Rapport sur la gestion de la dette 1999

Rapport sur la gestion de la dette 1999
Rapport
sur la gestion
de la dette
1999–2000
Rapport
sur la gestion
de la dette
1999–2000
Ministère des Finances
Canada
Department of Finance
Canada
©
Sa Majesté la Reine du chef du Canada (2000)
Tous droits réservés
Toute demande de permission pour reproduire ce document doit
être adressée à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
On peut obtenir des exemplaires de ce document en s’adressant au :
Centre de distribution
Ministère des Finances Canada
300, avenue Laurier Ouest
Pièce P-135, tour Ouest
Ottawa (Ontario) K1A 0G5
Téléphone : (613) 943-8665
Télécopieur : (613) 996-0901
Prix : 10,70 $ incluant la TPS
On peut obtenir ce document sur Internet
à l’adresse : http ://www.fin.gc.ca/
This publication is also available in English.
No de cat. : F2-106/2000F
ISBN 0-660-96445-7
Table des matières
Avant-propos du ministre des Finances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
Points saillants pour 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7
Contexte de gestion de la dette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Améliorations financières en 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Évolution du marché en 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
8
9
Composition de la dette fédérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Stratégie de gestion de la dette fédérale :
initiatives menées en 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Maintenir une structure prudente de la dette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Part à taux fixe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Compromis entre le coût et le risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Terme à courir moyen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Profil d’échéances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Maintenir un bassin diversifié d’investisseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus par des résidents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus par des non-résidents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Maintenir un marché efficient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Programme de rachat d’obligations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Démembrement et reconstitution d’obligations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Cadre de gestion de la trésorerie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Examen par le vérificateur général du programme de gestion de la dette . . .
Clauses d’action collective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Marché des titres du gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rotation et liquidité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Initiatives de réglementation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Contrats à terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
14
15
15
16
18
19
20
20
22
22
23
23
24
25
25
27
27
27
28
4
RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Les opérations de gestion de la dette
et de la trésorerie par programme en 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Emprunts sur le marché intérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Obligations négociables à taux fixe et transactions
de rachat d’obligations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Obligations à rendement réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bons du Trésor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Emprunts en devises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bons du Canada et billets du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Eurobillets à moyen terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Obligations libellées en devises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Swaps de devises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Emprunts contractés sur le marché de détail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Gestion de la trésorerie du gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
30
30
30
31
32
32
34
34
34
35
35
35
Annexe 1 : Cadre de gestion de la dette fédérale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fondement législatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Responsabilités institutionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Emprunts sur le marché intérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Système de distribution des titres sur le marché intérieur . . . . . . . . . . . . . . .
Emprunts en devises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Emprunts contractés sur le marché de détail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
37
37
37
38
39
39
40
Annexe 2 : Titres émis sur le marché par le gouvernement du Canada . . . . . .
Obligations négociables à taux nominal fixe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bons du Trésor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Obligations à rendement réel du gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . .
Obligations d’épargne du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Obligations à prime du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bons du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Billets du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Eurobillets à moyen terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
41
41
41
41
42
42
43
43
44
Annexe 3 : Glossaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
Tableaux de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
5
Avant-propos du ministre des Finances
Le gouvernement fédéral a enregistré un excédent budgétaire de 12,3 milliards de
dollars en 1999-2000, l’excédent le plus important qu’il ait dégagé et le troisième
en autant d’années.
Ces excédents, attribuables à la poursuite des mesures de compression des
dépenses et à une forte croissance économique, ont permis au gouvernement
de réduire la dette publique nette de près de 19 milliards de dollars au cours
des trois dernières années. À l’heure actuelle, la dette publique nette s’établit à
564,5 milliards. Elle représente 58,9 % du produit intérieur brut, soit une baisse
par rapport au sommet de 71,2 % enregistré en 1995-1996. Ce revirement
remarquable survient après plus de 25 ans de déficits; il s’agit d’un exploit dont
tous les Canadiens et toutes les Canadiennes peuvent être fiers.
Or, le service de la dette demeure le plus important programme de dépenses
du gouvernement fédéral. Pour chaque dollar de recettes qu’il perçoit, le
gouvernement fédéral verse 25 cents en intérêts sur la dette publique. Même si
cette situation est considérablement meilleure que celle qui existait en 1996, alors
que le gouvernement versait 36 cents pour chaque dollar, les frais de service de la
dette continuent de nuire à la capacité de ce dernier de traiter d’autres priorités
comme les soins de santé, l’éducation et la réduction des impôts.
C’est de là que découle la très grande importance du Rapport sur la gestion
de la dette. Celui-ci présente un exposé détaillé des opérations d’emprunt du
gouvernement fédéral, notamment la composition de la dette, sa répartition ainsi
que les mécanismes et les activités qui en assurent une gestion prudente dans
l’intérêt des Canadiens. À titre d’exemple, cette édition du Rapport fournit des
précisions sur de nombreuses mesures particulières visant à poursuivre les efforts
du gouvernement en vue de maintenir la transparence, la liquidité et l’efficience du
marché des titres du gouvernement du Canada dans un environnement caractérisé
par la réduction de la dette et l’amélioration des opérations de la trésorerie.
La communication opportune et transparente de ces renseignements permet aux
Canadiens de tenir le gouvernement responsable des mesures et des décisions
qu’il prend. C’est dans cette optique que le gouvernement a modifié l’an dernier
la Loi sur la gestion des finances publiques, afin de rendre obligatoire le dépôt
annuel au Parlement du Rapport sur la gestion de la dette, peu de temps après le
dépôt des Comptes publics du Canada – les états financiers du gouvernement.
Le gouvernement maintient son engagement de gérer avec prudence la dette de
manière à obtenir un financement stable à faible coût pour les programmes
auxquels les Canadiens et les Canadiennes tiennent. Une diligence continue en
matière de gestion des finances publiques est l’assise sur laquelle repose la stratégie
du gouvernement pour soutenir la croissance économique qui garantira aux
Canadiens plus d’emplois, des revenus plus élevés et une meilleure qualité de vie.
L’honorable Paul Martin, C.P., député
Ministre des Finances
Ottawa, décembre 2000
7
Points saillants pour 1999-2000
Le gouvernement fédéral a
enregistré
un troisième
excédent
budgétaire
consécutif en
1999-2000.
On a continué
à rembourser
la dette nette
et la dette
contractée sur
les marchés.
■
En 1999-2000, le gouvernement fédéral a enregistré un excédent budgétaire de
12,3 milliards de dollars, ce qui fait suite à des excédents de 3,5 milliards en
1997-1998 et de 2,9 milliards en 1998-1999.
■ La dette publique nette a diminué de 18,7 milliards de dollars après avoir atteint
un sommet en 1996-1997 pour s’établir à 564,5 milliards. À la fin de l’exercice
1999-2000, elle s’établissait 58,9 % du produit intérieur brut (PIB), en baisse du
sommet de 71,2 % enregistré en 1995-1996.
■ Le gouvernement a consacré environ 25 cents de chaque dollar de recettes en
1999-2000 au paiement de l’intérêt sur la dette publique. Les frais de service
de la dette font ressortir l’importance d’une gestion prudente de la dette.
■ Au 31 mars 2000, la dette fédérale contractée sur les marchés totalisait
456,4 milliards de dollars (voir le tableau 1). En 1999-2000, le gouvernement
fédéral a retranché 4,0 milliards de sa dette contractée sur les marchés. Depuis
1997-1998, il a retranché 20,4 milliards de cette dette.
Tableau 1
Programme de la dette contractée sur les marchés – 1999-2000
31 mars
1999
Nouvelles
émissions
nettes
31 mars
2000
Emprunts sur le marché intérieur
Emprunts libellés en devises
Obligations en faveur du Régime de pensions
du Canada
420,4
36,0
(G$CAN)
-0,1
-3,4
420,3
32,6
4,1
-0,5
3,6
Dette totale contractée sur les marchés
460,4
-4,0
456,4
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Comptes publics du Canada
La dette
continue d’être
structurée de
façon prudente.
■
Le gouvernement a maintenu aux deux tiers de l’encours de la dette portant
intérêt la part de la dette qui est à taux fixe. Une structure prudente de la dette
protège le gouvernement contre les augmentations imprévues des taux d’intérêt
et restreint les risques de refinancement.
– Il ressort d’une récente analyse de la sensibilité que, grâce à cette structure,
la plupart des chocs de taux d’intérêt qui influent directement sur l’équilibre
budgétaire respecteront les limites du plan budgétaire, et ce, avec un degré
élevé de certitude.
Le gouvernement a pris
d’autres
mesures pour
soutenir la
liquidité et
l’efficacité
du marché.
■
Poursuivant ses efforts pour maintenir la transparence, la liquidité et l’efficience
du marché des titres du gouvernement du Canada dans un environnement
caractérisé par la réduction de la dette et pour améliorer les opérations de sa
trésorerie, le gouvernement a pris de nombreuses mesures en 1999-2000,
notamment :
– l’instauration du programme permanent de rachat des obligations, ce qui
contribue au maintien de la liquidité du marché primaire des obligations;
– l’examen et l’approbation en juin 2000 d’une proposition du marché d’abolir
le plafond sur la reconstitution des titres du gouvernement;
– l’élaboration et la diffusion en juillet 2000 d’un nouveau cadre
d’investissement des soldes de trésorerie du gouvernement pour élargir le
bassin d’investisseurs et améliorer la gestion du risque.
8
RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Contexte de gestion de la dette
Améliorations financières en 1999-2000
Le gouvernement fédéral a
enregistré
un excédent
budgétaire de
12,3 milliards
de dollars en
1999-2000.
En 1993-1994, le déficit fédéral se chiffrait à 42 milliards de dollars. Grâce aux
mesures prises dans les budgets de 1994, de 1995 et de 1996 de même qu’à la
croissance économique soutenue, le déficit a pu être éliminé en quatre ans
seulement. En 1997-1998, le gouvernement enregistrait un excédent budgétaire
de 3,5 milliards de dollars, ce qui ne s’était pas vu en 28 ans. Cette situation s’est
reproduite en 1998-1999 et en 1999-2000 alors que des excédents de 2,9 milliards
et de 12,3 milliards respectivement ont été constatés.
L’excédent budgétaire de 12,3 milliards de dollars dégagé en 1999-2000, jumelé à
des ressources nettes de 2,3 milliards provenant de transactions non budgétaires,
a généré des ressources financières (hors les opérations de change) de
14,6 milliards, comparativement à 11,5 milliards en 1998-1999. En 1999-2000, pour
la quatrième année de suite, le gouvernement fédéral a enregistré des ressources
financières (hors les opérations de change). Si l’on tient compte des opérations
de change, portant principalement sur l’augmentation des réserves de change, les
ressources financières nettes s’établissent à 7,7 milliards de dollars en 1999-2000.
Les ressources ou les besoins financiers constituent une mesure de la situation
financière du gouvernement et se comparent essentiellement à la mesure du
solde budgétaire dont se servent d’autres grands pays industrialisés comme les
États-Unis. À cet égard, le Canada est le seul pays du Groupe des Sept (G-7) à
avoir dégagé des ressources financières pour quatre années consécutives.
L’excédent budgétaire et les ressources financières
(G$)
Excédent budgétaire
Ressources nettes provenant de transactions non budgétaires
12,3
2,3
Ressources financières (hors les opérations de change)
Besoins nets provenant des opérations de change
14,6
(6,8)
Ressources financières nettes
7,7
Le solde budgétaire est présenté suivant la méthode modifiée de comptabilité
d’exercice qui porte la consignation des passifs du gouvernement lorsqu’ils sont
engagés, sans égard au moment du paiement correspondant.
En revanche, les ressources et les besoins financiers mesurent l’écart entre les
rentrées et les sorties de fonds de l’État. Ils se distinguent du solde budgétaire parce
qu’ils comprennent les opérations des comptes de prêts, de placements et
d’avances, des comptes de pension des employés, d’autres comptes à des fins
particulières ainsi que d’autres éléments d’actif et de passif. Ces activités sont
incluses dans les transactions non budgétaires.
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
9
Grâce à
l’excédent
budgétaire
enregistré en
1999-2000, la
dette publique
nette, en
pourcentage du
PIB, s‘est établi
à 58,9 %.
L’excédent budgétaire de 12,3 milliards de dollars enregistré en 1999-2000 a
permis de réduire la dette publique nette pour l’établir à 564,5 milliards, soit
58,9 % du PIB. Il s’agit d’une baisse par rapport au plafond de 71,2 % constaté en
1995-1996. En général, ce ratio constitue le meilleur indicateur de l’endettement,
car il mesure la dette par rapport à la capacité de financement du gouvernement
et des contribuables. En 1999-2000 seulement, le ratio de la dette nette au PIB a
reculé de 5,1 points de pourcentage, le plus important recul depuis 1948-1949.
Pour la quatrième année consécutive, ce ratio a diminué; il se situe à son niveau
le plus bas depuis 1990-1991 (voir le graphique 1).
Graphique 1
Ratio de la dette nette au PIB
%
75
70
65
60
55
50
45
40
1990-1991 1991-1992 1992-1993 1993-1994 1994-1995 1995-1996 1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000
Source : ministère des Finances
Évolution du marché en 1999-2000
Le marché
financier a été
positif en
1999-2000.
Dans l’ensemble, le marché financier a été beaucoup plus stable en 1999-2000
qu’en 1998-1999, un exercice qui a été marqué par une très forte incertitude sur la
scène internationale en raison de la crise financière en Asie, de la suspension, par
la Russie, du remboursement de sa dette ainsi que des pertes subies par nombre
de grands fonds de placement internationaux (fonds de placement spéculatifs).
Au Canada, la croissance économique a continué d’être vigoureuse tout au long de
1999-2000, la valeur du dollar canadien étant remontée par rapport aux creux
records de l’année précédente et le taux d’inflation étant demeuré dans la
fourchette cible de 1 à 3 %. Les taux d’intérêt à court terme ont augmenté au
cours de la dernière partie de l’année, la politique monétaire ayant été moins
accommodante à mesure que l’économie atteignait son plein potentiel. La Banque
du Canada a augmenté trois fois le taux cible des prêts à un jour, qui est passé de
4,5 % en novembre 1999 à 5,25 % en mars 2000. Aux États-Unis, les taux d’intérêt
à court terme ont eux aussi augmenté au cours de cette période (voir le
graphique 3).
10 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Les taux
d’intérêt ont
connu une
modeste hausse
pendant l’année
par suite du
resserrement des
conditions
monétaires.
Fait inhabituel, les courbes des rendements des gouvernements (c’est-à-dire la
structure des taux d’intérêt du court au long terme) des deux pays ont été
inversées, en ce sens qu’elles ont été orientées vers le bas pour la plupart de la
dernière partie de l’année (voir le graphique 2 dans le cas du Canada). Cette
situation est attribuable à un certain nombre de facteurs dont les attentes
concernant l’orientation de la politique monétaire, les préoccupations concernant la
réduction de l’offre de titres du gouvernement dans un environnement caractérisé
par des excédents budgétaires, surtout pour les échéances à plus long terme, de
même que la plus grande confiance dans la performance à long terme sur le plan de
l’inflation. Les taux d’intérêt au Canada ont en général été inférieurs à ceux aux
États-Unis pendant presque toute l’année (voir les graphiques 3, 4 et 5). Les taux à
plus long terme ont augmenté au Canada et aux États-Unis pendant presque toute
l’année, mais ils ont amorcé une baisse vers janvier 2000 (voir les graphiques 4 et 5).
Graphique 2
Courbe des rendements au Canada, mars 1999 et mars 2000
%
8,00
7,00
mars 2000
6,00
5,00
mars 1999
4,00
3 mois
5 ans
10 ans
30 ans
Terme jusqu’à échéance
Source : Banque du Canada
Graphique 3
Taux des bons du Trésor à 3 mois, 1999-2000
%
6,00
États-Unis
5,50
5,00
Canada
4,50
4,00
mars
avril
mai
juin
juill.
août
sept.
Sources : Banque du Canada et Réserve fédérale américaine
oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
11
Graphique 4
Taux des obligations du gouvernement à 10 ans, 1999-2000
%
6,90
6,40
5,90
États-Unis
5,40
Canada
4,90
4,40
mars
avril
mai
juin
juill.
août
sept.
oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
Sources : Banque du Canada et Réserve fédérale américaine
Graphique 5
Taux des obligations à long terme du gouvernement, 1999-2000
%
6,90
6,40
États-Unis
5,90
Canada
5,40
4,90
4,40
mars
avril
mai
juin
juill.
août
sept.
Sources : Banque du Canada et Réserve fédérale américaine
oct.
nov.
déc.
janv.
févr.
mars
12 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Composition de la dette fédérale
La dette
publique nette
a reculé de
18,7 milliards
de dollars
au cours des
trois dernières
années.
Grâce à l’excédent budgétaire de 1999-2000, la dette publique nette
du gouvernement fédéral – la dette publique brute moins les actifs financiers
du gouvernement (principalement les espèces et les réserves internationales)
– est passée à 564,5 milliards de dollars, en baisse par rapport à 576,8 milliards
en 1998-1999 (voir le graphique 6). La dette publique nette a diminué
de 18,7 milliards par rapport au sommet de 1996-1997.
Dette publique totale au 31 mars 2000
(M$)
Dette contractée sur les marchés
456 406 $
Dette publique brute
638 680 $
(par ex., obligations négociables,
bons du Trésor, Obligations
d’épargne du Canada, obligations
à rendement réel, dette extérieure)
moins
actifs financiers
74 154 $
Dette non contractée
sur les marchés
182 274 $
(espèces, réserves, prêts)
(comptes de pension et autres comptes,
autres engagements)
Dette publique nette
564 526 $
Source : Comptes publics du Canada
Graphique 6
Évolution de la dette brute et de la dette nette
G$
700
Dette publique nette
600
Dette publique brute
500
400
300
200
100
0
1987-1988
1989-1990
1991-1992
Source : Comptes publics du Canada
1993-1994
1995-1996
1997-1998
1999-2000
13
La dette
contractée sur
les marchés
a régressé de
20,4 milliards
de dollars
au cours des
trois dernières
années.
La dette publique brute à la fin de mars 2000 s’élevait à 638,7 milliards de dollars.
Elle comporte deux grandes composantes : la dette contractée sur les marchés et
la dette non contractée sur les marchés. La dette contractée sur les marchés est la
partie de la dette financée sur les marchés publics. Elle comprend les obligations
négociables, les bons du Trésor, les Obligations d’épargne du Canada (OEC) et les
Obligations à prime du Canada (OPC), les obligations et bons libellés en devises et
les obligations émises par le gouvernement fédéral en faveur du Régime de
pensions du Canada (RPC). Au 31 mars 2000, l’encours de la dette contractée sur
les marchés se chiffrait à 456,4 milliards de dollars. Il s’agit d’une diminution de
4 milliards pour 1999-2000. Au cours des trois derniers exercices, le gouvernement
a retranché 20,4 milliards de dollars au titre de la dette contractée sur les
marchés. La dette non contractée sur les marchés comprend les engagements
antérieurs au titre des régimes de retraite du secteur public fédéral, qui ne sont
pas financés sur les marchés publics, et le passif à court terme du gouvernement
(comptes créditeurs, charges à payer, intérêts et paiement de la dette échue).
La dette non contractée sur les marchés se chiffrait à 182,3 milliards de dollars
au 31 mars 2000.
À pareille date, l’encours de la dette contractée sur les marchés représentait
280,6 milliards de dollars en obligations à taux nominal fixe, 13,3 milliards
en obligations à rendement réel (ORR), 99,9 milliards en bons du Trésor,
26,5 milliards en OEC et en OPC, 3,6 milliards en obligations en faveur du RPC et
32,6 milliards en titres libellés en devises (voir le graphique 7). En outre, l’encours
du gouvernement au 31 mars 2000 comprenait 2,5 milliards de dollars en swaps
de taux d’intérêt et 20,1 milliards au titre des swaps de devises. Pour de plus
amples renseignements sur les swaps et les autres programmes, voir la section
intitulée « Les opérations de gestion de la dette et de la trésorerie par programme
en 1999-2000 ».
Graphique 7
Composition de la dette fédérale contractée sur les marchés
au 31 mars 2000 (hors les swaps)
(Total : 456,4 G$ )
Obligations en
faveur du RPC
0,8 %
Titres vendus sur le
(3,6 G$)
marché de détail
5,8 %
(26,5 G$)
Dette libellée
en devises
7,1 %
(32,6 G$)
Obligations à taux nominal fixe
61,5 %
(280,6 G$)
Bons du Trésor
21,9 %
(99,9 G$)
ORR
2,9 %
(13,3 G$)
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Comptes publics du Canada
14 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Stratégie de gestion de la dette fédérale :
initiatives menées en 1999-2000
Les objectifs de
la gestion de
la dette sont
demeurés
les mêmes.
L’objectif fondamental en matière de gestion de la dette est de fournir au
gouvernement un financement stable à faible coût. Parmi les principaux objectifs
stratégiques se trouvent le maintien d’une structure de la dette fondée sur la
prudence, le maintien d’un bassin diversifié d’investisseurs ainsi que le maintien
et l’accroissement de l’efficience du marché pour les titres du gouvernement du
Canada. Le gouvernement fédéral recourt à un certain nombre de mesures clés
et se fixe des objectifs opérationnels afin d’évaluer sa gestion de la dette par
rapport aux objectifs et de guider les décisions en vue d’atteindre ces objectifs
(la Stratégie de gestion de la dette 2000-2001, qui décrit le plan de gestion de
la dette pour 2000-2001, peut être consultée sur le site Web du ministère des
Finances à l’adresse : www.fin.gc.ca). L’annexe 1 renferme des renseignements
de base sur le cadre général de gestion de la dette fédérale.
Objectif stratégique
Fournir au gouvernement un financement stable à faible coût en :
■
maintenant une structure de la dette fondée sur la prudence;
■
maintenant un bassin diversifié d’investisseurs;
■
maintenant et en accroissant l’efficience du marché pour les titres du
gouvernement du Canada.
Principales mesures opérationnelles
■
Partie à taux fixe – Le gouvernement gère l’encours de la dette de manière à
maintenir aux deux tiers la partie de la dette qui est à taux fixe. L’incidence
financière de la plupart des chocs des taux d’intérêt est ainsi contenue dans les
limites du plan budgétaire.
■
Profil des échéances – Le gouvernement gère la structure des échéances de la
dette de manière à en assurer, dans la mesure du possible, la stabilité au fil des ans.
■
Transparence, liquidité et régularité – Pour maintenir l’efficience du marché
intérieur et garder les coûts d’emprunt à un faible niveau, le gouvernement applique
les principes fondamentaux de transparence, de liquidité et de régularité à ses
opérations d’emprunt. C’est pourquoi il emprunte sur les marchés à des intervalles
réguliers annoncés au préalable et établit des émissions de référence d’un montant
élevé ainsi que de nouvelles émissions liquides appuyées par un programme de
rachat des obligations.
■
Correspondance de l’actif et du passif – Pour minimiser les risques de change et
de taux d’intérêt associés à la gestion des réserves de change du gouvernement, ce
dernier choisit des devises et des échéances semblables pour les passifs et les actifs.
■
Efficience du marché – Le gouvernement suit de près les coefficients de rotation
et le coût des transactions sur le marché des titres du gouvernement du Canada,
qui sont des indicateurs de la liquidité et de l’efficience du marché.
■
Pratiques exemplaires – Le gouvernement veille à ce que son cadre opérationnel
et ses pratiques soient conformes aux pratiques exemplaires d’autres États
emprunteurs comparables.
15
Maintenir une structure prudente de la dette
Le gouvernement gère avec
prudence son
exposition aux
fluctuations des
taux d’intérêt
et au risque de
refinancement.
La gestion d’un imposant encours de la dette expose le gouvernement à des
risques financiers associés à la fluctuation des taux d’intérêt. L’exposition aux
risques des taux d’intérêt est gérée grâce au maintien d’une structure prudente de
la dette qui assure l’équilibre entre les coûts, ou les frais de la dette annuels, et les
risques, ou la fluctuation à long terme des frais annuels de la dette. La capacité des
gestionnaires de la dette d’évaluer le risque ne cesse de s’améliorer, conformément
aux pratiques exemplaires d’autres États souverains.
On constate généralement un compromis entre les coûts et les risques. Les coûts
peuvent être réduits grâce au financement d’une plus grande partie de la dette par
des instruments à court terme, étant donné que les instruments à long terme se
révèlent souvent plus dispendieux que ceux à court terme. En revanche, les frais
futurs de service de la dette ne varient pas autant si la dette est financée en large
part par des instruments à long terme puisqu’une plus petite partie de la dette
arrive à échéance chaque année et doit être refinancée au taux d’intérêt qui ont
alors cours sur le marché.
Part à taux fixe
Dans une
structure
prudente de la
dette, la part de
la dette à taux
fixe est plus
grande.
Au cours des années 1990, le gouvernement a instauré une structure de la dette
plus prudente en modifiant la structure des échéances, en émettant davantage de
titres à long terme et en réduisant l’encours de la dette à court terme. Bien que de
nombreux indicateurs puissent être utilisés pour évaluer la structure de la dette,
la part de la dette à taux fixe constitue l’objectif opérationnel principal pour le
gouvernement. En d’autres termes, le gouvernement établit la part de la dette
portant intérêt à taux fixe (soit la dette qui n’arrive pas à échéance ou dont le
taux ne peut être modifié chaque année) par rapport à l’ensemble de l’encours de
la dette portant intérêt. Le fait de passer à une structure de la dette davantage
fondée sur la prudence a permis au gouvernement d’augmenter la part de
l’encours de la dette à taux fixe, qui est passée de la moitié en 1990 aux deux tiers
en 1998-1999. En 1999-2000, on a tenté de maintenir aux deux tiers la part de la
dette qui est à taux fixe (voir le graphique 8).
Graphique 8
Part de la dette brute à taux fixe au 31 mars
%
70
60
50
40
30
20
10
0
1987-1988
1989-1990
Source : ministère des Finances
1991-1992
1993-1994
1995-1996
1997-1998
1999-2000
16 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Compromis entre le coût et le risque
Une structure
prudente de la
dette réduit la
sensibilité du
solde budgétaire
aux fluctuations
des taux
d’intérêt.
Comme il a déjà été signalé, il peut être nécessaire de faire un compromis entre
les coûts et les risques liés aux structures de rechange en matière de dette. En
établissant une structure de la dette plus prudente, le gouvernement a réduit la
sensibilité de son solde budgétaire sous-jacent aux fluctuations des taux d’intérêt.
Par contre, une part d’endettement à taux fixe plus élevée fait augmenter les
frais de service de la dette.
La stratégie du
gouvernement
vise à faire en
sorte que la
fluctuation des
taux d’intérêt
puisse être
contenue à long
terme dans les
limites du plan
budgétaire.
Tel qu’il est indiqué au tableau 2, l’incidence directe sur l’équilibre budgétaire la
première année (c.-à-d. l’augmentation des frais de service de la dette, nette de
l’augmentation des gains sur les actifs portant intérêt) d’une variation de
100 points de base des taux d’intérêt en 1999-2000 serait de 900 millions de
dollars aux termes de la structure actuelle, en comparaison de 1 080 millions
– 180 millions de plus – si la part de la dette à taux fixe était de 62 %. Pour une
variation plus marquée, soit de 300 points de base, le niveau de protection que
procurent des structures de rechange est beaucoup plus grand. Par exemple, les
frais de la dette dans le cas d’une dette à taux fixe à 62 % seraient d’environ
540 millions de dollars de plus que dans le cas d’une dette à taux fixe à 67 %.
Le tableau 2 illustre ce compromis en présentant l’actuelle structure de la dette et
deux structures de rechange, l’une ayant une part d’endettement à taux fixe de
5 % de plus, et l’autre de 5 % de moins. Les comparaisons entre structures de
rechange ne sont établies qu’à titre indicatif, étant donné qu’il est impossible de
préciser quelles décisions auraient été prises en matière d’émission de titres
de créance si le gouvernement avait visé d’autres objectifs à ce chapitre. En
conséquence, certaines hypothèses doivent être avancées au sujet de la
composition des portefeuilles de rechange. L’approche générale consiste à
procéder à un transfert fictif entre le portefeuille d’obligations négociables
canadiennes et le portefeuille de bons du Trésor canadiens, ce qui suppose que
ces deux portefeuilles aient fait état d’une décision de réduction ou
d’augmentation de la dette à taux fixe.
En revanche, les titres d’emprunt à taux fixe émis depuis 1996-1997 donnent
généralement des intérêts plus élevés que les bons du Trésor payés en 1999-2000,
si bien que les frais de service auraient pu être d’environ 190 millions de dollars de
moins1 en 1999-2000 si le gouvernement n’avait pas augmenté la part à taux fixe
au-delà du niveau de 62 % atteint en 1996-1997. Cet écart de frais varie
sensiblement d’une année à l’autre selon la structure par échéances des taux
d’intérêt. Par exemple, les calculs indiqués au tableau 2 font état d’une structure
par échéances plus uniforme que les moyennes historiques des dernières années,
ce qui aurait tendance à réduire l’écart de frais entre les titres à plus court terme
et ceux à plus long terme.
Ces observations ne font qu’établir un portrait à court terme du compromis entre
le coût et le risque. Le gouvernement adopte un point de vue stratégique à long
terme pour le portefeuille des titres d’emprunt, et il ne se concentre pas
uniquement sur l’incidence à court terme des décisions de gestion de la dette.
Même si les finances ont été sensiblement assainies au cours des dernières années,
1
Selon la différence observée entre le rendement moyen pondéré des obligations à taux fixe émises
depuis avril 1997 (environ 5,65 %) et le rendement moyen pondéré des bons du Trésor émis en
1999-2000 (environ 5,0 %). Cet écart est multiplié par 30 milliards de dollars, ce qui équivaut à
environ 5 % du total de la dette portant intérêt.
17
l’encours de la dette exposé aux fluctuations des taux d’intérêt demeure très
important. Une lourde dette requiert une attention soutenue étant donné qu’il
n’est possible de rajuster la structure par échéances que graduellement. Des
augmentations des taux d’intérêt à moyen terme comme celles qui sont survenues
dans les années 1980 peuvent nuire à l’application du plan budgétaire du
gouvernement. En conséquence, la stratégie du gouvernement en matière de dette
vise à faire en sorte que la volatilité des taux d’intérêt puisse être contenue à long
terme dans les limites du plan budgétaire. En général, le gouvernement adopte
une approche très prudente, une pratique également observée par la plupart des
autres grands États emprunteurs.
Tableau 2
Analyse de sensibilité du ratio à taux fixe au début de 2000-2001
Incidence de la 1re année
sur les frais de service
Variation de
100 points de
base des taux
d’intérêt
Frais de
service
Variation de
300 points de
base des taux
d’intérêt
Aucune
variation
des taux
d’intérêt
Structure
de la
dette
Incidence
sur les
frais
Écart par
rapport à
une structure
cible de 67 %
Incidence
sur les
frais
Écart par
rapport à
une structure
cible de 67 %
Écart par
rapport à
une structure
cible de 67 %
(% à taux fixe)
(M$)
(M$)
(M$)
(M$)
(M$)
62 %
67 %
72 %
1 080
900
720
180
–
-180
3 240
2 700
2 160
540
–
-540
-190
–
190
Analyse des coûts à risque
Un nouvel
instrument
de mesure a
été instauré
au titre de la
planification
de la stratégie
en matière
de dette.
Le gouvernement a récemment élargi ses capacités d’analyse de sensibilité des coûts et des risques à
long terme en instaurant un nouvel instrument de mesure connu sous le nom de coûts à risque (CaR).
Les CaR permettent de quantifier les risques inhérents à l’encours de la dette pour ce qui est des frais
de service de la dette, ce qui permet de comparer le risque à long terme, sur le plan des taux d’intérêt,
des structures de rechange. Le calcul des CaR est fondé sur les futurs frais d’intérêt d’un encours
donné selon différents scénarios de taux d’intérêt. En fonction de ces scénarios, il est possible de
calculer une ventilation probable des coûts. Un certain nombre d’États emprunteurs se servent des
variations des CaR pour évaluer les coûts et les risques liés à différentes structures de la dette.
L’analyse des CaR indique que la structure de la dette à taux fixe aux deux tiers en place le
31 mars 2000 donnait l’assurance que les fluctuations imprévues des taux d’intérêt pourraient être
contenues à plus long terme dans les limites du plan budgétaire. Pendant la période de planification
budgétaire, les CaR n’ont pas dépassé 3 milliards de dollars – c’est-à-dire qu’il était probable à
95 % que les frais de service de la dette ne dépasseraient pas de plus de 3 milliards les frais prévus
dans les cinq prochains exercices. Cela permet de supposer que l’incidence directe de la plupart
des variations de taux d’intérêt serait contenue dans les limites du plan budgétaire avec un grand
degré de certitude.
Les CaR permettent au gouvernement de prendre des décisions en matière de gestion de la dette
en quantifiant directement les risques des structures de rechange sur le plan des frais de service.
Cependant, à la différence d’autres instruments de mesure comme la part de la dette à taux fixe, les
CaR ne constituent pas un outil de mesure objectif, c’est-à-dire que les résultats obtenus dépendent
des hypothèses à l’origine des scénarios de simulation. Les résultats sont en particulier très
sensibles aux taux d’intérêt. Néanmoins, les CaR constituent un outil supplémentaire important
permettant d’établir des mesures comme la part d’endettement à taux fixe et le profil d’échéances.
Le recours aux CaR dans le cadre de la planification de la stratégie de la dette est en cours de
développement, et il sera élargi à mesure que les techniques seront perfectionnées.
18 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Terme à courir moyen
Le terme à
courir moyen
de la dette a
augmenté en
1999-2000.
L’augmentation de la part à taux fixe de la structure de la dette a mené à une
augmentation du terme à courir moyen des titres d’emprunt négociables, porté
de 4,1 ans en mars 1990 à 6,4 ans en mars 2000 (voir le graphique 9). Cela est
survenu pendant que l’encours de bons du Trésor était réduit et qu’un nombre
relativement plus élevé d’obligations étaient émises. Ces changements ont rendu la
structure par échéances de la dette du Canada plus conforme à celle d’un grand
nombre d’autres États emprunteurs (voir le graphique 10).
Graphique 9
Terme à courir moyen des titres d’emprunt négociables
ans
7,00
6,50
6,00
5,50
5,00
4,50
4,00
3,50
1990 1990 1991 1991 1992 1992 1993 1993 1994 1994 1995 1995 1996 1996 1997 1997 1998 1998 1999 1999 2000 2000
T1 T3
T1
T3
T1
T3
T1
T3
T1
T3 T1
T3
T1
T3
T1
T3
T1
T3
T1
T3
T1
T3
Source : Banque du Canada
Graphique 10
Terme à courir moyen des titres d’emprunt du gouvernement, 1997
ans
12
10
8
6
4
2
0
Italie
1 Le
Australie
États-Unis
Danemark
Canada1
Pays-Bas
France
terme à courir moyen au Canada était de 6,4 ans en mars 2000.
Source : Organisation de coopération et de développement économiques (données de 1997)
Royaume-Uni
19
Profil d’échéances
Un profil
d’échéances
équilibré réduit
le risque de
refinancement
d’une grande
partie de la
dette quand les
taux d’intérêt
sont élevés.
Le gouvernement gère le profil des échéances de la dette (c.-à-d. le montant de
la dette qui arrive à échéance dans une année donnée) de manière à limiter son
risque de refinancement. Un profil d’échéances stable réduit le risque qu’une
partie relativement importante de la dette arrive à échéance et doive être
refinancée quand les taux d’intérêt sont élevés.
Par exemple, en 1999-2000, une tranche de quelque 216 milliards de dollars de la
dette contractée sur les marchés a été reconduite et émise au taux d’intérêt en
vigueur, en comparaison d’une tranche de 422 milliards en 1994-1995. Cette
situation reflète dans une grande mesure la baisse du nombre d’émissions de bons
du Trésor à la fin des années 1990. L’encours entier des bons du Trésor arrive à
échéance chaque année et une partie importante de ces derniers est réémise.
Ainsi, en 1995, le gouvernement a été contraint de refinancer en moyenne pour
8 milliards de dollars par semaine de bons du Trésor arrivant à échéance, en
comparaison d’une moyenne de 4 milliards par semaine en 1999. (Les bons du
Trésor sont émis aux deux semaines depuis 1998.)
En outre, comme l’illustre le graphique 11, des initiatives visant à régulariser
l’émission des obligations en titres de référence prévisibles ont mené à une
uniformisation graduelle du profil d’échéances des obligations – en particulier, le
passage à la constitution de grandes émissions d’obligations de référence pour
quatre échéances d’obligations canadiennes (2 ans, 5 ans, 10 ans et à 30 ans) et
l’adjudication d’obligations à intervalles trimestriels réguliers.
Graphique 11
Profil actuel d’échéances des obligations canadiennes
(G$)
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
Projeté
Profil actuel
2000
2001
2002
2003
2004
2005
Nota – Exclut les bons du Trésor. Projections supposant que les émissions demeurent au niveau de 1999-2000.
Source : ministère des Finances
20 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Maintenir un bassin diversifié d’investisseurs
Le maintien
d’un bassin
diversifié
d’investisseurs
permet de
réduire les coûts
de financement.
Un bassin diversifié d’investisseurs aide à réduire les coûts de financement. Le
gouvernement fédéral poursuit la diversification de son bassin d’investisseurs en
maintenant un programme liquide et transparent d’emprunts intérieurs sur le
marché de gros susceptible d’intéresser les investisseurs et les emprunteurs
étrangers au moyen d’un vaste éventail de sources de financement. De plus,
Placements Épargne Canada, l’organisme gouvernemental de placement de titres
au détail, établit la diversification en offrant des produits d’épargne conçus pour
satisfaire aux besoins des particuliers canadiens. La part du total de la dette
canadienne qui est détenue sur le marché de détail, était estimée à 21 % l’an
dernier, incluant l’estimation des titres négociables détenus par des particuliers.
Portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus par des résidents
En 1999 (chiffres les plus récents), les compagnies d’assurance-vie et les caisses
de retraite ont représenté la plus grande partie des portefeuilles de titres
d’emprunt du gouvernement du Canada détenus sur le marché par des résidents
(30,6 %), suivies des institutions financières publiques et autres comme les
courtiers en valeurs mobilières et les fonds communs de placement (voir le
graphique 12). Prises ensemble, ces deux catégories ont représenté 53,5 % des
portefeuilles détenus par des résidents.
Les obligations et les bons détenus par les institutions financières publiques et
autres ont grimpé en flèche pendant la période de 1990 à 1999 – passant de 10,6 %
en 1990 à 22,9 % en 1999. Une grande partie de cette augmentation peut être
attribuée à la multiplication des portefeuilles détenus par des fonds communs
de placement.
La part de la dette détenue sur les marchés par les banques s’est accrue pour
passer de 9,5 % en 1990 à 15,4 % en 1999, tandis que la part des particuliers
et des entreprises non constituées en sociétés a baissé de près de 23 points de
pourcentage depuis 1990, pour s’établir à 10,4 % des portefeuilles détenus par
des résidents.
Le tableau de référence IV illustre l’évolution de la répartition des portefeuilles
détenus par des résidents de titres d’emprunt du gouvernement du Canada
depuis 1976.
21
Graphique 12
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus sur les marchés au 31 décembre par des résidents
1990 – 245,5 G$
Toutes administrations
8,0 %
Institutions financières publiques
et autres
10,6 %
Particuliers, entreprises
non constituées
33,0 %
Compagnies
d’assurance-vie,
caisses de retraite
21,6 %
Sociétés
non financières
4,8 %
Quasi-banques
4,3 %
Banques à charte
9,5 %
Banque du Canada
8,3 %
1999 – 354,8 G$
Banques à charte
15,4 %
Banque du Canada
8,2 %
Quasi-banques
2,0 %
Compagnies
d’assurance-vie,
caisses de retraite
30,6 %
Sociétés
non financières
2,6 %
Particuliers, entreprises
non constituées
10,4 %
Toutes administrations
7,9 %
Institutions financières publiques
et autres
22,9 %
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Source : Statistique Canada, Les comptes du bilan national
22 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus par des non-résidents
Depuis
1992-1993, la
part de la dette
détenue sur les
marchés par des
non-résidents a
constamment
baissé.
La part du total de la dette du gouvernement du Canada détenue sur les marchés
par des non-résidents a reculé de 6,5 milliards de dollars pendant l’exercice
1999-2000. Le total des portefeuilles détenus par des non-résidents était estimé à
101,2 milliards à la fin de mars 2000, ce qui représente environ 22,2 % du total de
la dette du gouvernement du Canada détenue sur les marchés. Depuis 1992-1993,
la part du total de la dette détenue par des non-résidents sur les marchés a
constamment baissé (voir le graphique 13).
Les non-résidents détenaient pour 84,6 milliards de dollars d’obligations du
gouvernement en 1999-2000, soit une diminution de 1,3 milliard par rapport à
l’année précédente. Les portefeuilles de bons (bons du Trésor et bons du Canada)
détenus par des non-résidents ont régressé de 5,2 milliards de dollars pendant
l’exercice pour s’établir à 16,6 milliards de dollars (voir le tableau de référence V).
Graphique 13
Portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus par des non-résidents
en pourcentage du total de la dette détenue sur les marchés
30
Bons
Obligations
25
20
15
10
5
0
1985-1986
1987-1988
1989-1990
1991-1992
1993-1994
1995-1996
1997-1998
1999-2000
Source : Statistique Canada, Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières
Maintenir un marché efficient
Le gouvernement continue
de mettre
l’accent sur
les principes de
la transparence,
de la liquidité
et de la
régularité.
L’efficience du marché des titres du gouvernement du Canada procure au
gouvernement fédéral un financement à faible coût en favorisant une participation
plus large aux activités du marché. La transparence, la liquidité et la régularité
sont les principes qui sous-tendent le maintien d’un marché efficient. Le fait
d’emprunter sur le marché canadien de façon régulière et annoncée à l’avance et
d’établir des obligations de référence est une expression de ces principes. Compte
tenu du rôle clé joué par les titres du gouvernement fédéral sur le marché
canadien des valeurs à revenu fixe, des rajustements sont apportés aux programmes d’emprunts intérieurs après consultation auprès des opérateurs. Au cours des
dernières années, le gouvernement a rajusté son cadre opérationnel de manière à
accroître la liquidité du marché des titres du gouvernement du Canada, comme
lorsqu’il est passé à l’émission bimensuelle des bons du Trésor et qu’il a réduit de
trimestrielle à semestrielle la fréquence de l’adjudication des obligations à 30 ans.
23
En 1999-2000, aucun rajustement majeur n’a été apporté aux programmes
d’emprunts canadiens.
Programme de rachat d’obligations
Le programme
de rachat
d’obligations a
été institué à
titre permanent
en mars 2000.
Pour accroître la liquidité des titres du gouvernement du Canada, un programme
pilote de rachat d’obligations a été mis en œuvre en 1998-1999. Ce programme
permet au gouvernement de racheter des obligations en circulation plus anciennes
et moins liquides financées au moyen du remplacement des actuelles obligations
de référence, ce qui permet de soutenir la liquidité du marché des nouvelles
obligations.
Une évaluation du projet pilote, qui incluait un volet de rétroaction de la part des
opérateurs, a eu lieu au début de l’an 2000. L’évaluation a indiqué que le
programme avait permis de réaliser les objectifs prévus et qu’il avait généralement
contribué au bon fonctionnement du marché. Le programme de rachat a permis au
gouvernement de procéder à de plus importantes émissions en 1998-1999 et en
1999-2000 qu’il aurait pu le faire en l’absence d’un programme de rachat, ce qui a
contribué à appuyer le maintien de la liquidité du marché primaire des titres du
gouvernement du Canada. Avantage additionnel du programme, la liquidité du
marché secondaire a également été accrue lorsque la demande d’obligations déjà
émises a augmenté.
Le programme a donc été institué à titre permanent en mars 2000.
Démembrement et reconstitution d’obligations
Le gouvernement a accepté
d’abolir le
plafond imposé
au titre de la
reconstitution
d’obligations
afin d’accroître
la liquidité.
En juin 1999, l’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières
(ACCOVAM) a demandé que le gouvernement fédéral autorise l’abolition du
plafond imposé au titre de la reconstitution de titres du gouvernement du Canada.
Ce plafond limitait le montant de reconstitution d’une obligation donnée au
montant de l’obligation auparavant démembrée par inscription au compte de la
Caisse canadienne de dépôt de valeurs limitée.
Le démembrement d’une obligation est une opération qui consiste à détacher les
coupons d’intérêt du principal, tandis que la reconstitution consiste à regrouper
des composantes afin d’en faire des obligations entières, soit l’inverse du
démembrement. Par exemple, si deux obligations ont la même date d’échéance,
un investisseur peut démembrer le principal de la seconde obligation et s’en servir
pour reconstituer par synthèse la première obligation (au moyen des flux à
coupons détachés des obligations démembrées). Le démembrement a pour objet
de créer des possibilités d’investissement et de gestion des risques, et il sert à
tirer profit des écarts de prix sur les marchés. Le plafond imposé au titre de la
reconstitution avait essentiellement pour objet de limiter la liquidité du marché.
Le gouvernement fédéral a étudié la proposition en 1999-2000 dans le cadre d’un
examen comprenant notamment des consultations auprès des opérateurs et, en
juin 2000, il a annoncé qu’il appuyait la proposition de l’ACCOVAM. Cela signifie
que dans les cas où deux titres du gouvernement du Canada auraient la même
date d’échéance, les opérateurs pourront en démembrer une pour recréer l’autre
24 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
par synthèse sans être limités par la taille des émissions initiales. Le principal
avantage se présentera dans les cas où des titres plus petits et moins liquides ont
la même date d’échéance que des titres de référence, auquel cas une réserve
additionnelle de titres de référence pourra être créée. Le gouvernement fédéral
perçoit cette initiative comme un autre moyen d’accroître la liquidité du marché
des titres du gouvernement du Canada, surtout pour les titres de référence, et
comme un complément au programme de rachat d’obligations. La Caisse
canadienne de dépôt de valeurs limitée travaille à la mise en œuvre de la
proposition, qui est assujettie à une autorisation réglementaire.
Cadre de gestion de la trésorerie
Les opérations de gestion de la trésorerie du gouvernement fédéral ont
principalement pour objet de veiller à ce que le gouvernement ait suffisamment
d’espèces pour satisfaire à ses besoins de fonctionnement et de liquidités, et
d’investir ces espèces d’une manière prudente et rentable. À l’heure actuelle,
le gouvernement fédéral investit l’encaisse auprès d’un nombre restreint
d’institutions de dépôt (participants du Système de transfert des paiements de
grande valeur) par voie d’adjudication, deux fois par jour.
Une révision du
cadre de gestion
de la trésorerie
a été proposée.
En 1999-2000, le ministère des Finances et la Banque du Canada ont entrepris
l’examen du cadre d’investissement de l’encaisse du gouvernement, dans le cadre
des efforts continus déployés pour faire en sorte que les opérations de
financement et d’investissement du gouvernement soient efficientes et rentables,
et qu’elles soient conformes aux pratiques exemplaires qui conviennent à un État
souverain. Cet examen a mené à la publication d’un document de travail intitulé
« Modifications proposées aux règles régissant l’adjudication des dépôts à terme
du Receveur général », rendu public en juillet 2000. (Le document est affiché sur
Internet à l’adresse suivante : http://www.banqueducanada.ca/fr/cash-bal-f.htm).
Les propositions exposées dans le document sont conçues pour accroître la
concurrence du processus d’adjudication par le Receveur général et pour
renforcer la gestion des risques, surtout les risques de crédit liés à l’investissement
de l’encaisse. En bref, il est proposé que l’accès aux séances d’adjudication soit
ouvert à tous les intervenants d’importance du marché monétaire intérieur.
L’élargissement de l’accès aura probablement un effet positif sur le rendement
obtenu avec l’encaisse, et il permettra de diversifier le bassin de contreparties du
gouvernement. Le document propose également l’instauration d’un système de
gestion des risques de crédit sous la forme de lignes de crédit, de cotes de crédit
et de prêts garantis. Ces propositions rendront le marché de l’encaisse fédérale
plus transparent, plus actif et plus concurrentiel, ce qui accroîtra l’efficience du
système financier national. Dans les mois à venir, le ministère des Finances et la
Banque du Canada consulteront les opérateurs sur la mise en œuvre du nouveau
cadre, prévu pour le début de 2001, et ils collaboreront avec eux.
25
Examen par le vérificateur général
du programme de gestion de la dette
En avril 2000, le Bureau du vérificateur général du Canada a déposé, dans le cadre
de la présentation à la Chambre des communes de son Rapport du vérificateur
général du Canada, un rapport sur la vérification du nouveau programme
gouvernemental de gestion de la dette intitulé La gestion de la dette du
Canada : les nouveaux défis à relever. (Le rapport se trouve dans le site Web du
vérificateur général à l’adresse www.oag-bvg.gc.ca). Il s’agit du deuxième ouvrage
rendu public au cours des dernières années au sujet du programme de gestion de
la dette (en 1996, le vérificateur général avait publié un rapport intitulé La gestion
de la dette fédérale). La vérification de 1999-2000 avait pour objet de déterminer
la mesure dans laquelle le gouvernement se penche sur le rendement de ses
pratiques de gestion de la dette par rapport à des objectifs établis et à évaluer la
pertinence des pratiques et des structures actuelles de gestion publique du
programme.
Le vérificateur
général s’est
penché sur le
programme de
gestion de la
dette, et il a
conclu qu’il
était bien dirigé.
Il est conclu dans le rapport que le programme de gestion de la dette du Canada
est bien dirigé, mais le vérificateur a souligné quelques défis à relever dans le
cadre de l’évolution du contexte de gestion de la dette. Il a notamment suggéré
que le gouvernement examine les questions liées à la structure de gestion publique
de la dette fédérale, à l’accroissement de la transparence des coûts et des
avantages des décisions prises en matière de gestion de la dette, et à un
mécanisme amélioré de mesure du rendement.
Le gouvernement s’attaque aux problèmes soulevés par les travaux du vérificateur
général. En premier lieu, la Stratégie de gestion de la dette 2000-2001, rendue
publique en mars 2000, incluait un exposé complet des coûts et des risques liés à
différentes structures de dette à taux fixe. Ces mesures ont été élargies dans le
Rapport sur la gestion de la dette de cette année, qui définit les principaux
objectifs opérationnels et mesures appliqués par le gouvernement pour évaluer
son rendement et orienter ses décisions en matière de gestion de la dette. En
outre, le gouvernement a entrepris en 2000 un examen des cadres de gestion
publique d’États emprunteurs comparables afin de déterminer s’il existait des
pratiques exemplaires dont le Canada pourrait s’inspirer.
Clauses d’action collective
Des clauses
d’action
collective ont
été ajoutées
aux documents
relatifs aux
obligations
étrangères afin
de favoriser
la stabilité
financière
internationale.
En avril 2000, le gouvernement a annoncé que le Canada adopterait des clauses
d’action collective dans le cadre de l’émission de ses billets et obligations de
devises étrangères. L’ajout de clauses d’action collective dans les contrats
obligataires facilite la restructuration de la dette en établissant un cadre ordonné
pour les débiteurs et les créanciers. Ces clauses constituent un aspect important
des efforts déployés par le Canada afin de favoriser la stabilité financière
internationale. En adoptant des clauses d’action collective, le Canada se place en
première ligne du processus visant à inciter tous les pays à les adopter. L’adoption
répandue de clauses d’action collective a été recommandée pour la première fois
dans le rapport du Groupe des dix (G-10) paru en 1996 (rapport Rey) et intitulé
The Resolution of Sovereign Liquidity Crises, avant d’être reprise dans le
rapport du groupe de travail du Groupe des vingt-deux (G-22) sur le règlement
des crises financières, paru en 1998.
26 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Les documents qui régissent les deux programmes canadiens de billets de devises
étrangères (les billets du Canada et les eurobillets à moyen terme) sont modifiés
afin de veiller à ce que tous les billets qui seront émis dans le cadre de ces
programmes comportent des clauses d’action collective. Les futures émissions
canadiennes d’obligations multimarchés incluront également ces clauses.
27
Marché des titres du gouvernement du Canada
Rotation et liquidité
Les niveaux
de rotation et
de liquidité
sur le marché
des titres du
gouvernement
du Canada
demeurent
bons.
Le marché des titres du gouvernement du Canada a toujours enregistré des
niveaux élevés d’efficience au chapitre de la rotation et de la liquidité. Un marché
efficient se traduit par des frais d’intérêt peu élevés pour le gouvernement fédéral,
et il profite généralement au marché intérieur de capitaux sur lequel les titres
fédéraux représentent des repères clés pour l’établissement des cours et
constituent des outils de couverture.
À la suite de la crise asiatique de 1998, le marché canadien des titres à revenu
fixe, à l’instar de tous les principaux marchés de titres à revenu fixe à l’échelle
mondiale, a connu une réduction de la rotation et de la liquidité par rapport aux
niveaux records enregistrés au cours des années précédentes. Cette baisse est
attribuable à bon nombre de facteurs. Les participants du marché mentionnent,
entre autres, que les investisseurs institutionnels négocient moins fréquemment
des titres et que les fonds à revenu fixe sont davantage gérés d’une façon indexée
dite « passive ». Certains fonds de négociation importants (« fonds de
couverture ») se sont entièrement retirés du marché. En outre, les intermédiaires
du marché ont généralement réduit les capitaux affectés à des activités de
négociation comportant des risques et sont donc moins portés à offrir des
liquidités au marché. Ces tendances ont influé sur le marché des titres du
gouvernement du Canada.
Par conséquent, la rotation des obligations a diminué, et elle est passée d’une
moyenne de 3,7 (ce qui équivaut à 3,7 fois l’encours de ces obligations) en
1998-1999 à 2,9 en 1999-2000. Le coefficient de rotation des bons du Trésor est
passé d’une moyenne de 4,1 en 1998-1999 à 3,4 en 1999-2000. Néanmoins, le
marché canadien des titres à revenu fixe demeure l’un des plus efficients du
monde. Différents indicateurs permettent d’établir l’efficacité, la liquidité et la
profondeur du marché : pensons à l’écart serré entre les cours acheteur et vendeur
de ces titres, au grand volume des opérations et aux coefficients de rotation
comparables à ceux des autres pays du G-7, à l’exception des États-Unis
(voir les graphiques 14 à 17).
La disponibilité de contrats à terme et la capacité de reconstituer les obligations et
de conclure des ententes de rachat représentent des compléments importants
pour l’efficience du marché des titres du gouvernement du Canada.
Initiatives de réglementation
Les organismes
de réglementation canadiens
proposent
d’accroître la
transparence
des marchés
des titres à
revenu fixe.
Les autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont proposé un concept
de réglementation des « systèmes de négociation alternatifs » (SNA) en
juillet 1999 et un projet de réglementation en juillet 2000. Les SNA sont des
intermédiaires du marché qui exercent bon nombre de fonctions des bourses
traditionnelles. L’évolution rapide de la technologie de l’information a obligé les
SNA à assumer un rôle beaucoup plus important sur les marchés des capitaux.
La proposition stratégique des ACVM visait à régler les problèmes liés au
morcellement du marché, à la recherche sur les cours, à la transparence et à
la réglementation.
28 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Le gouvernement du Canada a réagi à la proposition des ACVM et a posé des
questions au sujet de ses répercussions éventuelles sur les marchés des titres à
revenu fixe. Puisqu’aucun SNA n’est actuellement appliqué au Canada sur le
marché des titres à revenu fixe au sens que lui donnent les ACVM, les principales
répercussions de cette proposition portent sur les changements envisagés à l’égard
des règles de transparence régissant le marché des emprunts. Le Canada respecte
maintenant toutes les normes internationales de transparence du marché des
obligations de l’État dans le système CanPX. Il collabore avec les ACVM dans le
cadre de cet important dossier de réglementation.
Contrats à terme
Au Canada, le volume des opérations sur contrats à terme s’est maintenu au
niveau des années antérieures. Il existe ainsi un contrat à terme actif sur
acceptations bancaires à 3 mois (contrat BAX) de même que des contrats à terme
sur les obligations à 5 et à 10 ans du gouvernement du Canada (les contrats CGF
et CGB). Le contrat à terme sur acceptations bancaires à 3 mois, qui représente
le contrat le plus actif à la Bourse de Montréal, est devenu un titre très liquide.
En 1997, la valeur des contrats BAX à intérêt en cours2 a dépassé la valeur de
l’encours des bons du Trésor. Le volume quotidien des opérations sur contrats
BAX a augmenté de 150 % pour atteindre 23 934 contrats de 1996 à 1999, soit un
intérêt ouvert quotidien moyen de 216 209 contrats. En outre, l’intérêt en cours à
l’égard des contrats à terme sur obligations du gouvernement du Canada à 10 ans
a presque quadruplé de 1993 à 1999.
2
Valeur totale ou nombre de contrats en vigueur à un moment donné.
Source : la Bourse de Montréal
29
Marché des titres du gouvernement du Canada
Le volume des opérations sur le marché des obligations du gouvernement du Canada a augmenté sensiblement
depuis 1990, mais il a reculé l’an dernier. Le volume des opérations sur le marché des bons du Trésor a monté
en flèche de 1990 à 1995, mais il a régressé depuis, dans la foulée de la chute de l’encours des bons du Trésor.
Au deuxième trimestre de 2000, la rotation totale des bons du Trésor a représenté 296,1 milliards de dollars.
Le coefficient de rotation s’est établi à 3,3 au deuxième trimestre de 2000 (voir le graphique 14). La rotation
totale des obligations négociables s’est chiffrée à 807,6 milliards de dollars au deuxième trimestre de 2000, une
augmentation de 145 % par rapport au premier trimestre de 1990. Le coefficient de rotation s’est fixé à 2,7 au
deuxième trimestre de 2000, comparativement à 2,6 au premier trimestre de 1990 (voir le graphique 15).
Graphique 14
Volume des opérations et coefficient de rotation
des bons du Trésor du gouvernement du Canada
Graphique 15
Volume des opérations et coefficient de rotation
des obligations du gouvernement du Canada
G$CAN
G$CAN
1 400
1 200
1 000
Coefficient de rotation
(échelle de droite)
Volume
des opérations
(échelle de
droite)
8
1 600
7
1 400
6
1 200
5
1 000
4
800
3
600
2
400
1
200
0
0
800
6
Volume des
opérations
(échelle de
gauche)
5
Coefficient de rotation
(échelle de droite)
4
3
600
400
200
0
1990
T1
1991
T1
1992
T1
1993
T1
1994
T1
1995
T1
1996
T1
1997 1998
T1
T1
1999
T1
2
1
2000
T1
0
1990
T1
Nota - Le volume des opérations représente le volume total à chaque trimestre.
Le coefficient de rotation représente le volume total des opérations à chaque titre.
Source : Banque du Canada
1991
T1
1992
T1
1993
T1
1994
T1
1995
T1
1996
T1
1997 1998
T1
T1
1999
T1
2000
T1
Nota - Le volume des opérations représente le volume total à chaque trimestre.
Le coefficient de rotation représente le volume total des opérations à chaque titre.
Source : Banque du Canada
L’importante croissance du volume des opérations et des coefficients de rotation sur le marché des ventes
à réméré au cours des cinq dernières années traduit l’efficience du marché des titres du gouvernement du
Canada. La rotation trimestrielle totale des marchés de vente à réméré des obligations du gouvernement du
Canada est passée de 2 194 milliards de dollars au premier trimestre de 1994 à 4 031 milliards au deuxième
trimestre de 2000. En outre, le coefficient trimestriel de rotation des marchés de vente à réméré des obligations
a atteint 13,5 au deuxième trimestre de 2000, par rapport à 11 au début de 1994 (voir le graphique 16). Le
marché des ventes à réméré des bons du Trésor est moins actif que celui des ventes à réméré d’obligations;
néanmoins, il est passablement efficient et la rotation trimestrielle totale au deuxième trimestre de 2000 a atteint
309,2 milliards de dollars pour un coefficient de rotation trimestriel de 3,4 (voir le graphique 17).
Graphique 16
Graphique 17
Volume des opérations et coefficient
de rotation des ventes à réméré des bons
du Trésor du gouvernement du Canada
Volume des opérations et coefficient
de rotation des ventes à réméré
d’obligations du gouvernement du Canada
G$CAN
G$CAN
25
8 000
Coefficient de rotation
(échelle de droite)
7 000
6 000
5 000
20
Volume des
opérations
(échelle de
gauche)
1 200
12
Coefficient de rotation
(échelle de droite)
1 000
800
15
10
Volume des
opérations
(échelle de
gauche)
8
600
6
400
4
5
200
2
0
0
4 000
10
3 000
2 000
1 000
0
1994
T1
1995
T1
1996
T1
1997
T1
1998
T1
1999
T1
2000
T1
Nota - Le volume des opérations représente le volume total à chaque trimestre.
Le coefficient de rotation représente le volume total des opérations à chaque titre.
Source : Banque du Canada
0
1994
T1
1995
T1
1996
T1
1997
T1
1998
T1
1999
T1
2000
T1
Nota - Le volume des opérations représente le volume total à chaque trimestre.
Le coefficient de rotation représente le volume total des opérations à chaque titre.
Source : Banque du Canada
30 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Les opérations de gestion de la dette
et de la trésorerie par programme en 1999-2000
La dette
contractée sur
les marchés a
diminué de
4,0 milliards
de dollars en
1999-2000.
La présente section renferme des détails sur les opérations des grands
programmes de gestion de la dette (voir le tableau 3). En 1999-2000, l’encours
de la dette à court terme contractée sur les marchés, principalement sous
forme de bons du Trésor, a augmenté tandis que l’encours à long terme a
légèrement diminué.
Tableau 3
Composition de la dette fédérale contractée sur les marchés, 1999-2000
31 mars 1999
31 mars 2000
Variation
(G$CAN)
Libellée en dollars canadiens
Obligations à taux fixe
Obligations à rendement réel1
Bons du Trésor
Obligations d’épargne du Canada
et Obligations à prime du Canada
284,1
11,7
97,0
280,6
13,3
99,9
-3,5
1,6
2,9
27,7
26,5
-1,2
420,4
420,3
-0,1
Libellée en devises
Bons du Canada
Obligations étrangères
Billets du Canada
Eurobillets à moyen terme
10,2
19,6
1,3
4,9
6,0
21,4
1,1
4,1
-4,2
1,8
-0,2
-0,8
Total – dette étrangère
36,0
32,6
-3,4
4,1
3,6
-0,5
460,4
456,4
-4,0
Total – dette sur le marché intérieur
Obligations et billets du RPC
Total – dette contractée sur les marchés
Nota – Au 31 mars 2000, l’encours total des swaps de taux d’intérêt et de devises s’élevait à 22,6 milliards
de dollars canadiens (voir le tableau de référence XII). Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas
correspondre au total indiqué.
1
Y compris le redressement de l’indice des prix à la consommation.
Source : Comptes publics du Canada
Emprunts sur le marché intérieur
L’un des principes clés de la gestion des emprunts sur le marché intérieur réside
dans le fait que les fonds nécessaires pour les opérations du gouvernement au
pays proviennent du marché intérieur.
Obligations négociables à taux fixe
et transactions de rachat d’obligations
Les obligations négociables à taux nominal fixe émises par le gouvernement du
Canada sont libellées en dollars canadiens; l’intérêt est versé semestriellement.
31
La valeur brute
du programme
des obligations
s’est élevée à
44,8 milliards
de dollars en
1999-2000.
En 1999-2000, la valeur des émissions brutes d’obligations à taux nominal s’élevait
à 14,2 milliards de dollars pour les obligations à 2 ans, à 13,95 milliards pour les
obligations à 5 ans, à 12,9 milliards pour les obligations à 10 ans et à 3,7 milliards
pour les obligations à 30 ans. Les obligations négociables constituent la principale
part (61,5 %) de titres d’emprunt émis sur le marché par le gouvernement fédéral
(voir le graphique 7).
Dans le cadre du programme de rachat d’obligations, le gouvernement a récupéré
pour 3,3 milliards de dollars d’obligations négociables – 1,1 milliard pour les
obligations à 2 ans, 1,1 milliard pour les obligations à 5 ans et 1,1 milliard pour
les obligations à 10 ans (voir le tableau de référence X).
Les émissions nettes d’obligations négociables à taux nominal fixe, y compris les
obligations rachetées et venues à échéance, ont totalisé 3,5 milliards de dollars
(émissions brutes moins obligations rachetées moins obligations venues à
échéance) au cours de l’exercice, ce qui a permis d’abaisser l’encours de ces
obligations pour le porter à 280,6 milliards de dollars au 31 mars 2000.
La répartition de l’encours d’obligations négociables à taux nominal fixe à la fin
de 1999-2000 est exposée au tableau 4.
Tableau 4
Encours des obligations négociables à taux nominal fixe au 31 mars 2000
(G$CAN)
0 – 2 ans
2 – 5 ans
5 – 10 ans
10 – 30 ans
Total
68,7
84,9
62,0
65,0
280,6
Source : Banque du Canada
Obligations à rendement réel
Les émissions
d’ORR
ont totalisé
1,25 milliard
de dollars.
Instaurées en 1991, les ORR représentent pour le gouvernement une formule
économique de diversification du programme d’obligations négociables. Les ORR
sont utilisées pour diversifier les sources de financement du gouvernement et
comblent les besoins de certains investisseurs, par exemple les fonds de pension
à rentes indexées, qui ont besoin de placements à long terme protégés contre
l’inflation. Ces obligations sont vendues dans le cadre d’adjudications trimestrielles
à prix unique.
La valeur des 4 émissions d’ORR en 1999-2000 s’est établie à 1,25 milliard de
dollars, ce qui porte l’encours des ORR, au 31 mars 2000, à 13,25 milliards, dont
0,3 milliard de rajustement au titre de l’indice des prix à la consommation
(voir le tableau de référence IX).
32 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Bons du Trésor
L’encours des
bons du Trésor
a augmenté de
2,9 milliards
de dollars pour
s’établir à
99,9 milliards
à la fin de
l’exercice.
Des bons du Trésor à 3, à 6 et à 12 mois sont offerts toutes les 2 semaines.
Le gouvernement du Canada émet également de façon périodique des bons de
gestion de la trésorerie, dont l’échéance est de moins de 3 mois, afin de faciliter
la gestion de sa trésorerie.
L’encours des bons du Trésor a augmenté de 2,9 milliards de dollars au cours
de l’exercice 1999-2000 pour atteindre 99,9 milliards au 31 mars 2000 (voir le
tableau de référence VI).
Emprunts en devises
Le gouvernement du Canada contracte des emprunts libellés en devises
exclusivement pour financer les placements du compte du fonds des changes.
Ce dernier constitue une réserve de devises utilisée pour assurer un marché
ordonné du dollar canadien et en favoriser la stabilité sur le marché des devises.
Les réserves de change servent également à des fins de liquidité d’ordre général.
Le programme des réserves du Canada vise principalement :
Les opérations
d’emprunt
en devises,
spécialement
sous forme
de swaps
de devises,
ont permis
de majorer
les réserves
internationales
de 6,1 milliards
de dollars
américains en
1999-2000.
■
à constituer des réserves suffisantes tout en minimisant les coûts qui
en découlent;
■
à minimiser les risques de devise et de taux d’intérêt en sélectionnant des
réserves qui correspondent au passif au chapitre de la devise et de l’échéance.
Le gouvernement s’est efforcé de façon soutenue d’accroître les réserves
internationales pour placer le Canada dans une situation comparable à celle des
autres emprunteurs publics. Les réserves sont passées de 11,9 milliards de dollars
américains au 31 décembre 1992 à 31,1 milliards de dollars américains au
31 mars 2000 (voir le graphique 18). En 1999-2000, les réserves internationales
ont augmenté de 6,1 milliards de dollars américains, tandis que les emprunts en
devises ont diminué de 0,9 milliard de dollars américains. Les réserves de change
ont augmenté en raison de swaps d’obligations intérieures en plusieurs devises et
de l’achat de dollars américains sur le marché des devises au comptant. Grâce
aux hausses enregistrées depuis 1996, le gouvernement a fait d’importants progrès
en vue d’atteindre ses objectifs.
Au cours des dernières années, les emprunts en devises ont dépassé l’actif en
devises (c.-à-d. les espèces, les dépôts et les titres) dans le Compte du fonds des
changes, surtout en raison de vastes interventions de change et d’importants
engagements envers le Fonds monétaire international en 1998. Le gouvernement
ayant pour politique de préserver le programme des réserves du Canada du risque
de change et du risque de taux d’intérêt, il prend des mesures pour équilibrer le
passif en devises et l’actif en devises.
En décembre 1998, en collaboration avec la Banque du Canada, le ministère des
Finances a instauré un programme d’achat de dollars américains sur les marchés
de change. Le produit de la vente de dollars canadiens sert à réduire le passif
libellé en dollars américains. Ce programme est mené par la Banque du Canada en
sa qualité de mandataire financier du gouvernement aux fins de la gestion de la
33
Un programme
d’achat
de dollars
américains a été
mis sur pied
dans le but de
combler l’écart
entre l’actif
et le passif
en devises.
dette fédérale. Les achats de dollars américains sont modestes par rapport aux
flux de trésorerie quotidiens sur le marché de change, et ils sont effectués en
tenant compte des conditions du marché. Le programme vise à combler l’écart
entre l’actif et le passif en devises au cours des prochaines années. Lorsque ce
programme a été lancé, l’écart était de quelque 13 milliards de dollars américains.
Des progrès substantiels ont été accomplis depuis : au 31 mars 2000, l’écart entre
le passif en devises (36,1 milliards de dollars américains) et l’actif liquide en
devises (27,6 milliards de dollars américains) se chiffraità environ 8,5 milliards de
dollars américains.
Graphique 18
Réserves internationales du Canada :
de décembre 1992 à mars 2000
G$US
35
30
25
20
15
10
5
0
31 déc.
1992
31 déc.
1993
31 déc.
1994
31 déc.
1995
31 déc.
1996
31 déc.
1997
31 déc.
1998
31 déc.
1999
31 mars
2000
Sources : ministère des Finances; Fonds monétaire international; Statistiques financières internationales
Au 31 mars 2000, les engagements en devises totalisaient 36,1 milliards de dollars
américain, 22,9 milliards de dollars américains sous forme d’emprunts en devises
et 13,2 milliards de dollars américains en swaps de devises (voir le tableau 5).
Les emprunts directs du Canada en devises représentent 7,1 % de l’encours total
de la dette contractée sur les marchés. Compte tenu de l’effet des swaps de
devises, les obligations en devises interviennent pour 11,4 % de l’ensemble de la
dette contractée sur les marchés.
L’encours des emprunts en devises se compose de bons du Canada, de billets du
Canada, d’eurobillets à moyen terme et d’obligations négociables de même que
de swaps d’engagements intérieurs. Les faits saillants de 1999-2000 selon le
programme sont énoncés ci-après.
34 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Tableau 5
Engagements en devises
31 mars 1999
31 mars 2000
Variation
(G$US)
Bons du Canada
Billets du Canada
Eurobillets à moyen terme
Obligations étrangères
6,7
0,8
3,3
13,0
4,1
0,7
3,0
15,0
-2,6
-0,1
-0,3
2,0
Total des emprunts en devises
23,8
22,9
-0,9
Swaps de devises
10,0
13,2
3,2
Total des engagements en devises
33,8
36,1
2,3
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
Bons du Canada et billets du Canada
Le niveau de
l’encours des
bons du Canada
a régressé de
2,6 milliards
de dollars
américains en
1999-2000.
Les bons du Canada sont des billets à ordre à court terme, libellés en dollars
américains. Émis sur le marché américain, ils constituent un moyen économique
d’obtenir du financement en dollars américains. L’encours des bons du Canada est
passé de 6,7 à 4,1 milliards de dollars américains en 1999-2000.
En 1999-2000,
aucune nouvelle
opération sur
eurobillets à
moyen terme
n’a été effectuée,
et l’encours
total a diminué
de 0,3 milliard
de dollars
américains.
Eurobillets à moyen terme
Le gouvernement fédéral a
effectué une
émission
obligataire
multimarchés
à cinq ans de
2,0 milliards
de dollars
américains en
novembre 1999.
Obligations libellées en devises
Les billets du Canada sont émis au besoin pour obtenir du financement à taux fixe
ou à taux variable pour une période de plus de neuf mois. L’encours des billets du
Canada que le gouvernement a commencé à émettre en mars 1996 a légèrement
diminué en 1999-2000, passant de 0,8 à 0,7 milliard de dollars américains. Aucun
billet du Canada n’a été émis en 1999-2000.
Lancé en mars 1997, le programme des eurobillets à moyen terme permet au
Canada de diversifier les sources de financement économique de ses réserves de
change. Les billets émis en vertu du nouveau programme peuvent être libellés en
différentes devises et être structurés en fonction de la demande. Les titres sont
habituellement échangés contre des dollars américains, qui sont la principale
devise composant les réserves de change. En 1999-2000, aucune nouvelle
opération sur eurobillets à moyen terme n’a été effectuée, et l’encours total de
ces titres est passé de 3,3 à 3,0 milliards de dollars américains.
À la fin de 1999-2000, l’encours des titres du gouvernement du Canada libellés en
devises s’élevait à 15,0 milliards de dollars américains pour les obligations à taux
nominal fixe. Le gouvernement fédéral a émis des obligations multimarchés à
cinq ans d’une valeur de 2,0 milliards de dollars américains en novembre 1999.
Cette vaste émission mondiale a été bien accueillie par les investisseurs et
distribuée à l’échelle mondiale.
35
Swaps de devises
En 1999-2000,
le gouvernement
fédéral a
accumulé des
réserves de
devises de
3,2 milliards
de dollars
américains.
Un swap de devises représente un accord qui permet d’échanger des types de
rendement (p. ex. un taux d’intérêt fixe contre un taux flottant); l’échange porte
aussi sur le principal jusqu’à échéance. Les swaps de devises portant sur des titres
intérieurs représentent un autre moyen rentable de remplacer les obligations
en devises, afin de permettre au gouvernement d’atteindre les objectifs de
financement de ses réserves de change à long terme. En 1999-2000, le
gouvernement fédéral a accumulé des réserves de devises de 3,2 milliards de
dollars américains en profitant d’un financement rentable grâce à 57 accords de
swaps de devises. Il s’agit d’une baisse par rapport à l’exercice précédent, alors
qu’il avait conclu 59 accords de swaps de devises qui lui ont permis d’amasser
des réserves de devises de 4,7 milliards de dollars américains. L’encours des swaps
de devises totalisait 13,2 milliards de dollars américains au 31 mars 2000.
Emprunts contractés sur le marché de détail
En 1999-2000,
les OEC et les
OPC ont été
mises en vente
simultanément
dans le cadre
d’un deuxième
projet pilote
de six mois.
Par « emprunts contractés sur le marché de détail », on entend, au sens large, les
titres négociables et les titres non négociables du gouvernement du Canada qui
sont détenus par des Canadiens et qui sont libellés en dollars canadiens. Le niveau
de titres au détail en circulation non négociables – les OEC et les OPC – est passé
de 27,7 milliards à 26,5 milliards en 1999-2000.
En 1999-2000, les OEC et les OPC ont été mises en vente simultanément dans le
cadre d’un deuxième projet pilote de six mois. Les OEC offrent un taux d’intérêt à
un an, le remboursement du capital à tout moment et celui de l’intérêt seulement
trois mois après la date d’achat. Les OPC offrent un taux d’intérêt plus élevé à plus
long terme, mais ne peuvent être remboursées qu’une fois l’an. Ces deux types
d’obligations comportent maintenant des options de régime enregistré d’épargneretraite et de fonds enregistré de revenu de retraite. Lancées à l’automne de 1998,
les OPC sont demeurées populaires et elles ont permis de diversifier le bassin
d’investisseurs du gouvernement. Pour des détails sur les opérations relatives aux
emprunts sur le marché de détail, veuillez consulter le site Web de Placements
Épargne Canada, à l’adresse http://www.csb.gc.ca/.
Gestion de la trésorerie du gouvernement du Canada
Les soldes
quotidiens
d’encaisse du
gouvernement
ont atteint
en moyenne
9,0 milliards
de dollars en
1999-2000,
une hausse de
7,1 milliards
de dollars par
rapport à
1998-1999.
Pour bien gérer ses encaisses, le gouvernement doit prévoir et suivre de près ses
rentrées et ses décaissements quotidiens, et appliquer un programme d’emprunts
permettant de refinancer les titres qui viennent à échéance et de maintenir les
encaisses au niveau prévu. En raison de l’ampleur des opérations financières
du gouvernement, des activités de la Banque du Canada et de l’évolution des
marchés, la prévision des variations quotidiennes de l’encaisse est inévitablement
entourée d’une certaine marge d’incertitude. Les encaisses doivent être en tout
temps d’un niveau suffisant pour combler les besoins de fonctionnement et étayer
les opérations financières du gouvernement.
36 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Les encaisses quotidiennes du gouvernement se sont élevées en moyenne à
9,0 milliards de dollars en 1999-2000, comparativement à 7,1 milliards de dollars
en 1998-1999.
Les encaisses sont placées sous forme de dépôts à terme auprès des adhérents
au Système de transfert de paiements de grande valeur, qui a récemment été mis
sur pied. Ces dépôts sont placés auprès d’institutions par voie d’adjudication
de manière à obtenir des taux de rendement concurrentiels. En 1999-2000, le
rendement des dépôts à terme a atteint en moyenne 4,78 %, par rapport à 5,06 %
l’année précédente.
37
Annexe 1
Cadre de gestion de la dette fédérale
Fondement législatif
La Loi sur la gestion des finances publiques constitue le cadre législatif en vertu
duquel le ministre des Finances peut emprunter des fonds sur les marchés
financiers pour le compte de l’administration publique. Aux termes de la Loi, le
ministre ne peut contracter d’emprunts sans l’autorisation du Parlement. Ce
dernier autorise le ministre à emprunter des fonds en vertu de lois sur le pouvoir
d’emprunt. Toujours en vertu de la Loi, le ministre peut refinancer les titres
venant à échéance sans avoir à obtenir d’autres autorisations du Parlement. La
Loi autorise le ministre à utiliser des outils et des techniques modernes en matière
financière et de gestion du risque (swaps de devises et de taux d’intérêt, contrats
d’option et contrats à terme, etc.) dans le cadre des opérations financières du
gouvernement et aux fins de gestion du risque. La Loi prévoit en outre que le
ministre des Finances peut établir les règles applicables aux adjudications de
ses titres d’emprunt.
Outre cette loi, la Loi sur la Banque du Canada autorise la Banque du Canada
à remplir les fonctions de mandataire financier du gouvernement. La Loi sur la
monnaie établit le Compte du fonds des changes et accorde au ministre des
Finances le pouvoir de gestion de ce compte.
Responsabilités institutionnelles
Le ministère des Finances, y compris Placements Épargne Canada (PEC), est
responsable de la gestion de la dette fédérale contractée sur les marchés, de
concert avec la Banque du Canada. La Division des marchés financiers du
ministère des Finances effectue des analyses et élabore des politiques et des
recommandations à l’égard des programmes d’emprunt fédéraux, pour
l’investissement des espèces et des réserves d’actifs du gouvernement et pour
la gestion des risques financiers.
La Division travaille en partenariat avec la Banque du Canada, qui est le
mandataire financier du gouvernement, en ce qui concerne tous les aspects des
activités de gestion de la dette. À titre de mandataire financier, la Banque du
Canada est responsable du volet opérationnel de ces activités, notamment les
adjudications de titres fédéraux, l’émission des titres d’emprunt, le paiement des
intérêts et la conduite des emprunts libellés en devises. La Banque est également
responsable de surveiller les activités du marché, de présenter des conseils en
matière de politique de gestion de la dette et de diriger l’unité de gestion des
risques du gouvernement.
C’est à PEC, un organisme de service spécial du gouvernement, qu’incombe au
premier chef de gérer le programme de placement de titres sur le marché de
détail. PEC, de concert avec la Division des marchés financiers et la Banque du
Canada, est responsable de l’orientation stratégique ainsi que de la promotion et
de la mise au point de nouveaux produits.
38 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Emprunts sur le marché intérieur
Les emprunts sur le marché intérieur s’inscrivent dans une perspective
stratégique – les titres sont émis régulièrement, selon un processus transparent,
pour maximiser l’intérêt et la participation des investisseurs. Les obligations
négociables, les obligations à rendement réel et les bons du Trésor sont vendus
dans le cadre d’adjudication aux distributeurs de titres du gouvernement du
Canada et aux investisseurs finals, la Banque du Canada agissant à titre de
mandataire financier du gouvernement du Canada. Les soumissions sont
présentées à la Banque du Canada par l’entremise du système de communication
et de relevés relatifs aux adjudications.
Des adjudications ont lieu tous les 3 mois pour les obligations à 2, à 5 et à 10 ans,
et tous les 6 mois pour les obligations à 30 ans. Il peut s’agir de nouvelles
émissions ou de réouvertures d’émissions d’obligations mises en vente
antérieurement. Les nouvelles émissions font en général l’objet de plusieurs
réouvertures, de façon à hausser la taille des émissions jusqu’à la taille cible des
obligations de référence.
Le calendrier des adjudications d’obligations ainsi que des détails sur les émissions
trimestrielles d’obligations négociables sont publiés avant le début de chaque
trimestre. Les données définitives – valeur des adjudications, date d’échéance,
encours dans le cas de réouvertures – sont communiquées une semaine avant
l’adjudication.
Les ventes sont effectuées par adjudications à enchères multiples, exception faite
des obligations à rendement réel, qui sont vendues par adjudication à prix unique.
Les distributeurs de titres d’État et les investisseurs peuvent faire des offres
concurrentielles ou non concurrentielles. Pour les adjudications à enchères
multiples, les offres concurrentielles sont acceptées par ordre croissant de
rendement (ordre décroissant de prix), jusqu’à ce que le montant total de
l’émission soit placé. Dans le cas des offres non concurrentielles, les titres sont
attribués au prix moyen des offres concurrentielles acceptées. Pour ce qui est des
adjudications à prix unique d’obligations à rendement réel, les obligations sont
attribuées à un prix équivalant au rendement réel le plus élevé des offres
concurrentielles acceptées, plus un rajustement au titre des intérêts courus et
de l’inflation.
Les émissions de bons du Trésor sont vendues par adjudication, à escompte. Les
bons du Trésor à approximativement 3, 6 ou 12 mois sont vendus par adjudication
toutes les 2 semaines, habituellement le mardi pour livraison le jeudi. Dans le
cadre du cycle de 2 semaines, les nouveaux bons du Trésor à 3 mois sont émis lors
de chaque adjudication. Dans le cas des nouveaux bons à 6 et à 12 mois, il y a
émission initiale la même semaine, suivie d’une réouverture au cours de
l’adjudication régulière suivante, 2 semaines plus tard.
On trouvera de plus amples renseignements sur les règles d’adjudication des titres
du gouvernement du Canada, les modalités de participation et le calendrier
trimestriel ainsi que les résultats des adjudications d’obligations sur le site Web de
la Banque du Canada, à l’adresse suivante : www.banqueducanada.ca.
39
Système de distribution des titres sur le marché intérieur
La participation des distributeurs et des investisseurs finals aux adjudications de
titres d’emprunt du gouvernement du Canada est régie par un ensemble de règles
d’adjudication et de modalités de participation adoptées en octobre 1998.
On compte 25 distributeurs de titres du gouvernement du Canada3 qui prennent
part à la distribution initiale des obligations et des bons du Trésor. Ces
distributeurs doivent être des membres ou des entités affiliées à un membre de
l’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM), et leurs
principaux services de négociation et de vente de titres du gouvernement du
Canada doivent être situés au Canada.
Aux termes de ces règles et modalités de participation, des limites de souscription
précises sont prévues pour les distributeurs et les investisseurs finals lors des
adjudications d’obligations et de bons du Trésor. Ces limites varient d’un
distributeur à l’autre en fonction de l’activité de chaque entité sur les marchés
primaire et secondaire des titres. Des limites de souscription distinctes
s’appliquent aux bons du Trésor et aux obligations. Tous les distributeurs doivent
communiquer à la Banque du Canada des renseignements concernant les titres du
gouvernement du Canada sur les marchés. Également, les soumissionnaires aux
adjudications de titres du gouvernement du Canada, y compris les clients, doivent
se conformer à la Politique no 5 de l’ACCOVAM3, qui énonce des normes
applicables aux opérations sur les marchés de titres d’emprunt au Canada.
Les distributeurs de titres d’État dont le volume d’opérations sur les marchés
primaire et secondaire atteint un certain seuil deviennent des négociants
principaux et constituent le noyau des distributeurs de titres du gouvernement
du Canada. Le statut de négociant principal peut être accordé à un participant
au marché des bons du Trésor, au marché obligataire ou aux deux. Les négociants
principaux ont différentes responsabilités relativement aux titres du
gouvernement du Canada. Ils doivent se conformer aux limites de soumission
prescrites lors de chaque adjudication pour l’ensemble de leurs clients, et afficher
les cours acheteurs et vendeurs des bons du Trésor et des obligations à l’intention
d’un vaste bassin d’investisseurs.
Emprunts en devises
L’encours de la dette en devises se compose d’un programme d’effets de commerce
à court terme libellés en dollars américains (les bons du Canada), de deux
programmes de billets à moyen terme (billets du Canada et eurobillets à moyen
terme) et d’importantes émissions publiques d’obligations. Ces titres sont émis
lorsqu’un besoin est constaté et que les conditions du marché sont favorables.
Le gouvernement comble également ses besoins de financement en devises en
achetant des dollars américains sur le marché des changes au comptant ainsi qu’en
procédant à des swaps de devises portant sur des obligations intérieures.
3
On trouvera de plus amples renseignements sur les courtiers en titres d’État et sur la Politique no 5
de l’ACCOVAM sur le site Web de la Banque du Canada, à l’adresse suivante :
www.banqueducanada.ca.
40 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Emprunts contractés sur le marché de détail
Le gouvernement vend des Obligations d’épargne du Canada (OEC) et des
Obligations à prime du Canada (OPC) – titres non négociables – directement
à des particuliers, les investisseurs « de détail », qui résident au Canada.
Il existe deux grands circuits de vente directe des OEC et des OPC : le Programme
d’épargne-salaire et les institutions financières. Dans le cadre du Programme,
les employés au service d’employeurs qui parrainent le Programme peuvent
souscrire des OEC durant la campagne de ventes et les payer par voie de retenues
sur leur paie.
Les Canadiens peuvent aussi souscrire des OEC et des OPC directement auprès
de l’institution financière avec laquelle ils font affaire, qu’il s’agisse d’une banque,
d’une société de fiducie, d’un courtier en valeurs mobilières, d’une société
d’épargne et de prêt ou d’une coopérative de crédit. Enfin, dans le cadre d’un
programme pilote, ils peuvent souscrire des OEC et des OPC directement auprès
de la Banque du Canada, par téléphone.
41
Annexe 2
Titres émis sur le marché par le gouvernement du Canada
Obligations négociables à taux nominal fixe
Depuis octobre 1995, les obligations négociables du gouvernement du Canada
sont émises uniquement sous forme de certificat global, établi au montant total
des obligations et sous forme entièrement nominative, au nom de CDS & Co.
pour le compte de la Caisse canadienne de dépôt de valeurs limitée (CDS).
Ces obligations doivent être achetées, cédées ou vendues directement ou
indirectement par l’entremise d’un participant au Service de compensation
des titres d’emprunt de la CDS et uniquement en coupures représentant
des multiples de 1 000 $ (valeur nominale). Avant décembre 1993, les obligations
du gouvernement du Canada étaient émises au porteur ou sous forme entièrement
nominative, en coupures allant de mille à 1 million de dollars. De décembre 1993 à
septembre 1995, toutes les émissions d’obligations du gouvernement du Canada se
présentaient sous forme entièrement nominative. Aucune obligation négociable en
dollars canadiens n’est rachetable par anticipation. Sur toutes les obligations
négociables en dollars canadiens, l’intérêt est versé semestriellement.
Bons du Trésor
Depuis novembre 1995, les bons du Trésor sont émis uniquement sous forme de
certificat global, établi au montant total des bons et sous forme entièrement
nominative, au nom de CDS & Co. pour le compte de la CDS. Les bons du Trésor
doivent être achetés, cédés ou vendus directement ou indirectement par
l’entremise d’un participant au Service de compensation des titres d’emprunt de la
CDS et uniquement en coupures représentant des multiples de 1 000 $ (valeur
nominale). Avant novembre 1995, les bons du Trésor étaient émis au porteur en
coupures allant de mille à 1 million de dollars.
Le gouvernement du Canada émet également de façon périodique des bons de
gestion de la trésorerie, dont l’échéance est de moins de trois mois (l’échéance
peut même être à un jour seulement) et qui constituent une source de
financement à court terme pour le gouvernement. Les adjudications peuvent avoir
lieu n’importe quel jour ouvrable, en général avec livraison le jour suivant, et
parfois avec livraison le même jour.
Obligations à rendement réel du gouvernement du Canada
Les obligations à rendement réel du gouvernement du Canada sont assorties d’un
intérêt nominal réel payable chaque semestre. Contrairement aux obligations
négociables à taux d’intérêt nominal fixe, l’intérêt versé est rajusté pour tenir
compte des variations de l’indice des prix à la consommation (IPC), plus
précisément l’indice d’ensemble des prix à la consommation, non désaisonnalisé,
qui est publié chaque mois par Statistique Canada. L’intérêt nominal payable
chaque semestre est calculé de la façon suivante :
paiement d’intérêt nominali = taux nominal réel/2 x (principal + indemnité
pour l’inflationi)
42 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
où l’indemnité pour l’inflationi = ((principal x IPC de référencei/IPC de
référencebase) – principal).
L’IPC de référence pour le premier jour de chaque mois civil correspond à l’IPC du
troisième mois civil. Pour tout autre jour du mois, l’IPC de référence sera calculé
par interpolation linéaire entre l’IPC de référence applicable au premier jour de
ce mois et l’IPC de référence applicable au premier jour du mois suivant. L’IPC de
référencebase pour une émission d’obligations est l’IPC de référencei applicable à
la date d’émission.
À l’échéance, les détenteurs reçoivent, outre l’intérêt nominal, un dernier
versement égal à la somme du principal et de l’indemnité pour inflation accumulée
depuis la date d’émission :
paiement final = principal + ((principal x IPC de référenceéchéance/IPC
référencebase) – principal).
Ces obligations doivent être achetées, cédées ou vendues directement ou
indirectement par l’entremise d’un participant au Service de compensation
des titres d’emprunt, et uniquement en coupures représentant des multiples
de 1 000 $ (valeur nominale).
Obligations d’épargne du Canada
Les Obligations d’épargne du Canada (OEC) sont vendues par la plupart des
institutions financières canadiennes. Également, de nombreuses organisations
parrainent le Programme d’épargne-salaire, ce qui permet à bon nombre de
Canadiennes et de Canadiens d’y souscrire et d’effectuer les paiements sous forme
de retenues sur leur paie.
Sauf dans des circonstances particulières, les OEC ne peuvent être immatriculées
qu’au nom de résidents canadiens; elles sont à intérêt régulier ou à intérêt
composé. Dans le cas des OEC assorties d’un certificat, les coupures vont de 100 $
(300 $ pour les obligations à intérêt régulier) à 10 000 $. Les OEC ne sont pas
rachetables par anticipation et, à quelques exceptions près, ne sont pas cessibles.
Les OEC garantissent des taux d’intérêt annuels minimums. Ces taux augmentent
si les conditions du marché sont favorables, et le souscripteur est assuré qu’ils ne
seront pas inférieurs à ceux affichés pour la période pertinente. Les OEC sont
encaissables en tout temps et, après les trois premiers mois, l’intérêt est calculable
jusqu’à la fin du mois qui précède l’encaissement. Le principal et les intérêts sont
entièrement garantis par le gouvernement du Canada.
Obligations à prime du Canada
L’Obligation à prime du Canada (OPC) a été lancée par le gouvernement du
Canada en 1998. Comme dans le cas de l’OEC, elle est vendue par la plupart des
institutions financières canadiennes.
43
Les OPC rapportent des taux d’intérêt plus élevés que les OEC vendues lors de la
même période; elles ne sont encaissables qu’une fois l’an, à la date d’anniversaire
de l’émission ou dans les 30 jours suivants, sans pénalité. Une fois la date
d’émission passée, les taux d’intérêt annoncés pour la période pertinente ne sont
pas modifiés. Les OPC sont à intérêt régulier ou à intérêt composé. Les OPC à
intérêt composé sont offertes en coupures de 100 $ et plus, celles à intérêt
régulier, en coupures de 300 $ et plus. Le principal et les intérêts sont entièrement
garantis par le gouvernement du Canada. Ces obligations ne sont pas rachetables
par anticipation.
Bons du Canada
Les bons du Canada sont des billets à ordre offerts sous forme compatible avec le
système d’inscription en compte et libellés en dollars américains. Ils viennent à
échéance au plus tard 270 jours après la date de leur émission et sont émis à
escompte. La plus petite coupure est de 1 000 dollars américains, et la commande
minimale, de 1 million de dollars américains. La livraison et le règlement des bons
du Canada s’effectuent en fonds même jour au bureau de la Chase Manhattan
Bank, à New York.
La distribution initiale des bons du Canada est assurée par cinq courtiers : CIBC
Wood Gundy Inc., CS First Boston, Goldman, Sachs & Co., Lehman Brothers et
RBC Dominion valeurs mobilières Inc. Les taux des bons du Canada sont affichés
chaque jour pour des échéances allant de un à six mois.
Les bons du Canada sont émis uniquement en vue du financement des réserves
de change.
Billets du Canada
Les billets du Canada sont des billets à ordre habituellement libellés en dollars
américains, offerts sous forme compatible avec le système d’inscription en compte.
Ils sont émis en coupures d’au moins 1 000 dollars américains. À l’heure actuelle,
l’encours total des billets du Canada est limité à 10 milliards de dollars américains.
Les billets peuvent avoir une échéance à neuf mois ou plus; les taux peuvent être
fixes ou variables.
Les taux d’intérêt ou la formule des taux d’intérêt, le prix d’émission, l’échéance,
les dispositions relatives aux rachats ou aux remboursements ainsi que les autres
modalités applicables sont établis par le gouvernement du Canada lors de
l’émission et sont précisés dans le Pricing Supplement. La livraison et le paiement
des billets du Canada se font au bureau de la Banque de New York.
La distribution régulière des billets du Canada est assurée par le gouvernement
par l’intermédiaire de cinq courtiers : CS First Boston, Goldman, Sachs & Co.,
Lehman Brothers, Nesbitt Burns Inc. et Scotia Capital Markets. Le gouvernement
peut également vendre les billets à d’autres agents ou directement aux
investisseurs.
Les billets du Canada sont émis uniquement en vue du financement des réserves
de change.
44 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Eurobillets à moyen terme
Les eurobillets à moyen terme sont des billets émis à l’extérieur du Canada et des
États-Unis. Les eurobillets du gouvernement du Canada sont vendus par des
membres du groupe de courtiers désignés ou par des courtiers ne faisant pas
partie de ce groupe, mais agissant à titre de mandataires du gouvernement pour
une transaction donnée. Les eurobillets font l’objet d’achats fermes (le courtier
qui achète des eurobillets est responsable de leur vente); les ventes ont lieu sur
une base intermittente.
L’arrangeur du programme des eurobillets à moyen terme est Morgan Stanley
Dean Witter. Le groupe de courtiers, situé à Londres, comprend CIBC World
Markets plc, Goldman Sachs International, J.P. Morgan Securities Ltd.,
Nomura International, TD Securities, Deutsche Bank, Merrill Lynch International,
Morgan Stanley Dean Witter, RBC Dominion valeurs mobilières Inc. et
Warburg Dillon Read.
Le programme des eurobillets à moyen terme a pour objet de diversifier les
sources de financement économique des réserves de change. Les billets peuvent
être libellés dans différentes devises et être structurés en fonction de la demande
des investisseurs.
45
Annexe 3
Glossaire
Coefficient de rotation : rapport entre le volume des titres échangés et leur
encours total, exprimé en pourcentage.
Compte du fonds des changes : fonds tenu par le gouvernement du Canada afin
de promouvoir la stabilité du dollar canadien sur le marché des changes et l’ordre
sur ce marché. À cette fin, on achète des devises (on vend des dollars canadiens)
lorsque le dollar canadien subit des pressions à la hausse et l’on vend des devises
(on achète des dollars canadiens) quand le dollar subit des pressions à la baisse.
Cours acheteur : prix qu’un acheteur est disposé à payer pour un titre.
Cours vendeur : prix qu’un vendeur est disposé à accepter pour un titre.
Dette contractée sur les marchés : aux fins de la gestion de la dette, la dette
contractée sur les marchés est la partie de la dette financée sur les marchés
publics. Elle comprend les obligations négociables, les bons du Trésor, les titres
vendus sur le marché de détail (surtout les Obligations d’épargne du Canada),
les bons et obligations libellés en devises ainsi que les obligations émises en faveur
du Régime de pensions du Canada.
Dette non contractée sur les marchés : dette interne du gouvernement, qui
comprend surtout les engagements au titre des régimes de retraite du secteur
public fédéral et le passif à court terme du gouvernement (comptes créditeurs,
charges à payer, intérêts et paiement de la dette échue).
Dette portant intérêt : comprend la dette non échue, ou dette contractée sur
les marchés, et les engagements de l’État au titre des comptes internes tels que les
régimes de retraite des fonctionnaires fédéraux.
Dette publique brute : montant total dû par l’État. Elle se compose à la fois de
la dette contractée sur les marchés, représentée par l’encours de titres tels que les
bons du Trésor et les Obligations d’épargne du Canada, et de la dette interne,
contractée principalement envers le fonds de pension des fonctionnaires fédéraux,
ainsi que d’autres passifs à court terme.
Dette publique nette : dette publique brute moins les actifs financiers.
Écart entre les cours acheteur et vendeur : différence entre les cours
acheteur et vendeur. Cet écart est normalement mesuré en points de base
(centièmes de un pour cent).
Excédent budgétaire : il y a excédent lorsque, au cours de l’exercice, les
recettes de l’État dépassent les dépenses budgétaires. Il y a déficit lorsque les
dépenses dépassent les recettes.
Instrument de dette négociable : instrument émis par le gouvernement
du Canada et adjugé par voie de soumissions publiques ou de syndication.
De telles émissions peuvent être échangées entre investisseurs alors qu’elles
sont en circulation.
46 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Obligation de référence : émission particulière qui se démarque des autres dans
chaque catégorie d’échéance. Elle est considérée par le marché comme
la référence par rapport à laquelle toutes les autres émissions de la catégorie
sont évaluées.
Réserves de change : avoirs libellés en devises (p. ex., obligations portant
intérêt) que détiennent les États souverains pour soutenir la valeur de la monnaie
nationale. Les réserves de change du Canada sont détenues dans un compte
spécial appelé Compte du fonds des changes.
Ressources ou besoins financiers : correspondent à l’écart entre les rentrées
et les sorties de fonds de l’État. Dans le cas des besoins financiers, il s’agit donc du
montant des nouveaux emprunts que l’État doit contracter auprès de prêteurs de
l’extérieur pour faire face à ses besoins de financement au cours d’un exercice.
Structure des échéances et taux d’intérêts correspondants : les taux
d’intérêt pour les échéances à court et à long termes.
Titres non négociables : partie de la dette non négociable de la dette contractée
sur les marchés. Les titres sont émis à l’intention des particuliers (Obligations
d’épargne du Canada et Obligations à prime du Canada).
47
Tableaux de référence
I Dette publique brute, encours de la dette
sur le marché et frais de la dette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
II Encours de la dette du gouvernement du Canada sur le marché . . . . . . . 50
III Opérations sur titres du gouvernement du Canada
sur le marché intérieur, moyennes hebdomadaires,
d’avril 1999 à mars 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
IV Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada
détenus par des résidents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
V Portefeuilles (participation directe) de titres du gouvernement
du Canada détenus par des non-résidents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
VI Programme des bons du Trésor, exercice 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . 59
VII Résultats des adjudications des bons du Trésor,
exercice 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
VIII Obligations négociables libellées en dollars canadiens,
exercice 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
IX Résultats des adjudications d’obligations négociables,
exercice 1999-2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .……… 62
X Programme de rachats d’obligations, opérations 1999-2000 . . . . . . . . . . . 63
XI Encours des obligations négociables du gouvernement
du Canada libellées en dollars canadiens, au 31 mars 2000 . . . . . . . . . . . 64
XII Encours des swaps du gouvernement
du Canada au 31 mars 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
XIII Obligations d’épargne du Canada
et Obligations à prime du Canada, de 1983-1984 à 1999-2000 . . . . . . . . . 68
XIV Emprunts des sociétés d’État, au 31 mars 2000 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69
51,9
50,9
51,2
49,6
49,9
50,4
50,7
50,4
53,3
55,1
56,9
61,7
63,7
64,5
66,5
(G$)
274,8
308,9
340,1
371,5
397,2
433,3
467,4
503,9
546,4
584,8
624,7
640,7
638,5
640,3
638,7
(%)
Encours
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
66,6
66,6
(%)
25,4
26,7
29,0
33,2
38,8
42,6
41,2
38,8
38,0
42,0
46,9
45,0
40,9
41,4
41,6
(G$)
Part moyenne
à taux
Frais totaux
fixe2
de la dette
201,2
228,6
250,8
276,3
294,6
323,9
351,9
382,7
414,0
441,0
469,5
476,9
467,3
460,4
456,4
(G$)
Encours
Sources : Comptes publics du Canada, Revue de la Banque du Canada, estimations du ministère des Finances
Il n’existe pas de données comparatives pour les exercices précédents.
2
20,7
21,5
23,1
26,5
31,4
34,3
32,4
29,4
28,0
31,4
35,3
33,0
31,0
30,8
30,5
(G$)
Frais totaux
de la dette
Après rajustement au titre des obligations ne portant pas intérêt. La définition de la dette à taux fixe peut varier légèrement d’un exercice à l’autre en fonction
des changements de structure de la dette.
36,7
36,9
38,2
37,2
38,1
38,5
38,9
39,0
42,7
44,4
47,9
53,8
56,8
58,5
59,1
(%)
Part à taux
fixe
Dette sur le marché
1
Nota – Les échéances différentes de la structure de la dette entraîneront une variation mensuelle modeste du ratio fixe.
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
Exercice
Part à taux
fixe1
Dette publique brute
Tableau de référence I
Dette publique brute, encours de la dette sur le marché et frais de la dette
10,66
9,34
9,61
10,82
11,20
10,72
8,86
7,88
6,75
7,97
7,34
6,66
6,64
6,70
6,15
(%)
Taux
d’intérêt
moyen
49
1977-1978
1978-1979
1979-1980
1980-1981
1981-1982
1982-1983
1983-1984
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
84
96
113
136
154
171
189
205
445
1 796
2 492
3 005
3 072
3 492
3 501
3 505
3 497
3 488
3 478
3 468
3 456
4 063
3 427
pour
le RPC
Total
51 060
60 062
68 007
78 848
88 242
110 522
137 268
164 026
188 165
217 120
239 999
268 501
289 510
320 025
348 891
377 875
403 736
424 207
452 790
453 838
440 045
424 737
423 642
Obligations
Bons du
Canada
(M$CAN)
181
0
3 319
0
3 312
0
3 236
0
3 867
0
4 872
0
4 306
0
4 972
0
9 331
0
9 120
1 045
8 438
1 045
6 672
1 131
4 364
1 446
3 555
1 008
3 535
0
2 926
2 552
5 019
5 649
7 875
9 046
9 514
6 986
12 460
8 436
14 590
9 356
19 655
10 171
21 464
6 008
Obligations
négociables
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
310
2 121
3 176
6 182
5 168
Billets du
Canada1
850
2 782
359
355
0
0
510
1 909
2 233
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
Tirages
sur lignes
de crédit
Payable en devises
0
1 115
1 030
1 046
550
362
398
1 172
2 247
2 047
2 257
934
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
1 031
7 216
4 701
4 637
4 417
5 234
5 214
8 053
13 811
12 212
11 740
8 737
5 810
4 563
3 535
5 478
10 668
16 921
16 810
23 017
27 122
36 008
32 640
51 664
66 640
72 021
83 138
93 167
116 562
142 901
172 719
201 229
228 611
250 809
276 301
294 562
323 903
351 885
382 741
413 975
440 998
469 547
476 852
467 291
460 427
456 406
Total
Prêts
sur le
à terme Total marché
Y compris eurobillets à moyen terme.
Sources : Revue de la Banque du Canada, ministère des Finances
1
Nota – La classification de la dette du gouvernement du Canada en sous-catégories est conforme aux rapports de la Banque du Canada; ces catégories peuvent
différer légèrement de celles utilisées dans les comptes publics, en raison des particularités des méthodes de classification. L’encours total de la dette sur le marché
peut ne pas correspondre au total des montants indiqués, ce qui s’explique par les légères différences qui existent entre les chiffres de la Banque du Canada et ceux
des Comptes publics du Canada.
18 036
19 443
18 182
15 966
25 108
32 753
38 403
42 167
44 607
43 854
52 558
47 048
40 207
33 782
35 031
33 884
30 866
30 756
30 801
32 911
30 302
28 810
27 115
11 295
13 535
16 325
21 770
19 375
29 125
41 700
52 300
61 950
76 950
81 050
102 700
118 550
139 150
152 300
162 050
166 000
164 450
166 100
135 400
112 300
96 950
99 850
Exercice
21 645
26 988
33 387
40 976
43 605
48 473
56 976
69 354
81 163
94 520
103 899
115 748
127 681
143 601
158 059
178 436
203 373
225 513
252 411
282 059
293 987
294 914
293 250
Bons du Obligations
Titres
Trésor négociables au détail
Payable en dollars canadiens
Tableau de référence II
Encours de la dette du gouvernement du Canada sur le marché
50 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
25 024
20 668
22 153
20 702
24 794
21 812
25 088
21 061
19 177
31 585
29 127
Mai 1999
Juin 1999
Juillet 1999
Août 1999
Septembre 1999
Octobre 1999
Novembre 1999
Décembre 1999
Janvier 2000
Février 2000
Mars 2000
27 907
26 210
24 376
16 584
26 809
24 996
29 433
26 575
19 902
29 419
30 533
22 072
Source : Banque du Canada, Statistiques bancaires et financières
23 921
Avril 1999
Bons du Trésor
3 ans
et moins
30 925
35 933
26 786
21 593
35 593
30 457
30 489
30 375
26 847
32 657
38 873
32 927
3–10 ans
9 948
12 025
8 493
7 106
10 838
13 613
8 597
11 116
8 963
10 332
13 099
12 483
(M$)
Plus de
10 ans
322
217
238
138
420
128
281
181
142
248
206
118
Obligations à
rendement
réel
Obligations négociables
69 102
74 385
59 893
45 421
73 660
69 194
68 800
68 247
55 854
72 656
82 711
67 600
Total des
obligations
négociables
98 229
105 970
79 070
66 482
98 748
91 006
93 594
88 949
78 007
93 324
107 735
91 521
Total
Tableau de référence III
Opérations sur titres du gouvernement du Canada sur le marché intérieur, moyennes hebdomadaires, d’avril 1999 à mars 2000
51
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Fin
d’exercice
17 932
20 277
22 737
23 143
24 253
33 125
42 320
50 306
60 748
74 332
71 073
83 711
86 574
84 649
81 060
74 880
72 869
63 163
52 751
46 128
43 971
38 983
37 054
36 813
Particuliers et
entreprises non
constituées
395
321
403
374
555
520
2 267
5 502
6 783
7 387
6 259
8 591
8 634
11 402
11 797
11 580
13 696
10 359
12 039
12 048
10 013
10 470
8 529
9 285
Sociétés non
financières
8 242
10 268
12 001
13 656
15 858
17 100
15 428
16 859
17 184
15 668
18 374
20 201
20 606
21 133
20 325
22 370
22 607
23 498
24 902
23 590
25 556
27 198
27 911
29 075
Banque du
Canada
8 666
9 601
9 896
10 156
10 002
10 003
11 233
15 107
15 164
15 198
17 779
16 012
21 115
19 804
23 224
35 792
44 555
60 242
70 063
76 560
74 789
67 715
65 636
54 724
Banques
à charte
716
1 048
1 537
1 684
2 771
2 452
3 288
5 551
4 887
5 706
7 277
6 400
7 492
9 854
10 460
12 091
12 428
11 229
9 992
10 947
10 952
7 054
6 659
7 048
(M$)
1 436
2 271
3 738
6 716
9 274
10 569
13 151
17 816
24 039
31 068
34 887
38 870
42 460
46 037
52 984
55 846
60 042
69 917
78 559
87 484
90 231
95 102
100 056
108 582
Compagnies
d’assurance-vie
Quasiet caisses
banques2
de retraite
2 273
3 114
4 020
4 103
5 561
5 342
9 177
9 984
11 978
15 086
18 414
19 547
19 028
23 850
26 051
33 054
39 396
45 321
52 847
59 244
71 514
78 796
79 497
81 311
Institutions
financières
publiques
et autres3
730
1 014
1 721
2 878
4 248
4 194
4 654
5 321
7 166
10 106
11 293
13 918
17 186
17 840
19 574
21 015
20 222
16 397
24 967
26 324
24 828
25 429
23 053
27 990
Toutes
administrations4
40 390
47 914
56 053
62 710
72 522
83 305
101 518
126 446
147 949
174 551
185 356
207 250
223 095
234 569
245 475
266 628
285 815
300 126
326 120
342 325
351 854
350 747
348 395
354 828
Total5
Tableau de référence IV
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada détenus par des résidents
PARTIE A – bons du Trésor, bons du Canada, obligations1, Obligations d’épargne du Canada et Obligations à prime du Canada
52 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Fin
d’exercice
44,40
42,32
40,56
36,90
33,44
39,76
41,69
39,78
41,06
42,58
38,34
40,39
38,81
36,09
33,02
28,08
25,50
21,05
16,18
13,47
12,50
11,11
10,64
10,37
Particuliers et
entreprises non
constituées
0,98
0,67
0,72
0,60
0,77
0,62
2,23
4,35
4,58
4,23
3,38
4,15
3,87
4,86
4,81
4,34
4,79
3,45
3,69
3,52
2,85
2,99
2,45
2,62
Sociétés non
financières
20,41
21,43
21,41
21,78
21,87
20,53
15,20
13,33
11,61
8,98
9,91
9,75
9,24
9,01
8,28
8,39
7,91
7,83
7,64
6,89
7,26
7,75
8,01
8,19
Banque du
Canada
21,46
20,04
17,65
16,20
13,79
12,01
11,07
11,95
10,25
8,71
9,59
7,73
9,46
8,44
9,46
13,42
15,59
20,07
21,48
22,36
21,26
19,31
18,84
15,42
Banques
à charte
1,77
2,19
2,74
2,69
3,82
2,94
3,24
4,39
3,30
3,27
3,93
3,09
3,36
4,20
4,26
4,53
4,35
3,74
3,06
3,20
3,11
2,01
1,91
1,99
(%)
3,56
4,74
6,67
10,71
12,79
12,69
12,95
14,09
16,25
17,80
18,82
18,76
19,03
19,63
21,58
20,95
21,01
23,30
24,09
25,56
25,64
27,11
28,72
30,60
Compagnies
d’assurance-vie
Quasiet caisses
banques2
de retraite
5,63
6,50
7,17
6,54
7,67
6,41
9,04
7,90
8,10
8,64
9,93
9,43
8,53
10,17
10,61
12,40
13,78
15,10
16,20
17,31
20,32
22,47
22,82
22,92
Institutions
financières
publiques
et autres3
1,81
2,12
3,07
4,59
5,86
5,03
4,58
4,21
4,84
5,79
6,09
6,72
7,70
7,61
7,97
7,88
7,08
5,46
7,66
7,69
7,06
7,25
6,62
7,89
Toutes
administrations4
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
Total5
Tableau de référence IV (suite)
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada détenus par des résidents
PARTIE B – bons du Trésor, bons du Canada, obligations1, Obligations d’épargne du Canada et Obligations à prime du Canada
53
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Fin
d’exercice
171
394
576
785
1 493
1 019
1 237
3 766
7 454
13 340
16 158
17 712
20 196
32 638
37 743
32 358
34 840
29 401
17 476
13 767
8 024
3 158
1 204
9 044
Particuliers et
entreprises non
constituées
125
136
198
165
288
369
1 930
5 146
6 275
6 517
4 875
7 232
7 414
9 668
10 756
10 437
11 254
9 657
8 499
9 204
8 285
6 858
6 219
6 731
Sociétés non
financières
1 964
2 461
3 567
4 345
5 317
5 431
2 483
2 595
3 515
3 985
7 967
9 682
9 945
11 124
10 574
13 093
14 634
16 876
18 973
18 298
17 593
14 233
10 729
8 584
Banque du
Canada
4 219
4 949
5 517
6 690
7 500
8 597
10 034
12 879
12 997
12 629
15 161
11 498
15 224
16 410
16 841
24 382
27 989
29 901
30 415
30 865
23 470
19 448
15 974
9 062
Banques
à charte
52
143
193
65
619
343
1 357
3 180
2 792
3 651
4 709
3 725
5 614
8 116
8 976
9 089
9 646
9 222
6 879
7 760
5 493
3 133
2 392
2 776
(M$)
44
98
261
245
460
560
1 244
2 587
3 876
3 924
3 592
4 806
7 648
7 664
11 737
10 386
11 639
17 085
14 385
15 321
13 530
8 956
4 570
7 443
Compagnies
d’assurance-vie
Quasiet caisses
banques2
de retraite
Tableau de référence IV (suite)
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada détenus par des résidents
PARTIE C – bons du Trésor et bons du Canada
515
1 020
1 554
1 550
2 431
2 187
5 008
5 376
6 544
8 129
10 164
9 589
9 133
12 408
12 998
17 636
19 907
22 336
22 021
25 183
32 752
33 200
32 716
36 356
Institutions
financières
publiques
et autres3
193
311
519
843
1 512
1 082
1 199
1 286
2 498
4 136
3 416
5 002
7 726
9 251
9 388
10 417
8 726
5 151
10 631
10 603
6 264
4 354
1 654
2 970
Toutes
administrations4
7 283
9 512
12 385
14 688
19 620
19 588
24 492
36 815
45 951
56 311
66 042
69 246
82 900
107 279
119 013
127 798
138 635
139 629
129 279
131 001
115 411
93 340
75 458
82 966
Total5
54 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Fin
d’exercice
2,35
4,14
4,65
5,34
7,61
5,20
5,05
10,23
16,22
23,69
24,47
25,58
24,36
30,42
31,71
25,32
25,13
21,06
13,52
10,51
6,95
3,38
1,60
10,90
Particuliers et
entreprises non
constituées
1,72
1,43
1,60
1,12
1,47
1,88
7,88
13,98
13,66
11,57
7,38
10,44
8,94
9,01
9,04
8,17
8,12
6,92
6,57
7,03
7,18
7,35
8,24
8,11
Sociétés non
financières
26,97
25,87
28,80
29,58
27,10
27,73
10,14
7,05
7,65
7,08
12,06
13,98
12,00
10,37
8,88
10,25
10,56
12,09
14,68
13,97
15,24
15,25
14,22
10,35
Banque du
Canada
57,93
52,03
44,55
45,55
38,23
43,89
40,97
34,98
28,28
22,43
22,96
16,60
18,36
15,30
14,15
19,08
20,19
21,41
23,53
23,56
20,34
20,84
21,17
10,92
Banques
à charte
0,71
1,50
1,56
0,44
3,15
1,75
5,54
8,64
6,08
6,48
7,13
5,38
6,77
7,57
7,54
7,11
6,96
6,60
5,32
5,92
4,76
3,36
3,17
3,35
(%)
0,60
1,03
2,11
1,67
2,34
2,86
5,08
7,03
8,44
6,97
5,44
6,94
9,23
7,14
9,86
8,13
8,40
12,24
11,13
11,70
11,72
9,60
6,06
8,97
Compagnies
d’assurance-vie
Quasiet caisses
banques2
de retraite
Tableau de référence IV (suite)
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada détenus par des résidents
PARTIE D – bons du Trésor et bons du Canada
7,07
10,72
12,55
10,55
12,39
11,16
20,45
14,60
14,24
14,44
15,39
13,85
11,02
11,57
10,92
13,80
14,36
16,00
17,03
19,22
28,38
35,57
43,36
43,82
Institutions
financières
publiques
et autres3
2,65
3,27
4,19
5,74
7,71
5,52
4,90
3,49
5,44
7,34
5,17
7,22
9,32
8,62
7,89
8,15
6,29
3,69
8,22
8,09
5,43
4,66
2,19
3,58
Toutes
administrations4
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
Total5
55
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Fin
d’exercice
1 277
1 690
1 926
3 736
4 890
6 759
7 374
6 813
9 906
11 483
9 827
10 959
11 501
8 313
7 874
5 215
2 147
1 140
1 764
3
1 557
4 537
7 520
222
Particuliers et
entreprises non
constituées
270
185
205
209
267
151
337
356
508
870
1 384
1 359
1 220
1 734
1 041
1 143
2 442
702
3 540
2 844
1 728
3 612
2 310
2 554
Sociétés non
financières
6 278
7 807
8 434
9 311
10 541
11 669
12 945
14 264
13 669
11 683
10 407
10 519
10 661
10 009
9 751
9 277
7 973
6 622
5 929
5 292
7 963
12 965
17 182
20 491
Banque du
Canada
4 447
4 652
4 379
3 466
2 502
1 406
1 199
2 228
2 167
2 569
2 618
4 514
5 891
3 394
6 383
11 410
16 566
30 341
39 648
45 695
51 319
48 267
49 662
45 662
Banques
à charte
664
905
1 344
1 619
2 152
2 109
1 931
2 371
2 095
2 055
2 568
2 675
1 878
1 738
1 484
3 002
2 782
2 007
3 113
3 187
5 459
3 921
4 267
4 272
(M$)
1 392
2 173
3 477
6 471
8 814
10 009
11 907
15 229
20 163
27 144
31 295
34 064
34 812
38 373
41 247
45 460
48 403
52 832
64 174
72 163
76 701
86 146
95 486
101 139
Compagnies
d’assurance-vie
Quasiet caisses
banques2
de retraite
Tableau de référence IV (suite)
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada détenus par des résidents
PARTIE E – obligations1
1 758
2 094
2 466
2 553
3 130
3 155
4 169
4 608
5 434
6 957
8 250
9 958
9 895
11 442
13 053
15 418
19 489
22 985
30 826
34 061
38 762
45 596
46 781
44 955
Institutions
financières
publiques
et autres3
537
703
1 202
2 035
2 736
3 112
3 455
4 035
4 668
5 970
7 877
8 916
9 460
8 589
10 186
10 598
11 496
11 246
14 336
15 721
18 564
21 075
21 399
25 020
Toutes
administrations4
16 623
20 209
23 433
29 400
35 032
38 370
43 317
49 904
58 610
68 731
74 226
82 964
85 318
83 592
91 019
101 523
111 298
127 875
163 330
178 966
202 053
226 119
244 607
244 315
Total5
56 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
7,68
8,36
8,22
12,71
13,96
17,62
17,02
13,65
16,90
16,71
13,24
13,21
13,48
9,94
8,65
5,14
1,93
0,89
1,08
0,00
0,77
2,01
3,07
0,09
1,62
0,92
0,87
0,71
0,76
0,39
0,78
0,71
0,87
1,27
1,86
1,64
1,43
2,07
1,14
1,13
2,19
0,55
2,17
1,59
0,86
1,60
0,94
1,05
Sociétés non
financières
37,77
38,63
35,99
31,67
30,09
30,41
29,88
28,58
23,32
17,00
14,02
12,68
12,50
11,97
10,71
9,14
7,16
5,18
3,63
2,96
3,94
5,73
7,02
8,39
Banque du
Canada
26,75
23,02
18,69
11,79
7,14
3,66
2,77
4,46
3,70
3,74
3,53
5,44
6,90
4,06
7,01
11,24
14,88
23,73
24,27
25,53
25,40
21,35
20,30
18,69
Banques
à charte
(%)
3,99
4,48
5,74
5,51
6,14
5,50
4,46
4,75
3,57
2,99
3,46
3,22
2,20
2,08
1,63
2,96
2,50
1,57
1,91
1,78
2,70
1,73
1,74
1,75
8,37
10,75
14,84
22,01
25,16
26,09
27,49
30,52
34,40
39,49
42,16
41,06
40,80
45,91
45,32
44,78
43,49
41,32
39,29
40,32
37,96
38,10
39,04
41,40
Compagnies
d’assurance-vie
Quasiet caisses
banques2
de retraite
10,58
10,36
10,52
8,68
8,93
8,22
9,62
9,23
9,27
10,12
11,11
12,00
11,60
13,69
14,34
15,19
17,51
17,97
18,87
19,03
19,18
20,16
19,12
18,40
Institutions
financières
publiques
et autres3
3,23
3,48
5,13
6,92
7,81
8,11
7,98
8,09
7,96
8,69
10,61
10,75
11,09
10,27
11,19
10,44
10,33
8,79
8,78
8,78
9,19
9,32
8,75
10,24
Toutes
administrations4
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
100,00
Total5
Y compris banques d’épargne du Québec, caisses de crédit et caisses populaires, sociétés de fiducie et sociétés de prêt hypothécaire.
Y compris courtiers en valeurs mobilières, fonds communs de placement, compagnies d’assurances générales, sociétés de financement des ventes et de prêt à la
consommation, secteur accidents et maladie des compagnies d’assurance-vie, autres institutions financières privées (non comprises ailleurs), institutions financières
publiques fédérales et institutions financières provinciales.
Y compris titres du gouvernement fédéral figurant dans ses propres portefeuilles, portefeuilles des provinces, municipalités et hôpitaux, et avoirs du Régime de pensions
du Canada et du Régime de rentes du Québec.
Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
2
3
4
5
Source : Statistique Canada, Les comptes du bilan national
Y compris obligations libellées en devises.
1
Nota – En raison de différences de dates et d’évaluation, les données des Comptes du bilan national présentées dans ce tableau ne sont pas nécessairement établies sur
la même base que les autres chiffres présentés dans cette publication (la plupart des chiffres figurant dans ce rapport sont présentés à leur valeur nominale – autrement
dit, les titres en circulation sont évalués au pair). Par conséquent, même si les deux ensembles de données fournissent des renseignements très similaires, les données de
ce tableau ne sont pas strictement comparables à celles qui figurent ailleurs dans le rapport.
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Fin
d’exercice
Particuliers et
entreprises non
constituées
Tableau de référence IV (suite)
Répartition des portefeuilles de titres du gouvernement du Canada détenus par des résidents
PARTIE F – obligations1
57
5,0
5,6
6,8
8,8
10,0
10,3
14,5
22,1
30,3
33,0
41,3
49,9
57,6
63,6
80,1
79,3
73,7
84,1
91,5
94,1
85,9
84,6
Obligations négociables1
0,9
0,7
1,1
1,1
1,6
2,6
4,6
3,0
4,7
9,3
15,7
13,3
16,1
23,0
28,3
34,0
39,2
37,7
28,7
22,4
21,8
16,6
(G$CAN)
Y compris obligations libellées en devises.
Source : Statistique Canada, Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières
1
Nota – Les chiffres étant arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
Au 31 mars
Bons du Trésor et
bons du Canada
5,9
6,3
7,9
9,9
11,6
12,9
19,1
25,1
35,0
42,3
57,0
63,2
73,7
86,6
108,4
113,3
112,9
121,8
120,2
116,5
107,7
101,2
Total
Tableau de référence V
Portefeuilles (participation directe) de titres du gouvernement du Canada détenus par des non-résidents
8,9
8,7
9,5
10,6
10,0
9,0
11,1
12,5
15,3
16,9
20,6
21,5
22,8
24,6
28,3
27,4
25,6
25,9
25,2
24,9
23,4
22,2
(%)
Total en proportion
de la dette totale
sur le marché
58 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
–
3 000
–
–
3 000
–
3 000
–
3 100
–
–
3 700
–
–
4 200
–
3 600
–
–
3 000
–
2 900
–
–
3 300
–
–
3 700
–
–
4 000
–
–
3 900
–
–
6 m.
22 200 101 000 44 400
3 300
3 600
3 800
–
4 000
4 200
4 400
4 400
4 200
3 700
–
3 600
3 200
–
2 800
2 800
3 100
–
3 500
4 000
4 100
4 200
4 200
–
4 200
4 000
–
3 800
3 600
–
3 600
–
3 600
3 900
–
3 200
Source : Banque du Canada
Total
4 750
2 500
2 500
1 200
2 500
–
–
–
–
–
–
2 750
–
–
2 000
–
1 500
750
–
–
–
–
–
–
–
–
1 750
–
–
–
–
–
–
–
–
–
Très court
terme 3 m.
avril 1999
15 avril 1999
29 avril 1999
6 mai 1999
13 mai 1999
27 mai 1999
10 juin 1999
23 juin 1999
8 juill. 1999
22 juill. 1999
29 juill. 1999
5 août 1999
19 août 1999
26 août 1999
2 sept.1999
16 sept. 1999
30 sept. 1999
7 oct. 1999
14 oct. 1999
28 oct. 1999
10 nov. 1999
25 nov. 1999
9 déc. 1999
16 déc. 1999
23 déc. 1999
6 janv. 2000
13 janv. 2000
20 janv. 2000
3 févr. 2000
10 févr. 2000
17 févr. 2000
24 févr. 2000
2 mars 2000
16 mars 2000
23 mars 2000
30 mars 2000
1er
Date
Total
43 100 210 700
3 300 11 350
– 9 100
2 900 9 200
– 1 200
– 9 500
2 600 6 800
– 7 400
2 700 7 100
– 7 300
3 100 6 800
–
–
– 10 050
3 100 6 300
–
–
– 9 000
2 800 5 600
– 8 200
–
750
2 800 6 300
– 7 000
2 800 6 900
– 7 100
2 800 7 000
–
–
– 7 500
3 100 7 100
– 1 750
– 7 500
3 500 7 100
–
–
– 7 600
–
–
4 000 7 600
– 7 800
–
–
3 600 6 800
12 m.
Échéance
4 200
3 700
3 600
–
3 200
2 800
2 800
3 100
3 500
4 000
–
4 100
4 200
–
4 200
4 200
4 000
–
3 800
3 600
3 600
3 600
3 900
–
3 200
3 600
–
3 800
3 800
–
3 800
–
4 000
4 200
–
4 200
1 900
1 700
1 600
–
1 400
1 400
1 500
1 600
1 700
1 800
–
1 900
2 000
–
2 000
2 000
1 900
–
1 800
1 600
1 600
1 600
1 700
–
1 400
1 700
–
1 800
1 800
–
1 800
–
1 800
1 800
–
1 800
(M$)
1 900 8 000
1 700 7 100
1 600 10 500
–
–
1 400 6 000
1 400 5 600
1 500 5 800
1 600 6 300
1 700 6 900
1 800 7 600
– 2 750
1 900 7 900
2 000 8 200
– 2 000
2 000 9 700
2 000 8 200
1 900 8 550
–
–
1 800 7 400
1 600 6 800
1 600 6 800
1 600 6 800
1 700 7 300
– 1 750
1 400 6 000
1 700 7 000
–
–
1 800 7 400
1 800 7 400
–
–
1 800 7 400
–
–
1 800 7 600
1 800 10 550
– 2 500
1 800 9 800
6 m. 12 m. Total
19 700 100 700 46 600 46 600 213 600
–
–
3 700
–
–
–
–
–
–
–
2 750
–
–
2 000
1 500
–
750
–
–
–
–
–
–
1 750
–
–
–
–
–
–
–
–
–
2 750
2 500
2 000
Très court
terme 3 m.
Nouvelles émissions
Tableau de référence VI
Programme des bons du Trésor, exercice 1999-2000
2 900
-3 350
-2 000
1 300
-1 200
-3 500
-1 200
-1 600
-800
-400
800
2 750
-2 150
1 900
2 000
700
2 600
350
-750
1 100
-200
-100
-300
300
1 750
-1 500
-100
-1 750
-100
300
–
-200
–
–
2 750
2 500
3 000
Total
93 600
91 600
92 900
91 700
88 200
87 000
85 400
84 600
84 200
85 000
87 750
85 600
87 500
89 500
90 200
92 800
93 150
92 400
93 500
93 300
93 200
92 900
93 200
94 950
93 450
93 350
91 600
91 500
91 800
91 800
91 600
91 600
91 600
94 350
96 850
99 850
99 850
–
Encours
-3 350
-5 350
-4 050
-5 250
-8 750
-9 950
-11 550
-12 350
-12 750
-11 950
-9 200
-11 350
-9 450
-7 450
-6 750
-4 150
-3 800
-4 550
-3 450
-3 650
-3 750
-4 050
-3 750
-2 000
-3 500
-3 600
-5 350
-5 450
-5 150
-5 150
-5 350
-5 350
-5 350
-2 600
-100
2 900
Cum.
Accroissement net
5,08
5,19
5,21
4,86
4,59
4,68
4,71
4,70
4,812-4,919
5,29
5,36
5,39
5,49
5,39
5,42
5,46
5,56
5,08
5,21
5,10
5,05
5,16
5,28
5,09
5,20
5,19
5,10
5,09
4,74
4,85
4,90
4,82
4,71
4,93
4,99
5,08
4,99
4,87
4,83
4,74
4,69
4,88
5,06
4,43
4,60
4,78
4,88
4,84
4,81
4,30
4,42
4,54
4,62
4,61
4,64
4,76
4,84
4,86
4,54
4,67
5,94
5,83
5,87
5,85
5,91
5,98
5,77
5,83
5,49
5,73
5,64
5,55
5,65
5,38
5,32
5,15
5,28
5,36
4,56
4,79
5,07
5,15
5,15
5,19
4,97
4,60
4,73
6 m. 12 m.
4,75
4,46
4,60
(%)
Très court
terme 3 m.
Rendement moyen
à l’adjudication
59
(mois)
98,816
97,955
95,780
98,780
97,727
95,497
98,859
98,003
95,813
98,827
97,756
95,439
98,795
97,846
95,365
98,762
97,613
95,105
98,778
97,819
95,298
98,771
97,657
95,082
98,751
97,804
95,178
98,718
97,541
94,925
98,719
97,715
95,097
98,744
97,574
94,959
98,757
97,809
95,298
($)
Cours
moyen
4,461
4,535
4,595
4,601
4,665
4,728
4,3
4,428
4,557
4,42
4,603
4,792
4,541
4,782
5,069
4,622
4,877
5,147
4,606
4,843
5,146
4,636
4,812
5,187
4,761
4,878
5,283
4,838
5,055
5,361
4,834
5,081
5,377
4,737
4,987
5,323
4,687
4,867
5,145
(%)
Rendement
moyen
1,91
2,10
1,79
2,17
2,39
1,97
2,41
2,80
2,08
1,97
2,00
1,77
1,88
1,90
1,86
1,82
1,90
1,79
1,85
2,01
1,37
1,85
2,24
2,30
1,73
1,81
1,78
1,53
1,67
1,61
1,85
1,35
1,39
1,65
2,25
1,89
1,80
1,83
1,85
Ratio
de couverture
1,3
0,5
1,1
0,9
0,5
0,7
0,4
0,2
0,3
1,0
1,7
0,8
0,7
1,0
0,9
1,0
1,1
0,6
0,8
0,4
1,4
0,9
0,3
0,4
0,9
1,7
1,2
2,0
1,5
1,4
1,4
2,9
2,3
0,7
0,8
1,5
1,1
1,5
1,3
(points
de base)
Fourchette
Total
28 mars 2000
14 mars 2000
29 févr. 2000
15 févr. 2000
1er févr. 2000
18 janv. 2000
5 janv. 2000
21 déc. 1999
7 déc. 1999
23 nov. 1999
9 nov. 1999
26 oct. 1999
12 oct. 1999
Date
d’adjudication
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
(mois)
Durée
185 900
3 800
1 800
1 800
3 600
1 600
1 600
3 600
1 600
1 600
3 600
1 600
1 600
3 900
1 700
1 700
3 200
1 400
1 400
3 600
1 700
1 700
3 800
1 800
1 800
3 800
1 800
1 800
3 800
1 800
1 800
4 000
1 800
1 800
4 200
1 800
1 800
4 200
1 800
1 800
(M$)
Montant
de
l’émission
98,745
97,523
94,808
98,715
97,662
94,796
98,689
97,464
94,664
98,724
97,705
94,946
98,751
97,526
94,667
98,694
97,625
94,755
98,677
97,398
94,507
98,655
97,578
94,637
98,621
97,335
94,375
98,649
97,579
94,688
98,662
97,369
94,508
98,634
97,548
94,671
98,603
97,301
94,407
($)
Cours
moyen
4,735
5,094
5,491
4,85
5,202
5,725
4,897
5,189
5,637
4,815
5,103
5,551
4,709
5,088
5,649
4,93
5,285
5,773
4,993
5,357
5,81
5,076
5,393
5,91
5,207
5,49
5,977
5,101
5,391
5,851
5,051
5,418
5,827
5,16
5,462
5,87
5,277
5,563
5,941
(%)
Rendement
moyen
2,01
2,19
1,77
1,71
1,93
1,67
1,69
2,10
2,00
2,16
2,35
1,92
2,18
1,98
2,49
1,52
1,86
1,95
1,53
1,48
1,81
1,80
1,88
1,76
1,87
1,70
2,09
1,97
1,80
2,09
1,92
1,93
1,44
1,83
2,11
1,94
1,78
1,97
2,03
0,5
0,6
1,3
1,5
0,7
2,0
1,6
0,5
1,0
0,4
0,6
0,7
0,7
1,0
0,3
5,0
1,5
0,7
1,7
1,3
1,7
1,8
1,1
1,5
1,5
2,6
0,2
0,8
1,7
1,4
1,6
1,4
1,8
0,7
1,4
0,7
0,8
1,5
0,7
(points
de base)
Ratio
de cou- Fourverture chette
Source : Banque du Canada
Nota – Le ratio de couverture est défini comme le ratio du total des offres lors de l’adjudication au montant adjugé. La fourchette correspond au rendement le plus élevé
accepté moins le rendement moyen.
28 sept. 1999
3 700
1 700
1 700
3 600
1 600
1 600
3 200
1 400
1 400
2 800
1 400
1 400
2 800
1 500
1 500
3 100
1 600
1 600
3 500
1 700
1 700
4 000
1 800
1 800
4 100
1 900
1 900
4 200
2 000
2 000
4 200
2 000
2 000
4 200
2 000
2 000
4 000
1 900
1 900
(M$)
Durée
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
3
6
12
Montant
de
l’émission
14 sept. 1999
31 août 1999
17 août 1999
3 août 1999
20 juill.1999
6 juill. 1999
22 juin 1999
8 juin 1999
25 mai 1999
11 mai 1999
27 avril 1999
13 avril 1999
Date
d’adjudication
Tableau de référence VII
Résultats des adjudications de bons du Trésor, exercice 1999-2000
60 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
Date de livraison
2000
1er février
1er février
15 février
1er mars*
15 mars
15 mars
20 mars
1999
3 mai
17 mai
1er juin
1er juin
15 juin
2 août*
3 août
3 août
16 août
1er septembre*
15 septembre
1er octobre
15 octobre
1er novembre
15 novembre
15 novembre
1er décembre
1er décembre
2000
6 mars
2000
1er mars
* Date d’échéance
Source : Banque du Canada
Total exercice 1999-2000
1999
8 juin
7 septembre
6 décembre
1999
2 juin
1er septembre
1er décembre
Obligations à rendement réel
8 mars
8 mars
15 mars
2000
26 janvier
26 janvier
9 février
8 septembre
29 septembre
13 octobre
27 octobre
10 novembre
10 novembre
24 novembre
24 novembre
28 juillet
29 juillet
11 août
1999
28 avril
12 mai
26 mai
26 mai
9 juin
Obligations à taux nominal fixe
Date d’offre
1er décembre 2031
1er décembre 2031
1er décembre 2031
1er décembre 2031
1er juin 2010
1er juin 2002
1er septembre 2005
1er juin 2010
1er juin 2002
1er décembre 2001
1er septembre 2004
1er juin 2029
1er juin 2010
1er septembre 2005
1er septembre 2004
1er juin 2010
44 903
6 500
8 050
5 500
3 225
528
8 500
7 000
46 000
350
300
300
300
2 600
2 800
0
3 600
2 600
3 600
2 800
0
3 500
2 800
1 900
2 600
2 800
3 500
0
2 600
1er décembre 2001
(M$)
Émission
brute
1 800
2 500
2 750
5 600
Montant
à l’échéance
1er juin 2029
1er juin 2009
1er septembre 2004
Date d’échéance
Tableau de référence VIII
Obligations négociables libellées en dollars canadiens, exercice 1999-2000
3 263
500
500
600
500
600
563
-2 166
350
300
300
300
-2 900
-500
2 800
-6 500
-4 450
-500
2 600
1 800
2 500
2 750
-563
3 500
-5 600
2 600
-600
2 800
-8 500
-3 500
2 800
1 373
2 600
2 800
-500
375
-600
Rachat
Émission
d’obligations
nette
61
30
10
5
30
2
10
5
30
2
5
30
10
5
2
30
10
5
30
2
10
(années)
Durée
1er juin 2029
1er juin 2009
1er sept 2004
1er déc 2031
1er déc 2001
1er juin 2010
1er sept 2004
1er déc 2031
1er déc 2001
1er sept 2004
1er juin 2029
1er juin 2010
1er sept 2005
1er juin 2002
1er déc 2031
1er juin 2010
1er sept 2005
1er déc 2031
1er juin 2002
1er juin 2010
Date
d’échéance
5,75
5,50
5,00
4,00*
5,25
5,50
5,00
4,00*
5,25
5,00
5,75
5,50
6,00
5,75
4,00*
5,50
6,00
4,00*
5,75
5,50
(%)
Taux
d’intérêt
nominal
1 800
2 500
2 750
300
3 500
2 600
2 800
300
3 500
2 800
1 900
2 600
2 800
3 600
300
2 600
2 800
350
3 600
2 600
46 000
(M$)
Montant
de
l’émission
105,773
101,322
98,117
98,567
99,509
98,631
95,998
99,456
99,539
97,267
94,465
93,288
99,779
99,594
99,641
92,899
97,681
100,354
99,542
95,790
($)
Cours
moyens
5,361
5,328
5,415
4,080
5,467
5,672
5,929
4,030
5,471
5,643
6,158
6,382
6,048
5,927
4,020
6,451
6,505
3,980
5,969
6,058
(%)
Rendement
moyen
2,65
2,62
2,51
3,58
2,52
2,46
2,57
2,81
2,50
2,48
2,10
2,30
2,60
2,60
3,30
2,50
2,30
3,10
2,30
2,00
Ratio de
couverture de
l’adjudication
0,4
0,6
0,5
s.o.
0,7
0,4
0,3
s.o.
0,7
1,2
2,7
0,8
0,3
0,5
s.o.
0,3
1,0
s.o.
0,7
3,2
(points de base)
Fourchette
Source : ministère des Finances
* Obligations à rendement réel
Nota – Le ratio de couverture est défini comme le ratio du total des offres lors de l’adjudication au montant adjugé. La fourchette correspond au rendement le plus élevé
accepté moins le rendement moyen.
28 avril 1999
12 mai 1999
26 mai 1999
2 juin 1999
9 juin 1999
28 juill. 1999
11 août 1999
1er sept. 1999
8 sept. 1999
29 sept. 1999
13 oct. 1999
27 oct. 1999
10 nov. 1999
24 nov. 1999
1er déc. 1999
26 janv. 2000
9 févr. 2000
1er mars 2000
8 mars 2000
15 mars 2000
Total
Date
d’adjudication
Tableau de référence IX
Résultats des adjudications d’obligations négociables, exercice 1999-2000
62 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
11,00
10,75
9,75
9,50
8,75
9,00
8,50
12,00
12,25
14,00
1er juin 2009
1er oct. 2009
1er mars 2010
1er juin 2010
1er oct. 2010
1er mars 2011
1er juin 2011
Total
1er mars 2005
1er sept. 2005
1er oct. 2006
Total
28 juill. 1999
10 nov. 1999
Source : ministère des Finances
9,50
10,25
13,50
10,50
12,00
12,25
1er oct. 2003
1er févr. 2004
1er juin 2004
1er oct. 2004
1er mars 2005
1er sept. 2005
Total
330,0
130,0
40,0
500,0
195,4
21,8
25,0
93,4
45,5
165,7
53,2
600,0
85,8
8,6
8,0
164,1
132,1
164,6
563,2
(M$)
(%)
26 mai 1999
Montant
racheté
Coupon
Date
d’échéance
Date de
rachat
Tableau de référence X
Programme de rachat d’obligations, opérations 1999-2000
73,8
10,9
11,9
94,9
308,5
500,0
3 263,2
9,50
15,50
10,00
11,25
11,75
1er oct. 2001
15 mars 2002
1er mai 2002
15 déc. 2002
1er févr. 2003
Total
8 mars 2000
Total du programme de rachat pour 1999-2000
125,0
312,4
28,0
17,0
17,6
500,0
10,75
9,50
8,75
9,00
8,50
1er oct. 2009
1er juin 2010
1er oct. 2010
1er mars 2011
1er juin 2011
Total
26 janv. 2000
245,4
7,3
122,9
224,4
600,0
(M$)
Montant
racheté
9,50
10,00
11,25
11,75
(%)
Coupon
1er oct. 2001
1er mai 2002
15 déc. 2002
1er févr. 2003
Total
Date
d’échéance
24 nov. 1999
Date de
rachat
63
(%)
(M$)
1er mai 2000
1er juill. 2000
1er juill. 2000
1er sept. 2000
1er sept. 2000
1er déc. 2000
15 déc. 2000
1er févr. 2001
1er mars 2001
1er mars 2001
1er mai 2001
1er juin 2001
1er juin 2001
1er sept. 2001
1er oct. 2001
1er déc. 2001
1er déc. 2001
1er févr. 2002
15 mars 2002
1er avril 2002
1er mai 2002
1er juin 2002
1er sept. 2002
15 déc. 2002
1er févr. 2003
1er juin 2003
1er sept. 2003
1er oct. 2003
1er déc. 2003
1er févr. 2004
1er juin 2004
1er juin 2004
1er sept. 2004
1 575,0
2 900,0
175,0
7 600,0
1 200,0
7 000,0
500,0
425,0
9 400,0
3 175,0
1 325,0
7 000,0
3 550,0
10 600,0
987,4
7 000,0
3 850,0
213,0
350,0
5 450,0
1 842,7
7 200,0
10 200,0
1 316,8
2 402,3
6 900,0
9 700,0
558,9
8 800,0
1 976,9
7 900,0
541,0
10 850,0
9,75
10,50
15,00
7,50
11,50
5,00
9,75
15,75
7,50
10,50
13,00
4,50
9,75
7,00
9,50
5,25
9,75
8,75
15,50
8,50
10,00
5,75
5,50
11,25
11,75
7,25
5,25
9,50
7,50
10,25
6,50
13,50
5,00
Taux d’intérêt
nominal
Encours
Obligations à taux nominal fixe
Date
d’échéance
1er oct. 2004
1er déc. 2004
1er mars 2005
1er sept. 2005
1er sept. 2005
1er déc. 2005
1er mars 2006
1er oct. 2006
1er déc. 2006
1er mars 2007
1er juin 2007
1er oct. 2007
1er mars 2008
1er juin 2008
1er juin 2008
1er oct. 2008
1er mars 2009
1er juin 2009
1er juin 2009
1er oct. 2009
1er mars 2010
1er juin 2010
1er juin 2010
1er oct. 2010
1er mars 2011
1er juin 2011
15 mars 2014
1er juin 2015
31 déc. 2019
15 mars 2021
1er juin 2021
1er juin 2022
1er juin 2023
Date
d’échéance
710,9
7 700,0
1 312,9
5 600,0
1 080,4
8 000,0
975,0
985,0
9 100,0
325,0
9 500,0
700,0
750,0
9 200,0
3 257,9
644,8
400,0
9 400,0
672,8
1 077,3
300,0
10 400,0
2 474,3
251,5
1 792,3
679,1
3 150,0
2 350,0
22,3
1 800,0
4 650,0
2 550,0
8 200,0
(M$)
Encours
Tableau de référence XI
Encours des obligations négociables du gouvernement du Canada libellées en dollars canadiens, au 31 mars 2000
10,50
9,00
12,00
6,00
12,25
8,75
12,50
14,00
7,00
13,75
7,25
13,00
12,75
6,00
10,00
11,75
11,50
5,50
11,00
10,75
9,75
5,50
9,50
8,75
9,00
8,50
10,25
11,25
10,19
10,50
9,75
9,25
8,00
(%)
Taux d’intérêt
nominal
64 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
4,25
4,25
4,00
(%)
Taux d’intérêt
nominal
Les chiffres relatifs aux obligations à rendement réel indiquent les montants bruts à l]émission, sans rajustement au titre de l’indice des prix à la consommation.
Source : Banque du Canada
1
5 175,0
5 250,0
1 650,0
12 075
1er déc. 2021
1er déc. 2026
1er déc. 2031
Total1
(M$)
Encours
Obligations à rendement réel
8 900,0
9 600,0
8 200,0
281 175
9,00
8,00
5,75
(%)
(M$)
Date
d’échéance
1er juin 2025
1er juin 2027
1er juin 2029
Total
Taux d’intérêt
nominal
Encours
Obligations à taux nominal fixe
Date
d’échéance
Tableau de référence XI (suite)
Encours des obligations négociables du gouvernement du Canada libellées en dollars canadiens, au 31 mars 2000
65
22 janv. 2002
19 nov. 2007
5 nov. 2008
5 nov. 2008
5 nov. 2008
Total
Date
d’échéance
1er juin 2000
1er févr. 2004
Total
Date
d’échéance
300
25
200
500
500
1 525
(M$US)
(%)
5,25
4,00
5,25
5,25
5,25
Montant nominal
de référence
Coupon1
Swaps de taux d]intérêt en devises
250
50
300
(M$)
(%)
9,75
10,25
Montant nominal
de référence
Coupon1
Swaps de taux d’intérêt en dollars canadiens
Tableau de référence XII
Encours des swaps du gouvernement du Canada, au 31 mars 2000
2 oct. 2000
2 oct. 2000
2 oct. 2000
2 oct. 2000
2 oct. 2000
2 oct. 2000
12 juin 2001
16 juill. 2003
26 nov. 2004
26 nov. 2004
30 nov. 2004
30 nov. 2004
22 déc. 2004
3 oct. 2007
31 janv. 2008
Total
Date
d’échéance
3
3
3
3
3
3
26
65
495
341
63
25
76
319
44
1 472
(M$US)
Montant nominal
de référence
Swaps de devises – titre étrangers
66 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
$US
$US
$US
$US
$US
$US
$US
EURO
$US
EURO
EURO
$US
EURO
$US
EURO
$US
$US
EURO
$US
$US
$US
EURO
$US
EURO
EURO
$US
$US
Devise
Partie détachable de l’obligation sous-jacente ayant fait l’objet d’un swap.
250
1 000
50
100
750
250
100
103
600
52
54
125
105
150
182
65
100
155
520
525
100
518
350
52
211
125
100
(M$US)
Montant nominal
de référence
Source : ministère des Finances
1
1er sept. 2002
4 sept. 2002
1er avril 2002
1er mai 2002
1er sept. 2002
3 sept. 2002
28 oct. 2002
15 déc. 2002
15 déc. 2002
1er févr. 2003
1er juin 2003
1er juin 2003
1er sept. 2003
1er sept. 2003
1er oct. 2003
1er oct. 2003
30 nov. 2003
1er déc. 2003
1er déc. 2003
1er févr. 2004
30 mars 2004
1er juin 2004
1er juin 2004
1er sept. 2004
1er oct. 2004
1er oct. 2004
23 nov. 2004
Date
d’échéance
Swaps de devises – titres intérieurs
Tableau de référence XII (suite)
Encours des swaps du gouvernement du Canada, au 31 mars 2000
Total
1er mars 2005
1er sept. 2005
23 nov. 2005
1er déc. 2005
1er déc. 2005
1er mars 2006
1er mars 2006
1er oct. 2006
30 oct. 2006
23 nov. 2006
1er déc. 2006
1er juin 2007
1er juin 2007
1er oct. 2007
1er mars 2008
1er juin 2008
30 sept. 2008
1er oct. 2008
1er mars 2009
1er juin 2009
1er oct. 2009
1er mars 2010
Date
d’échéance
13 216
565
100
150
194
650
96
50
100
250
150
50
206
750
153
475
800
50
190
535
505
458
48
(M$US)
Montant nominal
de référence
Swaps de devises – titres intérieurs
$US
$US
$US
$US
$US
$US
$US
$US
$US
$US
EURO
EURO
$US
EURO
$US
$US
$US
$US
$US
$US
EURO
EURO
Devise
67
11 584
12 743
15 107
9 191
17 450
14 962
9 338
6 720
9 588
9 235
5 364
7 506
4 612
5 747
4 951
4 844
2 669
1983-1984
1984-1985
1985-1986
1986-1987
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
5 650
3 764
2 440
-22
8 921
-5 456
-6 813
-6 500
1 151
-1 172
-3 089
-96
10
2 050
-2 796
-2 187
-1 510
(M$)
Variation nette
Source : Banque du Canada
38 403
42 167
44 607
44 585
53 506
48 050
41 237
34 737
35 888
34 716
31 627
31 531
31 541
33 591
30 795
28 608
27 098
Encours en
fin d’exercice
Nota – Les données sont conformes aux rapports vérifiés de la Banque du Canada; ces derniers peuvent différer des rapports des comptes publics en raison
des différentes méthodes de classification.
Ventes brutes
Exercice
Tableau de référence XIII
Obligations d’épargne du Canada et Obligations à prime du Canada, de 1983-1984 à 1999-2000
68 RAPPORT SUR LA GESTION DE LA DETTE – 1999-2000
N’est plus une société d’État.
14 505
8 181
3 085
2 420
819
1993
Source : Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Nota – Les chiffres ne comprennent pas de provision pour réévaluation.
13 670
8 419
1 785
2 491
975
Société canadienne d’hypothèques
et de logement
Société d’assurance-dépôts du Canada
Société du crédit agricole
Autres
Total
1992
Société
Emprunts auprès du Trésor
Source : Comptes publics du Canada
1
20 489
594
455
–
188
97
713
980
–
200
96
20 493
152
96
Total
6 983
6 966
2 352
797
1 905
6 220
7 323
2 249
813
1 803
Société pour l’expansion des exportations
Commission canadienne du blé
Banque de développement du Canada
Société du crédit agricole
Canadien National1
Société canadienne d’hypothèques
et de logement
Corporation de développement
des investissements du Canada
Pétro-Canada Ltée
Pétro-Canada1
Ports Canada
Autres
1993
1992
Société
Emprunts sur le marché
Tableau de référence XIV
Emprunts des sociétés d’État, au 31 mars 2000
14 129
8 075
3 151
2 488
415
1994
23 576
473
501
–
–
239
1 573
7 793
7 283
2 602
863
2 249
1994
12 826
7 835
2 160
2 524
307
1995
25 249
–
504
–
–
235
3 630
7 515
7 321
2 723
990
2 331
1995
(M$)
(M$)
11 433
7 263
1 627
2 310
233
1996
25 370
–
490
–
–
297
5 906
7 673
6 377
3 045
1 582
–
1996
10 504
6 938
855
2 507
204
1997
28 115
–
432
–
–
226
7 866
7 820
6 474
3 371
1 926
–
1997
9 159
6 708
395
1 877
179
1998
34 278
–
443
–
3
258
9 934
10 077
6 698
3 839
3 026
–
1998
7 890
6 298
–
1 041
551
1999
39 698
–
471
–
79
222
10 633
12 967
6 786
4 223
4 317
–
1999
7 034
6 152
–
805
77
2000
38 640
–
338
–
69
196
10 801
16 888
542
4 723
5 083
–
2000
69
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising