Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême

Canada Recueil des arrêts Supreme Court de la Cour suprême
Canada
Supreme Court
Reports
Recueil des arrêts
de la Cour suprême
du Canada
Part 1, 2013 Vol. 3
1er cahier, 2013 Vol. 3
Cited as [2013] 3 S.C.R. 3-322
Renvoi [2013] 3 R.C.S. 3-322
Published pursuant to the Supreme Court Act by / Publié conformément à la Loi sur la Cour suprême par
ROGER BILODEAU, Q.C. / c.r.
The Registrar, Supreme Court of Canada / Registraire de la Cour suprême du Canada
Deputy Registrar / Registraire adjointe
MARY MCFADYEN
General Counsel / Avocate générale
BARBARA KINCAID
Chief Law Editor / Arrêtiste en chef
J. DAVID POWER
Senior Counsel / Avocate-conseil
JULIE TERRIEN
CLAIRE ZOË BIDER-HALL
JANICE CHENEY
CHANTAL DEMERS
VALERIE DESJARLAIS
GENEVIÈVE DOMEY
LEE ANN GORMAN
Legal Counsel / Conseillers juridiques
AMÉLIE LAVICTOIRE
KAREN LEVASSEUR
JOANNE NORMAN
LORRAINE PILETTE
RÉMI SAMSON
IDA SMITH
JACQUELINE STENCEL
LESLI TAKAHASHI
CAMERON TAYLOR
RENÉE THÉRIAULT
RENÉE MARIA TREMBLAY
Chief, Jurilinguistic Services / Chef du service jurilinguistique
CHRISTIAN C.-DESPRÉS
Jurilinguists / Jurilinguistes
JULIE BOULANGER
MARIE RODRIGUE
DAVID AUBRY
STEPHEN BALOGH
MARIE-LUC SIMONEAU
CLAIRE VALLÉE
Manager, Editorial Services / Gestionnaire, Service de l’édition
PETER O’DOHERTY
SUZANNE AUDET
MONIQUE DELORME
Technical Revisors / Réviseurs techniques
NANCY MCCAUGHAN
PAULINE MCTAVISH
ANNE-MARIE NOËL
Manager, Operational Support Services / Gestionnaire, Services d’appui aux opérations
SUZANNE GIGUÈRE
Administrative Assistants / Adjoints administratifs
SÉBASTIEN GAGNÉ
MANON PLOUFFE
Changes of address for subscriptions to the Supreme Court
Reports should be referred to Publishing & Depository
Services, Public Works and Government Services, Ottawa,
Ontario, Canada K1A 0S5 together with the old address.
Les abonnés du Recueil des arrêts de la Cour suprême du
Canada doivent signaler tout changement d’adresse aux
Éditions et Services de dépôts, Travaux publics et Services
gouvernementaux, Ottawa (Ontario) Canada K1A 0S5, en
indiquant l’ancienne adresse.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, 2013.
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013.
CONTENTS
SOMMAIRE
British Columbia (Forests) v. Teal Cedar
Products Ltd. ............................................................ 301
Arbitration — Interest — Expropriation — Province re­
ducing forestry company’s allowable annual cut to cre­
ate park — Forestry company seeking compensation
for partial expropriation — Arbitrator awarding forestry
com­pany compound interest from date when Province
reduced allowable annual cut to date of award —
Whether arbitrator could award compound or only simple
interest — Commercial Arbitration Act, R.S.B.C. 1996,
c. 55, s. 28 — Court Order Interest Act, R.S.B.C. 1996,
c. 79, s. 1.
Colombie‑Britannique (Forêts) c. Teal Cedar
Products Ltd. ............................................................ 301
Arbitrage — Intérêts — Expropriation — Réduction
par la province de la coupe annuelle autorisée d’une
entreprise forestière pour créer un parc — Indemnité
demandée par l’entreprise forestière pour l’expropria­
tion partielle — Intérêts composés accordés par l’arbitre
à l’entreprise forestière pour la période allant de la date
à laquelle la province a réduit la coupe annuelle auto­
risée jusqu’à celle de la sentence arbitrale — L’arbitre
pouvait‑il accorder des intérêts composés ou unique­
ment des intérêts simples? — Commercial Arbitration
Act, R.S.B.C. 1996, ch. 55, art. 28 — Court Order
Interest Act, R.S.B.C. 1996, ch. 79, art. 1.
Divito v. Canada (Public Safety and
Emergency Preparedness) ....................................... 157
Constitutional law — Charter of Rights — Mobility
rights — Right to enter Canada — Minister refusing of­
fender transfer request by Canadian citizen imprisoned
abroad, on basis of security concerns — Constitutional
challenge of provisions governing international trans­
fer of offenders made by Canadian citizen imprisoned
abroad — Whether statutory provisions giving Minister
discretion to grant or deny transfer request violate right
to enter Canada and, if so, whether violation is justified
— Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1, 6(1)
— International Transfer of Offenders Act, S.C. 2004,
c. 21, ss. 8(1), 10(1)(a), (2)(a).
Envision Credit Union v. Canada ........................... 191
Taxation — Income Tax — Corporations — Amalgam­
ations — Amalgamating credit unions seeking to avoid
flow‑through of certain tax attributes to double claim
capital cost allowance and reset preferred rate amount
— Whether amalgamation a “qualifying amalgamation”
satisfying requirements of s. 87 of the Income Tax Act
— Whether “qualifying amalgamation” provisions apply
to readjust amalgamated corporation’s tax attributes —
Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, c. 82,
ss. 20, 23 — Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp.),
s. 87.
Divito c. Canada (Sécurité publique et
Protection civile) ....................................................... 157
Droit constitutionnel — Charte des droits — Liberté de
circulation et d’établissement — Droit d’entrer au Canada
— Refus par le ministre, fondé sur des préoccupations
relatives à la sécurité, d’accéder à la demande de trans­
fèrement d’un délinquant citoyen canadien emprisonné
à l’étranger — Contestation constitutionnelle des dis­
positions régissant le transfèrement international de
délinquants par un citoyen canadien emprisonné à
l’étran­ger — Les dispositions législatives qui confèrent
au ministre le pouvoir discrétionnaire de consentir ou
non à la demande de transfèrement portent‑elles atteinte
au droit d’entrer au Canada et, dans l’affirmative,
l’atteinte est‑elle justifiée? — Charte canadienne des
droits et libertés, art. 1, 6(1) — Loi sur le transfèrement
international des délinquants, L.C. 2004, ch. 21, art. 8(1),
10(1)a), (2)a).
Envision Credit Union c. Canada ........................... 191
Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Sociétés — Fusions
— Caisses de crédit fusionnantes cherchant à éviter le
transfert de certains attributs fiscaux pour demander
deux fois la déduction pour amortissement et remettre
à zéro le montant imposable à taux réduit — La fusion
constitue‑t‑elle une « fusion admissible » répondant
aux exigences de l’art. 87 de la Loi de l’impôt sur le
revenu? — Les dispositions sur la « fusion admissible »
emportent‑elles le rajustement des attributs fiscaux de la
société issue de la fusion? — Credit Union Incorporation
Act, R.S.B.C. 1996, ch. 82, art. 20, 23 — Loi de l’impôt
sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.), art. 87.
Marine Services International Ltd. v.
Ryan Estate ................................................................. 53
Constitutional law — Division of powers — Navigation
and shipping —Interjurisdictional immunity — Federal
paramountcy — Federal maritime legislation providing
for action by dependants in case of death of person —
Provincial workers’ compensation legislation pro­hibiting
actions in respect of injury against employer or worker
if compensation payable — Fishermen dying in maritime
accident — Dependants obtaining compensation under
provincial workers’ compensation scheme and bringing
Marine Services International Ltd. c.
Ryan (Succession) ....................................................... 53
Droit constitutionnel — Partage des compétences —
Navigation et bâtiments ou navires — Exclusivité des
Continued on next page
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Continued)
negligence action under federal maritime legislation
— Whether provincial legislation constitutionally in­
applicable to federal maritime negligence claims by
reason of doctrine of interjurisdictional immunity —
Whether provincial legislation constitutionally in­
operative in respect of federal maritime negligence
claims by reason of doctrine of federal paramountcy —
Constitution Act, 1867, s. 91(10) — Workplace Health,
Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W‑11,
s. 44 — Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, s. 6(2).
Ontario v. Criminal Lawyers’ Association
of Ontario ...................................................................... 3
Courts — Jurisdiction — Appointment of amici curiae —
Provincial Attorney General and amici curiae appointed
by trial judges in criminal proceedings disagreeing on
amici’s rate of remuneration — Whether superior and
statutory courts have inherent or implied jurisdiction to
determine rate of remuneration of amici curiae.
Payette v. Guay inc. .................................................... 95
Contracts — Restrictive covenants in agreement for sale
of assets — Vendor subsequently becoming employee
of purchaser under contract of employment — Whether
restrictive covenants linked to contract of employment
— Whether restrictive covenants reasonable as to their
term and their territorial scope — Civil Code of Québec,
S.Q. 1991, c. 64, art. 2095.
R. v. Chehil ................................................................ 220
Constitutional law — Charter of Rights — Search and
seizure — Sniffer dogs — Airplane luggage — Police
suspecting accused, airline passenger, of transporting
drugs — Police verifying accused’s checked bag using
drug detection dog — Whether police had reasonable
grounds to suspect accused was involved in drug‑related
offence — Whether drug detection dog was sufficiently
reliable for sniff search to be reasonable — Canadian
Charter of Rights and Freedoms, s. 8.
R. v. MacKenzie ........................................................ 250
Constitutional law — Charter of Rights — Search and
seizure — Sniffer dogs — Accused seeking to exclude
evidence of marihuana seized during highway traffic stop
— Whether police had reasonable grounds to suspect
accused was involved in drug‑related offence — Whether
search was unreasonable — Whether evidence should be
excluded — Canadian Charter of Rights and Freedoms,
ss. 8, 24(2).
SOMMAIRE (Suite)
compétences — Prépondérance fédérale — Droit
d’action conféré aux personnes à charge d’un défunt
par une loi maritime fédérale — Action en dommage
pro­hibée contre l’employeur ou un travailleur par une
loi provinciale sur les accidents du travail si une indem­
nité est payable au titre de cette loi — Décès de pêcheurs
lors d’un accident en mer — Action en négligence inten­
tée en vertu de la loi maritime fédérale par des per­
son­nes à charge subséquemment au versement à ces
dernières d’une indemnité en vertu du régime provincial
d’indemnisation des accidents du travail — La loi
provinciale est‑elle constitutionnellement inapplicable
aux actions en négligence fondées sur le droit maritime
fédéral en raison de la doctrine de l’exclusivité des com­
pétences? — La loi provinciale est‑elle constitution­
nellement inopérante à l’égard des actions en négligence
fondées sur le droit maritime fédéral en raison de la
doctrine de la prépondérance des lois fédérales? — Loi
constitutionnelle de 1867, art. 91(10) — Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990,
ch. W‑11, art. 44 — Loi sur la responsabilité en matière
maritime, L.C. 2001, ch. 6, art. 6(2).
Ontario c. Criminal Lawyers’ Association
of Ontario ...................................................................... 3
Tribunaux — Compétence — Nomination d’un amicus
curiae — Mésentente entre le procureur général pro­vin­
cial et des amici curiae nommés par des juges pré­si­dant
des procès criminels au sujet du taux de rémuné­ration des
amici — Les cours supérieures et les tribunaux d’origine
législative ont‑ils une compétence inhérente ou tacite
pour fixer le taux de la rémunération des amici curiae?
Payette c. Guay inc. .................................................... 95
Contrats — Clauses restrictives figurant dans une con­
vention de vente d’actifs — Vendeur devenu subséquem­
ment l’employé de l’acheteur en vertu d’un contrat de
travail — Les clauses restrictives se rattachent‑elles au
contrat de travail? — Les clauses restrictives sont‑elles
raisonnables quant à leur durée et leur portée territoriale?
— Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 2095.
Constitutional law — Charter of Rights — Arbitrary
detention — Accused seeking to exclude evidence of
R. c. Chehil ................................................................ 220
Droit constitutionnel — Charte des droits — Fouilles,
perquisitions et saisies — Chiens renifleurs — Bagage
à bord d’un avion — Accusé, passager de l’avion, soup­
çonné par la police de transporter de la drogue — Bagage
enregistré de l’accusé soumis par la police à un contrôle
par un chien détecteur de drogue — La police avait‑elle
des motifs raisonnables de soupçonner l’accusé d’une
infraction liée à la drogue? — Le chien détecteur était‑il
suffisamment fiable pour que la fouille effectuée au
Continued on next page
Suite à la page suivante
CONTENTS
(Concluded)
marihuana seized during highway traffic stop — Whether
accused was arbitrarily detained — Canadian Charter of
Rights and Freedoms, s. 9.
Régie des rentes du Québec v. Canada Bread
Company Ltd. ........................................................... 125
Legislation — Retroactivity — Declaratory provisions
— Régie des rentes du Québec effecting partial ter­
mination of pension plan — Legislation amending Sup­
plemental Pension Plans Act coming into force after
Court of Appeal set aside Régie’s decision and remitted
case to Régie for redetermination — New declaratory
provisions applying to pending cases — Whether dispute
between parties was pending when provisions came into
force — Whether Court of Appeal’s judgment fully and
definitively adjudicated rights and obligations of parties
that resulted from partial termination of pension plan —
Whether Régie was entitled to give effect to declaratory
provisions in resolving dispute between parties — An Act
to amend the Supplemental Pension Plans Act, the Act
respecting the Québec Pension Plan and other legislative
provisions, S.Q. 2008, c. 21 — Supplemental Pension
Plans Act, R.S.Q., c. R‑15.1, ss. 14.1, 228.1, 319.1.
Administrative law — Boards and tribunals — Juris­
diction — Régie des rentes du Québec effecting partial
termination of pension plan — Legislation amending
Supplemental Pension Plans Act coming into force after
Court of Appeal set aside Régie’s decision and remitted
case to Régie for redetermination — Whether it was
open to Régie to take new statutory provisions into con­
sideration in determining outcome of case — An Act
to amend the Supplemental Pension Plans Act, the Act
respecting the Québec Pension Plan and other legislative
provisions, S.Q. 2008, c. 21 — Supplemental Pension
Plans Act, R.S.Q., c. R‑15.1, ss. 14.1, 228.1, 319.1.
SOMMAIRE (Suite)
moyen de l’animal soit jugée non abusive? — Charte
canadienne des droits et libertés, art. 8.
R. c. MacKenzie......................................................... 250
Droit constitutionnel — Charte des droits — Fouilles,
per­quisitions et saisies — Chiens renifleurs — Exclusion
de la preuve que constitue la marihuana saisie lors d’un
contrôle routier demandée par l’accusé — La police
avait‑elle des motifs raisonnables de soupçonner l’accusé
d’une infraction liée à la drogue? — La fouille était‑elle
abusive? — La preuve doit‑elle être écartée? — Charte
canadienne des droits et libertés, art. 8, 24(2).
Droit constitutionnel — Charte des droits — Détention
arbitraire — Exclusion de la preuve que constitue la
mari­huana saisie lors d’un contrôle routier demandée par
l’accusé — La détention de l’accusé était‑elle arbitraire?
— Charte canadienne des droits et libertés, art. 9.
Régie des rentes du Québec c. Canada Bread
Company Ltd. ........................................................... 125
Législation — Rétroactivité — Dispositions déclaratoires
— Régie des rentes du Québec procédant à la terminaison
partielle d’un régime de retraite — Loi modifiant la Loi
sur les régimes complémentaires de retraite entrée en
vigueur après l’annulation de la décision de la Régie par
la Cour d’appel et son renvoi devant la Régie pour que
cette dernière statue à nouveau sur l’affaire — Nouvelles
dispositions déclaratoires applicables aux causes pen­
dantes — Le litige entre les parties était‑il pendant à
l’entrée en vigueur des dispositions? — L’arrêt de la
Cour d’appel a‑t‑il statué entièrement et définitive­ment
sur les droits et obligations des parties découlant des ter­
minaisons partielles du régime de retraite? — La Régie
pouvait‑elle donner effet aux dispositions déclara­toires
pour trancher le litige qui opposait les parties? — Loi
modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de
retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et
d’autres dispositions législatives, L.Q. 2008, ch. 21 —
Loi sur les régimes complémentaires de retraite, L.R.Q.,
ch. R‑15.1, art. 14.1, 228.1, 319.1.
Droit administratif — Organismes et tribunaux admi­
nistratifs — Compétence — Régie des rentes du Qué­
bec procédant à la terminaison partielle d’un régime de
retraite — Loi modifiant la Loi sur les régimes complé­
mentaires de retraite entrée en vigueur après l’annulation
de la décision de la Régie par la Cour d’appel et son
renvoi devant la Régie pour que cette dernière statue
à nouveau sur l’affaire — La Régie pouvait‑elle tenir
compte des nouvelles dispositions déclaratoires pour
statuer sur l’affaire? — Loi modifiant la Loi sur les régi­
mes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de
Suite à la page suivante
SOMMAIRE (Fin)
rentes du Québec et d’autres dispositions législatives,
L.Q. 2008, ch. 21 — Loi sur les régimes complémentaires
de retraite, L.R.Q., ch. R‑15.1, art. 14.1, 228.1, 319.1.
Canada
Recueil des arrêts
Supreme Court
de la Cour suprême
Reports
du Canada
Volume 3, 2013
3e volume, 2013
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
3
Her Majesty The Queen Appellant
Sa Majesté la Reine Appelante
v.
c.
Criminal Lawyers’ Association of Ontario
and Lawrence Greenspon Respondents
Criminal Lawyers’ Association of Ontario et
Lawrence Greenspon Intimés
and
et
Attorney General of Canada,
Attorney General of Quebec,
Attorney General of Manitoba,
Attorney General of British Columbia,
British Columbia Civil Liberties Association,
Advocates’ Society and Mental Health
Legal Committee Interveners
Procureur général du Canada,
procureur général du Québec,
procureur général du Manitoba,
procureur général de la
Colombie‑Britannique, Association des
libertés civiles de la Colombie‑Britannique,
Advocates’ Society et Mental Health
Legal Committee Intervenants
Indexed as: Ontario v. Criminal Lawyers’
Association of Ontario
Répertorié : Ontario c. Criminal Lawyers’
Association of Ontario
2013 SCC 43
2013 CSC 43
File No.: 34317.
No du greffe : 34317.
2012: December 12; 2013: August 1.
2012 : 12 décembre; 2013 : 1er août.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
ontario
en appel de la cour d’appel de l’ontario
Courts — Jurisdiction — Appointment of amici
curiae — Provincial Attorney General and amici curiae
appointed by trial judges in criminal proceedings
disagreeing on amici’s rate of remuneration — Whether
superior and statutory courts have inherent or implied
jurisdiction to determine rate of remuneration of amici
curiae.
Tribunaux — Compétence — Nomination d’un
amicus curiae — Mésentente entre le procureur général
provincial et des amici curiae nommés par des juges
présidant des procès criminels au sujet du taux de
rémunération des amici — Les cours supérieures et les
tribunaux d’origine législative ont‑ils une compétence
inhérente ou tacite pour fixer le taux de la rémunération
des amici curiae?
In three cases arising in the context of criminal
proceedings in Ontario, trial judges appointed amici
curiae to assist the accused, who had discharged counsel
of their choice. The judges did so in order to maintain
the orderly conduct of the trials or to avoid delay in
these complex, lengthy proceedings. The cases were
not decided under the Canadian Charter of Rights and
Freedoms and did not proceed on the basis that the
Dans trois affaires issues de dossiers criminels
ontariens, les juges des procès ont nommé des amici
curiae pour assister les accusés après que ceux‑ci eurent
révoqué les avocats dont ils avaient retenu les services.
Cette mesure visait à assurer le bon déroulement des
procès ou à ne pas retarder des instances longues et
complexes. Les juges n’ont pas statué sur le fondement
de la Charte canadienne des droits et libertés, ni estimé
4
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
[2013] 3 S.C.R.
accused could not have fair trials without the assistance
of counsel. The Attorney General took the position that
here, the amici played a role similar to that of defence
counsel and should accept legal aid rates. However, the
amici refused to accept those rates, and the judges fixed
rates that exceeded the tariff and ordered the Attorney
General to pay. In one case, a judge also appointed a
senior lawyer to set a budget for the amicus and to review,
monitor and assess his accounts on an ongoing basis. The
Crown appealed the decisions, on the basis that courts
lacked jurisdiction to fix the rates of compensation for
amici curiae. The Court of Appeal dismissed the appeal,
holding that incidental to a superior or statutory court’s
power to appoint an amicus is the power to set the terms
and conditions of that appointment, including the rate of
compensation and the monitoring of accounts.
que les procès ne seraient pas équitables si les accusés
n’étaient pas représentés. Le procureur général a fait
valoir que, dans chacune des instances considérées,
l’amicus jouait un rôle semblable à celui d’un avocat
de la défense et qu’il devait accepter d’être rémunéré
au tarif de l’aide juridique. Or, les amici ayant refusé ce
tarif, les juges des procès ont fixé des taux supérieurs et
ordonné au procureur général de rémunérer les amici en
conséquence. Dans l’une des affaires, la juge du pro­
cès a confié à un avocat chevronné la tâche d’établir
un budget pour l’amicus et de faire droit ou non, après
examen, à ses demandes de paiement au fur et à mesure
qu’il les présentait. Le ministère public a interjeté appel
des décisions et fait valoir que les tribunaux n’avaient
pas compétence pour fixer le taux de rémunération des
amici curiae. La Cour d’appel l’a débouté au motif que le
pouvoir d’une cour supérieure ou d’un tribunal d’origine
législative de fixer les conditions du mandat de l’amicus,
y compris sa rémunération et le contrôle des demandes
de paiement, était connexe à son pouvoir de nommer
l’amicus.
Held (LeBel, Fish, Abella and Cromwell JJ. dis­
senting): The appeal should be allowed.
Arrêt (les juges LeBel, Fish, Abella et Cromwell sont
dissidents) : Le pourvoi est accueilli.
Per McLachlin C.J. and Rothstein, Moldaver,
Karakatsanis and Wagner JJ.: Courts of inherent juris­
diction have the power to appoint amici curiae ex­cep­
tionally, where this is necessary to permit a par­ticular
proceeding to be successfully and justly adjudicated.
This power is also implied by the ability of statutory
courts to function as courts of law. Amici curiae have
long played a part in our system of justice. However,
to the extent that the terms of an amicus’ appointment
mirror the responsibilities of defence counsel, they blur
the lines between those two roles. The appointment of an
amicus for such a purpose can conflict with the accused’s
constitutional right to represent himself, can defeat pre­
vious judicial decisions to refuse to grant state‑funded
counsel following an application invoking the accused’s
fair trial rights under the Charter, can require the amicus
to make legal submissions that are not favourable to the
accused or are contrary to the accused’s wishes, can result
in the court’s lawyer taking on a role that the court is
precluded from taking and can undermine the provincial
legal aid scheme. Hence, a lawyer appointed as amicus
who takes on the role of defence counsel is no longer a
friend of the court.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein,
Moldaver, Karakatsanis et Wagner : Une cour dotée d’une
compétence inhérente peut, de manière exceptionnelle,
nommer un amicus curiae si la mesure s’impose afin que
justice puisse être rendue dans une instance. Ce pouvoir
découle aussi implicitement de la faculté d’un tribunal
d’origine législative de constituer une cour de justice. La
fonction d’amicus curiae existe depuis longtemps dans
notre système de justice. Toutefois, lorsque le mandat de
l’amicus s’apparente à celui d’un avocat de la défense, la
ligne de séparation entre ces deux fonctions est brouillée.
La nomination peut alors aller à l’encontre du droit
constitutionnel de l’accusé d’assurer sa propre défense,
ainsi que de la décision antérieure d’un tribunal saisi
d’une demande fondée sur le droit constitutionnel de
l’accusé à un procès équitable de lui refuser les services
d’un avocat rémunéré par l’État; en outre, elle peut
obliger l’amicus à faire valoir des points de droit qui ne
sont pas favorables à l’accusé ou qui sont contraires aux
vœux de ce dernier, elle peut faire en sorte que l’avocat
retenu exerce une fonction que la cour n’a pas le droit
d’exercer et elle peut compromettre le régime provincial
d’aide juridique. Une fois nommé amicus, l’avocat qui
accepte de tenir le rôle d’avocat de la défense n’est donc
plus l’ami de la cour.
Absent authority flowing from a constitutional
challenge or a statutory provision, the jurisdiction to fix
À défaut d’une habilitation découlant d’une contes­
tation constitutionnelle ou d’une disposition législative,
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
5
the compensation of amici curiae must be found within
the inherent or implied jurisdiction of the courts. The
inherent jurisdiction of superior courts permits them to
make orders necessary to protect the judicial process
and the rule of law and fulfill the judicial function of
administering justice in a regular, orderly and effective
manner. Similarly, to function as courts of law, statutory
courts have implicit powers. However, the doctrine of
inherent jurisdiction does not operate without limits. Such
inherent and implicit powers are subject to any statutory
provisions and must be responsive to the separation
of powers that exists among the various players in our
constitutional order and the particular institutional
capacities that have evolved from that separation. The
development of separate executive, legislative and
judicial functions has allowed for the evolution of cer­
tain core competencies in the various institutions vested
with these functions. A court’s inherent or implied
pow­ers must not trench on the provinces’ role in the
administration of justice.
le pouvoir de fixer la rémunération de l’amicus curiae
doit s’originer de la compétence inhérente ou tacite
de la cour. La compétence inhérente d’une cour supé­
rieure lui permet de rendre les ordonnances néces­saires
à la protection du processus judiciaire et de la primauté
du droit et de s’acquitter de sa fonction judi­ciaire qui
consiste à administrer la justice d’une manière régu­
lière, ordonnée et efficace. De même, pour constituer
une cour de justice, un tribunal d’origine législative
possède des pouvoirs tacites. La théorie de la com­
pétence inhérente ne s’applique cependant pas sans
réserves. Ces pouvoirs inhérents et tacites existent sous
réserve de toute disposition législative, ainsi que du
respect de la séparation des pouvoirs entre les diffé­
rents acteurs de notre ordre constitutionnel et des attri­­
bu­tions institutionnelles particulières qui résultent de
cette séparation. L’évolution de fonctions exécutive,
légis­lative et judiciaire distinctes a permis l’acquisition
de certaines compétences essentielles par les diverses
institutions appelées à exercer ces fonctions. Le pouvoir
inhérent ou tacite d’une cour de justice ne doit pas
empiéter sur la fonction provinciale d’administration de
la justice.
While the courts have the jurisdiction to set terms
to give effect to their authority to appoint amici curiae,
the ability to fix rates of compensation for amici is not
essential to the power to appoint them and its absence
does not imperil the judiciary’s ability to administer
justice according to law in a regular, orderly and effective
manner. Furthermore, an order that the Attorney General
must provide compensation to an amicus at a particular
rate is an order directing the Attorney General to pay
specific monies out of public funds. While court decisions
can have ancillary financial consequences, the allocation
of resources between competing priorities remains a
policy and economic question; it is a political decision
and the legislature and the executive are accountable to
the public for it. Making such an order absent authority
flowing from a constitutional challenge or a statutory
provision does not respect the institutional roles and
capacities of the legislature, the executive (including the
Attorney General), and the judiciary, or the principle that
the legislature and the executive are accountable to the
public for the spending of public funds. There is a real
risk that such a disregard of the separation of powers and
the constitutional role and institutional capacity of the
different branches of government could undermine the
legal aid system and cause a lack of public confidence in
judges and the courts. Accordingly, superior and statutory
courts’ inherent or implied jurisdiction to appoint amici
Bien qu’une cour ait compétence pour fixer les
con­ditions du mandat de l’amicus curiae et donner
ainsi effet à son pouvoir de le nommer, la faculté de
déterminer sa rémunération n’est pas essentielle à
l’exercice de ce pouvoir, et son inexistence n’empêche
pas la cour de rendre justice dans le respect de la loi,
d’une manière régulière, ordonnée et efficace. De plus,
l’ordonnance qui lui enjoint de rémunérer l’amicus
selon un taux précis somme le procureur général de
verser une certaine somme par prélèvement sur le tré­
sor. Une décision judiciaire peut accessoirement avoir
des conséquences financières, mais l’affectation de res­
sources en fonction de priorités concurrentes relève
de la politique et de l’économie; cette mesure ressortit
au législatif et à l’exécutif, qui en sont responsables
vis‑à‑vis de la population. À défaut d’une habilitation
découlant d’une contestation constitutionnelle ou d’une
disposition législative, une telle ordonnance ne respecte
pas les fonctions et les compétences institutionnel­
les du législatif, de l’exécutif (y compris le procureur
géné­­ral) et du judiciaire, ni le principe voulant que le
législateur et l’exécutif soient responsables vis‑à‑vis des
citoyens de l’affectation des fonds publics. Le risque
existe bel et bien que le non‑respect de la séparation des
pouvoirs, ainsi que des attributions constitutionnelles
et institu­tion­nelles des différentes branches de l’État,
porte atteinte au programme d’aide juridique et sape la
6
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
[2013] 3 S.C.R.
does not extend to setting rates of compensation for
amici and ordering the provinces to pay.
confiance du public dans les juges et les tribunaux. Le
pouvoir d’une cour supérieure ou d’un tribunal d’origine
législative de nommer un amicus n’englobe donc pas
celui de fixer le taux de sa rémunération et d’ordonner à
la province de le rémunérer en conséquence.
In those exceptional cases where Charter rights are
not at stake but the judge must have help to do justice
and appoints an amicus, the person appointed and the
Attorney General should meet to set rates and modes of
payment. The judge may be consulted, but should not
make orders regarding payment that the Attorney General
would have no choice but to obey. If the assistance of
an amicus is truly essential and the matter cannot be
amicably resolved between the amicus and the Attorney
General, the judge’s only recourse may be to exercise
his jurisdiction to impose a stay until an amicus can be
found. If the trial cannot proceed, the court can give
reasons for the stay, so that the responsibility for the
delay is clear.
Dans les cas exceptionnels où, sans qu’un droit garanti
par la Charte ne soit en jeu, le juge doit obtenir l’aide
d’un amicus pour rendre justice, le candidat retenu et le
procureur général se rencontrent pour déterminer tarif
et modalités de paiement. Ils peuvent consulter le juge,
mais ce dernier doit s’abstenir de rendre, relativement à
la rémunération, une ordonnance à laquelle le procureur
général n’aurait d’autre choix que d’obéir. Lorsque le
recours à un amicus est vraiment essentiel et que l’avocat
pressenti et le procureur général ne parviennent pas
à s’entendre, le juge peut n’avoir d’autre recours que
l’exercice de sa compétence inhérente et la suspension
de l’instance jusqu’à la nomination d’un amicus. Si le
procès ne peut aller de l’avant, la cour peut motiver la
suspension d’instance et préciser la cause du retard.
Per LeBel, Fish, Abella and Cromwell JJ. (dissenting):
Trial judges may appoint an amicus curiae to ensure
the orderly conduct of proceedings and the availability
of relevant submissions. They should not be required
to decide contested, uncertain, complex and important
points of law or of fact without the benefit of thorough
submissions. The power to appoint an amicus should
be exercised exceptionally and with caution. An amicus
should not be appointed to impose counsel on an un­
willing accused or permit an accused to circumvent the
established procedure for obtaining government‑funded
counsel. Furthering the best interests of the accused
may be an incidental result, but is not the purpose, of an
amicus appointment.
Les juges LeBel, Fish, Abella et Cromwell (dis­
sidents) : Le juge du procès peut nommer un amicus
curiae pour assurer le bon déroulement de l’instance
et la formulation d’observations pertinentes. Il ne
saurait être tenu de trancher une question de droit ou
de fait contestée, complexe et importante en l’absence
des plaidoiries complètes qui s’imposent. Le pouvoir
de nommer un amicus doit être exercé de manière
exceptionnelle et avec circonspection. Un amicus ne doit
pas être nommé pour imposer un avocat à l’accusé ou
permettre à ce dernier de contourner la procédure établie
pour l’obtention des services d’un avocat rémunéré par
l’État. Protéger l’intérêt de l’accusé peut constituer un
résultat accessoire de la nomination de l’amicus, mais ne
saurait en être l’objectif.
The jurisdiction to fix the fees of amici curiae is
necessarily incidental to the power of trial judges
to appoint them. Granting the provincial Attorney
General the exclusive power to fix an amicus’s rate
of remuneration would unduly weaken the courts’
appointment power and ability to name an amicus of
their choosing. It would also imperil the integrity of the
judicial process, as the ability of courts to ensure fair and
orderly process should not depend on a reliance on the
continuous and exemplary conduct of the Crown, which
is impossible to monitor or control. Finally, the Attorney
General’s unilateral control over the remuneration of
amici curiae might create an appearance of bias and
place amici themselves in an unavoidable conflict of
interest. As amici often play a role that can be said to be
adversarial to the Crown, if the Crown were permitted
Le pouvoir du juge du procès de fixer les honorai­
res de l’amicus curiae est nécessairement accessoire à
son pouvoir de le nommer. Accorder au procureur géné­
ral d’une province le pouvoir exclusif de déterminer
le taux de rémunération de l’amicus affaiblirait indû­
ment le pouvoir de nomination du tribunal et sa faculté
de nommer la personne de son choix. L’intégrité du
pro­
cessus judiciaire serait également compromise,
car la faculté du tribunal d’assurer l’équité et le bon
déroulement du procès ne devrait pas être fondée sur
la confiance à l’égard du comportement exemplaire
permanent du ministère public, chose qu’il est impossible
de surveiller ou de maîtriser. Enfin, le pouvoir unilatéral
du procureur général de déterminer la rémunération de
l’amicus curiae pourrait créer une apparence de partialité
et faire en sorte que l’amicus se retrouve inévitablement
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
7
to determine unilaterally and exclusively how much an
amicus is paid, the reasonable person might conclude that
the expectation of give and take might lead the amicus
to discharge his duties so as to curry favour with the
Attorney General.
en situation de conflit d’intérêts. Puisque l’amicus joue
souvent un rôle qu’on peut qualifier d’opposé à celui du
ministère public, si on conférait à ce dernier le pouvoir
unilatéral et exclusif de déterminer la rémunération de
l’amicus, une personne raisonnable pourrait conclure
que l’attente de concessions mutuelles est suscepti­
ble d’amener l’amicus à s’acquitter de ses fonctions de
manière à gagner la faveur du procureur général.
There is no constitutional impediment to vesting in
trial judges the authority to fix the fees of amici curiae
when necessary in the circumstances. The principle that
only Parliament can authorize payment out of money
from the Consolidated Revenue Fund acts only to constrain
the ability of the executive branch of government to spend
money in the absence of authorization by the legislature.
Here, however, the Attorney General has the authority to
disburse public funds to pay amici curiae whether or not
their rate of remuneration is fixed by the courts, because,
with the Financial Administration Act, R.S.O. 1990,
c. F.12, the Legislative Assembly has pre‑approved the
disbursement of funds for the purpose of satisfying court
orders.
Nulle disposition constitutionnelle ne fait obstacle à
l’octroi au juge du procès du pouvoir de déterminer les
honoraires de l’amicus lorsque la situation l’exige. Le
principe selon lequel seul le Parlement peut autoriser un
paiement sur le Trésor a seulement pour effet de limiter
le pouvoir de l’exécutif de dépenser sans l’autorisa­
tion du législateur. En l’espèce, toutefois, le procureur
géné­ral a le pouvoir de verser des fonds publics pour
rémunérer l’amicus curiae, que le taux de rémunération
de ce dernier soit fixé ou non par le tribunal, car sui­
vant la Loi sur l’administration financière, L.R.O. 1990,
ch. F.12, l’Assemblée législative autorise au préalable le
versement de fonds aux fins d’exécuter les ordonnances
judiciaires.
Once a trial judge names and defines the role of
an amicus curiae, a consensual approach ought to be
favoured. The Attorney General and the amicus should
be invited to agree on both the rate of remuneration
and the manner in which the amicus’s budget is to
be administered. If an agreement cannot be reached,
the trial judge should fix the rate. In fixing the rate of
remuneration, the judge should consider the importance
of the assignment undertaken, the legal complexity of the
work, the skill and experience of counsel and his normal
rate, and should consider that the amicus is performing
a public service paid for with public funds. While the
legal aid tariff should be taken into account as a guide,
it is not determinative. The ultimate choice of whether
to proceed with the prosecution in light of the associated
costs remains that of the Attorney General, which thus
preserves the proper balance between prosecutorial
discretion and the jurisdiction of courts.
Dès que le juge du procès nomme un amicus curiae et
définit son mandat, il y a lieu de favoriser une démarche
consensuelle. Il faut inviter le procureur général et
l’amicus à s’entendre sur la rémunération de ce dernier
et sur les modalités d’administration de son budget. À
défaut d’accord, le juge fixe le taux de rémunération.
Il tient alors compte de l’importance du mandat, de la
complexité juridique du travail requis, de la compétence
et de l’expérience de l’avocat nommé et de son tarif
habituel. Il lui faut aussi se souvenir que l’amicus exé­
cute un mandat public et qu’il est rémunéré sur les
deniers publics. Le tarif de l’aide juridique doit être pris
en compte à titre indicatif, mais il n’est pas décisif. La
décision finale d’aller ou non de l’avant avec la poursuite
à la lumière des frais engagés demeure à bon droit celle
du procureur général, ce qui est de nature à préserver
le juste équilibre entre le pouvoir discrétionnaire du
poursuivant et la compétence du tribunal.
Cases Cited
Jurisprudence
By Karakatsanis J.
Citée par la juge Karakatsanis
Distinguished: R. v. White, 2010 SCC 59, [2010]
3 S.C.R. 374; Ontario v. Figueroa (2003), 64 O.R.
(3d) 321; discussed: Auckland Harbour Board v. The
King, [1924] A.C. 318; referred to: Attorney General
of Canada v. Law Society of British Columbia, [1982] 2
S.C.R. 307; MacMillan Bloedel Ltd. v. Simpson, [1995]
4 S.C.R. 725; Reference re Remuneration of Judges of
Distinction d’avec les arrêts : R. c. White, 2010 CSC
59, [2010] 3 R.C.S. 374; Ontario c. Figueroa (2003), 64
O.R. (3d) 321; arrêt analysé : Auckland Harbour Board
c. The King, [1924] A.C. 318; arrêts mentionnés :
Procureur général du Canada c. Law Society of British
Columbia, [1982] 2 R.C.S. 307; MacMillan Bloedel
Ltd. c. Simpson, [1995] 4 R.C.S. 725; Renvoi relatif
8
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
[2013] 3 S.C.R.
the Provincial Court of Prince Edward Island, [1997] 3
S.C.R. 3; Reference re Amendments to the Residential
Tenancies Act (N.S.), [1996] 1 S.C.R. 186; Société des
Acadiens du Nouveau‑Brunswick Inc. v. Association of
Parents for Fairness in Education, Grand Falls District
50 Branch, [1986] 1 S.C.R. 549; B.C.G.E.U. v. British
Columbia (Attorney General), [1988] 2 S.C.R. 214; R.
v. Morales, [1992] 3 S.C.R. 711; R. v. Hinse, [1995]
4 S.C.R. 597; R. v. Rose, [1998] 3 S.C.R. 262; R. v.
Cunningham, 2010 SCC 10, [2010] 1 S.C.R. 331; R.
v. Caron, 2011 SCC 5, [2011] 1 S.C.R. 78; Al Rawi v.
Security Service, [2011] UKSC 34, [2012] 1 A.C. 531;
Batistatos v. Roads and Traffic Authority of New South
Wales, [2006] HCA 27, 227 A.L.R. 425; Fraser v.
Public Service Staff Relations Board, [1985] 2 S.C.R.
455; Reference re Secession of Quebec, [1998] 2 S.C.R.
217; New Brunswick Broadcasting Co. v. Nova Scotia
(Speaker of the House of Assembly), [1993] 1 S.C.R.
319; R. v. Power, [1994] 1 S.C.R. 601; Doucet‑Boudreau
v. Nova Scotia (Minister of Education), 2003 SCC 62,
[2003] 3 S.C.R. 3; Newfoundland (Treasury Board) v.
N.A.P.E., 2004 SCC 66, [2004] 3 S.C.R. 381; Canada
(House of Commons) v. Vaid, 2005 SCC 30, [2005] 1
S.C.R. 667; Canada (Prime Minister) v. Khadr, 2010
SCC 3, [2010] 1 S.C.R. 44; Re Residential Tenancies
Act, 1979, [1981] 1 S.C.R. 714; Di Iorio v. Warden of
the Montreal Jail, [1978] 1 S.C.R. 152; In re Criminal
Code (1910), 43 S.C.R. 434; R. v. Peterman (2004),
70 O.R. (3d) 481; R. v. Rowbotham (1988), 41 C.C.C.
(3d) 1; Boucher v. The Queen, [1955] S.C.R. 16; Nelles
v. Ontario, [1989] 2 S.C.R. 170; Valente v. The Queen,
[1985] 2 S.C.R. 673; R. v. Swain, [1991] 1 S.C.R. 933;
R. v. Chan, 2002 ABCA 299, 317 A.R. 240 (sub nom. R.
v. Cai); R. v. Ho, 2003 BCCA 663, 190 B.C.A.C. 187;
New Brunswick (Minister of Health and Community
Services) v. G. (J.), [1999] 3 S.C.R. 46; R. v. Rockwood
(1989), 91 N.S.R. (2d) 305; Child and Family Services
of Winnipeg v. J. A., 2003 MBCA 154, 180 Man. R.
(2d) 161; R. v. Ryan, 2005 NLCA 44, 199 C.C.C. (3d)
161; R. v. Gagnon, 2006 YKCA 12, 230 B.C.A.C. 200;
Grollo v. Palmer (1995), 184 C.L.R. 348.
à la rémunération des juges de la Cour provinciale de
l’Île‑du‑Prince‑Édouard, [1997] 3 R.C.S. 3; Renvoi
relatif à certaines modifications à la Residential
Tenancies Act (N.‑É.), [1996] 1 R.C.S. 186; Société des
Acadiens du Nouveau‑Brunswick Inc. c. Association
of Parents for Fairness in Education, Grand Falls
District 50 Branch, [1986] 1 R.C.S. 549; B.C.G.E.U. c.
Colombie‑Britannique (Procureur général), [1988] 2
R.C.S. 214; R. c. Morales, [1992] 3 R.C.S. 711; R. c.
Hinse, [1995] 4 R.C.S. 597; R. c. Rose, [1998] 3 R.C.S.
262; R. c. Cunningham, 2010 CSC 10, [2010] 1 R.C.S.
331; R. c. Caron, 2011 CSC 5, [2011] 1 R.C.S. 78; Al Rawi
c. Security Service, [2011] UKSC 34, [2012] 1 A.C.
531; Batistatos c. Roads and Traffic Authority of New
South Wales, [2006] HCA 27, 227 A.L.R. 425; Fraser
c. Commission des relations de travail dans la Fonc­
tion publique, [1985] 2 R.C.S. 455; Renvoi relatif
à la sécession du Québec, [1998] 2 R.C.S. 217;
New Brunswick Broadcasting Co. c. Nouvelle‑Écosse
(Président de l’Assemblée législative), [1993] 1 R.C.S.
319; R. c. Power, [1994] 1 R.C.S. 601; Doucet‑Boudreau
c. Nouvelle‑Écosse (Ministre de l’Éducation), 2003 CSC
62, [2003] 3 R.C.S. 3; Terre‑Neuve (Conseil du Trésor)
c. N.A.P.E., 2004 CSC 66, [2004] 3 R.C.S. 381; Canada
(Chambre des communes) c. Vaid, 2005 CSC 30, [2005]
1 R.C.S. 667; Canada (Premier ministre) c. Khadr, 2010
CSC 3, [2010] 1 R.C.S. 44; Renvoi sur la Loi de 1979 sur
la location résidentielle, [1981] 1 R.C.S. 714; Di Iorio
c. Gardien de la prison de Montréal, [1978] 1 R.C.S.
152; In re Criminal Code (1910), 43 R.C.S. 434; R. c.
Peterman (2004), 70 O.R. (3d) 481; R. c. Rowbotham
(1988), 41 C.C.C. (3d) 1; Boucher c. The Queen, [1955]
R.C.S. 16; Nelles c. Ontario, [1989] 2 R.C.S. 170;
Valente c. La Reine, [1985] 2 R.C.S. 673; R. c. Swain,
[1991] 1 R.C.S. 933; R. c. Chan, 2002 ABCA 299, 317
A.R. 240 (sub nom. R. c. Cai); R. c. Ho, 2003 BCCA
663, 190 B.C.A.C. 187; Nouveau‑Brunswick (Ministre
de la Santé et des Services communautaires) c. G. (J.),
[1999] 3 R.C.S. 46; R. c. Rockwood (1989), 91 N.S.R.
(2d) 305; Child and Family Services of Winnipeg c. J. A.,
2003 MBCA 154, 180 Man. R. (2d) 161; R. c. Ryan,
2005 NLCA 44, 199 C.C.C. (3d) 161; R. c. Gagnon,
2006 YKCA 12, 230 B.C.A.C. 200; Grollo c. Palmer
(1995), 184 C.L.R. 348.
By Fish J. (dissenting)
Citée par le juge Fish (dissident)
R. v. Rowbotham (1988), 41 C.C.C. (3d) 1; Québec
(Procureur général) v. C. (R.) (2003), 13 C.R. (6th) 1;
R. v. Caron, 2011 SCC 5, [2011] 1 S.C.R. 78; MacMillan
Bloedel Ltd. v. Simpson, [1995] 4 S.C.R. 725; R. v.
Cunningham, 2010 SCC 10, [2010] 1 S.C.R. 331;
Canada (Human Rights Commission) v. Canadian
R. c. Rowbotham (1988), 41 C.C.C. (3d) 1; Québec
(Procureur général) c. R.C., [2003] R.J.Q. 2027; R. c.
Caron, 2011 CSC 5, [2011] 1 R.C.S. 78; MacMillan
Bloedel Ltd. c. Simpson, [1995] 4 R.C.S. 725; R. c.
Cunningham, 2010 CSC 10, [2010] 1 R.C.S. 331;
Canada (Commission des droits de la personne) c.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
9
Liberty Net, [1998] 1 S.C.R. 626; R. v. 974649
Ontario Inc., 2001 SCC 81, [2001] 3 S.C.R. 575; R.
v. Cairenius (2008), 232 C.C.C. (3d) 13; R. v. Samra
(1998), 41 O.R. (3d) 434; R. v. Lee (1998), 125 C.C.C.
(3d) 363; R. v. Bain, [1992] 1 S.C.R. 91; Reference
re Remuneration of Judges of the Provincial Court of
Prince Edward Island, [1997] 3 S.C.R. 3; Auckland
Harbour Board v. The King, [1924] A.C. 318; Ontario
v. Figueroa (2003), 64 O.R. (3d) 321; Krieger v. Law
Society of Alberta, 2002 SCC 65, [2002] 3 S.C.R. 372;
R. v. White, 2010 SCC 59, [2010] 3 S.C.R. 374; R. v.
Chemama, 2008 ONCJ 140 (CanLII).
Canadian Liberty Net, [1998] 1 R.C.S. 626; R. c. 974649
Ontario Inc., 2001 CSC 81, [2001] 3 R.C.S. 575; R.
c. Cairenius (2008), 232 C.C.C. (3d) 13; R. c. Samra
(1998), 41 O.R. (3d) 434; R. c. Lee (1998), 125 C.C.C.
(3d) 363; R. c. Bain, [1992] 1 R.C.S. 91; Renvoi relatif
à la rémunération des juges de la Cour provinciale de
l’Île‑du‑Prince‑Édouard, [1997] 3 R.C.S. 3; Auckland
Harbour Board c. The King, [1924] A.C. 318; Ontario
c. Figueroa (2003), 64 O.R. (3d) 321; Krieger c. Law
Society of Alberta, 2002 CSC 65, [2002] 3 R.C.S. 372;
R. c. White, 2010 CSC 59, [2010] 3 R.C.S. 374; R. c.
Chemama, 2008 ONCJ 140 (CanLII).
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 24(1).
Constitution Act, 1867, ss. 63, 92(14), 96, 126.
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C‑46, ss. 486.3, 684,
694.1(1), (3).
Financial Administration Act, R.S.O. 1990, c. F.12,
ss. 11.1(1), 13.
Legal Aid Manitoba Act, C.C.S.M. c. L105, s. 3(2).
Legal Aid Services Act, 1998, S.O. 1998, c. 26.
Ministry of the Attorney General Act, R.S.O. 1990,
c. M.17, s. 5.
Proceedings Against the Crown Act, R.S.O. 1990, c. P.27,
s. 22.
Rules of Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194,
r. 13.02.
Rules of the Supreme Court of Canada, SOR/2002‑156,
r. 92.
Supreme Court Act, R.S.C. 1985, c. S‑26, s. 53(7).
Charte canadienne des droits et libertés, art. 24(1).
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C‑46, art. 486.3, 684,
694.1(1), (3).
Loi constitutionnelle de 1867, art. 63, 92(14), 96, 126.
Loi de 1998 sur les services d’aide juridique, L.O. 1998,
ch. 26.
Loi sur l’administration financière, L.R.O. 1990,
ch. F.12, art. 11.1(1), 13.
Loi sur la Cour suprême, L.R.C. 1985, ch. S‑26,
art. 53(7).
Loi sur la Société d’aide juridique du Manitoba, C.P.L.M.
ch. L105, art. 3(2).
Loi sur le ministère du Procureur général, L.R.O. 1990,
ch. M.17, art. 5.
Loi sur les instances introduites contre la Couronne,
L.R.O. 1990, ch. P.27, art. 22.
Règles de la Cour suprême du Canada, DORS/2002‑156,
règle 92.
Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194,
règle 13.02.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Berg, David. “The Limits of Friendship: the Amicus
Curiae in Criminal Trial Courts” (2012), 59 Crim.
L.Q. 67.
Canadian Judicial Council. Alternative Models of Court
Administration. Ottawa: The Council, 2006 (online: 
http://www.cjc.gc.ca).
Covey, Frank M., Jr. “Amicus Curiae: Friend of the
Court” (1959), 9 DePaul L. Rev. 30.
Dickens, Bernard M. “A Canadian Development:
Non‑Party Intervention” (1977), 40 Mod. L. Rev. 666.
Edwards, J. L. J. The Law Officers of the Crown. London:
Sweet & Maxwell, 1964.
Halsbury’s Laws of England, 4th ed. (reissue), vol. 37.
London: Butterworths LexisNexis, 2001.
Jacob, I. H. “The Inherent Jurisdiction of the Court”
(1970), 23 Curr. Legal Probs. 23.
Berg, David. « The Limits of Friendship : the Amicus
Curiae in Criminal Trial Courts » (2012), 59 Crim.
L.Q. 67.
Conseil canadien de la magistrature. Modèles d’admi­
nistration des tribunaux judiciaires. Ottawa : Le
Conseil, 2006 (en ligne : http://www.ccm.gc.ca).
Covey, Frank M., Jr. « Amicus Curiae : Friend of the
Court » (1959), 9 DePaul L. Rev. 30.
Dickens, Bernard M. « A Canadian Development : Non‑
Party Intervention » (1977), 40 Mod. L. Rev. 666.
Edwards, J. L. J. The Law Officers of the Crown. London :
Sweet & Maxwell, 1964.
Halsbury’s Laws of England, 4th ed. (reissue), vol. 37.
London : Butterworths LexisNexis, 2001.
Jacob, I. H. « The Inherent Jurisdiction of the Court »
(1970), 23 Curr. Legal Probs. 23.
10
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
[2013] 3 S.C.R.
Mallette, Jonathan Desjardins. La constitutionnalisation
de la juridiction inhérente au Canada: origines et
fondements. Mémoire de maîtrise non-publié. Faculté
de Droit, Université de Montréal, 2007.
“Memorandum — Requests for the appointment of an
advocate to the court”, reproduced in Lord Goldsmith,
“Advocate to the Court”, Law Society Gazette,
February 1, 2002 (online: http://www.lawgazette.
co.uk).
Mohan, S. Chandra. “The Amicus Curiae: Friends No
More?”, [2010] S.J.L.S. 352.
Romney, Paul. Mr Attorney: The Attorney General
for Ontario in Court, Cabinet, and Legislature
1791‑1899. Toronto: Osgoode Society, 1986.
Mallette, Jonathan Desjardins. La constitutionnalisation
de la juridiction inhérente au Canada : origines et
fondements. Mémoire de maîtrise non-publié. Faculté
de Droit, Université de Montréal, 2007.
« Memorandum — Requests for the appointment of
an advocate to the court », reproduced in Lord
Goldsmith, « Advocate to the Court », Law Society
Gazette, February 1, 2002 (online : http://www.
lawgazette.co.uk).
Mohan, S. Chandra. « The Amicus Curiae : Friends No
More? », [2010] S.J.L.S. 352.
Romney, Paul. Mr Attorney : The Attorney General for
Ontario in Court, Cabinet, and Legislature 1791‑
1899. Toronto : Osgoode Society, 1986.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of
Appeal (Rosenberg, Goudge and Armstrong JJ.A.),
2011 ONCA 303, 104 O.R. (3d) 721, 277 O.A.C.
264, 270 C.C.C. (3d) 256, 86 C.R. (6th) 407, 234
C.R.R. (2d) 157, [2011] O.J. No. 1792 (QL), 2011
CarswellOnt 2608, affirming orders for the setting
of rates of compensation for and the monitoring of
accounts of amici curiae. Appeal allowed, LeBel,
Fish, Abella and Cromwell JJ. dissenting.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
de l’Ontario (les juges Rosenberg, Goudge et
Armstrong), 2011 ONCA 303, 104 O.R. (3d) 721,
277 O.A.C. 264, 270 C.C.C. (3d) 256, 86 C.R.
(6th) 407, 234 C.R.R. (2d) 157, [2011] O.J.
No. 1792 (QL), 2011 CarswellOnt 2608, qui a con­
firmé des ordonnances relatives à la fixation du
taux de rémunération d’amici curiae et au contrôle
des réclamations d’un amicus. Pourvoi accueilli,
les juges LeBel, Fish, Abella et Cromwell sont
dissidents.
Malliha Wilson, Troy Harrison, Kristin Smith
and Baaba Forson, for the appellant.
Malliha Wilson, Troy Harrison, Kristin Smith et
Baaba Forson, pour l’appelante.
P. Andras Schreck and Louis P. Strezos, for the
respondent the Criminal Lawyers’ Association of
Ontario.
P. Andras Schreck et Louis P. Strezos, pour
l’intimée Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
No one appeared for the respondent Lawrence
Greenspon.
Personne n’a comparu pour l’intimé Lawrence
Greenspon.
Alain Préfontaine, for the intervener the Attorney
General of Canada.
Alain Préfontaine, pour l’intervenant le pro­
cureur général du Canada.
Jean‑Yves Bernard and Brigitte Bussières, for
the intervener the Attorney General of Quebec.
Jean‑Yves Bernard et Brigitte Bussières, pour
l’intervenant le procureur général du Québec.
Written submissions only by Deborah Carlson
and Allison Kindle Pejovic, for the intervener the
Attorney General of Manitoba.
Argumentation écrite seulement par Deborah
Carlson et Allison Kindle Pejovic, pour l’intervenant
le procureur général du Manitoba.
Bryant Alexander Mackey, for the intervener the
Attorney General of British Columbia.
Bryant Alexander Mackey, pour l’intervenant le
procureur général de la Colombie‑Britannique.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
11
Micah B. Rankin, Michael Sobkin and Elizabeth
France, for the intervener the British Columbia
Civil Liberties Association.
Micah B. Rankin, Michael Sobkin et Elizabeth
France, pour l’intervenante l’Association des
libertés civiles de la Colombie‑Britannique.
John Norris, for the intervener the Advocates’
Society.
John Norris, pour l’intervenante Advocates’
Society.
Anita Szigeti, Mercedes Perez and Marie‑France
Major, for the intervener the Mental Health Legal
Committee.
Anita Szigeti, Mercedes Perez et Marie‑France
Major, pour l’intervenant Mental Health Legal
Committee.
The judgment of McLachlin C.J. and Rothstein,
Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ. was de­
livered by
Version française du jugement de la juge en
chef McLachlin et des juges Rothstein, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner rendu par
Karakatsanis J. —
La juge Karakatsanis —
I. Introduction
I. Introduction
[1] This case raises troubling implications that
strike to the heart of the constitutional relationship
between the judicial and other branches of gov­
ernment in our constitutional democracy.
[1] L’issue du présent pourvoi pourrait avoir des
répercussions déconcertantes qui risquent de rompre
l’équilibre entre le pouvoir judiciaire et les autres
pouvoirs dans notre démocratie constitutionnelle.
[2] It is not disputed that a court may appoint a
lawyer as “amicus curiae”, a “friend of the court”,
to assist the court in exceptional circumstances; or
that the Attorney General is obligated to pay amici
curiae when appointed. What is at issue is whether
a court’s inherent or implied jurisdiction extends to
fixing the rates of compensation for amici curiae.
[2] Nul ne conteste qu’une cour de justice peut
nommer un avocat « amicus curiae » (ou « ami de
la cour ») pour l’épauler dans une situation excep­
tionnelle, ni que le procureur général est alors
tenu de le rémunérer. Le présent pourvoi soulève
la question de savoir si sa compétence inhérente
ou tacite lui confère le pouvoir de fixer le taux de
rémunération de l’amicus curiae.
[3] In the four matters under appeal, which all
arose in the context of criminal proceedings in
Ontario, trial judges appointed amici curiae, set
higher rates of compensation than those offered
by the Attorney General of Ontario and ordered
the Attorney General to pay. The Attorney General
took the position that, in these cases, the amici
played a role similar to that of defence counsel and
should accept legal aid rates. The Court of Appeal
concluded that provincial and superior courts have
the jurisdiction to fix the rates of compensation. The
Attorney General appeals that decision, although it
does not seek the return of any monies paid.
[3] Dans chacune des quatre affaires visées par
le pourvoi, toutes issues d’instances criminelles
ontariennes, le juge du procès a nommé un amicus,
a établi un taux de rémunération supérieur à celui
offert par le procureur général de l’Ontario et a
ordonné à ce dernier de verser cette rémunéra­
tion. Le procureur général a fait valoir que, dans
ces affai­res, l’amicus jouait un rôle semblable
à celui d’un avocat de la défense et qu’il devait
accepter d’être rémunéré au tarif de l’aide juridique.
La Cour d’appel a conclu que les tribunaux pro­
vinciaux et supérieurs ont compétence pour fixer
le taux de rémunération. Le procureur général se
pourvoit contre cette décision, mais ne demande pas
le remboursement des sommes versées.
12
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
[4] My colleague Fish J. concludes that the
jurisdiction to fix the fees of amici curiae is ne­
cessarily incidental to a court’s power to appoint
them. He finds no constitutional impediment to this
power.
[4] Mon collègue le juge Fish estime que le pou­
voir d’une cour de justice de fixer les honoraires de
l’amicus curiae est nécessairement accessoire à son
pouvoir de le nommer. Il conclut que nul obstacle
constitutionnel n’empêche l’exercice de ce pouvoir.
[5] Respectfully, I disagree. Absent statutory
authority or a challenge on constitutional grounds,
courts do not have the institutional jurisdiction to
interfere with the allocation of public funds. While
the jurisdiction to control court processes and func­
tion as a court of law gives courts the power to
appoint amici curiae, it does not, in itself, provide
the power to determine what the Attorney General
must pay them. The scope of a superior court’s in­
herent power, or of powers possessed by statutory
courts by necessary implication, must respect the
constitutional roles and institutional capacities of
the legislature, the executive and the judiciary. As
the Chief Law Officers of the Crown, responsible
for the administration of justice on behalf of the
provinces, the Attorneys General of the provinces,
and not the courts, determine the appropriate rate of
compensation for amici curiae.
[5] En toute déférence, je ne suis pas d’accord.
En l’absence d’une habilitation découlant d’une
dis­position législative ou d’une contestation cons­
ti­tutionnelle, une cour de justice n’a pas de com­
pé­
tence institutionnelle pour s’immiscer dans
l’affectation de fonds publics. La compétence pour
faire respecter sa procédure et constituer une cour
de justice confère certes le pouvoir de nommer
un amicus, mais elle n’accorde pas en soi celui
de décider de la rémunération que le procureur
général doit verser. La portée de la compétence
inhérente d’une cour supérieure ou du pouvoir
que possède par inférence nécessaire un tribunal
d’origine législative doit respecter les fonctions
constitutionnelles et les attributions institution­nel­
les du législatif, de l’exécutif et du judiciaire. À
titre de premiers conseillers juridiques de l’État
chargés de l’administration de la justice au nom
des provinces, ce sont les procureurs généraux pro­
vinciaux, et non les tribunaux, qui déterminent le
tarif approprié et rémunèrent les amici.
[6] For the reasons that follow, I would allow the
appeal.
[6] Pour les motifs qui suivent, je suis d’avis
d’accueillir le pourvoi.
II. Background
II. Contexte
[7] These cases were not decided under the
Canadian Charter of Rights and Freedoms. They
did not proceed on the basis that the accused could
not have fair trials without the assistance of counsel.
Instead, the trial judges appointed counsel to assist
the accused, who had in each case discharged
counsel of their choice. The judges did so in order
to maintain the orderly conduct of the trials or to
avoid delay in these complex, lengthy proceedings.
However, in each of these cases, the role of the
amici closely mirrored the role of defence counsel,
except that they could not be dismissed by the
accused.
[7] Dans les dossiers visés en l’espèce, le tribu­
nal en cause n’a pas statué sur le fondement de la
Charte canadienne des droits et libertés. Il ne s’agit
pas d’affaires où on a estimé que le procès ne serait
pas équitable si l’accusé n’était pas représenté par
un avocat. Le juge du procès a plutôt nommé un
avocat pour aider l’accusé qui, dans chacun des cas,
avait mis fin au mandat de l’avocat de son choix. Il
l’a fait pour assurer le bon déroulement du procès
ou pour ne pas retarder une instance longue et
complexe. Toutefois, dans chacun des cas, le rôle
de l’amicus s’est apparenté à celui d’un avocat de
la défense, sauf que l’accusé ne pouvait mettre fin
à son mandat.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
13
[8] In R. v. Imona Russel, 2009 CarswellOnt
9725 (S.C.J.) (“Imona Russel #1”), an amicus was
appointed, at the request of the Crown, “to ensure
the orderly conduct of the trial” (para. 6). The
accused had discharged several experienced legal
aid counsel and the court had twice refused the
accused’s request for an order under s. 24(1) of
the Charter providing state-funded counsel in
order to ensure a fair trial. The role of amicus was
initially expanded so that he would “defend the case
as if he had a client who was choosing to remain
mute” (para. 13). Subsequently, at the request of
the accused, the trial judge told the amicus to
take instructions from and act on behalf of the
accused as he would in a traditional solicitor-client
relationship — except he could not be discharged
or withdraw due to a breakdown in the relation­ship
with the accused. Later, after the amicus applied
for permission to withdraw from the case, the trial
judge appointed a senior criminal lawyer to set a
budget for the amicus and to review, monitor and
assess his accounts on an ongoing basis (R. v. Imona
Russel, 2010 CarswellOnt 10747 (S.C.J.) (“Imona
Russel #2”)).
[8] Dans R. c. Imona Russel, 2009 CarswellOnt
9725 (C.S.J.) (« Imona Russel no 1 »), un amicus
a été nommé à la demande du ministère public
[traduction] « pour assurer le bon déroulement
du procès » (par. 6). L’accusé avait mis fin aux
man­dats de plusieurs avocats expérimentés de
l’aide juridique, et la cour l’avait débouté deux
fois après qu’il eut demandé, sur le fondement du
par. 24(1) de la Charte, une ordonnance enjoignant
à l’État de lui fournir à ses frais les services d’un
avocat de sorte qu’il ait droit à un procès équitable.
L’amicus a d’abord vu son mandat s’accroître pour
englober le fait « d’agir dans l’instance comme s’il
représentait un client qui choisissait de garder le
silence » (par. 13). Puis, à la demande de l’accusé,
la juge du procès a invité l’amicus à obtenir des
instructions de l’accusé et à agir en son nom comme
il le ferait dans le cadre d’une relation classique
procureur‑client, si ce n’est que son mandat ne
pouvait être révoqué et qu’il ne pouvait cesser de
représenter l’accusé pour cause de mésentente
avec lui. Plus tard, après que l’amicus eut demandé
l’autorisation de cesser d’occuper, la juge du procès
a confié à un avocat criminaliste chevronné la tâche
d’établir un budget pour l’amicus et de faire droit
ou non, après examen, à ses demandes de paiement
au fur et à mesure qu’il les présentait (R. c. Imona
Russel, 2010 CarswellOnt 10747 (C.S.J.) (« Imona
Russel no 2 »)).
[9] In R. v. Whalen, Sept. 18, 2009, No. 2178/1542
(Ont. Ct. J.), a dangerous offender application, the
respondent was unrepresented and had a history of
discharging lawyers. He had difficulty finding legal
aid counsel, due to a boycott of legal aid cases by
many members of Ontario’s criminal defence bar.
The judge appointed an amicus to “stabilize the
litigation process” (A.R., at p. 26). Although the
Attorney General had found other counsel who were
available to act at legal aid rates, the respondent
had developed a relationship of confidence with a
particular lawyer who would not accept the legal
aid rate. An amicus was appointed to establish a
solicitor-client relationship with the respondent,
with the ability to override the respondent’s in­
structions in his best interest.
[9] Dans R. c. Whalen, 18 sept. 2009, no 2178/1542
(C.J. Ont.), où le ministère public demandait que
l’intimé soit déclaré délinquant dangereux, ce der­
nier n’était pas représenté et avait maintes fois
révoqué son avocat. Il avait du mal à se trouver un
avocat participant à l’aide juridique en raison d’un
boycottage des mandats de l’organisme public par
de nombreux avocats criminalistes de l’Ontario.
Le juge a nommé un amicus afin de [traduction]
« stabiliser l’instance » (d.a., p. 26). Même si le
procureur général avait trouvé d’autres avocats
disposés à le représenter au tarif de l’aide juridique,
l’intimé avait établi une relation de confiance avec
une avocate qui refusait d’être rémunérée au tarif
de l’aide juridique. Cette avocate a été nommée
amicus afin d’établir une relation procureur‑client
avec l’intimé. Elle avait le pouvoir de passer outre
aux instructions de l’intimé dans son intérêt.
14
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
[10] In R. v. Greenspon, 2009 CarswellOnt 7359
(S.C.J.), a former counsel, who had been discharged
by one of six co-accused, was appointed as amicus.
This was done to avoid delay, in the event that the
accused could not find counsel ready to act in time.
Ultimately, the accused found counsel who was
able to proceed without delay and the amicus was
not required.
[10] Dans R. c. Greenspon, 2009 CarswellOnt
7359 (C.S.J.), un avocat qui avait déjà occupé dans
le dossier, mais dont le mandat avait été révoqué
par l’un des six coaccusés, a été nommé amicus.
Cette nomination a eu lieu afin de ne pas retarder
l’instance advenant que l’accusé ne puisse se
trouver un avocat disposé à offrir ses services selon
le calendrier établi. L’accusé a finalement trouvé
un avocat en mesure de le représenter sans délai,
si bien que les services de l’amicus n’étaient plus
nécessaires.
[11] In each of these cases, the amicus refused
to accept the legal aid rate offered by the Attorney
General. The trial judge fixed a rate that exceeded
the tariff, ordering the Attorney General to pay. The
Attorney General appealed all four decisions.
[11] Dans chacun des dossiers, l’amicus a refusé
l’offre du procureur général de le rémunérer selon le
tarif de l’aide juridique. Le juge du procès a fixé un
taux supérieur et ordonné au procureur général de
rémunérer l’amicus en conséquence. Le procureur
général a interjeté appel des quatre décisions.
III. Decision of the Court of Appeal, 2011 ONCA
303, 104 O.R. (3d) 721
III. L’arrêt de la Cour d’appel, 2011 ONCA 303,
104 O.R. (3d) 721
[12] The Court of Appeal considered the four
appeals together and affirmed the decisions, as it
was of the view that superior and statutory courts
have the jurisdiction to appoint amici even where
s. 24(1) of the Charter does not apply and there is
no statutory provision for such an appointment. The
capacity of a superior court to appoint an amicus
stems from the court’s inherent jurisdiction to
act where necessary to ensure that justice can be
done. For a statutory court, the capacity stems from
the court’s power to manage its own process and
operate as a court of law, and arises in situations
where the court must be able to appoint an amicus
in order to exercise its statutory jurisdiction.
[12] Après examen des quatre appels sur dossier
commun, la Cour d’appel a confirmé les décisions.
Elle estimait en effet qu’une cour supérieure ou
un tribunal d’origine législative peut nommer un
amicus même lorsque le par. 24(1) de la Charte ne
s’applique pas et qu’aucune disposition de la loi
ne le prévoit. La faculté qu’a une cour supérieure
de nommer un amicus découle de sa compétence
inhérente pour prendre les mesures nécessaires
afin que justice puisse être rendue. Celle d’un tribu­
nal d’origine législative découle de son pouvoir de
décider de sa propre procédure et de constituer une
cour de justice, et elle naît lorsque le tribunal doit
être en mesure de nommer un amicus pour exercer
la compétence que lui confère la loi.
[13] The Court of Appeal concluded that in order
to ensure that serious criminal cases can proceed
where difficulty is caused by an unrepresented
accused, judges must have the ability to secure
the assistance of an amicus. To the extent that the
ability to fix rates of compensation for amici is
linked to the capacity to appoint them, it should not
be left in the hands of the Attorney General. The
court concluded that this authority did not raise any
institutional issues or social, economic or political
policy concerns.
[13] Selon la Cour d’appel, afin qu’une affaire
criminelle grave puisse aller de l’avant malgré la
non‑représentation de l’accusé, le juge doit pouvoir
se faire assister par un amicus. Dans la mesure
où le pouvoir de fixer la rémunération de l’amicus
est lié au pouvoir de nommer ce dernier, il ne doit
pas relever du procureur général. La Cour d’appel
conclut que ce pouvoir ne soulève ni problèmes
institutionnels, ni préoccupations sociales, écono­
miques ou politiques.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
15
IV. Analysis
IV. Analyse
[14] My colleague Fish J. provides three reasons
for finding the power to set the rate of compensa­tion
to be incidental to a superior court’s inherent juris­
diction and a statutory court’s power to control
its own processes: (1) the inability to set rates of
compensation would unduly weaken the court’s
appointment power and ability to name the amicus
of its choice (para. 123); (2) the integrity of the
ju­dicial process would be imperilled and should
not be dependent upon the Crown (para. 124);
and (3) unilateral control by the Attorney General
over remuneration might create an apprehension
of bias and place an amicus in a conflict of in­
terest (para. 125). He concludes that there is no
constitutional impediment to vesting such a power
in trial judges.
[14] Mon collègue le juge Fish estime que
le pouvoir de fixer le taux de rémunération est
acces­soire à la compétence inhérente d’une cour
supérieure et au pouvoir d’un tribunal d’origine
législative de faire respecter sa propre procé­
dure, et ce, pour trois raisons : (1) l’impossibilité
de fixer le taux de rémunération affaiblirait indû­
ment le pouvoir de nomination du tribunal et sa
faculté de nommer l’amicus de son choix (par. 123);
(2) l’intégrité du processus judiciaire, qui ne devrait
pas être fondée sur la confiance envers le minis­
tère public, serait compromise (par. 124); (3) le
pou­voir unilatéral du procureur général de déter­
miner la rémunération pourrait créer une apparence
de partialité et placer l’amicus dans une situation
de conflit d’intérêts (par. 125). Il conclut que nulle
disposition constitutionnelle ne fait obstacle à
l’octroi de ce pouvoir au juge du procès.
[15] I take a different view. The jurisdiction to
appoint an amicus does not necessarily imply or
require the authority to set a specific rate of com­
pensation. The ability to order the government
to make payments out of public funds must be
grounded in law and a court’s inherent or implied
jurisdiction is limited by the separate roles es­
tablished by our constitutional structure. Absent
authority flowing from a constitutional challenge or
a statutory provision, exercising such power would
not respect the institutional roles and capacities of
the legislature, the executive (including the Attorney
General), and the judiciary, or the principle that the
legislature and the executive are accountable to the
public for the spending of public funds.
[15] Je ne suis pas de cet avis. Le pouvoir de
nommer un amicus ne suppose pas et n’exige
pas nécessairement celui de fixer le taux de sa
rémunération. Le pouvoir du tribunal d’ordonner
à l’État de payer quelque somme sur les fonds
publics doit s’appuyer sur une règle de droit, et la
compétence inhérente ou implicite du tribunal est
délimitée par les fonctions distinctes qu’établit
notre structure constitutionnelle. À défaut d’une
habilitation découlant d’une contestation cons­ti­tu­
tionnelle ou d’une disposition législative, l’exer­cice
d’un tel pouvoir ne respecterait pas les fonctions et
les compétences institutionnelles du législatif, de
l’exécutif (y compris le procureur général) et du
judiciaire, ni le principe voulant que le législateur et
l’exécutif soient responsables vis‑à‑vis des citoyens
de l’affectation des fonds publics.
[16] I propose to explain my conclusion by
first addressing the constitutional framework that
surrounds the exercise of a superior court’s inherent
jurisdiction. This framework also applies to the
exercise of the jurisdiction implied by the ability
of statutory courts to function as courts of law.
Second, I will apply that constitutional framework
to the particular context of amicus appointments.
[16] Je me propose d’expliquer ma conclusion en
considérant d’abord le cadre constitutionnel dans
lequel s’exerce la compétence inhérente d’une cour
supérieure, de même que la compétence tacite issue
du pouvoir d’un tribunal d’origine législative de
constituer une cour de justice. J’appliquerai ensuite
ce cadre constitutionnel au contexte particulier de la
nomination d’un amicus.
16
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
A. The Constitutional Framework
A. Le cadre constitutionnel
(1)The Inherent Jurisdiction of Superior
Courts
(1)La compétence inhérente d’une cour
supérieure
[17] Canada’s provincial superior courts are the
descendants of the Royal Courts of Justice and
inherited the powers and jurisdiction exercised
by superior, district or county courts at the time
of Confederation (Attorney General of Canada v.
Law Society of British Columbia, [1982] 2 S.C.R.
307, at pp. 326-27, per Estey J.). As such, superior
courts play a central role in maintaining the rule
of law, uniformity in our judicial system and the
constitutional balance in our country.
[17] Au Canada, les cours supérieures des pro­
vinces sont les descendantes des cours royales
de justice et elles ont hérité des pouvoirs et de la
compétence des cours supérieures, de district ou de
comté qui existaient au moment de la Confédération
(Procureur général du Canada c. Law Society of
British Columbia, [1982] 2 R.C.S. 307, p. 326‑327,
le juge Estey). Elles jouent donc un rôle central
dans le maintien de la primauté du droit, de l’uni­
formité du système judiciaire et de l’équilibre cons­
titutionnel canadien.
[18] The essential nature and powers of the su­
perior courts are constitutionally protected by
s. 96 of the Constitution Act, 1867. Accordingly,
the “core or inherent jurisdiction which is integral
to their operations . . . cannot be removed from
the superior courts by either level of government,
without amending the Constitution” (MacMillan
Bloedel Ltd. v. Simpson, [1995] 4 S.C.R. 725, at
para. 15). The rationale for s. 96 has evolved to
ensure “the maintenance of the rule of law through
the protection of the judicial role” (Reference re
Remuneration of Judges of the Provincial Court
of Prince Edward Island, [1997] 3 S.C.R. 3
(“Provincial Judges Reference”), at para. 88).
[18] La nature essentielle et les pouvoirs des
cours supérieures sont protégés par l’art. 96 de
la Loi constitutionnelle de 1867. Par conséquent,
« [a]ucun des ordres de gouvernement ne peut
reti­rer à une cour supérieure cette compétence
fon­damentale [. . .] sans que ne soit modifiée la
Constitution » (MacMillan Bloedel Ltd. c. Simpson,
[1995] 4 R.C.S. 725, par. 15). La raison d’être de
l’art. 96 a évolué de manière à garantir « [le]
main­tien de la primauté du droit par la protection
du rôle des tribunaux » (Renvoi relatif à la rému­
nération des juges de la Cour provinciale de l’Île‑
du‑Prince‑Édouard, [1997] 3 R.C.S. 3 (« Renvoi
relatif aux juges de la Cour provinciale »), par. 88).
[19] In MacMillan Bloedel, a majority of this
Court described the powers at the core of a superior
court’s jurisdiction as comprising “those powers
which are essential to the administration of justice
and the maintenance of the rule of law” (para. 38),
which define the court’s “essential character” or
“immanent attribute” (para. 30). The core is “a very
narrow one which includes only critically important
jurisdictions which are essential to the existence
of a superior court of inherent jurisdiction and to
the preservation of its foundational role within our
legal system” (Reference re Amendments to the
Residential Tenancies Act (N.S.), [1996] 1 S.C.R.
186, at para. 56, per Lamer C.J.).
[19] Dans l’arrêt MacMillan Bloedel, les juges
majoritaires de la Cour considèrent que la com­pé­
tence fondamentale d’une cour supérieure englobe
« les pouvoirs qui sont essentiels à l’admi­nistration
de la justice et au maintien de la primauté du droit »
(par. 38), ce qui confère à la cour son « caractère
essentiel » ou « attribut immanent » (par. 30). La
compétence fondamentale « est très limitée et ne
comprend que les pouvoirs qui ont une importance
cruciale et qui sont essentiels à l’existence d’une
cour supérieure dotée de pouvoirs inhérents et au
maintien de son rôle vital au sein de notre système
juridique » (Renvoi relatif à certaines modifica­tions
à la Residential Tenancies Act (N.‑É), [1996] 1
R.C.S. 186, par. 56, le juge en chef Lamer).
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
17
[20] In his 1970 article, “The Inherent Jurisdiction
of the Court”, 23 Curr. Legal Probs. 23, which
has been cited by this Court on eight separate
occasions,1 I. H. Jacob provided the following
definition of inherent jurisdiction:
[20] Dans un article paru en 1970 intitulé « The
Inherent Jurisdiction of the Court », 23 Curr. Legal
Probs. 23, que notre Cour cite dans huit arrêts1,
I. H. Jacob propose de définir comme suit la com­
pétence inhérente :
. . . the inherent jurisdiction of the court may be
defined as being the reserve or fund of powers, a residual
source of powers, which the court may draw upon as
necessary whenever it is just or equitable to do so, and
in particular to ensure the observance of the due process
of law, to prevent improper vexation or oppression, to
do justice between the parties and to secure a fair trial
between them. [p. 51]
[traduction] . . . la compétence inhérente de la cour
peut être définie comme étant la réserve ou le fonds de
pouvoirs, une source résiduelle de pouvoirs à laquelle la
cour peut puiser au besoin lorsqu’il est juste ou équitable
de le faire et, en particulier, pour veiller à l’application
régulière de la loi, empêcher les abus, garantir un procès
équitable aux parties et rendre justice. [p. 51]
[21] As noted by this Court in R. v. Caron, 2011
SCC 5, [2011] 1 S.C.R. 78, at para. 24:
[21] Comme le fait observer la Cour dans R. c.
Caron, 2011 CSC 5, [2011] 1 R.C.S. 78, par. 24 :
These powers are derived “not from any statute or rule
of law, but from the very nature of the court as a superior
court of law” (Jacob, at p. 27) to enable “the judiciary
to uphold, to protect and to fulfil the judicial function
of administering justice according to law in a regular,
orderly and effective manner” (p. 28).
Ces pouvoirs émanent « non pas d’une loi ou d’une règle
de droit, mais de la nature même de la cour en tant que
cour supérieure de justice » (Jacob, p. 27) pour permettre
« de maintenir, protéger et remplir leur fonction qui est
de rendre justice, dans le respect de la loi, d’une manière
régulière, ordonnée et efficace » (p. 28).
[22] In spite of its amorphous nature, providing
the foundation for powers as diverse as contempt of
court, the stay of proceedings and judicial review,
[22] Malgré ses contours flous, la théorie de la
compétence inhérente, qui fonde des pouvoirs aussi
divers que la déclaration d’outrage au tribunal,
1 Société des Acadiens du Nouveau-Brunswick Inc. v. Association
of Parents for Fairness in Education, Grand Falls District
50 Branch, [1986] 1 S.C.R. 549, at pp. 591-92, per Wilson J.
(granting leave to appeal to a non-party); B.C.G.E.U. v. British
Columbia (Attorney General), [1988] 2 S.C.R. 214, at p. 240
(issuing injunction on the court’s own motion to guarantee
access to court facilities); R. v. Morales, [1992] 3 S.C.R. 711,
at pp. 754-55, per Gonthier J. (discretion regarding bail); R. v.
Hinse, [1995] 4 S.C.R. 597, at para. 21, per Lamer C.J. (stay of
criminal proceedings for abuse of process); MacMillan Bloedel,
at paras. 29-31, per Lamer C.J. (punishing for contempt out of
court); R. v. Rose, [1998] 3 S.C.R. 262, at para. 64, per L’HeureuxDubé J., and at para. 131, per Cory, Iacobucci and Bastarache
JJ. (discretion to grant a right of reply in a criminal trial); R. v.
Cunningham, 2010 SCC 10, [2010] 1 S.C.R. 331, at para. 18
(authority to refuse defence counsel’s request to withdraw); R.
v. Caron, 2011 SCC 5, [2011] 1 S.C.R. 78, at paras. 24-34, per
Binnie J. (granting interim costs).
1 Société des Acadiens du Nouveau‑Brunswick Inc. c. Association
of Parents for Fairness in Education, Grand Falls District 50
Branch, [1986] 1 R.C.S. 549, p. 591-592, la juge Wilson (auto­
risation d’appel accordée à une personne non partie à l’instance);
B.C.G.E.U c. Colombie-Britannique (Procureur géné­ral), [1988]
2 R.C.S. 214, p. 240 (injonction décernée de la propre initia­
tive de la cour pour garantir l’accès aux palais de justice); R.
c. Morales, [1992] 3 R.C.S. 711, p. 754-755, le juge Gonthier
(pouvoir discrétionnaire en matière de mise en liberté sous cau­
tion); R. c. Hinse, [1995] 4 R.C.S. 597, par. 21, le juge en chef
Lamer (arrêt des procédures criminelles pour cause d’abus de
procédures); MacMillan Bloedel, par. 29-31, le juge en chef
Lamer (condamnation pour outrage au tribunal); R. c. Rose,
[1998] 3 R.C.S. 262, par. 64, la juge L’Heureux-Dubé, et par. 131,
les juges Cory, Iacobucci et Bastarache (pouvoir discrétion­
naire d’accorder un droit de réplique dans un procès criminel);
R. c. Cunningham, 2010 CSC 10, [2010] 1 R.C.S. 331, par. 18
(pouvoir de rejeter la requête pour cesser d’occuper présentée par
l’avocat de la défense); R. c. Caron, 2011 CSC 5, [2011] 1 R.C.S.
78, par. 24-34, le juge Binnie (octroi d’une provision pour frais).
18
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
the doctrine of inherent jurisdiction does not
operate without limits.2
l’arrêt des procédures et le contrôle judiciaire, ne
s’applique pas sans réserves2.
[23] It has long been settled that the way in
which superior courts exercise their powers may be
structured by Parliament and the legislatures (see
MacMillan Bloedel, at para. 78, per McLachlin J.,
dissenting on other grounds). As Jacob notes (at
p. 24): “. . . the court may exercise its inherent
jurisdiction even in respect of matters which are
regulated by statute or by rule of court, so long
as it can do so without contravening any statutory
provision” (emphasis added) (see also Caron, at
para. 32).
[23] Il est établi depuis longtemps que la
manière dont les cours supérieures exercent leurs
pouvoirs peut être structurée par le Parlement et les
législatures (voir MacMillan Bloedel, par. 78, la juge
McLachlin, dissidente sur d’autres points). Comme
le fait observer Jacob (p. 24), [traduction] « la
cour peut exercer sa compétence inhérente même à
l’égard de questions qui sont régies par une loi ou
par une règle de la cour, à condition qu’elle puisse
le faire sans enfreindre une disposition législative »
(je souligne) (voir aussi Caron, par. 32).
[24] Further, even where there are no legislative
limits, the inherent jurisdiction of the court is
limited by the institutional roles and capacities
that emerge out of our constitutional framework
and values (see Provincial Judges Reference, at
para. 108).
[24] Qui plus est, même lorsqu’il n’y a pas de
restrictions législatives, la compétence inhérente
de la cour est limitée par les fonctions et les com­
pétences institutionnelles qui se dégagent du cadre
et des valeurs constitutionnels (voir Renvoi relatif
aux juges de la Cour provinciale, par. 108).
[25] These limits were recognized in a thoughtful
thesis on inherent jurisdiction written by Jonathan
Desjardins Mallette:
[25] Dans sa thèse réfléchie sur la compétence
inhérente, Jonathan Desjardins Mallette reconnaît
ces limites :
[translation] As for the unwritten [constitutional]
structural principles, they are particularly relevant to
determining the limits of the exercise of the inherent
jurisdiction of the courts. They require the courts to take
into account the structure of our Constitution, which
includes other fundamental principles, such as the rule of
law and parliamentary supremacy.
Pour leur part, les principes structurels non écrits sont
particulièrement pertinents pour déterminer les limites
de l’exercice de la [compétence] inhérente par les tri­
bunaux. Ils obligent les tribunaux à tenir compte de la
structure de notre Constitution qui comprend d’autres
principes fondamentaux tels que la primauté du droit et
la suprématie parlementaire.
(La constitutionnalisation de la juridiction inhé­
rente au Canada: origines et fondements, un­pub­
lished LL.M. thesis, Université de Montréal (2007),
reproduced in the Attorney General of Quebec’s
book of authorities, vol. II, at p. 375.)
(La constitutionnalisation de la juridiction inhé­
rente au Canada : origines et fondements, mémoire
de maîtrise non-publié, Université de Montréal
(2007), reproduite dans le recueil de sources du pro­
cureur général du Québec, vol. II, p. 375.)
[26] With the advent of the Charter, the superior
courts’ inherent jurisdiction must also support
[26] Depuis l’adoption de la Charte, la com­
pétence inhérente doit aussi permettre à une
2These limits are a topic that has also been considered by
the highest courts in the United Kingdom and Australia, see
Al Rawi v. Security Service, [2011] UKSC 34, [2012] 1 A.C.
531, at paras. 18-22, per Lord Dyson J.S.C.; Batistatos v. Roads
and Traffic Authority of New South Wales, [2006] HCA 27,
227 A.L.R. 425, at paras. 121-36, per Kirby J.
2 Ces réserves ont également été examinées par les plus hauts
tribunaux du Royaume-Uni et d’Australie : voir Al Rawi c.
Security Service, [2011] UKSC 34, [2012] 1 A.C. 531, par. 18-22,
le lord juge Dyson; Batistatos c. Roads and Traffic Authority of
New South Wales, [2006] HCA 27, 227 A.L.R. 425, par. 121-136,
le juge Kirby.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
19
their independence in safeguarding the values
and principles the Charter has entrenched in our
constitutional order. Thus, the inherent jurisdiction
of superior courts provides powers that are essential
to the administration of justice and the maintenance
of the rule of law and the Constitution. It includes
those residual powers required to permit the courts
to fulfill the judicial function of administering
jus­tice according to law in a regular, orderly and
effective manner — subject to any statutory pro­
visions. I would add, however, that the powers
recognized as part of the courts’ inherent jurisdiction
are limited by the separation of powers that exists
among the various players in our constitutional
order and by the particular institutional capacities
that have evolved from that separation.
cour supérieure de préserver avec indépendance
les valeurs et les principes consacrés par la Charte
dans notre régime constitutionnel. Cette com­
pé­tence confère donc les pouvoirs essentiels à
l’admi­­nistration de la justice et au respect de la pri­
mauté du droit et de la Constitution. Elle englobe
le pouvoir résiduel dont la cour a besoin pour
s’acquitter de sa fonction judiciaire qui consiste
à administrer la justice d’une manière régulière,
ordonnée et efficace, sous réserve de toute dis­
po­sition législative. J’ajoute cependant que les
pou­voirs dont on reconnaît qu’ils font partie de
la compétence inhérente sont balisés par la sépa­
ration des pouvoirs entre les différents acteurs
dans l’ordre constitutionnel et par les attributions
institutionnelles particulières qui ont résulté de
cette séparation.
(2)Separation of Powers
(2)La séparation des pouvoirs
[27] This Court has long recognized that our
constitutional framework prescribes different roles
for the executive, legislative and judicial branches
(see Fraser v. Public Service Staff Relations Board,
[1985] 2 S.C.R. 455, at pp. 469-70). The content of
these various constitutional roles has been shaped
by the history and evolution of our constitutional
order (see Reference re Secession of Quebec, [1998]
2 S.C.R. 217, at paras. 49-52).
[27] La Cour reconnaît depuis longtemps que
notre cadre constitutionnel attribue des fonctions
différentes à l’exécutif, au législatif et au judiciaire
(voir Fraser c. Commission des relations de travail
dans la Fonction publique, [1985] 2 R.C.S. 455,
p. 469‑470). La teneur de ces rôles différents a été
façonnée par l’histoire et l’évolution de notre ordre
constitutionnel (voir Renvoi relatif à la sécession du
Québec, [1998] 2 R.C.S. 217, par. 49‑52).
[28] Over several centuries of transformation
and conflict, the English system evolved from
one in which power was centralized in the Crown
to one in which the powers of the state were
exer­cised by way of distinct organs with separate
func­tions. The development of separate exec­u­
tive, legislative and judicial functions has allowed
for the evolution of certain core competencies
in the various institutions vested with these func­
tions. The legislative branch makes policy choices,
adopts laws and holds the purse strings of gov­
ern­ment, as only it can authorize the spending of
public funds. The executive implements and ad­
ministers those policy choices and laws with the
assistance of a professional public service. The
judiciary maintains the rule of law, by interpreting
and applying these laws through the independent
[28] Au fil de plusieurs siècles de transformation
et de conflits, le système anglais est passé d’un
régime où la Couronne détenait tous les pouvoirs
à un régime où des organes indépendants aux fonc­
tions distinctes les exercent. L’évolution de fonc­
tions exécutive, législative et judiciaire distinctes
a per­mis l’acquisition de certaines compétences
essen­tielles par les diverses institutions appelées
à exercer ces fonctions. Le pouvoir législatif fait
des choix politiques, adopte des lois et tient les
cordons de la bourse de l’État, car lui seul peut
autoriser l’affectation de fonds publics. L’exécutif
met en œuvre et administre ces choix politiques
et ces lois par le recours à une fonction publique
compétente. Le judiciaire assure la primauté du
droit en interprétant et en appliquant ces lois dans
le cadre de renvois et de litiges sur lesquels il statue
20
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
and impartial adjudication of references and dis­
putes, and protects the fundamental liberties and
freedoms guaranteed under the Charter.
de manière indépendante et impartiale, et il défend
les libertés fondamentales garanties par la Charte.
[29] All three branches have distinct institutional
capacities and play critical and complementary
roles in our constitutional democracy. However,
each branch will be unable to fulfill its role if
it is unduly interfered with by the others. In
New Brunswick Broadcasting Co. v. Nova Scotia
(Speaker of the House of Assembly), [1993] 1
S.C.R. 319, McLachlin J. affirmed the importance
of respecting the separate roles and institutional
capacities of Canada’s branches of government
for our constitutional order, holding that “[i]t is
fundamental to the working of government as a
whole that all these parts play their proper role. It
is equally fundamental that no one of them overstep
its bounds, that each show proper deference for the
legitimate sphere of activity of the other” (p. 389).3
[29] Les trois pouvoirs ont des attributions ins­
titutionnelles distinctes et jouent des rôles à la fois
cruciaux et complémentaires dans notre démocratie
constitutionnelle. Toutefois, un pouvoir ne peut
jouer son rôle lorsqu’un autre empiète indûment
sur lui. Dans New Brunswick Broadcasting Co. c.
Nouvelle‑Écosse (Président de l’Assemblée légis­
lative), [1993] 1 R.C.S. 319, la juge McLachlin
confirme l’importance de respecter les fonctions
et les attributions distinctes des pouvoirs de l’État
canadien pour ce qui est de notre ordre cons­
titutionnel et elle conclut qu’« il est essentiel que
toutes ces composantes jouent le rôle qui leur est
propre. Il est également essentiel qu’aucune [. . .]
n’outrepasse ses limites et que chacune respecte
de façon appropriée le domaine légitime de com­
pétence de l’autre » (p. 389)3.
[30] Accordingly, the limits of the court’s inhe­
rent jurisdiction must be responsive to the proper
function of the separate branches of government,
lest it upset the balance of roles, responsibilities
and capacities that has evolved in our system of
governance over the course of centuries.
[30] Par conséquent, la compétence inhérente de
la cour doit être limitée au regard de la fonction
propre à chacun des pouvoirs distincts, sous peine
de rupture de l’équilibre des fonctions et des
attributions issu de l’évolution de notre système de
gouvernement au fil des siècles.
[31] Indeed, even where courts have the juris­
diction to address matters that fall within the
constitutional role of the other branches of gov­
ernment, they must give sufficient weight to the
constitutional responsibilities of the legislative
and executive branches, as in certain cases the
other branch will be “better placed to make such
decisions within a range of constitutional options”
(Canada (Prime Minister) v. Khadr, 2010 SCC 3,
[2010] 1 S.C.R. 44, at para. 37).
[31] En effet, même le tribunal doté du pou­
voir de connaître de questions qui relèvent cons­ti­
tutionnellement des autres composantes de l’État
doit accorder suffisamment d’importance aux attri­
butions constitutionnelles des pouvoirs législatif
et exécutif car, dans certains cas, l’autre pouvoir
« est mieux placé pour prendre ces décisions dans
le cadre des choix constitutionnels possibles »
(Canada (Premier ministre) c. Khadr, 2010 CSC 3,
[2010] 1 R.C.S. 44, par. 37).
3The normative force of the separation of powers has been
recognized by this Court on multiple occasions since New
Brunswick Broadcasting. See R. v. Power, [1994] 1 S.C.R. 601,
at pp. 620-21; Doucet-Boudreau v. Nova Scotia (Minister of
Education), 2003 SCC 62, [2003] 3 S.C.R. 3, at paras. 33-34
and 106-11; Newfoundland (Treasury Board) v. N.A.P.E., 2004
SCC 66, [2004] 3 S.C.R. 381, at paras. 104-5; Canada (House
of Commons) v. Vaid, 2005 SCC 30, [2005] 1 S.C.R. 667, at
para. 21; Canada (Prime Minister) v. Khadr, 2010 SCC 3, [2010]
1 S.C.R. 44, at paras. 39-41.
3 Depuis cet arrêt, notre Cour a maintes fois reconnu la force
normative de la séparation des pouvoirs. Voir R. c. Power, [1994]
1 R.C.S. 601, p. 620-621; Doucet-Boudreau c. Nouvelle-Écosse
(Ministre de l’Éducation), 2003 CSC 62, [2003] 3 R.C.S. 3,
par. 33‑34 et 106-111; Terre-Neuve (Conseil du Trésor) c. N.A.P.E.,
2004 CSC 66, [2004] 3 R.C.S. 381, par. 104-105; Canada
(Chambre des communes) c. Vaid, 2005 CSC 30, [2005] 1 R.C.S
667, par. 21; Canada (Premier ministre) c. Khadr, 2010 CSC 3,
[2010] 1 R.C.S. 44, par. 39-41.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
21
(3)The Administration of Justice in the
Provinces
(3)L’administration de la justice dans les
provinces
[32] The framers of our Constitution established
a delicate balance between the federal and provin­
cial governments, anchored by s. 96 courts, whose
independence and core jurisdiction and powers
provide a unified, national judicial presence (see
Re Residential Tenancies Act, 1979, [1981] 1 S.C.R.
714, at p. 728). While the federal government is
responsible for the appointment of s. 96 judges,
the Constitution has charged the provinces with the
responsibility for the administration of justice in the
provinces (Constitution Act, 1867, s. 92(14)).
[32] Les auteurs de la Constitution ont établi
entre les gouvernements fédéral et provinciaux un
subtil équilibre, fondé sur l’art. 96, une disposition
qui vise des cours dont l’indépendance ainsi que la
compétence et les pouvoirs fondamentaux garan­
tissent une présence judiciaire nationale unifiée
(voir Renvoi sur la Loi de 1979 sur la location rési­
dentielle, [1981] 1 R.C.S. 714, p. 728). Bien qu’il
revienne au gouvernement fédéral de nommer les
juges des cours visées à l’art. 96, la Constitution
confie aux provinces l’administration de la justice
dans les provinces (Loi constitutionnelle de 1867,
par. 92(14)).
[33] Pursuant to this power, the provincial legis­
latures enact laws and adopt regulations per­
taining to courts, rules of court and civil procedure,
or delegate this function to another body. They
also pass laws to provide the infrastructure and
staff necessary to operate the courts and establish
schemes to provide legal representation to per­
sons involved in court proceedings. The provincial
legislature votes the funds necessary to operate
the justice system within the province, and the
executive, mainly through the office of the Attorney
General, is charged with the responsibility of
administering these funds and, more broadly, the
administration of justice itself. As Dickson J. stated
in Di Iorio v. Warden of the Montreal Jail, [1978]
1 S.C.R. 152, at p. 200: “Since Confederation, the
provincial departments of the Attorney General
have in practice ‘administered justice’ in the broad­
est sense, at great expense to the taxpayers . . . .”
[33] Dans l’exercice de ce pouvoir, les légis­
latures provinciales édictent des lois et prennent
des règlements sur les tribunaux, les règles de pro­
cédure et la procédure civile, ou elles délèguent
cette fonction à une autre entité. En outre, elles
adoptent des lois pour assurer aux tribu­
naux
l’infra­structure et le personnel nécessaires à leur
fonctionnement, et elles créent des programmes
qui permettent la représentation par avocat d’une
partie à une instance judiciaire. La législature
provinciale vote les fonds nécessaires au fonc­
tionnement du système de justice dans la province,
et l’exécutif, surtout par l’intermédiaire du
bureau du procureur général, est chargé de la ges­
tion de ces fonds et, de façon plus générale, de
l’administration de la justice elle‑même. Comme
l’a affirmé le juge Dickson dans Di Iorio c. Gardien
de la prison de Montréal, [1978] 1 R.C.S. 152,
p. 200, « [d]epuis la Confédération, ce sont les
pro­cureurs généraux des provinces qui, en prati­
que, ont vu à “l’administration de la justice” au
sens le plus large de l’expression. Ce sont les con­
tribua­bles provinciaux qui en ont assumé les frais
élevés ».
(4)Role of the Attorney General in the
Administration of Justice on Behalf of the
Province
(4)Le rôle du procureur général dans l’admi­
nistration de la justice au nom de la province
[34] The first reference to the “attornatus
regis” — the King’s Attorney — dates back to the
[34] La première mention de l’« attornatus regis »
— le procureur du Roi — remonte au 13e siècle
22
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
13th century (J. L. J. Edwards, The Law Officers of
the Crown (1964), at p. 16). The role of Attorney
General was carried into Canada in the 18th century,
with the first Attorney General of Upper Canada
being appointed in 1791 (P. Romney, Mr Attorney: 
The Attorney General for Ontario in Court, Cabinet,
and Legislature 1791-1899 (1986), at pp. 6-7). The
role was continued by the Constitution Act, 1867,
as s. 63 explicitly mentions the Attorney General
as one of the officers of the Executive Council of
Ontario.
(J. L. J. Edwards, The Law Officers of the Crown
(1964), p. 16). La fonction de procureur général a
vu le jour au Canada au 18e siècle lors de la nomi­
nation du premier procureur général du Haut‑
Canada en 1791 (P. Romney, Mr Attorney : The
Attorney General for Ontario in Court, Cabinet
and Legislature 1791‑1899 (1986), p. 6‑7). La fonc­
tion a été reconduite dans la Loi constitutionnelle
de 1867, le procureur général faisant partie des
officiers du conseil exécutif d’Ontario énumérés à
l’art. 63.
[35] The Attorney General of Ontario, on behalf
of the executive, acts pursuant to the province’s
responsibility under s. 92(14) of the Constitution
Act, 1867 for the administration of justice. As Chief
Law Officer of the Crown, the Attorney General has
special responsibilities to uphold the administration
of justice (see, for example, Ministry of the Attorney
General Act, R.S.O. 1990, c. M.17, s. 5). Idington J.
noted in In re Criminal Code (1910), 43 S.C.R. 434,
at p. 443, that “custom, tradition and constitutional
usage, hav[e] charged [the Attorney General] with
the administration of justice within the province as
his primary duty”.
[35] Au nom de l’exécutif, le procureur général
de l’Ontario exerce sa fonction en application de la
compétence reconnue à la province au par. 92(14)
de la Loi constitutionnelle de 1867 en matière
d’administration de la justice. En tant que premier
conseiller juridique de l’État, il jouit d’attributions
particulières pour assurer l’administration de la
justice (voir par exemple la Loi sur le ministère
du Procureur général, L.R.O. 1990, ch. M.17,
art. 5). Dans In re Criminal Code (1910), 43 R.C.S. 434, p. 443, le juge Idington fait remarquer que
[traduction] « la coutume, la tradition et l’usage
constitutionnel [ont] chargé [le procureur général]
de l’administration de la justice dans la province, sa
fonction principale ».
[36] The Attorney General remunerates various
participants in the criminal justice system — in­
cluding provincial Crown counsel, court reporters,
interpreters, registrars and law clerks. The Attorney
discharges his obligation to provide counsel for
indigent accused through the establishment of legal
aid programs (see R. v. Peterman (2004), 70 O.R.
(3d) 481 (C.A.)). Defence counsel appointed under
s. 24(1) of the Charter (see, for instance, R. v.
Rowbotham (1988), 41 C.C.C. (3d) 1 (Ont. C.A.))
are funded directly by the Attorney General. This
does not create an apprehension of bias or a con­
flict of interest. Instead, this role is consistent
with the Attorney’s responsibilities and public
accountability. Indeed, even provincial court judges
are paid by the provincial Attorneys General and
are still seen as independent (see Provincial Judges
Reference).
[36] Le procureur général rémunère les divers
participants du système judiciaire pénal, y com­
pris les procureurs de la Couronne provinciale, les
sté­­nographes, les interprètes, les greffiers et les
auxiliaires juridiques. Il s’acquitte de son obligation
constitutionnelle d’assurer la représentation par
avocat de l’accusé impécunieux par l’établisse­
ment de programmes d’aide juridique (voir R. c.
Peterman (2004), 70 O.R. (3d) 481 (C.A.)). De
plus, l’avocat de la défense nommé en application
du par. 24(1) de la Charte (voir par exemple R. c.
Rowbotham (1988), 41 C.C.C. (3d) 1 (C.A. Ont.))
est rémunéré directement par lui, ce qui ne fait
naître aucune crainte de partialité ou de conflit
d’intérêts. Au contraire, ce faisant, le procureur
géné­ral respecte ses attributions et sa responsabi­
lité publique. En effet, même les juges des cours
provinciales sont rémunérés par les procureurs
généraux des provinces et ils sont néanmoins
tenus pour indépendants (voir Renvoi relatif aux
juges de la Cour provinciale).
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
23
[37] The Attorney General is not an ordinary
party. This special character manifests itself in
the role of Crown attorneys, who, as agents of the
Attorney General, have broader responsibilities to
the court and to the accused, as local ministers of
justice (see Boucher v. The Queen, [1955] S.C.R.
16, at pp. 23-24, per Rand J.; Nelles v. Ontario,
[1989] 2 S.C.R. 170, at pp. 191-92, per Lamer J.).
[37] Le procureur général n’est pas une partie
à l’instance comme une autre. Sa singularité se
manifeste par le rôle dévolu au procureur de la
Couronne qui, à titre de représentant du procureur
général, a des obligations accrues envers la cour et
envers l’accusé en tant que représentant local de la
justice (voir Boucher c. The Queen, [1955] R.C.S.
16, p. 23‑24, le juge Rand; Nelles c. Ontario, [1989]
2 R.C.S. 170, p. 191-192, le juge Lamer).
(5)Limitations on the Courts’ Inherent Juris­
diction in the Context of the Administration
of Justice
(5)Les limites de l’exercice de la compétence
inhérente de la cour dans le contexte de
l’administration de la justice
[38] It is vital that each branch of government
respect its proper institutional role and capacity in
the administration of justice, in accordance with the
Constitution and public accountability.
[38] Il est fondamental que chacun des pouvoirs
de l’État respecte ses justes fonction et attribution
institutionnelles en matière d’administration de
la justice, conformément à la Constitution et à la
responsabilité publique.
[39] Section 96 judges possess inherent power
to make orders necessary to protect the judicial
process and the rule of law. The courts must of
course safeguard their own constitutional in­
dependence to assure the fairness of the judicial
process and to protect the rights and freedoms of
Canadians that are entrusted to them under the
Charter. As the Canadian Judicial Council noted
in its 2006 report, “[i]t is crucial to bear in mind
that inherent powers, by definition, inhere in courts
and their jurisdiction and so cannot be analysed
independently of the role the judiciary is expected
to play in the constitutional structure” (Alternative
Models of Court Administration (2006) (online), at
p. 46). As such, these powers are exercised within
the framework for the administration of justice that
the province has established.
[39] Les cours visées à l’art. 96 possèdent le
pouvoir inhérent de rendre les ordonnances néces­
saires à la protection du processus judiciaire et
de la primauté du droit. Elles doivent évi­dem­­
ment défendre leur propre indépendance cons­
titutionnelle afin d’assurer l’équité de ce pro­cessus
et de s’acquitter de leur obligation de pro­téger
les droits et libertés que la Charte garantit aux
Canadiens. Comme le signalait le Conseil canadien
de la magistrature dans son rapport de 2006, « [i]l
est essentiel d’avoir à l’esprit que les pouvoirs
inhérents, par définition, sont inhérents aux tri­
bunaux et à leur compétence de sorte qu’ils ne
peuvent pas être analysés indépendamment du
rôle que le pouvoir judiciaire est appelé à exer­
cer dans la structure constitutionnelle » (Modèles
d’admi­nistration des tribunaux judiciaires (2006)
(en ligne), p. 52). Ces fonctions sont donc exercées
à l’intérieur du cadre d’administration de la justice
établi par la province.
[40] As the Court made clear in the Provincial
Judges Reference, judicial independence includes
a core administrative component, which extends
to administrative decisions that bear “directly
and immediately on the exercise of the judicial
function” (para. 117). These were listed in Valente
[40] Dans le Renvoi relatif aux juges de la Cour
provinciale, la Cour dit clairement que l’indé­pen­
dance judiciaire comporte un volet admi­nistratif
essentiel, lequel englobe les décisions admi­nis­
tratives qui portent « directement et immé­diatement
sur l’exercice des fonctions judiciaires » (par. 117).
24
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
v. The Queen, [1985] 2 S.C.R. 673, at p. 709, as
including:
Dans Valente c. La Reine, [1985] 2 R.C.S. 673,
p. 709, elle précise qu’il s’agit notamment de ce qui
suit :
. . . assignment of judges, sittings of the court, and
court lists — as well as the related matters of allocation
of court rooms and direction of the administrative staff
engaged in carrying out these functions . . . .
. . . l’assignation des juges aux causes, les séances de la
cour, le rôle de la cour, ainsi que les domaines connexes
de l’allocation de salles d’audience et de la direction du
personnel administratif qui exerce ces fonctions . . .
As this Court went on to hold in Valente, at pp. 71112, while greater administrative autonomy or in­
dependence may be desirable, it is not essential to
judicial independence (see also Provincial Judges
Reference, at para. 253).
Comme elle ajoute dans Valente, p. 711-712, une
plus grande autonomie ou indépendance admi­
nistrative peut se révéler souhaitable, mais elle
n’est pas essentielle à l’indépendance judiciaire
(voir aussi Renvoi relatif aux juges de la Cour
provinciale, par. 253).
[41] The proper constitutional role of s. 96
courts does not permit judges to use their inherent
jurisdiction to enter the field of political matters such
as the allocation of public funds, absent a Charter
challenge or concern for judicial independence.
For this reason, it is generally accepted that courts
of inherent jurisdiction do not have the power to
appoint court personnel. Staffing the courts is the
responsibility of the provincial government.
[41] La fonction constitutionnelle propre aux
cours visées à l’art. 96 ne permet pas aux juges
d’invo­quer leur compétence inhérente pour s’immis­
cer dans un domaine relevant de la poli­
ti­
que,
comme l’affectation de fonds publics, sauf con­
testation fondée sur la Charte ou crainte d’atteinte
à l’indépendance judiciaire. C’est pourquoi il est
généralement admis que les cours dotées d’une
compétence inhérente n’ont pas le pouvoir de nom­
mer les membres de leur personnel. La dotation
en personnel des tribunaux relève en effet du gou­
vernement provincial.
[42] Of course, a complaint that inadequate
funding risks undermining the justice system may
be subject to court oversight, whether by way of
a Charter application or a challenge based on the
constitutional principle of judicial independence,
as was the case in the Provincial Judges Reference,
where the closure of the Manitoba courts by with­
drawing court staff on a series of Fridays, as a
part of a wider deficit-reduction effort, was found
unconstitutional (paras. 269-76).
[42] On peut certes faire valoir devant un tri­
bunal que le financement insuffisant compromet
le système de justice, que ce soit en invoquant la
Charte ou le principe constitutionnel de l’indé­
pendance judiciaire. On l’a fait dans le Renvoi
relatif aux juges de la Cour provinciale, où la Cour
a jugé inconstitutionnelle la fermeture des tribu­
naux manitobains par le retrait du personnel plu­
sieurs vendredis de suite aux fins d’un programme
général de réduction du déficit (par. 269‑276).
[43] However, the allocation of resources between
competing priorities remains a policy and economic
question; it is a political decision and the legislature
and the executive are accountable to the people
for it.
[43] Il demeure toutefois que l’affectation des
ressources en fonction de priorités concurrentes
relève de la politique et de l’économie; cette mesure
ressortit au législatif et à l’exécutif, qui en sont
responsables vis‑à‑vis de la population.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
25
B. Amici Curiae and the Inherent Jurisdiction of
the Court
B. L’amicus curiae et la compétence inhérente de
la cour
(1)Appointing Amici
(1)Nomination de l’amicus
[44] While courts of inherent jurisdiction have
no power to appoint the women and men who staff
the courts and assist judges in discharging their
work, there is ample authority for judges appointing
amici curiae where this is necessary to permit a
particular proceeding to be successfully and justly
adjudicated.
[44] Bien qu’une cour dotée de la compétence
inhérente ne puisse nommer les membres de son
personnel appelés à appuyer ses juges dans leur
travail, une abondante jurisprudence veut qu’elle
puisse nommer un amicus lorsque cette mesure
s’impose afin que justice puisse être rendue dans
une instance en particulier.
[45] Amici curiae have long played a role in our
system of justice. As early as the mid-14th century,
the common law courts from which our superior
courts are descended received the assistance of
amici (see S. C. Mohan, “The Amicus Curiae: 
Friends No More?”, [2010] S.J.L.S. 352, at pp. 35660). Indeed, as one scholar has noted, “[t]here can
be no doubt as to the age and wide acceptance of the
amicus curiae. As to its origin, on the other hand,
there is a great deal of doubt. Like so many things of
great age, its roots are lost even though the practice
still continues” (F. M. Covey, Jr., “Amicus Curiae: 
Friend of the Court” (1959), 9 DePaul L. Rev. 30,
at p. 33). A number of cases have recognized the
practice; in addition, there are statutory provisions
that provide for the appointment of an amicus in
certain circumstances.4
[45] La fonction d’amicus curiae existe depuis
longtemps dans notre système de justice. Dès le
milieu du 14e siècle, les cours de common law, les
ancêtres de nos cours supérieures, ont bénéficié
des services d’amici (voir S. C. Mohan, « The
Amicus Curiae : Friends No More? », [2010]
S.J.L.S. 352, p. 356‑360). En effet, comme le fait
observer un auteur, [traduction] « [l]’ancien­
neté et la reconnaissance générale de la fonction
d’amicus curiae ne font aucun doute. Ses origines
sont en revanche assez incertaines. À l’instar de
tant de choses anciennes, l’institution existe tou­
jours même si on ne peut déterminer son ori­­gine »
(F. M. Covey, Jr., « Amicus Curiae : Friend of
the Court » (1959), 9 DePaul L. Rev. 30, p. 33).
Non seulement la fonction d’amicus est reconnue
par la jurisprudence, mais des dispositions légis­
latives prévoient la nomination d’un amicus dans
certaines situations4.
[46] A court’s inherent jurisdiction to appoint
an amicus in criminal trials is grounded in its au­
thor­ity to control its own process and function as a
court of law. Much like the jurisdiction to exercise
[46] La compétence inhérente de la cour pour
nommer un amicus lors d’un procès criminel
s’appuie sur son pouvoir de faire respecter sa pro­
pre procédure et de constituer une cour de justice.
4 In civil matters in Ontario, Rule 13.02 of the Rules of Civil
Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194, permits a court to appoint a
friend of the court for the purpose of rendering assistance by way
of argument. In this Court, Rule 92 of the Rules of the Supreme
Court of Canada, SOR/2002-156, permits the Court or a judge
to appoint an amicus in an appeal, while s. 53(7) of the Supreme
Court Act, R.S.C. 1985, c. S-26, provides for the appointment of
an amicus to argue in favour of an unrepresented interest where
the Governor in Council has referred a matter to the Court for
its consideration, and authorizes the Minister of Finance to pay
the reasonable expenses of counsel out of funds authorized by
Parliament for expenses of litigation.
4 En Ontario, dans les affaires civiles, le tribunal est habilité par
la règle 13.02 des Règles de procédure civile, R.R.O. 1990,
Règl. 194, à nommer un ami de la cour appelé à l’aider par la
formulation d’arguments. Notre Cour ou un de ses juges peut,
suivant la règle 92 des Règles de la Cour suprême du Canada,
DORS/2002-156, nommer un amicus dans le cas d’un appel. Le
par. 53(7) de la Loi sur la Cour suprême, L.R.C. 1985, ch. S-26,
prévoit la nomination d’un amicus pour défendre un intérêt non
représenté lorsque le gouverneur en conseil soumet une question
au jugement de la Cour, et il autorise le ministre des Finances à
payer les frais raisonnables alors engagés par l’avocat, sur les
crédits affectés par le Parlement aux frais de justice.
26
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
con­trol over counsel when necessary to protect
the court’s process that was recognized in R. v.
Cunningham, 2010 SCC 10, [2010] 1 S.C.R. 331, at
para. 18, the ability to appoint amici is linked to the
court’s authority to “request its officers, particularly
the lawyers to whom the court afforded exclusive
rights of audience, to assist its deliberations”
(B. M. Dickens, “A Canadian Development: NonParty Intervention” (1977), 40 Mod. L. Rev. 666, at
p. 671).
Par analogie avec la mesure prise à l’égard d’un
avocat pour faire respecter sa procédure — dont la
Cour reconnaît la légitimité dans R. c. Cunningham,
2010 CSC 10, [2010] 1 R.C.S. 331, par. 18 —, la
nomination d’un amicus se rattache au pouvoir de
la cour de [traduction] « demander aux auxiliaires
de justice, en particulier les avocats auxquels elle
accorde le droit exclusif de plaider devant elle,
de l’aider dans l’accomplissement de sa tâche »
(B. M. Dickens, « A Canadian Development : Non‑
Party Intervention » (1977), 40 Mod. L. Rev. 666,
p. 671).
[47] Thus, orders for the appointment of amici
do not cross the prohibited line into the province’s
responsibility for the administration of justice,
provided certain conditions are met. First, the
assistance of amici must be essential to the judge
discharging her judicial functions in the case at
hand. Second, as my colleague Fish J. observes,
much as is the case for other elements of inherent
jurisdiction, the authority to appoint amici should
be used sparingly and with caution, in response to
specific and exceptional circumstances (para. 115).
Routine appointment of amici because the defendant
is without a lawyer would risk crossing the line
between meeting the judge’s need for assistance
and the province’s role in the administration of
justice.5
[47] La nomination judiciaire d’un amicus
n’empiète donc pas sur la compétence de la pro­
vince en matière d’administration de la justice,
dès lors que certaines conditions sont réunies.
Premièrement, le juge doit avoir besoin de l’aide
d’un amicus pour s’acquitter de ses fonctions
dans l’affaire en cause. Deuxièmement, comme le
fait observer mon collègue le juge Fish, à l’instar
d’autres éléments de la compétence inhérente, le
pouvoir de la cour de nommer un amicus doit être
exercé parcimonieusement et avec circonspection,
et dans une situation particulière et exception­
nelle (par. 115). La nomination automatique
d’un amicus chaque fois qu’un défendeur n’est
pas représenté pourrait ne plus viser à répondre
au besoin d’assistance du juge, mais relever de
l’admi­nistration de la justice, laquelle ressortit à
la province5.
[48] So long as these conditions are respected,
the appointment of amici avoids the concern that
it improperly trenches on the province’s role in the
administration of justice.
[48] Lorsque ces conditions sont respectées,
la nomination d’un amicus n’empiète pas sur la
fonction provinciale d’administration de la justice.
5 Making use of amici in this manner is not universally endorsed.
In the United Kingdom, the Attorney General and Lord Chief
Justice jointly issued guidance to the judiciary regarding the
use of advocates to the court, as amici are known there (see
“Memorandum — Requests for the appointment of an advocate
to the court”, reproduced in Lord Goldsmith, “Advocate to the
Court”, Law Society Gazette, February 1, 2002 (online)). This
guidance specified that advocates to the court are traditionally
appointed on points of law and do not normally lead evidence,
examine witnesses, and, in particular, are not to be appointed
solely because an accused is unrepresented (para. 4).
5 Cette conception du recours à l’amicus ne fait pas l’unanimité.
Au Royaume-Uni, le procureur général et le lord juge en chef
ont formulé de concert des lignes directrices destinées à la
magistrature sur le recours à l’advocate to the court, l’équivalent
de notre amicus (voir « Memorandum — Requests for the
appointment of an advocate to the court », reproduit dans Lord
Goldsmith, « Advocate to the Court », Law Society Gazette,
1er février 2002 (en ligne)). Ces lignes directrices précisent
qu’un advocate to the court est habituellement nommé pour
cla­
rifier un point de droit et ne présente habituellement pas
d’éléments de preuve, ni n’interroge de témoins et, en particulier,
sa nomina­tion ne tient pas uniquement au fait que l’accusé n’est
pas repré­senté (par. 4).
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
27
(2)Amici as Defence Counsel
(2)L’amicus appelé à exercer la fonction
d’avocat de la défense
[49] Further, I agree with my colleague Fish J.
that “[o]nce clothed with all the duties and re­
sponsibilities of defence counsel, the amicus can
no longer properly be called a ‘friend of the court’”
(para. 114). Amici and court-appointed defence
counsel play fundamentally different roles (see D.
Berg, “The Limits of Friendship: the Amicus Curiae
in Criminal Trial Courts” (2012), 59 Crim. L.Q. 67,
at pp. 72-74).
[49] Par ailleurs, je conviens avec mon collègue
le juge Fish que « [d]ès que les devoirs et les
obligations d’un avocat de la défense lui incombent,
[l’amicus] ne peut plus être considéré à juste titre
comme l’“ami de la cour” » (par. 114). L’amicus
et l’avocat de la défense nommé par la cour jouent
des rôles foncièrement différents (voir D. Berg,
« The Limits of Friendship : the Amicus Curiae in
Criminal Trial Courts » (2012), 59 Crim. L.Q. 67,
p. 72‑74).
[50] The issue of whether it was appropriate to
appoint amici to effectively act as defence counsel
was raised by the Attorney General of Quebec and
the Attorney General of British Columbia, who
were interveners in this Court. It was not challenged
by the Attorney General of Ontario. However, to the
extent that the terms for the appointment of amici
mirror the responsibilities of defence counsel, they
blur the lines between those two roles, and are
fraught with complexity and bristle with danger.
[50] Intervenants devant notre Cour, les procureurs
généraux du Québec et de la Colombie‑Britannique
soulèvent la question de savoir s’il est approprié
de nommer un amicus pour tenir lieu dans les faits
d’avocat de la défense. Le caractère approprié de
cette nomination n’est pas contesté par le procureur
général de l’Ontario. Toutefois, dans la mesure où le
mandat de l’amicus s’apparente à celui de l’avocat
de la défense, la ligne de séparation entre ces deux
fonctions est brouillée et des complications et des
risques en résultent.
[51] First, the appointment of amici for such
a purpose may conflict with the accused’s con­
stitutional right to represent himself (see R. v.
Swain, [1991] 1 S.C.R. 933, at p. 972).
[51] Premièrement, la nomination d’un amicus
pour représenter un accusé peut aller à l’encontre
du droit constitutionnel de ce dernier d’assurer sa
propre défense (voir R. c. Swain, [1991] 1 R.C.S.
933, p. 972).
[52] Second, it can also defeat the judicial decision
to refuse to grant state-funded counsel following an
application invoking the accused’s fair trial rights
under the Charter. For instance, by expanding the
role of the amicus, first to act as though he was
defending a client who remained mute, and later to
take instructions from the accused, the trial judge
in Imona Russel undermined the court’s earlier
decisions to deny state-funded defence counsel.
[52] Deuxièmement, elle peut aussi aller à
l’encontre de la décision de ne pas accorder les
services d’un avocat rémunéré par l’État rendue par
un tribunal saisi d’une demande fondée sur le droit
constitutionnel de l’accusé à un procès équitable.
Par exemple, dans Imona Russel, en élargissant
le rôle de l’amicus, d’abord pour agir dans l’ins­
tance comme s’il défendait un client qui choi­
sis­sait de garder le silence, puis pour représenter
l’accusé con­formément à ses instructions, la juge
du procès a court‑circuité le refus initial des servi­
ces d’un avocat rémunéré par l’État.
[53] Third, there is an inherent tension between
the duties of an amicus who is asked to represent
the interests of the accused, especially where
[53] Troisièmement, il existe une tension inhé­
rente entre les obligations de l’amicus auquel on
demande de représenter l’accusé, surtout lorsqu’il
28
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
counsel is taking instructions, as in Imona Russel
and Whalen, and the separate obligations of the
amicus to the court. This creates a potential conflict
if the amicus’ obligations to the court require legal
submissions that are not favourable to the accused
or are contrary to the accused’s wishes. Further, the
privilege that would be afforded to communications
between the accused and the amicus is muddied
when the amicus’ client is in fact the trial judge.
agit sur les instructions de ce dernier, comme
dans Imona Russel et Whalen, et ses obligations
distinctes envers la cour. Un conflit pourrait en
résulter si les obligations de l’amicus envers la
cour l’obligeaient à faire valoir des points de droit
qui ne sont pas favorables à l’accusé ou qui sont
contraires aux vœux de ce dernier. Qui plus est, le
privilège dont feraient l’objet les communications
entre l’accusé et l’amicus serait compromis dans la
mesure où le client de l’amicus serait en réalité le
juge du procès.
[54] Thus, it seems to me that this current
practice of appointing amici as defence counsel
blurs the traditional roles of the trial judge, the
Crown Attorney as a local minister of justice and
counsel for the defence. Further, the use of amici
to assist a trial judge in fulfilling her duty to assist
an unrepresented accused might result in a trial
judge doing something indirectly that she cannot
do directly. While trial judges are obliged to assist
unrepresented litigants, they are not permitted to
give them strategic advice. Where an amicus is
assigned and is instructed to take on a solicitorclient role, as in Imona Russel and Whalen, the
court’s lawyer takes on a role that the court is
precluded from taking.
[54] Il appert donc que la pratique actuelle de
confier à l’amicus le mandat de défendre l’accusé
brouille la délimitation traditionnelle des fonctions
respectives du juge du procès, du procureur de la
Couronne en tant que représentant local de la
justice et de l’avocat de la défense. De plus, en
ayant recours à un amicus pour mieux s’acquitter
de son obligation d’aider l’accusé non repré­senté,
le juge du procès pourrait faire indirectement ce
qui lui est interdit de faire directement. Le juge
du procès est certes tenu d’assister le plaideur
non représenté, mais il ne lui est pas permis de
don­ner des conseils d’ordre stratégique. Lorsque,
comme dans les affaires Imona Russel et Whalen,
un amicus est nommé puis se voit confier le man­
dat de représenter l’accusé comme dans le cadre
d’une relation procureur‑client, l’avocat de la cour
exerce une fonction que la cour n’a pas elle‑même
le droit d’exercer.
[55] Finally, there is a risk that appointing amici
with an expanded role will undermine the pro­
vincial legal aid scheme. In this case, the Ontario
legislature had passed the Legal Aid Services Act,
1998, S.O. 1998, c. 26, which provides for the rep­
resentation of indigent accused. The inherent or
implied jurisdiction of a court cannot be exercised
in a way that would circumvent or undermine
those laws. Absent a constitutional challenge, the
judicial exercise of inherent or implied jurisdiction
must operate within the framework of duly enacted
legislation and regulations.
[55] Enfin, la nomination d’un amicus au mandat
élargi risque de porter atteinte au régime d’aide
juridique de la province, en l’occurrence la Loi de
1998 sur les services d’aide juridique, L.O. 1998,
ch. 26, que le législateur ontarien a adoptée afin
que l’accusé impécunieux puisse être représenté.
Le tribunal ne saurait exercer sa compétence inhé­
rente ou tacite de manière à contourner cette loi
ou à l’affaiblir. À moins d’une contestation cons­
titutionnelle, le tribunal doit exercer sa compétence
inhérente ou tacite dans le respect des dispositions
législatives et réglementaires dûment adoptées.
[56] For all these reasons, I conclude that a
lawyer appointed as amicus who takes on the role
of defence counsel is no longer a friend of the court.
[56] Pour toutes ces raisons, je conclus qu’une
fois nommé amicus, l’avocat qui accepte de tenir
le rôle d’avocat de la défense n’est plus l’ami de la
cour.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
29
(3)Compensating Amici
(3)La rémunération de l’amicus
(a)The Auckland Harbour Principle
a) Le principe de l’arrêt Auckland Harbour
[57] I agree with my colleague Fish J. that the
principle stated by the Privy Council in Auckland
Harbour Board v. The King, [1924] A.C. 318, that
“no money can be taken out of the consolidated
Fund into which the revenues of the State have been
paid, excepting under a distinct authorization from
Parliament itself” (p. 326), does not resolve the
issue before us.
[57] Je conviens avec mon collègue le juge Fish
que le principe énoncé par le Conseil privé dans
l’arrêt Auckland Harbour Board c. The King, [1924]
A.C. 318, à savoir que [traduction] « nulle somme
ne peut être prélevée sur le Trésor constitué des
recettes de l’État, sauf autorisation distincte du
Parlement lui‑même » (p. 326), ne permet pas de
trancher en l’espèce.
[58] However, the Auckland Harbour principle
highlights the limits of the court’s role in the ad­
ministration of justice, a role that is based on his­
tory, convention, competence and capacity. As
already noted, the government of the day bears the
responsibility for weighing public priorities and
then allocating the resources and designing the
programs required to act on its policy choices.
[58] Ce principe met toutefois en évidence les
limites de l’apport judiciaire à l’administration
de la justice, un apport dont la teneur tient à
l’his­toire, aux conventions, à la compétence et à
l’exper­tise. Rappelons qu’il incombe au gou­ver­
nement au pouvoir de déterminer les priorités
publiques, puis d’affecter des ressources et de
concevoir les programmes qui s’imposent.
[59] Obviously, court decisions can have ancillary
financial consequences. Moving to larger venues
for jury selections involving a number of panels,
or continuing a sitting of the court late into the
day, incurring overtime expenses for court staff,
implicate greater costs for the public purse. Yet,
they are legitimate exercises of a court’s inherent
jurisdiction to control its own process. In much the
same way, an order appointing an amicus does not
take on the character of an appropriation, but rather
is one of the countless decisions that may be taken
by a court that will have incidental consequences
for the public purse.
[59] De toute évidence, une décision judi­ciaire
peut accessoirement avoir des conséquences finan­
cières. Faire siéger le tribunal dans un autre lieu
plus populeux pour y sélectionner des jurés et dres­
ser plusieurs tableaux, ou poursuivre l’audience
jusqu’à une heure tardive et occasionner ainsi le
paiement d’heures supplémentaires au personnel
de la cour, accroît les coûts. Pourtant, de telles
mesures résultent d’un exercice légitime de la
compétence inhérente de la cour en vue de faire
respecter sa propre procédure. De même, à bien
des égards, l’ordonnance portant nomination d’un
amicus ne revêt pas le caractère d’une affecta­
tion, mais compte plutôt parmi les innombrables
mesu­res judiciaires qui ont acces­soirement une
inci­dence sur les fonds publics.
[60] However, an order that the Attorney General
must provide compensation at a particular rate
goes beyond an order with ancillary financial con­
sequences, and becomes an order directing the
Attorney General to pay specific monies out of
public funds. Such orders must be grounded in law.
[60] Toutefois, l’ordonnance qui enjoint au pro­
cureur général de rémunérer une personne selon
un taux précis n’est plus une ordonnance qui a
une incidence financière accessoire, mais bien une
ordonnance qui somme le procureur général de
verser telle somme prélevée sur le trésor. Or, une
telle ordonnance doit s’appuyer sur une règle de
droit.
30
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
[61] If not derived from a Charter challenge
or authorized by specific statutory authority, the
jurisdiction to fix the compensation of amici must
be found within a court’s inherent or implied
jurisdiction.
[61] S’il ne découle pas d’une contestation fondée
sur la Charte ou d’une autorisation légale expresse,
le pouvoir de fixer la rémunération de l’amicus doit
s’originer de la compétence inhérente ou tacite de la
cour.
(b)Does the Courts’ Inherent or Implied
Jurisdiction Extend to Setting Rates of
Compensation for Amici and Ordering the
Province to Pay?
b) Sa compétence inhérente ou tacite permet‑
elle à la cour de déterminer la rémunération
de l’amicus et d’ordonner à la province de
la lui verser?
[62] The question is whether a judge, acting
properly in the exercise of her inherent or implied
jurisdiction, can fix the rate of payment of an
amicus curiae and order the province to pay the
amicus out of public funds.
[62] La question est celle de savoir si, dans
l’exercice de sa compétence inhérente ou tacite, la
cour peut à bon droit fixer le taux de rémunération
de l’amicus curiae et ordonner à la province de
payer ces honoraires sur le Trésor.
[63] The Court of Appeal’s approach rests on
the premise that the inherent or implied power to
appoint an amicus would be meaningless unless
the court has the authority to ensure that rates
of compensation will be adequate to retain the
amicus of its choice. The submission is that it will
sometimes be necessary for the court to name a
specific person as amicus in order to manage or
salvage a high-risk trial. Without the power to fix
a rate of compensation, it is argued that the court’s
ability to ensure the effective conduct of a trial is
weakened and the judicial process imperilled.
[63] Le raisonnement de la Cour d’appel a pour
la prémisse que le pouvoir inhérent ou tacite
de nommer l’amicus est vide de sens si la cour
ne peut faire en sorte que les fonds affectés à la
rémunération de l’amicus lui permettent de retenir
les services de la personne de son choix. On fait
valoir que la cour devra parfois, pour gérer un
procès où le risque d’échec est élevé, ou pour le
mener à terme, recourir aux services d’une per­
sonne en particulier à titre d’amicus. Sans le
pou­­voir de déterminer sa rémunération, la cour
serait moins en mesure d’assurer le bon dérou­
lement du procès, et le processus judiciaire serait
compromis.
[64] I agree that the courts have the jurisdiction to
set terms to give effect to their authority to appoint
amici. However, I do not accept the premise that the
court’s ability to fix rates of compensation for an
amicus is essential to the power to appoint amici,
or that its absence imperils the judiciary’s ability
to administer justice according to law in a regular,
orderly and effective manner. To the contrary, the
spectre of trial judges fixing and managing the
fees of amici imperils the integrity of the judicial
process.
[64] Je conviens que pour donner effet à son
pouvoir de nommer un amicus, la cour a la com­
pétence voulue pour fixer les conditions du man­
dat. Cependant, je disconviens que la faculté
de déterminer la rémunération de l’amicus est
essen­tielle à l’exercice du pouvoir de nommer
l’amicus, ou que son inexistence empêche la
cour de rendre justice dans le respect de la loi,
d’une manière régulière, ordonnée et efficace. Au
contraire, l’intégrité du processus judiciaire serait
compromise si le juge du procès pouvait déterminer
la rémunération de l’amicus et ordonner son
paiement.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
31
(i) Necessity
(i) La nécessité
[65] Historically, courts have effectively ap­
pointed amici without the need to fix the rate of
compensation. There is no dispute that a court has
the ability to specify the general qualifications
required for the task at hand. The Attorney General
has the obligation to pay what is constitutionally
adequate to serve the needs of the courts.
[65] Dans le passé, les tribunaux ont effectivement
nommé des amici même s’ils n’avaient pas le
pouvoir de déterminer leur rémunération. Nul ne
conteste qu’il est loisible à la cour de préciser les
qualifications générales requises pour s’acquitter du
mandat. Il incombe au procureur général de payer
la somme qui convient au regard de la Constitution
pour répondre aux besoins des tribunaux.
[66] As well, the experience with Rowbotham
orders over the last two and a half decades has
confirmed an attitude of restraint, as, even in
those Charter cases, courts have not considered
it necessary to direct the rates to be paid to statefunded lawyers appointed to represent the accused.
A number of appellate courts have considered the
issue and found it unnecessary to direct the rate of
compensation (see R. v. Chan, 2002 ABCA 299,
317 A.R. 240 (sub nom. R. v. Cai), at para. 9; R.
v. Ho, 2003 BCCA 663, 190 B.C.A.C. 187, at
para. 73; Peterman, at para. 30). This is in line
with the approach outlined by this Court in New
Brunswick (Minister of Health and Community
Services) v. G. (J.), [1999] 3 S.C.R. 46, at para. 104,
where a rate of remuneration for state-funded
counsel was not specified.
[66] En outre, les ordonnances de type Row­
botham rendues au cours des 25 dernières années
confirment la retenue judiciaire en cette matière,
car même dans les affaires liées à la Charte, les
tribunaux n’ont pas jugé nécessaire de prescrire
le tarif de la rémunération des avocats commis
d’office par l’État pour représenter l’accusé. Saisies
de la question, des cours d’appel n’ont pas estimé
nécessaire de fixer le taux de la rémunération (voir
R. c. Chan, 2002 ABCA 299, 317 A.R. 240 (sub
nom. R. c. Cai), par. 9; R. c. Ho, 2003 BCCA 663,
190 B.C.A.C. 187, par. 73; Peterman, par. 30).
Cette approche est dans le droit fil de celle de notre
Cour dans l’arrêt Nouveau‑Brunswick (Ministre
de la Santé et des Services communautaires) c.
G. (J.), [1999] 3 R.C.S. 46, par. 104, où le taux de
rémunération d’un avocat rémunéré par l’État n’a
pas été fixé.
[67] However, this is not to say that an order
fixing rates of remuneration under the Charter is
precluded, as s. 24(1) “should be allowed to evolve
to meet the challenges and circumstances of [the
case]” (Doucet-Boudreau v. Nova Scotia (Minister
of Education), 2003 SCC 62, [2003] 3 S.C.R. 3,
at para. 59). It remains open to a court of compe­
tent jurisdiction to award such a remedy where a
Charter right is at stake and it is appropriate and
just to do so.
[67] Une ordonnance peut toutefois être ren­
due à cet égard sur le fondement de la Charte, car
le par. 24(1) « doit pouvoir évoluer de manière à
relever les défis et à tenir compte des circons­tan­
ces de [l’espèce] » (Doucet‑Boudreau c. Nouvelle‑
Écosse (Ministre de l’Éducation), 2003 CSC 62,
[2003] 3 R.C.S. 3, par. 59). Il demeure loisible à
la cour compétente d’accorder une telle réparation
lorsqu’un droit garanti par la Charte est en jeu et
qu’il est à la fois indiqué et juste de le faire.
[68] Furthermore, this is not a case like R. v.
White, 2010 SCC 59, [2010] 3 S.C.R. 374, where
s. 694.1(3) of the Criminal Code, R.S.C. 1985,
c. C-46, provided statu­tory authority for the Regist­
rar of this Court to fix the fair and reasonable fees
and disburse­ments of counsel appointed by the
Court pursuant to s. 694.1(1), where counsel and the
[68] Qui plus est, la présente affaire ne s’appa­rente
pas à R. c. White, 2010 CSC 59, [2010] 3 R.C.S.
374, où le par. 694.1(3) du Code criminel, L.R.C.
1985, ch. C-46, conférait au registraire de la Cour le
pouvoir légal de fixer les honoraires et les débours
justes et rai­sonnables de l’avocat nommé par la Cour
en application du par. 694.1(1) lorsque le procureur
32
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
Attorney General could not agree, or Ontario v.
Figueroa (2003), 64 O.R. (3d) 321 (C.A.), where
the Attorney General in effect delegated to the court
the task of finding an independent prosecutor for
contempt proceedings that had been brought against
Crown officials in order to avoid the appearance
of a conflict of interest (para. 18); counsel for the
Attorney General conceded that the court had juris­
diction to fix compensation (para. 13). Apart from
these two cases and the cases at bar, I have not
been directed to, nor have I been able to find, any
appellate decision which has concluded that it was
necessary to fix the rates of remuneration for statefunded counsel.
général et l’avocat ne pouvaient s’entendre. Elle
n’a pas non plus d’atomes crochus avec l’affaire
Ontario c. Figueroa (2003), 64 O.R. (3d) 321 (C.A.),
où le procureur général avait confié à la cour la
tâche de trouver un poursuivant indépendant dans
une instance d’outrage au tribunal engagée contre
des fonctionnaires du ministère public afin qu’il n’y
ait pas de conflit d’intérêts apparent (par. 18); le
pro­cureur général avait reconnu qu’il incombait à
la cour de fixer la rémunération de ce poursuivant
indépendant (par. 13). Hormis ces deux affaires, et
celles dont nous sommes saisis en l’espèce, on n’a
porté à mon attention — et je n’ai été en mesure de
trouver — aucune décision où un tribunal d’appel
conclut qu’il faut fixer le taux de la rémunération
versée à un avocat rémunéré par l’État.
(ii)Limitations Imposed by Our Constitutional
Order
(ii) Les limites imposées par notre régime
constitutionnel
[69] As I have explained, permitting judges to
set rates and to order payment without authority
based on a statute or derived from a constitutional
challenge takes the judge out of the proper judicial
role. A court’s inherent or implied jurisdiction
cannot surpass what the Constitution permits. As
we have seen, the inherent jurisdiction of the court
must respect the constitutional framework and the
allocation of responsibility this framework makes.
It is for the duly elected members of the legislature
to determine what funds are expended on the
administration of justice, not the judges.
[69] Comme je l’explique précédemment, le juge
qui fixe la rémunération de l’amicus et ordonne
son paiement sans l’autorisation de la loi ou celle
qui découle d’une contestation constitutionnelle
outrepasse ses attributions judiciaires. Une cour doit
exercer sa compétence inhérente ou tacite dans le
respect de la Constitution. Comme nous l’avons vu,
elle doit alors tenir compte du cadre constitutionnel
et de la répartition des attributions qui découle de
ce dernier. Il appartient aux députés dûment élus
de la législature, et non aux juges, de décider des
sommes à consacrer à l’administration de la justice.
[70] In cases where the lawyer contemplated
by the court opts not to accept the compensation
offered by the Attorney General, the court does
not, in my view, have the ability to specify a rate
of remuneration in order to secure the amicus of
its choice. The inability to have the amicus of its
choice does not deprive the court of its nature as
a court of law. Even the accused, whose right to a
fair trial is at stake, is not entitled to be provided
with state-funded counsel of choice, provided he
or she receives legal representation that gives a fair
opportunity to make full answer and defence (see
R. v. Rockwood (1989), 91 N.S.R. (2d) 305 (S.C.
(App. Div.)), at paras. 15-20; Chan, at para. 18;
Child and Family Services of Winnipeg v. J. A., 2003
MBCA 154, 180 Man. R. (2d) 161, at para. 45;
[70] Lorsque l’avocat pressenti par la cour refuse
la rémunération offerte par le procureur général,
la cour n’est pas habilitée, selon moi, à modi­fier
cette rémunération afin de s’adjoindre l’amicus
de son choix. L’impossibilité de recourir à cet
amicus en particulier ne prive pas la cour de sa
fonction de cour de justice. Même l’accusé, dont
le droit à un procès équitable est en jeu, n’a pas
droit aux services de l’avocat de son choix lorsque
les honoraires sont payés par l’État; il suffit qu’un
avocat lui permette de présenter une défense pleine
et entière (voir R. c. Rockwood (1989), 91 N.S.R.
(2d) 305 (C.S. (Div. d’appel)), par. 15‑20; Chan,
par. 18; Child and Family Services of Winnipeg
c. J. A., 2003 MBCA 154, 180 Man. R. (2d) 161,
par. 45; Peterman, par. 26‑28; R. c. Ryan, 2005
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
33
Peterman, at paras 26-28; R. v. Ryan, 2005 NLCA
44, 199 C.C.C. (3d) 161, at paras. 7-8; R. v. Gagnon,
2006 YKCA 12, 230 B.C.A.C. 200, at paras. 9-11).
NLCA 44, 199 C.C.C. (3d) 161, par. 7‑8; R. c.
Gagnon, 2006 YKCA 12, 230 B.C.A.C. 200,
par. 9‑11).
[71] In Ontario, the Attorney General typically
finds a number of appropriate lawyers willing
to act as amicus for the consideration of the trial
judge. Such a process respects the institutional and
complementary constitutional roles of the courts,
the Attorney General on behalf of the executive, and
the legislature.
[71] En Ontario, le procureur général soumet
habituellement à l’examen du juge du procès la
candidature d’un certain nombre d’avocats com­
pétents disposés à être nommés amici, ce qui
respecte les fonctions institutionnelles des tribu­
naux, du procureur général (qui représente l’exé­
cutif) et du législatif, de même que leurs fonctions
constitutionnelles complémentaires.
[72] The appointment of amici cannot be per­
mitted to devolve into a routine way of getting
complex trials completed. Fundamentally, pro­
viding judges with the assistance required to
complete criminal trials in a fair and timely way is
a matter concerning the administration of justice.
As such, it is the responsibility of the province.
Ultimately, it is the province’s duty to find solutions
to recurring problems such as those that arose in the
cases before us. To routinely ask judges to resolve
these problems by extraordinary orders taxes the
inherent jurisdiction of the court with more than it
can properly be made to bear.
[72] On ne saurait permettre la nomination sys­
tématique d’amici pour assurer le bon déroule­ment
de procès complexes. Essentiellement, l’aide qu’il
convient d’offrir au juge pour qu’il mène à terme
un procès criminel de manière équitable et sans
retard indu relève de l’administration de la justice
et ressortit donc à la compétence de la province. En
fin de compte, c’est à la province qu’il revient de
trouver des solutions à des problèmes récurrents de
la nature de ceux qui se sont posés dans les affaires
visées par le pourvoi. Demander d’emblée à la cour
une mesure extraordinaire ne tient pas compte des
limites de sa compétence inhérente.
[73] For example, if the increasing demands on
trial judges are best met by the appointment of
amici to assist, but not act for, the unrepresented
accused, the province may create a roster of avail­
able and qualified counsel who are prepared to
act at the rate offered by the Attorney General.
The province may create a mechanism for the
monitoring and oversight of those funds, or look to
a staffed office to fulfill the role. It may be that the
province chooses to enhance the legal aid plan or to
establish a separate regime to address the different
roles of amici.6 It can choose to respond to public
policy problems in a way that does not undermine
other programs and priorities, including the legal
[73] Ainsi, par exemple, si le meilleur moyen de
répondre aux exigences accrues qui sont faites au
juge de première instance réside dans la nomination
d’un amicus pour assister l’accusé non représenté, la
province peut établir une liste de candidats qualifiés
disposés à offrir leurs services au tarif offert par le
procureur général. Elle peut créer un mécanisme de
contrôle et de surveillance des fonds ainsi engagés,
ou mettre sur pied un bureau doté du personnel
requis pour s’acquitter de cette tâche. Elle choisira
peut‑être de bonifier le régime d’aide juridique ou
d’établir un régime distinct pour les différentes
fonctions dévolues à l’amicus6. Elle peut décider
de s’attaquer aux problèmes de politique publique
6 For instance, in Manitoba the appointment of amici is addressed in
The Legal Aid Manitoba Act, C.C.S.M. c. L105, s. 3(2): “Subject
to the approval of the council, Legal Aid Manitoba may provide
legal aid requested by the minister, a judge, or an officer of a
court or tribunal, including providing representation as a friend
of the court, and legal information or advice to an organization or
agency, or to persons within a geographic area.”
6 Par exemple, au Manitoba, la nomination d’un amicus est prévue
dans la Loi sur la Société d’aide juridique du Manitoba, C.P.L.M.
ch. L105, par. 3(2) : « Sous réserve de l’approbation du conseil, la
Société peut fournir à des personnes se trouvant dans une région
géographique ou à des organismes les services d’aide juridique
demandés par le ministre, un juge ou un auxiliaire de la justice,
y compris les services de représentation qu’une personne rend à
titre d’intervenant désintéressé, ainsi que des renseignements et
des conseils juridiques. »
34
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
aid program. What is more, the government is
accountable to the public for such choices.
de manière à ne pas compromettre les autres pro­
grammes et priorités, y compris le programme
d’aide juridique. Qui plus est, le gouvernement
assume la responsabilité publique de ces choix.
[74] Of course, it remains the case that a failure
to provide the appropriate support may compromise
the judicial process in a specific case. For instance,
in a criminal case, the absence of a qualified court
reporter or interpreter may mean that the court
cannot proceed with the trial. However, a trial judge
cannot use her inherent jurisdiction to insist that
the Attorney General pay the higher rates required
to attract a particular court reporter or interpreter.
Sometimes a trial cannot proceed, and must be
rescheduled, despite the trial judge’s or the Crown’s
best efforts.
[74] Bien entendu, l’absence de services d’appui
adéquats peut compromettre le processus judiciaire
dans un cas donné. Par exemple, dans un dossier
criminel, l’absence d’un sténographe ou d’un
interprète qualifié peut empêcher la cour d’instruire
le procès. Or, le juge du procès ne peut pas exercer
sa compétence inhérente pour exiger du procureur
général qu’il offre la rémunération nécessaire à
l’obtention des services d’un sténographe ou d’un
interprète en particulier. Il arrive parfois que, malgré
tous les efforts du juge du procès ou du ministère
public, un procès ne puisse aller de l’avant et doive
être reporté.
[75] In those exceptional cases where Charter
rights are not at stake but the judge must have help
to do justice and appoints an amicus, the person
appointed and the Attorney General should meet
to set rates and mode of payment. The judge may
be consulted, but should not make orders regarding
payment that the Attorney General would have no
choice but to obey.
[75] Dans les cas exceptionnels où, sans qu’un
droit garanti par la Charte ne soit en jeu, le juge
doit obtenir l’aide d’un amicus pour rendre justice,
le candidat retenu et le procureur général se ren­
contrent pour déterminer le tarif et les modalités
de paiement. Ils peuvent consulter le juge, mais ce
dernier doit s’abstenir de rendre, relativement au
paiement, une ordonnance à laquelle le procureur
général n’aurait d’autre choix que d’obéir.
[76] In the final analysis, if the assistance of an
amicus is truly essential and the matter cannot be
amicably resolved between the amicus and the
Attorney General, the judge’s only recourse may be
to exercise her inherent jurisdiction to impose a stay
until the amicus can be found. If the trial cannot
proceed, the court can give reasons for the stay, so
that the responsibility for the delay is clear.
[76] En dernière analyse, lorsque le recours à
un amicus est vraiment essentiel et que l’avocat
pressenti et le procureur général ne parviennent
pas à s’entendre sur la rémunération, le juge peut
n’avoir d’autre choix que, dans l’exercice de sa
compétence inhérente, de suspendre l’instance
jusqu’à la nomination d’un amicus. Si le procès
ne peut aller de l’avant, la cour peut motiver la
suspension d’instance et préciser la cause du retard.
(c)The Integrity of the Judicial Process Would
Be Imperilled
c) Atteinte à l’intégrité du processus judiciaire
[77] Finally, recognizing that courts have the
inherent or implied power to set rates of com­
pensation creates a very real risk of compromising
the judicial role. The respondent Criminal Lawyers’
Association of Ontario says that courts use their
inherent jurisdiction to set rates of remuneration for
[77] Enfin, reconnaître à une cour de justice
le pouvoir inhérent ou tacite de fixer un taux de
rémunération crée un risque bien réel d’atteinte à
la fonction judiciaire. L’intimée Criminal Lawyers’
Association of Ontario soutient que les tribunaux
exercent rarement leur compétence inhérente pour
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
La juge Karakatsanis
35
amici infrequently and for small amounts, such that
the sums involved are modest and do not engage
social, economic or political policy. However, the
practical result is that, in Ontario, 242 superior
court judges would have the ability to instruct the
Attorney General in the expenditure of funds on
the administration of justice, in a piecemeal and
inconsistent fashion. As noted above, such orders
would potentially undermine the province’s legal
aid system.
fixer la rémunération des amici et que, lorsqu’ils
le font, le taux accordé est peu élevé, de sorte que
les sommes en cause sont modestes et ne font pas
intervenir des considérations sociales, économiques
ou politiques. Or, il demeure que 242 juges des
cours supérieures de l’Ontario pourraient dans les
faits ordonner au procureur général d’affecter des
fonds à l’administration de la justice, et ce, de
manière sporadique et contradictoire. Je le répète,
de telles ordonnances pourraient saper le régime
provincial d’aide juridique.
[78] Decisions regarding rates of compensation
for amici would put judges into the fray, requiring
them to determine fair rates of compensation; to
monitor the compensation claimed; or, as happened
in Imona Russel #2, to appoint further counsel to
monitor the fees and the time claimed, at a further
fixed fee.
[78] Décider de la rémunération des amici jetterait
les juges dans la mêlée, car ils auraient à détermi­
ner de justes taux de rémunération, à contrôler
les honoraires réclamés ou, comme dans l’affaire
Imona Russel no 2, à nommer un autre avocat pour
contrôler les honoraires et les heures facturées, ce
qui occasionne d’autres frais.
[79] Given the cost of lengthy trials, compensation
orders for lawyers in a long, complex criminal
trial can represent the expenditure of hundreds of
thousands of dollars of public funds, reviewable
only by an appellate court. There is a real risk that
such a disregard of the separation of powers and the
constitutional role and institutional capacity of the
different branches of government could undermine
the legal aid system and cause a lack of public
confidence in judges and the courts. Indeed, as the
High Court of Australia found in Grollo v. Palmer
(1995), 184 C.L.R. 348, at p. 365, courts may not
exercise non-judicial functions that would diminish
public confidence in the integrity of the judiciary as
an institution.
[79] Étant donné le coût d’un long procès, une
ordonnance sur la rémunération d’un avocat dans
un procès criminel à la fois long et complexe peut
entraîner le versement de centaines de milliers de
dollars prélevés sur le Trésor, et seule une cour
d’appel pourrait réformer une telle ordonnance. Le
risque existe bel et bien que le non‑respect de la
séparation des pouvoirs, ainsi que des attributions
constitutionnelles et institutionnelles des différentes
branches de l’État, porte atteinte au programme
d’aide juridique et sape la confiance du public dans
les juges et les tribunaux. En effet, comme l’a conclu
la Haute Cour d’Australie dans Grollo c. Palmer
(1995), 184 C.L.R. 348, p. 365, les tribunaux ne
peuvent exercer de fonctions non judiciaires qui
sont de nature à diminuer la confiance du public
dans l’intégrité de l’institution judiciaire.
V. Conclusion
V. Conclusion
[80] In summary, the ability to fix rates of com­
pensation is not necessary for the court to make its
power to appoint amici curiae effective, and the
judicial process will not be weakened or imperilled
if compensation cannot be ordered. Indeed, even
following a Rowbotham application, when the
courts have the jurisdiction to direct compensation
for counsel appointed under s. 24(1) of the Charter,
[80] En résumé, le pouvoir de fixer la rému­
nération de l’amicus n’est pas nécessaire à l’exer­
cice réel du pouvoir de la cour de nommer un
amicus curiae, et le processus judiciaire ne sera ni
affaibli ni compromis si la rémunération ne peut
faire l’objet d’une ordonnance judiciaire. En effet,
même lorsqu’une demande de type Rowbotham a
été présentée et que le tribunal a le pouvoir de fixer
36
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Karakatsanis J.
[2013] 3 S.C.R.
the courts have rarely found it necessary to direct
the rates payable to defence counsel.
la rémunération de l’avocat nommé en application
du par. 24(1) de la Charte, le tribunal saisi juge
rarement nécessaire d’arrêter le tarif auquel aura
droit l’avocat de la défense.
[81] Allowing superior and statutory court judges
to direct an Attorney General as to how to expend
funds on the administration of justice, in the ab­
sence of a constitutional challenge or statutory
authority, is incompatible with the different roles,
responsibilities and institutional capacities as­
signed to trial judges, legislators and the execu­tive
in our parliamentary democracy.
[81] Permettre au juge d’une cour supérieure
ou d’un tribunal d’origine législative d’enjoin­
dre à un procureur général d’affecter des fonds
à l’administration de la justice de telle ou telle
manière, malgré l’absence de toute contestation
constitutionnelle ou du pouvoir légal de le faire, est
incompatible avec les fonctions différentes et les
compétences institutionnelles différentes du juge
du procès, du législateur et de l’exécutif dans notre
démocratie parlementaire.
[82] In the end, what concerned the Court of
Appeal was the proper course to follow if the
Attorney General is unreasonable and a particular
lawyer is not prepared to accept the rates for service
as amicus. While trial judges have a number of
options regarding how to proceed in the face of
such an impasse, they do not have the power to
determine what a reasonable fee is or to order the
government to pay it. Such orders cross an im­
permissible line. The other pillars of government
are accountable for establishing spending priorities
and, so long as their initiatives pass constitutional
muster, have the institutional capacity to define
public policy and find program solutions. The Court
must allow provinces the flexibility they require to
meet their constitutional obligation to fund amici,
when essential.
[82] En définitive, la Cour d’appel s’est
demandé quelle démarche devait être adoptée si
le procureur général se montrait déraisonnable
et qu’un avocat n’était pas disposé à accepter
le tarif offert pour ses services d’amicus. Bien
qu’un certain nombre de possibilités s’offrent à
lui lorsqu’il se trouve dans une telle impasse, le
juge du procès n’a pas le pouvoir de décider de
ce qui constitue des honoraires raisonnables ni
d’ordonner au gouvernement de les verser, car en
rendant une telle ordonnance il franchit une limite
qui ne saurait l’être. Les autres piliers de l’État
assument la responsabilité de l’établissement de
priorités financières et, dans la mesure où leurs
décisions respectent la Constitution, ce sont eux
qui disposent de l’expertise institutionnelle vou­
lue pour définir la politique gouvernementale
et proposer des programmes dont la création
s’impose. La Cour doit permettre aux provinces
de jouir de la souplesse nécessaire pour satisfaire
à leur obligation constitutionnelle de financer les
services d’amici jugés essentiels.
[83] While the rule of law requires an effective
justice system with independent and impartial
decision makers, it does not exist independently
of financial constraints and the financial choices
of the executive and legislature. Furthermore, in
our system of parliamentary democracy, an inher­
ent and inalienable right to fix a trial partici­pant’s
compensation oversteps the responsibilities of
the judiciary and blurs the roles and public ac­
count­ability of the three separate branches of
[83] La primauté du droit nécessite un système
de justice efficace, doté de décideurs indépendants
et impartiaux, mais elle n’existe pas indépendam­
ment des contraintes financières et des choix finan­
ciers de l’exécutif et du législatif. Qui plus est, dans
notre système de démocratie parlementaire, un droit
inhérent et inaliénable de fixer la rémunération d’un
participant à un procès outrepasserait les attri­
butions judiciaires et brouillerait les fonctions et la
responsabilité publique des trois branches distinctes
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
37
gov­­ernment. In my view, such a state of affairs
would imperil the judicial process; judicial orders
fixing the expenditures of public funds put public
confidence in the judiciary at risk.
de l’État. À mon sens, le processus judiciaire en
serait compromis; le prononcé d’ordonnances
judiciaires portant affectation de fonds publics
risquerait de miner la confiance du public dans les
tribunaux.
[84] For the reasons stated above, the ability to
set rates of compensation for amici does not form
part of the inherent jurisdiction of a superior court.
Given this conclusion, it follows that the ability to
set rates of compensation for amici does not form
part of the implicit powers of a statutory court to
function as a court of law.
[84] Pour les motifs qui précèdent, je suis d’avis
que la faculté de déterminer la rémunération d’un
amicus ne découle pas de la compétence inhérente
d’une cour supérieure. Elle ne découle donc pas
non plus du pouvoir tacite d’une cour d’origine
législative de constituer une cour de justice.
[85] Accordingly, I would allow the appeal. In
light of the public importance of the issues engaged
by this appeal, the parties will bear their own costs.
[85] En conséquence, je suis d’avis d’accueillir
le pourvoi. Compte tenu de l’importance pour
le public des questions soulevées, les parties
assumeront chacune leurs propres dépens.
The reasons of LeBel, Fish, Abella and Cromwell
JJ. were delivered by
Version française des motifs des juges LeBel,
Fish, Abella et Cromwell rendus par
Le juge Fish (dissident) —
Fish J. (dissenting) —
I
I
[86] An amicus curiae is a friend of a court in
need — and the friend of that court indeed.
[86] L’amicus curiae est l’ami du tribunal qui en
a besoin, et l’ami de nul autre.
[87] Accordingly, courts may appoint an amicus
only when they require his or her assistance to
ensure the orderly conduct of proceedings and
the availability of relevant submissions. And once
appointed, the amicus is bound by a duty of loyalty
and integrity to the court and not to any of the
parties to the proceedings.
[87] Par conséquent, le tribunal ne peut nommer
un amicus que s’il a besoin de son aide pour le
bon déroulement de l’instance et la formula­
tion d’observations pertinentes. Une fois nommé,
l’amicus a une obligation de loyauté et d’intégrité
envers le tribunal, et non vis‑à‑vis de l’une ou
l’autre des parties à l’instance.
[88] It is uncontested in this case that trial judges
have jurisdiction to appoint an amicus curiae
and to determine the role of the amicus in the
proceedings before them. It is uncontested as well
that the Attorney General who has conduct of the
prosecution — in this case the Attorney General of
Ontario — is then obliged to remunerate the amicus
appropriately: A.F., at para. 3.
[88] En l’espèce, nul ne conteste le pouvoir du
juge du procès de nommer un amicus curiae et
de déterminer son mandat dans l’instance. Nul
ne conteste non plus que le procureur général qui
poursuit — en l’espèce, celui de l’Ontario — est
alors tenu de rémunérer l’amicus convenablement :
m.a., par. 3.
[89] The only question on this appeal is whether
trial judges can themselves fix the fees to be paid
[89] La seule question que soulève le présent
pourvoi est celle de savoir si le juge peut lui‑même
38
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
to the amicus. The appellant would answer that
question in the negative; the respondents in the
affirmative.
fixer les honoraires de l’amicus. L’appelante répond
par la négative, les intimés par l’affirmative.
[90] I agree with the respondents. In my view
the jurisdiction to fix the fees of amici curiae is
necessarily incidental to the power of trial judges to
appoint them. There is no constitutional impediment
to vesting in trial judges the authority to do so when
necessary in the circumstances.
[90] Je suis d’accord avec les intimés. À mon avis,
le pouvoir du juge du procès de fixer les honoraires
de l’amicus curiae est nécessairement accessoire
à son pouvoir de le nommer. Nulle disposition
constitutionnelle ne fait obstacle à l’exercice de ce
pouvoir lorsque la situation l’exige.
[91] As I explain below, once a trial judge
names and defines the role of an amicus curiae,
a consensual approach ought to be favoured. The
Attorney General and the amicus should be invited
to agree on both the rate of remuneration and the
manner in which the amicus’s budget is to be
administered. If an agreement cannot be reached,
the trial judge should fix the rate. The Attorney
General then has the option of either paying the
fee or staying the proceedings as a matter of
prosecutorial discretion.
[91] Comme je l’explique ci‑après, dès que le
juge du procès nomme un amicus curiae et définit
son mandat, il y a lieu de favoriser une démarche
consensuelle. Il faut inviter le procureur général
et l’amicus à s’entendre sur le taux de rémunéra­­
tion de l’amicus et sur les modalités d’administra­
tion de son budget. À défaut d’accord, le juge fixe
ce taux. Le procureur général peut alors soit verser
les honoraires, soit suspendre l’instance dans
l’exer­cice de son pouvoir discrétionnaire à titre de
poursuivant.
II
II
[92] This appeal concerns four distinct judgments,
rendered in three cases and joined both in the
Court of Appeal and in this Court for hearing and
decision.
[92] Le présent pourvoi vise quatre jugements
distincts rendus dans trois affaires, puis réunis tant
en Cour d’appel que devant notre Cour aux fins
d’audition et de décision.
[93] In each instance, the trial judge appointed an
amicus curiae and set the terms and conditions of
the amicus’s compensation. The judge then ordered
the Crown to remunerate the amicus at the rate and
upon the conditions fixed by the court.
[93] Dans chacun des dossiers, le juge du procès a
nommé un amicus curiae et fixé les conditions de sa
rémunération. Il a alors ordonné au ministère public
de rémunérer l’amicus au taux et aux conditions
ainsi déterminés.
[94] Two of the judgments before us relate to the
trial of William Imona Russel. After Mr. Imona
Russel had discharged several experienced lawyers
whom he had retained under legal aid certificates,
the Crown — not the accused — requested that the
trial judge appoint an amicus. The appointment of
an amicus, the Crown contended, would serve the
interests of justice by ensuring the orderly conduct
of the trial in the event that Mr. Imona Russel
persisted in his serial discharge of defence counsel.
[94] Deux des jugements visés par le pourvoi ont
trait au procès de William Imona Russel. Après
que M. Imona Russel eut mis fin aux mandats de
plusieurs avocats d’expérience dont il avait retenu
les services grâce à des certificats d’aide juridique,
le ministère public — et non l’accusé — a demandé
à la juge du procès de nommer un amicus. Le
ministère public soutenait qu’une telle mesure
servirait l’intérêt de la justice en assurant le bon
déroulement du procès advenant que M. Imona
Russel continue à révoquer ses avocats les uns après
les autres.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
39
[95] An amicus curiae was appointed on June 17,
2008. The order set out the duties of the amicus as
follows:
[95] Dans une ordonnance datée du 17 juin 2008,
un amicus curiae a été nommé et son mandat a été
défini comme suit :
To familiarize himself with this brief. If the accused
discharges his lawyer or if the Court so orders, to
advise the accused about points of law and legal issues;
to discuss legal issues with the Crown on behalf of the
accused; to speak to the court on behalf of the accused in
relation to legal issues.
[traduction] Prendre connaissance du dossier. Si
l’accusé met fin au mandat de son avocat ou si la Cour
l’ordonne, conseiller l’accusé sur des points et des
questions de droit; débattre des questions de droit avec
le ministère public au nom de l’accusé; s’adresser au
tribunal au nom de l’accusé sur des questions de droit.
(R. v. Imona Russel, 2009 CarswellOnt 9725
(S.C.J.) (“Imona Russel #1”), at para. 7)
(R. c. Imona Russel, 2009 CarswellOnt 9725 (C.S.J.)
(« Imona Russel no 1 »), par. 7)
The order also stated that the amicus would be
paid at the legal aid rate and that Legal Aid Ontario
would manage the funding.
L’ordonnance prévoyait également que l’amicus
serait rémunéré selon le tarif de l’aide juridique
et qu’Aide juridique Ontario s’occuperait des
paiements.
[96] After Mr. Imona Russel again dismissed
his lawyer, Legal Aid refused to fund any new
defence counsel. Mr. Imona Russel then brought
an application for an order requiring the Attorney
General to fund counsel as a remedy under s. 24(1)
of the Canadian Charter of Rights and Freedoms
for an infringement of his right to a fair trial (more
commonly known as a “Rowbotham order”: see
R. v. Rowbotham (1988), 41 C.C.C. (3d) 1 (Ont.
C.A.)). This application was denied and appeals
against that decision were dismissed.
[96] Après que M. Imona Russel eut encore
une fois mis fin au mandat de son avocat, l’Aide
juridique a refusé de payer les honoraires d’un
nouvel avocat de la défense. M. Imona Russel
a alors demandé une ordonnance enjoignant au
procureur général de payer les honoraires d’un
avocat, et ce, à titre de réparation fondée sur le
par. 24(1) de la Charte canadienne des droits
et libertés pour atteinte à son droit à un procès
équitable (communément appelée ordonnance de
type Rowbotham : voir R. c. Rowbotham (1988),
41 C.C.C. (3d) 1 (C.A. Ont.)). Sa demande a été
rejetée, ainsi que tous ses appels.
[97] The trial judge felt bound in these cir­
cumstances to expand the role of the amicus
previously appointed, despite Mr. Imona Russel’s
protests and his refusal to cooperate with the
amicus. The amicus was instructed to crossexamine witnesses, make objections to inadmissible
evidence and raise legal arguments on behalf of
Mr. Imona Russel. Effectively, as the trial judge
noted, he was told “to defend the case as if he had
a client who was choosing to remain mute”: Imona
Russel #1, at para. 13.
[97] Étant donné la situation, la juge du procès a
estimé qu’il lui fallait élargir le mandat de l’amicus
déjà nommé, malgré les protestations de M. Imona
Russel et son refus de collaborer avec l’amicus.
L’amicus a été appelé à contre‑interroger les
témoins, à s’opposer à la preuve inadmissible et à
présenter une argumentation juridique au nom de
M. Imona Russel. Dans les faits, comme le signale
la juge, on lui a enjoint [traduction] « d’agir dans
l’instance comme s’il représentait un client qui
choisissait de garder le silence » : Imona Russel
no 1, par. 13.
[98] Two months later, Mr. Imona Russel reversed
his position and requested a further expansion of the
role of the amicus. Subject to a minor disagreement
[98] Deux mois plus tard, M. Imona Russel
a changé d’avis et a demandé que le mandat de
l’amicus soit encore accru. Sous réserve d’un
40
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
as to privilege of the communications between
the amicus and the accused, this expansion was
supported by the Crown. In the result, the trial
judge ordered the amicus to take instructions from
and act on behalf of Mr. Imona Russel as he would
in a traditional solicitor-client relationship, subject
to two notable exceptions: Mr. Imona Russel could
not discharge the amicus and the amicus could not
withdraw his services due solely to a breakdown in
the relationship with the accused.
léger désaccord quant au caractère privilégié des
communications entre l’amicus et l’accusé, le
ministère public a consenti à la mesure demandée.
La juge a donc ordonné à l’amicus de représenter
M. Imona Russel conformément à ses instructions,
comme dans le cadre d’une relation classique
procureur‑client, sous réserve de deux exceptions
importantes. M. Imona Russel ne pouvait mettre
fin au mandat de l’amicus, et ce dernier ne pouvait
cesser d’occuper au seul motif d’une mésentente
entre eux.
[99] Following this significant expansion of his
duties and obligations, the amicus sought a variation
of his order of appointment. The trial judge agreed
to increase the amicus’s rate of remuneration to
$192 per hour. This, she noted, was “the rate that
would be paid [by the Attorney General] to a lawyer
of [the amicus’s] year of call to prosecute or to
represent the interests of a witness in a criminal
case”: Imona Russel #1, at para. 49.
[99] Après cet élargissement important de ses
devoirs et obligations, l’amicus a demandé la
modi­fication de l’ordonnance pourvoyant à sa
nomination. La juge du procès a accepté de porter
sa rémunération à 192 $ l’heure, ce qui, selon
elle, [traduction] « correspondait au taux que [le
procureur général] verserait à un avocat admis au
Barreau la même année que [l’amicus] pour agir en
qualité de poursuivant ou pour défendre les intérêts
d’un témoin dans une instance criminelle » : Imona
Russel no 1, par. 49.
[100] Several months later, being of the opin­
ion that the budget of hours authorized by Legal
Aid Ontario was not sufficient to permit him to
adequately represent Mr. Imona Russel, the amicus
curiae requested the appointment of an independent
assessor to review Legal Aid’s decision and to
recommend a budget. Legal Aid initially agreed but
later revised its position. The amicus then applied to
the court for permission to withdraw.
[100] Plusieurs mois plus tard, estimant que le
nombre d’heures autorisé par Aide juridique Ontario
ne lui permettait pas de bien représenter M. Imona
Russel, l’amicus a demandé la nomination d’un
évaluateur indépendant pour examiner la déci­
sion de l’Aide juridique et recommander un bud­
get. Après avoir initialement consenti à cette
nomination, l’Aide juridique s’est ravisée. L’amicus
a alors demandé au tribunal la permission de cesser
d’occuper.
[101] The trial judge held that the amicus’s re­
quest for an independent third party assessor was
entirely reasonable. She ordered that a senior
criminal lawyer be appointed to set a budget and
to review, monitor and assess the accounts of
the amicus on an ongoing basis: R. v. Imona
Russel, 2010 CarswellOnt 10747 (S.C.J.) (“Imona
Russel #2”).
[101] La juge du procès a statué que la demande
de nomination d’un tiers évaluateur indépendant
présentée par l’amicus était tout à fait raisonnable.
Elle a ordonné qu’un criminaliste d’expérience soit
mandaté pour établir un budget, puis faire droit
ou non, après examen, aux demandes de paiement
de l’amicus au fur et à mesure qu’elles étaient
présentées : R. c. Imona Russel, 2010 CarswellOnt
10747 (C.S.J.) (« Imona Russel no 2 »).
[102] The second case on appeal concerns the
trial of Paul Whalen. Mr. Whalen was convicted
of a number of serious indictable offences and the
[102] Le deuxième dossier visé par le pourvoi
est celui de Paul Whalen. À l’issue de son procès,
il a été reconnu coupable d’un certain nombre
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
41
Crown applied to have him declared a dangerous
offender. Mr. Whalen had dismissed two lawyers
since the commencement of proceedings and was
unrepresented. He had been unable to retain coun­
sel under his legal aid certificate because of an
ongoing boycott of legal aid work by criminal
defence lawyers in Ontario. The trial judge was of
the view that, given the complex expert evidence
that would be led on the application, the fairness of
the proceedings would be compromised unless an
amicus curiae was appointed by the court.
d’infractions criminelles graves, et le ministère
public a demandé qu’il soit déclaré délinquant
dangereux. M. Whalen avait mis fin aux mandats
de deux avocats depuis le début de l’instance,
et il n’était plus représenté par avocat. Malgré
l’obtention d’un certificat d’aide juridique, il n’avait
pu retenir les services d’un avocat en raison d’un
boycottage des mandats d’aide juridique par les
avocats criminalistes ontariens. Le juge du procès a
estimé, au vu de la complexité de la preuve d’expert
qui serait présentée à l’appui de la demande, que
l’équité de la procédure serait compromise, sauf
nomination d’un amicus curiae par le tribunal.
[103] The trial judge appointed Anik Morrow
as amicus because she had already started
to develop a relationship of confidence with
Mr. Whalen, a difficult client. The judge believed
that appointing two other lawyers, as suggested
by the Attorney General, created a risk of de­
stabil­iz­ing the proceedings. The trial judge set
Ms. Morrow’s rate of compensation at $200 per
hour and ordered Legal Aid Ontario to manage the
account: R. v. Whalen, Sept. 18, 2009, No. 2178/
1542 (Ont. Ct. J.).
[103] Me Anik Morrow a alors été nommée
amicus parce qu’elle avait déjà entrepris d’établir
une relation de confiance avec M. Whalen, un
client difficile. Le juge croyait que la nomination
de deux autres avocats, comme le recommandait
le procureur général, risquait de déstabiliser
l’instance. Il a fixé la rémunération de Me Morrow
à 200 $ l’heure et ordonné à Aide juridique Ontario
de s’occuper du paiement de ses honoraires : R. c.
Whalen, 18 sept. 2009, no 2178/1542 (C.J. Ont.).
[104] The final case on appeal was initiated by
Lawrence Greenspon, a senior counsel. Wahab
Dadshani was charged with first degree murder. His
case had been before the courts for more than five
years when, three months before his trial was to
commence, he decided to discharge Mr. Greenspon.
As a result, the court appointed Mr. Greenspon
as amicus curiae in order to ensure that the trial
proceeded as scheduled, whether Mr. Dadshani
had counsel or not. Mr. Greenspon performed only
3.25 hours of work as amicus and his appointment
lasted only until Mr. Dadshani’s new counsel
confirmed his presence at trial. The trial judge set
Mr. Greenspon’s rate of remuneration for his work
as amicus curiae at $250 per hour. In fixing this
rate, the trial judge noted that Mr. Greenspon had
more than 28 years of experience at the bar and was
certified by the Law Society of Upper Canada as
a specialist in criminal litigation: R. v. Greenspon,
2009 CarswellOnt 7359 (S.C.J.), at para. 49.
[104] Me Lawrence Greenspon, un avocat che­
vronné, est à l’origine du dernier dossier visé par
le pourvoi. Wahab Dadshani a été accusé de meur­
tre au premier degré. La procédure judiciaire était
engagée depuis plus de cinq ans lorsque, trois mois
avant son procès, il a décidé de révoquer le man­
dat de Me Greenspon. Le tribunal a alors nommé
Me Greenspon amicus curiae de façon que le procès
débute à la date prévue, que M. Dadshani ait un
avocat ou non. Me Greenspon n’a exercé sa fonction
d’amicus que 3,25 heures. Son mandat n’a duré
que jusqu’à la confirmation par le nouvel avocat de
M. Dadshani qu’il serait présent au début du procès.
La juge a fixé à 250 $ l’heure la rémunération de
Me Greenspon à titre d’amicus curiae. Pour fixer ce
tarif, elle a signalé que Me Greenspon avait plus de
28 années d’expérience comme avocat et qu’il était
agréé par le Barreau du Haut-Canada en tant que
spécialiste des procès criminels : R. c. Greenspon,
2009 CarswellOnt 7359 (C.S.J.), par. 49.
42
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
[105] The Crown appealed against all four
decisions. In its view, trial judges have no juris­
diction to set the amici’s rates of remuneration, to
determine how their budgets will be administered
or to order the Attorney General to pay the amici
at the rates fixed by the court. In the alternative, the
Crown contended that the trial judges should have
adopted the “least restrictive approach” and stayed
the proceedings rather than order payment.
[105] Le ministère public a interjeté appel de
chacune des quatre décisions. À son avis, le juge
du procès n’a pas compétence pour détermi­
ner la rémunération de l’amicus et les modalités
d’administration de son budget, non plus que pour
ordonner au procureur général de le rémunérer au
taux qu’il fixe. Subsidiairement, il a soutenu que
le juge du procès aurait dû prendre la « mesure la
moins contraignante » et suspendre l’instance plutôt
que d’ordonner le paiement d’honoraires.
[106] The Ontario Court of Appeal unanimously
dismissed the appeals. The court found that in­
cidental to a judge’s power to appoint an amicus is
the power to set the terms and conditions of that
appointment, including the rate of compensation
and the monitoring of accounts. It also held that
since the cases under appeal do not engage the
Charter, a temporary stay of proceedings — the
least restrictive approach according to the Quebec
Court of Appeal in Québec (Procureur général) v.
C. (R.) (2003), 13 C.R. (6th) 1, at paras. 162-65
— was not the appropriate remedy in the cir­
cumstances: R. v. Imona Russel, 2011 ONCA 303,
104 O.R. (3d) 721.
[106] La Cour d’appel de l’Ontario a rejeté les
appels à l’unanimité. Elle a conclu que le pouvoir
du juge de fixer les conditions du mandat de
l’amicus, y compris sa rémunération et le contrôle
des demandes de paiement, était connexe à son
pouvoir de nommer l’amicus. Puisque les décisions
portées en appel n’emportaient pas l’application
de la Charte, elle a également statué qu’une
suspension temporaire — la mesure jugée la moins
contraignante par la Cour d’appel du Québec dans
l’arrêt Québec (Procureur général) c. R.C., [2003]
R.J.Q. 2027, par. 162‑165 — ne constituait pas
la réparation appropriée en l’espèce : R. c. Imona
Russel, 2011 ONCA 303, 104 O.R. (3d) 721.
[107] The Crown now appeals to this Court
against the judgment of the Ontario Court of
Appeal.
[107] Le ministère public se pourvoit aujourd’hui
devant notre Cour contre le jugement de la Cour
d’appel de l’Ontario.
III
III
[108] Exceptionally, trial judges may appoint
an amicus curiae to ensure the orderly conduct
of proceedings and the availability of relevant
submissions. They should not be required to decide
contested, uncertain, complex and important points
of law or of fact without the benefit of thorough
submissions.
[108] Le juge du procès peut, à titre exception­
nel, nommer un amicus curiae pour assurer le
bon déroulement de l’instance et la formulation
d’obser­vations pertinentes. Il ne saurait être tenu
de trancher une question de droit ou de fait con­tes­
tée, aux contours incertains, complexe et impor­
tante en l’absence des plaidoiries complètes qui
s’imposent.
[109] Courts are empowered in some instances
by specific statutory provisions, such as s. 486.3 of
the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, to appoint
counsel for particular purposes. They may also
order the appointment of defence counsel pursuant
to a Rowbotham application as a remedy under
s. 24(1) of the Charter.
[109] Dans certaines situations, le tribunal peut
nommer un avocat à une fin particulière en vertu
d’une disposition législative expresse, tel l’art. 486.3
du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46. Il peut
également nommer un avocat de la défense par suite
d’une demande de type Rowbotham, en guise de
réparation suivant le par. 24(1) de la Charte.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
43
[110] The appointment of amici curiae derives,
however, from different sources and should be kept
conceptually distinct.
[110] Toutefois, la nomination d’un amicus
curiae a une origine propre à elle et doit être con­
sidérée séparément sur le plan conceptuel.
[111] Superior courts are empowered by their
inherent jurisdiction to appoint amici curiae. Most
recently, in R. v. Caron, 2011 SCC 5, [2011] 1
S.C.R. 78, at paras. 24 and 29, this Court described
the inherent jurisdiction of superior courts as
follows:
[111] Les cours supérieures ont le pouvoir
inhérent de nommer un amicus curiae. Tout récem­
ment, dans l’arrêt R. c. Caron, 2011 CSC 5, [2011]
1 R.C.S. 78, par. 24 et 29, notre Cour décrivait
comme suit la compétence inhérente des cours
supérieures :
The inherent jurisdiction of the provincial superior
courts is broadly defined as “a residual source of powers,
which the court may draw upon as necessary whenever it
is just or equitable to do so”: I. H. Jacob, “The Inherent
Jurisdiction of the Court” (1970), 23 Curr. Legal
Probs. 23, at p. 51. These powers are derived “not from
any statute or rule of law, but from the very nature of
the court as a superior court of law” (Jacob, at p. 27) to
enable “the judiciary to uphold, to protect and to fulfil
the judicial function of administering justice accord­
ing to law in a regular, orderly and effective manner”
(p. 28). . . .
La compétence inhérente des cours supérieures
provinciales est largement définie comme étant
[traduction] « une source résiduelle de pouvoirs, à
laquelle la Cour peut puiser au besoin lorsqu’il est juste
ou équitable de le faire » : I. H. Jacob, « The Inherent
Jurisdiction of the Court » (1970), 23 Curr. Legal
Probs. 23, p. 51. Ces pouvoirs émanent « non pas d’une
loi ou d’une règle de droit, mais de la nature même de
la cour en tant que cour supérieure de justice » (Jacob,
p. 27) pour permettre « de maintenir, protéger et remplir
leur fonction qui est de rendre justice, dans le respect de
la loi, d’une manière régulière, ordonnée et efficace »
(p. 28). . .
.
.
.
. . .
. . . In summary, Jacob states, “The inherent jurisdic­
tion of the court may be invoked in an apparently
inexhaustible variety of circumstances and may be
exercised in different ways” . . . . [Emphasis deleted.]
. . . En bref, Jacob dit ce qui suit : « La compétence
inhérente de la cour peut être invoquée dans un nombre
apparemment infini de circonstances et peut être exercée
de différentes façons » . . . [Soulignement omis.]
See also MacMillan Bloedel Ltd. v. Simpson, [1995]
4 S.C.R. 725, at paras. 29-30; R. v. Cunningham,
2010 SCC 10, [2010] 1 S.C.R. 331, at para. 18;
Canada (Human Rights Commission) v. Canadian
Liberty Net, [1998] 1 S.C.R. 626, at paras. 29-32;
Halsbury’s Laws of England (4th ed. (reissue)
2001), vol. 37, at para. 12.
Voir aussi MacMillan Bloedel Ltd. c. Simpson,
[1995] 4 R.C.S. 725, par. 29‑30; R. c. Cunningham,
2010 CSC 10, [2010] 1 R.C.S. 331, par. 18; Canada
(Commission des droits de la personne) c. Canadian
Liberty Net, [1998] 1 R.C.S. 626, par. 29‑32;
Halsbury’s Laws of England (4e éd. (réédition)
2001), vol. 37, par. 12.
[112] In the case of statutory courts, the power
to appoint an amicus derives from the court’s au­
thority to control its own process in order to
administer justice fully and effectively. Their
authority to appoint amici is necessarily implied in
the power to function as a court of law: R. v. 974649
Ontario Inc., 2001 SCC 81, [2001] 3 S.C.R. 575, at
paras. 70-71; Cunningham, at para. 19.
[112] Dans le cas d’un tribunal d’origine légis­
lative, le pouvoir de nommer un amicus découle
de la maîtrise de sa propre procédure aux fins de
l’administration efficace et sans réserve de la
justice. Son pouvoir de nommer un amicus s’infère
nécessairement de sa faculté de constituer une cour
de justice : R. c. 974649 Ontario Inc., 2001 CSC
81, [2001] 3 R.C.S. 575, par. 70‑71; Cunningham,
par. 19.
44
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
[113] The Crown did not, either before this
Court or the courts below, contest the propriety
of the amicus appointments in any of the cases
before us. Nor did it challenge the established
distinc­tions between defence counsel, whether
appointed pursuant to a legal aid certificate or
under a Rowbotham order, and amicus curiae.
The Crown’s appeal is restricted to a single ques­
tion: whether trial judges have jurisdiction to fix
an amicus’s rate of remuneration.
[113] Le ministère public ne conteste pas devant
nous, et il ne l’a pas fait devant les juridictions
inférieures, l’opportunité de la nomination d’un
amicus dans les dossiers dont nous sommes saisis.
Il ne conteste pas non plus les distinctions établies
entre l’avocat de la défense nommé en vertu d’un
certificat d’aide juridique ou d’une ordonnance
de type Rowbotham et l’amicus curiae. Seule une
question est aujourd’hui en litige : le juge du procès
a‑t‑il compétence pour déterminer la rémunération
de l’amicus?
[114] I think it useful nonetheless to provide
some guidance regarding the circumstances in
which an amicus appointment is appropriate.
An amicus curiae may play many roles but it is
important to recognize at the outset that an amicus
is not a defence counsel. Once clothed with all the
duties and responsibilities of defence counsel, the
amicus can no longer properly be called a “friend of
the court”.
[114] Je crois néanmoins utile de donner quel­
ques précisions sur les circonstances dans lesquelles
la nomination d’un amicus est indiquée. L’amicus
peut exercer bien des fonctions, mais il importe
de reconnaître d’emblée qu’il n’est pas avocat de
la défense. Dès que les devoirs et les obligations
d’un avocat de la défense lui incombent, il ne peut
plus être considéré à juste titre comme l’« ami de la
cour ».
[115] The discretion of trial judges to appoint an
amicus is not unrestricted. The power to appoint
should be exercised sparingly and with caution
(see Caron, at para. 30), and appointments should
be in response to specific and exceptional circum­
stances. Trial judges must not externalize their duty
to ensure a fair trial for unrepresented accused by
shifting the responsibility to amici curiae who,
albeit under a different name, assume a role nearly
identical to that of defence counsel.
[115] Le pouvoir discrétionnaire du juge du
procès de nommer un amicus n’est pas absolu. Il
doit être exercé parcimonieusement et avec cir­
conspection (voir Caron, par. 30) et dans une
situation particulière et exceptionnelle. Le juge ne
doit pas se décharger de son obligation d’assurer
un procès équitable à l’accusé non représenté par
avocat en s’en remettant à l’amicus curiae qui, bien
que sous une appellation différente, s’acquitterait
dès lors d’une fonction presque identique à celle
d’un avocat de la défense.
[116] An accused is entitled to forego the
bene­fit of counsel and elect instead to proceed
unrepresented. An amicus should not be appointed
to impose counsel on an unwilling accused or
permit an accused to circumvent the established
procedure for obtaining government-funded coun­
sel: Cunningham, at para. 9. In the vast majority of
cases, as long as a trial judge provides guidance to
an unrepresented accused, a fair and orderly trial
can be ensured without the assistance of an amicus.
Such is the case even if the accused’s defence is not
then quite as effective as it would have been had the
accused retained competent defence counsel.
[116] L’accusé peut renoncer aux services d’un
avocat et décider de subir son procès sans être
représenté. Un amicus ne doit pas être nommé
pour lui imposer un avocat contre son gré ou lui
permettre de contourner la procédure établie pour
l’obtention des services d’un avocat rémunéré par
l’État : Cunningham, par. 9. Dans la plupart des cas,
si le juge guide et informe l’accusé non représenté,
le procès peut se dérouler comme il convient et
conformément à l’équité sans l’aide d’un amicus.
Il en est ainsi même lorsque la défense de l’accusé
n’est pas alors assurée aussi efficacement qu’elle
l’aurait été par un avocat compétent.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
45
[117] If appointed, an amicus may be asked to
play a wide variety of roles: R. v. Cairenius (2008),
232 C.C.C. (3d) 13 (Ont. S.C.J.), at paras. 52-59,
per Durno J. There is, as Rosenberg J.A. pointed out
in R. v. Samra (1998), 41 O.R. (3d) 434 (C.A.), at
p. 444, “no precise definition of the role of amicus
curiae capable of covering all possible situations in
which the court may find it advantageous to have
the advice of counsel who is not acting for the
parties”.
[117] Lorsqu’il est nommé, l’amicus peut être
appelé à jouer une grande variété de rôles : R. c.
Cairenius (2008), 232 C.C.C. (3d) 13 (C.S.J. Ont.),
par. 52‑59, le juge Durno. Comme le souligne le
juge Rosenberg dans l’arrêt R. c. Samra (1998),
41 O.R. (3d) 434 (C.A.), p. 444, il [traduction]
« n’existe pas de définition précise du rôle de
l’amicus curiae qui soit applicable à toutes les
situations possibles où le tribunal peut trouver
bénéfique d’obtenir les conseils d’un avocat qui
n’agit pas pour les parties ».
[118] Regardless of what responsibilities the
amicus is given, however, his defining characteristic
remains his duty to the court and to ensuring the
proper administration of justice. An amicus’s sole
“client” is the court, and an amicus’s purpose is
to provide the court with a perspective it feels it is
lacking — all that an amicus does is in the public
interest for the benefit of the court in the correct
disposal of the case: R. v. Lee (1998), 125 C.C.C.
(3d) 363 (N.W.T.S.C.), at para. 12.
[118] Toutefois, quel que soit le mandat confié
à l’amicus, sa mission fondamentale demeure
de s’acquitter de son devoir envers le tribunal et
d’assurer la bonne administration de la justice.
L’amicus a pour seul « client » le tribunal, et celui‑ci
le nomme afin de bénéficier d’un point de vue dont
il s’estime privé; l’amicus s’acquitte de sa fonction
dans l’intérêt public, au bénéfice du tribunal, afin
qu’une juste décision soit rendue : R. c. Lee (1998),
125 C.C.C. (3d) 363 (C.S.T.N.-O.), par. 12.
[119] While the amicus may, in some cir­
cumstances, be called upon to “act” for an accused
by adopting and defending the accused’s position,
his role is fundamentally distinct from that of a
defence counsel who represents an accused person
either pursuant to a legal aid certificate or under a
Rowbotham order. Furthering the best interests of
the accused may be an incidental result, but is not
the purpose, of an amicus appointment.
[119] Bien que, dans certaines situations, l’amicus
puisse être appelé à « agir » pour un accusé en
adoptant et en défendant son point de vue, ce rôle
est fondamentalement distinct de celui d’un avocat
de la défense qui représenterait l’accusé après que
ce dernier eut obtenu un certificat d’aide juridique
ou demandé une ordonnance de type Rowbotham.
Protéger l’intérêt de l’accusé peut être un résultat
accessoire, mais non l’objectif, de la nomination de
l’amicus.
[120] As Durno J. explained in Cairenius, at
para. 62:
[120] Comme l’explique le juge Durno dans
l’arrêt Cairenius, par. 62 :
. . . amicus is generally not counsel for the accused/
applicant, there is no solicitor-client relationship, and
amicus does not take instructions from a client. The
general role of amicus is to assist the court. Amicus, as
a friend of the court, has an obligation to bring facts
or points of law to the court’s attention that might be
contrary to the interests of the applicant. This is contrary
to the traditional role of defence counsel described in
Rondel v. Worsley, [1969] 1 A.C. 191 (H.L.) at 227-8, and
cited with approval by Rosenberg J.A. in Samra . . . .
[traduction] . . . l’amicus n’est généralement pas
l’avocat de l’accusé/demandeur, il n’existe pas de rela­
tion procureur‑client et l’amicus ne reçoit pas d’instruc­
tions d’un client. La fonction générale de l’amicus est
d’aider le tribunal. En tant qu’ami de la cour, l’amicus
a l’obligation de porter à son attention les faits ou les
points de droit qui sont susceptibles d’être contraires à
l’intérêt du demandeur. Sa fonction s’oppose donc au rôle
traditionnel de l’avocat de la défense décrit dans l’arrêt
Rondel c. Worsley, [1969] 1 A.C. 191 (H.L.), p. 227‑228,
cité avec approbation par le juge Rosenberg dans l’arrêt
Samra . . .
46
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
[121] Where a trial judge appoints an amicus,
these distinctions between an amicus and courtappointed defence counsel should be made clear
both to the amicus and to the accused. The blurring
of the line between the two roles in the present
cases causes me some concern; however, as pointed
out, that is not the issue before us.
[121] Lorsque le juge du procès nomme un
amicus, ces distinctions entre l’amicus et l’avocat
de la défense commis d’office doivent être
clairement signalées à l’amicus et à l’accusé. La
confusion des deux rôles dans les dossiers visés par
le pourvoi me préoccupe quelque peu, mais comme
je l’ai déjà mentionné, nous ne sommes pas saisis
de cette question.
[122] I turn now to the main issue raised on this
appeal. In my view, a necessary corollary to a trial
judge’s power to appoint an amicus is the power
to fix the amicus’s remuneration. I am unable,
for three reasons, to adopt the contrary position
urged by the appellant — one that would grant the
provincial Attorney General the exclusive power to
fix an amicus’s rate of remuneration.
[122] Je passe maintenant à la principale ques­
tion en litige. À mon avis, le pouvoir du juge du
procès de fixer la rémunération de l’amicus découle
nécessairement du pouvoir qu’il a de le nommer. Je
ne puis souscrire à la thèse contraire de l’appelante,
à savoir que le procureur général d’une province
aurait le pouvoir exclusif de déterminer le taux de
rémunération de l’amicus, et ce, pour trois raisons.
[123] First, such a position would unduly weaken
the courts’ appointment power and ability to name
an amicus of their choosing. Counsel available
to serve as an amicus would be limited to those
willing to accept appointment at the rate fixed by
the Attorney General.
[123] Premièrement, il en résulterait un affai­
blissement injustifié du pouvoir de nomination du
tribunal et de sa faculté de nommer l’amicus de
son choix. Les seuls avocats susceptibles d’être
nommés amici seraient ceux disposés à se satisfaire
de la rémunération fixée par le procureur général.
[124] Second, the integrity of the judicial process
would be imperilled. It has not been suggested
that the Attorney General would set the rate of
remuneration unreasonably or impracticably low.
Nonetheless, the reasoning of this Court in another
context is equally relevant here: the ability of the
court to ensure a fair and orderly process “should
not be dependent upon a reliance on the continuous
exemplary conduct of the Crown, something that
is impossible to monitor or control”: R. v. Bain,
[1992] 1 S.C.R. 91, at p. 104.
[124] Deuxièmement, l’intégrité du processus
judiciaire serait compromise. Nul ne prétend que
la rémunération déterminée par le procureur géné­
ral serait basse au point d’être déraisonnable ou
irréaliste. Néanmoins, le raisonnement de notre
Cour dans un autre contexte vaut également en
l’espèce : la capacité du tribunal d’assurer l’équité
et le bon déroulement du procès « ne devrait pas
être fondée sur la confiance à l’égard du com­
portement exemplaire permanent du ministère
public, chose qu’il n’est pas possible de surveiller
ni de maîtriser » : R. c. Bain, [1992] 1 R.C.S. 91,
p. 104.
[125] Finally, the Attorney General’s unilat­
eral control over the remuneration of amici curiae
might create an appearance of bias and place
amici themselves in an unavoidable conflict of
interest. As amici often play a role that can be said
to be adversarial to the Crown, if the Crown were
permitted to determine unilaterally and exclusively
how much an amicus is paid, the reasonable per­
son might conclude that the “expectation . . . of
[125] Enfin, le pouvoir unilatéral du procu­
reur général de déterminer la rémunération de
l’amicus curiae pourrait créer une apparence de
partialité et faire en sorte que l’amicus se retrouve
inévitablement en situation de conflit d’intérêts.
Puisque l’amicus joue souvent un rôle qu’on peut
qualifier d’opposé à celui du ministère public, si
on conférait à ce dernier le pouvoir unilatéral et
exclusif de déterminer la rémunération de l’amicus,
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
47
give and take” might lead the amicus to discharge
his duties so as to curry favour with the Attorney
General: Reference re Remuneration of Judges
of the Provincial Court of Prince Edward Island,
[1997] 3 S.C.R. 3, at para. 187.
une personne raisonnable pourrait conclure que
l’« attente [de] concessions mutuelles » est sus­
ceptible d’amener l’amicus à s’acquitter de ses
fonctions de manière à gagner la faveur du procureur
général : Renvoi relatif à la rémunération des juges
de la Cour provinciale de l’Île‑du‑Prince‑Édouard,
[1997] 3 R.C.S. 3, par. 187.
[126] There is, moreover, no constitutional im­
pediment to a trial judge ordering the Ministry of
the Attorney General to pay an amicus at a specific
rate of remuneration fixed by the court.
[126] En outre, nulle disposition constitutionnelle
ne fait obstacle à ce qu’un tribunal ordonne au
ministère du Procureur général de rémunérer un
amicus à raison d’un taux fixé par ce tribunal.
[127] The fundamental constitutional principle
derived from the decision of the Privy Council in
Auckland Harbour Board v. The King, [1924] A.C.
318, provides that only Parliament can authorize
payment out of money from the Consolidated
Revenue Fund: see also Constitution Act, 1867,
s. 126; Financial Administration Act, R.S.O. 1990,
c. F.12 (“FAA”), s. 11.1(1).
[127] Suivant le principe constitutionnel fon­
damental qui se dégage de l’arrêt du Conseil privé
Auckland Harbour Board c. The King, [1924]
A.C. 318, seul le Parlement peut autoriser un paie­
ment par prélèvement sur le Trésor : voir aussi la
Loi constitutionnelle de 1867, art. 126; Loi sur
l’administration financière, L.R.O. 1990, ch. F.12
(« LAF »), par. 11.1(1).
[128] The Auckland Harbour principle, however,
finds no application in the case at bar. The principle
acts only to constrain the ability of the executive
branch of government to spend money in the
absence of authorization by the legislature. Since,
however, the Attorney General has the authority
to disburse public funds to pay amici curiae when
their rate of remuneration is not fixed by the court,
then the same authority necessarily exists even if
their rate is fixed by the court.
[128] Or, le principe de l’arrêt Auckland Harbour
ne s’applique pas en l’espèce, car il a seulement
pour effet de limiter le pouvoir de l’exécutif de
dépenser sans l’autorisation du législateur. Mais
comme le procureur général a le pouvoir de verser
des fonds publics pour rémunérer l’amicus curiae
dont le tarif n’est pas fixé par le tribunal, il a
nécessairement le pouvoir de le faire lorsque le tarif
de l’amicus est fixé par le tribunal.
[129] As a constitutional matter, the fees of amici
curiae in this case can be paid by the Attorney
General directly from the Consolidated Revenue
Fund under a standing appropriation provided for in
the FAA.
[129] Sur le plan constitutionnel, les honoraires
des amici curiae nommés en l’espèce peuvent être
payés par le procureur général directement sur le
Trésor par voie d’affectation permanente de crédits
suivant la LAF.
[130] Section 13 of the FAA provides that “[i]f
any public money is . . . directed by the judgment of
a court . . . to be paid by the Crown or the Lieutenant
Governor and no other provision is made respect­
ing it, such money is payable under warrant of the
Lieutenant Governor, directed to the Minister of
Finance, out of the Consolidated Revenue Fund”.
See also Proceedings Against the Crown Act, R.S.O.
1990, c. P.27, s. 22. As the Legislative Assembly
[130] L’article 13 de la LAF dispose que
« [l]ors­que [. . .] la Couronne ou le lieutenant‑
gouverneur doivent prélever un paiement sur
[l]es deniers [publics] afin d’exécuter [. . .] le
juge­ment d’un tribunal [. . .] et qu’aucune autre
disposition n’a été prise à cet égard, le paiement
est fait sur le Trésor en vertu d’un mandat du
lieutenant‑gouverneur adressé au ministre des
Finances ». Voir également la Loi sur les instances
48
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
has pre-approved the disbursement of funds for the
purpose of satisfying court orders, there can be no
violation of the Auckland Harbour principle.
introduites contre la Couronne, L.R.O. 1990,
ch. P.27, art. 22. Puisque l’Assemblée législative a
autorisé au préalable le versement de fonds aux fins
d’exécuter les ordonnances judiciaires, il ne saurait
y avoir violation du principe de l’arrêt Auckland
Harbour.
[131] I note that s. 13 of the FAA does not itself
grant courts the jurisdiction to order the Crown to
expend money or remunerate amici curiae. Rather,
this provision authorizes the executive branch to
make payment once a valid court order is made
and thus precludes the application of the Auckland
Harbour principle.
[131] Je signale que l’art. 13 de la LAF lui‑même
ne confère pas au tribunal le pouvoir d’ordonner
au ministère public d’engager des sommes ou
de rémunérer un amicus curiae. Il autorise plu­
tôt l’exécutif à effectuer le paiement une fois
l’ordonnance judiciaire dûment rendue, ce qui
écarte l’application du principe de l’arrêt Auckland
Harbour.
IV
IV
[132] Once a trial judge names and defines the
role of an amicus curiae — with or without the
assistance of the parties — a consensual approach
ought to be favoured. This approach would invite
the Attorney General and the amicus to meet
and agree on the rate of remuneration and on the
administration of the budget.
[132] Lorsque, avec ou sans le concours des
parties, le juge du procès nomme un amicus curiae
et définit son mandat, il y a lieu de favoriser la
démarche consensuelle en invitant le procureur
général et l’amicus à s’entendre sur le taux de
rémunération de ce dernier et sur l’administration
de son budget.
[133] Both parties should negotiate in good
faith and with due regard for their respective
obli­
gations to the judicial process: Attorneys
General should consider their duty to promote the
sound administration of justice and amici curiae
should keep in mind both the element of public
service inherent in their role and the “privilege
of belonging to a profession that is not simply
a business”: Ontario v. Figueroa (2003), 64 O.R.
(3d) 321 (C.A.), at para. 28.
[133] Les deux parties doivent négocier de bonne
foi en tenant dûment compte de leurs obligations
respectives à l’égard de la procédure judiciaire.
Le procureur général doit en effet garder présente
à l’esprit son obligation de promouvoir la bonne
administration de la justice, et l’amicus curiae ne
doit perdre de vue ni la notion de service public
inhérente à sa fonction, ni son [traduction] « pri­
vilège d’exercer une profession qui ne se résume pas
à exploiter une entreprise » : Ontario c. Figueroa
(2003), 64 O.R. (3d) 321 (C.A.), par. 28.
[134] The provincial Attorney General and the
amicus should be given a limited time to negotiate
based upon the state of proceedings and the ur­
gency of the appointment. In general, negotiations
should be given as little time as is practicable. Any
dispute regarding remuneration should be resolved
expeditiously, in a manner that does not delay,
much less derail, the proceedings. Moreover, the
amicus should not be permitted to hold proceedings
hostage by extending negotiations in order to secure
more generous compensation.
[134] Le délai de négociation accordé au pro­
cureur général provincial et à l’amicus devrait être
limité selon le stade de l’instance et l’urgence de
la nomination. En général, le délai doit être le plus
court possible. Tout différend sur la rémunération
doit être réglé rapidement de manière à ne pas
retarder l’instance, voire la faire avorter. Qui plus
est, l’amicus ne doit pas être en mesure de tenir le
sort de l’instance entre ses mains et de prolonger les
négociations afin d’obtenir une rémunération plus
généreuse.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
49
[135] If the Attorney General and the amicus
cannot reach agreement, the trial judge should fix
the rate of remuneration. The Attorney General then
retains the option of either paying the fee or staying
the proceedings.
[135] Lorsque le procureur général et l’amicus ne
parviennent pas à s’entendre, il appartient au juge
du procès de déterminer la rémunération du second,
auquel cas, le procureur général a toujours le choix
de verser les honoraires ou de suspendre l’instance.
[136] The ultimate choice of whether to proceed
with the prosecution in light of the associated
costs appropriately remains that of the Attorney
General. The proper balance between prosecutorial
discretion and the jurisdiction of the court is thus
preserved. A Rowbotham order achieves that same
result by a different and well-established route,
which is not in issue here. As Iacobucci and Major
JJ. explained in Krieger v. Law Society of Alberta,
2002 SCC 65, [2002] 3 S.C.R. 372, at para. 47:
[136] La décision finale d’aller ou non de l’avant
avec la poursuite à la lumière des frais engagés
demeure à bon droit celle du procureur général.
Le juste équilibre entre le pouvoir discrétionnaire
du poursuivant et la compétence du tribunal est
ainsi maintenu. L’ordonnance de type Rowbotham
permet d’arriver au même résultat par une voie
différente et bien établie, mais elle n’est pas en
cause en l’espèce. Comme l’expliquent les juges
Iacobucci et Major dans Krieger c. Law Society
of Alberta, 2002 CSC 65, [2002] 3 R.C.S. 372,
par. 47 :
Significantly, what is common to the various elements
of prosecutorial discretion is that they involve the
ultimate decisions as to whether a prosecution should be
brought, continued or ceased, and what the prosecution
ought to be for. Put differently, prosecutorial discretion
refers to decisions regarding the nature and extent of
the prosecution and the Attorney General’s participation
in it. Decisions that do not go to the nature and extent
of the prosecution . . . do not fall within the scope of
prosecutorial discretion. Rather, such decisions are
governed by the inherent jurisdiction of the court to
control its own processes once the Attorney General has
elected to enter into that forum. [Emphasis in original.]
Fait important, le point commun entre les divers
éléments du pouvoir discrétionnaire en matière de
poursuites est le fait qu’ils comportent la prise d’une
décision finale quant à savoir s’il y a lieu d’intenter ou
de continuer des poursuites ou encore d’y mettre fin,
d’une part, et quant à l’objet des poursuites, d’autre part.
Autrement dit, le pouvoir discrétionnaire en matière
de poursuites vise les décisions concernant la nature
et l’étendue des poursuites ainsi que la participation
du procureur général à celles‑ci. Les décisions qui ne
portent pas sur la nature et l’étendue des poursuites [. . .]
ne relèvent pas du pouvoir discrétionnaire en matière
de poursuites. Ces décisions relèvent plutôt de la com­
pétence inhérente du tribunal de contrôler sa propre pro­
cédure une fois que le procureur général a choisi de se
présenter devant lui. [Souligné dans l’original.]
[137] In fixing the rate of remuneration, the
trial judge should take into account a number of
considerations. I believe that the factors identi­
fied by the Ontario Court of Appeal in Figueroa
in de­termining the rate of remuneration of an in­
dependent prosecutor are equally applicable in the
case of an amicus appointment. Goudge J.A. set out
these factors in Figueroa, at paras. 27-30:
[137] Pour déterminer quelque rémunération,
le juge du procès doit tenir compte d’un certain
nombre de considérations. Je crois que celles
relevées par la Cour d’appel de l’Ontario dans
l’arrêt Figueroa pour le cas d’un avocat du sec­teur
privé appelé à représenter la poursuite s’appli­quent
également dans le cas d’un amicus. Dans Figueroa,
le juge Goudge énumère ces considérations
(par. 27‑30) :
In my view, a number of considerations should go
into this task. While not exhaustive, that list includes
the importance of the assignment undertaken, the
legal complexity of the work to be done, the skill and
[traduction] À mon avis, un certain nombre de
considérations doivent être prises en compte à cette fin.
Elles comprennent notamment l’importance du mandat,
la complexité juridique du travail requis, la compétence
50
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
Fish J.
[2013] 3 S.C.R.
experience of counsel to be appointed and his or her
normal rate charged to private sector clients. These
considerations reflect the fact that, to some extent, this is
a retainer like any other.
et l’expérience de l’avocat nommé et le tarif qu’il
exige normalement de ses clients du secteur privé. Ces
éléments indiquent dans une certaine mesure qu’il s’agit
d’un mandat comme un autre.
However, in several respects this is not a retainer like
any other. First, the independent prosecutor is being
asked by the court to serve the needs of the administration
of justice. In my view, acting in the public interest in this
way constitutes one manifestation of the professional
responsibility that has characterized the legal profession
at its best. To the extent that an independent prosecutor is
performing such a public service, he or she ought not to
expect to be remunerated at private sector rates. It is part
of the privilege of belonging to a profession that is not
simply a business.
Toutefois, sous certains rapports, il ne s’agit pas d’un
mandat comme tout autre. Premièrement, le tribunal
demande à son titulaire de répondre aux besoins de
l’administration de la justice. À mon sens, agir ainsi
dans l’intérêt public constitue l’une des manifestations
de la responsabilité professionnelle qui sied le mieux à
la profession juridique. L’avocat de la poursuite indé­
pendant qui exécute un tel mandat public ne doit pas
s’attendre à être rémunéré aux tarifs du secteur privé, ce
qui fait partie du privilège d’exercer une profession qui
ne se résume pas à exploiter une entreprise.
Second, it must be remembered that the rate fixed
for the independent prosecutor will be paid from public
funds. In an age when there are so many pressing needs
taxing that resource, I do not think that it should be used
to pay at private sector rates.
Deuxièmement, il faut se souvenir que la rémunération
fixée pour l’avocat de la poursuite indépendant sera
payée sur les deniers publics. À une époque où tant de
besoins pressants grèvent les ressources, je ne crois pas
qu’elles doivent servir à payer des services aux tarifs du
secteur privé.
Thus I would add these two considerations to the list. It
is relevant to fixing a reasonable rate for the independent
prosecutor that he or she is performing a public service
paid for with public funds.
J’ajouterais donc ces deux considérations. Lorsqu’il
s’agit de fixer un tarif raisonnable pour l’avocat de
la poursuite indépendant, il convient de prendre en
compte le fait qu’il exécute un mandat public et qu’il est
rémunéré sur les deniers publics.
See also R. v. White, 2010 SCC 59, [2010] 3 S.C.R.
374.
Voir aussi l’arrêt R. c. White, 2010 CSC 59, [2010]
3 R.C.S. 374.
[138] The Attorney General of Ontario urges
us to accept that the legal aid tariff constitutes a
presumptively reasonable remuneration for an
amicus. While the legal aid tariff should be taken
into account as a guide, it is certainly not de­
terminative: White.
[138] Le procureur général de l’Ontario nous
demande de faire droit à sa thèse voulant que la
rémunération de l’amicus au tarif de l’aide juridique
doive être tenue pour raisonnable. Certes, ce tarif
doit être pris en compte à titre indicatif, mais il
n’est certainement pas décisif : White.
[139] It must be recalled that amici are not bound
by the legal aid regime. Their client is the court, not
an indigent accused, and they are “not parties to that
implicit agreement between the defence bar and the
state through which, it appears, defence counsel
have agreed to effectively contribute a portion of
their services to ensure that the broadest number
of indigent defendants are afforded the legal
representation they could not otherwise retain”: R.
v. Chemama, 2008 ONCJ 140 (CanLII), at para. 11.
[139] Rappelons que l’amicus n’est pas lié par le
régime d’aide juridique. Son client est le tribunal,
et non un accusé impécunieux, et il [traduction]
« n’est pas partie à l’accord tacite entre les avo­
cats de la défense, d’une part, et l’État, d’autre part,
suivant lequel, apparemment, les premiers accep­
tent de faire don en partie de leurs services afin que
le plus grand nombre de prévenus impécunieux qui,
autrement, ne seraient pas représentés, aient droit
aux services d’un avocat » : R. c. Chemama, 2008
ONCJ 140 (CanLII), par. 11.
[2013] 3 R.C.S.
ONTARIO
c.
criminal lawyers’ association
Le juge Fish
51
[140] As mentioned earlier, I also favour a con­
sen­sual approach to determining the manner in
which an amicus’s budget and payment is to be
managed. A reasonable budget is necessary to
enable the amicus to do that which is expected of
him. In my respectful view, subject to the agreement
of an amicus, it would be inappropriate to consign
the administration of amici’s budgets to Legal Aid.
Legal Aid’s expertise is in setting budgets for a
person of modest means, which is not the applicable
standard in the case of amici appointments.
[140] Comme je l’indique précédemment, je
préconise également une démarche consensuelle
pour déterminer les modalités d’administration du
budget de l’amicus et sa rémunération. Un bud­
get d’un montant raisonnable s’impose afin que
l’amicus puisse s’acquitter de son mandat. Soit dit
en tout respect, sauf consentement de l’amicus, il
est inopportun de confier l’administration de son
budget à l’Aide juridique. Celle‑ci établit le budget
de représentation de personnes peu fortunées en
appliquant des normes qui ne sauraient valoir à
l’égard de l’amicus.
V
V
[141] It has not been suggested — nor can it be —
that an immoderate or unreasonable fee was set by
the trial judges in any of the cases before us. In each
instance, the fees fixed are substantially lower than
the amicus’s private practice rates and are virtually
identical to the fees paid by the Crown to similarly
qualified counsel retained as ad hoc prosecutors, or
to represent witnesses in criminal cases, or pursuant
to s. 684 of the Criminal Code: Imona Russel #1, at
para. 49; Figueroa; Chemama, at para. 14.
[141] Nul n’a prétendu — ni ne peut prétendre
— que les juges ont, en l’espèce, fixé des honoraires
exagérés ou déraisonnables. Dans chacune des
affaires, les honoraires accordés sont sensiblement
inférieurs à ceux exigés par l’amicus de ses clients
du privé et presque identiques à ceux versés par le
ministère public à des avocats aux qualifications
équivalentes pour exercer la fonction de poursuivant
ad hoc ou pour représenter un témoin dans un
dossier criminel, ou encore, sur le fondement de
l’art. 684 du Code criminel : Imona Russel no 1,
par. 49; Figueroa; Chemana, par. 14.
[142] The trial judges exercised their jurisdiction
appropriately in setting the rates of remuneration
and in providing for the management of the amici’s
budgets. They committed no reviewable error of
law in the exercise of their discretion.
[142] Ils ont exercé leur compétence con­ve­
nablement pour arrêter les taux de rémunération
et les modalités de gestion des budgets des amici.
Ils n’ont commis, dans l’exercice de leur pouvoir
discrétionnaire, aucune erreur de droit susceptible
de contrôle judiciaire.
VI
VI
[143] For all of the foregoing reasons, I would
dismiss the appeal.
[143] Pour tous ces motifs, je suis d’avis de
rejeter le pourvoi.
Appeal allowed, LeBel, Fish, Abella and
Cromwell JJ. dissenting.
Pourvoi accueilli, les juges LeBel, Fish,
Abella et Cromwell sont dissidents.
Solicitor for the appellant: Attorney General of
Ontario, Toronto.
Procureur de l’appelante : Procureur général de
l’Ontario, Toronto.
52
ONTARIO
v.
criminal lawyers’ association
[2013] 3 S.C.R.
Solicitors for the respondent the Criminal
Lawyers’ Association of Ontario: Schreck Presser,
Toronto; Louis P. Strezos & Associate, Toronto.
Procureurs de l’intimée Criminal Lawyers’
Association of Ontario : Schreck Presser, Toronto;
Louis P. Strezos & Associate, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Canada: Attorney General of Canada, Ottawa.
Procureur de l’intervenant le procureur général
du Canada : Procureur général du Canada, Ottawa.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Quebec: Attorney General of Quebec, Québec.
Procureur de l’intervenant le procureur général
du Québec : Procureur général du Québec, Québec.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Manitoba: Attorney General of Manitoba,
Winnipeg.
Procureur de l’intervenant le procureur général
du Manitoba : Procureur général du Manitoba,
Winnipeg.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of British Columbia: Attorney General of British
Columbia, Victoria.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de la Colombie‑Britannique : Procureur général de
la Colombie‑Britannique, Victoria.
Solicitors for the intervener the British Columbia
Civil Liberties Association: Sugden, McFee &
Roos, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante l’Association
des libertés civiles de la Colombie‑Britannique : Sugden, McFee & Roos, Vancouver.
Solicitor for the intervener the Advocates’
Society: John Norris, Toronto.
Procureur de l’intervenante Advocates’
Society : John Norris, Toronto.
Solicitors for the intervener the Mental Health
Legal Committee: Hiltz Szigeti, Toronto; Swandron
Associates, Toronto; Supreme Advocacy, Ottawa.
Procureurs de l’intervenant Mental Health
Legal Committee : Hiltz Szigeti, Toronto; Swandron
Associates, Toronto; Supreme Advocacy, Ottawa.
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
53
Marine Services International Limited and
David Porter Appellants
Marine Services International Limited et
David Porter Appelants
v.
c.
Estate of Joseph Ryan, by its Administratrix,
Yvonne Ryan, Yvonne Ryan, in her own right,
Stephen Ryan, a Minor, by his Guardian
ad litem, Yvonne Ryan, Jennifer Ryan, a Minor,
by her Guardian ad litem, Yvonne Ryan,
Estate of David Ryan, by its Administratrix,
Marilyn Ryan, Marilyn Ryan, in her own
right, David Michael Ryan, a Minor, by his
Guardian ad litem, Marilyn Ryan, J and
Y Fisheries Inc. and D and M Fisheries Inc.,
bodies corporate, trading and operating
as Ryan’s Fisheries Partnership, Universal
Marine Limited and Attorney General
of Canada Respondents
Succession de Joseph Ryan, représentée
par son administratrice Yvonne Ryan,
Yvonne Ryan, en son nom, Stephen Ryan, un
mineur représenté par sa tutrice à l’instance
Yvonne Ryan, Jennifer Ryan, une mineure
représentée par sa tutrice à l’instance Yvonne
Ryan, Succession de David Ryan, représentée
par son administratrice Marilyn Ryan,
Marilyn Ryan, en son nom, David Michael
Ryan, un mineur représenté par sa tutrice à
l’instance Marilyn Ryan, J and Y Fisheries Inc.
et D and M Fisheries Inc., des personnes
morales, faisant affaire sous la dénomination
sociale Ryan’s Fisheries Partnership,
Universal Marine Limited et procureur
général du Canada Intimés
and
et
Attorney General of Ontario,
Attorney General of Nova Scotia,
Attorney General of British Columbia,
Attorney General of Newfoundland
and Labrador, Workplace Health,
Safety and Compensation Commission and
Workers’ Compensation Board of
British Columbia Interveners
Procureur général de l’Ontario,
procureur général de la Nouvelle‑Écosse,
procureur général de la Colombie‑Britannique,
procureur général de Terre‑Neuve‑
et‑Labrador, Workplace Health, Safety
and Compensation Commission et
Workers’ Compensation Board de la
Colombie‑Britannique Intervenants
Indexed as: Marine Services
International Ltd. v. Ryan Estate
Répertorié : Marine Services
International Ltd. c. Ryan (Succession)
2013 SCC 44
2013 CSC 44
File No.: 34429.
No du greffe : 34429.
2013: January 15; 2013: August 2.
2013 : 15 janvier; 2013 : 2 août.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
54
marine services
v.
ryan estate
[2013] 3 S.C.R.
on appeal from the court of appeal for
newfoundland and labrador
en appel de la cour d’appel de
terre‑neuve‑et‑labrador
Constitutional law — Division of powers — Navigation
and shipping —Interjurisdictional immunity — Federal
paramountcy — Federal maritime legislation providing
for action by dependants in case of death of person —
Provincial workers’ compensation legislation prohibiting
actions in respect of injury against employer or worker if
compensation payable — Fishermen dying in maritime
accident — Dependants obtaining compensation under
provincial workers’ compensation scheme and bringing
negligence action under federal maritime legislation —
Whether provincial legislation constitutionally inapplic­
able to federal maritime negligence claims by reason
of doctrine of interjurisdictional immunity — Whether
provincial legislation constitutionally inoperative in
respect of federal maritime negligence claims by reason
of doctrine of federal paramountcy — Constitution Act,
1867, s. 91(10) — Workplace Health, Safety and Com­
pensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W‑11, s. 44 — Marine
Liability Act, S.C. 2001, c. 6, s. 6(2).
Droit constitutionnel — Partage des compétences
— Navigation et bâtiments ou navires — Exclusivité
des compétences — Prépondérance fédérale — Droit
d’action conféré aux personnes à charge d’un défunt
par une loi maritime fédérale — Action en dommage
prohibée contre l’employeur ou un travailleur par une loi
provinciale sur les accidents du travail si une indemnité
est payable au titre de cette loi — Décès de pêcheurs
lors d’un accident en mer — Action en négligence
intentée en vertu de la loi maritime fédérale par des
personnes à charge subséquemment au versement à ces
dernières d’une indemnité en vertu du régime provincial
d’indemnisation des accidents du travail — La loi
provinciale est‑elle constitutionnellement inapplicable
aux actions en négligence fondées sur le droit maritime
fédéral en raison de la doctrine de l’exclusivité des
compétences? — La loi provinciale est‑elle constitution­
nellement inopérante à l’égard des actions en négligence
fondées sur le droit maritime fédéral en raison de la
doctrine de la prépondérance des lois fédérales? —
Loi constitutionnelle de 1867, art. 91(10) — Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990,
ch. W‑11, art. 44 — Loi sur la responsabilité en matière
maritime, L.C. 2001, ch. 6, art. 6(2).
Maritime law — Liability in tort — Statutory bar of
action — Fishermen dying in maritime accident in the
course of employment — Whether negligence action
brought by dependants under federal maritime legis­
lation prohibited by provincial workers’ compensation
legislation — Workplace Health, Safety and Compen­
sation Act, R.S.N.L. 1990, c. W‑11, s. 44 — Marine
Liability Act, S.C. 2001, c. 6, s. 6(2).
Droit maritime — Responsabilité délictuelle —
Interdiction de poursuites prévue par la loi — Décès de
pêcheurs lors d’un accident en mer dans l’exercice de
leurs fonctions — La loi provinciale sur les accidents du
travail interdit‑elle aux personnes à charge d’intenter
une action en négligence en vertu d’une loi maritime
fédérale? — Workplace Health, Safety and Compensation
Act, R.S.N.L. 1990, ch. W‑11, art. 44 — Loi sur la respon­
sabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6, art. 6(2).
Workers’ compensation — Statutory bar of action —
Compensation legislation prohibiting actions against
employer or worker in respect of injury if compensation
payable — Fishermen dying in maritime accident in the
course of employment — Dependants obtaining com­
pensation and bringing negligence action — Whether
death occurred otherwise than in the conduct of the
operations usual in or incidental to the industry carried
on by the employer — Whether statutory bar applies
— Workplace Health, Safety and Compensation Act,
R.S.N.L. 1990, c. W‑11, s. 44.
Accidents du travail — Interdiction de poursuites
prévue par la loi — Action en dommage prohibée contre
l’employeur ou un travailleur par une loi provinciale
sur les accidents du travail si une indemnité est payable
au titre de cette loi — Décès de pêcheurs lors d’un
accident en mer dans l’exercice de leurs fonctions —
Action en négligence intentée par des personnes à
charge subséquemment à l’obtention d’une indemnité
— La mort est‑elle survenue autrement que dans le
cours des activités habituelles ou accessoires menées
dans l’industrie à laquelle participe l’employeur? —
L’interdiction légale de poursuites s’applique‑t‑elle?
— Workplace Health, Safety and Compensation Act,
R.S.N.L. 1990, ch. W‑11, art. 44.
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
55
The Ryan brothers died when their ship, the Ryan’s
Commander, capsized while returning from a fishing ex­
pedition off the coast of Newfoundland and Labrador.
Their widows and dependants (the “Ryan Estates”) ap­
plied for and received compensation under Newfound­
land and Labrador’s Workplace Health, Safety and
Compensation Act (“WHSCA”). In addition, proceeding
under the federal Maritime Liability Act (“MLA”), the
Ryan Estates commenced an action against Universal
Marine Limited, Marine Services International Limited
and its employee P, alleging negligence in the design and
construction of the Ryan’s Commander, as well as against
the Attorney General of Canada, alleging negligence in
the inspection of the vessel by Transport Canada. Marine
Services and P applied to the Workplace Health, Safety
and Compensation Commission for a determination of
whether the action was prohibited by virtue of the statu­
tory bar of action contained in s. 44 of the WHSCA. The
Commission held that the action was statute barred by
s. 44. On judicial review, the Supreme Court, Trial
Div­ision, overturned the decision of the Commission,
holding that the doctrines of interjurisdictional immunity
and federal paramountcy applied and therefore that s. 44
must be read down to allow the action to proceed. The
majority of the Court of Appeal upheld the trial judgment.
Les frères Ryan ont perdu la vie lorsque leur bateau, le
Ryan’s Commander, a chaviré au retour d’une expédition
de pêche au large des côtes de Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Leurs veuves et enfants à charge (les « successions
Ryan ») ont demandé et reçu des indemnités au titre
de la Workplace Health, Safety and Compensation Act
(« WHSCA ») de Terre‑Neuve‑et‑Labrador. En outre,
s’appuyant sur la Loi sur la responsabilité en matière
maritime (« LRMM ») du gouvernement fédéral, les
successions Ryan ont intenté une action contre Universal
Marine Limited, Marine Services International Limited
et P, un employé de cette dernière, leur reprochant
d’avoir fait montre de négligence dans la conception et
la construction du Ryan’s Commander, de même que
contre le procureur général du Canada, pour le motif qu’il
y aurait eu négligence de la part de Transports Canada
dans l’inspection du bateau. Marine Services et P ont
demandé à la Workplace Health, Safety and Compen­
sation Commission de décider si l’action tombait sous
le coup de l’interdiction légale de poursuites prévue à
l’art. 44 de la WHSCA. La Commission a statué que
cette disposition avait pour effet de prohiber l’action. À
l’issue d’un contrôle judiciaire, la Section de première
instance de la Cour suprême a infirmé la décision de la
Commission, concluant que les doctrines de l’exclusivité
des compétences et de la prépondérance fédérale s’appli­
quent et qu’il faut donc donner une interprétation atté­
nuée à l’art. 44, de façon que l’action puisse suivre son
cours. La Cour d’appel, à la majorité, a confirmé le juge­
ment de première instance.
Held: The appeal should be allowed. Section 44 of the
WHSCA is constitutionally applicable and operative.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli. L’article 44 de
la WHSCA est applicable et opérant du point de vue
constitutionnel.
The statutory bar at s. 44 of the WHSCA applies on the
facts of this case. It does not only benefit an “employer”
in a direct employment relationship with the injured
worker. Any employer that contributes to the scheme and
any worker of such an employer benefits from the statu­
tory bar, as long as the worker was injured in the course
of his or her employment and the injury occurred in
the conduct of the operations usual in or incidental to
the industry carried on by the employer. In the case at
bar, the Commission’s finding that the injury that led to
the death of the Ryan brothers occurred in the conduct
of the operations usual in or incidental to the industry
carried on by Marine Services is entitled to deference. It
is a question of mixed fact and law that the Commission
answered by assessing the evidence and interpreting its
home statute; moreover, the WHSCA contains a pri­vative
L’interdiction légale de poursuites prévue à l’art. 44
de la WHSCA est applicable au vu des faits de l’espèce.
Elle ne bénéficie pas seulement à un « employeur »
qui se trouve dans une relation d’emploi directe avec
le travailleur blessé. Tout employeur contribuant au
régime, ainsi que tout travailleur d’un tel employeur,
bénéficie de l’interdiction légale de poursuites, pourvu
que le travailleur ait été blessé dans le cours de ses fonc­
tions et que les blessures soient survenues dans le cours
des activités habituelles ou accessoires menées dans
l’industrie à laquelle participe l’employeur. En l’espèce,
il convient de faire montre de déférence envers la con­
clusion de la Commission suivant laquelle les blessures
ayant entraîné la mort des frères Ryan sont survenues
dans le cours des activités habituelles ou accessoires
menées dans l’industrie à laquelle participe Marine
56
marine services
v.
ryan estate
[2013] 3 S.C.R.
clause. In light of these factors, the standard of reason­
ableness applies.
Services. Il s’agit d’une question mixte de fait et de droit
à laquelle la Commission a répondu en appréciant la
preuve et en interprétant sa loi constitutive. De plus,
la WHSCA renferme une clause privative. À la lumière
de ces facteurs, la norme de la décision raisonnable
s’applique.
Section 44 of the WHSCA is constitutionally applic­
able and operative and, as such, bars the action initiated
by the Ryan Estates against Marine Services and P. The first step in the resolution of a constitutional issue
involving the division of powers is an analysis of the
“pith and substance” of the impugned legislation, which
consists of an inquiry into the true nature of the law in
question for the purpose of identifying the matter to
which it essentially relates. Then, at the end of a pith and
substance analysis, a court should consider interjuris­
dictional immunity only if there is prior case law fa­
vouring its application to the subject matter at hand, as is
the case in this appeal. A two‑pronged test must be met to
trigger the application of this doctrine. The first step is to
determine whether the impugned legislation trenches on
the core of a head of power listed in ss. 91 or 92 of the
Constitution Act, 1867. Then, if the impugned legislation
trenches on the core of a head of power, the second step
is to determine whether the encroachment is sufficiently
serious. The impugned legislation must impair rather than
just affect the core. When interjurisdictional immunity
applies, the impugned law is simply inapplicable to the
extra‑jurisdictional matter.
L’article 44 de la WHSCA est applicable et opérant
du point de vue constitutionnel et il fait donc obstacle
à l’action introduite par les successions Ryan contre
Marine Services et P. La résolution d’un différend con­
stitutionnel concernant le partage des compétences
requiert d’abord et avant tout l’analyse du « caractère
véritable » du texte de loi contesté, laquelle consiste
dans une recherche sur la nature véritable de la loi en
question afin d’identifier la matière sur laquelle elle porte
essentiellement. Puis, au terme de l’analyse du caractère
véritable, le tribunal ne doit généralement considérer la
doctrine de l’exclusivité des compétences que s’il existe
de la jurisprudence préconisant son application à l’objet
du litige, comme c’est le cas dans le présent pourvoi. Il
doit être satisfait à une analyse à deux volets pour que
cette doctrine s’applique. La première étape consiste à
se demander si la loi contestée empiète sur le cœur d’un
chef de compétence énuméré à l’art. 91 ou 92 de la
Loi constitutionnelle de 1867. Deuxièmement, si la loi
contestée empiète sur le cœur d’un chef de compétence,
il faut déterminer si cet empiétement est suffisamment
grave. La loi contestée ne doit pas simplement toucher le
cœur d’une compétence, elle doit l’entraver. Lorsque la
doctrine de l’exclusivité des compétences s’applique,
la loi contestée est tout simplement inapplicable à la
question excédant la compétence législative conférée.
Interjurisdictional immunity does not apply in the case
at bar. The first prong of the test is met, but not the second.
A provincial statute of general application, such as s. 44
of the WHSCA, cannot have the effect of indirectly regu­
lating an issue of maritime negligence law, which is at the
core of the federal power over navigation and shipping.
By altering the range of claimants who may make use
of the statutory maritime negligence action pro­vided
by s. 6(2) of the MLA, s. 44 of the WHSCA trenches on
the core of the federal power over navigation and ship­
ping. However, s. 44 of the WHSCA does not impair the
exercise of the federal power over navigation and
shipping. It may affect the exercise of that federal power,
however, this level of intrusion is insufficient to trigger
interjurisdictional immunity. The intrusion of s. 44 is not
significant or serious when one considers the breadth
of the federal power over navigation and shipping, the
La doctrine de l’exclusivité des compétences ne
s’applique pas en l’espèce. Il est satisfait au premier volet
de l’analyse, mais non au second. Une disposition légis­
lative provinciale d’application générale comme l’art. 44
de la WHSCA ne doit pas avoir pour effet de réglementer
indirectement un aspect des règles de droit relatives
à la négligence en matière maritime qui font partie du
cœur de la compétence fédérale sur la navigation et les
bâtiments ou navires. En modifiant l’éventail des deman­
deurs susceptibles d’exercer le droit d’action pour négli­
gence en matière maritime conféré par le par. 6(2) de la
LRMM, l’art. 44 de la WHSCA empiète sur le cœur de
la compétence fédérale en matière de navigation et de
bâtiments ou navires. Cependant, l’art. 44 de la WHSCA
n’entrave pas l’exercice de cette compétence fédérale.
Il peut toucher l’exercice de cette compétence fédérale,
mais ce degré d’empiétement ne suffit pas pour que
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
57
absence of impact on the uniformity of Canadian mari­
time law, and the historical application of workers’ com­
pensation schemes in the maritime context.
s’applique la doctrine de l’exclusivité des compétences.
L’empiétement causé par l’art. 44 ne saurait être considéré
important ou grave si l’on tient compte de l’étendue de la
compétence fédérale sur la navigation et les bâtiments ou
navires, de l’absence de répercussions sur l’uniformité
du droit maritime canadien et de l’application de longue
date des régimes d’indemnisation des accidents du travail
dans le secteur maritime.
The doctrine of federal paramountcy does not apply in
this case either, under a proper interpretation of the MLA.
According to this doctrine, when the operational effects
of provincial legislation are incompatible with federal
legislation, the federal legislation must prevail and the
provincial legislation is rendered inoperative to the extent
of the incompatibility. Federal paramountcy applies where
there is an inconsistency between a valid federal legis­
lative enactment and a valid provincial legislative enact­
ment, but not between a common law rule and a valid
provincial law. Inconsistency can arise from two differ­
ent forms of conflict: the operational conflict, when
compliance with one statute means a violation of the
other statute, and the frustration of federal purpose. The
standard for invalidating provincial legislation on the
basis of frustration of federal purpose is high.
Suivant l’interprétation qu’il convient de donner à la
LRMM, la doctrine de la prépondérance fédérale ne
s’appli­que pas non plus à la présente affaire. Selon cette
doctrine, lorsque les effets d’une loi provinciale sont
incompatibles avec une loi fédérale, la seconde doit
prévaloir et la loi provinciale être déclarée inopérante
dans la mesure de l’incompatibilité. La doctrine de la
prépondérance fédérale s’applique lorsqu’il existe une
incompatibilité entre un texte de loi fédéral valide et un
texte de loi provincial lui aussi valide, mais non en cas
d’incompatibilité entre une règle de common law et
une loi provinciale valide. L’incompatibilité peut résul­ter
de deux formes différentes de conflit : le conflit d’appli­
cation, à savoir lorsque l’observation d’une loi entraîne
la violation de l’autre; et l’entrave à la réalisation d’un
objectif fédéral. La norme d’invalidation d’une loi pro­
vinciale au motif qu’elle entrave la réalisation d’un
objectif fédéral est élevée.
Section 6(2) of the MLA provides a cause of action to
the dependants of a person who dies by the fault or neg­
ligence of others in a maritime law context that is to be
adjudicated under Canadian maritime law. However, it
makes room for the operation of provincial workers’ com­­
pensation schemes. The WHSCA and the MLA can operate
side by side without conflict. Section 6(2) of the MLA
provides that a dependant may bring a claim “under cir­
cumstances that would have entitled the person, if not
deceased, to recover damages”. This language suggests
that there are situations where a dependant is not allowed
to bring an action pursuant to s. 6(2) of the MLA. Such a
situation occurs where a statutory provision, such as s. 44
of the WHSCA, prohibits litigation because compensation
has already been awarded under a workers’ compensation
scheme. The statutory bar in s. 44 of the WHSCA removes
compensation for workplace injury from the tort system,
of which the MLA is a part. As such, for the purposes of
s. 6(2) of the MLA, a deceased worker whose dependants
are entitled to compensation under the WHSCA is a
person who died under circumstances that would not
have entitled the worker to recover damages if he or she
had lived. The WHSCA, which establishes a no‑fault
regime to compensate for workplace‑related injury, does
Le paragraphe 6(2) de la LRMM confère une cause
d’action aux personnes à la charge d’une personne qui,
en raison de la faute ou de la négligence d’autrui, a perdu
la vie dans un accident de navigation assujetti au droit
maritime canadien. Cependant, le par. 6(2) ne fait pas
obstacle à l’application de régimes provinciaux d’indem­
nisation des accidents du travail. La WHSCA et la LRMM
peuvent coexister sans conflit. Le paragraphe 6(2) de
la LRMM précise que les personnes à charge peuvent
intenter une action « dans des circonstances qui, si le
décès n’en était pas résulté, [. . .] auraient donné [à la
victime] le droit de réclamer des dommages‑intérêts ».
Ce texte tend à indiquer qu’il existe des situations où
une personne à charge n’est pas autorisée à intenter
une action en vertu du par. 6(2) de la LRMM. C’est le
cas lorsqu’une disposition législative — tel l’art. 44 de
la WHSCA — interdit les poursuites au motif qu’une
indemnité a déjà été versée au titre d’un régime
d’indemnisation des accidents du travail. L’interdiction
légale de poursuites prévue à l’art. 44 de la WHSCA
exclut l’indemnisation des accidents du travail du champ
d’application du régime de la responsabilité délictuelle,
régime dont fait partie la LRMM. Dans ces circonstances,
un travailleur décédé dont les personnes à charge ont
58
marine services
v.
ryan estate
[2013] 3 S.C.R.
not frustrate the purpose of s. 6(2) of the MLA, which
was enacted to expand the range of claimants who could
start an action in maritime negligence law. The WHSCA
simply provides for a different regime for compensation
that is distinct and separate from tort.
droit à une indemnité sous le régime de la WHSCA
constitue, pour l’application du par. 6(2) de la LRMM,
une personne ayant perdu la vie dans des circonstances
qui ne lui auraient pas donné le droit de réclamer des
dommages‑intérêts si elle avait survécu. La WHSCA,
qui établit un régime d’indemnisation sans égard à la
responsabilité pour les accidents du travail, n’entrave pas
la réalisation de l’objectif du par. 6(2) de la LRMM qui
a été édicté en vue d’élargir la catégorie des personnes
admises à intenter une action en négligence fondée sur
le droit maritime. La WHSCA instaure tout simplement
un régime d’indemnisation distinct du droit de la res­
ponsabilité délictuelle.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Ordon Estate v. Grail, [1998] 3 S.C.R.
437; Workmen’s Compensation Board v. Canadian Pacific
Railway Co., [1920] A.C. 184; Bell Canada v. Quebec
(Commission de la santé et de la sécurité du travail),
[1988] 1 S.C.R. 749; Tessier Ltée v. Quebec (Commission
de la santé et de la sécurité du travail), 2012 SCC 23,
[2012] 2 S.C.R. 3; Pasiechnyk v. Saskatchewan (Workers’
Compensation Board), [1997] 2 S.C.R. 890; Reference
re: Workers’ Compensation Act, 1983 (Nfld.), ss. 32, 34
(1987), 44 D.L.R. (4th) 501; Commission du salaire
minimum v. Bell Telephone Co. of Canada, [1966] S.C.R.
767; Alltrans Express Ltd. v. British Columbia (Workers’
Compensation Board), [1988] 1 S.C.R. 897; Husky Oil
Operations Ltd. v. Minister of National Revenue, [1995]
3 S.C.R. 453; Attorney General of Canada v. St. Hubert
Base Teachers’ Association, [1983] 1 S.C.R. 498; Société
canadienne des postes v. Commission d’appel en matière
de lésions professionnelles, [1999] R.J.Q. 957; Société
canadienne des postes v. Commission de la santé et
de la sécurité du travail, [1996] R.J.Q. 873; Dunsmuir
v. New Brunswick, 2008 SCC 9, [2008] 1 S.C.R. 190;
Canadian Western Bank v. Alberta, 2007 SCC 22, [2007]
2 S.C.R. 3; Quebec (Attorney General) v. Canadian
Owners and Pilots Association, 2010 SCC 39, [2010]
2 S.C.R. 536; General Motors of Canada Ltd. v. City
National Leasing, [1989] 1 S.C.R. 641; Queddy River
Driving Boom Co. v. Davidson (1883), 10 S.C.R. 222;
Montreal City v. Montreal Harbour Commissioners,
[1926] A.C. 299; British Columbia (Attorney General)
v. Lafarge Canada Inc., 2007 SCC 23, [2007] 2 S.C.R.
86; Sincennes‑McNaughton Lines, Ltd. v. Bruneau,
[1924] S.C.R. 168; Bonavista Cold Storage Co. v.
Walters (1959), 20 D.L.R. (2d) 744; Paré v. Rail & Water
Terminal (Quebec) Inc., [1978] 1 F.C. 23; Laboucane
v. Brooks, 2003 BCSC 1247, 17 B.C.L.R. (4th) 20;
Bisaillon v. Keable, [1983] 2 S.C.R. 60; Multiple Access
Ltd. v. McCutcheon, [1982] 2 S.C.R. 161; Bank of
Arrêts mentionnés : Succession Ordon c. Grail,
[1998] 3 R.C.S. 437; Workmen’s Compensation Board
c. Canadian Pacific Railway Co., [1920] A.C. 184; Bell
Canada c. Québec (Commission de la santé et de la
sécurité du travail), [1988] 1 R.C.S. 749; Tessier Ltée
c. Québec (Commission de la santé et de la sécurité du
travail), 2012 CSC 23, [2012] 2 R.C.S. 3; Pasiechnyk c.
Saskatchewan (Workers’ Compensation Board), [1997]
2 R.C.S. 890; Reference re : Workers’ Compensation
Act, 1983 (Nfld.), ss. 32, 34 (1987), 44 D.L.R. (4th)
501; Commission du salaire minimum c. Bell Telephone
Co. of Canada, [1966] R.C.S. 767; Alltrans Express
Ltd. c. Colombie‑Britannique (Workers’ Compensation
Board), [1988] 1 R.C.S. 897; Husky Oil Operations
Ltd. c. Ministre du Revenu national, [1995] 3 R.C.S.
453; Procureur général du Canada c. St. Hubert Base
Teachers’ Association, [1983] 1 R.C.S. 498; Société
canadienne des postes c. Commission d’appel en matière
de lésions professionnelles, [1999] R.J.Q. 957; Société
canadienne des postes c. Commission de la santé et de
la sécurité du travail, [1996] R.J.Q. 873; Dunsmuir c.
Nouveau‑Brunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1 R.C.S. 190;
Banque canadienne de l’Ouest c. Alberta, 2007 CSC
22, [2007] 2 R.C.S. 3; Québec (Procureur général) c.
Canadian Owners and Pilots Association, 2010 CSC
39, [2010] 2 R.C.S. 536; General Motors of Canada
Ltd. c. City National Leasing, [1989] 1 R.C.S. 641;
Queddy River Driving Boom Co. c. Davidson (1883),
10 R.C.S. 222; Montreal City c. Montreal Harbour
Commissioners, [1926] A.C. 299; Colombie‑Britannique
(Procureur général) c. Lafarge Canada Inc., 2007 CSC
23, [2007] 2 R.C.S. 86; Sincennes‑McNaughton Lines,
Ltd. c. Bruneau, [1924] R.C.S. 168; Bonavista Cold
Storage Co. c. Walters (1959), 20 D.L.R. (2d) 744; Paré
c. Rail & Water Terminal (Quebec) Inc., [1978] 1 C.F.
23; Laboucane c. Brooks, 2003 BCSC 1247, 17 B.C.L.R.
(4th) 20; Bisaillon c. Keable, [1983] 2 R.C.S. 60; Multiple
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
59
Montreal v. Hall, [1990] 1 S.C.R. 121; R. v. Felawka,
[1993] 4 S.C.R. 199; Rothmans, Benson & Hedges Inc.
v. Saskatchewan, 2005 SCC 13, [2005] 1 S.C.R. 188;
Law Society of British Columbia v. Mangat, 2001 SCC
67, [2001] 3 S.C.R. 113; Attorney General of Canada v.
Law Society of British Columbia, [1982] 2 S.C.R. 307;
Bell ExpressVu Limited Partnership v. Rex, 2002 SCC
42, [2002] 2 S.C.R. 559; Reference re Broadcasting
Regulatory Policy CRTC 2010‑167 and Broadcasting
Order CRTC 2010‑168, 2012 SCC 68, [2012] 3 S.C.R.
489; 65302 British Columbia Ltd. v. Canada, [1999]
3 S.C.R. 804; Workers’ Compensation Appeal Board
v. Penney (1980), 38 N.S.R. (2d) 623; Ferneyhough v.
Workers’ Compensation Appeals Tribunal (N.S.), 2000
NSCA 121, 189 N.S.R. (2d) 76; Nova Scotia (Minister
of Transportation and Public Works) v. Workers’
Compensation Appeals Tribunal, 2005 NSCA 62, 231
N.S.R. (2d) 390; Nova Scotia (Workers’ Compensation
Board) v. Martin, 2003 SCC 54, [2003] 2 S.C.R. 504.
Access Ltd. c. McCutcheon, [1982] 2 R.C.S. 161; Banque
de Montréal c. Hall, [1990] 1 R.C.S. 121; R. c. Felawka,
[1993] 4 R.C.S. 199; Rothmans, Benson & Hedges Inc. c.
Saskatchewan, 2005 CSC 13, [2005] 1 R.C.S. 188; Law
Society of British Columbia c. Mangat, 2001 CSC 67,
[2001] 3 R.C.S. 113; Procureur général du Canada c.
Law Society of British Columbia, [1982] 2 R.C.S. 307;
Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, 2002 CSC
42, [2002] 2 R.C.S. 559; Renvoi relatif à la Politique
réglementaire de radiodiffusion CRTC 2010‑167 et
l’ordonnance de radiodiffusion CRTC 2010‑168,
2012 CSC 68, [2012] 3 R.C.S. 489; 65302 British
Columbia Ltd. c. Canada, [1999] 3 R.C.S. 804; Workers’
Compensation Appeal Board c. Penney (1980), 38 N.S.R.
(2d) 623; Ferneyhough c. Workers’ Compensation Appeals
Tribunal (N.S.), 2000 NSCA 121, 189 N.S.R. (2d) 76;
Nova Scotia (Minister of Transportation and Public
Works) c. Workers’ Compensation Appeals Tribunal,
2005 NSCA 62, 231 N.S.R. (2d) 390; Nouvelle‑Écosse
(Workers’ Compensation Board) c. Martin, 2003 CSC 54,
[2003] 2 R.C.S. 504.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Canada Shipping Act, R.S.C. 1985, c. S‑9.
Constitution Act, 1867, ss. 91, 92.
Fatal Accidents Act, 1846 (U.K.), 9 & 10 Vict., c. 93.
Government Employees Compensation Act, R.S.C. 1985,
c. G‑5, ss. 2 “employee”, 3(1), 9(1), 12.
Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, ss. 4, 5, 6, 6(2).
Merchant Seamen Compensation Act, R.S.C. 1985,
c. M‑6, ss. 2(1) “employer”, “seaman”, 5(a), 8, 13,
24(1), (5), 30(1).
Workplace Health, Safety and Compensation Act,
R.S.N.L. 1990, c. W‑11, ss. 2, 19, 38(1), 43(1), 44,
45(1), 46, 97, 99.
Fatal Accidents Act, 1846 (R.-U.), 9 & 10 Vict., ch. 93.
Loi constitutionnelle de 1867, art. 91, 92.
Loi sur l’indemnisation des agents de l’État, L.R.C.
1985, ch. G‑5, art. 2 « agents de l’État », 3(1), 9(1), 12.
Loi sur l’indemnisation des marins marchands, L.R.C.
1985, ch. M‑6, art. 2(1) « employeur », « marin », 5a),
8, 13, 24(1), (5), 30(1).
Loi sur la marine marchande du Canada, L.R.C. 1985,
ch. S‑9.
Loi sur la responsabilité en matière maritime, L.C. 2001,
ch. 6, art. 4, 5, 6, 6(2).
Workplace Health, Safety and Compensation Act,
R.S.N.L. 1990, ch. W‑11, art. 2, 19, 38(1), 43(1), 44,
45(1), 46, 97, 99.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Driedger, Elmer A. Construction of Statutes, 2nd ed.
Toronto: Butterworths, 1983.
Hogg, Peter W. Constitutional Law of Canada, 5th ed.
Supp., vol. 1. Scarborough, Ont.: Thomson/Carswell,
2007 (updated 2012, release 1).
Driedger, Elmer A. Construction of Statutes, 2nd ed.
Toronto : Butterworths, 1983.
Hogg, Peter W. Constitutional Law of Canada, 5th ed.
Supp., vol. 1. Scarborough, Ont. : Thomson/Carswell,
2007 (updated 2012, release 1).
APPEAL from a judgment of the Newfoundland
and Labrador Court of Appeal (Green C.J.N.L. and
Welsh and Rowe JJ.A.), 2011 NLCA 42, 308 Nfld.
& P.E.I.R. 1, 958 A.P.R. 1, 238 C.R.R. (2d) 160,
351 D.L.R. (4th) 666, [2011] N.J. No. 207 (QL),
2011 CarswellNfld 200, affirming a decision of
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de
Terre‑Neuve‑et‑Labrador (le juge en chef Green
et les juges Welsh et Rowe), 2011 NLCA 42, 308
Nfld. & P.E.I.R. 1, 958 A.P.R. 1, 238 C.R.R. (2d)
160, 351 D.L.R. (4th) 666, [2011] N.J. No. 207
(QL), 2011 CarswellNfld 200, qui a confirmé une
60
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
Hall J., 2009 NLTD 120, 289 Nfld. & P.E.I.R. 198,
890 A.P.R. 198, 99 Admin. L.R. (4th) 308, [2009]
N.J. No. 204 (QL), 2009 CarswellNfld 197. Appeal
allowed.
décision du juge Hall, 2009 NLTD 120, 289 Nfld. &
P.E.I.R. 198, 890 A.P.R. 198, 99 Admin. L.R. (4th)
308, [2009] N.J. No. 204 (QL), 2009 CarswellNfld
197. Pourvoi accueilli.
Peter O’Flaherty and Brodie Gallant, for the
appellants.
Peter O’Flaherty et Brodie Gallant, pour les
appelants.
Corwin Mills, Q.C., Joseph Twyne and Benjamin
Piper, for the respondents the Estate of Joseph
Ryan et al.
Corwin Mills, c.r., Joseph Twyne et Benjamin
Piper, pour les intimés la Succession de Joseph
Ryan et autres.
Peter Southey and Christine Mohr, for the re­
spondent the Attorney General of Canada.
Peter Southey et Christine Mohr, pour l’intimé le
procureur général du Canada.
Hart Schwartz and Michael S. Dunn, for the
intervener the Attorney General of Ontario.
Hart Schwartz et Michael S. Dunn, pour l’inter­
venant le procureur général de l’Ontario.
Nancy E. Brown, for the intervener the Attorney
General of British Columbia.
Nancy E. Brown, pour l’intervenant le procureur
général de la Colombie‑Britannique.
Rolf Pritchard, Q.C., for the intervener the
Attorney General of Newfoundland and Labrador.
Rolf Pritchard, c.r., pour l’intervenant le procu­
reur général de Terre‑Neuve‑et‑Labrador.
Jamie Martin, for the intervener the Workplace
Health, Safety and Compensation Commission.
Jamie Martin, pour l’intervenante Workplace
Health, Safety and Compensation Commission.
Scott A. Nielsen and Laurel Courtenay, for the
intervener the Workers’ Compensation Board of
British Columbia.
Scott A. Nielsen et Laurel Courtenay, pour
l’inter­venante Workers’ Compensation Board de la
Colombie‑Britannique.
No one appeared for the respondent Universal
Marine Limited.
Personne n’a comparu pour l’intimée Universal
Marine Limited.
No one appeared for the intervener the Attorney
General of Nova Scotia.
Personne n’a comparu pour l’intervenant le
procureur général de la Nouvelle‑Écosse.
The judgment of the Court was delivered by
LeBel and Karakatsanis JJ. —
Version française du jugement de la Cour rendu
par
Les juges LeBel et Karakatsanis —
I. Introduction and Overview
I. Introduction et aperçu
[1] The sea took the lives of two fishermen off the
coast of Newfoundland and Labrador. Their estates
sought compensation in tort from parties allegedly
responsible for their death. This appeal raises the
[1] Deux pêcheurs ont perdu la vie au large des
côtes de Terre‑Neuve‑et‑Labrador. Leurs succes­
sions ont réclamé aux parties auxquelles elles
imputent le décès des pêcheurs une indemnisation
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
61
issue of whether the statutory bar of action in s. 44
of the Workplace Health, Safety and Compensation
Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11 (“WHSCA”), applies
and bars a negligence action initiated under
s. 6(2) of the Marine Liability Act, S.C. 2001,
c. 6 (“MLA”). The widows and dependants of the
de­ceased fishermen commenced the action after
having received compensation under the WHSCA.
fondée sur la responsabilité délictuelle. Le pré­sent
pourvoi soulève la question de savoir si l’interdic­
tion légale de poursuites prévue à l’art. 44 de la
loi intitulée Workplace Health, Safety and Compen­
sation Act, R.S.N.L. 1990, ch. W‑11 (« WHSCA »),
s’applique et fait obstacle à l’introduction d’une
action en négligence en vertu du par. 6(2) de la
Loi sur la responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6 (« LRMM »). Les veuves et les enfants à
la charge des pêcheurs décédés ont intenté une telle
action après avoir reçu les indemnités pour accident
du travail payables au titre de la WHSCA.
[2] The majority of the Court of Appeal found
that the statutory bar in s. 44 of the WHSCA was
inapplicable due to interjurisdictional immunity and
inoperative by virtue of federal paramountcy.
[2] La Cour d’appel, à la majorité, a conclu que
l’interdiction légale de poursuites prévue à l’art. 44
de la WHSCA était inapplicable en raison de la doc­
trine de l’exclusivité des compétences et inopérante
par application de la doctrine de la prépondérance
des lois fédérales ou prépondérance fédérale.
[3] We would allow the appeal. Section 44 of the
WHSCA applies and it is both constitutionally
applic­able and operative. The negligence action is
therefore dismissed.
[3] Nous sommes d’avis d’accueillir le pourvoi.
L’article 44 de la WHSCA s’applique et il est à la
fois applicable et opérant sur le plan constitution­
nel. L’action en négligence doit donc être rejetée.
II. Background Facts
II. Contexte factuel
[4] Joseph and David Ryan (the “Ryan brothers”)
tragically died on September 19, 2004, when their
ship, the Ryan’s Commander, capsized while re­
turning from a fishing expedition off the coast of
Newfoundland and Labrador. Their widows and
dependants (the “Ryan Estates”) applied for and
received compensation under the WHSCA.
[4] Deux frères, Joseph et David Ryan (les
« frères Ryan »), ont tragiquement perdu la vie le
19 septembre 2004, lorsque leur bateau, le Ryan’s
Commander, a chaviré au retour d’une expé­di­
tion de pêche au large des côtes de Terre‑Neuve‑
et‑Labrador. Les veuves et les enfants à la charge
des frères Ryan (les « successions Ryan ») ont
demandé et reçu des indemnités au titre de la WHSCA.
[5] Proceeding under the MLA, the Ryan Estates
also commenced an action in 2006 against Univer­
sal Marine Limited (“Universal Marine”), Marine
Services International Limited (“Marine Services”)
and its employee David Porter, alleging negli­
gence in the design and construction of the Ryan’s
Commander, which had been commissioned by
the Ryan brothers in 2003. The action was also
brought against the Attorney General of Canada,
alleging negligence in the inspection of the vessel
by Transport Canada. If the negligence action were
to succeed, the Ryan Estates have indicated that
[5] S’appuyant sur la LRMM, les successions Ryan
ont également intenté, en 2006, une action contre
Universal Marine Limited (« Universal Marine »),
Marine Services International Limited (« Marine
Services ») et David Porter, un employé de cette
dernière, leur reprochant d’avoir fait montre de
négligence dans la conception et la construction du
Ryan’s Commander, que les frères Ryan avaient
com­mandé en 2003. L’action visait également le
procureur général du Canada, pour le motif qu’il y
aurait eu négligence de la part de Transports Canada
dans l’inspection du bateau. Les successions Ryan
62
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
the Workplace Health, Safety and Compensation
Commission (the “Commission”) would seek re­
pay­ment of the compensation received by the Ryan
Estates under the WHSCA.
ont indiqué que, si leur action en négligence était
accueillie, la Workplace Health, Safety and Com­
pensation Commission (la « Commission ») solli­
citerait le remboursement des indemnités qu’elles
ont reçues en application de la WHSCA.
[6] Marine Services and Mr. Porter applied to
the Commission under s. 46 of the WHSCA for a
determination of whether the Ryan Estates’ action
is prohibited by virtue of the statutory bar in s. 44
of the WHSCA. The Commission held that the
action was statute barred by s. 44. According to the
Commission, the WHSCA applied because the Ryan
brothers had died in the course of their employment,
and Universal Marine, Marine Services, and the
Attorney General of Canada were “employers” and
David Porter was a “worker” within the meaning of
s. 2 of the WHSCA. The Commission concluded that
the constitutional doctrines of interjurisdictional
immunity and federal paramountcy did not apply.
[6] Marine Services et M. Porter ont demandé à
la Commission, en vertu de l’art. 46 de la WHSCA,
de décider si l’action des successions Ryan tom­bait
sous le coup de l’interdiction légale de pour­suites
prévue à l’art. 44 de cette même loi. La Commission
a conclu que cette disposition avait pour effet de
prohiber l’action. Selon elle, la WHSCA s’appli­
quait, parce que les frères Ryan avaient perdu
la vie dans l’exercice de leurs fonctions, et parce
que Universal Marine, Marine Services et le pro­
cureur général du Canada sont des [traduction]
« employeurs » et David Porter un « travailleur » au
sens de l’art. 2 de cette loi. La Commission a statué
que les doctrines constitutionnelles de l’exclusivité
des compétences et de la prépondérance fédérale ne
s’appliquaient pas.
III. Judicial History
III. Historique des procédures judiciaires
A. Supreme Court of Newfoundland and Labrador
— Trial Division (Hall J.), 2009 NLTD 120,
289 Nfld. & P.E.I.R. 198
A. Cour suprême de Terre‑Neuve‑et‑Labrador —
Section de première instance (le juge Hall),
2009 NLTD 120, 289 Nfld. & P.E.I.R. 198
[7] On judicial review, Hall J. overturned the
decision of the Commission. He determined that
the WHSCA is, in pith and substance, an insurance
scheme. He also held that liability in the marine
context falls within the exclusive federal jurisdic­
tion over “Navigation and Shipping” under s. 91(10)
of the Constitution Act, 1867. He found that the
right to make a claim under the MLA is a core fea­
ture of that federal power.
[7] À l’issue d’un contrôle judiciaire, le juge Hall
a infirmé la décision de la Commission. Il a statué
que la WHSCA était, de par son caractère véritable,
un régime d’assurance. Il a également jugé que la
responsabilité en matière maritime relevait de la
compétence exclusive du gouvernement fédéral sur
« [l]a navigation et les bâtiments ou navires » prévue
au par. 91(10) de la Loi constitutionnelle de 1867.
De l’avis du juge Hall, le droit de présenter une
réclamation sous le régime de la LRMM constitue
une caractéristique essentielle de cette compétence
fédérale.
[8] Hall J. held that interjurisdictional immunity
applied. In his opinion, the statutory bar in s. 44
of the WHSCA impaired the right to make a claim
under the MLA, which belongs to the core of the
federal power over navigation and shipping. He
[8] Le juge Hall a conclu que la doctrine de
l’exclu­sivité des compétences s’appliquait. Selon
lui, l’interdiction légale de poursuites édictée à
l’art. 44 de la WHSCA porte atteinte au droit de
présenter une réclamation en vertu de la LRMM,
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
63
therefore concluded that s. 44 must be read down so
as not to bar the action initiated by the Ryan Estates.
qui est au cœur de la compétence fédérale sur la
navigation et les bâtiments ou navires. Il a donc
jugé que l’art. 44 devait recevoir une interprétation
atténuée, qui ne fasse pas obstacle à l’action intro­
duite par les successions Ryan.
[9] Hall J. also determined that federal para­
mountcy applied because the Ryan Estates could not
comply with both the MLA and the WHSCA. This
conflict required that s. 44 of the WHSCA be read
down to allow the action of the Ryan Estates to pro­
ceed. At the judicial review hearing, the parties agreed
that the Attorney General of Canada was not an
employer under the WHSCA.
[9] Le juge Hall a également conclu à l’application
de la doctrine de la prépondérance fédérale, au
motif que les successions Ryan ne pouvaient se
conformer à la fois à la LRMM et à la WHSCA. Ce
conflit commandait donc une interprétation atténuée
de l’art. 44, de façon que l’action des successions
Ryan puisse suivre son cours. Par ailleurs, lors de
l’audience tenue dans le cadre de ce contrôle judi­
ciaire, les parties ont reconnu que le procureur
général du Canada n’était pas un employeur au sens
de la WHSCA.
B. Supreme Court of Newfoundland and Labrador
— Court of Appeal (Green C.J.N.L. and Welsh
and Rowe JJ.A.), 2011 NLCA 42, 308 Nfld. &
P.E.I.R. 1
B. Cour suprême de Terre‑Neuve‑et‑Labrador —
Cour d’appel (le juge en chef Green et les juges
Welsh et Rowe), 2011 NLCA 42, 308 Nfld. &
P.E.I.R. 1
[10] The majority of the Court of Appeal upheld
the trial judgment. It noted that Parliament and
the legislature chose to enact “two fundamentally
different legal regimes dealing with compensation
for injury and death, and [that] these two regimes
appear to overlap in their application to claims aris­
ing out of workplace injuries in a marine environ­
ment” (para. 54). It also noted that the MLA adopts
a fault-based approach, whereas the WHSCA estab­
lishes a no-fault insurance scheme.
[10] La Cour d’appel, à la majorité, a confirmé
le jugement de première instance. Elle a souligné
que le Parlement et la législature ont choisi d’éta­blir
[traduction] « deux régimes légaux fondamen­
talement différents en matière d’indemnisation
des blessures et décès, et [que] ces deux régimes
semblent se chevaucher en cas de demandes
décou­lant de blessures subies en milieu de travail
maritime » (par. 54). La majorité a également
souligné que la LRMM prévoit une approche fondée
sur la faute, alors que la WHSCA institue un régime
d’assurance sans égard à la responsabilité.
[11] The majority held that the WHSCA is a valid
exercise of the provincial power over property and
civil rights under s. 92(13) of the Constitution Act,
1867. However, interjurisdictional immunity
applied because s. 44 of the WHSCA trenches on
maritime negligence law, which sits at the core of
the federal power over navigation and shipping: 
Ordon Estate v. Grail, [1998] 3 S.C.R. 437. Since
s. 44 of the WHSCA purports to bar an action based
[11] Les juges majoritaires ont statué que la
WHSCA résulte de l’exercice valide par la province
de son pouvoir de légiférer en matière de propriété
et de droits civils prévu au par. 92(13) de la Loi
constitutionnelle de 1867. Cependant, ils ont conclu
que la doctrine de l’exclusivité des compétences
s’applique, étant donné que l’art. 44 de la WHSCA
empiète sur les règles de droit maritime relatives à
la négligence, qui font partie du contenu essentiel
64
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
on maritime negligence law, it impairs the core of
that federal power.
de la compétence fédérale sur la navigation et les
bâtiments ou navires : Succession Ordon c. Grail,
[1998] 3 R.C.S. 437. Comme l’art. 44 de la WHSCA
vise à faire obstacle à l’introduction d’une action
fondée sur ces règles, il porte atteinte au contenu
essentiel de cette compétence fédérale.
[12] The majority also concluded that federal
para­mountcy applied. It explained that an oper­
ational conflict arose between the MLA and the
WHSCA because a maritime claimant who is subject
to the WHSCA could bring an action under the MLA.
The majority held that the words “circumstances
that would have entitled the person, if not deceased,
to recover damages” in s. 6(2) of the MLA cannot
reasonably be interpreted as allowing provincial
workers’ compensation legislation to determine the
scope of the right to access the federal maritime
tort regime. Even if dual compliance was possible,
the operation of s. 44 frustrated the purpose of the
MLA by denying access to the federal maritime tort
regime to the dependants of persons who die in
maritime incidents.
[12] Les juges de la majorité ont aussi conclu à
l’application de la doctrine de la prépondérance
fédérale. Il existe, ont‑ils expliqué, un conflit
d’application entre la LRMM et la WHSCA, car, dans
les cas où l’auteur d’une demande d’indemnisation
en matière maritime est assujetti à la WHSCA, ce
demandeur pourrait intenter une action en vertu de
la LRMM. Selon les juges majoritaires, on ne saurait
raisonnablement considérer que les mots figurant
au par. 6(2) de la LRMM (« circonstances qui, si
le décès n’en était pas résulté, lui auraient donné
le droit de réclamer des dommages‑intérêts ») ont
pour effet de permettre qu’une loi provinciale sur
les accidents du travail détermine la portée du droit
de recourir au régime fédéral de responsabilité
délictuelle en matière maritime. De plus, même s’il
était possible de se conformer aux deux textes de
loi, l’application de l’art. 44 entrave la réalisation
de l’objectif de la LRMM en privant les personnes
à la charge d’une personne ayant perdu la vie dans
un accident de navigation de la possibilité de se
prévaloir du régime fédéral.
[13] In dissent, Welsh J.A. concluded that federal
paramountcy did not apply. She was of the view
that no operational conflict arose between s. 6(2) of
the MLA and s. 44 of the WHSCA. In her opinion,
while the latter takes away the right of the deceased
person to sue to recover damages, the former simply
says that the dependants “may” start an action “under
circumstances” where the deceased would have
been entitled to do so. She explained that a liberal
interpretation of the MLA allows for dependants of
a deceased person to start an action unless, in the
circumstances, an action to recover damages is not
available for a statutory reason. Such a statutory rea­
son exists in this case, as the entitlement to compen­
sa­tion under the WHSCA precludes the deceased’s
entitlement to sue. This interpretation permits com­
pliance with both statutes. Furthermore, she was
of the view that the fact that s. 44 of the WHSCA
[13] Pour sa part, la juge Welsh, dissidente, a con­
clu que la doctrine de la prépondérance fédérale
ne s’appliquait pas. Il n’existe, selon elle, aucun
conflit d’application entre le par. 6(2) de la LRMM
et l’art. 44 de la WHSCA. À son avis, bien que la
seconde disposition supprime le droit du défunt
d’intenter une poursuite en dommages‑intérêts, la
première indique simplement que les personnes à
charge « peuvent » intenter une action « dans des
circonstances » où le défunt aurait été autorisé à le
faire. Elle a expliqué qu’une interprétation libérale
de la LRMM permet à ces personnes d’intenter
une action, sauf si, eu égard aux circonstances, un
motif établi par la loi interdit d’intenter une action
en dommages‑intérêts. Or, un tel motif existe en
l’espèce, car le droit à indemnisation prévu par
le régime de la WHSCA fait obstacle au droit du
défunt d’ester en justice. Cette interprétation permet
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
65
restricts the scope of the right granted under s. 6(2)
of the MLA is not sufficient to establish the frustra­
tion of a federal purpose.
aux intéressés de se conformer aux deux lois. Par
ailleurs, le fait que l’art. 44 de la WHSCA restreigne
la portée du droit conféré au par. 6(2) de la LRMM
ne suffit pas, selon la juge, pour établir l’existence
d’une entrave à la réalisation d’un objectif fédéral.
[14] Welsh J.A. also held that interjurisdictional
immunity did not apply because s. 44 of the WHSCA
does not trench on the core of the federal power over
navigation and shipping. She determined that the
WHSCA is a workers’ compensation scheme which
does not engage issues of negligence. As such, the
rationale underlying this Court’s determination in
Ordon, i.e. that maritime negligence law is a core
element of federal jurisdiction over navigation and
shipping, does not apply to workers’ compensation
legislation.
[14] La juge Welsh a ajouté que la doctrine de
l’exclusivité des compétences ne s’applique pas,
parce que l’art. 44 de la WHSCA n’empiète pas sur
le contenu essentiel de la compétence fédérale sur la
navigation et les bâtiments ou navires. Elle a statué
que la WHSCA constitue un régime d’indemni­
sation des accidents du travail qui ne s’attache pas
aux ques­tions de négligence. Pour cette raison, le
raison­nement à la base de l’arrêt de notre Cour dans
l’affaire Ordon — à savoir que les règles de droit
maritime relatives à la négligence représentent un
élément essentiel de la compétence fédérale sur la
navigation et les bâtiments ou navires — ne s’appli­
que pas aux lois sur les accidents du travail.
IV. Analysis
IV. Analyse
A. Issues
A. Questions en litige
[15] In this appeal, two issues must be addressed.
First, does s. 44 of the WHSCA apply on the facts
of this case? Second, if s. 44 applies, is it constitu­
tionally applicable and operative? Regarding the
second issue, the Chief Justice formulated two con­
stitutional questions:
[15] Le présent pourvoi soulève deux aspects.
Premièrement, l’art. 44 de la WHSCA s’applique‑t‑il
eu égard aux faits de l’espèce? Deuxièmement, si
l’art. 44 s’applique, est‑il, sur le plan constitutionnel,
applicable et opérant? Relativement au deuxième
aspect, la Juge en chef a formulé deux questions
constitutionnelles :
1. Is s. 44 of the Workplace Health, Safety and Com­
pensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, constitu­
tionally inoperative in respect of federal maritime
negligence claims made pursuant to s. 6 of the
Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, by reason of
the doctrine of federal paramountcy?
1. Est‑ce que l’art. 44 de la loi intitulée Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L.
1990, ch. W‑11, est inopérant du point de vue con­
stitutionnel, en raison de la doctrine de la prépon­
dérance des lois fédérales, à l’égard des actions en
négligence fondées sur le droit maritime fédéral qui
sont présentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6?
2. Is s. 44 of the Workplace Health, Safety and
Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, con­
stitutionally inapplicable to federal maritime neg­
ligence claims made pursuant to s. 6 of the Marine
Liability Act, S.C. 2001, c. 6, by reason of the doc­
trine of interjurisdictional immunity?
2. Est‑ce que l’art. 44 de la loi intitulée Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L.
1990, ch. W‑11, est inapplicable du point de vue
con­stitutionnel, en raison de la doctrine de l’exclu­
sivité des compétences, à l’égard des actions en
négligence fondées sur le droit maritime fédéral qui
sont présentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
res­ponsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6?
66
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
B. Relevant Legislative Provisions
B. Dispositions législatives pertinentes
[16] Two legislative provisions are relevant to this
appeal: s. 44 of the WHSCA and s. 6(2) of the MLA.
Section 44 of the WHSCA provides as follows:
[16] Deux dispositions législatives sont perti­nentes
en l’espèce : l’art. 44 de la WHSCA et le par. 6(2)
de la LRMM. L’article 44 de la WHSCA est rédigé
ainsi :
[traduction]
44. (1) The right to compensation provided by this
Act is instead of rights and rights of action, statutory or
otherwise, to which a worker or his or her dependents
are entitled against an employer or a worker because of
an injury in respect of which compensation is payable or
which arises in the course of the worker’s employment.
44. (1) Le droit à l’indemnité prévue par la présente
loi remplace les droits et droits d’action, d’origine légis­
lative ou autre, qu’ont le travailleur ou les personnes à sa
charge contre un employeur ou un travailleur en raison de
blessures à l’égard desquelles une indemnité est payable
ou que subit le travailleur dans le cours de ses fonctions.
(2) A worker, his or her personal representative, his
or her dependents or the employer of the worker has no
right of action in respect of an injury against an employer
or against a worker of that employer unless the injury
occurred otherwise than in the conduct of the operations
usual in or incidental to the industry carried on by the
employer.
(2) Le travailleur, son représentant personnel, les
personnes à sa charge et son employeur ne disposent
d’aucun droit d’action pour cause de blessures contre
un employeur ou un travailleur de ce dernier, sauf si les
blessures sont survenues autrement que dans le cours
des activités habituelles ou accessoires menées dans
l’industrie à laquelle participe l’employeur.
(3) An action does not lie for the recovery of com­
pensation under this Act and claims for compensation
shall be determined by the commission.
(3) Aucune action ne peut être intentée pour obtenir
l’indemnité prévue par la présente loi. Les demandes
d’indemnité sont tranchées par la Commission.
[17] Section 6(2) of the MLA provides as follows:
[17] Le paragraphe 6(2) de la LRMM est rédigé
comme suit :
6. . . .
6. . . .
(2) If a person dies by the fault or neglect of another
under circumstances that would have entitled the person,
if not deceased, to recover damages, the dependants of
the deceased person may maintain an action in a court
of competent jurisdiction for their loss resulting from the
death against the person from whom the deceased person
would have been entitled to recover.
(2) Lorsqu’une personne décède par suite de la faute
ou de la négligence d’autrui dans des circonstances qui,
si le décès n’en était pas résulté, lui auraient donné le
droit de réclamer des dommages‑intérêts, les personnes à
sa charge peuvent saisir le tribunal compétent d’une telle
réclamation.
C. Positions of the Parties
C. Thèses des parties
(1)Application of Section 44 of the WHSCA
(1)Application de l’art. 44 de la WHSCA
[18] The first issue is the interpretation of the
WHSCA and the determination of its scope of appli­
cation. Only the Ryan Estates address this issue in
their factum before this Court. However, the issue
was discussed at length at the hearing. The appel­
lants submit that s. 44 of the WHSCA applies and
[18] La première étape consiste à interpréter la
WHSCA et à délimiter son champ d’application. Bien
que seules les successions Ryan traitent de cet
aspect dans leur mémoire, il a toutefois été débattu
en profondeur lors de l’audience. Les appelants
soutiennent que l’art. 44 de la WHSCA s’applique
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
67
bars the action initiated by the Ryan Estates for the
reasons stated by the Commission: the appellants
are subject to the WHSCA, the Ryan brothers were
injured in the course of their employment, and “the
injury occurred . . . in the conduct of the operations
usual in or incidental to the industry carried on by”
Marine Services. The Ryan Estates respond that s. 44
does not apply because the Ryan brothers were not
employed by Marine Services at the time of the
accident that caused their death. The Attorney Gen­
eral of Canada made no submissions on this issue.
et rend irrecevable l’action introduite par les suc­
cessions Ryan pour les motifs exprimés par la
Commission : les appelants sont assujettis à la
WHSCA, les frères Ryan ont été blessés dans le
cours de leurs fonctions et il s’agit de « blessures
[. . .] survenues [. . .] dans le cours des activités
habituelles ou accessoires menées dans l’industrie
à laquelle participe » Marine Services. Quant aux
successions Ryan, elles répondent que l’art. 44
ne s’applique pas, parce que les frères Ryan ne
travaillaient pas pour Marine Services au moment
de l’accident ayant entraîné leur décès. Enfin, le
procureur général du Canada n’a présenté aucune
observation sur ce point.
(2)Constitutional Applicability and Operability
of Section 44 of the WHSCA
(2)Applicabilité et opérabilité de l’art. 44 de la
WHSCA sur le plan constitutionnel
(i) Interjurisdictional Immunity
(i) Exclusivité des compétences
[19] Assuming that s. 44 applies, the parties then
address the second issue: the constitutional applic­
ability and operability of s. 44. The appellants
sub­
mit that the doctrine of interjurisdictional
immun­ity is not engaged. The statutory bar in the
WHSCA applies only to employers and workers in
one province. It does not impair the uniformity of
Canadian maritime law. Canadian law has long
rec­ognized the application of provincial workers’
compensation legislation in the maritime context.
The Court of Appeal erred in its application of this
Court’s decision in Ordon. The judgment of our Court
held that maritime negligence law is at the core of
the federal power over navigation and shipping and
that it is constitutionally impermissible for a prov­
incial statute of general application to indirectly
regulate maritime negligence law issues. But,
unlike Ordon, this case concerns the nature of the
civil rights as between provincial employers and
workers. Federal jurisdiction over navigation and
shipping is not engaged and should not preclude
the operation of provincial workers’ compensation
schemes in maritime industries.
[19] Tenant pour acquis que l’art. 44 s’applique, les
parties se penchent ensuite sur le deuxième aspect, à
savoir l’applicabilité et l’opérabilité de l’art. 44 sur
le plan constitutionnel. Les appelants soutiennent
que la doctrine de l’exclusivité des compétences ne
s’applique pas. L’interdiction légale de poursuites
prévue par la WHSCA s’applique uniquement aux
employeurs et aux travailleurs de la province con­
cernée. Elle ne rompt pas l’uniformité du droit mari­
time canadien. Le droit canadien reconnaît depuis
longtemps l’application des lois provinciales aux
accidents du travail dans le domaine maritime. La
Cour d’appel aurait commis une erreur dans son
application de l’arrêt Ordon de notre Cour. En
effet, cet arrêt a établi que les règles de droit mari­
time relatives à la négligence appartiennent au
contenu essentiel de la compétence fédérale sur la
navigation et les bâtiments ou navires, et qu’il est
inacceptable, sur le plan constitutionnel, qu’une loi
provinciale de portée générale réglemente indirec­
tement des questions touchant ces règles de droit.
Toutefois, contrairement à l’affaire Ordon, il est
question en l’espèce de la nature des droits civils
entre employeurs et travailleurs provinciaux. La
compétence fédérale sur la navigation et les bâti­
ments ou navires n’est pas en cause et ne devrait pas
faire obstacle à l’application des régimes provin­
ciaux d’indemnisation des accidents du travail dans
les industries maritimes.
68
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[20] The Ryan Estates say that the doctrine of
interjurisdictional immunity is triggered. Maritime
negligence law belongs to the core of the federal
competence over navigation and shipping. The
WHSCA indirectly regulates maritime negligence
law by eliminating recourse to a statutory maritime
negligence action. Eliminating access to the right of
the action provided by s. 6(2) of the MLA seriously
impairs this core and triggers the application of the
doctrine of interjurisdictional immunity.
[20] Les successions Ryan prétendent au contraire
que la doctrine de l’exclusivité des compétences
s’applique. Selon elles, les règles de droit maritime
relatives à la négligence font partie du contenu
essentiel de la compétence fédérale sur la navi­
gation et les bâtiments ou navires, et la WHSCA
réglemente indirectement ces règles en éliminant
la possibilité reconnue par la loi d’intenter une
action fondée sur cette négligence. L’élimination du
droit d’action prévu par le par. 6(2) de la LRMM
porte sérieusement atteinte à ce contenu essentiel
et déclenche l’application de la doctrine de
l’exclusivité des compétences.
[21] The Attorney General of Canada also submits
that interjurisdictional immunity applies. Maritime
negligence law, which is part of the core of federal
jurisdiction over navigation and shipping, includes
the rules relating to who can be compensated for
death and injury resulting from a maritime accident.
The statutory bar in s. 44 of the WHSCA sterilizes
the right of dependants to sue for wrongful death
pursuant to s. 6(2) of the MLA. There is no higher
form of impairment.
[21] Le procureur général du Canada affirme lui
aussi que la doctrine de l’exclusivité des compé­
tences s’applique. Les règles de droit maritime
rela­­tives à la négligence, qui font partie du contenu
essentiel de la compétence fédérale sur la navi­
gation et les bâtiments ou navires, comprennent
les règles établissant qui peut être indemnisé en
cas de décès et blessures découlant d’un accident
de navigation. L’interdiction légale de poursuites
prévue par l’art. 44 de la WHSCA a pour effet de
neutraliser le droit des personnes à charge d’intenter
des poursuites en application du par. 6(2) de la
LRMM en cas de décès causé par la faute d’autrui.
Il n’existe pas de forme plus grave d’atteinte au
contenu essentiel de la compétence fédérale.
(ii)Federal Paramountcy
(ii)Prépondérance fédérale
[22] The parties also address the other constitu­
tional issue, the application of the doctrine of fed­eral
paramountcy. The appellants argue that para­mountcy
does not apply. The federal and provincial statutes
can operate together without conflict because there
is no right to make a claim pursuant to s. 6(2) of the
MLA where a fatality occurs “under circumstances”
that deny to the deceased person the right to
recover damages under the general liability regime
(for example where, as here, litigation is barred
by a provincial workers’ compensation scheme).
Moreover, the fact that the provincial statute limits
the scope of the right under s. 6(2) of the MLA does
not frustrate a federal purpose.
[22] Les parties traitent aussi de l’autre question
d’ordre constitutionnel, soit celle de l’application de
la doctrine de la prépondérance fédérale. Les appel­
ants soutiennent que cette doctrine ne s’applique
pas. Selon eux, il n’existe aucun conflit d’application
entre les lois fédérale et provinciale en cause, vu
l’absence de droit d’intenter une action en vertu
du par. 6(2) de la LRMM lorsque le décès survient
« dans des circonstances » où la victime n’auraient
pas le droit de réclamer des dommages‑intérêts
suivant le régime général de responsabilité (par
exemple dans les cas où, comme en l’espèce, un
régime provincial d’indemnisation des accidents du
travail fait obstacle aux poursuites). Qui plus est, le
fait que la loi provinciale limite la portée du droit
prévu au par. 6(2) de la LRMM n’entrave pas la
réalisation d’un objectif fédéral.
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
69
[23] The Ryan Estates submit that paramountcy
applies. First, an operational conflict exists if s. 44
of the WHSCA bars an action against any employer
that is subject to the scheme. Then, the Ryan Estates
say that the provision frustrates the federal purpose
of regulating marine liability claims by eliminat­
ing recourse to the MLA. The application of that
provincial bar would have far-reaching implications
for liability claims under the MLA. An “employer”
would not be subject to federal marine liability in
certain instances because of the protection granted
to it under provincial law.
[23] Les successions Ryan prétendent au con­
traire que la doctrine de la prépondérance fédérale
s’applique. D’abord, il y a conflit d’application si
l’art. 44 de la WHSCA a pour effet d’interdire l’intro­
duction d’une action contre un employeur assujetti
au régime. Ensuite, d’ajouter les successions Ryan,
en éliminant la possibilité de recourir à la LRMM,
cette disposition entrave la réalisation de l’objectif
fédéral consistant à réglementer les actions en
res­ponsabilité maritime. L’application de cette
inter­
d ic­
t ion législative provinciale aurait des
réper­cussions considérables sur les actions en
respon­sabilité fondées sur la LRMM. Ainsi, en
rai­son de la protection que lui confère la loi pro­
vinciale, un « employeur » pourrait dans certains
cas échapper à la responsabilité au regard du droit
fédéral en matière maritime.
[24] The Attorney General of Canada agrees with
the Ryan Estates. Section 6(2) of the MLA is the
gateway to the federal maritime tort regime for
de­pendants of seamen who die at sea. Parliament
determined that dependants can maintain any mari­
time liability action that would have been available
to the deceased person. The statutory bar in the pro­
vincial statute denies them that cause of action. The
two laws are diametrically opposed; the one extin­
guishes the other. Moreover, the provincial law frus­
trates the federal purpose of creating a cause of action
that allows dependants to choose their pre­ferred
method of obtaining compensation after a wrongful
death in the maritime context and main­taining
national uniformity in maritime negligence law.
[24] Le procureur général du Canada partage
le point de vue des successions Ryan. Le para­
graphe 6(2) de la LRMM permet aux personnes à
la charge de marins ayant péri en mer d’avoir accès
au régime fédéral de responsabilité délictuelle
en matière maritime. Le Parlement a décidé que
ces personnes peuvent intenter l’action en respon­
sabilité maritime qu’aurait pu intenter la victime
si elle n’avait pas perdu la vie. Or, l’interdiction
établie par la loi provinciale les prive de cette
cause d’action. Selon le procureur général, les
deux lois sont diamétralement opposées; l’une
neutralise l’autre. De plus, la loi provinciale entrave
la réalisation de l’objectif fédéral qui consiste,
d’une part, à créer une cause d’action en faveur des
personnes à charge pour qu’elles puissent décider
du régime d’indemnisation auquel elles préfèrent
recourir à la suite d’un décès causé par la faute
d’autrui dans le domaine maritime, et, d’autre part,
à assurer à l’échelle nationale l’uniformité des
règles de droit maritime relatives à la négligence.
(3)Interveners
(3)Intervenants
[25] The interveners are the Attorneys General
of Ontario, Nova Scotia, British Columbia and
Newfoundland and Labrador, the Newfoundland
and Labrador Workplace Health, Safety and Com­
pensation Commission, and the Workers’ Compen­
sation Board of British Columbia. Collectively, the
interveners agree with the appellants that s. 44 of
[25] Sont intervenus au présent pourvoi les procu­
reurs généraux de l’Ontario, de la Nouvelle‑Écosse,
de la Colombie‑Britannique et de Terre‑Neuve‑
et‑Labrador, la Workplace Health, Safety and
Compensation Commission de Terre‑Neuve‑et‑
Labrador, ainsi que la Workers’ Compensation
Board de la Colombie‑Britannique. Collectivement,
70
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
the WHSCA applies and that the provision engages
neither federal paramountcy nor interjurisdictional
immunity.
les intervenants sont d’accord avec les appelants
pour dire que l’art. 44 de la WHSCA s’applique
et qu’il n’entraîne pas l’application de la doctrine
de la prépondérance fédérale ou de la doctrine de
l’exclusivité des compétences.
D. Nature of Workers’ Compensation Schemes
D. Nature des régimes d’indemnisation des
accidents du travail
[26] Professor Peter Hogg concisely describes the
general nature and operation of workers’ compen­
sation schemes:
[26] Le professeur Peter Hogg a su décrire de
manière concise la nature et le fonctionnement
géné­raux des régimes d’indemnisation des acci­
dents du travail :
Workers’ compensation is a public insurance plan that
provides compensation for workers injured by accident
in the course of their employment. It is financed by pre­
miums paid by employers under compulsion of law, and
it is administered by a public agency, usually called a
Workers’ Compensation Board. The benefits are payable
for all work-related accidents (and some occupational
diseases are now usually covered as well) regardless of
whether or not there was negligence on the part of the
employer. In all provinces and territories, the common
law action for negligence has been abolished for workrelated injuries, leaving the statutory scheme as the
exclusive source of compensation.
[traduction] Les régimes d’indemnisation des acci­
dents du travail sont des régimes d’assurance publics
pourvoyant à l’indemnisation des travailleurs qui se
blessent accidentellement dans le cours de leurs fonc­
tions. Ces régimes sont financés par les primes que sont
tenus par la loi de verser les employeurs, et ils sont admi­
nistrés par un organisme public habituellement appelé
commission des accidents du travail. Les indemnités
prévues sont payables à l’égard de tous les accidents du
travail (et, de nos jours, généralement certaines mala­
dies professionnelles sont habituellement assurées
aussi), peu importe qu’il y ait eu ou non négligence de
la part de l’employeur. Dans l’ensemble des provinces et
territoires, l’action en négligence de la common law a été
abolie en matière d’accidents du travail, le régime prévu
par la loi étant par conséquent devenu l’unique source
d’indemnisation.
(P. W. Hogg, Constitutional Law of Canada (5th ed.
Supp.), vol. 1, at p. 33-9)
(P. W. Hogg, Constitutional Law of Canada (5e éd.
suppl.), vol. 1, p. 33‑9)
[27] Provincial workers’ compensation schemes
generally cover persons employed in the relevant
province, even if a workplace accident occurs out­side
of the province: Workmen’s Compensation Board
v. Canadian Pacific Railway Co., [1920] A.C. 184
(P.C.) (“Canadian Pacific Railway”). The compen­
satory elements of these schemes apply to federal
undertakings operating within the province, but the
occupational health and safety elements do not: Bell
Canada v. Quebec (Commission de la santé et de la
sécurité du travail), [1988] 1 S.C.R. 749, at p. 763,
and Tessier Ltée v. Quebec (Commission de la santé
et de la sécurité du travail), 2012 SCC 23, [2012] 2
S.C.R. 3, at paras. 5-6.
[27] En règle générale, les régimes provinciaux
d’indemnisation des accidents du travail protègent
les personnes qui occupent un emploi dans la
province concernée, et ce, même si l’accident du
travail survient à l’extérieur de celle‑ci : Workmen’s
Compensation Board c. Canadian Pacific Railway
Co., [1920] A.C. 184 (C.P.) (« Canadian Pacific
Railway »). Les aspects de ces régimes qui touchent
à l’indemnisation s’appliquent aux entreprises
fédérales exerçant leurs activités dans la province,
mais non les aspects qui touchent à la santé et à la
sécurité au travail : Bell Canada c. Québec (Com­
mission de la santé et de la sécurité du travail),
[1988] 1 R.C.S. 749, p. 763, et Tessier Ltée c.
Québec (Commission de la santé et de la sécurité du
travail), 2012 CSC 23, [2012] 2 R.C.S. 3, par. 5‑6.
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
71
[28] Workers’ compensation schemes in Canada
are rooted in a report by the Honourable Sir William
Ralph Meredith, former Chief Justice of Ontario,
who was appointed in 1910 to study approaches to
workers’ compensation and to recommend a scheme
for Ontario. In 1914, Ontario adopted his proposal
to compensate “injured workers through an acci­
dent fund collected from industry and under the
management of the state”, and the other provinces
followed: Hogg, at p. 33-9; Pasiechnyk v. Saskatch­
ewan (Workers’ Compensation Board), [1997]
2 S.C.R. 890, at para. 24.
[28] Les régimes canadiens d’indemnisation des
accidents du travail tirent leur origine d’un rapport
établi par Sir William Ralph Meredith, ancien juge
en chef de l’Ontario. Celui‑ci s’était vu confier, en
1910, le mandat d’étudier différentes solutions en
la matière et de recommander un régime pour
l’Onta­rio. En 1914, la province a adopté la pro­po­
sition de ce dernier d’indemniser « les travailleurs
blessés au moyen d’une caisse des accidents gérée
par l’État, dont les fonds seraient perçus auprès de
l’industrie », puis les autres provinces ont suivi :
Hogg, p. 33‑9; Pasiechnyk c. Saskatchewan (Workers’
Compensation Board), [1997] 2 R.C.S. 890, par. 24.
[29] The central element of Sir Meredith’s pro­
posal was what has come to be called the “historic
trade-off”: workers “lost their cause of action against
their employers but gained compensation that
depends neither on the fault of the employer nor
its ability to pay”, while employers had to contrib­
ute to a common fund “but gained freedom from
potentially crippling liability”: Pasiechnyk, at para. 25.
[29] L’élément central de la proposition de Sir
Meredith résidait dans ce qu’on en est venu à
appeler le « compromis historique » : les travailleurs
« perdraient leur cause d’action contre leur
employeur, mais obtiendraient une indemnité qui ne
dépendrait ni de la responsabilité de l’employeur ni
de sa capacité de payer », alors que les employeurs
seraient tenus de contribuer à un fonds commun,
« mais [. . .] échapp[eraient] à une responsabilité
potentiellement écrasante » : Pasiechnyk, par. 25.
[30] This “historic trade-off” provides timely and
guaranteed compensation for workers (or their
dependants) and reduces liability for employers. In
Pasiechnyk, Sopinka J. described it as a necessary and
central feature to a workers’ compensation scheme
(para. 26). See also Reference re: Workers’ Compen­
sation Act, 1983 (Nfld.), ss. 32, 34 (1987), 44 D.L.R.
(4th) 501 (Nfld. C.A.).
[30] Ce « compromis historique » garantit aux
travailleurs (ou aux personnes à leur charge) une
indemnisation en temps opportun, tout en réduisant
la responsabilité des employeurs. Dans l’affaire
Pasiechnyk, le juge Sopinka a décrit ce compromis
comme une caractéristique nécessaire et cruciale
d’un régime d’indemnisation des accidents du
travail (par. 26). Voir aussi Reference re : Workers’
Compensation Act, 1983 (Nfld.), ss. 32, 34 (1987),
44 D.L.R. (4th) 501 (C.A.T.‑N.).
[31] The WHSCA is a workers’ compensation
scheme in Newfoundland and Labrador providing
no-fault compensation to workers and their depend­
ants arising from workplace accidents; it mandates
automatic compensation without the need to
estab­lish fault on the part of the employer. The
WHSCA replaces the tort action for negligence with
compensation. As such, it is distinct from tort law.
Section 44 of the WHSCA provides for the statutory
bar that is at the heart of the “historic trade-off”.
[31] La WHSCA est le régime d’indemnisation
des accidents du travail applicable à Terre‑Neuve‑
et‑Labrador. Elle permet aux travailleurs et aux
personnes à leur charge d’être indemnisés, sans
égard à la responsabilité, en cas d’accident du travail;
elle impose en effet l’indemnisation automatique,
sans obligation d’établir la faute de l’employeur. La
WHSCA remplace par le versement d’une indem­nité
l’action en responsabilité délictuelle pour négli­
gence. En ce sens, elle constitue un régime distinct du
droit de la responsabilité délictuelle. Quant à l’art. 44
de cette loi, il établit l’interdiction légale de pour­
suites qui est au cœur du « compromis historique ».
72
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[32] Workers’ compensation schemes, which
con­cern employment and insurance law, fall within
provincial jurisdiction over property and civil rights
as provided by s. 92(13) of the Constitution Act, 1867: 
see Canadian Pacific Railway; Commission du
salaire minimum v. Bell Telephone Co. of Canada,
[1966] S.C.R. 767; Bell Canada; Alltrans Express
Ltd. v. British Columbia (Workers’ Compensation
Board), [1988] 1 S.C.R. 897; and Husky Oil
Operations Ltd. v. Minister of National Revenue,
[1995] 3 S.C.R. 453, at para. 117, per Iacobucci J.,
dissenting. In Canadian Pacific Railway, the
Privy Council said the following about the British
Columbia Workmen’s Compensation Act, R.S.B.C.
1916, c. 77 (p. 191):
[32] Les régimes d’indemnisation des accidents
du travail, qui concernent le droit du travail et le droit
des assurances, relèvent du pouvoir des provinces de
légiférer sur la propriété et les droits civils prévu au
par. 92(13) de la Loi constitutionnelle de 1867 : voir
Canadian Pacific Railway; Commission du salaire
minimum c. Bell Telephone Co. of Canada, [1966]
R.C.S. 767; Bell Canada; Alltrans Express Ltd. c.
Colombie‑Britannique (Workers’ Compensation
Board), [1988] 1 R.C.S. 897; et Husky Oil Ope­
rations Ltd. c. Ministre du Revenu national, [1995] 3 R.C.S. 453, par. 117, le juge Iacobucci, dissident.
Dans Canadian Pacific Railway, le Conseil privé
a affirmé ce qui suit relativement à la Workmen’s
Compensation Act, R.S.B.C. 1916, ch. 77, de la
Colombie‑Britannique (p. 191) :
The scheme of the Act is not one for interfering with
rights outside the Province. It is in substance a scheme
for securing a civil right within the Province.
[traduction] L’esprit de la loi n’est pas d’empiéter sur
des droits à l’extérieur de la province. Il s’agit essen­
tiellement d’un régime conférant un droit civil dans la
province.
[33] Parliament has also adopted two workers’
compensation schemes based on the Meredith
model: the Government Employees Compensa­
tion Act, R.S.C. 1985, c. G-5 (“GECA”), and the
Merchant Seamen Compensation Act, R.S.C. 1985,
c. M-6 (“MSCA”). The first statute was adopted pur­
suant to Parliament’s exclusive jurisdiction over
federal employees under s. 91(8) of the Constitution
Act, 1867: Attorney General of Canada v. St.
Hubert Base Teachers’ Association, [1983] 1 S.C.R.
498; Société canadienne des postes v. Commission
d’appel en matière de lésions professionnelles,
[1999] R.J.Q. 957 (C.A.), at pp. 962-63; and Société
canadienne des postes v. Commission de la santé et
de la sécurité du travail, [1996] R.J.Q. 873 (C.A.),
at p. 876. The second statute was an exercise of
Parliament’s jurisdiction over navigation and
shipping. We will briefly review those two statutes
to highlight the similarities between them and the
WHSCA.
[33] Le législateur fédéral a lui aussi instauré deux
régimes d’indemnisation des accidents du travail
fondés sur le modèle proposé par Sir Meredith : la
Loi sur l’indemnisation des agents de l’État, L.R.C.
1985, ch. G‑5 (« LIAÉ »), et la Loi sur l’indem­
ni­
sation des marins marchands, L.R.C. 1985,
ch. M‑6 (« LIMM »). La première de ces lois a été
adoptée par le Parlement en vertu de sa compé­tence
exclusive à l’égard des fonctionnaires fédéraux
prévue au par. 91(8) de la Loi constitutionnelle de
1867 : Procureur général du Canada c. St. Hubert
Base Teachers’ Association, [1983] 1 R.C.S. 498;
Société canadienne des postes c. Commission
d’appel en matière de lésions professionnelles,
[1999] R.J.Q. 957 (C.A.), p. 962‑963; et Société
canadienne des postes c. Commission de la santé et
de la sécurité du travail, [1996] R.J.Q. 873 (C.A.),
p. 876. La deuxième loi a été édictée dans l’exercice
de la compétence fédérale sur la navigation et les
bâtiments ou navires. Nous analyserons brièvement
ces deux lois pour bien faire ressortir ce qu’elles ont
en commun avec la WHSCA.
[34] The GECA applies to individuals working
in any capacity for the federal government with the
exception of the regular members of the Canadian
[34] La LIAÉ s’applique à tout agent du gouver­
nement fédéral, à l’exception des membres de la
force régulière des Forces canadiennes ou de la
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
73
Forces or the Royal Canadian Mounted Police: ss. 2
(“employee”) and 3(1). Section 12 provides that
where an accident happens to an employee in the
course of his or her employment under circum­
stances that entitle the employee or his or her depend­
ants to compensation under the GECA, neither the
employee nor the dependants “has any claim against
Her Majesty, or any officer, servant or agent of Her
Majesty”. Section 9(1) says that where an accident
happens to an employee in the course of his or her
employment under circumstances that entitle the
employee or the dependants “to an action against a
person other than Her Majesty”, the employee or
the dependants may elect between compensation
under the GECA or “may claim against that other
person” (s. 45(1) of the WHSCA provides similar
election rights to s. 9(1) of the GECA).
Gendarmerie royale du Canada : art. 2 (« agents de
l’État ») et par. 3(1). En vertu de l’art. 12, l’agent
de l’État ou les personnes à sa charge qui, par suite
d’un accident du travail, ont droit à l’indemnité
prévue par la LIAÉ « ne peuvent exercer d[e] recours
contre Sa Majesté ou un fonctionnaire, préposé ou
mandataire de celle‑ci pour cet accident ». Suivant
le par. 9(1), si l’accident dont a été victime un agent
de l’État ouvre droit pour lui ou les personnes à sa
charge « à un recours contre un tiers », l’agent ou
ces personnes peuvent soit demander l’indemnité
prévue, soit « exercer le recours contre le tiers » (le
par. 45(1) de la WHSCA accorde des choix sembla­
bles à ceux prévus au par. 9(1) de la LIAÉ).
[35] Like the WHSCA, the GECA is a no-fault
regime that provides for compensation in case of
injury or death caused during employment. A cen­
tral feature of that no-fault regime is the bar on
claims against Her Majesty, which is the employer
for employees covered by the GECA.
[35] Tout comme la WHSCA, la LIAÉ constitue
un régime d’indemnisation sans égard à la respon­
sabilité applicable en cas de blessure ou de décès
survenant en cours d’emploi. L’interdiction d’enga­
ger des poursuites contre Sa Majesté — l’employeur
des agents visés par la LIAÉ — représente un aspect
fondamental de ce régime.
[36] The other statute, the MSCA, applies to sea­
men engaged in home-trade and foreign voyages.
The definition of “seaman” excludes fishers, pilots,
and apprenticed pilots: s. 2(1). An “employer”
under the MSCA “includes every person having any
seaman in his service under a contract of hiring or
apprenticeship, written or oral, express or implied”: 
s. 2(1). The MSCA does not apply and no compen­
sation is payable under it where a seaman is
“entitled to claim compensation under the [GECA]
or under any provincial workers’ compensation
law”: s. 5(a).
[36] L’autre loi, la LIMM, s’applique aux marins
effectuant un voyage de cabotage ou un voyage
de long cours. La définition de « marin » exclut les
pêcheurs, les pilotes et les apprentis pilotes. Un
« employeur » au sens de cette loi s’entend de
« [t]oute personne ayant un marin à son service en
vertu d’un contrat de louage d’ouvrage ou d’appren­
tissage, écrit ou verbal, exprès ou implicite » :
par. 2(1). La LIMM ne s’applique pas lorsqu’un
marin « a [le] droit [. . .] de demander l’indemnité
prévue par la [LIAÉ] ou par une loi provinciale sur
les accidents du travail » : al. 5a).
[37] In one respect, the MSCA differs from the
GECA or provincial workers’ compensation regimes
such as the WHSCA. Whereas, in the case of the
WHSCA, employers must contribute to a collective
insurance fund based on assessment (there is no
such fund for the GECA as Her Majesty is the only
employer), s. 30(1) of the MSCA requires employers
to “cover by insurance or other means satisfactory
to the [Merchant Seaman Compensation] Board the
[37] La LIMM diffère sur un point de la LIAÉ
et des régimes provinciaux d’indemnisation des
accidents du travail comme la WHSCA. Dans le cas
de la WHSCA, les employeurs doivent verser les
contributions établies dans un fonds d’assurance
collectif (un tel fonds n’existe pas sous le régime
de la LIAÉ parce que Sa Majesté est le seul
employeur), alors qu’aux termes du par. 30(1) de la
LIMM, les employeurs doivent « se protéger à l’aide
74
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
risks of compensation arising under this Act”. Such
employers do not contribute to a shared insurance
fund, but they must nonetheless obtain insurance.
d’une assurance ou d’un autre moyen, suffisant
aux yeux de la Commission [d’indemnisation des
marins marchands], contre les risques afférents à
l’indemnisation prévue par la présente loi ». Dans
ce dernier cas, les employeurs ne contribuent pas à
un fonds commun d’assurance, mais doivent néan­
moins contracter une assurance.
[38] In other respects, the MSCA is similar to other
workers’ compensation schemes: the employer
must pay compensation on a no-fault basis (s. 8)
and the right to compensation is in lieu of all rights
of action of a seaman or his dependants against the
employer (s. 13). Therefore, the historic trade-off
of compensation in lieu of a right to sue is, like for
the GECA and provincial workers’ compensation
schemes, at the heart of the MSCA. The MSCA also
allows seamen to claim compensation under it or to
bring an action against a third party, i.e. a “person
other than his co-employees, his employer, the
servants or mandataries of his employer”: s. 24(1).
However, “[n]o seaman entitled to compensation
under [the MSCA] or the dependants of the seaman
have a right of action against an employer who is
subject to [the MSCA]”: s. 24(5).
[38] Sur d’autres points, la LIMM ressemble aux
autres régimes d’indemnisation des accidents du
travail : l’employeur doit verser l’indemnité, qu’il
ait ou non commis une faute (art. 8), et le droit à
l’indemnité tient lieu de tous droits d’action (art. 13).
En conséquence, tout comme c’est le cas pour la
LIAÉ et les régimes provinciaux d’indemnisation
des accidents du travail, le compromis historique
fondé sur le paiement d’une indemnité en rempla­
cement du droit de poursuivre représente un aspect
central de la LIMM. Cette dernière autorise elle
aussi les marins à demander une indemnité ou à
intenter une action, mais uniquement contre un tiers,
c’est‑à‑dire une « personne autre que ses compa­
gnons de travail, son employeur, les serviteurs ou
les mandataires de son employeur » : par. 24(1).
Cependant, « [u]n marin qui a droit à l’indemnité
prévue par la [LIMM] ne possède, ou les personnes à
sa charge ne possèdent, aucun droit d’action contre
un employeur assujetti à la [LIMM] » : par. 24(5).
[39] The above review of the GECA and the MSCA
highlights their similarities with the WHSCA and
their nature as no-fault insurance schemes for
workplace-related injury. Despite some differences,
all of these statutes provide compensation in lieu
of the right to bring an action; this is the historic tradeoff at the heart of the Meredith model of workers’
compensation schemes. By establishing no-fault
schemes for workplace-related injuries, these stat­
utes are distinct from and do not interact with any
tort regimes.
[39] Cet examen de la LIAÉ et de la LIMM fait
bien ressortir leurs similarités avec la WHSCA et
leur qualité de régimes d’assurance sans égard à la
responsabilité en matière d’accidents du travail.
Malgré certaines différences, toutes ces lois pour­
voient au paiement d’une indemnité en rempla­
cement du droit d’action; il s’agit du compromis
historique au cœur des régimes d’indemnisation des
accidents du travail fondés sur le modèle proposé
par Sir Meredith. En établissant de tels régimes
sans égard à la responsabilité, ces lois se distinguent
des régimes d’indemnisation de responsabilité
délictuelle et n’interagissent pas avec ceux‑ci.
E. Application of Section 44 of the WHSCA
E. Application de l’art. 44 de la WHSCA
[40] Before engaging in a constitutional analysis
of whether s. 44 of the WHSCA is applicable and
[40] Avant d’amorcer l’analyse constitutionnelle
visant à déterminer si l’art. 44 de la WHSCA est
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
75
operative, we must first determine if the facts of this
case give rise to its application. The Ryan Estates
submit that s. 44 does not apply because the Ryan
brothers were not employed by Marine Services
when the accident that caused their death occurred.
We disagree. We are of the view that s. 44 of the
WHSCA applies on the facts of this case. As a result,
constitutional issues arise and must be resolved.
applicable et opérant, il nous faut d’abord décider
si les faits de l’espèce entraînent son application.
Les successions Ryan soutiennent que l’art. 44 ne
s’applique pas, étant donné que les frères Ryan ne
travaillaient pas pour Marine Services au moment
de l’accident ayant causé leur décès. Nous ne
sommes pas de cet avis. Selon nous, l’art. 44 de la
WHSCA s’applique eu égard aux faits de l’espèce.
Par conséquent, la situation soulève des questions
d’ordre constitutionnel qu’il faut résoudre.
[41] A direct employment relationship did
not exist between the Ryan brothers and Marine
Services at the time of the accident that led to
their death. However, the statutory bar in s. 44 of
the WHSCA does not only benefit an “employer”
in a direct employment relationship with the
injured worker. Any employer that contributes to
the scheme (and any worker of such an employer)
benefits from the statutory bar, as long as the worker
was injured in the course of his or her employment
and the injury “occurred . . . in the conduct of the
operations usual in or incidental to the industry
carried on by the employer”. The Commission
as­sesses, levies, and collects contribution to the
injury fund from employers that are subject to the
WHSCA, all of whom are obligated to contribute: 
ss. 97 and 99. Unless excluded by regulation, the
WHSCA applies to employers “engaged in, about
or in connection with an industry in the province”: 
s. 38(1) (“employer” is also defined in s. 2(j) of the
WHSCA).
[41] Il n’existait pas de relation d’emploi directe
entre Marine Services et les frères Ryan au moment
de l’accident au cours duquel ces derniers sont
décé­dés. Cependant, l’interdiction légale de pour­
suites prévue à l’art. 44 de la WHSCA ne bénéficie
pas seulement à un « employeur » qui se trouve
dans une relation d’emploi directe avec le travail­
leur blessé. Tout employeur contribuant au régime
(et tout travailleur d’un tel employeur) bénéficie
de l’interdiction légale de poursuites, pourvu que
le travailleur ait été blessé dans le cours de ses
fonctions et que les blessures soient [traduction]
« survenues [. . .] dans le cours des activités
habituelles ou accessoires menées dans l’industrie
à laquelle participe l’employeur ». La Commission
fixe et perçoit les contributions au fonds d’indem­
nisation que doivent obligatoirement verser tous
les employeurs assujettis à la WHSCA : art. 97
et 99. Sauf exclusion prévue par règlement, la
WHSCA s’applique aux employeurs « participant
directement ou indirectement, à une industrie dans
la province » : par. 38(1) (le terme « employeur »
est également défini à l’al. 2(j) de la WHSCA).
[42] The parties do not dispute the Commission’s
findings that (a) the Ryan brothers were injured in
the course of employment within the meaning of
the WHSCA; (b) Marine Services is an “employer”
under the WHSCA; and (c) David Porter is a
“worker” under the WHSCA.
[42] Les parties ne contestent pas les conclusions
suivantes de la Commission : a) les frères Ryan
ont été blessés dans le cours de leurs fonctions
au sens de la WHSCA; b) Marine Services est un
« employeur » au sens de la WHSCA; c) David
Porter est un « travailleur » au sens de cette même loi.
[43] The dispute is whether the injury that led to
the Ryan brothers’ death “occurred otherwise than
in the conduct of the operations usual in or inci­
dental to the industry carried on by the em­ployer”
as stated in s. 44(2). The answer to this question
[43] Le différend porte sur la question de savoir
si les blessures ayant entraîné la mort des frères
Ryan sont [traduction] « survenues autrement que
dans le cours des activités habituelles ou acces­
soires menées dans l’industrie à laquelle participe
76
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
determines whether s. 44 of the WHSCA applies to
this case.
l’employeur », aux termes du par. 44(2). La réponse
à cette question permettra de déterminer si l’art. 44
de la WHSCA s’applique en l’espèce.
[44] At the Commission, Marine Services sub­
mitted that it was engaged “in operations connected
to the fishing industry”, “in the business of marine
consulting, naval architecture, and vessel design”,
and that David Porter was, at the relevant time, em­
ployed by it to design the vessel (A.R., at p. 17). The
Commission agreed with these submissions in its
find­ings of fact (pp. 28-29). On the question of
whether the death of the Ryan brothers “occurred . . .
in the conduct of the operations usual in or inci­
dental to the industry carried on by the employer”,
the Commission found that it clearly occurred in
such a manner (p. 29).
[44] Devant la Commission, Marine Services a
soutenu qu’elle exerçait [traduction] « des acti­
vités liées à l’industrie de la pêche », ainsi que
« des activités d’expertise‑conseil dans le domaine
maritime, des activités d’architecture navale et des
activités de conception de navires », et que, au cours
de la période pertinente, David Porter travaillait
chez elle à la conception du bateau (d.a., p. 17). La
Commission a retenu ces observations dans ses
conclusions de fait (p. 28‑29). Quant à la question
de savoir si le décès des frères Ryan [traduction]
« était survenu [. . .] dans le cours des activités
habituelles ou accessoires menées dans l’industrie
à laquelle participe l’employeur », la Commission a
conclu que c’était clairement le cas (p. 29).
[45] This appeal is from a judicial review of the
Commission’s decision. The Commission’s finding
that the injury that led to the death of the Ryan
brothers occurred “in the conduct of the operations
usual in or incidental to the industry carried on”
by Marine Services is entitled to deference. It is a
question of mixed fact and law that the Commission
answered by assessing the evidence and interpreting
its home statute. Moreover, s. 19 of the WHSCA
contains a privative clause. In light of these factors,
the standard of reasonableness applies: Dunsmuir
v. New Brunswick, 2008 SCC 9, [2008] 1 S.C.R. 190,
at paras. 52-55. On this standard, the Commission’s
finding should not be disturbed.
[45] Le présent pourvoi découle du contrôle judi­
ciaire de la décision de la Commission. Il convient
de faire montre de déférence envers la conclusion
qu’a tirée celle‑ci et suivant laquelle les blessures
ayant entraîné la mort des frères Ryan sont sur­
venues [traduction] « dans le cours des activités
habituelles ou accessoires menées dans l’industrie
à laquelle participe » Marine Services. Il s’agit
d’une question mixte de fait et de droit à laquelle la
Commission a répondu en appréciant la preuve et en
interprétant sa loi constitutive. De plus, l’art. 19 de la
WHSCA contient une clause privative. À la lumière
de ces facteurs, la norme de la décision raisonnable
s’applique : Dunsmuir c. Nouveau‑Brunswick, 2008
CSC 9, [2008] 1 R.C.S. 190, par. 52‑55. Eu égard
à cette norme, la conclusion de la Commission ne
devrait pas être modifiée.
[46] Therefore, s. 44 of the WHSCA applies to this
case and, if constitutionally applicable and opera­
tive, bars the action initiated by the Ryan Estates
against the appellants. We must now turn to the consti­
tutional questions raised by the application of s. 44.
[46] En conséquence, l’art. 44 de la WHSCA
s’applique à la présente espèce et, s’il est applicable
et opérant sur le plan constitutionnel, il fait obsta­
cle à l’action introduite par les successions Ryan
contre les appelants. Nous allons maintenant exa­
miner les questions constitutionnelles que soulève
l’application de l’art. 44.
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
77
F. Constitutional Questions
F. Questions constitutionnelles
[47] The constitutional issue is whether a statu­
tory bar of action in a provincial workers’ com­
pensation scheme can preclude a person to whom
the bar applies from bringing a negligence action
that is provided for by a federal maritime negligence
statute. The constitutional dispute in this appeal,
therefore, concerns the division of powers between
the federal and provincial governments under the
Constitution Act, 1867.
[47] La difficulté d’ordre constitutionnel que pose
la présente affaire consiste à décider si une inter­
diction légale de poursuites prévue par un régime
provincial d’indemnisation des accidents du tra­vail
peut empêcher une personne visée par cette inter­
diction d’intenter une action en négligence en vertu
d’une loi fédérale relative à la négligence en droit
maritime. En l’espèce, le différend constitutionnel
concerne donc le partage des compétences établi
par la Loi constitutionnelle de 1867 entre le fédéral
et les provinces.
[48] The first step in the resolution of a consti­
tutional issue involving the division of powers is
an analysis of the “pith and substance” of the im­
pugned legislation: Canadian Western Bank v.
Alberta, 2007 SCC 22, [2007] 2 S.C.R. 3, at
para. 25. The analysis of the pith and substance
consists of “an inquiry into the true nature of the
law in question for the purpose of identifying the
‘matter’ to which it essentially relates”: Canadian
Western Bank, at para. 26. Two aspects of the law or
of the impugned provision are analyzed: the pur­
pose of the enacting body in adopting it, and the
legal effect of the law or provision: Canadian
Western Bank, at para. 27. In this case, the validity
of the WHSCA (and of the MLA for that matter) is
not contested and a full pith and substance analysis
is not required.
[48] La résolution d’un tel différend requiert
d’abord et avant tout l’analyse du « caractère véri­
table » du texte de loi contesté : Banque canadienne
de l’Ouest c. Alberta, 2007 CSC 22, [2007] 2
R.C.S. 3, par. 25. Une telle analyse « consiste dans
une recherche sur la nature véritable de la loi en
question afin d’identifier la “matière” sur laquelle
elle porte essentiellement » : Banque canadienne
de l’Ouest, par. 26. Deux aspects de la loi ou de
la disposition contestée sont alors analysés : le
but visé par le législateur qui l’a adoptée et l’effet
juridique de la loi ou de la disposition en question :
Banque canadienne de l’Ouest, par. 27. Toutefois,
comme la validité de la WHSCA n’est pas contestée
en l’espèce (ni celle de la LRMM d’ailleurs), il n’est
pas nécessaire de procéder à une analyse exhaustive
de son caractère véritable.
[49] At the end of a pith and substance analysis,
a court should generally consider interjurisdic­
tional immunity only if there is “prior case law fa­­
vouring its application to the subject matter at hand”: 
Canadian Western Bank, at para. 78. The doctrine
“is of limited application and should in general
be reserved for situations already covered by
precedent”: Canadian Western Bank, at para. 77.
In view of this Court’s decision in Ordon, we must
consider whether interjurisdictional immunity
applies. After conducting that analysis, we will pro­
ceed to the determination of whether federal para­
mountcy applies. For the reasons that follow, we
conclude that neither interjurisdictional immunity
nor federal paramountcy applies in this case and
[49] Au terme de l’analyse du caractère véritable,
le tribunal ne doit généralement considérer la doc­
trine de l’exclusivité des compétences que s’il
exi­ste des « décisions antérieures préconisant son
application à l’objet du litige » : Banque canadienne
de l’Ouest, par. 78. Cette doctrine « reste d’une
application restreinte, et [. . .] devrait, en général,
être limitée aux situations déjà traitées dans la juris­
prudence » : Banque canadienne de l’Ouest, par. 77.
Vu l’arrêt Ordon de notre Cour, il faut se demander
si l’exclusivité des compétences s’applique. Après
avoir effectué cette analyse, nous nous interrogerons
sur l’applicabilité de la prépondérance fédérale.
Pour les motifs qui suivent, nous concluons que
ni la doctrine de l’exclusivité des compétences ni
78
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
that s. 44 of the WHSCA is thus constitutionally
applicable and operative.
celle de la prépondérance fédérale ne s’appliquent
en l’espèce, et que l’art. 44 de la WHSCA est donc
applicable et opérant sur le plan constitutionnel.
(1)Interjurisdictional Immunity
(1)Exclusivité des compétences
[50] Interjurisdictional immunity exists to protect
the “basic, minimum and unassailable content”
or the core of the “exclusive classes of subject”
cre­ated by ss. 91 and 92 of the Constitution Act,
1867: Bell Canada, at p. 839. This Court discussed
interjurisdictional immunity in Canadian Western
Bank and later in Quebec (Attorney General) v.
Canadian Owners and Pilots Association, 2010
SCC 39, [2010] 2 S.C.R. 536 (“COPA”). The doc­
trine has a limited application today: Canadian
Western Bank, at paras. 33-34. In General Motors
of Canada Ltd. v. City National Leasing, [1989] 1
S.C.R. 641, Dickson C.J. stated that the dominant
tide of constitutional interpretation, which favours,
where possible, the operation of statutes enacted
by both levels of government, militates against
interjurisdictional immunity. A broad application
of the doctrine is inconsistent with a flexible and
pragmatic approach to federalism. As stated ear­
lier, interjurisdictional immunity “is of limited
application and should in general be reserved for
situations already covered by precedent”: Canadian
Western Bank, at para. 77.
[50] L’exclusivité des compétences vise à proté­
ger le « contenu minimum élémentaire et irré­
duc­tible » ou contenu essentiel des « catégories
exclusives de sujets » établies par les art. 91 et 92
de la Loi constitutionnelle de 1867 : Bell Canada,
p. 839. La Cour a analysé la doctrine de l’exclu­
sivité des compétences dans l’arrêt Banque cana­
dienne de l’Ouest et, plus tard, dans Québec
(Procureur général) c. Canadian Owners and
Pilots Association, 2010 CSC 39, [2010] 2 R.C.S.
536 (« COPA »). Cette doctrine est appliquée de
manière limitée aujourd’hui : Banque canadienne
de l’Ouest, par. 33‑34. Dans l’arrêt General Motors
of Canada Ltd. c. City National Leasing, [1989] 1
R.C.S. 641, le juge en chef Dickson a déclaré que
le courant dominant en matière d’interprétation
constitutionnelle — courant qui privilégie, lorsque
c’est possible, l’application des lois édictées
par les deux ordres de gouvernement — milite
contre l’application de la doctrine de l’exclusivité
des compétences. Une application large de cette
doctrine irait à l’encontre d’une conception souple
et pragmatique du fédéralisme. Comme nous
l’avons indiqué précédemment, la doctrine de
l’exclusivité des compétences « reste d’une appli­
cation restreinte, et [. . .] devrait, en général, être
limitée aux situations déjà traitées dans la juris­
prudence » : Banque canadienne de l’Ouest, par. 77.
[51] There is prior case law favouring the appli­
cation of interjurisdictional immunity to the sub­ject
matter of this appeal. In Ordon, this Court con­
sidered negligence claims related to two boating
accidents that resulted in death and injury. Since
the accidents occurred in navigable waters, the
Canada Shipping Act, R.S.C. 1985, c. S-9, applied.
However, the plaintiffs relied on Ontario statutes
permitting (a) negligence claims to be brought by
sib­lings of a deceased or injured victim; (b) the
recovery of damages for the loss of guidance, care
and companionship of a deceased or injured victim;
[51] Il existe de la jurisprudence préconisant
l’appli­cation de la doctrine de l’exclusivité des
com­pétences à l’objet du présent pourvoi. Dans
l’affaire Ordon, la Cour s’est penchée sur des
actions en négligence découlant de deux accidents
de navigation de plaisance ayant entraîné des décès
et des blessures. Comme ces accidents étaient
survenus dans des eaux navigables, la Loi sur
la marine marchande du Canada, L.R.C. 1985,
ch. S‑9, s’appliquait. Les demandeurs invoquaient
toutefois des lois ontariennes qui permettaient
a) l’introduction d’actions en négligence par les
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
79
and (c) apportionment of damages in cases of con­
tributory negligence, as these options were not avail­
able under the Canada Shipping Act.
frères et sœurs de la personne tuée ou blessée,
b) l’obtention de dommages‑intérêts pour perte de
conseils, de soins et de compagnie de la personne
tuée ou blessée et c) la répartition des dommages‑
intérêts en cas de négligence contributive, soit
autant de possibilités que ne leur offrait pas la Loi
sur la marine marchande du Canada.
[52] This Court concluded that maritime negli­
gence law is part of the core of the federal power
over “Navigation and Shipping” under s. 91(10)
of the Constitution Act, 1867, and that inter­
jurisdictional immunity will apply if a provincial
statute of general application has the effect of in­
directly regulating a maritime negligence law issue.
Iacobucci and Major JJ. stated the following, at
paras. 84-85:
[52] La Cour a conclu alors que les règles de droit
maritime relatives à la négligence font partie du con­
tenu essentiel de la compétence fédérale sur « [l]a
navigation et les bâtiments ou navires » prévue au
par. 91(10) de la Loi constitutionnelle de 1867, et
que l’exclusivité des compétences s’applique si une
loi provinciale de portée générale a pour effet de
réglementer indirectement une question touchant
ces règles. Les juges Iacobucci et Major ont formulé
les observations suivantes, aux par. 84-85 :
Maritime negligence law is a core element of Parliament’s
jurisdiction over maritime law. The determination of the
standard, elements, and terms of liability for negligence
between vessels or those responsible for vessels has long
been an essential aspect of maritime law, and the assign­
ment of exclusive federal jurisdiction over navigation
and shipping was undoubtedly intended to preclude pro­
vincial jurisdiction over maritime negligence law, among
other maritime matters. As discussed below, there are
strong reasons to desire uniformity in Canadian maritime
negligence law. Moreover, the specialized rules and
principles of admiralty law deal with negligence on the
waters in a unique manner, focussing on concerns of “good
seamanship” and other peculiarly maritime issues.
Maritime negligence law may be understood, in the words
of Beetz J. in Bell Canada v. Quebec, supra, at p. 762, as
part of that which makes maritime law “specifically of
federal jurisdiction”.
Les règles relatives à la négligence du droit maritime
sont un élément du contenu essentiel de la compétence
du Parlement sur le droit maritime. L’établissement de
la norme applicable, des éléments et des conditions en
matière de responsabilité pour négligence des navires
ou des personnes qui en répondent est depuis longtemps
un aspect essentiel du droit maritime, et l’attribution au
fédéral de la compétence exclusive sur la navigation et
les expéditions par eau visait sans aucun doute à exclure
la compétence provinciale sur les règles relatives à la
négligence, entre autres matières maritimes. Comme
nous le verrons plus loin, de solides raisons militent en
faveur de l’uniformité des règles relatives à la négligence
en droit maritime canadien. De plus, les règles et prin­
cipes spéciaux applicables en matière d’amirauté régis­
sent la question de la négligence sur les eaux d’une
façon particulière, s’attachant à la « bonne navigation »
et à d’autres questions proprement maritimes. Les règles
relatives à la négligence du droit maritime peuvent être
considérées comme une partie intégrante de ce qui cons­
titue la « spécificité fédérale » du droit maritime, pour
reprendre l’expression employée par le juge Beetz dans
Bell Canada, précité, à la p. 762.
In our opinion, where the application of a provincial
statute of general application would have the effect of
regulating indirectly an issue of maritime negligence
law, this is an intrusion upon the unassailable core of
federal maritime law and as such is constitutionally
impermissible. . . . In the context of an action arising
from a collision between boats or some other accident,
À notre avis, lorsque l’application d’une loi pro­
vinciale de portée générale a pour effet de réglementer
indirectement une question touchant les règles relatives
à la négligence du droit maritime, il y a intrusion dans le
contenu essentiel irréductible du droit maritime fédéral,
ce qui est inacceptable sur le plan constitutionnel. [. . .]
Dans le cadre d’une action intentée à la suite d’une
80
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
maritime negligence law encompasses the following
issues, among others: the range of possible claimants,
the scope of available damages, and the availability of a
regime of apportionment of liability according to fault.
A provincial statute of general application dealing with
such matters within the scope of the province’s legitimate
powers cannot apply to a maritime law negligence action,
and must be read down to achieve this end.
collision entre embarcations ou d’un autre accident, les
règles relatives à la négligence du droit maritime com­
prennent notamment les points suivants: l’éventail des
demandeurs éventuels, la portée des dommages‑intérêts
qui peuvent être obtenus et l’existence d’un régime de
partage de la responsabilité selon la faute. La loi pro­
vinciale de portée générale qui régit de telles questions
dans le cadre des compétences légitimes de la province
ne saurait être invoquée dans une action pour négligence
fondée sur le droit maritime et doit faire l’objet d’une
interprétation atténuée.
[53] Like Ordon, the present appeal involves the
reliance by one of the parties on provincial law in
relation to a maritime negligence action.
[53] Tout comme dans l’arrêt Ordon, l’une des
parties au présent pourvoi s’appuie sur une loi pro­
vinciale dans le cadre d’une action fondée sur la
négli­gence en matière maritime.
[54] In COPA, at para. 27, McLachlin C.J. enun­
ciated a two-pronged test that must be met to trigger
the application of the doctrine of interjurisdic­tional
immunity:
[54] Dans l’arrêt COPA, par. 27, la juge en chef
McLachlin a énoncé une méthode d’analyse à deux
volets à laquelle il doit être satisfait pour que s’appli­
que la doctrine de l’exclusivité des compétences :
The first step is to determine whether the provincial
law — s. 26 of the Act — trenches on the protected
“core” of a federal competence. If it does, the second
step is to determine whether the provincial law’s effect on
the exercise of the protected federal power is sufficiently
serious to invoke the doctrine of interjurisdictional
immunity. [Emphasis in original.]
La première étape consiste à déterminer si la loi
provinciale — l’art. 26 de la Loi — empiète sur le
« cœur » d’une compétence fédérale. Si c’est le cas, la
deuxième étape consiste à déterminer si cette loi pro­
vinciale a, sur l’exercice de la compétence fédérale
protégée, un effet suffisamment grave pour entraîner
l’application de la doctrine de la compétence exclusive.
[En italique dans l’original.]
[55] Therefore, we must first consider whether the
impugned legislation trenches on the core of a head
of power listed in ss. 91 or 92 of the Constitution
Act, 1867. Here, the jurisprudence serves as a use­
ful guide to identify the core of a head of power: 
Canadian Western Bank, at para. 77; COPA, at
para. 36.
[55] Par conséquent, il faut d’abord se demander
si la loi contestée empiète sur le cœur d’un chef
de compétence énuméré à l’art. 91 ou 92 de la Loi
constitutionnelle de 1867. À cette étape‑ci, la juris­
prudence constitue un guide utile pour bien cerner
le cœur d’un chef de compétence : Banque cana­
dienne de l’Ouest, par. 77; COPA, par. 36.
[56] Then, if the impugned legislation trenches
on the core of a head of power, we must determine
whether the encroachment is sufficiently serious.
Rather than just “affect” the core, the impugned
legislation must “impair” it for interjurisdictional
immunity to apply: “. . . the former does not imply
any adverse consequence whereas the latter does”
(Canadian Western Bank, at para. 48). In that case,
the majority explained, at para. 48:
[56] Deuxièmement, si la loi contestée empiète
sur le cœur d’un chef de compétence, il faut déter­
miner si cet empiétement est suffisamment grave.
Pour que s’applique la doctrine de l’exclusivité des
compétences, la loi contestée ne doit pas simplement
« toucher » le cœur d’une compétence, elle doit
l’« entraver » : « . . . la première [notion] ne suppose
pas de conséquences fâcheuses, contrairement à la
seconde » (Banque canadienne de l’Ouest, par. 48).
Dans cet arrêt, les juges majoritaires ont formulé les
explications suivantes, au par. 48 :
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
81
It is when the adverse impact of a law adopted by one
level of government increases in severity from “affecting”
to “impairing” (without necessarily “sterilizing” or
“paralyzing”) that the “core” competence of the other
level of government (or the vital or essential part of an
undertaking it duly constitutes) is placed in jeopardy, and
not before.
C’est lorsque l’effet préjudiciable d’une loi adoptée par
un ordre de gouvernement s’intensifie en passant de
« toucher » à « entraver » (sans nécessairement « stéri­
liser » ou « paralyser ») que le « contenu essentiel » de la
compétence de l’autre ordre de gouvernement (ou l’élé­
ment vital ou essentiel d’une entreprise établie par lui)
est menacé, et pas avant.
To the same effect, McLachlin C.J. stated in
COPA that “[i]mpairment” is a higher standard
than “affects”, as in “an era of cooperative, flex­
ible federalism, application of the doctrine of inter­
jurisdictional immunity requires a significant or
serious intrusion on the exercise” of a head of
power: para. 45.
Abondant dans le même sens, la juge en chef
McLachlin a affirmé, dans COPA, que le terme
« entrave » est plus fort que « toucher », car en « cette
époque de fédéralisme coopératif souple, l’appli­
cation de la doctrine de l’exclusivité des compé­
tences exige un empiétement important ou grave
sur l’exercice » d’un chef de compétence : par. 45.
[57] When interjurisdictional immunity applies,
the impugned law is not rendered invalid; it is
“simply inapplicable to the extra-jurisdictional
matter”, and it is read down to limit the scope of its
application: Hogg, at p. 15-28 (emphasis in original).
[57] Lorsque la doctrine de l’exclusivité des
compétences s’applique, la loi contestée n’est pas
invalidée; elle est [traduction] « tout simplement
inapplicable à la question excédant la compétence
législative conférée », et on lui attribue une inter­
prétation atténuée pour en restreindre l’application :
Hogg, p. 15‑28 (en italique dans l’original).
[58] The Ryan Estates contend (and the major­ity of
the Court of Appeal agreed) that interjuris­dictional
immunity applies because s. 44 of the WHSCA
eliminates the Ryan Estates’ access to s. 6(2)
of the MLA, a statutory expression of maritime
negligence law. They add that this Court decided in
Ordon that maritime negligence law is at the core
of the federal power over navigation and shipping.
[58] Les successions Ryan soutiennent (argument
auquel ont fait droit les juges majoritaires de la
Cour d’appel) que la doctrine de l’exclusivité des
compétences s’applique, pour le motif que l’art. 44
de la WHSCA prive les successions Ryan du droit
que leur confère le par. 6(2) de la LRMM, lequel
constitue un énoncé législatif des règles de droit
relatives à la négligence en matière maritime. Ils
ajoutent que, dans l’affaire Ordon, notre Cour a
décidé que ces règles sont au cœur de la compétence
fédérale sur la navigation et les bâtiments ou navires.
[59] Maritime negligence law is indeed at the
core of the federal power over navigation and ship­
ping: Ordon, at para. 84. A provincial statute of gen­
eral application cannot have the effect of indirectly
regulating an issue of maritime negligence law, such
as the range of possible claimants in a mari­time
negligence action: Ordon, at para. 85. Section 44
of the WHSCA, a provincial statute of general
application, precludes the Ryan Estates from
making use of the maritime negligence action pro­
vided by s. 6(2) of the MLA. By altering the range
of claimants who may make use of this statutory
maritime negligence action, s. 44 of the WHSCA
[59] Les règles de droit relatives à la négligence
en matière maritime font effectivement partie du
cœur de la compétence fédérale sur la navigation
et les bâtiments ou navires : Ordon, par. 84. Une loi
provinciale d’application générale ne doit pas avoir
pour effet de réglementer indirectement un aspect de
ces règles, par exemple l’éventail des demandeurs
éventuels dans une action en négligence en matière
maritime : Ordon, par. 85. L’article 44 de la WHSCA,
une loi provinciale d’application générale, empêche
les successions Ryan de se prévaloir du droit
d’action en négligence en matière maritime que leur
reconnaît le par. 6(2) de la LRMM. En modifiant
82
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
trenches on the core of the federal power over
navigation and shipping. The first prong of the test
is therefore met.
ainsi l’éventail des demandeurs susceptibles d’exer­
cer ce droit d’action conféré par la loi, l’art. 44 de
la WHSCA empiète sur le cœur de la compétence
fédérale en matière de navigation et de bâtiments ou
navires. Par conséquent, il est satisfait au premier
volet de l’analyse.
[60] However, we conclude that the second prong
of the test is not met as s. 44 of the WHSCA does
not impair the exercise of the federal power over
navigation and shipping. At para. 45 of COPA,
McLachlin C.J. described impairment as suggesting
[60] Cependant, nous concluons que le second
volet de l’analyse n’est pas respecté, puisque l’art. 44
de la WHSCA n’entrave pas l’exercice de la compé­
tence fédérale sur la navigation et les bâtiments
ou navires. Dans l’arrêt COPA, la juge en chef
McLachlin a défini ainsi le terme « entrave », au
par. 45 :
an impact that not only affects the core federal power,
but does so in a way that seriously or significantly tram­
mels the federal power. In an era of cooperative, flexible
federalism, application of the doctrine of interjuris­dic­
tional immunity requires a significant or serious intrusion
on the exercise of the federal power. It need not paralyze
it, but it must be serious.
[Ce terme] suppose une incidence qui non seulement
touche le cœur de la compétence fédérale, mais le touche
d’une façon qui porte à la compétence fédérale une
atteinte grave ou importante. Dans cette époque de fédé­
ralisme coopératif souple, l’application de la doctrine
de l’exclusivité des compétences exige un empiétement
important ou grave sur l’exercice de la compétence fédé­
rale. Il n’est pas nécessaire que l’empiétement paralyse la
compétence, mais il doit être grave.
[61] Parliament’s exclusive legislative jurisdic­
tion over navigation and shipping is broad: Queddy
River Driving Boom Co. v. Davidson (1883), 10
S.C.R. 222; and Montreal City v. Montreal
Harbour Commissioners, [1926] A.C. 299 (P.C.). It
“encompasses those aspects of navigation and
ship­
ping that engage national concerns which
must be uniformly regulated across the country,
regardless of their territorial scope” (Tessier, at
para. 22), and includes “maritime law which estab­­
lishes the framework of legal relationships arising
out of navigation and shipping activities” and
“the infrastructure of navigation and shipping
activities”: British Columbia (Attorney General)
v. Lafarge Canada Inc., 2007 SCC 23, [2007] 2
S.C.R. 86, at para. 62.
[61] Le pouvoir exclusif du Parlement de légi­
férer sur la navigation et les bâtiments ou navires
est vaste : Queddy River Driving Boom Co. c.
Davidson (1883), 10 R.C.S. 222; et Montreal City
c. Montreal Harbour Commissioners, [1926] A.C.
299 (C.P.). Il « englobe les aspects de la navigation
et des bâtiments ou navires qui se rapportent à
des objets nationaux exigeant une réglementation
uniforme dans tout le pays, sans égard à leur
portée territoriale » (Tessier, par. 22), et s’étend au
« droit maritime, qui établit le cadre des relations
juridiques découlant des activités propres à la
navi­gation et aux bâtiments ou navires » et « à
l’infrastruc­ture des activités liées à la navigation et
aux bâtiments et navires » : Colombie‑Britannique
(Procureur général) c. Lafarge Canada Inc., 2007
CSC 23, [2007] 2 R.C.S. 86, par. 62.
[62] Although s. 44 of the WHSCA has the effect
of regulating a maritime negligence law issue, it
neither alters the uniformity of Canadian maritime
law nor restricts Parliament’s ability to determine
who may possess a cause of action under the MLA.
[62] Bien que l’art. 44 de la WHSCA ait pour
effet de réglementer un aspect des règles de droit
relatives à la négligence en matière maritime, il
n’altère pas l’uniformité du droit maritime cana­
dien, ni ne limite le pouvoir du Parlement de
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
83
Despite their inability to initiate the maritime neg­
ligence action provided for by s. 6(2) of the MLA,
parties in the position of the Ryan Estates still re­
ceive compensation for the accident in question
(albeit through a different mechanism and from a
different source).
déci­der qui dispose d’une cause d’action sous le
régime de la LRMM. Même s’il leur est impossible
d’intenter une action en négligence en matière
mari­time en vertu du par. 6(2) de la LRMM, les
parties se trouvant dans la situation des successions
Ryan obtiennent néanmoins une indemnité pour
les accidents les touchant (quoique d’une source
différente et par l’entremise d’un autre mécanisme).
[63] That s. 44 of the WHSCA does not impair the
federal power over navigation and shipping is fur­
ther illustrated by the fact that workers’ compen­
sation schemes have been applied to the maritime
context for nearly a century, starting with the
Privy Council’s 1919 decision in Canadian Pacific
Railway. See also Sincennes-McNaughton Lines,
Ltd. v. Bruneau, [1924] S.C.R. 168; Bonavista Cold
Storage Co. v. Walters (1959), 20 D.L.R. (2d) 744
(Ex. Ct.); Paré v. Rail & Water Terminal (Quebec)
Inc., [1978] 1 F.C. 23 (T.D.); and Laboucane v.
Brooks, 2003 BCSC 1247, 17 B.C.L.R. (4th) 20.
[63] Le fait que l’art. 44 de la WHSCA n’entrave
pas l’exercice de la compétence fédérale sur la navi­
gation et les bâtiments ou navires ressort égale­
ment de l’application quasi centenaire des régimes
d’indem­nisation des accidents du travail au secteur
maritime, soit depuis l’arrêt rendu en 1919 par le
Conseil privé dans l’affaire Canadian Pacific Rail­
way. Voir également Sincennes‑McNaughton Lines,
Ltd. c. Bruneau, [1924] R.C.S. 168; Bonavista Cold
Storage Co. c. Walters (1959), 20 D.L.R. (2d) 744
(C. de l’Éch.); Paré c. Rail & Water Terminal (Quebec)
Inc., [1978] 1 C.F. 23 (1re inst.); et Laboucane c.
Brooks, 2003 BCSC 1247, 17 B.C.L.R. (4th) 20.
[64] We acknowledge that this Court in Ordon
held that interjurisdictional immunity applies
where a provincial statute of general application
has the effect of indirectly regulating a maritime
negligence law issue. However, Ordon predates
Canadian Western Bank and COPA, which
clarified the two-step test for interjurisdictional
immunity and set the necessary level of intrusion
into the relevant core at “impairs” instead of “af­
fects”. Accordingly, Ordon does not apply the twostep test for interjurisdictional immunity developed
in Canadian Western Bank and COPA nor the
notion of impairment of the federal core which is
now necessary to trigger the application of inter­
jurisdictional immunity: see Ordon, at para. 81.
Although s. 44 of the WHSCA may affect the ex­
er­cise of the federal power over navigation and
shipping, this level of intrusion into the federal
power is insufficient to trigger interjurisdictional
immunity. The intrusion of s. 44 is not significant
or serious when one considers the breadth of the
federal power over navigation and shipping, the
absence of an impact on the uniformity of Canadian
maritime law, and the historical application of
work­ers’ compensation schemes in the maritime
[64] Nous reconnaissons que, dans l’arrêt Ordon,
notre Cour a jugé que la doctrine de l’exclusivité
des compétences s’applique lorsqu’une loi provin­
ciale d’application générale a pour effet de régle­
menter indirectement un aspect des règles de droit
relatives à la négligence en matière maritime.
Toutefois, cet arrêt a précédé les affaires Banque
canadienne de l’Ouest et COPA, où la Cour a
précisé l’analyse à deux volets concernant l’exclu­
sivité des compétences et indiqué que l’empiéte­
ment reproché devait non seulement « toucher »
le cœur de la compétence en cause mais « entra­
ver » l’exercice de celle‑ci. Par conséquent, ni
l’analyse élaborée dans Banque canadienne de
l’Ouest et COPA, ni le degré d’empiétement requis
aujourd’hui pour déclencher l’application de la
doctrine de l’exclusivité des compétences n’ont été
appliqués dans Ordon : voir Ordon, par. 81. Quoique
l’art. 44 de la WHSCA puisse toucher l’exercice
de la compétence fédérale sur la navigation et les
bâtiments ou navires, ce degré d’empiétement sur
la compétence fédérale en question ne suffit pas
pour que s’applique la doctrine de l’exclusivité des
compétences. L’empiétement causé par l’art. 44
ne saurait être considéré important ou grave si
84
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
context. For these reasons, s. 44 of the WHSCA
does not impair the federal power over navigation
and shipping. Interjurisdictional immunity does
not apply here. We must now consider the doctrine
of federal paramountcy that the Ryan Estates also
invoke.
l’on tient compte de l’étendue de la compétence
sur la navigation et les bâtiments ou navires, de
l’absence de répercussions sur l’uniformité du droit
maritime canadien et de l’application de longue
date des régimes d’indemnisation des accidents du
travail dans le secteur maritime. Pour ces raisons,
l’art. 44 de la WHSCA n’entrave pas l’exercice
de la compétence fédérale sur la navigation et les
bâtiments ou navires, et la doctrine de l’exclusivité
des compétences ne s’applique pas en l’espèce.
Nous devons maintenant nous pencher sur l’autre
doctrine invoquée par les successions Ryan, celle
de la prépondérance fédérale.
(2)Federal Paramountcy
(2)Prépondérance fédérale
[65] According to the doctrine of federal para­
mountcy, “when the operational effects of provincial
legislation are incompatible with federal legis­
lation, the federal legislation must prevail and the
pro­vincial legislation is rendered inoperative to the
extent of the incompatibility”: Canadian Western
Bank, at para. 69. Federal paramountcy applies “not
only to cases in which the provincial legislature
has legislated pursuant to its ancillary power to
trench on an area of federal jurisdiction, but also to
situations in which the provincial legislature acts
within its primary powers, and Parliament pursuant
to its ancillary powers”: Canadian Western Bank, at
para. 69.
[65] Selon la doctrine de la prépondérance fédé­
rale, « lorsque les effets d’une législation provin­
ciale sont incompatibles avec une législation
fédérale, la législation fédérale doit prévaloir et
la législation provinciale être déclarée inopérante
dans la mesure de l’incompatibilité » : Banque
canadienne de l’Ouest, par. 69. La doctrine s’appli­
que « non seulement dans les cas où la légis­lature
provinciale a légiféré en vertu de son pouvoir acces­
soire d’empiéter dans un domaine de compétence
fédérale, mais aussi dans les situations où la légis­
lature provinciale agit dans le cadre de ses compé­
tences principales et le Parlement fédéral en vertu
de ses pouvoirs accessoires » : Banque canadienne
de l’Ouest, par. 69.
[66] Federal paramountcy applies where there
is an inconsistency between a valid federal legis­
lative enactment and a valid provincial legislative
enactment. The doctrine does not apply to an incon­
sistency between the common law and a valid
legislative enactment. This is unlike interjuris­
dictional immunity, which protects the core of the
“exclusive classes of subject” created by ss. 91 and
92 of the Constitution Act, 1867 even if the rel­
evant legislative authority has yet to be exer­
cised: Canadian Western Bank, at para. 34. The
Chief Justice contrasted the two doctrines in COPA:
[66] La doctrine de la prépondérance fédérale
s’appli­
que lorsqu’il existe une incompatibilité
entre un texte de loi fédéral valide et un texte de
loi provincial lui aussi valide. Par ailleurs, elle ne
s’applique pas en cas d’incompatibilité entre la
common law et un texte de loi valide. Il s’agit là
d’une différence par rapport à la doctrine de
l’exclu­sivité des compétences, laquelle protège le
contenu essentiel des « catégories exclusives de
sujets » établies par les art. 91 et 92 de la Loi
constitutionnelle de 1867, et ce, même si le pouvoir
de légiférer pertinent n’a pas encore été exercé :
Banque canadienne de l’Ouest, par. 34. La Juge
en chef a fait la distinction suivante entre ces deux
doctrines dans l’arrêt COPA :
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
85
Unlike interjurisdictional immunity, which is con­
cerned with the scope of the federal power, paramountcy
deals with the way in which that power is exercised.
Paramountcy is relevant where there is conflicting fed­
eral and provincial legislation. [Emphasis in original;
para. 62.]
Contrairement à la doctrine de l’exclusivité des com­
pétences, laquelle se rapporte à la portée de la compétence
fédérale, celle de la prépondérance fédérale se rapporte à
la façon dont la compétence est exercée. La doctrine de
la prépondérance est pertinente lorsqu’un conflit oppose
une loi fédérale à une loi provinciale. [En italique dans
l’original; par. 62.]
[67] In Bisaillon v. Keable, [1983] 2 S.C.R. 60,
Beetz J. considered that federal paramountcy may
apply to an inconsistency between a valid pro­
vincial legislative enactment and a rule of the
common law in a field of federal jurisdiction. But,
we are aware of no case in which the doctrine was
applied to common law. Bisaillon itself was a case
which essentially raised issues of interjurisdic­
tional immunity. Moreover, Bisaillon does not
include a reference to the leading case on federal
paramountcy at the time: Multiple Access Ltd. v.
McCutcheon, [1982] 2 S.C.R. 161, where Dickson J.
stated that “the doctrine of paramountcy applies
where there is a federal law and a provincial law
which are (1) each valid and (2) inconsistent” (p. 168).
This Court’s subsequent jurisprudence has
affirmed this formulation of the test for federal
paramountcy: Bank of Montreal v. Hall, [1990] 1
S.C.R. 121, at p. 151; R. v. Felawka, [1993] 4 S.C.R.
199, at pp. 215-16; Rothmans, Benson & Hedges Inc.
v. Saskatchewan, 2005 SCC 13, [2005] 1 S.C.R. 188,
at para. 11; Canadian Western Bank, at para. 69;
Lafarge Canada Inc., at para. 76; COPA, at para. 62.
[67] Dans Bisaillon c. Keable, [1983] 2 R.C.S.
60, le juge Beetz a estimé que la doctrine de la
prépondérance fédérale peut s’appliquer en cas
d’incompatibilité entre une mesure législative
pro­vinciale valide et une règle de common law
por­tant sur un domaine de compétence fédérale.
Cependant, nous ne connaissons aucune décision
où la doctrine aurait été appliquée à la common
law. L’arrêt Bisaillon lui‑même était une affaire
soulevant essentiellement des questions relatives
à l’exclusivité des compétences. Qui plus est,
il n’est fait aucune mention dans Bisaillon de
l’arrêt de principe sur la prépondérance fédérale
à l’époque : Multiple Access Ltd. c. McCutcheon,
[1982] 2 R.C.S. 161, dans lequel le juge Dickson
a déclaré que « la doctrine de la prépondérance
fédérale s’applique lorsqu’il y a une loi fédérale et
une loi provinciale qui sont (1) toutes deux valides
et (2) incompatibles » (p. 168). La jurisprudence
subséquente de notre Cour a confirmé cet énoncé
du critère d’application de la doctrine de la
prépondérance fédérale : Banque de Montréal c.
Hall, [1990] 1 R.C.S. 121, p. 151; R. c. Felawka,
[1993] 4 R.C.S. 199, p. 215‑216; Rothmans, Benson
& Hedges Inc. c. Saskatchewan, 2005 CSC 13,
[2005] 1 R.C.S. 188, par. 11; Banque canadienne
de l’Ouest, par. 69; Lafarge Canada Inc., par. 76;
COPA, par. 62.
[68] The validity of the two legislative enactments
relevant in this appeal is not disputed. At issue is
whether they are inconsistent. Inconsistency can
arise from two different forms of conflict between
the federal and provincial legislation: COPA, at
para. 64. The first is described by Dickson J. in
Multiple Access Ltd., at p. 191, where he stated:
[68] La validité des deux textes de loi en cause
dans le présent pourvoi n’est pas contestée. La
ques­tion en litige est de savoir si ces textes sont
incompa­
tibles. L’incompatibilité entre une loi
fédérale et une loi provinciale peut résulter de deux
formes différentes de conflit : COPA, par. 64. La
première a été décrite ainsi par le juge Dickson dans
l’arrêt Multiple Access Ltd., p. 191 :
In principle, there would seem to be no good reasons to
speak of paramountcy and preclusion except where there
is actual conflict in operation as where one enactment
En principe, il ne semble y avoir aucune raison valable de
parler de prépondérance et d’exclusion sauf lorsqu’il y a
un conflit véritable, comme lorsqu’une loi dit « oui » et
86
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
says “yes” and the other says “no”; “the same citizens are
being told to do inconsistent things”; compliance with
one is defiance of the other.
que l’autre dit « non »; « on demande aux mêmes citoyens
d’accomplir des actes incompatibles »; l’observance de
l’une entraîne l’inobservance de l’autre.
Where the federal statute says “yes” and the pro­
vincial statute says “no”, or vice versa, compliance
with one statute means a violation of the other
statute. It is the archetypical operational conflict.
Lorsque la loi fédérale dit « oui » et que la loi
provinciale dit « non », ou vice versa, l’observation
d’une loi entraîne la violation de l’autre. C’est
l’archétype du conflit d’application.
[69] The second form of conflict is when the pro­
vincial law frustrates the purpose of the federal
law: Bank of Montreal; Law Society of British
Columbia v. Mangat, 2001 SCC 67, [2001] 3 S.C.R.
113; Rothmans, Benson & Hedges Inc.; Canadian
Western Bank, at para. 73. The “fact that Parliament
has legislated in respect of a matter does not lead
to the presumption that in so doing it intended to
rule out any possible provincial action in respect
of that subject”: Canadian Western Bank, at
para. 74. Courts must not forget the fundamental
rule of constitutional interpretation: “. . . [w]hen a
federal statute can be properly interpreted so as
not to interfere with a provincial statute, such an
interpretation is to be applied in preference to an­
other applicable construction which would bring
about a conflict between the two statutes”: Canadian
Western Bank, at para. 75, citing Attorney General
of Canada v. Law Society of British Columbia,
[1982] 2 S.C.R. 307, at p. 356. The “standard for
invalidating provincial legislation on the basis of
frustration of federal purpose is high; permissive
federal legislation, without more, will not establish
that a federal purpose is frustrated when provincial
legislation restricts the scope of the federal per­
mission”: COPA, at para. 66.
[69] La deuxième forme de conflit survient lorsque
la loi provinciale entrave la réalisation de l’objectif
de la loi fédérale : Banque de Montréal; Law Society
of British Columbia c. Mangat, 2001 CSC 67,
[2001] 3 R.C.S. 113; Rothmans, Benson & Hedges
Inc.; Banque canadienne de l’Ouest, par. 73. Le
« fait que le législateur fédéral ait légiféré sur une
matière n’entraîne pas la présomption qu’il a voulu,
par là, exclure toute possibilité d’intervention
provinciale sur le sujet » : Banque canadienne de
l’Ouest, par. 74. Les tribunaux ne doivent pas perdre
de vue la règle d’interprétation constitutionnelle
fondamentale selon laquelle « [c]haque fois qu’on
peut légitimement interpréter une loi fédérale de
manière qu’elle n’entre pas en conflit avec une loi
provinciale, il faut appliquer cette interprétation
de préférence à toute autre qui entraînerait un con­
flit » : Banque canadienne de l’Ouest, par. 75,
citant Procureur général du Canada c. Law Society
of British Columbia, [1982] 2 R.C.S. 307, p. 356.
La « norme d’invalidation d’une loi provinciale au
motif qu’elle entrave la réalisation de l’objet fédéral
est élevée; une loi fédérale permissive, sans plus,
ne permettra pas d’établir l’entrave de son objet
par une loi provinciale qui restreint la portée de la
permissivité de la loi fédérale » : COPA, par. 66.
[70] We are of the view that federal paramountcy
does not apply in this case, under a proper inter­
pretation of the MLA.
[70] À notre avis, suivant l’interprétation qu’il
convient de donner à la LRMM, la prépondérance
fédérale ne s’applique pas en l’espèce.
[71] The appellants argue (and the dissenting
Court of Appeal judge agreed) that no conflict arises
between the provincial and federal statutes because
the latter does not grant a right of action to the Ryan
Estates in the circumstances of this case. Under
s. 6(2) of the MLA, dependants “may” start an
action only if the person died “under circumstances
[71] Les appelants font valoir (et la juge dissidente
de la Cour d’appel est d’accord sur ce point) qu’il
n’existe pas de conflit entre la loi provinciale et la
loi fédérale, parce que cette dernière ne confère pas
de droit d’action aux successions Ryan dans les
circonstances de l’espèce. Aux termes du par. 6(2)
de la LRMM, les personnes à charge « peuvent »
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
87
that would have entitled the person, if not deceased,
to recover damages”.
intenter une action seulement si la victime est décé­
dée « dans des circonstances qui, si le décès n’en
était pas résulté, lui auraient donné le droit de récla­
mer des dommages‑intérêts ».
[72] On its face, s. 6(2) of the MLA deals with tort.
It concerns a claim of negligence under Canadian
maritime law. When read in the context of the pre­
ceding sections of the MLA, it becomes clear that
the enactment of s. 6(2) was directed at filling a gap
in the maritime tort regime identified by this Court
in Ordon.
[72] À première vue, le par. 6(2) de la LRMM est
une disposition portant sur la responsabilité déli­
ctuelle. Il concerne les actions en négligence fon­
dées sur le droit maritime canadien. Si on interprète
cette disposition en corrélation avec celles qui la
précèdent, il devient évident que son adoption visait
à combler une lacune du régime de responsabilité
délictuelle en matière maritime qu’avait relevée la
Cour dans l’affaire Ordon.
[73] Damages in fatal accident claims were his­
torically restricted to pecuniary loss: Fatal Accidents
Act, 1846 (U.K.), 9 & 10 Vict., c. 93; and Ordon, at
paras. 51-57 and 98. In Ordon, this Court extended
the common law to allow maritime fatal accident
claims brought by dependants to include damages
for loss of guidance, care and companionship, and
to allow claims to be brought by dependants of
per­sons injured but not killed in maritime acci­
dents: paras. 98-103. None of these claims were
available under the Canada Shipping Act. Parlia­
ment codified these reforms in s. 6 of the MLA.
Section 4 of the MLA went further and expanded the
class of eligible dependants in maritime accident
claims to include siblings, a reform which this Court
refused to make: see Ordon, at para. 106.
[73] Historiquement, les dommages‑intérêts
accor­dés à la suite d’accidents mortels ne visaient
que les pertes pécuniaires : Fatal Accidents Act,
1846 (U.K.), 9 & 10 Vict., ch. 93; et Ordon, par. 51‑
57 et 98. Dans cet arrêt, la Cour a élargi la portée des
règles de common law, d’une part pour permettre
aux personnes à charge des victimes d’accidents
de navigation mortels d’intenter des actions en
dommages‑intérêts pour perte de conseils, de soins
et de compagnie, et, d’autre part pour autoriser les
personnes à charge de personnes ayant seulement
été blessées dans un accident de navigation, de pré­
senter des demandes de réparation du préjudice
résultant de leurs blessures : par. 98‑103. Aucun de
ces recours n’était ouvert sous le régime de la Loi
sur la marine marchande du Canada. Le Parlement
a codifié ces réformes à l’art. 6 de la LRMM.
L’article 4 de la LRMM est allé plus loin et a
élargi la catégorie de personnes à charge admises à
réclamer des dommages‑intérêts en cas d’accidents
de navigation mortels, afin d’y inclure les frères et
sœurs, une modification que notre Cour avait refusé
d’apporter : voir Ordon, par. 106.
[74] Section 5 of the MLA states that Part 1 of the
statute, in which s. 6(2) is located,
[74] Selon l’art. 5 de la LRMM, la partie 1 de cette
loi, dans laquelle figure le par. 6(2),
applies in respect of a claim that is made or a remedy that
is sought under or by virtue of Canadian maritime law,
as defined in the Federal Courts Act, or any other law of
Canada in relation to any matter coming within the class
of navigation and shipping.
s’applique à toute mesure de redressement demandée
et à toute réclamation présentée sous le régime du droit
maritime canadien, au sens de la Loi sur les Cours
fédérales, ou au titre de toute autre règle de droit canadien
liée à la navigation et à la marine marchande.
88
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[75] Read together with s. 5 of the MLA, it is clear
that s. 6(2) provides a cause of action to the de­pend­
ants of a person who dies by the fault or neg­ligence
of others in a maritime context that is to be ad­
judicated under Canadian maritime law. However,
we conclude that s. 6(2) of the MLA, read in light
of the broader statutory context, makes room for
the operation of provincial workers’ compensation
schemes.
[75] Interprété en corrélation avec l’art. 5 de la
LRMM, le par. 6(2) confère clairement une cause
d’action aux personnes à la charge d’une personne
qui, en raison de la faute ou de la négligence d’autrui,
a perdu la vie dans un accident de navigation assu­
jetti au droit maritime canadien. Cependant, nous
concluons que, considéré à la lumière du contexte
législatif dans son ensemble, le par. 6(2) ne fait pas
obstacle à l’application de régimes provinciaux
d’indemnisation des accidents du travail.
[76] In our view, the WHSCA and the MLA can
oper­ate side by side without conflict. Indeed, s. 6(2)
of the MLA provides that a dependant may bring
a claim “under circumstances that would have en­
titled the person, if not deceased, to recover dam­
ages”. We agree with Welsh J.A. at the Court of
Appeal that this language suggests that there are
situ­ations where a dependant is not allowed to
bring an action pursuant to s. 6(2) of the MLA.
Such a situation occurs where a statutory provision
— such as s. 44 of the WHSCA — prohibits
litigation because compensation has already been
awarded under a workers’ compensation scheme.
[76] À notre avis, la WHSCA et la LRMM peuvent
coexister sans conflit. D’ailleurs, le par. 6(2) de la
LRMM précise que les personnes à charge peuvent
intenter une action « dans des circonstances qui, si
le décès n’en était pas résulté, [. . .] auraient donné
[à la victime] le droit de réclamer des dommages‑
intérêts ». À l’instar de la juge Welsh de la Cour
d’appel, nous estimons que ce texte tend à indiquer
qu’il existe des situations où une personne à charge
n’est pas autorisée à intenter une action en vertu
du par. 6(2) de la LRMM. C’est le cas lorsqu’une
disposition législative — tel l’art. 44 de la WHSCA
— interdit les poursuites au motif qu’une indem­
nité a déjà été versée au titre d’un régime d’indem­
nisation des accidents du travail.
[77] Under the modern approach to statutory in­
terpretation, “the words of an Act are to be read in
their entire context and in their grammatical and
ordinary sense harmoniously with the scheme of
the Act, the object of the Act, and the intention
of Parliament”: E. A. Driedger, Construction of
Statutes (2nd ed. 1983), at p. 87; Bell ExpressVu
Limited Partnership v. Rex, 2002 SCC 42, [2002]
2 S.C.R. 559, at para. 26. Taking this approach,
the text of s. 6(2) accommodates the statutory bar
in s. 44 of the WHSCA. The Ryan brothers’ death
occurred “under circumstances” that would have
disentitled them from recovering damages “if not
deceased” because, had they lived, s. 44 of the
WHSCA would have applied. The Ryan Estates
received compensation — and therefore became
subject to the statutory bar in s. 44 — because the
Ryan brothers succumbed to an injury for which
they would have received compensation had they
lived: s. 43(1) of the WHSCA. If the Ryan brothers
had received compensation, the statutory bar in
[77] Conformément à la méthode moderne d’inter­
prétation des lois, [traduction] « il faut lire les
termes d’une loi dans leur contexte global en suivant
le sens ordinaire et grammatical qui s’harmonise
avec l’esprit de la loi, l’objet de la loi et l’intention
du législateur » : E. A. Driedger, Construction of
Statutes (2e éd. 1983), p. 87; Bell ExpressVu Limited
Partnership c. Rex, 2002 CSC 42, [2002] 2 R.C.S.
559, par. 26. Si l’on applique cette méthode, le texte
du par. 6(2) est compatible avec l’interdiction légale
de poursuites prévue à l’art. 44 de la WHSCA. Les
frères Ryan sont décédés « dans des circonstances »
qui, « si le[ur] décès n’en était pas résulté », ne
leur auraient pas donné le droit de réclamer des
dommages‑intérêts, car l’art. 44 de la WHSCA se
serait alors appliqué. Les successions Ryan ont
touché des indemnités — et sont donc devenues
assujetties à l’interdiction légale de poursuites
prévue à l’art. 44 —, pour le motif que les frères
Ryan ont succombé à des blessures dont ils auraient
été indemnisés s’ils avaient survécu : par. 43(1).
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
89
s. 44 would have applied to them for the same
reasons that the Commission concluded it applied
to the Ryan Estates. The application of s. 44 to
the Ryan brothers, had they lived, means that their
dependants have no recourse to s. 6(2) of the MLA.
On this reading, there is no conflict between the two
statutes.
S’ils avaient touché des indemnités, l’interdiction
légale de poursuites prévue à l’art. 44 se serait
appliquée à eux, et ce, pour les mêmes raisons
qu’elle s’applique à leurs successions, raisons qu’a
précisées la Commission. Comme l’art. 44 se serait
appliqué aux frères Ryan s’ils avaient survécu, les
personnes à leur charge ne peuvent se prévaloir du
par. 6(2) de la LRMM. Suivant cette interprétation,
il n’existe donc aucun conflit entre les deux lois.
[78] Had the Ryan brothers survived, neither inter­
jurisdictional immunity nor federal paramountcy
would apply so as to render the statutory bar in
s. 44 of the WHSCA constitutionally inapplicable
or inoperative. Interjurisdictional immunity would
not apply for the same reasons that it does not apply
to the circumstances of this appeal. As discussed
earlier, federal paramountcy only applies where
there is an inconsistency between two valid legis­
lative enactments — one federal and one provincial.
It does not apply to an inconsistency between the
common law and a valid provincial legislative en­
actment. Accordingly, if the Ryan brothers had
survived and sought damages in tort, federal para­
mountcy would not have applied to render the
statutory bar in s. 44 inoperative.
[78] Si les frères Ryan avaient survécu, ni la doc­
trine de l’exclusivité des compétences ni celle de
la prépondérance fédérale ne s’appliqueraient et
auraient pour effet de rendre l’interdiction légale
de poursuites prévue à l’art. 44 de la WHSCA inap­
plicable et inopérante. La première ne s’appli­
querait pas, et ce, pour les mêmes raisons qu’elle ne
s’applique pas aux circonstances du présent pour­
voi. Comme il a été expliqué plus tôt, la doctrine de
la prépondérance fédérale s’applique uniquement
lorsqu’il y a incompatibilité entre deux textes de
loi valides — l’un fédéral, l’autre provincial. Cette
doctrine ne s’applique pas en présence d’une
incom­patibilité entre la common law et un texte de
loi provincial valide. Par conséquent, si les frères
Ryan avaient survécu et intenté une action en res­
ponsabilité délictuelle pour obtenir des dommages‑
intérêts, la doctrine de la prépondérance fédérale
ne se serait pas appliquée et n’aurait pas rendu
inopérante l’interdiction légale de poursuites prévue
à l’art. 44.
[79] An interpretation recognizing the absence
of conflict between the statutes is borne out by
the broader context, the scheme and object of the
MLA and Parliament’s intent. Although it is evi­
dent that Parliament enacted the MLA to expand the
maritime tort regime, two additional factors dem­
onstrate that the MLA and workers’ compensation
schemes — federal and provincial — are meant to
operate harmoniously.
[79] L’interprétation selon laquelle il y a absence
de conflit en l’espèce est confirmée par le contexte
général, l’esprit et l’objet de la LRMM, ainsi que
par l’intention du législateur. Bien que le Parlement
ait de toute évidence édicté la LRMM afin d’élargir
le champ d’application du régime de responsabilité
délictuelle en matière maritime, deux facteurs
additionnels démontrent que la LRMM et les régi­
mes d’indemnisation des accidents du travail —
fédéraux et provinciaux — sont censés s’appliquer
de manière harmonieuse.
[80] First, an interpretation of s. 6(2) of the MLA
that makes room for s. 44 of the WHSCA ensures
consistency with the two federal workers’ compen­
sation schemes described earlier: the GECA and the
[80] Premièrement, le fait d’interpréter le par. 6(2)
de la LRMM de façon à permettre l’application
de l’art. 44 de la WHSCA constitue une solu­
tion cohé­rente avec les deux régimes fédéraux
90
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
MSCA. The dependants of a deceased employee
covered by the GECA could not sue Her Majesty
under s. 6(2) of the MLA if the employee’s death
occurred in a maritime context. Indeed, s. 12 of
the GECA bars any claim against Her Majesty.
Likewise, the dependants of a deceased employee
that falls under the MSCA and are therefore entitled
to compensation under that Act could not bring a
claim under s. 6(2) of the MLA due to the statutory
bar in s. 13 of the MSCA.
d’indemni­sation des accidents du travail décrits
précédemment : la LIAÉ et la LIMM. En effet, les
personnes à charge d’un agent de l’État visé par la
LIAÉ ne peuvent poursuivre Sa Majesté en vertu du
par. 6(2) de la LRMM si l’agent de l’État a perdu
la vie dans un contexte maritime. De fait, l’art. 12
de la LIAÉ interdit tout recours contre Sa Majesté.
De même, les personnes qui sont à la charge d’un
employé décédé relevant de la LIMM et qui ont en
conséquence droit à des indemnités sous le régime
de cette loi ne peuvent intenter de poursuites
fondées sur le par. 6(2) de la LRMM en raison de
l’interdiction légale de poursuites prévue à l’art. 13
de la LIMM.
[81] There is a presumption that Parliament does
not enact related statutes that are inconsistent with
one another: Reference re Broadcasting Regulatory
Policy CRTC 2010-167 and Broadcasting Order
CRTC 2010-168, 2012 SCC 68, [2012] 3 S.C.R.
489, at paras. 38 and 61; 65302 British Columbia
Ltd. v. Canada, [1999] 3 S.C.R. 804, at para. 7. It
would be inconsistent for Parliament to enact
statu­tory bars in the GECA and the MSCA that do
not preclude a negligence action under s. 6(2) of the
MLA. These provisions must be interpreted har­
moniously. Section 6(2) of the MLA, which allows
dependants of a deceased person to sue if the death
occurred “under circumstances that would have
entitled” the deceased to recover damages if he or
she had lived, can exist alongside the GECA and
the MSCA without inconsistency if interpreted to
mean that the application of a statutory bar in a
workers’ compensation scheme is a circumstance
that disentitles the deceased person from being able
to recover damages. If this Court were to conclude
that s. 6(2) of the MLA did not accommodate the
statutory bar in s. 44 of the WHSCA, it would neces­
sarily be saying that s. 6(2) of the MLA also does
not accommodate the statutory bars in the GECA
and the MSCA. Based on the presumption of con­
sistency, this cannot be.
[81] Il existe une présomption selon laquelle le
Parlement n’édicte pas de lois connexes incom­
patibles : Renvoi relatif à la Politique réglemen­taire
de radiodiffusion CRTC 2010‑167 et l’ordonnance
de radiodiffusion CRTC 2010‑168, 2012 CSC
68, [2012] 3 R.C.S. 489, par. 38 et 61; 65302
British Columbia Ltd. c. Canada, [1999] 3 R.C.S.
804, par. 7. Il serait illogique que le Parlement
édicte dans la LIAÉ et la LIMM des interdictions
légales de poursuivre ne faisant pas obstacle à une
action en négligence fondée sur le par. 6(2) de la
LRMM. Ces dispositions doivent être interprétées
de manière harmonieuse. Le paragraphe 6(2) de
la LRMM — qui autorise les personnes à charge
d’une personne décédée à intenter une poursuite
si le décès est survenu « dans des circonstances
qui [. . .] auraient donné le droit » à la victime
de réclamer des dommages‑intérêts si elle avait
survécu, peut coexister avec la LIAÉ et la LIMM,
sans qu’il y ait incompatibilité, si l’on suppose que
l’existence d’une interdiction légale de poursuivre
dans un régime d’indemnisation des accidents
du travail constitue une circonstance qui aurait
empêché la victime de réclamer des dommages‑
intérêts si elle n’était pas décédée. Si la Cour
concluait à l’incompatibilité du par. 6(2) de la
LRMM avec l’interdiction légale de poursuites pré­
vue à l’art. 44 de la WHSCA, elle se trouverait par
le fait même à affirmer que le par. 6(2) n’est pas
non plus compatible avec les interdictions légales
de poursuites prévues par la LIAÉ et la LIMM.
Compte tenu de la présomption de cohérence des
lois fédérales, cela ne saurait être le cas.
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
91
[82] Second, the WHSCA and the MLA are dis­
tinct in purpose and nature: the first provides nofault insurance benefits for workplace-related
injury and the second is a statutory tort regime. In
Workers’ Compensation Appeal Board v. Penney
(1980), 38 N.S.R. (2d) 623 (C.A.), Jones J.A. stated
that “the principles of tort law have no application
to workmen’s compensation legislation” (para. 13).
In Ferneyhough v. Workers’ Compensation Appeals
Tribunal (N.S.), 2000 NSCA 121, 189 N.S.R. (2d) 76,
Cromwell J.A. (as he then was) considered that
statement:
[82] Deuxièmement, la WHSCA et la LRMM se
distinguent par leur objet et par leur nature : la pre­
mière permet le versement d’une indemnité d’assu­
rance sans égard à la responsabilité pour des accidents
du travail, alors que la seconde constitue un régime
légal de responsabilité délictuelle. Dans Workers’
Compensation Appeal Board c. Penney (1980),
38 N.S.R. (2d) 623 (C.A.), le juge Jones a affirmé
que [traduction] « les principes du droit de la
res­ponsabilité délictuelle ne s’appliquent pas aux
régimes légaux d’indemnisation des accidents du
travail » (par. 13). Dans Ferneyhough c. Workers’
Compensation Appeals Tribunal (N.S.), 2000 NSCA
121, 189 N.S.R. (2d) 76, le juge Cromwell (main­te­
nant juge de notre Cour) a examiné cette affirmation :
Of course, one of the purposes of a workers’ com­
pensation scheme is to take compensation for work
injury and occupational disease out of the fault based
tort system. Concepts such as “fault” and “damages”, so
central to tort law, are not consistent with the purposes
of the workers’ compensation scheme. It was in this gen­
eral sense that Jones, J.A., stated that tort law principles
do not apply to the workers’ compensation system.
[para. 15]
[traduction] Bien sûr, l’un des objectifs des régimes
d’indemnisation des accidents du travail est d’exclure
l’indemnisation des accidents du travail et des maladies
professionnelles du champ d’application du régime de la
responsabilité délictuelle fondée sur la faute. Des notions
telles que « faute » et « dommages‑intérêts », par ailleurs
si essentielles au droit de la responsabilité délictuelle,
ne sont pas compatibles avec les objectifs d’un régime
d’indemnisation des accidents du travail. C’est dans
cette optique générale que le juge Jones a affirmé que
les principes du droit de la responsabilité délictuelle ne
s’appliquaient pas au régime d’indemnisation des acci­
dents du travail. [par. 15]
More recently, Cromwell J.A. stated that “[t]he
overall purpose of workers’ compensation legis­lation
is to take decisions about compensation for work­
place injuries out of the tort system and out of the
courts”: Nova Scotia (Minister of Transportation and
Public Works) v. Workers’ Compensation Appeals
Tribunal, 2005 NSCA 62, 231 N.S.R. (2d) 390,
at para. 20.
Quelques années plus tard, le juge Cromwell a
déclaré que [traduction] « [l]’objectif général
des lois sur les accidents du travail consiste à sous­
traire les décisions relatives à l’indemnisation de
ces accidents au champ d’application du régime de
la responsabilité délictuelle et à l’autorité des tri­
bunaux judiciaires » : Nova Scotia (Minister of
Transportation and Public Works) c. Workers’
Compensation Appeals Tribunal, 2005 NSCA 62,
231 N.S.R. (2d) 390, par. 20.
[83] The WHSCA removes compensation for
work­place injury from the tort system, of which
the MLA is a part. This is accomplished by the statu­
tory bar in s. 44, which takes away a worker’s right
to sue in tort. The WHSCA is “a comprehensive
scheme for resolving workers’ compensation dis­
putes” in Newfoundland and Labrador, “notably
by barring access to the courts in cases covered
[83] La WHSCA exclut l’indemnisation des acci­
dents du travail du champ d’application du régime
de la responsabilité délictuelle, régime dont fait
partie la LRMM. Elle réalise cet objectif au moyen
de l’interdiction légale de poursuites prévue par
l’art. 44, qui retire aux travailleurs le droit d’intenter
des poursuites en responsabilité délictuelle. La
WHSCA est « un régime complet de règlement des
92
marine services
v.
ryan estate
LeBel and Karakatsanis JJ.
[2013] 3 S.C.R.
by the Act”: Nova Scotia (Workers’ Compensation
Board) v. Martin, 2003 SCC 54, [2003] 2 S.C.R.
504, at para. 52. As such, for the purposes of s. 6(2)
of the MLA, a deceased worker whose dependants
are entitled to compensation under the WHSCA is a
person who died “under circumstances” that would
not have entitled the worker to recover damages if
he or she had lived.
différends relatifs à l’indemnisation des acciden­
tés du travail » à Terre‑Neuve‑et‑Labrador, « inter­
disant, notamment, l’accès aux tribunaux judiciaires
dans les cas visés par la Loi » : Nouvelle‑Écosse
(Workers’ Compensation Board) c. Martin, 2003
CSC 54, [2003] 2 R.C.S. 504, par. 52. Dans ces
circonstances, un travailleur décédé dont les
personnes à charge ont droit à une indemnité sous
le régime de la WHSCA constitue, pour l’applica­
tion du par. 6(2) de la LRMM, une personne ayant
perdu la vie « dans des circonstances » qui ne
lui auraient pas donné le droit de réclamer des
dommages‑intérêts si elle avait survécu.
[84] As to whether federal paramountcy applies
on the basis of the WHSCA frustrating a federal
pur­pose, s. 6(2) of the MLA was enacted to expand
the range of claimants who could start an action in
maritime negligence law. The WHSCA, which
establishes a no-fault regime to compensate for
workplace-related injury, does not frustrate that
purpose. It simply provides for a different regime
for compensation that is distinct and separate from
tort. Moreover, the language in s. 6(2) of the MLA
is permissive; a dependant “may” bring an action.
The high standard for applying paramountcy on the
basis of the frustration of a federal purpose is not
met here. Indeed, applying the statutory bar and
ensuring a consistent application of the workers’
compensation schemes at the federal and provincial
levels appears to reflect the long-standing intention
of Parliament through the development of these
schemes.
[84] Quant à la question de savoir si la doctrine de
la prépondérance fédérale s’applique au motif que
la WHSCA entrave la réalisation d’un objectif
fédéral, signalons que le par. 6(2) de la LRMM a été
édicté en vue d’élargir la catégorie des personnes
admises à intenter une action en négligence fon­
dée sur le droit maritime. La WHSCA, qui établit
un régime d’indemnisation sans égard à la respon­
sabilité pour les accidents du travail, n’entrave
pas la réalisation de cet objectif. Elle instaure tout
simplement un régime d’indemnisation distinct du
droit de la responsabilité délictuelle. Qui plus est, le
libellé du par. 6(2) de la LRMM possède un caractère
permissif; une personne à charge « peu[t] » intenter
une action. Il n’a pas été satisfait en l’espèce à la
norme élevée qui est requise pour que s’applique
la doctrine de la prépondérance en cas d’entrave à
la réalisation d’un objectif fédéral. En effet, la mise
en œuvre de l’interdiction légale de poursuites et
le fait d’assurer l’application cohérente des régi­
mes fédéraux et provinciaux d’indemnisation des
accidents du travail semblent refléter l’intention
manifestée depuis longtemps par le Parlement dans
l’élaboration de ces régimes.
V. Conclusion
V. Conclusion
[85] Section 44 of the WHSCA applies on the
facts of this case. Interjurisdictional immunity
and federal paramountcy do not apply in this case.
Section 44 of the WHSCA is therefore applicable
and operative. The appeal is allowed. The Ryan
Estates’ claims are barred by s. 44 of the WHSCA
[85] L’article 44 de la WHSCA s’applique eu égard
aux faits du présent pourvoi. Toutefois, les
doctrines de l’exclusivité des compétences et de
la prépondérance fédérale ne s’appliquent pas.
L’article 44 est donc applicable et opérant. Le
pourvoi est accueilli. L’article 44 fait obstacle aux
[2013] 3 R.C.S.
marine services
c.
ryan (succession)
Les juges LeBel et Karakatsanis
93
and their action is dismissed. There will be no order
as to costs.
réclamations des successions Ryan et leur action est
rejetée. Aucune ordonnance ne sera rendue au sujet
des dépens.
[86] The constitutional questions are answered as
follows:
[86] Les questions constitutionnelles reçoivent les
réponses suivantes :
1. Is s. 44 of the Workplace Health, Safety and Com­
pensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, consti­
tutionally inoperative in respect of federal maritime
negligence claims made pursuant to s. 6 of the
Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, by reason of
the doctrine of federal paramountcy?
1. Est‑ce que l’art. 44 de la loi intitulée Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L.
1990, ch. W‑11, est inopérant du point de vue consti­
tutionnel, en raison de la doctrine de la prépondé­
rance des lois fédérales, à l’égard des actions en
négligence fondées sur le droit maritime fédéral qui
sont présentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6?
No.
Non.
2. Is s. 44 of the Workplace Health, Safety and Com­
pensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, constitu­
tionally inapplicable to federal maritime negligence
claims made pursuant to s. 6 of the Marine Liability
Act, S.C. 2001, c. 6, by reason of the doctrine of
inter­jurisdictional immunity?
2. Est‑ce que l’art. 44 de la loi intitulée Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L.
1990, ch. W‑11, est inapplicable du point de vue
constitutionnel, en raison de la doctrine de l’exclu­
sivité des compétences, à l’égard des actions en négli­
gence fondées sur le droit maritime fédéral qui
sont présentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6?
No.
Non.
Appeal allowed.
Pourvoi accueilli.
Solicitors for the appellants: Goodland
O’Flaherty, St. John’s.
Procureurs des appelants : Goodland O’Flaherty,
St. John’s.
Solicitors for the respondents the Estate of
Joseph Ryan et al.: Mills Pittman, Clarenville,
Newfoundland and Labrador; Sack Goldblatt
Mitchell, Ottawa.
Procureurs des intimés la Succession de Joseph
Ryan et autres : Mills Pittman, Clarenville, TerreNeuve-et-Labrador; Sack Goldblatt Mitchell,
Ottawa.
Solicitor for the respondent the Attorney General
of Canada: Attorney General of Canada, Toronto.
Procureur de l’intimé le procureur général du
Canada : Procureur général du Canada, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario,
Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of British Columbia: Attorney General of British
Columbia, Victoria.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de la Colombie‑Britannique : Procureur général de
la Colombie‑Britannique, Victoria.
94
marine services
v.
ryan estate
[2013] 3 S.C.R.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Newfoundland and Labrador: Attorney General
of Newfoundland and Labrador, St. John’s.
Procureur de l’intervenant le procureur général
de Terre‑Neuve‑et‑Labrador : Procureur général de
Terre‑Neuve‑et‑Labrador, St. John’s.
Solicitors for the intervener the Work­
place
Health, Safety and Compensation Commis­
sion: Roebothan, McKay & Marshall, St. John’s.
Procureurs de l’intervenante Workplace Health,
Safety and Compensation Commission : Roebothan,
McKay & Marshall, St. John’s.
Solicitor for the intervener the Workers’
Compensation Board of British Columbia: Workers’
Compensation Board, Vancouver.
Procureur de l’intervenante Workers’ Com­
pensation Board de la Colombie‑Britannique : Workers’ Compensation Board, Vancouver.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
95
Yannick Payette and Mammoet Canada
Eastern Ltd., successor to Mammoet
Crane Inc. Appellants
Yannick Payette et Mammoet Canada
de l’Est Ltée, maintenant aux droits
de Mammoet Crane Inc. Appelants
v.
c.
Guay inc. Respondent
Guay inc. Intimée
Indexed as: Payette v. Guay inc.
Répertorié : Payette c. Guay inc.
2013 SCC 45
2013 CSC 45
File No.: 34662.
No du greffe : 34662.
2013: January 23; 2013: September 12.
2013 : 23 janvier; 2013 : 12 septembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Rothstein,
Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Fish, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
quebec
en appel de la cour d’appel du québec
Contracts — Restrictive covenants in agreement for
sale of assets — Vendor subsequently becoming employee
of purchaser under contract of employment — Whether
restrictive covenants linked to contract of employment —
Whether restrictive covenants reasonable as to their term
and their territorial scope — Civil Code of Québec, S.Q.
1991, c. 64, art. 2095.
Contrats — Clauses restrictives figurant dans une
convention de vente d’actifs — Vendeur devenu subsé­
quemment l’employé de l’acheteur en vertu d’un contrat
de travail — Les clauses restrictives se rattachent‑elles
au contrat de travail? — Les clauses restrictives
sont‑elles raisonnables quant à leur durée et leur portée
territoriale? — Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64,
art. 2095.
G, a commercial enterprise, acquired assets belonging
to corporations controlled by P. The agreement for
the sale of assets between the parties contained non‑
competition and non‑solicitation clauses. To ensure a
smooth transition in operations following the sale, the
parties also agreed to include a provision in their agree­
ment in which P undertook to work full time for G as a
consultant for six months. The parties also reserved the
option of subsequently agreeing on a contract of employ­
ment under which P would continue to work for G. At
the end of the transitional period, the parties agreed on a
contract of employment, originally for a fixed term and
subsequently for an indeterminate term. A few years later,
G dismissed P without a serious reason. P then started a
new job with M, a company that is a competitor of G.
G, une entreprise commerciale, a acquis des actifs
appartenant à des sociétés contrôlées par P. La convention
de vente d’actifs intervenue entre les parties est assortie
de clauses de non‑concurrence et de non‑sollicitation.
Afin d’assurer une transition harmonieuse des opérations
après la vente, les parties ont également convenu d’insé­
rer à leur convention une stipulation précisant que P
s’engageait à travailler pour G à temps plein à titre de
consultant pendant une période de six mois. Les parties
se réservaient en outre la faculté de convenir par la suite
d’un contrat de travail en vertu duquel P demeurerait au
service de G. À l’expiration de la période transitoire,
les parties ont convenu d’un contrat de travail, d’abord
à durée déterminée et par la suite à durée indéterminée.
Quelques années plus tard, G a congédié P sans motif
sérieux. P prend alors un nouvel emploi chez M, une
entreprise concurrente de G.
In the Superior Court, G’s motion for an injunction
compelling P to comply with the restrictive covenants in
the agreement for the sale of assets was dismissed. The
Court of Appeal set aside the Superior Court’s judgment
En Cour supérieure, la requête de G sollicitant une
ordonnance d’injonction afin d’astreindre P au respect
des clauses restrictives de la convention de vente d’actifs
est rejetée. La Cour d’appel casse le jugement de la Cour
96
PAYETTE
v.
GUAY INC.
and ordered a permanent injunction, requiring P and M to
comply with the restrictive covenants at issue.
Held: The appeal should be dismissed.
[2013] 3 S.C.R.
supérieure et prononce une ordonnance d’injonction per­
manente enjoignant à P et à M de respecter les clauses
restrictives en cause.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
The rules applicable to restrictive covenants relating
to employment differ depending on whether the covenants
are linked to a contract for the sale of a business or to a
contract of employment. The application of different rules
in the context of a contract of employment is a response
to the imbalance of power that generally characterizes
the employer‑employee relationship when an individual
contract of employment is negotiated, and its purpose is
to protect the employee. These rules have no equivalent in
the commercial context, since an imbalance of power is
not presumed to exist in a vendor‑purchaser relationship.
Des règles différentes s’appliquent aux clauses res­
trictives en matière d’emploi selon qu’elles se rattachent à
un contrat de vente d’entreprise ou à un contrat de travail.
L’application de règles différentes dans le contexte d’un
contrat de travail tient compte du déséquilibre des forces
qui marque généralement les rapports employeur‑salarié
dans la négociation d’un contrat de travail individuel
et vise à protéger le salarié. Ces règles n’ont pas d’équi­
valent en matière commerciale, puisque l’existence d’un
déséquilibre des forces dans le contexte d’une relation
vendeur‑acheteur n’est pas présumée.
Parties negotiating the sale of assets have greater
freedom of contract than parties negotiating a contract of
employment, both at common law and in the civil law
of Quebec. The rules for restrictive covenants relating to
employment do not apply with the same rigour or inten­
sity where the obligations are assumed in the context of
a commercial contract. This is especially true where the
evidence shows that the parties negotiated on equal terms
and were advised by competent professionals, and that
the contract does not create an imbalance between them.
Les parties qui négocient une vente d’actifs jouissent
d’une plus grande liberté de contracter que les parties
négo­ciant un contrat de travail, tant en common law
qu’en droit civil québécois. Les règles relatives aux
clauses restrictives en matière d’emploi ne s’appliquent
pas avec la même rigueur et la même intensité lorsque
les obligations sont assumées dans le cadre d’un contrat
commercial. C’est particulièrement le cas lorsque la
preuve permet de conclure que les parties ont négocié
à armes égales, appuyées par des professionnels compé­
tents, et que le contrat n’entraîne pas de déséquilibre
entre les parties.
To alleviate the imbalance that often characterizes
the employer‑employee relationship, the Quebec legis­
lature has enacted rules that apply only to contracts of
employment and are intended to protect employees.
Article 2095 of the Civil Code of Québec (“C.C.Q.”) is
one of them, and it provides that an employer who has
resiliated the contract of employment without a serious
reason may not avail him or herself of a stipulation of
non‑competition. Article 2095 C.C.Q. is applicable to a
non‑competition clause only if the clause is linked to a
contract of employment.
Afin d’atténuer le déséquilibre qui caractérise souvent
les rapports entre employeurs et salariés, le législateur
québécois a édicté des règles applicables uniquement
aux contrats de travail, afin de protéger les salariés.
L’article 2095 du Code civil du Québec (« C.c.Q. ») est
l’une de ces règles et prévoit qu’un employeur ne peut
se prévaloir d’une stipulation de non‑concurrence s’il a
résilié le contrat d’emploi sans motif sérieux. Seule une
clause de non‑concurrence se rattachant à un contrat de
travail entraîne l’application de l’art. 2095 C.c.Q.
To determine whether a restrictive covenant is linked
to a contract for the sale of assets or to a contract of
employment, it is important to clearly identify the reason
why the covenant was entered into. The “bargain” nego­
tiated by the parties must be considered in light of the
wording of the obligations and the circumstances in which
they were agreed upon. The goal of the analysis is to
identify the nature of the principal obligations under the
master agreement and to determine why and for what
purpose the accessory obligations of non‑competition
and non‑solicitation were assumed.
Pour décider si une clause restrictive se rattache à un
contrat de vente d’actifs ou à un contrat de travail, il
importe de bien cerner la raison pour laquelle cette clause
a été établie. Il faut apprécier le « marché » négocié par
les parties en tenant compte du libellé des obligations et
des circonstances dans lesquelles elles ont été consen­
ties. L’analyse vise à déterminer la nature des obligations
principales du contrat‑cadre et pour quelle raison et dans
quel but les obligations accessoires de non‑concurrence
et de non‑sollicitation ont été assumées.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
97
In this case, in light of the wording of the non‑
competition and non‑solicitation clauses and of the fac­
tual context that led to their being accepted, they cannot
be dissociated from the contract for the sale of assets. As
a result, the scope of these clauses must be interpreted
on the basis of the rules of commercial law, and the pro­
tection provided for in art. 2095 C.C.Q. does not apply.
En l’espèce, compte tenu du libellé des clauses de
non‑concurrence et de non‑sollicitation et du contexte
factuel ayant mené à leur adhésion, elles ne peuvent être
dissociées du contrat de vente d’actifs. En conséquence,
la portée de ces clauses doit être interprétée en vertu
des règles propres au droit commercial et la protection
conférée par l’art. 2095 C.c.Q. ne s’applique pas.
In the commercial context, a restrictive covenant is
lawful unless it can be established on a balance of prob­
abilities that its scope is unreasonable having regard to
the context in which it was negotiated. A non‑competition
covenant will be found to be reasonable and lawful pro­
vided that it is limited, as to its term and to the territory
and activities to which it applies, to whatever is necessary
for the protection of the legitimate interests of the party
in whose favour it was granted. In this case, there is no
evidence that the five‑year period is unreasonable having
regard to the highly specialized nature of the business’s
activities. Moreover, in light of the unique nature of
the crane rental industry, the territory to which the non‑
competition covenant applies is not broader than is neces­
sary to protect the legitimate interests at issue.
Dans un contexte commercial, une clause restrictive
est légale à moins que l’on puisse établir, par une preuve
prépondérante, qu’elle est déraisonnable quant à sa
portée compte tenu du contexte dans lequel elle a été
négo­ciée. Un engagement de non‑concurrence sera jugé
raisonnable et légal à la condition d’être limité, quant à
sa durée, à son territoire et aux activités qu’il vise, à ce
qui est nécessaire pour protéger les intérêts légitimes de
la partie en faveur de laquelle il a été pris. En l’espèce,
il n’existe aucun élément de preuve indiquant que la
période de cinq ans est déraisonnable compte tenu de la
nature très spécialisée des activités de l’entreprise. De
plus, vu la nature particulière de l’industrie de la loca­
tion de grues, le territoire visé par l’engagement de non‑
concurrence n’excède pas les limites nécessaires pour
protéger les intérêts légitimes en cause.
While it is true that in the case of a non‑competition
covenant, the territory to which the covenant applies
must be identified, a determination that a non‑solicitation
covenant is reasonable and lawful does not generally re­
quire a territorial limitation. In this case, the failure to
include a territorial limitation in the non‑solicitation
clause does not support a finding that this clause is un­
reasonable, which means that it is lawful.
S’il est vrai qu’un engagement de non‑concurrence
exige la détermination d’un territoire visé, une telle
limite n’est pas généralement essentielle au caractère
raisonnable et à la légalité d’un engagement de non‑
sollicitation. En l’espèce, l’omission d’inclure une limite
territoriale à la clause de non‑sollicitation ne permet pas
de conclure au caractère déraisonnable de cette clause,
laquelle est donc légale.
Cases Cited
Jurisprudence
Referred to: Elsley v. J. G. Collins Insurance
Agencies Ltd., [1978] 2 S.C.R. 916; Shafron v. KRG
Insurance Brokers (Western) Inc., 2009 SCC 6, [2009] 1
S.C.R. 157; Doerner v. Bliss & Laughlin Industries Inc.,
[1980] 2 S.C.R. 865; Groupe Québécor Inc. v. Grégoire
(1988), 15 Q.A.C. 113; Burnac Corp. v. Les Entreprises
Ludco Ltée, [1991] R.D.I. 304; Copiscope Inc. v. TRM
Copy Centers (Canada) Ltd., 1998 CanLII 12603; Yvon
Beaulieu Well Drilling Ltée v. Marcel Beaulieu Puits
Artésiens Ltée, [1992] R.J.Q. 2608; Allard v. Cloutier
(1919), 29 B.R. 565; Trans‑Canada Thermographing
(Ontario) Ltd. v. Trans‑Canada Thermographing Ltd.,
SOQUIJ AZ-92021644; Papeterie L’Écriteau inc. v.
Barbier, [1998] J.Q. no 5090 (QL); Robitaille v. Gestion
L. Jalbert inc., 2007 QCCA 1052 (CanLII); World Wide
Chemicals Inc. v. Bolduc, 1991 CarswellQue 1157;
L.E.L. Marketing Ltée v. Otis, [1989] Q.J. No. 1229
(QL); Moore Corp. v. Charette (1987), 19 C.C.E.L. 277.
Arrêts mentionnés : Elsley c. J. G. Collins Insurance
Agencies Ltd., [1978] 2 R.C.S. 916; Shafron c. KRG
Insurance Brokers (Western) Inc., 2009 CSC 6, [2009] 1
R.C.S. 157; Doerner c. Bliss & Laughlin Industries Inc.,
[1980] 2 R.C.S. 865; Groupe Québécor Inc. c. Grégoire
(1988), 15 Q.A.C. 113; Burnac Corp. c. Les Entreprises
Ludco Ltée, [1991] R.D.I. 304; Copiscope Inc. c. TRM
Copy Centers (Canada) Ltd., 1998 CanLII 12603; Yvon
Beaulieu Well Drilling Ltée c. Marcel Beaulieu Puits
Artésiens Ltée, [1992] R.J.Q. 2608; Allard c. Cloutier
(1919), 29 B.R. 565; Trans‑Canada Thermographing
(Ontario) Ltd. c. Trans‑Canada Thermographing Ltd.,
SOQUIJ AZ-92021644; Papeterie L’Écriteau inc. c.
Barbier, [1998] J.Q. no 5090 (QL); Robitaille c. Gestion
L. Jalbert inc., 2007 QCCA 1052 (CanLII); World Wide
Chemicals Inc. c. Bolduc, 1991 CarswellQue 1157;
L.E.L. Marketing Ltée c. Otis, [1989] Q.J. No. 1229
(QL); Moore Corp. c. Charette (1987), 19 C.C.E.L. 277.
98
PAYETTE
v.
GUAY INC.
[2013] 3 S.C.R.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, arts. 2089, 2095.
Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 2089, 2095.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Béliveau, Nathalie‑Anne, et Sébastien LeBel. “Les
clauses de non‑concurrence en matière d’emploi et en
matière de vente d’entreprise: du pareil au même?”,
dans Service de la formation continue du Barreau du
Québec, vol. 338, Développements récents en droit de
la non‑concurrence. Cowansville, Qué.: Yvon Blais,
2011, 113.
Benaroche, Patrick L. “La non‑sollicitation: paramètres
juridiques applicables en matière d’emploi”, dans
Service de la formation continue du Barreau du
Québec, vol. 289, Développements récents sur la
non‑concurrence. Cowansville, Qué.: Yvon Blais,
2008, 183.
Bich, Marie-France. “La viduité post-emploi: loyauté,
discrétion et clauses restrictives”, dans Service de
la formation permanente du Barreau du Québec,
vol. 197, Développements récents en droit de la
propriété intellectuelle. Cowansville, Qué.: Yvon
Blais, 2003, 243.
Québec. Ministère de la Justice. Commentaires du
ministre de la Justice: Le Code civil du Québec — Un
mouvement de société, t. II. Québec: Publications du
Québec, 1993.
Béliveau, Nathalie‑Anne, et Sébastien LeBel. « Les
clauses de non‑concurrence en matière d’emploi et en
matière de vente d’entreprise : du pareil au même? »,
dans Service de la formation continue du Barreau du
Québec, vol. 338, Développements récents en droit de
la non‑concurrence. Cowansville, Qué. : Yvon Blais,
2011, 113.
Benaroche, Patrick L. « La non‑sollicitation : paramètres
juridiques applicables en matière d’emploi », dans
Service de la formation continue du Barreau du
Québec, vol. 289, Développements récents sur la non‑
concurrence. Cowansville, Qué. : Yvon Blais, 2008,
183.
Bich, Marie‑France. « La viduité post‑emploi : loyauté,
discrétion et clauses restrictives », dans Service de
la formation permanente du Barreau du Québec,
vol. 197, Développements récents en droit de la pro­
priété intellectuelle. Cowansville, Qué. : Yvon Blais,
2003, 243.
Québec. Ministère de la Justice. Commentaires du
ministre de la Justice : Le Code civil du Québec — Un
mouvement de société, t. II. Québec : Publications du
Québec, 1993.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court
of Appeal (Chamberland, Thibault and Morin JJ.A.), 2011 QCCA 2282, [2012] R.J.Q. 51, [2011]
J.Q. no 18658 (QL), 2011 CarswellQue 14220,
SOQUIJ AZ‑50812630, setting aside a decision of
Lemelin J., 2010 QCCS 2756 (CanLII), [2010] J.Q.
no 6099 (QL), 2010 CarswellQue 7487, SOQUIJ
AZ‑50650070. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du
Québec (les juges Chamberland, Thibault et Morin),
2011 QCCA 2282, [2012] R.J.Q. 51, [2011] J.Q.
no 18658 (QL), 2011 CarswellQue 14220, SOQUIJ
AZ‑50812630, qui a infirmé une décision du juge
Lemelin, 2010 QCCS 2756 (CanLII), [2010] J.Q.
no 6099 (QL), 2010 CarswellQue 7487, SOQUIJ
AZ‑50650070. Pourvoi rejeté.
Éric Hardy, Pierre Duquette and Vincent Rochette,
for the appellants.
Éric Hardy, Pierre Duquette et Vincent Rochette,
pour les appelants.
Mario Welsh, Gilles Rancourt and Gwenaelle
Thibaut, for the respondent.
Mario Welsh, Gilles Rancourt et Gwenaelle
Thibaut, pour l’intimée.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
English version of the judgment of the Court
delivered by
Wagner J. —
Le juge Wagner
99
Le jugement de la Cour a été rendu par
Le juge Wagner —
I. Overview
I. Aperçu
[1] Restrictive covenants relating to employment
and competition have been an integral part of the
civil law for many years now. They generally take
the form of non‑competition and non‑solicitation
clauses. In Quebec, both the courts and the legis­
lature have, after acknowledging the underlying
rationale for such covenants, placed limits on them.
[1] Les clauses restrictives en matière d’emploi et
de concurrence font partie intégrante du droit civil
depuis de nombreuses années. Elles prennent géné­
ralement la forme de clauses de non-concurrence
et de non-sollicitation, et tant le droit prétorien que
le législateur du Québec en ont cerné les limites
après en avoir reconnu les fondements.
[2] The interpretation of restrictive covenants
requires the application of different rules depending
on whether the covenants are found in commercial
agreements or in contracts of employment. These
rules will be more generous in the commercial con­
text, but much stricter in the context of contracts of
employment or service.
[2] Selon que ces clauses se trouvent dans une
entente commerciale ou dans un contrat de travail,
leur interprétation commande l’application de
règles distinctes. Ces règles seront plus généreuses
en matière commerciale, mais par contre beaucoup
plus strictes en matière d’emploi ou de louage de
services.
[3] The scope of a restrictive covenant depends on
the context in which the covenant was negotiated.
This has long been recognized in positive law. For
example, the legal framework applicable to con­
tracts of employment takes account of the imbalance
of power that generally characterizes an employer‑
employee relationship, and it is designed to protect
employees. In relationships between vendors and
purchasers in the commercial context, on the other
hand, there is ordinarily — with some exceptions
— no such imbalance. In such cases, much more
flexibility and latitude is required in interpreting
restrictive covenants in order to protect freedom
of trade and promote the stability of commercial
agreements.
[3] La portée des clauses restrictives est fonction
du contexte dans lequel elles ont été négociées.
Cette réalité est depuis longtemps reconnue en
droit positif. À titre d’exemple, le cadre juridique
applicable aux contrats de travail tient compte du
déséquilibre des forces qui marque généralement
les rapports entre employeurs et salariés, et il vise
à protéger ces derniers. Toutefois, sauf exception,
un tel déséquilibre est normalement absent des
rela­tions entre vendeurs et acheteurs en matière
com­merciale. Dans de tels cas, l’interprétation des
clauses restrictives requiert beaucoup plus de sou­
plesse et de latitude, de manière à protéger la liberté
de commerce et à favoriser la stabilité des ententes
commerciales.
[4] This appeal provides a clear illustration of how
the scope of a restrictive covenant will vary with
the nature of the relationship between the parties to
the contract and the context in which the covenant
was made. It raises important issues relating to the
interpretation of covenants limiting employment
and competition that are set out in a contract for the
sale of assets that leads, on an accessory basis, to
the formation of a contract of employment.
[4] Le présent pourvoi illustre bien la portée dif­
férente que revêt une clause restrictive selon la
nature de la relation des cocontractants en cause et
le contexte dans lequel cette clause a été établie.
Il soulève d’importantes questions relativement à
l’interprétation des clauses limitant l’emploi et la
concurrence lorsqu’elles figurent dans un contrat
de vente d’actifs qui entraîne, à titre accessoire, la
formation d’un contrat de travail.
100
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
[5] In Elsley v. J. G. Collins Insurance Agencies
Ltd., [1978] 2 S.C.R. 916, Dickson J. commented
eloquently on the importance of distinguishing the
scope of a restrictive covenant linked to a com­
mercial agreement from the scope of one linked to a
contract of employment:
[5] L’importance de distinguer la portée des
clauses restrictives, selon qu’elles se rattachent
à une convention commerciale ou à un contrat de
travail, a été soulignée de manière éloquente par
le juge Dickson dans l’arrêt Elsley c. J. G. Collins
Insurance Agencies Ltd., [1978] 2 R.C.S. 916 :
The distinction made in the cases between a restrictive
covenant contained in an agreement for the sale of a busi­
ness and one contained in a contract of employment is
well‑conceived and responsive to practical considera­
tions. A person seeking to sell his business might find
himself with an unsaleable commodity if denied the right
to assure the purchaser that he, the vendor, would not
later enter into competition. Difficulty lies in definition
of the time during which, and the area within which, the
non‑competitive covenant is to operate, but if these are
reasonable, the courts will normally give effect to the
covenant.
La distinction faite en jurisprudence entre une clause
restrictive contenue dans un contrat de vente d’une
entreprise et celle contenue dans un contrat de louage de
services est bien conçue et répond à des considérations
pratiques. Celui qui cherche à vendre son entreprise peut
se retrouver avec une chose invendable si on lui conteste
le droit d’assurer l’acheteur que lui, le vendeur, ne lui
fera pas concurrence plus tard. La difficulté réside dans
la définition de la période au cours de laquelle la clause
de non-concurrence doit jouer et la région visée; mais
si ces deux éléments sont raisonnables, les tribunaux
donneront normalement effet à la clause.
A different situation, at least in theory, obtains in
the negotiation of a contract of employment where an
imbalance of bargaining power may lead to oppression
and a denial of the right of the employee to exploit, fol­
lowing termination of employment, in the public interest
and in his own interest, knowledge and skills obtained
during employment. [p. 924]
Une situation différente, du moins en théorie, surgit
dans la négociation d’un contrat de louage de services
où un déséquilibre dans le pouvoir de négociation peut
conduire à de l’oppression et à nier à l’employé son
droit, à la suite de la cessation de son emploi, d’exploiter
dans l’intérêt public et dans son propre intérêt, les
connaissances et la compétence qu’il a acquises au cours
de son emploi. [p. 924]
[6] The appeal in the instant case concerns the
system of rules applicable to the agreement between
the parties. If the contract at issue is a contract of
employment, the specific rules provided for by
the legislature in the Civil Code of Québec, S.Q.
1991, c. 64 (“C.C.Q.”), in respect of such contracts
apply. If it is a contract for the sale of assets, those
specific rules do not apply. To determine whether
the restrictive covenants must be interpreted in light
of the rules applicable to commercial contracts or
the rules applicable to contracts of employment, it
will be helpful to clearly identify the reason why
the covenants were negotiated by considering, inter alia, their wording as well as their context.
[6] Le présent pourvoi porte sur le régime
normatif applicable à l’entente intervenue entre les
parties. Si nous sommes en présence d’un contrat
de travail, les règles spécifiques prévues par le
législateur au Code civil du Québec, L.Q. 1991,
ch. 64 (« C.c.Q. »), eu égard à de tels contrats
s’appliquent. Si nous sommes en présence d’un
contrat de vente d’actifs, ces règles spécifiques ne
s’appliquent pas. Pour déterminer si les clauses
restrictives doivent être interprétées à l’aune des
règles régissant les contrats commerciaux ou de
celles applicables aux contrats de travail, il convient
de bien cerner la raison pour laquelle ces clauses
ont été négociées, en examinant, entre autres, leur
libellé de même que le contexte dans lequel elles
s’inscrivent.
[7] In this case, the appellants’ principal submis­
sion is that the respondent cannot avail itself of the
restrictive covenants at issue, because it dismissed
the appellant Payette without a serious reason in
[7] En l’espèce, les appelants soutiennent
principalement que l’intimée ne peut se prévaloir
des clauses restrictives en cause car cette dernière
a congédié l’appelant Payette sans motif sérieux
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
101
the context of a contract of employment. The re­
spondent, Guay inc., argues that these covenants
were negotiated in the context of a commercial
agree­ment and that they took full effect upon the ter­
min­ation of Mr. Payette’s employment. According
to the respondent, the protection afforded to em­
ployees by art. 2095 C.C.Q. in the event of dismissal
without a serious reason does not apply to the
restrictive covenants in the agreement in question.
dans le cadre d’un contrat de travail. L’intimée,
Guay inc., plaide pour sa part que lesdites clauses
restrictives ont été négociées dans le cadre d’une
convention commerciale et qu’elles prenaient
tout leur effet dès la fin de l’emploi de l’appelant
Payette. Selon l’intimée, la protection conférée
aux salariés par l’art. 2095 C.c.Q. en cas de
congédiement sans motif sérieux ne s’applique pas
aux clauses restrictives de la convention concernée.
[8] In the alternative, the appellants add that the
restrictive covenants at issue are unlawful because
they are overly broad as to their term and to the ter­
ritory to which they apply.
[8] Subsidiairement, les appelants ajoutent que
les clauses restrictives en cause sont illégales en
raison de leur portée excessive quant à la période et
au territoire visés.
[9] For the reasons that follow, I am of the opinion
that, in a commercial context, restrictive covenants
such as these are lawful and must be interpreted in
a manner consistent with the intention of the parties
and the obligations to which the covenants give rise,
unless it is shown that they are contrary to public
order, for example because they are unreasonable
with respect to one of the parties. The effect of
disregarding the existence of such clauses solely
because they appear in an agreement that preceded
the formation of a separate contract of employment
would be to negate the foundations of and the ration­
ale for the obligations of non‑competition and non‑
solicitation provided for in the clauses, while at the
same time discounting the intention of the parties.
[9] Pour les raisons qui suivent, je suis d’avis que,
dans un contexte commercial, de telles clauses res­
trictives sont légales et que, sauf s’il est démontré
qu’elles sont contraires à l’ordre public — en
étant par exemple déraisonnables à l’égard d’une
partie —, elles doivent recevoir une interprétation
conforme à l’intention des parties et des obligations
qu’elles sous-tendent. Occulter l’existence de telles
clauses au seul motif qu’elles figurent dans une
con­vention qui précède la formation d’un contrat de
travail distinct a pour effet de neutraliser les fon­
dements et la raison d’être des obligations de nonconcurrence et de non-sollicitation formulées par
ces clauses tout en écartant l’intention des parties.
II. Facts and Judicial History
II. Faits et historique judiciaire
A. Review of the Facts
A. Rappel des faits
[10] The respondent, Guay inc., is a crane rental
company. It operates some 20 establishments across
Quebec. It has expanded its presence in the Quebec
market by purchasing several small competitors over
the years. In so doing, it has become the leader in its
industry.
[10] L’intimée, Guay inc., est une entreprise com­
merciale œuvrant dans le domaine de la location
de grues. Elle exploite une vingtaine d’établisse­
ments répartis sur le territoire du Québec. Elle a
élargi sa présence sur le marché québécois en fai­
sant l’acquisition, au fil des ans, de plusieurs petites
entreprises concurrentes. L’intimée est ainsi deve­
nue le chef de file dans son domaine.
[11] The appellant Yannick Payette and his part­
ner, Louis Pierre Lafortune, controlled several com­
panies that were also in the crane rental business
(“Groupe Fortier”). In October 2004, the respondent
[11] L’appelant Yannick Payette et son associé
Louis Pierre Lafortune contrôlaient plusieurs entre­
prises œuvrant également dans le domaine de la
location de grues (« Groupe Fortier »). Les actifs
102
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
purchased Groupe Fortier’s assets for $26 million,
including $14 million in cash, which was paid to the
companies controlled by Mr. Payette and his partner.
du Groupe Fortier ont été achetés par l’intimée en
octobre 2004 moyennant le paiement d’une somme
de 26 millions de dollars — dont 14 millions en
argent comptant — versée aux entreprises contrô­
lées par l’appelant Payette et son associé.
[12] To ensure a smooth transition in operations
following the sale of Groupe Fortier’s assets, the
parties agreed to include a provision in their sale
agreement in which the appellant Payette and his
part­ner undertook to work full time for the respondent
as consultants for six months. The parties also re­
served the option of subsequently agree­ing on a con­
tract of employment under which Mr. Payette and his
partner would continue to work for the respondent.
The agreement of sale provided that Mr. Payette
and his partner were bound by non‑competition and
non‑solicitation clauses that read as follows:
[12] Afin d’assurer une transition harmonieuse
des opérations après la vente des actifs du Groupe
Fortier, les parties ont convenu d’insérer à leur
con­vention de vente une stipulation précisant que
l’appe­lant Payette et son associé s’engageaient
à travailler pour l’intimée à temps plein à titre de
consultants pendant une période de six mois. Les
parties se réservaient en outre la faculté de convenir
par la suite d’un contrat de travail en vertu duquel
l’appelant Payette et son associé demeureraient au
service de l’intimée. La convention de vente stipu­
lait également que l’appelant Payette et son associé
étaient assujettis à des clauses de non-concurrence
et de non-sollicitation libellées ainsi :
[translation]
10.1
Non-competition – In consideration of the sale
that is the subject of this offer, each of the Vendors
and the Interveners covenants and agrees, for a
period of five (5) years from the Closing date or,
in the case of the Interveners, for a period of five
(5) years from the date on which an Intervener
ceases to be employed, directly or indirectly, by
the Purchaser, not to hold, operate or own, in
whole or in part, directly or indirectly and in any
capacity or role whatsoever, or in any other man­
ner, any business operating in whole or in part in
the crane rental industry, and not to be or become
involved in, participate in, hold shares in, be re­
lated to or have an interest in, advise, lend money
to or secure the debts or obligations of any such
business or permit any such business to use the
Vendor’s or the Intervener’s name in whole or in
part. The territory to which this non‑competition
clause applies for the above‑mentioned period of
time is the province of Quebec.
10.1
Non-concurrence – En considération de la vente
faisant l’objet de cette offre, chacun des Vendeurs
et des Intervenants s’engage et s’oblige, pour une
période de cinq (5) ans à compter de la date de
Clôture ou dans le cas des Intervenants pour une
période de cinq (5) ans à compter de la date à
laquelle un Intervenant cesse d’être à l’emploi,
directement ou indirectement, de l’Acheteur, à
ne détenir, exploiter ou posséder, en totalité ou
en partie, directement ou indirectement et à quel­
que titre ou fonction que ce soit, ou de toute autre
manière, aucune entreprise agissant en tout ou en
partie dans le domaine de la location de grues,
ni s’y engager, y participer, y être impliqué, en
détenir des actions, y être relié ou y être inté­
ressé, la conseiller, lui consentir des prêts, en
garantir les dettes ou obligations ou lui permettre
l’utilisation de son nom en entier ou en partie.
Le territoire pour lequel cette clause de nonconcurrence s’applique pour la période de temps
ci-haut mentionnée réfère à la province de
Québec.
10.2
Non‑solicitation – Moreover, each of the Vendors
and the Interveners covenants and agrees, for a
period of five (5) years from the Closing date or,
in the case of the Interveners, for a period of five
(5) years from the date on which an Intervener
10.2
Non-sollicitation – De plus, chacun des Vendeurs
et des Intervenants s’engage et s’oblige, pour une
période de cinq (5) ans à compter de la date de
la Clôture ou dans le cas des Intervenants pour
une période de cinq (5) ans à compter de la date
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
103
ceases to be employed, directly or indirectly, by
the Purchaser, not to solicit on behalf of the
Vendor or the Intervener, or on behalf of others,
and not to do business or attempt to do busi­ness,
in any place whatsoever, in whole or in part,
directly or indirectly and in any manner what­
soever, with any of the customers of the Business
and the Purchaser on behalf of a crane rental
business. In addition, the Vendors and the
Interveners shall not solicit or hire (unless an
em­ployee is dismissed or resigns without any
solicitation by the Vendors or the Interveners),
in any way whatsoever, directly or indirectly, as
an employee or a consultant, or in any other cap­
acity whatsoever, any of the employees, officers,
executives or other persons (hereinafter collect­
ively referred to as the “Employees” for the pur­
poses of this article) working for the Business or
the Purchaser on the date this offer to purchase
is presented or on the Closing date, and shall
not attempt in any way whatsoever, directly or
indirectly, to encourage any of the said em­
ployees to leave their employment with the
Business or the Purchaser. For greater certainty,
the parties agree that steps taken by the Vendors
to collect accounts receivable shall not be in­
terpreted as a breach of the non‑competition and
non‑solicitation provisions of this offer to pur­
chase; [A.R., vol. X, at pp. 147‑48]
à laquelle un Intervenant cesse d’être à l’emploi,
directement ou indirectement, de l’Acheteur, à
ne pas solliciter, pour son compte ou pour le
compte d’autrui, faire affaires ou tenter de faire
affaires, à quelque endroit que ce soit, en tout
ou en partie, directement ou indirectement et de
quelque façon que ce soit, avec aucun des clients
de l’Entreprise et de l’Acheteur pour le compte
d’une entreprise de location de grues. En outre,
les Vendeurs et les Intervenants ne solliciteront
ou n’engageront (sauf si un employé est congédié
ou démissionne sans sollicitation des Vendeurs
ou des Intervenants) de quelque façon que ce soit,
directement ou indirectement, à titre d’employé,
de consultant ou à quelqu’autre titre que ce soit,
l’un quelconque des employés, dirigeants, cadres
ou autres personnes (ci-après collectivement
désignés les « Employés » pour les fins du présent
article) travaillant pour le compte de l’Entreprise
ou de l’Acheteur à la date de la présentation de
cette offre d’achat ou à la date de la Clôture, et
ne tenteront de quelque façon que ce soit, direc­
tement ou indirectement, d’encourager l’un ou
l’autre desdits employés à quitter son emploi au
sein de l’Entreprise ou de l’Acheteur. Pour plus
de précisions, les parties conviennent que les
démarches de perception des comptes clients
(débiteurs) par les Vendeurs ne devra aucune­
ment être interprétées comme étant une violation
des dispositions de non-concurrence ou de nonsollicitation prévues à la présente; [d.a., vol. X,
p. 147-148]
[13] On May 26, 2005, at the end of the six‑month
transitional period following the “Closing date” for
the sale, the appellant Payette and the respondent,
Guay inc., agreed on a contract of employment for
a fixed term that was optional and separate. This
contract, which provided that Mr. Payette’s employ­
ment as operations manager for Groupe Fortier was
to terminate on August 31, 2008, was renewed be­
yond that date for an indeterminate term.
[13] Le 26 mai 2005, à l’expiration de la période
transitoire de six mois suivant la « date de Clôture »
de la vente, l’appelant Payette et l’intimée Guay inc.
ont convenu d’un contrat de travail à durée déter­
minée, facultatif et autonome. Ce contrat, qui pré­
voyait que l’emploi de l’appelant Payette à titre de
directeur des opérations du Groupe Fortier prendrait
fin le 31 août 2008, a été reconduit au-delà de cette
date pour une durée indéterminée.
[14] It is common ground that the respondent dis­
missed Mr. Payette on August 3, 2009 without a ser­
ious reason. A few months later, on December 16,
2009, the respondent entered into an agreement
under which it paid $150,000 in compensation
to Mr. Payette and his partner. That same day,
Mr. Payette asked the respondent, in light of the
non‑competition and non‑solicitation clauses at
issue, whether it had any objection to his accepting
[14] Il est admis que, le 3 août 2009, l’intimée a
congédié l’appelant Payette sans motif sérieux.
Quelques mois plus tard, le 16 décembre 2009, l’inti­
mée a convenu d’une entente en vertu de laquelle
elle a versé une indemnité de 150 000 $ payable à
l’appelant Payette et à son associé. Le même jour,
l’appelant Payette a demandé à l’intimée si elle avait
quelque objection à ce qu’il accepte un emploi
auprès d’une société nullement impliquée dans le
104
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
a job with a company not involved in the crane
rental business. The respondent replied that it did
not object to this.
domaine de la location de grues, compte tenu des
clauses de non-concurrence et de non-sollicitation
en cause. L’intimée a répondu qu’elle ne s’y oppo­
sait pas.
[15] On March 15, 2010, contrary to the inten­
tion he had initially expressed, the appellant
Payette began a new job with Mammoet Crane Inc.
(“Mammoet”) as operations manager at that com­
pany’s place of business in Montréal. Mammoet is
an international company and a competitor of Guay inc. that does business in, among others, the crane
rental and transportation industries. A few days
later, the respondent lost seven of its most experi­
enced employees to Mammoet.
[15] Le 15 mars 2010, contrairement aux inten­
tions qu’il avait initialement exprimées, l’appelant
Payette débute un nouvel emploi chez Mammoet
Crane Inc. (« Mammoet ») à titre de directeur des
opérations, à l’établissement de cette dernière à
Montréal. Mammoet est une entreprise interna­
tionale concurrente de Guay inc. œuvrant notam­
ment dans les domaines de la location de grues et
du transport. Quelques jours plus tard, l’intimée
perd sept de ses employés les plus expérimentés au
profit de Mammoet.
[16] On April 27, 2010, the respondent filed a
motion in the Quebec Superior Court for an inter­
locutory injunction under which the appellant
Payette would be required to comply with the re­
strictive covenants in the October 2004 agreement
for the sale of assets by not working for Mammoet.
[16] Le 27 avril 2010, l’intimée dépose en Cour
supérieure du Québec une requête sollicitant une
ordonnance d’injonction interlocutoire provisoire,
afin d’enjoindre à l’appelant Payette de respecter
les clauses restrictives de la convention de vente
d’actifs du mois d’octobre 2004 en s’abstenant de
travailler pour Mammoet.
[17] On April 29, 2010, Lacroix J. ordered the
interlocutory injunction sought by the respondent.
The terms of the order were subsequently renewed,
by means of safeguard orders, until the hearing of the
case on the merits.
[17] Le 29 avril 2010, la juge Lacroix prononce
l’ordonnance d’injonction interlocutoire provisoire
demandée par l’intimée. Les modalités de cette
ordonnance sont subséquemment renouvelées par
des ordonnances de sauvegarde, et ce, jusqu’à
l’audition au fond du dossier.
B. Judgment of the Superior Court, 2010 QCCS
2756 (CanLII)
B. Jugement de la Cour supérieure, 2010 QCCS
2756 (CanLII)
[18] After conducting a three‑step analysis, the
Superior Court dismissed the respondent’s action
on the merits. First of all, Lemelin J. concluded that
the restrictive covenants were in effect when the
respondent instituted its proceedings in April 2010.
In his view, the wording of the clauses and the
evidence showed that the parties, too, had believed
that the covenants applied after August 3, 2009, the
date when the appellant Payette was dismissed. In
other words, the term of the non‑competition and
non‑solicitation clauses had started running upon
the termination of Mr. Payette’s employment with
the respondent, Guay inc., on August 3, 2009.
[18] Après s’être livrée à une analyse en trois
étapes, la Cour supérieure a rejeté au fond le recours
de l’intimée. Dans un premier temps, le juge
Lemelin en est arrivé à la conclusion que les clauses
restrictives étaient en vigueur lors du dépôt des
procédures engagées par l’intimée en avril 2010.
Il est d’avis que le libellé de ces clauses ainsi que
la preuve révèlent que les parties croyaient, elles
aussi, que lesdites clauses s’appliquaient au-delà
du 3 août 2009, date à laquelle l’appelant Payette a
été congédié. En d’autres mots, la période de nonconcurrence et de non-sollicitation avait commencé
à courir dès la fin de l’emploi de l’appelant Payette
auprès de l’intimée Guay inc., le 3 août 2009.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
105
[19] Next, Lemelin J. found that the wording of
the October 2004 sale agreement supported the con­­
clusion that a contract of employment had been
formed on the “Closing date” for the sale. As a result,
the rule laid down in art. 2095 C.C.Q. applied in this
case: Guay inc. could not rely for its own benefit on
the restrictive non‑competition and non‑solicitation
clauses, since it had dismissed Mr. Payette without
a serious reason.
[19] Le juge Lemelin a ensuite conclu que le
libellé de la convention de vente d’octobre 2004
appuyait la conclusion selon laquelle un contrat
de travail avait été formé dès la « date de Clôture »
de la vente. En conséquence, la règle énoncée à
l’art. 2095 C.c.Q. s’appliquait à l’espèce : l’intimée
Guay inc. ne pouvait invoquer à son bénéfice les
clauses restrictives de non-concurrence et de nonsollicitation puisqu’elle avait congédié l’appelant
Payette sans motif sérieux.
[20] Finally, the judge considered whether the re­
strictive covenants at issue were valid in light of the
rule laid down in the second paragraph of art. 2089
C.C.Q., according to which a stipulation of non‑
competition must be limited, as to time, place and
type of employment, to whatever is necessary for
the protection of the employer’s legitimate interests.
In Lemelin J.’s opinion, the term provided for in the
non‑competition clause, clause 10.1, of five years
after the termination of the employment relationship
was reasonable.
[20] Finalement, le juge s’est prononcé sur la vali­
dité des clauses restrictives en cause à la lumière
de la règle énoncée au second alinéa de l’art. 2089
C.c.Q. Suivant cette règle, une stipulation de nonconcurrence doit être limitée, quant au temps, au
lieu et au genre de travail, à ce qui est nécessaire
pour protéger les intérêts légitimes de l’employeur.
De l’avis du juge Lemelin, la période de nonconcurrence de cinq ans après la fin du lien
d’emploi, telle que prévue à la clause 10.1, était
raisonnable.
[21] However, the territory to which clause 10.1
applied was held to be too broad.
[21] La portée territoriale de la clause 10.1 a
cepen­dant été jugée trop large.
[22] Lemelin J. found that the non‑competition
clause was unlawful because it applied outside
the territory in which the sold business operated.
Clause 10.1 applied throughout the province of
Quebec even though the market served by Groupe Fortier was limited to the Montréal area. On this
basis, Lemelin J. held that the territorial scope of
clause 10.1 of the agreement for the sale of assets
was unreasonable and that the clause was therefore
unlawful.
[22] Le juge Lemelin a considéré que la clause de
non-concurrence était illégale car sa portée dépas­
sait le territoire d’exploitation de l’entreprise vendue.
En effet, la clause 10.1 vise l’ensemble de la pro­
vince de Québec, alors que le marché exploité par
le Groupe Fortier se limite à la région de Montréal.
Sur cette base, le juge Lemelin a décidé que la
portée territoriale de la clause 10.1 de la convention
de vente d’actifs était déraisonnable et que, partant,
la clause était illégale.
[23] As for the validity of clause 10.2, the non‑
solicitation clause, Lemelin J. found that it was a
[translation] “hybrid” non‑competition and non‑
solicitation clause because of the words “do busi­
ness or attempt to do business”. Although a “pure”
non‑solicitation clause is not unlawful solely be­
cause it does not contain a geographic limitation,
the same is not true of a hybrid non‑competition
and non‑solicitation clause. Noting that clause 10.2
of the agreement for the sale of assets did not limit
the term of the prohibition or the territory and
[23] Se prononçant sur la validité de la clause 10.2,
soit la clause de non-sollicitation, le juge Lemelin
a conclu qu’il s’agissait d’une clause « mixte » de
non-concurrence et de non-sollicitation, en raison
des mots « faire affaires ou tenter de faire affaires ».
Bien que l’absence de balises territoriales n’entraîne
pas à elle seule l’illégalité d’une clause de nonsollicitation « pure », la situation est tout autre dans
le cas de clauses mixtes de non-concurrence et de
non-sollicitation. Constatant qu’elle ne contient
pas de limitation quant à la durée de l’interdiction
106
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
activities to which it applied, Lemelin J. found that
it, too, was unlawful.
ni quant au territoire et aux activités visés, le juge
Lemelin a conclu que la clause 10.2 de la convention
de vente d’actifs était elle aussi illégale.
[24] Lemelin J. therefore dismissed the appli­
cation for a permanent injunction, and in so doing
he authorized the appellant Payette to compete with
the respondent, Guay inc., for his new employer,
Mammoet.
[24] Le juge Lemelin a donc rejeté la demande
d’injonction permanente, autorisant de ce fait
l’appelant Payette à faire concurrence à l’intimée
Guay inc. au sein de son nouvel employeur,
Mammoet.
C. Judgment of the Quebec Court of Appeal, 2011
QCCA 2282, [2012] R.J.Q. 51, Chamberland,
Thibault and Morin JJ.A.
C. L’arrêt de la Cour d’appel du Québec, 2011
QCCA 2282, [2012] R.J.Q. 51, les juges
Chamberland, Thibault et Morin
[25] The majority of the Court of Appeal set aside
the Superior Court’s judgment and ordered a perma­
nent injunction, requiring the appellants to comply
with clauses 10.1 and 10.2 of the October 2004
agreement until August 3, 2014.
[25] La Cour d’appel a, à la majorité, cassé le
juge­ment de la Cour supérieure et prononcé une
ordonnance d’injonction permanente enjoignant
aux appelants de respecter les clauses 10.1 et 10.2
de la convention d’octobre 2004, et ce, jusqu’au
3 août 2014.
(1)Reasons of the Majority
(1)Motifs de la majorité
[26] Chamberland J.A., writing for the majority,
began by noting that the respondent, Guay inc., no
longer disputed the facts that the appellant Payette
had been its employee and that it had dismissed him
without a serious reason. He then considered the
two main issues raised by the appeal: (1) the legal
characterization of the non‑competition and non‑
solicitation clauses; and (2) whether those clauses
were valid in light of the applicable legal rules.
[26] Rédigeant les motifs de la majorité, le juge
Chamberland souligne d’abord que l’intimée Guay
inc. ne conteste plus que l’appelant Payette était son
employé et qu’elle l’a congédié sans motif sérieux.
Il analyse ensuite les deux principales questions
soulevées par le pourvoi : (1) la qualification juri­
dique des clauses de non-concurrence et de nonsollicitation; et (2) la validité de ces dernières, à la
lumière des règles de droit applicables.
[27] On the legal characterization of the clauses,
Chamberland J.A. found that the obligations they
created had essentially been assumed in the agree­
ment for the sale of assets. The restrictive covenants
were not part of the contract of employment, since
their purpose was to protect the substantial invest­
ment made by Guay inc. when it purchased Groupe Fortier’s assets. Chamberland J.A. also stated that
the reference in the agreement for the sale of assets
to the date of termination of employment served
only to establish the start of the period during which
the non‑competition and non‑solicitation clauses
were to be in effect.
[27] Relativement à la qualification juridique des
clauses en litige, le juge Chamberland conclut que
les obligations créées par ces dernières ont essen­
tiellement été assumées dans le cadre de la con­
vention de vente d’actifs. Les clauses restrictives
ne font pas partie du contrat de travail, puisqu’elles
ont pour objectif de protéger l’investissement
substantiel effectué par l’intimée Guay inc. lors de
l’acquisition des actifs du Groupe Fortier. Le juge
Chamberland précise également que la référence
à la date de cessation d’emploi dans la convention
de vente d’actifs ne sert qu’à établir le début de
la période pendant laquelle les engagements de
non-concurrence et de non-sollicitation seront en
vigueur.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
107
[28] Chamberland J.A. then considered the valid­
ity of clauses 10.1 and 10.2 in light of the rules
applicable to the sale of a business, not the law
applicable to contracts of employment, and
found that both clauses were reasonable and
lawful. Acknowledging that the territory to which
clause 10.1 applied — the province of Quebec
— was very large, he nonetheless found that this
geographic scope was necessary and justified
because of the mobility of the equipment used
in the crane rental industry. As for clause 10.2,
Chamberland J.A. rejected the trial judge’s char­
acterization of it as a “hybrid” clause, and con­
cluded that it must be found to have the scope the
parties intended it to have.
[28] Analysant ensuite la validité des clauses 10.1
et 10.2 au regard des règles applicables en matière de
vente d’entreprise, et non sous l’éclairage du droit
applicable en matière de contrat de travail, le juge
Chamberland conclut qu’elles sont toutes deux rai­
sonnables et légales. Reconnaissant que le territoire
visé par la clause 10.1 — la province de Québec
— est fort vaste, il estime néanmoins qu’une telle
portée est nécessaire et justifiée, en raison de la
mobilité de l’équipement utilisé dans l’industrie
de la location de grues. En ce qui concerne la
clause 10.2, le juge Chamberland rejette le caractère
« mixte » attribué à cette clause par le juge de
première instance et conclut qu’il faut lui accorder
la portée que les parties ont voulu lui donner.
[29] For these reasons, Chamberland J.A. found
that the respondent, Guay inc., had discharged its
burden of proof and established that it was entitled
to require the appellants to comply with the coven­
ants the parties had agreed on in clauses 10.1 and
10.2 for five years after the dismissal of the appel­
lant Payette, that is, until August 3, 2014.
[29] Pour ces raisons, le juge Chamberland est
d’avis que l’intimée Guay inc. a satisfait au fardeau
de preuve qui lui incombait et a établi son droit
d’exiger des appelants le respect des engagements
convenus par les parties aux clauses 10.1 et 10.2,
et ce, pendant une période de cinq ans suivant le
congédiement de l’appelant Payette, soit jusqu’au
3 août 2014.
(2)Dissenting Reasons
(2)Motifs dissidents
[30] Thibault J.A. agreed with the trial judge’s rea­
sons and would have dismissed Guay inc.’s appeal.
In her view, Chamberland J.A. was wrongly fo­
cusing on the [translation] “reason” that had led
the parties to agree on the non‑competition and
non‑solicitation clauses rather than on the reality,
namely that they had entered into a contract of
employment that was separate from and independ­
ent of the circumstances of the sale of assets in
2004. In Thibault J.A.’s view, the trial judge’s ap­
proach [translation] “reflects reality” (para. 118),
as the parties had, in May 2005, entered into a new
contract of employment unrelated to the original
transaction. If the non‑competition and non‑
solicitation clauses were considered to be still in
existence, they therefore had to be interpreted on
the basis of the rules governing labour relations.
As a result, there was no reason to deny the appel­
lant Payette the protection provided for in the Civil
Code of Québec with respect to contracts of em­
ployment, especially since the contract in this case
was accessory and independent.
[30] Souscrivant aux motifs du juge de première
instance, la juge Thibault aurait quant à elle rejeté
le pourvoi de l’intimée Guay inc. À son avis, le juge
Chamberland insiste à tort sur la « raison » ayant
amené les parties à convenir des clauses de nonconcurrence et de non-sollicitation au détriment
de la réalité : ces dernières ont conclu un contrat
de travail distinct et indépendant des circonstances
entourant la vente des actifs en 2004. Selon la juge
Thibault, l’approche du juge de première instance
« colle à la réalité » (par. 118), car il y aurait eu,
en mai 2005, conclusion d’un nouveau contrat
de travail qui n’a aucun lien avec la transaction
originale. Il faut donc interpréter les clauses de nonconcurrence et de non-sollicitation, si on considère
qu’elles existent toujours, sous l’éclairage des
règles qui régissent les relations de travail. En
conséquence, il n’y a aucune raison de priver
l’appelant Payette des protections accordées par
le Code civil du Québec en matière de contrat de
travail, d’autant plus que le contrat en l’espèce est
accessoire et indépendant.
108
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
[31] More importantly, Thibault J.A. added that
the trial judge’s reasons had the advantage of ad­
equately protecting [translation] “all participants
where the sale of the assets of a business involves
an accessory contract of employment” (para. 121):
the purchaser was protected from any competition
for five years after the closing date for the sale of
assets, and the employee was protected from unjust
dismissal by the employer.
[31] Plus important encore, la juge Thibault
ajoute que les motifs du juge de première instance
ont l’avantage de protéger adéquatement « tous les
acteurs impliqués lorsque la vente des actifs d’une
entreprise comporte un contrat de travail acces­
soire » (par. 121) : l’acheteur est protégé de toute
concurrence pendant cinq ans après la date de
clôture de la vente d’actifs, tandis que le salarié
est protégé s’il est congédié injustement par son
employeur.
[32] Finally, Thibault J.A. also stated that, in this
case, the application of art. 2095 C.C.Q. would safe­
guard the public interest, foster free competition and
further the right of employees to earn a living, in
addition to being consistent with the jurisprudence
of the Court of Appeal to the effect that the rules on
restrictive covenants relating to employment apply
where there is a genuine contract of employment.
Furthermore, in her view, the courts have never
ruled out the possibility that restrictive covenants
may be hybrid in nature when [translation] “a
contract for the sale of assets is accompanied by a
contract of employment” (para. 129). Thibault J.A.
concluded that, pursuant to art. 2095 C.C.Q., the
restrictive covenants at issue did not apply, because
the wrongfulness of the dismissal was not in dispute.
[32] Enfin, la juge Thibault ajoute que, en
l’espèce, l’application de l’art. 2095 C.c.Q. préserve
l’intérêt public et favorise la libre concurrence et
le droit des salariés de gagner leur vie, en plus d’être
conforme à la jurisprudence de la Cour d’appel qui
enseigne que ce sont les règles régissant les clauses
restrictives en matière d’emploi qui s’appliquent en
présence d’un véritable contrat de travail. Au surplus,
la jurisprudence n’aurait jamais, selon elle, exclu
la possibilité que des clauses restrictives puissent
avoir un caractère hybride quand « un con­trat de
vente d’actifs se double d’un contrat d’emploi »
(par. 129). La juge Thibault conclut que les clauses
restrictives en cause n’ont pas d’application en
vertu de l’art. 2095 C.c.Q., puisque le caractère
abusif du congédiement n’est pas contesté.
III. Issues
III. Les questions en litige
[33] The appeal to this Court raises two issues:
[33] Le pourvoi devant notre Cour soulève deux
questions :
1. Did the Court of Appeal err in denying the ap­
pellant Payette the protection provided for in
art. 2095 C.C.Q.?
1. La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en privant
l’appelant Payette de la protection conférée par
l’art. 2095 C.c.Q.?
2. In the alternative, did the Court of Appeal err in
finding that the stipulations of non‑competition
and non‑solicitation in clauses 10.1 and 10.2
of the agreement for the sale of assets were
reasonable?
2. Subsidiairement, la Cour d’appel a-t-elle fait
erreur en concluant au caractère raisonnable
des stipulations de non-concurrence et de nonsollicitation figurant aux clauses 10.1 et 10.2 de
la convention de vente d’actifs?
[34] I will consider each of these issues in turn.
[34] J’examinerai ces questions à tour de rôle.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
109
IV. Analysis
IV. Analyse
A. Did the Court of Appeal Err in Denying the
Appellant Payette the Protection Provided for
in Article 2095 C.C.Q.?
A. La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en privant
l’appelant Payette de la protection conférée par
l’art. 2095 C.c.Q.?
(1)Application of the Protection Provided for
in Article 2095 C.C.Q.
(1)L’application de la protection conférée par
l’art. 2095 C.c.Q.
[35] The rules applicable to restrictive covenants
relating to employment differ depending on whether
the covenants are linked to a contract for the sale of
a business or to a contract of employment. This has
long been recognized to be the case: Elsley; Shafron
v. KRG Insurance Brokers (Western) Inc., 2009
SCC 6, [2009] 1 S.C.R. 157; and Doerner v. Bliss &
Laughlin Industries Inc., [1980] 2 S.C.R. 865.
[35] Des règles différentes s’appliquent aux clau­
ses restrictives en matière d’emploi selon qu’elles
se rattachent à un contrat de vente d’entreprise ou
à un contrat de travail. Cette réalité est depuis long­
temps reconnue : Elsley; Shafron c. KRG Insurance
Brokers (Western) Inc., 2009 CSC 6, [2009] 1 R.C.S.
157; et Doerner c. Bliss & Laughlin Industries Inc.,
[1980] 2 R.C.S. 865.
[36] The application of different rules in the con­
text of a contract of employment is a response to the
imbalance of power that generally characterizes the
employer‑employee relationship when an individual
contract of employment is negotiated, and its pur­
pose is to protect the employee.
[36] L’application de règles différentes dans le
contexte d’un contrat de travail tient compte du désé­
quilibre des forces qui marque généralement les
rapports employeur-salarié dans la négociation d’un
contrat de travail individuel et vise à protéger le
salarié.
[37] These rules have no equivalent in the com­
mercial context, since an imbalance of power is not
presumed to exist in a vendor‑purchaser relation­
ship. The inclusion of non‑competition and non‑
solicitation clauses in a contract for the sale of a
business is usually intended to protect the pur­
chaser’s investment. In limiting the vendor’s right to
compete with the purchaser and preventing the
vendor from working for a competitor of the pur­
chaser for a certain time after the transaction, such
clauses enable the purchaser to protect its invest­
ment by building strong ties with its new customers
[translation] “without fearing, for a given period,
competition from the vendor” (C.A. reasons, at
para. 62), which had previously established a rela­
tionship with its customers, suppliers and employees.
[37] Ces règles n’ont pas d’équivalent en matière
commerciale, puisque l’existence d’un déséquilibre
des forces dans le contexte d’une relation vendeuracheteur n’est pas présumée. Les clauses de nonconcurrence et de non-sollicitation incluses dans
un contrat de vente d’entreprise ont habituellement
pour fonction de protéger l’investissement de
l’acheteur. Les clauses qui limitent la possibilité
pour le ven­deur de faire concurrence à l’acheteur de
même que l’inhabilité du premier de travailler pour
un concurrent du second pendant un certain temps
après la transaction permettent à l’acheteur de
pro­téger son investissement en bâtissant des liens
solides avec la nouvelle clientèle « sans craindre,
pendant une période donnée, la concurrence de son
vendeur » (motifs de la Cour d’appel, par. 62), qui
bénéficiait déjà d’un rapport établi avec ses clients,
fournisseurs et employés.
[38] In this Court’s decision in Shafron, my col­
league Rothstein J. referred to what is now a cardinal
rule, that parties negotiating the sale of assets have
greater freedom of contract than parties negotiating
[38] Dans l’arrêt Shafron de notre Cour, mon col­
lègue le juge Rothstein a rappelé la règle, mainte­
nant devenue cardinale, selon laquelle les parties
qui négocient une vente d’actifs jouissent d’une
110
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
a contract of employment. He made the following
comment:
plus grande liberté de contracter que les parties
négociant un contrat de travail. Il a formulé les
observations suivantes :
The absence of payment for goodwill as well as
the generally accepted imbalance in power between
employee and employer justifies more rigorous scrutiny
of restrictive covenants in employment contracts com­
pared to those in contracts for the sale of a business.
[para. 23]
L’absence de paiement pour l’achalandage, ainsi
que l’inégalité de pouvoir généralement reconnue entre
employeur et employé justifie un examen plus minutieux
des clauses restrictives contenues dans les contrats de
travail, par rapport à celles qui figurent dans les contrats
de vente d’une entreprise. [par. 23]
[39] Thus, the common law rules for restrictive
covenants relating to employment do not apply with
the same rigour or intensity where the obligations
are assumed in the context of a commercial con­tract.
This is especially true where the evidence shows
that the parties negotiated on equal terms and were
ad­vised by competent professionals, and that the con­
tract does not create an imbalance between them.
[39] En conséquence, les règles prévues par la
common law à l’égard des clauses restrictives en
matière d’emploi ne s’appliquent pas avec la même
rigueur et la même intensité lorsque les obliga­
tions sont assumées dans le cadre d’un contrat com­
mercial. C’est particulièrement le cas lorsque la
preuve permet de conclure que les parties ont
négocié à armes égales, appuyées par des profes­
sionnels compétents, et que le contrat n’entraîne
pas de déséquilibre entre les parties.
[40] Although Shafron, like Elsley and Doerner,
was decided under the common law, the same prin­
ciples apply in Quebec civil law. To alleviate the
imbalance that often characterizes the employer‑
employee relationship, the Quebec legislature has
enacted rules that apply only to contracts of em­
ployment and are intended to protect employees.
Article 2095 C.C.Q. is one of them:
[40] Bien que l’arrêt Shafron, de même que les
arrêts Elsley et Doerner, aient été rendus dans un
contexte de common law, les mêmes principes
s’appliquent en droit civil québécois. Afin d’atté­
nuer le déséquilibre qui caractérise souvent les
rapports entre employeurs et salariés, le législateur
québécois a édicté des règles applicables unique­
ment aux contrats de travail, afin de protéger les
salariés. L’article 2095 C.c.Q. est l’une de ces règles :
2095. An employer may not avail himself of a stipulation
of non‑competition if he has resiliated the contract
without a serious reason or if he has himself given the
employee such a reason for resiliating the contract.
2095. L’employeur ne peut se prévaloir d’une stipulation
de non-concurrence, s’il a résilié le contrat sans motif
sérieux ou s’il a lui-même donné au salarié un tel motif
de résiliation.
[41] In 1993, before the coming into force of the
new Civil Code of Québec, the Minister of Justice
stated that the purpose of art. 2095 C.C.Q. was to
introduce into Quebec civil law [translation] “a
rule of fairness in the employer‑employee rela­
tionship, restoring a balance between the parties
that is frequently negated or jeopardized by their
respective economic power”: Commentaires du
ministre de la Justice: Le Code civil du Québec —
Un mouvement de société (1993), at p. 1317.
[41] En 1993, avant l’entrée en vigueur du nou­
veau Code civil du Québec, le ministre de la
Justice a déclaré que l’art. 2095 C.c.Q. visait à
introduire en droit civil québécois « une règle
d’équité dans les rapports employeur-salarié, réta­
blissant entre ces parties un équilibre que leur
poids économique respectif nie ou menace fréquem­
ment » : Commentaires du ministre de la Justice : 
Le Code civil du Québec — Un mouvement de
société (1993), p. 1317.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
111
[42] Article 2095 C.C.Q. is applicable to a non‑
competition clause only if the clause is linked to a
contract of employment. This means that, before
enquiring into whether a non‑competition clause
or a non‑solicitation clause is valid, the court must
identify the type of juridical act to which the clause
in question is linked. In the instant case, the Court
of Appeal correctly drew a distinction between the
interpretation of restrictive covenants contained
in a contract for the sale of assets and the interpreta­
tion of such covenants contained in a contract of
employment.
[42] Seule une clause de non-concurrence se
rat­tachant à un contrat de travail entraîne l’appli­
cation de l’art. 2095 C.c.Q. En conséquence,
avant d’analyser la validité d’une clause de nonconcurrence ou encore d’une clause de nonsollicitation, il faut déterminer à quel acte juridique
cette clause se rattache. En l’espèce, la Cour d’appel
a eu raison de distinguer l’interprétation des clauses
restrictives selon qu’elles figurent dans un contrat
de vente d’actifs ou dans un contrat de travail.
[43] On this point, the analytical approaches taken
by Chamberland J.A., writing for the majority of the
Court of Appeal, and Thibault J.A., dissenting, are
poles apart. The first is a contextual approach under
which it is necessary to assess the circumstances in
which the obligations were assumed. Its focus is on
determining what the parties intended while at the
same time considering the wording of the disputed
provision. The second is instead a literal approach
according to which the determination of the parties’
intention and the context in which the obligations
were assumed are of secondary importance. For
the reasons that follow, I am of the opinion that
the analytical approach of Chamberland J.A. must
prevail.
[43] Sur cette question, les processus d’analyse
suivis respectivement par le juge Chamberland
pour la majorité de la Cour d’appel et par la juge
Thibault en dissidence sont aux antipodes. Le pre­
mier retient une approche contextuelle, qui requiert
l’appréciation des circonstances dans lesquelles
les obligations ont été assumées. Il privilégie la
recherche de l’intention des parties tout en s’attar­
dant au libellé du texte en litige. Le second applique
plutôt une approche littérale, qui repousse au
second plan la recherche de l’intention des parties et
le contexte de l’adhésion aux obligations. Pour les
raisons qui suivent, je suis d’avis que le processus
d’analyse adopté par le juge Chamberland doit
prévaloir.
(2)Contract to Which the Non‑competition and
Non‑solicitation Covenants are Linked
(2)Rattachement de l’engagement de nonconcurrence et de non-sollicitation
[44] It is common ground that the agreement for
the sale of assets in this case is a hybrid one. The
agreement gave rise to two separate juridical acts
within a single framework. The first of these acts,
the commercial contract, evidenced the sale of
Groupe Fortier’s assets for $26 million and also
provided for the possibility of forming a contract
of employment between the appellant Payette and
the respondent, Guay inc., which was in fact done.
The question before the Court is whether, given the
existence of these two juridical acts, the restrictive
covenants in clauses 10.1 and 10.2 apply to the con­
tract of employment and the termination thereof, or
only to the agreement for the sale of assets. The Court
of Appeal was divided on this question. According
to the dissenting judge, the clauses at issue had to be
[44] Le caractère hybride de la convention de
vente d’actifs en l’espèce n’est pas remis en ques­
tion. Cette convention a donné lieu à la formation
de deux actes juridiques distincts dans un même
cadre. Le premier acte juridique, à savoir le con­
trat commercial, constatait la vente des actifs du
Groupe Fortier pour la somme de 26 millions de
dollars et prévoyait également la formation poten­
tielle d’un contrat de travail entre l’appelant Payette
et l’intimée Guay inc., contrat de travail qui s’est
matérialisé. La question soulevée devant la Cour
consiste à déterminer, vu l’existence de ces deux
actes juridiques, si les clauses restrictives 10.1 et
10.2 s’appliquent au contrat de travail et à sa ter­
minaison ou seulement à la convention de vente
d’actifs. Cette question a divisé la Cour d’appel.
112
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
interpreted from the perspective of the contract of
employment of May 26, 2005, separately from the
master agreement of October 3, 2004. The majority,
on the other hand, held that these clauses were part
of a series of obligations that were closely related to
the sale of the business, and that their existence and
purpose were therefore relevant only in light of the
parties’ commercial undertakings.
Pour la juge dissidente, les clauses en litige doivent
être interprétées sous l’angle du contrat de travail
du 26 mai 2005, séparément du contrat-cadre du
3 octobre 2004. Pour la majorité, au contraire, ces
clauses font partie d’un ensemble d’obligations
intimement liées à la vente de l’entreprise com­
merciale, si bien que leur existence et leur utilité
n’ont de pertinence qu’à la lumière des engagements
commerciaux des parties.
[45] To determine whether a restrictive covenant
is linked to a contract for the sale of assets or to a
contract of employment, it is, in my view, important
to clearly identify the reason why the covenant
was entered into. The “bargain” negotiated by the
parties must be considered in light of the wording
of the obligations and the circumstances in which
they were agreed upon. The goal of the analysis is to
identify the nature of the principal obligations under
the master agreement and to determine why and for
what purpose the accessory obligations of non‑
competition and non‑solicitation were assumed.
[45] Pour décider si une clause restrictive se rat­
tache à un contrat de vente d’actifs ou à un contrat
de travail, il importe, selon moi, de bien cerner la
raison pour laquelle cette clause a été établie. Il
faut apprécier le « marché » négocié par les parties
en tenant compte du libellé des obligations et des
circonstances dans lesquelles elles ont été con­sen­
ties. L’analyse vise à déterminer la nature des obli­
gations principales du contrat-cadre et pour quelle
raison et dans quel but les obligations acces­soires
de non-concurrence et de non-sollicitation ont été
assumées.
[46] In this case, the evidence shows that the rea­
son why the appellant Payette agreed to the obli­
gations of non‑competition and non‑solicitation
related to the sale of his business to Guay inc.
(contract for the sale of assets), not to his post‑sale
services as a consultant for or employee of Guay inc.
(contract of employment). The obligations of non‑
competition and non‑solicitation cannot be dis­
sociated from the contract for the sale of assets.
This conclusion is supported both by the wording
of the obligations at issue and by the factual context
that explains and justifies the acceptance of such
obligations.
[46] Dans l’affaire qui nous occupe, il ressort de
la preuve que l’appelant Payette a souscrit aux obli­
gations de non-concurrence et de non-sollicitation
en raison de la vente de son entreprise à Guay inc.
(contrat de vente d’actifs), et non en raison de ses
services comme consultant ou salarié auprès de
Guay inc. après la vente (contrat de travail).
Les obligations de non-concurrence et de nonsollicitation ne peuvent être dissociées du contrat
de vente d’actifs. Cette conclusion prend appui sur
le libellé des obligations en cause et sur le contexte
factuel qui explique et justifie l’adhésion à de telles
obligations.
(a)Wording of Article 10 of the Agreement for
the Sale of Assets
a) Le libellé de l’art. 10 de la convention de
vente d’actifs
[47] If the words of the clauses at issue and of the
article in which they appear are read consistently,
it can be seen that the parties considered the
underlying reason for the restrictive covenants to
be the sale of assets. Clause 10.1 begins with the
words [translation] “[i]n consideration of the sale
that is the subject of this offer” (emphasis added).
[47] Une lecture cohérente du libellé des clauses
restrictives en cause et de l’article dans lequel elles
figurent révèle que, pour les parties, la raison d’être
de ces clauses était la vente des actifs. En effet, la
clause 10.1 débute par les mots « [e]n considération
de la vente faisant l’objet de cette offre » (je
sou­ligne). De plus, à la clause 10.4, l’appelant
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
113
As well, in clause 10.4, the appellant Payette
[translation] “acknowledges that the covenants of
non‑competition and non‑solicitation provided for
in this article are reasonable as to their term and to
the persons to whom and the territory to which they
apply, having regard to the consideration provided
for herein”: A.R., vol. X, at p. 148 (emphasis added).
Thus, the actual language of the parties’ agreement
confirms that the existence of the restrictive
covenants is closely related to the conditions for
the sale of the assets, which were negotiated and
accepted by the appellant Payette as a “vendor”, not
as an “employee”. This means that the restrictive
covenants were essentially accepted by Mr. Payette
in consideration of the substantial advantages he
would be deriving from the transaction, not of his
potential status as an employee. All that must be
done is to give the words used by the parties their
ordinary meaning and avoid an overly simplistic
interpretation of the context in which the parties
negotiated these covenants.
Payette « reconnaît que les engagements de nonconcurrence et de non-sollicitation, prévus à cet
article sont raisonnables quant à leur durée et aux
personnes et territoire qu’ils visent, compte tenu de
la contrepartie prévue aux présentes » : d.a., vol. X,
p. 148 (je souligne). En conséquence, le texte
même de la convention des parties confirme que
l’existence des clauses restrictives est intimement
liée aux conditions de la vente des actifs, négociées
et acceptées par l’appelant Payette en tant que
« vendeur » et non en tant que « salarié ». Partant,
les clauses restrictives ont essentiellement été
acceptées par l’appelant Payette en contrepartie
des avantages appréciables qu’il allait retirer
de la transaction et non de son éventuel statut
d’employé. Il s’agit simplement de donner aux
mots employés par les parties leur sens ordinaire
et d’écarter une lecture trop simpliste du contexte
dans lequel les parties ont négocié ces clauses.
[48] In this regard, it will be helpful to return to
one of the reasons the dissenting judge gave in sup­
port of her position. In her view, the application in
this case of the rule provided for in art. 2095 C.C.Q.
would enable all the parties to protect their legit­
imate interests. I respectfully disagree. What is the
point of a non‑competition covenant if it is to
apply only while the debtor of the obligation is em­
ployed by the creditor of the obligation, and why
would such a covenant suddenly become irrel­
evant simply because a contract of employment
is en­tered into later? It is self‑evident that a noncompetition covenant such as this will have its
full effect upon termination of the employment of
the person who gave the covenant. Any other con­
clusion would mean that the effect of a subsequent
contract of employment would be to implicitly and
automatically renounce all earlier covenants re­
garding competition and solicitation. I cannot accept
such a conclusion, especially since the circum­
stances that favoured the obligations of non‑
competition and non‑solicitation in this case were
for all practical purposes the same at the time the
appellant Payette left the company upon being
dismissed.
[48] À cet égard, il convient de revenir sur l’un
des motifs énoncés par la juge dissidente à l’appui
de sa thèse. Elle affirme que l’application de la règle
prévue à l’art. 2095 C.c.Q. à la présente espèce per­
mettrait à toutes les parties de protéger leurs inté­
rêts légitimes. Or, avec respect, j’estime que cette
proposition est erronée. En effet, quelle est l’utilité
d’un engagement de non-concurrence, s’il doit
s’appli­quer seulement durant la période pendant
laquelle le débiteur de l’obligation demeure à
l’emploi du créancier de cette dernière, et pour­quoi
un tel engagement perdrait soudainement toute sa
pertinence du seul fait qu’un contrat de travail serait
intervenu par la suite? Il coule de source qu’un tel
engagement de non-concurrence produira tous ses
effets dès la cessation d’emploi de la personne qui a
pris cet engagement. Conclure autrement signifierait
que l’existence d’un contrat de travail subséquent
serait une renonciation implicite et automatique
à tous les engagements antérieurs en matière de
concurrence et de sollicitation. Je ne peux souscrire
à une telle conclusion d’autant que les circonstances
qui militaient en faveur des obligations de nonconcurrence et de non-sollicitation en l’espèce sont
à toutes fins pratiques les mêmes lorsque l’appelant
Payette quitte l’entreprise après son congédiement.
114
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
(b)Context of the Agreement for the Sale of
Assets
b) Le contexte de la convention de vente d’actifs
[49] In this case, the majority of the Court of
Appeal rightly noted that, in the context of the
October 2004 agreement for the sale of assets, the
purpose of the obligation of non‑competition was
basically to protect the assets acquired by the re­
spondent, Guay inc., in return for the $26 million
it paid to the vendors. The main point of the sale
transaction for the respondent was to acquire the
vendors’ goodwill, skilled employees and custom­
ers. If the respondent had not obtained the protec­
tion in question, the transaction would never have
taken place. There is therefore a direct causal con­
nection between the restrictive covenants and the
sale of the assets.
[49] En l’espèce, la majorité de la Cour d’appel a,
à juste titre, souligné que, dans le contexte de la
convention de vente d’actifs d’octobre 2004, l’obli­
gation de non-concurrence avait essentiellement
pour objet de protéger les actifs acquis par l’intimée
Guay inc. en contrepartie des 26 millions de dollars
versés aux vendeurs. L’intérêt de la transaction
de vente pour l’intimée reposait principalement
sur l’acquisition par celle-ci de l’achalandage, de
la main-d’œuvre qualifiée et de la clientèle des
vendeurs. Si l’intimée n’avait pas obtenu cette
protection, la transaction n’aurait jamais eu lieu.
Il existe donc un lien de causalité direct entre les
clauses restrictives et la vente des actifs.
[50] I conclude that, in addition to the wording
of the clauses at issue and of the article in which
they appear, the circumstances in which they were
negotiated clearly favour an interpretation that gives
effect to the restrictive covenants and is based on
the rules of commercial law rather than on those
applicable to contracts of employment, which in­
clude art. 2095 C.C.Q.
[50] Je conclus que, outre le libellé des clauses en
litige et de l’article dans lequel elles figurent, les
circonstances dans lesquelles ce texte a été négocié
militent clairement en faveur d’une interprétation
efficiente des clauses restrictives, basée sur les
règles du droit commercial et non sur celles appli­
cables aux contrats de travail, notamment l’art. 2095
C.c.Q.
[51] Finally, it is important to note that, as of the
date of his dismissal, the appellant Payette was no
longer working for Guay inc. under the October
2004 agreement. Rather, he was doing so under the
contract of employment of April 29, 2005, which
had been accepted on May 26 of that year. This dis­
tinction is relevant for two reasons. First, the fact
that there was a separate contract governing the
employer‑employee relationship between the two
parties that did not contain restrictive covenants
undermines the argument that the restrictive
coven­ants in the October 2004 agreement are not
enforceable. It also shows that such covenants did
not form an essential aspect of the negotiations
that resulted in the contract of employment. This
corroborates the conclusion that the restrictive
covenants were negotiated essentially in connection
with the sale of Groupe Fortier’s assets and must
therefore be interpreted on the basis of commercial
law.
[51] Finalement, il importe de souligner que, à la
date de son congédiement, l’appelant Payette n’était
plus au service de l’intimée Guay inc. en vertu de
la convention d’octobre 2004, mais bien plutôt en
vertu du contrat de travail du 29 avril 2005, accepté
le 26 mai de la même année. Cette nuance est per­
tinente, et ce, pour deux raisons. D’abord, l’exis­
tence d’un contrat distinct régissant les rapports
employeur-salarié entre les deux parties, mais ne
com­portant pas de clauses restrictives, affaiblit la
prétention selon laquelle les clauses restrictives
figu­rant dans la convention d’octobre 2004 ne
sont pas exécutoires. Elle révèle également que de
telles clauses n’étaient pas un aspect essentiel des
négociations ayant mené au contrat de travail. Ces
éléments factuels viennent corroborer la conclusion
suivant laquelle les clauses restrictives ont été
négociées essentiellement dans le cadre de la vente
des actifs du Groupe Fortier et doivent donc être
interprétées à la lumière du droit commercial.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
115
(c)Reference to Termination of Employment in
Clauses 10.1 and 10.2 of the Agreement for
the Sale of Assets
c) La mention de la cessation d’emploi aux
clauses 10.1 et 10.2 de la convention de
vente d’actifs
[52] In the case at bar, the reference in the re­
strictive covenants to termination of employment
cannot be disregarded. These covenants were to be
in effect for five years after the date of termination
of employment. The appellants argue that, on this
basis alone, art. 2095 C.C.Q. must apply to the non‑
competition covenant. The respondent counters that
the only purpose of the reference to termination
of employment in the restrictive covenants of the
agreement for the sale of assets was to make them
determinable, enforceable and final. This argument
was accepted by Chamberland J.A., who noted that
the relevance of the reference to termination of
employment was limited to determining the start
of the period when the non‑competition and non‑
solicitation covenants were to be in effect. I agree
with this conclusion, which is consistent with the
factual context in which the covenants were nego­
tiated and reflects the coherent and pragmatic ap­
proach that must be taken in reviewing such clauses.
[52] En l’espèce, on ne saurait passer sous silence
la mention de la cessation d’emploi dans les clauses
restrictives, lesquelles devaient être en vigueur
durant les cinq années suivant la date de la fin de
l’emploi. Les appelants plaident que de ce seul fait,
l’engagement de non-concurrence doit être assujetti
à l’art. 2095 C.c.Q. Pour sa part, l’intimée rétorque
que la mention de la fin de l’emploi dans les clauses
restrictives de la convention de vente d’actifs n’avait
comme objectif que de leur conférer un caractère
déterminable, exécutoire et définitif. Cet argument
a été retenu par le juge Chamberland, qui a souligné
que la mention de la cessation d’emploi n’est utile
que pour déterminer le début de la période pendant
laquelle les engagements de non-concurrence et de
non-sollicitation seront en vigueur. Je suis d’accord
avec cette conclusion, qui respecte le contexte
factuel dans lequel ces clauses ont été négociées et
reflète l’approche cohérente et pragmatique qu’il
faut adopter dans l’examen de telles clauses.
[53] In Groupe Québécor Inc. v. Grégoire (1988),
15 Q.A.C. 113, the Quebec Court of Appeal con­
sidered the scope of a non‑competition clause
sim­ilar to the one at issue here. In that case,
Mr. Grégoire, a shareholder in a family business,
had sold his shares to Québécor but had remained
in the purchaser’s employ after the sale. Like
Mr. Payette in the instant case, he had agreed, under
a clause in the contract for the sale of shares, not
to compete with Québécor as long as he remained
[translation] “an employee of QUEBECOR INC.,
or GROUPE QUEBECOR INC. or any of its sub­
sidiaries, and for a period of five (5) years there­
after” (para. 28). Mr. Grégoire argued that the
reference to his status as an employee implied that
his non‑competition covenant applied only while
he was in fact an employee. The Quebec Court of
Appeal held that the restriction was related to
the sale of his shares to Québécor and not to his
post‑sale employment. It stated that the reference
to Mr. Grégoire’s employment [translation] “was
only a guidepost for establishing the period during
which the non‑competition covenant was to remain
in effect” (para. 36).
[53] Dans l’arrêt Groupe Québécor Inc. c.
Grégoire (1988), 15 Q.A.C. 113, la Cour d’appel
du Québec a examiné la portée d’une clause de nonconcurrence similaire à celle qui nous intéresse. Dans
cet arrêt, M. Grégoire, un actionnaire d’une entre­
prise familiale, avait vendu ses actions à Québécor,
tout en demeurant à l’emploi de l’acheteur à la suite
de la vente. Tout comme dans la présente affaire,
il s’était engagé, au moyen d’une clause du contrat
de vente d’actions, à ne pas faire concurrence à
Québécor tant qu’il demeurait « employé de QUE­
BE­COR INC., ou de GROUPE QUEBECOR INC.
ou l’une de ses filiales et pendant une période de cinq
(5) ans par la suite » (par. 28). M. Grégoire avan­çait
que cette mention du statut d’employé impliquait
que son engagement de non-concurrence y était
limité. La Cour d’appel du Québec a jugé que la res­
triction était liée à la vente de ses actions à Québécor
et non pas à son emploi après la vente. Elle a précisé
que la référence à l’emploi de M. Grégoire « n’est
qu’une balise pour la détermination de la période
pen­dant laquelle l’engagement de non-concurrence
restera en vigueur » (par. 36).
116
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
[54] Shortly after this, the Court of Appeal added:
[54] Un peu plus loin la Cour d’appel a ajouté :
[translation] What the purchaser wanted was to
ensure that members of the Grégoire family would not be
able to take advantage of their special relationship with
L’ECLAIREUR to subsequently become its competitors.
Ce que l’acheteur voulait, c’est que les membres de
la famille Grégoire ne puissent profiter de la relation
privilégiée qu’ils avaient eue avec L’ECLAIREUR pour
en devenir par la suite des compétiteurs.
. . .
.
.
.
In any event, I am of the opinion that the record
contains no evidence to suggest that the non‑competition
covenant might have been motivated by anything other
than the sale of the business.
Quoiqu’il en soit, je suis d’avis que le dossier ne con­
tient aucun élément de preuve pouvant laisser croire que
l’engagement de non-concurrence ait pu être motivé par
autre chose que la vente de l’entreprise.
I have considered whether the restrictive covenant
might have been hybrid in origin. No support for this can
be found in the evidence.
Je me suis demandé si la clause restrictive pouvait
être d’origine hybride. Cette hypothèse ne trouve aucun
fondement dans la preuve.
. . .
.
.
.
His employment therefore had nothing to do with his
non‑competition covenant.
Son emploi n’a donc rien à voir à son engagement de
non-concurrence.
If the trial judge had engaged in an exhaustive an­
alysis of the evidence in order to determine what the non‑
competition covenant was associated with, he could not,
in my view, have reached any conclusion other than the
one he reached taking a shortcut. The facts support his
conclusion. [paras. 39-50]
Si le premier juge s’était employé à faire une analyse
exhaustive de la preuve pour rechercher l’affinité de
l’engagement de non-concurrence, il n’aurait pu à mon
sens arriver à d’autre conclusion que celle à laquelle il
est arrivé en prenant un raccourci. Les faits justifient sa
conclusion. [par. 39-50]
[55] Like the Quebec Court of Appeal in Grégoire,
this Court found in Doerner that a reference in a
restrictive covenant to termination of employment
did not change the essence of the covenant, namely
that of an obligation accepted in connection with
the sale of assets and not with a contract of employ­
ment. Such a reference does not have the effect of
associating the obligation imposed in a restrictive
covenant with another type of contract.
[55] Tout comme la Cour d’appel du Québec
dans Grégoire, notre Cour a elle aussi conclu, dans
l’affaire Doerner, que la mention de la cessation
d’emploi dans une clause restrictive ne modifiait
pas pour autant le caractère essentiel de la clause,
c’est-à-dire une obligation acceptée dans le cadre
de la vente d’actifs et non d’un contrat de travail.
Une telle mention n’a pas pour effet d’associer
l’obligation imposée par une clause restrictive à un
autre type de contrat.
[56] The restrictive covenants in the case at bar
relate to an agreement for the sale of assets. The or­
dinary meaning of the words used and the circum­
stances of the agreement support the argument that
the covenants were made in relation to the sale of the
assets. As a result, the scope of the clauses must be
interpreted on the basis of the rules of commercial
law, and the protection provided for in art. 2095
C.C.Q. therefore does not apply to the restrictive
covenants of the October 2004 agreement.
[56] En l’espèce, les clauses restrictives sont liées
à une convention de vente d’actifs. Le sens ordinaire
des mots employés ainsi que les circonstances
entourant la convention appuient la prétention
selon laquelle ces clauses ont été établies en raison
de la vente des actifs. En conséquence, la portée
de ces clauses doit être interprétée en vertu des
règles propres au droit commercial et la protection
conférée par l’art. 2095 C.c.Q. ne s’applique donc
pas aux clauses restrictives contenues dans la
convention d’octobre 2004.
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
117
B. Did the Court of Appeal Err in Finding That
the Stipulations of Non‑competition and
Non‑solicitation in Clauses 10.1 and 10.2
of the Agreement for the Sale of Assets Were
Reasonable?
B. La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en con­
cluant au caractère raisonnable des stipula­
tions de non-concurrence et de non-sollicitation
figurant aux clauses 10.1 et 10.2 de la con­
vention de vente d’actifs?
[57] With respect, I am of the opinion that the
Superior Court erred in law in relying on the rules
applicable to contracts of employment when en­
quiring into whether the two restrictive covenants at
issue were reasonable. Article 2089 C.C.Q., which
imposes stricter rules and reverses the employee’s
burden of proving that a restrictive covenant in a
contract of employment is unreasonable, does not
apply in this case. The burden of proof was there­
fore on the vendor, the appellant Payette, to prove
that the covenants were in fact unreasonable on the
basis of the criteria applicable in commercial law.
He failed to discharge that burden.
[57] Avec égards, j’estime que la Cour supérieure
a commis une erreur de droit en s’appuyant sur les
règles applicables aux contrats de travail dans l’exa­
men du caractère raisonnable des deux clauses
restrictives en litige. L’article 2089 C.c.Q., qui
impose des règles plus strictes et inverse, au profit
du salarié, le fardeau de prouver le caractère dérai­
sonnable d’une clause restrictive figurant dans un
contrat de travail, ne trouve aucune application en
l’espèce. En conséquence, le fardeau de la preuve
incombait au vendeur, en l’occurrence l’appe­lant
Payette, qui devait établir ce caractère déraison­
nable, le cas échéant, à la lumière des critères pro­
pres au droit commercial. Il ne s’est pas acquitté de
ce fardeau.
(1)Reasonableness of Stipulations of Non‑
competition and Non‑solicitation in a
Contract for the Sale of Assets
(1)Le caractère raisonnable de stipulations
de non-concurrence et de non-sollicitation
dans un contrat de vente d’actifs
[58] Whether non‑competition and non‑
solicitation clauses in a contract for the sale of
assets are reasonable must be determined on the
basis of the rules that govern freedom of trade so
as to favour the application of such restrictive coven­
ants: Burnac Corp. v. Les Entreprises Ludco Ltée,
[1991] R.D.I. 304 (Que. C.A.). This means that
the criteria for analyzing restrictive covenants in a
contract for the sale of assets will be less de­manding
and that the basis for finding such covenants to be
reasonable will be much broader in the commercial
context than in the context of a contract of em­
ployment. I am therefore of the opinion that, in
the commercial context, a restrictive covenant is
lawful unless it can be established on a balance of
probabilities that its scope is unreasonable.
[58] L’analyse du caractère raisonnable de clau­
ses de non-concurrence et de non-sollicitation dans
le cadre d’un contrat de vente d’actifs doit être
fon­dée sur les règles qui régissent la liberté de
commerce afin de favoriser l’application de telles
clauses restrictives : Burnac Corp. c. Les Entre­
prises Ludco Ltée, [1991] R.D.I. 304 (C.A. Qué.).
En conséquence, les critères d’analyse des clau­
ses restrictives contenues dans un contrat de vente
d’actifs seront moins exigeants et le caractère rai­
sonnable de telles clauses sera apprécié de manière
beaucoup plus large en matière commerciale qu’en
matière de contrat de travail. Ainsi, je suis d’avis
que, dans un contexte commercial, une clause res­
trictive est légale à moins que l’on puisse établir, par
une preuve prépondérante, qu’elle est déraisonnable
quant à sa portée.
[59] The appellants argue that clauses 10.1 and
10.2 of the agreement for the sale of assets are
unlawful because they are overly broad as to their
term and to the territory to which they apply. In my
opinion, the appellants are wrong. Let me explain.
[59] Les appelants avancent que les clauses 10.1
et 10.2 de la convention de vente d’actifs sont illé­
gales en raison de leur portée excessive quant à la
période et au territoire visés. J’estime qu’ils ont tort
et voici pourquoi.
118
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
[60] It is important to note at the outset that the
appellant Payette acknowledged that his coven­
ants were reasonable in clause 10.4 of the agree­
ment at issue. This Court is not bound by his
acknowledgment, however, since it has to deter­
mine whether the covenants in question are valid.
The acknowledgment is nevertheless an additional
factor, and an indicator that is both relevant to and
useful for the assessment of whether the covenants
are reasonable, and hence valid. What, then, are the
reasonable limits of the covenants in issue?
[60] D’entrée de jeu, il importe de souligner que,
à la clause 10.4 de la convention en cause, l’appelant
Payette reconnaît le caractère raisonnable de ses
engagements. Même si notre Cour n’est pas liée par
cette reconnaissance, puisqu’elle doit décider de
la validité des clauses en question, il s’agit néan­
moins d’un facteur additionnel et d’un indice à la
fois pertinent et utile pour apprécier le caractère
raisonnable et, partant, la validité de ces clauses.
Quelles sont donc les limites raisonnables desdites
clauses en litige?
(2)Non‑competition Covenant (Clause 10.1)
(2)L’engagement de non-concurrence (la
clause 10.1)
[61] In a commercial context, a non‑competition
covenant will be found to be reasonable and lawful
provided that it is limited, as to its term and to the
territory and activities to which it applies, to what­
ever is necessary for the protection of the legit­
imate interests of the party in whose favour it was
granted: Copiscope Inc. v. TRM Copy Centers
(Canada) Ltd., 1998 CanLII 12603 (Que. C.A.).
Whether a non‑competition clause is valid in such
a context depends on the circumstances in which
the contract containing it was entered into. The
factors that can be taken into consideration include
the sale price, the nature of the business’s activities,
the parties’ experience and expertise and the fact
that the parties had access to the services of legal
counsel and other professionals. Each case must be
considered in light of its specific circumstances.
[61] En matière commerciale, un engagement de
non-concurrence sera jugé raisonnable et légal à
la condition d’être limité, quant à sa durée, à son
territoire et aux activités qu’il vise, à ce qui est
nécessaire pour protéger les intérêts légitimes de la
partie en faveur de laquelle il a été pris : Copiscope
Inc. c. TRM Copy Centers (Canada) Ltd., 1998
CanLII 12603 (C.A. Qué.). La validité d’une clause
de non-concurrence en semblable matière dépend
du contexte de la conclusion du contrat dans lequel
figure la clause en question. Peuvent être pris en
considération, le prix de vente, la nature des acti­
vités de l’entreprise, l’expérience et l’expertise des
parties ainsi que le fait que celles-ci ont eu accès
aux services de conseillers juridiques et autres pro­
fessionnels. Chaque cas doit être examiné en fonc­
tion des circonstances qui lui sont propres.
[62] To properly assess the scope of the obliga­tion
of non‑competition (and that of non-solicitation),
it is also necessary to consider the circumstances
of the parties’ negotiations, including their level of
expertise and experience and the extent of the re­
sources to which they had access at that time. Here,
the evidence showed that the October 2004 agree­
ment, which had a substantial value of $26 million,
was entered into following lengthy negotiations
between well‑informed businesspeople who were
on equal terms and were being advised by legal and
accounting professionals. Even Thibault J.A., in
her dissenting reasons, acknowledged that all those
involved were experienced businesspeople and that
the negotiations had been conducted on an equal
[62] Pour bien évaluer la portée des obligations de
non-concurrence (et de non-sollicitation), il est
également nécessaire de tenir compte des circons­
tances des négociations entre les parties, notamment
le degré d’expertise et d’expérience de ces dernières,
ainsi que l’ampleur des ressources auxquelles elles
ont eu accès à cette occasion. En l’espèce, la preuve
a démontré que la convention d’octobre 2004,
d’une valeur substantielle de 26 millions de dollars,
a été conclue après de longues négociations entre
des gens d’affaires avertis, agissant à armes égales
et conseillés par des professionnels du droit et de
la comptabilité. Même la juge Thibault dans ses
motifs de dissidence reconnaît que tous les acteurs
étaient des personnes rompues aux affaires ayant
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
119
footing. There was therefore no imbalance of power
between the appellant Payette and the respondent,
Guay inc., and Mr. Payette was capable of fully
appreciating the extent of the obligations by which
he agreed to be bound.
négocié sur un pied d’égalité. Le rapport de forces
entre l’appelant Payette et l’intimée Guay inc. ne
souffrait donc pas de déséquilibre et l’appelant
Payette était en mesure d’apprécier pleinement
l’étendue des obligations auxquelles il a accepté de
s’astreindre.
(a)Term
a) Durée
[63] A non‑competition clause in a commercial
contract must of course be limited as to time, or
it will be found to be contrary to public order and
a court will refuse to give effect to it. See, for ex­
ample, Yvon Beaulieu Well Drilling Ltée v. Marcel
Beaulieu Puits Artésiens Ltée, [1992] R.J.Q. 2608
(Sup. Ct.); see also Allard v. Cloutier (1919), 29
B.R. 565, at p. 567. Whether the term of a clause
is reasonable must be assessed on the basis of the
specific circumstances of the case before the court,
including the nature of the activities to which the
clause applies. For example, in the case of a sale
of assets between well‑informed persons who are
represented by competent counsel, it is likely,
although there may be exceptions, that the clause so
negotiated is reasonable. In assessing these factors,
the Quebec courts have found non‑competition
clauses in commercial contracts that applied for
as long as 10 years to be valid: Trans‑Canada
Thermographing (Ontario) Ltd. v. Trans‑Canada
Thermographing Ltd., SOQUIJ AZ‑92021644
(Sup. Ct.); Papeterie L’Écriteau inc. v. Barbier,
[1998] J.Q. no 5090 (QL) (Sup. Ct.).
[63] Une clause de non-concurrence insérée à un
contrat commercial doit bien sûr être limitée quant
au temps, à défaut de quoi elle sera jugée contraire
à l’ordre public et les tribunaux refuseront de lui
donner effet. À titre d’exemples, voir Yvon Beaulieu
Well Drilling Ltée c. Marcel Beaulieu Puits Artésiens
Ltée, [1992] R.J.Q. 2608 (C.S.); voir aussi Allard c.
Cloutier (1919), 29 B.R. 565, p. 567. Le caractère
raisonnable de la durée d’une clause doit être éva­
lué en fonction des circonstances particulières de
chaque espèce et, notamment, de la nature des acti­
vités v­ isées. Par exemple, en cas de vente d’actifs
entre personnes averties et représentées par des
avocats compétents, il est loisible de conclure, sauf
exception, au caractère raisonnable de la clause
ainsi négociée. L’évaluation de ces facteurs a
amené les tribunaux au Québec à reconnaître la
validité de clauses de non-concurrence figurant
dans des contrats commerciaux et dont la période
d’appli­
cation allait dans certains cas jusqu’à
10 ans : Trans-Canada Thermographing (Ontario)
Ltd. c. Trans-Canada Thermographing Ltd.,
SOQUIJ AZ-92021644 (C.S.); Papeterie L’Écriteau
inc. c. Barbier, [1998] J.Q. no 5090 (QL) (C.S.).
[64] In the instant case, there is no evidence that
the stipulated period of five years from the date on
which the appellant Payette ceased to be employed
by the respondent, Guay inc., is unreasonable. The
courts regularly find clauses with similar terms
valid. Everything depends on the nature of the busi­
ness, and each case must be assessed in light of its
own circumstances. Here, the highly specialized
nature of the business’s activities weighs in favour
of finding a longer period of up to five years to be
valid. Indeed, this was not in issue at trial, as the
parties recognized the specialized nature of the
business’s activities.
[64] En l’espèce, il n’existe aucun élément de
preuve indiquant que la période de cinq ans prévue
à compter de la date à laquelle l’appelant Payette a
cessé d’être à l’emploi de l’intimée Guay inc. est
déraisonnable. Les tribunaux reconnaissent régu­
lièrement la validité de clauses d’une telle durée.
Tout est fonction de la nature de l’entreprise, et
chaque cas doit être évalué selon les circonstances
qui lui sont propres. Ici, la nature très spécialisée
des activités de l’entreprise milite en faveur de la
reconnaissance de la validité d’un délai plus étendu
jusqu’à cinq ans. D’ailleurs, cette question n’était
pas controversée en première instance, puisque les
parties ont admis le caractère spécialisé des activités
de l’entreprise.
120
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
(b)Territorial Scope
b) Portée territoriale
[65] The covenant’s territorial scope requires a
more thorough analysis. In principle, the territory
to which a non‑competition covenant applies is
[translation] “limited to that in which the business
being sold carries on its trade or activities . . . as
of the date of the transaction”: N.-A. Béliveau
and S. LeBel, “Les clauses de non‑concurrence en
matière d’emploi et en matière de vente d’entre­
prise: du pareil au même?”, in Service de la for­
mation continue du Barreau du Québec, vol. 338,
Développements récents en droit de la non‑
concurrence (2011), 113, at p. 182. A non‑
competition clause that applies outside the
territory in which the business operates is con­trary
to public order. In this case, the trial judge found
that the territorial scope of the non‑competition
clause was overly broad, because the clause applied
to the entire province of Quebec even though the
territory served by Groupe Fortier was limited to
the Montréal area.
[65] L’examen de la portée territoriale de la clause
commande une analyse plus approfondie. En
prin­cipe, le territoire visé par un engagement de
non-concurrence est « limité à celui dans lequel
s’exercent le commerce ou les activités de l’entre­
prise vendue [. . .] à la date de la transaction » : N.-A.
Béliveau et S. LeBel, « Les clauses de nonconcurrence en matière d’emploi et en matière de
vente d’entreprise : du pareil au même? », dans
Service de la formation continue du Barreau du
Québec, vol. 338, Développements récents en droit
de la non-concurrence (2011), 113, p. 182. Une
clause de non-concurrence qui excède le territoire
des activités de l’entreprise est contraire à l’ordre
public. En l’espèce, le juge de première instance
a conclu que la portée territoriale de la clause de
non-concurrence était trop large, parce que celle-ci
visait l’ensemble de la province de Québec, alors
que le territoire exploité par le Groupe Fortier se
limitait à la région de Montréal.
[66] With respect, the trial judge made a clear and
determinative error in his assessment of the facts
in defining the territory served by Groupe Fortier.
This error was not limited to his interpretation of
the facts or his assessment of the credibility of
witnesses. Rather, it relates to a sensitive matter at
the very heart of the point of law at issue. In his
affidavit of May 5, 2010, the appellant Payette
stated that the business carried on [translation]
“the vast majority” — not “all” — of its activities
in the Montréal area: A.R., vol. I, at p. 120. In light
of this more precise description of the territory in
which the business being sold carried on its trade,
the territorial scope of the non‑competition clause
is not excessive.
[66] Avec égards, le premier juge a commis une
erreur manifeste et déterminante dans l’évaluation
des faits lorsqu’il s’est prononcé sur le territoire
exploité par le Groupe Fortier. Il ne s’agit pas
d’une simple erreur d’interprétation des faits ou
d’appréciation de la crédibilité de témoignages. Il
s’agit d’une erreur relative à un élément névralgique
au cœur même du moyen de droit invoqué. Dans
son affidavit du 5 mai 2010, l’appelant Payette a
précisé que « la très grande majorité » — et non
pas la « totalité » — des activités de l’entreprise
s’exerçait dans la grande région de Montréal : d.a.,
vol. I, p. 120. Compte tenu de cette description plus
précise du territoire où l’entreprise vendue exerçait
son commerce, la portée territoriale de la clause de
non-concurrence n’est pas excessive.
[67] As the majority of the Court of Appeal
em­phasized, the crane rental market is unique:
[ translation] “Cranes are mobile. They go
where the construction sites are. The activities of
this type of company therefore depend more on
how construction sites are dispersed than on the
company’s places of business” (para. 84). In light
of the unique nature of the crane rental industry,
[67] Comme l’a souligné la majorité de la Cour
d’appel, le marché de la location de grues est par­
ticulier : « Les grues sont mobiles, elles se déplacent
au gré des chantiers de construction. Les activités de
ce type d’entreprise sont donc plus fonction du dis­
persement des chantiers que des places d’affaires
de l’entreprise » (par. 84). Vu la nature particulière
de l’industrie de la location de grues, le territoire
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
121
the territory to which the non‑competition covenant
applies is not broader than is necessary to protect
the legitimate interests of the respondent, Guay inc.
visé par l’engagement de non-concurrence n’excède
pas les limites nécessaires pour protéger les intérêts
légitimes de l’intimée Guay inc.
(3)Non‑solicitation Covenant (Clause 10.2)
(3)L’engagement de non-sollicitation (la
clause 10.2)
[68] The appellants argue that the covenant set
out in clause 10.2 is unreasonable because of its
term and of the absence of a territorial limitation.
They rely on the analysis of the trial judge, who
found that the words [translation] “do business
or attempt to do business” in clause 10.2 created a
hybrid non‑competition covenant and prohibition
against soliciting the purchaser’s employees and
customers. The appellants submit that clause 10.2,
like clause 10.1, therefore had to contain a geo­
graphic limitation. In my opinion, they are wrong.
[68] Les appelants soutiennent que l’engagement
prévu à la clause 10.2 est déraisonnable en raison
de sa durée et de l’absence d’une limitation ter­
ritoriale. Ils s’appuient sur l’analyse du juge de
première instance, qui a vu dans les mots « faire
affaires ou tenter de faire affaires » de la clause 10.2
un engagement hybride de non-concurrence ainsi
qu’une interdiction de sollicitation des employés et
des clients de l’acheteur. En conséquence, les appel­
ants soutiennent que, tout comme c’est le cas pour
la clause 10.1, une limitation géographique doit
accompagner la clause 10.2. J’estime qu’ils ont tort.
[69] It is in my view perfectly legitimate and rea­
sonable to state that the words “do business” can
in theory refer to the act of competing. However, a
thorough review of the circumstances in which the
October 2004 agreement was negotiated does not
support such an interpretation in this case, as the
restrictive covenants at issue can be distinguished
from one another as regards both their purposes and
their objectives. While it is true that in the case of
a non‑competition clause, the territory to which the
clause applies must be identified, a determination
that a non‑solicitation clause is reasonable and law­
ful does not generally require a territorial limitation.
[69] Je suis d’avis qu’il est tout à fait légitime et
raisonnable de conclure que les mots « faire affai­
res » peuvent théoriquement viser l’acte de faire
con­currence. Cependant, un examen sérieux des
circonstances entourant la négociation de la con­
vention d’octobre 2004 ne permet pas en l’espèce
de retenir une telle interprétation car les clauses
restrictives en cause se distinguent l’une de l’autre,
tant de par leurs finalités que leurs objectifs. Or, s’il
est vrai qu’une clause de non-concurrence exige
la détermination du territoire visé, une telle limite
n’est pas généralement essentielle au caractère
raisonnable et à la légalité d’une clause de nonsollicitation.
[70] At the hearing, the appellants referred in
support of their argument to a proposition enun­
ciated by Marie‑France Bich, now a judge of the
Quebec Court of Appeal, that a non‑solicitation
clause must be interpreted using the same factors as
for a non‑competition clause, and must therefore be
limited not only as to time but also as to territory:
“La viduité post‑emploi: loyauté, discrétion et
clauses restrictives”, in Service de la formation
per­
manente du Barreau du Québec, vol. 197,
Développements récents en droit de la propriété
intellectuelle (2003), 243. The Court of Appeal
applied this proposition of Bich J.A. in Robitaille v.
[70] À l’audience, les appelants ont appuyé leur
prétention en évoquant une proposition formulée par
Marie-France Bich, maintenant à la Cour d’appel
du Québec, suivant laquelle une clause de nonsollicitation est assujettie aux mêmes paramètres
d’interprétation qu’une clause de non-concurrence
et doit donc être limitée non seulement quant au
temps, mais également quant au territoire : « La
viduité post-emploi : loyauté, discrétion et clauses
restrictives », dans Service de la formation perma­
nente du Barreau du Québec, vol. 197, Déve­lop­
pements récents en droit de la propriété intel­lectuelle
(2003), 243. Cette proposition de la juge Bich
122
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
Gestion L. Jalbert inc., 2007 QCCA 1052 (CanLII).
With respect, a distinction must be drawn between
a non‑solicitation clause and a non‑competition
clause. Let me explain.
a été reprise par la Cour d’appel dans l’arrêt
Robitaille c. Gestion L. Jalbert inc., 2007 QCCA
1052 (CanLII). Avec égards pour l’opinion con­
traire, une distinction s’impose entre une clause de
non-sollicitation, d’une part, et une clause de nonconcurrence, d’autre part. Je m’explique.
[71] In the case at bar, there are valid reasons
for rejecting an approach according to which the
validity of a non‑solicitation clause is conditional
on a territorial limitation. First, it must be borne in
mind that Bich J.A.’s analysis and the Court of
Appeal’s examination of the issue in Robitaille were
conducted in the context of legislative provisions
designed to protect employees from unreasonable
non‑competition clauses, and the question was
whether the provisions in question also applied to
non‑solicitation clauses. In other words, the an­
alysis concerned a legislative scheme that applied
exclusively to contracts of employment or service.
There is no such legislative scheme applicable to
non‑competition clauses in contracts for the sale
of assets. Where contracts for the sale of assets are
concerned, the courts will be more deferential as
regards the balance usually sought by the parties
to such a contract between the protection of the
employer’s legitimate interests and the principle of
free competition. The rules applicable to restrictive
covenants are much less stringent in this context.
[71] Dans le cadre du pourvoi devant notre Cour,
des raisons valables justifient le rejet d’une appro­
che qui subordonne la validité d’une clause de
non-sollicitation à une limitation territoriale. Tout
d’abord, il faut rappeler que l’analyse faite par la
juge Bich ainsi que la question considérée par la
Cour d’appel dans l’arrêt Robitaille s’inscrivent
dans le contexte de dispositions législatives visant
à protéger les salariés contre des clauses de nonconcurrence déraisonnables, la question étant de
savoir si elles s’appliquent également aux clauses de
non-sollicitation. En d’autres termes, cette analyse
cible le contexte du régime législatif qui s’adresse
exclusivement aux contrats de travail ou de louage
de services. Il n’existe pas de tel régime législatif
applicable aux clauses de non-concurrence figurant
dans les contrats de vente d’actifs. Dans le cas d’un
contrat de vente d’actifs, les tribunaux auront plus
de déférence quant à l’équilibre, que souhaitent
habituellement les parties à un tel contrat, entre
la protection des intérêts légitimes de l’employeur
et le principe de la libre concurrence. Les règles
régissant les clauses restrictives dans ce contexte
sont beaucoup moins exigeantes.
[72] In addition, the nature of a non‑solicitation
clause agreed to in the context of specialized com­
mercial activities leads to the conclusion that the
validity of such a covenant does not depend on the
existence of a territorial limitation. Generally
speaking, the object of a non‑solicitation clause is
narrower than that of a non‑competition clause, and
the obligations assumed under a non‑solicitation
clause are less strict than those assumed under a
non‑competition clause. As Patrick L. Benaroche
notes, [translation] “the courts assess the reason­
ableness of non‑solicitation clauses in broader
terms, because the intended protection is narrower
in scope than under a true non‑competition clause”,
and they have, even in the context of a contract of
[72] De plus, la nature d’une clause de nonsollicitation établie dans le cadre d’activités com­
merciales spécialisées incite à conclure que la
validité d’un tel engagement n’est pas tributaire
de l’existence d’une limitation territoriale. Habi­
tuellement, l’objet de clauses de non-sollicitation
est plus étroit que celui des clauses de nonconcurrence et crée des obligations moins strictes
que ces dernières. Comme le souligne l’auteur
Patrick L. Benaroche, « les tribunaux apprécient
le caractère raisonnable des clauses de nonsollicitation plus largement, car la protection
visée a une portée plus restreinte qu’une véritable
clause de non-concurrence », et la jurisprudence,
même dans le contexte d’un contrat de travail, « se
[2013] 3 R.C.S.
PAYETTE
c.
GUAY INC.
Le juge Wagner
123
employment, “proven to be more liberal with re­
spect to the former than to the latter”: “La non‑­
sollicitation: paramètres juridiques applicables en
matière d’emploi”, in Service de la formation con­
tinue du Barreau du Québec, vol. 289, Développe­
ments récents sur la non‑concurrence (2008), 183,
at pp. 193 and 200.
montre plus libérale à l’égard de la première que
de la seconde » : « La non-sollicitation : paramètres
juridiques applicables en matière d’emploi », dans
Service de la formation continue du Barreau du
Québec, vol. 289, Développements récents sur la
non-concurrence (2008), 183, p. 193 et 200.
[73] Moreover, I am of the opinion that a terri­
torial limitation is not absolutely necessary for a
non‑solicitation clause applying to all or some of
the vendor’s customers to be valid, since such a
limitation can easily be identified by analyzing
the target customers. In World Wide Chemicals
Inc. v. Bolduc, 1991 CarswellQue 1157, L.E.L.
Marketing Ltée v. Otis, [1989] Q.J. No. 1229 (QL),
and Moore Corp. v. Charette (1987), 19 C.C.E.L.
277, for example, the Superior Court noted that a
non‑solicitation clause does not re­quire a geo­
graphic limitation. Finally, in the con­text of the
modern economy, and in particular of new tech­
nologies, customers are no longer limited geo­
graphically, which means that territorial lim­itations
in non‑solicitation clauses have generally become
obsolete.
[73] Au surplus, je suis d’avis qu’une clause de
non-sollicitation visant la totalité ou une partie de
la clientèle ainsi protégée ne doit pas nécessaire­
ment comporter une limitation territoriale pour
être valide, car celle-ci peut être aisément cir­
conscrite par l’analyse de la clientèle ciblée. À
titre d’exemples, dans les décisions World Wide
Chemicals Inc. c. Bolduc, 1991 CarswellQue 1157,
L.E.L. Marketing Ltée c. Otis, [1989] Q.J. No. 1229
(QL), et Moore Corp. c. Charette (1987), 19 C.C.E.L.
277, la Cour supérieure a rappelé qu’une restriction
géographique est superflue dans la cadre d’une
clause de non-sollicitation. Finalement, l’éco­nomie
moderne, et notamment les nouvelles technologies,
ne limitent plus la clientèle d’un point de vue géo­
graphique, ce qui témoigne généralement du carac­
tère obsolète d’une limitation territoriale dans une
clause de non-sollicitation.
[74] In the instant case, the trial judge’s inter­
pretation of clause 10.2 strays from the actual in­
tention of the parties, who negotiated and agreed to
the inclusion of two separate clauses, one dealing
with competition and the other dealing specifically
with solicitation. If a pragmatic, rational and
coherent approach is taken, the two clauses must
be interpreted separately on the basis of their ob­
jectives. Moreover, the common meaning of the
words normally used in such a context must not be
disregarded. The fact that a non‑competition com­
ponent was added to the concept of solicitation
even though clause 10.2 specifically precluded
solicitation of the business’s customers and em­
ployees can lead to only one logical and coherent
conclusion if the wording of that clause is assessed
as a whole: the parties did in fact agree on separate
obligations in clause 10.1 and clause 10.2. In my
opinion, therefore, the failure to include a territorial
limitation in the non‑solicitation clause does not
[74] En l’espèce, l’interprétation de la clause 10.2
qu’a donnée le juge de première instance s’éloigne
de l’intention réelle des parties, qui ont négocié
et accepté l’inclusion de deux clauses distinctes,
l’une portant sur la concurrence et l’autre visant spé­­
cifiquement la sollicitation. Une approche prag­
matique, rationnelle et cohérente demande que les
deux clauses soient interprétées de façon distincte,
selon les objectifs recherchés. De plus, on ne saurait
faire abstraction du sens commun des mots uti­
lisés habituellement en semblable matière. Le fait
d’ajouter à la notion de sollicitation un volet de nonconcurrence, alors que la clause 10.2 porte spéci­
fiquement sur la non-sollicitation de clients de
l’entreprise ou de ses employés, ne peut mener qu’à
une seule conclusion logique et cohérente lorsque
le libellé de cette clause est apprécié dans son
ensemble : les parties ont bel et bien convenu d’obli­
gations distinctes à la clause 10.1 et à la clause 10.2.
Partant, l’omission d’inclure une limite territoriale à
124
PAYETTE
v.
GUAY INC.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
support a finding that the clause is unreasonable,
which means that it is lawful.
la clause de non-sollicitation ne permet pas, à mon
sens, de conclure au caractère déraisonnable de cette
dernière, laquelle est donc légale.
V. Disposition
V. Dispositif
[75] For these reasons, I would dismiss the appeal
and affirm the decision of the Quebec Court of
Appeal, with costs.
[75] Pour ces motifs, je rejetterais l’appel et je con­
firmerais la décision de la Cour d’appel du Québec,
le tout avec dépens.
Appeal dismissed with costs.
Pourvoi rejeté avec dépens.
Solicitors for the appellants: Norton Rose
Fulbright Canada, Québec.
Procureurs des appelants : Norton Rose
Fulbright Canada, Québec.
Solicitors for the respondent: Heenan Blaikie
Aubut, Québec.
Procureurs de l’intimée : Heenan Blaikie Aubut,
Québec.
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
125
Régie des rentes du Québec Appellant
Régie des rentes du Québec Appelante
v.
c.
Canada Bread Company Ltd., Sean Kelly,
in his capacity as trustee of the Bakery and
Confectionery Union and Industry Canadian
Pension Fund, Multi‑Marques Inc.,
Multi‑Marques Distribution Inc. and
Bakery, Confectionery, Tobacco Workers and
Grain Millers International Union,
Local 468 Respondents
Canada Bread Company Ltd., Sean Kelly,
en sa qualité de fiduciaire du Bakery and
Confectionery Union and Industry Canadian
Pension Fund, Multi‑Marques Inc.,
Multi‑Marques Distribution Inc. et
Bakery, Confectionery, Tobacco Workers and
Grain Millers International Union,
Local 468 Intimés
and
et
Attorney General of Quebec,
Robert Thauvette and Administrative Tribunal
of Québec Interveners
Procureur général du Québec,
Robert Thauvette et Tribunal administratif
du Québec Intervenants
Indexed as: Régie des rentes du Québec v.
Canada Bread Company Ltd.
Répertorié : Régie des rentes du Québec c.
Canada Bread Company Ltd.
2013 SCC 46
2013 CSC 46
File No.: 34505.
No du greffe : 34505.
2013: April 17; 2013: September 13.
2013 : 17 avril; 2013 : 13 septembre.
Present: McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein,
Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Fish,
Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the court of appeal for
quebec
en appel de la cour d’appel du québec
Legislation — Retroactivity — Declaratory provisions
— Régie des rentes du Québec effecting partial
termination of pension plan — Legislation amending
Supplemental Pension Plans Act coming into force after
Court of Appeal set aside Régie’s decision and remitted
case to Régie for redetermination — New declaratory
provisions applying to pending cases — Whether dispute
between parties was pending when provisions came into
force — Whether Court of Appeal’s judgment fully and
definitively adjudicated rights and obligations of parties
that resulted from partial termination of pension plan —
Whether Régie was entitled to give effect to declaratory
provisions in resolving dispute between parties — An Act
to amend the Supplemental Pension Plans Act, the Act
respecting the Québec Pension Plan and other legislative
Législation — Rétroactivité — Dispositions
déclaratoires — Régie des rentes du Québec procédant
à la terminaison partielle d’un régime de retraite —
Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires
de retraite entrée en vigueur après l’annulation de la
décision de la Régie par la Cour d’appel et son renvoi
devant la Régie pour que cette dernière statue à nouveau
sur l’affaire — Nouvelles dispositions déclaratoires
applicables aux causes pendantes — Le litige entre
les parties était‑il pendant à l’entrée en vigueur des
dispositions? — L’arrêt de la Cour d’appel a‑t‑il statué
entièrement et définitivement sur les droits et obligations
des parties découlant des terminaisons partielles du
régime de retraite? — La Régie pouvait‑elle donner effet
aux dispositions déclaratoires pour trancher le litige
126
régie des rentes
v.
canada bread co.
[2013] 3 S.C.R.
provisions, S.Q. 2008, c. 21 — Supplemental Pension
Plans Act, R.S.Q., c. R‑15.1, ss. 14.1, 228.1, 319.1.
qui opposait les parties? — Loi modifiant la Loi sur les
régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime
de rentes du Québec et d’autres dispositions législatives,
L.Q. 2008, ch. 21 — Loi sur les régimes complémentaires
de retraite, L.R.Q., ch. R‑15.1, art. 14.1, 228.1, 319.1.
Administrative law — Boards and tribunals —
Jurisdiction — Régie des rentes du Québec effecting
partial termination of pension plan — Legislation
amending Supplemental Pension Plans Act coming into
force after Court of Appeal set aside Régie’s decision and
remitted case to Régie for redetermination — Whether it
was open to Régie to take new statutory provisions into
consideration in determining outcome of case — An Act
to amend the Supplemental Pension Plans Act, the Act
respecting the Québec Pension Plan and other legislative
provisions, S.Q. 2008, c. 21 — Supplemental Pension
Plans Act, R.S.Q., c. R‑15.1, ss. 14.1, 228.1, 319.1.
Droit administratif — Organismes et tribunaux
administratifs — Compétence — Régie des rentes du
Québec procédant à la terminaison partielle d’un
régime de retraite — Loi modifiant la Loi sur les régimes
complémentaires de retraite entrée en vigueur après
l’annulation de la décision de la Régie par la Cour
d’appel et son renvoi devant la Régie pour que cette
dernière statue à nouveau sur l’affaire — La Régie
pouvait‑elle tenir compte des nouvelles dispositions
déclaratoires pour statuer sur l’affaire? — Loi modifiant
la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la
Loi sur le régime de rentes du Québec et d’autres dis­
positions législatives, L.Q. 2008, ch. 21 — Loi sur les
régimes complémentaires de retraite, L.R.Q., ch. R‑15.1,
art. 14.1, 228.1, 319.1.
As a result of the closure of two divisions of the em­
ployer, Multi‑Marques, the Régie des rentes du Québec
issued two decisions under Quebec’s Supplemental
Pension Plans Act (“SPPA”) to effect the partial ter­
mination of the pension plan of the divisions’ employees.
Multi‑Marques challenged the manner in which the
termination was carried out, arguing that under ss. 9.12
and 9.13 of the plan’s rules, employee benefits should
be reduced if employer contributions were insufficient
to pay the pension fund’s shortfall. A review committee
convened by the Régie decided that ss. 9.12 and 9.13
were incompatible with the SPPA, which provides that
where the assets of a pension plan are insufficient to
satisfy the rights of the plan’s members and beneficiaries,
the amount of the deficiency constitutes a debt of the
employer. This decision was subsequently affirmed by
the Administrative Tribunal of Québec (“ATQ”) and by
the Superior Court, but the Court of Appeal found that
ss. 9.12 and 9.13 were not incompatible with the SPPA
and accordingly remitted the matter to the Régie, ordering
the latter to review its initial decisions in conformity with
the Court of Appeal’s judgment.
Par suite de la fermeture de deux divisions de
l’employeur, Multi‑Marques, la Régie des rentes du
Québec a rendu, en application de la Loi sur les régimes
complémentaires de retraite du Québec (« LRCR »), deux
décisions qui terminaient partiellement le régime de
retraite des employés de ces divisions. Multi‑Marques a
contesté la façon dont la terminaison avait été exécutée,
faisant valoir que, selon les art. 9.12 et 9.13 des règles du
régime, les droits des employés devaient être réduits si
les cotisations de l’employeur étaient insuffisantes pour
éponger le déficit du régime. Un comité de révision à qui
la Régie a soumis la question a conclu que les art. 9.12
et 9.13 étaient incompatibles avec la LRCR, aux termes
de laquelle le manque d’actifs d’un régime de pension
nécessaires à l’acquittement des droits des participants
et des bénéficiaires constitue une dette de l’employeur.
Cette décision a été confirmée par le Tribunal administra­
tif du Québec (« TAQ ») et par la Cour supérieure. La
Cour d’appel a toutefois conclu que les art. 9.12 et 9.13
n’étaient pas incompatibles avec la LRCR et a donc ren­
voyé l’affaire à la Régie en lui enjoignant de réviser ses
déci­sions initiales en tenant compte des principes se
dégageant de son jugement.
While an application for leave to appeal from the
Court of Appeal’s decision was pending in this Court,
the SPPA was amended by adding ss. 14.1 and 228.1.
In these provisions, the legislature essentially adopted
the Régie’s approach to the application of ss. 9.12 and
9.13 of the plan’s rules and rejected the approach taken
by the Court of Appeal. After the application for leave
to appeal had been dismissed, the Régie undertook to
Pendant qu’une demande d’autorisation d’appel de
la décision de la Cour d’appel était pendante devant
notre Cour, la LRCR a été modifiée par l’adjonction des
art. 14.1 et 228.1. En adoptant ces dispositions, le légis­
lateur consacrait essentiellement le point de vue de la
Régie relativement à l’application des art. 9.12 et 9.13
des règles du régime et rejetait l’interprétation de la Cour
d’appel. Après le rejet de la demande d’autorisation
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
127
complete the partial termination of the pension plan.
Instead of following the Court of Appeal’s directions, the
Régie’s review committee applied the new provisions of
the SPPA, and accordingly refused to apply ss. 9.12 and
9.13 and confirmed its initial decisions. The ATQ upheld
the Régie’s decision. On judicial review, the Superior
Court set aside the ATQ’s decision. The Court of Appeal
dismissed the Régie’s appeal on the ground that, once
the application for leave to appeal had been dismissed,
the Court of Appeal’s initial judgment had acquired the
authority of a final judgment and should have been fol­
lowed by the Régie.
d’appel, la Régie a entrepris de mener à terme la termi­
naison partielle du régime de retraite. Au lieu de suivre
les directives de la Cour d’appel, le comité de révision
de la Régie a appliqué les nouvelles dispositions de la
LRCR. Elle a donc refusé de donner effet aux art. 9.12 et
9.13 et elle a confirmé ses décisions initiales. Le TAQ a
confirmé la décision de la Régie. À l’issue d’une révision
judiciaire, la Cour supérieure a annulé la décision du
TAQ. La Cour d’appel a rejeté le pourvoi de la Régie au
motif que, une fois la demande d’autorisation rejetée,
l’arrêt initial de la Cour d’appel est passé en force de
chose jugée et la Régie aurait dû s’y conformer.
Held (McLachlin C.J. and Fish J. dissenting): The
appeal should be allowed.
Arrêt (la juge en chef McLachlin et le juge Fish sont
dissidents) : Le pourvoi est accueilli.
Per Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and
Wagner JJ.: The principle of res judicata, which pre­
cludes parties from relitigating an issue in respect of
which a final determination has been made as between
them, does not preclude the legislature from negating
the effects of such a determination. It is within the pre­
rogative of the legislature to enter the domain of the
courts and offer a binding interpretation of its own law
by enacting declaratory legislation. Such legislation has
an immediate effect on pending cases, and is therefore
an exception to the general rule that legislation is pro­
spective. Section 319.1 of the SPPA, which was enacted
at the same time as ss. 14.1 and 228.1, expressly provides
that these provisions are declaratory. In addition to
this unambiguous language, the circumstances of their
enactment show that the legislature intended them to be
declaratory. It can be seen from the debate that led up
to their enactment that the legislature’s objective was
to overrule the Court of Appeal’s decision in order to
pro­tect the plan’s members and beneficiaries and to
ensure that the decision in question would not become a
precedent that would be binding on the courts in pending
and future cases.
Les juges Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis
et Wagner : Le principe de la chose jugée, qui empêche
les parties de soumettre à nouveau aux tribunaux une
question qui a fait l’objet d’un jugement définitif à leur
égard, n’empêche pas pour autant le législateur d’inter­
venir pour annuler les effets d’un tel jugement. Il entre
dans la prérogative du législateur de jouer un rôle judi­
ciaire et de déterminer par des lois déclaratoires l’inter­
pré­tation que doivent recevoir ses lois. De telles lois
ont un effet immédiat sur les affaires pendantes et elles
font donc exception à la règle générale du caractère
prospectif de la loi. L’article 319.1 de la LRCR, qui a été
adopté en même temps que les art. 14.1 et 228.1, énonce
expressément que ces dispositions sont déclaratoires.
Au libellé sans équivoque de cette disposition s’ajoutent
les circonstances de leur adoption, qui témoignent de
l’intention du législateur qu’elles soient déclaratoires.
Il ressort des délibérations ayant mené à leur adoption
que le législateur voulait infirmer l’arrêt de la Cour
d’appel afin de protéger les participants et bénéficiaires du
régime et d’empêcher que la décision n’acquière valeur
de précédent et ne lie les tribunaux dans les affaires
pendantes ou futures.
The concept of the final judgment that does not ul­
timately determine the rights and obligations of the par­
ties is the basis for distinguishing pending cases from
those that are not pending. Here, when the declaratory
provisions came into force, the case between the parties
was still pending. The Court of Appeal’s decision re­
sulted in a final determination only on the question of
law relating to the interpretation of certain provisions
of the pension plan’s rules and their compatibility with
the SPPA. The court remitted the question of the par­
ties’ substantive rights in light of this interpretation to
the Régie for determination. The terms of the partial
termination of the fund had yet to be determined. Because
the Court of Appeal had remitted the matter to it, the
Régie was a competent authority properly charged with
Le concept de jugement définitif qui ne statue pas
ultimement sur les droits et obligations des parties est
celui qui permet de distinguer les affaires pendantes des
affaires non pendantes. En l’espèce, à l’entrée en vigueur
des dispositions déclaratoires, le litige entre les parties
était encore pendant. L’arrêt de la Cour d’appel n’a sta­
tué définitivement que sur une question de droit rela­tive
à l’interprétation de certaines dispositions des règles
du régime de retraite et à leur compatibilité avec la
LRCR. La cour a renvoyé à la Régie la question des
droits substantiels des parties pour qu’elle en décide en
tenant compte de cette interprétation. Les modalités des
terminaisons partielles du régime n’avaient pas encore
été établies. La Cour d’appel lui ayant renvoyé la cause,
la Régie était une autorité compétente à qui il appartenait
128
régie des rentes
v.
canada bread co.
[2013] 3 S.C.R.
resolving a pending case when the declaratory provisions
came into force. It was therefore open to the Régie to
take them into consideration in determining the outcome
of that case. Where an administrative decision‑maker has
a duty to follow the directions of a reviewing court, it is
on the basis of stare decisis. It is therefore obligated to
follow such directions, but only insofar as they remain
good law. In the instant case, the declaratory legislation
is not ambiguous, and the National Assembly decided
unanimously to counter the effect of the Court of
Appeal’s decision by enabling the Régie to interpret the
SPPA in a manner consistent with what the legislature
considered to be the Act’s true objectives. As a result
of the legislature’s intervention, the Court of Appeal’s
directions became bad law. Accordingly, the Régie was
not only entitled to interpret the SPPA in light of the
declaratory provisions, it was obligated to do so.
de trancher une affaire qui était pendante à l’entrée en
vigueur des dispositions déclaratoires. Elle pouvait donc
tenir compte de ces dispositions pour statuer sur l’affaire.
Lorsqu’il revient à un décideur administratif de suivre les
directives d’une cour de révision, c’est en application du
principe du stare decisis. Le décideur est donc tenu de
suivre ces directives, mais dans la seule mesure où elles
demeurent juridiquement valables. En l’espèce, la loi
déclaratoire n’est pas ambiguë et l’Assemblée nationale
a décidé unanimement de contrer l’effet de la décision
de la Cour d’appel en permettant à la Régie d’interpréter
la LRCR conformément à ce que le législateur considé­
rait être les véritables objectifs de cette Loi. L’interven­
tion du législateur a donc privé les directives de la Cour
d’appel de leur validité juridique. En conséquence, la
Régie n’était pas seulement habilitée à interpréter la
LRCR en fonction des dispositions déclaratoires, elle en
avait l’obligation.
Per McLachlin C.J. and Fish J. (dissenting): When a
retroactive law comes into force while a case is being
appealed, it falls to be applied by whatever level of ap­
pellate court is seized of the matter at that time. In the
present case, only the Supreme Court of Canada, before
which an application for leave to appeal was pending
at the time of the coming into force of the retroactive
provisions, had the jurisdiction to apply the provisions
to resolve the dispute between Multi‑Marques and the
pension beneficiaries. Once it denied leave to appeal,
all avenues of appeal were exhausted. Consequently, the
Quebec Court of Appeal’s judgment acquired the au­
thority of res judicata between the parties with respect to
the issue of whether the employer’s funding obligations
could be limited by clauses 9.12 and 9.13 of the pension
plan’s rules.
La juge en chef McLachlin et le juge Fish (dissi­
dents) : Lorsqu’une loi rétroactive entre en vigueur pen­­
dant qu’une cause est portée en appel, il appartient à
la juridiction d’appel alors saisie de l’appliquer. En
l’espèce, seule la Cour suprême du Canada, qui était
saisie d’une demande d’autorisation d’appel à la date
où les dispositions rétroactives sont entrées en vigueur,
avait compétence pour appliquer les dispositions en
vue de trancher le différend opposant Multi‑Marques
aux bénéficiaires du régime de retraite. Le rejet de cette
demande a épuisé toutes les voies d’appel. Le jugement
de la Cour d’appel du Québec a donc acquis l’autorité
de la chose jugée entre les parties concernant la question
de savoir si les art. 9.12 et 9.13 des règles du régime
pouvaient restreindre les obligations de l’employeur en
matière de financement.
The precise monetary liability of the employer was not
determined by the Court of Appeal’s disposition, and the
matter was remitted back to the Régie for a computation
of that liability. However, the fact that this remained in
issue does not make the declaratory provisions applicable
to this dispute. There is no principled basis on which
to conclude that declaratory laws apply to judicial de­
terminations for which all avenues of appeal have been
exhausted, but which fall short of determining every
issue in dispute. This runs counter to the principle that
declaratory provisions must be interpreted and applied
restrictively, and to the correlative principle that clear
statutory language is required to extinguish the effects of
a judgment as between the parties. The declaratory law in
this case does not contain such language. It follows that
the Court of Appeal’s judgment was final and binding.
La décision de la Cour d’appel n’a pas établi à com­
bien se chiffre précisément l’obligation pécuniaire de
l’employeur, et la cour a renvoyé l’affaire à la Régie pour
qu’elle le fasse. Le fait que cette question n’était pas
résolue ne rend toutefois pas les dispositions déclaratoires
applicables au présent litige. Aucun principe de droit ne
permet de conclure que les lois déclaratoires s’appliquent
aux décisions judiciaires pour lesquelles toutes les voies
d’appel ont été épuisées, mais qui ne statuent pas sur
toutes les questions en litige. Une telle conclusion irait
à l’encontre du principe voulant que les dispositions
déclaratoires doivent recevoir une interprétation et une
application restrictives, et à l’encontre du principe cor­
rélatif suivant lequel un texte législatif clair est néces­
saire pour annuler les effets d’un jugement à l’égard des
parties. En l’espèce, la loi déclaratoire n’a pas la clarté
voulue. Il s’ensuit que le jugement de la Cour d’appel
était définitif et exécutoire.
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
129
There was no authority for the Régie’s purported
jurisdiction to determine afresh whether Multi‑Marques’
funding obligations were limited by clauses 9.12 and
9.13 of the pension plan’s rules. The Court of Appeal’s
directions did not instruct the Régie to determine the
matter afresh. Nor does the Régie’s enabling statute con­
tain any provisions that allow it to review a matter on
which a higher court has passed judgment. The Régie had
to fulfill the task for which the case had been remitted to
it, i.e. compute the precise monetary liability that resulted
from the substantive rights and obligations determined
by the Court of Appeal. By failing to do so, the Régie
effectively circumvented the process of judicial review
and reinstated its original decision without having the
jurisdiction to do so.
Rien ne fondait la compétence dont se réclamait la
Régie pour examiner à nouveau si les art. 9.12 et 9.13
des règles du régime de retraite limitaient les obligations
de Multi‑Marques en matière de financement. Les direc­
tives de la Cour d’appel n’obligeaient pas la Régie à
reprendre l’examen du début. Et aucune disposition de
la loi créant la Régie ne lui permet d’examiner une ques­
tion sur laquelle une cour de juridiction supérieure s’est
prononcée. La Régie devait accomplir la tâche pour
laquelle l’affaire lui avait été renvoyée, soit calculer à
com­bien se chiffrait l’obligation monétaire précise résul­
tant des droits et obligations substantiels tels qu’ils
avaient été circonscrits par la Cour d’appel. En se déro­
bant à cette tâche, la Régie a effectivement contourné le
processus de contrôle judiciaire et elle a rétabli sa déci­
sion initiale alors qu’elle n’avait pas compétence pour ce
faire.
Cases Cited
Jurisprudence
By Wagner J.
Citée par le juge Wagner
Considered: Western Minerals Ltd. v. Gaumont,
[1953] 1 S.C.R. 345; referred to: Danyluk v. Ainsworth
Technologies Inc., 2001 SCC 44, [2001] 2 S.C.R. 460;
Zadvorny v. Saskatchewan Government Insurance
(1985), 38 Sask. R. 59; Canada (Commissioner of
Competition) v. Superior Propane Inc., 2003 FCA 53,
[2003] 3 F.C. 529.
Arrêt examiné : Western Minerals Ltd. c. Gaumont,
[1953] 1 R.C.S. 345; arrêts mentionnés : Danyluk c.
Ainsworth Technologies Inc., 2001 CSC 44, [2001] 2
R.C.S. 460; Zadvorny c. Saskatchewan Government
Insurance (1985), 38 Sask. R. 59; Canada (Commissaire
de la concurrence) c. Supérieur Propane Inc., 2003 CAF
53, [2003] 3 C.F. 529.
By McLachlin C.J. (dissenting)
Citée par la juge en chef McLachlin (dissidente)
Dunsmuir v. New Brunswick, 2008 SCC 9, [2008] 1
S.C.R. 190; Barbour v. University of British Columbia,
2010 BCCA 63, 282 B.C.A.C. 270, leave to appeal
refused, [2010] 1 S.C.R. vi; British Columbia v. Imperial
Tobacco Canada Ltd., 2005 SCC 49, [2005] 2 S.C.R.
473; Société canadienne de métaux Reynolds ltée v.
Québec (Sous‑ministre du Revenu), [2004] R.D.F.Q. 45;
Western Minerals Ltd. v. Gaumont, [1953] 1 S.C.R. 345;
CNG Producing Co. v. Alberta (Provincial Treasurer),
2002 ABCA 207, 317 A.R. 171; Roberge v. Bolduc,
[1991] 1 S.C.R. 374; Woods Manufacturing Co. v. The
King, [1951] S.C.R. 504; Zadvorny v. Saskatchewan
Government Insurance (1985), 38 Sask. R. 59; Hornby
Island Trust Ctee. v. Stormwell (1988), 30 B.C.L.R.
(2d) 383; Shuchuk v. Workers’ Compensation Board
Appeals Commission (Alta.), 2012 ABCA 50, 522 A.R.
336; Canada (Commissioner of Competition) v. Superior
Propane Inc., 2003 FCA 53, [2003] 3 F.C. 529.
Dunsmuir c. Nouveau‑Brunswick, 2008 CSC 9, [2008]
1 R.C.S. 190; Barbour c. University of British Columbia,
2010 BCCA 63, 282 B.C.A.C. 270, autorisation d’appel
refusée, [2010] 1 R.C.S. vi; Colombie‑Britannique c.
Imperial Tobacco Canada Ltée, 2005 CSC 49, [2005]
2 R.C.S. 473; Société canadienne de métaux Reynolds
ltée c. Québec (Sous‑ministre du Revenu), [2004]
R.D.F.Q. 45; Western Minerals Ltd. c. Gaumont, [1953]
1 R.C.S. 345; CNG Producing Co. c. Alberta (Provincial
Treasurer), 2002 ABCA 207, 317 A.R. 171; Roberge
c. Bolduc, [1991] 1 R.C.S. 374; Woods Manufacturing
Co. c. The King, [1951] R.C.S. 504; Zadvorny c.
Saskatchewan Government Insurance (1985), 38 Sask.
R. 59; Hornby Island Trust Ctee. c. Stormwell (1988), 30
B.C.L.R. (2d) 383; Shuchuk c. Workers’ Compensation
Board Appeals Commission (Alta.), 2012 ABCA 50, 522
A.R. 336; Canada (Commissaire de la concurrence) c.
Supérieur Propane Inc., 2003 CAF 53, [2003] 3 C.F. 529.
130
régie des rentes
v.
canada bread co.
[2013] 3 S.C.R.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Act respecting the Québec Pension Plan, R.S.Q., c. R‑9,
s. 26.
Act to amend the Supplemental Pension Plans Act, the
Act respecting the Québec Pension Plan and other
legislative provisions, S.Q. 2008, c. 21 (Bill 68).
Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, art. 2848.
Supplemental Pension Plans Act, R.S.Q., c. R‑15.1, ss. 5,
14.1, 202, 203, 211, 228, 228.1, 319.1.
Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 2848.
Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de
retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et
d’autres dispositions législatives, L.Q. 2008, ch. 21
(projet de loi no 68).
Loi sur le régime de rentes du Québec, L.R.Q., ch. R‑9,
art. 26.
Loi sur les régimes complémentaires de retraite, L.R.Q.,
ch. R‑15.1, art. 5, 14.1, 202, 203, 211, 228, 228.1,
319.1.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Black’s Law Dictionary, 9th ed. St. Paul, Minn.: West,
2009, “stare decisis”.
Brown, Donald J. M., and John M. Evans, with the
assistance of Christine E. Deacon. Judicial Review
of Administrative Action in Canada. Toronto: 
Canvasback, 1998 (loose‑leaf updated August 2012).
Côté, Pierre‑André, in collaboration with Stéphane
Beaulac and Mathieu Devinat. The Interpretation of
Legislation in Canada, 4th ed. Toronto: Carswell,
2011.
Craies, William Feilden. A Treatise on Statute Law,
4th ed. by Walter S. Scott. London: Sweet & Maxwell,
1936.
Pigeon, Louis‑Philippe. Drafting and Interpreting
Legislation, trans. by R. Clive Meredith. Toronto: 
Carswell, 1988.
Quebec. Assemblée nationale. Journal des débats,
vol. 40, no 65, 1re sess., 38e lég., 2 avril 2008.
Quebec. Assemblée nationale. Journal des débats de
la Commission des affaires sociales, vol. 40, no 52,
1re sess., 38e lég., 3 juin 2008, Étude détaillée du projet
de loi no 68 — Loi modifiant la Loi sur les régimes
complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de
rentes du Québec et d’autres dispositions législatives.
Roubier, Paul. Le droit transitoire: conflits des lois dans
le temps, 2e éd. Cowansville, Qué.: Yvon Blais, 1993.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont.: LexisNexis, 2008.
Black’s Law Dictionary, 9th ed. St. Paul, Minn. : West,
2009, « stare decisis ».
Brown, Donald J. M., and John M. Evans, with the
assistance of Christine E. Deacon. Judicial Review
of Administrative Action in Canada. Toronto : 
Canvasback, 1998 (loose‑leaf updated August 2012).
Côté, Pierre‑André, avec la collaboration de Stéphane
Beaulac et Mathieu Devinat. Interprétation des lois,
4e éd. Montréal : Thémis, 2009.
Craies, William Feilden. A Treatise on Statute Law, 4th ed.
by Walter S. Scott. London : Sweet & Maxwell, 1936.
Pigeon, Louis‑Philippe. Rédaction et interprétation des
lois, 3e éd. Québec : Publications du Québec, 1986.
Québec. Assemblée nationale. Journal des débats,
vol. 40, no 65, 1re sess., 38e lég., 2 avril 2008.
Québec. Assemblée nationale. Journal des débats de
la Commission des affaires sociales, vol. 40, no 52,
1re sess., 38e lég., 3 juin 2008, Étude détaillée du projet
de loi no 68 — Loi modifiant la Loi sur les régimes
complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de
rentes du Québec et d’autres dispositions législatives.
Roubier, Paul. Le droit transitoire : conflits des lois dans
le temps, 2e éd. Cowansville, Qué. : Yvon Blais, 1993.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham, Ont. : LexisNexis, 2008.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court
of Appeal (Thibault, Rochette and Kasirer JJ.A.),
2011 QCCA 1518, [2011] R.J.Q. 1540, [2011]
R.J.D.T. 747, 93 C.C.P.B. 1, 29 Admin. L.R. (5th)
291, [2011] J.Q. no 10713 (QL), 2011 CarswellQue
8758, SOQUIJ AZ‑50781009, affirming a decision
of Grenier J., 2010 QCCS 6104, [2011] R.J.Q. 122,
[2011] R.J.D.T. 35, 87 C.C.P.B. 23, 17 Admin.
L.R. (5th) 264, [2010] J.Q. no 13476 (QL), 2010
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du
Québec (les juges Thibault, Rochette et Kasirer),
2011 QCCA 1518, [2011] R.J.Q. 1540, [2011]
R.J.D.T. 747, 93 C.C.P.B. 1, 29 Admin. L.R. (5th)
291, [2011] J.Q. no 10713 (QL), 2011 CarswellQue
8758, SOQUIJ AZ‑50781009, qui a confirmé une
décision de la juge Grenier, 2010 QCCS 6104,
[2011] R.J.Q. 122, [2011] R.J.D.T. 35, 87 C.C.P.B.
23, 17 Admin. L.R. (5th) 264, [2010] J.Q. no 13476
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
131
CarswellQue 13421, SOQUIJ AZ‑50699375, setting
aside a decision of the Administrative Tribunal of
Québec, 2010 QCTAQ 04423, [2010] R.J.D.T. 796,
83 C.C.P.B. 111, 2010 LNQCTAQ 5 (QL), 2010
CarswellQue 3608, SOQUIJ AZ‑50632060. Appeal
allowed, McLachlin C.J. and Fish J. dissenting.
(QL), 2010 CarswellQue 13421, SOQUIJ AZ‑
50699375, qui a annulé une décision du Tribunal
administratif du Québec, 2010 QCTAQ 04423,
[2010] R.J.D.T. 796, 83 C.C.P.B. 111, 2010
LNQCTAQ 5 (QL), 2010 CarswellQue 3608,
SOQUIJ AZ‑50632060. Pourvoi accueilli, la juge
en chef McLachlin et le juge Fish sont dissidents.
Sheila York and Carole Arav, for the appellant.
Sheila York et Carole Arav, pour l’appelante.
Éric Mongeau, Patrick Girard and Michel
Legendre, for the respondents the Canada Bread
Company Ltd., Multi‑Marques Inc. and Multi‑
Marques Distribution Inc.
Éric Mongeau, Patrick Girard et Michel
Legendre, pour les intimées Canada Bread Com­
pany Ltd., Multi‑Marques Inc. et Multi‑Marques
Distribution Inc.
Natalie Bussière and Sophie Tremblay, for the
respondent Sean Kelly, in his capacity as trustee of
the Bakery and Confectionery Union and Industry
Canadian Pension Fund.
Natalie Bussière et Sophie Tremblay, pour
l’intimé Sean Kelly, en sa qualité de fiduciaire du
Bakery and Confectionery Union and Industry
Canadian Pension Fund.
No one appeared for the respondent the Bakery,
Confectionery, Tobacco Workers and Grain Millers
International Union, Local 468.
Personne n’a comparu pour l’intimée Bakery,
Confectionery, Tobacco Workers and Grain Millers
International Union, Local 468.
Stéphane Rochette and Jean‑Yves Bernard, for
the intervener the Attorney General of Quebec.
Stéphane Rochette et Jean‑Yves Bernard, pour
l’intervenant le procureur général du Québec.
No one appeared for the interveners Robert
Thauvette and the Administrative Tribunal of
Québec.
Personne n’a comparu pour les intervenants
Robert Thauvette et le Tribunal administratif du
Québec.
The judgment of Abella, Rothstein, Cromwell,
Karakatsanis and Wagner JJ. was delivered by
Version française du jugement des juges Abella,
Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner rendu
par
Wagner J. —
Le juge Wagner —
I. Overview
I. Aperçu
[1] A criticism often levelled against retroactive
legislation is that it thwarts settled expectations.
This case concerns expectations relating to the
interpretation of certain provisions of Quebec’s
Supplemental Pension Plans Act, R.S.Q., c. R-15.1
(“SPPA”). It confirms that the legislature may
disrupt these expectations by enacting declaratory
provisions, and that such provisions apply to any
ongoing dispute in which a final judgment on the
merits has not yet been handed down.
[1] Les lois rétroactives attirent souvent la cri­
tique selon laquelle elles frustrent des attentes légi­
times. Le présent dossier traite des attentes liées à
l’interprétation de certaines dispositions de la Loi
sur les régimes complémentaires de retraite du
Québec, L.R.Q., ch. R‑15.1 (« LRCR »). Il confirme
que le législateur peut contrecarrer ces attentes
en adoptant des dispositions déclaratoires, et que
ces dispositions s’appliquent à toute instance non
encore tranchée au fond par un jugement définitif.
132
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
[2] When a legislature enacts a declaratory pro­
vision that has retrospective effect, it is presumed
to have weighed the need for the interpretive clarity
the provision would bring against the disruption
and unfairness that might result from its retroactive
nature. The courts therefore owe deference to a de­
cision by the legislature to enact such legislation.
[2] Lorsque le législateur adopte une disposition
déclaratoire à effet rétroactif, il est présumé avoir
mesuré la nécessité de clarifier ainsi l’interprétation
par rapport au bouleversement et à l’iniquité pou­vant
résulter de sa rétroactivité. Les tribunaux doivent
donc faire preuve de déférence à l’endroit de cette
décision du législateur.
[3] In the case at bar, a final judicial determina­
tion of the rights and obligations of the parties had
not yet been made. As a result, the declaratory pro­
visions passed by the Quebec legislature to aid in
the interpretation of the SPPA were applicable.
[3] En l’espèce, aucun jugement n’avait encore
établi définitivement l’étendue des droits et obli­
gations des parties. En conséquence, les dispositions
déclaratoires adoptées par la législature du Québec
pour faciliter l’interprétation de la LRCR étaient
applicables.
II. Facts
II. Faits
[4] The dispute between the parties to this appeal
has passed before decision-makers and judges at
various levels not once, but twice.
[4] Le litige entre les parties au présent pourvoi a
franchi les différents niveaux de juridiction non pas
une, mais deux fois.
[5] The appellant, the Régie des rentes du Québec
(“Régie”), is a government agency that is respon­
sible for the application of the SPPA. The re­spon­
dents Multi-Marques Inc. and Multi-Marques
Distribution Inc. (referred to collectively as « MultiMarques »), and Canada Bread Company Ltd.
are contributing employers of the Bakery and
Confectionery Union and Industry Canadian
Pension Fund (“Fund”). Sean Kelly represents the
trustees of the Fund.
[5] L’appelante, la Régie des rentes du Québec
(« Régie »), est l’organisme gouvernemental chargé
de l’application de la LRCR. Les intimées, MultiMarques Inc. et Multi-Marques Distribution Inc.
(collectivement « Multi-Marques ») et Canada Bread
Company Ltd., sont des employeurs participants de
la Bakery and Confectionery Union and Industry
Canadian Pension Fund (« Régime »). Sean Kelly
représente les fiduciaires du Régime.
[6] In 1992 and 1994, the employees of the
Gailuron and Durivage divisions of Multi-Marques
joined the Fund. The trustees granted pension credits
to the employees of the two divisions to reflect the
years of service they had accumulated before MultiMarques joined the Fund. The granting of these
credits created a deficit, which Multi-Marques was
to remedy by making payments to the Fund over a
15-year period. Before that period expired, MultiMarques decided to shut down its Gailuron and
Durivage divisions in 1996 and 1997, respectively.
[6] En 1992 et 1994, les employés des divi­
sions Gailuron et Durivage de Multi-Marques ont
adhéré au Régime. Les fiduciaires ont octroyé aux
employés de ces deux divisions des crédits de rente
afférents aux années de service qu’ils avaient accu­
mulées avant l’adhésion de Multi-Marques au
Régime. Cet octroi a engendré un déficit que MultiMarques devait combler au moyen de versements
échelonnés sur une période de 15 ans. Avant l’expi­
ration de cette période, Multi-Marques a décidé de
fermer les divisions Gailuron et Durivage, respec­
tivement en 1996 et 1997.
[7] As a result of the closures, the Régie issued,
on May 16, 2002, two essentially identical decisions
to effect the partial termination of the Fund for the
[7] Par suite de ces fermetures, la Régie a rendu,
le 16 mai 2002, deux décisions virtuellement iden­
tiques qui terminaient partiellement le Régime à
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
133
employees of the Gailuron and Durivage divisions
of Multi-Marques. The closures also created a
solvency deficiency of approximately $5 million
that was needed to cover the pension credits granted
to the employees of the two divisions for prior
service. Both of the Régie’s decisions required that
the actuarial reports to be filed upon termination
indicate the amounts to be paid by the employer to
rectify the Fund’s solvency deficiency in order to
ensure that the benefits of the plan members af­
fected by the termination would be paid in full.
l’égard des employés des divisions Gailuron et
Durivage de Multi‑Marques. Les fermetures ont
également entraîné un déficit de solvabilité d’envi­
ron 5 millions de dollars, soit la somme nécessaire
pour couvrir les crédits de rente pour services
passés octroyés aux employés des deux divisions.
Les deux décisions de la Régie exigeaient que les
rapports actuariels déposés à la terminaison du
Régime indiquent les sommes que l’employeur
devait acquitter pour combler le déficit de solvabilité
afin que les participants touchés par la terminaison
reçoivent tout ce à quoi ils avaient droit.
[8] Although the partial termination of the Fund
was not contested by any of the parties, the em­ployer
challenged the manner in which it was carried out.
Multi-Marques argued that under ss. 9.12 and 9.13
of the Fund’s Rules and Regulations (“Rules”),
benefits could be reduced in response to certain
extrinsic factors and that employee benefits should
accordingly be reduced if employer contributions
were insufficient to pay the Fund’s shortfall. Thus,
the Rules limited the employer’s funding obligations
to contributions it had already made. To respond to
this challenge, the Régie convened a review com­
mittee to determine whether ss. 9.12 and 9.13 of the
Rules were compatible with the SPPA.
[8] La terminaison partielle du Régime n’a suscité
aucune contestation, mais l’employeur a contesté la
façon dont elle avait été exécutée. Multi‑Marques
a fait valoir que les art. 9.12 et 9.13 des Rules and
Regulations (les « Règles ») du Régime prévoient
que des facteurs extrinsèques pouvaient entraîner
la réduction des droits des employés et qu’il y avait
lieu, en conséquence, de réduire ces droits si les
cotisations de l’employeur étaient insuffisantes
pour éponger le déficit du Régime. Ainsi, selon les
Règles, les obligations de l’employeur en matière
de financement se limitaient aux paiements déjà
effectués. En réponse à cette contestation, la Régie
a soumis à un comité de révision la question de la
compatibilité des art. 9.12 et 9.13 des Règles avec
la LRCR.
[9] Sections 9.12 and 9.13 of the Rules read as
follows:
[9] Les articles 9.12 et 9.13 des Règles prévoient
ce qui suit :
[traduction]
Section 9.12 — Limitation of Liability
Article 9.12 — Limitation de responsabilité
The Plan has been established on the basis of an actuarial
calculation which has established, to the extent possible,
that the contributions will, if continued, be sufficient
to maintain the Plan on a permanent basis, fulfilling the
funding requirements of the Act. Except for liabilities
which may result from provisions of the Act, nothing
in this Plan shall be construed to impose any obligation
to contribute beyond the obligation of the Contributing
Employer to make contributions as stipulated in its
Collective Agreement with the Union or Local Union.
Le régime est fondé sur des calculs actuariels ayant
établi, autant que faire se peut, que les cotisations, si elles
continuent d’être versées, seront suffisantes pour assurer
la permanence du régime et satisfaire aux exigences de
capitalisation énoncées à la Loi. Exception faite des
obli­gations pouvant résulter de dispositions de la Loi,
le régime n’a pas pour effet d’obliger l’employeur par­
ticipant à verser des cotisations excédant celles qui sont
prévues à la convention collective conclue avec le syn­
dicat ou la section locale.
There shall be no liability upon the Trustees individually,
or collectively, or upon the Union or Local Union to
Ni les fiduciaires, individuellement ou collectivement, ni
le syndicat ou la section locale ne sont tenus de verser les
134
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
provide the benefits established by this Plan, if the Fund
does not have assets to make such payments.
prestations prévues au régime si la caisse ne dispose pas
de l’actif suffisant pour ces paiements.
Section 9.13 — Limitation of Liability for Pension
Benefits
Article 9.13 — Limitation de responsabilité
relativement aux prestations
(a)
Any provisions in the Plan to the contrary not­
withstanding, if a Contributing Employer ceases
to be a Contributing Employer (hereinafter re­
ferred to as a Withdrawing Employer) for any
reason, the assets in respect of the Withdrawing
Employer, which consist of the total contributions
made by the Withdrawing Employer together
with interest, less benefit payments already made,
shall be allocated to provide for benefits, to the
extent they are funded, in respect of service
with that Withdrawing Employer, subject to the
following:
(a)
Nonobstant toute disposition contraire du
régime, lorsqu’un employeur participant met fin
à sa participation (ci‑après appelé l’employeur
sortant) pour quelque raison que ce soit, l’actif
correspondant à cet employeur, soit les cotisations
totales que celui‑ci a versées et l’intérêt y afférant
en sus des prestations déjà versées, est affecté,
dans la mesure où les fonds le permettent, au ver­
sement des prestations afférentes aux années de
service auprès de cet employeur, sous réserve des
modalités suivantes :
(i) For purposes of this Section only, each
Participant’s accrued benefit shall be de­
termined as if the Participant has satisfied
the eligibility conditions for vesting.
(i) Pour l’application du présent article uni­
quement, les prestations acquises par chaque
participant sont établies en tenant pour acquis
que le participant satisfait aux conditions
d’admissibilité.
(ii) If the Plan is fully funded on a going con­
cern basis on the date the Withdrawing Em­
ployer terminates participation, benefits
shall be reduced only to the extent that the
actuarial liabilities that are established for
benefits in respect of Past Service Credit,
have not been fully funded by the With­
drawing Employer’s assets.
(ii) Si le régime est entièrement capitalisé selon
l’approche de la continuité à la date où
l’employeur sortant met fin à sa partici­
pation, les prestations sont réduites dans
la seule mesure où l’actif de l’employeur
sortant ne couvre pas le passif actuariel éta­
bli à l’égard des prestations afférentes aux
crédits pour services passés.
(iii) If the Plan is not fully funded on a going
concern basis on the date the Withdrawing
Employer terminates participation, benefits
shall be reduced to the extent they are not
funded and, in any event, benefits in respect
of Past Service Credit shall be reduced to
the extent they are not fully funded by the
Withdrawing Employer’s assets.
(iii) Si le régime n’est pas entièrement capitalisé
selon l’approche de la continuité à la date
où l’employeur sortant met fin à sa parti­
cipation, les prestations sont réduites dans
la mesure du déficit et, en tout état de cause,
les prestations afférentes aux crédits pour
services passés sont réduites dans la mesure
où elles ne sont pas entièrement couvertes
par l’actif de l’employeur sortant.
(iv) Notwithstanding anything contained in this
Section to the contrary, the allocation of the
Withdrawing Employer’s assets shall be in
accordance with the applicable Act.
(iv) Nonobstant toute disposition contraire du
présent article, l’actif de l’employeur sortant
est affecté conformément à la loi applicable.
(b)
If a group of Contributing Employers with
Collective Agreements with any one Local Union
shall cease to be Contributing Employers with
respect to the members of that Local Union, on
approximately the same date, the Trustees shall
have the right to apply the above subsection (a)
(b)
Si un groupe d’employeurs participants liés par
convention collective à une section locale met
fin à sa participation pour ce qui concerne les
mem­bres de cette section locale à la même date
approximativement, les fiduciaires peuvent
appli­­quer l’alinéa (a) ci‑dessus comme si ces
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
135
as though said Employers were one Contributing
Employer. In any such case, the calculations shall
include all Contributing Employers of the group
having had Collective Agreements with such
Local Union. [A.R., vol. I, at pp. 160-62]
employeurs constituaient un employeur parti­
cipant unique. Dans un tel cas, les calculs vise­ront
tous les employeurs participants du groupe qui
ont été liés par convention collective avec cette
section locale. [d.a., vol. I, p. 160-162]
[10] In its decision of April 14, 2003, the review
committee decided that ss. 9.12 and 9.13 of the
Rules were incompatible with s. 211 of the SPPA,
which entitles the plan’s members to the full value
of their pensions, and s. 228 of the SPPA, which
provides that where the assets of a pension plan are
insufficient to satisfy the rights of the plan’s mem­
bers and beneficiaries, the amount of the deficiency
constitutes a debt of the employer. Because ss. 9.12
and 9.13 of the Rules were incompatible with the
SPPA, they were, pursuant to s. 5 of the SPPA,
without effect. They could not therefore be applied
in the actuarial reports required to conclude the
partial termination. This decision was subsequently
affirmed by the Administrative Tribunal of Québec
(“ATQ”) on June 15, 2004, and again on judicial
review by the Quebec Superior Court on July 20,
2006. Multi-Marques, Sean Kelly and Canada
Bread Company Ltd. appealed the Superior Court’s
decision to the Quebec Court of Appeal.
[10] Dans sa décision du 14 avril 2003, le comité
de révision a conclu que les art. 9.12 et 9.13 des
Règles étaient incompatibles avec l’art. 211 de la
LRCR — en vertu duquel les participants au régime
ont droit à la pleine valeur de leur rente — et avec
l’art. 228 de la même loi — aux termes duquel le
manque d’actifs d’un régime de pension nécessaires
à l’acquittement des droits des participants et des
bénéficiaires constitue une dette de l’employeur.
Parce que les art. 9.12 et 9.13 des Règles étaient
incompatibles avec la LRCR, aux termes de l’art. 5
de cette dernière, ils n’avaient pas d’effet. Ils ne
pou­vaient donc être appliqués dans les rapports
actua­riels exigés pour la terminaison partielle du
Régime. Le 15 juin 2004, cette décision a été con­
firmée par le Tribunal administratif du Québec
(« TAQ ») et, à l’issue d’une révision judiciaire, par
la Cour supérieure du Québec le 20 juillet 2006.
Multi‑Marques, Sean Kelly et Canada Bread Com­
pany Ltd. ont porté la décision de la Cour supérieure
en appel devant la Cour d’appel du Québec.
[11] On April 2, 2008, the Court of Appeal
allowed the appeals: 2008 QCCA 597, [2008]
R.J.Q. 853. It found that ss. 9.12 and 9.13 were
not incompatible with the SPPA and that full effect
should be given to them in the actuarial reports
prepared in the context of the partial termination of
the Fund. Accordingly, it set aside the decisions of
the Superior Court, the ATQ and the Régie’s review
committee, and remitted the matter to the Régie,
ordering the latter to review its initial decisions in
conformity with the Court of Appeal’s judgment.
For ease of reference, I reproduce the Court of
Appeal’s orders here:
[11] Le 2 avril 2008, la Cour d’appel a accueilli
les appels : 2008 QCCA 597, [2008] R.J.Q. 853.
Elle a conclu que les art. 9.12 et 9.13 n’étaient pas
incompatibles avec la LRCR et qu’il fallait donc
leur donner plein effet dans les rapports actuariels
préparés dans le cadre de la terminaison partielle
du Régime. Elle a donc infirmé les décisions de la
Cour supérieure, du TAQ et du comité de révision
de la Régie, et elle a renvoyé l’affaire à la Régie
en lui enjoignant de réviser ses décisions initiales
en tenant compte des principes se dégageant de son
jugement. Pour plus de commodité, je reproduis
ci‑après l’ordonnance de la Cour d’appel :
[translation] Allows the appeals, with costs both in
the Superior Court and in the Court of Appeal;
Accueille les appels, avec dépens tant en Cour supé­
rieure qu’en Cour d’appel;
Sets aside the decision of the Superior Court dated
July 20, 2006;
Infirme la décision de la Cour supérieure du 20 juillet 2006;
Sets aside the decision of the Administrative Tribunal
of Québec dated June 15, 2004;
Infirme la décision du Tribunal administratif du
Québec du 15 juin 2004;
136
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
Sets aside the decision of the review committee of the
Régie des rentes du Québec dated April 14, 2003;
Infirme la décision du comité de révision de la Régie
des rentes du Québec datée du 14 avril 2003;
Refers the matter back to the Régie des rentes du
Québec to review its decisions D-41130-001 and
D-41130-02 dated May 16, 2002 in conformity with this
decision;
Retourne le dossier à la Régie des rentes du Québec
pour qu’elle révise ses décisions D‑41130‑001 et
D‑41130‑02 du 16 mai 2002 en se conformant au pré­
sent arrêt;
Authorizes Kelly to file termination actuarial re­
ports that apply clauses 9.12 and 9.13 of the pension
plan in light of the partial terminations resulting from
the withdrawal from the plan of the employees of the
Gailuron and Durivage divisions of Multi-Marques.
[Emphasis added; paras. 104-9.]
Autorise Kelly à déposer des rapports actuariels de
terminaison qui appliquent les clauses 9.12 et 9.13 du
régime de retraite, eu égard aux terminaisons partielles
résultant du retrait du régime de retraite des employés
des divisions Gailuron et Durivage de Multi‑Marques.
[Je souligne; par. 104-109.]
[12] On May 29, 2008, the Régie filed an appli­
cation for leave to appeal to this Court.
[12] Le 29 mai 2008, la Régie a demandé l’auto­
risation de se pourvoir devant notre Cour.
[13] On the same day that the Court of Appeal
rendered its judgment, the Quebec National
Assembly introduced Bill 68, An Act to amend the
Supplemental Pension Plans Act, the Act respecting
the Québec Pension Plan and other legislative
provisions (Journal des débats, vol. 40, No. 65, 1st
Sess., 38th Leg., April 2, 2008). In the debate at
the committee stage, the Minister of Employment
and Social Solidarity, Sam Hamad, made it clear
that this amending legislation was motivated by
the Court of Appeal’s decision and by the need to
protect the Multi-Marques pensioners:
[13] Le jour même où la Cour d’appel rendait son
arrêt, le projet de loi no 68 — Loi modifiant la Loi
sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi
sur le régime de rentes du Québec et d’autres dis­
positions législatives (Journal des débats, vol. 40,
no 65, 1re sess., 38e lég., 2 avril 2008) — était pré­
senté à l’Assemblée nationale du Québec. Lors des
débats en commission parlementaire, le ministre
de l’Emploi et de la Solidarité sociale, M. Sam
Hamad, a clairement indiqué que les modifications
législatives étaient proposées par suite de l’arrêt de
la Cour d’appel et visaient à protéger les retraités de
Multi‑Marques :
[translation] So the purpose of this amendment is
to counter the effects of the judgment rendered by the
Quebec Court of Appeal on April 2, 2008, in the case of
Multi-Marques Distribution Inc. v. Régie des rentes du
Québec. . . . With respect for the court, that judgment is
based on an interpretation of the Supplemental Pension
Plans Act that is incompatible with the Act’s objectives.
[Emphasis added.]
Alors, cet amendement vise à contrer les effets du
jugement que la Cour d’appel du Québec a rendu le
2 avril 2008 dans l’affaire Multi‑marques Distribution
inc. c. Régie des rentes du Québec. [. . .] Avec respect
pour la cour, ce jugement repose sur une interprétation
de la Loi sur les régimes complémentaires de retraite qui
va à l’encontre des objectifs qu’elle vise. [Je souligne.]
(National Assembly, Journal des débats de la
Commission des affaires sociales, vol. 40, No. 52,
1st Sess., 38th Leg., June 3, 2008)
(Assemblée nationale, Journal des débats de la
Commission des affaires sociales, vol. 40, no 52,
1re sess., 38e lég., 3 juin 2008)
[14] This legislation introduced ss. 14.1 and 228.1
into the SPPA. In these provisions, the legislature
essentially adopted the Régie’s approach to the
application of ss. 9.12 and 9.13 of the Rules and re­
jected the approach taken by the Court of Appeal.
As a result of the amendments, no provisions of a
[14] Ce projet de loi ajoutait à la LRCR les art. 14.1
et 228.1, qui consacraient essentiellement le point
de vue de la Régie relativement à l’application des
art. 9.12 et 9.13 des Règles et rejetaient l’inter­
prétation de la Cour d’appel. Ces modifications ont
fait en sorte qu’aucune disposition d’un régime de
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
137
pension plan may make benefits due conditional
on extrinsic factors such that the obligations of an
employer towards the plan are limited or reduced.
In addition, the legislature expressly provided, in
s. 319.1, that these new sections of the Act were
declaratory in nature.
retraite ne peut faire dépendre la valeur de droits
accumulés d’un facteur extrinsèque de façon à
limiter ou réduire les obligations d’un employeur
envers le régime. En outre, le législateur énonce
expressément, à l’art. 319.1, que ces nouveaux
articles de la LRCR sont de nature déclaratoire.
[15] The National Assembly passed Bill 68 on
June 18, 2008 (S.Q. 2008, c. 21), and this Court dis­
missed the Régie’s application for leave to appeal
on October 16, 2008: [2008] 3 S.C.R. ix.
[15] L’Assemblée nationale a adopté le projet de
loi no 68 le 18 juin 2008 (L.Q. 2008, ch. 21), et notre
Cour a rejeté la demande d’autorisation d’appel de
la Régie le 16 octobre 2008 : [2008] 3 R.C.S. ix.
[16] Following this Court’s decision, the Régie
undertook to implement the Court of Appeal’s judg­
ment of April 2, 2008 and to complete the partial
termination of the Fund. In November 2008, the
Régie informed counsel for the parties that a review
committee had been formed to implement the Court
of Appeal’s judgment, and invited them to submit
comments with respect to the implementation. On
August 14, 2009, the Régie’s review committee re­
leased the decision which is the subject of this appeal.
[16] Par suite de cette décision de notre Cour,
la Régie a entrepris la mise en œuvre de l’arrêt de
la Cour d’appel du 2 avril 2008 afin de mener à
terme la terminaison partielle du Régime. Au mois
de novembre 2008, elle a informé les avocats des
parties qu’un comité de révision avait été chargé de
cette mise en œuvre et les a invités à présenter des
observations. Le 14 août 2009, le comité de révision
de la Régie a rendu la décision qui fait l’objet du
présent pourvoi.
[17] Instead of following the Court of Appeal’s
approach, according to which ss. 9.12 and 9.13 of
the Rules were to be considered in establishing the
obligations of Multi-Marques resulting from the
par­tial termination, the Régie applied the new pro­
visions of the SPPA. It accordingly refused to apply
the clauses of the Rules that allowed for the re­
duction of benefits payable to the plan’s members
and beneficiaries, and confirmed its initial deci­
sions of May 16, 2002. Sean Kelly, Canada Bread
Company Ltd. and Multi-Marques contested the
Régie’s decision before the ATQ.
[17] Au lieu de suivre l’interprétation de la Cour
d’appel, selon laquelle il fallait prendre en compte
les art. 9.12 et 9.13 des Règles pour établir les
obligations de Multi‑Marques résultant de la termi­
nai­son partielle, la Régie a appliqué les nouvelles
dis­positions de la LRCR. Elle a donc refusé de
donner effet aux articles des Règles qui permettaient
de réduire les droits payables aux participants et aux
bénéficiaires du Régime, et elle a confirmé ses déci­
sions initiales du 16 mai 2002. Sean Kelly, Canada
Bread Company Ltd. et Multi‑Marques ont contesté
la décision de la Régie devant le TAQ.
III. Judicial History
III. Historique judiciaire
A. Administrative Tribunal of Québec, 2010
QCTAQ 04423, [2010] R.J.D.T. 796 (Judges
Cormier and Lévesque)
A. Tribunal administratif du Québec, 2010 QCTAQ
04423, [2010] R.J.D.T. 796 (les juges Cormier
et Lévesque)
[18] The ATQ addressed three issues in its deci­
sion: (1) whether the Régie had erred in law by es­
tab­lishing a committee to review its initial decisions;
(2) whether the review committee had breached the
rules of natural justice by failing to send prior notice
of its decision and by failing to inform the parties
that it was considering applying the amendments
[18] Dans sa décision, le TAQ a examiné trois
questions : (1) La Régie a‑t‑elle commis une erreur
de droit en constituant un comité chargé de revoir
ses décisions initiales? (2) Le comité de révision
a‑t‑il contrevenu aux règles de justice naturelle en ne
donnant pas de préavis de sa décision et en n’infor­
mant pas les parties qu’il envisageait d’appliquer
138
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
that had been made to the SPPA after the Court of
Appeal had rendered its judgment; and (3) whether
the review committee had erred in applying the de­
claratory provisions of the SPPA in this case. Only
the third issue remains relevant in this Court.
les modifications apportées à la LRCR postérieure­
ment à l’arrêt de la Cour d’appel? (3) En l’espèce,
le comité de révision a‑t‑il appliqué à tort les
dispositions déclaratoires de la LRCR? Seule la
troisième question demeure pertinente pour le pré­
sent pourvoi.
[19] With respect to this third issue, the ATQ
upheld the Régie’s position, finding that the Régie
was right to apply the declaratory provisions, as the
case had still been pending when the declaratory
pro­visions came into force on June 20, 2008.
[19] À l’issue de l’examen de cette question, le
TAQ a confirmé la position de la Régie. Il lui a
donné raison d’avoir appliqué les dispositions
décla­ratoires, puisque l’affaire était encore pendante
lors de l’entrée en vigueur de ces dispositions le
20 juin 2008.
B. Quebec Superior Court, 2010 QCCS 6104,
[2011] R.J.Q. 122 (Grenier J.)
B. Cour supérieure du Québec, 2010 QCCS 6104,
[2011] R.J.Q. 122 (la juge Grenier)
[20] Both the employers and the representative of
the trustees applied to the Superior Court for judi­
cial review of the ATQ’s decision. The Superior
Court allowed their application.
[20] Les employeurs et le représentant des fidu­
ciaires ont demandé à la Cour supérieure du Québec
la révision judiciaire de la décision du TAQ. La
Cour supérieure a accueilli leur requête.
[21] The application judge held that the standard
of review was correctness. In addressing the Régie’s
decision, she stated that the issue was whether the
Régie had the authority to make the order it did in
light of the Court of Appeal’s decision. In her view,
the ATQ had erred in holding that it was open to
the Régie to apply the declaratory provisions in the
specific context of this case. She explained that the
case could not have been “pending” in June 2008,
and that when the Régie issued its new decision
in 2009, the decision of the Court of Appeal had
acquired the authority of a final judgment, which
meant that the declaratory provisions of the SPPA
could not apply to the dispute between the parties.
As a result, the Régie was obligated to take ss. 9.12
and 9.13 of the Rules into account in its orders
respecting the actuarial calculations to be made
upon termination.
[21] Après avoir décidé que la norme de contrôle
applicable était celle de la décision correcte, la juge
a indiqué qu’il fallait déterminer si la Régie avait
le pouvoir de rendre la décision qu’elle avait rendue
compte tenu de l’arrêt de la Cour d’appel. Elle a
jugé que, dans le contexte particulier de l’affaire,
le TAQ avait conclu à tort que la Régie pou­vait
appliquer les dispositions déclaratoires. Elle a expli­
qué que l’affaire ne pouvait avoir été « pendante »
au mois de juin 2008 et que, lorsque la Régie a
rendu sa nouvelle décision en 2009, l’arrêt de la
Cour d’appel avait acquis l’autorité de la chose
jugée, de sorte que les dispositions déclaratoires
de la LRCR ne pouvaient s’appliquer au litige
opposant les parties. Les ordonnances de la Régie
relatives aux calculs actuariels à effectuer par suite
de la terminaison devaient donc prendre en compte
les art. 9.12 et 9.13 des Règles.
C. Quebec Court of Appeal, 2011 QCCA 1518,
[2011] R.J.Q. 1540 (Thibault, Rochette and
Kasirer JJ.A.)
C. Cour d’appel du Québec, 2011 QCCA 1518,
[2011] R.J.Q. 1540 (les juges Thibault,
Rochette et Kasirer)
[22] The Court of Appeal also found that the Régie
had erred in applying the declaratory provisions.
Thibault J.A., writing for the court, stated that,
[22] La Cour d’appel a elle aussi jugé que la Régie
avait appliqué à tort les dispositions déclaratoires.
S’exprimant au nom de la cour, la juge Thibault
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
139
when the application for leave to appeal was pend­
ing before this Court, the Court of Appeal’s judg­
ment had not yet acquired the authority of a final
judgment. However, only this Court would have
been able to apply the declaratory legislation had
it decided to hear the case. Once this Court had
dismissed the Régie’s application for leave, the
Court of Appeal’s judgment had acquired the
authority of a final judgment and should have been
followed by the Régie. The Court of Appeal held
that although the Régie has the power under An Act
respecting the Québec Pension Plan, R.S.Q., c. R-9,
s. 26, to review its decisions, that power of review
does not empower it to disregard a final judgment
of the Court of Appeal.
a souligné qu’au moment où la demande d’auto­
risation d’appel était pendante devant notre Cour,
l’arrêt de la Cour d’appel n’avait pas encore l’auto­
rité de la chose jugée. Toutefois, seule notre Cour
aurait pu appliquer les dispositions déclaratoires si
elle avait décidé d’entendre le pourvoi. L’arrêt de
la Cour d’appel est passé en force de chose jugée
lorsque notre Cour a rejeté la demande d’autori­
sation d’appel, et la Régie aurait dû s’y conformer.
La Cour d’appel a jugé que, bien que la Régie
dispose du pouvoir de réviser ses décisions, en
vertu de l’art. 26 de la Loi sur le régime de rentes du
Québec, L.R.Q., ch. R‑9, elle n’est pas habilitée
pour autant à passer outre à un jugement définitif
de la Cour d’appel.
IV. Issues
IV. Questions en litige
[23] The issues in this case are:
[23] Le pourvoi soulève les questions suivantes :
1. What is the effect of declaratory legislation?
1. Quel est l’effet d’une loi déclaratoire?
2. Did the Régie err in applying the declaratory
legislation in determining the parties’ rights and
obligations?
2. La Régie a‑t‑elle commis une erreur en appli­
quant la loi déclaratoire pour statuer sur les
droits et obligations des parties?
V. Analysis
V. Analyse
[24] The principle of res judicata precludes par­
ties from relitigating an issue in respect of which
a final determination has been made as between
them: Danyluk v. Ainsworth Technologies Inc., 2001
SCC 44, [2001] 2 S.C.R. 460, at para. 18. However,
it does not preclude the legislature from negating
the effects of such a determination. In the case at
bar, it is clear that the legislature’s intention was
not only to deprive the Court of Appeal’s judgment
of precedential value, but also to negate its effect
of rendering the issue res judicata as between the
parties. In my view, the legislature attained both
these objectives.
[24] Le principe de la chose jugée empêche les
par­ties de soumettre à nouveau aux tribunaux une
question qui a fait l’objet d’un jugement définitif
à leur égard : Danyluk c. Ainsworth Technologies
Inc., 2001 CSC 44, [2001] 2 R.C.S. 460, par. 18.
Cela ne signifie pas pour autant que le législateur
ne peut pas intervenir pour annuler les effets d’un
tel jugement. En l’espèce, il est évident que le légis­
lateur entendait non seulement priver le jugement
de la Cour d’appel de sa valeur de précédent, mais
il voulait également annuler son autorité de chose
jugée entre les parties. J’estime qu’il a atteint ces
deux objectifs.
[25] I have read my colleague’s dissenting rea­
sons. Although they focus on the Régie’s juris­
diction, I firmly believe that the central issue in this
appeal relates to the nature and effect of the de­
claratory legislation.
[25] J’ai lu les motifs de dissidence de ma col­lègue.
Avec respect et malgré l’accent qu’elle fait porter
sur la juridiction de la Régie, je crois ferme­ment
que la nature et l’effet de la disposition légis­lative
déclaratoire demeurent, en l’espèce, la principale
question en litige.
140
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
A. What Is the Effect of Declaratory Legislation?
A. Quel est l’effet d’une loi déclaratoire?
[26] It is settled law in Canada that it is within the
prerogative of the legislature to enter the domain
of the courts and offer a binding interpretation of
its own law by enacting declaratory legislation: 
L.-P. Pigeon, Drafting and Interpreting Legislation
(1988), at pp. 81-82. As this Court acknowledged
in Western Minerals Ltd. v. Gaumont, [1953] 1 S.C.R.
345, such forays are usually made where the legis­
lature wishes to correct judicial interpretations that
it perceives to be erroneous.
[26] Le droit canadien reconnaît qu’il entre dans
la prérogative du législateur de jouer un rôle judi­
ciaire et de déterminer par une loi déclaratoire
l’inter­
prétation que doivent recevoir ses lois : 
L.‑P. Pigeon, Rédaction et interprétation des lois
(3e éd. 1986), p. 132-133. Comme notre Cour l’a
indiqué dans Western Minerals Ltd. c. Gaumont,
[1953] 1 R.C.S. 345, le législateur intervient habi­
tuellement ainsi lorsqu’il veut corriger une inter­
prétation judiciaire qu’il estime erronée.
[27] In enacting declaratory legislation, the
legislature assumes the role of a court and dictates
the interpretation of its own law: P.-A. Côté, in col­
laboration with S. Beaulac and M. Devinat, The
Interpretation of Legislation in Canada (4th ed.
2011), at p. 562. As a result, declaratory provi­
sions operate less as legislation and more as juris­
prudence. They are akin to binding precedents,
such as the decision of a court: P. Roubier, Le droit
transitoire: conflits des lois dans le temps (2nd ed.
1993), at p. 248. Such legislation may overrule a
court decision in the same way that a decision of
this Court would take precedence over a previous
line of lower court judgments on a given question
of law.
[27] Lorsqu’il adopte une loi déclaratoire, le légis­
lateur joue le rôle d’un juge et dicte l’interpréta­
tion à donner à ses propres lois : P.‑A. Côté, en
colla­
boration avec S. Beaulac et M. Devinat,
Inter­prétation des lois (4e éd. 2009), p. 609‑610.
Pour cette raison, les dispositions déclaratoires
relèvent davantage de la jurisprudence que de la
législation. Elles s’apparentent à des précédents
ayant force obligatoire, telles les décisions judi­
ciaires : P. Roubier, Le droit transitoire : conflits
des lois dans le temps (2e éd. 1993), p. 248. Elles
peuvent infirmer une décision judiciaire de la
même façon qu’un arrêt de notre Cour prévaut sur
la jurisprudence de juridictions inférieures sur un
point de droit donné.
[28] It is also settled law that declaratory pro­
visions have an immediate effect on pending cases,
and are therefore an exception to the general rule
that legislation is prospective. The interpretation
imposed by a declaratory provision stretches back
in time to the date when the legislation it purports
to interpret first came into force, with the effect that
the legislation in question is deemed to have always
included this provision. Thus, the interpretation
so declared is taken to have always been the law: 
R. Sullivan, Sullivan on the Construction of Statutes
(5th ed. 2008), at pp. 682-83.
[28] Il est tout aussi reconnu en droit que les dis­
positions déclaratoires ont un effet immédiat sur les
affaires pendantes et qu’elles font donc exception
à la règle générale du caractère prospectif de la
loi. L’interprétation imposée par une disposition
déclaratoire remonte dans le temps jusqu’à la date
d’entrée en vigueur du texte de loi qu’elle inter­
prète, faisant en sorte que ce texte de loi est réputé
avoir toujours inclus cette disposition. Cette inter­
prétation est donc considérée comme ayant toujours
été la loi : R. Sullivan, Sullivan on the Construction
of Statutes (5e éd. 2008), p. 682-683.
[29] The immediate effect of declaratory legis­
lation is limited, however. In 1953, in Western
Minerals, this Court endorsed the statement in W. F.
Craies, A Treatise on Statute Law (4th ed. 1936),
that declaratory laws “decide like cases pending
when the judgments are given, but do not re-open
decided cases”: p. 370, citing Craies, at pp. 341-42.
[29] Toutefois, des limites s’appliquent à l’effet
immédiat d’une loi déclaratoire. En 1953, notre
Cour a fait sien, dans Western Minerals, l’énoncé de
W. F. Craies, A Treatise on Statute Law (4e éd. 1936),
selon lequel les lois déclaratoires [traduction]
« statuent sur les affaires semblables qui sont pen­
dantes à la date du jugement, mais elles n’opèrent
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
141
Like a binding precedent, an interpretation the
legislature adopts by enacting a declaratory pro­
vision is applicable to all future cases as well as to
cases that are pending when the provision comes
into force, despite the fact that the events that gave
rise to any such dispute would have taken place
before the provision was enacted. However, de­
claratory provisions do not reopen cases that have
been resolved in a final judgment.
pas la réouverture d’affaires déjà jugées » : p. 370,
citant Craies, p. 341‑342. Tout comme un précédent
ayant force de loi, l’interprétation adoptée par le
législateur au moyen d’une disposition déclaratoire
s’applique à toutes les causes futures et à celles
pendantes au moment de l’entrée en vigueur de la
disposition, même si les faits générateurs du litige
sont antérieurs à l’adoption de cette dernière.
Toute­fois, les dispositions déclaratoires n’ont pas
pour effet de rouvrir des causes tranchées par un
jugement définitif.
[30] Before going further in my analysis, I must
highlight a distinction between two concepts that
are central to the resolution of this appeal: that of a
“final judgment” and that of a “final judgment that
ultimately determines the rights and obligations of
the parties”. A judgment need not dispose of the
litigation in its entirety to be final. If it disposes
of any substantive interlocutory issue, res judicata
will apply. On the other hand, res judicata will also
apply to a final judgment that ultimately determines
the rights and obligations of the parties, but it then
disposes of the case in its entirety and makes any
further proceedings unnecessary.
[30] Avant de poursuivre mon analyse, je dois
faire ressortir une distinction entre deux notions
dont l’importance est cruciale pour l’issue du pré­
sent pourvoi : la notion de « jugement définitif »
et celle de « jugement définitif qui statue ultime­
ment sur les droits et obligations des parties ». Un
jugement n’a pas à statuer sur le litige en entier
pour être définitif. S’il statue sur toute question
de fond interlocutoire, il acquerra l’autorité de la
chose jugée. Par contre, un jugement définitif qui
statue ultimement sur les droits et obligations des
parties acquiert aussi l’autorité de la chose jugée,
mais il tranche le litige en entier et rend inutile la
prise de toute autre mesure dans l’instance.
[31] This distinction is significant because, in
Western Minerals, this Court endorsed the prop­
osition that declaratory legislation does not reopen
decided cases, but it made no mention of the effect
of such legislation on decided issues. In Canada,
there is no definitive case law on the effect of
declaratory legislation on decided issues. As a re­
sult, I cannot presume that declaratory legislation
that is clearly intended to negate final judgments
that do not ultimately determine the rights and
obligations of the parties does not apply to such
a judgment. This conclusion is the only one I can
reach in light of the jurisprudence and the relevant
legal principles.
[31] Cette distinction est importante parce que,
dans l’arrêt Western Minerals, la Cour a fait
sienne la thèse selon laquelle les lois déclaratoires
n’opèrent pas la réouverture des causes déjà
jugées, mais elle ne mentionne pas l’effet de telles
lois sur les questions tranchées. Au Canada, il
n’existe aucune jurisprudence définitive quant à
l’effet des lois déclaratoires sur les questions tran­
chées. En conséquence, je ne peux supposer que
les lois déclaratoires qui visent manifestement à
annuler des jugements définitifs qui ne statuent pas
ultimement sur les droits et obligations des parties
ne s’appliquent pas à de tels jugements. Cette con­
clusion est la seule que je peux tirer à la lumière de
la jurisprudence et des principes de droit pertinents.
[32] The concept of the final judgment that does
not ultimately determine the rights and obligations
of the parties is the basis for distinguishing pending
cases from those that are not pending. Pending
cases are cases that are currently before a competent
tribunal and are awaiting a final and irrevocable
[32] Le concept de jugement définitif qui ne statue
pas ultimement sur les droits et obligations des par­
ties est celui qui permet de distinguer les affaires
pendantes des affaires non pendantes. Les affaires
pendantes sont celles dont sont présentement saisis
des tribunaux compétents et qui sont en attente
142
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
determination on the merits. As Cartwright J. ex­
plained in Western Minerals, such cases include
“actions in which, while judgment has been given,
an appeal from such judgment is pending at the date
of the declaratory act coming into force”: p. 370.
Accordingly, only cases in which judgments have
definitively determined the parties’ rights and obli­
gations are no longer pending.
d’un jugement définitif et irrévocable sur le fond.
Comme le juge Cartwright l’a expliqué dans
Western Minerals, elles englobent [traduction]
« les affaires jugées, mais dont le jugement a fait
l’objet d’un appel qui est pendant au moment de
l’entrée en vigueur de la loi déclaratoire » : p. 370.
En conséquence, seules les affaires ayant abouti à
un jugement statuant définitivement sur les droits et
obligations des parties ne sont plus pendantes.
[33] In the case at bar, the declaratory legislation
will therefore apply unless it is found that a case,
and not merely an issue, has been decided.
[33] En l’espèce, la loi déclaratoire s’appliquera,
à moins qu’une cause, et non une simple question,
n’ait été tranchée.
[34] In contrast to my position, the Chief Justice
states that clear language is required where the
legislature intends to extinguish the effects of any
final judgment in which an issue has been de­cided
(paras. 62, 64 and 71). With respect, no sup­port
for this proposition can be found in this Court’s
case law. The Chief Justice relies solely on the
Saskatchewan Court of Appeal’s decision in
Zadvorny v. Saskatchewan Government Insurance
(1985), 38 Sask. R. 59, in support of this principle.
For the reasons set out above, I am neither bound nor
persuaded by that case. In my view, the Canadian
jurisprudence and the relevant legal principles tend
in the opposite direction.
[34] Contrairement à moi, la Juge en chef est
d’avis que lorsque le législateur entend supprimer
les effets d’un jugement définitif qui tranche une
ques­tion, il doit l’exprimer clairement (par. 62, 64
et 71). Avec égards, aucune décision de la Cour ne
permet d’étayer une telle affirmation. La Juge en
chef se fonde uniquement sur la décision Zadvorny
c. Saskatchewan Government Insurance (1985), 38
Sask. R. 59, de la Cour d’appel de la Saskatchewan
pour appuyer le principe qu’elle énonce. Or, pour
les motifs que j’exprime dans la présente décision,
je ne suis ni lié ni convaincu par cet arrêt. Selon
moi, la jurisprudence canadienne et les principes
juridiques pertinents empruntent plutôt la direction
contraire.
[35] Furthermore, I find it unnecessary to insist
on clear legislative language in a case such as this
one where it is not in dispute that the legislature’s
intention was to extinguish the effects of the judg­
ment as between the parties. Not only is this pro­
position unsupported by this Court’s jurisprudence,
it would effectively defeat the purpose of the
enactment. As can be seen from the record of the
legislative committee’s debate, it was clear from the
start that the legislature’s objective in enacting the
declaratory provisions was to counter the effects of
the Court of Appeal’s judgment of April 2, 2008
in order to protect the affected pensioners. With
respect, an approach that disregarded this clear
intent and instead required clear language would
in my view be overly formalistic and would place
unnecessary limits on the evidence that can be con­
sidered in determining the effects of declaratory
legislation.
[35] En outre, j’estime qu’il est inutile d’insister
sur la clarté du libellé de la loi dans une affaire
comme celle-ci alors que personne ne conteste
que le législateur avait l’intention de supprimer les
effets du jugement entre les parties. Non seulement
cette proposition en faveur du langage clair n’estelle pas soutenue par la jurisprudence de la Cour,
mais elle contredit en fait l’objectif de la loi. Grâce
à la transcription des débats législatifs, il n’a jamais
fait de doute que, lorsqu’il a adopté les dispositions
déclaratoires, le législateur visait à contrer les effets
du jugement de la Cour d’appel du 2 avril 2008 de
manière à protéger les retraités. En tout respect pour
l’opinion contraire, une approche qui ignorerait
cette intention manifeste et ne chercherait qu’un
libellé clair constituerait une approche, selon moi,
trop formaliste, et limiterait d’une manière injus­
tifiée la preuve qui peut être examinée pour appré­
cier les effets d’une loi déclaratoire.
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
143
B. Did the Régie Err in Applying the Declaratory
Legislation?
B. La Régie a‑t‑elle commis une erreur en appli­
quant la loi déclaratoire?
(1)Application of the Declaratory Legislation
to the Dispute
(1)Application de la loi déclaratoire au litige
[36] In the instant case, it is common ground that
the provisions introduced into the SPPA by Bill 68
are declaratory in nature. Section 319.1 of the
SPPA, which was enacted at the same time as
ss. 14.1 and 228.1, expressly provides that these
pro­visions are declaratory. In addition to this un­
ambiguous language, the circumstances of their
enactment show that the legislature intended them
to be declaratory. It can be seen from the debate
that led up to their enactment that the legislature’s
objective was to overrule the Court of Appeal’s
decision in order to protect the plan’s members
and beneficiaries and to ensure that the decision in
question would not become a precedent that would
be binding on the courts in pending and future cases.
[36] En l’espèce, nul ne conteste la nature décla­
ratoire des dispositions introduites dans la LRCR
par le projet de loi 68. L’article 319.1 de la LRCR,
adopté en même temps que les art. 14.1 et 228.1,
énonce expressément que ces dispositions sont
déclaratoires. Au libellé sans équivoque de cette
disposition s’ajoutent les circonstances de leur
adop­tion, qui témoignent de l’intention du légis­
lateur qu’elles soient déclaratoires. Il ressort des
délibérations ayant mené à leur adoption que le
législateur voulait infirmer l’arrêt de la Cour d’appel
afin de protéger les participants et bénéficiaires du
Régime et d’empêcher que la décision n’acquière
valeur de précédent et ne lie les tribunaux dans les
affaires pendantes ou futures.
[37] Since the declaratory nature of the provisions
at issue in this appeal and the implications of that
nature are not challenged by any of the parties, the
question of the applicability of those provisions
hinges on whether the dispute between the parties
was pending when they were enacted. Put more sim­
ply, what must be determined is whether the appeal
concerns a decided case, or merely a decided issue.
[37] Puisque ni le caractère déclaratoire des dis­
positions en cause ni les effets de ce caractère décla­
ratoire ne sont contestés, l’enjeu de l’applicabilité
de ces dispositions en l’espèce dépend de la ques­
tion de savoir si le différend était pendant lors­
qu’elles ont été adoptées. Plus simplement, il nous
faut déterminer si l’appel concerne en l’espèce une
affaire jugée ou simplement une question tranchée.
[38] Given that both the Régie and the intervener
Attorney General of Quebec base their argument
that this case was pending on the Régie’s 2008 ap­
plication for leave to appeal to this Court, I should
make it clear that that application is not the basis for
my finding that the case was pending at the relevant
time. Although this Court clearly stated in Western
Minerals that a case in which a final judgment has
been rendered but an appeal from that judgment is
pending qualifies as a pending case for the purpose
of the application of declaratory legislation, that is
not the only way for a case to qualify as one. Rather,
as I explained above, the key factor in finding a case
to be pending is the absence of a final determination
of the rights and obligations of the parties. Like
[38] La Régie et le procureur général du Québec
fondent leur argumentation sur le fait que l’affaire
était pendante, puisque la Régie avait présenté en
2008 une demande d’autorisation d’appel à notre
Cour. Je tiens donc à préciser que ma conclusion
selon laquelle l’affaire était pendante à l’époque
per­tinente ne dépend pas de l’existence de cette
demande d’autorisation d’appel. Bien que l’arrêt
Western Minerals de notre Cour pose clairement
que, pour l’application d’une loi déclaratoire, est
pendante une affaire tranchée par un jugement
définitif dont l’appel est pendant, il ne s’agit pas
là du seul facteur qui détermine si une affaire peut
être considérée comme pendante. Ainsi que je l’ai
expliqué, le facteur déterminant à cet égard est
144
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
a case that has been appealed, one that has been
remitted to a lower court is also a pending case.
plutôt l’absence d’un jugement définitif statuant sur
les droits et obligations des parties. Tout comme
les causes qui font l’objet d’un appel, les affaires
renvoyées devant un tribunal d’instance inférieure
sont aussi pendantes.
[39] On June 20, 2008, when the declaratory pro­
visions came into force, the case between the parties
was pending. Although the Court of Appeal’s judg­
ment of April 2, 2008 had acquired “[t]he authority
of a final judgment (res judicata)” in the sense of
art. 2848 of the Civil Code of Québec, S.Q. 1991,
c. 64, it did not fully and definitively adjudicate the
rights and obligations of the parties that resulted
from the two partial terminations. As I mentioned
above, a pending case is one in which a final and
irrevocable judgment determining the parties’ rights
and obligations has not yet been rendered. A final
judgment on an issue in a case that falls short of a
resolution of the case on its merits does not preclude
an authority responsible for the final determination
of the parties’ rights and obligations from applying
declaratory legislation that has been enacted since
that judgment.
[39] Le 20 juin 2008, à l’entrée en vigueur des
dis­positions déclaratoires, le litige entre les parties
était pendant. Bien que l’arrêt du 2 avril 2008 de
la Cour d’appel eût acquis « [l]’autorité de la chose
jugée » au sens de l’art. 2848 du Code civil du
Québec, L.Q. 1991, ch. 64, il ne statuait pas entière­
ment et définitivement sur les droits et obligations
des parties découlant des deux terminaisons par­
tielles. Je le répète, est pendante une affaire qui
n’a pas été tranchée par un jugement définitif et
irrévocable statuant sur les droits et obligations
des parties. Un jugement définitif qui tranche une
question sans résoudre le litige au fond n’empêche
pas le décideur de qui relève la décision définitive
sur les droits et obligations des parties d’appliquer
une loi déclaratoire adoptée postérieurement à ce
jugement.
[40] In coming to this conclusion, I do not mean
to call into question the capital importance of the
doctrine of res judicata to the administration of
justice. The purpose of res judicata is to prevent the
relitigation of claims that have already been decided
by a court of competent jurisdiction. However, it
seems to me that a decision to extend this doctrine
by applying it to the unique circumstances of this
case would encroach unduly upon the legislature’s
prerogative to nullify the effects of a final judgment
that would otherwise be binding as between the
parties. Put more simply, whereas res judicata can
preclude a party from asking a court to undo the
effects of a judgment involving a decided issue, it
precludes the legislature from undoing the effects
of a judgment only if the judgment amounts to a
decided case.
[40] En concluant de la sorte, je ne souhaite pas
remettre en question l’importance capitale, pour
l’administration de la justice, de la doctrine de l’auto­
rité de la chose jugée. Cette doctrine vise à éviter la
réouverture des affaires déjà jugées par un tribunal
compétent. Toutefois, j’estime qu’étendre la portée
de cette doctrine et l’appliquer aux circonstances
particulières de l’espèce empiéterait indûment sur
la prérogative du législateur d’écarter les effets d’un
jugement définitif qui lierait par ailleurs les parties.
En termes plus simples, alors que l’autorité de la
chose jugée peut empêcher une partie de demander
à un tribunal d’annuler les effets d’une décision qui
tranche une question, elle empêche seulement le
législateur d’annuler l’effet d’une décision qui
tranche une affaire.
[41] In light of this Court’s existing jurisprudence,
only a final judgment on the merits of the case
would preclude the application of an interpretation
set out in declaratory legislation.
[41] Selon la jurisprudence de la Cour, seul un
jugement définitif rendu sur le fond de l’affaire
ferait obstacle à l’application d’une interprétation
for­mulée dans une loi déclaratoire.
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
Le juge Wagner
145
[42] The Court of Appeal’s decision resulted in
a final determination only on the question of law
relating to the interpretation of certain provisions
of the Rules and their compatibility with the SPPA.
The court remitted the question of the parties’ sub­
stantive rights in light of this interpretation to the
Régie for determination. As a result, there had been
no final resolution of the dispute between the par­
ties as of June 20, 2008. The terms of the partial ter­
mination of the Fund had yet to be determined. The
case between the parties therefore remained pen­ding
when the declaratory provisions came into force,
and a competent authority properly charged with
resolving the dispute between the parties was en­
titled to give effect to those provisions in doing so.
[42] L’arrêt de la Cour d’appel n’a statué défini­
tivement que sur une question de droit relative à
l’interprétation de certaines dispositions des Règles
et à leur compatibilité avec la LRCR. La cour a ren­
voyé à la Régie la question des droits substantiels
des parties pour qu’elle en décide en tenant compte
de cette interprétation. Le 20 juin 2008, le litige
entre les parties n’avait donc pas connu de résolution
définitive. Les modalités des terminaisons partielles
du Régime n’avaient pas encore été établies. Le
litige entre les parties était donc toujours pendant
lorsque les dispositions déclaratoires sont entrées en
vigueur, et l’autorité compétente à qui il appartenait
de résoudre le litige entre les parties pouvait alors
donner effet aux dispositions déclaratoires.
[43] Because the Court of Appeal had remitted
the matter to it, the Régie was a competent authority
properly charged with resolving a pending case
when the declaratory provisions came into force. It
was therefore open to the Régie to take them into con­
sideration in determining the outcome of that case.
[43] La Cour d’appel lui ayant renvoyé la cause,
la Régie était une autorité compétente à qui il appar­
tenait de trancher une affaire qui était pendante à
l’entrée en vigueur des dispositions déclaratoires.
Elle pouvait donc tenir compte de ces dispositions
pour statuer sur l’affaire.
(2) Significance of a Decision to Remit a Matter
With Directions
(2) Portée d’une décision portant renvoi d’une
affaire et assortie de directives
[44] In its judgment of April 2, 2008, the Court of
Appeal remitted the matter to the Régie, ordering
it to review its decisions in light of the court’s rea­
sons. Having discussed the issue of res judicata that
flowed from the Court of Appeal’s decision, I will
now turn to the issue of stare decisis.
[44] Dans sa décision du 2 avril 2008, la Cour
d’appel a renvoyé l’affaire à la Régie en lui ordon­
nant de réviser ses décisions conformément aux
motifs de l’arrêt. Ayant statué sur la question de l’auto­
rité de la chose jugée qui a découlé de la déci­sion
de la Cour d’appel, je vais maintenant traiter de la
question du stare decisis.
[45] Multi-Marques and Sean Kelly argue that
because the Court of Appeal had remitted the matter
to the Régie together with a direction, the Régie’s
jurisdiction was limited and it was bound to apply
the law as interpreted by the court regardless of de­
velopments subsequent to the court’s decision.
[45] Multi‑Marques et Sean Kelly soutiennent
que, parce que la Cour d’appel avait ordonné le ren­
voi en donnant des directives, la Régie n’exerçait
qu’une compétence limitée et devait appliquer la
loi telle que la Cour d’appel l’avait interprétée, sans
tenir compte des changements postérieurs à l’arrêt.
[46] This approach is erroneous because it
disregards the proper functioning of the principle
of stare decisis. Where an administrative decisionmaker has a duty to follow the directions of a re­
viewing court, it is on the basis of stare decisis: 
Canada (Commissioner of Competition) v. Superior
Propane Inc., 2003 FCA 53, [2003] 3 F.C. 529, at
[46] Ce raisonnement est erroné parce qu’il se
méprend sur la raison d’être du principe du stare
decisis. Lorsqu’il revient à un décideur adminis­
tratif de suivre les directives d’une cour de révi­
sion, c’est en application du principe du stare
decisis : Canada (Commissaire de la concurrence)
c. Supérieur Propane Inc., 2003 CAF 53, [2003]
146
régie des rentes
v.
canada bread co.
Wagner J.
[2013] 3 S.C.R.
para. 54. It is therefore obligated to follow such
directions only insofar as they remain good law.
3 C.F. 529, par. 54. Le décideur est donc tenu de
suivre ces directives dans la seule mesure où elles
demeurent juridiquement valables.
[47] In the case at bar, once the matter had been
remitted to the Régie for redetermination, the Régie’s
jurisdiction was limited only by the principle of
stare decisis. It was by virtue of stare decisis that
the Régie was bound to apply the Court of Appeal’s
interpretation to the case before it. When the de­
claratory legislation came into force, however, it
operated as a part of the jurisprudence and over­
ruled the court’s interpretation. This legislation
then became the new binding precedent on the ques­
tion of the interpretation of certain provisions of
the SPPA. The principle of stare decisis dictates,
therefore, that changes to the law in the form of
declaratory legislation that occur before a final dis­
position of the litigation will negate the precedential
value of directions from the reviewing court that
conflict with them. Had the law on this question
been changed in the interim by a new precedent
from this Court, the Régie would have been bound
by this Court’s decision in the same way as it is
bound by the legislation in question. In the instant
case, the declaratory legislation is not ambiguous,
and the National Assembly decided unanimously to
counter the effect of the Court of Appeal’s decision
by enabling the Régie to interpret the SPPA in a
man­ner consistent with what the legislature con­
sidered to be the Act’s true objectives. As a result of
the legislature’s intervention, the Court of Appeal’s
directions became bad law. Accordingly, the Régie
was not only entitled to interpret the SPPA in light of
the declaratory provisions, it was obligated to do so.
[47] En l’espèce, la compétence de la Régie,
une fois que l’affaire lui a été renvoyée, n’était
limitée que par le principe du stare decisis. C’est
ce principe qui obligeait la Régie à appliquer à
l’affaire dont elle était saisie l’interprétation établie
par la Cour d’appel. Toutefois, lorsqu’elle est entrée
en vigueur, la loi déclaratoire a pris valeur juris­
prudentielle et a infirmé l’interprétation de la Cour
d’appel. Cette loi est alors devenue le nouveau pré­
cédent obligatoire relativement à l’interprétation de
certaines dispositions de la LRCR. Ainsi, suivant
le principe du stare decisis, les modifications
juridiques opérées par une loi déclaratoire avant
le règlement définitif d’un litige annulent la valeur
de précédent des directives d’une cour de révision
qui sont contraires. Si un nouveau précédent de
notre Cour avait modifié entre-temps le droit
relatif à la question litigieuse, la Régie aurait été
liée par l’arrêt de notre Cour tout comme elle est
liée par la loi en question. En l’espèce, la loi décla­
ratoire n’est pas ambiguë et l’Assemblée nationale
a décidé unanimement de contrer l’effet de la déci­
sion de la Cour d’appel en permettant à la Régie
d’interpréter la LRCR conformément à ce que le
législateur considérait être les véritables objectifs
de cette loi. L’intervention du législateur a donc
privé les directives de la Cour d’appel de leur vali­
dité juridique. En conséquence, la Régie n’était
pas seulement habilitée à interpréter la LRCR en
fonction des dispositions déclaratoires, elle en avait
l’obligation.
[48] Finally, it should be noted that under the
SPPA, the Régie was required to apply the correct
law and therefore had to adopt the meaning that, ac­
cording to the declaratory legislation, the law had
always had. Since declaratory legislation applies
retroactively, the SPPA is deemed to have contained
the relevant provisions since it was first enacted.
Section 202 of the SPPA provides that when an em­
ployer withdraws from a multi-employer pension
plan, the pension committee must file with the
Régie “a report establishing the benefits accrued
to each member and beneficiary affected and the
[48] Enfin, il faut signaler qu’il incombait à la
Régie, aux termes de la LRCR, de donner effet au
droit applicable, et elle devait donc attribuer à la
LRCR le sens que celle‑ci avait toujours eu, selon
la loi déclaratoire. Les lois déclaratoires ayant une
portée rétroactive, la LRCR est réputée avoir inclus
les dispositions en cause depuis son adoption. Selon
l’art. 202 de la LRCR, lorsqu’un employeur se retire
d’un régime de retraite interentreprises, le comité
de retraite doit transmettre à la Régie « un rapport
établissant les droits de chacun des participants et
bénéficiaires visés ainsi que leur valeur ». Selon
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
La Juge en chef
147
value thereof”. Pursuant to s. 203, the Régie may
not au­thorize the withdrawal unless this report is in
con­formity with the SPPA. Although the Régie’s
statutory obligation to issue a certificate in con­
formity with the law is not the main source of its
authority to disregard the Court of Appeal’s deci­
sion, this obligation certainly lends support to the
proposition that the Régie may not apply bad law.
l’art. 203 de la même loi, la Régie ne peut autoriser
le retrait si le rapport n’est pas conforme à la LRCR.
Bien que l’obligation légale de la Régie de délivrer
un certificat conformément à la loi ne soit pas ce
qui l’habilite principalement à passer outre à la
déci­sion de la Cour d’appel, cette obligation permet
certainement d’affirmer que la Régie ne peut appli­
quer une règle de droit invalide.
VI. Conclusion
VI. Conclusion
[49] For these reasons, I would allow the appeal
with costs throughout.
[49] Pour ces motifs, je suis d’avis d’accueillir le
pourvoi avec dépens dans toutes les cours.
The reasons of McLachlin C.J. and Fish J. were
delivered by
Version française des motifs de la juge en chef
McLachlin et du juge Fish rendus par
The Chief Justice (dissenting) —
La Juge en chef (dissidente) —
I. Introduction
I. Introduction
[50] In accordance with the rule of law principle,
all administrative decision-makers are subject to
judicial review by courts of inherent jurisdiction.
“The function of judicial review is . . . to ensure
the legality, the reasonableness and the fairness
of the administrative process and its outcomes”
(Dunsmuir v. New Brunswick, 2008 SCC 9, [2008] 1
S.C.R. 190, at para. 28). An administrative decisionmaker does not have the power to second-guess the
final judgment of a court of inherent jurisdiction
regarding the legality of its decisions. This would
in effect undermine the process of judicial review,
and threaten the rule of law. I am concerned that the
reasons of the majority in the present appeal do just
that. They allow the Régie des rentes du Québec
(“Régie”) to disregard clear instructions from the
Quebec Court of Appeal, and to re-visit an issue
that — as between the parties to this appeal — had
been definitively settled by the courts.
[50] Conformément au principe de la primauté
du droit, toutes les décisions administratives sont
assujetties au contrôle des cours de compétence
inhérente. « Le contrôle judiciaire [. . .] vise à assu­
rer la légalité, la rationalité et l’équité du processus
administratif et de la décision rendue » (Dunsmuir
c. Nouveau‑Brunswick, 2008 CSC 9, [2008] 1
R.C.S. 190, par. 28). Les décideurs administratifs
n’ont pas le pouvoir de remettre en question le
jugement définitif rendu sur la légalité de leurs
décisions par une cour de compétence inhérente, car
le processus de contrôle judiciaire s’en trouverait
alors compromis et la primauté du droit menacée.
Je crains que les motifs de la majorité en l’espèce
n’aient exactement cet effet. Ils permettent en effet à
la Régie des rentes du Québec (« Régie ») de passer
outre aux directives claires de la Cour d’appel du
Québec et de rouvrir une question qui, pour les par­
ties au présent pourvoi, a été définitivement tran­
chée par les tribunaux judiciaires.
[51] I agree with my colleague Wagner J. that the
legislature has the power to enact declaratory pro­
visions which have a retroactive effect, and that such
provisions apply to all pending cases. However, with
respect for the contrary opinion, these propositions
do not resolve the present appeal. At the heart of this
[51] Comme mon collègue le juge Wagner, je
suis d’avis que le législateur a le pouvoir d’édicter
des dispositions déclaratoires de portée rétroactive
et que de telles dispositions s’appliquent à toutes
les affaires pendantes. Mais, en tout respect pour
l’opinion contraire, j’estime que ces principes ne
148
régie des rentes
v.
canada bread co.
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
appeal is the question of whether an administrative
decision-maker can ignore the directions of a court
that has supervisory jurisdiction over it, and effect­
ively reinstate its original decision after it has been
overturned in the course of judicial review. In my
view, the answer to this question is no.
suffisent pas pour décider du présent pourvoi. La
question fondamentale qui se pose en l’espèce est
celle de savoir si un décideur administratif peut
faire abstraction des directives d’une cour exerçant
sur lui un pouvoir de surveillance et rétablir en
subs­tance sa décision initiale annulée à l’issue du
contrôle judiciaire. J’estime qu’il faut y répondre
par la négative.
II. Facts and Judicial History
II. Faits et historique judiciaire
[52] I rely on my colleague’s apt summary of the
facts and judicial history relevant to this appeal.
[52] Je m’en tiendrai à l’excellent exposé des
faits et de l’historique judiciaire formulé par mon
collègue.
III. Analysis
III. Analyse
A. The Quebec Court of Appeal Definitively
Settled the Legal Issue in Dispute
A. La Cour d’appel du Québec a statué définiti­
vement sur la question de droit en litige
[53] It is a settled principle that laws can take
effect retroactively, so long as the legislature indi­
cates its intention in clear statutory language. In this
way, the legislature can change the outcome of a
legal dispute, by enacting provisions which apply
to a pending case. As the British Columbia Court
of Appeal stated in Barbour v. University of British
Columbia, 2010 BCCA 63, 282 B.C.A.C. 270,
leave to appeal refused, [2010] 1 S.C.R. vi:
[53] Il est de droit constant qu’une loi puisse
rétroagir si le législateur a clairement exprimé cette
intention dans la loi. Ainsi, le législateur peut, en
édictant des dispositions applicables à une affaire
pendante, modifier l’issue d’un litige. Comme
la Cour d’appel de la Colombie‑Britannique l’a
affirmé dans Barbour c. University of British
Columbia, 2010 BCCA 63, 282 B.C.A.C. 270,
autorisation d’appel refusée, [2010] 1 R.C.S. vi :
We consider it is clear in Canada that the Legisla­
ture may enact legislation that has the effect of retro­
actively altering the law applicable to a dispute. While
a Legislature may not interfere with the Court’s ad­
judicative role, it may amend the law which the court is
required to apply in its adjudication. [para. 32]
[traduction] Nous estimons qu’il est clair, au
Canada, que le législateur peut édicter des lois ayant pour
effet de modifier rétroactivement le droit applicable à un
litige. Le législateur, bien qu’il ne puisse s’immiscer dans
le rôle de la Cour de trancher des litiges, peut modifier
la loi que la Cour doit appliquer dans l’exercice de cette
fonction. [par. 32]
(See also British Columbia v. Imperial Tobacco
Canada Ltd., 2005 SCC 49, [2005] 2 S.C.R. 473,
at paras. 69-72; Société canadienne de métaux
Reynolds ltée v. Québec (Sous-ministre du Revenu),
[2004] R.D.F.Q. 45 (C.A.), at paras. 16-17.)
(Voir aussi Colombie‑Britannique c. Imperial
Tobacco Canada Ltée, 2005 CSC 49, [2005] 2
R.C.S. 473, par. 69-72; Société canadienne de
métaux Reynolds ltée c. Québec (Sous‑ministre du
Revenu), [2004] R.D.F.Q. 45 (C.A.), par. 16‑17.)
[54] However, retroactive laws do not apply to
pending legal disputes of their own force. They fall
to be applied by the administrative decision-makers
or courts that have jurisdiction to resolve the matters
in dispute. When a retroactive law comes into force
[54] Toutefois, les lois rétroactives ne s’appliquent
pas d’elles‑mêmes aux litiges pendants. Elles
doivent être appliquées par les tribunaux adminis­
tratifs ou judiciaires ayant compétence pour statuer
sur les points en litige. Lorsqu’une loi rétroactive
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
La Juge en chef
149
while a case is being appealed, it falls to be applied
by whatever level of appellate court is seized of the
matter at that time. This principle was recognized in
Western Minerals Ltd. v. Gaumont, [1953] 1 S.C.R.
345, where Cartwright J. stated:
entre en vigueur pendant qu’une cause est portée
en appel, il appartient à la juridiction d’appel alors
saisie de l’appliquer. Ce principe a été reconnu dans
Western Minerals Ltd. c. Gaumont, [1953] 1 R.C.S.
345, où le juge Cartwright a indiqué ce qui suit :
. . . I think it clear that the Appellate Division would
be bound to give effect to a Statute, passed after the
judgment from which the appeal is taken but before the
hearing or decision of the appeal, declaring what the law
is and always has been and so, of necessity, declaring
what it was at the time of the trial. [Emphasis added;
p. 369.]
[traduction] . . . je crois que la Division d’appel
serait clairement tenue de donner effet à une loi, adoptée
postérieurement à la date du jugement porté en appel,
mais avant l’audition de l’appel ou la décision d’appel,
qui déclarerait ce qu’est et a toujours été le droit et, par
voie de conséquence, ce qu’il était au moment du procès.
[Je souligne; p. 369.]
The Alberta Court of Appeal made the same point
in CNG Producing Co. v. Alberta (Provincial
Treasurer), 2002 ABCA 207, 317 A.R. 171:
La Cour d’appel de l’Alberta a réitéré ce principe
dans CNG Producing Co. c. Alberta (Provincial
Treasurer), 2002 ABCA 207, 317 A.R. 171 :
Although retroactive legislation applies to pending
cases, it does not apply to cases that have reached the
stage of an entered judgment. If, however, a judgment
has been entered following the trial of an action and
the Legislature enacts a retroactive statute prior to the
hearing of an appeal, then the outcome of the appeal may
turn on the new statute . . . . [Emphasis added; para. 48.]
[traduction] Une loi rétroactive s’applique aux
affaires pendantes, mais non aux affaires ayant franchi
l’étape du jugement. Toutefois, si une affaire a été ins­
truite et jugée et si une loi rétroactive est édictée avant
l’instruction d’un appel, l’issue de l’appel peut alors
dépendre de la nouvelle loi . . . [Je souligne; par. 48.]
[55] Once all avenues of appeal have been ex­
hausted, the authority of res judicata applies to
pre­clude parties from re-litigating an issue that has
been decided on the merits. This is so even if the
legislature has changed the law retroactively and,
as a result, the final judgment now contains an
error in law. Indeed, “the authority of res judicata
exists even when there is an error in the judgment”
(Roberge v. Bolduc, [1991] 1 S.C.R. 374, at p. 403).
[55] Lorsque toutes les voies d’appel sont épui­
sées, le principe de l’autorité de la chose jugée
s’applique et empêche les parties de remettre en
cause une question qui a été tranchée au fond. Il
en est ainsi même si le législateur a modifié la loi
rétroactivement, de sorte que le jugement définitif
renferme alors une erreur de droit. En effet,
« l’auto­rité de la chose jugée existe même dans le
cas où le jugement est entaché d’erreur » (Roberge
c. Bolduc, [1991] 1 R.C.S. 374, p. 403).
[56] In the present case, only the Supreme Court
of Canada, before which an application for leave
to appeal was pending at the time of the coming into
force of the retroactive provisions, had the juris­
diction to apply the provisions to resolve the dis­pute
between Multi-Marques and the pension bene­
ficiaries. Once it denied leave to appeal, all avenues
of appeal were exhausted. Consequently, the Quebec
Court of Appeal’s judgment acquired the authority
of res judicata between the parties with respect to
the issue of whether the employer’s funding obli­
gations could be limited by clauses 9.12 and 9.13
[56] En l’espèce, seule la Cour suprême du
Canada, qui était saisie d’une demande d’auto­
risation d’appel à la date où les dispositions rétro­
actives sont entrées en vigueur, avait compétence
pour appliquer les dispositions en vue de trancher
le différend opposant Multi‑Marques aux bénéfi­
ciaires du régime de retraite. Le rejet de cette
demande a épuisé toutes les voies d’appel. Le juge­
ment de la Cour d’appel du Québec a donc acquis
l’autorité de la chose jugée entre les parties con­
cernant la question de savoir si les art. 9.12 et 9.13
des règles du Bakery and Confectionery Union and
150
régie des rentes
v.
canada bread co.
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
of the Rules and Regulations for the Bakery and
Confectionery Union and Industry Canadian
Pension Fund (the “Pension Fund’s Rules”) (2008
QCCA 597, [2008] R.J.Q. 853, leave to appeal
refused, [2008] 3 S.C.R. ix).
Industry Canadian Pension Fund (les « Règles »)
pou­vaient restreindre les obligations de l’employeur
en matière de financement (2008 QCCA 597,
[2008] R.J.Q. 853, demande d’autorisation d’appel
rejetée, [2008] 3 R.C.S. ix).
[57] My colleague Wagner J. contends that the de­
claratory provisions applied to the dispute at hand,
because it was a “pending case”. He recognizes that
disputes in which there has been a final determin­
ation of all the rights and obligations of the parties
are beyond the reach of declaratory provisions.
However, he argues that so long as there remain
issues — no matter their nature — to be determined,
declaratory provisions will apply to the dispute and
may negate any final judgments which have de­
finitively resolved certain of the legal questions at
issue.
[57] Selon mon collègue le juge Wagner, les dis­
positions déclaratoires s’appliquaient à ce litige
parce qu’il s’agissait d’une « affaire pendante ». Il
reconnaît que les dispositions déclaratoires ne peu­
vent s’appliquer aux litiges dans lesquels une cour
a statué définitivement sur tous les droits et les
obligations des parties. Il affirme toutefois que dès
lors qu’il reste des questions à trancher — quelle
que soit leur nature — les dispositions déclaratoires
s’appliquent au litige et peuvent écarter tout
jugement qui a statué définitivement sur certaines
des questions juridiques en cause.
[58] In this appeal, the precise monetary liability
of the employer was not determined by the Court of
Appeal’s disposition, and the matter was remitted
back to the Régie for a computation of that liability.
In my colleague’s view, this sufficed for the dispute
to remain a “pending case” and for the declaratory
provisions to apply.
[58] En l’espèce, la décision de la Cour d’appel
n’a pas établi à combien se chiffre précisément
l’obli­gation pécuniaire de l’employeur, et la cour a
renvoyé l’affaire à la Régie pour qu’elle le fasse.
De l’avis de mon collègue, cela suffisait pour que
le litige reste une « affaire pendante » et pour que
s’appliquent les dispositions déclaratoires.
[59] I cannot agree. Courts interpret and apply
declaratory laws restrictively. These laws apply
to pending cases, but do not reopen decided cases
(Western Minerals, at p. 370). The application of
declaratory laws is closely tied to the appeal process
— they do not apply to a dispute once all avenues
of appeal have been exhausted. This restrictive in­
terpretation and application of declaratory laws is
intended to preserve stability and certainty in the
legal system. It recognizes that judicial determin­
ations which have been obtained by parties after a
full appeal process should not be lightly disturbed.
[59] Je ne saurais être d’accord. Les tribunaux
interprètent et appliquent de façon restrictive les
lois déclaratoires. Ces lois s’appliquent aux affaires
pendantes, mais n’opèrent pas la réouverture des
affaires déjà jugées (Western Minerals, p. 370).
L’application des lois déclaratoires est étroitement
liée au processus d’appel — ces lois ne s’appliquent
pas à un litige lorsque toutes les voies d’appel
sont épuisées. Le principe de l’interprétation et
de l’application restrictives des lois déclaratoires
vise à préserver la stabilité et la certitude au sein
du système juridique. Il indique qu’il ne faut pas
modifier à la légère les décisions judiciaires qu’ont
obtenues les parties à l’issue de tous les recours
d’appel.
[60] In my view, the rationale for applying de­
claratory laws restrictively suggests that my col­
league’s distinction between (i) a final judgment,
and (ii) a final judgment that definitively determines
all rights and obligations of the parties (Wagner J.,
[60] À mon avis, la raison d’être de l’application
restrictive des lois déclaratoires porte à croire que
la distinction que fait mon collègue entre (i) un
jugement définitif et (ii) un jugement statuant
définitivement sur tous les droits et obligations des
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
La Juge en chef
151
at para. 30), is inappropriate in this context. Nor,
in my respectful view, is there any legal authority
to support my colleague’s distinction. A judgment
which definitively settles a contested legal issue
as between the parties is no less worthy of being
protected from the retroactive effects of declaratory
laws than a judgment which settles all rights and
obligations in dispute.
parties (motifs du juge Wagner, par. 30) est inop­
portune dans ce contexte. Et, à mon humble avis,
aucun fondement légal n’appuie cette distinction
que fait mon collègue. Un jugement qui tranche
définitivement un point de droit sur lequel les par­
ties s’opposent ne mérite pas moins d’être sous­
trait aux effets rétroactifs d’une loi déclaratoire
qu’un jugement statuant sur tous les droits et les
obligations en litige.
[61] The present appeal illustrates this. The Quebec
Court of Appeal found that the Pension Fund’s
Rules effectively limited the employer’s funding
obli­gations, and the Supreme Court of Canada de­
clined to interfere with that conclusion. Following
this conclusive determination, what remained were
the rather clerical tasks of collecting actuarial
reports and computing the precise monetary lia­
bility of the employer — tasks which were left
to the Régie, as they fell within its area of special­
ization. There were no longer any avenues of appeal
through which the Quebec Court of Appeal’s con­
clusions on the employer’s funding obligations
could be challenged. The parties had sought a final
determination of the issue and had obtained it,
running up the appellate ladder in the process. Yet
the application of declaratory provisions reopened
litigation of a dispute whose core issues had been
definitively determined, leading the parties back
up the appellate ladder. This is precisely what the
well-settled principle of applying declaratory laws
restrictively is meant to prevent.
[61] C’est ce qu’illustre le présent pourvoi. La
Cour d’appel du Québec a conclu que les Règles
du régime de pension limitaient effectivement les
obligations de l’employeur en matière de finan­
cement, et la Cour suprême du Canada n’a pas
jugé bon d’intervenir dans cette décision. Après ce
jugement décisif, seules demeuraient les tâches
plutôt administratives de réunir les rapports actua­
riels et de calculer le montant exact de l’obliga­
tion pécuniaire de l’employeur — des tâches qui
relevaient du domaine de spécialisation de la Régie
et que la cour a laissées à cette dernière. Il n’existait
plus aucune voie d’appel permettant de contester les
conclusions de la Cour d’appel du Québec relatives
aux obligations de l’employeur en matière de finan­
cement. Les parties avaient demandé et obtenu une
décision définitive sur la question, en se rendant
jusqu’au tribunal de dernier recours. Pourtant,
l’appli­cation des dispositions déclaratoires a rouvert
l’examen d’un litige dont les principales questions
avaient été définitivement résolues et a ramené
les parties à gravir tous les échelons des recours
d’appel. C’est précisément ce que vise à prévenir
le principe bien établi de l’interprétation restrictive
des lois déclaratoires.
[62] My colleague also relies heavily on the intent
of the legislature, which he contends was spe­cif­
ically to negate the effects of the Court of Appeal’s
judgment as between the parties. I agree that, in
theory, the legislature has the power to extinguish
all the effects of a judgment. However, to infer that
the legislature intended to extinguish the effects
of a judgment as between the parties — an extra­
ordinary step — clear language is required. The
de­clara­tory law in this case does not contain such
language.
[62] En outre, mon collègue s’appuie fortement
sur l’intention du législateur qui, selon lui, voulait
spécifiquement annuler les effets du jugement de la
Cour d’appel à l’égard des parties. Je suis d’accord
pour dire qu’en théorie, le législateur a le pouvoir
d’annuler tous les effets d’un jugement. Toutefois,
pour inférer que le législateur voulait annuler les
effets d’un jugement à l’égard des parties — une
mesure extraordinaire — son intention doit être
exprimée clairement dans la loi. Or, les termes
de la loi déclaratoire en l’espèce n’expriment pas
clairement cette intention.
152
régie des rentes
v.
canada bread co.
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
[63] It is useful to distinguish between the dif­
ferent effects produced by a judgment. One effect
of a final judgment is to create a precedent that
courts and tribunals must follow. This effect is
called stare decisis: “. . . a court must follow earlier
judicial decisions when the same points arise again
in litigation”, unless or until such decisions are
revisited or overruled by a higher court (Black’s Law
Dictionary (9th ed. 2009); Woods Manufacturing
Co. v. The King, [1951] S.C.R. 504, at p. 515). A
second effect of a binding judgment is to fix the
rights and obligations of the parties, rendering the
issue in dispute res judicata.
[63] Il est utile de faire une distinction entre
les différents effets que produit un jugement. Un
jugement définitif a notamment pour effet de créer
un précédent que doivent suivre les tribunaux judi­
ciaires ou administratifs. C’est l’effet que l’on
appelle le stare decisis : [traduction] « . . . les tri­
bunaux saisis de nouveau d’une question donnée
doivent rendre des décisions conformes à celles
qu’ils ont déjà rendues », jusqu’à ce que les déci­
sions soient réexaminées ou infirmées par un tri­
bunal supérieur (Black’s Law Dictionary (9 e éd. 2009); Woods Manufacturing Co. c. The King,
[1951] R.C.S. 504, p. 515). Un jugement définitif
a aussi pour effet d’établir les droits et obligations
des parties, ce qui confère à la question en litige
l’autorité de la chose jugée.
[64] It is sufficient for the legislature to say that
a law is “declaratory” in order to deprive contrary
jurisprudence of its precedential value. However, it
takes more explicit language to infer that the legis­
lature intended to deprive a final judgment of its
authority of res judicata as between the parties to a
dispute where all avenues of appeal have been ex­
hausted. As the Saskatchewan Court of Appeal stated
in Zadvorny v. Saskatchewan Government Insur­
ance (1985), 38 Sask. R. 59:
[64] Il suffit pour le législateur de dire qu’une loi
est « déclaratoire » pour priver de sa valeur précé­
dentielle une jurisprudence contraire. Cependant,
il faut un libellé plus explicite pour inférer que le
législateur a voulu priver de l’autorité de la chose
jugée un jugement définitif à l’égard des parties à
un litige lorsque toutes les voies d’appel ont été
épuisées. Comme la Cour d’appel de la Saskat­
chewan l’a affirmé dans Zadvorny c. Saskatchewan
Government Insurance (1985), 38 Sask. R. 59 :
To change a law of general application, retroactively, is
one thing; to legislate the extinguishment of a judgment
is another. To satisfy us that the Legislature intended to
deprive the respondent of his judgment . . . would take
the clearest of language. [para. 9]
[ traduction] Modifier rétroactivement une loi
d’application générale est une chose; annuler un juge­
ment par voie législative en est une autre. Pour nous
convaincre que le législateur entendait priver l’intimé de
son jugement, [. . .] il faudrait qu’il l’eût exprimé dans les
termes les plus clairs. [par. 9]
(Cited with approval in Hornby Island Trust Ctee. v.
Stormwell (1988), 30 B.C.L.R. (2d) 383, at p. 392.)
(Cité avec approbation dans Hornby Island Trust
Ctee. c. Stormwell (1988), 30 B.C.L.R. (2d) 383,
p. 392.)
In the present case, the legislature chose not to
use language that specifically provided for the ex­
tinguishment of the Court of Appeal’s judgment. In
the absence of such language, it is appropriate to
construe the provisions restrictively, as only de­priv­
ing the judgment of its precedential value.
En l’espèce, le législateur a choisi de ne pas
employer des termes indiquant spécifiquement
qu’il annulait le jugement de la Cour d’appel. En
l’absence de tels termes, il convient d’interpréter
les dispositions restrictivement et de conclure
qu’elles ne privent le jugement que de sa valeur de
précédent.
[65] In summary, I am of the view that there is
no principled basis on which to conclude that de­
claratory laws apply to judicial determinations for
[65] En résumé, je suis d’avis qu’aucun principe
de droit ne permet de conclure que les lois décla­
ratoires s’appliquent aux décisions judiciaires pour
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
La Juge en chef
153
which all avenues of appeal have been ex­hausted,
but which fall short of determining every issue in
dispute. This runs counter to the principle that de­
claratory provisions must be interpreted and applied
restrictively, and to the correlative principle that
clear statutory language is required to extinguish
the effects of a judgment as between the parties. It
follows that the Court of Appeal’s judgment was
final and binding: the Régie had [translation] “to
review its decisions . . . in conformity with” the
Court of Appeal determination that clauses 9.12 and
9.13 of the Pension Fund’s Rules operated to limit
the employer’s funding obligations (see para. 108
of the Court of Appeal’s reasons).
lesquelles toutes les voies d’appel ont été épuisées,
mais qui ne statuent pas sur toutes les questions
en litige. Une telle conclusion irait à l’encontre du
principe voulant que les dispositions déclaratoires
doivent recevoir une interprétation et une appli­
cation restrictives, et à l’encontre du principe cor­
rélatif suivant lequel un texte législatif clair est
nécessaire pour annuler les effets d’un jugement
à l’égard des parties. Il s’ensuit que le jugement
de la Cour d’appel était définitif et exécutoire : il
fallait que la Régie « révise ses décisions [. . .] en
se conformant » à la décision de la Cour d’appel
selon laquelle les art. 9.12 et 9.13 des Règles
limitaient les obligations de l’employeur en matière
de financement (voir les motifs de la Cour d’appel,
par. 108).
B. The Régie Had No Jurisdiction to Overturn the
Court of Appeal’s Final Judgment
B. La Régie n’avait pas compétence pour infirmer
le jugement définitif de la Cour d’appel
[66] The Régie had no jurisdiction to revise the
Court of Appeal’s decision and apply more recent
legal developments to come to a different con­
clusion. The Régie was only seized of the case
again because the Court of Appeal had remitted the
matter to it with directions. I am willing to accept
— as my colleague Wagner J. appears to argue —
that a court’s remission of a matter with directions
to a decision-maker may sometimes revive that
decision-maker’s original jurisdiction over the
matter, which would allow the legal issues in dis­
pute to be considered afresh. However, in my view,
this only happens if the substance of the court’s
directions requires the decision-maker to com­
mence a fresh review of the legal matter. Here, the
substance of the Court of Appeal’s directions was
that the Régie should compute the employer’s
precise monetary liability in light of the principle
that the employer’s funding obligations were lim­
ited by clauses 9.12 and 9.13 of the Pension Fund’s
Rules. The directions did not require the Régie to
redetermine the substantive rights and obligations
of the employer and of the fund beneficiaries. In so
doing, the Régie acted without jurisdiction.
[66] La Régie n’avait pas compétence pour
réviser la décision de la Cour d’appel et formuler
une conclusion différente en appliquant des dis­
positions législatives plus récentes. Elle n’était
saisie de nouveau de l’affaire que parce que la Cour
d’appel la lui avait renvoyée avec des directives. Je
suis prête à reconnaître — comme semble l’affir­
mer mon collègue le juge Wagner — que le renvoi
d’une affaire au décideur administratif accom­
pagné de directives puisse parfois faire renaître la
compétence initiale de ce dernier, ce qui lui per­
met­trait de reprendre du début l’examen des ques­
tions juridiques en litige. Toutefois, cela ne se
produit, selon moi, que si les directives obligent le
tribunal administratif à reprendre l’examen de ces
questions. En l’espèce, la Cour d’appel donnait
essentiellement instruction à la Régie de chiffrer
précisément l’obligation pécuniaire de l’employeur
en tenant pour acquis que les art. 9.12 et 9.13 des
Règles limitaient l’obligation de l’employeur en
matière de financement. Les directives n’exigeaient
pas que la Régie se prononce de nouveau sur les
droits et obligations substantiels de l’employeur et
des bénéficiaires du régime et, en le faisant, la Régie
a agi sans compétence.
[67] Orders remitting a matter to an administra­
tive decision-maker with directions can take many
[67] Les ordonnances portant renvoi d’une affaire
à un décideur administratif et comportant des
154
régie des rentes
v.
canada bread co.
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
shapes. A court’s directions must be interpreted in
light of the totality of their content and of the context
in which they were given (Shuchuk v. Workers’
Compensation Board Appeals Commission (Alta.),
2012 ABCA 50, 522 A.R. 336, at para. 23).
directives peuvent prendre diverses formes. Les
directives judiciaires doivent être interprétées au
regard de tout leur contenu et du contexte dans
lequel elles sont données (Shuchuk c. Workers’
Compensation Board Appeals Commission (Alta.),
2012 ABCA 50, 522 A.R. 336, par. 23).
[68] In Canada (Commissioner of Competition)
v. Superior Propane Inc., 2003 FCA 53, [2003]
3 F.C. 529, at para. 54, Rothstein J.A. (as he then
was) stated that clarifications of the law contained
in a court’s directions bind lower courts and
tribunals pursuant to the principle of stare decisis.
In other words, the directions function as judicial
precedents. My colleague Wagner J. infers from this
principle that directions can be displaced by any
change in the law which renders the legal substance
of the directions erroneous.
[68] Dans l’arrêt Canada (Commissaire de la
concurrence) c. Supérieur Propane Inc., 2003 CAF
53, [2003] 3 C.F. 529, par. 54, le juge Rothstein
(maintenant juge de notre Cour) a indiqué qu’en
application du principe du stare decisis, les clari­
fications juridiques figurant dans des directives
judi­ciaires lient les juridictions inférieures et les
tribunaux administratifs. Autrement dit, les direc­
tives ont valeur de précédent. Mon collègue le juge
Wagner infère de ce principe que les directives peu­
vent devenir sans effet par suite de tout changement
du droit les rendant juridiquement erronées.
[69] In my view, this conclusion is overbroad
and does not apply in all cases of remission with
directions. It is important to consider the substance
of the directions. In some cases, directions merely
clarify the law, and require the tribunal to determine
legal matters afresh in accordance with these
clarifications (D. J. M. Brown and J. M. Evans, with
the assistance of C. E. Deacon, Judicial Review of
Administrative Action in Canada (loose-leaf), at
pp. 5-36 to 5-41). This was the case in Superior
Propane, where the Federal Court of Appeal had
clarified the methodology that the Competition
Tribunal should use to determine whether a merger
would substantially prevent or lessen competition,
and had remitted to the Tribunal the legal matter of
whether the merger at issue did in fact prevent or
lessen competition. In these cases, the directions
function as judicial precedents — it may well be
that subsequent changes in the law will render the
clarifications erroneous and that the directions will
no longer bind the administrative decision-maker.
[69] À mon avis, il tire une conclusion trop large
qui ne s’applique pas à tous les cas de renvoi assorti
de directives. Il est important de tenir compte
de la teneur des directives. Dans certains cas, les
directives clarifient simplement le droit et exigent
du tribunal administratif qu’il pose un nouveau
regard sur les questions juridiques en fonction de
ces clarifications (D. J. M. Brown et J. M. Evans,
avec la collaboration de C. E. Deacon, Judicial
Review of Administrative Action in Canada (feuilles
mobiles), p. 5‑36 à 5‑41). C’était le cas dans
l’affaire Supérieur Propane, dans laquelle la Cour
d’appel fédérale avait précisé la méthodo­logie
que le Tribunal de la concurrence devait suivre
pour déterminer si un fusionnement empêcherait
ou dimi­nuerait sensiblement la concurrence, et elle
avait renvoyé au Tribunal la question juridique de
savoir si le fusionnement en cause empêchait ou
diminuait effectivement la concurrence. Dans de
tels cas, les directives ont valeur de précédent —
il est bien possible que des changements subsé­
quents dans l’état du droit rendent les clarifications
erronées et que les directives cessent de lier le
décideur administratif.
[70] However, in other cases, directions may in
fact contain substantive determinations of the rights
[70] Dans d’autres cas, toutefois, les directives
peuvent effectivement renfermer des conclusions
[2013] 3 R.C.S.
régie des rentes
c.
canada bread co.
La Juge en chef
155
and obligations of parties, and require the ad­min­
istrative decision-maker to give effect to those
rights and obligations. In these cases, the court’s
determination of the rights and obligations of the
parties attracts the authority of res judicata. To con­
clude otherwise is to deprive the process of judicial
review of finality and to put administrative decisionmakers on an equal footing with the courts that
exercise supervisory jurisdiction over them.
de fond sur les droits et obligations des parties et
obliger le décideur administratif à donner effet à
ces droits et obligations. Ces conclusions du tri­bunal
judiciaire acquièrent alors force de chose jugée.
Conclure autrement prive le processus de contrôle
judiciaire de son caractère définitif et place le
décideur administratif sur le même pied que les
tribunaux judiciaires investis du pouvoir de le
surveiller.
[71] In the present case, there was no authority
for the Régie’s purported jurisdiction to determine
afresh whether Multi-Marques’ funding obliga­
tions were limited by clauses 9.12 and 9.13 of the
Pension Fund’s Rules. As discussed, the Court of
Appeal’s directions did not instruct the Régie to
determine the matter afresh. Nor does the Régie’s
enabling statute contain any provisions that allow
it to review a matter on which a higher court has
passed judgment. The Régie points to s. 26 of
its enabling statute, which holds that the Régie
“may, on its own initiative, revise or cancel any
decision” (An Act respecting the Québec Pension
Plan, R.S.Q., c. R-9). However, this provision
merely grants the Régie a plenary jurisdiction, and
absent clear legislative language it cannot have
been intended to allow the Régie to circumvent the
process of judicial review and side-step directions
from a higher court (Shuchuk, at para. 37).
[71] En l’espèce, rien ne fondait la compétence
dont se réclamait la Régie pour examiner à nouveau
si les art. 9.12 et 9.13 des Règles limitaient les
obligations de Multi‑Marques en matière de finan­
cement. Comme il en a été fait mention, les directives
de la Cour d’appel n’obligeaient pas la Régie à
reprendre l’examen du début. En outre, aucune
disposition de la loi créant la Régie ne lui permet­
tait d’examiner une question sur laquelle une cour
de juridiction supérieure s’était prononcée. La Régie
invoque l’art. 26 de sa loi habilitante, lequel énonce
qu’elle « peut, d’office, réviser ou révoquer toute
décision » (Loi sur le régime de rentes du Québec,
L.R.Q., ch. R‑9). Cette disposition, toutefois, con­
fère simplement une pleine compétence à la Régie,
et en l’absence d’un texte législatif clair, elle ne peut
exprimer l’intention de permettre à la Régie de con­
tourner le processus de contrôle judiciaire et de faire
abstraction des directives d’une cour de juridiction
supérieure (Shuchuk, par. 37).
[72] As discussed above, the Court of Appeal’s
ruling remained binding. The ruling had lost its pre­
cedential value as a result of the declaratory pro­
visions: the Régie would not be bound to follow its
interpretation of the law in future cases. However,
the authority of res judicata applied to it and the
Régie could not disturb the Court of Appeal’s
definitive resolution of the legal issues as between
the parties. It had to fulfill the task for which the
case had been remitted to it, i.e. compute the precise
monetary liability that resulted from the substantive
rights and obligations determined by the Court of
Appeal. By failing to do so, the Régie effectively
cir­cumvented the process of judicial review and
reinstated its original decision without having the
jurisdiction to do so. The majority’s reasons endorse
this behaviour, and undermine the finality of all
[72] Comme nous l’avons vu, la décision de la
Cour d’appel a conservé son caractère obligatoire.
La décision avait perdu sa valeur de précédent par
l’effet des dispositions déclaratoires : dans les liti­
ges futurs, la Régie ne serait plus liée par l’inter­
prétation de la loi dictée par la Cour d’appel.
Toutefois, la décision de cette dernière conservait
l’autorité de la chose jugée et la Régie ne pouvait
pas modifier cette décision définitive qui tranchait
les questions juridiques à l’égard des parties. Elle
devait accomplir la tâche pour laquelle l’affaire lui
avait été renvoyée, soit calculer à combien se chif­
frait l’obligation monétaire précise résultant des
droits et obligations substantiels tels qu’ils avaient
été circonscrits par la Cour d’appel. En se déro­
bant à cette tâche, la Régie a effectivement con­
tourné le processus de contrôle judiciaire et elle a
156
régie des rentes
v.
canada bread co.
The Chief Justice
[2013] 3 S.C.R.
judgments that contain a remission with directions
to an administrative decision-maker.
rétabli sa décision initiale alors qu’elle n’avait pas
compétence pour ce faire. Les motifs des juges
majoritaires approuvent cette conduite et compro­
mettent le caractère définitif de tous les jugements
concluant au renvoi d’une affaire devant un décideur
administratif et comportant des directives.
IV. Conclusion
IV. Conclusion
[73] For these reasons, I would dismiss the appeal
and award costs to the respondents.
[73] Pour ces motifs, je suis d’avis de rejeter le
pourvoi et d’accorder les dépens aux intimés.
Appeal allowed with costs throughout,
McLachlin C.J. and Fish J. dissenting.
Pourvoi accueilli avec dépens devant toutes les
cours, la juge en chef McLachlin et le juge Fish
sont dissidents.
Solicitor for the appellant: Régie des rentes du
Québec, Québec.
Procureur de l’appelante : Régie des rentes du
Québec, Québec.
Solicitors for the respondents the Canada
Bread Company Ltd., Multi‑Marques Inc. and
Multi‑Marques Distribution Inc.: Stikeman Elliott,
Montréal.
Procureurs des intimées Canada Bread Company
Ltd., Multi‑Marques Inc. et Multi‑Marques Distri­
bution Inc. : Stikeman Elliott, Montréal.
Solicitors for the respondent Sean Kelly, in his
capacity as trustee of the Bakery and Confectionery
Union and Industry Canadian Pension Fund: Blake,
Cassels & Graydon, Montréal.
Procureurs de l’intimé Sean Kelly, en sa qualité
de fiduciaire du Bakery and Confectionery Union
and Industry Canadian Pension Fund : Blake,
Cassels & Graydon, Montréal.
Solicitor for the intervener the Attorney General
of Quebec: Attorney General of Quebec, Québec.
Procureur de l’intervenant le procureur général
du Québec : Procureur général du Québec, Québec.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
157
Pierino Divito Appellant
Pierino Divito Appelant
v.
c.
Minister of Public Safety and
Emergency Preparedness Respondent
Ministre de la Sécurité publique et de la
Protection civile Intimé
and
et
Canadian Civil Liberties Association,
David Asper Centre for Constitutional
Rights and British Columbia Civil
Liberties Association Interveners
Association canadienne des libertés civiles,
David Asper Centre for Constitutional
Rights et Association des libertés civiles de la
Colombie‑Britannique Intervenants
Indexed as: Divito v. Canada (Public Safety
and Emergency Preparedness)
Répertorié : Divito c. Canada
(Sécurité publique et Protection civile)
2013 SCC 47
2013 CSC 47
File No.: 34128.
No du greffe : 34128.
2013: February 18; 2013: September 19.
2013 : 18 février; 2013 : 19 septembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges
LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the federal court of
appeal
en appel de la cour d’appel fédérale
Constitutional law — Charter of Rights — Mobility
rights — Right to enter Canada — Minister refusing of­
fender transfer request by Canadian citizen imprisoned
abroad, on basis of security concerns — Constitutional
challenge of provisions governing international transfer
of offenders made by Canadian citizen imprisoned
abroad — Whether statutory provisions giving Minister
discretion to grant or deny transfer request violate right
to enter Canada and, if so, whether violation is justified
— Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1, 6(1)
— International Transfer of Offenders Act, S.C. 2004,
c. 21, ss. 8(1), 10(1)(a), (2)(a).
Droit constitutionnel — Charte des droits — Liberté
de circulation et d’établissement — Droit d’entrer au
Canada — Refus par le ministre, fondé sur des pré­
occupations relatives à la sécurité, d’accéder à la
demande de transfèrement d’un délinquant citoyen
canadien emprisonné à l’étranger — Contestation
constitutionnelle des dispositions régissant le trans­
fèrement international de délinquants par un citoyen
canadien emprisonné à l’étranger — Les dispositions
législatives qui confèrent au ministre le pouvoir
discrétionnaire de consentir ou non à la demande de
transfèrement portent‑elles atteinte au droit d’entrer au
Canada et, dans l’affirmative, l’atteinte est‑elle justifiée?
— Charte canadienne des droits et libertés, art. 1, 6(1)
— Loi sur le transfèrement international des délinquants,
L.C. 2004, ch. 21, art. 8(1), 10(1)a), (2)a).
D, a Canadian citizen, was extradited to the U.S.
where he pleaded guilty to serious drug offences and was
sentenced to seven and a half years in prison. He sub­
mitted a request under the International Transfer of Of­
fenders Act, S.C. 2004, c. 21 (“ITOA”), to be transferred
D, un citoyen canadien, a été extradé aux États‑Unis
où il a plaidé coupable à des infractions graves liées à
la drogue et a été condamné à sept ans et demi d’empri­
sonnement. Il a présenté une demande sous le régime de
la Loi sur le transfèrement international des délinquants,
158
DIVITO
v.
CANADA
to Canada to serve the remainder of his American sen­
tence. Under the ITOA, the consent of both the foreign
state and the Canadian government are required before
an offender can be returned to Canada. Sections 8(1),
10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA give the Canadian
Minister of Public Safety a discretion whether to consent
to the transfer. D’s request was approved by the U.S. but
re­fused by the Minister on the basis that the nature of his
offence and his affiliations suggested that D’s return to
Canada would constitute a potential threat to the safety
of Canadians and the security of Canada. D sought ju­
dicial review of the Minister’s decision, arguing that
the existence of discretion under the ITOA to refuse to
consent to the return of a Canadian in a foreign prison
violated his right to enter Canada protected by s. 6(1)
of the Canadian Charter of Rights and Freedoms. Once
it was confirmed that D was a Canadian citizen, he had
the right to enter Canada and the Minister was required
to consent to his return. The Federal Court dismissed
D’s application for judicial review of the Minister’s
refusal, concluding that the decision of the Minister was
reasonable and that ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a) of the
ITOA did not violate D’s right as a Canadian citizen to
enter Canada under s. 6(1) of the Charter. D appealed
only the issue of the constitutionality of the provisions,
not the reasonableness of the Minister’s decision. The
Federal Court of Appeal dismissed the appeal.
Held: The appeal should be dismissed.
[2013] 3 S.C.R.
L.C. 2004, ch. 21 (« LTID »), afin d’être transféré au
Canada pour purger le reste de la peine qui lui a été
infligée aux États‑Unis. Aux termes de la LTID, le retour
au Canada d’un délinquant nécessite le consentement
de l’entité étrangère et du gouvernement canadien. Le
paragraphe 8(1) et les al. 10(1)a) et 10(2)a) de la LTID
confèrent au ministre de la Sécurité publique du Canada
le pouvoir discrétionnaire de consentir ou non au trans­
fèrement. Les États‑Unis ont approuvé la demande de D,
mais le ministre l’a refusée au motif que la nature de son
délit ainsi que ses affiliations suggéraient que le retour
de D au Canada pourrait constituer une menace pour
la sécurité du Canada et la sûreté des Canadiens. D a
sollicité le contrôle judiciaire de la décision du ministre,
faisant valoir que le pouvoir discrétionnaire conféré par
la LTID de refuser de consentir au retour d’un Canadien
emprisonné à l’étranger violait son droit d’entrer au
Canada garanti par le par. 6(1) de la Charte canadienne
des droits et libertés. Une fois sa citoyenneté canadienne
établie, D estime qu’il avait le droit d’entrer au Canada
et que le ministre devait consentir à son retour. La Cour
fédérale a rejeté la demande de contrôle judiciaire du
refus du ministre, concluant que la décision de ce dernier
était raisonnable et que le par. 8(1) et les al. 10(1)a) et
10(2)a) de la LTID ne violaient pas le droit de D, en tant
que citoyen canadien, d’entrer au Canada, droit protégé
par le par. 6(1) de la Charte. D a interjeté appel à l’égard
de la question de la constitutionnalité des dispositions,
et non à l’égard du caractère raisonnable de la décision
du ministre. La Cour d’appel fédérale a rejeté le pourvoi.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
Per Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis and Wagner JJ.: Mobility rights are pro­tected
by s. 6 of the Charter. These include the right in s. 6(1)
of every citizen to enter, remain in, and leave Canada.
The right of a Canadian citizen to enter and to remain in
Canada is a fundamental right associated with citizen­ship.
Without the ability to enter one’s country of citizenship,
the “right to have rights” within that country cannot be
fully exercised. The right to enter should therefore be given
a generous interpretation consistent with its purpose,
the interests it was intended to protect and the broad
construction of the right to enter in international law.
Les juges Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner : La liberté de circulation et
d’établissement est protégée par l’art. 6 de la Charte.
Elle comprend le droit prévu au par. 6(1) pour tout
citoyen d’entrer au Canada, d’y demeurer et d’en sortir.
Le droit d’un citoyen canadien d’entrer au Canada
et d’y demeurer est donc un droit fondamental lié à la
citoyenneté. Sans la possibilité d’entrer dans son pays de
citoyenneté, le « droit d’avoir des droits » ne peut pas
être pleinement exercé. Le droit d’entrer doit donc être
interprété généreusement, en fonction de son objet, des
intérêts qu’il visait à protéger et de l’interprétation large
qui lui est donnée en droit international.
However, the mobility rights guaranteed by s. 6(1) of
the Charter do not give a Canadian citizen an automatic
right to serve a sentence in Canada. The ITOA and the
treaties which it implements provide a statutory mech­
anism to transfer the supervision of a prison sentence
from a foreign jurisdiction to Canada, since as a matter of
Toutefois, le droit de circulation garanti par le par. 6(1)
de la Charte ne donne pas à un citoyen canadien le droit
automatique de purger une peine au Canada. La LTID et
les traités qu’elle met en œuvre prévoient un mécanisme
législatif permettant de transférer la surveillance de
l’exécution d’une peine d’un pays étranger au Canada,
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
159
international law, Canada has no legal authority to require
the return of a citizen who is lawfully incarcerated by a
foreign state. Independent of the ITOA, there is no right
to serve a foreign prison sentence in Canada. The ITOA
was not intended to create a right for Canadian citizens
to require Canada to administer their foreign sentence.
Nor does it impose a duty on the Canadian government
to permit all such citizens to serve their foreign sentences
in Canada. D’s submission would result in a positive
obligation on Canada to administer the sentences im­
posed upon Canadian citizens by foreign jurisdictions.
This misconstrues what s. 6(1) protects. Although the
ITOA contemplates a mechanism by which a citizen may
return to Canada in the limited context of continuing
incarceration for the purpose of serving their foreign
sentence, s. 6(1) does not confer a right on Canadian
citizens to serve their foreign sentences in Canada. The
impugned provisions of the ITOA, which make a transfer
possible, do not, as a result, represent a breach of s. 6(1).
Once a foreign jurisdiction consents to a transfer under
s. 8(1) of the ITOA, however, the Minister’s discretion
under ss. 10(1)(a) and 10(2)(a) is fully engaged and must
be exercised reasonably, including in compliance with
relevant Charter values. D’s argument that the Minister
must consent to the transfer of a Canadian citizen once
a foreign state has provided its consent, calls into consti­
tutional question not the impugned provisions, but the
way the discretion is exercised. This calls for scrutiny of
the reasonableness of the exercise of discretion, an issue
that has not been appealed to this Court.
puisque, en droit international, le Canada n’a pas le pou­
voir légal d’exiger le retour d’un citoyen qui est léga­le­
ment détenu par un pays étranger. Indépendamment de
la LTID, il n’existe pas de droit de purger au Canada une
peine de prison infligée à l’étranger. La LTID ne visait
pas à créer un droit pour les citoyens canadiens d’exi­
ger que le Canada prenne en charge les peines qui leur
sont infligées à l’étranger. Elle n’oblige pas non plus le
gouvernement canadien à permettre à tous ses citoyens
de purger ces peines au Canada. Selon les prétentions
de D, le Canada aurait l’obligation de prendre en charge
l’exécution des peines infligées aux citoyens canadiens
par des pays étrangers. Cela constitue une interprétation
erronée des droits protégés par le par. 6(1). Bien que la
LTID permette à un citoyen de retourner au Canada dans
ce but, dans le contexte restreint du maintien en déten­
tion, le par. 6(1) ne confère pas aux citoyens canadiens
le droit de purger au Canada les peines qui leur ont été
infligées à l’étranger. Les dispositions contestées de la
LTID, qui rendent un transfèrement possible, ne cons­
tituent donc pas une violation du par. 6(1). Cela dit, une
fois que le pays étranger consent au transfèrement en
vertu du par. 8(1) de la LTID, le pouvoir discrétionnaire
conféré au ministre par les al. 10(1)a) et 10(2)a) est
entièrement applicable et doit être exercé de manière
raisonnable, y compris de manière à respecter les valeurs
pertinentes de la Charte. L’argument de D selon lequel
le ministre doit consentir au transfèrement d’un citoyen
canadien si le pays étranger y consent remet en question,
sur le plan constitutionnel, non pas les dispositions con­
testées, mais la façon dont le ministre exerce son pouvoir
discrétionnaire. Il faut donc examiner le caractère rai­
sonnable de l’exercice du pouvoir discrétionnaire, une
question qui n’a pas été portée en appel devant la Cour.
Per McLachlin C.J. and LeBel and Fish JJ.: Sec­
tion 6(1) should be interpreted generously, in a manner
that is consistent with the broad protection of mobility
rights under international law and gives full effect to the
provision’s expansive breadth. Effective exercise of the
rights conferred by s. 6(1) will often require the state’s
active cooperation, in part because of the extra‑territorial
application of the rights and the principle of sovereignty
of nations. The ITOA was precisely designed to safeguard
and facilitate the exercise of these s. 6(1) rights. Under
that regime, once the foreign state has consented to the
transfer, the sole impediment to the exercise of the cit­
izen’s s. 6(1) right is the Minister’s discretion under
ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA. Hence the
provisions constitute a limitation on the rights protected
by s. 6(1) of the Charter.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel et
Fish : Il faut interpréter généreusement le par. 6(1), d’une
manière qui soit cohérente avec la protection large que
confère le droit international à la liberté de circulation et
qui donne plein effet à la portée étendue de la disposition.
L’exercice réel des droits conférés par le par. 6(1) exi­
gera souvent la coopération active de l’État en raison,
notamment, de leur application extraterritoriale et du
principe de la souveraineté des nations. La LTID a été
conçue précisément pour sauvegarder les droits garantis
au par. 6(1) et pour en faciliter l’exercice. Selon ce régime,
dès qu’un pays étranger a consenti à un transfèrement, le
pouvoir discrétionnaire que confèrent le par. 8(1) et les
al. 10(1)a) et 10(2)a) de la LTID au ministre devient le
seul obstacle à ce qu’un citoyen exerce les droits que lui
confère le par. 6(1). Les dispositions constituent donc une
limite aux droits garantis par le par. 6(1) de la Charte.
160
DIVITO
v.
CANADA
[2013] 3 S.C.R.
The limitation is nonetheless justified under s. 1 of
the Charter. Ensuring the security of Canada and the
prevention of offences related to terrorism and organized
crime are pressing and substantial objectives. Properly
understood, the factors set out in ss. 10(1)(a) and 10(2)(a)
of the ITOA relate to risks that arise upon the transfer
of offenders before their release. Given that, in some
cases, the objectives of the ITOA would be served by
refusing a transfer based on those factors, the Minister’s
discretion to consider them on a case‑by‑case basis is
rationally connected to the objectives. In addition, at least
in some cases, refusing a transfer based on the factors
will be the sole — and therefore the most minimally
impairing — alternative open to the Minister. In light of
both the binary nature of the Minister’s decision and the
citizen’s continued incarceration, it is difficult to con­
ceive of a less drastic means of achieving Parliament’s
protective purpose. Finally, the impugned provisions are
proportionate in their effect. The beneficial effects of
per­mitting the Minister to consider threats to Canadian
sec­urity in deciding whether to permit a transfer are self‑
evident, and the prejudicial effect of a refusal on the mo­
bility rights of Canadian citizens incarcerated abroad
is palliated by the fact that the citizens in question will
be able to enter Canada after serving their sentence in the
foreign jurisdiction.
Cette limite est néanmoins justifiée au sens de l’article
premier de la Charte. Assurer la sécurité du Canada et
prévenir les infractions de terrorisme ou d’organisation
criminelle constituent des objectifs urgents et réels.
Interprétés correctement, les facteurs énoncés aux
al. 10(1)a) et 10(2)a) de la LTID ont trait à des risques
qui surviennent à l’occasion du transfèrement de délin­
quants, avant leur libération. Puisque, dans certains cas,
refuser le transfèrement en se fondant sur les facteurs
énoncés dans la LTID servirait les objectifs qu’elle vise,
le pouvoir discrétionnaire du ministre d’en tenir compte
au cas par cas est lié rationnellement aux objectifs visés.
De plus, du moins dans certains cas, le ministre n’aura
d’autre choix que de refuser le transfèrement sur le
fondement des facteurs contestés — ce qui constituera
donc la solution la moins attentatoire. À la lumière tant
de la nature binaire de la décision du ministre et de
l’incarcération du citoyen qui se poursuit, il est difficile
de concevoir un moyen moins drastique d’atteindre
l’objectif de protection visé par le Parlement. Finalement,
les dispositions contestées ont un effet proportionnel. Les
effets bénéfiques de l’autorisation donnée au ministre de
tenir compte des menaces à la sécurité des Canadiens
lorsqu’il est appelé à consentir à un transfèrement sont
évidents, et il est pallié à l’effet préjudiciable d’un refus
sur la liberté de circulation des citoyens canadiens incar­
cérés à l’étranger par le fait que les citoyens en question
pourront entrer au Canada après avoir purgé leur peine à
l’étranger.
Since D no longer challenges the reasonableness of
the Minister’s decision, it is unnecessary to consider
whether the Minister’s discretion under the ITOA was
properly exercised in this case. However, while the
Minister’s discretion is broad and flexible and entitled to
a large measure of deference given the complex social
and political problems being tackled, it must be exercised
with due regard for the s. 6(1) Charter rights at stake.
Puisque D ne conteste plus le caractère raisonnable
de la décision du ministre, il n’est pas nécessaire
de décider si le ministre a exercé judicieusement en
l’espèce le pouvoir discrétionnaire que lui confère la
LTID. Cela dit, même si ce pouvoir conféré au ministre
est large et souple et qu’il convient d’y accorder une
grande déférence compte tenu des problèmes sociaux
et politiques complexes en jeu, il doit être exercé en
tenant dûment compte des droits en cause protégés par
le par. 6(1) de la Charte.
Cases Cited
Jurisprudence
By Abella J.
Citée par la juge Abella
Applied: Borowski v. Canada (Attorney General),
[1989] 1 S.C.R. 342; R. v. McNeil, 2009 SCC 3, [2009]
1 S.C.R. 66; distinguished: United States of America
v. Cotroni, [1989] 1 S.C.R. 1469; referred to: Divito v.
Canada (Ministre de la Justice), 2004 CanLII 39111;
États‑Unis d’Amérique v. Divito (2004), 194 C.C.C.
(3d) 148; R. v. Gauvin (1997), 187 N.B.R. (2d) 262; R.
v. Rumbaut, 1998 CanLII 9816; Hunter v. Southam Inc.,
[1984] 2 S.C.R. 145; R. v. Big M Drug Mart Ltd., [1985]
Arrêts appliqués : Borowski c. Canada (Procureur
général), [1989] 1 R.C.S. 342; R. c. McNeil, 2009
CSC 3, [2009] 1 R.C.S. 66; distinction d’avec
l’arrêt : États‑Unis d’Amérique c. Cotroni, [1989] 1
R.C.S. 1469; arrêts mentionnés : Divito c. Canada
(Ministre de la Justice), 2004 CanLII 39111; Divito c.
Canada (Ministre de la Justice), 2004 CanLII 46681; R.
c. Gauvin (1997), 187 R.N.‑B. (2e) 262; R. c. Rumbaut,
1998 CanLII 9816; Hunter c. Southam Inc., [1984]
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
161
1 S.C.R. 295; Eldridge v. British Columbia (Attorney
General), [1997] 3 S.C.R. 624; Slaight Communications
Inc. v. Davidson, [1989] 1 S.C.R. 1038; United States
v. Burns, 2001 SCC 7, [2001] 1 S.C.R. 283; Canadian
Foundation for Children, Youth and the Law v. Canada
(Attorney General), 2004 SCC 4, [2004] 1 S.C.R. 76; R.
v. Hape, 2007 SCC 26, [2007] 2 S.C.R. 292; Reference
re Public Service Employee Relations Act (Alta.), [1987]
1 S.C.R. 313; Health Services and Support – Facilities
Subsector Bargaining Assn. v. British Columbia, 2007
SCC 27, [2007] 2 S.C.R. 391; Sauvé v. Canada (Chief
Electoral Officer), 2002 SCC 68, [2002] 3 S.C.R. 519;
Canada (Attorney General) v. PHS Community Services
Society, 2011 SCC 44, [2011] 3 S.C.R. 134; Lake v.
Canada (Minister of Justice), 2008 SCC 23, [2008] 1
S.C.R. 761; Sriskandarajah v. United States of America,
2012 SCC 70, [2012] 3 S.C.R. 609; Doré v. Barreau du
Québec, 2012 SCC 12, [2012] 1 S.C.R. 395.
2 R.C.S. 145; R. c. Big M Drug Mart Ltd., [1985] 1 R.C.S.
295; Eldridge c. Colombie‑Britannique (Procureur
général), [1997] 3 R.C.S. 624; Slaight Communications
Inc. c. Davidson, [1989] 1 R.C.S. 1038; États‑Unis c.
Burns, 2001 CSC 7, [2001] 1 R.C.S. 283; Canadian
Foundation for Children, Youth and the Law c. Canada
(Procureur général), 2004 CSC 4, [2004] 1 R.C.S.
76; R. c. Hape, 2007 CSC 26, [2007] 2 R.C.S. 292;
Renvoi relatif à la Public Service Employee Relations
Act (Alb.), [1987] 1 R.C.S. 313; Health Services and
Support – Facilities Subsector Bargaining Assn. c.
Colombie‑Britannique, 2007 CSC 27, [2007] 2 R.C.S.
391; Sauvé c. Canada (Directeur général des élections),
2002 CSC 68, [2002] 3 R.C.S. 519; Canada (Procureur
général) c. PHS Community Services Society, 2011
CSC 44, [2011] 3 R.C.S. 134; Lake c. Canada (Ministre
de la Justice), 2008 CSC 23, [2008] 1 R.C.S. 761;
Sriskandarajah c. États‑Unis d’Amérique, 2012 CSC 70,
[2012] 3 R.C.S. 609; Doré c. Barreau du Québec, 2012
CSC 12, [2012] 1 R.C.S. 395.
By LeBel and Fish JJ.
Citée par les juges LeBel et Fish
Applied: United States of America v. Cotroni,
[1989] 1 S.C.R. 1469; Sriskandarajah v. United States
of America, 2012 SCC 70, [2012] 3 S.C.R. 609; R. v.
Oakes, [1986] 1 S.C.R. 103; Dagenais v. Canadian
Broadcasting Corp., [1994] 3 S.C.R. 835; referred to: R.
v. Big M Drug Mart Ltd., [1985] 1 S.C.R. 295; Hunter
v. Southam Inc., [1984] 2 S.C.R. 145; Kamel v. Canada
(Attorney General), 2008 FC 338, [2009] 1 F.C.R. 59,
aff’d 2009 FCA 21, [2009] 4 F.C.R. 449; Abdelrazik
v. Canada (Minister of Foreign Affairs), 2009 FC 580,
[2010] 1 F.C.R. 267; Singh v. Minister of Employment
and Immigration, [1985] 1 S.C.R. 177; McKay v. The
Queen, [1965] S.C.R. 798; M & D Farm Ltd. v. Manitoba
Agricultural Credit Corp., [1999] 2 S.C.R. 961; R. v.
Edwards Books and Art Ltd., [1986] 2 S.C.R. 713; Lake
v. Canada (Minister of Justice), 2008 SCC 23, [2008] 1
S.C.R. 761; Doré v. Barreau du Québec, 2012 SCC 12,
[2012] 1 S.C.R. 395.
Arrêts appliqués : États‑Unis d’Amérique c. Cotroni,
[1989] 1 R.C.S. 1469; Sriskandarajah c. États‑Unis
d’Amérique, 2012 CSC 70, [2012] 3 R.C.S. 609; R.
c. Oakes, [1986] 1 R.C.S. 103; Dagenais c. Société
Radio‑Canada, [1994] 3 R.C.S. 835; arrêts men­
tionnés : R. c. Big M Drug Mart Ltd., [1985] 1 R.C.S.
295; Hunter c. Southam Inc., [1984] 2 R.C.S. 145; Kamel
c. Canada (Procureur général), 2008 CF 338, [2009] 1
R.C.F. 59, conf. par 2009 CAF 21, [2009] 4 R.C.F. 449;
Abdelrazik c. Canada (Ministre des Affaires étrangères),
2009 CF 580, [2010] 1 R.C.F. 267; Singh c. Ministre
de l’Emploi et de l’Immigration, [1985] 1 R.C.S. 177;
McKay c. The Queen, [1965] R.C.S. 798; M & D Farm
Ltd. c. Société du crédit agricole du Manitoba, [1999]
2 R.C.S. 961; R. c. Edwards Books and Art Ltd., [1986]
2 R.C.S. 713; Lake c. Canada (Ministre de la Justice),
2008 CSC 23, [2008] 1 R.C.S. 761; Doré c. Barreau du
Québec, 2012 CSC 12, [2012] 1 R.C.S. 395.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1, 6, 32,
33.
International Transfer of Offenders Act, S.C. 2004, c. 21,
ss. 3, 8, 10(1), (2), 11(2), 31.
Safe Streets and Communities Act, S.C. 2012, c. 1,
ss. 135, 136.
Transfer of Offenders Act, S.C. 1977‑78, c. 9.
Charte canadienne des droits et libertés, art. 1, 6, 32, 33.
Loi sur la sécurité des rues et des communautés, L.C.
2012, ch. 1, art. 135, 136.
Loi sur le transfèrement des délinquants, S.C. 1977‑78,
ch. 9.
Loi sur le transfèrement international des délinquants,
L.C. 2004, ch. 21, art. 3, 8, 10(1), (2), 11(2), 31.
162
DIVITO
v.
CANADA
[2013] 3 S.C.R.
Treaties and Other International Instruments
Traités et autres instruments internationaux
International Covenant on Civil and Political Rights,
Can. T.S. 1976 No. 47, arts. 12, 21.
Treaty Between Canada and the United States of America
on the Execution of Penal Sentences, Can. T.S. 1978
No. 12, arts. II, III, IV.
Pacte international relatif aux droits civils et politiques,
R.T. Can. 1976 no 47, art. 12, 21.
Traité entre le Canada et les États‑Unis d’Amérique sur
l’exécution des peines imposées aux termes du droit
criminel, R.T. Can. 1978 no 12, art. II, III, IV.
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Arendt, Hannah. The Origins of Totalitarianism, new ed.
London: George Allen and Unwin, 1967.
Hogg, Peter W. Constitutional Law of Canada, 5th ed.
Supp., vol. 2. Scarborough, Ont.: Thomson/Carswell,
2007 (updated 2011, release 1).
Kesby, Alison. The Right to Have Rights: Citizenship,
Humanity, and International Law. Oxford: Oxford
University Press, 2012.
Laskin, John B. “Mobility Rights under the Charter”
(1982), 4 S.C.L.R. 89.
Maxwell on the Interpretation of Statutes, 11th ed. by
Roy Wilson and Brian Galpin. London: Sweet &
Maxwell, 1962.
Plachta, Michal. Transfer of Prisoners under Inter­
national Instruments and Domestic Legislation.
Freiburg im Breisgau, Germany: Eigenverlag
Max‑Planck‑Institut, 1993.
Royce, Sylvia. “International Prisoner Transfer” (2009),
21 Federal Sentencing Reporter 186.
Sharpe, Robert J., and Kent Roach. The Charter of Rights
and Freedoms, 4th ed. Toronto: Irwin Law, 2009.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham: LexisNexis, 2008.
United Nations. Human Rights Committee. “General
Comments Adopted by the Human Rights Committee
under Article 40, Paragraph 4, of the International
Covenant on Civil and Political Rights”, General
Comment No. 27 (67), CCPR/C/21, Rev. 1, Add. 9,
November 2, 1999.
United Nations Office on Drugs and Crime. Handbook
on the International Transfer of Sentenced Persons.
Vienna: United Nations, 2012.
Arendt, Hannah. Les origines du totalitarisme, t. 2,
L’impé­rialisme, trad. par Martine Leiris. Paris : Fayard,
1982.
Hogg, Peter W. Constitutional Law of Canada, 5th ed.
Supp., vol. 2. Scarborough, Ont. : Thomson/Carswell,
2007 (updated 2011, release 1).
Kesby, Alison. The Right to Have Rights : Citizenship,
Humanity, and International Law. Oxford : Oxford
University Press, 2012.
Laskin, John B. « Mobility Rights under the Charter »
(1982), 4 S.C.L.R. 89.
Maxwell on the Interpretation of Statutes, 11th ed. by
Roy Wilson and Brian Galpin. London : Sweet &
Maxwell, 1962.
Nations Unies. Comité des droits de l’homme.
« Observations générales adoptées par le Comité
des droits de l’homme au titre du paragraphe 4 de
l’article 40 du Pacte international relatif aux droits
civils et politiques », Observation générale no 27 (67),
CCPR/C/21, rev. 1, add. 9, 2 novembre 1999.
Office des Nations Unies contre la drogue et le crime.
Handbook on the International Transfer of Sentenced
Persons. Vienne : Nations Unies, 2012.
Plachta, Michal. Transfer of Prisoners under Inter­
national Instruments and Domestic Legislation.
Freiburg im Breisgau, Germany : Eigenverlag
Max‑Planck‑Institut, 1993.
Royce, Sylvia. « International Prisoner Transfer » (2009),
21 Federal Sentencing Reporter 186.
Sharpe, Robert J., and Kent Roach. The Charter of Rights
and Freedoms, 4th ed. Toronto : Irwin Law, 2009.
Sullivan, Ruth. Sullivan on the Construction of Statutes,
5th ed. Markham : LexisNexis, 2008.
APPEAL from a judgment of the Federal Court
of Appeal (Nadon, Trudel and Mainville JJ.A.),
2011 FCA 39, [2012] 4 F.C.R. 31, 413 N.R. 134,
267 C.C.C. (3d) 370, 229 C.R.R. (2d) 142, 96
Imm. L.R. (3d) 85, [2011] F.C.J. No. 100 (QL),
2011 CarswellNat 238, affirming a decision of
Harrington J., 2009 FC 983, [2009] F.C.J. No. 1158
(QL), 2009 CarswellNat 5283. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
fédérale (les juges Nadon, Trudel et Mainville),
2011 CAF 39, [2012] 4 R.C.F. 31, 413 N.R. 134,
267 C.C.C. (3d) 370, 229 C.R.R. (2d) 142, 96 Imm.
L.R. (3d) 85, [2011] A.C.F. no 100 (QL), 2011 Car­
swellNat 238, qui a confirmé une décision du juge
Harrington, 2009 CF 983, [2009] A.C.F. no 1158
(QL), 2009 CarswellNat 3004. Pourvoi rejeté.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
163
Clemente Monterosso and Laurent Carignan, for
the appellant.
Clemente Monterosso et Laurent Carignan, pour
l’appelant.
Ginette Gobeil and Claude Joyal, for the
respondent.
Ginette Gobeil et Claude Joyal, pour l’intimé.
Lorne Waldman, Clarisa Waldman and Tamara
Morgenthau, for the intervener the Canadian Civil
Liberties Association.
Lorne Waldman, Clarisa Waldman et Tamara
Morgenthau, pour l’intervenante l’Association
canadienne des libertés civiles.
Audrey Macklin and Cheryl Milne, for the inter­
vener the David Asper Centre for Constitutional
Rights.
Audrey Macklin et Cheryl Milne, pour l’inter­
venant David Asper Centre for Constitutional
Rights.
Gib van Ert, Michael Sobkin and Heather E. Cochran, for the intervener the British Columbia
Civil Liberties Association.
Gib van Ert, Michael Sobkin et Heather
E. Cochran, pour l’intervenante l’Association des
libertés civiles de la Colombie‑Britannique.
The judgment of Abella, Rothstein, Cromwell,
Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ. was
delivered by
Version française du jugement des juges Abella,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner rendu par
[1] Abella J. — Mobility rights are protected by
s. 6 of the Canadian Charter of Rights and Free­
doms. These include the right in s. 6(1) of every cit­
izen to enter, remain in, and leave Canada. They are
among the most cherished rights of citizenship.
[1] La juge Abella — La liberté de circulation
et d’établissement est protégée par l’art. 6 de la
Charte canadienne des droits et libertés. Elle com­
prend le droit d’entrer au Canada, d’y demeurer et
d’en sortir, que le par. 6(1) garantit à tout citoyen.
Ces droits sont parmi les plus prisés de ceux qui
découlent de la citoyenneté.
[2] Pierino Divito, a Canadian citizen, was extra­
dited to the United States where he pleaded guilty
to serious drug offences and was sentenced to seven
and a half years in prison. A few months later,
he applied to the Canadian government to let him
serve his American sentence in Canada. The Can­
adian government refused. This refusal, Mr. Divito
argued, was a violation of his right as a Canadian
citizen to enter Canada.
[2] Pierino Divito, un citoyen canadien, a été
extradé aux États‑Unis où il a plaidé coupable
à des infractions graves liées à la drogue et a été
condamné à sept ans et demi d’emprisonnement.
Quelques mois plus tard, il a présenté une demande
au gouvernement canadien afin de pouvoir purger
au Canada la peine qui lui a été infligée aux
États‑Unis. Le gouvernement canadien a refusé sa
demande. Selon M. Divito, ce refus constituait une
violation de son droit, en tant que citoyen canadien,
d’entrer au Canada.
[3] With respect, I do not share his view that the
mobility rights guaranteed by s. 6(1) of the Charter
give a Canadian citizen in his circumstances an
automatic right to serve a sentence in Canada.
[3] Avec égards, je ne partage pas son point de
vue selon lequel la liberté de circulation et d’établis­
sement que garantit le par. 6(1) de la Charte confère
automatiquement à un citoyen canadien se trouvant
dans ce genre de situation le droit de purger une
peine au Canada.
164
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
Background
Contexte
[4] Pierino Divito was born in Italy in 1937. He
immigrated to Canada when he was 16 and became
a Canadian citizen in 1980.
[4] Pierino Divito est né en Italie en 1937. Il a
immigré au Canada à l’âge de 16 ans et a obtenu la
citoyenneté canadienne en 1980.
[5] Since his arrival in Canada, Mr. Divito has
been convicted of various offences dating back to
1962. In addition, a number of courts have found
that Mr. Divito was involved in organized crime: 
Divito v. Canada (Ministre de la Justice), 2004
CanLII 39111 (Que. C.A.), at para. 32; États-Unis
d’Amérique v. Divito (2004), 194 C.C.C. (3d) 148
(Que. C.A), at para. 5; R. v. Gauvin (1997), 187
N.B.R. (2d) 262 (C.A.), at paras. 4-5; R. v. Rumbaut,
1998 CanLII 9816 (N.B.Q.B.), at pp. 9-10.
[5] Depuis son arrivée au Canada, M. Divito a
été reconnu coupable de diverses infractions qui
remontent pour certaines à 1962. De plus, divers
tribunaux ont conclu que M. Divito était impliqué
dans le crime organisé : Divito c. Canada (Ministre
de la Justice), 2004 CanLII 39111 (C.A. Qué.),
par. 32; Divito c. Canada (Ministre de la Justice),
2004 CanLII 46681 (C.A. Qué.), par. 5; R. c. Gauvin
(1997), 187 R.N.-B. (2e) 262 (C.A.), par. 4-5; R. c.
Rumbaut, 1998 CanLII 9816 (B.R.N.-B.), p. 9-10.
[6] In March 1995, a Canadian court convicted
Mr. Divito of conspiring to import and traffic
over 5,400 kg of cocaine in Nova Scotia and New
Brunswick. The court sentenced Mr. Divito to 18
years in prison. While he was serving his sentence,
the United States requested his extradition from
Canada on charges of conspiracy to possess over
300 kg of cocaine with the intent to distribute in the
state of Florida.
[6] En mars 1995, un tribunal canadien a déclaré
M. Divito coupable de complot en vue d’importer
plus de 5 400 kg de cocaïne en Nouvelle‑Écosse et
au Nouveau‑Brunswick et d’en faire le trafic. Le
tribunal l’a condamné à 18 ans d’emprisonnement.
Pendant qu’il purgeait sa peine, les autorités amé­
ricaines ont demandé son extradition pour qu’il
réponde à des accusations de complot en vue de
posséder plus de 300 kg de cocaïne avec l’intention
d’en faire le trafic dans l’État de la Floride.
[7] In June 2005, after serving almost two-thirds
of his Canadian sentence, Mr. Divito was extradited
to the United States where he pleaded guilty in
Florida to the American charges. In March 2006, he
was sentenced to seven and a half years in prison. In
sentencing Mr. Divito, the American court took his
Canadian sentence into account and gave him credit
for 145 months of time served.
[7] En juin 2005, après avoir purgé près des deux
tiers de la peine qui lui avait été infligée au Canada,
M. Divito a été extradé aux États‑Unis et a plaidé
coupable en Floride aux accusations qui y avaient
été portées contre lui. En mars 2006, il a été con­
damné à sept ans et demi d’emprisonnement. Dans
la détermination de sa peine, le tribunal américain a
tenu compte du temps purgé au Canada et a réduit
de 145 mois la durée de son emprisonnement.
[8] In December 2006, Mr. Divito submitted a
request under the International Transfer of Of­
fenders Act, S.C. 2004, c. 21 (“ITOA”), to be trans­
ferred to Canada to serve the remainder of his
American sentence. Under s. 8 of the ITOA, the
con­sent of both the foreign state and the Canadian
government are required before an offender can
be returned to Canada. Mr. Divito’s request was
approved by the United States, but was refused
[8] En décembre 2006, M. Divito a présenté une
demande sous le régime de la Loi sur le trans­
fèrement international des délinquants, L.C. 2004,
ch. 21 (« LTID »), afin d’être transféré au Canada
pour purger le reste de la peine qui lui avait été
infligée aux États‑Unis. Aux termes de l’art. 8
de la LTID, le retour au Canada d’un délinquant
nécessite le consentement de l’entité étrangère
et du gouvernement canadien. Les États‑Unis ont
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
165
by the Canadian Minister of Public Safety and
Emergency Preparedness in October 2007.
approuvé la demande de M. Divito, mais le ministre
canadien de la Sécurité publique et de la Protection
civile l’a refusée en octobre 2007.
[9] Mr. Divito did not challenge the Minister’s
refusal. Instead, shortly after the first request was
refused, he submitted a second transfer request.
The American authorities again agreed. And again
the Minister denied Mr. Divito’s request, relying
on s. 10(1)(a) of the ITOA because Mr. Divito was
identified as an organized crime member and the
offence involved a significant quantity of drugs:
[9] M. Divito n’a pas contesté le refus du
ministre. Peu de temps après, il a plutôt déposé une
deuxième demande de transfèrement. Les autorités
américaines y ont consenti de nouveau, mais le
ministre canadien a encore refusé, en se fondant sur
l’al. 10(1)a) de la LTID parce que M. Divito était
identifié comme étant un membre du crime organisé
et que le délit comprenait une quantité importante
de drogues :
The nature of his offence and his affiliations suggest
that the offender’s return to Canada would constitute a
potential threat to the safety of Canadians and the sec­
urity of Canada.
La nature du délit ainsi que les affiliations du détenu sug­
gèrent que le retour du délinquant au Canada pourrait
cons­tituer une menace pour la sécurité du Canada et la
sûreté des Canadiens.
[10] Mr. Divito sought judicial review of the
Minister’s second refusal on two grounds. The first
was that the decision was unreasonable. The second
was, essentially, that the existence of a discretion
in ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA to
re­fuse to consent to the return of a Canadian in a
for­eign prison violated his right to enter Canada
pro­tected by s. 6(1) of the Charter. Once it was con­
firmed that Mr. Divito was a Canadian citizen, he
had the right to enter Canada and the Minister was
required to consent to his return.
[10] M. Divito a sollicité le contrôle judiciaire de ce
deuxième refus pour deux motifs. Le premier, selon
lequel la décision était déraisonnable. Et le second,
selon lequel, essentiellement, le pouvoir dis­cré­
tionnaire conféré par le par. 8(1) et les al. 10(1)a)
et 10(2)a) de la LTID de refuser de consentir au
retour d’un Canadien emprisonné à l’étranger violait
son droit d’entrer au Canada garanti par le par. 6(1)
de la Charte. Selon M. Divito, une fois sa citoyen­
neté canadienne établie, il avait le droit d’entrer au
Canada et le ministre devait consentir à son retour.
[11] The Federal Court dismissed the applica­
tion for judicial review (2009 FC 983 (CanLII)).
Applying a reasonableness standard of review, the
court concluded that, in light of Mr. Divito’s history
of criminal activity, the decision of the Minister to
deny a transfer in this case was reasonable. The court
also held that the impugned provisions of the ITOA
did not violate s. 6(1).
[11] La Cour fédérale a rejeté la demande de
contrôle judiciaire (2009 CF 983 (CanLII)). En
appliquant la norme de contrôle du caractère rai­
son­nable, la cour a conclu que, compte tenu des
antécédents d’activités criminelles de M. Divito, la
décision du ministre de refuser un transfèrement en
l’espèce était raisonnable. La cour a aussi conclu
que les dispositions contestées de la LTID ne vio­
laient pas le par. 6(1).
[12] Mr. Divito appealed only the issue of the
con­stitutionality of the provisions of the ITOA, not
the reasonableness of the Minister’s decision. The
Federal Court of Appeal dismissed the appeal (2011
FCA 39, [2012] 4 F.C.R. 31). The majority held
that ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA did
not infringe s. 6(1) of the Charter. The concurring
[12] M. Divito a interjeté appel à l’égard de la
question de la constitutionnalité des dispositions de
la LTID, et non à l’égard du caractère raisonnable
de la décision du ministre. La Cour d’appel fédérale
a rejeté l’appel (2011 CAF 39, [2012] 4 R.C.F. 31).
Les juges majoritaires ont conclu que le par. 8(1) et
les al. 10(1)a) et 10(2)a) de la LTID ne violent pas
166
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
judge found that the impugned provisions con­
stituted prima facie infringements of s. 6(1) of the
Charter but were justified under s. 1.
le par. 6(1) de la Charte. Le juge qui a rédigé une
opinion concourante a conclu que les dispositions
contestées constituaient des atteintes prima facie
au droit garanti par le par. 6(1) de la Charte, mais
qu’elles étaient justifiées au sens de l’article premier.
[13] On appeal to this Court, the Chief Justice
stated the following constitutional questions:
[13] Dans le présent pourvoi, la Juge en chef a
formulé les questions constitutionnelles suivantes :
(1) Do ss. 10(1)(a) and 10(2)(a), read in conjunc­
tion with s. 8(1), of the International Transfer of
Offenders Act, S.C. 2004, c. 21, infringe the right
guaranteed by s. 6(1) of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms?
(1) Les alinéas 10(1)a) et 10(2)a), lus en conjonction
avec le par. 8(1), de la Loi sur le transfèrement
international des délinquants, L.C. 2004, ch. 21,
portent‑ils atteinte au droit garanti par le par. 6(1)
de la Charte canadienne des droits et libertés?
(2) If so, is the infringement a reasonable limit pre­
scribed by law that can be demonstrably justified
in a free and democratic society under s. 1 of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms?
(2) Dans l’affirmative, cette atteinte constitue‑t‑elle
une limite raisonnable prescrite par une règle
de droit dont la justification peut se démontrer
dans le cadre d’une société libre et démocratique
suivant l’article premier de la Charte canadienne
des droits et libertés?
Analysis
Analyse
[14] Mr. Divito claims that once a foreign juris­
diction consents to a transfer, he has an absolute
right as a citizen to enter Canada. The Canadian
government has no discretion to refuse the transfer
of a Canadian citizen who is lawfully incarcerated
by a foreign state. In this Court, he is not challenging
the reasonableness of the Minister’s refusal. Nor is
there any suggestion that he was denied due process
or that there were any human rights abuses in the
foreign jurisdiction.
[14] Selon M. Divito, dès que le pays étranger
consent à son transfèrement, il a le droit absolu,
en tant que citoyen, d’entrer au Canada. Le
gouvernement canadien n’aurait pas le pouvoir
discrétionnaire de refuser le transfèrement d’un
citoyen canadien incarcéré légalement dans un
pays étranger. Devant la Cour, il ne conteste pas le
caractère raisonnable du refus du ministre et il ne
prétend pas non plus qu’on lui a refusé l’application
régulière de la loi ou qu’il y a eu atteinte aux droits
de la personne dans le pays étranger.
[15] It is helpful to start with the context of the
provisions at issue under both the Charter and the
ITOA.
[15] Il est utile de commencer par le contexte des
dispositions de la Charte et de la LTID en cause.
[16] Section 6 of the Charter states:
[16] L’article 6 de la Charte est libellé comme
suit :
MOBILITY RIGHTS
LIBERTÉ DE CIRCULATION ET
D’ÉTABLISSEMENT
Mobility of citizens
Liberté de circulation
6. (1) Every citizen of Canada has the right to enter,
remain in and leave Canada.
6. (1) Tout citoyen canadien a le droit de demeurer au
Canada, d’y entrer ou d’en sortir.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
167
Rights to move and gain livelihood
Liberté d’établissement
(2) Every citizen of Canada and every person who has
the status of a permanent resident of Canada has the right
(2) Tout citoyen canadien et toute personne ayant le
statut de résident permanent au Canada ont le droit :
(a) to move to and take up residence in any province;
and
a) de se déplacer dans tout le pays et d’établir leur
résidence dans toute province;
(b) to pursue the gaining of a livelihood in any province.
b) de gagner leur vie dans toute province.
Limitation
Restriction
(3) The rights specified in subsection (2) are subject to
(3) Les droits mentionnés au paragraphe (2) sont
subordonnés :
(a) any laws or practices of general application in
force in a province other than those that discriminate
among persons primarily on the basis of province of
present or previous residence; and
a) aux lois et usages d’application générale en vigueur
dans une province donnée, s’ils n’établissent entre les
personnes aucune distinction fondée principalement
sur la province de résidence antérieure ou actuelle;
(b) any laws providing for reasonable residency re­
quirements as a qualification for the receipt of publicly
provided social services.
b) aux lois prévoyant de justes conditions de résidence
en vue de l’obtention des services sociaux publics.
Affirmative action programs
Programmes de promotion sociale
(4) Subsections (2) and (3) do not preclude any law,
program or activity that has as its object the amelioration
in a province of conditions of individuals in that province
who are socially or economically disadvantaged if the
rate of employment in that province is below the rate of
employment in Canada.
(4) Les paragraphes (2) et (3) n’ont pas pour objet
d’interdire les lois, programmes ou activités destinés à
améliorer, dans une province, la situation d’individus
défavorisés socialement ou économiquement, si le taux
d’emploi dans la province est inférieur à la moyenne
nationale.
[17] There are therefore two sets of mobility
rights. The first set, found in s. 6(1), is the right of
every Canadian citizen to enter, remain in, and leave
Canada. The second set, outlined in s. 6(2) to (4),
gives citizens and permanent residents the right to
move to, live in, and work in any province subject
to certain limitations.
[17] La liberté de circulation et d’établissement
comprend donc deux catégories de droits. La pre­
mière, dont il est question au par. 6(1), vise le droit
de tout citoyen canadien d’entrer au Canada, d’y
demeurer et d’en sortir. La deuxième, énoncée aux
par. 6(2) à (4), donne, aux citoyens et aux personnes
ayant le statut de résident permanent, le droit de se
déplacer, d’établir leur résidence et de gagner leur
vie dans toute province, sous réserve de certaines
limites.
[18] The focus of this appeal is on s. 6(1). There
are three rights found in s. 6(1): the right to enter,
remain in, and leave Canada. Only the right to enter
is at issue in this appeal.
[18] C’est le par. 6(1) qui est au cœur du présent
pourvoi. Ce paragraphe garantit trois droits : le
droit d’entrer au Canada, celui d’y demeurer et
celui d’en sortir. Seul le droit d’entrer est en cause
dans le présent pourvoi.
[19] We must first consider the scope of the
s. 6(1) right. We start with this Court’s primordial
[19] Nous devons d’abord examiner la portée du
droit conféré par le par. 6(1). Commençons avec
168
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
direction that rights be defined generously in light
of the interests the Charter was intended to pro­
tect: Hunter v. Southam Inc., [1984] 2 S.C.R. 145,
at p. 156; R. v. Big M Drug Mart Ltd., [1985] 1
S.C.R. 295, at p. 344; Eldridge v. British Columbia
(Attorney General), [1997] 3 S.C.R. 624, at
para. 53. In Big M Drug Mart Ltd., Dickson J.
summarized the requisite approach as follows:
la directive primordiale de la Cour selon laquelle
les droits doivent être interprétés généreusement,
en fonction des intérêts que la Charte visait à pro­
téger : Hunter c. Southam Inc., [1984] 2 R.C.S. 145,
p. 156; R. c. Big M Drug Mart Ltd., [1985] 1 R.C.S.
295, p. 344; Eldridge c. Colombie‑Britannique
(Procureur général), [1997] 3 R.C.S. 624, par. 53.
Dans Big M Drug Mart Ltd., le juge Dickson a
résumé la méthode d’analyse à adopter de la façon
suivante :
In Hunter v. Southam Inc., [1984] 2 S.C.R. 145, this
Court expressed the view that the proper approach to the
definition of the rights and freedoms guaranteed by the
Charter was a purposive one. The meaning of a right or
freedom guaranteed by the Charter was to be ascertained
by an analysis of the purpose of such a guarantee; it
was to be understood, in other words, in the light of the
interests it was meant to protect.
Dans l’arrêt Hunter c. Southam Inc., [1984] 2 R.C.S.
145, la Cour a exprimé l’avis que la façon d’aborder la
définition des droits et des libertés garantis par la Charte
consiste à examiner l’objet visé. Le sens d’un droit ou
d’une liberté garantis par la Charte doit être vérifié au
moyen d’une analyse de l’objet d’une telle garantie; en
d’autres termes, ils doivent s’interpréter en fonction des
intérêts qu’ils visent à protéger.
In my view this analysis is to be undertaken, and
the purpose of the right or freedom in question is to be
sought by reference to the character and the larger ob­jects
of the Charter itself, to the language chosen to articu­
late the specific right or freedom, to the historical origins
of the concepts enshrined, and where applicable, to the
meaning and purpose of the other specific rights and
freedoms with which it is associated within the text of the
Charter. The interpretation should be, as the judgment in
Southam emphasizes, a generous rather than a legalistic
one, aimed at fulfilling the purpose of the guarantee and
securing for individuals the full benefit of the Charter’s
protection. At the same time it is important not to over­
shoot the actual purpose of the right or freedom in ques­
tion, but to recall that the Charter was not enacted in a
vacuum, and must therefore, as this Court’s decision in
Law Society of Upper Canada v. Skapinker, [1984] 1
S.C.R. 357, illustrates, be placed in its proper linguistic,
philosophic and historical contexts. [Emphasis added;
emphasis in original deleted; p. 344.]
À mon avis, il faut faire cette analyse et l’objet du
droit ou de la liberté en question doit être déterminé
en fonction de la nature et des objectifs plus larges de
la Charte elle‑même, des termes choisis pour énoncer
ce droit ou cette liberté, des origines historiques des
concepts enchâssés et, s’il y a lieu, en fonction du sens
et de l’objet des autres libertés et droits particuliers qui
s’y rattachent selon le texte de la Charte. Comme on le
souligne dans l’arrêt Southam, l’interprétation doit être
libérale plutôt que formaliste et viser à réaliser l’objet
de la garantie et à assurer que les citoyens bénéficient
pleinement de la protection accordée par la Charte. En
même temps, il importe de ne pas aller au‑delà de l’objet
véritable du droit ou de la liberté en question et de se
rappeler que la Charte n’a pas été adoptée en l’absence
de tout contexte et que, par conséquent, comme l’illustre
l’arrêt de cette Cour Law Society of Upper Canada c.
Skapinker, [1984] 1 R.C.S. 357, elle doit être située dans
ses contextes linguistique, philosophique et historique
appropriés. [Italiques ajoutés; soulignement dans
l’original omis; p. 344.]
[20] Accordingly, the inquiry necessarily begins
with an analysis of the purpose of the guarantee
in s. 6(1) and a consideration of what the right of
citizens to enter Canada was intended to protect.
[20] Par conséquent, l’examen doit débuter par
une analyse de l’objet de la garantie prévue au
par. 6(1) et par une analyse de ce que le droit des
citoyens d’entrer au Canada visait à protéger.
[21] The protection for citizens in s. 6(1), like
most modern human rights protections, had its
origins in the cataclysmic rights violations of WWII.
Writing in the aftermath of that war about her own
[21] La protection prévue au par. 6(1), comme
la plupart des protections modernes en matière de
droits de la personne, tire ses origines des viola­
tions cataclysmiques des droits pendant la Seconde
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
169
experience, Hannah Arendt observed that a “right to
have rights” flows from citizenship and belonging
to a distinct national community: The Origins of
Totalitarianism (new ed. 1967), at p. 296; Alison
Kesby, The Right to Have Rights: Citizenship,
Hu­manity, and International Law (2012), at p. 5.
Without the ability to enter one’s country of
citizenship, the “right to have rights” cannot be fully
exercised. The right of a Canadian citizen to enter
and to remain in Canada is therefore a fundamental
right associated with citizenship.
Guerre mondiale. Écrivant sur sa propre expérience
de cette guerre, Hannah Arendt a fait remarquer
que le « droit d’avoir des droits » découle de la
citoyenneté et de l’appartenance à une commu­nauté
nationale distincte : Les origines du totali­ta­risme,
t. 2, L’impérialisme (1982), p. 281; Alison Kesby,
The Right to Have Rights : Citizenship, Humanity,
and International Law (2012), p. 5. Sans la pos­
sibilité d’entrer dans son pays de citoyenneté, le
« droit d’avoir des droits » ne peut pas être pleine­
ment exercé. Le droit d’un citoyen canadien d’entrer
au Canada et d’y demeurer est donc un droit fonda­
mental lié à la citoyenneté.
[22] Canada’s international obligations and rel­­
evant principles of international law are also
in­structive in defining the right: Slaight Communi­
cations Inc. v. Davidson, [1989] 1 S.C.R. 1038;
United States v. Burns, 2001 SCC 7, [2001] 1 S.C.R.
283; Canadian Foundation for Children, Youth and
the Law v. Canada (Attorney General), 2004 SCC 4,
[2004] 1 S.C.R. 76; R. v. Hape, 2007 SCC 26,
[2007] 2 S.C.R. 292. In Reference re Public
Service Employee Relations Act (Alta.), [1987]
1 S.C.R. 313, Dickson C.J., dissenting, described
the template for considering the international legal
context as follows:
[22] Les obligations internationales du Canada et
les principes de droit international pertinents sont
aussi instructifs lorsque vient le temps de définir le
droit : Slaight Communications Inc. c. Davidson,
[1989] 1 R.C.S. 1038; États‑Unis c. Burns, 2001
CSC 7, [2001] 1 R.C.S. 283; Canadian Foundation
for Children, Youth and the Law c. Canada (Pro­
cureur général), 2004 CSC 4, [2004] 1 R.C.S. 76;
R. c. Hape, 2007 CSC 26, [2007] 2 R.C.S. 292.
Dans le Renvoi relatif à la Public Service Employee
Relations Act (Alb.), [1987] 1 R.C.S. 313, le juge
en chef Dickson, dissident, a décrit de la façon
suivante le cadre d’analyse du contexte juridique
international :
The content of Canada’s international human rights
obli­gations is, in my view, an important indicia of the
meaning of “the full benefit of the Charter’s protection”.
I believe that the Charter should generally be presumed
to provide protection at least as great as that afforded
by similar provisions in international human rights
documents which Canada has ratified. [p. 349]
Le contenu des obligations internationales du Canada en
matière de droits de la personne est, à mon avis, un indice
important du sens de l’expression « bénéficient pleinement
de la protection accordée par la Charte ». Je crois qu’il
faut présumer, en général, que la Charte accorde une
protection à tout le moins aussi grande que celle qu’offrent
les dispositions similaires des instruments internationaux
que le Canada a ratifiés en matière de droits de la personne.
[p. 349]
[23] More recently, in Health Services and
Support – Facilities Subsector Bargaining Assn. v.
British Columbia, 2007 SCC 27, [2007] 2 S.C.R.
391, McLachlin C.J. and LeBel J. confirmed that,
“the Charter should be presumed to provide at
least as great a level of protection as is found in
the international human rights documents that
Canada has ratified” (para. 70). This helps frame
the interpretive scope of s. 6(1).
[23] Plus récemment, dans Health Services and
Support – Facilities Subsector Bargaining Assn.
c. Colombie‑Britannique, 2007 CSC 27, [2007] 2
R.C.S. 391, la juge en chef McLachlin et le juge
LeBel ont confirmé qu’« il faut présumer que la
Charte accorde une protection au moins aussi
grande que les instruments internationaux ratifiés
par le Canada en matière de droits de la personne »
(par. 70). Cela aide à circonscrire l’interprétation
qu’il convient de donner au par. 6(1).
170
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[24] The international law inspiration for s. 6(1)
of the Charter is generally considered to be
art. 12 of the International Covenant on Civil and
Political Rights, Can. T.S. 1976 No. 47 (“ICCPR”),
which has been ratified by 167 states, including
Canada: John B. Laskin, “Mobility Rights under
the Charter” (1982), 4 S.C.L.R. 89, at p. 89; Robert
J. Sharpe and Kent Roach, The Charter of Rights
and Freedoms (4th ed. 2009), at p. 212.
[24] On considère habituellement que le par. 6(1)
de la Charte s’inspire, en droit international, de
l’art. 12 du Pacte international relatif aux droits
civils et politiques, R.T. Can. 1976 no 47 (« PIDCP »),
qui a été ratifié par 167 pays, dont le Canada : John
B. Laskin, « Mobility Rights under the Charter »
(1982), 4 S.C.L.R. 89, p. 89; Robert J. Sharpe et Kent
Roach, The Charter of Rights and Freedoms (4e éd.
2009), p. 212.
[25] As a treaty to which Canada is a signatory,
the ICCPR is binding. As a result, the rights pro­
tected by the ICCPR provide a minimum level of
protection in interpreting the mobility rights under
the Charter. Article 12 of the ICCPR states:
[25] S’agissant d’un traité dont le Canada est
signataire, le PIDCP lie les parties. Par conséquent,
les droits qu’il protège énoncent un niveau mini­
mal de protection dont il faut tenir compte dans
l’interprétation du droit de circulation et d’établis­
sement prévu dans la Charte. L’article 12 du PIDCP
est ainsi libellé :
1. Everyone lawfully within the territory of a State shall,
within that territory, have the right to liberty of movement
and freedom to choose his residence.
1. Quiconque se trouve légalement sur le territoire d’un
État a le droit d’y circuler librement et d’y choisir libre­
ment sa résidence.
2. Everyone shall be free to leave any country, in­cluding
his own.
2. Toute personne est libre de quitter n’importe quel pays,
y compris le sien.
3. The above-mentioned rights shall not be subject to
any restrictions except those which are provided by law,
are necessary to protect national security, public order
(ordre public), public health or morals or the rights and
freedoms of others, and are consistent with the other
rights recognized in the present Covenant.
3. Les droits mentionnés ci‑dessus ne peuvent être l’objet
de restrictions que si celles‑ci sont prévues par la loi,
nécessaires pour protéger la sécurité nationale, l’ordre
public, la santé ou la moralité publiques, ou les droits
et libertés d’autrui, et compatibles avec les autres droits
reconnus par le présent Pacte.
4. No one shall be arbitrarily deprived of the right to
enter his own country.
4. Nul ne peut être arbitrairement privé du droit d’entrer
dans son propre pays.
[26] In 1999, the U.N. Human Rights Committee
issued guidelines for the interpretation of art. 12 of
the ICCPR in its “General Comment No. 27: Free­
dom of Movement”. Paragraph 19 of the General
Comment states, in part, that “[t]he right of a per­
son to enter his or her own country recognizes the
special relationship of a person to that country”. The
General Comment also provides some guidance on
the interpretation of “arbitrarily” in art. 12(4):
[26] En 1999, le Comité des droits de l’homme
des Nations Unies a publié des lignes directrices
quant à l’interprétation de l’art. 12 du PIDCP dans
le document intitulé « Observation générale no 27 : 
Liberté de circulation ». Au paragraphe 19, il est
notamment indiqué que « [l]e droit d’une personne
d’entrer dans son propre pays reconnaît l’existence
d’une relation spéciale de l’individu à l’égard du
pays concerné ». L’observation générale donne
éga­
lement certaines précisions sur la manière
d’inter­préter la notion d’« arbitraire » évoquée au
par. 12(4) :
In no case may a person be arbitrarily deprived of the
right to enter his or her own country. The reference to
En aucun cas un individu ne peut être privé arbitrai­
rement du droit d’entrer dans son propre pays. La notion
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
171
the concept of arbitrariness in this context is intended to
emphasize that it applies to all State action, legislative,
administrative and judicial; it guarantees that even
interference provided for by law should be in accordance
with the provisions, aims and objectives of the Covenant
and should be, in any event, reasonable in the particular
circumstances. The Committee considers that there are
few, if any, circumstances in which deprivation of the
right to enter one’s own country could be reasonable. A
State party must not, by stripping a person of nationality
or by expelling an individual to a third country, arbitrarily
prevent this person from returning to his or her own
country. [Emphasis added; para. 21.]
d’arbitraire est évoquée dans ce contexte dans le but de
souligner qu’elle s’applique à toutes les mesures prises
par l’État, au niveau législatif, administratif et judiciaire;
l’objet est de garantir que même une immixtion prévue
par la loi soit conforme aux dispositions, aux buts et aux
objectifs du Pacte et soit, dans tous les cas, raisonnable
eu égard aux circonstances particulières. Le Comité
considère que les cas dans lesquels la privation du droit
d’une personne d’entrer dans son propre pays pourrait
être raisonnable, s’ils existent, sont rares. Les États
parties ne doivent pas, en privant une personne de sa
nationalité ou en l’expulsant vers un autre pays, priver
arbitrairement celle‑ci de retourner dans son propre pays.
[Italiques ajoutés; par. 21.]
[27] Although art. 12(4) protects against arbitrary
interference with the right to enter, the U.N. Human
Rights Committee’s interpretation of the scope of
the right suggests that there are in fact “few, if
any” limitations on the right to enter that would be
considered reasonable. The right to enter protected
by s. 6(1) of the Charter should therefore be inter­
preted in a way that is consistent with the broad pro­
tection under international law.
[27] Bien que le par. 12(4) garantisse qu’il n’y ait
pas d’immixtion arbitraire dans le droit d’entrer,
l’interprétation que fait le Comité des droits de
l’homme des Nations Unies de la portée du droit
donne à penser que, dans les faits, les cas dans les­
quels la privation du droit d’une personne d’entrer
dans son pays pourrait être considérée comme rai­
sonnable, « s’ils existent, sont rares ». Le droit
d’entrer au Canada protégé par le par. 6(1) de la
Charte devrait donc être interprété d’une manière
qui soit compatible avec la protection générale
conférée par le droit international.
[28] The expansive breadth of the protection is
also consistent with the fact that s. 6(1) of the
Charter is exempt from the legislative override in
s. 33: Sauvé v. Canada (Chief Electoral Officer),
2002 SCC 68, [2002] 3 S.C.R. 519, at para. 11.
Moreover, the other rights conferred by s. 6 of the
Charter in s. 6(2) are subject to express limitations
within the provision itself in ss. 6(3) and 6(4). The
fact that s. 6(1) is not subject to such limitations
also confirms its plenitude.
[28] La portée étendue de la protection est aussi
compatible avec le fait que le par. 6(1) de la Charte
est soustrait à l’application de l’art. 33 : Sauvé c.
Canada (Directeur général des élections), 2002
CSC 68, [2002] 3 R.C.S. 519, par. 11. De plus,
les autres droits conférés par l’art. 6 de la Charte,
plus précisément au par. 6(2), sont assujettis à des
restrictions expresses prévues dans la disposition
comme telle, aux par. 6(3) et 6(4). Le fait que le
par. 6(1) ne soit pas assujetti à ces restrictions
confirme aussi sa plénitude.
[29] And, finally in United States of America v.
Cotroni, [1989] 1 S.C.R. 1469, a case involving
extradition, this Court recognized that the “intimate
relation between a citizen and his country” invited a
generous interpretation of a related right in s. 6(1),
namely the right to remain in Canada (p. 1480).
[29] Enfin, dans États-Unis d’Amérique c.
Cotroni, [1989] 1 R.C.S. 1469, une affaire d’extra­
dition, la Cour a reconnu que le « rapport étroit qui
existe entre un citoyen et son pays » commande une
interprétation libérale d’un droit connexe énoncé au
par. 6(1), à savoir le droit de demeurer au Canada
(p. 1480).
[30] This brings us to the provisions dealing with
the international transfer of prisoners.
[30] Ce qui nous amène aux dispositions portant
sur le transfèrement international des détenus.
172
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
[31] In 1977, Canada and the United States signed
the Treaty Between Canada and the United States
of America on the Execution of Penal Sentences,
Can. T.S. 1978 No. 12, a bilateral treaty to facilitate
international prisoner transfer between Canada
and the United States. Under the treaty, offenders
sentenced to imprisonment in either country may
be transferred to the country of which they are a
citizen if the sending state, the receiving state, and
the offender all provide their consent.
[31] En 1977, le Canada et les États-Unis ont
signé le Traité entre le Canada et les États‑Unis
d’Amérique sur l’exécution des peines imposées
aux termes du droit criminel, R.T. Can. 1978 no 12,
un traité bilatéral visant à faciliter le transfèrement
international des détenus entre le Canada et les
États‑Unis. Aux termes de ce traité, les délinquants
condamnés à l’emprisonnement dans l’un de ces
pays peuvent être transférés dans leur pays de
citoyenneté si le pays d’origine, le pays d’accueil et
le délinquant visé sont d’accord.
[32] The application of the treaty is subject to
a number of conditions set out in art. II: that the
offence for which the offender was convicted and
sentenced is one which would also be punishable as
a crime in the receiving state; that the offender is a
citizen of the receiving state; that the offence is not
an offence under immigration laws or military laws;
that there is at least six months of the offender’s
sentence remaining to be served; and that no pro­
ceeding by way of an appeal or collateral attack
upon the conviction or sentence is pending in the
sending state and the prescribed time for an appeal
has expired.
[32] Le traité s’applique sous réserve de certaines
conditions énoncées à l’art. II : que l’infraction
pour laquelle le délinquant a été déclaré coupable
et condamné en soit une qui serait aussi punissable
dans le pays d’accueil; que le délinquant soit un
citoyen du pays d’accueil; que l’infraction n’en
soit pas une aux termes des lois sur l’immigration
ou des lois militaires; que le délinquant ait encore
au moins six mois de peine à subir; et qu’aucune
procédure sur la déclaration de culpabilité ou la
peine du délinquant entamée par voie d’appel ou
de moyen indirect (collateral attack) ne soit en sus­
pens dans le pays d’origine et que le délai d’appel
de la déclaration de culpabilité ou de la peine du
délinquant soit expiré.
[33] Under art. IV of the treaty, the completion of
a transferred offender’s sentence is to be carried out
according to the laws and procedures of the re­ceiv­
ing country, including the application of any pro­
visions for reduction of the term of imprisonment
by parole, conditional release, or otherwise.
[33] Aux termes de l’art. IV du traité, l’exécution
de la peine d’un délinquant transféré s’effectue
selon les lois et règles du pays d’accueil, y compris
toutes dispositions de réduction de la durée d’empri­
sonnement par une libération conditionnelle, une
libération sous condition ou autrement.
[34] Pursuant to art. III of the treaty, both Canada
and the United States made a commitment to giving
legal effect to the treaty within their territory. Ac­
cordingly, in 1978, Parliament adopted the Transfer
of Offenders Act, S.C. 1977-78, c. 9, which imple­
mented the treaty with the United States as well as
a similar treaty with Mexico. Under this legislation,
the Minister was granted an unfettered discretion to
approve or refuse the transfer of a Canadian citizen.
Canada has since concluded numerous bilateral
and multilateral treaties dealing with international
prisoner transfers.
[34] En vertu de l’art. III du traité, le Canada et les
États‑Unis se sont engagés à donner effet juridique
au traité sur leur territoire. Par conséquent, en 1978,
le législateur a adopté la Loi sur le transfèrement
des délinquants, S.C. 1977‑78, ch. 9, qui assurait
la mise en œuvre du traité avec les États‑Unis ainsi
que d’un traité semblable conclu avec le Mexique.
Cette loi a conféré au ministre un pouvoir discré­
tionnaire absolu d’accepter ou de refuser le trans­
fèrement d’un citoyen canadien. Depuis, le Canada
a conclu un grand nombre de traités bilatéraux et
multilatéraux concernant le transfèrement inter­na­
tional des détenus.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
173
[35] In 2004, the Transfer of Offenders Act was
replaced by the ITOA. The purpose of the ITOA was
set out in s. 3 as being:
[35] En 2004, la Loi sur le transfèrement des
délinquants a été remplacée par la LTID, dont
l’objet est énoncé à l’art. 3 :
. . . to contribute to the administration of justice and
the rehabilitation of offenders and their reintegration
into the community by enabling offenders to serve their
sentences in the country of which they are citizens or
nationals.
. . . de faciliter l’administration de la justice et la
réadaptation et la réinsertion sociale des délinquants en
permettant à ceux‑ci de purger leur peine dans le pays
dont ils sont citoyens ou nationaux.
[36] The ITOA included several important
modifications of the legislative scheme, namely new
provisions setting out the purposes of the legislation
and a requirement that reasons be provided when
the Minister’s consent is refused (s. 11(2)). Notably,
a section was added that listed the factors which
the Minister must consider in determining whether
to consent to the transfer of Canadian and foreign
offenders.1
[36] La LTID comprend plusieurs changements
importants au régime législatif. Elle comporte
notam­ment de nouvelles dispositions établissant
l’objet de la loi ainsi qu’une exigence selon laquelle
le refus de consentement de la part du ministre doit
être motivé (par. 11(2)). Il convient de souligner
qu’un article a été ajouté en vue d’énumérer les fac­
teurs dont le ministre doit tenir compte pour décider
s’il consent ou non au transfèrement des délinquants
canadiens ou étrangers1.
[37] The relevant provisions of the ITOA are
ss. 8(1) and 10(1) and (2). At the time of Mr. Divito’s
request, they stated:
[37] Les dispositions pertinentes de la LTID sont
les par. 8(1), 10(1) et (2). Au moment de la demande
de M. Divito, elles étaient ainsi libellées :
8. (1) The consent of the three parties to a transfer —
the offender, the foreign entity and Canada — is required.
8. (1) Le transfèrement nécessite le consentement
des trois parties en cause, soit le délinquant, l’entité
étrangère et le Canada.
.
.
.
.
.
.
10. (1) In determining whether to consent to the
transfer of a Canadian offender, the Minister shall con­
sider the following factors:
10. (1) Le ministre tient compte des facteurs ci‑après
pour décider s’il consent au transfèrement du délinquant
canadien :
(a) whether the offender’s return to Canada would
constitute a threat to the security of Canada;
a) le retour au Canada du délinquant peut constituer
une menace pour la sécurité du Canada;
(b) whether the offender left or remained outside
Canada with the intention of abandoning Canada as
their place of permanent residence;
b) le délinquant a quitté le Canada ou est demeuré à
l’étranger avec l’intention de ne plus considérer le
Canada comme le lieu de sa résidence permanente;
1 In 2012, the ITOA was further amended, including the addition
of “enhanc[ing] public safety” as one of the purposes of the
Act, by changing “shall” to “may” in ss. 10(1) and 10(2), and
by adding factors for the Minister to consider in exercising his
or her discretion under ss. 10(1) and 10(2). These amendments
were not in force at the time of Mr. Divito’s transfer request.
1 En 2012, la LTID a été de nouveau modifiée. Un des objets de
la Loi consiste depuis à « renforcer la sécurité publique ». Aux
par. 10(1) et 10(2), le verbe est passé de « tient compte » à « peut
tenir compte » et des facteurs dont le ministre doit tenir compte
dans l’exercice du pouvoir discrétionnaire que lui confèrent les
par. 10(1) et 10(2) ont été ajoutés. Ces modifications n’étaient
pas en vigueur au moment de la demande de transfèrement de
M. Divito.
174
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
(c) whether the offender has social or family ties in
Canada; and
c) le délinquant a des liens sociaux ou familiaux au
Canada;
(d) whether the foreign entity or its prison system
presents a serious threat to the offender’s security or
human rights.
d) l’entité étrangère ou son système carcéral constitue
une menace sérieuse pour la sécurité du délinquant ou
ses droits de la personne.
(2) In determining whether to consent to the transfer
of a Canadian or foreign offender, the Minister shall con­
sider the following factors:
(2) Il tient compte des facteurs ci‑après pour décider
s’il consent au transfèrement du délinquant canadien ou
étranger :
(a) whether, in the Minister’s opinion, the offender
will, after the transfer, commit a terrorism offence or
criminal organization offence within the meaning of
section 2 of the Criminal Code; and
a) à son avis, le délinquant commettra, après son
transfèrement, une infraction de terrorisme ou une
infraction d’organisation criminelle, au sens de
l’article 2 du Code criminel;
(b) whether the offender was previously transferred
under this Act or the Transfer of Offenders Act, chapter
T-15 of the Revised Statutes of Canada, 1985.
b) le délinquant a déjà été transféré en vertu de la
présente loi ou de la Loi sur le transfèrement des
délinquants, chapitre T‑15 des Lois révisées du
Canada (1985).
[38] Only ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a), which
have been italicized for ease of reference, have
been challenged by Mr. Divito. The essence of the
challenge is that these provisions operate in a way
that violates Mr. Divito’s right to enter Canada
under s. 6(1) of the Charter, a right he says is auto­
matic once the foreign jurisdiction consents to the
transfer.
[38] Seuls les par. 8(1) et al. 10(1)a) et 10(2)a)
— qui sont en italique pour plus de commodité —
ont été contestés par M. Divito, essentiellement
parce qu’il estime qu’ils ont pour effet de violer
son droit d’entrer au Canada garanti par le par. 6(1)
de la Charte, un droit qui, selon lui, s’applique
automatiquement dès que le pays étranger consent
au transfèrement.
[39] These provisions provide the Minister with
a discretion whether to consent to the transfer of
a Canadian offender. Mr. Divito argues that there
should be no discretion — once an incarcerated
citizen’s transfer is consented to by a foreign
jurisdiction, the citizen’s right to enter under s. 6(1)
of the Charter requires that the Minister consent. In
essence, Mr. Divito argues that s. 6(1) includes an
automatic right to serve a foreign prison sentence in
Canada if the foreign state consents. His submission
would result in a positive obligation on Canada to
administer the sentences imposed upon Canadian
citizens by foreign jurisdictions. This, in my re­
spectful view, misconstrues what s. 6(1) protects.
[39] Ces dispositions confèrent au ministre le pou­
voir discrétionnaire de consentir ou non au trans­
fè­rement d’un délinquant canadien. Or, d’après
M. Divito, le ministre ne devrait pas jouir de ce
pouvoir discrétionnaire puisque, une fois que le
pays étranger a consenti au transfèrement du
citoyen détenu, le droit de ce citoyen d’entrer au
Canada garantit par le par. 6(1) de la Charte exige le
consentement du ministre. Donc, essentiellement,
M. Divito prétend que le par. 6(1) confère le droit
automatique de purger au Canada une peine infli­
gée à l’étranger si le pays étranger y consent. Si tel
était le cas, le Canada aurait donc l’obligation de
prendre en charge l’exécution des peines infligées
aux citoyens canadiens par des pays étrangers. Avec
égards, cela constitue une interprétation erronée des
droits protégés par le par. 6(1).
[40] In international law, requiring the return
of an offender to his or her home state infringes the
[40] En droit international, exiger le retour d’un
délinquant dans son pays d’origine va à l’encontre
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
175
doctrine of state sovereignty: it violates the terri­
toriality of the criminal law and the exclusive right
of the state to administer criminal justice: Michal
Plachta, Transfer of Prisoners under International
Instruments and Domestic Legislation (1993), at
pp. 134-49; United Nations Office on Drugs and
Crime, Handbook on the International Transfer
of Sentenced Persons (2012), at pp. 14 and 17.
Accordingly, prior to the implementation of
bilateral and multilateral treaties for the transfer
of prisoners, “[i]t was firmly believed that States
had the authority to enforce the criminal sentences
of their own courts only, making it impossible
for them to enforce the sentences of other States”
(p. 17). In other words, as a matter of international
law, Canada has no legal authority to require the
return of a citizen who is lawfully incarcerated by
a foreign state.
du principe de la souveraineté de l’État : cela porte
atteinte au principe de la territorialité en droit pénal
et au droit exclusif de l’État d’administrer la justice
criminelle : Michal Plachta, Transfer of Prisoners
under International Instruments and Domestic
Legislation (1993), p. 134-149; Office des Nations
Unies contre la drogue et le crime, Handbook on
the International Transfer of Sentenced Persons
(2012), p. 14 et 17. Par conséquent, avant la mise
en œuvre des traités bilatéraux et multilatéraux
quant au transfèrement des détenus, [traduction]
« [l]es gens croyaient fermement qu’un pays pou­
vait exécuter uniquement les peines criminelles
infligées par ses propres tribunaux, de sorte qu’il
lui était impossible d’exécuter les peines infligées
par d’autres pays » (p. 17). Autrement dit, en droit
international, le Canada n’a pas le pouvoir légal
d’exiger le retour d’un citoyen qui est légalement
détenu par un pays étranger.
[41] The question then becomes what effect the
Treaty Between Canada and the United States of
America on the Execution of Penal Sentences and
the ITOA have on an imprisoned citizen’s ability to
enter Canada for the purpose of serving his or her
sentence in Canada.
[41] Il s’agit donc de mesurer l’effet du Traité
entre le Canada et les États‑Unis d’Amérique sur
l’exé­cution des peines imposées aux termes du droit
criminel et celui de la LTID sur la capacité d’un
citoyen empri­sonné à l’étranger d’entrer au Canada
dans le but d’y purger sa peine.
[42] The Treaty Between Canada and the United
States of America on the Execution of Penal Sen­
tences and other similar treaties were entered into
to facilitate the return of offenders serving a penal
sentence in a foreign country in order to permit
them to serve the remainder of their sentence in their
home country. The purpose of these treaties was to
promote the social rehabilitation and reintegration
of prisoners by permitting offenders imprisoned
in a foreign jurisdiction to serve their sentence
in their home country closer to their families and
where the culture, language and customs would be
more familiar: United Nations Office on Drugs and
Crime, at pp. 9-15; Sylvia Royce, “International
Prisoner Transfer” (2009), 21 Federal Sentencing
Reporter 186, at p. 186.
[42] Le Traité entre le Canada et les États‑Unis
d’Amérique sur l’exécution des peines imposées
aux termes du droit criminel et d’autres traités
semblables ont été conclus dans le but de faciliter
le retour des délinquants qui purgent une peine dans
un pays étranger afin qu’ils puissent en purger le
reste dans leur pays d’origine. Ces traités visaient
à favoriser la réadaptation et la réinsertion sociale
des détenus en permettant aux délinquants empri­
sonnés à l’étranger de purger leur peine dans leur
pays d’origine, plus près de leur famille, et dans un
endroit où la culture, la langue et les coutumes leur
sont plus familières : Office des Nations Unies contre
la drogue et le crime, p. 9-15; Sylvia Royce, « Inter­
na­tional Prisoner Transfer » (2009), 21 Federal
Sentencing Reporter 186, p. 186.
[43] Underlying the creation of these treaties was
the understanding that, absent a treaty, Canada was
without a meaningful legal mechanism to adminis­
ter the sentences imposed upon Canadian citizens
[43] Ces traités avaient été conçus sur le fonde­
ment du fait que, sans eux, le Canada ne disposait
d’aucun mécanisme juridique utile lui permettant
de prendre en charge les peines infligées à des
176
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
who are lawfully incarcerated in a foreign state.2
The ITOA and the treaties it implements provide a
statutory mechanism to transfer the supervision of
a prison sentence from a foreign jurisdiction to
Canada.
citoyens canadiens légalement incarcérés dans un
pays étranger2. La LTID et les traités qu’elle met en
œuvre prévoient un mécanisme législatif permettant
de transférer la surveillance de l’exécution d’une
peine d’un pays étranger au Canada.
[44] The ITOA requires the consent of the foreign
jurisdiction since, as a matter of international law,
Canada has no meaningful legal authority to re­
quire the return of an imprisoned citizen. As the
provisions of the treaty make clear, the consent of
the foreign state to transfer an offender is prem­ised
on Canada undertaking to administer the offend­
er’s foreign sentence. The ITOA and the treaties
which it implements therefore provide an exception
to the doctrine of state sovereignty in international
law: a statutory mechanism under which Canada
may, in certain circumstances, assume legal obli­
gations towards a foreign state. The ITOA was not
intended to create a right for Canadian citizens to
require Canada to administer their foreign sentence.
[44] La LTID exige le consentement du pays
étranger puisque, en droit international, le Canada
n’a pas le pouvoir légal d’exiger le retour d’un
citoyen emprisonné. Comme il ressort clairement
du traité, le consentement du pays étranger pour
transférer un délinquant repose sur le fait que le
Canada s’engage à prendre en charge la peine du
délinquant. La LTID et les traités qu’elle met en
œuvre prévoient donc une exception au principe
de la souveraineté de l’État en droit international : 
un mécanisme législatif permettant au Canada,
dans certaines circonstances, d’assumer des obliga­
tions légales envers un pays étranger. Ainsi, la
LTID ne visait pas à créer un droit pour les citoyens
canadiens d’exiger que le Canada prenne en charge
leur peine.
[45] The ability of prisoners to serve their sentence
in Canada is therefore a creation of legislation.
Independent of the ITOA, there is no right to serve
a foreign prison sentence in Canada. In my view,
although the ITOA contemplates a mechanism by
which a citizen may return to Canada in the limited
context of continuing incarceration for the purpose
of serving their foreign sentence, s. 6(1) does not
confer a right on Canadian citizens to serve their
foreign sentences in Canada.
[45] La capacité d’un détenu de purger sa peine
au Canada est donc une création de la loi. Indé­
pendamment de la LTID, il n’existe aucun droit
de purger au Canada une peine d’emprisonnement
infligée à l’étranger. À mon avis, bien que la LTID
permette à un citoyen de retourner au Canada dans
ce but, dans le contexte restreint du maintien en
détention, le par. 6(1) ne confère pas aux citoyens
canadiens le droit de purger au Canada les peines
qui leur ont été infligées à l’étranger.
[46] Nor is Cotroni of assistance. La Forest J.
noted for the majority that “the central thrust of
s. 6(1) is against exile and banishment, the pur­
pose of which is the exclusion of membership in
the national community. While I would not wish
to trivialize the effects of extradition on the indi­
vidual, it is clear that extradition is not directed to
[46] Cotroni n’est pas utile non plus. Le juge
La Forest a souligné au nom des juges majoritaires
que « [t]out comme les documents internationaux
et constitutionnels que j’ai mentionnés, le par. 6(1)
vise à protéger contre l’exil et le bannissement qui
ont pour objet l’exclusion de la participation à la
communauté nationale. Je ne veux pas minimiser
2 There is also a discretion in s. 31 of the ITOA for the Minister
to allow the Minister of Foreign Affairs to enter into an
“administrative arrangement” with a foreign country for the
transfer of an offender in accordance with the ITOA where no
treaty mechanism exists.
2 L’article 31 de la LTID confère aussi au ministre le pouvoir dis­
crétionnaire d’autoriser le ministre des Affaires étrangères à con­
clure avec un pays étranger une « entente administrative » sur le
transfèrement d’un délinquant en conformité avec la loi, si aucun
traité n’est applicable.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
La juge Abella
177
the purpose” (p. 1482). Notably, he also made the
following particularly relevant concession:
les effets de l’extradition sur l’individu, mais il est
évident que l’extradition ne vise pas cet objet »
(p. 1482). Il importe de le noter, il a aussi fait la
concession particulièrement pertinente qui suit :
. . . it seems to me . . . that the infringement to s. 6(1)
that results from extradition lies at the outer edges of
the core values sought to be protected by that provision.
European authorities . . . make a sharp distinction
between expulsion and extradition . . . . [Emphasis added;
p. 1481.]
. . . il me semble [. . .] que la violation du par. 6(1)
qui résulte de l’extradition se situe à la limite des
valeurs fondamentales que cette disposition cherche
à protéger. Les autorités européennes [. . .] établissent
une distinction nette entre l’expulsion et l’extradition . . .
[Italiques ajoutés; p. 1481.]
[47] In the case of extradition, the Canadian gov­
ernment permits the removal from Canada of a
Canadian citizen who has not been convicted, to
face charges in a foreign jurisdiction. Yet Cotroni
found this to be only at the outer edges of the s. 6(1)
right. In the case of a prisoner transfer, the Canadian
citizen has been convicted in a foreign jurisdiction,
is lawfully incarcerated there, and is seeking the
Canadian government’s permission to serve his
or her foreign sentence in Canada. If the forcible
removal of a presumed innocent Canadian citizen
by extradition is at the outer edges of the core values
sought to be protected by s. 6(1), the request of a
convicted one to serve a foreign sentence in Canada
falls off the edge. I have difficulty seeing how
legislative provisions which facilitate the possibility
of re-entry for a Canadian citizen lawfully convicted
in a foreign jurisdiction, are analogous to the forced
removal of a Canadian citizen by the state.
[47] Dans le cas de l’extradition, le gouvernement
canadien autorise le renvoi d’un citoyen canadien
qui se trouve au Canada et qui n’a pas été déclaré
coupable pour qu’il fasse face à des accusations
dans un pays étranger. Or, selon Cotroni, cette
situa­tion ne se trouve qu’à la limite du droit visé
au par. 6(1). Dans le cas du transfèrement d’un pri­
sonnier, le citoyen canadien a été déclaré cou­pable
dans un pays étranger, il y est incarcéré léga­le­
ment, et il sollicite la permission du gouvernement
canadien pour être autorisé à purger au Canada cette
peine infligée à l’étranger. Si le renvoi forcé par
extradition d’un citoyen canadien présumé innocent
se situe à la limite des valeurs fondamentales que
vise à protéger le par. 6(1), la demande de celui qui
est déclaré coupable pour purger au Canada une
peine infligée à l’étranger bascule au-delà de la
limite. J’ai de la difficulté à concevoir comment des
dispositions législatives qui facilitent la possibilité
du retour d’un citoyen canadien condamné légale­
ment dans un pays étranger pourraient être analo­
gues au renvoi forcé d’un citoyen canadien par l’État.
[48] The mobility rights in s. 6(1) should be con­
strued generously, not literally, and, absent a literal
interpretation, I am unable to see how s. 6(1) is
breached in the circumstances of this case. Can­adian
citizens undoubtedly have a right to enter Canada,
but Canadian citizens who are lawfully incarcerated
in a foreign jurisdiction cannot leave their prison,
let alone leave to come to Canada. What makes the
entry to Canada possible is the ITOA. But this possi­
bility does not thereby create a constitutionally
pro­tected right to leave a foreign prison and enter
Canada whenever a foreign jurisdiction consents to
the transfer. Nor does it impose a duty on the Can­
adian government to permit all such citizens to serve
[48] La liberté de circulation et d’établissement
que garantit le par. 6(1) devrait être interprétée
géné­reusement, non littéralement. Or, à moins d’une
inter­prétation littérale, je ne vois pas comment il y
a violation du par. 6(1) dans les circonstances de la
présente cause. Les citoyens canadiens ont sans
aucun doute le droit d’entrer au Canada, mais ceux
qui sont légalement incarcérés dans un pays étranger
ne peuvent pas quitter la prison, encore moins venir
au Canada. C’est la LTID qui leur permet d’entrer
au Canada. Cette loi ne crée pas pour autant un
droit constitutionnellement protégé de quitter une
pri­son étrangère et d’entrer au Canada dès que
l’entité étran­gère consent au transfèrement. Elle
178
DIVITO
v.
CANADA
Abella J.
[2013] 3 S.C.R.
their foreign sentences in Canada. The impugned
provisions of the ITOA, which make a transfer pos­
sible do not, as a result, represent a breach of s. 6(1).
n’oblige pas non plus le gouvernement canadien à
permettre à tous ses citoyens de purger au Canada
les peines qui leur ont été infligées à l’étranger. Les
dispositions contestées de la LTID, qui rendent un
transfèrement possible, ne constituent donc pas une
violation du par. 6(1).
[49] What is engaged by these provisions,
however, is the discretion of the Minister. As this
Court noted in Canada (Attorney General) v.
PHS Community Services Society, 2011 SCC 44,
[2011] 3 S.C.R. 134, at para. 114, “[i]f there is a
Charter problem, it lies not in the statute but in the
Minister’s exercise of the power the statute gives
him”. At its core, Mr. Divito’s argument that the
Minister must consent to the transfer of a Canadian
citizen once a foreign state has provided its consent
calls into constitutional question not the impugned
provisions, but the way the discretion is exercised.
This calls for scrutiny of the reasonableness of the
exercise of discretion, an issue Mr. Divito has not
appealed to this Court. Notwithstanding that we
have not been asked to review the reasonableness
of the Minister’s decision in this case, there is no
doubt that once a foreign jurisdiction consents to
a transfer under s. 8(1) of the ITOA, the Minister’s
discretion under ss. 10(1)(a) and 10(2)(a) is fully
engaged and must be exercised reasonably, includ­
ing in compliance with relevant Charter values: 
Lake v. Canada (Minister of Justice), 2008 SCC
23, [2008] 1 S.C.R. 761; Sriskandarajah v. United
States of America, 2012 SCC 70, [2012] 3 S.C.R.
609; Doré v. Barreau du Québec, 2012 SCC 12,
[2012] 1 S.C.R. 395. As this Court explained in
Doré, “[o]n judicial review, the question becomes
whether, in assessing the impact of the relevant
Charter protection and given the nature of the
decision and the statutory and factual contexts, the
decision reflects a proportionate balancing of the
Charter protections at play” (para. 57).
[49] Le pouvoir discrétionnaire du ministre, lui,
est cependant touché par ces dispositions. Comme
la Cour l’a souligné dans Canada (Procureur géné­
ral) c. PHS Community Services Society, 2011
CSC 44, [2011] 3 R.C.S. 134, par. 114, « [s]’il y
a un problème lié à la Charte, il ne réside pas dans
la loi, mais dans l’exercice par le ministre de son
pouvoir légal ». Essentiellement, l’argument de
M. Divito — selon lequel le ministre doit consentir
au transfèrement d’un citoyen canadien si le pays
étranger y consent — remet en question, sur le
plan constitutionnel, non pas les dispositions
contestées, mais la façon dont le ministre exerce
son pouvoir discrétionnaire. Il faut donc examiner
le caractère raisonnable de l’exercice de ce pouvoir,
une question que M. Divito n’a pas portée en appel
devant la Cour. Bien que nous ne soyons pas appelés
à examiner le caractère raisonnable de la décision du
ministre, en l’espèce, il ne fait aucun doute que, une
fois que le pays étranger consent au transfèrement
en application du par. 8(1) de la LTID, le pouvoir
conféré au ministre par les al. 10(1)a) et 10(2)a)
est entièrement applicable et doit être exercé de
manière raisonnable, y compris de manière à res­
pecter les valeurs pertinentes de la Charte : Lake
c. Canada (Ministre de la Justice), 2008 CSC 23,
[2008] 1 R.C.S. 761; Sriskandarajah c. États‑Unis
d’Amérique, 2012 CSC 70, [2012] 3 R.C.S. 609;
Doré c. Barreau du Québec, 2012 CSC 12, [2012] 1
R.C.S. 395. Comme la Cour l’a expliqué dans l’arrêt
Doré, « [d]ans le contexte d’une révision judiciaire,
il s’agit donc de déterminer si — en évaluant
l’incidence de la protection pertinente offerte par la
Charte et compte tenu de la nature de la décision et
des contextes légal et factuel — la décision est le
fruit d’une mise en balance proportionnée des droits
en cause protégés par la Charte » (par. 57).
[50] A final issue: the Crown argued that the
appeal was moot because Mr. Divito completed
[50] Une dernière question : le ministère public
a affirmé que l’appel était théorique parce que
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
Les juges LeBel et Fish
179
his American sentence. He has now returned to
Canada and completed the balance of his Canadian
sentence.
M. Divito avait purgé la peine prononcée aux États‑
Unis. Il est revenu au Canada et a purgé le reste de
la peine que le Canada lui avait infligée.
[51] The Court nonetheless retains a residual
discretion to decide the merits of a moot appeal if
the issues raised are of public importance: Borowski
v. Canada (Attorney General), [1989] 1 S.C.R. 342;
R. v. McNeil, 2009 SCC 3, [2009] 1 S.C.R. 66, at
para. 2. In my view, this is such a case. The issues
are likely to recur in the future and there is some
uncertainty resulting from conflicting decisions in
the Federal Court.
[51] La Cour conserve néanmoins le pouvoir dis­
crétionnaire de statuer sur le bien‑fondé d’un appel
théorique si les questions soulevées revêtent une
importance pour le public : Borowski c. Canada
(Procureur général), [1989] 1 R.C.S. 342; R. c.
McNeil, 2009 CSC 3, [2009] 1 R.C.S. 66, par. 2.
À mon avis, c’est le cas en l’espèce. Les questions
peuvent être de nouveau soulevées à l’avenir et
une certaine incertitude découle de décisions
contradictoires rendues par la Cour fédérale.
[52] I would therefore dismiss the appeal and
answer the constitutional questions as follows:
[52] Je suis donc d’avis de rejeter le pourvoi
et de répondre comme suit aux questions
constitutionnelles :
(1) Do ss. 10(1)(a) and 10(2)(a), read in conjunction
with s. 8(1), of the International Transfer of Of­
fenders Act, S.C. 2004, c. 21, infringe the right
guaranteed by s. 6(1) of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms?
(1) Les alinéas 10(1)a) et 10(2)a), lus en conjonction
avec le par. 8(1), de la Loi sur le transfèrement inter­
national des délinquants, L.C. 2004, ch. 21, portent‑
ils atteinte au droit garanti par le par. 6(1) de la
Charte canadienne des droits et libertés?
No.
Non.
(2) If so, is the infringement a reasonable limit pre­
scribed by law that can be demonstrably justified
in a free and democratic society under s. 1 of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms?
(2) Dans l’affirmative, cette atteinte constitue‑t‑elle
une limite raisonnable prescrite par une règle de
droit dont la justification peut se démontrer dans le
cadre d’une société libre et démocratique suivant
l’article premier de la Charte canadienne des droits
et libertés?
It is unnecessary to answer this question.
Il n’est pas nécessaire de trancher cette question.
The reasons of McLachlin C.J. and LeBel and
Fish JJ. were delivered by
Version française des motifs de la juge en chef
McLachlin et des juges LeBel et Fish rendus par
LeBel and Fish JJ. —
Les juges LeBel et Fish —
I. Introduction
I. Introduction
[53] We have had the benefit of reading the rea­
sons of our colleague, Justice Abella, and agree
with her proposed disposition of this appeal. With
respect, however, we cannot share her conclusion
that the appellant’s mobility rights are not engaged
in the case at bar.
[53] Nous avons pris connaissance des motifs de
notre collègue, la juge Abella, et nous souscrivons
au dispositif qu’elle propose pour le présent pour­
voi. Avec égards, nous ne partageons toutefois pas
sa conclusion selon laquelle la liberté de circulation
et d’établissement dont jouit l’appelant n’est pas en
cause en l’espèce.
180
DIVITO
v.
CANADA
LeBel and Fish JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[54] In our view, when the Minister’s refusal of
consent constitutes the sole impediment to a Can­
adian citizen’s entry into Canada, this refusal limits
the citizen’s right to enter Canada guaranteed
by s. 6(1) of the Canadian Charter of Rights and
Freedoms. For that reason and the reasons that
follow, we find that ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a)
of the International Transfer of Offenders Act, S.C.
2004, c. 21 (“ITOA”), constitute a limitation on the
rights protected by s. 6(1) of the Charter. We are
satisfied, however, that this limitation is justified
under s. 1.
[54] À notre avis, lorsque seul le refus du ministre
empêche l’entrée d’un citoyen canadien au Canada,
ce refus restreint le droit de ce dernier que garantit
le par. 6(1) de la Charte canadienne des droits
et libertés d’entrer au pays. Pour cette raison et
pour les motifs qui suivent, nous concluons que le
par. 8(1) ainsi que les al. 10(1)a) et 10(2)a) de la Loi
sur le transfèrement international des délinquants,
L.C. 2004, ch. 21 (« LTID »), constituent une limite
aux droits garantis par le par. 6(1) de la Charte.
Nous sommes toutefois convaincus que cette limite
est justifiée au sens de l’article premier.
[55] We adopt our colleague’s summary of the
facts and thorough review of the legislative history
of the ITOA and the treaties it implements. We
also subscribe to her conclusion in respect of the
mootness argument raised by the Crown. Finally,
we share our colleague’s view (at paras. 27-29)
that s. 6(1) should be interpreted generously, in a
manner that is consistent with the broad protection
of mobility rights under international law and
which gives full effect to the provision’s “expansive
breadth” and “plenitude”. In this regard, see United
States of America v. Cotroni, [1989] 1 S.C.R. 1469,
at p. 1480; R. v. Big M Drug Mart Ltd., [1985]
1 S.C.R. 295, at p. 344; Hunter v. Southam Inc.,
[1984] 2 S.C.R. 145, at p. 156.
[55] Nous faisons nôtres le résumé des faits de
notre collègue ainsi que son examen exhaustif
de l’historique législatif de la LTID et des traités
qu’elle met en œuvre. Nous souscrivons aussi à
sa conclusion quant à l’argument soulevé par le
ministère public relativement au caractère théorique
du pourvoi. Enfin, nous partageons le point de vue
exprimé par notre collègue (aux par. 27-29) selon
lequel il faut interpréter généreusement le par. 6(1),
d’une manière qui soit cohérente avec la protection
large que confère le droit international à la liberté
de circulation et qui donne plein effet à la « portée
étendue » et à la « plénitude » de la disposition. À
cet égard, voir États-Unis d’Amérique c. Cotroni,
[1989] 1 R.C.S. 1469, p. 1480; R. c. Big M Drug
Mart Ltd., [1985] 1 R.C.S. 295, p. 344; et Hunter c.
Southam Inc., [1984] 2 R.C.S. 145, p. 156.
[56] In the two leading cases on s. 6(1) of the
Charter — Cotroni and Sriskandarajah v. United
States of America, 2012 SCC 70, [2012] 3
S.C.R. 609 — this Court found the “core” of s. 6(1)
to be a protection against exile and banishment,
or “exclusion of membership in the national com­
munity”: Cotroni, at pp. 1481-82; Sriskandarajah,
at para. 9.
[56] Dans les deux arrêts de principe portant sur le
par. 6(1) de la Charte — Cotroni et Sriskandarajah
c. États‑Unis d’Amérique, 2012 CSC 70, [2012]
3 R.C.S. 609 —, la Cour a conclu que le par. 6(1)
vise « fondamentalement » à protéger contre l’exil
et le bannissement, ou contre « l’exclusion de la
participation à la communauté nationale » : Cotroni,
p. 1481-1482; Sriskandarajah, par. 9.
II. Section 6(1) of the Charter: Its Core
II. Le paragraphe 6(1) de la Charte : les droits
fondamentaux qu’il protège
[57] The Court thus read the s. 6(1) rights to
“enter” and “remain in” Canada together. Indeed,
in considering the extent to which s. 6(1) mobility
rights are infringed by extradition, the Court
[57] La Cour a donc interprété ensemble les droits
d’« entrer » et de « demeurer » au Canada prévus
au par. 6(1). En effet, en examinant à quel point la
liberté de circulation et d’établissement garantie par
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
Les juges LeBel et Fish
181
specifically contemplated the prospect of an inter­
national prisoner transfer. For instance, in Cotroni,
at p. 1482, La Forest J. stated:
cette disposition est restreinte par l’extradition, la
Cour s’est spécifiquement penchée sur l’éventualité
du transfèrement international de prisonniers. Par
exemple, à la p. 1482 de Cotroni, le juge La Forest
a précisé que :
An accused may return to Canada following his trial
and acquittal or, if he has been convicted, after he has
served his sentence. The impact of extradition on the
rights of a citizen to remain in Canada appears to me to
be of secondary importance. In fact, so far as Canada
and the United States are concerned, a person convicted
may, in some cases, be permitted to serve his sentence in
Canada; see Transfer of Offenders Act, S.C. 1977-78, c. 9.
Un accusé peut revenir au Canada suite à son procès et
à son acquittement ou, s’il a été reconnu coupable, après
avoir purgé sa peine. Les répercussions de l’extradition
sur les droits d’un citoyen de demeurer au Canada me
paraissent avoir une importance secondaire. En fait, en ce
qui concerne le Canada et les États‑Unis, une personne
reconnue coupable peut, dans certains cas, être autorisée
à purger sa peine au Canada; voir Loi sur le transfèrement
des délinquants, S.C. 1977‑78, chap. 9.
See also Sriskandarajah, at para. 20.
Voir aussi Sriskandarajah, par. 20.
[58] It is inconsistent to find that an international
prisoner transfer has constitutional significance with
respect to the right to remain in Canada, but does
not engage the constitutional right to enter Canada.
Our colleague suggests (at para. 47) that if — as
was held in Cotroni — extradition lies at the outer
edges of the core values protected by s. 6(1), an
international prisoner transfer request “falls off the
edge”. With respect, Cotroni supports the opposite
conclusion. The only reason extradition lies so
far from the “central thrust of s. 6(1) . . . against
exile and banishment” (Cotroni, at p. 1482) is the
prospect of returning to Canada by means of, inter
alia, an international prison transfer. In other words,
if the prospect of a prisoner transfer mitigates the
violence done by extradition to the right to remain
in Canada, this must be because it enables citizens
to exercise their right to enter Canada once the
country demanding the extradition consents to their
repatriation.
[58] Il serait incohérent de conclure que le trans­
fèrement international d’un prisonnier est important,
sur le plan constitutionnel, en ce qui concerne le
droit de demeurer au Canada, mais qu’il ne met pas
en jeu le droit d’entrer au Canada protégé par la
Constitution. Notre collègue suggère (au par. 47)
que si — comme il a été décidé dans Cotroni —
l’extradition se situe à la limite des valeurs fon­
damentales protégées par le par. 6(1), la demande
de transfèrement international d’un prisonnier
« bascule au-delà de la limite ». En toute déférence,
l’arrêt Cotroni soutient la conclusion inverse.
La seule raison pour laquelle l’extradition est
si éloignée de ce que « [vise] le par. 6(1), [soit]
protéger contre l’exil et le bannissement » (Cotroni,
p. 1482) est, précisément, la perspective d’un retour
au Canada au moyen, entre autres, d’un trans­
fèrement international d’une prison à une autre.
Autrement dit, l’éventualité du transfèrement d’un
prisonnier atténue l’atteinte que porte l’extradition
au droit de demeurer au Canada, parce qu’elle
permet aux citoyens d’exercer leur droit d’entrer au
Canada une fois que le pays qui a requis l’extra­
dition consent à leur rapatriement.
[59] In our colleague’s view, the issue on this
appeal is whether the mobility rights guaranteed
by s. 6(1) of the Charter give Canadian citizens in­
carcerated abroad the right to require Canada to
administer their foreign prison sentences whenever
[59] Selon notre collègue, la question à trancher
dans le présent pourvoi est celle de savoir si la
liberté de circulation et d’établissement protégée
par le par. 6(1) de la Charte donne aux citoyens
canadiens incarcérés à l’étranger le droit d’exiger du
182
DIVITO
v.
CANADA
LeBel and Fish JJ.
[2013] 3 S.C.R.
the foreign jurisdiction consents to the transfer
(paras. 3, 44, 45 and 48).
Canada qu’il prenne en charge les peines d’empri­
sonnement infligées à l’étranger dès lors que le pays
étranger consent au transfèrement (par. 3, 44, 45
et 48).
[60] With respect, framing the issue this way
unduly constricts the breadth of the mobility rights
guaranteed under the Charter. A correct inter­
pretation of the right to enter Canada — one in­
formed by the “intimate relation between a citizen
and his country” (Cotroni, at p. 1480) — demands
an acknowledgment that effective exercise of the
rights conferred by s. 6(1) will often require the
state’s active cooperation. This is due, in part,
to the rights’ extraterritorial application and the
principle of sovereignty of nations: P. W. Hogg,
Constitutional Law of Canada (5th ed. Supp.), vol. 2,
at p. 37-41.
[60] Avec égards, nous estimons que circonscrire
le débat de la sorte restreint indûment l’étendue
de la liberté de circulation et d’établissement
garantie par la Charte. Une interprétation correcte
du droit d’entrer au Canada — qui tient compte
du « rapport étroit qui existe entre un citoyen
et son pays » (Cotroni, p. 1480) — suppose de
reconnaître que l’exercice réel des droits conférés
par le par. 6(1) exigera souvent la coopération
active de l’État. Cela découle, notamment, de
l’application extraterritoriale des droits et du
principe de la souveraineté des nations : P. W.
Hogg, Constitutional Law of Canada (5e éd. suppl.),
vol. 2, p. 37‑41.
[61] Indeed, Canadian courts have recognized
that s. 6(1) obliges the state to give effect to its
citizens’ mobility rights. For instance, in Kamel v.
Canada (Attorney General), 2009 FCA 21, [2009] 4
F.C.R. 449, at para. 14, the Federal Court of Appeal
affirmed Noël J.’s finding that s. 6(1) imposes a
duty on the state to issue a citizen a Canadian
passport (2008 FC 338, [2009] 1 F.C.R. 59). At
paras. 103-4 of his Federal Court decision, Noël J.
explained the basis of that duty:
[61] En effet, les tribunaux canadiens ont
reconnu que le par. 6(1) oblige l’État à donner effet
à la liberté de circulation et d’établissement des
citoyens. Par exemple, dans Kamel c. Canada
(Procureur général), 2009 CAF 21, [2009] 4 R.C.F.
449, par. 14, la Cour d’appel fédérale a confirmé la
conclusion du juge Noël selon laquelle le par. 6(1)
impose une obligation à l’État de délivrer un
passeport à un citoyen canadien (2008 CF 338,
[2009] 1 R.C.F. 59). Aux paragraphes 103-104 de
la décision de la Cour fédérale, le juge Noël a expli­
qué le fondement de cette obligation :
In order for mobility rights respecting travel outside
Canada to be truly meaningful, it seems to me that more
is needed than the right to enter or leave, because entering
means coming back from somewhere, and leaving means
going to a foreign destination. In both cases, returning
and leaving imply a foreign destination where a passport
is required. This mobility right cannot be exercised
without a passport.
Pour donner pleine valeur à cette liberté de circulation
à l’extérieur du Canada, il me semble qu’il faut plus
qu’entrer ou sortir car pour entrer, ceci veut dire que l’on
revient de quelque part et que pour sortir, on sort pour se
rendre vers une destination étrangère. Dans les deux cas,
le retour et la sortie impliquent une destination étrangère
où le passeport est requis. On ne peut pas exercer cette
liberté de circulation sans passeport.
That is not all, however. By its own actions, the Can­
adian government recognizes and encourages the use of
passports for travel abroad.
Mais il y a plus. En effet, le gouvernement canadien,
par ses propres agissements, reconnaît et encourage
l’utilisation du passeport pour les voyages à l’étranger.
[62] Similarly, in Abdelrazik v. Canada (Minister
of Foreign Affairs), 2009 FC 580, [2010] 1 F.C.R.
267, at para. 152, Zinn J. held that
[62] De même, dans Abdelrazik c. Canada (Minis­
tre des Affaires étrangères), 2009 CF 580, [2010] 1
R.C.F. 267, par. 152, le juge Zinn a conclu que :
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
Les juges LeBel et Fish
183
where a citizen is outside Canada, the Government of
Canada has a positive obligation to issue an emergency
passport to that citizen to permit him or her to enter
Canada; otherwise, the right guaranteed by the Gov­
ernment of Canada in subsection 6(1) of the Charter is
illusory. Where the Government refuses to issue that
emergency passport, it is a prima facie breach of the
citizen’s Charter rights unless the Government justifies
its refusal pursuant to section 1 of the Charter. [Emphasis
added.]
quand un citoyen se trouve à l’étranger, le gouvernement
du Canada a l’obligation positive de lui délivrer un
passeport d’urgence afin qu’il puisse rentrer au Canada;
sans cela, le droit que le gouvernement du Canada
garantit au paragraphe 6(1) de la Charte est illusoire.
Si le gouvernement refuse de délivrer ce passeport, il
s’agit d’une atteinte prima facie aux droits que la Charte
garantit à ce citoyen sauf si le gouvernement justifie son
refus au regard de l’article premier. [Nous soulignons.]
[63] Just as neither Kamel nor Abdelrazik were
about a constitutional right to a passport per se,
this appeal is not about the right to a prisoner trans­
fer. By its enactment of the ITOA and signature
of the treaties the ITOA implements, Parliament
and the Canadian government have recognized
and encouraged the use of international prisoner
transfers as a means of enabling Canadian citizens
incarcerated abroad to enter and remain in Canada.
The ITOA was precisely designed to safeguard and
facilitate the exercise of these s. 6(1) rights. As
stated in s. 3 of the ITOA:
[63] Tout comme les arrêts Kamel et Abdelrazik
ne portaient ni l’un ni l’autre sur un droit cons­
titutionnel à un passeport en tant que tel, le présent
pourvoi ne porte pas sur le droit au transfèrement
d’un prisonnier. En édictant la LTID et en signant
les traités qu’elle met en œuvre, le Parlement et le
gouvernement canadien ont reconnu et encouragé
l’utilisation du transfèrement international de
prisonniers incarcérés à l’étranger comme moyen
pour permettre aux citoyens canadiens ainsi incar­
cérés d’entrer et de demeurer au Canada. La LTID
a été conçue précisément pour sauvegarder les droits
garantis au par. 6(1) et pour en faciliter l’exercice.
Comme le précise l’art. 3 de la LTID :
The purpose of this Act is to contribute to the ad­minis­
tration of justice and the rehabilitation of offenders and
their reintegration into the community by enabling of­
fenders to serve their sentences in the country of which
they are citizens or nationals.3
La présente loi a pour objet de faciliter l’administration
de la justice et la réadaptation et la réinsertion sociale des
délinquants en permettant à ceux-ci de purger leur peine
dans le pays dont ils sont citoyens ou nationaux3.
[64] Parliament has crafted a regime whereby
once the foreign state has consented to a transfer
— thus removing the practical restrictions on an in­
carcerated citizen’s ability to return to Canada —
the sole impediment to the exercise of the citizen’s
s. 6(1) right is the Minister’s discretion. A statutory
regime that grants a Minister the discretion to
determine whether or not citizens can exercise their
Charter-protected right to enter Canada constitutes,
prima facie, a limit on the s. 6(1) right of the
citizens in question.
[64] Le Parlement a conçu un régime selon lequel,
dès qu’un pays étranger a consenti à un trans­
fèrement — supprimant de ce fait les restrictions
pratiques qui empêchent un citoyen incarcéré de
retourner au Canada —, le pouvoir discrétionnaire
du ministre devient le seul obstacle à ce qu’un
citoyen exerce les droits que lui confère le par. 6(1).
Un régime légal qui confère à un ministre le pouvoir
discrétionnaire de décider si les citoyens peuvent ou
non exercer leur droit protégé par la Charte d’entrer
au Canada constitue, prima facie, une limite au
droit des citoyens garanti par le par. 6(1).
3 As it read at the relevant time. On March 13, 2012, a number of
provisions in the ITOA, including s. 3, were amended by the Safe
Streets and Communities Act, S.C. 2012, c. 1, ss. 135 and 136.
3 Il s’agit de la disposition telle qu’elle était libellée au moment
pertinent. Le 13 mars 2012, un certain nombre de dispositions
de la LTID, dont l’art. 3, ont été modifiées par la Loi sur la sécu­
rité des rues et des communautés, L.C. 2012, ch. 1, art. 135 et 136.
184
DIVITO
v.
CANADA
LeBel and Fish JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[65] We hasten to add that, in the absence of the
ITOA and the treaties that it implements, the
minimum of state action required by s. 32 of the
Charter for the Charter to apply would not be
met. Clearly, all citizens abroad cannot rely on their
Charter-guaranteed right to enter Canada in order
to demand that the Canadian government actively
facilitate their repatriation by, for instance, paying
for their airline tickets.
[65] Nous nous empressons d’ajouter que, sans la
LTID et les traités qu’elle met en œuvre, il ne serait
pas satisfait à l’exigence d’un minimum d’action de
l’État pour l’application de l’art. 32 de la Charte.
Manifestement, tous les citoyens qui se trouvent à
l’étranger ne peuvent pas se fonder sur la liberté qui
leur est garantie par la Charte d’entrer au Canada
pour exiger du gouvernement canadien qu’il faci­
lite activement leur rapatriement, par exemple, en
payant leurs billets d’avion.
[66] Moreover, the greater administrative and fi­
nancial costs occasioned by a prisoner transfer, as
compared to the issuance of a passport, may be
rel­evant at the s. 1 justification stage but are irrel­
evant to the s. 6(1) inquiry. “[T]he guarantees of
the Charter would be illusory if they could be
ignored because it was administratively convenient
to do so”: Singh v. Minister of Employment and
Immigration, [1985] 1 S.C.R. 177, at p. 218 (per
Wilson J.).
[66] En outre, le coût administratif et financier
accru qu’engendre le transfèrement d’un prison­
nier, comparativement à celui de la délivrance d’un
passeport, peut être pertinent à l’étape de l’analyse
de la justification visée à l’article premier, mais il
ne l’est pas dans le cadre de l’examen fondé sur
le par. 6(1). « Les garanties de la Charte seraient
[. . .] illusoires s’il était possible de les ignorer pour
des motifs de commodité administrative » : Singh c.
Ministre de l’Emploi et de l’Immigration, [1985] 1
R.C.S. 177, p. 218 (la juge Wilson).
[67] Accordingly, we find that ss. 8(1), 10(1)(a)
and 10(2)(a) of the ITOA constitute a limitation
on the rights protected by s. 6(1) of the Charter.
We turn now to consider whether this limitation is
nonetheless justified under s. 1 of the Charter.
[67] En conséquence, nous concluons que le
par. 8(1) et les al. 10(1)a) et 10(2)a) de la LTID
cons­tituent une limite aux droits garantis par le
par. 6(1) de la Charte. Nous nous penchons main­
tenant sur la question de savoir si cette limite est
néanmoins justifiée au sens de l’article premier de
la Charte.
III. Justification Under Section 1
III. Justification au sens de l’article premier
[68] To pass constitutional muster under s. 1, the
impugned provisions must constitute “reasonable
limits prescribed by law as can be demonstrably
justified in a free and democratic society”. This
will be the case where the party invoking s. 1 dem­
onstrates (1) that the infringing provisions relate
to a pressing and substantial objective, (2) that
there is a rational connection between the objective
and the infringement of the right, (3) that the
chosen means interfere as little as possible with the
protected right, and (4) that the salutary effects of
the measures outweigh their deleterious effects: 
R. v. Oakes, [1986] 1 S.C.R. 103; Dagenais v. Can­
adian Broadcasting Corp., [1994] 3 S.C.R. 835, at
p. 889; Hogg, at pp. 38-17 and 38-18.
[68] Pour qu’elles soient jugées constitutionnelles
au regard de l’article premier, les dispositions
con­testées doivent constituer des « limites qui
soient raisonnables et dont la justification puisse
se démontrer dans le cadre d’une société libre et
démocratique ». Ce sera le cas si la partie qui
invoque l’article premier démontre (1) que les
règles de droit contestées visent un objectif urgent
et réel, (2) qu’il existe un lien rationnel entre cet
objectif et l’atteinte portée au droit en question,
(3) que le moyen choisi porte le moins possible
atteinte au droit protégé et (4) que les effets béné­
fiques de la mesure prise l’emportent sur ses effets
préjudiciables : R. c. Oakes, [1986] 1 R.C.S. 103;
Dagenais c. Société Radio‑Canada, [1994] 3 R.C.S.
835, p. 889; Hogg, p. 38‑17 et 38‑18.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
Les juges LeBel et Fish
185
[69] For the following reasons, we believe that
ss. 8(1), 10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA satisfy
this standard of justification.
[69] Pour les motifs qui suivent, nous sommes
d’avis que le par. 8(1) et les al. 10(1)a) et 10(2)a) de
la LTID satisfont à cette norme de justification.
[70] It is important to note, at the outset, that the
issue here is not whether the respondent Minister’s
discretion was reasonably exercised in this case
in light of the appellant’s Charter rights. The
appellant expressly abandoned his argument on the
reasonableness of the Minister’s decision before
the Court of Appeal and did not raise it before
this Court: 2011 FCA 39, [2012] 4 F.C.R. 31, at
paras. 14 and 71 (per Mainville J.A.); para. 74 (per
Nadon J.A.).
[70] Il importe de noter, dès le départ, que la ques­
tion en litige dans le présent appel n’est pas celle
du caractère raisonnable, en l’espèce, de l’exer­
cice de son pouvoir discrétionnaire par le minis­tre
intimé compte tenu des droits de l’appelant garantis
par la Charte. En effet, l’appelant a expres­sé­ment
abandonné son moyen fondé sur la rai­sonnabilité
de la décision du ministre devant la Cour d’appel et
ne l’a pas invoqué devant la Cour : 2011 CAF 39,
[2012] 4 R.C.F. 31, par. 14 et 71 (le juge Mainville);
par. 74 (le juge Nadon).
[71] At the time of the Minister’s decision in the
present case, ss. 10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA
provided:
[71] Au moment où le ministre a pris sa décision
dans la présente affaire, les al. 10(1)a) et 10(2)a) de
la LTID étaient ainsi libellés :
10. (1) In determining whether to consent to the
transfer of a Canadian offender, the Minister shall con­
sider the following factors:
10. (1) Le ministre tient compte des facteurs ci‑après
pour décider s’il consent au transfèrement du délinquant
canadien :
(a) whether the offender’s return to Canada would
constitute a threat to the security of Canada;
a) le retour au Canada du délinquant peut constituer
une menace pour la sécurité du Canada;
.
.
.
. . .
(2) In determining whether to consent to the transfer
of a Canadian or foreign offender, the Minister shall
consider the following factors:
(2) Il tient compte des facteurs ci‑après pour décider
s’il consent au transfèrement du délinquant canadien ou
étranger :
(a) whether, in the Minister’s opinion, the offender
will, after the transfer, commit a terrorism offence or
criminal organization offence within the meaning of
section 2 of the Criminal Code;
a) à son avis, le délinquant commettra, après son
transfèrement, une infraction de terrorisme ou une
infrac­
tion d’organisation criminelle, au sens de
l’article 2 du Code criminel;
[72] There is no dispute that ensuring the security
of Canada and the prevention of offences related
to terrorism and organized crime are pressing and
substantial objectives.
[72] Nul ne conteste que le fait d’assurer la sécu­
rité du Canada et de prévenir les infractions de ter­
rorisme ou d’organisation criminelle constitue des
objectifs urgents et réels.
[73] The appellant contends, however, that there
is no rational link between the Minister’s discretion
to refuse a transfer on the basis of the factors set
out in ss. 10(1)(a) and 10(2)(a) of the ITOA and
the pressing and substantial objectives of the im­
pugned provisions. He submits two arguments
to this end: first, that the Minister’s discretionary
[73] Toutefois, l’appelant soutient qu’il n’y a pas
de lien rationnel entre le pouvoir discrétionnaire
conféré au ministre de refuser un transfèrement en
se fondant sur les facteurs énoncés aux al. 10(1)a)
et 10(2)a) de la LTID et les objectifs urgents et
réels visés par les dispositions contestées. Il fait
valoir deux arguments pour étayer son point de
186
DIVITO
v.
CANADA
LeBel and Fish JJ.
[2013] 3 S.C.R.
power does no more than delay the citizen’s return
to Canadian soil; second, that the legislation’s
pressing and substantial objectives would be better
served by Canada taking charge of the sentence. In
our view, neither argument can succeed.
vue : premièrement, il prétend que le pouvoir dis­
crétionnaire du ministre ne fait que retarder le
retour du citoyen au Canada; deuxièmement, il
soutient que les objectifs urgents et réels visés par
la loi seraient mieux servis si le Canada se chargeait
de la peine. À notre avis, ni l’un ni l’autre de ces
arguments n’est bien fondé.
[74] We agree that considering security risks that
may arise only upon an offender’s release is not
rationally connected to the objectives of the im­
pugned provisions since, once liberated abroad,
Canadian citizens can enter Canada simply by
proving their status at the border. But considering
risks that could arise during incarceration is not
“arbitrary, unfair or based on irrational consider­
ations”: Oakes, at p. 139. This distinction was
highlighted by the respondent, at para. 94 of its
factum:
[74] Certes, si seuls les risques liés à la sécurité
qui pourraient survenir lors de la libération d’un
délinquant étaient pris en compte, cela n’aurait pas
de liens rationnels avec les objectifs des disposi­
tions contestées puisque, une fois libérés à l’étran­
ger, les citoyens canadiens peuvent entrer au pays
uni­quement en prouvant leur statut à la frontière.
Cepen­dant, le fait de considérer les risques qui
pour­raient survenir durant l’incarcération n’est
« ni arbitrair[e], ni inéquitabl[e], ni fond[é] sur
des considérations irrationnelles » : Oakes, p. 139.
Cette distinction a été soulignée par l’intimé au
par. 94 de son mémoire :
[translation] The Minister’s decision relates to the
management of the sentence and to the place where it
will be served, bearing in mind that the offender will be
able to return to Canada once his sentence has been
served. It is therefore perfectly logical that what the
Minister must consider relates to the risks the offend­er’s
return to Canada would entail at the time of the transfer
request rather than to those it would entail, if any remain,
once the sentence has been served. [Emphasis added.]
La décision du ministre vise la gestion de la peine et
l’endroit où elle sera purgée, tout en étant conscient (sic)
que le délinquant peut revenir au Canada à l’échéance
de sa peine. Conséquemment, il est tout à fait logique que
la réflexion du ministre porte sur les risques que pré­
sente, au moment de la demande de transfèrement, le
retour du délinquant au Canada, plutôt que sur les ris­
ques, s’il en subsiste, au moment de l’échéance de sa
peine. [Nous soulignons.]
[75] The challenged factors must be interpreted
contextually and in a manner consistent with the
purpose of the ITOA. Phrases such as “whether the
offender’s return” (s. 10(1)(a)) and “after the trans­
fer” (s. 10(2)(a)) may be wide in the abstract, but
they “are more or less elastic, and admit of
restriction or expansion to suit the subject-matter.
. . . [I]t is necessary to give them the meaning
which best suits the scope and object of the stat­
ute without extending to ground foreign to the
intention”: R. Wilson and B. Galpin, eds., Maxwell
on the Interpretation of Statutes (11th ed. 1962), at
pp. 58-59, quoted in McKay v. The Queen, [1965]
S.C.R. 798, at p. 803. See also M & D Farm Ltd.
v. Manitoba Agricultural Credit Corp., [1999] 2
S.C.R. 961, at para 25; R. Sullivan, Sullivan on the
Construction of Statutes (5th ed. 2008), at pp. 284-87.
[75] Il faut interpréter les facteurs contestés d’une
manière qui soit téléologique et cohérente avec
l’objectif de la LTID. Des propositions telles « le
retour [. . .] peut constituer » (al. 10(1)a)) et « après
son transfèrement » (al. 10(2)a)) peuvent avoir une
large portée dans l’abstrait, mais elles [traduction]
« sont plus ou moins élastiques, et elles sont res­
treintes ou étendues selon le sujet. [. . .] [I]l est
nécessaire de leur donner le sens qui convient le
mieux à la portée et à l’objet de la loi sans étendre
ce sens au point qu’il ne corresponde plus à l’inten­
tion » : R. Wilson et B. Galpin, dir., Maxwell on the
Interpretation of Statutes (11e éd. 1962), p. 58-59,
cité dans McKay c. The Queen, [1965] R.C.S. 798,
p. 803. Voir aussi M & D Farm Ltd. c. Société du
crédit agricole du Manitoba, [1999] 2 R.C.S. 961,
par. 25; R. Sullivan, Sullivan on the Construction of
Statutes (5e éd. 2008), p. 284‑287.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
Les juges LeBel et Fish
187
[76] Manifestly, the factors set out in s. 10(1)(a)
and s. 10(2)(a) relate to risks that arise upon the
transfer of offenders, before their release. Denying
a prisoner transfer request based on security risks
that may arise only after an offender’s release
would ­be an unreasonable exercise of discretion
grounded in an erroneous interpretation of the
ITOA. A Minister’s exercise of discretion in such
an unreasonable manner, however, does not render
the factors themselves irrational. Properly under­
stood, the factors and the Minister’s discretion are
rationally connected to Parliament’s pressing and
substantial objectives.
[76] Manifestement, les facteurs énoncés aux
al. 10(1)a) et 10(2)a) ont trait à des risques qui
surviennent à l’occasion du transfèrement de délin­
quants, avant leur libération. Refuser la demande
de transfèrement d’un prisonnier en raison de ris­
ques pour la sécurité qui pourraient se concrétiser
uniquement après la libération du délinquant cons­
tituerait un exercice déraisonnable du pouvoir dis­
crétionnaire fondé sur une interprétation erronée
de la LTID. Cela dit, l’exercice aussi déraisonnable
par un ministre de son pouvoir discrétionnaire
ne rend pas les facteurs, eux‑mêmes, irrationnels.
Interprétés correctement, les facteurs et le pouvoir
discrétionnaire du ministre ont un lien rationnel
avec les objectifs urgents et réels poursuivis par le
Parlement.
[77] Moreover, the pressing and substantial
objectives of the impugned provisions would not be
better served in all cases by Canada taking charge
of the sentence. As Mainville J.A. explained in his
concurring reasons in the court below:
[77] En outre, les objectifs urgents et réels des
dis­positions contestées ne seraient pas mieux servis
dans tous les cas si le Canada prenait les peines
en charge. Comme le juge Mainville de la Cour
d’appel l’a expliqué dans ses motifs concurrents en
l’espèce :
. . . I do not find it irrational for Parliament to empower
the Minister to refuse the transfer of a convicted terrorist
if it is reasonable to believe that the incarceration of that
terrorist in Canada would result in retaliatory terrorist
attacks on Canadian citizens. Likewise, I do not find
it irrational for Parliament to empower the Minister to
refuse the transfer of an international drug cartel kingpin
if it is reasonable to believe that such a transfer would
result in attacks on Canadian prison guards or would
facilitate the criminal operations of that offender or of
his criminal organization. These are clear cases [where]
the Minister could properly refuse a transfer to Canada.
[para. 56]
Je ne crois pas qu’il soit irrationnel pour le Parlement
d’autoriser le ministre à refuser le transfèrement d’un
terroriste reconnu coupable s’il est raisonnable de croire
que l’incarcération de ce terroriste au Canada pourrait se
traduire par des attaques terroristes de représailles visant
les citoyens canadiens. De même, je ne crois pas qu’il
soit irrationnel pour le Parlement d’autoriser le ministre à
refuser le transfèrement d’un baron de la drogue opérant
dans le cadre de cartels internationaux s’il est raisonnable
de croire que ce transfèrement pourrait se traduire par
des attaques à l’endroit de gardiens de prison au Canada
ou faciliter les activités criminelles de ce délinquant
ou de son organisation criminelle. Il m’apparaît qu’en
pareil cas, le ministre pourrait à bon droit refuser le
transfèrement au Canada. [par. 56]
[78] Given that in some cases the objectives of the
ITOA would be served by refusing a transfer based
on the factors set out in ss. 10(1)(a) and 10(2)(a),
the Minister’s discretion to consider these factors
on a case-by-case basis is rationally connected to
the pressing and substantial objectives of these
provisions.
[78] Puisque, dans certains cas, refuser le trans­
fèrement en se fondant sur les facteurs énoncés aux
al. 10(1)a) et 10(2)a) servirait les objectifs de la
LTID, le pouvoir discrétionnaire du ministre de
tenir compte de ces facteurs au cas par cas est lié
rationnellement aux objectifs urgents et réels visés
par ces dispositions.
188
DIVITO
v.
CANADA
LeBel and Fish JJ.
[2013] 3 S.C.R.
[79] In addition, at least in some cases, refusing a
transfer based on the challenged factors will be the
sole — and therefore the most minimally impairing
— alternative open to the Minister. In light of both
the binary nature of the Minister’s decision and
the citizen’s continued incarceration, it is difficult
to conceive of a less drastic means of achieving
Parliament’s protective purpose.
[79] De plus, du moins dans certains cas, le
minis­tre n’aura d’autre choix que de refuser le
trans­fèrement sur le fondement des facteurs con­
testés — ce qui constituera donc la solution la moins
attentatoire. À la lumière tant de la nature binaire
de la décision du ministre et de l’incarcération du
citoyen qui se poursuit, il est difficile de concevoir
un moyen moins drastique d’atteindre l’objectif de
protection visé par le Parlement.
[80] Finally, in our view, the impugned provisions
are proportionate in their effect — that is, their
effects do “not so severely trench on individual or
group rights that the legislative objective, albeit
important, is nevertheless outweighed by the
abridg­ment of rights”: R. v. Edwards Books and Art
Ltd., [1986] 2 S.C.R. 713, at p. 768.
[80] Finalement, nous sommes d’avis que les
dis­positions contestées ont un effet proportionnel
— c’est‑à‑dire que leurs effets « [n’empiètent pas]
sur les droits individuels ou collectifs au point
que l’objectif législatif, si important soit‑il, soit
néanmoins supplanté par l’atteinte aux droits » : R.
c. Edwards Books and Art Ltd., [1986] 2 R.C.S.
713, p. 768.
[81] The beneficial effects of permitting the
Minister to consider threats to Canadian security
and threats of terrorism or organized crime in de­
ciding whether to permit a transfer are, as the re­
spondent asserts, [translation] “self-evident”
(R.F., at para. 106).
[81] Les effets bénéfiques de l’autorisation don­
née au ministre de tenir compte des menaces à la
sécurité des Canadiens ainsi que des menaces pro­
férées par des terroristes ou par le crime organisé
lorsqu’il décide s’il autorise un transfèrement sont,
comme l’affirme l’intimé, « évidents » (m.i., par. 106).
[82] To the extent that the impugned provisions
engage the rights guaranteed by s. 6(1) of the
Charter, they — like extradition — “li[e] at the
outer edges of the core values [being] protected
by [s. 6(1)]”: Cotroni, at p. 1481. Again, as
Mainville J.A. put it:
[82] Dans la mesure où les dispositions contestées
mettent en cause les droits garantis par le par. 6(1)
de la Charte, tout comme l’extradition, elles « se
situe[nt] à la limite des valeurs fondamentales que
[protège le par. 6(1)] » : Cotroni, p. 1481. Encore
une fois, comme l’affirme le juge Mainville :
These offenders have committed offences in foreign
jurisdictions. Barring exceptional circumstances, there
is nothing unfair or unreasonable in the fact that these
offenders are subject to the incarceration systems of
the foreign jurisdictions in which they committed their
offences. Canada’s entire extradition system is in fact
based on this premise. [para. 63]
Ces délinquants ont commis des infractions dans un
pays étranger. À moins de circonstances exceptionnelles,
le fait que ces délinquants soient assujettis au régime
d’incarcération du pays dans lequel ils ont commis les
infractions n’a rien d’injuste ou de déraisonnable. Le
régime canadien d’extradition dans son entier est en fait
fondé sur ce principe. [par. 63]
[83] The prejudicial effect of a transfer refusal
on the mobility rights of Canadian citizens incar­
cerated abroad is further palliated by the fact
that the citizens in question will be able to enter
Canada after serving their sentences in the foreign
jurisdiction.
[83] Il est en outre pallié à l’effet préjudiciable
d’un refus de transfèrement sur la liberté de circu­
lation des citoyens canadiens incarcérés à l’étran­
ger par le fait que les citoyens en question pourront
entrer au Canada après avoir purgé leur peine à
l’étranger.
[2013] 3 R.C.S.
DIVITO
c.
CANADA
Les juges LeBel et Fish
189
[84] We conclude that ss. 8(1), 10(1)(a) and
10(2)(a) of the ITOA constitute a reasonable limit
on the mobility rights of Canadian citizens incar­
cerated abroad.
[84] Nous concluons que le par. 8(1) et les
al. 10(1)a) et 10(2)a) de la LTID constituent des
limites rai­son­nables au droit de circulation des
citoyens canadiens incarcérés à l’étranger.
IV. Ministerial Discretion
IV. Le pouvoir discrétionnaire du ministre
[85] The Minister’s discretion to grant or refuse
prisoner transfer requests under the ITOA is broad
and flexible. A large measure of deference is appro­
priate in the circumstances, given the complex so­
cial and political problems being tackled, such as
security and terrorism: Kamel (F.C.A.), at paras. 5759; Cotroni, at p. 1489; Lake v. Canada (Minister
of Justice), 2008 SCC 23, [2008] 1 S.C.R. 761, at
paras. 37-39.
[85] Le pouvoir discrétionnaire conféré au
ministre d’accueillir ou de rejeter les demandes de
transfèrement de prisonniers en application de la
LTID est large et souple. Dans les circonstances,
il convient de faire preuve d’une grande déférence
compte tenu des problèmes sociaux et politiques
complexes en jeu, tels ceux de la sécurité et du
ter­rorisme  :  Kamel (C.A.F.), par. 57‑59; Cotroni,
p. 1489; Lake c. Canada (Ministre de la Justice),
2008 CSC 23, [2008] 1 R.C.S. 761, par. 37-39.
[86] Each individual decision by the Minister
must nonetheless respect the governing principles
of administrative law and, of course, remains sub­
ject to judicial review. Moreover, the Minister’s
discretion must be exercised with due regard for the
s. 6(1) Charter rights at stake: Doré v. Barreau du
Québec, 2012 SCC 12, [2012] 1 S.C.R. 395.
[86] Chaque décision du ministre doit néanmoins
respecter les principes qui régissent le droit admi­
nistratif et, bien sûr, reste sujette à un contrôle
judi­ciaire. De plus, le pouvoir discrétionnaire du
ministre doit être exercé en tenant dûment compte
des droits en cause protégés par le par. 6(1) de la
Charte : Doré c. Barreau du Québec, 2012 CSC 12,
[2012] 1 R.C.S. 395.
[87] But, as we indicated above, the appellant no
longer challenges the reasonableness of the Min­
ister’s decision in this case. In these circumstances,
we need not consider whether the Minister’s dis­
cretion was properly exercised.
[87] Cela dit, comme nous l’avons indiqué précé­
demment, l’appelant ne conteste plus le caractère
raisonnable de la décision du ministre en l’espèce.
Dans les circonstances, nous n’avons pas à décider
si le ministre a judicieusement exercé son pouvoir
discrétionnaire.
V. Conclusion
V. Conclusion
[88] Accordingly, we would dismiss the appeal
and answer the constitutional questions as follows:
[88] En conséquence, nous sommes d’avis de
rejeter le pourvoi et de répondre comme suit aux
questions constitutionnelles :
(1) Do ss. 10(1)(a) and 10(2)(a), read in conjunction
with s. 8(1), of the International Transfer of Of­
fenders Act, S.C. 2004, c. 21, infringe the right
guaranteed by s. 6(1) of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms?
(1) Les alinéas 10(1)a) et 10(2)a), lus en conjonction
avec le par. 8(1), de la Loi sur le transfèrement
inter­national des délinquants, L.C. 2004, ch. 21,
portent‑ils atteinte au droit garanti par le par. 6(1) de
la Charte canadienne des droits et libertés?
Yes.
Oui.
190
DIVITO
v.
CANADA
LeBel and Fish JJ.
[2013] 3 S.C.R.
(2) If so, is the infringement a reasonable limit pre­
scribed by law that can be demonstrably justified
in a free and democratic society under s. 1 of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms?
(2) Dans l’affirmative, cette atteinte constitue‑t‑elle
une limite raisonnable prescrite par une règle de
droit dont la justification peut se démontrer dans le
cadre d’une société libre et démocratique suivant
l’article premier de la Charte canadienne des droits
et libertés?
Yes.
Oui.
Appeal dismissed.
Pourvoi rejeté.
Solicitors for the appellant: Monterosso Giroux,
Outremont.
Procureurs de l’appelant : Monterosso Giroux,
Outremont.
Solicitor for the respondent: Attorney General of
Canada, Montréal.
Procureur de l’intimé : Procureur général du
Canada, Montréal.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil
Liberties Association: Waldman & Associates,
Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association
canadienne des libertés civiles : Waldman &
Associates, Toronto.
Solicitor for the intervener the David Asper
Centre for Constitutional Rights: University of
Toronto, Toronto.
Procureur de l’intervenant David Asper Centre
for Constitutional Rights : Université de Toronto,
Toronto.
Solicitors for the intervener the British Columbia
Civil Liberties Association: Hunter Litigation
Chambers Law Corporation, Vancouver; Michael
Sobkin, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante l’Association des
libertés civiles de la Colombie‑Britannique : Hunter
Litigation Chambers Law Corporation, Vancouver;
Michael Sobkin, Ottawa.
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
191
Envision Credit Union Appellant
Envision Credit Union Appelante
v.
c.
Her Majesty The Queen Respondent
Sa Majesté la Reine Intimée
Indexed as: Envision Credit Union v. Canada
Répertorié : Envision Credit Union c. Canada
2013 SCC 48
2013 CSC 48
File No.: 34619.
No du greffe : 34619.
2013: March 19; 2013: September 26.
2013 : 19 mars; 2013 : 26 septembre.
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Rothstein,
Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et Wagner.
on appeal from the federal court of
appeal
en appel de la cour d’appel fédérale
Taxation — Income Tax — Corporations — Amal­
gamations — Amalgamating credit unions seeking to
avoid flow‑through of certain tax attributes to double
claim capital cost allowance and reset preferred rate
amount — Whether amalgamation a “qualifying amal­
gamation” satisfying requirements of s. 87 of the Income
Tax Act — Whether “qualifying amalgamation” pro­
visions apply to readjust amalgamated corporation’s tax
attributes — Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C.
1996, c. 82, ss. 20, 23 — Income Tax Act, R.S.C. 1985,
c. 1 (5th Supp.), s. 87.
Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Sociétés —
Fusions — Caisses de crédit fusionnantes cherchant
à éviter le transfert de certains attributs fiscaux pour
demander deux fois la déduction pour amortissement
et remettre à zéro le montant imposable à taux réduit
— La fusion constitue‑t‑elle une « fusion admissible »
répondant aux exigences de l’art. 87 de la Loi de
l’impôt sur le revenu? — Les dispositions sur la « fusion
admissible » emportent‑elles le rajustement des attributs
fiscaux de la société issue de la fusion? — Credit Union
Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 82, art. 20, 23
— Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1
(5e suppl.), art. 87.
Two credit unions, D and F (together the “pre­
decessors”) amalgamated to form E. The merger was
undertaken for non‑tax reasons, but the transaction was
structured to obtain the best possible tax outcome. The
amalgamation was carried out under the Credit Union
Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, c. 82 (“CUIA”).
In amalgamating, D and F attempted to avoid the
ap­p li­c a­tion of s. 87 of the Income Tax Act, R.S.C. 1985,
c. 1 (5th Supp.) (“ITA”) and thereby engage in a non‑
qualifying amalgamation by having the beneficial
interest in certain real properties that were surplus to
their business needs (the “surplus properties”) pass at
the moment of amalgamation from the predecessors to
a recently created subsidiary, 619. In exchange for those
surplus properties, 619 issued shares to the predeces­
sors, which then flowed through to E as a result of the
amalgamation. Upon amalgamation, E retained the legal
title to the surplus properties as a bare trustee, but the
beneficial interest was vested in 619.
Deux caisses de crédit, D et F (collectivement
appelées les « caisses remplacées »), ont fusionné pour
former E. L’unification n’était pas motivée par des
raisons fiscales; l’opération a toutefois été structurée de
manière à donner la meilleure issue fiscale possible. La
fusion a été effectuée sous le régime de la Credit Union
Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 82 (« CUIA »). En
fusionnant, D et F ont tenté de contourner l’application
de l’art. 87 de la Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C.
1985, ch. 1 (5e suppl.) (« LIR ») et de procéder ainsi à
une fusion non admissible en transférant, au moment de
la fusion, l’intérêt bénéficiaire à l’égard de certains biens
réels qui excédaient leurs besoins commerciaux (les
« biens excédentaires ») à une filiale nouvellement créée,
619. En échange de ces biens excédentaires, 619 a émis
des actions en faveur des caisses remplacées, qui ont été
transférées à E par suite de la fusion. Dès la fusion, E
conservait le titre juridique sur les biens excédentaires
en tant que nue‑fiduciaire, alors que l’intérêt bénéficiaire
était conféré à 619.
192
envision credit union
E took the position that its amalgamation was not
a qualifying amalgamation under s. 87 because the
flow‑through requirement of s. 87 applies only where
“all the property” of the amalgamating corporations
becomes the property of the amalgamated corporations.
E argues that because certain properties were sold at the
exact moment of the amalgamation, this precondition
to flow‑through was not met. Two particular tax attrib­
utes are at issue in this appeal: capital cost allowance
(“CCA”) and the preferred rate amount (“PRA”). E says
that as a result of the non‑qualifying merger, its PRA was
reset to zero, which would have the effect of potentially
increasing its ability to claim the PRA tax credit. Although
E filed its tax returns in accordance with this assumption,
it is undisputed that the PRA reset did not benefit it in the
tax years relevant to this appeal. Nevertheless, the PRA
was the reason that the decision was made to pursue a
non‑qualifying amalgamation. E also took the position
that the CCA deductions taken by its predecessors were
reset upon amalgamation such that it could claim CCA
based on the original capital cost of the assets to the
predecessor credit unions. The Minister reassessed E for
the taxation years 2001, 2002, 2003 and 2004. The Tax
Court dismissed E’s appeal from all reassessments except
the reassessment for the 2001 taxation year, which was
held to be statute barred. The Federal Court of Appeal
dismissed the appeal.
Held: The appeal should be dismissed.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Rothstein, Moldaver,
Karakatsanis and Wagner JJ.: A qualifying amalgamation
under s. 87 of the ITA has three basic requirements: (a) all
of the property of the predecessor corporations im­
mediately before the merger must become property of
the amalgamated corporation (“Amalco”) by virtue of
the merger; (b) all of the liabilities of the predecessor
corporations immediately before the merger must
become liabilities of Amalco by virtue of the merger;
and (c) all of the shareholders, who owned shares
of the capital stock of any predecessor corporation
immediately before the merger, must receive shares
of the capital stock of Amalco because of the merger.
Once the s. 87 requirements are met, the ITA provides
for the flow‑through of various tax attributes while pro­
hibiting the flow‑through of other tax attributes. All other
amalgamations are outside the scope of s. 87. The tax
consequences of non‑qualifying amalgamations are not
specified in the ITA.
v.
canada
[2013] 3 S.C.R.
Selon E, la fusion dont elle est issue ne constituait
pas une fusion admissible au titre de l’art. 87, car les
dispositions de cet article relatives au transfert ne s’appli­
quent que lorsque tous les biens appartenant aux sociétés
fusionnantes deviennent les biens de la société issue de
la fusion. E fait valoir que, comme certains biens ont été
vendus au moment précis de la fusion, cette condition
préalable au transfert des attributs fiscaux n’était pas
remplie. Deux attributs fiscaux particuliers sont en cause
dans le présent pourvoi : la déduction pour amortisse­
ment (« DPA ») et le montant imposable à taux réduit
(« MITR »). E prétend que l’unification non admissible a
eu pour effet de ramener le MITR à zéro dans son cas, et
elle était ainsi peut‑être davantage en mesure de demander
le crédit d’impôt relatif au MITR. Bien qu’E ait produit
ses déclarations de revenus en partant de cette hypothèse,
il n’est pas contesté que la remise à zéro du MITR ne lui
a pas bénéficié au cours des années d’imposition en cause
en l’espèce. Quoi qu’il en soit, c’est en raison du MITR
qu’il avait été décidé de procéder à une fusion non admis­
sible. E fait également valoir que les DPA demandées par
les caisses remplacées avaient aussi été ramenées à zéro
lors de la fusion, de sorte qu’elle pouvait les demander
en fonction du coût en capital initial des actifs assumé
par les caisses remplacées. Le ministre a établi de nou­
velles cotisations à l’égard d’E pour 2001, 2002, 2003 et
2004. La Cour de l’impôt a rejeté l’appel interjeté par E à
l’égard des nouvelles cotisations, à l’exception de celle
établie pour 2001, qu’elle a jugé prescrite. La Cour d’appel
fédérale a rejeté l’appel.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel,
Rothstein, Moldaver, Karakatsanis et Wagner : Une
fusion admissible au titre de l’art. 87 de la LIR doit
répondre aux trois exigences fondamentales sui­van­
tes : a) les biens appartenant aux sociétés remplacées
immédiatement avant l’unification doivent devenir
des biens de la société issue de la fusion en vertu de
l’unification; b) les engagements des sociétés rempla­
cées existant immédiatement avant l’unification doivent
devenir des engagements de la société issue de la fusion
en vertu de l’unification; c) les actionnaires qui possé­
daient des actions du capital‑actions d’une société
remplacée immédiatement avant l’unification doivent
recevoir des actions du capital‑actions de la société issue
de la fusion en raison de l’unification. Dès lors qu’il est
satisfait à ces prescriptions, la LIR prévoit le transfert
de divers attributs fiscaux et interdit le transfert d’autres
attributs fiscaux. Toute autre fusion n’est pas visée par
l’art. 87. Les conséquences fiscales d’une fusion non
admissible ne sont pas prévues dans la LIR.
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
193
Credit unions in B.C. are not permitted to amalgam­
ate except in accordance with the requirements of s. 20
of the CUIA. While s. 20 empowers predecessor credit
unions to set terms and conditions of amalgamation,
those terms and conditions cannot contradict or override
the automatic consequences of amalgamation specified
in s. 23 of the CUIA. Under the CUIA, an amalgamated
credit union is a continuation of the predecessor credit
unions: ss. 20(1) and 23(a). The amalgamated credit
union is “seized of” all the property and liabilities of its
predecessors: s. 23(b). Nothing in s. 20 or s. 23 of the
CUIA permits amalgamating credit unions to contract
out of any of the express statutory consequences of an
amalgamation, and there is no independent common
law power that permits credit unions to amalgamate in
a manner that would contradict the terms of the CUIA.
To permit amalgamating credit unions to contract out
of s. 23 of the CUIA would undermine the statutory
scheme constructed by the legislature by jeopardizing the
role of s. 23(b) as a protection for creditors. Protection
for creditors is a key issue in an amalgamation. Amal­
gamations are not intended to permit corporations to split
liabilities from assets.
Les caisses de crédit en Colombie‑Britannique ne
peuvent fusionner qu’en conformité avec l’art. 20 de la
CUIA. Bien que l’art. 20 habilite les caisses remplacées à
fixer les conditions de la fusion, ces dernières ne peuvent
contredire ou contourner les conséquences automatiques
de la fusion prévues à l’art. 23 de la CUIA. Aux termes
de cette loi, les caisses remplacées se prorogent en
la caisse issue de la fusion : par. 20(1) et al. 23a). La
caisse issue de la fusion « entre en possession » des
biens et « prend en charge » les engagements des caisses
remplacées : al. 23b). Rien à l’art. 20 ni à l’art. 23 de cette
loi ne permet aux caisses fusionnantes de se soustraire
par contrat aux conséquences de la fusion expressé­
ment prévues par la loi, et il n’existe aucun pouvoir
indé­pen­dant en common law en vertu duquel des caisses
de cré­dit pourraient fusionner autrement que confor­
mé­ment au libellé de la CUIA. Permettre aux caisses
fusionnantes de se soustraire par contrat à l’appli­
ca­tion de l’art. 23 de la CUIA affaiblirait le régime
établi par le législateur en mettant en péril le rôle de
pro­tection des créanciers que joue l’al. 23b). La pro­tec­
tion des créanciers est un enjeu clé lors d’une fusion.
La fusion ne saurait permettre à une société de disso­
cier le passif de l’actif.
In this case, the requirements of s. 87 of the ITA are
satisfied by this amalgamation and the amalgamation was
a qualifying amalgamation. By virtue of s. 23(b), E was
seized of the surplus properties at the exact moment of
amalgamation. This caused the condition in s. 87(1)(a)
of the ITA to be fulfilled. All of the property of the pre­
decessors was property of E by virtue of the merger. It
was not open to the parties, through the CUIA, to have
some property that belonged to the predecessors not
become property of E by virtue of the amalgamation. The
provisions of the ITA that provide for the flow‑through
of CCA and PRA apply and E’s tax attributes must be
adjusted accordingly. Despite the fact E was seized
of the surplus properties at the time of amalgamation,
an outcome that the predecessors were trying to avoid,
the contracts for sale of the surplus properties and the
amalgamation agreement are still effective. The effect
of these agreements was identical to the effect that the
predecessors had planned for, with the sole exception of
the tax consequences which could not have been achieved
because of s. 23(b) of the CUIA. Tax consequences which
flow from the application of tax law cannot be tailored to
avoid negative corporate law consequences.
La fusion en l’espèce satisfait aux prescriptions de
l’art. 87 de la LIR et il s’agissait d’une fusion admis­
si­ble. En application de l’al. 23b), E est entrée en
pos­­ses­sion des biens excédentaires au moment pré­
cis de la fusion. La condition prévue à l’al. 87(1)a)
de la LIR était par le fait même remplie. Les biens
appar­te­­nant aux caisses remplacées sont devenus des
biens appar­tenant à E en vertu de l’unification. La CUIA
ne permet pas aux parties de prévoir que certains biens
apparte­nant aux caisses remplacées ne deviennent pas
des biens d’E lors de la fusion. Les dispositions de la
LIR qui prévoient le transfert des DPA et du MITR
s’appli­quent, et les attributs fiscaux d’E doivent être
rajustés en conséquence. Même si E est entrée en
posses­sion des biens excédentaires au moment de la
fusion — résul­tat que les caisses remplacées cher­chaient
à éviter —, les contrats relatifs à la vente des biens
excédentaires et la convention de fusion ont néanmoins
produit les effets escomptés. Ces conventions ont eu
l’effet voulu par les caisses remplacées, à l’exception
des conséquences fiscales auxquelles l’al. 23b) de la
CUIA a fait obstacle. Les conséquences d’une loi fis­
cale ne sauraient être adaptées de manière à éviter des
conséquences défavorables sur le plan du droit des
sociétés.
Per Cromwell J.: At the moment that E was cre­
ated, the predecessor corporations ceased to have any
Le juge Cromwell : À la création d’E, les sociétés
remplacées ont perdu leur existence juridique distincte.
194
envision credit union
v.
canada
[2013] 3 S.C.R.
in­dependent legal existence. There was thus no point in
time when D, F and E existed as separate legal entities
such that D and F could convey their property to E
because, at the moment of amalgamation, only E was a
separate legal entity. That is sufficient to fully answer this
appeal and the analysis should stop there.
Par conséquent, D, F et E n’ont jamais coexisté comme
entités juridiques distinctes, de sorte que les premières
aient pu céder leurs biens à la dernière, car au moment
de la fusion, la seule entité juridique distincte qui existait
était E. Cette conclusion suffit pour permettre de statuer
entièrement sur l’appel, et il conviendrait d’en rester là.
It is both unnecessary and undesirable to resolve
this appeal using s. 23(b). Having found that there was
no inconsistency between the actual transaction and the
result of an amalgamation as described in s. 23, it is not
necessary to speculate on what would have happened
if that were not the case. The proposed interpretation
of s. 23 has potentially far‑reaching effects beyond the
construction of the CUIA. In effect, it lays down a rule
that all amalgamations under the CUIA (and therefore
under similarly worded provisions in other corpora­
tions statutes) cannot, as a matter of law, fall outside
the provisions of s. 87(1)(a) and (b) of the ITA. This is
a significant holding but there is no authority to
support it.
Il n’est ni nécessaire ni désirable de trancher le
pourvoi sur le fondement de l’al. 23b). Dès lors que l’on
conclut à l’absence d’incompatibilité entre l’opération
en cause et le résultat d’une fusion énoncé à l’art. 23,
il n’est pas nécessaire de se perdre en conjectures sur
les conséquences potentielles qui découleraient de la
situation contraire. L’interprétation proposée de l’art. 23
est susceptible de produire des effets qui transcendent la
seule interprétation de la CUIA. Dans les faits, elle crée
une règle voulant qu’aucune fusion effectuée en vertu de
la CUIA (et par extension en vertu de toute disposition
semblable d’une autre loi sur les sociétés) ne puisse en
droit être soustraite à l’application des al. 87(1)a) et b)
de la LIR. Il s’agit d’une conclusion d’importance,
mais qui n’est fondée sur aucune source.
Moreover, there is reason to be concerned about
the correctness of the proposed interpretation given
the text and structure of the statute. Section 23 does
not set out the conditions for amalgamation; that
is the role of s. 20. Rather, s. 23 simply describes the
effects of an amalgamation, recognizing that the amal­
gamation agreement plays a central role in spelling
out those effects. Given that credit unions operate in
a highly regulated environment, it also seems rather
unlikely that creditor protection depends heavily on
s. 23(b). Section 20 addresses this concern through the
requirement for regulatory approval of the proposed
amalgamation. Further, it is acknowledged that this
interpretation has the potential to give rise to significant
practical problems in future cases.
En outre, il y a lieu de douter de la justesse de
l’inter­prétation proposée compte tenu du libellé et
de la structure de la loi. L’article 23 n’établit pas les
conditions préalables à une fusion; c’est là le rôle de
l’art. 20. En revanche, il énumère tout simplement les
effets de la fusion et indique que la convention de fusion
joue le rôle crucial de les préciser. Étant donné que les
caisses évoluent dans un cadre fortement réglementé,
il semble également très improbable que la protec­
tion des créanciers dépende si fortement de l’al. 23b).
L’article 20, en exigeant l’approbation par l’organisme
de réglementation de toute fusion proposée, répond à
cette préoccupation. De surcroît, il est reconnu qu’une
telle interprétation risque d’engendrer des problèmes
pratiques importants dans d’autres affaires.
Cases Cited
Jurisprudence
By Rothstein J.
Citée par le juge Rothstein
Discussed: R. v. Black and Decker Manufacturing Co.,
[1975] 1 S.C.R. 411; referred to: Manco Home Systems
Ltd., Re, 1989 CanLII 2819; Wotherspoon v. Canadian
Pacific Ltd., [1987] 1 S.C.R. 952.
Arrêt analysé : R. c. Black and Decker Manufacturing
Co., [1975] 1 R.C.S. 411; arrêts mentionnés : Manco
Home Systems Ltd., Re, 1989 CanLII 2819; Wotherspoon
c. Canadien Pacifique Ltée, [1987] 1 R.C.S. 952.
Statutes and Regulations Cited
Lois et règlements cités
Business Corporations Act, S.B.C. 2002, c. 57, s. 279(b)(ii).
Company Act, R.S.B.C. 1996, c. 62, s. 251.
Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, c. 82,
ss. 16 to 18, 20 to 24.
Business Corporations Act, S.B.C. 2002, ch. 57,
art. 279b)(ii).
Company Act, R.S.B.C. 1996, ch. 62, art. 251.
Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 82,
art. 16 à 18, 20 à 24.
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
195
Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp.), ss. 87,
137(4.3)(b), 256(1.2).
Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1
(5e suppl.), art. 87, 137(4.3)b), 256(1.2).
Authors Cited
Doctrine et autres documents cités
Black’s Law Dictionary, 9th ed. St. Paul, Minn.: West, 2009.
British Columbia Company Law Practice Manual,
2nd ed., vol. 1. Vancouver: Continuing Legal Educa­
tion Society of British Columbia, 2007.
McMeel, Gerard. The Construction of Contracts: 
Interpretation, Implication, and Rectification, 2nd ed.
Oxford: Oxford University Press, 2011.
British Columbia Company Law Practice Manual,
2nd ed., vol. 1. Vancouver : Continuing Legal Edu­
cation Society of British Columbia, 2007.
Dictionnaire de la comptabilité et de la gestion finan­
cière, 3e éd. Toronto : Institut canadien des compta­
bles agréés, 2011.
McMeel, Gerard. The Construction of Contracts : 
Interpretation, Implication, and Rectification, 2nd ed.
Oxford : Oxford University Press, 2011.
APPEAL from a judgment of the Federal
Court of Appeal (Evans, Layden‑Stevenson and
Stratas JJ.A.), 2011 FCA 321, 425 N.R. 261, 2012
D.T.C. 5055, 94 B.L.R. (4th) 14, [2012] 3 C.T.C. 66,
[2011] F.C.J. No. 1857 (QL), 2011 CarswellNat
5740, affirming a decision of Webb J., 2010 TCC
576, 2010 D.T.C. 1399, [2011] 2 C.T.C. 2229, 79
B.L.R. (4th) 38, [2010] T.C.J. No. 469 (QL), 2010
CarswellNat 4303. Appeal dismissed.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel
fédé­rale (les juges Evans, Layden‑Stevenson et
Stratas), 2011 CAF 321, 425 N.R. 261, 2012
D.T.C. 5055, 94 B.L.R. (4th) 14, [2012] 3 C.T.C.
66, [2011] A.C.F. no 1857 (QL), 2011 CarswellNat
6343, qui a confirmé une décision du juge Webb,
2010 CCI 576, 2010 D.T.C. 1399, [2011] 2 C.T.C.
2229, 79 B.L.R. (4th) 38, [2010] A.C.I. no 469 (QL),
2010 CarswellNat 5708. Pourvoi rejeté.
Joel A. Nitikman and Jessica Fabbro, for the
appellant.
Joel A. Nitikman et Jessica Fabbro, pour
l’appelante.
Daniel Bourgeois and Eric Noble, for the
respondent.
The judgment of McLachlin C.J. and LeBel,
Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
was delivered by
Rothstein J. —
Daniel Bourgeois et Eric Noble, pour l’intimée.
Version française du jugement de la juge en chef
McLachlin et des juges LeBel, Rothstein, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner rendu par
Le juge Rothstein —
I. Introduction
I. Introduction
[1] Every taxpayer is entitled to order his or
her affairs so that the tax payable is less than it
otherwise would be. Taxpayers often engage in tax
planning to achieve that result. Of course, if that tax
planning is to achieve the desired result, it must be
consistent with the relevant provisions of the Income
Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Supp.) (“ITA”), and
other statutes. If the planning runs afoul of such
provisions, the sought after tax minimization is not
achieved. That is the result in this appeal.
[1] Tout contribuable a le droit d’organiser ses
affaires de façon à réduire le montant de l’impôt
qu’il aurait autrement à payer. Les contribuables
procèdent souvent à la planification fiscale pour
y parvenir. Bien entendu, pour qu’elle puisse
permettre d’obtenir la réduction d’impôt souhaitée,
cette planification fiscale doit être conforme aux
dispositions pertinentes de la Loi de l’impôt sur
le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.) (« LIR »),
et d’autres lois. Si elle ne l’est pas, la réduction
d’impôt recherchée n’est pas obtenue. C’est le
résul­tat du présent pourvoi.
196
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[2] In this case, two credit unions amalgamated
into Envision Credit Union (“Envision”). In doing
so, they sought to avoid the application of s. 87 of
the ITA, which requires that certain tax attributes
of amalgamating corporations “flow through” to
the amalgamated corporation if specific criteria
are met. By avoiding the flow-through of certain
tax attributes, the credit union attempted to double
claim capital cost allowance and would have an
enhanced capacity for a lower tax rate on a portion
of its income.
[2] En l’espèce, deux caisses de crédit ont
fusionné pour devenir la Envision Credit Union
(« Envision »). Elles cherchaient ainsi à se sous­
traire à l’application de l’art. 87 de la LIR, qui
exige que des attributs fiscaux précis des socié­tés
qui fusionnent « soient transférés » à la société
issue de la fusion lorsque certains critères sont
rem­­plis. En s’y soustrayant, la caisse de crédit a
tenté de demander deux fois la déduction pour
amortissement et d’imposer à un taux inférieur
une tranche plus importante de son revenu.
[3] Envision contends that it successfully avoided
the flow-through requirement. In particular, Envision
observes that the flow-through requirement applies
only where “all of the property” of the amalgamating
corporations becomes property of the amalgamated
corporation. Envision argues that because certain
properties were sold at the exact moment of the
amalgamation, this precondition to flow-through
was not met.
[3] Envision prétend avoir réussi à contour­
ner l’exigence. En particulier, Envision fait valoir
que cette exigence ne s’applique que lorsque « les
biens » appartenant aux sociétés fusionnantes
devien­nent sans exception des biens de la société
issue de la fusion. Selon Envision, comme certains
biens ont été vendus au moment précis de la fusion,
cette condition préalable au transfert des attributs
fiscaux n’était pas remplie.
[4] Amalgamations are creatures of statute. For
the reasons that follow, I conclude that Envision
was not able to avoid the application of the ITA
rules by selling property at the time of amalgama­
tion, because the provincial statute that permitted
the amalgamation caused the ITA conditions to be
automatically fulfilled. The amalgamation there­
fore met the requirements for flow-through of tax
attributes under the ITA. I would dismiss the appeal.
[4] La fusion est une création de la loi. Pour
les motifs qui suivent, je conclus qu’Envision ne
pouvait se soustraire à l’application de la LIR en
vendant certains biens au moment de la fusion,
parce que le respect des conditions prévues par
cette loi découle automatiquement de l’application
de la loi provinciale autorisant la fusion. La fusion
satisfait donc aux conditions nécessaires au transfert
des attributs fiscaux au titre de la LIR. Je suis d’avis
de rejeter le pourvoi.
II. Facts
II. Faits
[5] On January 1, 2001, two British Columbia
credit unions, Delta Credit Union (“Delta”) and First
Heritage Savings Credit Union (“First Heritage”)
(together the “predecessors”) amalgamated to form
Envision. The merger was undertaken for non-tax
reasons, but the transaction was structured to obtain
the best possible tax outcome.
[5] Le 1er janvier 2001, deux caisses de crédit
de la Colombie‑Britannique, Delta Credit Union
(« Delta ») et First Heritage Savings Credit Union
(« First Heritage ») (collectivement appelées les
« caisses remplacées ») ont fusionné pour former
Envision. L’unification n’était pas motivée par
des raisons fiscales; l’opération a toutefois été
structurée de manière à donner la meilleure issue
fiscale possible.
[6] The amalgamation was carried out under the
Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C. 1996,
c. 82 (“CUIA”). Under that Act, an amalgamated
[6] La fusion a été effectuée sous le régime de la
Credit Union Incorporation Act, R.S.B.C. 1996,
ch. 82 (« CUIA »). Aux termes de cette loi, les
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
197
credit union is a continuation of the predecessor
credit unions: ss. 20(1) and 23(a). The amalgamated
credit union is “seized of” all the property and
liabilities of its predecessors: s. 23(b). The relevant
provisions of the CUIA and the ITA are in the
attached Appendix.
cais­ses remplacées se prorogent en la caisse issue
de la fusion (par. 20(1) et al. 23a)). La caisse issue
de la fusion [traduction] « entre en possession »
des biens et « prend en charge » les engagements
des caisses remplacées (al. 23b)). Les dispositions
législatives applicables de la CUIA et de la LIR
sont reproduites en annexe.
[7] Under the ITA, there are two types of amal­
gamations. “Qualifying amalgamations” are those
that meet the requirements in s. 87 of the ITA. Once
the s. 87 requirements are met, the ITA provides
for the flow-through of various tax attributes while
deeming a new taxation year and prohibiting the
flow-through of other tax attributes. All other
amalgamations, which are sometimes called “statu­
tory amalgamations” or “non-qualifying amal­
gamations”, are outside the scope of s. 87. The tax
consequences of non-qualifying amalgamations
are not specified in the ITA and therefore must be
determined using the other provisions of the ITA,
where relevant, other relevant statutes and the
common law.
[7] Il existe deux types de fusions sous le régime
de la LIR. La « fusion admissible » est celle qui
respecte les prescriptions de l’art. 87 de la LIR.
Dès lors qu’il est satisfait à ces prescriptions, la
LIR prévoit le transfert de divers attributs fiscaux
et, en même temps, elle détermine le début de la
nou­velle année d’imposition et interdit le transfert
d’autres attributs fiscaux. Toute autre fusion appar­
tient à l’autre type, parfois appelé « fusion légale »
ou « fusion non admissible », qui n’est pas visé par
l’art. 87. Les conséquences fiscales d’une fusion
non admissible ne sont pas prévues dans la LIR;
elles doivent donc être établies à l’aide des autres
dispositions pertinentes de la LIR, s’il y a lieu, des
autres lois applicables et de la common law.
[8] A qualifying amalgamation under s. 87 of the
ITA has three basic requirements:
[8] Une fusion admissible au titre de l’art. 87
de la LIR doit répondre aux trois exigences fon­
damentales suivantes :
(a)
all of the property of the predecessor cor­
porations immediately before the merger
must become property of the amalgamated
corporation (sometimes called “Amalco”) by
virtue of the merger;
a)
les biens appartenant aux sociétés remplacées
immédiatement avant l’unification doivent
devenir des biens de la société issue de la
fusion en vertu de l’unification;
(b)
all of the liabilities of the predecessor
corporations immediately before the merger
must become liabilities of Amalco by virtue
of the merger; and
b)
les engagements des sociétés remplacées
existant immédiatement avant l’unification
doivent devenir des engagements de la
société issue de la fusion en vertu de
l’unification;
(c)
all of the shareholders, who owned shares
of the capital stock of any predecessor
corporation immediately before the merger,
must receive shares of the capital stock of
Amalco because of the merger.
c)
les actionnaires qui possédaient des actions
du capital‑actions d’une société remplacée
immédiatement avant l’unification doivent
recevoir des actions du capital‑actions de
la société issue de la fusion en raison de
l’unification.
[9] In this case, Delta and First Heritage
attempted to avoid the application of s. 87 and
[9] En l’espèce, Delta et First Heritage ont
tenté de contourner l’application de l’art. 87 et de
198
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
en­gage in a non-qualifying amalgamation by having
the beneficial interest in certain real properties that
were surplus to their business needs (the “surplus
properties”) pass at the moment of amalgamation
from the predecessors to a recently created sub­
sidiary, 619547 B.C. Ltd. (“619”). In exchange
for those surplus properties, 619 issued shares to
the predecessors, which then flowed through to
Envision as a result of the amalgamation. Upon
amalgamation, Envision retained the legal title
to the surplus properties as a bare trustee, but the
beneficial interest was vested in 619.
pro­céder à une fusion non admissible en trans­fé­
rant, au moment de la fusion, l’intérêt bénéfi­ciaire
à l’égard de certains biens réels qui excédaient leurs
besoins commerciaux (les « biens excédentaires »)
à une filiale nouvellement créée, 619547 B.C. Ltd.
(« 619 »). En échange de ces biens excédentaires,
619 a émis des actions en faveur des caisses rem­
placées, qui ont été transférées à Envision par suite
de la fusion. Dès la fusion, Envision conservait le
titre juridique sur les biens excédentaires en tant
que nue‑fiduciaire, alors que l’intérêt bénéficiaire
était conféré à 619.
[10] Envision took the position that its amal­
gamation was not a qualifying amalgamation be­
cause not all of the property of the predecessors
had passed to Envision. Specifically, the beneficial
ownership of the surplus properties passed to 619
and did not flow through to Envision. While shares
of 619 flowed to Envision, ownership of shares
does not mean that Envision owned the property of
619: A.F., at para. 68, footnote 49. The provisions
in s. 87 that provide for the flow-through of various
tax attributes did not apply because all of the prop­
erty of the predecessors did not flow through to
Envision.
[10] Selon Envision, la fusion dont elle est issue
ne constituait pas une fusion admissible parce
que les biens des caisses remplacées n’étaient pas
tous devenus ses biens. Plus particulièrement, la
propriété effective des biens excédentaires avait
été dévolue à 619 et n’avait pas été transférée
à Envision. Certes, les actions de 619 ont été
transférées à Envision, mais bien qu’Envision fut
propriétaire des actions, elle n’était pas propriétaire
des biens de cette société (m.a., par. 68, note de
bas de page 49). Les dispositions de l’art. 87 rela­
tives au transfert de divers attributs fiscaux ne
s’appliqueraient pas parce que les biens apparte­
nant aux caisses remplacées n’ont pas tous été
trans­férés à Envision.
[11] Two particular tax attributes are at issue in
this appeal: capital cost allowance (“CCA”) and the
preferred rate amount (“PRA”). The specific details
of how the PRA functions are not important to this
appeal. It is sufficient to know that the PRA is an
amount used to calculate a PRA tax credit and, as a
general matter, it is preferable for taxpayers to have
a lower PRA. The PRA tax credit has the effect of
increasing the amount of income that is taxed at
what is effectively the lower small business tax rate.
[11] Deux attributs fiscaux particuliers sont en
cause dans le présent pourvoi : la déduction pour
amortissement (« DPA ») et le montant imposable à
taux réduit (« MITR »). Les détails de l’application
du MITR importent peu en l’espèce. Il suffit de
savoir que le MITR sert à calculer le crédit d’impôt
qui s’y rapporte et que, de façon générale, un MITR
faible est préférable pour les contribuables. Le
crédit d’impôt relatif au MITR accroît la tranche
de revenu assujettie au taux d’imposition inférieur
applicable aux petites entreprises.
[12] Envision says that as a result of the nonqualifying merger, its PRA was reset to zero, which
would have the effect of potentially increasing
its ability to claim the PRA tax credit. Although
Envision filed its tax returns in accordance with
this assumption, it is undisputed that the PRA reset
did not benefit it in the tax years relevant to this
[12] Envision prétend que la fusion non admis­
sible a eu pour effet de ramener le MITR à zéro
dans son cas, et elle était ainsi peut‑être davantage
en mesure de demander le crédit d’impôt relatif au
MITR. Bien qu’Envision ait produit ses déclarations
de revenus en partant de cette hypothèse, il n’est
pas contesté que la remise à zéro du MITR ne lui
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
199
appeal. Nevertheless, the PRA was the reason that
the decision was made to pursue a non-qualifying
amalgamation. Envision also took the position that
the CCA deductions taken by its predecessors were
reset upon amalgamation, although it says it adopted
this position only for the purpose of “consistency”
with its treatment of the PRA.
a pas bénéficié au cours des années d’imposition
en cause en l’espèce. Quoi qu’il en soit, c’est en
raison du MITR qu’il avait été décidé de procéder à
une fusion non admissible. Envision fait également
valoir que les DPA demandées par les caisses
remplacées avaient aussi été ramenées à zéro lors
de la fusion; elle affirme toutefois avoir adopté ce
point de vue uniquement par souci de « cohérence »
entre son traitement du MITR et celui des DPA.
[13] CCA is, of course, widely known in the
legal and accounting communities. However, a
brief explanation may be helpful for the discussion
that follows. CCA is a business deduction that
reflects the fact that while the costs of acquiring
certain depreciable capital assets (like buildings,
equipment, vehicles etc.) are incurred in one tax­
ation year, the assets are in fact used over a period
of years. Under the CCA scheme, assets are grouped
in classes according to their type.
[13] La DPA est bien entendu très connue des
milieux juridiques et comptables. Une brève expli­
cation de cette notion pourrait toutefois être utile
pour l’analyse qui va suivre. La DPA est une
déduction accordée aux entreprises qui tient
compte du fait que, bien que les coûts d’acquisi­
tion de certains actifs immobilisés amortissa­
bles (bâtiments, équipement, véhicules, etc.) soient
engagés au cours d’une année d’imposition donnée,
leur utilisation s’étale en fait sur plus d’une année.
Dans le régime applicable aux DPA, les actifs sont
classés par catégories selon leur type.
[14] Each year, a taxpayer is permitted to deduct
a percentage (assigned by the ITA for each class)
of the undepreciated capital cost (“UCC”) of each
class. This amount that is deducted is what is
called the CCA. The starting UCC for each class is
determined based on the actual cost to the taxpayer
of acquiring the assets in that class. Each year, the
UCC is reduced based on the CCA that the taxpayer
has claimed in that taxation year.
[14] Chaque année, les contribuables peuvent
déduire un pourcentage (prévu par la LIR pour
chaque catégorie) de la fraction non amortie du
coût en capital (« FNACC ») des actifs de chaque
catégorie. Le montant déduit est ce qu’on appelle
la DPA. La FNACC initiale pour chaque catégorie
est établie en fonction du coût réel d’acquisition par
le contribuable des actifs de la catégorie. Chaque
année, la FNACC est réduite en fonction de la DPA
demandée par le contribuable pour cette année
d’imposition.
[15] Consistent with its position that its PRA had
been reset by the amalgamation, Envision argued
that since any CCA claimed by the predecessor
credit unions did not flow through to Envision, the
opening balance of their UCC account could be
reset to the actual original capital cost of the assets.
This would permit Envision to claim the same CCA
already claimed by the predecessor credit unions.
This “reset” meant that the UCC of Envision was
set at approximately $51 million, the original cost
of the assets to the predecessor credit unions, rather
than approximately $20 million which was the total
of the UCC balances of the two predecessor credit
unions at the time of amalgamation.
[15] Partant de sa thèse selon laquelle, par suite
de la fusion, le MITR était ramené à zéro dans son
cas, Envision soutient que comme les DPA deman­
dées par les caisses remplacées n’avaient pas été
transférées à Envision, la FNACC pouvait être fixée
au coût en capital initial des actifs. Ainsi, Envision
serait en mesure de réclamer les montants de DPA
qu’avaient déjà demandé les caisses remplacées. Par
suite de ce nouveau calcul, la FNACC d’Envision
était établie à environ 51 millions de dollars, soit le
coût initial des actifs des caisses remplacées, plutôt
qu’à environ 20 millions de dollars, soit le total du
solde de la FNACC des deux caisses remplacées au
moment de la fusion.
200
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
[16] The Minister reassessed Envision for the
years 2001, 2002, 2003 and 2004 on the basis that
the PRA and the UCC should flow through from the
predecessors to Envision. Envision appealed these
reassessments.
[16] Le ministre a établi de nouvelles cotisa­
tions à l’égard d’Envision pour 2001, 2002, 2003 et
2004 au motif que le MITR et la FNACC des
caisses remplacées devaient être transférés à
Envision. Envision a interjeté appel de ces nou­
velles cotisations.
III. Judicial History
III. Historique judiciaire
A. Tax Court of Canada, 2010 TCC 576, 2010
D.T.C. 1399
A. Cour canadienne de l’impôt, 2010 CCI 576
(CanLII)
[17] At the Tax Court, Webb J. (as he then
was) concluded that s. 87 did not apply to this
amalgamation. He found that the predecessors
had the legal capacity to sell the surplus properties
at the same time as the amalgamation, since the
predecessors’ legal personalities were continued
under the relevant legislation. He considered
the effect of the CUIA and concluded that since
s. 20(2) provided that parties to an amalgamation
can specify the manner of carrying the amal­
gamation into effect, it was open to the predeces­
sors to agree that certain property would not become
the property of Envision at the time of amalgama­
tion. Essentially, he found that while s. 23(b)
stated that all property of the predecessors becomes
property of the amalgamated credit union, that was
a default rule that the predecessors could (and in
this case did) contract out of. As a result, he held
that s. 87 did not apply to this amalgamation.
[17] Le juge Webb (maintenant juge à la Cour
d’appel fédérale) de la Cour de l’impôt a conclu
que l’art. 87 ne s’appliquait pas à la fusion en
l’espèce. Les caisses remplacées avaient à son
avis la capacité juridique de vendre les biens excé­
dentaires au moment de la fusion, puisqu’elles se
prorogeaient en tant que personnes morales en
application des dispositions législatives pertinentes.
Selon lui, puisque le par. 20(2) de la CUIA pré­
voit la possibilité pour les parties à une fusion
d’indiquer les conditions de réalisation de la fusion,
il était loisible aux caisses remplacées de convenir
que certains biens ne deviendraient pas des biens
d’Envision au moment de la fusion. En substance,
il a conclu que, même si, aux termes de l’al. 23b),
tous les biens appartenant aux caisses remplacées
deviennent des biens de la caisse issue de la fusion,
il s’agit là d’une règle applicable par défaut à
laquelle les caisses remplacées peuvent (comme
elles l’ont fait en l’espèce) se soustraire par contrat.
En conséquence de quoi, il a statué que l’art. 87 ne
s’appliquait pas à la fusion en l’espèce.
[18] Webb J. then considered the tax con­
sequences of a non-qualifying amalgamation. He
found that this Court’s decision in R. v. Black and
Decker Manufacturing Co., [1975] 1 S.C.R. 411,
applied to this amalgamation with the effect that
Envision, deemed by statute to be a continuation of
its predecessors, could not argue that no CCA had
been claimed by the predecessors. Black and Decker
requires that amalgamated corporations created
under the continuation model of amalgamation
“continue without subtraction” of the predecessors
(p. 422). The CUIA provides for a continuation
model of amalgamation and therefore it was
[18] Le juge Webb s’est ensuite penché sur
les conséquences fiscales d’une fusion non
admis­­
sible. Il a conclu que l’arrêt rendu par
notre Cour dans R. c. Black and Decker Manu­­fac­
tur­ing Co., [1975] 1 R.C.S. 411, s’appli­­quait
de sorte qu’Envision, qui était répu­tée par la loi
pro­roger les caisses remplacées, ne pouvait pré­
tendre qu’aucune DPA n’avait été demandée par
ces dernières. Suivant l’arrêt Black and Decker,
les sociétés remplacées « subsiste[nt] dans leur
intégralité » au sein de la société issue de la fusion
créée selon le modèle de la prorogation (p. 422). La
CUIA prévoit la fusion suivant ce modèle; il n’était
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
201
not open to Envision to adopt only the original
capital cost of the assets that it received from its
predecessors and not also the CCA deducted on
those assets.
donc pas loisible à Envision d’adopter unique­
ment le coût en capital initial des actifs qu’elle avait
reçus des caisses remplacées sans faire siennes
égale­ment les DPA demandées à l’égard de ceux‑ci.
[19] Webb J. also rejected the argument that the
provincial CUIA could not impact how taxes were
calculated under the federal ITA. He concluded that
simply because applying Black and Decker to the
facts of this case would generate the same result
as s. 87, this was not a reason to reach a different
result. Therefore, the UCC of Envision had to be
reduced based on the CCA previously claimed by
the predecessors.
[19] Le juge Webb a également rejeté l’argument
selon lequel la CUIA, une loi provinciale, n’avait
aucune incidence sur le calcul de l’impôt sous le
régime de la LIR, une loi fédérale. Selon lui, le
simple fait que l’application de l’arrêt Black and
Decker aux faits de l’espèce arrive au même résultat
que celle de l’art. 87 ne justifiait pas qu’on opte pour
un résultat différent. En conséquence, la FNACC
d’Envision devait être réduite en fonction des DPA
déjà demandées par les caisses remplacées.
[20] Finally, Webb J. held that the Minister’s
attempt to reassess Envision’s 2001 return was
statute barred. This conclusion was not appealed by
the Minister.
[20] Enfin, le juge Webb a conclu que la nou­
velle cotisation établie par le ministre à l’égard
d’Envision pour 2001 était prescrite. Le ministre
n’a pas interjeté appel de cette conclusion.
B. Federal Court of Appeal, 2011 FCA 321, 425
N.R. 261
B. Cour d’appel fédérale, 2011 CAF 321 (CanLII)
[21] The Court of Appeal found that s. 87 applied
to this amalgamation because the property owned
by the predecessors (the surplus properties) could
be traced into property owned by Envision (the
shares of 619). The amalgamation merely changed
the form in which Envision held ownership of the
surplus properties since the surplus properties were
in effect converted into shares of 619.
[21] La Cour d’appel fédérale a conclu que
l’art. 87 s’appliquait à la fusion en l’espèce parce
que les biens appartenant aux caisses remplacées
(les biens excédentaires) pouvaient être rattachés
aux biens appartenant à Envision (les actions de
619). La fusion n’avait fait que modifier la forme
du droit de propriété détenu par Envision sur
les biens excédentaires, ceux‑ci ayant en fait été
convertis en actions de 619.
[22] The Court of Appeal also found that the Tax
Court was correct that Black and Decker had the
effect of requiring Envision to adopt the combined
UCC balances of its two predecessors even if the
amalgamation was not a qualifying one.
[22] La Cour d’appel a également souscrit à la
conclusion de la Cour de l’impôt selon laquelle
l’arrêt Black and Decker avait pour effet d’obliger
Envision à adopter le solde combiné de la FNACC
des deux caisses remplacées même s’il s’agissait
d’une fusion non admissible.
IV. Issues
IV. Questions en litige
[23] This appeal raises three questions:
[23] Le présent pourvoi soulève trois questions :
(1)
(1)
Was the Envision amalgamation a qualifying
amalgamation under s. 87 of the ITA?
La fusion ayant donné naissance à Envision
constituait‑elle une fusion admissible au
titre de l’art. 87 de la LIR?
202
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
(2)
If the Envision amalgamation was not
a qualifying amalgamation, how should
Envision’s UCC and PRA be calculated?
(2)
Si la fusion ayant donné naissance à Envision
constituait une fusion non admissible, com­
ment faut‑il calculer la FNACC et le MITR?
(3)
If the Envision amalgamation was not a
qualifying amalgamation and the ITA other­
wise permits Envision to reset its UCC and
PRA without reference to its predecessors, is
the general anti-avoidance rule applicable to
deny Envision the tax benefit flowing from
that conclusion?
(3)
Si la fusion ayant donné naissance à Envision
constituait une fusion non admissible et
que la LIR autorise par ailleurs Envision à
calculer la FNACC et le MITR sans égard
aux déductions réclamées par les caisses
remplacées, la règle générale anti‑évitement
s’applique‑t‑elle pour empêcher Envision
d’obtenir l’avantage fiscal découlant de cette
conclusion?
[24] In view of my conclusion described below,
that this was a qualifying amalgamation, it is not
necessary for the Court to answer questions 2 and
3. As a result, it is not necessary to address whether
the flow-through of tax attributes following a
non-qualifying amalgamation is governed by Black
and Decker, as held by the courts below. I leave
this question for another day.
[24] Vu la conclusion exposée ci‑dessous selon
laquelle il s’agit d’une fusion admissible, point
n’est besoin pour la Cour de répondre aux autres
questions. Il n’est donc pas nécessaire de trancher la
question de savoir si le transfert des attributs fiscaux
à la suite d’une fusion non admissible est, comme
l’ont affirmé les juridictions inférieures, régi par
l’arrêt Black and Decker. Je remets l’examen de
cette question à une autre occasion.
V. Analysis
V. Analyse
[25] In my view, the requirements of s. 87 are
satisfied by this amalgamation because Envision
was seized of the surplus properties at the mo­ment
of amalgamation. Therefore, the amalgama­tion
was a qualifying amalgamation. In reaching this
conclusion, I am guided by the provisions of the
CUIA, the terms of the amalgamation agreement
and the terms of the agreements for the sale of
the surplus properties. I conclude that it was not
open to the parties, by virtue of the CUIA, to have
some property that belonged to the predecessors
not become property of Envision by virtue of the
amalgamation.
[25] À mon avis, la fusion en l’espèce satisfait
aux prescriptions de l’art. 87 parce qu’Envision
est entrée en possession des biens excédentaires au
moment de la fusion. Il s’agit donc d’une fusion
admissible. Pour tirer cette conclusion, je me fonde
sur les dispositions de la CUIA, le libellé de la
convention de fusion et le libellé des conventions
de vente des biens excédentaires. À mon avis, la
CUIA ne permet pas aux parties de prévoir que
certains biens appartenant aux caisses remplacées
ne deviennent pas des biens d’Envision lors de la
fusion.
A. Section 23 of the CUIA
A. Article 23 de la CUIA
[26] Section 23 of the CUIA has not previ­
ously been interpreted by this Court. Indeed, to
my know­ledge, prior to these proceedings, this
sec­tion had never been interpreted by a court. In
terms of authority, this Court has only the benefit
of the reasons of the courts below. Although no
doubt assisted by those reasons, this Court is
[26] C’est la première fois que la Cour interprète
l’art. 23 de la CUIA. En effet, à ma connais­sance,
avant le présent pourvoi, aucun tribunal n’avait
encore été appelé à interpréter cette disposition.
La Cour dispose pour toute source des motifs des
juridictions inférieures en l’espèce. Bien qu’ils
puissent lui être utiles, la Cour n’est pas liée par les
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
203
not bound by the decisions of the Tax Court on
questions of statutory interpretation. While I am
mindful of the reasons of Webb J., I reach the
opposite conclusion as to the meaning and effect
of s. 23(b) of the CUIA.
jugements rendus par la Cour de l’impôt en matière
d’interprétation législative. J’ai lu attentivement les
motifs du juge Webb, mais j’arrive à la conclusion
contraire quant à l’interprétation qu’il faut donner
à l’al. 23b) de la CUIA et à ses effets.
[27] Section 23(b) of the CUIA states:
[27] L’alinéa 23b) de la CUIA est rédigé en ces
termes :
[traduction]
23 On and after the date of the amalgamation . . .
.
.
.
23 À compter de la date de la fusion . . .
. . .
(b) the amalgamated credit union is seized of and
holds and possesses all the property, rights and in­
terests and is subject to all the debts, liabilities and
obligations of each amalgamating credit union . . . .
b) la caisse issue de la fusion entre en possession
des biens, droits et intérêts et prend en charge les
dettes, engagements et obligations de chaque caisse
fusionnante . . .
This language provides that the result of an amal­
gamation under the CUIA is that the amal­gamated
credit union is the owner of all the property of its
predecessors.
Vu le libellé de cette disposition, par suite d’une
fusion sous le régime de la CUIA, la caisse issue de
la fusion devient propriétaire de tous les biens des
caisses remplacées.
[28] The CUIA provides no deeming rule for
determining at what time on the date of the amal­
gamation that amalgamation takes place, unlike
the B.C. Business Corporations Act, S.B.C. 2002,
c. 57, s. 279(b)(ii), which provides that if no time
is specified for the amalgamation, it occurs at
the beginning of the specified date. However, an
amalgamation must take place at a particular time
and not just on a particular date. In this case,
the parties are in agreement that the moment of
amalgamation was set in the amalgamation agree­
ment as the commencement of January 1, 2001.
[28] Contrairement à la Business Corporations
Act de la Colombie‑Britannique, S.B.C. 2002,
ch. 57, sous‑al. 279b)(ii), qui prévoit que si l’heure
de la fusion n’est pas fixée, la fusion a lieu au
début du jour fixé pour celle‑ci, la CUIA ne prévoit
aucune présomption déterminant l’heure de la
fusion. La fusion doit cependant avoir lieu à une
heure précise, et non pas seulement à une date
donnée. En l’espèce, les parties s’entendent pour
dire que, suivant la convention de fusion, la fusion
était réalisée à la première heure le 1er janvier 2001.
[29] Envision argues that credit unions can
contract around the effect of s. 23(b) with respect
to particular properties. To reach this conclusion,
Envision relies on s. 20 of the CUIA which permits
amalgamating credit unions to specify “the terms
and conditions of the amalgamation” and “the
manner of carrying the amalgamation into effect”.
Envision argues that it is possible for predeces­
sor credit unions to specify that certain property
will not be subject to the rule in s. 23(b) and will
instead pass to a third party, at the exact moment
[29] Envision soutient que les caisses de crédit
peuvent soustraire par contrat certains biens
à l’application de l’al. 23b). À l’appui de sa
conclusion, Envision invoque l’art. 20 de la CUIA
qui permet aux caisses fusionnantes d’indiquer
[traduction] « les conditions de la fusion » et
« la façon de réaliser la fusion ». Selon Envision,
les caisses remplacées peuvent prévoir que certains
biens ne seront pas assujettis à la règle énoncée
à l’al. 23b) et seront plutôt transmis à un tiers au
moment précis de la fusion. Envision fait valoir que
204
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
of amalgamation. Envision takes the position that
s. 23(b) is only operative on property that the amal­
gamation agreement has not otherwise provided
for. In this case, Envision argues, because the pre­
decessor credit unions had agreed that the surplus
properties would pass to 619, s. 23(b) could not
cause Envision to be seized of those surplus
properties.
l’al. 23b) ne s’applique qu’aux biens dont il n’est
pas disposé autrement dans la convention de fusion.
Envision prétend qu’elle ne pouvait être entrée en
possession des biens excédentaires en application
de l’al. 23b), parce que les caisses remplacées
avaient convenu que ces biens seraient transmis
à 619.
[30] In my view, s. 23(b) is not a provision out of
which amalgamating credit unions are permitted to
contract. Instead, it is a mandatory provision that
prescribes the consequences of an amalgamation
under the CUIA.
[30] À mon avis, l’al. 23b) ne constitue pas une
disposition à l’application de laquelle les caisses
fusionnantes peuvent se soustraire par contrat. Il
s’agit plutôt d’une disposition impérative qui établit
les conséquences d’une fusion sous le régime de la
CUIA.
[31] Credit unions in B.C. are not permitted to
amalgamate except in accordance with the require­
ments of s. 20 of the CUIA. Section 20(2)(a)(ii)
permits predecessors to set the terms and con­di­
tions of amalgamation. However, s. 23 de­scribes
the effects of a s. 20 amalgamation. While s. 20
em­powers predecessor credit unions to set terms
and conditions of amalgamation, those terms and
conditions cannot contradict or override the auto­
matic consequences of amalgamation specified
in s. 23 of the CUIA. Nothing in s. 20 expressly
pro­
v ides authority for amalgamating credit
unions to set their own effects or consequences of
amalgamation with respect to assets or liabilities.
These effects of amalgamation are provided for in
s. 23.
[31] Les caisses de crédit en Colombie‑Britannique
ne peuvent fusionner qu’en conformité avec l’art. 20
de la CUIA. Le sous‑alinéa 20(2)a)(ii) autorise
les caisses remplacées à fixer les conditions de la
fusion tandis que l’art. 23 décrit les conséquences
de la fusion. Bien que l’art. 20 habilite les caisses
remplacées à fixer les conditions de la fusion, ces
dernières ne peuvent contredire ou contourner les
conséquences automatiques de la fusion prévues
à l’art. 23 de la CUIA. Rien à l’art. 20 ne permet
expressément aux caisses fusionnantes de choisir
les effets ou conséquences de la fusion sur leurs
biens ou engagements. Les effets de la fusion sont
énoncés à l’art. 23
[32] In this respect, I am in agreement with
Cromwell J. Section 20 describes the conditions for
an amalgamation. Section 23 describes the effects.
I also agree that this is the structure that the CUIA
adopts with respect to acquisitions in ss. 16-18.
However, I cannot see how this distinction between
effects and conditions of amalgamation raises
doubts for my colleague about the conclusion that
parties cannot contract out of the effects of s. 23(b).
[32] À cet égard, je souscris à l’avis du juge
Cromwell. L’article 20 décrit les conditions de la
fusion; l’art. 23 en décrit les effets. Je conviens
également que cette même structure est reprise à
l’égard des acquisitions aux art. 16-18. Or, je ne
puis voir pourquoi cette distinction entre les effets
et les conditions de la fusion empêche mon collègue
de conclure que les parties ne peuvent se soustraire
par contrat aux effets de l’al. 23b).
[33] To permit amalgamating credit unions to
contract out of s. 23 of the CUIA would undermine
the statutory scheme constructed by the legislature.
Nothing in s. 20 or s. 23 of the CUIA permits amal­
gamating credit unions to contract out of any of the
[33] Permettre aux caisses fusionnantes de se
soustraire par contrat à l’application de l’art. 23
de la CUIA affaiblirait le régime établi par le
législateur. Rien à l’art. 20 ni à l’art. 23 de cette loi
ne permet aux caisses fusionnantes de se sous­traire
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
205
express statutory consequences of an amalgamation,
and there is no independent common law power that
permits credit unions to amalgamate in a manner
that would contradict the terms of the CUIA.
par contrat aux conséquences de la fusion expres­
sément prévues par la loi, et il n’existe aucun pou­
voir indépendant en common law en vertu duquel
des caisses de crédit pourraient fusionner autrement
que conformément au libellé de la CUIA.
[34] Cromwell J. relies on the fact that the other
paragraphs in s. 23 contain explicit references to the
amalgamation agreement: “. . . the amalgamating
credit unions are amalgamated and are continued
as one credit union under the name and with the
constitution and rules provided in the amal­gam­
a­tion agreement” (s. 23(a)); “every member and
auxiliary member of each amalgamating credit
union is bound by the amalgamation agreement”
(s. 23(c)). He suggests that because these para­
graphs adopt the terms of the amalgamation agree­
ment, somehow the same thing should hold true for
s. 23(b) where there is no reference to the terms of
the amalgamation agreement. With respect, I cannot
see how the explicit adoption of the amalgamation
agreement in s. 23(a) can assist in reaching the
same conclusion for s. 23(b) where there is no
such language. If anything, it suggests the oppo­
site conclusion: that the consequences prescribed
by s. 23(b) cannot be altered by the terms of the
amalgamation agreement. Nor does s. 23(c), which
simply makes the amalgamation agreement bind­
ing on the members of the credit unions, suggest
that the terms of the amalgamation agreement may
be inconsistent with s. 23(b).
[34] Le juge Cromwell accorde de l’impor­
tance au fait que les autres alinéas de l’art. 23 ren­
voient expressément à la convention de fusion : 
[traduction] « . . . les caisses visées fusionnent et
sont prorogées en une seule et même caisse sous
la dénomination sociale et selon la constitution et
les règles précisées dans la convention de fusion »
(al. 23a)); « tout membre et membre auxiliaire
de chacune des caisses fusionnantes est lié par la
convention de fusion » (al. 23c)). Selon mon col­
lègue, comme ces dispositions incorporent le libellé
de la convention de fusion, il devrait en aller de
même de l’al. 23b), qui est dépourvu de tout renvoi
à la convention de fusion. Soit dit en tout respect,
je ne saurais concevoir comment l’incorporation
expresse de la convention de fusion à l’al. 23a)
pourrait susciter la même conclusion quant à
l’al. 23b), qui n’est pas rédigé suivant les mêmes
termes. À la limite, cette incorporation expresse
suggère la conclusion contraire, à savoir que les
conséquences prescrites par l’al. 23b) ne sauraient
être modifiées par le libellé de la convention de
fusion. En outre, l’al. 23c), qui précise simplement
que les membres des caisses sont liés par la con­
vention de fusion, ne saurait porter à croire que le
libellé de la convention de fusion puisse être non
conforme à l’al. 23b).
[35] The policy reasons of the legislature for not
permitting contracting out of the effects of s. 23 can
easily be understood. Protection for creditors is a
key issue in an amalgamation. If Envision’s reading
of the statute were correct, there would be no reason
that predecessor credit unions could not also opt out
of the effect of s. 23(b) in respect of liabilities, by
specifying that liabilities or obligations should not
pass to the amalgamated credit union. This would
be an untenable result. Amalgamations are not in­
tended to permit corporations to split liabilities
from assets. The role of s. 23(b) as a protection for
creditors is even more important because the CUIA
does not contain specific provisions that protect
[35] Les raisons de principe pour lesquelles le
législateur ne permet pas que l’on se soustraie
par contrat à l’application de l’art. 23 sont faciles
à comprendre. La protection des créanciers est
un enjeu clé lors d’une fusion. Si l’interprétation
donnée par Envision à la loi était correcte, rien
n’empêcherait alors les caisses remplacées de se
soustraire également aux effets de l’al. 23b) en
pré­cisant que les engagements et obligations ne
deviennent pas ceux de la caisse issue de la fusion.
Un tel résultat serait insoutenable. La fusion ne
saurait permettre à une société de dissocier le pas­
sif de l’actif. Le rôle de protection des créanciers
que joue l’al. 23b) est d’autant plus important que,
206
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
the interests of creditors as does the B.C. Business
Corporations Act.
contrairement à la Business Corporations Act de
la Colombie‑Britannique, la CUIA ne comporte
aucune disposition protégeant expressément les
droits des créanciers.
[36] I agree with Cromwell J. that regulatory
approval is required for credit unions to amal­
gamate and that credit unions operate in a highly
regulated environment. However, the statutory
obligation of the regulator in approving an amal­
gamation agreement is to determine whether
the amalgamation agreement is “contrary to the
interests of one or more of the amalgamating
credit unions or its or their members”: CUIA,
s. 20(3)(b). While the regulator may be interested
in the protection of creditors, this is not the focus
of the regulatory approval process. Section 23(b),
then, remains as an important element of creditor
protection.
[36] Je suis d’accord avec le juge Cromwell pour
dire que la fusion de caisses doit être approuvée
conformément aux prescriptions réglementaires
et que les caisses sont régies par un cadre haute­
ment réglementé. Cependant, l’organisme de régle­
mentation qui approuve la convention de fusion
est tenu par la loi de déterminer si cette der­­nière
est [traduction] « contraire aux intérêts d’une
ou de plusieurs caisses fusionnantes ou de ses
mem­­bres » (CUIA, al. 20(3)b)). Il se peut que
l’orga­­nisme de réglementation se préoccupe de
la protection des créanciers, mais ce n’est pas là
l’objet du processus d’approbation. L’alinéa 23b)
demeure donc un élément important permettant
d’assurer la protection des créanciers.
[37] By virtue of s. 23(b), therefore, Envision
was seized of the surplus properties at the exact
moment of amalgamation. This caused the con­
dition in s. 87(1)(a) of the ITA to be fulfilled. All
of the property of the predecessors was property of
Envision by virtue of the merger.
[37] En application de l’al. 23b), Envision est
donc entrée en possession des biens excédentai­
res au moment précis de la fusion. La condition
prévue à l’al. 87(1)a) de la LIR était par le fait
même remplie. Les biens appartenant aux caisses
remplacées sont devenus des biens appartenant à
Envision en vertu de l’unification.
[38] Envision argues that this interpretation
would render the requirements with respect to
property and liabilities in s. 87 of the ITA redun­
dant because it would be impossible to fail to meet
them, as effectively all corporate amalgamation
statutes in Canada provide for continuity in respect
of assets and liabilities. While this may be the case
now, at any time, corporate law statutes could be
amended to alter those provisions. The fact that the
two conditions in the ITA will always be fulfilled
because of current corporate law provisions does
not require a different interpretation to be given
to those corporate law statutes. The ITA exists to
impose tax consequences based on corporate law;
it does not exist to cause those corporate laws to be
interpreted differently.
[38] Envision soutient que, suivant cette inter­
prétation, les prescriptions relatives aux biens
et aux engagements prévues à l’art. 87 de la LIR
seraient redondantes, parce qu’il serait impossible
d’y manquer vu que, dans les faits, toutes les lois
sur les fusions de sociétés au Canada comportent
des dispositions assurant la continuité à l’égard
des actifs et des engagements. Si c’est le cas à
l’heure actuelle, ces dispositions sont susceptibles
de modification à tout moment. Ce n’est pas parce
que le jeu des dispositions actuelles des lois sur
les sociétés emporte nécessairement le respect des
deux conditions de la LIR qu’il faut donner à ces
lois une autre interprétation. La LIR a pour objet
d’établir des conséquences fiscales compte tenu
des principes du droit des sociétés et non pas de
permettre une interprétation différente de ces lois.
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
207
[39] The Envision amalgamation was a quali­
fying amalgamation. Subsections 87(2)(d) and
137(4.3)(b), the provisions of the ITA that provide
for the flow-through of CCA and PRA, apply
and Envision’s tax attributes must be adjusted
accordingly.
[39] La fusion ayant donné naissance à Envision
constitue une fusion admissible. Les alinéas 87(2)d)
et 137(4.3)b), soit les dispositions de la LIR qui
prévoient le transfert des DPA et du MITR, s’appli­
quent, et les attributs fiscaux d’Envision doivent
être rajustés en conséquence.
[40] Cromwell J. argues that the s. 23(b) analysis
is unnecessary. However, it was the basis on which
this appeal was argued both in this Court and in the
courts below. The parties made submissions on the
meaning and effect of these sections of the CUIA.
While my colleague suggests that this result will
create significant practical problems in other cases,
I cannot see any advantage to declining to decide
an issue after a full appeal process and complete
submissions of the parties. Indeed, to the extent that
practical problems should guide judicial decision
making, I think those factors suggest that this Court
decide this matter now rather than leaving the
matter unresolved and therefore uncertain.
[40] Selon le juge Cromwell, l’analyse fondée
sur l’al. 23b) n’est pas nécessaire. Or, c’est sur
ce fondement que la présente affaire a été plaidée
devant notre Cour et devant les juridictions infé­
rieures. Les parties ont présenté des arguments sur
l’interprétation et l’effet de ces dispositions de la
CUIA. Bien que mon collègue laisse entendre qu’un
tel résultat aura pour effet de créer des problèmes
non négligeables sur le plan pratique dans d’autres
cas, je ne crois pas qu’il y ait quelque avantage à
refuser de trancher une question après l’instruction
complète d’un appel et l’audition de l’ensemble
des plaidoiries des parties. En effet, dans la mesure
où l’existence de problèmes sur le plan pratique
doit guider les décisions judiciaires, j’estime que
les présents facteurs appellent la Cour à trancher
maintenant, pour éviter que la question demeure
en suspens, et le droit à cet égard incertain.
B. Effect of the Amalgamation and Purchase and
Sale Agreements
B. Effets de la fusion et des conventions d’achat et
de vente
[41] The above analysis is sufficient to resolve
the tax issue in this case, because s. 23(b) of the
CUIA caused the conditions in s. 87 of the ITA to
be fulfilled. Nonetheless, Envision raises the issue
of the effectiveness of the amalgamation agree­
ment which Envision argues was the mechanism by
which s. 23(b) was circumvented. Envision argues
that if it was not possible for Envision to structure its
affairs so that the surplus properties did not become
property of Envision, the amalgamation agreement
between the predecessor credit unions might be
invalid (appellant’s reply factum, at para. 18).
[41] L’analyse qui précède suffit pour trancher la
question fiscale en l’espèce, parce que l’application
de l’al. 23b) de la CUIA emporte le respect des
conditions énoncées à l’art. 87 de la LIR. Envision
soulève toutefois la question de l’effet utile de la
convention de fusion, qui, à son avis, permettait de
contourner l’al. 23b). Selon Envision, s’il lui était
impossible d’organiser ses affaires de sorte que les
biens excédentaires ne deviennent pas des biens
lui appartenant, la convention de fusion entre les
caisses remplacées était peut‑être invalide (mémoire
en réplique de l’appelante, par. 18).
[42] To the extent that Envision is arguing that
the Court’s interpretation of s. 23(b) of the CUIA
and s. 87 of the ITA should turn on the effect it
would have on these parties’ private transaction, I
would not give effect to that argument. Tax conse­
quences which flow from the application of tax law
[42] Dans la mesure où Envision prétend que
notre interprétation de l’al. 23b) de la CUIA et
de l’art. 87 de la LIR devrait dépendre de l’effet
de ces dispositions sur une opération privée entre
les parties en cause, je suis d’avis de rejeter pareil
argument. Les conséquences d’une loi fiscale ne
208
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
can­not be tailored to avoid negative corporate law
consequences.
sauraient être adaptées de manière à éviter des
conséquences défavorables sur le plan du droit
des sociétés.
[43] I agree that the practical problems posed
by potentially invalidating an amalgamation that
has been operational for over 10 years could be
significant. However, I am not convinced that such
practical problems arise in this case. Despite the
fact that Envision was seized of the surplus prop­
erties at the time of amalgamation, an outcome
that the predecessors were trying to avoid, the sale
agreements and the amalgamation agreement were
still effective. As I explain below, the effect of
those agreements was identical to the effect that
the predecessors had planned for, with the sole
exception of the tax consequences which could not
have been achieved because of s. 23(b) of the CUIA.
[43] Je suis conscient que l’invalidation poten­
tielle d’une fusion remontant à plus de 10 ans risque
d’entraîner des problèmes pratiques importants.
Je ne suis toutefois pas convaincu que c’est le
cas en l’espèce. Même si Envision est entrée en
possession des biens excédentaires au moment de
la fusion — résultat que les caisses remplacées
cherchaient à éviter —, les conventions de vente et
la convention de fusion ont néanmoins produit les
effets escomptés. Comme je l’expliquerai plus loin,
ces conventions ont eu l’effet voulu par les caisses
remplacées, à l’exception des conséquences fiscales
auxquelles l’al. 23b) de la CUIA a fait obstacle.
(1)The Sale Agreements for the Surplus
Properties
(1)Les conventions de vente des biens
excédentaires
[44] While Envision has not directly raised
the issue of the effectiveness of the agreements
for purchase and sale, a proper understanding
of the effect of these agreements is necessary to
understand how the amalgamation agreement oper­
ated in this case.
[44] Bien qu’Envision n’ait pas invoqué direc­
tement l’effet utile des conventions d’achat et de
vente, il est nécessaire de bien comprendre l’effet
de ces conventions pour saisir l’application de la
convention de fusion en l’espèce.
[45] Two agreements were entered into to pro­
vide for the sale of the surplus properties. These
agreements were structured so that the vendors
were Delta and First Heritage. The agreements
further provided that the sale of the surplus prop­
erties was to take place at the exact moment of
the amalgamation as set out in the amalgamation
agreement. Envision argues that since the vendors
were the predecessors they were the parties that
sold the surplus properties. Therefore Envision did
not and could not have sold the properties to the
subsidiary. I cannot agree.
[45] Deux conventions ont été conclues eu
égard à la vente des biens excédentaires. Elles
iden­ti­fiaient Delta et First Heritage à titre de
ven­d eu­­ses et fixaient la vente des biens excé­­
den­taires au moment précis de la fusion, prévu
dans la convention de fusion. Selon Envision,
les caisses remplacées, à titre de vendeuses, cons­
tituaient les parties qui avaient procédé à la vente
des biens excédentaires. En conséquence, Envision
n’avait pas vendu les biens à la filiale, et n’aurait
pas pu le faire. Je ne suis pas d’accord.
[46] At the moment of amalgamation, the pre­
decessors, Delta and First Heritage, no longer had
separate legal personalities capable of fulfilling
the terms of the sale agreements. While they were
continued under the CUIA, they were continued
inside Envision: Black and Decker, at p. 422. Any
[46] Au moment de la fusion, les caisses rem­
placées, Delta et First Heritage, avaient perdu la
personnalité juridique distincte qui leur aurait
permis de satisfaire aux conditions des conventions
de vente. Bien que les caisses remplacées aient
subsisté en application de la CUIA, elles ont
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
209
legal obligations that the predecessors had entered
into that needed to be fulfilled, at or after the time of
the amalgamation, had to be fulfilled by Envision.
This is the effect of s. 23(b) of the CUIA, which
causes the amalgamated credit union to be seized of
all of the obligations of its predecessors on and after
the moment of amalgamation. So, despite the fact
that the agreements listed Delta and First Heritage
as the vendors, at the moment of amalgamation, the
vendor was Envision.
sub­sisté au sein d’Envision : Black and Decker,
p. 422. C’est Envision qui devait s’acquitter de
toutes les obligations juridiques contractées par
elles et auxquelles il fallait satisfaire au moment
de la fusion ou subséquemment. Tel est l’effet
de l’al. 23b) de la CUIA, en vertu duquel la
caisse issue de la fusion a pris en charge toutes
les obligations des caisses remplacées à la date de
la fusion. Même si les conventions identifiaient
Delta et First Heritage à titre de vendeuses, au
moment de la fusion, la vendeuse était Envision.
[47] This principle flows from this Court’s
decision in Black and Decker, at p. 418, where
it was noted that under a continuation model of
amalgamation, “upon amalgamation each con­
stituent company loses its ‘separate’ existence but
it by no means follows that it has thereby ceased to
exist”. From this understanding of amalgamation, it
follows that contracts that were entered into in the
names of the predecessor corporations are binding
upon and must be fulfilled by the amalgamated
entity, barring restrictions in those contracts to the
contrary: British Columbia Company Law Practice
Manual (2nd ed. 2007), vol. 1, at p. 11-7.
[47] Ce principe découle de l’arrêt Black and
Decker où la Cour souligne, à la p. 418, que,
suivant le modèle de la prorogation, « par la fusion
chaque compagnie constituante perd son existence
“distincte” mais il ne s’ensuit pas pour autant
qu’elle a cessé d’exister ». Il découle d’une telle
conception de la fusion que les contrats conclus
au nom des sociétés remplacées lient la société
issue de la fusion, qui doit les honorer, sauf clauses
restrictives à l’effet contraire : British Columbia
Company Law Practice Manual (2e éd. 2007),
vol. 1, p. 11‑7.
[48] Nothing in the agreements for the sale
of the surplus properties prohibited them from
being fulfilled upon an amalgamation. Indeed,
the agreements specifically state that they are
binding on Delta and First Heritage’s successors.
A corporation’s successor is generally understood
to include those corporations formed as a result of
an amalgamation: Black’s Law Dictionary (9th ed.
2009). Therefore, since at the moment of amal­
gamation, Delta and First Heritage had no separate
existence and because the contracts for sale of the
surplus properties were binding on Envision, those
agree­ments were properly carried out by Envision
at that time.
[48] Rien dans les conventions relatives à la
vente des biens excédentaires ne faisait obstacle au
respect de celles‑ci par suite d’une fusion. En fait,
les conventions prévoient expressément qu’elles
lient les sociétés remplaçant Delta et First Heritage.
Les sociétés remplaçantes s’entendent générale­
ment notamment de celles qui sont créées à l’issue
d’une fusion (Dictionnaire de la comptabilité (3e éd.
2011)). En conséquence, vu qu’au moment de la
fusion, Delta et First Heritage étaient dépourvues
d’exis­tence distincte et que les conventions relatives
à la vente des biens excédentaires liaient Envision,
ces conventions ont été dûment exécutées par
Envision au moment de la fusion.
[49] The parties have characterized this case as
being one of simultaneous transactions. While it is
no doubt true that two things were happening at the
same time (Envision being seized of all property by
virtue of s. 23(b) and the surplus properties being
sold by virtue of the sale agreements), the parties
did not acknowledge the different nature of these
[49] La présente affaire porte, selon les parties,
sur des opérations simultanées. Bien qu’il ne fasse
aucun doute que deux actions se produisaient
en même temps (Envision entrait en possession
des biens en application de l’al. 23b) et les
biens excé­dentaires étaient vendus en application
des conventions de vente), les parties n’ont pas
210
envision credit union
v.
canada
Rothstein J.
[2013] 3 S.C.R.
two events. The distinction is between a transaction
with respect to the properties (the sale) and a larger
transaction that had an effect on the properties (the
amalgamation).
reconnu la distinction entre elles, c’est‑à‑dire
entre une opération relative aux biens (la vente) et
une opération plus générale ayant une incidence
sur les biens (la fusion).
[50] When Envision was seized of the property,
it was not by virtue of an agreement for purchase
and sale. Envision’s seizure of the property cannot
be equated to a conveyance: Black and Decker,
at p. 417. Instead, it is more appropriate to think
of Envision’s being seized of the assets of its
predecessors as similar to changing the name of
the legal owner. Distinguishing seizure from a con­
veyance makes sense given the adoption of the con­
tinuation model of amalgamation. A conveyance
requires that the seller and the buyer be separate
legal entities at the time of the transfer of the prop­
erty. At the moment Envision was created, the
predecessors ceased to have any independent legal
existence, so there were not two parties capable of
engaging in a conveyance. In this case, there was
no point in time when Delta, First Heritage and
Envision existed as separate legal entities such that
Delta and First Heritage could convey their property
to Envision. At the moment of amalgamation, only
Envision continued to exist as a separate legal
entity.
[50] Envision n’est pas entrée en possession des
biens conformément à une convention d’achat et
de vente; l’opération ne saurait équivaloir à une
cession : Black and Decker, p. 417. Elle est plutôt
assimilée à un changement de la raison sociale
du titulaire du droit de propriété. Il est logique de
la distinguer de la cession des actifs, étant donné
l’adoption du modèle de la prorogation pour les
fusions. Dans le cadre d’une cession, le vendeur
et l’acheteur doivent être des entités juridi­ques
distinctes au moment du transfert du bien. À la
créa­tion d’Envision, les caisses remplacées avaient
perdu leur existence juridique distincte; il n’exis­tait
donc plus deux parties ayant la faculté de procé­der
à une cession. En l’espèce, Delta, First Heritage
et Envision n’ont jamais coexisté comme entités
juridiques distinctes, de sorte que les premières
aient pu céder leurs biens à la dernière. Au moment
de la fusion, la seule entité juridique distincte qui
existait était Envision.
[51] No court has previously interpreted the
phrase “is seized of” in the context of the CUIA.
Similar language existed in s. 251 of the Company
Act, R.S.B.C. 1996, c. 62, which governed corpor­
ate amalgamations. Interpretations of that section
suggest that the language ought to be considered
as analogous to the provisions that this Court
interpreted in Black and Decker: Manco Home
Systems Ltd., Re, 1989 CanLII 2819 (B.C.S.C.).
As noted above, this Court in Black and Decker
concluded that continuation model amalgamations
are not transfers or conveyances of assets.
[51] Aucun tribunal n’a encore interprété les
mots [traduction] « entre en possession » dans le
contexte de la CUIA. Des termes semblables figu­
raient à l’art. 251 de la Company Act, R.S.B.C.
1996, ch. 62, régissant les fusions de sociétés.
Suivant les interprétations données à cette dis­
position, il convient d’assimiler ces termes à ceux
des dispositions interprétées par notre Cour dans
l’arrêt Black and Decker (Manco Home Systems
Ltd., Re, 1989 CanLII 2819 (C.S.C.-B.)). Comme
nous l’avons vu précédemment, la Cour dans
Black and Decker conclut que les fusions suivant
le modèle de la prorogation ne constituent pas des
transferts ni des cessions d’actifs.
[52] At the moment that Envision was created, it
was seized of the property and was immediately able
to transact in relation to that property. Envision was
therefore immediately able to and indeed required
to fulfill the obligations of the predecessors, such as
[52] À sa création, Envision est entrée en pos­
session des biens et pouvait dès lors en disposer.
Elle s’est donc trouvée immédiatement en mesure
— et effectivement tenue — de s’acquitter des obli­
gations des caisses remplacées, comme celle de
[2013] 3 R.C.S.
envision credit union
c.
canada
Le juge Rothstein
211
the obligation to sell the surplus properties to 619.
It follows that the agreements for the sale of the
surplus properties were effective.
vendre les biens excédentaires à 619. Il s’ensuit que
les conventions relatives à la vente de ces biens ont
produit leurs effets.
(2)The Amalgamation Agreement
(2)La convention de fusion
[53] I now consider whether s. 23(b) renders any
portion of the amalgamation agreement invalid.
Part 6.1 of the amalgamation agreement between
the predecessors provides:
[53] J’examine maintenant la question de savoir si
l’al. 23b) invalide certaines parties de la convention
de fusion. La partie 6.1 de la convention de fusion
des caisses remplacées dispose :
As and from the Effective Time, Delta and First
Heritage shall be amalgamated and shall continue as the
Amalgamated Credit Union under the name and with
the Constitution and Rules hereinbefore provided and
the Amalgamated Credit Union shall, subject to Part 8
hereof, be seized of and shall hold and possess all of the
property, rights and interests, and shall be subject to all
debts, liabilities and obligations, of each of Delta and
First Heritage . . . . [Emphasis added; A.R., at p. 116.]
[traduction] À la date de prise d’effet, Delta et
First Heritage fusionnent et sont prorogées en une
seule caisse issue de la fusion sous la dénomination
sociale et en vertu des statuts constitutifs et règles
énoncés ci‑dessus, et, sous réserve de la pa