Rapport annuel du Régime de pensions du Canada 2008-2009

Rapport annuel du Régime de pensions du Canada 2008-2009
Rapport annuel du
Régime de pensions
du Canada
2008-2009
Rapport annuel du Régime
de pensions du Canada 2008-2009
Exercice 2008-2009
ISPB-203-12-09F
Ressources humaines et Développement des compétences Canada (RHDCC) est chargé d’administrer
le Régime de pensions du Canada (RPC). Le présent rapport est produit par RHDCC, en collaboration
avec Finances Canada, l’Agence du revenu du Canada, le Bureau du surintendant des institutions
financières et l’Office d’investissement du RPC (OIRPC).
Pour en savoir plus sur les sujets abordés dans le présent rapport ou sur le RPC en général, veuillez
consulter le site Web www.rhdcc.gc.ca ou, à partir du Canada et des États-Unis, composer les
numéros sans frais suivants :
1-800-277-9914 (anglais)
1-800-277-9915 (français)
1-800-255-4786 (ATS)
Il est également possible d’accéder en ligne à une version imprimable du rapport à l’adresse
www.rhdcc.gc.ca.
Par ailleurs, vous pouvez commander d’autres exemplaires imprimés de cette publication à
l’adresse suivante :
Services des publications
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
140, promenade du Portage
Place du Portage, Portage IV, 12e étage
Gatineau (Québec) K1A 0J9
Téléc. : 819-953-7260
Courriel : publications@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Le document est également disponible en médias substituts : gros caractères, braille, cassettes audio,
DAISY et disquette informatique. Composez le 1 800 O-Canada (1-800-622-6232) pour demander un
exemplaire. Si vous avez une déficience auditive ou un trouble de la parole et que vous utilisez
un téléscripteur (ATS), composez le 1-800-926-9105.
Also available in English under the title Annual Report of the Canada Pension Plan 2008-09.
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009
N° de cat. HS1-6/2009F
ISBN 978-1-100-50661-6
Son Excellence
La gouverneure générale du Canada
Qu’il plaise à Votre Excellence,
Nous sommes heureux de présenter le Rapport annuel du Régime de pensions du Canada
pour l’exercice 2008-2009.
Veuillez agréer, Votre Excellence, l’assurance de notre très haute considération.
James M. Flaherty
Ministre des Finances
Diane Finley
Ministre des Ressources humaines et
du Développement des compétences
Table des matières
APERÇU DE L’ANNÉE 2008-2009.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
LE RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA EN BREF.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
PRESTATIONS ET DÉPENSES.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Pensions de retraite.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prestations d’invalidité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prestations de survivant.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prestations de décès.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dispositions.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6
6
8
8
8
9
PROCESSUS DE RÉEXAMEN ET D’APPEL.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
VEILLER À LA VIABILITÉ FINANCIÈRE.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Résultats de l’examen triennal annoncés en mai 2009.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rapports actuariels.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Approche du financement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Financement.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
12
13
14
14
15
RESPONSABILITÉ FINANCIÈRE.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Compte du RPC.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Office d’investissement du RPC.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Actif et gestion des fonds du RPC. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Actif de l’Office d’investissement du RPC.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Investir pour notre avenir.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Rapports de l’Office d’investissement du RPC.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
GESTION DU RPC.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Recueillir et enregistrer les cotisations.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prestations payées en trop.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Charges d’exploitation.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18
18
19
19
PRESTATION DE SERVICES AMÉLIORÉE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Prestation de services en ligne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
Traitement des prestations.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
REGARD VERS L’AVENIR.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Moderniser la prestation de services. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Système d’exécution du renouvellement de la technologie de l’information (SERTI).. . . . . . . . . . . . . . . .
Assurer l’intégrité du programme du RPC.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Joindre tous les Canadiens.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
22
22
22
22
23
ÉTATS FINANCIERS DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
4
Aperçu de l’année
2008-2009
• L’évolution du Régime de pensions du Canada (RPC)
reflète l’augmentation de 44 900 $ en 2008 à 46 300 $
en 2009 du maximum des gains ouvrant droit à
pension prévue par la loi. Le taux de cotisation est
demeuré inchangé à 9,9 p. 100.
• Au total, 4,4 millions de Canadiens ont reçu
5,2 millions de prestations du RPC. La valeur
totale de l’ensemble des prestations s’est élevée
à environ 29 milliards de dollars.
• Environ 3,6 millions de prestations de retraite
du RPC ont été versées, pour un total de
21,1 milliards de dollars.
• Environ 1 008 000 époux ou conjoints de fait
et 77 000 enfants ont perçu des prestations de
survivant du RPC, pour un total de 4 milliards
de dollars.
• Environ 311 000 personnes handicapées et
87 000 enfants de personnes handicapées ont
reçu des prestations d’invalidité du RPC, ce qui
correspond à une valeur totale de 3,6 milliards
de dollars.
• Quelque 127 000 prestations de décès ont été
versées, pour un total de 0,3 milliard de dollars.
• En tout, 581 588 personnes âgées de 18 à
70 ans ont reçu des états de compte du cotisant.
En outre, 17 621 états de compte du cotisant
ont été envoyés à des personnes âgées de plus
de 70 ans.
• Les charges d’exploitation se sont élevées
à environ 694 millions de dollars, soit
2,4 p. 100 des 29 milliards de dollars versés au titre
des prestations du RPC. Ces chiffres se comparent
avantageusement à ceux d’autres gros régimes
de pension et aux régimes enregistrés
d’épargne-retraite (REER) personnels.
• Le 31 mars 2009, le total de l’actif net de l’Office
d’investissement du RPC (OIRPC) était évalué à
105,5 milliards de dollars. Cet actif était constitué
principalement d’actions publiques et privées, de
valeurs à revenu fixe, de stratégies de rendement
absolu, de placements en biens immobiliers
publics et privés, d’obligations indexées sur
l’inflation et de placements en infrastructures.
• Au début de 2009, environ 5,9 millions de clients
ont reçu les feuillets annuels de renseignements
accompagnant les relevés T4 et NR4. Ces feuillets
constituent le principal moyen que le Ministère
utilise pour transmettre les renseignements
les plus récents sur le RPC et la Sécurité de la
vieillesse (SV) aux prestataires, que ces derniers
résident au pays ou à l’étranger. Les feuillets
décrivent les nouvelles mesures adoptées par
le gouvernement pour aider les personnes
âgées, donnent un aperçu des paramètres des
programmes et expliquent la marche à suivre
de même que les procédures pour présenter une
demande en vue de recevoir des prestations.
Le Régime de
pensions du
Canada en bref
À partir de 18 ans, presque tous les travailleurs
rémunérés du Canada cotisent au RPC ou à son plan
jumeau, le Régime des rentes du Québec (RRQ), et
profiteront à un moment donné des prestations
associées à ces régimes.
Établi par une loi du Parlement en 1965 et entré
en vigueur en 1966, le RPC est un régime conjoint
fédéral-provincial. Le Québec administre son propre
régime, le RRQ, et participe à la prise de décisions
relatives au RPC. (Pour obtenir des renseignements sur
le RRQ, veuillez consulter le site Web de la Régie des
rentes du Québec à l’adresse www.rrq.gouv.qc.ca.)
Les prestations de chaque régime sont fondées sur les
crédits de pension accumulés sous l’un ou l’autre de
ces régimes financés par des cotisations obligatoires
des employés, des employeurs et des travailleurs
autonomes, et par des revenus de placement.
Bien qu’il soit mieux connu pour les pensions de
retraite, le RPC comporte également des prestations
d’invalidité, de décès, de survivant et d’enfant. Le
RPC administre le plus important régime d’assuranceinvalidité de longue durée au Canada. Outre les
prestations mensuelles qu’il verse aux cotisants
atteints d’une invalidité qui sont admissibles, et à leurs
enfants le cas échéant, le RPC prévoit des services de
réadaptation professionnelle et des mesures de soutien
au retour au travail pour certains bénéficiaires.
Le calcul des prestations pour chaque cotisant repose
sur le montant qu’il a versé au RPC, le nombre
d’années pendant lesquelles il a cotisé et, dans
certains cas, l’âge du bénéficiaire. Les prestations ne
sont pas versées automatiquement : chaque personne
doit présenter une demande et fournir la preuve de
son admissibilité. Le montant des prestations est
rajusté en janvier de chaque année pour tenir compte
de l’augmentation du coût moyen de la vie, tel que
mesuré par l’indice des prix à la consommation (IPC).
De nombreux Canadiens vivent et travaillent à
l’étranger. D’autres personnes déménagent ici après
avoir cotisé à un régime de pension dans un autre pays.
Le Canada a conclu avec certains pays des accords
de sécurité sociale pour protéger les rentes
de ces personnes. Ces accords permettent aux cotisants
canadiens de recevoir des pensions d’autres pays ou
de toucher des prestations du RPC tout en résidant
à l’étranger; assurent la continuité de la protection
en matière de sécurité sociale aux Canadiens qui
travaillent temporairement à l’extérieur du pays;
aident les Canadiens à répondre aux conditions
d’admissibilité aux prestations du RPC ou des régimes
généraux des autres pays signataires; et éliminent le
paiement en double de cotisations. Au 31 mars 2009, le
Canada avait des accords de sécurité sociale en vigueur
dans 49 pays.
5
6
Prestations et
dépenses
Le nombre de personnes recevant des prestations du RPC a augmenté de façon régulière au
cours des dix dernières années. Par conséquent, les dépenses ont également augmenté.
Le graphique 1 (page suivante) montre les augmentations annuelles depuis 2005-2006, tandis
que le graphique 2 (page suivante) montre le pourcentage des dépenses du RPC par type
de prestation.
Pensions de retraite
Les pensions de retraite représentent 73 p. 100 du
total des prestations versées par le RPC en 2008-2009.
Le montant des pensions versées à chaque cotisant
dépend du montant total des cotisations qu’il a versées
au RPC, du nombre d’années pendant lesquelles il a
cotisé et de l’âge auquel il commence à toucher des
prestations. En 2009, le versement mensuel maximum
de la pension de retraite s’élevait à 908,75 $; le
montant versé en moyenne était de 492,81 $.
Le RPC offre une certaine souplesse quant à l’âge
de la retraite. Les cotisants peuvent commencer à
recevoir leur pension de retraite dès l’âge de 60 ans,
ou ils peuvent attendre d’avoir 65 ans pour recevoir
des prestations plus élevées. Plus un cotisant attend
avant de toucher sa pension de retraite, plus ses
prestations seront élevées. La pension des personnes
qui commencent à toucher les prestations avant l’âge
de 65 ans est réduite en permanence de 0,5 p. 100 pour
chaque mois précédant leur 65e anniversaire, compte
tenu du fait qu’en moyenne, elles recevront des
prestations sur une plus longue période que les
personnes qui prennent leur retraite à 65 ans. La
pension des personnes qui commencent à toucher
les prestations lorsqu’elles ont entre 65 et 70 ans est
majorée en permanence de 0,5 p. 100 par mois par le
RPC (jusqu’à concurrence de 30 p. 100), étant donné
que ces aînés recevront des prestations pendant une
plus courte période en moyenne.
Comme les Canadiens vivent plus longtemps et en
meilleure santé, un nombre plus élevé d’entre eux
peuvent continuer à travailler à un âge avancé. La
transition du travail à la retraite nécessite donc, pour
ces travailleurs plus âgés et leurs employeurs, une
plus grande souplesse du RPC.
7
Graphique 1 : RPC – Prestations et dépenses par exercice
 Dépenses en prestations
30
28
26
24
22
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
Nombre de prestations (en millions $)
5,5
5,0
4,5
4,0
3,5
3,0
Dépenses en prestations (en milliards $)
 Nombre de prestations
2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009
Graphique 2 : RPC – Pourcentage des prestations versées en 2008-2009
Retraite 73 %
Décès 1 %
Survivant 14 %
Invalidité 12 %
Invalidité 92 %
Survivant 95 %
Enfants de cotisants
atteints d'une
invalidité 8 %
Enfants de
cotisants
décédés 5 %
8
Prestations d’invalidité
Prestations de survivant
Les prestations d’invalidité, versées aux cotisants
admissibles et à leurs enfants, représentent 12 p. 100
du montant total des prestations payées par le RPC
en 2008-2009. En 2009, le montant maximum de la
prestation d’invalidité mensuelle s’élevait à
1 105,99 $; le montant versé en moyenne était de
803,24 $. La prestation d’enfant mensuelle
correspondait à un montant fixe
de 213,99 $.
Les prestations de survivant, versées à l’époux ou au
conjoint de fait survivant de la personne cotisante et à
ses enfants à charge, représentent 14 p. 100 du montant
total des prestations payées par le RPC en 2008-2009.
Le montant mensuel de la prestation de survivant
dépend de plusieurs facteurs, dont l’âge de l’époux ou
du conjoint de fait au moment du décès et le fait que le
bénéficiaire touche ou non d’autres prestations du RPC.
En 2009, le montant maximum de la prestation de
survivant mensuelle versée à l’âge de 65 ans était
de 545,25 $; le montant moyen se situait à 319,82 $.
La prestation d’enfant mensuelle correspondait à
un montant fixe de 213,99 $.
Prestations de décès
Les prestations de décès représentent 1 p. 100 du
montant total des prestations payées par le RPC en
2008-2009. La prestation de décès est un paiement
unique. Le montant maximum payable en 2009 était
de 2 500 $; le paiement moyen se situait à 2 249,60 $.
9
Dispositions
La clause d’exclusion générale
Le RPC comporte des dispositions qui compensent les périodes de faible revenu. La clause d’exclusion générale
permet d’éliminer du calcul 15 p. 100 des plus faibles revenus de la personne, pour compenser les périodes de
revenu faible ou nul, par exemple, en cas de chômage, de maladie ou de retour aux études.
Clause d’exclusion pour élever
des enfants
La clause d’exclusion pour élever des enfants (CEEE)
permet d’exclure du calcul des prestations les années
pendant lesquelles une personne est demeurée à la
maison ou a réduit sa participation à la population
active pour s’occuper d’un enfant de moins de sept ans.
Tous les mois comptés entre la naissance de l’enfant et
le moment où il atteint l’âge de sept ans peuvent être
exclus du calcul des prestations, dans la mesure où le
cotisant répond à tous les critères, y compris le critère
du revenu faible ou nul.
Partage d’une pension et répartition
des crédits de pension
Le RPC comporte d’autres dispositions
en vertu desquelles les époux ou conjoints de
fait peuvent partager leurs pensions (si l’union
est intacte) ou répartir leurs crédits de pension
(en cas de divorce ou de séparation).
10
Processus de
réexamen et d’appel
Trois circonstances permettent de demander le
réexamen d’une décision en matière de prestations
du RPC, ou de la porter en appel. La plupart des
demandes reçues à cet égard portent sur une
demande de prestations d’invalidité.
1. La première possibilité consiste à présenter une
demande au ministre des Ressources humaines
et du Développement des compétences en vue
du réexamen ou de l’examen administratif d’une
demande initiale. En 2008-2009, Service Canada
a procédé à 12 263 réexamens de décisions
concernant des prestations du RPC,
une répartition des crédits de pension ou le
partage d’une pension. Au total, 4 499 décisions
ont été rendues en faveur des clients.
2. Une personne qui n’est pas satisfaite de la
décision rendue au moment du réexamen peut la
porter en appel devant un tribunal de révision. Le
tribunal de révision est un tribunal administratif
sans lien de dépendance avec le gouvernement.
Il est composé de trois personnes choisies par le
Commissaire des tribunaux de révision parmi un
groupe d’experts comptant de 100 à 400 membres
à temps partiel qui sont nommés par le gouverneur
en conseil. Les audiences se tiennent dans plus de
110 emplacements à travers le Canada. Les frais
de déplacement et d’hébergement sont remboursés
aux parties qui doivent se déplacer pour se
rendre à une audience. Les demandeurs peuvent
se représenter eux-mêmes ou faire appel à un
représentant, tandis que le ministre est représenté
par un agent de Service Canada. Les audiences et
les décisions ne sont pas accessibles au public.
En 2008-2009, le Bureau du Commissaire des
tribunaux de révision (BCTR) a reçu 3 951 appels
relatifs au RPC et tenu 3 619 audiences. Le BCTR
a rendu 3 763 décisions, dont 1 597 ont été en
faveur des demandeurs. De plus, 362 autres cas
se sont conclus par un règlement.
3. Une autre possibilité d’appel concernant le
RPC fait intervenir la Commission d’appel des
pensions, un tribunal administratif sans lien de
dépendance avec le gouvernement. Les membres
de la Commission sont des juges ou d’anciens
juges de tribunaux fédéraux ou de la cour
supérieure d’une province. Pour recourir à cette
instance, et avant qu’une audience ne puisse être
tenue, le demandeur ou le ministre doit d’abord
demander l’autorisation de faire appel. Comme les
audiences des tribunaux de révision, les audiences
de la Commission se déroulent dans les grands
centres canadiens. Les frais de déplacement et
d’hébergement sont remboursés pour les parties
convoquées à une audience. Les demandeurs
peuvent se représenter eux-mêmes ou recourir
à un représentant, et le ministre est représenté
par un avocat. Les audiences et les décisions
sont publiques.
11
En 2008-2009, la Commission a reçu 633 demandes d’autorisation de faire
appel. En tout, 76 p. 100 des demandes examinées ont obtenu l’autorisation
d’en appeler. En 2008-2009, la Commission a rendu 661 décisions,
dont 337 (51 p. 100) ont été en faveur des demandeurs.
Les décisions de la Commission d’appel des pensions peuvent être portées
devant la Cour fédérale ou devant la Cour d’appel fédérale pour un examen
judiciaire. La Cour fédérale peut confirmer la décision ou la renvoyer à la
Commission d’appel des pensions pour un nouvel examen.
12
Veiller à la viabilité
financière
En tant qu’administrateurs conjoints du RPC,
les ministres des Finances fédéral et provinciaux
examinent les états financiers du RPC tous les
trois ans et font des recommandations pour indiquer
si les prestations ou les taux de cotisation devraient
être modifiés. Ils fondent leurs recommandations sur
plusieurs facteurs, y compris les résultats de l’examen
du RPC par l’actuaire en chef. En vertu de la loi,
l’actuaire en chef doit produire un rapport actuariel
sur le RPC tous les trois ans (au cours de la première
année de l’examen ministériel triennal du RPC
prescrit par la loi). Les dispositions du RPC prévoient
également que l’actuaire en chef prépare un rapport
actuariel chaque fois qu’un projet de loi déposé au
Parlement a, selon l’actuaire en chef, une incidence
importante sur les estimations du plus récent rapport
actuariel triennal. De cette façon, il est possible de
veiller à ce que les répercussions financières à long
terme des changements proposés au RPC soient
dûment prises en considération.
Les changements aux dispositions du RPC en ce qui
concerne le niveau général des prestations, le taux des
cotisations ou le cadre de la politique de placement
ne peuvent être apportés qu’en vertu d’une loi du
Parlement. Tous ces changements requièrent l’accord
d’au moins deux tiers des provinces participantes
représentant au moins les deux tiers de la population.
Les changements entrent en vigueur seulement
après un préavis de deux ans, à moins que toutes les
provinces renoncent à cette exigence, et une fois que
les décrets provinciaux confirmant les changements
ont été adoptés. Le Québec participe à la prise de
décisions concernant les modifications du RPC, même
s’il administre son propre régime. Il est important que
le Québec prenne part aux modifications du RPC afin
d’assurer la transférabilité des pensions du RRQ et
du RPC dans tout le Canada.
13
• faire passer le taux général d’exclusion de
15 p. 100 à 16 p. 100 en 2012, ce qui permettrait
d’exclure jusqu’à près de 7,5 années de gains
faibles ou nuls de la période de cotisation, et à
17 p. 100 en 2014 pour permettre d’exclure
jusqu’à huit années;
• exiger que les personnes de moins de 65 ans qui
Résultats de l’examen triennal
annoncés en mai 2009
Les résultats du plus récent examen triennal ont été
annoncés conjointement par les ministres des Finances
fédéral, provinciaux et territoriaux le 25 mai 2009.
L’examen a confirmé que le RPC demeure viable
financièrement et qu’il a les assises nécessaires pour
faire face au repli récent du marché. Les Canadiens
peuvent compter sur le RPC au moment de leur
retraite. Les ministres ont également proposé un
certain nombre de changements au RPC, qui seront
graduellement mis en application entre 2011 et 2016;
ils visent à accroître la participation des travailleurs
plus âgés qui prendront bientôt leur retraite ainsi que
l’équité et la souplesse du RPC à l’égard de cette
catégorie de travailleurs. Les changements proposés
comprennent les éléments clés suivants :
• éliminer le critère de cessation du travail en
2012 pour que les particuliers puissent toucher
leurs prestations dès 60 ans sans devoir cesser de
travailler, ni réduire leurs gains;
touchent une pension de retraite et qui continuent
de travailler, ou qui retournent au travail, cotisent
au RPC de façon à accumuler davantage de
prestations de retraite;
• permettre aux personnes de 65 à 70 ans qui
reçoivent une pension de retraite et qui continuent
de travailler, ou qui retournent au travail, de
choisir de ne pas cotiser au RPC;
• ajuster graduellement les pensions des personnes
qui commencent à toucher leur pension de retraite
précocement (entre 60 et 64 ans) et celles des
personnes qui le font tardivement (entre 65 et
70 ans) pour garantir l’équité des valeurs
actuarielles;
• exiger un examen périodique des ajustements
apportés au RPC.
Pour en savoir plus sur les conclusions de l’examen,
veuillez consulter le site Web suivant :
http://www.fin.gc.ca/n08/09-051-fra.asp.
14
Rapports actuariels
Le 29 octobre 2007, le ministre des Finances a déposé
au Parlement le Vingt-troisième rapport actuariel. Le
rapport fait état de la situation financière du RPC au
31 décembre 2006 et renferme des renseignements
utiles pour évaluer la viabilité financière du RPC à
long terme, dans l’hypothèse où les dispositions du
RPC demeurent inchangées. Le prochain rapport
triennal réglementaire, qui devrait être terminé avant
la fin de 2010, présentera la situation en date du
31 décembre 2009. Il tiendra compte de la récente
crise financière et des autres éléments liés à la
conjoncture économique actuelle ainsi que des
changements proposés récemment annoncés par
les ministres des Finances fédéral et provinciaux.
Approche du financement
Lorsqu’il a été instauré en 1966, le RPC était
un régime par répartition, assorti d’une petite
réserve. Cela signifiait que les prestations versées
à une génération provenaient, en grande partie, des
cotisations payées par les générations suivantes.
Cette approche était logique compte tenu de la
situation qui prévalait à l’époque sur les plans
économique, financier et démographique. La période
en question se caractérisait par une croissance rapide
des salaires et de la participation au marché du travail,
et par un faible rendement du capital investi.
Toutefois, sous l’effet des transformations
démographiques et économiques de même que
des changements apportés aux prestations dans les
trois décennies qui ont suivi, les coûts sont devenus
beaucoup plus importants. Lorsque les ministres des
Finances fédéral et provinciaux ont commencé leur
examen quinquennal réglementaire des finances du
RPC en 1996, les taux de cotisation, qui, d’après la
loi, devaient déjà atteindre 10,1 p. 100 en 2016,
allaient encore devoir être augmentés en vue
d’atteindre un taux de 14,2 p. 100 d’ici 2030, et
ce, pour que le RPC puisse conserver un mode de
financement par répartition. En perpétuant cette façon
de faire, cela aurait imposé un lourd fardeau financier
aux travailleurs canadiens dans 25 ans, ce que les
gouvernements fédéral et provinciaux ont
jugé inacceptable.
Ainsi, en 1998, des modifications ont été apportées
pour accroître progressivement le taux de financement
du RPC, c’est-à-dire une augmentation des taux de
cotisation à court terme, une réduction de la croissance
des prestations à long terme et un investissement de
liquidités dans les marchés privés. Cette dernière mesure
devait être appliquée par l’intermédiaire de l’Office
d’investissement du RPC (OIRPC) pour accroître
les taux de rendement. Une autre modification visait
à s’assurer que les ministres des Finances fédéral et
provinciaux prennent en considération la capitalisation
intégrale de toute nouvelle prestation ou augmentation
des prestations. L’importante réforme du RPC convenue
par le gouvernement fédéral et les provinces en 1997 a
entraîné d’importants changements aux dispositions de
financement et de capitalisation du RPC, notamment :
• l’instauration du principe de la capitalisation de
régime permanent pour remplacer le financement
par répartition afin de constituer une réserve
d’actifs, équivalant au fil du temps à environ
cinq ans et demi de dépenses en prestations ou à
environ 25 p. 100 du passif du RPC. Les revenus
de placement à l’égard de cette réserve d’actifs
permettront de payer les prestations au moment où
la cohorte des baby-boomers partira à la retraite;
• l’instauration du principe de la capitalisation
intégrale supplémentaire fondé sur la
capitalisation intégrale des modifications
apportées au RPC qui ont pour effet d’accroître
ou d’ajouter des nouvelles prestations. Autrement
dit, le coût des prestations additionnelles est
payé à mesure qu’elles sont acquises, et celui
des prestations versées avant d’être acquises
est amorti et payé sur une période déterminée,
conformément à la pratique actuarielle reconnue.
Ces deux principes de capitalisation ont été établis pour
accroître l’équité entre les générations. Le passage à la
capitalisation de régime permanent a quelque peu allégé
le fardeau financier des cotisations sur les générations
futures. Selon la capitalisation intégrale, il est plus
probable que chaque génération qui bénéficiera d’une
bonification des prestations en paiera le coût total pour
que ce dernier ne soit pas transmis aux générations
futures. L’obligation de capitalisation intégrale a été
entérinée dans les nouveaux règlements pris en vertu
du projet de loi C-36 adopté le 3 mars 2008.
15
Financement
Selon le Vingt-troisième rapport actuariel de l’actuaire
en chef, le montant des cotisations dépassera celui
des prestations versées jusqu’en 2019. Les fonds qui
ne sont pas immédiatement requis pour payer les
prestations seront transférés à l’OIRPC en vue d’être
investis. On s’attend à une croissance rapide de l’actif
du RPC au cours de cette période, ce qui aidera à
payer, à plus long terme, les prestations au fur et à
mesure que le nombre de baby-boomers touchant une
pension de retraite augmentera. À compter de 2020,
lorsque la plupart des baby-boomers auront pris leur
retraite et que le montant des prestations versées
commencera à dépasser les cotisations, les fonds
nécessaires pour combler la différence proviendront
des revenus de placement tirés des actifs accumulés.
Cependant, les cotisations demeureront la principale
source de financement des prestations.
Grâce à la modification de l’approche de financement,
le RPC est passé d’un financement par répartition
(assorti d’une petite réserve) à une capitalisation
plus intégrale.
Selon le Vingt-troisième rapport actuariel, le RPC était
financé à 15 p. 100 (avec un passif non capitalisé de
620 milliards de dollars au 31 décembre 2006), et on
prévoit qu’il sera financé à 25 p. 100 d’ici 2025,
c’est-à-dire que les actifs du RPC couvriront environ
25 p. 100 des obligations, comparativement à
environ 7 p. 100 au moment de l’entente de 1997.
L’adoption d’une approche de capitalisation intégrale,
par opposition au financement de régime permanent,
aurait fini par éliminer le passif non capitalisé, mais
aurait aussi créé une iniquité entre les générations.
Pendant la transition, les cotisants de certaines
générations auraient eu à verser des cotisations
beaucoup plus élevées que d’autres; ils auraient eu
à payer pour les prestations des personnes déjà à la
retraite ainsi que pour la constitution d’une réserve
visant à couvrir leurs propres pensions de retraite.
Le maintien d’une approche par répartition aurait
également été injuste, puisque cela se serait traduit
par une hausse marquée du taux de cotisation au cours
des décennies à venir. L’approche de capitalisation
partielle est plus équitable pour toutes les générations.
Le taux de cotisation adéquat et viable, qui correspond
actuellement à 9,9 p. 100, est une mesure plus
probante de la santé financière du RPC au fil des ans
que le passif non capitalisé enregistré à un moment
précis. Selon le Vingt-troisième rapport actuariel, au
31 décembre 2006, malgré la forte hausse prévue du
nombre de prestations à payer au fur et à mesure que la
population vieillira, on s’attend à ce que le RPC puisse
s’acquitter de ses obligations tout au long de la période
de prévision. En plus de représenter un juste équilibre
entre les deux approches, le RPC financé en partie
aide à diversifier le financement du régime de revenu
de retraite du Canada, qui comprend également les
éléments suivants :
• le Programme de la sécurité de la vieillesse (SV),
financé par les recettes du gouvernement fédéral;
• l’épargne des particuliers, y compris les régimes
de pension à impôt différé entièrement financés
par l’employeur et les régimes enregistrés
d’épargne-retraite (REER).
Une approche de financement diversifiée permet
d’avoir au Canada un régime de revenu de retraite qui
est moins exposé aux fluctuations de la conjoncture
économique et aux changements démographiques que
les régimes d’autres pays reposant sur une méthode de
financement unique. En outre, l’approche canadienne
en matière de pensions, fondée sur une combinaison
de pensions gouvernementales et privées, constitue un
moyen efficace de satisfaire aux besoins en revenus
de retraite.
16
Responsabilité
financière
Depuis l’exercice 1999-2000, la méthode de
comptabilité d’exercice est utilisée pour consigner les
recettes et les dépenses du RPC. Cette méthode permet
aux administrateurs d’obtenir un portrait financier
détaillé et de procéder à un meilleur appariement des
recettes et des dépenses pour l’exercice durant lequel
ces opérations ont lieu.
En date du 31 mars 2009, l’actif net de l’Office
d’investissement du RPC (OIRPC) totalisait
105,5 milliards de dollars. Cet actif net est constitué
de cotisations et de revenus de placement accumulés
depuis la création du RPC en 1966, moins les prestations
et les frais d’administration pour la même période.
Compte du RPC
Un compte distinct, le Compte du RPC, a été établi
dans les comptes du gouvernement du Canada pour
comptabiliser les éléments financiers du RPC : les
cotisations, les intérêts, les pensions acquises et autres
prestations versées, ainsi que les frais d’administration.
Les montants transférés au Fonds de placement du
RPC et à l’OIRPC y figurent au même titre que les
montants reçus de ces organismes. Le pouvoir de
dépenser se limite à l’actif net du RPC. L’actif du
RPC ne fait pas partie des recettes et des dépenses
du gouvernement fédéral.
En vertu du projet de loi C-3 (Loi modifiant le
Régime de pensions du Canada et la Loi sur l’Office
d’investissement du régime de pensions du Canada),
entré en vigueur le 1er avril 2004, l’OIRPC est chargé
d’investir les fonds non utilisés après que les besoins
opérationnels du RPC ont été comblés; le gouvernement
du Canada assume la gestion du solde de fonctionnement
du Compte du RPC.
Office d’investissement du RPC
L’OIRPC est né d’une loi adoptée au Parlement en
décembre 1997. Il a été créé pour placer les fonds non
requis par le RPC pour payer les prestations courantes.
Il est régi et géré de manière indépendante du RPC.
C’est une société d’État spécifiquement conçue par
les ministres des Finances fédéral et provinciaux qui
doit intervenir, sans lien de dépendance à l’égard des
gouvernements, dans le secteur privé des marchés
financiers, tout en conservant une importante
responsabilité à l’égard du public. L’OIRPC est un
organisme professionnel de gestion de placements dont le
siège social est situé à Toronto et qui compte des bureaux
à Londres et à Hong Kong. D’après la loi, son mandat
consiste à gérer les fonds transférés du RPC dans le
meilleur intérêt des cotisants et des bénéficiaires du RPC.
De même, l’OIRPC investit les actifs du RPC en vue
d’atteindre un taux de rendement maximum, sans risque
inacceptable de pertes. L’OIRPC doit aussi tenir compte
des facteurs qui peuvent influer sur le financement du
RPC et sur la capacité de ce dernier de respecter ses
obligations financières.
L’OIRPC a une vision d’investissement à long terme.
Selon le plus récent rapport de l’actuaire en chef du
Canada, les revenus de cotisations au RPC seront
supérieurs au total des versements et des dépenses
pendant de nombreuses années encore, et le RPC n’aura
pas besoin de fonds provenant de revenus de placement
avant 2019.
Pour en savoir plus sur le mandat, la structure de
gouvernance et la politique d’investissement de l’OIRPC,
veuillez consulter le site Web suivant : www.oirpc.ca.
Actif et gestion des fonds du RPC
En vertu de la loi de 2004 (projet de loi C-3), le RPC
doit également transférer à l’OIRPC tous les fonds
excédentaires – une fois assumées les dépenses liées aux
prestations et à l’administration – en vue d’obtenir un
17
meilleur rendement. Le RPC produit des prévisions
de trésorerie pour déterminer les fonds qui
seront transférés vers l’OIRPC ou à partir de l’OIRPC.
Ces prévisions sont mises à jour périodiquement.
Le RPC travaille toujours en étroite collaboration avec
l’OIRPC, différents ministères et les banques afin de
coordonner les transferts et de gérer un processus très
rigoureux. Le cadre de contrôle mis en place permet
de veiller à ce que le processus de transfert soit suivi
adéquatement et à ce que toutes les mesures de contrôle
soient respectées. Par exemple, le RPC obtient des
confirmations à toutes les étapes critiques des transferts
et peut donc surveiller l’acheminement des fonds d’un
point à l’autre.
Actif de l’Office d’investissement
du RPC
Au 31 mars 2009, l’actif net de l’OIRPC s’élevait à
105,5 milliards de dollars, répartis comme suit :
46,5 milliards de dollars en actions de sociétés ouvertes
cotées en bourse; 14,1 milliards de dollars en actions
de sociétés fermées des marchés privés; 29,4 milliards
de dollars en obligations, autres titres de créances,
titres du marché monétaire et stratégies de rendement
absolu; 15,6 milliards de dollars en biens immobiliers
publics et privés, en obligations indexées sur l’inflation
et en infrastructures. Pour l’exercice terminé
le 31 mars 2009, le rendement du capital investi a
affiché un taux négatif de 18,6 p. 100. Pour ce qui est
du rendement relatif, le fonds a généré un rendement
identique à celui du portefeuille de référence au cours
de l’exercice 2009, dégageant une valeur ajoutée d’un
point de base par rapport à l’indice de référence. Au
cours des trois exercices depuis l’établissement du
portefeuille de référence du RPC, l’actif de l’OIRPC
s’est élevé à 487 points de base – ou environ
5,3 milliards de dollars – au-dessus de cet indice
de référence du marché. Le rendement annualisé
sur dix exercices s’est établi à 4,3 p. 100, ce qui
représente un revenu de placement de 24,2 milliards
de dollars.
Investir pour notre avenir
Afin de remplir son mandat multigénérationnel qui
consiste à aider à répondre aux besoins financiers
du RPC à long terme, l’OIRPC privilégie les
investissements à long terme axés sur une vision
d’avenir.
La stratégie de placement de l’OIRPC repose sur
l’établissement d’un portefeuille hautement diversifié –
divisé par catégories d’actifs, par régions géographiques
ainsi que par programmes de placement à gestion active
et passive. Les investissements se font dans cinq grandes
catégories de risque et de rendement : placements en
actions de sociétés ouvertes et en actions de sociétés
fermées, valeurs à revenu fixe, placements en biens
immobiliers publics et privés et en infrastructures.
Comme pour tous les fonds de pension importants,
l’OIRPC cherche les occasions d’accroître les
investissements dont la valeur égale et surpasse le taux
général d’inflation. Ces investissements comprennent
des éléments d’actif sensibles aux effets de l’inflation :
des biens immobiliers, surtout des immeubles à vocation
commerciale; des infrastructures, essentiellement en
Amérique du Nord et en Europe occidentale; et des
obligations indexées sur l’inflation.
L’OIRPC fait appel à ses ressources internes et aux
partenariats avec des gestionnaires de placements
externes pour bâtir son portefeuille global. Afin de gérer
la complexité croissante et la portée géographique de
ses programmes de placement, l’OIRPC a augmenté
considérablement le nombre de professionnels en
placements spécialisés au sein de son équipe au cours
des trois dernières années.
Rapports de l’Office
d’investissement du RPC
L’OIRPC produit un rapport chaque trimestre. Selon la
loi, l’OIRPC doit organiser au moins une fois tous les
deux ans une assemblée publique dans chacune des
neuf provinces participantes. C’est l’occasion de
présenter le plus récent rapport annuel et de permettre
au public de poser des questions sur les politiques,
les opérations et les projets à venir de l’OIRPC.
Les dernières assemblées ont eu lieu
en juin 2008.
18
Gestion
du RPC
Recueillir et enregistrer les
cotisations
Les cotisations au RPC sont prélevées sur des gains
se situant entre un niveau minimum et un niveau
maximum. Le minimum (qui demeure constant) est
de 3 500 $, tandis que le maximum est rajusté
annuellement compte tenu de la croissance du
salaire canadien moyen dans l’industrie. Le montant
maximum de gains ouvrant droit à pension au
1er janvier 2009 était de 46 300 $ (par rapport à
44 900 $ en 2008). Le cotisant cesse de verser des
cotisations lorsqu’il atteint l’âge de 70 ans ou qu’il
commence à recevoir une pension de retraite ou une
prestation d’invalidité du RPC.
Le taux de cotisation de 2008-2009 était de 9,9 p. 100,
divisé également entre l’employé et l’employeur. Les
travailleurs autonomes paient les deux portions, soit
9,9 p. 100. Les employeurs et les employés versent
environ 94 p. 100 des cotisations; les 6 p. 100 qui
restent proviennent des travailleurs autonomes. En
2008-2009, les cotisations ont totalisé 36,5 milliards
de dollars.
Toutes les cotisations au RPC sont remises à l’Agence
du revenu du Canada (ARC). L’ARC évalue et
vérifie les gains et les cotisations, conseille les
employeurs et les employés au sujet de leurs droits
et responsabilités, effectue des vérifications et fait
les rapprochements voulus entre les rapports et les
relevés T4. Pour confirmer que les exigences en
matière de cotisations sont respectées, l’ARC utilise
un processus de conformité et d’application qui peut
aller d’un rapprochement de données informatisées à
une vérification sur place. Il y a environ 1,6 million
de comptes d’employeurs. En 2008-2009, l’ARC a
effectué 48 062 vérifications pour faire respecter les
règles concernant la retenue à la source des cotisations,
leur déclaration et leur remise.
19
Prestations payées en trop
Conformément à son mandat, qui consiste à gérer
le RPC de façon efficace, Ressources humaines et
Développement des compétences Canada (RHDCC)
a adopté une marche à suivre lui permettant de vérifier si
des prestations ont été payées en trop. Durant l’exercice
2008-2009, on a détecté des versements excédentaires
totalisant 31 millions de dollars, dont 24 millions ont
été recouvrés. Par ailleurs, on a consenti des remises de
dette totalisant 3 millions de dollars, et les 4 millions de
dollars restants représentent une augmentation nette des
comptes débiteurs pour l’exercice.
Charges d’exploitation
En 2008-2009, l’administration du RPC a coûté
environ 694 millions de dollars. RHDCC a compté
pour la majeure partie de ces coûts, soit 345 millions
de dollars. Pour les services au RPC, l’ARC et la
Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont eu besoin
d’environ 146 millions de dollars, et Travaux publics
et Services gouvernementaux Canada, d’environ
12 millions de dollars. Le Bureau du surintendant des
institutions financières (BSIF), où se trouve le Bureau
de l’actuaire en chef, a compté pour environ 2 millions
de dollars. L’Office d’investissement du RPC (OIRPC)
a engagé des frais de fonctionnement de 189 millions
de dollars.
Les charges d’exploitation du RPC, qui s’élèvent à
694 millions de dollars pour 2008-2009, représentent
2,4 p. 100 des 29 milliards de dollars de prestations
versées. Ces chiffres se comparent très favorablement à
ceux d’autres régimes de pension. De même, les charges
d’exploitation du RPC se comparent favorablement
à celles des REER. Le tableau 1 présente les charges
d’exploitation du RPC des deux dernières années.
Tableau 1 : Charges d’exploitation du RPC en 2008-2009 et 2007-2008
Dépenses (en millions de dollars)
Ministère/Organismes/Sociétés d’État
2008-2009
2007-2008
RHDCC
345
291
OIRPC
189
154
ARC/GRC
146
140
TPSGC
12
12
BSIF/Finances Canada
2
2
Total
694
599
20
Prestation de
services améliorée
Service Canada est le guichet unique du gouvernement
du Canada pour les services aux Canadiens. De concert
avec d’autres ministères et organismes fédéraux
ainsi qu’avec d’autres ordres de gouvernement, il
permet aux Canadiens d’accéder facilement à un
éventail grandissant de programmes et de services
gouvernementaux.
En 2008-2009, Service Canada a continué de déployer
des efforts afin d’aider la population canadienne à
mieux comprendre les pensions gouvernementales et
le régime de revenu de retraite, et afin d’encourager les
Canadiens à planifier activement leur retraite et à s’y
préparer. L’information concernant le RPC est offerte
sous forme imprimée, sur Internet, dans les bureaux
locaux, par téléphone et aux guichets électroniques des
bureaux gouvernementaux et des immeubles publics.
De plus, le contact personnalisé avec le client continue
d’être une priorité.
Au cours de l’exercice, Service Canada a fait parvenir
des états de compte du cotisant personnalisés à
581 588 personnes âgées de 18 à 70 ans. Les états
étaient accompagnés de renseignements sur le régime
de revenu de retraite du Canada et sur la marche à
suivre pour présenter une demande en ligne. En outre,
17 621 états de compte du cotisant ont été envoyés
à des personnes de plus de 70 ans. Ces états étaient
accompagnés d’une lettre invitant les personnes à
demander les prestations du RPC, d’un formulaire de
demande de pension de retraite du RPC, d’un feuillet
de renseignements et d’une enveloppe-réponse.
Prestation de services en ligne
Service Canada s’efforce constamment de mettre en
place de nouvelles options Web en libre-service et à
améliorer celles qui existent déjà. Les clients peuvent
maintenant demander une plus vaste gamme de
renseignements et effectuer un plus grand nombre de
transactions par voie électronique. Ils ont également
accès à des renseignements plus regroupés sur les
prestations connexes à partir d’un seul site protégé.
Une promotion à plus grande échelle de l’application
Web relative aux prestations de retraite du RPC en a
fait grimper le taux d’utilisation.
Les cotisants au RPC peuvent visionner en ligne et
imprimer une copie de leur état de compte du cotisant.
Cette version imprimée est maintenant considérée
comme ayant valeur juridique, à moins d’être contestée
devant un tribunal. Si la valeur juridique de cet état de
compte du cotisant est contestée, les cotisants peuvent
également utiliser le service en ligne pour demander
qu’on leur envoie par la poste un état de compte
officiel.
Les clients qui reçoivent des prestations du RPC ou
de la Sécurité de la vieillesse (SV) peuvent
visionner et imprimer une copie de leurs feuillets de
renseignements fiscaux antérieurs. Il est possible de
remonter jusqu’à 2003 ou six années en arrière plus
l’année en cours. Les clients peuvent également choisir
de cesser de recevoir leurs feuillets de renseignements
fiscaux par la poste ou choisir de les recevoir à
nouveau par la poste s’ils ont demandé de faire
cesser les envois. S’ils vivent au Canada, ils peuvent
aussi modifier en ligne leur adresse postale ou leurs
renseignements aux fins du dépôt direct.
Traitement des prestations
En 2008-2009, le Ministère a traité 260 996 demandes
de prestations de retraite, dont 91 p. 100 ont été
payées au cours du premier mois d’admissibilité du
bénéficiaire (voir le tableau 2 à la page suivante).
21
Pendant la même période, 66 493 demandes initiales
de prestations d’invalidité ont été traitées. Des décisions
concernant 84 p. 100 de toutes les demandes initiales
de prestations d’invalidité du RPC, qui sont complexes
et exigent des renseignements médicaux, ont été
rendues dans les 120 jours civils suivant la réception
de la demande dûment remplie. Les communications
améliorées avec les clients et avec leur médecin ont
permis au personnel de prendre des décisions éclairées
et aidé les demandeurs de prestations d’invalidité du
RPC à mieux comprendre les raisons justifiant
les décisions.
Tableau 2 : Statistiques concernant le traitement des demandes
Mesures nationales
Objectif
national
Données
nationales
2008-2009
85 %
91 %
75 %
84 %
70 %
77 %
Demandes de prestations de retraite du RPC :
Pourcentage des demandes où les prestations ont été payées dès le premier
mois d’admissibilité
Demandes de prestations d’invalidité du RPC (décisions initiales) :
Pourcentage des demandes où la décision initiale a été rendue dans
les 120 jours civils suivant la réception de la demande
Prestations d’invalidité du RPC (décisions de réexamen) :
Pourcentage de décisions de réexamen rendues dans les 120 jours civils
suivant la réception de la demande
22
Regard vers l’avenir
Moderniser la prestation
de services
En 2008-2009, Service Canada a poursuivi la
modernisation de l’exécution du programme du RPC
grâce aux progrès de la technologie de l’information
utilisée pour fournir les prestations et les services. Le
personnel a accès à l’ensemble des données sur les
clients et sur les prestations du RPC et de la Sécurité
de la vieillesse (SV), à l’historique des prestations
payées et à un relevé de toutes les cotisations versées
par un cotisant au RPC, ce qui lui permet de procéder
aux opérations de suivi nécessaires en temps réel pour
mieux servir les clients dès la première interaction
avec ces derniers. Un système automatisé de
décisions sur les pensions du RPC (détermination de
l’admissibilité et calcul du montant des prestations)
assure l’exactitude et le versement en temps opportun
des prestations. Au début de 2009, on a élargi
l’automatisation des décisions au reste des applications
relatives aux demandes de prestations du RPC pour
offrir les mêmes avantages de qualité à tous les clients
du RPC, quelle que soit la prestation.
Système d’exécution du
renouvellement de la technologie
de l’information (SERTI)
Comme la population vieillit et que de plus en plus de
Canadiens deviennent admissibles à des prestations du
RPC et ont besoin de plus de services, Service Canada
continue de remplacer par un système modernisé les
systèmes de technologie de l’information devenus
désuets. En adoptant une approche de modernisation
graduelle, le personnel a pu maintenir le service à
la clientèle, éviter les risques d’un changement à
grande échelle et réussir à introduire de nouvelles
capacités importantes. L’automatisation des décisions
sur les demandes de pension a amélioré l’intégrité du
programme et les services en ligne, et offert plus de
choix aux clients. L’utilisation de la technologie et la
rationalisation des processus permettront à Service
Canada de diminuer la complexité du processus de
demande, de simplifier la gestion des cotisations du
RPC et de mettre encore plus l’accent sur la satisfaction
des besoins de la clientèle.
Assurer l’intégrité du programme
du RPC
L’intégrité est essentielle à la prestation de services axés
sur les citoyens. Elle est indispensable pour renforcer la
confiance de la population envers les pouvoirs publics
et permet de veiller à ce que les personnes reçoivent à
temps les prestations auxquelles elles ont droit.
L’intégrité du programme du RPC est assurée en partie
par des mécanismes de contrôle et des procédures
visant spécifiquement à garantir l’exactitude des
prestations versées et la pertinence des services offerts.
Service Canada a conçu le cadre de gestion de la
qualité à l’échelle de l’organisation pour tenir compte
des recommandations du rapport de 2006 du Bureau
du vérificateur général. Ce cadre permet d’organiser
des activités de saine gestion et d’examiner sous
diverses perspectives la prestation des services.
23
Compte tenu de ce cadre, on a fait de la vérification
de l’exactitude du paiement du RPC un processus
régulier en avril 2008. De cette façon, Service Canada
peut remonter aux causes et aux sources des erreurs
monétaires et leur attribuer une valeur en dollar.
Les conclusions de ces vérifications donnent des
renseignements statistiques qui servent à améliorer
l’exécution du programme du RPC et à soutenir
l’intégrité du fonds du RPC.
Par ailleurs, toujours en vertu de ce cadre, Service Canada
travaille à la création d’un programme de gestion de
la qualité à l’échelle de l’organisation qui permettra
d’analyser la prestation des services selon diverses
perspectives et reposera sur une approche efficace de la
gestion axée sur les résultats. La fonction de l’intégrité
du programme comprendra des améliorations aux
vérifications de l’exactitude du paiement du RPC; d’autres
techniques et méthodes seront incluses pour suivre,
cerner et évaluer de façon continue les risques dans les
mécanismes de contrôle des processus qui mènent à
des erreurs, à des abus ou à des fraudes. Cette fonction
contribuera à l’intégrité et à l’efficience du traitement des
prestations du RPC par les moyens suivants :
•
améliorer la détermination et l’évaluation des
risques internes et externes associés à des lacunes
dans les processus et les mécanismes de contrôle;
•
cerner les causes profondes des erreurs;
•
promouvoir l’élaboration et la mise en œuvre
de mesures correctives, le cas échéant;
•
soutenir les activités de modernisation avant
et après la mise en œuvre;
•
fournir l’information requise pour mieux orienter
et éclairer l’organisation sur les risques plus
grands à étudier, à contrôler et à atténuer.
Service Canada améliore d’une manière plus
approfondie l’intégrité du programme du RPC en
effectuant des enquêtes administratives et d’autres
activités d’intégrité dans les situations à haut risque.
Ces activités aident à déceler les erreurs dans le
paiement des prestations, à les résoudre et à les
prévenir, et à lutter contre les fraudes et les abus
éventuels. En 2008-2009, Service Canada a mené
plus de 3 200 interventions en matière d’intégrité
sur l’admissibilité et le droit aux prestations, ce qui a
permis d’économiser 34 millions de dollars au RPC.
Joindre tous les Canadiens
En 2008-2009, la Division des partenariats et de
l’engagement de Ressources humaines et Développement
des compétences Canada (RHDCC) a poursuivi ses
activités en collaboration avec des tierces parties
(p. ex. organisations qui sont le « premier
point de contact ») afin de les renseigner
davantage sur les prestations du RPC et
de la SV et d’encourager les personnes
à demander les prestations
auxquelles elles ont droit. En
se fondant sur la recherche
et les tendances, la Division
s’efforce de joindre des gens
que l’on ne pourrait pas
informer par les modes de
communication traditionnels.
La Division collabore également
avec des fournisseurs de
services qui ont des liens directs
avec ces Canadiens difficiles à joindre. En 2008-2009, les
populations prioritaires de la Division étaient notamment
les aînés immigrants, les aînés autochtones et les aînés
à faible revenu (y compris les aînés sans abri ou qui
risquent de le devenir), les handicapés, les personnes qui
seront bientôt à la retraite et les jeunes Canadiens. On
continue à concevoir et à réaliser des activités de liaison
avec le public pour mieux faire connaître et comprendre
les prestations du RPC et de la SV parmi ces fournisseurs
de services, de façon à ce qu’ils puissent diffuser à leur
tour et en temps opportun des renseignements exacts à
leurs clients au sujet de ces prestations.
Ces dernières années, RHDCC et Service Canada ont
conjugué leurs efforts pour expliquer aux Canadiens
ce qu’ils peuvent attendre de leur régime de pension
gouvernemental et comment se préparer à la retraite.
Désireux de servir tous les Canadiens, le Ministère
et ses partenaires continueront d’améliorer et de
personnaliser le programme du RPC.
24
Régime de pensions du Canada
États financiers consolidés pour l’exercice terminé
le 31 mars 2009
25
Régime de pensions du Canada
Régime de pensions du Canada
Responsabilité de la direction à l’égard des états financiers
Responsabilité
de la du
direction
l’égard
des états
Les états financiers consolidés
Régime de à
pensions
du Canada
ont étéfinanciers
dressés, conformément aux
principes comptables généralement reconnus du Canada pour le secteur public, par la direction de
Ressources
humaines
et Développement
compétences
Canadaont
(leété
Ministère).
Les
états financiers
consolidés
du Régimedes
de pensions
du Canada
dressés, conformément aux
principes comptables généralement reconnus du Canada pour le secteur public, par la direction de
Ressources
humaines
Développement
des compétences
Canada
Ministère).
La direction répond
de et
l’intégrité
et de l’objectivité
de l’information
qui(le
y figure,
y compris les montants devant
être nécessairement fondés sur les meilleures estimations et le jugement. L’information financière que
La
direction
répond de
l’intégrité
et de avec
l’objectivité
definanciers.
l’information qui y figure, y compris les montants devant
renferme
le Rapport
annuel
concorde
les états
être nécessairement fondés sur les meilleures estimations et le jugement. L’information financière que
Afin de s’acquitter
deannuel
ses responsabilités,
direction
élabore et maintient des systèmes de contrôle interne
renferme
le Rapport
concorde aveclales
états financiers.
et des procédures à l’appui de ceux-ci. Ils visent à fournir une assurance raisonnable quant à la protection de
Afin actif
de s’acquitter
de ses
la direction
élabore etet
maintient
systèmes
contrôle
interne
son
et au fait que
les responsabilités,
registres sont tenus
convenablement
que les des
opérations
sontdedûment
autorisées
et sont
conformes à la
loi surdeleceux-ci.
Régime Ils
devisent
pensions
du Canada
et à la Loiraisonnable
sur la gestion
desàfinances
des procédures
l’appui
à fournir
une assurance
quant
la protection de
publiques
qu’à
leurs
afférents.
Ces contrôles comprennent
l’établissement
d’une autorisées
structure
son actif etainsi
au fait
que
les règlements
registres sont
tenus convenablement
et que les opérations
sont dûment
et sont conformesqui
à laprévoit
loi surune
le Régime
de pensions
du Canada
et à la Loi sur
la gestion
des de
finances
organisationnelle
séparation
bien définie
des responsabilités
et de
l’obligation
rendre
publiques
qu’à leurs
règlements
afférents.
Ces
contrôles
l’établissement
structure
compte, laainsi
sélection
et la formation
d’un
personnel
qualifié
et lacomprennent
communication
des politiquesd’une
et des
organisationnelle
qui l’organisation.
prévoit une séparation
bien définie
dessont
responsabilités
de l’obligation
de rendre
directives
dans toute
Les contrôles
internes
examinés et et
évalués
par les vérificateurs
compte,
la sélection
et la formation d’un
qualifié
et la communication
des politiques
et des
internes et
externes conformément
à leurpersonnel
vérification
respective.
La direction examine
également
les
directives
dans toute
Les contrôles
internes
sont examinés
et évalués
les vérificateurs
recommandations
quel’organisation.
font les vérificateurs
internes
et externes
en vue d’améliorer
le par
contrôle
interne.
internes et externes conformément à leur vérification respective. La direction examine également les
La vérificatrice générale
du les
Canada,
vérificateur
externe
du Régime
de pensions
duleCanada,
effectué une
recommandations
que font
vérificateurs
internes
et externes
en vue
d’améliorer
contrôleainterne.
vérification indépendante des états financiers consolidés conformément aux normes de vérification
La
vérificatricereconnues
générale du
externeson
du rapport
Régimeàde
du Canada,
a effectué
uneet
généralement
duCanada,
Canada vérificateur
et elle a présenté
la pensions
ministre des
Ressources
humaines
vérification
indépendante
des états financiers consolidés conformément aux normes de vérification
du Développement
des compétences.
généralement reconnues du Canada et elle a présenté son rapport à la ministre des Ressources humaines et
du Développement des compétences.
L’agent principal des finances intérimaire de
La sous-ministre de
Ressources humaines et
Ressources humaines et
L’agent
principal des compétences
finances intérimaire
de
La sous-ministre
de Canada,
Développement
Canada,
Développement
des compétences
Ressources humaines et
Ressources humaines et
Développement des compétences Canada,
Développement des compétences Canada,
Le 21 août 2009
Le 21 août 2009
Michael J. Saucier, CMA
Janice Charette
Michael J. Saucier, CMA
Janice Charette
26
27
Régime de pensions du Canada
État consolidé de l’actif net
31 mars
Actif
Encaisse (note 3)
Créances (note 4)
Placements (tableau, note 6)
Créances au titre des opérations en cours (tableau, note 6)
Autres actifs
Passif
Créditeurs et charges à payer (note 8)
Passifs liés aux placements (tableau, note 6)
Dettes au titre des opérations en cours (tableau, note 6)
Actif net
2009
2008
(en millions de dollars)
95
4 796
109 198
3 245
38
109
4 264
126 208
4 471
26
117 372
135 078
468
2 149
4 733
392
1 478
6 423
7 350
8 293
110 022
126 785
Engagements (note 12)
Éventualités (note 13)
Les notes complémentaires et le tableau consolidé font partie intégrante des présents états financiers
consolidés.
Approuvé par :
L’agent principal des finances intérimaire de
Ressources humaines et
Développement des compétences Canada,
La sous-ministre de
Ressources humaines et
Développement des compétences Canada,
Michael J. Saucier, CMA
Janice Charette
4
28
Régime de pensions du Canada
État consolidé de l’évolution de l’actif net
Exercice terminé le 31 mars
2009
2008
(en millions de dollars)
126 785
119 831
36 506
35 346
(17 841)
(9 326)
1 568
2 179
326
(93)
(383)
(23 570)
3 783
(8 013)
1 668
2 383
268
(113)
(233)
(257)
12 936
35 089
21 140
3 786
3 326
278
288
215
(28)
29 005
19 838
3 661
3 303
274
271
217
(28)
27 536
694
599
29 699
28 135
(Diminution) augmentation nette de l’actif net
(16 763)
6 954
Actif net à la fin de l’exercice
110 022
126 785
Actif net au début de l’exercice
Augmentation
Cotisations
Perte de placement nette (note 9)
Gains (pertes) réalisé(e)s
Pertes non réalisées
Revenus d’intérêts
Revenus de dividendes
Autres revenus
Coûts de transaction
Frais de gestion de placements
Diminution
Pensions et prestations
Retraite
Survivant
Invalidité
Enfant de cotisant invalide
Décès
Orphelin
Trop-payés nets
Charges d’exploitation (note 10)
Les notes complémentaires et le tableau consolidé font partie intégrante des présents états financiers
consolidés.
5
29
Régime de pensions du Canada
État consolidé des flux de trésorerie
Exercice terminé le 31 mars
Activités d’exploitation
Encaissements
Cotisations
Dividendes sur placements
Intérêts sur placements
Autres revenus de placements
Décaissements
Pensions et prestations
Charges d’exploitation
Frais de gestion de placements
Coûts de transaction
Rentrées de fonds liées aux activités d'exploitation
2009
2008
(en millions de dollars)
35 973
2 134
1 818
300
34 551
2 377
2 230
218
(28 929)
(678)
(356)
(85)
10 177
(27 440)
(624)
(216)
(107)
10 989
86
(68)
(60)
(42)
5
(146)
(67)
(208)
(117 905)
(6 546)
(11 524)
(425 983)
(1 774)
(820)
(20)
(136 650)
(4 318)
(9 055)
(307 626)
(1 166)
(1 452)
(14)
109 421
5 770
11 978
426 858
(225)
621
(10 149)
130 359
3 529
10 365
305 019
6
275
(10 728)
(Diminution) augmentation nette de l’encaisse
(14)
53
Encaisse au début de l’exercice
109
56
95
109
Activités de financement
Émission de dettes
Remboursement de dettes
Paiement d’intérêts sur dettes
Sorties de fonds liées aux activités de financement
Activités d’investissement
Achats
Actions
Placements sensibles à l’inflation
Placements en titres à rendement fixe
Titres du marché monétaire
Autres dettes
Stratégies de rendement absolu
Locaux et matériel
Cessions
Actions
Placements sensibles à l’inflation
Placements en titres à rendement fixe
Titres du marché monétaire
Autres dettes
Stratégies de rendement absolu
Sorties de fonds liées aux activités d'investissement
Encaisse à la fin de l’exercice
Les notes complémentaires et le tableau consolidé font partie intégrante des présents états financiers
consolidés.
6
30
Régime de pensions du Canada
Tableau consolidé des placements
31 mars
Actions (note 6a)
Actions canadiennes
Actions de sociétés ouvertes
Actions de sociétés fermées
2009
2008
(en millions de dollars)
8 058
775
8 833
17 276
644
17 920
19 057
13 100
32 157
30 395
12 693
43 088
Total des actions
3 866
240
4 106
45 096
571
127
698
61 706
Placements à rendement fixe (note 6b)
Obligations
Autres dettes
Titres du marché monétaire
Total des placements à rendement fixe
26 915
1 828
14 569
43 312
27 192
1 144
18 798
47 134
1 830
1 547
255
7 610
775
4 584
13 224
488
7 421
3 962
2 776
14 647
4 000
558
1 042
136
5 736
109 198
–
661
344
169
1 174
126 208
(99)
(930)
(1 120)
(2 149)
–
(980)
(498)
(1 478)
3 245
4 471
(4 733)
(6 423)
105 561
122 778
Actions étrangères sur les marchés établis
Actions de sociétés ouvertes
Actions de sociétés fermées
Actions sur les marchés émergents
Actions de sociétés ouvertes
Actions de sociétés fermées
Stratégies de rendement absolu (note 6c)
Placements sensibles à l’inflation (note 6d)
Placements immobiliers publics
Placements immobiliers privés
Obligations indexées sur l’inflation
Placements en infrastructures
Total des placements sensibles à l’inflation
Créances sur placements
Titres acquis en vertu de prises en pension de titres (note 6e)
Intérêts courus
Créances sur dérivés (note 6f)
Dividendes à recevoir
Total des créances sur placements
Total des placements
Passifs liés aux placements
Titres vendus en vertu de conventions de rachat (note 6e)
Dette sur les biens immobiliers privés (note 6d)
Passifs liés aux dérivés (note 6f)
Total des passifs liés aux placements
Créances au titre des opérations en cours
Dettes au titre des opérations en cours
Placements nets
7
31
Régime de pensions du Canada
Notes afférentes aux états financiers consolidés
Exercice terminé le 31 mars 2009
1.
Description du Régime de pensions du Canada
a) Description du Régime de pensions du Canada
Le Régime de pensions du Canada (RPC) est un régime fédéral-provincial créé en vertu d’une loi du
Parlement en 1965.
Le RPC a été mis sur pied en 1966. C’est un régime d’assurance sociale obligatoire et contributif, en vigueur
partout au Canada, sauf au Québec, qui offre le Régime de rentes du Québec, un régime semblable. Le
RPC a pour objectif d’assurer aux travailleurs et aux personnes dont ils ont la charge, une protection en cas
de perte de revenu causée par la retraite, l’invalidité ou le décès.
L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’« Office ») a été créé conformément à la Loi
sur l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada. Il s’agit d’une société d’État fédérale, dont
toutes les actions appartiennent à Sa Majesté la Reine du chef du Canada.
La ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences est chargée d’administrer le
Régime de pensions du Canada (selon la loi sur le RPC), à l’exception de la perception des cotisations, qui
relève du ministre du Revenu national. Le ministre des Finances et ses homologues provinciaux sont
responsables de l’établissement des taux de cotisation, du niveau des pensions et prestations et de la
politique de financement. L’Office est responsable de la gestion des sommes qui lui sont transférées en
vertu de l’article 108.1 de la loi sur le Régime de pensions du Canada. L’Office agit dans l’intérêt des
cotisants et des bénéficiaires couverts par cette loi.
Conformément à la loi sur le RPC, les opérations financières du Régime sont enregistrées dans le Compte
du RPC (note 3). Les opérations financières du Compte sont régies par la loi sur le RPC et ses règlements.
Les placements du RPC sont détenus par l’Office. Les opérations de l’Office sont régies par la Loi sur
l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada et son règlement. L’actif de l’Office doit être
placé en vue d’un rendement maximal tout en évitant des risques de perte indus et compte tenu des facteurs
pouvant avoir un effet sur le financement du RPC ainsi que sur son aptitude à s’acquitter, chaque jour
ouvrable, de ses obligations financières.
L’Office et ses filiales sont exemptés de l’impôt sur le revenu prévu à la partie I en vertu des alinéas 149(1)d)
et 149(1)d.2) de la Loi de l’impôt sur le revenu (Canada) puisque toutes les actions de l’Office et de ses
filiales appartiennent respectivement à Sa Majesté la Reine du chef du Canada ou à une société dont les
actions appartiennent à Sa Majesté la Reine du chef du Canada.
L’Office est établi de façon à exercer ses activités sans lien de dépendance avec le gouvernement. L’Office
est tenu de rendre compte au public, au Parlement (par l’entremise du ministre des Finances fédéral) et aux
provinces. L’Office fournit des rapports réguliers de ses activités et des résultats obtenus.
Comme le prévoit les lois sur le RPC et sur l’Office, les modifications à ces lois exigent l’approbation des
deux tiers des provinces qui comptent ensemble pour au moins les deux tiers de la population de toutes les
provinces qui participent au RPC.
8
32
b) Financement
Le RPC est financé par les cotisations et les revenus de placement. Les employeurs et les employés paient
des cotisations égales au RPC. Les travailleurs autonomes paient le total de la cotisation combinée.
Initialement, le RPC avait été conçu pour être un régime sans capitalisation, ce qui signifie que les pensions
et les prestations devaient être payées à même les cotisations courantes. Avec les modifications apportées
à la loi en 1997, le RPC est maintenant financé sur une base dite de « stabilisation » – ce qui signifie un taux
de cotisation combiné employeur-employé de 9,9 pour cent des gains admissibles. Quoique la valeur de
l’actif net ne couvre pas la valeur actuarielle des pensions et des prestations constituées, il est prévu que le
RPC pourra fournir un taux de capitalisation de 25 pour cent, d’ici 2025, de son passif selon le dernier rapport
actuariel triennal publié en 2007.
La loi sur le RPC stipule qu’un rapport actuariel doit être préparé tous les trois ans aux fins de l’examen de la
situation financière du RPC par le ministre des Finances et ses homologues provinciaux. Le rapport triennal
e
le plus récent, soit le 23 rapport actuariel de l’actuaire en chef en date du 31 décembre 2006, a été déposé
au Parlement le 29 octobre 2007. Le rapport conclut que le RPC est en bonne santé financière et que le taux
de cotisation combiné employeur-employé de 9,9 pour cent atteint en 2003 sera suffisant pour assurer la
viabilité du RPC dans le contexte du vieillissement de la population.
Plusieurs hypothèses telles que le taux de rendement à long terme de l’actif, le taux d’inflation, les taux de
e
mortalité, les taux d’augmentation des salaires et avantages sociaux, entre autres, ont été utilisés dans le 23
rapport actuariel. Ces hypothèses représentent les meilleures estimations des événements économiques et
démographiques futurs. Le prochain rapport actuariel triennal en date du 31 décembre 2009 devrait être
terminé d’ici décembre 2010.
c) Actif net du Régime
L’actif net du RPC est constitué du dépôt auprès du receveur général du Canada et des placements détenus
par l’Office. Il représente les fonds accumulés pour le paiement des pensions, des prestations et des
charges d’exploitation.
Au 31 mars 2009, l’actif net du RPC s’élève à 110,0 milliards de dollars (126,8 milliards en 2008). Cette
somme correspond à environ 3,8 fois le total des pensions et des prestations de l’exercice 2009 (4,6 fois en
e
2008). Selon le 23 rapport actuariel, ceci devrait augmenter jusqu’à 5,5 fois d’ici 2019 et devrait demeurer
stable au moment où la génération du baby-boom prendra sa retraite entre les années 2015 et 2030.
d) Pensions et prestations
Pensions de retraite – La pension de retraite est payable à tous les cotisants de 60 ans ou plus, sous
réserve des dispositions de la Loi. Le montant mensuel est égal à 25 pour cent de la moyenne mensuelle
des gains admissibles durant la période cotisable. Il est rajusté à la baisse ou à la hausse selon que la
personne demande sa pension avant ou après l’âge de 65 ans. Cet ajustement ne peut excéder 30 pour
cent. Le montant mensuel maximum pour une nouvelle pension payable à compter de 65 ans est de 908,75
$ en 2009 (884,58 $ en 2008).
Prestations d’invalidité – La prestation d’invalidité est payable à tout cotisant qui est invalide, sous réserve
des dispositions de la Loi. La prestation d’invalidité est composée d’une partie fixe et d’une partie variable
égale à 75 pour cent de la pension de retraite acquise. Le montant mensuel maximum pour une nouvelle
prestation d’invalidité est de 1 105,99 $ en 2009 (1 077,52 $ en 2008).
Prestations de survivant – La prestation est payable à l’époux ou au conjoint de fait (le bénéficiaire) d’un
cotisant décédé, sous réserve des dispositions de la Loi. Pour le bénéficiaire de moins de 65 ans, la
prestation est composée d’une partie fixe et d’une partie variable égale à 37,5 pour cent de la pension de
retraite acquise par le cotisant décédé. Un bénéficiaire âgé de 35 à 45 ans, qui n’est pas invalide ou qui n’a
pas d’enfant à charge, reçoit une prestation réduite. Pour le bénéficiaire de 65 ans ou plus, la prestation est
égale à 60 pour cent de la pension de retraite acquise par le cotisant décédé. Le montant mensuel maximum
pour une nouvelle prestation payable à un bénéficiaire est de 545,25 $ en 2009 (530,75 $ en 2008).
9
33
Prestations d’orphelin et d’enfant de cotisant invalide – Sous réserve des dispositions de la Loi, chaque
enfant d’un cotisant qui reçoit une prestation d’invalidité ou d’un cotisant décédé a droit à une prestation s’il a
moins de 18 ans ou s’il est âgé de 18 à 25 ans et fréquente à plein temps un établissement d’enseignement.
La prestation mensuelle à taux fixe est de 213,99 $ en 2009 (208,77 $ en 2008).
Prestations de décès – Sous réserve des dispositions de la Loi, la prestation de décès est un paiement
unique fait à la succession d’un cotisant ou pour son compte. La prestation est égale au moindre de 10 pour
cent du maximum des gains admissibles de l’année du décès ou de six fois la pension de retraite mensuelle
acquise par le cotisant décédé. En 2009, le maximum permis est de 2 500 $ (2 500 $ en 2008).
Indexation des pensions et des prestations – Les pensions et les prestations sont indexées annuellement
en vertu de la Loi, en fonction de l’indice des prix à la consommation au Canada. Le taux d’indexation pour
2009 est de 2,5 pour cent (2,0 pour cent en 2008).
2.
Principales conventions comptables
a) Présentation
Les présents états financiers sont présentés sur une base consolidée. Ils incluent l’actif net consolidé,
l’évolution de l’actif net consolidée et les flux de trésorerie consolidés du RPC et de l’Office. Ces états
financiers sont préparés conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada pour le
secteur public et sont conformes aux exigences de présentation et de comptabilité de la loi sur le RPC.
Ces états financiers consolidés ne présentent pas d’information sur les obligations futures du RPC, établies
en fonction d’estimations actuarielles, puisque la loi sur le RPC n’exige pas que les pensions et les
prestations soient capitalisées.
Le RPC est contrôlé conjointement par le gouvernement du Canada et les provinces participantes. À ce titre,
il est exclu du périmètre comptable du gouvernement du Canada, et ses opérations ne sont pas consolidées
avec celles du gouvernement.
b) Modifications de conventions comptables
Instruments financiers
Le RPC utilise la juste valeur pour la préparation de ses états financiers consolidés. L’Office se conforme
er
aux principes comptables généralement reconnus du Canada pour le secteur privé. Le 1 avril 2008, l’Office
a adopté les chapitres suivants du Manuel de l’Institut Canadien des Comptables Agréés (l’« ICCA ») : le
chapitre 3862, intitulé « Instruments financiers – informations à fournir », et le chapitre 3863, intitulé
« Instruments financiers – présentation ». Ces deux nouveaux chapitres remplacent les obligations
d’information et les règles de présentation du chapitre 3861, intitulé « Instruments financiers – informations à
fournir et présentation », et ils améliorent les informations à fournir à l’égard de la nature et de l’ampleur des
risques découlant des instruments financiers et de la façon dont l’entité gère ces risques (se reporter à la
note 5).
Informations à fournir concernant le capital
er
Le 1 avril 2008, l’Office a adopté le chapitre 1535 du Manuel de l’ICCA, intitulé « Informations à fournir
concernant le capital ». En vertu de ce chapitre, une entité doit fournir les informations sur ses objectifs,
politiques et procédures de gestion de son capital, c’est-à-dire les placements nets dans le cas de l’Office.
L’adoption du chapitre 1535 vise seulement la présentation par voie de note et n’a eu aucune incidence
importante sur les états financiers consolidés du RPC.
10
34
c) Évaluation des placements, créances sur placements et passifs liés aux placements
Les placements, les créances sur placements et les passifs liés aux placements sont inscrits à la date de
transaction et présentés à leur juste valeur. La juste valeur est une estimation du montant de la contrepartie
dont conviendraient des parties compétentes agissant en toute liberté dans des conditions de pleine
concurrence.
Dans un marché actif, les cours du marché établis par une source indépendante constituent les éléments
probants les plus fiables de la juste valeur. En l’absence d’un marché actif, la juste valeur est déterminée au
moyen de techniques d’évaluation qui maximisent l’utilisation des données observables sur les marchés.
Ces techniques d’évaluation comprennent l’utilisation de données relatives aux dernières opérations
boursières réalisées sans lien de dépendance, lorsque ces données sont accessibles, l’utilisation de la juste
valeur actuelle d’un autre placement essentiellement semblable, l’analyse de la valeur actualisée des flux de
trésorerie, le recours à des modèles d’évaluation du prix des options et d’autres méthodes d’évaluation
reconnues dans le secteur du placement.
La juste valeur est établie comme suit :
(i)
La juste valeur des actions cotées est fondée sur les cours du marché. Lorsque le cours du marché
n’est pas disponible ou fiable, par exemple, si les titres ne sont pas suffisamment liquides pour que
leurs cours puissent servir de base à la juste valeur, celle-ci est déterminée à l’aide des méthodes
d’évaluation reconnues dans le secteur du placement.
(ii)
La juste valeur des placements en fonds est généralement fondée sur la valeur de l’actif net
communiquée par les gestionnaires externes des fonds ou d’autres méthodes d’évaluation reconnues
du secteur du placement.
(iii)
Les placements en actions de sociétés fermées et en infrastructures sont détenus directement ou au
moyen de participations dans des sociétés en commandite. La juste valeur des placements détenus
directement est établie à l’aide des méthodes d’évaluation reconnues du secteur du placement. Ces
méthodes se fondent sur des facteurs tels que les multiplicateurs d’autres sociétés comparables
cotées, la valeur actualisée des flux de trésorerie calculée à l’aide des taux de rendement actuels
d’instruments ayant des caractéristiques semblables et les opérations avec des tiers, ou d’autres
événements qui indiquent une variation de la valeur des placements. Dans le cas des placements
détenus par l’entremise de sociétés en commandite, la juste valeur est généralement établie d’après
les renseignements pertinents communiqués par le commandité, qui utilise des méthodes d’évaluation
reconnues du secteur du placement semblables aux méthodes mentionnées ci-dessus.
(iv)
La juste valeur des obligations négociables est fondée sur les cours du marché. Lorsque le cours du
marché n’est pas disponible, la juste valeur est calculée d’après la valeur actualisée des flux de
trésorerie, à l’aide des taux de rendement actuels d’instruments ayant des caractéristiques semblables.
(v)
La juste valeur des obligations non négociables du gouvernement du Canada est calculée d’après la
valeur actualisée des flux de trésorerie, à l’aide des taux de rendement d’instruments ayant des
caractéristiques semblables et ajustés pour tenir compte du caractère non négociable des obligations
et des clauses de renouvellement de celles-ci.
(vi)
Les titres du marché monétaire sont comptabilisés au coût, qui, avec les intérêts courus à recevoir, se
rapproche de la juste valeur en raison de la nature à court terme de ces titres.
(vii)
La juste valeur des placements dans des biens immobiliers publics est fondée sur les cours du marché.
(viii) La juste valeur des placements dans des biens immobiliers privés est établie à l’aide des méthodes
d’évaluation reconnues dans le secteur immobilier, telles que celles fondées sur la valeur actualisée
des flux de trésorerie et les opérations d’achat et de vente comparables. La valeur de la dette liée aux
placements immobiliers privés est établie au moyen de la valeur actualisée des flux de trésorerie, à
l’aide des taux de rendement actuels du marché d’instruments ayant des caractéristiques semblables.
11
35
(ix)
La juste valeur des obligations indexées sur l’inflation est fondée sur les cours du marché.
(x)
La juste valeur des dérivés cotés, notamment les contrats à terme, est fondée sur les cours du marché.
La juste valeur des dérivés négociés hors bourse, notamment les swaps, les options, les contrats à
terme de gré à gré et les bons de souscription, est établie d’après les cours des instruments sousjacents lorsqu’ils sont accessibles. Si ces données ne sont pas accessibles, la juste valeur est fondée
sur d’autres méthodes d’évaluation reconnues du secteur du placement qui tiennent compte de
données telles que le cours des actions et les indices boursiers, les cours des courtiers, la volatilité
observée sur les marchés, les taux de change, les taux d’intérêt actuels du marché, les écarts de taux
et d’autres facteurs d’établissement des prix fondés sur le marché. Lors du calcul de la juste valeur, le
risque de liquidité et le risque de crédit sont également pris en compte.
La juste valeur des placements directs dans des actions de sociétés fermées, des infrastructures et des biens
immobiliers privés est essentiellement calculée d’après des hypothèses fondées sur des données non
observables sur le marché. La juste valeur de ces placements directs est fondée sur des méthodes
d’évaluation reconnues dans le secteur du placement qui peuvent comprendre l’utilisation d’estimations faites
par la direction, des évaluateurs, ou les deux lorsqu’un degré de jugement important est nécessaire.
L’utilisation de méthodes d’évaluation fondées sur des hypothèses raisonnables de rechange peut donner
lieu à des justes valeurs différentes au 31 mars 2009. La direction a déterminé que l’incidence potentielle de
l’utilisation de ces hypothèses raisonnables de rechange sur la juste valeur serait négligeable.
d) Cotisations
Les cotisations comprennent les cotisations du RPC qui ont été gagnées durant l’exercice. L’Agence du
revenu du Canada (ARC) perçoit les cotisations et les évalue selon les déclarations de revenus traitées.
Pour déterminer le montant des cotisations gagnées durant l’exercice, l’ARC prend en compte les montants
perçus et les déclarations traitées et établit un montant estimatif des cotisations pour les déclarations de
revenus qui n’ont pas encore été traitées. Cet estimé demeure sujet à examen et à rectification. Les
corrections, le cas échéant, sont inscrites comme cotisations dans l’exercice au cours duquel elles sont
connues.
e) Revenus de placement
Les revenus de placement sont inscrits selon la méthode de la comptabilité d’exercice et comprennent : les
gains et les pertes réalisés sur les placements, les gains et les pertes non réalisés sur les placements
détenus à la fin de l’exercice, les revenus de dividendes (constatés à la date ex-dividende), les intérêts
créditeurs et le bénéfice net d’exploitation provenant des placements dans des biens immobiliers privés. Les
distributions reçues des sociétés en commandite et des fonds sont constatées à titre d’intérêts créditeurs, de
revenus de dividendes, de gains et pertes réalisés sur les placements ou de remboursement de capital, selon
le cas.
f)
Coûts de transaction
Les coûts de transaction sont des coûts différentiels directement attribuables à l’acquisition ou à la vente
d’un placement. Les coûts de transaction sont passés en charges à mesure qu’ils sont engagés et sont
comptabilisés à titre de composante du revenu de placement net.
g) Conversion des devises
Les opérations libellées en devises sont converties en dollars canadiens aux taux de change en vigueur à
la date de l’opération. Les placements et autres éléments d’actif et de passif monétaires libellés en devises
sont convertis en dollars canadiens aux taux de change en vigueur à la date de clôture de l’exercice et les
gains ou pertes de change qui en résultent sont inclus dans le gain net ou la perte nette dans le revenu
(perte) de placement net(te) (se reporter à la note 9).
12
36
h) Pensions et prestations
Les charges de pensions et de prestations sont comptabilisées lorsqu’elles sont dues ou estimées de
façon raisonnable.
i)
Impôts déduits à remettre à l’Agence du revenu du Canada
Les impôts déduits à remettre à l’ARC sont principalement constitués d’impôts volontaires et d’impôts des
non-résidents retenus à même les pensions et les prestations payées aux bénéficiaires du RPC.
j)
Trop-payés nets
Les trop-payés nets représentent les trop-payés de pensions et de prestations établis durant l’exercice,
déduction faite des remises de dette accordées.
k) Charges d’exploitation
Les charges d’exploitation sont comptabilisés lorsqu’elles sont engagées.
l)
Recours à des estimations
La préparation des états financiers consolidés conformément aux principes comptables généralement
reconnus du Canada pour le secteur public nécessite l’établissement par la direction de certaines estimations
et hypothèses qui influent sur la valeur comptable de l’actif et du passif à la date des états financiers ainsi
que sur les revenus et les charges de l’exercice considéré. Des estimations importantes et un degré
considérable de jugement sont nécessaires pour déterminer principalement les cotisations estimatives, la
provision pour créances douteuses, les éventualités ainsi que la juste valeur des placements puisque cela
suppose une estimation des flux de trésorerie futurs prévus, des taux de rendement et de l’effet
d’événements futurs. Les résultats réels pourraient différer de façon significative de ces estimations.
m) Modifications de conventions comptables futures
Normes internationales d’information financière
En février 2008, le Conseil des normes comptables du Canada a confirmé que les entreprises ayant
l’obligation publique de rendre des comptes devront adopter les Normes internationales d’information
financière (les « IFRS »). L’Office adoptera les IFRS pour les exercices et les périodes intermédiaires
er
ouverts à compter du 1 avril 2011, ainsi que pour les chiffres correspondants des exercices antérieurs.
L’Office a élaboré un plan de conversion et évalue actuellement l’incidence éventuelle des IFRS sur ses
activités, sur sa situation financière et sur ses résultats d’exploitation. Puisque le RPC n’est donc pas sujet à
adopter les IFRS, le RPC évaluera l’incidence de l’adoption des IFRS par l’Office sur ses propres états
financiers consolidés et examinera les redressements effectués à l’information de l’Office pour s’assurer
qu’ils demeurent conformes aux principes comptables généralement reconnus du Canada pour le secteur
public.
3.
Encaisse
L’encaisse est constituée du total d’encaisse du Compte du RPC et de l’Office. Le Compte du RPC a été
établi dans les comptes du Canada en vertu de la loi sur le RPC pour enregistrer les cotisations, les intérêts,
les pensions, les prestations et les charges d’exploitation du RPC. Le Compte enregistre également les
sommes transférées à l’Office ou reçues de celui-ci. Au 31 mars 2009, le dépôt auprès du receveur général
du Canada dans le Compte du RPC était de 90 millions de dollars (106 millions en 2008) et l’encaisse de
l’Office de 5 millions de dollars (3 millions en 2008) pour un total de 95 millions de dollars (109 millions en
2008) dans l’état consolidé de l’actif net et l’état consolidé des flux de trésorerie.
13
37
4.
Créances
2009
2008
(en millions de dollars)
Cotisations
Régime de rentes du Québec
Bénéficiaires
Solde des trop-payés de pensions et prestations
Provision pour créances douteuses
4 662
98
4 128
100
98
(62)
94
(58)
Total des créances
4 796
4 264
Le Ministère met en oeuvre des procédés qui lui permettent de détecter les trop-payés. Pendant l’exercice,
les trop-payés établis atteignaient 31 millions de dollars (32 millions en 2008), les remises de dette
accordées s’élevaient à 3 millions de dollars (3 millions en 2008) et les recouvrements ont atteint 24 millions
de dollars (24 millions en 2008).
5.
Gestion des risques des activités de placement
L’Office est exposé à différents risques financiers en raison de ses activités de placement. Ces risques
comprennent le risque de marché (y compris le risque de change, le risque de taux d’intérêt et le risque de
prix), le risque de crédit et le risque de liquidité. L’Office gère et atténue les risques financiers au moyen du
cadre redditionnel en ce qui a trait au risque et au rendement qui est inclus dans les politiques en matière de
placement approuvées par le Conseil d’administration au moins une fois par exercice. Ce cadre contient des
dispositions relatives aux limites et à la gestion du risque qui régissent les décisions de placement.
Le cadre redditionnel en ce qui a trait au risque et au rendement comprend une limite en matière de risque
actif qui correspond au risque de placement maximal que peut assumer l’Office par rapport au portefeuille de
référence du RPC. Ce portefeuille est approuvé par le Conseil d’administration et constitue un point de
référence pour évaluer le rendement des activités à valeur ajoutée de l’Office. Il représente un modèle
stratégique à faible coût pour le portefeuille du RPC. L’objectif de l’Office est de fournir des rendements à
valeur ajoutée supérieurs à ceux qui seraient générés par le portefeuille de référence du RPC. L’Office
surveille quotidiennement le risque actif du portefeuille du RPC et rend compte de l’exposition au risque actif
au Conseil d’administration au moins une fois par trimestre.
(i) Risque de marché : Le risque de marché est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs
d’un placement fluctuent par suite de variations des prix et des taux du marché. Tel qu’il a été expliqué
ci-dessus, l’Office gère le risque de marché au moyen du cadre redditionnel en ce qui a trait au risque et
au rendement, lequel prescrit l’investissement dans un large éventail de catégories d’actifs et l’application
de stratégies de placement visant à réaliser une prime de risque diversifiée sur l’ensemble de la caisse,
en fonction des limites relatives établies dans les politiques de placement. En outre, des dérivés sont
utilisés, lorsqu’il y a lieu, pour gérer certaines expositions au risque de marché (se reporter à la note 6f).
Le risque de marché est composé des risques suivants :
Risque de change : L’Office est exposé au risque de change puisqu’il détient des placements
libellés en diverses devises. Les fluctuations de la valeur relative des devises par rapport au dollar
canadien peuvent avoir des effets favorables ou défavorables sur la juste valeur et sur les flux de
trésorerie futurs de ces placements.
14
38
Exprimée en dollars canadiens, l’exposition nette au risque de change sous-jacent, compte tenu de
la répartition des contrats dérivés de change, s’établit comme suit au 31 mars :
(en millions de dollars)
Devise
Dollar américain
Euro
Yen japonais
Livre sterling
Dollar de Hong Kong
Dollar australien
Autres
Total
2009
Exposition nette
25 698
7 988
3 907
2 436
1 363
875
2 604
44 871
% du total
57
18
9
5
3
2
6
2008
Exposition nette
23 586
10 813
4 910
3 593
467
1 243
2 961
% du total
49
23
10
8
1
3
6
100
47 573
100
Risque de taux d’intérêt : Le risque de taux d’intérêt est le risque que la juste valeur ou les flux de
trésorerie futurs d’un placement fluctuent en raison des variations des taux d’intérêt sur le marché.
Les placements portant intérêt de l’Office sont exposés au risque de taux d’intérêt.
Risque actions : Le risque actions est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs
d’un placement fluctuent par suite de variations des prix du marché (autres que celles découlant du
risque de taux d’intérêt ou du risque de change), que celles-ci résultent de facteurs propres au
placement en question ou de facteurs touchant tous les titres négociés sur le marché.
De plus, l’Office est indirectement exposé au risque de marché découlant des titres sous-jacents aux
placements des fonds.
Valeur à risque
L’Office utilise la méthode de la valeur à risque pour surveiller l’exposition au risque de marché du
portefeuille du RPC. Il s’agit d’une technique statistique utilisée pour estimer la perte de valeur
éventuelle d’un placement qui pourrait découler des fluctuations des taux et des prix du marché au cours
d’une période donnée et selon un niveau de confiance déterminé. La valeur à risque calculée par l’Office
est estimée au moyen d’une méthode de simulation fondée sur les données passées qui comprend les
rendements hebdomadaires du marché des dix dernières années, qui suppose un niveau de confiance
de 90 pour cent et une période de détention de un an.
La valeur à risque est valide dans des conditions de marchés normales et le calcul de celle-ci n’intègre
pas précisément les pertes découlant d’événements exceptionnels sur le marché. Elle suppose
également que les données passées du marché constituent une base solide pour l’estimation des
éventuelles pertes futures. Si les conditions futures du marché et les relations entre les taux d’intérêt, les
taux de change et les prix du marché différaient de façon importante de celles observées par le passé,
les pertes réelles pourraient sensiblement différer des pertes estimatives. L’estimation fournie par la
méthode de la valeur à risque correspond à une seule valeur issue d’une distribution de pertes
éventuelles que pourrait subir le portefeuille du RPC. Il ne s’agit pas d’une estimation du pire scénario
possible.
Les autres hypothèses utilisées aux termes de la méthode de simulation historique pour estimer la valeur
à risque sont les suivantes :
 L’estimation de la valeur à risque pour une période de détention de un an peut être calculée au
moyen d’une simulation fondée sur les rendements hebdomadaires du marché en utilisant un
facteur d’échelle fondé sur le temps;
 Un échantillon de données du marché portant sur les dix dernières années est suffisant pour
estimer de façon raisonnable la perte de valeur potentielle à un niveau de confiance de 90 pour
cent;
 Les données du marché public utilisées pour représenter les rendements des placements sur le
marché privé (p. ex. ceux des biens immobiliers privés et des actions de sociétés fermées)
constituent des mesures raisonnables pour estimer l’apport de ces derniers à la valeur à risque.
15
39
L’Office surveille le risque actif du portefeuille du RPC par rapport à celui du portefeuille de référence du
RPC. Les variations du risque actif sont largement indépendantes des variations de la valeur à risque du
portefeuille de référence et du portefeuille du RPC.
Au 31 mars 2009, la valeur à risque à un niveau de confiance de 90 pour cent indique qu’il est probable
qu’au cours d’un exercice sur dix, le portefeuille subisse des pertes correspondant aux valeurs à risque
suivantes :
(en millions de dollars)
Portefeuille de référence du RPC
Risque actif du portefeuille du RPC
Portefeuille du RPC
2
1
Valeur à risque
10 370
% du portefeuille du RPC
9,7
1 720
1,6
11 351
10,6
1
Exclut certains actifs pour lesquels l’exposition au risque de marché n’est pas surveillée au moyen de la méthode de la valeur à
risque, tels que les actifs du portefeuille de liquidités affectées aux prestations, qui constitue un programme de gestion distincte
des liquidités à court terme conçu pour faciliter le versement des prestations mensuelles par le RPC .
2
La valeur à risque du portefeuille du RPC est inférieure à la somme de la valeur à risque du portefeuille de référence du RPC et
du risque actif du portefeuille du RPC en raison de l’incidence positive de la diversification du risque.
(ii)
Risque de crédit : Le risque de crédit correspond au risque de perte financière découlant du
manquement d’une contrepartie à ses obligations contractuelles ou d’une réduction de la valeur des
actifs en raison d’une baisse de la qualité de crédit de l’emprunteur, de la contrepartie, de la caution ou
de l’actif (garantie) soutenant l’exposition au crédit. La plus importante exposition au risque de crédit de
l’Office découle de ses placements en titres de créance et en dérivés négociés hors bourse (tel qu’il est
expliqué à la note 6f). La valeur comptable de ces placements présentée dans le tableau consolidé des
placements représente le risque de crédit maximal à la date du bilan.
La surveillance du risque de crédit est assumée par le Comité du crédit de l’Office, lequel relève de leur
Comité de planification des placements et est présidé par leur chef de l’exploitation. Présidé par leur
président et chef de la direction, le Comité de planification des placements est responsable de surveiller
et de gérer l’exposition au risque stratégique d’ensemble du portefeuille et de donner une orientation
stratégique aux services de placement. Le Comité du crédit conseille le Comité de planification des
placements en ce qui a trait à l’exposition au risque de crédit de l’ensemble du portefeuille et si des
changements sont justifiés à l’égard de la répartition du risque de crédit à l’intérieur des principales
limites établies par leur Conseil d’administration. Le Comité du crédit s’assure que les risque de crédit
sont repérés, évalués et surveillés sur une base régulière et qu’ils sont communiqués au moins une fois
par mois au Comité de planification des placements et au moins une fois par trimestre au Conseil
d’administration.
L’évaluation du risque de crédit et la présentation de rapports, à l’égard de celui-ci, sont effectuées par
des gestionnaires du risque professionnels du groupe de gestion du risque de placement de l’Office. Ce
dernier fournit des analyses et un aperçu qualitatifs et quantitatifs du risque de crédit et de la surveillance
des limites d’exposition enrichis d’une analyse détaillée de l’exposition au risque de crédit découlant d’un
placement ou d’un secteur particulier. La valeur à risque du crédit est la mesure commune du risque de
crédit dans toutes les stratégies de placement. Le groupe de gestion du risque de placement travaille en
étroite collaboration avec les services de placement pour fournir une évaluation des risques de crédit liés
aux opérations importantes. Des rapports détaillés sur l’exposition au risque de crédit sont fournis à la
direction de l’Office sur une base hebdomadaire et au moins une fois par mois à leur Comité du crédit et
à leur Comité de planification des placements.
L’Office gère le risque de crédit en fixant des limites d’exposition au risque de crédit global selon les
catégories de notation. Le Conseil d’administration approuve les limites d’exposition au risque de crédit
au moins une fois par exercice. Une notation est attribuée aux contreparties selon celle qui a été établie
par une agence de notation reconnue, le cas échéant, ou au moyen d’un processus interne d’évaluation
du crédit. Si la notation établie à l’interne est inférieure à celle qui a été déterminée par une agence de
notation reconnue, elle a préséance. L’exposition au risque de crédit relatif à une contrepartie est limitée
à des montants maximaux qui sont précisés dans les politiques de placement. Afin de réduire la
16
40
concentration du risque de crédit relatif à une contrepartie donnée, le Comité du crédit a également établi
des limites secondaires individuelles relatives à ces contreparties qui se situent à l’intérieur des limites
d’exposition au risque de crédit. Le groupe de gestion du risque de placement évalue et surveille
quotidiennement ces limites secondaires et les limites d’exposition au risque de crédit à des fins de
conformité. Il présente également des rapports au Comité du crédit et au Comité de planification des
placements sur une base mensuelle, ou plus fréquemment au besoin.
La juste valeur des titres de créances et des dérivés négociés hors bourse qui fait l’objet d’une exposition
au risque de crédit, par catégorie de notation et compte non tenu de toute garantie détenue ou autres
améliorations du crédit, se détaille comme suit :
Au 31 mars 2009
(en millions de dollars)
Notation
AAA/R-1 (élevé)
AA/R-1 (moyen)
A/R-1 (faible)
BBB/R-2 (faible)
Total
1,2
Obligations
8 257
15 627
4 127
229
28 240
Titres du
marché
1
monétaire
11 634
2 286
–
–
13 920
Prises en
pension de
1,3
titres
–
–
4 003
–
4 003
Dérivés
négociés
hors
bourse
598
172
31
–
801
Total
20 489
18 085
8 161
229
46 964
% du
total
44
39
17
–
100
1
Comprend les intérêts courus.
Comprend les obligations indexées sur l’inflation.
3
Au 31 mars 2009, des titres à rendement fixe d’une juste valeur de 4 084 millions de dollars et dont la notation s’établissait à
AAA ont été reçus à titre de garantie afin d’atténuer l’exposition au risque de crédit découlant des prises en pension de titres (se
reporter à la note 6f).
2
L’exposition au risque de crédit des dérivés négociés hors bourse est atténuée par l’utilisation d’accords
cadres de compensation et de garanties. Les accords cadres de compensation sont conclus avec toutes
les contreparties de manière à ce que, en cas d’inexécution, tous les montants liés à la contrepartie en
défaut soient réglés sur une base nette. Des annexes visant à confirmer la situation du crédit sont
négociées avec certaines contreparties et exigent que des garanties, en espèces ou sous forme de titres
à rendement fixe, soient fournies à l’Office lorsque la juste valeur positive du contrat dérivé excède
certains seuils. Au 31 mars 2009, les accords cadres de compensation et les garanties détenues ont
contribué à réduire l’exposition au risque de crédit des dérivés négociés hors bourse, la faisant passer de
801 millions de dollars à 432 millions de dollars.
De plus, l’Office est indirectement exposé au risque de crédit découlant des titres sous-jacents aux
placements des fonds.
(iii)
Risque de liquidité : Le risque de liquidité est le risque de ne pouvoir produire suffisamment de
liquidités ou d’équivalents en temps opportun et de façon efficiente pour respecter les engagements liés
aux placements lorsqu’ils viennent à échéance. L’Office réduit son exposition au risque de liquidité au
moyen de sa facilité de crédit non garantie (se reporter à la note 7) d’un montant de 1,5 milliard de
dollars (1,5 milliard en 2008) et grâce à sa capacité de vendre rapidement certains placements négociés
sur un marché actif. Ces placements comprennent un portefeuille de titres liquides tels que des actions
cotées, des titres du marché monétaire, des obligations négociables et des obligations indexées sur
l’inflation.
L’Office est également exposé au risque de liquidité découlant de sa responsabilité de prestataire de
services de gestion de la trésorerie au RPC (se reporter à la note 11). Afin de gérer le risque de liquidité
lié à ce programme de gestion des liquidités à court terme, les actifs requis pour ce programme sont
retirés du portefeuille et gérés séparément dans le portefeuille de liquidités affectées aux prestations. Le
risque de liquidité est également géré en investissant ces actifs dans des instruments liquides du marché
monétaire, principalement dans le but d’assurer que le RPC dispose des liquidités nécessaires pour
respecter ses obligations de versements des prestations chaque jour ouvrable.
17
41
6.
Placements et passifs liés aux placements
Tel que mentionné dans la note 1, le rôle de l’Office est de placer l’actif en vue d’un rendement maximal tout
en évitant des risques de pertes indus et compte tenu des facteurs pouvant avoir un effet sur le financement
du RPC ainsi que sur sa capacité de s’acquitter, chaque jour ouvrable, de ses obligations financières. Afin
de remplir son mandat, l’Office investit ses actifs et gère et atténue les risques financiers au moyen du cadre
redditionnel en ce qui a trait au risque et au rendement qui est inclus dans les politiques en matière de
placement établies conformément au règlement de l’Office.
a)
Actions
(i) Les placements en actions de sociétés ouvertes sont effectués directement ou par l’intérimaire de fonds.
Les frais de gestion des placements gérés à l’externe sont payés aux gestionnaires de placements et
comprennent des honoraires fondés sur le rendement qui fluctuent avec le rendement des placements.
Au 31 mars 2009, les actions de sociétés ouvertes comprennent des placements dans des fonds d’une
juste valeur de 1 730 millions de dollars (1 202 millions en 2008).
(ii) Les placements en actions de sociétés fermées sont généralement effectués directement ou au moyen
de participations dans des sociétés en commandite pour une durée type de 10 ans. Les placements en
actions de sociétés fermées constituent des participations ou des placements présentant les
caractéristiques de risque et de rendement propres aux actions. Au 31 mars 2009, les actions de
sociétés fermées comprenaient des placements directs d’une juste valeur de 2 906 millions de dollars
(3 219 millions en 2008).
En ce qui concerne les participations de sociétés en commandite, l’Office avance à ces dernières des
capitaux dont une partie, communément appelée « frais de gestion », est employée par les commandités
pour choisir les sociétés sous-jacentes et offrir un appui soutenu à leur direction. Les frais de gestion,
qui varient généralement entre un et deux pour cent du montant total affecté à la société en commandite,
sont passés en charges à mesure qu’ils sont engagés.
b) Placements à rendement fixe
(i) Les obligations consistent en des obligations négociables et des obligations non négociables du
gouvernement canadien.
Les obligations non négociables émises par les provinces avant 1998 sont assorties, en vertu de la Loi,
d’une clause de renouvellement qui permet à leurs émetteurs de renouveler, à leur gré, les obligations
arrivées à échéance pour une durée supplémentaire de 20 ans, à un taux fondé sur les taux d’intérêt
d’emprunt sur les marchés financiers en vigueur dans la province au moment du renouvellement. Les
obligations non négociables sont également rachetables au gré des émetteurs avant leur échéance.
Plutôt que l’exercice du droit de renouvellement prévu par la Loi décrit au paragraphe précédent, l’Office
a conclu des ententes avec les provinces, selon lesquelles celles-ci peuvent rembourser leurs obligations
et faire en sorte que l’Office achète simultanément une ou plusieurs obligations de remplacement dont le
capital ne dépasse pas celui du titre arrivé à échéance et dont la durée est d’au moins cinq ans et d’au
plus 30 ans. Ces obligations de remplacement sont assorties d’une clause de renouvellement qui permet
à l’émetteur de renouveler, à son gré, l’obligation pour des durées successives d’au moins cinq ans, sous
réserve dans tous les cas d’un maximum de 30 ans après la date d’échéance. Les obligations de
remplacement sont également rachetables au gré des émetteurs avant leur échéance.
18
42
Les échéances des obligations négociables et non négociables, compte non tenu de toute option de
renouvellement ou des intérêts courus, s’établissaient comme suit au 31 mars :
2009
Échéances
1à5
ans
6 à 10
ans
Plus
de 10
ans
262
302
304
869
2,9 %
229
243
482
955
4,6
1 626
4,4
1 367
214
279
1 971
3,3
1 405
4,1
246
134
69
455
7,8
–
–
2 104
893
1 134
4 250
511
–
–
584
0,9
1 140
2,7
6 474
638
12 741
22 081
4,6
22 110
4,6
6 985
9 089
638
1 531
12 741
13 875
22 665
26 915
4,5 %
23 250
27 192
4,5 %
Moins
de 1 an
(en millions de dollars)
Obligations négociables
Gouvernement du
1
Canada
Gouvernements
provinciaux
1
canadiens
Sociétés d’État
111
canadiennes
Obligations de
6
sociétés
Total des obligations
119
négociables
Obligations non négociables
Gouvernement du
73
Canada
Gouvernements
provinciaux
2 228
canadiens
Total des obligations
2 301
non négociables
Total
2 420
(ii)
2008
Rendement
effectif
Total
moyen
Total
Rendement
effectif
moyen
911
3,6 %
3 942
Les autres instruments de dettes consistent en des placements dans des fonds de titres de créance
privés et des fonds de placements hypothécaires en difficulté.
c) Stratégies de rendement absolu
Les stratégies de rendement absolu consistent en des placements dans des fonds qui ont pour objectif de
générer des rendements positifs indépendamment de la conjoncture du marché, c’est-à-dire des rendements
pour lesquels il existe une faible corrélation avec les indices généraux du marché. Les titres sous-jacents
des fonds peuvent comprendre, sans toutefois s’y limiter, des actions, des titres à rendement fixe et des
dérivés.
d) Placements sensibles à l’inflation
(i) L’Office investit dans l’immobilier par l’intermédiaire d’actions de sociétés cotées et de placements dans
des biens immobiliers privés.
Les placements immobiliers privés sont détenus par des filiales en propriété exclusive et sont gérés pour
le compte de l’Office par des gestionnaires de placements, dans le cadre d’arrangements de copropriété.
Au 31 mars 2009, la quote-part des filiales dans ces placements comprenait 7 610 millions de dollars
d’actifs (7 421 millions en 2008) et 930 millions de dollars de dette garantie (980 millions en 2008)
assortie d’un taux d’intérêt fixe moyen pondéré de 6,6 pour cent et d’une échéance de un à 19 ans.
19
43
Les placements dans les biens immobiliers privés comprennent des investissements dans des
coentreprises. La quote-part de l’Office dans les coentreprises au 31 mars se résume comme suit :
Quote-part de l’actif net
(en millions de dollars)
Actif
Passif
Au 31 mars
2009
4 860
(930)
3 930
Quote-part du bénéfice net
(en millions de dollars)
Revenus
Charges
2008
5 173
(980)
4 193
Pour les exercices terminés le 31 mars
2009
2008
567
531
(363)
(328)
204
203
(ii) Les échéances des obligations indexées sur l’inflation au 31 mars se présentent comme suit :
2009
Échéances
(en millions de
dollars)
Obligations
indexées sur
l’inflation
2008
Moins
de 1 an
1à5
ans
6 à 10
ans
Plus
de 10
ans
Total
–
107
140
528
775
Rendement
effectif
moyen
2,8 %
Total
Rendement
effectif
moyen
3 962
3,9 %
(iii) En général, les placements en infrastructures s’effectuent directement, mais peuvent également être faits
au moyen de participations dans des sociétés en commandite dont la durée type est de 10 ans. Au 31
mars 2009, les placements en infrastructures comprennent des placements directs d’une juste valeur de
3 154 millions de dollars (1 913 millions en 2008). Il n’y a pas de frais de gestion applicables aux
placements faits directement tandis que pour les placements en infrastructures dans des sociétés en
commandite, ils sont traités de la même manière que les frais de gestion de placements en actions de
sociétés fermées, comme l’explique la note 6a.
e) Titres vendus en vertu de conventions de rachat et titres acquis en vertu de prises en pension de
titres
Les titres vendus en vertu de conventions de rachat sont comptabilisés à titre d’emprunts garantis, car ils
consistent en une vente de titres assortie d’une convention de rachat à un prix et à une date future
prédéterminés. Les titres vendus continuent d’être considérés comme des placements de l’Office et toute
variation de la juste valeur est comptabilisée comme un gain net ou une perte nette sur les placements (se
reporter à la note 9). Les titres acquis en vertu de prises en pension de titres ne sont pas considérés comme
des placements de l’Office et sont comptabilisés à titre de prêts garantis, car ils consistent en un achat de
titres assorti d’une convention de revente à un prix et à une date future prédéterminés. La juste valeur des
titres qui feront l’objet d’une revente en vertu de ces prises en pension est surveillée et des garanties
additionnelles sont obtenues au besoin à des fins de protection contre le risque de crédit. En cas
d’inexécution de la part d’une contrepartie, l’Office a le droit de liquider la garantie détenue. Les conventions
de rachat et les prises en pension de titres sont comptabilisées dans le tableau consolidé des placements
selon les montants auxquels les titres ont initialement été acquis ou vendus. Les intérêts engagés dans le
cadre des conventions de rachat et les intérêts gagnés dans le cadre des prises en pension de titres sont
comptabilisés dans le revenu de placement (se reporter à la note 9).
Au 31 mars 2009, les titres vendus en vertu de conventions de rachat de 99 millions de dollars (néant en
2008) ont une échéance inférieure à un an et un taux d’intérêt fixe moyen pondéré de 0,8 pour cent. Au
20
44
31 mars 2009, les titres acquis en vertu de prises en pension de titres de 4 000 millions de dollars (néant en
2008) ont une échéance de un an à trois ans et un rendement effectif moyen de 2,1 pour cent.
Au 31 mars 2009, des titres à rendement fixe d’une juste valeur de 4 084 millions de dollars (néant en 2008)
étaient détenus à titre de garanties liées aux prises en pension de titres dont une tranche de 3 923 millions
de dollars (néant en 2008) peut être vendue ou affectée de nouveau en garantie. Au 31 mars 2009, la juste
valeur des titres vendus ou de nouveau donnés en garantie était nulle (nulle en 2008). Au 31 mars 2009, des
titres à rendement fixe d’une juste valeur de 100 millions de dollars (néant en 2008) étaient affectés en
garantie dans le cadre de prises en pension de titres. Ces opérations sont réalisées selon les modalités
habituelles des ententes de garantie.
f)
Contrats dérivés
Un dérivé est un contrat financier dont la valeur est fonction de celle des actifs, indices, taux d’intérêt ou taux
de change sous-jacents. La juste valeur de ces contrats est comptabilisée à titre des créances sur dérivés et
des passifs liés aux dérivés dans le tableau consolidé des placements. Le risque lié aux dérivés comprend
l’ajustement pour la juste valeur et les montants nominaux des contrats dérivés.
L’Office utilise différents types de produits dérivés, qui sont décrits ci-dessous :
Swaps
Les swaps incluent des swaps sur actions, sur variance, sur obligations, sur devises, sur obligations indexées
sur l’inflation, sur taux d’intérêt, sur défaillance ainsi que des swaps de variance qui constituent des accords
contractuels, négociés sur le marché hors cote, conclus entre deux contreparties et portant sur l’échange de
flux de trésorerie, selon des modalités prédéterminées et en fonction des montants nominaux. Les swaps
sont utilisés à des fins d’amélioration du rendement réel ou d’ajustement de l’exposition à certaines actions,
obligations, devises et obligations indexées sur l’inflation ainsi qu’à certains taux d’intérêt, sans qu’il soit
nécessaire d’acheter ou de vendre directement les actifs sous-jacents. Les swaps présentent un risque de
crédit lié à la possibilité que des contreparties ne puissent respecter les modalités de leur contrat.
L’exposition aux fluctuations des valeurs des actions, des notations, des taux d’intérêt et des taux de change
constitue également un risque.
Contrats à terme
Les contrats à terme incluent des contrats à terme sur actions, et sur obligations qui sont négociés en bourse
et qui visent l’achat ou la vente d’une quantité précise d’actions ou d’obligations, à un prix et une date
ultérieure prédéterminés. Ils servent à ajuster l’exposition à certaines actions et obligations sans qu’il soit
nécessaire d’acheter ou de vendre directement les actifs sous-jacents. Les principaux risques des contrats à
terme sont liés à l’exposition aux fluctuations de la valeur des actions, des taux d’intérêt et des taux de
change, selon le cas. Le risque de crédit des contrats à terme est restreint, car ces opérations sont
exécutées dans des bourses réglementées qui sont chacune associées à une chambre de compensation
dotée de capitaux suffisants pour assumer les obligations des deux contreparties.
Options
Les options sur actions vendues sont négociées hors bourse et consistent en des accords contractuels en
vertu desquels le vendeur donne à l’acheteur le droit, mais non l’obligation, d’acheter, à une date déterminée
ou avant cette date, une quantité précise d’une action particulière à un prix prédéterminé. Le vendeur reçoit
une prime de l’acheteur en contrepartie de ce droit. Les options sur actions sont utilisées à des fins
d’amélioration du rendement ou d’ajustement de l’exposition à certaines actions sans qu’il soit nécessaire
d’acheter ou de vendre directement les actifs sous-jacents. Les principaux risques des options sur actions
proviennent de l’exposition aux fluctuations de la valeur des actions et des taux de change, selon le cas. Les
options négociées hors bourse présentent un risque de crédit lié à la possibilité que des contreparties ne
puissent respecter les modalités de leur contrat.
Contrats à terme de gré à gré
Les contrats à terme de gré à gré incluent les contrats de change à terme et des contrats à terme de taux
d’intérêt qui constituent des accords contractuels, négociés sur le marché hors cote, conclus entre deux
contreparties et qui visent l’achat ou la vente d’une quantité précise de devises ou d’instruments financiers
sensibles aux taux d’intérêt, à un prix et une date ultérieure prédéterminés. Les contrats à terme de gré à
21
45
gré sont utilisés à des fins d’amélioration du rendement ou de gestion de l’exposition aux devises et aux taux
d’intérêt. Les principaux risques des contrats à terme de gré à gré proviennent d’une exposition à des
fluctuations des taux de change et des taux d’intérêt, selon le cas, et à la possibilité que des contreparties ne
puissent respecter les modalités de leur contrat.
Bons de souscription
Les bons de souscription sont négociés hors bourse et en bourse. En vertu de ces bons de souscription,
l’émetteur donne à l’acheteur le droit, mais non l’obligation, d’acheter, à une date déterminée ou avant cette
date, une quantité précise d’actions de l’émetteur à un prix prédéterminé. Les bons de souscription sont
utilisés à des fins d’amélioration du rendement. Les principaux risques des bons de souscription proviennent
de l’exposition aux fluctuations de la valeur des actions et des taux de change, selon le cas.
Montants nominaux et juste valeur des contrats dérivés
Les montants nominaux des contrats dérivés représentent les montants contractuels auxquels un taux ou un
cours est appliqué pour le calcul des flux de trésorerie à échanger. Les montants nominaux servent à
déterminer les gains et les pertes, ainsi que la juste valeur des contrats et représentent généralement une
mesure de leur exposition à une catégorie d’actifs à laquelle est lié le contrat. Ils ne sont pas comptabilisés
comme des actifs ni des passifs dans le bilan. Les montants nominaux ne constituent pas le gain ou la perte
qui pourrait découler du risque de marché ou du risque de crédit associé à un contrat dérivé.
22
46
La juste valeur des contrats dérivés détenus s’établit comme suit :
Au 31 mars 2009
(en millions de dollars)
Contrats sur actions
Swaps sur actions
Swaps de variance
Contrats à terme sur actions
Bons de souscription
Options vendues
Total des contrats sur actions
Contrats sur devises
Contrats à terme de gré à gré
Total des contrats sur devises
Contrats sur taux d’intérêt
Swaps sur obligations
Swaps sur devises
Swaps sur obligations indexées sur l’inflation
Contrats à terme de gré à gré de taux d’intérêt
Contrats à terme sur obligations
Swaps sur taux d’intérêt
Total des contrats sur taux d’intérêt
Contrats de crédit
Swaps sur défaillance
Total des contrats de crédit
Total
Pour l’exercice terminé
le 31 mars 2009
Juste
Juste
Juste
valeur
valeur
valeur moyenne
moyenne
1
1
nette
positive
négative
Juste
valeur
positive
Juste
valeur
négative
470
6
51
190
–
717
(273)
(138)
(1)
–
(128)
(540)
197
(132)
50
190
(128)
177
363
4
36
172
–
575
(425)
(84)
(34)
–
(99)
(642)
122
122
(165)
(165)
(43)
(43)
153
153
(212)
(212)
6
–
193
–
1
3
203
–
(412)
–
–
–
(2)
(414)
6
(412)
193
–
1
1
(211)
7
–
31
–
–
3
41
(8)
(238)
(45)
–
–
–
(291)
–
–
1 042
(1)
(1)
(1 120)
(1)
(1)
(78)
–
–
769
(1)
(1)
(1 146)
23
47
(en millions de dollars)
Contrats sur actions
Swaps sur actions
Swaps de variance
Contrats à terme sur actions
Bons de souscription
Options vendues
Total des contrats sur actions
Contrats sur devises
Contrats à terme de gré à gré
Total des contrats sur devises
Contrats sur taux d’intérêt
Swaps sur obligations
Swaps sur devises
Swaps sur obligations indexées sur l’inflation
Contrats à terme de gré à gré de taux d’intérêt
Contrats à terme sur obligations
Swaps sur taux d’intérêt
Total des contrats sur taux d’intérêt
Contrats de crédit
Swaps sur défaillance
Total des contrats de crédit
Total
1
Pour l’exercice terminé
Au 31 mars 2008
le 31 mars 2008
Juste
Juste
Juste Juste valeur Juste valeur
valeur
valeur
valeur
moyenne
moyenne
1
1
positive
négative
nette
positive
négative
227
–
16
–
–
243
(198)
(1)
(5)
–
–
(204)
29
(1)
11
–
–
39
288
–
12
–
–
300
(237)
–
(12)
–
–
(249)
79
(224)
(145)
186
(150)
79
(224)
(145)
186
(150)
13
–
9
–
–
–
(8)
(62)
–
–
–
–
5
(62)
9
–
–
–
9
–
1
–
–
–
(3)
(5)
–
–
–
–
22
(70)
(48)
10
(8)
–
–
–
–
–
–
–
–
–
–
344
(498)
(154)
496
(407)
Selon les valeurs de fin de mois.
24
48
Au 31 mars, l’échéance et les montants nominaux liés aux contrats dérivés détenus se détaille comme suit :
2009
Moins
1 à 5 6 à 10
de 1 an
ans
ans
(en millions de dollars)
Contrats sur actions
14 363 1 296
–
Swaps sur actions
3
110 4 877
Swaps de variance
3 781
–
–
Contrats à terme sur actions
59
377
8
Bons de souscription
–
265
–
Options vendues
Total des contrats sur actions
18 206 2 048 4 885
Contrats sur devises
16 597
–
–
Contrats à terme de gré à gré
Total des contrats sur devises
16 597
–
–
Contrats sur taux d’intérêt
1 469
–
–
Swaps sur obligations
1 477
–
–
Swaps sur devises
Swaps sur obligations indexées
3 099
–
–
sur l’inflation
Contrats à terme de gré à gré sur
–
–
–
taux d’intérêt
379
–
–
Contrats à terme sur obligations
–
546
46
Swaps sur taux d’intérêt
Total des contrats sur taux
d’intérêt
6 424
546
46
Contrats de crédit
–
74
25
Swaps sur défaillance
Total des contrats de crédit
–
74
25
Total
41 227 2 668 4 956
2008
Total
Moins
de 1 an
1 à 5 6 à 10
ans
ans
Total
15 659
4 990
3 781
444
265
25 139
10 796
–
2 969
–
–
13 765
1 500
–
–
–
–
1 500
–
597
–
–
–
597
12 296
597
2 969
–
–
15 862
16 597
16 597
14 899
14 899
–
–
–
–
14 899
14 899
1 469
1 477
2 401
–
–
1 477
–
–
2 401
1 477
3 099
762
–
–
762
–
379
592
276
–
–
–
–
–
–
–
–
276
–
–
7 016
3 439
1 477
–
4 916
99
99
48 851
–
–
32 103
–
–
2 977
–
–
597
–
–
35 677
g) Prêts de titres
En septembre 2008, l’Office a suspendu son programme de prêts de titres. Dans des conditions de marché
normales, le prêt de titres constitue un moyen comportant de faibles risques pour ajouter un surcroît de
valeur au portefeuille. Le risque de crédit lié aux prêts de titres était réduit par l’obligation imposée à
l’emprunteur de fournir une garantie quotidienne sous la forme de placements facilement négociables dont la
valeur de marché est supérieure à celle des titres prêtés. Cependant, la hausse du risque de crédit a
considérablement modifié le rapport risque/rendement. Au 31 mars 2009, les placements de l’Office
comprennent des titres prêtés d’une juste valeur de néant (2 480 millions de dollars en 2008). La juste valeur
des garanties reçues à l’égard de ces prêts est de néant (2 606 millions de dollars en 2008).
25
49
7.
Facilités de crédit
L’Office maintient des facilités de crédit non garanties de 1,5 milliard de dollars (1,5 milliard en 2008) pour
répondre à des besoins éventuels de liquidités. Au 31 mars 2009, aucun montant n’avait été tiré sur les
facilités de crédit (aucun en 2008).
8.
Créditeurs et charges à payer
2009
2008
(en millions de dollars)
Charges d’exploitation
Pensions et prestations à payer
Impôts déduits à remettre à l’Agence du revenu du Canada
124
229
115
121
161
110
Total des créditeurs et charges à payer
468
392
9.
Perte de placement nette
La perte de placement nette est présentée déduction faite des coûts de transaction et des frais de gestion
des placements.
26
50
Le revenu (la perte) de placement net (nette) par catégories d’actifs, compte tenu des contrats dérivés, des
créances sur placements et des passifs liés aux placements, pour l’exercice terminé le 31 mars, s’établit
comme suit :
(en millions de dollars)
Actions
Actions canadiennes
Actions de sociétés
ouvertes
Actions de sociétés
fermées
Actions étrangères sur les
marchés établis
Actions de sociétés
ouvertes
Actions de sociétés
fermées
Actions sur les marchés
émergents
Actions de sociétés
ouvertes
Actions de sociétés
fermées
Placements à rendement
fixe
Obligations
Autres titres de créance
Titres du marché
monétaire
Stratégies de rendement
absolu
Placements sensibles à
l’inflation
Biens immobiliers
publics
Biens immobiliers privés
Obligations indexées sur
l’inflation
Infrastructures
Intérêts sur solde
d’exploitation
Total
Gain net
(perte nette)
Revenu de
sur les
1
2,3,4
placement placements
2009
Total du
Revenu
revenu (de
Frais de
Coûts (perte) de
la perte) de gestion des
de placement
placement placements transaction
net(te)
339
(9 012)
(8 673)
(1)
(19)
(8 693)
11
350
(69)
(9 081)
(58)
(8 731)
(11)
(12)
(2)
(21)
(71)
(8 764)
1 617
(12 154)
(10 537)
(28)
(27)
(10 592)
57
1 674
(2 665)
(14 819)
(2 608)
(13 145)
(222)
(250)
(7)
(34)
(2 837)
(13 429)
3
(101)
(98)
(1)
(6)
(105)
–
3
2 027
(15)
(116)
(24 016)
(15)
(113)
(21 989)
(25)
(26)
(288)
–
(6)
(61)
(40)
(145)
(22 338)
1 308
2
638
(1 295)
1 946
(1 293)
–
(13)
–
–
1 946
(1 306)
100
1 410
(422)
(1 079)
(322)
331
–
(13)
–
–
(322)
318
–
108
108
(20)
–
88
18
320
(269)
(1 485)
(251)
(1 165)
(8)
(49)
(1)
(11)
(260)
(1 225)
55
237
630
(131)
(295)
(2 180)
(76)
(58)
(1 550)
–
(5)
(62)
–
(20)
(32)
(76)
(83)
(1 644)
6
4 073
–
(27 167)
6
(23 094)
–
(383)
(93)
6
(23 570)
27
51
(en millions de dollars)
Actions
Actions canadiennes
Actions de sociétés
ouvertes
Actions de sociétés
fermées
Actions étrangères sur les
marchés établis
Actions de sociétés
ouvertes
Actions de sociétés
fermées
Actions sur les marchés
émergents
Actions de sociétés
ouvertes
Actions de sociétés
fermées
Placements à rendement
fixe
Obligations
Autres titres de créance
Titres du marché
monétaire
Stratégies de rendement
absolu
Placements sensibles à
l’inflation
Biens immobiliers
publics
Biens immobiliers privés
Obligations indexées sur
l’inflation
Infrastructures
Intérêts sur solde
d’exploitation
Total
Gain net
(perte nette)
Revenu de
sur les
1
2,3
placement placements
2008
Total du
revenu (de la
perte) de
placement
Revenu
Frais de
Coûts (perte) de
gestion des
de placement
placements transaction
net(te)
309
986
1 295
(8)
(23)
1 264
13
322
21
1 007
34
1 329
(12)
(20)
(7)
(30)
15
1 279
1 881
(7 694)
(5 813)
(8)
(26)
(5 847)
105
1 986
980
(6 714)
1 085
(4 728)
(128)
(136)
(12)
(38)
945
(4 902)
–
(50)
(50)
–
–
(50)
–
–
2 308
8
(42)
(5 749)
8
(42)
(3 441)
(17)
(17)
(173)
–
–
(68)
(9)
(59)
(3 682)
1 426
–
560
(48)
1 986
(48)
–
(2)
–
(1)
1 986
(51)
67
1 493
9
521
76
2 014
–
(2)
–
(1)
76
2 011
–
106
106
(23)
–
83
28
259
(222)
276
(194)
535
(5)
(27)
(1)
(19)
(200)
489
89
134
510
287
551
892
376
685
1 402
–
(3)
(35)
–
(24)
(44)
376
658
1 323
8
4 319
–
(4 230)
8
89
–
(233)
–
(113)
8
(257)
1
Comprend les intérêts créditeurs, les dividendes, le produit tiré des prêts de titres et le bénéfice d’exploitation provenant des
placements dans les biens immobiliers privés, déduction faite des intérêts débiteurs.
2
Comprend les gains et les pertes réalisés sur les placements, ainsi que les gains et les pertes non réalisés sur les placements
détenus à la fin de l’exercice.
3
Comprend des gains de change de 6 789 millions de dollars (pertes de change de 1 365 millions en 2008).
4
Comprend des pertes nettes non réalisées de 1 209 millions de dollars qui correspondent à la variation de la juste valeur estimative
des placements directs dans des actions de sociétés fermées, des infrastructures et des biens immobiliers fermées, pour lesquelles la
juste valeur est essentiellement calculée d’après des hypothèses fondées sur des données non observables sur le marché .
28
52
10.
Charges d’exploitation
2009
2008
(en millions de dollars)
Charges générales d’exploitation
Salaires et avantages sociaux
Honoraires de services professionnels et services-conseils
309
364
21
275
306
18
Total des charges d’exploitation
694
599
11.
Responsabilités liées à l’actif net et à l’évolution de l’actif net
La gestion des actifs et des activités du RPC est partagée entre différents ministères fédéraux et l’Office
d’investissement du RPC. L’Office est responsable de l’investissement de la majorité des actifs du RPC,
tandis que le gouvernement du Canada (GdC), par l’entremise de différents ministères fédéraux, effectue la
gestion des actifs restants ainsi que du recouvrement des cotisations faites au RPC et la gestion et le
paiement des prestations du RPC. Afin de démontrer la responsabilité de chaque partie, le tableau suivant
présente une information sommaire sur les portions de l’actif et du passif et sur les sources de revenus et
charges gérées par le GdC et l’Office.
(en millions de dollars)
Actif
Passif
Actif net
Revenus (pertes) :
Cotisations
Revenus (pertes) de
placement
Charges :
Pensions et prestations
Charges d’exploitation
Augmentation (diminution) de
l’actif net
GdC
2009
Office
Total
GdC
2008
Office
Total
4 886
365
4 521
112 486
6 985
105 501
117 372
7 350
110 022
4 371
289
4 082
130 923
8 220
122 703
135 294
8 509
126 785
36 506
–
36 506
35 346
–
35 346
6
36 512
(23 576)
(23 576)
(23 570)
12 936
11
35 357
(268)
(268)
(257)
35 089
29 005
505
29 510
–
189
189
29 005
694
29 699
27 536
445
27 981
–
154
154
27 536
599
28 135
7 002
(23 765)
(16 763)
7 376
(422)
6 954
er
Conformément à l’article 108.1 de la loi sur le RPC et à l’Accord en date du 1 avril 2004, les sommes non
nécessaires à l’atteinte des obligations spécifiques du RPC sont transférées hebdomadairement à l’Office.
Les fonds proviennent des cotisations au RPC de la part des employeurs et des employés et des intérêts
créditeurs générés par le dépôt auprès du receveur général.
En septembre 2004, l’Office assumait la responsabilité d’offrir des services de gestion de la trésorerie au
RPC, incluant un retour périodique, sur une base mensuelle au minimum, des fonds nécessaires pour couvrir
les prestations et les charges du RPC.
29
53
Durant l’exercice terminé le 31 mars 2009, un total de 29,1 milliards de dollars a été transféré à l’Office et un
total de 22,6 milliards de dollars a été retourné au RPC pour satisfaire ses besoins de trésorerie.
Activités durant l’exercice
Office d’investissement du régime de pensions du Canada
2009
2008
(en millions de dollars)
Transferts cumulatifs à l’Office au début de l’exercice
Transferts d’obligations et des intérêts courus
Transferts de fonds à l’Office
Transferts cumulatifs à l’Office à la fin de l’exercice
153 073
–
29 131
182 204
125 289
630
27 154
153 073
Transferts cumulatifs de l’Office au début de l’exercice
Transferts de fonds de l’Office
Transferts cumulatifs de l’Office à la fin de l’exercice
(62 714)
(22 568)
(85 282)
(42 120)
(20 594)
(62 714)
96 922
90 359
Transferts cumulatifs nets à l’Office
12.
Engagements
L’Office s’est engagé à conclure des opérations de placement qui seront financées au cours des prochains
exercices conformément aux modalités convenues. Au 31 mars 2009, les engagements en cours totalisent
23,9 milliards de dollars (18,6 milliards en 2008).
Au 31 mars 2009, l’Office a pris des engagements de location et d’autres engagements pour un montant
s’élevant à 54,7 millions de dollars (59,4 millions en 2008) s’échelonnant sur les neuf prochains exercices.
13.
Éventualités
a) Appels concernant le paiement de pensions et de prestations
Au 31 mars 2009, il existait 6 810 appels (6 962 en 2008) concernant le paiement de prestations d’invalidité
du RPC. Ces éventualités sont estimées de façon raisonnable, en utilisant des données historiques, à un
montant de 71 millions de dollars (79 millions en 2008), lequel a été comptabilisé comme une charge à payer
dans les états financiers 2008-2009 du RPC. Toute prestation admissible sera comptabilisée dans l’exercice
au cours duquel le montant sera quantifiable.
b) Autres réclamations et actions en justice
Dans le cours normal des affaires, le RPC est engagé dans diverses réclamations et actions en justice. Bien
que le montant des réclamations puisse être important, leur dénouement ne peut être évalué. Le RPC
comptabilise une provision pour les réclamations et les actions en justice lorsqu'il est probable qu'un
paiement soit fait et qu'un estimé raisonnable puisse être fait. Aucune provision n'a été comptabilisée dans
les états financiers 2008-2009 et 2007-2008 pour ces réclamations et actions en justice.
30
54
c) Garanties et indemnisations
L’Office fournit des garanties à ses dirigeants, à ses administrateurs et, dans certains cas, à diverses
contreparties. L’Office peut être tenu d’indemniser ces parties pour les coûts engagés par suite de diverses
éventualités, telles que des modifications législatives ou réglementaires et des poursuites. La nature
atypique des conventions d’indemnisation empêche l’Office de faire une estimation raisonnable des
paiements potentiels maximaux qu’il pourrait être tenu d’effectuer. Jusqu’à présent, l’Office n’a pas reçu de
demandes ni effectué de paiements d’indemnisation.
14.
Opérations entre apparentés
En plus des opérations déjà présentées dans les autres notes afférentes aux états financiers consolidés, le
RPC a 4 662 millions de dollars (4 128 millions en 2008) de cotisations à recevoir de l’Agence du revenu du
Canada.
Le RPC effectue des opérations avec le gouvernement du Canada dans le cours normal de ses activités,
lesquelles sont inscrites à la valeur d’échange. Les charges sont déterminés d’après une estimation de la
répartition des coûts et sont imputés au RPC conformément à un protocole d’entente.
Opérations de l’exercice
Administration des pensions et des prestations, locaux et services ministériels
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
Perception des cotisations et services d’enquêtes
Agence du revenu du Canada et Gendarmerie royale du Canada
Émission des chèques et services informatiques
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Services actuariels
Bureau du surintendant des institutions financières et ministère des Finances
Total
15.
2009
2008
(en millions de dollars)
345
291
146
140
12
12
2
505
2
445
Chiffres correspondants
Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour se conformer à la présentation de l’exercice courant.
31
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising