U N N O U V E A... D É P A R T

U N   N O U V E A... D É P A R T
UN NOUVEAU
D É PA RT
RAPPORT ANNUEL 2006 – 2007
Nos origines remontent à 1856, lorsque notre
prédécesseur, la Commission géologique du
Canada, a reçu le mandat de créer un musée pour
abriter ses collections de roches, de minéraux, de
fossiles, de plantes et d’artéfacts anthropologiques.
Aujourd’hui, nous sommes les gardiens d’une
collection de renommée mondiale composée de
plus de 10 millions de spécimens qui représentent
le patrimoine naturel du Canada.
Mais, nous sommes plus qu’un musée de
collections, et notre influence s’étend bien au-delà
des murs de l’Édifice commémoratif Victoria, à
Ottawa. Nous sommes une institution axée sur
l’avenir, vouée à la recherche, à l’éducation, à l’accès
national et au renouvellement. Nos expositions
itinérantes et notre site Web assurent notre
présence dans les foyers et les salles de classes au
pays et à l’étranger.
Nous entrons dans le nouveau millénaire avec
un but et un engagement renouvelé envers notre
mandat :
Accroître, dans l’ensemble du Canada et à
l’étranger, l’intérêt et le respect à l’égard de la
nature, de même que sa connaissance et son degré
d’appréciation par tous par la constitution,
l’entretien et le développement, aux fins de la
recherche et pour la postérité, d’une collection
d’objets d’histoire naturelle principalement
axée sur le Canada ainsi que par la présentation
de la nature, des enseignements et de la
compréhension qu’elle génère.
TA B L E D E S M AT I È R E S
1
Message du président du Conseil d’administration
2
Rapport de la présidente-directrice générale
4
Faits saillants
8
Une longue et glorieuse histoire de création et de partage des connaissances
10 Rendement par rapport aux objectifs en 2006-2007
26 Les gens du Musée canadien de la nature
30 Communication des résultats de la recherche
36 Engagement de la collectivité
42 Gérer nos ressources financières
Les photos de la page couverture : colonnes 6 et 7 / rangées 4 et 5 KPMB Architectes; Colonnes 1 et 2, rangées 2 et 3 Musée canadien des civilisations;
Colonne 2, rangée 6 : École secondaire Frenette; toutes les autres photos sont une courtoisie du Musée canadien de la nature et des Archives nationales du Canada.
Photo : Sir William Logan, Musée nationaux du Canada, MMC 77280
150 ANS
MESSAGE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION
L’année 2006 a été passionnante et fertile en événements pour
le Conseil d’administration du Musée canadien de la nature.
Le Musée a célébré son 150 e anniversaire, un événement
marquant, avec la réouverture de galeries rénovées et
l’achèvement de la première phase importante des travaux de
rénovation à l’Édifice commémoratif Victoria. La généreuse
contribution de deux millions de dollars de Talisman Energy
Inc. pour la Galerie des fossiles a contribué de façon importante
aux célébrations.
En cette année anniversaire, nous avons accueilli trois
nouveaux membres au Conseil d’administration : Henry Tom
de Vancouver, Chris Nelson d’Ottawa et Martin Joanisse de
Gatineau, tous trois riches d’une solide expérience du monde
des affaires et du développement communautaire. Nous
avons aussi dit au revoir à Charmaine Crooks qui transmettait
son enthousiasme et son énergie au Conseil depuis 2002.
Le Projet de renouvellement, et plus particulièrement les
travaux de rénovation à l’Édifice commémoratif Victoria, ont
été le centre d’intérêt du Conseil en 2006-2007. Les résultats
étaient évidents en octobre, alors que le Conseil célébrait,
en compagnie de 700 invités, employés et bénévoles, la réouverture de l’aile ouest rénovée du Musée et les nouvelles
galeries de calibre international sur les fossiles, les oiseaux et
les mammifères.
Comme par le passé, le Conseil a tenu une de ses réunions
trimestrielles à l’extérieur d’Ottawa. Le Musée a une portée
nationale et les déplacements sont importants pour obtenir
de nouveaux points de vue et renforcer les réseaux avec nos
collègues pancanadiens. Cette dernière année, nous avons été
honorés lorsque le Royal Saskatchewan Museum a invité le
Conseil du Musée canadien de la nature à tenir sa réunion à
Regina à l’occasion de son100 e anniversaire. La membre du
Conseil Anne Wallace nous a donc accueillis dans sa
province. Les membres du Conseil ont visité des attractions
culturelles à Regina et ont participé aux célébrations
d’anniversaire du Royal Saskatchewan Museum, un membre
de l’Alliance des musées d’histoire naturelle du Canada.
Les membres du Conseil sont toujours des ambassadeurs
efficaces pour le Musée canadien de la nature dans leurs
régions respectives. Des membres ont représenté le Musée à
l’ouverture d’expositions itinérantes, y compris Attraction
fatale, Le Génie du génome et Mammifères venus du froid. Ils
continuent aussi à donner leur appui à la campagne nationale
de financement du Musée, Partenariats naturels.
Le nouveau processus de planification stratégique du
Musée est engagé. En janvier 2007, la réunion du Conseil
comprenait un atelier animé afin d’établir les principes qui
guideront la planification pour la prochaine période de cinq
ans. Nous avons aussi examiné notre progrès quant à la
réalisation de notre vision et établi le cadre pour les cinq
prochaines années. Le défi le plus pressant qu’envisage le Musée
est de trouver une solution au manque à gagner toujours
grandissant pour l’exploitation de ses deux bâtiments.
J’aimerais transmettre mes plus sincères remerciements à
tous les membres du Conseil d’administration pour leur
dévouement et leur engagement à l’égard de la réalisation des
objectifs du Musée. Je me réjouis de pouvoir guider le
Conseil alors que le Musée continue de concentrer ses efforts
sur les prochaines phases du Projet de renouvellement et
établit des plans pour les années à venir qui s’annoncent
captivantes.
Président du Conseil d’administration
R. Kenneth Armstrong, O.M.C.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 1
RAPPORT DE LA PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE
C’est avec plaisir que je présente le Rapport annuel du Musée
canadien de la nature pour l’exercice allant du 1er avril 2006
au 31 mars 2007. Ce rapport intitulé Un nouveau départ illustre
les progrès que nous avons réalisés en regard de sept objectifs
pour 2006-2007 pour assurer que le Musée ait une valeur pour
la plus grande majorité des Canadiennes et des Canadiens.
150 RAISONS DE CÉLÉBRER
L’année 2006 était une année charnière pour le Musée canadien
de la nature car il célébrait le 150 e anniversaire de la loi du
Parlement qui confiait à la Commission géologique du Canada
le mandat d’exposer ses collections grandissantes de plantes,
d’animaux, de minéraux et de fossiles indigènes.
Pour souligner cet événement important, l’ouverture de l’aile
ouest rénovée de l’Édifice commémoratif Victoria a connu un
grand succès en octobre 2006, offrant plus de 6 000 mètres
carrés de nouvelles galeries, de programmation et d’espace de
confort. Les nouvelles galeries représentent l’héritage historique
des premières collections et expositions de la Commission.
Une nouvelle aile sud a aussi été ouverte, offrant l’espace requis
pour des activités essentielles de soutien, comme la livraison et
la réception, le soin des animaux, les ateliers d’expositions et
les systèmes mécaniques et électriques. Le Musée est maintenant
à mi-chemin de ses travaux de rénovation et le Projet de
renouvellement sera terminé en 2010.
Avec l’appui de la campagne de financement Partenariats
naturels, la nouvelle aile ouest abrite la Galerie des fossiles
Talisman Energy, la Galerie des mammifères et la Galerie des
oiseaux. Ces galeries font partie de plus grands projets d’éducation nationale visant à aider les Canadiennes et les Canadiens
à mieux comprendre comment l’environnement a influencé et
influence toujours la vie sur la planète. Les projets nationaux
sont déterminants pour notre vision : Branchés sur la nature.
La campagne Partenariats naturels a atteint 70 p. cent de son
objectif de 10 millions de dollars pour la Phase 1, grâce en
grande partie à la généreuse contribution de deux millions de
dollars de Talisman Energy Inc. Ce deux millions de dollars à
la nouvelle Galerie des fossiles est la commandite la plus
importante au Musée canadien de la nature; en fait, il s’agit
de la plus importante commandite à un musée national. Un
2
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
autre facteur qui a contribué au succès de la campagne est
l’engagement des membres du personnel du Musée qui ont
généreusement fait don de leur temps, de leur talent et de
leur argent. La Phase 2 de la campagne, dont l’objectif est de
6 millions de dollars, sera lancée en 2008-2009. Le personnel
de la campagne se concentre maintenant sur la collecte des
fonds nécessaires à la présentation d’un projet éducatif national
sur l’eau qui comprendra une importante galerie sur le même
thème dans l’aile est. Suite au succès de l’ouverture de l’aile
ouest en octobre 2006 et aux nouvelles présentations des
galeries, le Musée a pu réaliser une augmentation remarquable
de ses revenus de droits d’entrée par rapport à 2005-2006.
Malgré les restrictions imposées par les travaux de construction,
nous sommes dans sur la bonne voie pour retrouver les niveaux
de revenus et de fréquentation d’avant la construction. La
planification est en cours pour que la boutique et les services
de restauration soient en service pour la grande ouverture de
la totalité de l’Édifice commémoratif Victoria en 2010.
BRANCHER LES CANADIENNES ET LES
CANADIENS SUR NOTRE ENVIRONNEMENT
Maintenant que les nouvelles galeries et les projets nationaux
sont en place, le personnel du Musée a modernisé les
programmes scolaires afin qu’ils reflètent les thèmes liés au
changement environnemental au fil du temps.
Programmes d’éducation du public et collaborations
avec les écoles
• Deux programmes remarquables ont vu le jour en 2006 :
un programme pilote de vidéoconférences commandité
par TELUS, qui relie les écoles de la région d’Ottawa aux
chercheurs du Musée canadien de la nature, et le premier
programme Café Scientifique de la région. Le programme de
vidéoconférences sera prolongé en 2007-2008 pour mettre
en contact les étudiants de toutes les régions du Canada avec
des chercheurs de musées. En mai 2006, le Musée a lancé la
série Café Scientifique, pour stimuler la discussion et les
débats sur des sujets qui se rapportent à la science, dans
des endroits inusités comme des brasseries et des restaurants.
• Parmi les autres initiatives, mentionnons les ressources
enrichies pour les étudiants et les enseignants avec des jeux,
des activités et des plans de cours fondés sur le programme scolaire, affichées sur nature.ca, et la troisième
présentation annuelle du Prix du partenariat muséesécoles, lancé par le Musée canadien de la nature. Ce prix a
été créé pour reconnaître les partenariats entre les écoles et
les musées qui augmentent la compréhension et l’appréciation de l’héritage culturel et naturel du Canada par les
étudiants.
Alliance des musées d’histoire naturelle du Canada
• En septembre 2006, l’Alliance des musées d’histoire
naturelle du Canada (AMHNC) a accueilli le Musée royal
de l’Ontario dans son réseau, ce qui a augmenté à 19 millions le nombre de spécimens d’histoire naturelle
préservés par les musées.
• Comme l’un des membres fondateurs de l’Alliance, le
Musée continue d’y jouer un rôle actif, et il a accueilli la
réunion générale annuelle du réseau à Ottawa en novembre. Un relevé complet des collections a été finalisé, un
sommaire d’information du programme d’éducation du
public a été produit et les membres de l’AMHNC ont
adopté un plan stratégique. En mars, un plan de communications a été élaboré et approuvé pour appuyer ce plan.
• La tournée nord-américaine de trois ans d’Attraction fatale,
un regard ludique sur la vie amoureuse des animaux, a
ouvert au Musée en mai 2006. L’exposition, présentée au
Canada par l’Alliance des musées d’histoire naturelle du
Canada, a été produite par un consortium de musées
européens d’histoire naturelle. L’exposition s’est rendue au
Royal British Columbia Museum à Victoria en octobre
2006, puis au Biodôme de Montréal en mars 2007.
• Lors de la conférence du 60 e anniversaire de l’Association
des musées canadiens en mars 2007, le réseau de
l’AMHNC a présenté un forum scientifique préconférence
et tenu sa réunion.
EXPOSITIONS
• Mammifères venus du froid, une exposition sur des animaux
disparus depuis longtemps, le changement climatique, les
causes de l’extinction et l’impact des humains, a terminé
son séjour de six mois au Centre des sciences de Montréal.
L’exposition a été produite par le Musée canadien de la
nature en 2005 en partenariat avec le Royal Tyrrell Museum
of Palaeontology, le Centre des sciences de Montréal et le
Centre d’interprétation de la Béringie du Yukon. Le cahier de
réservations pancanadien de cette exposition populaire sur
le changement environnemental est complet jusqu’en 2010.
• Environ 800 000 Canadiennes et Canadiens ont eu
l’occasion de vivre l’expérience de l’exposition Le Génie du
génome au cours de sa tournée de trois ans. Cette exposition
sur l’ADN, les gènes et la génomique a terminé sa tournée
nationale à Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard, en
novembre 2006.
Le Projet de biodiversité de la rivière Frenchman, une
initiative conjointe avec le Royal Saskatchewan Museum, a
pris fin en 2006. Ce projet a réuni des partenaires nationaux
et régionaux ainsi que des membres de la collectivité pour
surveiller la diversité aquatique de cette rivière qui coule en
milieu rural dans le sud-ouest de la Saskatchewan.
Le Centre canadien pour la biodiversité (CCB) du Musée a
assisté à la première réunion de l’Initiative pour la protection
des pollinisateurs du Canada afin de souligner l’importance
des insectes pollinisateurs comme les abeilles pour la
biodiversité et l’agriculture.
En tant que contributeur à la filiale canadienne du Système
mondial d’information sur la biodiversité (SMIB), le Musée a
contribué par le don de plus de 250 000 fiches de spécimens
disponibles de sa base de données, entraînant plus de
857 000 accès aux dossiers par des individus à la recherche
de données scientifiques.
La Commission biologique du Canada, qui fait partie du
Centre canadien pour la biodiversité du Musée et qui agit
conjointement avec la Société d’entomologie du Canada, a
lancé le Canadian Journal of Arthropod Identification en 2006.
Le cyberjournal contribue de façon significative à l’identification
et à la documentation de la faune d’arthropodes du Canada.
UN MUSÉE DURABLE
Conformément à la recommandation du Vérificateur général
du Canada de renforcer la protection de l’héritage et des biens
culturels, des stratégies ont été élaborées et des fonds pour
dépenses en capital ont été reçus pour la préservation du
bâtiment historique et de grande valeur nationale, l’Édifice
commémoratif Victoria. Le Musée a apprécié l’attribution
récente de 2,8 millions de dollars du gouvernement du Canada
destinée à la réparation de biens et d’équipement pour diminuer
les risques urgents de santé et de sécurité à notre édifice de
recherche et de collections, l’Édifice du patrimoine naturel, à
Gatineau, au Québec. Néanmoins, on doit immédiatement
trouver une solution à long terme au manque à gagner toujours
grandissant, pour payer les dépenses d’exploitation des deux
bâtiments du Musée. Le Musée continue de travailler avec le
gouvernement du Canada à l’achèvement du cadre de
financement pour les musées nationaux.
SE PRÉPARER À L’AVENIR
Le Musée prépare maintenant un nouveau plan stratégique
quinquennal pour la période allant de 2008 à 2013. Le
dévouement et l’excellent travail du Conseil d’administration
et du personnel nous ont amenés au point où notre vision et
notre mandat national sont le centre des activités du Musée.
Grâce à des partenariats productifs et au soutien généreux de
nos donateurs et de nos commanditaires, nous réalisons nos
objectifs. Ensemble, nous assurerons que l’héritage accumulé
par le Musée au cours de ses 150 ans d’histoire est respecté et
que la vision de service et de bénéfices pour les générations
futures est réalisée.
Présidente-directrice générale
INFLUENCER LES POLITIQUES PAR LA RECHERCHE
ET LE PARTAGE DES CONNAISSANCES
Le Musée continue de faire avancer les connaissances en
matière d’environnement, en instituant plusieurs initiatives
fondamentales :
Joanne DiCosimo
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 3
Photos : Martin Lipman
FAITS SAILLANTS
4
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
F A I T S
S A I L L A N T S
Photo : Martin Lipman
{
Partenariats
naturels
Objectif
Résultats à
ce jour
Dons/Promesses de dons
(toutes catégories)
9 750 000 $
5 286 875 $
Dons/Promesses de dons
à la campagne familiale
250 000 $
1 788 900 $
10 000 000 $
7 075 775 $
Total campagne
Partenariats naturels
Autre
Total promis (au 31 mars 2007)
500 000 $
7 575 775 $
{
UNE CÉLÉBRATION HISTORIQUE
Plus de 700 invités et dignitaires ont célébré en grande
pompe le 19 octobre 2006 la réouverture de l’aile ouest du
Musée après plus de trois années de travaux de rénovation.
L’honorable John Baird, président du Conseil du Trésor, a
inauguré l’aile au nom du gouvernement du Canada. Quatre
étages de nouveaux espaces d’exposition et de galeries sont
ouverts dans l’aile ouest nouvellement rénové. Le point saillant,
la Galerie des fossiles Talisman Energy, entraîne les visiteurs de
l’extinction des dinosaures à l’arrivée des mammifères et met
en vedette des centaines de spécimens, des dioramas grandeur
nature, des stands interactifs dynamiques et un passionnant
Théâtre de l’extinction. La commandite de deux millions de
dollars de Talisman Energy Inc. est la plus élevée à un musée
national. Plus de 6 000 visiteurs ont défilé dans les galeries au
cours de la fin de semaine d’ouverture. Photo : (premier-plan)
Gestionnaire du Service des expositions Monty Reid (centre) avec
l’honorable John Baird (à droite) et Jim Buckee (à gauche)
président-directeur général de Talisman Energy Inc.
LE PERSONNEL DU MUSÉE CONTRIBUE À LA
CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTENARIATS
NATURELS
Plus de 70 p. cent de l’objectif de 10 millions de dollars est
atteint et les contributions de 250 000 $ à la campagne familiale
pour 2006-2007 portent à 1 788 900 $ le total des contributions à cette campagne. Les contributions des membres du
personnel sont sans précédent et il s’agit d’une première pour
un musée national.
DES EXPERTS EN FOSSILES AFFLUENT À OTTAWA
Le Musée a agit comme comité organisateur pour la 66 e
réunion annuelle de la Société de paléontologie des vertébrés,
tenue à Ottawa pour la première fois depuis 1947. Lors de la
réception d’ouverture, 950 scientifiques, conservateurs et
étudiants venant de 20 pays ont eu la chance de visiter en
avant-première la Galerie des fossiles Talisman Energy. Les
délégués ont aussi pris part à une visite des magnifiques collections de fossiles du Musée à l’Édifice du patrimoine naturel.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 5
F A I T S
S A I L L A N T S
Photo : Martin Lipman
{
PRÉSERVATION ET RESTAURATION
DE DIORAMAS HISTORIQUES
Après trois ans de restauration et de préservation, les dioramas
historiques des mammifères occupent un nouvel espace dans
l’aile ouest. Chacun des 16 dioramas, dont certains contiennent
des milliers d’éléments, a été démonté avec soin et transporté
de l’autre côté du Musée, où il a été remis à neuf et rassemblé
dans la nouvelle galerie ouverte en mars 2007. Chaque
diorama illustre des aspects de l’adaptation complète des
mammifères à leur environnement.
EXPOSITIONS EN MOUVEMENT
En avril 2006, Mammifères venus du froid a donné le coup
d’envoi à sa tournée nationale au Centre des sciences de
Montréal. Elle ouvrira au Royal Tyrrell Museum of
Palaeontology, à Drumheller en Alberta, en avril 2007.
Le cahier de réservations de cette exposition populaire est
complet jusqu’en 2010. En 2006, le Musée a également
célébré l’ouverture d’Attraction fatale, produite par un réseau
européen de musées d’histoire naturelle et présentée en
Amérique du Nord par l’Alliance des musées d’histoire
naturelle du Canada. Après son séjour de quatre mois au
Musée, elle s’est rendue au Royal British Columbia Museum
et au Biodôme de Montréal.
SUCCÈS DE LA TOURNÉE DE L’EXPOSITION
LE GÉNIE DU GÉNOME
L’exposition Le Génie du génome a mis fin à sa tournée
pancanadienne de trois ans à Charlottetown, au NouveauBrunswick. Environ 800 000 personnes ont visité la première
exposition nationale sur l’ADN et la génomique, dans les
12 centres où l’exposition a été présentée au pays. Des
pourparlers sont en cours pour créer une suite à cette
exposition très populaire.
L’ÉTUDE DES COLLECTIONS EST TERMINÉE
Le Musée a accueilli la réunion annuelle de l’Alliance des musées
d’histoire naturelle du Canada en novembre 2006. Combien
de spécimens l’ensemble des conservateurs préparent-ils et
préservent-ils pour le profil de la flore, de la faune et de la
géologie du Canda? Environ 19 millions, et les résultats sont
énumérés dans un inventaire et une étude des collections des
institutions membres, rassemblés par l’Alliance.
MINÉRALOGISTE MÉDAILLÉ
Le chercheur du Musée, Joel Grice, a reçu la Médaille du
président sortant de l’Association canadienne de minéralogie
pour ses contributions exceptionnelles à cette science au
Canada. M. Grice a présidé le prestigieux comité international
qui nomme les nouveaux minéraux, et rédige un deuxième
livre – Beginners’ Guide to Rocks and Minerals.
6
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
F A I T S
S A I L L A N T S
Photo : Laura Sutin
{
VIDÉOCONFÉRENCES DANS LES ÉCOLES
Un programme de vidéoconférences qui relient les écoles
de la région d’Ottawa aux chercheurs du Musée a été mis en
place grâce à une subvention de 20 000 $ de TELUS. En mars
2007, trois conférences pilotes avaient été organisées, chacune
portant sur un sujet particulier (fossiles, ADN, vie marine) et
accompagnée d’une série d’activités en classe. Ce programme
sera élargi en 2007-2008 avec plus de chercheurs et une plus
grande gamme de thèmes fondés sur le programme scolaire
pour les enseignants et les étudiants canadiens. Photo : Steve
Cumbaa et l’éducateur principal Julien Racette dialoguent
avec une salle de classe d’Ottawa grâce à la nouvelle technologie
de vidéoconférences du Musée.
LE PROJET DE LA RIVIÈRE FRENCHMAN
TIRE À SA FIN
Des chercheurs du Musée ont participé à la dernière étape des
travaux sur le terrain pour ajouter des données au Projet de
biodiversité de la rivière Frenchman, un programme communautaire de surveillance environnementale dans le sud-ouest
de la Saskatchewan. Le Musée a assuré le financement initial
et a aidé à l’élaboration du programme, lancé en 2003 avec des
partenaires régionaux et des membres de la collectivité qui
continuent de surveiller la diversité aquatique de cette rivière.
ANNÉE POLAIRE INTERNATIONALE
Deux chercheurs du Musée ont reçu un appui du gouvernement du Canada pour prendre part à de grands projets
multidisciplinaires qui contribueront à l’évaluation du
changement climatique dans les océans canadiens. Plusieurs
autres activités de recherche dans l’Arctique sont financées
par le Musée. Le Musée collabore à Étudiants sur la banquise –
un programme qui encourage les étudiants d’écoles
secondaires à explorer les régions polaires en compagnie
de chercheurs.
PRIX DU PARTENARIAT MUSÉES-ÉCOLES
Ce prix, créé par le Musée et qui reconnaît les partenariats
entre les écoles et les musées, sera cédé à la Fédération canadienne des enseignants et des enseignantes, de concert avec
l’Association des musées canadiens et le Collège canadiens
des enseignant(e)s. Le prix 2006 a été remis à l’Aquarium et
à la Commission scolaire des Îles de la Madeleine, pour un
projet collaboratif dans le cadre duquel les élèves ont créé
une exposition sur les mammifères marins.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 7
UNE LONGUE
ET GLORIEUSE TRADITION
D E C R É AT I O N E T D E PA RTA G E
DES CONNAISSANCES
8
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photos : Musée canadien des civilisations (au haut) Archives nationales du Canada (au centre) Musée canadien des civilisations (à droite).
U N E
L O N G U E
E T
G L O R I E U S E
Le Musée canadien de la nature, qui tire son origine de la
Commission géologique du Canada (CGC), a été créé en
1842 par Sir William Logan. En 1843, Sir Logan et son
adjoint, Alexander Murray, reviennent de leur première
expédition sur le terrain – un relevé géologique du sud de
l’Ontario et du Québec – avec des centaines de spécimens
qu’ils ne savent pas où entreposer. Le frère de Sir Logan, un
homme d’affaires, prête une salle sous les combles de l’un de
ses entrepôts à Montréal. Sir Logan et M. Murray passent le
reste de l’année à déballer, à étiqueter, à cataloguer et à ranger
dans des boîtes numérotées ce qui deviendra la première
collection de spécimens du Musée.
En 1851, Sir Logan monte une superbe exposition de
minéraux canadiens ayant un intérêt économique pour
l’Exposition universelle de Londres, en Angleterre. La première
exposition de la Commission remporte un succès phénoménal.
« Parmi toutes les colonies britanniques, le Canada a présenté
l’exposition la plus intéressante et la plus complète », déclare le
comité organisateur de l’Exposition. L’énorme succès remporté
par Sir Logan à Londres renforce l’appui du public à l’endroit
de la CGC et établit un précédent pour les expositions
itinérantes très populaires du Musée.
En 1852, Sir Logan, ses adjoints et ses collections sont
temporairement hébergés dans divers entrepôts de Montréal.
Ils emménagent dans un manoir de la rue Saint-Gabriel qui
avait appartenu à Peter McGill, président de la Banque de
Montréal. C’est à cet endroit que la Commission reçoit le
mandant d’ouvrir son premier musée, en 1856. Cet édifice
fut la résidence du Musée pour les 30 années qui suivirent,
jusqu’au déménagement sur la rue Georges au Marché By
d’Ottawa, en 1881.
De 1867 à 1907, le Musée national connaît une croissance
florissante. Les agents itinérants de la Commission étudient la
topographie du pays, son climat, sa faune et sa flore, les
ressources géologiques et minérales, ainsi que les peuples
autochtones du Canada.
PREMIER MUSÉE À VOCATION SPÉCIFIQUE
Commandé par Sir Wilfrid Laurier, l’Édifice commémoratif
Victoria (ÉCV) est bâti en hommage à cette reine, décédée en
1901. En 1912, l’édifice ouvre ses portes au public avec des
expositions spectaculaires de minéraux, d’oiseaux et de
fossiles du Canada, présentées dans de magnifiques vitrines
nouvellement acquises. Le squelette de l’Edmontosaurus est
le premier dinosaure naturalisé à être présenté au public
canadien en 1913 et on peut maintenant le voir dans la
Galerie des fossiles Talisman Energy. Charles M. Sternberg a
découvert la plupart des dinosaures de nos collections dans
le sud-ouest de l’Alberta.
T R A D I T I O N
RELATIONS PARLEMENTAIRES
Après l’incendie qui détruisit l’édifice du Centre du
Parlement en 1916, le gouvernement s’installe temporairement dans l’Édifice commémoratif Victoria. La Chambre des
communes siège quatre ans dans l’auditorium tandis que le
Sénat occupe l’aile est. Sir Wilfrid Laurier n’est jamais
retourné sur la Colline. Lorsqu’il meurt en 1919, son corps
est exposé solennellement dans l’auditorium du Musée,
entouré de drapeaux et de fleurs.
NOUVEAUX DÉPARTS
Le Musée canadien de la nature devient une société d’État le
1er juillet 1990, et son nouveau mandat est d’accroître, dans
l’ensemble du Canada et à l’étranger, l’intérêt et le respect à
l’égard de la nature, de même que sa connaissance et son
degré d’appréciation par tous.
Le Musée exerce alors ses activités dans 13 bâtiments de la
région de la capitale nationale. Ses collections sont conservées
dans des conditions qui sont loin d’être idéales. Un projet à long
terme est lancé en vue de regrouper dans un seul nouveau
bâtiment toutes les activités du Musée, exception faite des
expositions et des programmes publics.
L’Édifice du patrimoine naturel à Gatineau est inauguré en
mai 1997. Avec sa technologie de pointe, ce bâtiment, qui
abrite les collections et la recherche, est conçu de manière
à favoriser la gestion des collections et les techniques de
protection nécessaires à la sauvegarde à perpétuité de la
collection d’histoire naturelle du Canada.
Dix millions de spécimens, dont de minuscules fleurs
séchées, de fragiles collections d’insectes épinglés et des
fossiles de dinosaures de deux tonnes, dispersés à différents
endroits de la région de la capitale nationale, sont alors
soigneusement emballés et transportés dans le nouveau
bâtiment. En 1998, le Musée reçoit un prix de l’Association
des musées canadiens en reconnaissance du succès du
déménagement.
En 1997, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada complète la restauration massive de la maçonnerie de
l’ÉCV pour préserver les pierres de cet édifice historique et
pour assurer la sécurité du personnel et des visiteurs. La Ville
d’Ottawa reconnaît cette réalisation en décernant le Prix du
patrimoine au Musée en 1999.
Des consultations pancanadiennes et un processus de
planification stratégique ont donné lieu à une nouvelle vision
et à un nouveau rôle de service national pour le Musée canadien
de la nature. Le Musée travaille à réaliser cette vision tout en
renouvelant son lieu d’exposition, l’Édifice commémoratif
Victoria. La réhabilitation a débuté au printemps 2004, et se
poursuit par étapes. Le Musée a atteint une étape importante en
octobre 2006 lorsque l’aile ouest a rouvert avec ses nouvelles
galeries de fossiles, d’oiseaux et de mammifères, ainsi qu’une
salle d’exposition temporaire, dans le cadre des célébrations
marquant le 150 e anniversaire du Musée.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 9
R E N D E M E N T PA R R A P P O RT
AUX OBJECTIFS
10
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photos : (haut) Matin Lipman, (gauche) École secondaire Frenette, (centre) Archives natonales du Canada, (droite) Étudiants sur la banquise.
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
1
RECUEILLIR ET RENDRE ACCESSIBLE AU PUBLIC
L’INFORMATION PERTINENTE AYANT TRAIT À
OBJECTIF
L’ENVIRONNEMENT ET À LA PLACE QUE NOUS Y OCCUPONS
Les projets éducatifs nationaux du Musée canadien de la nature seront reconnus par les clients et par les pairs comme
une source de renseignements utiles sur l’environnement et la place que nous y occupons. Le Musée aura des collections
de portée nationale – et sera reconnu comme coordonnateur des collections nationales et chef de file international pour la
production et la circulation des expositions itinérantes. Le Musée aura une réputation de leader en gestion et en préservation
des collections, et en ce qui concerne le processus de documentation et de systèmes qui rendent celles-ci utiles pour les
partenaires nationaux du Musée. Les activités de recherche seront complètement intégrées aux autres activités et reconnues
par les pairs et par le public, valorisant ainsi la collection nationale et fournissant les services au public. Une gamme
d’activités de recherche abordera le changement environnemental au fil du temps.
CRÉER UN PROGRAMME DE PROJETS ÉDUCATIFS
NATIONAUX ACCESSIBLE, AFIN D’ENCOURAGER
ET DE STIMULER L’APPRENTISSAGE FORMEL ET
INFORMEL POUR LES CANADIENNES ET LES
CANADIENS.
Le Musée a ouvert trois nouvelles galeries permanentes qui
présentent des fossiles, des oiseaux et des mammifères du
Canada et qui occupent environ 4 000 mètres carrés d’espaces
d’exposition et de programmation. L’attraction principale est
la Galerie des fossiles Talisman Energy de 1 000 mètres carrés
qui porte sur la période d’extinction des dinosaures, le début de
l’évolution des mammifères et les changements climatiques
dramatiques qui ont formé la planète. La galerie présente des
centaines de spécimens, deux dioramas réalistes, et un Théâtre
d’extinction multimédia. Grâce à la nouvelle infrastructure de
technologie de l’information installée dans l’aile ouest
rénovée, la galerie comprend aussi des postes d’ordinateurs
interactifs qui permettent aux visiteurs d’explorer les thèmes
de l’extinction et de l’évolution à l’aide d’interviews avec les
chercheurs, d’animation et de jeux.
Après plus de deux ans de restauration et de préservation,
les dioramas historiques des mammifères ont été dévoilés de
nouveau dans la nouvelle Galerie des mammifères de l’aile
ouest. Chacun des 16 dioramas, dont certains contiennent
des milliers d’éléments, a été démonté avec soin et transporté
de l’autre côté du Musée, où il a été remis à neuf et rassemblé.
Les dioramas et les postes interactifs qui s’y rapportent
illustrent comment les mammifères s’adaptent au changement
de leur environnement.
Chaque espèce d’oiseau du Canda est maintenant exposée
dans la Galerie des oiseaux, ouverte le lendemain de Noël et
qui présente plus de 500 spécimens des collections du
Musée. La nouvelle galerie a pour thème l’observation des
oiseaux et montre la diversité des oiseaux par l’examen de
leurs caractéristiques comme la couleur, la forme et l’habitat.
Comme pour les autres galeries, les postes interactifs
enrichissent l’expérience d’apprentissage des visiteurs.
Les expositions itinérantes du Musée continuent d’être vues
partout au pays. Mammifères venus du froid, produit par le
Musée canadien de la nature en collaboration avec le Centre
des sciences de Montréal, le Centre d’interprétation de la
Béringie du Yukon et le Royal Tyrell Museum of Palaeontology,
a entrepris sa tournée nationale au printemps 2006. Cette
exposition a été inaugurée au Centre des sciences de Montréal
en avril où elle a reçu plus de 219 000 visiteurs avant de se
rendre dans l’Ouest au Royal Tyrrell Museum au printemps
2007. Le Musée a retiré Mon nom est Nanuq (le journal intime
d’une ourse polaire) et a donné les éléments d’exposition au
Thunder Bay Museum. Deux des stands de l’exposition
itinérante Sila : les énigmes du climat ont été donnés à The
Rooms, St. John’s à Terre-Neuve-et-Labrador.
L’exposition itinérante Le Génie du génome sur l’ADN et la
génomique a terminé sa tournée de trois ans à l’automne
2006 après des arrêts à Halifax, à Québec et à Charlottetown.
Environ 800 000 personnes ont visité cette exposition
dynamique aux 12 sites où elle a été présentée. L’exposition
est présentement remise à neuf et une deuxième tournée
nationale est prévue. Le site Web Le Génie du génome est
encore bien visité et connaît une augmentation de 18 p. cent
de visites par rapport à la même période l’exercice précédent.
Le nombre total de pages visionnées pour le site Web Génome
pendant l’exercice 2006-2007 a atteint de 7,6 millions.
Il y a eu 6 486 652 visites au site Web du Musée, nature.ca,
en 2006-2007, une augmentation de 7,1 p. cent par rapport
au dernier exercice. Le site a été modernisé pour tenir compte
du contenu des nouvelles galeries et actualiser l’information qui
concerne l’aile ouest. Une section d’expositions totalement
restructurée a été inaugurée en octobre, tout comme Le coin
des profs, qui présente une variété de ressources y compris des
activités en ligne, des présentations téléchargeables et des feuilles
d’activités, de l’information sur les ateliers scolaires et des
liens vers les ressources d’appui à l’enseignement. Le nouveau
plan stratégique pour le site Web a été élaboré; une des priorités
dans le processus de mise en œuvre est d’améliorer les capacités
du nouvel engin de recherche du site.
De nouveaux programmes éducatifs qui se rapportent au
contenu et aux thèmes des galeries ont été créés pour les
écoles et pour le public. Un programme de vidéoconférences
qui relient les écoles de la région d’Ottawa aux chercheurs du
Musée a été mis en place grâce à une subvention de 20 000 $
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 11
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
de TELUS. En mars 2007, trois conférences pilotes avaient
eu lieu, portant sur les anciens écosystèmes, l’analyse d’ADN
et la recherche sur les plantes ainsi que l’écosystème marin,
et étaient accompagnés d’une série d’activités en classe. Ce
programme sera élargi en 2007-2008 avec un plus grand
nombre de chercheurs et d’écoles et une plus grande gamme
de thèmes fondés sur le programme scolaire.
L’équipe des programmes d’éducation du public a aussi
lancé la première série Café Scientifique d’Ottawa pour
encourager la discussion sur les sujets liés à la science, dans
un environnement non structuré. Les premiers cafés traitaient
de sujets comme la nature du génie (thème lié à l’exposition
Einstein), le flirt (Attraction fatale), la qualité de l’eau (en rapport
avec la Galerie de l’eau planifiée) ainsi que l’éthique de la
recherche en génomique. Chaque café a attiré de 20 à 40
participants et le programme sera élargi l’an prochain.
Le personnel des Services d’éducation du public du Centre
canadien pour la biodiversité du Musée a établi un partenariat
avec l’Insectarium de Montréal et trois commissions scolaires
de l’Outaouais pour le programme Papillons sans frontières.
Lors d’une soirée d’information en septembre, environ 150
enseignants ont reçu des trousses pour l’étiquetage et l’élevage
de monarques à l’intention de leurs élèves. Un éducateur du
Musée s’est associé à l’Université d’Ottawa pour donner des
ateliers en octobre sur l’enseignement de l’évolution dans le cadre
de la conférence de la Société de paléontologie des vertébrés.
CRÉER UN PROGRAMME ACCESSIBLE D’ACTIVITÉS
DE COLLECTIONS SUR DES SUJETS PERTINENTS
POUR LES CANADIENNES ET LES CANADIENS.
Le personnel de l’unité des collections était occupé à identifier,
à documenter, à transporter et à installer les spécimens pour
les nouvelles galeries. L’unité des sciences de la Terre a rédigé
des rapports sur l’état de conservation pour tous les spécimens
de fossiles, et installé les plus grands spécimens pour exposition
dans la nouvelle Galerie des fossiles Talisman Energy. Certains
supports de métal ont été dessinés par le personnel des
collections du Musée.
En juin, le Musée a fait l’acquisition de spécimens de ce
qui a été surnommé un « fossile vivant » – un cœlacanthe
femelle et deux petits – un don du Axelrod Institute de
l’Université de Guelph. Ces spécimens s’ajoutent aux autres
cœlacanthes du Musée obtenus en 1969.
Le Centre Arius 3D du Musée a participé à la production
du contenu interactif des nouvelles galeries des fossiles, des
oiseaux et des mammifères. Les spécimens numérisés pour
créer des modèles 3D comprenaient un hadrosaure
(dinosaure à bec de canard), des œufs d’oiseaux ainsi que des
os et des dents de mammifères. Certaines animations ont été
créées pour les postes interactifs des galeries. L’animation du
crâne du hadrosaure, un projet d’un des paléontologues du
Musée, figurait parmi les 50 finalistes au Science and
12
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
A U X
O B J E C T I F S
Engineering Visualisation Challenge 2006 de l’American
National Science Foundation. Le personnel du centre a aussi
aidé les chercheurs du Musée en numérisant des spécimens
de collections pour fins d’études et a fourni son expertise
pour des collections de partenaires en numérisant des
artéfacts du temps des Vikings pour Parcs Canda, et des ailes
de sauterelles pour un professeur de l’Université Carleton.
Le Musée a accueilli le Rendez-vous botanique de Flora
Québéca en août. Cette activité comprenait une visite des
collections et du travail sur le terrain, ce qui a donné lieu au
don de plusieurs spécimens recherchés de plantes rares du
Québec à l’herbier du Musée.
Les membres du personnel des collections ont partagé leur
expertise sur la scène internationale. Un gestionnaire des
collections du Musée et un expert en lichens ont présenté un
séminaire et un cours de 10 jours sur la taxonomie des
lichens pour les étudiants du 2 e cycle de la Shandong Normal
University, en Chine. Le Musée continue de tenir un rôle
important dans l’analyse de risques pour les collections en
offrant de nombreux ateliers, y compris des présentations lors
de la réunion générale annuelle de l’American Association
of Museums à Boston et à l’Association canadienne pour la
conservation à Toronto, ainsi qu’à des musées en Allemagne,
aux Pays-Bas, aux États-Unis et au Royaume-Uni.
CRÉER ET RENDRE ACCESSIBLES DES PROGRAMMES
D’ACTIVITÉS DE RECHERCHE SUR DES SUJETS PERTINENTS POUR LES CANADIENNES ET LES CANADIENS.
En 2006, les chercheurs du Musée ont effectué des travaux
sur le terrain, assisté à des conférences et continué leur
recherche fondée sur les collections, au Canada et à l’étranger.
Leur centre d’intérêt – les fossiles, les minéraux, les plantes et
les animaux, aquatiques et terrestres – a normalement lieu
sous forme de collaboration avec des experts d’autres musées,
d’universités et de ministères.
Le Musée poursuit sa longue tradition d’excellence en
recherche sur l’Arctique. Appuyé par le National Geographic,
un des paléontologues du Musée a revisité l’ancien étang de
castors sur l’île d’Ellesmere pour chercher d’autres fossiles
ainsi que des dépôts de fossiles.
Des chercheurs ont proposé des projets en vue de l’Année
polaire internationale. Deux d’entre eux ont reçu un soutien
pour leur participation à des grands projets multidisciplinaires
(Système circumpolaire de chenaux de séparation et Canada’s
3 Oceans) qui contribueront aux évaluations du changement
climatique dans les océans canadiens.
Des chercheurs ont travaillé sur le terrain au Canada, dans
des endroits allant du Lac Supérieur (truite grise) à en
Saskatchewan et au Manitoba (fossiles de reptiles marins), au
Nouveau-Brunswick (moules) et en Ontario et au Québec
(minéraux). Leur expertise a aussi été partagée à l’étranger
par des conférences et des séances de formation. Deux
P A R
R A P P O R T
chercheurs experts des algues et autres micro-organismes
aquatiques ont assisté au 19 e Symposium international sur les
diatomées, au Lac Baikal en Sibérie. Un des paléontologues
du Musée a cherché des fossiles marins dans le sud-est de la
Chine et conseillé le musée local en Mongolie intérieure, tandis
que les spécialistes en entomologie du Musée ont donné un
cours sur la biodiversité au Mexique.
En 2007-2008, le Musée collaborera avec le Evergreen
College de Washington à une recherche importante, le projet
Leaf Litter Arthropods of MesoAmerica (LLAMA), qui a
reçu 650 000 $ de la National Science Foundation pour une
période de cinq ans.
Le personnel de paléontologie a agit comme comité d’accueil
pour la 66 e réunion annuelle de la Société de paléontologie des
vertébrés, tenue à Ottawa du 17 au 21 octobre. La conférence
a reçu 948 participants venus de 20 pays. Parmi les faits
saillants, mentionnons la réception d’ouverture et une visite
d’avant-première de la Galerie des fossiles Talisman Energy.
Plus de 600 exposés scientifiques et présentations par affiches
ont été faits, une première pour la Société.
Le Musée a décidé de mettre à l’essai de nouvelles façons
de communiquer au public les résultats de la recherche
scientifique, en créant un poste de liaison scientifique. Le
nouvel agent de liaison scientifique a complété le programme
de deux semaines en communications des sciences donné au
Banff Centre for Performing Arts et a été conférencier invité pour
les étudiants au programme de communications scientifiques
de l’Université Laurentienne/Sciences Nord. Le poste rehaussera
le profil de la recherche au Musée et permettra une meilleure
intégration des activités de recherche aux expositions et aux
programmes publics et scolaires.
A U X
O B J E C T I F S
Photo : Ole Johnsen, Université de Copenhague
R E N D E M E N T
Au printemps 2006, le Musée était fier d’apprendre que le
minéralogiste Joel Grice avait reçu la Médaille du président
sortant de l’Association canadienne de minéralogie, un prix
d’excellence pour l’ensemble de ses réalisations et pour ses
contributions exceptionnelles à la recherche en minéralogie au
Canada. Il a aussi été élu conseiller à l’Association internationale
de minéralogie, la deuxième fois seulement qu’un Canadien
est élu à ce poste en 48 ans d’histoire de l’Association.
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Les programmes éducatifs sont
des sources clés d’information sur
l’environnement
Avoir 75 p. cent des
attributs d’ici à
2010-2011
Un partenariat a été examiné. L’organisme partenaire a pris
part à l’évaluation et consent en principe aux recommandations
Visites au site Web
6 millions
6 486 652
Nombre de dossiers de collections
accessibles électroniquement
729 000 dossiers
de collections
accessibles d’ici à
2010-2011
606 236 dossiers de collections accessibles électroniquement
en date du 31 mars 2007
Utilité des collections du Musée
10 000 transactions
par année
10 047 transactions
Publications produites par le
personnel traitant de sujets
pertinents pour les Canadiennes
et les Canadiens
32
34
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 13
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
CONTRIBUER À RENFORCER LA CAPACITÉ DES MUSÉES
CANADIENS D’HISTOIRE NATURELLE ET D’AUTRES
AGENCES DU PATRIMOINE À TRAITER AVEC EFFICACITÉ
ET EFFICIENCE DES QUESTIONS D’HISTOIRE NATURELLE
TOUCHANT LES CANADIENNES ET LES CANADIENS
2
OBJECTIF
ÉLABORER ET METTRE EN ŒUVRE DES STRATÉGIES
NATIONALES EN COLLABORATION AVEC L’ALLIANCE
DES MUSÉES D’HISTOIRE NATURELLE DU CANADA.
L’Alliance des musées d’histoire naturelle du Canada a été
constituée en société en février 2004. Les 12 membres fondateurs de ce réseau, y compris le Musée canadien de la nature,
sont responsables de la sauvegarde et de l’organisation de
plus de 13,7 millions de spécimens d’histoire naturelle.
Ces spécimens représentent la flore, la faune et l’histoire
géologique et appartiennent surtout à des collections canadiennes. En septembre 2006, l’Alliance a accueilli le Musée
royal de l’Ontario dans son réseau, ce qui a augmenté à
19 millions le nombre de spécimens d’histoire naturelle
préservés par les partenaires.
Les membres de l’AMHNC ont adopté un plan stratégique
à leur réunion générale annuelle en novembre, donnant ainsi
un modèle d’action au réseau. Les membres ont aussi travaillé
à un plan d’affaires, avec les commentaires des quatre groupes
de travail sur les collections et la recherche, l’éducation, les
communications et le financement. Les réalisations importantes
de l’Alliance au cours de la dernière année comprennent :
• un résumé de l’information relative au programme d’éducation du public de chaque membre;
• un relevé complet des collections, qui comprend un inventaire des collections des membres, ainsi que les pratiques
exemplaires et l’expertise en taxonomie;
• un plan de communications qui appuie le plan stratégique
approuvé;
• plusieurs séances de conscientisation : l’AMHNC a présenté
deux séances et une réception à la conférence 2006 de
l’Association des musées canadiens (AMC) à Saint John, et
à la réunion de l’AMC à Ottawa en mars 2007, un atelier
pré-conférence sur la recherche et les collections d’histoire
naturelle et leur valeur dans le règlement des dossiers qui
inquiètent les Canadiennes et les Canadiens;
14
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photo : Martin Lipman
L’Alliance des musées d’histoire naturelle du Canada (AMHNC) comptera des membres dans toutes les régions du pays qui
communiqueront régulièrement. La communauté muséale reconnaîtra l’AMHNC comme point central pour les dossiers
d’histoire naturelle et l’Alliance produira une stratégie nationale de collections. Le Musée sera consulté régulièrement
comme chef de file en matière de pratiques exemplaires d’enrichissement, de gestion et de conservation des collections. Le
Partenariat fédéral en matière d’information sur la biodiversité (PFIB) sera un point central pour l’information en matière
de biodiversité et le mécanisme principal de coordination entre les ministères fédéraux, provinciaux et territoriaux, les
agences et les organismes apparentés pour ce dossier.
• l’exposition européenne Attraction fatale, présentée en
Amérique du Nord par l’AMHNC. L’exposition a été
acclamée lors de son inauguration le 1er mai au Musée
canadien de la nature. Plus de 40 000 personnes ont visité
cette exposition provocante sur la vie amoureuse des
animaux durant son séjour de quatre mois au Musée. Elle
s’est ensuite rendue dans des musées membres de
l’Alliance, le Royal British-Columbia Museum à l’automne
2006 et au Biodôme de Montréal en mars 2007.
L’Alliance a aussi présenté une proposition au Conseil des
académies canadiennes faisant valoir le besoin d’évaluer la
capacité du Canada en matière de sciences de la biodiversité.
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
PARTICIPER À DES EFFORTS CONJOINTS AVEC
D’AUTRES PARTENAIRES FÉDÉRAUX POUR CRÉER ET
RENDRE LES RESSOURCES D’INFORMATION ACCESSIBLES À DIVERS AUDITOIRES CANADIENS, PAR
DES APPROCHES NOVATRICES, DES PRATIQUES
EXEMPLAIRES, DES NOUVELLES PROCÉDURES ET
TECHNIQUES.
Le Système mondial d’information sur la biodiversité (SMIB)
a terminé un prospectus d’affaires qui décrit sa direction
stratégique. Le projet est dirigé par Agriculture Canda.
Le partenariat continue d’être supporté par le financement
commun de ministères qui participent au projet.
A U X
O B J E C T I F S
Le profil des collections de botanique du Musée a été
rehaussé grâce à plusieurs projets. Le personnel a participé à
l’élaboration d’une base de données sur les plantes pour le
Canada – un effort interministériel de l’Agence canadienne
d’inspection des aliments, du Service canadien de la faune et
du Service canadien des forêts – par la coordination et l’apport
de données et d’expertise. Au total, 120 000 données de
plantes ont été fournies au Réseau canadien d’information sur
le patrimoine pour ajout dans au portail de démonstration de la
Northeast Herbarium Collective et pour accès par le Système
mondial d’information sur la biodiversité. La disponibilité de ces
données augmentera l’accessibilité nationale et internationale
de la collection de botanique du Musée.
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Projets, activités entrepris avec
l’AMHNC qui abordent les
dossiers pertinents pour les
Canadiennes et les Canadiens
2
Planification stratégique et d’affaires : le Conseil de l’Alliance
a tenu des ateliers d’une journée en mai et en septembre
2006. À ces séances, les membres du Conseil ont examiné les
commentaires obtenus à ce jour, discuté des recommandations
proposées et finalisé l’ébauche du Plan stratégique. Le Plan
devait être examiné et approuvé à la réunion annuelle de
l’AMHNC en novembre 2006. Groupes de travail : Le rapport
d’inventaire du Comité de recherche et de collections a été
finalisé et distribué avant la réunion annuelle de novembre,
et a formé la base pour la planification future. La prochaine
étape sera de formuler une stratégie d’enrichissement de
la collection nationale. Le Comité d’éducation a recueilli
l’information sur les programmes de chaque institution membre
en vue de leur partage futur. Des plans ont été élaborés pour
la participation conjointe des membres de l’AMHNC à la
programmation pour l’Année polaire internationale.
Mesure du succès des projets
élaborés conjointement avec
l’AMHNC
Collaboration accrue
Les membres du Conseil et des Comités de l’AMHNC ont
consacré environ 3 000 heures aux activités et aux projets
de l’Association.
Participation à l’Association
des musées canadiens et à
l’Association canadienne des
centres de sciences
Participation accrue
grâce à des présentations, participation à
des groupes d’intérêts
spéciaux et à des
comités organisateurs.
Nombre de jours de participation à la conférence annuelle :
AMC : 185* ACCS : 38
Nombre de présentations :
AMC : 18
ACCS : 5
Nombre de jours de participation à des comités, groupes
d’intérêt, etc. :
AMC : 32
ACCS : 19
* il y a eu deux conférences annuelles, l’une en mai 2006
et l’autre en mars 2007.
Nombre de produits, de publications
et de services créés annuellement
par des partenariats avec des
agences fédérales et des partenaires
de portefeuilles
Maximiser
3 produits ont été créés
1. Passeport national des musées
2. Interview pour le magazine Muse sur l’évaluation
des risques pour les collections
3. Prospectus pour le Partenariat fédéral en matière d’information
sur la biodiversité.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 15
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
OFFRIR LES VÉHICULES QUI ENCOURAGERONT
L’ENGAGEMENT DU PUBLIC ENVERS LES QUESTIONS
D’HISTOIRE NATURELLE ET CONTRIBUER AUX
POLITIQUES PUBLIQUES ÉCLAIRÉES SUR CES QUESTIONS
3
OBJECTIF
Le Musée sera reconnu comme leader en matière de pratiques exemplaires pour la participation des auditoires clés grâce à
ses expositions, à ses programmes publics et à son site Web. Il sera reconnu comme contributeur important à l’élaboration
de politiques publiques et gouvernementales.
CRÉER DES FORUMS NATIONAUX POUR DISCUTER,
DÉBATTRE ET PARTAGER L’INFORMATION EN
MATIÈRE DE DOSSIERS ENVIRONNEMENTAUX QUI
INQUIÈTENT LES CANADIENNES ET LES CANADIENS.
Le Centre canadien pour la biodiversité (CCB) a participé
à la planification et à l’élaboration de la première réunion
de l’Initiative pour la protection des pollinisateurs du
Canada, tenue à Ottawa les 18 et 19 janvier. Des délégués
de gouvernements, du milieu d’universités, de musées et
d’ONG se sont réunis pour mettre en valeur l’importance des
insectes pollinisateurs comme les abeilles pour la biodiversité
et l’agriculture. Cette initiative trilatérale comprend la North
American Pollinator Protection Campaign qui a son siège
aux États-Unis, et le Mexique planifie la formation d’un
groupe semblable.
La Commission biologique du Canda (CBC) qui fait partie du
Centre canadien pour la biodiversité et qui agit conjointement
avec la Société d’entomologie du Canada, a lancé le Canadian
Journal of Arthropod Identification en 2006. Le cyberjournal,
examiné par les pairs, contribue de façon significative à
l’identification et à la documentation de la faune d’arthropodes
du Canada. Le CBC a aussi coordonné le Bio-Blitz annuel, qui
avait lieu cette année du 5 au 10 juillet dans le parc national
du Gros Morne, à Terre-Neuve-et-Labrador. Les spécimens
et les données recueillis contribuent à plusieurs programmes
de recherche dans les universités et les collèges ainsi qu’au
projet de la CBC sur les arthropodes terrestres de TerreNeuve-et-Labrador.
Des chercheurs du Musée ont participé à la dernière étape
des travaux sur le terrain pour ajouter des données au Projet
de biodiversité de la rivière Frenchman, un programme communautaire de surveillance environnementale dans le sud-ouest
de la Saskatchewan. Le Musée a assuré le financement initial
et a aidé à l’élaboration du programme, lancé en 2003 avec des
partenaires régionaux et des membres de la collectivité qui
continuent de surveiller la diversité aquatique de cette rivière.
En plus du travail sur le terrain, des ateliers et une programmation fondée sur le programme scolaire ont été élaborés, et
un groupe de surveillance du bassin récepteur a été formé.
16
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Un nouveau cours sur la recherche dans les musées a été
créé et présenté à l’Université de Victoria par le directeur
des Services de recherche, dans le cadre du Programme de
gestion des ressources de l’université.
ÉLABORER ET METTRE EN PLACE DES MÉCANISMES
POUR INFORMER LE PUBLIC DES POLITIQUES EN
MATIÈRE DE DOSSIERS ENVIRONNEMENTAUX.
Des représentants du Musée ont assisté à des séances du
comité fédéral-provincial-territorial sur la biodiversité afin
d’établir un plan de conservation de la biodiversité pour le
Canada. Le plan final sera déterminant pour l’élaboration
d’une politique environnementale aux niveaux fédéral,
provincial et territorial.
Le Centre canadien pour la biodiversité du Musée a
participé à un certain nombre de conférences nationales,
dont le 2e Colloque biennal sur l’éducation de la biodiversité
à Vancouver et la réunion de la Commission sectorielle de
l’UNESCO sur les sciences naturelles, sociales et humaines.
En juillet, le directeur du CCB a aussi assisté à la troisième
conférence nationale sur l’intendance et la conservation.
Quelque 400 délégués se sont réunis à Corner Brook, TerreNeuve-et-Labrador, pour partager leurs idées et faire progresser
le programme d’intendance. La conférence s’est terminée par
l’ébauche d’une déclaration qui établit plusieurs résultats clés
qui devront être achevés d’ici à 2009. Ceux-ci comprennent :
partager les exemples de meilleures pratiques d’intendance,
rallier l’intendance au Défi de la biodiversité de l’Union
mondiale pour la nature en 2010 et faire participer les groupes,
comme les jeunes et les peuples aborigènes.
En mai 2006, le Musée s’est joint au Musée des sciences et
de la technologie du Canada pour coprésenter la conférence
annuelle de l’Association canadienne des centres de sciences
(ACCS). Plus de 180 délégués ont participé à cette conférence,
une première pour l’ACCS. En plus de la planification
conjointe du programme, le Musée a donné une réception
de bienvenue, une visite préconférence des collections de
l’Édifice du patrimoine naturel, et a organisé le premier Café
Scientifique à Ottawa.
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
À la réunion annuelle de mai 2006 de l’Association des
musées canadiens (AMC) à Saint John, le personnel du Centre
canadien pour la biodiversité du Musée a présenté un atelier
d’une journée avec des collègues du Groupe de travail sur les
Musées et les collectivités viables. Le Musée a reçu les délégués
du Musée royal d’histoire naturelle de Belgique et coprésenté
une séance sur la collaboration internationale et la formation
de réseaux pour l’exposition itinérante Attraction fatale.
Le personnel du Musée était aussi membre de comités de
planification du programme pour la réunion de mars 2007 de
l’Association des musées canadiens à Ottawa. Le Musée a
accueilli l’AMC dans l’aile ouest rénovée la dernière journée de
la conférence, et a organisé une discussion sur les rénovations
de musées intitulée « Changement extrême », qui comprenait
des présentations sur la construction du nouveau Centre
Darwin au London Museum of Natural History, le Nanaimo
District Museum et les travaux de rénovation à l’Édifice
A U X
O B J E C T I F S
commémoratif Victoria. Un atelier préconférence sur les activités
de recherche et les musées d’histoire naturelle a été présenté
par l’Alliance des musées d’histoire naturelle du Canada.
Le Musée a rempli ses responsabilités en tant qu’initiateur
du Prix du partenariat musées-écoles en choisissant le gagnant
de 2006. Le prix reconnaît les partenariats entre les écoles et
les musées qui enrichissent la compréhension et l’appréciation
de l’héritage culturel et naturel du Canada par les étudiants.
Ce prix national est commandité conjointement par le Musée
et le Collège canadien des enseignant(e)s depuis sa création
en 2003. En 2007, il sera cédé à la Fédération canadienne des
enseignantes et des enseignants en collaboration avec
l’Association des musées canadiens et le Collège canadien des
enseignant(e)s. Le prix pour 2006 a été présenté à l’Aquarium
et à la Commission scolaire des Îles de la Madeleine, pour un
projet collaboratif dans le cadre duquel les élèves ont créé
une exposition sur les mammifères marins.
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Élaborer de nouveaux véhicules
pour encourager la participation
des Canadiennes et des Canadiens
2
En mai, le Musée a présenté le premier Café Scientifique
à Ottawa comme activité préconférence pour l’Association
canadienne des centres de sciences et le 2 juin, le Musée,
en collaboration avec l’Association canadienne des rédacteurs
scientifiques, a présenté un deuxième Café Scientifique à une
brasserie d’Ottawa.
Contribuer à l’élaboration de
politiques publiques par la
participation à des associations
et organismes nationaux et
internationaux qui s’intéressent
au changement climatique
20 associations
Le personnel du Musée a mis ses connaissances et son
expertise au service de 16 associations et organismes
nationaux et internationaux s’intéressant au changement
climatique, ce qui représente environ 1 121 heures.
Le Musée et ses partenaires offrent
des options en matière de politiques publiques
2
Le personnel du Musée a assisté à la réunion inaugurale du
Groupe de travail de l’Ontario pour l’éducation en vue du
développement durable. L’approbation des paramètres a été
obtenue et les sous-comités sont établis. Le Musée est membre
du sous-comité sur la biodiversité.
Le personnel du Musée a assisté à la 3e conférence nationale
sur l’intendance et la conservation « Valorisons la nature »
en juillet à Corner Brooks, T.-N.et-L. pour un échange d’idées
et la promotion de l’Agenda d’intendance du Canada – une
initiative du Groupe de travail fédéral-provincial-territorial
sur l’intendance, dont le Musée fait partie. La conférence s’est
terminée par un projet de déclaration qui propose les résultats
à atteindre d’ici à 2009
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 17
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
ACCROÎTRE LA CAPACITÉ INTERNE DU MUSÉE
À TRAVAILLER PAR APPROCHES INTÉGRÉES ET
COLLABORATIVES
4
OBJECTIF
Un cadre de travail pour les Services de gestion des ressources humaines (RH) et les outils nécessaires seront en place afin
d’appuyer la stratégie d’affaires du Musée. La majorité des projets seront entrepris avec des partenaires. Le Musée fournira
un environnement de travail favorable qui comportera des occasions d’innovation et de croissance.
PAR LA MISE EN PLACE DU PROCESSUS AXÉ SUR LES
COMPÉTENCES, AMÉLIORER LA CAPACITÉ DU PERSONNEL DU MUSÉE DE TRAVAILLER PAR APPROCHES
INTÉGRÉES COMME LES PARTENARIATS, LES
RÉSEAUX ET LES ÉQUIPES MULTIDISCIPLINAIRES.
En 2006-2007, un sondage auprès du personnel du Musée a
été effectué. Les résultats confirment qu’en général, les membres
du personnel sont satisfaits de leur environnement de travail
et que cet environnement soutient la réalisation des objectifs
d’affaires du Musée. Des mesures sont prises pour résoudre
les problèmes soulevés par le personnel. De plus, le Musée a
inauguré une initiative de formation en leadership dans un
contexte de planification de la relève.
Au cours de cette période, le Musée a travaillé activement
pour recruter et garder ses bénévoles. Comme prévu, le nombre
de participants au Programme de bénévoles du Musée a
diminué durant les phases intenses de construction à l’Édifice
commémoratif Victoria, mais le nombre de bénévoles a augmenté et excède le nombre ciblé : au cours du quatrième
trimestre, 214 personnes ont fait du bénévolat au Musée.
METTRE EN PRATIQUE LE CADRE DE PARTENARIAT
POUR ÉVALUER LES PARTENARIATS ACTUELS ET
POUR MODIFIER LES ENTENTES DE PARTENARIATS
AU BESOIN.
Le Musée continue d’accorder la priorité à la création de
partenariats pour exécuter sa vision et son mandat. Plusieurs
modèles de partenariats sont utilisés par le Musée, de la création
conjointe de projets et de programmation aux contributions et
en passant par la présentation conjointe d’activités spécifiques.
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Journées de formation professionnelle par employé
4
4, 18
Valeur des nouveaux partenariats
par rapport aux critères
Remplir 75 p. cent
des critères établis
Durant cette période, le Musée a évalué deux partenariats
à portée locale/régionale. L’évaluation a aussi révélé que la
participation des partenaires était égale, et que les risques
étaient partagés en parts égales.
L’évaluation des résultats a indiqué que les objectifs du projet
ont été réalisés, que de nouveaux auditoires ont été atteints
et que des épargnes ont été générées. Ces partenariats ont
obtenu un pointage moyen de 70 par rapport à une possibilité
de 100.
18
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
5
ASSURER QUE LE PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT
DE L’ÉDIFICE COMMÉMORATIF VICTORIA CONTRIBUE
À LA RÉALISATION DE LA VISION
OBJECTIF
Dans la mesure du possible, l’Édifice commémoratif Victoria demeurera ouvert au public tout au long du projet et sera
reconnu pour sa fiche de sécurité exemplaire durant les travaux de rénovation. La contribution de l’Édifice commémoratif
Victoria rénové sera évidente pour les visiteurs, la communauté muséale, le personnel et la collectivité. Le Musée élaborera
un plan de programmation post-renouvellement, en utilisant son édifice rénové pour appuyer les améliorations à sa
programmation avant-gardiste.
METTRE EN PLACE LES EXIGENCES DE RÉHABILITATION DE L’INFRASTRUCTURE DE L’ÉDIFICE COMMÉMORATIF VICTORIA, Y COMPRIS CELLES SE RAPPORTANT À LA CONCEPTION ET À LA CONSTRUCTION.
La Phase 2, l’aile ouest rénovée de l’Édifice commémoratif
Victoria, a ouvert au public comme prévu à la fin d’octobre
2006. Comprenant plus de 4 000 mètres carrés d’espaces
rénovés, l’aile ouest possède maintenant trois étages de
galeries permanentes et d’espaces de programmation
publique, y compris la Galerie des fossiles Talisman Energy,
une Galerie des mammifères remise à neuf, une Galerie des
oiseaux, qui présente la gamme complète des espèces
d’oiseaux canadiens provenant des collections du Musée, une
Zone des découvertes temporaire et un cinéma HD. Un étage
aménagé spécialement pour les expositions itinérantes et
spéciales a reçu Einstein, une exposition de l’American
Museum of Natural History.
La Phase 3, l’aile sud, a également été remise au Musée.
Ce nouvel ajout renferme les installations fonctionnelles, y
compris les ateliers, les installations de gestion des animaux
nuisibles, les installations mécaniques et électriques et la
zone de réception et d’expédition.
En novembre 2006, les travaux ont commencé pour les
phases 4 et 5 du projet de rénovation. La démolition de
l’intérieur de l’aile est et de l’atrium est maintenant en cours,
en prévision de l’installation du renforcement parasismique et
de la réinstallation des espaces de confort pour les visiteurs,
ainsi que trois nouveaux espaces pour des galeries. Plus de
55 p. cent de la construction et 95 p. cent des appels d’offres
étant achevés, le projet de construction respecte son budget
et son calendrier.
Les 7e et 8e séances publiques d’information qui visent à
renseigner la collectivité sur le Projet de renouvellement ont eu
lieu en avril et en novembre 2006. La séance d’avril a renseigné
les invités sur les étapes finales menant à l’ouverture de l’aile
ouest à l’automne. La séance de novembre offrait des visites
des nouvelles galeries et de l’aile sud pour célébrer la fin de
cette première phase importante des travaux de rénovation.
Des résumés de ces séances ont été affichés dans une section
spéciale du site Web du Musée, nature.ca/reno.
ASSURER QUE LE PROJET DE RENOUVELLEMENT EST
MIS EN ŒUVRE CONFORMÉMENT AUX PRINCIPES DE
LA NOUVELLE VISION.
L’ouverture de l’aile ouest a permis au Musée d’examiner les
leçons apprises et les exigences du programme fonctionnel en
vue des prochaines étapes de construction. Tous les secteurs
pertinents de l’organisation sont consultés et participent aux
plans de construction et d’exploitation pour que le projet soit
intégré aux exigences quotidiennes de fonctionnement du Musée.
MAINTENIR À L’ÉDIFICE COMMÉMORATIF UNE
PROGRAMMATION ET DES SERVICES DE BASE POUR
LES VISITEURS DURANT LE PROJET DE RÉNOVATION
POUR ASSURER QUE LE MUSÉE ET L’ÉDIFICE
COMMÉMORATIF VICTORIA DEMEURENT VISIBLES
ET QUE LA CLIENTÈLE LOCALE EST GARDÉE.
Le Musée avait projeté une diminution de fréquentation à
l’Édifice commémoratif Victoria durant cette année de
construction et de préparation à la réouverture des galeries
rénovées. Plusieurs des galeries de l’aile est ont été fermées
pour leur démantèlement et leur réinstallation dans l’aile
ouest rénové. La pierre angulaire des activités d’éducation du
public fut la présentation de l’exposition itinérante Attraction
fatale, de mai à août. Les programmes éducatifs se sont poursuivis, avec des activités interactives offertes pour contrebalancer la fermeture des galeries.
Les commentaires des visiteurs sur l’exposition et les
programmes afférents sont généralement positifs. Après le
départ d’Attraction fatale le lendemain de la fête du Travail,
le Musée a fermé ses portes pendant six semaines, jusqu’à la
réouverture de l’aile ouest en octobre. La fréquentation en
2006-2007 est supérieure de 36,3 p. cent à celle de 2005-2006,
et les revenus ont augmentés de façon significative, soit de
65,4 p. cent.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 19
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
Photo : Martin Lipman
En plus du programme d’activités dans les nouvelles galeries,
la Zone des découvertes a ouvert au 4e étage, et présente un
secteur interactif. Elle est utilisée pour les programmes
scolaires, la présentation de films HD et la programmation
publique, pour le bricolage des enfants les fins de semaine et
pour Troc nature, toujours aussi populaire.
Le Musée a offert un calendrier tournant au cinéma HD,
présentant 10 films du catalogue de CineMuse. L’auditoire
pour le théâtre a atteint 20 000 personnes cette année. À la fin
de 2006, la série de présentations spéciales pour les membres,
Club des voyageurs a été lancée.
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Les travaux de rénovation et la
nouvelle programmation pour
l’Édifice commémoratif Victoria
sont achevés dans les temps
Les phases 2 et 3 du projet
sont achevées pour assurer
l’ouverture en octobre 2006.
Les phases 4 et 5 seront
achevées au printemps
2009.
Tous les certificats d’achèvement substantiel des travaux
ont été publiés pour les phases 2 et 3 en mars 2007. Les
phases 2 et 3 fonctionnent comme prévu, sauf pour la Zone
tampon dynamique (ZTD) qui ne donne pas un rendement
optimal en raison d’une fuite qui empêche de maintenir la
pression différentielle entre la ZTD et les galeries. Le gestionnaire de construction et le consultant travaillent
à la résolution de ce problème et à corriger toutes les
petites lacunes qui subsistent dans les phases 2 et 3.
Le travail des phases 4 et 5 progresse conformément
au calendrier.
Nombre de visiteurs dans les
galeries du Musée
Conserver un niveau de
fréquentation qui tient
compte de l’impact de la
construction dans l’Édifice
commémoratif Victoria sur
les visiteurs (prévisions
pour 2006-2007 : 280 000).
Il y a eu 199 688 visites à l’Édifice commémoratif Victoria
et 1 479 à l’Édifice du patrimoine naturel.
Moyenne des parts du marché aux
musée nationaux dans la région de
la capitale nationale
15 p. cent d’ici à la fin de
2010-2011
La moyenne des parts de marché était de 6,4 p. cent.
Tableau 1 – Auditoire
2006-2007
Actuel
2005-2006
Actuel
2004-2005
Écart %
Actuel 2006-2007 vs
2005-2006
Auditoire local (après la fermeture,
durant les heures d’ouverture, ÉPN, RCN)
208 959
165 554
211 960
26,2 %
283 350
Endroits de grande fréquentation
250 000
250 000
322 800
0%
250 000
6 486 652
6 055 151
4 731 652
7,1 %
6 000 000
951 014
147 470
204 400
544,9 %
300 000
14 876
879
17 041
1592,4 %
10 000
Visites uniques au site Web
Expositions itinérantes
Achats de produits du MCN
Nombre de visites de groupes scolaires (1)
Nombre de participants aux visites de groupes scolaires (2)
Nombre de participants aux visites guidées
Nombre de participants aux ateliers scolaires
327
435
808
-24,8 %
530
13 630
18 144
33 705
-24,8 %
22 000
688
614
1 355
12,1 %
1 000
3 780
5 555
8 155
-32,0 %
5 000
Nota :
(1) Le nombre de visites de groupes scolaires pour l'exercice 2006-2007 est une estimation fondée sur la moyenne de participants par groupe en 2005-2006.
(2) Le nombre de participants aux visites de groupes scolaires comprend les visites guidées et les visites autoguidées. Ce nombre ne comprend pas les ateliers scolaires.
20
2007-2008
Projeté
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
6
MAINTENIR ET AMÉLIORER UNE INFRASTRUCTURE
EFFICACE ET EFFICIENTE POUR LES SYSTÈMES ET
LES INSTALLATIONS
OBJECTIF
L’objectif à long terme du Musée est de mettre en place des programmes d’exploitation et d’entretien pour ses édifices qui
contribuent à préserver ces biens tout au long de leur durée de vie planifiée et se conforment aux pratiques exemplaires
reconnues pour les musées. Les pratiques du Musée seront égales ou supérieures aux pratiques exemplaires pour les services
d’exploitation suivants : gestion de l’espace, stationnement, audiovisuel et autres services techniques qui s’y rattachent. La
planification annuelle sera complètement intégrée et sera le prolongement naturel du cycle de planification pluriannuel.
Une réduction du temps de planification de 50 p. cent par rapport aux niveaux de 2004-2005 sera réalisée. Le Musée aura
une infrastructure efficace et efficiente des systèmes et services de la TI. Une série de services de gestion financière et
d’activités de ressources humaines viendront appuyer ses plans opérationnels et d’affaires. Le Musée aura un programme
et des procédures intégrés d’études de marché.
ADMINISTRER LES IMMEUBLES DE FAÇON EFFICACE
ET EFFICIENTE.
En décembre 2006, le Musée a reçu 2,8 millions de dollars
du gouvernement fédéral pour les quatre prochains exercices.
Ces fonds serviront à la réparation de biens à l’Édifice du
patrimoine naturel pour corriger les risques urgents pour la
santé et la sécurité et pour l’intégrité des programmes. La
planification de projet et l’intégration du programme de quatre
ans a débuté; la construction commencera en avril 2007.
En préparation de la construction des nouvelles galeries et
de la réouverture des galeries de l’aile ouest en octobre 2006,
un programme intensif de santé et de sécurité a été mis en
place, y compris une formation complète et des inspections
du lieu de travail. Les réunions régulières sur la santé et la
sécurité ont eu lieu conformément aux directives et politiques
fédérales et ont été mises à jour pour tenir compte des révisions.
Le nombre d’incidents relatifs à la santé et à la sécurité est très
peu élevé malgré les complexités associées à l’exploitation de
l’Édifice commémoratif Victoria comme musée, endroit public
et chantier de construction.
Durant cette période, le Musée a achevé avec succès la
transition d’un important contrat imparti de fourniture des
services de protection. L’aménagement et la réouverture de l’aile
ouest rénovée de l’Édifice commémoratif Victoria a également
servi de prétexte pour l’installation de nouveaux systèmes de
contrôle d’accès et de systèmes de télévision en circuit fermé.
Des mises à niveau compatibles avec les systèmes de sécurité
de l’Édifice du patrimoine naturel ont aussi été nécessaires.
L’aile est et le centre de l’Édifice commémoratif Victoria ont
été remis au Projet de renouvellement et à ses entrepreneurs
pour le début de la construction dans ces secteurs. Les systèmes
ont été mis hors de service pour permettre une transition rapide.
ÉLABORER, MODIFIER ET CONSOLIDER LE PROCESSUS DE GESTION ET DE PLANIFICATION POUR
APPUYER LA VISION DU MUSÉE.
Récemment, le Musée a regroupé sa planification stratégique
pour la nouvelle vision, le Plan d’entreprise et le Plan d’exploitation annuel dans un cadre de planification quinquennal.
Ce cadre établit les objectifs, les priorités et les indicateurs de
rendement pour cette période de cinq ans et ajoute le processus
de planification d’affaires afin de déterminer les principaux
produits livrables et allouer les ressources. La planification
relative au Plan d’entreprise quinquennal a été lancée par le
Conseil d’administration du Musée en janvier 2007.
Plusieurs améliorations à la gouvernance de la Société
ont été apportées au cours du dernier exercice. Le Conseil
d’administration du Musée a approuvé les nouveaux mandats
de ses comités, y compris le Comité de vérification et des
finances, pour tenir compte des engagements pris en vertu de
la Loi fédérale sur la responsabilité. De plus, une politique de
gestion des risques et un cadre de travail qui englobent la
Société ont été élaborés et une nouvelle politique qui reflète
les engagements en vertu de la Loi sur la protection des
fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles a été rédigée.
Selon la Partie X de la Loi sur la gestion des finances publiques
(LGFP), le Musée canadien de la nature doit conserver le
contrôle des finances et de la gestion ainsi que les systèmes
d’information et les pratiques de gestion qui offrent l’assurance
raisonnable que ses biens sont protégés et contrôlés; ses
ressources financières, humaines et physiques sont gérées
avec économie et efficience; et ses opérations sont effectuées
efficacement. La LGFP exige aussi du Musée qu’il se soumette
à un examen spécial de ses systèmes et pratiques au moins
une fois tous les cinq ans. En 2006-2007, le Musée a participé
à un examen spécial des systèmes et des pratiques en place
pour son exploitation normale et pour le Projet de renouvellement de l’Édifice commémoratif Victoria effectué par le
Bureau du vérificateur général du Canada (BVG). Le BVG n’a
noté aucune déficience importante.
Parmi les activités de gestion des relations de travail
réalisées au cours de la dernière année, mentionnons le
règlement favorable d’une plainte en suspens entre le Musée
et l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et la
ratification d’une convention collective de trois ans entre le
Musée et l’AFPC.
Le travail se poursuit pour l’établissement d’un Plan détaillé
de gestion de la relève, qui accorde une attention particulière
sur l’identification des postes clés et met en place la formation
appropriée en leadership. Durant cette période, le Musée a
aussi entrepris un sondage auprès du personnel et un plan
d’action a été élaboré pour réagir aux résultats.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 21
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
ENTRETENIR ET AMÉLIORER LES SYSTÈMES ET
SERVICES D’INFORMATION DE GESTION DU MUSÉE.
En 2006-2007, le Musée a entrepris le développement le plus
important de son infrastructure et de ses capacités technologiques
depuis le regroupement des installations du MCN en 1996.
Ces changements ont établi le cadre pour la croissance future
de l’infrastructure de la TI du Musée.
Le Projet de renouvellement de l’Édifice commémoratif
Victoria a servi de catalyseur pour la conception et le
déploiement d’une nouvelle infrastructure technologique
totalement regroupée dans l’édifice, qui comprend des fonctions aussi diversifiées que les expositions, la programmation
éducative, les services aux visiteurs, l’accès public à Internet,
les services de sécurité, les systèmes de l’édifice et le réseau
interne de la Société.
Sept nouvelles applications logicielles importantes ont été
acquises, configurées et déployées pour répondre aux besoins
des visiteurs et du personnel : une nouvelle application pour
les réservations et les entrées, qui améliore grandement la
capacité du Musée de gérer les entrées et les réservations de
groupes, et pour les services aux visiteurs; une application de
gestion de contenu des expositions, qui gère 50 présentations
interactives audiovisuelles, permet la réorientation du contenu
des expositions et donne accès à la technologie de contrôle
sans fil au personnel d’interprétation; une application Web –
recherche et découverte – qui améliorera de beaucoup l’accès
au site Web du Musée; une application d’automatisation de
l’édifice qui gère les systèmes modernes de CVC et électriques
à l’Édifice commémoratif Victoria; deux applications de sécurité
qui gèrent le contrôle d’accès, d’entrée par effraction et autres
aspects de sécurité pour les deux bâtiments du Musée; et une
application courriel grâce à laquelle le personnel du Musée
peut prendre ses courriels à distance.
22
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photo : Martin Lipman
Le Rapport annuel 2005 sur langues officielles du Musée
a été déposé en mai et accepté par la Direction des langues
officielles (DLO) de l’Agence de gestion des ressources
humaines de la fonction publique du Canada. La DLO a
confirmé que le Musée satisfait à ses obligations en matière de
langues officielles.
L’équipe d’études de marché a contribué à un projet de
recherche collaboratif avec d’autres attractions culturelles de
la région de la capitale nationale, y compris les principaux
musées nationaux. Cette recherche pour l’établissement de
nouveaux auditoires est une analyse segmentaire détaillée
des marchés culturels et de loisirs actuels et potentiels. Les
résultats aideront le Musée à mettre en place une stratégie de
positionnement lorsque le Projet de renouvellement sera
achevé en 2010.
La nouvelle architecture de la technologie comprend une
amélioration décuplée de la connectivité intra-édifice et
externe, un réseau segmenté composé de sept LAN virtuels, une
nouvelle plateforme de commutateur de réseau, de nouveaux
serveurs et la standardisation de la plateforme actuelle de
serveur de réseau, un nouveau système amélioré de secours,
une installation complètement gérée d’alimentation sans
coupure (UPS), l’aménagement de sept nouvelles salles
de télécommunications, et le câblage d’infrastructure qui
comprend plus de 50 km de fibre optique et de câble de
catégorie 5 e . Pour ce qui est des expositions, on trouve
50 écrans tactiles interactifs, des présentations sur écran à
plasma avec ambiance sonore ainsi que des assistants
numériques personnels (PDA) sans fil, connectés par un
réseau de fibre optique à des processeurs centraux et, à un
serveur principal et à une base de données.
Parmi les autres améliorations technologiques réalisées au
cours de l’année, mentionnons la transition réussie à un nouveau
contrat d’impartition de la TI avec Cistel Technologies. Les
programmes de vidéoconférences ont été mis en œuvre avec
succès. Il y a eu aussi une amélioration importante apportée
au système de gestion de l’information des collections du
Musée, et l’achèvement de la politique de sécurité en matière
de TI ainsi que la première évaluation de menaces et de
risques pour la TI.
L’unité technique et multimédia des Services de gestion des
installations a procédé à l’installation, aux essais et la mise en
service des éléments multimédias de la Zone des découvertes
(y compris le théâtre HD) et à l’installation de la sonorisation
dans le secteur de présentation de la Galerie des fossiles. Cette
unité a aussi assuré la formation du personnel et des bénévoles.
Le registraire en chef a géré la mise à niveau du système de
gestion de l’information des collections vers une nouvelle version
de Multi MIMSY. Environ 540 000 dossiers ont été convertis.
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Coût d’exploitation et d’entretien
par mètre carré brut (voir
tableau 2)
Égaler ou surpasser
les niveaux reconnus
et acceptés de l’industrie pour les musées
78,57 $US par mètre carré pour l’Édifice du
patrimoine naturel
Intégration du processus de planification stratégique et opérationnel
Réduire de 50 p. cent
le temps de planification à la fin de
2010-2011
En 2006-2007, les données de référence ont été réunies.
Le personnel du Musée a consacré 142 jours à des activités
de planification opérationnelle et 54 jours à des activités de
planification stratégique.
Coût par utilisateur
3,99 $ par utilisateur
(incluant les utilisateurs du Web) et
18,11 $ (excluant les
utilisateurs du Web)
Le coût par utilisateur était de 3,72 $ (incluant les utilisateurs
du Web) et de 9,40 $ (excluant les utilisateurs du Web).
Surveillance du rendement
des systèmes de gestion de
l’information
Quinze normes
globales et paramètres
de rendement sont
reconnus et rapportés
sur la carte de
pointage de la TI/GI
Tous les paramètres sauf deux ont été réalisés ou surpassés.
Les exceptions (réactions à un incident) étaient légèrement
à l’extérieur des normes requises et ont été abordées par le
fournisseur de services de TI du Musée.
TABLEAU 2 :
COÛTS D’EXPLOITATION ET D’ENTRETIEN PAR MÈTRE CARRÉ BRUT
Coût/mètre carré ($US)
MCN/ÉPN*
Moyenne pour les installations
d’archivage (2006)
Bâtiments de même dimension
(2006)
Coût moyen
78,57 $
142,51 $
169,21 $
Photo : Martin Lipman
* L’Édifice commémoratif Victoria n’a pas été inclus dans les références de cette année en raison des conséquences du projet de rénovation, qui ne reflètent pas les coûts en
situation normale d’exploitation.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 23
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
A U X
O B J E C T I F S
7
OBJECTIF
AUGMENTER LES REVENUS AUTOGÉNÉRÉS DU MUSÉE
Les objectifs de la campagne Partenariats naturels seront atteints. Des plans seront élaborés pour l’intégration complète de
la campagne dans un programme continu de financement et de développement. Le Musée aura un budget pour les
coûts fixes d’infrastructure qui permettra des investissements prudents et une mise en œuvre bien gérée de son Plan
d’investissement à long terme.
La campagne régionale, qui cible les particuliers et les
entreprises de la région de la capitale nationale, a trouvé
son rythme en 2006-2007. Des fonds ont été reçus pour
appuyer les éléments des nouvelles galeries des mammifères
et des oiseaux ainsi que d’autres projets éducatifs et, plus
particulièrement, un programme de vidéoconférences. Le
public a été invité à y participer par le programme Adoptez
un oiseau, qui a débuté en août 2006. De plus, un programme
de mécènes a été élaboré pour les entreprises et les organismes régionaux.
DÉVELOPPER ET METTRE EN PLACE DES STRATÉGIES
POUR GÉNÉRER DES REVENUS S’ÉTENDANT À TOUS
LES SECTEURS D’ACTIVITÉ DU MUSÉE.
Le nombre de foyers membres atteignait 1 910 en date du
31 mars 2007, une augmentation de 53 p. cent par rapport
aux 1 247 foyers membres l’année dernière. La plus grande
partie de cette augmentation est attribuée à une stratégie
Photo : Martin Lipman
ÉTABLIR UNE BASE SOLIDE DE SOUTIEN PHILANTHROPIQUE POUR LE MUSÉE EN OBTENANT DES
DONS AINSI QUE DES COMMANDITES PRIVÉES ET
PUBLIQUES ET EN CONCLUANT DES PARTENARIATS
ET DES ALLIANCES.
La campagne Partenariats naturels progresse avec un plan révisé
sous la gouverne d’une nouvelle directrice de campagne.
Le total des promesses de dons au 31 mars 2007 est de
7 072 500 $, soit 71 p. cent de la cible de 10 millions de
dollars pour la phase 1.
La campagne nationale continue sa recherche de contributeurs
potentiels ou de commanditaires pour nommer la Galerie de
l’eau, le Centre des découvertes et la Galerie de l’être humain.
Le Musée a célébré la contribution de deux millions de dollars
de Talisman Energy Inc. à l’occasion de l’ouverture de la
Galerie des fossiles Talisman Energy en octobre 2006. Cette
commandite est la plus importante au Musée et, en réalité, à
un musée national.
Jim Buckee, président-directeur général de Talisman Energy Inc. célèbre la contribution de 2 millions de dollars à la nouvelle Galerie des fossiles
Talisman Energy avec la coprésidente de la campagne Partenariats naturels, Mme Claudia Chowaniec.
24
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
R E N D E M E N T
P A R
R A P P O R T
d’adhésion révisée qui offrait de nouveaux avantages coïncidant avec l’ouverture de l’aile ouest en octobre 2006. Pour
cette raison, les revenus d’adhésions ont surpassé le montant
ciblé pour l’année.
Les revenus des opérations commerciales au Musée ont
augmenté de 93 p. cent, atteignant 329 000 $ suite à la réouverture de l’aile ouest rénovée en octobre 2006. De plus, le
Musée continue de générer des revenus d’autres sources et
produits, y compris un programme important de publications.
Sea Monsters, un livre jeunesse par le paléontologue Steve
Cumbaa a paru en mars 2007, en collaboration avec Kids
Can Press. Le travail se poursuit relativement à plusieurs
autres publications par le personnel du Musée, y compris
Guide to Canadian Mammals. Un jalon important a été atteint
avec la présentation du manuscrit et des photos de Beginners’
Guide to Rocks and Minerals. Les négociations en vue de la
réédition de titres populaires comme The Bug Book and Bottle
ont porté fruits et l’éditeur est très intéressé.
Plusieurs ententes de licences ont été entérinées durant
cette période. Le marketing et le travail promotionnel du
réseau ont donné lieu à un nouveau contrat avec le Flint
RiverQuarium en Géorgie, notamment. Sept membres de
A U X
O B J E C T I F S
CinéMuse ont renouvelé leur adhésion et cinq nouveaux
membres à plein temps se sont joints au réseau. L’expansion
a lieu principalement aux États-Unis. En 2006-2007, la
valeur totale des contrats américains était de 396 600 $US et
celle des contrats canadiens atteignait 70 750 $. Les fonds
seront reçus conformément aux modalités des contrats.
RECHERCHER DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT
AUPRÈS DU GOUVERNEMENT CANADIEN POUR L’EXPLOITATION DES INSTALLATIONS ET LES DÉPENSES
EN IMMOBILISATION.
Le Musée a accueilli l’attribution récente de 2,8 millions de
dollars du gouvernement du Canada pour la réparation de
biens et d’équipement afin de diminuer les risques urgents en
matière de santé et de sécurité pour notre édifice de recherche
et de collections, l’Édifice du patrimoine naturel, à Gatineau
au Québec. Néanmoins, on doit immédiatement trouver une
solution à long terme au manque à gagner toujours grandissant,
pour payer les dépenses d’exploitation des deux bâtiments du
Musée. Le Musée continue de travailler avec le gouvernement
du Canada à l’achèvement du cadre de financement pour les
musées nationaux.
INDICATEURS DE RENDEMENT
CIBLES
RÉALISATIONS
Résultats des collectes de fonds
1 875 000 $
1 707 000 $
Résultats des activités génératrices
de revenus
1 299 000 $
2 193 000 $
Revenu brut par visiteur
3,23 $ par visiteur en
2006-2007 et 4,14 $
d’ici à 2010-2011
4,45 $ par visiteur en 2006-2007
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 25
LES GENS
D U M U S É E C A N A D I E N D E L A N AT U R E
26
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photos : (haut) Peter Frank, (gauche et droite) Martin Lipman, (centre) Musées nationaux du Canada
L E S
G E N S
CONSEIL D’ADMINISTRATION
Le Conseil d’administration est l’organisme dirigeant, responsable devant le Parlement par l’intermédiaire de la ministre
du Patrimoine canadien et de la Condition féminine. Les 11 membres du Conseil sont nommés par décret et viennent de
toutes les régions du pays. Le Conseil fixe les orientations du Musée et confie sa gestion à la présidente au moyen de divers
mécanismes de responsabilisation, de politiques stratégiques et de cadres de planification. En 2006-2007, le Conseil s’est
réuni quatre fois et a eu quatre conférences téléphoniques spéciales. Vingt et une réunions des comités du Conseil ont eu
lieu soit en présence de membres de ces comités, soit par conférences téléphoniques.
COMITÉS PERMANENTS
Comité exécutif
R. Kenneth Armstrong
président
Mandat : Il incombe au Comité exécutif de se tenir au courant des
activités du Conseil d’administration et de ses comités permanents
et d’effectuer l’examen annuel du rendement du président-directeurgénéral. Entre les réunions, le Comité exécutif agit au nom du
Conseil d’administration, conformément à la politique du Conseil.
Comité de la vérification et des finances
Johanne Bouchard
présidente
Mandat : Le Comité de la vérification et des finances doit superviser
les normes du Musée canadien de la nature en matière d’intégrité et
de bonne conduite, l’intégrité et la crédibilité des rapports financiers
du Musée canadien de la nature ainsi que les pratiques et les systèmes
de contrôle interne.
Comité des relations communautaires et gouvernementales
Roy H. Piovesana
président
Mandat : Le Comité des relations communautaires et gouvernementales
est chargé d’accroître et de maintenir le rayonnement du Musée canadien
de la nature partout au pays, de faire connaître ses services et ses
réalisations et de définir une stratégie pour appuyer les initiatives
qu’il prend en vue de produire des recettes.
Comité de sélection
R. Kenneth Armstrong
président
Mandat : Il incombe au Comité de sélection d’évaluer et de former les
membres du Conseil d’administration, et de faire les recommandations
en vue de la nomination ou du renouvellement du mandat de membres
du Conseil, conformément aux procédures de mises en nomination du
Conseil du Trésor pour les sociétés d’État.
Comité plénier
R. Kenneth Armstrong
président
Mandat : Le comité plénier a été mis sur pied dans le but de fournir à
tous les membres du Conseil d’administration l’occasion de participer
aux présentations, aux discussions et aux prises de décision relatives
au Projet de renouvellement de l’Édifice commémoratif Victoria.
CONSEIL
D’ADMINISTRATION
MEMBRES DE
LA GESTION
R. Kenneth Armstrong, O.M.C.
président, Peterborough (Ontario)
Roger Baird
directeur,
Services des collections
Vacant
Vice-président
Johanne Bouchard
Magog (Québec)
Charmaine Crooks
North Vancouver
(Colombie-Britannique)
(jusqu’au) 27 juin 2006)
Martin Joanisse
Gatineau (Québec)
(à compter du 27 juin 2006)
Teresa MacNeil, O.C.
Johnstown (Nouvelle-Écosse)
Melody McLeod
Yellowknife
(Territoires du Nord-Ouest)
Chris Nelson
Ottawa (Ontario)
(à compter du 15 septembre 2006)
Roy H. Piovesana
Thunder Bay (Ontario)
Mark Graham
directeur,
Services de recherche
Mary Ellen Herbert
gestionnaire,
Services communautaires
Denyse Jomphe
directrice,
Services de gestion
des ressources humaines
Lynne Ladouceur
directrice,
Services de gestion financière
Marc Chrétien
gestionnaire,
Services de gestion des
installations
Elizabeth McCrea
gestionnaire,
Services de communications
Harold Robinson
Edmonton (Alberta)
Kimberly Curran
directrice,
Campagne Partenariats naturels
Henry Tom
Vancouver (Colombie-Britannique)
(à compter du 27 juin 2006)
Monty Reid
gestionnaire,
Services d’expositions
Anne Wallace, c.r.
Saskatoon (Saskatchewan)
Maria Sojem
directrice de projet,
Projet de renouvellement
de l’ÉCV
Irene Byrne
Secrétaire de la Société
MEMBRE EXÉCUTIFS
Joanne DiCosimo
présidente-directrice générale
Maureen Dougan
vice-présidente, Services corporatifs
et chef de l’exploitation
M U S É E
C A N A D I E N
Greg Smith
gestionnaire,
Services de technologie de
l’information et de la bibliothèque
Bruce Williams
gestionnaire,
Services de l’information
D E
L A
N A T U R E
| 27
L E S
G E N S
PERSONNEL
La liste suivante inclut toutes les personnes qui ont contribué au succès du Musé en 2006-2007.
Annick Deblois
Marc Diotte
Crystal Emst
Cindy Fedoryk
Elizabeth Fortin
Julie Gardner
Laetitia Habimana
Services des collections Kristen Hayes
Mary Ellen Herbert
Roger Baird
Cynthia Iburg
Micheline BeaulieuMireille Khacho
Bouchard
John Kubicek
Luci Cipera
Annie Langlois
Wilda Corcoran
Caroline Larocque
Jennifer Doubt
Guy Larocque
Margaret Feuerstack
Marie Lasnier
Jean-Marc Gagnon
Doris Launier
François Génier
Bethan Lawson
Michel Gosselin
Eric Lizotte
Marie-Hélène Hubert
Claire Barbara Macarthur
Clayton Kennedy
Diane Mongrain
Kamal Khidas
Marie Noland
Marcie Kwidt
Lyanne Payette
Sylvie Laframboise
Diane Picard
Carolyn Leckie
Gabriel Potvin
Garnet Muething
Gilles Proulx
Michel Picard
Julien Racette
Judith Price
Johanne Robin
Kieran Shepherd
Nathalie Rodrigue
Laura Smyk
Michaela Roenspies
Michèle Steigerwald
Jacky Rollin
Robert Waller
Louis-René Sénéchal
Pak Yau Wong
Randi Shulman
Dan Simard
Services
Samantha Somers
communautaires
Suzanne Allyson-Morello Stephanie Tak
Dahlia Tanasoiu
Luc Barbe
Cory Batenchuk
Services des
Nathalie Benoit
communications
Kate Beresford
Debra Beattie
Hannah Bernatchez
Agnès Chartrand
Anik Boileau
Valérie Collins
Mara Bousse
Marissa Croteau
Anthony Braganza
Lucille Fournier
Sara Burton
Caroline Genet
Danielle Caissie
Elizabeth McCrea
Nicolas Campione
Davina Pearl
Christina Carnovale
Daniel Smythe
Nathalie Carter
Laura Sutin
Nathalie Cellard
Tara Conroy
Services de
John Constantinesco
développement
Anne-Marie Côté
et de levée de fonds
Jason Coyle
Denise Champagne
Sara Cowell
Kimberley Curran
Nancy Dahab
Direction générale
Irene Byrne
Joanne DiCosimo
Maureen Dougan
Carole LeBlond
Louise Winter
28
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Sara D’Arcy
Mélanie Gaudet-LeBlanc
Cécile Julien
Risë Paquette
Josée Quenneville
Susan Swan
Services d’exposition
Stuart Baatnes
Matthew Bruce
Carol Campbell
Jacek Czapiewski
Don Dingwall
Charles Diotte
Dominique Dufour
Joseph Dullemond
Nicole Dupuis
Jonathan Ferrabee
Gerben Gazendam
Rachel Gervais
Martin Laforest
Caroline Lanthier
Robert Leuenberger
Diette MacDonald
Alan McDonald
Michael Miller
Marie-Claire Payette
Monty Reid
Leo Saccu
Mary Rose Saccu
Christiane Saumur
Joanne Sparks
Annie Thérien
Carol Thiessen
Stacey Eliza Tidman
Jennifer Walker
Services de gestion
financière
Tony Badmus
France Fabien
Diane Faucher
Max Joly
Lynne Ladouceur
Thérèse Mitrow
Liane Monette
Lise Rochon
Jacynthe Roy
Annie St-Jean
Services de gestion
des installations
Marc Chrétien
Darrell Daniels
André Fortier
Heather Hutt
Mario Lacasse
Lucie Lanctôt
Martin Leclerc
Nelson Mercier
Manon Miller
Patrick Minns
Michael Monty
Jacques Plante
Laura Rhodes
Services de gestion des
ressources humaines
Louisa Bouchard
Katherine Day
Kim de Grandpré
Roger Demers
Denyse Jomphe
Antoinette Martin
Suzanne Sauvé
Lucille Thomas
Mark Graham
Joel Grice
Paul Hamilton
Ed Hendrycks
Jean Lauriault
Michelle LeBlanc
Jacqueline Madill
André Martel
Alison Murray
Donna Naughton
Paula Piilonen
Glenn Poirier
Michel Poulin
Claude Renaud
Katja Rodriquez
Ralph Rowe
Natalia Rybczynski
Jeffery Saarela
Julian Starr
Kathlyn Stewart
Xiao-Chun Wu
Services d’information
Rachelle Bergen
Paul Bloskie
Nancy Boase
Anne-Marie Botman
Francine Bouvier-Goodman
Steven Russel Brooks
Fiona Currie
Peter Frank
Richard Martin
Jennifer Lee Mason
Nicole Paquette
Pierre Poirier
Kathleen Quinn
Lorna Sierolawski
Alexander Tirabasso
Bruce Williams
Services de recherche
Noel Alfonso
Robert Anderson
Lory Beaudoin
Alain S. Bélanger
Anne Breau
Roger Bull
Brian W. Coad
Kathleen Conlan
Laurie Consaul
Stephen Cumbaa
Hugh Danks
Richard Day
Catherine Dumouchel
Scott Ercit
Lynn Gillespie
Susan Goods
Services de technologie
de l’information et
de bibliothèque
Andrée Bisson
Chantal Dussault
Myriam Lacasse
France Roy
Greg Smith
Patrice Stevenson
Ted Sypniewski
Luc Villeneuve
Michael Wayne
James Wilkinson
Projet de renouvellement
de l’ÉCV
Ronald Christoffer
Joanne Desnoyers
Christian Dowd
Franziska Dubach
Dylan Durst
Shauna Guillemin
Samia Messaoudi
Sophie Poirier
Maria Somjen
Jim Tse
Katelyn Wurts
L E S
G E N S
BÉNÉVOLES
Les bénévoles continuent de jouer un rôle important au Musée canadien de la nature. Leur aide, leur enthousiasme et
leurs innombrables heures de dévouement sont grandement appréciés. Cette année, 214 bénévoles ont contribué plus de
9 000 heures de service.
Victor Adomaitis
Kieran Alfonso-Moore
Joseph Anderson
Melba Angell,
Cheyenne Arrowsmith
Lorne Atchison
Kelley Baker
Renée Beaton
Emily Beckett
Raymond Bedard
Philippe Belley
Alyssa Berris
Nancy Binnie
Marc-André Blais
Irène Boucher
Mara Bouse
Colin Bowen
Pat Bowen
Emilie Bradley
Carole Brown
Don Brown
Heather Brown
Shannon Brown
Qun (John) Cao
Annie Carbonneau
Laurence Carbonneau
Christina Carnovale
Daniela Charry-Chavez
Harold Chase
Anne Christians
Michelle Cole
Christiane Cooper
Dale Crichton
Kate Crump
Francine Danis
Guillaume de Brouwer
Anthony Denton
Gretchen Denton
Lindsay Derraugh
Mireille Deussing
Catherine Dib
Anita Do
Megan Doherty
Chrissy Dohonick
Frank Dyson
Colin Eades
Sheila Edwards
Carole El-Hage
Lauren Ellis
Sarah Feldberg
Amélie Ferron-Craig
Kelly Firth
Paulene Foster
Fred Fu
Andy Fytche
Suzanne Galipeau
Jamie Gardiner
Michèle Gauthier
Huguette Gavrel
Trix Geary
Carol German
Audrey Giguère-Marchal
Valerie Gleeson
Emily Gomez
Amy Gordon
Ashley Graham
Odene Grant
Virginia Grant
Lynne Green
Kelly Gregoire
Tabitha Grove
Ashley Hale
Liza Hamilton
Adeline Hardie
Gail Harington
Mary Helis
Tracy Hu
April Hurst
Danielle James
André Jauvin
Wendy Jermyn
Yanyuan (Yan) Jing
Melissa Juergensen
Sol Kaiman
Lynn Kaplansky
Ruth Koch-Schulte
Michael Korenyi
Gulsum Korkmaz
Kessi Koulaev
Pavel Koulaev
Jacqueline Lafontaine
Émilie Lagacé
Marc Lalande
Julie Lam
Mimi Lam
Anne Lapèlerie
Conrad Lapensée
Celeste Larocque
Josée Lavoie
Melanie LeDain
Connie Lee
Joanne Lee
Judy Leeson
Atma Lemieux
Diane Lemieux
Hao Li
Huay Li
Jennifer Li
Linxi Li
Minjun Li
Shari Li
Barbara Liddy
Monika Lieberenz
Kathleen Liver
Travis Lo
Jessie Luo
Nicole Lupien
Catherine Luxton
Mouy Hong Ly
Mollie MacCormac
Brennan Maloney
Pat Martin
Philip Martin
Victoria Martin
Evelyn Mayerlen
Jan Mayes
Christine McClelland
Amanda McDonald
Bradley McFeeters
George McIlhinney
Elizabeth McMillan
Ken McMillan
M U S É E
Katherine Sepahi
Naman Sharma
Yuhao Shi
Zheng Shi
Jessica Situ
Julie Situ
Shuhua Situ
Jennifer Small
Chelsea Smith
Joni Smith
Kristen Soo
Josée St Hilaire
Clare Stone
Nadine Strauss
Kelly (Yang Yang) Sun
Lara (Shi Meng) Sun
Bruna Swab
Ted Tozer
Michael Tran
Tasha Tremblay
Jean-Simon TremblayRacette
Kathy Tsui
Megan Turner McMillan
Clare Wang
Sylvia (Tong) Wang
Benjamin Waters
Winfried Weiler
Celeste Wilkins
Geneviève Wilson
Kelly Wilson
Paul Wise
Roy Wood
Elizabeth Woodbury
Danielle Wright
Yuchen Wu
Kathy Xu
Jane Zhao
Chen Zhu
Jane Merlin
Travis Mitchell
Farhiyo Moallin
Tusmo Mohamed
Daniel Mooney
David Moore
Sarah Mortensen
Andrew Moss
Isabel Muir
Judith Murillo
Kirusha Naidu
Arlene Neilson
Dione Ng
Nishu Nishu
Joanna Northover
Michelle Nugent
Sierra Palaniyandi
Michel Paradis
Yvette Paskovich
Ekaterina Pasnak
Dawn Paszkowski
Jennifer Paterson
Dale Patten
Emma Peacocke
Frances Pearl
Amélie Picard
Lucy Poley
Donald Potts
Brigitte Potvin
Pauline Poulin
Yannan Qiu
Joyce Quince
Barry Read
Kathryn Robideau
Liz Ross
Susan Ross
Joan Rowed
Yvon Roy
Susan Rust
Kamil Safarli
Forbin Saturne
Beverly Sawchuk
Lisa Schur
Ruth Secunda
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 29
Photos : Martin Lipman (haut, gauche et droite), Archives nationales du Canada (centre).
C O M M U N I C AT I O N D E S R E S U LTA N T S
DE LA RECHERCHE
30
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
C O M M U N I C AT I O N D E S R É S U LTAT S D E L A R E C H E R C H E
PERSONNEL DES SERVICES DE COLLECTIONS ET DE RECHERCHE
Le personnel du Musée a publié 34 articles dans des revues à comité de lecture anonyme – tous les articles présentés sont
examinés par d’autres scientifiques avant d’être acceptés pour publication – et 28 dans des revues populaires, 11 rapports
et autres articles. Une liste complète suit (les personnes dont le nom apparaît en caractères gras sont membres du personnel) :
Les publications suivantes sont classées selon la langue dans laquelle elles ont été rédigées.
PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES REVUES
PAR UN COMITÉ DE LECTURE
Aiken, S.G. 2007. Arctagrostis. Pp. 676-678 In M.E. Barkworth,
K.M. Capels, S. Long, L.K. Anderton and M.B. Piep, eds., Magnoliophyta:
Commelinidae (in part): Poaceae, part 1. Flora of North America North
of Mexico, vol. 24. Oxford University Press, New York. 911 p.
Zeran, R.M., R.S. Anderson and T.A. Wheeler. 2007. Biodiversity
of fungivorous beetles (Coleoptera) in managed and “old-growth”
hemlock-hardwood forests in southeastern Ontario. The Canadian
Entomologist, 139:118-130.
Majka, C.G., R.S. Anderson and E. Georgeson. 2007. Introduced
Apionidae and Brentidae (Coleoptera: Curculionoidea) in the maritime
provinces of Canada. Proceedings of the Entomological Society of
Washington, 109:66-74.
Marvaldi, A.E., C.H.C. Lyal, R.G. Oberprieler, T. Bradbury and
R.S. Anderson. 2006. Phylogeny of the Oxycoryninae s. l.
(Coleoptera: Belidae) and evolution of host-plant associations.
Invertebrate Taxonomy, 20:447-476.
Anderson, R.S. and S.B. Peck. 2006. Curculionidae (+ Platypodinae
and Scolytinae) – The Weevils. Pp. 254-280. In, S.B. Peck, ed., The
Beetles of the Galapagos Islands, Ecuador; Evolution, Ecology and
Diversity (Insecta: Coleoptera). NRC Research Press, 314 p.
Zeran, R.M., R.S. Anderson and T.A. Wheeler. 2006. Sap beetles
(Coleoptera: Nitidulidae) in managed and “old-growth” forests
in south-eastern Ontario, Canada. The Canadian Entomologist,
138:123-137.
Hrbek, T., Y. Keivany and B.W. Coad. 2006. New species of Aphanius
(Teleostei, Cyprinodontidae) from Isfahan Province of Iran and a
reanalysis of other Iranian species. Copeia, 2:244-255.
Coad, B.W. 2006. Endemicity in the freshwater fishes of Iran. Iranian
Journal of Animal Biosystematics, 1:1-13.
Barnes, D.K.A. and K.E. Conlan. 2007. Disturbance, colonization
and development of Antarctic benthic communities. Philosophical
Transactions of the Royal Society of London, B362:11-38.
Conlan, K.E., G.H. Rau and R.G. Kvitek. 2006.δ13C andδ15N shifts
in benthic invertebrates exposed to sewage from McMurdo Station,
Antarctica. Marine Pollution Bulletin, 52:1695-1707.
Consaul, L.L. and S.G. Aiken. 2007. Phippsia. Pp. 478-480 In
M.E. Barkworth, K.M. Capels, S. Long, L.K. Anderton, and M.B. Piep,
eds., Magnoliophyta: Commelinidae (in part): Poaceae, part 1. Flora of
North America North of Mexico, vol. 24. Oxford University Press,
New York. 911 p.
Davis, J.I. and L.L. Consaul. 2007. Puccinellia. Pp. 459-477 In
M.E. Barkworth, K.M. Capels, S. Long, L.K. Anderton, and M.B. Piep,
eds., Magnoliophyta: Commelinidae (in part): Poaceae, part 1. Flora of
North America North of Mexico, vol. 24. Oxford University Press,
New York. 911 p.
Consaul, L.L., L.J. Gillespie and K.I. MacInnes. 2005 [published in
2007]. Addition to the Flora of Canada? A specimen from the Arctic
Archipelago, Northwest Territories links two allopatric species of alkali
grass (Puccinellia). Canadian Field-Naturalist, 119(4):497-506.
Cumbaa, S.L., C. Schröder-Adams, R.G. Day and A.J. Phillips. 2006.
Cenomanian bonebed faunas from the northeastern margin, Western
Interior Seaway, Canada. In S.G. Lucas and R.M. Sullivan, eds., Late
Cretaceous Vertebrates from the Western Interior. New Mexico Museum
of Natural History & Science Bulletin, 35:139-155.
Shimada, K., S.L. Cumbaa and D. Van Rooyen. 2006. Caudal fin
skeleton of the Late Cretaceous lamniform shark, Cretoxyrhina mantelli,
from the Niobrara Chalk of Kansas. In S.G. Lucas and R.M. Sullivan,
eds., Late Cretaceous Vertebrates from the Western Interior. New
Mexico Museum of Natural History and Science Bulletin, 35:185-192.
Danks, H.V. 2006. Short life cycles in insects and mites. The Canadian
Entomologist, 138(4):407–463.
Danks, H.V. 2007. The elements of seasonal adaptations in insects.
The Canadian Entomologist, 139(1):1–44.
Belt, S.T., G. Massé, S.J. Rowland, M. Poulin, C. Michel and B. Leblanc.
2007. A novel chemical fossil of palaeo sea ice: IP25. Organic
Geochemistry, 38:16-27.
Grice, J.D., M. Leblanc and V. Maisonneuve. 2007. Natural and
synthetic fluoride carbonates. Chemical Reviews, 107:114-132.
Grice, J.D., R.A. Gault, R. Rowe and O. Johnsen. 2006.
Qaqarssukite-(Ce), a new barium-cerium-fluorcarbonate mineral
species from Qaqarssuk, Greenland. Canadian Mineralogist, 44-1137-1146.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 31
C O M M U N I C AT I O N D E S R É S U LTAT S D E L A R E C H E R C H E
Roy, R., G. Paterson, P.B. Hamilton, D.D. Heath and G.D. Haffner.
2007. Resource-based adaptive divergence in the freshwater fish
Telmatherina from Lake Matano, Indonesia. Molecular Ecology, 16:35-48.
Kingsley, M., F.R. Pick and P.B. Hamilton. 2006. Periphyton biomass
and composition of British Columbia salmonid rivers in relation to
nutrient and discharge levels. Archive für Hydrobiologie, 29:1389-1398.
Siver, P.A.S., E.A. Morales, B. Van de Vijver, M. Smits, P.B. Hamilton
and H. Lange-Bertalot. 2006. Observations on Fragilaria longifusiformis
comb. nov. et nom. nov. (Bacillariophyceae), a widespread planktic
diatom documented from North America and Europe. Phycological
Research, 54:183-192.
Bramburger, A.J., P.B. Hamilton, P.E. Hehanussa and G.D. Haffner.
2006. A revision of taxa within the genus Surirella from the Malili
Lakes, Sulawesi Island, Indonesia, with descriptions of 11 new species.
Diatom Research, 21:1-56.
Hamilton. P.B. and J. Weckström. 2006. Nitzschia toskalensis sp. nov.
a new diatom from the sediments of Toskaljavri, northwestern Finland.
Advances in Phycological Studies: Festschrift in Honour of Prof. Dobrina
Temniskova-Topalova. Pensoft Publishers, p. 97-109.
Chételat, J., F.R. Pick and P.B. Hamilton. 2006. Potamoplankton
size structure and taxonomic composition: influence of river size and
nutrient concentrations. Limnology and Oceanography, 51:681-689.
Siver, P.A.S., P.B. Hamilton and E.A. Morales. 2006. Two new planktic
species of Eunotia (Bacillariophyceae) from freshwater waterbodies in
North Carolina, U.S.A. Algological Studies, 119:1-16.
Martel, A.L., I. Picard, N. Binnie, B. Sawchuk, J. Madill and
F.W. Schueler. 2006. The rare Olive Hickorynut mussel, Obovaria
olivaria, in the Ottawa River, Eastern Canada. Tentacle, 14:30-31.
http://www.hawaii.edu/cowielab/Tentacle/Tentacle%2014%20
(Cowie%202005).pdf.
Martel, A.L., J.B. Madill and F.W. Schueler. 2006. Apparent refugia
of native freshwater mussels in the upper Rideau River threatened by
increased Dreissena 15 years after its introduction. Tentacle, 14:31-32.
http://www.hawaii.edu/cowielab/Tentacle/Tentacle%2014%20
(Cowie%202005).pdf.
Johnson, M.C., M. Poulin and M. Graham. 2006. Rumo a uma
abordagem integrada da conservação e uso sustentável da biodiversidade:
lições aprendidas a partir do Projeto da Biodiversidade do Rio Rideau.
Revista Discente Expressões Geográficas. Florianópolis, 2:99-144.
Rybczynski, N. 2007. Castorid phylogenetics: Implications for
the evolution of tree exploitation in beavers. Journal of Mammalian
Evolution, 14:1-35.
Ballantyne, A.P., N. Rybczynski, P. Baker, C.R. Harington and D.
White. 2006. Pliocene Arctic temperature constraints from the growth
rings and isotopic composition of fossil larch wood. Palaeogeography,
Palaeoclimatology, Palaeoecology, 242(3,4):188-200.
PUBLICATIONS DANS DES REVUES GRAND
PUBLIC ET TECHNIQUES
Lapierre, K. and B.W. Coad. 2006. Review of “Fishes of the Great
Lakes Region Revised Edition” by C.L. Hubbs and K. F. Lagler. Revised
by G.R. Smith. 2004. The University of Michigan Press, Ann Arbor,
Michigan, USA. xvii + 276 pages. Canadian Field-Naturalist,
119(2):301-302.
Coad B.W. and T.T. Nalbant. 2006. On the systematic position of
the recently described genus and species Ilamnemacheilus longipinnis
from Iran (Pisces: Ostariophysi: Nemacheilidae). 3rd International
Conference Loaches of the Genus Cobitis and Related Genera. Biology,
Systematics, Genetics, Distribution, Ecology, Conservation. Sibenik,
Croatia, 24-29.
Phillips, A. and S.L. Cumbaa. 2006. [Abstract]. Where dead fish
end up: a case study in Late Cretaceous bioaccumulation. Pp. 30-31
In V. Millien, ed., Canadian Palaeontology Conference Proceedings
No. 4. Proceedings of the 16th Canadian Palaeontology Conference,
Oct. 13-16, Redpath Museum, McGill University, Montréal, Québec.
Danks, H.V. (ed.). 2006. Newsletter of the Biological Survey of Canada,
(Terrestrial Arthropods), 25(2):37–69.
Danks, H.V. 2006. Biological Survey of Canada (Terrestrial
Arthropods): Survey Report. Bulletin of the Entomological Society
of Canada, 38(3):112-115.
Danks, H.V. (ed.) 2007. Newsletter of the Biological Survey of Canada,
(Terrestrial Arthropods), 26(1):1–34.
Gosselin, M. 2006. Le premier guide du 21e siècle. QuébecOiseaux,
17(4):36-37.
Grice, J. 2006. Past Presidents’ Medal acceptance speech. Canadian
Mineralogist, 44:1571-1576.
Martel, A.L. and D.F. McAlpine. 2007. Assessing the conservation
status of the Eastern Pearlshell, Margaritifera margaritifera (Linneus,
1758), in Canada: the need to examine recruitment success among
rivers. Tentacle-IUCN Newsletter, Species Survival Commission,
Mollusc Specialist Group, 15:18-19.
Martel, A.L. 2006. Freshwater Mussel Fauna of the Ottawa River.
Ecology and Impacts, 1:24.
Martel, A.L. 2006. Zebra Mussels – Invasive Species in the Watershed.
Ecology and Impacts, 1:65.
Martel, A.L. 2006. The happy life of a freshwater mussel. Fitzroy
Provincial Park. Ontario Parks, p. 2.
Murray, A.M., S.L. Cumbaa, M. Hay and G. Plint. 2006. [Abstract].
A new paraclupeid fish (Clupeomorpha, Ellimichthyiformes) from the
Middle Cenomanian Dunvegan Formation, Alberta, Canada. Journal of
Vertebrate Paleontology, 26(3):104A.
Saarela, J.M., H.S. Rai, J.A. Doyle, P.K. Endress, S. Mathews, A.D.
Marchant, B.G. Briggs and S.W. Graham. 2007. Hydatellaceae identified
as a new branch near the base of the angiosperm phylogenetic tree.
Nature, 446:312–315.
Massé, G., S.T. Belt, S.J. Rowland, M. Poulin, M. Sicre and C. Michel.
2006. [Abstract]. Novel highly branched isoprenoid biomarkers as
indicators of sea-ice diatoms: implications for historical sea-ice records
and future predictions. Eos Trans. AGU 87(52), Fall Meet. Suppl.,
PP21A:1663.
Li, C., X.-c. Wu, Y.-n. Cheng, T. Sato and L. Wang. 2006. An unusual
archosaur from the marine Triassic of China. Naturwissenschaften,
93(4):200-206.
Poulin, M., G. Massé, S. Belt, S.J. Rowland, C. Michel and B. LeBlanc.
2006. [Abstract]. IP25, a new proxy from diatoms for historical sea-ice
variations. 19th International Diatom Symposium: 124.
32
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
C O M M U N I C AT I O N D E S R É S U LTAT S D E L A R E C H E R C H E
Poulin, M., M. Starr, D. Johns, L. Bérard-Therriault, M. Edwards,
P.C. Reid, and S. Roy. 2006. [Abstract]. An absence of 0.8 Ma of the
diatom Neodenticula seminae in the NW Atlantic: a consequence of
recent changes in the Arctic? 19th International Diatom Symposium: 125.
Conlan, K.E., A. Aitken, E. Hendrycks and C. McClelland. 2006.
Rich benthos on the Beaufort shelf: a wealth of biodiversity and
abundance for top predators. Canadian Arctic Shelf Exchange Study
2005/2006 General Meeting, Feb. 13-16.
Róz̊ańska, M., M. Poulin, M. Gosselin and J.M. Wiktor. 2006.
[Abstract]. Influence of the environmental factors on the species
composition and development of bottom ice algal assemblages in the
Western Canadian Arctic. 19th International Diatom Symposium: 129.
Cumbaa, S. 2007. Sea Monsters. A Canadian Museum of Nature Book.
Kids Can Press, Toronto. 40 pp.
Poulin, M. 2006. Ice aboriginals. Science, First Hand 5(10):25, 47.
Poulin, M. 2006. Ле
до
выеа
бориг
ены. На
ук
а,ц
зпе
р
выхр
ук
4(10):43, 65.
Poulin, M. 2006. Phytoplankton and primary production. Rapport de
fin de mission de la seconde expedition du programme de recherche
ArcticNet, NGCC Amundsen, 3 p.
15th
Poulin, M. 2006. ArcticNet Expedition Logbook, Oct.
2006 –
Phytoplankton and primary production. http://www.arcticnet-ulaval.ca/
index.php?fa=ResearchHome.showThemeProjects&theme=15&year=20
06&month=10&day=15.
Poulin, M., C. Riaux-Gobin, P. Compère and M. Simard. 2006. [Abstract].
Le genre Entomoneis à Terre Adélie, Antarctique dans: Actes du 23ème
Colloque de l’Association des Diatomistes de Langue Française, 14-16
sep. 2004, Orléans, France. Symbioses, nouvelle série, 14:51.
Rybczynski, N. 2006. [Abstract]. Distinctive characteristics of subfossil
mammal burrows. Journal of Vertebrate Paleontology, 26(3):111A.
Rybczynski, N., A. Tirabasso, R. Cutherbertson and C. Holliday.
2006. [Abstract]. A 3D animation model of Edmontosaurus skull for
testing chewing hypotheses. Vertebrate Paleontology, 26(3):111A.
Stewart, K.M. 2006. [Abstract]. Fish, shellfish and fuelling the
hominin brain. American Association for the Advancement of Science
Annual Conference.
Stewart, K.M. 2006. Editor’s Note. Canadian Zooarchaeology, 24:1.
Danks, H.V., S.M. Smith and A.L. Brûlé-Babel. 2006. Report of the
Graduate Program Review Team for the Department of Entomology,
University of Manitoba.
Graham, M. and D. Graham. 2006. Course Syllabus for HA 488H
(F50) Building Knowledge: Museums and Research, University of
Victoria, Cultural Resources Management Program, Division of
Continuing Studies, Oct. 30–Nov. 4.
Pick, F.R., L.M. Ley and P.B. Hamilton. 2007. Phytoplankton biomass,
composition and size distribution of Kootenay Lake. B.C. following
experimental fertilization. Year 14 (2005). Kootenay Lake Fertilization
Project Data Report, Prepared for the Fisheries Branch of the British
Columbia Ministry of Environment. 23 pp.
Pick, F.R., L.M. Ley and P.B. Hamilton. 2006. Phytoplankton biomass,
composition and size distribution of Kootenay Lake. B.C. following
experimental fertilization. Year 13 (2004). Kootenay Lake Fertilization
Project Data Report, Prepared for the Fisheries Branch of the British
Columbia Ministry of Environment. 20 pp.
Madill, J.B., C. McClelland and Martel, A.L. 2006. Native freshwater
mussels (Unionidae) and the Gatineau Tadpole Snail (Physidae) at Lac
Philippe, Gatineau Park (Québec): distribution and abundance (2005).
Technical Report for the National Capital Commission. 44 pp.
Martel, A.L., J. B. Madill, D.S. Ponomarenko, I. Deguise and
N.T. Van Lankveld. 2006. Native freshwater mussels (Unionidae) and
the Gatineau Tadpole Snail (Physidae) at Lac La Pêche, Gatineau Park
(Québec): distribution and abundance (2003-2004). Technical Report
for the National Capital Commission. 45pp.
Brooks, A.S. and K.M. Stewart. 2006. [Abstract]. Max Planck Institute
for early hominin diet and nutrition.
Stewart, K.M. and G. Coupland. 2006. [Abstract]. Changing resource
use at Prince Rupert Harbour. B.C. International Council for
Archaeozoology Conference.
RAPPORTS ET AUTRES
Hussain, N.A., A.-R.M. Mohamed, S.A. Al Noor, B.W. Coad, F.M. Mutlak,
M. Ibrahem, I.M. Al-Sudani, A.M. Mojer, A.J. Toman and M.A. Abdad.
2006. Species composition, ecological indices, length frequencies and
food habits of fish assemblages of the restored southern Iraqi marshes.
Report by the University of Basrah, Basrah, Iraq. 114 pp.
Photo: Paul Peterson
Conlan, K.E. 2007. CASES and Nahidik Program results, 2002-2006.
Nahidik Program Annual Meeting, Department of Fisheries and
Oceans, Jan. 22-23.
Cusson, M., P. Archambault, K.E. Conlan, A. Aitken, E. Hendrycks
and C. McClelland. 2006. Comparison of macrobenthic production
from the Mackenzie Shelf and the Cape Bathurst Polynya (Amundsen
Gulf). Canadian Arctic Shelf Exchange Study 2005/2006 General
Meeting, Feb. 13-16.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 33
C O M M U N I C AT I O N D E S R É S U LTAT S D E L A R E C H E R C H E
CHERCHEURS / CONSERVATEURS ÉMÉRITES
Dr. Z. Kabata, Biological Sciences Branch, Pacific Biological Station,
Nanaimo, British Columbia
S.D. MacDonald, Dunrobin, Ontario
Dr. D.A. Russell, North Carolina Museum of Natural Sciences,
Raleigh, North Carolina
C.-t. Shih, Yat-sen University, Department of Marine Resources,
Kaohsiung, Taiwan
Dr. J.H. Soper, Ottawa, Ontario
PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES REVUES
PAR UN COMITÉ DE LECTURE
Photo : Jean Lauriault
Timoney, K.P. and G.W. Argus. 2006. Willows, water regimen,
and recent cover change in the Peace – Athabasca Delta. Ecoscience,
13:303-317.
Palci, A. and M.W. Caldwell. 2007. Vestigial Forelimbs and Axial
Elongation in a 95 Million Year Old Non-Snake Squamate. Journal of
Vertebrate Paleontology, 27:1-7.
André Martel donne un cours sur les moules à une classe de la Eastend School en
Saskatchewan.
CHERCHEURS ASSOCIÉS
Dr. J.S. Anderson, College of Veterinary Medicine, Western University
of Health Sciences, Pomona, California
Dr. G.W. Argus, Merrickville, Ontario
Dr. F. Brodo, Ottawa, Ontario
Dr. I. Brodo, Ottawa, Ontario
Dr. M. Caldwell, University of Alberta, Department of Biological
Sciences, Edmonton, Alberta
Dr. F. Chapleau, University of Ottawa, Department of Biology,
Ottawa, Ontario
Dr. F.R. Cook, North Augusta, Ontario
Dr. J.M. Gillett, Ottawa, Ontario
Dr. E. Haber, Ottawa, Ontario
Dr. R.B. Holmes, University of Alberta, Department of Biological
Sciences, Edmonton, Alberta
Maxwell, E.E. and M.W. Caldwell. 2006. A new genus of ichthyosaur
from the Lower Cretaceous of Western Canada. Palaeontology,
49:1043-1052.
Cook, F.R. (ed.). 2006. The Canadian Field-Naturalist, 119(2):159-322.
Cook, F.R. (ed.). 2006. The Canadian Field-Naturalist, 119(3):323-482.
Sato, T. and X.-c. Wu. 2006. Review of plesiosaurians (Reptilia:
Sauropterygia) from the Upper Cretaceous Horseshoe Canyon
Formation in Alberta, Canada. Paludicola, 5:150-169.
A.T. Howden, Ottawa, Ontario
Dr. H.F. Howden, Ottawa, Ontario
Dr. D. Leaman, IUCN Medicinal Plant Specialist Group,
Ottawa, Ontario
Dr. P. Outridge, Geological Survey of Canada, Ottawa, Ontario
Dr. R. McNeely, Geological Survey of Canada, Ottawa, Ontario
Dr. M. Ryan, Cleveland Museum of Natural History, Cleveland, Ohio
Dr. T. Sato, National Science Museum, Tokyo, Japan
Dr. F. Schueler, Bishop Mills, Ontario
Dr. A.B.T. Smith, Ottawa, Ontario
W. Wight, Ottawa, Ontario
N O U V E A U
Caldwell, M.W. 2006. A new species of Pontosaurus (Squamata,
Pythonomorpha) from the Upper Cretaceous of Lebanon and a
phylogenetic analysis of Pythonomorpha. Memorie, della Societa
Italiana di Scienze Naturali e del Museo Civico di Storia Naturale di
Milano, 34:1-42.
Cook, F.R. (ed.). 2006. The Canadian Field-Naturalist, 119(1):1-158.
Dr. R. Harington, Ottawa, Ontario
| U N
Maxwell, E.E., and M.W. Caldwell. 2006. The European Lower
Cretaceous Ichthyosaur Platypterygius platydactylus: A New Record from
the Loon River Formation (Lower Cretaceous) of northwestern Canada.
Canadian Journal of Earth Sciences, 43:1291-1295.
Budney, L.A., M.W. Caldwell and A. Albino. 2006. Unexpected tooth
socket histology in the Cretaceous snake Dinilysia, with a review of
amniote dental attachment tissues. Journal of Vertebrate Paleontology,
26:138-145.
R. Gault, Clayton, Ontario
34
Dutchak, A. and M.W. Caldwell. 2006. Redescription of Aigialosaurus
dalmaticus Kramberger, 1892, a Cenomanian mosasauroid lizard from
Hvar Island, Croatia. Canadian Journal of Earth Sciences, 43:1821-1834.
D É P A R T
Cheng, Y.-N., T. Sato, X.-c. Wu and C. Li. 2006. A Pistosaur-like
marine reptile from the Middle Triassic of China. Journal of Vertebrate
Paleontology 26(2):501-504.
Sato, T., Y. Hasegawa and M. Manabe. 2006. A new elasmosaurid
plesiosaur from the Upper Cretaceous of Fukushima, Japan.
Palaeontology, 49:467-485.
Hoffman, E.A., F.W. Schueler, A.G. Jones and M.S. Blouin. 2006. An
analysis of selection on a color polymorphism in the northern leopard
frog. Molecular Ecology, 15:2627–2641.
C O M M U N I C AT I O N D E S R É S U LTAT S D E L A R E C H E R C H E
Steen, D.A., M.J. Aresco, S.G. Beilke, B.W. Compton, E.P. Condon,
D.K. Dodd Jr., H. Forrester, J.W. Gibbons, G. Greene, T.A. Johnson,
M.J. Langen, D. Oldham, N. Oxier, R.A. Saumure, F.W. Schueler,
J. Sleeman, L.L. Smith, J.K. Tucker and J.P. Gibbs. 2006. Relative
vulnerability of female turtles to road mortality, Animal Conservation,
9:269–273.
Smith, A.B.T., D.C. Hawks and J.M. Heraty. 2006. An overview
of the classification and evolution of the major scarab beetle clades
(Coleoptera: Scarabaeoidea) based on preliminary molecular analyses.
Coleopterists Society Monographs, 5:35-46.
Smith, A.B.T. 2006. A review of the family-group names for
the superfamily Scarabaeoidea (Coleoptera) with corrections to
nomenclature and a current classification. Coleopterists Society
Monographs, 5:144-204.
Sato, T. 2006. Futaba Suzuki Ryu is a new species of the Plesiosauria.
Heredity, 60 (4):2-3 (in Japanese).
Schueler, F.W. 2006. Rampant tangle: field report of a backyard
habitat. Burnt Toast, 4(2):9.
Schueler, F.W., A. Karstad, J. Proctor and R. Hawke. 2007. How to ‘do’
a bridge. Trail & Landscape, 41(1):38-49.
Schueler, F.W. 2007. Doing the Streets: Animals on the road in a rural
Ontario village, 2004-2006. Roads & Ecopassages Forum.
Doran, C. and F.W. Schueler. 2007. The Urban Turtle Sanctuary:
finding and fighting for road free refuges in the National Capital
Region. Roads & Ecopassages Forum.
Schueler, F.W. 2006. Non-fibre values: tied together with bugs and
beetles. S&W Report, 42:6-7.
Ocampo, F.O. and A.B.T. Smith. 2006. Puelchesia gracilis, a new
genus and species of Pachydemini endemic to the Monte biogeographic
province in Argentina (Coleoptera: Scarabaeidae: Melolonthinae).
Zootaxa, 1349:53-62.
Schueler, F.W. 2006. Non-fibre values: broken networks with garlic.
S&W Report, 43:11-12.
Krell, F.-T., A. Ballerio, A.B.T. Smith and P. Audisio. 2006. Gnorimus
Le Peletier de Saint-Fargeau & Serville, 1828, and Osmoderma Le
Peletier de Saint-Fargeau & Serville, 1828 (Insecta, Coleoptera):
proposed conservation of the generic names. Bulletin of Zoological
Nomenclature, 63:177-183.
Schueler, F.W. 2006. Non-fibre values: tracing historic data into the
future. S&W Report, 45:18-20. (Reprinted as “Redbacks, Leadbacks,
and Climate Change.” OARA Chorus 23(1), January 2007.
Smetana, A. and A.B.T. Smith. 2006. Type species designations
and other nomenclatural notes on Palaearctic Melolonthinae and
Cetoniinae (Coleoptera: Scarabaeoidea: Scarabaeidae). Zootaxa,
1220:47-53.
Wight, W. 2006. Gems of the Nanisivik mine, Baffin Island, Nunavut,
Canadian Gemmologist, 27(3):95–101.
Wight, W. 2007. Gemstones in Canada – a brief history of early
explorations, Canadian Gemmologist, 28(1):20–27.
PUBLICATIONS DANS DES REVUES GRAND
PUBLIC ET TECHNIQUES
Caldwell, M.W. 2006. [Abstract]. Revisiting the “lost” type specimen
of Mesophis nopscsai Bolkay, 1925. Abstracts of Papers, 65th Annual
Meeting, Journal of Vertebrate Paleontology, 26(3):447A.
Schueler, F.W. 2006. Non-fibre values: bark punched out into lace.
S&W Report, 44:5-6.
Schueler, F.W. 2007. Non-fibre values: the patterns that they weave on
the landscape’s loom. S&W Report, 46:17-18.
Smetana, A. and A.B.T. Smith. 2006. New nomenclatural and
taxonomic acts, and comments. Scarabaeidae: Cetoniinae, pp. 38-39.
In, I. Löbl and A. Smetana (eds.), Catalogue of Palaearctic Coleoptera,
Volume 3. Scarabaeoidea – Scirtoidea – Dascilloidea – Buprestoidea –
Byrrhoidea. Apollo Books, Stenstrup, 690 pp.
Smetana, A. and A.B.T. Smith. 2006. New nomenclatural and
taxonomic acts, and comments. Scarabaeidae: Melolonthinae,
pp. 33-34. In, I. Löbl and A. Smetana (eds.), Catalogue of Palaearctic
Coleoptera, Volume 3. Scarabaeoidea – Scirtoidea – Dascilloidea –
Buprestoidea – Byrrhoidea. Apollo Books, Stenstrup, 690 pp.
Wight, Q. and W. Wight. 2006. Tucson Report. Canadian Gemmologist,
27(2):55–60.
Abdel-Fattah, Z.A., M.K. Gingras, M.W. Caldwell and S.G. Pemberton.
2006. [Abstract]. Sedimentary Environments and Depositional
Characters of the Middle-Upper Eocene Succession in the Fayum
Depression, Egypt. American Association of Petroleum Geologists.
Cook, F.R. 2006. Former CAH/ACH President Michael Rankin
remembered [Tribute to R. Michael Rankin 1942-2006]. Canadian
Association of Herpetologists Bulletin, 14(2):24-27.
Cook, F.R. 2005 [2006]. Editor’s report for volume 118 (2004).
Canadian Field-Naturalist, 119(2):321-322.
Cook, F.R. 2006. [Book review]. The Nature Journal: A Handbook. By
F.W. Schueler and A. Karstad. Canadian Field-Naturalist, 119(1):154.
Photo : Bradley W. Jones
Cook, F.R. 2006. [Book review]. Venomous Reptiles of the Western
Hemisphere. 2 volumes. By J.A. Campbell and W.W. Lamar. Canadian
Field-Naturalist, 119(1):148-149.
Cook, F.R. 2006. [Book review]. Frogs of Australia: An introduction to
their classification, biology and distribution. By J.R. Turner. Canadian
Field-Naturalist, 119(1):145.
Cook, F.R. 2006. [Book review]. Amphibiens et reptiles du Quebec
et les maritimes. By J.-F. Desroches et D. Rodrigue. Canadian
Field-Naturalist, 119(1):141.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 35
ENGAGEMENT DE
LA COLLECTIVITÉ
36
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photos : Martin Lipman (haut, gauche et droite), Archives nationales du Canada (centre).
E N G A G E M E N T
D E
L A
C O L L E C T I V I T É
DONATEURS, PARTENAIRES, COMMANDITAIRES
L’appui et la participation généreuses de nos donateurs, partenaires et commanditaires aident le Musée canadien de la
nature à brancher les gens sur la nature pas ses expositions, ses programmes éducatifs et sa recherche scientifique.
Dr. Asghar Abdoli, Tehran, Gilan, Iran
Anne Breau, Ottawa (Ontario)
Diane Faucher, Gatineau (Québec)
David Adjeleian, Ottawa (Ontario)
Famille Bryson, Ottawa (Ontario)
FloraQuebeca, Mirabel (Québec)
Susan Aharan, Toronto (Ontario)
Irene et Scott Byrne, Carleton Place (Ontario)
Karen E. Floyd, Ottawa (Ontario)
Noel Alfonso, Ottawa (Ontario)
Althea Cameron, Ottawa (Ontario)
Celia Fothergill, Toronto (Ontario)
Danielle Allard, Ottawa (Ontario)
CIBC, Toronto (Ontario)
Lynn Gillespie, Ottawa (Ontario)
C. Allmand et K. Gauvin, Ottawa (Ontario)
Sharon Caughey, Ottawa (Ontario)
La famille Giroux-Poulin, Gatineau (Québec)
Robert S. Alyea, Ottawa (Ontario)
Jacques Chabot, Gatineau (Québec)
Tony Gordian, Saint-Lazare (Québec)
Frances Anderson, Halifax (Nouvelle-Écosse)
Ron Cherkewski, Waterloo (Ontario)
Joyce Gould, Edmonton (Alberta)
Robert Anderson, Russell (Ontario)
Lawrence Choi, Markham (Ontario)
Anonyme (8)
CHUM Group, Ottawa (Ontario)
Gowling Lafleur Henderson s.r.l.
Ottawa (Ontario)
Annie Archambeault,
Sainte-Anne-de-Bellevue (Québec)
CMI Interlangues, Ottawa (Ontario)
Jason R. Grant, Neufchâtel, Suisse
Kathleen Conlan, Ottawa (Ontario)
Igor Grigorovich, Duluth (Minnesota)
Dr. George Argus, Ottawa (Ontario)
Julie Cooper, Ottawa (Ontario)
Groupe Banque Scotia, Toronto (Ontario)
Audrey & Kenneth Armstrong,
Peterborough (Ontario)
Michael et Beryl Corber, Ottawa (Ontario)
Groupe financier Banque TD, Toronto (Ontario)
Joanne Côté, Manotick (Ontario)
Erich Haber, Stittsville (Ontario)
The Harold Crabtree Foundation,
Ottawa (Ontario)
Habitat faunique Canada, Ottawa (Ontario)
Astral Media, Gatineau (Québec)
Allan Aubin, Gravenhurst (Ontario)
CTV Television Inc., Toronto (Ontario)
Brendan et Margo Hawley, Ottawa (Ontario)
John Babaluk, Winnipeg (Manitoba)
Kim Curran, Ottawa (Ontario)
M. et Mme James Hessel, Ottawa (Ontario)
Eugene K. Balon, Guelph (Ontario)
Peter et Barbara Currie, Aurora (Ontario)
Johannes Hill et Inez Kettles, Ottawa (Ontario)
Michael Barnes, Ottawa (Ontario)
Tristan et Anson Dearden, Ottawa (Ontario)
Virginia Hill, Ottawa (Ontario)
Claude Bégin, Blainville (Québec)
Paul Dervis, Ottawa (Ontario)
Matthew Hisko, Ottawa (Ontario)
Tisza Bell, Littleton (Colorado)
Margaret et Larry Dickenson, Ottawa (Ontario)
Nathalie Holmes, Kars (Ontario)
Rhonda Bernard, Cochrane (Alberta)
Wendy Dion, Ottawa (Ontario)
Lisa Holzman, Thunder Bay (Ontario)
Wayne C. Bessie, Calgary (Alberta)
Division commerciale AMJ Campbell,
Gloucester (Ontario)
Henry et Anne Howden, Ottawa (Ontario)
Dr. & Mme Léo A. Dorais, Ottawa (Ontario)
Dr. Jean-Bernard Huchet, Bordeaux, France
Catriona Birnie, Ottawa (Ontario)
Hume Douglas, Ottawa (Ontario)
Doris Huh, Calgary (Alberta)
Blackbird Publications, Communications
and Design, Ottawa (Ontario)
Patrick Doyle, Ottawa (Ontario)
Dr. Najah A. Hussain, Basrah, Iraq
Patrick et Eileen Doyle, Ottawa (Ontario)
Insight Communications, Ottawa (Ontario)
Johanne Bouchard, Magog (Québec)
Arthur Drache, C.M., c.r. et Judy Drache,
Ottawa (Ontario)
Dr. Roberta J. Irgens, Baltimore (Maryland)
Diana Boudreault, Ottawa (Ontario)
Le Droit, Ottawa (Ontario)
William A. Irgens et Alice L. Irgens,
Baltimore (Maryland)
Roger et Gertrude Boudreault, Ottawa (Ontario)
Colin et Marilyn Eades,
South Mountain (Ontario)
Dennis Jackson, Ottawa (Ontario)
Patrick Arnaud, Saintry-sur-Seine, France
Kirsten Bevelander, Vancouver
(Colombie-Britannique)
Marcel Blondeau, Québec (Québec)
Cecilia A. Bowden, Grand Manan
(Nouveau-Brunswick)
Paul Hancock, Winnipeg (Manitoba)
M. et Mme R. Howlett, Baltimore (Ontario)
Jeff Joaquin, Burnaby (Colombie-Britannique)
Robert Elliott, Ottawa (Ontario)
Kathleen Bowie, Ottawa (Ontario)
Dr. Reidar Elven, Oslo, Norvège
Jane M. Bowles, London (Ontario)
Dorothy Fabijan, Edmonton (Alberta)
Karen Bowman, Kitchener (Ontario)
M U S É E
Jeff Johnson, Brisbane, Queensland, Australie
Denyse Jomphe, Gatineau (Québec)
Judith Jones, Shegiandah (Ontario)
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 37
E N G A G E M E N T
D E
L A
C O L L E C T I V I T É
Simon R.M. Jones, Nanaimo
(Colombie-Britannique)
Claude Métras, Sherbrooke (Québec)
Wladyslawa Rydzewskiego, Wroclaw, Pologne
Gavin C. Miller, Downsview (Ontario)
Marlyne Saikaley, Ottawa (Ontario)
Richard et Cécile Julien, Orléans (Ontario)
Adrian et Elena Munteanu, Gatineau (Québec)
Rosemary Saunders, Oshawa (Ontario)
Marcin et Tracy Kaminski, Ottawa (Ontario)
Dr. Thomas H. Nash III, Tempe (Arizona)
William Saunders, Ottawa (Ontario)
Jane Kang, Markham (Ontario)
Edward Naughton, Etobicoke (Ontario)
David J. Schimpf, Duluth (Minnesota)
Dr. Hiroyuki Kashiwadani,
Tsukuba, Ibaraki Pref., Japon
Monica Nevins, Nepean (Ontario)
Odette Schultz, Ottawa (Ontario)
Kenneth H. Nicholls, Sunderland (Ontario)
Louis-René Sénéchal, Ottawa (Ontario)
Murray Nicolson, Ottawa (Ontario)
Grace Nkoane, Pretoria, Afrique du Sud
Service canadien de la faune d’Environnement
Canada, Gatineau (Québec)
Gary O’Byrne, Orleans (Ontario)
Tim Shopik, Calgary (Alberta)
Phyllis Odenbach Sutton, Ottawa (Ontario)
Desirée Sicilia, Tenerife (îles Canarie) Espagne
Esteri & Martti Ohenoja, Finlande
Andrew Smith, Kanata (Ontario)
Ontario Horticultural Association,
Bracebridge (Ontario)
Smith et Nephew, St-Laurent (Québec)
The Ottawa Citizen, Ottawa (Ontario)
Paul et Marilyn Smith, Port Credit (Ontario)
Danny Pak, Stittsville (Ontario)
Archie Stalker, Ottawa (Ontario)
Dr. Elaine Keillor, Nepean (Ontario)
Nancy Kingsbury, Ottawa (Ontario)
Dr. Hidehisa Koba, Odawara, Kanagawa, Japon
Sergey Kondratyuk, Kiev, Ukraine
Fumihiro Konta, Tsukuba, Japon
Lynne Ladouceur et Charles Beaudoin,
Gatineau (Québec)
Paul Lafleur, Ottawa (Ontario)
Mario et Hortense Lalanne, Montréal (Québec)
Angela Lau, North York (Ontario)
Janet Smith, Ottawa (Ontario)
Luc Parent, Gatineau (Québec)
Colombe Stewart, Ottawa (Ontario)
Carolyn Parker, Fairbanks (Alaska)
Jim Stewart, Etobicoke (Ontario)
Carol Passfield, Kanata (Ontario)
Wayne L. Strong, Calgary (Alberta)
Patricia Paterson, Nepean (Ontario)
Jeff Sutton, Ottawa (Ontario)
Judi Pearl, Ottawa (Ontario)
Brian et Evelyn Swan, Ottawa (Ontario)
Stewart B. Peck, Ottawa (Ontario)
Talisman Energy Inc., Calgary (Alberta)
Jenifer Penny, Victoria (Colombie-Britannique)
TELUS, Edmonton (Alberta)
Gary Perlmutter, Chapel Hill (Caroline du nord)
Richard Thornton, Ottawa (Ontario)
Michel Picard, Osgoode (Ontario)
Sylvia Torrance, Kanata (Ontario)
Roy et Diane Piovesana, Thunder Bay (Ontario)
Anna Tosto, Ottawa (Ontario)
Claude Plante, Ottawa (Ontario)
Jean Vaillancourt, Gatineau (Québec)
Power Corporation du Canada,
Montréal (Québec)
Tony R. Walker, Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Radio Nord Communications inc.,
Gatineau (Québec)
Anne M. Wallace c.r., Saskatoon (Saskatchewan)
Roland Madou, Ottawa (Ontario)
Katherine Rankin,
Washington (district fédéral de Columbia)
Kalliopi Weaver, Ottawa (Ontario)
Judith et l’honorable John Manley,
Ottawa (Ontario)
Austin Reed, Québec (Québec)
Madeline Lavender, Burlington (Ontario)
Timothy Law, Puslinch (Ontario)
Martin Leclerc et Annie Vaillant,
Gatineau (Québec)
Dr. Edward Lee, Toronto (Ontario)
Jeffrie Lee, Vancouver (Colombie-Britannique)
Terri S. Lee, Vancouver (Colombie-Britannique)
Leonard Lefkovitch, Nepean (Ontario)
James C. Lendemer, Philadelphie (Pennsylvanie)
Janine Lepage, Baie-d’Urfé (Québec)
À la mémoire de Jordan Livingston,
Hamilton (Ontario)
Li Luo, Ottawa (Ontario)
Teresa MacNeil, Halifax (Nouvelle-Écosse)
Lynn MacSween, Nepean (Ontario)
Gordon Reed, Rockwood (Ontario)
Sylvain Martel et Julie Joyal, Carp (Ontario)
Martha F. Maxfield, Holliston (Massachusetts)
Kerry McCauley, Welland (Ontario)
Famille McGarry de Hulse, Playfair & McGarry,
Ottawa (Ontario)
J. Daniel McLaughlin, Montréal (Québec)
38
| U N
N O U V E A U
Michael Riley, Highlands Ranch (Colorado)
Thomas Robertson, Ottawa (Ontario)
Scott McCleve, Douglas (Arizona)
Melody McLeod, Yellowknife
(Territoires du Nord-ouest)
Dr. John W. Reynolds, Kitchener (Ontario)
Harold Robinson et Heidi Robinson,
Edmonton (Alberta)
Joyce Walker, Ottawa (Ontario)
Dennis Walsh, Dartmouth (Nouvelle-Écosse)
Dr. Clifford Wetmore, St. Paul (Minnesota)
M.S. Whelan, Ottawa (Ontario)
Quintin et Willow Wight, Ottawa (Ontario)
Doug Williams, Ottawa (Ontario)
Kaori Sakurai, Ottawa (Ontario)
Patrick T.K. Woo, Guelph (Ontario)
Emily Wood, Cambridge (Massachusetts)
Roderick Rogers, Toowong (Brisbane) Australie
George Wooten, Winthrop (Washington)
Kent Rozon, Orleans (Ontario)
Patti Wright, Toronto (Ontario)
Susan Rust, Gloucester (Ontario)
George Yatskievych, St. Louis (Missouri)
Todd Ruthman, Ottawa (Ontario)
Irene Yuen, Burnaby (Colombie-Britannique)
D É P A R T
E N G A G E M E N T
D E
L A
C O L L E C T I V I T É
COLLABORATEURS
Les collaborateurs sont des particuliers ou des organismes comme des universités, des instituts de recherche, des musées
ou des organismes publics qui participent à des projets du Musée canadien de la nature, y compris à la recherche, à la programmation et aux expositions. Ces jumelages font partie du réseau établi par le Musée à l’échelle régionale, nationale et
internationale lui permettant de partager ses ressources et d’améliorer son efficacité pour brancher les gens sur la nature.
INTERNATIONAL
Institut Royal des Sciences Naturelles
de Belgique, Bruxelles, Belgique
Newell Farms Wildlife Rehabilitation Center
(Caroline du Nord)
Alfred Wegener Institute, Bremerhaven, Allemagne
Institute de Ecologia, A.C. Xalapa,
Veracruz, Mexique
North American Pollinator Protection Campaign,
Washington (dictrict fédéral de Columbia)
Institute Nacional de Biodiversidad,
Saint-Domingue, Costa Rica
Northwest University, Xi-an,
République populaire de Chine
Institute of Vertebrate paleontology
and paleoanthropology,
Chinese Academy of Sciences, Chine
Organisation des Nations Unies pour
l’alimentatioan et l’agriculture, Rome (Italie)
American Association of Museums,
Washington (district fédéral de Columbia)
American Fisheries Society, Bethesda (Maryland)
American Museum of Natural History,
New York (New York)
American Society of Plant Taxonomists,
Laramie (Wyomig)
Botanic Gardens Conservation International,
Surrey, Royaume-Uni
California State University,
Long Beach (Californie)
Carnegie Museum, Pittsburgh (Pennsylvanie)
Centre international d’études pour la
consesrvation et la restauration des biens
culturels (ICCROM), Rome, Italie
Chinese Academy of Geological Sciences,
Beijing, République populaire de Chine
CineMuse Inc., New York (New York)
Cleveland Museum of Natural History,
Cleveland (Ohio)
Comisión Forestal de Michaocán, Mexique
Comisión Nacional de Áreas Naturales
Protegidas, Distrito Federal, Mexico, Mexique
Conservation de la flore et de la faune arctiques
(CFFA) Akureyri, Islande
Consortium for the Barcode of Life,
Washingon (district fédéral de Columbia)
Cornell University, Ithaca (New York)
CSIRO Entomology, Canberra, Australie
Duke University, Durham (Caroline du Nord)
EARTH, Costa Rica
Explore-at-Bristol, Bristol, Royaume-Uni
Forschungsinstitut Senckenberg,
Wilhelmshaven, Allemagne
Getty Conservation Institute,
Los Angeles (Californie)
Global Taxonomy Initiative, Montréal (Québec)
ORNithological Information System (ORNIS),
Berkeley (Californie)
Instituut Collectie Nederland (ICN),
Amsterdam, Pays-Bas
International Society for Diatom Research,
Londres, Royaume-Uni
Kyoto University, Kyoto, Japon
Laboratoire Arago, Banyuls-sur-mer, France
Liberty Science Center, Jersey City (New Jersey)
Lincoln University,
Christchurch, Nouvelle Zélande
Royal Botanic Gardens, Sydney, Nouvelle-Galles
du Sud, Australie
San Diego Natural History Museum,
San Diego (Californie)
Moss Landind Marine Laboratories,
Moss Landing (Californie)
Murdoch University, Murdoch, Australie
Scripps Institution of Oceanography,
San Diego, (Californie)
Museo de Historia Natural de la Ciudad
de Mexico, Mexico, Mexique
Senckenberg Research Institute and Natural
History Museum, Frankfurt, Allemagne
Museo de La Plata, La Plata, Argentine
Sharnoff, Stephen, Berkeley (Californie)
Museo Nacional de Historia Natural,
Santiago, Chili
Smithsonian Institution,
Washington (district fédéral de Columbia)
Muséum d’histoire naturelle de Neuchatel,
Neuchatel, Suisse
Society for the Preservation of Natural
History Collections, Washington
(district fédéral de Columbia)
Museum für Naturkunde der
Humboldt-Universität, Berlin, Allemagne
Southampton Oceanography Centre,
Southampton, Royaume-Uni
Muséum national d’histoire naturelle,
Paris, France
Nationaal natuurhistorisch Museum naturalis,
Leiden, Pays-Bas
National Museum of Kenya, Nairobi, Kenya
National Museum of Natural Science, Taiwan,
Republique de Chine
National Science Foundation,
Washington (district fédéral de Columbia)
Göteborg University, Göteborg, Suède
Harvard University, Cambridge (Massachusetts)
Natural History Museum, Londres, Royaume-Uni
Inner Mongolia Museum, Huhehaote, Chine
Natural History Museum, University of Kansas,
Lawrence (Kansas)
Institut royal des sciences naturelles
de Belgique, Bruxelles, Belgique
PanArctic Flora Project, Oslo, Norvège
Royal Botanic Garden Herbarium, Kew, Londres,
Royaume-Uni
Saint Louis University, St. Louis (Missouri)
Lufeng Dinosaur Museum, Yunnan, Chine
Natural History Museum of Los Angeles County,
Los Angeles (Californie)
Institut Collective Nederland (ICN),
Amsterdam, Pays-Bas
Paleontological Institute, Russian Academy of
Sciences, Moscou, Russie
Natural Science Museum, Tokyo, Japon
Nausicaä, Centre National de la Mer,
Boulogne-sur-Mer Cedex, France
M U S É E
Système mondial d’information sur
la biodiversité, Copenhague, Danemark
Texas Parks and Wildlife Department,
Mission (Texas)
The Field Museum, Chicago, (Illinois)
Tucson Gem and Mineral Society,
Tucson (Arizona)
UICN – Commission de l’Éducation et de
la Communication, Gland, Suisse
UICN – Union mondiale pour la nature,
Gland, Suisse
Universität Hamburg, Zoologisches Institut
und Museum, Hamburg, Allemagne
University of Alaska, Fairbanks (Alaska)
University of Arizona
University of California, Davis (Californie)
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 39
E N G A G E M E N T
D E
L A
C O L L E C T I V I T É
Bureau de la convention sur la biodiversité
(Environnement Canada), Ottawa (Ontario)
Institut de l’environnement, Université d’Ottawa,
Ottawa (Ontario)
Canadian Arctic Shelf Exchange Study (CASES),
Québec (Québec)
Institut de recherche du Nunavut,
Iqaluit (Nunavut)
Canadian Barcode of Life Network
(Université de Guelph), Guelph (Ontario)
Institut international du développement durable,
Winnipeg (Manitoba)
Canadian Fossil Discovery Centre,
Morden (Manitoba)
Institut national de recherche sur les eaux,
Burlington (Ontario)
CANMET, Ressources naturelles Canada,
Ottawa (Ontario)
Institut québécois de la biodiversité (IQBIO),
Montréal (Quebec)
Centre d’interprétation de la Béringie du Yukon,
Whitehorse (Territoire du Yukon)
Instituts de recherche en santé du Canada,
Ottawa (Ontario)
Centre des sciences de Montréal,
Montréal (Québec)
Jardin botanique de Montréal, Montréal (Québec)
USDA – Wildlife Services (Caroline du Nord)
Centre du patrimoine septentrional du Prince de
Galles, Yellowknife (Territoires-du-Nord-Ouest)
USDA Agricultural Research Service, Beltsville,
Kawartha Rock and Fossil Club Inc.,
Peterborough (Ontario)
Centre national des arts, Ottawa (Ontario)
USDA Forest Service, Morgantown, West Virginia
and Logan (Utah)
Key Porter Books, Toronto (Ontario)
Centre pour la biodiversité marine, Institut
Océanographique de Bedford, Dartmouth
(Nouvelle-Écosse)
Kids Can Press, Toronto (Ontario)
University of Colorado, Boulder (Colorado)
University of Copenhagen,
Copenhague, Danemark
University of Kansas, Lawrence (Kansas)
University of Michigan, Ann Arbor (Michigan)
University of Nebraska State Museum,
Lincoln (Nebraska)
University of Oslo, Oslo, Norvège
University of Plymouth, Plymouth, Royaume-Uni
University of Tennessee, Department of Ecology
and Evolutionary Biology, Knoxville (Tennessee)
University of Zurich, Zurich, Suisse
US Fish and Wildlife Service, Washington district de Colunbia et Arlington (Virginie)
West Chester University (Pennsylvanie)
Yale University Press, New Haven (Connecticut)
Zoological Institute, Russian Academy of
Sciences, St. Petersburg, Russie
Collège universitaire du Cap-Breton, Sydney
(Nouvelle-Écosse)
Comité canadien pour l’UICN, Ottawa (Ontario)
Zoological Museum, Copenhague, Danemark
Comité de valorisation de la rivière Beauport,
Québec (Quebec)
NATIONAL
Comité sur la situation des espèces en péril au
Canada (COSEPAC), Ottawa (Ontaario0
Advanced Broadband Enabled Learning Program
(ABEL), Toronto (Ontario)
Commission canadienne pour l’Unesco,
Ottawa (Ontario)
Agence canadienne de développement
international, Ottawa (Ontario)
Commission géologique du Canada,
Ressources naturels du Canada, Ottawa (Ontario)
Agence canadienne d’inspection des aliments
Conseil de recherches en sciences naturelles et
en génie (CRSNG), Ottawa (Ontario)
Agence spatiale canadienne, Longueuil (Québec)
Education Alliance for Sustainable Ontario,
Toronto (Ontario)
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Alliance des musées d’histoire naturelle
du Canada, Ottawa (Ontario)
Environment Canada, Gatineau Québec
Étudiants sur la banquise, Ottawa (Ontario)
Alpine Gems, Kingston (Ontario)
Fédération canadienne de la faune,
Ottawa (Ontario)
ArcticNet, Québec (Québec)
Arius 3D, Toronto (Ontario)
Ashbury College, Ottawa (Ontario)
Festa-Bianchet, Dr Marco, Université de
Sherbrooke, Sherbrooke (Québec)
Association botanique du Canada,
Guelph (Ontario)
Fitzhenry & Whiteside, Ltd.,
Markham (Ontario)
Association canadienne des conservateurs
professionnels, Ottawa (Ontario)
Gem and Mineral Club of Scarborough,
Scarborough (Ontario)
Association canadienne des rédacteurs
scientifiques, Ottawa (Ontario)
Gouvernement du Nunavut, Iqaluit (Nunavut)
Association canadienne pour la consesrvation
et la préservation, Ottawa (Ontario)
Association des musées canadiens,
Ottawa (Ontario)
Gouvernement du Yukon (patrimoine),
Whitehorse (Yukon)
Habitat faunique Canada, Ottawa (Ontario)
Harriet Irving Botanical Gardens,
Wolfville (Nouvelle-Écosse)
Association forestière de l’Ontario,
North York (Ontario)
Bibliothèque et Archives Canada,
Ottawa (Ontario)
Biodôme, Montréal (Québec)
L’éducation au service de la Terre,
North York (Ontario)
Lieu historique national de la Maison-Laurier,
Ottawa (Ontario)
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et
de l’Alimentation du Québec
Ministère de l’Environnement et de la
Conservation (Terre-Neuve-et-Labrador)
Ministère des ressources naturelles de l’Ontario
Ministère des Ressources naturelles et
de la Faune, Québec
Monarch Teacher Network – Canada,
Toronto (Ontario)
Monnaie royale canadienne, Ottawa (Ontario)
Morris, Douglas W., Lakehead University,
Thunder Bay (Ontario)
Musée canadien de la guerre, Otttawa (Ontario)
Musée canadien de la photographie
contemporaine, Ottawa (Ontario)
Musée canadien des civilisations,
Gatineau (Québec)
Musée de l’agriculture du Canada,
Ottawa (Ontario)
Musée de l’aviation du Canada
Musée des beaux-arts de l’Ontario,
Toronto (Ontario)
Musée des sciences et de la technologie
du Canada, Ottawa (Ontario)
Bureau canadien pour l’UICN,
Montréal (Québec)
Institut de l’énergie et de l’environnement,
Québec (Québec)
N O U V E A U
Le Collège canadien des enseignantes et
des enseignants, Ottawa (Ontario)
Insititut canadien des rivières,
Université du Nouveau-Brunswick,
St John (Nouveau-Brunswick)
Institut canadien sur la biodiversité,
Ottawa (Ontario)
| U N
L’Association canadienne des centres
de sciences, Ottawa (Ontario)
Musée des beaux-arts du Canada,
Ottawa (Ontario)
Bird Studies Canada, Port Rowan (Ontario)
40
La Fondation TD des amis de l’Environnement,
Toronto (Ontario)
Insectarium de Montréal, Montréal (Québec)
Institut canadien de conservation,
Ottawa (Ontario)
Biosphère (Environment Canada),
Montréal (Québec)
Jardins botaniques royaux, Burlington (Ontario)
D É P A R T
Musée d’histoire naturelle de la Nouvelle-Écosse,
Halifax (Nouvelle-Écosse)
Musée du Fjord, La Baie (Québec)
Musée manitobain, Winnipeg (Manitoba)
Musée minéralogique et minier de
Thetford Mines, Thetford Mines (Québec)
E N G A G E M E N T
D E
L A
C O L L E C T I V I T É
Musée provincial du Nouveau-Brunswick,
St.John (Nouveau-Brunswick)
Société géographique royale du Canada,
Ottawa (Ontario)
Bousfield, E.L.,Victoria (Colombie Britannique)
Musée Redpath, Université McGill,
Montréal (Québec)
Société pour la nature et les parcs du Canada,
Ottawa (Ontario)
Cité étudiante de la Haute-Gatineau,
Maniwaki (Québec)
Musée royal de l’Ontario, Toronto (Ontario)
Stirling, Ian, Service canadien de la faune,
Edmonton (Alberta)
Club des ornithologues de l’Outaouais,
Gatineau (Québec)
Sudbury Rock and Lapidiary Society,
Sudbury (Ontario)
Collège Algonquin, Ottawa (Ontario)
Muséums nature Montréal, Montréal (Quebec)
Nature Canada, Ottawa (Ontario)
NatureServe Canada, Ottawa (Ontario)
Newfoundland Insectarium,
Reidville (Terre-Neuve-et-Labrador)
Office national du film du Canada,
Ottawa (Ontario)
Parc national du Gros-Morne
(Terre-Neuve-et-Labrador)
Brookfield High School, Ottawa (Ontario)
Collège préuniversitaire Nouvelles Frontières,
Gatineau (Québec)
Teck Corporation,
Vancouver (Colombie-Britannique)
Collège St-Joseph, Gatineau (Québec)
TELUS World of Science, Calgary (Alberta)
TELUS World of Science, Edmonton (Alberta)
The Rooms, St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador)
Comité du patrimoine géologique
Ottawa-Gatineau
Commission de la capitale nationale,
parc de la Gatineau
Parcs Canada, Ottawa (Ontario)
Thompson Rivers University,
Kamloops (Colombie-Britannique)
Pasquia Regional Park, Arborfield (Saskatchewan)
Toronto Zoo, Toronto (Ontario)
Patrimoine canadien, Ottawa (Ontario)
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, Ottawa (Ontario)
Doors Open Ottawa, Ottawa (Ontario)
Trites, Andrew, University of British Columbia,
Vancouver (Colombie-Britannique)
École secondaire du Versant, Gatineau (Québec)
Pêches et océans Canada
Peterborough Centennial Museum and Archives,
Peterborough (Ontario)
Planétarium de Montréal, Montréal (Québec)
Postes Canada, Ottawa (Ontario)
Programme d’aide aux musées (PAM),
Gatineau (Québec)
Conseil du loisir scientifique de l’Outaouais,
Gatineau (Québec)
Université Carleton, Ottawa (Ontario)
Université Dalhousie (Nouvelle-Écosse)
École secondaire Grande-Rivière,
Gatineau (Québec)
École secondaire Hormisdas-Gamelin,
Gatineau (Québec)
Université de Calgary, Calgary (Alberta)
École secondaire Louis-Joseph Papineau,
Papineauville (Québec)
Université de Guelph, Guelph (Ontario)
Prospectors and Developers Association of
Canada Mining Matters, Toronto (Ontario)
Université de la Colombie-Britannique,
Vancouver (Colombie-Britannique)
Public Health Alliance of Canada
Université de l’Alberta, Edmonton (Alberta)
Reeves, Randall, Hudson (Québec)
Université de l’ouest de l’Ontario,
London (Ontario)
Regional District of Central Okanagan Museum,
Kelowna (Colombie-Britannique)
École l’Équipage, Val-des-Monts (Québec)
École secondaire Mont-Bleu, Gatineau (Québec)
Expo-sciences régionale d’Ottawa,
Ottawa (Ontario)
Festival de la faune de la Région de
la capitale nationale, Ottawa (Ontario)
Université de Moncton,
Moncton (Nouveau-Brunswick)
Université de Montréal, Montréal (Québec)
Forêt modèle de l’Est de l’Ontario,
Kempville (Ontario)
Université de Saskatchewan,
Saskatoon (Saskatchewan)
Ikebana International, Ottawa Centennial
Chapter 120, Ottawa (Ontario)
Université de Toronto, Toronto (Ontario)
Little Ray’s Reptile Zoo, Ottawa (Ontario)
Réseau canadien d’information sur
le patrimoine, Gatineau (Québec)
Université de Victoria, Victoria (ColombieBritannique)
Mother Theresa High School, Ottawa (Ontario)
Réseau canadien pour la conservation de la flore,
Burlington (Ontario)
Université de Waterloo, Waterloo (Ontario)
North Grenville District High Schook,
Kemptville (Ontario)
Université d’Ottawa, Ottawa (Ontario)
Ottawa Field Naturalists, Ottawa (Ontario)
Réseau d’évaluation et de surveillance
écologique (RÉSÉ), Burlington (Ontario)
Université du Manitoba, Winnipeg (Manitoba)
Ottawa Lapsmith and Mineral Club,
Ottawa (Ontario)
Rencontres Historica, Ottawa (Ontario)
Rescol canadien, Ottawa (Ontario)
Réseau canadien d’éducation et de
communications relatives à l’environnement
(EECOM), Emerald (Île-du-Prince-Édouard)
Ressources naturelles Canada, Ottawa (Ontario)
Royal Alberta Museum, Edmonton (Alberta)
Royal British Columbia Museum,
Victoria (Colombie-Britannique)
Université du Québec à Montréal, Montréal
(Québec)
Ottawa School of Speech and Drama,
Ottawa (Ontario)
Université Laurentienne, Sudbury (Ontario)
Ottawa-Carleton District School Board,
Ottawa (Ontario)
Royal Saskatchewan Museum,
Regina (Saskatchewan)
Université McGill, Montréal (Québec)
Royal Tyrrell Museum of Paleontology,
Drumheller (Alberta)
Université Memorial de Terre-Neuve
(Terre-Neuve-et-Labrador)
Saskatchewan Watershed Authority,
Regina (Saskatchewan)
Université Queen’s, Kingston (Ontario)
Science Nord, Sudbury (Ontario)
Service canadien des forêts, Ressources
naturelles Canada
Simon Fraser University,
Burnaby (Colombie-Britannique)
Société canadienne des zoologistes,
Ottawa (Ontario)
Société d’entomologie du Canada,
Ottawa (Ontario)
Ottawa School of Dance, Ottawa (Ontario)
Université du Québec à Rimouski, Rimouski
(Québec)
Université Laval, Québec (Québec)
Quadeville Beryl and Rose Quartz Mines,
Quadeville (Ontario)
RÉSCITECH (Réseau des enseignants en science
et en technologie), Gatineau (Québec)
Réseau des BIBLIO de l’Outaouais,
Gatineau (Que¸ébec)
RÉGIONAL
Rideau Valley Conservation Authority,
Manotick (Ontario)
Alyea’s Jewellers, Ottawa (Ontario)
Russell High School, Russell (Ontario)
Ashbury College, Ottawa (Ontario)
Sentinelle Outaouais, Ottawa (Ontario)
Bibliothèque publique d’Ottawa,
Ottawa (Ontario)
Ville d’Ottawa, Ottawa (Ontario)
YMCA-YWCA, Ottawa (Ontario)
Biodiversity Institute of Ontario, University of
Guelph, Guelph (Ontario)
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 41
GÉRER NOS
RESSOURCES FINANCIÈRES
42
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Photos : (haut, centre) Martin Lipman, (gauche, droite) Archives nationales du Canada.
É T A T S
F I N A N C I E R S
RAPPORT DE GESTION
VUE D’ENSEMBLE – 2007
L’objectif primaire du Musée canadien de la nature est de
maintenir son engagement envers son mandat national tel que
décrit dans la Loi sur les musées, dans un contexte de régime
de gestion et de responsabilité, établi dans la Partie X de la
Loi sur la gestion des finances publiques. À cette fin, le Conseil
d’administration et la Direction du Musée sont fermement
engagés à la gestion des fonds publics et privés, investis de
façon transparente et responsable et à optimiser la valeur de
la contribution du Musée pour les Canadiennes et les
Canadiens, et pour la société canadienne.
Cette dernière année, 2007, a marqué un jalon important
pour la réalisation de la vision et pour le calendrier de renouvellement du Musée. L’aile ouest de l’Édifice commémoratif
Victoria a rouvert en octobre 2006, en temps et selon les
paramètres budgétaires établis. La rénovation complète du
troisième édifice fédéral patrimonial en importance au Canada,
est un engagement important et exigeant pour le Musée canadien de la nature. En tant qu’endroit public d’éducation du
Musée, la réhabilitation de l’Édifice commémoratif Victoria
comprend aussi la reconstruction de plus de 8 000 mètres
carrés d’espace d’expositions et de galeries. La réouverture de
l’aile ouest a donné environ 6 000 mètres carrés de nouvelles
galeries, de programmation et d’espaces de confort pour les
visiteurs, qui comprennent des galeries de calibre international qui traitent de fossiles, d’oiseaux et de mammifères. La
généreuse entente de commandite de 2 millions de dollars de
Talisman Energy Inc. à la Galerie des fossiles a ajouté une
note importante aux célébrations.
Ouverte en même temps, la nouvelle aile sud de 2 000 mètres
carrés qui abrite les installations mécaniques et électriques du
Musée. Plus de 10 000 mètres carrés d’espaces nouveaux
rénovés sont maintenant terminés et les parties ouvertes de
l’édifice répondent totalement aux exigences actuelles en
matière de normes en cas de séisme et au code du bâtiment.
De plus, les parties rénovées peuvent maintenant assurer des
conditions ambiantes saines dans les galeries.
En février 2007, le Bureau du vérificateur général du Canada
a terminé son rapport d’examen spécial du Musée. Ce rapport
indique que durant la période examinée, les systèmes et les
pratiques du Musée étaient conçus et exploités de façon à offrir
l’assurance raisonnable que ses éléments d’actifs étaient protégés
et contrôlés, que la gestion de ses ressources était économique
et efficiente et que ses opérations se déroulaient efficacement.
Parmi les activités de gestion des relations de travail réalisées
au cours de l’année, mentionnons le règlement favorable
d’une plainte en matière de parité salariale en suspens entre
le Musée et l’Alliance de la fonction publique du Canada
(AFPC) et la ratification d’une convention collective de trois
ans entre le Musée et l’AFPC.
En 2007, le Musée a continué la gestion du manque à
gagner croissant pour les coûts de gestion de ses installations.
Ces pressions sont causées par le manque de fonds nécessaires
pour les réparations de biens et d’équipements, et l’exploitation
et la maintenance des deux bâtiments du Musée.
Le Musée a apprécié l’attribution récente de 2,8 millions
de dollars destinée à la réparation de biens et d’équipement
pour diminuer les risques urgents à la santé et à la sécurité
dans notre édifice de recherche et de collections, l’Édifice du
patrimoine naturel, à Gatineau, Québec. Néanmoins, on doit
immédiatement trouver une solution à long terme au manque
à gagner toujours grandissant, pour payer les dépenses
d’exploitation des deux bâtiments du Musée. Le manque de
protection contre l’inflation pour les coûts fixes, ajouté aux
espaces additionnels qui doivent maintenant être entretenus
dans l’Edifice commémoratif Victoria, sont une tension
majeure sur les budgets d’exploitation du Musée. Des
mesures importantes ont été prises pour réduire les coûts
dans tous les secteurs d’exploitation. Cette situation ne sera
pas viable, particulièrement lorsque l’Edifice commémoratif
Victoria complètement rénové rouvrira en 2010.
Les revenus générés en 2007 ont été au-delà des attentes,
créant ainsi un léger surplus, ce qui a permis au Musée
d’équilibrer son budget d’exploitation pour 2007. Alors qu’il
est prévu que les revenus des exploitations commerciales
augmenteront dans l’avenir, spécialement lorsque l’Edifice
commémoratif Victoria complet sera rouvert, ils ne seront
pas suffisants pour couvrir l’écart grandissant des coûts
d’exploitation des bâtiments. Le Musée continue de
travailler avec le gouvernement du Canada pour trouver des
solutions appropriées.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 43
É T A T S
F I N A N C I E R S
D’un point de vue de comptabilité générale, le Musée a
terminé l’exercice 2007 avec un léger déficit de 698 000 $, ce
qui représente 1,8 p. cent de ses dépenses totales. Ce déficit
est principalement expliqué par le fait que le Musée anticipe
des années consécutives de manque à gagner par rapport à
ses dépenses, en raison des frais d’amortissement de son
édifice de Gatineau qui apparaît au bilan comme contrat de
location-acquisition.
Avant de se porter acquéreur de l’édifice en 1997, le Musée
louait des espaces pour loger ses collections et ses opérations
administratives et de recherche, et de ce fait, ne rapportait
aucun frais d’amortissement relativement à un édifice dans
son état des résultats. Ces dollars pour les baux ont été
convertis en 1997 pour le paiement de location-acquisition
du bâtiment, créant ainsi un déséquilibre dans son état des
résultats. Cette comptabilisation gardera l’avoir de la Société
en position déficitaire pour plusieurs années à venir. Cette
situation commencera à s’inverser au point moyen de la durée
du bail, et se corrigera complètement au cours de la durée
totale de ce bail. Cela n’a aucune conséquence sur le flux de
trésorerie de la Société ou sur sa stabilité financière.
TOTAL DES RESSOURCES DISPONIBLES
Le total des ressources disponibles comprend la partie du crédit
parlementaire considérée comme un revenu et les revenus
générés. Le crédit parlementaire représente 90 p. cent du
budget du Musée qui est compensé par les activités génératrices
de revenus. En 2007, les ressources disponibles totalisaient
39 006 000 $ alors qu’elles étaient 33 150 000 $ en 2006. La
différence est le résultat d’augmentation du crédit parlementaire
pour des dépenses autres qu’en capital et l’augmentation des
revenus générés.
Crédit parlementaire
Le crédit parlementaire approuvé pour le Musée a augmenté,
passant de 56 150 000 $ en 2006 à 59 761 000 $ en 2007
dont 33 000 000 $ étaient réservés au projet de rénovation. La
différence provient d’une augmentation de 3 millions de dollars
des besoins de liquidités du projet de rénovation tels qu’approuvés par le Secrétariat du Conseil du Trésor ainsi qu’une
légère augmentation du financement accordé pour les salaires.
Selon la comptabilité d’exercice, le crédit parlementaire a
augmenté, passant de 29 257 000 $ en 2006 à 35 106 000 $
en 2007. Ceci est dû au crédit parlementaire plus élevé pour
le Projet de renouvellement reconnu comme revenu pour des
dépenses liées aux expositions et une augmentation de la
compensation pour les salaires.
44
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Revenus
Les revenus générés en 2007 étaient comparables aux niveaux
de 2006. Les revenus tirés de sources commerciales ont augmenté de plus de 93 p. cent à cause de la réouverture, en
octobre 2006, de l’aile ouest du Musée avec des expositions
rénovées et des services additionnels offerts au public. Résultant
directement du programme de collectes de fonds du Musée, les
revenus d’apport se sont maintenus à 1,7 million de dollars
grâce au solde de la commandite de Talisman Energy Inc.
pour la galerie des fossiles qui fut reconnu dans l’année.
Cependant, les revenus d’intérêts ont diminué puisqu’il y
avait moins de fonds disponibles à des fins d’investissement.
Ressources pour 2007
revenus auto générés – 10 %
crédit parlementaire
(selon une comptabilité d’exercice) – 90 %
TOTAL DES DÉPENSES
Le total des dépenses du Musée est passé de 33 640 000 $
en 2006 à 39 704 000 $ en 2007, la différence s’expliquant
principalement par l’augmentation des coûts du personnel et
du coût pour la mise sur pied de nouvelles expositions
permanentes – une pierre angulaire importante de la vision et
direction stratégique du Musée.
Le coût du personnel a augmenté de 4,2 p. cent entre 2006
et 2007. Ces coûts incluent les augmentations de salaire
accordées au cours de l’année et des coûts plus élevés de
surtemps et de vacances à payer.
Coûts d’exposition
Le coût de développement de nouvelles expositions a augmenté
de 149 p. cent en 2007. Cette augmentation extraordinaire
et ponctuelle s’explique par l’investissement du Projet de
renouvellement de l’Édifice commémoratif Victoria dans
la restauration des galeries portant sur les oiseaux et les
mammifères. Cette augmentation est également expliquée par
l’investissement du Musée dans la nouvelle exposition sur
les fossiles et les expositions itinérantes telles que Attraction
fatale dans le cadre de la programmation prévue.
É T A T S
F I N A N C I E R S
Exploitation et entretien des édifices
La légère diminution dans les coûts d’exploitation et entretien
des édifices du Musée est due au fait que le gestionnaire de
construction du Projet de renouvellement a assumé les coûts
des services publics et d’opération de l’aile ouest de l’Édifice
commémoratif Victoria alors qu’elle était en construction.
Amortissement
L’amortissement des immobilisations a également augmenté de
façon importante à cause de la fin des travaux de rénovations
pour les ailes ouest et sud de l’Édifice commémoratif Victoria
rouvert au public en octobre 2006 et donc amortis à partir
de cette date.
Dépenses en capital
En 2007, les principales dépenses en capital ont été les
suivantes :
• 31 421 000 $ pour la rénovation de l’Édifice
commémoratif Victoria;
• 143 000 $ pour les améliorations locatives et à l’édifice;
• 106 000 $ pour de l’équipement.
En 2008, à l’exception du projet de rénovation, les dépenses
en capital seront limitées à 775 000 $ et seront allouées à des
réparations urgentes requises à l’Édifice du patrimoine naturel.
Si elles dépassent ce montant, l’excédent devra être financé au
détriment de la programmation. Les projets d’immobilisations
continueront à être reportés, car des dépenses d’une telle
importance ne peuvent être assumées par simple réaffectation
interne des fonds d’exploitation.
BILAN
Le niveau de trésorerie, des équivalents de trésorerie et
des placements à court terme a beaucoup diminué en 2007
à cause des travaux intensifs nécessités par le Projet de
renouvellement et du paiement d’importantes sommes pour
ce projet au cours de l’année.
L’augmentation des immobilisations rend compte de
l’inscription à l’actif des dépenses engagées pour le Projet de
renouvellement et d’autres dépenses en immobilisations.
Le financement des immobilisations reporté a augmenté
également à cause du Projet de renouvellement; ces crédits
seront constatés comme revenus au même rythme que
l’amortissement de l’édifice rénové.
Les créditeurs et charges à payer (aux fournisseurs ainsi
qu’aux ministères et organismes du gouvernement) à la fin de
mars 2007 étaient inférieurs au montant qu’ils représentaient
en 2006, ce qui s’explique surtout par le paiement des
retenues sur contrat dues à PCL pour les ailes ouest et sud
complétées, les paiements en matière de parité salariale faits
aux employés concernés ainsi qu’une réduction des sommes
dues pour le Projet de renouvellement.
Les revenus et crédits parlementaires reportés ont diminué
en raison des crédits reçus pour le Projet de renouvellement
et constatés comme revenus durant l’année.
SOMMAIRE
Alors qu’il existe des défis importants pour l’exploitation et
pour les travaux de rénovation de l’Édifice commémoratif
Victoria, le Musée a établi un nombre de stratégies qui ont
pour objectif la gestion des pressions connues et anticipées.
Une approche corporative de gestion de risques est utilisée
pour gérer ces stratégies et ces pressions, qui supportent la
vision future du Musée comme une institution nationale
offrant la valeur maximale et les services au public.
Notamment, le Musée continuera de se concentrer sur :
• Les initiatives qui élaboreront davantage le modèle national
de service innové par le Musée canadien de la nature
suite à la formation de l’Alliance des musées d’histoire
naturelle du Canada;
• La maximisation des revenus des exploitations commerciales, des collectes de fonds et des commandites;
• Tirer parti du succès de l’ouverture de l’Édifice commémoratif Victoria partiellement rénové et la planification
pour la grande ouverture en 2010;
• L’attention spéciale accordée aux partenariats avec des
intervenants clés; et,
• Le contrôle des coûts par la gestion prudente et
l’administration de ses ressources.
Ces mesures, associées au soutien continu du gouvernement
du Canada et à une équipe hautement motivée et qualifiée,
permettra au Musée de continuer à remplir son mandat qui
est ‘‘… d’accroître, dans l’ensemble du Canada et à l’étranger,
l’intérêt et le respect à l’égard de la nature, de même que sa
connaissance et son degré d’appréciation par tous...’’
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 45
É T A T S
F I N A N C I E R S
RESPONSABILITÉS DE LA DIRECTION À L’ÉGARD DES ÉTATS FINANCIERS
C’est à la direction de la Société qu’il incombe d’établir et de
tenir un ensemble de documents comptables, de contrôles
internes et de pratiques de gestion qui lui permettent,
avec une assurance raisonnable, de produire des données
financières fiables, de protéger et contrôler ses actifs, de voir
à ce que ses opérations soient effectuées conformément aux
lois, règlements et règlements administratifs de la Société, de
gérer ses ressources avec efficience et économie et d’exercer
ses activités avec efficacité.
La direction est en outre tenue d’assurer l’intégrité et
l’objectivité des états financiers de la Société. Les états financiers ci-joints ont été dressés conformément aux principes
comptables généralement reconnus du Canada. Les autres
données financières figurant dans le présent rapport annuel
concordent avec celles qu’on trouve dans les états financiers.
Pour sa part, le Conseil d’administration doit s’assurer que
la direction s’acquitte de ses responsabilités en matière de
présentation de l’information financière et de contrôle
interne. Le Conseil assume cette charge par l’entremise du
Comité de la vérification et des finances dont la majorité des
membres ne sont pas des dirigeants de la Société. Le Comité
tient périodiquement des réunions avec la direction, les
vérificateurs internes de la Société et le Bureau du vérificateur
général du Canada, afin d’étudier la façon dont ces groupes
remplissent leur mission et de discuter de vérification, de
contrôles internes et d’autres questions financières pertinentes.
Le Conseil d’administration a examiné les états financiers avec
le Bureau du vérificateur général du Canada et les a approuvés.
La vérification des états financiers a été faite par la
vérificatrice générale du Canada. Son rapport présente une
opinion indépendante sur les états financiers soumis à la
ministre du Patrimoine canadien et de la Condition féminine.
La présidente-directrice générale,
La vice-présidente, Services corporatifs et chef de l’exploitation,
Joanne DiCosimo
Maureen Dougan
Le 1 juin 2007
46
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
É T A T S
F I N A N C I E R S
RAPPORT DU VÉRIFICATEUR
À LA MINISTRE DU PATRIMOINE CANADIEN ET DE LA CONDITION FÉMININE
J’ai vérifié le bilan du Musée canadien de la nature au 31 mars
2007 et les états des résultats et de l’avoir du Canada et des
flux de trésorerie de l’exercice terminé à cette date. La responsabilité de ces états financiers incombe à la direction de la
Société. Ma responsabilité consiste à exprimer une opinion
sur ces états financiers en me fondant sur ma vérification.
Ma vérification a été effectuée conformément aux normes
de vérification généralement reconnues du Canada. Ces normes
exigent que la vérification soit planifiée et exécutée de manière
à fournir l’assurance raisonnable que les états financiers sont
exempts d’inexactitudes importantes. La vérification comprend le contrôle par sondages des éléments probants à l’appui des montants et des autres éléments d’information fournis
dans les états financiers. Elle comprend également l’évaluation
des principes comptables suivis et des estimations importantes faites par la direction, ainsi qu’une appréciation de la
présentation d’ensemble des états financiers.
À mon avis, ces états financiers donnent, à tous les égards
importants, une image fidèle de la situation financière de la
Société au 31 mars 2007 ainsi que des résultats de son
exploitation et de ses flux de trésorerie pour l’exercice terminé
à cette date selon les principes comptables généralement
reconnus du Canada. Conformément aux exigences de la
Loi sur la gestion des finances publiques, je déclare qu’à mon
avis ces principes ont été appliqués de la même manière
qu’au cours de l’exercice précédent.
De plus, à mon avis, les opérations de la Société dont j’ai eu
connaissance au cours de ma vérification des états financiers
ont été effectuées, à tous les égards importants, conformément
à la partie X de la Loi sur la gestion des finances publiques
et ses règlements, à la Loi sur les musées et aux règlements
administratifs de la Société.
Pour la vérificatrice générale du Canada,
Mark Watters, CA
vérificateur général adjoint
Ottawa, Canada
Le 1 juin 2007
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 47
É T A T S
F I N A N C I E R S
Bilan au 31 mars 2007
(en milliers de dollars)
Notes
2007
2006
3
14 878
23 464
–
2 000
Actif
À court terme
Trésorerie et équivalents de trésorerie
Placements à court terme
Débiteurs
Clients
Ministères et organismes du gouvernement
14
Frais payés d’avance
452
353
3 598
3 983
796
443
19 724
30 243
2 435
1 508
Encaisse, placements à court terme et débiteurs affectés
4
Collections
5
1
1
Immobilisations
6
130 534
100 753
152 694
132 505
7 837
9 234
14
582
3 118
7
325
294
8 977
15 041
Passif
À court terme
Créditeurs et charges à payer
Fournisseurs
Ministères et organismes du gouvernement
Portion à court terme – obligation découlant d’une location-acquisition
Revenus et crédit parlementaire reportés
Avantages sociaux futurs
8
588
317
18 309
28 004
Obligation découlant d’une location-acquisition
7
31 797
32 121
Financement des immobilisations reporté
9
105 537
74 756
8
1 895
1 946
10
1 330
1 154
158 868
137 981
305
305
Avantages sociaux futurs
Apports reportés
Engagements et éventualités
15, 16
Dotation
11
Avoir du Canada
(6 479)
(5 781)
152 694
132 505
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
Approuvé par le Conseil d’administration :
Recommandé par la direction :
Le président du Conseil d’administration,
La vice-présidente, Services corporatifs et chef de l’exploitation,
R. Kenneth Armstrong
Maureen Dougan
La présidente du Comité de la vérification et des finances,
L’agent financier supérieur à plein temps,
Johanne Bouchard
Lynne Ladouceur, CA
48
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
É T A T S
F I N A N C I E R S
État des résultats et de l’avoir du Canada pour l’exercice terminé le 31 mars 2007
(en milliers de dollars)
Notes
2007
2006
12
680
351
Apports
1 707
1 756
Intérêts créditeurs
1 003
1 343
Programmes éducatifs
375
265
Services scientifiques
88
43
Divers
47
135
3 900
3 893
Revenus
Opérations commerciales
Dépenses
Coût du personnel
15 846
15 214
Expositions
9 696
3 891
Intérêts sur obligation découlant d’une location-acquisition
3 206
3 233
Exploitation et entretien des édifices
2 588
2 767
Services professionnels et spéciaux
2 060
2 052
Amortissement des immobilisations
1 881
1 499
Impôts fonciers
1 546
1 545
Gestion de l’information, infrastructure et systèmes
1 164
1 495
Réparations et entretien
658
633
Frais de déplacement
542
545
Marketing et communications
399
428
Fret et transport
93
85
Acquisitions d’articles pour les collections
25
10
–
243
39 704
33 640
(35 804)
(29 747)
35 106
29 257
Divers
Résultats d’exploitation nets avant financement public
Crédit parlementaire
13
Résultats d’exploitation nets
(698)
(490)
Avoir du Canada, au début de l’exercice
(5 781)
(5 291)
Avoir du Canada, à la fin de l’exercice
(6 479)
(5 781)
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 49
É T A T S
F I N A N C I E R S
État des flux de trésorerie pour l’exercice terminé le 31 mars 2007
(en milliers de dollars)
Activités d’exploitation
Encaissements – clients
2006
5 635
1 083
27 491
20 659
(40 031)
(34 332)
Intérêts reçus
1 078
1 341
Intérêts versés
(3 538)
(3 234)
(9 365)
(14 483)
31 661
35 732
(294)
(267)
31 367
35 465
(31 670)
(35 732)
Encaissements – crédit parlementaire
Décaissements – personnel et fournisseurs
Activités de financement
Crédit parlementaire utilisé pour l’achat d’immobilisations amortissables
Obligation découlant d’une location-acquisition
Activités d’investissement
Acquisition d’immobilisations
9
Disposition d’immobilisations
Diminution des placements à court terme
Diminution de l’encaisse, placements à court terme et débiteurs affectés
–
2 000
–
–
19
(927)
–
(30 588)
(35 713)
Diminution de la trésorerie et équivalents de trésorerie
(8 586)
(14 731)
Trésorerie et équivalents de trésorerie, au début de l’exercice
23 464
38 195
Trésorerie et équivalents de trésorerie, à la fin de l’exercice
14 878
23 464
Augmentation de l’encaisse, placements à court terme et débiteurs affectés
Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers.
50
2007
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
É T A T S
F I N A N C I E R S
Notes afférentes aux états financiers pour l’exercice terminé le 31 mars 2007
1. POUVOIRS ET MISSION
Le Musée canadien de la nature (la « Société ») a été constitué en vertu de la Loi sur les musées, le 1er juillet 1990, en tant que société
d’État mandataire désignée à la partie I de l’annexe III de la Loi sur la gestion des finances publiques.
La Société a pour mission d’accroître, dans l’ensemble du Canada et à l’étranger, l’intérêt et le respect à l’égard de la nature, de même
que sa connaissance et son degré d’appréciation par tous par la constitution, l’entretien et le développement, aux fins de la recherche
et pour la postérité, d’une collection d’objets d’histoire naturelle principalement axée sur le Canada ainsi que par la présentation de la
nature, des enseignements et de la compréhension qu’elle génère.
Les revenus de la Société ne sont pas assujettis aux dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu.
2. PRINCIPALES CONVENTIONS COMPTABLES
A) Méthode de comptabilité
Les états financiers sont établis selon les principes comptables généralement reconnus du Canada et respectent les conventions
comptables suivantes.
B) Utilisation d’estimations
Pour préparer des états financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada, la direction doit faire
des estimations et des hypothèses qui influent sur les montants déclarés de l’actif et du passif à la date des états financiers ainsi que sur
les montants déclarés des revenus et des dépenses pour l’exercice. Les principaux éléments susceptibles de faire l’objet d’estimations
sont les avantages sociaux futurs des employés et la durée de vie utile estimative des immobilisations. Les montants réels pourraient
différer de façon significative des estimations.
C) Trésorerie et équivalents de trésorerie
La trésorerie et les équivalents de trésorerie se composent des soldes bancaires et des placements dans des instruments du marché
monétaire dont les échéances n’excèdent pas 90 jours. Ces placements sont présentés à la valeur d’acquisition, laquelle correspond
approximativement à leur juste valeur puisqu’ils sont censés être détenus jusqu’à échéance. Les intérêts créditeurs sont comptabilisés
selon la méthode de la comptabilité d’exercice.
D) Collections
Le Musée canadien de la nature détient et conserve une collection inestimable d’objets d’histoire naturelle pour le bénéfice des Canadiennes
et des Canadiens d’aujourd’hui et de demain. Les collections de la Société forment la majeure partie de son actif. Ces collections figurent
au bilan comme un élément d’actif comptabilisé à la valeur symbolique de 1 000 $ étant donné la difficulté à déterminer une valeur
appropriée pour ces actifs. Les articles achetés pour fins de collections sont passés en charges dans l’exercice au cours duquel ils sont
acquis. Les articles de collection donnés à la Société sont comptabilisés comme actifs à une valeur nominale.
E) Immobilisations
Les immobilisations sont comptabilisées au coût. Les immobilisations inscrites comme locations-acquisitions sont initialement comptabilisées
selon la valeur actualisée des paiements minimaux de loyer au début du bail. Le terrain et l’édifice, propriétés du gouvernement du
Canada, et sous le contrôle de la Société, sont comptabilisés à leur coût estimatif. L’amortissement est calculé selon la méthode de
l’amortissement linéaire fondé sur la durée de vie utile estimative des actifs comme suit :
Édifice
commémoratif
Victoria
Propriété louée en
vertu d’un contrat
de locationacquisition
Cabinets de
collection et
rayonnages
Matériel de
recherche
Matériel
technique
Matériel de
bureau et
ameublement
Améliorations
à l’édifice
Véhicules
motorisés
Améliorations
locatives
Matériel
informatique et
logiciels
40 ans
35 ans
35 ans
10 ans
10 ans
10 ans
5 à 25 ans
5 ans
3 à 5 ans
3 ans
Les sommes relatives aux travaux de rénovation en cours sont reportées à la rubrique appropriée des immobilisations lorsque le projet
est achevé, et elles sont alors amorties conformément à la politique de la Société.
Le coût de l’équipement et du matériel destinés à la conception, à la réalisation et à l’entretien des expositions est passé en charges
dans l’exercice d’acquisition.
F) Avantages sociaux futurs
i)
Régime de retraite
Les employés participent au Régime de retraite de la fonction publique administré par le gouvernement du Canada. La Société verse des
cotisations correspondant au plein montant des cotisations d’employeur. Ce montant représente un multiple des cotisations versées par les
employés et pourrait changer au fil du temps selon la situation financière du Régime. Les cotisations de la Société représentent l’ensemble
de ses obligations en matière de pensions de retraite et sont imputées à l’exercice durant lequel les services sont rendus. La Société n’est
pas tenue à l’heure actuelle de verser des cotisations au titre des insuffisances actuarielles du Régime de retraite de la fonction publique.
ii) Indemnités de départ
Les employés ont droit à des indemnités de départ tel que le prévoient les conventions collectives et les conditions d’emploi. Le coût de
ces indemnités est imputé aux résultats de l’exercice au cours duquel elles sont gagnées par les employés. La direction utilise des hypothèses
et les meilleures estimations pour calculer la valeur de l’obligation au titre des indemnités constituées. Ces indemnités constituent pour
la Société la seule obligation de cette nature dont le règlement entraînera des paiements au cours des prochains exercices.
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 51
É T A T S
F I N A N C I E R S
G) Constatation des revenus
Les revenus qui proviennent des opérations commerciales, des programmes éducatifs, des services scientifiques et d’autres revenus sont
constatés lorsqu’il existe des preuves évidentes de l’existence d’un accord intervenu entre les deux parties, que les produits ont été livrés
ou que les services ont été rendus aux clients, que le prix est établi et déterminable et que le recouvrement est raisonnablement assuré.
La Société comptabilise également des revenus reportés lorsque les montants sont perçus avant d’avoir fourni les biens et services.
H) Crédit parlementaire
Le crédit parlementaire pour les dépenses d’exploitation est constaté comme revenu au cours de l’exercice pour lequel il est approuvé.
La portion du crédit parlementaire utilisée pour l’achat d’immobilisations amortissables est comptabilisée à titre de financement des
immobilisations reporté et est amortie selon la même méthode et sur la même période que les immobilisations correspondantes. Les
crédits parlementaires pour des projets particuliers sont reportés et constatés par la suite à l’état des résultats et de l’avoir du Canada
dans l’exercice au cours duquel les dépenses connexes sont engagées.
I) Apports
La Société comptabilise les apports selon la méthode du report.
Les apports non affectés sont constatés à titre de revenus lorsqu’ils sont reçus ou à recevoir, si le montant à recevoir peut faire l’objet
d’une estimation raisonnable et que sa perception est raisonnablement assurée. Les apports grevés d’une affectation d’origine externe
sont reportés et constatés à titre de revenus de l’exercice au cours duquel les charges connexes sont engagées. Les revenus de placement
affectés sont constatés à titre de revenus dans l’exercice au cours duquel les dépenses connexes sont engagées.
Les apports reçus autrement qu’en espèces sont comptabilisés à leur juste valeur lors de leur réception par la Société.
Les bénévoles fournissent un grand nombre d’heures de travail, chaque année. Puisqu’il est difficile d’évaluer leur juste valeur, les
services fournis à la Société à titre gracieux ne figurent pas aux états financiers.
J) Dotation
La dotation est constituée des dons affectés reçus par la Société. Le capital de ces dons doit demeurer intact. Le revenu de placement produit
par ces dons est comptabilisé comme apport reporté et doit être employé conformément aux fins établies par les donateurs. Les dons affectés
reçus sont crédités directement au compte de dotation au bilan et ne sont pas reflétés à l’état des résultats et de l’avoir du Canada.
K) Modifications comptables futures
L’Institut Canadien des Comptables Agréés a publié en janvier 2005 deux nouvelles normes comptables qui pourraient avoir une
incidence sur la Société. Ces nouvelles normes sont entrées en vigueur pour les exercices ouverts à compter du 1er octobre 2006 et
seront appliqués prospectivement.
Le chapitre 3855, « Instruments financiers – comptabilisation et évaluation », établit les normes de comptabilisation, d’évaluation
et de classement des instruments financiers. La Société devra classer ses actifs financiers dans l’une ou l’autre des catégories suivantes :
détenus à des fins de négociations, détenus jusqu’à l’échéance, prêts ou créances ou disponibles à la vente ainsi que ses passifs financiers
détenus à des fins de négociations ou autres que détenus à des fins de négociations. Les actifs et passifs financiers classifiés comme
détenus à des fins de négociations seront évalués à leur juste valeur et les gains ou pertes seront constatés dans les résultats d’exploitation
nets. Les actifs financiers classifiés comme détenus jusqu’à l’échéance, prêts ou créances et les passifs financiers autres que ceux détenus
pour fins de négociations seront évalués au coût après amortissement. Les actifs financiers classifiés comme disponibles à la vente seront
évalués à leur juste valeur et les gains et pertes non réalisés seront reconnus dans les résultats étendus.
Le chapitre 1530, « Résultat étendu », introduit une nouvelle exigence selon laquelle certains gains et pertes sont cumulés temporairement dans les résultats étendus, jusqu’à ce qu’ils puissent être comptabilisés à juste titre dans les résultats d’exploitation nets. De
plus, tous les dons restreints et dotations seront inclus dans les résultats étendus jusqu’à ce qu’ils puissent être comptabilisés dans les
revenus. La Société sera requise de présenter un nouvel état financier intitulé Résultat étendu pour enregistrer de tels montants jusqu’à
ce qu’ils puissent être reconnus.
La Société est actuellement à évaluer l’incidence de l’application de ces nouvelles normes pour l’exercice 2007-2008.
3. TRÉSORERIE ET ÉQUIVALENTS DE TRÉSORERIE
(en milliers de dollars)
Trésorerie
Équivalents de trésorerie
2007
2006
5 265
2 767
9 613
20 697
14 878
23 464
La Société investit les fonds d’exploitation dans des instruments à court terme du marché monétaire classés au moins AA et garantis par
le gouvernement du Canada, un gouvernement provincial ou la Banque Nationale du Canada. Le portefeuille comprend des acceptations
bancaires, des billets et des dépôts à terme. Le rendement global du portefeuille au 31 mars 2007 était de 4,30 p. cent (2006 – 3,74 %)
et le délai moyen avant l’échéance était de 15 jours (2006 – 36 jours). La juste valeur du portefeuille à la fin de l’exercice correspond
approximativement à la valeur comptable en raison de leur échéance imminente.
52
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
É T A T S
F I N A N C I E R S
4. ENCAISSE, PLACEMENTS À COURT TERME ET DÉBITEURS AFFECTÉS
Les comptes d’encaisse, placements à court terme et débiteurs affectés représentent la somme des apports reportés, de la dotation et
des débiteurs pouvant faire l’objet d’une estimation raisonnable et pour lesquels la perception est raisonnablement assurée. Les comptes
d’encaisse affectée sont gérés conformément aux stipulations des donateurs et investis selon les politiques de placement de la Société.
La Société investit les fonds affectés dans des instruments à court terme du marché monétaire classés au moins AA et garantis par le
gouvernement du Canada, un gouvernement provincial ou la Banque Nationale du Canada. Le portefeuille comprend des acceptations
bancaires, des billets et des dépôts à terme. Le rendement global du portefeuille au 31 mars 2007 était de 4,30 p. cent (2006 – 3,73 %)
et le délai moyen avant l’échéance était de 23 jours (2006 – 12 jours). La juste valeur du portefeuille à la fin de l’exercice correspond
approximativement à la valeur comptable en raison de leur échéance imminente.
5. COLLECTIONS
Les collections d’histoire naturelle comprennent plus de 10 millions de spécimens, dont 40 559 spécimens additionnels au cours
de l’exercice (2006 – 60 435). Elles constituent des ressources scientifiques exceptionnelles disponibles pour des fins de recherche,
d’exposition et d’éducation au niveau national et international.
•
•
•
•
Les collections se répartissent en quatre disciplines :
la collection des sciences de la terre (minéraux, roches, gemmes, fossiles);
la collection de vertébrés (mammifères, oiseaux, poissons, amphibiens, reptiles);
la collection d’invertébrés (mollusques, insectes, crustacés, parasites, vers);
la collection de botanique (algues, plantes vasculaires, mousses, lichens).
De plus, la recherche sur la préservation sert à améliorer la gestion des collections.
La Société a engagé 1,5 million de dollars en 2007 (2006 – 1,5 million) pour la gestion, la protection et la préservation de ses collections.
6. IMMOBILISATIONS
(en milliers de dollars)
Terrains
2007
2006
Valeur
comptable
nette
Coût
Amortissement
cumulé
Valeur
comptable
nette
627
–
627
627
Travaux de rénovations en cours
65 610
–
65 610
71 140
Édifice commémoratif Victoria
42 261
5 773
36 488
–
Propriété louée en vertu d’un contrat de location-acquisition
35 040
10 907
24 133
25 124
Cabinets de collection et rayonnages
3 570
1 113
2 457
2 559
Matériel de recherche
3 148
2 263
885
1 057
Améliorations locatives
674
500
174
104
Matériel technique
412
346
66
65
Matériel de bureau et ameublement
1 343
1 295
48
42
Améliorations à l’édifice
1 885
1 877
8
26
Matériel informatique et logiciels
3 410
3 372
38
9
Véhicules motorisés
M U S É E
30
30
–
–
158 010
27 476
130 534
100 753
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 53
É T A T S
F I N A N C I E R S
7. OBLIGATION LOCATIVE
L’Édifice du patrimoine naturel abrite les collections d’histoire naturelle et les fonctions administratives du Musée canadien de la nature
sur le terrain de la Société, situé à Gatineau, au Québec. L’acquisition de l’édifice s’est fait au moyen d’un contrat de location-acquisition,
dont l’échéance est fixée à 35 ans. La Société s'est engagée à payer le loyer en toute circonstance et, advenant la résiliation du bail, à la
suite d’une décision de la Société ou autrement, elle versera un loyer suffisant pour rembourser tous les coûts de financement de
l’édifice. La direction a l’intention de s’acquitter intégralement de l’obligation financière découlant du contrat de location et d’obtenir
le titre de propriété de l’édifice en 2031.
Les versements minimaux futurs de loyer relatif à l’obligation locative ont été estimés comme suit pour chaque exercice, de même
qu’au total :
(en milliers de dollars)
Obligation découlant du contrat
de location-acquisition
2008
3 500
2009
3 500
2010
3 500
2011
3 500
2012
3 500
Par la suite
68 250
(1)
Total des versements minimaux futurs
Déduire : intérêts implicites
85 750
(53 628)
(2)
Valeur actualisée des obligations financières
32 122
(1) Le total des sommes à verser en vertu du contrat de location-acquisition est fondé sur un taux d’intérêt fixe de 9,88 %, pour une période de 35 ans, établi au
moment de la signature du bail.
(2) La valeur actualisée de l’obligation locative, en se basant sur un taux d’intérêt du marché actuel de 8,35 %, est estimée à 36 millions de dollars.
8. AVANTAGES SOCIAUX FUTURS
i)
Régime de retraite
La Société et tous les employés admissibles cotisent au Régime de retraite de la fonction publique. Ce régime offre des prestations
fondées sur le nombre d’années de service et sur le salaire moyen de fin de carrière. Les prestations sont pleinement indexées selon la
hausse de l’indice des prix à la consommation. Les cotisations de la Société et des employés au Régime durant l’exercice s’élevaient à :
(en milliers de dollars)
Cotisations de la Société
Cotisations des employés
2007
2006
1 781
1 752
757
819
ii) Indemnités de départ
La Société paie des indemnités de départ à ses employés fondées sur les années de service et le salaire en fin d’emploi. Ce régime n’étant
pas provisionné, il ne détient aucun actif et présente un déficit égal à l’obligation au titre des indemnités constituées. Les opérations se
détaillent comme suit :
(en milliers de dollars)
2006
2 263
2 091
Dépense de l’exercice
258
266
Indemnités payées au cours de l’exercice
(38)
(94)
2 483
2 263
588
317
Obligation au titre des indemnités constituées au début de l’exercice
Obligation au titre des indemnités constituées à la fin de l’exercice
Portion à court terme
Portion à long terme
54
2007
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
1 895
1 946
2 483
2 263
É T A T S
F I N A N C I E R S
9. FINANCEMENT DES IMMOBILISATIONS REPORTÉ
Le financement des immobilisations reporté représente la tranche non amortie du crédit parlementaire utilisé pour l’achat d’immobilisations amortissables. Les changements apportés au solde du financement des immobilisations reporté se traduisent comme suit :
(en milliers de dollars)
2007
2006
Solde au début de l’exercice
74 756
39 521
Crédit parlementaire utilisé pour l’achat d’immobilisations amortissables
31 661
35 732
(880)
(497)
105 537
74 756
Amortissement du financement des immobilisations reporté
Solde à la fin de l’exercice
10.APPORTS REPORTÉS
Les apports reportés représentent les apports grevés d’une affectation d’origine externe qui ne sont pas encore constatés, de même que
les revenus de placement afférents. Les variations du solde et des éléments des apports reportés se détaillent comme suit :
(en milliers de dollars)
Solde au début de l’exercice
2007
2006
1 154
1 200
1 856
1 546
(1 680)
(1 592)
Solde à la fin de l’exercice
1 330
1 154
Les apports reportés comprennent ce qui suit :
Fonds affectés à des fins de programmation
1 222
1 052
101
97
7
5
1 330
1 154
Apports reçus pendant l’exercice
Montants constatés comme apports de l’exercice
Fonds affectés à des fins de recherche
Intérêts affectés à la dotation
11.DOTATION
La Société conserve un fonds de dotation constitué d’un capital de 305 000 $ (2006 – 305 000 $) et d’une importante collection
entomologique. Anne et Henry Howden ont fait ces dons pour permettre la conduite d’études professionnelles et la recherche de
collections entomologiques pour la Société.
Le principal du Fonds de dotation d’entomologie systématique ne peut être dépensé. L’intérêt gagné cumulatif de la dotation doit
être utilisé pour les fins stipulées. Les intérêts gagnés au cours de l’exercice s’élevaient à 13 128 $ (2006 – 8 555 $) et ils sont inclus
dans les apports reportés (note 10).
Advenant que la Société décide de ne plus maintenir de collections entomologiques, ce fonds de dotation ainsi que ces collections
devront alors être cédés au Musée royal de l’Ontario.
12.OPERATIONS COMMERCIALES
Le revenu des opérations commerciales se compose des éléments suivants :
(en milliers de dollars)
2007
2006
Droits d’entrée
375
55
Stationnement
155
115
Redevances d’édition
64
75
Loyer de la boutique et de la cafétéria
51
36
Location des installations
19
55
Revenus d’édition
16
15
680
351
M U S É E
C A N A D I E N
D E
L A
N A T U R E
| 55
É T A T S
F I N A N C I E R S
13.CREDIT PARLEMENTAIRE
Pour remplir sa mission, la Société compte sur le financement du gouvernement. Ce financement public se présente comme suit :
(en milliers de dollars)
2007
2006
59 145
55 569
616
581
59 761
56 150
Portion du crédit de l’exercice reporté pour des projets en capital à venir
(8 361)
(14 702)
Crédit d’années antérieures utilisé au cours de l’exercice pour compléter des projets particuliers
14 487
23 044
(31 661)
(35 732)
880
497
35 106
29 257
Crédit parlementaire approuvé :
Budget des dépenses d’immobilisations et d’exploitation
Budgets de dépenses supplémentaires
Montant utilisé pour l’achat de biens immobilisés amortissables
Amortissement du financement des immobilisations reporté
Crédit parlementaire utilisé
14.OPÉRATIONS ENTRE APPARENTÉS
La Société est apparentée à tous les ministères, organismes et sociétés d’État du gouvernement du Canada.
En plus des opérations entre apparentés présentées ailleurs dans ces états financiers, la Société a engagé des dépenses pour les
travaux et les services fournis par d’autres ministères, organismes et sociétés d’État totalisant 3 097 539 $ (2006 – 5 148 226 $) et gagné
des revenus totalisant 209 091 $ (2006 – 438 749 $). Ces opérations ont été effectuées dans le cours normal des affaires, aux mêmes
conditions que celles conclues avec des parties non apparentées et sont comptabilisées selon la valeur d’échange.
15.ENGAGEMENTS CONTRACTUELS
Au 31 mars 2007, la Société avait, relativement à des systèmes d’information et à des services d’entretien d’immeubles, des contrats à long
terme dont la valeur résiduelle était de 8 210 000 $. Les paiements minimaux futurs associés à ces ententes sont estimés comme suit :
(en milliers de dollars)
2007-2008
4 861
2008-2009
1 906
2009-2010
1 443
2010-2011
–
2011-2012
–
Au 31 mars 2007, la Société avait également des contrats à long terme relativement à des services de construction et de conception
pour les rénovations à l’Édifice commémoratif Victoria dont la valeur résiduelle était de 51 035 000 $. Ce projet sera complété au cours
de l’exercice se terminant le 31 mars 2010.
16.ÉVENTUALITÉS
Dans le cours normal des activités de la Société, diverses revendications ou poursuites légales sont intentées contre elle. Certains passifs
éventuels peuvent devenir des passifs réels lorsque au moins un événement futur se produit ou ne se produit pas. Dans la mesure où
il est probable qu’un événement futur ait lieu ou n’ait pas lieu et que l’on peut établir une estimation raisonnable de la perte, une
provision serait comptabilisée et une charge serait enregistrée dans les états financiers de la Société. Au 31 mars 2007, aucun montant
n’a été comptabilisé dans les états financiers.
17.INSTRUMENTS FINANCIERS
La juste valeur marchande des débiteurs, des créditeurs et des charges à payer se rapproche de leurs valeurs comptables respectives en
raison de l’échéance imminente de ces instruments.
18.CHIFFRES CORRESPONDANTS
Les chiffres correspondants de l’exercice 2006 ont été reclassés afin de refléter la présentation adoptée en 2007.
Musée canadien de
la nature | nature.ca
Édifice commémoratif Victoria
240, rue McLeod
Ottawa (Ontario)
Imprimé au Canada surdu papier canadien recyclé
56
| U N
N O U V E A U
D É P A R T
Édifice du patrimoine naturel
1740, chemin Pink
Gatineau (Quebec)
Information :
613-566-4700 ou
1-800-263-4433
Une version du présent rapport
estaccessible sur le site Web du
Muséecanadien de la nature à
l’adresse nature.ca.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising