R APPORT SUR LE MARCHÉ LOCATIF Légère hausse du taux

R APPORT SUR LE MARCHÉ LOCATIF Légère hausse du taux
R
APPORT SUR LE
MARCHÉLOCATIF
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Légère hausse du taux
d’inoccupation
Le taux d’inoccupation
augmente un peu en 2004
Dans l’agglomération de recensement
(AR) de Charlottetown, le taux
d’inoccupation des appartements situés
dans des immeubles d’au moins trois
logements s’élevait à 4,2 % en octobre
2004, alors qu’il était de 3,5 % un an plus
tôt. Si l’on ajoute les maisons en rangée
aux appartements, le taux d’inoccupation
global atteint 4,1 %. Ce dernier affiche une
hausse pour la deuxième année d’affilée,
mais il demeure bas par rapport aux
années antérieures. Le présent rapport
résume les résultats de l’Enquête sur les
logements locatifs, qui porte sur les
ensembles de maisons en rangée et
d’appartements d’initiative privée
comptant au moins trois logements.
Dans la région de la capitale,
166 logements étaient vacants en octobre
dernier, contre 135 au même mois
en 2003. Contrairement aux années
www.schl.ca
Volume 6, numéro 1,
octobre 2004
précédentes, l’augmentation observée ne
peut pas être attribuée à un type de
logement en particulier. En fait, le nombre
de logements vacants s’est légèrement
accru dans toutes les catégories.
La lente remontée du taux d’inoccupation
ces trois dernières années s’explique par
l’intensification de la construction de
logements locatifs. Durant cette période,
plus de 350 unités neuves sont venues
grossir le marché locatif local, ce qui
représente une hausse d’environ 9 %. La
majorité de ces 350 logements ont été
commencés en 2002 ou en 2003 et n’ont
pas été achevés à temps pour être
comptés dans l’Enquête d’octobre 2003.
C’est n’est donc qu’à l’Enquête d’octobre
2004 que sont apparus les résultats de la
forte construction des deux années
précédentes. Le rythme élevé de la
production de logements locatifs ces trois
dernières années a fait monter le nombre
d’habitations vacantes, surtout dans le
segment haut de gamme.
A R d e C h a r lo tte to w n
S e c t e u r s p é r ip h é r iq u e s
2,9 %
4,1 %
CHARLOTTETOWN
4,8 %
C e n t r e -v ille
Source : SCHL
S O M MA I R E
1 Le taux d’inoccupation
augmente un peu en 2004
2 Loyers moyens toujours en
hausse
2 Emploi : nouveau sommet
en 2004
3 Les taux d’intérêt sont restés
bas en 2004
3 Les logements de deux
chambres ont toujours la cote
3 Hausse du taux d’inoccupation
des logements les plus chers
4 Le taux d’inoccupation
descendra sous 4 %
4 Légère hausse des loyers en
vue
5 Méthode d’enquête
6-8 Tableaux statistiques
RÉSUMÉ
Même si la croissance de l’emploi a ralenti
par rapport à 2003, elle est restée positive
durant les 10 premiers mois de 2004. Au
cours de cette période, le nombre moyen
de personnes occupées dans la région de
Charlottetown s’est établi à 20 110, en
hausse de 1,1 % par rapport à un an plus
tôt. Il a ainsi dépassé le niveau enregistré en
2003 et atteint un nouveau sommet dans la
région.
y Dans l’agglomération de recensement (AR) de Charlottetown, le taux
y
y
y
y
d’inoccupation des maisons en rangée et des appartements d’initiative privée
(immeubles d’au moins trois logements) est monté de 3,4 à 4,1 % entre octobre
2003 et 2004.
Les studios ont affiché le taux d’inoccupation le plus élevé (9,9 %) et les
logements de deux chambres, le plus bas (3,7 %).
C’est dans la zone 1 (noyau urbain) que le taux d’inoccupation était le plus
haut (4,8 %); le plus faible (2,9 %) a été relevé dans la zone 2 (périphérie).
Les loyers mensuels moyens se sont accrus dans toutes les catégories
d’habitations et dans toutes les zones d’enquête, sauf dans le cas des studios
situés dans la zone 1. Celui des logements de deux chambres est monté
respectivement de 5,9 et 0,2 % dans les zones 1 et 2.
En 2005, grâce à la vigueur soutenue de l’économie locale et à une
augmentation limitée de l’univers locatif, le taux d’inoccupation moyen devrait
osciller entre 3,5 et 4,0 %.
Loyers moyens toujours en
hausse
Emploi : nouveau sommet
en 2004
À cause du nombre inhabituellement
élevé de logements neufs haut de gamme
dénombrés pour la première fois dans
l’Enquête de cette année, le loyer mensuel
moyen affiche une hausse considérable.
Les résultats de l’Enquête d’octobre 2004
indiquent en effet qu’il est monté à 588 $,
dépassant celui relevé en octobre 2003
de 22 $, ou de 3,9 %. Cette augmentation
est presque deux fois supérieure au taux
de 2 % autorisé par la Commission de
réglementation et d'appels de l'Île (CRAI),
qui gère la majoration des loyers des
habitations dans l'Île. Cependant, le taux
établi par le CRAI ne s’applique qu’au
loyer payé par les locataires actuels, pas à
celui demandé à de nouveaux locataires
ou pour un logement venant juste d’être
achevé. C’est ce qui explique en grande
partie l’accroissement observé cette
année. Les logements construits ces trois
dernières années sont presque tous haut
de gamme, ce qui a porté le loyer moyen
à un niveau record dans la région.
La vigueur de l’emploi et le bilan
C’est le loyer moyen des logements de
deux chambres situés au centre-ville
(zone 1) qui a le plus augmenté; il est
passé de 595 à 630 $ entre octobre 2003
et 2004. Dans l’univers locatif de la
région, ces logements continuent de
prédominer; ils étaient au nombre de
1 360 en octobre dernier.
La progression de l’emploi a continué de
favoriser la migration vers le comté de
Queens. Selon les données du Recensement
de 2001, l’Î.-P.-É. est la seule province de
l’Atlantique où la croissance
démographique a été positive, un bilan
soutenu en grande partie par les résultats
enregistrés dans le comté de Queens. À
Charlottetown, la migration nette devrait
demeurer positive sous l’effet de
l’urbanisation, qui entraîne une
redistribution de la population de l’Île.
migratoire toujours positif résultant de
l’urbanisation sont deux des principaux
facteurs qui contribuent à soutenir la
demande de logements locatifs dans la
région de la capitale.
La vigueur soutenue du marché de l’emploi
et de l’immigration devrait maintenir la
demande de logements locatifs à un niveau
élevé en 2005.
1 0 ,0 %
De janvier à octobre
Croissance de l'emploi (en %)
L a c r o is s a n c e d e l'e m p lo i t o t a l e s t d e m e u r é e p o s it iv e
e n 2 0 0 4 d a n s la r é g io n d e C h a r lo t t e t o w n
5 ,0 %
0 ,0 %
T o ta l
T e m p s p a r t ie l
- 5 ,0 %
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
Source : Statistique Canada
L e lo y e r m o y e n e t le t a u x d 'in o c c u p a t io n o n t c o n t in u é d e
m o n te r e n 2 0 0 4
8 ,0 %
6 ,0 %
600 $
7 ,1 %
500 $
6 ,1 %
4 ,0 %
4 ,0 %
5 ,0 %
4 ,1 %
4 ,1 %
3 ,4 %
2 ,6 %
2 ,0 %
1 ,8 %
400 $
2 ,1 %
0 ,0 %
300 $
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
T a u x d 'in o c c u p a t io n
Source : SCHL
2 Rapport sur le marché locatif, Enquête d’octobre 2004
Les taux d’intérêt sont restés
bas en 2004
Les logements de deux chambres ont
toujours la cote
Selon les résultats de notre dernière
Enquête, le nombre de logements vacants
a augmenté dans toutes les catégories par
rapport à l’an dernier. La plus forte hausse
a été enregistrée du côté des studios, dont
le taux d’inoccupation est monté de 5,3 à
9,9 % entre octobre 2003 et 2004. Le
taux d’inoccupation des deux-chambres –
type de logement le plus répandu sur le
marché locatif –, est passé de 3,3 à 3,7 %,
tandis que celui des logements de une
800
700
600
500
400
1 2 ,0 %
2003
2004
1 0 ,0 %
1 0 ,4 %
8 ,0 %
6 ,0 %
5,6%
4 ,0 %
2 ,0 %
0 ,0 %
3,6%
2,9%
3,9%
3,7%
2,9%
2,7%
3,8%
3,3%
1,2%
< 400 $
400 - 499 $ 500 - 599 $ 600 - 699 $ 700 - 799 $
chambre est passé de 0,2 à 3,9 % et celui
des logements de trois chambres ou plus,
de 2,7 à 5,0 %.
C’est encore dans la catégorie des deuxchambres qu’on a relevé le plus bas taux
d’inoccupation. Il est important de le
souligner, car il s’agit du type de logement
locatif le plus courant dans la région de
Charlottetown. En effet, 61 % de l’univers
locatif est composé de logements de deux
chambres. Compte tenu du ralentissement
de la construction attendu sur le marché
locatif au cours de la prochaine année, le
taux d’inoccupation des deux-chambres
devrait diminuer légèrement en 2005, de
même que celui des autres types
d’habitations locatives.
Hausse du taux d’inoccupation
des logements les plus chers
1,9%
800 $ et
p lu s
Source : SCHL
La plus forte augmentation s’est produite
du côté des logements se louant plus de
800 $, dont le taux d’inoccupation a
grimpé de 8,5 points de pourcentage et
atteint 10,4 %. Cette hausse tient surtout
à l’accroissement du nombre de
logements dans cette fourchette, résultat
de la forte construction des trois
dernières années. Dans la région de
Charlottetown, l’offre est donc
temporairement excédentaire dans la
catégorie des deux-chambres haut de
gamme. Ce surplus devrait se résorber
tout seul au cours de la prochaine année
grâce au repli de la construction, qui
donnera au marché le temps nécessaire
pour absorber les logements neufs.
Durant les années précédentes, les
logements les plus récents affichaient les
Les résultats de l’Enquête d’octobre 2004
loyers les plus élevés et les taux
montrent que les taux d’inoccupation se
d’inoccupation les plus bas. Cette année
sont accrus dans quatre des six fourchettes
toutefois, ces logements sont toujours
de loyers.
assortis des loyers les plus chers, mais ils
ont le taux d’inoccupation le plus haut.
Les lo g em en ts les p lu s r éce n ts o n t a ffich é la p lu s fo r te h a u sse d u lo yer
m o y en e t d u ta u x d 'in o cc u p a tio n
Dans le cas des maisons en rangée et
7 ,0 %
$
appartements construits après 1995, le
6 ,5 %
6 ,0 %
taux d’inoccupation s’élevait à 6,5 % en
$
6 ,1 %
5 ,0 %
847 $
octobre 2004, alors qu’il n’était que de
3 ,1 %
$
5 ,0 %
4 ,0 %
0,8 % un an plus tôt. L’univers des
2 ,0 %
4 ,4 %
3 ,0 %
$
logements de construction récente a
609 $
2 ,0 %
augmenté cette année, ce qui confirme
547 $
$
519 $
515 $
1 ,0 %
499 $
l’achèvement d’un nombre important
$
0 ,0 %
d’habitations ces deux dernières années.
A v an t 194 0 1 94 0 - 1 959 1 96 0 - 1 974 1 97 5 - 1 984 1 98 5 - 1 994 1 99 5 e t
L’univers des logements construits après
apr è s
1995 comptait 483 unités en
Lo y er m o yen , 2 0 0 4
octobre 2004, contre seulement 298
T a u x d 'in o c cu p a tio n , 2 0 0 4
en 2003.
Source : SCHL
Taux d'inoccupation moyen
Loyer mensuel moyen
900
Taux d'inoccupation (%)
Deux facteurs ont favorisé la progression
du taux d’inoccupation cette année : la
forte expansion de l’offre de logements
locatifs neufs et les taux hypothécaires
extrêmement bas, qui rendent
irrésistiblement attrayante l’idée d’être
propriétaire. Toute baisse des taux
d’intérêt fait diminuer les versements
mensuels moyens, ainsi que l’écart entre
le coût de possession et de location d’un
logement. Pour une habitation achetée au
prix S.I.A.® moyen d’environ 125 000 $,
grâce à une mise de fonds de 6 250 $
(5 %) et un prêt contracté à un taux de
6 %, les charges de rempboursement
mensuelles s’élèvent à environ 765 $
(impôt foncier exclus), alors que le loyer
moyen d’un logement de deux chambres
est de 611 $. Pas étonnant, donc, que
certains ménages locataires aient choisi de
devenir propriétaires.
B o n d d u t a u x d 'in o c c u p a t io n d e s lo g e m e n t s d a n s
la fo u r c h e t t e d e lo y e r s la p lu s é le v é e
Rapport sur le marché locatif, Enquête d’octobre 2004
3
s’inverser en 2005, avec le ralentissement
de la construction de logements locatifs.
Compte tenu de la forte ascension des
prix des habitations ces trois dernières
années, beaucoup de promoteurs
construisent des jumelés pour
propriétaire-occupant, une option
attrayante pour les accédants à la
propriété. Ces facteurs favoriseront
l’écoulement progressif d’une bonne
partie des logements construits ces deux
dernières années et feront diminuer
l’offre de logements locatifs en 2005. Il
en résultera une baisse du taux
d’inoccupation, lequel devrait osciller
entre 3,5 et 4,0 % en octobre 2005.
Même si les logements de construction
récente ont vu augmenter leur taux
d’inoccupation, leur loyer a subi la plus
forte hausse. En effet, le loyer moyen des
logements construits après 1995 s’est élevé
de 8,9 % et a atteint 847 $ cette année. Il
est ainsi supérieur de 259 $ à celui de
l’ensemble des logements locatifs. Compte
tenu du loyer élevé exigé pour un logement
neuf, il n’est pas étonnant que beaucoup de
promoteurs aient choisi de construire des
ensembles locatifs ces dernières années.
À l’inverse, les logements les plus vieux à
Charlottetown sont ceux dont le loyer est
le plus abordable. Parmi tous les logements,
ceux qui ont été construits avant 1940 (les
plus âgés) ont affiché le deuxième taux
d’inoccupation le plus élevé, soit 6,1 %, et le
loyer moyen le plus bas, soit 499 $, ce
dernier ayant progressé de seulement
0,8 point de pourcentage par rapport à
octobre 2004.
Légère hausse des loyers en vue
Les loyers devraient s’accroître d’entre
2,5 et 3,0 % en 2005, un taux de
croissance supérieur à celui de 2,0 %
autorisé par la Commission de
réglementation et d'appels de l'Île (CRAI),
mais moins considérable que celui
enregistré en 2004. Cette hausse
supérieure à 2,0 % sera attribuable à
deux facteurs : les logements assortis de
loyers élevés qui ont été commencés en
Le taux d’inoccupation
descendra sous 4 %
La tendance à la hausse que suivent les
taux d’inoccupation depuis trois ans devrait
M ise s e n cha nt ie r de m a iso ns individue lle s e t de lo g e m e nt s co lle ct ifs :
lé g è re ba isse a t t e ndue e n 2 0 0 5
500
L o g em e nts c o lle c tifs
M a iso ns indiv iduelles
Mises en chantier
400
300
200
100
05
P
20
04
P
20
03
20
02
20
01
20
00
20
99
19
98
19
97
19
96
19
19
95
0
2004 mais n’ont pas été achevés à temps
(avant le 1er juin) pour être inclus dans
l’Enquête de 2004, et les ensembles qui
seront mis en chantier tôt en 2005. Il
s’agit tous de logements dont le loyer
sera beaucoup plus cher que celui des
appartements moins récents, ce qui fera
monter le loyer moyen des logements
locatifs dans la région.
Taux d'inoccupation des
appartements dans les régions
métropolitaines du Canada
RÉGION
2003
RMR d'Abbotsford
2,5
RMR de Calgary
4,4
RMR de Saguenay
5,2
RMR d'Edmonton
3,4
RMR de Halifax
2,3
RMR de Hamilton
3,0
RMR de Gatineau
1,2
RMR de Kingston
1,9
RMR de Kitchener
3,2
RMR de London
2,1
RMR de Montréal
1,0
RMR de St. Catharines-Niagara 2,7
RMR d'Oshawa
2,9
RMR d'Ottawa
2,9
RMR de Québec
0,5
RMR de Regina
2,1
RMR de Saint John
5,2
RMR de St. John's
2,0
RMR de Saskatoon
4,5
RMR de Sherbrooke
0,7
RMR du Grand Sudbury
3,6
RMR de Thunder Bay
3,3
RMR de Toronto
3,8
RMR de Trois-Rivières
1,5
RMR de Vancouver
2,0
RMR de Victoria
1,1
RMR de Windsor
4,3
RMR de Winnipeg
1,3
AR de Charlottetown
3,5
2004
2,8
4,3
5,3
5,3
2,9
3,4
2,1
2,4
3,5
3,7
1,5
2,6
3,4
3,9
1,1
2,7
5,8
3,1
6,3
0,9
2,6
5,0
4,3
1,2
1,3
0,6
8,8
1,1
4,2
CANADA
2,7
2,3
Source : SCHL
Vous avez besoin de renseignements plus détaillés?
Les produits et services d’analyse de marché sont conçus
pour répondre à vos besoins.
Votre lien avec le marché de l’habitation
La SCHL est la source d’analyses d’experts et de renseignements complets sur le marché de
l’habitation. Vous êtes prêteur hypothécaire ou agent immobilier, vous travaillez dans le secteur de
la construction, de l’évaluation, de l’urbanisme, du déménagement ou dans le secteur public? Il est
crucial que vous compreniez les tendances et les enjeux qui influent sur le marché de l’habitation
de l’Île-du-Prince-Édouard. Rien ne remplace l’analyse approfondie et concise de l’évolution du
marché de l’habitation que vous propose la SCHL.
Communiquez avec Jason Beaton, analyste pour votre région, au (506) 851-6047.
4 Rapport sur le marché locatif, Enquête d’octobre 2004
MÉTHODE D’ENQUÊTE
La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) mène l'Enquête sur les logements
locatifs (ELL) chaque année en octobre pour mesurer les forces en présence sur le marché locatif. L'Enquête
porte sur un échantillon pris dans toutes les régions urbaines de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles
de trois logements locatifs ou plus qui sont sur le marché depuis au moins trois mois sont inclus. Les données
sont recueillies par secteur d’initiative (publique ou privée) et par type de logements (appartements ou maisons
en rangée). Les enquêteurs obtiennent des données sur les unités vacantes pour tous les immeubles compris
dans l’échantillon. Les données sur les loyers du marché ne se rapportent qu’aux immeubles d’initiative privée,
et celles sur les logements disponibles ne visent que les appartements d’initiative privée. La plupart des résultats
diffusés dans la présente publication portent sur les immeubles d’appartements d’initiative privée.
L'Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l'information est obtenue du propriétaire, du gestionnaire ou du
concierge. L'Enquête a lieu pendant les deux premières semaines d'octobre, et les résultats rendent compte de
la conjoncture observée sur le marché à ce moment-là.
Définitions
Logement disponible : On considère qu’un logement locatif est disponible si le locataire actuel a envoyé ou
reçu un avis de déménagement officiel et qu’aucun autre nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le
logement est vacant (voir la définition de « logement vacant »).
Loyer : Montant réel que paye(nt) le(s) locataire(s) pour le logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des
commodités et services tels que le chauffage, l'électricité, le stationnement et l'eau chaude sont inclus ou non
dans le loyer. Dans le cas des logements disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant demandé par le
propriétaire.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comportant au moins trois logements offerts en
location, dont un ou plus n'a pas d'entrée privée. Les logements occupés par les propriétaires n’entrent pas dans
le nombre total de logements locatifs compris dans les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble d’au moins trois logements offerts en location,
qui ont tous leur entrée privée. Les logements occupés par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total
de logements locatifs compris dans les immeubles.
Logement vacant : On considère qu’un logement locatif est vacant s’il n’est pas occupé au moment de
l’enquête et qu’il pourrait l’être sur-le-champ.
Remerciements
L'Enquête sur les logements locatifs n'aurait pas pu être effectuée sans la collaboration des propriétaires,
gestionnaires et concierges d’immeubles résidentiels des différentes régions du Canada. La SCHL apprécie
grandement leur travail acharné ainsi que l'aide qu'ils lui apportent en fournissant des renseignements exacts en
temps voulu. Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information qui profitera à
l’ensemble du secteur de l'habitation.
Zones d’enquête
Les zones d’enquête dont il est question dans la présente publication sont définies à la page 1.
Rapport sur le marché locatif, Enquête d’octobre 2004
5
Tableau 1 : Taux d'inoccupation des appartements et des maisons en rangée
selon la zone et le nombre de chambres
Secteur
Tous logements
confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres
et plus
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
Zone 1 - Centre-ville
3,6%
4,8%
5,5%
9,3%
3,5%
4,4%
3,5%
4,4%
3,1%
5,6%
Zone 2 - Périphérie
3,2%
2,9%
**
**
4,3%
2,3%
3,0%
2,9%
1,6%
3,0%
AR de Charlottetown
3,4%
4,1%
5,3%
9,9%
3,7%
3,9%
3,3%
3,7%
2,7%
5,0%
** Données non publiées
Tableau 2 : Loyer moyen des appartements et des maisons en rangée
selon la zone et le nombre de chambres
Secteur
Tous logements
confondus
Une chambre
Studios
Deux chambres
Trois chambres
et plus
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
Zone 1 - Centre-ville
561 $
594 $
402 $
391 $
469 $
491 $
595 $
630 $
770 $
802 $
Zone 2 - Périphérie
573 $
578 $
**
**
468 $
479 $
587 $
588 $
693 $
697 $
AR de Charlottetown
566 $
588 $
403 $
393 $
468 $
489 $
591 $
611 $
751 $
778 $
** Données non publiées
Tableau 3 : Nombre de maisons en rangée et d'appartements vacants
et univers, selon la zone et le nombre de chambres
Secteur
Tous logements
confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres
et plus
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Zone 1 - Centre-ville
124
2 610
12
131
36
823
60
1 360
17
296
Zone 2 - Périphérie
42
1 449
**
**
5
222
32
1 130
3
90
AR de Charlottetown
166
4 059
14
137
41
1 045
92
2 490
19
387
** Données non publiées
6 Rapport sur le marché locatif, Enquête d’octobre 2004
Tableau 4 : Taux d'inoccupation des appartements et des maisons en rangée selon la taille
de l'immeuble et le nombre de chambres
Nombre de
logements dans
l'immeuble
Tous logements
confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres
et plus
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
De 3 à 5 logements
5,4%
5,2%
**
**
4,1%
8,8%
6,7%
1,9%
6,8%
6,5%
De 6 à 19 logements
3,6%
4,0%
**
**
4,7%
3,3%
3,2%
3,9%
1,5%
4,8%
De 20 à 49 logements
1,7%
2,1%
**
**
2,5%
0,0%
1,6%
2,4%
0,0%
0,0%
De 50 à 99 logements
**
7,0%
**
**
**
3,8%
**
11,2%
**
**
3,4%
4,1%
5,3%
9,9%
3,7%
3,9%
3,3%
3,7%
2,7%
5,0%
Tous immeubles
confondus
** Données non publiées
Tableau 5 : Loyer moyen des appartements et des maisons en rangée selon la taille de
l'immeuble et le nombre de chambres
Nombre de
logements dans
l'immeuble
Tous logements
confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres
et plus
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
De 3 à 5 logements
525 $
529 $
**
**
456 $
458 $
559 $
547 $
666 $
664 $
De 6 à 19 logements
564 $
583 $
**
**
448 $
473 $
579 $
591 $
780 $
820 $
De 20 à 49 logements
609 $
617 $
**
**
502 $
505 $
649 $
656 $
710 $
722 $
De 50 à 99 logements
**
682 $
**
**
**
565 $
**
936 $
**
**
566 $
588 $
403 $
393 $
468 $
489 $
591 $
611 $
751 $
778 $
Tous immeubles
confondus
** Données non publiées
Tableau 6 : Nombre de maisons en rangée et d'appartements vacants et univers, selon la
taille de l'immeuble et le nombre de chambres
Nombre de
logements dans
l'immeuble
Tous logements
confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres
et plus
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
De 3 à 5 logements
27
518
**
**
16
187
4
213
6
96
De 6 à 19 logements
107
2 666
**
**
19
566
68
1 751
13
272
De 20 à 49 logements
13
605
**
**
0
131
11
436
0
17
De 50 à 99 logements
19
270
**
**
6
160
10
89
**
**
166
4 059
14
137
41
1 045
92
2 490
19
387
Tous immeubles
confondus
** Données non publiées
Rapport sur le marché locatif, Enquête d’octobre 2004
7
T ableau 7 : T aux d'inoccupation et loyer moyen des appartements et des maisons en
rangée, selon l'année d'achèvement
Année d'achèvement
Taux d'inoccupation
Loyer moyen
Log. vacants et univers
2003
2004
2003
2004
Vacants
Total
Avant 1940
5,8%
6,1%
495 $
499 $
40
668
De 1940 à 1959
3,0%
5,0%
510 $
515 $
17
337
De 1960 à 1974
4,4%
4,4%
510 $
519 $
21
474
De 1975 à 1984
1,8%
2,0%
537 $
547 $
17
842
De 1985 à 1995
3,7%
3,1%
612 $
609 $
39
1 256
1995 ou après
0,8%
6,5%
778 $
847 $
31
483
Tous les logements
3,4%
4,1%
566 $
588 $
166
4 059
Tableau 8 : Taux d'inoccupation des appartements et des maisons en rangée selon la
fourchette de loyers
Fourchette
de loyers
Tous log. confondus
2003
2004
< 350 $
Fourchette
de loyers
Tous log. confondus
2003
2004
Tous log. confondus
2003
2004
Fourchette
de loyers
**
**
< 400 $
2,9%
5,6%
< 500 $
3,5%
4,1%
350 - 399 $
3,3%
**
400 - 499 $
3,6%
3,9%
500 - 549 $
2,4%
2,9%
400 - 449 $
3,7%
3,4%
500 - 599 $
3,7%
2,9%
550 - 599 $
4,7%
2,9%
450 - 499 $
3,5%
4,2%
600 - 699 $
2,7%
3,3%
600 - 649 $
2,4%
3,8%
500 - 549 $
2,4%
2,9%
700 - 799 $
1,2%
3,8%
650 - 699 $
3,4%
2,6%
550 $ et plus
3,2%
4,1%
800 $ et plus
1,9%
10,4%
700 $ et plus
1,5%
6,7%
Tous les log.
3,2%
3,9%
Tous les log.
3,2%
3,9%
Tous les log.
3,2%
3,9%
** Données non publiées
Tableau 9 : Taux d'inoccupation et loyer moyen des maisons en rangée et des appartements
chauffés et non chauffés
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres
et plus
Tous logements
confondus
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
AR de Charlottetown
403
393
468
489
591
611
751
778
566
588
Chauffage inclus
355
350
400
381
493
559
695
654
583
560
Chauffage non inclus
406
395
470
490
592
311
762
795
565
589
Loyer moyen ($)
Taux d'inoccupation (%)
AR de Charlottetown
5,3
9,9
3,7
3,9
3,3
3,7
2,7
5,0
3,4
4,2
Chauffage inclus
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
5,6
0,0
0,0
0,0
1,2
Chauffage non inclus
5,5
10,3
3,8
4,0
3,3
3,7
3,2
5,7
3,5
4,2
Le Rapport sur le marché locatif est publié une fois l’an pour la région de Charlottetown. Il est vendu 40 $, taxes en sus. Pour en savoir davantage, veuillez
communiquer avec Michèle Clark du Centre d’affaires de l’Atlantique, au (902) 426-4708. No de produit : PERMF
This report is also available in English. Contact Michèle Clark at the Atlantic Business Centre at (902) 426-4708.
© 2004 Société canadienne d'hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La reproduction, le stockage dans un système de recherche documentaire ou
la transmission d'un extrait quelconque de cette publication, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, par photocopie,
enregistrement ou autre moyen, sont interdits sans l'autorisation préalable écrite de la Société canadienne d'hypothèques et de logement. Sans que ne soit
limitée la généralité de ce qui précède, il est de plus interdit de traduire un extrait de cette publication sans l'autorisation préalable écrite de la Société
canadienne d'hypothèques et de logement. Les renseignements, analyses et opinions contenus dans cette publication sont fondés sur des sources jugées
fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni la Société canadienne d'hypothèques et de logement ni ses employés n'en assument la responsabilité.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising