Manual 18149095

Manual 18149095
© 1971. Centre de Recherches pour le Développement International
Siège Social: Boite postale 8500, Ottawa, Canada. KlG 3H9
Prix $1 (Edition microfiche $ 1)
IDRC-003 e,f
RAPPORT ANNUEL 1970-1971
P~ Building
Ri~erçid~ Drive
Ottawa, Canada
Cable: RECENTRE
500,
INTERNATIONAL DEVELOPMENT RESEARCH CENTRE
CENTRE DE RECHERCHES POUR LE D~VELOPPEMENT INTERNATIONAL
2197
KlG 3H9
dune 30, 1971
L’honorable Mitchell Sharp,
Secrétaire d’état aux Affaires extérieures,
Minist~re des Affaires extérieures,
Ottawa.
Monsieur,
J’ai l’honneur de vous faire parvenir, sous ce
pli, le rapport annuel du Centre de recherches pour le développement
international pour l’année fiscale qui se termine le 31 mars 1971,
afin qu’il soit présenté au Parlement selon ce qui est stipulé à
l’article 22 de la loi sur le Centre de recherches pour le développement
Je vous
prieElizabeth
de bien vouloir
l’expression
de mes
international
(18-19
Il, 1970,agréer
chapitre
36).
sentiments les plus distingués.
7.
Lester B. Pearson
Président du Conseil
TABLE DES MATIERES
Page
Membres du Conseil des gouverneurs
Cadres supérieurs du Centre
Rapport Annuel 1970-1971
Sciences
Sciences
Sciences
Sciences
de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition
de l’information
de la population et de la santé
sociales et ressources humaines
Etats financiers
Rapport de l’Auditeur général
Rapport Annuel 1970-1971
8
9
10
10
LE CONSEIL DES GOUVERNEURS
*
*
*
Le trés honorable Lester B. Pearson
Président du Conseil des gouverneurs
Louis Berlinguet
Vice-président du Conseil des gouverneurs,
Président du comité de direction,
Vice-président à la recherche,
Université du Québec, Québec, Canada.
W. David Hopper,
Président et administrateur en chef du Centre,
Centre de recherches pour le développement international,
Ottawa, Canada.
Pierre Bauchet,
Directeur scientifique,
Centre national de la recherche scientifique,
Paris, France.
John G. Bene,
*
Président,
Weldwood of Canada,
Vancouver, Canada.
C. Fred Bentley,
Professeur, Science des sols,
Université d’Alberta,
Edmonton, Canada.
Irving Brecher,
Directeur,
Centre d’études des régions en voie de développement,
Université McGill,
Montréal, Canada.
Roberto Campos,
Président,
Banque de développement industriel,
Rio de Janeiro, Brésil.
John Crawford,
Vice-chancelier,
Université nationale d’Australie,
Canberra, Australie.
A.L. Dias,
Gouverneur de l’état du Tripura,
Tripura, Inde.
René Dubos,
Professeur de microbiologie,
Université Rockefellcr,
New York, U.S.A.
Rapport Annuel 1970-1971
3
Lila Engberg,.
Economiste domestique (Université de Guelph)
Université du Ghana,
Ghana, Afrique.
*
Paul Gérin-Lajoie,
Président,
Agence canadienne de développement international,
Ottawa, Canada.
Lady Barbara Ward Jackson,
Professeur invité à l’Université Columbia (N.Y.)
Londres, Angleterre.
*
Ralph M. Medjuck,
Président,
Centennial Properties Limited,
Halifax, Canada.
Rex M. Nettleford,
Professeur,
Etudes Extra-muros,
Université des Antilles,
Kingston, Jamaique.
H.A. Oluwasanmi,
Vice-Chancelier,
Université d’lfe,
Nigéria.
A.F.W. Plumptre,
Directeur,
Collège Scarborough,
West HilI, Canada.
M. Sankalé,
Doyen de la faculté de médecine,
Université de Dakar,
Dakar, Sénégal.
*
Maurice F. Strong,
Secrétaire-général,
Conférence sur l’environnement humain,
Nations unies,
New York, U.S.A.
Puey Ungphakorn,
Gouverneur de la Banque centrale,
Doyen de l’économique, Université Thammasat,
Bangkok, Thailande.
*
4
Membre du comité de direction.
Rapport Annuel 1970-1971
CADRES SUPERIEURS DU CENTRE
Président, W. David Hopper
Trésorier, T. Hanley Bennett
Secrétaire, James C. Pfeifer
Directeur administratif, Edmund J. O’Brien
Directeur, Sciences de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition. Jo~eph H. Hulse.
Directeur, Sciences de l’information, John E. Woolston
Directeur, Sciences de la population et de la santé, Dr. George F. Brown
Directeur, Sciences sociales et ressources humaines, Ruth K. Zagorin
Rapport Annuel 1970-1971
5
RAPPORT ANNUEL 1970-1971
sont en voie de transition d’un mode de
vie traditionnel à un mode de vie moderne. De par leur nature même, la plupart
de ces problèmes ne trouveront de solution que par un examen sur place dans
un milieu de développement local. En
choisissant ce genre de problèmes, le
Conseil a insisté de façon particulière sur
le mandat donné au Centre visant à
“aider les régions en voie de développement à se livrer à la recherche scientifique, à acquérir les techniques innovatrices et les institutions requises pour résoudre leurs problèmes.” La direction du
Centre a reçu le mandat de commencer à
établir les modalités d’associations internationales qui grouperaient les établissements de recherche des pays développés
et des pays en voie de développement et
leurs travailleurs en des communautés
solidaires composées de scientifiques travaillant à des problèmes communs; et
Les buts du Centre, tels que définis dans la Loi
sur le Centre de recherches pour le développement international, sont: d’entreprendre, d’encourager, de soutenir et de poursuivre des recherches sur les problèmes des régions du monde en
voie de développement et sur les moyens d’application et d’adaptation des connaissances
scientifiques, techniques et autres au progres
économique et social de ces régions et, dans la
réalisation de ces objets,
(a)
de s’assurer les services de scientifiques et
techniciens des sciences naturelles et des
sciences sociales tant du Canada que de
l’étranger;
(b)
d’aider les régions en voie de développement à se livrer à la recherche scientifique, à acquérir les techniques innovatrices et les institutions requises pour résoudre leurs problèmes;
(c)
d’encourager en général la coordination
de la recherche pour le développement
international; et
(d)
de promouvoir la coopération en matière
de recherche portant sur les problèmes
de développement entre les régions développées et les régions en voie de développement, à leur avantage réciproque.
La Loi sur le Centre de recherches pour le
développement international a été sanctionnée le
13 mai 1970. Les gouverneurs du Centre ont été
nommés par le Gouverneur en conseil au cours
du mois d’octobre 1970 et l’assemblée inaugurale du Conseil des gouverneurs fut tenue au
bureau principal du Centre à Ottawa, du 26 au
28 octobre 1970.
Afin de réaliser les objectifs du Centre, le
Conseil des gouverneurs a décidé, lors de sa
première assemblée, de concentrer son attention
au cours des premières années sur:
(1)
la vaste gamme des problèmes de la
dynamique du développement qui présentent de bonnes possibilités de solution
au moyen de l’application des méthodologies de la recherche scientifique et des
enquêtes relatives à la technologie appliquée, notamment des problèmes qui
touchent au bien-être des populations
vivant dans des endroits ruraux et qui
Rapport Annuel 1970-1971
(2)
le grand nombre d’exigences qui doivent
être rencontrées afin d’édifier avec succès
un système mondial d’information qui
mettrait à la disposition des pays en voie
de développement la documentation et
l’entendement requis dans le domaine de
la science et de la technologie pour
formuler les politiques du développement et la mise sur pied de programmes
d’expansion.
Les activités de recherche et de soutien de la
recherche que poursuit le Centre sont groupées
sous quatre programmes: sciences de l’agriculture, de l’alimentation et de la nutrition; sciences
de l’information; sciences de la population et de
la santé; sciences sociales et ressources humaines.
Le directeur de chaque programme est chargé
d’établir un ensemble interdépendant d’activités
de recherche se rattachant de façon spécifique
aux soucis les plus pressants des pays en voie de
développement à mesure que le Centre en prend
connaissance grâce aux travailleurs à la recherche et aux artisans des politiques des pays à
faible revenu. Le Centre se concentrera sur les
éléments particulièrement critiques qui empêchent la croissance équilibrée d’une société
totale, et sur les façons dont le Centre peut jouer
le rôle de catalyseur afin de réaliser la fusion
7
interdisciplinaire des compétences qui sera né- donné que le Centre se soucie aussi bien des
cessaire si l’on veut s’attaquer d’une manière besoins du consommateur que du producteur
significative et soutenue aux problèmes chan- rural, la recherche portant sur les problèmes de
geants d’une société humaine dynamique.
la production ne sera pas isolée des problèmes
des
nécessités vitales.
Une attention spéciale a été accordée à la
coordination entre les efforts du Centre et les
autres activités de recherche sur le développement conduites ou subventionnées par des agences multilatérales, les programmes internationaux d’aide mis sur pied par les pays développés,
les programmes des grandes fondations privées
et, le plus important peut-être, les affectations à
la recherche faites par les pays en voie de
développement alors qu’ils cherchent la solution
à leurs propres problèmes. Le Centre est membre
du groupe consultatif sur la Recherche agricole
internationale commanditè par la Banque mondiale, le Programme des Nations Unies pour le
Développement et l’Organisation de l’Alimentation et de l’Agriculture. Les cadres supérieurs du
Centre ont participé de façon intensive à des
groupes de travail convoqués afin de conseiller la
plupart des organisations internationales par
rapport à certains sujets qui se rapportent à la
recherche en science et en technologie appliquée
au développement. Les membres du personnel
du Centre ont fait office d’experts-conseil auprès
de plusieurs gouvernements de pays en voie de
développement et ont fourni une aide professionnelle afin de prèparer et mettre sur pied
plusieurs programmes de recherche qui sont pris
en considération ou poursuivis à tous les niveaux
de l’autorité mondiale.
Sciences de l’Agriculture, de l’Alimentation et
de la Nutrition
La division des sciences de l’agriculture, de
l’alimentation et de la nutrition s’occupe de
projets visant à accroître la productivité et les
profits des fermiers .et des pêcheurs et à améliorer les systèmes de protection, de distribution et
d’utilisation des cultures vivrières. Grâce à une
coopération étroite avec les autres divisions du
Centre, une attention ègale sera consacrée à
l’impact de la recherche conduite par le Centre
dans les domaines de l’agriculture, des pêcheries
et de la foresterie sur l’ensemble des éléments
affectant la santé des peuples ruraux et leur bienêtre économique et social. Une attention particulière seta portée au développement de technologies nouvelles qui conviennent à la création
d’industries rurales de transformation. Etant
Afin que les efforts du Centre soient coordonnés avec ceux d’autres institutions, une liaison a
été établie avec le groupe de la Banque mondiale, ainsi que les fondations Ford, Rockefeller et
Kellogg, le Programme des Nations Unies pour
le Développement, l’Organisation de l’Alimentation et de l’Agriculture et d’autres agences
internationales. Plusieurs rencontres ont eu lieu
avec les universités canadiennes, les départements gouvernementaux et différentes sociétés
savantes et professionnelles.
Le personnel de la division comprend un
directeur et des officiers responsables des sciences de la zootechnie, de la protection et de
l’utilisation des vivres, de la nutrition humaine et
des sciences domestiques. Il y a des postes
ouverts dans le domaine des sciences des plantes
et des systèmes agricoles; des ressources marines
et pêcheries; et des ressources naturelles et
forestières. Il est escompté que ces postes seront
comblés très bientôt. Les cadres supérieurs seront
situés à divers endroits à travers le Canada, à
l’intérieur ou près de centres importants de
recherches et d’études appropriées.
Au cours de l’année le Centre a octroyé
$6,000.00 afin d’appuyer un projet se rapportant
à la déshydratation osmotique des aliments.
L’objectif de ce projet est de développer un
système de déshydratation amélioré et économique, employant du sucre ou du sel. La recherche
se fait à l’Institut de recherches sur les aliments à
Ottawa et des liens sont en voie d’être établis
avec des institutions des Caraïbes et de l’Afrique
occidentale.
Le Centre entreprendra la gestion de deux
programmes majeurs de recherche agricole au
nom de l’Agence canadienne de développement
international (ACDI). Le premier, en collaboration avec le Centre international pour l’amélioration du mais et du blé à Mexico et une université
canadienne, est destiné à accélérer le taux de
développement du nouveau grain de céréale
triticale. Le deuxième, en collaboration avec le
Centre d’agriculture tropicale (CIAI) en Colombie, vise à accroître les récoltes et la qualité en
Rapport Annuel 1970-1971
protéines du manioc employé dans l’alimentation humaine et employé aussi comme pâture
pour les pourceaux.
Sciences de l’inrormation
Des discussions sont en cours avec des agences
de recherche des Caraïbes afin d’établir des
projets visant à subventionner le développement
et l’amélioration plus poussée des légumineuses
alimentaires et fourragères, et à entreprendre la
recherche portant sur une méthode simple et
nouvelle pour la préparation d’aliments de bébé
à haute teneur en protéines. Un projet de
développement rural dans l’Honduras et un
projet sur l’amélioration de la nutrition animale
au Pérou sont à l’étude en ce moment.
Des discussions préliminaires ont eu lieu en
relation avec les efforts faits par d’autres agences
en vue d’établir les systèmes destinés à manipuler l’information spécialisée, scientifique, technique et économique. L’Organisation des Nations
Unies pour le développement industriel s’emploie à mettre sur pied un réseau de bureaux
d’information industrielle ayant des liens avec
des sources d’information appropriées et le
Centre tente de déterminer de quelle façon il
peut le mieux contribuer à cet objectif. Le Centre
examine également les efforts faits par l’Organisation de l’Alimentation et de l’Agriculture des
Nations Unies en coopération avec d’autres
organisations, en vue d’établir un systéme fonctionnant par ordinateurs pour manipuler la
littérature mondiale sur l’alimentation et
l’agriculture.
La division des sciences de l’information a pour
objet primordial de seconder les initiatives de
coopération, particulièrement au sein de la
Parmi les projets en cours, on compte un famille des Nations Unies, afin de développer
projet de pêcheries rurales en Afrique occidenta- des systèmes d’information qui permettent aux
le visant à poursuivre la recherche sur l’améliora- agences internationales, nationales et volontaires
tion des méthodes de pêche, de préparation, de d’apporter leur contribution de même que d’obconservation, de marketing et de distribution du tenir l’information relative au développement.
poisson d’eau salée et d’eau douce dans les
Le personnel de la division est restreint mais
communautés rurales. Un projet préparé par
l’on envisage la nomination d’un adjoint au
l’Institut agricole de Colombie cherchera à
directeur et d’un préposé au programme de
développer et mettre à l’épreuve une stratégie
recherche. Un bibliothécaire pour le Centre sera
relative au transfert des connaissances techninommé afin d’installer et d’administrer une
ques, économiques et sociales aux peùts fermiers.
modeste bibliothèque de travail aux quartiers
Une étude des systèmes économiques agricoles à
généraux du Centre.
la Barbade cherche a fournir des données plus
fiables qui puissent servir à l’édification de
Au cours de ses opérations initiales, la division
politiques futures.
a participé à des discussions avec les Nations
Unies et certaines de ses agences spécialisées afin
d’en arriver à définir un système d’information
La division aide à mettre sur pied une série de
auquel la division puisse donner son appui
projets interreliés qui se rapportent au dévelop- financier. Le Centre a autorisé l’octroi d’une
pement d’un système simple et économique qui subvention au Centre de développement de
puisse être établi et utilisé dans les communautés l’Organisation de Coopération et de Développerurales, afin d’améliorer la préparation et l’utili- ment Economiques (OCDE), au montant de
sation des grains de céréales et des légumineuses. $28,000. afin de restructurer les éléments d’une
De plus, des études détaillées se poursuivent sur Liste Commune dc Descripteurs en un “macrola production horticole et sur la possibilité lexique” qui pourrait devenir un élément-clé
d’exportation et le marché local des fruits et des dans un système coopératif destiné à manipuler
légumes qui sont, ou pourraient être, cultivés l’information sociale et économique relative au
d’une façon rentable dans la région des développement. Une personne employée sous
Caraïbes.
contrat par le CRDI est postée à Paris en vue
d’aider l’OCDE dans son travail.
De plus, la division a fourni des services
techniques et consultatifs relatifs à la science et à
la technologie de l’alimentation et de sujets
afférents à l’Agence canadienne de développement international.
Rapport Annuel 1970-1971
Alors que la division se soucie d’établir des
banques d’information et de données au niveau
international, elle s’assurera de façon particulière
que les pays en voie de développement soient
capables d’exploiter ces banques afin de satisfaire à leurs besoins locaux. Par le passé, plusieurs
organisations ont tenté d’améliorer les services
d’information et de bibliothèque dans les pays
en voie de développement en se servant d’aide
technique. La division est à examiner ce qui a été
accompli afin de déterminer les initiatives prometteuses qui pourraient être subventionnées à
l’avenir.
Sciences de la Population et de la Santé
La division des sciences de la population et de la
santé se soucie avant tout des problèmes provoqués par de la croissance rapide de la population
à travers le monde - en particulier la façon dont
ces problèmes affectent la santé et le bien-être
des populations rurales - et de la distribution des
services de santé. Le travail de la division
s’oriente vers deux domaines principaux, c’est-àdire les sciences de la population et celles de la
santé.
Dans le domaine de la population, ta division
s’occupe de recherche orientée vers un but se
rapportant aux techniques améliorées de contraception pour la régulation des naissances, la
diffusion de services et d’information sur la
planification familiale, la recherche fonctionnelle
sur la planification familiale dans les régions en
voie de développement sous des conditions
locales variées. Les éléments déterminants et les
conséquences de la croissance de la population et
les politiques sur la population sont un souci
primordial. Les sciences de la santé portent une
attention spéciale à la distribution de services
fondamentaux de la santé aux populations rurales dans les pays en voie de développement, la
formation et le rayonnement de différents groupes de professionnels de la santé, et l’encouragement d’une participation active des communautés locales dans de telles activités.
Au cours de l’année certains pays de l’Afrique,
de l’Asie et de l’Amérique latine furent visités
afin d’élaborer des projets précis. La division a
participé à un certain nombre de rencontres
internationales sous les auspices des Nations
Unies, de l’Organisation de Coopération et de
Développement Economiques (OCDE) et d’autres organisations, et des contacts ont été établis
avec les groupes académiques, les organisations
de recherche et les individus qui s’occupent de
questions pertinentes au Canada et dans les pays
en voie de développement.
Le personnel de la division comprend un
directeur et des chargés de la démographie et de
la recherche fonctionnelle sur la planification
familiale. Les services d’experts-conseil en démographie, en régulation de la fertilité et en
planification familiale ont été retenus.
Un octroi de $69,790.00 a été accordé à
l’université de Western Onîario afin de permettre
une étude du déclin de la natalité à la Barbade
pour déterminer l’importance relative des variables-clé, y compris la pratique de la planification
familiale, qui ont donné lieu à un déclin marqué
de la natalité dans ce pays. Le coût de la
formation de travailleurs à la recherche à la
Barbade fait partie intégrale de l’octroi.
Afin de préparer et mettre sur pied d’autres
projets relatifs à la régulation de la natalité, la
division a formé un groupe de travail composé
de chercheurs d’expérience dans le domaine de
la reproduction. De plus, la division est en ce
moment à examiner la possibitite de sa participation à des projets de recherche collaborative
internationale dans le domaine de la régulation
de la natalité, et des projets de recherche fonctionnelle sur la planification familiale actuellement mis sur pied en Afrique. En Amérique
latine, la division examine les études sur la
politique démographique et sur la politique de la
population et des subventions possibles à des
institutions de recherche.
De plus, la division a fourni un service permanent d’experts-conseil à l’Agence canadienne de
développement international (ACDI) dans leurs
programmes multilatéraux, bilatéraux et nongouvernementaux relatifs aux sciences de la
population et de la santé.
Sciences sociales et ressources humaines
Au nombre des domaines où se portera l’attention de la division des sciences sociales et des
ressources humaines, il y a le rôle des sciences
sociales dans le développement, la dynamique
rurale-urbaine, le développement des ressources
humaines, la politique scientifique et l’éducation.
Rapport Annuel 1970-1971
Dans le domaine des sciences sociales les
efforts du Centre visent à aider les chercheurs et
les institutions de recherche des pays en voie de
développement à déterminer les problèmes majeurs qui demandent une recherche plus poussée
et à prêter assistance quant à la formulation et
au subventionnement de projets qui correspondent à ces priorités de recherche. Le domaine de
la dynamique rurale-urbaine nécessite des recherches visant à acquérir une compréhension
des mouvements de population entre les centres
ruraux et urbains dans le monde en voie de
développement. Il faudra chercher à identifier
les petites communautés ou centres qui présentent un potentiel de croissance et à déterminer
quelles sont les modalités de l’infra-structure, de
l’industrie, de l’emploi, de l’éducation et des
services sociaux nécessaires à la création de
centres de croissance viables qui aideraient à
endiguer le flux de la population vers les grands
centres urbains. Dans le développement des
ressources humaines, la division a pour fonction
principale d’aider, au moyen d’octrois de bourses, des professionels venant de milieux universitaires ou autres qui désirent améliorer leurs
connaissances et leur compétence en relation
avec la théorie et la pratique du développement.
La recherche portant sur la politique scientifique
s’oriente vers des projets qui permettront la
formulation de politiques scientifiques et technologiques et qui identifieront les problèmes du
transfert technologique et les moyens qui permettront à ce transfert de mieux s’effectuer.
Dans le domaine de l’éducation, il s’agit de
donner un appui à la recherche relative à
l’emploi de la technologie dans la solution de
problèmes éducationnels particuliers qui existent
dans les pays en voie de développement.
Le personnel préposé au programme est actuellement restreint. Il comprend un directeur
adjoint pour la politique scientifique, posté à
l’université de Sussex en Angleterre. Au cours de
l’année la division s’est appuyée sur l’aide
compétente d’un certain nombre d’experts-conseil. Des cadres supérieurs ayant une formation
en éducation, en science politique, en économique et en urbanisme seront bientôt embauchés.
Afin d’identifier les domaines où l’appui du
Centre aura l’impact le plus considérable, la
division a rencontré des agences des Nations
Unies et des représentants d’autres agences ou
institutions nationales et internationales. Un
Rapport Annuel 1970-1971
certain nombre de propositions demandant l’appui financier du Centre ont été examinées et, au
cours de l’année, trois projets d’envergure ont été
approuves.
Le Centre a alloué la somme de $84,000.00
pour le subventionnement d’une étude sur la
migration rurale-urbaine et le développement
métropolitain conduite par l’Association internationale de recherches métropolitaines et de
développement (INTERMET). L’étude comprend l’examen des problèmes des nouveaux
habitants des taudis urbains et des squatters dans
huit villes du monde en voie de développement.
Cette étude étant menée par des institutions des
huit villes travaillant conjointement, ses résultats
conduiront à la formulation de politiques et de
programmes basés sur une connaissance plus
exacte du degré d’importance du problème du
squatter immigrant dans les grands centres
urbains en tant que problème à l’échelle nationale plutôt qu’un problème propre au grand centre
urbain.
Le Centre a alloué $400,000 pour un projet de
développement des ressources humaines afin de
permettre l’octroi de bourses de recherche et
d’étude visant à encourager et à accroître la
compétence professionnelle des individus en
rapport avec les problèmes du développement.
La somme de $ 18,750.00 a été allouée à la
Private Planning Association of Canada afin de
subventionner un projet qui comprend des études visant à déterminer les barrières non-douanières imposées au commerce, contribuant de
façon significative à le fausser, et qui sont
susceptibles d’être réduites ou éliminées par
l’entremise du système international de négociations sur le commerce. L’étude s’oriente de façon
particulière vers l’impact de ces pratiques dans le
monde en voie de développement.
Afin d’identifier des projets futurs, la division
donne son appui à un certain nombre d’ateliers
de travail, parmi lesquels on compte un atelier
du Centre de recherches pour le développement
international destiné à étudier la possibilité et
l’utilité de mettre sur pied des consortia de
recherche expérimentale au sein des établissements des pays développées et en voie de
développement qui s’occupent du développement, et un atelier commandité par l’Institut des
études sur le développement de l’Université de
Nairobi, afin d’étudier les stratégies visant à
accroître le bien-être rural. La division co- cherchera à déterminer si l’expérience canadiencommandite, avec l’Institut international de
ne peut fournir des aperçus ou des solutions à
recherche sur le riz, un atelier composé d’écono- des problèmes semblables dans le monde en voie
mistes ruraux et d’agronomes afin d’étudier
de développement. De plus, il est anticipé que
l’impact socio-économique de la propagation de
nouvelles variétés de riz dans les pays du Sud et des études comparables au projet actuel d’INTERMET seront entreprises afin de déterminer
du Sud-Est asiatique.
si des villes plus petites des pays en voie de
Un atelier sera tenu, avec le concours de gens
développement
peuvent jouer un rôle entant que
couramment engagés dans la recherche, sur les
centres
de
croissance
capables de revivifier les
solutions aux problèmes d’éducation et de formation des populations indigènes du Canada. Il communautés rurales.
12
Rapport Annuel 1970-1971
ETATS FINANCIERS
Les états de l’actif et du passif du Centre au 31
mars 1971 et de ses revenus et dépenses pour
l’année qui se termine à cette date se trouvent
aux pages 15 et 16. Ces états ont été vérifiés par
l’Auditeur général du Canada dont le rapport se
trouveàla page 14.
monétaires en des placements sûrs tels que les
billets des Trésors fédéral et provinciaux, les
certificats de dépôt des banques à charte. etc.
En plus des octrois de la part du gouvernement du Canada et des intérêts provenant
d’investissements, le CRDI a reçu $9,905.00
Les commentaires suivants sont destinés à pour les frais de services de consultation que le
personnel professionnel du Centre a rendus à
mettre en relief ces états.
l’Agence canadienne de développement
international.
Introduction
Les dépenses au cours de la première année
La loi du Parlement créant le CRDI a reçu la
sanction royale le 13 mai 1970. Le Centre devint fiscale furent de nature surtout administrative,
pleinement fonctionnel au moment de la nomi- c’est-à-dire furent reliées à l’établissement du
nation des gouverneurs et de l’adoption des siège social du Centre, le recrutement du personrèglements administratifs lors de l’assemblée nel, l’ameublement des bureaux, etc. A ce proinaugurale du Conseil des gouverneurs le 28 pos, la politique du Centre est d’amortir l’ameublement et l’équipement au cours de l’année où
octobre 1970.
l’achat en a été fait. Des dépenses en rapport
Au point de vue financier, les premiers mois avec les programmes ont été encourues au
d’existence du Centre furent surtout consacrés à montant de $88,136.00 pour la subvention de
l’établissement d’un système fonctionnel viable projets de recherche et pour le coût de séminaires
pour l’administration des ressources du Centre. et d’ateliers, etc., commandités par le CRDI en
Bref, le Conseil des gouverneurs approuva un relation avec des sujets rattachés aux divers
système budgétaire basé sur l’autorité d’engage- programmes du Centre. Les comptes du CRDI
ment et un système de comptabilité à base sont érigés en rapport avec les programmes de
cumulative, c’est-à-dire que les revenus sont façon à relier, aussi directement que possible, les
enregistrés à mesure qu’ils sont réalisés, même dépenses aux divers programmes et activités du
s’ils n’ont pas été perçus, et les dépenses sont Centre, tels qu’ils sont établis par le Conseil des
enregistrées à mesure qu’elles sont effectuées, gouverneurs. Dans les rapports à venir, les
même si elles n’ont pas été réglées. L’année dépenses en relation avec les programmes seront
fiscale du CRDI se situe du 1er avril au 31 mars.
subdivisées afin d’exposer séparément chaque
Le Conseil de gouverneurs a également formé programme établi.
un comité des finances sous la présidence de
Au cours de la période du 14 mai au 31juillet
Monsieur John Bene, et dont, les membres sont 1970, les dépenses préliminaires de mise en
MM. R. Medjuck, A.F.W. Plumptre et Maurice marche furent défrayées par l’Agence canadienStrong. Le trésorier fait office de secrétaire du ne de développement international. Au cours de
comité des finances.
la période du 1er août au 31 octobre 1970, le
président assuma la responsibilité du toutes les
Revenus et dépenses
dépenses du Centre en vertu d’un accord intériLes revenus pour la première année fiscale furent maire passé avec le Conseil du Trésor du gouveravant tout perçus sous forme d’octrois gouverne- nement du Canada. A la suite de l’approbation
des règlements administratifs par le Conseil des
mentaux, c’est-à-dire un octroi statutaire de $1
million et un octroi parlementaire de $l,444,- gouverneurs lors de leur assemblée inaugurale
000.00. Etant donné que tous ces fonds n’étaient du 28 octobre 1970, le Centre devint pleinement
pas requis immédiatement aux fins des opéra- fonctionnel. Les dépenses nettes pour l’année
tions du Centre, le numéraire excèdent fut investi fiscale 1970-71, y compris les dépenses encouet l’intérêt perçu fut de $70,500.00. A ce propos, rues lors du stade préliminaire mentionné cidesle comité des finances du Conseil des gouver- sus, furent de $829,49 1.00 laissant un excédent
neurs décida que les fonds excédant les besoins de $ 1,685,009.00 en disponibilité pour les dépenimmédiats devraient être placés dans les marchés ses des années à venir.
Rapport Annuel 1970-1971
13
Ottawa, le 25 juin 1971
A:
Centre de recherches pour le développement international
et
L’honorable Mitchell Sharp,
Secrétaire d’état aux Affaires extérieures,
Ottawa.
Messieurs,
d’ai examiné les comptes et les opérations financières du
Centre de recherches pour le développement international depuis sa
création le 13 mai 1970 jusqu’au 31 mars 1971, d’après les dispositions
de l’article 21 de la Loi sur le Centre de recherches pour le
développement international.
J’ai inclus dans cette vérification une revue générale des
méthodes comptables et certaines vérifications des registres
comptables et autres pièces ~ l’appui selon ce qui m’a semblé
nécessaire dans les circonstances.
A mon avis, le bilan et l’état des revenus et dépenses annexés
présentent fidèlement l’état financier du Centre au 31 mars 1971
et
les résultats de ses opérations pour la période se terminant à cette
date, d’après les principes de comptabilité généralement acceptés.
L’Auditeur général du Canada
(signé) A.M. Henderson
CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL
(Créé par la Loi sur le Centre de recherches pour le
développement international, 1970, ch. 36).
Bilan arrêté au 31 mars 1971
Actif
Passif
$
Encaisse
Comptes débiteurs
Intérêts cumulés sur les
placements
Placements ~ court terme,
prix coUtant
Frais payés à l’avance
Engagements di fférés:
Engagements relatifs
aux programmes
235
13,037
30 ,609
1 ,739 ,868
Comptes crédi teurs
$
95,254
Passif cumulé
5,236
Engagements relatifs aux
programmes
Surplus:
Excès des revenus sur
les dépenses
126 ,290
1,685,009
1 ,750
126,290
$1 ,911 ,789
Approuvé:
$1 ,911 ,789
Approuvé:
(Signé) T.H. Bennett
Trésorier
(Signé) W.D. Hopper
Prési dent
J’ai examiné le bilan ci-dessus ainsi que 1 ‘état des revenus
et dépenses s’y rapportant, et j’ai présenté un rapport daté le 25
juin 1971 au Centre de recherches pour le développement international
et au Secrétaire d’état aux Affaires extérieures.
Auditeur général du Canada.
(Signé) A.M. Henderson
CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL
Etat des revenus et dépenses
Deouis la création du Centre le 13 mai 1970, jusqu’au 31 mars 1971
Revenus:
Octrois reçus à la suite de:
Vote 20 des Affaires extérieures
Article 20(4) de la loi sur le
Centre de recherches pour le
développement international
$1 ,444,O00
1,000,000
$2 ,444,000
70,500
Intérêts perçus
$2,514,500
Dépenses:
Programmes
Administratî on:
Salaires, prestations et
bénéfices marginaux
Déplacements et voyages du
personnel
Logement
Honoraires, voyages et assemblées
des gouverneurs
Services professionnels et sp~ciaux
Dépenses et fournitures de bureau
Communi cati ons
Frais généraux
Moins: frais administratifs perçus
Frais nets d’administration
Acquisition d’ameublement et
d’équipement de bureau
88,136
383,520
79,876
48,423
43,230
24,695
17,157
13,585
16,277
626 ,763
9 ,905
616 ,858
124,497
829,491
Excès des revenus sur les dépenses
$1 ,685 ,009
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising