Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême

Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême
Canada
Supreme Court
Reports
Recueil des arrêts
de la Cour suprême
du Canada
Part 2, 2013 Vol. 2
2e cahier, 2013 Vol. 2
Cited as [2013] 2 S.C.R. 269-558
Renvoi [2013] 2 R.C.S. 269-558
Published pursuant to the Supreme Court Act by / Publié conformément à la Loi sur la Cour suprême par
ROGER BILODEAU, Q.C. / c.r.
The Registrar, Supreme Court of Canada / Registraire de la Cour suprême du Canada
Deputy Registrar / Registraire adjointe
MARY MCFADYEN
General Counsel / Avocate générale
BARBARA KINCAID
Chief Law Editor / Arrêtiste en chef
J. DAVID POWER
Senior Counsel / Avocate-conseil
JULIE TERRIEN
CLAIRE ZOË BIDER-HALL
JANICE CHENEY
CHANTAL DEMERS
VALERIE DESJARLAIS
GENEVIÈVE DOMEY
LEE ANN GORMAN
Legal Counsel / Conseillers juridiques
SÉBASTIEN LAFRANCE
AMÉLIE LAVICTOIRE
KAREN LEVASSEUR
LORRAINE PILETTE
RÉMI SAMSON
LOUISE SAVARD
IDA SMITH
JACQUELINE STENCEL
LESLI TAKAHASHI
CAMERON TAYLOR
RENÉE THÉRIAULT
RENÉE MARIA TREMBLAY
Chief, Jurilinguistic Services / Chef du service jurilinguistique
CHRISTIAN C.-DESPRÉS
Jurilinguists / Jurilinguistes
DAVID AUBRY
STEPHEN BALOGH
MARIE RODRIGUE
MARIE-LUC SIMONEAU
CLAIRE VALLÉE
Manager, Editorial Services / Gestionnaire, Service de l’édition
PETER O’DOHERTY
SUZANNE AUDET
MONIQUE DELORME
Technical Revisors / Réviseurs techniques
NANCY MCCAUGHAN
PAULINE MCTAVISH
ANNE-MARIE NOËL
Manager, Operational Support Services / Gestionnaire, Services d’appui aux opérations
SUZANNE GIGUÈRE
Administrative Assistants / Adjoints administratifs
SÉBASTIEN GAGNÉ
MANON PLOUFFE
Changes of address for subscriptions to the Supreme Court
Reports should be referred to Publishing & Depository
Services, Public Works and Government Services, Ottawa,
Ontario, Canada K1A 0S5 together with the old address.
Les abonnés du Recueil des arrêts de la Cour suprême du
Canada doivent signaler tout changement d’adresse aux
Éditions et Services de dépôts, Travaux publics et Services
gouvernementaux, Ottawa (Ontario) Canada K1A 0S5, en
indiquant l’ancienne adresse.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2013.
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013.
CONTENTS
SOMMAIRE
Cojocaru v. British Columbia Women’s Hospital
and Health Centre .................................................... 357
Torts — Negligence — Causation — Health law —
Consent to care — Failure to inform — Plaintiffs al­
leging defendants were negligent in failing to obtain in­
formed consent to vaginal birth after caesarean section
or to prostaglandin induction and in failing to attend to
plaintiff — Plaintiffs alleging lack of proper care resulted
in ruptured uterus and son born with brain damage —
Whether trial judge’s conclusion on liability of various
defendants disclose palpable errors of fact or legal errors
and should be set aside.
Cojocaru c. British Columbia Women’s Hospital
and Health Centre .................................................... 357
Responsabilité délictuelle — Négligence — Lien de
cau­salité — Droit de la santé — Consentement à des
soins — Défaut d’informer — Demandeurs alléguant
la négligence des défendeurs pour ne pas avoir obtenu
le consentement éclairé à un accouchement vaginal
après césarienne ou au déclenchement du travail avec
de la prostaglandine et pour ne pas s’être occupés de la
demanderesse — Demandeurs alléguant que le manque
de soins adéquats a causé une rupture utérine et des
dommages cérébraux au nouveau-né — La conclusion
du juge de première instance sur la responsabilité des
différents défendeurs doit-elle être annulée en raison
d’erreurs de fait manifestes ou d’erreurs de droit?
Judgments and orders — Reasons — Trial judge deliv­
ering reasons for judgment consisting of reproduction
of plaintiffs’ written submissions — Whether trial
judge’s decision should be set aside because reasons
for judgment incorporated large portions of material
prepared by others.
Communications, Energy and Paperworkers
Union of Canada, Local 30 v. Irving Pulp &
Paper, Ltd. ................................................................ 458
Labour relations — Arbitration — Collective agreements
— Management rights — Privacy — Employer unilat­
erally imposing mandatory random alcohol testing policy
for employees — Whether unilaterally implementing
random testing policy a valid exercise of employer’s
management rights under collective agreement —
Whether employer could unilaterally implement policy
absent reasonable cause or evidence of workplace alcohol
abuse.
Administrative law — Judicial review — Standard of
review of labour arbitration board’s decision — Employer
unilaterally imposing mandatory random alcohol testing
policy for employees holding safety‑sensitive positions
— Whether arbitration board’s decision that harm to
employees’ privacy outweighed policy’s benefits to
employer was reasonable.
Jugements et ordonnances — Motifs — Motifs du juge
de première instance composés d’extraits des prétentions
écrites des demandeurs — La décision du juge de
première instance doit-elle être annulée parce que ses
motifs incorporent de larges extraits de documents pré­
parés par d’autres?
Daishowa‑Marubeni International
Ltd. c. Canada .......................................................... 336
Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Produit de dis­
position — Vente de tenures forestières — Tenures fores­
tières assorties d’obligations de reboisement — Valeur
des obligations relatives au reboisement non incluse
dans le produit de disposition du vendeur aux fins de
l’impôt — Les obligations relatives au reboisement
doivent‑elles être incluses dans le produit de disposition
du vendeur aux fins de l’impôt? — Les obligations
rela­tives au reboisement constituent‑elles des dettes
distinctes? — Les obligations relatives au reboisement
constituent‑elles des obligations éventuelles? — La
valeur précise attribuée par les parties contractantes
aux obligations futures relatives au reboisement est‑elle
pertinente aux fins de l’impôt? — Loi de l’impôt sur le
revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.), art. 13(21).
Daishowa‑Marubeni International
Ltd. v. Canada .......................................................... 336
Taxation — Income tax — Proceeds of disposition — Sale
of forest tenures — Reforestation obligations imposed
on forest tenures — Value of reforestation obligations
not included in vendor’s proceeds of disposition for tax
purposes — Whether reforestation obligations should
be included in vendor’s proceeds of disposition for tax
purposes — Whether reforestation obligations are distinct
debts — Whether reforestation obligations are contingent
liabilities — Whether contracting parties agreeing to
Nishi c. Rascal Trucking Ltd. .................................. 438
Fiducies — Fiducie résultoire découlant des circon­
stances d’achat — Utilisation par l’appelant des fonds
reçus de l’intimée pour acheter une propriété en son
propre nom — Fonds représentant une somme d’argent
contestée due à un tiers — La fiducie résultoire découlant
des circonstances d’achat doit‑elle être abolie dans les
opérations commerciales en faveur des principes de
l’enrichissement injustifié? — Un transfert de fonds
est‑il fait à titre gratuit s’il constitue l’acquittement d’une
Continued on next page
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Continued)
specific value for future reforestation obligations relevant
for tax purposes — Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1
(5th Supp.), s. 13(21).
Nishi v. Rascal Trucking Ltd. .................................. 438
Trusts — Purchase money resulting trust — Appellant
using funds received from respondent to purchase prop­
erty in appellant’s own name — Funds representing dis­
puted monies owed to third party — Whether purchase
money resulting trust should be abolished in commercial
transactions in favour of unjust enrichment principles
— Whether a transfer is gratuitous when it constitutes
the discharge of a legal and moral obligation to a third
party — Whether a proportionate interest in the property
is acquired where the transferor attempted, but failed to
secure the title holder’s agreement to an interest in the
property — Whether presumption of resulting trust was
rebutted.
R. v. A.D.H. ............................................................... 269
Criminal law — Child abandonment — Mens rea —
Accused gave birth in washroom at retail store and left
newborn in toilet — Accused testified that she had not
realized she was pregnant and that she believed child was
born dead — Acquittal entered — Whether fault element
is subjective or objective — Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C‑46, ss. 214 “‘abandon’ or ‘expose’”, 218.
R. v. Baldree .............................................................. 520
Criminal law — Evidence — Admissibility — Hearsay
— Drug purchase call — Implied Assertions — Implied
assertion tendered for the truth of its contents —
Applicability of hearsay rule — Purposive approach —
Principled analysis of its necessity and reliability.
R. v. Gauthier ........................................................... 403
Criminal law — Defences — Charge to jury — Defences
that are incompatible in theory — Accused charged with
being party, together with her spouse, to murder of their
three children — Alternative defence that accused had
abandoned common intention to kill children — Whether
it was appropriate to exclude defence of abandonment
from defences put to jury on basis that it was incompatible
with defence’s principal theory, absence of mens rea.
Criminal law — Defences — Abandonment — Partici­
pation in crime — Accused charged with being party,
together with her spouse, to murder of their three children
— Alternative defence that accused had abandoned
common intention to kill children — Essential elements
of defence of abandonment in context of forms of
Continued on next page
SOMMAIRE (Suite)
obligation légale et morale envers un tiers? — L’auteur
du transfert de fonds qui a tenté, sans succès, d’obtenir
que le titulaire du titre lui concède un intérêt dans la
propriété acquiert‑il dans la propriété un intérêt au
prorata de la somme transférée? — La présomption de
fiducie résultoire a‑t‑elle été réfutée?
R. c. A.D.H. ............................................................... 269
Droit criminel — Abandon d’enfant — Mens rea —
Accouchement dans les toilettes d’un magasin à rayons
et nouveau‑né laissé dans la cuvette — Témoignage de
l’accusée selon lequel elle ignorait être enceinte et elle
avait cru l’enfant mort‑né — Acquittement de l’accusée
— L’existence de l’élément de faute doit‑elle être déter­
minée subjectivement ou objectivement? — Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 214 « “abandonner”
ou “exposer” », 218.
R. c. Baldree .............................................................. 520
Droit criminel — Preuve — Admissibilité — Ouï-dire
— Commande téléphonique de drogue — Affirmations
implicites — Affirmation implicite présentée en preuve
pour établir la véracité de son contenu — Application
de la règle du ouï-dire — Cadre d’analyse raisonnée
— Application de la méthode d’analyse raisonnée pour
déterminer la nécessité et la fiabilité de la preuve.
R. c. Gauthier ........................................................... 403
Droit criminel — Moyens de défense — Exposé au
jury — Défenses incompatibles en théorie — Accusée
inculpée d’avoir participé avec son conjoint au meurtre
de leurs trois enfants — Moyen de défense subsidiaire
selon lequel l’accusée avait abandonné le projet commun
de tuer les enfants — La défense de renonciation devait‑
elle être exclue des moyens de défense soumis à l’appré­
ciation du jury en raison de son caractère incompatible
avec la thèse principale de la défense, soit l’absence
d’intention coupable?
Droit criminel — Moyens de défense — Renonciation
— Participation criminelle — Accusée inculpée
d’avoir participé avec son conjoint au meurtre de leurs
trois enfants — Moyen de défense subsidiaire selon
lequel l’accusée avait abandonné le projet commun
de tuer les enfants — Éléments essentiels à l’exis­
tence d’une défense de renonciation dans le contexte
de la participation criminelle prévue aux par. 21(1) et
21(2) du Code criminel — La défense de renonciation
invoquée par l’accusée répondait‑elle au critère de la
vraisemblance?
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Concluded)
participation in crime provided for in s. 21(1) and s. 21(2)
of Criminal Code — Whether defence of abandonment
raised by accused met air of reality test.
R. v. Ibanescu ............................................................ 400
Criminal law — Evidence — Operation of vehicle with
blood alcohol level exceeding legal limit — Section
258(1)(d.1) of Criminal Code providing that, absent
evidence to contrary, breathalyser reading above
80 mg of alcohol per 100 mL of blood is proof that blood
alcohol concentration exceeded legal limit at time of
driving — Evidence placing appellant’s blood alcohol
concentration in range that straddled legal limit at time
of driving — Whether “straddle evidence” can rebut
statutory presumption.
SOMMAIRE (Fin)
R. c. Ibanescu ............................................................ 400
Droit criminel — Preuve — Conduite d’un véhicule
avec une alcoolémie supérieure à la limite légale —
L’article 258(1)d.1) du Code criminel précise que, en
l’absence de preuve à l’effet contraire, si l’alcootest
indique une alcoolémie supérieure à 80 mg d’alcool
par 100 ml de sang ce résultat fait foi d’une alcoolémie
supérieure à la limite légale au moment de la conduite
du véhicule — Existence de preuve situant l’alcoolémie
de l’appelant dans une fourchette chevauchant la limite
légale lorsque ce dernier conduisait — Cette « preuve de
chevauchement » peut-elle réfuter la présomption légale?
Syndicat canadien des communications, de l’énergie
et du papier, section locale 30 c. Pâtes & Papier
Irving, Ltée ............................................................... 458
Relations du travail — Arbitrage — Conventions col­
lectives — Droits de la direction — Protection de la vie
privée — Imposition unilatérale, par l’employeur, d’une
politique de tests aléatoires obligatoires de dépistage
d’alcool aux employés — La mise en œuvre unilatérale
d’une politique de tests aléatoires constitue-t-elle un
exercice valide des droits de la direction de l’employeur
prévus par une convention collective? — L’employeur
peut-il mettre en œuvre unilatéralement une politique
sans motif raisonnable ou preuve démontrant un pro­
blème de consommation d’alcool en milieu de travail?
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Norme de
contrôle applicable à la décision d’un conseil d’arbitrage
— Imposition unilatérale, par l’employeur, d’une poli­
tique de tests aléatoires obligatoires de dépistage d’alcool
aux employés occupant un poste à risque — La décision
du conseil d’arbitrage selon laquelle l’atteinte à la vie
privée des employés l’emporte sur les avantages qu’offre
la politique à l’employeur est-elle raisonnable?
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
269
Her Majesty The Queen Appellant
Sa Majesté la Reine Appelante
v.
c.
A.D.H. Respondent
A.D.H. Intimée
and
et
Attorney General of Ontario Intervener
Procureur général de l’Ontario Intervenant
Indexed as: R. v. A.D.H.
Répertorié : R. c. A.D.H.
2013 SCC 28
2013 CSC 28
File No.: 34132.
No du greffe : 34132.
2012: October 11; 2013: May 17.
2012 : 11 octobre; 2013 : 17 mai.
Present: McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein,
Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Fish,
Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis.
on appeal from the court of appeal for
saskatchewan
en appel de la cour d’appel de la
saskatchewan
Criminal law — Child abandonment — Mens rea —
Accused gave birth in washroom at retail store and left
newborn in toilet — Accused testified that she had not
realized she was pregnant and that she believed child was
born dead — Acquittal entered — Whether fault element
is subjective or objective — Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46, ss. 214 “‘abandon’ or ‘expose’”, 218.
Droit criminel — Abandon d’enfant — Mens rea —
Accouchement dans les toilettes d’un magasin à rayons
et nouveau-né laissé dans la cuvette — Témoignage de
l’accusée selon lequel elle ignorait être enceinte et elle
avait cru l’enfant mort-né — Acquittement de l’accusée
— L’existence de l’élément de faute doit-elle être
déterminée subjectivement ou objectivement? — Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 214 « “abandonner”
ou “exposer” », 218.
The accused, not previously knowing that she was
pregnant, gave birth while using the toilet in a retail store.
Thinking the child was dead, she cleaned up as best she
could and left, leaving the child in the toilet. The child
was in fact alive, was quickly attended to by others and
transported to the hospital where he was successfully
resuscitated and found to be completely healthy. The
accused was eventually identified as the woman seen
entering and leaving the washroom at the time in ques­
tion. When contacted by police, she cooperated fully
and confirmed that she was the mother of the child. She
was charged with unlawfully abandoning a child under
the age of 10 years old and thereby endangering his life
contrary to s. 218 of the Criminal Code.
L’accusée, qui ignorait auparavant être enceinte,
a accouché pendant qu’elle utilisait les toilettes d’un
magasin à rayons. Croyant l’enfant mort-né, elle a nettoyé
la cabine de son mieux, puis elle est partie en laissant
l’enfant dans la cuvette. Or, ce dernier était vivant, et
des gens se sont rapidement occupés de lui. Conduit
à l’hôpital, il a été réanimé et déclaré en bonne santé.
On a ultérieurement déterminé que l’accusée était la
femme qu’on avait vue entrer aux toilettes puis en sortir
au moment des faits. Jointe par les policiers, l’accusée
a collaboré sans réserve et a confirmé être la mère de
l’enfant. Elle a été accusée d’avoir illicitement abandonné
un enfant de moins de 10 ans et d’avoir ainsi mis sa vie en
danger, contrairement à l’art. 218 du Code criminel.
The trial judge noted that the accused acknowledged
that she had left her child in the toilet, thereby commit­
ting the actus reus of the s. 218 offence. As for the
mens rea, the trial judge decided that subjective fault
Le juge du procès a relevé que l’accusée avait reconnu
avoir laissé l’enfant aux toilettes, de sorte qu’elle avait
ainsi commis l’actus reus de l’infraction prévue à
l’art. 218. Quant à la mens rea, il a déterminé que la faute
270
r.
v.
[2013] 2 S.C.R.
A.D.H.
was required and found that the Crown had not proven
beyond a reasonable doubt that the accused intended to
abandon her child. She had not known she was pregnant
and truly believed she had delivered a dead child. Her
fear and confusion explained her subsequent behaviour.
The trial judge accordingly found the accused not guilty
and dismissed the charge. The majority of the Court
of Appeal agreed with the trial judge that s. 218 of the
Criminal Code requires subjective fault.
Held: The appeal should be dismissed.
devait être subjective et a statué que le ministère public
n’avait pas prouvé hors de tout doute raisonnable que
l’accusée avait eu l’intention d’abandonner son enfant.
Elle ne se savait pas enceinte et avait sincèrement cru
avoir donné naissance à un enfant mort-né. Sa frayeur
et son effarement expliquaient son comportement après
l’accouchement. Le juge du procès a donc déclaré
l’accusée non coupable et rejeté l’accusation pesant
contre elle. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont
convenu avec lui que la faute devait être subjective pour
l’application de l’art. 218 du Code criminel.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
Per McLachlin C.J. and Fish, Abella, Cromwell and
Karakatsanis JJ.: The text of s. 218 of the Criminal
Code does not expressly set out a fault requirement,
but when read in light of its full context, it supports the
conclusion that subjective fault is required. An important
part of the context in which we must interpret s. 218 is
the presumption that Parliament intends crimes to have
a subjective fault element. There is nothing in the text
or context of the child abandonment offence to suggest
that Parliament intended to depart from requiring sub­
jective fault. The text, scheme and purpose of the
provision support this conclusion, and to the extent that
Parliament’s intent is unclear, the presumption of sub­
jective fault ought to have its full operation in this case.
The legislative evolution of the child abandonment
offence is, if anything, more supportive than not of this
conclusion.
La juge en chef McLachlin et les juges Fish, Abella,
Cromwell et Karakatsanis : Le texte de l’art. 218 du
Code criminel ne précise pas la nature de la faute requise,
mais interprété dans son contexte global, il permet de
conclure que la faute doit être subjective. L’un des volets
importants du contexte dans lequel il faut interpréter
l’art. 218 consiste dans le vœu présumé du législateur
qu’un crime s’accompagne d’une faute subjective.
Nul élément du texte ou du contexte de la disposition
relative à l’abandon d’enfant ne permet de conclure
que le législateur a voulu écarter cette présomption, ce
que confirment le libellé et l’objectif de la disposition,
ainsi que le régime législatif dans lequel elle s’inscrit.
Dans la mesure où l’intention du législateur n’est pas
claire, la présomption selon laquelle la faute doit être
subjective doit s’appliquer sans réserve en l’espèce. À la
limite, l’évolution de la disposition qui crée l’infraction
d’abandon d’enfant étaye plutôt cette conclusion.
There is no doubt that the purpose of the abandon­
ment offence is the protection of children from risk even
when no harm occurs. Viewed in the light of the broad
scope of potential liability under s. 218 of the Criminal
Code, the requirement for subjective fault serves an
important purpose of ensuring that the reach of the
criminal law does not extend too far. While the conduct
and people that fall within s. 218 are broadly defined, the
requirement for subjective fault ensures that only those
with a guilty mind are punished.
Il ne fait aucun doute que le législateur a créé l’infrac­
tion d’abandon afin de protéger les enfants contre le
risque de préjudice, que ce risque se réalise ou non. Vu la
grande portée de la responsabilité susceptible de découler
de l’art. 218 du Code criminel, l’exigence d’une faute
subjective joue un rôle important en faisant en sorte que le
droit criminel n’ait pas une portée excessive. Bien que les
actes et les personnes visés par cet article soient définis
de manière générale, l’application d’une norme subjective
fait en sorte que seule soit punie la personne ayant un état
d’esprit coupable.
The words “abandon”, “expose” and “wilful” all sug­
gest a subjective fault requirement. The first two of these
words involve more than just leaving a child alone or
failing to take care of it: they denote awareness of the
risk involved and, as defined in s. 214 of the Criminal
Code, they suggest a requirement for knowledge of
the consequences flowing from the prohibited acts of
abandonment or exposure. As for the word “wilful”, it is
used only in the non-exhaustive definition of the words
Les termes « abandonner », « exposer » et « volon­
taire » supposent tous que la faute doit être appréciée
subjectivement. Les deux premiers ne s’entendent pas
seulement du fait qu’une personne laisse un enfant seul
ou n’en prend pas soin, mais supposent qu’elle a aussi
conscience du risque couru et, suivant la définition qui
figure à l’art. 214 du Code criminel, qu’elle agit en étant
consciente des conséquences de l’acte d’abandon ou
d’exposition prohibé. En ce qui concerne le mot « wilful »
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
271
“abandon” and “expose” in relation to omissions, and a
wilful omission is the antithesis of a crime involving a
mere failure to act in accordance with some minimum
level of behaviour. Likewise, the use of the word “likely”
in both ss. 214 and 218 does not suggest an objective fault
requirement given that it is simply aimed at criminalizing
the creation of risk.
employé dans la version anglaise, il ne figure que dans la
définition non exhaustive des verbes « abandonner » et
« exposer » pour qualifier l’omission, et l’omission qui
peut être qualifiée de « wilful » est à l’antithèse du crime
qui consiste seulement dans l’inobservation d’une norme
de comportement minimale. De même, l’emploi des mots
« pouvant l’exposer » à l’art. 214 et « exposée à l’être »
à l’art. 218 n’emporte pas l’application d’une norme
objective pour établir l’élément de faute, son but étant
seulement de criminaliser la création d’un risque.
Conversely, what is absent from the text of s. 218 of
the Criminal Code and the broader scheme in which it
appears strongly suggest that subjective fault is required.
The text of the child abandonment provision does not
contain any of the language typically employed by
Parliament when it intends to create an offence of objec­
tive fault. The prohibition applies to everyone, not just
to a particular group engaged in a regulated activity or
standing in a particular, defined relationship with the
alleged victim. Nothing in the text suggests an inten­
tion to impose a minimum and uniform standard of
care. There are no references in the text to “dangerous”,
“careless” or “reasonable” conduct or any requirement
to take “reasonable precautions”. There is no predicate
offence and no actual harm is required by the provision,
and it does not create, define or impose a duty to do
anything other than in the sense that all criminal offences
could be considered to create a duty not to commit
them. While failure to perform a duty imposed by law
on persons in particular relationships is the essence of
the necessaries of life offence created by s. 215, this is
not at all the case with respect to the child abandonment
offence under s. 218.
À l’inverse, l’absence de certains termes dans le libellé
de l’art. 218 du Code criminel et dans le régime législatif
auquel il appartient tend sérieusement à indiquer que la
faute doit être prouvée selon une norme subjective. Le
libellé de la disposition relative à l’abandon d’enfant ne
renferme aucun des termes dont se sert habituellement
le législateur pour créer une infraction dont la perpé­
tration exige une faute objective. L’interdiction est faite à
quiconque, et non seulement à un groupe donné se
livrant à une activité réglementée ou ayant un lien
précis et défini avec la victime alléguée. Aucun élément
du libellé ne donne à penser que le législateur a voulu
imposer une norme de diligence minimale d’application
uniforme. Nulle mention n’est faite d’un comportement
« dangereux », « négligent » ou « raisonnable », ou de
l’obligation de prendre des « précautions raisonnables ».
Il n’y a pas d’infraction sous-jacente, et nul préjudice réel
n’est requis. La disposition ne crée, ne définit et n’impose
rien au-delà de l’obligation, commune à toutes les
infractions criminelles, de ne pas commettre l’acte prohibé.
Si l’essence même de l’infraction créée à l’art. 215 réside
dans l’omission d’une personne de remplir l’obligation
qui lui incombe légalement vis-à-vis d’une personne ayant
un lien particulier avec elle, ce n’est pas du tout le cas de
l’infraction d’abandon d’enfant que prévoit l’art. 218.
The text, context and purpose of s. 218 of the Criminal
Code show that subjective fault is required. It follows
that the trial judge did not err in acquitting the respondent
on the basis that this subjective fault requirement had not
been proved. The Court of Appeal was correct to uphold
the acquittal.
Le libellé, le contexte et l’objet de l’art. 218 du Code
criminel militent en faveur du caractère subjectif de la
faute requise, de sorte que le juge du procès n’a pas eu
tort d’acquitter l’intimée au motif qu’une telle faute
n’avait pas été prouvée. La Cour d’appel a eu raison de
confirmer l’acquittement.
Per Rothstein and Moldaver JJ.: Section 218 is child
protection legislation. It targets three limited classes of
people faced with a situation where a child under 10 is
or is likely to be at risk of death or permanent injury.
A common sense approach dictates that the offence
is duty-based and that penal negligence is the level of
fault required to establish guilt as regards the proscribed
consequences. Further support for this view is found in a
review of the provision’s language, its placement in the
Les juges Rothstein et Moldaver : L’article 218 a pour
objet la protection des enfants. Il vise trois catégories
de personnes dans la situation où un enfant de moins
de 10 ans court ou est susceptible de courir le risque
de mourir ou de subir un préjudice permanent. Il appert
d’une démarche axée sur le bon sens que l’infraction
est fondée sur une obligation et que la négligence
pénale correspond au degré de faute requis pour établir
la culpabilité à l’égard des conséquences prohibées.
272
r.
v.
A.D.H.
[2013] 2 S.C.R.
Criminal Code, relevant scholarly opinion, its legislative
evolution and history and the gravity and social stigma
associated with the offence.
Le libellé de la disposition, son emplacement dans le
Code criminel, les articles de doctrine s’y rapportant,
son évolution et son historique, ainsi que la gravité du
crime qu’elle prévoit et la stigmatisation sociale qui y est
associée appuient cette conclusion.
Once it is accepted that in enacting s. 218 Parliament
intended to guard against dangerous conduct that any
reasonable person would foresee is likely to endanger
a child’s life or expose it to permanent injury, common
sense suggests that Parliament would not provide
accused persons with a host of defences based on their
individual characteristics. Doing so would effectively
defeat the provision’s purpose of imposing a societal
minimum standard of conduct, since crimes of subjective
fault require an assessment of personal characteristics to
the extent that they tend to prove or disprove an element
of the offence.
Une fois qu’on reconnaît que, en adoptant l’art. 218,
le législateur a voulu prévenir le comportement dan­
gereux qui, aux yeux de toute personne raisonnable,
est susceptible de mettre la vie d’un enfant en danger
ou d’exposer l’enfant à un préjudice permanent, le bon
sens veut que le législateur n’ait pas voulu mettre à la
disposition de l’accusé une multitude de moyens de
défense fondés sur ses caractéristiques personnelles.
En effet, une telle mesure irait à l’encontre de l’objectif
de la disposition qui consiste à établir une norme de
conduite minimale applicable à tous, étant donné qu’une
infraction pour laquelle la faute doit être prouvée subjec­
tivement emporte la prise en compte des caractéristiques
personnelles qui sont de nature à établir l’existence ou
l’inexistence d’un élément de l’infraction.
The recognition that s. 218 sweeps within its ambit
persons who are already duty-bound to protect a child
leads to the central difficulty with holding that s. 218 is,
in its entirety, a subjective mens rea offence. If the great
bulk of people to whom the provision applies have a preexisting and ongoing legal duty to take charge of children
who fall below the age of 10, it hardly seems reasonable
that they should be judged against a subjective mens rea
standard when the very same people who run afoul of the
duty-based provision next door (s. 215 (failure to provide
necessaries)) are judged on a penal negligence standard
in light of this Court’s decision in R. v. Naglik, [1993] 3
S.C.R. 122. The result would be a double standard — an
objective standard under s. 215 and a subjective standard
under s. 218 — for provisions that serve similar, if not
identical, purposes.
Reconnaître que des personnes déjà tenues de pro­
téger l’enfant tombent sous le coup de l’art. 218 fait
ressortir la principale faille de la conclusion selon laquelle
chacun des éléments constitutifs de l’infraction requiert
une mens rea subjective. Si la plupart des personnes
ciblées par la disposition ont l’obligation légale, à la
fois préexistante et permanente, de prendre soin d’un
enfant de moins de 10 ans, il ne semble guère raisonnable
d’apprécier leur intention (mens rea) au regard d’une
norme de preuve subjective alors que, pour les besoins
d’une disposition voisine créant une infraction fondée sur
une obligation (l’art. 215 (omission de fournir les choses
nécessaires à l’existence)), elles sont soumises à la norme
de la négligence pénale suivant l’arrêt R. c. Naglik, [1993]
3 R.C.S. 122. Deux normes s’appliqueraient dès lors, l’une
objective sous le régime de l’art. 215, et l’autre subjective
sous le régime de l’art. 218, deux dispositions dont l’objet
est similaire, voire identique.
Section 218 can be read purposefully and harmo­
niously, such that it applies only to persons who are
cloaked with a duty, whether pre-existing and ongoing
or situational, to protect a particular child under the age
of 10 from death or permanent injury, all of whom are
properly subject to an objective standard with respect to
the consequences element of s. 218. The s. 214 definition
should be restricted in scope as applying only to persons
falling into the following three categories: (1) those
with a pre-existing and ongoing legal duty to the child;
(2) those who come to the aid of the child who is or is
likely to be at risk of death or permanent injury, and;
L’article 218 peut recevoir une interprétation téléo­
logique et harmonieuse de manière à ne s’appliquer
qu’aux personnes ayant une obligation, qu’elle soit pré­
existante et permanente ou qu’elle découle de certaines
situations, de protéger un enfant de moins de 10 ans
contre le risque de décès ou de préjudice permanent.
Toutes ces personnes sont alors dûment soumises à une
norme objective en ce qui concerne les conséquences
prohibées à l’art. 218. La définition de l’art. 214
ne devrait viser que trois catégories de personnes :
(1) celle qui a l’obligation légale, à la fois préexistante
et permanente, de prendre soin de l’enfant, (2) celle qui
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
273
(3) those who actually place the child in that situation.
Interpreting the scope of s. 218 in this way goes a long
way toward addressing concerns about the broad scope of
potential liability under the provision.
décide de venir en aide à l’enfant qui court ou qui est
susceptible de courir le risque de mourir ou de subir un
préjudice permanent et (3) celle qui est à l’origine de
cette situation. Pareille interprétation de l’art. 218 répond
en bonne partie aux craintes liées à la grande portée de la
responsabilité criminelle susceptible de découler de cette
disposition.
Section 218 finds its place in Part VIII of the Criminal
Code under the heading “Duties Tending to Preservation
of Life”. It is one of two offences located under that
heading — the other being s. 215. This provides some
indication that Parliament intended that s. 218 be
construed as a duty-based offence. It seems anomalous
that Parliament would insert a non-duty-based offence
into a thicket of duty-related provisions. The scenario
becomes even more remarkable when one appreciates that
s. 218 is concerned with inherently dangerous conduct
that places or is likely to place the lives and safety of
helpless young children at risk. This is the very type of
situation which requires a societal minimum standard
of conduct and calls out for a standard of fault based on
objective foreseeability. Likewise, the plain language of
s. 218 — supported by the place of situational duties in
Canadian criminal law, the offence’s placement among
other duty-based provisions in the Criminal Code and the
scholarship on s. 218 — leads to the conclusion that the
offence of child abandonment is duty-based.
L’article 218 se trouve à la partie VIII du Code criminel
sous la rubrique « Devoirs tendant à la conservation de
la vie ». Il prévoit l’une des deux infractions figurant
sous cette rubrique, l’autre étant celle créée à l’art. 215.
L’emplacement de l’art. 218 milite jusqu’à un certain
point en faveur de l’intention du législateur d’y créer
une infraction fondée sur une obligation. Il paraît donc
inhabituel que le législateur insère une infraction non
fondée sur une obligation à la suite de dispositions qui se
rapportent toutes à des obligations. L’idée paraît d’autant
plus insolite que l’art. 218 vise la conduite intrinsèquement
dangereuse qui met en danger la vie et la sécurité de jeunes
enfants sans défense, ou les expose à un tel risque, le
genre même de situation qui exige l’établissement d’une
norme de conduite minimale applicable à tous et appelle
le recours à une norme de faute fondée sur la prévisibilité
objective. Aussi, le texte même de l’art. 218, étayé par
le rôle des obligations découlant de certaines situations
en droit criminel canadien, par la présence de cet article
parmi d’autres dispositions du Code criminel qui créent
des infractions fondées sur une obligation et par les articles
de doctrine portant sur l’art. 218, mène à la conclusion
que l’infraction d’abandon d’enfant est fondée sur une
obligation.
The legislative history of s. 218 further supports the
conclusion that the fault element for s. 218 is penal
negligence. The provision has never included words of
subjective intention, as confirmed by the early English
interpretation of the offence. Furthermore, neither the
social stigma associated with it nor the gravity of the
offence of child abandonment require it to be treated
differently than its sister provision s. 215 (failure to
provide necessaries), where penal negligence was found
to be the requisite fault element.
L’historique de l’art. 218 étaye la conclusion que
la négligence pénale correspond à l’élément de faute
requis pour la perpétration de l’infraction. La disposition
n’a jamais renfermé de termes propres à une intention
subjective, comme le confirment les premières interpré­
tations anglaises de la disposition créant l’infraction.
En outre, ni la stigmatisation sociale liée à l’infraction
d’abandon d’enfant, ni la gravité de celle-ci ne justifient
de considérer différemment l’art. 218 de sa disposition
apparentée, l’art. 215 (omission de fournir les choses
nécessaires à l’existence) lorsque la négligence pénale
est tenue pour l’élément de faute requis.
Under a penal negligence standard, a mistake of fact
that is both honest and reasonable affords a complete
defence. Thus, an objective mens rea standard does
not punish the morally blameless. In the present
circumstances, the trial judge found that the respondent
honestly believed that her child was dead at birth and that
this belief was objectively reasonable. As such, she was
Suivant la norme de la négligence pénale, une erreur
de fait commise de bonne foi et de manière raisonnable
peut constituer un moyen de défense suffisant. Dès lors,
l’application d’une mens rea objective n’a pas pour effet
de punir la personne moralement innocente. Dans la
présente affaire, le juge du procès a estimé que l’intimée
avait sincèrement cru son enfant mort-né et que cette
274
r.
v.
[2013] 2 S.C.R.
A.D.H.
entitled to be acquitted based on the defence of honest
and reasonable mistake of fact.
croyance était raisonnable sur le plan objectif. Il l’a donc
acquittée sur le fondement d’une erreur commise de
bonne foi et de manière raisonnable.
Cases Cited
Jurisprudence
By Cromwell J.
Citée par le juge Cromwell
Considered: R. v. Naglik, [1993] 3 S.C.R. 122;
referred to: R. v. Daviault, [1994] 3 S.C.R. 63; R. v.
L.M., [2000] O.J. No. 5284 (QL); R. v. C.C.D., [1998]
O.J. No. 4875 (QL); R. v. Reedy (No. 2) (1981), 60 C.C.C.
(2d) 104; R. v. McIntosh, [2008] O.J. No. 5742 (QL);
R. v. Bokane-Haraszt, 2007 ONCJ 228 (CanLII); R. v.
Christiansen, [1997] O.J. No. 5733 (QL); R. v. R. (J.),
2000 CarswellOnt 5325; R. v. Gosset, [1993] 3 S.C.R.
76; Rizzo & Rizzo Shoes Ltd. (Re), [1998] 1 S.C.R. 27;
Pappajohn v. The Queen, [1980] 2 S.C.R. 120; Sweet v.
Parsley, [1970] A.C. 132; Watts v. The Queen, [1953]
1 S.C.R. 505; R. v. Rees, [1956] S.C.R. 640; Beaver v.
The Queen, [1957] S.C.R. 531; R. v. Sault Ste. Marie,
[1978] 2 S.C.R. 1299; R. v. Prue, [1979] 2 S.C.R. 547;
R. v. Bernard, [1988] 2 S.C.R. 833; R. v. Martineau,
[1990] 2 S.C.R. 633; R. v. Théroux, [1993] 2 S.C.R. 5;
R. v. Lucas, [1998] 1 S.C.R. 439; R. v. Beatty, 2008 SCC
5, [2008] 1 S.C.R. 49; Canada (Canadian Human Rights
Commission) v. Canada (Attorney General), 2011 SCC
53, [2011] 3 S.C.R. 471; R. v. White (1871), L.R. 1 C.C.R.
311; R. v. Downes (1875), 1 Q.B.D. 25; R. v. Senior,
[1899] 1 Q.B. 283; R. v. Renshaw (1847), 2 Cox C.C. 285;
R. v. Hogan (1851), 2 Den. 277; R. v. Falkingham (1870),
L.R. 1 C.C.R. 222; R. v. Boulden (1957), 41 Cr. App. R.
105; Re Davis (1909), 18 O.L.R. 384; R. v. Buzzanga
(1979), 25 O.R. (2d) 705; R. v. L.B., 2011 ONCA 153, 274
O.A.C. 365, leave to appeal refused, [2011] 3 S.C.R. x; R.
v. Keegstra, [1990] 3 S.C.R. 697; R. v. Hundal, [1993] 1
S.C.R. 867; R. v. Roy, 2012 SCC 26, [2012] 2 S.C.R. 60;
R. v. Finlay, [1993] 3 S.C.R. 103; R. v. DeSousa, [1992]
2 S.C.R. 944; R. v. Creighton, [1993] 3 S.C.R. 3; R. v.
Chartrand, [1994] 2 S.C.R. 864; R. v. Anderson, [1990] 1
S.C.R. 265; R. v. J.F., 2008 SCC 60, [2008] 3 S.C.R. 215;
R. v. Holzer (1988), 63 C.R. (3d) 301.
Arrêt examiné : R. c. Naglik, [1993] 3 R.C.S. 122;
arrêts mentionnés : R. c. Daviault, [1994] 3 R.C.S.
63; R. c. L.M., [2000] O.J. No. 5284 (QL); R. c. C.C.D.,
[1998] O.J. No. 4875 (QL); R. c. Reedy (No. 2) (1981),
60 C.C.C. (2d) 104; R. c. McIntosh, [2008] O.J. No. 5742
(QL); R. c. Bokane-Haraszt, 2007 ONCJ 228 (CanLII);
R. c. Christiansen, [1997] O.J. No. 5733 (QL); R. c. R.
(J.), 2000 CarswellOnt 5325; R. c. Gosset, [1993] 3 R.C.S.
76; Rizzo & Rizzo Shoes Ltd. (Re), [1998] 1 R.C.S. 27;
Pappajohn c. La Reine, [1980] 2 R.C.S. 120; Sweet c.
Parsley, [1970] A.C. 132; Watts c. The Queen, [1953] 1
R.C.S. 505; R. c. Rees, [1956] R.C.S. 640; Beaver c. The
Queen, [1957] R.C.S. 531; R. c. Sault Ste-Marie, [1978]
2 R.C.S. 1299; R. c. Prue, [1979] 2 R.C.S. 547; R. c.
Bernard, [1988] 2 R.C.S. 833; R. c. Martineau, [1990] 2
R.C.S. 633; R. c. Théroux, [1993] 2 R.C.S. 5; R. c. Lucas,
[1998] 1 R.C.S. 439; R. c. Beatty, 2008 CSC 5, [2008] 1
R.C.S. 49; Canada (Commission canadienne des droits de
la personne) c. Canada (Procureur général), 2011 CSC
53, [2011] 3 R.C.S. 471; R. c. White (1871), L.R. 1 C.C.R.
311; R. c. Downes (1875), 1 Q.B.D. 25; R. c. Senior, [1899]
1 Q.B. 283; R. c. Renshaw (1847), 2 Cox C.C. 285; R. c.
Hogan (1851), 2 Den. 277; R. c. Falkingham (1870), L.R.
1 C.C.R. 222; R. c. Boulden (1957), 41 Cr. App. R. 105;
Re Davis (1909), 18 O.L.R. 384; R. c. Buzzanga (1979),
25 O.R. (2d) 705; R. c. L.B., 2011 ONCA 153, 274 O.A.C.
365, autorisation d’appel refusée, [2011] 3 R.C.S. x; R.
c. Keegstra, [1990] 3 R.C.S. 697; R. c. Hundal, [1993] 1
R.C.S. 867; R. c. Roy, 2012 CSC 26, [2012] 2 R.C.S. 60;
R. c. Finlay, [1993] 3 R.C.S. 103; R. c. DeSousa, [1992]
2 R.C.S. 944; R. c. Creighton, [1993] 3 R.C.S. 3; R. c.
Chartrand, [1994] 2 R.C.S. 864; R. c. Anderson, [1990] 1
R.C.S. 265; R. c. J.F., 2008 CSC 60, [2008] 3 R.C.S. 215;
R. c. Holzer (1988), 63 C.R. (3d) 301.
By Moldaver J.
Citée par le juge Moldaver
Considered: R. v. Naglik, [1993] 3 S.C.R. 122;
referred to: R. v. Hinchey, [1996] 3 S.C.R. 1128; R. v.
DeSousa, [1992] 2 S.C.R. 944; R. v. Creighton, [1993] 3
S.C.R. 3; R. v. Lohnes, [1992] 1 S.C.R. 167; R. v. Nova
Scotia Pharmaceutical Society, [1992] 2 S.C.R. 606;
R. v. Browne (1997), 33 O.R. (3d) 775; R. v. Nicholls
(1874), 13 Cox C.C. 75; R. v. Instan, [1893] 1 Q.B. 450;
R. v. Salmon (1880), 6 Q.B.D. 79; R. v. Coyne (1958),
Arrêt examiné : R. c. Naglik, [1993] 3 R.C.S. 122;
arrêts mentionnés : R. c. Hinchey, [1996] 3 R.C.S. 1128;
R. c. DeSousa, [1992] 2 R.C.S. 944; R. c. Creighton,
[1993] 3 R.C.S. 3; R. c. Lohnes, [1992] 1 R.C.S. 167;
R. c. Nova Scotia Pharmaceutical Society, [1992] 2
R.C.S. 606; R. c. Browne (1997), 33 O.R. (3d) 775; R. c.
Nicholls (1874), 13 Cox C.C. 75; R. c. Instan, [1893] 1
Q.B. 450; R. c. Salmon (1880), 6 Q.B.D. 79; R. c. Coyne
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
275
124 C.C.C. 176; R. v. Miller, [1983] 1 All E.R. 978; R.
v. Lucas, [1998] 1 S.C.R. 439; R. v. White (1871), L.R. 1
C.C.R. 311; R. v. Beatty, 2008 SCC 5, [2008] 1 S.C.R. 49;
R. v. Roy, 2012 SCC 26, [2012] 2 S.C.R. 60; R. v. Senior,
[1899] 1 Q.B. 283; R. v. Buzzanga (1979), 25 O.R. (2d)
705; R. v. L.B., 2011 ONCA 153, 274 O.A.C. 365, leave
to appeal refused, [2011] 3 S.C.R. x; Leary v. The Queen,
[1978] 1 S.C.R. 29; R. v. George, [1960] S.C.R. 871; R. v.
Daviault, [1994] 3 S.C.R. 63; R. v. Daley, 2007 SCC 53,
[2007] 3 S.C.R. 523.
(1958), 124 C.C.C. 176; R. c. Miller, [1983] 1 All E.R.
978; R. c. Lucas, [1998] 1 R.C.S. 439; R. c. White (1871),
L.R. 1 C.C.R. 311; R. c. Beatty, 2008 CSC 5, [2008] 1
R.C.S. 49; R. c. Roy, 2012 CSC 26, [2012] 2 R.C.S. 60;
R. c. Senior, [1899] 1 Q.B. 283; R. c. Buzzanga (1979),
25 O.R. (2d) 705; R. c. L.B., 2011 ONCA 153, 274
O.A.C. 365, autorisation d’appel refusée, [2011] 3 R.C.S.
x; Leary c. La Reine, [1978] 1 R.C.S. 29; R. c. George,
[1960] R.C.S. 871; R. c. Daviault, [1994] 3 R.C.S. 63; R.
c. Daley, 2007 CSC 53, [2007] 3 R.C.S. 523.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Act respecting Offences against the Person, R.S.C. 1886,
c. 162, s. 20.
Act respecting Offences against the Person, S.C. 1869,
c. 20, ss. 25, 26.
Act to amend the Criminal Code (protection of children
and other vulnerable persons) and the Canada
Evidence Act, S.C. 2005, c. 32, ss. 11, 12.
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 33.1, Part VIII,
214 “‘abandon’ or ‘expose’”, 215, 216, 217, 217.1,
218, 219, 220, 221, 266, 269, 298, 300.
Criminal Code, S.C. 1953-54, c. 51, s. 185 “‘abandon’
or ‘expose’”.
Criminal Code, 1892, S.C. 1892, c. 29, ss. 209 to 211,
216.
Offences against the Person Act, 1861 (U.K.), 24 &
25 Vict., c. 100, s. 27.
Poor Law Amendment Act, 1868 (U.K.), 31 & 32 Vict.,
c. 122, s. 37.
Prevention of Cruelty to, and Protection of, Children Act,
1889 (U.K.), 52 & 53 Vict., c. 44, ss. 1, 18.
Prevention of Cruelty to Children Act, 1894 (U.K.), 57 &
58 Vict., c. 41, s. 1.
Acte concernant les crimes et délits contre les personnes,
S.R.C. 1886, ch. 162, art. 20.
Acte concernant les offenses contre la Personne, S.C.
1869, ch. 20, art. 25, 26.
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 33.1, partie
VIII, 214 « “abandonner” ou “exposer” », 215, 216,
217, 217.1, 218, 219, 220, 221, 266, 269, 298, 300.
Code criminel, S.C. 1953-54, ch. 51, art. 185
« “abandonner” ou “exposer” ».
Code criminel, 1892, S.C. 1892, ch. 29, art. 209 à 211,
216.
Loi modifiant le Code criminel (protection des enfants
et d’autres personnes vulnérables) et la Loi sur la
preuve au Canada, L.C. 2005, ch. 32, art. 11, 12.
Offences against the Person Act, 1861 (R.-U.), 24 &
25 Vict., ch. 100, art. 27.
Poor Law Amendment Act, 1868 (R.-U.), 31 & 32 Vict.,
ch. 122, art. 37.
Prevention of Cruelty to, and Protection of, Children Act,
1889 (R.-U.), 52 & 53 Vict., ch. 44, art. 1, 18.
Prevention of Cruelty to Children Act, 1894 (R.-U.),
57 & 58 Vict., ch. 41, art. 1.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Colvin, Eric, and Sanjeev Anand. Principles of Criminal
Law, 3rd ed. Toronto: Thomson Carswell, 2007.
Côté, Pierre-André, in collaboration with Stéphane
Beaulac and Mathieu Devinat. The Interpretation of
Legislation in Canada, 4th ed. Toronto: Carswell, 2011.
Cross, Rupert. Statutory Interpretation, 3rd ed. by John
Bell and George Engle. London: Butterworths, 1995.
Driedger, Elmer A. Construction of Statutes, 2nd ed.
Toronto: Butterworths, 1983.
Manning, Morris, and Peter Sankoff. Manning, Mewett
& Sankoff: Criminal Law, 4th ed. Markham, Ont.:
LexisNexis, 2009.
Ormerod, David. Smith and Hogan’s Criminal Law,
13th ed. Oxford: Oxford University Press, 2011.
Colvin, Eric, and Sanjeev Anand. Principles of Criminal
Law, 3rd ed. Toronto : Thomson Carswell, 2007.
Côté, Pierre-André, avec la collaboration de Stéphane
Beaulac et Mathieu Devinat. Interprétation des lois,
4e éd. Montréal : Thémis, 2009.
Cross, Rupert. Statutory Interpretation, 3rd ed. by John
Bell and George Engle. London : Butterworths, 1995.
Driedger, Elmer A. Construction of Statutes, 2nd ed.
Toronto : Butterworths, 1983.
Grand Robert de la langue française (en ligne),
« abandonner », « déserter », « exposer ».
Manning, Morris, and Peter Sankoff. Manning, Mewett
& Sankoff : Criminal Law, 4th ed. Markham, Ont. :
LexisNexis, 2009.
276
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
Oxford Dictionary of English, 2nd ed., rev. Oxford: Oxford
University Press, 2005, “abandon”, “desert”, “expose”.
Oxford English Dictionary, 2nd ed. Oxford: Clarendon
Press, 1989.
Roach, Kent. “Common Law Bills of Rights as Dialogue
Between Courts and Legislatures” (2005), 55 U.T.L.J.
733.
Roach, Kent. Criminal Law, 5th ed. Toronto: Irwin Law,
2012.
Stuart, Don. Canadian Criminal Law: A Treatise, 6th ed.
Scarborough, Ont.: Carswell, 2011.
Sullivan, Ruth. Sullivan and Driedger on the Construction
of Statutes, 4th ed. Markham, Ont.: Butterworths, 2002.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2008.
Ormerod, David. Smith and Hogan’s Criminal Law,
13th ed. Oxford : Oxford University Press, 2011.
Oxford English Dictionary, 2nd ed. Oxford : Clarendon
Press, 1989.
Roach, Kent. « Common Law Bills of Rights as Dialogue
Between Courts and Legislatures » (2005), 55 U.T.L.J.
733.
Roach, Kent. Criminal Law, 5th ed. Toronto : Irwin Law,
2012.
Stuart, Don. Canadian Criminal Law : A Treatise, 6th ed.
Scarborough, Ont. : Carswell, 2011.
Sullivan, Ruth. Sullivan and Driedger on the Construction
of Statutes, 4th ed. Markham, Ont. : Butterworths,
2002.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2008.
APPEAL from a judgment of the Saskatchewan
Court of Appeal (Richards, Smith and Ottenbreit JJ.A.),
2011 SKCA 6, 366 Sask. R. 123, 266 C.C.C. (3d) 101,
81 C.R. (6th) 303, [2011] 6 W.W.R. 10, 506 W.A.C.
123, [2011] S.J. No. 5 (QL), 2011 CarswellSask 10,
affirming the acquittal entered by Gabrielson J., 2009
SKQB 261, 335 Sask. R. 173, 68 C.R. (6th) 74, [2009]
S.J. No. 362 (QL), 2009 CarswellSask 388. Appeal
dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de la Saskatchewan (les juges Richards, Smith et
Ottenbreit), 2011 SKCA 6, 366 Sask. R. 123, 266
C.C.C. (3d) 101, 81 C.R. (6th) 303, [2011] 6 W.W.R.
10, 506 W.A.C. 123, [2011] S.J. No. 5 (QL), 2011
CarswellSask 10, qui a confirmé l’acquittement
prononcé par le juge Gabrielson, 2009 SKQB 261,
335 Sask. R. 173, 68 C.R. (6th) 74, [2009] S.J.
No. 362 (QL), 2009 CarswellSask 388. Pourvoi
rejeté.
Beverly L. Klatt and W. Dean Sinclair, for the
appellant.
Beverly L. Klatt et W. Dean Sinclair, pour
l’appelante.
Valerie N. Harvey, for the respondent.
Valerie N. Harvey, pour l’intimée.
Gillian Roberts and Jamie Klukach, for the
intervener.
Gillian Roberts et Jamie Klukach, pour
l’intervenant.
The judgment of McLachlin C.J. and Fish, Abella,
Cromwell and Karakatsanis JJ. was delivered by
Version française du jugement de la juge en chef
McLachlin et des juges Fish, Abella, Cromwell et
Karakatsanis rendu par
Cromwell J. —
Le juge Cromwell —
I. Overview and Issue
I. Survol et question en litige
[1] Criminal offences generally consist of prohib­
ited conduct (the actus reus) which is committed
with a required element of fault (the mens rea). This
appeal concerns the offence of child abandonment
under s. 218 of the Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46 (the “Code”). The provision prohibits
[1] L’infraction criminelle est généralement
constituée d’un acte prohibé (l’actus reus) et de
l’élément de faute requis (la mens rea). Le pourvoi
porte sur l’infraction d’abandon d’enfant que prévoit
l’art. 218 du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46
(le « Code »). La disposition criminalise l’acte
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
277
abandoning or exposing a child under the age of
10 years so that the child’s life is (or is likely to
be) endangered, or its health is (or is likely to be)
permanently injured. (The full text of the provision
is found in the Appendix.) The question on appeal
concerns the fault element of the offence: Is the fault
element to be assessed subjectively or objectively?
d’abandonner ou d’exposer un enfant de moins de
10 ans de manière que sa vie soit effectivement mise
en danger (ou exposée à l’être), ou que sa santé soit
effectivement compromise de façon permanente (ou
exposée à l’être). (Le texte intégral de la disposition
est reproduit en annexe.) Le litige a pour objet
l’élément moral de l’infraction : la faute doit-elle
être appréciée subjectivement ou objectivement?
[2] The issue arises out of a heart-rending story
which, fortunately, has a happy ending. The re­
spondent, not previously knowing that she was
pregnant, gave birth to a baby boy while using the
toilet in a Wal-Mart store. Thinking the child was
dead, she cleaned up as best she could and left,
leaving the child in the toilet. The child was in fact
alive, was quickly attended to by others and, by all
reports, is now a healthy little boy. The trial judge
believed the respondent’s claim that she was not
aware of her pregnancy until the child appeared and
that she believed the child was dead when she left
him. Thus, whether the fault element is assessed
according to what the respondent actually knew or
by what a reasonable person would have known and
done is an important issue in this case.
[2] Une histoire bouleversante, qui s’est heureuse­
ment bien terminée, est à l’origine de l’instance.
L’intimée, qui ne se savait pas enceinte, a donné nais­
sance à un garçon dans les toilettes d’un magasin
Wal-Mart. Croyant l’enfant mort, elle est partie en le
laissant dans la cuvette, après avoir nettoyé la cabine
de son mieux. Des gens se sont rapidement occupés
du nouveau-né, qui était vivant, et tout porte à croire
que ce dernier est aujourd’hui un petit garçon bien
portant. Le juge du procès a cru l’intimée lorsqu’elle a
affirmé n’avoir appris sa grossesse qu’à la naissance de
l’enfant et avoir cru que celui-ci était mort lorsqu’elle
l’avait laissé aux toilettes. Ainsi, la question qui
importe en l’espèce est celle de savoir si l’existence
de l’élément de faute requis doit être déterminée en
fonction de ce que l’intimée savait réellement ou de
ce qu’une personne raisonnable aurait su et fait.
[3] In general terms, when a fault element is
assessed subjectively, the focus is on what the ac­
cused actually knew: Did the accused know that
abandoning the child would put the child’s life or
health at risk? If, as the respondent believed, the child
was dead when she abandoned him, she would not
know that her abandonment of him risked putting his
life or health at risk. Again to speak generally, when
assessed objectively, the focus is not on what the
accused actually knew, but on whether a reasonable
person in those circumstances would have seen the
risk and whether the accused’s conduct is a marked
departure from what a rea­sonable person would have
done. If a court were persuaded that a reasonable
person would have seen the risk of abandoning the
child in these circumstances and concluded that the
accused’s conduct was a marked departure from that
expected of a reasonable person, the fault element
would be established even though the accused in fact
did not see the risk.
[3] En règle générale, lorsque l’élément de faute
est apprécié subjectivement, on s’attache à ce dont
l’accusé avait réellement conscience : savait-il que
l’abandon de l’enfant compromettrait sa vie ou sa
santé? Si, comme elle le prétend, l’intimée croyait
l’enfant mort lorsqu’elle l’a abandonné, elle ignorait
que son abandon risquait de compromettre sa vie ou
sa santé. Toujours en règle générale, lorsque l’élément
de faute est apprécié objectivement, on ne se demande
pas ce que l’accusé savait réellement, mais bien si
une personne raisonnable s’étant trouvée dans la
même situation aurait eu conscience du risque et si le
comportement de l’accusé s’écarte de façon marquée
de ce qu’une personne raisonnable aurait fait. Dès
lors, si le tribunal est convaincu qu’une personne
raisonnable aurait eu conscience du risque que
présentait l’abandon de l’enfant dans les circonstances
et qu’il conclut que le comportement de l’accusé
s’écarte de façon marquée de celui auquel on se serait
attendu d’une personne raisonnable, l’élément de
faute requis est établi même si, dans les faits, l’accusé
n’a pas eu conscience du risque.
278
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
[4] It follows that the issue for decision is this:
[4] La question à trancher est donc la suivante :
•
•
Does s. 218 of the Code require proof that the
accused knew that the acts of alleged aban­
donment or exposure of a child were such that
the abandoned child’s life was or was likely to
be endangered or his or her health permanently
injured, as the respondent contends? Or, as the
appellant Crown contends, is the fault element
established by proof that the accused’s conduct
constituted a marked departure from that ex­
pected of a reasonable person in the same cir­
cumstances and that the risk to the child’s life
or health would have been a foreseeable result
by such a person?
L’article 218 du Code exige-t-il, comme le pré­
tend l’intimée, la preuve que l’accusé savait que
les actes d’abandon ou d’exposition reprochés
faisaient en sorte que la vie de l’enfant soit effec­
tivement mise en danger ou exposée à l’être
ou que sa santé soit effectivement compromise
de façon permanente ou exposée à l’être? Ou,
comme le prétend le ministère public, l’élément
de faute est-il établi par la preuve que le com­
portement de l’accusé s’écarte de façon marquée
de celui auquel on s’attendrait d’une personne
raisonnable se trouvant dans la même situation
et que le risque pour la vie ou la santé de l’enfant
constituait une conséquence prévisible par une
telle personne?
[5] As I will explain, I agree with the respondent
that the trial judge and the majority judges of the
Court of Appeal were correct to require subjective
fault. I would therefore dismiss the Crown’s appeal.
[5] Comme je l’explique ci-après, je conviens
avec l’intimée que le juge du procès et les juges
majoritaires de la Cour d’appel ont eu raison d’appli­
quer une norme subjective. Par conséquent, je suis
d’avis de rejeter le pourvoi du ministère public.
II. Facts and Proceedings
II. Faits et historique judiciaire
A. Overview of the Facts
A. Aperçu des faits
[6] On May 21, 2007, users of the washroom at a
Wal-Mart store discovered a puddle of blood on the
floor of one of the stalls and heard the sounds of a
young woman who we know now to have been the
respondent struggling inside. The customers alerted
the store staff, but when an assistant manager asked
the young woman if she was all right, she responded
from inside the stall that she was fine.
[6] Le 21 mai 2007, dans les toilettes d’un
magasin Wal-Mart, des femmes ont remarqué une
mare de sang sur le plancher de l’une des cabines
et ont entendu une jeune femme — l’intimée —
geindre à l’intérieur. Elles ont alerté le personnel
du magasin, mais lorsqu’une gérante adjointe a
demandé à la jeune femme comment elle allait,
celle-ci a répondu que tout allait bien.
[7] Shortly thereafter, a customer reported that
she had discovered a baby’s arm sticking out of the
toilet bowl of the stall where the young woman had
been. Other customers had seen the baby by that
point, but all of them thought it was dead. When
the store manager went into the bathroom to see
what was happening, he observed that the baby’s
leg had started twitching. He pulled the baby out of
the toilet. An emergency response team was called
and the baby, A.J.H., was transported to the hospital
where he was successfully resuscitated and found to
be completely healthy.
[7] Peu de temps après, une cliente a dit avoir
vu le bras d’un bébé dépasser de la cuvette dans la
cabine qu’avait utilisée la jeune femme. D’autres
clientes avaient alors vu le bébé, mais toutes
l’avaient cru mort. Lorsque le gérant du magasin est
entré dans les toilettes pour voir ce qui se passait,
il a remarqué qu’une des jambes du bébé s’était
mise à bouger. Il a retiré le bébé de la cuvette. Une
équipe d’intervention d’urgence a été appelée. Le
bébé, A.J.H., a été transporté à l’hôpital, où il a été
réanimé et déclaré en pleine santé.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
279
[8] Police gave video surveillance tapes of the
store to various media outlets and the respondent
was eventually identified as the woman seen
entering and leaving the washroom at the time in
question. When contacted by police, she cooperated
fully and confirmed that she was the mother of the
child. She was charged with unlawfully abandoning
a child under the age of 10 years and thereby endan­
gering his life contrary to s. 218 of the Code.
[8] Après que la police eut transmis aux différents
médias les bandes vidéo des caméras de surveillance
du magasin, on a déterminé que l’intimée était celle
qui était entrée aux toilettes et en était sortie au
moment des faits. Lorsque la police a communiqué
avec elle, l’intimée a collaboré sans réserve et con­
firmé être la mère de l’enfant. Elle a été accusée
d’avoir abandonné illicitement un enfant de moins
de 10 ans et d’avoir ainsi mis sa vie en danger,
contrairement à l’art. 218 du Code.
[9] At her trial, the respondent testified. She was
22 years of age by that time and was living with
her boyfriend and their baby, S.K. Prior to the birth
of A.J.H., she had been gaining weight and so she
had taken three home pregnancy tests, all of which
were negative. She did not believe she was pregnant
because she had been getting her period every month
prior to the birth. When she arrived at the Wal-Mart
store, she was not feeling well and so she went to the
bathroom, where she gave birth a minute or two later.
She was surprised by the birth. She did not try to pick
the baby up because it was all blue and she thought
it was dead. She did not respond to offers for help
or tell anyone what had happened because she was
afraid. She tried to clean up the blood on the floor
and then returned to her friend’s car.
[9] L’intimée, qui avait alors 22 ans et vivait
avec son petit ami et leur bébé, S.K., a témoigné
à son procès. Avant la naissance d’A.J.H., elle
avait pris du poids et avait donc fait trois tests de
grossesse maison, tous négatifs. Elle ne croyait pas
être enceinte car elle avait eu ses règles tous les
mois avant la naissance. À son arrivée au magasin
Wal‑Mart, elle s’est sentie mal et s’est donc rendue
aux toilettes. À son étonnement, elle a accouché
une minute ou deux plus tard. Elle n’a pas essayé
de prendre le bébé, car il était tout bleu et elle le
croyait mort. Effrayée, elle a décliné les offres
d’aide et s’est abstenue de dire à quiconque ce qui
s’était passé. Après avoir tenté d’éponger le sang
répandu par terre, elle est retournée à la voiture de
son ami.
[10] When she heard the police were looking for
her, the respondent told her mother she was the one
that had given birth to the baby in the store. When
she found out the baby was alive, she was eager to
see him. He now lives with the respondent’s mother
and the respondent visits him almost every day.
A.D.H. testified that it took her five or six months to
realize that she was pregnant with her second child,
S.K.
[10] Lorsqu’elle a appris que les policiers la
recherchaient, l’intimée a dit à sa mère que c’était
elle la femme qui avait accouché dans le magasin.
Lorsqu’elle a su que le bébé était vivant, elle a voulu
le voir sans délai. L’enfant vit aujourd’hui avec sa
grand-mère maternelle, et l’intimée lui rend visite
presque tous les jours. L’intimée a déclaré qu’il lui
avait fallu cinq ou six mois pour se rendre compte
qu’elle était enceinte de son deuxième enfant, S.K.
B. Court of Queen’s Bench, 2009 SKQB 261, 335
Sask. R. 173 (Gabrielson J.)
B. Cour du Banc de la Reine, 2009 SKQB 261,
335 Sask. R. 173 (le juge Gabrielson)
[11] The trial judge noted that the respondent
acknowledged that she had left her child in the
toilet at the Wal-Mart store, thereby committing
the actus reus of the s. 218 offence. As for the fault
element, the trial judge decided that subjective
fault was required. He therefore expressed the
issue he had to decide as follows: “. . . whether the
[11] Le juge du procès relève que l’intimée a
reconnu avoir laissé son enfant dans les toilettes
du magasin Wal-Mart, de sorte qu’elle a ainsi
commis l’actus reus de l’infraction prévue à
l’art. 218. S’agissant de l’élément de faute, le juge
du procès opine que la faute doit être subjective. Il
formule donc comme suit la question à trancher :
280
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
accused . . . intended to abandon the child, A.J.H.,
or did so recklessly with full knowledge of the facts
and circumstances or was wilfully blind in respect
to them” (para. 15).
[traduction] « . . . l’accusée [. . .] a-t-elle eu
l’intention d’abandonner A.J.H., le nouveauné, ou, consciente des faits et des circonstances,
a‑t‑elle fait preuve d’insouciance, ou a-t-elle ignoré
volontairement ces faits et ces circonstances »
(par. 15)?
[12] The trial judge answered this question in the
negative and found that the Crown had not proven
beyond a reasonable doubt that the respondent
intended to abandon her child (paras. 23-26). The
accused had been credible in her testimony. She had
not known she was pregnant and truly believed she
had delivered a dead child. Her fear and confusion
explained her subsequent behaviour. The trial judge
also relied on the evidence of Dr. Simpson, who
testified that, “[u]nder these circumstances of an
unknown pregnancy and a premature, precipitous
birth, it is understandable that the accused thought
the child was not alive and that she would be scared
or panicked, not request help and immediately leave
the scene of the birth” (para. 24). Thus, the trial judge
found the respondent not guilty and dismissed the
charge (para. 26).
[12] Le juge du procès répond par la négative
et conclut que le ministère public n’a pas prouvé
hors de tout doute raisonnable que l’intimée avait
eu l’intention d’abandonner son enfant (par. 23-26).
Le témoignage de l’accusée était digne de foi. Elle
ne savait pas qu’elle était enceinte et elle croyait
sincèrement avoir accouché d’un enfant mort‑né.
Sa frayeur et son effarement expliquaient son com­
portement ultérieur. Le juge du procès se fonde
également sur le témoignage du Dr Simpson selon
lequel, [traduction] « [c]omme l’accusée ignorait
sa grossesse et que la naissance est survenue
prématurément et rapidement, on peut concevoir
que l’accusée ait cru l’enfant mort et qu’elle ait été
effrayée ou en proie à la panique, qu’elle n’ait pas
demandé d’aide et qu’elle ait quitté immédiatement
les lieux » (par. 24). Le juge du procès déclare
donc l’intimée non coupable et rejette l’accusation
(par. 26).
C. Court of Appeal, 2011 SKCA 6, 366 Sask. R.
123 (Richards, Smith and Ottenbreit JJ.A.)
C. Cour d’appel, 2011 SKCA 6, 366 Sask. R. 123
(les juges Richards, Smith et Ottenbreit)
[13] Richards J.A. (Smith J.A. concurring) agreed
with the trial judge that s. 218 of the Code requires
subjective fault. He supported his conclusion with
a detailed analysis of the text and context of the
provision. On the other hand, Ottenbreit J.A. con­
cluded that s. 218 only requires an objective fault
element, but that an honest and reasonable mis­
take of fact could be a defence. He found that the
respondent had acted on the basis of the mistaken
but reasonable belief that her child was dead and
concluded that the trial judge’s verdict of acquittal
should be upheld on that basis.
[13] Le juge Richards (avec l’accord de la juge
Smith) convient avec le juge du procès que l’art. 218
du Code exige la preuve d’une faute subjective,
ce que confirme son analyse détaillée du libellé et
du contexte de la disposition. Le juge Ottenbreit
conclut pour sa part qu’il y a lieu d’appliquer une
norme objective, mais qu’une erreur de fait commise
de bonne foi et de manière raisonnable peut consti­
tuer un moyen de défense. Il estime que l’intimée
a agi sur le fondement de la croyance erronée mais
raisonnable que son enfant était mort et il conclut
que le verdict d’acquittement du juge du procès doit
être confirmé pour ce motif.
III. Brief Summary of the Positions of the Parties
III. Résumé des thèses des parties
[14] The appellant Crown submits that the fault
element of the child abandonment offence should be
[14] Le ministère public appelant soutient que
l’élément de faute de l’infraction d’abandon d’enfant
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
281
assessed “objectively” according to what has been
called the “penal negligence” standard, whereas the
respondent submits that the fault element should be
assessed subjectively, adopting the position taken
by the trial judge and a majority of the Court of
Appeal.
doit être apprécié [traduction] « objectivement »
en fonction de ce qu’on appelle la norme de la
« négligence pénale », tandis que l’intimée prétend
que l’existence de cet élément doit être appréciée
subjectivement, comme l’affirment le juge du procès
et les juges majoritaires de la Cour d’appel.
[15] In this case, a penal negligence standard
means that the Crown must prove two things to
establish the fault element: first, that the risk to the
child resulting from the respondent’s acts would
have been foreseeable by a reasonable person in the
same circumstances and, second, that her conduct
was a marked departure from the conduct expected
of a reasonable person in those circumstances.
Penal negligence is the fault element that applies
to the offence of failing to provide a child with the
necessaries of life under s. 215 of the Code and
the Crown submits that the same standard of fault
should apply here.
[15] Suivant la norme de la négligence pénale, le
ministère public doit en l’espèce prouver deux choses
pour établir l’élément de faute : premièrement, qu’une
personne raisonnable s’étant trouvée dans la même
situation aurait pu prévoir que les actes de l’intimée
mettraient l’enfant en danger et, deuxièmement, que
le comportement de l’intimée s’écartait de façon
marquée de celui auquel on se serait attendu d’une
personne raisonnable dans les mêmes circonstances.
La négligence pénale correspond à l’élément de faute
requis aux fins de l’infraction prévue à l’art. 215 du
Code, qui consiste à ne pas fournir à un enfant les
choses nécessaires à son existence, et le ministère
public affirme que la même norme s’applique en
l’espèce à l’égard de la faute.
[16] On the other hand, a subjective standard
means, in the context of an offence under s. 218 of
the Code, that the fault element requires proof at
least of recklessness, in other words that the accused
persisted in a course of conduct knowing of the risk
which it created. Subjective fault, of course, may also
refer to other states of mind. It includes intention to
bring about certain consequences; actual knowledge
that the consequences will occur; or wilful blindness
— that is, knowledge of the need to inquire as to
the consequences and deliberate failure to do so.
But here, the element of risk (“is likely to”) is part
of the definition of the prohibited consequences: the
prohibited consequences under s. 218 are that the
child’s life “is or is likely to be” endangered or its
health “is or is likely to be” permanently injured. It
is because the definition of the offence incorporates
the notion of risk to life or health that a subjective
fault element would require the Crown to show at
least recklessness, that is, that the accused actually
knew of the risk to the child’s life or health. (Wilful
blindness would also suffice, but was not argued in
this case. I also note that self-induced intoxication is
not relevant here and was not argued. I do not find it
either necessary or desirable to speculate about the
[16] Par ailleurs, établir l’élément de faute requis
selon une norme subjective pour les besoins de
l’infraction prévue par l’art. 218 du Code exige
tout au moins de prouver que l’accusée a agi avec
insouciance, c’est-à-dire qu’elle a persisté dans
sa conduite malgré sa conscience du risque. Bien
entendu, la faute subjective peut également s’enten­
dre d’autres états d’esprit, dont l’intention que
certaines conséquences s’ensuivent, le fait de savoir
que ces conséquences s’ensuivront ou l’aveuglement
volontaire, soit l’omission délibérée de s’enquérir
des conséquences alors qu’on sait qu’il faudrait le
faire. Or, en l’espèce, le risque couru (« [est] exposée
à l’être ») fait partie des conséquences mentionnées
dans la définition de l’infraction, à savoir mettre
« effectivement » la vie de l’enfant en danger ou l’y
« expos[er] » ou compromettre « effectivement » et
de façon permanente sa santé, ou l’y « exposer ».
Puisque la définition de l’infraction englobe la
notion de risque pour la vie ou la santé, une norme
subjective exige du ministère public qu’il démontre
que l’accusée a tout au moins agi avec insouciance,
c’est-à-dire qu’elle était consciente du risque pour la
vie ou la santé de l’enfant. (Il lui suffirait par ailleurs
d’établir l’aveuglement volontaire, mais celui‑ci
282
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
various issues that would arise if it were raised in
the context of this general intent offence. Simply by
way of example, one would have to consider among
other things issues such as whether the ratio of R.
v. Daviault, [1994] 3 S.C.R. 63, applies, whether
its application would or should be any different
depending on whether the offence requires subjective
or objective fault and whether the child abandonment
offence falls within the exclusion from the selfinduced intoxication defence set out in s. 33.1(3)
of the Code relating to offences that include as an
element any interference or threat of interference
by a person with the bodily integrity of another
person.)
n’a pas été invoqué en l’espèce. La question de
l’intoxication volontaire ne se pose pas non plus et
n’a donc pas été abordée. Il ne me paraît ni néces­
saire ni souhaitable de conjecturer sur les différentes
questions qui se poseraient si ce moyen de défense
avait été opposé à la perpétration alléguée de cette
infraction d’intention générale. Mentionnons sim­
plement, à titre d’exemple, qu’il faudrait alors déter­
miner entre autres si le raisonnement suivi dans
l’arrêt R. c. Daviault, [1994] 3 R.C.S. 63, vaut, si son
application différerait ou devrait différer selon que
la perpétration de l’infraction suppose une faute
subjective ou objective et si l’infraction d’abandon
d’enfant tombe sous le coup de l’exclusion du moyen
de défense de l’intoxication volontaire que prévoit
le par. 33.1(3) du Code relativement aux infractions
dont l’un des éléments constitutifs est l’atteinte ou
la menace d’atteinte à l’intégrité physique d’une
personne.)
[17] The respondent also submits, in the alterna­
tive, that even if the required fault element is ob­
jective, the appeal should nonetheless be dismissed
because she acted on the basis of a rea­sonable
mistake of fact, that is, that the child was dead when
she left him. I do not need to address this submission
as I conclude that the fault element is subjective and
therefore that the trial judge did not err in acquitting
the respondent on the basis that the fault element
had not been proved.
[17] L’intimée fait valoir subsidiairement que
même si la faute requise est de nature objective, le
pourvoi doit malgré tout être rejeté parce qu’elle
a agi sur la foi d’une erreur de fait raisonnable, à
savoir que l’enfant était mort lorsqu’elle l’a laissé
au magasin. Point n’est besoin de statuer sur cette
prétention vu ma conclusion que la faute requise est
subjective et que, par conséquent, le juge du procès
n’a pas eu tort d’acquitter l’intimée au motif que
l’élément de faute requis n’avait pas été établi.
IV. Analysis
IV. Analyse
A. Introduction
A. Introduction
[18] This Court has never addressed the fault
element for the child abandonment offence and
the relatively scant jurisprudence in other courts
is inconclusive on this issue. Some cases have
applied a subjective standard of fault: R. v. L.M.,
[2000] O.J. No. 5284 (QL) (Ct. J.), at para. 49; R.
v. C.C.D., [1998] O.J. No. 4875 (QL) (Ct. J. (Prov.
Div.)), at paras. 24-30; R. v. Reedy (No. 2) (1981),
60 C.C.C. (2d) 104 (Ont. D.C.J.C.C.), at pp. 106‑8.
Others have either applied an objective standard or
been unclear about the standard: R. v. McIntosh,
[2008] O.J. No. 5742 (QL) (Ct. J.), at paras. 32-33;
R. v. Bokane-Haraszt, 2007 ONCJ 228 (CanLII),
[18] Notre Cour ne s’est jamais penchée sur
l’élément de faute requis dans le cas d’un abandon
d’enfant, et les quelques décisions d’autres tribu­
naux sur le sujet ne règlent pas la question. La norme
subjective a été retenue dans certaines affaires : R. c.
L.M., [2000] O.J. No. 5284 (QL) (C.J.), par. 49; R. c.
C.C.D., [1998] O.J. No. 4875 (QL) (C.J. (Div. prov.)),
par. 24-30; R. c. Reedy (No. 2) (1981), 60 C.C.C.
(2d) 104 (c.j.c.j.c.d. Ont.), p. 106-108. Dans d’autres,
le tribunal a eu recours à une norme objective ou
ne s’est pas prononcé clairement sur la norme
applicable : R. c. McIntosh, [2008] O.J. No. 5742
(QL) (C.J.), par. 32-33; R. c. Bokane-Haraszt, 2007
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
283
at paras. 25-26; R. v. Christiansen, [1997] O.J.
No. 5733 (QL) (Ct. J. (Prov. Div.)), at paras. 8 and
18-19; R. v. R. (J.), 2000 CarswellOnt 5325 (Ct. J.).
ONCJ 228 (CanLII), par. 25-26; R. c. Christiansen,
[1997] O.J. No. 5733 (QL) (C.J. (Div. prov.)), par. 8
et 18-19; R. c. R. (J.), 2000 CarswellOnt 5325 (C.J.).
[19] Given that existing case law does not settle
the question, our task is to “discern the intent of
Parliament, having regard to the purpose of the
section and the applicable principles of statutory
construction”: R. v. Gosset, [1993] 3 S.C.R. 76, at
p. 89. We must, therefore, read the words of the
statute in their entire context, in their grammatical
and ordinary sense harmoniously with the scheme
of the statute, its objective and the intention of
Parliament: Rizzo & Rizzo Shoes Ltd. (Re), [1998] 1
S.C.R. 27, at p. 41 (quoting E. Driedger, Construction
of Statutes (2nd ed. 1983), at p. 87).
[19] Puisque la jurisprudence actuelle ne permet
pas de trancher, il nous faut « dégager l’intention
du législateur, eu égard à l’objet de la disposi­
tion et aux principes applicables d’interprétation
des lois » : R. c. Gosset, [1993] 3 R.C.S. 76, p. 89.
Par conséquent, nous devons interpréter les termes
utilisés dans la loi dans leur contexte global en sui­
vant le sens ordinaire et grammatical qui s’harmo­
nise avec l’esprit de la loi, son objet et l’inten­tion
du législateur : Rizzo & Rizzo Shoes Ltd. (Re),
[1998] 1 R.C.S. 27, p. 41 (citant E. Driedger, Cons­
truction of Statutes (2e éd. 1983), p. 87).
B. Statutory Interpretation and Fault Requirements
B. Interprétation législative et norme applicable
en matière de faute
[20] Discerning parliamentary intent in relation
to the fault element of crimes is often not an easy
task. Offences that have long been held to have
subjective fault requirements do not expressly say
so and even when Parliament decides to expressly
set out fault requirements, it does not use language
consistently: M. Manning and P. Sankoff, Manning,
Mewett & Sankoff: Criminal Law (4th ed. 2009), at
pp. 148-49. As a result, the courts must, and often
do, infer the fault element: see, e.g., Pappajohn v.
The Queen, [1980] 2 S.C.R. 120, per Dickson J.
(as he then was), at p. 146; Sweet v. Parsley, [1970]
A.C. 132 (H.L.), per Lord Reid, at p. 148; K.
Roach, Criminal Law (5th ed. 2012), at pp. 163-64.
[20] Il est souvent difficile de dégager l’intention
du législateur en ce qui concerne l’élément de faute
d’un crime. Le libellé d’infractions dont on reconnaît
depuis longtemps que la perpétration exige une faute
subjective ne l’indique pas expressément, et même
lorsque le législateur précise quelle norme s’applique,
il ne le fait pas de manière uniforme : M. Manning et
P. Sankoff, Manning, Mewett & Sankoff : Criminal
Law (4e éd. 2009), p. 148-149. Les tribunaux doivent
donc inférer la nature de l’élément de faute, et ils le
font souvent : voir, p. ex., Pappajohn c. La Reine,
[1980] 2 R.C.S. 120, le juge Dickson (plus tard Juge
en chef), p. 146; Sweet c. Parsley, [1970] A.C. 132
(H.L.), lord Reid, p. 148; K. Roach, Criminal Law
(5e éd. 2012), p. 163-164.
[21] In my view, this is such a case. The text of
the provision does not expressly set out a fault
requirement, but the text read in light of its full
context supports the conclusion that subjective fault
is required. I will begin my analysis by touching on
an important presumption of parliamentary intent
that applies here and then turn to the purpose, text
and scheme of the provision. In the course of that
analysis, I will explain why, in my opinion, the
Crown’s position that this is an offence of penal
negligence must be rejected.
[21] À mon sens, il s’agit en l’espèce d’un tel
cas. Le libellé de la disposition ne précise pas la
nature de la faute requise, mais interprété dans son
contexte global, il étaye la conclusion que la faute
doit être subjective. J’entreprends mon analyse en
me penchant sur une présomption importante qui
s’applique en l’espèce à l’intention du législateur,
puis j’examinerai l’objet et le texte de la disposi­
tion, ainsi que le régime législatif établi. Ce faisant,
j’expliquerai pourquoi il faut à mon avis rejeter la
thèse du ministère public selon laquelle la norme de
la négligence pénale s’applique à l’infraction.
284
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
C. The Broader Context
C. Le contexte général
[22] I will review three elements of the broader
context of the child abandonment provision: the
presumption of legislative intent in favour of sub­
jective fault, the provision’s legislative evolution
and finally its purpose.
[22] J’examine trois éléments du contexte général
de la disposition créant l’infraction d’abandon
d’enfant : la présomption que le législateur a voulu
l’application d’une norme subjective, l’évolution de
la disposition et, enfin, son objet.
1. Presumed Legislative Intent
1. L’intention présumée du législateur
[23] An important part of the context in which
we must interpret s. 218 is the presumption that
Parliament intends crimes to have a subjective fault
element. The Court has stated and relied on this
interpretative principle on many occasions: see, e.g.,
Watts v. The Queen, [1953] 1 S.C.R. 505, at p. 511;
R. v. Rees, [1956] S.C.R. 640, at p. 652; Beaver v.
The Queen, [1957] S.C.R. 531, at pp. 542-43; R. v.
Sault Ste. Marie, [1978] 2 S.C.R. 1299, at pp. 1303
and 1309-10; R. v. Prue, [1979] 2 S.C.R. 547, at
pp. 551 and 553; R. v. Bernard, [1988] 2 S.C.R.
833, at p. 871; R. v. Martineau, [1990] 2 S.C.R.
633, at p. 645; R. v. Théroux, [1993] 2 S.C.R. 5, at
p. 18; R. v. Lucas, [1998] 1 S.C.R. 439, at para. 64.
Perhaps the classic statement is that of Dickson J.
(as he then was) for the Court in Sault Ste. Marie:
[23] Le vœu présumé du législateur qu’un crime
s’accompagne d’une faute subjective constitue un
volet important du contexte dans lequel nous devons
interpréter l’art. 218. Notre Cour a énoncé ce principe
d’interprétation et y a recouru à nombre d’occasions :
voir, p. ex., Watts c. The Queen, [1953] 1 R.C.S. 505,
p. 511; R. c. Rees, [1956] R.C.S. 640, p. 652; Beaver
c. The Queen, [1957] R.C.S. 531, p. 542-543; R. c.
Sault Ste-Marie, [1978] 2 R.C.S. 1299, p. 1303 et
1309-1310; R. c. Prue, [1979] 2 R.C.S. 547, p. 551
et 553; R. c. Bernard, [1988] 2 R.C.S. 833, p. 871;
R. c. Martineau, [1990] 2 R.C.S. 633, p. 645; R. c.
Théroux, [1993] 2 R.C.S. 5, p. 18; R. c. Lucas, [1998]
1 R.C.S. 439, par. 64. Selon moi, l’énoncé classique
est celui du juge Dickson (plus tard Juge en chef) au
nom de la Cour dans Sault Ste-Marie :
In the case of true crimes there is a presumption that a
person should not be held liable for the wrongfulness of
his act if that act is without mens rea . . . .
Dans le cas de crimes véritables, il existe la présomption
que nul ne doit être tenu responsable de son acte illicite,
s’il est fait sans mens rea . . .
. . . Where the offence is criminal, the Crown must
establish a mental element, namely, that the accused
who committed the prohibited act did so intentionally
or recklessly, with knowledge of the facts constituting
the offence, or with wilful blindness toward them. Mere
negligence is excluded from the concept of the mental
element required for conviction. Within the context of
a criminal prosecution a person who fails to make such
enquiries as a reasonable and prudent person would
make, or who fails to know facts he should have known,
is innocent in the eyes of the law. [Citations omitted;
pp. 1303 and 1309-10.]
. . . Dans le cas d’une infraction criminelle, le ministère
public doit établir un élément moral, savoir que l’accusé
qui a commis l’acte prohibé l’a fait intentionnellement ou
sans se soucier des conséquences, en étant conscient des
faits constituant l’infraction ou en refusant volontairement
de les envisager. L’élément moral exigé pour qu’il y ait
[déclaration de culpabilité] exclut la simple négligence.
Dans le contexte d’une poursuite criminelle, est innocente
aux yeux de la loi la personne qui néglige de demander les
renseignements dont s’enquerrait quelqu’un de raisonnable
et de prudent ou qui ne connaît pas des faits qu’elle devrait
connaître. [Renvois omis; p. 1303 et 1309-1310.]
[24] Notwithstanding these many statements, the
Crown in effect submits that there is no such pre­
sumption of legislative intent because it has not always
been applied. The Crown notes that there are many of­
fences in the Code that do not require subjective fault
and further that there is no absolute rule requiring
[24] Le ministère public soutient néanmoins
qu’on ne saurait présumer que telle est l’intention du
législateur car le principe ne s’applique pas toujours.
Il signale en effet que, dans le Code, de nombreuses
infractions n’exigent pas de faute subjective et que
la symétrie parfaite entre l’élément de faute et les
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
285
complete symmetry between the fault element
and the prohibited consequences of the offence. In
my view, however, these points do not negate the
existence of the presumption of legislative intent.
They show merely that the presumption does not
invariably determine the outcome of a full contextual
and purposive interpretation of a particular provision.
conséquences prohibées n’est pas une condition
absolue. À mon sens, toutefois, les éléments qu’il
avance ne réfutent pas l’existence de l’intention
présumée du législateur. Ils montrent seulement que
la présomption ne détermine pas invariablement
l’issue de l’interprétation qui tient compte de tout le
contexte de la disposition et de l’objet de celle-ci.
[25] Presumptions of legislative intent are not
self-applying rules. They are instead principles of
interpretation. They do not, on their own, prescribe
the outcome of interpretation, but rather set out
broad principles that ought to inform it. As Professor
Sullivan has observed, presumptions of legislative
intent, such as this one, serve as a way in which
the courts recognize and incorporate important
values into the legal context in which legislation
is drafted and should be interpreted. These values
both inform judicial understanding of legislation
and play an important role in assessing competing
interpretations: R. Sullivan, Sullivan and Driedger
on the Construction of Statutes (4th ed. 2002), at
p. 365.
[25] Les présomptions d’intention du législateur
n’équivalent pas à des règles d’application automa­
tique. Il s’agit plutôt de principes d’interprétation.
Elles ne dictent pas à elles seules le résultat de l’inter­
prétation, mais énoncent plutôt les principes généraux
qui président à celle-ci. Comme le fait remarquer la
professeure Sullivan, les présomptions d’intention
du législateur, comme celle considérée en l’espèce,
permettent au tribunal de reconnaître des valeurs
importantes et de les intégrer au contexte juridique
dans lequel une loi est rédigée puis doit être interprétée.
Ces valeurs guident le tribunal dans l’interprétation
d’une loi et se révèlent impor­tantes en présence d’inter­
prétations contradictoires : R. Sullivan, Sullivan and
Driedger on the Construction of Statutes (4e éd. 2002),
p. 365.
[26] Professor Côté has described how these
presumptions may inform the legal context in
which legislation is drafted. He put it this way: “In
some sense, presumptions of intent form part of
the enactment’s context, as they reflect ideas which
can be assumed to have been both present in the
mind of the legislature and sufficiently current
as to render their explicit mention unnecessary”:
P.-A. Côté, in collaboration with S. Beaulac and
M. Devinat, The Interpretation of Legislation in
Canada (4th ed. 2011), at p. 470; see also R. Cross,
Statutory Interpretation (3rd ed. 1995), by J. Bell and
G. Engle, at pp. 165-67, and K. Roach, “Common
Law Bills of Rights as Dialogue Between Courts and
Legislatures” (2005), 55 U.T.L.J. 733. Parliament
must be understood to know that this presumption
will likely be applied unless some contrary intention
is evident in the legislation.
[26] Le professeur Côté précise la manière dont ces
présomptions peuvent éclairer le contexte juridique
dans lequel une loi a été rédigée. Il s’exprime comme
suit : « Les présomptions d’intention du législateur,
dans une certaine mesure, font partie du contexte
d’énonciation des textes législatifs en ce sens
qu’elles représentent des idées qu’on peut supposer
présentes à l’esprit de l’auteur du texte et que ce
dernier a dû présumer suffisamment connues de son
auditoire pour se justifier de n’en pas parler » : P.-A.
Côté, en collaboration avec S. Beaulac et M. Devinat,
Interprétation des lois (4e éd. 2009), p. 510-511;
voir aussi R. Cross, Statutory Interpretation (3e éd.
1995), sous la dir. de J. Bell et G. Engle, p. 165167, et K. Roach, « Common Law Bills of Rights as
Dialogue Between Courts and Legislatures » (2005),
55 U.T.L.J. 733. Il faut considérer que le législateur
sait que cette présomption s’appliquera sauf intention
contraire ressortant de la loi.
[27] As for the role of the presumption of subjective
fault in assessing competing interpretations, it sets
out an important value underlying our criminal law.
It has been aptly termed one of the “presumptive
[27] Présumer le caractère subjectif de la faute
requise lorsque plusieurs interprétations s’opposent
traduit une valeur importante qui sous-tend notre
droit criminel. On a judicieusement parlé de l’un
286
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
principles of criminal justice”: R. v. Beatty, 2008 SCC
5, [2008] 1 S.C.R. 49, per Charron J., at paras. 22-23.
While the presumption must — and often does —
give way to clear expressions of a different legislative
intent, it nonetheless incorporates an important value
in our criminal law, that the morally innocent should
not be punished. This has perhaps never been better
expressed than it was by Dickson J. in Pappajohn, at
pp. 138-39:
des « principes présumés régir la justice pénale » :
R. c. Beatty, 2008 CSC 5, [2008] 1 R.C.S. 49, la
juge Charron, par. 22-23. Bien que la présomption
doive céder le pas à l’intention différente clairement
exprimée par le législateur — ce qui se produit fré­
quemment —, elle introduit néanmoins une valeur
importante dans notre droit criminel, à savoir que la
personne moralement innocente ne doit pas être
punie. Nul ne l’a peut-être jamais aussi bien exprimé
que le juge Dickson dans Pappajohn, p. 138-139 :
There rests now, at the foundation of our system of
criminal justice, the precept that a man cannot be adjudged
guilty and subjected to punishment, unless the commission
of the crime was voluntarily directed by a willing
mind. . . . Parliament can, of course, by express words,
create criminal offences for which a guilty intention
is not an essential ingredient. Equally, mens rea is not
requisite in a wide category of statutory offences which are
concerned with public welfare, health and safety. Subject
to these exceptions, mens rea, consisting of some positive
states of mind, such as evil intention, or knowledge of
the wrongfulness of the act, or reckless disregard of
consequences, must be proved by the prosecution.
Notre système de justice criminelle repose sur le
principe qu’un homme ne peut être déclaré coupable et se
voir imposer une peine, à moins que la perpétration du
crime ne découle d’un acte volontaire. [. . .] Le Parlement
peut, bien sûr, en termes exprès, créer des infractions
criminelles pour lesquelles une intention coupable n’est
pas un élément essentiel. De même, la mens rea n’est pas
requise pour un grand nombre d’infractions créées par
la loi relativement au bien-être, à la santé et à la sécurité
publique. Sous réserve de ces exceptions, la poursuite doit
établir la mens rea, c’est-à-dire un état d’esprit positif,
comme l’intention malveillante, ou la connaissance du
caractère fautif de l’acte, ou l’indifférence insouciante
quant à ses conséquences.
[28] Viewed in this way, the presumption of sub­
jective fault is not an outdated rule of construction
which is at odds with the modern approach to statu­
tory interpretation repeatedly endorsed by the Court.
On the contrary, the presumption forms part of the
context which the modern approach requires to be
considered.
[28] Vue sous cet angle, la présomption d’une
faute de nature subjective n’est pas une règle d’inter­
prétation obsolète qui va à l’encontre de l’interpré­
tation législative moderne maintes fois avalisée par
la Cour. Au contraire, elle fait partie du contexte
qui, suivant l’approche moderne, doit être examiné.
[29] As I will explain, there is nothing in the text
or context of the child abandonment offence to sug­
gest that Parliament intended to depart from requiring
subjective fault. In fact, the text, scheme and purpose
of the provision support the view that subjective fault
is required. To the extent that Parliament’s intent is
unclear, the presumption of subjective fault ought to
have its full operation in this case.
[29] Comme je l’explique plus loin, nul élément
du libellé ou du contexte de l’infraction d’abandon
d’enfant ne permet de conclure que le législateur a
voulu l’application d’une autre norme de faute que la
subjective. En fait, le texte et l’objet de la disposition,
ainsi que le régime législatif établi, étayent le point de
vue selon lequel la faute doit être subjective. Dans la
mesure où l’intention du législateur n’est pas claire,
en l’espèce la présomption selon laquelle la faute doit
être subjective doit s’appliquer sans réserve.
2. Legislative Evolution
2. L’évolution législative
[30] Legislative evolution and history may often be
important parts of the context within which to conduct
[30] L’évolution et l’historique législatifs consti­
tuent souvent des éléments importants du contexte
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
287
the modern approach to statutory interpretation:
Canada (Canadian Human Rights Commission) v.
Canada (Attorney General), 2011 SCC 53, [2011] 3
S.C.R. 471, at para. 43. The Crown has been diligent
in providing us with a detailed picture of the English
origins and Canadian evolution of what is now s. 218.
I will touch on this only briefly, however, because as
I see it, this information sheds little real light on the
issue at hand.
à considérer pour interpréter une loi selon la
démarche moderne d’interprétation : Canada (Com­
mission canadienne des droits de la personne)
c. Canada (Procureur général), 2011 CSC 53,
[2011] 3 R.C.S. 471, par. 43. Le ministère public
a exposé en détail les origines anglaises de l’actuel
art. 218 et son évolution au Canada. Toutefois, je ne
me penche que brièvement sur ce point car, à mon
avis, ces données ne contribuent guère à la résolution
de la question en litige.
[31] It seems that from the beginning, there
were two strands of prohibitions, one addressing
abandoning or exposing a child to risk to its life or
health and the other in relation to the breach of a
duty by people in certain relationships to provide
the necessaries of life.
[31] Il appert que, dès le début, deux interdictions
s’appliquaient, l’une visant l’abandon ou l’exposition
d’un enfant qui met sa vie en danger ou qui com­
promet sa santé, et l’autre liée au manquement à
l’obligation de fournir à autrui les choses nécessaires
à l’existence, dans le cadre de certaines relations.
[32] The origin of the abandonment offence
appears to be in the English The Offences against
the Person Act, 1861, 24 & 25 Vict., c. 100, s. 27,
which created the misdemeanor of unlawfully
abandoning or exposing any child under the age
of two “whereby the life of such child shall be
endangered, or the health of such child shall have
been or shall be likely to be permanently injured”.
The early case law is unclear as to whether
subjective or objective fault was required although
there is some support for the view that subjective
fault is required: see, e.g., R. v. White (1871), L.R.
1 C.C.R. 311, per Bovill C.J., at p. 313, and per
Blackburn J., at p. 314.
[32] L’infraction d’abandon semble avoir pour
origine l’art. 27 de la loi anglaise intitulée The
Offences against the Person Act, 1861, 24 &
25 Vict., ch. 100, qui a créé l’infraction mineure
d’abandon ou d’exposition illicite d’un enfant de
moins de deux ans [traduction] « de manière à
mettre sa vie en danger ou à compromettre sa santé
de façon permanente, ou à l’exposer à ces risques ».
Les premières décisions rendues ne précisent pas si
la faute doit être subjective ou objective, mais elles
donnent à penser qu’elle serait subjective : voir,
p. ex., R. c. White (1871), L.R. 1 C.C.R. 311, le juge
en chef Bovill, p. 313, et le juge Blackburn, p. 314.
[33] The necessaries offence appears to have its
origins in the English The Poor Law Amendment
Act, 1868, 31 & 32 Vict., c. 122. Section 37 of that
Act made it an offence for any parent to “wilfully
neglect to provide adequate food, clothing, medical
aid, or lodging for his child, being in his custody,
under the age of fourteen years, whereby the health
of such child shall have been or shall be likely
to be seriously injured”. The fault element for
this offence appears to have been objective: R. v.
Downes (1875), 1 Q.B.D. 25, per Bramwell B., at
p. 30.
[33] L’infraction d’omission de fournir les choses
nécessaires à l’existence semble s’originer de la loi
anglaise intitulée The Poor Law Amendment Act,
1868, 31 & 32 Vict., ch. 122. Suivant l’art. 37 de
cette loi, commettait une infraction le père ou la
mère qui [traduction] « néglig[eait] délibérément
de fournir à son enfant âgé de moins de quatorze ans
et dont il avait la garde, la nourriture, les vêtements,
les soins médicaux ou l’hébergement dont il avait
besoin, de manière à compromettre gravement la
santé de l’enfant ou à l’exposer à ce risque ». La
faute nécessaire à la perpétration de cette infrac­
tion paraît être objective : R. c. Downes (1875),
1 Q.B.D. 25, le baron Bramwell, p. 30.
288
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
[34] The two offences appear to have come closer
together in England with the enactment of s. 1 of
the Prevention of Cruelty to, and Protection of,
Children Act, 1889, 52 & 53 Vict., c. 44, a provision
that replaced s. 37 of The Poor Law Amendment Act,
1868. (The latter provision was repealed by s. 18
of the 1889 Act.) Section 1 made it a misdemeanor
for anyone over 16 who had the custody, control,
or charge of a boy under 14 or a girl under 16 to
“wilfully” ill-treat, neglect, abandon or expose
such child in a manner likely to cause such child
unnecessary suffering or injury to its health. Again,
the fault element is not very clear. In R. v. Senior,
[1899] 1 Q.B. 283, the court approved jury instruc­
tions that seemed to describe both an objective and
a subjective requirement.
[34] Le législateur anglais semble avoir regroupé
les deux infractions à l’article premier de la
Prevention of Cruelty to, and Protection of, Children
Act, 1889, 52 & 53 Vict., ch. 44, qui a remplacé
l’art. 37 de la Poor Law Amendment Act,1868 (lequel
était lui-même abrogé par l’art. 18 de la loi de 1889).
Aux termes de l’article premier, commettait une
infraction mineure toute personne de plus de 16 ans
qui, ayant la garde d’un garçon de moins de 14 ans
ou d’une fille de moins de 16 ans, ou en assurant la
surveillance, maltraitait, négligeait, abandonnait ou
exposait [traduction] « délibérément » l’enfant
de manière à lui causer des souffrances inutiles ou
à compromettre sa santé. Là encore, la nature de la
faute n’est pas très claire. Dans R. c. Senior,
[1899] 1 Q.B. 283, le tribunal a approuvé les direc­
tives données au jury qui semblaient ne privilégier
ni une norme objective ni une norme subjective.
[35] In Canada, the abandonment offence and the
necessaries of life offence have been kept distinct.
The child abandonment offence was first enacted
in 1869: An Act respecting Offences against the
Person, S.C. 1869, c. 20, s. 26. The offence of
failing to provide the necessaries of life was found
in s. 25 of the same Act, and applied to individuals
who were “legally liable” towards others. From
1869 to 1892, the child abandonment offence did
not include any reference to duty: An Act respecting
Offences against the Person (1869), s. 26; An Act
respecting Offences against the Person, R.S.C.
1886, c. 162, s. 20. Thus, the provision’s early legis­
lative evolution shows clearly that it was not con­
ceived of as a duty-based offence, and suggests that
a subjective intent was required.
[35] Au Canada, l’infraction d’abandon et celle
d’omission de fournir les choses nécessaires à
l’existence ont toujours fait l’objet de dispositions
distinctes. L’infraction d’abandon d’enfant a vu le
jour en 1869 : Acte concernant les offenses contre
la Personne, S.C. 1869, ch. 20, art. 26. L’infraction
d’omission de fournir les choses nécessaires à
l’existence était prévue à l’art. 25 de cette loi et
pouvait être perpétrée par une personne ayant une
« obligation légale » envers une autre. Entre 1869
et 1892, la disposition créant l’infraction d’abandon
ne faisait état d’aucune obligation : Acte concernant
les offenses contre la Personne (1869), art. 26; Acte
concernant les crimes et délits contre les personnes,
S.R.C. 1886, ch. 162, art. 20. Il ressort donc de l’évo­
lution législative initiale que la disposition n’a pas
créé une infraction fondée sur une obligation, ce
qui porte à croire qu’une intention subjective était
requise.
[36] In 1892, both offences were included in the
first Code (The Criminal Code, 1892, S.C. 1892,
c. 29). The abandonment offence was found in s. 216
while the necessaries offence was found in ss. 209
to 211. The abandonment offence was then similar
to the current provision. It applied, however, only
to children under two and required actual danger to
life or permanent injury to health as opposed to the
risk of those things occurring as under the current
[36] En 1892, les deux infractions ont été incor­
porées à la première version du Code (Code criminel,
1892, S.C. 1892, ch. 29). L’infraction d’abandon se
trouvait à l’art. 216, et celle d’omission de fournir
les choses nécessaires à l’existence, aux art. 209 à
211. La disposition relative à l’abandon s’apparentait
alors à celle qui existe actuellement. Toutefois, elle ne
visait que les enfants de moins de deux ans dont la
vie était mise en danger ou la santé irrémédiablement
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
289
provision. A non-exhaustive definition of “abandon”
and “expose” was added in 1892. For the first time, a
reference to duty was added, but only in the context
of omissions. The definition provided that “abandon”
and “expose” included “a wilful omission to take
charge of the child on the part of a person legally
bound to do so”.
compromise, alors que la disposition actuelle
s’applique dès qu’il y a risque de tels préjudices. Une
définition non exhaustive des verbes « abandonner »
et « délaisser » a été ajoutée en 1892. [Le verbe
« délaisser » a ultérieurement été remplacé par
« exposer »; dans la version anglaise, le verbe
« expose » a toujours été employé.] Le législateur a
renvoyé à une obligation pour la première fois, mais
seulement en liaison avec une omission. Suivant leur
définition, « abandonner » et « délaisser » comprennent
« l’omission volontaire de prendre soin d’un enfant de
la part d’une personne légalement tenue de le faire ».
[37] The non-exhaustive definition added in
1892 also included “any mode of dealing with [the
child] calculated to leave it exposed to risk without
protection”. While I would not attach much weight
to the use of the word “calculated”, I note that, if
anything, it suggests a subjective fault requirement.
This is consistent with the fact that the English
case of White, mentioned earlier, appears to have
required subjective fault for the English equivalent
of the abandonment offence. In 1954, the words
“calculated to” were replaced by “likely to” in the
non-exhaustive definition so that the provision read
as it does today: Criminal Code, S.C. 1953-54,
c. 51, s. 185. I would not attach much weight to this
amendment. The Oxford English Dictionary (2nd ed.
1989) suggests that, particularly in the 18th and 19th
centuries, “calculated to” and “likely to” could be
used as synonyms. In any event, both “calculated to”
and “likely to” are consistent with legislative intent
to require subjective fault, albeit “calculated to”
could be viewed as requiring specific intent, while
“likely to” suggests that general intent is required.
[37] Aux termes de la définition non exhaustive
ajoutée en 1892, les verbes s’entendaient également
de « toute manière de [. . .] traiter [l’enfant] de nature
à le laisser exposé à quelque danger sans protection ».
L’emploi de l’expression « de nature à » ne me paraît
pas très révélateur, mais, à la limite, on pourrait inférer
de l’expression équivalente anglaise « calculated to »
que la faute devait être subjective. D’ailleurs, dans la
décision anglaise White mentionnée précédemment,
le tribunal semble avoir exigé la preuve d’une faute
subjective pour établir la perpétration de l’infraction
anglaise équivalente à notre infraction d’abandon.
En 1954, les mots « de nature à » ont été remplacés
par « exposée à l’être », de sorte que le texte de la dis­
position était le même que celui d’aujourd’hui : Code
criminel, S.C. 1953-54, ch. 51, art. 185. Je n’accorde
pas beaucoup d’importance à cette modification. Selon
le Grand Robert de la langue française (en ligne),
« de nature à » et « exposée à l’être » sont équivalents
et, selon l’Oxford English Dictionary (2e éd. 1989),
« calculated to » et « likely to » (employé en anglais
pour rendre « exposée à l’être ») pouvaient, surtout aux
18e et 19e siècles, être employés l’un pour l’autre. Quoi
qu’il en soit, les deux expressions sont compatibles
avec l’intention du législateur d’exiger la preuve d’une
faute sub­jective, bien qu’on puisse voir dans l’emploi
des mots « de nature à » (« calculated to ») l’exigence
d’une intention spécifique et dans l’emploi des mots
« exposée à l’être » (« likely to ») l’exigence d’une
intention générale.
[38] All things considered, my view is that the
legislative evolution of the child abandonment
offence is, if anything, more supportive than not of
the view that subjective fault is required.
[38] Tout bien considéré, j’estime que, à la limite,
l’évolution de la disposition prévoyant l’infraction
d’abandon d’enfant étaye la thèse de l’application
d’une norme subjective et non objective.
290
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
3. Purpose and Breadth of the Offence
3. Objet et portée de l’infraction
[39] There is no doubt that the purpose of the
abandonment offence is the protection of children
from risk even when no harm occurs. Prior to the
enactment of the offence of child abandonment
in 1861, the offence required actual harm: R. v.
Renshaw (1847), 2 Cox C.C. 285; R. v. Hogan
(1851), 2 Den. 277. The new crime of child aban­
donment filled a perceived gap by punishing those
who placed children in positions of risk: R. v.
Falkingham (1870), L.R. 1 C.C.R. 222; White.
[39] Il ne fait aucun doute que le législateur a
créé l’infraction d’abandon afin de protéger les
enfants contre le risque de préjudice, que ce risque
se réalise ou non. Avant la création de l’infraction
d’abandon d’enfant en 1861, un préjudice devait
être infligé pour qu’il ait sanction : R. c. Renshaw
(1847), 2 Cox C.C. 285; R. c. Hogan (1851), 2 Den.
277. Le nouveau crime créé a comblé ce qu’on
tenait pour une lacune en punissant la personne qui
exposait un enfant à un risque : R. c. Falkingham
(1870), L.R. 1 C.C.R. 222; White.
[40] It follows that the scope of potential liability
under s. 218 of the Code is very broad, encompassing
a wide range of persons and conduct. Liability is not
restricted to those who are related to the child, or
who have any duties in relation to the child or even
to those who are in charge of the child at the time. In
addition, a very wide range of conduct falls within
the words “abandon” and “expose”. These are broad
words that are not exhaustively defined under the
Code.
[40] La portée de la responsabilité susceptible de
découler de l’art. 218 du Code est donc très grande,
un grand nombre de personnes et d’actes étant visés.
Ce ne sont pas seulement les personnes qui ont un
lien de parenté avec l’enfant ou des obligations
envers lui, ni même celles qui assurent la surveillance
de l’enfant au moment des faits, qui peuvent être
tenues responsables sous le régime de la disposition.
De plus, un très large éventail d’actes est visé par les
verbes « abandonner » et « exposer », lesquels ont un
sens étendu et ne sont pas définis de façon exhaustive
dans le Code.
[41] Viewed in the light of the broad scope of
potential liability under s. 218 of the Code, the
requirement for subjective fault serves an important
purpose of ensuring that the reach of the criminal
law does not extend too far. While the conduct
and people that fall within s. 218 of the Code are
broadly defined, the requirement for subjective
fault ensures that only those with a guilty mind are
punished.
[41] Vu la grande portée de la responsabilité
susceptible de découler de l’art. 218 du Code,
l’exigence d’une faute subjective joue un rôle
important en faisant en sorte que le droit criminel
n’ait pas une portée excessive. Bien que les actes
et les personnes visés par cet article soient définis
de manière générale, l’application d’une norme
subjective fait en sorte que seule soit punie la
personne ayant un état d’esprit coupable.
D. The Text of the Provisions
D. Le libellé des dispositions
[42] The text of the provisions is found in the
Appendix. There are three main points which
emerge from a careful study of the text and scheme
of these provisions. First, the words “abandon”,
“expose” and “wilful” suggest a subjective fault
requirement. Second, the use of the word “likely”
in this context does not suggest an objective fault
requirement. Third, what is absent from the text of
s. 218 of the Code and the broader scheme in which
[42] Le libellé des dispositions est reproduit en
annexe. Trois points principaux se dégagent de
l’examen attentif du libellé des dispositions et du
régime législatif qu’elles établissent. Premièrement,
les termes « abandonner », « exposer » et « volon­
taire » supposent que la faute doit être appréciée
subjectivement. Deuxièmement, l’emploi des mots
« exposée à l’être » dans ce contexte ne permet
pas de conclure que la faute doit être appréciée
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
291
it appears strongly suggest that subjective fault is
required.
objectivement. Troisièmement, l’absence de certains
termes dans le libellé de l’art. 218 du Code et
dans le régime législatif auquel il appartient tend
sérieusement à indiquer que la faute doit être prouvée
selon une norme subjective.
1. “Abandon”, “Expose” and “Wilful” Suggest
Subjective Fault
1. L’emploi des termes « abandonner »,
« exposer » et « volontaire » indique que la
faute doit être subjective
[43] The words “abandon” and “expose” are not
given an exhaustive definition in s. 214 the Code
and therefore their ordinary grammatical meanings
remain relevant to their interpretation. Both words
suggest actions taken with knowledge of their
consequences. The Oxford Dictionary of English
(2nd ed. rev. 2005), for example, defines “abandon”
as “cease to support or look after (someone); desert”.
[43] Les mots « abandonner » et « exposer » ne
sont pas définis de manière exhaustive à l’art. 214
du Code; leur sens grammatical ordinaire vaut donc
toujours pour leur interprétation. Tous deux suggèrent
que la personne est consciente des conséquences de
son acte. La version en ligne du Grand Robert de
la langue française, par exemple, donne la définition
suivante du verbe « abandonner » : « Quitter, laisser
définitivement (qqn dont on doit s’occuper, envers
qui on est lié) [. . .] Déserter . . . ».
[44] The same dictionary defines “expose” (in the
sense of “expose someone to”) as “cause someone
to be vulnerable or at risk” or “leave (a child) in the
open to die”.
[44] Le même dictionnaire définit « exposer »
(au sens d’exposer quelqu’un à quelque chose)
comme suit : « Exposer quelqu’un à un péril, à un
danger. . . . »; abandonner un enfant à la mort.
[45] The definition of “desert” is also helpful:
“[A]bandon (a person, cause, or organization) in a
way considered disloyal or treacherous . . . .”
[45] Il vaut également la peine de mentionner la
définition du mot « déserter » : « Renier, trahir [. . .]
une cause, une religion, un parti [. . .] Déserter qqn ».
[46] I agree with Richards J.A. that the words
“abandon” and “expose” on their face, and standing
alone, are indicative of subjective fault: C.A.,
at para. 59. They involve more than just leaving
a child alone or failing to take care of it: they
denote awareness of the risk involved. This view
is also perfectly consistent with the statutory nonexhaustive definition of “abandon” or “expose” in
s. 214 of the Code which, as noted earlier, suggests
a requirement for knowledge of the consequences
flowing from the prohibited acts of abandonment or
exposure. This is also reflected in the jurisprudence.
As noted in L.M., abandon means “leaving the child
to its fate” which suggests an act accompanied
by knowledge of or recklessness as to the con­
sequences: paras. 28 and 47; see also, e.g., R. v.
Boulden (1957), 41 Cr. App. R. 105, at p. 110; Re
[46] Je conviens avec le juge Richards que les
mots « abandonner » et « exposer » dénotent à
première vue, et à eux seuls, une faute subjective :
C.A., par. 59. Il ne s’agit pas seulement de laisser
l’enfant seul ou de ne pas en prendre soin, mais
d’avoir aussi conscience du risque couru. De plus,
cette interprétation s’accorde parfaitement avec la
définition non exhaustive des mots « abandonner »
ou « exposer » qui figure à l’art. 214 du Code et
qui, nous l’avons vu précédemment, suppose que la
personne agit en étant consciente des conséquences
de l’acte d’abandon ou d’exposition prohibé. La
jurisprudence va par ailleurs dans le même sens.
Comme l’indique la cour dans L.M., « abandonner »
s’entend de [traduction] « laisser un enfant à
son sort », ce qui suppose la connaissance des
conséquences de l’acte ou l’insouciance à l’égard
292
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
Davis (1909), 18 O.L.R. 384, at p. 387. This is one
of the factors that led the court in Reedy (No. 2), to
imply a subjective fault requirement (p. 107).
de celles-ci : par. 28 et 47; voir également, p. ex., R.
c. Boulden (1957), 41 Cr. App. R. 105, p. 110; Re
Davis (1909), 18 O.L.R. 384, p. 387. C’est là un des
éléments qui, dans Reedy (No. 2), ont amené la cour
à conclure que la faute doit être subjective (p. 107).
[47] The Crown, in support of its position that
the fault element is objective, argued that the nonexhaustive definition of “abandon” and “expose”
included in the Code in 1892 (now in s. 214) likely
came from the English decisions of Falkingham
and White. While those cases may well be the
origin of the Code definition, this does not advance
the Crown’s position. In both cases, there was
evidence of subjective fault. In White, there was
clear evidence that the accused intentionally and
knowingly abandoned and exposed the child and
was aware of the risk. In Falkingham, there was
evidence of at least recklessness or wilful blindness:
a mother, with the knowledge and connivance
of another woman who was also charged with
child abandonment, had put her child in a hamper
and sent it by train to the child’s father without
indicating to the railway employees that a child was
in the package. The accused had been cautious in
“packaging” the child, the mother indicated to the
railway clerk to be very careful with it and wrote on
the hamper “with care, to be delivered immediately”
(p. 223). This indicated awareness of the risk.
[47] À l’appui de sa thèse d’une faute objective,
le ministère public soutient que la définition non
exhaustive des verbes « abandonner » et « exposer »
que l’on trouvait dans le Code de 1892 (reprise à
l’art. 214 du Code actuel) provient vraisemblablement
des décisions anglaises Falkingham et White.
Même si elles peuvent très bien être à l’origine des
définitions, ces décisions n’étayent pas la thèse du
ministère public. Dans les deux affaires, des éléments
établissaient la commission d’une faute subjective.
Dans White, la preuve était claire. L’accusée avait
intentionnellement et sciemment abandonné et
exposé l’enfant en ayant conscience du risque
couru. Dans Falkingham, la preuve révélait à tout le
moins l’insouciance ou l’aveuglement volontaire :
de connivence avec une autre femme qui avait par
la suite été accusée elle aussi d’abandon d’enfant,
une mère avait mis son enfant dans un panier
qu’elle avait ensuite expédié par train au père de
l’enfant sans informer les employés du transporteur
ferroviaire de ce que contenait le colis. L’accusée
avait « emballé » l’enfant avec soin, dit au commis
de faire très attention au colis et apposé à celui-ci la
mention [traduction] « manipuler avec soin, livrer
sans délai » (p. 223), des précautions qui trahissaient
sa conscience du risque couru.
[48] What emerges from both the ordinary mean­
ing and the non-exhaustive statutory definition of
the words “abandon” and “expose” is the notion of
awareness of or recklessness in relation to risk.
[48] La notion de conscience du risque ou d’insou­
ciance à l’égard de celui-ci se dégage du sens ordinaire
des mots « abandonner » et « exposer », ainsi que de
la définition non exhaustive qu’en donne la loi.
[49] That brings me to the word “wilful” found
in the s. 214 definition of the terms “abandon” and
“expose”. Richards J.A. for the majority of the
Court of Appeal placed considerable weight on
s. 214’s use of the word “wilful” in concluding that
subjective fault was required. The word “wilful” is
often (although not always) a strong indication that
intention is required: see, e.g., the discussion in R. v.
Buzzanga (1979), 25 O.R. (2d) 705 (C.A.), at pp. 71517; R. v. L.B., 2011 ONCA 153, 274 O.A.C. 365, at
[49] En ce qui concerne le mot « wilful » employé
dans la version anglaise de la définition de l’art. 214
des mots « abandonner » ou « exposer » (et rendu
par le terme « volontaire » en français), le juge
Richards, au nom des juges majoritaires de la Cour
d’appel, accorde une importance considérable à son
emploi à l’art. 214 lorsqu’il conclut au caractère
subjectif de la faute requise. L’emploi de ce mot
est souvent (mais pas toujours) un bon indice que
l’intention est requise : voir, p. ex., l’analyse dans
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
293
paras. 108-9, leave to appeal refused, [2011] 3 S.C.R.
x; Manning, Mewett & Sankoff: Criminal Law, at
pp. 149-50. While the word is used here only in the
non-exhaustive definition of the words “abandon”
and “expose” and only in relation to omissions,
I agree with Richards J.A. that a wilful omission
is the antithesis of a crime involving a mere failure
to act in accordance with some minimum level of
behaviour. If Parliament had meant to include in the
terms “abandon” and “expose” situations in which
there is no more than a failure to meet a standard
of reasonable conduct, it would not make sense to
require that omissions to observe that standard would
have to be “wilful”: C.A., at paras. 66-67.
R. c. Buzzanga (1979), 25 O.R. (2d) 705 (C.A.),
p. 715-717; R. c. L.B., 2011 ONCA 153, 274 O.A.C.
365, par. 108-109, autorisation d’appel refusée,
[2011] 3 R.C.S. x; Manning, Mewett & Sankoff :
Criminal Law, p. 149-150. Certes, l’adjectif n’est
employé que dans la définition non exhaustive des
verbes « abandonner » et « exposer » et seulement
pour qualifier l’omission, mais je conviens avec le
juge Richards que l’omission qui peut être qualifiée
de « wilful » est l’antithèse du crime qui consiste
seulement dans l’inobservation d’une norme de
comportement minimale. Si le législateur avait voulu
qu’« abandonner » et « exposer » s’entendent de la
simple inobservation d’une norme de comportement
raisonnable, il ne serait pas logique d’exiger que ce
non-respect soit « wilful » : C.A., par. 66-67.
2. The Word “Likely” Does Not Suggest
Objective Fault
2. L’emploi du mot « likely » en anglais
(« pouvant [l’exposer] », en français)
n’indique pas que la faute doit être objective
[50] Ottenbreit J.A., in deciding that only objective
fault was required, placed considerable weight on
the use of the word “likely” in the non-exhaustive
definition of the terms “abandon” or “expose” in
s. 214: para. (b) of definition — that is, “dealing
with a child in a manner that is likely to leave that
child exposed to risk”. As he put it, “[t]he terms ‘in a
manner . . . likely . . .’ . . . speak of the societal rather
than a personal standard of conduct” (para. 32).
However, I do not think that the word “likely” in this
context is an indication of legislative intent to require
only objective fault, for two reasons.
[50] Pour conclure que la faute doit seulement
être objective, le juge Ottenbreit accorde un poids
considérable à l’emploi du mot « likely » (« pouvant
[l’exposer] », en français) dans le second élément
de la définition non exhaustive d’« abandonner »
ou d’« exposer » à l’art. 214 (al. b de la définition) :
« dealing with a child in a manner that is likely to
leave that child exposed to risk », soit en français
« [le] fait de traiter un enfant d’une façon pouvant
l’exposer à des dangers . . . ». Il dit en effet que
[traduction] « [l]es mots “in a manner [. . .]
likely” [. . .] évoquent une norme de conduite
établie par la société plutôt qu’une norme de
conduite personnelle » (par. 32). Or, je ne crois pas
que l’utilisation du mot « likely » dans ce contexte
permette de conclure que le législateur a voulu que la
faute soit objective, et ce, pour deux raisons.
[51] The French version of the s. 214 definition
uses the terms “pouvant l’exposer” and the French
version of the s. 218 offence uses the terms “exposée
à l’être”. The French wording suggests that the
focus is on the outcome of the conduct rather than
on the standard of care. This makes it clear that the
English word “likely” serves the same purpose.
Moreover, as I have discussed, the purpose of the
child abandonment offence is to criminalize the
creation of the risk of harm; it makes it an offence
[51] Premièrement, pour rendre « likely », les
expressions « pouvant l’exposer » et « exposée
à l’être » sont respectivement employées, dans
la version française, à l’art. 214 (définition
d’« abandonner » ou d’« exposer ») et à l’art. 218.
La version française suggère donc que le législateur
s’attache davantage au résultat du comportement
qu’à la norme de diligence. Les équivalents anglais
« likely to leave [. . .] exposed » et « likely to be »
vont dans le même sens. Deuxièmement, je le répète,
294
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
to expose or abandon a child such that its life or
health is put at serious risk even if no harm actually
results. This is consistent with the well-established
view that the criminal law may properly be aimed at
preventing the risk of serious harm: see, e.g., R. v.
Keegstra, [1990] 3 S.C.R. 697, at p. 776; Lucas, at
para. 83. The word “likely”, as it is used in both the
s. 214 definition and in the offence provision itself
(s. 218), is consistent with this preventive purpose.
This purpose of criminalizing the creation of a
serious risk of harm is not at all inconsistent with
a requirement of subjective fault — that is, actual
knowledge of the risk of harm — as is clear from
the Court’s decision in Lucas.
l’infraction d’abandon d’enfant vise à criminaliser
la création du risque de préjudice; elle interdit
d’exposer ou d’abandonner un enfant de manière
que sa vie ou sa santé soit gravement compromise,
même si aucun préjudice n’est infligé dans les faits.
Cette interprétation est compatible avec le courant
bien établi selon lequel le droit criminel peut fort
bien avoir pour objet de prévenir le risque de pré­
judice grave : voir, p. ex., R. c. Keegstra, [1990] 3
R.C.S. 697, p. 776; Lucas, par. 83. L’emploi des
mots « pouvant l’exposer » dans la définition de
l’art. 214 et « exposée à l’être » dans la disposition
qui crée l’infraction elle-même (art. 218) est com­
patible avec cet objectif de prévention. Il en va
de même de leurs équivalents anglais « likely to
leave [. . .] exposed » et « likely to be ». L’objectif
poursuivi en criminalisant la création d’un risque de
préjudice grave n’est pas du tout incompatible avec
l’exigence d’une faute subjective, qui suppose la
connaissance réelle du risque de préjudice, et l’arrêt
Lucas le confirme clairement.
[52] Lucas concerned the fault element of pub­
lishing a defamatory libel under s. 300 of the
Code. A defamatory libel is defined in s. 298 to
be a “matter published . . . that is likely to injure
the reputation of any person”. The Court held that
the fault element of the offence requires proof that
the accused knew that the published material was
defamatory, in other words, that it was “likely to
injure the reputation of any person”, per Cory J.,
at paras. 30 and 67-68. Thus, the term “likely to
injure the reputation” was found to require proof of
subjective fault, i.e. that the accused actually knew
of the risk of injury to reputation.
[52] Ce dernier arrêt porte sur l’élément de faute de
l’infraction prévue à l’art. 300 du Code qui consiste
à publier un libelle diffamatoire. Suivant l’art. 298,
le libelle diffamatoire s’entend d’une « matière
publiée [. . .] de nature à nuire à la réputation de
quelqu’un ». La Cour a statué que l’élément de
faute de l’infraction exige la preuve que les accusés
savaient que la matière publiée était diffamatoire,
autrement dit qu’elle était « de nature à nuire à la
réputation de quelqu’un » : le juge Cory, par. 30 et
67-68. Elle conclut donc que l’emploi des mots « de
nature à nuire à la réputation de quelqu’un » fait
en sorte qu’une faute subjective doit être prouvée,
c’est‑à‑dire que les accusés connaissaient réellement
le risque d’atteinte à la réputation.
[53] I therefore conclude that the use of the word
“likely” in s. 214 (and s. 218) does not suggest an
objective fault element; it does not, as I see it, speak
of a societal rather than a personal standard of
conduct. As in Lucas, the use of the word “likely”
is simply aimed at criminalizing the creation of
risk and, as in Lucas, the fault element may require
knowledge of that risk.
[53] Je conclus donc que l’emploi des mots
« pouvant l’exposer » à l’art. 214 et « exposée à
l’être » à l’art. 218 n’emporte pas l’application
d’une norme objective pour établir l’élément de
faute. À mon avis, ces termes renvoient à une norme
de conduite non pas sociale, mais personnelle.
Comme dans Lucas, l’emploi de ces mots (et de
« likely » en anglais) vise seulement à criminaliser
la création d’un risque, et l’élément de faute requis
peut englober la connaissance de ce risque.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
295
3. What Is Not in the Text and the Scheme of
the Code Suggest Subjective Fault
3. L’absence de certains termes dans le texte
et dans le régime établi par le Code indique
que la faute doit être subjective
[54] In my view, what is not in the text of the
provision and what surrounds it suggest that a sub­
jective fault element should be implied.
[54] À mon sens, l’absence de certains termes
dans le texte de la disposition et dans les dispositions
voisines permet de conclure que la faute doit être
subjective.
(a)What Is Not Found in the Text
a) Les termes absents du libellé de la disposition
[55] There is no doubt that Parliament can and
does create criminal offences that require objective
rather than subjective fault. How those provisions
are drafted sheds some light on the sorts of language
used when that is the intent. As I see it, the text of the
child abandonment provision does not contain any
of the language typically employed by Parliament
when it intends to create an offence of objective
fault.
[55] Assurément, le législateur peut créer et crée
des infractions criminelles dont la perpétration
exige une faute objective plutôt que subjective. La
formulation des dispositions qui créent ces infractions
jette un certain éclairage sur la terminologie alors
employée. Selon moi, le libellé de la disposition
relative à l’abandon d’enfant ne renferme aucun des
termes dont se sert habituellement le législateur pour
créer une infraction dont la perpétration exige une
faute objective.
[56] I will briefly review five main types of
objective fault offences in the Code in order to
explain why, in my view, a comparison of the way
they are drafted with the text of s. 218 supports
the inference that the latter requires subjective
fault. This will lead me to explain why I reject
the Crown’s position that penal negligence should
apply to the s. 218 offence because it applies to the
s. 215 offence of failing to provide the necessaries
of life.
[56] Je ferai brièvement état de cinq types prin­
cipaux d’infractions que prévoit le Code et qui
appellent une faute objective, puis je comparerai
leur libellé avec celui de l’art. 218 afin d’étayer
ma conclusion selon laquelle la perpétration de
l’infraction que crée ce dernier article exige une
faute subjective. Je préciserai ensuite les raisons
pour lesquelles je rejette la thèse du ministère public
voulant que la négligence pénale doive s’appliquer
à cette infraction parce qu’elle s’applique à celle
prévue à l’art. 215, à savoir l’omission de fournir
les choses nécessaires à l’existence.
[57] We come first to offences defined in terms
of dangerous conduct. In R. v. Hundal, [1993] 1
S.C.R. 867, the Court found that the fault element
of the offence of dangerous driving was a manner of
driving which constituted a “marked departure” from
that expected of a reasonable person in the same
circumstances. (See also, more recently, Beatty and
R. v. Roy, 2012 SCC 26, [2012] 2 S.C.R. 60.) Several
factors justified adopting an objective rather than a
subjective fault requirement: driving is a regulated
activity in which people choose to engage; driving
is automatic and reflexive in nature; and the text of
the offence focuses on the manner of driving, all of
[57] Examinons d’abord la catégorie des infrac­
tions de conduite dangereuse. Dans R. c. Hundal,
[1993] 1 R.C.S. 867, la Cour a conclu que l’élément
de faute de l’infraction de conduite dangereuse
s’entendait d’un comportement qui représentait
un « écart marqué » par rapport au comportement
qu’aurait une personne raisonnable dans les mêmes
circonstances. (Voir également les arrêts plus récents
Beatty et R. c. Roy, 2012 CSC 26, [2012] 2 R.C.S.
60.) Plusieurs considérations ont justifié l’adoption
d’une norme objective et non subjective : la conduite
d’un véhicule automobile est une activité réglementée
à laquelle une personne décide de se livrer, elle fait
296
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
which suggest that the offence seeks to impose a
minimum uniform standard of care. Cory J. noted, for
example, that “[l]icensed drivers choose to engage
in the regulated activity of driving. They place
themselves in a position of responsibility to other
members of the public who use the roads”: Hundal,
at p. 884 (emphasis added). With respect to the text
of the provision, Cory J. observed that it creates an
offence of driving “in a manner that is dangerous to
the public, having regard to all the circumstances”
and this suggests an objective standard: “The
’manner of driving’ can only be compared to a
standard of reasonable conduct” (p. 885). So in the
case of dangerous driving both the text and nature
of the provision, as well as other factors, provided
strong support for an objective fault element. None
of those factors is present in the s. 218 offence.
appel aux réflexes et le texte de la disposition créant
l’infraction s’attache à la façon de conduire. Tous
ces éléments portent à croire que le législateur a
voulu imposer une norme de diligence minimale
d’application uniforme. Le juge Cory affirme entre
autres que « les titulaires de permis choisissent de
se livrer à l’activité réglementée qu’est la conduite
d’un véhicule automobile. Ils assument ainsi une
responsabilité envers tous les autres membres du
public qui circulent sur les chemins » : Hundal,
p. 884 (je souligne). Le juge Cory fait observer que le
libellé de la disposition crée l’infraction de conduire
« d’une façon dangereuse pour le public, compte
tenu de toutes les circonstances », ce qui appelle
l’application d’une norme objective : « On ne peut
comparer la “façon de conduire” qu’à une norme de
comportement raisonnable » (p. 885). Dans le cas
de la conduite dangereuse, le libellé et la nature de
la disposition créant l’infraction, ainsi que d’autres
éléments, militaient clairement en faveur d’une faute
objective. Or, aucune de ces considérations ne vaut
dans le cas de l’infraction prévue à l’art. 218.
[58] Next, there are offences which are expressed
in terms of careless conduct, such as the careless
storage of firearms. In R. v. Finlay, [1993] 3 S.C.R.
103, the Court concluded that the carelessness
targeted by the offence is not consistent with sub­
jective fault. The provision required the Crown to
establish that a firearm was used, carried, handled,
shipped or stored “in a careless manner or without
reasonable precautions for the safety of other
persons”. The use of the word “careless” and the
reference to “reasonable precautions” were clear
markers of objectively assessed fault (pp. 114-15).
There is no similar language in s. 218.
[58] Passons maintenant à la deuxième catégorie,
celle des infractions axées sur le comportement
négligent, tel l’entreposage négligent d’armes à feu.
Dans R. c. Finlay, [1993] 3 R.C.S. 103, la Cour a
conclu que la négligence réprimée par la disposition
ne pouvait être appréciée selon une norme subjective.
Le ministère public devait prouver qu’une arme à
feu avait été utilisée, portée, manipulée, expédiée
ou entreposée « d’une manière négligente ou sans
prendre suffisamment de précautions à l’égard de la
sécurité d’autrui ». L’emploi des mots « négligente »
et « suffisamment de précautions » militait clairement
en faveur d’une appréciation objective de la faute
(p. 114-115). Or, l’art. 218 ne renferme pas de termes
apparentés.
[59] A third category relates to so-called predicate
offences. These are offences such as unlawful act
manslaughter and unlawfully causing bodily harm
which require the commission of an underlying
unlawful act. They have been found to require
the mental element for the underlying offence
but only objective foresight of harm flowing from
it: see, e.g., R. v. DeSousa, [1992] 2 S.C.R. 944
(unlawfully causing bodily harm); R. v. Creighton,
[59] Une troisième catégorie d’infractions est
celle des infractions sous-jacentes, tels l’homicide
involontaire coupable résultant d’un acte illégal et
l’infliction illégale de lésions corporelles, néces­
sitant la perpétration d’un autre acte illégal. La
Cour a statué qu’il fallait établir l’élément moral de
l’infraction sous-jacente, mais uniquement la pré­
visibilité objective du préjudice en ayant découlé :
voir, p. ex., R. c. DeSousa, [1992] 2 R.C.S. 944
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
297
[1993] 3 S.C.R. 3 (unlawful act manslaughter).
Without reiterating the detailed reasons given in
those cases, I simply underline that these offences
are ones in which the commission of the predicate
or underlying offence has actual and serious
consequences. As Sopinka J. said in DeSousa (at
p. 967) and McLachlin J. repeated in Creighton
(at p. 55): “The implicit rationale of the law in this
area is that it is acceptable to distinguish between
criminal responsibility for equally reprehensible
acts on the basis of the harm that is actually caused.”
This rationale has no application to s. 218; there is
neither a predicate offence nor any need to show
that actual harm resulted from the conduct in the
child abandonment offence.
(infliction illégale de lésions corporelles); R. c.
Creighton, [1993] 3 R.C.S. 3 (homicide involontaire
coupable résultant d’un acte illégal). Sans reprendre
les motifs détaillés de ces deux arrêts, soulignons
simplement que, dans le cas de ces infractions, la
perpétration de l’infraction sous-jacente a des consé­
quences réelles et graves. Le juge Sopinka a affirmé
ce qui suit dans DeSousa (p. 967), propos que la
juge McLachlin a rappelés dans Creighton (p. 55) :
« Le droit dans ce domaine repose sur le principe
implicite qu’il est acceptable d’établir une distinc­
tion quant à la responsabilité criminelle entre des
actes également répréhensibles en fonction du pré­
judice qui est effectivement causé. » Ce principe ne
s’applique pas à l’art. 218; il n’y a pas d’infraction
sous-jacente, et point n’est besoin de montrer que
l’abandon d’enfant a réellement causé un préjudice.
[60] On that point, I note that at the court of
appeal level, the Crown suggested that the word
“unlawfully” in s. 218 was intended to imply that a
violation of s. 215 constituted a predicate offence to
child abandonment. I disagree. Rather, I agree with
Richards J.A. that the word “unlawfully” in s. 218 is
mere surplusage that was left from the original text
in An Act respecting Offences against the Person
(1869), s. 26: see, e.g., R. v. Chartrand, [1994] 2
S.C.R. 864, at pp. 886-87. The commission of a
s. 215 offence, or any other offence, is not required
for purposes of a child abandonment conviction.
Section 218 has a broader application than s. 215,
which only applies to specific individuals. To hold
that a conviction under s. 218 is dependent upon a
conviction under s. 215 would overlook the words
“[e]very one” in s. 218, would void para. (b) of
the s. 214 definition of meaning, and would render
s. 218 redundant, as it would serve the exact same
purpose as s. 215. Section 218 does not provide for
a greater sentence and therefore it is not merely
an enhanced form of s. 215, in the way that, for
example, unlawfully causing bodily harm (s. 269,
maximum sentence of 10 years) is an enhanced
version of assault (s. 266, maximum sentence of
5 years).
[60] Je signale à ce sujet que le ministère public
a soutenu en cour d’appel que l’emploi du mot
« illicitement » à l’art. 218 visait à faire tacitement de
la violation de l’art. 215 une infraction sous-jacente
à celle d’abandon d’enfant. Je ne partage pas cet
avis. Je conviens plutôt avec le juge Richards que le
mot « illicitement » employé à l’art. 218 est un terme
superfétatoire repris du texte original de l’Acte con­
cernant les offenses contre la Personne (1869), art. 26 :
voir, p. ex., R. c. Chartrand, [1994] 2 R.C.S. 864,
p. 886-887. La perpétration d’une infrac­tion prévue
par l’art. 215 ou d’une autre infrac­tion n’est pas
nécessaire aux fins d’obtenir une déclaration de cul­
pabilité d’abandon d’enfant. L’article 218 a une plus
grande portée que l’art. 215, lequel ne s’applique qu’à
certaines personnes. Conclure qu’une déclara­tion de
culpabilité fondée sur l’art. 218 est tributaire d’une
déclaration de culpa­bilité prenant appui sur l’art. 215
revient à faire abs­traction du mot « [q]uicon­que »
employé à l’art. 218, à priver de sens l’al. b) de la
définition de l’art. 214 et à rendre l’art. 218 redondant
en ce que son objet est alors exactement le même
que celui de l’art. 215. L’article 218 ne prévoit pas
une peine plus lourde et ne constitue donc pas
simplement une disposition plus sévère que l’art. 215,
contrairement, par exemple, à l’infliction illégale de
lésions corporelles (art. 269, emprisonnement maxi­
mal de 10 ans), qui est une version plus grave de
l’infraction de voies de fait (art. 266, emprisonnement
maximal de 5 ans).
298
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
[61] I should also refer to the offences based on
criminal negligence: see, e.g., ss. 219, 220 and
221. Criminal negligence is defined as conduct
that “shows wanton or reckless disregard for the
lives or safety of other persons” (s. 219). The text
of this provision has fueled much debate about
the required fault element. The use of the word
“negligence” in the name of the offence suggests
an objectively defined standard consistent with the
meaning of the word “negligence” in the common
law of torts. On the other hand, the words “wanton
and reckless disregard” could be taken as describing
actual knowledge of the risk created by the conduct
and therefore a subjective fault element: see R. v.
Anderson, [1990] 1 S.C.R. 265, at pp. 269-70.
Ultimately, the Court decided that proof of intention
or actual foresight of a prohibited consequence is
not required. Rather, criminal negligence requires a
marked and substantial departure from the conduct
of a reasonably prudent person in circumstances
in which the accused either recognized and ran an
obvious and serious risk or, alternatively, gave no
thought to that risk: R. v. J.F., 2008 SCC 60, [2008]
3 S.C.R. 215, at paras. 7-11.
[61] Il convient également de mentionner les
infractions relatives à la négligence criminelle :
voir, p. ex., les art. 219, 220 et 221. Est coupable de
négligence criminelle la personne qui « montre une
insouciance déréglée ou téméraire à l’égard de la vie
ou de la sécurité d’autrui » (art. 219). Le libellé de
cette disposition a suscité bien des débats au cha­
pitre de l’élément de faute requis. L’emploi du mot
« négligence » pour désigner l’infraction suppose
l’application de la norme objective qu’appelle le mot
« négligence » en responsabilité civile délictuelle.
Par contre, on pourrait considérer que l’expression
« insouciance déréglée ou témé­raire » renvoie à la
connaissance réelle du risque créé, de sorte que la
faute serait subjective : voir R. c. Anderson, [1990] 1
R.C.S. 265, p. 269-270. La Cour a finalement décidé
que ni la preuve de l’intention, ni celle de la prévision
réelle d’une conséquence prohibée n’étaient néces­
saires. La négligence criminelle exige en fait un écart
marqué et important par rapport à la conduite d’une
personne raisonnablement prudente dans des circons­
tances où l’accusé soit a eu conscience d’un risque
grave et évident sans pour autant l’écarter, soit ne lui
a accordé aucune attention : R. c. J.F., 2008 CSC 60,
[2008] 3 R.C.S. 215, par. 7-11.
[62] This approach to the fault element in the
criminal negligence offences does not in my view
suggest that a similar, objective fault approach
should be taken to the child abandonment provision
that concerns us in this case. Unlike the criminal
negligence offences, the s. 218 offence is not de­
scribed as being concerned with conduct that is
governed by a community standard rather than an
individual appreciation of the circumstances.
[62] À mon avis, cette conception de la faute
dans le contexte d’une infraction de négligence
criminelle ne permet pas de conclure que la faute
visée par la disposition relative à l’abandon d’un
enfant — l’infraction considérée en l’espèce
— doit elle aussi être appréciée objectivement.
Contrairement aux infractions de négligence
criminelle, celle prévue à l’art. 218 n’est pas
formulée de manière à viser une conduite assujettie
à une norme sociale plutôt qu’à une appréciation
individuelle des circonstances.
[63] I turn to a fifth and final category, one
strongly relied on by the Crown in its submissions.
That category consists of the duty-based offence in
s. 215 of the Code. Consideration of this category
and of this submission requires a closer look at the
scheme of the Code and the Court’s decision in R. v.
Naglik, [1993] 3 S.C.R. 122.
[63] Je passe maintenant à la cinquième et
dernière catégorie, sur laquelle le ministère
public s’appuie d’ailleurs grandement dans son
argumentation, celle de l’infraction fondée sur une
obligation créée à l’art. 215 du Code. L’analyse de
cette catégorie et de la thèse du ministère public
requiert un examen approfondi du régime établi par
le Code, de même que de l’arrêt R. c. Naglik, [1993]
3 R.C.S. 122.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
299
(b)The Scheme of the Code
b) Le régime établi par le Code
[64] Various legal duties are set out in ss. 215,
216, 217 and 217.1, including duties to provide the
necessaries of life and to use reasonable knowledge,
skill and care in administering surgical or medical
treatment. However, s. 215 is the only provision
that creates an offence, that of failing to provide the
necessaries of life. The Court in Naglik held that
this offence is one of objective fault and the Crown
appellant submits that the same reasoning should
apply to the abandonment offence under s. 218.
[64] Les articles 215, 216, 217 et 217.1 énoncent
diverses obligations, dont celles de fournir les
choses nécessaires à l’existence et d’apporter une
connaissance, une habileté et des soins raisonnables
lors de l’administration d’un traitement chirurgical
ou médical. Toutefois, l’art. 215 est le seul qui créée
une infraction, soit celle d’omettre, dans certaines
circonstances, de fournir les choses nécessaires à
l’existence. Dans l’arrêt Naglik, la Cour a conclu
que la faute qui sous-tend cette infraction est objec­
tive et le ministère public appelant soutient qu’il en
va de même pour l’infraction d’abandon d’enfant
prévue à l’art. 218.
[65] Respectfully, this submission is not persua­
sive. The s. 215 offence is structured entirely differ­
ently than the s. 218 offence that concerns us here
and the reasoning of Naglik is not applicable to
the s. 218 offence. That reasoning in fact supports
the view that subjective fault is required in s. 218.
Finally, the different purposes served by both
offences also support that view.
[65] En toute déférence, l’argument ne me con­
vainc pas. L’infraction prévue à l’art. 215 est for­
mulée de manière tout à fait différente de celle qui
est créée à l’art. 218 et qui nous occupe en l’espèce.
Le raisonnement suivi dans l’arrêt Naglik ne vaut pas
à l’égard de cette dernière infraction. Il milite en fait
en faveur de l’exigence d’une faute subjective pour
l’application de l’art. 218. Enfin, le fait que les deux
infractions ont des objets différents étaye en outre ce
point de vue.
[66] Consider first the differences in the text of the
two provisions. Unlike the s. 218 child abandonment
offence, the s. 215 necessaries of life offence
considered in Naglik is defined in terms of failure
to perform specified legal duties. What is more,
these specified legal duties arise out of specified
relationships between the person owing the duty and
the person to whom the duty is owed. (The text of
s. 215 is found in the Appendix.)
[66] Examinons d’abord ce qui distingue le libellé
des deux dispositions. Contrairement à l’infraction
d’abandon d’enfant créée à l’art. 218, celle prévue à
l’art. 215 et qui consiste à ne pas fournir les choses
nécessaires à l’existence — l’infraction en cause
dans Naglik — est formulée de façon à s’entendre
de l’omission de s’acquitter d’obligations légales
précises. Qui plus est, chacune de ces obligations
légales découle du lien existant entre la personne
qui a l’obligation et celle qui en bénéficie. (Le texte
de l’art. 215 est reproduit en annexe.)
[67] The essence of the s. 215 offence, then, is
that it imposes legal duties arising out of defined
relationships. It is clear that the decision in Naglik
was based on that premise. Lamer C.J. writes, in
Naglik:
[67] L’infraction prévue à l’art. 215 vise donc
essentiellement à imposer des obligations en
fonction de l’existence de liens déterminés. Dans
l’arrêt Naglik, qui retient clairement cette prémisse,
le juge en chef Lamer dit ce qui suit :
With respect to the wording of s. 215, while there is
no language in s. 215 such as “ought to have known”
En ce qui concerne le texte de [l’]article [215], bien
qu’on n’y retrouve aucune expression du genre
300
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
indicating that Parliament intended an objective standard
of fault, the language of s. 215 referring to the failure
to perform a “duty” suggests that the accused’s conduct
in a particular circumstance is to be determined on an
objective, or community, standard. The concept of a
duty indicates a societal minimum which has been
established for conduct: as in the law of civil negligence,
a duty would be meaningless if every individual defined
its content for him- or herself according to his or her
subjective beliefs and priorities. Therefore, the conduct
of the accused should be measured against an objective,
societal standard to give effect to the concept of “duty”
employed by Parliament. [p. 141]
« aurait dû savoir » indiquant l’intention du législateur
d’établir une norme objective de faute, le fait qu’il y est
question de l’omission de remplir une « obligation »
donne à entendre que la conduite de l’accusé dans des
circonstances particulières est à apprécier selon une
norme objective, c’est-à-dire une norme de la société.
La notion d’obligation évoque une exigence sociale
minimale fixée à l’égard d’une conduite donnée : comme
dans le domaine de la négligence civile, une obligation
serait vide de sens si chacun en définissait le contenu
selon ses croyances et ses priorités personnelles. La
conduite de l’accusé devrait en conséquence s’apprécier
en fonction d’une norme objective ou d’une norme de la
société afin de donner effet à la notion d’« obligation » à
laquelle a recouru le législateur. [p. 141]
[68] The Crown submits that this reasoning
applies equally to s. 218 because that offence, too,
may be committed by a person who fails in a legal
duty to take charge of a child. I do not accept this
position. While failure to perform a duty imposed
by law on persons in particular relationships is the
essence of the offence created by s. 215, this is not
at all the case with respect to child abandonment
under s. 218. This is why the reasoning of Naglik
cannot apply to s. 218. The child abandonment
offence may be committed by “[e]very one”; it is
not restricted to persons in particular relationships
or under specified, statutorily created legal duties.
The concept of duty in the child abandonment
offence becomes relevant only in relation to an
omission and is found in the non-exhaustive
definition of “abandon” or “expose”. Those terms
include “a wilful omission to take charge of a child
by a person who is under a legal duty to do so”:
para. (a) of the s. 214 definition. In my opinion, the
reference to “legal duty” in relation to omissions
in this section simply gives effect to the common
law principle that criminal responsibility generally
does not arise from an omission unless there is a
pre-existing legal duty to act: see, e.g., Roach
(2012), at p. 115; D. Stuart, Canadian Criminal
Law: A Treatise (6th ed. 2011), at p. 95. Therefore,
the effect of the reference to duty in para. (a) of the
s. 214 definition is to ensure that the offence applies
to omissions by those with a legal duty towards a
child. However, the child abandonment offence
does not impose any such duties and people with
no duty may be liable, but only for positive acts
[68] Le ministère public soutient que ce raison­
nement vaut également pour l’art. 218 car l’infraction
qui y est créée peut aussi être commise par une per­
sonne qui omet de remplir l’obligation légale de
prendre soin d’un enfant. Je ne suis pas d’accord.
Si l’essence même de l’infraction créée à l’art. 215
réside dans l’omission d’une personne de remplir
l’obligation qui lui incombe légalement vis-à-vis
d’une personne ayant un lien particulier avec elle,
ce n’est pas du tout le cas de l’infraction que prévoit
l’art. 218, soit l’abandon d’enfant. C’est pourquoi le
raisonnement qui sous-tend l’arrêt Naglik ne saurait
valoir en l’espèce. L’infraction que crée l’art. 218
peut être commise par « [q]uiconque »; elle ne vise
pas que la personne ayant un lien particulier avec
une autre ou une obligation légale précise. La notion
d’obligation n’est pertinente aux fins de l’infraction
d’abandon d’enfant qu’en liaison avec l’omission
dont fait mention la définition non exhaustive des
termes « abandonner » ou « exposer » (« l’omission
volontaire, par une personne légalement tenue de
le faire, de prendre soin d’un enfant » : al. a) de la
définition de l’art. 214. À mon avis, l’emploi des mots
« légalement tenue » en liaison avec les omissions
visées par la disposition donne simplement effet au
principe de common law voulant qu’une omission
n’engage généralement pas la responsabilité cri­
minelle, sauf obligation légale d’agir préexistante :
voir, p. ex., Roach (2012), p. 115; D. Stuart,
Canadian Criminal Law : A Treatise (6e éd. 2011),
p. 95. Par conséquent, le renvoi de l’al. a) de la
définition de l’art. 214 à une obligation fait en sorte
que seule soit visée l’omission de s’acquitter d’une
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Cromwell
301
captured, for example, by the words “dealing with”
in para. (b) of the s. 214 definition.
obligation légale envers un enfant. Or, l’infraction
d’abandon d’enfant n’impose pas une telle obligation
légale. La personne qui n’a pas cette obligation légale
peut être tenue responsable, mais seulement pour une
action concrète, ce qui est entre autres confirmé par
l’expression « du fait de traiter » employée à l’al. b)
de la définition de l’art. 214.
[69] The brief comments about the child abandon­
ment offence in both Stuart, at p. 96, and Roach
(2012), at p. 116, do not support the view that the
fault element of the offence is objective. Rather they
point out, as I have just discussed, that the concept
of duty appears in this offence only in relation to
omissions. As for the Manning and Sankoff treatise,
it expresses the view the s. 218 offence is “entirely
superfluous” (p. 826) — a conclusion with which
I disagree for the reasons I have already set out. I
note that some of the case law cited by Manning
and Sankoff involved parents who were convicted
of child abandonment for having knowingly left
their child in risky circumstances: p. 827, notes 15556; Christiansen, at para. 8; R. v. Holzer (1988), 63
C.R. (3d) 301 (Alta. Q.B.), at p. 303.
[69] Les brèves remarques de Stuart (p. 96) et de
Roach (2012) (p. 116) sur l’infraction d’abandon
d’enfant n’appuient pas la thèse que l’élément de
faute de l’infraction doit être établi de manière
objective. Elles soulignent plutôt, comme je le dis
précédemment, que la notion d’obligation ne vaut,
aux fins de cette infraction, qu’en liaison avec une
omission. Dans leur traité, Manning et Sankoff se
disent d’avis que l’infraction créée à l’art. 218 est
[traduction] « totalement superflue » (p. 826), ce
avec quoi je ne suis pas d’accord pour les motifs
exposés précédemment. Signalons que dans certaines
des affaires qu’ils citent, des parents ont été reconnus
coupables d’abandon d’enfant parce qu’ils avaient
sciemment laissé leur enfant dans des circonstances
où celui-ci était exposé à un risque : p. 827, notes
155-156; Christiansen, par. 8; R. c. Holzer (1988),
63 C.R. (3d) 301 (C.B.R. Alb.), p. 303.
[70] Further, it seems to me that the clearly
different structures of the text of s. 218 on one hand,
and the duty-based offence in s. 215 on the other,
support the view that the s. 218 offence is different.
Where Parliament intended to base an offence on
violation of a duty, s. 215 shows that it could find
the language to do so clearly. None of this sort of
language appears in s. 218.
[70] En outre, il me semble que la formulation
nettement différente de l’art. 218, d’une part, et
de l’infraction fondée sur une obligation prévue
à l’art. 215, d’autre part, permet de conclure que
l’infraction prévue à l’art. 218 est différente. Il
appert de l’art. 215 que, lorsqu’il veut fonder une
infraction sur le manquement à une obligation, le
législateur recourt au libellé qui s’impose, ce qui
n’est pas du tout le cas à l’art. 218.
[71] The distinct structure and wording of the
child abandonment offence also counter any
suggestion that its placement in the same part of
the Code with the sections creating legal duties (i.e.
ss. 215 to 217.1) informs the nature of the required
fault element. The placement of a provision within
the Code or the elements of other offences in
the same part of the Code do not often assist in
determining the nature of its fault requirement and
are particularly unhelpful here: see, e.g., Pappajohn,
at p. 146. While the provision is placed under the
heading “Duties Tending to Preservation of Life”,
[71] La formulation et le libellé distincts de la
disposition relative à l’abandon d’enfant écartent
également l’idée que son emplacement dans la
même partie du Code que les articles qui créent
des obligations légales (c.-à-d. les art. 215 à 217.1)
est déterminant quant à la nature de l’élément de
faute requis. L’emplacement d’une disposition dans
le Code ou les éléments constitutifs des infractions
créées par les autres dispositions de la même partie
du Code permettent rarement d’établir la nature de
la faute requise et ils ne sont d’aucune utilité en
l’espèce : voir, p. ex., Pappajohn, p. 146. Même si
302
r.
v.
A.D.H.
Cromwell J.
[2013] 2 S.C.R.
the marginal note of s. 218, “Abandoning child” is
the only one of the five sections under this heading
which does not have the word “duty” in its marginal
note. If anything, this tends to underline that it is
different from the other provisions.
l’art. 218 figure à la rubrique « Devoirs tendant à
la conservation de la vie », il est le seul des cinq
articles de la rubrique dont la note marginale —
« Abandon d’un enfant » — ne renferme pas le mot
« obligation » ou « devoir ». Et s’il faut en conclure
quelque chose, c’est que la disposition se distingue
des autres.
[72] The child abandonment offence has the same
range of possible punishments as does the objective
fault offence of failing to provide necessaries in
s. 215. However, the range of punishments says
little about the required fault element. To take a
stark example, criminal negligence causing death,
with a possible punishment of life in prison, has an
objective fault element requirement. Theft under
five thousand dollars, which may be prosecuted by
summary conviction, is an offence not only requiring
subjective fault but specific intent. I do not find any
help in defining the fault requirement of the child
abandonment offence that other offences which may
be punished with the same or even greater periods of
imprisonment require only objective fault.
[72] L’infraction d’abandon d’enfant prévoit la
même échelle de peines que celle d’omettre de fournir
les choses nécessaires à l’existence créée à l’art. 215
et dont la perpétration suppose une faute objective.
L’échelle des peines est cependant peu révélatrice de
l’élément de faute requis. La négligence criminelle
ayant causé la mort, une infraction punissable de
l’emprisonnement à perpétuité et dont la perpétra­
tion exige la preuve d’une faute objective, en est
l’exemple patent. À l’opposé, le vol d’un bien dont la
valeur est d’au plus cinq mille dollars, punissable sur
déclaration de culpabilité par procédure sommaire,
exige non seulement une faute subjective, mais aussi
une intention spécifique. Le fait que d’autres infrac­
tions punissables d’un emprisonnement d’une durée
égale ou supérieure requièrent seulement une faute
objective n’aide en rien à définir la faute applicable à
l’infraction d’abandon d’enfant.
(c)Conclusion on the Text of the Provision and
Scheme of the Code
c) Conclusion sur le libellé de la disposition et
le régime établi par le Code
[73] To sum up, none of the considerations that
persuaded the Court to adopt an objective fault
standard in the categories of offences I have just
reviewed is present in the child abandonment
offence under s. 218. The prohibition applies to
everyone, not just to a particular group engaged in a
regulated activity or standing in a particular, defined
relationship with the alleged victim. Nothing in the
text suggests an intention to impose a minimum and
uniform standard of care. There are no references in
the text to “dangerous”, “careless” or “reasonable”
conduct or any requirement to take “reasonable
precautions”. There is no predicate offence and
no actual harm is required by the provision. The
provision does not create, define or impose a duty to
do anything other than in the sense that all criminal
offences could be considered to create a duty not to
commit them.
[73] En résumé, aucune des considérations qui ont
amené la Cour à adopter une norme de faute objec­
tive pour les catégories d’infractions examinées
précédemment ne vaut pour l’infraction d’abandon
d’enfant prévue à l’art. 218. L’interdiction est faite
à quiconque, et non seulement à un groupe donné
se livrant à une activité réglementée ou ayant
un lien précis et défini avec la victime alléguée.
Aucun élément du libellé ne donne à penser que le
législateur a voulu imposer une norme de diligence
minimale d’application uniforme. Nulle mention
n’est faite d’un comportement « dangereux »,
« négligent » ou « raisonnable », ou de l’obligation de
prendre des « précautions raisonnables ». Il n’y a pas
d’infraction sous-jacente, et nul préjudice réel n’est
requis. La disposition ne crée, ne définit et n’impose
rien au‑delà de l’obligation, commune à toutes les
infractions criminelles, de ne pas commettre l’acte
prohibé.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
303
[74] I conclude that both what is present in s. 218
of the Code and its related provisions and what
is absent from it strongly support the view that a
subjective fault element is required.
[74] Je conclus que tant les éléments présents à
l’art. 218 du Code et ses dispositions connexes que
ceux qui en sont absents étayent solidement la thèse
selon laquelle la faute doit être subjective.
E. Conclusion
E. Conclusion
[75] In my view, the text, context and purpose of s.
218 of the Code show that subjective fault is required.
It follows that the trial judge did not err in acquitting
the respondent on the basis that this subjective fault
requirement had not been proved. The Court of
Appeal was correct to uphold the acquittal.
[75] À mon avis, le libellé, le contexte et l’objet
de l’art. 218 du Code militent en faveur du caractère
subjectif de la faute requise. Par conséquent, le juge
du procès n’a pas eu tort d’acquitter l’intimée au
motif qu’une telle faute n’avait pas été prouvée. La
Cour d’appel a eu raison de confirmer l’acquittement.
V. Disposition
V. Dispositif
[76] I would dismiss the appeal.
[76] Je suis d’avis de rejeter le pourvoi.
The reasons of Rothstein and Moldaver JJ. were
delivered by
Version française des motifs des juges Rothstein
et Moldaver rendus par
Moldaver J. —
Le juge Moldaver —
I. Introduction
I. Introduction
[77] Section 218 of the Criminal Code, R.S.C.
1985, c. C-46 (the “Code”), makes it an offence to
abandon or expose a child under the age of 10 so
that the child’s life is or is likely to be endangered
or its health is or is likely to be permanently injured.
The question presented in this appeal concerns
the mental element, or mens rea, that applies to
the proscribed consequences of abandonment or
exposure, namely, the risk of death or permanent
injury to the child’s health. Specifically, is fault to
be judged subjectively, which is to say, focusing on
whether the accused actually knew that abandoning
the child would put its life or health in danger? Or
is it to be judged objectively, focusing on whether a
reasonable person in the same circumstances would
have known that abandoning the child would put
its life or health in danger? Notwithstanding this
crime’s ancient lineage — and the vital purpose it
serves in protecting the most vulnerable among us
— it is a question about which this Court has not
spoken.
[77] L’article 218 du Code criminel, L.R.C.
1985, ch. C-46 (le « Code »), criminalise le fait
d’abandonner ou d’exposer un enfant de moins
de 10 ans de manière que la vie de cet enfant soit
effectivement mise en danger ou exposée à l’être,
ou que sa santé soit effectivement compromise
de façon permanente ou exposée à l’être. Le
pourvoi a trait à l’élément moral (ou mens rea)
lié aux conséquences prohibées de l’abandon
ou de l’exposition, à savoir le risque de décès de
l’enfant ou de préjudice permanent à sa santé.
Plus précisément, faut-il apprécier subjectivement
la faute, c’est-à-dire déterminer si l’accusé savait
bel et bien que l’abandon de l’enfant mettrait sa
vie ou sa santé en danger, ou faut-il l’apprécier
objectivement et se demander si une personne
raisonnable s’étant trouvée dans la même situation
aurait su que l’abandon de l’enfant mettrait sa vie ou
sa santé en danger? Malgré les origines lointaines
de cette infraction — et son objectif fondamental
de protéger les plus vulnérables d’entre nous —,
il s’agit d’un sujet sur lequel la Cour ne s’est pas
encore prononcée.
304
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
[78] The facts and judgments below have been
set out by Cromwell J. for the majority, whose
reasons I have had the opportunity of reading. Like
the majority, I too would uphold the respondent’s
acquittal, but for reasons that differ from those of
Justice Cromwell.
[78] J’ai eu l’occasion de lire les motifs des
juges majoritaires, rédigés par le juge Cromwell,
qui exposent les faits et l’historique judiciaire.
Comme la majorité, je suis d’avis de confirmer
l’acquittement de l’intimée, mais pour d’autres
motifs.
[79] My colleague concludes that s. 218 requires
subjective foreseeability of the consequences that
follow or are likely to follow upon the child being
abandoned or exposed. Under this approach, to
sustain a conviction, the Crown would be required
to prove, among other things, that upon abandoning
or exposing the child, the accused foresaw that his
or her conduct placed or was likely to place the
child at risk of death or permanent injury, and went
ahead anyway, reckless as to the consequences.
[79] Mon collègue estime que l’art. 218 exige la
prévision subjective des conséquences qui s’ensui­
vent ou qui sont susceptibles de s’ensuivre pour
l’enfant de l’abandon ou de l’exposition de ce
dernier. Suivant cette interprétation, pour justifier
une déclaration de culpabilité, le ministère public
est tenu d’établir entre autres qu’en abandonnant ou
en exposant l’enfant, l’accusé a prévu qu’il lui ferait
courir un risque de décès ou de préjudice permanent,
ou qu’il l’exposerait à ce risque, et qu’il a persisté
malgré tout, sans se soucier des conséquences.
[80] Respectfully, I do not read the provision as
requiring such a high degree of fault in respect of
the proscribed consequences. Nor do I believe that
such an interpretation reflects Parliament’s will.
[80] En toute déférence, je ne crois pas que la
disposition commande l’application d’une norme
de preuve aussi stricte pour établir la faute liée aux
conséquences prohibées, ni que pareille interpréta­
tion concorde avec l’intention du législateur.
[81] In its essence, s. 218 is child protection legis­
lation. It seeks to protect a limited class of people
(children under the age of 10) from two defined
risks (death or permanent injury) that occur or are
likely to occur from abandoning or exposing the
child. And, as I will explain, the section is aimed
at three limited classes of people faced with a
situation where a child under 10 is or is likely to
be at risk of death or permanent injury: (1) those
who have a pre-existing and an ongoing legal duty
to take charge of the child; (2) those who choose to
come to the aid of the child in that situation; and (3)
those who place the child in that situation.
[81] L’article 218 a essentiellement pour objet de
protéger les enfants. Il vise à soustraire une catégorie
de personnes (les enfants de moins de 10 ans) à deux
risques précis (le décès ou le préjudice permanent)
qui découlent ou qui sont susceptibles de découler de
l’abandon ou de l’exposition. Comme je l’explique
ci-après, il cible trois catégories de personnes dans
la situation où un enfant de moins de 10 ans court
ou est susceptible de courir le risque de mourir
ou de subir un préjudice permanent : (1) celle
qui a l’obligation légale, à la fois préexistante et
permanente, de prendre soin de l’enfant, (2) celle
qui, dans cette situation, décide de venir en aide à
l’enfant et (3) celle qui est à l’origine de la situation.
[82] Construed this way, as I believe s. 218 is
meant to be, penal negligence is sufficient to satisfy
the fault component of the provision as it relates
to the consequences of abandoning or exposing
a child. To prove penal negligence, the Crown
must establish that a reasonable person would
have foreseen that his or her conduct placed, or
was likely to place, the child at risk of death or
[82] Suivant cette interprétation de l’art. 218 qui
est à mon sens la bonne, la négligence pénale suffit
pour établir la faute requise par la disposition en
ce qui a trait aux conséquences de l’abandon ou
de l’exposition d’un enfant. Dès lors, le ministère
public doit établir qu’une personne raisonnable
aurait prévu que sa conduite faisait courir ou était
susceptible de faire courir à l’enfant un risque de
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
305
permanent injury and that the accused’s conduct
constituted a marked departure from that expected
of a reasonable person in the circumstances.
décès ou de préjudice permanent, et que la conduite
de l’accusé représente un écart marqué par rapport à
ce dont on se serait attendu d’une personne raison­
nable dans les circonstances.
[83] The recognized tools of statutory interpre­
tation support the conclusion that penal negligence
is the requisite fault element for the proscribed con­
sequences in s. 218 of the Code. In what follows,
I propose to canvass the plain language of the
provision, its legislative history, relevant scholarly
opinion, and this Court’s precedents in an attempt
to establish as much. But I also propose to rely
on some common sense. Indeed, when one steps
back from the mechanistic and often result-driven
application of the seemingly endless and at times
contradictory tools of statutory interpretation,
common sense may, and generally will, prove to be
the best guide to statutory interpretation. It certainly
is here, as I will explain.
[83] Les méthodes d’interprétation législative recon­
nues appuient la conclusion que la négligence pénale
correspond à l’élément de faute requis à l’égard
des conséquences prohibées à l’art. 218 du Code.
Afin d’étayer ma thèse, je me propose maintenant
d’étudier le texte de l’art. 218, son historique, le point
de vue des auteurs et la jurisprudence de la Cour. De
plus, je compte faire appel au simple bon sens. En
effet, lorsqu’on renonce à recourir mécaniquement
et souvent en fonction du résultat recherché aux
méthodes d’interprétation apparemment innom­
brables et parfois contradic­toires, le recours au bon
sens peut se révéler et se révèle généralement être la
meilleure option. C’est assuré­ment le cas en l’espèce,
comme je l’explique plus loin.
II. Analysis
II. Analyse
A. Understanding the Elements of the Offence of
Child Abandonment
A. Les éléments constitutifs de l’infraction d’abandon
d’enfant
[84] As with all offences, to secure a conviction
under s. 218, the Crown must prove, beyond a
reasonable doubt, that the conduct of the accused
satisfies every element of the offence. For conve­
nience, I set out the provision in its entirety:
[84] Comme dans le cas de toute infraction, pour
que l’accusé soit déclaré coupable de l’infraction
prévue à l’art. 218, le ministère public doit prouver
hors de tout doute raisonnable chacun des éléments
de l’infraction. Voici d’ailleurs le texte intégral de la
disposition :
218. [Abandoning child] Every one who unlawfully
abandons or exposes a child who is under the age of ten
years, so that its life is or is likely to be endangered or its
health is or is likely to be permanently injured,
218. [Abandon d’un enfant] Quiconque illicitement
abandonne ou expose un enfant de moins de dix ans,
de manière que la vie de cet enfant soit effectivement
mise en danger ou exposée à l’être, ou que sa santé soit
effectivement compromise de façon permanente ou
exposée à l’être est coupable :
(a) is guilty of an indictable offence and liable to im­
prisonment for a term not exceeding five years; or
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprison­
nement maximal de cinq ans;
(b) is guilty of an offence punishable on summary
conviction and liable to imprisonment for a term not
exceeding eighteen months.
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de
culpabilité par procédure sommaire et passible d’un
emprisonnement maximal de dix-huit mois.
Section 214 of the Code defines the words “abandon”
and “expose” for the purposes of s. 218, and reads as
follows:
Aux fins de l’application de l’art. 218, l’art. 214 du
Code définit comme suit les mots « abandonner » et
« exposer » :
306
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
214. In this Part,
214. Les définitions qui suivent s’appliquent à la
présente partie.
“abandon” or “expose” includes
« abandonner » ou « exposer » S’entend notamment :
(a) a wilful omission to take charge of a child by a
person who is under a legal duty to do so, and
a) de l’omission volontaire, par une personne légale­
ment tenue de le faire, de prendre soin d’un enfant;
(b) dealing with a child in a manner that is likely to
leave that child exposed to risk without protection;
b) du fait de traiter un enfant d’une façon pouvant l’expo­
ser à des dangers contre lesquels il n’est pas protégé;
[85] It bears noting that the offence under s. 218
is not concerned with an act of abandonment or ex­
posure in the abstract, or even the act of abandoning
or exposing any child. Rather, it is concerned with
an act of abandoning or exposing a child under 10 so
that the child is subject to certain risks. There are
thus three distinct elements, as follows:
[85] Il convient de signaler que l’infraction prévue
à l’art. 218 ne s’entend pas de l’acte d’abandon ou
d’exposition dans l’abstrait, ni même de l’abandon
ou de l’exposition de n’importe quel enfant. Elle
s’entend de l’abandon ou de l’exposition d’un enfant
de moins de 10 ans de manière à lui faire courir
certains risques. L’infraction est donc constituée de
trois éléments distincts :
1. an act of abandonment or exposure,
1. l’acte d’abandon ou d’exposition,
2. of a child under the age of 10,
2. d’un enfant de moins de 10 ans,
3. so that the child’s life is or is likely to be
endangered or its health is or is likely to be
permanently injured.
3. de manière que la vie de cet enfant soit effec­
tivement mise en danger ou exposée à l’être, ou
que sa santé soit effectivement compromise de
façon permanente ou exposée à l’être.
[86] These three elements have been termed
“acts”, “circumstances” and “consequences”.
See D. Ormerod, Smith and Hogan’s Criminal
Law (13th ed. 2011), at p. 56. The act — here,
abandonment or exposure — speaks to the conduct
that, on its own or because of its consequences, the
law seeks to punish. The circumstances — here,
a child under 10 — bring more specificity to the
conduct by identifying certain facts or conditions
that must be present. Finally, the consequences
— here, the risk to the child’s life or health — are
the result that the law seeks to prevent. Breaking
an offence down into its various parts is important
because, as Professor Ormerod observes, “the
law may require different mental elements for
the various constituents” (p. 56). This is true with
respect to s. 218 and, for reasons I will explain, care
must thus be taken to distinguish between the act,
its circumstances and its consequences in assessing
the requisite mens rea for the offence.
[86] D’aucuns les ont appelés « acte », « circons­
tances » et « conséquences ». Voir D. Ormerod, Smith
and Hogan’s Criminal Law (13e éd. 2011), p. 56.
L’acte, à savoir l’abandon ou l’exposition, s’entend
de la conduite que le législateur vise à réprimer en
raison de sa nature ou de ses conséquences. Les
circonstances, à savoir l’âge de l’enfant (moins
de 10 ans), circonscrivent la conduite en précisant
certaines données ou certaines conditions qui
doivent être réunies. Enfin, les conséquences, à
savoir le risque pour la vie ou la santé de l’enfant,
s’entendent du résultat que le législateur cherche
à empêcher. Il importe de réduire une infraction
à ses différentes composantes car, comme le fait
remarquer le professeur Ormerod, [traduction] « à
chacun des éléments constitutifs peut correspondre
un élément moral différent » (p. 56), ce qui est
le cas de l’art. 218. Pour les motifs que j’expose
ci-après, il faut donc établir une distinction entre
l’acte, ses circonstances et ses conséquences pour
déterminer la mens rea que commande l’infraction.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
307
[87] The mens rea of an offence “does not exist
in the air or in the abstract but must be related to
certain consequences or circumstances” (K. Roach,
Criminal Law (5th ed. 2012), at p. 164). As a
general rule, a mental element, whether subjective
or objective, will accompany each physical element
of a crime, be it the act, its circumstances or its
con­sequences. For example, as the third element in
s. 218 requires that the child’s life or health is or
is likely to be placed at risk, absent an exception
to the rule, there must be an accompanying mental
element of some kind, whether subjective or objec­
tive, that addresses the accused’s state of mind in
respect of the risk to the child.
[87] La mens rea d’une infraction [traduction]
« n’existe pas indépendamment de tout contexte ou
dans l’abstrait; elle doit plutôt être mise en relation
avec certaines conséquences ou circonstances »
(K. Roach, Criminal Law (5e éd. 2012), p. 164). En
règle générale, un élément moral, qu’il soit subjectif
ou objectif, correspond à chacun des éléments
constitutifs d’un crime, qu’il s’agisse de l’acte, de ses
circonstances ou de ses conséquences. Par exemple,
comme le troisième élément de l’art. 218 nécessite
que la vie ou la santé de l’enfant soit effectivement
mise en danger ou exposée à l’être, sauf exception,
un quelconque élément moral, subjectif ou objectif,
doit correspondre à l’état d’esprit de l’accusé quant
au risque couru par l’enfant.
[88] Furthermore, it is worth recalling that a par­
ticular offence may well have some mental elements
that are assessed subjectively and others that are
assessed objectively. In R. v. Hinchey, [1996] 3
S.C.R. 1128, at para. 80, L’Heureux-Dubé J., for
the majority, refused to accept that “an offence must
be either subjective or objective with no possible
middle ground”. In her view,
[88] En outre, il vaut la peine de rappeler qu’il
se peut fort bien que certains éléments moraux
d’une infraction doivent être appréciés subjective­
ment et que d’autres doivent l’être objectivement.
S’exprimant au nom des juges majoritaires de la
Cour dans R. c. Hinchey, [1996] 3 R.C.S. 1128,
par. 80, la juge L’Heureux-Dubé a disconvenu
qu’« une infraction doit être soit subjective soit
objective, sans moyen terme ». Selon elle,
the mens rea of a particular offence is composed of the
totality of its component fault elements. The mere fact
that most criminal offences require some subjective
component does not mean that every element of the
offence requires such a state of mind. [Emphasis in
original; para. 80.]
la mens rea d’une infraction donnée se compose de
l’ensemble de ses divers éléments de faute. Le simple
fait que la plupart des infractions criminelles exigent
un certain élément subjectif ne signifie pas que chacun
des éléments de l’infraction exige un tel état d’esprit.
[Souligné dans l’original; par. 80.]
With that point in mind, one must be careful not to
speak of a crime as requiring simply subjective or
objective mens rea. Such conclusions “tel[l] only
part of the story”, and a “more precise approach”
requires identifying each mental element in relation
to its coordinate physical element (Roach, at p. 164).
Accordingly, the task before us is to identify the
mental element for each of the three physical ele­
ments of the offence of child abandonment — the
act, the circumstances and the consequences.
Il faut donc se garder d’affirmer qu’une infraction
criminelle exige simplement une mens rea sub­jec­
tive ou objective, car ce serait [traduction] « ne
brosser qu’une partie du tableau » (Roach, p. 164).
Une « démarche plus précise » requiert que l’on
relie chacun des éléments matériels à l’élément
moral correspondant (p. 164). Il faut dès lors déter­
miner quel élément moral correspond à chacun des
trois éléments matériels de l’infraction d’abandon
d’enfant que sont l’acte, ses circonstances et ses
conséquences.
[89] That brings me to the presumption that
Parliament intends crimes to have a subjective fault
element. My colleague does a thorough analysis of
the subject and concludes that
[89] Passons à la présomption selon laquelle le
législateur veut que la perpétration d’une infrac­
tion criminelle requiert la commission d’une faute
subjective. Mon collègue analyse la question en
profondeur et conclut que
308
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
the presumption of subjective fault is not an outdated
rule of construction which is at odds with the modern
approach to statutory interpretation repeatedly endorsed
by the Court. On the contrary, the presumption forms part
of the context which the modern approach requires to be
considered. [para. 28]
la présomption d’une faute de nature subjective n’est pas
une règle d’interprétation obsolète qui va à l’encontre de
l’interprétation législative moderne maintes fois avalisée
par la Cour. Au contraire, elle fait partie du contexte qui,
suivant l’approche moderne, doit être examiné. [par. 28]
[90] I do not take issue with that observation. Care
must be taken, however, to keep the presumption
in its proper perspective. As Morris Manning and
Peter Sankoff observe in their treatise:
[90] Je n’en disconviens pas, mais il faut consi­
dérer la présomption dans sa juste perspective.
Dans leur traité, Morris Manning et Peter Sankoff
affirment ce qui suit :
While generally correct, even [the presumption
of subjective mens rea] runs the possibility of being
misinterpreted. Although subjective fault is clearly the
preferred standard, this has not always extended to every
element of the offence, and it is particularly controversial
in relation to the mental foresight required for particular
consequences. [Emphasis added.]
[traduction] Quoique son application soit géné­
ralement fondée, même [la présomption d’une mens rea
subjective] peut être mal interprétée. La faute subjective
est manifestement la norme privilégiée, mais elle ne vaut
pas toujours pour chacun des éléments de l’infraction et
elle prête particulièrement à controverse lorsqu’il s’agit de
la prévisibilité de certaines conséquences. [Je souligne.]
(Manning, Mewett & Sankoff: Criminal Law
(4th ed. 2009), at p. 153)
(Manning, Mewett & Sankoff : Criminal Law (4e éd.
2009), p. 153)
[91] The authors’ caution is well founded. A line
of decisions from this Court, beginning with R. v.
DeSousa, [1992] 2 S.C.R. 944, have made clear that
criminal law may justifiably “distinguish between
criminal responsibility for equally reprehensible
acts on the basis of the harm that is actually caused”
(p. 967). Thus, for so-called “predicate” offences,
the law requires subjective mens rea only for the
underlying act, while accepting objective mens
rea for the consequences that flow from that act.
As McLachlin J. (as she then was) aptly put it
in R. v. Creighton, [1993] 3 S.C.R. 3, at p. 54,
“[c]onsequences can be important.”
[91] La mise en garde des auteurs est justifiée.
Il ressort des jugements de la Cour rendus dans la
foulée de l’arrêt R. c. DeSousa, [1992] 2 R.C.S. 944,
que le droit criminel peut à juste titre « établir une
distinction quant à la responsabilité criminelle entre
des actes également répréhensibles en fonction du
préjudice qui est effectivement causé » (p. 967).
Ainsi, dans le cas d’une infraction comportant une
infraction « sous-jacente », la loi n’exige la mens
rea subjective que pour l’acte, mais admet la mens
rea objective pour les conséquences de cet acte.
Comme le dit avec justesse la juge McLachlin
(maintenant Juge en chef) dans R. c. Creighton,
[1993] 3 R.C.S. 3, p. 54, « [l]es conséquences
peuvent être importantes ».
[92] More broadly, however, the adoption of
objective mens rea for the consequences of a
particular act is not confined to predicate offences.
Such a narrow approach would “not [be] consistent
with the way in which this Court has defined
standards of fault” (Hinchey, at para. 81). In the
end, “the question of which crimes can legitimately
possess objective fault elements . . . will often
depend on the wording of a particular section
as well as its legislative purpose and context”
[92] Mais, de façon plus générale, la mens rea
requise à l’égard des conséquences d’un acte n’est
pas objective que dans le cas d’une infraction com­
portant une infraction sous-jacente. Une inter­
prétation aussi restrictive « [ne serait] [. . .] pas
compatible avec la façon dont notre Cour a défini
les normes de faute » (Hinchey, par. 81). En défi­
nitive, la « question de savoir quels crimes peuvent
légitimement comporter des éléments de faute
objectifs [. . .] dépendra souvent du libellé de
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
309
(para. 83). Bearing that observation in mind, this
Court has concluded in certain cases other than
those dealing with predicate offences that objective
mens rea is the appropriate standard with respect
to the consequences of particular acts. See, e.g.,
R. v. Lohnes, [1992] 1 S.C.R. 167 (causing a
disturbance); R. v. Nova Scotia Pharmaceutical
Society, [1992] 2 S.C.R. 606 (conspiracy to prevent
or lessen competition unduly); R. v. Naglik, [1993]
3 S.C.R. 122 (failing to provide the necessaries of
life).
l’article en cause ainsi que de son objet et du
contexte législatif » (par. 83). Dans cette optique,
la Cour a estimé, dans certains cas où il n’y avait
pas d’infraction sous-jacente, que la mens rea
liée aux conséquences de l’acte devait être établie
objectivement. Voir, p. ex., R. c. Lohnes, [1992] 1
R.C.S. 167 (faire du tapage); R. c. Nova Scotia
Pharmaceutical Society, [1992] 2 R.C.S. 606
(complot pour empêcher ou diminuer indûment
la concurrence); R. c. Naglik, [1993] 3 R.C.S.
122 (omission de fournir les choses nécessaires à
l’existence).
[93] The same logic applies here. For reasons I
will develop, the wording of s. 218, its legislative
purpose and its context lead to the conclusion that
objective mens rea is the standard against which the
third element of the offence — the consequences
of abandoning or exposing a child — is to be
measured.
[93] Le même raisonnement vaut en l’espèce.
Pour les motifs exposés ci-après, le libellé de
l’art. 218, son objet et son contexte mènent à la
conclusion que la mens rea doit être appréciée
objectivement en ce qui concerne le troisième
élément de l’infraction, à savoir les conséquences
de l’abandon ou de l’exposition de l’enfant.
B. Some Common Sense About Child Abandonment
B. Bon sens et abandon d’enfant
[94] As Professor Don Stuart has observed,
“[m]ore ink has been spilt over the guilty mind
con­cept than any other substantive criminal law
topic” (Canadian Criminal Law: A Treatise (6th ed.
2011), at p. 167). The cases and commentary are
muddled by a “bewildering variety of terminology”
and “semantic acrobatics” (p. 167). Regrettably,
the case at hand is no exception. Before turning to
the task of statutory interpretation, then, I think it
important to pause and reflect on the offence we are
tasked with interpreting.
[94] Comme le fait observer le professeur Don
Stuart, [traduction] « [l]a question de l’état
d’esprit coupable a fait couler beaucoup d’encre,
plus que toute autre question en droit criminel
posi­tif » (Canadian Criminal Law : A Treatise
(6e éd. 2011), p. 167). Un « nombre ahurissant
de variations ter­minologiques » et « d’acrobaties
sémantiques » confondent les tribunaux et les
auteurs (p. 167). Malheureusement, la présente
affaire ne fait pas exception. Avant de passer à
l’interprétation de la disposition, il importe selon
moi de réfléchir un instant à l’infraction que crée la
disposition à interpréter.
[95] As mentioned, s. 218 is child protection
legislation. It seeks to protect children under the
age of 10 who cannot fend for themselves and who,
for that reason, are among society’s most vulnerable
members. To be sure, abandoning or exposing a
child under the age of 10 is a risky matter. No rea­
sonable person would suggest otherwise. Given
the inherent danger of abandoning or exposing a
helpless child, Parliament has chosen to criminalize
such conduct, but only to the extent that it places
or is likely to place the child at risk of death or
[95] Je le répète, l’art. 218 a pour objet de
protéger les enfants, ceux de moins de 10 ans qui
ne peuvent se débrouiller seuls et qui, pour cette
raison, font partie des membres les plus vulnérables
de la société. À n’en pas douter, il est risqué d’aban­
donner ou d’exposer un enfant de moins de 10 ans.
Nulle personne sensée n’affirmerait le contraire.
En raison du danger inhérent, le législateur a
criminalisé l’abandon et l’exposition d’un enfant
sans défense, mais seulement lorsqu’ils font courir
ou sont susceptibles de faire courir à l’enfant
310
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
permanent injury. To put the matter somewhat
differently, s. 218 reflects an effort by Parliament
to require certain individuals to take care of a
young child in certain situations that threaten its
life or health. In the interests of protecting the child,
the provision thus imposes a societal minimum
standard of conduct.
un risque de décès ou de préjudice permanent.
Autrement dit, l’art. 218 témoigne de la volonté du
législateur de contraindre certaines personnes à
prendre soin d’un jeune enfant dans certaines situa­
tions qui menacent sa vie ou sa santé. Afin de
protéger les jeunes enfants, la disposition établit donc
une norme de conduite minimale applicable à tous.
[96] Once it is accepted that in enacting s. 218
Parliament intended to guard against dangerous
conduct that any reasonable person would foresee
is likely to endanger a child’s life or expose it to
permanent injury, I fail to see why Parliament
would turn around and provide accused persons
with a host of defences based on their individual
characteristics. Doing so would effectively defeat
the provision’s purpose of imposing a societal
minimum standard of conduct, since crimes of
subjective fault require an assessment of personal
characteristics to the extent that they tend to prove
or disprove an element of the offence (Creighton,
at p. 63). Age, temperament, mental development,
experience, sophistication and education would all
factor into the determination of whether a particular
accused appreciated the risk of harm resulting from
the inherently dangerous conduct of abandoning or
exposing a helpless child. Of particular concern,
such an approach would provide a defence to the
errant parent or irresponsible caregiver who, by
virtue of intoxication, could not or did not foresee
the likely consequences of his or her dangerous
conduct, whether it be locking a child in a car
on a hot summer’s day or exposing a child to the
elements on a cold winter’s night.
[96] Une fois qu’on reconnaît que, en adoptant
l’art. 218, le législateur a voulu prévenir le com­
portement dangereux qui, aux yeux de toute personne
raisonnable, est susceptible de mettre la vie d’un
enfant en danger ou d’exposer l’enfant à un préjudice
permanent, je ne vois pas pourquoi le législateur aurait
voulu permettre en même temps à l’accusé d’invoquer
une multitude de moyens de défense fondés sur ses
caractéristiques personnelles. En effet, cela aurait été
contradictoire avec l’objectif de la disposition qui
consiste à établir une norme de conduite minimale
applicable à tous, étant donné qu’une infraction pour
laquelle la faute doit être prouvée subjectivement
emporte la prise en compte des caractéristiques
personnelles qui sont de nature à établir l’existence ou
l’inexistence d’un élément de l’infraction (Creighton,
p. 63). L’âge, le tempérament, le développement
mental, l’expérience, le discernement et l’instruction
entre­raient tous en ligne de compte pour déterminer
si l’accusé était conscient du risque de préjudice que
comportait l’acte foncièrement dangereux qu’est
l’abandon ou l’exposition d’un enfant sans défense.
Il serait particulièrement inquiétant d’offrir ainsi
un moyen de défense au parent fautif ou au gardien
irresponsable qui, à cause de son intoxication, ne
pouvait pas prévoir ou n’a pas prévu les consé­quences
possibles de sa conduite dangereuse, qu’il s’agisse
de laisser un enfant dans une voiture verrouillée une
chaude journée d’été ou de le livrer aux éléments une
froide nuit d’hiver.
[97] I do not accept that Parliament, in enacting
s. 218, contemplated such a self-defeating regime.
Common sense suggests that Parliament would not
treat the lives and safety of innocent children with
such indifference.
[97] Je ne saurais convenir que, en adoptant
l’art. 218, le législateur a voulu établir un régime
qui va ainsi à l’encontre du but recherché. Il serait
contraire au bon sens que le législateur fasse preuve
d’une telle indifférence à l’égard de la vie et de la
sécurité d’enfants innocents.
[98] These observations are neither new nor
novel. One need only look back to the last time this
[98] Ces observations n’ont rien de nouveau. On
n’a qu’à se reporter à la dernière affaire où la Cour
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
311
Court addressed the fault requirements of a child
protection measure in the Criminal Code to find
support for an objective standard in this context. In
Naglik, the Court interpreted the fault requirements
for s. 215 — a sister provision to s. 218 that
punishes a failure to provide the necessaries of life.
No member of the Naglik Court questioned the need
for an objective standard. Indeed, every member of
the Court recognized that anything other than an
objective standard would undermine the provision’s
purpose. Even Lamer C.J., who would have allowed
for some personal characteristics, was unequivocal
that a subjective standard was untenable in this
context:
s’est prononcée sur la faute exigée aux fins d’une
disposition du Code criminel sur la protection des
enfants pour étayer la thèse de l’application d’une
norme de preuve objective dans ce contexte. Dans
Naglik, la Cour s’est penchée sur la nature de la
faute exigée pour l’application de l’art. 215, une
disposition apparentée à l’art. 218 qui réprime le
défaut de fournir les choses nécessaires à l’exis­
tence. Aucun des juges de la Cour alors saisis n’a
mis en doute la nécessité d’une norme de preuve
objective. Tous ont d’ailleurs reconnu que ne pas
appliquer une norme objective irait à l’encontre
de l’objet de la disposition. Même le juge en chef
Lamer, qui aurait été enclin à tenir compte de cer­
taines caractéristiques personnelles, a affirmé caté­
goriquement qu’une norme subjective était insou­
tenable dans le contexte :
Section 215 is aimed at establishing a uniform minimum
level of care to be provided for those to whom it applies,
and this can only be achieved if those under the duty
are held to a societal, rather than a personal, standard of
conduct. [Emphasis added; emphasis in original deleted;
p. 141.]
L’article 215 a en effet pour but l’établissement d’un
niveau minimal uniforme de soins à fournir pour les
personnes auxquelles il s’applique. Or, cela ne peut se
réaliser que si ceux auxquels incombe l’obligation sont
tenus de respecter dans leur conduite une norme de la
société plutôt qu’une norme personnelle. [Je souligne;
soulignement dans l’original omis; p. 141.]
Justice McLachlin (as she then was), speaking for
the majority on this issue, went further, holding that
personal factors such as “youth, experience, [and]
education” have no place in adjudicating fault for
this kind of offence (p. 148). With respect, I believe
the same holds true for s. 218.
S’exprimant au nom des juges majoritaires sur ce
point, la juge McLachlin (maintenant Juge en chef)
est allée plus loin en concluant que les caracté­
ristiques personnelles telles que la « jeunesse, [le]
degré d’expérience [et le] degré d’instruction » ne
jouent pas lorsqu’il s’agit de statuer sur l’existence
de la faute qu’exige la perpétration de ce genre
d’infraction (p. 148). Soit dit en tout respect,
j’estime qu’il en va de même pour l’art. 218.
C. Section 218 Is a Duty-Based Offence
C. L’article 218 crée une infraction fondée sur une
obligation
[99] Turning then to the heart of the matter, in
my view, s. 218 is a duty-based offence — no less
so than its sister provision s. 215. Admittedly, the
wording of s. 218 is not as explicit as the wording
of s. 215 and more work is needed to uncover
the true purpose of s. 218 and the individuals it
targets. However, if s. 218 is duty-based, then the
reasoning that led this Court in Naglik to conclude
that penal negligence satisfies the fault element in
[99] Pour répondre à la question principale que
pose le pourvoi, j’estime que l’art. 218 crée une
infraction fondée sur une obligation, au même titre
que sa disposition apparentée, l’art. 215. Certes,
le libellé de l’art. 218 n’est pas aussi explicite que
celui de l’art. 215, et il faut pousser l’analyse pour
déterminer le véritable objet de l’art. 218 et les
personnes auxquelles il s’applique. Or, si l’infraction
prévue à l’art. 218 est fondée sur une obligation,
312
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
s. 215 applies with equal force to s. 218 as a matter
of principle and precedent. It is really as simple as
that.
le raisonnement à l’issue duquel la Cour conclut,
dans Naglik, que la négligence pénale correspond à
l’élément de faute requis à l’art. 215 vaut tout autant
pour l’art. 218 sur les plans logique et jurisprudentiel.
C’est en fait aussi simple que cela.
[100] As indicated, I am satisfied that s. 218
targets three limited classes of people faced with a
situation where a child under 10 is or is likely to be
at risk of death or permanent injury:
[100] Comme je le dis précédemment, je suis con­
vaincu que trois catégories de personnes sont visées
à l’art. 218 dans la situation où un enfant de moins
de 10 ans court ou est susceptible de courir le risque
de mourir ou de subir un préjudice permanent :
1. those who have a pre-existing and an ongoing
legal duty to take charge of the child;
1. celle qui a l’obligation légale, à la fois préexis­
tante et permanente, de prendre soin de l’enfant;
2. those who choose to come to the aid of the child
in that situation; and
2. celle qui, dans cette situation, décide de venir
en aide à l’enfant;
3. those who place the child in that situation.
3. celle qui est à l’origine de la situation.
I explain my thinking in what follows.
Voici quel est mon raisonnement.
(1)The Language of Sections 214 and 218
(1)Le libellé des art. 214 et 218
[101] Turning to the first group mentioned above,
while s. 218 of the Code does not itself refer to
persons who have a legal duty to take charge of a child
under the age of 10 years, s. 214, which provides a
non-exhaustive definition of the terms “abandon” and
“expose” as used in s. 218, incorporates such persons
expressly. Paragraph (a) of the definition includes
within the meaning of “abandon” or “expose” “a
wilful omission to take charge of a child by a person
who is under a legal duty to do so”.
[101] Considérons la première catégorie susmen­
tionnée. Bien que l’art. 218 du Code ne fasse pas
lui-même mention de la personne légalement tenue
de prendre soin de l’enfant de moins de 10 ans,
l’art. 214, qui définit de manière non exhaustive les
termes « abandonner » et « exposer » employés à
l’art. 218, le fait expressément. Suivant l’al. a) de la
définition, « abandonner » ou « exposer » s’entend
notamment de « l’omission volontaire, par une
personne légalement tenue de le faire, de prendre
soin d’un enfant ».
[102] As a consequence of this language, s. 218
plainly takes in a large swath of people who owe
a legal duty to take charge of a child under the
age of 10 — including parents, foster parents and
guardians, the people most likely to run afoul of the
provision by virtue of being the central figures in a
child’s life. Once that is accepted, as I think it must
be, I fail to see how or why the provision should not
be characterized as “duty-based”.
[102] Vu ce libellé, le champ d’application de
l’art. 218 englobe à l’évidence une multitude de
personnes légalement tenues de prendre soin d’un
enfant de moins de 10 ans, y compris les parents,
les parents d’accueil et les gardiens, soit les gens
les plus susceptibles de commettre l’infraction en
raison du rôle central qu’ils jouent dans la vie d’un
enfant. Une fois ce fait reconnu comme je crois
qu’il doit l’être, je ne vois pas de quelle manière
ni pour quelles raisons on pourrait soutenir que
l’infraction n’est pas « fondée sur une obligation ».
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
313
[103] The recognition that s. 218 sweeps within its
ambit persons who are already duty-bound to protect
a child leads to the central difficulty with holding
that s. 218 is, in its entirety, a subjective mens rea
offence. Put simply, if the great bulk of people to
whom the provision applies have a pre-existing and
ongoing legal duty to take charge of children who
fall below the age of 10, it hardly seems reasonable,
or right, that they should be judged against a
subjective mens rea standard when the very same
people who run afoul of the duty-based provision
next door (s. 215) are judged on a penal negligence
standard (see Naglik). Self-evidently, the result
would be a double standard — an objective standard
under s. 215 and a subjective standard under s. 218
— for provisions that serve similar, if not identical,
purposes: protecting the same children, imposing a
duty on the same people, guarding against the same
consequences.
[103] Reconnaître que des personnes déjà
tenues de protéger l’enfant tombent sous le coup
de l’art. 218 fait ressortir la principale faille de la
conclusion selon laquelle chacun des éléments
constitutifs de l’infraction requiert une mens rea
subjective. En somme, si la plupart des personnes
ciblées par l’art. 218 ont déjà l’obligation légale
permanente de prendre soin d’un enfant de moins
de 10 ans, il ne semble guère raisonnable ou juste
d’apprécier leur intention (mens rea) au regard
d’une norme de preuve subjective alors que, pour
les besoins d’une disposition voisine créant une
infraction fondée sur une obligation (l’art. 215),
elles sont soumises à la norme de la négligence
pénale (voir Naglik). Manifestement, deux normes
s’appliqueraient dès lors, l’une objective sous le
régime de l’art. 215, et l’autre subjective sous le
régime de l’art. 218, deux dispositions dont l’objet
est similaire, voire identique, à savoir protéger les
mêmes enfants, assujettir les mêmes personnes à
une obligation et prévenir les mêmes conséquences.
[104] One might be inclined to justify such a
double standard on the basis of a key difference in
s. 218, namely that it applies to people who have
a pre-existing and ongoing legal duty to children
under the age of 10 and to those who do not have
such a duty, by virtue of para. (b) of the definition
of “abandon” or “expose” in s. 214. That part of the
definition includes persons “dealing with a child in
a manner that is likely to leave that child exposed to
risk without protection”, which at first blush could
be read as sweeping in a large number of people
who have no pre-existing duty to the child.1
[104] On peut être tenté de justifier cette dualité
de normes par un élément distinctif important de
l’art. 218, c’est-à-dire son application à la personne
qui a déjà l’obligation légale permanente de prendre
soin d’un enfant de moins de 10 ans et, suivant l’al. b)
de la définition d’« abandonner » ou d’« exposer »
de l’art. 214, à la personne qui n’est pas assujettie à
une telle obligation. Ce volet de la définition vise la
personne qui « trait[e] un enfant d’une façon pouvant
l’exposer à des dangers contre lesquels il n’est pas
protégé », ce qui, à première vue, peut être interprété
comme étant susceptible d’être le fait d’un grand
nombre de personnes qui n’ont pas d’obligation
préexistante vis-à-vis de l’enfant1.
[105] If one were inclined to argue that para. (b)
makes a critical difference, one might reason that
Parliament picked the better of only two options
before it with respect to mens rea. Parliament could
have identified an objective mens rea standard in
s. 218 for those with a pre-existing and ongoing
duty (to achieve harmony with s. 215) and a sub­
jective mens rea standard for the others captured
[105] On peut justifier la thèse d’une différence
cruciale établie par l’al. b) en faisant valoir que le
législateur a choisi la meilleure des deux seules
solutions qui s’offraient quant à la mens rea. Il
aurait pu, pour les besoins de l’art. 218, assujettir
à une norme objective la personne ayant une
obligation préexistante permanente (aux fins de
l’harmonisation avec l’art. 215) et à une norme
1 For convenience, I will refer in what follows simply to the “s. 214
definition”.
1 Pour simplifier ci-après, je renvoie simplement à la « définition de
l’art. 214 ».
314
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
by para. (b) (to restrict the scope of criminal
liability). However, this result — a single crime
that contemplates different mental standards for
different persons engaging in the same culpable
acts — is entirely foreign to our criminal law.
Surely, Parliament did not intend this. The only
remaining option, then, might be to allow persons
with a pre-existing and ongoing duty to reap the
benefit of the subjective higher standard, even
if that created a double standard for them. Such
a result, it might be argued, would ensure that
those additional individuals caught by para. (b) of
the s. 214 definition are not unjustly branded as
criminals. That is the approach the majority adopts.
subjective la personne visée à l’al. b) (afin de
restreindre la portée de la responsabilité criminelle).
Or, le résultat — une même infraction criminelle
assujettissant la preuve de l’élément moral à des
normes différentes selon qu’une personne plutôt
qu’une autre est l’auteur du même acte coupable
— est tout à fait étranger à notre droit criminel.
Le législateur n’a certainement pas voulu qu’il en
soit ainsi. La seule autre solution serait peut-être
alors de permettre que la personne assujettie à une
obligation préexistante permanente bénéficie de
l’application de la norme subjective, plus stricte,
même s’il y avait alors dualité de normes. On peut
soutenir que, de la sorte, la personne tombant sous
le coup de l’al. b) de la définition de l’art. 214 ne
serait pas considérée à tort comme un criminel.
C’est là ce que préconisent les juges majoritaires.
[106] Respectfully, I would prefer not to endorse
such a stark double standard — and, fortunately, I
need not do so. There is a third option. Section 218
can, and in my view should, be read purposefully
and harmoniously, such that it applies only to
persons who are cloaked with a duty, whether
pre-existing and ongoing or situational, to protect
a particular child under the age of 10 from death
or permanent injury, all of whom are properly
subject to an objective standard with respect to the
consequences element of s. 218. Let me explain.
[106] Soit dit en tout respect, je préfère ne pas
faire mienne une différence de traitement aussi
marquée. Heureusement, je n’ai pas à le faire, car
il existe une troisième possibilité. L’article 218 peut
— et doit selon moi — recevoir une interprétation
téléologique et harmonieuse de manière à ne
s’appliquer qu’aux personnes ayant une obligation,
qu’elle soit préexistante et permanente ou qu’elle
découle de certaines situations, de protéger un
enfant de moins de 10 ans contre le risque de décès
ou de préjudice permanent. Toutes ces personnes
sont alors dûment soumises à une norme objective
en ce qui concerne les conséquences prohibées à
l’art. 218. Je m’explique.
[107] Manifestly, the language of para. (b) of
the s. 214 definition is broad. The plain language
of the words “dealing with a child” can connote
much; the question is how much. In my view, they
are meant to capture those people who take active
steps to alleviate a situation or who place a child
in a situation that will, or is likely to, endanger
the child’s life or cause it permanent injury — the
second and third groups to which I referred above.
Such persons are cloaked with a situational duty to
take reasonable steps to preserve and protect the life
and safety of the child during the course of their
limited involvement with the child.
[107] L’alinéa b) de la définition de l’art. 214 est
manifestement rédigé de manière générale. Les mots
« du fait de traiter un enfant » peuvent vouloir dire
bien des choses, mais que faut-il y voir? À mon sens,
ils sont censés englober les actes d’une personne qui
agit concrètement pour remédier à une situation ou
les actes d’une personne qui crée une situation où
l’enfant court ou est susceptible de courir le risque
de mourir ou de subir un préjudice permanent, ce qui
correspond aux deuxième et troisième catégories de
personnes susmentionnées. De telles personnes, dans
certaines situations, ont l’obligation de prendre des
mesures raisonnables pour protéger la vie de l’enfant
et assurer sa sécurité au cours de leur intervention
ponctuelle auprès de celui-ci.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
315
[108] The facts of the present case provide a
fitting example. The store manager became dutybound to the child, A.J.H., when he removed him
from the toilet. Having taken active steps to come to
the child’s aid, he was cloaked with a duty to take
reasonable steps to protect the child from further
harm. No such duty attached to the assistant store
manager or the store patrons, however, as they did
not choose to become directly involved with the
child. Consequently, they did not “dea[l] with” the
child within the meaning of s. 214.
[108] Les faits de l’espèce offrent un bon exemple.
Le gérant du magasin a contracté une obligation
envers l’enfant, A.J.H., lorsqu’il l’a retiré de la
cuvette. Comme il a pris une mesure concrète pour
venir en aide à l’enfant, il a contracté l’obligation
de prendre des mesures raisonnables pour lui éviter
tout autre préjudice. Toutefois, ni la gérante adjointe,
ni les clients du magasin n’ont contracté pareille
obligation car ils ne sont pas intervenus directement
auprès de l’enfant. Par conséquent, ils n’ont pas
« trait[é] » l’enfant au sens de l’art. 214.
[109] Situational duties of the kind I describe
here are far from foreign to the Code. I gain comfort
in the case at hand from ss. 216, 217 and 217.1
of the Code, each of which contemplate a duty
imposed by law on an individual who undertakes
to do something by virtue of positive actions.
Section 217, for example, provides:
[109] Les obligations qui découlent de certaines
situations et qui s’apparentent à celle dont je
fais état dans les présents motifs sont loin d’être
étrangères au Code. Les articles 216, 217 et 217.1
du Code me confortent en l’espèce dans cette
opinion. Chacun renvoie à une obligation légale
de la personne qui entreprend d’accomplir quelque
chose en prenant une mesure concrète. Par exemple,
l’art. 217 dispose :
217. Every one who undertakes to do an act is under
a legal duty to do it if an omission to do the act is or may
be dangerous to life.
217. Quiconque entreprend d’accomplir un acte est
légalement tenu de l’accomplir si une omission de le
faire met ou peut mettre la vie humaine en danger.
[110] Much like the language in para. (b) of the
s. 214 definition of “abandon” or “expose”, the
language of “undertak[ing] to do an act” in s. 217 is
capable of a sweeping definition. But that is not the
path the criminal law has followed — and wisely
so. As Abella J.A. (as she then was) observed in R.
v. Browne (1997), 33 O.R. (3d) 775 (C.A.):
[110] Comme les termes employés à l’al. b) de
la définition d’« abandonner » ou d’« exposer » de
l’art. 214, l’expression « entreprend d’accomplir un
acte » utilisée à l’art. 217 peut avoir une très grande
portée. Le droit criminel ne l’a toutefois pas permis,
et ce, à juste titre. Voici ce que fait remarquer la
juge Abella (maintenant juge de notre Cour) dans R.
c. Browne (1997), 33 O.R. (3d) 775 (C.A.) :
There is no doubt that the definition embraces an
interpretive continuum ranging from an assertion to a
promise. But it seems to me that when we are deciding
whether conduct is caught by the web of criminal liability,
the threshold definition we apply must justify penal
sanctions. . . . The word “undertaking” in s. 217 must
be interpreted in this context. The threshold definition
must be sufficiently high to justify such serious penal
consequences. The mere expression of words indicating
a willingness to do an act cannot trigger the legal duty.
There must be something in the nature of a commitment,
generally, though not necessarily, upon which reliance
can reasonably be said to have been placed. [Emphasis
added; pp. 779-80.]
[traduction] Il ne fait aucun doute que le spectre des
interprétations possibles va de la [simple] affirmation à la
promesse [formelle]. J’estime toutefois que, pour décider
qu’une conduite engage la responsabilité criminelle, nous
devons fixer un seuil à partir duquel l’infliction d’une
sanction pénale est justifiée. [. . .] C’est dans ce contexte
qu’il faut interpréter le mot « entreprend » employé à
l’art. 217. La barre doit être suffisamment haute pour que
des conséquences pénales aussi graves soient justifiées.
La seule utilisation de termes dénotant le caractère
volontaire d’un acte ne saurait faire naître l’obligation
légale. En général, mais pas nécessairement, il doit y
avoir une sorte d’engagement auquel une personne a pu
raisonnablement se fier. [Je souligne; p. 779-780.]
316
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
[111] In my view, Justice Abella’s conclusion with
respect to s. 217 points to the proper construction of
para. (b) of the s. 214 definition as cloaking with
a duty to act reasonably only those people who by
active steps undertake to preserve and protect a child
from death or permanent injury (the second group
mentioned above). By the same token, it does not
require a leap of logic to conclude that “dealing
with” a child within the meaning of para. (b) of the
s. 214 definition must similarly be restricted in scope
to those who actually place the child in a situation in
which it is put at risk of death or permanent injury
(the third group).
[111] À mon avis, cette conclusion de la juge
Abella sur l’application de l’art. 217 permet d’inter­
préter correctement l’al. b) de la définition de
l’art. 214 de façon à n’imposer l’obligation d’agir
raisonnablement qu’à la personne qui, par des
mesures concrètes, entreprend de protéger un enfant
contre la mort ou le préjudice permanent (la seconde
catégorie susmentionnée). Qui plus est, point n’est
besoin de faire entorse à la logique pour conclure que
« traiter » un enfant au sens de l’al. b) de la définition
de l’art. 214 ne peut également être le fait que de la
personne qui met l’enfant dans une situation où il
risque de mourir ou de subir un préjudice permanent
(la troisième catégorie de personnes).
[112] When one steps back to look at the broader
picture, the understanding that one’s positive actions
can give rise to a situational duty is a principle well
known to the common law. As Professors Colvin
and Anand have noted, historically there have been
“three reasonably well-established categories of duty
to act” (Principles of Criminal Law (3rd ed. 2007),
at p. 141). The first is well known and concerns
“general relationships of care and protection”, such
as those captured by para. (a) of the s. 214 definition.
The second concerns “specific undertakings to
act” (see, e.g., R. v. Nicholls (1874), 13 Cox C.C.
75; R. v. Instan, [1893] 1 Q.B. 450) and the third
concerns duties arising from “causal responsibility
for dangerous situations” (see, e.g., R. v. Salmon
(1880), 6 Q.B.D. 79; R. v. Coyne (1958), 124 C.C.C.
176 (N.B.S.C. (App. Div.)); R. v. Miller, [1983] 1
All E.R. 978 (H.L.)). See also Ormerod, at pp. 7075 (including “[p]arents and other relations”, “[v]ol­
untary undertakings”, and “[c]reating a dan­gerous
situation” as categories). These three categor­ies map
precisely to the three groups of individuals who I
conclude come within the ambit of s. 218. While it is,
of course, true that our criminal law does not include
common law offences, in my view, the wording of
para. (b) of the s. 214 definition reflects a specific
statutory instantiation of the second and third of
these long-standing common law principles — much
like ss. 216, 217 and 217.1 do — in this case with
respect to young children.
[112] Lorsque, avec le recul, on considère la vue
d’ensemble, la notion selon laquelle les actes concrets
d’une personne peuvent emporter une obligation
dans certaines situations est bien connue en common
law. Comme le font remarquer les professeurs
Colvin et Anand, [traduction] « trois catégories
d’obligations d’agir assez bien établies » existent
de longue date (Principles of Criminal Law (3e éd.
2007), p. 141). La première, que l’on connaît bien,
est celle des obligations liées aux « rapports géné­
raux en matière de soins et de protection » comme
celles visées à l’al. a) de la définition de l’art. 214.
La deuxième correspond aux obligations découlant
d’« engagements précis d’agir » (voir, p. ex., R. c.
Nicholls (1874), 13 Cox C.C. 75; R. c. Instan, [1893]
1 Q.B. 450). La troisième est celle des obligations
découlant du « fait d’être à l’origine de la situation
dangereuse » (voir, p. ex., R. c. Salmon (1880), 6
Q.B.D. 79; R. c. Coyne (1958), 124 C.C.C. 176
(C.S.N.-B. (Div. app.)); R. c. Miller, [1983] 1 All
E.R. 978 (H.L.)). Voir aussi Ormerod, p. 70-75, qui
retient les trois catégories suivantes : [traduction]
« liens parentaux et autres », « engagements pris de
plein gré » et « création d’une situation dangereuse ».
Ces trois catégories d’obligations correspondent
précisément aux trois catégories de personnes qui,
selon moi, tombent sous le coup de l’art. 218. Certes,
les infractions de common law ne font pas partie du
droit criminel canadien mais, à mon sens, le libellé
de l’al. b) de la définition de l’art. 214 instancie — à
l’instar des art. 216, 217 et 217.1 — les deuxième
et troisième catégories reconnues depuis longtemps
en common law, mais dans le cas des jeunes enfants.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
317
[113] Interpreting the scope of s. 218 in this
way, as I believe it was meant to be, goes a long
way toward addressing concerns about the broad
scope of potential liability under the provision.
The spectre of criminal liability under the offence
is not overly broad. Indeed, the interpretation I
favour may be narrower than that endorsed in the
majority position, which does not delineate the type
of conduct that would amount to “dealing with” a
child. All else being equal, I thus cannot accept that
the scope of this offence is a valid ground to require
subjective foresight of the consequences proscribed
by s. 218.
[113] L’interprétation que je préconise répond
en bonne partie aux craintes liées à l’étendue de
la responsabilité criminelle susceptible d’être
engagée sous le régime de l’art. 218. Le spectre
de la responsabilité criminelle que l’infraction est
susceptible d’emporter n’est pas trop large. En fait,
l’interprétation que je privilégie est peut-être plus
stricte que celle retenue par les juges majoritaires,
qui ne délimite pas la conduite assimilable au
« fait de traiter » un enfant. Toutes autres choses
étant égales par ailleurs, il m’est donc impossible
de convenir que la portée de l’infraction justifie
l’application d’une norme de prévisibilité subjective
des conséquences prohibées à l’art. 218.
(2)The Statutory Scheme
(2)Le régime législatif
[114] I also note that s. 218 finds its place in
Part VIII of the Code under the heading “Duties
Tending to Preservation of Life”. It is one of two
offences located under that heading — the other
being s. 215. In my view, this provides some indi­
cation that Parliament intended that s. 218 be con­
strued as a duty-based offence.
[114] Je relève par ailleurs que l’art. 218 se trouve
à la partie VIII du Code sous la rubrique « Devoirs
tendant à la conservation de la vie ». Il prévoit l’une
des deux infractions figurant sous cette rubrique,
l’autre étant celle créée à l’art. 215. J’estime que
l’emplacement de l’art. 218 milite jusqu’à un certain
point en faveur de l’intention du législateur d’y créer
une infraction fondée sur une obligation.
[115] In her text, Sullivan on the Construction
of Statutes (5th ed. 2008), Professor Ruth Sullivan,
a leading authority on the construction of statutes,
observes that “headings are a valid indicator of
legislative meaning and may be taken into account
in interpretation” (p. 394). See also R. v. Lucas,
[1998] 1 S.C.R. 439, at para. 47. Of particular note,
in discussing the relationship between provisions
grouped under the same heading, she writes:
[115] Dans son ouvrage intitulé Sullivan on the
Construction of Statutes (5e éd. 2008), la profes­
seure Ruth Sullivan, une sommité dans le domaine
de l’interprétation des lois, fait remarquer que
[traduction] « l’intitulé des rubriques peut être
révélateur de l’intention du législateur et pris en
compte aux fins d’interprétation » (p. 394). Voir
aussi R. c. Lucas, [1998] 1 R.C.S. 439, par. 47.
Il convient de citer ce qu’elle dit au sujet des
dispositions regroupées sous une même rubrique :
When provisions are grouped together under a heading
it is presumed that they are related to one another in some
particular way, that there is a shared subject or object or
a common feature to the provisions. [Emphasis added;
p. 396.]
[traduction] Les dispositions réunies sous une
même rubrique sont présumées être liées entre elles
d’une façon particulière, porter sur un même sujet ou
avoir le même objet, ou encore, partager une même
caractéristique. [Je souligne; p. 396.]
[116] While I do not place undue weight on it,
I think some significance can be attached to the
fact that s. 218 is coupled with one other offence,
s. 215, which is clearly duty-based. And as I have
just noted, s. 218 is grouped with other provisions
[116] Sans accorder trop de poids à la proximité
des art. 218 et 215, ce dernier créant clairement une
infraction fondée sur une obligation, je lui reconnais
une certaine importance. Rappelons que l’art. 218 est
regroupé avec d’autres dispositions (les art. 216, 217
318
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
(ss. 216, 217 and 217.1) that speak to the creation of
legal duties in particular circumstances. Manifestly,
s. 218 is embedded in a number of provisions which
have, as their common denominator, the concept
of “duty”. That being so, it seems anomalous that
Parliament would, for no apparent reason, insert
a non-duty-based offence into a thicket of dutyrelated provisions. The scenario becomes even
more remarkable when one appreciates that s. 218
is concerned with inherently dangerous conduct that
is or is likely to put the lives and safety of helpless
young children at risk — the very type of situation
which, in my view, requires a societal minimum
standard of conduct and calls out for a standard of
fault based on objective foreseeability.
et 217.1) qui imposent des obligations légales dans
certaines circonstances. De toute évidence, l’art. 218
fait partie de dispositions dont le dénominateur
commun est la notion sous-jacente d’« obligation ».
Il paraît donc inhabituel que, sans raison apparente,
le législateur insère une infraction non fondée
sur une obligation à la suite de dispositions qui se
rapportent toutes à des obligations. L’idée paraît
d’autant plus insolite que l’art. 218 vise la conduite
intrinsèquement dangereuse qui met en danger la vie
et la sécurité de jeunes enfants sans défense, ou les
expose à un tel risque, le genre même de situation
qui, à mon sens, exige l’établissement d’une norme
de conduite minimale applicable à tous et appelle
le recours à une norme de faute fondée sur la
prévisibilité objective.
[117] The reason, in my view, why the word
“duty” is not found in s. 218 is because s. 218 deals
primarily with acts of commission, whereas s. 215
deals with acts of omission. We do not speak of
parents failing “not to abandon” their children or
failing “not to expose” them to the risk of death or
permanent injury. The gravamen of s. 218 lies not
in the failure of an accused to do that which he or
she is legally obliged to do (although para. (a) of
the s. 214 definition accounts for such a situation)
but rather, the doing of something that is inherently
dangerous — abandoning or exposing a helpless
child to the risk of death or permanent injury.
[117] L’absence du mot « obligation » à l’art. 218
s’explique selon moi par le fait que cette disposition
vise principalement des actions, et l’art. 215, des
omissions. Il n’est pas question de parents qui
omettent de « ne pas abandonner » leurs enfants ou
de « ne pas les exposer » au risque de mourir ou de
subir un préjudice permanent. L’élément essentiel
de l’art. 218 réside non pas dans l’omission de
l’accusé de faire ce qu’il est légalement tenu de faire
(même si l’al. a) de la définition de l’art. 214 tient
compte d’une telle situation), mais dans l’accom­
plissement d’un acte intrinsèquement dangereux, à
savoir l’abandon ou l’exposition d’un enfant sans
défense au risque qu’il meure ou qu’il subisse un
préjudice permanent.
(3)Scholarly Opinion
(3)La doctrine
[118] Finally, I note that scholarly opinion on the
offence of abandoning or exposing a child under
s. 218 of the Code is sparse, but that which there is
suggests the offence is duty-based.
[118] Enfin, je constate que la doctrine sur
l’infraction d’abandon ou d’exposition d’enfant
créée à l’art. 218 du Code est peu abondante,
mais que celle qui existe penche en faveur d’une
infraction fondée sur une obligation.
[119] In his treatise, Professor Stuart indicates
that the offence of child abandonment is a dutybased offence, although not one where the duty is
stated within the offence. He places it in the category
of “[o]ffences that extend to omissions but do not
create a legal duty to act so a legal duty outside
the offence must be found” (p. 96). According to
[119] Dans son traité, le professeur Stuart opine
que l’infraction d’abandon d’enfant est fondée sur
une obligation, bien que celle-ci ne soit pas énon­cée
dans le texte qui crée l’infraction. Elle fait partie
selon lui des [traduction] « [i]nfractions dont
la perpétration peut s’entendre d’une omission,
mais qui ne créent pas d’obligation légale d’agir,
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
319
Professor Stuart, this category describes two types
of offences, the first of which encompasses child
abandonment:
de sorte que l’obligation légale en cause doit être
trouvée ailleurs que dans la disposition qui crée
l’infraction » (p. 96). Deux types d’infractions sont
en cause, et le premier englobe l’abandon d’enfant :
The first is where the Code offences refer to a
duty without defining it. Examples occur in the case
of the offences of permitting an escape by failing to
perform “a legal duty” (section 146(a)), committing a
common nuisance by failing to discharge “a legal duty”
(section 180), and abandoning a child by omitting to
take charge of it when under “a legal duty to do so”
(sections 214 and 218). [Emphasis added; p. 96.]
[traduction] En premier lieu, il y a l’infraction
prévue par le Code et qui se rapporte à une obligation non
définie. Il s’agit par exemple de infraction de permettre
une évasion en omettant d’accomplir « un devoir légal »
(al. 146a)), de celle de commettre une nuisance publique
en omettant d’accomplir « une obligation légale » (arti­
cle 180) et de celle d’abandonner un enfant en omettant
d’en prendre soin alors qu’on est « légalement ten[u] de
le faire » (articles 214 et 218). [Je souligne; p. 96.]
[120] As I have explained, narrowing the scope
of the offence under s. 218 exclusively to those who
have a pre-existing and ongoing duty cannot be
supported by the plain text of the provision in light
of para. (b) of the s. 214 definition of “abandon”
or “expose”. Nonetheless, I would take Professor
Stuart as making the more modest point that s. 218
at least in part looks to those with such pre-existing
and ongoing duties and, as such, is properly
characterized as duty-based.
[120] Comme je l’explique précédemment,
limiter l’application de l’art. 218 aux seules
personnes ayant une obligation préexistante
permanente ne saurait s’appuyer sur le seul texte de
la disposition, étant donné l’al. b) de la définition
d’« abandonner » ou d’« exposer » de l’art. 214. Le
professeur Stuart me semble néanmoins soutenir
plus modérément que l’art. 218 vise ces personnes,
du moins en partie, et qu’il crée donc effectivement
une infraction fondée sur une obligation.
[121] Likewise, Professor Roach, at pp. 115-16
of his text, explains that although an omission will
not generally constitute the actus reus of an offence,
a failure to act will suffice where an individual has
a “specific legal duty to act”. He then includes child
abandonment in his list of duty-based offences:
[121] Aussi, le professeur Roach explique que
même si une omission ne peut généralement pas
constituer l’actus reus d’une infraction, l’omis­
sion d’agir le peut lorsqu’une personne a une
[traduction] « obligation légale donnée d’agir »
(p. 115-116). Il assimile ensuite l’abandon d’enfant
à une infraction fondée sur une obligation :
There is a duty to use reasonable care when providing
medical treatment or other lawful acts that may endanger
the life of others. This duty was breached by a person
who donated blood that he knew was infected with
HIV. It is also an offence not to use reasonable care in
handling explosives; to disobey a court order; to fail to
assist a peace officer when requested; to abandon a child;
not to obtain assistance in child-birth; to fail to stop
when your vehicle is involved in an accident; to neglect
animals; and to fail to take steps to protect holes in ice or
open excavations. [Footnotes omitted; emphasis added;
p. 116.]
[traduction] Il y a obligation de faire preuve
de diligence raisonnable dans l’administration d’un
traitement médical ou dans l’accomplissement d’autres
actes légaux susceptibles de mettre la vie d’autrui en
danger. Manque à cette obligation la personne qui donne
du sang en se sachant atteinte du VIH. Constitue également
une infraction le défaut de diligence raisonnable dans
la manipulation d’explosifs, la désobéissance à une
ordonnance judiciaire, le refus de prêter main-forte à
un agent de la paix malgré sa demande, l’abandon d’un
enfant, la négligence à se procurer de l’aide lors de la
naissance d’un enfant, l’omission d’arrêter son véhicule
lors d’un accident auquel on est partie, l’omission de
prendre soin d’animaux et l’omission de prendre des
mesures pour protéger une ouverture dans la glace ou une
excavation accessible. [Notes de bas de page omises; je
souligne; p. 116.]
320
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
[122] Finally, Manning and Sankoff, at p. 826 of
their treatise, take a glum view of s. 218, calling it
“entirely superfluous” on the basis that “there does
not appear to be a conceivable situation in which
abandonment would not also constitute a failure
to provide the necessaries of life [under s. 215]”.
Again, I note that this analysis neglects to take
any account of para. (b) of the s. 214 definition of
“abandon” or “expose” and I do not comment on
their thesis that s. 218 is superfluous. But setting
those matters aside, in saying that s. 218 is entirely
subsumed by s. 215 — which everyone agrees is a
duty-based offence — these authors must be taken
as accepting that s. 218 is likewise a duty-based
offence.
[122] Enfin, à la p. 826 de leur traité, Manning
et Sankoff jettent un regard sombre sur l’art. 218,
qu’ils jugent [traduction] « totalement superflu »
en ce qu’« il semble impossible de concevoir une
situation où l’abandon ne constituerait pas égale­
ment une omission de fournir les choses nécessaires
à l’existence [suivant l’art. 215] ». Je rappelle que
leur analyse ne prend pas du tout en compte l’al. b)
de la définition d’« abandonner » ou d’« exposer »
de l’art. 214, et je m’abstiens de me prononcer sur
la thèse selon laquelle l’art. 218 serait superflu.
Toutefois, ces considérations mises à part, comme
ils estiment que l’art. 218 est entièrement subsumé
sous l’art. 215, qui crée de l’avis de tous une
infraction fondée sur une obligation, les auteurs
reconnaissent forcément que l’infraction prévue à
l’art. 218 est elle aussi fondée sur une obligation.
(4)Conclusion on the Duty-Based Nature of
Section 218
(4)Conclusion sur la nature de l’art. 218 : une
infraction fondée sur une obligation
[123] To sum up, the plain language of s. 218
— supported by the place of situational duties in
Canadian criminal law, the offence’s placement
among other duty-based provisions in the Code and
the scholarship on s. 218 — leads to the conclusion
that the offence of child abandonment is dutybased. It is targeted at three distinct groups faced
with a situation where a child under 10 is or is likely
to be at risk of death or permanent injury: first, by
virtue of para. (a) of the s. 214 definition, those
with a pre-existing and ongoing duty to take charge
of the child; second, by virtue of para. (b), those
who “dea[l] with” the child by undertaking positive
steps to come to its aid in that situation; and third,
again by virtue of para. (b), those who “dea[l] with”
the child by placing it in that situation.
[123] En résumé, le texte même de l’art. 218, étayé
par le rôle des obligations découlant de certaines
situations en droit criminel canadien, la présence de
cet article parmi d’autres dispositions du Code qui
créent des infractions fondées sur une obligation et
les articles de doctrine portant sur l’art. 218, mène
à la conclusion que l’infraction d’abandon d’enfant
est fondée sur une obligation. La disposition vise
trois catégories de personnes dans la situation où un
enfant de moins de 10 ans court ou est susceptible de
courir le risque de mourir ou de subir un préjudice
permanent. Il s’agit premièrement, suivant l’al. a)
de la définition de l’art. 214, de la personne qui a
l’obligation préexistante permanente de prendre soin
de l’enfant, deuxièmement, suivant l’al. b), de la
personne qui, dans cette situation, « trait[e] » l’enfant
en prenant une mesure concrète pour lui venir en
aide et, troisièmement, toujours suivant l’al. b), de la
personne qui « trait[e] » l’enfant en le plaçant dans
cette situation.
[124] With this in mind, I turn again to the word­
ing of s. 218, and particularly the language employed
with respect to the consequences, the mental element
of which forms the crux of this case:
[124] En gardant cela présent à l’esprit, je reviens
au libellé de l’art. 218, en particulier aux termes
employés relativement aux conséquences. C’est
l’élément moral lié à ces conséquences qui fait
l’objet du pourvoi :
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
321
218. Every one who unlawfully abandons or exposes
a child who is under the age of ten years, so that its life is
or is likely to be endangered or its health is or is likely to
be permanently injured . . . .
218. Quiconque illicitement abandonne ou expose un
enfant de moins de dix ans, de manière que la vie de cet
enfant soit effectivement mise en danger ou exposée à
l’être, ou que sa santé soit effectivement compromise de
façon permanente ou exposée à l’être . . .
[125] This language, which we are tasked with
interpreting today, is strikingly similar to that which
this Court explained in the context of s. 215, the sister
provision to s. 218 concerning a failure to provide
the necessaries of life. As I have already mentioned,
this Court held in Naglik that the mens rea for s. 215
is in relevant part satisfied on an objective basis. In
an opinion unanimous on this issue, Lamer C.J., at
p. 143, asked rhetorically, “What parts of the offence
must be objectively foreseeable?” and then identified
the subparagraph in s. 215 that I emphasize below:
[125] Ce libellé qu’il nous incombe aujourd’hui
d’interpréter présente une ressemblance frappante
avec celui de l’art. 215, la disposition apparentée
qui porte sur l’omission de fournir les choses
nécessaires à l’existence et que la Cour a interprétée
dans Naglik. Rappelons que, selon la Cour, la mens
rea requise pour l’application de l’élément pertinent
de l’art. 215 doit être établie de manière objective.
Dans des motifs unanimes sur ce point, le juge en
chef Lamer s’est demandé (p. 143), de manière
théorique, « [q]uels éléments de l’infraction doivent
être objectivement prévisibles? », et il a conclu qu’il
s’agissait de ceux soulignés dans l’extrait suivant
du deuxième sous-alinéa de l’art. 215 :
(2) Every one commits an offence who, being under
a legal duty within the meaning of subsection (1), fails
without lawful excuse, the proof of which lies on him, to
perform that duty, if
(2) Commet une infraction quiconque, ayant une
obligation légale au sens du paragraphe (1), omet, sans
excuse légitime, dont la preuve lui incombe, de remplir
cette obligation, si :
(a) with respect to a duty imposed . . .
a) à l’égard d’une obligation imposée . . .
(ii) the failure to perform the duty endangers
the life of the person to whom the duty is owed,
or causes or is likely to cause the health of that
person to be endangered permanently . . . .
[126] As is apparent, the relevant language
in both provisions is strikingly similar. If s. 218
is duty-based, as I have attempted to show it is,
then this should be the end of the matter — there
is no basis in principle or precedent for departing
from the rule announced in Naglik. This Court’s
reasoning with respect to s. 215 applies with equal
force to s. 218, and it does not stand to reason that
the mental element for the risk element of child
abandonment is anything other than objective. But
if that is not enough, there is more.
(ii) ou bien l’omission de remplir l’obligation met
en danger la vie de la personne envers laquelle
cette obligation doit être remplie, ou expose, ou
est de nature à exposer, à un péril permanent la
santé de cette personne . . .
[126] De toute évidence, les termes pertinents
employés dans les deux dispositions sont d’une
ressemblance frappante. Si, comme je tente de
le démontrer, l’infraction créée par l’art. 218 est
fondée sur une obligation, le débat est clos, car nul
principe ou précédent ne justifie de rompre avec
la règle énoncée dans Naglik. Le raisonnement
de la Cour en ce qui concerne l’art. 215 vaut
tout autant pour l’art. 218 et il est illogique que
l’élément moral requis pour le risque créé par
l’abandon d’un enfant ne doive pas être établi de
manière objective. Mais ce n’est pas tout, d’autres
considérations me confortent cependant dans mon
opinion.
322
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
D. The Legislative History Confirms an Objective
Standard for the Proscribed Consequences
D. L’historique législatif confirme l’application
d’une norme objective à l’égard des conséquences
prohibées
[127] The legislative history of s. 218 is traceable
to The Offences against the Person Act, 1861, 24 &
25 Vict., c. 100. The forerunner to what is now
s. 218 is found in s. 27 of that Act, accompanied by
the following marginal note: “Exposing Children
whereby Life endangered”. The provision, in its
relevant part, reads as follows:
[127] On peut faire remonter les origines de
l’art. 218 à la loi intitulée The Offences against
the Person Act, 1861, 24 & 25 Vict., ch. 100, où le
précurseur de l’actuel art. 218 se trouve à l’art. 27
et comporte en regard la note marginale suivante :
[traduction] « Exposer un enfant de manière que
sa vie soit mise en danger ». Voici l’extrait pertinent
de la disposition :
[traduction]
27. Whosoever shall unlawfully abandon or expose any
child, being under the age of two years, whereby the life
of such child shall be endangered, or the health of such
child shall have been or shall be likely to be permanently
injured, shall be guilty of a misdemeanor . . . .
27. Quiconque abandonne ou expose illégalement un
enfant âgé de moins de deux ans, par lequel fait la vie de
cet enfant est mise en danger, ou la santé de cet enfant est
ou sera vraisemblablement compromise pour toujours,
est coupable de délit . . .
[128] I have emphasized the word “whereby”
which I take to mean “in consequence of” — hardly
words one normally associates with subjective fore­
sight. To be sure, this was no oversight. Words such
as “knowingly”, “maliciously” and “with intent”,
commonly understood as indicating a requirement
of subjective mens rea, are used throughout the Act.
[128] Je souligne les mots [traduction] « par
lequel fait » qui, à mon sens, signifient « de sorte
que », les deux expressions n’étant généralement
guère associées à la prévisibilité subjective. Ce
n’est sûrement pas involontaire. La Loi est truffée
de termes comme [traduction] « sciemment »,
« de façon malveillante » et « dans l’intention », qui
traduisent habituellement l’exigence d’une mens
rea subjective.
[129] In 1869, Canada’s Parliament enacted An
Act respecting Offences against the Person, S.C.
1869, c. 20. Section 26 of that Act tracked the wording
of s. 27 of the English statute in all material respects:
[129] En 1869, le Parlement du Canada a édicté
l’Acte concernant les offenses contre la Personne,
S.C. 1869, ch. 20, dont l’art. 26 reprenait essen­
tiellement le libellé de l’art. 27 de la loi anglaise :
26. Whosoever unlawfully abandons or exposes any
child being under the age of two years, whereby the life
of such child is endangered, or the health of such child
has been, or is likely to be permanently injured, is guilty
of a misdemeanor . . . .
26. Quiconque abandonne ou expose illégalement
un enfant âgé de moins de deux ans, par lequel fait la
vie de cet enfant est mise en danger, ou la santé de cet
enfant a été ou sera vraisemblablement compromise pour
toujours, est coupable de délit . . .
[130] In 1893, Canada’s first Criminal Code
came into force (The Criminal Code, 1892, S.C.
1892, c. 29). Under the heading “Duties Tending
to the Preservation of Life”, Parliament created
several duty-based offences. Embedded in them
was s. 216, accompanied by the following marginal
note: “Abandoning children under two years of
age”. Section 216 provided as follows:
[130] Le premier Code criminel du Canada est
entré en vigueur en 1893 (Code criminel, 1892,
S.C. 1892, ch. 29). Le législateur a créé plusieurs
infractions fondées sur une obligation sous la
rubrique « Devoirs tendant à la conservation de la
vie », dont l’art. 216 auquel était accolée la note
marginale « Délaisser un enfant âgé de moins de
deux ans ». En voici le texte :
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
323
216. Every one is guilty of an indictable offence and
liable to three years’ imprisonment who unlawfully
abandons or exposes any child under the age of two
years, whereby its life is endangered, or its health is
permanently injured.
216. Est coupable d’un acte criminel et passible de
trois ans d’emprisonnement, quiconque abandonne ou
délaisse illégalement un enfant âgé de moins de deux ans,
par lequel fait la vie de cet enfant est mise en danger, ou
sa santé est irrémédiablement compromise.
2. The words “abandon” and “expose” include a
wilful omission to take charge of the child on the part of
a person legally bound to do so, and any mode of dealing
with it calculated to leave it exposed to risk without
protection.
2. Les expressions « abandonner » et « délaisser »
comprennent l’omission volontaire de prendre soin d’un
enfant de la part d’une personne légalement tenue de le
faire, et toute manière de le traiter de nature à le laisser
exposé à quelque danger sans protection.
[131] As is self-evident, the first part of the pro­
vision essentially tracks the language of s. 26 of
An Act respecting Offences against the Person. The
second part is new and very much resembles what
is now paras. (a) and (b) of the s. 214 definition
of “abandon” or “expose” — with one notable
exception. The second half of s. 216(2) reads “any
mode of dealing with [the child] calculated to leave
it exposed to risk without protection”, whereas
para. (b) of the s. 214 definition reads “dealing with
a child in a manner that is likely to leave that child
exposed to risk without protection”. In short, the
words “calculated to leave” were replaced by the
words “likely to leave”. Though the change may
appear highly meaningful to modern eyes, care
must be taken not to confuse obsolete and current
meanings of those words. As the majority observes,
in the 18th and 19th centuries, “calculated to” and
“likely to” were synonyms.2 This change occurred
with the adoption of a new Code (Criminal Code,
S.C. 1953-54, c. 51, s. 185) and thus is perhaps
best explained as an attempt to update language to
reflect current usage. As Professor Sullivan notes,
such a statutory revision can serve “to ensure the
clarity, consistency and readability” of the revised
act, as a result of which “outdated terminology may
be modernized” (pp. 653-54). The wording of the
provisions creating the offence of abandonment,
now ss. 214 and 218, has not been amended since.
[131] À l’évidence, le premier paragraphe de
la disposition reprend essentiellement le texte de
l’art. 26 de l’Acte concernant les offenses contre
la Personne. Le second est nouveau et s’apparente
beaucoup aux actuels al. a) et b) de la définition
d’« abandonner » ou d’« exposer » de l’art. 214, à
une importante exception près. La seconde partie
du par. 216(2) renvoie à « toute manière de [. . .]
traiter [l’enfant] de nature à le laisser exposé à
quelque danger sans protection », et l’actuel al. b)
de la définition de l’art. 214, au « fait de traiter
un enfant d’une façon pouvant l’exposer à des
dangers contre lesquels il n’est pas protégé ». Bref,
les mots « pouvant l’exposer » (« likely to leave
[. . .] exposed ») ont remplacé l’expression « de
nature à le laisser exposé » (« calculated to leave
[. . .] exposed »). Le changement peut paraître très
significatif à nos yeux actuels, surtout en anglais,
mais il faut se garder de confondre le sens que ces
expressions avaient alors et celui qu’elles ont
aujour­d’hui. Comme le font remarquer les juges
majo­ritaires, « calculated to » et « likely to » étaient
synonymes aux 18e et 19e siècles2. La mutation a coïn­
cidé avec l’adoption d’une nouvelle version du Code
(Code criminel, S.C. 1953-54, ch. 51, art. 185), et la
volonté de moderniser la termino­logie employée
en constitue sans doute la meilleure explication. La
professeure Sullivan fait d’ailleurs observer qu’une
telle révision peut avoir pour objet [traduction]
« d’assurer la clarté, l’uniformité et la lisibilité » de
la loi en cause, de sorte que « des termes désuets
soient remplacés » (p. 653-654). Le libellé des
dispositions criminalisant l’abandon, soit les actuels
art. 214 et 218, n’a pas été modifié depuis.
2 This observation is borne out by the French version of the 1892
provision in which the words “calculated to leave” are “de nature
à . . . laisser”.
2Ce que confirme le texte français de la disposition de 1892
où « de nature à [. . .] laisser » correspond à « calculated to leave ».
324
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
[132] The plain language of the provision aside,
early judicial interpretations of the child abandon­
ment provision can be helpful in interpreting the
modern-day s. 218. In the leading English authority
of R. v. White (1871), L.R. 1 C.C.R. 311, a father
failed to take custody of his nine-month-old child.
The child was left on the road in front of the father’s
home by his estranged wife, who demanded that he
take the child. The father was charged and convicted
under s. 27 of The Offences against the Person Act,
1861, and the conviction was upheld on appeal.
[132] Outre le texte même de la disposition, ses
premières interprétations judiciaires peuvent con­
tribuer à l’interprétation de l’actuel art. 218. L’arrêt
de principe britannique R. c. White (1871), L.R.
1 C.C.R. 311, a été rendu dans une affaire où un
père avait omis d’assumer la garde de son enfant de
neuf mois que son épouse, dont il était séparé, avait
laissé sur la route devant chez lui en lui enjoignant
de s’en occuper. Le père a été accusé puis déclaré
coupable sous le régime de l’art. 27 de la loi intitulée
The Offences against the Person Act, 1861, et la
déclaration de culpabilité a été confirmée en appel.
[133] The White decision makes no mention of
subjective mens rea as being required to make out
the offence of abandonment. Indeed, it suggests the
opposite, as evidenced by the following passage
from Chief Justice Bovill’s opinion, to which the
remaining four justices subscribed:
[133] L’arrêt White ne mentionne pas que la mens
rea doit être subjective pour établir la perpétration
de l’infraction d’abandon. Il donne plutôt à penser
le contraire, comme en témoigne l’extrait suivant
de l’opinion du juge en chef Bovill, à laquelle
souscrivent les quatre autres juges :
Instead of protecting and providing for the child, as it
was his duty to do, [the father] allowed it to remain lying,
first at his door, and afterwards in the road, insufficiently
clothed, and at a time of year when the result was likely
to be the child’s death. [Emphasis added; p. 313.]
[traduction] Au lieu de protéger l’enfant et de
répondre à ses besoins comme il était tenu de le faire,
[le père] l’a laissé par terre, d’abord à sa porte, puis sur
la voie publique, insuffisamment vêtu, à un moment de
l’année où la mort de l’enfant aurait pu en résulter. [Je
souligne; p. 313.]
In my view, the language used by Bovill C.J. is the
language of objective foreseeability (death was the
likely result) and not the language of subjective
foreseeability (he knew that death was likely to
result).
Les termes employés par le juge en chef Bovill
militent selon moi en faveur de la prévisibilité
objective (la mort aurait pu en résulter), et non de
la prévision subjective (savait que la mort pourrait
en résulter).
[134] I acknowledge that in a separate opinion
written by Blackburn J., language is used from
which one might conclude that he viewed the crime
of abandonment as requiring subjective foresight:
[134] Je reconnais que, dans une opinion distincte,
le juge Blackburn s’exprime d’une manière qui laisse
entendre que, aux fins de l’infraction d’abandon, il
doit y avoir prévision subjective :
. . . upon [the father] there is a strict legal duty to protect
the child. And when the child is left in a position of danger
of which he knows, and from which he has full power to
remove it, and he neglects his duty of protection, and lets
the child remain in danger, I think this is an exposure and
abandonment by him. [p. 314]
[traduction] . . . la loi impose [au père] l’obligation
stricte de protéger l’enfant. Lorsque celui-ci est laissé
dans une situation dangereuse, alors que le père le sait
et qu’il est pleinement en mesure d’écarter le danger,
et qu’il manque à son obligation de protéger l’enfant et
le laisse exposé au danger, je crois qu’il y a de sa part
délaissement et abandon. [p. 314]
I do not read that passage as indicating that subjec­
tive foresight is required to make out the offence
Je ne conclus pas de cet extrait qu’il doit y avoir
prévision subjective pour qu’il y ait abandon. En fait,
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
325
of abandonment. Rather, on Justice Blackburn’s
assessment of the facts, the father clearly knew that
the child’s life was imperilled and yet did nothing
about it. I would not, and do not, suggest that a person
who in fact subjectively foresees a risk of death or
permanent injury to the child cannot be convicted
under s. 218. But that is different from holding that
subjective foreseeability is an essential ingredient
of the crime. Where an offence is satisfied — at a
minimum — on an objective standard, subjective
proof will obviously suffice to sustain a conviction.
See R. v. Beatty, 2008 SCC 5, [2008] 1 S.C.R. 49, at
para. 47; R. v. Roy, 2012 SCC 26, [2012] 2 S.C.R. 60,
at para. 38.
suivant l’appréciation des faits du juge Blackburn,
le père savait clairement que la vie de l’enfant
était en danger, mais n’a rien fait. Je n’irais pas
jusqu’à dire — et je ne dis pas — qu’on ne peut
déclarer coupable de l’infraction prévue à l’art. 218
la personne qui, de fait, prévoit subjectivement le
risque que l’enfant meure ou subisse un préjudice
permanent. Ce n’est toutefois pas la même chose
que de tenir la prévision subjective pour un élément
essentiel de l’infraction. Lorsque la perpétration de
l’infraction est établie, suivant une norme objective
à tout le moins, la preuve d’une mens rea subjective
suffit à justifier une déclaration de culpabilité.
Voir R. c. Beatty, 2008 CSC 5, [2008] 1 R.C.S. 49,
par. 47; R. c. Roy, 2012 CSC 26, [2012] 2 R.C.S.
60, par. 38.
[135] To conclude on this point, the fact that
the provision contains no words that can be read
as requiring subjective foresight of the proscribed
consequences is significant. As mentioned, the
words “calculated to leave” were removed in the
1953-54 Criminal Code and replaced by the words
“likely to leave”. At the same time, the age of
protected children was raised from two years to ten
years and the word “whereby” was replaced with
the synonymous words “so that”. If Parliament had
wanted to make it clear that subjective foreseeability
was the requisite fault element, it could have done
so when revising the language of the provision by
using the words “knowing that” instead of “so that”
in s. 218 and by changing the words “calculated to
leave” to “he knows is or is likely to leave” in para. (b)
of the s. 214 definition. As Professor Sullivan
notes, “[i]t is presumed that in so far as possible
legislatures will adopt a simple, straightforward and
concise way of expressing themselves” (p. 207).
But instead of making what would have been
a straightforward change, Parliament preserved
the original meaning of the provision which, as I
have attempted to show, was understood as requir­
ing objective, not subjective, foreseeability of the
prohibited consequences.
[135] Pour conclure sur ce point, il est révélateur
que la disposition ne renferme pas de termes
susceptibles d’indiquer que la prévisibilité des
conséquences prohibées doit être appréciée subjec­
tivement. Comme je le mentionne précédemment,
l’expression « de nature à le laisser exposé » a été
remplacée dans le Code criminel de 1953-1954
par les mots « pouvant l’exposer ». Par ailleurs,
l’âge de l’enfant protégé est passé de deux à dix
ans, et à l’expression « par lequel fait » a succédé
l’expression équivalente « de manière que ». Si le
législateur avait voulu préciser que l’élément de
faute requis résidait dans la prévision subjective,
il aurait pu le faire lors de la révision du texte de
la disposition en substituant les mots « sachant
que » à l’expression « de manière que » employée
à l’art. 218, et en remplaçant « de nature à le laisser
exposé » par « qu’il sait l’exposer ou susceptible de
l’exposer » à l’al. b) de la définition de l’art. 214.
Comme le signale la professeure Sullivan,
[traduction] « [o]n présume que le législateur
s’exprime le plus possible de façon simple, directe
et concise » (p. 207). Or, au lieu de recourir à ce
qui aurait constitué une modi­fication assez simple,
le législateur a conservé la portée initiale de la
disposition dont on considérait, comme je tente
de le démontrer, qu’elle exigeait la prévisibilité
objective, et non la prévision subjective, des
conséquences prohibées.
326
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
E. The Social Stigma and Gravity of the Offence
Support an Objective Standard for the
Proscribed Consequences
E. La stigmatisation sociale liée à l’infraction et
la gravité de celle-ci militent en faveur de la
prévisibilité objective des conséquences prohibées
[136] I touch, finally, on two other factors that
support the conclusion that the fault element for
s. 218 is penal negligence: the social stigma attached
to the crime of child abandonment and the gravity
of the crime. As McLachlin J., for the majority,
observed in Creighton, at p. 46, the mens rea of an
offence should reflect the gravity of the crime. Both
the social stigma associated with its commission and
the penalty provided by Parliament afford a measure
of that gravity.
[136] J’aborde enfin deux autres considérations
qui étayent la conclusion que la négligence pénale
constitue l’élément de faute requis pour l’application
de l’art. 218 : la stigmatisation sociale résultant de
l’infraction d’abandon d’enfant et la gravité du crime.
Comme le fait observer la juge McLachlin au nom
des juges majoritaires dans Creighton, p. 46, la mens
rea d’une infraction doit en refléter la gravité. La
stigmatisation sociale et la peine encourue donnent
une idée de la gravité de l’infraction.
[137] The social stigma associated with the
offence of child abandonment cannot — and in my
view should not — be treated differently than the
social stigma associated with its sister provision
s. 215 (failure to provide necessaries) where penal
negligence was found to be the requisite fault
element. Indeed, as I noted earlier, in their treatise, at
p. 826, Manning and Sankoff write that the offence
of child abandonment is “entirely superfluous” given
its overlap with the offence of failing to provide the
necessaries of life under s. 215 of the Code:
[137] La stigmatisation sociale qui est associée
à l’abandon d’enfant ne peut être considérée — et,
à mon avis, elle ne le doit pas — différemment de
celle qui résulte de l’omission de fournir les choses
nécessaires à l’existence (l’infraction visée par la
disposition apparentée qu’est l’art. 215) lorsque la
négligence pénale est tenue pour l’élément de faute
requis. En effet, comme je le mentionne précé­
demment, Manning et Sankoff affirment à la p. 826
de leur traité que l’infraction d’abandon d’enfant
est [traduction] « totalement superflue » étant
donné son chevauchement avec celle que constitue
l’omission de fournir les choses nécessaires à
l’existence et que prévoit l’art. 215 du Code :
Given that the “necessaries of life” include shelter and
protection from harm, there does not appear to be a
conceivable situation in which abandonment would not
also constitute a failure to provide the necessaries of life.
[traduction] Puisque les « choses nécessaires à
l’existence » englobent le toit et la protection contre
les préjudices, il semble impossible de concevoir une
situation où l’abandon ne constituerait pas également une
omission de fournir les choses nécessaires à l’existence.
[138] Whether that statement is entirely accurate
or not, it leads me to conclude that ss. 215 and 218
should be ranked equally on the social stigma scale.
They certainly rank equally in terms of their gravity.
Both offences are punishable by a maximum
penalty of five years’ imprisonment (if the Crown
proceeds by way of indictment) and 18 months’
imprisonment (if the Crown proceeds by way of
summary conviction).
[138] Qu’ils aient entièrement raison ou non,
ces auteurs m’incitent à conclure que les art. 215
et 218 doivent être considérés sur un pied d’égalité
au regard de la stigmatisation sociale. Ils le sont
certainement pour ce qui est de la gravité. Les deux
infractions sont punissables d’un emprisonnement
maximal de cinq ans (par voie de mise en accusation)
et de 18 mois (par voie de procédure sommaire).
[139] Put differently, if Parliament had intended
to build subjective foreseeability into s. 218,
[139] Autrement dit, si le législateur avait voulu
intégrer à l’art. 218 une norme de prévisibilité
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
327
the degree of moral blameworthiness would
necessarily be higher than that required to sustain
a conviction under s. 215, which requires only
objective foreseeability. If that were the case, one
could reasonably expect, in my view, that the higher
level of moral culpability would be reflected by a
more severe punishment. But this is not so.3 And
that leads me to conclude that the two provisions
encompass the same degree of blameworthiness and
thus require the same degree of mental fault.
subjective, le degré de culpabilité morale serait
forcément plus élevé que celui requis pour justifier
une déclaration de culpabilité sous le régime de
l’art. 215, pour lequel la prévisibilité doit seulement
être objective. Si telle était l’intention du législateur,
on pourrait à bon droit s’attendre, selon moi, à
ce qu’une peine plus sévère reflète la culpabilité
morale accrue. Mais il n’en est rien3. J’en conclus
que les deux infractions comportent le même degré
de culpabilité morale et que leur perpétration exige
donc le même degré de faute morale.
[140] Finally, without wishing to minimize the
nature and severity of the punishments available
under ss. 215 and 218, they are significantly
removed from other crimes which this Court has
held to be crimes involving objective foresight,
including manslaughter and certain instances of
dangerous driving causing death — both of which
attract maximum punishments of life imprisonment.
[140] Enfin, sans vouloir minimiser la nature
et la sévérité des peines prévues aux art. 215 et
218, les infractions créées par ces articles sont loin
d’être comparables à celles dont la Cour a statué
qu’elles supposaient une prévisibilité objective, dont
l’homicide involontaire coupable et certains cas de
conduite dangereuse causant la mort, lesquels rendent
passible d’une peine maximale d’emprisonnement à
perpétuité.
F. The Remaining Elements of the Offence
F. Les autres éléments de l’infraction
[141] As explained earlier, there are three distinct
elements to the offence of child abandonment: the
act (abandonment or exposure), the circumstances
(a child under 10), and the consequences (the risk
of harm to the child). The focus of my analysis thus
far has been the third element. I turn now to the first
and second elements, taking each in turn.
[141] Rappelons que l’infraction d’abandon
d’enfant comporte trois éléments distincts : l’acte
(l’abandon ou l’exposition), les circonstances (un
enfant de moins de 10 ans) et les conséquences (le
risque qu’un préjudice soit infligé à l’enfant). Mon
analyse s’est attachée jusqu’à présent au troisième
élément, et je passe maintenant aux premier et
deuxième éléments, que j’examine successivement.
(1)“Abandon” or “Expose” — And the
“Wilful” Red Herring
(1)La définition d’« abandonner » ou
d’« exposer » et la diversion causée par
l’emploi du mot « volontaire »
[142] Although there are no words of subjective
intent in s. 218, the word “wilful” is used in para. (a)
of the s. 214 definition of “abandon” or “expose” to
modify the word “omission”. Much of the focus on
the word, unfortunately, has served as a red herring,
distracting from its actual function in the language
of s. 218. Whatever meaning attaches to “wilful”,
[142] Bien que l’art. 218 ne renferme aucun terme
qui soit de nature à rendre l’intention subjective,
à l’al. a) de la définition d’« abandonner » ou
d’« exposer » de l’art. 214, l’adjectif « volontaire »
qualifie le mot « omission ». Hélas, l’intérêt
porté à l’emploi de cet adjectif a en grande partie
détourné l’attention de la fonction réelle ce mot
3 An Act to amend the Criminal Code (protection of children and
other vulnerable persons) and the Canada Evidence Act, S.C.
2005, c. 32, ss. 11 and 12, had the effect of harmonizing the
available sentences under ss. 215 and 218.
3La Loi modifiant le Code criminel (protection des enfants et d’autres
personnes vulnérables) et la Loi sur la preuve au Canada, L.C. 2005,
ch. 32, art. 11 et 12, a eu pour effet d’harmoniser les peines prévues
aux art. 215 et 218.
328
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
it speaks to the interpretation to be given to the
act in the first element of the offence (abandoning
or exposing). It offers little, if any, assistance in
interpreting the third element (risk to the child).
dans le texte de l’art. 218. Quel que soit le sens
du mot « volontaire », il joue dans l’interprétation
du premier élément de l’infraction (l’abandon ou
l’exposition). Il a peu d’utilité, à supposer même
qu’il en ait, pour interpréter le troisième élément (le
risque pour l’enfant).
[143] As far back as 1898, in the case of R. v.
Senior, [1899] 1 Q.B. 283, Lord Russell of Killowen
C.J. considered the meaning of the word “wilfully”
in s. 1 of the Prevention of Cruelty to Children
Act, 1894, 57 & 58 Vict., c. 41, which among other
things, made it an offence to “wilfully” assault, illtreat, neglect, abandon or expose a child under the
age of 16 “in a manner likely to cause such child
unnecessary suffering, or injury to its health”. At
pp. 290-91, the Chief Justice stated:
[143] Dès 1898, dans l’arrêt R. c. Senior, [1899]
1 Q.B. 283, le juge en chef lord Russell de Killowen
s’est penché sur le sens du mot « wilfully » (en fran­
çais, « volontairement ») employé à l’art. 1 de la
Pre­vention of Cruelty to Children Act, 1894, 57 &
58 Vict., ch. 41, qui, entre autres, criminalisait le fait
d’agresser, de maltraiter, de négliger, d’abandonner
ou d’exposer [traduction] « volontairement » un
enfant de moins de 16 ans « d’une manière pouvant
lui causer des souffrances inutiles ou compromettre
sa santé ». Le juge en chef a affirmé ce qui suit aux
p. 290-291 :
Whether the words in the statute, “wilfully neglects,” are
taken together, or, as the learned judge did in directing
the jury, are taken separately, the meaning is very clear.
“Wilfully” means that the act is done deliberately and
intentionally, not by accident or inadvertence, but so that
the mind of the person who does the act goes with it.
[Emphasis added.]
[traduction] Qu’on les considère de pair ou, con­
formément aux directives du savant juge au jury, qu’on
les considère séparément, les mots « négliger volon­
tai­rement » employés dans la loi ont un sens très clair.
L’adverbe « volontairement » veut que l’acte soit commis
délibérément et intentionnellement, et non accidentelle­
ment ou par inadvertance, de sorte que l’acte « s’accom­
pagne » de l’état d’esprit correspondant. [Je souligne.]
[144] Modern-day authorities have accepted that
the word “wilful” may be used to indicate a voluntary
or deliberate act, one that the mind “goes with”. See,
e.g., R. v. Buzzanga (1979), 25 O.R. (2d) 705 (C.A.),
at pp. 715-17; R. v. L.B., 2011 ONCA 153, 274
O.A.C. 365, at paras. 108-9, leave to appeal refused,
[2011] 3 S.C.R. x; and Manning and Sankoff, at
pp. 149-50.
[144] Les tribunaux et les auteurs reconnaissent de
nos jours que le mot « wilful » (en français, « volon­
taire ») peut être utilisé pour désigner un acte voulu
ou délibéré, un acte qui [traduction] « s’accom­
pagne » de l’état d’esprit correspondant. Voir, p. ex.,
R. c. Buzzanga (1979), 25 O.R. (2d) 705 (C.A.),
p. 715-717; R. c. L.B., 2011 ONCA 153, 274 O.A.C.
365, par. 108-109, autorisation d’appel refusée,
[2011] 3 R.C.S. x; Manning et Sankoff, p. 149-150.
[145] In my view, a fair reading of the provision
establishes that the word “wilful” in s. 214 does not
connote an intention to bring about the proscribed
consequences identified in s. 218. Rather, it
modifies “omission” in para. (a) of the definition
of “abandon” or “expose” and connotes, as Lord
Russell C.J. described it, an act “done deliberately
and intentionally, not by accident or inadvertence”.
[145] À mon avis, il appert de la juste interpré­
tation de l’art. 214 que le mot « volontaire » qui
y est employé ne renvoie pas à l’intention de faire
survenir les conséquences prohibées à l’art. 218.
Il qualifie plutôt l’« omission » visée à l’al. a) de
la définition d’« abandonner » ou d’« exposer »,
de sorte que l’on réprime un acte [traduction]
« commis délibérément et intentionnellement, et
non accidentellement ou par inadvertance », pour
reprendre les propos du juge en chef lord Russell.
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
329
[146] To put the matter in more contemporary
terms, basic intent or voluntariness is all that is
required to satisfy the minimum mental element
for the act of abandonment or exposure. That
conclusion sits independently from — and is
entirely harmonious with — the separate conclusion
that penal negligence is the proper mental standard
for the third element in s. 218. It would be a mistake
to confuse the two.
[146] Pour employer des termes plus contem­
porains, l’intention fondamentale ou le caractère
volontaire suffisent pour établir l’élément moral
minimal de l’infraction d’abandon ou d’exposition.
Cette conclusion est indépendante de celle voulant
que la norme de la négligence pénale s’applique
au troisième élément constitutif de l’art. 218, et
s’harmonise parfaitement avec elle. Ce serait une
erreur que de confondre les deux.
(2)The Age of the Child
(2)L’âge de l’enfant
[147] Lastly, I turn to the second element of the
offence, the age of the child. This element was not
an issue in this appeal, as it was self-evident and
undisputed that A.D.H.’s newborn baby was under
the age of 10. Nevertheless, mindful that the age
of the child is a question of circumstances and
not consequences of the offence, and absent any
indicators that Parliament intended an objective
standard for this element, I would be inclined to
hold that this element should be established on the
basis of subjective fault. However, as this matter is
not before us, I need not say more about it.
[147] Enfin, je passe à la deuxième composante
de l’infraction, l’âge de l’enfant, lequel ne fait
pas l’objet du litige, étant manifeste et les parties
reconnaissant que le nouveau-né d’A.D.H. avait
moins de 10 ans. Néanmoins, dans la mesure où
l’âge de l’enfant correspond aux circonstances
de l’infraction, et non à ses conséquences, et
vu l’absence d’indice que le législateur a voulu
assujettir cette composante à une norme de preuve
objective, j’aurais tendance à conclure qu’il faut
établir la faute s’y rapportant de manière subjective.
Toutefois, comme la Cour n’a pas à se prononcer
sur ce point, je n’en dis pas davantage.
G. Some Thoughts on Intoxication as a Defence
G. Quelques réflexions sur l’intoxication comme
moyen de défense
[148] Earlier in these reasons, I voiced my
concern that an interpretation of s. 218 that requires
subjective foresight of consequences would provide
a defence to the errant parent or irresponsible
caregiver who, by virtue of intoxication, could not
or did not foresee the likely consequences of his or
her dangerous conduct. While it is true that none
of the parties raised this point in their arguments,
I believe that the ramifications that flow from
interpreting a statutory provision in one way or
another are a necessary part of the overall contextual
analysis with which we are engaged. That context
cannot — and should not — be overlooked on the
basis that a relevant issue does not arise on the facts
of a particular case.
[148] Comme je l’indique précédemment, je
crains qu’une interprétation de l’art. 218 exigeant
la prévision subjective des conséquences n’offre
un moyen de défense au parent fautif ou au gardien
irresponsable qui, à cause de son intoxication, ne
pouvait prévoir ou n’a pas prévu les conséquences
possibles de sa conduite dangereuse. Bien qu’aucune
partie ne soulève ce point dans son argumentation,
je crois que les répercussions de l’une ou l’autre
des interprétations d’une disposition législative
font nécessairement partie de l’analyse contextuelle
globale à laquelle nous nous livrons. On ne peut —
et on ne doit pas — en faire abstraction au motif
que les faits d’une affaire ne s’y prêtent pas.
[149] The majority concludes that s. 218 is a
“general intent” offence (para. 16). I would have
thought, however, that this Court’s decision in
[149] Les juges majoritaires concluent que
l’art. 218 prévoit une infraction d’« intention
générale » (par. 16). J’aurais pourtant cru que
330
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
Hinchey has pointed us beyond the binary fiction of
specific versus general intent offences.4 This case
underscores the merit of that approach because the
nub of the difficulty is that s. 218, whether under
the majority’s approach or mine, does not —
indeed, it cannot — fit neatly into either the general
or specific intent boxes. To attempt to do so is to do
what courts have for too long done — broad-brush
offences in a way that at once over-generalizes and
over-simplifies.
l’arrêt Hinchey nous avait fait dépasser la
logique binaire voulant que les infractions soient
d’intention spécifique ou d’intention générale 4.
La présente affaire fait ressortir la justesse de
l’approche de la Cour dans cet arrêt, car la difficulté
tient essentiellement à ce que l’infraction créée
à l’art. 218, que l’on adhère à la thèse des juges
majoritaires ou à la mienne, ne s’insère pas — et
ne peut en fait s’insérer — parfaitement dans la
catégorie des infractions d’intention générale ni dans
celle des infractions d’intention spécifique. Tenter
de l’insérer dans l’une ou l’autre des catégories
revient à faire ce que les tribunaux font depuis trop
longtemps : qualifier l’infraction en péchant par
excès de généralisation et de simplification.
[150] The majority’s invocation of R. v. Daviault,
[1994] 3 S.C.R. 63, and s. 33.1 of the Code is no
answer to the concerns I raise. First, Daviault
speaks only to the basic intent or voluntariness
needed to commit an intentional act — what Cory J.
described as “the minimal mental element required
for a general intent offence” (p. 87 (emphasis
added)). Our later decision in R. v. Daley, 2007
SCC 53, [2007] 3 S.C.R. 523, confirms that a socalled Daviault defence of “extreme intoxication”
relates only to intoxication which “negates
voluntariness and thus is a complete defence
to criminal responsibility” (para. 43 (emphasis
added)). Daviault thus says nothing about whether
intoxication short of automatism could raise a
reasonable doubt about an accused’s subjective
foresight of consequences, as the majority requires
of s. 218.
[150] Le renvoi des juges majoritaires à l’arrêt
R. c. Daviault, [1994] 3 R.C.S. 63, et à l’art. 33.1
du Code n’apaise pas mes craintes. D’abord,
Daviault ne porte que sur l’intention fondamentale
ou le caractère volontaire nécessaire pour que
l’acte soit intentionnel, ce que le juge Cory qualifie
d’« élément moral minimal requis par l’infraction
d’intention générale » (p. 87 (je souligne)). L’arrêt R.
c. Daley, 2007 CSC 53, [2007] 3 R.C.S. 523, rendu
subséquemment, confirme que l’« intoxication
extrême » reconnue comme moyen de défense dans
Daviault s’entend seulement de celle qui « exclut
tout caractère volontaire et qui, de ce fait, constitue
un moyen de défense exonérant totalement de toute
responsabilité criminelle » (par. 43 (je souligne)).
Dans Daviault, la Cour ne se prononce donc pas
sur la question de savoir si l’intoxication sans
automatisme peut soulever un doute raisonnable
quant à la prévision subjective des conséquences
par l’accusé, le critère d’application de l’art. 218
selon les juges majoritaires.
4 More than three decades ago, dissenting in Leary v. The Queen,
[1978] 1 S.C.R. 29, Dickson J. (as he then was) recognized that the
specific-general intent dichotomy has bewildered the bench and bar
ever since it was brought to our shores by this Court’s decision in
R. v. George, [1960] S.C.R. 871. The difficulty, as Dickson J. put it,
was that “there are not, and have never been, any legally adequate
criteria for distinguishing the one group of crimes from the other”
(p. 40). In comments that I believe align well with Hinchey, Dickson
J. counseled moving beyond labels that are “neither meaningful nor
intelligible” to an analysis of the actual “mental element[s] which
must be established by the Crown” (pp. 42-43).
4 Il y a plus de trente ans, dans Leary c. La Reine, [1978] 1 R.C.S. 29, le
juge Dickson (plus tard Juge en chef), dissident, reconnaissait que la
dichotomie entre intention spécifique et intention générale confondait
juges et avocats depuis son introduction au Canada dans l’arrêt R. c.
George, [1960] R.C.S. 871. Selon lui, la difficulté résidait dans le fait
qu’« il n’existe pas, et [qu’]il n’a jamais existé, de critère juridique
approprié pour distinguer un type de crimes de l’autre » (p. 40). Dans
des commentaires qui s’accordent bien avec Hinchey, il recommande
de ne pas s’arrêter aux étiquettes, qui sont « à la fois dénuée[s] de sens
et inintel­ligible[s] », et de s’attacher aux « élément[s] menta[ux] que
le ministère public doit [effectivement] prouver » (p. 42-43).
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
331
[151] Second, s. 33.1 of the Code, if it is
applicable to s. 218, provides a statutory override
of a Daviault defence — but only to the extent
that the accused “lacked the general intent or the
voluntariness required to commit the offence”.
Assuming for the sake of argument that s. 33.1 does
apply to s. 218, it says nothing about intoxication
as a defence in relation to the subjective foresight
of consequences. As I have said, Daviault was only
concerned with the basic intent or voluntariness
required for an intentional act. Thus, whether
s. 33.1 does or does not apply to s. 218 is, in my
respectful view, irrelevant.
[151] Deuxièmement, si l’art. 33.1 du Code
s’applique à l’art. 218, il a pour effet d’écarter le
moyen de défense reconnu dans Daviault, mais
seulement dans la mesure où l’accusé « n’avait pas
l’intention générale ou la volonté requise pour la
perpétration de l’infraction ». À supposer, aux fins
du débat, que l’art. 33.1 s’applique bel et bien à
l’art. 218, il ne nous apprend rien sur l’interaction
entre l’intoxication comme moyen de défense
et la prévision subjective des conséquences. Je
le rappelle, Daviault n’intéresse que l’intention
fondamentale ou le caractère volontaire requis pour
commettre un acte intentionnel. J’estime donc,
en toute déférence, qu’il importe peu de savoir si
l’art. 33.1 s’applique ou non à l’art. 218.
H. Conclusion
H. Conclusion
[152] Section 218 is child protection legislation.
It targets three limited classes of people faced with
a situation where a child under 10 is or is likely to
be at risk of death or permanent injury. A review
of the provision’s language, its legislative evolution
and history, the gravity of the crime and the social
stigma associated with it confirm that the offence
is duty-based and that penal negligence is the level
of fault required to establish guilt as regards the
proscribed consequences.
[152] L’article 218 a pour objet la protection des
enfants. Il vise trois catégories de personnes dans la
situation où un enfant de moins de 10 ans court ou est
susceptible de courir le risque de mourir ou de subir un
préjudice permanent. Il appert de l’examen du libellé
de la disposition, de son évolution, de son historique,
de la gravité du crime et de la stigmatisation sociale
qui y est associée que l’infraction repose sur une
obligation et que la négligence pénale correspond
au degré de faute requis pour établir la culpabilité
à l’égard des conséquences prohibées.
[153] Having so concluded, I hasten to point out
that penal negligence involves a very real level of
fault. This is emphatically not a matter of punishing
the “morally blameless”. And while it may not
reach the level of subjective fault in respect of each
and every element of a particular crime, it does not
punish people for acts of simple negligence. As
Charron J. observed in Beatty, at para. 34:
[153] Au vu de cette conclusion, je m’empresse
d’ajouter que la négligence pénale suppose une
faute bien réelle et qu’il ne s’agit pas du tout de
punir la personne « moralement innocente ». Même
si cette norme peut être moins stricte que celle de
la faute subjective quant à chacun des éléments du
crime, elle n’a pas pour effet de punir une personne
qui commet une simple négligence. Comme
l’affirme la juge Charron dans Beatty, par. 34 :
If every departure from the civil norm is to be
criminalized, regardless of the degree, we risk casting the
net too widely and branding as criminals persons who are
in reality not morally blameworthy.
S’il faut considérer comme une infraction criminelle
chaque écart par rapport à la norme civile, quelle qu’en
soit la gravité, on risque de ratisser trop large et de
qualifier de criminelles des personnes qui en réalité ne
sont pas moralement blâmables.
For that reason, an objective test “requires proof
of a marked departure from the standard of care
C’est pourquoi le critère objectif « exige la preuve
d’un écart marqué par rapport à la norme de diligence
332
r.
v.
A.D.H.
Moldaver J.
[2013] 2 S.C.R.
that a reasonable person would observe in all the
circumstances”: ibid., at para. 36 (emphasis in
original).
que respecterait une personne raisonnable dans
les circonstances » : ibid., par. 36 (en italique dans
l’original).
[154] Nor does an objective standard punish
those who act under an honest but mistaken
belief that their conduct is not dangerous in the
circumstances — so long as the belief is reasonably
held. Justice Charron put the matter succinctly in
Beatty, at paras. 37-38:
[154] Une norme objective n’a pas non plus
pour effet de punir la personne qui agit en croyant
de bonne foi, mais à tort, que sa conduite n’est pas
dangereuse dans les circonstances, à condition que sa
croyance soit raisonnable. Toujours dans Beatty, la
juge Charron fait la synthèse suivante aux par. 37‑38 :
However, because the accused’s mental state is relevant
in a criminal setting, the objective test must be modified
to give the accused the benefit of any reasonable doubt
about whether the reasonable person would have
appreciated the risk or could and would have done
something to avoid creating the danger. . . .
Toutefois, comme l’état mental de l’accusé est pertinent
dans une affaire criminelle, il faut modifier le critère
objectif pour accorder à l’accusé le bénéfice de tout doute
raisonnable relatif à la question de savoir si une personne
raisonnable aurait apprécié le risque ou encore aurait
pu faire quelque chose pour éviter de créer le danger et
l’aurait fait. . .
. . . In the same vein, a reasonably held mistake of
fact may provide a complete defence if, based on the
accused’s reasonable perception of the facts, the conduct
measured up to the requisite standard of care.
. . . Dans le même ordre d’idées, une erreur de fait
raisonnable peut constituer un moyen de défense suffisant
si, compte tenu de la perception raisonnable des faits par
l’accusé, son comportement était conforme à la norme de
diligence requise.
[155] What the test does not do is take into
account the personal attributes of the accused,
short of incapacity to appreciate the risk. Nor will
it allow people who are drunk or high on drugs
to escape liability on the basis that they were not
capable of foreseeing, or did not foresee, the likely
consequences of their actions. That, with respect,
is how it should be. And the circumstances of this
case serve to exemplify how the penal negligence
standard works to spare the morally blameless from
criminal liability.
[155] Ce que le critère écarte c’est la prise en
compte des caractéristiques personnelles de l’accusé,
hormis son incapacité à prendre conscience du
risque. Son application ne permet pas non plus à
une personne en état d’ivresse ou d’intoxication
d’échapper à toute responsabilité au motif qu’elle
n’était pas en mesure de prévoir, ou qu’elle n’a pas
prévu, les conséquences probables de ses actes. En
toute déférence, il devrait en être ainsi. L’application
de la norme de la négligence pénale aux faits de
l’espèce montre comment elle peut soustraire la
personne moralement innocente à la responsabilité
criminelle.
III. Application to the Facts
III. Application aux faits
[156] The trial judge found that the respondent,
A.D.H., honestly believed that her child was dead
at birth. In so concluding, he accepted that the birth
was precipitous and the baby was born premature.
He also accepted that A.D.H. was confused and
frightened at the time and that the baby, after birth,
was blue and motionless. The trial judge found
objective support for A.D.H.’s belief in the evidence
[156] Le juge du procès a conclu que l’intimée,
A.D.H., croyait sincèrement son enfant mort‑né.
Pour ce faire, il a admis le caractère précipité
et prématuré de la naissance. Il a également tenu
pour avérées la stupéfaction et la frayeur d’A.D.H.
au moment des faits, ainsi que la couleur bleue
du nouveau-né et son immobilité. À son avis,
le témoignage du Dr Simpson et ceux d’autres
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
A.D.H.
Le juge Moldaver
333
of Dr. Simpson and that of various bystanders who
likewise believed the child was dead (2009 SKQB
261, 335 Sask. R. 173).
personnes qui avaient elles aussi cru l’enfant mort
étayaient objectivement la croyance d’A.D.H.
(2009 SKQB 261, 335 Sask. R. 173).
[157] Based on the trial judge’s findings of fact,
Ottenbreit J.A. concluded that A.D.H. was entitled
to be acquitted. In his view, her belief that the child
was dead at birth “was not only honestly held but
reasonable in the context of the situation” (2011
SKCA 6, 366 Sask. R. 123, at para. 38). I agree.
[157] À partir des conclusions de fait du juge
du procès, le juge Ottenbreit, de la Cour d’appel,
a conclu qu’A.D.H. devait être acquittée. Selon lui,
elle croyait [traduction] « non seulement de bonne
foi, mais aussi de manière raisonnable dans les
circonstances » (2011 SKCA 6, 366 Sask. R. 123,
par. 38), avoir donné naissance à un enfant mort-né.
Je suis du même avis.
[158] In all the circumstances, A.D.H.’s conduct
in abandoning her child and leaving him exposed
to the risk of death or permanent injury was not
morally blameworthy. As such, she was entitled to
be acquitted.
[158] Compte tenu de l’ensemble des circons­
tances, le fait qu’A.D.H. a abandonné son enfant
et l’a exposé au risque de mourir ou de subir
un préjudice permanent n’était pas moralement
blâmable. Elle avait donc droit à l’acquittement.
[159] Accordingly, I would dismiss the appeal.
[159] Je suis donc d’avis de rejeter le pourvoi.
APPENDIX
ANNEXE
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46
214. In this Part,
214. Les définitions qui suivent s’appliquent à la
présente partie.
“abandon” or “expose” includes
« abandonner » ou « exposer » S’entend notamment :
(a) a wilful omission to take charge of a child by a
person who is under a legal duty to do so, and
a) de l’omission volontaire, par une personne légale­
ment tenue de le faire, de prendre soin d’un enfant;
(b) dealing with a child in a manner that is likely to
leave that child exposed to risk without protection;
b) du fait de traiter un enfant d’une façon pouvant
l’exposer à des dangers contre lesquels il n’est pas
protégé.
. . .
. . .
215. (1) [Duty of persons to provide necessaries]
Every one is under a legal duty
215. (1) [Devoir de fournir les choses nécessaires à
l’existence] Toute personne est légalement tenue :
(a) as a parent, foster parent, guardian or head of a
family, to provide necessaries of life for a child under
the age of sixteen years;
a) en qualité de père ou de mère, de parent nourricier,
de tuteur ou de chef de famille, de fournir les choses
nécessaires à l’existence d’un enfant de moins de
seize ans;
(b) to provide necessaries of life to their spouse or
common-law partner; and
b) de fournir les choses nécessaires à l’existence de
son époux ou conjoint de fait;
334
r.
v.
[2013] 2 S.C.R.
A.D.H.
(c) to provide necessaries of life to a person under his
charge if that person
c) de fournir les choses nécessaires à l’existence d’une
personne à sa charge, si cette personne est incapable, à
la fois :
(i) is unable, by reason of detention, age, illness,
mental disorder or other cause, to withdraw
himself from that charge, and
(i) par suite de détention, d’âge, de maladie, de
troubles mentaux, ou pour une autre cause, de se
soustraire à cette charge,
(ii) is unable to provide himself with necessaries
of life.
(ii) de pourvoir aux choses nécessaires à sa propre
existence.
(2) [Offence] Every one commits an offence who, being
under a legal duty within the meaning of subsection (1),
fails without lawful excuse, the proof of which lies on him,
to perform that duty, if
(2) [Infraction] Commet une infraction quiconque,
ayant une obligation légale au sens du paragraphe (1),
omet, sans excuse légitime, dont la preuve lui incombe,
de remplir cette obligation, si :
(a) with respect to a duty imposed by paragraph (1)(a)
or (b),
a) à l’égard d’une obligation imposée par l’alinéa (1)a)
ou b) :
(i) the person to whom the duty is owed is in des­
titute or necessitous circumstances, or
(i) ou bien la personne envers laquelle l’obli­
gation doit être remplie se trouve dans le dénue­
ment ou dans le besoin,
(ii) the failure to perform the duty endangers
the life of the person to whom the duty is owed,
or causes or is likely to cause the health of that
person to be endangered permanently; or
(ii) ou bien l’omission de remplir l’obligation met
en danger la vie de la personne envers laquelle
cette obligation doit être remplie, ou expose, ou
est de nature à exposer, à un péril permanent la
santé de cette personne;
(b) with respect to a duty imposed by paragraph (1)(c),
the failure to perform the duty endangers the life of
the person to whom the duty is owed or causes or is
likely to cause the health of that person to be injured
permanently.
b) à l’égard d’une obligation imposée par l’alinéa (1)c),
l’omission de remplir l’obligation met en danger la
vie de la personne envers laquelle cette obliga­tion doit
être remplie, ou cause, ou est de nature à causer, un
tort permanent à la santé de cette personne.
(3) [Punishment] Every one who commits an offence
under subsection (2)
(3) [Peine] Quiconque commet une infraction visée au
paragraphe (2) est coupable :
(a) is guilty of an indictable offence and liable to im­
prisonment for a term not exceeding five years; or
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprison­
nement maximal de cinq ans;
(b) is guilty of an offence punishable on summary
conviction and liable to imprisonment for a term not
exceeding eighteen months.
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de
culpabilité par procédure sommaire et passible d’un
emprisonnement maximal de dix-huit mois.
(4) [Presumptions] For the purpose of proceedings
under this section,
(4) [Présomptions] Aux fins des poursuites engagées
en vertu du présent article :
(a) [Repealed, 2000, c. 12, s. 93]
a) [Abrogé, 2000, ch. 12, art. 93]
(b) evidence that a person has in any way recognized
a child as being his child is, in the absence of any
evidence to the contrary, proof that the child is his
child;
b) la preuve qu’une personne a de quelque façon
reconnu un enfant comme son enfant, constitue, en
l’absence de toute preuve contraire, une preuve que
cet enfant est le sien;
[2013] 2 R.C.S.
r.
c.
335
A.D.H.
(c) evidence that a person has failed for a period of
one month to make provision for the maintenance of
any child of theirs under the age of sixteen years is, in
the absence of any evidence to the contrary, proof that
the person has failed without lawful excuse to provide
necessaries of life for the child; and
c) la preuve qu’une personne a omis, pendant une
période d’un mois, de pourvoir à l’entretien d’un de
ses enfants âgé de moins de seize ans constitue, en
l’absence de toute preuve contraire, une preuve qu’elle
a omis, sans excuse légitime, de lui fournir les choses
nécessaires à l’existence;
(d) the fact that a spouse or common-law partner or
child is receiving or has received necessaries of life
from another person who is not under a legal duty to
provide them is not a defence.
d) le fait qu’un époux ou conjoint de fait ou un enfant
reçoit ou a reçu les choses nécessaires à l’existence,
d’une autre personne qui n’est pas légalement tenue
de les fournir, ne constitue pas une défense.
. . .
. . .
218. [Abandoning child] Every one who unlawfully
abandons or exposes a child who is under the age of ten
years, so that its life is or is likely to be endangered or its
health is or is likely to be permanently injured,
218. [Abandon d’un enfant] Quiconque illicitement
abandonne ou expose un enfant de moins de dix ans,
de manière que la vie de cet enfant soit effectivement
mise en danger ou exposée à l’être, ou que sa santé
soit effectivement compromise de façon permanente ou
exposée à l’être est coupable :
(a) is guilty of an indictable offence and liable to im­
prisonment for a term not exceeding five years; or
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprison­
nement maximal de cinq ans;
(b) is guilty of an offence punishable on summary
conviction and liable to imprisonment for a term not
exceeding eighteen months.
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de
culpabilité par procédure sommaire et passible d’un
emprisonnement maximal de dix-huit mois.
Appeal dismissed.
Pourvoi rejeté.
Solicitor for the appellant: Attorney General for
Saskatchewan, Regina.
Procureur de l’appelante : Procureur général de
la Saskatchewan, Regina.
Solicitor for the respondent: Saskatchewan
Legal Aid Commission, Prince Albert.
Procureur de l’intimée : Saskatchewan Legal
Aid Commission, Prince Albert.
Solicitor for the intervener: Attorney General of
Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant : Procureur général
de l’Ontario, Toronto.
336
daishowa‑marubeni international
v.
canada
[2013] 2 S.C.R.
Daishowa‑Marubeni International
Ltd. Appellant
Daishowa‑Marubeni International
Ltd. Appelante
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
and
et
Her Majesty The Queen in Right of Alberta,
Tolko Industries Ltd., International
Forest Products Ltd.,
West Fraser Timber Co. Ltd., Canfor
Corporation and Canadian Association
of Petroleum Producers Interveners
Sa Majesté la Reine du chef de l’Alberta,
Tolko Industries Ltd., International
Forest Products Ltd.,
West Fraser Timber Co. Ltd., Canfor
Corporation et Association canadienne
des producteurs pétroliers Intervenantes
Indexed as: Daishowa‑Marubeni
International Ltd. v. Canada
Répertorié : Daishowa‑Marubeni
International Ltd. c. Canada
2013 SCC 29
2013 CSC 29
File No.: 34534.
No du greffe : 34534.
2013: February 20; 2013: May 23.
2013 : 20 février; 2013 : 23 mai.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the federal court of
appeal
en appel de la cour d’appel fédérale
Taxation — Income tax — Proceeds of dis­position
— Sale of forest tenures — Reforestation obligations
imposed on forest tenures — Value of reforestation
obligations not included in vendor’s proceeds of dis­
position for tax purposes — Whether reforestation
obli­gations should be included in vendor’s proceeds of
disposition for tax purposes — Whether reforestation
obligations are distinct debts — Whether reforestation
obligations are contingent liabilities — Whether con­
tracting parties agreeing to specific value for future
reforestation obligations relevant for tax purposes —
Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp.), s. 13(21).
Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Produit de
dis­position — Vente de tenures forestières — Tenures
forestières assorties d’obligations de reboisement —
Valeur des obligations relatives au reboisement non
incluse dans le produit de disposition du vendeur aux
fins de l’impôt — Les obligations relatives au reboisement
doivent‑elles être incluses dans le produit de disposition
du vendeur aux fins de l’impôt? — Les obligations rela­
tives au reboisement constituent‑elles des dettes dis­
tinctes? — Les obligations relatives au reboisement
constituent‑elles des obligations éventuelles? — La
valeur précise attribuée par les parties contractantes
aux obligations futures relatives au reboisement est‑elle
pertinente aux fins de l’impôt? — Loi de l’impôt sur le
revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.), art. 13(21).
In 1999 and 2000, DMI sold two forest tenures in
Alberta. Alberta’s regulatory regime imposed upon the
licences an obligation to reforest the areas harvested, a
En 1999 et 2000, DMI a vendu deux tenures
forestières en Alberta. Le régime de réglementation de
l’Alberta incorporait aux permis de coupe de bois une
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
337
process which generally takes eight to fourteen years.
Both sale agreements provided that the purchasers
assumed the obligation to reforest.
obligation de reboiser les superficies récoltées, un pro­
cessus qui prend généralement de huit à quatorze ans.
Les deux contrats de vente prévoyaient que les acheteurs
prenaient en charge l’obligation relative au reboisement.
In the years in which DMI harvested timber in ac­
cordance with the forest tenures, it did not claim a tax
deduction for the estimated future reforestation obli­
gations that arose as a result of the harvesting. In the
years in which the sales took place, DMI did not include
in its income any amount to reflect the purchasers’ as­
sumption of the reforestation obligations.
Au cours des années durant lesquelles DMI a récolté du
bois aux termes des tenures forestières, elle n’a réclamé
aucune déduction fiscale au titre des obliga­tions futures
estimatives relatives au reboisement qui ont pris nais­sance
du fait des récoltes. Dans les années où les ventes ont
eu lieu, DMI n’a pas inclus dans son revenu une somme
qui tient compte de la prise en charge, par les acheteurs,
de ses obligations relatives au reboisement.
The Minister of National Revenue reassessed DMI
with respect to the 1999 and 2000 taxation years to in­
clude amounts equal to the estimated cost of the re­
forestation obligations in the “proceeds of disposition”
under s. 13(21) of the Income Tax Act. The Tax Court
of Canada allowed DMI’s appeal of the Minister’s re­
assessment in part, holding that, upon sale of a forest
tenure, the purchaser’s assumption of reforestation obli­
gations is properly included in the vendor’s proceeds of
disposition under s. 13(21), but that only a percentage of
the estimated cost should have been included. A majority
of the Court of Appeal held that DMI was required to
include the entire estimated cost of the reforestation
obligations associated with each tenure in its proceeds of
disposition.
Le ministre du Revenu national a établi à l’égard de
DMI de nouvelles cotisations pour les années d’impo­
sition 1999 et 2000 afin d’inclure dans le « produit de
disposition », aux termes du par. 13(21) de la Loi de
l’impôt sur le revenu, une somme égale au coût estimatif
des obligations relatives au reboisement. La Cour cana­
dienne de l’impôt a accueilli en partie l’appel interjeté par
DMI à l’encontre de la nouvelle cotisation du ministre et
a statué que, lors de la vente d’une tenure forestière, il y
a lieu d’inclure dans le produit de disposition du vendeur,
en application du par. 13(21), la valeur des obligations
relatives au reboisement prises en charge par l’acheteur,
mais qu’un pourcentage seulement du coût estimatif
aurait dû être inclus. La cour d’appel, à la majorité, a
statué que DMI était tenue d’inclure dans son produit de
disposition la totalité du coût estimatif des obligations
relatives au reboisement liées à chaque tenure.
Held: The appeal should be allowed and the matter
should be remitted to the Minister for reassessment.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli et l’affaire est renvoyée
au ministre pour l’établissement de nouvelles cotisations.
DMI was not required to include the estimated cost of
reforestation in its “proceeds of disposition” for income
tax purposes. As a matter of principle, the assumption
of a vendor’s liability by a purchaser may constitute
part of the sale price and, therefore, part of the proceeds
of disposition. However, the reforestation obligation
associated with a forest tenure is not a distinct existing
liability that must be included in the proceeds disposition.
The reforestation obligation is embedded in the forest
tenure by virtue of Alberta’s regulatory scheme, which
prevents a vendor from selling forest tenures without also
assigning the reforestation obligations. As such, they are
simply a future cost tied to the tenure that depresses the
value of the tenure. This is so irrespective of whether the
contracting parties agreed to an estimated future cost
for the reforestation or the vendor estimated the cost of
future reforestation obligations to compute its income for
accounting purposes.
DMI n’était pas tenue d’inclure dans son « produit
de disposition », pour les fins de l’impôt, une estimation
du coût des obligations relatives au reboisement. En
principe, la valeur d’une obligation du vendeur prise en
charge par l’acheteur peut constituer une partie du prix
de vente et, donc, du produit de disposition. Cependant,
les obligations relatives au reboisement liées à une tenure
forestière ne constituent pas une obligation existante
distincte qui doit être incluse dans le produit de dispo­
sition. Les obligations relatives au reboisement sont
inhérentes à la tenure forestière en vertu du régime de
réglementation de l’Alberta, qui empêche une personne
de vendre une tenure forestière sans transférer également
les obligations relatives au reboisement. Ces obligations
constituent simplement un coût futur lié à la tenure et
qui en diminue la valeur. Il en est ainsi peu importe que
les parties contractantes soient convenues d’un coût futur
estimatif de ces obligations ou que le vendeur ait estimé
le coût du reboisement futur pour calculer son revenu à
des fins comptables.
338
daishowa‑marubeni international
v.
canada
[2013] 2 S.C.R.
DMI’s argument that the reforestation obli­ga­tions
should not be included in its proceeds of dispos­ition
because they are a “contingent liability” is misplaced
because it implicitly assumes that the reforestation obli­
gations are a distinct existing liability of the vendor. As
an embedded future cost, the reforestation obligations
are properly excluded from proceeds of disposition re­
gardless of whether they are contingent or absolute.
L’argument de DMI selon lequel la valeur des obliga­
tions relatives au reboisement ne devrait pas être incluse
dans son produit de disposition parce qu’il s’agit d’une
« obligation éventuelle » est hors de propos car il suppose
implicitement que les obligations de reboisement consti­
tuent pour le vendeur une obligation existante distincte.
S’agissant d’un coût futur inhérent aux tenures fores­
tières, les obligations relatives au reboisement sont à
juste titre exclues du produit de disposition, peu importe
qu’elles soient éventuelles ou absolues.
The conclusion that a purchaser’s assumption of
the reforestation obligations is not part of the proceeds
of disposition avoids the asymmetry inherent in the
Minister’s approach, which would tax the vendor at the
time of the sale as if the reforestation obligations as­
sumed by the purchaser were part of the sale price, but
tax the purchaser as if they were not.
La conclusion suivant laquelle la valeur des obliga­
tions relatives au reboisement prises en charge par l’ache­
teur ne fait pas partie du produit de disposition permet
d’éviter l’asymétrie inhérente à la thèse soutenue par le
ministre. Selon cette thèse, au moment de la vente, le
vendeur serait imposé comme si les obligations relatives
au reboisement prises en charge par l’acheteur faisaient
partie du prix de vente, alors que l’acheteur serait imposé
comme si ces obligations n’en faisaient pas partie.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Telus Communications (Edmonton)
Inc. v. Minister of National Revenue, 2009 FCA 49, 386
N.R. 354; Loyens v. The Queen, 2003 TCC 214, 2003
D.T.C. 355; Lord Elgin Hotel Ltd. v. Minister of National
Revenue (1964), 64 D.T.C. 637; Canada v. McLarty,
2008 SCC 26, [2008] 2 S.C.R. 79; Winter v. Inland
Revenue Commissioners, [1963] A.C. 235; Mandel v.
The Queen, [1980] 1 S.C.R. 318, aff’g [1979] 1 F.C. 560;
Canderel Ltd. v. Canada, [1998] 1 S.C.R. 147.
Arrêts mentionnés : Telus Communications
(Edmonton) Inc. c. Canada, 2009 CAF 49 (CanLII);
Loyens c. La Reine, 2003 CCI 214 (CanLII); Lord Elgin
Hotel Ltd. c. Minister of National Revenue (1964), 64
D.T.C. 637; Canada c. McLarty, 2008 CSC 26, [2008]
2 R.C.S. 79; Winter c. Inland Revenue Commissioners,
[1963] A.C. 235; Mandel c. La Reine, [1980] 1 R.C.S.
318, conf. [1979] 1 C.F. 560; Canderel Ltée c. Canada,
[1998] 1 R.C.S. 147.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Forests Act, R.S.A. 1980, c. F‑16, ss. 16, 17, 28(2).
Forests Act, R.S.A. 2000, c. F‑22.
Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp.), ss. 13(1), (21)
“proceeds of disposition”, “timber resource prop­erty”,
“undepreciated capital cost” (variable G), 39(1)(a)(iv).
Income Tax Regulations, C.R.C. 1978, c. 945, Sch. II,
Class 33.
Timber Management Regulations, Alta. Reg. 60/73,
s. 154.
Forests Act, R.S.A. 1980, ch. F‑16, art. 16, 17, 28(2).
Forests Act, R.S.A. 2000, ch. F‑22.
Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.),
art. 13(1), (21) « avoir forestier », « fraction non
amortie du coût en capital » (variable G), « produit de
disposition », 39(1)a)(iv).
Règlement de l’impôt sur le revenu, C.R.C. 1978, ch. 945,
ann. II, catégorie 33.
Timber Management Regulations, Alta. Reg. 60/73,
art. 154.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Canada. Canada Customs and Revenue Agency.
Interpretation Bulletin IT‑481 (Consolidated),
“Timber Resource Property and Timber Limits”,
January 13, 2004.
Colborne, Michael, and Steve Suarez. “Timber! Con­
sequences of Assuming Reforestation Obligations”
(2012), 60 Can. Tax J. 137.
Canada. Agence des douanes et du revenu du Canada.
Bulletin d’interprétation IT‑481 (Consolidé), « Avoirs
forestiers et concessions forestières », 13 janvier 2004.
Colborne, Michael, and Steve Suarez. « Timber!
Consequences of Assuming Reforestation Obliga­
tions » (2012), 60 Rev. fisc. can. 137.
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
339
Frankovic, Joseph. “Supreme Court to Hear Daishowa
Appeal — Back to Basics on Basis and Proceeds”
(July 12, 2012), CCH Tax Topics No. 2105.
Gamble, Ian J. Taxation of Canadian Mining.
Toronto: Carswell, 2004.
Hogg, Peter W., Joanne E. Magee and Jinyan Li.
Principles of Canadian Income Tax Law, 7th ed.
Toronto: Carswell, 2010.
Krishna, Vern. The Fundamentals of Canadian Income
Tax, 9th ed. Toronto: Thomson/Carswell, 2006.
Frankovic, Joseph. « Supreme Court to Hear Daishowa
Appeal — Back to Basics on Basis and Proceeds »
(July 12, 2012), CCH Tax Topics No. 2105.
Gamble, Ian J. Taxation of Canadian Mining. Toronto : 
Carswell, 2004.
Hogg, Peter W., Joanne E. Magee and Jinyan Li.
Principles of Canadian Income Tax Law, 7th ed.
Toronto : Carswell, 2010.
Krishna, Vern. The Fundamentals of Canadian Income
Tax, 9th ed. Toronto : Thomson/Carswell, 2006.
APPEAL from a judgment of the Federal
Court of Appeal (Nadon, Layden‑Stevenson and
Mainville JJ.A.), 2011 FCA 267, 422 N.R. 108,
2011 D.T.C. 5157, [2012] 1 C.T.C. 116, [2011]
F.C.J. No. 1351 (QL), 2011 CarswellNat 3770,
setting aside a decision of Miller J., 2010 TCC 317,
2010 D.T.C. 1216, [2010] 5 C.T.C. 2289, [2010]
T.C.J. No. 228 (QL), 2010 CarswellNat 1649.
Appeal allowed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
fédérale (les juges Nadon, Layden‑Stevenson et
Mainville), 2011 CAF 267, 422 N.R. 108, 2011
D.T.C. 5157, [2012] 1 C.T.C. 116, [2011] A.C.F.
no 1351 (QL), 2011 CarswellNat 6188, qui a infirmé
une décision du juge Miller, 2010 CCI 317, 2010
D.T.C. 1216, [2010] 5 C.T.C. 2289, [2010] A.C.I.
no 228 (QL), 2010 CarswellNat 3908. Pourvoi
accueilli.
John H. Saunders, for the appellant.
John H. Saunders, pour l’appelante.
David W. Jacyk and Lisa M. Macdonell, for the
respondent.
David W. Jacyk et Lisa M. Macdonell, pour
l’intimée.
Marta E. Burns, Michael Sobkin, Jeffrey W. A.
Moore and Monica Johnson, for the intervener Her
Majesty The Queen in Right of Alberta.
Marta E. Burns, Michael Sobkin, Jeffrey W. A.
Moore et Monica Johnson, pour l’intervenante Sa
Majesté la Reine du chef de l’Alberta.
Warren J. A. Mitchell, Q.C., Ian Gamble and
Leah Plumridge, for the interveners Tolko Industries
Ltd., International Forest Products Ltd., West Fraser
Timber Co. Ltd. and the Canfor Corporation.
Warren J. A. Mitchell, c.r., Ian Gamble et Leah
Plumridge, pour les intervenantes Tolko Industries
Ltd., International Forest Products Ltd., West Fraser
Timber Co. Ltd. et Canfor Corporation.
Al Meghji and Monica Biringer, for the intervener
the Canadian Association of Petroleum Producers.
Al Meghji et Monica Biringer, pour l’intervenante
l’Association canadienne des producteurs pétroliers.
The judgment of the Court was delivered by
Rothstein J. —
Version française du jugement de la Cour rendu
par
Le juge Rothstein —
I. Introduction
I. Introduction
[1] In this appeal, the Court is called upon to
answer the age-old question: If a tree falls in the
[1] Dans le présent pourvoi, la Cour est appelée
à répondre à la sempiternelle question suivante : si
340
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
forest and you are not around to replant it, how does
it affect your taxes?
un arbre tombe dans la forêt et que vous n’êtes pas
là pour le replanter, quelle incidence cela a‑t‑il sur
vos impôts?
[2] Daishowa-Marubeni International Ltd.
(“DMI”) was the owner of forest tenures in Alberta
under which it was licensed to cut timber from
designated provincial Crown land. In accordance
with Alberta’s regulatory regime, DMI’s licence
to cut timber was subject to a corresponding obli­
gation to reforest the areas it harvested, in the
manner specified by Alberta regulations. DMI sold
two of its forest tenures and, under the terms of
each sale agreement, the purchaser of each tenure
assumed the obligation to reforest that arose from
DMI’s past harvesting.
[2] Daishowa‑Marubeni International Ltd.
(« DMI ») était propriétaire en Alberta de tenures
forestières qui l’autorisaient à couper du bois sur
des terres désignées de la Couronne provinciale.
Conformément au régime de réglementation de
l’Alberta, le permis de coupe de bois de DMI était
assorti d’une obligation correspondante de reboiser
les superficies qu’elle avait récoltées, de la manière
précisée dans le règlement de l’Alberta. DMI a vendu
deux de ses tenures forestières et, aux termes de
chaque contrat de vente, l’acheteur de chaque tenure
prenait en charge l’obligation relative au reboi­sement
qui découlait des récoltes antérieures de DMI.
[3] The issue in this case is whether DMI was
required to include in its “proceeds of disposition”
for each sale an estimate of the cost of the reforest­
ation obligations that the purchasers assumed. In my
view, DMI was not required to do so. The obligation
to reforest areas harvested in accordance with a
forest tenure in Alberta is a future expense that is
embedded in the tenure. As such, the obligation
serves to depress the value of the forest tenure. It
is not a separate existing debt of the vendor that is
assumed by the purchaser as part of the sale price of
the forest tenure.
[3] Il faut déterminer en l’espèce si DMI était
tenue d’inclure dans son « produit de disposition »,
à l’égard de chaque vente, une estimation du coût
des obligations relatives au reboisement prises en
charge par les acheteurs. À mon avis, DMI n’y était
pas tenue. En Alberta, l’obligation de reboiser les
superficies récoltées conformément à une tenure
forestière constitue une dépense future inhérente à
la tenure. L’obligation a donc pour effet de diminuer
la valeur de la tenure forestière. Elle ne constitue pas
une dette existante distincte du vendeur que l’ache­
teur prend en charge et qui fait partie du prix de
vente de la tenure forestière.
II. Facts
II. Les faits
[4] Prior to 1999, DMI operated two timber
div­isions that were referred to throughout these
proceedings as the High Level Division and the
Brewster Lumber Division. Both divisions car­ried
on the business of harvesting logs and manu­fac­
turing finished timber. To carry on that business,
each division held a forest tenure that allowed it
to cut and remove timber from an area of land
owned by the province of Alberta. The High
Level Division’s forest tenure arose from a Forest
Management Agreement that DMI signed with
the province under s. 16 of the Forests Act, R.S.A.
1980, c. F-16, which, for the purposes of this case,
is substantially similar to the Forests Act, R.S.A.
[4] Avant 1999, DMI exploitait deux divisions de
bois d’œuvre, appelées tout au long des procédures
la division High Level et la division Brewster
Lumber. Les deux divisions récoltaient des grumes
et fabriquaient du bois d’œuvre. Pour exercer ces
activités, chaque division détenait une tenure
forestière qui lui permettait de couper et d’enlever
du bois sur un territoire appartenant à la province
de l’Alberta. La tenure forestière de la division
High Level découlait d’une entente d’aménage­ment
forestier que DMI avait conclue avec la province
aux termes de l’art. 16 de la Forests Act, R.S.A.
1980, ch. F‑16, qui, pour les besoins de l’espèce,
est en substance similaire à la Forests Act, R.S.A.
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
341
2000, c. F-22, which is currently in force. The
Brewster Lumber Division’s forest tenure arose
from timber quotas issued by the province; see
Forests Act, s. 17.
2000, ch. F‑22, actuellement en vigueur. La tenure
forestière de la division Brewster Lumber découlait
de quotas de bois accordés par la province; voir la
Forests Act, art. 17.
[5] In addition to permitting DMI’s divisions to cut
and remove timber, the Forest Management Agree­
ment and timber quotas obliged each division to
undertake certain reforestation or silviculture
activities after it harvested the timber, in a manner
specified by Alberta regulations. These reforestation
obligations require a tenure holder, over time, to
engage in activities that include brush disposal,
scarification, mounding, planting, seeding, applying
herbicides, brushweeding, and manual or chemical
tending. The tenure holder is also required to com­
plete and submit to the province multiple surveys to
demonstrate its progress in reforesting. The tenure
holder is relieved of its obligation to reforest when
it satisfies the province that the reforested area has
reached a threshold level of growth, referred to as
“free-to-grow” status. This process generally takes
eight to fourteen years. Alternatively, the province
may relieve the holder of its obligation to reforest
if natural processes, such as wildfire or flooding,
make it impossible to achieve the regeneration
standard.
[5] En plus de permettre aux divisions de DMI
de couper et d’enlever du bois, l’entente d’aména­
gement forestier et les quotas obligeaient chaque
division à entreprendre, après la récolte du bois,
certaines activités de reboisement et de sylviculture,
de la manière précisée dans les règlements de
l’Alberta. En vertu de ces obligations relatives au
reboisement, un détenteur de tenure doit, au fil du
temps, se charger d’activités qui comprennent
notamment l’élimination des broussailles, le scari­
fiage, le buttage, la plantation, l’ensemencement,
l’application d’herbicides, le désherbage et les soins
sylvicoles manuels ou chimiques. Le détenteur de
tenure est également tenu d’établir et de présenter
à la province de nombreux états démontrant
l’avan­cement du reboisement. Le détenteur de
tenure est libéré de son obligation relative au
reboi­sement lorsqu’il établit à la satisfaction de
la province que la superficie reboisée a atteint un
niveau seuil de croissance, c’est‑à‑dire l’état
d’« établissement du peuplement forestier ». Ce
processus prend généralement de huit à quatorze
ans. Subsidiairement, la province peut dégager le
détenteur de son obligation relative au reboisement
si, du fait de processus naturels comme un incendie
de forêt ou une inondation, il est impossible
d’attein­dre la norme de régénération.
[6] In 1999 and 2000, DMI sold its High Level
and Brewster Lumber divisions, along with each
division’s forest tenure. With respect to the High
Level Division, DMI entered into a sale agreement
with Tolko Industries Ltd. on October 6, 1999.
The agreement provided that Tolko would pay a
purchase price of $169 million for the division, plus
an estimated value of the net purchased working
capital. According to the agreement, $20 million of
the purchase price was allocated to the value of the
High Level Division’s forest tenure.
[6] En 1999 et 2000, DMI a vendu ses divisions
High Level et Brewster Lumber, ainsi que la tenure
forestière de chaque division. En ce qui a trait à
la division High Level, DMI a conclu un contrat
de vente avec Tolko Industries Ltd. le 6 octobre
1999. Aux termes de ce contrat, Tolko s’engageait
à payer un prix d’achat de 169 millions de dollars
pour la division, plus une somme égale à la
valeur estimative du fonds de roulement net. Le
contrat stipulait qu’une partie du prix d’achat, soit
20 millions de dollars, représentait la valeur de la
tenure forestière de la division de High Level.
[7] The agreement to sell the High Level Division
provided that Tolko would assume the reforestation
[7] Le contrat de vente de la division High
Level prévoyait que Tolko prenne en charge les
342
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
obligations that had arisen as a result of DMI’s
past harvesting. The agreement stated that “DMI
estimates in good faith that the aggregate value of
the current and long term reforestation liabilities
will be $11 million”. It required DMI to prepare a
final estimate of the reforestation obligations after
the closing date and provided for the purchase price
to be adjusted in the event that the post-closing
estimate of the reforestation obligations differed
from DMI’s original estimate. That is, if the postclosing estimate was greater than DMI’s initial
estimate of $11 million, DMI was required to pay
Tolko the difference. If the post-closing estimate
was lower than DMI’s initial estimate, Tolko was
required to pay DMI the difference.
obligations relatives au reboisement découlant des
récoltes antérieures de DMI. Le contrat stipulait
que [traduction] « DMI estime de bonne foi
que la valeur globale des obligations à court et à
long termes relatives au reboisement s’élèvera à
11 millions de dollars ». DMI devait établir une
estimation finale des obligations relatives au reboi­
sement après la date de clôture, et le contrat pré­
voyait le rajustement du prix d’achat si l’estima­tion
de ces obligations était différente de l’estimation
initiale fournie par DMI. Ainsi, si l’estimation
établie après la clôture était supérieure à 11 millions
de dollars, soit l’estimation initiale de DMI, cette
dernière devait payer la différence à Tolko. Si
l’estimation établie après la clôture était inférieure
à l’estimation initiale de DMI, Tolko devait payer
la différence à DMI.
[8] On November 1, 1999, Tolko paid DMI
$169 million, plus an additional $16.6 million
for net purchased working capital. After the clos­
ing date, DMI tendered a final estimate of the
re­
f orestation obligations that was $296,225
greater than its initial $11 million estimate. DMI
accordingly returned $296,225 to Tolko.
[8] Le 1er novembre 1999, Tolko a payé à DMI la
somme de 169 millions de dollars, plus une somme
supplémentaire de 16,6 millions de dollars pour le
fonds de roulement net visé par l’achat. Après la
date de clôture, DMI a présenté une estimation
finale des obligations relatives au reboisement qui
dépassait de 296 225 $ son estimation initiale de
11 millions de dollars. DMI a donc remis la somme
de 296 225 $ à Tolko.
[9] DMI sold the Brewster Lumber Division,
including its forest tenure, to Seehta Forest Products
Ltd. on August 11, 2000. According to the sale
agreement, the purchase price for the division was
$6.1 million, plus or minus any difference between
the preliminary estimate of the net purchased work­
ing capital and a final estimate of the net purchased
working capital. Similar to the High Level agree­
ment, the agreement also provided that Seehta
would assume all obligations to reforest land that
was previously harvested pursuant to Brewster
Lumber’s forest tenure. The agreement did not,
however, specify an estimated cost of performing
the reforestation obligations.
[9] DMI a vendu la division Brewster Lumber,
y compris sa tenure forestière, à Seehta Forest
Products Ltd. le 11 août 2000. Aux termes du con­
trat de vente, le prix d’achat de la division était de
6,1 millions de dollars, plus ou moins toute diffé­
rence entre l’estimation préliminaire et l’estimation
finale du fonds de roulement net visé par l’achat.
À l’instar du contrat de vente de la division High
Level, le contrat prévoyait que Seehta prendrait
en charge toutes les obligations relatives au reboi­
sement des terres précédemment exploitées en
vertu de la tenure forestière de la division Brewster
Lumber. Toutefois, le contrat ne précisait pas de
coût estimatif d’exécution des obligations relatives
au reboisement.
[10] In accordance with ss. 16(3) and 28(2) of
the Forests Act and The Timber Management
Regulations, Alta. Reg. 60/73, s. 154, DMI sought
the province of Alberta’s consent to assign each of
[10] Conformément aux par. 16(3) et 28(2) de la
Forests Act et à l’art. 154 des Timber Management
Regulations, Alta. Reg. 60/73, DMI a demandé
le consentement de la province de l’Alberta pour
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
343
the forest tenures. The province consented to both
assignments. The parties are in agreement that Alberta
approves the assignment of a forest tenure only if the
reforestation obligations that arose from the vendor’s
harvesting are undertaken by the purchaser of the
tenure. Alberta, an intervener in these proceedings,
takes the position that, upon assignment of a forest
tenure, the vendor is relieved of any liability for
completing the reforestation obli­
gations. Upon
assignment, the purchaser is solely responsible for
carrying out the reforestation activities.
céder les tenures forestières. La province a consenti
aux deux cessions. Les parties s’entendent pour dire
que l’Alberta n’autorise la cession d’une tenure
forestière que si les obligations relatives au reboi­
sement découlant de la récolte du vendeur sont assu­
mées par l’acheteur de la tenure. Selon l’Alberta,
une intervenante en l’instance, dès la cession d’une
tenure forestière, le vendeur est libéré de toute res­
pon­sabilité à l’égard des obligations relatives au
reboisement. Dès la cession, l’acheteur est seul res­
ponsable de l’exécution des travaux de reboisement.
[11] In the years in which DMI harvested timber,
for accounting purposes, it charged to earnings the
estimated cost of future reforestation obligations
in the year of the harvesting that gave rise to those
obligations. However, each year, for tax purposes,
DMI added back to its income the amounts it had
charged to earnings for accounting purposes. Thus,
DMI claimed no tax deduction for the estimated
future reforestation obligations that arose as it
harvested timber.
[11] Au cours des années durant lesquelles DMI a
récolté du bois, celle‑ci a porté au débit des gains, à
des fins comptables, le coût estimatif des obligations
futures relatives au reboisement dans l’année de la
récolte qui a donné naissance à ces obligations.
Toutefois, chaque année, aux fins de l’impôt, DMI
a ajouté à son revenu les sommes qu’elle avait
portées au débit des gains à des fins comptables.
Ainsi, DMI n’a réclamé aucune déduction fiscale
au titre des obligations futures estimatives relatives
au reboisement qui ont pris naissance alors qu’elle
récoltait du bois.
[12] In the years in which the sales took place,
DMI increased its income for accounting purposes
by including the amounts charged previously to
earnings, to reflect the fact that it would no longer
have to pay the future reforestation costs associated
with the forest tenures it had sold. In filing its
income tax return for those years, DMI did not in­
clude in its income any amount to reflect the pur­
chasers’ assumption of the reforestation obligations.
[12] Dans les années où les ventes ont eu lieu, DMI
a augmenté son revenu à des fins comptables en
incluant les sommes qu’elle avait portées au débit
des gains pour prendre en compte le fait qu’elle
n’aurait plus à payer les frais futurs de reboisement
liés aux tenures forestières qu’elle avait vendues.
En produisant ses déclarations de revenus pour ces
années, DMI n’a pas inclus dans son revenu une
somme qui tient compte de la prise en charge par les
acheteurs des obligations relatives au reboisement.
[13] The Minister of National Revenue reassessed
DMI with respect to both the 1999 and 2000 tax­ation
years. According to the Minister, DMI was required
to include an amount equal to the esti­mated cost
of the reforestation obligations assumed by Tolko
and Seehta in its “proceeds of disposition” under
s. 13(21) of the Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1
(5th Supp.). The reassessment included in DMI’s
proceeds $11 million for the sale to Tolko, based
on the estimated cost of the reforestation obli­
gations in the sale agreement, and $2,996,380 for
the sale to Seehta, based on the estimated cost in
[13] Le ministre du Revenu national a établi à
l’égard de DMI de nouvelles cotisations pour les
années d’imposition 1999 et 2000. Selon le minis­tre,
DMI était tenue, aux termes du par. 13(21) de la
Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1
(5e suppl.), d’inclure dans son « produit de dispo­
sition » une somme égale au coût estimatif des obli­
gations relatives au reboisement prises en charge par
Tolko et Seehta. Dans les nouvelles cotisations,
le ministre a ajouté au produit de dis­position de
DMI 11 millions de dollars pour la vente à Tolko,
s’appuyant sur le coût estimatif des obligations
344
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
DMI’s accounting records. DMI appealed that
reassessment.
rela­tives au reboisement indiqué dans le contrat
de vente, et 2 996 380 $ pour la vente à Seehta,
s’appuyant sur le coût estimatif porté dans les regis­
tres comptables de DMI. DMI a interjeté appel de
ces nouvelles cotisations.
[14] The Minister’s reassessment did not account
for the $296,225 that DMI returned to Tolko based
on the final estimate of the future reforestation costs
in reassessing DMI for the Tolko sale, but has since
taken the position that that amount should have
been included in the reassessment. Because the
actual reassessment was based on the contracting
parties’ initial $11 million estimate, the parties and
the courts below have treated that as the amount
in issue for the Tolko sale. I do the same in these
reasons.
[14] Dans la nouvelle cotisation relative à la
vente à Tolko, le ministre n’a pas pris en compte la
somme de 296 225 $ que DMI avait remise à Tolko
en fonction de l’estimation finale des frais futurs de
reboisement, mais il a reconnu par la suite que cette
somme aurait dû être incluse dans la nouvelle coti­
sation. Parce que la nouvelle cotisation réelle était
fondée sur l’estimation initiale des parties con­trac­
tantes, soit 11 millions de dollars, les parties et les
juridictions inférieures ont considéré qu’il s’agis­sait
de la somme en litige en ce qui a trait à la vente
à Tolko. Je fais de même dans les présents motifs.
III. Procedural History
III. Historique des procédures judiciaires
A. Tax Court of Canada, 2010 TCC 317, 2010
D.T.C. 1216
A. Cour canadienne de l’impôt, 2010 CCI 317,
2010 D.T.C. 1216
[15] Miller J. allowed DMI’s appeal of the
Minister’s reassessment in part. He held that, upon
sale of a forest tenure, the purchaser’s assumption
of reforestation obligations is properly included in
the vendor’s proceeds of disposition under s. 13(21)
of the Act. He concluded that the assumption of
the reforestation obligations was part of the con­
sideration tendered for the forest tenure. Here, it
was evident that the assumption of the reforesta­tion
obligations was part of the consideration re­ceived
based on DMI’s admission that “[i]f Tolko had not
assumed the Appellant’s silviculture liability, the
amount of cash or other consideration it would have
paid the Appellant would have increased”: A.R., at
p. 286.
[15] Le juge Miller a accueilli en partie l’appel
interjeté par DMI à l’encontre de la nouvelle coti­
sation du ministre. Il a statué que, lors de la vente
d’une tenure forestière, il y a lieu d’inclure dans
le produit de disposition du vendeur, en applica­
tion du par. 13(21) de la Loi, la valeur des obliga­
tions relatives au reboisement prises en charge par
l’acheteur. Il a conclu que la prise en charge de ces
obligations faisait partie de la contrepartie versée
pour la tenure forestière. En l’espèce, il était évident
que la prise en charge de ces obligations faisait
partie de la contrepartie reçue, puisque DMI avait
admis que [traduction] « [s]i Tolko n’avait pas
pris en charge l’obligation de l’appelante relative
à la sylviculture, la somme versée en espèces ou toute
autre contrepartie qu’elle aurait versée à l’appelante
aurait augmenté » : d.a., p. 286.
[16] According to Miller J., however, it was not
appropriate to add the entire estimated cost of the
reforestation obligations to DMI’s proceeds of
disposition. After considering a number of factors,
Miller J. concluded that DMI should have included
in its proceeds of disposition the estimated cost of
the reforestation activities that would take place
[16] Toutefois, selon le juge Miller, il ne fallait
pas ajouter au produit de disposition de DMI le
coût estimatif total des obligations relatives au
reboisement. Après avoir pris en compte un certain
nombre de facteurs, le juge Miller a conclu que DMI
aurait dû inclure dans son produit de disposition
le coût estimatif des travaux de reboisement qui
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
345
within the 12 months following each sale, plus
20 percent of the estimated cost of the activities that
would take place thereafter.
seraient exécutés dans les 12 mois suivant chaque
vente, plus 20 pour 100 du coût estimatif des tra­
vaux exécutés par la suite.
B. Federal Court of Appeal, 2011 FCA 267, 422
N.R. 108
B. Cour d’appel fédérale, 2011 CAF 267 (CanLII)
[17] Writing for the majority, Nadon J.A. held
that DMI was required to include in its proceeds
of disposition the entire estimated cost of the
reforestation obligations associated with each
tenure.
[17] Au nom des juges majoritaires, le juge Nadon
a statué que DMI était tenue d’inclure dans son
produit de disposition la totalité du coût estimatif
des obligations relatives au reboisement liées à
chaque tenure.
[18] Nadon J.A. agreed with the Tax Court that a
purchaser’s assumption of reforestation obligations
amounts to consideration received by the vendor.
According to Nadon J.A., with respect to the sale
of the High Level Division to Tolko, the Tax Court
erred by treating the $11 million cost of the re­
forestation obligations as an estimate that could be
discounted for tax purposes. The relevant inquiry
was the value attributed to the reforestation obli­
gations by the contracting parties. Here, the sale
agreement demonstrated that DMI and Tolko valued
the reforestation obligations at $11 million and
thus that full amount should have been added to
DMI’s proceeds of disposition from the sale.
[18] Le juge Nadon était d’accord avec la Cour
canadienne de l’impôt pour dire que la prise en
charge, par un acheteur, des obligations relatives
au reboisement équivaut à la contrepartie reçue par
le vendeur. Selon le juge Nadon, pour ce qui est de
la vente de la division High Level à Tolko, la cour
de l’impôt a eu tort de considérer le coût des obliga­
tions relatives au reboisement, soit 11 millions de
dollars, comme une estimation qui pouvait être
réduite aux fins de l’impôt. La question pertinente
consistait à déterminer la valeur attribuée par les
parties contractantes aux obligations relatives au
reboisement. En l’espèce, il ressortait du contrat
de vente que DMI et Tolko avaient évalué ces obli­
gations à 11 millions de dollars, si bien que DMI
aurait dû ajouter la totalité de cette somme au pro­
duit de disposition tiré de la vente.
[19] Nadon J.A. found that the trial judge’s rea­
sons were inadequate with respect to the sale of the
Brewster Lumber Division to Seehta because the
trial judge did not address whether the evidence
related to the transaction showed that DMI and
Seehta had agreed to a value for the reforestation
obligations. The majority thus upheld the Minister’s
reassessment with respect to the sale of the High
Level Division, but remitted the matter to the Tax
Court for redetermination with respect to the sale of
the Brewster Lumber Division.
[19] Le juge Nadon a conclu que les motifs du
juge de première instance étaient inadéquats en ce
qui a trait à la vente de la division Brewster Lumber
à Seehta, parce que le juge de première instance
n’avait pas abordé la question de savoir si la preuve
relative à l’opération permettait d’établir que DMI
et Seehta avaient convenu d’une valeur attribuable
aux obligations relatives au reboisement. Les juges
majoritaires ont donc confirmé la nouvelle cotisation
du ministre à l’égard de la vente de la division High
Level, mais ont renvoyé l’affaire à la Cour canadienne
de l’impôt pour qu’elle statue de nouveau à l’égard
de la vente de la division Brewster Lumber.
[20] Mainville J.A. dissented. In his view, the re­
forestation obligations “form an integral part of the
forest tenures, and though they affect the value of
[20] Le juge Mainville était dissident. À son avis,
les obligations relatives au reboisement « font par­
tie intégrante des tenures; même si elles ont une
346
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
the tenures, they are not a separate consideration
of the sale transactions involving the tenures, and
should thus not be added to the vendor’s proceeds
of disposition resulting from those sales”: para. 128.
For that reason, he concluded:
incidence sur leur valeur, elles ne forment pas une
contrepartie distincte des transactions de vente tou­
chant les tenures et ne devraient donc pas se rajouter
au produit de disposition du vendeur découlant de
ces ventes » : par. 128. Pour ce motif, il a conclu en
ces termes :
The proper approach in these proceedings is to rec­
ognize that the reforestation liabilities at issue depress
the value of the timber resources properties to which
they are inextricably linked, and that consequently the
vendor in this case received a lower price on the sale of
these properties than it might have otherwise received.
[para. 130]
Dans le cas présent, la bonne approche consiste à
reconnaître que les obligations relatives au reboisement
dont il est question diminuent la valeur des avoirs fores­
tiers auxquels elles sont inextricablement liées, et donc
que le vendeur a reçu en l’espèce pour ces avoirs un prix
de vente plus faible que celui qu’il aurait pu autrement
obtenir. [par. 130]
[21] On this basis, Mainville J.A. would have
al­lowed DMI’s appeal and dismissed the govern­
ment’s cross-appeal.
[21] C’est pourquoi le juge Mainville aurait
accueilli l’appel de DMI et rejeté l’appel incident
du gouvernement.
IV. Issues
IV. Les questions en litige
[22] This Court granted leave on two issues:
[22] Notre Cour a autorisé le pourvoi sur deux
questions :
1. Are the reforestation liabilities to be included in
the proceeds of disposition because the vendor
is relieved of a liability or are they integral to
and run with the forest tenures?
1. Les obligations relatives au reboisement
doivent‑elles être incluses dans le produit de
dis­position parce que la venderesse est libérée
d’une obligation ou est‑ce qu’elles font partie
inté­
grante des tenures forestières et y sont
rattachées?
2. Does it make any difference that the parties
agreed to a specific amount of the future re­
forest­ation liability?
2. Le fait que les parties se sont entendues sur une
valeur précise attribuée à l’obligation future de
reboisement change‑t‑il quelque chose?
V. Analysis
V. Analyse
A. Whether the Reforestation Obligations Had to
Be Included in DMI’s Proceeds of Disposition
A. Les obligations relatives au reboisement
devaient‑elles être incluses dans le produit de
disposition de DMI?
(1)Whether Reforestation Obligations Are a
Distinct Debt of DMI or Are Embedded in
the Forest Tenure
(1)Les obligations relatives au reboisement
constituent‑elles une dette distincte de
DMI ou sont‑elles inhérentes à la tenure
forestière?
[23] The parties agree that each of the forest ten­
ures sold in this case is a “timber resource property”
within the meaning of s. 13(21) of the Income Tax
[23] Les parties sont d’accord pour dire que cha­
cune des tenures forestières vendues en l’espèce est
un « avoir forestier » au sens du par. 13(21) de la Loi
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
347
Act because each provides “a right or licence to cut
or remove timber from a limit or area in Canada”.
de l’impôt sur le revenu parce que chacune pro­cure
un « [d]roit ou permis de couper ou de retirer du
bois sur une concession ou un territoire du Canada ».
[24] A timber resource property is treated as a
hybrid for tax purposes. On the one hand, it is
treated as a capital property for the purposes of
capital cost allowance, such that the owner of a
timber resource property may take an annual
de­duction on income equal to a percentage of
the undepreciated capital cost; see Income Tax
Regulations, C.R.C. 1978, c. 945, Sch. II, Class 33.
On the other hand, a timber resource property is
excluded from capital gains treatment: Income Tax
Act, s. 39(1)(a)(iv). Therefore, upon sale of a timber
resource property, any proceeds of disposition in
excess of the property’s capital cost are treated as
income; see Income Tax Act, s. 13(1) and (21)
“undepreciated capital cost” (variable G); Canada
Customs and Revenue Agency, Interpretation
Bulletin IT-481 (Consolidated), “Timber Resource
Property and Timber Limits” (Jan. 13, 2004), at
para. 2.
[24] Un avoir forestier est soumis à un traitement
hybride aux fins fiscales. D’une part, il est consi­
déré comme un bien en immobilisation aux fins de
déduction pour amortissement, de sorte que le
pro­
priétaire d’un avoir forestier peut déduire
chaque année de son revenu une somme égale à
un pourcentage de la fraction non amortie du coût
en capital; voir le Règlement de l’impôt sur le
revenu, C.R.C. 1978, ch. 945, ann. II, catégorie 33.
D’autre part, l’avoir forestier ne peut donner lieu
à un gain en capital : Loi de l’impôt sur le revenu,
sous‑al. 39(1)a)(iv). Par conséquent, lors de la
vente d’un avoir forestier, tout excédent du produit
de disposition sur son coût en capital est traité
comme un revenu; voir Loi de l’impôt sur le revenu,
par. 13(1) et (21) « fraction non amortie du coût en
capital » (variable G); Agence des douanes et du
revenu du Canada, Bulletin d’interprétation IT‑481
(Consolidé), « Avoirs forestiers et conces­sions
forestières » (13 janv. 2004), par. 2.
[25] As set forth above, the issue in this appeal
is whether the owner of a forest tenure who sells
the tenure must include the estimated amount of
future reforestation costs assumed by the purchaser
in its proceeds of disposition. Section 13(21) of the
Income Tax Act defines “proceeds of disposition”
to include “the sale price of property that has been
sold”. The focus of this case is thus on whether the
purchasers’ assumption of the reforestation obliga­
tions arising from DMI’s previous harvesting is
included in the sale price of the forest tenure.
[25] Comme je l’ai mentionné précédemment, la
question en litige dans le présent pourvoi est de
savoir si le propriétaire d’une tenure forestière qui
vend la tenure doit inclure, dans son produit de dis­
position, le montant estimatif des coûts du reboi­
sement futurs pris en charge par l’acheteur. Selon
la définition figurant au par. 13(21) de la Loi de
l’impôt sur le revenu, le « produit de disposition »
comprend « le prix de vente de biens qui ont été
vendus ». Le point essentiel en l’espèce est donc
de savoir si la valeur des obligations relatives au
reboisement découlant des récoltes antérieures de
DMI prises en charge par les acheteurs est incluse
dans le prix de vente de la tenure forestière.
[26] It is beyond dispute that, as a matter of prin­
ciple, the assumption of a vendor’s liability by a
purchaser may constitute part of the sale price and
therefore part of the vendor’s proceeds of dispos­
ition; see, e.g., Telus Communications (Edmonton)
Inc. v. Minister of National Revenue, 2009 FCA
49, 386 N.R. 354, at para. 28; Loyens v. The
Queen, 2003 TCC 214, 2003 D.T.C. 355 (General
[26] Nul ne conteste qu’en principe, la valeur
d’une obligation du vendeur prise en charge par
l’acheteur peut constituer une partie du prix de
vente et, donc, du produit de disposition du ven­deur;
voir, p. ex., Telus Communications (Edmonton) Inc.
c. Canada, 2009 CAF 49 (CanLII), par. 28; Loyens
c. La Reine, 2003 CCI 214 (CanLII) (Procédure
générale), par. 31 et 33. L’achat d’un bien grevé
348
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
Procedure), at paras. 31 and 33. A straightforward
example of such a circumstance would be the
pur­chase of a property that is encumbered by a
mortgage. If, for instance, an individual purchases
a building by paying some cash and also assumes
the mortgage encumbering the property, the sale
price of the property includes the amount of the cash
received and the amount remaining on the mortgage
assumed; see Loyens, at paras. 31 and 33. The
vendor’s proceeds of disposition for tax purposes
would thus include both amounts; see Lord Elgin
Hotel Ltd. v. Minister of National Revenue (1964),
64 D.T.C. 637 (T.A.B.), at paras. 11-12.
d’une hypothèque présente un exemple simple
d’une telle situation. Si, par exemple, une per­
sonne achète un édifice en versant une somme
d’argent comptant et prend aussi en charge la dette
hypothécaire grevant le bien, le prix de vente du
bien comprend la somme d’argent reçue et le
solde de la dette hypothécaire prise en charge; voir
Loyens, par. 31 et 33. Le produit de disposition du
vendeur aux fins fiscales inclurait donc les deux
sommes; voir Lord Elgin Hotel Ltd. c. Minister of
National Revenue (1964), 64 D.T.C. 637 (C.A.I.),
par. 11‑12.
[27] The Minister submits that a forest tenure with
reforestation obligations that have arisen under
Alberta law from past harvesting is analogous to
property encumbered by a mortgage. According to
the Minister, upon sale of the forest tenure, the pur­
chaser’s assumption of reforestation obligations,
like the assumption of a mortgage, forms part of
the sale price and must be included in the vendor’s
proceeds of disposition.
[27] Le ministre plaide qu’une tenure forestière
grevée d’obligations relatives au reboisement qui
découlent, en vertu de la loi de l’Alberta, de récoltes
antérieures est analogue à un bien grevé d’une
hypo­thèque. Selon le ministre, lors de la vente de la
tenure forestière, la valeur des obligations rela­tives
au reboisement que l’acheteur prend à sa charge,
à l’instar de la prise en charge d’une dette hypo­
thécaire, fait partie du prix de vente et doit être
incluse dans le produit de disposition du vendeur.
[28] DMI, supported by the industry interveners,
submits that the analogy to a mortgage is misplaced.
In their view, a forest tenure with reforestation
obligations that have arisen from past harvesting
is better analogized to property that is in need of
repair. The need for repairs has the effect of de­
pressing the property’s value. If property in need
of repair is sold, the purchaser’s assumption of the
cost of repairs does not form an additional part of
the sale price of the property. And, as the Minister
acknowledged at the oral hearing, the vendor
would not be required to include in its proceeds
of disposition an amount to reflect the estimated
repair costs assumed by the purchaser. This would
be true even if the parties attributed a value to the
cost of those repairs in their contract and even if the
repairs were required by law; see M. Colborne and
S. Suarez, “Timber! Consequences of Assuming
Reforestation Obligations” (2012), 60 Can. Tax J.
137, at p. 142.
[28] Avec l’appui des intervenants de l’industrie,
DMI plaide que l’analogie de la dette hypothécaire
est hors de propos. À leur avis, une tenure forestière
grevée d’obligations relatives au reboisement
qui découlent de récoltes antérieures se compare
davantage à un bien qui nécessite des réparations.
Les réparations nécessaires ont pour effet de dimi­
nuer la valeur du bien. Si le bien qui doit être
réparé est vendu, le coût des réparations que l’ache­
teur prend à sa charge ne constitue pas une partie
supplémentaire du prix de vente du bien. Et comme
le ministre l’a reconnu à l’audience, le vendeur ne
serait pas tenu d’inclure dans son produit de dispo­
sition une somme correspondant au coût estimatif
des réparations prises en charge par l’acheteur. Il
en serait ainsi même si, dans leur contrat, les parties
attribuaient une valeur au coût de ces réparations
et même si les réparations étaient exigées par la
loi; voir M. Colborne et S. Suarez, « Timber! Conse­
quences of Assuming Reforestation Obligations »
(2012), 60 Rev. fisc. can. 137, p. 142.
[29] I agree with Mainville J.A., DMI and the in­
dustry interveners that the assumed reforestation
[29] Je suis d’accord avec le juge Mainville, DMI
et les intervenants de l’industrie pour dire que les
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
349
obligations are not appropriately characterized as
the assumption of an existing debt of the vendor
that forms part of the sale price of the property. The
obligations — much like needed repairs to property
— are a future cost embedded in the forest tenure
that serves to depress the tenure’s value at the time
of sale. This is different from a mortgage, which,
as I explain below, does not affect the value of the
property it encumbers.
obligations relatives au reboisement prises en charge
ne sauraient être assimilées à une dette existante du
vendeur qui fait partie du prix de vente du bien.
Les obligations — tout comme les réparations qui
doivent être faites au bien — constituent un coût
futur inhérent à la tenure forestière qui a pour effet
d’en diminuer la valeur au moment de la vente. Il en
est autrement dans le cas de la dette hypothécaire
qui, comme je l’explique plus loin, n’a aucune
incidence sur la valeur du bien qu’elle grève.
[30] In this case, the reforestation obligations are
embedded in the forest tenure by reason of the policy
and practice of Alberta. As described above, Alberta
law provides that a forest tenure may be transferred
only with the consent of the appropriate provincial
official; see the Forests Act, ss. 16(3) and 28(2),
and The Timber Management Regulations, s. 154.
As the trial judge found (para. 26) and Alberta has
affirmed before this Court (factum, at paras. 2426), “the Province of Alberta will not approve of
a transfer of the forest tenures, unless a purchaser
assumes the reforestation liability”. That is, “the
situation in Alberta is that the Province effectively
forces the purchaser to assume the reforestation
liability: no assumption — no transfer of forest
tenures”: trial reasons, at para. 26. Further, Alberta
takes the position that, after an assignment has been
approved by the province, the vendor is absolved of
all liability for the reforestation obligations.
[30] En l’espèce, les obligations relatives au
reboisement sont inhérentes à la tenure forestière en
raison de la politique et de la pratique appliquées
en Alberta. Tel qu’indiqué précédemment, la loi
de l’Alberta prévoit qu’une tenure forestière ne
peut être transférée qu’avec le consentement du
fonctionnaire provincial compétent; voir la Forests
Act, par. 16(3) et 28(2), et les Timber Management
Regulations, art. 154. Comme l’a indiqué le juge
de première instance (par. 26) et comme l’a affirmé
l’Alberta devant cette Cour (mémoire, par. 24‑26),
« la province [de l’Alberta] n’approuvera pas un
transfert de tenures, à moins que l’acquéreur ne
prenne en charge l’obligation relative au reboise­
ment ». Autrement dit, « [l]a situation, en Alberta,
est plutôt la suivante : la province contraint effec­
tivement l’acquéreur à prendre en charge l’obliga­
tion relative au reboisement : si l’acquéreur ne
prend pas cette obligation en charge, il ne peut pas
y avoir transfert des tenures » : motifs du jugement de
première instance, par. 26. En outre, selon l’Alberta,
après que la province a approuvé une cession, le
vendeur est déchargé de toute responsabilité à
l’égard des obligations relatives au reboisement.
[31] The effect of Alberta’s scheme is to embed
the reforestation obligations into the forest tenure,
such that the obligations cannot be severed from
the property itself. As such, the reforestation obli­
gations are simply a future cost tied to the tenure
that depresses the value of the tenure. A prospective
purchaser of the tenure would take into account the
income-earning potential of the tenure as well as
the expected future costs associated with ownership
of the tenure. The existence of reforestation obliga­
tions, a future cost that cannot be severed from the
tenure, would decrease the amount such a pro­
spective purchaser would be willing to pay; see
[31] Le régime de l’Alberta a pour effet d’incor­porer
les obligations relatives au reboisement à la tenure
forestière, de sorte que les obligations ne peu­vent être
dissociées du bien lui‑même. Ainsi, les obligations
relatives au reboisement constituent simplement un
coût futur lié à la tenure et qui en diminue la valeur.
Un acheteur éventuel de la tenure prendrait en compte
la capacité productive de la tenure ainsi que les coûts
futurs prévus afférents à la propriété de la tenure.
L’existence des obligations relatives au reboisement,
un coût futur qui ne peut être dissocié de la tenure,
réduirait la somme que l’acheteur éventuel serait
disposé à payer; voir J. Frankovic, « Supreme Court
350
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
J. Frankovic, “Supreme Court to Hear Daishowa
Appeal — Back to Basics on Basis and Proceeds”
(July 12, 2012), CCH Tax Topics No. 1205, at pp. 2-3.
Here, for instance, the record establishes that Tolko
valued the High Level Division’s forest tenure at
$31 million less the $11 million estimated cost of
future reforestation obligations. The forest tenure
thus had a value of $20 million. To include the full
$31 million in DMI’s proceeds of disposition would
disregard the fact that DMI did not have $31 million
of value to sell. Under no circumstances could DMI
have received $31 million for the forest tenure.
to Hear Daishowa Appeal — Back to Basics on Basis
and Proceeds » (12 juillet 2012), CCH Tax Topics
no 2105, p. 2‑3. En l’espèce, par exemple, il ressort
du dossier que Tolko a estimé la valeur de la tenure
forestière de la division High Level à 31 millions de
dollars, moins le coût estimatif des obligations futures
relatives au reboisement, soit 11 millions de dollars. La
tenure forestière avait donc une valeur de 20 millions
de dollars. Si la somme intégrale de 31 millions de
dollars était incluse dans le produit de disposition de
DMI, on ferait abstraction du fait que DMI n’avait
pas un bien valant 31 millions de dollars à vendre.
DMI n’aurait pu en aucun cas recevoir 31 millions de
dollars pour la tenure forestière.
[32] This distinguishes the reforestation obliga­
tions tied to a forest tenure from a mortgage, which
does not affect the value of the property it encum­
bers. For instance, a property worth $31 million that
is encumbered by a mortgage of $11 million, despite
the mortgage, still has a value of $31 million. The
vendor of such a property could obtain $31 million
for it and then pay off the mortgage. Alternatively,
the vendor could obtain $20 million and have the
purchaser assume the mortgage. In either case, it
makes sense for the vendor’s proceeds of disposition
to equal the full $31 million because that is the
value of the asset being sold.
[32] Voilà ce qui distingue les obligations rela­
tives au reboisement liées à une tenure forestière
d’une dette hypothécaire, qui n’a aucune incidence
sur la valeur du bien qu’elle grève. Par exemple, un
bien d’une valeur de 31 millions de dollars grevé
d’une hypothèque de 11 millions de dollars vaut tou­
jours 31 millions de dollars, malgré la dette hypo­­
thécaire. Le vendeur d’un tel bien pourrait obtenir
31 millions de dollars pour le bien, puis rembourser
la dette hypothécaire. Subsidiairement, le vendeur
pourrait obtenir 20 millions de dollars et faire prendre
en charge la dette hypothécaire par l’ache­teur. Dans les
deux cas, il est logique que le produit de disposition du
vendeur soit égal au plein montant de 31 millions de
dollars, puisque c’est la valeur du bien vendu.
[33] Parenthetically, I note that it is true that in
some circumstances, the terms of a mortgage might
have an impact on the sale price of the property it
encumbers. If, for instance, property is encumbered
by a mortgage with a very favourable interest rate,
it will be more attractive to purchasers who can
assume such a mortgage and such purchasers will
be prepared to pay more on that account. However,
in such circumstances, the favourable interest rate
has a separate value of its own to the purchaser who
can assume the mortgage. The interest rate does not
affect the value of the property. In any case, here,
the Minister analogizes future reforestation costs to
the vendor’s indebtedness on a mortgage. As I have
explained, the vendor’s indebtedness does not affect
the value of the property.
[33] Incidemment, je signale qu’effectivement,
dans certaines situations, les conditions d’une hypo­
thèque peuvent avoir une incidence sur le prix de
vente du bien qu’elle grève. Si, par exemple, le bien
est grevé d’une hypothèque contractée à un taux
d’intérêt très favorable, ce bien sera plus attrayant
pour les acheteurs qui peuvent prendre en charge
cette dette hypothécaire, et ces acheteurs seront
disposés à payer davantage pour cette raison.
Toutefois, dans une telle situation, le taux d’inté­
rêt favorable a une valeur propre distincte pour
l’ache­teur qui peut prendre en charge la dette
hypothécaire. Le taux d’intérêt n’a aucune inci­
dence sur la valeur du bien. De toute façon, le minis­
tre fait ici une analogie entre les coûts futurs du
reboisement et la dette hypothécaire du vendeur.
Comme je l’ai expliqué, la dette hypothécaire du
vendeur n’a pas d’incidence sur la valeur du bien.
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
351
[34] At the oral hearing, the Minister’s argument
was that a forest tenure with reforestation obliga­
tions that have arisen from past harvesting differs
from property that must be repaired because DMI’s
liability for the reforestation obligations had “crys­
tallized” by the time of the sale. According to the
Minister, the debt was “crystallized” because (1) at
the time DMI sold the forest tenure, it had already
incurred obligations to reforest land based on its
past harvesting, and (2) it could not simply walk
away from those obligations. The Minister submits
that in these circumstances, DMI benefitted from
the purchasers’ assumption of the reforestation obli­
gations by an amount equal to the estimated cost of
the reforestation obligations.
[34] À l’audience, le ministre a plaidé qu’une
tenure forestière assortie d’obligations relatives au
reboisement découlant de récoltes antérieures se
distingue de biens qui doivent être réparés parce que
la responsabilité de DMI à l’égard des obligations
relatives au reboisement s’était « cristallisée » au
moment de la vente. Selon le ministre, la dette
s’était « cristallisée » pour les raisons suivantes : 
premièrement, au moment où DMI a vendu la
tenure forestière, elle avait déjà assumé des obliga­
tions de reboiser un territoire en raison de ses
récoltes antérieures; deuxièmement, elle ne pouvait
pas simplement se soustraire à ces obligations. Le
ministre fait valoir que dans ces circonstances, DMI
a profité de la prise en charge, par les acheteurs,
des obligations relatives au reboisement pour une
somme égale au coût estimatif de ces obligations.
[35] As Mr. Meghji, arguing for the Canadian
Association of Petroleum Producers (“CAPP”), ex­
plained at the oral hearing, the problem with the
Minister’s argument is that it presupposes that the
reforestation obligations are a distinct existing
liability. Implicit in the argument that DMI could
not simply walk away from the reforestation obli­
gations is the proposition that the obligations
were an existing indebtedness of DMI. As I have
explained above, the reforestation obligations were
not a distinct existing debt, like a mortgage, but
were embedded in the tenure so as to be a future
cost associated with ownership of the tenure.
[35] Comme l’a expliqué à l’audience Me Meghji,
plaidant pour l’Association canadienne des pro­
ducteurs pétroliers (« ACPP »), l’argument du minis­
tre pose un problème parce qu’il présuppose que
les obligations relatives au reboisement constituent
une obligation existante distincte. L’argument
voulant que DMI ne pouvait pas simplement se
soustraire aux obligations relatives au reboisement
sous‑entend que les obligations constituaient une
dette existante de DMI. Comme je l’ai expliqué
ci‑dessus, les obligations relatives au reboisement
ne constituaient pas une dette existante distincte,
comme une dette hypothécaire, mais étaient inhé­
rentes à la tenure de manière à constituer un coût
futur afférent à la propriété de la tenure.
[36] I have concluded that Alberta’s regulatory
scheme, which prevents a vendor from selling a
forest tenure without also assigning the reforestation
obligations that have arisen from past harvesting,
has the effect of embedding those reforestation
obligations in the tenure itself. In this appeal, CAPP
submits that future obligations may be embedded
in a property right absent a legal requirement that
precludes a vendor from selling the property right
without assigning the obligations. CAPP submits,
using the example of the mining of gas and oil, that
statutory obligations to reclaim mined land may be
so physically connected to the process of mining
itself that the obligations cannot be separated from
the property right. While I need not decide that
[36] J’ai conclu que le régime réglementaire de
l’Alberta, qui empêche une personne de vendre
une tenure forestière sans transférer également les
obligations relatives au reboisement qui résultent
des récoltes antérieures, a pour effet d’incorporer
ces obligations à la tenure elle‑même. En l’espèce,
l’ACPP soutient que des obligations futures peu­vent
être incorporées à un droit de propriété en l’absence
d’une obligation juridique qui empêche une personne
de vendre un droit de propriété sans transférer les
obligations qui s’y rattachent. Citant l’exemple de
l’extraction du gaz et du pétrole, l’ACPP affirme que
les obligations légales relatives à la remise en état des
terres après l’extraction peu­vent être si intimement
liées au processus d’extrac­tion lui‑même que les
352
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
question on the record before me, I would certainly
not foreclose the possibility that obligations asso­
ciated with a property right could be embedded in
that property right without there being a statute,
regulation or government policy that expressly re­
stricts a vendor from selling the property right
without assigning those obligations to the purchaser.
obligations ne peuvent être dissociées du droit de
propriété. Il n’est pas nécessaire de trancher cette
question au vu du dos­sier qui nous est présenté, mais
je n’écarterais certainement pas la possibilité que des
obligations associées à un droit de propriété puissent
être incor­porées à ce droit de propriété sans qu’une loi,
un règlement ou une politique administrative ne
res­treigne expressément la possibilité pour une per­
sonne de vendre le droit de propriété sans transférer
ces obligations à l’acheteur.
[37] In sum, the reforestation obligations im­
posed by Alberta law on DMI’s forest tenures are
embedded in those tenures and, as such, are future
expenses tied to ownership of the property. They
are not a liability that can be separated from the
forest tenure, the assumption of which would form
part of the sale price of the tenure. I would therefore
reject the Minister’s argument that the purchasers’
assumption of the reforestation obligations had to
be added to DMI’s proceeds of disposition for in­
come tax purposes.
[37] En somme, les obligations relatives au reboi­
sement imposées par la loi de l’Alberta sur les
tenures forestières de DMI sont inhérentes à ces
tenures et constituent, de ce fait, des dépenses
futu­res liées à la propriété du bien. Elles ne cons­
tituent pas une responsabilité dissociable de la
tenure forestière, dont la prise en charge ferait
partie du prix de vente de la tenure. Je rejetterais
donc l’argument du ministre selon lequel la valeur
des obligations relatives au reboisement prises en
charge par les acheteurs devait, aux fins fiscales,
être ajoutée au produit de disposition de DMI.
(2)Contingent Liabilities
(2)Obligations éventuelles
[38] DMI has also argued that it should not have
been required to add the reforestation obligations to
its proceeds of disposition because the obligations
were a contingent liability.
[38] DMI a également plaidé qu’elle ne devrait
pas être tenue d’ajouter à son produit de disposition
la valeur des obligations relatives au reboisement
parce que ces obligations constituaient une dette
éventuelle.
[39] A contingent liability is “a liability which
depends for its existence upon an event which may
or may not happen”: Canada v. McLarty, 2008 SCC
26, [2008] 2 S.C.R. 79, at para. 17, quoting Winter
v. Inland Revenue Commissioners, [1963] A.C.
235 (H.L.), at p. 262. This Court has recognized
that the contingent nature of a liability may have
implications on the tax treatment of the liability. In
McLarty, for instance, this Court recognized that,
although a taxpayer generally incurs an expense
when he has a legal obligation to pay a sum of
money, no expense is incurred for tax purposes if
the liability is contingent: paras. 14-16. In Mandel
v. The Queen, [1980] 1 S.C.R. 318, aff’g [1979]
1 F.C. 560, this Court affirmed the Federal Court
of Appeal’s determination that a taxpayer who
[39] Une dette éventuelle est une « une obligation
dont l’existence dépend d’un événement qui peut
se produire ou ne pas se produire » : Canada c.
McLarty, 2008 CSC 26, [2008] 2 R.C.S. 79, par. 17,
citant Winter c. Inland Revenue Commissioners,
[1963] A.C. 235 (H.L.), p. 262. Notre Cour a
reconnu que le caractère éventuel d’une dette
peut avoir des incidences sur le traitement fiscal
de celle‑ci. Dans l’arrêt McLarty, par exemple, la
Cour a reconnu que même si, de façon générale,
un contribuable effectue une dépense lorsqu’il a
l’obligation juridique de payer une somme d’argent,
aucune dépense n’est effectuée aux fins fiscales si la
dette est éventuelle : par. 14‑16. Dans l’arrêt Mandel
c. La Reine, [1980] 1 R.C.S. 318, conf. [1979] 1 C.F.
560, la Cour a confirmé la conclusion de la Cour
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
353
purchases a capital asset may not include in his
capital cost a liability to the vendor if the liability is
contingent.
d’appel fédérale selon laquelle un contribuable qui
achète un bien en immobilisation ne peut inclure
dans son coût en capital une obligation envers le
vendeur si l’obligation est éventuelle.
[40] However, DMI’s argument that the re­
forestation obligations should not be included in
its proceeds of disposition because they are a
“contingent liability” is misplaced and appears to
have caused some confusion in the courts below.
The argument is problematic because, in focusing
on whether the reforestation obligations are con­
tingent or absolute, it implicitly accepts that the
cost of reforestation is a liability of the vendor that
is not embedded in the forest tenure and would
constitute proceeds of disposition but for the con­
tingent nature of the liability; see Frankovic, at p. 4.
This implicit assumption is incorrect. As I have
explained above, the cost of reforestation is not a
distinct existing liability of the vendor. The as­
sumption of the cost of reforestation would thus be
excluded from proceeds of disposition independent
of whether the cost is absolute or contingent. Using
the example of the sale of a building in need of re­
pair, the purchaser’s assumption of the future cost
of repairing the building is not part of the sale price
of the building regardless of whether the purchaser
is certain he will have to spend a specific amount
on repairs in the future — such that the cost is
absolute — or the requirement for repairs depends
on some future event — such that the cost is con­
tingent. The certainty or likelihood of the cost of
repairs may, of course, affect the sale price by af­
fecting the amount the purchaser is willing to
pay for the building. It does not, however, affect
whether the cost of repairs is part of the proceeds
of disposition. The same is true of the reforestation
obligations embedded in a forest tenure.
[40] Toutefois, l’argument de DMI selon lequel
la valeur des obligations relatives au reboisement
ne devrait pas être incluse dans son produit de
dis­position parce qu’il s’agit d’une « obligation
éven­tuelle » est hors de propos et semble avoir
créé une certaine confusion dans les juridictions
inférieures. L’argument est problématique parce
que, en mettant l’accent sur la question de savoir
si les obligations relatives au reboisement sont
éventuelles ou absolues, il indique implicitement
que le coût du reboisement est une obligation du
vendeur qui n’est pas inhérente à la tenure forestière
et qui constituerait un produit de disposition, n’eût
été du caractère éventuel de l’obligation; voir
Frankovic, p. 4. Or, ce postulat implicite est faux.
Comme je l’ai expliqué ci‑dessus, le coût du reboi­
sement ne constitue pas, pour le vendeur, une
obligation existante distincte. La prise en charge du
coût du reboisement serait ainsi exclue du produit
de disposition et ce, que le coût soit absolu ou
éventuel. Si nous prenons l’exemple de la vente
d’un édifice qui a besoin de réparations, la prise en
charge par l’acheteur du coût futur des réparations
à l’édifice ne fait pas partie du prix de vente de
l’édifice, peu importe que l’acheteur soit assuré
qu’il devra dépenser une somme déterminée pour
des réparations dans le futur — auquel cas le coût
est absolu — ou que la nécessité de réparations
dépende d’un événement futur — auquel cas le
coût est éventuel. Bien entendu, la certitude ou la
probabilité du coût des réparations peut avoir une
incidence sur le prix de vente puisqu’elle influe sur
la somme que l’acheteur est disposé à payer pour
l’édifice. Cependant, elle n’a pas d’incidence sur
la question de savoir si le coût des réparations fait
partie du produit de disposition. Il en est de même
des obligations relatives au reboisement inhérentes
à une tenure forestière.
(3)Avoidance of Asymmetrical Tax Treatment
(3)Éviter le traitement fiscal asymétrique
[41] The approach advanced by the Minister
would lead to asymmetry between the vendor’s
[41] La thèse soutenue par le ministre mènerait
à une asymétrie entre le produit de disposition du
354
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
proceeds of disposition and the purchaser’s adjusted
cost base at the time a forest tenure is acquired. The
Minister’s position is that the purchaser’s adjusted
cost base upon acquiring a forest tenure does not
include the estimated reforestation obligations
assumed. Notwithstanding that, the Minister would
have the vendor’s proceeds of disposition include
the amount paid to the vendor plus an additional
amount for the estimated future reforestation obli­
gations assumed by the purchaser. The effect would
be to tax the vendor as if the reforestation obliga­
tions assumed by the purchaser were part of the sale
price, but to tax the purchaser as if the reforestation
obligations it assumed were not part of the sale
price; see P. W. Hogg, J. E. Magee and J. Li, Prin­
ciples of Canadian Income Tax Law (7th ed. 2010),
at p. 322, which explains that a taxpayer’s adjusted
cost base generally includes the purchase price of
the property, as well as any expenses or fees asso­
ciated with the acquisition of the property.
vendeur et le coût de base rajusté de l’acheteur au
moment de l’acquisition d’une tenure forestière.
Selon le ministre, le coût de base rajusté de l’ache­
teur lorsqu’il acquiert une tenure forestière ne
comprend pas les obligations estimatives relatives
au reboisement que ce dernier prend en charge.
Pourtant, le ministre voudrait que le produit de
disposition du vendeur comprenne la somme payée
au vendeur, plus une somme supplémentaire à
l’égard des obligations futures estimatives relatives
au reboisement prises en charge par l’acheteur.
Par conséquent, le vendeur serait imposé comme
si les obligations relatives au reboisement prises
en charge par l’acheteur faisaient partie du prix de
vente, alors que l’acheteur serait imposé comme si
ces obligations qu’il prenait en charge n’en fai­
saient pas partie; voir P. W. Hogg, J. E. Magee
et J. Li, Principles of Canadian Income Tax Law
(7e éd. 2010), p. 322 (les auteurs expliquent que le
coût de base rajusté d’un contribuable comprend
généralement le prix d’achat du bien, ainsi que les
frais ou honoraires liés à l’acquisition du bien).
[42] Counsel for the Minister acknowledged this
asymmetry at the oral hearing. Under the Minister’s
approach, the sale of the High Level Division to
Tolko would have resulted in taxable proceeds of
$31 million for DMI ($20 million received plus
$11 million in assumed reforestation obligations).
However, Tolko’s adjusted cost base would be
$20 million (just the amount paid). The Minister’s
asymmetrical approach means that if Tolko sold
the forest tenure to a new purchaser the very next
day, Tolko would be assessed taxable proceeds of
$31 million (the amount received plus the as­
sumption of the future reforestation costs). That
is, Tolko would be assessed $11 million of taxable
income, despite in no way receiving such additional
income.
[42] Les avocats du ministre ont reconnu cette
asymétrie à l’audience. Selon l’approche préconisée
par le ministre, la vente de la division High Level
à Tolko aurait donné lieu pour DMI à un produit
de disposition imposable de 31 millions de dollars
(les 20 millions de dollars reçus, plus 11 millions
de dollars au titre des obligations relatives au
reboisement prises en charge). Toutefois, le coût
de base rajusté de Tolko aurait été de 20 millions
de dollars (la somme payée seulement). En vertu
de l’approche asymétrique que propose le ministre,
si Tolko vendait la tenure forestière à un nouvel
acheteur dès le lendemain, elle serait imposée sur
un produit de disposition imposable de 31 millions
de dollars (la somme reçue, plus la prise en charge
des coûts futurs du reboisement). Autrement dit,
Tolko serait imposée sur 11 millions de dollars de
revenu imposable, même si elle n’a d’aucune façon
reçu ce revenu supplémentaire.
[43] The conclusion I have reached — that a
purchaser’s assumption of reforestation obligations
does not form part of the vendor’s proceeds of
disposition — avoids this asymmetry. Although
not dispositive, as Mainville J.A. recognized in his
[43] La conclusion à laquelle j’arrive — que la
valeur des obligations relatives au reboisement
prises en charge par l’acheteur ne fait pas partie du
produit de disposition du vendeur — permet d’éviter
cette asymétrie. Même si cette interprétation de
[2013] 2 R.C.S.
daishowa‑marubeni international
c.
canada
Le juge Rothstein
355
dissent, an interpretation of the Act that promotes
symmetry and fairness through a harmonious tax­
ation scheme is to be preferred over an interpretation
which promotes neither value.
la Loi n’est pas déterminante, comme l’a reconnu
le juge Mainville dans ses motifs dissidents, il
faut privilégier une interprétation qui favorise la
symétrie et l’équité assurée par un régime d’impo­
sition harmonieux à une interprétation qui ne prône
aucune de ces valeurs.
B. Whether it Makes Any Difference That the
Contracting Parties Agreed to a Specific
Amount of the Future Reforestation Obligations
B. Le fait que les parties contractantes soient
convenues d’une valeur précise attribuée aux
obligations futures relatives au reboisement
change‑t‑il quelque chose?
[44] The Minister reassessed DMI with respect
to the Tolko sale using the $11 million estimated
cost of the reforestation obligations included in the
sale agreement and reassessed DMI with respect
to the Seehta sale using DMI’s internal accounting
estimates. The trial judge’s determination of DMI’s
tax liability relied upon both of those estimates.
According to the majority of the Court of Appeal,
whether reforestation costs should be included in
proceeds of disposition turns on whether the con­
tracting parties agreed to an estimated future cost.
It thus upheld the Minister’s reassessment in the
Tolko sale, but remitted the matter to the trial judge
to determine whether there was an agreement as to
the cost in the Seehta sale.
[44] Le ministre a établi la nouvelle cotisation de
DMI à l’égard de la vente à Tolko en utilisant le coût
estimatif de 11 millions de dollars des obligations
relatives au reboisement stipulé dans le contrat
de vente, et il a utilisé les estimations comptables
internes de DMI pour établir la nouvelle cotisation
de cette dernière à l’égard de la vente à Seehta.
Pour déterminer l’obligation fiscale de DMI, le
juge de première instance s’est appuyé sur ces deux
estimations. Selon les juges majoritaires de la cour
d’appel, pour répondre à la question de savoir si
les coûts du reboisement doivent être inclus dans
le produit de disposition, il faut se demander si
les parties contractantes sont convenues d’un coût
futur estimatif. Ils ont donc confirmé la nouvelle
cotisation du ministre à l’égard de la vente à Tolko,
mais dans le cas de la vente à Seehta, ils ont renvoyé
l’affaire au juge de première instance pour qu’il
détermine si les parties s’étaient entendues sur le
coût.
[45] In accordance with the analysis above, DMI’s
proceeds of disposition do not depend on whether
the contracting parties agreed to a specific estimate
of the cost of those obligations in their sale agree­
ment. Any amount that the parties assigned to the
reforestation obligations in the sale agreement was
simply a factor in determining the fair market value
of the forest tenures: I. J. Gamble, Taxation of Cana­
dian Mining (2004), c. 6.6.2, at pp. 6-14 to 6-15.
[45] Conformément à l’analyse qui précède, le
produit de disposition de DMI ne dépend pas de la
question de savoir si les parties contractantes sont
convenues d’un coût estimatif précis de ces obliga­
tions dans leur contrat de vente. Toute somme que
les parties ont attribuée aux obligations relatives
au reboisement dans le contrat de vente constituait
simplement un facteur servant à détermi­ner la
juste valeur marchande des tenures forestières : 
I. J. Gamble, Taxation of Canadian Mining (2004),
ch. 6.6.2, p. 6‑14 à 6‑15.
[46] It is also irrelevant that DMI estimated the
cost of future reforestation to compute its income
for accounting purposes. Although commercial
[46] Il est également sans importance que DMI
ait estimé le coût du reboisement futur pour cal­
culer son revenu à des fins comptables. Même si
356
daishowa‑marubeni international
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
and accounting principles allowed DMI to deduct
reforestation obligations on a yearly basis and add
back to income the deducted amounts at the time
of the sale to provide a more accurate picture of its
profit from year to year, as I have explained above,
the Income Tax Act does not permit that approach;
see V. Krishna, The Fundamentals of Canadian
Income Tax (9th ed. 2006), at pp. 171-72. This Court
has recognized the distinct purposes of financial
accounting and income tax calculation: Canderel
Ltd. v. Canada, [1998] 1 S.C.R. 147, at para. 36.
It would thus be an error to simply include DMI’s
accounting estimates in its proceeds of disposition.
des principes commerciaux et comptables permet­
taient à DMI de déduire chaque année le coût des
obligations relatives au reboisement et de rajouter
au revenu les sommes déduites au moment de la
vente afin d’offrir une image plus fidèle de son
bénéfice d’une année à l’autre, comme je l’ai expli­
qué ci‑dessus, la Loi de l’impôt sur le revenu ne
permet pas cette façon de faire; voir V. Krishna,
The Fundamentals of Canadian Income Tax (9e éd.
2006), p. 171‑172. Notre Cour a reconnu les fins
distinctes de la comptabilité générale et du calcul
de l’impôt sur le revenu : Canderel Ltée c. Canada,
[1998] 1 R.C.S. 147, par. 36. Il serait donc erroné
de simplement inclure les estimations comptables
de DMI dans son produit de disposition.
VI. Conclusion
VI. Conclusion
[47] DMI was not required to include in its tax­
able proceeds of disposition an amount reflecting
the future reforestation costs assumed by Tolko and
Seehta.
[47] DMI n’était pas tenue d’inclure dans son
produit de disposition imposable une somme cor­
respondant aux coûts futurs du reboisement pris en
charge par Tolko et Seehta.
[48] The appeal is allowed with costs throughout
to DMI and the matter is remitted to the Minister
for reassessment in accordance with these reasons.
[48] Le pourvoi est accueilli avec dépens en
faveur de DMI devant toutes les cours et l’affaire
est renvoyée au ministre pour l’établissement de
nouvelles cotisations conformément aux présents
motifs.
Appeal allowed with costs throughout.
Pourvoi accueilli avec dépens devant toutes les
cours.
Solicitors for the appellant: Wilson & Partners,
Vancouver.
Procureurs de l’appelante : Wilson & Partners,
Vancouver.
Solicitor for the respondent: Attorney General of
Canada, Vancouver.
Procureur de l’intimée : Procureur général du
Canada, Vancouver.
Solicitors for the intervener Her Majesty The
Queen in Right of Alberta: Attorney General of
Alberta, Edmonton; Michael Sobkin, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante Sa Majesté la
Reine du chef de l’Alberta : Procureur général de
l’Alberta, Edmonton; Michael Sobkin, Ottawa.
Solicitors for the interveners Tolko Industries
Ltd., International Forest Products Ltd., West
Fraser Timber Co. Ltd. and the Canfor Corpora­
tion: Thorsteinssons, Vancouver.
Procureurs des intervenantes Tolko
Industries Ltd., International Forest Products
Ltd., West Fraser Timber Co. Ltd. et Canfor
Corporation : Thorsteinssons, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Canadian
Association of Petroleum Producers: Osler, Hoskin
& Harcourt, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association
canadienne des producteurs pétroliers : Osler,
Hoskin & Harcourt, Toronto.
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
357
Eric Victor Cojocaru, an infant by his
Guardian Ad Litem, Monica Cojocaru,
and Monica Cojocaru Appellants/
Respondents on cross-appeal
Eric Victor Cojocaru, un mineur
représenté par sa tutrice à l’instance,
Monica Cojocaru,
et Monica Cojocaru Appelants/intimés
au pourvoi incident
v.
c.
British Columbia Women’s Hospital
and Health Centre
and F. Bellini Respondents/Appellants
on cross-appeal
British Columbia Women’s Hospital
and Health Centre et F. Bellini Intimés/
appelants au pourvoi incident
and
et
Dale R. Steele, Jenise Yue
and Fawaz Edris Respondents
Dale R. Steele, Jenise Yue
et Fawaz Edris Intimés
- and -
- et -
Eric Victor Cojocaru, an infant by his
Guardian Ad Litem, Monica Cojocaru,
and Monica Cojocaru Appellants/
Respondents on cross-appeal
Eric Victor Cojocaru, un mineur
représenté par sa tutrice à l’instance,
Monica Cojocaru, et
Monica Cojocaru Appelants/intimés
au pourvoi incident
v.
c.
Dale R. Steele, Jenise Yue
and Fawaz Edris Respondents
Dale R. Steele, Jenise Yue
et Fawaz Edris Intimés
and
et
British Columbia Women’s Hospital
and Health Centre
and F. Bellini Respondents/Appellants
on cross-appeal
British Columbia Women’s Hospital
and Health Centre
et F. Bellini Intimés/appelants au
pourvoi incident
and
et
Attorney General of Ontario, Trial Lawyers
Association of British Columbia and
Canadian Bar Association Interveners
Procureur général de l’Ontario, Trial Lawyers
Association of British Columbia et
Association du Barreau canadien Intervenants
358
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
[2013] 2 S.C.R.
Indexed as: Cojocaru v. British Columbia
Women’s Hospital and Health Centre
Répertorié : Cojocaru c. British Columbia
Women’s Hospital and Health Centre
2013 SCC 30
2013 CSC 30
File No.: 34304.
No du greffe : 34304.
2012: November 13; 2013: May 24.
2012 : 13 novembre; 2013 : 24 mai.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
british columbia
en appel de la cour d’appel de la
colombie-britannique
Torts — Negligence — Causation — Health law —
Consent to care — Failure to inform — Plaintiffs alleging
defendants were negligent in failing to obtain informed
consent to vaginal birth after caesarean section or
to prostaglandin induction and in failing to attend to
plaintiff — Plaintiffs alleging lack of proper care resulted
in ruptured uterus and son born with brain damage —
Whether trial judge’s conclusion on liability of various
defendants disclose palpable errors of fact or legal errors
and should be set aside.
Responsabilité délictuelle — Négligence — Lien de
causalité — Droit de la santé — Consentement à des soins
— Défaut d’informer — Demandeurs alléguant la
négli­gence des défendeurs pour ne pas avoir obtenu le
consen­tement éclairé à un accouchement vaginal après
césarienne ou au déclenchement du travail avec de
la prostaglandine et pour ne pas s’être occupés de la
demanderesse — Demandeurs alléguant que le manque
de soins adéquats a causé une rupture utérine et des
dommages cérébraux au nouveau-né — La conclusion
du juge de première instance sur la responsabilité des
différents défendeurs doit-elle être annulée en raison
d’erreurs de fait manifestes ou d’erreurs de droit?
Judgments and orders — Reasons — Trial judge
delivering reasons for judgment consisting of repro­
duction of plaintiffs’ written submissions — Whether trial
judge’s decision should be set aside because reasons
for judgment incorporated large portions of material
prepared by others.
Jugements et ordonnances — Motifs — Motifs du juge
de première instance composés d’extraits des prétentions
écrites des demandeurs — La décision du juge de pre­
mière instance doit-elle être annulée parce que ses motifs
incorporent de larges extraits de documents préparés par
d’autres?
Eric Victor Cojocaru, the son of Monica Cojocaru,
suffered brain damage during his birth at the British
Columbia Women’s Hospital and Health Centre.
Ms. Cojocaru had previously given birth to a child by
caesarean section performed in Romania. On the rec­
ommendation of Dr. Yue, Ms. Cojocaru’s prenatal care
obstetrician, Ms. Cojocaru attempted to deliver Eric by
“vaginal birth after caesarean section” or “VBAC”. On
the day in question, Ms. Cojocaru’s labour was induced
at the Hospital by Dr. Edris, an obstetrical resident, with
prostaglandin gel. Ms. Cojocaru was under the care of
the on-call obstetrician, Dr. Steele. As Ms. Cojocaru
was a high-risk patient, she remained at the Hospital and
was attended to by Nurses Verwoerd and Bellini. During
her labour later in the day, Ms. Cojocaru experienced a
uterine rupture, which restricted Eric’s oxygen supply. It
was accepted that the scar from the previous caesarean
section was implicated in the rupture. An emergency
Eric Victor Cojocaru, le fils de Monica Cojocaru,
a subi des lésions cérébrales à sa naissance au British
Columbia Women’s Hospital and Health Centre.
Mme Cojocaru avait précédemment donné naissance à un
enfant par césarienne en Roumanie. Sur recommandation
de la Dre Yue, l’obstétricienne qui l’a suivie pendant sa
grossesse, Mme Cojocaru a tenté de donner naissance à
Eric par « accouchement vaginal après césarienne » ou
« AVAC ». Le jour des événements, le Dr Edris, résident
en obstétrique, a provoqué le travail de Mme Cojocaru en
utilisant un gel de prostaglandine. C’est l’obstétricien de
garde, le Dr Steele, qui avait la charge de Mme Cojocaru.
Mme Cojocaru étant une patiente à haut risque, elle est
demeurée à l’hôpital, sous les soins des infirmières
Verwoerd et Bellini. Plus tard ce jour-là, au cours du
travail, Mme Cojocaru a subi une rupture utérine entraî­
nant une réduction de l’apport en oxygène pour Eric.
Les parties ont accepté que la cicatrice de la césarienne
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
359
caesarean section was then performed. Eric suffered
brain damage, which has given rise to cerebral palsy. Eric
and his mother brought an action in negligence against
the Hospital, the attending Nurses Bellini, MacQueen
and Verwoerd and Drs. Steele, Yue and Edris.
antérieure a joué un rôle dans la rupture utérine. Une
césarienne d’urgence a alors été pratiquée. Eric a subi
des lésions cérébrales, en raison desquelles il souf­fre de
paralysie cérébrale. Eric et sa mère ont intenté une action
pour négligence contre l’hôpital, les infir­mières traitantes
Bellini, MacQueen et Verwoerd, et les Drs Steele, Yue et
Edris.
At trial, the Hospital, Nurse Bellini and the three doc­
tors were found liable in negligence and damages were
awarded to the plaintiffs in the amount of $4 million.
The trial judge’s reasons reproduced large portions of
the submissions of the plaintiffs. However, the trial judge
did not accept all the submissions of the plaintiffs, dis­
cussed a number of issues and stated his final conclusions
in his own words. The majority of the Court of Appeal
held that the trial judge’s decision should be set aside
because of the extensive copying from the plaintiffs’ sub­
missions and ordered a new trial. The dissenting justice
did not set aside the judgment because of the copying,
but reviewed the case on its merits, and determined that
the actions against Dr. Steele, Dr. Edris, the Hospital and
Nurse Bellini should be dismissed. He indicated that he
would have also reduced the damage award against the
remaining defendant, Dr. Yue. The plaintiffs appealed
the order of a new trial. The Hospital and Nurse Bellini
cross-appealed asking that the issue of liability and dam­
ages be resolved by the Court, rather than sending the
matter back for a new trial.
Le juge de première instance a conclu que l’hôpital,
l’infirmière Bellini et trois médecins étaient respon­
sables de négligence et a accordé aux demandeurs des
dommages-intérêts de quatre millions de dollars. Dans ses
motifs, le juge de première instance a reproduit de larges
extraits des prétentions des demandeurs. Toutefois, il ne
les a pas toutes retenues, il a analysé certaines questions
en litige et a énoncé ses conclusions finales dans ses
propres mots. La Cour d’appel a statué à la majorité que
la décision du juge de première instance devait être
annulée en raison de la reproduction de larges extraits
des prétentions des demandeurs et elle a ordonné la
tenue d’un nouveau procès. Le juge dissident n’aurait
pas annulé le jugement pour cause de reproduction, mais
il a examiné l’affaire au fond et a statué que les actions
contre le Dr Steele, le Dr Edris, l’hôpital et l’infirmière
Bellini devaient être rejetées. Il aurait en outre réduit le
montant des dommages-intérêts payables par la défen­
deresse restante, la Dre Yue. Les demandeurs ont interjeté
appel concernant la tenue d’un nouveau procès. L’hôpital
et l’infirmière Bellini ont formé un appel incident et
demandé à la Cour de trancher les questions de la res­
ponsabilité et des dommages-intérêts, plutôt que de les
renvoyer pour examen dans le cadre d’un nouveau procès.
Held: The appeal and the cross-appeal should be
allowed.
Arrêt : Le pourvoi et le pourvoi incident sont accueillis.
As a general rule, it is good judicial practice for a
judge to set out the contending positions of the parties
on the facts and the law, and explain in his or her own
words her conclusions on the facts and the law. However,
including the material of others is not prohibited. Judicial
copying is a long-standing and accepted practice, al­
though if carried to excess, may raise problems. If the
incorporation of the material of others is evidence that
would lead a reasonable person to conclude, taking into
account all relevant circumstances, that the decisionmaking process was fundamentally unfair, in the sense
that the judge did not put his or her mind to the facts, the
argu­ment and the issues, and decide them impartially and
independently, the judgment can be set aside.
En règle générale, il est de bon usage pour le juge
d’énoncer les arguments opposés des parties sur les faits
et le droit et d’expliquer dans ses propres mots ses con­
clusions sur les faits et le droit. Il ne lui est toutefois
pas interdit d’inclure des extraits d’autres sources. La
reproduction d’autres textes dans les motifs de jugement
est une pratique acceptée et appliquée depuis longtemps,
mais qui, utilisée de manière excessive, peut poser pro­
blème. Dans le cas où l’incorporation d’extraits d’autres
sources constitue une preuve qui amènerait une personne
raisonnable à conclure, en tenant compte de toutes les
circonstances pertinentes, que le processus décisionnel
était fondamentalement inéquitable, en ce sens que le
juge n’a pas porté son attention sur les faits, les arguments
et les questions en litige et que sa décision à leur égard
n’a pas été rendue de façon impartiale et indépendante, le
jugement peut être annulé.
360
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
[2013] 2 S.C.R.
A complaint that a judge’s decision should be set aside
because the reasons for judgment incorporate materials
from other sources is essentially a procedural complaint.
Judicial decisions benefit from a presumption of integrity
and impartiality — a presumption that the judge has
done her job as she is sworn to do. The party seeking to
set aside a judicial decision because the judge’s reasons
incorporated the material of others bears the burden of
showing that the presumption is rebutted. The threshold
for rebutting the presumption of judicial integrity and
impartiality is high, and it requires cogent evidence. The
question is whether the evidence presented by the party
challenging the judgment convinces the reviewing court
that a reasonable person would conclude that the judge
did not perform her sworn duty to review and consider
the evidence with an open mind.
Un recours fondé sur la prétention qu’une décision
devrait être annulée parce que les motifs du jugement
incor­porent des extraits d’autres sources est essentiel­
lement de nature procédurale. Les décisions judiciaires
bénéficient d’une présomption d’intégrité et d’impar­
tialité — le juge est présumé avoir honoré son serment
en accomplissant sa tâche. La partie qui demande
l’annulation d’une décision parce que les motifs du juge
incorporent des extraits d’autres textes doit démontrer
que cette présomption est réfutée. La norme à laquelle
il faut satisfaire pour réfuter la présomption d’intégrité
et d’impartialité judiciaires est exigeante et requiert
une preuve convaincante. La question est de savoir si la
preuve présentée par la partie qui conteste le jugement
convainc le tribunal siégeant en révision qu’une personne
raisonnable conclurait que le juge n’a pas honoré son
serment d’examiner et de considérer la preuve avec un
esprit ouvert.
The fact that a judge attributes copied material to the
author tells us nothing about whether she put her mind
to the issues addressed in that copying. Nor is lack of
originality alone a flaw in judgment writing; on the con­
trary, it is part and parcel of the judicial process. To set
aside a judgment for failure to attribute sources or for
lack of originality alone would be to misunderstand the
nature of the judge’s task and the time-honoured trad­
itions of judgment writing. The concern about copying
in the judicial context is not that the judge is taking
credit for someone else’s prose, but rather that it may
be evidence that the reasons for judgment do not reflect
the judge’s thinking. Extensive copying and failure to
attribute outside sources are in most situations practices
to be discouraged. But lack of originality and failure to
attribute sources do not in themselves rebut the pre­
sumption of judicial impartiality and integrity. This
oc­curs only if the copying is of such a character that a
rea­son­able person apprised of the circumstances would
conclude that the judge did not put her mind to the
evidence and the issues and did not render an impartial,
independent decision.
Le fait que le juge attribue un extrait à son auteur ne
révèle aucunement s’il a porté son attention sur les ques­
tions traitées dans cet extrait. Le fait que les motifs ne
soient pas en totalité un produit original ne constitue
pas non plus une lacune dans la rédaction du jugement;
cela fait au contraire partie intégrante du processus
judiciaire. Annuler un jugement parce que le juge n’a pas
mentionné ses sources ou n’a pas produit un texte origi­
nal, sans plus, serait mal comprendre la nature de sa
tâche et les traditions consacrées de la rédaction de
motifs. Si la reproduction dans le contexte judiciaire
pose problème, ce n’est pas que le juge s’approprie le
texte de quelqu’un d’autre, mais plutôt que la reproduc­
tion peut démontrer que les motifs du jugement ne reflè­
tent pas sa pensée. La reproduction de larges extraits
et l’omission d’en mentionner les sources constituent
dans la plupart des cas des pratiques déconseillées. Mais
le défaut de produire un texte original et le défaut de
mentionner les sources des textes reproduits, sans plus,
ne réfutent pas la présomption d’impartialité et d’intégrité
judiciaires. La présomption est réfutée uniquement si la
reproduction est telle qu’une personne raisonnable, infor­
mée des circonstances, conclurait que le juge n’a pas
porté son attention sur la preuve et les questions en litige
et n’a pas rendu une décision impartiale et indépendante.
Here, taking full account of the complexity of the case,
and accepting that it would have been preferable for the
trial judge to discuss the facts and issues in his own
words, it cannot be concluded that the trial judge failed to
consider the issues and make an independent decision on
them. The presumption of judicial integrity and impar­
tiality has not been displaced. On the contrary, the reasons
demonstrate that the trial judge addressed his mind to the
issues he had to decide. The fact that he rejected some
En l’espèce, en tenant pleinement compte de la com­
plexité de l’affaire et en acceptant qu’il aurait été préfé­
rable que le juge de première instance analyse les faits et
les questions en litige dans ses propres mots, on ne peut
conclure qu’il n’a pas examiné les questions en litige et
ne les a pas tranchées de façon indépendante. La pré­
somp­tion d’intégrité et d’impartialité judiciaires n’a pas
été réfutée. Au contraire, les motifs démontrent que le
juge de première instance a porté son attention sur les
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
361
of the plaintiffs’ key submissions demonstrates that he
con­sidered the issues independently and impartially.
The absence in the reasons of an analysis of causation, and
the alleged errors the reasons contain, go not to proced­
ural unfairness, but to the substance of the reasons —
whether the trial judge, having made his own decision,
erred in law or made palpable and overriding errors
of fact. The judgment should not be set aside on the
ground that the trial judge incorporated large parts of the
plaintiffs’ submissions in his reasons.
questions qu’il devait trancher. Le fait qu’il a rejeté cer­
taines des prétentions clés des demandeurs démontre
qu’il a examiné les questions en litige de façon indépen­
dante et impartiale. L’absence dans les motifs d’une
analyse du lien de causalité et les prétendues erreurs
qu’ils comportent ne concernent pas le caractère équi­
table de la procédure, mais le fond des motifs — soit la
question de savoir si le juge de première instance,
ayant rendu sa propre décision, a commis une erreur de
droit ou a commis des erreurs de fait manifestes et domi­
nantes. Sa décision ne doit pas être annulée pour cause
de reproduction de larges extraits des prétentions des
demandeurs dans ses motifs.
This said, aspects of the reasons disclose palpable and
overriding error and must be set aside. No causal connec­
tion was established between the injury and Dr. Yue’s
alleged negligence in failing to verify the orientation
of the previous caesarean scar before recommending
VBAC. The finding of liability against Dr. Yue for rec­
om­mending VBAC should thus be set aside. However,
the evidence in this case supports the trial judge’s find­
ing of liability against Dr. Yue for failing to obtain
Ms. Cojocaru’s informed consent to VBAC and should
therefore be affirmed. Dr. Yue failed to adequately inform
Ms. Cojocaru of the risks of VBAC. There is however
no evidence to support a causal relationship between
the induction and the harm suffered and therefore, the
finding of liability against Dr. Yue for failure to obtain
Ms. Cojocaru’s informed consent to induction of the
birth cannot be sustained. The trial judge’s findings on
damages were supported by the evidence and disclose no
palpable and overriding error that would justify appellate
intervention.
Cela dit, certains aspects des motifs présentent une
erreur manifeste et dominante et doivent être annulés.
Aucun lien de causalité n’a été établi entre le préjudice
et la prétendue négligence de la Dre Yue pour ne pas
avoir vérifié l’orientation de la cicatrice de la césarienne
antérieure avant de recommander un AVAC. La conclusion
que la Dre Yue est responsable pour avoir recommandé
un AVAC doit donc être infirmée. Toutefois, la con­
clusion de responsabilité tirée par le juge de première
instance contre la Dre Yue pour ne pas avoir obtenu le
consentement éclairé de Mme Cojocaru à l’AVAC est
étayée par la preuve et doit être confirmée. La Dre Yue
n’a pas informé correctement Mme Cojocaru des ris­
ques d’un AVAC. Aucune preuve n’étaye cependant une
relation de cause à effet entre le déclenchement et le
préjudice subi, de sorte que la conclusion de respon­
sabilité tirée contre la Dre Yue pour son défaut d’obtenir
le consentement éclairé de Mme Cojocaru au déclenche­
ment ne peut être confirmée. Les conclusions du juge
de première instance sur les dommages-intérêts étaient
étayées par la preuve et ne présentent aucune erreur
mani­feste et dominante qui justifierait une intervention
en appel.
Dr. Edris cannot be held liable for inducing labour
without ascertaining the orientation of Ms. Cojocaru’s
uterine scar because there was no causal connection
be­tween this alleged negligence and the injury. The
evidence also failed to establish a causal link between
Dr. Steele’s actions and the injury. Lastly, even if Nurse
Bellini had observed and reacted to the signs of uterine
rupture earlier, as the trial judge said she should have
done, the child could not have been delivered in time
to avoid permanent brain damage because no operating
room staffed with an anaesthetist was available in time.
Therefore, the trial judge’s findings of liability against
Nurse Bellini, the Hospital, Dr. Steele and Dr. Edris must
be set aside.
Le Dr Edris ne peut être tenu responsable pour avoir
déclenché le travail sans vérifier l’orientation de la cica­
trice utérine de Mme Cojocaru, parce qu’il n’existait
aucun lien de causalité entre cette prétendue négligence
et le préjudice subi. La preuve n’établissait non plus
aucun lien de causalité entre les actes du Dr Steele et
le préjudice. Enfin, même si l’infirmière Bellini avait
remarqué les signes de rupture utérine et avait agi en
con­séquence plus tôt, comme elle aurait dû le faire
selon le juge de première instance, l’enfant n’aurait pas
pu naître à temps pour éviter les lésions cérébrales per­
manentes, puisqu’aucune salle d’opération dotée d’un
anesthésiste n’a été disponible à temps. Par conséquent,
les conclusions de responsabilité tirée par le juge de
première instance contre l’infirmière Bellini, l’hôpital, le
Dr Steele et le Dr Edris doivent être annulées.
362
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
[2013] 2 S.C.R.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: R. v. Teskey, 2007 SCC 25, [2007]
2 S.C.R. 267; R. v. S. (R.D.), [1997] 3 S.C.R. 484;
Wewaykum Indian Band v. Canada, 2003 SCC 45, [2003]
2 S.C.R. 259; R. v. Sheppard, 2002 SCC 26, [2002] 1
S.C.R. 869; F.H. v. McDougall, 2008 SCC 53, [2008]
3 S.C.R. 41; Hill v. Hamilton-Wentworth Regional
Police Services Board, 2007 SCC 41, [2007] 3 S.C.R.
129; Newfoundland and Labrador Nurses’ Union v.
Newfoundland and Labrador (Treasury Board), 2011
SCC 62, [2011] 3 S.C.R. 708; English v. Emery Reimbold
& Strick Ltd., [2002] EWCA Civ 605, [2002] 3 All E.R.
385; Meadowstone (Derbyshire) Ltd. v. Kirk, 2006 WL
690588; Shin v. Kung, [2004] HKCA 205 (HKLII); James
v. Surf Road Nominees Pty. Ltd., [2004] NSWCA 475
(AustLII); Fletcher Construction Australia Ltd. v. Lines
MacFarlane & Marshall Pty. Ltd. (No. 2), [2002] VSCA
189, [2002] 6 V.R. 1; United States v. El Paso Natural
Gas Co., 376 U.S. 651 (1964); United States v. Marine
Bancorporation, Inc., 418 U.S. 602 (1974); Sorger v.
Bank of Nova Scotia (1998), 39 O.R. (3d) 1; R. v. Gaudet
(1998), 40 O.R. (3d) 1; Canada (Attorney General) v.
Ni-Met Resources Inc. (2005), 74 O.R. (3d) 641; 2878852
Canada Inc. v. Jones Heward Investment Counsel Inc.,
2007 ONCA 14 (CanLII); R. v. Dastous (2004), 181
O.A.C. 398; R. v. Kendall (2005), 75 O.R. (3d) 565, leave
to appeal refused, [2006] 1 S.C.R. x; Janssen-Ortho Inc.
v. Apotex Inc., 2009 FCA 212, 392 N.R. 71.
Arrêts mentionnés : R. c. Teskey, 2007 CSC 25, [2007]
2 R.C.S. 267; R. c. S. (R.D.), [1997] 3 R.C.S. 484; Bande
indienne Wewaykum c. Canada, 2003 CSC 45, [2003] 2
R.C.S. 259; R. c. Sheppard, 2002 CSC 26, [2002] 1 R.C.S.
869; F.H. c. McDougall, 2008 CSC 53, [2008] 3 R.C.S. 41;
Hill c. Commission des services policiers de la municipalité
régionale de Hamilton-Wentworth, 2007 CSC 41, [2007] 3
R.C.S. 129; Newfoundland and Labrador Nurses’ Union c.
Terre-Neuve-et-Labrador (Conseil du Trésor), 2011 CSC
62, [2011] 3 R.C.S. 708; English c. Emery Reimbold &
Strick Ltd., [2002] EWCA Civ 605, [2002] 3 All E.R. 385;
Meadowstone (Derbyshire) Ltd. c. Kirk, 2006 WL 690588;
Shin c. Kung, [2004] HKCA 205 (HKLII); James c. Surf
Road Nominees Pty. Ltd., [2004] NSWCA 475 (AustLII);
Fletcher Construction Australia Ltd. c. Lines MacFarlane
& Marshall Pty. Ltd. (No. 2), [2002] VSCA 189, [2002]
6 V.R. 1; United States c. El Paso Natural Gas Co., 376
U.S. 651 (1964); United States c. Marine Bancorporation,
Inc., 418 U.S. 602 (1974); Sorger c. Bank of Nova Scotia
(1998), 39 O.R. (3d) 1; R. c. Gaudet (1998), 40 O.R.
(3d) 1; Canada (Attorney General) c. Ni-Met Resources
Inc. (2005), 74 O.R. (3d) 641; 2878852 Canada Inc. c.
Jones Heward Investment Counsel Inc., 2007 ONCA 14
(CanLII); R. c. Dastous (2004), 181 O.A.C. 398; R. c.
Kendall (2005), 75 O.R. (3d) 565, autorisation d’appel
refusée, [2006] 1 R.C.S. x; Janssen-Ortho Inc. c. Apotex
Inc., 2009 CAF 212 (CanLII).
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 686(1)(a).
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 686(1)a).
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Silverman, Gregory M. “Rise of the Machines: Justice
Information Systems and the Question of Public
Access to Court Records over the Internet” (2004), 79
Wash. L. Rev. 175.
Stern, Simon. “Copyright Originality and Judicial
Originality” (2013), 63 U.T.L.J. 1.
Silverman, Gregory M. « Rise of the Machines : Justice
Information Systems and the Question of Public
Access to Court Records over the Internet » (2004),
79 Wash. L. Rev. 175.
Stern, Simon. « Copyright Originality and Judicial
Originality » (2013), 63 U.T.L.J. 1.
APPEAL and CROSS-APPEAL from a judg­
ment of the British Columbia Court of Appeal
(Levine, Smith and Kirkpatrick JJ.A.), 2011 BCCA
192, 17 B.C.L.R. (5th) 253, 303 B.C.A.C. 278,
512 W.A.C. 278, 44 Admin. L.R. (5th) 231, 81
C.C.L.T. (3d) 183, [2011] 7 W.W.R. 82, [2011]
B.C.J. No. 680 (QL), 2011 CarswellBC 886, setting
aside a decision of Groves J., 2009 BCSC 494, 65
C.C.L.T. (3d) 75, [2009] B.C.J. No. 731 (QL), 2009
CarswellBC 917. Appeal and cross-appeal allowed.
POURVOI et POURVOI INCIDENT contre un
arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(les juges Levine, Smith et Kirkpatrick), 2011 BCCA
192, 17 B.C.L.R. (5th) 253, 303 B.C.A.C. 278,
512 W.A.C. 278, 44 Admin. L.R. (5th) 231, 81
C.C.L.T. (3d) 183, [2011] 7 W.W.R. 82, [2011]
B.C.J. No. 680 (QL), 2011 CarswellBC 886, qui a
annulé la décision du juge Groves, 2009 BCSC 494,
65 C.C.L.T. (3d) 75, [2009] B.C.J. No. 731 (QL),
2009 CarswellBC 917. Pourvoi et pourvoi incident
accueillis.
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
363
Paul McGivern, Dan Shugarman, Ann Howell
and Marie-France Major, for the appellants/
respondents on cross-appeal.
Paul McGivern, Dan Shugarman, Ann Howell et
Marie-France Major, pour les appelants/intimés au
pourvoi incident.
Catherine L. Woods, Q.C., and Adam HowdenDuke, for the respondents/appellants on crossappeal the British Columbia Women’s Hospital and
Health Centre and F. Bellini.
Catherine L. Woods, c.r., et Adam Howden-Duke,
pour les intimés/appelants au pourvoi inci­dent
British Columbia Women’s Hospital and Health
Centre et F. Bellini.
James M. Lepp, Q.C., Mandeep K. Gill and
Daniel J. Reid, for the respondents Dale R. Steele,
Jenise Yue and Fawaz Edris.
James M. Lepp, c.r., Mandeep K. Gill et Daniel J.
Reid, pour les intimés Dale R. Steele, Jenise Yue et
Fawaz Edris.
M. David Lepofsky, for the intervener the
Attorney General of Ontario.
M. David Lepofsky, pour l’intervenant le pro­
cureur général de l’Ontario.
George K. Macintosh, Q.C., and Tim Dickson,
for the intervener the Trial Lawyers Association of
British Columbia.
George K. Macintosh, c.r., et Tim Dickson, pour
l’intervenante Trial Lawyers Association of British
Columbia.
Mahmud Jamal and Raphael Eghan, for the
intervener the Canadian Bar Association.
Mahmud Jamal et Raphael Eghan, pour l’inter­
venante l’Association du Barreau canadien.
The judgment of the Court was delivered by
The Chief Justice —
Version française du jugement de la Cour rendu
par
La Juge en chef —
I. Introduction
I. Introduction
[1] The main question on this appeal is whether a
trial judge’s decision should be set aside because his
reasons for judgment incorporated large portions
of the plaintiffs’ submissions. For the reasons that
follow, I conclude that while it is desirable that
judges express their conclusions in their own words,
incorporating substantial amounts of material from
submissions or other legal sources into reasons for
judgment does not without more permit the decision
to be set aside. Only if the incorporation is such that
a reasonable person would conclude that the judge
did not put her mind to the issues and decide them
independently and impartially as she was sworn to
do, can the judgment be set aside.
[1] La principale question soulevée dans le pour­
voi est celle de savoir si la décision du juge de pre­
mière instance devrait être annulée parce qu’il a
incorporé dans ses motifs de larges extraits des pré­
tentions des demandeurs. Pour les motifs qui sui­
vent, je conclus que, bien qu’il soit préférable qu’un
juge exprime ses conclusions dans ses propres mots,
l’incorporation d’importants extraits des prétentions
des parties ou d’autres sources juridiques dans
ses motifs de jugement ne justifie pas à elle seule
l’annu­la­tion de sa décision. Le jugement ne peut
être annulé que si l’incorporation est telle qu’une
personne raisonnable conclurait que le juge n’a
pas porté son attention sur les questions en litige
et ne les a pas tranchées de façon indépendante
et impartiale, comme il s’y est engagé en prêtant
serment.
364
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
[2] This result, as we shall see, is consistent with
longstanding practice in Canada and abroad. Yet,
as the disagreement in the courts below and the
arguments before us make clear, the jurisprudential
framework and the governing principles involved
are far from clear. This suggests the need to look
carefully at the nature and function of reasons for
judgment and the long tradition of judicial copying.
[2] Cette conclusion, comme nous le verrons, est
conforme à une pratique établie depuis longtemps
au Canada et à l’étranger. Par contre, comme le
démontrent clairement le désaccord au sein des tri­
bunaux d’instance inférieure et les arguments qui
nous ont été soumis, le cadre jurisprudentiel et les
principes applicables en la matière sont loin d’être
clairs. Il semble donc nécessaire d’examiner atten­
tivement la nature et la fonction des motifs de juge­
ment, ainsi que la longue tradition consistant à repro­
duire des extraits d’autres textes dans les jugements.
[3] Applying the principles discussed below, I
conclude that the incorporation of large portions
of the plaintiffs’ submissions in the reasons in this
case does not justify overturning the trial judge’s
decision. The presumption of judicial integrity and
impartiality has not been displaced. On the con­
trary, the reasons demonstrate that the trial judge
addressed his mind to the issues he had to decide.
This said, aspects of the reasons disclose palpable
and overriding error and must be set aside. In the
result, I would allow the appeal, but vary the trial
judgment.
[3] En appliquant les principes étudiés plus loin,
je conclus que l’incorporation de larges extraits
des prétentions des demandeurs dans les motifs en
l’espèce ne justifie pas l’annulation de la décision
du juge de première instance. La présomption
d’inté­grité et d’impartialité judiciaires n’a pas été
réfutée. Au contraire, les motifs démontrent que le
juge de première instance a porté son attention sur
les questions qu’il devait trancher. Cela dit, cer­
tains aspects des motifs présentent une erreur
mani­feste et dominante et doivent être annulés. Par
conséquent, je suis d’avis d’accueillir le pourvoi,
tout en modifiant le jugement de première instance.
II. Statement of Facts
II. Exposé des faits
[4] Eric Victor Cojocaru, the son of Monica
Cojocaru, suffered brain damage during his birth at
the British Columbia Women’s Hospital and Health
Centre (“Hospital”). Ms. Cojocaru had previously
given birth to a child by caesarean section per­
formed in Romania. On the recommendation of
Dr. Yue, Ms. Cojocaru’s prenatal care obstetrician,
Ms. Cojocaru attempted to deliver Eric by “vaginal
birth after caesarean section” or “VBAC”.
Ms. Cojocaru’s labour was induced by Dr. Edris,
an obstetrical resident, with prostaglandin gel
at the Hospital in the morning of May 21, 2001.
May 21 was a holiday, and Dr. Yue’s patients —
including Ms. Cojocaru — were under the care of
the on-call obstetrician for that day, Dr. Steele. As
Ms. Cojocaru was a high-risk patient, she remained
at the Hospital during the day. In the afternoon, she
was attended to by Nurses Verwoerd and Bellini.
During her labour later that day, Ms. Cojocaru
[4] Eric Victor Cojocaru, le fils de Monica Cojocaru, a subi des lésions cérébrales à sa nais­
sance au British Columbia Women’s Hospital and
Health Centre (« l’hôpital »). Mme Cojocaru avait
précédemment donné naissance à un enfant par
césa­rienne en Roumanie. Sur recommandation de la
Dre Yue, l’obstétricienne qui l’a suivie pendant sa
grossesse, Mme Cojocaru a tenté de donner nais­
sance à Eric par « accouchement vaginal après
césa­rienne » ou « AVAC ». À l’hôpital, le matin du
21 mai 2001, le Dr Edris, résident en obstétrique,
a provoqué le travail de Mme Cojocaru en utilisant
un gel de prostaglandine. Le 21 mai était un jour
férié et c’est l’obstétricien de garde cette journéelà, le Dr Steele, qui avait la charge des patientes
de la Dre Yue — y compris Mme Cojocaru. Comme
Mme Cojocaru était une patiente à haut risque, elle
est demeurée à l’hôpital pendant la journée. Dans
l’après-midi, ce sont les infirmières Verwoerd et
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
365
experienced a uterine rupture, which restricted
Eric’s oxygen supply. The parties have accepted that
the scar from the previous caesarean section was
implicated in the rupture. An emergency caesarean
section was then performed. Eric suffered brain
damage, which has given rise to cerebral palsy.
Bellini qui se sont occupées d’elle. Plus tard ce
jour-là, Mme Cojocaru, qui était toujours en travail,
a subi une rupture de l’utérus entraînant une réduc­
tion de l’apport en oxygène pour Eric. Les parties
ont accepté que la cicatrice de la césarienne anté­
rieure a joué un rôle dans la rupture de l’utérus. Une
césarienne d’urgence a alors été pratiquée. Eric a
subi des lésions cérébrales, en raison desquelles il
souffre de paralysie cérébrale.
[5] Eric and his mother brought an action in neg­
ligence against the Hospital; attending Nurses
Bellini, MacQueen and Verwoerd; and Drs. Dale R.
Steele, Jenise Yue and Fawaz Edris.
[5] Eric et sa mère ont intenté une action pour
négligence contre l’hôpital; les infirmières traitan­
tes Bellini, MacQueen et Verwoerd; et les Drs Dale
R. Steele, Jenise Yue et Fawaz Edris.
III. Judgments
III. Jugements
[6] The trial judge found the Hospital, Nurse
Bellini and three doctors liable in negligence and
awarded damages to the plaintiffs in the amount of
$4 million (2009 BCSC 494, 65 C.C.L.T. (3d) 75).
The trial judge’s reasons reproduced large por­
tions of the submissions of the plaintiffs. However,
he did not accept all the submissions of the plain­
tiffs, discussed a number of issues and stated his
final conclusions in his own words. He dismissed
the claims against Nurse MacQueen and Nurse
Verwoerd, and varied the quantum of damages from
that suggested by the plaintiffs.
[6] Le juge de première instance a conclu que
l’hôpi­tal, l’infirmière Bellini et trois médecins étai­ent
responsables de négligence et a accordé aux deman­
deurs des dommages-intérêts de quatre millions
de dollars (2009 BCSC 494, 65 C.C.L.T. (3d) 75).
Dans ses motifs, le juge de première instance a
repro­duit de larges extraits des prétentions des
deman­deurs. Toutefois, il n’a pas retenu toutes les
pré­ten­tions des demandeurs, il a analysé un certain
nombre de questions en litige et a énoncé ses con­
clusions finales dans ses propres mots. Il a rejeté
les demandes contre les infirmières MacQueen et
Verwoerd et le montant des dommages-intérêts qu’il
a accordés était différent de celui suggéré par les
demandeurs.
[7] The majority of the Court of Appeal, Levine
and Kirkpatrick JJ.A., held that the trial judge’s
decision should be set aside and a new trial ordered.
The “form of the reasons, substantially a recitation
of the [plaintiffs’] submissions” constituted cogent
evidence displacing the presumption of judicial
integrity and impartiality (2011 BCCA 192, 17
B.C.L.R. (5th) 253, at para. 127). The majority of
the Court of Appeal also found that the reasons
failed to fulfill the functions of advising the parties
and the public of the reasons for his decision and of
providing a basis for appellate review.
[7] La Cour d’appel a statué à la majorité (les juges
Levine et Kirkpatrick) que la décision du juge de
première instance devait être annulée et a ordonné
la tenue d’un nouveau procès. La [traduction]
« forme des motifs, reprenant essentiellement les pré­
tentions des [demandeurs] » constituait une preuve
convaincante qui réfutait la présomption d’intégrité
et d’impartialité judiciaires (2011 BCCA 192,
17 B.C.L.R. (5th) 253, par. 127). La Cour d’appel
a aussi conclu, à la majorité, que les motifs ne rem­
plissaient pas leurs fonctions d’informer les parties
et le public des motifs de la décision et de fournir
matière à un examen en appel.
366
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
[8] Justice K. J. Smith dissented. The issue was
whether the presumption of judicial integrity and
impartiality was rebutted. The question was
“whether a reasonable and informed person, con­
sid­ering all the circumstances, would apprehend
that the trial judge failed to independently and
impar­tially consider the evidence and the law and
to arrive at his own conclusions on the issues”
(para. 29). He concluded this test was not met.
While the copying was “troubling” (para. 22), the
reasons showed that the trial judge had applied his
mind to the issues, done his own analysis and reached
his own conclusions. This said, the trial judge
had “overlooked and misapprehended important
evidence, made errors in his legal analysis, and
failed entirely to deal with a cogent defence argu­
ment” (para. 31). Reviewing the case on its merits,
the dissenting Justice determined that the actions
against Dr. Steele, Dr. Edris, the Hospital and Nurse
Bellini should be dismissed. He indicated that he
would also have reduced the damage award against
the remaining defendant, Dr. Yue, but did not
pursue this issue in light of the majority’s order for
a new trial.
[8] Le juge K. J. Smith était dissident. Il s’agis­sait
de savoir si la présomption d’intégrité et d’impar­
tialité judiciaires avait été réfutée. Il fallait se deman­
der [traduction] « si une personne raisonnable
et bien informée, qui tiendrait compte de toutes les
circonstances, craindrait que le juge de première
instance n’ait pas examiné la preuve et le droit de
façon indépendante et impartiale et n’ait pas tiré
ses propres conclusions sur les questions en litige »
(par. 29). Il a conclu que ce n’était pas le cas en
l’espèce. Certes, la reproduction était « troublante »
(par. 22), mais les motifs démontraient que le juge
de première instance avait porté son attention sur les
questions en litige, avait effectué sa propre analyse
et avait tiré ses propres conclusions. Cela dit, le juge
de première instance avait « ignoré et mal apprécié
des éléments de preuve importants, commis des
erreurs dans son analyse juridique et omis totale­
ment de traiter un argument convaincant de la
défense » (par. 31). Examinant l’affaire au fond, le
juge dissident a statué que les actions contre le
Dr Steele, le Dr Edris, l’hôpital et l’infirmière Bellini
devaient être rejetées. Il a indiqué qu’il aurait en
outre réduit le montant des dommages-intérêts
payables par la défenderesse restante, la Dre Yue,
mais il n’a pas examiné davantage cette question
compte tenu de la décision des juges majoritaires
d’ordonner la tenue d’un nouveau procès.
IV. Issues
IV. Les questions en litige
[9] The issues are as follows:
[9] Les questions en litige sont les suivantes :
A. Should the trial judge’s decision be set aside
because it copied large portions of the plain­tiffs’
submissions?
A. La décision du juge de première instance
devrait-elle être annulée parce qu’elle repro­duisait
de larges extraits des prétentions des demandeurs?
B. If the judgment is not set aside for copying,
does it disclose palpable errors of fact or legal
errors?
B. Si le jugement n’est pas annulé pour cause de
reproduction, comporte-t-il des erreurs de fait mani­
festes ou des erreurs de droit?
A. Should the Trial Judge’s Decision Be Set
Aside Because it Copied Large Portions of the
Plaintiffs’ Submissions?
A. La décision du juge de première instance
devrait-elle être annulée parce qu’elle repro­
duisait de larges extraits des prétentions des
demandeurs?
[10] This was a complex case involving many
issues. The trial judgment, rendered some time after
a lengthy trial, consisted of 368 paragraphs. Only
[10] Il s’agissait d’une affaire complexe soulevant
de nombreuses questions. Le jugement de première
instance, rendu quelque temps après un long procès,
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
367
47 were predominantly in the judge’s own words;
the balance of 321 paragraphs was copied from the
plaintiffs’ submissions. This raises the concern that
the trial judge did not put his mind to the issues,
the evidence and the law as he was sworn to do, but
simply incorporated the plaintiffs’ submissions.
comptait 368 paragraphes. Seuls 47 paragraphes
étaient rédigés principalement dans les propres mots
du juge; les 321 autres paragraphes reprenaient les
prétentions des demandeurs. Cela faisait craindre
que le juge du procès n’ait pas porté son attention
sur les questions en litige, la preuve et le droit
comme il s’y était engagé en prêtant serment et
qu’il se soit contenté de reproduire les prétentions
des demandeurs.
[11] The question before us is whether a trial
judge’s decision should be set aside because his rea­
sons incorporate large portions of material prepared
by others, in this case the plaintiffs.
[11] La question dont nous sommes saisis est
celle de savoir si la décision du juge de première
ins­tance devrait être annulée parce que ses motifs
incorpo­rent de larges extraits de documents pré­
parés par d’autres personnes, en l’occurrence les
demandeurs.
1. A Matter of Procedure
1. Une question de procédure
[12] Judicial decisions can be set aside either for
substantive errors or procedural errors. A complaint
that a judge’s decision should be set aside because
the reasons for judgment incorporate materials from
other sources is essentially a procedural complaint.
It goes not to whether the decision is correct on the
merits having regard to the evidence and the law,
but to whether the process by which it was reached
is procedurally fair. A fair process requires not only
that the parties be allowed to submit evidence and
arguments to the judge, but that the judge decide the
issues independently and impartially as the judge
is sworn to do. Extensive incorporation may raise
concerns that the judge has not done so.
[12] Les décisions judiciaires peuvent être annu­
lées soit pour des erreurs de fond, soit pour des
erreurs d’ordre procédural. Un recours fondé sur
la prétention que la décision d’un juge devrait être
annulée parce que les motifs du jugement incorpo­
rent des extraits d’autres sources est essentielle­
ment de nature procédurale. Il ne concerne pas la
question de savoir si la décision est correcte sur le
fond eu égard à la preuve et au droit, mais plutôt
celle de savoir si le processus suivi pour y parvenir
est équitable sur le plan de la procédure. Un pro­
cessus équitable exige non seulement que les par­
ties aient la possibilité de soumettre des éléments
de preuve et des arguments au juge, mais aussi que
le juge tranche les questions en litige de façon indé­
pendante et impartiale comme il s’est engagé à le
faire en prêtant serment. L’incorporation de larges
extraits d’autres sources peut faire craindre qu’il ne
l’ait pas fait.
[13] To determine whether a defect relating to rea­
sons for judgment is evidence of procedural error
negating a fair process, the alleged deficiency must
be viewed objectively, through the eyes of a rea­
sonable observer, having regard to all relevant mat­
ters: see e.g. R. v. Teskey, 2007 SCC 25, [2007] 2
S.C.R. 267. Reasons need not be extensive or cover
every aspect of the judge’s reasoning; in some cases,
the basis of the reasons may be found in the record.
The question is whether a reasonable person would
[13] Pour déterminer si une lacune concernant les
motifs du jugement démontre l’existence d’une erreur
procédurale qui a rendu le processus inéquitable,
il faut considérer cette lacune objectivement, du
point de vue d’un observateur raisonnable, en tenant
compte de toutes les questions pertinentes : voir,
p. ex., R. c. Teskey, 2007 CSC 25, [2007] 2 R.C.S. 267.
Les motifs ne doivent pas nécessairement être longs
ni couvrir tous les aspects du raisonnement du
juge; dans certains cas, le fondement des motifs se
368
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
conclude that the alleged deficiency, taking into
account all relevant circumstances, is evidence that
the decision-making process was fundamentally
unfair, in the sense that the judge did not put her
mind to the facts, the arguments and the issues, and
decide them impartially and independently.
trouve dans le dossier. Il s’agit de savoir si, en
tenant compte de toutes les circonstances pertinen­
tes, une personne raisonnable conclurait que la
pré­tendue lacune démontre que le processus était
fondamentalement inéquitable, en ce sens que le
juge de première instance n’a pas porté son attention
sur les faits, les arguments et les questions en litige
et que sa décision à leur égard n’a pas été rendue de
façon impartiale et indépendante.
2. The Presumption of Judicial Impartiality
2. La présomption d’impartialité judiciaire
[14] Society entrusts to the judge the weighty task
of deciding difficult issues of fact and law in order
to resolve disputes between citizens. Judges are
appointed from among experienced lawyers and are
sworn to carry out their duties independently and
impartially.
[14] La société confie au juge la lourde tâche de
trancher d’épineuses questions de fait et de droit
pour régler les différends entre citoyens. Les juges
nommés sont choisis parmi les avocats chevronnés
et prêtent le serment d’exercer leurs fonctions de
façon indépendante et impartiale.
[15] Judicial decisions benefit from a presumption
of integrity and impartiality — a presumption that
the judge has done her job as she is sworn to do.
This reflects the fact that the judge is sworn to de­
liver an impartial verdict between the parties, and
serves the policy need for finality in judicial
proceedings.
[15] Les décisions judiciaires bénéficient d’une
présomption d’intégrité et d’impartialité — le
juge est présumé avoir honoré son serment en
accomplissant sa tâche. Cette présomption découle
du serment que prête le juge de rendre un verdict
impartial entre les parties et contribue à la finalité
des instances judiciaires.
[16] Courts have repeatedly affirmed that the
starting point in an inquiry such as this is the pre­
sumption of judicial integrity and impartiality.
In Teskey, Charron J., for the majority, stated, at
para. 19:
[16] Les tribunaux ont affirmé à maintes reprises
que le point de départ d’une analyse comme celleci est la présomption d’intégrité et d’impartialité
judiciaires. Dans l’arrêt Teskey, la juge Charron,
s’exprimant au nom de la majorité, a affirmé ce qui
suit, au par. 19 :
Trial judges benefit from a presumption of integrity,
which in turn encompasses the notion of impartiality. . . .
Hence, the reasons proffered by the trial judge in support
of his decision are presumed to reflect the reasoning that
led him to his decision.
Les juges de première instance jouissent d’une
présomption d’intégrité qui, à son tour, englobe la notion
d’impartialité. [. . .] Ainsi, les raisons invoquées par le
juge du procès au soutien de sa décision sont présumées
refléter le raisonnement l’ayant conduit à cette décision.
[17] Justice Abella, in dissent, agreed, writing at
length about the judicial history of the presumption
of integrity and the purposes it serves:
[17] La juge Abella, dissidente, a souscrit à cette
affirmation et s’est exprimée en détail sur l’histo­
rique judiciaire et les objectifs de la présomption
d’intégrité :
The presumption of integrity acknowledges that judges
are bound by their judicial oaths and will carry out the
duties they have sworn to uphold. This includes not only
a presumption — and duty — of impartiality but also of
La présomption d’intégrité reconnaît que les juges
sont tenus de respecter leur serment professionnel et de
s’acquitter des obligations qu’ils ont fait le serment de
remplir. Cette présomption inclut à son tour non seulement
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
369
legal knowledge. . . . [J]udges are presumed to know and
act in accordance with their legal responsibilities . . . .
[para. 29]
une présomption — et une obligation — d’impartialité,
mais aussi une présomption de connaissance du droit.
[. . .] [L]es juges sont présumés connaître le droit et agir
en conformité avec leurs obligations légales . . . [par. 29]
[18] The presumption of judicial integrity and
impar­tiality means that the party seeking to set
aside a judicial decision because the judge’s rea­
sons incorporated the material of others bears the
burden of showing that a reasonable person, ap­
prised of the relevant facts, would conclude that the
judge failed to come to grips with the issues and
deal with them independently and impartially. In
Teskey, Charron J. wrote, at para. 21:
[18] La présomption d’intégrité et d’impartialité
judiciaires signifie que la partie qui demande
l’annu­lation d’une décision parce que les motifs du
juge incorporent des extraits d’autres textes doit
démon­trer qu’une personne raisonnable, informée
des faits pertinents, conclurait que le juge ne s’est
pas formé une opinion sur les questions en litige
et ne les a pas tranchées de façon indépendante et
impartiale. Dans Teskey, la juge Charron a écrit ce
qui suit, au par. 21 :
Even though there is a presumption that judges will
carry out the duties they have sworn to uphold, the pre­
sumption can be displaced. The onus is . . . on the ap­
pellant to present cogent evidence showing that, in all the
circumstances, a reasonable person would apprehend that
the [presumption is rebutted by the reasons].
La présomption que les juges s’acquitteront des obli­
gations qu’ils se sont engagés sous la foi du serment à
remplir peut néanmoins être réfutée. Il incombe [. . .]
à l’appelant de présenter une preuve convaincante,
démon­trant qu’eu égard aux circonstances de l’espèce
une personne raisonnable craindrait que [les motifs ne
réfutent la présomption].
[19] Similarly, Abella J. in Teskey stated, at
para. 33:
[19] De même, la juge Abella, toujours dans
Teskey, a affirmé ce qui suit au par. 33 :
The test for displacing the presumption, therefore,
requires that the apprehension of bias be reasonable in
the eyes of someone who is reasonably informed about
all the relevant circumstances. Those circumstances
include “the traditions of integrity . . . and . . . the fact
that impartiality is one of the duties the judges swear to
uphold”.
Par conséquent, suivant la norme requise pour
réfuter la présomption, la crainte de partialité doit être
raisonnable du point de vue de la personne bien rensei­
gnée, au courant de l’ensemble des circonstances perti­
nentes de l’affaire, y compris « des traditions historiques
d’intégrité et [. . .] du fait que l’impartialité est l’une
des obligations que les juges ont fait le serment de res­
pecter ».
[20] The threshold for rebutting the presumption
of judicial integrity and impartiality is high. The
presumption carries considerable weight, and the
law should not carelessly evoke the possibility of
bias in a judge, whose authority depends upon that
presumption: R. v. S. (R.D.), [1997] 3 S.C.R. 484, at
para. 32, per L’Heureux-Dubé and McLachlin JJ.,
cited in Wewaykum Indian Band v. Canada, 2003
SCC 45, [2003] 2 S.C.R. 259, at para. 59.
[20] La norme à laquelle il faut satisfaire pour
réfuter la présomption d’intégrité et d’impartialité
judiciaires est exigeante. Cette présomption a une
importance considérable, et le droit ne devrait pas
imprudemment évoquer la possibilité de partialité
du juge, dont l’autorité dépend de cette présomp­
tion : R. c. S. (R.D.), [1997] 3 R.C.S. 484, par. 32,
les juges L’Heureux-Dubé et McLachlin, citées
dans Bande indienne Wewaykum c. Canada, 2003
CSC 45, [2003] 2 R.C.S. 259, par. 59.
[21] Teskey illustrates how attacks on judicial
decisions on the basis of defects relating to the
judg­ment process should be approached. In that
[21] L’arrêt Teskey illustre la manière dont il con­
vient d’examiner une décision judiciaire contestée
sur le fondement de prétendues lacunes concernant
370
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
case, the trial judge had convicted the accused, with
reasons to follow. No reasons were forthcoming.
Finally, the trial judge delivered elaborate reasons
11 months after the convictions, and only after
repeated requests from counsel. The defence argued
on appeal that the reasons were after-the-fact justi­
fications of the verdict, raising concerns about
whether the judge at the time of the convictions had
considered the law and applied it to the evidence as
he was sworn to do. A majority of this Court, per
Charron J., set aside the convictions. The minority,
per Abella J., would have upheld the convictions.
Both judgments agreed that the starting point was
the presumption of judicial integrity, and that the
onus is on the party assailing the reasons to present
cogent evidence to displace the presumption.
le processus suivi pour rendre jugement. Dans cette
affaire, le juge de première instance avait reconnu
l’accusé coupable, avec motifs à suivre. Or, les
motifs n’ont pas suivi. Finalement, le juge a publié
des motifs étoffés 11 mois après les déclarations de
culpabilité, et uniquement à la suite de demandes
répétées des avocats. La défense a fait valoir en
appel que les motifs constituaient une justification a
posteriori du verdict, ce qui semait un doute quant à
savoir si, au moment des déclarations de culpabilité,
le juge avait examiné le droit et l’avait appliqué à
la preuve comme il avait prêté serment de le faire.
Notre Cour, dont l’opinion majoritaire a été rédigée
par la juge Charron, a annulé les déclarations de
culpabilité. S’exprimant au nom de la minorité, la
juge Abella était d’avis de les confirmer. Les deux
opinions reconnaissaient que le point de départ est la
présomption d’intégrité judiciaire et qu’il incombe
à la partie qui conteste les motifs de présenter une
preuve convaincante pour réfuter cette présomption.
[22] The basic framework for assessing a claim
that the judge failed to decide the case independently
and impartially may be summarized as follows.
The claim is procedural, focussing on whether
the litigant’s right to an impartial and independent
trial of the issues has been violated. There is a pre­
sumption of judicial integrity and impartiality. It is
a high presumption, not easily displaced. The onus
is on the person challenging the judgment to rebut
the presumption with cogent evidence showing that
a reasonable person apprised of all the relevant cir­
cumstances would conclude that the judge failed
to come to grips with the issues and decide them
impartially and independently.
[22] Le cadre d’analyse fondamental d’un recours
fondé sur la prétention que le juge n’a pas rendu
une décision de façon indépendante et impartiale
peut se résumer comme suit. Il s’agit d’un recours
de nature procédurale, qui porte principalement sur
la question de savoir si le droit du plaideur à une
instruction impartiale et indépendante des ques­
tions en litige a été violé. Il existe une présomption
d’inté­grité et d’impartialité judiciaires. Il s’agit
d’une forte présomption, qui n’est pas facilement
réfutable. Il incombe à la personne qui conteste le
jugement de réfuter la présomption au moyen d’une
preuve convaincante démontrant qu’une personne
raisonnable informée de toutes les circonstances
pertinentes conclurait que le juge ne s’est pas formé
une opinion sur les questions en litige et ne les a pas
tranchées de façon impartiale et indépendante.
[23] I add this. The Court of Appeal proposed,
and it was argued before this Court, that the prob­
lem of copying attracts a “functional” inquiry into
whether the reasons are adequate to advise the
parties and the public of the reasons for the decision
and to provide a basis for appeal.
[23] J’ajouterai ce qui suit. La Cour d’appel a
avancé, et il a été plaidé devant notre Cour, que le
problème de reproduction demande une analyse
« fonctionnelle » visant à déterminer si les motifs
sont suffisants pour informer les parties et le public
des motifs de la décision et pour fournir matière à
examen en appel.
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
371
[24] In the criminal context, it has been held that
reasons for judgment that do not fulfill these basic
functions may result in a judgment being set aside
if the appellate court concludes that it is a case of
unreasonable verdict, error of law, or a miscarriage
of justice within the scope of s. 686(1)(a) of the
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46: R. v. Sheppard,
2002 SCC 26, [2002] 1 S.C.R. 869.
[24] Dans le contexte du droit criminel, il a été
jugé que les motifs qui ne remplissent pas ces fonc­
tions fondamentales peuvent entraîner l’annulation
du jugement si la juridiction d’appel conclut que
le verdict est déraisonnable, que la décision est
erro­née sur une question de droit ou qu’il y a
erreur judiciaire au sens de l’al. 686(1)a) du Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46 : R. c. Sheppard,
2002 CSC 26, [2002] 1 R.C.S. 869.
[25] This Court has not explored whether, and
if so how, this approach applies in civil cases, al­
though it has twice considered and rejected the
argument that reasons were functionally insuffi­
cient: F.H. v. McDougall, 2008 SCC 53, [2008] 3
S.C.R. 41; Hill v. Hamilton-Wentworth Regional
Police Services Board, 2007 SCC 41, [2007] 3
S.C.R. 129. In the administrative law context, it has
held that challenges to the reasoning or re­sult
of a decision do not attract an independent suf­
ficiency analysis and should be dealt with within
the overall reasonableness analysis: Newfoundland
and Labrador Nurses’ Union v. Newfoundland and
Labrador (Treasury Board), 2011 SCC 62, [2011]
3 S.C.R. 708.
[25] La Cour n’a pas étudié la question de savoir si
cette approche s’applique en matière civile et, le cas
échéant, de quelle façon, bien qu’elle ait examiné et
rejeté à deux reprises l’argument que les motifs
étaient insuffisants pour remplir leurs fonctions : 
F.H. c. McDougall, 2008 CSC 53, [2008] 3 R.C.S. 41;
Hill c. Commission des services policiers de la muni­
cipalité régionale de Hamilton-Wentworth, 2007
CSC 41, [2007] 3 R.C.S. 129. Dans le contexte du
droit administratif, la Cour a statué que la contes­
tation d’un raisonnement ou du résultat d’une déci­
sion ne commande pas une analyse indépendante
de la suffisance des motifs et doit être examinée
dans le cadre de l’analyse globale de leur caractère
raisonnable : Newfoundland and Labrador Nurses’
Union c. Terre-Neuve-et-Labrador (Conseil du
Trésor), 2011 CSC 62, [2011] 3 R.C.S. 708.
[26] In a case such as this, the essence of the
complaint is not that the reasons are functionally
insufficient — the parties agree that on their face,
the reasons explain what was decided and provide
a basis for appellate review — but rather that the
judge’s wholesale incorporation of the material of
others shows that he did not put his mind to the
issues and decide them impartially. It is a complaint
not about sufficiency, but about process, and stands
to be resolved on the basis of the core analysis in
Teskey — whether the presumption of judicial
impartiality has been rebutted.
[26] Un recours comme celui-ci n’est pas fondé
essentiellement sur la prétention que les motifs
sont insuffisants pour remplir leurs fonctions —
les parties reconnaissent que les motifs, à première
vue, expliquent la décision et fournissent matière
à examen en appel —, mais plutôt que l’incorpora­
tion en bloc par le juge d’extraits d’autres textes
démontre qu’il n’a pas porté son attention sur les
ques­tions en litige et qu’il ne les a pas tranchées de
façon impartiale. Le recours ne porte pas sur la suf­
fisance des motifs, mais sur le processus, et devrait
être réglé conformément à l’analyse fondamentale
décrite dans Teskey — qui consiste à déterminer
si la présomption d’impartialité judiciaire a été
réfutée.
372
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
3. When Is the Presumption of Judicial Integrity
and Impartiality Rebutted?
3. Dans quel cas la présomption d’intégrité et
d’impar­tialité judiciaires est-elle réfutée?
[27] The presumption of judicial integrity and
impartiality is a high one, which can be rebutted
only by cogent evidence.
[27] La présomption d’intégrité et d’impartialité
judi­ciaires est une forte présomption, qui ne peut
être réfutée qu’au moyen d’une preuve convaincante.
[28] Procedural defects relating to reasons for
judgment are many and varied. In all cases, the
underlying question is the same: Would a reason­
able person, apprised of all the relevant circum­
stances, conclude that the judge failed to come
to grips with the issues and make an impartial
and independent decision, thereby defeating the
presumption of judicial integrity and impartiality?
[28] Les motifs de jugement peuvent être enta­
chés de nombreuses lacunes différentes d’ordre pro­
cédural. Dans tous les cas, la question sous-jacente
est la même : une personne raisonnable informée
de toutes les circonstances pertinentes concluraitelle que le juge ne s’est pas formé une opinion sur
les questions en litige et n’a pas rendu une déci­
sion impartiale et indépendante, de sorte que la
présomption d’intégrité et d’impartialité judiciaires
est réfutée?
[29] Evidence capable of displacing the pre­
sumption of judicial integrity and impartiality may
take different forms. It may be intrinsic, arising on
the face of the reasons themselves. For example, no
reasons or unintelligible reasons may be challenged
by the form of the reasons themselves. Or it may
be extrinsic: for example, evidence that the judge
issued a decision before receiving the submissions
of counsel touching on an important issue; that the
judge was overheard telling someone that he was
determined to find in favour of one of the parties
regardless of the evidence; or that there was delay
in issuing the reasons or extensive incorporation of
material. The analysis is holistic and contextual.
The question is whether the evidence presented by
the party challenging the judgment convinces the
reviewing court that a reasonable person would
conclude that the judge did not perform her sworn
duty to review and consider the evidence with an
open mind: Teskey.
[29] La preuve susceptible de réfuter la présomp­
tion d’intégrité et d’impartialité judiciaires peut
prendre différentes formes. Elle peut être intrin­
sèque, c’est-à-dire qu’elle ressort des motifs euxmêmes. L’absence de motifs, des motifs insuffisants
et des motifs incompréhensibles peuvent être
con­testés à partir de la forme des motifs mêmes.
Une preuve extrinsèque est aussi possible : par
exem­ple, la preuve que le juge a rendu une déci­
sion avant même de recevoir les observations des
avocats concernant une question importante; qu’on
l’a surpris à dire qu’il était déterminé à conclure en
faveur de l’une des parties sans égard à la preuve;
ou qu’il a publié ses motifs tardivement ou y a
incor­poré en bloc des extraits d’autres textes. Il faut
pro­céder à une analyse globale et contextuelle. La
question est de savoir si la preuve présentée par la
partie qui conteste le jugement convainc le tribunal
siégeant en révision qu’une personne raisonnable
conclurait que le juge n’a pas honoré son serment
d’examiner et de considérer la preuve avec un esprit
ouvert : Teskey.
4. Copying in Reasons for Judgment
4. La reproduction d’autres textes dans les motifs
de jugement
[30] The issue before us is not whether the prac­
tice of incorporating what others have written into
judgments is a good thing. As we will see, judi­cial
copying is a long-standing and accepted prac­tice,
[30] La question dont nous sommes saisis n’est pas
de savoir si la pratique d’incorporer dans un juge­
ment des extraits de ce que d’autres personnes ont
écrit est recommandable. Comme nous le verrons,
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
373
yet one that, carried to excess, may raise prob­
lems. Rather, the issue is when, if ever, copying
displaces the presumption of judicial integrity and
impartiality.
la reproduction d’autres textes dans les motifs de
jugement est une pratique acceptée et appliquée
depuis longtemps, mais qui, lorsqu’elle est utilisée
de manière excessive, peut poser problème. Il s’agit
plutôt de savoir dans quelles circonstances, le cas
échéant, la reproduction réfute la présomption
d’inté­grité et d’impartialité judiciaires.
[31] Approached from this perspective, a number
of the criticisms advanced against copying fall by
the wayside. One such criticism, made by the
major­ity of the Court of Appeal in this case, is the
judge’s failure to attribute the incorporated ma­
terial to the original author. This criticism is con­
nected to the idea that the reasons should be the
“original” product of the judge’s mind, and that to
the extent they are not, the judge should ac­know­
ledge her sources. Failure to attribute sources and
lack of originality, without more, do not assist in
answering the ultimate question — whether a rea­
sonable person would conclude from the copying
that the judge did not put her mind to the issues
to be decided, resulting in an unfair trial. The fact
that a judge attributes copied material to the author
tells us nothing about whether she put her mind to
the issues addressed in that copying. Nor is lack of
originality alone a flaw in judgment writing; on the
contrary, it is part and parcel of the judicial process.
It may not be best practice for judges to bulk up
their judgments with great swaths of borrowed
material. But the fact remains that borrowed prose,
attributed or otherwise, does not, without more,
establish that the judge has failed to come to grips
with the issues required to be decided.
[31] Examinées sous cet angle, certaines critiques
formulées contre la reproduction ne tiennent plus
la route. L’une de ces critiques, exprimée par la
majorité de la Cour d’appel en l’espèce, est le défaut
du juge d’attribuer les extraits incorporés à leur
auteur original. Cette critique est liée à l’idée que
les motifs devraient être le produit « original » de
l’esprit du juge et que, dans la mesure où ils ne le
sont pas, le juge devrait mentionner ses sources.
Le défaut de mentionner ses sources et de produire
un texte original, sans plus, n’aide pas à répondre
à la question ultime : la reproduction amèneraitelle une personne raisonnable à conclure que le
juge n’a pas porté son attention sur les questions
à trancher, de sorte que le procès était inéquitable?
Le fait que le juge attribue un extrait à son auteur ne
révèle aucunement s’il a porté son attention sur les
questions traitées dans cet extrait. Le fait que les
motifs ne soient pas en totalité un produit original
ne constitue pas, en soi, une lacune dans la rédac­
tion du jugement; cela fait au contraire partie inté­
grante du processus judiciaire. Il n’est peut-être pas
idéal pour les juges de truffer leurs jugements de
pans entiers de texte emprunté. Toutefois, il n’en
demeure pas moins que le texte emprunté, avec ou
sans mention de sa source, n’établit pas, à lui seul,
que le juge ne s’est pas formé une opinion sur les
questions qu’il devait trancher.
[32] To set aside a judgment for failure to attrib­
ute sources or for lack of originality alone would
be to misunderstand the nature of the judge’s task
and the time-honoured traditions of judgment
writing. The conventions surrounding many kinds
of writing forbid plagiarism and copying without
ac­knowledgement. Term papers, novels, essays,
newspaper articles, biographical and historical
tomes provide ready examples. In academic and
journalistic writing, the writer is faced with the task
of presenting original ideas for evaluation by an
[32] Annuler un jugement parce que le juge n’a
pas mentionné ses sources ou n’a pas produit un
texte original, sans plus, serait mal comprendre la
nature de sa tâche et les traditions consacrées de la
rédaction de motifs. Les conventions relatives à de
nombreux types de rédaction interdisent le plagiat
et la reproduction sans indication de la source. Les
travaux d’étudiants, les romans, les essais, les arti­
cles de journaux, ainsi que les ouvrages biographi­
ques et historiques en sont de bons exemples. Dans
la rédaction universitaire et journalistique, l’auteur
374
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
instructor or by peers, or of engaging in principled
debate in the press. The task of judgment writing is
much different. As Simon Stern puts it:
doit présenter des idées originales pour être évalué
par un professeur ou par ses pairs, ou débattre d’un
sujet dans la presse en s’appuyant sur des principes.
La rédaction judiciaire est très différente. Comme
Simon Stern l’a affirmé :
Judges are not selected, and are only rarely valued,
because of their gift for original expression. Just as most
lawyers would rather present their arguments as merely
routine applications of settled doctrine, yielding the same
legal results that other courts have delivered repeatedly,
judges usually prefer to couch their innovations in fam­
iliar forms, borrowing well-worn phrases to help the new
modifications go down smoothly. The bland, repetitive,
and often formulaic cadences of legal writing in general,
and judicial writing in particular, can be explained in
large part by a commitment to the neutral and consistent
application of the law. . . . [T]he effort to demonstrate
that similar cases are being treated alike often finds its
rhetorical manifestation in a penchant for analyses that
have a déja lu quality — usually because the words
have been read before. This tendency, though visible
throughout the legal system, is most pronounced at the
trial level. [Emphasis in original; p. 1.]
[traduction] Les juges ne sont pas choisis, et sont
rarement valorisés, pour leur style original. Tout comme
la plupart des avocats préfèrent présenter leurs arguments
comme une simple application courante de la doctrine
éta­blie, produisant les mêmes résultats juridiques que
ceux obtenus d’autres tribunaux à maintes reprises, les
juges préfèrent généralement formuler leurs idées nova­
trices dans des formes familières, empruntant des formu­
lations courantes pour aider à ce que les modifications
se fassent en douceur. Le rythme ennuyeux, répétitif et
souvent convenu de la rédaction juridique en général, et
de la rédaction judiciaire en particulier, peut s’expliquer
en grande partie par la volonté d’appliquer le droit
de façon neutre et cohérente. [. . .] [L]’effort fait pour
démontrer que des cas semblables sont traités de la même
manière trouve souvent sa manifestation rhétorique dans
un penchant pour une analyse évoquant le « déjà-lu »
— habituellement parce que le lecteur a déjà lu les mots
employés. Cette tendance, bien qu’observable partout
dans le système judiciaire, est plus prononcée en pre­
mière instance. [En italique dans l’original; p. 1.]
(“Copyright Originality and Judicial Originality”
(2013), 63 U.T.L.J. 1)
(« Copyright Originality and Judicial Originality »
(2013), 63 U.T.L.J. 1)
And again:
Et encore :
It is hardly news that legal writing is embedded in a
network of precedent, formulas, and boilerplate, that it
reflects a general preference for the tried and true over
the novel, and that it routinely depends on practices —
verbatim repetition of others’ words, adoption of others’
prose and arguments — that might trigger infringement
claims in an intellectual property dispute. [p. 6]
[traduction] Il n’est guère nouveau que la rédaction
juridique soit enracinée dans un réseau de précédents,
de formules et de modèles, qu’elle reflète une préférence
générale pour la tradition plutôt que pour la nouveauté, et
qu’elle dépende couramment de pratiques — la répétition
textuelle des mots d’autrui, l’adoption des textes et des
arguments d’autrui — qui pourraient entraîner des
allégations de contrefaçon dans le cadre d’un litige en
matière de propriété intellectuelle. [p. 6]
[33] The scope for judicial creativity is narrow, but
not non-existent. It finds expression in the ordering
of the reasons and the disposition of the arguments
and issues, and in the occasional eloquent statement
of the facts or restatement of the law. Nevertheless,
it remains the case that judicial opinions, especially
trial judgments, differ from the kind of writings that
traditionally attract copyright protection, with the
[33] La rédaction judiciaire laisse peu de place à
la créativité, mais elle ne l’exclut pas. Cette créati­
vité trouve son expression dans l’organisation des
motifs, dans le traitement des arguments et des ques­
tions en litige, ainsi que dans l’énonciation des
faits ou la reformulation du droit, parfois élo­
quentes. Quoi qu’il en soit, il demeure que les opi­
nions judiciaires, particulièrement les jugements
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
375
concomitant demands of originality and attribution
of sources. Judgments are “usually collaborative
products that reflect a wide range of imitative writ­
ing practices, including quotation, paraphrase,
and pastiche” (Stern, at p. 2). Judgments routinely
incorporate phrases and paragraphs from a variety
of sources, such as decided cases, legal treatises,
pleadings, and arguments of the parties. Appellate
judges may incorporate paragraphs borrowed from
another judge on the case or from a helpful law
clerk. Often the sources are acknowledged, but
often they are not. Whether acknowledged or not,
they are an accepted part of the judgment-writing
process and do not, without more, render the
proceeding unfair.
de première instance, diffèrent du genre d’écrits
habituellement protégés par le droit d’auteur, assor­
tis d’exigences en ce qui a trait à leur caractère ori­
ginal et à la mention des sources. Les jugements
sont [traduction] « habituellement des produits
collaboratifs qui reflètent une grande variété de
pratiques de rédaction imitatives, dont la citation,
la paraphrase et le pastiche » (Stern, p. 2). Les
jugements incorporent régulièrement des expres­
sions et des paragraphes tirés d’une variété de sour­
ces telles que la jurisprudence, les traités de droit,
les actes de procédure et les arguments des par­ties.
Les juges d’appel peuvent incorporer des para­
graphes empruntés à un autre juge de la formation
qui a entendu l’affaire ou à un auxiliaire juridique
dont l’apport est utile. Les sources sont souvent
mentionnées, mais il arrive aussi souvent qu’elles
ne le soient pas. Qu’elles soient mentionnées ou pas,
elles font partie intégrante du processus de rédaction
des jugements et ne rendent pas, à elles seules, la
procédure inéquitable.
[34] In this spirit, and in the interests of expediting
judicial business, courts actively encourage parties
to submit written arguments and proposed orders.
This process is accelerating. In the United States,
and more and more in Canada, courts welcome
electronic submissions. Such submissions help the
judge get the decision right, facilitate the task of
judgment writing and speed the judicial process.
As Gregory M. Silverman frankly observes, the
“benefits provided by electronic filing” include
“reduced time for . . . retyping as portions of one
document can be easily transferred to another using
the cut-and-paste operation of word processing
software” (“Rise of the Machines: Justice Infor­
mation Systems and the Question of Public Access
to Court Records over the Internet” (2004), 79
Wash. L. Rev. 175, at p. 196).
[34] Dans cet esprit, et par souci d’accélérer les
instances, les tribunaux encouragent activement les
parties à soumettre des arguments écrits et des pro­
jets d’ordonnances. Ce processus s’accentue. Aux
États-Unis et de plus en plus au Canada, les tribu­
naux font bon accueil aux mémoires électroniques.
Ceux-ci aident le juge à rendre la bonne décision,
facilitent la rédaction du jugement et accélèrent le
processus judiciaire. Comme Gregory M. Silverman
le mentionne ouvertement, les [traduction] « avan­
tages du dépôt électronique » incluent notamment
« une retranscription plus rapide puisque des parties
d’un document peuvent être facilement transférées
dans un autre document à l’aide de la fonction
“copier-coller” des logiciels de traitement de texte »
(« Rise of the Machines : Justice Information
Systems and the Question of Public Access to Court
Records over the Internet » (2004), 79 Wash. L. Rev.
175, p. 196).
[35] The concern about copying in the judicial
context is not that the judge is taking credit for
someone else’s prose, but rather that it may be
evidence that the reasons for judgment do not
reflect the judge’s thinking. They are not the judge’s
reasons, but those of the person whose prose the
[35] Si la reproduction dans le contexte judiciaire
pose problème, ce n’est pas que le juge s’approprie
le texte de quelqu’un d’autre, mais plutôt que la
reproduction peut démontrer que les motifs du juge­
ment ne reflètent pas sa pensée. Ils ne constituent
pas les motifs du juge, mais ceux de l’auteur du
376
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
judge copied. Avoiding this impression is a good
reason for discouraging extensive copying. But it
is not the copying per se that renders the process
of judgment writing unfair. A judge may copy
extensively from the briefs in setting out the facts,
the legal principles and the arguments, and still
assess all the issues and arguments comprehensively
and impartially. No one could reasonably contend
that the process has failed in such a case.
texte reproduit. Éviter de créer cette impression
constitue une bonne raison pour dissuader les juges
de reproduire de larges extraits d’autres textes. Mais
ce n’est pas la reproduction comme telle qui rend
le processus de rédaction du jugement inéquitable.
Le juge peut reproduire de grandes parties des
mémoires dans son exposé des faits, des principes
juridiques et des arguments, et tout de même ana­
lyser toutes les questions en litige et les arguments
de façon exhaustive et impartiale. En pareil cas,
nul ne pourrait raisonnablement prétendre que le
processus judiciaire a échoué.
[36] To sum up, extensive copying and failure
to attribute outside sources are in most situations
practices to be discouraged. But lack of originality
and failure to attribute sources do not in themselves
rebut the presumption of judicial impartiality and
integrity. This occurs only if the copying is of such
a character that a reasonable person apprised of the
circumstances would conclude that the judge did
not put her mind to the evidence and the issues and
did not render an impartial, independent decision.
[36] Pour résumer, la reproduction de larges
extraits d’autres textes et l’omission d’en mention­
ner les sources constituent dans la plupart des cas
des pratiques déconseillées. Mais le défaut de pro­
duire un texte original et le défaut de mentionner les
sources des textes reproduits, sans plus, ne réfutent
pas la présomption d’impartialité et d’intégrité
judiciaires. La présomption est réfutée uniquement
si la reproduction est telle qu’une personne raison­
nable, informée des circonstances, conclurait que le
juge n’a pas porté son attention sur la preuve et sur
les questions en litige et n’a pas rendu une décision
impartiale et indépendante.
5. The Permissibility of Judicial Copying: A Look
at the Cases
5. La reproduction acceptable en rédaction judi­
ciaire : examen de la jurisprudence
[37] Judges are busy. A heavy flow of work passes
through the courts. The public interest demands that
the disputes and legal issues brought before the
courts be resolved in a timely and effective manner,
all the while maintaining the integrity of the judi­
cial process. In an ideal world, one might dream
of judges recasting each proposition, principle
and fact scenario before them in their own finely
crafted prose. In reality, courts have recognized that
copying is acceptable, and does not, without more,
require the judge’s decision to be set aside. While
the theoretical basis on which the result is explained
varies, this is the position in England, various Com­
monwealth countries, the U.S. and in Canada.
[37] Les juges sont très occupés. Un flot ininter­
rompu de dossiers passe par les tribunaux. L’intérêt
public exige que les litiges et les points de droit
soumis aux tribunaux soient réglés rapidement et
de manière efficace, sans pour autant que l’inté­
grité du processus judiciaire en souffre. Dans un
monde idéal, on pourrait espérer voir les juges
refor­muler chaque proposition, principe et scénario
factuel qui leur est soumis dans leurs propres mots,
soigneusement choisis. Dans la réalité, les tribunaux
ont reconnu que la reproduction est acceptable et ne
commande pas, à elle seule, l’annulation d’une déci­
sion judiciaire. Bien que l’explication théorique de
cette opinion varie, il s’agit du point de vue adopté
en Angleterre, dans divers pays du Commonwealth,
aux É.-U. et au Canada.
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
377
[38] In England, the Court of Appeal has affirmed
that copying does not invalidate a decision: English
v. Emery Reimbold & Strick Ltd., [2002] EWCA Civ
605, [2002] 3 All E.R. 385. This view appears to be
generally accepted. For example, in 2006, a British
tribunal, applying Emery, explained that “there is
nothing to prevent a Tribunal from adopting the
argu­ments advanced on behalf of one of the parties
if it accepts those arguments and has nothing to
add to them”: Meadowstone (Derbyshire) Ltd.
v. Kirk, 2006 WL 690588 (U.K. Employment
Appeal Tribunal), at para. 21. Although the tribunal
acknowledged that “[i]t is better practice for a
Tribunal to spell out in its own words the reasons
for any conclusion which it reaches”, if it chooses to
repeat a party’s language, it cannot be said that this
practice “fail[s] to meet . . . the minimum standards
by which every judgment should be measured”
(para. 21).
[38] En Angleterre, la Cour d’appel a confirmé
que la reproduction d’autres textes dans une
décision ne la rend pas invalide : English c. Emery
Reimbold & Strick Ltd., [2002] EWCA Civ 605,
[2002] 3 All E.R. 385. Ce point de vue semble géné­
ralement accepté. Par exemple, en 2006, un tribu­nal
britannique, appliquant l’arrêt Emery, a expliqué
que [traduction] « rien n’empêche le tribunal
d’adopter les arguments plaidés au nom d’une
partie s’il retient ces arguments et n’a rien à y
ajouter » : Meadowstone (Derbyshire) Ltd. c. Kirk,
2006 WL 690588 (Employment Appeal Tribunal,
R.-U.), par. 21. Bien que le tribunal ait reconnu
qu’il [traduction] « est préférable pour le tribunal
d’exprimer dans ses propres mots les motifs justi­
fiant chacune de ses conclusions », s’il choisit de
répéter les termes utilisés par une partie, on ne
saurait dire que cette pratique « ne répond pas [. . .]
aux normes minimales en regard desquelles tout
jugement devrait être examiné » (par. 21).
[39] Emery was applied by the Hong Kong Court
of Appeal in a case where the trial judge incorpor­
ated extensive portions of counsel’s submissions in
the judgment, and the losing party appealed on
grounds of procedural fairness and adequacy: Shin
v. Kung, [2004] HKCA 205 (HKLII), at paras. 36669 and 377. The court dismissed the appeal, holding
that a judge is entitled to accept or reject a party’s
case in its entirety. “A judge’s total adoption or
rejection of counsel’s submissions per se does not
imply the lack of independent adjudication, nor
does it constitute a valid ground for upsetting the
judgment on the basis of an unfair trial”, the court
stated (para. 367). Applying the test of “a fairminded and informed observer” (para. 377), it dis­
missed concerns about adequacy and bias.
[39] L’arrêt Emery a été appliqué par la Cour
d’appel de Hong Kong dans une affaire où le juge
de première instance avait incorporé de grandes
parties de l’argumentation des avocats dans son
jugement et où la partie déboutée a interjeté appel
en invoquant des moyens liés à l’équité procédu­
rale et au caractère suffisant des motifs : Shin c.
Kung, [2004] HKCA 205 (HKLII), par. 366-369
et 377. La cour a rejeté l’appel, concluant que le
juge a le droit d’accepter ou de rejeter en totalité la
thèse d’une partie. [traduction] « Le fait que le
juge ait retenu ou rejeté en totalité les prétentions
des avocats ne signifie pas en soi qu’il n’a pas
rendu une décision indépendante, ni ne constitue un
motif valable d’infirmer le jugement pour cause de
procès inéquitable », a affirmé la cour (par. 367).
Appliquant le critère d’un « observateur impartial et
bien informé » (par. 377), elle a rejeté les critiques
exprimées au sujet de la suffisance des motifs et de
l’impartialité.
[40] In Australia, it has been held that “[a]doption
of one party’s submissions by a judge . . . is one
method of providing adequate reasons”, adding that
“[i]t may not be the choice of every judge but it is
impossible to say that it necessarily . . . falls short
of the judicial duty to provide reasons”: James v.
[40] En Australie, on a conclu que [traduction]
« [l]’adoption par le juge des prétentions de l’une
des parties [. . .] constitue un moyen de fournir
des motifs suffisants », ajoutant que « [t]ous les
juges ne feront peut-être pas ce choix, mais il est
impossible d’affirmer que ce moyen ne répond
378
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
Surf Road Nominees Pty. Ltd., [2004] NSWCA 475
(AustLII), at para. 168. In Fletcher Construction
Australia Ltd. v. Lines MacFarlane & Marshall Pty.
Ltd. (No. 2), [2002] VSCA 189, [2002] 6 V.R. 1,
at para. 163, the Victorian Supreme Court of
Appeal, reviewing a trial judgment for adequacy,
remarked that “[a] careful examination of the rea­
sons for judgment shows that the judge adopted
[the plaintiff’s] closing submissions almost in their
entirety.” But it did not set the judgment aside for
copying alone.
jamais [. . .] à l’obligation judiciaire de fournir des
motifs » : James c. Surf Road Nominees Pty. Ltd.,
[2004] NSWCA 475 (AustLII), par. 168. Dans
Fletcher Construction Australia Ltd. c. Lines
MacFarlane & Marshall Pty. Ltd. (No. 2), [2002]
VSCA 189, [2002] 6 V.R. 1, par. 163, la Victorian
Supreme Court of Appeal, appelée à déterminer si
le jugement de première instance était suffisant, a
mentionné qu’un [traduction] « examen attentif
des motifs du jugement démontre que le juge a
adopté les observations finales [du demandeur] pres­
que intégralement ». Elle n’a néanmoins pas annulé
le jugement pour cause de reproduction seulement.
[41] The United States Supreme Court ruled
almost 50 years ago that when a trial judge “adopt[s]
verbatim” the findings of fact submitted by counsel,
“[t]hose findings, though not the product of the
workings of the . . . judge’s mind, are formally his;
they are not to be rejected out-of-hand, and they
will stand if supported by evidence”: United States
v. El Paso Natural Gas Co., 376 U.S. 651 (1964), at
p. 656. This rule appears to have been consistently
followed in the United States although not without
occasional adverse comment in extreme cases, as in
United States v. Marine Bancorporation, Inc., 418
U.S. 602 (1974), at p. 615, where extensive copying
without citations to transcripts hampered appellate
review and added to the appellate court’s burden.
(See Stern, at p. 9, fn. 24.)
[41] La Cour suprême des États-Unis a statué, il
y a près de 50 ans, que lorsqu’un juge de première
instance [traduction] « adopt[e] textuellement »
les conclusions de fait soumises par les avocats,
« [c]es conclusions, bien qu’elles ne soient pas le
produit de l’esprit du juge [. . .], sont officiellement
les siennes; il ne faut pas les rejeter d’emblée, et
elles seront confirmées si elles sont étayées par la
preuve » : United States c. El Paso Natural Gas Co.,
376 U.S. 651 (1964), p. 656. Cette règle semble
avoir été suivie systématiquement aux États-Unis,
mais non sans commentaires négatifs à l’occasion,
dans les cas extrêmes, comme dans United States c.
Marine Bancorporation, Inc., 418 U.S. 602 (1974),
p. 615, où la reproduction de larges extraits sans
renvoi aux transcriptions a entravé l’examen en
appel et a ajouté au fardeau du tribunal d’appel.
(Voir Stern, p. 9, note de bas de page 24.)
[42] The Supreme Court of Canada has never
ruled on the matter. However, the two leading cases,
Sorger v. Bank of Nova Scotia (1998), 39 O.R.
(3d) 1 (C.A.), and R. v. Gaudet (1998), 40 O.R.
(3d) 1 (C.A.), support the view that copying does
not in itself establish procedural unfairness, and that
the question is whether the copying shows that the
trial judge did not consider the evidence and issues
and render an impartial, independent decision.
[42] La Cour suprême du Canada n’a jamais sta­
tué sur la question. Toutefois, les deux arrêts de prin­
cipe, Sorger c. Bank of Nova Scotia (1998), 39 O.R.
(3d) 1 (C.A.), et R. c. Gaudet (1998), 40 O.R. (3d) 1
(C.A.), appuient le point de vue selon lequel la
repro­duction des extraits n’établit pas en soi une
atteinte à l’équité procédurale, et la question consiste
à se demander si la reproduction démontre que le
juge de première instance n’a pas examiné la preuve
et les questions en litige et qu’il n’a pas rendu une
décision de façon impartiale et indépendante.
[43] In Gaudet, the trial decision was upheld de­
spite the fact that over 90 percent of its content was
adopted from the Crown’s submissions (Stern, at
[43] Dans Gaudet, la décision de première ins­
tance a été confirmée malgré le fait que plus de
90 pour 100 de son contenu était tiré des prétentions
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
379
p. 35). The trial judge had expressly stated that he
had conducted an independent review, and the
Ontario Court of Appeal said that there was “no
reason to conclude that the trial judge did not
do what he stated he had done — conduct an
independent review of the evidence and carefully
consider both the defence and Crown submissions”
(p. 16).
de la Couronne (Stern, p. 35). Le juge de première
instance a affirmé expressément avoir effectué un
examen indépendant, et la Cour d’appel de l’Ontario
a affirmé qu’il n’y avait [traduction] « aucune rai­
son de conclure que le juge de première instance
n’a pas fait ce qu’il a affirmé avoir fait — effectuer
un examen indépendant de la preuve et examiner
attentivement les prétentions de la défense et de la
Couronne » (p. 16).
[44] In Sorger, the Ontario Court of Appeal ap­
proached the issue of extensive copying in reasons
for judgment as a matter of procedural fairness. It
was faced with a 128-page trial judgment con­sisting
of nearly 125 pages transcribed from the parties’
submissions — 55 pages from the plaintiffs’
submissions and 70 pages from the defendants’
submissions (Stern, at p. 34). The trial judge de­
voted only two pages to findings of fact, all copied
verbatim from the defendants’ material without
any analysis of the evidence and no consideration
of the jurisprudence. Evoking concerns about the
fairness of the trial, the Court of Appeal concluded
that the trial judgment offered “nothing to indicate
that the trial judge attempted to grapple fairly and
impartially with the case presented by the plain­
tiffs or decide it independently”. It concluded that
“[a] reasonable and informed observer would have
a reasonable apprehension that the mind of the
trial judge was closed to a fair and impartial con­
sideration of the appellants’ case” (pp. 8-9). The
trial judge’s decision was set aside and a new trial
ordered, not on the ground that the copying in itself
vitiated the judgment, but on the ground that the
copying, viewed in terms of the judgment as a whole,
would satisfy a reasonable observer that the judge
failed to grapple independently and impartially with
the issues before him.
[44] Dans Sorger, la Cour d’appel de l’Ontario a
abordé la reproduction de larges extraits dans les
motifs de jugement comme une question d’équité
procédurale. Elle était saisie d’un jugement de
pre­mière instance de 128 pages, dont près de 125 étaient constituées d’extraits des prétentions des
parties — 55 pages étaient tirées des prétentions
des demandeurs et 70 de celles des défendeurs
(Stern, p. 34). Le juge de première instance a con­
sacré seulement deux pages aux constatations de
fait, toutes deux reproduites textuellement des
docu­ments des défendeurs, sans aucune analyse
de la preuve ni aucun examen de la jurisprudence.
Au sujet des doutes sur l’équité du procès, la Cour
d’appel a conclu que le jugement de première ins­
tance ne comportait [traduction] « aucune indi­
cation que le juge de première instance a tenté de
comprendre de façon équitable et impartiale l’argu­
mentation des demandeurs ou de trancher l’affaire
de façon indépendante ». Elle a conclu qu’un
« obser­vateur raisonnable et informé aurait une
crainte raisonnable que l’état d’esprit du juge de
première instance ne lui ait pas permis d’examiner
la thèse des appelants de façon équitable et impar­
tiale » (p. 8-9). La décision du juge de première
instance a été annulée et la tenue d’un nouveau
procès a été ordonnée, non pas parce que la repro­
duction en soi avait vicié le jugement, mais parce
que la reproduction, eu égard au jugement dans son
ensemble, convaincrait un observateur raisonnable
que le juge n’a pas examiné de façon indépendante
et impartiale les questions dont il était saisi.
[45] Subsequent cases affirmed that copying
alone is not grounds for appellate intervention. The
Ontario Court of Appeal upheld a decision on an
ap­plication for a search warrant where the judge’s
entire reasons consisted of a reference to one
[45] Il a été statué dans des décisions ultérieures
que la reproduction ne constitue pas en soi un motif
justifiant l’intervention d’un tribunal d’appel. La
Cour d’appel de l’Ontario a confirmé une décision
sur une demande de mandat de perquisition dont
380
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
party’s arguments by paragraph number: Canada
(Attorney General) v. Ni-Met Resources Inc. (2005),
74 O.R. (3d) 641. The losing party argued that the
reasons were insufficient to fulfill their functions
because they simply adopted paragraphs from the
other party’s argument. The court rejected this
submission.
les motifs en entier consistaient en un renvoi aux
arguments d’une partie désignés par des numéros
de paragraphe : Canada (Attorney General) c.
Ni-Met Resources Inc. (2005), 74 O.R. (3d) 641.
La partie insatisfaite a plaidé que les motifs étaient
insuffisants pour remplir leurs fonctions parce
qu’ils reprenaient simplement des paragraphes de
l’argumentation de l’autre partie. La cour a rejeté
cet argument.
[46] In 2878852 Canada Inc. v. Jones Heward
Investment Counsel Inc., 2007 ONCA 14 (CanLII),
the same court, in a divided judgment and with
some criticism, upheld reasons that incorporated the
parties’ submissions by identifying them solely by
paragraph number, lending a “writing by numbers”
effect (Stern, at p. 24).
[46] Dans 2878852 Canada Inc. c. Jones
Heward Investment Counsel Inc., 2007 ONCA 14
(CanLII), la même cour, dans un jugement partagé,
a confirmé — tout en les critiquant — les motifs
qui incorporaient les prétentions des parties en les
désignant uniquement par des numéros de paragra­
phe, ce qui donnait au texte un effet de [traduction]
« peinture à numéros » (Stern, p. 24).
[47] In R. v. Dastous (2004), 181 O.A.C. 398,
where the trial judgment consisted of five para­
graphs in which the trial judge stated he accepted
all the Crown’s submissions, the Ontario Court of
Appeal in a short judgment set the decision aside
in part because the trial judge had given no reasons
for his rejection of the accused’s evidence. In R.
v. Kendall (2005), 75 O.R. (3d) 565, leave to ap­
peal refused, [2006] 1 S.C.R. x, the same court
re­jected a trial judgment that consisted only of an
expression of agreement with and adoption of the
defence submissions at trial, again because it was
impossible to know why the judge decided as he
did.
[47] Dans l’affaire R. c. Dastous (2004), 181 O.A.C.
398, dans un court jugement, la Cour d’appel de
l’Ontario a annulé la décision de première instance,
comportant cinq paragraphes dans lesquels le juge
de première instance affirmait accepter toutes les
prétentions de la Couronne, en partie parce que le
juge de première instance n’avait pas motivé son
rejet de la preuve de l’accusé. Dans R. c. Kendall
(2005), 75 O.R. (3d) 565, autorisation d’appel
refusée, [2006] 1 R.C.S. x, la même cour a rejeté un
jugement de première instance dans lequel le juge
avait uniquement approuvé et adopté les arguments
présentés par la défense au procès, encore une fois
parce qu’il était impossible de savoir pourquoi le
juge en avait décidé ainsi.
[48] The Federal Court of Appeal considered a
judgment that reproduced verbatim 100 paragraphs
of a trial judgment complete with original under­
lining, footnotes and references in Janssen-Ortho
Inc. v. Apotex Inc., 2009 FCA 212, 392 N.R. 71.
After recommending that judges should attribute
sources, the court nevertheless concluded that the
judgment afforded “[no] basis to . . . conclude . . .
that the Judge did not perform his duty to examine
the evidence as he was called upon to do” (para. 79).
[48] Dans Janssen-Ortho Inc. c. Apotex Inc.,
2009 CAF 212 (CanLII), la Cour d’appel fédé­
rale a examiné un jugement qui reproduisait
textuellement 100 paragraphes d’un jugement de
première instance, y compris les soulignés, les notes
de bas de page et les renvois originaux. Après avoir
recommandé que les juges mentionnent leurs sour­
ces, la cour a néanmoins estimé qu’« aucun fon­
dement ne [. . .] justifie de conclure [. . .] que le juge
ne s’est pas acquitté de son obligation d’examiner
la preuve, comme il avait à le faire » (par. 79).
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
381
[49] In summary, courts in Canada and elsewhere
have held that copying in reasons for judgment is
not, in itself, grounds for setting the judge’s deci­
sion aside. However, if the incorporation of the
material of others would lead a reasonable person
apprised of all the relevant facts to conclude that the
trial judge has not put his or her mind to the issues
and made an independent decision based on the
evidence and the law, the presumption of judicial in­
tegrity is rebutted and the decision may be set aside.
[49] En bref, les tribunaux au Canada et à l’étran­
ger ont systématiquement conclu que la reproduc­
tion d’autres textes dans les motifs de jugement
ne constitue pas, en soi, un motif pour annuler la
décision du juge. Toutefois, dans le cas où l’incor­
poration d’extraits d’autres sources amènerait une
personne raisonnable, informée de tous les faits
pertinents, à conclure que le juge du procès n’a
pas porté son attention sur les questions en litige
et n’a pas rendu une décision indépendante fondée
sur la preuve et le droit, la présomption d’intégrité
judiciaire est réfutée et la décision peut être annulée.
[50] This does not negate the fact that, as a gen­
eral rule, it is good judicial practice for a judge to
set out the contending positions of the parties on the
facts and the law, and explain in her own words her
conclusions on the facts and the law. The process
of casting reasons for judgment in the judge’s own
words helps to ensure that the judge has independ­
ently considered the issues and come to grips with
them. As the cases illustrate, the import­ance of this
may vary with the nature of the case. In some cases,
the issues are so clear that adoption of one party’s
submissions or draft order may be un­controversial.
By contrast, in complex cases in­volving disputed
facts and legal principles, the best practice is to
discuss the issues, the evidence and the judge’s
conclusions in the judge’s own words. The point
remains, however, that a judge’s failure to adhere
to best practices does not, without more, permit the
judge’s decision to be overturned on appeal.
[50] Il n’en demeure pas moins qu’il est, en règle
générale, de bon usage pour le juge d’énoncer les
arguments opposés des parties sur les faits et le droit
et d’expliquer dans ses propres mots ses conclu­sions
sur les faits et le droit. Le processus de formulation
des motifs de jugement dans les propres mots du
juge contribue à garantir qu’il a pris les questions
en litige en considération et qu’il s’est formé
une opinion à leur égard de façon indépendante.
Comme la jurisprudence le démontre, l’importance
de ce processus varie selon la nature de l’affaire.
Dans certains cas, les questions sont tellement
claires que l’adoption des prétentions ou du projet
d’ordonnance de l’une des parties ne prête pas à
controverse. En revanche, dans des cas complexes
visant des faits et des principes juridiques contestés,
la meilleure pratique pour le juge consisterait à
analyser les questions en litige, examiner la preuve
et formuler ses conclusions dans ses propres mots.
Toutefois, il n’en demeure pas moins que le défaut
du juge d’adopter la meilleure pratique ne justifie
pas, à lui seul, l’annulation de sa décision en appel.
6. Application to This Appeal
6. Application au présent pourvoi
[51] The question is whether the extensive copy­
ing from the plaintiffs’ submissions requires the
trial judge’s decision to be set aside. The starting
point is the presumption of judicial integrity and
impartiality. To reframe the matter in the words
of Teskey, the onus is on the party challenging the
decision to show that a reasonable person apprised
of all the circumstances would conclude that the
judge did not put his mind to the issues and decide
them impartially and independently, as his duty
[51] La question est de savoir si, en l’espèce, la
reproduction de larges extraits des prétentions des
demandeurs commande l’annulation de la décision
du juge de première instance. Le point de départ
est la présomption d’intégrité et d’impartialité
judi­ciaires. Si l’on reformule la question selon les
termes employés dans Teskey, il incombe à la
partie qui conteste la décision de démontrer qu’une
personne raisonnable informée de toutes les cir­
constances conclurait que le juge n’a pas porté son
382
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
required. The bar is high, and cogent evidence is
required to hurdle it. The reviewing court should not
approach copying from a sceptical perspective, but
from the perspective imposed by the presumption
of judicial integrity and impartiality. In deciding
whether the presumption is rebutted the court
should consider the nature of the case, what was
copied, the extent of the copying, how it functions
in the reasons as a whole, and any other relevant
circumstances.
attention sur les questions en litige et ne les a pas
tranchées de façon impartiale et indépendante,
comme il devait le faire. La barre est haute, et une
preuve convaincante est exigée pour la franchir.
Le tribunal de révision ne devrait pas aborder la
reproduction avec scepticisme, mais plutôt du point
de vue imposé par la présomption d’intégrité et
d’impartialité judiciaires. Pour décider si la pré­
somption est réfutée, la cour doit tenir compte de
la nature de l’affaire, de ce qui est reproduit, de
l’ampleur de la reproduction, de son rôle dans
l’ensemble des motifs et de toute autre circonstance
pertinente.
[52] In this case, the defendants rely on the extent
of the copying, the quality of the copying, the lack
of attribution for the copying, the nature of the
case and the failure to fulfill the basic functions of
reasons for judgment.
[52] En l’espèce, les défendeurs se fondent sur
l’ampleur de la reproduction, sur sa qualité, sur le
défaut de mentionner les sources, sur la nature de
l’affaire et sur le défaut des motifs du jugement de
remplir leurs fonctions fondamentales.
(a)Extent of the Copying
a) L’ampleur de la reproduction
[53] The copying, as already discussed, was
exten­sive. The judgment consisted of 368 para­
graphs. Only 47 were predominantly in the judge’s
own words; the balance of 321 paragraphs was
copied (with editorial changes) from the plaintiffs’
submissions.
[53] Comme nous l’avons vu, de larges extraits ont
été reproduits. Le jugement comportait 368 para­
gra­phes. Seuls 47 paragraphes étaient for­mulés
princi­palement dans les propres mots du juge; les
321 autres paragraphes reproduisaient (avec des
modifications rédactionnelles) les prétentions des
demandeurs.
[54] As discussed, extensive copying does not in
itself show that the reasons were not those of the
judge. It may simply reflect the judge’s decision
that he was persuaded by the material he copied
and found it important. However, taken with other
considerations, it may be a factor tending to show
that the judge did not engage with the issues and
make an impartial and independent decision on the
evidence and the law, as his oath required him to do.
[54] Comme nous l’avons vu, une reproduction
de grande ampleur n’indique pas, à elle seule, que
les motifs n’étaient pas ceux du juge. Elle peut sim­
plement refléter l’opinion du juge que les docu­
ments qu’il a reproduits l’ont convaincu et qu’il les
estimait importants. Toutefois, combinée à d’autres
considérations, elle peut être un facteur tendant à
démontrer que le juge n’a pas analysé les questions
en litige et n’a pas rendu une décision impartiale et
indépendante fondée sur la preuve et sur le droit,
comme il y était tenu par son serment.
[55] In this case, the trial judge wrote some ori­
ginal paragraphs and made findings contrary to the
submissions of the plaintiffs, the party from which
he copied. Although most of what the trial judge
wrote in his own words concerned uncontroversial
facts, the fact that he did so makes it more difficult
[55] En l’espèce, le juge de première instance a
écrit quelques paragraphes originaux et a tiré des
conclusions contraires aux prétentions des deman­
deurs, la partie dont il a reproduit les propos. Bien
que la plus grande partie du texte écrit par le juge
dans ses propres mots ait concerné des faits non
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
383
to infer that the judge failed to consider the issues
impartially and that the reasons do not reflect the
thinking of the trial judge.
contestés, l’existence de ce texte rend plus difficile
d’inférer qu’il n’a pas examiné les questions en
litige de façon impartiale et que les motifs ne reflè­
tent pas son raisonnement.
(b)Quality of the Copying
b) La qualité de la reproduction
[56] It is argued that errors in and omissions from
what the judge copied show that he did not put his
mind to the issues and decide the case impartially
on the evidence and the law.
[56] On fait valoir que les erreurs et les omissions
dans les extraits que le juge a reproduits démontrent
qu’il n’a pas porté son attention sur les questions en
litige et n’a pas tranché l’affaire de façon impartiale
en se fondant sur la preuve et sur le droit.
[57] First, the defendants point to the fact that the
trial judge copied a portion of the plaintiffs’ submis­
sions that contained an error (the date of Dr. Yue’s
consultation letter) that the judge had pointed out
in open court. This shows, it is argued, that he was
simply cutting and pasting in a mechanical fashion,
and not putting his mind to the contents.
[57] Premièrement, les défendeurs soulignent que
le juge de première instance a reproduit un extrait
des prétentions des demandeurs qui comportait une
erreur (la date de la lettre de rapport de consulta­
tion de la Dre Yue) que le juge avait soulignée à
l’audience. Cela démontre, fait-on valoir, qu’il n’a
fait que copier-coller cet extrait mécaniquement, au
lieu de porter son attention sur son contenu.
[58] Had the error been one of substance, this
would be troubling. However, it is of a more tech­
nical nature. Making a mistake as to the date of a
letter does not offer convincing evidence that the
trial judge did not put his mind to the substance of
what was copied.
[58] S’il s’agissait d’une erreur de fond, cela serait
troublant. Toutefois, l’erreur est de nature plus tech­
nique. Faire une erreur quant à la date d’une lettre
ne permet pas de conclure que le juge de première
instance n’a pas porté son attention sur le fond de
l’extrait reproduit.
[59] Second, the defendants contend that the trial
judge’s incorporation of the plaintiffs’ arguments
on causation without discussing the defendants’
criticism of them shows that he did not perform
an independent causation analysis. They argue that
the judge was simply cutting and pasting, and not
putting his mind to the content of the material.
[59] Deuxièmement, les défendeurs prétendent
que la simple incorporation par le juge de première
instance des arguments des demandeurs sur le lien
de causalité, sans examen des contre-arguments des
défendeurs, démontre qu’il n’a pas effectué une ana­
lyse indépendante du lien de causalité. Ils soutien­
nent que le juge s’est contenté de copier-coller ces
arguments plutôt que de porter son attention sur le
contenu des documents.
[60] As the cases show, adopting the arguments
of one of the parties without referring to the other
party’s critique of them does not, without more,
rebut the presumption of judicial impartiality. Nor
are trial judges required to discuss every argument
or alleged problem in arriving at a particular con­
clusion. Here the reasons, although in borrowed
language, make it clear that the judge considered
causation and made a decision on the issue. Any
[60] La jurisprudence démontre que le fait d’adop­­
ter les arguments d’une partie sans mention­ner les
contre-arguments de l’autre partie ne réfute pas
à lui seul la présomption d’impartialité judi­ciaire.
Les juges de première instance ne sont pas non
plus tenus d’analyser chaque argument ou pro­
blème allégué pour arriver à une conclusion en
particulier. En l’espèce, les motifs, bien que com­
posés d’emprunts, indiquent clairement que le juge
384
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
error in that conclusion goes to the merits rather
than the process.
a examiné et tranché la question du lien de causalité.
Toute erreur entachant sa conclusion serait une
question de fond et non de processus.
[61] Third, the defendants argue that the failure
of the judge to consider virtually any of the defend­
ants’ submissions (except those quoted in the
plaintiffs’ submissions) shows that he did not come
to grips with the issues and the reasons do not re­
flect his own decision on them.
[61] Troisièmement, les défendeurs font valoir que
le fait que le juge n’a examiné pratiquement aucune
des prétentions des défendeurs (à l’exception de
celles citées dans l’argumentation des demandeurs)
démontre qu’il ne s’est pas formé une opinion sur
les questions en litige et que les motifs ne reflètent
pas sa propre décision sur ces questions.
[62] Again, this criticism is inconclusive. Indeed,
the fact that the judge accepted some of the de­
fendants’ submissions negates this inference. A
comparison of the submissions of the plaintiffs and
the reasons for judgment shows that the portions
of the plaintiffs’ submissions that the judge copied
were edited before being published in the reasons.
This suggests that the judge did not uncritically
accept the material and put his mind to its contents
and whether they reflected his views.
[62] Là encore, cette critique n’est pas convain­
cante. En effet, le fait que le juge a retenu certaines
des prétentions des défendeurs invalide cette infé­
rence. Une comparaison des prétentions des deman­
deurs et des motifs du jugement démontre que les
extraits des prétentions des demandeurs que le juge
a reproduits ont été modifiés avant d’être publiés
dans les motifs. Cela indique que le juge n’a pas
accepté aveuglément les documents et qu’il a
porté son attention sur leur contenu et vérifié s’ils
reflétaient son point de vue.
[63] I conclude that the quality of the copying
would not lead a reasonable person to conclude that
the copied material did not reflect the trial judge’s
own thinking and views.
[63] Je conclus que la qualité de la reproduction
n’amènerait pas une personne raisonnable à con­
clure que les extraits reproduits par le juge ne reflé­
taient pas son propre raisonnement et son propre
point de vue.
(c)Lack of Attribution
c) Le défaut de mentionner les sources
[64] It is argued that the fact that the trial judge
did not attribute the copied material to the plain­
tiffs supports the view that the reasons do not reflect
the reasoning of the trial judge and undermines
confidence that the portions copied reflect his own
reasoning.
[64] On soutient que le fait que le juge de pre­
mière instance n’a pas attribué les documents repro­
duits aux demandeurs étaye le point de vue selon
lequel les motifs ne reflètent pas son raisonnement
et ébranle la certitude que les extraits reproduits
reflètent son propre raisonnement.
[65] As the previous discussion establishes,
judicial writing is highly derivative and copying a
party’s submissions without attribution is a widely
accepted practice. The considerations that require
attribution in academic, artistic and scientific
spheres do not apply to reasons for judgment. The
judge is not expected to be original.
[65] Comme nous l’avons établi précédemment,
la rédaction judiciaire puise abondamment dans des
sources externes et la reproduction des prétentions
d’une partie sans mention de leur source est une
pratique largement acceptée. Les considérations
qui exigent la mention des sources dans les sphères
universitaires, artistiques et scientifiques ne s’appli­
quent pas aux motifs du jugement. On ne s’attend
pas à une création originale de la part du juge.
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
385
[66] Beyond this, it is difficult to understand how
attributed copying is more likely to reflect the
judge’s thinking — or lack of thinking — than
un­attributed copying. In both cases, the judge has
adopted the copied material as his own by putting
it in his reasons.
[66] En outre, il est difficile de comprendre
en quoi la reproduction d’extraits de textes avec
mention de leurs sources est plus susceptible de
refléter le raisonnement du juge — ou l’absence de
raisonnement — que leur reproduction sans mention
des sources. Dans les deux cas, le juge a fait siens
les documents reproduits en les introduisant dans
ses motifs.
(d)Nature of the Case
d) La nature de l’affaire
[67] The nature of the case is relevant in assessing
whether incorporation of the material of others
rebuts the presumption of judicial integrity and
impar­tiality and justifies setting aside the judge’s
decision. Criminal cases, where the liberty of the
accused is at stake, demand the high level of scru­tiny
described in Teskey. At the other end of the spec­
trum, straightforward motions in a civil case may
require little more than a yes or no from the judge.
[67] La nature de l’affaire est pertinente lorsqu’il
s’agit de déterminer si l’incorporation d’extraits
d’autres sources dans un jugement réfute la pré­
somption d’intégrité et d’impartialité judiciaires et
justifie l’annulation de la décision du juge. Les
affaires criminelles, qui mettent en jeu la liberté
de l’accusé, commandent le haut niveau d’examen
décrit dans Teskey. À l’autre bout du spectre, les
requêtes ordinaires dans une affaire civile peuvent
n’exiger guère plus qu’un simple oui ou non de la
part du juge.
[68] The case before us is a civil case, but one
of considerable complexity. Moreover, the judge’s
conclusions bore heavy consequences for the par­
ties — a great deal of money was at stake, and the
reputations of the doctors and Hospital staff were
on the line.
[68] L’affaire dont nous sommes saisis est une
affaire civile, mais fort complexe. De plus, les con­
clusions du juge avaient de lourdes conséquences
pour les parties — une importante somme d’argent
ainsi que la réputation des médecins et du personnel
de l’hôpital étaient en jeu.
[69] However, it does not follow from the fact that
a case is complex and the judge’s findings are im­
portant that the judicial incorporation of the material
of others necessarily displaces the presumption of
integrity. As discussed above, it is good practice in
such cases for the judge to put the issues and his
conclusions in his own words. But the question is not
whether best practices were followed, but whether
the copying constitutes cogent evidence that the
judge failed to come to grips with the issues and
de­cide them impartially and independently, as his
oath required. If the answer to that question is yes,
then the presumption of judicial integrity and impar­
tiality is rebutted. If the answer is no, the judge’s
decision stands.
[69] Toutefois, le fait qu’une affaire soit com­
plexe et que les conclusions du juge soient impor­
tantes ne veut pas dire que l’incorporation dans le
jugement d’extraits d’autres textes réfute nécessai­
rement la présomption d’intégrité. Comme nous
l’avons déjà dit, il est indiqué pour le juge en pareil
cas d’énoncer les questions en litige et ses conclu­
sions dans ses propres mots. Toutefois, la question
n’est pas de savoir si les meilleures pratiques ont
été suivies, mais plutôt de savoir si la reproduction
constitue une preuve convaincante que le juge ne
s’est pas formé une opinion sur les questions en
litige et ne les a pas tranchées de façon impartiale et
indépendante, comme son serment l’y obligeait. Si
c’est le cas, la présomption d’intégrité et d’impar­
tialité judiciaires est réfutée. Dans le cas contraire,
la décision du juge est maintenue.
386
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
[70] In this case, we agree with Smith J.A., dis­
senting, that despite the judge’s extensive adoption
of the plaintiffs’ argument, the evidence does not
show that he failed to put his mind to the critical
issues and decide them independently and impar­
tially. The reasons, read as a whole, show that the
trial judge considered the issues and the arguments
on both sides, and came to a conclusion on each of
the main issues.
[70] En l’espèce, nous sommes d’accord avec le
juge Smith, dissident en cour d’appel, pour dire
que, même si le juge a adopté de larges extraits des
prétentions des demandeurs, la preuve ne démontre
pas qu’il n’a pas porté son attention sur les ques­
tions cruciales et qu’il ne les a pas tranchées de
façon indépendante et impartiale. Les motifs, con­­
sidérés globalement, indiquent que le juge de pre­
mière instance a examiné les questions en litige et
les arguments des deux parties et qu’il a tiré une
conclusion relativement à chacune des ques­tions
principales.
(e)Functions Not Fulfilled
e) Les fonctions non remplies
[71] The Court of Appeal in this case correctly
recognized that the issue was whether the trial
judge’s extensive incorporation of the plaintiffs’
submissions rebutted the presumption of judicial
integrity and impartiality. However, the majority
of the Court of Appeal and the parties before this
Court also discussed whether the reasons satisfied
the basic functional requirements of informing the
parties and the public of the reasons for the judge’s
decision and providing a basis for appellate review.
[71] En l’espèce, la Cour d’appel a reconnu à bon
droit que la question à trancher consistait à déter­
miner si l’incorporation par le juge de première
instance de larges extraits des prétentions des
deman­deurs a réfuté la présomption d’intégrité et
d’impartialité. Néanmoins, les juges majoritaires
de la Cour d’appel et les parties devant notre Cour
ont débattu aussi de la question de savoir si les
motifs répondaient aux exigences de leurs fonc­tions
fondamentales d’informer les parties et le public
des motifs de la décision du juge et de fournir
matière à examen en appel.
[72] As discussed above, this analysis is not
applicable when the complaint, as here, is that the
judge’s wholesale incorporation of the material of
others in reasons for judgment shows that he did
not put his mind to the issues and decide them in­
dependently and impartially.
[72] Comme je l’ai mentionné précédemment,
cette analyse ne s’applique pas dans le cas où la
contestation des motifs est fondée sur la prétention
que l’incorporation en bloc, par le juge, d’extraits
d’autres sources dans ses motifs de jugement
démontre qu’il n’a pas porté son attention sur les
questions en litige et ne les a pas tranchées de façon
indépendante et impartiale.
(f)Summary
f) Résumé
[73] Despite extensive copying of the plaintiffs’
closing arguments, the defendants’ arguments do
not rebut the presumption of judicial impartiality.
[73] Malgré la reproduction de larges extraits de
l’argumentation finale des demandeurs, les argu­
ments des défendeurs ne réfutent pas la présomption
d’impartialité judiciaire.
[74] Taking full account of the complexity of the
case, and accepting that it would have been pref­
erable for the trial judge to discuss the facts and
issues in his own words, I cannot conclude that the
[74] En tenant pleinement compte de la com­
plexité de l’affaire et en acceptant qu’il aurait été
préférable que le juge de première instance analyse
les faits et les questions en litige dans ses propres
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
387
trial judge failed to consider the issues and make
an independent decision on them. On the contrary,
the fact that he rejected some of the plaintiffs’ key
submissions demonstrates that he considered the
issues independently and impartially. The absence
in the reasons of an analysis of causation, and the
alleged errors the reasons contain go, not to pro­
cedural unfairness, but to the substance of the rea­
sons — whether the trial judge, having made his
own decision, erred in law or made palpable and
overriding errors of fact.
mots, je ne peux conclure qu’il n’a pas examiné les
questions en litige et qu’il ne les a pas tranchées
de façon indépendante. Au contraire, le fait qu’il a
rejeté certaines des prétentions clés des demandeurs
démontre qu’il a examiné les questions en litige de
façon indépendante et impartiale. L’absence dans
les motifs d’une analyse du lien de causalité et les
prétendues erreurs qu’ils comportent ne concernent
pas le caractère équitable de la procédure, mais le
fond des motifs — soit la question de savoir si le
juge de première instance, ayant rendu sa propre
décision, a commis une erreur de droit ou a commis
des erreurs de fait manifestes et dominantes.
[75] It would have been better if the reasons had
not copied extensively from the plaintiffs’ submis­
sions. However, to set aside the decision of the trial
judge requires more. To rebut the presumption of
judicial integrity, the defendants must establish
that a reasonable person apprised of all the circum­
stances would conclude that the trial judge failed
to consider and deal with the critical issues before
him in an independent and impartial fashion. The
defendants have not done so.
[75] Il aurait été préférable que le juge de pre­
mière instance ne reproduise pas de larges extraits
des pré­tentions des demandeurs dans ses motifs.
Toutefois, il en faut plus pour justifier l’annulation
de sa décision. Pour réfuter la présomption d’inté­
grité judiciaire, les défendeurs doivent établir qu’une
personne raisonnable informée de toutes les circons­
tances conclurait que le juge de première instance
n’a pas examiné de façon indépendante et impartiale
les questions cruciales qui lui avaient été soumises.
Or, les défendeurs n’y sont pas parvenus.
[76] The majority of the Court of Appeal acknow­
ledged the need to displace the presumption of judi­
cial integrity and impartiality before setting aside
the judgment. It stated that “[t]he form of the rea­
sons, substantially a recitation of the [plaintiffs’]
submissions, is in itself ‘cogent evidence’ displa­
cing the presumption of judicial integrity, which
encompasses impartiality” (para. 127). In effect, the
Court of Appeal held that the extensive copying in
itself rebutted the presumption. The reasons of the
trial judge, while imperfect, deal with all the salient
aspects of the case. The fact that large portions were
copied from the plaintiffs’ submissions does not
displace the presumption that the trial judge en­
gaged with the issues and decided them in accord­
ance with the law. I conclude that the judgment
should not be set aside on the ground that the trial
judge incorporated large parts of the plaintiffs’
submissions in his reasons.
[76] Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont
reconnu que la présomption d’intégrité et d’impar­
tialité judiciaires devait être réfutée pour que le juge­
ment soit annulé. Ils ont affirmé que [traduction]
« [l]a forme des motifs, reprenant essentiellement
les prétentions des [demandeurs], constitue en soi
une “preuve convaincante” qui réfute la présomption
d’intégrité judiciaire, laquelle englobe la notion
d’impartialité » (par. 127). La Cour d’appel a en
effet statué que la reproduction de larges extraits
réfutait à elle seule la présomption. Les motifs du
juge de première instance, bien qu’imparfaits, trai­
taient tous les aspects essentiels de l’affaire. Le fait
que de grandes parties des motifs reprenaient les
prétentions des demandeurs ne réfute pas la pré­
somp­tion selon laquelle le juge de première ins­
tance a examiné les questions en litige et les a
tranchées conformément au droit. Je conclus que la
décision du juge de première instance ne doit pas
être annulée pour cause de reproduction de larges
extraits des prétentions des demandeurs dans ses
motifs.
388
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
B. Does the Judgment Disclose Errors of Law or
Palpable and Overriding Errors of Fact?
B. Le jugement comporte-t-il des erreurs de droit
ou des erreurs de fait manifestes et dominantes?
[77] Having concluded that the decision of the
trial judge should not be set aside because his rea­
sons incorporated large portions of the plaintiffs’
submissions, the question is whether the trial judge’s
conclusions on the liability of the various defend­
ants disclose error and should be set aside. It is
common ground that to set aside the trial judge’s
conclusions, the party impugning the decision must
demonstrate error of law or palpable and overriding
error on questions of fact.
[77] Après avoir conclu que la décision du juge
de première instance ne doit pas être annulée pour
cause de reproduction de larges extraits des pré­
tentions des demandeurs dans ses motifs, il s’agit
maintenant de déterminer si ses conclusions rela­
tives à la responsabilité des divers défendeurs
com­portent une erreur et devraient être annulées.
Il est bien reconnu que les conclusions du juge de
première instance ne peuvent être annulées que si la
partie qui les conteste démontre qu’elles comportent
une erreur de droit ou une erreur manifeste et
dominante sur des questions de fait.
[78] The trial judge, to recap, found the Hospital,
Nurse Bellini and Drs. Yue, Edris and Steele liable
in negligence. He dismissed the claims against
Nurse MacQueen and Nurse Verwoerd.
[78] Pour récapituler, le juge de première instance a
conclu que l’hôpital, l’infirmière Bellini et les Drs Yue,
Edris et Steele étaient responsables pour cause de
négligence. Il a rejeté les demandes contre les infir­
mières MacQueen et Verwoerd.
[79] The majority of the Court of Appeal, having
concluded that the case must be returned for a new
trial, did not deal with these issues. However, Smith
J.A. in dissent considered the trial judge’s findings
on liability. He was of the view that the claim
against Dr. Yue should be maintained on one of
the grounds advanced, and that the claims against
Dr. Edris, Dr. Steele, Nurse Bellini and the Hospital
should be dismissed in their entirety. He suggested
that he would have reduced damages, but declined
from considering this issue in view of the new trial
ordered by the majority.
[79] La majorité de la Cour d’appel, ayant conclu
que l’affaire devait être renvoyée pour faire l’objet
d’un nouveau procès, n’a pas statué sur ces ques­
tions. Toutefois, le juge Smith, dans sa dissidence,
a examiné les conclusions du juge de première
instance sur la responsabilité. Il était d’avis que la
demande contre la Dre Yue devrait être accueillie sur
le fondement d’un des moyens invoqués, et que les
demandes contre les Drs Edris et Steele, l’infirmière
Bellini et l’hôpital devraient être rejetées dans leur
intégralité. Il a laissé entendre qu’il aurait réduit
le montant des dommages-intérêts, mais a refusé
d’examiner cette question en raison de la décision
des juges majoritaires d’ordonner la tenue d’un
nouveau procès.
[80] The plaintiffs argue that Smith J.A. erred in
concluding that their claims against the defendants
other than Dr. Yue should be dismissed. The de­
fendant nurse and the Hospital cross-appeal and
ask this Court to resolve the issues of liability and
damages on the record before us, rather than send
them back for a new trial. The defendant doctors
asked for a new trial, but agreed during the oral
hearing that it was open to this Court to substitute
[80] Les demandeurs prétendent que le juge
Smith a commis une erreur en concluant que
leurs demandes contre les défendeurs autres que
la Dre Yue devaient être rejetées. L’infirmière et
l’hôpital défendeurs ont interjeté un appel incident
et demandent à notre Cour de trancher les questions
de la responsabilité et des dommages-intérêts sur le
fondement du dossier qui nous a été présenté, plutôt
que de les renvoyer pour examen dans le cadre
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
389
its own findings in the course of ordinary appellate
review.
d’un nouveau procès. Les médecins défendeurs
ont demandé la tenue d’un nouveau procès, mais
ont convenu pendant l’audience qu’il était loisible
à notre Cour de substituer ses propres conclusions
dans le cadre d’un examen en appel ordinaire.
1. Liability of Dr. Yue
1. La responsabilité de la Dre Yue
[81] The trial judge found Dr. Yue negligent for
recommending a vaginal birth after caesarean
section, or VBAC procedure, without verifying
the orientation of the caesarean scar; for failing
to obtain Ms. Cojocaru’s informed consent to the
VBAC procedure; and for failing to obtain her
informed consent to induction of the birth.
[81] Le juge de première instance a conclu que
la Dre Yue a fait preuve de négligence en recom­
mandant un accouchement vaginal après césarienne
ou AVAC, sans vérifier l’orientation de la cicatrice
de la césarienne; en n’obtenant pas le consentement
éclairé de Mme Cojocaru à l’AVAC; et en n’obtenant
pas son consentement éclairé au déclenchement du
travail.
(a)Recommending the VBAC Procedure
a)
[82] The trial judge found that Dr. Yue breached
the standard of care by failing to verify the orien­
tation of the previous caesarean scar before recom­
mending VBAC as a delivery option (para. 154).
[82] Le juge de première instance a conclu que la
Dre Yue avait manqué à la norme de diligence requise
en ne vérifiant pas adéquatement l’orientation de la
cicatrice de la césarienne antérieure avant de recom­
mander un AVAC parmi les méthodes d’accouche­
ment possibles (par. 154).
[83] The issue is whether this conduct caused the
harm Eric Cojocaru suffered. The trial judge con­
cluded that causation was established because
Ms. Cojocaru would not have attempted VBAC had
Dr. Yue not recommended it (para. 216).
[83] Il s’agit de déterminer si cette conduite a
causé le préjudice subi par Eric Cojocaru. Le juge de
première instance a conclu que le lien de causalité
avait été établi parce que Mme Cojocaru n’aurait pas
tenté l’AVAC si la Dre Yue n’avait pas recommandé
cette méthode d’accouchement (par. 216).
[84] Justice Smith held that the trial judge
asked the wrong question. The proper question
was whether Dr. Yue’s failure to investigate the
orientation of the scar caused the injury and loss.
Had Dr. Yue investigated the scar, she would still
have recommended VBAC. Hence, in his view,
no causal connection was established between the
negligence alleged and the injury.
[84] Le juge Smith a conclu que le juge de pre­
mière instance s’était posé la mauvaise question. Il
fallait plutôt se demander si le défaut de la Dre Yue
de déterminer plus précisément l’orientation de la
cicatrice a causé le préjudice et la perte. Si la
Dre Yue avait procédé à une vérification plus pous­
sée de la cicatrice, elle aurait tout de même recom­
mandé un AVAC. Ainsi, à son avis, aucun lien de
causalité n’a été établi entre la négligence alléguée
et le préjudice.
[85] I agree with Smith J.A. The trial judge shortcircuited the causation analysis when he found that
“[t]he negligence complained of is negligence in
recommending VBAC as a delivery option. Had
[85] Je suis d’accord avec le juge Smith. Le juge
de première instance a court-circuité l’analyse sur le
lien de causalité lorsqu’il a conclu que [traduction]
« [l]a négligence reprochée est la négligence dans
Recommandation de la méthode d’AVAC
390
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
Dr. Yue not done this, Ms. Cojocaru would have had
a repeat caesarean section and the injury would
indeed have been avoided” (para. 216). Rather, the
trial judge should have asked himself what harm
flowed from Dr. Yue’s alleged negligent act: failing
to verify the orientation of the scar.
la recommandation de l’AVAC comme l’une des
méthodes d’accouchement possibles. Si la Dre Yue
n’avait pas fait cette recommandation, Mme Cojocaru
aurait eu une nouvelle césarienne et le préjudice
aurait effectivement été évité » (par. 216). Le juge
de première instance aurait plutôt dû se demander
quel préjudice a découlé de la prétendue négligence
de la Dre Yue : le défaut de vérifier l’orientation de
la cicatrice.
[86] VBAC is contra-indicated in patients who
have a classical or inverted T incision uterine scar
from a previous caesarean section. Dr. Yue formed
the opinion that Ms. Cojocaru’s uterine scar was
low transverse, and that Ms. Cojocaru was thus a
candidate for VBAC. Dr. Yue’s only omission was
her alleged failure to verify the orientation of the
scar by obtaining the report from the Romanian
operation.
[86] L’AVAC est contre-indiqué chez les patientes
qui ont une cicatrice utérine classique ou en T
inversé découlant d’une césarienne antérieure.
La Dre Yue était d’avis que la cicatrice utérine de
Mme Cojocaru était une cicatrice transversale basse
et que Mme Cojocaru était donc une candidate à
l’AVAC. La seule omission de la Dre Yue était son
prétendu défaut de vérifier l’orientation de la cica­
trice en n’obtenant pas le rapport de la chirurgie
effectuée en Roumanie.
[87] The purpose of obtaining the operative report
was to verify that the uterine scar was low trans­
verse. Since Ms. Cojocaru’s uterine scar was, in
fact, low transverse, no harm flowed from Dr. Yue’s
omission.
[87] L’obtention du rapport de chirurgie aurait
eu pour but de vérifier que la cicatrice utérine de
Mme Cojocaru était une cicatrice transversale basse.
Puisqu’il s’agissait effectivement d’une cicatrice
transversale basse, aucun préjudice ne découle de
l’omission de la Dre Yue.
(b)Liability for Failure to Obtain Informed
Consent to the VBAC Procedure
b) La responsabilité pour le défaut d’obtenir
un consentement éclairé à l’AVAC
[88] The trial judge found Dr. Yue negligent in
failing to obtain Ms. Cojocaru’s informed consent
to the VBAC procedure. I would not interfere with
this conclusion.
[88] Le juge de première instance a conclu que la
Dre Yue a fait preuve de négligence en n’obtenant
pas le consentement éclairé de Mme Cojocaru à
l’AVAC. Je ne modifierais pas cette conclusion.
[89] The defendants argue that the trial judge
made errors in assessing Dr. Yue’s evidence. In my
view, while the trial judge made such errors, they
could not have affected the result.
[89] Les défendeurs prétendent que le juge de
première instance a commis des erreurs dans son
appréciation du témoignage de la Dre Yue. À mon
sens, bien que le juge de première instance ait
commis de telles erreurs, celles-ci ne pouvaient
avoir d’incidence sur le résultat.
[90] Dr. Yue had little memory of Ms. Cojocaru,
and instead testified as to her “invariable routine”.
In finding that he could not rely on Dr. Yue’s “in­
variable routine”, the trial judge stated that Dr. Yue
failed to chart any aspect of “her alleged con­
versation regarding the risks that she says were
[90] La Dre Yue ne se souvenait pas bien de
Mme Cojocaru; son témoignage a plutôt porté sur
sa [traduction] « façon invariable de procéder ».
En concluant qu’il ne pouvait se fonder sur la
« façon invariable de procéder » de la Dre Yue, le
juge de première instance a déclaré qu’elle n’avait
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
391
explained to Ms. Cojocaru” (para. 98(d)). This
was an overstatement. Ms. Cojocaru’s chart
indicates that modes of delivery were discussed,
and Dr. Yue’s consultation letter — written to the
physician who referred Ms. Cojocaru — noted that
the chance of success of VBAC was 80 percent, and
the risk of uterine rupture was 1 in 200. However,
the trial judge’s concern was not that the statistical
risks were not discussed, but that “there is no
indication that the significance of that statistic was
brought home to Ms. Cojocaru” (para. 93). In fact,
the trial judge concluded that even if Dr. Yue did
convey the risk of 1 in 200, this was insufficient
to obtain informed consent (para. 107). The trial
judge’s misstatement with respect to the charts
does not undermine his finding that Ms. Cojocaru’s
consent was not sufficiently informed.
noté au dossier aucun des aspects de « sa présumée
conversation concernant les risques qu’elle affirme
avoir expliqués à Mme Cojocaru » (par. 98d)).
Il s’agissait d’une exagération. Le dossier de
Mme Cojocaru fait mention d’une discussion sur
les méthodes d’accouchement, et le rapport de
consultation envoyé par la Dre Yue au médecin qui
lui avait adressé Mme Cojocaru indiquait que les
chances de succès de l’AVAC étaient de 80 pour 100
et que le risque de rupture utérine était de 1 sur 200.
Toutefois, la préoccupation du juge de première
instance n’était pas que les risques statistiques
n’avaient pas été exposés, mais que « rien n’indique
qu’on a fait comprendre à Mme Cojocaru ce que
cette statistique signifiait » (par. 93). En fait, le
juge de première instance a conclu que, même si la
Dre Yue lui a effectivement communiqué le risque
de 1 sur 200, cela était insuffisant pour obtenir son
consentement éclairé (par. 107). Les erreurs com­
mises par le juge de première instance lorsqu’il a
parlé du dossier médical n’ébranlent pas sa conclu­
sion que le consentement de Mme Cojocaru n’était
pas suffisamment éclairé.
[91] Similarly, the trial judge was entitled to
ignore the note “wants VBAC” written by Dr. Yue
on Ms. Cojocaru’s chart. Although the defendants
argue that this note is evidence that Ms. Cojocaru
consented to the VBAC procedure, the note is am­
biguous on the issue of whether the risks were
sufficiently conveyed to Ms. Cojocaru. The trial
judge was not required to minutely dissect every
piece of evidence in his reasons.
[91] De même, le juge de première instance avait
le droit d’ignorer la note [traduction] « veut un
AVAC » que la Dre Yue avait écrite dans le dossier de
Mme Cojocaru. Bien que les défendeurs prétendent
qu’elle prouve que Mme Cojocaru a consenti à
l’AVAC, cette note est ambiguë sur la question de
savoir si Mme Cojocaru avait été suffisamment
informée des risques. Le juge de première instance
n’était pas tenu de décortiquer minutieusement
chaque élément de preuve dans ses motifs.
[92] The trial judge also erred in his assessment
of the consultation letter. As noted by the trial judge
during oral argument, it was dictated the same day
as Ms. Cojocaru’s appointment, not two days later.
Furthermore, the trial judge erred by expecting that
a letter to Ms. Cojocaru’s physician should detail
Ms. Cojocaru’s language difficulties or explain the
significance of statistical risks (see C.A. reasons, at
paras. 65-67). However, the trial judge did not rely
on this letter for an adverse finding of credibility;
rather, he found that Dr. Yue’s “invariable routine”
was not corroborated by this letter. The trial judge
simply preferred the evidence of Ms. Cojocaru over
[92] Le juge de première instance a également
commis une erreur dans son évaluation du rapport de
consultation. Comme l’a indiqué le juge de première
instance durant la plaidoirie, il a été dicté le jour
même du rendez-vous de Mme Cojocaru, et non deux
jours plus tard. De plus, le juge de première instance
a commis une erreur en s’attendant à ce qu’une
lettre adressée au médecin de Mme Cojocaru doive
détailler les difficultés de langage de Mme Cojocaru
ou expliquer la signification des risques statisti­
ques (voir les motifs de la Cour d’appel, par. 6567). Toutefois, le juge de première instance ne s’est
pas fondé sur ce rapport pour tirer une conclusion
392
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
that of Dr. Yue. His misapprehension of the letter is
insufficient to overturn this finding.
défavorable sur la crédibilité; il a plutôt conclu
qu’il ne corroborait pas la « façon invariable de pro­
céder » de la Dre Yue. Le juge de première instance a
simple­ment retenu le témoignage de Mme Cojocaru
plutôt que celui de la Dre Yue. Son appréciation
erronée du rapport est insuffisante pour infirmer sa
conclusion.
[93] The evidence supports the trial judge’s con­
clusion that Dr. Yue failed to adequately inform
Ms. Cojocaru of the risks of VBAC.
[93] La preuve étaye la conclusion du juge de
première instance que la Dre Yue n’a pas informé
adéquatement Mme Cojocaru des risques d’un AVAC.
[94] The evidence shows that Dr. Yue based her
assessment of the risk of VBAC on an incorrect
as­sumption about the reason for the Romanian
caesarean section. Accordingly, she could not have
fully informed her patient of the risks of VBAC.
[94] La preuve démontre que la Dre Yue a fondé
son évaluation des risques de l’AVAC sur une hypo­
thèse erronée concernant la raison pour laquelle sa
patiente avait subi une césarienne en Roumanie. Par
conséquent, elle n’a pas pu l’informer pleinement
des risques de l’AVAC.
[95] Dr. Yue concluded that Ms. Cojocaru’s pre­
vious caesarean had been elective. On this basis,
Dr. Yue advised Ms. Cojocaru that VBAC would
have an 80 percent chance of success (trial reasons,
at para. 103). This was in error. As found by the
trial judge and supported by both the operative
report and the Romanian obstetrician, Dr. Clepce,
the Romanian caesarean section was undertaken
for failure to progress (paras. 104-5). As Dr. Yue
admitted, after a caesarean section for failure to
progress, the likelihood of a successful VBAC is
“significantly less than 80%” (accepted by the trial
judge, at para. 106). Thus, Dr. Yue could not have
properly advised her patient of the risks associated
with VBAC.
[95] La Dre Yue a conclu que la césarienne
anté­rieure de Mme Cojocaru était une césarienne
program­mée. Sur ce fondement, la Dre Yue a avisé
Mme Cojocaru que les chances de succès d’un
AVAC étaient de 80 pour 100 (motifs de pre­
mière instance, par. 103). Il s’agissait d’une erreur.
Comme l’a conclu le juge de première instance et
comme le démontrent le rapport de chirurgie et le
témoignage de l’obstétricien roumain, le Dr Clepce,
la césarienne a été pratiquée en Roumanie parce
que le travail ne progressait pas (par. 104-105).
Comme l’a admis la Dre Yue, après une césarienne
de cette nature, les chances de réussite d’un AVAC
sont [traduction] « sensiblement inférieures à
80 pour 100 » (déclaration acceptée par le juge de
première instance, par. 106). Ainsi, la D re Yue
n’aurait pas pu aviser adéquatement sa patiente des
risques associés à un AVAC.
[96] For these reasons, I conclude that the trial
judge’s finding of liability against Dr. Yue for fail­
ing to obtain Ms. Cojocaru’s informed consent to
VBAC should be affirmed.
[96] Pour ces motifs, je suis d’avis de confirmer
la conclusion du juge de première instance selon
laquelle la Dre Yue doit être tenue responsable pour
ne pas avoir obtenu le consentement éclairé de
Mme Cojocaru à un AVAC.
(c)Liability for Informed Consent to Induction
c) La responsabilité à l’égard du consentement
éclairé au déclenchement
[97] The trial judge found Dr. Yue liable for fail­
ure to obtain Ms. Cojocaru’s informed consent to
[97] Le juge de première instance a conclu que
la Dre Yue était responsable pour ne pas avoir
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
393
induction of the birth. Justice Smith would have
upheld this finding.
obtenu le consentement éclairé de Mme Cojocaru
au déclenchement du travail. Le juge Smith aurait
confirmé cette conclusion.
[98] I cannot agree. The trial judge failed to con­
duct a separate causation analysis for the failure
to obtain informed consent to induction, as distinct
from the failure to obtain informed consent to
VBAC. In my view, there is no evidence to support
a causal relationship between the induction and the
harm suffered.
[98] Je ne saurais être d’accord. Le juge de pre­
mière instance n’a pas effectué d’analyse indépen­
dante du lien de causalité relativement au défaut
d’obtenir un consentement éclairé au déclenche­
ment, qu’il faut distinguer du défaut d’obtenir un
consentement éclairé à l’AVAC. À mon sens, aucun
élément de preuve n’étaye une relation de cause à
effet entre le déclenchement et le préjudice subi.
[99] There was no evidence to suggest that the
alternative to induction — and, thus, the course of
action that would have been followed had induction
been refused — was a scheduled caesarean section.
The most that can be said is that if Ms. Cojocaru
had refused induction, her labour would not have
been induced. The question is what harm flowed
from the induction with prostaglandin gel.
[99] Rien dans la preuve n’indique que la solution
de rechange au déclenchement — et, par conséquent,
l’approche médicale qui aurait été appliquée si
Mme Cojocaru avait refusé le déclenchement — était
une césarienne programmée. On ne peut rien dire
de plus que son travail n’aurait pas été déclenché
si elle avait refusé le déclenchement. La question
à laquelle il faut répondre est celle de savoir quel
préjudice a découlé du déclenchement avec le gel
de prostaglandine.
[100] The trial judge neither explicitly not im­
plicitly found that the prostaglandin gel overstimulated the uterus and caused the uterine rupture.
Although there is evidence to support his finding
that induction increases the risk of uterine rupture,
it does not go so far as to show a causal relationship
between the induction and the rupture in this case.
[100] Le juge de première instance n’a ni expli­
citement ni implicitement conclu que le gel de pros­
taglandine a surstimulé l’utérus et causé la rupture
utérine. Bien que la preuve permette d’étayer sa
con­clusion que le déclenchement augmente le ris­que
de rupture utérine, elle ne va pas jusqu’à démon­trer
une relation de cause à effet entre le déclenchement
et la rupture en l’espèce.
[101] I would not sustain the finding of liability
against Dr. Yue on this basis.
[101] Je suis d’avis de ne pas confirmer la con­
clusion de responsabilité contre la Dre Yue sur ce
fondement.
2. Liability of Dr. Edris
2. La responsabilité du Dr Edris
[102] The trial judge held that Dr. Edris’s conduct
failed to meet the requisite standard of care be­cause
he induced labour without ascertaining the orien­
tation of Ms. Cojocaru’s uterine scar (para. 172).
[102] Le juge de première instance a conclu que
la conduite du Dr Edris ne répondait pas à la norme
de diligence requise parce qu’il a déclenché le tra­
vail sans vérifier l’orientation de la cicatrice utérine
de Mme Cojocaru (par. 172).
[103] Justice Smith held that this finding was
in error because there was no causal connection
[103] Le juge Smith a estimé que cette conclu­
sion était une erreur parce qu’il n’existait aucun
394
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
between the alleged negligence — failure to ascer­
tain the position of the scar — and the injury. I agree.
lien de causalité entre la négligence alléguée — le
défaut de vérifier la position de la cicatrice — et le
préjudice. Je suis d’accord.
[104] Ms. Cojocaru had a low transverse scar,
and was thus not contra-indicated for either
induction or VBAC. The trial judge’s findings that
Dr. Edris was uncertain of the scar’s orientation
and that he did not discuss this uncertainty with
the on-call obstetrician, Dr. Steele, are of no mo­
ment. If Dr. Edris had ascertained the orientation
of the scar, he would nevertheless have proceeded
with the induction. Moreover, there is no evidence
that the induction caused the uterine rupture.
[104] Mme Cojocaru présentait une cicatrice
transversale basse, de sorte que ni le déclenche­
ment ni l’AVAC n’étaient contre-indiqués. Les con­
clusions du juge de première instance portant que
le Dr Edris n’était pas certain de l’orientation de la
cicatrice et qu’il n’a pas discuté de cette incertitude
avec l’obstétricien de garde, le Dr Steele, sont sans
importance. Si le Dr Edris avait vérifié l’orientation
de la cicatrice, il aurait malgré tout procédé au
déclen­chement. De plus, rien ne prouve que le
déclenchement a causé la rupture utérine.
3. Liability of Dr. Steele
3. La responsabilité du Dr Steele
[105] Dr. Steele was the on-call obstetrician.
When Nurse Bellini spoke with him at 18:05 to
report on Ms. Cojocaru’s condition, he was in his
car and on his way to another hospital. He did not
return to the B.C. Women’s Hospital until after the
delivery.
[105] Le Dr Steele était l’obstétricien de garde.
Lorsque l’infirmière Bellini lui a parlé à 18 h 5
pour lui faire part de l’état de Mme Cojocaru, il était
dans sa voiture, en route vers un autre hôpital. Il
n’est retourné au B.C. Women’s Hospital qu’après
l’accouchement.
[106] The trial judge found Dr. Steele negli­
gent on two counts: first, for failing to assess
Ms. Cojocaru earlier in the day (he criticized
Dr. Steele for not having attended at any point
between 10:00 and the emergency); and second, for
failing to attend on her immediately when he spoke
to Nurse Bellini. Instead, the trial judge said, “he
left the hospital” (para. 173).
[106] Le juge de première instance a conclu que
le Dr Steele avait fait preuve de négligence pour
deux raisons : premièrement, pour ne pas avoir éva­
lué Mme Cojocaru plus tôt dans la journée (il a
reproché au Dr Steele de ne pas s’être rendu auprès
d’elle entre 10 h et le moment de l’urgence); et
deuxièmement, pour ne pas s’être occupé d’elle
immédiatement lorsqu’il a parlé à l’infirmière Bellini. Le juge de première instance a affirmé
que, plutôt, [traduction] « il a quitté l’hôpital »
(par. 173).
[107] Justice Smith held that these conclusions
were based on a misapprehension of the evidence
and absolved Dr. Steele of liability. In his view, the
evidence failed to establish a causal link between
Dr. Steele’s actions and the injury. I agree.
[107] Le juge Smith a estimé que ces conclusions
étaient fondées sur une mauvaise appréciation de
la preuve et a déchargé le Dr Steele de toute respon­
sabilité. À son avis, la preuve n’établissait aucun
lien de causalité entre les actes du Dr Steele et le
préjudice. Je suis d’accord.
[108] First, there was no evidence to support the
view that Dr. Steele’s failure to assess Ms. Cojocaru
earlier in the day was a departure from the prevailing
professional practice. There were no signs of
uterine rupture until after 17:45. All the evidence
[108] Premièrement, rien ne permettait de con­clure
que le défaut du Dr Steele d’évaluer Mme Cojocaru
plus tôt dans la journée constituait un écart par
rapport à la pratique professionnelle courante. Elle
ne présentait aucun signe de rupture utérine avant
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
395
supports the view that as the on-call obstetrician,
Dr. Steele was entitled to rely on the obstetrical
residents, Dr. Edris and Dr. Green, and the nursing
staff to care for Ms. Cojocaru. He expected to be
called when needed.
17 h 45. Tous les éléments de preuve étayent le
point de vue selon lequel, en tant qu’obs­tétricien de
garde, le Dr Steele avait le droit de s’en remettre
aux résidents en obstétrique, les Drs Edris et Green,
et au personnel infirmier pour prendre soin de
Mme Cojocaru. Il s’attendait à être appelé au besoin.
[109] Second, as for his failure to attend on
Ms. Cojocaru when he spoke with Nurse Bellini
at 18:05, it is clear on the evidence that even if
Dr. Steele had been present at that time — or at
18:00 when the trial judge found that the nurses
first should have called a doctor — it would have
made no difference. As discussed below, the
Hospital’s only staffed operating room was occu­
pied at that time — a fact which the trial judge
failed to mention.
[109] Deuxièmement, s’agissant de son défaut de
s’occuper de Mme Cojocaru lorsqu’il a parlé à l’infir­
mière Bellini à 18 h 5, la preuve démontre claire­
ment que, même si le Dr Steele avait été présent à
ce moment-là — ou à 18 h, heure à laquelle les
infirmières auraient d’abord dû appeler un médecin
selon le juge de première instance —, sa présence
n’aurait rien changé. Comme nous le verrons plus
loin, la seule salle d’opération dotée de personnel
était occupée à ce moment-là — un fait que le juge
de première instance n’a pas mentionné.
4. Liability of Nurse Bellini and the Hospital
4. La responsabilité de l’infirmière Bellini et de
l’hôpital
[110] The trial judge found Nurse Bellini (and
therefore the Hospital which employed her) liable
in negligence for not observing and responding to
the signs of uterine rupture earlier. He found that
Nurse Bellini should have called Dr. Green, the
obstetrical resident present at the Hospital, by 18:00
hours, and that had she done so, the injury would
have been avoided.
[110] Le juge de première instance a tenu
l’infirmière Bellini et, par conséquent, l’hôpital
qui l’employait, responsables de négligence pour
ne pas avoir remarqué les signes de rupture utérine
et agi en conséquence plus tôt. Il a conclu que
l’infirmière Bellini aurait dû appeler le Dr Green,
le résident en obstétrique présent à l’hôpital, au
plus tard à 18 h et que, si elle l’avait fait, le préjudice
aurait été évité.
[111] Justice Smith held that the evidence showed
that even if Nurse Bellini had called Dr. Green
at 18:00, the loss would not have been prevented,
because the caesarean section could not have been
performed in time to avoid the injury Eric suffered,
due to lack of a staffed operating room. I agree.
[111] Selon le juge Smith, la preuve démontrait
que, même si l’infirmière Bellini avait appelé le
Dr Green à 18 h, la perte n’aurait pas été évitée parce
que la césarienne n’aurait pas pu être pratiquée à
temps pour éviter le préjudice subi par Eric, aucune
salle d’opération dotée de personnel n’étant dis­
ponible. Je suis d’accord.
[112] Eric was extruded from the ruptured uterus
and deprived of oxygen and nutrients at 18:18 (trial
reasons, at para. 206). The trial judge found (and,
indeed, it was undisputed) that the baby needed to
be delivered within 10-15 minutes of oxygen dep­
rivation to avoid permanent brain damage (that is,
by 18:28-18:33) (para. 220).
[112] Eric s’est retrouvé à l’extérieur de l’utérus
rompu et privé d’oxygène et de substances nutri­tives
à 18 h 18 (motifs de première instance, par. 206).
Le juge de première instance a conclu (et personne
n’a en fait contesté) que le bébé aurait dû être mis
au monde dans les 10 ou 15 minutes suivant la pri­
vation d’oxygène pour éviter des lésions cérébrales
permanentes (c’est-à-dire au plus tard entre 18 h 28
et 18 h 33) (par. 220).
396
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
[113] The critical question is this: If Nurse
Bellini had called Dr. Green at 18:00 as the trial
judge found she should have, could Eric have been
born before 18:28 to 18:33, when permanent brain
damage occurred? The answer to this question, on
the evidence before us, is no. The only operating
room with an anaesthetist was not available until
shortly before 18:30. Ms. Cojocaru’s operation
commenced at the earliest possible time, 18:30,
when the anaesthetist entered her operating room,
and Eric was duly delivered at 18:41. Even if Nurse
Bellini had sounded the alarm and called Dr. Green
at 18:00 instead of having Nurse Verwoerd call
him at 18:15, and if the caesarean section had been
ordered within 10 minutes of that call, as appears
likely, the result would have been the same because
the operation could not have commenced before it
did.
[113] La question cruciale est celle-ci : si l’infir­
mière Bellini avait appelé le Dr Green à 18 h comme
elle aurait dû le faire selon le juge de première
instance, Eric aurait-il pu naître avant que les
lésions cérébrales permanentes surviennent entre
18 h 28 et 18 h 33? La réponse à cette question est
non, au vu de la preuve dont nous disposons. La
seule salle d’opération dotée d’un anesthésiste n’a
été disponible que peu avant 18 h 30. La chirurgie
de Mme Cojocaru a débuté le plus tôt possible, soit
à 18 h 30, lorsque l’anesthésiste est entré dans
la salle d’opération, et Eric a été dûment mis au
monde à 18 h 41. Même si l’infirmière Bellini avait
sonné l’alarme et appelé le Dr Green à 18 h, plutôt
que de demander à l’infirmière Verwoerd de le
faire à 18 h 15, et même si la décision de pratiquer
une césarienne avait été prise dans les 10 minutes
suivant cet appel, comme on peut le croire, le résul­
tat aurait été le même parce que l’opération n’aurait
pas pu commencer plus tôt.
[114] The trial judge appears to have reasoned
that because it took 26 minutes from the time of
Nurse Verwoerd’s call at 18:15 for Eric to be born,
Eric would have been born by 18:26, before perma­
nent brain damage, had Nurse Bellini made the call
at 18:00 hours. However, this overlooked the fact
that no operating room staffed with an anaesthetist
was available until 18:30. On the evidence, it would
not have been possible to get another anaesthetist in
time to prevent the injury.
[114] Le juge de première instance semble avoir
conclu que, comme Eric est né 26 minutes après
l’appel de l’infirmière Verwoerd à 18 h 15, il serait
né au plus tard à 18 h 26, avant que les lésions
cérébrales permanentes ne surviennent, si l’infir­
mière Bellini avait fait l’appel à 18 h. Toutefois,
le juge n’a pas pris en compte le fait qu’aucune
salle d’opération dotée d’un anesthésiste n’a été
disponible avant 18 h 30. Au vu de la preuve, il
n’aurait pas été possible d’obtenir un autre anesthé­
siste à temps pour prévenir le préjudice.
[115] I conclude that even if Nurse Bellini had
observed and reacted to the signs of uterine rupture
by 18:00, as the trial judge said she should have
done, and even if Dr. Steele had attended personally
when he was paged, Eric could not have been
delivered in time to avoid permanent brain damage.
[115] Je conclus que, même si l’infirmière Bellini
avait remarqué les signes de rupture utérine et avait
agi en conséquence à 18 h, comme elle aurait dû le
faire selon le juge de première instance, et même si
le Dr Steele s’était rendu en personne auprès de la
mère d’Eric lorsqu’il a été appelé, Eric n’aurait pas
pu naître à temps pour éviter les lésions cérébrales
permanentes.
5. Conclusion
5. Conclusion
[116] The trial judge’s finding of liability against
Dr. Yue for failing to obtain Ms. Cojocaru’s in­
formed consent to VBAC should be affirmed.
However, I agree with Smith J.A. that the trial
[116] La conclusion du juge de première instance
selon laquelle la Dre Yue est responsable pour
ne pas avoir obtenu le consentement éclairé de
Mme Cojocaru à l’AVAC doit être confirmée.
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
La Juge en chef
397
judge’s findings of liability against Nurse Bellini,
the Hospital, and Drs. Steele and Edris must be set
aside.
Toutefois, je conviens avec le juge Smith que les
conclusions du juge de première instance relati­ve­
ment à la responsabilité de l’infirmière Bellini, de
l’hôpital et des Drs Steele et Edris doivent être
annulées.
6. Damages
6. Les dommages-intérêts
[117] The trial judge assessed damages against
the defendants he found liable in the sum of
$4,045,000, as follows (para. 367):
[117] Le juge de première instance a évalué les
dommages-intérêts payables par les défendeurs
reconnus responsables à 4 045 000 $, comme suit
(par. 367) : 
Non-Pecuniary Damages (Eric)
$ 321,000
Dommages non pécuniaires (Eric)
321 000 $
Non-Pecuniary Damages (Ms. Cojocaru) $
40,000
Dommages non pécuniaires (Mme Cojocaru) 40 000 $
Income Loss/Loss of Earning Capacity
$ 850,000
Perte de revenus/Perte de capacité de gains 850 000 $
Loss of Interdependent Relationship
$
25,000
Perte de relation d’interdépendance
25 000 $
Future Care Costs
$ 2,665,000
Coûts des soins futurs
2 665 000 $
“In Trust” Claim
$ 144,000
Réclamation à titre fiduciaire
144 000$
TOTAL$
4,045,000
TOTAL
4 045 000$
[118] Justice Smith indicated that he would have
reduced the damages against Dr. Yue (the only de­
fendant found liable) but declined to go into the
matter in light of the new trial ordered by the majority.
[118] Le juge Smith a indiqué qu’il aurait réduit
le montant des dommages-intérêts payables par la
Dre Yue (la seule défenderesse jugée responsable),
mais il a refusé d’examiner cette question en raison
de la décision des juges majoritaires d’ordonner la
tenue d’un nouveau procès.
[119] The defendants challenge the trial judge’s
conclusions on the quantum of damages.
[119] Les défendeurs contestent les conclusions
du juge de première instance sur le montant des
dommages-intérêts.
[120] In my view, the trial judge’s findings on
damages were supported by the evidence and dis­
close no palpable and overriding error that would
justify appellate intervention. The defendants es­
sentially ask this Court to re-weigh the evidence,
something we cannot do.
[120] À mon avis, les conclusions du juge de
première instance sur les dommages-intérêts étaient
étayées par la preuve et ne présentent aucune erreur
manifeste et dominante qui justifierait une inter­
vention en appel. Les défendeurs demandent essen­
tiellement à notre Cour de soupeser de nouveau la
preuve, ce que nous ne pouvons faire.
[121] It is true that the trial judge overstated the
matter when he referred to “clear and uncontradicted
evidence” of “direct damage to Eric’s cerebral
hemi­spheres” (para. 239). In fact, the evidence
was contested; indeed, it seems arguable that
the weight of the evidence was that there was no
damage to the cerebral hemispheres. However,
there was some evidence, particularly in the reports
[121] Il est vrai que le juge de première ins­
tance a exagéré lorsqu’il a fait référence à une
[traduction] « preuve claire et non contredite »
de « dommages directs aux hémisphères cérébraux
d’Eric » (par. 239). En fait, la preuve était contestée;
en effet, il semble possible de soutenir que, selon la
prépondérance de la preuve, Eric n’a subi aucune
lésion aux hémisphères cérébraux. Toutefois, le juge
398
cojocaru
v.
b.c. women’s hospital
The Chief Justice
[2013] 2 S.C.R.
of Dr. Kaushansky and Dr. Hahn, on which the trial
judge was entitled to find that Eric suffered damage
to his cerebral hemispheres. Accordingly, I cannot
conclude that the trial judge committed reversible
error in his assessment of the nature of Eric’s injury.
de première instance disposait d’une certaine preuve,
en particulier dans les rapports des Drs Kaushansky
et Hahn, lui permettant de conclure qu’Eric a subi
des lésions aux hémisphères céré­braux. Par con­
séquent, je ne saurais conclure que le juge de pre­
mière instance a commis, dans son évaluation de la
nature du préjudice subi par Eric, une erreur qui
jus­tifierait une intervention en appel.
[122] I am also of the view that the trial judge
was entitled to give little weight to the defendant
physicians’ cost of care expert, Ms. Mageau. The
trial judge found that she relied on a number of
incorrect assumptions in her report. In arguing that
the assumptions were well founded, the defendant
physicians are asking this Court to re-weigh the
evidence. Ms. Mageau based her assumptions on
the findings of other experts, many of which were
contradicted, and many of which the trial judge
rejected. Accordingly, the trial judge was entitled to
find that the assumptions underlying Ms. Mageau’s
report were incorrect.
[122] Je suis également d’avis que le juge de
pre­mière instance était en droit d’accorder peu
de poids à l’opinion de Mme Mageau, l’experte
des médecins défendeurs en matière de coûts des
soins. Le juge de première instance a conclu qu’elle
s’était fondée sur un certain nombre d’hypothèses
erronées dans son rapport. En plaidant que ces
hypo­thèses étaient bien fondées, les médecins
défen­deurs demandent à notre Cour de soupeser de
nouveau la preuve. Mme Mageau a fondé ses hypo­
thèses sur des conclusions d’autres experts, dont
beaucoup ont été contredites, et dont beaucoup ont
été rejetées par le juge de première instance. Par
conséquent, le juge de première instance pouvait
conclure que les hypothèses sous-tendant le rapport
de Mme Mageau étaient erronées.
V. Disposition
V. Dispositif
[123] I would allow the appeal. I would also
allow the cross-appeal and reverse the order of
the trial judge in part. The plaintiffs are entitled to
damages against Dr. Yue in the amount assessed by
the trial judge and to costs in the courts below and
on the appeal here, payable by Dr. Yue. The actions
against Nurse Bellini, the Hospital and Drs. Steele
and Edris are dismissed. The defendants, Nurse
Bellini and the Hospital are entitled to their costs on
the cross-appeal alone, payable by the plaintiffs. As
Drs. Edris and Steele did not cross-appeal, they are
not entitled to costs.
[123] Je suis d’avis d’accueillir le pourvoi. Je suis
également d’avis d’accueillir l’appel incident et
d’infirmer en partie l’ordonnance du juge de pre­
mière instance. La Dre Yue paiera aux demandeurs
le montant de dommages-intérêts fixé par le juge
de première instance et les dépens relativement
aux instances devant les juridictions inférieures et
au pourvoi devant notre Cour. Les actions contre
l’infirmière Bellini, l’hôpital et les Drs Steele et
Edris sont rejetées. L’infirmière Bellini et l’hôpital
défendeurs ont droit à leurs dépens relativement
au pourvoi incident seulement, payables par les
demandeurs. Les Drs Edris et Steele, n’ayant pas
formé de pourvoi incident, n’ont pas droit aux dépens.
Appeal and cross-appeal allowed with costs.
Pourvoi et pourvoi incident accueillis avec
dépens.
Solicitors for the appellants/respondents on
cross-appeal: Pacific Medical Law, Vancouver;
Procureurs des appelants/intimés au pourvoi
incident : Pacific Medical Law, Vancouver;
[2013] 2 R.C.S.
cojocaru
c.
b.c. women’s hospital
399
Whitelaw Twining Law Corp., Vancouver; Supreme
Advocacy, Ottawa.
Whitelaw Twining Law Corp., Vancouver; Supreme
Advocacy, Ottawa.
Solicitors for the respondents/appellants on
cross-appeal the British Columbia Women’s
Hospital and Health Centre and F. Bellini: Guild
Yule, Vancouver.
Procureurs des intimés/appelants au pourvoi
incident British Columbia Women’s Hospital and
Health Centre et F. Bellini : Guild Yule, Vancouver.
Solicitors for the respondents Dale R. Steele,
Jenise Yue and Fawaz Edris: Harper Grey,
Vancouver.
Procureurs des intimés Dale R. Steele, Jenise
Yue et Fawaz Edris : Harper Grey, Vancouver.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario,
Toronto.
Solicitors for the intervener the Trial Lawyers
Association of British Columbia: Farris, Vaughan,
Wills & Murphy, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante Trial Lawyers
Association of British Columbia : Farris, Vaughan,
Wills & Murphy, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Canadian Bar
Association: Osler, Hoskin & Harcourt, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association du
Barreau canadien : Osler, Hoskin & Harcourt,
Toronto.
400
R.
v.
[2013] 2 S.C.R.
ibanescu
Mihai Ibanescu Appellant
Mihai Ibanescu Appelant
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
Indexed as: R. v. Ibanescu
Répertorié : R. c. Ibanescu
2013 SCC 31
2013 CSC 31
File No.: 34653.
No du greffe : 34653.
2013: May 15; 2013: May 30.
2013 : 15 mai; 2013 : 30 mai.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
quebec
en appel de la cour d’appel du québec
Criminal law — Evidence — Operation of vehicle
with blood alcohol level exceeding legal limit — Section
258(1)(d.1) of Criminal Code providing that, absent
evidence to contrary, breathalyser reading above 80 mg
of alcohol per 100 mL of blood is proof that blood
alco­hol concentration exceeded legal limit at time of
driving — Evidence placing appellant’s blood alcohol
concentration in range that straddled legal limit at time
of driving — Whether “straddle evidence” can rebut
statutory presumption.
Droit criminel — Preuve — Conduite d’un véhicule
avec une alcoolémie supérieure à la limite légale —
L’article 258(1)d.1) du Code criminel précise que, en
l’absence de preuve à l’effet contraire, si l’alcootest
indique une alcoolémie supérieure à 80 mg d’alcool
par 100 ml de sang ce résultat fait foi d’une alcoolémie
supérieure à la limite légale au moment de la conduite
du véhicule — Existence de preuve situant l’alcoolémie
de l’appelant dans une fourchette chevauchant la limite
légale lorsque ce dernier conduisait — Cette « preuve de
chevauchement » peut-elle réfuter la présomption légale?
Held: The appeal should be allowed.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli.
The straddle evidence in this case was admissible
and the trial judge committed no error in finding that the
statutory presumption had been rebutted. Nor did the trial
judge commit any error in weighing the appellant’s other
indicia of impairment.
La preuve de chevauchement était recevable et le juge
du procès n’a pas commis d’erreur lorsqu’il a conclu que
la présomption légale avait été réfutée. Il n’a pas non
plus commis d’erreur dans son appréciation des autres
éléments donnant à penser que les facultés de l’appelant
étaient affaiblies.
Cases Cited
Jurisprudence
Applied: R. v. Gibson, 2008 SCC 16, [2008] 1 S.C.R.
397.
Arrêt appliqué : R. c. Gibson, 2008 CSC 16, [2008]
1 R.C.S. 397.
APPEAL from a judgment of the Quebec
Court of Appeal (Duval Hesler C.J. and Dalphond
and Bich JJ.A.), 2011 QCCA 2304, SOQUIJ
AZ-50813303, [2011] J.Q. no 18752 (QL), 2011
CarswellQue 13644, setting aside the accused’s
acquittal and substituting a conviction. Appeal
allowed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du
Québec (la juge en chef Duval Hesler et les juges
Dalphond et Bich), 2011 QCCA 2304, SOQUIJ
AZ-50813303, [2011] J.Q. no 18752 (QL), 2011
CarswellQue 13644, qui a écarté l’acquittement
de l’accusé et y a substitué une déclaration de cul­
pabilité. Pourvoi accueilli.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
ibanescu
Rose-Mélanie Drivod, for the appellant.
Dennis Galiatsatos and Benoit Lauzon, for the
respondent.
The following is the judgment delivered by
La Cour
401
Rose-Mélanie Drivod, pour l’appelant.
Dennis Galiatsatos et Benoit Lauzon, pour
l’intimée.
Version française du jugement rendu par
[1] The Court — In R. v. Gibson, 2008 SCC 16,
[2008] 1 S.C.R. 397, a majority of this Court — for
the reasons of LeBel and Deschamps JJ. — held
that straddle evidence is admissible to rebut the
statutory presumption that the blood alcohol level
of the accused exceeded the legal limit at the time
of driving, although there was disagreement on the
issue of the probative value of this evidence. In our
view, a statement of a legal principle that is accepted
by a majority of the Court constitutes the opinion of
the Court with respect to that legal principle. This
is so even if some of the members of the Court
who endorse that legal principle dissent from the
majority’s disposition of the appeal. Therefore, the
straddle evidence in this appeal was admissible.
[1] La Cour — Dans R. c. Gibson, 2008 CSC 16,
[2008] 1 R.C.S. 397, les juges majoritaires de la
Cour, pour les motifs des juges LeBel et Deschamps,
concluent à la recevabilité de la preuve de chevau­
chement pour réfuter la présomption légale selon
laquelle l’alcoolémie de l’accusé dépassait la limite
légale lorsqu’il était au volant. Toutefois, il y a
désaccord quant à la question de la force probante
de cette preuve. Selon nous, l’énoncé d’un principe
juridique auquel souscrivent en majorité les juges de
la Cour représente l’avis de la Cour sur ce principe
juridique. Il en va ainsi malgré le fait que certains
juges de la Cour qui adhèrent à ce principe sont
dissidents pour ce qui est du dispositif du pourvoi.
La preuve de chevauchement était donc recevable
en l’espèce.
[2] With respect to the probative value of the
evidence, we would adopt the reasons of LeBel J. in
Gibson as setting out the appropriate test.
[2] En ce qui concerne la force probante de la
preuve, nous souscrivons à l’opinion du juge LeBel
dans Gibson.
[3] Applying these principles, we would allow
the appeal. LeBel J. in Gibson found that straddle
evidence showing blood alcohol content between
40 mg of alcohol per 100 mL of blood, assuming
an elimination rate of 20 mg per hour, and 82 mg,
assuming an elimination rate of 10 mg, “may be
capable of raising a reasonable doubt” as to whether
the accused’s blood alcohol content exceeded the
legal limit at the time of driving: para. 72. The
strad­dle range in this case was almost identical
to LeBel J.’s example, placing the appellant’s
blood alcohol content within a range of 57 mg,
assuming an elimination rate of 15 mg, and 83 mg,
assuming a rate of 10 mg, at the time of driving.
The trial judge who, in accordance with LeBel J.’s
reasons in Gibson, weighed this evidence in the
light of all of the evidence at trial, committed no
legal error in finding that the statutory presumption
had been rebutted. Nor did the trial judge commit
any palpable or overriding errors in weighing the
[3] Sur le fondement de ces principes, nous som­
mes d’avis d’accueillir le pourvoi. Dans l’arrêt
Gibson, le juge LeBel conclut qu’une preuve de che­
vauchement selon laquelle l’alcoolémie se situe
entre 40 mg d’alcool par 100 ml de sang, à supposer
que le taux d’élimination soit de 20 mg par heure,
et 82 mg, à supposer qu’il soit de 10 mg par heure,
« pourrait soulever un doute raisonnable » quant à
savoir si l’alcoolémie de l’accusé dépassait la limite
légale lorsqu’il était au volant (par. 72). Dans la
présente affaire, la fourchette est presque identique
à celle donnée en exemple par le juge LeBel et
situe l’alcoolémie de l’appelant lors de l’infraction
alléguée entre 57 mg, à raison d’une élimination de
15 mg par heure, et 83 mg, à raison d’une élimi­
nation de 10 mg par heure. Conformément aux
motifs du juge LeBel dans Gibson, le juge du pro­
cès a soupesé cet élément de preuve au regard de
l’ensemble de la preuve offerte au procès et il n’a
pas commis d’erreur de droit lorsqu’il a conclu à
402
R.
v.
ibanescu
The Court
[2013] 2 S.C.R.
appellant’s other indicia of impairment (2009
QCCQ 4279 (CanLII)).
la réfutation de la présomption légale. Il n’a pas
non plus commis d’erreur manifeste et dominante
dans son appréciation des autres éléments donnant
à penser que les facultés de l’appelant étaient
affaiblies (2009 QCCQ 4279 (CanLII)).
[4] Accordingly, we would allow the appeal and
reinstate the appellant’s acquittal at trial.
[4] En conséquence, nous sommes d’avis
d’accueil­lir le pourvoi et de rétablir l’acquittement
de l’appelant prononcé en première instance.
Appeal allowed.
Pourvoi accueilli.
Solicitors for the appellant: Schurman, Longo,
Grenier, Montréal.
Procureurs de l’appelant : Schurman, Longo,
Grenier, Montréal.
Solicitor for the respondent: Poursuites crimi­
nelles et pénales du Québec, Montréal.
Procureur de l’intimée : Poursuites criminelles
et pénales du Québec, Montréal.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
403
Cathie Gauthier Appellant
Cathie Gauthier Appelante
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
and
et
Attorney General of Ontario Intervener
Procureur général de l’Ontario Intervenant
Indexed as: R. v. Gauthier
Répertorié : R. c. Gauthier
2013 SCC 32
2013 CSC 32
File No.: 34444.
No du greffe : 34444.
2012: December 13; 2013: June 7.
2012 : 13 décembre; 2013 : 7 juin.
Present: LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Moldaver,
Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : Les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein,
Moldaver, Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
quebec
en appel de la cour d’appel du québec
Criminal law — Defences — Charge to jury —
Defences that are incompatible in theory — Accused
charged with being party, together with her spouse, to
murder of their three children — Alternative defence
that accused had abandoned common intention to
kill children — Whether it was appropriate to exclude
defence of abandonment from defences put to jury on
basis that it was incompatible with defence’s principal
theory, absence of mens rea.
Droit criminel — Moyens de défense — Exposé au
jury — Défenses incompatibles en théorie — Accusée
inculpée d’avoir participé avec son conjoint au meurtre
de leurs trois enfants — Moyen de défense subsidiaire
selon lequel l’accusée avait abandonné le projet commun
de tuer les enfants — La défense de renonciation
devait‑elle être exclue des moyens de défense soumis
à l’appréciation du jury en raison de son caractère
incompatible avec la thèse principale de la défense, soit
l’absence d’intention coupable?
Criminal law — Defences — Abandonment —
Participation in crime — Accused charged with being
party, together with her spouse, to murder of their
three children — Alternative defence that accused
had abandoned common intention to kill children —
Essential elements of defence of abandonment in context
of forms of participation in crime provided for in s. 21(1)
and s. 21(2) of Criminal Code — Whether defence of
abandonment raised by accused met air of reality test.
Droit criminel — Moyens de défense — Renonciation
— Participation criminelle — Accusée inculpée d’avoir
participé avec son conjoint au meurtre de leurs trois
enfants — Moyen de défense subsidiaire selon lequel
l’accusée avait abandonné le projet commun de tuer les
enfants — Éléments essentiels à l’existence d’une défense
de renonciation dans le contexte de la participation
criminelle prévue aux par. 21(1) et 21(2) du Code cri­
minel — La défense de renonciation invoquée par
l’accusée répondait‑elle au critère de la vraisemblance?
G was charged with being a party, together with
her spouse, L, to the murder of their three children at
the dawn of the year 2009. According to the Crown’s
theory, G was a party to the murder in planning it as part
of a murder‑suicide pact and in supplying the murder
weapon. She did not act to prevent the children from
being poisoned with drinks served by her spouse, which
contained Gravol and oxazepam. Thus, she aided L to
G a été accusée d’avoir participé avec son conjoint L
au meurtre de leurs trois enfants à l’aube de l’année 2009.
Selon la thèse du ministère public, G aurait participé au
meurtre en planifiant le tout au moyen d’un pacte de
meurtre‑suicide et en fournissant l’arme du crime. Elle
aurait omis d’intervenir afin d’empêcher les enfants d’être
intoxiqués par les boissons servies par son conjoint,
lesquelles contenaient du Gravol et de l’oxazépam. Elle
404
R.
v.
GAUTHIER
[2013] 2 S.C.R.
kill the children. At her jury trial, G submitted in her
defence that she had not bought the medication to poison
her children, that she was in a dissociative state on
December 31, 2008 when she wrote some incriminating
documents, and that this state meant she could not have
formed the specific intent to commit the murders. In the
alternative, should her argument based on the absence
of mens rea be rejected, she claimed to have abandoned
the common purpose of killing the children and to have
clearly communicated her intention to do so to her
spouse. The jury found G guilty of the first degree murder
of her three children. The Court of Appeal upheld the
guilty verdict, concluding that the trial judge had not
erred in refusing to put the defence of abandonment to
the jury, since it was incompatible with the defence’s
principal theory.
aurait donc aidé L à tuer les enfants. À son procès devant
jury, G a soutenu en défense qu’elle n’a pas acheté les
médicaments dans le but d’empoisonner les enfants,
qu’elle était dans un état de dissociation le 31 décembre
2008 lorsqu’elle a rédigé des documents incriminants et
que cet état l’empêchait de formuler l’intention spécifique
de commettre les meurtres. Subsidiairement, dans la
mesure où son argument fondé sur l’absence d’intention
coupable ne serait pas retenu, elle a prétendu qu’elle
avait abandonné le projet commun de tuer les enfants,
intention qu’elle avait clairement signifiée à son conjoint.
Le jury a déclaré G coupable du meurtre au premier
degré de ses trois enfants. La Cour d’appel a maintenu
le verdict de culpabilité et a conclu que le juge du procès
n’avait pas commis d’erreur en refusant de soumettre au
jury la défense d’abandon d’intention (ou défense de
renonciation) puisqu’elle était incompatible avec la thèse
principale de la défense.
Held (Fish J. dissenting): The appeal should be dis­
missed.
Arrêt (le juge Fish est dissident) : Le pourvoi est
rejeté.
Per LeBel, Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis
and Wagner JJ.: There is no cardinal rule against putting
to a jury an alternative defence that is at first glance
incompatible with the primary defence. The issue is not
whether such a defence is compatible or incompatible
with the primary defence, but whether it meets the air of
reality test. In any case, the trial judge must determine
whether the alternative defence has a sufficient factual
foundation, that is, whether a properly instructed jury
acting reasonably could accept the defence if it believed
the evidence to be true.
Les juges LeBel, Abella, Rothstein, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner : Il n’existe pas de règle car­
dinale s’opposant à la présentation au jury d’un moyen
de défense subsidiaire incompatible à première vue
avec le moyen de défense principal. La question n’est
pas de savoir si de telles défenses sont compatibles ou
incompatibles avec la thèse principale, mais plutôt de
déterminer si elles satisfont au critère de la vraisemblance.
Dans tous les cas, le juge du procès doit vérifier si le
moyen de défense subsidiaire a un fondement factuel
suffisant, c’est-à-dire si un jury raisonnable ayant reçu
des directives appropriées pourrait y adhérer, s’il ajoutait
foi à cette preuve.
The defence of abandonment must be submitted to
the jury only if there is evidence in the record that is
reasonably capable of supporting the necessary inferences
in respect of each of the elements of this defence. The
defence can be raised by an accused who is a party to
an offence on the basis that he or she did or omitted
to do anything for the purpose of aiding any person to
commit the offence, or abetted any person in committing
it (s. 21(1) of the Criminal Code), or on the basis that
he or she had formed with other persons an intention to
carry out an unlawful purpose and to assist each other
therein and that an offence was committed in carrying
out the common purpose (s. 21(2) of the Criminal Code),
if the evidence shows (1) that there was an intention to
abandon or withdraw from the unlawful purpose; (2) that
there was timely communication of this abandonment
or withdrawal from the person in question to those who
La défense d’abandon d’intention doit être soumise
au jury uniquement s’il existe au dossier une preuve
rai­sonnablement susceptible d’étayer les inférences
nécessaires quant à l’existence de chacun des éléments
de ce moyen de défense. Une telle défense peut être
invo­quée par l’accusé qui participe à une infraction en
accomplissant ou en omettant d’accomplir quelque
chose dans le but d’aider quelqu’un à la commettre ou
en encourageant quelqu’un à la commettre (par. 21(1) du
Code criminel), ou encore en formant avec d’autres le
projet de poursuivre une fin illégale et de s’y entraider
et qu’une infraction est commise lors de la réalisation
de cette fin commune (par. 21(2) du Code criminel), si
la preuve permet d’établir les éléments suivants : (1) il
existe une intention d’abandonner le projet criminel ou
de s’en désister; (2) cet abandon ou ce désistement a été
communiqué en temps utile par l’intéressé à ceux qui
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
405
wished to continue; (3) that the communication served
unequivocal notice upon those who wished to continue;
and (4) that the accused took, in a manner proportional to
his or her participation in the commission of the planned
offence, reasonable steps in the circumstances either to
neutralize or otherwise cancel out the effects of his or
her participation or to prevent the commission of the of­
fence. There will be circumstances in which timely and
unequivocal communication by the accused of his or
her intention to abandon the unlawful purpose will be
considered sufficient to neutralize the effects of his or
her participation in the crime. But there will be other
circumstances, primarily where a person has aided in the
commission of the offence, in which it is hard to see how
timely communication to the principal offender of the
person’s intention to withdraw from the unlawful purpose
will on its own be considered reasonable and sufficient.
désirent continuer; (3) la communication a servi d’avis
non équivoque à ceux qui désirent continuer; (4) l’accusé
a pris, proportionnellement à sa participation à la com­
mission du crime projeté, les mesures raisonnables, dans
les circonstances, soit pour neutraliser ou autrement
annuler les effets de sa participation soit pour empêcher la
perpétration de l’infraction. Dans certaines circonstances,
la communication en temps utile par l’accusé de son
inten­
tion non équivoque d’abandonner l’entreprise
illégale sera jugée suffisante pour neutraliser les effets
de sa participation criminelle. En d’autres circonstances,
et principalement dans les cas où une personne aide à la
commission de l’infraction, il est difficile de concevoir
que le simple fait pour cette personne de communiquer
en temps opportun à l’auteur principal sa volonté de se
retirer du projet d’infraction sera jugé raisonnable et
suffisant.
In this case, G’s evidence that she communicated her
withdrawal from the deadly plan and that her communi­
cation was timely and unequivocal is insufficient.
The only relevant passage from her testimony is one
in which she used the plural pronoun “we” (using the
French pronoun “on” as an equivalent for the plural
“nous”) in saying “I told Marc we couldn’t [do that]”.
But even if it were assumed that this evidence would be
sufficient for a jury to reasonably conclude that G had
communicated her intention to withdraw from the plan
and that her communication was timely and unequivocal,
that communication would not on its own have sufficed,
in the circumstances of this case, for the judge to put the
defence of abandonment to the jury. G did more than
merely promise to take part in the murder‑suicide pact.
She supplied her spouse with the intoxicants he used to
cause the children’s deaths. She therefore had to do more
either to neutralize the effects of her participation or to
prevent the commission of the offence. For example, she
could have hidden or destroyed the medication she had
purchased, remained watchful and taken the children to
a safe place for the evening, insisted that her spouse give
her verbal confirmation of what he intended to do, or
simply called the authorities. The record did not therefore
contain evidence upon which a properly instructed jury
acting reasonably could have found that G had abandoned
the common unlawful purpose, and could accordingly
have acquitted her, if it believed the evidence to be true.
The defence of abandonment therefore did not meet the
air of reality test, and the trial judge was not required to
put the defence to the jury.
En l’espèce, la preuve de G selon laquelle elle a
communiqué de façon non équivoque et en temps utile
son retrait du plan meurtrier est insuffisante. Le seul
passage pertinent de son témoignage est celui où elle
utilise le pronom « on » comme synonyme du pronom
pluriel « nous », dans la phrase « j’ai dit à Marc que on
pouvait pas [faire cela] ». Néanmoins, même en tenant
pour acquis que cette preuve est suffisante pour qu’un jury
puisse raisonnablement conclure que G a communiqué sa
volonté de se retirer du plan de manière non équivoque
et en temps utile, dans les circonstances de la présente
affaire, cette communication n’était pas suffisante à
elle seule pour autoriser le juge à soumettre la défense
d’abandon aux jurés. Les gestes de G ne se sont pas
limités à une simple promesse de participer au pacte de
meurtre‑suicide. G a fourni et mis à la disposition de son
époux les substances intoxicantes utilisées par ce dernier
pour provoquer la mort des enfants. En conséquence,
elle devait faire davantage soit pour neutraliser les effets
de sa participation soit pour empêcher la perpétration
de l’infraction. Elle aurait pu, par exemple, cacher ou
détruire les médicaments achetés, demeurer vigilante et
emmener les enfants dans un endroit sûr pour la soirée,
insister pour obtenir une confirmation verbale de son
époux au sujet de ses intentions ou tout simplement faire
appel aux autorités. Il n’y avait donc au dossier aucune
preuve permettant à un jury ayant reçu les directives
appropriées et agissant raisonnablement de conclure
que G avait abandonné le projet d’infraction commun et
ainsi de prononcer l’acquittement, s’il ajoutait foi à cette
preuve. Partant, la défense d’abandon ne satisfaisait pas
au critère de la vraisemblance, et le juge du procès n’était
pas tenu de la soumettre aux jurés.
406
R.
v.
GAUTHIER
[2013] 2 S.C.R.
Per Fish J. (dissenting): Canadian courts have for
more than 70 years held that the defence of abandonment
comprises only two essential elements: (i) change of
intention; and (ii) where practical and reasonable, timely
and unequivocal notice of withdrawal. This test has
been repeatedly and consistently applied in prosecutions
under s. 21(1) and s. 21(2) of the Criminal Code alike.
The defence of abandonment does not require that the
accused take steps to neutralize prior participation in
the criminal enterprise or to prevent the commission
of the offence. While such evidence may strengthen a
defence of abandonment, failure to take neutralizing or
preventative steps is not fatal.
Le juge Fish (dissident) : Les tribunaux canadiens
affirment depuis plus de 70 ans que le moyen de défense
de la renonciation (ou défense d’abandon d’intention)
comporte uniquement deux éléments essentiels : (i) un
changement d’intention; (ii) un avis non équivoque de
retrait donné en temps opportun lorsqu’il est pratique et
raisonnable de le faire. Ce critère a été appliqué régu­
lièrement et à maintes reprises tant dans des poursuites
engagées en application du par. 21(1) que dans d’autres
intentées en vertu du par. 21(2) du Code criminel. Le
moyen de défense de la renonciation n’exige pas que
l’accusé prenne des mesures pour annuler sa participation
antérieure à l’entreprise criminelle ou empêcher la
perpétration de l’infraction. Bien que la preuve de telles
mesures puisse renforcer ce moyen de défense, l’absence
de mesures d’annulation ou de prévention n’est pas
fatale.
In light of the state of the law universally accepted in
Canada at the time of G’s trial, it would be fundamentally
unfair at this stage to fault her for failing to demonstrate
anything more than a change of intention, plus timely
and unequivocal notice of withdrawal from the murder‑
suicide pact. Since G’s testimony provided some evi­
dence on these two essential elements, there was an air of
reality to the defence. The trial judge therefore erred by
withholding the defence of abandonment from the jury.
Incompatibility between G’s defence of abandonment and
her primary defence should not be relied upon to deprive
the accused of a defence for which an air of reality has
been established.
Il serait fondamentalement inéquitable à ce stade
de reprocher à G de ne pas avoir démontré davantage
qu’un changement d’intention et un avis non équivoque
de retrait du pacte de meurtre‑suicide donné en temps
opportun, compte tenu de l’état du droit reconnu par
tous au Canada au moment de son procès. Puisque le
témoignage de G contient une certaine preuve de ces
deux éléments essentiels, le moyen de défense était
vrai­semblable. Le juge du procès a donc commis une
erreur en soustrayant le moyen de défense de la renon­
ciation à l’examen du jury. Il ne faut pas s’appuyer
sur l’incompatibilité entre le moyen de défense de la
renonciation invoqué par G et son moyen de défense
principal pour la priver d’un moyen de défense dont la
vraisemblance a été établie.
G testified that she told L his plan did not make sense
and he “could not do it”. She also told him that she did not
want to be a part of it. She demonstrated her disapproval
of the murder‑suicide pact by tearing up two documents:
a last will and testament written by her and a story of L’s
life containing references to the pact. She was convinced
by his facial expression that the murder‑suicide pact was
off. This testimony provides some evidence that G no
longer intended to participate in the murder‑suicide pact
and that she provided timely and unequivocal notice of
this change of intention to the principal offender. That
the evidence could have left the jury with a reasonable
doubt as to G’s guilt is all that was required. It was for the
jury to determine whether G’s words and conduct were
believable and sufficient to demonstrate timely and un­
equivocal notice of withdrawal.
G a affirmé avoir dit à L que son plan n’avait aucun
sens et qu’il ne « pouvait pas faire ça ». Elle lui a
également fait part de son refus d’y participer. Elle a
manifesté son désaccord avec le pacte de meurtre‑suicide
en déchirant deux documents : un testament qu’elle avait
rédigé et une biographie de L faisant état du pacte. En
outre, l’expression faciale de ce dernier l’a convaincue
que le pacte avait été abandonné. Ce témoignage contient
une certaine preuve que G ne voulait plus participer
au pacte de meurtre‑suicide et qu’elle avait fait part
sans équivoque de cette volte‑face à l’auteur principal
de l’infraction en temps opportun. Tout ce qui était
nécessaire, c’était la possibilité qu’un doute raisonnable
subsiste dans l’esprit du jury à propos de la culpabilité
de G. Il appartenait au jury de décider si les propos et la
conduite de G étaient crédibles et suffisants pour établir
qu’un avis non équivoque de retrait avait été donné en
temps opportun.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
407
G is entitled to a fresh trial, where the jury will not
be wrongly prevented from considering on its merits her
defence of abandonment, however weak and unpromising
this Court might believe it to be.
G a droit à un nouveau procès durant lequel le jury
ne serait pas empêché à tort d’examiner sur le fond le
moyen de défense de la renonciation qu’elle invoque,
aussi faible et peu prometteur puisse‑t‑il paraître aux
yeux de la Cour.
Cases Cited
Jurisprudence
By Wagner J.
Citée par le juge Wagner
Considered: Wu v. The King, [1934] S.C.R. 609; R.
v. Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420; referred to: R. v.
Cinous, 2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3; R. v. Caron
(1998), 126 C.C.C. (3d) 84; R. v. Graveline, 2006 SCC
16, [2006] 1 S.C.R. 609; R. v. Faid, [1983] 1 S.C.R. 265;
Miller v. The Queen, [1977] 2 S.C.R. 680; Henderson v.
The King, [1948] S.C.R. 226; R. v. Kirkness, [1990] 3
S.C.R. 74; R. v. Bird, 2009 SCC 60, [2009] 3 S.C.R. 638;
R. v. Fournier, 2007 QCCA 1822 (CanLII).
Arrêts examinés : Wu c. The King, [1934] R.C.S.
609; R. c. Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420; arrêts
mentionnés : R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002] 2
R.C.S. 3; R. c. Caron (1998), 16 C.R. (5th) 276; R. c.
Graveline, 2006 CSC 16, [2006] 1 R.C.S. 609; R. c. Faid,
[1983] 1 R.C.S. 265; Miller c. La Reine, [1977] 2 R.C.S.
680; Henderson c. The King, [1948] R.C.S. 226; R. c.
Kirkness, [1990] 3 R.C.S. 74; R. c. Bird, 2009 CSC 60,
[2009] 3 R.C.S. 638; R. c. Fournier, 2007 QCCA 1822
(CanLII).
By Fish J. (dissenting)
Citée par le juge Fish (dissident)
R. v. Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420; Henderson v.
The King, [1948] S.C.R. 226; R. v. de Tonnancourt (1956),
115 C.C.C. 154; R. v. Merrifield, 1977 CarswellOnt 1806;
Miller v. The Queen, [1977] 2 S.C.R. 680; R. v. Wagner
(1978), 8 B.C.L.R. 258; R. v. Joyce (1978), 42 C.C.C. (2d)
141; R. v. Kirkness, [1990] 3 S.C.R. 74; R. v. Johanson
(1995), 166 A.R. 60; R. v. Fournier, 2002 NBCA 71, 252
N.B.R. (2d) 256; R. v. McKercher, [2002] O.J. No. 5859
(QL); R. v. Forknall, 2003 BCCA 43, 176 B.C.A.C. 284;
R. v. Lacoursière (2002), 7 C.R. (6th) 117; R. v. P.K.,
2006 ABCA 299, 397 A.R. 318; R. v. S.R.B., 2009 ABCA
45, 448 A.R. 124, rev’d 2009 SCC 60, [2009] 3 S.C.R.
638 (sub nom. R. v. Bird); R. v. Ball, 2011 BCCA 11, 298
B.C.A.C. 166; R. v. Leslie, 2012 BCSC 683 (CanLII);
R. v. O’Flaherty, [2004] EWCA Crim 526, [2004] 2 Cr.
App. R. 20 (p. 315); R. v. Otway, [2011] EWCA Crim 3
(BAILII); R. v. Fournier, 2007 QCCA 1822 (CanLII); R.
v. Edwards, 2001 BCSC 275 (CanLII); R. v. Cinous, 2002
SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3.
R. c. Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420; Henderson c.
The King, [1948] R.C.S. 226; R. c. de Tonnancourt (1956),
115 C.C.C. 154; R. c. Merrifield, 1977 CarswellOnt
1806; Miller c. La Reine, [1977] 2 R.C.S. 680; R. c.
Wagner (1978), 8 B.C.L.R. 258; R. c. Joyce (1978), 42
C.C.C. (2d) 141; R. c. Kirkness, [1990] 3 R.C.S. 74; R.
c. Johanson (1995), 166 A.R. 60; R. c. Fournier, 2002
NBCA 71, 252 R.N.‑B. (2e) 256; R. c. McKercher, [2002]
O.J. No. 5859 (QL); R. c. Forknall, 2003 BCCA 43, 176
B.C.A.C. 284; R. c. Lacoursière (2002), 7 C.R. (6th) 117;
R. c. P.K., 2006 ABCA 299, 397 A.R. 318; R. c. S.R.B.,
2009 ABCA 45, 448 A.R. 124, inf. par 2009 CSC 60,
[2009] 3 R.C.S. 638 (sub nom. R. c. Bird); R. c. Ball,
2011 BCCA 11, 298 B.C.A.C. 166; R. c. Leslie, 2012
BCSC 683 (CanLII); R. c. O’Flaherty, [2004] EWCA
Crim 526, [2004] 2 Cr. App. R. 20 (p. 315); R. c. Otway,
[2011] EWCA Crim 3 (BAILII); R. c. Fournier, 2007
QCCA 1822 (CanLII); R. c. Edwards, 2001 BCSC 275
(CanLII); R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002] 2 R.C.S. 3.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C‑46, s. 21.
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 21.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Campbell, Mark. “Turning Back the Clock: Aiders and
the Defence of Abandonment” (2010), 14 Can. Crim.
L.R. 1.
Manson, Allan. “Re‑codifying Attempts, Parties, and
Abandoned Intentions” (1989), 14 Queen’s L.J. 85.
Campbell, Mark. « Turning Back the Clock : Aiders and
the Defence of Abandonment » (2010), 14 Rev. can.
D.P. 1.
Manson, Allan. « Re‑codifying Attempts, Parties, and
Abandoned Intentions » (1989), 14 Queen’s L.J. 85.
408
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
Smith, John C. Commentary on R. v. Mitchell, [1999]
Crim. L.R. 497.
Stuart, Don. Canadian Criminal Law: A Treatise, 6th ed.
Scarborough, Ont.: Carswell, 2011.
Smith, John C. Commentary on R. v. Mitchell, [1999]
Crim. L.R. 497.
Stuart, Don. Canadian Criminal Law : A Treatise, 6th ed.
Scarborough, Ont. : Carswell, 2011.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court of
Appeal (Rochette, Morin and Bouchard JJ.A.), 2011
QCCA 1395 (CanLII), SOQUIJ AZ-50774324,
[2011] J.Q. no 9850 (QL), 2011 CarswellQue 7766,
upholding the accused’s convictions for first degree
murder. Appeal dismissed, Fish J. dissenting.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du
Québec (les juges Rochette, Morin et Bouchard),
2011 QCCA 1395 (CanLII), SOQUIJ AZ50774324, [2011] J.Q. n o 9850 (QL), 2011
CarswellQue 7766, qui a confirmé les déclarations
de culpabilité de meurtre au premier degré pronon­
cées contre l’accusée. Pourvoi rejeté, le juge Fish
est dissident.
René Duval, for the appellant.
René Duval, pour l’appelante.
Sonia Rouleau, Régis Boisvert and Mélanie Paré,
for the respondent.
Sonia Rouleau, Régis Boisvert et Mélanie Paré,
pour l’intimée.
Grace Choi and Christine Bartlett‑Hughes, for
the intervener.
Grace Choi et Christine Bartlett‑Hughes, pour
l’intervenant.
English version of the judgment of LeBel, Abella,
Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
delivered by
Le jugement des juges LeBel, Abella, Rothstein,
Moldaver, Karakatsanis et Wagner a été rendu par
Wagner J. —
Le juge Wagner —
I. Overview
I. Aperçu
[1] Under Canadian law, individuals who intend
to commit crimes may change their minds and avoid
criminal liability by abandoning that intention. This
appeal concerns, first of all, the circumstances in
which a trial judge may put seemingly incompatible
defences to a jury. Another question it raises is in
what circumstances the trial judge must put the
defence of abandonment to the jury in the context
of the form of participation in a crime provided for
in s. 21(1) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C‑46.
[1] Le droit canadien admet qu’une personne
qui a l’intention de commettre une infraction
crimi­nelle peut se raviser et ainsi échapper à la
respon­sabilité criminelle en abandonnant cette
intention. Le présent pourvoi porte tout d’abord sur
les circonstances qui autorisent le juge du procès à
soumettre à l’appréciation des membres d’un jury
des moyens de défense en apparence incompatibles.
Il soulève également la question de savoir dans
quelles circonstances le juge du procès doit sou­
mettre aux jurés la défense d’abandon d’intention
(ou défense de renonciation) dans le contexte d’une
participation criminelle selon les dispositions du
par. 21(1) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46.
[2] The appellant, Cathie Gauthier, was charged
with being a party, together with her spouse, to the
murder of their three children at the dawn of the
[2] L’appelante, Cathie Gauthier, a été accusée
d’avoir participé avec son conjoint au meurtre de
leurs trois enfants à l’aube de l’année 2009. Le
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
409
year 2009. On October 24 of that same year, upon
completion of a trial by judge and jury, she was
convicted on all three counts of first degree murder.
24 octobre de la même année, au terme d’un procès
devant juge et jury, elle a été reconnue coupable des
trois chefs d’accusation de meurtre au premier degré
des enfants.
[3] She submits that the trial judge erred in de­
cid­ing not to put to the jury the defence of aban­
donment of the common intention to kill the
children. For reasons that differ from those of the
Court of Appeal, I find that the judge did not err in
doing so, and I would dismiss the appeal.
[3] Elle soutient que le juge du procès a fait erreur
lorsqu’il a décidé de ne pas présenter au jury la
défense d’abandon du projet commun de tuer les
enfants. Pour des motifs qui diffèrent de ceux de
la Cour d’appel, je suis d’avis que le juge n’a pas
commis d’erreur et je rejetterais l’appel.
II. Facts
II. Les faits
[4] The facts of this case reveal a set of circum­
stances, as dramatic as they were tragic, that en­
gendered the despair that ultimately led to the
murder of three young children.
[4] Les faits du pourvoi révèlent un ensemble de
circonstances, tout aussi dramatiques que tragiques,
à l’origine du désespoir qui a ultimement conduit au
meurtre de trois jeunes enfants.
[5] Before I discuss the questions of law raised by
this appeal, a brief review of the facts is therefore
in order.
[5] Il convient donc de rappeler brièvement les
faits avant d’examiner les questions de droit sou­
levées par le pourvoi.
[6] The appellant met Marc Laliberté in 2000
and decided to move in with him in Chibougamau
with her daughter Joëlle from a previous union. The
couple had two other children: Marc‑Ange, born
in 2001, and Louis‑Philippe, born in 2004. They
moved to Amos in 2002. Misfortune seemed to dog
the family. The appellant was sexually assaulted, and
this caused her considerable emotional distress as a
result of which she was unable to leave the family
home for very long. Marc Laliberté lost his mother
and fell into a deep depression. Hoping for better
luck, the family left Amos for Saguenay, where
Kathie Ouellet, a childhood friend of the appellant’s,
lived. Marc Laliberté sold the family home and
quit his job, and the family settled into their new
surroundings. However, their new life got off to a
rough start.
[6] L’appelante rencontre Marc Laliberté en 2000
et décide d’emménager avec lui à Chibougamau,
en compagnie de sa fille Joëlle née d’une première
union. Le couple aura deux autres enfants, MarcAnge né en 2001 et Louis-Philippe en 2004. Ils
démé­nagent à Amos en 2002. Le mauvais sort
semble s’acharner sur la famille. L’appelante est
agres­sée sexuellement, événement qui lui cause
d’impor­tantes souffrances psychologiques l’empê­
chant de s’éloigner du foyer familial trop long­
temps. Marc Laliberté perd sa mère et sombre dans
une profonde dépression. Espérant des jours meil­
leurs, la famille quitte Amos pour Saguenay, où
habite une amie d’enfance de l’appelante, Kathie
Ouellet. Marc Laliberté vend la maison familiale,
quitte son emploi et la famille s’installe dans son
nouvel environnement. La nouvelle vie s’annonce
toutefois pénible.
[7] Once in Saguenay, Marc Laliberté had diffi­
culty finding a stable job and resigned himself to
receiving employment insurance benefits. Mean­
while, the appellant was unable to hold on to the
few short‑term jobs she was able to find. In short,
[7] Une fois rendu à Saguenay, Marc Laliberté
peine à dénicher un emploi stable et se résigne
à rece­
voir des prestations d’assurance-emploi.
L’appelante, pour sa part, ne peut conserver les
quelques emplois précaires qu’elle parvient à
410
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
the couple encountered ever greater financial diffi­
culties, and were forced to make an assignment in
bankruptcy in October 2008.
trouver. Bref, les difficultés financières s’accumu­
lent et amènent le couple à faire cession de ses
biens en octobre 2008.
[8] The holiday season was drawing near. On
Christmas Eve, despite their bad luck, the couple
decided to give the children the chance to enjoy this
“festive” period. Marc Laliberté refused to pay the
rent for December, and used the money so saved to
buy numerous gifts for the children and for friends.
[8] La période des Fêtes approche. À la veille de
Noël, et malgré leur infortune, le couple décide
néan­moins d’offrir aux enfants la chance de profiter
de cette période qui se veut festive. Marc Laliberté
refuse de payer le loyer du mois de décembre et
consacre l’argent ainsi épargné à l’achat de nom­
breux cadeaux pour les enfants et les amis.
[9] On December 27, 2008, the appellant renewed
her and her spouse’s prescriptions for oxazepam, a
soporific drug used to treat anxiety attacks, giving
false reasons for doing so early. She told the phar­
macist that her spouse was going through a difficult
period and that they were about to go on a trip.
While at the drug store, she also purchased some
children’s Gravol. That same day, the family went
to Normandin to visit members of Marc Laliberté’s
family for a few hours.
[9] Le 27 décembre 2008, l’appelante renouvelle,
avant terme et sous de faux prétextes, sa prescription
d’oxazépam — somnifère utilisé pour traiter les
crises d’anxiété — et celle de son époux. Pour
ce faire, elle explique à la pharmacienne que son
époux traverse une période difficile et qu’ils sont
sur le point de partir en voyage. Elle se procure à la
même occasion du Gravol pour enfants. Le même
jour, la famille se rend à Normandin pour une visite
de quelques heures dans la famille de Marc Laliberté.
[10] On December 28, 2008, the appellant sent an
e‑mail message entitled [translation] “a miracle,
please” to the Fondation maman Dion in which,
after recounting the family’s difficulties, she asked
for help. She wrote: “. . . I would like a miracle for
Dec. 31, 2008”.
[10] Le 28 décembre 2008, l’appelante adresse à
la Fondation maman Dion un courriel intitulé « un
miracle s.v.p. » dans lequel, après avoir fait le récit
des difficultés que traverse la famille, elle demande
de l’aide. Elle écrit : « . . . j’aimerais un miracle
pour le 31 déc. 2008 ».
[11] The evening of December 29, she visited her
friend Kathie Ouellet and told her that she did not
know what she would do with her children if her
spouse was not there. The next day, the appellant
gave her nicest clothes to Ms. Ouellet.
[11] Le soir du 29 décembre, elle rend visite à
son amie, Kathie Ouellet, et lui confie qu’elle ne
sait pas ce qu’elle ferait avec les enfants sans son
époux. Le lendemain, l’appelante donne ses plus
beaux vêtements à Kathie Ouellet.
[12] On December 31, according to the appellant,
her spouse spent the morning working on the
computer, and he turned the screen off every time
she came near. Around noon, he joined her in the
kitchen. He told her that he had made a decision and
that the whole family would be leaving together. He
then dictated some documents to her that she wrote
down like a robot, she said, after which she had no
memory of what was in them. Marc Laliberté then
left the house. According to the appellant, it was
then that she noticed some papers left on the kitchen
counter, and after reading them, she realized what
[12] Le 31 décembre, au dire de l’appelante, son
époux consacre la matinée à travailler à l’ordinateur
et ferme l’écran chaque fois qu’elle s’en approche.
Vers midi, il la rejoint dans la cuisine et lui men­
tionne qu’il a pris une décision et que toute la
famille va partir ensemble. Il lui dicte par la suite
le contenu de documents qu’elle rédige comme
un automate dit-elle, sans avoir aucun souvenir
de leur contenu. Marc Laliberté quitte ensuite
la maison. Selon l’appelante, c’est à ce moment
qu’elle remarque la présence des papiers laissés
sur le comptoir de la cuisine et que, après en avoir
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
411
was going on. When her spouse returned in the
afternoon, she told him she did not agree with the
murder‑suicide pact, and she tore up the documents.
She claimed to have understood from the expression
on her spouse’s face that he had resigned himself to
abandoning the dark plan.
pris connaissance, elle se rend compte de ce qui
se trame. Au retour de son époux, en après-midi,
elle lui signifie son désaccord au sujet du plan de
meurtre-suicide et déchire les documents. Selon
ses dires, elle aurait compris, d’après l’expression
faciale de son conjoint, que celui-ci s’était résigné à
abandonner le sombre projet.
[13] The appellant testified that the rest of the day
was uneventful. That evening, as planned, the family
sat down in front of the television to watch a movie
together. Marc Laliberté prepared some drinks and
popcorn for all the family. Shortly after that, the
appellant noticed that one of the boys had fallen
asleep, and then she too fell asleep. She said she had
not suspected that their drinks had been poisoned.
[13] Toujours selon le témoignage de l’appelante,
le reste de la journée s’est déroulé sans événement
particulier. Le soir, comme prévu, la famille s’assoit
devant la télé pour visionner un film. Marc Laliberté
a préparé des boissons et du maïs soufflé pour toute
la famille. Peu après, l’appelante remarque qu’un
des garçons s’est endormi, juste avant qu’elle ne
s’endorme elle-même. Elle déclare ne pas avoir
soupçonné que les boissons étaient empoisonnées.
[14] The physical evidence that was filed included
two torn‑up documents that had been found in the
garbage can: a handwritten joint will, in the appel­
lant’s hand, and a document prepared on the
computer by Marc Laliberté in which he told his
life’s story. Another copy of the will, typed out
and signed by both spouses, was found on the
kitchen island. Three handwritten letters from
Cathie Gauthier to her friend Kathie Ouellet, to
her biological mother and to her last employer
completed the evidence. All these letters mentioned
that the couple had decided together to end their
and their children’s lives. Some empty medicine
bottles, as well as the prescriptions for oxazepam
and the drug store’s sales slip dated December 27,
2008, were also found in the kitchen.
[14] Suivant la preuve matérielle déposée, deux
docu­ments déchirés ont été découverts dans une
poubelle, soit un testament conjoint manuscrit
rédigé par l’appelante, ainsi qu’un document préparé
à l’ordinateur par Marc Laliberté, dans lequel ce
dernier fait le récit de sa vie. Une autre copie du
testament, dactylographiée et signée par les deux
conjoints, a été trouvée sur l’îlot de la cuisine. Trois
lettres manuscrites adressées par Cathie Gauthier
respectivement à son amie Kathie Ouellet, à sa mère
biologique et à son dernier employeur complètent la
preuve. Toutes font état de la décision commune du
couple de mettre fin à leurs jours, ainsi qu’à ceux de
leurs enfants. De plus, on a retrouvé dans la cuisine
des flacons vides qui contenaient des médicaments,
ainsi que les prescriptions d’oxazépam et la facture
de la pharmacie datée du 27 décembre 2008.
[15] During the evening of January 1, 2009, the
appellant called the emergency services number,
asked for an ambulance and told the operator that
her left wrist was slit, saying that [translation] “it
was a pact, my husband killed our three children”,
and adding that “we told ourselves we wouldn’t
start 2009, but . . .”.
[15] Dans la soirée du 1er janvier 2009, l’appelante
compose le numéro des services d’urgence, demande
l’aide d’ambulanciers et souligne à la préposée
qu’elle a le poignet gauche ouvert et dit « c’était
un pacte, mon mari a tué nos trois enfants », puis
ajoute « on se l’était dit qu’on commencerait pas
l’année 2009, mais . . . ».
[16] When first responders arrived on the scene,
they found the appellant with an injured wrist and
pronounced her spouse and their three children
dead. The evidence shows that the children were
[16] Une fois arrivés sur les lieux, les premiers
répondants trouvent l’appelante blessée au poignet,
puis constatent le décès de son conjoint et de leurs
trois enfants. La preuve révèle que les enfants ont
412
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
poisoned with Gravol and oxazepam. Traces of
oxaze­pam were also detected in the appellant,
whose left wrist had allegedly been slit by her spouse,
Marc Laliberté.
été intoxiqués au Gravol et à l’oxazépam. Des traces
de cette seconde substance sont également décelées
chez l’appelante, dont le poignet gauche aurait été
lacéré par son conjoint, Marc Laliberté.
III. Trial by Judge and Jury
III. Procès devant juge et jury
[17] At her jury trial, the appellant submitted in
her defence that she had not bought the medication
to poison her children, that she was in a dissociative
state on December 31, 2008 when she wrote the in­
criminating documents, and that this state meant she
could not have formed the specific intent to commit
the murders. In the alternative, should her argument
based on the absence of mens rea be rejected, she
claimed to have abandoned the common pur­pose
of killing the children and to have clearly com­
municated her intention to do so to her spouse.
[17] À son procès devant jury, l’appelante a sou­
tenu en défense qu’elle n’a pas acheté les médica­
ments dans le but d’empoisonner les enfants, qu’elle
était dans un état de dissociation le 31 décembre
2008 lorsqu’elle a rédigé les documents incrimi­
nants et que cet état l’empêchait de formuler
l’inten­tion spécifique de commettre les meurtres.
Subsidiairement, dans la mesure où son argument
fondé sur l’absence d’intention coupable ne serait
pas retenu, elle a prétendu qu’elle avait abandonné le
projet commun de tuer les enfants, intention qu’elle
avait clairement signifiée à son conjoint.
[18] The Crown’s theory was based on the
proposition that the appellant was a party, together
with her spouse, to the murder of her three chil­
dren in that they planned it together as part of a
murder‑suicide pact and in that she supplied the
murder weapon. She did not act on December 31,
2008 to prevent the children from being poisoned
with the drinks containing the medication. Thus,
she aided Marc Laliberté to kill the children.
[18] La thèse du ministère public s’articule autour
de la proposition selon laquelle l’appelante aurait
participé avec son conjoint au meurtre de ses trois
enfants en planifiant le tout au moyen d’un pacte de
meurtre-suicide, et en fournissant l’arme du crime.
Elle aurait omis d’intervenir le 31 décembre 2008
afin d’empêcher les enfants d’être intoxiqués par
les boissons contenant les médicaments. Elle aurait
donc aidé Marc Laliberté à tuer les enfants.
[19] In his final instructions, the trial judge told the
jury that three possible verdicts were open to it: first
degree murder, second degree murder or acquittal.
On whether it was appropriate to put the defence
of abandonment of the common purpose to the
jury, the judge pointed out to counsel, in the jury’s
absence, that when the defence of abandonment
has come before Canadian courts, it has been in
the context of the form of participation in a crime
provided for in s. 21(2) of the Criminal Code,
and he questioned the availability of this defence
in the context of s. 21(1). Although he mentioned
the defence of abandonment in summarizing the
argument of counsel for the appellant for the jury,
the judge did not put this alternative defence to
the jury. After three days of deliberations, the jury
found the appellant guilty of the first degree murder
of her three children.
[19] Dans ses directives finales, le juge du procès
a résumé les choix du jury aux trois verdicts sui­
vants : meurtre au premier degré, meurtre au second
degré ou acquittement. Relativement à l’opportunité
de soumettre au jury la défense d’abandon du
projet commun, le juge a signalé aux avocats, en
l’absence du jury, que la jurisprudence canadienne
traite de la défense d’abandon dans le contexte de
la participation criminelle prévue au par. 21(2) du
Code criminel, et il s’est interrogé sur la disponi­
bilité de cette défense à l’égard de la participation
criminelle visée au par. 21(1). Bien qu’il ait fait
mention de la défense d’abandon d’intention
lorsqu’il a résumé aux jurés la plaidoirie de l’avocat
de l’appelante, le juge n’a pas soumis ce moyen
de défense subsidiaire à l’appréciation du jury.
Après trois jours de délibérations, le jury a déclaré
l’appelante coupable du meurtre au premier degré
de ses trois enfants.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
413
[20] Cathie Gauthier appealed that decision to the
Court of Appeal, which upheld the guilty verdict.
Bouchard J.A. concluded that the trial judge had not
erred in refusing to put the defence of abandonment
to the jury. In his view, an alternative defence
that is incompatible with the defence’s principal
theory cannot be put to the jury (2011 QCCA 1395
(CanLII)).
[20] Saisie du pourvoi de Cathie Gauthier contre
cette décision, la Cour d’appel a maintenu le verdict
de culpabilité. Le juge Bouchard a conclu que le
juge du procès n’avait pas commis d’erreur en refu­
sant de soumettre au jury la défense d’abandon
d’inten­tion. À son avis, un moyen de défense subsi­
diaire incompatible avec la thèse principale de la
défense ne peut être présenté au jury (2011 QCCA
1395 (CanLII)).
IV. Relevant Provisions
IV. Les dispositions pertinentes
[21] Section 21 of the Criminal Code reads as
follows:
[21] L’article 21 du Code criminel prévoit ce qui
suit :
21. (1) [Parties to offence] Every one is a party to an
offence who
21. (1) [Participants à une infraction] Participent à une
infraction :
(a) actually commits it;
a) quiconque la commet réellement;
(b) does or omits to do anything for the purpose of
aiding any person to commit it; or
b) quiconque accomplit ou omet d’accomplir
quel­que chose en vue d’aider quelqu’un à la
commettre;
(c) abets any person in committing it.
c) quiconque encourage quelqu’un à la commettre.
(2) [Common intention] Where two or more persons
form an intention in common to carry out an unlawful
purpose and to assist each other therein and any one of
them, in carrying out the common purpose, commits an
offence, each of them who knew or ought to have known
that the commission of the offence would be a probable
consequence of carrying out the common purpose is a
party to that offence.
(2) [Intention commune] Quand deux ou plusieurs
personnes forment ensemble le projet de pour­suivre une
fin illégale et de s’y entraider et que l’une d’entre elles
commet une infraction en réa­lisant cette fin commune,
chacune d’elles qui savait ou devait savoir que la réa­
lisation de l’intention commune aurait pour conséquence
probable la perpétration de l’infraction, participe à cette
infraction.
V. Issues
V. Les questions en litige
[22] There are two main issues in this appeal.
First, was it appropriate to exclude the defence of
abandonment from the defences put to the jury on
the basis that it was incompatible with the defence’s
principal theory, the absence of mens rea? If not,
did the defence of abandonment meet the air of
reality test? For the reasons that follow, I find that
the answer to both these questions is no.
[22] Deux questions sont au cœur du présent pour­
voi. Premièrement, la défense d’abandon d’inten­
tion devait-elle être exclue des moyens de défense
soumis à l’appréciation du jury en raison de son
caractère incompatible avec la thèse principale de la
défense, soit l’absence d’intention coupable? Dans
le cas contraire, la défense d’abandon répondaitelle au critère de la vraisemblance? Pour les motifs
qui suivent, je suis d’avis qu’il faut répondre néga­
tivement à ces deux questions.
414
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
VI. Analysis
VI. Analyse
A. Was It Appropriate to Exclude the Alternative
Defence of Abandonment From the Defences
Put to the Jury Solely Because It Was Theor­
etically Incompatible With the Defence’s
Principal Theory?
A. La défense subsidiaire d’abandon d’intention
devait-elle être exclue des moyens de défense
soumis à l’appréciation du jury pour la seule
raison qu’elle est théoriquement incompatible
avec la thèse principale de la défense?
1. When It Is Appropriate to Put a Defence to
the Jury
1. L’opportunité de présenter un moyen de
défense aux membres du jury
[23] It is well established that any defence with an
air of reality should go to the jury (R. v. Cinous, 2002
SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3, at para. 51). This Court
has held that a defence meets the air of reality test
if there is “(1) evidence (2) upon which a properly
instructed jury acting reasonably could acquit if
it believed the evidence to be true” (Cinous, at
para. 82).
[23] Il est acquis que tout moyen de défense qui
satisfait au critère de la vraisemblance doit être
soumis au jury (R. c. Cinous, 2002 CSC 29, [2002]
2 R.C.S. 3, par. 51). Notre Cour a établi qu’une
défense satisfait à ce critère s’il existe « (1) une
preuve (2) qui permettrait à un jury ayant reçu des
directives appropriées et agissant raisonnablement
de prononcer l’acquittement, s’il y ajoutait foi »
(Cinous, par. 82).
[24] The reason why the trial judge is required
to screen the defences that can be put to the jury
should be borne in mind. This requirement is essen­
tially rooted in a concern not to confuse jurors
by putting to them a defence that lacks an evi­
dential foundation. This premise gives rise to two
principles: On the one hand, a trial judge must
put to the jury all defences that arise on the facts,
regardless of whether they have been specifically
raised by the accused. On the other hand, the judge
must withhold from the jury any defences that lack
an air of reality.
[24] Il convient de rappeler pourquoi le juge du
procès a l’obligation de filtrer les défenses qui
peuvent être soumises à l’appréciation des membres
du jury. Cette obligation repose essentiellement sur
le souci d’éviter de semer la confusion dans l’esprit
des jurés en leur présentant un moyen de défense
dénué de fondement probant. Deux principes
décou­lent de cette prémisse. D’une part, le juge du
procès doit soumettre aux membres du jury tous les
moyens de défense qui peuvent être invoqués eu
égard aux faits, peu importe que l’accusé les ait
expressément plaidés ou non. D’autre part, le juge
est tenu de soustraire à l’appréciation du jury
les moyens de défense qui sont dépourvus de
vraisemblance.
[25] The burden on the accused is merely evi­
dential. If the trial judge properly applies the
rel­evant principles, he or she must identify the
evidence that is most favourable to the accused and
assume it to be true, regardless of whether it was
adduced or mentioned by the accused. The judge
must not enquire into whether the witnesses are
credible or assess the probative value of this evi­
dence. If each element of a defence is supported by
direct evidence or may reasonably be inferred from
[25] L’accusé a uniquement un fardeau de présen­
tation. Lorsque le juge du procès applique adéqua­
tement les principes pertinents, il doit dégager les
éléments de preuve les plus favorables à l’accusé
et les tenir pour avérés, qu’ils aient ou non été
pro­duits ou annoncés par ce dernier. Le juge ne
doit pas aborder la question de la crédibilité des
témoins ou apprécier la valeur probante de cette
preuve. Ainsi, si chacun des éléments d’un moyen
de défense est appuyé par une preuve directe ou
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
415
circumstantial evidence, the judge must put this
defence to the jury.
s’il peut raisonnablement être inféré de la preuve
circonstancielle, le juge du procès doit soumettre ce
moyen à l’appréciation du jury.
2. Alternative Defences That Are Incompatible
With the Defence’s Principal Theory
2. Les moyens de défense subsidiaires
incompatibles avec la thèse principale de la
défense
[26] The Court of Appeal concluded, on the basis
that the alternative defence of abandonment was
in­compatible with the appellant’s principal theory,
that the trial judge did not have to put this defence to
the jury:
[26] La Cour d’appel a conclu que le juge du procès
n’avait pas l’obligation de soumettre au jury la
défense subsidiaire d’abandon d’intention, parce
que ce moyen était incompatible avec la thèse prin­
cipale de l’appelante :
[translation] In my opinion, the judge was right not
to draw the jury’s attention to this defence. I note that,
according to the appellant, there was no suicide pact or
planning, and she was in a dissociative state when her
spouse told her of his plan for all of them to leave
together. She could not therefore be allowed, if she were
not believed, to change her story and maintain that she
had pulled out of a plan whose existence she had been
denying from the start. Taking part in a suicide pact and
then pulling out of it is in itself plausible. However, that is
not what the appellant is arguing. Rather, she is denying
the very existence of such a pact and then claiming that
she can pull out of it if she is not believed. The judge did
not have to put to the jury this alternative defence that is
incompatible with the appellant’s principal theory . . . .
[para. 71]
À mon avis, le juge a eu raison de ne pas attirer
l’attention du jury sur ce moyen de défense. Je rappelle
que, pour l’appelante, il n’y a pas eu de pacte de suicide,
aucune planification et qu’elle était dans un état de
dissociation lorsque son conjoint lui a fait part de son
projet de partir tout le monde ensemble. Partant, elle ne
saurait être admise à changer son fusil d’épaule si elle
n’est pas crue et soutenir s’être retirée d’un plan qu’elle
nie depuis le début. Prendre part à un pacte de suicide
et se retirer par la suite est une chose plausible en soi.
Ce n’est pas, toutefois, ce que plaide l’appelante. Elle
nie plutôt l’existence d’un pareil pacte puis prétend
pouvoir s’en retirer si elle n’est pas crue. Le juge n’avait
pas à soumettre au jury ce moyen alternatif de défense
incompatible avec la thèse principale de l’appelante . . . 
[par. 71]
[27] The Crown takes a more nuanced position,
arguing that, because the effect of the appellant’s
primary defence — which was essentially based on
a total absence of mens rea — was that the defence
of abandonment lacked any factual foundation and
could not therefore apply, this alternative defence
did not meet the air of reality test:
[27] Adoptant une position plus nuancée, le
minis­tère public soutient que la défense d’abandon
d’intention ne satisfait pas au critère de la vrai­
semblance, parce que la défense principale invoquée
par l’appelante — qui repose essentiellement sur
l’absence totale d’intention coupable — a pour effet
de priver le moyen subsidiaire de tout fondement
factuel essentiel à son application :
[translation] Refusing to take part in a plan
and abandoning a plan are defences that are logically
incompatible with one another. If, throughout the trial,
the appellant denies intending to kill her children, how
can she, if she is not believed in this regard, change her
position and say that she withdrew from a plan whose
existence she has previously denied? The defence of
abandonment of a common purpose necessarily implies
a recognition of having been a party to that common pur­
pose, which the appellant has always denied. [R.F., at
para. 57]
Le refus de participer à un projet et l’abandon d’un
projet sont logiquement deux défenses incompatibles. Si,
tout au long du procès, l’appelante nie avoir eu l’inten­
tion de tuer ses enfants, comment peut-elle, si elle n’est
pas crue à cet égard, adopter un discours différent et
dire qu’elle s’est dissociée d’un projet qu’elle niait
auparavant? La défense d’abandon d’un projet commun
implique nécessairement une reconnaissance d’avoir été
partie à ce projet commun : ce que l’appelante a toujours
nié. [m.i., par. 57]
416
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
[28] In this case, I agree with the Court of Appeal,
although for different reasons, that the defence of
abandonment should not have been put to the jury.
Let me explain this.
[28] En l’espèce, tout comme la Cour d’appel, mais
pour des raisons différentes de cette dernière, je
suis d’avis que la défense d’abandon d’intention ne
devait pas être soumise à l’appréciation du jury. Je
m’explique.
[29] In Wu v. The King, [1934] S.C.R. 609, which
was mentioned in R. v. Caron (1998), 126 C.C.C.
(3d) 84 (Que. C.A.), a case the Court of Appeal
cited with approval, this Court stated that a judge
does not have a duty to put to the jury an alternative
defence whose factual foundation is incompatible
with the defence’s principal theory. In Wu, the
accused, after having raised only an alibi defence at
trial, argued on appeal that the trial judge had erred
in not putting to the jury the alternative defences of
self‑defence and provocation. Lamont J. made the
following comments:
[29] Dans l’arrêt Wu c. The King, [1934] R.C.S.
609, qui est mentionné dans l’arrêt R. c. Caron
(1998), 16 C.R. (5th) 276 (C.A. Qué.), auquel la Cour
d’appel réfère avec approbation, on a affirmé qu’un
juge n’a pas l’obligation d’offrir au jury un moyen
de défense subsidiaire dont le fondement factuel
est contredit par la thèse principale de la défense.
Dans cette affaire, après avoir invoqué uniquement
une défense d’alibi en première instance, l’accusé
a reproché en appel au juge du procès de ne pas
avoir soumis au jury les moyens subsidiaires de
légitime défense et de provocation. Le juge Lamont
a formulé les observations suivantes :
The rule, therefore, that an accused person at trial is
entitled to have the jury pass upon all his alternative
defences is limited to the defences of which a foundation
of fact appears in the record. Even then the rule, in my
opinion, is not without exception, and one exception
is, that it has no application where the accused, by the
defence which he sets up at the trial, has negatived the
alternative defence for which he afterwards seeks a new
trial.
[traduction] Par conséquent, la règle voulant qu’au
procès l’accusé ait droit de faire examiner par les jurés
tous les moyens de défense subsidiaires qu’il invoque ne
s’applique qu’à ceux pour lesquels un fondement factuel
ressort du dossier. Et même là, cette règle comporte à
mon avis des exceptions, dont l’une est que la règle est
inapplicable lorsque, en raison de la défense qu’il oppose
au procès, l’accusé neutralise le moyen de défense subsi­
diaire qu’il compte invoquer, dans un second temps, pour
demander la tenue d’un nouveau procès.
. . .
.
.
.
. . . The defence that the accused was in Victoria at the
time of the shooting was not only inconsistent with, but
it negatived the defence now sought to be set up. Under
these circumstances I fail to see how any duty could
rest on the trial judge to instruct the jury to consider an
alternative defence which the accused, by the defence he
did set up, declared had no foundation in fact. [p. 617]
. . . Le moyen de défense selon lequel l’accusé se
trouvait à Victoria au moment de la fusillade était non
seulement incompatible avec celui qu’il souhaite
maintenant invo­quer, mais il avait pour effet de le réfu­ter.
Dans ces circonstances, je ne vois pas comment le juge
du procès aurait pu avoir l’obligation de dire au jury de
considérer un moyen de défense subsidiaire que l’accusé
lui-même, par la défense qu’il a opposée, déclarait être
dénué de fondement factuel. [p. 617]
[30] With respect, Wu does not stand for the pro­
position that a judge does not have a duty to put to
the jury an alternative defence that is theoretically
incompatible with the defence’s principal theory.
Rather, it reaffirms the cardinal rule that the trial
judge need not — indeed must not — put to the jury
a defence in respect of which there is no evidence
[30] Avec égards, l’arrêt Wu n’appuie pas la propo­
sition voulant que le juge n’ait pas l’obligation de
soumettre au jury un moyen de défense subsidiaire
théoriquement incompatible avec la thèse principale
de la défense. Cet arrêt réaffirme plutôt la règle
cardinale selon laquelle le juge du procès n’est
pas tenu de soumettre — et ne doit d’ailleurs pas
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
417
in the record that would be sufficient, if it existed
and if it were believed to be true, for a jury acting
reasonably to accept the defence. This is clear from
the comments of Lamont J. on this point, which
read in full as follows:
soumettre — aux jurés une défense à l’égard de
laquelle il n’y a au dossier aucune preuve qui, si elle
existait et s’il y était ajouté foi, permettrait à un jury
agissant raisonnablement d’adhérer à cette défense.
Cette conclusion ressort de la lecture intégrale des
propos du juge Lamont à ce sujet :
There is no doubt that in the trial court an accused
person is ordinarily entitled to rely upon all alternative
defences for which a foundation of fact appears in the
record, and, in my opinion, it makes no difference whether
the evidence which forms that foundation has been
given by the witnesses for the Crown or for the accused,
or otherwise. What is essential is, that the record con­
tains evidence which, if accepted by the jury, would
constitute a valid defence to the charge laid. Where such
evidence appears it is the duty of the trial judge to call the
attention of the jury to that evidence and instruct them
in reference thereto. The only evidence appearing in the
record upon which even an argument could be founded
that the accused shot in self defence is that of Irwin and
Bodner that, prior to the shooting, the complainant was
running after the accused and his companion, waving
his arms and shouting in Oriental. What he was saying
we do not know. If it were material to the defence to
prove that the words amounted to provocation, the onus
was upon the accused to prove what the words were.
On any event provocation, which would reduce murder
to manslaughter, is not a defence to the charge as laid.
Shooting in self defence would constitute a valid defence
provided the accused brings himself within sections 53
and 54 of the Criminal Code. It is justifiable to repel an
unprovoked attack if the force used by the accused is not
meant to cause death or grievous bodily harm and is not
more than is necessary for the purpose of self defence.
It is justified, even if it does cause death or grievous
bodily harm, if it is done under reasonable apprehension
of death or grievous bodily harm to himself, and if he
believes, on reasonable grounds, that it is necessary for
his own preservation. There is no evidence in the record
from which a jury could reasonably infer that the accused
when he shot the complainant did so under a reasonable
apprehension of death or bodily harm to himself, or
that he reasonably believed that he could not otherwise
save himself from bodily injury. [Emphasis added;
pp. 616‑17.]
[traduction] Il ne fait aucun doute que, devant le tri­
bunal, l’accusé a habituellement le droit d’invoquer tous
les moyens de défense subsidiaires pour lesquels un
fondement factuel ressort du dossier, et, selon moi, il est
sans importance que la preuve constituant ce fondement
ait été présentée par les témoins du ministère public,
par ceux de l’accusé ou autrement. Ce qui est essentiel,
c’est que le dossier renferme une preuve qui, si elle était
acceptée par le jury, constituerait un moyen de défense
valide à l’égard des accusations. En présence d’une
telle preuve, il incombe au juge du procès d’attirer
l’attention des jurés sur celle-ci et de leur donner des
directives à son sujet. Les seuls éléments de preuve
figurant au dossier sur lesquels on pourrait peut-être
à la limite fonder l’argument que l’accusé a fait feu
pour se défendre sont les déclarations de MM. Irwin et
Bodner selon lesquelles, avant la fusillade, le plaignant
poursuivait l’accusé et son camarade en agitant les bras
et en criant dans une langue orientale. Nous ignorons ce
qu’il a dit. S’il était important pour établir le bien‑fondé
de ce moyen de défense de prouver que les propos
constituaient de la provocation, il incombait à l’accusé
de prouver quels étaient ces propos. Quoi qu’il en soit,
la provocation — qui permettrait de réduire l’accusation
de meurtre à homicide involontaire coupable — n’est
pas un moyen de défense à l’accusation telle qu’elle a
été déposée. Faire feu sur quelqu’un pour se défendre
constituerait un moyen de défense valide, à la condition
que la situation de l’accusé relève des articles 53 et 54 du
Code criminel. Un accusé peut justifier d’avoir utilisé la
force pour repousser une attaque non provoquée si cette
force ne visait pas à causer la mort ou de graves lésions
corporelles et n’excédait pas ce qui était nécessaire pour
se défendre. L’utilisation de la force est justifiée, même si
celle‑ci cause effectivement la mort ou de graves lésions
corporelles, si la personne y a eu recours parce qu’elle
craignait raisonnablement la mort ou de graves lésions
corporelles et croyait, pour des motifs raisonnables, qu’il
était nécessaire de le faire pour assurer sa propre sécu­
rité. Le dossier ne renferme aucune preuve à partir de
laquelle un jury pouvait raisonnablement déduire que,
lorsqu’il a fait feu sur le plaignant, l’accusé l’a fait parce
qu’il craignait raisonnablement la mort ou des lésions
corporelles, ou qu’il croyait raisonnablement qu’il
n’avait d’autre moyen d’éviter des lésions corporelles.
[Je souligne; p. 616-617.]
418
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
[31] The passage from Wu quoted in the Court of
Appeal’s reasons, at para. 71, in support of the prop­
osition that the trial judge is not required to put to
the jury an alternative defence that is incompatible
with the primary defence is merely an obiter dictum
that could be a source of confusion and should not
be relied on. An accused might, for example, raise
an alibi defence and testify that he or she was not
in the city where the crime was committed at the
relevant time, whereas certain Crown witnesses say
that the accused was at the scene of the crime but
was highly intoxicated. Even though the defences
of alibi and of self‑induced intoxication are in­
compatible in theory, the trial judge should, in my
view, put both of them to the jury if they both meet
the air of reality test.
[31] Le passage de l’arrêt Wu cité dans les motifs
de la Cour d’appel, au par. 71, à l’appui de la propo­
sition selon laquelle le juge du procès n’est pas
tenu de soumettre au jury une défense subsidiaire
incompatible avec la défense principale, n’est qu’une
remarque incidente qui peut prêter à confusion et
qu’il faut se garder d’invoquer. À titre d’exemple,
un accusé pourrait plaider une défense d’alibi et
témoigner qu’il n’était pas dans la ville où le crime
a été commis au moment pertinent. Par ailleurs, des
témoins du ministère public pourraient venir dire
qu’il se trouvait sur les lieux du crime, mais qu’il
était dans un état d’ébriété avancé. Même si la
défense d’alibi et celle d’intoxication volontaire
sont en théorie incompatibles, j’estime que le juge
qui préside un procès devrait soumettre ces deux
défenses aux jurés si elles satisfont au critère de la
vraisemblance.
[32] More recently, in R. v. Graveline, 2006 SCC
16, [2006] 1 S.C.R. 609, this Court clarified the
principle that if two defences are theoretically in­
compatible, they can nevertheless be put to the jury
so long as they both meet the air of reality test.
Although Fish J. pointed out that it is dangerous to
put theoretically incompatible defences to a jury,
he saw no error in the trial judge’s decision to put
to the jury, in addition to the primary defence of
automatism, the alternative defence of self‑defence
the accused wished to raise. Regarding the in­
compatibility of the two defences, Fish J. wrote the
following, at para. 10:
[32] Plus récemment, dans l’arrêt R. c. Graveline,
2006 CSC 16, [2006] 1 R.C.S. 609, notre Cour a
clarifié le principe selon lequel deux défenses
incompatibles en théorie peuvent néanmoins être
soumises au jury, pour autant qu’elles satisfont au
critère de la vraisemblance. Attirant l’attention sur
les dangers que soulève la présentation au jury de
défenses théoriquement incompatibles, le juge Fish
n’a pas décelé d’erreur dans la décision du juge du
procès de soumettre aux jurés le moyen subsidiaire
de légitime défense qu’entendait plaider l’accusée,
en plus de son argument principal, la défense d’auto­
matisme. Au sujet de l’incompatibilité des deux
défenses, le juge Fish s’est exprimé ainsi, au par. 10 :
. . . the particular defences in issue here — automatism
and self‑defence — are, as the Crown suggested on the
hearing of this appeal, incompatible in theory, though
perhaps not always in practice. That is because self‑
defence implies deliberate conduct that is at odds with
the fundamental premise of automatism, a state of dis­
sociative, involuntary conduct.
. . . les moyens de défense particuliers en l’espèce
— l’automatisme et la légitime défense — sont, comme
l’a dit le ministère public à l’audition du présent pourvoi,
incompatibles en théorie, même si ce n’est peut-être pas
toujours le cas en pratique. Cela s’explique par le fait que
la légitime défense suppose une conduite délibérée qui
va à l’encontre de la prémisse fondamentale de l’auto­
matisme, soit un état de dissociation et une conduite
involontaire.
[33] Nevertheless, the Court had held in R. v. Faid,
[1983] 1 S.C.R. 265, that the trial judge had not
erred in refusing to put the defence of provocation
to the jury as an alternative to the primary defence
of self‑defence. Although it is true that these two
[33] Néanmoins, dans R. c. Faid, [1983] 1 R.C.S.
265, la Cour a décidé que le juge du procès n’avait
pas commis d’erreur en refusant de soumettre au
jury la défense de provocation comme moyen subsi­
diaire, en plus de la thèse principale, à savoir la
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
419
defences are incompatible in theory — self‑defence
involves reasoned conduct, whereas provocation,
on the contrary, presupposes a temporary loss of
self‑control — it is important to point out that
the refusal was not based on this incompatibility.
Rather, the Court found that there was no evidence
in the record to support the argument that the ac­
cused had acted in the heat of passion. That case was
not therefore one in which the effect of the primary
defence was to deprive the alternative defence of
the support of evidence that was actually in the
record. In Faid, the defence of provocation quite
simply did not meet the air of reality test, because
there was no evidence related to its elements. Faid
is one illustration of the principle that any defence
with an air of reality should be put to the jury.
légi­time défense. Bien qu’il soit vrai que ces deux
moyens sont théoriquement incompatibles — la
légitime défense impliquant une conduite raisonnée,
alors que la provocation suppose au contraire la
perte temporaire du pouvoir de se maîtriser —, il est
important de souligner que le refus n’était pas fondé
sur cette incompatibilité. La Cour a plutôt constaté
qu’il n’y avait au dossier aucun élément de preuve
étayant l’argument selon lequel les accusés auraient
agi sous le coup de la colère. Il ne s’agissait donc
pas d’une situation où la thèse principale avait pour
effet de priver la défense subsidiaire d’éléments de
preuve par ailleurs présents au dossier. Il ressort
de l’arrêt Faid que la défense de provocation ne
satisfaisait tout simplement pas au critère de la
vraisemblance, parce que la preuve de ses éléments
constitutifs n’avait jamais été établie. Cet arrêt
est une illustration du principe suivant lequel tout
moyen de défense vraisemblable doit être soumis à
l’appréciation du jury.
[34] In conclusion, there is no cardinal rule
against putting to a jury an alternative defence that
is at first glance incompatible with the primary
defence. The issue is not whether such a defence
is compatible or incompatible with the primary
defence, but whether it meets the air of reality test.
In any case, the trial judge must determine whether
the alternative defence has a sufficient factual
foundation, that is, whether a properly instructed
jury acting reasonably could accept the defence if it
believed the evidence to be true.
[34] En conclusion, il n’existe pas de règle car­
dinale s’opposant à la présentation au jury d’un
moyen de défense subsidiaire incompatible à pre­
mière vue avec le moyen de défense principal. La
question n’est pas de savoir si de telles défenses
sont compatibles ou incompatibles avec la thèse
prin­cipale, mais plutôt de déterminer si elles satis­
font au critère de la vraisemblance. Dans tous les
cas, le juge du procès doit vérifier si le moyen de
défense subsidiaire a un fondement factuel suf­
fisant, c’est‑à‑dire si un jury raisonnable ayant reçu
des directives appropriées pourrait y adhérer, s’il
ajoutait foi à cette preuve.
B. If the Defence of Abandonment Was Not
Incompatible With the Principal Theory, Did
It Meet the Air of Reality Test?
B. Si la défense d’abandon d’intention n’était
pas incompatible avec la thèse principale,
répondait-elle par ailleurs au critère de
vraisemblance?
1. Essential Elements of the Defence of
Abandonment
1. Les éléments essentiels de la défense
d’abandon
[35] The defence of abandonment had to be sub­
mitted to the jury only if there was evidence in the
record that was reasonably capable of supporting
the necessary inferences in respect of each of the
[35] La défense d’abandon d’intention devait être
soumise au jury uniquement s’il existait au dossier
une preuve raisonnablement susceptible d’étayer les
inférences nécessaires quant à l’existence de chacun
420
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
elements of this defence. That being said, it is ne­
cessary to begin by identifying the essential ele­
ments of the defence.
des éléments de ce moyen de défense. Cela dit,
encore faut-il d’abord dégager les éléments essen­
tiels de la défense d’abandon.
[36] In Canadian law, the defence of abandonment,
which has rarely been raised, was first referred to in
R. v. Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420 (C.A.). That
case concerned the application of the defence in the
specific context of the offence of participation in a
crime provided for in s. 21(2) of the Criminal Code.
[36] En droit canadien, bien qu’elle soit rarement
invoquée, la défense d’abandon a été énoncée
pour la première fois dans l’arrêt R. c. Whitehouse
(1940), 55 B.C.R. 420 (C.A.). Il s’agissait, dans
cette affaire, de circonscrire son application dans le
contexte particulier de l’infraction de participation
criminelle prévue au par. 21(2) du Code criminel.
[37] In that context, the relevant test — which
was subsequently endorsed in Miller v. The Queen,
[1977] 2 S.C.R. 680, Henderson v. The King, [1948]
S.C.R. 226, and R. v. Kirkness, [1990] 3 S.C.R.
74 — was laid down as follows in Whitehouse, at
p. 425:
[37] Dans ce contexte, l’analyse en question —
qui a été citée subséquemment avec approbation
dans Miller c. La Reine, [1977] 2 R.C.S. 680,
Henderson c. The King, [1948] R.C.S. 226, et R. c.
Kirkness, [1990] 3 R.C.S. 74 — a été formulée ainsi
dans l’arrêt Whitehouse, p. 425 :
I would not attempt to define too closely what must be
done in criminal matters involving participation in a
common unlawful purpose to break the chain of caus­
ation and responsibility. That must depend upon the
circumstances of each case but it seems to me that one
essential element ought to be established in a case of
this kind: where practicable and reasonable there must
be timely communication of the intention to abandon
the common purpose from those who wish to dissociate
themselves from the contemplated crime to those who
desire to continue in it. What is “timely communication”
must be determined by the facts of each case but where
practicable and reasonable it ought to be such com­
munication, verbal or otherwise, that will serve un­
equivocal notice upon the other party to the common
unlawful cause that if he proceeds upon it he does so
without the further aid and assistance of those who
withdraw. The unlawful purpose of him who continues
alone is then his own and not one in common with those
who are no longer parties to it nor liable to its full and
final consequences.
[traduction] Je ne suis pas d’avis de tenter de définir
de manière trop précise ce qui doit être fait dans des
affaires criminelles concernant la participation à une fin
illégale commune pour briser le lien de causalité et de
responsabilité. Cela doit dépendre des circonstances de
chaque cas, mais il me semble qu’un élément essentiel
devrait être établi dans un cas de ce genre : lorsque cela
est possible et raisonnable, ceux qui désirent se dissocier
du crime envisagé doivent communiquer en temps utile
leur intention d’abandonner la fin commune à ceux qui
désirent continuer dans sa réalisation. Ce qui constituerait
une communication « en temps utile » doit être déterminé
par les faits de chaque cas mais lorsque c’est possible
et raisonnable cette communication doit être verbale ou
autre et servira d’avis non équivoque à l’autre partie à la
fin illégale commune que si elle continue dans la réali­
sation de celle‑ci, elle le fera sans autre aide et appui de
ceux qui se retirent. La fin illégale de celui qui continue
seul lui revient alors entièrement et n’est pas commune à
ceux qui désormais n’y participent plus et ne sont donc
plus responsables de ses conséquences finales.
[38] Thus, it was held that a defence of abandon­
ment has three essential elements: (1) there must
be an intention to abandon or withdraw from the
unlawful purpose, (2) there must be timely com­
munication of this abandonment or withdrawal
from the person in question to those who wish to
continue, and (3) the notice so communicated to
those who continue to participate in the common
purpose must be unequivocal.
[38] On reconnaissait alors trois éléments essen­
tiels à l’existence d’une défense d’abandon d’inten­
tion : (1) l’existence d’une intention d’abandonner
le projet criminel ou de s’en désister, (2) la commu­
nication en temps utile de cet abandon ou de ce
désistement par l’intéressé à ceux qui désirent conti­
nuer et (3) le caractère non équivoque de l’avis ainsi
communiqué à ceux qui continuent à participer au
projet commun.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
421
[39] This appeal raises the issue of the application
of the defence of abandonment in the context of
the form of participation in a crime provided for in
s. 21(1) of the Criminal Code.
[39] Le présent pourvoi soulève la question de
l’appli­cation de la défense d’abandon dans le con­texte
de la participation criminelle définie au par. 21(1)
du Code criminel.
[40] The reasons for recognizing the defence of
abandonment in Canadian law bear repeating. There
are two policy reasons in criminal law for making
this defence available to parties to offences. First,
there is a need to ensure that only morally culpable
persons are punished; second, there is a benefit to
society in encouraging individuals involved in
criminal activities to withdraw from those activities
and report them.
[40] Il n’est pas inutile de réitérer les raisons qui
justifient, en droit canadien, la reconnaissance de la
défense d’abandon d’intention. Deux raisons de
politique générale en matière criminelle expliquent
la possibilité pour les participants à des infractions
criminelles d’invoquer cette défense. D’une part, il
y a l’impératif de veiller à ce que seules les per­
sonnes moralement coupables soient punies et,
d’autre part, il y a l’avantage que tire la société du
fait d’encourager les individus impliqués dans
des activités infractionnelles à s’en désister et à les
dénoncer.
[41] This Court implicitly acknowledged that the
defence of abandonment applies in the context of
s. 21(1) in R. v. Bird, 2009 SCC 60, [2009] 3 S.C.R.
638, in which it found that this defence did not
meet the air of reality test in the case of an accused
who had aided in the commission of a crime (see
also R. v. Fournier, 2007 QCCA 1822 (CanLII)).
However, since the Court found that the defence did
not have an air of reality in that case, it did not on
that occasion rule on the content of the defence in
the specific context of the form of participation in a
crime provided for in s. 21(1) of the Criminal Code.
[41] Dans R. c. Bird, 2009 CSC 60, [2009] 3 R.C.S.
638, notre Cour a implicitement reconnu l’appli­
cation de la défense d’abandon dans le contexte du
par. 21(1), lorsqu’elle a conclu que ce moyen ne
satisfaisait pas au critère de la vraisemblance dans le
cas d’une accusée qui avait aidé à la commission du
crime (voir aussi R. c. Fournier, 2007 QCCA 1822
(CanLII)). Comme elle avait conclu que la défense
d’abandon n’était pas vraisemblable, la Cour ne
s’est cependant pas prononcée, à cette occasion, sur
le contenu de ce moyen de défense dans le contexte
particulier de la participation criminelle définie au
par. 21(1) du Code criminel.
[42] It is well established that the scope of the
defence of abandonment varies from case to case,
depending on the circumstances (see the above‑
quoted passage from Whitehouse, at p. 425). In
Kirkness, Wilson J. expressed the opinion that the
content of the defence of abandonment depends
on the type of offence and on the degree and form
of participation of the accused. She endorsed, at
p. 115, the following comment by Professor Manson:
[42] Il est acquis que le champ d’application de
la défense d’abandon varie selon les circonstances
de chaque espèce (voir le passage cité ci-dessus de
l'arrêt Whitehouse, p. 425). Dans l’arrêt Kirkness, la
juge Wilson a exprimé l’avis que le contenu de la
défense d’abandon est tributaire du type d’infrac­
tion, ainsi que du degré et de la forme de la parti­
cipation de l’accusé. Elle a fait sienne, à la p. 115,
l’observation suivante du professeur Manson :
Looking at the defence of abandoned intention in
respect of parties, the key issues relate to the quality of
withdrawal from the original plan and whether more is
required to exculpate. These questions take on differ­
ent significance depending on the form of accomplice
[traduction] Si l’on examine le moyen de défense de
l’intention abandonnée à l’égard des participants, les ques­
tions principales concernent la qualité du retrait du projet
initial et la question de savoir s’il faut davantage pour se
disculper. Ces questions ont une signification différente
422
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
liability in issue and the particular circumstances of a
given case.
selon la forme considérée de responsabilité à titre de
complice et les circonstances particulières d’une affaire.
(A. Manson, “Re‑codifying Attempts, Parties, and
Abandoned Intentions” (1989), 14 Queen’s L.J. 85,
at p. 95)
(A. Manson, « Re‑codifying Attempts, Parties, and
Abandoned Intentions » (1989), 14 Queen’s L.J. 85,
p. 95)
[43] Wilson J. also noted that there is a difference
between the forms of participation in a crime pro­
vided for in s. 21(1) and s. 21(2), respectively, of the
Criminal Code:
[43] La juge Wilson a également souligné qu’il
existe une différence entre les formes de partici­
pation criminelle prévues aux par. 21(1) et 21(2)
respectivement du Code criminel :
It is my view that since aiders and abettors have been
treated differently from common intenders by Parliament,
some difference between these two subsections must be
recognized.
À mon avis, puisque les personnes qui aident et qui
encou­ragent ont été traitées par le législateur de manière
différente de celles qui forment ensemble un projet com­
mun, il faut reconnaître une certaine différence entre ces
deux paragraphes.
(Kirkness, at p. 116)
(Kirkness, p. 116)
[44] Section 21(2) of the Criminal Code provides
that a person who forms an intention to carry out an
unlawful purpose in common with other persons is
a party to an incidental offence committed by one of
those other persons to the same extent as the person
who actually committed it. This result derives from
the first person’s promise to devote physical and
in­tellectual resources to the achievement of the
common unlawful purpose. The person’s liability
in respect of the incidental offence therefore stems
from his or her decision to participate in carrying
out the unlawful purpose and to contribute resources
needed to achieve it.
[44] Le paragraphe 21(2) du Code criminel précise
que quiconque forme avec d’autres personnes le
projet de poursuivre une fin illégale participe à
l’infra­ction incidente commise par l’une de ces
per­sonnes lors de l’exécution du projet principal
com­mun, au même titre que l’auteur principal. Sa
participation est la conséquence de sa promesse de
fournir des ressources physiques et intellectuelles
pour la réalisation du projet commun. En consé­
quence, sa responsabilité à l’égard de l’infraction
incidente découle de sa décision de participer au
projet d’infraction et d’apporter des ressources des­
tinées à la réalisation de ce projet.
[45] In such a context, an intention to withdraw
from the common purpose will — if a timely and
unequivocal communication of this intention is
addressed to the co‑conspirators who persist in
carrying out the unlawful purpose — be sufficient
for the defence of abandonment to succeed.
Communicating the intention to abandon the com­
mon purpose reduces the resources available to
carry out the unlawful purpose and in so doing can­
cels out the effects of the participation of the with­
drawing or abandoning person.
[45] Dans ce contexte, la volonté de se retirer
du projet commun — si elle est communiquée
en temps utile et en termes non équivoques aux
co-conspirateurs qui persistent dans l’exécution de
la fin illégale — sera suffisante pour permettre à
l’accusé d’invoquer avec succès la défense d’aban­
don. La communication de l’intention d’abandonner
le projet commun réduit les ressources disponibles
pour la réalisation de la fin illégale et, par le fait
même, a pour résultat d’annuler les effets de la par­
ticipation de celui qui se désiste ou abandonne.
[46] The situation is very different in the context
of the form of participation in a crime provided
for in s. 21(1) of the Criminal Code. Aiders and
abettors generally do much more than promise
[46] La situation est tout autre dans le contexte de
la participation criminelle prévue au par. 21(1) du
Code criminel. Ceux qui apportent aide ou encou­
ragement à la commission d’une infraction font
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
423
their support in carrying out an unlawful purpose
in the future. They perform concrete acts to aid the
principal offender to commit the offence or to abet
him or her in committing it. Their criminal liability
and their moral culpability are proportional to these
acts and stem from the fact that they have performed
them. Thus, merely communicating in unequivocal
terms their intention to cease participating in the
commission of the offence will not be enough “to
break the chain of causation and responsibility”, to
repeat the words of Sloan J. from Whitehouse.
géné­ralement beaucoup plus que promettre leur
soutien à la réalisation d’une fin illégale dans le
futur. En effet, ils posent des gestes concrets dans le
but d’assister l’auteur principal dans la commission
de l’infraction ou de l’encourager à la commettre.
Leur responsabilité criminelle et leur culpabilité
morale sont proportionnelles à ces démarches et
découlent de l’accomplissement de ces actes. En
conséquence, la simple communication en termes
non équivoques de leur volonté de ne plus parti­
ciper à la commission de l’infraction ne sera pas
suffisante [traduction] « pour briser le lien de
cau­salité et de responsabilité », pour reprendre les
propos du juge Sloan dans l’arrêt Whitehouse.
[47] Where a person’s participation in a crime is
more than a simple promise to carry out a common
unlawful purpose — where, for example, the
person is a party to the offence within the meaning
of s. 21(1) of the Criminal Code — requiring an
unequivocal communication of the intention to
cease participating in the commission of the offence
(the Whitehouse test) means that the accused must
show that he or she took reasonable steps to neu­
tralize the effects of his or her participation. As one
author explains, using a colourful image to make
his point, the intention to withdraw must be accom­
panied by acts that are likely to cancel out the
effects of the acts that have already been performed
to aid or abet the offender:
[47] Lorsque la participation criminelle va au-delà
du simple engagement de poursuivre un projet
d’infrac­tion commun, dans le cas de la participation
criminelle envisagée au par. 21(1) du Code criminel
par exemple, la communication en termes non
équi­voques de la volonté de ne plus participer à la
commission de l’infraction (analyse de Whitehouse)
entraîne pour l’accusé l’obligation de démontrer les
gestes raisonnables qu’il a entrepris pour neutraliser
les effets de sa participation. Comme l’explique de
façon imagée un auteur, il est nécessaire que la
volonté de se retirer s’accompagne d’actes propres
à annuler les effets des gestes déjà accomplis dans
le but d’aider ou d’encourager :
Once the arrow is in the air, it is no use wishing to have
never let it go — “Please God, let it miss!” The archer is
guilty of homicide when the arrow gets the victim through
the heart. The withdrawer, it is true, does not merely
change his mind: he withdraws — but is that relevant if
the withdrawal has no more effect on subsequent events
than the archer’s repentance? [Emphasis added.]
[traduction] Une fois la flèche dans les airs, il est vain
de souhaiter ne jamais l’avoir décochée — « Je vous en
prie, mon Dieu, faites qu’elle rate la cible! » L’archer est
coupable d’homicide lorsque la flèche transperce le cœur
de la victime. Il est vrai que la personne qui renonce à
un projet ne fait pas que changer d’avis : elle se retire —
mais est-ce que cette décision a quelque importance si la
renonciation ne produit pas plus d’effets sur la suite des
événements que le repentir de l’archer? [Je souligne.]
(J. C. Smith, Commentary on R. v. Mitchell, [1999]
Crim. L.R. 497)
(J. C. Smith, Commentary on R. v. Mitchell, [1999]
Crim. L.R. 497)
[48] In the Quebec Court of Appeal’s judgment in
Fournier, the accused was convicted of the first
degree murder of her husband because she had hired
a contract killer to murder him, had promised and
later paid financial consideration to the killer, and had
provided the killer with the necessary details of time
[48] Dans l’arrêt Fournier de la Cour d’appel du
Québec, l’accusée a été reconnue coupable du meurtre
au premier degré de son époux parce qu’elle avait
retenu les services d’un tueur à gages pour assassiner
ce dernier, et qu’elle avait promis et ulté­rieurement
payé à l’assassin une contrepartie finan­cière, en plus
424
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
and place and with information needed to identify the
target. Because of the numerous acts that had been
performed to aid in the commission of the murder,
communicating an intention to with­draw by merely
leaving the message [translation] “cancel” on the
killer’s answering device was found to be insufficient
to exculpate the accused. The acts of abandonment
were not proportional to the acts performed in
support of the commission of the offence.
de lui fournir les coordonnées de temps et de lieu
requises, de même que les infor­mations nécessaires
pour identifier la cible. En raison des nombreux gestes
accomplis pour aider à la commission du meurtre, la
simple communication par l’accusée de sa volonté de
se désister, en lais­sant sur le répondeur de l’assassin
le message « cancelle », n’a pas été jugée suffisante
pour la disculper. Les gestes d’abandon n’étaient pas
proportionnels à ceux faits dans l’accomplissement de
l’infraction criminelle.
[49] For all these reasons, I would reformulate as
follows the test already established in Whitehouse
and Kirkness for determining whether the defence
of abandonment applies, in order to adapt it spe­
cifically to the various degrees and forms of partici­
pation in crimes.
[49] Pour toutes ces raisons, je reformulerais ainsi
l’analyse déjà énoncée dans Whitehouse et Kirkness
pour statuer sur la recevabilité de la défense
d’aban­don, afin de répondre aux particularités qui
marquent les différents degrés et formes de partici­
pation criminelle.
[50] One who is a party to an offence on the basis
that he or she did or omitted to do anything for the
purpose of aiding any person to commit the offence,
or abetted any person in committing it (s. 21(1) of
the Criminal Code), or on the basis that he or she
had formed with other persons an intention to
carry out an unlawful purpose and to assist each
other therein and that an offence was committed
in carrying out the common purpose (s. 21(2) of
the Criminal Code), may raise the defence of aban­
donment if the evidence shows
[50] La personne qui participe à une infraction en
accomplissant ou en omettant d’accomplir quelque
chose dans le but d’aider quelqu’un à la commettre
ou en encourageant quelqu’un à la commettre
(par. 21(1) du Code criminel), ou encore en formant
avec d’autres le projet de poursuivre une fin
illégale et de s’y entraider et qu’une infraction est
commise lors de la réalisation de cette fin commune
(par. 21(2) du Code criminel), peut invoquer la
défense d’abandon si la preuve permet d’établir les
éléments suivants :
(1)
that there was an intention to abandon or
withdraw from the unlawful purpose;
(1)
il existe une intention d’abandonner le projet
criminel ou de s’en désister;
(2)
that there was timely communication of
this abandonment or withdrawal from the
person in question to those who wished to
continue;
(2) cet abandon ou ce désistement a été commu­
niqué en temps utile par l’intéressé à ceux
qui désirent continuer;
(3)
that the communication served unequivocal
notice upon those who wished to continue;
and
(3)
la communication a servi d’avis non équi­
voque à ceux qui désirent continuer;
(4)
that the accused took, in a manner propor­
tional to his or her participation in the com­
mission of the planned offence, reasonable
steps in the circumstances either to neu­
tralize or otherwise cancel out the effects
of his or her participation or to prevent the
commission of the offence.
(4)
l’accusé a pris, proportionnellement à sa par­
ticipation à la commission du crime projeté,
les mesures raisonnables, dans les circons­
tances, soit pour neutraliser ou autrement
annuler les effets de sa participation soit pour
empêcher la perpétration de l’infraction.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
425
[51] I recognize that there will be circumstances,
even where the accused is a party within the mean­
ing of s. 21(1) of the Criminal Code, in which timely
and unequivocal communication by the accused of
his or her intention to abandon the unlawful purpose
will be considered sufficient to neutralize the
effects of his or her participation in the crime. But
there will be other circumstances, primarily where a
person has aided in the commission of the offence,
in which it is hard to see how timely communication
to the principal offender of the person’s intention to
withdraw from the unlawful purpose will on its own
be considered reasonable, and sufficient to meet the
test set out in the preceding paragraph.
[51] Je reconnais que, dans certaines circonstan­
ces, et ce, même selon le mode de participation
mentionné au par. 21(1) du Code criminel, la com­
munication en temps utile par l’accusé de son
inten­tion non équivoque d’abandonner l’entreprise
illégale sera jugée suffisante pour neutraliser les
effets de sa participation criminelle. En d’autres
circonstances, et principalement dans les cas où une
personne aide à la commission de l’infraction, il est
difficile de concevoir que le simple fait pour cette
personne de communiquer en temps opportun à
l’auteur principal sa volonté de se retirer du projet
d’infraction sera jugé raisonnable et suffisant pour
satisfaire à l’analyse formulée au paragraphe
précédent.
[52] In conclusion, and more specifically in the
con­text of s. 21(1) of the Criminal Code, the defence
of abandonment should be put to the jury only if
there is evidence in the record that is capable of
sup­porting a finding that a person who was in­
itially a party to the carrying out of an unlawful
pur­pose subsequently took reasonable steps in the
circumstances either to neutralize the effects of his
or her participation or to prevent the commission of
the offence.
[52] En conclusion et plus particulièrement dans
le cadre du par. 21(1) du Code criminel, la défense
d’abandon d’intention ne devrait être soumise au
jury que s’il existe au dossier des éléments de preuve
susceptibles d’étayer la conclusion selon laquelle
une personne ayant initialement participé à la pour­
suite d’une fin illégale a subséquemment pris les
mesures raisonnables dans les circonstances soit
pour neutraliser les effets de sa participation soit
pour empêcher la perpétration de l’infraction.
2. Application to the Case at Bar
2. Application à la présente espèce
[53] In the case at bar, the defence of abandonment
did not have an air of reality.
[53] En l’espèce, la défense d’abandon d’intention
n’était pas vraisemblable.
[54] The evidence showed that the appellant had
written several documents, including some incrim­
inating letters that were evidence of the couple’s
intention to end their and their children’s lives. The
couple explained in the letters how they planned
to kill the children and take their own lives: by
intoxication using a soporific drug. It was the appel­
lant who purchased the medication that caused the
children’s deaths.
[54] La preuve a établi que l’appelante a rédigé
plusieurs documents, dont certaines lettres incrimi­
nantes témoignant de l’intention des deux époux de
mettre fin à leurs jours et à ceux de leurs enfants.
Les lettres sont explicites sur la manière choisie par
le couple pour tuer les enfants et pour se donner la
mort, soit l’intoxication au moyen de somnifères.
C’est l’appelante qui s’est procuré les médicaments
qui ont causé la mort des enfants.
[55] What evidence could therefore have justified
the trial judge’s putting the defence of abandonment
to the jury?
[55] En conséquence, quels étaient les éléments
de preuve qui auraient pu justifier le juge du procès
de présenter cette défense d’abandon aux membres
du jury?
[56] The evidence is incomplete, to say the least.
[56] La preuve est pour le moins lacunaire.
426
R.
v.
GAUTHIER
Wagner J.
[2013] 2 S.C.R.
[57] The only evidence comes from the ap­
pel­
l ant’s testimony that, in the afternoon of
December 31, 2008, she had notified her spouse that
she had changed her mind and no longer intended to
par­ticipate in the common purpose:
[57] La seule preuve repose sur le témoignage
de l’appelante selon lequel, dans l’après-midi du
31 décembre 2008, elle a avisé son époux de son
changement d’intention et de sa volonté de ne plus
participer au projet commun :
[translation] I noticed some papers he’d left lying
around. I, I realized what was happening. I didn’t want
that. When Marc came back, I, I told him it was crazy,
what he was telling me. I ripped up the papers. [A.R., at
p. 834]
J’ai remarqué des papiers qu’il avait laissé traîner. Je me
suis, je me suis rendue compte de ce qui se préparait. Je
voulais pas ça. Quand Marc est revenu, j’ai, j’ai dit que
ça avait pas de bon sens là ce qu’il me disait, j’ai déchiré
les papiers. [d.a., p. 834]
On cross‑examination, she made the following
statement:
En contre-interrogatoire, elle a déclaré :
[translation] When I saw the papers and looked at
what was written on them, I said that’s crazy. And I told
Marc we couldn’t . . .
Quand j’ai vu les papiers que j’ai porté attention à ce qui
était écrit dessus, là j’ai dit ça a pas de bon sens. Pis j’ai
dit à Marc que on pouvait pas . . .
. . .
.
.
.
I told Marc he couldn’t do that, that I didn’t want to be
part of it. [Emphasis added; A.R., at p. 910.]
J’ai dit à Marc qu’il pouvait pas faire ça. Que je voulais
pas embarquer là dedans. [Je souligne; d.a., p. 910.]
[58] The appellant also testified that the expres­
sion on her spouse’s face had convinced her that he
too had abandoned the sinister plan:
[58] L’appelante a également témoigné qu’elle avait
été convaincue, par l’expression sur le visage de son
époux, que celui-ci avait lui aussi abandonné le
sini­stre projet :
[translation] But I gathered from his face that he was
getting the message, too, and that it was all right. [A.R.,
at p. 913]
Mais dans son visage j’en ai déduit que il allait allumer
aussi pis que c’était correct. [d.a., p. 913]
[59] Counsel for the appellant argues that, in light
of this evidence, the trial judge had sufficient rea­
sons to put the defence of abandonment to the jury.
I find this argument wanting.
[59] Sur la base de cette preuve, l’avocat de
l’appelante plaide que le juge du procès disposait de
raisons suffisantes pour soumettre aux membres du
jury la thèse de la défense d’abandon. Cet argument
est un peu court.
[60] In my view, the appellant’s evidence that she
communicated her withdrawal from the deadly plan
and that her communication was timely and un­
equivocal is insufficient for the purposes of the air
of reality test. To meet that test, it is not enough to
simply identify “some evidence” or “any evidence”;
the evidence must be “reasonably capable of sup­
porting the inferences required for the defence to
succeed” (Cinous, at paras. 82‑83).
[60] À mon avis, la preuve de l’appelante selon
laquelle elle a communiqué de façon non équivoque
et en temps utile son retrait du plan meurtrier est
insuffisante et ne permet pas de satisfaire au critère
de la vraisemblance. Je rappelle que, pour satisfaire
à ce critère, il n’est pas suffisant d’identifier « une
preuve » ou « quelque élément de preuve »; il faut
que cette preuve soit « raisonnablement susceptible
d’étayer les inférences requises pour que le moyen
de défense invoqué soit retenu » (Cinous, par. 82-83).
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Wagner
427
[61] The only relevant passage from the appel­
lant’s testimony is the one in which she used the
plural pronoun “we” (using the French pronoun
“on” as an equivalent for the plural “nous”) in
saying “I told Marc we couldn’t [do that]”. This
passage stands alone in the appellant’s principal
narrative to the effect that she never agreed to
the murder‑suicide pact, that she wrote the incrim­
inating letters while in a dissociative state and that
she told her spouse she disagreed with what he was
planning to do as soon as she realized what it was.
[61] Le seul passage pertinent du témoignage de
l’appelante est celui où elle utilise le pronom « on »
comme synonyme du pronom pluriel « nous », dans
la phrase « j’ai dit à Marc que on pouvait pas [faire
cela] ». L’extrait est isolé dans le récit principal de
l’appelante selon lequel elle n’a jamais acquiescé
au pacte de meurtre-suicide, elle a écrit les lettres
incriminantes dans un état de dissociation et elle
a signifié à son époux son désaccord vis-à-vis des
plans de celui-ci, dès qu’elle s’en est rendu compte.
[62] Nevertheless, even if it were assumed that the
evidence the appellant relies upon would be suffi­
cient for a jury to reasonably conclude that she had
communicated her intention to withdraw from the
plan and that her communication was timely and
unequivocal, that communication would not on its
own have sufficed, in the circumstances of this case,
for the judge to put the defence of abandonment to
the jury.
[62] Néanmoins, même en tenant pour acquis que
la preuve invoquée par l’appelante est suffisante
pour qu’un jury puisse raisonnablement conclure
que celle-ci a communiqué sa volonté de se retirer
du plan de manière non équivoque et en temps utile,
dans les circonstances de la présente affaire, cette
com­munication n’était pas suffisante à elle seule
pour autoriser le juge à soumettre la défense
d’aban­don aux jurés.
[63] The appellant did more than merely promise
to take part in the murder‑suicide pact. She supplied
her spouse with the intoxicants he used to cause
the children’s deaths. She therefore had to do more
either to neutralize the effects of her participation
or to prevent the commission of the offence. For
example, she could have hidden or destroyed the
medication she had purchased, remained watchful
and taken the children to a safe place for the even­
ing, insisted that her spouse give her verbal con­
firmation of what he intended to do, or simply called
the authorities.
[63] Les gestes de l’appelante ne se sont pas limités
à une simple promesse de participer au pacte de
meurtre-suicide. L’appelante a fourni et mis à la dis­
position de son époux les substances intoxicantes
utilisées par ce dernier pour provoquer la mort des
enfants. En conséquence, elle devait faire davantage
soit pour neutraliser les effets de sa participation
soit pour empêcher la perpétration de l’infraction.
Elle aurait pu, par exemple, cacher ou détruire les
médicaments achetés, demeurer vigilante et emme­
ner les enfants dans un endroit sûr pour la soirée,
insister pour obtenir une confirmation verbale de
son époux au sujet de ses intentions ou tout simple­
ment faire appel aux autorités.
[64] I conclude that the record did not contain
evidence upon which a properly instructed jury
acting reasonably could have found that the appel­
lant had abandoned the common unlawful purpose,
and could accordingly have acquitted her, if it be­
lieved the evidence to be true. The defence of aban­
donment therefore did not meet the air of reality
test, and the trial judge was not required to put the
defence to the jury.
[64] Je conclus qu’il n’y avait au dossier aucune
preuve permettant à un jury ayant reçu les direc­
tives appropriées et agissant raisonnablement de
conclure que l’appelante avait abandonné le projet
d’infraction commun et ainsi de prononcer l’acquit­
tement, s’il ajoutait foi à cette preuve. Partant, la
défense d’abandon ne satisfaisait pas au critère de
la vraisemblance, et le juge du procès n’était pas
tenu de la soumettre aux jurés.
428
R.
v.
GAUTHIER
Fish J.
[2013] 2 S.C.R.
VII. Disposition
VII. Dispositif
[65] For these reasons, I would dismiss the appeal.
[65] Pour ces motifs, je suis d’avis de rejeter
l’appel.
The following are the reasons delivered by
Version française des motifs rendus par
Fish J. (dissenting) —
Le juge Fish (dissident) —
I
I
[66] Justice Wagner has set out with care and
sensitivity the tragic and desperate circumstances
that culminated in the murder by the appellant’s
husband of their three children and his own virtually
contemporaneous suicide.
[66] Le juge Wagner a exposé avec soin et sensi­
bilité le contexte tragique et désespéré à l’issue
duquel l’époux de l’appelante s’est suicidé peu après
avoir tué leurs trois enfants.
[67] In the wake of that tragedy and despair, the
appellant, Cathie Gauthier, now stands convicted of
first degree murder. And she has been sentenced to
imprisonment for life without eligibility for parole
for 25 years.
[67] Dans la foulée de cette situation tragique et
désespérée, l’appelante, Cathie Gauthier, a été
recon­nue coupable de meurtre au premier degré
et con­damnée à l’emprisonnement à perpétuité
sans possibilité de libération conditionnelle avant
25 ans.
[68] The Crown’s case against Ms. Gauthier is
that she and her husband entered a murder-suicide
pact that was executed with her help. She testified
at trial that she had demonstrated her disapproval
of the pact before the children were murdered and
had notified her husband of this unwillingness to go
through with the plan.
[68] Selon la thèse du ministère public contre
Mme Gauthier, celle‑ci et son époux ont conclu un
pacte de meurtre‑suicide qui a été mis à exécution
avec son concours. Elle a affirmé au procès avoir
manifesté son désaccord avec le pacte avant le
meurtre des enfants et avoir avisé son époux qu’elle
ne voulait pas donner suite au plan.
[69] Defence counsel urged the trial judge to leave
open for the jury’s consideration Ms. Gauthier’s
defence of abandonment. The trial judge declined
to do so. The Court of Appeal upheld the trial judge
on the ground that it was an [translation] “in­
compatible . . . defence”: 2011 QCCA 1395 (CanLII).
Both courts below erred in law in this regard.
[69] L’avocat de la défense a exhorté le juge du
procès à laisser à l’appréciation du jury le moyen de
défense de la renonciation (ou défense d’abandon
d’intention) présenté par Mme Gauthier. Le juge
a toutefois refusé de le faire. La Cour d’appel a
confirmé la décision du juge du procès au motif
qu’il s’agissait d’un « moyen [. . .] de défense
incompatible » : 2011 QCCA 1395 (CanLII). Le
tribunal de première instance et la Cour d’appel ont
tous les deux erré en droit à cet égard.
[70] The Court of Appeal did not consider
whether the appellant’s defence of abandonment
had an “air of reality” — that is to say, whether there
was any evidence upon which a properly instructed
jury might entertain a reasonable doubt on that
issue.
[70] La Cour d’appel ne s’est pas demandé si
le moyen de défense de renonciation invoqué par
l’appelante était « vraisemblable » — c’est‑à‑dire
s’il existait une preuve qui permettrait à un jury
ayant reçu des directives appropriées d’entretenir
un doute raisonnable à cet égard.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Fish
429
[71] On the law as it was then understood, the
trial judge was bound to put abandonment to the
jury if there was evidence that the appellant (a) had
changed — or “abandoned” — her earlier intention
to aid or abet the murder of her children, and (b)
had adequately communicated to her husband that
she had withdrawn from their pact.
[71] D’après l’état du droit à l’époque, le juge du
procès était tenu de soumettre le moyen de défense
de la renonciation à l’appréciation du jury si des
éléments de preuve indiquaient que l’appelante a)
avait changé d’avis ou « abandonné » son intention
antérieure d’aider ou d’encourager à tuer ses enfants,
et b) avait signifié adéquatement à son époux
qu’elle s’était retirée de leur pacte.
[72] This Court has repeatedly held that the de­
fence of abandonment includes no other essential
elements. And our attention has not been drawn to
a single Canadian decision to the contrary, at any
level.
[72] La Cour a affirmé à maintes reprises que le
moyen de défense de la renonciation ne comporte
aucun autre élément essentiel. En outre, aucune
décision contraire d’un tribunal canadien, toutes
juri­dictions confondues, n’a été portée à notre
attention.
[73] In my view, there was evidence at
Ms. Gauthier’s trial upon which a properly
instructed jury might well have found that she had
abandoned the suicide pact in respect of which
she was charged and convicted of murder. Or at
least have been left with a reasonable doubt on
this issue, which would of course have sufficed to
warrant Ms. Gauthier’s acquittal.
[73] À mon avis, on a de fait produit au procès
de Mme Gauthier des éléments de preuve à partir
desquels un jury ayant reçu des directives appro­
priées aurait fort bien pu conclure qu’elle avait
renoncé au pacte de suicide à l’origine de sa mise
en accusation et de sa déclaration de culpabilité
pour meurtre ou, à tout le moins, considérer qu’il
subsistait un doute raisonnable à cet égard, ce qui,
bien entendu, aurait été suffisant pour justifier
l’acquittement de Mme Gauthier.
[74] As a matter of law, the appellant is entitled,
in my respectful view, to a fresh trial, where the jury
will not be wrongly prevented from considering on
its merits Ms. Gauthier’s defence of abandonment,
however weak and unpromising we might believe it
to be. I am aware of no legal principle that permits
us to deprive her of that right.
[74] Avec égards, j’estime que l’appelante a droit
à un nouveau procès durant lequel le jury ne serait
pas empêché à tort d’examiner sur le fond le
moyen de défense de la renonciation invoqué par
Mme Gauthier, aussi faible et peu prometteur puisse‑
t‑il nous paraître. Je ne connais aucun principe
juridique nous permettant de la priver de ce droit.
[75] In his thorough and thoughtful reasons,
Justice Wagner proposes that we now adopt
additional requirements for a valid defence of
abandonment where the accused, as in this case,
has done something to aid or abet the commission
of the offence before satisfying the two established
elements of abandonment. As we shall see, there are
strong reasons of policy and precedent for resisting
the proposed changes.
[75] Dans ses motifs approfondis et mûrement
réfléchis, le juge Wagner propose que la Cour éta­
blisse maintenant des conditions supplémentaires
de validité du moyen de défense de la renonciation.
Ceux‑ci s’ajouteraient à la nécessité de satisfaire
aux deux éléments de la renonciation dans les cas
où l’accusé, comme Mme Gauthier en l’espèce, a
aidé ou encouragé la perpétration de l’infraction.
Comme nous le verrons, il y a de sérieuses raisons
fondées sur des principes et sur la jurisprudence de
rejeter les modi­fications proposées.
430
R.
v.
GAUTHIER
Fish J.
[2013] 2 S.C.R.
[76] As we shall see as well, I am not persuaded
that the modifications we endorse should be made
applicable on a retrial of the appellant. But even
if we decide that they are, the appellant would at
least be entitled to a fair opportunity to satisfy those
newly recognized requirements. Her failure to do so
at her first trial — prior to their recognition by this
Court or, it seems, by any Canadian court — can
hardly deprive Ms. Gauthier of a proper opportunity
to do so now.
[76] Comme nous le verrons aussi, je ne suis pas
convaincu que les modifications qu’adopte la Cour
devraient s’appliquer à un nouveau procès de
l’appe­lante. Cependant, si nous décidions qu’il en
soit ainsi, celle‑ci devrait au moins se voir accor­
der une possibilité raisonnable de répondre à ces
nouvelles exigences. Le fait de ne pas y avoir
répondu lors de son premier procès — soit avant
qu’elles soient reconnues par la Cour ou, semble‑
t‑il, par quelque autre tribunal canadien — ne peut
guère priver Mme Gauthier d’une possibilité suffi­
sante d’y répondre maintenant.
[77] With respect for those who are of a different
view, I would therefore allow the appeal, set aside
the appellant’s convictions and order a new trial.
[77] Avec égards pour les tenants de l’opinion
con­traire, je suis donc d’avis d’accueillir le pourvoi,
d’annuler les déclarations de culpabilité visant
l’appe­lante et d’ordonner la tenue d’un nouveau
procès.
II
II
[78] Canadian courts have for more than 70 years
held that the defence of abandonment comprises
only two essential elements: (i) change of intention;
and (ii) where practical and reasonable, timely and
unequivocal notice of withdrawal.
[78] Les tribunaux canadiens affirment depuis plus
de 70 ans que le moyen de défense de la renoncia­
tion comporte uniquement deux éléments essen­
tiels : (i) un changement d’intention; (ii) un avis
non équivoque de retrait donné en temps opportun
lorsqu’il est pratique et raisonnable de le faire.
[79] These requirements emanate from R. v.
Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420 (C.A.), a decision
that has been repeatedly approved and followed by
this Court, as I mentioned earlier, and has long been
firmly entrenched in Canadian law: see Henderson
v. The King, [1948] S.C.R. 226, at pp. 236-37; R.
v. de Tonnancourt (1956), 115 C.C.C. 154 (Man.
C.A.), at pp. 176 and 201-3; R. v. Merrifield, 1977
CarswellOnt 1806 (C.A.), at para. 3; Miller v. The
Queen, [1977] 2 S.C.R. 680, at p. 708; R. v. Wagner
(1978), 8 B.C.L.R. 258 (C.A.), at pp. 260-61; R.
v. Joyce (1978), 42 C.C.C. (2d) 141 (B.C.C.A.),
at p. 150; R. v. Kirkness, [1990] 3 S.C.R. 74, at
p. 89; R. v. Johanson (1995), 166 A.R. 60 (Prov.
Ct.), at para. 23; R. v. Fournier, 2002 NBCA 71,
252 N.B.R. (2d) 256, at para. 22; R. v. McKercher,
[2002] O.J. No. 5859 (QL) (Ct. J.), at para. 77; R.
v. Forknall, 2003 BCCA 43, 176 B.C.A.C. 284, at
paras. 51-53; R. v. Lacoursière (2002), 7 C.R. (6th)
117 (Que. C.A.), at paras. 25-29; R. v. P.K., 2006
[79] Ces conditions tirent leur origine de R. c.
Whitehouse (1940), 55 B.C.R. 420 (C.A.), un arrêt
approuvé et appliqué maintes fois par la Cour,
comme je l’ai déjà mentionné, et fermement ancré
depuis longtemps en droit canadien : voir
Henderson c. The King, [1948] R.C.S. 226,
p. 236‑237; R. c. de Tonnancourt (1956), 115
C.C.C. 154 (C.A. Man.), p. 176 et 201‑203; R. c.
Merrifield, 1977 CarswellOnt 1806 (C.A.), par. 3;
Miller c. La Reine, [1977] 2 R.C.S. 680, p. 708; R. c.
Wagner (1978), 8 B.C.L.R. 258 (C.A.), p. 260‑261;
R. c. Joyce (1978), 42 C.C.C. (2d) 141 (C.A.C.-B.),
p. 150; R. c. Kirkness, [1990] 3 R.C.S. 74, p. 89; R.
c. Johanson (1995), 166 A.R. 60 (C. prov.), par. 23;
R. c. Fournier, 2002 NBCA 71, 252 R.N.-B. (2e)
256, par. 22; R. c. McKercher, [2002] O.J. No. 5859
(QL) (C.J.), par. 77; R. c. Forknall, 2003 BCCA 43,
176 B.C.A.C. 284, par. 51‑53; R. c. Lacoursière
(2002), 7 C.R. (6th) 117 (C.A. Qué.), par. 25‑29; R.
c. P.K., 2006 ABCA 299, 397 A.R. 318, par. 12; R.
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Fish
431
ABCA 299, 397 A.R. 318, at para. 12; R. v. S.R.B.,
2009 ABCA 45, 448 A.R. 124, at paras. 10, 19-20
and 24-30, rev’d R. v. Bird, 2009 SCC 60, [2009] 3
S.C.R. 638, at para. 1; R. v. Ball, 2011 BCCA 11,
298 B.C.A.C. 166, at paras. 44-47; and R. v. Leslie,
2012 BCSC 683 (CanLII), at paras. 552-58.
c. S.R.B., 2009 ABCA 45, 448 A.R. 124, par. 10,
19‑20 et 24‑30, inf. par R. c. Bird, 2009 CSC 60,
[2009] 3 R.C.S. 638, par. 1; R. c. Ball, 2011 BCCA
11, 298 B.C.A.C. 166, par. 44‑47; R. c. Leslie, 2012
BCSC 683 (CanLII), par. 552‑558.
[80] Justice Wagner does not suggest that the
defence of abandonment, as it stood at the time
of Ms. Gauthier’s trial, required anything more
than a change of intention, accompanied by timely
and unequivocal notice of withdrawal. Rather, my
colleague proposes a new and different test.
[80] Le juge Wagner ne suggère pas que le moyen
de défense de la renonciation, tel qu’il existait au
moment du procès de Mme Gauthier, exigeait quoi
que ce soit de plus qu’un changement d’intention
et un avis non équivoque de retrait donné en temps
opportun. Mon collègue propose plutôt un critère
nouveau et différent.
[81] To this end, my colleague distinguishes for
present purposes between s. 21(1) and s. 21(2)
of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46. The
former deals with liability for aiding or abetting
another in the commission of a specific offence; the
latter, with liability for an offence committed by
another in carrying out a common unlawful purpose.
[81] À cette fin, le juge Wagner établit, pour les
besoins de l’espèce, une distinction entre les
par. 21(1) et 21(2) du Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C‑46. Le premier traite de la responsabilité pour
avoir aidé ou encouragé autrui à commettre un crime
précis; le deuxième, de la responsabilité quant à une
infraction commise par une autre personne dans la
poursuite d’une fin commune illégale.
[82] Justice Wagner would impose additional
requirements on the defence of abandonment, par­
ticularly with respect to liability under s. 21(1),
where the accused would need to adduce evidence
that he or she took steps to neutralize any prior
contribution to the commission of the offence or,
in the alternative, to prevent the commission of the
offence.
[82] Le juge Wagner veut assortir de conditions
supplémentaires le moyen de défense de la renon­
ciation — particulièrement en ce qui concerne la
res­ponsabilité visée au par. 21(1) — de sorte que
l’accusé aurait à produire des éléments de preuve
indiquant qu’il a pris des mesures pour annuler toute
contribution antérieure à la perpétration de l’infrac­
tion ou, subsidiairement, pour en empêcher la
perpétration.
[83] With respect, this approach overlooks the fact
that both s. 21(1) and s. 21(2) can involve active
participation by the accused: see for example
Henderson and Miller.
[83] Avec égards, j’estime que cette approche
néglige le fait que tant le par. 21(1) que le par. 21(2)
peuvent viser la participation active de l’accusée :
voir par exemple Henderson et Miller.
[84] Moreover, the Whitehouse test has been
repeatedly and consistently applied in prosecutions
under s. 21(1) and s. 21(2) alike.
[84] De plus, le critère énoncé dans l’arrêt
Whitehouse a été appliqué régulièrement et à
maintes reprises tant dans des poursuites engagées
en application du par. 21(1) que dans d’autres inten­
tées en vertu du par. 21(2).
[85] The application of the Whitehouse criteria
to an aiding and abetting case was endorsed very
recently by this Court in 2009, and even more
[85] L’application du critère de l’arrêt Whitehouse
dans une affaire d’aide et d’encouragement a
reçu très récemment l’aval de la Cour, en 2009, et
432
R.
v.
GAUTHIER
Fish J.
[2013] 2 S.C.R.
recently by other Canadian courts: Bird (affirming
Costigan J.A.’s dissent); Ball, at paras. 44-47; and
Leslie, at paras. 552-58.
encore plus récemment celui d’autres tribunaux
canadiens : Bird (qui a confirmé le bien‑fondé de
la dissidence du juge Costigan); Ball, par. 44‑47;
Leslie, par. 552‑558.
[86] Indeed, Whitehouse itself involved parties
to an offence who had “aided and abetted in the
commission of the crime”: p. 424. They had
“performed part, at least, of the tasks assigned to
them”: again, at p. 424.
[86] En fait, l’affaire Whitehouse elle‑même mettait
en cause des participants à une infraction qui avaient
[traduction] « aidé et encouragé [quelqu’un] à
commettre le crime » : p. 424. Ils avaient « exécuté
au moins une partie des tâches qui leur avaient été
confiées » : encore à la p. 424.
[87] It was out of this factual context that the test
for abandonment was born. And the court identified
only two requirements: the first, change of in­
tention; the second, timely and unequivocal notice
of withdrawal — that is, the accused must clearly
communicate to the principal “that if he proceeds
upon it he does so without the further aid and
assistance of those who withdraw”: Whitehouse, at
p. 425 (emphasis added).
[87] C’est dans ce contexte factuel que le test
de renonciation a vu le jour. En outre, la Cour n’a
dégagé que deux conditions : premièrement, un
changement d’intention; deuxièmement, un avis
non équivoque de retrait donné en temps opportun
— autrement dit, l’accusé doit clairement faire
savoir à l’auteur principal [ traduction] « que
s’il continue dans la réalisation de la fin illégale
commune, il le fera sans autre aide et appui de
ceux qui se retirent » : Whitehouse, p. 425 (italiques
ajoutés).
[88] As the language of this oft-cited passage makes
clear, the Whitehouse test for abandonment ex­
pressly contemplates prior aid and assistance.
[88] Comme l’indiquent clairement les termes de
cet extrait maintes fois cité, le critère de renonciation
énoncé dans Whitehouse vise expressément l’aide
et l’appui antérieurs.
[89] Moreover, to suggest that an accused under
either subsection of s. 21 must neutralize prior in­
volvement disregards an important rationale of the
defence of abandonment, namely, giving the prin­
cipal offender the opportunity to abandon the
crim­inal objective. As Allan Manson explains in
“Re-codifying Attempts, Parties, and Abandoned
Intentions” (1989), 14 Queen’s L.J. 85, at p. 101:
[89] Qui plus est, en soutenant que la personne
accusée en vertu de l’un ou l’autre des paragraphes
de l’art. 21 doit annuler sa participation antérieure,
on passe outre à un fondement important du moyen
de défense de la renonciation, soit celui de donner
à l’auteur principal de l’infraction la possibilité
de renoncer à la fin criminelle. Comme l’explique
Allan Manson dans « Re‑codifying Attempts,
Parties, and Abandoned Intentions » (1989), 14
Queen’s L.J. 85, p. 101 :
. . . the premise upon which Whitehouse is based: “Let
it be known, if you go then you go alone.” Unequivocal
withdrawal and the element of timeliness are sufficiently
expansive to accommodate abettors and aiders alike
because, as in Becerra and Gundy, the aim is to compel
the principal to reconsider the objective in time to
abandon it. This, after all, is the preventative rationale for
party responsibility. Thus the defence of abandonment as
[traduction] . . . la prémisse sur laquelle repose
l’arrêt Whitehouse [est la suivante] : « Sachez que, si
vous allez de l’avant, vous le ferez seul. » Le retrait non
équivoque et la communication de celui‑ci en temps
opportun sont suffisamment larges pour répondre aux
besoins tant des personnes qui aident l’auteur de l’infrac­
tion à la commettre que de celles qui l’encouragent à
le faire parce que, tout comme dans Becerra et Gundy,
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Fish
433
structured in Whitehouse can apply with equal fairness
and effect to all parties including aiders by interpreting
timeliness in relation to the offence and the goal of ul­
timate abandonment.
l’objectif est de contraindre l’auteur principal de l’infrac­
tion à reconsidérer la fin assez tôt pour qu’il y renonce.
Après tout, c’est là l’objectif de prévention de la respon­
sabilité des participants. Ainsi, le moyen de défense de la
renonciation formulé dans Whitehouse peut s’appliquer
de façon aussi équitable et avec autant d’effet à tous les
participants, y compris à ceux qui aident l’auteur de
l’infrac­tion, par l’interprétation du caractère opportun du
moment de l’annonce de la renonciation compte tenu de
l’infraction et de l’objectif de renonciation en dernière
analyse.
[90] Even the most ardent proponents of a more
stringent abandonment defence recognize that to
require neutralizing or preventative steps would
ne­
c essitate a change to Canadian law: see
M. Campbell, “Turning Back the Clock: Aiders
and the Defence of Abandonment” (2010), 14 Can.
Crim. L.R. 1, at pp. 16-17.
[90] Même les plus ardents tenants d’un moyen de
défense de la renonciation plus strict reconnaissent
qu’il faudrait modifier le droit canadien si on exi­
geait la prise de mesures d’annulation ou de pré­
vention : voir M. Campbell, « Turning Back the
Clock : Aiders and the Defence of Abandonment »
(2010), 14 Rev. can. D.P. 1, p. 16‑17.
[91] Courts in the United Kingdom, approving
Whitehouse, have concluded that neutralizing or
preventative steps are not required to establish aban­
donment. In R. v. O’Flaherty, [2004] EWCA Crim
526, [2004] 2 Cr. App. R. 20 (p. 315), at para. 60,
the Court of Appeal acknowledged that whether an
accused has done enough “to demonstrate that he
or she is withdrawing from the joint enterprise . . . 
is ultimately a question of fact and degree for the
jury”. The jury should account for “the nature of
the assistance and encouragement already given and
how imminent the infliction of the fatal injury or
injuries is, as well as the nature of the action said
to constitute withdrawal”. And, the court explicitly
rejected the proposition that effective withdrawal
requires reasonable steps to prevent the crime:
[91] Approuvant Whitehouse, les tribunaux du
Royaume‑Uni ont conclu que la prise de mesures
d’annulation ou de prévention n’est pas nécessaire
pour établir la renonciation. Dans R. c. O’Flaherty,
[2004] EWCA Crim 526, [2004] 2 Cr. App. R. 20
(p. 315), par. 60, la Cour d’appel a reconnu que le fait
de savoir si l’accusé en avait fait assez [traduction]
« pour prouver son retrait de l’entreprise commune
[. . .] est, en définitive, une question de fait et de
degré relevant du jury ». Celui‑ci doit tenir compte
de « la nature de l’appui et de l’encouragement déjà
fournis, de la mesure dans laquelle l’infliction de la
ou des blessures fatales est imminente ainsi que de
la nature de l’acte considéré comme un retrait ». Et
la Cour d’appel a explicitement rejeté la proposition
qu’un retrait effectif requiert la prise de mesures
raisonnables visant à prévenir le crime :
In cases of assistance it has sometimes been suggested
that, for there to be an effective withdrawal, reasonable
steps must have been taken to prevent the crime. It is
clear, however, this is not necessary. [Para. 60; see also
para. 61.]
[traduction] On a dit parfois que, dans les cas d’appui,
des mesures raisonnables doivent avoir été prises dans le
but de prévenir le crime pour qu’il y ait bel et bien retrait.
Cela n’est toutefois clairement pas nécessaire. [Par. 60;
voir aussi le par. 61.]
See also R. v. Otway, [2011] EWCA Crim 3
(BAILII), at para. 32, where the court held that
ef­forts to prevent the crime were relevant but not
required for withdrawal.
Voir aussi R. c. Otway, [2011] EWCA Crim 3
(BAILII), par. 32, où la cour a affirmé que les mesu­
res de prévention du crime étaient perti­nentes, mais
non nécessaires pour établir le retrait.
434
R.
v.
GAUTHIER
Fish J.
[2013] 2 S.C.R.
[92] Justice Wagner relies on R. v. Fournier, 2007
QCCA 1822 (CanLII), to support his position that
mere communication of changed intention should
henceforth be insufficient for abandonment in
s. 21(1) cases (para. 48 of Justice Wagner’s
reasons). However, in Fournier, unlike this case,
the defence of abandonment was not kept from the
jury. Indeed, the Court of Appeal held that the trial
judge properly instructed the jury that abandonment
required timely and unequivocal notice of with­
drawal: Fournier, at paras. 18-20.
[92] Le juge Wagner cite R. c. Fournier, 2007
QCCA 1822 (CanLII), à l’appui de sa position que la
simple communication d’un changement d’intention
doit désormais être jugée insuffisante pour qu’il y
ait renonciation dans les affaires mettant en cause le
par. 21(1) (par. 48 des motifs du juge Wagner). Or,
dans Fournier, contrairement à la présente affaire,
le moyen de défense de la renonciation a été soumis
au jury. La Cour d’appel a d’ailleurs conclu que le
juge du procès avait informé comme il se doit le
jury que le moyen de défense de la renonciation
exi­geait la communication en temps opportun d’un
avis non équivoque de retrait : Fournier, par. 18‑20.
[93] I agree with my colleague that the internally
repentant archer cannot, having let the arrow fly,
seek refuge in the defence of abandonment (para. 47
of Justice Wagner’s reasons). The defence fails
in Sir John Smith’s illustration not because pre­
ventative or neutralizing steps are required, but
rather because notice of withdrawal comes too late,
or not at all.
[93] À l’instar de mon collègue, j’estime que
l’archer éprouvant un repentir intérieur ne peut se
prévaloir du moyen de défense de renonciation
après avoir décoché la flèche (par. 47 des motifs du
juge Wagner). Le moyen de défense n’est d’aucun
secours à l’archer dans l’exemple donné par Sir
John Smith, non pas parce que des mesures de pré­
vention ou d’annulation s’imposent, mais parce que
l’avis de retrait est donné trop tard ou n’est pas
donné du tout.
[94] These authorities all make clear that the
defence of abandonment does not require that the
accused take steps to neutralize prior participation in
the criminal enterprise or to prevent the commission
of the offence. While such evidence may strengthen
a defence of abandonment, failure to take neutral­
izing or preventative steps is not fatal. Thus, for
example, in R. v. Edwards, 2001 BCSC 275 (CanLII),
at para. 186, the accused’s efforts to stop the com­
mission of the offence were treated as evidence that
the Whitehouse requirements were met — not as
additional requirements of the defence.
[94] Il ressort clairement de toutes ces sources
doctrinales et jurisprudentielles que le moyen de
défense de la renonciation n’exige pas que l’accusé
prenne des mesures pour annuler sa participation
antérieure à l’entreprise criminelle ou empêcher
la perpétration de l’infraction. Bien que la preuve
de telles mesures puisse renforcer ce moyen de
défense, l’absence de mesures d’annulation ou de
prévention n’est pas fatale. Ainsi, par exemple, dans
R. c. Edwards, 2001 BCSC 275 (CanLII), par. 186,
les efforts déployés par l’accusé pour empêcher
la perpétration de l’infraction ont été reconnus
comme établissant le respect du critère énoncé
dans Whitehouse, et non pas comme des conditions
supplémentaires auxquelles il faut satisfaire pour se
prévaloir avec succès du moyen de défense.
[95] If we were to accept that the defence of aban­
donment now requires that an accused take steps
to neutralize previous assistance or to prevent the
commission of the crime, I am inclined to believe
that this change should only be given prospective
effect — at least in this case. As Don Stuart explains
[95] Si nous devions accepter que le moyen de
défense de la renonciation exige désormais que
l’accusé agisse pour annuler son soutien antérieur
ou prévenir la perpétration du crime, j’ai tendance à
penser que cette modification ne devrait valoir que
pour l’avenir, du moins en l’espèce. Comme
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Fish
435
in Canadian Criminal Law: A Treatise (6th ed.
2011), at p. 9: “It is almost universally accepted that
the view that judges merely declare existing law
rather than create new law is outmoded and wrong.”
l’expli­que Don Stuart dans Canadian Criminal
Law : A Treatise (6e éd. 2011), p. 9 : [traduction]
« Presque tous conviennent du caractère désuet et
erroné de l’opinion selon laquelle les juges ne font
qu’énoncer l’état du droit actuel plutôt que de créer
du droit nouveau. »
[96] But on any view of the matter, in light of the
state of the law universally accepted in Canada at
the time of the appellant’s trial, it would be funda­
mentally unfair at this stage to fault the appellant for
failing to demonstrate anything more than a change
of intention, plus timely and unequivocal notice of
withdrawal from the murder-suicide pact. Since
the appellant’s testimony provided some evidence
on these two essential elements, there was an air
of reality to the defence. The trial judge therefore
erred by withholding the defence of abandonment
from the jury.
[96] Mais quel que soit l’angle sous lequel on
aborde la question, il serait fondamentalement
inéquitable à ce stade de reprocher à l’appelante de
ne pas avoir démontré davantage qu’un changement
d’intention et un avis non équivoque de retrait du
pacte de meurtre‑suicide donné en temps opportun,
compte tenu de l’état du droit reconnu par tous
au Canada au moment de son procès. Puisque le
témoignage de l’appelante contient une certaine
preuve de ces deux éléments essentiels, le moyen
de défense était vraisemblable. Le juge du procès a
donc commis une erreur en soustrayant le moyen de
défense de la renonciation à l’examen du jury.
III
III
[97] I agree with Justice Wagner that the “in­
compatibility” between Ms. Gauthier’s defence of
abandonment and her primary defence did not jus­
tify the trial judge’s decision to prevent the jury
from considering them both. And I am therefore
content to add only these brief comments on the
issue of incompatibility.
[97] Je partage l’avis du juge Wagner que
l’« incom­patibilité » entre le moyen de défense de
la renonciation invoqué par Mme Gauthier et son
moyen de défense principal ne justifie pas la déci­
sion du juge du procès de ne pas les soumettre tous
les deux à l’appréciation du jury. Je me contenterai
donc de faire les brèves remarques qui suivent sur
l’incompatibilité.
[98] Incompatibility should not be relied upon to
deprive the accused of a defence for which an air
of reality has been established, particularly where
— as in this case — defence counsel has requested
that it be included in the judge’s charge: A.R., at
pp. 1018 and 1037-38.
[98] Il ne faut pas s’appuyer sur l’incompatibilité
pour priver l’accusé d’un moyen de défense dont
la vraisemblance a été établie, surtout dans un
cas, comme celui‑ci, où l’avocat de la défense a
demandé au juge d’en parler dans son exposé : d.a.,
p. 1018 et 1037‑1038.
[99] As Kellock J. stated in Henderson: “It is a
paramount principle of law that when a defence,
however weak it may be, is raised by a person
charged, it should be fairly put before the jury”:
p. 241. Taschereau J. likewise emphasized the
accused’s “fundamental right . . . to have all the
features of [the] defence adequately put to the
jury”: Henderson, at p. 237.
[99] Comme l’a affirmé le juge Kellock dans
Henderson : [traduction] « Un principe de droit
primordial veut que le moyen de défense invoqué
par un accusé, aussi faible puisse‑t‑il être, soit
soumis en toute justice au jury » : p. 241. Le juge
Taschereau a lui aussi souligné le [traduction]
« droit fondamental de l’[accusé] [. . .] à ce que
toutes les caractéristiques de [la] défense soient
soumises adéquatement au jury » : Henderson,
p. 237.
436
R.
v.
GAUTHIER
Fish J.
[2013] 2 S.C.R.
IV
IV
[100] For abandonment to be left for the jury,
there must be some evidence upon which a properly
instructed jury could form a reasonable doubt on the
two essential elements of the defence: R. v. Cinous,
2002 SCC 29, [2002] 2 S.C.R. 3, at paras. 2, 49,
52-54 and 83. In my view, the appellant’s testimony
satisfied this modest evidentiary threshold.
[100] Pour que le moyen de défense de la renon­
ciation soit laissé à l’appréciation du jury, il doit
exister une preuve qui permettrait à un jury ayant
reçu des directives appropriées d’entretenir un
doute raisonnable sur les deux éléments essentiels
du moyen de défense : R. c. Cinous, 2002 CSC
29, [2002] 2 R.C.S. 3, par. 2, 49, 52‑54 et 83. Le
témoignage de l’appelante me semble avoir satisfait
à ce critère de preuve peu exigeant.
[101] Indeed, there was no suggestion at trial by
the Crown — nor finding by the trial judge or the
Court of Appeal — that the defence of abandonment
lacked an air of reality.
[101] En fait, le ministère public n’a pas laissé
enten­dre au procès — pas plus que le juge de
pre­mière instance ou la Cour d’appel dans leurs
conclusions — que le moyen de défense de la
renon­ciation n’était pas vraisemblable.
[102] The appellant testified that she told Marc
Laliberté his plan did not make sense and he
[translation] “could not do it” (“pouvait pas faire
ça”). She also told him that she did not want to be a
part of it. She demonstrated her disapproval of the
murder-suicide pact by tearing up two documents:
a last will and estament written by the appellant
and a story of Marc Laliberté’s life containing ref­
erences to the pact. She was convinced by his facial
expression that the murder-suicide pact was off:
A.R., at pp. 834-35 and 910-11.
[102] L’appelante a affirmé avoir dit à Marc
Laliberté que son plan n’avait aucun sens et qu’il
« pouvait pas faire ça ». Elle lui a également fait
part de son refus d’y participer. Elle a manifesté
son désaccord avec le pacte de meurtre‑suicide en
déchirant deux documents : un testament qu’elle
avait rédigé et une biographie de Marc Laliberté
faisant état du pacte. En outre, l’expression faciale
de ce dernier l’a convaincue que le pacte avait été
abandonné : d.a., p. 834‑835 et 910‑911.
[103] This testimony provides some evidence that
the appellant no longer intended to participate in the
murder-suicide pact and that she provided timely
and unequivocal notice of this change of intention
to the principal offender. That the evidence could
have left the jury with a reasonable doubt as to the
appellant’s guilt is all that was required.
[103] Ce témoignage contient à tout le moins
une certaine preuve que l’appelante ne voulait plus
participer au pacte de meurtre‑suicide et qu’elle
avait fait part sans équivoque de cette volte‑face à
l’auteur principal de l’infraction en temps opportun.
Tout ce qui était nécessaire, c’était la possibilité
qu’un doute raisonnable subsiste dans l’esprit du
jury à propos de la culpabilité de l’appelante.
[104] Whether the appellant ultimately “did
enough” to communicate timely and unequivocal
withdrawal was a question of fact that should have
been left for the jury to decide: P.K., at para. 11;
O’Flaherty, at para. 60; Cinous, at paras. 52 and 54.
[104] Le fait de savoir si l’appelante en avait fait
assez en dernière analyse pour signifier sans équi­
voque son retrait en temps opportun constitue une
question de fait qui aurait dû être laissée à l’appré­
ciation du jury : P.K., par. 11; O’Flaherty, par. 60;
Cinous, par. 52 et 54.
[105] In short, it was for the jury to determine
whether the appellant’s words and conduct were
[105] Bref, il appartenait au jury de décider si les
propos et la conduite de l’appelante étaient crédibles
[2013] 2 R.C.S.
R.
c.
GAUTHIER
Le juge Fish
437
believable and sufficient to demonstrate timely and
unequivocal notice of withdrawal. As Taschereau J.
stated, again in Henderson, at p. 237: “The question
whether the agreement has been put to an end, must
be judged in view of all the circumstances revealed
by the evidence, and I have no doubt that it is a
question for the jury.”
et suffisants pour établir qu’un avis non équivoque
de retrait avait été donné en temps opportun. Comme
l’a dit le juge Taschereau, toujours dans Henderson,
p. 237 : [traduction] « La question de savoir si on
a mis fin à l’entente doit être examinée au vu de
l’ensemble des circonstances qui se dégagent de la
preuve, et il n’y a aucun doute dans mon esprit que
c’est une question relevant du jury. »
[106] With respect, I feel bound to conclude that
the trial judge, by declining to instruct on the de­
fence of abandonment, encroached “on the jury’s
traditional function as arbiter of fact”: Cinous, at
para. 56.
[106] Avec égards, j’estime donc devoir conclure
que le juge du procès a empiété « sur le rôle tradi­
tionnel du jury en tant que juge des faits » en refu­
sant de lui donner des directives sur le moyen de
défense de la renonciation : Cinous, par. 56.
V
V
[107] For the foregoing reasons, I would allow
the appeal, set aside the appellant’s convictions, and
order a new trial.
[107] Pour les motifs qui précèdent, je suis d’avis
d’accueillir le pourvoi, d’annuler les déclarations de
culpabilité visant l’appelante et d’ordonner la tenue
d’un nouveau procès.
Appeal dismissed, Fish J. dissenting.
Pourvoi rejeté, le juge Fish est dissident.
Solicitors for the appellant: Duval Lauzon
Ménard, Trois‑Rivières.
Procureurs de l’appelante : Duval Lauzon
Ménard, Trois‑Rivières.
Solicitor for the respondent: Directeur des
poursuites criminelles et pénales du Québec,
Chicoutimi.
Procureur de l’intimée : Directeur des pour­
suites criminelles et pénales du Québec, Chicoutimi.
Solicitor for the intervener: Attorney General of
Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant : Procureur général de
l’Ontario, Toronto.
438
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
[2013] 2 S.C.R.
Edward Sumio Nishi Appellant
Edward Sumio Nishi Appelant
v.
c.
Rascal Trucking Ltd. Respondent
Rascal Trucking Ltd. Intimée
Indexed as: Nishi v. Rascal Trucking Ltd.
Répertorié : Nishi c. Rascal Trucking Ltd.
2013 SCC 33
2013 CSC 33
File No.: 34510.
No du greffe : 34510.
2013: January 16; 2013: June 13.
2013 : 16 janvier; 2013 : 13 juin.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein,
Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
british columbia
en appel de la cour d’appel de la
colombie-britannique
Trusts — Purchase money resulting trust — Appellant
using funds received from respondent to purchase
property in appellant’s own name — Funds representing
disputed monies owed to third party — Whether purchase
money resulting trust should be abolished in commercial
transactions in favour of unjust enrichment principles
— Whether a transfer is gratuitous when it constitutes
the discharge of a legal and moral obligation to a third
party — Whether a proportionate interest in the property
is acquired where the transferor attempted, but failed to
secure the title holder’s agreement to an interest in the
property — Whether presumption of resulting trust was
rebutted.
Fiducies — Fiducie résultoire découlant des circons­
tances d’achat — Utilisation par l’appelant des fonds
reçus de l’intimée pour acheter une propriété en son
propre nom — Fonds représentant une somme d’argent
contestée due à un tiers — La fiducie résultoire découlant
des circonstances d’achat doit-elle être abolie dans les
opérations commerciales en faveur des principes de
l’enrichissement injustifié? — Un transfert de fonds estil fait à titre gratuit s’il constitue l’acquittement d’une
obligation légale et morale envers un tiers? — L’auteur
du transfert de fonds qui a tenté, sans succès, d’obtenir
que le titulaire du titre lui concède un intérêt dans la
propriété acquiert-il dans la propriété un intérêt au
pro­rata de la somme transférée? — La présomption de
fiducie résultoire a-t-elle été réfutée?
In 1996, Kismet Enterprises Ltd. owned ap­
proximately two acres of land in Nanaimo, British
Columbia that it leased to Rascal Trucking Ltd. Rascal
began operating a topsoil processing facility on the
prop­erty that generated significant complaints from the
neighbourhood. As a result, the City passed resolutions
declaring that the facility was a nuisance. The City sub­
sequently removed the topsoil and lodged the costs
in­curred of $110,679.74 against the property as tax
arrears. Rascal’s lease included provisions which
required it to “hold harmless” Kismet for “any and all
liabilities resulting from Rascal’s operations on the
property”, but at no point did Rascal reimburse Kismet
or the City for the costs of the removal of the topsoil.
Kismet determined that, as a result of the tax arrears and
the existing mortgage to CIBC, there was no equity left
in the property. It stopped making mortgage payments.
Throughout the ensuing foreclosure proceedings,
En 1996, Kismet Enterprises Ltd. était propriétaire d’un
terrain d’environ deux acres à Nanaimo, en ColombieBritannique, qu’elle a loué à Rascal Trucking Ltd. Rascal
a commencé à y exploiter une installation de production
de terre végétale qui a suscité de nombreuses plaintes de
la part des résidents du quartier. Par con­séquent, la Ville
a adopté des résolutions déclarant que l’installation cons­
tituait une nuisance. La Ville a ensuite enlevé la terre et
imputé les frais engagés, s’élevant à 110 679,74 $, comme
charge grevant la propriété à titre d’arriéré d’impôt.
Des dispositions du bail obligeaient Rascal à « exonérer
Kismet de toute responsabilité » à l’égard de « tout dom­
mage découlant de ses activités sur la propriété », mais
Rascal n’a jamais remboursé à Kismet ou à la Ville les
frais engagés pour l’enlèvement de la terre. Kismet est
arrivée à la conclusion que, en raison de l’arriéré d’impôt
et d’une hypothèque existante consentie à la CIBC, la
propriété n’avait plus aucune valeur nette. Elle a donc
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
439
Mr. Heringa, the principal of Rascal, tried in a number
of ways to acquire the property, but was unsuccessful.
In May 2001, the property was sold to Mr. Nishi for
$237,500. Nishi was assisted in the purchase by Rascal
in the amount of $110,679.74, the exact amount of the
tax arrears. Heringa sent Nishi’s lawyer several faxes
containing offers with different terms, attempting to
acquire an interest in the property. Nishi did not agree.
Heringa subsequently sent a fax indicating that the
monies would be advanced “without any conditions or
requirements”. In November 2008, Rascal began this
action claiming a one-half undivided interest in the prop­
erty. The trial judge dismissed the action but this de­cision
was overturned on appeal.
arrêté de verser les paiements hypothécaires. Au cours
des procédures de forclusion qui ont suivi, M. Heringa, le
dirigeant de Rascal, a essayé de différentes façons, mais
en vain, d’acquérir la propriété. En mai 2001, la pro­priété
a été vendue à M. Nishi pour 237 500 $. Au moment
de l’achat, M. Nishi a reçu de Rascal une aide au mon­
tant de 110 679,74 $, soit le montant exact de l’arriéré
d’impôt. Cherchant à acquérir un intérêt dans la propriété,
M. Heringa a envoyé à l’avo­cat de M. Nishi plusieurs
télécopies qui présentaient des offres contenant des moda­
lités différentes, offres que M. Nishi a refusées. Par la
suite, M. Heringa a envoyé une télécopie indiquant que la
somme d’argent serait avancée « exempte de toute condi­
tion ou exigence ». En novembre 2008, Rascal a intenté la
présente action en vue d’obtenir un intérêt indivis de 50
pour 100 dans la propriété. Le juge de première ins­tance
a rejeté l’action, mais sa décision a été infirmée en appel.
Held: The appeal should be allowed and the decision
of the trial judge should be restored.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli et la décision du juge
de première instance est rétablie.
There is no reason to depart from the long-standing
doctrine of the purchase money resulting trust in fa­
vour of an approach based on unjust enrichment. While
flexibility is no doubt desirable in certain areas of the
law, the purchase money resulting trust provides cer­
tainty and predictability because it relies on a clear rule
for determining who holds the beneficial interest in a
property. When making a gratuitous transfer of property,
the person who makes the transfer must have intended
either to pass the beneficial interest (a gift) or retain it
(a trust). A purchase money resulting trust is a species
of gratuitous transfer resulting trust that arises when a
person advances funds to contribute to the purchase price
of property, but does not take legal title to that property.
Where the person advancing the funds is unrelated to
the person taking title, the law presumes that the parties
intended for the person who advanced the funds to hold
a beneficial interest in the property in proportion to that
person’s contribution. This presumption can be rebutted
if the recipient of the property proves, on a balance of
probabilities, that at the time of the contribution, the
person making the contribution intended to make a gift to
the person taking title. While rebutting the presumption
requires evidence of the intention of the person who
advanced the funds at the time of the advance, after the
fact evidence can be admitted so long as the trier of fact
is careful to consider the possibility of self-serving chan­
ges in intention over time.
Il n’y a aucune raison d’écarter la doctrine, établie
depuis longtemps, de la fiducie résultoire découlant des
circonstances d’achat en faveur d’une démarche fondée
sur l’enrichissement injustifié. Bien que la souplesse soit
certainement souhaitable dans certains domaines du droit,
la fiducie résultoire découlant des circonstances d’achat
offre une certitude et une prévisibilité du fait qu’elle est
fondée sur une règle claire permettant de déterminer qui
détient l’intérêt bénéficiaire sur un bien. Au moment de
faire un transfert d’un bien à titre gratuit, l’auteur du
transfert doit avoir eu l’intention soit de céder l’intérêt
bénéficiaire (donation), soit de le garder (fiducie). La
fiducie résultoire découlant des circonstances d’achat
est une sorte de fiducie résultoire découlant d’un trans­
fert à titre gratuit qui s’opère lorsqu’une personne avance
des fonds en vue de contribuer au prix d’achat d’un bien
sans en acquérir le titre. Lorsque la personne qui avance
les fonds n’a aucun lien de parenté avec la personne qui
acquiert le titre, il faut présumer en droit que les parties
voulaient que l’auteur de l’avance des fonds détienne
un intérêt bénéficiaire dans le bien au prorata de sa con­
tribution. Cette présomption peut être réfutée si la per­
sonne qui a reçu le bien prouve, selon la prépondérance
des probabilités, qu’au moment de faire la contribution,
la personne qui a avancé les fonds voulait faire une dona­
tion à la personne qui a acquis le titre dans ce bien. Pour
réfuter la présomption, il faut prouver l’intention de la
personne ayant avancé les fonds au moment où l’avance a
été consentie, mais des éléments de preuve de l’intention
postérieurs à l’avance peuvent être admis dans la mesure
où le juge des faits tient dûment compte de la possibilité
que l’auteur de l’avance de fonds ait pu changer ses
intentions au fil du temps en vue de s’avantager.
440
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
[2013] 2 S.C.R.
Reviewing the trial judge’s reasons in their full
context confirms that he understood that Rascal’s inten­
tion at the time of the advance was to contribute to the
purchase price without taking a beneficial interest in the
property because Rascal was motivated by recognition of
the costs that it had imposed on Kismet. This intention,
to make good on Rascal’s obligations to Kismet by way
of a payment to Mr. Nishi, is not inconsistent with a
finding of a legal gift. Moreover, Rascal’s stated intention
was to make the advance without any conditions and its
contribution towards the mortgage on the property was
the amount of the tax arrears ($110,679.74) down to the
penny. It was open to the trial judge to conclude that the
presumption of resulting trust had been rebutted and it
was well supported by the evidence.
Un examen des motifs du juge de première instance
considérés dans leur contexte global confirme que selon
lui, l’intention de Rascal, au moment de l’avance de fonds,
était de contribuer au prix d’achat sans acquérir un intérêt
bénéficiaire sur la propriété parce qu’elle reconnaissait
avoir imposé des frais à Kismet. Cette intention d’hono­
rer les obligations de Rascal envers Kismet en faisant
un paiement à M. Nishi n’est pas incompatible avec la
conclusion qu’une donation a été faite. De plus, l’inten­
tion déclarée de Rascal était d’avancer des fonds sans
aucune condition, et sa contribution à l’hypothèque
grevant la propriété équivalait, au cent près, au montant
d’arriéré d’impôt (110 679,74 $). Il était loisible au juge
de première instance de conclure que la présomption de
fiducie résultoire avait été réfutée, et cette conclusion
était bien étayée par la preuve.
Cases Cited
Jurisprudence
Applied: Kerr v. Baranow, 2011 SCC 10, [2011] 1
S.C.R. 269; Pecore v. Pecore, 2007 SCC 17, [2007] 1
S.C.R. 795; referred to: Nanaimo (City) v. Rascal
Trucking Ltd., 2000 SCC 13, [2000] 1 S.C.R. 342; R. v.
Henry, 2005 SCC 76, [2005] 3 S.C.R. 609; Ontario
(Attorney General) v. Fraser, 2011 SCC 20, [2011]
2 S.C.R. 3; Canada v. Craig, 2012 SCC 43, [2012] 2
S.C.R. 489; R. v. B. (K.G.), [1993] 1 S.C.R. 740.
Arrêts appliqués : Kerr c. Baranow, 2011 CSC 10,
[2011] 1 R.C.S. 269; Pecore c. Pecore, 2007 CSC 17,
[2007] 1 R.C.S. 795; arrêts mentionnés : Nanaimo
(Ville) c. Rascal Trucking Ltd., 2000 CSC 13, [2000] 1
R.C.S. 342; R. c. Henry, 2005 CSC 76, [2005] 3 R.C.S.
609; Ontario (Procureur général) c. Fraser, 2011 CSC
20, [2011] 2 R.C.S. 3; Canada c. Craig, 2012 CSC 43,
[2012] 2 R.C.S. 489; R. c. B. (K.G.), [1993] 1 R.C.S. 740.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Oosterhoff on Trusts: Text, Commentary and Materials,
7th ed. by A. H. Oosterhoff et al. Toronto: Carswell,
2009.
Snell’s Equity, 32nd ed. by John McGhee. London: Sweet
& Maxwell, 2010.
Waters’ Law of Trusts in Canada, 4th ed. by
Donovan W. M. Waters, Mark R. Gillen and Lionel D.
Smith. Toronto: Thomson Carswell, 2012.
Oosterhoff on Trusts : Text, Commentary and Materials,
7th ed. by A. H. Oosterhoff et al. Toronto : Carswell,
2009.
Snell’s Equity, 32nd ed. by John McGhee. London : Sweet
& Maxwell, 2010.
Waters’ Law of Trusts in Canada, 4th ed. by
Donovan W. M. Waters, Mark R. Gillen and Lionel D.
Smith. Toronto : Thomson Carswell, 2012.
APPEAL from a judgment of the British
Columbia Court of Appeal (Kirkpatrick, Frankel and
Smith JJ.A.), 2011 BCCA 348, 21 B.C.L.R. (5th)
330, 309 B.C.A.C. 182, 523 W.A.C. 182, 340
D.L.R. (4th) 284, [2011] B.C.J. No. 1561 (QL),
2011 CarswellBC 2154, reversing a decision of
Dley J., 2010 BCSC 649, [2010] B.C.J. No. 840
(QL), 2010 CarswellBC 1454. Appeal allowed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de la Colombie-Britannique (les juges Kirkpatrick,
Frankel et Smith), 2011 BCCA 348, 21 B.C.L.R.
(5th) 330, 309 B.C.A.C. 182, 523 W.A.C. 182, 340
D.L.R. (4th) 284, [2011] B.C.J. No. 1561 (QL),
2011 CarswellBC 2154, qui a infirmé une décision
du juge Dley, 2010 BCSC 649, [2010] B.C.J.
No. 840 (QL), 2010 CarswellBC 1454. Pourvoi
accueilli.
D. Geoffrey G. Cowper, Q.C., and Joel Payne,
for the appellant.
D. Geoffrey G. Cowper, c.r., et Joel Payne, pour
l’appelant.
Craig P. Dennis and Owen J. James, for the
respondent.
Craig P. Dennis et Owen J. James, pour l’intimée.
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
The judgment of the Court was delivered by
Rothstein J. —
Le juge Rothstein
441
Version française du jugement de la Cour rendu
par
Le juge Rothstein —
I. Introduction
I. Introduction
[1] A purchase money resulting trust arises when
a person advances funds to contribute to the
purchase price of property, but does not take legal
title to that property. Where the person advancing
the funds is unrelated to the person taking title, the
law presumes that the parties intended for the per­
son who advanced the funds to hold a beneficial
interest in the property in proportion to that person’s
contribution. This is called the presumption of re­
sulting trust.
[1] Une fiducie résultoire découlant des circons­
tances d’achat prend naissance lorsqu’une per­sonne
avance des fonds pour contribuer à l’achat d’un
bien sans en acquérir le titre de propriété. Lorsque
la personne qui avance les fonds n’a aucun lien de
parenté avec la personne qui acquiert le titre, il faut
présumer en droit que les parties voulaient que
l’auteur de l’avance des fonds détienne un intérêt
bénéficiaire dans le bien au prorata de sa contribu­
tion. Il s’agit de la présomption de fiducie résultoire.
[2] The presumption can be rebutted by evidence
that at the time of the contribution, the person
making the contribution intended to make a gift
to the person taking title. While rebutting the pre­
sumption requires evidence of the intention of the
person who advanced the funds at the time of the
advance, after the fact evidence can be admitted so
long as the trier of fact is careful to consider the
possibility of self-serving changes in intention over
time.
[2] La présomption peut être réfutée par une
preuve établissant qu’au moment de la contribution,
l’auteur de celle-ci voulait faire une donation à la
personne ayant acquis le titre. Pour réfuter la pré­
somption, il faut prouver l’intention de la personne
ayant avancé les fonds au moment où l’avance a
été consentie, mais des éléments de preuve de
l’inten­tion postérieurs à l’avance peuvent être admis
dans la mesure où le juge des faits tient dûment
compte de la possibilité que l’auteur de l’avance de
fonds ait pu changer ses intentions au fil du temps
en vue de s’avantager.
[3] Edward Sumio Nishi has legal title to prop­
erty. Rascal Trucking Ltd., which advanced funds
to assist in the purchase of the property, claims a
beneficial interest in that property. The trial judge
found that the presumption of resulting trust had
been rebutted. That finding was overturned on
appeal.
[3] Edward Sumio Nishi détient le titre en common
law sur une propriété. Rascal Trucking Ltd., qui a
avancé des fonds pour faciliter l’acquisition de cette
propriété, réclame un intérêt bénéficiaire dans ce
bien. Le juge de première instance a conclu que la
présomption de fiducie résultoire avait été réfutée.
Cette conclusion a été infirmée en appel.
[4] Mr. Nishi now asks this Court to restore the
decision of the trial judge by replacing the doctrine
of purchase money resulting trust with the doctrine
of unjust enrichment and finding that Mr. Nishi was
not unjustly enriched. Alternatively, Mr. Nishi says
that the presumption of resulting trust was rebutted.
I see no reason to disturb the long settled doctrine
of resulting trust in favour of unjust enrichment.
Rather, I would allow the appeal based on the
[4] M. Nishi demande maintenant à la Cour de
rétablir la décision du juge de première instance en
remplaçant la doctrine de la fiducie résultoire
décou­lant des circonstances d’achat par la doctrine
de l’enrichissement injustifié et de conclure
que M. Nishi ne s’est pas enrichi injustement.
Subsidiairement, M. Nishi affirme que la pré­
somption de fiducie résultoire a été réfutée. Je ne
vois aucune raison de substituer la doctrine de
442
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
factual findings of the trial judge that no resulting
trust was created in this case.
l’enri­chissement injustifié à celle de la fiducie
résultoire, établie de longue date. Je suis plutôt
d’avis d’accueillir le pourvoi en m’appuyant sur les
conclusions de faits du juge de première instance
selon lesquelles aucune fiducie résultoire n’a été
créée en l’espèce.
II. Facts
II. Faits
[5] In 1996, Kismet Enterprises Ltd. owned ap­
proximately two acres of land in Nanaimo, British
Columbia. In April 1996, Kismet leased the prop­
erty to Rascal. Rascal began operating a topsoil
processing facility on the property.
[5] En 1996, Kismet Enterprises Ltd. était pro­
priétaire d’un terrain d’environ deux acres à
Nanaimo, en Colombie-Britannique. En avril 1996,
Kismet a loué la propriété à Rascal, qui a commencé
à y exploiter une installation de production de terre
végétale.
[6] Rascal’s topsoil operation generated sig­nifi­
cant complaints from the neighbourhood. As a re­sult,
the City of Nanaimo (the “City”) passed reso­lu­
tions, declaring that the facility was a nuisance and
authorizing the City to remove the topsoil in the
event that neither Kismet nor Rascal did so. The City
subsequently removed the topsoil and lodged the
costs incurred, amounting to $110,679.74, against
the property as tax arrears. Rascal brought an
action challenging the City’s authority to pass these
resolutions, but this Court ruled in favour of the
City in 2000 (Nanaimo (City) v. Rascal Trucking
Ltd., 2000 SCC 13, [2000] 1 S.C.R. 342).
[6] La production de terre végétale par Rascal a
suscité de nombreuses plaintes de la part des
résidents du quartier. Par conséquent, la ville de
Nanaimo (la « Ville ») a adopté des résolutions
déclarant que l’installation constituait une nuisance
et autorisant la Ville à enlever la terre si Kismet et
Rascal ne le faisaient pas. La Ville a ensuite enlevé
la terre et imputé les frais engagés, s’élevant à
110 679,74 $, comme charge grevant la propriété à
titre d’arriéré d’impôt. Rascal a intenté une action
afin de contester le pouvoir de la Ville d’adopter ces
résolutions, et notre Cour a tranché en faveur de la
Ville en 2000 (Nanaimo (Ville) c. Rascal Trucking
Ltd., 2000 CSC 13, [2000] 1 R.C.S. 342).
[7] Rascal’s lease included provisions which
required it to “hold harmless” Kismet for “any and
all liabilities resulting from Rascal’s operations on
the property”, but at no point did Rascal reimburse
Kismet or the City for the costs of the removal of
the topsoil.
[7] Des dispositions du bail obligeaient Rascal
à [traduction] « exonérer [Kismet] de toute res­
ponsabilité » à l’égard de « tout dommage découlant
de [ses] activités sur la propriété », mais Rascal n’a
jamais remboursé à Kismet ou à la Ville les frais
engagés pour l’enlèvement de la terre.
[8] Kismet determined that, as a result of the tax
arrears and the existing mortgage to CIBC, there
was no equity left in the property. It stopped making
mortgage payments and in December 1997, CIBC
began foreclosure proceedings. Throughout the
foreclosure proceedings, Hans Heringa, the prin­
cipal of Rascal, tried in a number of ways to acquire
the property, but was rebuffed or ignored by CIBC.
[8] Kismet est arrivée à la conclusion que, en
rai­son de l’arriéré d’impôt et d’une hypothèque
existante consentie à la CIBC, la propriété n’avait
plus aucune valeur nette. Elle a donc arrêté de verser
les paiements hypothécaires et, en décembre 1997,
la CIBC a engagé une procédure de forclusion.
Pendant cette procédure, Hans Heringa, le dirigeant
de Rascal, a essayé de différentes façons d’acquérir
la propriété, mais la CIBC a rejeté ou ignoré ses
tentatives.
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
443
[9] Upon completion of the foreclosure proceed­
ings, in May 2001, the property was sold to Mr. Nishi
for $237,500. Before selling the property to
Mr. Nishi, CIBC paid the tax arrears owing to the
City.
[9] Au terme de la procédure de forclusion, en
mai 2001, la propriété a été vendue à M. Nishi pour
237 500 $. Avant de vendre le terrain à M. Nishi, la
CIBC a payé l’arriéré d’impôt à la Ville.
[10] Mr. Nishi was assisted in the purchase by
Rascal who provided $85,000 in cash and assumed
responsibility for paying $25,000 on the mortgage.
Mr. Heringa acted as guarantor on the mortgage.
Subsequent to the purchase of the property,
Mr. Heringa instructed his staff that the total
contribution to the mortgage should be $25,679.74.
As a result, Rascal’s total contribution towards the
purchase of the property was $110,679.74, the exact
amount of the tax arrears lodged on the property
due to Rascal’s topsoil activities.
[10] Au moment de l’achat, M. Nishi a reçu l’aide
de Rascal, qui lui a remis 85 000 $ en espèces et s’est
engagée à payer 25 000 $ sur l’emprunt hypothé­
caire. M. Heringa a agi à titre de garant de l’hypo­
thèque. À la suite de l’acquisition de la propriété,
M. Heringa a informé son personnel que la con­
tribution totale à l’emprunt hypothécaire était de
25 679,74 $. Par conséquent, la contribution totale
de Rascal à l’acquisition de la propriété s’élevait
à 110 679,74 $, soit le montant exact de l’arriéré
d’impôt inscrit à l’égard de la propriété en raison
des activités de transformation de terre de Rascal.
[11] With respect to this financial support,
Mr. Heringa sent Mr. Nishi’s lawyer several faxes
con­taining offers with different terms. On May 25,
2001, Mr. Heringa made an offer to contribute
$85,000 in cash and to assume $25,000 in mortgage
payments in exchange for a second mortgage to
secure Rascal’s interest in the property and for the
bottom half of the property. Part of the text of the
May 25, 2001 fax is reproduced below:
[11] Concernant cette aide financière, M. Heringa
a envoyé à l’avocat de M. Nishi plusieurs télécopies
qui présentaient des offres contenant des modalités
différentes. Le 25 mai 2001, M. Heringa a offert de
contribuer 85 000 $ en espèces et de s’engager à
rembourser 25 000 $ sur l’emprunt hypothécaire,
en contrepartie d’une deuxième hypothèque visant
à garantir l’intérêt de Rascal dans la propriété et de
la moitié inférieure de la propriété. Le texte de la
télécopie envoyée le 25 mai 2001 est reproduit en
partie ci-dessous :
[traduction]
(1) To advise that $85,000.00 can be applied to a pur­
chase of this property for $232,500.00 plus Legal and
Land Title costs, to be in the name of Edward Nishi.
(1) La somme de 85 000 $ peut servir à l’achat de cette
propriété au prix de 232 500 $ plus les frais de justice
et les frais afférents à l’enregistrement du titre foncier,
lequel sera au nom d’Edward Nishi.
(2) Royal Bank (Colleen Tourout) is to advance a First
Mortgage. We are taking a 25 year amortization, 5 yr
Term, with payments to include Taxes. H. Heringa will
act as a Guarantor.
(2) La Banque Royale (Colleen Tourout) doit accep­ter
une première hypothèque. Nous prenons un amortis­
sement sur 25 ans, une période de renouvellement de
5 ans et les paiements incluront les impôts. H. Heringa
agira à titre de garant.
(3) Rascal Trucking Ltd. will be responsible for the pay­
ments on $25,000.00 of the Mortgage.
(3) Rascal Trucking Ltd. sera responsable de payer
25 000 $ au titre de l’hypothèque.
(4) We would like Edward Nishi to sign Registrable Form
documentation for a Second Mortgage for $110,000,
no interest, to secure Rascal’s interest in this land. This
(4) Nous aimerions qu’Edward Nishi signe les docu­
ments relatifs à l’enregistrement d’une deuxième hypo­
thèque de 110 000 $, sans intérêt, afin de garantir l’intérêt
444
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
Second will not be Registered as yet, and only at some
later date perhaps, with the consent of both of us.
de Rascal sur le terrain. Cette deuxième hypothèque ne
sera pas enregistrée maintenant, mais peut-être seulement
à une date ultérieure, avec le consentement des deux
parties.
(5) There should be an Agreement that Edward Nishi
will apply for, transfer & convey the bottom 1/2 of the
property to Rascal Trucking Ltd., after completion of
the Sale, and that it is the intent that Rascal can use, and
later own the bottom portion of the property, commen­
cing at the halfway point of the upper driveway, as
per the attached Plan. [Emphasis in original; A.R., at
pp. 113-14.]
(5) Il devrait être convenu que Edward Nishi demandera
le transfert de la moitié inférieure de la propriété en faveur
de Rascal Trucking Ltd., après la conclusion de la vente,
et que Rascal entend utiliser, et éventuellement acquérir,
la moitié inférieure de la propriété, à partir du milieu de
la voie d’accès supérieure, tel qu’indiqué au plan joint.
[Souligné dans l’original; d.a., p. 113-114.]
[12] There is no evidence that Mr. Nishi accepted
this offer.
[12] Rien n’indique que M. Nishi a accepté cette
offre.
[13] On May 28, 2001, Mr. Heringa sent a fax
modifying his earlier offer and stating that “the
$85,000.00 is to be applied to the purchase with­
out any conditions or requirements, and these in­
structions are irrevocable” (A.R., at p. 117). He
stated that the request for a second mortgage and
for the bottom half of the property to be conveyed
to Rascal were “just possibilities, for future ref­
erence [and] consideration, and that’s all” (ibid.
(emphasis in original)). The text of this second fax
is reproduced below:
[13] Le 28 mai 2001, M. Heringa a envoyé une
télécopie dans laquelle il modifiait l’offre précé­
dente et indiquait que [traduction] « le montant
de 85 000 $ doit servir à l’achat, exempt de toute
condition ou exigence, et ces directives sont irrévo­
cables » (d.a., p. 117). Il a affirmé que la demande
visant l’obtention d’une deuxième hypothèque et
le transfert à Rascal de la moitié inférieure de la
propriété n’étaient « que des possibilités, pour
con­sultation [et] examen futurs, et c’est tout »
(ibid. (souligné dans l’original)). Le texte de cette
deuxième télécopie est reproduit ci-dessous :
[traduction]
(1) So there is no confusion, Instruction #1, is a stand
alone instruction, and the $85,000.00 is to be applied to
the purchase without any conditions or requirements,
and these instructions are irrevocable. The sale must
complete, in the name of Edward Nishi. Items 2 & 3 are
only to confirm what is to occur.
(1) Afin d’éviter toute confusion, la première directive
est indépendante et le montant de 85 000 $ doit servir
à l’achat, exempt de toute condition ou exigence, et ces
directives sont irrévocables. La vente doit être conclue au
nom d’Edward Nishi. Les points 2 et 3 ne servent qu’à
confirmer ce qui doit se passer.
(2) The rest (Items 4 & 5) are just possibilities, for future
reference & consideration, and that’s all.
(2) Les autres points (les points 4 et 5) ne sont que des
possibilités, pour consultation et examen futurs, et c’est
tout.
(3) However, if you think that a Second Mortgage or
anything else makes sense, to properly protect Nishi,
Kismet & Rascal, in the future, from demands from
the City or from future Nuisance charges, etc., please
advise . . . . Also, Rascal doesn’t want to lose its legal
non-conforming status in regard to topsoil processing at
this site. [Emphasis in original; A.R., at p. 117.]
(3) Cependant, si vous estimez logique une deuxième
hypothèque ou quelque autre élément afin de protéger
M. Nishi, Kismet et Rascal, à l’avenir, contre des
demandes de la Ville ou des accusations de nuisance,
etc. Veuillez nous en informer [. . .] Également, Rascal
ne veut pas perdre son statut juridique dérogatoire rela­
tivement à la production de terre végétale à cet endroit.
[Souligné dans l’original; d.a., p. 117.]
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
445
[14] In November 2008, Rascal began this action
claiming a one-half undivided interest in the property.
[14] En novembre 2008, Rascal a intenté la pré­
sente action en vue d’obtenir un intérêt indivis de
50 pour 100 sur la propriété.
[15] For reasons that will become apparent, it
is relevant that Mr. Heringa and Cidalia Plavetic,
the principal of Kismet, had had a long-standing
business and personal relationship. It is also relevant
that Ms. Plavetic and Mr. Nishi are common law
partners and have lived on the property since 1997.
[15] Pour des raisons qui deviendront évidentes,
il convient de souligner que M. Heringa et Cidalia
Plavetic, la dirigeante de Kismet, avaient entretenu
une longue relation commerciale et personnelle. Il
convient aussi de noter que Mme Plavetic et M. Nishi
sont des conjoints de fait et habitent sur la propriété
depuis 1997.
III. Judicial History
III. Historique judiciaire
A. Supreme Court of British Columbia
A. Cour suprême de la Colombie-Britannique
[16] Rascal advanced three arguments before the
trial judge. First, Rascal argued that there was an
agreement between the parties that half of the prop­
erty would belong to Rascal. The trial judge rejected
this argument but noted that “[Mr. Heringa’s] in­
tention and desire to secure an interest was ob­vious,
but Mr. Nishi would not agree” (2010 BCSC 649
(CanLII), at para. 39).
[16] Rascal a fait valoir trois arguments devant le
juge de première instance. Tout d’abord, elle a invo­
qué l’existence d’une entente entre les parties selon
laquelle la moitié de la propriété appartiendrait à
Rascal. Le juge de première instance a rejeté cet
argu­ment, mais a fait remarquer que [traduction]
« [l]’intention et le désir [de M. Heringa] de s’assurer
un intérêt étaient évidents, mais M. Nishi n’y a pas
consenti » (2010 BCSC 649 (CanLII), par. 39).
[17] Second, Rascal argued that since it had
contributed to the purchase price of the property but
did not take title, a resulting trust arose such that
Rascal was entitled to a share of the property in
proportion to its contribution to the purchase price.
The trial judge rejected this argument, finding that
while there was “no issue of a gift”, Mr. Nishi’s
evidence was that there was no intention for Rascal
to have an interest in the land (paras. 42 and 47).
The trial judge found that the purpose of the pay­
ment was to satisfy the debt from Rascal to Kismet
as a result of the tax arrears for which Rascal ac­
knowledged responsibility due to the “hold harm­
less” undertaking by Rascal in its lease with Kismet.
The trial judge also relied on the fact that the
amount of the contribution ($110,679.74) was equal
to the tax arrears caused by Rascal.
[17] Ensuite, Rascal a soutenu que, puisqu’elle
avait contribué au prix d’achat de la propriété sans
en acquérir le titre, une fiducie résultoire a pris nais­
sance de sorte que Rascal avait droit à une part
de la propriété au prorata de sa contribution au
prix d’achat. Le juge de première instance a rejeté
cet argument au motif que, même s’il n’était
[traduction] « pas question d’une donation »,
M. Nishi avait déclaré qu’il n’y avait aucune inten­
tion que Rascal détienne un intérêt dans le terrain
(par. 42 et 47). Le juge de première instance a conclu
que le paiement devait permettre à Rascal de
s’acquit­ter de la dette qu’elle avait envers Kismet
par suite de l’arriéré d’impôt dont Rascal s’est
reconnue responsable aux termes de la disposition
d’exonération de responsabilité figurant dans le bail
conclu avec Kismet. Le juge s’est également fondé sur
le fait que le montant de la contribution (110 679,74 $)
correspondait à l’arriéré d’impôt attribuable à Rascal.
[18] Third, the trial judge rejected Rascal’s claim
for a constructive trust on the basis of unjust en­rich­
ment, finding that the purpose of the contribution
[18] Enfin, le juge de première instance a rejeté
la prétention de Rascal quant à la création d’une
fiducie constructoire fondée sur l’enrichissement
446
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
was simply to place Ms. Plavetic, Mr. Nishi and
Kismet in the same position as if the nuisance and
resulting tax arrears had never been caused by
Rascal.
injustifié et a conclu que la contribution servait
simplement à remettre Mme Plavetic, M. Nishi et
Kismet dans la même situation que si Rascal n’avait
jamais causé la nuisance et l’arriéré d’impôt.
B. Court of Appeal for British Columbia
B. Cour d’appel de la Colombie-Britannique
[19] The Court of Appeal allowed Rascal’s
appeal (2011 BCCA 348, 21 B.C.L.R. (5th) 330).
That court held that a presumption of resulting
trust arose because of a gratuitous transfer between
unrelated parties. This presumption was not re­butted
because the trial judge had found that there was “no
issue of a gift”. The trial judge had erred in finding
that the presumption had been rebutted because that
finding was based on Mr. Nishi’s inten­tion and not
Rascal’s intention. The Court of Appeal observed
that it is the intention of the per­son who advances
the funds and not the intention of the recipient
that is relevant. The trial judge had concluded that
“[Mr. Heringa’s] intention and desire to secure an
interest was obvious”. The fact that Rascal had an
obligation to indemnify Kismet for the tax arrears
could not serve to rebut the presumption because
Mr. Nishi, to whom the payment was made, was a
legal stranger to Kismet.
[19] La Cour d’appel a accueilli l’appel interjeté
par Rascal (2011 BCCA 348, 21 B.C.L.R. (5th) 330).
Elle a conclu qu’une présomption de fiducie résul­
toire a pris naissance en raison du trans­fert à titre
gratuit entre des personnes non apparentées. Cette
présomption n’a pas été réfutée parce que le juge
de première instance était d’avis qu’il n’était
[traduction] « pas question d’une donation ». Le
juge de première instance a commis une erreur en
concluant que la présomption avait été réfutée puis­
que cette conclusion était fondée sur l’intention
de M. Nishi et non sur celle de Rascal. La Cour
d’appel a fait remarquer que c’est l’intention de la
per­sonne qui avance les fonds, et non celle de la
per­sonne qui les reçoit, qui est pertinente. Le juge
du procès avait affirmé que « [l]’intention et le
désir [de M. Heringa] de s’assurer un intérêt étaient
évidents ». Le fait que Rascal avait l’obligation
d’indemniser Kismet de l’arriéré d’impôt ne pouvait
servir à réfuter la pré­somption parce que M. Nishi,
le bénéficiaire du trans­fert, n’avait en droit aucun
lien avec Kismet.
IV. Analysis
IV. Analyse
[20] Mr. Nishi appealed to this Court on two
grounds. First, he argued that the purchase money
resulting trust doctrine should be abandoned in
fa­vour of an approach based on unjust enrich­
ment and that no unjust enrichment occurred here.
Alterna­tively, he argued that if the purchase money
resulting trust is to be retained, it would not apply in
this case. I would not give effect to the first ground
of appeal. In my view, there is no reason to depart
from the long-standing doctrine of the purchase
money resulting trust. However, I would allow
Mr. Nishi’s appeal because there was no resulting
trust arising on the facts as found by the trial judge.
[20] M. Nishi invoque deux moyens d’appel
devant notre Cour. Premièrement, il soutient qu’il
conviendrait d’abandonner la doctrine de la fiducie
résultoire découlant des circonstances d’achat en
faveur d’une démarche fondée sur l’enrichissement
injustifié, et qu’il n’y avait pas eu d’enrichissement
injustifié en l’espèce. Subsidiairement, il plaide
que si la doctrine de la fiducie résultoire découlant
des circonstances d’achat doit être retenue, elle ne
s’applique pas en l’espèce. Je suis d’avis ne pas
retenir le premier moyen d’appel. J’estime qu’il n’y
a aucune raison d’écarter la doctrine, établie depuis
longtemps, de la fiducie résultoire découlant des
circonstances d’achat. Cependant, je suis d’avis
d’accueillir le pourvoi de M. Nishi parce que les faits
établis par le juge de première instance ne révélaient
pas l’existence d’une fiducie résultoire.
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
447
A. Should the Purchase Money Resulting Trust Be
Abandoned?
A. La doctrine de la fiducie résultoire découlant
des circonstances d’achat devrait-elle être
abandonnée?
[21] The purchase money resulting trust is a spe­
cies of gratuitous transfer resulting trust, where a
per­son advances a contribution to the purchase price
of property without taking legal title. Gratuitous
transfer resulting trusts presumptively arise any time
a person voluntarily transfers property to another
unrelated person or purchases property in another
person’s name (D. W. M. Waters, M. R. Gillen and
L. D. Smith, eds., Waters’ Law of Trusts in Canada
(4th ed. 2012), at p. 397).
[21] La fiducie résultoire découlant des circons­
tances d’achat est une sorte de fiducie résultoire
décou­lant d’un transfert à titre gratuit qui s’opère
lorsqu’une personne contribue au prix d’achat d’un
bien sans en acquérir le titre. La présomption de
fidu­cie résultoire découlant d’un transfert à titre gra­
tuit prend naissance quand une personne transfère
volontairement un bien à une autre personne qui ne
lui est pas liée, ou quand elle acquiert un bien au nom
d’une autre personne (D. W. M. Waters, M. R. Gillen
et L. D. Smith, dir., Waters’ Law of Trusts in Canada
(4e éd. 2012), p. 397).
[22] As Cromwell J. noted in Kerr v. Baranow,
2011 SCC 10, [2011] 1 S.C.R. 269, at para. 12, it has
been “settled law since at least 1788 in England
(and likely long before) that the trust of a legal
estate, whether in the names of the purchaser or
others, ‘results’ to the person who advances the
pur­chase money”. Despite this recent endorsement
of the purchase money resulting trust, Mr. Nishi
argues that it should be abandoned in favour of the
doctrine of unjust enrichment. The purchase money
resulting trust provides certainty and predictability.
Mr. Nishi has not advanced arguments that would
support overruling the Court’s jurisprudence in this
area.
[22] Comme le juge Cromwell l’a signalé dans
Kerr c. Baranow, 2011 CSC 10, [2011] 1 R.C.S.
269, par. 12, il est bien « établi en droit, depuis au
moins 1788 en Angleterre (et probablement bien
avant), qu’une fiducie à l’égard d’un domaine légal
au nom de l’acheteur ou d’une autre personne “est
créée” au bénéfice de la personne qui fournit le
prix d’achat ». Malgré le fait que la Cour ait, ainsi,
récemment souscrit à la doctrine de la fiducie
résultoire découlant des circonstances d’achat,
M. Nishi prétend qu’il faudrait abandonner cette
doctrine en faveur de celle de l’enrichissement
injus­tifié. La fiducie résultoire découlant des cir­
constances d’achat offre une certitude et une prévi­
sibilité. M. Nishi n’a présenté aucun argument qui
justifierait que la Cour renverse sa propre juris­
prudence dans ce domaine.
[23] This Court has recently considered under
what circumstances it should overrule a prior de­
cision of the Court (R. v. Henry, 2005 SCC 76,
[2005] 3 S.C.R. 609; Ontario (Attorney General) v.
Fraser, 2011 SCC 20, [2011] 2 S.C.R. 3; Canada
v. Craig, 2012 SCC 43, [2012] 2 S.C.R. 489). It is
best not to depart from precedent unless there are
compelling reasons to do so (Henry, at para. 44).
The Court will exercise caution in overturning deci­
sions of firm majorities, particularly when those
decisions are recent (Fraser, at para. 57).
[23] La Cour a récemment examiné les circons­
tances dans lesquelles elle devrait infirmer une déci­
sion antérieure (R. c. Henry, 2005 CSC 76, [2005]
3 R.C.S. 609; Ontario (Procureur général) c. Fraser,
2011 CSC 20, [2011] 2 R.C.S. 3; Canada c. Craig,
2012 CSC 43, [2012] 2 R.C.S. 489). Il est préféra­
ble de ne pas s’écarter des précédents à moins de
raisons impérieuses (Henry, par. 44). La Cour fait
preuve de prudence avant d’infirmer des décisions
qui expriment l’avis de majorités claires, surtout
quand ces décisions sont récentes (Fraser, par. 57).
448
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
[24] In this case, Mr. Nishi is asking this Court to
depart from both Kerr and Pecore v. Pecore, 2007
SCC 17, [2007] 1 S.C.R. 795, two recent appeals
decided unanimously or by firm majorities. These
decisions represent just the most recent endorse­
ments of long-standing doctrine. There is no con­
crete evidence that the purchase money resulting
trust is unworkable or has lead to untenable results
(Fraser, at para. 83). Nor has Mr. Nishi shown that
the pur­chase money resulting trust has been “at­
tenuated or undermined by other decisions of this
or other appellate courts” (R. v. B. (K.G.), [1993]
1 S.C.R. 740, at p. 778).
[24] En l’espèce, M. Nishi demande à la Cour de
s’écarter de Kerr et de Pecore c. Pecore, 2007 CSC
17, [2007] 1 R.C.S. 795, deux pourvois récemment
adoptés à l’unanimité ou par une majorité claire.
Ces décisions représentent seulement les plus
récentes applications d’une doctrine établie depuis
longtemps. Rien ne démontre concrètement que
la fiducie résultoire découlant des circonstances
d’achat soit inapplicable ou qu’elle ait entraîné des
résultats inadmissibles (Fraser, par. 83). M. Nishi
n’a pas non plus démontré que le principe de la fidu­
cie résultoire découlant des circonstances d’achat
ait été « atténué ou ébranlé par d’autres décisions de
notre Cour ou d’autres cours d’appel » (R. c. B.
(K.G.), [1993] 1 R.C.S. 740, p. 778).
[25] Mr. Nishi advances four reasons for aban­
doning the purchase money resulting trust and
gra­tuitous transfer resulting trusts more generally:
overlap with the doctrine of unjust enrichment in
terms of purpose; overly restrictive framework for
the types of intention that motivate transactions;
absence of remedial flexibility; and overall lack of
flexibility in terms of what can be considered rela­
tive to unjust enrichment.
[25] M. Nishi propose quatre raisons d’aban­
donner le principe de la fiducie résultoire décou­lant
des circonstances d’achat et, de façon plus générale,
la fiducie résultoire découlant d’un transfert à
titre gratuit : le chevauchement de la doctrine de
l’enrichissement injustifié pour ce qui est de l’objet,
le cadre trop restrictif en ce qui concerne les types
d’intention qui motivent les opérations, l’absence de
souplesse dans les réparations possibles, et une
absence générale de souplesse dans l’analyse de ce
type de fiducie résultoire par rapport à la souplesse
que permet l’analyse de l’enrichissement injustifié.
[26] Mr. Nishi’s first argument is that since the
purchase money resulting trust essentially responds
to unjust enrichment, it is unnecessary to retain it
as a separate doctrine. Even if the purchase money
resulting trust is considered to be an inherently
restitutionary concept, I would still not give effect
to this argument. The argument appears to have
been summarily made and in the absence of harm,
confusion or other disadvantage, I am not satisfied
that conceptual overlap is a sufficient reason to
abandon the purchase money resulting trust. This
is particularly true in light of the fact that the
purchase money resulting trust has been a feature
of the common law since at least 1788 and provides
certainty and predictability in situations where a
person has made a gratuitous advance.
[26] Selon le premier argument de M. Nishi, puis­
que la fiducie résultoire découlant des circonstances
d’achat constitue essentiellement une réponse à
l’enrichissement injustifié, il n’est pas nécessaire de
la conserver à titre de doctrine distincte. Même si
ce type de fiducie est considéré comme un concept
de nature fondamentalement réparatoire, je ne
retien­drais pas cet argument. M. Nishi semble avoir
invoqué cet argument de manière expéditive et, en
l’absence de préjudice, confusion ou autre désa­
vantage, je ne suis pas convaincu que le chevau­
chement conceptuel justifie l’abandon du principe
de la fiducie résultoire découlant des circonstances
d’achat. Cela est particulièrement vrai si l’on tient
compte du fait que ce type de fiducie est, depuis
au moins 1788, un élément de la common law qui
offre une certitude et une prévisibilité lorsqu’une
personne a fait une avance de fonds à titre gratuit.
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
449
[27] Mr. Nishi’s second argument — that purchase
money resulting trusts provide an overly restrictive
framework for the types of intention that motivate
transactions — must fail because it is based on too
narrow an understanding of the scope of gifts in
law. The concerns that Mr. Nishi raised in how the
Court of Appeal applied this test to the facts here
can be resolved more appropriately by considering
the legal meaning of the word “gift”. As will be
discussed in more detail below, the legal concept
of a gift is broad enough to include the type of
advance made in this case. Legal gifts do not require
philanthropic motivations. The trust-gift dichotomy,
as Mr. Nishi describes it, is not restrictive. Rather
it reflects the fact that when making a gratuitous
transfer of property, the person who makes the
transfer must have intended either to pass the
beneficial interest (a gift) or retain it (a trust).
[27] Le deuxième argument de M. Nishi — selon
lequel les fiducies résultoires découlant des cir­
constances d’achat prévoient un cadre trop restrictif
en ce qui concerne les types d’intentions qui moti­
vent les opérations — doit être rejeté parce qu’il
est fondé sur une interprétation trop étroite de la
portée des donations en droit. Il est plus approprié
de dissiper les craintes de M. Nishi relatives à la
façon dont la Cour d’appel a appliqué ce critère aux
faits de l’espèce en examinant le sens juridique du
mot « donation ». Ainsi que nous le verrons plus
en détail, le concept juridique de la donation est
assez vaste pour inclure le type d’avance versée en
l’espèce. En droit, une donation n’exige pas l’exis­
tence d’une intention philanthropique. La dicho­
tomie opposant fiducie et donation, comme la décrit
M. Nishi, n’est pas restrictive. Elle reflète plutôt le
fait qu’au moment de faire un transfert d’un bien à
titre gratuit, l’auteur du transfert devait avoir eu
l’intention soit de céder l’intérêt bénéficiaire (dona­
tion), soit de le garder (fiducie).
[28] Mr. Nishi’s third and fourth arguments can
be considered together. In essence, Mr. Nishi argues
that the doctrine of unjust enrichment is preferable
because of its flexibility in terms of factors to be
considered, overall focus on justice between the
parties and broader remedial options. However,
desire for flexibility does not constitute a compel­
ling reason for departing from the unanimous
decision of this Court in Kerr, which was issued
just two years ago. While flexibility is no doubt
desirable in certain areas of the law, the purchase
money resulting trust provides certainty and pre­
dictability because it relies on a clear rule for de­
termining who holds the beneficial interest in a
property. Absent strong dissenting opinions in this
Court, contrary decisions in provincial appellate
courts or significant negative academic commentary
that would justify disturbing such a settled area of
the law, there is no reason to abandon the purchase
money resulting trust.
[28] Les troisième et quatrième arguments de
M. Nishi peuvent être examinés ensemble. Essen­
tiellement, M. Nishi soutient qu’il vaut mieux appli­
quer la doctrine de l’enrichissement injustifié parce
qu’elle offre de la souplesse pour ce qui est des
facteurs dont il faut tenir compte, qu’elle vise géné­
ralement à permettre aux parties d’obtenir justice et
qu’elle donne ouverture à des mesures correctives
plus larges. Cependant, le désir de souplesse ne
cons­titue pas une raison impérieuse de s’écarter de
la décision unanime rendue par notre Cour dans
Kerr, publié il y a deux ans seulement. Bien que la
souplesse soit certainement souhaitable dans certains
domaines du droit, la fiducie résultoire découlant
des circonstances d’achat offre une certitude et une
prévisibilité du fait qu’elle est fondée sur une règle
claire permettant de déterminer qui détient l’intérêt
bénéficiaire sur un bien. En l’absence d’opinions
fortement dissidentes exprimées au sein de notre
Cour, de décisions contradictoires rendues par les
cours d’appel provinciales ou d’une doctrine défa­
vorable importante qui justifieraient que soit modi­
fié un domaine du droit si bien établi, il n’y a aucune
raison d’abandonner la fiducie résultoire découlant
des circonstances d’achat.
450
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
B. Did a Resulting Trust Arise for the Benefit of
Rascal?
B. Est-ce qu’une fiducie résultoire a été créée en
faveur de Rascal?
[29] Rascal’s contribution to the purchase of the
property was made without consideration and Rascal
and Mr. Nishi are not related. Therefore, the legal
presumption of resulting trust applies (Pecore, at
paras. 24 and 27). This is because in such circum­
stances equity presumes bargains rather than gifts
(Pecore, at para. 24). In the context of a purchase
money resulting trust, the presumption is that the
person who advanced purchase money intended
to assume the beneficial interest in the property in
proportion to his or her contribution to the purchase
price (see Waters’ Law of Trusts in Canada, at
p. 401).
[29] La contribution de Rascal à l’achat de la
propriété a été faite sans contrepartie et Rascal et
M. Nishi n’étaient pas apparentés. Par conséquent,
la présomption légale de fiducie résultoire s’appli­
que (Pecore, par. 24 et 27). Il en est ainsi parce
que, dans de telles circonstances, l’equity présume
l’existence d’un marché, et non d’une donation
(Pecore, par. 24). Dans le contexte d’une fiducie
résultoire découlant des circonstances d’achat, il
est présumé que la personne qui a avancé le prix
d’achat du bien avait l’intention d’acquérir l’inté­
rêt bénéficiaire sur ce bien au prorata de sa con­
tribution (voir Waters’ Law of Trusts in Canada,
p. 401).
[30] However, the presumption of resulting trust
can be rebutted if the recipient of the property
proves, on a balance of probabilities, that the person
who advanced the funds intended a gift (Pecore,
at paras. 24 and 44). The relevant intention is the
intention of the person who advanced the funds at
the time of the contribution to the purchase price
(Pecore, at para. 59). Therefore, for Mr. Nishi to
rebut the presumption in this case, he must prove
that Rascal intended to make a gift at the time that
Rascal made a contribution to the purchase price, in
May 2001.
[30] La présomption de fiducie résultoire peut
toutefois être réfutée si la personne qui a reçu le bien
prouve, selon la prépondérance des probabilités,
que la personne qui a avancé les fonds voulait faire
une donation (Pecore, par. 24 et 44). L’intention
pertinente est celle de la personne qui a avancé les
fonds au moment où elle l’a fait (Pecore, par. 59).
Par conséquent, pour réfuter la présomption en
l’espèce, M. Nishi doit prouver que Rascal avait
l’intention de faire une donation au moment où elle
a fait une contribution au prix d’achat, en mai 2001.
[31] In my view, the trial judge was correct to
conclude that the presumption was rebutted in
this case. In his May 28, 2001 fax, Mr. Heringa
indicated that the contribution to the purchase price
and his intention to pay $25,000 of the mortgage
was made “without any conditions or requirements,
and these instructions are irrevocable” (A.R., at
p. 117). As will be discussed below, a contribution
to the purchase price without any intention to
impose conditions or requirements is a legal gift.
While Mr. Heringa argued that there was either an
agreement to transfer a portion of the land to him
or an intention for him to hold a beneficial interest,
the trial judge preferred the evidence of Mr. Nishi
(para. 40).
[31] À mon avis, le juge de première instance a eu
raison de conclure que la présomption a été réfutée
en l’espèce. Sur la télécopie datée du 28 mai 2001,
M. Heringa a indiqué que la contribution au prix
d’achat et son intention de payer 25 000 $ de
l’emprunt hypothécaire étaient [traduction]
« exempt[s] de toute condition ou exigence, et ces
directives sont irrévocables » (d.a., p. 117). Comme
il en sera question plus loin, une contribution au
prix d’achat faite sans aucune intention d’imposer
des conditions ou des exigences constitue une
dona­tion en droit. M. Heringa a plaidé qu’il y avait
soit une entente selon laquelle une partie du terrain
devait lui être transférée, soit une intention qu’il
détienne un intérêt bénéficiaire, mais le juge de
pre­mière instance a privilégié le témoignage de
M. Nishi (par. 40).
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
451
[32] The Court of Appeal held that the trial
judge’s findings (1) that there was no issue of a
gift and (2) that Mr. Heringa’s intention to obtain
an interest in the property was obvious, meant that
the presumption of resulting trust had not been
rebutted. In my view, the Court of Appeal erred in
the inferences it drew from the trial judge’s reasons
on these two key issues.
[32] La Cour d’appel a conclu que les conclusions
du juge de première instance selon lesquelles (1) il
n’était pas question d’une donation, et (2) l’intention
de M. Heringa d’obtenir un intérêt sur la propriété
était évidente, signifiaient que la présomption de
fiducie résultoire n’avait pas été réfutée. J’estime
que la Cour d’appel a fait erreur en tirant ces con­
clusions des motifs du juge de première instance en
ce qui concerne ces deux questions clés.
(1)The Meaning of “Gift”
(1)Le sens de « donation »
[33] The trial judge found that there was “no issue
of a gift” (para. 42). The Court of Appeal took this
statement to mean that the presumption of resulting
trust was therefore not rebutted, because to rebut
it would require Mr. Nishi to prove that the contri­
bution was a gift. In my respectful view, the Court
of Appeal erred by taking this statement in isolation
as conclusive of the trial judge’s reasoning.
[33] Le juge de première instance a conclu qu’il
n’était [traduction] « pas question d’une donation »
(par. 42). Selon la Cour d’appel, cela signifiait que
la présomption de fiducie résultoire n’avait donc pas
été réfutée puisque, pour la réfuter, M. Nishi devait
prouver que la contribution était une donation. À
mon humble avis, la Cour d’appel a commis une
erreur en examinant cette déclaration en vase clos
et en la considérant comme concluante quant au rai­
sonnement du juge de première instance.
[34] In the trial judge’s reasons, immediately fol­
lowing his statement about there being “no issue of
a gift”, he states: “The presumption of a resulting
trust is rebuttable by the title holder showing that
the payment was not intended to create a beneficial
interest” (para. 42). This demonstrates that the
trial judge understood the test for rebutting the
presumption to be based on the absence of intention
to create a beneficial interest for the transferor.
There would have been no need for the trial judge
to continue his analysis beyond his statement about
there being no issue of a gift, if the trial judge had
not been of the opinion that an intention to create a
beneficial interest in the transferor was the test for
determining whether the presumption of resulting
trust had not been rebutted.
[34] Dans ses motifs, tout de suite après avoir
affirmé qu’il n’était [traduction] « pas question
d’une donation », le juge de première instance
affirme que « [l]a présomption de fiducie résultoire
peut être réfutée si le détenteur du titre démontre
que le paiement ne visait pas à créer un intérêt
bénéficiaire » (par. 42). Cela démontre que le juge
comprenait que le critère applicable à la réfutation
de la présomption était fondé sur l’absence de
l’inten­tion de créer un intérêt bénéficiaire pour
l’auteur du transfert. Le juge de première instance
n’aurait pas eu besoin de poursuivre son analyse
après avoir affirmé qu’il n’était pas question d’une
donation s’il n’avait pas été d’avis que le critère
applicable pour déterminer si la présomption de
fiducie résultoire n’avait pas été réfutée consistait
à savoir si l’auteur du transfert avait l’intention
d’acquérir un intérêt bénéficiaire.
[35] The conclusion of the trial judge was that
Mr. Nishi had satisfied the burden on him of re­
butting the presumption of resulting trust. In so
concluding, the reasons of the trial judge appear
to suggest that he distinguished between a gift and
absence of an intention by the transferor to hold a
[35] Le juge de première instance a conclu que
M. Nishi s’était acquitté du fardeau qui lui incombait
de réfuter la présomption de fiducie résultoire. Par
cette conclusion, ses motifs donnent à croire qu’il a
établi une distinction entre une donation et l’absence
d’une intention de l’auteur du transfert de détenir
452
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
beneficial interest after the advance. Although he
made such a distinction, his conclusion that there
was no intention to create a beneficial interest in the
property for Rascal is legally the same as saying
that there was an intention to make a gift to Nishi.
The trial judge erred in distinguishing between a
gift and intention to create a beneficial interest for
the transferee but that error was inconsequential.
un intérêt bénéficiaire après le transfert. Même s’il
a fait cette distinction, sa conclusion selon laquelle
il n’existait aucune intention de créer pour Rascal
un intérêt bénéficiaire sur la propriété revient à dire,
en droit, qu’il y avait une intention de faire une
donation à M. Nishi. Le juge de première instance
a commis une erreur en établissant une distinction
entre une donation et l’intention de créer un intérêt
bénéficiaire pour la personne qui reçoit les fonds,
mais cette erreur était sans conséquence.
[36] Indeed, the trial judge’s error may well be
explained by reference to the academic authorities
as some authorities have phrased the test for
rebutting the presumption of resulting trust using
language about intention not to hold the beneficial
interest in the property. For example, Snell’s
Equity describes the type of evidence required to
rebut the presumption as “any evidence tending to
indicate that A’s intention was that B should take
the beneficial interest in the property acquired
with A’s purchase money” (J. McGhee, ed., Snell’s
Equity (32nd ed. 2010), at para. 25-012). Similarly,
Oosterhoff on Trusts describes the presumption of
resulting trust as “a presumption that the apparent
donor did not intend to give the beneficial ownership
of the assets to the recipient” (A. H. Oosterhoff et
al., eds., Oosterhoff on Trusts: Text, Commentary
and Materials (7th ed. 2009), at p. 640).
[36] En effet, l’erreur du juge de première instance
peut fort bien s’expliquer par les sources doctrinales
vu que certains auteurs ont formulé le critère appli­
cable à la réfutation de la présomption de fiducie
résultoire en des termes relatifs à l’intention de ne
pas détenir un intérêt bénéficiaire sur le bien. Par
exemple, dans Snell’s Equity, le type de preuve
requis pour réfuter la présomption est décrit comme
étant [traduction] « tout élément de preuve qui tend
à indiquer que l’intention de A était que B détienne
l’intérêt bénéficiaire sur le bien acquis avec l’argent
de A » (J. McGhee, dir., Snell’s Equity (32e éd.
2010), par. 25-012). De même, dans Oosterhoff
on Trusts, la présomption de fiducie résultoire est
décrite comme [traduction] « une présomption
selon laquelle le donateur apparent n’avait pas
l’inten­tion de donner la propriété bénéficiaire du
bien au destinataire » (A. H. Oosterhoff et autres,
dir., Oosterhoff on Trusts : Text, Commentary and
Materials (7e éd. 2009), p. 640).
[37] In my view, these formulations are simply
another way of describing whether the transferor’s
intention was to create a legal gift. There is no
second category of intention that rebuts the pre­
sumption. Pecore and Kerr did not recognize a
different category of intention, other than intention
to make a gift, that would rebut the presumption.
This is consistent with other authorities such as
Waters’ Law of Trusts in Canada where the proof
required to rebut the presumption is intention “to
make a gift of the property” (p. 401; see also
pp. 406 and 409). In Canada, our jurisprudence is
that there is no difference between the intention
to make a gift and the intention that the transferor
not hold a beneficial interest. In other words, in the
case of a gratuitous transfer, there is a gift at law
[37] À mon avis, ces énoncés ne sont qu’une autre
façon d’indiquer si l’intention de l’auteur du trans­
fert était de faire une donation. Il n’existe pas une
autre catégorie d’intention qui permette de réfuter
la présomption. Dans les pourvois Pecore et Kerr,
la Cour n’a pas reconnu une catégorie d’intention
différente, autre que l’intention de faire une dona­
tion, qui permettrait de réfuter la présomption. Cela
correspond à ce que d’autres auteurs ont écrit,
notamment dans Waters’ Law of Trusts in Canada, où
il est indiqué que la preuve nécessaire à la réfutation
de la présomption est l’intention [traduction] « de
donner le bien » (p. 401; voir aussi p. 406 et 409).
Au Canada, il ressort de la jurisprudence qu’il n’y
a aucune différence entre l’intention de faire une
donation et l’intention que l’auteur du transfert ne
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
453
when the evidence demonstrates that, at the time of
the transfer, the transferor intended the transferee
to hold the beneficial interest in the property being
purchased.
détienne pas l’intérêt bénéficiaire. Autrement dit,
dans le cas d’un transfert à titre gratuit, il y a une
donation en droit quand la preuve démontre que,
au moment du transfert, l’auteur voulait que le
destinataire détienne l’intérêt bénéficiaire sur le
bien acquis.
[38] Reviewing the trial judge’s reasons in their
full context confirms that he understood that
Rascal’s intention at the time of the advance was
to make a legal gift — i.e. to contribute to the
purchase price without taking a beneficial interest
in the property. As the trial judge found, Rascal’s
contribution to the purchase price was motivated
by recognition of the costs that it had imposed
on Kismet, the company owned by Ms. Plavetic,
Mr. Heringa’s friend. As I will explain, this in­
tention, to make good on Rascal’s obligations to
Kismet by way of a payment to Mr. Nishi, is not
inconsistent with a finding of a legal gift. Moreover,
as was clear from the May 28, 2001 fax, Rascal’s
stated intention was to make the advance without
any conditions such as obtaining a beneficial inter­
est in any portion of the land.
[38] Un examen des motifs du juge de première
instance considérés dans leur contexte global con­
firme que selon lui, l’intention de Rascal, au moment
de l’avance de fonds, était de faire une donation
— c.-à-d. contribuer au prix d’achat sans acquérir
un intérêt bénéficiaire sur la propriété. Le juge
de première instance a conclu que la contribution
de Rascal au prix d’achat était attribuable au fait
qu’elle reconnaissait avoir imposé des frais à
Kismet, l’entreprise qui appartenait à Mme Plavetic,
l’amie de M. Heringa. Comme je l’expliquerai
plus loin, cette intention d’honorer les obligations
de Rascal envers Kismet en faisant un paiement à
M. Nishi n’est pas incompatible avec la conclusion
qu’une donation a été faite. De plus, comme il
ressort clairement de la télécopie du 28 mai 2001,
l’intention déclarée de Rascal était d’avancer des
fonds, sans aucune condition comme l’obtention
d’un intérêt bénéficiaire sur une partie du terrain.
[39] The trial judge’s comment that there was “no
issue of a gift” was made in the context of reviewing
Mr. Nishi and Ms. Plavetic’s perspective on the
purpose of the payment:
[39] Le propos du juge de première instance selon
lequel il n’était [traduction] « pas question d’une
donation » a été tenu alors qu’il examinait le point
de vue de M. Nishi et de Mme Plavetic sur le but du
paiement :
In this case, there is no issue of a gift. Neither Mr. Nishi
nor Ms. Plavetic considered the plaintiff’s contribution to
be a gift. [para. 42]
[traduction] En l’espèce, il n’est pas question d’une
donation. Ni M. Nishi ni Mme Plavetic n’ont considéré
la contribution de la demanderesse comme une donation.
[par. 42]
Mr. Nishi and Ms. Plavetic did not see the payment
as a gift, because as the trial judge went on to
describe, Rascal acknowledged its responsibility
for a debt to Kismet related to the tax arrears
arising from Rascal’s topsoil operation. However,
it made no sense for Rascal to make that payment
directly to Kismet since Kismet was subject to other
liabilities and was essentially defunct. If Rascal had
made the payment to Kismet, it would not have
assisted Mr. Heringa’s friends to obtain title to the
M. Nishi et Mme Plavetic ne considéraient pas le
paiement comme une donation parce que, comme
le juge de première instance l’a ensuite expliqué,
Rascal s’était reconnue responsable d’une dette
envers Kismet relativement à l’arriéré d’impôt
découlant de ses activités de production de terre
végétale. Cependant, il n’était pas logique pour
Rascal de faire ce paiement directement à Kismet
puisque cette dernière était assujettie à d’autres
obli­gations et était essentiellement dissoute. Si
454
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
property. Making the contribution to the purchase
price, therefore, enabled Rascal to live up to its
moral commitment in a way that practically bene­
fited Mr. Heringa’s friends. It also left open the
possibility that in the future they might agree to a
second mortgage or a transfer of a portion of the
property to Rascal.
Rascal avait fait le paiement à Kismet, elle n’aurait
pas aidé les amis de M. Heringa à obtenir le titre
de propriété. Par conséquent, la contribution au
prix d’achat permettait à Rascal de respecter son
engagement moral d’une façon qui avantageait
réel­lement les amis de M. Heringa. Ainsi, il y avait
toujours la possibilité qu’ils puissent éventuellement
consentir à une deuxième hypothèque ou à un
transfert d’une partie de la propriété à Rascal.
[40] Indeed, Mr. Heringa’s instructions to his staff
on payment of his contribution towards the mort­
gage on the property refer to the amount of the tax
arrears ($110,679.74) down to the penny. The ne­
cessary implication is that Mr. Heringa viewed the
payments as connected with that moral obligation.
If Mr. Heringa’s intention at that time was for
Rascal to take a beneficial interest in the property,
the moral obligation would not have been fulfilled
since Rascal would have used the payment to obtain
a corresponding interest in the land and not to make
good on its moral obligation. In other words, for
these parties, one payment cannot be used both to
discharge the moral obligation and to obtain a bene­
ficial interest in the land. The two intentions are
incompatible.
[40] De fait, lorsque M. Heringa a donné ses ins­
tructions à son personnel à propos du versement
de sa contribution à l’hypothèque, il a mentionné
le montant d’arriéré d’impôt (110 679,74 $) au
cent près. Il faut nécessairement en déduire que
M. Heringa considérait que les paiements étaient
liés à cette obligation morale. Si M. Heringa enten­
dait, à ce moment-là, que Rascal acquière un
intérêt bénéficiaire sur la propriété, l’obligation
morale n’aurait pas été respectée puisque Rascal
aurait utilisé le paiement pour obtenir un intérêt
correspondant sur le terrain et non pour s’acquitter
de son obligation morale. Autrement dit, pour les
parties, un paiement ne peut être utilisé à la fois
pour s’acquitter de l’obligation morale et pour obte­
nir un intérêt bénéficiaire sur le terrain. Les deux
intentions sont incompatibles.
(2)Evidence of Rascal’s Intention
(2)Preuve de l’intention de Rascal
[41] Evidence that arises subsequent to a gratuit­
ous transfer can be admissible to show the true
in­tention of the transferor (Pecore, at para. 59).
However, it is the intention of the transferor at the
time of transfer that is determinative. The difficulty
with subsequent evidence is that it may well be selfserving or the product of a change in intention on
the part of the transferor (Pecore, at para. 59).
[41] Les éléments de preuve postérieurs au trans­
fert à titre gratuit peuvent être admissibles pour
montrer la véritable intention de l’auteur du transfert
(Pecore, par. 59). Toutefois, c’est l’intention de
l’auteur du transfert au moment du transfert qui est
déterminante. La difficulté que posent les éléments
de preuve postérieurs au transfert est qu’ils peuvent
être intéressés ou qu’ils peuvent résulter d’un
chan­gement d’intention de la part de l’auteur du
transfert (Pecore, par. 59).
[42] The trial judge commented on Rascal’s inten­
tion twice in his reasons. When discussing whether
there was an agreement between Rascal and
Mr. Nishi to convey part of the property to Rascal,
the trial judge stated that “[Mr. Heringa’s] intention
and desire to secure an interest was obvious, but
Mr. Nishi would not agree” (para. 39). Later in his
[42] Dans ses motifs, le juge de première instance
a fait deux remarques au sujet de l’intention de
Rascal. En examinant la question de savoir si
Rascal et M. Nishi avaient convenu qu’une partie de
la propriété serait cédée à Rascal, le juge a déclaré
que [traduction] « [l]’intention et le désir [de
M. Heringa] de s’assurer un intérêt étaient évidents,
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Le juge Rothstein
455
reasons, the trial judge stated that he “specifically
accepted the evidence of Mr. Nishi that there was
no intention to have any interest in favour of Rascal
created in the land” (para. 47). In my view, neither
of these statements is inconsistent with the trial
judge’s conclusion that the presumption of resulting
trust was rebutted.
mais M. Nishi n’y a pas consenti » (par. 39). Plus
loin dans ses motifs, le juge a affirmé qu’il avait
« expressément accepté le témoignage de M. Nishi
selon lequel il n’y avait aucune intention d’accorder
à Rascal un intérêt dans le terrain » (par. 47). À mon
avis, aucune de ces affirmations n’est incompatible
avec la conclusion du juge de première instance
selon laquelle la pré­somption de fiducie résultoire a
été réfutée.
[43] The trial judge’s first statement was made in
the context of discussing whether Mr. Heringa and
Mr. Nishi had formed a contract that conveyed an
interest in the land to Mr. Heringa. The trial judge
stated:
[43] La première affirmation du juge de première
instance a été faite lorsqu’il a examiné la question
de savoir si M. Heringa et M. Nishi avaient conclu
un contrat aux termes duquel un intérêt dans le
terrain devait être cédé à M. Heringa. Le juge a
affirmé ce qui suit :
His intention and desire to secure an interest was
obvious, but Mr. Nishi would not agree. As a result, I con­
clude that there was no agreement whereby Mr. Heringa
was to be given an interest or ownership position in the
land. [Emphasis added; para. 39.]
[traduction] L’intention et le désir [de M. Heringa]
de s’assurer un intérêt étaient évidents, mais M. Nishi n’y
a pas consenti. Par conséquent, je conclus qu’il n’y avait
aucune entente suivant laquelle M. Heringa devait se voir
accorder un intérêt dans le terrain ou un titre de propriété
de celui-ci. [Je souligne; par. 39.]
Mr. Heringa’s desire to obtain an agreement
whereby half of the property would be conveyed to
him was clear from the content of the May 25, 2001
fax in which he asked for an agreement to transfer
and convey the bottom portion of the land to Rascal.
However, Mr. Heringa withdrew this request in his
May 28, 2001 fax by stating that there were to be no
conditions or requirements attached to the financial
support.
Il ressort clairement de la télécopie du 25 mai 2001
— dans laquelle il demandait la conclusion d’une
entente prévoyant la cession et le transfert à Rascal
de la moitié inférieure du terrain — que M. Heringa
désirait conclure une entente suivant laquelle la
moitié de la propriété lui serait cédée. Cependant,
M. Heringa a retiré cette demande dans la télécopie
envoyée le 28 mai 2001 lorsqu’il a déclaré que le
soutien financier était exempt de toute condition ou
exigence.
[44] Rascal argued before this Court that the trial
judge’s finding that Mr. Heringa’s “intention and
desire to secure an interest was obvious” constitutes
a finding of fact as to Rascal’s intention to hold a
beneficial interest in the property as a result of the
advance. However, the trial judge’s findings with
respect to the presence of an intention and desire to
enter a contract should not be applied to the issue
of resulting trust, when the trial judge did not
choose to do so. The trial judge obviously did not
consider his finding of an intention to contract to
be determinative of intention for the purpose of the
resulting trust analysis. Mr. Heringa withdrew this
request in his May 28, 2001 fax by stating that there
[44] Rascal a plaidé devant la Cour que la con­
clusion du juge de première instance selon laquelle
[traduction] « [l]’intention et le désir [de M. Heringa]
de s’assurer un intérêt étaient évidents » constitue
une conclusion de fait sur l’intention de Rascal de
détenir un intérêt bénéficiaire sur la propriété en
contrepartie de l’avance de fonds. Les conclusions
du juge de première instance en ce qui concerne
l’intention et le désir de conclure un contrat ne
devraient toutefois pas être appliquées à la question
de la fiducie résultoire puisque le juge a choisi de ne
pas le faire. De toute évidence, le juge de première
instance n’a pas considéré sa conclusion relative à
l’intention de conclure un contrat comme étant
456
NISHI
v.
RASCAL TRUCKING LTD.
Rothstein J.
[2013] 2 S.C.R.
were to be no conditions or requirements attached
to the financial support. It was open for the trial
judge to organize his factual findings in this manner.
déter­minante de l’intention pour les besoins de
l’ana­lyse de la fiducie résultoire. M. Heringa a retiré
cette demande dans la télécopie du 28 mai 2001 en
déclarant que le soutien financier était exempt de
toute condition ou exigence. Il était loisible au juge
d’organiser ses conclusions de fait de cette manière.
[45] With respect to the trial judge’s second
statement — that he “accepted the evidence of
Mr. Nishi that there was no intention to have any
interest in favour of Rascal created in the land” —
the trial judge was speaking not just of Mr. Nishi’s
evidence as to his own intention at the time but
also Mr. Nishi’s evidence as to Mr. Heringa and
Rascal’s intention at that time. This follows from
his discussion of Rascal’s acknowledgement of its
responsibility for the debt (paras. 45 and 47).
[45] Concernant la deuxième affirmation du
juge de première instance — selon laquelle il avait
[traduction] « accepté le témoignage de M. Nishi
selon lequel il n’y avait aucune intention d’accorder
à Rascal un intérêt dans le terrain » — le juge de
première instance ne faisait pas seulement référence
au témoignage de M. Nishi établissant sa propre
intention à ce moment-là, mais aussi au témoignage
de M. Nishi au sujet de l’intention de M. Heringa
et de Rascal à ce moment-là. C’est ce qui découle
de son analyse du fait que Rascal se reconnaissait
responsable de la dette (par. 45 et 47).
[46] At trial, it was Rascal’s position that at the
time of the contribution to the purchase price,
Mr. Heringa and Rascal’s intention was for Rascal
to retain the beneficial interest in proportion to that
contribution. The trial judge essentially concluded
that Mr. Heringa’s evidence at trial about Rascal’s
intention at the time of the transfer could not be
relied upon. Consistent with the caution of this
Court in Pecore, this is a quintessential example
of why after-the-fact evidence should be viewed
with skepticism, because it often demonstrates a
change in intention, not the intention at the time of
the advance. It was open to the trial judge to reach
this conclusion and it was well supported by the
evidence, particularly Mr. Heringa’s May 28, 2001
fax. The trial judge’s decision is not in error and
ought to be restored.
[46] Au procès, Rascal a soutenu qu’au moment
de faire la contribution au prix d’achat, M. Heringa
et elle souhaitaient qu’elle conserve l’intérêt béné­
ficiaire au prorata de sa contribution. Le juge de
première instance a essentiellement conclu qu’il ne
pouvait s’appuyer sur le témoignage de M. Heringa
quant à l’intention de Rascal au moment du trans­
fert. Suivant la mise en garde formulée par la Cour
dans Pecore, cette conclusion illustre parfaitement
la raison pour laquelle les éléments de preuve
pos­térieurs au fait devraient être examinés avec
scep­ticisme, parce qu’ils démontrent souvent un
changement d’intention et non l’intention au
moment de l’avance de fonds. Il était loisible au
juge de première instance d’arriver à cette con­
clusion, laquelle était bien étayée par la preuve,
surtout la télécopie de M. Heringa datée du 28 mai
2001. La décision du juge de première instance
n’est pas erronée et doit être rétablie.
V. Disposition
V. Dispositif
[47] The finding of the trial judge that the pre­
sumption of resulting trust was rebutted is sound. I
would allow the appeal and restore the decision of
the trial judge with costs to Mr. Nishi throughout.
[47] La conclusion du juge de première instance
selon laquelle la présomption de fiducie résultoire
avait été réfutée est bien fondée. Je suis d’avis
d’accueillir le pourvoi et de rétablir la décision du
juge de première instance avec dépens en faveur de
M. Nishi devant toutes les cours.
[2013] 2 R.C.S.
NISHI
c.
RASCAL TRUCKING LTD.
Appeal allowed with costs throughout.
457
Pourvoi accueilli avec dépens devant toutes les
cours.
Solicitors for the appellant: Fasken Martineau
DuMoulin, Vancouver.
Procureurs de l’appelant : Fasken Martineau
DuMoulin, Vancouver.
Solicitors for the respondent: Dentons Canada,
Vancouver.
Procureurs de l’intimée : Dentons Canada,
Vancouver.
458
cep, local 30
v.
irving
[2013] 2 S.C.R.
Communications, Energy and Paperworkers
Union of Canada, Local 30 Appellant
Syndicat canadien des communications,
de l’énergie et du papier,
section locale 30 Appelant
v.
c.
Irving Pulp & Paper, Limited Respondent
Pâtes & Papier Irving, Limitée Intimée
and
et
Construction Owners Association of Alberta,
Construction Labour Relations —
an Alberta Association, Enform,
Canadian National Railway Company,
Canadian Pacific Railway Company,
Via Rail Canada Inc.,
Alberta Federation of Labour,
Communications, Energy and Paperworkers
Union of Canada, Local 707,
Canadian Civil Liberties Association,
Alliance of Manufacturers & Exporters
of Canada, carrying on business as
Canadian Manufacturers & Exporters,
Canadian Mining Association,
Mining Association of British Columbia,
Mining Association of Manitoba Inc.,
Québec Mining Association,
Ontario Mining Association,
Saskatchewan Mining Association
and Power Workers’ Union Interveners
Construction Owners Association of Alberta,
Construction Labour Relations —
an Alberta Association, Enform,
Compagnie des chemins de fer nationaux
du Canada,
Chemin de fer Canadien Pacifique Limitée,
Via Rail Canada Inc.,
Alberta Federation of Labour,
Syndicat canadien des communications,
de l’énergie et du papier, section locale 707,
Association canadienne des libertés civiles,
Alliance des Manufacturiers et Exportateurs
du Canada, faisant affaire sous le nom de
Manufacturiers et Exportateurs du Canada,
Association minière du Canada,
Mining Association of British Columbia,
Mining Association of Manitoba Inc.,
Association minière du Québec,
Ontario Mining Association,
Saskatchewan Mining Association et
Power Workers’ Union Intervenants
Indexed as: Communications, Energy and
Paperworkers Union of Canada, Local 30 v.
Irving Pulp & Paper, Ltd.
Répertorié : Syndicat canadien des
communications, de l’énergie et du papier,
section locale 30 c. Pâtes & Papier Irving, Ltée
2013 SCC 34
2013 CSC 34
File No.: 34473.
No du greffe : 34473.
2012: December 7; 2013: June 14.
2012 : 7 décembre; 2013 : 14 juin.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
new brunswick
en appel de la cour d’appel du
nouveau‑brunswick
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
459
Labour relations — Arbitration — Collective agree­
ments — Management rights — Privacy — Employer
unilaterally imposing mandatory random alcohol
testing policy for employees — Whether unilaterally
implementing random testing policy a valid exercise
of employer’s management rights under collective
agreement — Whether employer could unilaterally
implement policy absent reasonable cause or evidence of
workplace alcohol abuse.
Relations du travail — Arbitrage — Conventions
collectives — Droits de la direction — Protection de la
vie privée — Imposition unilatérale, par l’employeur,
d’une politique de tests aléatoires obligatoires de
dépis­tage d’alcool aux employés — La mise en œuvre
unilatérale d’une politique de tests aléatoires constituet-elle un exercice valide des droits de la direction de
l’employeur prévus par une convention collective? —
L’employeur peut-il mettre en œuvre unilatéralement une
politique sans motif raisonnable ou preuve démontrant
un problème de consommation d’alcool en milieu de
travail?
Administrative law — Judicial review — Standard of
review of labour arbitration board’s decision — Employer
unilaterally imposing mandatory random alcohol testing
policy for employees holding safety-sensitive positions
— Whether arbitration board’s decision that harm to
employees’ privacy outweighed policy’s benefits to
employer was reasonable.
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Norme de
contrôle applicable à la décision d’un conseil d’arbitrage
— Imposition unilatérale, par l’employeur, d’une
politique de tests aléatoires obligatoires de dépistage
d’alcool aux employés occupant un poste à risque — La
décision du conseil d’arbitrage selon laquelle l’atteinte
à la vie privée des employés l’emporte sur les avantages
qu’offre la politique à l’employeur est-elle raisonnable?
The Union brought a grievance challenging the man­
datory random alcohol testing aspect of a policy on
alcohol and drug use that the employer, Irving, uni­
laterally implemented at a paper mill. Under the policy,
10% of employees in safety sensitive positions were to be
randomly selected for unannounced breathalyzer testing
over the course of a year. A positive test for alcohol
at­
t racted significant disciplinary action, including
dismissal.
Le Syndicat a déposé un grief pour contester le volet
sur les tests obligatoires aléatoires de dépistage d’alcool
d’une politique sur la consommation d’alcool et de dro­
gues que l’employeur, Irving, avait mise en œuvre unilaté­
ralement à son usine de papier. Suivant cette politique,
au cours d’une année, 10 % des employés qui occupent un
poste à risque allaient être choisis au hasard pour subir
l’épreuve de l’éthylomètre sans préavis. Un résultat posi­
tif allait emporter des sanctions disciplinaires graves,
dont potentiellement le congédiement.
The arbitration board allowed the grievance. Weighing
the employer’s interest in random alcohol testing as a
workplace safety measure against the harm to the privacy
interests of the employees, a majority of the board con­
cluded that the random testing policy was unjustified
because of the absence of evidence of an existing problem
with alcohol use in the workplace. On judicial review, the
board’s award was set aside as unreasonable. The New
Brunswick Court of Appeal dismissed the appeal.
Le conseil d’arbitrage a accueilli le grief. Après avoir
mis en balance l’intérêt de l’employeur à mener des tests
aléatoires de dépistage d’alcool comme mesure de sécu­
rité en milieu de travail, d’une part, et l’atteinte à l’intérêt
des employés à l’égard de leur vie privée, d’autre part,
une majorité du conseil a conclu que la politique de tests
aléatoires n’était pas justifiée vu l’absence d’éléments de
preuve révélant l’existence d’un problème de consom­
mation d’alcool en milieu de travail. À l’issue du contrôle
judiciaire, la sentence arbitrale a été annulée après avoir
été jugée déraisonnable. La Cour d’appel du NouveauBrunswick a rejeté l’appel.
Held (McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
dissenting): The appeal should be allowed.
Arrêt (la juge en chef McLachlin et les juges Rothstein
et Moldaver sont dissidents) : Le pourvoi est accueilli.
Per LeBel, Fish, Abella, Cromwell, Karakatsanis and
Wagner JJ.: The legal issue at the heart of this case is
the interpretation of the management rights clause of a
collective agreement. The scope of management’s uni­
lateral rule‑making authority under a collective agree­
ment is that any rule or policy unilaterally imposed by
Les juges LeBel, Fish, Abella, Cromwell, Karakatsanis
et Wagner : La question juridique au cœur du présent litige
est celle de l’interprétation de la clause de la convention
collective prévoyant les droits de la direction. L’étendue
du pouvoir de la direction d’imposer unilatéralement des
règles au titre de la convention collective veut que la règle
460
cep, local 30
v.
irving
[2013] 2 S.C.R.
an employer and not subsequently agreed to by the union
must be consistent with the collective agreement and be
reasonable.
ou la politique imposée unilatéralement par l’employeur,
à laquelle le syndicat n’a pas donné son aval par la suite,
soit conforme à la convention collective et raisonnable.
A substantial body of arbitral jurisprudence has de­
veloped around the unilateral exercise of management
rights in a safety context resulting in a carefully cali­
brated “balancing of interests” proportionality approach.
Under it, and built around the hallmark collective bar­
gaining tenet that an employee can only be disciplined
for reasonable cause, an employer can impose a rule
with disciplinary consequences only if the need for the
rule outweighs the harmful impact on employees’ privacy
rights. This approach has resulted in a consistent arbitral
jurisprudence whereby arbitrators have found that
when a workplace is dangerous, an employer can test
an individual employee if there is reasonable cause to
believe that the employee was impaired while on duty,
was involved in a workplace accident or incident, or was
returning to work after treatment for substance abuse.
Il existe une importante jurisprudence arbitrale quant
à l’exercice unilatéral des droits de la direction dans le
contexte de la sécurité et il en a résulté une démarche
axée sur la proportionnalité commandant une « mise en
balance des intérêts » soigneusement pondérée. Suivant
cette démarche, et compte tenu du principe propre à la
négociation collective selon lequel l’employé n’est pas­
sible d’une sanction disciplinaire que pour un motif raison­
nable, l’employeur ne peut imposer une règle emportant
des sanctions disciplinaires que si la nécessité d’adopter
une telle règle l’emporte sur l’incidence négative de cette
dernière sur les droits à la vie privée des employés. De
cette démarche a résulté une jurisprudence arbitrale cons­
tante suivant laquelle, dans un lieu de travail dangereux,
l’employeur peut faire subir un test à un employé s’il a
un motif raisonnable de croire que ce dernier a eu les
facultés affaiblies dans l’exercice de ses fonctions, a été
impliqué dans un accident ou un incident de travail ou
reprend du service après avoir suivi un traitement pour
combattre l’alcoolisme ou la toxicomanie.
A unilaterally imposed policy of mandatory random
testing for employees in a dangerous workplace has been
overwhelmingly rejected by arbitrators as an unjustified
affront to the dignity and privacy of employees unless
there is evidence of enhanced safety risks, such as evi­
dence of a general problem with substance abuse in the
workplace. The dangerousness of a workplace is clearly
relevant, but this does not shut down the inquiry, it be­
gins the proportionality exercise. It has never been found
to be an automatic justification for the unilateral impos­
ition of unfettered random testing with disciplinary
consequences.
Les arbitres ont rejeté massivement l’imposition uni­
latérale d’une politique de tests obligatoires aléatoires
s’appliquant aux employés d’un lieu de travail dange­
reux, estimant qu’il s’agissait d’une atteinte injustifiée à
la dignité et à la vie privée des employés, sauf s’il existe
des indices d’un risque accru pour la sécurité, comme un
problème généralisé d’alcoolisme ou de toxicomanie en
milieu de travail. La dangerosité d’un lieu de travail est
mani­festement pertinente. Cet élément ne met toutefois
pas fin à l’analyse; il enclenche plutôt la démarche axée
sur la proportionnalité. Les tribunaux n’ont jamais jugé
qu’elle justifie automatiquement l’imposition unilatérale
d’un régime illimité de tests aléatoires susceptibles
d’empor­ter des sanctions disciplinaires.
In this case, the expected safety gains to the employer
were found by the board to range from uncertain to min­
imal, while the impact on employee privacy was severe.
The board concluded that eight alcohol‑related incidents
at the Irving mill over a 15‑year period did not reflect
the requisite problem with workplace alcohol use.
Consequently, the employer had not demonstrated the
requisite safety concerns that would justify universal
random testing. As a result, the employer exceeded the
scope of its rights under the collective agreement.
En l’espèce, le conseil d’arbitrage est arrivé à la con­
clusion que les avantages attendus sur le plan de la sécu­
rité pour l’employeur se situaient dans la fourchette entre
incertains et minimes, tandis que l’atteinte à la vie privée
des employés était grave. Selon le conseil d’arbitrage, huit
incidents liés à la consommation d’alcool et survenus à
l’usine Irving sur une période de 15 ans ne révélaient pas
le degré jugé suffisant de problème de consommation
d’alcool en milieu de travail. Par conséquent, l’employeur
n’avait pas démontré, comme il le devait, l’existence
de préoccupations en ce qui a trait à la sécurité qui justi­
fierait l’application universelle de tests aléatoires. Par con­
séquent, l’employeur a outrepassé les droits de la direction
que lui confère la convention collective.
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
461
The applicable standard for reviewing the decision
of the labour arbitrator is reasonableness. The board’s
decision must be approached as an organic whole, not as
a line‑by‑line treasure hunt for error. In this case, based
on the findings of fact and the relevant jurisprudence, the
decision was a reasonable one.
La norme de contrôle de la décision d’un arbitre en
droit du travail est celle de la décision raisonnable. Il faut
considérer la sentence arbitrale comme un tout et s’abste­
nir de faire une chasse au trésor, phrase par phrase, à la
recher­che d’une erreur. En l’espèce, compte tenu des
con­clusions de faits et de la jurisprudence pertinente, la
décision du conseil arbitrale était raisonnable.
Per McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
(dissenting): There is agreement with the majority that
the standard of review is reasonableness. However, there
is disagreement as to the application of that standard.
In striking down the policy, the board departed from an
arbitral consensus that has attempted to strike a balance
between competing interests in privacy and safety in
the workplace. In so doing, it came to an unreasonable
decision.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et
Moldaver (dissidents) : Il y a accord avec les juges majo­
ritaires pour dire que la norme de contrôle applicable est
celle du caractère raisonnable. Toutefois, il y a désaccord
quant à l’application de cette norme. En annulant la poli­
tique, le conseil a fait abstraction d’un consensus auquel
étaient parvenus les arbitres, qui ont tenté de trouver un
équilibre entre les intérêts opposés de la vie privée et de
la sécurité en milieu de travail. Ce faisant, il a rendu une
décision déraisonnable.
This case asks whether management’s exercise of its
unilateral rule‑making power can be justified under a
collective agreement. That question is one the New
Brunswick legislature has delegated to labour arbitrators.
Their decisions are entitled to a protected zone of def­
erence in which the courts should not willingly enter as
competing arbiters of labour policy. Reasonable people
may well differ about the wisdom of the legislative choice
to entrust labour arbitrators with a policy‑making func­
tion that potentially carries serious repercussions for
public safety. Indeed, the fact that the public interest —
not merely that of employer and employee — is relevant
in cases such as this one may counsel a reassessment
of that choice. But that decision is one for the New
Brunswick legislature, not this Court.
Il s’agit en l’espèce de déterminer si la direction peut
être justifiée, par application d’une convention collective,
d’exercer un pouvoir décisionnel unilatéral. Il s’agit
d’une question que l’Assemblée législative du NouveauBrunswick a déléguée aux arbitres en droit du travail.
Ainsi, leurs décisions commandent la déférence et les
tribunaux ne devraient pas intervenir avec désinvolture
et agir en tant qu’arbitres d’une politique de travail. Des
personnes raisonnables pourraient remettre en question
le choix du législateur de confier aux arbitres la fonc­
tion d’adopter des politiques qui pourraient avoir des
répercussions graves sur la sécurité publique. En effet,
la reconnaissance que l’intérêt du public — et non
simple­ment celui de l’employeur et de l’employé — est
pertinent dans des cas comme celui-ci pourrait com­
mander une réévaluation de ce choix. Cette décision
revient toutefois au législateur du Nouveau‑Brunswick et
non à la Cour.
Nevertheless, under reasonableness review there is
a difference between judicial abdication and judicial
restraint. To the extent a particular arbitral award is un­
reasonable — as this one is — it remains liable to being
set aside on judicial review.
Quoi qu’il en soit, dans le cadre du contrôle du
carac­tère raisonnable, il existe une différence entre la
renonciation judiciaire et la retenue judiciaire. Dans la
mesure où une sentence arbitrale donnée est déraison­
nable — comme celle en l’espèce —, elle est susceptible
d’être annulée à l’issue du contrôle judiciaire.
Where arbitral consensus exists, it raises a presump­
tion — for the parties, labour arbitrators, and the courts
— that subsequent arbitral decisions will follow those
precedents. Consistent rules and decisions are funda­
mental to the rule of law. Therefore, arbitral precedents
in previous cases concerning management’s unilateral
adoption of a random alcohol testing policy shape the
contours of what qualifies as a reasonable decision in this
case.
Lorsqu’il y a consensus arbitral, celui‑ci soulève la
présomption — pour les parties, les arbitres et les tribu­
naux — selon laquelle les décisions arbitrales subsé­
quentes se conformeront à ces précédents. L’uniformité
des règles et des décisions est fondamentale pour la pri­
mauté du droit. Par conséquent, la jurisprudence arbitrale
antérieure portant sur l’adoption unilatérale d’une poli­
tique de dépistage aléatoire d’alcool a établi les limites
de ce qui constitue une décision raisonnable en l’espèce.
462
cep, local 30
v.
irving
[2013] 2 S.C.R.
The arbitral jurisprudence does not recognize an un­
qualified right of employers to unilaterally impose work­
place rules on their employees outside of the collective
bargaining process. Rather, the onus is on the employer
to justify such rules based on compliance with standards
established by the arbitral jurisprudence. In this case, the
only standard in dispute was the reasonableness of the
policy. The key question is the threshold of evidence that
the employer was required to introduce in order to meet
its burden to demonstrate reasonableness and thereby
justify its random alcohol testing policy.
La jurisprudence arbitrale ne reconnaît aucun droit
absolu aux employeurs d’imposer unilatéralement des
règles en milieu de travail à leurs employés en dehors du
processus de négociation collective. Il incombe plutôt à
l’employeur de justifier de telles règles sur le fondement
du respect des normes établies par cette jurisprudence. En
l’espèce, la seule norme en cause était celle du caractère
raisonnable de la politique. La question clé est le seuil
de preuve que l’employeur était tenu de présenter afin de
s’acquitter de son fardeau de démontrer la raisonnabilité
et de justifier par le fait même sa politique de tests aléa­
toires de dépistage d’alcool.
From a review of the relevant arbitral decisions, what
emerges is an arbitral consensus that an employer must
demonstrate evidence of an alcohol problem in the work­
place in order to justify a random alcohol testing policy.
That is the evidentiary threshold accepted by arbitrators
who have upheld such policies and those who have struck
them down. Thus, barring some explanation, whether im­
plicit or explicit, for its basis for departing from it, that
is the evidentiary threshold the board in this case should
have applied. That is not, however, what the board did.
Le constat qui se dégage, par conséquent, de l’examen
des décisions pertinentes est qu’il existe un consensus
arbitral selon lequel un employeur doit fournir des
indices de consommation d’alcool en milieu de travail
pour justifier sa politique de tests aléatoires de dépistage
d’alcool. Il s’agit du seuil de preuve accepté par les
arbitres qui ont confirmé de telles politiques et par ceux
qui les ont annulées. Ainsi, à défaut d’avoir expliqué
pourquoi il a fait abstraction de ce seuil, il s’agit de celui
que le conseil aurait dû appliquer en l’espèce. Mais, ce
n’est pas ce qu’il a fait.
Though purporting to apply the test emerging from
the arbitral consensus, the board elevated the threshold
of evidence that Irving was required to lead in order to
justify its random alcohol testing policy and offered no
reason for doing so. The board required evidence of a
“significant” or “serious” problem at the Irving mill. The
standard reflected in the arbitral consensus, however, is
evidence of “a” problem. The difference between the two
approaches is obviously a marked one and it cannot be
ignored. The board then required that the evidence of
alcohol use be tied or causally linked to the accident,
in­jury or near miss history at the plant. Again, there is
no support for such a requirement in the arbitral juris­
prudence. An employer does not have to wait for a ser­
ious incident of loss, damage, injury or death to occur
before taking action. To require such a causal connection
is not only unreasonable, it is patently absurd. It is the
application of this higher evidentiary standard which dic­
tated the board’s decision to strike down the policy. The
evidence was the decisive factor.
Bien qu’il ait prétendu avoir appliqué le critère
découlant du consensus arbitral, le conseil a élevé le
seuil de preuve qu’Irving était tenu de présenter afin de
justifier sa politique de tests aléatoires de dépistage
d’alcool, sans toutefois motiver sa décision. Le conseil
a exigé la preuve d’un « problème important » ou d’un
« problème grave » à l’usine Irving. La norme qui se
dégage du consensus arbitral est plutôt celle de la preuve
de l’existence d’« un » problème. La différence entre
les deux approches est évidemment très marquée et ne
peut être ignorée. Le conseil a ensuite exigé que l’élément
de preuve démontrant l’existence d’un problème d’alcool
soit lié aux accidents et aux blessures — réels ou évités
de justesse — survenus à l’usine ou ait un lien de cau­
salité avec ceux‑ci. Encore une fois, cette exigence
n’est aucunement étayée par la jurisprudence arbitrale.
L’employeur ne doit pas attendre qu’un incident grave,
comme une perte, des dommages, des blessures ou un
décès, ne survienne avant de prendre des mesures. Exiger
que l’employeur établisse un tel lien de causalité est non
seulement déraisonnable, mais manifestement absurde.
C’est l’application de cette norme plus élevée qui a dicté
la conclusion du conseil en l’espèce d’annuler la poli­
tique. La preuve était le facteur déterminant.
To be clear, it was open for the board in this case to
depart from the arbitral consensus in reaching its con­
clusion, provided it had a reasonable basis for doing so.
Bref, il était loisible au conseil en l’espèce de faire
abstraction du consensus arbitral pour arriver à sa con­
clusion, pourvu qu’il eût un motif raisonnable de le
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
463
In so departing, it was thus incumbent upon the board to
provide some explanation for its reasoning. Here, the
board provided no explanation whatsoever — whether
implicit or explicit, reasonable or unreasonable — for the
new evidentiary standard that it applied. In the absence of
a reasonable explanation for its novel test, the board must
be taken as having misapplied the existing test, which
in the circumstances of this case rendered its decision
unreasonable.
faire. Ainsi, il incombait au conseil d’expliquer son rai­
sonnement. En l’espèce, il n’a fourni aucune explication
— implicite ou explicite, raisonnable ou déraisonnable
— pour justifier la nouvelle norme de preuve qu’il a
appliquée. Comme le conseil n’a pas expliqué de façon
raisonnable pourquoi il a appliqué un nouveau critère,
nous devons considérer qu’il a mal appliqué le critère
déjà établi, ce qui, dans les circonstances de l’espèce, a
rendu sa décision déraisonnable.
The reasonableness of the board’s reasoning is further
undermined by its inference that the risk at the Irving
mill was not high based on the fact that only 10% of mill
employees in safety‑sensitive positions were tested in
any given year. The inference was unreasonable because
it failed to recognize that: even low testing percentages
can be highly effective; testing a higher percentage of
employees in order to establish the reasonableness of a
workplace testing policy would perversely incentivize
employers and lead to a greater intrusion into the privacy
of employees; and the threshold set by Irving is not out of
the mainstream for random alcohol testing.
L’inférence tirée par le conseil voulant que le risque fût
peu élevé à l’usine Irving parce que seulement 10 % des
employés de l’usine occupant des postes à risque allait
subir des tests au cours d’une année donnée a éga­le­
ment miné la raisonnabilité du raisonnement du con­seil.
L’inférence était déraisonnable parce qu’elle ne tenait
pas compte du fait que : même les faibles pourcen­tages
de dépistage peuvent être hautement efficaces; faire
subir un test à un pourcentage plus élevé d’employés
afin d’établir la raisonnabilité d’une politique de tests de
dépis­tage en milieu de travail inciterait abusivement les
employeurs à agir ainsi et mènerait à une intrusion plus
grande dans la vie privée des employés; le seuil établi par
Irving n’est pas marginal en ce qui a trait aux tests aléa­
toires de dépistage d’alcool.
In sum, the board departed from the legal test emer­
ging from the arbitral consensus by elevating the thresh­
old of evidence Irving was required to introduce in order
to justify a policy of random alcohol testing. In the ab­
sence of any explanation whatsoever, it is impossible to
understand why the board thought it reasonable to do
what it did. In the circumstances of this case, its decision
thus fell outside the range of reasonable outcomes
defens­ible in respect of the facts and law.
En résumé, le conseil a dérogé au critère juridique
s’étant dégagé du consensus arbitral en élevant le seuil
de preuve qu’Irving était tenue de présenter pour justifier
sa politique de tests aléatoires de dépistage d’alcool.
En l’absence d’une quelconque explication, il est impos­
sible de comprendre pourquoi le conseil pensait qu’il était
raisonnable d’agir comme il l’a fait. Dans les circons­
tances de l’espèce, sa décision n’appartenait donc pas
aux issues possibles raisonnables pouvant se justifier au
regard des faits et du droit.
Cases Cited
Jurisprudence
By Abella J.
Citée par la juge Abella
Referred to: Dunsmuir v. New Brunswick, 2008
SCC 9, [2008] 1 S.C.R. 190; Nor-Man Regional Health
Authority Inc. v. Manitoba Association of Health Care
Professionals, 2011 SCC 59, [2011] 3 S.C.R. 616;
Newfoundland and Labrador Nurses’ Union v.
Newfoundland and Labrador (Treasury Board), 2011
SCC 62, [2011] 3 S.C.R. 708; Entrop v. Imperial Oil
Ltd. (2000), 50 O.R. (3d) 18; Re United Steelworkers,
Local 4487 & John Inglis Co. Ltd. (1957), 7 L.A.C.
240; Re United Brewery Workers, Local 232, &
Carling Breweries Ltd. (1959), 10 L.A.C. 25; Re Public
Utilities Commission of the Borough of Scarborough
and International Brotherhood of Electrical Workers,
Arrêts mentionnés : Dunsmuir c. NouveauBrunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1 R.C.S. 190; NorMan Regional Health Authority Inc. c. Manitoba
Association of Health Care Professionals, 2011 CSC
59, [2011] 3 R.C.S. 616; Newfoundland and Labrador
Nurses’ Union c. Terre-Neuve-et-Labrador (Conseil du
Trésor), 2011 CSC 62, [2011] 3 R.C.S. 708; Entrop c.
Imperial Oil Ltd. (2000), 50 O.R. (3d) 18; Re United
Steelworkers, Local 4487 & John Inglis Co. Ltd. (1957),
7 L.A.C. 240; Re United Brewery Workers, Local 232, &
Carling Breweries Ltd. (1959), 10 L.A.C. 25; Re Public
Utilities Commission of the Borough of Scarborough
and International Brotherhood of Electrical Workers,
464
cep, local 30
v.
irving
[2013] 2 S.C.R.
Local 636 (1974), 5 L.A.C. (2d) 285; United Electrical,
Radio, and Machine Workers of America, Local 524, in
re Canadian General Electric Co. Ltd. (Peterborough)
(1951), 2 L.A.C. 688; Re Hamilton Street Railway Co.
and Amalgamated Transit Union, Division 107 (1977),
16 L.A.C. (2d) 402; Re Lumber & Sawmill Workers’
Union, Local 2537, and KVP Co. (1965), 16 L.A.C. 73;
Metropolitan Toronto (Municipality) v. C.U.P.E. (1990),
74 O.R. (2d) 239, leave to appeal refused, [1990] 2
S.C.R. ix; Charlottetown (City) v. Charlottetown Police
Association (1997), 151 Nfld. & P.E.I.R. 69; N.A.P.E.
v. Western Avalon Roman Catholic School Board, 2000
NFCA 39, 190 D.L.R. (4th) 146; St. James-Assiniboia
Teachers’ Assn. No. 2 v. St. James-Assiniboia School
Division No. 2, 2002 MBCA 158, 222 D.L.R. (4th) 636;
Esso Petroleum Canada and C.E.P., Loc. 614, Re (1994),
56 L.A.C. (4th) 440; Canadian National Railway Co.
and C.A.W.-Canada (Re) (2000), 95 L.A.C. (4th) 341;
Weyerhaeuser Co. and I.W.A. (Re) (2004), 127 L.A.C.
(4th) 73; Navistar Canada, Inc. and C.A.W., Local 504
(Re) (2010), 195 L.A.C. (4th) 144; Rio Tinto Alcan
Primary Metal and C.A.W.-Canada, Local 2301 (Drug
and Alcohol Policy) (Re) (2011), 204 L.A.C. (4th) 265;
Imperial Oil Ltd. and C.E.P., Loc. 900 (Re) (2006), 157
L.A.C. (4th) 225; Imperial Oil Ltd. v. Communications,
Energy & Paperworkers Union of Canada, Local 900,
2009 ONCA 420, 96 O.R. (3d) 668; Metropol Security,
a division of Barnes Security Services Ltd. and U.S.W.A.,
Loc. 5296 (Drug and Alcohol testing) (Re) (1998),
69 L.A.C. (4th) 399; Trimac Transportation Services
— Bulk Systems and T.C.U. (Re) (1999), 88 L.A.C.
(4th) 237; Fording Coal Ltd. v. United Steelworkers
of America, Local 7884, [2002] B.C.C.A.A.A. No. 9
(QL); ADM Agri-Industries Ltd. v. National Automobile,
Aerospace, Transportation and General Workers’ Union
of Canada (CAW-Canada), Local 195 (Substance Abuse
Policy Grievance), [2004] C.L.A.D. No. 610 (QL); PetroCanada Lubricants Centre (Mississauga) and Oakville
Terminal and C.E.P., Local 593 (Re) (2009), 186 L.A.C.
(4th) 424; Communications, Energy and Paperworkers
Union, Local 777 v. Imperial Oil Ltd., May 27, 2000
(unreported); Greater Toronto Airports Authority v.
Public Service Alliance of Canada, Local 0004, [2007]
C.L.A.D. No. 243 (QL); DuPont Canada Inc. and C.E.P.,
Loc. 28-O (Re) (2002), 105 L.A.C. (4th) 399; R. v.
Dyment, [1988] 2 S.C.R. 417; R. v. Shoker, 2006 SCC 44,
[2006] 2 S.C.R. 399.
Local 636 (1974), 5 L.A.C. (2d) 285; United Electrical,
Radio, and Machine Workers of America, Local 524, in
re Canadian General Electric Co. Ltd. (Peterborough)
(1951), 2 L.A.C. 688; Re Hamilton Street Railway Co.
and Amalgamated Transit Union, Division 107 (1977),
16 L.A.C. (2d) 402; Re Lumber & Sawmill Workers’
Union, Local 2537, and KVP Co. (1965), 16 L.A.C. 73;
Metropolitan Toronto (Municipality) c. C.U.P.E. (1990),
74 O.R. (2d) 239, autorisation d’appel refusée, [1990] 2
R.C.S. ix; Charlottetown (City) c. Charlottetown Police
Association (1997), 151 Nfld. & P.E.I.R. 69; N.A.P.E.
c. Western Avalon Roman Catholic School Board, 2000
NFCA 39, 190 D.L.R. (4th) 146; St. James-Assiniboia
Teachers’ Assn. No. 2 c. St. James-Assiniboia School
Division No. 2, 2002 MBCA 158, 222 D.L.R. (4th) 636;
Esso Petroleum Canada and C.E.P., Loc. 614, Re (1994),
56 L.A.C. (4th) 440; Canadian National Railway Co.
and C.A.W.-Canada (Re) (2000), 95 L.A.C. (4th) 341;
Weyerhaeuser Co. and I.W.A. (Re) (2004), 127 L.A.C.
(4th) 73; Navistar Canada, Inc. and C.A.W., Local 504
(Re) (2010), 195 L.A.C. (4th) 144; Rio Tinto Alcan
Primary Metal and C.A.W.-Canada, Local 2301 (Drug
and Alcohol Policy) (Re) (2011), 204 L.A.C. (4th) 265;
Imperial Oil Ltd. and C.E.P., Loc. 900 (Re) (2006), 157
L.A.C. (4th) 225; Imperial Oil Ltd. c. Communications,
Energy & Paperworkers Union of Canada, Local 900,
2009 ONCA 420, 96 O.R. (3d) 668; Metropol Security,
a division of Barnes Security Services Ltd. and U.S.W.A.,
Loc. 5296 (Drug and Alcohol testing) (Re) (1998),
69 L.A.C. (4th) 399; Trimac Transportation Services
— Bulk Systems and T.C.U. (Re) (1999), 88 L.A.C.
(4th) 237; Fording Coal Ltd. c. United Steelworkers
of America, Local 7884, [2002] B.C.C.A.A.A. No. 9
(QL); ADM Agri-Industries Ltd. c. National Automobile,
Aerospace, Transportation and General Workers’ Union
of Canada (CAW-Canada), Local 195 (Substance Abuse
Policy Grievance), [2004] C.L.A.D. No. 610 (QL); PetroCanada Lubricants Centre (Mississauga) and Oakville
Terminal and C.E.P., Local 593 (Re) (2009), 186 L.A.C.
(4th) 424; Communications, Energy and Paperworkers
Union, Local 777 c. Imperial Oil Ltd., 27 mai 2000 (non
publié); Greater Toronto Airports Authority c. Public
Service Alliance of Canada, Local 0004, [2007] C.L.A.D.
No. 243 (QL); DuPont Canada Inc. and C.E.P., Loc.
28-O (Re) (2002), 105 L.A.C. (4th) 399; R. c. Dyment,
[1988] 2 R.C.S. 417; R. c. Shoker, 2006 CSC 44, [2006]
2 R.C.S. 399.
By Rothstein and Moldaver JJ. (dissenting)
Citée par les juges Rothstein et Moldaver (dissidents)
Esso Petroleum Canada v. Communications, Energy
& Paperworkers’ Union, Local 614, [1994] B.C.C.A.A.A.
Esso Petroleum Canada c. Communications,
Energy & Paperworkers’ Union, Local 614, [1994]
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
No. 244 (QL); Entrop v. Imperial Oil Ltd. (2000), 50 O.R.
(3d) 18; Canadian National Railway Co. and C.A.W.Canada (Re) (2000), 95 L.A.C. (4th) 341; Greater
Toronto Airports Authority v. Public Service Alliance of
Canada, Local 0004, [2007] C.L.A.D. No. 243 (QL); Rio
Tinto Alcan Primary Metal and C.A.W.-Canada, Local
2301 (Drug and Alcohol Policy) (Re) (2011), 204 L.A.C.
(4th) 265; Nor-Man Regional Health Authority Inc. v.
Manitoba Association of Health Care Professionals, 2011
SCC 59, [2011] 3 S.C.R. 616; Alberta (Information and
Privacy Commissioner) v. Alberta Teachers’ Association,
2011 SCC 61, [2011] 3 S.C.R. 654; Canada (Canadian
Human Rights Commission) v. Canada (Attorney
General), 2011 SCC 53, [2011] 3 S.C.R. 471; Dunsmuir
v. New Brunswick, 2008 SCC 9, [2008] 1 S.C.R. 190;
Toronto (City) Board of Education v. O.S.S.T.F., District
15, [1997] 1 S.C.R. 487; St. Anne Nackawic Pulp & Paper
Co. v. Canadian Paper Workers Union, Local 219, [1986]
1 S.C.R. 704; CAIMAW v. Paccar of Canada Ltd., [1989]
2 S.C.R. 983; Canada (Citizenship and Immigration) v.
Khosa, 2009 SCC 12, [2009] 1 S.C.R. 339; Prestressed
Systems Inc. and L.I.U.N.A., Loc. 625 (Roberts) (Re)
(2005), 137 L.A.C. (4th) 193; Halifax (Regional
Municipality) and N.S.U.P.E., Local 2 (Re) (2008), 171
L.A.C. (4th) 257; Re Monarch Fine Foods Co. and Milk
and Bread Drivers, Dairy Employees, Caterers and
Allied Employees, Local 647 (1978), 20 L.A.C. (2d)
419; Trimac Transportation Services — Bulk Systems
and T.C.U. (Re) (1999), 88 L.A.C. (4th) 237; Re United
Steelworkers and Triangle Conduit & Cable Canada
(1968) Ltd. (1970), 21 L.A.C. 332; Newfoundland and
Labrador Nurses’ Union v. Newfoundland and Labrador
(Treasury Board), 2011 SCC 62, [2011] 3 S.C.R. 708;
Re Lumber & Sawmill Workers’ Union, Local 2537, and
KVP Co. (1965), 16 L.A.C. 73; British Columbia (Public
Service Employee Relations Commission) v. BCGSEU,
[1999] 3 S.C.R. 3; Imperial Oil Ltd. v. Communications,
Energy & Paperworkers Union of Canada, Local 900,
2009 ONCA 420, 96 O.R. (3d) 668; Imperial Oil Ltd.
and C.E.P., Loc. 900 (Re) (2006), 157 L.A.C. (4th)
225; Fording Coal Ltd. v. United Steelworkers of
America, Local 7884, [2002] B.C.C.A.A.A. No. 9 (QL);
Continental Lime Ltd. and B.B.F., Loc. D575 (Re) (2002),
105 L.A.C. (4th) 263; Weyerhaeuser Co. and I.W.A. (Re)
(2004), 127 L.A.C. (4th) 73; ADM Agri-Industries Ltd.
v. National Automobile, Aerospace, Transportation and
General Workers’ Union of Canada (CAW-Canada),
Local 195 (Substance Abuse Policy Grievance), [2004]
C.L.A.D. No. 610 (QL); Communications, Energy and
Paperworkers Union, Local 777 v. Imperial Oil Ltd.,
May 27, 2000 (unreported); Provincial-American Truck
Transporters and Teamsters Union, Loc. 880, Re (1991),
c.
irving
465
B.C.C.A.A.A. No. 244 (QL); Entrop c. Imperial Oil Ltd.
(2000), 50 O.R. (3d) 18; Canadian National Railway Co.
and C.A.W.-Canada (Re) (2000), 95 L.A.C. (4th) 341;
Greater Toronto Airports Authority c. Public Service
Alliance of Canada, Local 0004, [2007] C.L.A.D.
No. 243 (QL); Rio Tinto Alcan Primary Metal and
C.A.W.-Canada, Local 2301 (Drug and Alcohol Policy)
(Re) (2011), 204 L.A.C. (4th) 265; Nor-Man Regional
Health Authority Inc. c. Manitoba Association of Health
Care Professionals, 2011 CSC 59, [2011] 3 R.C.S. 616;
Alberta (Information and Privacy Commissioner) c.
Alberta Teachers’ Association, 2011 CSC 61, [2011] 3
R.C.S. 654; Canada (Commission canadienne des droits
de la personne) c. Canada (Procureur général), 2011
CSC 53, [2011] 3 R.C.S. 471; Dunsmuir c. NouveauBrunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1 R.C.S. 190; Conseil
de l’éducation de Toronto (Cité) c. F.E.E.E.S.O., district
15, [1997] 1 R.C.S. 487; St. Anne Nackawic Pulp &
Paper Co. c. Section locale 219 du Syndicat canadien
des travailleurs du papier, [1986] 1 R.C.S. 704;
CAIMAW c. Paccar of Canada Ltd., [1989] 2 R.C.S.
983; Canada (Citoyenneté et Immigration) c. Khosa,
2009 CSC 12, [2009] 1 R.C.S. 339; Prestressed Systems
Inc. and L.I.U.N.A., Loc. 625 (Roberts) (Re) (2005), 137
L.A.C. (4th) 193; Halifax (Regional Municipality) and
N.S.U.P.E., Local 2 (Re) (2008), 171 L.A.C. (4th) 257;
Re Monarch Fine Foods Co. and Milk and Bread Drivers,
Dairy Employees, Caterers and Allied Employees, Local
647 (1978), 20 L.A.C. (2d) 419; Trimac Transportation
Services — Bulk Systems and T.C.U. (Re) (1999), 88
L.A.C. (4th) 237; Re United Steelworkers and Triangle
Conduit & Cable Canada (1968) Ltd. (1970), 21 L.A.C.
332; Newfoundland and Labrador Nurses’ Union c.
Terre-Neuve-et-Labrador (Conseil du Trésor), 2011 CSC
62, [2011] 3 R.C.S. 708; Re Lumber & Sawmill Workers’
Union, Local 2537, and KVP Co. (1965), 16 L.A.C.
73; Colombie-Britannique (Public Service Employee
Relations Commission) c. BCGSEU, [1999] 3 R.C.S.
3; Imperial Oil Ltd. c. Communications, Energy &
Paperworkers Union of Canada, Local 900, 2009 ONCA
420, 96 O.R. (3d) 668; Imperial Oil Ltd. and C.E.P.,
Loc. 900 (Re) (2006), 157 L.A.C. (4th) 225; Fording
Coal Ltd. c. United Steelworkers of America, Local
7884, [2002] B.C.C.A.A.A. No. 9 (QL); Continental
Lime Ltd. and B.B.F., Loc. D575 (Re) (2002), 105
L.A.C. (4th) 263; Weyerhaeuser Co. and I.W.A. (Re)
(2004), 127 L.A.C. (4th) 73; ADM Agri-Industries Ltd.
c. National Automobile, Aerospace, Transportation and
General Workers’ Union of Canada (CAW-Canada),
Local 195 (Substance Abuse Policy Grievance), [2004]
C.L.A.D. No. 610 (QL); Communications, Energy and
Paperworkers Union, Local 777 c. Imperial Oil Ltd.,
466
cep, local 30
v.
irving
[2013] 2 S.C.R.
18 L.A.C. (4th) 412; Alberta (Education) v. Canadian
Copyright Licensing Agency (Access Copyright), 2012
SCC 37, [2012] 2 S.C.R. 345.
27 mai 2000 (non publié); Provincial-American Truck
Transporters and Teamsters Union, Loc. 880, Re (1991),
18 L.A.C. (4th) 412; Alberta (Éducation) c. Canadian
Copyright Licensing Agency (Access Copyright), 2012
CSC 37, [2012] 2 R.C.S. 345.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
49 C.F.R. Part 382 (2001) (U.S.).
Canadian Charter of Rights and Freedoms.
Industrial Relations Act, R.S.N.B. 1973, c. I‑4, ss. 32(1),
55(1), 77(1).
Labour Relations Act, 1995, S.O. 1995, c. 1, Sch. A,
s. 48(12)(j).
Rail Safety (Adoption of National Law) Regulation 2012,
No. 662 (N.S.W.).
Railway Safety Act 2005 (I.).
49 C.F.R. Part 382 (2001) (É.-U.).
Charte canadienne des droits et libertés.
Loi de 1995 sur les relations de travail, L.O. 1995, ch. 1,
ann. A, art. 48(12)j).
Loi sur les relations industrielles, L.R.N.‑B. 1973,
ch. I-4, art. 32(1), 55(1), 77(1).
Rail Safety (Adoption of National Law) Regulation 2012,
No. 662 (N.-G.S.).
Railway Safety Act 2005 (I.).
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Borack, Jules I. “Costs and Benefits of Alternative Drug
Testing Programs”. San Diego: Navy Personnel
Research and Development Center, 1998.
Brown, Donald J. M., and David M. Beatty, with the
assistance of Christine E. Deacon. Canadian Labour
Arbitration, 4th ed., vol. 1. Toronto: Canada Law Book,
2013 (loose‑leaf updated March 2013, release 29).
Canada. House of Commons. Minutes of Proceedings
and Evidence of the Standing Committee on National
Health and Welfare, including “‘Booze, Pills & Dope’:
Reducing Substance Abuse in Canada”, No. 28,
2nd Sess., 33rd Parl., 1987, p. 25.
Canada. Minister of National Health and Welfare.
“Government Response to the Report of the Standing
Committee on ‘Booze, Pills & Dope’: Reducing
Substance Abuse in Canada”. Ottawa: Minister of
Supply and Services, 1988.
Keith, Norm, and Ailsa Jane Wiggins. Alcohol and Drugs
in the Canadian Workplace: An Employer’s Guide to
the Law, Prevention and Management of Substance
Abuse. Markham, Ont.: LexisNexis, 2008.
Mitchnick, Morton, and Brian Etherington. Labour
Arbitration in Canada, 2nd ed. Toronto: Lancaster
House, 2012.
Snyder, Ronald M. Collective Agreement Arbitration in
Canada, 4th ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2009.
United States. Department of Transportation. “Current
Random Testing Rates” (2013) (online: http://www.
dot.gov).
Borack, Jules I. « Costs and Benefits of Alternative Drug
Testing Programs ». San Diego : Navy Personnel
Research and Development Center, 1998.
Brown, Donald J. M., and David M. Beatty, with the
assistance of Christine E. Deacon. Canadian Labour
Arbitration, 4th ed., vol. 1. Toronto : Canada Law Book,
2013 (loose‑leaf updated March 2013, release 29).
Canada. Chambre des communes. Procès-verbaux et
témoignages du Comité permanent de la santé natio­
nale et du bien-être social, y compris « Boisson, pilules
et drogue : Comment diminuer leur consommation au
Canada », no 28, 2e sess., 33e lég., 1987, p. 31.
Canada. Ministre de la Santé nationale et du Bien‑être
social. « Réponse du gouvernement au rapport du
Comité permanent sur Boisson, pilules et drogue : 
Comment diminuer leur consommation au Canada ».
Ottawa : Ministre des Approvisionnements et
Services, 1988.
États‑Unis. Department of Transportation. « Current
Random Testing Rates » (2013) (online : http://www.
dot.gov).
Keith, Norm, and Ailsa Jane Wiggins. Alcohol and Drugs
in the Canadian Workplace : An Employer’s Guide to
the Law, Prevention and Management of Substance
Abuse. Markham, Ont. : LexisNexis, 2008.
Mitchnick, Morton, and Brian Etherington. Labour
Arbitration in Canada, 2nd ed. Toronto : Lancaster
House, 2012.
Snyder, Ronald M. Collective Agreement Arbitration in
Canada, 4th ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2009.
APPEAL from a judgment of the New Brunswick
Court of Appeal (Drapeau C.J. and Turnbull and
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du
Nouveau‑Brunswick (le juge en chef Drapeau et les
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
467
Robertson JJ.A.), 2011 NBCA 58, 375 N.B.R. (2d)
92, 348 D.L.R. (4th) 105, 30 Admin. L.R. (5th) 269,
216 L.A.C. (4th) 418, 969 A.P.R. 92, [2011] N.B.J.
No. 230 (QL), 2011 CarswellNB 356, affirming a
decision of Grant J., 2010 NBQB 294, 367 N.B.R.
(2d) 234, 199 L.A.C. (4th) 321, 946 A.P.R. 234,
[2010] N.B.J. No. 331 (QL), 2010 CarswellNB
494, setting aside an award of an arbitration board,
[2009] N.B.L.A.A. No. 28 (QL). Appeal allowed,
McLachlin C.J. and Rothstein and Moldaver JJ.
dissenting.
juges Turnbull et Robertson), 2011 NBCA 58, 375
R.N.‑B. (2e) 92, 348 D.L.R. (4th) 105, 30 Admin.
L.R. (5th) 269, 216 L.A.C. (4th) 418, 969 A.P.R.
92, [2011] A.N.‑B. no 230 (QL), 2011 CarswellNB
357, qui a confirmé une décision du juge Grant,
2010 NBBR 294, 367 R.N.‑B. (2e) 234, 199
L.A.C. (4th) 321, 946 A.P.R. 234, [2010] A.N.‑B.
no 331 (QL), 2010 CarswellNB 494, qui a infirmé
une sentence d’un conseil d’arbitrage, [2009]
N.B.L.A.A. No. 28 (QL). Pourvoi accueilli, la
juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et
Moldaver sont dissidents.
Daniel Leger, David Mombourquette and Joël
Michaud, for the appellant.
Daniel Leger, David Mombourquette et Joël
Michaud, pour l’appelant.
Neil Finkelstein, Steven Mason, Brandon Kain,
Byron Shaw and William Goss, Q.C., for the
respondent.
Neil Finkelstein, Steven Mason, Brandon Kain,
Byron Shaw et William Goss, c.r., pour l’intimée.
Barbara B. Johnston and April Kosten, for the
interveners the Construction Owners Association
of Alberta, Construction Labour Relations — an
Alberta Association and Enform.
Barbara B. Johnston et April Kosten, pour les
intervenantes Construction Owners Association
of Alberta, Construction Labour Relations — an
Alberta Association et Enform.
Robert Dupont, Simon-Pierre Paquette and
Johanne Cavé, for the interveners the Canadian
National Railway Company, the Canadian Pacific
Railway Company and Via Rail Canada Inc.
Robert Dupont, Simon-Pierre Paquette et
Johanne Cavé, pour les intervenantes la Compagnie
des chemins de fer nationaux du Canada, Chemin
de fer Canadien Pacifique Limitée et Via Rail
Canada Inc.
Written submissions only by Ritu Khullar and
John Carpenter, for the intervener the Alberta
Federation of Labour.
Argumentation écrite seulement par Ritu Khullar
et John Carpenter, pour l’intervenante Alberta
Federation of Labour.
Ritu Khullar, for the intervener the Communi­
cations, Energy and Paperworkers Union of Canada,
Local 707.
Ritu Khullar, pour l’intervenant le Syndicat
canadien des communications, de l’énergie et du
papier, section locale 707.
Joshua S. Phillips and Karen Ensslen, for the
intervener the Canadian Civil Liberties Association.
Joshua S. Phillips et Karen Ensslen, pour l’inter­
venante l’Association canadienne des libertés civiles.
Norman A. Keith, Ailsa Jane Wiggins and
Anna Abbott, for the intervener the Alliance of
Manufacturers & Exporters of Canada, carrying on
business as Canadian Manufacturers & Exporters.
Norman A. Keith, Ailsa Jane Wiggins et Anna
Abbott, pour l’intervenante l’Alliance des Manufac­
turiers et Exportateurs du Canada, faisant affaire
sous le nom de Manufacturiers et Exportateurs du
Canada.
468
cep, local 30
v.
irving
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
Peter A. Gall, Q.C., Andrea Zwack and Melanie
Vipond, for the interveners the Canadian Mining
Association, the Mining Association of British
Columbia, the Mining Association of Manitoba
Inc., the Québec Mining Association, the Ontario
Mining Association and the Saskatchewan Mining
Association.
Peter A. Gall, c.r., Andrea Zwack et Melanie
Vipond, pour les intervenantes l’Association
minière du Canada, Mining Association of British
Columbia, Mining Association of Manitoba Inc.,
l’Association minière du Québec, Ontario Mining
Association et Saskatchewan Mining Association.
Andrew K. Lokan, Emily Lawrence and
Christopher M. Dassios, for the intervener the
Power Workers’ Union.
Andrew K. Lokan, Emily Lawrence et
Christopher M. Dassios, pour l’intervenant Power
Workers’ Union.
The judgment of LeBel, Fish, Abella, Cromwell,
Karakatsanis and Wagner JJ. was delivered by
Version française du jugement des juges LeBel,
Fish, Abella, Cromwell, Karakatsanis et Wagner
rendu par
[1] Abella J. — Privacy and safety are highly
sensitive and significant workplace interests. They
are also occasionally in conflict. This is particularly
the case when the workplace is a dangerous one.
[1] La juge Abella — La vie privée et la sécurité
sont des intérêts liés au milieu de travail à la fois
très importants et très délicats. Ils entrent aussi
parfois en conflit, tout particulièrement lorsque le
lieu de travail est dangereux.
[2] In a unionized workplace, these issues are
usually dealt with in the course of collective bar­
gaining. If an employer, however, decides not to
negotiate safety measures before implementing
them, and if those measures have disciplinary con­
sequences for employees, the employer must bring
itself within the scope of the management rights
clause of the collective agreement.
[2] Dans un milieu de travail syndiqué, ces ques­
tions sont habituellement traitées dans le cadre de la
négociation collective. Toutefois, si un employeur
choisit de mettre en place des mesures de sécurité
sans les négocier au préalable et si ces mesures
empor­tent des sanctions disciplinaires pour les
employés, il doit s’assurer qu’elles relèvent de la
clause de la convention collective portant sur les
droits de la direction.
[3] The legal issue at the heart of this case is the
interpretation of the management rights clause of
a collective agreement. This is a labour law issue
with clear precedents and a history of respectful
rec­ognition of the ability of collective bargaining to
responsibly address the safety concerns of the
work­place — and the public.
[3] La question juridique au cœur du présent
litige est celle de l’interprétation de la clause de la
convention collective prévoyant les droits de la
direc­tion. C’est une question relevant du droit du
travail qui a fait l’objet de précédents clairs et d’un
historique de reconnaissance respectueuse que les
négociations collectives peuvent traiter de manière
responsable des enjeux de sécurité en milieu de
travail — ainsi que de ceux relatifs à la sécurité du
public.
[4] A substantial body of arbitral jurisprudence
has developed around the unilateral exercise of
management rights in a safety context, resulting in
a carefully calibrated “balancing of interests” pro­
portionality approach. Under it, and built around the
[4] Il existe une importante jurisprudence arbi­
trale quant à l’exercice unilatéral des droits de la
direc­tion dans le contexte de la sécurité et il en a
résulté une démarche axée sur la proportionnalité
commandant une « mise en balance des intérêts »
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
La juge Abella
469
hallmark collective bargaining tenet that an em­
ployee can only be disciplined for reasonable cause,
an employer can impose a rule with disciplinary
consequences only if the need for the rule outweighs
the harmful impact on employees’ privacy rights.
The dangerousness of a workplace is clearly rel­
evant, but this does not shut down the inquiry, it be­
gins the proportionality exercise.
soigneusement pondérée. Suivant cette démarche,
et compte tenu du principe propre à la négociation
collective selon lequel l’employé n’est passible d’une
sanction disciplinaire que pour un motif raison­nable,
l’employeur ne peut imposer une règle empor­
tant des sanctions disciplinaires que si la nécessité
d’adopter une telle règle l’emporte sur l’incidence
néga­tive de cette dernière sur les droits à la vie privée
des employés. La dangerosité d’un lieu de travail
est manifestement pertinente. Cet élément ne met
toutefois pas fin à l’analyse; il enclenche plutôt la
démarche axée sur la proportionnalité.
[5] This approach has resulted in a consistent
arbitral jurisprudence whereby arbitrators have
found that when a workplace is dangerous, an em­
ployer can test an individual employee if there is
reasonable cause to believe that the employee was
impaired while on duty, was involved in a work­
place accident or incident, or was returning to work
after treatment for substance abuse. In the latter
cir­cumstance, the employee may be subject to a
random drug or alcohol testing regime on terms ne­
gotiated with the union.
[5] De cette démarche a résulté une jurisprudence
arbitrale constante suivant laquelle, dans un lieu de
travail dangereux, l’employeur peut faire subir un
test à un employé s’il a un motif raisonnable de
croire que ce dernier a eu les facultés affaiblies dans
l’exercice de ses fonctions, a été impliqué dans un
accident ou un incident de travail ou reprend du ser­
vice après avoir suivi un traitement pour combattre
l’alcoolisme ou la toxicomanie. Dans ce dernier cas,
l’employé peut être assujetti à un régime de tests
aléatoires de dépistage de drogue et d’alcool dont le
syndicat aura négocié les modalités.
[6] But a unilaterally imposed policy of manda­
tory, random and unannounced testing for all
employees in a dangerous workplace has been over­
whelmingly rejected by arbitrators as an unjustified
affront to the dignity and privacy of employees
unless there is reasonable cause, such as a general
problem of substance abuse in the workplace. This
body of arbitral jurisprudence is of course not bind­
ing on this Court, but it is nevertheless a valuable
benchmark against which to assess the arbitration
board’s decision in this case.
[6] Toutefois, les arbitres ont rejeté massivement
l’imposition unilatérale d’une politique de tests
obli­gatoires, aléatoires et sans préavis s’appliquant
à tous les employés d’un lieu de travail dangereux,
estimant qu’il s’agissait d’une atteinte injustifiée à
la dignité et à la vie privée des employés, sauf si cette
politique repose sur un motif raisonnable, comme
un problème généralisé d’alcoolisme ou de toxi­
comanie en milieu de travail. Cette jurisprudence
arbitrale ne lie certes pas la Cour. Elle cons­titue
néanmoins une référence utile pour évaluer la déci­
sion du conseil d’arbitrage en l’espèce.
[7] It cannot be seriously challenged, particularly
since Dunsmuir v. New Brunswick, 2008 SCC 9,
[2008] 1 S.C.R. 190, that the applicable standard
for reviewing the decision of a labour arbitrator
is reasonableness (Dunsmuir, at para. 68; NorMan Regional Health Authority Inc. v. Manitoba
Association of Health Care Professionals, 2011
SCC 59, [2011] 3 S.C.R. 616, at paras. 31 and
42; Newfoundland and Labrador Nurses’ Union
[7] On ne peut plus sérieusement contester,
tout particulièrement depuis l’arrêt Dunsmuir c.
Nouveau-Brunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1 R.C.S.
190, que la norme de contrôle de la décision d’un
arbitre en droit du travail est celle de la décision
raisonnable (Dunsmuir, par. 68; Nor-Man Regional
Health Authority Inc. c. Manitoba Association
of Health Care Professionals, 2011 CSC 59,
[2011] 3 R.C.S. 616, par. 31 et 42; Newfoundland
470
cep, local 30
v.
irving
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
v. Newfoundland and Labrador (Treasury Board),
2011 SCC 62, [2011] 3 S.C.R. 708).
and Labrador Nurses’ Union c. Terre-Neuve-etLabrador (Conseil du Trésor), 2011 CSC 62, [2011]
3 R.C.S. 708).
[8] In a thoughtful and meticulous decision of
almost 80 pages, a majority of the arbitration board
in this case, applying the arbitral consensus, con­
cluded that the employer, Irving Pulp & Paper,
Limited, exceeded the scope of its management
rights under a collective agreement by imposing
random alcohol testing in the absence of evidence
of a workplace problem with alcohol use. In my
view, based on the board’s findings of fact and its
reliance on the arbitral consensus for determining
the scope of the employer’s rights under the col­
lective agreement in such circumstances, the deci­
sion was a reasonable one.
[8] Dans des motifs de décision réfléchis et rédi­gés
méticuleusement de presque 80 pages, la majorité
du conseil d’arbitrage qui s’est prononcé en l’espèce
a conclu, en appliquant le consensus qui se dégage
de la jurisprudence arbitrale, que l’employeur, Pâtes
& Papier Irving, Limité, avait outre­passé les droits
de la direction que lui confère la convention col­
lective en imposant des tests aléa­toires de dépistage
d’alcool en l’absence d’indices révélant un pro­
blème de consommation d’alcool en milieu de
tra­­vail. À mon avis, vu les conclusions de fait du
conseil d’arbitrage et son application du critère qui
fait consensus parmi les arbitres pour déterminer
la portée des droits de l’employeur prévus dans la
convention collective dans de telles circonstances,
la décision était raisonnable.
Background
Contexte
[9] Irving operates a kraft paper mill in Saint John,
New Brunswick. Between 1991 and 2006, Irving had
no formal policy with respect to alcohol and drug
use at the mill. In 2006, it unilaterally adopted a
“Policy on Alcohol and Other Drug Use” under the
management rights clause of the collective agree­
ment without any negotiations with the union. The
policy imposed drug or alcohol testing for employ­
ees holding positions designated by Irving as
“safety sensitive”.
[9] Irving exploite une usine de papier kraft à
Saint John, au Nouveau-Brunswick. De 1991 à
2006, l’entreprise n’avait pas de politique officielle
traitant de la consommation d’alcool et de drogue
à l’usine. En 2006, elle a adopté unilatéralement,
sans négocier avec le syndicat, la [traduction]
« Politique sur la consommation d’alcool et d’autres
drogues » en vertu de la clause de la convention
collective portant sur les droits de la direction.
Suivant cette politique, les employés qui occupaient
un poste à risque, selon Irving, étaient tenus de
subir un test de dépistage d’alcool ou de drogues.
[10] The policy contained a universal random
al­cohol testing component, whereby 10% of the
employ­ees in safety sensitive positions were to be
randomly selected for unannounced breathalyzer
testing over the course of a year. A positive test
for alcohol, that is, one showing a blood alcohol
concentration greater than 0.04%, attracted signifi­
cant disciplinary action, including dismissal. Failure
to submit to testing was grounds for immediate
dismissal.
[10] Un des volets de la politique prévoyait
l’application universelle de tests aléatoires de
dépistage d’alcool. Ainsi, au cours d’une année,
10 % de tous les employés qui occupaient un
poste à risque allaient être choisis au hasard pour
subir l’épreuve de l’éthylomètre sans préavis. Un
résultat positif — c’est-à-dire une alcoolémie
supé­rieure à 0,04 % — emporterait des sanctions
disciplinaires graves, dont potentiellement le con­
gédiement. Le refus de se soumettre au test justi­
fierait le congédiement immédiat.
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
La juge Abella
471
[11] Among the employees randomly tested under
this aspect of the policy was Perley Day, a member
of the Communications, Energy and Paperworkers
Union of Canada, Local 30. Mr. Day was a tee­
totaller who had not had a drink since 1979. His
breathalyzer test revealed a blood alcohol level of
zero. The Union filed a grievance on his behalf
chal­lenging only the random alcohol testing aspect
of the policy.
[11] Perley Day, un membre du Syndicat canadien
des communications, de l’énergie et du papier, sec­
tion locale 30 a été parmi les employés choisis au
hasard pour subir le test en vertu de ce volet de la
politique. M. Day pratiquait l’abstinence et, partant,
n’avait pas consommé une goutte d’alcool depuis
1979. L’éthylomètre a révélé dans son cas une alco­
olémie nulle. Le syndicat a déposé un grief en son
nom, pour contester uniquement le volet de la poli­
tique portant sur les tests aléatoires de dépistage
d’alcool.
[12] The rest of the testing policy was not chal­
lenged. Under it, employees were subject to man­
datory testing if there was reasonable cause to
suspect the employee of alcohol or other drug use in
the workplace, after direct involvement in a workrelated accident or incident, or as part of a mon­
itoring program for any employee returning to work
following voluntary treatment for substance abuse.
[12] Les autres volets de la politique n’ont pas été
contestés. Conformément aux autres dispositions
en question, un test de dépistage obligatoire serait
mené s’il y avait un motif raisonnable de soup­
çonner qu’un employé avait consommé de l’alcool
ou d’autres drogues sur le lieu de travail, après un
accident ou un incident de travail dans lequel il
avait été directement impliqué ou dans le cadre d’un
programme de suivi mis en place pour les employés
qui reprenaient du service après un traitement
volontaire pour l’alcoolisme ou la toxicomanie.
[13] Mr. Day’s inclusion in the class of employees
occupying safety sensitive positions was undisputed,
as was the fact that the workplace represented a dan­
gerous work environment. However there were only
eight documented incidents of alcohol consump­tion
or impairment at the workplace over a period of
15 years from April 1991 to January 2006. Nor were
there any accidents, injuries or near misses con­
nected to alcohol use. By December 2008, when the
arbitration was heard, the testing policy had been
in effect for 22 months, during which not a single
employee had tested positive on either a random test
or a test for reasonable cause.
[13] Il n’est pas contesté que M. Day occupe un
poste à risque, ni que le lieu de travail est dangereux.
Cela étant dit, au cours de la période de 15 ans
s’étendant d’avril 1991 à janvier 2006, seuls huit
incidents découlant de la consommation d’alcool
ou d’employés aux facultés affaiblies en milieu
de travail ont été consignés. De plus, il n’y a eu
aucun accident — réel ou évité de justesse — ni
blessure causés par la consommation d’alcool.
En décembre 2008, soit l’époque où s’est tenue
l’audience d’arbitrage, la politique était en
vigueur depuis 22 mois, et aucun employé n’avait
obtenu de résultat positif, ni par suite d’un test
aléatoire, ni par suite d’un test réalisé pour un
motif raisonnable.
[14] The absence of evidence of any real risk
re­lated to alcohol led a majority of the board
to con­c lude that there was little benefit to the
employer in maintaining the random testing
policy. Weighing the employer’s interest in
ran­d om alcohol testing as a workplace safety
measure against the harm to the privacy interests
of employees, the board therefore allowed the
[14] L’absence de quelque élément de preuve que
ce soit révélant un risque réel lié à la consommation
d’alcool a mené les arbitres majoritaires à conclure
qu’il n’était guère avantageux pour l’employeur de
maintenir sa politique de tests de dépistage aléa­
toires. Après avoir mis en balance l’intérêt de ce
dernier à mener de tels tests comme mesure de
sécu­rité en milieu de travail et l’atteinte à l’intérêt
472
cep, local 30
v.
irving
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
grievance and concluded that the random test­
ing policy was unjustified:
des employés à l’égard de leur vie privée, le conseil
d’arbitrage a accueilli le grief et conclu que le volet
relatif aux tests aléatoires n’était pas justifié :
The question is now one of proportionality. What
needs to be measured are the benefits that will accrue to
the employer through the application of the random al­
cohol testing policy against the harm that will be done
to the employee’s right to privacy. If the random alco­
hol testing policy is to be justified, these must be in pro­
portion. Here the employer’s scheme gets into heavier
weather.
[traduction] La question concerne maintenant
la proportionnalité. Ce qu’il faut évaluer, ce sont les
avantages que procure à l’employeur l’application de
la politique de tests aléatoires de dépistage d’alcool par
rapport à l’atteinte au droit à la vie privée de l’employé
visé. Pour que la politique se justifie, il faut que ces
éléments soient proportionnés. C’est là où, pour le
régime adopté par l’employeur, le bât blesse.
In a word, on the evidence I heard, I do not conclude
that any significant degree of incremental safety risk
attributable to employee alcohol use has been demon­
strated to exist in this workplace. Taken with the low
testing percentages, I believe it is likely that the em­
ployer’s policy will seldom, if ever, identify any employee
with a blood alcohol concentration over the 0.04%
Policy cut-off limit. I therefore see little or no concrete
advantage to the employer to be gained through the ran­
dom alcohol testing policy.
En un mot, au vu de la preuve qui m’a été présentée,
je ne peux conclure que l’existence dans ce lieu de travail
d’un degré significatif d’augmentation du risque pour
la sécurité attribuable à la consommation d’alcool par
les employés a été démontrée. Compte tenu du faible
pourcentage d’employés testés, j’estime que l’application
de la politique permettra probablement rarement, voire
jamais, de signaler un employé dont l’alcoolémie serait
supérieure au seuil de 0,04 % prévu dans la politique.
Par conséquent, j’estime que la politique relative aux
tests aléatoires de dépistage d’alcool présente peu
d’avantage concret pour l’employeur, voire aucun.
On the other side of the balance scale, I have to con­
sider the employee’s right to privacy. Rights to privacy
and to the related right of security of the person are im­
portant and prized incidents of Canadian citizenship.
Reactions to invasions of them tend to be prompt, vis­
ceral, instinctive and uniformly negative. When the
testing is random — that is, without articulable cause —
as it is here, an already high bar is raised even higher.
This considerably increases the burden of justification on
the employer.
Dans l’autre plateau de la balance se trouve le droit
de l’employé au respect de la vie privée, que je dois éga­
lement soupeser. Le droit à la vie privée et le droit à la
sécurité de sa personne, qui y est connexe, constituent
des attributs importants et prisés de la citoyenneté
canadienne. Les réactions que provoque l’atteinte à ces
droits ont tendance à être immédiates, viscérales, ins­tinc­
tives et uniformément négatives. Si le test est aléa­toire
— c’est-à-dire qu’il ne résulte pas d’un motif précis —
comme en l’espèce, le critère, déjà exigeant, est alors
davantage resserré. Le fardeau de justification qui incombe
à l’employeur s’en trouve considérablement accru.
The invasion of that privacy by the random alcohol
testing policy is not a trifle. It effects a significant
inroad. Specifically, it involves a bodily intrusion and
the surrender of bodily substances. It involves coercion
and restriction on movement. Upon pain of significant
punishment, the employee must go promptly to the breath­
alyzer station and must co-operate in the provision of
breath samples. As we saw with Mr. Day, there can be
an element of public embarrassment. Taking its results
together, the scheme effects a loss of liberty and personal
autonomy. These are at the heart of the right to privacy.
L’atteinte à la vie privée que cause la politique de tests
aléatoires de dépistage d’alcool n’est pas bénigne. Il
s’agit d’un empiétement considérable. Plus précisément,
elle implique une atteinte à l’intégrité physique et la
production de substances corporelles. Elle implique
la contrainte ainsi que la restriction de mouvements.
Sous peine de sanction grave, l’employé est tenu de
se rendre sans délai au poste muni de l’éthylomètre et
doit coopérer en fournissant un échantillon d’haleine.
Comme dans le cas de M. Day, la procédure peut causer
un certain embarras public. Si on considère l’ensemble
des résultats, le régime emporte une perte de liberté et
d’autonomie personnelle, des éléments qui se situent au
cœur du droit à la vie privée.
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
La juge Abella
473
On the evidence, the gains likely to result to the em­
ployer from random alcohol testing rule[s] run from
uncertain to exist at all to minimal at best. The inroads into
employee privacy are significant and out of proportion
to any benefit, actual or reasonably to be expected to be
had by the employer and disclosed by the evidence. The
employer has not been able to tilt the balance in its favour
and therefore justify the imposition of random alcohol
testing as a proportionate response to a demonstrated
incremental risk caused by the attendance of employees
at work with alcohol in their bodies. I therefore find that
the random alcohol testing provisions of the Policy do
not meet the KVP reasonableness test, and for that reason
are unenforceable. That portion of the Policy therefore
must be, and hereby is set aside. [Emphasis added; A.R.,
vol. IV, at pp. 71-73.]
Au vu de la preuve, les avantages susceptibles de
décou­ler, pour l’employeur, de la règle imposant des
tests aléatoires de dépistage d’alcool se situent dans
la fourchette entre incertains et minimes, au mieux.
L’empiétement sur la vie privée de l’employé est con­
sidérable et disproportionné par rapport à l’avantage
— véritable ou vraisemblable — qu’il procurera à
l’employeur selon la preuve. L’employeur n’a pas réussi
à faire pencher la balance en sa faveur et, de ce fait, à
justifier une telle règle comme s’il s’agissait d’une
réponse proportionnée à une augmentation démontrée
du risque qu’entraînerait la présence sur le lieu de tra­vail
d’employés ayant consommé de l’alcool. Par consé­quent,
j’estime que les clauses relatives aux tests aléatoires de
dépistage d’alcool prévues dans la Politique ne sont pas
conformes au critère du caractère raisonnable énoncé
dans KVP et qu’elles sont de ce fait inapplicables. Ainsi,
cette partie de la Politique est écartée, comme il se doit.
[Italiques ajoutés; d.a., vol. IV, p. 71-73.]
[15] On judicial review, the board’s award was
set aside as unreasonable because of the danger­
ousness of the workplace. The New Brunswick Court
of Appeal dismissed the appeal. The court applied
a bifurcated standard of review. It applied a cor­
rectness standard to the board’s analytical frame­
work for determining the validity of the employer’s
random alcohol testing policy and a reasonableness
standard to the board’s factual findings. Using this
segmented approach, the Court of Appeal substi­
tuted its own legal framework and concluded that no
balancing of interests was required in a dangerous
workplace, whether or not it was unionized. As a
result, it held that employers can unilaterally im­
pose random alcohol testing in any dangerous work­
place, unionized or non-unionized, without having
to show reasonable cause, such as evidence of an
existing problem with alcohol use. It also found the
board’s findings regarding the degree of dangerous­
ness at the workplace to be unreasonable.
[15] À l’issue du contrôle judiciaire, la sentence
arbitrale a été annulée après avoir été jugée dérai­son­
nable vu la dangerosité du lieu de travail. La Cour
d’appel du Nouveau-Brunswick a rejeté l’appel. Elle
a appliqué une norme de contrôle en deux volets. Elle
a d’abord appliqué la norme de la décision cor­recte
au cadre d’analyse utilisé par le conseil d’arbitrage
pour évaluer la validité de la politique de tests aléa­
toires de dépistage d’alcool. Puis, elle a appliqué la
norme de la décision raisonnable aux conclusions de
fait du conseil d’arbitrage. Suivant cette démarche
segmentée, la Cour d’appel a substitué son propre
cadre juridique à celui du conseil d’arbitrage et
déter­­miné que la mise en balance des intérêts n’était
pas nécessaire dans le cas d’un lieu de travail dange­
reux, que les employés y soient syndiqués ou pas.
Par conséquent, elle a reconnu à l’employeur le
droit d’imposer unilatéralement des tests aléatoires
de dépistage d’alcool dans tout lieu de travail dange­
reux, que les employés y soient syndiqués ou non,
sans qu’il ait à démontrer qu’un motif raison­nable,
par exemple des indices d’un problème généra­lisé
d’alcoolisme, le justifie. La Cour d’appel a éga­le­
ment jugé déraisonnables les conclusions du con­seil
d’arbitrage sur la dangerosité du lieu de travail.
[16] In my respectful view, the Court of Appeal
erred in disregarding this Court’s direction that
decisions of labour arbitrators be reviewed for
reasonableness and that deference be paid to their
[16] À mon avis, la Cour d’appel a fait fi à tort de
la directive donnée par la Cour selon laquelle c’est
la norme de la décision raisonnable qu’il faut appli­
quer au contrôle judiciaire de la décision d’un
474
cep, local 30
v.
irving
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
legal and factual findings when they are interpreting
collective agreements. This misapplication of the
standard of review led the Court of Appeal away
from its required task of determining whether the
board’s decision fell within a range of reasonable
outcomes, and towards a substitution of its own
views as to the proper legal framework and factual
findings. It also led the court essentially to dis­regard
the remarkably consistent arbitral jurispru­dence
for balancing safety and privacy in a dangerous
workplace, and to impose instead a novel, un­
fettered and automatic remedy outside the existing
consensus and expectations in the labour relations
community about how these issues are to be ap­
proached under a collective agreement.
arbitre en droit du travail et selon laquelle les con­
clusions de droit et de fait tirées par ce dernier dans
l’interprétation d’une convention collective appel­
lent la déférence. En se trompant dans l’application
de la norme de contrôle, la Cour d’appel a omis
de déterminer, comme elle le devait, si la décision
du conseil d’arbitrage faisait partie des issues rai­
sonnables et elle a plutôt substitué à la sentence son
propre avis sur le bon cadre juridique ainsi que ses
conclusions de fait. En outre, cette erreur a essen­
tiellement mené la Cour d’appel à faire fi de la
jurisprudence arbitrale remarquablement constante
sur la mise en balance de la sécurité d’une part et
de la vie privée d’autre part dans un lieu de travail
dangereux et à imposer une solution de droit nou­
velle et d’application illimitée et automatique qui
ne tient pas compte du consensus et des attentes du
secteur des relations du travail sur la façon d’abor­
der ces questions sous le régime d’une convention
collective.
Analysis
Analyse
[17] At the outset, it is important to note that since
we are dealing with a workplace governed by a
col­lective agreement, that means that the ana­
lytical framework for determining whether an em­
ployer can unilaterally impose random testing is
determined by the arbitral jurisprudence. Cases
dealing with random alcohol or drug testing in nonunionized workplaces under human rights statutes
are, as a result, of little conceptual assistance
(Entrop v. Imperial Oil Ltd. (2000), 50 O.R. (3d)
18 (C.A.)).
[17] D’entrée de jeu, il importe de signaler que
puisqu’il est question ici d’un milieu de travail régi
par une convention collective, le cadre d’analyse per­
mettant de déterminer si l’employeur peut imposer
unilatéralement des tests aléatoires est issu de la
jurisprudence arbitrale. Partant, les affaires portant
sur le droit de procéder à des tests aléatoires de
dépistage d’alcool ou de drogue en milieu de travail
non syndiqué tranchées sur le fondement de lois sur
les droits de la personne ne sont guère utiles sur le
plan conceptuel (Entrop c. Imperial Oil Ltd. (2000),
50 O.R. (3d) 18 (C.A.)).
[18] It may be tempting to suggest that dangerous
unionized workplaces should be beyond the reach
of the collective bargaining regime, freeing an em­
ployer both from the duty to negotiate with the union
and from the terms of the collective agreement.
This suggests, Cassandra-like and evidence-free,
that collective bargaining is the altar on which
public and workplace safety is sacrificed and that
only employers have the capacity to address these
concerns.
[18] D’aucuns pourraient être tentés de suggérer
que le milieu de travail syndiqué soit soustrait au
régime de négociation collective s’il est dangereux,
ce qui libérerait l’employeur de l’obligation de négo­
cier avec le syndicat ainsi que des dispositions de
la convention collective. Cela laisse sous-entendre
que, comme Cassandre et sans preuve, la négocia­
tion collective est l’autel sur lequel sont sacrifiées
la sécurité du public et celle du milieu de travail et
que seuls les employeurs ont la capacité de répondre
à ces préoccupations.
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
La juge Abella
475
[19] But the reality is that the task of negotiating
workplace conditions, both on the part of unions and
management, as well as the arbitrators who interpret
the resulting collective agreement, has historically
— and successfully — included the delicate, caseby-case balancing required to preserve public safety
concerns while protecting privacy. Far from leaving
the public at risk, protecting employees — who
are on the front line of any danger — necessarily
also protects the surrounding public. To suggest
otherwise is a counter-intuitive dichotomy.
[19] Or, en réalité, la tâche de négocier les con­
ditions de travail, tant pour les syndicats que pour
les dirigeants, de même que pour les arbitres char­
gés d’interpréter les conventions collectives qui en
découlent, a historiquement — et avec succès —
compris l’exercice délicat de mise en balance, au
cas par cas, que requiert la sauvegarde de la sécu­
rité publique et la protection de la vie privée. Loin
de mettre le public en danger, la protection des
employés — qui sont aux premières loges devant le
danger — prémunit aussi nécessairement le public
environnant. Suggérer qu’il en est autrement ne
revient qu’à exprimer une dichotomie contreintuitive.
[20] And this without any evidence that danger­
ous workplaces that are unionized have experienced
any, let alone a disproportionate number of, acci­
dents resulting from collectively bargaining safety
measures. It also assumes that no balancing is re­
quired at all once a finding is made that a workplace
is dangerous. This not only negates any recognition
of the significant privacy interests at play, it wrongly
assumes that when there is no collective agreement,
an employer is free to exercise its own discretion
about worker safety. All provinces have legislation
protecting worker safety, thereby restricting an
employer’s wishes. And, as we saw in Entrop, even
in a non-unionized workplace, an employer must
justify the intrusion on privacy resulting from ran­
dom testing by reference to the particular risks in
a particular workplace. There are different analytic
steps involved, but both essentially require attentive
consideration and balancing of the safety and
privacy interests.
[20] Cette suggestion a par ailleurs été formulée
sans aucune preuve que la négociation collective
des mesures de sécurité s’est traduite, dans les lieux
de travail dangereux où les employés sont syn­
diqués, par un seul accident — encore moins par un
nombre disproportionné d’accidents. En outre, sui­
vant cette thèse, aucune mise en balance ne serait
nécessaire dès lors qu’il a été conclu que le lieu de
travail est dangereux. Non seulement ce serait faire
fi des intérêts importants en jeu liés à la vie privée,
mais ce serait aussi présumer, à tort, qu’en l’absence
de convention collective, l’employeur peut faire à
sa guise en matière de sécurité du personnel. Or,
toutes les provinces ont adopté des lois pour assurer
la protection des employés, limitant de ce fait la
volonté de l’employeur. Et, comme le dit Entrop,
même dans un milieu non syndiqué, l’employeur est
tenu de justifier l’atteinte à la vie privée qui découle
de l’imposition de tests aléatoires en précisant
les risques qui surviennent dans le lieu de travail
donné. L’analyse comporte différentes étapes, mais
toutes deux exigent essentiellement un examen
attentif et la mise en balance des intérêts liés à la
sécurité d’une part et à la vie privée d’autre part.
[21] As the board recognized, the only possible
source of the employer’s asserted right to impose
random alcohol testing unilaterally was the manage­
ment rights clause in the collective agreement:
[21] Comme l’a reconnu le conseil d’arbitrage, la
seule source possible dont peut émaner le droit
reven­diqué par l’employeur d’imposer unilatéra­
lement des tests aléatoires de dépistage d’alcool est
la clause de la convention collective prévoyant les
droits de la direction.
476
cep, local 30
v.
irving
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
[traduction]
4.01. The Union recognizes and acknowledges that it is
the right of the Company to operate and manage
its business subject to the terms and provisions of
this agreement.
4.01. Le syndicat reconnaît que la société a le droit
d’exploiter et de diriger ses affaires, sous réserve
des modalités de la présente entente.
The legal issue, as a result, is whether implementing
a random alcohol testing policy was a valid exercise
of the employer’s management rights under the col­
lective agreement.
Ainsi, la question juridique est celle de savoir si
l’adop­tion d’une politique prévoyant des tests aléa­
toires de dépistage d’alcool constituait un exercice
valide des droits de la direction que la convention
collective confère à l’employeur.
[22] When employers in a unionized workplace
unilaterally enact workplace rules and policies, they
are not permitted to “promulgate unreasonable rules
and then punish employees who infringe them” (Re
United Steelworkers, Local 4487 & John Inglis Co.
Ltd. (1957), 7 L.A.C. 240 (Laskin), at p. 247; see
also Re United Brewery Workers, Local 232, &
Carling Breweries Ltd. (1959), 10 L.A.C. 25 (Cross)).
[22] En milieu de travail syndiqué, l’employeur
qui impose unilatéralement des règles et des poli­
tiques ne peut pas [traduction] « adopter des règles
déraisonnables pour ensuite punir les employés qui
les violent » (Re United Steelworkers, Local 4487 &
John Inglis Co. Ltd. (1957), 7 L.A.C. 240 (Laskin),
p. 247; voir également Re United Brewery Workers,
Local 232, & Carling Breweries Ltd. (1959),
10 L.A.C. 25 (Cross)).
[23] This constraint arises because an employer
may only discharge or discipline an employee for
“just cause” or “reasonable cause” — a central
protection for employees. As a result, rules enacted
by an employer as a vehicle for discipline must
meet the requirement of reasonable cause (Re
Public Utilities Commission of the Borough of
Scarborough and International Brotherhood of
Electrical Workers, Local 636 (1974), 5 L.A.C.
(2d) 285 (Rayner), at pp. 288-89; see also United
Electrical, Radio, and Machine Workers of America,
Local 524, in re Canadian General Electric Co.
Ltd. (Peterborough) (1951), 2 L.A.C. 688 (Laskin),
at p. 690; Re Hamilton Street Railway Co. and
Amalgamated Transit Union, Division 107 (1977),
16 L.A.C. (2d) 402 (Burkett), at paras. 9-10; Ronald
M. Snyder, Collective Agreement Arbitration in
Canada (4th ed. 2009), at paras. 10.1 and 10.96).
[23] Cette contrainte découle du fait qu’un
employeur ne peut congédier un employé ni lui
imposer de sanctions disciplinaires que pour un
« motif valable » ou un « motif raisonnable » —
une protection essentielle pour les employés.
Partant, les règles adoptées par l’employeur en
matière disciplinaire sont assujetties à l’exigence du
motif raisonnable (Re Public Utilities Commission
of the Borough of Scarborough and International
Brotherhood of Electrical Workers, Local 636
(1974), 5 L.A.C. (2d) 285 (Rayner), p. 288-289; voir
également United Electrical, Radio, and Machine
Workers of America, Local 524, in re Canadian
General Electric Co. Ltd. (Peterborough) (1951),
2 L.A.C. 688 (Laskin), p. 690; Re Hamilton Street
Railway Co. and Amalgamated Transit Union,
Division 107 (1977), 16 L.A.C. (2d) 402 (Burkett),
par. 9-10; Ronald M. Snyder, Collective Agreement
Arbitration in Canada (4e éd. 2009), par. 10.1 et
10.96).
[24] The scope of management’s unilateral rulemaking authority under a collective agreement is per­
suasively set out in Re Lumber & Sawmill Workers’
Union, Local 2537, and KVP Co. (1965), 16 L.A.C.
73 (Robinson). The heart of the “KVP test”, which
[24] L’étendue du pouvoir de la direction
d’impo­ser unilatéralement des règles au titre de
la con­vention collective est expliquée de manière
convaincante dans l’affaire Re Lumber & Sawmill
Workers’ Union, Local 2537, and KVP Co. (1965),
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
La juge Abella
477
is generally applied by arbitrators, is that any rule
or policy unilaterally imposed by an employer and
not subsequently agreed to by the union, must be
con­sistent with the collective agreement and be rea­
sonable (Donald J. M. Brown and David M. Beatty,
Canadian Labour Arbitration (4th ed. (loose-leaf)),
vol. 1, at topic 4:1520).
16 L.A.C. 73 (Robinson). L’élément central du
« critère énoncé dans KVP », que les arbitres appli­
quent traditionnellement, veut que la règle ou la
politique imposée unilatéralement par l’employeur,
à laquelle le syndicat n’a pas donné son aval par
la suite, soit conforme à la convention collective et
raisonnable (Donald J. M. Brown et David M. Beatty,
Canadian Labour Arbitration (4e éd. (feuilles mobi­
les)), vol. 1, sujet 4:1520).
[25] The KVP test has also been applied by the
courts. Tarnopolsky J.A. launched the judicial
en­dorsement of KVP in Metropolitan Toronto
(Municipality) v. C.U.P.E. (1990), 74 O.R. (2d) 239
(C.A.), leave to appeal refused, [1990] 2 S.C.R.
ix, concluding that the “weight of authority and
common sense” supported the principle that “all
company rules with disciplinary consequences must
be reasonable” (pp. 257-58 (emphasis in original)).
In other words:
[25] Le critère énoncé dans KVP a également été
appliqué par les tribunaux judiciaires. En appel,
le juge Tarnopolsky a été le premier à l’adopter,
Metropolitan Toronto (Municipality) c. C.U.P.E.
(1990), 74 O.R. (2d) 239 (C.A.), autorisation de
pourvoi refusée, [1990] 2 R.C.S. ix. Dans cette
affaire, il a conclu que [traduction] « le poids de
cette jurisprudence arbitrale et du bon sens »
étayent le principe selon lequel « toutes les règles
d’une société emportant des sanctions discipli­
naires doivent être raisonnables » (p. 257-258 (en
italique dans l’original)). Autrement dit :
The Employer cannot, by exercising its management func­
tions, issue unreasonable rules and then discipline employ­
ees for failure to follow them. Such discipline would
simply be without reasonable cause. To permit such
action would be to invite subversion of the reasonable
cause clause. [p. 257]
[traduction] L’employeur ne peut, dans l’exercice de
ses fonctions de direction, adopter des règles déraisonna­
bles et imposer ensuite des sanctions disciplinaires aux
employés qui ne les respectent pas. De telles mesures
disciplinaires ne découleraient tout simplement pas d’un
motif raisonnable. Permettre pareil procédé équivaudrait
à pervertir la clause du motif raisonnable. [p. 257]
[26] Subsequent appellate decisions have ac­
cepted that rules unilaterally made in the exercise of
management discretion under a collective agreement
must not only be consistent with the agreement, but
must also be reasonable if the breach of the rule
results in disciplinary action (Charlottetown
(City) v. Charlottetown Police Association (1997),
151 Nfld. & P.E.I.R. 69 (P.E.I.S.C. (App. Div.)),
at para. 17; see also N.A.P.E. v. Western Avalon
Roman Catholic School Board, 2000 NFCA 39, 190
D.L.R. (4th) 146, at para. 34; St. James-Assiniboia
Teachers’ Assn. No. 2 v. St. James-Assiniboia School
Division No. 2, 2002 MBCA 158, 222 D.L.R.
(4th) 636, at paras. 19-28).
[26] Par la suite, d’autres cours d’appel ont souscrit
à la notion que les règles adoptées unilatéralement
par la direction dans l’exercice du pouvoir discré­
tionnaire dont elle jouit au titre de la convention
col­­lective doivent être non seulement conformes à
cette dernière, mais également raisonnables dès lors
que le manquement emporte une sanction discipli­
naire (Charlottetown (City) c. Charlottetown Police
Association (1997), 151 Nfld. & P.E.I.R. 69 (C.S.Î.P.-É. (Div. app.)), par. 17; voir également N.A.P.E.
c. Western Avalon Roman Catholic School Board,
2000 NFCA 39, 190 D.L.R. (4th) 146, par. 34;
St. James-Assiniboia Teachers’ Assn. No. 2 c.
St. James-Assiniboia School Division No. 2, 2002
MBCA 158, 222 D.L.R. (4th) 636, par. 19-28).
478
cep, local 30
v.
irving
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
[27] In assessing KVP reasonableness in the case
of unilaterally imposed employer rules or policies
affecting employee privacy, arbitrators have used a
“balancing of interests” approach. As the intervener
the Alberta Federation of Labour noted:
[27] Pour évaluer le caractère raisonnable — au
sens où ce terme était entendu dans la sentence arbi­
trale KVP — d’une règle ou d’une politique impo­sée
unilatéralement par l’employeur et ayant une inci­
dence sur la vie privée de l’employé, les arbitres ont
adopté une démarche axée sur la « mise en balance
des intérêts ». Comme le fait remarquer l’Alberta
Federation of Labour, intervenante en l’espèce :
Determining reasonableness requires labour arbitrators to
apply their labour relations expertise, consider all of the
surrounding circumstances, and determine whether the
employer’s policy strikes a reasonable balance. Assessing
the reasonableness of an employer’s policy can include
assessing such things as the nature of the employer’s in­
terests, any less intrusive means available to address the
employer’s concerns, and the policy’s impact on em­
ployees. [I.F., at para. 4]
[traduction] Pour évaluer le caractère raisonnable,
les arbitres en droit du travail sont appelés à mettre à
profit leur expertise dans ce domaine, à tenir compte de
toutes les circonstances et à décider si la politique de
l’employeur établit un équilibre raisonnable. Pour ce
faire, ils peuvent tenir compte notamment de la nature
des intérêts de l’employeur, de l’existence de tout autre
moyen moins attentatoire de répondre aux préoccupations
de l’employeur ainsi que de l’incidence de la politique
sur les employés. [m.i., par. 4]
[28] In the earliest privacy cases using a balancing
of interests approach, arbitrators generally found
that employers could only exercise a unilateral
manage­ment right to search an individual em­
ployee’s personal effects if there was a reasonable
suspicion that the employee had committed theft.
Universal random searches — that is, random
searches of the entire workforce — were rejected as
unreasonable unless there was a workplace problem
with theft and the employer had exhausted less
intrusive alternative measures for addressing the
problem (Morton Mitchnick and Brian Etherington,
Labour Arbitration in Canada (2nd ed. 2012), at
pp. 308-9; Brown and Beatty, at topic 7:3625).
[28] Dans les premières affaires mettant en cause
le droit à la vie privée et auxquelles on a appliqué la
démarche axée sur la mise en balance des intérêts,
les arbitres ont en général conclu que l’employeur
n’était autorisé à exercer unilatéralement son droit
de fouiller les effets personnels d’un employé que
s’il avait un motif raisonnable de soupçonner ce
dernier de vol. Les fouilles aléatoires universelles
— c’est-à-dire les fouilles pratiquées au hasard sur
l’ensemble du personnel — ont été jugées dérai­
sonnables et rejetées, à moins qu’un problème de
vol en milieu de travail ne sévisse et que l’employeur
n’ait épuisé les autres moyens moins attentatoires
de régler le problème (Morton Mitchnick et Brian
Etherington, Labour Arbitration in Canada (2e éd.
2012), p. 308-309; Brown et Beatty, sujet 7:3625).
[29] The balancing of interests approach was
subsequently applied in assessing the reasonable­
ness of unilaterally imposed employer policies cal­
ling for universal random drug or alcohol testing
of all employees performing safety sensitive work.
Universal random testing refers to the testing of
individual employees randomly selected from all
or some portion of the workforce. As in the search
cases, arbitrators rejected unilaterally imposed uni­
versal random testing policies as unreasonable
unless there had been a workplace problem with
[29] Par la suite, la démarche axée sur la mise en
balance des intérêts a servi à évaluer le caractère
raison­­nable de politiques imposées unilatéralement par
l’employeur et prévoyant l’imposition univer­selle de
tests aléatoires de dépistage de drogue ou d’alcool aux
employés occupant un poste à risque. On entend par
imposition universelle de tests aléatoires le fait de faire
subir des tests de dépistage à des employés choisis
au hasard parmi la totalité ou une partie de la maind’œuvre. Comme dans le cas des fouilles, les arbitres
ont tenu pour déraisonnables les politiques imposées
[2013] 2 R.C.S.
scep, section locale 30
c.
irving
La juge Abella
479
sub­stance abuse and the employer had exhausted al­
ternative means for dealing with the abuse.
unilatéralement et prévoyant l’imposition universelle
de tests aléatoires et les ont rejetées, à moins qu’un
problème d’alcoolisme ou de toxicomanie n’ait sévi
le milieu de travail et que l’employeur n’ait épuisé les
autres moyens de le régler.
[30] In a workplace that is dangerous, employers
are generally entitled to test individual employees
who occupy safety sensitive positions without
having to show that alternative measures have been
exhausted if there is “reasonable cause” to believe
that the employee is impaired while on duty, where
the employee has been directly involved in a work­
place accident or significant incident, or where the
employee is returning to work after treatment for
substance abuse. (See Esso Petroleum Canada and
C.E.P., Loc. 614, Re (1994), 56 L.A.C. (4th) 440
(McAlpine); Canadian National Railway Co. and
C.A.W.-Canada (Re) (2000), 95 L.A.C. (4th) 341
(M. Picher), at pp. 377-78; Weyerhaeuser Co. and
I.W.A. (Re) (2004), 127 L.A.C. (4th) 73 (Taylor),
at p. 109; Navistar Canada, Inc. and C.A.W., Local
504 (Re) (2010), 195 L.A.C. (4th) 144 (Newman),
at pp. 170 and 177; Rio Tinto Alcan Primary Metal
and C.A.W.-Canada, Local 2301 (Drug and Alcohol
Policy) (Re) (2011), 204 L.A.C. (4th) 265 (Steeves),
at para. 37(b)-(d).)
[30] Dans un lieu de travail dangereux, l’employeur
est généralement autorisé à faire subir un test de
dépistage à un employé occupant un poste à risque
sans qu’il soit nécessaire de démontrer qu’il a
épuisé les autres moyens s’il a un « motif raison­
nable » de croire que l’employé a les facultés affai­
blies dans l’exercice de ses fonctions, a été impliqué
directement dans un accident de travail ou un inci­
dent grave ou s’il reprend du service après avoir
suivi un traitement pour l’alcoolisme ou la toxico­
manie. (Voir Esso Petroleum Canada and C.E.P.,
Loc. 614, Re (1994), 56 L.A.C. (4th) 440 (McAlpine);
Canadian National Railway Co. and C.A.W.-Canada
(Re) (2000), 95 L.A.C. (4th) 341 (M. Picher), p. 377378; Weyerhaeuser Co. and I.W.A. (Re) (2004), 127
L.A.C. (4th) 73 (Taylor), p. 109; Navistar Canada,
Inc. and C.A.W., Local 504 (Re) (2010), 195 L.A.C.
(4th) 144 (Newman), p. 170 et 177; Rio Tinto Alcan
Primary Metal and C.A.W.-Canada, Local 2301
(Drug and Alcohol Policy) (Re) (2011), 204 L.A.C.
(4th) 265 (Steeves), par. 37(b)-(d).)
[31] But the dangerousness of a workplace —
whether described as dangerous, inherently dan­
gerous, or highly safety sensitive — is, while clearly
and highly relevant, only the beginning of the in­
quiry. It has never been found to be an automatic
justification for the unilateral imposition of un­
fettered random testing with disciplinary con­
sequences. What has been additionally required is
evidence of enhanced safety risks, such as evidence
of a general problem with substance abuse in the
workplace.
[31] Cela étant dit, la dangerosité d’un lieu de
travail — que ce dernier soit décrit comme
dangereux, intrinsèquement dangereux ou à grand
risque —, bien que manifestement fort pertinente,
ne constitue que la première étape de l’examen.
Les tribunaux n’ont jamais jugé qu’elle justifie
automatiquement l’imposition unilatérale d’un
régime illimité de tests aléatoires susceptibles
d’empor­ter des sanctions disciplinaires. Ils ont
plutôt requis que l’employeur prouve l’existence
de risques accrus pour la sécurité, comme des
indices d’un problème généralisé d’alcoolisme ou
de toxicomanie en milieu de travail.
[32] The blueprint for dealing with dangerous
work­places is found in Imperial Oil Ltd. and
C.E.P., Loc. 900 (Re) (2006), 157 L.A.C. (4th) 225
(“Nanticoke”), a case involving a grievance of
the employer’s random drug testing policy at an
oil refinery, which the parties acknowledged was
[32] Le modèle applicable aux lieux de travail
dangereux a été établi dans Imperial Oil Ltd. and
C.E.P., Loc. 900 (Re) (2006), 157 L.A.C. (4th) 225
(« Nanticoke »), une affaire découlant d’un grief à
l’encontre de la politique adoptée par l’employeur
et prévoyant l’imposition de tests aléatoires de
480
cep, local 30
v.
irving
highly safety sensitive. Arbitrator Michel Picher
summarized the principles emerging from 20 years
of arbitral jurisprudence under the KVP test for both
drug and alcohol testing:
Abella J.
[2013] 2 S.C.R.
dépis­tage de drogue au sein d’une raffinerie de
pétrole, un lieu de travail à grand risque comme le
recon­naissaient les parties. L’arbitre, Michel Picher,
a résumé en ces termes les principes issus de 20 ans
de jurisprudence arbitrale ayant appliqué le critère
énoncé dans KVP pour les tests de dépistage de
drogues et d’alcool :
[traduction]
•
No employee can be subjected to random, unan­
nounced alcohol or drug testing, save as part of an
agreed rehabilitative program.
•
Aucun employé ne peut être assujetti sans préavis
à des tests aléatoires de dépistage d’alcool ou de
drogue sauf dans le cadre d’un programme de réa­
daptation concerté.
•
An employer may require alcohol or drug testing
of an individual where the facts giv