PRÊT Rapport annuel 2012-2013

PRÊT Rapport annuel 2012-2013
PRÊT
Rapport annuel 2012-2013
… à favoriser des rencontres inspirantes
autour des droits de la personne
Un nouvel édifice phare s’élève dans le paysage canadien. Là
où les gens se réunissent depuis des siècles, une nouvelle
rencontre se prépare.
Nous avons suivi les traces de ceux qui défendent les droits
d’autrui, les soutiennent et luttent pour les faire respecter, et
nous nous tenons maintenant au seuil d’un musée d’un tout
nouveau genre.
Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP)
est prêt à abattre les préjugés, à renforcer les relations et à en
tisser de nouvelles, à promouvoir le respect universel et les
libertés fondamentales.
Nous tenons à marquer ce jalon tout en prenant la pleine
mesure de la route qui nous attend.
Notre périple se poursuit.
2
3
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
FRANÇAIS
ISSN 1925-7465
Rapport annuel (Musée canadien pour les droits de la personne. Imprimé)
Musée canadien pour les droits de la personne – Périodiques
Droits de l’homme – Musées – Canada – Périodiques
Musées – Canada – Périodiques
Musées – Manitoba – Winnipeg – Périodiques
NOTRE RESPONSABILITÉ
ENVIRONNEMENTALE
Nous nous efforçons de prendre des décisions responsables axées sur la durabilité afin de
réduire au minimum notre empreinte écologique. Notre rapport annuel n’y fait pas exception.
Le papier a été choisi en fonction de son impact sur l’environnement.
Afin de réduire le gaspillage, nous avons imprimé un nombre restreint
d’exemplaires du présent document. Veuillez visiter notre site Web à l’adresse
www.museepourlesdroitsdelapersonne.ca pour consulter le rapport annuel en ligne.
Rapport annuel 2012-2013 du MCDP
© Musée canadien pour les droits de la personne
Photos : MCDP, Grajewski Fotograph Inc.
Conception : Fusion Communications Inc.
Impression : Kromar Printing Ltd.
Imprimé au Canada, le 1 novembre 2013
er
Siège social provisoire du Musée canadien
pour les droits de la personne :
269, rue Main, 4e étage
Winnipeg (Manitoba) R3C 1B3
TÉL. : (204) 289-2000
SANS FRAIS : 1 877 877-6037
ATS : (204) 984-5730
www.museepourlesdroitsdelapersonne.ca
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION
Au sujet du Musée
07
Mot du président du Conseil d’administration
08
Mot du président-directeur général
10
Revue de l’année par le président-directeur général
14
Gouvernance de la Société
17
ORIENTATION STRATÉGIQUE 2012-2013
23
Prêt à être une source d’inspiration
26
Aller de l’avant
40
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013
Commentaires et analyse de la direction
44
Responsabilité de la direction
52
Rapport de l’auditeur
54
États financiers
56
Notes complémentaires
60
AU SUJET DU MUSÉE
Le Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP) est le premier musée
exclusivement consacré à l’évolution des droits de la personne, à leur avenir et à leur
célébration. Notre but est non seulement de créer un carrefour national voué à faire
connaître les droits de la personne, mais aussi de contribuer à l’avènement d’un nouveau
leadership en matière de droits de la personne, tant au Canada qu’à l’échelle planétaire.
Nous posons les fondations d’une
nouvelle ère pour les droits de la
personne à l’échelle mondiale.
6
Dans le but de favoriser des rencontres
inspirantes, nous inviterons les Canadiennes,
les Canadiens et les visiteurs internationaux
à participer à une expérience axée sur
l’immersion et l’interactivité qui leur apportera
l’inspiration et les outils nécessaires
pour faire bouger les choses et avoir une
influence positive dans la vie d’autrui. Nous
accueillerons nos visiteurs comme des
partenaires dans un périple visant à abolir les
barrières et à générer des changements réels
et durables.
Premier musée national créé depuis près d’un
demi-siècle, le Musée canadien pour les droits
de la personne est aussi le premier établi à
l’extérieur de la région de la capitale nationale.
En nous préparant à ouvrir nos portes en
2014, nous engageons une conversation
visant à assurer un avenir rayonnant pour le
Canada, et un monde meilleur.
7
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
MOT DU PRÉSIDENT
DU CONSEIL
D’ADMINISTRATION
Lorsque je parle du Musée à de jeunes Canadiennes et Canadiens – que ce soit
les élèves de l’école secondaire de Winnipeg qui a accueilli la dernière assemblée
publique annuelle du Musée, ou mes propres enfants et leurs compagnons de
classe lorsque je prononce une allocution à leur école – je repars toujours rassuré,
convaincu que l’avenir du Canada est entre bonnes mains.
Les leaders émergents d’aujourd’hui sont
plus connectés, plus conscients du monde
qui les entoure et plus férus de technologie
que toutes les générations de leaders avant
eux. Ces jeunes citoyens canadiens sont
aussi très enthousiastes à l’idée de faire un
geste concret pour changer le monde et ils
sont déterminés à investir talent et énergie
pour faire de leur pays et de la planète un
endroit meilleur.
Au Musée canadien pour les droits de la
personne, notre travail consiste à faire en
sorte que ces jeunes leaders disposent
des outils nécessaires pour faire du Canada
le pays qu’ils entrevoient. Nous nous
engageons à offrir à chacun de nos visiteurs
8
une rencontre inspirante autour des droits
de la personne, rencontre qui suscitera de
nouvelles conversations et de nouvelles
idées pour un avenir fondé sur les principes
d’acceptation, de compréhension et d’égalité
des chances.
L’inauguration du Musée l’an prochain
marquera une nouvelle ère pour les
Canadiennes et les Canadiens dans la façon
de parler des droits de la personne, de les
découvrir et de les défendre. Nos visiteurs
repartiront inspirés par des témoignages qui
sont propres au Canada, des témoignages
qui soulignent la contribution unique des
citoyens canadiens à l’avancement des droits
de la personne et qui nous rappellent que
toute barrière qui se dresse devant la dignité
humaine peut être abattue.
En 2014, nos visiteurs auront aussi un
premier aperçu de la façon dont nous avons
étroitement lié architecture et droits de la
personne, comme personne ne l’avait encore
fait. Comme nous le rappellent nos partenaires
touristiques nationaux et internationaux, les
gens voyagent partout dans le monde à la
recherche de constructions architecturales
qui émeuvent l’âme et expriment le
meilleur de l’esprit humain. Une telle
expérience pourra dorénavant se vivre au
cœur géographique du Canada, grâce à une
merveille architecturale où les témoignages
entourant les droits de la personne font
partie intégrante de la conception même
d’un édifice vraiment unique en son genre.
Lorsque nos visiteurs pénétreront dans ce
lieu inspirant pour la première fois, ils seront
fiers d’être en un endroit qui fixe de nouvelles
normes nationales et mondiales en matière
d’accessibilité universelle et de conception
réellement inclusive.
Nos visiteurs découvriront également le fruit de
nos partenariats avec plus de 70 organisations
du Canada et de l’étranger vouées à l’éducation
ou aux droits de la personne. Ils verront dans
nos expositions et dans nos programmes le
reflet des idées et des conseils de citoyens
canadiens de tous horizons et de tous les
coins du pays.
Quand les premiers visiteurs franchiront les
portes du Musée, nous serons alors prêts
à les accueillir avec des expositions et des
programmes taillés sur mesure pour leur fournir
une expérience sans pareille.
Eric Hughes
Le président du Conseil d’administration
9
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
MOT DU PRÉSIDENTDIRECTEUR GÉNÉRAL
Il y a 13 ans, longtemps avant la première pelletée de terre, même avant la
première esquisse, le Musée canadien pour les droits de la personne était une idée,
l’extraordinaire vision d’Israel Asper, homme d’affaires et philanthrope canadien.
Depuis, cette entreprise sans précédent a
évolué pour devenir à dessein une réalisation
d’équipe d’ampleur nationale. Le musée qui
ouvrira ses portes au monde l’an prochain a
été forgé par les témoignages et les idées
de milliers de Canadiennes et de Canadiens.
Il reflète la générosité financière de quelque
7 500 donateurs individuels à ce jour, des
gouvernements fédéral et provincial et de
l’administration municipale. Il constitue un
témoignage du rôle de premier plan qu’a
joué le gouvernement du Canada pour faire
du MCDP un musée national qui saura
inspirer des générations de Canadiennes et
de Canadiens.
10
Ceux qui participent au projet depuis le
début ont été témoins d’innombrables
premières. Dans mon cas, le moment le
plus mémorable jusqu’à maintenant est
survenu le matin du 20 septembre 2012,
lorsque le dernier panneau de verre a été
hissé bien au dessus de l’horizon de la ville
de Winnipeg et mis en place au sommet de
la Tour de l’espoir du Musée. L’événement
n’était pas que symbolique. L’installation du
dernier de près de 1 700 panneaux de verres
taillés sur mesure marquait l’achèvement
structurel de l’extérieur de l’édifice, donnant
pleinement vie à la vision inspirante de
l’architecte Antoine Predock. Cet événement
marquait aussi une transition importante :
maintenant que l’enveloppe du Musée était
pour ainsi dire terminée, nous pouvions
désormais concentrer toute notre énergie
à faire en sorte que l’intérieur de l’édifice –
galeries, expositions et programmes – soit
tout aussi captivant que l’extérieur. L’édifice
ayant sa forme définitive, nous pouvions
maintenant tourner toute notre attention
vers la fabrication, l’essai et l’installation
d’expositions de classe mondiale, aptes à
changer le monde.
Aujourd’hui, une autre transition nous
attend. L’an prochain, le Musée ouvrira ses
portes et les premiers visiteurs pourront
constater que ce qui les attend à l’intérieur
de cette majestueuse structure est tout aussi
grandiose et inspirant que l’architecture qui
l’enveloppe, voire plus encore.
Le jour de l’ouverture, nous dévoilerons un
projet qui n’a pas son pareil dans l’histoire de
notre nation. Pour le personnel du Musée,
ses partenaires et ses nombreux partisans, il
ne fait aucun doute que nous sommes sur le
point de franchir un extraordinaire fil d’arrivée.
Bien sûr, l’inauguration du Musée canadien
pour les droits de la personne marque non
pas la fin du projet, mais un début. Son
ouverture officielle est la première page d’un
nouveau chapitre pour le Musée lui-même,
mais aussi pour le Canada. Pour les milliers
de Canadiennes et de Canadiens qui sont
déjà parties prenantes du projet et pour les
nombreux autres qui le deviendront sous peu,
c’est la plus importante étape de notre périple
à ce jour.
Stuart A. Murray
Le président-directeur général
11
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
Nous faisons un audacieux pas de
plus dans notre périple pour exprimer le meilleur de l’esprit humain.
12
13
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
REVUE DE L’ANNÉE PAR LE
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL
Parmi les nombreuses réalisations du Musée au cours de la dernière année, la
plus visible est l’achèvement de l’extérieur de l’édifice. Depuis l’installation du
dernier panneau de verre, nous n’avons plus besoin des dessins, modèles et
concepts artistiques pour communiquer la grandeur et la beauté de ce joyau
architectural sans pareil.
14
En coulisse, toutefois, nous avons
atteint un autre type de jalon, tout aussi
important. En effet, après des années
de consultation, d’élaboration et d’avantprojets, le Musée a entrepris une
transition vitale : il est passé de l’étape
de la planification aux activités concrètes.
Maintenant que nous sommes assurés
de disposer des fonds requis et qu’une
évaluation indépendante nous a permis
de confirmer que l’inauguration sera
possible en 2014, le travail concernant
les expositions, les programmes et
les locaux intérieurs est passé de la
conception à la construction, et de la
préparation à la production.
entreprise de services professionnels
spécialisée dans la gestion de projets de
grande envergure. Le directeur de projet
fournit un contrôle et une surveillance
externe de toutes les activités importantes
liées au projet, y compris le processus
d’appel d’offres, la gestion du calendrier
et des coûts, et le contrôle de la gestion
du contenu et des décisions. On a défini
la structure organisationnelle du projet,
dont le rôle et le mandat de toutes les
parties, afin de créer une structure de
gouvernance renforcée et équilibrée et
d’assurer l’efficacité des communications,
de la responsabilité, des rapports
hiérarchiques et de la prise de décisions.
En 2012-2013, les opérations du Musée
ont respecté les étapes menant à
l’achèvement du projet, étapes établies
en partenariat avec le directeur de
projet externe du MCDP, GBAssociates,
Rendre le Musée opérationnel demeurera
notre principal objectif d’ici l’ouverture
en 2014, mais ce processus capital est
déjà bien entamé. En ce moment même,
marteaux, scies et codes informatiques
donnent vie aux expositions qui inspireront
nos visiteurs et les inciteront à agir. Nous
préparons notre programme de vente
d’adhésions, qui sera bientôt prêt à être
lancé, et l’installation de notre infrastructure
d’admission et de billetterie débutera sous
peu. Sur le plan des ressources humaines,
nous avons annoncé les premiers postes
pour le personnel qui interagira directement
avec les visiteurs et entrepris la planification
d’une campagne de recrutement de
bénévoles au début de 2014.
canadienne des enseignantes et des
enseignants, qui compte 200 000 membres,
mènera à la création de la première trousse
d’apprentissage sur les droits de la
personne destinée aux éducateurs, une
ressource qui renouvellera la façon dont
les élèves du Canada sont sensibilisés aux
droits de la personne.
Dans l’intervalle, tout comme nous avons
créé les programmes destinés au public
et aux écoles qui seront lancés après
l’inauguration, nous avons aussi lancé une
programmation plus poussée, comprenant
une série de conférences données dans
plusieurs villes, des visites dans les
écoles, des visites guidées et plus de
90 présentations données par le personnel
du Musée au cours de la dernière année.
Nous avons pu atteindre ces jalons tout
en respectant notre engagement à faire
preuve de discipline et de modération sur
le plan financier, sachant que les donateurs
du secteur public et du secteur privé
s’attendent tous à ce que nous utilisions
avec parcimonie chaque dollar investi. Sur
le plan des immobilisations, nous avons
réussi à terminer l’édifice principal dans les
limites du budget approuvé, et des politiques
opérationnelles comme celle voulant que
nous embauchions uniquement au besoin
nous ont permis de respecter notre budget
de fonctionnement.
Toujours dans l’esprit de consultation et
de dialogue qui a guidé chaque aspect
de la création des expositions et des
programmes, nous avons accueilli d’autres
partenaires au sein de la famille du Musée.
Pour donner un exemple percutant, le
partenariat établi avec la Fédération
À la fin de l’exercice financier 2012-2013, nous
étions prêts à entreprendre l’aménagement
paysager à l’extérieur et les galeries prenaient
forme à l’intérieur, plantant le décor pour la
production, l’installation et les essais qui nous
permettront d’être prêts à accueillir le monde
lorsque les portes ouvriront.
15
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
ACCOMPLISSEMENTS EN 2012-2013
•Octroi des derniers contrats relatifs à
l’édifice; achèvement de la construction
extérieure
•Publication des appels d’offres et octroi
des contrats pour l’aménagement des
expositions, le matériel audiovisuel et
son intégration
•Lancement de programmes publics et
d’une série de conférences; élaboration
de projets pilotes pour les programmes
éducatifs
•Développement de l’infrastructure
de TI, du plan d’activités des TI et de
l’infrastructure du site Web
•Élaboration de stratégies de marketing
nationale et internationale pour appuyer
la recherche de commanditaires et
assurer l’atteinte des cibles fixées en
matière de tourisme
•Rédaction de plans d’activités et de
plans de dotation en personnel dans les
principaux secteurs, y compris les services
aux visiteurs, la vente au détail et autres
activités génératrices de revenus
16
•Préparation du programme des adhésions
au Musée; début de l’élaboration des
politiques et de l’infrastructure de
billetterie et d’admission
•Création de possibilités de financement
en mettant le personnel et les ressources
du Musée à la disposition des Amis
du Musée pour les campagnes de
financement et les événements destinés
aux donateurs
•Renforcement de la présentation
de rapports à la population grâce à
l’augmentation des communications sur
le Web, sur support papier et dans les
médias, et élargissement de l’assemblée
publique annuelle
•Début de la planification des activités
d’inauguration
GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ
Le mandat du Musée canadien pour les droits de la personne consiste à « étudier le
thème des droits de la personne en mettant un accent particulier, mais non exclusif,
sur le Canada, dans le but d’accroître la compréhension qu’a le public des droits de la
personne, de promouvoir le respect d’autrui et de favoriser la réflexion et le dialogue ».
Société d’État constituée en vertu de la Loi sur
les musées, le Musée est soumis au régime de
contrôle et de responsabilité établi en vertu de
la Partie X de la Loi sur la gestion des finances
publiques. Le Musée doit aussi se conformer
à une gamme d’autres lois : Loi fédérale sur la
responsabilité; Loi sur l’accès à l’information;
Loi sur la protection des renseignements
personnels; Code criminel; Loi sur les langues
officielles et règlement afférent, et Code
canadien du travail.
En vertu de la Loi sur les musées, le MCDP
est dirigé par un Conseil d’administration dont
les membres sont nommés par le ministre
du Patrimoine canadien avec l’approbation
du gouverneur en conseil. Indépendant de
l’équipe de direction du Musée, le Conseil
d’administration assure l’orientation stratégique
et la supervision de la société d’État. Il relève
du Parlement par l’entremise du ministre du
Patrimoine canadien et des Langues officielles.
Le ministre assure aussi la liaison entre le
Musée et le Cabinet.
Les rôles et responsabilités du Conseil
d’administration et de ses comités sont
définis dans les statuts et règlements du
Musée et dans son mandat. La Loi sur les
musées confère la responsabilité de la gestion
quotidienne du Musée à son directeur, à titre
de président-directeur général de la Société.
L’équipe de direction gère les activités
quotidiennes du Musée et veille à sa viabilité
et à la réalisation de ses objectifs.
Au fur et à mesure que la Société poursuit
sa croissance, les responsables du Musée
continuent à renforcer la structure et les
activités du Conseil pour améliorer l’efficacité
et la responsabilisation organisationnelles. Un
sous-comité du Conseil chargé des ressources
humaines et de la gouvernance a été mis sur
pied l’an dernier pour superviser la gestion
du rendement du président-directeur général,
guider la direction sur les questions de
ressources humaines, dresser une politique
interne et aider à la formation permanente
des membres du Conseil. Un sous-comité
17
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
du Conseil chargé du contenu guide la
direction pour faire en sorte que le mandat
du Musée soit respecté en ce qui concerne
l’expérience des visiteurs, le contenu et les
programmes. Enfin, un comité de vérification
assure la supervision et l’orientation des
administrateurs du Musée sur les questions
d’ordre financier.
La Société a pris de l’ampleur et le
Musée a continué à renforcer la structure
et le fonctionnement des activités du
conseil d’administration afin d’améliorer
l’efficacité organisationnelle et la reddition
des comptes. Le conseil d’administration
a créé l’an dernier un sous-comité des
ressources humaines et de la gouvernance
qui supervise la gestion du rendement de la
chef de l’exploitation, conseille la direction en
matière de ressources humaines, établit une
politique à l’interne et participe à la formation
permanente des membres du conseil
d’administration. Ce comité s’est réuni à huit
reprises en 2012-2013. Un comité consultatif
sur le contenu (qui s’est réuni à six reprises
en 2012-2013) conseille la direction pour
s’assurer que le volet de l’expérience des
visiteurs du mandat du Musée est dûment
mis en œuvre, tandis qu’un comité de
vérification (qui s’est réuni à neuf reprises en
18
2012-2013) supervise les affaires financières
et conseille les dirigeants du Musée en
la matière. Le conseil d’administration, y
compris le président d’assemblée et le
président-directeur général, a participé à
l’assemblée publique annuelle qui a eu lieu le
6 décembre 2012.
PRINCIPES DIRECTEURS
Principales activités
Le MCDP aspire à offrir aux visiteurs une
rencontre inspirante autour des droits de
la personne, et ce, en allant au-delà des
attentes des citoyens canadiens en matière
d’équilibre, de transparence, de saines
pratiques commerciales et de consultations
publiques fructueuses.
Inspirer la réflexion et le dialogue sur les
droits de la personne
Le Musée veut faire saisir toute l’importance
des droits de la personne, nourrir un
dialogue informé et inviter les participants à
comprendre la pertinence qu’ont aujourd’hui
les événements passés et futurs touchant
les droits de la personne, tant au pays qu’à
l’étranger. Le Musée illustre l’engagement
des Canadiennes et des Canadiens pour
la liberté et la démocratie et vise à nourrir
une conversation éclairée, en constante
évolution, et ce, à l’échelle de la planète.
Promouvoir le respect d’autrui et
inciter à la réflexion et au dialogue.
Célébrer l’engagement des
Canadiennes et des Canadiens
pour les droits de la personne
Les citoyens du Canada sont les héritiers de
droits et de responsabilités inhérents, codifiés
au fil des ans dans des traités, politiques, lois
et déclarations. Le MCDP procure un lieu sûr
et agréable où cultiver respect, gratitude et
compréhension, et améliorer perpétuellement
cet héritage en matière de droits de la personne.
Le Musée donne aux visiteurs la possibilité de
découvrir l’évolution mondiale des concepts
entourant les droits de la personne et le rôle
important qu’y joue le Canada.
Rencontres fructueuses entre architecture
et droits de la personne
Le MCDP a été érigé à dessein en un lieu
historique, au confluent de deux rivières,
important lieu de rencontre et point de départ
de nombreux périples depuis plus de 6 000 ans.
Le Musée honore cette tradition en invitant
les visiteurs à entreprendre leur propre périple
dans le monde des droits de la personne, et ce,
dans un édifice marquant dont l’architecture
symbolise l’évolution des droits de la personne.
Contenu dynamique et accessible sur
les droits de la personne
Le Musée offre une expérience mémorable
axée sur l’immersion et l’interactivité aux
visiteurs de tous horizons et de tout âge, quelle
que soit leur capacité. Tous les participants
pourront profiter d’une expérience muséale
réinventée reposant sur une approche
conceptuelle qui fixe de nouvelles normes
canadiennes et internationales en matière
d’inclusion et d’accessibilité universelle.
Ressource pédagogique crédible
et équilibrée
Ressource pédagogique mondiale sur
les droits de la personne, le Musée a la
responsabilité d’assurer l’exactitude, l’intégrité
et la crédibilité de ses travaux de recherche et
des connaissances recueillies. Le Musée se
veut une source d’apprentissage internationale
de confiance concernant les droits de la
personne, encourageant en tout temps un
engagement essentiel à l’endroit des travaux
d’enseignement supérieur du Musée et de
son contenu.
19
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
CONSEIL D’ADMINISTRATION
(AU MOIS D’AVRIL 2013)
COMPOSITION DES COMITÉS :
Comité de vérification : Lisa Pankratz (présidente) et Eric Hughes Comité des ressources
humaines et de la gouvernance : John Young (président), Lindy Ledohowski et Lisa Pankratz
Comité du contenu : Pauline Rafferty (présidente), Gail Asper, Lindy Ledohowski et John Young
Président :
Eric Hughes, C.A.,
Calgary (Alb.)
Mandat : 22 nov.
2012 – 21 nov. 2015
Administratrice :
Gail Asper, O.C.,
O.M., LL.D. (hon.),
Winnipeg (Man.)
Mandat : 4 oct. 2012
– 3 oct. 2016
20
Vice-président :
John Young, Ph. D.,
Prince Rupert (C.-B.)
Mandat : 7 fév. 2013
– 6 fév. 2017
Administrateur :
Wilton Littlechild,
Ph. D.,
Hobbema (Alb.)
Mandat : 26 août
2008 – 25 août 2012
Administratrice :
Lisa Pankratz,
F.C.A., C.F.A.,
Vancouver (C.-B.)
Mandat : 19 juin
2009 – 18 juin 2013
Administratrice :
J. Pauline Rafferty,
Victoria (C.-B.)
Mandat : 31 mai
2012 – 30 mai 2016
Administratrice :
Lindy Ledohowski,
Ph. D., Ottawa (Ont.)
Mandat : 15 mars
2011 – 14 mars 2015
Administratrice :
Deena Spiro,
Toronto (Ont.)
Mandat : 31 mai
2012 – 30 mai 2016
L’honorable James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles de
l’époque, a nommé M. Eric Hughes au poste de président du Conseil d’administration
du Musée en novembre 2012. M. Hughes, chef des opérations financières de Coral Hill
Energy Ltd., siège au Conseil d’administration depuis 2009. En février 2013, le Musée a
aussi accueilli la nomination de M. John Fitzgerald Young au poste de vice-président.
M. Young est professeur agrégé en sciences politiques à l’Université de Northern British
Columbia et membre associé du Centre international d’études religieuses et juridiques
de l’Université Brigham Young.
CADRES DE DIRECTION
Lorsque son mandat est échu, l’administrateur ou l’administratrice reste en poste jusqu’à ce
qu’une personne soit nommée pour le ou la remplacer.
Président-directeur
général
Stuart A. Murray
Chef des opérations
financières
Susanne Robertson,
C.A.
Vice-président,
secteur de la
pratique muséale
Gilles Hébert
21
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
ORIENTATION STRATÉGIQUE 2012-2013
En 2012-2013, nous avons concentré nos efforts sur quatre domaines prioritaires de manière à ce
que le Musée soit tout à fait opérationnel à temps pour l’inauguration en 2014. Le Musée a réalisé
d’énormes progrès dans tous ces domaines et, bien que les objectifs précis n’aient pas tous été
atteints, l’ensemble du projet continue de progresser dans le respect des délais et du budget.
TERMINER LA CONSTRUCTION
DE L’ÉDIFICE PRINCIPAL
Parmi les réalisations attendues, citons
l’achèvement substantiel de l’édifice principal,
y compris la publication des appels d’offres et
l’octroi des derniers contrats relatifs à l’édifice;
la publication des appels d’offres et l’octroi des
contrats pour l’aménagement des expositions;
l’octroi des contrats relatifs aux travaux d’intégration
audiovisuelle; l’élaboration des plans de gestion des
installations et d’occupation de l’édifice; l’embauche
d’un directeur de projet indépendant pour garantir
l’atteinte des jalons fixés et le respect des coûts.
Le Musée est une
promesse de changement.
22
FABRIQUER LES EXPOSITIONS ET
ÉTABLIR LES PROGRAMMES
Parmi les réalisations attendues, citons l’octroi des
contrats relatifs à la construction des expositions;
l’achèvement de l’examen par des pairs de la
démarche adoptée pour les galeries; la préparation
des éléments visuels et des textes préliminaires des
expositions; l’achèvement de la recherche d’artefacts
et d’images; l’intégration de la programmation
éducative et autres programmes dans la conception
des galeries; la définition du cadre applicable
aux programmes éducatifs; l’élargissement des
partenariats avec des établissements locaux,
nationaux et internationaux du secteur de l’éducation
et des droits de la personne.
ÉTABLIR LES ACTIVITÉS ET LA PRÉSENCE
DU MUSÉE
Parmi les réalisations attendues, citons l’élaboration
de programmes et de politiques opérationnelles
concernant la vente au détail, la location, la billetterie
et l’admission, les services alimentaires et les
services aux visiteurs; la préparation de campagnes
touristiques et de marketing visant à créer des
possibilités de générer des revenus et de joindre
des publics élargis; et la rédaction de plans et de
stratégies pour aider à la transition entre planification
et activités concrètes.
SOUTENIR LES AMIS DU MUSÉE CANADIEN
POUR LES DROITS DE LA PERSONNE DANS
LEURS CAMPAGNES DE FINANCEMENT
Parmi les réalisations attendues, citons l’utilisation
des installations du MCDP par les Amis du
Musée; des visites guidées; des orateurs mis
à la disposition des Amis du Musée pour les
événements destinés aux donateurs; la préparation
de documents pour appuyer les campagnes
de financement organisées par les Amis du
Musée; l’élaboration d’une stratégie de marketing
complémentaire pour appuyer les campagnes des
Amis du Musée relatives aux possibilités d’associer
le nom des grands donateurs au Musée et aux
événements destinés aux donateurs.
23
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
Quelque 24 000 mètres carrés
deviendront source d’inspiration infinie.
24
25
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
PRÊT À ÊTRE UNE SOURCE
D’INSPIRATION
L’an prochain, les premiers visiteurs franchiront les portes du Musée. Tout au long de
la dernière année, notre travail a été guidé par le désir de leur offrir une rencontre qui
redéfinisse l’expérience muséale et écrive une nouvelle page de l’histoire canadienne
des droits de la personne dont nous pourrons être fiers.
PRENDRE LE POULS DU CANADA
Les expositions et les programmes du
Musée reposent sur la détermination à
assurer aux visiteurs une expérience qui
reflète l’ensemble du Canada. Chacune des
offres du Musée, que ce soit à l’intérieur de
l’édifice, sur le Web ou dans la communauté,
est fondée sur une initiative nationale de
mobilisation de la population qui a pris
de l’ampleur au fil des ans pour atteindre
plus de 4 400 citoyens canadiens. Il y a
un an, cette consultation nationale sans
précédent a contribué à créer la base d’un
jalon important, la 2e étape du processus
de conception, un document décrivant en
détail les attributs physiques de chacune
des expositions du Musée, couvrant au
total quelque 4 350 mètres carrés. L’année
financière 2012-2013 marquait le début d’un
processus encore plus imposant, puisque
100 pages de plans détaillés ont commencé à
être transformées en expositions inaugurales
tangibles qui accueilleront les visiteurs
du Musée l’an prochain. Aujourd’hui,
les partenaires du Musée chargés des
expositions travaillent, partout au Canada
26
et à l’étranger, à la fabrication, au codage,
au prototypage et à l’essai des expositions
qui, ensemble, procureront aux visiteurs une
expérience à nulle autre pareille.
POURSUIVRE LA CONVERSATION
Les défis d’aujourd’hui concernant les droits
de la personne sont différents de ceux de
la génération précédente, et ceux de la
prochaine génération seront différents aussi.
Pour suivre la cadence, le MCDP continuera
lui aussi à évoluer, déterminé à renouveler
et rafraîchir le contenu des expositions et
les programmes au rythme de l’évolution du
paysage canadien en matière de droits de la
personne et de la conversation internationale
à cet égard. Le personnel du Musée parle
parfois du contenu inaugural du MCDP en
l’appelant « Musée 1.0 ». Nous promettons
de faire en sorte que les prochaines
« versions » soient établies dans le même
esprit que l’expérience que connaîtront les
visiteurs en 2014 : un dialogue direct avec
les Canadiennes et les Canadiens afin que
tout ce que propose le MCDP reflète toute la
profondeur et la diversité de notre nation.
Le brillant reflet de l’engagement du
Canada à protéger les droits de la personne.
27
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
UNE EXPÉRIENCE MUSÉALE PERSONNELLE
ET MARQUANTE
La clé pour offrir une expérience inspirante
aux visiteurs consiste à veiller à ce qu’ils
puissent non seulement apprendre, mais aussi
jouer un rôle actif. Une visite au MCDP est
essentiellement participative, personnelle et
expérientielle : en interagissant avec le contenu
des galeries, les visiteurs peuvent découvrir des
perspectives insoupçonnées et ainsi parvenir
à une nouvelle compréhension. En 2012-2013,
l’élaboration des expositions a progressé, avec
des expositions emblématiques qui permettront
aux visiteurs d’explorer la relation de cause
à effet entre action et droits, puisque ces
expositions répondent aux mouvements et
aux décisions des visiteurs. Les technologies
interactives qui seront dévoilées lors de
l’inauguration du Musée montreront comment le
MCDP peut mettre l’accent sur le dialogue, les
récits à la première personne, l’expérience vécue
et les liens personnels d’une manière
qui humanise et enrichit profondément le
contenu muséal.
28
Apprendre et devenir partie
prenante de quelque chose de
plus grand que soi.
Le but est d’offrir une expérience qui montre au
visiteur que son rôle au Musée est d’apprendre
et aussi d’être partie prenante de l’aventure. La
technologie est taillée sur mesure pour la nature
fort complexe et intrinsèquement humaine de la
matière abordée par le Musée.
NOUVEAUX PARTENARIATS, NOUVEAUX
PROGRAMMES PUBLICS
Lorsque notre personnel décrit l’expérience
offerte par le MCDP, les expositions immersives,
interactives et multisensorielles dont il parle ne
sont qu’un début. La programmation destinée
au public et aux écoles est tout aussi importante
pour la gamme de propositions du Musée que
la découverte des droits de la personne que
l’on peut faire dans les galeries. L’établissement
et la croissance du service de l’éducation et
de la programmation du Musée ont constitué
un élément clé au cours de la dernière année,
posant les fondations des programmes locaux et
nationaux qui seront lancés après l’inauguration
du Musée et offrant des activités publiques
comme une série de conférences et de films
présentés tout au long de 2012. Éclairé par les
résultats d’un sondage national mené auprès
des enseignants, un partenariat de plus en
plus important entre le Musée et la Fédération
canadienne des enseignantes et des enseignants
(FCE) permettra de créer une trousse nationale
d’enseignement unique en son genre destinée
aux 300 000 enseignants des niveaux élémentaire
et secondaire au Canada. Grâce à une initiative
conjointe du Musée, de la FCE, de l’Assemblée
des Premières Nations, du Centre Robert F.
Kennedy pour la justice et les droits de l’Homme
et de l’organisme Inuit Tapiriit Kanatami, les
enseignants de la maternelle à la 12e année
disposeront de plans de leçons appropriés à
l’âge de leurs élèves pour leur enseigner les
29
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
Là où forme et fonction convergent
vers de nouveaux sommets.
droits de la personne dans un contexte pertinent
et contemporain. En 2012-2013, le Musée a
aussi procédé à des consultations nationales
auprès des représentants du ministère de
l’Éducation de huit provinces et territoires, a tenu
la première réunion de son Comité consultatif
des enseignants du Manitoba et de son Comité
consultatif jeunesse.
CAMP D’ÉTÉ AU MCDP?
De la salle de classe au salon, le MCDP est
déterminé à jeter des ponts entre les citoyens
canadiens grâce à des rencontres inspirantes au
sujet des droits de la personne axées sur des
témoignages et des thèmes. Premier musée
national de l’ère numérique, le MCDP offrira
de nombreux programmes d’apprentissage
interactifs en ligne que les gens pourront
consulter en tout temps, où qu’ils se trouvent.
Toutefois, l’objectif premier du Musée sera
toujours de réunir physiquement les gens, et
ce, grâce à des ateliers destinés aux gens de
tous âges, des conférences pour les adultes, du
bricolage sur le thème des droits de la personne
pour les enfants et, à compter de 2015, un camp
de jour sur les droits de la personne, qui pourrait
très bien devenir l’endroit où tous les enfants
canadiens voudront passer leurs vacances d’été.
TÉMOIGNAGES VIVANTS, NOUVELLES
PERSPECTIVES NATIONALES
Le point de mire des activités de recherche
au Musée est le programme des histoires
orales. Cette initiative a débuté par une série
d’entretiens avec les «champions des droits de
30
la personne» - des individus qui sont reconnus
pour leur contribution à l’avancement des
droits de la personne. Ce projet pilote a cédé
la place à une approche plus large qui vise à
explorer les expériences relatives aux droits
de la personne, les acteurs et leurs actions. Le
programme tient compte des événements, des
lieux et des personnes qui étaient significatives
pour les droits de la personne, historiques
et contemporains, tout en adoptant et en
transmettant la vision, la mission et le mandat du
Musée. Plus de 30 nouvelles histoires orales ont
été enregistrées en 2012 et 2013, et la collection
comprend aujourd’hui 140 histoires racontées à
la première personne.
Le Musée attire l’attention de chercheurs et
d’universitaires avec son approche axée sur le
« récit d’une vie ». Comme le soulignent nos
chercheurs, les gens ne sont pas le produit d’un
seul événement ni d’une seule expérience,
mais plutôt d’un ensemble de facteurs qui les
forment tout au long de leur vie. En enregistrant
un témoignage portant sur toute la vie du
participant plutôt qu’une simple entrevue au
sujet des accomplissements qui l’ont rendu
célèbre, le Musée peut réunir une collection
beaucoup plus riche, d’une profonde valeur
nationale et internationale. Cette façon de
s’intéresser à la vie entière des participants,
unique parmi les musées nationaux du Canada,
permet une compréhension beaucoup plus
profonde de leur témoignage oral et procure
en fin de compte de nouvelles perspectives sur
notre passé national et mondial.
31
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
PRÉSENCE AUTOCHTONE
Grâce à son emplacement à La Fourche –
lieu de rencontre des Premières Nations
du Canada depuis plus de 6 000 ans – le
Musée porte une identité autochtone
jusque dans ses fondations. Le Musée
est en outre érigé tout près du lieu de
l’occupation d’Upper Fort Garry par les
Métis et de l’endroit où Louis Riel a formé
le gouvernement provisoire à l’origine du
Manitoba moderne. À l’intérieur du Musée,
la contribution des Premières Nations, des
Métis et des Inuits à l’avancement des
droits de la personne sera documentée et
célébrée à chaque étage, en plus d’être au
cœur d’une visite architecturale unique qui
permettra d’explorer l’âme autochtone de
l’édifice. En 2012-2013, nous avons organisé
des ateliers avec des aînés, des jeunes,
des artistes et des leaders communautaires
des Premières Nations pour établir un
programme destiné aux artistes autochtones,
qui créeront une installation permanente de
plaques pour communiquer les différents
concepts de droits de la personne dans une
perspective autochtone.
CLICHÉS D’ÉGALITÉ
Appelons cela un appel à tous, à saveur de
droits de la personne. Au printemps 2013,
le Musée a lancé un appel aux couples
homosexuels du Canada, leur demandant
des photos d’eux-mêmes qui seraient
utilisées dans une exposition relatant la
32
lutte pour faire reconnaître le mariage entre
conjoints de même sexe au Canada. Cet
appel, diffusé avec l’aide de partenaires qui
l’ont transmis à leurs réseaux, a reçu un taux
de réponse phénoménal à l’échelle du pays.
Certaines des photos seront intégrées à
une galerie consacrée à l’histoire des droits
de la personne au Canada et constitueront
un important outil pédagogique portant sur
une question contemporaine.
UNE NOUVELLE NORME EN MATIÈRE
D’ACCÈS UNIVERSEL
Le MCDP a fait connaître depuis longtemps
sa détermination à hausser la barre en
ce qui a trait à la conception universelle
et l’accessibilité. En 2013, le Conseil des
Canadiens avec déficiences et le Centre
de recherche en conception universelle
de l’École d’art et de design de l’Ontario
se sont joints au Musée pour annoncer
que le MCDP affichera la conception la
plus universelle qu’on ait jamais vue au
Canada, mais il définira une nouvelle
norme mondiale en matière d’accessibilité
et d’inclusion, dépassant même les
normes établies par le Smithsonian. Cet
engagement traduit une ligne de pensée
fondamentale selon laquelle on ne doit
pas se contenter d’assurer l’accessibilité
des lieux, mais il faut l’intégrer dans
la conception même de l’édifice pour
permettre à tous d’y participer pleinement.
POUSSER LES BONS BOUTONS
Des écrans tactiles seront intégrés à un certain
nombre de galeries du Musée. Comme outil de
présentation, il est difficile de faire mieux : ils
permettent aux visiteurs de maîtriser le contenu,
ils sont pleinement interactifs, ils sont adaptables
aux besoins de chacune des expositions et, en
cette époque de téléphones intelligents et de
iPads, les gens sont déjà familiarisés avec leur
utilisation. Les écrans tactiles ne sont toutefois
pas si simples à manipuler pour les personnes
aveugles ou à mobilité réduite. De concert avec le
Centre de recherche en conception universelle de
l’École d’art et de design de l’Ontario, le Musée
travaille actuellement à la mise au point d’un
clavier universel qui sera la clé de l’engagement
du Musée à assurer l’accès pour tous. Un
prototype de ce clavier a été dévoilé au printemps
2013 et, lorsque le Musée ouvrira ses portes
l’an prochain, le clavier universel sera prêt pour
permettre aux personnes ayant une vision ou
une mobilité réduite de participer pleinement à
l’expérience proposée par le Musée.
ABATTRE LES BARRIÈRES POUR TOUS
Même les personnes qui n’ont aucun handicap
doivent parfois surmonter des obstacles pour
profiter pleinement d’un musée. La croyance
que les musées sont faits pour les gens d’un
certain âge, d’un certain milieu ou d’un certain
niveau d’éducation en est une. La perception
voulant que les musées soient ennuyeux en
est une autre. Une partie de l’engagement que
le MCDP a pris à l’endroit de l’inclusion et de
l’accès universel consiste à viser un public aussi
vaste que possible. En 2012-2013, nous avons
commencé à travailler sur des possibilités de
programmation conçues pour rendre le Musée
accueillant et accessible pour tous. Parmi
les créneaux auxquels nous pensons dans la
programmation, citons les familles reconstituées
et les familles monoparentales, les programmes
intergénérationnels, les programmes conçus
par et pour les Autochtones canadiens, et les
programmes de contes gratuits pour enfants
et adultes.
DES PROGRAMMES BÂTIS
SUR DES PARTENARIATS
Pour construire un musée national des droits
de la personne pleinement représentatif, il
faut nouer de solides relations tant avec des
partenaires nationaux qu’internationaux. Les
relations de plus en plus nombreuses que noue
le Musée avec les écoles, les universités et les
éducateurs, les communautés ethnoculturelles,
les jeunes et les aînés des Premières Nations,
les organisations de promotion de l’égalité des
sexes et des droits des personnes handicapées,
des femmes et des travailleurs, et bien
33
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
d’autres partenaires encore, se reflètent
dans presque chaque aspect du contenu
et de la programmation du Musée. Non
seulement ces relations nous permettent
de proposer un contenu et des programmes
pertinents et inclusifs, mais ils pavent la voie
à d’autres initiatives comme des ressources
pédagogiques pour les enseignants, de
nouvelles possibilités de recherche, des
conférences publiques et des possibilités
d’apprentissage accessibles dans tout le
pays. En novembre, le Musée a invité au
Canada des conférenciers internationaux
dont le travail consiste à jeter la lumière
sur de nouvelles preuves de l’Holodomor, y
compris les ordonnances et les dossiers de
la police secrète soviétique. Cette série de
conférences offertes dans plusieurs villes a
permis de sensibiliser la population au sujet
d’un événement qui a directement influé sur
la vie de nombreuses personnes qui ont joué
un rôle important dans la création du Canada
d’aujourd’hui.
UN ÉDIFICE PHARE PREND FORME
En 2005, le concept percutant proposé par
l’architecte de renommée mondiale Antoine
Predock pour le MCDP a été sélectionné
parmi les soumissions reçues d’architectes
provenant de 21 pays. En 2009, avait lieu la
première pelletée de terre. Le 20 septembre
2012, le dernier panneau de verre a été
installé sur la Tour de l’espoir qui trône au
sommet de l’édifice du Musée, donnant
34
pleinement vie à la vision de Predock.
Aujourd’hui, l’édifice du Musée est terminé
et constitue un nouveau point de mire
permanent à l’horizon de Winnipeg et dans le
paysage canadien des droits de la personne.
À l’intérieur, tous les principaux systèmes
mécaniques fonctionnent, les lumières
sont allumées, les murs et les planchers
des galeries ont été finis et l’édifice est
prêt pour l’installation des expositions, qui
pourra débuter à la fin de 2013. L’érection
du MCDP est la plus ambitieuse entreprise
architecturale jamais menée au Canada
depuis une génération. Rendu possible
uniquement grâce au généreux soutien des
gouvernements fédéral et provincial, de
l’administration de la Ville de Winnipeg et de
7 500 donateurs, dont la liste s’allonge, le
Musée traduit l’engagement qu’ont pris les
Canadiennes et les Canadiens pour rendre
le monde plus juste, plus équitable et plus
humain. L’achèvement de l’édifice du MCDP
est notre plus importante réalisation au cours
de la dernière année. Il n’existe aucune autre
structure comparable nulle part au monde.
L’ARCHITECTURE SE FAIT NUMÉRIQUE
Probablement unique au monde, l’interaction
entre architecture et technologie mise de
l’avant au MCDP se veut percutante sur
le plan visuel, mais plus important encore,
elle reflète la subtilité et la complexité
inhérentes aux questions de droits de la
personne. Au théâtre multimédia du Musée,
Enrichir l’expérience
des visiteurs.
les visiteurs connaîtront une expérience
immersive grâce à une surface de projection
deux fois la taille d’un écran de cinéma
commercial. Une ligne de temps ondulée
illustrera les grands moments de l’histoire des
droits de la personne d’hier à aujourd’hui. Bien
que la présentation elle-même comprenne des
éléments numériques, la ligne de temps suit
les contours physiques des imposants murs de
pierre de la galerie – fusion entre l’intangible
et le concret qui invite les visiteurs à réfléchir
à la relation entre les droits que nous tenons
pour acquis et ceux qui, pour certains citoyens,
demeurent encore hors de portée.
LA CONVERSATION VA BON TRAIN
Bien que le MCDP ne soit pas encore
ouvert, la conversation en ligne va bon train.
À la fin de l’année financière, l’audience
Facebook francophone et anglophone du
Musée comptait plus de 5 100 abonnés, et
le Musée s’enorgueillit d’être le deuxième
groupe d’utilisateurs le plus actif parmi ceux
de tous les musées nationaux du Canada,
et ce, malgré le fait qu’il n’ait pas encore de
présence physique. Le Musée compte aussi
de plus en plus d’abonnés sur Twitter, leur
nombre ayant presque doublé entre mars 2012
et mars 2013. Au printemps 2012, nous avons
35
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
lancé un blogue hebdomadaire, le « blogue
des initiés ». Rédigé par le personnel du
Musée, il permet aux lecteurs de pénétrer en
coulisse pour découvrir tout ce qui se fait au
Musée, depuis la création des expositions à
la construction des éléments intérieurs, en
passant par la recherche.
FAIRE PARTAGER NOTRE HISTOIRE
En 2012-2013, le nombre d’articles publiés
dans les médias locaux et nationaux à propos
des activités organisées par le Musée et
de ses réalisations a augmenté. L’annonce
de l’initiative nationale d’enseignement
et d’apprentissage entreprise avec la
Fédération canadienne des enseignantes
et des enseignants et celle de la série de
conférences données dans plusieurs villes
sur le génocide ukrainien, l’Holodomor, ont
été couvertes par les principaux marchés
des médias du Canada. De plus, nous avons
élargi les possibilités pour les Canadiennes
et les Canadiens de découvrir le Musée par
36
l’intermédiaire du personnel, de l’équipe de
direction et du Conseil d’administration. La
deuxième assemblée publique annuelle du
Musée, tenue à l’école secondaire de Sisler,
à Winnipeg, et diffusée sur le Web partout
dans le monde, a procuré aux futurs visiteurs
l’occasion de poser des questions sur des
sujets très variés, que ce soit à propos
de la construction de l’édifice, ou encore,
des expositions, des programmes et des
campagnes de marketing. Nous avons aussi
élargi notre populaire programme de visites
du périmètre du chantier, qui a atteint des
sommets en 2012, puisque 1 500 personnes
ont participé aux visites guidées au cours du
printemps et de l’été.
VISAGES AMICAUX, TREMPLIN
POUR LES JEUNES
Le MCDP utilisera des outils et des
technologies numériques pour informer et
inspirer les visiteurs et pour favoriser les
conversations, mais le Musée ne perdra
jamais de vue le fait que les droits de la
personne, fondamentalement, mettent en
scène des êtres humains. En 2012-2013,
le MCDP a jeté les bases d’un programme
de préposés du Musée, ce qui lui permettra
de faire en sorte que les visiteurs auront de
réelles interactions avec des membres du
personnel et des bénévoles compétents. Le
programme vise à enrichir l’expérience des
visiteurs, pour que leur passage au Musée
soit toujours agrémenté d’un visage amical
ou d’une bonne conversation. Grâce à ce
programme, le Musée offrira des occasions de
développement à la prochaine génération de
défenseurs des droits de la personne.
de nouveaux emplois. La possibilité de
contribuer à changer le monde en travaillant
dans le domaine de la recherche, des médias
numériques, de la programmation publique
et éducative, des collections et de la
conception a attiré à Winnipeg les meilleurs
Des conversations qui font réfléchir.
UN ACCUEIL WINNIPÉGOIS
L’inauguration du Musée attirera des milliers
de visiteurs à Winnipeg. Certains viendront
pour être parmi les premiers à prendre part à
une expérience muséale inspirante qui n’a pas
son pareil dans le monde. D’autres viendront
pour profiter des activités et célébrations qui
marqueront l’ouverture officielle du Musée.
Quoi qu’il en soit, un groupe de sympathiques
bénévoles du Manitoba sera prêt à accueillir
nos invités, dignitaires et partenaires nationaux
et internationaux dès leur arrivée.
REMPLIR UNE MISSION SOCIALE :
UNE BONNE AFFAIRE
Le MCDP contribue à un monde meilleur,
mais aussi à renforcer l’économie locale
et nationale. Non seulement le Musée
générera-t-il des millions de dollars à
perpétuité en nouvelles taxes provinciales
et fédérales, mais il contribue déjà à créer
talents du Canada et d’ailleurs. Des analyses
indépendantes révèlent que le MCDP
générera des retombées économiques
considérables qui profiteront directement
à la région. Les activités économiques
du Musée lui-même visent à démontrer
qu’un mandat à forte teneur sociale peut
être synonyme d’affaires florissantes. En
2012-2013, nous avons accordé beaucoup
d’importance à la création d’un ensemble de
programmes générateurs de revenus. Parmi
les principales réalisations de la dernière
année à cet égard, citons l’élaboration
de plans de dotation en personnel et de
procédures d’exploitation pour les activités
génératrices de revenus et les services aux
visiteurs, la publication d’un appel d’offres
pour le restaurant et les services de traiteur,
et enfin, l’établissement de plans pour la
location des locaux du Musée. Nous avons
terminé la configuration des systèmes de
technologie de l’information nécessaires aux
37
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
admissions, aux adhésions, à la location
de salles et à la vente au détail et nous
avons mis la dernière main aux plans du
programme d’adhésions au Musée.
CRÉER DES EMPLOIS, SOUTENIR UN
PERSONNEL HORS PAIR
Essentiel pour pouvoir passer de la
planification à l’exploitation, l’affichage de
postes a commencé au début de 2013 pour
la sélection du personnel qui accueillera
les visiteurs. Des dizaines d‘emplois
permanents seront créés dès l’ouverture
du Musée : préposés à la billetterie, à
l’admission, à la vente au détail; animateurs
des programmes; personnel de sécurité;
préposés à l’entretien paysager. Au MCDP,
nous aspirons à devenir un employeur de
choix, offrant un milieu de travail qui reflète
les valeurs de notre organisation. Des
activités de perfectionnement professionnel
et d’apprentissage organisées par le
personnel battent déjà leur plein au Musée,
qu’il s’agisse du club de lecture sur les
droits de la personne qui se réunit le midi,
de projections de films sur les droits de la
personne ou d’une série de conférences de
perfectionnement professionnel données
par des spécialistes d’autres organisations
pour transmettre différentes perspectives
et les pratiques exemplaires.
38
UN ÉCHÉANCIER SERRÉ
L’échéancier visant à rendre le Musée tout à
fait opérationnel à temps pour l’inauguration
est excessivement serré. Plus de 60 projets
et processus internes doivent être terminés
avant l’ouverture et il faut synchroniser les
activités pour éviter tout chevauchement ou
retard des différentes étapes. Nous avons
d’ailleurs mis en œuvre un plan directeur
de gestion de projet en 2012, supervisé par
un tiers, pour faire en sorte que le Musée
respecte à la fois l’échéancier et le budget
prévus. Le plan vise à faire en sorte que
le Musée soit pleinement opérationnel au
moment de l’inauguration, et ce, en portant
sur des activités comme l’aménagement
des galeries, l’installation de l’équipement
audiovisuel, l’essai des expositions et les
travaux de construction. Le plan directeur
de gestion de projet est conçu pour mettre
à profit les points forts et éviter les retards
entre les différentes étapes du projet, qui
pourraient faire grimper les coûts.
S’ASSURER UNE FORTE CROISSANCE
DU FINANCEMENT
Comme nous nous y étions engagés dans
le Plan d’entreprise 2012-2013, nous avons
accordé beaucoup d’importance, au cours de
la dernière année, au soutien organisationnel
de la campagne de financement organisée
par les Amis du Musée canadien pour les
Ils seront là en 2014.
Le Musée sera prêt.
droits de la personne. Malgré cette période
d’incertitude économique qui touche toute
la planète, cette campagne a connu un franc
succès puisque les Amis du Musée ont pu réunir
six millions de dollars provenant de nouvelles
contributions du secteur privé au cours de la
dernière année. Pour aider les Amis du Musée
à tabler sur ce succès, le Musée a offert des
visites guidées du site aux principaux donateurs
potentiels, a fourni des conférenciers pour
des activités destinées aux donateurs, a mis
les installations du Musée à la disposition des
Amis, a collaboré à la préparation d’une nouvelle
annonce d’intérêt public et a aidé à relever
les possibilités d’associer le nom de grands
donateurs potentiels au Musée.
PRÉPARER L’AVENIR
Au cours des années qui viennent, le Musée
devra faire une transition entre l’étape de
démarrage et l’exploitation à long terme. Pour
l’équipe de direction du Musée comme pour
le Conseil d’administration, la planification de
cette transition demeurera un souci constant.
En 2012-2013, nous avons entrepris de dresser
une stratégie de gestion des documents afin
que le savoir organisationnel soit préservé au fur
et à mesure que le Musée évoluera et prendra
de l’ampleur. On prévoit aussi de nouveaux
protocoles d’évaluation pour garantir que le
Musée tire le maximum d’efficacité et de valeur
de chacun de ses domaines d’activité.
39
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
ALLER DE L’AVANT
Au cours de l’année qui vient, notre souci premier est de faire en sorte que le Musée soit
prêt à offrir aux visiteurs une expérience inégalée lorsqu’il ouvrira ses portes.
Au 31 mars 2013, la construction de l’extérieur
de l’édifice était essentiellement terminée
et tous les autres contrats pour l’édifice de
base avaient été attribués. L’aménagement de
l’espace des galeries était censé commencer
en septembre 2012, mais ces travaux ont
été reportés vu que le Musée ne pouvait pas
établir le contrat d’intégration des éléments
audiovisuels jusqu’à ce que le financement du
Musée soit confirmé. Au 31 mars 2013, les
contrats liés à la fabrication des expositions, au
matériel audiovisuel et à l’intégration ont été
lancés puis attribués.
La fabrication, le prototypage et l’essai des
expositions se poursuivront et leur installation
proprement dite débutera au cours de
l’automne 2013. Nous poursuivrons le travail
concernant les installations numériques, les
présentations interactives et les films, et
des essais auront lieu avec des utilisateurs
sur place et avec des utilisateurs externes
lorsque les projets parviendront aux dernières
étapes de leur réalisation. Nous avions prévu
que la recherche d’objets et d’images soit
terminée en 2012-2013, mais l’étendue de
ces travaux a été ajustée en fonction de
l’échéancier directeur du projet et la recherche
se poursuivra en 2013-2014. Tel que prévu,
des pairs extérieurs ont été engagés pour
40
effectuer un examen de chaque approche
proposée pour les galeries. Également en
2012-2013, le Musée a fait faire une série
d’examens externes de l’ensemble du
contenu inaugural. Au moyen du Conseil
consultatif sur les droits de la personne,
qui fournit des conseils au président, et de
l’engagement de plusieurs universitaires
indépendants ayant de l’expertise dans
une variété de domaines liés aux droits de
la personne, les plans du Musée liés au
contenu ont fait l’objet d’évaluations visant à
déterminé si le contenu proposé est complet
et équilibré. Le processus a permis de repérer
des domaines devant être perfectionnés; il
a aussi permis de confirmer que le Musée
est déjà en bonne voie de mettre en place
une série d’expositions inaugurales dignes
d’un musée national. Nous mettrons aussi
la dernière main au site Web, entièrement
refondu, et le mettrons en ligne pour offrir
au monde un contenu gratuit, d’une riche
interactivité, sur les droits de la personne,
de manière à rendre l’expérience du MCDP
accessible à tous.
Nous poursuivrons l’élaboration des
programmes destinés au public et aux écoles
avec un ensemble de programmes inauguraux
qui seront annoncés en 2014. La vente
d’adhésions au Musée commencera aussi,
suivie de la vente de billets d’admission en ligne
et en personne.
À l’intérieur de l’édifice, l’aménagement des
espaces de bureau, qui était prévu pour février
2013, a aussi été reporté de plusieurs mois
pour des raisons de coût-efficacité et pour ne
pas déranger les travaux d’aménagement des
galeries, déjà en cours. On a tenu compte de
ces changements dans l’échéancier directeur
du Musée, qui est surveillé à l’externe, et il n’y
a pas d’incidence sur le budget du projet ou
sur l’échéancier directeur menant à l’ouverture
en 2014. Les derniers travaux de surfaçage
seront terminés, de même que les travaux de
finition et l’essai des systèmes; à l’extérieur,
nous continuerons les travaux d’aménagement
paysager dans le respect de l’environnement,
conformément à l’engagement du Musée
d’obtenir le statut d’édifice écologique
(certification LEED).
En travaillant de concert avec des partenaires
locaux et internationaux du secteur du tourisme,
le Musée lancera une grande campagne de
marketing en 2013 afin de soulever l’intérêt
pour les activités d’inauguration et la vente des
billets de la première année d’activité. Nous
lancerons de nouvelles activités de vente au
Renforcer les liens communautaires
chez nous et partout
dans le monde.
détail et de nouvelles gammes de produits et
nous commencerons à prendre des réservations
pour la location de nos locaux en 2014 pour
des conférences et ateliers, des activités
communautaires et corporatives et des
réunions privées.
Le Musée dévoilera à la fin de 2013 des plans
visant à faire en sorte que les entreprises locales,
les hôtels et les restaurants, les gouvernements
et l’administration municipale, les écoles, les
universités et les organisations communautaires
puissent tous jouer un rôle dans les événements
soulignant l’inauguration, qui attireront des
visiteurs du monde entier. Nous mettrons la
dernière main à nos plans visant à recruter des
bénévoles qui feront en sorte que chacun des
visiteurs reçoive un accueil personnalisé et
jouisse d’une expérience qui reflète à la fois le
meilleur de l’esprit communautaire de Winnipeg
et la détermination du Musée à assurer la
mobilisation et l’inclusion de tous.
41
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
Un lieu où l’on reconnaît
que chacun a ses propres
forces et capacités.
42
43
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
COMMENTAIRES ET ANALYSE
DE LA DIRECTION
Le Musée canadien des droits de la personne (MCDP), constitué en tant que société
en 2008, vise à offrir des rencontres avec les droits de la personne qui sont riches de
sens, à encourager la réflexion et le dialogue et à habiliter les visiteurs à créer des
changements concrets dans la vie des autres.
La Société présente des assises solides
sur le plan financier et opérationnel afin
d’appuyer ce travail essentiel. Dans la mise
en œuvre de sa mission, la Société adhère
à des pratiques exemplaires par l’entremise
d’une culture de gestion qui favorise
l’amélioration continue et une reddition de
comptes complète au Parlement et à la
population canadienne.
La Société est classée comme un
organisme sans but lucratif du secteur
public (« OSBLSP ») et elle applique
les normes comptables pour le secteur
public applicables aux OSBLSP. Les états
financiers sont préparés conformément
aux normes comptables canadiennes pour
le secteur public. La Société respecte
également les exigences en matière de
présentation d’information trimestrielle
par la publication de ses états financiers
trimestriels et annuels sur son site Web.
44
APERÇU FINANCIER
Les principales activités d’investissement
en immobilisations et opérationnelles
de la Société au cours de 2012-2013 ont
comporté l’achèvement de l’édifice de base
du Musée, la planification et la conception
des expositions, l’élaboration de la
programmation, ainsi que l’élaboration et la
mise en œuvre des activités d’exploitation
et des systèmes.
Le quasi-achèvement de l’édifice de base
a été réalisé le 31 mars 2013. La gestion
des coûts, le respect d’un plan directeur de
gestion de projet et le report de coûts ciblés
permettront à la Société de compléter le
projet d’immobilisations en respectant le
budget approuvé de 351 millions de dollars
pour le projet.
La Société a terminé l’exercise avec un
résultat d’exploitation positif.
ORIENTATION STRATÉGIQUE
Le Conseil d’administration de la Société
élabore une orientation stratégique afin
de guider l’organisation. L’orientation
stratégique établie pour 2012-2013
comprenait les priorités suivantes :
•Compléter la construction de l’édifice de
base en respectant le budget approuvé pour
le projet;
•Concevoir des expositions et une
programmation de classe mondiale pour
l’ouverture du Musée en 2014 et par la suite;
•Établir le fonctionnement et la présence du
Musée pour assurer un état de préparation
opérationnelle complète pour l’ouverture du
Musée en 2014;
•Appuyer la campagne de collecte de
fonds des Amis du Musée canadien des
droits de la personne qui aidera à financer
les coûts d’immobilisations ainsi que la
programmation et les activités à long terme.
ANALYSE DE L’ENVIRONNEMENT
Plusieurs facteurs internes ou externes
influent sur la capacité de la Société à
compléter la construction et à concevoir les
expositions et la programmation en respectant
le budget, à recruter et conserver une maind’œuvre compétente et professionnelle, à
attirer les visiteurs une fois que le Musée aura
ouvert ses portes et à financer ses activités
permanentes. Le Plan d’entreprise du Musée
est conçu pour diriger son succès continu à la
lumière des facteurs suivants, qui définissent
son environnement :
Forces et possibilités
•
Appui soutenu de toutes instances
gouvernementales;
•Croissance continue année après année de
l’appui de donateurs privés;
•Activités génératrices de produits, dont une
présence croissante de la vente au détail,
des programmes de vente d’abonnements
en voie d’élaboration et un intérêt important
pour la location des installations;
•Intérêt significatif de la part des touristes
et des occasions de tourisme de niche
pour des catégories de visiteurs et des
marchés ciblés;
•
Proximité de La Fourche, un lieu de
rencontre historique et l’attraction touristique
la plus visitée à Winnipeg;
45
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
• Tendance de la société à être plus
intéressée et sensibilisée aux droits de la
personne;
• Possibilité de « bien faire les choses »
à l’aide d’un modèle innovateur de
mobilisation, de partenariat et de
conception inclusive;
• Construction de l’édifice de base
entièrement octroyée et quasi achevée au
31 mars 2013;
• Confirmation de fonds assurés et plan
directeur de gestion de projet contrôlé de
l’extérieur pour s’assurer que l’édifice,
les galeries et les systèmes sont
opérationnels pour l’ouverture en 2014.
Risques et défis
• Incertitude économique mondiale
persistante;
• Construction complexe des
immobilisations pour laquelle une
stratégie détaillée de gestion des risques
a été mise en œuvre;
•Sujets controversés;
• Attentes externes élevées en matière
d’excellence;
• Maintien de l’appui pour la collecte de
fonds en vue d’achever la campagne de
fonds de capitaux.
46
BUDGET D’EXPLOITATION : UN SURVOL
En faisant du MCDP une institution culturelle
nationale et une société d’État fédérale, le
gouvernement du Canada s’est engagé à lui
fournir jusqu’à 21,7 millions de dollars à titre
de budget d’exploitation annuel.
Comme le Musée passe de la phase
planification à celle de l’exploitation,
l’évaluation des besoins prévus aux fins de
l’exploitation après son ouverture se poursuit
toujours. Les estimations et le calendrier
des besoins continus de la Société seront
confirmés au cours de 2013-2014 lorsque
les premières expositions, la programmation,
l’infrastructure des technologies de
l’information, les systèmes d’exploitation et
les activités génératrices de produits seront
complétés et mis en œuvre.
BUDGET D’EXPLOITATION : LES
RÉSULTATS EN FIN D’EXERCICE
Pour assurer l’état de préparation
opérationnelle en vue de l’ouverture du
Musée en 2014, la Société a prévu un
manque à gagner et a reçu un total de
21,7 millions de dollars à titre de fonds
d’exploitation pour achever les initiatives
de chaque domaine de programmation
du Musée.
Le Musée envisageait d’utiliser environ
8,5 millions de dollars de crédits de
fonctionnement pour payer les coûts
associés aux projets en immobilisations liés
à l’ouverture du Musée, comme le matériel
informatique, l’infrastructure du réseau, le
développement de logiciels, les applications
média et l’aménagement du nouvel édifice
pour appuyer les activités.
Les dépenses en immobilisations réelles
engagées en 2012-2013 se sont élevées à
2,4 millions de dollars. Du solde de
6,1 millions de dollars qui avait été prévu
pour les immobilisations, un montant de
5,8 millions a été reporté à 2013-2014 parce
que les contrats ont été octroyés plus tard
que prévu au cours de l’exercice et qu’ils
seront facturés au cours du prochain exercice.
Dans plusieurs cas, bien que les dépenses
en immobilisations liées à l’élaboration des
expositions et des programmes aient été
imparties, les travaux en vertu de ces contrats
se sont poursuivis au cours l’exercice suivant
et les dépenses prévues n’ont pas toutes été
engagées au cours de l’exercice 2012-2013.
Le calendrier pour la prise en charge et le
contrôle du nouvel édifice par le Musée
de l’entrepreneur du projet et la décision
de reporter le moment du déménagement
des employés du MCDP dans le nouvel
immeuble ont également donné lieu à des
dépenses prévues qui sont reportées à
l’exercice 2013-2014. Les dépenses prévues,
qui comprennent l’élaboration de la nouvelle
infrastructure informatique, l’acquisition de
matériel informatique et d’autre matériel
requis pour faire fonctionner le nouvel
édifice de base et appuyer les fonctions
administratives du Musée, seront engagées
en 2013-2014, une fois que la prise de
possession de l’immeuble aura été transférée
officiellement au MCDP.
Le total des charges d’exploitation s’est élevé
à 13,7 millions de dollars pour l’exercice
terminé le 31 mars 2013 par rapport à
10,9 millions au cours de l’exercice
précédent. Les dépenses de 2012-2013 du
Musée comprennent une augmentation de
900 000 $ pour le coût des installations,
une hausse de 500 000 $ pour les services
professionnels et spéciaux en vue d’assurer
l’état de préparation pour l’ouverture et
l’augmentation prévue du personnel affecté
au contenu et à la programmation au cours de
la période menant à l’ouverture en 2014, bien
que le total des charges du personnel soit
inférieur au montant prévu.
47
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
La Société a terminé l’exercice avec un
résultat d’exploitation positif de 909 000 $.
Les charges d’exploitation liées à la
dotation en personnel, au bureau et à
l’administration ont été moins élevées que
celles budgétées en raison du report des
installations et des postes au service de
la sécurité qu’après le quasi-achèvement
de l’édifice de base et aussi du fait que
l’embauche pour des postes spécialisés a
été plus longue que prévue.
Dépenses opérationelles par
programe pour 2013-2014
41 %
22 %
37 %
Édifice permanent et
installations temporaires
2,942 millions de dollars
Administration et gestion d’enterprise
5,124 millions de dollars
Contenu et programmation du Musée
5,612 millions de dollars
48
BUDGET D’EXPLOITATION : UN APERÇU
Le Musée est limité à 21,7 millions de
dollars et prévoit des crédits de cet ordre en
2013-2014. Selon le plan de dotation
de la Société, l’effectif du Musée passera
de 76 employés au 31 mars à plus de
100 employés, car le Musée continue son
passage de la phase de planification à celle
de l’exploitation au cours de la période
menant à l’ouverture. L’embauche se
concentrera notamment dans les domaines
liés aux activités génératrices de produits du
Musée, comme la vente d’abonnements,
les droits d’entrée et la vente au détail, ainsi
que dans les autres domaines touchant les
touristes, dont la programmation publique,
l’exploitation de l’édifice et la sécurité.
L’élaboration, la fabrication, l’installation et
l’essai des premières expositions seront
l’objectif principal en 2013-2014. Par ailleurs,
des services professionnels seront requis
pour épauler davantage le personnel dans
des domaines exigeant une expertise
spécialisée. L’élaboration des programmes
éducatifs et publics se poursuivra en
parallèle avec la croissance des services
de l’apprentissage et de la programmation
et des partenariats avec des organismes
éducatifs et des droits de la personne, autant
au Canada qu’à l’étranger. L’infrastructure et
les actifs pour les médias et la technologie qui
avaient été reportés seront achetés au cours du
prochain exercice.
Le Musée affectera des fonds pour une
campagne élargie de communication et
de commercialisation en 2013-2014 afin
d’appuyer des occasions touristiques et de
promouvoir d’autres activités génératrices
de produits au cours de la première année
d’exploitation du Musée.
En 2013-2014, le Musée continuera à parfaire
ses budgets pour les cinq exercices suivant
l’ouverture. Une fois le Musée ouvert et
pleinement opérationnel, la Société sera
en mesure de mieux évaluer ses besoins
opérationnels permanents.
Le Musée continuera à planifier et à tenir
compte de facteurs comme la maintenance, la
réparation des immobilisations, l’inflation et les
paiements en remplacement d’impôts.
PROJET DE CONSTRUCTION : UN APERÇU
Avec la construction de l’édifice de base
essentiellement achevée, le MCDP représente
aujourd’hui une icône architecturale unique.
L’installation de la dernière plaque de verre en
septembre 2012 a annoncé l’achèvement de
l’extérieur du Musée et marqué une transition
importante de la construction de l’édifice de
base à l’aménagement de l’espace intérieur
des galeries et de la préparation de l’édifice
pour l’installation des expositions.
Le Comité de vérification du Conseil
d’administration continue de surveiller le
projet de l’édifice, y compris le calendrier des
travaux de construction restants à l’intérieur,
de l’aménagement des expositions et
l’achèvement du projet dans le respect du
budget. Avec la confirmation du financement
en 2012, le projet d’immobilisation respecte
le budget de 351 millions de dollars et le
calendrier des travaux pour l’ouverture en 2014.
PROJET DE CONSTRUCTION : LE BUDGET
La construction du MCDP a été le premier
musée national au Canada à être construit
grâce à des apports des instances fédérales,
provinciales et municipales, en plus d’apports
importants du secteur privé.
En juin 2012, le gouvernement du Canada a
approuvé l’utilisation de 35 millions de dollars
de crédits prévus pour les exercices ultérieurs
afin de permettre au Musée d’achever le
projet d’immobilisations et de confirmer
son ouverture en 2014. Le Musée a reçu
25 millions de dollars de ces fonds en
49
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
2012-2013 et le solde de 10 millions sera
reçu en 2013-2014. Par ailleurs, un montant
de 10 millions de dollars des crédits de
fonctionnement pour 2011-2012 avait été
reporté et reçu en 2012-2013 pour être utilisé
dans le cadre du projet d’immobilisations. On
prévoit réduire les crédits de fonctionnement
futurs sur plusieurs exercices après
l’ouverture, soit à compter en 2018-2019.
Une évaluation des risques liés à toutes les
facettes du projet qui restent, ainsi qu’un
plan directeur de gestion de projet contrôlé
de l’extérieur et une diligence à économiser
et à reporter des coûts permettront au
Musée d’achever le projet en respectant
le budget de 351 millions de dollars. Au
31 mars 2013, l’édifice de base est achevé à
97 p. cent et 100 p. cent des travaux ont fait
l’objet d’appel d’offres. L’ensemble du projet
d’immobilisations est complété à 84 p. cent
au 31 mars, les demandes de soumissions
pour l’aménagement, la fabrication et
l’installation des expositions sont en cours et
seront complétées en 2013-2014.
À la clôture de l’exercice 2012-2013, les
immobilisations en construction du Musée
avaient augmenté de 58,6 millions de
dollars, pour se chiffrer à 286,1 millions.
50
Au 31 mars 2013, le Musée détenait
22,2 millions de dollars en trésorerie affectée.
Avancement du projet d’immobilisation
par secteur (en date du 31 mars 2013)
Degré d’avancement par secteur (en
pourcentage selon les dépenses engagées
envers l’aquisution d’immobilisation)
exécutant, les experts-conseils et le maître
d’œuvre, a été constituée au début du projet
afin de gérer et surveiller tous les aspects
du projet de construction, notamment les
changements aux devis, les d’ajouts ou les
retraits à l’étendue des travaux.
PROJET DE CONSTRUCTION :
LA GESTION DES RISQUES
Autant l’architecture iconique du Musée que
l’essence et la portée de son mandat sont
sans précédent au Canada. La complexité
inhérente du projet du Musée présente
une gamme de défis qui exige une gestion
prudente et des stratégies efficaces pour
cerner et atténuer les risques.
On a eu recours à un processus
d’approvisionnement intégrant une aide
à la conception qui fait en sorte que,
contrairement au processus d’appel d’offres
habituel, les sous-traitants sont appelés à
contribuer à l’élaboration du concept dès
l’étape de préparation des plans et devis
du projet, injectant une précieuse expertise
dans la conception des plans, la planification
des travaux, l’échéancier, l’établissement
des budgets (incluant la détermination de
mesures de réduction de coûts) et les appels
d’offres. Il s’agit donc d’un travail d’équipe
entièrement centré sur la réalisation du projet.
Cette méthode a été utilisée avec succès pour
les travaux de structure, de mécanique et
d’électricité, ainsi que par le fournisseur de la
surface extérieure vitrée.
Le concept architectural de l’édifice du
Musée est extrêmement complexe. Une
équipe de projet, comprenant le personnel
du Musée, les architectes concepteur et
Un calendrier directeur du flux des travaux,
suivi et contrôlé de l’extérieur par Stantec
Consulting, décrit en détail les étapes
importantes d’un projet – de la construction
Bâtiment de base
Aménagement de
l’espace d’exposition
Coneption et fabrication
des expositions
Coûts du terrain et
d’administration
97 %
10 %
23 %
100 %
de l’édifice de base en passant par le
prototypage des expositions et l’élaboration
de la programmation – et comprend des
échéanciers et des repères clairement
établis. Un calendrier complémentaire du flux
des travaux pour les expositions, examiné
régulièrement par les principaux membres de
l’équipe des expositions, permet d’assurer
que tous les aspects de la planification et
de la conception des expositions suivent un
calendrier et un plan de travail rigoureux.
Un plan directeur de gestion de projet,
élaboré en partenariat avec GBA, régit tous
les aspects de la progression du Musée après
l’achèvement de l’édifice de base. Le plan
donne l’assurance que les principales activités,
dont l’aménagement des expositions, les
installations audiovisuelles et l’exploitation
de l’édifice, soient étroitement gérées afin
de respecter le calendrier des travaux et
les objectifs budgétaires. Le plan établit un
chemin critique ciblé sur la maximisation des
ressources du Musée, la détermination des
gains d’efficience et la mise en œuvre des
processus nécessaires pour assurer l’état de
préparation opérationnelle pour l’ouverture du
Musée en 2014.
51
RAPPORT ANNUEL 2012-2013 DU MCDP
RESPONSABILITÉ
DE LA DIRECTION
La direction a préparé les états financiers inclus dans le présent rapport annuel
conformément aux normes comptables canadiennes pour le secteur public et elle
est responsable de l’intégrité et de l’objectivité des données qui y figurent. Ces états
financiers comprennent des montants fondés nécessairement sur les estimations et
le jugement de la direction. Les informations financières présentées ailleurs dans le
rapport annuel concordent avec celles contenues dans les états financiers.
Pour s’acquitter de ses responsabilités
relatives à l’intégrité et à la fidélité des
états financiers, la direction a conçu et
maintient des documents comptables,
des contrôles financiers et de gestion, des
systèmes d’information et des pratiques
de gestion. Ces mesures visent à donner
une assurance raisonnable que l’information
financière est fiable, que les actifs sont
protégés et contrôlés, et que les opérations
sont conformes à la Loi sur la gestion des
finances publiques et ses règlements
52
ainsi qu’à la Loi sur les musées et ses
règlements et aux règlements administratifs
de la Société.
Le Conseil d’administration a la
responsabilité de veiller à ce que la
direction s’acquitte de ses responsabilités
en matière d’information financière et de
contrôle interne. Il confie cette tâche au
Comité de vérification, composé de deux
administrateurs de la Société. Le Comité de
vérification rencontre la direction et l’auditeur
externe indépendant afin d’examiner la façon
avec laquelle les responsabilités relatives
aux états financiers sont acquittées, ainsi
que pour discuter de l’audit, des contrôles
internes et d’autres questions financières
pertinentes. Le Comité de vérification a
examiné les états financiers en compagnie
de l’auditeur externe et les approuvés.
Stuart A. Murray Le président-directeur général
L’auditeur externe de la Société, soit le
vérificateur général du Canada, audite les
états financiers et en fait rapport au ministre
du Patrimoine canadien et des Langues
officielles, qui est responsable envers le
Parlement du Musée canadien pour les
droits de la personne.
Susanne Robertson, C.A.
Chef des opérations financières
Le 3 juin 2013
53
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
RAPPORT DE L’AUDITEUR
54
55
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE (en milliers de dollars)
ÉTAT DES RÉSULTATS (en milliers de dollars)
31 mars
2013
2012
Actif
À court terme
Trésorerie
6 871 $
4 972 $
Trésorerie affectée et équivalents de trésorerie (note 3)
22 160
18 523
Placements affectés (note 3)
-
12 931
Créances (note 4)
1 085
1 358
Charges payées d’avance et autres éléments d’actif
138
226
Compte de dépôt des retenues (note 5)
11 797
9 884
42 051
47 894
Immobilisations (note 6)
En service
8 692
7 985
En construction 286 070
227 464
Total de l’actif
336 813 $
283 343 $
Exercice terminé le 31 mars
2013
2012
Produits
Produits divers
92 $
61 $
Total des produits
92
61
Charges (tableau 1)
Contenu et programmation du Musée
5 612
4 222
Édifice permanent et installations temporaires 2 942
1 571
Administration et gestion d’entreprise
5 124
5 128
Total des charges
13 678
10 921
Excédent des charges sur les produits avant
les crédits parlementaires
(13 586)
(10 860)
Passif et actif net
Passif à court terme
Créditeurs et charges à payer (notes 7 et 8)
14 717 $
11 359 $
Retenues à payer (note 5)
11 797
9 884
26 514
21 243
Apports reportés (note 9)
11 320
23 691
Apports reportés afférents aux immobilisations (note 10)
289 783
230 470
301 103
254 161
Actif net
Non affecté
4 172
3 263
Investi en immobilisations (note 12)
4 979
4 979
Gains et pertes de réévaluation cumulés
45
(303)
9 196
7 939
Obligations contractuelles et éventualités (notes 16 et 17)
Total du passif et de l’actif net
336 813 $
283 343 $
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
Approuvé par le Conseil d’administration :
Eric Hughes
Le président
Crédits parlementaires (note 11)
Excédent des produits sur les charges (charges sur
les produits) après les crédits parlementaires
14 495
909 $
10 794
(66) $
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
ÉTAT DES GAINS ET PERTES DE RÉÉVALUATION (en milliers de dollars)
Exercice terminé le 31 mars
2013
2012
Gains et pertes de réévaluation cumulés au début de l’exercice
(303) $
- $
Perte non réalisée cumulée reclassée des apports reportés
-
(498)
Gains (pertes) non réalisés attribuables
Au change
43
85
Aux placements
(110)
(1 034)
Montants reclassés à l’état des résultats Change
15
(6)
Montants reclassés aux apports reportés
Placements
400
1 150
Gain net (perte nette) de réévaluation de l’exercice
348
(303)
Gains et pertes de réévaluation cumulés à la fin de l’exercice
45 $
(303) $
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
Lisa Pankratz
La présidente du
Comité de vérification
Le 3 juin 2013
56
57
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
ÉTAT DE L’ÉVOLUTION DE L’ACTIF NET (en milliers de dollars)
ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE (en milliers de dollars)
Non affecté
Investi en Gains et
immobilisations pertes de
réévaluation
cumulés
Actif net au 31 mars 2011
Excédent des charges sur les
produits après les crédits
parlementaires
Variation nette des gains et pertes
de réévaluation cumulés
Actif net au 31 mars 2012
Excédent des produits sur les
changes après les crédits
parlementaires
Variation nette des gains et pertes
de réévaluation cumulés
Actif net au 31 mars 2013
3 329 $
(66)
-
3 263
909
-
4 172 $
4 979 $
-
-
4 979
-
-
4 979 $
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
- $
-
(303)
(303)
-
348
45 $
Total 8 308 $
(66)
(303)
7 939
909
348
9 196 $
Exercice terminé le 31 mars 2013
2012
(note 18)
Activités de fonctionnement
Rentrées de fonds – crédits parlementaires
19 507 $
10 438 $
Rentrées de fonds – produits divers
98
51
Sorties de fonds – employés et en leur nom
(6 855)
(5 590)
Sorties de fonds – fournisseurs
(4 718)
(5 017)
8 032
(118)
Activités d’investissement en immobilisations
Acquisition d’immobilisations en construction
(53 447)
(78 302)
Acquisition d’immobilisations en service
(1 775)
(237)
(55 222)
(78 539)
Activités d’investissement
Produit de la cession ou du remboursement de placements
12 821
52 003
Acquisition de placements
-
(13 770)
Réévaluation de la devise américaine 57
80
12 878
38 313
Activités de financement
Crédit parlementaire pour l’acquisition d’immobilisations
en service
1 271
921
Financement du gouvernement du Canada pour les immobilisations
en construction et produits financiers connexes
36 667
11 564
Apports provenant de sources non gouvernementales pour les
immobilisations en construction et produits financiers connexes
3 823
21 685
41 761
34 170
Augmentation (diminution) de la trésorerie
7 449
(6 174)
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de l’exercice
Trésorerie pour le fonctionnement
4 972
4 356
Trésorerie affectée et équivalents de trésorerie
18 523
31 083
Compte de dépôt des retenues
9 884
4 114
33 379
39 553
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de l’exercice
Trésorerie pour le fonctionnement
6 871
4 972
Trésorerie affectée et équivalents de trésorerie
22 160
18 523
Compte de dépôt des retenues
11 797
9 884
40 828 $
33 379 $
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
58
59
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES (en milliers de dollars, sauf indication contraire)
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
1. POUVOIR ET MISSION
Le Musée canadien des droits de la personne (la « Société ») a été constitué en vertu d’une
modification de la Loi sur les musées, le 10 août 2008, à titre de société d’État, mentionnée à la
partie I de l’annexe III de la Loi sur la gestion des finances publiques. La Société n’est pas assujettie à
l’impôt sur les bénéfices en vertu des dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu.
Administration et gestion d’entreprise
Que le Musée adopte des pratiques de gouvernance et d’administration avisées et efficientes
permettant l’harmonisation des ressources avec les priorités et une reddition complète de comptes et
une transparente à tous les Canadiens; que le Musée recrute et maintienne les ressources humaines
nécessaires autant pour le démarrage et qu’à long terme; que le Musée appuie la campagne de
financement des Amis pour l’aider à payer les coûts en immobilisations à court terme et à soutenir la
programmation et les autres activités du Musée à long terme.
Le Musée canadien des droits de la personne, présentement en construction à Winnipeg, au
Manitoba, a été le premier musée national situé hors de la région de la capitale nationale au moment
de sa création et le premier à être construit à l’aide de financement en provenance d’autres paliers de
gouvernement que le gouvernement du Canada. La province du Manitoba, la ville de Winnipeg et les
Amis du Musée canadien des droits de la personne, qui représentent les donateurs du secteur privé,
ont aussi financé le projet d’immobilisations (édifice et expositions). Une Entente définitive qui stipule
les modalités de l’implication des diverses parties, notamment le transfert des terrains, a été signée
par toutes les parties le 1er février 2008. Le Musée canadien des droits de la personne rend des
comptes au Parlement par l’entremise du ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles.
Sa mission, telle que définie dans la modification de la Loi sur les musées, est la suivante :
« explorer le thème des droits de la personne, en mettant un accent particulier sur le Canada, en
vue d’accroître la compréhension du public à cet égard, de promouvoir le respect des autres et
d’encourager la réflexion et le dialogue ».
Les activités de la Société se divisent en trois secteurs se renforçant mutuellement et travaillant de
concert de manière à respecter tous les aspects de sa mission. Ces activités peuvent être décrites de
la façon suivante :
Contenu et programmation du Musée
Que le contenu et la programmation du Musée soient objectifs, novateurs et accessibles, qu’ils
défient la manière dont les gens pensent et réagissent envers les droits d’autrui, et qu’ils soient
conçus par le truchement de la mobilisation constante de la communauté.
Édifice permanent et installations temporaires
Que tous les aspects du projet de construction de l’édifice soient gérés de façon avisée, transparente
et responsable, en assurant la gérance de l’environnement et en recourant aux meilleures pratiques
en matière de gestion de projet et de gestion des risques.
60
2. PRINCIPALES MÉTHODES COMPTABLES
a) Mode de présentation
Les présents états financiers ont été préparés conformément aux chapitres de la série 4200 des
normes comptables pour le secteur public de l’ICCA pour les organismes sans but lucratif du
secteur public, telles que publiées par le Conseil sur la comptabilité dans le secteur public (CCSP)
de l’Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA). La Société applique la méthode du report
des organismes sans but lucratif pour comptabiliser les apports.
b) Actifs financiers et passifs financiers
La trésorerie, les équivalents de trésorerie, les placements et le compte de dépôt des retenues
sont classés dans la catégorie des instruments financiers évalués à la juste valeur. Les variations
de la juste valeur des actifs financiers, déterminée par le cours acheteur prévalant à la date de
clôture, sont comptabilisées dans l’état des gains et pertes de réévaluation. Les gains et les pertes
réalisés sont comptabilisés dans l’état des résultats. Les achats de placements sont comptabilisés
dans l’état de la situation financière à la date de règlement.
Les équivalents de trésorerie sont des actifs immédiatement encaissables, tels que des titres
du marché monétaire, obligations gouvernementales ou bons du Trésor à court terme, titres
négociables ou papier commercial. Les équivalents de trésorerie se distinguent des autres
placements par leur existence à court terme; leur échéance est d’au plus 3 mois.
Les créances ainsi que les créditeurs et charges à payer sont classés dans la catégorie des
instruments financiers évalués au coût après amortissement et ils sont comptabilisés au coût.
61
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
c)Immobilisations
Les immobilisations qui appartiennent à la Société sont évaluées au coût, moins l’amortissement
cumulé. L’amortissement est calculé selon la méthode de l’amortissement linéaire, en fonction de la
durée de vie utile des actifs, comme suit :
Actif
Vie utile
3 à 5 ans
Durée la plus courte du bail et 5 ans
3 à 10 ans
2 à 5 ans
Matériel informatique et logiciels
Améliorations locatives
Mobilier et matériel
Développement du site Web
d) Avantages sociaux futurs
i) Prestations de retraite
Pratiquement tous les employés de la Société sont couverts par le Régime de retraite de
la fonction publique (le « Régime »), un régime de retraite contributif à prestations définies,
constitué en vertu d’une loi et parrainé par le gouvernement du Canada. Autant les employés
que la Société doivent verser des cotisations pour défrayer le coût des services rendus au
cours de l’exercice. En vertu de la législation actuelle, la Société n’a aucune obligation juridique
ou implicite de verser des cotisations supplémentaires à l’égard des services passés ou des
déficits de capitalisation du Régime. Par conséquent, les cotisations de la Société sont passées
en charges au cours de l’exercice où les employés rendent les services et elles constituent son
obligation totale en matière de prestations de retraite.
ii) Avantages pour congés de maladie
La Société accorde aux employés des avantages pour congés de maladie qui s’accumulent,
mais ne sont pas acquis. Le coût des obligations au titre des prestations constituées au
regard des droits aux congés de maladie gagnés par les employés est déterminé selon la
meilleure estimation de la direction en tenant compte d’hypothèses fondées sur des données
démographiques relatives aux employés et l’utilisation des congés de maladie par les
employés actifs.
iii) Prestations de maternité ou parentales
Les membres du personnel ont droit à des prestations de maternité ou parentales, tel que
le prévoient les contrats de travail et les conditions d’emploi. Le coût de ces prestations
62
est fonction des événements. La direction détermine l’obligation au titre des prestations
constituées en recourant à une méthode fondée sur des hypothèses et les meilleures
estimations des congés de maternité ou congés parentaux anticipés.
e) Comptabilisation des produits
i)Crédits parlementaires
Le gouvernement du Canada fournit du financement à la Société au moyen de crédits
parlementaires.
ii) Aide d’autres instances gouvernementales
Du financement peut être obtenu de diverses instances gouvernementales, autres que le
gouvernement du Canada.
iii)Dons
Les dons comprennent les apports provenant d’entités non gouvernementales qui ne font pas
partie du périmètre comptable du gouvernement fédéral, tels des particuliers, des fondations et
des sociétés.
Les crédits parlementaires qui ne sont pas affectés à des fins déterminées sont comptabilisés en
produits dans l’état des résultats au cours de l’exercice pour lequel ils sont approuvés.
L’aide d’autres instances gouvernementales et les dons qui ne sont pas affectés à des fins
déterminées sont comptabilisés en produits dans l’état des résultats lorsqu’ils sont reçus ou à
recevoir, dans la mesure où la somme en question peut faire l’objet d’une estimation raisonnable
et sa perception est raisonnablement assurée.
Les crédits, l’aide d’autres instances gouvernementales et les dons qui sont explicitement ou
implicitement affectés à l’achat d’immobilisations amortissables sont reportés et comptabilisés en
produits selon la même méthode et sur les mêmes périodes que les immobilisations connexes
acquises.
Les crédits et les apports reçus d’autres instances gouvernementales et les dons dont l’utilisation
est affectée sont comptabilisés dans les apports reportés et sont ensuite virés aux apports
reportés afférents aux immobilisations au fur et à mesure que les fonds sont utilisés pour le projet
d’immobilisations.
63
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
Les produits affectés à des fins déterminées sont reportés dans l’état de la situation financière
et comptabilisés en produits dans l’état des résultats au cours de l’exercice où les dépenses
correspondantes sont engagées.
Les gains et pertes de change non réalisés sur les actifs monétaires sont comptabilisés dans l’état
des gains et pertes de réévaluation.
Les produits financiers affectés sont comptabilisés en résultat dans l’état des résultats de
l’exercice au cours duquel les dépenses correspondantes sont engagées.
iv)Apports en nature
Les apports en nature sont comptabilisés en produits dans l’état des résultats lorsqu’une juste
valeur peut être déterminée de façon raisonnable et que les services et les biens sont utilisés
dans le cours normal des activités et qu’ils auraient dû être achetés autrement. Les apports en
nature relatifs à des immobilisations amortissables sont comptabilisés à titre d’apports reportés
afférents aux immobilisations dans l’état de la situation financière. Les apports en nature ayant
trait à des immobilisations non amortissables sont comptabilisés comme actif net investi en
immobilisations dans l’état de la situation financière.
Les apports en nature sont comptabilisés à la juste valeur du bien reçu.
f)Charges
Une charge qui contribue directement à une activité décrite à la note 1 est attribuée en totalité à
cette activité. Lorsque certaines charges contribuent à plus d’une activité, elles sont réparties en
fonction du temps estimatif consacré à chaque activité.
g)Change
Les actifs et passifs monétaires libellés en dollars américains sont convertis en dollars canadiens
au taux de change à la date de l’état de la situation financière. Les opérations libellées en dollars
américains sont comptabilisées selon le cours du taux de change à midi à la date de paiement de
la facture.
Les gains et pertes de change réalisés sont comptabilisés comme produits divers dans l’état
des résultats.
64
h) Les Amis du Musée canadien des droits de la personne
La Société et les Amis du Musée canadien des droits de la personne (« Amis du MCDP ») sont
apparentés en vertu de l’influence notable que la Société exerce sur les Amis du MCDP. Ces
derniers sont une entité juridique distincte, qui a pour mission de solliciter et d’obtenir des dons
importants pour soutenir le mandat de la Société et l’aider à concrétiser sa vision. Les états
financiers des Amis du MCDP ont été audités, mais ils ne sont pas consolidés dans les états
financiers de la Société.
i)Éventualités
Dans le cours normal de ses activités, la Société peut être exposée à diverses réclamations
ou poursuites en justice. Certaines de ces obligations éventuelles peuvent se concrétiser si un
ou plusieurs événements futurs se produisent ou manquent de se produire. En fonction de la
probabilité qu’un ou plusieurs de ces événements se produisent ou non, et qu’une estimation
raisonnable de la perte peut être faite, un passif et une charge sont comptabilisés dans les états
financiers de la Société.
j) Incertitude relative à la mesure
La préparation d’états financiers conformément aux normes comptables canadiennes pour le
secteur public exige de la direction qu’elle fasse des estimations et des hypothèses affectant
les montants d’actif et de passif à la date des états financiers et les montants des produits
et des charges de l’exercice. Les charges à payer, les éventualités et la durée de vie utile des
immobilisations sont les principaux éléments pour lesquels on doit recourir à des estimations.
Les résultats réels pourraient donc différer de façon significative de ces estimations. Ces
estimations sont examinées trimestriellement et les ajustements qui deviennent nécessaires sont
comptabilisés dans les états financiers de la période au cours de laquelle ils deviennent connus.
3. TRÉSORERIE AFFECTÉE, ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE ET PLACEMENTS
La trésorerie affectée, les équivalents de trésorerie et les placements sont affectés au projet
d’immobilisations et proviennent des apports reçus d’entités non gouvernementales, de l’aide
d’autres instances gouvernementales et de crédits parlementaires.
65
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
31 mars
2013
Coût Gains non
réalisés
Trésorerie affectée
Équivalents de trésorerie
Bons du trésor du
gouvernement du Canada
Bons du Trésor provinciaux
Billets
Total partiel – Équivalents
de trésorerie
Total partiel – Trésorerie et
équivalents de trésorerie
Placements
Obligations de sociétés
Total partiel – Placements
22 150 $
10 $
4. CRÉANCES
2012
Juste
valeur
Coût
Juste
valeur
22 160 $
901 $
863 $
-
-
-
4 635
11 768
1 227
4 653
11 779
1 228
-
-
-
17 630
17 660
22 150
10
22 160
18 531
18 523
10 $
22 160 $
13 221
13 221
31 752 $
12 931
12 931
31 454 $
22 150 $
La variation de la trésorerie affectée, des équivalents de trésorerie et des placements comprend les
éléments suivants :
Exercice terminé le 31 mars
Solde au début de l’exercice
Ajouter les apports reçus au cours de l’exercice
Ajouter les crédits parlementaires reportés
Variation des intérêts sur obligations reportés à recevoir
Ajouter les produits financiers reportés
Déduire la perte reportée sur les placements qui a été réalisée
Ajouter le gain non réalisé sur la trésorerie
Ajouter le gain non réalisé sur les placements
Déduire les sommes utilisées pour l’achat d’immobilisations
Solde à la fin de l’exercice
66
2013
31 454 $
38 864
5 806
157
315
(400)
44
289
(54 369)
22 160 $
2012
83 280 $
30 160
554
1 972
(1 150)
54
116
(83 532)
31 454 $
31 mars
Apports à recevoir des Amis du MCDP
Taxes remboursables
Crédits parlementaires
Divers
Intérêts
2013
500 $
447
101
37
1 085 $
2012
500 $
522
99
80
157
1 358 $
La valeur comptable des créances de la Société équivaut à leur juste valeur en raison de leur nature à
court terme.
5. COMPTE DE DÉPÔT DES RETENUES
Conformément au contrat de construction pour l’édifice du Musée et de la Loi sur le privilège
du constructeur du Manitoba, la Société est tenue de retenir 7,5 pour cent des facturations
proportionnelles. Ces montants sont assortis de restrictions de par leur nature et sont comptabilisés
comme un actif et un passif. Les fonds affectés seront payés sur achèvement certifié des contrats
de sous-traitance conformément à la Loi sur le privilège du constructeur du Manitoba. Le solde total
du compte de dépôt des retenues et du passif connexe au 31 mars 2013 s’élevait à 11,8 millions de
dollars (31 mars 2012 – 9,9 millions), dont 11,8 millions (31 mars 2012 – 9,9 millions) est à court terme.
6. IMMOBILISATIONS
Terrains
Matériel informatique et logiciels
Améliorations locatives
Mobilier et matériel
Développement du site Web
Total partiel – immobilisations
en service
Immobilisations en construction
Coût
31 mars 2012
Entrées
Sorties
Coût
31 mars 2013
4 979
3 124
563
152
70
- $
1 150
122
-
- $
13
4 979 $
4 274
563
274
57
1 272
58 606
59 878 $
13
13 $
10 147
286 070
296 217 $
8 888
227 464
236 352
$
$
67
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
Les immobilisations en construction représentent les coûts pour la conception et la construction
du projet d’immobilisations. Les immobilisations en construction se composent des coûts suivants
engagés à ce jour :
Terrains
Matériel informatique et logiciels
Améliorations locatives
Mobilier et matériel
Développement du site Web
Total partiel – immobilisations
en service
Amortisse-
Charge
Sorties Amortisse-
ment cumulé
d’amortisse- ment cumulé
31 mars 2012
ment 31 mars 2013
- $
213
536
84
70
- $
492
27
46
-
- $
-
-
-
13
903
565
13
1 455
-
-
-
-
Immobilisations en construction
903 $
565
$
13 $
-$
705
563
130
57
1 455 $
31 mars
Conception et construction de l’édifice
Conception des expositions
Développement du site Web (Version 3)
Système de gestion des contenus de l’entreprise
Terrains
Matériel informatique et logiciels
Améliorations locatives
Mobilier et matériel
Développement du site Web
Total partiel – immobilisations en service
Immobilisations en construction
4 979 $
2 911
27
68
-
7 985
227 464
235 449 $
4 979 $
3 569
-
144
-
8 692
286 070
294 762 $
Le 15 avril 2009, la Société a acquis pour le projet du Musée des terrains de la ville de Winnipeg et
de The Forks Renewal Corporation. La propriété de ces terrains retournera à la ville de Winnipeg et à
The Forks Renewal Corporation si les terrains ne sont plus utilisés aux fins du Musée ou pour toute
autre fin approuvée par ses propriétaires antérieurs. La direction de la Société estime que la parcelle
riveraine du Musée devrait être évaluée à 4,9 millions de dollars plus les frais juridiques connexes
selon les renseignements fournis par une évaluation du marché indépendante.
La charge d’amortissement pour l’exercice terminé le 31 mars 2013 est de 565 $ (exercice terminé le
31 mars 2012 – 469 $).
68
2012
276 081 $
9 709
195
85
286 070 $
219 732 $
7 732
-
-
227 464 $
2013
2012
11 310 $
3 407
14 717 $
8 513 $
2 846
11 359 $
7. CRÉDITEURS ET CHARGES À PAYER
31 mars
Valeur comptable Valeur comptable
nette nette
31 mars 2012
31 mars 2013
2013
Créditeurs – immobilisations en construction
Autres
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada et la ville de Winnipeg négocient actuellement
le montant annuel du paiement en remplacement d’impôts à être versé par le Musée. La direction
a estimé et comptabilisé un montant dans les charges à payer, lequel est fondé sur l’information
disponible au moment de la préparation des états financiers.
La valeur comptable des créditeurs et charges à payer équivaut à leur juste valeur en raison de leur
nature à court terme.
8. AVANTAGES SOCIAUX FUTURS
a) Prestations de retraite
Pratiquement tous les employés de la Société sont couverts par le Régime de retraite de la
fonction publique (le « Régime »), un régime de retraite contributif à prestations définies,
constitué en vertu d’une loi et parrainé par le gouvernement du Canada. Autant les employés
que la Société doivent verser des cotisations. Le président du Conseil du Trésor du Canada
établit les cotisations exigées de l’employeur en fonction d’un multiple de la cotisation exigée
des employés. Le taux général de cotisation pour les employés en vigueur au 31 mars 2013 était
de 6,3 % (31 mars 2012 – 6,2 %). Le total des cotisations de 693 $ a été passé en charges de
l’exercice terminé le 31 mars 2013 (exercice terminé le 31 mars 2012 – 581 $).
69
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
Le gouvernement du Canada a l’obligation législative d’effectuer le versement des prestations
dans le cadre du Régime. En règle générale, les prestations de retraite s’accumulent sur une
période maximale de 35 ans à un taux annuel de 2 % pour le service ouvrant droit à pension,
multiplié par la rémunération moyenne des cinq meilleures années consécutives. Les prestations
sont coordonnées avec le Régime de pensions du Canada et le Régime des rentes du Québec et
elles sont indexées à l’inflation.
9. APPORTS REPORTÉS
Les apports reportés comptabilisés par la Société sont comme suit :
b) Congés de maladie et prestations de maternité ou parentales
La Société accorde à ses employés des avantages pour congés de maladie qui s’accumulent,
mais ne sont pas acquis. Le coût des obligations au titre des prestations constituées au regard des
droits aux congés de maladie gagnés par les employés est déterminé selon la meilleure estimation
de la direction en tenant compte d’hypothèses fondées sur des données démographiques relatives
aux employés et l’utilisation des congés de maladie par les employés actifs.
La Société accorde aux membres de son personnel des prestations de maternité ou parentales, tel
que le prévoient les contrats de travail et les conditions d’emploi. Le coût des obligations au titre
des prestations constituées pour les droits aux prestations de maternité ou parentales gagnés par
les membres du personnel est déterminé en recourant aux meilleures estimations de la direction.
Les informations relatives aux régimes, évaluées en fin d’exercice, sont comme suit :
Exercice terminé le 31 mars Obligations au titre des indemnités et prestations
constituées au début de l’exercice
Coût des indemnités et prestations de l’exercice
Indemnités et prestations versées au cours de l’exercice
Obligations au titre des indemnités et prestations
constituées à la fin de l’exercice
2013
193 $
70
(165)
98 $
2012
153 $
125
(85)
193 $
31 mars
Apports reportés provenant du gouvernement
du Canada et affectés à l’achat d’immobilisations
Apports reportés provenant d’entités non gouvernementales
et d’autres instances gouvernementales et affectés au
projet d’immobilisations
Apports reportés
2013
2012
11 320 $
9 961 $
-
11 320 $
13 730
23 691 $
Les variations du solde des apports reportés au cours de l’exercice ont été comme suit :
Exercice terminé le 31 mars
Solde au début de l’exercice
2013
2012
23 691 $
75 265 $
Ajouter :
Crédits du gouvernement du Canada – entente définitive
-
10 000
Crédits du gouvernement du Canada1
25 000
-
Crédits du gouvernement du Canada reportés de 2011-2012
10 000
-
Crédits parlementaires affectés reportés
5 806
-
Sources non gouvernementales et autres instances
gouvernementales
3 864
20 660
Produits financiers (pertes financières) reporté(e)s
(85)
822
Pertes non réalisées cumulées reclassées à l’état des gains
et pertes de réévaluation -
498
44 585
31 980
Déduire :
Montants virés aux apports reportés afférents aux
immobilisations
(56 729)
(83 554)
Montants comptabilisés en produits
(227)
-
(56 956)
(83 554)
Solde à la fin de l’exercice
11 320 $
23 691 $
1
En juin 2012, le gouvernement du Canada a approuvé l’utilisation de 35 millions de dollars
de crédits pour les dépenses d’exploitation et en immobilisations prévus pour les exercices
ultérieurs, dont 25 millions ont été autorisés pour 2012-2013 et 10 millions pour 2013-2014. Le
Musée envisage de réduire le niveau de ses crédits sur six exercices à compter de 2018-2019.
70
71
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
10. APPORTS REPORTÉS AFFÉRENTS AUX IMMOBILISATIONS
Les variations des apports reportés afférents aux immobilisations sont comme suit :
12. ACTIF NET INVESTI EN IMMOBILISATIONS
L’actif net investi en immobilisations se compose des terrains donnés par la ville de Winnipeg et
The Forks Renewal Corporation comme suit :
Exercice terminé le 31 mars
2013
2012
Solde au début de l’exercice
230 470 $
145 883 $
Montants virés des apports reportés
56 729
83 554
Apports publics :
Autre aide du gouvernement du Canada
2 427
1 472
Aide non gouvernementale :
Apports en capital en nature des Amis du MCDP 722
30
Amortissement des apports reportés afférents aux
immobilisations en service
(565)
(469)
Solde à la fin de l’exercice
289 783 $
230 470 $
11. CRÉDITS PARLEMENTAIRES
Exercice terminé le 31 mars
2013
2012
Montant du Budget principal des dépenses pour les
dépenses d’exploitation et en immobilisations
21 700 $
21 700 $
Report du Budget des dépenses pour la construction
des immobilisations
-
(10 000)
Remboursement de charges liées au personnel
236
99
Total des crédits parlementaires approuvés dans l’exercice
21 936
11 799
Déduire les crédits parlementaires de l’exercice considéré
non comptabilisés en produits :
Affectés à l’acquisition d’immobilisations (apports reportés)
(5 806)
-
Montants utilisés pour l’achat d’immobilisations
(2 427)
(1 474)
Ajouter les crédits parlementaires des exercices antérieurs
comptabilisés en produits au cours de l’exercice considéré :
Amortissement des apports reportés afférents aux
immobilisations en service
565
469
Montants affectés utilisés au cours de l’exercice considéré 227
-
14 495 $
10 794 $
72
31 mars
Immobilisations
Moins les montants financés par les apports reportés
afférents aux immobilisations
2013
2012
294 762 $
235 449 $
(289 783)
4 979 $
(230 470)
4 979 $
13. LES AMIS DU MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE
Les Amis du Musée canadien des droits de la personne Inc. (« Amis du MCDP ») ont été constitués
en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes le 21 mars 2002 et sont un organisme de
bienfaisance enregistré en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu depuis le 18 septembre 2002.
Bien que les Amis du MCDP soient une entité juridique distincte du Musée canadien des droits de
la personne, les deux entités sont apparentées, car la Société exerce une influence notable sur ses
activités, son financement et sa planification stratégique.
Actuellement, les Amis du MCDP réunissent des fonds provenant de particuliers, de fondations,
d’instances gouvernementales et de sociétés afin d’aider le projet d’immobilisations de la Société.
Les Amis du MCDP seront responsables de financer leurs propres dépenses d’exploitation au moyen
de dons provenant du secteur privé et d’autres sources. Une fois l’édifice du Musée achevé, la
Société leur offrira des locaux et des services, dont la sécurité, le service de conciergerie, le soutien
pour les technologies de l’information et d’autres services et commodités pour des frais de 1,00 $ par
année. Pour l’exercice terminé le 31 mars 2013, des frais indirects de soutien administratif de l’ordre
de 0,1 million de dollars (0,1 million en 2012) ont été engagés par la Société. Les apports que les Amis
du MCDP versent à la Société sont comptabilisés comme apports reportés dans l’état de la situation
financière et sont virés aux apports reportés afférents aux immobilisations au fur et à mesure que les
fonds sont utilisés pour le projet d’immobilisations. À l’avenir, l’accent des collectes de fonds sera mis
sur les besoins pour une dotation et le financement affecté et non affecté pour la programmation. Les
apports des Amis du MCDP qui sont affectés à des fins déterminées seront reportés et comptabilisés
en résultat au fur et à mesure que les dépenses connexes seront engagées. Les apports non affectés
seront comptabilisés comme produits dans l’exercice où ils seront reçus.
73
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
14. GESTION DES RISQUES FINANCIERS
La Société est exposée aux risques suivants en raison de son utilisation d’instruments financiers :
risque de crédit, risque de marché et risque de liquidité. Ces risques n’ont aucune incidence
importante sur les états financiers de la Société.
b) Risque de marché
Le risque de marché représente le risque des variations des prix du marché, tels que les taux de
change ou les taux d’intérêt, qui peuvent influer sur les résultats de la Société ou la valeur des
instruments financiers qu’elle détient. Le but de la gestion du risque de marché est de contrôler
l’exposition aux risques du marché à l’intérieur de paramètres acceptables tout en optimisant le
rendement. Au 31 mars 2013, la Société n’avait aucun risque de taux d’intérêt important.
Le mandat du Comité de vérification précise qu’il doit s’assurer que la Société détermine ses risques
les plus importants et que la direction en fasse le suivi et les contrôle. Le Conseil d’administration
surveille les systèmes et pratiques de contrôle interne de la Société et voit à ce que ces mesures
contribuent à l’évaluation et à l’atténuation des risques.
a) Risque de crédit
Le risque de crédit représente le risque que la Société subisse une perte financière si un client ou
une contrepartie à un instrument financier manque à ses obligations contractuelles. Un tel risque
découle surtout de certains actifs financiers détenus par la Société comme la trésorerie affectée,
les équivalents de trésorerie, les placements, le compte de dépôt des retenues ainsi que les
créances.
Au 31 mars 2013, la valeur comptable de ces actifs représente l’exposition maximale de la Société
au risque de crédit.
i)Créances
L’exposition de la Société au risque de crédit associé aux créances est particulièrement
influencée par le profil de ses débiteurs, ce qui comprend le risque découlant du type de
débiteur. Le solde des créances de la Société au 31 mars 2013 se compose principalement de
la TPS remboursable de la part du gouvernement du Canada et d’un apport à recevoir des Amis
du MCDP, et ces créances sont à court terme. Aucune provision pour créances douteuses n’a
été comptabilisée par la Société au 31 mars 2013.
ii)Trésorerie et compte de dépôt des retenues
La Société gère le risque de crédit lié à la trésorerie en faisant affaire exclusivement avec
des banques et des institutions financières réputées et en recourant à une politique
de placement approuvée par le Conseil d’administration pour guider ses décisions
d’investissement. Au 31 mars 2013, la Société détenait seulement de la trésorerie.
74
i)Risque de taux de change
Les actifs et les passifs financiers de la Société sont libellés en dollars canadiens, soit l’unité
monétaire de fonctionnement de la Société. Le risque de taux de change peut survenir dans
le cadre de certains contrats reliés au projet d’immobilisations, qui peuvent être libellés en
devises, notamment en dollars américains. Au 31 mars 2013, la Société n’avait aucun risque de
taux de change important.
Bien que la direction surveille étroitement l’exposition à de telles fluctuations, elle n’utilise pas
de stratégies externes de couverture pour contrer les fluctuations des devises. Néanmoins,
l’effet des fluctuations des devises sur les états financiers est négligeable. c) Risque de liquidité
Le risque de liquidité est le risque que la Société ne puisse faire face à ses obligations financières
lorsqu’elles se présentent.
La Société gère le risque de liquidité en surveillant constamment les flux de trésorerie réels et
prévus provenant de l’exploitation ainsi que les activités de placement et de financement prévues
de manière à s’assurer autant que possible d’avoir toujours suffisamment de liquidités pour faire
face à ses obligations en temps opportun, tant dans des conditions normales qu’en période
difficile, tout en évitant d’encourir des pertes inacceptables ou de risquer de ternir sa réputation.
Au 31 mars 2013, la Société affichait un solde de trésorerie et d’équivalents de trésorerie de
29,0 millions de dollars (31 mars 2012 – 23,5 millions en trésorerie et équivalents de trésorerie)
et la tranche à court terme du compte de dépôt des retenues s’élevait à 11,8 millions (31 mars
2012 – 9,9 millions).
75
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
Au 31 mars 2013, la Société estime les échéances de ses obligations financières comme suit :
des frais de personnel et les installations et elle a comptabilisé des produits d’exploitation de
14,5 millions pour les crédits parlementaires provenant d’apparentés au cours de l’exercice terminé
le 31 mars 2013 (exercice terminé le 31 mars 2012 – 1,2 million et 10,8 millions, respectivement).
Créditeurs et charges à payer 14,7 millions de dollars Échéance de moins d’un an
Tranche à court terme du compte
de dépôt des retenues
11,8 millions de dollars Échéance de moins d’un an
d) Hiérarchie de mesure de la juste valeur
Tous les instruments financiers doivent être classés selon l’importance des données utilisées
dans la mesure de la juste valeur. La hiérarchie de juste valeur priorise les techniques d’évaluation
utilisées pour déterminer la juste valeur d’un instrument financier selon que les données de ces
techniques sont observables ou non observables :
i)Niveau 1 – Les instruments financiers sont considérés de Niveau 1 quand leur évaluation peut
être déterminée à partir de prix cotés sur des marchés actifs pour des actifs et des passifs
identiques.
ii)Niveau 2 – Les instruments financiers sont considérés de Niveau 2 lorsqu’ils sont évalués à
partir de prix cotés pour des actifs et des passifs identiques, de prix côtés sur des marchés
inactifs ou de modèles utilisant des données observables.
iii)Niveau 3 – Les instruments financiers sont considérés de Niveau 3 lorsqu’ils sont évalués
à l’aide de modèles d’évaluation, de méthodes d’actualisation des flux de trésorerie ou de
techniques similaires et qu’au moins une hypothèse ou donnée importante du modèle est
non observable.
Tous les actifs et passifs financiers de la Société sont considérés de Niveau 1 – prix cotés (sans
ajustement) sur des marchés actifs pour des actifs ou des passifs identiques. Aucun transfert
entre les niveaux n’a eu lieu au cours de l’exercice terminé le 31 mars 2013.
15. OPÉRATIONS ENTRE APPARENTÉS
La Société est liée aux Amis du Musée canadien pour les droits de la personne Inc. (comme
mentionné à la note 13) et à tous les ministères, organismes et sociétés d’État du gouvernement du
Canada. Elle transige avec ces entités dans le cours normal de ses activités.
Ces opérations sont évaluées à la juste valeur, soit le montant de la contrepartie fixée et acceptée
par les parties apparentées. La Société a engagé des charges totalisant 1,5 million de dollars pour
76
La Société a engagé des charges s’élevant à 0,8 million de dollars en frais de personnel pour le
Conseil d’administration et les hauts dirigeants pour l’exercice terminé le 31 mars 2013 (exercice
terminé le 31 mars 2012 – 1,4 million). Ces opérations ont été comptabilisées à la
juste valeur.
Au 31 mars 2013, la Société avait comptabilisé les sommes suivantes dans son état de la situation
financière en matière d’opérations avec des apparentés :
31 mars
Créances
Charges payées d’avance et autres éléments d’actif
Trésorerie affectée et équivalents de trésorerie
Créditeurs et charges à payer
Apports reportés
Apports reportés afférents aux immobilisations
2013
2012
1 048 $
36
-
126
11 320
231 456
1 123 $
25
4 653
143
23 691
172 143
La Société a comptabilisé des apports en numéraire pour le projet d’immobilisations provenant
d’apparentés au montant de 44,7 millions de dollars pour l’exercice terminé le 31 mars 2013 (exercice
terminé le 31 mars 2012 – 30,7 millions). Ces montants sont inclus dans les apports reportés et les
apports reportés afférents aux immobilisations dans l’état de la situation financière.
Les obligations contractuelles comprennent des paiements minimaux futurs au titre de la location
pour des contrats d’exploitation avec des apparentés de l’ordre de 317 $ en 2013-2014 et de zéro
dans les exercices ultérieurs.
16. OBLIGATIONS CONTRACTUELLES
Au 31 mars 2013, la Société avait signé des contrats à long terme pour du matériel et des services,
dont la valeur résiduelle s’établissait à 4,1 millions de dollars (2012 – 1,5 million). À la même date, la
Société avait également conclu des contrats à long terme pour 278,9 millions (2012 – 261,1 millions)
pour des services de construction dans le cadre du projet d’immobilisations, dont 11,6 millions (2012
– 45,4 millions) restent à engager. Au 31 mars 2013, l’édifice de base est pratiquement terminé.
77
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
NOTES COMPLÉMENTAIRES SUITE
Les versements minimaux à venir pour l’ensemble des contrats de construction et ceux liés à
l’exploitation sont les suivants :
2013-2014
12 792 $
2014-2015
1 470
2015-2016894
2016-2017620
2017-2018-
15 776 $
17. ÉVENTUALITÉS
Il n’y a aucune réclamation en cours contre la Société et aucun montant n’a été inscrit dans l’état de la
situation financière à cet égard au 31 mars 2013.
18. CHIFFRES CORRESPONDANTS
L’état des flux de trésorerie a été ajusté pour que le compte de dépôt des retenues fasse partie de
la trésorerie et des équivalents de trésorerie. Il s’ensuit des augmentations des chiffres de l’exercice
précédent, soit 4 114 $ pour la trésorerie et les équivalents de trésorerie au début de l’exercice
et 9 884 $ pour la trésorerie et les équivalents de trésorerie à la fin de l’exercice. Par conséquent,
l’acquisition d’immobilisations en contruction a aussi été réduite de 5 770 $, qui représente
l’augmentation nette du compte de dépôt des retenues au cours de l’exercice. Tableau 1 – Charges
Exercice terminé le 31 mars
Frais de personnel
Services professionnels et spéciaux
Installations
Fournitures de bureau et administration Conception du contenu des expositions
Amortissement des immobilisations
Marketing et promotion
Déplacements
Matériel informatique et mobilier
Total des charges
78
2013
6 800 $
2 217
1 576
994
633
565
316
293
284
13 678 $
2012
5 620 $
1 718
688
777
562
469
601
257
229
10 921 $
79
ÉTATS FINANCIERS 2012-2013 DU MCDP
DEPUIS 13 ANS, UNE IDÉE
MÛRIT, NOURRIE PAR…
7 500 donateurs, des gouvernements fédéral et provincial et de
l’administration municipale. Les idées et les conseils de 4 400 personnes de tous les
coins du pays. Le point de vue de plus de 70 groupes communautaires,
La conviction de
organisations de défense des droits de la personne et organismes sans but lucratif. Des
partenariats avec les universités de quatre provinces (et d’autres suivront). Le leadership
d’aînés des Premières Nations, de défenseurs des droits des personnes handicapées et
d’éducateurs de
partout au Canada…
ET NOUS A MENÉS LÀ OÙ NOUS
SOMMES PARVENUS AUJOURD’HUI.
En 2014, un musée unique en son genre ouvrira ses portes, un musée érigé par la
population canadienne et prêt à changer le monde.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising