Manual 18148611

Manual 18148611
Le Défi Mathieu Da Costa
Concours national de compositions et de dessins
Gagnant de 2009, dans la catégorie des 9 à 12 ans
ADITYA MOHAN
Titre : Mathieu Da Costa
École élémentaire John Young
Ottawa, Ontario
Une peinture illustrant Mathieu Da Costa (au centre) agissant en tant qu’intermédiaire entre
un Autochtone debout près d’un lac devant une chaîne de montagnes et un pionnier français
debout devant un navire. Sur le côté gauche de la peinture apparaît le drapeau du Canada,
tandis que du côté droit on aperçoit le drapeau de la France.
Ce document est publié par Citoyenneté et Immigration Canada pour rendre compte au Parlement
de l’application de la Loi sur le multiculturalisme canadien dans les institutions fédérales.
Les explications concernant diverses dispositions de la Loi sont fournies uniquement à titre
informatif et ne doivent pas être considérées comme une interprétation juridique de la Loi sur le
multiculturalisme canadien.
Cette publication est disponible sur demande en médias substituts.
Pour obtenir des exemplaires de ce document, veuillez vous adresser aux :
Services de distribution de Citoyenneté et Immigration Canada
Ottawa (Ontario) K1A 1L1
Télécopieur : 613-954-2221
Courriel : Distributionservices-servicesdesdistribution@cic.gc.ca
Le présent document est disponible sur le site Web de Citoyenneté et Immigration Canada :
www.cic.gc.ca/francais/multiculturalisme/index.asp
© Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux Canada, 2010
No de catalogue Ci95-1/2009
ISBN 978-1-100-51135-1
C&I-1042-12-09
Rapport annuel sur l’application de la
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
TABLE des matiÈres
AVANT-PROPOS DU MINISTRE..................................................................................iii
Introduction....................................................................................................v
PARTIE I :LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009................................. 1
1. Promotion de l’intégration économique, sociale et culturelle.........................3
2. Appui aux institutions fédérales........................................................... 27
3. Promotion du multiculturalisme à l’étranger............................................ 29
4. Orientation future............................................................................ 32
PARTIE II :APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN
DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES.........................................................35
1. Principales réalisations...................................................................... 37
2. Principaux défis recensés par les institutions fédérales............................... 43
3. Partenariats et consultations............................................................... 44
4. Promouvoir la compréhension interculturelle et favoriser la diversité............. 49
5. Éducation et sensibilisation................................................................ 53
6. Tenir compte de la réalité multiculturelle du Canada
dans les institutions fédérales............................................................. 56
7. Créer une force de travail multiculturelle............................................... 60
8. Recherche et diffusion...................................................................... 63
INSTITUTIONS FÉDÉRALES AYANT PRÉSENTÉ DES OBSERVATIONS..................................... 67
|i
Rapport annuel sur l’application de la
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
AVANT-PROPOS DU MINISTRE
L’automne dernier, j’ai eu l’honneur de dévoiler un
nouveau guide d’étude pour la citoyenneté Découvrir le Canada : Les droits et responsabilités
liés à la citoyenneté. Découvrir le Canada insiste
davantage sur les valeurs, l’histoire et les symboles
du Canada, notamment nos valeurs fondamentales
qui sont la liberté, la démocratie, les droits de la
personne et la primauté du droit.
Ce nouveau guide reflète l’approche du gouvernement qui préconise un multiculturalisme basé sur
l’unité dans la diversité. Nous voulons promouvoir
les connaissances et l’engagement civiques auprès
des nouveaux arrivants et des citoyens canadiens.
Nous avons mis en œuvre trois nouveaux objectifs
politiques afin d’améliorer le Programme du
multiculturalisme. Ces objectifs témoignent de
notre engagement à bâtir une société intégrée et
cohésive sur le plan social, à rendre les institutions
plus sensibles aux besoins de la population diversifiée du Canada et à participer à des discussions
internationales sur le multiculturalisme et la
diversité.
Nous avons réalisé passablement de travail l’an
passé. À titre d’exemple, en juin dernier, le
gouvernement du Canada s’est joint à 26 autres
pays en tant que membre de plein droit du Groupe
d’action international pour la coopération sur
l’éducation, la mémoire et l’étude de l’Holocauste
(ITF).
L’année dernière, notre gouvernement a aussi
lancé le Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme,
prix qui commémore le patrimoine que nous a
légué le regretté sénateur Yuzyk dans les domaines
du multiculturalisme, de la diversité et du pluralisme. En juin, j’ai été ravi de présenter le Prix
pour l’ensemble des réalisations à John Yaremko,
qui lui était décerné pour tous les efforts qu’il a
déployés en vue de défendre l’éducation, les
droits de la personne et le multiculturalisme, ainsi
que ses activités philanthropiques.
|iii
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Nous avons aussi investi dans plusieurs projets
novateurs, dont un pour lequel je tire tout particulièrement une grande fierté. Le projet de mentorat entre des Canadiens d’origine somalienne et
juive offrira à des jeunes Canadiens d’origine
somalienne, typiquement des réfugiés ou leurs
enfants, des possibilités de stages au sein
d’entreprises juives ou auprès de professionnels
juifs, ce qui permettra aux participants de rencontrer et d’interagir avec des personnes d’autres
communautés, tout en profitant de nouvelles
occasions d’intégration économique. Nous
espérons poursuivre ce travail à l’avenir et mener
à bien des projets interculturels semblables d’un
bout à l’autre du pays.
Ces réalisations et d’autres initiatives sont décrites
plus en détail dans les pages qui suivent, tout
comme certaines mesures novatrices d’envergure
entreprises dans la dernière année par les
ministères, les organismes fédéraux et les sociétés
d’État afin de respecter leurs obligations aux
termes de la Loi sur le multiculturalisme canadien.
Je me réjouis à la perspective de poursuivre notre
travail ensemble et, ce faisant, je suis persuadé
que nous atteindrons nos objectifs et veillerons à
ce que notre société demeure un endroit qui fait
en sorte que les Canadiens ayant différents
antécédents et origines jouissent d’une égalité des
chances de contribuer et de réussir.
L’honorable Jason Kenney, C.P., député
Ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme
iv | PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
Rapport annuel sur l’application de la
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
Introduction
Les politiques canadiennes en matière d’immigration continuent de modifier le tissu social
de notre pays. Aujourd’hui, le Canada accueille
annuellement environ 250 000 nouveaux
résidents permanents qui viennent de partout
dans le monde. Il n’y a qu’à examiner les dix
principaux lieux de naissance des immigrants au
Canada de 2001 à 2006 pour constater la diversité croissante de la population canadienne.
Lieux de naissance des immigrants
venus au Canada entre 2001 et 2006*
Le recensement de 2006 révélait que des gens
de plus de 200 origines ethniques choisissent
le Canada comme patrie, les minorités visibles
représentant 16,2 % de la population totale, soit
une hausse comparativement à 11,2 % en 1996.
Cette évolution démographique montre une
croissance importante et récente de la diversité
ethnique et religieuse du pays, tendance qui se
poursuivra dans un avenir prévisible.
Le gouvernement du Canada est déterminé à
aider les néo-Canadiens et les Canadiens de
longue date à prospérer et à construire ensemble
une société dynamique et intégrée, dans un
cadre de valeurs, de citoyenneté, de mémoire
et de fierté communautaire communes. La Loi
sur le multiculturalisme canadien, qui englobe
la politique canadienne du multiculturalisme,
représente un cadre juridique et stratégique
qui oriente les responsabilités et les activités
fédérales concernant la promotion du multi­
culturalisme au Canada.
Ainsi, la Loi sur le multiculturalisme canadien :
Dix principaux lieux de naissance
155 105
129 140
77 880
57 630
38 770
35 450
28 080
27 600
25 655
25 310
République populaire de Chine
Inde
Philippines
Pakistan
États-Unis d’Amérique
Corée du Sud
Roumanie
Iran
Royaume-Uni
Colombie
* Source : Recensement de la population canadienne
de 2006, Statistique Canada
réaffirme le multiculturalisme en tant que
valeur fondamentale de la société canadienne;
encourage les institutions fédérales à respecter
les valeurs de longue date que sont le respect,
l’équité et l’égalité des chances pour les
membres de groupes diversifiés;
contribue à protéger les droits de tous les
Canadiens, à favoriser la pleine participation
de tous les membres de la société, à célébrer
le patrimoine diversifié du Canada et à recon-
Introduction |v
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
naître les vastes contributions de tous les
Canadiens, quels que soient leurs antécédents
ethniques, culturels, religieux et linguistiques;
encourage les institutions fédérales à
s’acquitter de leurs activités en tenant compte
de la réalité multiculturelle du Canada.
Chaque année, le ministre responsable du
multiculturalisme est tenu de déposer au
Parlement un rapport précisant les activités et
les réalisations du gouvernement canadien ainsi
que des institutions fédérales dans l’application
de la Loi sur le multiculturalisme canadien.
Le Rapport annuel sur l’application de la Loi
sur le multiculturalisme canadien 2008-2009
est le 21e rapport annuel de la sorte déposé au
Parlement.
Quand l’honorable Jason Kenney a été nommé
ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et
du Multiculturalisme à l’automne 2008, le
Programme du multiculturalisme a été transféré
du ministère du Patrimoine canadien au ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration (CIC).
Ce transfert permet une plus grande coordination
entre les programmes gouvernementaux visant
l’intégration à court et à long terme des
nouveaux arrivants et la création d’une société
canadienne intégrée et socialement cohésive.
Le rapport de cette année met en lumière les
activités exécutées dans le cadre du Programme
du multiculturalisme de CIC ainsi que les
activités, les défis et les réussites de plus de
120 institutions fédérales entre le 1er avril 2008
et le 31 mars 2009.
Ce rapport est divisé en deux parties. La
première partie souligne les principales
réalisations du Programme du multiculturalisme
de CIC, lequel favorise la participation pleine et
vi | équitable des individus et des collectivités de
toutes origines à l’évolution et au façonnement
constants de tous les aspects de la société
canadienne, en plus de contribuer à cerner et à
éliminer les obstacles à cette participation. Les
nouveaux objectifs stratégiques du Programme
du multiculturalisme sont également exposés
dans cette partie.
La deuxième partie met l’accent sur les autres
institutions fédérales et décrit les activités
qu’elles ont entreprises et les difficultés qu’elles
ont connues au cours de 2008-2009 pour
s’acquitter de leurs obligations au titre de la Loi.
Ces obligations consistent entre autres à faire en
sorte que les Canadiens de toutes origines aient
des chances égales d’emploi et d’avancement
dans leur organisation respective, à promouvoir
des politiques, programmes, services et pratiques
permettant au public de mieux comprendre et
de respecter la diversité croissante des membres
de la société canadienne, et à conduire leurs
activités en tenant dûment compte de la réalité
multiculturelle du Canada.
Cette année, 122 institutions fédérales ont fourni
des observations pour la rédaction du présent
rapport. La taille et la portée des institutions
varient; il y a de vastes ministères fédéraux,
comme celui des Ressources humaines et du
Développement des compétences qui compte
28 000 employés, et de plus petites institutions,
comme la Société de développement du
Cap-Breton qui compte 15 employés. Bien que
l’espace ne permette pas d’inclure dans le
présent rapport un compte rendu complet de
l’information reçue de toutes les institutions
fédérales, vous trouverez tout de même une
liste détaillée des institutions ayant fourni des
observations à la page 67.
Introduction
PARTIE
I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
PARTIE I
le programme du
multiculturalisme en 2008–2009
Le Défi Mathieu Da Costa
Concours national de compositions et de dessins
Gagnant de 2009, dans la catégorie des 13 à 15 ans
PHOEBE XINYI CHANG
Titre : Fabriqué au Canada
École secondaire Winston Churchill
Calgary, Alberta
Un dessin au crayon et au pastel illustrant trois mains tendues vers un chandail.
Le chandail est orné de drapeaux aux couleurs vives représentant différents pays.
Une étiquette portant l’inscription « Made in / Fabriqué au Canada » est apposée
au chandail.
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Introduction
La diversité est l’une de nos plus grandes forces :
vidéos Mettons fin au racisme! et le Plan
les contributions des Canadiens et des nouveaux
d’action canadien contre le racisme.
arrivants de toutes les religions, origines ethniques
et cultures ont fait du Canada le pays qu’il est
aujourd’hui. En 2008-2009, le Programme du
multiculturalisme de Citoyenneté et Immigration
Canada a encouragé la participation pleine et
équitable des individus et des collectivités à la
2. L’appui aux institutions fédérales. Un objectif
clé de la Loi sur le multiculturalisme canadien
est de faire en sorte que le gouvernement
tienne dûment compte de la réalité multi­­
culturelle du Canada. Le Programme du
société canadienne en appuyant des initiatives
multicultu­ralisme seconde les institutions
permettant de cerner et de supprimer les obsta-
fédérales et publiques dans leurs efforts
cles à cette participation, en favorisant la com-
d’intégration du multiculturalisme à l’élabo­
préhension interculturelle et en préconisant les
ration de leurs politiques, de leurs programmes
valeurs canadiennes au pays et à l’étranger.
et de leurs services par diverses activités,
La présente section souligne les principales réali­
sations du Programme du multiculturalisme. Les
activités entreprises au cours de l’exercice financier de 2008-2009 sont organisées en trois grands
thèmes.
1. La promotion de l’intégration économique,
sociale et culturelle. Le Programme du multiculturalisme aide à faire la promotion de la
compréhension interculturelle grâce à des
initiatives d’éducation et de sensibilisation du
public, aux programmes de reconnaissance
historique, au Plan d’action canadien contre le
2 | notamment le Réseau des cham­pions du
multiculturalisme du gouvernement du Canada,
la coordination de la production par les insti­
tutions fédérales de rapports axés sur les
résultats et liés à l’application de la Loi sur
le multiculturalisme canadien, ainsi que la
production et la diffusion d’études et d’autres
produits sur le multiculturalisme.
3. La promotion du multiculturalisme à l’étranger. Les activités du Programme du multi­
culturalisme dépassent les frontières du
Canada. En participant à des tribunes interna-
racisme, et à des subventions et des contribu-
tionales comme le Groupe d’action internatio-
tions octroyées à des organisations de la
nal pour la coopération sur l’éducation, la
société civile. Les activités sont variées, allant
mémoire et l’étude de l’Holocauste, en
d’initiatives de sensibilisation, comme les
accueillant des délégations internationales et
programmes d’éducation à la diversité et le
en participant à des initiatives de recherche et
Défi Mathieu Da Costa, à des initiatives
de dialogues internationaux sur les politiques,
d’éducation à la lutte contre la discrimination
le Canada peut tirer profit de ces échanges sur
et le racisme, comme le concours national de
la diversité et y contribuer.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
1.Promotion de l’intégration économique,
sociale et culturelle
Éducation et sensibilisation du public
Les activités d’éducation et de sensibilisation du
public du Programme du multiculturalisme comprennent des initiatives qui favorisent la compréhension du discours public sur le multiculturalisme.
En collaboration avec des partenaires publics et
privés du secteur de l’éducation ainsi qu’avec des
groupes communautaires, le Programme produit
et diffuse du matériel didactique, et organise des
activités destinées à lutter contre le racisme et
à renforcer la compréhension interculturelle.
Il mobilise les jeunes grâce à des activités comme
le concours national de vidéos Mettons fin au
racisme! et le Défi Mathieu Da Costa. De plus,
il suscite l’intérêt du grand public grâce à des
initiatives culturelles diversifiées et inclusives,
comme le Mois de l’histoire des Noirs, le Mois
du patrimoine asiatique et le tout nouveau Prix
Paul Yuzyk pour le multiculturalisme.
Canadiens à se renseigner sur les nombreuses
cultures qui forment leur pays. Dans un discours
au Sénat, il a soutenu que l’avenir du Canada ne
dépendait pas seulement de l’exploitation des
ressources naturelles, mais aussi de la mise en
valeur appropriée de ses ressources humaines.
D’après M. Yuzyk, le Canada pouvait réussir à bâtir
une nation forte en adhérant aux principes de
liberté, de démocratie, de primauté du droit et
de respect des droits de la personne ainsi qu’à la
tradition canadienne qui préconise l’« unité dans
la diversité ».
Les initiatives suivantes représentent quelques
faits saillants des activités d’éducation et de
sensibilisation exécutées en 2008-2009.
Le Prix Paul Yuzyk pour le
multiculturalisme
Né d’immigrants ukrainiens en 1913 près
d’Estevan, en Saskatchewan, Paul Yuzyk a siégé au
Sénat du Canada de 1963 à 1986. Pendant cette
période, le sénateur Yuzyk a joué un rôle déter­
minant, faisant connaître l’histoire des Canadiens
d’origine ukrainienne et encourageant les
1. Promotion
M. Yarko Antonevych, bandouriste, au cours d’une prestation
à l’occasion du lancement du Prix Paul Yuzyk pour le
multiculturalisme. Photo reproduite avec la permission de
Citoyenneté et Immigration Canada.
| 3
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Le Prix Paul Yuzyk pour le multiculturalisme,
nouvellement créé, commémore l’héritage que
nous a légué le regretté sénateur Yuzyk, pionnier
de l’instauration du multiculturalisme en tant que
caractéristique fondamentale du patrimoine et de
l’identité du Canada. Le prix est décerné chaque
année à un individu ou à un organisme qui a fait
preuve d’excellence dans la promotion du multiculturalisme, soit par l’ensemble de ses réalisations soit par une réalisation exceptionnelle. Le
Prix pour l’ensemble des réalisations honore une
personne qui a fait preuve toute sa vie d’un
dévouement indéfectible à la promotion d’une
société multiculturelle solide au Canada. Le Prix
pour une réalisation exceptionnelle reconnaît une
personne ou un groupe ayant apporté une contribution significative au multiculturalisme canadien
dans les cinq dernières années.
« […] avec l’arrivée d’autres groupes
ethniques, qui constituent maintenant près
du tiers de la population, le Canada est
devenu multiculturel dans les faits […] En
conformité avec les idéaux de la démocratie et dans l’esprit de la Confédération, le
Canada devrait reconnaître et garantir le
principe du partenariat entre tous les
peuples qui ont contribué à son développement et à son essor [...] »
Paul Yuzyk
Discours au Sénat du Canada, 1964
Le Programme du multiculturalisme de CIC a
décerné en juin 2009 à M. John Yaremko le
premier prix dans la catégorie Ensemble des
4 | réalisations. Les mises en candidature pour le Prix
Paul Yuzyk pour le multiculturalisme de 2009-2010
seront acceptées jusqu’au 1er mars 2010.
Pour en savoir davantage, rendez-vous au
www.cic.gc.ca/paulyuzyk.
Le Défi Mathieu Da Costa – Concours
national de compositions et de dessins
Lancé en 1996, le Défi Mathieu Da Costa –
Concours national de compositions et de dessins
encourage les jeunes à découvrir le rôle de la
diversité et l’importance du multiculturalisme
dans le façonnement de notre histoire et dans la
société canadienne.
D’origine africaine, Mathieu Da Costa gagnait sa
vie comme navigateur et interprète. Il a sillonné
l’océan Atlantique à la fin des années 1500 et au
début des années 1600. Ses compétences d’interprète ont contribué à combler le fossé culturel et
linguistique qui existait entre les premiers explorateurs français et le peuple des Micmacs.
Le Défi Mathieu Da Costa cherche à faire participer
des jeunes âgés de 9 à 18 ans au renforcement de
l’identité nationale en reconnaissant et en célébrant des Canadiens remarquables d’origines
diverses. Il vise également à les sensibiliser davantage au rôle important que joue le multiculturalisme dans la société canadienne.
Pour joindre autant de jeunes que possible, le
Programme du multiculturalisme utilise des outils
de communication sociale comme Facebook. Les
jeunes intéressés n’ont qu’à chercher « Le Défi/
The Mathieu Da Costa Challenge » sur Facebook
pour faire partie du groupe.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
Les activités de diffusion réalisées en 2008-2009
dans le cadre du Programme du multiculturalisme
ont fait en sorte que plus de 500 œuvres ont été
reçues de tous les coins du pays. La cérémonie
de remise des prix pour 2009 s’est déroulée au
Manitoba Theatre for Young People à Winnipeg, où
plus de 200 jeunes ont fait honneur aux gagnants.
l’Association canadienne des bibliothèques et la
Fondation Historica du Canada.
Une nouvelle catégorie de prix a été ajoutée cette
année, le Prix choix du public. Les meilleures
œuvres présélectionnées ont été affichées sur la
page WordPress du Défi Mathieu Da Costa pendant
une semaine, permettant ainsi au public de voter
pour leur œuvre préférée.
Le concours national de vidéos Mettons fin au
racisme! fait partie intégrante de la campagne
annuelle du 21 mars, une campagne faisant la
promotion de la lutte contre le racisme au Canada.
L’Organisation des Nations Unies a proclamé le
21 mars Journée internationale pour l’élimination
de la discrimination raciale. C’est au cours de
cette journée spéciale que, partout dans le
monde, une attention particulière est portée aux
problèmes du racisme de même qu’à la nécessité
de promouvoir l’harmonie interraciale.
La réussite du Défi de 2009 est due en partie à la
collaboration des partenaires du Programme du
multiculturalisme, entre autres Parcs Canada,
Pour en savoir davantage, visitez le
www.mathieudacosta.gc.ca.
Le concours national de v idéos Mettons
fin au racisme!
Les gagnants du Concours national de vidéo Mettons fin au racisme! de 2009, avec Sumi, Miga et
Quatchi, les mascottes officielles des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver. Photo reproduite avec la
permission de Citoyenneté et Immigration Canada.
1. Promotion
| 5
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Mme Cavelle-Nell Romeo, maîtresse de cérémonie du
Concours national de vidéo Mettons fin au racisme! de 2009.
Photo reproduite avec la permission de Citoyenneté et
Immigration Canada.
Le concours national de vidéos invite les jeunes
âgés de 12 à 20 ans à produire une vidéo afin
d’exprimer leurs réflexions sur l’élimination du
racisme.
Le concours de 2008-2009 a été une grande
réussite. Quinze ateliers de lutte contre le racisme
conçus pour les éducateurs et les jeunes ont été
organisés en partenariat avec l’Office national du
film du Canada. Cette année, les activités de
promotion de participation à ce grand concours
national ont fait également appel aux nouveaux
outils de communication sociale comme Facebook.
La page de Facebook est accessible en recherchant
« Mettons fin au racisme! Racism. Stop It! »
Ainsi, plus de 1 200 jeunes d’un peu partout au
Canada ont participé au concours national de
vidéos et produit 340 vidéos, ce qui représente le
deuxième taux de participation le plus élevé
depuis le début du concours en 1996.
6 | Une nouvelle catégorie de prix, le Prix choix du
public, a été créée cette année. Les meilleures
vidéos présélectionnées ont été diffusées pendant
une semaine sur YouTube (www.youtube.com/
march21mars) pour permettre au public de voter
pour sa vidéo préférée. Le concours a été un franc
succès, si on se fie au total élevé de visionnements
et de votes. Par exemple, la vidéo gagnante,
Une seule race : l’humanité, a généré plus de
4 800 visionnements, 252 votes et quatre étoiles
sur cinq. En faisant des annonces et en envoyant
des messages dans le plus de réseaux possible,
l’équipe gagnante a obtenu un soutien massif de
son école, du conseil scolaire, des entreprises
locales et de la collectivité dans son ensemble
pour sa production vidéo. Toutes les vidéos produites depuis 2000 peuvent maintenant être
visionnées sur la chaîne YouTube.
« […] La conversation avec tout le groupe
le matin a permis aux étudiants de toutes
les races, et à moi aussi en tant
qu’enseignant, d’élargir nos horizons. Je
pense qu’il y a eu beaucoup d’échanges
sains et positifs. C’était une bonne tribune
et l’occasion d’explorer certains des
sentiments que les étudiants avaient.
J’aurais aimé que plus d’étudiants puissent
participer; ils ont d’ailleurs demandé s’ils
pouvaient revenir à un autre moment, car
nous aurions pu bénéficier de plus de
temps. »
Enseignant anonyme, atelier de 2009
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Les gagnants du concours ont remporté un séjour,
toutes dépenses payées, dans la région de la
capitale nationale; ils ont pris part à des activités
éducatives captivantes, comme une chasse au
trésor au centre-ville d’Ottawa, à un souper
multiculturel et à la cérémonie de remise des prix.
Au cours de la chasse au trésor, les participants
ont découvert à pied des points d’intérêt d’Ottawa, en étant guidés par des questions clés dont
les réponses leur donnaient des indices sur le lieu
suivant à explorer. Les gagnants ont eu l’occasion
de discuter de l’importance de l’expression par la
vidéo et l’art avec quelques vidéastes, en plus
d’assister à des ateliers sur le break dancing et sur
les créations parlées. Les dix vidéos gagnantes ont
été transformées en annonces de service public de
30 secondes et diffusées sur les chaînes de RadioCanada et de la CBC. Les écoles gagnantes ont
reçu un caméscope numérique.
Le concours de vidéos a été rendu possible grâce
à la collaboration continue de partenaires du
2008
2009
Programme du multiculturalisme, comme RadioCanada/CBC, Panasonic Canada inc., l’Office
national du film du Canada, le Musée canadien
des civilisations et l’hôtel Les Suites d’Ottawa.
Pour en savoir davantage, veuillez visiter le
www.le21mars.gc.ca.
Le Mois de l’histoire des Noirs
Chaque année, février marque le Mois de
l’histoire des Noirs. C’est l’occasion de célébrer
les nombreuses réalisations et contributions des
Afro-Canadiens qui, au cours de l’histoire, ont tant
fait pour permettre au Canada de devenir le pays
culturellement diversifié, inclusif et prospère que
l’on connaît aujourd’hui. C’est aussi l’occasion
pour la majorité des Canadiens d’en apprendre
davantage au sujet des expériences des Noirs dans
la société canadienne et du rôle vital que cette
collectivité a joué tout au long de notre histoire
commune.
Un groupe de participants présente son tableau Vision 2020 lors de l’atelier Planification de la relève : préserver les musées
sur l’histoire des Noirs du Canada. Photo reproduite avec la permission de Citoyenneté et Immigration Canada.
1. Promotion
| 7
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Pendant le mois de février 2009, une exposition
de photos intitulée En route vers le Nord a été
présentée à Calgary, Edmonton, Moncton et
Charlottetown. Elle racontait l’histoire des communautés afro-canadiennes par le biais de personnes, de lieux et d’événements reconnus comme
importants au plan national pour l’histoire du
Canada. L’exposition a été préparée par Parcs
Canada en collaboration avec le Programme du
multiculturalisme. Elle a été aussi présentée à
Halifax de mai à septembre 2009.
Le 4 février 2009, un atelier d’une journée, intitulé Planification de la relève : préserver les
musées sur l’histoire des Noirs du Canada, a eu
lieu au Musée canadien de la guerre à Ottawa.
Réunissant conservateurs, historiens, praticiens et
jeunes de partout au pays, l’atelier visait
l’échange d’idées novatrices pour préserver et
promouvoir le patrimoine afro-canadien comme
composante intégrante de l’identité canadienne.
L’objectif principal était de faciliter un transfert
intergénérationnel de connaissances entre les
administrateurs actuels des musées sur l’histoire
des Noirs du Canada et les jeunes, de sorte à créer
à moyen terme un groupe de jeunes gestionnaires
dynamiques pour ces musées.
Les participants de l’atelier sur la planification de
la relève étaient très satisfaits des résultats de
cette rencontre et ont promis de collaborer et
d’apprendre les uns des autres. Pour ce faire, ils
ont échangé leurs coordonnées afin d’établir un
réseau en ligne informel des leaders des musées
sur l’histoire des Noirs du Canada.
Pour en savoir davantage, visitez le http://www.cic.
gc.ca/francais/multiculturalisme/noirs/index.asp.
8 | Présentation de Bageshree Vaze, artiste indo-canadienne,
lors du lancement du Mois du patrimoine asiatique.
Photo reproduite avec la permission de Citoyenneté et
Immigration Canada.
Le Mois du patrimoine asiatique
Le mois de mai est le Mois du patrimoine asiatique. Reconnaissant la diversité ainsi que la
longue et riche histoire des Canadiens d’origine
asiatique, le Programme du multiculturalisme crée
chaque année une série d’activités en collaboration avec les principaux groupes culturels et
d’autres partenaires. Ces activités donnent aux
Canadiens de tout le pays l’occasion de réfléchir
aux contributions des Canadiens d’origine asiatique
à la croissance et à la prospérité du Canada, et de
célébrer leur apport.
En collaboration avec la Société du Mois du
patrimoine asiatique d’Ottawa, le ministre de la
Citoyenneté, de l’Immigration et du Multi­
culturalisme, Jason Kenney, a été l’hôte d’une
réception sur la Colline du Parlement à laquelle
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
ont participé environ 300 invités. Les bureaux
régionaux de Citoyenneté et Immigration Canada
ont établi des partenariats avec les associations de
Canadiens d’origine asiatique dans leurs régions,
y compris avec la bibliothèque Keshen Goodman à
Halifax, et ont organisé des activités comme
Many Faces, One Voice à l’Île-du-Prince-Édouard
et l’exposition Roots Soil Blossom à Calgary.
Le Programme du multiculturalisme a également
organisé des visionnements de films pour jeunes
dans les écoles de la région de la capitale nationale. Les deux films présentés dans le cadre de
cette activité étaient Sleeping Tigers: The Asahi
Baseball Story, réalisé par Mme Jari Osborne et
produit par l’Office national du film, ainsi que Just
a Little Red Dot, par Mme Mitra Sen, de Sandalwood
Productions inc.
2008
2009
Pour en savoir davantage, visitez le http://www.
cic.gc.ca/francais/multiculturalisme/asiatique/
index.asp.
Programmes de reconnaissance
historique
Le gouvernement du Canada veut faire en sorte
que les Canadiens développent un attachement
solide à leur identité canadienne grâce à des
initiatives de mobilisation du public et d’inclusion,
comme les programmes de reconnaissance historique.
Les programmes de reconnaissance historique
répondent à l’engagement qu’a pris le gouvernement fédéral de reconnaître et de commémorer
James Pon, qui a payé la taxe d’entrée, avec l’honorable Jason Kenney, ministre
de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, à l’occasion d’une
annonce s’adressant à la communauté sino-canadienne dans le cadre du Programme
de reconnaissance historique pour les communautés. Photo reproduite avec la
permission de Victor Wong.
1. Promotion
| 9
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
les expériences des communautés ethnoculturelles
touchées, dans le passé, par les mesures de guerre
ou par les restrictions ou les interdictions en
matière d’immigration qui ont été appliquées au
Canada, et de renseigner les Canadiens à ce
chapitre. Le gouvernement du Canada croit que
ces programmes, particulièrement l’Initiative sur
l’imposition de la taxe d’entrée aux immigrants
chinois, le Programme de reconnaissance historique pour les communautés et le Programme
national de reconnaissance historique, aideront à
mobiliser les collectivités touchées qui ont contribué de façon significative à l’édification de notre
pays.
Initiative sur l’imposition de la taxe
d’entrée aux immigrants chinois
L’exercice 2008-2009 a marqué la dernière année
de mise en œuvre de l’Initiative sur l’imposition de
la taxe d’entrée aux immigrants chinois, annoncée
par le premier ministre Stephen Harper en juin
2006. Le premier ministre avait alors présenté des
excuses aux Canadiens d’origine chinoise pour
l’imposition d’une taxe d’entrée, de 1885 à 1923,
à la plupart des immigrants venant de la Chine, et
exprimé de profonds regrets pour l’interdiction de
pratiquement toute l’immigration en provenance
de la Chine de 1923 à 1947. Une taxe d’entrée a
également été imposée aux immigrants chinois qui
allaient à Terre-Neuve-et-Labrador entre 1906 et
1949.
10 | Le premier ministre reconnaissait ainsi le mépris
et les difficultés dont la communauté sinocanadienne a été victime, affirmant que même si
la taxe d’entrée et les restrictions ultérieures
étaient légales à l’époque, elles ne correspondent
pas aux valeurs que les Canadiens préconisent
aujourd’hui.
En plus des excuses, le gouvernement du Canada a
offert un paiement symbolique à titre gracieux de
20 000 $ aux personnes vivantes admissibles ayant
payé cette taxe d’entrée ou, en cas de décès, à
leur conjoint. Au total, 856 demandes ont été
reçues et 785 paiements à titre gracieux totalisant
15 700 000 $ ont été versés. Des 785 paiements,
49 ont été versés à des personnes ayant payé cette
taxe d’entrée et 736, à des conjoints de payeurs
de la taxe décédés.
Pour en savoir davantage, visitez le http://www.
cic.gc.ca/francais/multiculturalisme/programmes/
redressement.asp.
Un exercice d’alerte en cas d’incendie à Cave and Basin,
dans le parc national Banff. Pendant la Première Guerre
mondiale, les immigrants autrichiens, hongrois, allemands
et ukrainiens étaient envoyés à Banff pour travailler
dans des camps d’internement. Photo reproduite avec la
permission des Archives du musée Glenbow.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
Programme de reconnaissance
historique pour les communautés
et Programme national de
reconnaissance historique
Pour en savoir davantage, visitez le http://www.
cic.gc.ca/francais/multiculturalisme/programmes/
communaute.asp.
En 2008-2009, le gouvernement du Canada a lancé
officiellement le Programme de reconnaissance
historique pour les communautés (PRHC) et le
Programme national de reconnaissance historique
(PNRH), afin de commémorer les expériences
historiques et les contributions des communautés
ethnoculturelles touchées par les mesures de
guerre et les restrictions à l’immigration qui ont
été appliquées au Canada, et afin d’y sensibiliser
les Canadiens et surtout les jeunes.
Plan d’action canadien contre le
racisme
En mai 2008, le PRHC donnait naissance au Fonds
canadien de reconnaissance de l’internement
durant la Première Guerre mondiale, un fonds de
dotation de 10 millions de dollars visant à appuyer
des projets liés à l’internement de Canadiens
d’origine ukrainienne et de membres d’autres
communautés pendant la Première Guerre mondiale. En juin 2008, le PRHC a aussi commencé à
accepter des demandes de financement pour des
projets communautaires liés à d’autres expériences, comme l’internement de Canadiens
d’origine italienne pendant la Deuxième Guerre
mondiale et les restrictions en matière d’immigration imposées aux Juifs, aux Chinois et aux Indiens.
Des comités consultatifs distincts formés chacun
de représentants d’une communauté touchée ont
été créés pour conseiller le gouvernement du
Canada à propos des projets reçus par le PRHC.
Le PNRH, quant à lui, a octroyé des fonds à Parcs
Canada pour le lancement d’un projet lié aux
activités d’internement durant la Première Guerre
mondiale sur les terres de Parcs Canada.
1. Promotion
Publié le 21 mars 2005, Un Canada pour tous : Plan
d’action canadien contre le racisme résume une
démarche horizontale concertée entreprise par
vingt ministères et organismes fédéraux pour
s’attaquer au racisme et à la discrimination. Bien
que tous les ministères fédéraux visés aient entrepris et poursuivi des initiatives de lutte contre le
racisme au cours de la période de référence, la
présente section rend uniquement compte des
initiatives qui ont obtenu un nouveau financement
dans le cadre du Plan d’action. Le ministère de la
Citoyenneté et de l’Immigration est chargé de la
coordination horizontale et de la présentation de
rapports parmi les institutions ayant reçu un
financement supplémentaire.
Les activités entreprises en 2008-2009 ont continué
à donner des résultats dans les domaines clés que
sont la discrimination au travail, l’intégration des
nouveaux arrivants, le signalement des crimes
haineux, les problèmes liés à la race dans le
système judiciaire, et le changement organisationnel dans les institutions publiques afin de supprimer les obstacles systémiques. Les paragraphes
suivants décrivent les activités pour la présente
période de référence en ce qui concerne les
nouvelles initiatives financées par le ministère de
la Citoyenneté et de l’Immigration, le ministère
des Ressources humaines et du Développement des
compétences et le ministère de la Justice.
| 11
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
l’intégration et la diminution du racisme. Un vaste
éventail de partenaires et d’intervenants y participent, y compris des provinces et des territoires,
des municipalités, des nouveaux arrivants au
Canada, des fournisseurs de services locaux, des
chercheurs, des bénévoles, des jeunes et des
collectivités locales.
Des séances de sensibilisation dans les communautés rurales
des Prairies. Photo reproduite avec la permission du Central
Alberta Refugee Effort (CARE) Committee.
Ministère de la Citoyenneté et de
l’Immigration
Les contributions du ministère de la Citoyenneté et
de l’Immigration en 2008-2009 au Plan d’action
canadien contre le racisme ont porté principalement sur trois initiatives : l’Initiative pour les
collectivités accueillantes, l’Initiative de collecte
de données nationales normalisées sur les crimes
motivés par la haine et l’Initiative des institutions
inclusives.
Initiative pour les collectivités
accueillantes
Dans le cadre du programme d’établissement de
Citoyenneté et Immigration Canada, l’Initiative
pour les collectivités accueillantes contribue au
Plan d’action canadien contre le racisme en
appuyant la création de collectivités plus inclusives et accueillantes pour les nouveaux arrivants
au Canada. Cette initiative vise principalement
la création de liens entre les nouveaux arrivants
et les Canadiens, l’élimination des obstacles à
12 | En 2008-2009, les fonds ont été affectés principalement à la poursuite et à l’élargissement des
projets existants, qui ont connu une hausse de la
demande en outils et en services. Les projets
visaient à atteindre les buts suivants :
Fournir de l’information et des outils pour
appuyer la lutte contre le racisme et la discrimination. Exemple : le projet de la boîte à
outils pour les « petits centres » de
l’Intercultural Association of Greater Victoria,
qui a été présenté à 14 nouvelles collectivités.
Cette trousse est disponible à l’adresse
http://www.icavictoria.org/community/
toolbox-ideas-0.
Offrir de la formation et renforcer la sensibilisation sur l’importance de lutter contre le
racisme et la discrimination dans divers
espaces. Exemples : le projet de l’Immigrant
Learning Centre à Halifax sur l’intégration de
la lutte contre le racisme dans les activités
d’établissement (Integrating Anti-Racism into
Settlement Work), ainsi que le programme de
la Colombie-Britannique pour le multi­
culturalisme et la lutte contre le racisme
(Anti-Racism and Multiculturalism Program).
Encourager l’interaction entre différents
groupes communautaires par l’organisation
d’activités spéciales. Exemple : le tournoi de
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
basketball de la diversité (Diversity Basket-ball
Tournament) avec la police régionale de Peel,
en Ontario.
Faire participer les jeunes au règlement des
enjeux liés à l’établissement, à l’amélioration
de la compréhension interculturelle, et à de la
formation et du mentorat en leadership.
Exemple : l’initiative des ambassadeurs de la
paix (Peace Ambassadors Initiative) mise en
place par la Northern Alberta Alliance on Race
Relations. Pour en savoir plus sur l’initiative,
visitez le http://www.naarr.org/index.
php?option=com_content&task=view&id=47&It
emid=62.
2008
2009
conseils d’administration et commissions. Pour
en savoir davantage sur l’initiative, visitez le
http://www.maytree.com/divcity/onboard.
Le projet Bienvenue chez vous de
l’Association canadienne des programmes de
ressources pour la famille – pour accroître la
participation de parents immigrants à des
programmes communautaires où ils acquièrent
des connaissances sur la vie au Canada, établissent de nouvelles relations de solidarité avec
des pairs et ont des possibilités de contribuer
de manière significative à leurs collectivités.
Pour en apprendre davantage sur cette initiative, visitez le http://www.bienvenuechezvous.ca.
La trousse vidéo Settling into Schools produite
par Pink Dog Productions – afin de produire et
de communiquer des messages de tolérance à
l’intention des jeunes Canadiens au moyen
d’une vidéo éducative créée par des jeunes
pour célébrer la diversité dans les écoles.
Tournoi de la Diversity Cup de la police régionale de Peel
tenu en avril 2008. Photo reproduite avec la permission de
la police régionale de Peel.
Plusieurs nouveaux projets nationaux ont également été financés, notamment :
 La campagne DiverseCity onBoard de la
Les produits livrables de ces projets comprennent
la sélection et le recrutement en tant que leaders
civiques de 350 membres des collectivités de
minorités visibles et d’immigrants; le site Web
Bienvenue chez vous pour les parents immigrants
et les organismes communautaires; trois annonces
de service public de trente secondes; des messages
en ligne sur YouTube créés par des jeunes; et un
programme pédagogique pour les enseignants du
secondaire (premier et deuxième cycles).
Fondation Maytree – pour encourager et
appuyer l’inclusion des membres des minorités
visibles et ethniques dans divers organismes,
1. Promotion
| 13
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Initiative de collecte de données
nationales normalisées sur les crimes
motivés par la haine
Le Programme du multiculturalisme de Citoyenneté et Immigration Canada est responsable, en
partenariat avec le Centre canadien de la statistique juridique de Statistique Canada, de la mise
en œuvre de cette initiative. Celui-ci a continué
de promouvoir et d’accroître la production de
rapports normalisés sur les crimes haineux et la
surveillance de ces derniers par les services de
police du Canada.
En 2008-2009, une formation sur place a été
fournie à 17 services de police, à un bureau de la
Gendarmerie royale du Canada (GRC) et à un
service de police municipal des Premières Nations.
Deux ateliers régionaux ont été organisés en
Ontario et en Alberta.
Le Centre canadien de la statistique juridique a
recueilli des données sur les crimes motivés par la
haine pour 2007, couvrant près de 90 % de la
population canadienne, et a publié en mai 2009
son rapport intitulé Les crimes haineux déclarés
par la police au Canada, 2007. À ce jour, le rapport a été téléchargé plus de 1 400 fois. Comme
c’était le cas pour 2006, le rapport indique que
les principales victimes de crimes haineux sont les
Noirs et les personnes juives. Ce rapport est
disponible à l’adresse http://www.statcan.gc.ca/
daily-quotidien/090513/dq090513c-fra.htm.
14 | Initiative des institutions inclusives
Cette initiative a fourni des fonds de contrepartie
à des institutions fédérales pour qu’elles créent
des outils afin d’appuyer l’élimination des obstacles systémiques et de s’adapter à la diversité
culturelle. Cette initiative s’est terminée au cours
de l’exercice 2008-2009. Les projets entrepris
pendant cette initiative comprenaient des recherches pour accroître la connaissance et la prise en
compte au sein du gouvernement des collectivités
ethnoculturelles canadiennes, divers projets afin
d’améliorer la compétence culturelle dans le
système correctionnel, ainsi qu’un projet pilote
portant sur l’itinérance chez les nouvelles
arrivantes.
Ressources humaines et Développe­
ment des compétences Canada
La Stratégie pour un milieu de travail sans racisme
continue de susciter la création et la diversification d’outils pour le milieu du travail ainsi que
l’établissement de partenariats entre employeurs,
travailleurs, organisations communautaires,
minorités visibles et peuples autochtones. Elle
vise ainsi à mieux se faire connaître, à mobiliser
les partenaires dans l’instauration de milieux de
travail sans racisme et d’améliorer le recrutement,
le maintien en poste et la participation des minorités visibles et des peuples autochtones.
En 2008-2009, cette initiative a continué de
favoriser l’échange de l’information et de
l’expertise par le biais de nouveaux partenariats.
De nouvelles relations ont été établies avec le
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Congrès du travail du Canada, la Coalition canadienne des municipalités contre le racisme et la
discrimination, et la Commission canadienne des
droits de la personne.
Les agents régionaux de prévention du racisme ont
offert des activités d’information et de réseautage
pour les employeurs et d’autres intervenants. Des
séances visant à offrir des solutions pour éliminer
les obstacles auxquels se heurtent les Autochtones
et les minorités visibles dans le milieu du travail
ont eu lieu à Calgary, Montréal, Winnipeg, Toronto
et Vancouver.
En collaboration avec le Conseil des ressources
humaines autochtones, les responsables de la
Stratégie pour un milieu de travail sans racisme
ont organisé des séances intitulées Maîtriser
l’intégration des Autochtones portant sur la
discrimination à laquelle se heurtent les Autochtones dans le monde du travail. Les employeurs
régis par le Programme légiféré d’équité en
matière d’emploi et ceux régis par le Programme
de contrats fédéraux ont participé à ces séances
qui ont eu lieu à Toronto, Winnipeg et Vancouver.
Pour en savoir plus sur ces séances, visitez le
http://www.aboriginalhr.ca/fr/programmes/MAI.
Ministère de la Justice
Les contributions du ministère de la Justice au
Plan d’action canadien contre le racisme portent
sur trois thèmes : les questions liées à la race dans
le système de justice, les interventions auprès des
victimes et des auteurs de crimes haineux et la
lutte contre les crimes haineux sur Internet.
1. Promotion
2008
2009
L’African Canadian Legal Clinic (ACLC) a reçu du
financement pour son projet de sensibilisation aux
questions relatives aux crimes haineux perpétrés
contre les Noirs (Anti-Black Hate Crimes Awareness
and Education Project). Outre la sensibilisation, ce
projet contribue à régler les enjeux liés à la race
dans le système de justice. Dans le cadre de son
projet, l’ACLC a tenu un forum pour la sensibilisation et la création de stratégies de lutte contre les
crimes haineux à l’endroit des Noirs, à partir
duquel elle compte élaborer un manuel sur les
crimes haineux contre les Noirs afin d’aider les
victimes afro-canadiennes à réagir à ce type de
crimes et afin d’informer les services de police,
les procureurs, les avocats, les établissements
d’enseignement et les organisations communautaires de défense des droits des besoins précis et
des préoccupations des victimes afro-canadiennes
et de leurs collectivités.
Le ministère de la Justice a également travaillé en
2008-2009 à l’élaboration de plusieurs programmes
qui seront exécutés en 2009-2010. Parmi les
projets élaborés, mentionnons un projet d’éduca­
tion juridique des Autochtones (Aboriginal Justice
Education Project) afin d’appuyer la parti­ci­pation
des Autochtones à des jurys, un symposium pour
l’échange d’information sur la surreprésentation
des Autochtones dans le système judiciaire, et des
séances de formation à l’intention des jeunes
travailleurs et des enseignants du programme pour
la réussite scolaire des élèves afin de promouvoir
la compréhension du système de justice grâce à
des programmes pédagogiques. Pour en savoir
davantage sur le projet d’éducation juridique
autochtone, visitez le http://www.justice.gc.ca/
fra/nouv-news/cp-nr/2009/doc_32354.html.
| 15
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Programme de subventions
et de contributions pour le
multiculturalisme
Le Programme du multiculturalisme offre une aide
financière (subventions et contributions) à des
organismes sans but lucratif et à des particuliers
pour des projets qui facilitent et consolident
l’intégration économique, sociale et culturelle au
Canada. Ces projets abordent des enjeux touchant
les communautés ethnoculturelles dans le but de
susciter une participation accrue à la société, tout
en s’attaquant à des questions comme la discrimination et le racisme. En 2008-2009, le Programme
du multiculturalisme a fourni plus de 4,5 millions
de dollars en nouveau financement à 36 organismes
de la société civile, dont des organismes sans but
lucratif, des administrations locales, des établissements d’enseignement postsecondaire et des
musées, afin de répondre à des besoins particuliers
de communautés locales dans plusieurs régions
hétérogènes au Canada. Voici quelques exemples
de programmes nouveaux et continus financés par
le Programme du multiculturalisme en 2008-2009.
Le Centre d’excellence de
l’Atlantique pour la santé des
femmes de l’Université Dalhousie
Région de l’Atlantique
L’Atlantic Summer Institute for Healthy and Safe
Communities (ASI), un projet de symposium du
Centre d’excellence de l’Atlantique pour la santé
des femmes de l’Université Dalhousie, a financé un
projet intitulé Bridging Differences: Learning
Together for a Healthier and Safer Atlantic Canada
(combler les écarts : apprendre ensemble pour un
16 | Canada atlantique sain et sûr). Le but du projet
était d’élaborer des stratégies pour favoriser
l’inclusion et une participation significative de
collectivités diversifiées dans les domaines de
la promotion de la santé et de la prévention du
crime au Canada atlantique.
Le comité du projet de l’institut comprenait
des représentants des quatre provinces de
l’Atlantique. Des organismes représentant les
secteurs engagés dans la promotion de la santé et
la prévention du crime dans cette région étaient
du nombre des autres partenaires.
Les membres du projet ont recensé les approches
actuelles et recueilli de l’information sur les
modèles les plus efficaces pour aider les orga­
nismes à prendre contact avec les communautés
minoritaires. Leur connaissance accrue leur a
permis de créer des outils pour un apprentissage
interculturel efficace ainsi qu’un modèle stratégique d’inclusion. Ce modèle a d’abord été
présenté au Summer Institute 2007 de l’Université
de l’Île-du-Prince-Édouard, pour être ensuite mis à
l’essai et évalué au Summer Institute 2008 de
l’Université.
Le projet a permis aux participants et aux partenaires communautaires de mieux comprendre les
obstacles à la pleine participation civique des
communautés ethnoculturelles minoritaires et de
disposer d’un modèle stratégique concret pour
travailler à l’élimination de ces obstacles.
Le Programme du multiculturalisme a versé
24 000 $ à ce projet de 14 mois.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Les participants aux ateliers ont appris quels
étaient les obstacles auxquels se heurtaient les
minorités visibles, les membres des Premières
Nations et d’autres jeunes de communautés
ethnoculturelles dans le sport du hockey. À
l’avenir, Hockey Nova Scotia prévoit élaborer et
mettre en œuvre des stratégies afin de faciliter la
participation pleine et active de membres de
groupes culturellement diversifiés.
Le projet a permis aux participants et aux
partenaires communautaires de mieux
comprendre les obstacles à la pleine
participation civique des communautés
ethnoculturelles minoritaires et de disposer
d’un modèle stratégique concret pour
travailler à l’élimination de ces obstacles.
Pour en savoir davantage au sujet du Centre
d’excellence de l’Atlantique pour la santé des
femmes de l’Université Dalhousie, visitez le
http://www.acewh.dal.ca/.
Compte tenu du succès de ce projet, Hockey
Canada a lancé une initiative dans le cadre du
programme Dreams come true (du rêve à la
réalité) afin de payer l’inscription et l’équipement
de 60 jeunes désavantagés des associations de
hockey mineur à Halifax et à Truro pour la saison
2008-2009. Hockey Nova Scotia a payé les coûts
pour 10 jeunes défavorisés du Cap-Breton.
La Da Costa 400: Black Canadian
Heritage (1605-2005) Society
Nouvelle-Écosse
Le projet Breaking the Barrier (briser la barrière)
de la Da Costa 400: Black Canadian Heritage
(1605-2005) Society a pris fin en 2008. Le but du
projet était de s’attaquer à la sous-représentation
historique des Afro-Canadiens dans la culture
canadienne.
Pour offrir des ateliers sur la diversité, des ateliers
sur glace et des rencontres de sensibilisation du
public, la société Da Costa 400 s’est associée à
l’organisme Hockey Nova Scotia, à la Black
Community Enhancement Association de Truro et
au Bureau des droits de la personne de l’Université
du Cap-Breton.
Le projet a célébré le 50e anniversaire de la
suppression de l’obstacle de la couleur dans la
Ligue nationale de hockey. Les groupes visés
étaient les jeunes, les entraîneurs, les officiels de
la ligue, les parents et le public en général.
1. Promotion
2008
2009
Les participants aux ateliers ont appris
quels étaient les obstacles auxquels se
heurtaient les minorités visibles, les membres des Premières Nations et d’autres
jeunes de communautés ethnoculturelles
dans le sport du hockey.
Le Programme du multiculturalisme a versé
21 150 $ étalés sur trois ans pour financer cette
initiative, en partenariat avec Hockey Nova Scotia,
la Black Community Enhancement Association de
Truro et le Bureau des droits de la personne de
l’Université du Cap-Breton.
Pour en savoir davantage, visitez le http://www.
dacosta400.ca/indexf.shtml.
| 17
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Bureau de la communauté haïtienne
de Montréal
Montréal (Québec)
Le Bureau de la communauté haïtienne de
Montréal est un organisme à but non lucratif au
service de la population depuis 30 ans. Ouvert à
tous, cet organisme se veut dynamique et tisse
des liens étroits avec de nombreux partenaires sur
l’ensemble du territoire montréalais, pour un
meilleur accompagnement vers l’exercice d’une
pleine citoyenneté.
La communauté haïtienne au Canada est estimée à
130 000 personnes. Près de 90 % de cette popu­
lation vit essentiellement au Québec et plus
particulièrement à Montréal (83 %). Près de deux
personnes sur cinq de cette communauté sont nées
au Québec. Divers facteurs contribuent aux problè­
mes d’exclusion et de délinquance vécus par les
adolescents et les jeunes adultes de la communauté, dont le chômage élevé et le décrochage
scolaire. Selon une étude, les jeunes d’origine
haïtienne sont surreprésentés à l’entrée du
système de protection de la jeunesse. Par ailleurs,
lors du recensement de 2001, 70 % des femmes de
la communauté haïtienne à Montréal vivaient sans
conjoint.
Compte tenu des enjeux et des besoins relevés,
l’organisme a lancé un projet s’adressant aux
adolescents, aux jeunes adultes et aux parents
de la communauté haïtienne aux prises avec des
problèmes d’exclusion, de délinquance et de
violence.
18 | Diverses activités concrètes ont été réalisées, avec
l’aide de plus de 20 participants dès la conception
du projet. Grâce à la contribution bénévole de
professionnels provenant de différents domaines,
d’entreprises et d’organismes du milieu, une
trentaine de jeunes âgés de 13 à 17 ans et de
jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans ont bénéficié
d’initiatives de participation civique (deux camps
de leadership), de soutien scolaire, de visites en
entreprise, de mentorat et de formation. Une
vingtaine de parents ont également participé à
des activités ciblées et ont pu ainsi acquérir des
connaissances pour renforcer leurs compétences
parentales afin de mieux encadrer et soutenir
leurs enfants dans leur processus d’intégration à la
société.
Au cours de ce projet de deux ans, les jeunes
participants et les parents ont bénéficié d’une
démarche structurée et encadrée qui leur a permis
d’augmenter leur capacité à lutter contre
l’exclusion sociale et économique. Des liens
dura­bles ont été établis entre les jeunes et divers
professionnels ainsi que des représentants
d’organismes de participation civique. Par leur
participation à ce projet, plusieurs jeunes issus
d’une minorité visible ont pu mettre les connaissances et les expériences acquises au profit du
mieux-être de leurs collectivités.
Le Programme du multiculturalisme a versé
71 932 $ à cette initiative en partenariat avec le
ministère québécois de l’Immigration et des
Communautés culturelles et Emploi-Québec.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Des parents ont pu ainsi acquérir des
connaissances pour renforcer leurs compétences parentales afin de mieux encadrer
et soutenir leurs enfants dans leur processus d’intégration à la société.
Pour en savoir davantage sur le Bureau de la
communauté haïtienne de Montréal, visitez le
http://www.aihc.ca/CCRI/bchm.html.
Centre RIRE 2000
Québec (Québec)
Le Centre RIRE 2000 œuvre dans la région de
Québec depuis 1996. Cet organisme à but non
lucratif a pour mission d’appuyer les jeunes et
les adultes des communautés culturelles qui
éprouvent des difficultés dans leur cheminement
scolaire, ainsi que dans leur insertion socioéconomique au sein des sociétés québécoise et
canadienne.
Le projet Pour l’intégration de mon collègue
immigrant, je m’implique du Centre RIRE 2000 et
de ses partenaires visait la mise en œuvre d’une
stratégie d’autogestion de la diversité. Le Centre
RIRE 2000 a organisé des séances de travail avec
des employés dans chacune des six entreprises
participantes. Il y a eu d’abord une séance
d’information mettant en lumière les avantages
du multiculturalisme, puis la création de comités
de travail réunissant 78 employés qui ont travaillé
directement à l’élaboration d’un guide du nouvel
arrivant au sujet du milieu de travail. Ce guide a
1. Promotion
2008
2009
été élaboré par et pour les employés des six
entreprises partenaires afin d’attirer et de retenir
les travailleurs immigrants, et de faciliter leur
intégration harmonieuse.
L’un des résultats les plus remarquables du projet
a été le fait que très rapidement, et malgré la
récession économique actuelle, l’embauche de
travailleurs immigrants a augmenté en moyenne
de 6 % en six mois. De plus, les employés participants sont devenus de plus en plus conscients de
l’importance de faciliter l’accueil et l’intégration
des immigrants dans le milieu de travail. Et enfin,
d’autres entreprises ont décidé d’adapter leurs
politiques d’accueil pour suivre désormais
l’exemple de ce projet, encourageant l’ensemble
de leurs employés à participer et à utiliser le guide
du nouvel arrivant comme outil promotionnel dans
leurs campagnes de recrutement à l’étranger.
Le Programme du multiculturalisme a versé
24 500 $ à cette initiative sur 30 mois en partenariat avec le gouvernement du Québec, la Ville
de Québec et les entreprises qui ont participé au
projet.
L’un des résultats les plus remarquables du
projet a été le fait que très rapidement, et
malgré la récession économique actuelle,
l’embauche de travailleurs immigrants a
augmenté en moyenne de 6 % en six mois.
Pour en apprendre davantage sur le Centre RIRE,
visitez le http://www.r2000.qc.ca.
| 19
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Le Hispanic Development Council
Toronto (Ontario)
Le Hispanic Development Council est un organisme
communautaire à but non lucratif bien établi
qui œuvre auprès des communautés latinoaméricaines pour faciliter la pleine participation à
la société canadienne. Créé en 1978, il offre des
programmes novateurs axés sur des solutions et
destinés aux jeunes à risque. Il a de solides partenariats avec d’autres organismes communautaires
clés œuvrant auprès des jeunes ainsi qu’avec
des organismes locaux d’application de la loi,
notamment la police de Toronto.
La communauté latino-américaine du Canada a
augmenté de près de 40 % entre 2001 et 2006, et
près du tiers de ses membres sont âgés de 15 à
29 ans. D’après une étude récente, près de la
moitié des élèves du secondaire à Toronto venant
de pays latino-américains risquent de décrocher.
Un mauvais rendement scolaire, la pauvreté et le
chômage ont été définis comme des facteurs
contribuant chez les jeunes à la marginalisation et
à l’indifférence, qui se manifestent souvent par la
participation à des gangs.
Huellas-Footprints est un projet d’intégration et
de prévention de la violence axé sur le multimédia, la culture, l’identité et les arts destiné aux
jeunes Latino-Américains de Toronto. Cette initiative permet à plus de 1 000 jeunes à risque de
participer à un mentorat de groupe de 24 mois en
plusieurs étapes et de produire un documentaire
multimédia avec d’autres jeunes, des enseignants
et des artistes professionnels. Grâce à cette
20 | initiative, les jeunes ciblés vont acquérir les
compétences et les connaissances nécessaires pour
devenir des participants efficaces de la société
canadienne. Ce projet va aider à prévenir la
participation à des gangs, la violence commise
par des jeunes, l’aliénation scolaire et le chômage
des jeunes.
Actuellement dans sa première année de fonctionnement, le projet a établi des relations de
mentorat entre des jeunes et des artistes professionnels, et a organisé des séances d’échange
entre pairs pour les jeunes, qui ont également
commencé à travailler sur la production d’un documentaire multimédia. Cette initiative encourage
des actions menées par des jeunes où ceux-ci
travaillent sur des projets multimédias tout en
apprenant les compétences nécessaires à la participation civique avec l’aide d’enseignants
d’écoles secondaires locales. La dernière étape de
ce projet permettra aux jeunes de diffuser leurs
projets artistiques multimédias auprès d’un
auditoire plus vaste, y compris d’autres jeunes et
des parents. Les jeunes participants devraient
devenir des mentors eux-mêmes et faire preuve
d’un leadership positif pour le bien-être de la
communauté.
Un mauvais rendement scolaire, la pauvreté et le chômage ont été définis comme
des facteurs contribuant chez les jeunes à
la marginalisation et à l’indifférence, qui
se manifestent souvent par la participation
à des gangs.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
À l’avenir, le documentaire et les autres projets
médiatiques seront utilisés comme outils de
sensibilisation et transmis au conseil scolaire du
district catholique de Toronto, à d’autres orga­
nismes communautaires d’aide aux jeunes, comme
les centres de voisinage de Toronto, et aux institutions publiques, comme le service de police de
Toronto. Cela permettra à d’autres jeunes de
bénéficier des produits de ce projet et les inspirera
peut-être à s’investir dans des projets comme
celui-là.
Le Programme du multiculturalisme a versé à cette
initiative 94 398 $ étalés sur 30 mois, en partenariat avec le Youth Challenge Fund.
Pour en savoir davantage sur le Hispanic Development Council, consultez le http://www.hispaniccouncil.net.
Cette initiative encourage des actions
menées par des jeunes où ceux-ci travaillent sur des projets multimédias tout en
apprenant les compétences nécessaires à
la participation civique avec l’aide
d’enseignants d’écoles secondaires locales.
Les jeunes participants devraient devenir
des mentors eux-mêmes et faire preuve
d’un leadership positif pour le bien-être de
la communauté.
1. Promotion
2008
2009
Le London Regional Children’s
Museum
London (Ontario)
En tant que premier musée des enfants au Canada,
le London Regional Children’s Museum a plus de
trente ans d’expérience dans la prestation de
possibilités d’apprentissage pratique aux enfants
et à leurs familles. Le musée offre des activités
axées sur des programmes d’études à des groupes
scolaires venant de quatre conseils scolaires
publics et séparés locaux et de plusieurs écoles
privées, et reçoit plus de 100 000 visiteurs par
année.
En novembre 2007, une attaque en bande à caractère raciste impliquant des élèves d’une école
élémentaire de London a amené les autorités de
l’école et d’autres établissements d’enseignement
à examiner la possibilité d’adopter des activités
éducatives de lutte contre le racisme (London Free
Press, 6 décembre 2007). Cet incident n’était pas
un cas isolé, comme le montre un rapport récent
sur les crimes haineux et les activités tendancieuses à London. Ce rapport ainsi que le plan
d’action communautaire de 2006 de la Ville de
London indiquaient que le manque de programmes
d’éducation sur la diversité était une cause des
crimes haineux. On a déterminé que des program­
mes d’éducation préventive sur la diversité à
l’intention des jeunes enfants étaient une stratégie essentielle de sensibilisation interculturelle.
| 21
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Le London Regional Children’s Museum a mis en
place l’initiative Reflecting Diversity in Children’s
Museum Exhibits, Programs and Organizational
Development (tenir compte de la diversité dans les
expositions, les programmes et le développement
organisationnel du musée pour enfants) pour
accroître la compréhension interculturelle et
inciter les enfants et leurs familles à lutter contre
le racisme et la discrimination, tout en faisant en
sorte que le musée continue de s’adapter à la
diversité dans la communauté. En 2008-2009,
cette initiative a joint environ 300 000 personnes,
dont plus de 45 000 élèves.
Le projet est entré dans sa deuxième année de
fonctionnement; ses responsables continuent de
créer des partenariats officiels avec divers organismes communautaires et ont signé trois ententes
de partenariat. Cette initiative encourage le
dialogue avec les communautés ethnoculturelles
par une approche communautaire afin d’intégrer
des perspectives différentes. Les responsables
consultent également diverses communautés afin
de mener une évaluation organisationnelle et
d’élaborer des politiques et des stratégies efficaces en matière de diversité, y compris un plan
de relations avec les médias lié à la diversité.
En outre, on met à l’essai dans le cadre du projet
des programmes et des expositions publics destinés
aux familles et aux enfants qui encouragent les
Canadiens à se renseigner sur toutes les cultures
qui composent notre pays. Les expositions
devraient attirer 50 000 visiteurs en six mois.
À l’avenir, le musée mettra également à l’essai
30 séances destinées à 600 élèves participants de
l’élémentaire et du premier cycle du secondaire
pour s’attaquer aux problèmes du racisme et de la
22 | discrimination. Ces expositions et ces programmes
pilotes seront mis à la disposition des musées et
des centres de sciences partout au Canada.
Le Programme du multiculturalisme a versé à
cette initiative 86 775 $ étalés sur 30 mois, en
partenariat avec le Heritage Council de la ville de
London et les Ontario’s Community Builders.
Pour en savoir davantage sur le London Regional
Children’s Museum, consultez le http://www.
londonchildrensmuseum.ca.
Newcomers Employment and
Education Development Services
(NEEDS) inc.
Winnipeg (Manitoba)
Les Newcomers Employment and Education Development Services (NEEDS) inc. ont été créés en
1999 pour offrir des services accessibles et du
soutien aux jeunes immigrants et enfants réfugiés
ainsi qu’à leurs familles. Le but ultime de cet
organisme est d’améliorer l’intégration des jeunes
immigrants et réfugiés à la société canadienne en
leur trouvant un emploi, et en leur offrant des
programmes éducatifs et sociaux pour mieux
s’adapter à la vie quotidienne.
Les jeunes ont joué un rôle important pour préciser le besoin de cette initiative. En septembre
2000, des jeunes touchés par la guerre venant de
25 pays dans le monde se sont rassemblés lors
d’une conférence internationale à Winnipeg pour
discuter de leurs expériences et des obstacles
auxquels ils se heurtaient. Ils ont exprimé des
sentiments d’isolement, de détachement, de peur
et de solitude.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
L’évaluation officielle du projet a permis la formulation de recommandations stratégiques visant une
adaptation et une intégration plus faciles des
jeunes immigrants et réfugiés. Les pratiques et le
modèle de recherche élaborés dans ce projet sont
transférables à d’autres communautés.
Le modèle exemplaire a été le premier
projet du genre dans le cadre duquel on a
recueilli et analysé de l’information sur les
expériences d’intégration à Winnipeg des
jeunes touchés par la guerre.
L’organisme NEEDS a donc élaboré un projet de
quatre ans intitulé Best Practice Model in Working
with War-Affected Children and Youth (modèle
exemplaire pour l’intervention auprès d’enfants et
de jeunes touchés par la guerre) pour s’atta­quer
à ces enjeux. Par ce projet, des enfants et des
jeunes immigrants touchés par la guerre avant leur
immigration ont reçu du soutien afin de faciliter
leur croissance et leur intégration réussies à
Winnipeg.
Le modèle exemplaire a été le premier projet du
genre dans le cadre duquel on a recueilli et
analysé de l’information sur les expériences
d’intégration à Winnipeg des jeunes touchés par la
guerre. La recherche comprenait 150 entrevues
avec de tels jeunes âgés de 5 à 18 ans, des entre­
vues avec 184 parents, ainsi qu’une analyse des
études publiées antérieurement au sujet des
expériences d’adaptation des enfants et des
jeunes immigrants touchés par la guerre. L’équipe
du projet a également recueilli des données
démographiques sur les familles touchées par la
guerre et maintenant établies à Winnipeg, ainsi
que de l’information sur le revenu annuel moyen,
la situation familiale, la scolarité et les conditions
de vie avant l’arrivée au Canada. Enfin,
l’organisme a mis à l’essai des programmes de
thérapie par le jeu créatif et a tenu des séances
de groupe et des séances individuelles.
1. Promotion
2008
2009
Le Programme du multiculturalisme a versé à
ce projet 200 000 $ étalés sur trois ans, en partenariat avec la Winnipeg Foundation.
Pour en savoir davantage sur l’organisme NEEDS,
consultez le http://needs.imd.miupdate.com.
Ville de Coquitlam
Coquitlam (Colombie-Britannique)
La Ville de Coquitlam, dans la région du Grand
Vancouver, a entrepris de 2007 à 2009 une
initiative pluriannuelle de développement organisationnel pour s’assurer de bien représenter les
points de vue et aborder les préoccupations d’une
population de plus en plus diversifiée.
Les données du recensement montrent que la
collectivité de Coquitlam se diversifie. En effet, un
résident sur trois fait partie d’une minorité visible,
et la moitié de ce segment de la population est
constituée d’immigrants récents.
Le but de l’initiative intitulée Creating a
Welcoming Community: Ensuring a Sense of Place
for Residents and Newcomers (créer une collectivité accueillante : donner aux résidents et aux
nouveaux arrivants un sentiment d’appartenance)
était de rendre les programmes, les politiques et
les pratiques de la municipalité responsables à
l’égard d’une population de plus en plus diversifiée
| 23
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
sur les plans culturel et ethnique, en plus de les
rendre inclusifs de cette population.
Pacific Cinémathèque Pacifique
La Ville a organisé des réunions avec les membres
et les partenaires de la communauté pour discuter
des défis dans l’atteinte de ses buts et des stratégies pour relever ces défis. Après ces premières
réunions, la Ville a tenu des consultations avec le
maire, le conseil municipal, les membres et les
partenaires de la communauté pour résumer
l’information recueillie sur les défis actuels et
élaborer une vision de la communauté. Soucieuse
de se conformer à cette nouvelle vision, la Ville a
révisé ses publications pour faire en sorte qu’elles
soient représentatives de la communauté diversifiée, a traduit ses brochures et ses dépliants en
différentes langues et a ajouté à ses installations
de la signalisation dans d’autres langues.
En 2009, la Pacific Cinémathèque Pacifique a
terminé avec succès un projet intitulé Landscapes
for Every Screen (des paysages pour tous les
écrans). Réalisé en collaboration avec le district
scolaire de Burnaby et le département de
l’éducation de l’Université Simon Fraser, le projet
voulait remédier au peu d’espace accordé aux
membres des minorités visibles et des Premières
Nations dans les médias et à la mauvaise image
qu’on y donne souvent d’eux.
De plus, le projet a favorisé un processus d’embau­
che juste et équitable en formant les employés à
la prise en compte des différences culturelles et
en supprimant les outils de sélection et les processus d’entrevue culturellement biaisés. Un résultat
attendu à long terme de ce projet : obtenir un
effectif plus diversifié dans tous les services et à
tous les échelons de la Ville.
Le Programme du multiculturalisme a versé à cette
initiative 150 000 $ sur 21 mois.
Pour en savoir davantage, consultez le
http://www.coquitlam.ca/Business/
Developing+Coquitlam/Strategic+Plans/
Multicultural+Strategy.htm.
24 | Colombie-Britannique
Le projet s’est construit autour d’ateliers d’information destinés aux membres des minorités
visibles et aux Autochtones venant de collectivités
de toute la Colombie-Britannique : on y analysait
le rôle des médias dans le façonnement des perceptions et la compréhension de la diversité. Les
participants aux ateliers avaient ensuite la possibilité d’explorer ces enjeux dans leurs propres
courtes vidéos. Un visionnement communautaire
des vidéos a été organisé, suivi d’un débat sur les
enjeux liés au racisme, à la diversité et à la représentation des minorités visibles et ethniques dans
le cinéma et les médias.
De plus, la Pacific Cinémathèque Pacifique et ses
partenaires ont élaboré des programmes d’enseignement sur la diversité et les médias visuels. Leur
but était d’amener les éducateurs à utiliser le film
et la vidéo dans la salle de classe pour aborder les
enjeux du multiculturalisme, du racisme et de la
diversité. Les vidéos et le programme d’enseignement seront distribués aux écoles locales et aux
organismes communautaires.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Le Programme du multiculturalisme a versé à cette
initiative 93 623 $ sur 20 mois, en partenariat avec
le Musée du portrait du Canada, 2010 Legacies
Now, la Vancouver Art Gallery, l’Université Simon
Fraser et son programme de perfectionnement
professionnel.
Pour en savoir davantage sur la Pacific Cinémathèque Pacifique, consultez le http://www.cinematheque.bc.ca/.
Le conseil canadien des femmes
musulmanes
National
My Canada (mon Canada) est une initiative de
deux ans lancée par Le conseil canadien des
femmes musulmanes pour promouvoir la compréhension interculturelle dans le but de résoudre les
questions d’exclusion sociale et de radicalisation.
stratégies pour renforcer leur sensibilisation
interculturelle, notamment en découvrant les
avantages de travailler avec des gens d’autres
confessions religieuses et en apprenant des
techniques de résolution de conflits.
Les stratégies utilisées au forum ont été réunies
dans une trousse d’outils pour former d’autres
jeunes. À l’aide de cette trousse et des stratégies
apprises directement, les participants du forum
ont animé une série de 17 séances interconfessionnelles dans les écoles et les centres communautaires d’un bout à l’autre du Canada. À chaque
séance, une trentaine de jeunes ont participé à
des discussions sur la compréhension de la primauté du droit, de l’identité canadienne, de la
manière de relever des défis locaux et de prévenir
la radicalisation.
Lors du forum, les jeunes ont participé à
diverses stratégies pour renforcer leur
sensibilisation interculturelle, notamment
en découvrant les avantages de travailler
avec des gens d’autres confessions religieuses et en apprenant des techniques de
résolution de conflits.
Les jeunes musulmans canadiens sont confrontés à
beaucoup de problèmes au Canada. Des facteurs
sociétaux comme le racisme, les préjugés à l’endroit des musulmans et les reportages des médias
amènent certains jeunes musulmans à se sentir
aliénés de la société en général.
Dans le cadre de My Canada, Le conseil travaille
directement avec de jeunes musulmans, les
soutenant afin qu’ils dirigent l’élaboration et la
coordination du projet. Celui-ci a été mis en place
grâce à un forum de planification stratégique qui a
réuni 100 jeunes musulmans et 70 délégués de
section du Conseil canadien des femmes musulmanes venant de 12 villes canadiennes différentes.
Lors du forum, les jeunes ont participé à diverses
1. Promotion
2008
2009
Grâce à leur participation à ce projet, les jeunes
devraient reconnaître leur capacité de susciter le
changement dans leurs communautés par une plus
grande participation civique.
Le Programme du multiculturalisme a versé à cette
initiative 441 476 $ sur trois ans, en partenariat
avec l’Afghan Women’s Association et YOUCAN.
| 25
de l’intégration économique, sociale et culturelle
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Pour en savoir davantage sur Le conseil canadien
des femmes musulmanes, consultez le http://
www.ccmw.com.
Policy Roundtable Mobilizing
Professions and Trades
National
La Policy Roundtable Mobilizing Professions and
Trades (table ronde stratégique pour la mobilisation des professionnels et des gens de métier)
cherche à donner aux professionnels et gens de
métier immigrants la possibilité d’influencer les
priorités gouvernementales selon une perspective
d’immigrant. Créée par le Council of Agencies
Serving South Asians avec un financement antérieur du Programme du multiculturalisme (20022004), la table ronde s’est depuis imposée comme
une importante voix collective pour les professionnels formés ou instruits à l’étranger.
Bien que la majorité des immigrants au Canada
s’établissent dans les grands centres urbains, il
faut plus de ressources et de programmes pour
aider les nouveaux arrivants à s’installer dans les
petites collectivités, surtout parce qu’ils constituent une main-d’œuvre en expansion dans les
sphères économiques, sociales et politiques du
Canada. Building an Inclusive and Welcoming
Community (bâtir une collectivité inclusive et
accueillante) est un projet de trois ans destiné à
fournir des possibilités et du soutien aux néoCanadiens et aux communautés culturelles en
travaillant en partenariat avec divers intervenants
26 | pour régler les questions liées à la reconnaissance
des titres de compétences étrangers. Le projet
permet aux petites collectivités et aux immigrants
de l’Ontario de s’adapter et de s’attaquer aux
problèmes d’intégration, comme les obstacles à
l’emploi pour les professionnels nouvellement
arrivés, grâce à une mobilisation civique.
En 2008, le projet est entré dans sa troisième
année de fonctionnement. Les activités ont
consisté entre autres à terminer une analyse du
contexte des programmes et des initiatives d’établissement des immigrants dans les petites collectivités, à organiser des dialogues communautaires
pour sensibiliser les participants à l’inclusion des
immigrants et des individus de diverses origines
ethnoculturelles dans le développement communautaire, et enfin à compléter et à lancer un
rapport intitulé Access to Trades for Newcomers to
Ontario (accès aux métiers pour les nouveaux
arrivants en Ontario). Vous pouvez consulter le
rapport à l’adresse http://cassaonline.com/index/
downloads/Front/TradesReport-April27.pdf.
Ce projet a permis à des petites villes et à des
villes rurales de l’Ontario d’établir une collectivité
inclusive et accueillante pour les professionnels et
les gens de métier immigrants. Le modèle de
mobilisation communautaire fait en sorte que tous
les groupes de la population, y compris les immigrants, les membres de la communauté et les
jeunes, sont capables de participer d’une manière
significative et équitable aux processus décisionnels publics.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Ce projet a permis à des petites villes et à
des villes rurales de l’Ontario d’établir une
collectivité inclusive et accueillante pour
les professionnels et les gens de métier
immigrants.
2008
2009
Le Programme du multiculturalisme a versé
200 000 $ sur trois ans à cette initiative.
Pour en savoir davantage au sujet de la Policy
Roundtable Mobilizing Professions and Trades,
consultez le http://www.cassaonline.com/
prompt/index-2.html.
2.Appui aux institutions fédérales
Réseau des champions du
multiculturalisme
Lancé en 2005, le Réseau des champions du multiculturalisme a été créé pour renforcer l’application de la Loi sur le multiculturalisme canadien et
pour encourager la promotion du multiculturalisme
dans tout le gouvernement fédéral. Le réseau est
composé de cadres supérieurs qui jouent un rôle
de leadership dans l’accroissement de la connaissance et de la compréhension du multiculturalisme
au sein de leurs organisations respectives ainsi que
dans l’élaboration des politiques, programmes,
services et pratiques appropriés parmi les institutions fédérales.
Pendant la période de référence, les membres du
Réseau se sont réunis pour échanger de l’information sur les pratiques exemplaires, se renseigner
sur les dernières recherches et interagir les uns
avec les autres dans le but de mieux outiller leurs
organisations respectives pour relever les défis que
présente une société canadienne de plus en plus
diversifiée.
Le réseau est composé de cadres supérieurs
qui jouent un rôle de leadership dans
l’accroissement de la connaissance et de
la compréhension du multiculturalisme au
sein de leurs organisations respectives ainsi
que dans l’élaboration des politiques,
programmes, services et pratiques appropriés parmi les institutions fédérales.
Rapport annuel sur l’application
de la Loi sur le multiculturalisme
canadien
En 2009, après un essai réussi, le Programme du
multiculturalisme a organisé une série d’ateliers
destinés à aider les institutions fédérales à préparer leurs observations pour le rapport annuel et à
les sensibiliser aux obligations qu’elles ont en
vertu de la Loi sur le multiculturalisme canadien.
De plus, des changements ont été apportés au
processus de présentation des observations afin
qu’il soit plus facile pour les petites comme pour
2. Appui
| 27
aux institutions fédérales
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
les grandes institutions de préparer leurs comptes
rendus. Par conséquent, 122 institutions fédérales
ont présenté un rapport de leurs activités pour la
période de référence (2008-2009), soit une hausse
par rapport aux 114 comptes rendus reçus l’année
dernière (2007-2008).
Recherche
Les décideurs ont besoin d’une information à jour
pour élaborer et mettre en œuvre des politiques
et des programmes qui répondent aux besoins
changeants de la société diversifiée du Canada.
En collaborant avec des partenaires dans le gouvernement, le monde universitaire et le secteur
bénévole, le Programme du multiculturalisme
répond à ce besoin en créant et en diffusant des
produits et des services de recherche pertinents
grâce à des publications, des séminaires et des
conférences.
Les publications produites pendant la période
visée par le présent rapport ciblaient des enjeux
im­­portants, comme la discrimination raciale et
religieuse, la radicalisation et la mobilisation
des jeunes, les conditions socioéconomiques des
minorités visibles et religieuses ainsi que les
espaces communs multiculturels.
Il convient de remarquer particulièrement le
rapport intitulé État actuel du multiculturalisme
au Canada et thèmes de recherche sur le multi­
culturalisme canadien 2008-2010, rédigé par le
professeur Will Kymlicka, de l’Université Queen’s.
Commandé par le Programme du multiculturalisme, ce rapport reposait sur des recherches
d’universitaires et de praticiens reconnus de
partout au Canada et permettait d’établir le
28 | programme de recherche en matière de multi­
culturalisme pour 2008-2010. Voici les dix thèmes
de recherche sur le multiculturalisme qui ont été
précisés.
Multiculturalisme et diversité religieuse
Racisme et discrimination
Intégration au marché du travail
L’immigration après Metropolis
Multiculturalisme et sécurité
L’avenir du multiculturalisme
Multiculturalisme et peuples autochtones
Les groupes vulnérables : les femmes et les
jeunes (deuxième génération)
Caractéristiques de la formation d’une
collectivité ethnique
Multiculturalisme et exécution des services
Vous pouvez consulter le rapport à l’adresse
www.cic.gc.ca/francais/ressources/publications/
index.asp#multi.
Les publications produites pendant la
période visée par le présent rapport
ciblaient des enjeux importants, comme la
discrimination raciale et religieuse, la
radicalisation et la mobilisation des jeunes,
les conditions socioéconomiques des
minorités visibles et religieuses ainsi que
les espaces communs multiculturels.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Projet Metropolis
Le Programme du multiculturalisme appuie également le Projet Metropolis pour diverses initiatives
de recherche et de sensibilisation ainsi que des
activités spéciales. Il y a eu entre autres les
ren­contres casse-croûte intitulées Multicultu­
ralism Myth Busting (démythifier le multiculturalisme) et Multicultural Common Spaces (espaces
communs multiculturels). Le Programme a également obtenu la participation d’universitaires, de
praticiens et de décideurs dans des ateliers et
des séances plénières sur la diversité religieuse et
les questions de la deuxième génération lors du
congrès national de Metropolis qui s’est tenu à
Calgary, en Alberta, en mars 2009.
2008
2009
Le Programme du multiculturalisme s’est efforcé
de faire progresser d’importants dialogues de
recherche à l’échelle internationale pendant la
période de référence. En octobre 2008, le
Programme a réuni des universitaires, des
représentants de la société civile ainsi que des
fonctionnaires lors de la 13e Conférence internationale Metropolis à Bonn, en Allemagne, pour
explorer différentes stratégies publiques en vue
d’un dialogue interculturel et interconfessionnel
et pour préciser des pratiques exemplaires intéressantes dans le contexte canadien.
Pour en savoir davantage sur le Projet Metropolis,
consultez le www.canada.metropolis.net.
3.Promotion du multiculturalisme
à l’étranger
Se positionner dans les tribunes
mondiales
Le Canada participe activement à des tribunes
internationales sur des questions liées au multi­
culturalisme, à la diversité, à la non-discrimination, à la lutte contre le racisme et aux droits de
la personne. Au nombre de ces tribunes, mentionnons le Groupe d’action international pour la
coopération sur l’éducation, la mémoire et l’étude
de l’Holocauste, les Nations Unies, l’Organisation
pour la sécurité et la coopération en Europe,
l’Organisation des États américains et les Consultations intergouvernementales sur les politiques
concernant le droit d’asile, les réfugiés et les
migrations.
Suivent des exemples de la façon dont les tribunes
mondiales permettent au Canada de diffuser son
approche en matière de diversité et de lutte
contre le racisme tout en contribuant au dialogue
stratégique international sur la diversité et en
s’en inspirant.
3. Promotion
du multiculturalisme à l’étranger
| 29
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
Des fonctionnaires et des représentants de l’ITF à la
conférence « L’époque du St. Louis : se rappeler le passé,
aller de l’avant », tenue en 2009, à Toronto (Ontario).
Photo reproduite avec la permission de B’nai Brith Canada.
Groupe d’action international pour
la coopération sur l’éducation, la
mémoire et l’étude de l’Holocauste
(ITF)
Mis sur pied en 1998, l’ITF est une coalition
d’organisations gouvernementales et non gouvernementales dont le but est de souligner le besoin
de sensibilisation, de commémoration et de
recherche au sujet de l’Holocauste à l’échelle
nationale et internationale. Les membres doivent
être attachés à la mise en œuvre de politiques et
de programmes nationaux à l’appui de la sensibilisation, de la commémoration et de la recherche
au sujet de l’Holocauste, conformément à la
Déclaration de Stockholm de 2000.
mandat d’obtenir que le Canada devienne membre de l’ITF. Pour y être admissible, le Canada a
procédé à une étude de base exhaustive sur la
sensibilisation, la commémoration et la recherche
concernant l’Holocauste au Canada, et a organisé
une conférence avec des partenaires des ÉtatsUnis et de la France à Toronto en juin 2009. La
conférence, intitulée « L’époque du St. Louis : se
rappeler le passé, aller de l’avant », a réuni des
fonctionnaires, des universitaires, des professionnels de l’éducation et des membres de la société
civile pour discuter des nombreux thèmes complexes relatifs à la politique d’immigration
restrictive qu’a appliquée le Canada pendant la
Deuxième Guerre mondiale. La conférence était
financée par le Programme de reconnaissance
historique pour les communautés et organisée par
la Ligue des droits de la personne de B’nai Brith.
Pour en savoir davantage sur la conférence, consultez le http://www.stlouis2009conference.ca.
Le Canada est devenu membre de l’ITF
en juin 2009. À ce titre, il peut faire
preuve de leadership dans les domaines des
politiques sur le multiculturalisme, de
l’éducation sur les droits de la personne et
de la lutte contre le racisme, y compris
l’antisémitisme.
En 2007, le premier ministre Stephen Harper a
confié à Jason Kenney, alors secrétaire d’État au
multiculturalisme et à l’identité canadienne, le
30 | PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Les préparatifs en vue de l’adhésion du Canada à
l’ITF ont été au centre des activités en 2008-2009.
Ces activités représentaient l’apogée de plus de
deux ans de travail et de réseautage avec des
intervenants provenant d’organisations non gouvernementales et de milieux internationaux,
fédéraux, provinciaux et territoriaux. Le Canada
est devenu membre de l’ITF en juin 2009. À ce
titre, il peut faire preuve de leadership dans les
domaines des politiques sur le multiculturalisme,
de l’éducation sur les droits de la personne et
de la lutte contre le racisme, y compris
l’antisémitisme. Pour en savoir davantage sur l’ITF,
consultez le http://www.holocausttaskforce.org.
Examen périodique universel des
Nations Unies
L’examen périodique universel est un processus
des Nations Unies qui permet aux États membres
de rendre compte de leurs réalisations par rapport
à leurs engagements en matière de droits de la
personne et de réagir aux recommandations
formulées par d’autres États membres. En
février 2009, le Canada a présenté un rapport aux
Nations Unies et a reçu des recommandations
auxquelles il a répondu en juin 2009. La préparation de ce rapport est coordonnée par le ministère
du Patrimoine canadien, en collaboration avec le
ministère de la Justice, le ministère des Affaires
étrangères et du Commerce international ainsi
que Citoyenneté et Immigration Canada; les
ministères de l’ensemble du gouvernement
fédéral y participent en fournissant leurs données
et constatations. La Direction générale de la
citoyenneté et du multiculturalisme a contribué
une grande partie du contenu lié à la lutte contre
2008
2009
le racisme et la discrimination et aux programmes
connexes. Vous pouvez consulter le rapport et voir
la réponse du Canada aux recommandations à
l’adresse http://www.pch.gc.ca/pgm/pdp-hrp/
inter/upr-fra.cfm.
Consultations intergouvernementales
sur les politiques concernant le droit
d’asile, les réfugiés et les migrations
Ces consultations intergouvernementales offrent
une tribune informelle et non décisionnelle
permettant aux gouvernements d’échanger de
l’information et de débattre de politiques
touchant à la gestion des flux migratoires internationaux. En octobre 2008, la Direction générale de
la citoyenneté et du multiculturalisme s’est jointe
à la délégation canadienne lors de ces consultations pour promouvoir les approches canadiennes
en matière de multiculturalisme et de diversité à
l’échelle internationale.
Autres activités internationales
La Direction générale de la citoyenneté et du
multiculturalisme a également accueilli des
représentants de plusieurs délégations d’autres
nations et d’organisations internationales pour
discuter du modèle canadien de multicultu­
ralisme, de diversité et d’intégration, et pour
partager des pratiques exemplaires. De telles
réunions sont fréquemment organisées en
collaboration avec d’autres ministères, comme le
ministère des Affaires étrangères et du Commerce
international et le ministère du Patrimoine
canadien.
3. Promotion
du multiculturalisme à l’étranger
| 31
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
En octobre 2008 par exemple, une délégation de
jeunes diplomates du Moyen-Orient (12 de
l’Égypte et deux chacun de l’Arabie saoudite, de
la Jordanie, du Maroc et de la Palestine) sont
venus dans la région de la capitale nationale pour
se renseigner sur l’approche du Canada en
matière de diversité et de questions connexes.
Cette délégation a été accueillie par le ministère
des Affaires étrangères et du Commerce international, et la Direction générale de la citoyenneté
et du multiculturalisme a été invitée à présenter
un exposé. Avec le ministère du Patrimoine
canadien, Citoyenneté et Immigration Canada a
expliqué l’approche du Canada en matière de
multiculturalisme et de diversité et a engagé une
discussion dynamique et stimulante avec la
délégation.
En août 2008, après avoir assisté au Congrès
mondial de la jeunesse à Québec, une délégation
de jeunes Afghans a entrepris une tournée
d’information qui lui a donné l’occasion
d’apprendre, d’échanger et d’établir des réseaux
avec des représentants du gouvernement et des
Canadiens, en particulier avec des étudiants et
des jeunes de la société civile et avec la communauté de la diaspora afghane au Canada. Les
délégués voulaient s’informer sur les programmes
et les politiques publiques concernant le multiculturalisme, la diversité et les droits de la personne
ainsi que sur la mobilisation des jeunes. Le secrétaire d’État au multiculturalisme et à l’identité
canadienne d’alors, Jason Kenney, a accueilli la
délégation et animé une discussion et un échange
d’idées fructueux.
La Direction générale de la citoyenneté et du
multiculturalisme a également donné son appui à
des visites à l’étranger de représentants canadiens, notamment le ministre de la Citoyenneté,
de l’Immigration et du Multiculturalisme et la
gouverneure générale du Canada.
4. orientation future
Intégrer structure et stratégie
La prestation de programmes de multiculturalisme
a changé au fil des ans pour s’adapter à la diversité croissante de la société canadienne. De
récents changements organisationnels ont permis
une meilleure coordination entre les programmes
gouvernementaux visant l’intégration à court et à
long terme des nouveaux arrivants et la création
d’une société intégrée et cohésive sur le plan
32 | social pour tous les Canadiens. La mise sur pied de
la Direction générale de la citoyenneté et du
multiculturalisme au sein de Citoyenneté et
Immigration Canada, l’établissement d’un plan
d’action sur la citoyenneté et la mise en œuvre de
nouveaux objectifs politiques pour le Programme
du multiculturalisme permettront au gouvernement
du Canada de mieux satisfaire tant les besoins des
Canadiens que ceux des nouveaux arrivants.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Les nouveaux objectifs stratégiques sont
les suivants :
1) bâtir une société intégrée et
socialement cohésive;
2) rendre les institutions mieux adaptées
aux besoins de la population diversifiée
du Canada;
3) participer à des discussions interna­
tionales sur le multiculturalisme et la
diversité.
Le Programme du multiculturalisme concentrera
ses efforts sur l’édification d’une société intégrée
et socialement cohésive. Comme des immigrants
des quatre coins du globe continuent de s’établir
au Canada, notre pays se diversifie conséquemment de plus en plus sur les plans culturel,
ethni­que et religieux, et doit donc s’assurer que
la société demeure intégrée et diversifiée. Le
gouvernement du Canada s’attaquera aux obstacles qui empêchent tous les Canadiens d’avoir des
chances égales; il valorisera la mémoire et la fierté
communautaire, et facilitera la compréhension
chez tous les Canadiens en tissant des liens entre
nos collectivités. Par exemple, le Programme de
subventions et de contributions pour le multicultu­
ralisme accordera la priorité aux projets qui font
intervenir plus d’une seule communauté culturelle
et qui créent des possibilités concrètes
d’interaction positive.
2008
2009
La Direction générale de la citoyenneté et du
multiculturalisme s’efforcera de rendre les institutions mieux adaptées aux besoins de la
population diversifiée du Canada comme le veut
la Loi sur le multiculturalisme canadien. Nous y
parviendrons en aidant les institutions à intégrer le
multiculturalisme à leurs programmes, politiques
et services. Nous élargirons et améliorerons nos
partenariats à la fois avec les ministères fédéraux
et avec nos partenaires provinciaux, territoriaux,
municipaux et communautaires, ce qui supposera
également le renforcement du Réseau fédéral,
provincial et territorial des fonctionnaires responsables des questions liées au multiculturalisme.
Créé en 2005, ce réseau sert de tribune perma­
nente grâce à laquelle les représentants des
gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux
peuvent échanger de l’information et maintenir un
dialogue stratégique sur les programmes, la
recherche et d’autres questions concernant le
multiculturalisme, la diversité et la lutte contre
le racisme.
Le gouvernement du Canada met en œuvre de
nouvelles politiques stratégiques pour son
Programme du multiculturalisme afin de mieux
satisfaire tant les besoins des Canadiens que ceux
des nouveaux arrivants.
La Direction générale de la citoyenneté et du
multiculturalisme participera aussi activement à
des discussions internationales sur le multiculturalisme et la diversité. Beaucoup de pays qui,
comme le Canada, connaissent une grande diversité de leur population sont aux prises avec des
4. Orientation
| 33
future
P R OMOU V OI R L ’ INTégr a t i o n
défis analogues pour l’intégration des immigrants
et des minorités. Les politiques sur l’immigration
et la diversité retiennent de plus en plus l’atten­
tion partout dans le monde, et le multiculturalisme
canadien ne cesse de s’imposer comme un modèle
de réussite. Le Canada continuera de contribuer au
dialogue stratégique international sur la diversité
et de s’en inspirer.
34 | Le gouvernement du Canada met en œuvre
de nouvelles politiques stratégiques pour
son Programme du multiculturalisme afin
de mieux satisfaire tant les besoins
des Canadiens que ceux des nouveaux
arrivants.
PARTIE I : LE PROGRAMME DU MULTICULTURALISME EN 2008-2009
PARTIE II
APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME
CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
Le défi Mathieu Da Costa
Concours national de compositions et de dessins
Gagnante de 2009, dans la catégorie des 16 à 18 ans
IRENE PENG
Titre : D’un océan à l’autre : la réalisation du rêve national
École secondaire Killarney
Vancouver, Colombie-Britannique
Une pièce de couleur anthracite illustrant un train à vapeur (au premier plan),
encadré par un cheminot chinois, deux travailleurs (à l’arrière-plan)
et un drapeau canadien presque réel flottant au vent.
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Introduction
Les institutions fédérales sont tenues par la Loi
sur le multiculturalisme canadien de conduire
leurs activités en tenant dûment compte de la
réalité multiculturelle du Canada. Ces institutions
comprennent les ministères fédéraux, les sociétés
d’État, les organismes et les bureaux mis sur pied
pour exécuter une fonction gouvernementale en
vertu d’une loi ou d’un décret.
La taille et le mandat des institutions fédérales
varient considérablement, et leurs activités
d’application de la Loi sont également très
variées. Il peut s’agir entre autres de promouvoir
des politiques, des programmes, des services et
des pratiques qui améliorent la compréhension et
le respect de la diversité croissante de la société
canadienne; de mettre en place des programmes
et des politiques qui favorisent l’égalité des
chances d’emploi et d’avancement; de consulter
activement les communautés et de collaborer
avec elles en plus d’établir des partenariats;
d’entreprendre des activités de sensibilisation du
public; et enfin de diriger et de diffuser des
recherches sur les questions liées au multicultu­
ralisme.
Chaque année, ces réalisations sont présentées
dans le Rapport annuel sur l’application de la Loi
sur le multiculturalisme canadien.
En vue de la préparation du rapport de 20082009, le Programme du multiculturalisme de
Citoyenneté et Immigration Canada a remis aux
institutions fédérales soumises à la Loi sur le
multiculturalisme canadien un guide et un
formulaire de présentation pour qu’elles indiquent
comment elles s’étaient acquittées de leurs
obligations au cours de l’exercice de 2008-2009.
36 | Le Programme du multiculturalisme a également
organisé une série d’ateliers pour aider les institutions fédérales à préparer leurs observations et
pour les sensibiliser davantage aux obligations
qu’elles ont en vertu de la Loi sur le multiculturalisme canadien.
Le taux de réponse pour le rapport de cette année
est impressionnant, 122 (83 %) des 147 institutions
fédérales admissibles ayant présenté des observations.
Après avoir examiné ces observations, Citoyenneté
et Immigration Canada a sélectionné une série
d’exemples pour montrer les nombreuses
manières variées et novatrices qu’utilisent les
institutions fédérales pour s’acquitter de leurs
responsabilités aux termes de la Loi.
Comme dans les années précédentes, les activités
pour l’année financière 2008-2009 sont groupées
par thème afin de montrer leur étendue, en
commençant par une section sur les principales
réalisations d’institutions qui ont fait preuve de
leadership et d’innovation dans la promotion du
multiculturalisme. La taille approximative des
institutions fédérales est également précisée.
Les groupes d’institutions, soit les petites
(de 1 à 500 employés), les moyennes (de 501
à 1 500 employés) et les grandes (de plus de
1 500 employés), sont fondés sur les catégories
par taille qu’a définies le Secrétariat du Conseil
du Trésor.
Comme l’espace ne permet pas de rendre compte
pleinement de toutes les observations reçues, une
liste de toutes les institutions ayant fourni des
observations se trouve à la page 67.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
1.PRINCIPALES réalisations
Au cours de la période de référence de 2008-2009,
plusieurs institutions fédérales ont mis en place
des programmes ou mené des activités justifiant
une reconnaissance spéciale. La présente section
met en relief le travail des institutions fédérales
qui ont fait preuve d’un engagement ou d’une
créativité spéciale pour s’acquitter de leurs
responsabilités aux termes de la Loi sur le multiculturalisme canadien.
Les principales réalisations sont présentées en
ordre alphabétique suivant les institutions
fédérales. Elles comprennent des partenariats
novateurs, des initiatives réussies pour supprimer
des obstacles systémiques, ainsi que des activités
de sensibilisation et l’organisation d’un forum de
prévention de la discrimination.
AFFAIRES INDIENNES ET DU NORD
CANADA (grande ~ 5 250)
Initiative de réforme de l’éducation
des Premières Nations
En 2008-2009, Affaires indiennes et du Nord
Canada a fait progresser la Loi sur le multicul­
turalisme canadien en mettant en œuvre des
stratégies clés pour l’Initiative de réforme de
l’éducation des Premières Nations. Le Programme
de réussite scolaire des étudiants des Premières
Nations et le Programme de partenariats éducatifs
sont les fruits d’initiatives que l’organisme réalise
en vue de s’acquitter de son engagement à mieux
outiller les peuples autochtones afin qu’ils contribuent au paysage culturel du Canada. Le but
est de travailler en collaboration pour améliorer
la réussite scolaire et l’intégration des Autochtones
dans le marché du travail et la société.
Le Programme de partenariats éducatifs fait
partie intégrante d’un engagement primordial du
gouvernement du Canada visant à jeter les assises
d’une réforme à long terme de l’éducation des
Premières Nations. Ce programme fondé sur des
propositions préconise la collaboration entre les
Premières Nations, les provinces, Affaires indiennes et du Nord Canada et d’autres intervenants,
afin d’accroître la réussite des élèves des
Premières Nations qui fréquentent les écoles
provinciales et des Premières Nations de niveau
primaire et secondaire. Le programme soutient la
création et l’avancement d’accords de partenariat
formels qui visent à établir des relations de travail
pratiques entre d’une part les éducateurs des
organismes régionaux des Premières Nations et les
écoles, et d’autre part les éducateurs des systèmes provinciaux, en vue de faciliter le partage
d’information et la coordination entre les écoles
provinciales et les Premières Nations.
Le Programme de réussite scolaire des étudiants
des Premières Nations (PRSEPN) encourage les
écoles à concevoir des plans de réussite, à évaluer
les élèves et à mettre en place des systèmes de
gestion du rendement afin de mesurer les progrès
des écoles et des élèves. Le PRSEPN est un programme fondé sur les propositions ayant pour but
d’appuyer les éducateurs des Premières Nations
dans les réserves (du jardin d’enfance à la 12e
année) qui cherchent à répondre aux besoins des
1. Principales
réalisations
| 37
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
élèves et à améliorer les résultats des élèves et
des écoles. Plus particulièrement, le programme
aidera les éducateurs des Premières Nations à
planifier des façons de remédier aux trois problè­
mes prioritaires : l’alphabétisation, la numératie
et la rétention des élèves.
CITOYENNETÉ ET IMMIGRATION
CANADA (grande ~ 4 400)
Bureau d’orientation relatif aux titres
de compétences étrangers
En 2008-2009, le Bureau d’orientation relatif aux
titres de compétences étrangers (BORTCE) de
Citoyenneté et Immigration Canada a continué
d’offrir des services complets et fiables d’infor­
mation, d’aiguillage et d’orientation sur le marché
du travail canadien et sur les processus
d’évaluation et de reconnaissance des titres de
compétences au Canada. Par ces services, le
bureau facilite la transition des nouveaux immigrants à la société canadienne et favorise une
participation pleine et équitable à plus long terme
au marché du travail canadien.
En 2008-2009, 35 534 clients ont bénéficié du
service en personne dans 330 centres de Service
Canada et 2 146 appels ont été reçus de la part
d’individus cherchant à obtenir de l’information
sur la reconnaissance des titres de compétences
étrangers. Au total, 287 378 visites du site Web du
BORTCE ont été enregistrées de juillet 2008 à
mars 2009.
38 | Au cours de la période de référence, le BORTCE a
élaboré, en collaboration avec Ressources humaines
et Développement des compétences Canada :
un cadre pancanadien sur la reconnaissance
des compétences acquises à l’étranger en
partenariat avec Ressources humaines et
Développement des compétences Canada, les
provinces et les territoires, qui permettra
d’appuyer l’établissement d’une approche
commune pour l’évaluation des titres de
compétences étrangers. Pour plus de détails,
consultez le http://www.rhdcc.gc.ca/fra/
competence/publications/rtcae/cpc.shtml;
un programme à l’étranger qui joindra un
bassin plus vaste d’immigrants venant d’un
plus grand nombre de pays sources et dont les
titres de compétences et l’expérience sont liés
à des professions désignées prioritaires, ce qui
facilitera l’intégration opportune, efficace et à
long terme d’individus formés à l’étranger dans
le marché du travail canadien;
une feuille de route de l’employeur, conçue
pour aider les propriétaires de petites et
moyennes entreprises à mieux comprendre le
processus de reconnaissance des titres de
compétences étrangers. Pour plus de détails,
consultez le http://www.competences.gc.ca/
employeurs/route/index.asp.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
GENDARMERIE ROYALE DU CANADA
(grande ~ 28 400)
La vedette multiculturelle du mois
tribué à accroître la représentation des membres
des minorités visibles dans l’effectif de Postes
Canada.
En mars 2009, la Gendarmerie royale du Canada
(GRC) a lancé un projet d’information et de
sensibilisation intitulé La vedette multiculturelle
du mois. C’est le champion du multiculturalisme
de la GRC, en partenariat avec la Section de
l’équité en matière d’emploi, qui a pris l’initiative
de cette série de publications de sensibilisation.
On y présente une série d’articles généraux sur
des aspects méconnus d’une religion ou d’une
culture choisie et on invite les parties intéressées
à en lire davantage sur le sujet en leur suggérant
des liens utiles à visiter. Les articles sont conçus
pour favoriser la discussion sur la diversité chez
les employés et rendre agréable l’expérience
d’apprentissage, dans l’espoir que ces nouvelles
connaissances élimineront les préjugés existant
dans le milieu du travail. À ce jour, les employés
ont donné beaucoup de rétroaction positive.
Le groupe de soutien externe des immigrants de
LASI Compétences mondiales a aidé Postes Canada
à recruter des facteurs pour les zones rurales et
les banlieues. Ainsi, l’organisme a déterminé les
candidats admissibles, aidé à coordonner le processus de recrutement, fourni de l’aide pendant
le processus de demande en ligne et conseillé
Postes Canada sur les pratiques exemplaires pour
l’entrevue des candidats et la phase de sélection.
C’est là un exemple de la façon dont les cadres
supérieurs peuvent aider à favoriser une plus
grande compréhension et un plus grand respect de
la diversité de la société canadienne.
POSTES CANADA (grande ~ 72 400)
Partenariat communautaire pour
accroître le recrutement
En janvier 2008, Postes Canada a établi un partenariat avec Local Agencies Serving Immigrants
(LASI) Compétences mondiales, un groupe
d’Ottawa qui met en relation des employeurs et
des nouveaux immigrants. Ce partenariat a con-
Tout au long de cette initiative, Postes Canada a
cerné les approches et les pratiques ayant besoin
d’être modifiées ou améliorées pour être conformes aux objectifs d’embauche de la Société.
Par exemple, on a déterminé quels obstacles
pouvaient nuire à l’embauche, comme les défis
liés à l’utilisation de l’outil de recrutement en
ligne relativement nouveau de Postes Canada et
la nécessité de former le groupe pour garantir une
plus grande participation au processus de recru­
tement. L’outil de recrutement en ligne a été
révisé pour inclure un bouton radio permettant au
candidat de s’identifier comme membre de LASI
Compétences mondiales. Ce changement a aidé les
agents de recrutement à sélectionner et évaluer
ces individus pour des possibilités d’emploi. Le
changement a également eu des répercussions
positives sur la participation des membres des
groupes désignés.
1. Principales
réalisations
| 39
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
En raison du succès de son partenariat avec
LASI Compétences mondiales et pour aider
à régler des problèmes de recrutement,
Postes Canada a depuis conclu de nouveaux
partenariats avec deux autres groupes
offrant des services aux nouveaux immigrants en Alberta.
Une affiche des postes à pourvoir et une invitation
à une séance d’orientation ont été préparées dans
plusieurs langues et distribuées par LASI Compétences mondiales. Plus de 80 candidats ont assisté
à la séance d’information, qui donnait des précisions sur la façon de présenter une demande en
ligne.
Des 64 candidats qualifiés, huit ont été embauchés
dans des postes à temps plein de service du courrier ou comme facteurs en zone rurale et en
banlieue.
En raison du succès de son partenariat avec LASI
Compétences mondiales et pour aider à régler des
problèmes de recrutement, Postes Canada a depuis
conclu de nouveaux partenariats avec deux autres
groupes offrant des services aux nouveaux immigrants en Alberta.
RESSOURCES HUMAINES ET
DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES
CANADA (grande ~ 23 100)
Initiative de service multilingue
service multilingue de Service Canada, qui offre un
service d’interprétation téléphonique par un tiers
aux personnes qui téléphonent à un centre de
Service Canada pour avoir de l’information ou de
l’aide.
Le programme pilote a montré que les
services d’interprétation téléphonique sont
un moyen peu coûteux de surmonter un
obstacle important quand le personnel est
incapable de communiquer efficacement
dans la langue du client.
Pour offrir le service, Service Canada a passé un
marché avec une compagnie mondiale qui offre
des services d’interprétation par téléphone dans
150 langues. Quand Service Canada ne dispose
d’aucun employé parlant la langue du client, ce
dernier est mis en communication avec un interprète professionnel dans un délai de soixante
secondes.
Le programme pilote a montré que les services
d’interprétation téléphonique sont un moyen peu
coûteux de surmonter un obstacle important
quand le personnel est incapable de communiquer
efficacement dans la langue du client. Le
programme mise également sur les initiatives
existantes de service multilingue.
Ressources humaines et Développement des
compétences Canada a lancé un nouveau programme pilote dans le cadre de l’Initiative de
40 | PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
RESSOURCES NATURELLES CANADA
(grande ~ 4 380)
Programme de gestion des
compétences axé sur les minorités
visibles
Le Programme de gestion des compétences axé sur
les minorités visibles de Ressources naturelles
Canada est une importante initiative qui vise à
créer un milieu de travail inclusif et sans obstacle.
Ce programme a pour but d’appuyer le perfectionnement professionnel d’employés nommés
pour une période indéterminée qui sont membres
d’une minorité visible. Lancé en août 2008, le
programme comporte trois composantes :
inauguré en novembre 2008, le projet pilote
du recensement des compétences visait les
employés des minorités visibles du niveau de
direction et offrait des séances d’information
aux employés et gestionnaires intéressés. À la
fin de janvier 2009, 39 candidats avaient
présenté une demande et avaient été recensés.
En mars, les cadres supérieurs ont examiné
les résultats du recensement et discuté avec
les participants des possibilités de perfectionnement qu’ils avaient énoncées. Lorsque
ce projet pilote et son évaluation seront
terminés, le ministère a l’intention de le
mettre en œuvre pour d’autres groupes;
le Programme d’enrichissement de carrière a
commencé sa phase pilote en décembre 2008.
Il s’agissait de cours de durées diverses offerts
au cours de trois mois. En février 2009, 15 participants ont terminé avec succès ces cours;
2008
2009
le Programme de mentorat en leadership
pour les employés membres des minorités
visibles s’est poursuivi avec une deuxième
cohorte de 10 participants en septembre 2008
et a réussi à jumeler les participants avec
leurs mentors.
STATISTIQUE CANADA
(grande ~ 5 600)
Programme de sensibilisation des
communautés ethnoculturelles
Le programme de sensibilisation des communautés
ethnoculturelles à Statistique Canada a été mis
sur pied en tenant compte de la diversité croissante de la population canadienne. Le but du
programme est d’établir et d’entretenir des
relations avec des médias allophones dans un
effort de sensibiliser les communautés ethniques
au mandat de Statistique Canada. Les efforts sont
concentrés sur la sensibilisation des nouveaux
médias ethniques chaque année. Au cours de
l’exercice de 2008-2009, Statistique Canada a
continué d’établir et d’entretenir des relations
avec des organisations ethnoculturelles et des
médias ethniques grâce à diverses activités de
relations externes.
Le Programme de sensibilisation des communautés
ethnoculturelles suppose une collaboration étroite
avec les médias ethniques afin de diffuser les
résultats du recensement ou d’autres sondages
importants aux membres des communautés ethnoculturelles. Non seulement ce programme aide-t-il
les membres de la communauté à mieux comprendre leurs collectivités, mais il sert aussi à favoriser
et à solidifier le partenariat de longue date que
1. Principales
réalisations
| 41
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Statistique Canada entretient avec ces communautés diversifiées.
Un exemple des nombreuses activités qui ont eu
lieu grâce à ce programme est la conférence
organisée à Vancouver en février 2009, sous le
thème La diversité compte. Cette conférence
d’une journée a réuni environ 250 participants
représentant tous les ordres de gouvernement,
des établissements d’enseignement, des entreprises et des organisations multiculturelles de la
région de l’Ouest.
Un atelier sur la transformation des statistiques en
récits pour les médias a été présenté aux membres
des médias multiculturels dans la région du Centre.
Cet atelier donnait une introduction complète au
site Web de Statistique Canada, aux données du
recensement ainsi qu’à la rédaction avec des
statistiques. Chacune des présentations de cet
atelier a permis de renforcer les relations de
travail avec ces médias et ces organisations
ethnoculturelles.
Le Programme de sensibilisation des communautés ethnoculturelles suppose une
collaboration étroite avec les médias
ethniques afin de diffuser les résultats du
recensement ou d’autres sondages importants aux membres des communautés
ethnoculturelles. Non seulement ce programme aide-t-il les membres de la communauté à mieux comprendre leurs collectivités, mais il sert aussi à favoriser et à
solidifier le partenariat de longue date que
Statistique Canada entretient avec ces
communautés diversifiées.
42 | PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
2.Principaux défis recensés par les
institutions fédérales
Pour ce qui est des obstacles ou des défis dans
l’application de la Loi sur le multiculturalisme
canadien, les institutions fédérales qui ont
présenté des observations ont relevé plusieurs
difficultés importantes en 2008-2009. Comme elles
l’ont signalé dans les années précédentes, les
institutions fédérales continuent d’éprouver des
difficultés à trouver des employés potentiels de
différents groupes ethnoculturels possédant le
niveau de compétence requis dans les deux
langues officielles pour les postes qui sont désignés
bilingues. Les institutions fédérales ont également
signalé qu’il est difficile de recruter un effectif
diversifié quand elles recrutent dans des régions
éloignées où le bassin de candidats expérimentés
est petit ou quand un ensemble de compétences
spécialisées est nécessaire. Par exemple, l’Agence
canadienne d’évaluation environnementale a
constaté que le bassin de candidats expérimentés
est insuffisant pour doter des postes spécialisés
comme celui de gestionnaire du registre.
Quelques institutions ont dit qu’il leur était
difficile de mettre en œuvre des initiatives de
multiculturalisme, parce que leurs activités ne
comprennent pas de prestation de services.
MILLIONS
20
18
18 232 200
Les 12 principaux groupes, selon la
langue maternelle, Canada, 2006
En 2006, 98 % des Canadiens pouvaient soutenir
une conversation dans au moins
une langue officielle. Les personnes qui
parlent une langue d’origine pouvaient aussi
parler les langues officielles du Canada.
16
14
12
6 970 405
10
8
217 605
156 420
Urdu
Portuguais
Tagalog
Arabe
Espagnol
Punjabi
Allemand
Italien
Chinois
Français
0
Anglais
Polonais
229 280
266 445
286 790
362 120
382 585
2
466 655
1 010 610
4
476 905
6
Source : Recensement de la population canadienne de 2006,
Statistique Canada
2. Principaux
| 43
défis recensés par les institutions fédérales
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
3.Partenariats et consultations
Les partenariats permettent aux institutions
d’établir des relations plus fortes et plus efficaces, ce qui leur permet, en retour, d’avoir des
activités plus utiles. Ils facilitent également la
mise en valeur des ressources institutionnelles
existantes afin d’optimiser les résultats pour les
Canadiens.
Les institutions fédérales établissent des partenariats avec les organismes communautaires et les
organisations de la société civile, les organisations
autochtones, les établissements d’enseignement,
les administrations locales et d’autres institutions
fédérales afin d’améliorer les résultats des projets
et des programmes. La présente section met en
lumière les progrès accomplis par certaines de ces
institutions au cours de la période de référence.
La Société du Musée canadien des civilisations
(petite ~ 490) a collaboré avec le Hellenic
Community Centre d’Ottawa pour joindre la
communauté grecque et faire la promotion de
l’exposition Les Grecs, qui a eu lieu de mai à
septembre 2008. Le centre communautaire a
annoncé l’exposition dans divers bulletins grecs,
et le Musée des civilisations a eu la possibilité de
faire la promotion de l’exposition pendant le
festival grec tenu au mois d’août 2008. Pour en
savoir davantage, visitez le http://www.civilization.ca/mcc/medias/communique/annee-2008/
une-exposition-explore-lincroyable-heritage-quenous-ont-laisse-les-grecs.
Pour l’exposition Tombes éternelles, plusieurs
associations arabes de la région et des environs ont
44 | été contactées et invitées à faire la promotion de
cette exposition dans leurs collectivités. Parmi les
groupes qui ont répondu à l’appel se trouvaient la
Nile Association de l’Ontario, l’Egyptian Canadian
Cultural Association d’Ottawa, l’Arab Community
Centre de Toronto, l’émission télévisée Voice of
Egypt de Rogers, l’église St. Mary’s Coptic, le
Forum of Alexandria, l’ambassade de la République
arabe d’Égypte, l’Arab Canadian University
Graduates Association et l’Association canadienne
de femmes arabes. Pour en savoir davantage,
visitez le http://www.civilisation.ca/cmc/exhibitions/cmc/tombs/tombs00f.shtml.
L’initiative pluriannuelle des commémorations
nationales permet aux chercheurs régionaux de
Parcs Canada (grande ~ 5 200) de faire participer
les communautés ethnoculturelles et autochtones
ainsi que les groupes de femmes de ces régions à
la désignation de nouveaux éléments de l’histoire
du Canada qui les touchent et qu’il faut commémorer. L’année 2008-2009 était la deuxième année
de cette initiative de trois ans qui a remplacé un
programme de consultation géré d’une manière
moins stratégique en 2007-2008. Les résultats à ce
jour de cette approche pluriannuelle ont été
encourageants, particulièrement en Ontario, où il
y a eu une hausse marquée de la participation des
communautés ethnoculturelles au programme de
désignation. Les résultats seront évalués en 20092010 avant d’envisager le renouvellement de
l’initiative.
Pour le Mois du patrimoine asiatique, le Comité
pour l’accès et la participation équitable de Parcs
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Canada a présenté le Patrimoine canadien
asiatique en Nouvelle-Écosse, en partenariat avec
la Metropolitan Immigrant Settlement Association,
le Musée maritime de l’Atlantique, le ministère du
Patrimoine canadien et Citoyenneté et Immigration
Canada. En plus de mettre en lumière la cuisine
asiatique, l’activité comprenait un débat d’experts
réunissant des représentants de l’Indo-Canadian
Association, de la Korean Association, de la Filipino
Association et de la Chinese Society de NouvelleÉcosse, qui ont parlé de leurs expériences de vie
en Nouvelle-Écosse et donné de l’information au
sujet de leur organisation respective.
Les résultats à ce jour de cette approche
pluriannuelle ont été encourageants,
particulièrement en Ontario, où il y a eu
une hausse marquée de la participation des
communautés ethnoculturelles au programme de désignation.
La composante culturelle de cette activité a été
mise en valeur par la présence d’Inae Kim, artiste
canadienne d’origine coréenne et lauréate du prix
Louisa Letson à l’exposition-concours de la Société
d’art contemporain de 2009. Une de ses peintures
a été choisie dans le cadre des achats d’œuvres
d’art de la Nouvelle-Écosse en 2009 pour la collection de la banque d’œuvres d’art.
Ressources humaines et Développement des
compétences Canada (grande ~ 23 100) a
organisé et financé une activité de la série des
conférenciers des initiatives communautaires de
collaboration dans le cadre de l’Initiative de
développement de collectivités accueillantes
2008
2009
(IDCA), appuyée par Citoyenneté et Immigration
Canada. L’initiative offre une occasion
d’apprentissage aux employés fédéraux qui
peuvent réseauter, échanger de l’information et
explorer de nouvelles idées sur les enjeux et les
approches communautaires. Un total de 123 parti­
cipants ont assisté à cette activité de la série des
conférenciers de l’IDCA, qui a eu lieu le 26 février
2009. Parmi les leçons apprises figuraient l’impor­
tance de pouvoir compter sur la collaboration
communautaire pour l’intégration des questions
relatives à l’immigration dans les stratégies locales
sur la population, l’importance de la formation
interculturelle pour aider les collectivités à
comprendre les besoins des nouveaux arrivants,
et l’importance d’établir des relations avec les
immigrants se trouvant déjà au Canada pour
mieux comprendre les difficultés.
La Direction générale des initiatives multiculturelles de Bibliothèque et Archives Canada (moyenne
~ 1 190) joue un rôle de leadership pour mettre en
œuvre les priorités stratégiques et promouvoir des
partenariats internes et externes qui reflètent à la
fois les perspectives de la bibliothèque et des
archives. Cette institution travaille en collaboration avec des communautés et associations
culturelles, des réseaux de bibliothèques et
d’archives, des centres linguistiques et culturels
et d’autres organisations qui partagent des intérêts
communs afin de coordonner des programmes,
acquérir des collections et offrir des services qui
répondent aux intérêts de communautés diversifiées.
Pendant la période de référence, Bibliothèque et
Archives Canada a établi la Collection nationale de
portraits, qui est constituée d’œuvres d’art docu-
3. Partenariats
et consultations
| 45
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
mentaire recueillies depuis les années 1880, dans
le but de documenter les personnages historiques
qui ont joué un rôle important dans l’évolution du
Canada. L’exposition communautaire intitulée
Portraits de famille : immigration et identité
organisée par le Musée du portrait du Canada
reposait sur des partenariats avec 17 familles
immigrantes néo-canadiennes et avec la Art
Gallery of Nova Scotia. Les familles ont raconté
leur histoire et parlé de leur patrie et de leur pays
d’adoption dans des portraits et des vidéos. Des
programmes éducatifs connexes ont permis
d’exploiter le contenu de l’exposition en salle de
classe, où le thème de l’identité a été exploré plus
à fond.
Parmi les réalisations importantes de la Société
d’expansion du Cap-Breton (petite ~ 50) pendant
la période de référence figure une collaboration
avec le Collège communautaire de la NouvelleÉcosse pour aider à construire un centre culturel à
l’intention des étudiants des Premières Nations et
des étudiants afro-néo-écossais. Le nombre croissant de ces étudiants au cours des dernières
années a modifié tous les aspects de la vie sur le
campus, y compris les services aux étudiants et les
services de soutien extrascolaire. Ce projet aidera
le collège à répondre aux besoins de sa population
étudiante diversifiée et permettra aux étudiants
d’obtenir des compétences en milieu de travail.
De plus, la Société d’expansion du Cap-Breton a
collaboré avec un groupe communautaire local afin
d’améliorer un musée d’interprétation de l’histoire
de Whitney Pier. Logé dans une ancienne synagogue, le musée est consacré à la population
multiculturelle qui s’est installée aux environs de
46 | l’usine sidérurgique et des fours à coke de Sydney.
Le « Pier » a accueilli des gens de tous les coins du
monde, venus à la recherche d’une vie nouvelle et
d’un meilleur avenir économique. Ces gens ont
apporté des traditions de leur patrie respective,
traditions qui ont laissé une empreinte ineffaçable
sur l’histoire et la culture de l’île du Cap-Breton.
La Société a également collaboré avec la communauté celte afin de financer le festival international annuel Celtic Colours.
L’exposition communautaire intitulée
Portraits de famille : immigration et identité organisée par le Musée du portrait du
Canada reposait sur des partenariats avec
17 familles immigrantes néo-canadiennes
et avec la Art Gallery of Nova Scotia.
Les familles ont raconté leur histoire
et parlé de leur patrie et de leur pays
d’adoption dans des portraits et des vidéos.
En 2008, la Banque du Canada (moyenne ~ 1 460)
a établi un partenariat avec trois associations de la
région de la capitale nationale qui offrent des
services d’emplois afin d’appuyer l’intégration des
nouveaux arrivants : La Relance à Gatineau, le
Ottawa Chinese Community Services Centre, et
Hire Immigrants à Ottawa. Pendant la période
visée par le présent rapport, la Banque du Canada
a reçu 30 curriculum vitae de ces associations.
Au cours de l’année visée par le rapport précédent
(2007-2008), la Commission des plaintes du public
contre la GRC (petite ~ 50) a collaboré à un projet
pilote avec l’Association nationale des centres
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
d’amitié (ANCA), une organisation autochtone
nationale comptant 121 centres provinciaux et
territoriaux. Le but de ce projet pilote était de
permettre aux membres de la communauté
autochtone d’améliorer leur connaissance du
processus des plaintes du public et de leur accès à
ce processus. Misant sur le succès du projet pilote,
l’institution va de l’avant et organise des rencontres d’information en personne avec l’ANCA. La
Commission et l’ANCA collaborent à un programme
conjoint pour faire participer les 121 centres au
cours des deux prochaines années au moyen de
technologies de vidéoconférences Web.
Le but de ce projet pilote était de permettre aux membres de la communauté
autochtone d’améliorer leur connaissance
du processus des plaintes du public et de
leur accès à ce processus.
Pendant la période de référence de 2008-2009, le
Service correctionnel du Canada (grande ~
16 400) a parrainé ou organisé toute une série
d’activités afin d’améliorer ses relations avec
diverses communautés ethnoculturelles. Par
exemple, le Comité consultatif ethnoculturel
national, les Comités consultatifs ethnoculturels
régionaux et le Service correctionnel du Canada se
sont réunis trois fois cette année (en mars, juin et
septembre) pour tenir un symposium national et se
concerter. Ces rencontres sont l’occasion pour les
chefs de diverses communautés ethnoculturelles
et pour les entreprises d’échanger leurs connaissances et leurs pratiques exemplaires, en plus de
formuler des recommandations sur la réinsertion
2008
2009
des contrevenants membres des communautés
ethnoculturelles, recommandations que le Service
correctionnel du Canada met ensuite en œuvre.
Cette année, les comités consultatifs ethnoculturels nationaux et régionaux ont recommandé
entre autres, que le Service correctionnel du
Canada crée et utilise un outil d’autoévaluation du
savoir-faire culturel et prépare un cours de formation sur le savoir-faire culturel à l’intention des
employés et des contrevenants; qu’il établisse des
partenariats horizontaux avec les communautés
ethnoculturelles et le monde des affaires en
mettant en œuvre les pratiques exemplaires (il
faut d’abord gagner la confiance); qu’il établisse
des programmes et des services correctionnels
propres aux contrevenants sous le coup d’une
mesure d’expulsion; et qu’il examine la capacité
des interventions et des programmes et services
correctionnels actuellement en place pour répondre aux besoins des contrevenants membres de
communautés ethnoculturelles (hommes et
femmes) dans divers milieux, y compris les
contrevenants qui font l’objet d’une mesure
d’expulsion et d’un certificat de sécurité.
Dans la région du Québec, les participants de
divers groupes de la communauté ont participé à
une activité pour leur permettre de mieux comprendre le rôle des communautés ethnoculturelles
dans le processus de réinsertion. Des représentants
de la communauté latino-américaine, de la communauté coréenne du Grand Montréal, de la
communauté arabe et musulmane, de la communauté haïtienne et du service de police de
Montréal ont pris part à des discussions pour mieux
3. Partenariats
et consultations
| 47
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
saisir les difficultés d’intégration auxquelles sont
confrontées les organisations communautaires et
pour expliquer le rôle de la police à cet égard.
Ces rencontres sont l’occasion pour les
chefs de diverses communautés ethnoculturelles et pour les entreprises d’échanger
leurs connaissances et leurs pratiques
exemplaires, en plus de formuler des
recommandations sur la réinsertion des
contrevenants membres des communautés
ethnoculturelles, recommandations que le
Service correctionnel du Canada met
ensuite en œuvre.
Dans la région du Pacifique, des entreprises et des
individus des communautés ethnoculturelles ont
obtenu des contrats pour participer à la production
d’une vidéo et à la prestation de formation. En
outre, des brochures sur les comités consultatifs
ethnoculturels régionaux et sur les moyens de faire
du bénévolat dans l’institution ont été préparées
dans plusieurs langues à l’intention des détenus.
Sept nouveaux membres de ces comités consultatifs provenant de diverses communautés ethnoculturelles ont été recrutés dans la région du
Pacifique, ce qui augmente la liste des commu­
nautés que l’on a jointes.
En 2008-2009, le ministère des Pêches et Océans
(grande ~ 9 800) a continué de mener des recherches conjointes avec les bandes des Premières
Nations pour veiller à ce que les écosystèmes
marins demeurent sains et productifs. L’Institut
océanographique de Bedford (IOB) collabore avec
48 | l’Institut des ressources naturelles d’Unama’ki à
Eskasoni au Cap-Breton depuis les dix dernières
années à la réalisation d’une série de programmes
scientifiques destinés à améliorer la santé des lacs
Bras d’Or.
Les composantes clés de ce partenariat comprennent l’intégration des connaissances écologiques
traditionnelles avec la science occidentale, et le
renforcement des capacités de l’Institut des
ressources naturelles d’Unama’ki et de la Eskasoni
Fish and Wildlife Commission. De plus, les scientifiques des deux instituts se sont rendu visite tous
les trois mois, se sont rencontrés lors d’ateliers et
ont communiqué régulièrement par courriel et par
téléphone pour discuter de projets conjoints.
En 2008-2009, l’Agence de la consommation en
matière financière du Canada (petite ~ 40) s’est
associée à la Commission des valeurs mobilières de
la Colombie-Britannique pour créer La Zone, une
ressource éducative en matière financière. Il s’agit
d’un outil interactif en ligne gratuit, conçu pour
aider les jeunes Canadiens à acquérir de solides
connaissances financières. Lancé à l’automne
2008, cet outil s’appuie sur une approche intéressante qui est ponctuée de récits et met en scène
des personnages à différentes étapes du cycle de
vie, notamment des personnages issus de communautés ethnoculturelles. Depuis le lancement
de La Zone, l’institution a mis à la disposition des
éducateurs dans l’ensemble du pays cette
ressource axée sur les jeunes. Pour en savoir
davantage, visitez le http://www.curriculum.org/
csc/conf_city.adp.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
La succursale de Halifax de la Banque de déve­
loppement du Canada (grande ~ 1 750) travaille
étroitement avec la Metropolitan Immigrant
Settlement Association (MISA). En parrainant des
activités, des exposés et des réunions, la Banque
et MISA ont établi des relations professionnelles de
collaboration. Au cours de la période de référence,
la Banque a rencontré le coordonnateur de
l’orientation opérationnelle de la MISA afin de
discuter des possibilités de collaboration et de
présenter des exposés aux nouveaux immigrants.
Pour encourager tous les Canadiens à participer
aux audiences publiques, la Commission canadienne de sûreté nucléaire (moyenne ~ 850) a
entrepris un éventail d’initiatives en 2008-2009,
notamment :
des échanges avec les représentants de la
communauté crie de Mistassini au Québec pour
expliquer le rôle de la Commission dans le
2008
2009
secteur des mines d’uranium, pour discuter du
processus de consultation concernant les évaluations environnementales connexes et pour
parler du processus d’autorisation lié aux
mines d’uranium;
des rencontres de consultation avec les
Ojibways Saugeen de la péninsule Bruce au
sujet du processus d’octroi de permis et des
évaluations environnementales pour une
nouvelle installation nucléaire et des projets
de gestion des déchets des substances
nucléaires;
des rencontres avec les Métis de l’Ontario afin
de faire connaître la Commission et de mettre
en lumière les possibilités de consultation
pendant les évaluations environnementales en
vue de nouveaux projets d’installations
nucléaires.
4.Promouvoir la compréhension
interculturelle et favoriser la diversité
Pour bien tenir compte de la réalité multi­
culturelle du Canada, le gouvernement du
Canada appuie l’établissement de liens entre
les communautés ethnoculturelles.
Les institutions fédérales entreprennent de
nombreuses initiatives qui encouragent la
compréhension interculturelle et religieuse et
appuient la conservation, l’amélioration, le
partage et la promotion du multiculturalisme au
Canada. La présente section met en lumière les
4. Promouvoir
activités axées sur le client des institutions
fédérales à cet égard pendant la période de
référence.
La Banque d’œuvres d’art du Conseil des Arts du
Canada (petite ~ 240) collectionne des œuvres
originales d’art canadien contemporain et les loue
à des organisations des secteurs privé et public
partout au Canada. Au cours de la période de
référence, la Banque d’œuvres d’art a fait son
premier achat spécial d’œuvres d’art créées
la compréhension interculturelle et favoriser la diversité
| 49
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
exclusivement par des artistes issus de diverses
communautés culturelles. Un total de 530 œuvres
a été offert en réponse à l’appel de propositions
de la Banque d’œuvres d’art. Un comité composé
de six spécialistes du domaine des arts a examiné
ces œuvres et a recommandé l’acquisition de
certaines d’entre elles en fonction de leur
excellence artistique, de leur importance dans
la mouvance artistique actuelle et de leur attrait
pour une éventuelle location.
Cette acquisition aidera à sensibiliser
davantage les gens à la diversité culturelle
des artistes appuyés par les programmes du
Conseil des Arts du Canada et fera en sorte
que la collection de la Banque d’œuvres
d’art continue de refléter la diversité
culturelle croissante de la population
canadienne.
En tout, la Banque d’œuvres d’art a fait
l’acquisition de 55 nouvelles œuvres d’artistes
canadiens d’origine africaine, asiatique, moyenorientale, latino-américaine ainsi que d’autres
origines culturelles et raciales, pour une valeur
totale de plus de 230 000 $.
Cette acquisition aidera à sensibiliser davantage
les gens à la diversité culturelle des artistes
appuyés par les programmes du Conseil des Arts
du Canada et fera en sorte que la collection de
la Banque d’œuvres d’art continue de refléter
la diversité culturelle croissante de la population
canadienne.
50 | Au cours de 2008-2009, la Société du Musée des
sciences et de la technologie du Canada (petite ~
250) a organisé une activité d’envergure intitulée
Célébrons le Canada pour mettre en valeur la
diversité du Canada. Dans le cadre de cette
activité, et en collaboration avec Citoyenneté
et Immigration Canada, le musée a organisé une
cérémonie de citoyenneté au cours de laquelle
plusieurs néo-Canadiens ont prêté le serment de
citoyenneté.
Le musée a également organisé une exposition
spéciale intitulée La santé à petites bouchées.
L’exposition faisait la promotion du Guide alimentaire canadien, renvoyait à différents types de
régimes liés à des cultures différentes, et portait
une attention spéciale à l’alimentation des
Premières Nations. Pour en savoir davantage,
consultez le http://www.sciencetech.technomuses.ca/francais/whatson/expitinerantes-lasante-a-petites-bouchees.cfm.
Le Parc Downsview inc. (petite ~ 60) a été l’hôte
de deux nouveaux spectacles qui ont donné aux
utilisateurs du parc la possibilité de faire
l’expérience de programmes multiculturels auxquels ils n’auraient peut-être pas eu accès autrement :
Exodus est un spectacle qui a pour but
d’enseigner aux élèves l’histoire juive de la
Pâque. Il s’agissait d’une activité commu­
nautaire ouverte aux élèves et au public en
général. Accompagné de décors de théâtre et
de musique, ce spectacle interactif a été
intégré à la programmation scolaire et au
camp des vacances du mois de mars du Parc
Downsview;
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
une autre pièce de théâtre, intitulée
Amakhosi: The Kings of Africa, s’inspirait
d’anciennes et diverses cultures africaines et
mêlait de vieilles traditions avec les mœurs de
la vie moderne pour créer un spectacle vivant
et excitant. Pour en savoir davantage, consultez le http://www.downsviewpark.ca/fre/
september26_2008.shtml.
La Commission des champs de bataille nationaux
(petite ~ 120) a surpris les visiteurs de ses parcs en
leur présentant plusieurs spectacles sous le thème
de la musique du monde.
Ces spectacles font découvrir au public diverses
cultures musicales, comme celles de l’Afrique, du
Brésil et de l’Algérie. On prévoit offrir régulièrement des spectacles de musique du monde, ce qui
permettra à des artistes de diverses origines de
faire connaître leur culture et leur musique aux
visiteurs des sites de la Commission.
La Société de développement du Cap-Breton
(petite ~ 15) a lancé un programme de transformation des voies ferroviaires en sentiers grâce auquel
une ancienne voie ferroviaire sera convertie en
sentier interprétatif. La signalisation le long de la
route révélera l’importante histoire culturelle et
industrielle de diverses communautés et leur
rendra hommage.
De plus, la Société a installé des panneaux
d’interprétation aux anciens sites d’usine Princess
Colliery et Princess Wash pour commémorer
l’industrie ainsi que les ouvriers de différentes
origines ethniques qui y ont travaillé.
Le Musée canadien des civilisations (petite ~ 500)
a présenté une grande exposition à Beijing pen-
4. Promouvoir
2008
2009
dant les Jeux olympiques d’été de 2008.
L’exposition, intitulée Les Premiers Peuples du
Canada : chefs-d’œuvre du Musée canadien des
civilisations, présentait aux visiteurs étrangers
l’histoire, la diversité et la créativité des premiers
peuples du Canada. Préparée et présentée à
l’invitation du Musée national de Chine et en
collaboration avec lui, Les Premiers Peuples est
l’exposition la plus grande et la plus complète de
la sorte que le musée a jamais envoyée à
l’étranger. L’exposition est maintenant en tournée
sur trois continents. Pour en savoir plus, visitez le
http://www.civilisations.ca/cmc/exhibitions/cmc/
mes-jours/inmylifetime01f.shtml.
En 2008-2009, VIA Rail (grande ~ 3 550) a offert un
voyage aller-retour gratuit jusqu’à Ottawa à une
soixantaine d’enfants des Children’s Breakfast
Clubs (clubs des petits déjeuners pour enfants) de
Toronto pour célébrer le Mois de l’histoire des
Noirs sur la Colline du Parlement. Les Children’s
Breakfast Clubs offrent des services à des enfants
d’origines diverses et provenant dans beaucoup
de familles ayant des moyens financiers très
modestes.
Au nombre des activités organisées, les enfants
ont visité le Parlement, et le gouvernement qui
siégeait à la Chambre des communes a tenu à
souligner leur présence dans la tribune du public.
Les enfants ont également assisté à une réception
où ils ont présenté aux ministres du Cabinet et aux
députés de partout au Canada des copies de
l’affiche du Mois de l’histoire des Noirs de 2009
(une nouvelle affiche est produite chaque année
pour mettre en valeur et reconnaître les grandes
contributions qu’apportent au Canada les membres
de la communauté afro-canadienne).
la compréhension interculturelle et favoriser la diversité
| 51
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Le ministère de la Défense nationale et des
Forces canadiennes (grande ~ 128 300) tire profit
du caractère multiethnique de ses effectifs combinés pour appuyer les opérations et les services au
Canada et dans les missions partout dans le
monde.
À titre d’exemple au cours de la période de
référence actuelle, le capitaine Amir ElMasry a
mis à contribution sa connaissance spirituelle et
culturelle de l’islam pendant son affectation en
Afghanistan pour établir un lien spirituel important
avec les employés afghans, les travailleurs étran­
gers et d’autres soldats de l’Organisation du Traité
de l’Atlantique Nord (OTAN).
Quand il a commencé à assister aux prières du
vendredi dans la chapelle du terrain d’aviation de
Kandahar, il a eu l’impression qu’il pouvait aider
les centaines de travailleurs et de soldats musulmans qui s’y rassemblaient pour prier chaque
semaine. Bien que n’étant pas un imam, le
capitaine ElMasry s’est offert pour aider à préparer
les prières et à faire le sermon en arabe et en
anglais. La congrégation a accepté son offre, et à
partir de ce moment-là, la préparation des prières
hebdomadaires informelles a occupé tout le temps
libre dont il disposait au camp.
La salle de prières au terrain d’aviation de
Kandahar est désignée sous le nom de chapelle,
mais c’est en fait un lieu de culte pour toutes les
religions. Le capitaine ElMasry a rapidement
répondu aux quelques demandes spéciales exprimées par la congrégation musulmane, comme de
l’espace au sol pour placer les tapis de prière des
fidèles, en déplaçant quelques meubles qu’il
52 | replaçait après les prières. Pour en savoir davantage, visitez le http://www.army.forces.gc.ca/
land-terre/news-nouvelles/story-reportage-fra.
asp?id=3453.
En 2008-2009, Citoyenneté et Immigration
Canada (grande ~ 4 400) a continué de bonifier la
prestation des services d’établissement aux nouveaux arrivants en assouplissant les programmes,
en améliorant leur efficience, leur planification et
leur responsabilité, et en mettant l’accent sur
l’évaluation des besoins et l’amélioration des
résultats pour les nouveaux arrivants.
Au cours de la période de référence, le ministère a
modifié significativement sa politique en élargissant ses services d’établissement à certains
immigrants et réfugiés éventuels, y compris
certains demandeurs à l’étranger qui sont
susceptibles d’obtenir la résidence permanente au
Canada, mais qui n’ont pas encore reçu leur visa
de résident permanent.
En améliorant l’accès aux services d’intégration et
d’établissement, Citoyenneté et Immigration
Canada contribue à bâtir une société intégrée et
socialement cohésive.
Le personnel des Affaires indiennes et du Nord
Canada (grande ~ 5 250) a offert un important
soutien politique et logistique en vue de la présentation d’excuses du premier ministre aux anciens
élèves des pensionnats indiens, séance qui s’est
tenue à la Chambre des communes le 11 juin 2008.
Cet événement a été fortement publicisé et a
permis de sensibiliser le public canadien à
l’histoire des pensionnats indiens. Vous pouvez
obtenir plus d’information à l’adresse suivante :
http://www.pm.gc.ca/fra/media.asp?id=2149.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
5. Éducation et sensibilisation
Des initiatives ciblées d’éducation et de sensibilisation aident à lutter contre le racisme et la
discrimination.
Les institutions fédérales entreprennent des
activités ciblées d’éducation et de sensibilisation
afin de promouvoir la diversité et de mieux
communiquer leurs programmes et leurs services.
La présente section met en lumière les activités
des institutions fédérales à cet égard au cours de
la période de référence.
Le ministère du Patrimoine canadien (grande ~
2 420) a appuyé un projet d’éducation conçu dans
le cadre de la Journée internationale pour
l’élimination de la discrimination raciale de
l’Institut Dominion. Cette campagne d’éducation a
recouru à un ensemble de moyens (des exposés en
salle de classe, une campagne d’information, du
matériel didactique ainsi qu’un événement très
médiatisé) pour sensibiliser le public à la Convention internationale sur l’élimination de toutes les
formes de discrimination raciale. Pour en savoir
plus, consultez le http://www.passagestocanada.
com/.
Le ministère a également financé plusieurs nouveaux projets pour promouvoir les droits de la
personne dans diverses communautés au Canada,
y compris dans les communautés d’immigrants. Par
exemple, la troupe de théâtre montréalaise Mise
au jeu, en collaboration avec la Ligue des droits et
libertés, a présenté un théâtre-forum intitulé
Pidesc’quoi, Nos droits sont-ils en bon état? Le
spectacle s’adressait entre autres aux membres
des communautés ethnoculturelles et les faisait
participer à une discussion sur les droits de la
personne.
Les programmes de subventions et de financement
du Centre de recherches pour le développement
international (petite ~ 370) permettent aux
Canadiens de mieux comprendre les différentes
réalités politiques, sociales, économiques et
culturelles des diverses régions du monde,
y compris celle des peuples autochtones au Canada.
Ces programmes contribuent aussi à développer les
diverses communautés de la diaspora canadienne.
Cette campagne d’éducation a recouru à un
ensemble de moyens (des exposés en salle
de classe, une campagne d’information, du
matériel didactique ainsi qu’un événement
très médiatisé) pour sensibiliser le public à
la Convention internationale sur l’élimi­na­
tion de toutes les formes de discrimination
raciale.
En 2008-2009, l’institution a financé une série
d’initiatives, notamment :
le symposium sur la citoyenneté transnationale
et la diaspora africaine. Ce symposium a
réuni des chercheurs, des décideurs, des
organisations non gouvernementales (ONG),
des diplomates africains et des organisations
communautaires pour étudier de façon éclairée
les complexités de la citoyenneté transnationale chez la première génération d’Africains
continentaux de la diaspora;
5. Éducation
et sensibilisation
| 53
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
« Un cégep ouvert sur le monde » – Le bureau
international du Cégep de l’Outaouais et
l’Institut Dialogue et Paix ont créé un programme pour faciliter l’intégration des immigrants dans le marché du travail et dans le
mouvement coopératif de la région. Grâce à ce
projet, une série de modules d’enseignement
interculturel ont été créés dans les domaines
des communications, de la gestion des conflits
et de l’efficacité des relations.
En collaboration avec l’Association des études
canadiennes, la Fondation canadienne des
relations raciales (petite ~ 6) a organisé quatre
ateliers sur l’identité canadienne, le multi­
culturalisme et les médias à la conférence de
l’association, qui a eu lieu à Québec, à l’automne
2008. Les ateliers ont donné à l’institution
l’occasion de promouvoir les politiques et les
pratiques liées au multiculturalisme et à l’identité
canadienne et d’en discuter.
Le ministère des Anciens combattants du Canada
(grande ~ 4 150) a tenu un forum national sur
l’équité en emploi et la diversité à Montréal, en
juin 2008. Intitulé Le pouvoir de la diversité, le
forum comprenait des exposés de plusieurs experts
et a donné aux employés du ministère de partout
au Canada la possibilité de discuter d’une série de
thèmes liés à la diversité, parmi lesquels les
pratiques exemplaires régionales, le recrutement
et le maintien en poste ainsi que de la mise en
œuvre du plan d’équité en matière d’emploi et
de la diversité.
Une conférence nationale sur le leadership destinée aux cadres supérieurs de Travaux publics et
Services gouvernementaux Canada (grande ~
54 | 12 850) a été organisée en mai 2008 et a offert un
atelier intitulé Gérer la diversité des idées et des
antécédents. Au-delà de l’équité en emploi.
L’atelier a été l’occasion de discuter des défis que
pose un effectif de plus en plus diversifié et des
avantages qu’il représente; on a aussi examiné
comment on pouvait améliorer le rendement
organisationnel en mettant à profit la diversité
d’idées et d’antécédents. Les participants de
l’atelier ont été invités à réfléchir sur ce qu’ils
pouvaient faire, en tant que leaders, pour appuyer
une culture du milieu de travail qui soit inclusive
et favorable à la diversité.
L’École de la fonction publique du Canada
(moyenne ~ 800) diffuse régulièrement aux
fonctionnaires de l’information sur les enjeux liés
au multiculturalisme et à la diversité culturelle
grâce à son programme de la diversité.
Ce symposium a réuni des chercheurs,
des décideurs, des ONG, des diplomates
africains et des organisations commu­
nautaires pour étudier de façon éclairée
les complexités de la citoyenneté trans­
nationale chez la première génération
d’Africains continentaux de la diaspora.
En 2008-2009, l’École a également organisé une
série de discussions informelles pour donner aux
fonctionnaires l’occasion d’étudier des sujets,
politiques et programmes ethnoculturels liés à
diverses communautés.
Cinq activités ont été organisées pendant la
période de référence, dont les suivantes : La
participation autochtone à la fonction publique;
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Comment des étrangers deviennent des voisins :
l’intégration des immigrants par le développement communautaire; et Théorie et pratique de
la citoyenneté au XXIe siècle.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments
(grande ~ 7 000) a élargi la portée de sa campagne
intitulée Pensez-y et déclarez! en investissant
120 000 $ en publicité supplémentaire dans les
chaînes de télévision ethniques au Canada, en
novembre 2008 et de nouveau en mars 2009.
En ayant recours aux médias ethniques, la
campagne a pu étendre la portée de sa publicité
traditionnelle française et anglaise aux Canadiens
de milieux multiculturels qui prévoient peut-être
partir ou recevoir des visiteurs de l’étranger, afin
de les informer de l’obligation de déclarer tous les
aliments, plantes et animaux quand ils entrent au
Canada. La publicité a été présentée en huit
langues à la télévision, soit l’arabe, l’hindi,
l’italien, le japonais, le coréen, le mandarin,
l’espagnol et le vietnamien.
De plus, l’Agence a fait traduire la brochure
Pensez-y et déclarez! en 12 langues supplémentaires, ce qui fait que la brochure est maintenant
disponible dans 24 langues en tout. Pour en savoir
davantage, consultez le http://www.pensez-y.gc.
ca/francais/tocf.shtml.
En 2008-2009, l’Agence du revenu du Canada
(grande ~ 45 600) a organisé 3 636 séances destinées à tous les Canadiens et membres de divers
groupes ethniques et culturels sur des sujets allant
de questions liées à l’impôt pour les personnes
âgées, les dépenses médicales et le crédit d’impôt
2008
2009
pour personnes handicapées jusqu’au démarrage
d’une entreprise et la façon de verser les retenues
à la source. Au nombre de ces 3 636 séances,
69 étaient expressément destinées aux individus,
entreprises, organisations et bandes autochtones.
De plus, 209 séances ont ciblé les nouveaux
arrivants et 123 étaient destinées à des auditoires
de communautés ethnoculturelles et inuites.
Le nombre total de participants ayant assisté aux
séances des groupes ethniques et culturels était de
10 641 sur un total de 86 613 participants touchés
par les activités de sensibilisation.
Pendant la période de référence, l’Agence a
également étendu son programme de sensibilisation en s’alliant avec d’autres ministères, comme
Citoyenneté et Immigration Canada, pour améliorer ses services aux nouveaux arrivants au Canada.
Les bureaux au Canada collaborent avec les
programmes d’établissement des nouveaux
immigrants pour présenter régulièrement des
séminaires intitulés « Bienvenue au Canada ».
Beaucoup de bureaux ont donné d’autres séminaires portant sur les petites entreprises, offerts
dans des centres d’accueil et dans des organismes
communautaires; sur les services électroniques de
l’Agence du revenu du Canada, destinés aux
nouveaux gens d’affaires immigrants; sur les
prestations pour enfants et familles, présentés aux
nouvelles mères fréquentant des centres multi­
culturels. Des séances d’information sont données
aux étudiants étrangers inscrits dans des universités pour les renseigner sur les avantages de
remplir une déclaration de revenus pendant leur
séjour au Canada.
5. Éducation
et sensibilisation
| 55
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
6.Tenir compte de la réalité multiculturelle
du Canada dans les institutions fédérales
Les politiques et les programmes multiculturels
du Canada appuient l’intégration et la cohésion
sociale.
Les institutions fédérales élaborent et mettent en
œuvre des politiques, des programmes et des
stratégies multiculturels afin de créer des milieux
de travail positifs et inclusifs qui tiennent compte
de la population diversifiée du Canada. La
présente section met en lumière les activités
axées sur la diversité entreprises par les institutions fédérales à cet égard pendant la période de
référence.
L’Administration canadienne de la sûreté du
transport aérien (petite ~ 480) a adopté une
nouvelle philosophie de la diversité :
« L’Administration canadienne de la sûreté du
transport aérien s’engage à cultiver une
main-d’œuvre compétente et diversifiée,
représentative de la société canadienne.
Nous sommes déterminés à créer et à maintenir un environnement positif qui valorise et
respecte les différences de chacun. Nous
croyons que chacun devrait avoir le droit et
la possibilité de développer son plein potentiel dans un milieu sécuritaire et inclusif,
exempt d’obstacles et de préjugés.
Tous les employés ont un rôle à jouer dans la
création d’un milieu inclusif où chacun sent
qu’il fait partie de l’équipe de l’ACSTA. Il est
donc important que tous les employés
56 | adhèrent à un ensemble de valeurs désignées
en anglais par l’acronyme FLAIR, c’est-à-dire
l’équité, la loyauté, la responsabilité,
l’intégrité et le respect. »
Nous croyons que chacun devrait avoir le
droit et la possibilité de développer son
plein potentiel dans un milieu sécuritaire
et inclusif, exempt d’obstacles et de
préjugés.
C’est en décembre 2008 que le vice-président
directeur et chef des opérations intérimaire a
communiqué pour la première fois la philosophie
de la diversité à tous les employés lors de leur
retraite. La philosophie a également été incluse
dans un nouveau dépliant d’information diffusé à
tous les employés nouvellement engagés et a été
intégrée dans l’exposé d’orientation. Les nouveaux
employés ont dorénavant une meilleure compréhension de la philosophie de la diversité de
l’Administration avant de commencer officiellement leur premier jour de travail.
En 2008, Exportation et Développement Canada
(moyenne ~ 1 240) a établi une stratégie complète
sur la diversité qui fait correspondre plus étroitement la diversité avec les priorités et objectifs
opérationnels de l’institution. Pour aider à définir
cette stratégie et pour sonder les perceptions
actuelles des employés sur la diversité, trois
groupes de discussion formés d’employés ont été
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
organisés en mai 2008. Des employés membres
d’équipes ayant présenté des nominations pour le
Prix de la diversité 2007 de l’institution ont été
invités à participer, car ils s’intéressaient à la
diversité et étaient déjà sensibilisés à celle-ci.
Des 70 employés invités, 22 ont participé, ce qui
représente un taux de réponse de 31 %. Les questions des groupes de discussion étaient conçues de
manière à évaluer les perceptions actuelles au
sujet de la diversité et des obstacles, les recommandations sur la façon de supprimer ces obstacles, l’efficacité des activités d’Exportation et
Développement Canada en matière de diversité, et
le niveau de soutien à l’égard de la diversité de la
part de la haute direction.
La nouvelle stratégie sur la diversité, approuvée
par la haute direction à l’automne 2008, a comme
vision de renforcer le rendement organisationnel
d’Exportation et Développement Canada par la
mise en place régulière d’un effectif diversifié
ancré dans le respect mutuel individuel.
Pendant la période de référence, le ministère de
la Défense nationale et des Forces canadiennes
(grande ~ 128 300) a mis au point sa nouvelle
politique d’accommodement religieux ou spirituel
qu’il devrait soumettre à un dernier examen
juridique au ministère de la Justice au début de
l’exercice financier 2009-2010.
La nouvelle politique remplacera la politique
provisoire d’accommodement religieux en vigueur
depuis plus de dix ans, qui, bien que toujours
pertinente, doit être mise à jour pour tenir
compte de la jurisprudence récente et des décisions de la Cour suprême.
6. Tenir
2008
2009
En collaboration avec le Secrétariat du multi­
culturalisme, le ministère des Affaires étrangères
et du Commerce international (grande ~ 5 000) a
élaboré et présenté une politique ministérielle sur
le multiculturalisme en 2008-2009.
Comme preuve supplémentaire de sa
détermination, le ministère a nommé,
pendant la période de référence, trois
champions, le premier pour l’équité en
matière d’emploi, le second pour le multiculturalisme et le troisième pour les
langues officielles. Ces champions sont tous
au niveau de sous-ministre adjoint ou de
directeur général.
La déclaration politique officielle sur le multi­
culturalisme a été approuvée par le Comité de
consultation et de collaboration sur la diversité
et comprend une déclaration encourageant les
employés à présenter des suggestions sur la façon
dont le ministère peut atteindre ses objectifs et
respecter ses obligations prévues à la Loi sur le
multiculturalisme canadien.
Comme preuve supplémentaire de sa détermination, le ministère a nommé, pendant la période de
référence, trois champions, le premier pour
l’équité en matière d’emploi, le second pour le
multiculturalisme et le troisième pour les langues
officielles. Ces champions sont tous au niveau de
sous-ministre adjoint ou de directeur général.
Au Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (petite ~ 300), un
champion de l’équité en matière d’emploi et du
compte de la réalité multiculturelle du
Canada
| 57
dans les institutions fédérales
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
multiculturalisme a été nommé; il jouera un rôle
clé dans la création d’un comité sur l’équité en
matière d’emploi et le multiculturalisme. Des
employés de tous les niveaux seront invités à
siéger au comité et à exécuter son mandat, qui
consiste à élaborer des projets de sensibilisation
et à promouvoir des initiatives liées à l’équité
en matière d’emploi et au multiculturalisme.
Le Service administratif des tribunaux judiciaires
(petite ~ 620) a établi un comité interne de
consultation sur la diversité et confié à ce comité
un mandat clair et vaste :
« Le terme “diversité” englobe à la fois des
notions de conformité à la législation
fédérale et l’intégration de l’effectif dans
son ensemble. Plus particulièrement, la
diversité comprend la création d’un effectif
représentatif et inclusif qui s’appuie sur la
Loi sur l’équité en matière d’emploi et la Loi
sur le multiculturalisme canadien. »
en collaboration avec les divers secteurs des
politiques de la GRC afin d’élaborer des stratégies
appropriées pour améliorer les politiques et les
programmes de l’institution liés au multicultura­
lisme.
Le bureau régional de l’Ontario du ministère de la
Justice du Canada (grande ~ 5 000) a modifié le
nom et l’orientation de son comité régional
d’équité en emploi pour inclure expressément la
diversité. Par conséquent, ce comité s’appelle
maintenant le Comité consultatif sur l’équité en
emploi et la diversité.
Le nouveau comité a organisé des séances internes
de sensibilisation pour que la culture organisationnelle soit plus réceptive à la diversité; il a également contribué à créer un nouveau Prix d’honneur
pour reconnaître les réalisations dans les domaines
de l’équité en matière d’emploi et de la diversité.
Fort de ce mandat, le comité de consultation sur
la diversité du Service administratif des tribunaux
judiciaires contribue à élaborer, à guider et à
appuyer la mise en œuvre des stratégies définies
dans le Plan opérationnel sur la diversité de
2009-2012.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments
(grande ~ 7 000) a modifié son programme d’équité
et de diversité pour inclure le multiculturalisme.
D’une portée plus vaste, le programme dispose
d’une plus grande marge de manœuvre pour aider
à développer une approche plus inclusive et
novatrice en réponse aux besoins changeants des
Canadiens.
En septembre 2008, la Gendarmerie royale du
Canada (grande ~ 28 400) a créé un Comité
consultatif national pour les minorités visibles. Le
mandat de ce comité est de faire ressortir les
enjeux et de recommander des solutions possibles
aux problèmes perçus comme des obstacles à
l’avancement et à la rétention des employés
d’origines culturelles diverses. Le comité travaille
Le Service canadien du renseignement de
sécurité (SCRS) (grande ~ 2 800) a terminé une
réorganisation majeure de ses programmes liés au
multiculturalisme en réunissant le multicultura­
lisme, la diversité et l’équité en matière d’emploi
sous la gouverne du nouveau Programme de
gestion de la diversité, dirigé par le nouveau
gestionnaire de la diversité de l’institution.
58 | PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Le gestionnaire de la diversité est chargé de faire
en sorte que tous les processus de gestion des
ressources humaines au SCRS, pas seulement le
recrutement, mais aussi la promotion, les évaluations du rendement et la planification de la relève,
soient accomplis en tenant compte de la diversité.
Le gestionnaire sera aussi responsable de guider
les efforts qui contribuent à soutenir et à favoriser
la diversité dans l’organisation.
Le Centre d’apprentissage du Cercle des
nations aide à bâtir un sens de la
communauté pour les employés
autochtones en leur donnant un lieu pour
se rencontrer, apprendre des aînés et
autres gardiens des valeurs traditionnelles,
et tenir des cérémonies sociales.
Le ministère des Ressources naturelles du
Canada (grande ~ 4 380) a créé un Centre
d’apprentissage du Cercle des nations à son siège
social à Ottawa. Le centre d’apprentissage est
géré avec l’intendance du Réseau des employés
autochtones et fournit à tous les employés du
ministère, autochtones ou non, un lieu pour en
apprendre davantage sur la vision du monde
autochtone et sa pertinence pour la mission de
Ressources naturelles Canada.
Le Centre d’apprentissage du Cercle des nations
aide à bâtir un sens de la communauté pour les
employés autochtones en leur donnant un lieu
pour se rencontrer, apprendre des aînés et autres
gardiens des valeurs traditionnelles, et tenir des
cérémonies sociales. Le centre accueille également des visiteurs du grand public.
6. Tenir
2008
2009
En avril 2008, l’Agence du revenu du Canada
(grande ~ 45 600) a lancé un outil d’apprentissage
en ligne intitulé La diversité : nos différences, nos
ressemblances destiné à sensibiliser et à renseigner davantage les employés au sujet de la
diversité. Cette ressource en ligne propose également aux employés des stratégies qu’ils peuvent
appliquer pour promouvoir la diversité et la
compréhension culturelle dans le milieu du travail.
Cette initiative aide à favoriser un milieu de travail
qui s’adapte aux différences grâce à des méca­
nismes comme l’éducation, des politiques, des
lignes directrices et la formation à la sensibilité.
Au cours de la dernière année, Santé Canada
(grande ~ 9 800) a organisé de nombreuses
activités pour célébrer la diversité du Canada et
promouvoir la compréhension interculturelle.
En voici quelques-unes :
la création d’un nouveau calendrier électronique de la diversité dans le cadre des célébrations de la Semaine nationale de la diversité
en janvier 2009. Accessible à tous les employés
de Santé Canada, le calendrier souligne les
dates importantes de l’année, en relevant des
centaines de fêtes et célébrations multicon­
fessionnelles, multiculturelles et liées à la
diversité;
le jeu-questionnaire sur la diversité, autre
volet de la Semaine de la diversité à Santé
Canada, a été une activité d’apprentissage
très prisée. Plus de 400 employés y ont participé, et des prix ont été remis;
une nouvelle activité intitulée Célébrons la
francophonie canadienne d’aujourd’hui, riche
dans sa diversité! a rendu hommage à
compte de la réalité multiculturelle du
Canada
| 59
dans les institutions fédérales
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
l’importante contribution des immigrants à la
population francophone du Canada et a aidé à
sensibiliser les gens à la diversité culturelle des
Canadiens d’expression française.
En avril 2008, le Bureau du Conseil privé
(moyenne ~ 700) a lancé une nouvelle initiative
de perfectionnement destinée aux jeunes
fonctionnaires : canada@150. Pendant toute une
année, à compter de juin 2008, une équipe de
150 jeunes fonctionnaires fédéraux aux profils
linguistiques variés et venant de divers ministères,
régions et groupes d’équité en matière d’emploi
ont été invités à préciser et à évaluer les plus
importants enjeux politiques auxquels le pays sera
confronté en 2017 quand il célébrera le 150e anniversaire de la Confédération. Les participants ont
également été invités à examiner les répercussions
de leurs conclusions pour la fonction publique et
comment celle-ci peut s’adapter au changement
afin de relever les défis à venir.
7.Créer une force de travail multiculturelle
Le gouvernement du Canada investit dans des
initiatives qui favorisent l’égalité des chances
pour les individus de toutes origines.
Les institutions fédérales entreprennent des
activités qui fournissent des possibilités d’emploi
aux personnes d’origines diverses en plus de bâtir
et de conserver un effectif diversifié. La présente
section met en lumière les activités des institutions fédérales à cet égard au cours de la période
de référence.
Au cours de la période de référence, le Programme
national de recrutement de la Gendarmerie
royale du Canada (grande ~ 28 400) a créé et doté
un poste d’analyste national pour le recrutement
lié à la diversité afin d’améliorer le programme
existant. Le titulaire de ce poste est chargé
d’orienter les bureaux de recrutement divisionnaires dans le contexte de la diversité. La création
de ce poste a également permis d’achever l’élabo­
ration de la stratégie nationale de recrutement
axée sur la diversité qui est utilisée actuellement.
60 | Cette mesure favorise le recrutement des
Autochtones à la GRC en plus de renforcer
la capacité de la Gendarmerie de mieux
servir la communauté en tenant compte
des différences culturelles.
Le Programme de formation des aspirants policiers
autochtones de la GRC, qui a été amélioré et qui
remplace le Programme de formation des jeunes
Autochtones, constitue une possibilité d’emploi
offerte aux étudiants autochtones âgés de 19 à
29 ans partout au Canada et qui sont intéressés à
servir leurs communautés à titre de gendarme
spécial surnuméraire. Cette mesure favorise le
recrutement des Autochtones à la GRC en plus de
renforcer la capacité de la Gendarmerie de mieux
servir la communauté en tenant compte des
différences culturelles.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Affaires indiennes et du Nord Canada (grande ~
5 250) a créé un nouveau site Web de recrutement
(http://www.ainc-inac.gc.ca/emp/cw/pfs/indexfra.asp) qui tient compte de la diversité multiculturelle de l’effectif du ministère.
Agriculture et Agroalimentaire Canada (grande ~
6 640) a travaillé de près avec l’Association des
étudiants autochtones de l’Université de Guelph
pour mieux faire connaître la diversité des
carrières et des programmes au ministère et
dans la fonction publique en général.
En outre, pour combler les écarts historiques, le
ministère a accru ses efforts de recrutement en
participant au salon de l’emploi de l’effectif
autochtone tenu à Saskatoon (en février 2009),
au bureau de placement du Conseil national des
minorités visibles (en novembre 2008) ainsi qu’à
quatre salons de l’emploi qui ont été organisés
partout au pays à l’appui du Plan d’action de
renouvellement de la fonction publique 2008-2009
du greffier du Conseil privé.
L’exercice de simulation en gestion de la région
des Prairies de l’Agence du revenu du Canada
(grande ~ 45 600) permet aux employés qui n’ont
pas un poste officiel de leadership de démontrer
leurs compétences à cet égard grâce à des
épreuves du courrier et de simulation. Les
résultats de l’exercice sont transférables et peuvent être utilisés par les participants quand ils
présentent une demande pour un processus de
sélection interne.
En 2008-2009, la région a offert cette possibilité
aux membres des minorités visibles et aux
2008
2009
employés autochtones. Dans le cadre de ce projet
pilote, les participants ont reçu des évaluations de
leurs compétences, de la rétroaction sur leurs
compétences en leadership et des conseils pour la
planification de leur carrière. Les candidats
avaient également la possibilité d’être évalués
encore une fois après quelque temps pour mesurer
leurs progrès.
La Commission de la fonction publique du
Canada (moyenne ~ 1 030) a élargi l’accès des
Canadiens aux possibilités d’emploi dans la
fonction publique fédérale. Dans un pays aussi
vaste et diversifié, la fonction publique doit
refléter le caractère national de l’ensemble du
Canada et recruter des Canadiens de talent quel
que soit l’endroit où ils vivent. Le processus
d’embauche est une partie essentielle de la
création d’un effectif diversifié. Le fait d’ouvrir à
tous les Canadiens chaque poste de la fonction
publique fédérale au Canada permet à des
membres de groupes diversifiés de présenter une
demande dans un éventail plus vaste de postes.
La Commission de la fonction publique du Canada
a régulièrement élargi l’obligation d’utiliser la
zone nationale de sélection et a supprimé les
limites géographiques de la dotation externe. En
2007, la Commission a étendu l’utilisation obligatoire de la zone nationale de sélection pour ouvrir
au public les postes d’agent dans toutes les régions
du Canada. Depuis le 31 décembre 2008, les
organisations du gouvernement fédéral sont tenues
d’utiliser la zone nationale de sélection pour tous
les processus de nomination annoncés à l’externe
pour des nominations à plein temps, pour une
7. Créer
| 61
une force de travail multiculturelle
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
période indéterminée et pour des nominations
pour une période déterminée de plus de six mois.
Depuis l’automne 2008, l’utilisation de la zone
nationale de sélection s’applique également à
certaines possibilités d’emploi du Programme
fédéral d’expérience de travail étudiant.
La Commission s’attend à ce que cette mesure
entraîne un nombre plus grand de demandes
présentées entre autres par des membres des
minorités visibles, dont il y a de grandes concentrations dans les régions de Toronto, de Vancouver
et de Montréal. Dans l’ensemble, la fonction
publique profitera de perspectives et d’approches
diverses qui contribuent à de meilleurs program­
mes et à des conseils stratégiques plus solides à
l’avantage de tous les Canadiens. Pour en savoir
davantage, visitez le http://www.psc-cfp.gc.ca/
plcy-pltq/naos-zns/2008-b-fi-fra.htm.
Dans un effort de renforcer sa capacité de gérer
et d’intégrer un effectif diversifié, Ressources
humaines et Développement des compétences
Canada (grande ~ 23 100) a lancé le Programme
pilote de stage pour les immigrants.
Le partenariat avec des organismes de services aux
immigrants a été une composante clé pour faire de
ce programme pilote une réussite. Dans le cas
présent, Ressources humaines et Développement
des compétences Canada s’est associé à deux
organismes de services aux immigrants de la région
de la capitale nationale (Local Associations Serving
Immigrants (LASI) Compétences mondiales et le
Service Intégration Travail Outaouais) pour faire
connaître les possibilités de stage et présélectionner les candidats professionnels admissibles formés
à l’étranger et se trouvant à mi-carrière.
62 | Le programme a été une réussite, et des améliorations sont en train d’être apportées afin de le
renforcer, pour permettre à un plus grand nombre
de stagiaires de participer et pour y inclure les
bureaux régionaux. Une autre option permettant
aux stagiaires de compléter un troisième placement dans un autre ministère participant élargira
encore davantage la gamme des expériences
disponibles pour les participants.
Le partenariat avec des organismes de
services aux immigrants a été une composante clé pour faire de ce programme
pilote une réussite.
En juin 2008, Citoyenneté et Immigration Canada
(grande ~ 4 400) a lancé le Programme de stage
pour les jeunes arrivants, un programme novateur
qui offre aux citoyens néo-canadiens et aux résidents permanents la possibilité d’acquérir de
l’expérience de travail au Canada. Douze jeunes
ont été choisis pour faire un stage à Citoyenneté
et Immigration Canada après avoir été sélectionnés
dans un bassin de nouveaux arrivants qui sont
venus au Canada par l’entremise du Programme
d’étudiants réfugiés de l’Entraide universitaire
mondiale du Canada. Tous les stagiaires sont des
diplômés d’une université canadienne et titulaires
d’un baccalauréat ou d’une maîtrise, et ont
complété un stage de quatre mois au ministère.
Pour en savoir davantage, visitez le http://www.
jasonkenney.com/EN/4961/90870.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
Étant donné le succès de ce programme pilote,
Citoyenneté et Immigration Canada a accepté un
deuxième groupe de jeunes arrivants à l’été 2009.
Le ministère continuera d’établir des partenariats,
2008
2009
comme ceux déjà établis avec l’Agence des services frontaliers du Canada et Ressources humaines
et Développement des compétences Canada, afin
de démontrer l’importance du programme.
8. Recherche et diffusion
De bonnes politiques publiques portent la marque
d’une solide recherche.
Les institutions fédérales ont besoin d’une information à jour pour élaborer et mettre en œuvre
des politiques et des programmes qui répondent
aux besoins changeants d’une société canadienne
diversifiée. La présente section comprend des
exemples d’activités de recherche et de diffusion
entreprises par les institutions fédérales pendant
la période de référence.
La Société canadienne d’hypothèques et de
logement (grande ~ 2 000) a fait d’importantes
avancées en 2008-2009 pour augmenter l’efficacité
de ses activités de diffusion. La recherche visant à
déterminer les pratiques exemplaires chez les
principales organisations canadiennes travaillant
dans le domaine de la commercialisation auprès
des communautés ethniques a fourni à l’institution
une compréhension plus détaillée des groupes
cibles, des nouvelles tendances dans la commercialisation auprès des communautés ethniques au
Canada, des stratégies de promotion, de la distribution et des chaînes médiatiques ainsi que des
possibilités de partenariat.
En 2008-2009, les données ont servi à
diverses études explorant à la fois
l’efficacité et la sécurité dans différentes
circonstances des médicaments traditionnels utilisés par divers groupes ethnoculturels au Canada.
La recherche a contribué à l’élaboration de la
Stratégie de commercialisation auprès des communautés ethniques de la Société canadienne
d’hypothèques et de logement. Le but de cette
stratégie est d’améliorer la communication de
l’information sur le logement et la prestation des
services aux groupes ethnoculturels et aux nouveaux arrivants au Canada.
Parmi les autres activités entreprises dans le cadre
de cette stratégie, l’institution a lancé une campagne pilote de publicité visant les communautés
chinoises et de l’Asie du Sud. Utilisant une diversité de médias, la campagne était conçue pour
positionner l’institution comme une ressource
fiable à laquelle s’adresser pour aider les nouveaux
immigrants à s’établir au Canada en leur donnant
de l’information sur l’achat d’une maison ou la
location d’un logement.
8. Recherche et
diffusion
| 63
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Santé Canada (grande ~ 9 800) recueille de façon
permanente une vaste gamme de données statistiques, y compris des données avec des composantes multiculturelles. En 2008-2009, les
données ont servi à diverses études explorant à
la fois l’efficacité et la sécurité dans différentes
circonstances des médicaments traditionnels
utilisés par divers groupes ethnoculturels au
Canada.
Voici des exemples d’études entreprises ou
appuyées par Santé Canada pendant l’année du
présent rapport :
Appuyer la recherche sur la sécurité et
l’efficacité potentielles des substances végétales utilisées par les Cris de Eeyou Istchee
dans le Nord du Québec pour le traitement des
symptômes du diabète relativement à d’autres
produits thérapeutiques. L’appui prend la
forme de deux réunions d’équipe annuelles, au
cours desquelles les conclusions sont partagées
et les préoccupations potentielles quant à la
sécurité sont soulignées; il y a aussi la possibilité d’apprendre directement des aînés et
des guérisseurs.
Déterminer la possibilité d’interaction des
médicaments traditionnels chinois avec
d’autres produits thérapeutiques ou la possibilité qu’ils améliorent l’efficacité de ces
produits.
Évaluer la possibilité d’interaction des médica-
ments traditionnels du Pérou et du Vietnam
avec d’autres produits thérapeutiques.
64 | Examiner l’effet de l’huile de Nigella sativa
(nigelle) sur le métabolisme des drogues pour
déterminer si ce produit du Moyen-Orient aura
des répercussions sur l’utilisation sécuritaire
d’autres produits thérapeutiques.
Pour en savoir plus sur les projets de Santé Canada
concernant la délivrance des licences de mise en
marché pour les produits de santé naturels, consultez le http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/
prodnatur/applications/licen-prod/index-fra.php.
L’Institut du développement et de la santé des
enfants et des adolescents des Instituts de recherche en santé du Canada (petite ~ 450) a lancé
l’Enquête sur les enfants autochtones.
Effectuée en partenariat avec l’Institut de la santé
des Autochtones, la Direction générale de la santé
des Premières Nations et des Inuits de Santé
Canada et l’Agence de la santé publique du
Canada, cette enquête dresse un portrait à jour du
développement de la petite enfance des Premières
Nations du Canada, y compris des enfants indiens
d’Amérique du Nord, inuits et métis âgés de moins
de six ans.
Les résultats de l’enquête contribueront à élaborer
les futurs politiques et programmes liés au
dévelop­pement de la petite enfance dans les
collectivités des Premières Nations. Pour en savoir
davantage, visitez le http://www.statcan.gc.ca/
aboriginal/acs/5801793-fra.htm.
En 2008-2009, Citoyenneté et Immigration
Canada (grande ~ 4 400) a terminé un ensemble
complet de tableaux de données personnalisés et
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
multidimensionnels fondés sur les recensements
qui mettaient l’accent sur les principales caractéristiques et résultats des immigrants vivant dans
les régions métropolitaines du Canada. Le pays
d’origine des immigrants est un aspect important
de ces données; dans cette série régulière de
tableaux personnalisés figurent pour la première
fois des données qui mettent en lumière la
deuxième génération d’immigrants, la situation
de minorités visibles et les pays d’obtention du
niveau de scolarité le plus élevé.
Le ministère a également continué de surveiller le
rendement économique et celui du marché du
travail des immigrants à l’aide d’autres sources de
données, particulièrement la plus récente mise à
jour de la Base de données longitudinales sur les
immigrants et l’Enquête sur la population active.
Cette information permet aux gouvernements et
au public de savoir rapidement dans quelle mesure
les immigrants réussissent bien dans le marché du
travail et dans quelle mesure le marché du travail
canadien utilise bien les compétences des immigrants.
Une étude de la documentation existante sur
l’établissement et l’intégration des immigrants a
également débuté en 2008-2009. En examinant
méticuleusement la recherche la plus récente,
cette étude permettra de préciser les thèmes et
les enjeux récurrents. Elle discutera aussi des
facteurs qui contribuent ou nuisent au processus
d’établissement et d’intégration et servira de
fondement à l’élaboration d’indicateurs de
l’intégration des immigrants dans la société canadienne. D’autres activités de recherche compren-
2008
2009
nent l’analyse de l’écart des niveaux de confiance
entre les immigrants et les Canadiens de naissance, et le degré d’association avec diverses
identités collectives.
En mars 2009, Citoyenneté et Immigration Canada
et Ressources humaines et Développement des
compétences Canada ont présenté conjointement
un atelier sur la mesure de l’intégration au
11e Congrès national de Metropolis, qui s’est
tenu à Calgary, en Alberta. Les chercheurs, les
fournisseurs de services et les gouvernements
reconnaissent depuis longtemps la nécessité de
mesurer les progrès de l’intégration, mais on n’a
jamais convenu jusqu’à ce jour d’un ensemble
d’indicateurs ou de repères pour le faire. L’atelier
a réuni des chercheurs, des praticiens et des
décideurs qui ont discuté des concepts et des
enjeux permettant de voir quels indicateurs
seraient les plus appropriés pour mesurer
l’intégration des immigrants. Ces connaissances
permettent à Citoyenneté et Immigration Canada
d’élaborer des outils pour mieux comprendre
l’expérience des immigrants et évaluer l’impact
des politiques et des programmes sur les résultats
liés à l’établissement et à l’intégration.
Le Secrétariat rural d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (grande ~ 6 650) s’est associé aux
gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan
et du Manitoba ainsi qu’à Citoyenneté et Immigration Canada pour produire un nouveau rapport
intitulé Mieux attirer et retenir les immigrants
dans les communautés rurales de l’Alberta, de la
Saskatchewan et du Manitoba.
8. Recherche et
diffusion
| 65
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Le rapport fournit une information fondée sur des
preuves et une analyse pour aider à comprendre la
dynamique en œuvre dans le choix de résidence
des nouveaux arrivants. Le rapport détermine
plusieurs obstacles systémiques à l’immigration
dans les régions rurales et les répercussions que
ces obstacles peuvent avoir sur différentes popula-
66 | tions d’immigrants. Le rapport fait aussi état de
façons dont le gouvernement peut atténuer ces
obstacles afin d’encourager un plus grand nombre
de nouveaux arrivants à s’établir dans des communautés rurales. Pour en savoir davantage,
visitez le http://www2.brandonu.ca/organizations/rdi/TFW/RDI_DiscussionPaper1.pdf.
PARTIE II : APPLICATION DE LA LOI SUR LE MULTICULTURALISME CANADIEN DANS LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES
Rapport annuel sur l’application de la
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
Institutions fédérales ayant présenté des
observations
Administration canadienne de la sûreté du transport aérien
Administration de pilotage de l’Atlantique
Administration de pilotage des Grands Lacs
Administration de pilotage des Laurentides
Administration de pilotage du Pacifique
Affaires étrangères et Commerce international Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada
Agence canadienne d’évaluation environnementale
Agence canadienne d’inspection des aliments
Agence canadienne de développement international
Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec
Agence de la consommation en matière financière du Canada
Agence de promotion économique du Canada atlantique
Agence des services frontaliers du Canada
Agence du revenu du Canada
Agence Parcs Canada
Agence spatiale canadienne
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Anciens Combattants Canada
Banque de développement du Canada
Banque du Canada
Bibliothèque et Archives Canada
Bureau de l’Enquêteur correctionnel
Bureau de l’ombudsman de l’approvisionnement
Bureau de l’ombudsman des victimes d’actes criminels
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Bureau de vérificateur général du Canada
Bureau du commissaire à la magistrature fédérale
Bureau du Conseil privé
|67
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Bureau du surintendant des institutions financières
CBC/Radio-Canada
Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail
Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada
Centre de recherches pour le développement international
Centre national des Arts
Citoyenneté et Immigration Canada
Comité des griefs des Forces canadiennes
Comité externe d’examen de la GRC
Commissariat à l’intégrité du secteur public
Commissariat à la protection de la vie privée du Canada
Commissariat au lobbying du Canada
Commissariat aux langues officielles
Commission canadienne d’examen des exportations de biens culturels
Commission canadienne de sûreté nucléaire
Commission canadienne des affaires polaires
Commission canadienne du lait
Commission canadienne du tourisme
Commission d’examen des plaintes concernant la police militaire
Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada
Commission de la capitale nationale
Commission de la citoyenneté
Commission de la fonction publique du Canada
Commission des champs de bataille nationaux
Commission canadienne des droits de la personne
Commission canadienne des grains
Commission canadienne du blé
Commission des plaintes du public contre la GRC
Commission des relations de travail dans la fonction publique
Commission nationale des libérations conditionnelles
Condition féminine Canada
Conseil canadien des relations industrielles
Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes
Conseil de recherches en sciences humaines
68 | Institutions fédérales ayant présenté des observations
R APPO R T ANNUEL SU R L ’ APPLICATION DE LA
Loi sur le multiculturalisme canadien
2008
2009
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Conseil des Arts du Canada
Conseil national de recherches Canada
Conseil national des produits agricoles
Construction de Défense Canada
Corporation commerciale canadienne
Diversification de l’économie de l’Ouest Canada
École de la fonction publique du Canada
Élections Canada
Environnement Canada
Exportation et Développement Canada
Financement agricole Canada
Fondation canadienne des relations raciales
Gendarmerie royale du Canada
Greffe du Tribunal de la concurrence
Industrie Canada
Instituts de recherche en santé du Canada
Ministère de la Défense nationale
Ministère de la Justice
Ministère des Finances
Monnaie royale canadienne
Musée des beaux-arts du Canada / Musée canadien de la photographie contemporaine
Office d’investissements des régimes de pensions du secteur public
Office d’investissement du RPC
Office national de l’énergie
Office national du film du Canada
Parc Downsview Parks inc.
Patrimoine canadien
Pêches et Océans Canada
Pont Blue Water Canada
Postes Canada
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
Ressources naturelles Canada
Santé Canada
Service canadien du renseignement de sécurité
Institutions fédérales ayant présenté des observations | 69
p r o m o u v o i r l ’ i n t égr a t i o n
Secrétariat de l’ALENA, Section canadienne
Secrétariat des conférences intergouvernementales canadiennes
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Sécurité publique Canada
Service administratif des tribunaux judiciaires
Service correctionnel du Canada
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Société d’assurance-dépôts du Canada
Société d’expansion du Cap-Breton
Société de développement du Cap-Breton
Société du Musée canadien des civilisations
Société du Musée des sciences et de la technologie du Canada
Statistique Canada
Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie
Téléfilm Canada
Tribunal canadien des droits de la personne
Tribunal canadien du commerce extérieur
Tribunal d’appel des transports du Canada
Tribunal de la dotation de la fonction publique
Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Transport Canada
VIA Rail Canada inc.
70 | Institutions fédérales ayant présenté des observations
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising