Ltd.
c. Archer Daniels Midland Co., 2011 BCCA 187,
305 B.C.A.C. 55, conf. par 2013 CSC 58, [2013] 3
R.C.S. 545; Infineon Technologies AG c. Option con­
sommateurs, 2013 CSC 59, [2013] 3 R.C.S. 600;
Hanover Shoe, Inc. c. United Shoe Machinery Corp.,
392 U.S. 481 (1968); Kingstreet Investments Ltd. c.
Nouveau-Brunswick (Finances), 2007 CSC 1, [2007] 1
R.C.S. 3; Commissioner of State Revenue (Victoria) c.
Royal Insurance Australia Ltd. (1994), 182 C.L.R. 51;
Colombie-Britannique c. Canadian Forest Products
Ltd., 2004 CSC 38, [2004] 2 R.C.S. 74; Southern Pacific
Co. c. Darnell-Taenzer Lumber Co., 245 U.S. 531
(1918); Illinois Brick Co. c. Illinois, 431 U.S. 720 (1977);
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
483
Chadha v. Bayer Inc. (2003), 63 O.R. (3d) 22; California
v. ARC America Corp., 490 U.S. 93 (1989); Alberta v.
Elder Advocates of Alberta Society, 2011 SCC 24, [2011]
2 S.C.R. 261; Hunt v. Carey Canada Inc., [1990] 2 S.C.R.
959; Hollick v. Toronto (City), 2001 SCC 68, [2001] 3
S.C.R. 158; Mulcahy v. The Queen (1868), L.R. 3 H.L.
306; Golden Capital Securities Ltd. v. Holmes, 2004
BCCA 565, 205 B.C.A.C. 54; Canada Cement LaFarge
Ltd. v. British Columbia Lightweight Aggregate Ltd.,
[1983] 1 S.C.R. 452; Smith v. National Money Mart Co.
(2006), 80 O.R. (3d) 81, leave to appeal refused, [2006] 1
S.C.R. xii; Correia v. Canac Kitchens, 2008 ONCA 506,
91 O.R. (3d) 353; OBG Ltd. v. Allan, [2007] UKHL 21,
[2008] 1 A.C. 1; Bram Enterprises Ltd. v. A.I. Enterprises
Ltd., 2012 NBCA 33, 387 N.B.R. (2d) 215, leave to
appeal granted, [2012] 3 S.C.R. v; Garland v. Consumers’
Gas Co., 2004 SCC 25, [2004] 1 S.C.R. 629; Rathwell v.
Rathwell, [1978] 2 S.C.R. 436; Pettkus v. Becker, [1980]
2 S.C.R. 834; Peel (Regional Municipality) v. Canada,
[1992] 3 S.C.R. 762; Kerr v. Baranow, 2011 SCC 10,
[2011] 1 S.C.R. 269; United Australia, Ltd. v. Barclays
Bank, Ltd., [1941] A.C. 1; Serhan (Trustee of) v. Johnson
& Johnson (2006), 85 O.R. (3d) 665; National Trust Co.
v. Gleason, 77 N.Y. 400 (1879); Federal Sugar Refining
Co. v. United States Sugar Equalization Board, Inc.,
268 F. 575 (1920); Mahesan v. Malaysia Government
Officers’ Co-operative Housing Society Ltd., [1979] A.C.
374; Universe Tankships Inc. of Monrovia v. International
Transport Workers Federation, [1983] A.C. 366; Zidaric
v. Toshiba of Canada Ltd. (2000), 5 C.C.L.T. (3d) 61;
Reid v. Ford Motor Co., 2006 BCSC 712 (CanLII); ProSys Consultants Ltd. v. Infineon Technologies AG, 2009
BCCA 503, 98 B.C.L.R. (4th) 272, rev’g 2008 BCSC
575 (CanLII); Cloud v. Canada (Attorney General)
(2004), 73 O.R. (3d) 401; In re: Hydrogen Peroxide
Antitrust Litigation, 552 F.3d 305 (2008); Irving Paper
Ltd. v. Atofina Chemicals Inc. (2009), 99 O.R. (3d) 358;
Hague v. Liberty Mutual Insurance Co. (2004), 13 C.P.C.
(6th) 1; Western Canadian Shopping Centres Inc. v.
Dutton, 2001 SCC 46, [2001] 2 S.C.R. 534; In Re: 
Linerboard Antitrust Litigation, 305 F.3d 145 (2002);
Wal-Mart Stores, Inc. v. Dukes, 131 S.Ct. 2541 (2011);
Steele v. Toyota Canada Inc., 2011 BCCA 98, 329 D.L.R.
(4th) 389; 2038724 Ontario Ltd. v. Quizno’s Canada
Restaurant Corp., 2010 ONCA 466, 100 O.R. (3d) 721.
Mul­tiple Access Ltd. c. McCutcheon, [1982] 2 R.C.S. 161;
Cha­dha c. Bayer Inc. (2003), 63 O.R. (3d) 22; California c.
ARC America Corp., 490 U.S. 93 (1989); Alberta c.
Elder Advocates of Alberta Society, 2011 CSC 24,
[2011] 2 R.C.S. 261; Hunt c. Carey Canada Inc., [1990]
2 R.C.S. 959; Hollick c. Toronto (Ville), 2001 CSC 68,
[2001] 3 R.C.S. 158; Mulcahy c. The Queen (1868), L.R.
3 H.L. 306; Golden Capital Securities Ltd. c. Holmes,
2004 BCCA 565, 205 B.C.A.C. 54; Ciments Canada
LaFarge Ltée c. British Columbia Lightweight Aggregate
Ltd., [1983] 1 R.C.S. 452; Smith c. National Money
Mart Co. (2006), 80 O.R. (3d) 81, autorisation d’appel
refusée, [2006] 1 R.C.S. xii; Correia c. Canac Kitchens,
2008 ONCA 506, 91 O.R. (3d) 353; OBG Ltd. c. Allan,
[2007] UKHL 21, [2008] 1 A.C. 1; Bram Enterprises
Ltd. c. A.I. Enterprises Ltd., 2012 NBCA 33, 387
R.N.-B. (2e) 215, autorisation d’appel accordée, [2012]
3 R.C.S. v; Garland c. Consumers’ Gas Co., 2004 CSC
25, [2004] 1 R.C.S. 629; Rathwell c. Rathwell, [1978]
2 R.C.S. 436; Pettkus c. Becker, [1980] 2 R.C.S. 834;
Peel (Municipalité régionale) c. Canada, [1992] 3
R.C.S. 762; Kerr c. Baranow, 2011 CSC 10, [2011] 1
R.C.S. 269; United Australia, Ltd. c. Barclays Bank,
Ltd., [1941] A.C. 1; Serhan (Trustee of) c. Johnson &
Johnson (2006), 85 O.R. (3d) 665; National Trust Co. c.
Gleason, 77 N.Y. 400 (1879); Federal Sugar Refining Co.
c. United States Sugar Equalization Board, Inc., 268 F.
575 (1920); Mahesan c. Malaysia Government Officers’
Co-operative Housing Society Ltd., [1979] A.C. 374;
Universe Tankships Inc. of Monrovia c. International
Transport Workers Federation, [1983] A.C. 366; Zidaric
c. Toshiba of Canada Ltd. (2000), 5 C.C.L.T. (3d) 61;
Reid c. Ford Motor Co., 2006 BCSC 712 (CanLII); ProSys Consultants Ltd. c. Infineon Technologies AG, 2009
BCCA 503, 98 B.C.L.R. (4th) 272, inf. 2008 BCSC 575
(CanLII); Cloud c. Canada (Attorney General) (2004),
73 O.R. (3d) 401; In re : Hydrogen Peroxide Antitrust
Litigation, 552 F.3d 305 (2008); Irving Paper Ltd. c.
Atofina Chemicals Inc. (2009), 99 O.R. (3d) 358; Hague
c. Liberty Mutual Insurance Co. (2004), 13 C.P.C. (6th)
1; Western Canadian Shopping Centres Inc. c. Dutton,
2001 CSC 46, [2001] 2 R.C.S. 534; In Re : Linerboard
Antitrust Litigation, 305 F.3d 145 (2002); WalMart Stores, Inc. c. Dukes, 131 S.Ct. 2541 (2011); Steele
c. Toyota Canada Inc., 2011 BCCA 98, 329 D.L.R.
(4th) 389; 2038724 Ontario Ltd. c. Quizno’s Canada
Restaurant Corp., 2010 ONCA 466, 100 O.R. (3d) 721.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, ss. 1 “com­
mon issues”, 4(1), (2), 5(4), (7), 10(1), 29(1), (2).
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50, art. 1
« common issues » (question commune), 4(1), (2),
5(4), (7), 10(1), 29(1), (2).
484
pro-sys consultants
v.
microsoft
[2013] 3 S.C.R.
Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34, ss. 36, Part VI,
45(1), 52(1).
Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985, ch. C-34, art. 36,
partie VI, 45(1), 52(1).
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Antitrust Modernization Commission. Antitrust Mod­
ernization Commission: Report and Recom­
m en­
dations. Washington, D.C.: The Commission, 2007
(online: http://govinfo.library.unt.edu/amc/report_
recommendation/toc.htm).
Beatson, J. The Use and Abuse of Unjust Enrich­ment: 
Essays on the Law of Restitution. Oxford: Clarendon
Press, 1991.
British Columbia. Official Report of Debates of the
Legislative Assembly (Hansard), vol. 20, No. 20,
4th Sess., 35th Parl., June 6, 1995, p. 15078.
Cullity, Maurice. “Certification in Class Proceedings —
The Curious Requirement of ‘Some Basis in Fact’”
(2011), 51 Can. Bus. L.J. 407.
Eizenga, Michael A., et al. Class Actions Law and
Practice, 2nd ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2009
(loose-leaf updated March 2013, release 21).
Friedmann, Daniel. “Restitution for Wrongs: The Basis
of Liability”, in W. R. Cornish, et al., eds., Res­ti­
tution: Past, Present and Future: Essays in Honour
of Gareth Jones. Oxford: Hart Publishing, 1998, 133.
Gavil, Andrew I. “Thinking Outside the Illinois Brick
Box: A Proposal for Reform” (2009), 76 Antitrust L.J.
167.
Glover, J. Maria. “The Structural Role of Private En­
forcement Mechanisms in Public Law” (2012), 53
Wm. & Mary L. Rev. 1137.
Harris, Robert G., and Lawrence A. Sullivan. “Passing
On the Monopoly Overcharge: A Comprehensive
Policy Analysis” (1979), 128 U. Pa. L. Rev. 269.
Landes, William M., and Richard A. Posner. “Should
Indirect Purchasers Have Standing To Sue Under the
Antitrust Laws? An Economic Analysis of the Rule of
Illinois Brick” (1979), 46 U. Chi. L. Rev. 602.
Landes, William M., and Richard A. Posner. “The Eco­
nomics of Passing On: A Reply to Harris and Sullivan”
(1980), 128 U. Pa. L. Rev. 1274.
Maddaugh, Peter D., and John D. McCamus. The Law
of Restitution. Aurora, Ont.: Canada Law Book, 2004
(loose-leaf updated September 2005).
Maddaugh, Peter D., and John D. McCamus. The Law of
Restitution. Toronto: Canada Law Book, 2013 (looseleaf updated May 2013, release 10).
O’Connor, Kevin J. “Is the Illinois Brick Wall Crum­
bling?” (2001), 15:3 Antitrust 34.
Osborne, Philip H. The Law of Torts, 4th ed. To­ronto: 
Irwin Law, 2011.
Antitrust Modernization Commission. Antitrust Modern­
ization Commission : Report and Recommen­
d a­
tions. Washington, D.C. : The Commission, 2007
(online : http://govinfo.library.unt.edu/amc/report_
recom­mendation/toc.htm).
Beatson, J. The Use and Abuse of Unjust Enrich­ment : 
Essays on the Law of Restitution. Oxford : Cla­rendon
Press, 1991.
Colombie-Britannique. Official Report of Debates of
the Legislative Assembly (Hansard), vol. 20, No. 20,
4th Sess., 35th Parl., June 6, 1995, p. 15078.
Cullity, Maurice. « Certification in Class Proceedings —
The Curious Requirement of “Some Basis in Fact” »
(2011), 51 Rev. can. dr. comm. 407.
Eizenga, Michael A., et al. Class Actions Law and Prac­
tice, 2nd ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2009
(loose-leaf updated March 2013, release 21).
Friedmann, Daniel. « Restitution for Wrongs : The Basis
of Liability », in W. R. Cornish, et al., eds., Restitution : 
Past, Present and Future : Essays in Honour of Gareth
Jones. Oxford : Hart Publishing, 1998, 133.
Gavil, Andrew I. « Thinking Outside the Illinois Brick
Box : A Proposal for Reform » (2009), 76 Antitrust
L.J. 167.
Glover, J. Maria. « The Structural Role of Private En­
forcement Mechanisms in Public Law » (2012), 53
Wm. & Mary L. Rev. 1137.
Harris, Robert G., and Lawrence A. Sullivan. « Passing
On the Monopoly Overcharge : A Comprehensive
Policy Analysis » (1979), 128 U. Pa. L. Rev. 269.
Landes, William M., and Richard A. Posner. « Should
Indirect Purchasers Have Standing To Sue Under the
Antitrust Laws? An Economic Analysis of the Rule of
Illinois Brick » (1979), 46 U. Chi. L. Rev. 602.
Landes, William M., and Richard A. Posner. « The
Economics of Passing On : A Reply to Harris and
Sullivan » (1980), 128 U. Pa. L. Rev. 1274.
Maddaugh, Peter D., and John D. McCamus. The Law
of Restitution. Aurora, Ont. : Canada Law Book, 2004
(loose-leaf updated September 2005).
Maddaugh, Peter D., and John D. McCamus. The Law of
Restitution. Toronto : Canada Law Book, 2013 (looseleaf updated May 2013, release 10).
O’Connor, Kevin J. « Is the Illinois Brick Wall Crum­
bling? » (2001), 15:3 Antitrust 34.
Osborne, Philip H. The Law of Torts, 4th ed. Toron­
to : Irwin Law, 2011.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
485
Thimmesch, Adam. “Beyond Treble Damages: Hanover
Shoe and Direct Purchaser Suits After Comes v.
Microsoft Corp.” (2005), 90 Iowa L. Rev. 1649.
Van Cott, Charles C. “Standing at the Fringe: Antitrust
Damages and the Fringe Producer” (1983), 35 Stan.
L. Rev. 763.
Werden, Gregory J., and Marius Schwartz. “Illinois Brick
and the Deterrence of Antitrust Violations — An
Economic Analysis” (1984), 35 Hastings L.J. 629.
Thimmesch, Adam. « Beyond Treble Damages : Hano­
ver Shoe and Direct Purchaser Suits After Comes v.
Microsoft Corp. » (2005), 90 Iowa L. Rev. 1649.
Van Cott, Charles C. « Standing at the Fringe : Antitrust
Damages and the Fringe Producer » (1983), 35 Stan.
L. Rev. 763.
Werden, Gregory J., and Marius Schwartz. « Illinois Brick
and the Deterrence of Antitrust Violations — An
Economic Analysis » (1984), 35 Hastings L.J. 629.
APPEAL from a judgment of the British
Columbia Court of Appeal (Donald, Lowry and
Frankel JJ.A.), 2011 BCCA 186, 304 B.C.A.C.
90, 513 W.A.C. 90, 331 D.L.R. (4th) 671, [2011]
B.C.J. No. 688 (QL), 2011 CarswellBC 930, setting
aside a decision of Myers J., 2010 BCSC 285,
[2010] B.C.J. No. 380 (QL), 2010 CarswellBC
508, and decisions of Tysoe J., 2006 BCSC 1738,
59 B.C.L.R. (4th) 111, [2007] 1 W.W.R. 541, 44
C.C.L.T. (3d) 146, [2006] B.C.J. No. 3035 (QL),
2006 CarswellBC 2892, and 2006 BCSC 1047,
57 B.C.L.R. (4th) 323, [2006] 11 W.W.R. 688, 40
C.C.L.T. (3d) 45, [2006] B.C.J. No. 1564 (QL),
2006 CarswellBC 1691. Appeal allowed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de la Colombie-Britannique (les juges Donald,
Lowry et Frankel), 2011 BCCA 186, 304 B.C.A.C.
90, 513 W.A.C. 90, 331 D.L.R. (4th) 671, [2011]
B.C.J. No. 688 (QL), 2011 CarswellBC 930,
qui a infirmé une décision du juge Myers, 2010
BCSC 285, [2010] B.C.J. No. 380 (QL), 2010
CarswellBC 508, et des décisions du juge Tysoe,
2006 BCSC 1738, 59 B.C.L.R. (4th) 111, [2007]
1 W.W.R. 541, 44 C.C.L.T. (3d) 146, [2006]
B.C.J. No. 3035 (QL), 2006 CarswellBC 2892, et
2006 BCSC 1047, 57 B.C.L.R. (4th) 323, [2006]
11 W.W.R. 688, 40 C.C.L.T. (3d) 45, [2006]
B.C.J. No. 1564 (QL), 2006 CarswellBC 1691.
Pourvoi accueilli.
J. J. Camp, Q.C., Reidar Mogerman, Melina
Buckley and Michael Sobkin, for the appellants.
J. J. Camp, c.r., Reidar Mogerman, Melina
Buckley et Michael Sobkin, pour les appelants.
Neil Finkelstein, James Sullivan, Catherine
Beagan Flood and Brandon Kain, for the respon­
dents.
Neil Finkelstein, James Sullivan, Catherine
Beagan Flood et Brandon Kain, pour les intimées.
John S. Tyhurst, pour l’intervenant.
John S. Tyhurst, for the intervener.
The judgment of the Court was delivered by
Rothstein J. —
Version française du jugement de la Cour rendu
par
Le juge Rothstein —
table of contents
table des matières
Paragraph
Paragraphe
I.Introduction......................................................1
I.Introduction......................................................1
II.Background......................................................3
II.Contexte............................................................3
III. The Proceedings Below....................................6
III. Décisions des tribunaux inférieurs...................6
486
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
A. Certification Proceedings in the British
Columbia Supreme Court.................................6
A. Procédure de certification devant la Cour
suprême de la Colombie-Britannique...............6
B. Appeal of the Certification to the British
Columbia Court of Appeal.............................10
B. Appel de la certification devant la Cour
d’appel de la Colombie-Britannique..............10
IV.Analysis..........................................................14
IV.Analyse...........................................................14
A. Indirect Purchaser Actions
(the “Passing-On” Issue)................................15
A. Action de l’acheteur indirect (la
question du « transfert de la perte »)..............15
(1) Rejection of Passing On as
a Defence.................................................18
(1) Rejet du transfert de la perte
comme moyen de défense.......................18
(2) Significance of the Passing-On
Defence in This Appeal...........................30
(2) Importance en l’espèce du moyen
de défense fondé sur le transfert
de la perte................................................30
(3) Analysis of the “Necessary Corollary”
Argument.................................................34
(3) L’argument du « corollaire
nécessaire ».............................................34
(a) Double or Multiple Recovery..........35
a) Recouvrement double ou
multiple............................................35
(b) Remoteness and Complexity...........42
b) Caractère indirect et
complexité.......................................42
(c)Deterrence........................................46
c) Effet dissuasif..................................46
(d) Restitutionary Principles.................50
d) Principes de la restitution................50
(e) Departure From the Rule in
Illinois Brick in the
United States....................................51
e) Dérogation à la règle établie
aux États-Unis dans l’arrêt
Illinois Brick....................................51
(f) Doctrinal Commentary....................52
f)Doctrine...........................................52
(4) Conclusion on the Offensive Use of
Passing On...............................................60
(4) Conclusion sur l’allégation en
demande du transfert de la perte.............60
B. Certification of the Class Action....................61
B. Certification du recours collectif....................61
(1) The Requirements for Certification
Under the British Columbia
Class Proceedings Act.............................62
(1) Les conditions de certification
selon la Class Proceedings Act
de la Colombie-Britannique....................62
(2) Do the Pleadings Disclose a Cause
of Action?................................................63
(2) Les actes de procédure révèlent-ils
une cause d’action?.................................63
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
487
(a) Section 36 of the Competition
Act....................................................65
a) Article 36 de la Loi sur la
concurrence.....................................65
(b)Tort...................................................72
b) Responsabilité délictuelle................72
(i) Predominant Purpose
Conspiracy................................74
(i) Complot visant
principale­ment à causer
un préjudice..............................74
(ii) Unlawful Means Conspiracy
and Intentional Interference
With Economic Interests...........80
(ii) Complot prévoyant le recours
à des moyens illégaux et
atteinteintentionnelle aux
intérêts financiers......................80
(c)Restitution........................................84
c)Restitution........................................84
(i) Unjust Enrichment....................85
(i) Enrichissement sans cause........85
(ii) Constructive Trust.....................90
(ii) Fiducie par interprétation..........90
(iii)Waiver of Tort...........................93
(iii)Renonciation au recours
délictuel.....................................93
(3) The Remaining Certification
Requirements...........................................98
(3) Les autres conditions présidant
à la certification.......................................98
(a) Standard of Proof.............................99
a) Norme de preuve.............................99
(b) Do the Claims of the Class
Members Raise Common
Issues?............................................106
b) Les demandes des membres du
groupe soulèvent-elles des
questions communes?....................106
(i) Expert Evidence in Indirect
Purchaser Class Actions..........114
(i) Preuve d’expert dans
le cadre d’actions
d’acheteurs indirects...............114
(ii) Aggregate Assessment of
Damages.................................127
(ii) Détermination globale
du montant des
dommages-intérêts..................127
(c) Is a Class Action the Preferable
Procedure?.....................................136
c) Le recours collectif constitue-t-il
la meilleure procédure pour
régler les questions
communes?....................................136
(4) Conclusion on the Certification
of the Action..........................................142
(4) Conclusion sur la certification
du recours collectif................................142
488
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
V.Conclusion....................................................143
V.Conclusion....................................................143
appendix: Common Issues Certified by Myers J.
annexe : Questions communes certifiées par le
juge Myers
I. Introduction
I. Introduction
[1] It is no simple task to assess liability and
apportion damages in situations where the wrong­
doer and the harmed parties are separated by a
long and complex chain of distribution, involving
many parties, purchasers, resellers and inter­me­
di­aries. Such is the problem presented by indirect
pur­­chaser actions in which downstream individual
pur­chasers seek recovery for alleged unlawful over­
charges that were passed on to them through the
successive links in the chain.
[1] Ce n’est pas tâche facile que de statuer sur la
responsabilité et de répartir les dommages-intérêts
lorsque le fautif et les parties lésées se trouvent
aux extrémités d’une chaîne de distribution lon­
gue et complexe constituée de nombreuses person­
nes, qu’il s’agisse d’acheteurs, de revendeurs ou
d’intermédiaires. Là réside la difficulté que présente
l’action intentée par l’acheteur indirect, lequel se
situe en aval dans la chaîne de distribution, en vue
de recouvrer la majoration illégale qui lui aurait
été transférée d’un maillon à l’autre de la chaîne.
[2] The complexities inherent in indirect pur­
chaser actions are magnified when such actions
are brought as a class proceeding. When that hap­
pens, the courts are required to grapple with not
only the difficulties associated with indirect pur­
chaser actions, but are also then asked to de­cide
whether the requirements for certification of a
class action are met. These are the questions the
Court is faced with in this appeal.
[2] La complexité de l’action de l’acheteur indi­­
rect s’accentue lorsqu’il y a regroupement au sein
d’un recours collectif. Les tribunaux doivent alors
non seulement se colleter avec les problèmes liés
à une telle action, mais aussi déterminer si les con­
ditions de certification d’un recours collectif sont
réunies. Telles sont les questions sur les­quelles la
Cour doit se prononcer dans le présent pourvoi.
II. Background
II. Contexte
[3] The representative plaintiffs in this ac­tion,
Pro-Sys Consultants Ltd. and Neil Godfrey (collec­
tively “Pro-Sys”), brought a class action against
Microsoft Corporation and Microsoft Canada Co./
Microsoft Canada CIE (collectively “Microsoft”)
alleging that beginning in 1988, Microsoft en­
gaged in unlawful conduct by over­­charging for
its Intel-compatible PC oper­ating systems and
Intel-compatible PC appli­ca­tions software. Pro-Sys
claims that as a direct consequence of Microsoft’s
un­law­ful con­duct, it and all the class members paid
and continue to pay higher prices for Micro­soft
operating sys­tems and applications software than
they would have paid absent the unlawful conduct.
[3] Les demandeurs constitués représentants en
l’espèce, Pro-Sys Consultants Ltd. et Neil Godfrey
(collectivement, « Pro-Sys »), ont intenté un recours
collectif contre Microsoft Corporation et Micro­
soft Canada Co./Microsoft Canada CIE (collective­
ment, « Microsoft »). Ils allèguent qu’à compter
de 1988, Microsoft a agi illégalement en majorant
le prix de ses systèmes d’exploitation et de ses
logiciels d’application pour ordinateur personnel
compatibles avec le processeur Intel. Selon ProSys, le comportement illégal de Microsoft a eu
pour conséquence directe que tous les membres
du groupe et elle ont payé et paient toujours, pour
les systèmes d’exploitation et les logiciels d’appli­
cation de Microsoft, un prix supérieur à celui qu’ils
auraient payé n’eût été ce comportement.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
489
[4] Pro-Sys sought certification of the action as a
class proceeding under the Class Proceedings Act,
R.S.B.C. 1996, c. 50 (“CPA”).
[4] Pro-Sys a demandé la certification de l’action
à titre de recours collectif en application de la
Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50
(« CPA »).
[5] The proposed class is made up of ultimate
con­sumers who acquired Microsoft products from
re-sellers, re-sellers who themselves purchased
the products either directly from Microsoft or
from other re-sellers higher up the chain of dis­
tribution. These consumers are known as the “in­di­
rect pur­chasers”. The proposed class was defined
in the statement of claim as
[5] Le groupe proposé se compose des con­
sommateurs finaux qui ont acheté des produits
Microsoft à des revendeurs qui les avaient euxmêmes achetés soit directement à Microsoft, soit
à d’autres revendeurs situés en amont dans la
chaîne de distribution. On les qualifie d’« acheteurs
indirects ». Le groupe proposé est défini comme
suit dans la déclaration :
all persons resident in British Columbia who, on or
after January 1, 1994, indirectly acquired a license for
Microsoft Operating Systems and/or Microsoft Ap­
plications Software for their own use, and not for pur­
poses of further selling or leasing.
[traduction] . . . toutes les personnes résidant en
Colombie-Britannique qui, depuis le 1er janvier 1994,
ont acquis indirectement une licence pour un système
d’exploitation ou un logiciel d’application de Microsoft
à leur usage personnel, et non aux fins de revente ou de
location.
(2010 BCSC 285 (CanLII), at para. 16)
(2010 BCSC 285 (CanLII), par. 16)
III. The Proceedings Below
III. Décisions des tribunaux inférieurs
A. Certification Proceedings in the British Colum­
bia Supreme Court
A. Procédure de certification devant la Cour
suprême de la Colombie-Britannique
[6] Pro-Sys filed its original statement of
claim in the British Columbia Supreme Court
(“B.C.S.C.”) in December 2004. Thereafter nu­
mer­ous amendments to the Statement of Claim
were made with the approval of Tysoe J., ulti­
mately resulting in the Third Further Amended
State­ment of Claim. A Fourth Further Amended
Statement of Claim has not officially been filed.
[6] Pro-Sys a déposé sa déclaration initiale à
la Cour suprême de la Colombie-Britannique
(« C.S.C.-B. ») en décembre 2004. Puis, avec l’appro­
bation du juge Tysoe, elle y a apporté de nombreu­ses
modifications pour arriver finale­­ment à la troi­sième
déclaration modifiée. Une quatrième décla­ration
modifiée n’a pas été officiellement dépo­sée au dos­
sier.
[7] In 2006, Microsoft sought an order striking
out the claim altogether and an order dismissing
the action. In the alternative, it sought to strike out
only portions of the claim. The parties agreed that
the outcome of the application to strike would be
determinative of the certification requirement under
s. 4(1)(a) of the CPA that the pleadings disclose a
cause of action.
[7] En 2006, Microsoft a demandé la radiation
de la demande et le rejet de l’action. À titre subsi­
diaire, elle a demandé la radiation de certaines
par­t­ies seu­lement de la demande. Les parties con­
vien­nent que le sort réservé à la demande de radia­
tion sera déterminant sur le respect de la condition
de certification, prévue à l’al. 4(1)(a) de la CPA,
vou­lant que les actes de procédure révèlent une
cause d’action.
[8] Tysoe J. found causes of action under s. 36 of
the Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34, in tort
[8] Le juge Tysoe conclut, pour les besoins de
l’art. 36 de la Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985,
490
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
for conspiracy and intentional interference with
economic interests and in restitution for waiver
of tort (2006 BCSC 1047, 57 B.C.L.R. (4th) 323).
He ordered that the portions of the pleadings deal­
ing with unjust enrichment and constructive trust
should be struck out as they were not suf­ficient
to support such claims, unless they were amended
by Pro-Sys. Upon further motion to amend the
claims (2006 BCSC 1738, 59 B.C.L.R. (4th) 111),
Tysoe J. allowed amendments to support the claims
of unjust enrichment and constructive trust.
ch. C-34, à l’existence de causes d’action en res­
ponsabilité délictuelle pour complot et atteinte
inten­tionnelle aux intérêts financiers, et en res­titu­
tion pour renonciation au recours délictuel (2006
BCSC 1047, 57 B.C.L.R. (4th) 323). Il ordon­ne
que les éléments des actes de procédure qui con­
cernent l’enrichissement sans cause et la fiducie par
interprétation soient radiés au motif que, dans leur
libellé actuel et sauf modification par Pro-Sys, ils
n’appuient pas les allégations. Sur demande de
modification des actes de procédure, le juge Tysoe
autorise ensuite leur modification (2006 BCSC
1738, 59 B.C.L.R. (4th) 111) afin qu’ils appuient
les allégations d’un enrichissement sans cause et
d’une fiducie par interprétation.
[9] Following his rulings on the applications to
strike and to amend, Tysoe J. was appointed to the
British Columbia Court of Appeal (“B.C.C.A.”),
and Myers J. assumed management of the case.
Myers J. assessed the remaining certification re­
quire­­ments set out in s. 4(1) of the CPA, namely (i)
whether there was an identifiable class (s. 4(1)(b));
(ii) whether the claims of the class members raised
common issues (s. 4(1)(c)); (iii) whether the class
action was the preferable procedure (s. 4(1)(d));
and (iv) whether Pro-Sys and Neil Godfrey could
adequately represent the class (s. 4(1)(e)). Myers J.
certified the action, finding that all four of the
remaining requirements for certification were met
(2010 BCSC 285 (CanLII)). The common issues
certified by Myers J. are listed in the appendix to
these reasons.
[9] Après avoir statué sur les demandes de ra­dia­
tion et de modification, le juge Tysoe a été nom­mé
à la Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(« C.A.C.-B. »), et le juge Myers s’est vu confier la
gestion de l’instance. Le juge Myers a examiné les
autres conditions de certification prévues au par. 4(1)
de la CPA, à savoir (i) l’existence d’un groupe iden­
tifiable de personnes (al. 4(1)(b)), (ii) le fait que les
demandes des membres du groupe soulèvent une
question commune (al. 4(1)(c)), (iii) le fait que le
recours collectif constitue la meilleure procédure
pour régler la question (al. 4(1)(d)) et (iv) l’aptitude
de Pro-Sys et de Neil Godfrey à bien représenter
le groupe (al. 4(1)(e)). Il a certifié le recours et con­
clu que ces quatre autres condi­tions étaient réunies
(2010 BCSC 285 (CanLII)). Les questions com­
munes certifiées par le juge Myers sont énumérées
en annexe.
B. Appeal of the Certification to the British Co­
lumbia Court of Appeal, 2011 BCCA 186, 304
B.C.A.C. 90
B. Appel de la certification devant la Cour d’appel
de la Colombie-Britannique, 2011 BCCA 186,
304 B.C.A.C. 90
[10] Microsoft appealed from the decisions of
Tysoe and Myers JJ. The majority of the B.C.C.A.,
per Lowry J.A. (Frankel J.A. concurring), allowed
the appeal, set aside the certification order and
dismissed the action, finding it plain and obvious
that the class members had no cause of action
under s. 4(1)(a) of the CPA. The majority reached
this conclusion after determining that indirect pur­
chaser actions were not available as a matter of law
[10] Microsoft a porté en appel les décisions
des juges Tysoe et Myers. Les juges majoritaires
de la Cour d’appel, par la voix du juge Lowry
(avec l’accord du juge Frankel), accueillent l’appel,
annu­lent l’ordonnance de certification et rejet­tent
l’action au motif qu’il est manifeste que les mem­
bres du groupe n’ont pas de cause d’action comme
l’exige l’al. 4(1)(a) de la CPA. Ils arrivent à cette con­­
clusion après avoir établi qu’un acheteur indirect
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
491
in Canada. As such, it did not consider the other
certification requirements.
ne peut légalement intenter une action au Can­ada.
Ils n’examinent donc pas les autres condi­tions de
certification.
[11] Donald J.A., dissenting, would have dis­
missed the appeal and certified the action, find­
ing indirect purchaser actions to be permitted in
Canada, and finding sufficient grounds for the
action.
[11] Dissident, le juge Donald aurait rejeté
l’appel et certifié l’action car, selon lui, l’acheteur
indirect peut poursuivre au Canada et l’action est
suffisamment étayée.
[12] In the B.C.C.A., the present case was heard
together with another case dealing with substan­
tially similar issues (Sun-Rype Products Ltd. v.
Archer Daniels Midland Co., 2011 BCCA 187, 305
B.C.A.C. 55). Counsel for the plaintiffs was the
same in both appeals and the appeals were heard by
the same panel of judges. As in the present appeal,
in Sun-Rype, the issue of whether indirect purchaser
actions are available in Canada was determina­tive.
In reasons released simultaneously with the rea­sons
in this appeal, the majority of the B.C.C.A. disposed
of Sun-Rype in the same manner, decertifying and
dismissing the indirect purchasers’ class action
on the basis that indirect purchaser actions were
not available under Canadian law. Donald J.A.
dissented, finding, as in this appeal, that indirect
purchaser actions were permitted.
[12] La Cour d’appel a entendu l’appel de pair
avec un autre dont l’objet est assez semblable,
soit Sun-Rype Products Ltd. c. Archer Daniels
Midland Co., 2011 BCCA 187, 305 B.C.A.C. 55.
Les demandeurs étaient représentés par les mêmes
avocats, et les deux appels ont été entendus par la
même formation de juges. Dans Sun-Rype, comme
en l’espèce, la question déterminante était celle
de savoir si, au Canada, un acheteur indirect peut
intenter un recours. Dans des motifs rendus en
même temps que dans la présente affaire, les juges
majoritaires de la Cour d’appel réservent le même
sort à l’appel, annulent la certification et rejettent
le recours collectif des acheteurs indirects au motif
que le droit canadien n’autorise pas le recours
de l’acheteur indirect. Dissident, le juge Donald
conclut que l’acheteur indirect possède un recours.
[13] Leave to appeal was granted in both cases
by this Court. They were heard with another indi­
rect purchaser class action originating in Quebec,
Infineon Technologies AG v. Option consommateurs,
2013 SCC 59, [2013] 3 S.C.R. 600, which this
Court has addressed in separate reasons, per LeBel
and Wagner JJ. Reasons in Sun-Rype can be found
at 2013 SCC 58, [2013] 3 S.C.R. 545.
[13] L’autorisation de pourvoi devant notre Cour
a été accordée dans les deux affaires. Il y a eu audi­
tion commune des deux appels, ainsi que d’Infineon
Technologies AG c. Option consom­mateurs, 2013 CSC
59, [2013] 3 R.C.S. 600, une autre affaire de recours
collectif intenté au Québec par des acheteurs indirects
dans laquelle les juges LeBel et Wagner se prononcent
dans des motifs distincts. Les motifs de l’arrêt SunRype sont publiés sous la référence 2013 CSC 58,
[2013] 3 R.C.S. 545.
IV. Analysis
IV. Analyse
[14] The issues are addressed in the following
or­der:
[14] La Cour examine les questions en litige dans
l’ordre suivant :
(1)
(1)
Did the majority of the B.C.C.A. err in
finding that indirect purchaser actions were
not available as a matter of law in Canada?
Les juges majoritaires de la Cour d’appel
de la Colombie-Britannique ont-ils tort de
conclure qu’un acheteur indirect ne peut
légalement intenter une action au Canada?
492
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
(2)
Were the findings of Tysoe J. as to the re­
quirement that the pleadings disclose a
cause of action under s. 4(1)(a) of the CPA
correct?
(2)
Le juge Tysoe a-t-il raison de conclure que
les actes de procédure révèlent une cause
d’action comme l’exige l’al. 4(1)(a) de la
CPA?
(3)
Were the findings of Myers J. as to the
balance of the certification requirements
under s. 4(1) of the CPA correct?
(3)
La conclusion du juge Myers sur les autres
conditions de certification prévues au
par. 4(1) de la CPA est-elle fondée?
A. Indirect Purchaser Actions (the “Passing-On”
Issue)
A. Action de l’acheteur indirect (la question du
« transfert de la perte »)
[15] In this appeal, the parties have introduced
numerous issues. The one occupying the largest
portion of the factums and the oral argument was
the question of whether indirect purchasers have
the right to bring an action to recover losses that
were passed on to them. Some sources have treated
this issue as one of standing. I think it more ap­
propriate to treat it as a threshold issue to be deter­
mined before moving into the specific causes of
action alleged in the certification application.
[15] Les parties au pourvoi soulèvent de nom­
breuses questions, dont celle qui revient le plus
souvent dans les mémoires et les plaidoiries, à savoir
si l’acheteur indirect peut intenter une action pour
recouvrer la perte qui lui a été transférée. D’aucuns
estiment qu’il s’agit de savoir s’il a ou non qua­lité
pour agir. Je pense qu’il convient davantage d’y voir
une question préliminaire à trancher avant l’exa­
men des causes d’action précises alléguées dans la
demande de certification du recours collectif.
[16] As I have described above, indirect purchas­
ers are consumers who have not purchased a pro­
d­­uct directly from the alleged overcharger, but
who have purchased it either from one of the over­
charger’s direct purchasers, or from some other
intermediary in the chain of distribution. The is­
sue is whether indirect purchasers have a cause
of action against the party who has effectuated
the overcharge at the top of the distribution chain
that has allegedly injured them indirectly as the
result of the overcharge being “passed on” down the
chain to them.
[16] Comme je l’indique précédemment, l’ache­
teur indirect est un consommateur qui n’a pas
acheté le produit directement à l’auteur de la
majoration, mais à un acheteur direct ou à un autre
intermédiaire dans la chaîne de distribution. Dès
lors, a-t-il une cause d’action contre l’auteur de
la majoration qui se situe au sommet de la chaîne
de distribution et qui l’aurait indirectement lésé
du fait que la majoration lui a été « transférée »
à l’autre extrémité de la chaîne de distribution?
[17] Microsoft argues that indirect purchasers
should have no such cause of action. Its submits that
permitting indirect purchasers to bring an action
against the alleged overcharger to recover loss that
has been “passed on” would be inconsistent with
this Court’s jurisprudence, which it says rejected
passing on as a defence. Microsoft says that the
rejection of the “passing-on” defence necessarily
entails a rejection of the offensive use of passing on
by indirect purchasers to recover overcharges that
were passed on to them. I begin with a description
[17] Microsoft fait valoir que l’acheteur indirect
ne doit pas se voir reconnaître une telle cause
d’action, car selon elle, l’autoriser à ester contre
l’auteur allégué de la majoration pour recouvrer la
perte qui lui a été « transférée » est incompatible
avec la jurisprudence de notre Cour, qui écarte
le moyen de défense fondé sur pareil transfert.
Microsoft affirme que le rejet du transfert de la
perte comme moyen de défense implique néces­
sai­rement son exclusion comme cause d’action
aux fins de recouvrer la perte qui découle d’une
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
493
of the passing-on defence and then deal with its
impact on indirect purchaser actions.
majora­tion refilée à l’acheteur indirect. Je ferai
d’abord état du moyen de défense fondé sur le
transfert de la perte, puis j’examinerai son inci­
dence sur l’action de l’acheteur indirect.
(1)Rejection of Passing On as a Defence
(1)Rejet du transfert de la perte comme moyen
de défense
[18] The passing-on defence was typically ad­
vanced by an overcharger at the top of a distribu­
tion chain. It was invoked under the proposition
that if the direct purchaser who sustained the
original overcharge then passed that overcharge
on to its own customers, the gain conferred on the
overcharger was not at the expense of the direct
purchaser because the direct purchaser suffered
no loss. As such, the fact that the overcharge was
“passed on” was argued to be a defence to actions
brought by the direct purchaser against the party
responsible for the overcharge.
[18] Le transfert de la perte a généralement
été invoqué en défense par l’auteur de la majora­
tion situé au sommet de la chaîne de distribution.
L’argument voulait que si l’acheteur direct absor­
bait la majoration puis la transférait à ses propres
clients, l’auteur de la majoration ne réalisait pas
le bénéfice au détriment de l’acheteur direct, car
celui-ci ne subissait aucune perte. Ce « transfert »
de la majoration était donc invoqué en défense à
l’action intentée par l’acheteur direct contre l’auteur
de la majoration.
[19] The passing-on defence has been rejected
in both Canadian and U.S. jurisprudence. It was
first addressed by the Supreme Court of the United
States in 1968 in Hanover Shoe, Inc. v. United
Shoe Machinery Corp., 392 U.S. 481 (1968). In that
case, Hanover sued United for damages under U.S.
antitrust laws because United would only lease, not
sell, its shoe machinery, which Hanover claimed
resulted in an overcharge to it. United argued that
Hanover had passed on the overcharge to its own
customers and had therefore suffered no harm.
The U.S. Supreme Court (per White J., Stewart J.
dissenting) rejected the passing-on defence to
overcharging. It cited difficulties in ascertaining
the nature and extent of the passing on of the over­
charge as the reason for rejecting the defence:
[19] Les tribunaux tant canadiens qu’améri­cains
ont rejeté le moyen de défense fondé sur le trans­
fert de la perte. La question a d’abord été exa­
minée en 1968 par la Cour suprême des États-Unis
dans Hanover Shoe, Inc. c. United Shoe Ma­chin­
ery Corp., 392 U.S. 481 (1968). Dans cette affaire,
Hanover avait poursuivi United en dommagesintérêts sous le régime des dispositions américai­
nes antitrust au motif que cette der­nière offrait
seulement la location, et non la vente, de ses équi­
pe­ments de fabrication de chaussures, ce qui coûtait
plus cher. United avait fait valoir que Hanover avait
transféré le surcoût à ses pro­pres clients et n’avait
donc pas subi de préjudice. La Cour suprême des
États-Unis (le juge White, sous réserve de la dissi­
dence du juge Stewart) a rejeté le moyen de défense
fondé sur le transfert de la perte. Elle a invoqué la
difficulté de déterminer la nature et la portée du
transfert du surcoût :
Even if it could be shown that the buyer raised his price
in response to, and in the amount of, the overcharge and
that his margin of profit and total sales had not thereaf­
ter declined, there would remain the nearly insuper­
able difficulty of demonstrating that the particular
plaintiff could not or would not have raised his prices
absent the overcharge or maintained the higher price
[traduction] Même si l’on pouvait montrer que
l’acheteur a augmenté son prix à cause du surcoût,
et en proportion du surcoût, et que sa marge bénéfi­
ciaire et son chiffre de ventes total n’ont pas baissé
après cela, il resterait une difficulté quasi insurmontable,
c’est-à-dire de démontrer que, n’eût été le surcoût,
le demandeur en cause n’aurait pas pu augmenter
494
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
had the overcharge been discontinued. Since establish­
ing the applicability of the passing-on defense would
re­quire a convincing showing of each of these virtually
unascertainable figures, the task would normally prove
insurmountable. [p. 493]
ou n’aurait pas augmenté ses prix, ou qu’il n’aurait pas
pu maintenir le prix plus élevé si le surcoût n’avait pas
été imposé. Comme la preuve de l’applicabilité du moyen
de défense fondé sur le transfert de la perte exigerait
une démonstration convaincante à l’égard de chacune
de ces données pratiquement impossible à établir, la
tâche se révélerait normalement insurmontable. [p. 493]
[20] The court added that to leave the only ac­
tionable causes in the hands of the indirect pur­
chasers who “have only a tiny stake in a lawsuit and
little interest in attempting a class action”, would
mean that “those who violate the antitrust laws by
price fixing or monopolizing would retain the fruits
of their illegality” (Hanover Shoe, at p. 494). The
court thus rejected the passing-on defence. Since
Hanover Shoe, defendants who effectu­ate illegal
overcharges have been precluded from employing
the passing-on defence as a means of absolving
themselves of liability to their direct purchasers.
[20] La cour ajoute que reconnaître une
cause d’action au seul acheteur indirect, qui
[traduction] « n’a qu’un intérêt minime dans la
pour­suite judiciaire et que peu d’intérêt à intenter
un recours collectif » revient à permettre à « celui
qui enfreint les dispositions antitrust interdisant la
fixation des prix ou la monopolisation de conser­
ver le fruit de ses actes illégaux » (Hanover Shoe,
p. 494). Elle rejette donc le moyen de défense
fondé sur le transfert de la perte. Depuis Hanover
Shoe, le défendeur qui impose un surcoût illégal
ou effectue une majoration illégale ne peut invo­
quer le transfert de la perte en défense pour échap­
per à sa responsabilité envers son acheteur direct.
[21] The passing-on defence was rejected in
Canada in Kingstreet Investments Ltd. v. New
Brunswick (Finance), 2007 SCC 1, [2007] 1 S.C.R.
3, in the context of a claim for the recovery of taxes
paid pursuant to ultra vires legislation. The dis­
pute in that case arose out of a claim for the recov­
ery of ultra vires user charges on liquor levied by
the province of New Brunswick against Kingstreet
Investments, whose business, among other things,
in­volved the operation of night clubs. Bastarache J.,
writing for a unanimous Court, held that a public
authority who had illegally overcharged a taxpayer
could not reduce its liability for the overcharge
simply by establishing that some or all of the over­
charge was passed on to the taxpayer’s customers.
[21] Au Canada, le moyen de défense fondé sur
le transfert de la perte a été rejeté dans Kingstreet
Investments Ltd. c. Nouveau-Brunswick (Finan­
ces), 2007 CSC 1, [2007] 1 R.C.S. 3, une affaire
de recou­­vrement de taxes payées en application
de dis­po­sitions ultra vires. Le litige découlait
d’une action intentée par Kingstreet Investments,
qui exploitait entre autres des boîtes de nuit, pour
recouvrer le montant de redevances d’exploita­tion
perçues illégalement par la province du NouveauBrunswick sur les boissons alcoo­liques. Au nom
des juges unanimes de la Cour, le juge Bastarache
conclut que l’autorité publique qui perçoit illéga­
lement une taxe ne peut limiter sa responsabilité à
cet égard en établissant simple­ment que le contri­
buable a refilé la taxe à ses clients en totalité ou
en partie.
[22] Bastarache J. found the passing-on defence
to be inconsistent with the basic premise of res­ti­
tution law. Basic restitutionary principles “pro­
vide for restoration of ‘what has been taken or
received from the plaintiff without justification’ . . . .
Restitution law is not concerned by the possibility of
the plaintiff obtaining a windfall precisely because
it is not founded on the concept of compensation for
[22] Le juge Bastarache estime que ce moyen
de défense est incompatible avec le fondement pre­
mier du droit de la restitution. Les principes fon­
damentaux applicables en la matière « pour­voi­ent
à la restitution au demandeur de [traduction] « “ce
qui lui a été pris ou a été reçu de lui sans jus­ti­
fication” [. . .] La possibilité que le demandeur
obtienne un profit fortuit n’a pas d’importance du
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
495
loss” (Kingstreet, at para. 47, quoting Com­missioner
of State Revenue (Victoria) v. Royal Insurance
Australia Ltd. (1994), 182 C.L.R. 51 (H.C.A.), at
p. 71). Accordingly, “[a]s between the taxpayer and
the Crown, the question of whether the taxpayer
has been able to recoup its loss from some other
source is simply irrelevant” (Kingstreet, at para. 45,
quoting P. D. Maddaugh and J. D. McCamus,
The Law of Restitution (loose-leaf 2005), at
p. 11-45).
point de vue du droit de la restitution, précisément
parce que celui-ci ne repose pas sur le concept de
l’indemnisation d’une perte » (Kingstreet, par. 47,
citant Commissioner of State Revenue (Victoria)
c. Royal Insurance Australia Ltd. (1994), 182
C.L.R. 51 (H.C.A.), p. 71). Par conséquent, « [d]u
point de vue des rapports entre le contribuable et
l’État, la question de savoir si le contribuable a
été en mesure de récupérer sa perte auprès d’une
autre source n’est tout simplement pas pertinente »
(Kingstreet, par. 45, citant P. D. Maddaugh et
J. D. McCamus, The Law of Restitution (feuilles
mobiles 2005), p. 11-45).
[23] Bastarache J. also found the passing-on
defence to be “economically misconceived” (King­
street, at para. 48). By this he accepted that the task
of determining the ultimate location of the harm
of the overcharge is “exceedingly difficult and con­
stitutes an inappropriate basis for denying relief”
(para. 44). Echoing the misgivings ex­pressed in
Hanover Shoe, he cited the inherent difficulty in
accounting for the effects of market elasticities on
the prices charged by direct purchasers as the ba­
sis for this conclusion. He found these complexities
made it impossible to tell what part, if any, of the
overcharge was actually passed on (Kingstreet, at
para. 48).
[23] Le juge Bastarache conclut en outre que le
moyen de défense fondé sur le transfert de la perte
n’est pas « judicieux sur le plan économique »
(Kingstreet, par. 48). Il admet ainsi que déterminer
l’identité de celui à qui incombe en dernier ressort la
charge de la taxe « s’avère extrêmement difficile, et
il ne convient pas de refuser une réparation en se
basant sur ce motif » (par. 44). Revenant sur les
réserves exprimées dans Hanover Shoe, il évoque
à l’appui de sa conclusion la difficulté de détermi­
ner les effets que l’élasticité du marché aura sur les
prix demandés par les acheteurs directs. Il conclut
qu’en raison de cette difficulté, il est impossible de
dire quelle partie de la perte, s’il en est, a été effec­
tivement transférée (Kingstreet, par. 48).
[24] Pro-Sys says that Kingstreet stands only
for the rejection of the defence in the context
of ultra vires taxes. In my view, however, there
are three reasons that lead to the conclusion that
Bastarache J.’s rejection of the passing-on defence
in King­street was not limited to that context.
[24] Selon Pro-Sys, l’arrêt Kingstreet ne milite en
faveur du rejet du moyen de défense que dans le
contexte du prélèvement d’une taxe ultra vires.
J’estime toutefois qu’il y a lieu trois raisons de
conclure que le juge Bastarache n’écarte pas le
transfert de la perte comme moyen de défense que
dans ce seul cas.
[25] First, this Court’s jurisprudence supports
the broader rejection of the passing-on defence.
In British Columbia v. Canadian Forest Prod­ucts
Ltd., 2004 SCC 38, [2004] 2 S.C.R. 74 (“Canfor”),
the Crown claimed “diminution of the value of the
timber” that it sold, following a forest fire caused
largely by Canfor. Though the Court ultimately
held in that case that the Crown had not in fact
suffered loss because it was able to recover its
dam­ages through the regulatory scheme it had
[25] Premièrement, la jurisprudence de notre
Cour appuie le rejet général du moyen de défense
fondé sur le transfert de la perte. Dans ColombieBritannique c. Canadian Forest Products Ltd.,
2004 CSC 38, [2004] 2 R.C.S. 74 (« Canfor »),
la Couronne invoquait la « diminution de la valeur
du bois » qu’elle avait vendu par suite d’un incendie
de forêt imputable en grande partie à Canfor.
Même si, en fin de compte, la Cour conclut que la
Couronne n’a pas subi de préjudice puisqu’elle a pu
496
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
instituted, Binnie J. stated (albeit in obiter) that
“[i]t is not generally open to a wrongdoer to dis­
pute the existence of a loss on the basis it has been
‘passed on’ by the plaintiff” because this would
burden courts with “the endlessness and futility
of the effort to follow every transaction to its ulti­
mate result” (para. 111, quoting Southern Pacific
Co. v. Darnell-Taenzer Lumber Co., 245 U.S. 531
(1918), at p. 534). Likewise, in the same decision
LeBel J., dissenting, though not on this point, said
that “the passing-on defence, on the facts of this
case and generally, must not be allowed to take
hold in Canadian jurisprudence” (para. 197). To
allow other­wise, LeBel J. indicated, would force
a diffi­cult burden of proof on the plaintiff to dem­
onstrate not only that it had suffered a loss, but
that it did not engage in any other transac­tions
that would have offset the loss (para. 203).
recouvrer ses pertes grâce au régime réglementaire
applicable, le juge Binnie fait remarquer (de manière
incidente) qu’« [i]l n’est généralement pas loisible
à l’auteur d’une faute de contester l’existence
d’une perte au motif qu’elle a été “transférée” par
le demandeur », car pareille prétention obligerait
le tribunal à entreprendre « la tâche interminable
et futile de suivre chaque opération jusqu’à son
aboutissement ultime » (par. 111, citant Southern
Pacific Co. c. Darnell-Taenzer Lumber Co., 245
U.S. 531 (1918), p. 534). De même, le juge LeBel,
dissident, mais non sur ce point, opine qu’« au
regard des faits de l’espèce et en général, il ne faut
pas laisser ce moyen de défense s’enraciner dans
la jurisprudence canadienne » (par. 197). Selon
lui, admettre ce moyen de défense obligerait le
demandeur à prouver non seulement qu’il a subi
une perte, mais aussi qu’il n’a pas réalisé d’autres
opérations commerciales qui l’ont indemnisé de la
perte, ce qui serait ardu (par. 203).
[26] In Kingstreet, Bastarache J. endorsed the
reasons for rejecting the passing-on defence ad­
vanced by LeBel J. in the tort law context in Canfor,
saying such rejection was of equal if not greater
consequence in restitution law (para. 49).
[26] Dans Kingstreet, le juge Bastarache sous­
crit aux motifs pour lesquels, dans Canfor, le
juge LeBel rejette le moyen de défense fondé sur
le transfert de la perte en droit de la responsabi­­
lité délictuelle et opine que ce rejet vaut tout autant,
sinon plus, en droit de la restitution (par. 49).
[27] Second, in Kingstreet, Bastarache J. found
that the rejection of the passing-on defence was
consistent with basic restitutionary law principles.
Specifically, the rejection of the defence accords
with the principle against unjust enrichment or
nullus commodum capere potest de injuria sua
pro­pria (barring wrongdoers from benefiting from
their unlawful actions). Preventing defendants from
invoking passing on as a defence helps to ensure
that wrongdoers are not permitted to retain their
ill-gotten gains simply because it would be difficult
to ascertain the precise extent of the harm. Like­
wise, it is important as a matter of restitutionary
law to ensure that wrongdoers who over­charge
their purchasers do not operate with impunity, on
the grounds that complexities in tracing the over­
charge through the chain of distribution will serve
to shield them from liability.
[27] Deuxièmement, dans Kingstreet, le juge
Bastarache conclut qu’écarter le moyen de défense
fondé sur le transfert de la perte est compatible avec
les principes fondamentaux du droit de la restitution.
Plus précisément, c’est observer la règle qui interdit
l’enrichissement sans cause ou la maxime nullus
commodum capere potest de injuria sua propria
(selon laquelle le fautif ne saurait tirer avantage de
son acte illégal). Empêcher le défendeur d’invoquer
le transfert de la perte en défense contribue à faire
en sorte que le fautif ne puisse conserver le gain
mal acquis seulement parce qu’il est difficile de
circonscrire le préjudice avec précision. De même,
en matière de restitution, il importe de s’assurer que
le fautif qui majore le prix exigé de l’acheteur ne
le fasse pas impunément parce que la difficulté de
retracer le parcours de la majoration d’un maillon
à l’autre de la chaîne de distribution ne permet pas
d’établir sa responsabilité.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
497
[28] Finally, there is support in the academic com­
mentary for the broader rejection of the pass­ing-on
defence. Maddaugh and McCamus have stated that
Kingstreet was an “authoritative and appar­ently
comprehensive rejection” of the pass­ing-on defence
in Canada, and that “[i]n reaching this conclusion,
the Supreme Court reflected a broad interna­tional
consensus with respect to the unsuitability of this
defence” ((loose-leaf 2013), at p. 11-46).
[28] Enfin, l’exclusion générale du moyen de
défense fondé sur le transfert de la perte trouve
appui chez les auteurs de doctrine. Ainsi, selon
Maddaugh et McCamus, l’arrêt Kingstreet consti­
tue une [traduction] « exclusion globale à la fois
péremptoire et manifeste » du moyen de défense
fondé sur le transfert de la perte au Canada; « [p]our
tirer cette conclusion, la Cour adhère au large
consensus international sur l’inapplicabilité de
ce moyen de défense » ((feuilles mobiles 2013),
p. 11-46).
[29] For these reasons, I conclude that the re­
jec­tion of the passing-on defence in Kingstreet
is not limited to the context of the imposition of
ultra vires taxes. There is no principled reason to
reject the defence in one context but not another;
the passing-on defence is rejected throughout the
whole of restitutionary law.
[29] C’est pourquoi je conclus que le rejet de ce
moyen de défense dans Kingstreet ne vaut pas que
pour l’imposition d’une taxe ultra vires. Nul motif
rationnel ne permet d’écarter le moyen de défense
dans un contexte, mais pas dans un autre; il est
toujours exclu aux fins du droit de la restitution.
(2)Significance of the Passing-On Defence in
This Appeal
(2)Importance en l’espèce du moyen de
défense fondé sur le transfert de la perte
[30] As described above, the offensive use of
passing on would provide the basis for in­di­rect
purchaser actions. Microsoft argues that this Court’s
rejection of the passing-on defence car­ries, as
a necessary corollary, a correspond­ing re­jection
of the offensive use of passing on. The rationale
is that the rejection should apply equally so that
if overchargers are not permitted to rely on pass­
ing on in their own defence, in­di­rect purchasers
should also not be able to in­voke passed on over­
charges as a basis for their cause of action.
[30] Comme je l’indique précédemment, le trans­
fert de la perte comme cause d’action fonderait le
recours de l’acheteur indirect. Pour Microsoft, le
rejet par notre Cour du transfert de la perte com­me
moyen de défense a nécessairement pour corol­laire
son rejet comme cause d’action. Or, si l’auteur de
la majoration ne peut invoquer le transfert de la
perte en défense, l’acheteur indirect ne devrait pas
non plus pouvoir l’invoquer en demande.
[31] Microsoft relies on the 1977 decision of
the U.S. Supreme Court in Illinois Brick Co. v.
Illinois, 431 U.S. 720 (1977). Illinois Brick man­
ufactured concrete block and sold it to masonry
contractors who in turn provided their services
to general contractors. The general contractors
incorporated the concrete block into buildings
and sold the buildings to customers such as the
State of Illinois. The State was therefore an in­
direct purchaser of the products of Illinois Brick
(p. 726). The State alleged that Illinois Brick had
engaged in a conspiracy to fix the prices of con­
crete block, contrary to U.S. antitrust legisla­tion,
[31] Microsoft cite l’arrêt Illinois Brick Co. c.
Illinois, 431 U.S. 720 (1977), rendu par la Cour
suprême des États-Unis en 1977. Illinois Brick
fabri­quait des blocs de béton qu’elle vendait à
des entrepreneurs en maçonnerie qui, à leur tour,
four­nissaient leurs services à des entrepreneurs
géné­raux. Ces derniers utilisaient les blocs de
béton pour construire des bâtiments qu’ils ven­
daient notam­ment à l’État de l’Illinois, lequel était
donc un acheteur indirect des produits d’Illinois
Brick (p. 726). À titre d’acheteur indirect, l’État
a poursuivi Illinois Brick pour participation à un
complot visant à fixer le prix des blocs de bé­ton,
498
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
and brought an indirect purchaser action against
the company (p. 727).
contrairement aux dispositions américaines anti­
trust (p. 727).
[32] The U.S. Supreme Court found against the
State of Illinois. It held that since, according to
Hanover Shoe, passing on may not be used de­
fensively, it should not be available to indirect pur­
chasers to use offensively by bringing an action
alleging that an overcharge was passed down to
them. The court explained that “whatever rule [was]
to be adopted regarding pass-on in anti­trust dam­
ages actions, it must apply equally to plain­tiffs and
defendants” (Illinois Brick, at p. 728).
[32] La Cour suprême des États-Unis l’a débouté.
À son avis, puisque le transfert de la perte ne pou­
vait être invoqué en défense suivant l’arrêt Hano­
ver Shoe, l’acheteur indirect ne pouvait non plus
ester en alléguant que la majoration de prix lui
avait été transférée. Selon la cour, [traduction]
« quelle que soit la règle applicable au transfert
de la perte pour les besoins d’une action antitrust
en dommages-intérêts, elle doit s’appliquer tant
au demandeur qu’au défendeur » (Illinois Brick,
p. 728).
[33] Microsoft argues that, just as the prohibi­
tion on the offensive use of passing on in Illinois
Brick was considered a necessary corollary to the
rejection of the passing-on defence in Hanover
Shoe, the same result should flow in Canada from
the rejec­tion of the passing-on defence in Kingstreet.
The passing-on issue was not raised before either
of the applications judges because those decisions
were released prior to Kingstreet. However, the ma­
jority of the B.C.C.A. ac­cepted this argument in
dismissing the Pro-Sys claim.
[33] Selon Microsoft, étant donné que, dans Illi­
nois Brick, l’impossibilité d’invoquer en demande
le transfert de la perte est considérée comme le
corollaire nécessaire du rejet, dans Hanover Shoe,
du transfert de la perte comme moyen de défense,
le rejet du moyen de défense fondé sur le transfert
de la perte dans Kingstreet doit emporter la même
exclusion en demande au Canada. Les juges de
première instance en l’espèce ayant été saisis des
demandes avant l’arrêt Kingstreet, la question du
transfert de la perte n’a pas été soulevée devant eux.
Toutefois, les juges majoritaires de la C.A.C.-B. font
droit à la prétention et rejettent l’action de Pro-Sys.
(3)Analysis of the “Necessary Corollary”
Argument
(3)L’argument du « corollaire nécessaire »
[34] As I will explain, despite the rejection of the
passing-on defence, the arguments advanced by
Microsoft as to why there should be a correspond­
ing rejection of the offensive use of passing on are
not persuasive. Symmetry for its own sake without
adequate justification cannot support the “neces­
sary corollary” argument. In my view, the argu­
ments advanced by Microsoft do not provide such
justification.
[34] Comme je l’explique plus loin, malgré le
rejet du transfert de la perte comme moyen de
dé­fense, les arguments invoqués par Microsoft pour
justifier également son exclusion comme cause
d’action ne sont pas convaincants. À défaut d’une
justification suffisante, la symétrie ne peut étayer
à elle seule la thèse du « corollaire nécessaire ».
À mon avis, la thèse avancée par Microsoft n’offre
pas une telle justification.
(a) Double or Multiple Recovery
a) Recouvrement double ou multiple
[35] Microsoft submits that the offensive use
of passing on through indirect purchaser actions
leaves it exposed to liability from all purchasers in
the chain of distribution. It says that its inabili­ty to
[35] Microsoft soutient que l’allégation en
demande du transfert de la perte par un acheteur
in­direct lui fait courir le risque d’être tenue res­
ponsable vis-à-vis de tous les acquéreurs dans
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
499
employ the passing-on defence means that direct
purchasers would be able to seek recovery for the
entire amount of the overcharge. If, at the same
time, indirect purchasers bring actions, this would
result in both direct and indirect purchasers seek­
ing recovery of the same amount. Microsoft argues
that this potential for double or even multiple reco­
very should be a sufficient reason to reject the
offensive use of passing on.
la chaîne de distribution. Elle ajoute que l’impos­
sibilité d’invoquer en défense le transfert de la
perte permettra à l’acheteur direct d’obtenir le
recouvrement intégral de la somme payée en trop.
Si l’acheteur indirect intente lui aussi une action,
tant l’acheteur direct que l’acheteur indirect pour­
ront tenter de recouvrer la même somme. Microsoft
fait valoir que ce risque de recouvrement double,
voire multiple, justifie que l’on exclut l’allégation
en demande du transfert de la perte.
[36] In Illinois Brick, the U.S. Supreme Court
considered multiple recovery to be a “serious risk”
and said that it was “unwilling to ‘open the door to
duplicative recoveries’” (pp. 730-31, per White J.):
[36] Dans Illinois Brick, la Cour suprême des
États-Unis estime que le recouvrement multiple
constitue un [traduction] « risque sérieux » et
elle se dit « non disposée à y donner ouverture »
(p. 730-731, le juge White) :
A one-sided application of Hanover Shoe substantially
increases the possibility of inconsistent adjudications —
and therefore of unwarranted multiple liability for the
defendant — by presuming that one plaintiff (the direct
purchaser) is entitled to full recovery while preventing
the defendant from using that presumption against the
other plaintiff . . . . [Emphasis deleted; p. 730.]
[traduction] L’application asymétrique de l’arrêt
Han­over Shoe augmente considérablement le risque de
déci­sions contradictoires et, par conséquent, de res­ponsa­
bi­lité multiple imputée sans fondement au défendeur
en ce qu’elle présume qu’un des demandeurs (l’acheteur
direct) a droit au recouvrement intégral et qu’elle refuse
au défendeur le droit d’invoquer cette présomption con­
tre l’autre demandeur . . . [Italiques omis; p. 730.]
[37] This concern cannot be lightly dismissed.
However, in my view, there are countervailing ar­
guments to be considered. Practically, the risk of
duplicate or multiple recoveries can be man­aged
by the courts. Brennan J., dissenting in Illinois
Brick, indicated that the risk of overlapping re­
covery ex­ists only where additional suits are filed
after an award for damages has been made or
where actions by direct and indirect purchasers
are pending at the same time. In both cases, he
said, the risk is remote (pp. 762-64).
[37] On ne saurait écarter cette préoccupation
à la légère, mais j’estime que des arguments à
l’effet contraire doivent être considérés. Dans
les faits, les tribunaux peuvent gérer le risque de
recouvrement double ou multiple. Dans Illinois
Brick, le juge Brennan, dissident, indique que ce
risque n’existe que lorsque d’autres poursuites
sont intentées après l’indemnisation ou que les
actions d’acheteurs directs et indirects sont simul­
tanément en instance. Selon lui, le risque demeure
faible dans les deux cas (p. 762-764).
[38] In the first situation, Brennan J. stated that
the complex and protracted nature of antitrust
ac­tions, coupled with the short four-year statute
of limitations, “make it impractical for poten­
tial plaintiffs to sit on their rights until after entry
of judgment in the earlier suit” (Illinois Brick, at
p. 764). With respect to actions under the Com­
peti­tion Act, the same reasoning would ap­ply in
Canada where our competition actions are simi­larly
complex and where legislation restricts in­dividual
[38] Dans le premier cas, le juge Brennan affirme
que la complexité et la durée des poursuites anti­
trust, auxquelles s’ajoute le court délai de pres­
crip­tion de quatre ans, [traduction] « peuvent
empêcher les demandeurs éventuels d’attendre
le prononcé d’un premier jugement pour faire
valoir leurs droits » (Illinois Brick, p. 764). Le
même raisonnement vaut au Canada pour les
actions intentées sous le régime de la Loi sur la
concurrence, qui sont tout aussi complexes et
500
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
recovery for damages for violations to just two
years (see Competition Act, at s. 36(4)(a)).
auxquelles s’applique un délai de prescription de
seulement deux ans lorsqu’une personne réclame
une somme égale au montant des dommages
qu’elle a subis (voir la Loi sur la concurrence,
al. 36(4)a)).
[39] As for the risk of double recovery where ac­
tions by direct and indirect purchasers are pend­ing
at the same time, it will be open to the defend­
ant to bring evidence of this risk before the trial
judge and ask the trial judge to modify any award
of damages accordingly. In Multiple Access Ltd.
v. McCutcheon, [1982] 2 S.C.R. 161, in discuss­
ing the risk of a plaintiff seeking double recovery
under sep­arate legal provisions, Dickson J. (as he
then was), writing for the majority, held that
[39] Dans le second cas — le risque de double
indemnisation lorsque l’action de l’acheteur direct
et celle de l’acheteur indirect sont en instance
simul­tanément —, le défendeur peut présenter
une preuve de ce risque au juge du procès et lui
demander de modifier en conséquence tout octroi
de dommages-intérêts. Dans Multiple Access Ltd.
c. McCutcheon, [1982] 2 R.C.S. 161, au nom des
juges majoritaires, le juge Dickson (plus tard Juge
en chef) dit ce qui suit lorsqu’il se penche sur le
risque que le demandeur invoque des régimes légis­
latifs distincts pour être indemnisé deux fois :
[t]he courts are well able to prevent double recovery in
the theoretical and unlikely event of plaintiffs trying to
obtain relief under both sets of provisions. . . . [T]he
Court at the final stage of finding and quantifying liability
could prevent double recovery if in fact compensation
and an accounting had already been made by a defendant.
No court would permit double recovery. [p. 191]
Les cours sont à même d’empêcher le double recou­
vrement dans le cas théorique et peu probable où des
demandeurs cherchent à se faire indemniser en vertu des
deux ensembles de dispositions. [. . .] [À] l’étape finale
dans laquelle elle conclut à la responsabilité et en fixe le
montant, la cour peut empêcher le double recouvrement
si, en fait, un défendeur a déjà versé une indemnité
et produit une reddition de compte. Aucune cour ne
permettra le double recouvrement. [p. 191]
If the defendant is able to satisfy the judge that the
risk is beyond the court’s control, the judge retains
the discretion to deny the claim.
Si le défendeur est en mesure de le convaincre que
le risque ne peut être géré par le tribunal, le juge
conserve le pouvoir discrétionnaire de rejeter la
demande.
[40] Likewise, if the defendant presents evi­
dence of parallel suits pending in other jurisdic­
tions that would have the potential to result in
multiple recovery, the judge may deny the claim or
modify the damage award in accordance with an
award sought or granted in the other jurisdiction
in order to prevent overlapping recovery.
[40] De même, si le défendeur établit que des
poursuites sont intentées parallèlement dans
d’autres ressorts et qu’elles peuvent entraîner une
indemnisation supplémentaire, le juge peut reje­
ter la demande ou modifier l’octroi de dommagesintérêts en fonction des réparations sollicitées ou
accordées dans les autres ressorts afin d’empêcher
le cumul des indemnités.
[41] In view of these practical tools at the
courts’ disposal, I would agree with Donald J.A.
of the B.C.C.A., dissenting in Sun-Rype, that “the
dou­ble recovery rule should not in the abstract
bar a claim in real life cases where double recov­
ery can be avoided” (para. 30). At this stage of the
pro­ceeding, Microsoft has not produced evi­dence
[41] Au vu de ces mécanismes dont disposent
les tribunaux, je conviens avec le juge Donald,
de la C.A.C.-B., dissident dans Sun-Rype, que
[traduction] « la règle théorique selon laquelle
il ne peut y avoir double recouvrement ne devrait
pas s’appliquer pour faire obstacle à une action
dans une affaire réelle où il est possible d’empêcher
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
501
to demonstrate that the courts in B.C. could not
preclude double or multiple recovery. I would
thus not reject indirect purchaser actions be­cause
of the risk of multiple recovery.
le double recouvrement » (par. 30). À ce stade de
l’instance, Microsoft n’a produit aucun élément de
preuve selon lequel les tribunaux de la ColombieBritannique ne peuvent empêcher le recouvre­ment
double ou multiple. Je suis donc d’avis de ne pas
écarter l’action de l’acheteur indirect en raison du
risque de recouvrement multiple.
(b) Remoteness and Complexity
b)
[42] Microsoft’s second argument is that the
remoteness of the overcharge and the complex­
i­ties associated with tracing the loss consti­tute
“‘serious’ and ‘inherent’ difficulties of proof as­so­
ciated with pass-on” (R.F., at para. 20). These dif­
ficulties are said to give rise to confusion and
un­certainty and place a burden on the in­stitu­tional
capacities of the courts tasked with follow­ing each
overcharge to its ultimate result.
[42] Microsoft soutient deuxièmement que le
caractère indirect de la majoration et la difficulté
d’établir la perte subie constituent [traduction]
« des obstacles “importants” et “fondamentaux” à la
preuve du transfert de la perte » (m.i., par. 20). Ces
obstacles seraient sources de confusion et d’incer­
titude et grèveraient les capacités institution­­nelles
des tribunaux appelés à retracer le par­cours de cha­
cune des majorations jusqu’à son aboutissement
final.
[43] Microsoft relies on the reasoning of the
Ontario Court of Appeal in Chadha v. Bayer Inc.
(2003), 63 O.R. (3d) 22. In Chadha, that court
denied certification of an indirect purchaser ac­
tion citing “the many problems of proof facing
the appellants . . . , including the number of parties
in the chain of distribution and the ‘multitude of
variables’ which would affect the end-purchase
price” (para. 45 (adopting the findings of the Di­
visional Court)). Microsoft argues that if any part
of the overcharge was absorbed by any party
in the chain, “the chain would be broken” and the
ex­tent of the overcharge would become increas­
ingly difficult to trace (R.F., at para. 22, quoting
Chadha, at para. 45). The reasons on this point in
Illinois Brick, on which Microsoft relies heavily,
point out that there are significant “uncertainties
and difficulties in analyzing price and output de­
cisions ‘in the real economic world rather than an
economist’s hypothetical model’” (pp. 731-32). The
court lamented the “costs to the judicial sys­tem
and the efficient enforcement of the antitrust laws
of attempting to reconstruct those decisions in the
courtroom” (p. 732).
[43] Microsoft invoque le raisonnement de la
Cour d’appel de l’Ontario dans Chadha c. Bayer
Inc. (2003), 63 O.R. (3d) 22, où cette dernière
refuse de certifier l’action d’un acheteur indirect en
raison [traduction] « des nombreux problè­mes
de preuve qui attendent les appelants [. . .], y
compris le nombre des maillons de la chaîne de
dis­tribution et la “multitude de variables” qui
jouent dans la détermination du prix d’achat final »
(par. 45 (adhérant aux conclusions de la Cour
division­naire)). Selon Microsoft, si quelque par­
tie de la majoration était absorbée par l’un de ses
maillons, [traduction] « la chaîne serait rom­
pue » et il serait d’autant plus ardu de retra­cer le
parcours de la majoration d’un maillon à l’autre
(m.i., par. 22, citant Chadha, par. 45). Il appert des
motifs formulés sur ce point dans Illinois Brick,
et sur lesquels Microsoft insiste beaucoup, que
[traduction] « l’analyse des décisions en matière
de prix et de production comporte une grande part
d’incertitude et de difficulté lorsqu’elle inter­vient
“dans le monde économique réel plutôt que dans
le cadre d’un modèle économique fictif” » (p. 731732). Le tribunal déplore « les coûts supportés par
le système judiciaire et les méca­nismes d’applica­
tion des dispositions antitrust lorsqu’il s’agit de
reconstituer ces décisions en salle d’audience »
(p. 732).
Caractère indirect et complexité
502
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[44] Indirect purchaser actions, especially in the
antitrust context, will often involve large amounts
of evidence, complex economic theories and multi­
ple parties in a chain of distribution, making the
tracing of the overcharges to their ultimate end
an unenviable task. However, Brennan J., dissenting
in Illinois Brick, observed that these same con­
cerns can be raised in most antitrust cases, and
should not stand in the way of allowing indirect
purchasers an opportunity to make their case:
[44] L’action intentée par un acheteur indirect,
surtout sur le fondement des dispositions anti­
trust, comporte souvent une preuve volumineuse,
la formulation de théories économiques complexes
et l’existence de nombreuses parties le long de la
chaîne de distribution, de sorte qu’il est d’autant
plus ardu de retracer le parcours de la majoration
d’un maillon à l’autre jusqu’à son aboutissement
final. Toutefois, selon le juge Brennan, dissident
dans Illinois Brick, il s’agit de caractéristiques
communes à la plupart des affaires antitrust et elles
ne devraient donc pas empêcher l’acheteur indirect
de prouver ses allégations :
Admittedly, there will be many cases in which the plain­
tiff will be unable to prove that the overcharge was
passed on. In others, the portion of the overcharge passed
on may be only approximately determinable. But again,
this problem hardly distinguishes this case from other
antitrust cases. Reasoned estimation is required in all an­
titrust cases, but “while the damages [in such cases] may
not be determined by mere speculation or guess, it will
be enough if the evidence show the extent of the damages
as a matter of just and reasonable inference, although
the result be only approximate.” . . . Lack of precision
in apportioning damages between direct and indirect
purchasers is thus plainly not a convincing reason for
denying indirect purchasers an opportunity to prove
their injuries and damages. [Text in brackets in original;
pp. 759-60.]
[traduction] Certes, dans bien des cas, le demandeur
ne sera pas en mesure de prouver le transfert de la
majoration. Dans d’autres, la partie transférée ne
pourra être déterminée qu’approximativement. Mais
là encore, ce problème distingue à peine l’espèce d’une
autre affaire antitrust. Dans ce domaine, toute instance
exige une estimation raisonnée, mais « bien que les
dommages [dans les affaires de cette nature] ne puissent
être déterminés au moyen de simples spéculations
ou conjectures, il suffira d’inférer de manière juste et
raisonnable l’étendue des dommages, même si le résultat
ne sera qu’approximatif. » [. . .] L’imprécision de la
répartition des dommages-intérêts entre l’acheteur direct
et l’acheteur indirect n’est donc pas une considéra­
tion suffisante pour priver l’acheteur indirect de la pos­
si­bilité d’établir le préjudice subi. [Texte entre crochets
dans l’original; p. 759-760.]
[45] In bringing their action, the indirect pur­
chasers willingly assume the burden of establish­
ing that they have suffered loss. This task may well
require expert testimony and complex economic
evidence. Whether these tools will be sufficient to
meet the burden of proof, in my view, is a factual
question to be decided on a case-by-case basis.
Indirect purchaser actions should not be barred
altogether solely because of the likely complexity
associated with proof of damages.
[45] L’acheteur indirect qui intente une action
contracte volontairement l’obligation d’établir qu’il
a subi une perte, ce qui peut fort bien né­cessi­ter
le témoi­gnage d’experts et une preuve com­plexe
de nature économique. À mon avis, la question de
savoir si ces éléments lui permettront de s’acquit­ter
de cette obli­gation tient aux faits de l’espèce. Il n’y
a pas lieu de faire tota­le­ment obstacle à l’action de
l’ache­teur indirect pour la seule raison qu’il sera
ardu d’établir le préju­dice subi.
(c)Deterrence
c)
[46] A third argument, which was not raised
by Microsoft, but which was discussed in Illinois
Brick and is particularly relevant to competition
actions, is that allowing the offensive use of passing
[46] Selon un troisième argument que ne soulève
pas Microsoft, mais qui est examiné dans Illinois
Brick et qui vaut particulièrement dans le cas
d’actes anticoncurrentiels, permettre d’invoquer
Effet dissuasif
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
503
on frustrates the enforcement of competition laws,
thus reducing deterrence. While enforcement of
competition laws is generally a question for the
government, private individuals are engaged in
the enforcement by way of s. 36 which gives them
a right of recovery for breaches of Part VI of the
Competition Act.
en demande le transfert de la perte ferait obsta­
cle à l’application des dispositions sur la concur­
rence et nuirait ainsi à la dissuasion. Bien que
cette application incombe généralement à l’État,
une personne privée peut, suivant l’art. 36, faire
respecter la loi et demander le recouvrement d’une
somme par suite de la violation de la partie VI de la
Loi sur la concurrence.
[47] The majority in Illinois Brick understood
Hanover Shoe to stand for the proposition that “an­
titrust laws will be more effectively enforced by
concentrating the full recovery for the overcharge
in the direct purchasers rather than by allowing
every plaintiff potentially affected by the over­
charge to sue only for the amount it could show was
absorbed by it” (p. 735). The majority in Illinois
Brick agreed, finding that direct purchasers would
be in the best position to bring an action because
the “massive evidence and complicated theories”
that are characteristic of indirect purchaser ac­tions
impose an unacceptable burden on those plain­
tiffs, making success of such actions unlikely and
there­by defeating the deterrence objectives of
antitrust laws (p. 741).
[47] Dans Illinois Brick, les juges majoritaires con­
cluent de l’arrêt Hanover Shoe que [traduc­tion]
« les lois antitrust seront mieux appliquées si on
assure le recouvrement intégral de la majoration
par l’acheteur direct au lieu de permettre à chacune
des personnes touchées par la majoration de recou­
vrer uniquement la partie qu’elle peut prouver avoir
absorbée » (p. 735). Ils partagent ce point de vue
et estiment que l’acheteur direct est le mieux placé
pour ester en justice, car [traduction] « la preuve
volumineuse et les théories compliquées » associées
à l’instance engagée impose un trop lourd fardeau à
l’acheteur indirect, de sorte qu’il est peu probable
qu’il ait gain de cause, ce qui va à l’encontre des
fins dissuasives des dispositions antitrust (p. 741).
[48] In my opinion, allowing the offensive use
of passing on should not frustrate the deterrence
objectives of Canadian competition laws. I agree
with Brennan J., dissenting in Illinois Brick, that the
offensive use of passing on, unlike the passing-on
defence, creates little danger that the overcharger
will escape liability and frustrate deterrence ob­
jectives but, “[r]ather, the same policies of insur­
ing the continued effectiveness of the [antitrust]
ac­­tion and preventing wrongdoers from retain­
ing the spoils of their misdeeds favor allowing
indirect purchasers to prove that overcharges
were passed on to them” (p. 753). The rationale
for rejecting the passing-on defence because it
frustrates enforcement is not a reason for denying
an action to those who have a valid claim against
the overcharger.
[48] À mon avis, permettre d’alléguer en de­mande
le transfert de la perte ne devrait pas nuire aux
objectifs de dissuasion des dispositions cana­dien­
nes sur la concurrence. Je conviens avec le juge
Brennan, dissident dans Illinois Brick, que con­
trairement au fait d’invoquer le transfert de la perte
en défense, le fait d’alléguer le transfert de la perte
en demande risque peu de faire en sorte que l’auteur
de la majoration échappe à sa responsabilité et que
la dissuasion soit compromise; [traduction] « [l]es
mêmes principes qui consistent à assurer l’efficacité
constante de l’action [antitrust] et à empêcher le
fautif de conserver le gain mal acquis militent plutôt
en faveur de la possibilité que l’acheteur indirect
prouve que la majoration lui a été refilée » (p. 753).
L’exclusion du transfert de la perte comme moyen
de défense, afin de ne pas nuire à l’application de
la loi, ne justifie pas de refuser son allégation en
demande dans une action par ailleurs bien-fondée
intentée contre l’auteur de la majoration.
504
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[49] Further, despite evidence advanced by the
respondents in the Sun-Rype appeal that direct
purchasers are often the parties most likely to take
action against the overchargers, there may be some
situations where direct purchasers will have been
overcharged but will be reticent to bring an action
against the offending party for fear of jeopardiz­
ing a valuable business relationship. In this case,
it is alleged that Microsoft’s direct purchasers
are parties to the overcharging arrangements and
would themselves not be likely plaintiffs. Indirect
purchaser actions may, in such circumstances, be
the only means by which overcharges are claimed
and deterrence is promoted. The rejection of indi­
rect purchaser actions in such cases would increase
the possibility that the overcharge would remain
in the hands of the wrongdoer. For these reasons, I
would be of the view that an absolute bar on indirect
purchaser actions, thus leaving any potential ac­tion
exclusively to direct purchasers, would not nec­
essarily result in more effective deterrence than
exclusively direct purchaser actions.
[49] En outre, malgré la preuve des intimées
dans Sun-Rype voulant que l’acheteur direct soit
souvent le plus susceptible de poursuivre l’auteur
de la majoration, il peut arriver qu’un acheteur
direct hésite à intenter une action contre le fautif
par crainte de mettre en péril de bonnes relations
d’affaires. On soutient en l’espèce que les acheteurs
directs sont parties aux arrangements de majoration
de Microsoft, de sorte qu’il est peu probable qu’ils
intentent quelque recours. Dans ces circonstances,
les actions d’acheteurs indirects peuvent offrir le
seul moyen de recouvrer la majoration et d’assurer
la dissuasion. Exclure ces actions en pareil cas
augmenterait le risque que la majoration demeure
entre les mains du fautif. Pour ces motifs, je suis
d’avis qu’écarter tout recours de l’acheteur indirect
de sorte que seul l’acheteur direct puisse se pour­
voir en justice n’accroîtrait pas nécessairement
l’effet dissuasif.
(d) Restitutionary Principles
d)
[50] Restitution law is remedial in nature and is
concerned with the recovery of gains from wrong­
doing (see Maddaugh and McCamus (2013), at
pp. 3-1 to 3-3). In my view, allowing indirect pur­
chaser actions is consistent with the remedia­tion
objective of restitution law because it allows for
compensating the parties who have actually suf­
fered the harm rather than merely reserving these
actions for direct purchasers who may have in fact
passed on the overcharge.
[50] De nature réparatrice, le droit de la restitu­
tion a pour objet le recouvrement du gain mal
acquis (voir Maddaugh et McCamus (2013), p. 3-1
à 3-3). J’estime que permettre à l’acheteur indirect
d’intenter une action en justice s’accorde avec
l’objectif de réparation du droit de la restitution, car
la personne qui a effectivement subi un préjudice,
et non seulement l’acheteur direct qui a pu en fait
transférer la majoration, peut ainsi être indemnisée.
(e) Departure From the Rule in Illinois Brick in
the United States
e)
[51] Although Illinois Brick remains the law at
the federal level, it has been made inapplicable at
the state level in many states through so-called
“repealer statutes” or by judicial decisions. In 2007,
the Antitrust Modernization Commission issued
a report to Congress indicating that “more than
thirty-five states permit indirect, as well as direct,
purchasers to sue for damages under state law”
(Antitrust Modernization Commission: Report and
[51] Bien que l’arrêt Illinois Brick établisse
toujours le droit applicable au palier fédéral, de
nombreux États l’ont écarté par voie législative
ou judiciaire. En 2007, la commission de mo­der­
nisation des lois antitrust a déposé au Congrès
un rapport selon lequel [traduction] « plus de
trente-cinq États permettaient à l’acheteur indi­
rect, comme à l’acheteur direct, d’intenter une
action en dommages-intérêts en application de la
Principes de la restitution
Dérogation à la règle établie aux ÉtatsUnis dans l’arrêt Illinois Brick
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
505
Recommendations (2007) (online), at p. 269). It
recommended to Congress that the rule in Illinois
Brick be statutorily repealed at the federal level
(p. 270). The validity of the “repealer statutes”
came before the U.S. Supreme Court in California
v. ARC America Corp., 490 U.S. 93 (1989). That
court held that Illinois Brick did not preempt the
enactment of state antitrust laws, even if they had
the effect of repealing the rule in Illinois Brick.
These developments cast doubt on the “necessary
corollary” approach in Illinois Brick.
loi de l’État » (Antitrust Modernization Com­
mission : Report and Recommendations (2007)
(en ligne), p. 269). Elle recommandait l’« abro­
gation » de la règle issue de l’arrêt Illinois Brick
par une loi fédérale (p. 270). Dans California c.
ARC America Corp., 490 U.S. 93 (1989), la Cour
suprême des États-Unis a été appelée à se pronon­
cer sur la validité des « lois abrogatoires ». Elle
a conclu que l’arrêt Illinois Brick ne faisait pas
obstacle à l’adoption de dispositions antitrust par
un État, même si ces dispositions avaient pour
effet d’écarter la règle issue de cet arrêt. Voilà des
éléments qui sont de nature à remettre en cause
la thèse du « corollaire nécessaire » retenue dans
Illinois Brick.
(f) Doctrinal Commentary
f)
[52] Doctrinal discussions of indirect purchaser
actions are still shaped by the initial exchange
that occurred directly following the release of
Illinois Brick. Shortly after the judgment was is­
sued, American scholars William M. Landes and
Richard A. Posner (now a judge of the U.S. Court
of Appeals for the Seventh Circuit) published
an article defending the rule barring indirect pur­
chaser actions (see “Should Indirect Purchasers
Have Standing To Sue Under the Antitrust Laws?
An Economic Analysis of the Rule of Illinois
Brick” (1979), 46 U. Chi. L. Rev. 602, at pp. 634-35).
They argued that reserving the right to bring an
action against overchargers to the direct purchasers
alone would best promote the antitrust laws.
They wrote that allowing indirect purchasers to
bring actions would have little to no effect on the
objectives of compensation and deterrence because
direct purchasers would be more likely to discover
the overcharges in the first place and would be
more likely to have the information and resources
required to bring a successful antitrust action.
They called the direct purchaser a more “efficient
enforcer” of antitrust laws, and opined that with
indirect purchasers, apportionment of the damages
is so costly that it becomes a disincentive to sue
and that sharing the right to sue among multiple
parties has the effect of making the claims small and
of weakening the deterrence effect (pp. 608-9). As
to compensation, they argued that even if indirect
[52] Les débats des auteurs sur le recours de
l’acheteur indirect demeurent axés sur les échan­
ges qui ont tout juste suivi la publication de l’arrêt
Illinois Brick. Peu après celle-ci, les Américains
William M. Landes et Richard A. Posner (mainte­
nant juge de la Cour d’appel des États-Unis pour
le septième circuit) ont défendu dans un article
la règle qui refusait le droit d’action à l’acheteur
indirect (voir « Should Indirect Purchasers Have
Standing To Sue Under the Antitrust Laws? An
Economic Analysis of the Rule of Illinois Brick »
(1979), 46 U. Chi. L. Rev. 602, p. 634-635). Selon
eux, réserver à l’acheteur direct le droit d’intenter
une action contre l’auteur de la majoration était
l’option la plus susceptible de promouvoir les
dis­positions anti­trust. Ils ajoutent que permettre
à l’acheteur indi­rect d’intenter une action n’aura
pas d’effet ou en aura peu sur la réalisation des
objectifs d’indem­nisa­tion et de dissuasion, car
l’ache­teur direct sera plus susceptible de con­s­
tater la majoration et, ensuite, de disposer des don­
nées et des ressources néces­saires pour avoir gain
de cause dans une action anti­trust. Ils voient dans
l’acheteur direct un « agent effi­cace d’appli­ca­
tion » des dispositions antitrust et font valoir que
permettre à l’acheteur indirect de se pourvoir
en justice rendra la répartition des dommagesintérêts si coûteuse que les intéres­sés hésiteront
à poursuivre et que le partage du droit d’action
entre de multiples parties réduira l’importance des
Doctrine
506
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
purchasers had no independent right of action,
they were nonetheless compensated by the ability
of direct purchasers to bring an action because the
benefit accruing to the direct pur­chaser as a result
of an anticipated successful anti­trust action against
the overcharger would be reflected in the prices
charged by the direct purchasers to the indirect pur­
chasers (p. 605).
demandes et affaiblira l’effet dissuasif (p. 608-­
609). Quant à l’indemnisation, ils soutiennent que,
même s’il n’a pas de droit d’action indépen­dant,
l’ache­teur indirect sera néan­moins « indemnisé »
grâce à la faculté de l’acheteur direct d’intenter
une action, car ce dernier réper­cutera sur le prix
demandé à l’acheteur indirect les retombées éven­
tuelles d’une action antitrust contre l’auteur de la
majoration (p. 605).
[53] Shortly after the publication of Landes and
Posner’s article, two other antitrust authorities,
Robert G. Harris and Lawrence A. Sullivan, ex­
pressed an opposing viewpoint (see “Passing On
the Monopoly Overcharge: A Comprehensive
Policy Analysis” (1979), 128 U. Pa. L. Rev. 269,
at pp. 351-52). Harris and Sullivan argued that
direct purchasers would be reluctant to disrupt
valued supplier relationships and would thus
be more likely to pass on the overcharge to their
own customers. They would not therefore serve
as efficient enforcers of the antitrust laws and,
rather, it would be more suitable to vest stand­ing
in the indirect purchasers in order to best achieve
deterrence.
[53] Peu après la publication de l’article de
Landes et Posner, deux autres spécialistes du droit
antitrust, Robert G. Harris et Lawrence A. Sullivan,
ont exprimé l’opinion contraire (voir « Passing
On the Monopoly Overcharge : A Comprehensive
Policy Analysis » (1979), 128 U. Pa. L. Rev. 269,
p. 351-352). Selon Harris et Sullivan, l’acheteur
direct hésitera à compromettre ses bonnes relations
avec son fournisseur et sera donc plus enclin à
refiler la note à ses clients à lui. Il ne serait donc
pas un « agent efficace d’application » des dispo­
sitions antitrust; pour les besoins de l’effet dissua­
sif, mieux vaudrait reconnaître la qualité pour agir à
l’acheteur indirect.
[54] Landes and Posner published a direct re­
sponse to Harris and Sullivan the next year (see
“The Economics of Passing On: A Reply to Harris
and Sullivan” (1980), 128 U. Pa. L. Rev. 1274). In
response to Harris and Sullivan’s argument that di­
rect purchasers would be reticent to sue so as not
to compromise valuable commercial relationships,
they stated that “any forbearance by the direct
purchaser to sue will be compensated. The sup­plier
must pay something to bind the direct purchaser
to him and this payment is, functionally, a form of
antitrust damages” (p. 1278). In other words, the
direct purchaser is receiving a financial induce­
ment to be a part of the conspiracy and this benefit
could be passed along to the indirect purchasers.
[54] L’année suivante, Landes et Posner répli­
quaient directement à la thèse de Harris et Sullivan
(voir « The Economics of Passing On : A Reply to
Harris and Sullivan » (1980), 128 U. Pa. L. Rev.
1274). En réponse à la thèse de leurs détracteurs,
à savoir qu’un acheteur direct hésitera à intenter
une action en justice afin de ne pas compromettre
de bonnes relations commerciales, ils affirment
que [traduction] « l’omission de l’acheteur direct
d’intenter une action en justice sera récompensée.
Le fournisseur doit verser quelque chose pour
s’attacher l’acheteur direct et il s’agit en quelque
sorte d’une indemnisation antitrust » (p. 1278). En
d’autres termes, l’acheteur direct obtient pour sa
participation au complot une gratification financière
qui peut être transmise à l’acheteur indirect.
[55] In the years since the exchange between
Landes and Posner and Harris and Sullivan, the
literature has reflected an ongoing debate on the
issue of indirect purchaser actions and specifi­cally
the rule in Illinois Brick. A survey of the literature
[55] Depuis ce débat entre Landes et Posner,
d’une part, et Harris et Sullivan, d’autre part, la
question du droit d’action de l’acheteur indirect
et, en particulier, la règle issue de l’arrêt Illinois
Brick, continuent d’alimenter la discussion. Plus
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
507
reveals that most recently, however, there is a
significant body of academic authority in favour of
repealing the decision in Illinois Brick in order to
best serve the objectives of the antitrust laws.
récemment, de nombreux auteurs ont cependant
préconisé la neutralisation de l’arrêt afin de
favoriser la réalisation des objectifs des disposi­
tions antitrust.
[56] Some authors, including Gregory J. Werden
and Marius Schwartz, joined Harris and Sullivan
in their critique of Landes and Posner, stating spe­
cifically that the notion that indirect purchasers
would see any of the benefits accruing to a direct
purchaser as the result of an anticipated recovery
was “quite implausible” (“Illinois Brick and the
Deterrence of Antitrust Violations — An Economic
Analysis” (1984), 35 Hastings L.J. 629, at p. 638-39).
[56] Certains, dont Gregory J. Werden et Marius
Schwartz, se sont joints à Harris et Sullivan
pour critiquer Landes et Posner. Ils qualifient
d’[traduction] « assez invraisemblable » l’idée
que l’acheteur indirect puisse bénéficier des retom­
bées pour l’acheteur direct d’un recouvrement anti­
cipé (« Illinois Brick and the Deterrence of Antitrust
Violations — An Economic Analysis » (1984), 35
Hastings L.J. 629, p. 638-639).
[57] The theory that direct purchasers may be
unwilling to sue for fear of disrupting an important
supplier relationship has also found favour among
academics (see e.g. K. J. O’Connor, “Is the Illinois
Brick Wall Crumbling?” (2001), 15:3 Antitrust 34,
at p. 38 (noting that indirect purchasers are per­
haps more likely to sue than are direct purchasers
because they do not risk severing a “direct busi­
ness relationship with the alleged violator”); A.
Thimmesch, “Beyond Treble Damages: Hanover
Shoe and Direct Purchaser Suits After Comes v.
Microsoft Corp.” (2005), 90 Iowa L. Rev. 1649,
at p. 1668 and fn. 127 (stating that in many situa­
tions the direct purchaser is in fact dependent upon
the supplier and as such would be reticent to sue)).
As recently as 2012, the same opinion has been
expressed: “This is especially true if direct pur­
chasers are able to pass on any overcharges that
result from antitrust violations to consumers. . . .
[T]he Supreme Court [of the United States]’s allor-nothing ‘Indirect Purchaser Rule’ sweeps too
broadly” (J. M. Glover, “The Structural Role of
Private Enforcement Mechanisms in Public Law”
(2012), 53 Wm. & Mary L. Rev. 1137, at p. 1187).
[57] La thèse voulant qu’un acheteur direct
hésite à poursuivre un fournisseur important par
crainte de mettre en péril ses rapports avec lui a
aussi ses tenants parmi les auteurs de doctrine
(voir p. ex. K. J. O’Connor, « Is the Illinois Brick
Wall Crumbling? » (2001), 15:3 Antitrust 34, p. 38
(selon lequel l’acheteur indirect est peut-être plus
susceptible d’intenter une poursuite que l’ache­
teur direct parce qu’il ne risque pas la rup­ture de
ses [traduction] « liens d’affaires directs avec
le présumé contrevenant »); A. Thimmesch, « Be­
yond Treble Damages : Hanover Shoe and Direct
Pur­chaser Suits After Comes v. Microsoft Corp. »
(2005), 90 Iowa L. Rev. 1649, p. 1668 et note en
bas de page 127 (selon lequel, dans bien des cas,
l’acheteur direct est en situation de dépendance
vis-à-vis du fournisseur et hésitera donc à le pour­
suivre)). Tout récemment, en 2012, on a avancé la
même idée : [traduction] « Cela est particu­lière­
ment vrai lorsque l’acheteur direct peut trans­férer
au consommateur toute somme payée en trop par
suite d’une entorse à la concurrence. [. . .] [L]a
règle par laquelle la Cour suprême [des États-Unis]
refuse catégoriquement à “l’acheteur indirect le
droit de poursuivre l’auteur” de la majoration a une
portée excessive » (J. M. Glover, « The Structural
Role of Private Enforcement Mechanisms in Public
Law » (2012), 53 Wm. & Mary L. Rev. 1137, p. 1187).
[58] As to the objective of compensation,
several authors have commented that the rule in
Illinois Brick in fact runs contrary to the goal of
compensation, with one author calling it “[t]he
[58] En ce qui concerne l’objectif d’indem­ni­sa­
tion, plusieurs auteurs font observer que la règle
issue de l’arrêt Illinois Brick va en fait à l’encontre
de sa réalisation; l’un d’eux dit de cette décision
508
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
most far-reaching deviation from the com­pen­
satory rationale” (C. C. Van Cott, “Standing at the
Fringe: Antitrust Damages and the Fringe Pro­
ducer” (1983), 35 Stan. L. Rev. 763, at p. 775).
Likewise, Andrew I. Gavil, an antitrust scholar, has
stated that “providing compensation to all victims
of unlawful conduct for the harms inflicted by the
wrongdoer is a secondary but also essential goal of
a comprehensive remedial system, one that Illinois
Brick disserves in many common circumstances”
(“Thinking Outside the Illinois Brick Box: A Pro­
posal for Reform” (2009), 76 Antitrust L.J. 167, at
p. 170).
qu’elle est celle qui [traduction] « s’écarte le
plus de l’objectif d’indemnisation » (C. C. Van
Cott, « Standing at the Fringe : Antitrust Damages
and the Fringe Producer » (1983), 35 Stan. L. Rev.
763, p. 775). Dans le même ordre d’idées, selon
Andrew I. Gavil, spécialiste en matière anti­trust,
[traduction] « indemniser toutes les victimes du
comporte­ment illégal pour les préjudices causés
par le con­trevenant constitue un objectif secon­
daire, mais aussi essentiel, d’un régime de répara­
tion complet, un objectif que l’arrêt Illinois Brick
mécon­naît dans bien des situations courantes »
(« Thinking Outside the Illinois Brick Box : A
Proposal for Reform » (2009), 76 Antitrust L.J. 167,
p. 170).
[59] As can be seen from this overview, despite
initial support from well-reputed antitrust schol­
ars, it cannot be said that the rule in Illinois Brick
still finds favour in the academic literature.
[59] Comme il appert de cet aperçu, malgré son
appui initial par des auteurs de renom du domaine
antitrust, la règle dégagée dans l’arrêt Illinois Brick
ne remporte plus la faveur des juristes versés en la
matière.
(4)Conclusion on the Offensive Use of Pass­
ing On
(4)Conclusion sur l’allégation en demande du
transfert de la perte
[60] Although the passing-on defence is un­
available as a matter of restitution law, it does
not follow that indirect purchasers should be fore­
closed from claiming losses passed on to them. In
summary:
[60] Malgré l’impossibilité d’invoquer le trans­
fert de la perte en défense à une action en restitu­
tion, l’acheteur indirect ne doit pas pour autant
se voir empêcher de recouvrer la perte qui lui a été
transférée. En bref, voici les éléments à retenir :
(1)
The risks of multiple recovery and the con­
cerns of complexity and remoteness are
insufficient bases for precluding indirect
pur­chasers from bringing actions against
the defendants responsible for overcharges
that may have been passed on to them.
(1)
Le risque de recouvrement multiple et les
obstacles liés à la complexité de la preuve
et au caractère indirect de la majoration ne
constituent pas des considérations suffi­
santes pour priver l’acheteur indirect d’un
recours contre l’auteur de la majoration dont
le montant lui aurait été transféré.
(2)
The deterrence function of the competition
law in Canada is not likely to be impaired by
indirect purchaser actions.
(2)
Le recours de l’acheteur indirect ne por­
tera vraisemblablement pas atteinte à l’effet
dissuasif que sont censées avoir les dispo­
sitions canadiennes sur la concurrence.
(3)
While the passing-on defence is contrary to
basic restitutionary principles, those same
prin­ciples are promoted by allowing pass­
ing on to be used offensively.
(3)
Même si invoquer le transfert de la perte
en défense à une action va à l’encontre des
principes fondamentaux de la restitution,
permettre son allégation en demande est
dans le droit fil de ces mêmes principes.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
509
(4)
Although the rule in Illinois Brick remains
good law at the federal level in the United
States, its subsequent repeal at the state
level in many jurisdictions and the report to
Congress recommending its reversal dem­
onstrate that its rationale is under question.
(4)
Bien que, aux États-Unis, la règle issue de
l’arrêt Illinois Brick demeure valable au
palier fédéral, son « abrogation » dans de
nombreux États et le rapport recomman­
dant au Congrès de l’infirmer remettent en
question sa raison d’être.
(5)
Despite some initial support, the recent doc­
trinal commentary favours overturning the
rule in Illinois Brick.
(5)
Malgré un certain appui initial, la doctrine
récente penche en faveur de la suppression
de la règle.
For these reasons, I would not agree with Mi­cro­
soft’s argument that this Court’s rejection of the
passing-on defence in previous cases and af­firmed
here precludes indirect purchaser actions.
Pour ces motifs, je ne conviens pas avec Microsoft
que le rejet par notre Cour dans des affaires anté­
rieures et en l’espèce du moyen de défense fondé
sur le transfert de la perte fait obstacle au recours de
l’acheteur indirect.
B. Certification of the Class Action
B. Certification du recours collectif
[61] Having answered the threshold question
and determined that indirect purchasers may use
passing on offensively to bring an action, I turn to
the question of whether the present action should
be certified as a class action. Because the majority
of the B.C.C.A. disposed of the appeal based on
its finding that indirect purchaser actions were
not available in Canada, it did not consider the cer­
tification requirements dealt with by Tysoe J.
(causes of action under s. 4(1)(a) of the CPA) and
Myers J. (balance of the certification requirements
under s. 4(1)(b) to (e) of the CPA). It therefore re­
mains for this Court to review the certification
analysis carried out by the two applications judges.
Microsoft contests their findings as to only three
of the certification requirements: (1) whether the
pleadings disclose a cause of action; (2) whether
the claims raise common issues; and (3) whether a
class action is the preferable procedure.
[61] Après avoir tranché la question préli­
mi­naire et conclu que l’acheteur indirect peut
invo­quer le transfert de la perte en demande, j’exa­
mine maintenant s’il y a lieu ou non de certifier
l’action intentée en l’espèce à titre de recours
collectif. Étant donné que les juges majoritai­res
de la C.A.C.-B. statuent que l’acheteur indirect ne
peut pas légalement intenter d’action au Canada, ils
ne se penchent pas sur les conditions de certifica­
tion examinées par le juge Tysoe (cause d’action
exi­gée à l’al. 4(1)(a) de la CPA) et par le juge Myers
(les autres conditions prévues aux al. 4(1)(b) à (e)
de la CPA). Il nous faut donc contrôler l’ana­
lyse des deux juges saisis des demandes en ce qui
con­cerne la certification. Microsoft ne con­teste
leurs con­clusions qu’à l’égard de trois des condi­
tions : (1) les actes de procédure révèlent une cause
d’action, (2) les demandes soulèvent une ques­
tion commune et (3) le recours collectif con­stitue
la meilleure procédure pour régler cette question.
(1)The Requirements for Certification Under
the British Columbia Class Proceedings Act
(1)Les conditions de certification selon la
Class Proceedings Act de la ColombieBritannique
[62] Section 4(1) of the CPA provides:
[62] Le paragraphe 4(1) de la CPA dispose :
[traduction]
4 (1) The court must certify a proceeding as a class
pro­ceeding on an application under section 2
4 (1) Le tribunal saisi d’une demande visée à l’arti­
cle 2 ou 3 certifie une instance à titre de recours
510
pro-sys consultants
v.
microsoft
or 3 if all of the following requirements are
met:
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
col­lectif lorsque les conditions suivantes sont
réu­nies :
(a) the pleadings disclose a cause of action;
(a) les actes de procédure révèlent une cause
d’action;
(b) there is an identifiable class of 2 or more
persons;
(b) il existe un groupe identifiable de deux
personnes ou plus;
(c) the claims of the class members raise com­
mon issues, whether or not those com­mon
issues predominate over issues affecting
only individual members;
(c) les demandes des membres du groupe sou­
lèvent une question commune, que celle-ci
l’emporte ou non sur les ques­tions qui tou­
chent uniquement les membres indi­viduels;
(d) a class proceeding would be the preferable
procedure for the fair and efficient res­
olution of the common issues;
(d) le recours collectif serait la meilleure pro­
cédure pour régler la question commune de
manière juste et efficace;
(e) there is a representative plaintiff who
(e) un demandeur-représentant :
(i) would fairly and adequately represent
the interests of the class,
(i) défendrait de manière juste et appro­
priée les intérêts du groupe,
(ii) has produced a plan for the proceed­
ing that sets out a workable method of
advancing the proceeding on behalf
of the class and of notifying class
members of the proceeding, and
(ii) a présenté, pour le recours collectif,
un plan qui établit une méthode pra­
ticable de faire progresser l’instance
au nom du groupe et d’aviser les
membres du groupe de l’existence du
recours collectif,
(iii) does not have, on the common issues,
an interest that is in conflict with the
interests of other class members.
(iii)n’a pas de conflit d’intérêts avec
d’autres membres du groupe en ce qui
concerne les questions commu­nes.
(2)Do the Pleadings Disclose a Cause of
Action?
(2)Les actes de procédure révèlent-ils une
cause d’action?
[63] The first certification requirement requires
that the pleadings disclose a cause of action. In
Alberta v. Elder Advocates of Alberta Society, 2011
SCC 24, [2011] 2 S.C.R. 261 (“Alberta Elders”), this
Court explained that this requirement is as­sessed
on the same standard of proof that applies to a
motion to dismiss, as set out in Hunt v. Carey Can­
ada Inc., [1990] 2 S.C.R. 959, at p. 980. That is, a
plaintiff satisfies this requirement unless, assum­
ing all facts pleaded to be true, it is plain and obvious
that the plaintiff’s claim cannot succeed (Alberta
Elders, at para. 20; Hollick v. Toronto (City), 2001
SCC 68, [2001] 3 S.C.R. 158, at para. 25).
[63] La première condition de certification veut
que les actes de procédure révèlent une cause
d’action. Dans Alberta c. Elder Advocates of Al­
berta Society, 2011 CSC 24, [2011] 2 R.C.S. 261
(« Alberta Elders »), notre Cour explique que le
respect de cette condition est apprécié au regard
de la norme de preuve applicable à la requête en
radiation selon l’arrêt Hunt c. Carey Canada Inc.,
[1990] 2 R.C.S. 959, p. 980. Le demandeur ne
satisfait donc pas à la condition lorsque, à suppo­
ser que les faits invoqués soient vrais, la demande
ne pourrait manifestement pas être accueillie
(Alberta Elders, par. 20; Hollick c. Toronto (Ville),
2001 CSC 68, [2001] 3 R.C.S. 158, par. 25).
[64] Pro-Sys has alleged causes of action (1)
under s. 36 of the Competition Act, (2) in tort
[64] Pro-Sys prétend avoir des causes d’action
(1) suivant l’art. 36 de la Loi sur la concurrence,
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
511
for conspiracy and intentional interference with
economic interests, and (3) in restitution for unjust
enrichment, constructive trust and waiver of tort.
For the reasons that follow, I would agree with
Tysoe J. that the pleadings disclose causes of action
that should not be struck out at this stage of the
proceedings.
(2) en responsabilité délictuelle pour complot et
atteinte intentionnelle aux intérêts financiers et
(3) en restitution pour enrichissement sans cause,
exis­tence d’une fiducie par interprétation et renon­
ciation au recours délictuel. Pour les motifs qui sui­
vent, je conviens avec le juge Tysoe que les actes
de procédure révèlent des causes d’action qu’on ne
saurait radier à ce stade de l’instance.
(a) Section 36 of the Competition Act
a)
[65] Under s. 36 of the Competition Act, any per­
son who has suffered loss or damage as a result
of conduct engaged in by any person contrary to
Part VI of the Act may sue for and recover that loss
or damage. Section 36 provides:
[65] Selon l’art. 36 de la Loi sur la concurrence,
toute personne qui a subi une perte ou des dom­
mages par suite d’un comportement contraire à la
partie VI de la Loi peut réclamer et recouvrer une
somme égale au montant de la perte ou des dom­
mages subis. Voici le libellé de l’art. 36 :
36. (1) Any person who has suffered loss or damage as
a result of
36. (1) Toute personne qui a subi une perte ou des
dommages par suite :
(a) conduct that is contrary to any provision of
Part VI . . .
a) . . . d’un comportement allant à l’encontre d’une
disposition de la partie VI;
.
.
.
Article 36 de la Loi sur la concurrence
. . .
may in any court of competent jurisdiction, sue for and
recover from the person who engaged in the conduct
or failed to comply with the order an amount equal
to the loss or damage proved to have been suffered
by him, together with any additional amount that the
court may allow not exceeding the full cost to him of
any investigation in connection with the matter and of
proceedings under this section.
peut, devant tout tribunal compétent, récla­
m er et
recouvrer de la personne qui a eu un tel com­portement ou
n’a pas obtempéré à l’ordonnance une somme égale au
montant de la perte ou des dommages qu’elle est reconnue
avoir subis, ainsi que toute somme supplémentaire que
le tribunal peut fixer et qui n’excède pas le coût total,
pour elle, de toute enquête relativement à l’affaire et des
procédures engagées en vertu du présent article.
[66] Part VI of the Competition Act is entitled
“Offences in Relation to Competition”. The Part VI
offences alleged in this appeal are (1) conspiracy,
contrary to s. 45(1), and (2) false or misleading
representations, contrary to s. 52(1). At the time of
the hearing before Tysoe J., those provisions read
as follows:
[66] La partie VI de la Loi sur la concurrence est
intitulée « Infractions relatives à la concurrence ».
Les infractions qu’elle crée et dont la perpétra­
tion est alléguée en l’espèce sont (1) le complot, au
par. 45(1), et (2) les indications fausses ou trom­
peuses, au par. 52(1). Voici quel était le libellé de
ces dispositions lors de l’audience présidée par le
juge Tysoe :
45. (1) [Conspiracy] Every one who conspires, com­
bines, agrees or arranges with another person
45. (1) [Complot] Commet un acte criminel et encourt
un emprisonnement maximal de cinq ans et une amende
maximale de dix millions de dollars, ou l’une de ces
peines, quiconque complote, se coalise ou conclut un
accord ou arrangement avec une autre personne :
512
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
(a)  to limit unduly the facilities for transport­ing, pro­
ducing, manufacturing, supplying, storing or dealing
in any product,
a)  soit pour limiter, indûment, les facilités de trans­
port, de production, de fabrication, de fourniture,
d’emma­­gasinage ou de négoce d’un produit quelcon­
que;
(b)  to prevent, limit or lessen, unduly, the man­ufacture
or production of a product or to enhance unreasonably
the price thereof,
b)  soit pour empêcher, limiter ou réduire, indû­ment,
la fabrication ou production d’un produit ou pour en
élever déraisonnablement le prix;
(c)  to prevent or lessen, unduly, competition in the
production, manufacture, purchase, barter, sale, stor­
age, rental, transportation or supply of a product, or in
the price of insurance on persons or property, or
c)  soit pour empêcher ou réduire, indûment, la con­
currence dans la production, la fabrication, l’achat, le
troc, la vente, l’entreposage, la location, le transport ou
la fourniture du produit, ou dans le prix d’assurances sur
les personnes ou les biens;
(d)  to otherwise restrain or injure competition unduly,
d)  soit, de toute autre façon, pour restreindre, indû­
ment, la concurrence ou lui causer un préjudice
indu.
is guilty of an indictable offence and liable to impris­
onment for a term not exceeding five years or to a fine
not exceeding ten million dollars or to both.
52. (1) [False or misleading representations] No
person shall, for the purpose of promoting, directly or
indirectly, the supply or use of a product or for the pur­
pose of promoting, directly or indirectly, any busi­ness
interest, by any means whatever, knowingly or reck­
lessly make a representation to the public that is false
or misleading in a material respect.
52. (1) [Indications fausses ou trompeuses] Nul
ne peut, de quelque manière que ce soit, aux fins de
promouvoir directement ou indirectement soit la four­
niture ou l’utilisation d’un produit, soit des intérêts
commerciaux quelconques, donner au public, sciemment
ou sans se soucier des conséquences, des indications
fausses ou trompeuses sur un point important.
[67] The bulk of Microsoft’s objections to the
cause of action under s. 36 of the Competition Act
are tied to the theory that offensive passing on is
not permitted. In view of my earlier finding that
indirect purchaser actions are permitted, those
arguments are no longer of consequence in this
appeal.
[67] Microsoft conteste l’existence d’une cause
d’action fondée sur l’art. 36 de la Loi sur la con­
currence et fait essentiellement valoir que le trans­
fert de la perte ne peut être allégué en demande. Vu
ma conclusion que l’acheteur indirect peut ester en
justice, cette prétention n’importe plus aux fins du
pourvoi.
[68] However, Microsoft also argues that the
s. 36 cause of action is not properly pleaded before
this Court because it was not included in Pro-Sys’s
statement of claim. It argues that any attempt to
add it now would be barred by the two-year lim­
itation period contained in s. 36(4) of the Act.
However, Donald J.A., dissenting in the B.C.C.A.,
found Microsoft’s contention to be a purely tech­
nical objection, and not one that would form a
basis to dismiss the claim. I would agree. The Third
Further Amended Statement of Claim alleges that
the unlawful conduct was continu­ing, a fact that
must be accepted as being true for the purposes
of this appeal. As a result, it cannot be said that the
action was not filed in a timely manner.
[68] Toutefois, Microsoft soutient par ailleurs
que la cause d’action fondée sur l’art. 36 est irré­
gulièrement plaidée devant notre Cour car elle ne
figure pas dans la déclaration de Pro-Sys. Selon
elle, le délai de prescription de deux ans imparti au
par. 36(4) de la Loi fait obstacle à l’ajout de cette
cause d’action. Or, le juge Donald de la C.A.C.-B.,
dissident, conclut qu’il s’agit d’une prétention
d’ordre purement technique et qu’elle ne permet
pas de rejeter la demande. Je suis d’accord. Selon
la troisième déclaration modifiée, le comporte­
ment illégal se poursuivait, ce qui doit être tenu
pour avéré aux fins du pourvoi. On ne saurait donc
dire que l’action n’a pas été déposée dans le délai
prescrit.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
513
[69] Moreover, the Third Further Amended
Statement of Claim states specifically that “[t]he
plaintiffs plead and rely upon . . . . Part VI of the
Competition Act” (para. 109, A.R., vol. II, at p. 48)
and seeks damages accordingly. Although the
Third Further Amended Statement of Claim does
not expressly refer to s. 36, recovery for breaches
under Part VI of the Competition Act may only
be sought by private individuals through a claim
under s. 36. I agree with Donald J.A. that “the
parties put their minds to s. 36 at the certification
hearing and so no surprise or prejudice can be
complained of” (B.C.C.A., at para. 59). For these
reasons, I would not accede to Microsoft’s argu­
ment that the claim should be barred by the
limitation provision of the Competition Act.
[69] Par ailleurs, selon le libellé même de la
troi­
s ième déclaration modifiée, [traduction]
« [l]es demandeurs invoquent [. . .] la partie VI de
la Loi sur la concurrence » (par. 109, d.a., vol. II,
p. 48) et réclament des dommages-intérêts en con­
séquence. Bien que le document ne renvoie pas
expressément à l’art. 36, le recouvrement pour
violation de la partie VI de la Loi sur la concur­
rence ne peut être demandé par une per­sonne pri­
vée que sur le fondement de cette disposition. Je
conviens avec le juge Donald que [traduction]
« les parties ont considéré l’art. 36 lors de l’audi­
tion de la demande de certification, de sorte que
nulle allégation de surprise ou de préjudice ne sau­
rait être retenue » (C.A.C.-B., par. 59). C’est pour­
quoi je ne fais pas droit à la prétention de Microsoft
selon laquelle le délai de prescription imparti par la
Loi sur la concurrence fait obstacle à la demande.
[70] Microsoft made other brief arguments ob­
jecting to the cause of action under s. 36. Before
Tysoe J., it argued that the Competition Tribunal
should have jurisdiction over the enforcement of the
competition law. I agree that a number of provisions
of the Competition Act assign jurisdiction to the
Competition Tribunal rather than the courts. How­
ever, that is not the case with s. 36, which expressly
provides that any person who suffered loss by virtue
of a breach of Part VI of the Act may seek to recover
that loss. The section expressly confers jurisdiction
on the court to entertain such claims.
[70] Microsoft invoque d’autres motifs suc­
cincts à l’encontre de la reconnaissance d’une
cause d’action fondée sur l’art. 36. Devant le juge
Tysoe, elle a fait valoir qu’il devait incomber au
Tribunal de la concurrence de faire respecter le
droit de la concurrence. Je conviens que certai­
nes dispositions de la Loi sur la concurrence confè­
rent compétence au Tribunal de la concurrence
plutôt qu’à une cour de justice. Or, ce n’est pas le
cas de l’art. 36, qui prévoit expressément que toute
personne à qui une violation de la partie VI inflige
une perte peut se pourvoir en recouvrement devant
une cour de justice.
[71] For all these reasons, it is not plain and
obvious that a claim under s. 36 of the Competition
Act would be unsuccessful. For the purposes of
s. 4(1)(a) of the CPA, it cannot be said that the
pleadings do not disclose a cause of action under
s. 36 of the Competition Act.
[71] Pour tous ces motifs, il n’est pas mani­feste
qu’une demande fondée sur l’art. 36 de la Loi
sur la concurrence ne serait pas accueillie. Pour
l’appli­cation de l’al. 4(1)(a) de la CPA, on ne saurait
affirmer que les actes de procédure ne révèlent pas
une cause d’action fondée sur l’art. 36 de la Loi sur
la concurrence.
(b) Tort
b)
[72] Pro-Sys alleges that Microsoft combined
with various parties to commit the economic torts
of conspiracy (both predominant purpose con­
spiracy and unlawful means conspiracy) and un­
lawful interference with economic interests. A
[72] Pro-Sys soutient que Microsoft s’est associée
à diverses personnes pour commettre les délits civils
financiers que sont le complot (tant celui qui vise
principalement à causer un préjudice que celui qui
prévoit l’emploi de moyens illégaux) et l’atteinte
Responsabilité délictuelle
514
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
conspiracy arises when two or more parties agree
“to do an unlawful act, or to do a lawful act by un­
lawful means” (Mulcahy v. The Queen (1868), L.R.
3 H.L. 306, at p. 317). Despite the fact that the
tort of conspiracy traces its origins “to the Middle
Ages, [it] is not now a well-settled tort in terms of
its current utility or the scope of the remedy it af­
fords” (Golden Capital Securities Ltd. v. Holmes,
2004 BCCA 565, 205 B.C.A.C. 54, at para. 42).
illégale aux intérêts financiers. Il y a complot
lorsqu’au moins deux personnes conviennent
[tra­duction] « d’accomplir un acte illégal ou un
acte légal par des moyens illégaux » (Mulcahy c.
The Queen (1868), L.R. 3 H.L. 306, p. 317). Même
si l’existence du délit civil de complot remonte
[traduction] « au Moyen Âge, [il] ne s’agit pas
aujourd’hui d’un délit civil bien établi quant à
son utilité actuelle ou à la portée de la réparation
qu’il permet » (Golden Capital Securities Ltd. c.
Holmes, 2004 BCCA 565, 205 B.C.A.C. 54, par. 42).
[73] Nonetheless, in Canada, two types of ac­
tion­able conspiracy remain available under tort
law: predominant purpose conspiracy and unlaw­
ful means conspiracy. I first address the arguments
related to predominant purpose conspiracy. I then
turn to unlawful means conspiracy and unlaw­
ful interference with economic interests and deal
with them together, as the arguments against these
causes of action relate to the “unlawful means” re­
quire­ment common to both torts.
[73] Il demeure que, au Canada, deux types de
complot donnent ouverture à une action en droit
de la responsabilité délictuelle : celui qui vise
principalement à causer un préjudice et celui qui
prévoit l’emploi de moyens illégaux. J’examine
d’abord la thèse avancée relativement au com­­
plot qui vise principalement à causer un préjudice.
Je me penche ensuite sur le complot qui prévoit
le recours à des moyens illégaux et sur l’atteinte
illégale aux intérêts financiers, que j’examine de
pair puisque les motifs de contestation de ces causes
d’action touchent à l’exigence, commune aux deux
délits civils, du recours à des « moyens illégaux ».
(i) Predominant Purpose Conspiracy
(i) Complot visant principalement à causer un
préjudice
[74] Predominant purpose conspiracy is made out
where the predominant purpose of the defendant’s
conduct is to cause injury to the plaintiff using either
lawful or unlawful means, and the plaintiff does in
fact suffer loss caused by the defendant’s conduct.
Where lawful means are used, if their object is to
injure the plaintiff, the lawful acts become unlawful
(Canada Cement LaFarge Ltd. v. British Columbia
Lightweight Aggregate Ltd., [1983] 1 S.C.R. 452, at
pp. 471-72).
[74] L’existence du complot visant principalement
à causer un préjudice est établie lorsque le com­
portement du défendeur vise principalement à causer
un préjudice au demandeur par des moyens légaux
ou illégaux, et que le demandeur subit effectivement
un préjudice à cause de ce comportement. Lorsque
des moyens légaux sont employés à la même fin,
les actes deviennent illégaux (Ciments Canada
LaFarge Ltée c. British Columbia Lightweight
Aggregate Ltd., [1983] 1 R.C.S. 452, p. 471-472).
[75] It is worth noting that in Cement LaFarge,
Estey J. wrote that predominant purpose con­
spiracy is a “commercial anachronism” and that
the approach to this tort should be to restrict its
application:
[75] Mentionnons que, dans Ciments LaFarge,
le juge Estey opine que le complot visant prin­
cipalement à causer un préjudice constitue un
« anachronisme commercial » et qu’il y aurait lieu
d’en limiter l’application :
The tort of conspiracy to injure, even without the
extension to include a conspiracy to perform unlawful
Le délit civil de complot en vue de nuire, même s’il
n’est pas étendu de manière à comprendre un com­plot
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
515
acts where there is a constructive intent to injure, has
been the target of much criticism throughout the com­
mon law world. It is indeed a commercial anachronism
as so aptly illustrated by Lord Diplock in Lonrho, supra,
at pp. 188-89. In fact, the action may have lost much of
its usefulness in our commercial world, and survives in
our law as an anomaly. Whether that be so or not, it is
now too late in the day to uproot the tort of conspiracy
to injure from the common law. No doubt the reaction of
the courts in the future will be to restrict its application
for the very reasons that some now advocate its demise.
[p. 473]
en vue d’accomplir des actes illégaux lorsqu’il y a
une intention implicite de causer un préjudice, a été la
cible de nombreuses critiques partout dans le monde de
la common law. Comme l’indique si bien lord Diplock
dans l’arrêt Lonrho, précité, aux pp. 188 et 189, il s’agit
réellement d’un anachronisme commercial. En fait, il
est possible que dans le contexte commercial actuel cette
action ait perdu en grande partie son utilité et qu’elle
survive comme une anomalie dans notre droit. Quoi qu’il
en soit, il est maintenant trop tard pour déraciner de la
common law le délit civil de complot en vue de nuire.
Sans aucun doute, les cours tenteront dans l’avenir, pour
les mêmes motifs que certains invoquent actuellement
à l’appui de sa suppression, de limiter l’application de
ce délit civil. [p. 473]
Notwithstanding these observations, whether pre­
dominant purpose conspiracy should be re­stricted
so as not to apply to the facts of this case is not a
matter that should be determined on an application
to strike pleadings.
Néanmoins, la question de savoir si ce délit civil
devrait voir sa portée limitée de sorte que les faits
de la présente espèce n’y soient pas assimilés ne
doit pas être tranchée dans le cadre d’une demande
de radiation.
[76] At para. 91 of its Third Further Amended
Statement of Claim, in a section discussing both
predominant purpose and unlawful means con­
spiracy, Pro-Sys states that “[t]he defendants were
motivated to conspire” and then lists the de­fen­dants’
three “predominant purposes and pre­dom­­inant con­
cerns”: (1) to harm the plaintiffs by requiring them
to purchase Microsoft products rather than com­
petitors’ products; (2) to harm the plain­tiffs by re­
quiring them to pay artificially high prices; and (3)
to unlawfully increase their profits (A.R., vol. II, at
p. 43).
[76] Au paragraphe 91 de sa troisième déclara­
tion modifiée, sous une rubrique portant à la fois
sur le complot qui vise principalement à causer un
préjudice et celui qui prévoit l’emploi de moyens
illégaux, Pro-Sys affirme que [traduction] « [l]es
défenderesses entendaient comploter », puis elle
énu­mère les trois « objectifs principaux » de celles-­
ci : (1) causer un préjudice aux demandeurs en
exi­geant qu’ils achètent les produits de Microsoft
plu­tôt que ceux de concurrents, (2) causer un pré­
judice aux demandeurs en exigeant d’eux un prix
majoré de façon artificielle et (3) accroître illé­
galement leurs profits (d.a., vol. II, p. 43).
[77] Microsoft argues that the tort of predomi­
nant purpose conspiracy is not made out because
Pro-Sys’s statement of claim fails to identify one
true predominant purpose and instead lists sev­
eral “overlapping purpose[s]” (R.F., at para. 93).
Mi­crosoft submits that by pleading that it was
“motivated solely by economic considerations”
(para. 94), Pro-Sys in effect concedes that the pre­
dominant purpose of Microsoft’s alleged conduct
could not have been to cause injury to the plaintiff
as required under the law.
[77] Microsoft soutient que le délit civil de com­
plot visant principalement à causer un préjudice
n’est pas étayé, car la déclaration de Pro-Sys ne
révèle pas un véritable objet principal, mais en
énumère plutôt [traduction] « plusieurs qui se
chevauchent » (m.i., par. 93). À son avis, lorsque
Pro-Sys allègue que Microsoft était « motivée
uniquement par des considérations d’ordre finan­
cier » (par. 94), elle admet en fait que l’objet prin­
cipal du comportement reproché ne pouvait être de
lui causer un préjudice comme l’exige la loi.
[78] There is disagreement between the parties
as to what the pleadings mean. Microsoft says
[78] Il y a désaccord entre les parties sur la portée
des allégations de Pro-Sys. Microsoft affirme
516
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
that Pro-Sys failed to identify injury to the plain­
tiffs as the one true predominant purpose. ProSys argues that its pleadings state that Microsoft
acted with the predominant purpose of injuring
the class mem­
b ers which resulted in, among
other things, increased profits. While the pleadings
could have been drafted with a more precise fo­
cus, I would hesitate on a pleadings application
to rule definitively that the predominant purpose
conspiracy pleading is so flawed that no cause of
action is disclosed. At this stage, I cannot rule out
Pro-Sys’s explanation that Microsoft’s primary
intent was to injure the plaintiffs and that unlawfully
increasing its profits was a result of that intention.
For this reason, I cannot say it is plain and obvious
that Pro-Sys’s claim in predominant purpose
conspiracy cannot succeed.
qu’elles n’établissent pas que le véritable objet
principal du complot était de causer un préjudice
aux demandeurs. Pro-Sys fait valoir que, suivant
ses allégations, les actes de Microsoft visaient
principalement à causer un préjudice aux membres
du groupe et qu’ils ont notamment eu pour effet
d’accroître ses profits. Même si les actes de procé­
dure auraient pu être rédigés de manière plus pré­
cise et directe, j’hésite à statuer définitivement, sur
demande de radiation, que l’allégation d’un com­
plot visant principalement à causer un préjudice est
si lacunaire qu’aucune cause d’action n’est révélée.
Pour l’heure, je ne peux écarter l’explication de
Pro-Sys selon laquelle l’intention première de
Microsoft était de causer un préjudice aux deman­
deurs et l’accroissement illégal de ses profits a
résulté de cette intention. C’est pourquoi je ne sau­
rais dire qu’il ne peut manifestement pas être fait
droit à l’allégation de Pro-Sys selon laquelle il
y a eu complot visant principalement à causer un
préjudice.
[79] Microsoft also argues that this claim should
be struck to the extent it applies as between corpo­
rate affiliates because “[p]arent and wholly-owned
subsidiary corporations always act in combination”
(R.F., at para. 95). Pro-Sys says that “[t]his is not
true as a matter of law” (appellants’ response fac­tum,
at para. 55). Both parties cite, among other cases,
para. 19 of Smith v. National Money Mart Co. (2006),
80 O.R. (3d) 81 (C.A.), leave to appeal refused,
[2006] 1 S.C.R. xii, which says that “there can be
a conspiracy between a parent and a subsidiary
corporation”. In my view, this statement appears
to leave open a cause of action in predominant
purpose conspiracy even when the conspiracy is
between affiliated corporations. Again, it would
not be appropriate on a pleadings application to
make a definitive ruling on this issue. In the cir­
cumstances, I cannot say it is plain and obvious
that the predominant purpose conspiracy claim
as it applies to an alleged conspiracy between a
parent corporation and its subsidiaries should
be struck at this phase of the proceedings.
[79] Microsoft ajoute que l’allégation doit être
radiée dans la mesure où elle vise des sociétés
liées, car [traduction] « [s]ociétés mères et filiales
à 100 p. 100 agissent toujours de concert » (m.i.,
par. 95). Pro-Sys rétorque que [traduction] « [l]a
prétention est infondée en droit » (mémoire en
réponse des appelants, par. 55). Les deux invoquent
entre autres le par. 19 de l’arrêt Smith c. National
Money Mart Co. (2006), 80 O.R. (3d) 81 (C.A.),
autorisation d’appel refusée, [2006] 1 R.C.S. xii,
où la Cour d’appel dit [traduction] « qu’il peut y
avoir complot entre une société mère et une filiale ».
À mon sens, cet énoncé paraît permettre que le
complot visant principalement à causer un préjudice
puisse constituer une cause d’action même lorsque
le complot serait le fait de sociétés liées. Là encore,
il ne convient pas de statuer définitivement sur ce
point au stade de la demande de radiation. Dans les
circonstances, je ne peux conclure que l’allégation
de complot entre une société mère et sa filiale
visant principalement à causer un préjudice doit
manifestement être radiée à ce stade de l’instance.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
517
(ii)Unlawful Means Conspiracy and Intentional
Interference With Economic Interests
(ii)Complot prévoyant le recours à des moyens
illégaux et atteinte intentionnelle aux
intérêts financiers
[80] The second type of conspiracy, called “un­
lawful means conspiracy”, requires no predom­inant
purpose but requires that the unlawful conduct in
question be directed toward the plaintiff, that the
defendant should know that injury to the plaintiff
is likely to result, and that the injury to the plaintiff
does in fact occur (Cement LaFarge, at pp. 471-72).
[80] Pour le deuxième type de complot — celui
« qui prévoit le recours à des moyens illégaux »
—, point n’est besoin d’objet principal; il faut
seulement que le comportement illégal soit dirigé
contre le demandeur, que le défendeur doive savoir
que le demandeur en subira vraisemblablement un
préjudice et que le demandeur subisse effectivement
un préjudice (Ciments LaFarge, p. 471-472).
[81] The tort of intentional interference with eco­
nomic interests aims to provide a remedy to victims
of intentional commercial wrongdoing (Correia v.
Canac Kitchens, 2008 ONCA 506, 91 O.R. (3d) 353,
at para. 98; OBG Ltd. v. Allan, [2007] UKHL 21,
[2008] 1 A.C. 1). The three essential elements of
this tort are (1) the defendant intended to injure the
plaintiff’s economic interests; (2) the interference
was by illegal or unlawful means; and (3) the plain­
tiff suffered economic loss or harm as a result (see
P. H. Osborne, The Law of Torts (4th ed. 2011), at
p. 336).
[81] La raison d’être du délit civil d’atteinte
intentionnelle aux intérêts financiers est l’indem­
nisation des victimes de pratiques commerciales
délibérément préjudiciables (Correia c. Canac
Kitchens, 2008 ONCA 506, 91 O.R. (3d) 353,
par. 98; OBG Ltd. c. Allan, [2007] UKHL 21,
[2008] 1 A.C. 1). Les trois éléments essentiels de
ce délit civil sont (1) l’intention du défendeur de
porter atteinte aux intérêts financiers du deman­
deur, (2) le recours à des moyens illégaux et (3) le
préjudice consécutif subi par le demandeur (voir
P. H. Osborne, The Law of Torts (4e éd. 2011),
p. 336).
[82] Microsoft argues that the claims for unlawful
means conspiracy and intentional interference with
economic interests should be struck because their
common element requiring the use of “unlawful
means” cannot be established.
[82] Microsoft fait valoir que les allégations de
complot prévoyant le recours à des moyens illégaux
et d’atteinte intentionnelle aux intérêts financiers
doivent être radiées vu l’impossibilité d’établir
l’élément qui leur est commun, soit le recours à des
« moyens illégaux ».
[83] These alleged causes of action must be
dealt with summarily as the proper approach to
the unlawful means requirement common to both
torts is presently under reserve in this Court in
Bram Enterprises Ltd. v. A.I. Enterprises Ltd., 2012
NBCA 33, 387 N.B.R. (2d) 215, leave to appeal
granted, [2012] 3 S.C.R. v. Suffice it to say that at
this point it is not plain and obvious that there is
no cause of action in unlawful means conspiracy or
in intentional interference with economic interests.
I would therefore not strike these claims. Depend­
ing on the decision of this Court in Bram, it will
[83] Ces causes d’action alléguées doivent être
examinées sommairement car, dans le dossier
Bram Enterprises Ltd. c. A.I. Enterprises Ltd.,
2012 NBCA 33, 387 R.N.-B. (2e) 215, autorisation
d’appel accordée, [2012] 3 R.C.S. v, actuellement
en délibéré, notre Cour ne s’est pas encore pro­
noncée sur l’approche qui s’impose à l’égard de
cet élément commun aux deux délits civils. Il suffit
de constater que, pour l’heure, l’inexistence d’une
cause d’action fondée sur le complot prévoyant
le recours à des moyens illégaux ou sur l’atteinte
intentionnelle aux intérêts financiers n’est pas
518
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
be open to Microsoft to raise the matter in the
B.C.S.C. should it consider it advisable to do so.
manifeste. Je suis donc d’avis de ne pas radier les
allégations. Selon l’issue du pourvoi dans Bram,
Microsoft pourra demander à la Cour suprême de
la Colombie-Britannique de statuer sur ce point si
elle le juge opportun.
(c) Restitution
c) Restitution
[84] Pro-Sys makes restitutionary claims alleging
causes of action in unjust enrichment, constructive
trust and waiver of tort.
[84] Pro-Sys demande restitution sur le fonde­
ment de l’enrichissement sans cause, de la fiducie
par interprétation et de la renonciation au recours
délictuel.
(i) Unjust Enrichment
(i) Enrichissement sans cause
[85] The well-known elements required to es­tab­
lish an unjust enrichment are (1) an enrich­ment of
the defendant; (2) a corresponding deprivation of
the plaintiff; and (3) an absence of juristic reason
(such as a contract) for the enrichment (see Alberta
Elders, at para. 82; Garland v. Consumers’ Gas Co.,
2004 SCC 25, [2004] 1 S.C.R. 629, at para. 30;
Rathwell v. Rathwell, [1978] 2 S.C.R. 436, at
p. 455; Pettkus v. Becker, [1980] 2 S.C.R. 834).
Pro-Sys says that Microsoft was unjustly enriched
by the overcharge to its direct purchasers that was
passed through the chain of distribution to the class
members.
[85] Les éléments qui doivent être réunis pour
qu’il y ait enrichissement sans cause sont bien
connus : (1) l’enrichissement du défendeur, (2) l’appauvrissement corrélatif du demandeur et (3) l’absence d’une cause juridique de cet enrichis­
sement (p. ex., un contrat) (voir Alberta Elders,
par. 82; Garland c. Consumers’ Gas Co., 2004
CSC 25, [2004] 1 R.C.S. 629, par. 30; Rathwell
c. Rathwell, [1978] 2 R.C.S. 436, p. 455; Pettkus
c. Becker, [1980] 2 R.C.S. 834). Selon ProSys, Microsoft s’est injustement enrichie par la
majoration du prix exigé de ses acheteurs directs,
lesquels ont transféré cette majoration aux mem­
bres du groupe situés en aval dans la chaîne de
distribution.
[86] Microsoft argues that any enrichment it
received came from the direct purchasers, and not
from the class members, and that this lack of a
direct connection between it and the class mem­
bers forecloses the claim of unjust enrichment.
Additionally, it says that the contracts between
Microsoft and the direct purchasers and the
contracts between the direct purchasers and the
indirect purchasers (the existence of which are
undisputed) constitute a juristic reason for the en­
richment.
[86] Microsoft prétend que l’enrichissement, s’il
en est, provient des acheteurs directs, et non des
membres du groupe, et que son absence de lien
direct avec ces derniers scelle le sort de l’alléga­
tion d’enrichissement sans cause. Elle ajoute que
les contrats qu’elle a conclus avec les acheteurs
directs et ceux intervenus entre les acheteurs directs
et les acheteurs indirects (dont l’existence n’est
pas contestée) constituent la cause juridique de
l’enrichissement.
[87] In support of its first argument, Microsoft
cites Peel (Regional Municipality) v. Canada,
[1992] 3 S.C.R. 762. In Peel, McLachlin J. (as
she then was) held, at p. 797, that “[t]he cases in
which claims for unjust enrichment have been
made out generally deal with benefits conferred
[87] À l’appui de sa première prétention, Mi­
cro­­soft invoque l’arrêt Peel (Municipalité régio­­
nale) c. Canada, [1992] 3 R.C.S. 762, où la
juge McLachlin (maintenant Juge en chef) con­
clut à la p. 797 que « [l]es affaires dans lesquelles
l’enri­chissement sans cause a été établi concernent
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
519
directly and specifically on the defendant”. A claim
in unjust enrichment must be based on “more
than an incidental blow-by. A secondary collateral
benefit will not suffice. To permit recovery for
incidental collateral benefits would be to admit of
the possibility that a plaintiff could recover twice
— once from the person who is the immediate ben­
eficiary of the payment or benefit . . . , and again
from the person who reaped an incidental benefit”
(Peel, at p. 797). The words of Peel themselves
would appear to foreclose the possibility of an in­
direct relationship between plaintiff and defendant.
However, this does not resolve the issue. First, it
is not apparent that the benefit to Microsoft is an
“incidental blow-by” or “collateral benefit”. Sec­
ond, Pro-Sys relies on Alberta Elders, which it says
stands for the proposition that an unjust enrich­
ment may be possible where the benefit was indirect
and was passed on by a third party. At this stage, I
cannot conclude that it is plain and obvious that a
claim in unjust enrichment will be made out only
where the relationship between the plaintiff and the
defendant is direct.
généralement des avantages conférés directement
et expressément au défendeur ». Pour fonder l’allé­
gation d’enrichissement sans cause, l’avantage
conféré ne doit pas revêtir qu’un « caractère pure­
ment incident. Un avantage secondaire et acces­
soire ne suffit pas. En effet, permettre qu’il y ait
recou­vrement à l’égard d’avantages accessoires et
inci­dents reviendrait à admettre la possibilité d’un
double recouvrement par le demandeur — d’abord,
de la personne qui bénéficie immédiatement du
paiement ou de l’avantage [. . .] et ensuite, de la
personne qui en a tiré un avantage incident » (Peel,
p. 797). Les mots employés dans cet arrêt paraissent
écarter en eux-mêmes la possibilité d’un lien indirect
entre le demandeur et le défendeur, mais la question
n’est pas résolue pour autant. Premièrement, il n’est
pas évident que l’avantage obtenu par Microsoft
revêt un caractère « purement incident » ou qu’il
est « accessoire ». Deuxièmement, Pro-Sys invoque
l’arrêt Alberta Elders, selon lequel il peut y avoir
enrichissement sans cause lorsque l’avantage
conféré est indirect et qu’il a été transféré par un
tiers. À ce stade, je ne peux conclure qu’il est mani­
feste que l’enrichissement sans cause ne sera
établi que si le lien entre le demandeur et le défen­
deur est direct.
[88] With regard to Microsoft’s juristic reason
justification, Pro-Sys pleads that these contracts
are “illegal and void” because they constitute a re­
straint of trade at common law, they violate U.S.
antitrust law, they are prohibited by Microsoft’s
own corporate policies and they violate Part VI of
the Competition Act. It submits that the contracts
cannot therefore constitute a juristic reason for the
enrichment. The question of whether the contracts
are illegal and void should not be resolved at this
stage of the proceedings. These are questions that
must be left to the trial judge.
[88] En ce qui concerne la prétendue cause juri­
dique de l’enrichissement de Microsoft, Pro-Sys fait
valoir que les contrats en cause sont [traduction]
« illégaux et nuls » en ce qu’ils portent atteinte à la
liberté du commerce en common law, ils enfreignent
les dispositions américaines antitrust, ils vont à
l’encontre des politiques d’entreprise de Microsoft
et ils contreviennent à la partie VI de la Loi sur la
concurrence. Elle soutient qu’il ne s’agit donc pas
d’une cause juridique de l’enrichissement. Il n’y a
pas lieu, à ce stade de l’instance, de statuer sur la
légalité et la validité des contrats. Il appartiendra au
juge du procès de le faire.
[89] I am thus unable to find that it is plain and
obvious that the claim in unjust enrichment cannot
succeed.
[89] Je ne saurais donc conclure qu’il ne peut
manifestement pas être fait droit à l’allégation
d’enrichissement sans cause.
(ii) Constructive Trust
(ii) Fiducie par interprétation
[90] As a remedy for the alleged unjust enrich­
ment, Pro-Sys submits that an amount equal to the
[90] Pro-Sys soutient qu’en guise de réparation
de l’enrichissement sans cause allégué, Microsoft
520
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
overcharge from the sales of Microsoft operating
systems and Microsoft applications software in
British Columbia should be held by Microsoft in
trust for the class members. In other words, ProSys is asking that Microsoft be constituted a cons­
tructive trustee in favour of Pro-Sys.
devrait détenir en fiducie pour le compte des mem­
bres du groupe une somme égale au montant de la
majoration du prix de ses systèmes d’exploitation et
de ses logiciels d’application vendus en ColombieBritannique. En d’autres termes, elle demande que
Microsoft soit constituée fiduciaire par interpré­
tation à son bénéfice.
[91] Kerr v. Baranow, 2011 SCC 10, [2011] 1
S.C.R. 269, is the relevant controlling authority
on constructive trusts. In Kerr, Justice Cromwell
explains that in order to find that a construc­tive
trust is made out, the plaintiff must be able to
point to a link or causal connection between his
or her contribution and the acquisition of specific
property:
[91] L’arrêt Kerr c. Baranow, 2011 CSC 10,
[2011] 1 R.C.S. 269, est décisif en matière de
fiducies par interprétation. Le juge Cromwell y
explique que pour faire la preuve d’une fiducie par
interprétation, le demandeur doit pouvoir établir un
lien ou un rapport de causalité entre sa contribution
et l’acquisition du bien en cause :
. . . the constructive trust is a broad and flexible equi­
table tool used to determine beneficial entitlement to
prop­erty (Pettkus, at pp. 843-44 and 847-48). Where the
plaintiff can demonstrate a link or causal connection
between his or her contributions and the acquisition,
preservation, maintenance or improvement of the dis­
puted property, a share of the property proportionate
to the unjust enrich­ment can be impressed with a con­
structive trust in his or her favour (Pettkus, at pp. 852-53;
Sorochan, at p. 50). [para. 50]
. . . la fiducie [par interprétation] est un outil général,
souple et juste qui permet de déterminer le droit de
propriété véritable (Pettkus, p. 843-844 et 847-848). Si
le demandeur peut établir un lien ou un rapport de causa­
lité entre ses contributions et l’acquisition, la conserva­
tion, l’entretien ou l’amélioration du bien en cause, une
part proportionnelle à l’enrichissement sans cause peut
faire l’objet d’une fiducie [par interprétation] en sa faveur
(Pettkus, p. 852-853; Sorochan, p. 50). [par. 50]
[92] In the present case, there is no referential
property; Pro-Sys makes a purely monetary claim.
Constructive trusts are designed to “determine ben­
eficial entitlement to property” when “a monetary
award is inappropriate or insufficient” (Kerr, at
para. 50). As Pro-Sys’s claim neither explains why
a monetary award is inappropriate or insufficient
nor shows a link to specific property, the claim
does not satisfy the conditions necessary to ground
a constructive trust. On the pleadings, it is plain
and obvious that Pro-Sys’s claim that an amount
equal to the overcharge from the sale of Microsoft
operating systems and Microsoft applications
software in British Columbia should be held by
Microsoft in trust for the class members cannot
succeed. The pleadings based on constructive trust
must be struck.
[92] Nul bien n’est en cause en l’espèce; ProSys réclame seulement une réparation pécuniaire.
La fiducie par interprétation sert à « déterminer le
droit de propriété véritable » lorsqu’« une réparation
pécu­niaire est inappropriée ou insuffisante » (Kerr,
par. 50). Étant donné que Pro-Sys n’indique pas
en quoi une réparation pécuniaire serait inappro­
priée ou insuffisante, et qu’elle n’établit pas de lien
avec un bien en particulier, l’allégation ne satisfait
pas aux conditions d’imposition d’une fiducie par
interprétation. Au vu des actes de procédure, il
est manifeste qu’on ne saurait faire droit à l’alléga­
tion de Pro-Sys selon laquelle Microsoft devrait
conserver en fiducie pour le compte des membres
du groupe une somme égale au montant de la
majoration du prix de ses systèmes d’exploitation et
de ses logiciels d’application vendus en ColombieBritannique. Les éléments des actes de procédure
qui concernent l’existence d’une fiducie par inter­
prétation doivent être radiés.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
521
(iii) Waiver of Tort
(iii) Renonciation au recours délictuel
[93] As an alternative to the causes of action in
tort, Pro-Sys waives the tort and seeks to recover
the unjust enrichment accruing to Microsoft. Waiver
of tort occurs when the plaintiff gives up the right
to sue in tort and elects instead to base its claim in
restitution, “thereby seeking to recoup the bene­
fits that the defendant has derived from the tor­
tious conduct” (Maddaugh and McCamus (2013),
at p. 24-1). Causes of action in tort and restitu­
tion are not mutually exclusive, but rather pro­vide
alternative remedies that may be pursued con­cur­
rently (United Australia, Ltd. v. Barclays Bank,
Ltd., [1941] A.C. 1 (H.L.), at p. 18). Waiver of tort
is based on the theory that “in certain situa­­tions,
where a tort has been committed, it may be to the
plaintiff’s advantage to seek recovery of an unjust
enrichment accruing to the defendant rather than
normal tort damages” (Maddaugh and McCamus,
at pp. 24-1 and 24-2). An action in waiver of tort
is considered by some to offer the plaintiff an ad­
vantage in that it may relieve them of the need to
prove loss in tort, or in fact at all (Maddaugh and
McCamus, at p. 24-4).
[93] Subsidiairement à une cause d’action en res­
ponsabilité délictuelle, Pro-Sys invoque la renon­
ciation au recours délictuel et demande à recou­vrer
une somme égale à l’enrichissement sans cause
obtenu par Microsoft. Il y a renonciation au recours
délictuel lorsque le demandeur renonce à son droit
d’intenter une action en responsabilité délic­tuelle
et choisit plutôt de se pourvoir en restitution et
[traduction] « de recouvrer ainsi le bénéfice que
le défendeur a tiré de la conduite délictueuse »
(Maddaugh et McCamus (2013), p. 24-1). Les
causes d’action en responsabilité délictu­elle et en
restitution ne s’excluent pas mutuelle­ment, mais
offrent plutôt des mesures de réparation qui peu­vent
être réclamées simultanément (United Austra­lia,
Ltd. c. Barclays Bank, Ltd., [1941] A.C. 1 (H.L.), p. 18).
La renonciation au recours délictuel a pour pré­
misse que, [traduction] « dans certains cas de délit
civil, le demandeur peut avoir avan­tage à recou­vrer
l’enrichissement sans cause obtenu par le défen­
deur plutôt qu’à obtenir des dommages-intérêts
dans le cadre d’une action en responsabi­lité délic­
tuelle » (Maddaugh et McCamus, p. 24-1 et 24-2).
D’aucuns considèrent que l’action fondée sur la
renonciation au recours délictuel confère un avan­
tage au demandeur en ce qu’elle peut le dis­pen­
ser de prouver la perte au regard des règles de la
responsabilité délictuelle ou même de quelque
manière (Maddaugh et McCamus, p. 24-4).
[94] Microsoft advances two arguments as to
why this claim should be struck. First, it states that
Pro-Sys has pleaded waiver of tort as a remedy and
not a cause of action, and therefore proof of loss is
an essential element. Second, if indeed waiver of
tort is pleaded as a cause of action, the underlying
tort must therefore be established, including the
element of loss. In my view, neither argument pro­
vides a sufficient basis upon which to find that a
claim in waiver of tort would plainly and obviously
be unsuccessful.
[94] Microsoft fait valoir deux motifs de radier
cette allégation. Premièrement, Pro-Sys invoque
la renonciation au recours délictuel dans une opti­
que de réparation, et non à titre de cause d’action,
de sorte que la preuve de la perte est essentielle.
Deuxièmement, si la renonciation au recours délic­
tuel est effectivement invoquée comme cause
d’action, il faut donc établir le délit civil sousjacent, y compris la perte. À mon avis, aucun des
deux motifs avancés ne permet de conclure que
la demande fondée sur la renonciation au recours
délictuel ne peut manifestement pas être accueillie.
[95] In Serhan (Trustee of) v. Johnson & Johnson
(2006), 85 O.R. (3d) 665 (S.C.J. (Div. Ct.)), Epstein
J. (as she then was) performed an extensive review
[95] Dans Serhan (Trustee of) c. Johnson &
Johnson (2006), 85 O.R. (3d) 665 (C.S.J. (C. div.)),
la juge Epstein (maintenant juge de la Cour d’appel
522
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
of the doctrine of waiver of tort. Her analysis found
numerous authorities accepting the viability of
waiver of tort as its own cause of action intended
to disgorge a defendant’s unjust enrichment gained
through wrongdoing, as opposed to merely a rem­
edy for unjust enrichment. These authorities dif­
fered, however, as to the question of whether the
underlying tort needed to be established in order
to sustain the action in waiver of tort.
de l’Ontario) examine minutieusement la notion
de renonciation au recours délictuel. Elle constate
que de nombreux auteurs reconnaissent sa validité
comme cause d’action pour la restitution par le
défendeur de l’enrichissement sans cause obtenu par
des moyens répréhensibles, et non seulement pour
la réparation de cet enrichissement sans cause. Ces
auteurs diffèrent cependant d’avis quant à savoir
si le délit civil sous-jacent doit être prouvé ou non
pour les besoins de l’action fondée sur la renon­
ciation au recours délictuel.
[96] The U.S. and U.K. jurisprudence as well as
the academic texts on the subject have largely re­
jected the requirement that the underlying tort
must be established in order for a claim in waiver
of tort to succeed (see Serhan, at paras. 51-68,
citing Maddaugh and McCamus (2005), at p. 24-20;
J. Beatson, The Use and Abuse of Unjust Enrich­
ment: Essays on the Law of Restitution (1991);
D. Friedmann, “Restitution for Wrongs: The Basis
of Liability”, in W. R. Cornish, et al., eds., Restitu­
tion: Past, Present and Future: Essays in Honour
of Gareth Jones (1998), 133; National Trust Co.
v. Gleason, 77 N.Y. 400 (1879); Federal Sugar
Refining Co. v. United States Sugar Equal­ization
Board, Inc., 268 F. 575 (S.D.N.Y. 1920); Mahesan
v. Malaysia Government Officers’ Co-operative
Housing Society Ltd., [1979] A.C. 374 (P.C.); Uni­
verse Tankships Inc. of Monrovia v. International
Transport Workers Federation, [1983] A.C. 366
(H.L.)). Another line of cases would find a cause
of action in waiver of tort to be unavailable unless
it can be established that the defendant has commit­
ted the underlying tort giving rise to the cause of
action (see United Australia, at p. 18; Zidaric v.
Toshiba of Canada Ltd. (2000), 5 C.C.L.T. (3d) 61
(Ont. S.C.J.), at para. 14; Reid v. Ford Motor Co.,
2006 BCSC 712 (CanLII)). At least one of these
cases (Reid) suggests that a reluctance to eliminate
the requirement of prov­ing loss as an element of the
cause of action is part of the reason for requiring the
establishment of the underlying tort (para. 17).
[96] Les tribunaux américains et britanniques,
ainsi que les auteurs de doctrine en la matière,
écartent pour la plupart l’obligation du deman­
deur d’établir le délit civil sous-jacent pour qu’il
puisse avoir gain de cause sur le fondement de la
renonciation au recours délictuel (voir Serhan,
par. 51-68, citant Maddaugh et McCamus (2005),
p. 24-20; J. Beatson, The Use and Abuse of Un­
just Enrichment : Essays on the Law of Restitu­tion
(1991); D. Friedmann, « Restitution for Wrongs : 
The Basis of Liability », dans W. R. Cornish et
autres, dir., Restitution : Past, Present and Future : 
Essays in Honour of Gareth Jones (1998), 133;
National Trust Co. c. Gleason, 77 N.Y. 400 (1879);
Federal Sugar Refining Co. c. United States Sugar
Equalization Board, Inc., 268 F. 575 (S.D.N.Y.
1920); Mahesan c. Malaysia Government Officers’
Co-operative Housing Society Ltd., [1979] A.C.
374 (P.C.); Universe Tankships Inc. of Monrovia c.
International Transport Workers Federation, [1983]
A.C. 366 (H.L.)). Selon un autre courant juris­
prudentiel, il ne peut y avoir de cause d’action fon­
dée sur la renonciation au recours délictuel que
s’il est établi que le défendeur a commis le délit
civil y donnant ouverture (voir United Australia,
p. 18; Zidaric c. Toshiba of Canada Ltd. (2000), 5
C.C.L.T. (3d) 61 (C.S.J. Ont.), par. 14; Reid c. Ford
Motor Co., 2006 BCSC 712 (CanLII)). Dans au
moins une de ces affaires (Reid), le tribunal laisse
entendre que la réticence à écarter l’obligation de
prouver la perte comme élément de la cause d’action
explique en partie qu’il faille prouver le délit civil
sous-jacent (par. 17).
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
523
[97] Epstein J. ultimately concluded that, given
this contradictory law, “[c]learly, it cannot be said
that an action based on waiver of tort is sure to fail”
and that the questions “about the consequences
of identifying waiver of tort as an indepen­dent
cause of action in circumstances such as exist
here, involv[e] matters of policy that should not
be determined at the pleadings stage” (Serhan, at
para. 68). I agree. In my view, this appeal is not
the proper place to resolve the details of the law
of waiver of tort, nor the particular circumstances
in which it can be pleaded. I cannot say that it is
plain and obvious that a cause of action in waiver
of tort would not succeed.
[97] La juge Epstein conclut au final que, vu
l’état contradictoire du droit, [traduction] « [o]n
ne saurait affirmer, de toute évidence, que le
demandeur qui fonde son action sur la renon­cia­tion
au recours délictuel sera assurément débouté »; elle
ajoute que le débat « sur les conséquences de la
recon­naissance de la renonciation au recours délic­
tuel comme cause d’action indépendante dans des
circonstances comme celles de l’espèce fait inter­
venir des principes sur lesquels il ne convient pas
de prononcer à l’étape de l’examen des allé­ga­tions »
(Serhan, par. 68). Je suis d’accord. À mon avis, il
ne convient pas de statuer plus avant, dans le cadre
du pourvoi, sur le droit applicable en matière de
renonciation au recours délictuel, ni sur le contexte
particulier dans lequel on peut invo­quer celle-ci. Je
ne peux affirmer que le deman­deur qui fonde son
action sur la renonciation au recours délictuel sera
manifestement débouté.
(3)The Remaining Certification Requirements
(3) Les autres conditions présidant à la certi­
fication
[98] The causes of action under s. 36 of the Com­
petition Act, in tort and in restitution (except for
constructive trust) have met the first certification
requirement that the pleadings disclose a cause
of action. I now turn to Microsoft’s argument that
the claims should nevertheless be rejected because
they do not meet two of the remaining certification
requirements: that the claims of the class mem­bers
raise common issues and that a class action is the
preferable procedure in this case.
[98] Les causes d’action que confère l’art. 36
de la Loi sur la concurrence, en responsabilité
délictuelle et en restitution (sauf sur le fondement de
la fiducie par interprétation) remplissent la première
condition de certification voulant que les actes
de procédure révèlent une cause d’action. Je me
penche maintenant sur la prétention de Microsoft
selon laquelle les demandes des membres du groupe
doivent néanmoins être rejetées parce qu’elles ne
satisfont pas à deux des autres conditions, à savoir
qu’une question commune soit soulevée et que le
recours collectif constitue la meilleure procédure
pour régler cette question.
(a)Standard of Proof
a)
[99] The starting point in determining the
standard of proof to be applied to the remaining
certifi­cation requirements is the standard artic­
ulated in this Court’s seminal decision in Hol­
lick. In that case, McLachlin C.J. succinctly set
out the standard: “. . . the class representative must
show some basis in fact for each of the certifi­
cation require­ments set out in . . . the Act, other than
the requirement that the pleadings disclose a
[99] Le point de départ pour déterminer la norme
de preuve applicable aux autres conditions de certi­
fication réside dans l’arrêt de principe Hollick où
la juge en chef McLachlin énonce succinctement
cette norme : « . . . le représentant du groupe doit
établir un certain fondement factuel pour chacune
des conditions énumérées [dans] la Loi, autre que
l’exigence que les actes de procédure révèlent une
cause d’action » (par. 25 (je souligne)). La Juge
Norme de preuve
524
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
cause of action” (para. 25 (emphasis added)). She
noted, however, that “the certification stage is
decidedly not meant to be a test of the merits of the
action” (para. 16). Rather, this stage is concerned
with form and with whether the action can prop­
erly proceed as a class action (see Hollick, at
para. 16; Pro-Sys Consultants Ltd. v. Infineon Tech­
nologies AG, 2009 BCCA 503, 98 B.C.L.R.
(4th) 272 (“Infineon”), at para. 65; Cloud v. Canada
(Attorney General) (2004), 73 O.R. (3d) 401 (C.A.),
at para. 50).
en chef signale que « [l]a Loi écarte carrément
un examen au fond à l’étape de la certification »
(par. 16). Cette étape intéresse plutôt la forme et
le caractère approprié de la poursuite par voie de
recours collectif (voir Hollick, par. 16; Pro-Sys
Consultants Ltd. c. Infineon Technologies AG, 2009
BCCA 503, 98 B.C.L.R. (4th) 272 (« Infineon »),
par. 65; Cloud c. Canada (Attorney General)
(2004), 73 O.R. (3d) 401 (C.A.), par. 50).
[100] The Hollick standard of proof asks not
whether there is some basis in fact for the claim
itself, but rather whether there is some basis in fact
which establishes each of the individual certifica­
tion requirements. McLachlin C.J. did, however,
note in Hollick that evidence has a role to play in the
certification process. She observed that “the Report
of the Attorney General’s Advisory Committee on
Class Action Reform clearly contemplates that
the class representative will have to establish an
evidentiary basis for certification” (para. 25).
[100] Suivant la norme de preuve issue de l’arrêt
Hollick, la question n’est pas celle de savoir si
la demande a un certain fondement factuel, mais
plutôt si un certain fondement factuel établit cha­
cune des conditions de certification. La juge en
chef McLachlin signale cependant que la preuve
importe aux fins de la certification. Elle fait remar­
quer que « le rapport [. . .] du comité consul­tatif
du procureur général [sur la réforme du recours
collectif] envisageait manifestement que le repré­
sentant du groupe serait tenu d’étayer sa demande
de certification » (par. 25).
[101] Microsoft, while accepting the “some
basis in fact” standard, argues that “in order for
the Plaintiffs to meet the standard of proof, the
evidence must establish that the proposed class
action raises common issues and is the prefera­
ble procedure on a balance of probabilities” (R.F.,
at para. 41 (emphasis in original)). Microsoft relies
on the academic writings of Justice Cullity of the
Ontario Superior Court of Justice. Cullity J. ex­
pressed the view that “[t]o the extent that some
basis in fact reflects a concern that certification
motions are procedural and should not be con­
cerned with the merits of the claims asserted,
there seems no justification for applying the lesser
standard to essential preconditions for certifica­
tion that will not be within the jurisdiction of the
court at trial” (“Certification in Class Proceedings
— The Curious Requirement of ‘Some Basis in
Fact’” (2011), 51 Can. Bus. L.J. 407, at p. 422). In
other words, Cullity J. suggests that because cer­
tification requirements are procedural, they will
not be revisited at a trial of the common issues.
As such, there is no reason to assess them on a
[101] Bien qu’elle souscrive à la norme fon­dée
sur l’existence d’« un certain fondement fac­tuel »,
Microsoft fait valoir que [traduction] « pour
res­pecter la norme de preuve, les demandeurs
doi­vent établir selon la prépondérance des pro­
babi­lités que le recours collectif proposé soulève
une question commune et qu’il constitue la meil­
leure procédure pour régler cette question » (m.i.,
par. 41 (en italique dans l’original)). Elle invoque
à l’appui les propos du juge Cullity, de la Cour
supérieure de justice de l’Ontario, selon les­
quels, [traduction] « [d]ans la mesure où l’exi­
gence d’un certain fondement factuel est liée au
fait que la demande de certification revêt un carac­
tère procédural et que son examen ne doit pas
porter sur le fond des allégations, rien ne paraît jus­
tifier l’application d’une norme moins stricte aux
conditions essentielles qui président à la certifica­
tion et qui échapperont à la compétence du tribunal
lors du procès » (« Certification in Class Proceed­
ings — The Curious Requirement of “Some Basis in
Fact” » (2011), 51 Rev. can. dr. comm. 407, p. 422).
En d’autres termes, le juge Cullity indique qu’en
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
525
stan­dard lower than the traditional civil standard
of “balance of probabilities”. Microsoft further
submits that this Court should endorse the Ameri­
can approach of making factual determinations at
the certification stage on a preponderance of the
evidence and should require certification judges to
weigh the evidence so as to resolve all factual or
legal disputes at certification, even if those disputes
overlap with the merits (see R.F., at para. 42, citing
In re: Hydrogen Peroxide Antitrust Litigation, 552
F.3d 305 (3rd Cir. 2008), at p. 307, and R.F., at
para. 43).
raison de leur nature procédurale, les conditions
de certification ne feront pas l’objet d’un nouvel
examen lors du procès. Il n’y a donc aucune rai­
son de statuer sur le respect de ces conditions selon
une norme moins stricte que celle de la « prépondé­
rance des probabilités » généralement appliquée
en matière civile. Microsoft ajoute que notre Cour
devrait, à l’instar des tribunaux américains, tirer des
conclusions de fait à l’étape de la certification selon
la prépondérance de la preuve et exiger du juge
saisi de la demande de certification qu’il évalue
la preuve de façon à régler les différends d’ordre
fac­tuel ou juridique à cette étape, même lorsque
ces différends touchent le fond du litige (voir m.i.,
par. 42, citant In re : Hydrogen Peroxide Antitrust
Litigation, 552 F.3d 305 (3rd Cir. 2008), p. 307, et
m.i., par. 43).
[102] I cannot agree with Microsoft’s submis­
sions on this issue. Had McLachlin C.J. intended
that the standard of proof to meet the certification
requirements was a “balance of probabilities”, that
is what she would have stated. There is nothing
obscure here. The Hollick standard has never
been judicially interpreted to require evidence on
a balance of probabilities. Further, Microsoft’s
reliance on U.S. law is novel and departs from the
Hollick standard. The “some basis in fact” standard
does not require that the court resolve conflict­ing
facts and evidence at the certification stage. Rather,
it reflects the fact that at the certification stage
“the court is ill-equipped to resolve conflicts in
the evidence or to engage in the finely calibrated
assessments of evidentiary weight” (Cloud, at
para. 50; Irving Paper Ltd. v. Atofina Chemicals
Inc. (2009), 99 O.R. (3d) 358 (S.C.J.), at para. 119,
citing Hague v. Liberty Mutual Insurance Co.
(2004), 13 C.P.C. (6th) 1 (Ont. S.C.J.)). The cer­
tification stage does not involve an assessment of
the merits of the claim and is not intended to be
a pronouncement on the viability or strength of
the action; “rather, it focuses on the form of the
action in order to determine whether the action can
appropriately go forward as a class proceeding”
(Infineon, at para. 65).
[102] Je ne saurais souscrire aux observations
de Microsoft sur ce point. Si la juge en chef
McLachlin avait voulu que le respect des con­
di­tions de certification soit assujetti à la norme
de la « prépondérance des probabilités », elle
l’aurait précisé. Or, la règle établie est claire.
Les tribunaux n’ont jamais considéré que l’arrêt
Hollick exigeait une preuve selon la prépondérance
des probabilités. En outre, en s’appuyant sur le
droit américain, Microsoft adopte une approche
nouvelle et rompt avec la norme de l’arrêt Hollick.
La norme fondée sur l’existence d’« un certain
fondement factuel » n’exige pas que le tribunal se
prononce sur les éléments de fait et les éléments de
preuve contradictoires à l’étape de la certification.
Elle tient plutôt compte du fait que, à cette étape,
[traduction] « le tribunal n’est pas en mesure de
statuer sur les éléments contradictoires de la preuve
non plus que de déterminer sa valeur probante à
l’issue d’une analyse nuancée » (Cloud, par. 50;
Irving Paper Ltd. c. Atofina Chemicals Inc. (2009),
99 O.R. (3d) 358 (C.S.J.), par. 119, citant Hague c.
Liberty Mutual Insurance Co. (2004), 13 C.P.C. (6th)
1 (C.S.J. Ont.)). La procédure de certifica­tion ne
comporte pas d’examen au fond de la demande
et elle ne vise pas à déterminer le bien-fondé des
allégations; [traduction] « elle intéresse plutôt la
forme que revêt l’action pour déterminer s’il con­
vient de procéder par recours collectif » (Infi­neon,
par. 65).
526
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[103] Nevertheless, it has been well over a de­
cade since Hollick was decided, and it is worth
reaffirming the importance of certification as
a meaningful screening device. The standard for
assessing evidence at certification does not give
rise to “a determination of the merits of the pro­
ceeding” (CPA, s. 5(7)); nor does it involve such a
superficial level of analysis into the sufficiency of
the evidence that it would amount to nothing more
than symbolic scrutiny.
[103] De toute manière, plus d’une décennie
s’est écoulée depuis Hollick et il convient de con­
firmer l’importance que revêt la procédure de cer­
tification comme mécanisme de filtrage efficace.
La norme de preuve appliquée au stade de la
certification n’emporte pas de [traduction] « con­
clusion sur le bien-fondé de l’instance » (CPA,
par. 5(7)); elle ne donne pas lieu non plus à un
examen du caractère suffisant de la preuve qui soit
superficiel au point d’être strictement symbolique.
[104] In any event, in my respectful opinion,
there is limited utility in attempting to define “some
basis in fact” in the abstract. Each case must be
decided on its own facts. There must be sufficient
facts to satisfy the applications judge that the
conditions for certification have been met to a de­
gree that should allow the matter to proceed on a
class basis without foundering at the merits stage
by reason of the requirements of s. 4(1) of the CPA
not having been met.
[104] Quoi qu’il en soit, j’estime en toute défé­
rence qu’il serait peu utile de tenter de défi­nir
« un certain fondement factuel » dans l’abstrait.
L’issue d’une affaire dépend des faits qui lui sont
propres. Suffisamment de faits doivent permet­
tre de convaincre le juge saisi des demandes que
les conditions de certification sont réunies de telle
sorte que l’instance puisse suivre son cours sous
forme de recours collectif sans s’écrouler à l’étape
de l’examen au fond à cause du non-respect des
conditions prévues au par. 4(1) de la CPA.
[105] Finally, I would note that Canadian courts
have resisted the U.S. approach of engaging in a
robust analysis of the merits at the certification
stage. Consequently, the outcome of a certifica­
tion application will not be predictive of the success
of the action at the trial of the common issues. I
think it important to emphasize that the Canadian
approach at the certification stage does not allow
for an extensive assessment of the complexities
and challenges that a plaintiff may face in estab­
lishing its case at trial. After an action has been
certified, additional information may come to light
calling into question whether the requirements of
s. 4(1) continue to be met. It is for this reason that
enshrined in the CPA is the power of the court to
decertify the action if at any time it is found that
the conditions for certification are no longer met
(s. 10(1)).
[105] Enfin, je fais observer que les tribunaux
canadiens ont refusé d’adopter l’approche amé­ri­
caine et de se livrer à une analyse rigou­reuse sur le
fond à l’étape de la certification. En conséquence,
la certification du recours collectif ne garantit
aucunement que les demandeurs auront gain de
cause lors de l’examen des questions communes
au procès. J’estime qu’il importe de souligner que
l’approche canadienne à l’étape de la certification ne
permet pas d’apprécier toutes les difficultés et tous
les défis que le demandeur devra surmonter pour
prouver ses allégations au procès. Une fois le recours
certifié, de nouvelles données peuvent apparaître
et remettre en question le respect des conditions
du par. 4(1). C’est la raison pour laquelle la
CPA consacre le pouvoir du tribunal de révo­quer
la certification du recours collectif à tout moment
où il est établi que les conditions de certification ne
sont plus réunies (par. 10(1)).
(b) Do the Claims of the Class Members Raise
Common Issues?
b)
[106] The commonality requirement has been
described as “[t]he central notion of a class pro­
ceeding” (M. A. Eizenga et al., Class Actions Law
[106] L’exigence d’une question commune a été
qualifiée de [traduction] « [f]ondamentale au
recours collectif » (M. A. Eizenga et autres, Class
Les demandes des membres du groupe
sou­lèvent-elles des questions communes?
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
527
and Practice (loose-leaf), at p. 3-34.6). It is based
on the notion that “individuals who have litigation
concerns ‘in common’ ought to be able to resolve
those common concerns in one central proceed­
ing rather than through an inefficient multitude
of repetitive proceedings” (ibid.).
Actions Law and Practice (feuilles mobiles),
p. 3-34.6). Elle repose sur l’idée que « les personnes
qui soulèvent une question de droit “commune” doi­
vent pouvoir obtenir le règlement de cette ques­tion
commune dans le cadre d’une seule instance plutôt
que d’instances multiples et répé­titives confinant à
l’inefficacité » (ibid.).
[107] Section 4(1)(c) of the CPA states that the
court must certify an action as a class proceeding if,
among other requirements, “the claims of the class
members raise common issues, whether or not those
common issues predominate over issues affecting
only individual members”. Section 1 of the CPA
defines “common issues” as “(a) common but not
necessarily identical issues of fact, or (b) common
but not necessarily identical issues of law that arise
from common but not necessarily identical facts”.
[107] L’alinéa 4(1)(c) de la CPA dispose que le
tribunal certifie qu’il s’agit d’un recours collectif
lorsque, notamment, [traduction] « les demandes
des membres du groupe soulèvent une question
commune, que celle-ci l’emporte ou non sur les
questions qui touchent uniquement les membres
individuels ». Selon l’article 1 de la CPA, « question
commune » s’entend, selon le cas, « (a) d’une ques­
tion de fait commune, mais pas nécessairement
identique ou (b) d’une question de droit commune,
mais pas nécessairement identique, qui découle
de faits qui sont communs, mais pas nécessaire­
ment identiques ».
[108] In Western Canadian Shopping Centres
Inc. v. Dutton, 2001 SCC 46, [2001] 2 S.C.R. 534,
this Court addressed the commonality question,
stating that “[t]he underlying question is whether
allowing the suit to proceed as a [class action] will
avoid duplication of fact-finding or legal analysis”
(para. 39). I list the balance of McLachlin C.J.’s
instructions, found at paras. 39-40 of that decision:
[108] Dans l’arrêt Western Canadian Shopping
Centres Inc. c. Dutton, 2001 CSC 46, [2001] 2
R.C.S. 534, notre Cour aborde la notion de com­
munauté et conclut que « [l]a question sous-jacente
est de savoir si le fait d’autoriser le recours collectif
permettra d’éviter la répétition dans l’appréciation
des faits ou l’analyse juridique » (par. 39). J’énu­
mère les autres paramètres établis par la juge en
chef McLachlin et qui figurent aux par. 39-40 de
l’arrêt :
(1)
The commonality question should be ap­
proached purposively.
(1)
Il faut aborder le sujet de la communauté en
fonction de l’objet.
(2)
An issue will be “common” only where its
resolution is necessary to the resolution of
each class member’s claim.
(2)
Une question n’est « commune » que lorsque
son règlement est nécessaire au règlement
des demandes de chacun des membres du
groupe.
(3)
It is not essential that the class members be
identically situated vis-à-vis the opposing
party.
(3)
Il n’est pas essentiel que les membres du
groupe soient tous dans la même situation
par rapport à la partie adverse.
(4)
It not necessary that common issues pre­
dominate over non-common issues. How­
ever, the class members’ claims must share
a substantial common ingredient to justify
(4)
Il n’est pas nécessaire que les questions
communes l’emportent sur les questions
non communes. Les demandes des mem­
bres du groupe doivent toutefois partager
528
pro-sys consultants
v.
microsoft
a class action. The court will examine the
significance of the common issues in rela­
tion to individual issues.
(5)
Success for one class member must mean
success for all. All members of the class
must benefit from the successful prosecu­
tion of the action, although not necessarily to
the same extent.
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
un élé­ment commun important afin de jus­
tifier le recours collectif. Le tribunal éva­lue
l’impor­tance des questions communes par
rapport aux questions individuelles.
(5)
Le succès d’un membre du groupe emporte
nécessairement celui de tous. Tous les
mem­­bres du groupe doivent profiter du
dénouement favorable de l’action, mais pas
nécessairement dans la même proportion.
[109] Microsoft argues that the differences
among the proposed class members are too great
to satisfy the common issues requirement. It
argues that the plaintiffs allege they were injured
by multiple separate instances of wrongdoing,
that these acts occurred over a period of 24 years
and had to do with 19 different products, and that
various co-conspirators and countless licences
are implicated. Microsoft also argues that the fact
that the overcharge has been passed on to the class
members through the chain of distribution makes
it unfeasible to prove loss to each of the class
members for the purposes of establishing common
issues.
[109] Microsoft fait valoir que les différences
entre les membres du groupe proposé sont trop
importantes et ne permettent pas de satisfaire à
l’exigence d’une question commune. Selon elle,
les demandeurs allèguent avoir subi un préjudice
à l’occasion de comportements fautifs distincts,
que ces actes ont eu lieu sur une période de
24 ans, qu’ils ont visé 19 produits différents, que
diverses personnes ont pris part au complot et que
d’innombrables licences sont en cause. Elle ajoute
que le transfert de la majoration aux membres du
groupe en aval dans la chaîne de distribution rend
impossible la preuve de la perte de chacun des
membres du groupe aux fins d’établir l’existence
d’une question commune.
[110] The multitude of variables involved in in­
direct purchaser actions may well present a sig­
nificant challenge at the merits stage. However, there
would appear to be a number of common issues
that are identifiable. In order to establish com­
monality, evidence that the acts alleged actually
occurred is not required. Rather, the factual evi­
dence required at this stage goes only to establish­
ing whether these questions are common to all the
class members.
[110] La multitude de variables que font
intervenir les actions d’acheteurs indirects pour­
rait fort bien présenter un défi de taille à l’étape
de l’examen au fond. Toutefois, plusieurs ques­
tions communes paraissent discernables. Établir la
communauté des questions n’exige pas la preuve
que les actes allégués ont effectivement eu lieu.
À ce stade, il faut plutôt établir que les questions
soulevées sont communes à tous les membres du
groupe.
[111] Myers J. concluded that the claims raised
common issues. I agree that their resolution is
indeed necessary to the resolution of the claims of
each class member. Their resolution would appear
to advance the claims of the entire class and to
answer them commonly will avoid duplication
in legal and factual analysis. Those findings are
entitled to deference from an appellate court.
[111] Le juge Myers conclut que les demandes
soulèvent des questions communes. Je conviens
que leur règlement est en effet nécessaire à celui
de la réclamation de chacun des membres du
groupe. Il permettrait de faire progresser l’examen
des allégations du groupe dans son ensemble et
d’éviter la répétition dans l’analyse du droit et
des faits. Une cour d’appel doit faire preuve de
déférence à l’égard de ces conclusions.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
529
[112] The differences cited by Microsoft are, in
my view, insufficient to defeat a finding of com­
monality. Dutton confirms that even a significant
level of difference among the class members does
not preclude a finding of commonality. In any event,
as McLachlin C.J. stated, “[i]f material differences
emerge, the court can deal with them when the time
comes” (Dutton, at para. 54).
[112] À mon sens, les différences invoquées
par Microsoft ne permettent pas d’écarter la con­
clusion qu’il y a questions communes. L’arrêt
Dutton confirme que même des différences assez
importantes entre les membres du groupe n’empê­
chent pas de conclure à l’existence de questions
communes. En tout état de cause, comme le fait
remarquer la juge en chef McLachlin, « [s]i des dif­
férences importantes surviennent, le tribunal réglera
la question le moment venu » (Dutton, par. 54).
[113] In addition to the common issues relating
to scope and existence of the causes of action
pleaded, the remaining common issues certified by
Myers J. relate to the alleged loss suffered by the
class members and as to whether damages can be
calculated on an aggregate basis. The loss-related
common issues, that is to say the proposed common
issues that ask whether loss to the class members
can be established on a class-wide basis, require
the use of expert evidence in order for commonality
to be established. The standard upon which that
evidence should be assessed is contested and I turn
to it first below. A question was also raised re­gard­
ing whether the aggregate damages provi­sion can
be used to establish liability. I also address this
below.
[113] Outre celles liées à l’existence et à la portée
des causes d’action invoquées, les autres questions
communes certifiées par le juge Myers portent sur
la perte qu’auraient subie les membres du groupe
et sur la possibilité d’établir les dommagesintérêts de manière globale. Démontrer le caractère
commun des questions liées à la perte — la perte
subie par les membres peut-elle être circonscrite à
l’échelle du groupe? — commande le recours à une
preuve d’expert. La norme de preuve applicable à
cette preuve est contestée, et je l’examine ci-après.
On soulève par ailleurs la question de savoir si les
dispositions sur l’octroi de dommages-intérêts
globaux peuvent servir à fonder la responsabilité.
J’examine ce point ensuite.
(i) Expert Evidence in Indirect Purchaser Class
Actions
(i) Preuve d’expert dans le cadre d’actions
d’acheteurs indirects
[114] One area in which difficulty is encountered
in indirect purchaser actions is in assessing the
commonality of the harm or loss-related issues. In
order to determine if the loss-related issues meet
the “some basis in fact” standard, some assurance
is required that the questions are capable of res­
olu­tion on a common basis. In indirect purchaser
ac­tions, plaintiffs generally seek to satisfy this re­
quirement through the use of expert evidence in
the form of economic models and methodologies.
[114] L’une des difficultés que pose le recours
d’acheteurs indirects a trait à l’appréciation du
caractère commun des questions liées au préjudice
ou à la perte. Pour que ces questions puissent
satisfaire à la norme d’« un certain fondement
factuel », il doit être assez certain qu’elles peuvent
faire l’objet d’un règlement commun. Dans le cadre
d’actions intentées par des acheteurs indirects, les
demandeurs tentent généralement de satisfaire à
cette exigence en offrant une preuve d’expert qui
revêt la forme de modèles et de méthodes écono­
miques.
[115] The role of the expert methodology is to
establish that the overcharge was passed on to the
indirect purchasers, making the issue common
to the class as a whole (see Chadha, at para. 31).
[115] La méthode proposée par l’expert vise à
établir que la majoration a été transférée aux
acheteurs indirects, ce qui rend la question com­
mune au groupe dans son ensemble (voir Chadha,
530
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
The requirement at the certification stage is not that
the methodology quantify the damages in question;
rather, the critical element that the methodology
must establish is the ability to prove “common im­
pact”, as described in the U.S. antitrust case of In
Re: Linerboard Antitrust Litigation, 305 F.3d 145
(3rd Cir. 2002). That is, plaintiffs must demon­
strate that “sufficient proof [is] available, for use
at trial, to prove antitrust impact common to all
the members of the class” (ibid., at p. 155). It is
not necessary at the certification stage that the
methodology establish the actual loss to the class,
as long as the plaintiff has demonstrated that there
is a methodology capable of doing so. In indirect
purchaser actions, this means that the methodology
must be able to establish that the overcharges have
been passed on to the indirect-purchaser level in the
distribution chain.
par. 31). À l’étape de la certification, la méthode
n’a pas à déterminer le montant des dommagesintérêts, mais doit plutôt — et c’est là l’élément
crucial — être susceptible de prouver « les con­
sé­quences communes », comme le conclut un
tri­bunal américain dans une affaire antitrust, In
Re : Linerboard Antitrust Litigation, 305 F.3d 145
(3rd Cir. 2002). Les demandeurs doivent démontrer
qu’une [traduction] « preuve permettra d’établir,
lors du procès, les conséquences antitrust qui sont
communes à tous les membres du groupe » (ibid.,
p. 155). À l’étape de la certification, point n’est
besoin que la méthode établisse la perte réellement
subie par le groupe dans la mesure où le demandeur
démontre qu’une méthode permet de le faire. Dans
le cadre d’actions d’acheteurs indirects, la méthode
doit donc pouvoir établir que la majoration a été
trans­férée à l’acheteur indirect situé en aval dans la
chaîne de distribution.
[116] The most contentious question involving
the use of expert evidence is how strong the evi­
dence must be at the certification stage to satisfy the
court that there is a method by which impact can be
proved on a class-wide basis. The B.C.C.A. in In­
fineon called for the plaintiff to show “only a cred­
ible or plausible methodology” and held that “[i]t
was common ground that statistical regres­sion anal­
ysis is in theory capable of providing rea­son­able es­
timates of gain or aggregate harm and the extent of
pass-through in price-fixing cases” (para. 68). This
was the standard adopted by Myers J. in the pres­
ent case. Under this standard, he found the plain­
tiffs’ methodologies to be adequate to satisfy the
commonality requirement.
[116] La question la plus vivement débattue
au chapitre de l’utilisation de la preuve d’expert
est celle de savoir à quel point la preuve doit
être concluante à l’étape de la certification pour
convaincre le tribunal qu’une méthode permet
d’établir les conséquences communes à l’échelle
du groupe. Dans l’affaire Infineon, la C.A.C.-B. a
invité la demanderesse à ne présenter [traduction]
« qu’une méthode valable ou acceptable » pour
ensuite conclure qu’« [i]l est bien établi que
l’analyse de régression statistique offre en prin­
cipe une estimation raisonnable du bénéfice ou du
préjudice global et de l’étendue du transfert de la
perte lorsqu’il y a eu fixation des prix » (par. 68).
C’est le critère appliqué par le juge Myers en
l’espèce, de sorte qu’il conclut que les métho­
des employées par les parties demanderesses
permettaient de satisfaire à l’exigence d’une ques­
tion commune.
[117] Microsoft submits that the “credible or
plausible methodology” standard adopted by
Myers J. was too permissive and allowed for a
claim to be founded on insufficient evidence. It
argues that under s. 5(4) of the CPA, the parties
are required to file affidavits containing all mate­
rial facts upon which they intend to rely, and as
such Myers J. was under an obligation to weigh
[117] Microsoft soutient que le critère de la
« méthode valable ou acceptable » adopté par le
juge Myers est trop laxiste et ouvre la voie à des
demandes étayées par une preuve insuffisante. Elle
fait valoir que le par. 5(4) de la CPA oblige les
parties à déposer des affidavits qui énoncent tous
les faits importants qu’elles entendent invoquer et
que le juge Myers avait donc l’obligation de mettre
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
531
the evidence of both parties where a conflict arises.
Microsoft alleges that despite this requirement,
Myers J. failed to weigh Pro-Sys’s expert evidence
against Microsoft’s expert evidence, merely con­
cluding that Pro-Sys’s expert evidence was “not
implausible” and that assessing competing evi­
dence was “not something that can and should
be done in a certification application” (R.F., at
para. 43, citing reasons of Myers J., at para. 144).
Microsoft argues that this approach was in error
and is inconsistent with the standard required at
certification. Once again relying on U.S. case law,
Microsoft urges this Court to weigh conflicting
expert testimony at certification and to perform this
review in a “robust” and “rigorous” manner (R.F.,
at paras. 45-48, citing Hydrogen Peroxide, at p. 323,
and Wal-Mart Stores, Inc. v. Dukes, 131 S.Ct. 2541
(2011), at p. 2551).
en balance les éléments de preuve des deux parties
en cas de conflit. Elle allègue que, au mépris de
cette exi­gence, le juge Myers ne soupèse pas la
preuve d’expert de Pro-Sys au regard de la sienne,
mais conclut simplement que la preuve d’expert de
Pro-Sys n’est [traduction] « pas inacceptable »
et que l’appréciation des éléments de preuve con­
tradictoires « ne peut et ne doit pas intervenir à
l’étape de la certification » (m.i., par. 43, citant
le par. 144 des motifs du juge Myers). Or, selon
Microsoft, cette approche est erronée et incom­
patible avec la norme applicable à cette étape.
Invoquant encore une fois la jurisprudence amé­
ricaine, elle exhorte notre Cour à apprécier les
témoignages d’expert contradictoires à l’étape de
la certification, et ce, de manière [traduction]
« stricte » et « rigoureuse » (m.i., par. 45-48, citant
Hydrogen Peroxide, p. 323, et Wal-Mart Stores, Inc.
c. Dukes, 131 S.Ct. 2541 (2011), p. 2551).
[118] In my view, the expert methodology
must be sufficiently credible or plausible to es­
tablish some basis in fact for the commonality re­
quirement. This means that the methodology
must offer a realistic prospect of establishing loss
on a class-wide basis so that, if the overcharge is
eventually established at the trial of the common
issues, there is a means by which to demonstrate
that it is common to the class (i.e. that passing on
has occurred). The methodology cannot be purely
theoretical or hypothetical, but must be grounded in
the facts of the particular case in question. There
must be some evidence of the availability of the
data to which the methodology is to be applied.
[118] À mon avis, la méthode d’expert doit être
suffisamment valable ou acceptable pour éta­
blir un certain fondement factuel aux fins du res­
pect de l’exigence d’une question commune. Elle
doit donc offrir une possibilité réaliste d’établir la
perte à l’échelle du groupe, de sorte que, si la majo­
ration est établie à l’issue de l’examen des ques­
tions communes au procès, un moyen permette de
démontrer qu’elle est commune aux membres du
groupe (c.-à-d. que le transfert a eu lieu). Or, il
ne peut s’agir d’une méthode purement théorique
ou hypothétique; elle doit reposer sur les faits de
l’affaire. L’existence des données auxquelles la
méthode est censée s’appliquer doit être étayée par
quelque preuve.
[119] To hold the methodology to the robust or
rigorous standard suggested by Microsoft, for
instance to require the plaintiff to demonstrate
ac­tual harm, would be inappropriate at the certi­
fication stage. In Canada, unlike the U.S., precer­
tification discovery does not occur as a mat­ter of
right. Al­though document production may be or­
dered at the discretion of the applications judge,
Microsoft objected and Myers J. acceded to Mi­
crosoft’s position and refused to order it in this
case (2007 BCSC 1663, 76 B.C.L.R. (4th) 171).
Microsoft can hardly argue for rigorous and robust
[119] Il ne convient pas, à l’étape de la cer­ti­fi­
cation, de soumettre la méthode à la norme stricte
ou rigoureuse que préconise Microsoft, notamment
d’exiger du demandeur qu’il prouve le préjudice
effectivement subi. Au Canada, contrairement à
ce qui a cours aux États-Unis, il n’y a pas d’emblée
un droit à la communication de documents avant la
certification. Même si le juge saisi des demandes a
le pouvoir discrétionnaire de l’ordonner, Microsoft
s’y est opposée et le juge Myers a refusé de l’ordon­
ner en l’espèce (2007 BCSC 1663, 76 B.C.L.R.
(4th) 171). Microsoft peut difficilement plaider en
532
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
scrutiny when it objected to pre-certification dis­
covery and was successful before the applications
judge.
faveur d’un examen strict ou rigoureux, alors
qu’elle s’est opposée à la communication de docu­
ments avant la certification et que le juge saisi des
demandes a retenu son opposition.
[120] Here, the Pro-Sys expert evidence consists
of methodologies proposed by two economists,
Professor James Brander and Dr. Janet Netz. Pro­
fessor Brander’s affidavit identified him as the
Asia-Pacific Professor of International Business in
the Sauder School of Business at the University of
British Columbia and senior consultant in the Delta
Economics Group. Dr. Netz’s affidavit described her
as an economist, a founding partner of ApplEcon
LLC, an economics consulting firm based in Ann
Arbor, Michigan, a tenured Associ­ate Professor of
Economics at Purdue University and a Visiting
Associate Professor at the University of Michigan.
Dr. Netz acted as expert witness in several similar
cases brought against Microsoft in the United
States. Dr. Netz’s testimony drew heavily from the
evidence she had prepared in her role as expert in
those U.S. cases.
[120] En l’espèce, la preuve d’expert de Pro-Sys
est constituée de méthodes proposées par deux éco­
nomistes, les professeurs James Brander et Janet
Netz. Dans son affidavit, le professeur Brander
déclare enseigner le commerce international pour
la zone Asie-Pacifique à la Sauder School of Bu­
si­ness de l’Université de la Colombie-Britannique
et exer­cer la fonction de conseiller principal au
sein du Delta Economics Group. Selon son affi­
davit, la professeure Netz est économiste et asso­
ciée fondatrice d’ApplEcon LLC, un cabinet de
services-conseils en économie établi à Ann Arbor,
au Michigan, professeure agrégée permanente
d’économie à l’Université Purdue, ainsi que pro­fes­
seure agrégée invitée à l’Université du Michi­gan.
Elle a été témoin expert dans plusieurs instances
semblables engagées contre Micro­soft aux ÉtatsUnis. Son témoignage s’appuie en grande partie sur
les éléments de preuve qu’elle a présentés à titre
d’experte dans ces instances.
[121] It is Dr. Netz’s evidence that the same
methodology that applied in the U.S. would
apply equally to the case at bar. She testified that
the methodologies can demonstrate the initial
overcharges by Microsoft to its direct purchasers
as well as the pass-through to the indirect purchas­
ers. Dr. Netz outlines three alternative methods
by which harm and damages can be calculated.
The first two methods, called the “rate of return
method” and the “profit margin method”, identify
the overcharge at the first level of the distribution
chain — that is, the overcharge in the sales made
directly by Microsoft to its own customers. The
first two models do not on their own establish
that the overcharge was passed on but are intended
to prove the total amount received by Microsoft as
a result of the overcharge. The third methodology,
the “price premium method”, begins the analysis
at the other end of the distribution chain, at the
ultimate-purchaser level.
[121] La professeure Netz estime que les métho­
des employées aux États-Unis peuvent également
l’être en l’espèce. Selon elle, ces méthodes permet­
tent d’établir la majoration que Microsoft a imposée
initialement à ses acheteurs directs, ainsi que son
transfert aux acheteurs indirects. Elle fait état de
trois méthodes pour évaluer le préjudice subi et
établir le montant des dommages-intérêts. Les deux
premières méthodes, à savoir celle fondée sur le taux
de rentabilité (« rate of return method ») et celle
fondée sur la marge bénéficiaire (« profit margin
method »), permettent de déterminer la majoration
intervenue au sommet de la chaîne de distribution
— soit la majoration directe par Microsoft lors de
la vente à ses propres clients. Ces méthodes ne
permettent pas à elles seules d’établir le transfert de
la majoration, mais elles visent à déterminer la
somme totale touchée par Microsoft par suite de
la majoration. En ce qui concerne la troisième
méthode, celle fondée sur l’augmentation du prix
(« price premium method »), l’analyse commence à
l’autre extrémité de la chaîne de distribution, là où
se situe le consommateur final.
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
533
[122] Dr. Netz describes the price premium
method as follows:
[122] La professeure Netz décrit comme suit la
méthode fondée sur l’augmentation du prix :
Under this method, one calculates the retail price
premium that Microsoft products have relative to com­
peting products for the products at issue and for a set
of benchmark products where there have not been
allegations of anticompetitive conduct. The overcharge
equals the percentage decrease in the retail price of
the products at issue such that Microsoft would still
realize the same retail price premium as it does on
the benchmark products (i.e., products in markets not
affected by Microsoft’s unlawful conduct). [Emphasis in
original; 2010 BCSC 285, at para. 26.]
[traduction] Cette méthode sert à calculer l’augmen­
tation du prix au détail des produits de Microsoft par
rapport à ceux de concurrents pour les produits en cause
et pour un ensemble de produits de référence lorsqu’il n’y
a pas eu d’allégations de comportement anticoncurrentiel.
La majoration correspond au pourcentage de diminution
du prix au détail des produits en question qui permettrait
à Microsoft de toucher la même augmentation du prix
au détail que pour les produits de référence (à savoir
des produits offerts sur des marchés non touchés par le
comportement illégal de Microsoft). [En italique dans
l’original; 2010 BCSC 285, par. 26.]
[123] Once the retail price overcharge is calcu­
lated, the total class member expenditure on the
products should then be multiplied by the over­
charge percentage in order to arrive at the quantum
of damages.
[123] Une fois déterminée la majoration du prix
au détail, on établit le montant des dommagesintérêts en multipliant par le pourcentage de majo­
ration le total des dépenses faites par les membres
du groupe pour les produits en question.
[124] Dr. Netz testified that regression analy­
sis could be employed to ascertain the extent of
passing on in order to establish loss at the indirectpurchaser level. Relying on the successful appli­
cation of the methods in the U.S., Dr. Netz testified
that “[t]here is no theoretical reason, in my opinion,
why the methods described above cannot be ap­
plied to the sales of Microsoft software in Canada”
(Netz affidavit, at para. 49 (A.R., vol. II, at p. 177)).
Implicit in this evidence is that the data neces­sary
to apply the methodologies in Canada is available.
[124] Selon la professeure Netz, l’analyse de
régression peut servir à déterminer l’étendue du
transfert afin d’établir la perte subie par l’acheteur
indirect. Faisant fond sur l’application conclu­
ante de ces méthodes aux États-Unis, elle précise
que, [traduction] « [s]ur le plan théorique, rien
ne s’oppose à ce que les méthodes s’appli­quent
à la vente des logiciels de Microsoft au Canada »
(affidavit de la professeure Netz, par. 49 (d.a.,
vol. II, p. 177)). Il appert implicitement de son
témoignage que les données nécessaires à l’appli­
cation des méthodes existent au Canada.
[125] Myers J. dealt with Microsoft’s criticisms
of Dr. Netz’s testimony at paras. 131-64 of his rea­
sons. Microsoft’s criticisms pertained to her al­
leged failure to take Canadian context into account,
the lack of an evidentiary basis for her findings,
alleged flaws in the benchmark products she
selected, and a lack of workability in her pro­posed
methodology. Myers J. found that despite these
criticisms, Dr. Netz had demonstrated a plausi­
ble methodology for proving class-wide loss. He
therefore did not proceed to address Profes­sor
Brander’s proposed methods (para. 164).
[125] Aux paragraphes 131-164 de ses motifs,
le juge Myers se penche sur les critiques formu­
lées par Microsoft à l’égard du témoignage de la
professeure Netz. Microsoft reproche au témoin
de ne pas tenir compte du contexte canadien, de
n’offrir aucune preuve à l’appui de ses conclusions,
de ne pas bien choisir les produits de référence et
de proposer des méthodes inapplicables. Le juge
Myers conclut que la professeure Netz fait néan­
moins état d’une méthode acceptable pour établir
la perte infligée à l’échelle du groupe. Il n’examine
donc pas les méthodes proposées par le professeur
Brander (par. 164).
534
pro-sys consultants
v.
microsoft
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[126] It is indeed possible that at trial the expert
evidence presented by Microsoft will prove to be
stronger and more credible than the evidence of
Dr. Netz and Professor Brander. However, resolving
conflicts between the experts is an issue for the
trial judge and not one that should be engaged in
at certification (see Infineon, at para. 68; Irving, at
para. 143). The trial judge will have the benefit of
a full record upon which to assess the appropriate­
ness of any damages award that may be made pursu­
ant to the proposed methodology. For the purposes
of certification and having regard to the defer­ence
due the applications judge on this issue, I would
not interfere with the findings of Myers J. as to the
commonality of the loss-related issues.
[126] Il se peut effectivement que, au procès,
le témoignage d’expert présenté par Microsoft se
révèle plus convaincant et plus digne de foi que ceux
de la professeure Netz et du professeur Bran­der. Or,
trancher entre des preuves d’expert con­tradictoires
relève du juge du procès et ne doit pas intervenir
à l’étape de la certification (voir Infineon, par. 68;
Irving, par. 143). Le juge du procès dis­posera d’un
dossier complet qui lui permettra de se prononcer sur
le caractère approprié de tout octroi de dommagesintérêts fondé sur la méthode proposée. Aux fins
de la certification, et compte tenu de la déférence
à laquelle a droit le juge saisi des demandes sur
ce point, je suis d’avis de ne pas modifier les con­
clusions du juge Myers sur le caractère commun des
questions touchant à la perte subie.
(ii)Aggregate Assessment of Damages
(ii)Détermination globale du montant des
dommages-intérêts
[127] The issue raised here is whether the ques­
tion of aggregate assessment of damages is prop­
erly certified as a common issue. The aggregate
damages provisions in the CPA provide for the
quantification of the monetary award on a classwide basis. Sections 29(1) and 29(2) of the CPA are
relevant:
[127] La question qui se pose en l’espèce est celle
de savoir s’il y a lieu de certifier comme questions
communes celles se rapportant à l’opportunité de
dommages-intérêts globaux. Les dispositions de
la CPA sur l’octroi de dommages-intérêts globaux
prévoient l’établissement de la réparation pécuniaire
à l’échelle du groupe. Voici le libellé des par. 29(1)
et (2) de la CPA :
[traduction]
29 (1) The court may make an order for an aggregate
monetary award in respect of all or any part of a
defendant’s liability to class members and may
give judgment accordingly if
29 (1) Le tribunal peut fixer par ordonnance le montant
global des dommages-intérêts quant à la totalité
ou à une partie de la responsabilité pécuniaire
d’un défendeur envers les membres du groupe, et
rendre jugement en conséquence, si :
(a) monetary relief is claimed on behalf of
some or all class members,
(a) une réparation pécuniaire est demandée au
nom de tous les membres du groupe ou de
certains d’entre eux;
(b) no questions of fact or law other than those
relating to the assessment of monetary re­
lief remain to be determined in order to
establish the amount of the defendant’s
mon­etary liability, and
(b) il ne reste à trancher que des questions de
fait ou de droit touchant à la détermination
de la réparation pécuniaire afin de fixer le
montant de la responsabilité pécuniaire du
défendeur;
(c) the aggregate or a part of the defendant’s
liability to some or all class members can
(c) la totalité ou une partie de la responsabilité
du défendeur envers tous les membres du
[2013] 3 R.C.S.
pro-sys consultants
c.
microsoft
Le juge Rothstein
535
reasonably be determined without proof by
individual class members.
groupe ou certains d’entre eux peut raison­
nablement être établie sans que des membres
n’aient à en faire la preuve indi­viduellement.
(2) Before making an order under subsection (1),
the court must provide the defendant with an
opportunity to make submissions to the court
in respect of any matter touching on the pro­
posed order including, without limitation,
(2) Avant de rendre l’ordonnance visée au para­
graphe (1), le tribunal permet au défendeur de
présenter des observations sur toute question qui
touche l’ordonnance proposée, y compris sur ce
qui suit :
(a) submissions that contest the merits or
amount of an award under that subsection,
and
(a) le bien-fondé de l’ordonnance rendue en
application de ce paragraphe ou le montant
des dommages-intérêts qui y sont accordés;
(b) submissions that individual proof of mon­
etary relief is required due to the in­dividual
nature of the relief.
(b) la nécessité d’une preuve individuelle du
droit à la réparation pécuniaire étant donné
la nature individuelle de celle-ci.
[128] In this case, the common issues that were
certified are whether damages can be determined
on an aggregate basis and if so, in what amount.
For the reasons below, I would not disturb the
applications judge’s decision to certify these com­
mon issues. However, while the aggregate dam­
ages common issues certified by Myers J. deal
only with the assessment of damages and not proof
of loss, there is some confusion in his reasons
about whether the aggregate damages provisions
of the CPA may be relied on to establish proof of
loss where proof of loss is an essential element of
proving liability. That question has been resolved
differently by various courts in Ontario and British
Columbia, where the aggregate damages provi­sions
are sufficiently similar to allow comparison.
[128] Dans la présente affaire, les questions
communes qui ont été certifiées sont les suivan­
tes : peut-on établir les dommages-intérêts de
manière globale et, dans l’affirmative, à combien
se montent-ils? Pour les motifs qui suivent, la
décision du juge saisi des demandes de certifier
ces questions ne doit pas être réformée. Toutefois,
même si les questions que certifie le juge Myers
relativement aux dommages-intérêts globaux n’ont
trait qu’à la détermination de leur montant, et
non à la preuve de la perte, ses motifs créent une
certaine incertitude quant à savoir si les disposi­
tions de la CPA sur l’octroi de dommages-intérêts
globaux peuvent être invoquées pour prouver la
perte lorsque la pre