Rapport ministériel sur le rendement Environnement Canada

Rapport ministériel sur le rendement Environnement Canada
Rapport ministériel sur le
rendement
Environnement Canada
2013-2014
L'honorable Leona Aglukkaq, C.P., députée
Ministre de l'Environnement
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Publié aussi en anglais sous le titre :
Departmental Performance Report 2013-14
No de cat. : En1-47/2014F-PDF
ISSN : 2292-1249
Le contenu de cette publication ou de ce produit peut être reproduit en tout ou en partie, et par quelque moyen que
ce soit, sous réserve que la reproduction soit effectuée uniquement à des fins personnelles ou publiques mais non
commerciales, sans frais ni autre permission, à moins d’avis contraire.
On demande seulement :
•
de faire preuve de diligence raisonnable en assurant l’exactitude du matériel reproduit;
•
d’indiquer le titre complet du matériel reproduit et l’organisation qui en est l’auteur;
•
d’indiquer que la reproduction est une copie d’un document officiel publié par le gouvernement du Canada
et que la reproduction n’a pas été faite en association avec le gouvernement du Canada ni avec l’appui
de celui-ci.
La reproduction et la distribution à des fins commerciales est interdite, sauf avec la permission écrite
de l’administrateur des droits d’auteur de la Couronne du gouvernement du Canada, Travaux publics
et Services gouvernementaux (TPSGC). Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer
avec TPSGC au 613-996-6886 ou à [email protected]
Photos : © Environnement Canada
© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par la ministre de l’Environnement, 2014.
Also available in English
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Table des matières
Avant-propos ......................................................................................................................................................... v
Message de la ministre ......................................................................................................................................... 1
Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation ................................................................................. 3
Profil de l’organisation ..................................................................................................................................... 3
Contexte organisationnel ................................................................................................................................. 4
Dépenses réelles ........................................................................................................................................... 13
Harmonisation des dépenses avec le cadre pangouvernemental ................................................................. 16
Tendances relatives aux dépenses du ministère ........................................................................................... 17
Budget des dépenses pas crédit voté ............................................................................................................ 18
Section II : Analyse des programmes par résultats stratégique .......................................................................... 19
Résultat stratégique 1 : L'environnement naturel du Canada est conservé et restauré pour les générations
actuelles et futures. ........................................................................................................................................ 19
Sous-programme 1.1.1 : Politiques et priorités sur la biodiversité ................................................................. 21
Sous-programme 1.1.2 : Espèces en péril .................................................................................................... 23
Sous-sous-programme 1.1.2.1 : Opérations liées aux espèces en péril ....................................................... 25
Sous-sous-programme 1.1.2.2 : Fonds autochtones pour les espèces en péril ............................................ 26
Sous-sous-programme 1.1.2.3 : Programme d’intendance de l’habitat ......................................................... 27
Sous-programme 1.1.3 : Oiseaux migrateurs ................................................................................................ 29
Sous-programme 1.1.4 : Conservation des habitats fauniques ..................................................................... 31
Sous-sous-programme 1.1.4.1 : Partenariats pour la conservation des habitats .......................................... 32
Sous-sous-programme 1.1.4.2 : Aires protégées .......................................................................................... 34
Programme 1.2 : Ressources en eau ............................................................................................................ 36
Sous-programme 1.2.1 : Qualité de l’eau et santé des écosystèmes aquatiques ......................................... 37
Sous-programme 1.2.2 : Gestion et utilisation des ressources en eau ......................................................... 39
Sous-programme 1.2.3 : Service et relevés hydrologiques ........................................................................... 40
Programme 1.3 : Écosystèmes durables ....................................................................................................... 42
Sous-programme 1.3.1 : Rapports axés sur le développement durable et indicateurs ................................. 43
Sous-programme 1.3.2 : Évaluation et approches axées sur les écosystèmes ............................................ 45
Sous-programme 1.3.3 : Mobilisation communautaire .................................................................................. 46
Sous-sous-programme 1.3.3.1 : Financement communautaire ÉcoAction.................................................... 48
Sous-sous-programme 1.3.3.2 : Fonds pour dommages à l’environnement ................................................. 49
Sous-sous-programme 1.3.3.3 : Programme d’emploi jeunesse en environnement ..................................... 51
Sous-sous-programme 1.3.3.4 : Éducation et mobilisation ........................................................................... 52
Sous-programme 1.3.4 : Initiatives axées sur les écosystèmes .................................................................... 53
Sous-sous-programme 1.3.4.1 : Grands Lacs ............................................................................................... 54
Sous-sous-programme 1.3.4.2 : Saint-Laurent .............................................................................................. 56
Sous-sous-programme 1.3.4.3 : Lac Simcoe ................................................................................................ 58
Sous-sous-programme 1.3.4.4 : Lac Winnipeg ............................................................................................. 59
Sous-sous-programme 1.3.4.5 : Partenariats communautaires sur les écosystèmes ................................... 60
Programme 1.4 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Faune .............................................. 62
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant
aux conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat. ....................................................................... 64
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens ............................... 64
Environnement Canada iii
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 2.1.1 : Observations, prévisions et avertissements météorologiques ............................... 66
Sous-programme 2.1.2 : Information météorologique liée à la santé ............................................................ 68
Sous-programme 2.1.3 : Information, prévisions et outils climatologiques .................................................... 70
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs ciblés ..................... 72
Sous-programme 2.2.1 : Services météorologiques pour la navigation aérienne ......................................... 74
Sous-programme 2.2.2 : Services météorologiques et des glaces pour la navigation maritime ................... 75
Sous-programme 2.2.3 : Services météorologiques pour les opérations militaires ....................................... 76
Sous-programme 2.2.4 : Services météorologiques pour les secteurs économiques et commerciaux ........ 78
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur
environnement sont minimisées. ................................................................................................................... 79
Programme 3.1 : Gestion des substances et des déchets ............................................................................ 80
Sous-programme 3.1.1 : Gestion des substances ......................................................................................... 81
Sous-programme 3.1.2 : Gestion des effluents ............................................................................................. 84
Sous-programme 3.1.3 : Pollution marine ..................................................................................................... 86
Sous-programme 3.1.4 : Urgences environnementales ................................................................................ 87
Sous-programme 3.1.5 : Sites contaminés .................................................................................................... 89
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l’air ...................................................................... 91
Sous-programme 3.2.1 : Programme de réglementation sur les changements climatiques et la qualité de
l’air ................................................................................................................................................................. 93
Sous-sous-programme 3.2.1.1 : Émissions du secteur industriel .................................................................. 96
Sous-sous-programme 3.2.1.2 : Émissions du secteur des transports ......................................................... 98
Sous-sous-programme 3.2.1.3 : Secteur des produits de consommation et commerciaux .......................... 99
Sous-programme 3.2.2 : Partenariats internationaux sur les changements climatiques et la qualité de l’air
..................................................................................................................................................................... 101
Sous-programme 3.2.3 : Technologie environnementale ............................................................................ 103
Sous-sous-programme 3.2.3.1 : Technologies de développement durable ................................................ 104
Sous-sous-programme 3.2.3.2 : Innovation dans la technologie environnementale ................................... 106
Programme 3.3 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Pollution ........................................ 107
Services internes ......................................................................................................................................... 109
Section III : Renseignements supplémentaires ................................................................................................. 111
Faits saillants des états financiers ............................................................................................................... 111
États financiers ............................................................................................................................................ 115
Tableaux de renseignement supplémentaires ............................................................................................. 116
Dépenses fiscales et évaluations ................................................................................................................ 116
Section IV : Coordonnées de l’organisation ...................................................................................................... 117
Annexe : Définitions ..................................................................................................................................... 118
Notes de fin de document ................................................................................................................................. 120
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Avant-propos
Le rapport ministériel sur le rendement fait partie de la série de documents budgétaires. Ces documents
appuient les lois de crédits, qui précisent les montants pouvant être dépensés par le gouvernement et à
quelles fins générales. Les documents budgétaires comptent trois parties.
Partie I – Le Plan de dépenses du gouvernement présente un aperçu des dépenses fédérales.
Partie II – Le budget principal des dépenses décrit les ressources financières requises au prochain
exercice pour chaque ministère, organisme et société d’État.
Partie III – Les plans de dépenses des ministères sont constitués de deux documents. Le rapport sur les
plans et les priorités (RPP) est un plan de dépenses établi par chaque ministère et organisme qui reçoit
des crédits parlementaires (à l’exception des sociétés d’État). Ce rapport présente des renseignements
détaillés, pour une période de trois ans commençant à l’exercice indiqué dans le titre du rapport, sur les
priorités, les résultats stratégiques, les programmes, les résultats attendus et les ressources connexes
requises. Le Rapport ministériel sur le rendement (RMR) dresse un bilan du rendement réel obtenu par
chaque ministère et organisme au cours du plus récent exercice terminé, en fonction des plans, des
priorités et des résultats attendus énoncés dans son propre RPP. Le RMR informe les parlementaires et
la population des résultats obtenus par les organisations pour les Canadiens.
Le budget supplémentaire des dépenses renferme en outre des renseignements sur les besoins relatifs
aux dépenses qui n’étaient pas suffisamment définis pour être inclus dans le budget principal des
dépenses ou qui ont ultérieurement été précisés afin de rendre compte de l’évolution de programmes et
de services donnés.
L’information financière présentée dans le RMR provient directement des autorisations décrites dans le
budget principal des dépenses et des renseignements fournis dans le RPP sur les dépenses prévues.
Cette information financière correspond à celle fournie dans les Comptes publics du Canada. Ceux­ci
renferment l’État consolidé de la situation financière, l’État consolidé des résultats et du déficit accumulé,
l’État consolidé de la variation de la dette nette et l’État consolidé des flux de trésorerie du gouvernement
du Canada, de même que des renseignements détaillés des opérations financières ventilées par
portefeuille ministériel pour un exercice donné. Deux types d’information financière présentée dans le
RMR proviennent des Comptes publics du Canada : les autorisations budgétaires disponibles pour
emploi au nouvel exercice par une organisation qui reçoit des crédits parlementaires, et les autorisations
utilisées lors de cet exercice. Ces dernières autorisations correspondent aux dépenses réelles décrites
dans le RMR.
La Politique sur la structure de la gestion, des ressources et des résultats du Conseil du Trésor favorise
une plus grande concordance de l’information sur le rendement présentée dans les RMR, les autres
documents budgétaires et les Comptes publics du Canada. Pour les organisations qui reçoivent des
crédits parlementaires, la Politique définit l’architecture d’alignement des programmes comme une
structure par rapport à laquelle l’information sur le rendement financier et non financier est fournie aux
fins des documents budgétaires et des rapports au Parlement. Peu importe si l’organisation présente
l’information dans le budget principal des dépenses, le RPP, le RMR ou les Comptes publics du Canada,
la même structure est utilisée.
Dans le but de mieux appuyer les décisions sur les crédits, un certain nombre de changements ont été
apportés aux RMR en 2013­2014. Le RMR présente maintenant les renseignements sur les finances, les
ressources humaines et le rendement dans la section II, au niveau le plus bas de l’architecture
d’alignement des programmes, le cas échéant.
Environnement Canada v
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Le format et la terminologie du RMR ont également été modifiés afin de le rendre plus clair et cohérent et
de mettre davantage l’accent sur l’information du budget des dépenses et des Comptes publics. De plus,
l’information ministérielle concernant la Stratégie fédérale de développement durable (SFDD) a été
regroupée dans un nouveau tableau de renseignements supplémentaires qui sera affiché sur le site Web
du Ministère. Ce tableau comprend tous les éléments de la Stratégie qui étaient auparavant fournis dans
les RMR et les sites Web ministériels, y compris les rapports sur l’écologisation des opérations
gouvernementales et les évaluations environnementales stratégiques. La section III du rapport fournira
un lien vers le nouveau tableau dans le site Web du Ministère. Enfin, les définitions des termes utilisés
sont maintenant fournies en annexe.
vi Avant-propos
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Message de la ministre
En qualité de ministre de l’Environnement, je suis heureuse de vous présenter le
Rapport ministériel sur le rendement de 2013-2014. Le présent rapport décrit les
progrès réalisés par Environnement Canada pour traiter les priorités et respecter
les engagements énoncés dans le Rapport sur les plans et les priorités de 20132014.
En ce qui concerne la conservation et la biodiversité, nous avons fait des progrès
considérables. En date du 31 mars 2014, Environnement Canada a proposé ou
achevé des documents relatifs au rétablissement (programmes de
rétablissement et plans de gestion) pour 146 espèces visées par la Loi sur les
espèces en péril.
En outre, plus tôt cette année, le gouvernement a lancé un plan de conservation national qui permettra
d’avoir une approche plus coordonnée des mesures de conservation à travers le pays, qui offrira aux
Canadiens la capacité de préserver et de rétablir des terres et des plans d’eau au sein et autour de leurs
collectivités, et qui facilitera l’accès à la nature pour les citoyens des villes.
Ce plan de conservation national comprendra d’importants investissements additionnels sur cinq ans qui
permettront de protéger des terres écosensibles, de soutenir des mesures volontaires de conservation et
de rétablissement, ainsi que de renforcer la protection de l’environnement marin et côtier. De plus, il
comportera de nouvelles initiatives visant à rétablir les zones humides et à encourager les Canadiens à
se rapprocher de la nature près de chez eux, grâce à des aires protégées et des espaces verts situés au
sein ou près des zones urbaines.
Nous avons poursuivi nos progrès dans l’application du Programme sur la qualité de l’air. À l’échelle
nationale, notre approche relative à la réduction des gaz à effet de serre s’est traduite par l’introduction
de nouvelles règles permettant d’améliorer l’efficacité énergétique des nouveaux véhicules routiers lourds
et de leurs moteurs. En collaboration avec les provinces et territoires, nous avons mis en place de
nouvelles normes plus strictes pour la protection de la qualité de l’air ambiant.
À New York, nous avons participé à une série de réunions internationales sur les changements
climatiques à l’occasion du Sommet sur le climat des Nations Unies et nous avons annoncé plusieurs
nouvelles initiatives de réglementation audacieuses qui illustrent notre engagement à lutter contre les
changements climatiques tout en préservant la vigueur de l’économie canadienne. Parmi ces annonces,
notons trois initiatives de réglementation dans le domaine du transport visant la réduction des émissions
de polluants atmosphériques et des gaz à effet de serre provenant des automobiles et des camions, de
même que l’intention du Canada de lutter contre les émissions d’hydrofluorocarbones puissantes au
pays.
À l’échelle internationale, nous avons contribué, par l’intermédiaire de la Coalition pour le climat et l’air
pur, à l’élaboration d’initiatives pratiques et collaboratives visant à réduire les émissions de gaz à effet de
serre et les polluants climatiques de courte durée de vie. Nous avons participé à des négociations
commerciales et en matière d’environnement qui ont abouti à la conclusion d’un accord économique et
commercial global avec l’Union européenne. Nous avons aussi signé la Convention de Minamata sur le
mercure en vue de mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les sources humaines
d’émissions et de rejets de mercure et de composés mercuriques.
Environnement Canada 1
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Vingt projets de recherche portant sur les substances d’intérêt prioritaire comptaient parmi les mesures
entreprises pour respecter le Plan de gestion des produits chimiques. Nous demeurons sur la bonne voie
en vue de respecter notre engagement international relatif à la gestion, au Canada, de 4 200 produits
chimiques, d’ici 2020.
Tout au long de l’année, nous avons fourni aux Canadiens des prévisions météorologiques et des
avertissements de temps violent, ainsi qu’une réponse et un soutien immédiats en réaction à la tragédie
ferroviaire de Lac-Mégantic par l’intermédiaire de prévisions météorologiques, d’échantillonnage de l’eau
et de modèles de dispersion de l’air et de la fumée.
En ce qui concerne les enjeux relatifs à l’eau, nous avons travaillé en collaboration avec des partenaires
en vue de protéger des écosystèmes, fait d’importants investissements pour la remise en état de sites
contaminés et investi dans le rétablissement de la santé écologique du lac Simcoe et du sud-est de la
baie Georgienne, ainsi que du lac Winnipeg.
Environnement Canada a poursuivi l’expansion de sa surveillance dans la région des sables bitumineux
et a respecté son engagement en vue d’accroître la transparence et d’améliorer l’accessibilité des
données et des résultats relatifs à la surveillance au moyen du site Web ministériel et du portail de
données du gouvernement du Canada.
L’exercice a également été marqué par le dépôt de la deuxième Stratégie fédérale de développement
durable (2013-2016), qui raffermit notre engagement en vue de rendre les prises de décision en matière
d’environnement plus transparentes et responsables.
Je vous invite à lire le rapport afin de connaître les renseignements détaillés à propos des activités
susmentionnées et des autres qui ont été entreprises afin de préserver un environnement propre, sûr et
durable pour les générations d’aujourd'hui et celles à venir.
(Original signé par)
_________________________________________
L’honorable Leona Aglukkaq, C.P., députée
Ministre de l’Environnement
2 Message de la Ministre
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Profil de l’organisation
Ministre de tutelle :
L’honorable Leona Aglukkaq, C.P., députée
Premier dirigeant :
Michael Martin
Portefeuille ministériel :
Environnement Canada
Instruments habilitants :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
i
Loi sur le ministère de l'Environnement
ii
Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999)
iii
Loi sur les espèces en péril
Loi sur les ouvrages destinés à l'amélioration des cours d'eau
iv
internationaux
v
Loi sur les ressources en eau du Canada
vi
Loi de 1921 pour le contrôle du lac des Bois
Loi sur les renseignements en matière de modification du temps vii
viii
Loi sur les pêches (administration des dispositions sur la
prévention de la pollution)
ix
Loi sur la protection de l'environnement en Antarctique
x
Loi de 1994 sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs
Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la
xi
réglementation de leur commerce international et interprovincial
xii
Loi sur les espèces sauvages au Canada
xiii
Loi fédérale sur le développement durable
xiv
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (2012)
xv
Loi sur les pénalités administratives en matière d'environnement
xvi
Loi sur la semaine de la protection de la faune
Année d’incorporation ou de création :
1971
Autre :
Environnement Canada jouit d'une longue histoire. Environnement Canada a été créé en 1971.
Cependant, certaines de ses organisations ont été mises sur pied bien avant, telles que le Service
canadien de la faune, créé en 1947, la Division des relevés hydrologiques du Canada, créée en 1908, et
le Service météorologique du Canada, créé en 1871.
Environnement Canada compte des effectifs nationaux. Environ 60 % des effectifs du Ministère se
trouvent en dehors de la région de la capitale nationale. Les employés travaillent partout au Canada,
d'Iqaluit à Burlington et de Vancouver à St. John's, œuvrant dans des bureaux et laboratoires régionaux,
des réserves fauniques naturelles et des stations météorologiques.
Environnement Canada est un ministère à vocation scientifique. La science est à la base du travail
du Ministère. Elle est au cœur de la capacité d'Environnement Canada à réaliser son mandat et à
respecter ses obligations législatives. Le Ministère dirige une vaste gamme d'activités de surveillance de
l'environnement, de recherche et d'autres activités scientifiques dans des domaines tels que les sciences
de l'atmosphère, la météorologie, la physique, la biologie, la chimie, la toxicologie, l'hydrologie, l'écologie,
l'ingénierie et l'informatique. Les renseignements et les connaissances scientifiques sont utilisés pour
éclairer les programmes, politiques et services ministériels et sont recueillis et diffusés afin de faciliter la
prise de décisions et d'encourager l'innovation. En 2013­2014, Environnement Canada a élaboré la
Stratégie pour les sciences d’Environnement Canada 2014­2019 xvii qui raconte l'histoire du Ministère
Environnement Canada 3
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
et fournit l'orientation et les consignes nécessaires pour garantir que ses travaux scientifiques continuent
d’être orientés vers les priorités environnementales nationales.
Environnement Canada collabore avec de nombreux partenaires. Les enjeux environnementaux ont
de vastes répercussions sur les décisions sociales et économiques. Environnement Canada collabore
avec de nombreux partenaires, notamment d'autres ministères fédéraux, des gouvernements
provinciaux, territoriaux et autochtones, les gouvernements d'autres nations, des institutions
universitaires, des organisations non gouvernementales engagées dans le domaine de l'environnement
et des organisations internationales. Cette collaboration stimule les efforts que déploient tous les
partenaires pour assurer la préservation d'un environnement propre, sécuritaire et durable et atteindre les
résultats environnementaux prévus.
Environnement Canada s'engage à fonctionner à titre d'organisme de réglementation de calibre
mondial. En tant qu'important organisme de réglementation du gouvernement fédéral, Environnement
Canada fonctionne au sein du vaste système de réglementation fédéral axé sur le rendement, élaborant
un vaste éventail de règlements destinés à protéger la population canadienne et son environnement,
encourageant le respect de ces règlements et assurant leur application. Le Ministère s'est engagé à offrir
un système réglementaire fondé sur des preuves, efficace, efficient, transparent et adaptable.
Contexte organisationnel
Raison d’être
Environnement Canada est le ministère fédéral responsable d'un vaste éventail de questions
environnementales qui affectent la population canadienne. Le Ministère joue également un rôle
d'intendance dans la réalisation et le maintien d'un environnement propre, sécuritaire et durable. Il aborde
les enjeux par la surveillance, la recherche, l'élaboration de politiques, la prestation de services à la
population canadienne, la réglementation, l'application des lois environnementales, l'avancement des
technologies propres et des partenariats stratégiques. Les programmes du Ministère sont axés sur
un environnement propre, en minimisant les menaces que représente la pollution pour la population
canadienne ainsi que pour son environnement; un environnement sécuritaire, en dotant la population
canadienne des outils nécessaires à la prise de décisions éclairées quant aux conditions changeantes du
temps, de l'eau et du climat et un environnement durable, en préservant et en restaurant
l'environnement naturel du Canada. L'orientation du programme du Ministère reflète l'interdépendance de
plus en plus évidente entre la durabilité de l'environnement et le bien-être économique.
Responsabilités
Un certain nombre de lois et de règlements confèrent à Environnement Canada son mandat et lui
permettent d'exécuter ses programmes. Aux termes de la Loi sur le ministère de l'Environnement, les
pouvoirs, les tâches et les fonctions du ministre de l'Environnement s'étendent aux domaines suivants :
•
la conservation et l'amélioration de la qualité de l'environnement naturel, notamment celle de l'eau,
de l'air et du sol, et la coordination des politiques et programmes pertinents du gouvernement du
Canada;
•
les ressources naturelles renouvelables, notamment les oiseaux migrateurs et la flore et la faune
sauvages en général;
•
la météorologie;
•
l'application des règles et règlements.
Outre les pouvoirs que lui confère la Loi sur le ministère de l'Environnement, la ministre de
xviii
l'Environnement exerce des pouvoirs supplémentaires prévus par d'autres lois et règlements ,
notamment, mais sans s'y limiter, la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) (LCPE,
1999), la Loi fédérale sur le développement durable, et plusieurs autres mesures législatives ciblant la
protection de la biodiversité et de l'eau ainsi que l'application des lois et règlements environnementaux (p.
ex. la Loi sur les espèces en péril).
4 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Le Ministère est un partenaire important pour d'autres ministères fédéraux (y compris ses partenaires
ministériels de portefeuille, l'Agence canadienne d'évaluation environnementale et Parcs Canada),
lorsque des lois lui confèrent des responsabilités secondaires ou partagées pour exécuter avec succès
les mandats d'autres ministères fédéraux. En vertu de la LCPE (1999), Environnement Canada fournit,
par exemple, des renseignements et des analyses aux autres (au titre d'autorité fédérale) afin d'étayer
des évaluations environnementales solides. Parmi ces autres lois, on compte, la Loi sur la prévention de
la pollution des eaux arctiques (Transports Canada, Affaires autochtones et Développement du Nord
Canada, Ressources naturelles Canada), la Loi sur la Fondation du Canada pour l'appui technologique
au développement durable (Ressources naturelles Canada) et la Loi sur les pêches (Pêches et Océans
Canada).
Résultats stratégiques et architecture d’alignement des programmes
Environnement Canada remplit son mandat en faisant la promotion de trois résultats stratégiques,
chacun contribuant au résultat du gouvernement du Canada pour un environnement propre, sécuritaire et
durable. Neuf programmes et 26 sous-programmes sont alignés afin d'appuyer la réalisation des trois
résultats stratégiques du Ministère. Ensemble, les résultats stratégiques, programmes et sousprogrammes permettent d'accomplir des progrès en exécutant son mandat d'intendance, c'est-à-dire
assurer un environnement propre, sécuritaire et durable. Les résultats stratégiques, programmes et sousprogrammes et les services internes du Ministère pour 2013-2014 sont présentés ci-dessous.
Résultat stratégique 1 : L'environnement naturel du Canada est conservé et restauré pour les
générations actuelles et futures.
Programme 1.1 : Biodiversité – Espèces sauvages et habitats
Sous-programme 1.1.1 : Politiques et priorités sur la biodiversité
Sous-programme 1.1.2 : Espèces en péril
Sous-sous-programme 1.1.2.1 : Opérations liées aux espèces en péril
Sous-sous-programme 1.1.2.2 : Fonds autochtones pour les espèces en péril
Sous-sous-programme 1.1.2.3 : Programme d'intendance de l'habitat
Sous-programme 1.1.3 : Oiseaux migrateurs
Sous-programme 1.1.4 : Conservation des habitats fauniques
Sous-sous-programme 1.1.4.1 : Partenariats pour la conservation des
habitats
Sous-sous-programme 1.1.4.2 : Aires protégées
Programme 1.2 : Ressources en eau
Sous-programme 1.2.1 : Qualité de l'eau et santé des écosystèmes aquatiques
Sous-programme 1.2.2 : Gestion et utilisation des ressources en eau
Sous-programme 1.2.3 : Service et relevés hydrologiques
Programme 1.3 : Écosystèmes durables
Sous-programme 1.3.1 : Rapports axés sur le développement durable et indicateurs
Sous-programme 1.3.2 : Évaluation et approche axées sur les écosystèmes
Sous-programme 1.3.3 : Mobilisation communautaire
Sous-sous-programme 1.3.3.1 : Financement communautaire ÉcoAction
Sous-sous-programme 1.3.3.2 : Fonds pour dommages à l'environnement
Sous-sous-programme 1.3.3.3 : Programme d'emploi jeunesse en
environnement
Sous-sous-programme 1.3.3.4 : Éducation et mobilisation
Sous-programme 1.3.4 : Initiatives axées sur les écosystèmes
Sous-sous-programme 1.3.4.1 : Grands Lacs
Sous-sous-programme 1.3.4.2 : Saint-Laurent
Sous-sous-programme 1.3.4.3 : Lac Simcoe
Environnement Canada 5
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 1.3.4.4 : Lac Winnipeg
Sous-sous-programme 1.3.4.5 : Partenariats communautaires sur les
écosystèmes
Programme 1.4 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Faune
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est équipée pour prendre des décisions
éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de l'eau et du climat
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
Sous-programme 2.1.1 : Observations, prévisions et avertissements
météorologiques
Sous-programme 2.1.2 : Information météorologique liée à la santé
Sous-programme 2.1.3 : Information, prévisions et outils climatologiques
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs ciblés
Sous-programme 2.2.1 : Services météorologiques pour la navigation aérienne
Sous-programme 2.2.2 : Services météorologiques et des glaces pour la navigation
maritime
Sous-programme 2.2.3 : Services météorologiques pour les opérations militaires
Sous-programme 2.2.4 : Services météorologiques pour les secteurs économiques
et commerciaux
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que
pour leur environnement sont minimisées.
Programme 3.1 : Gestion des substances et des déchets
Sous-programme 3.1.1 : Gestion des substances
Sous-programme 3.1.2 : Gestion des effluents
Sous-programme 3.1.3 : Pollution marine
Sous-programme 3.1.4 : Urgences environnementales
Sous-programme 3.1.5 : Sites contaminés
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l'air
Sous-programme 3.2.1 : Programme de réglementation sur les changements
climatiques et la qualité de l'air
Sous-sous-programme 3.2.1.1 : Émissions du secteur industriel
Sous-sous-programme 3.2.1.2 : Émissions du secteur des transports
Sous-sous-programme 3.2.1.3 : Secteur des produits de consommation et
commerciaux
Sous-programme 3.2.2 : Partenariats internationaux sur les changements
climatiques et la qualité de l'air
Sous-programme 3.2.3 : Technologie environnementale
Sous-sous-programme 3.2.3.1 : Technologies de développement durable
Sous-sous-programme 3.2.3.2 : Innovation dans la technologie
environnementale
Programme 3.3 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Pollution
Services internes
6 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Priorités organisationnelles
Environnement Canada maintient quatre priorités pour 2013-2014. Ces priorités reflètent le mandat
d'intendance du Ministère qui, de son côté, appuie directement le résultat du gouvernement du Canada
axé sur un environnement propre et sain. Le Ministère a réalisé des progrès dans l'exécution de ces
priorités, comme l'énoncent les tableaux suivants.
Priorité
Type
Priorité 1: Un environnement
propre
Gérer les substances et les déchets
et réduire la pollution ayant une
incidence directe ou indirecte sur la
santé humaine ou l'environnement.
En cours
Résultats stratégiques et/ou programmes
Liens avec :
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la
pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur
environnement sont minimisées.
Programmes : 3.1, 3.2, 3.3
Sommaire des progrès
Progrès accomplis :
Pour les changements climatiques et la qualité de l'air
•
Finalisation du règlement permettant d’améliorer l'efficacité énergétique et de réduire les émissions de gaz à
effet de serre (GES) provenant de nouveaux véhicules routiers lourds et de leurs moteurs.
•
Mise en place de nouvelles Normes nationales de qualité de l’air ambiant qui établissent des objectifs plus
stricts et exhaustifs que les normes précédentes pour les matières particulaires fines et l'ozone troposphérique
concernant la qualité de l'air extérieur. La science de la qualité de l'air a contribué à l’élaboration de ces
normes.
•
Participation à d’importantes activités et négociations internationales sur la qualité de l’air et les changements
climatiques, notamment :
•
e
o
La 19 Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques
en contribuant à l'élaboration de prochaines étapes claires en vue de conclure un accord efficace sur les
changements climatiques après 2020, en respectant notre engagement en vertu des obligations de
production de rapports du Canada, et en continuant de superviser et d’effectuer le suivi de la mise en
œuvre d'initiatives financées avec le montant de 1,2 milliard de dollars de financement accéléré.
o
Le Protocole de Montréal, dont les efforts continus permettent de faire progresser les mesures
internationales de réduction de la consommation et de la production d'hydrofluorocarbures.
o
La Coalition pour le climat et l’air pur, en contribuant à l'élaboration d'initiatives pratiques et collaboratives
ciblant la réduction des polluants de courte durée de vie ayant un effet sur le climat.
o
Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat, où Environnement Canada a continué
de diriger la délégation du Canada et contribué aux connaissances scientifiques sur les changements
climatiques.
o
Le Conseil de l'Arctique, actuellement présidé par le ministre, en assurant la coprésidence du groupe de
travail sur le carbone noir et le méthane, au cours de ses travaux sur la réduction de ces émissions.
o
D'autres forums régionaux et multilatéraux, tels que la Convention sur la pollution atmosphérique
transfrontalière à longue distance de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe et la
Commission de coopération environnementale, et à des initiatives bilatérales, notamment le Dialogue
États­Unis­Canada sur l'énergie propre et l'Accord Canada­États­Unis sur la qualité de l'air.
Surveillance continue de la qualité de l'air dans le secteur des sables bitumineux et poursuite de l’engagement
en matière de transparence et d'amélioration de l'accessibilité des données et des résultats relatifs à la
surveillance (au moyen du site Web ministériel et du portail de données du gouvernement du Canada).
Environnement Canada 7
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Pour la gestion des substances et des déchets
•
Participation au travail sur le terrain après la catastrophe du déraillement au Lac-Mégantic, par la prestation de
conseils scientifiques et techniques aux pompiers, aux agents de police, aux entrepreneurs d'intervention, à la
province de Québec et à Transports Canada; par l'entremise du Service météorologique du Canada, utilisation
de la modélisation pour prédire où la fumée et les polluants se déplaceraient dans le but de faciliter le travail
des équipes de pompiers et d'évacuation de la collectivité.
•
Poursuite du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) du gouvernement du Canada pour qu’il demeure
sur la bonne voie dans le respect de ses engagements internationaux concernant le traitement d'environ 4 300
produits chimiques au Canada d'ici 2020.
•
Offre continue d’une base scientifique solide au PGPC en effectuant des recherches et de la surveillance, ce
qui a permis de traiter environ 175 substances et a donné lieu à la rédaction d'environ 120 articles scientifiques
depuis 2011, en appui au PGPC et à la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999).
•
Signature de la Convention de Minamata sur le mercure, après avoir participé pendant quatre ans à des
négociations internationales, afin de protéger la santé humaine et l'environnement des rejets de mercure et de
composés de mercure; hôte de la première réunion d'experts techniques sur les émissions atmosphériques.
•
Atteinte des objectifs du Canada en matière de gestion internationale des produits chimiques et des déchets
ciblés lors des premières réunions de la Conférence des Parties aux Conventions de Stockholm, de Rotterdam
et de Bâle.
•
Présidence des Réunions des Parties au Protocole et de la Convention de Londres. Une modification
importante apportée au Protocole de Londres a été adoptée lors des réunions de cette année afin de
réglementer davantage la fertilisation de l'océan et mieux protéger les océans de la pollution.
Pour l'application des règlements en matière de pollution
•
Prise de mesures d'application de la loi ayant donné lieu à des sanctions, y compris l'une des amendes les plus
coûteuses jamais imposées, au montant de 500 000 $ (en vertu de la Loi sur les pêches) pour l'utilisation
illégale d'un pesticide dans l'océan au large du sud-ouest du Nouveau-Brunswick.
Priorité
Priorité 2 : Un environnement
sécuritaire
Fournir aux Canadiens des
renseignements de grande qualité
sur les conditions
environnementales à court et à long
terme.
Type
En cours
Résultats stratégiques et/ou programmes
Liens avec :
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est
équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux
conditions changeantes du temps, de l'eau et du climat.
Programmes : 2.1, 2.2
Sommaire des progrès
Progrès accomplis :
•
Mise en œuvre des services météorologiques essentiels, accessibles 24 heures sur 24 pour répondre aux
besoins des utilisateurs ciblés et des Canadiens.
•
Offre de prévisions météorologiques, d’échantillons d'eau et de modèles de dispersion de l'air et de la fumée à
l'appui des collectivités et des milieux touchés par des phénomènes météorologiques extrêmes, y compris
l'inondation de Calgary, la tempête de verglas de Toronto et d'autres tempêtes hivernales et tornades; appui à
l'intervention lors de la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic.
•
Amélioration de la couverture des services de prévisions et d'avertissements météorologiques dans le Nord
grâce à l'initiative sur les zones météorologiques de l'Arctique (METAREA) en vue de fournir des prévisions
maritimes et sur l'état des glaces aux marins et aux habitants du Nord.
8 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
Réception de plus de 600 millions de visites sur le site Internet, ce qui représente plus de la moitié de toutes
les visites sur le site Web du gouvernement du Canada. Des millions de téléchargements de renseignements
climatiques ont été effectués quotidiennement sur le portail Datamart du Ministère.
•
Poursuite de l’orientation des efforts internationaux réalisés en vertu du Cadre mondial pour les services
climatologiques aux fins de l'élaboration du cadre et des priorités relatifs aux mesures à prendre.
•
Mise à niveau des systèmes de génération d'hydrogène à trois stations de surveillance de la pollution en haute
atmosphère pour remplacer les appareils dont la technologie était périmée et pour améliorer la fiabilité et la
sécurité.
Priorité
Priorité 3 : Un environnement
durable
Veiller à la durabilité des terres, de
l'eau et de la biodiversité.
Type
En cours
Résultats stratégiques et/ou programmes
Liens avec :
Résultat stratégique 1 : L'environnement naturel du
Canada est conservé et restauré pour les générations
actuelles et futures.
Programmes : 1.1, 1.2, 1.3, 1.4
Sommaire des progrès
Progrès accomplis :
•
Progression du grand historique de travaux de conservation par le développement accru du Plan de
xix
conservation national . Le Ministère continue de favoriser des partenariats solides et à long terme avec divers
intervenants qui ont aidé à l'élaboration de la vision et des principaux thèmes du Plan : conserver les terres et
les eaux du Canada, restaurer les écosystèmes et rapprocher les Canadiens de la nature.
•
Publication d'un décret d'urgence émis en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour protéger le Tétras des
armoises, qui est exposé à des menaces imminentes pour sa survie.
•
Poursuite de la recherche et de mesures pour éviter la mortalité aviaire causée par les activités humaines, ce
qui contribuera à la diffusion des connaissances sur les répercussions de ces activités sur les oiseaux et, en fin
de compte, éclairera les mesures de gestion.
•
Participation à une réunion ministérielle des pays signataires de l'Accord sur la conservation des ours blancs
(1973); présidence du Groupe de travail sur la conservation de la flore et de la faune arctiques sur la
biodiversité du Conseil de l’Arctique.
•
Renouvellement de l'Entente Canada-Québec pour la protection et le rétablissement des espèces en péril.
•
Célébration de la réception du millième don écologique dans le cadre du Programme des dons écologiques du
Ministère. Depuis la création du programme en 1995, plus de 150 000 hectares d'habitat faunique ont été
donnés et conservés.
•
Attribution de 4,5 millions de dollars sur quatre ans à 83 projets communautaires afin de répondre à un éventail
de besoins et de défis environnementaux locaux.
•
Offre d’une expertise scientifique et technique aux décideurs de nombreux régimes d'évaluation
environnementale afin d'appuyer l'initiative de Développement responsable des ressources; participation aux
consultations des Autochtones sur un certain nombre d'examens de projets d’après une approche
pangouvernementale.
•
Participation au leadership et à la coordination d'importantes initiatives axées sur l'écosystème et aux offices de
l'eau, par l'entremise d’une approche concurrentielle à l'égard de la protection des ressources en eau et des
écosystèmes, dans le but de faciliter la gestion des écosystèmes et de la qualité et de la quantité de l'eau. Bon
nombre de ces initiatives ont exigé des négociations et la collaboration avec de nombreux partenaires et
intervenants au Canada et aux États-Unis.
Environnement Canada 9
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
Signature d’une entente de 138,9 millions de dollars avec des partenaires qui participent au projet
d'assainissement des sédiments contaminés du récif Randle dans le havre de Hamilton; investissement de 29
millions de dollars pour restaurer la santé écologique du lac Simcoe et du sud-est de la baie Georgienne;
conclusion de 18 accords de contribution en vue d’améliorer la qualité de l'eau dans le bassin du lac Winnipeg.
•
Observation des données relatives à la surveillance de l'eau et de la biodiversité dans la région des sables
bitumineux de l'Alberta et publication des données et des résultats.
•
Dépôt, au Parlement, de la deuxième Stratégie fédérale de développement durable (2013-2016), qui met à jour
la vision pangouvernementale des priorités environnementales; ajout de trois nouveaux indicateurs aux
Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement et mise à jour de 18 autres indicateurs.
Pour l'application des règlements sur la faune
•
Application des sanctions, y compris l'une des amendes les plus élevées jamais imposées — une amende
385 000 $ (en vertu de la Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation
de leur commerce international et interprovincial) pour l'exportation illégale de 250 défenses de narval en ivoire
vers les États­Unis.
Priorité
Priorité 4 : Gestion
Transformer les opérations des
services internes du Ministère afin
d'améliorer la prestation de services.
Type
En cours
Résultats stratégiques et/ou programmes)
Liens avec tous les résultats stratégiques et
programmes
Sommaire des progrès
Progrès accomplis :
•
Collaboration avec Services partagés Canada (SPC) lors de la mise en place d'un modèle de gouvernance
entre SPC et Environnement Canada pour veiller à ce que les services essentiels soient maintenus durant la
transition vers le partage de services relatifs à la gestion de l'information et aux technologies de l'information;
mise en œuvre continue du Programme de transformation du gouvernement du Canada dans le but de
moderniser le milieu de travail, par l'amélioration du site Web du Ministère, une meilleure utilisation de la
technologie pour réduire les coûts relatifs à l'impression et aux réunions en personne, ainsi que par
l’achèvement de la transformation de la bibliothèque du Ministère en bibliothèque virtuelle.
•
Élaboration de la stratégie de gestion des personnes d'Environnement Canada pour 2013­2016 en fonction de
discussions stratégiques afin de déterminer les priorités et d'apporter de l’aide lors de la réaffectation des
ressources permettant de soutenir ces priorités.
•
Appui des travaux réalisés à l'échelle internationale avec des organisations telles que le Programme des
Nations Unies pour l'environnement, l'Organisation de coopération et de développement économiques et la
Commission de coopération environnementale.
10 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse des risques
Cette section décrit les risques ministériels tel qu'ils sont indiqués dans le Rapport sur les plans et les
priorités de 2013-2014, résume la réponse d'Environnement Canada à ces risques ministériels et fournit
les liens pertinents pour l'Architecture d'alignement des programmes et des priorités organisationnelles
du Ministère. Les mesures d'atténuation (p. ex., les stratégies de réaction au risque) ont pour but de
minimiser les menaces pesant sur la capacité du Ministère à remplir son mandat et à respecter ses
priorités opérationnelles et de gestion.
Risque
Engagement :
Risques relatifs à
l'engagement avec des
partenaires et des
intervenants à l'échelle
nationale et internationale en
vue de contribuer à la
conservation et à la protection
de l'environnement
Continuité des opérations :
Risques relatifs à la prestation
de services essentiels
favorisant la santé et la
sécurité de la population
canadienne
Stratégie d’atténuation du risque
Lien à l’architecture
d’alignement des programmes
Les mesures envisageables à court et à long
terme incluent l'établissement et la consolidation
de relations avec les citoyens, les intervenants
et les partenaires, notamment par l'intermédiaire
de réseaux et de processus de planification
collaboratifs, afin de favoriser un meilleur
partage des renseignements, une meilleure
compréhension des priorités stratégiques et des
changements potentiels, la clarté des rôles et
responsabilités ainsi que des mesures
d'atténuation plus opportunes, au besoin. Ces
mesures comprennent notamment : travailler
avec INTERPOL et la Commission de
coopération environnementale; des protocoles
d'entente pour les échanges de données; des
outils de consultation en ligne; l'établissement
d'un bureau de liaison avec Services partagés
Canada et la création de comités
interministériels. De plus, des séances
ministérielles de formation et concernant un
sujet en particulier (p. ex., la formation sur les
relations avec les intervenants, la politique
d'Environnement Canada relative à la
participation du public et à la consultation avec
les Autochtones) ont été offertes.
1.1 Biodiversité, 1.2 Ressources
en eau, 1.3 Écosystèmes
durables, 2.1 Services
météorologiques et
environnementaux pour les
Canadiens, 2.2 Services
météorologiques et
environnementaux pour les
utilisateurs ciblés et 3.1 Gestion
des substances et des déchets,
3.2 Changements climatiques et
qualité de l'air, 4.1 Services
internes
Le Ministère continuera de recourir à des voies
de communication établies, à des protocoles et
à des ententes au sein du Ministère et avec ses
intervenants principaux, comme Services
partagés Canada, pour veiller à ce que les
risques associés à la prestation de services
soient gérés; la viabilité et la préparation des
plans de continuité des activités continueront
d'être mises à l'essai, à l'échelle nationale et
régionale; l’offre de formation à l'intention des
intervenants et du personnel chargés d'intervenir
en cas d'urgence sera maintenue. Des
technologies et dispositifs de sauvegarde des
systèmes sont en place, ainsi qu'un plan de
préparation aux urgences.
2.1 Services météorologiques et
environnementaux pour les
Canadiens, 2.2 Services
météorologiques et
environnementaux pour les
utilisateurs ciblés et 3.1.4
Urgences environnementales
Environnement Canada 11
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Habiletés :
Risques relatifs au
perfectionnement et au
maintien en poste des
employés possédant des
compétences essentielles
Les principaux facteurs permettant d’établir
d'une main-d’œuvre compétente comprennent le
bien­être des employés, leur formation, la prise
de mesures pour s'assurer que les gestionnaires
sont bien équipés pour assumer leur rôle de
gestion, ainsi que la promotion d'une culture de
gestion du rendement. Le Ministère examinera
avec d'autres ministères misant sur la science,
des possibilités de mise à jour de modèles de
ressourcement pour les scientifiques
(classification, recrutement, déploiement et
indemnisation). Le Ministère a réalisé des
stratégies telles que le Plan des ressources
humaines du Service météorologique du
Canada et assure la mise en œuvre du
Programme de gestion du rendement de la
fonction publique.
o
Résultats stratégiques n 1, 2 et 3
Description des risques
Les objectifs et les résultats stratégiques d'Environnement Canada, ainsi que les risques auxquels le
Ministère est confronté, sont influencés par l'environnement dans lequel il mène ses activités. Pour les
risques figurant dans le profil des risques ministériels 2011-2013 et le RPP de 2013-2014, les principaux
facteurs de risque externes à considérer par le Ministère étaient les suivants :
•
Le rehaussement des attentes à l'échelle du Canada et du monde concernant la gestion de
l'environnement.
•
Le rythme en constante accélération des avancées dans les sciences et la technologie.
•
La situation économique et financière incertaine, les contraintes et limitations en matière de
ressources des partenaires et des intervenants.
•
L'évolution, la concurrence et les conflits relatifs aux priorités des intervenants nationaux et
internationaux.
•
La concurrence pour l'obtention de personnel compétent spécialisé et expérimenté.
•
La perturbation possible des services due à des dangers naturels ou anthropiques (p. ex., les
phénomènes météorologiques violents, la défaillance de l'infrastructure).
La gestion du risque demeure une activité primordiale pour le Ministère. Au niveau de la direction,
l'information relative au risque est utilisée afin d'éclairer l'établissement des priorités du Ministère, la
planification des ressources et des activités, et la prise de décision. Afin d'aider les gestionnaires à
renforcer la planification et la prise de décision fondées sur le risque et de favoriser une culture de prise
de risques responsable et bien informée, le Ministère continuera de faire progresser la gestion des
risques et la sensibilisation à tous les niveaux organisationnels.
12 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Dépenses réelles
Ressources financières budgétaires (dollars)*
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
959 359 318
951 598 759
1 059 384 177
978 949 548
27 350 789
*Tous les chiffres, dans tout le document, sont exempts des recettes disponibles.
Les dépenses prévues du Ministère reflètent le financement approuvé par le Conseil du Trésor pour
appuyer les résultats stratégiques et les programmes du Ministère. Au cours de l'exercice, les
financements nouveaux et renouvelés ont ajouté 107,8 millions de dollars aux dépenses prévues, faisant
monter les autorisations totales à 1 059,4 millions de dollars. Cette augmentation était principalement
attribuable à des fonds reçus pour un paiement versé à Conservation de la nature Canada, au versement
rétroactif de salaires et traitements dans le cadre du renouvellement des conventions collectives, et au
financement fourni par l'affectation de crédits centraux du Conseil du Trésor (p. ex., le report du budget
de fonctionnement et des investissements, les indemnités de départ et les congés de maternité).
Les dépenses réelles de 978,9 millions de dollars (92,4 % des autorisations totales) correspondent aux
dépenses du Ministère consignées dans les Comptes publics, et sont plus élevées que les dépenses
prévues, principalement en raison de la hausse des paiements versés à titre d’indemnités de départ et
des salaires rétroactifs pour le renouvellement des conventions collectives, qui a été compensée par des
fonds non utilisés pour la Fondation du Canada pour l’appui technologique au développement durable.
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)*
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
6 518
6 307
-211
*Les totaux peuvent différer d'un tableau à l'autre et à l'intérieur d'un même tableau en raison de l'arrondissement des chiffres. Le
nombre d'équivalents temps plein, dans tout le document, inclut les étudiants.
Les ressources humaines nécessaires au maintien d'un niveau d'emploi moyen pour un équivalent temps
plein (ETP) sur 12 mois sont basées sur une semaine de 37,5 heures de travail. Environnement Canada
a utilisé 6 307 ETP par rapport au nombre prévu de 6 518 ETP en 2013-2014, ce qui représente une
diminution de 211 ETP (3,2 %). Les ETP prévus et actuels doivent être examinés en fonction des
dépenses prévues et réelles, respectivement, dans le tableau des ressources financières de 2013-2014
ci-dessus.
Environnement Canada 13
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sommaire du rendement budgétaire pour les résultats stratégiques et les programmes (dollars)
Résultats stratégiques,
programmes et
Services internes
Budget
principal des
dépenses
2013-2014
Dépenses
prévues
2013-2014
Dépenses
prévues
2014-2015
Dépenses
prévues
2015-2016
Autorisations
totales
pouvant être
utilisées
2013-2014
Dépenses
Dépenses
Dépenses
réelles
réelles
réelles
(autorisations (autorisations (autorisations
utilisées)
utilisées)
utilisées)
2013-2014
2012-2013
2011-2012
Résultat stratégique 1: l’environnement naturel du Canada est conservé et restauré pour les générations actuelles et futures
Programme 1.1
Biodiversité – Espèces
sauvages et habitats
99 530 109
99 756 179
91 592 394
77 524 130
122 992 217
120 519 001
124 279 701
138 780 378
Programme 1.2
Ressources en eau
96 788 965
96 788 964
91 196 857
88 228 013
104 913 126
100 322 337
108 552 181
107 643 683
Programme 1.3
Écosystèmes durables
66 589 903
71 635 870
92 013 642
82 871 755
70 851 606
70 727 194
67 500 282
66 180 594
Programme 1.4
Promotion de la
conformité et
application de la loi –
Faune
16 623 597
16 849 667
15 821 926
15 321 593
18 545 835
18 208 956
16 695 292
17 467 430
Total partiel Résultat
stratégique 1
279 532 574
285 030 680
290 624 819
263 945 491
317 302 784
309 777 488
317 027 456
330 072 085
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de
l'eau et du climat.
Programme 2.1
Services
météorologiques et
environnementaux
pour les Canadiens
158 545 334
153 545 334
165 962 548
170 289 173
189 462 286
182 818 981
167 695 081
172 435 665
Programme 2.2
Services
météorologiques et
environnementaux
pour les utilisateurs
ciblés
25 547 830
25 547 829
25 266 280
20 608 912
28 557 210
26 618 144
23 048 760
24 057 561
Total partiel Résultat
stratégique 2
184 093 164
179 093 163
191 228 828
190 898 085
218 019 496
209 437 125
190 743 841
196 493 226
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur environnement sont minimisées.
Programme 3.1
Gestion des
substances et des
déchets
73 874 896
74 553 108
75 747 789
73 834 432
86 290 566
84 616 666
79 295 781
83 291 322
Programme 3.2
Changements
climatiques et qualité
de l'air
179 283 757
179 509 827
234 152 193
117 621 925
186 131 979
125 118 027
157 525 949
118 255 660
Programme 3.3
Promotion de la
conformité et
Application de la loi –
Pollution
43 773 701
43 999 770
38 324 642
37 797 194
46 216 846
44 661 876
41 707 206
43 266 981
Total partiel Résultat
stratégique 3
296 932 354
298 062 705
348 224 624
229 253 551
318 639 391
254 396 569
278 528 936
244 813 963
Services internes
Sous-total
198 801 226
189 412 211
181 427 802
177 365 530
205 422 506
205 338 366
203 355 229
237 096 982
Total
959 359 318
951 598 759
1 011 506 073
861 462 657
1 059 384 177
978 949 548
989 655 462
1 008 476 256
14 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultat stratégique 1 : L’environnement naturel du Canada est préservé et restauré pour les
générations actuelles et futures.
Les dépenses réelles pour 2013-2014 sont plus élevées que prévu, principalement à cause des fonds
reçus pour un paiement versé à Conservation de la nature Canada (CNC), ainsi que d’une augmentation
des paiements versés à titre d’indemnités de départ et du paiement de salaires rétroactifs pour le
renouvellement des conventions collectives. La réduction des dépenses réelles en 2013-2014 par rapport
à 2012­2013 est attribuable à une diminution du versement destiné à CNC. La réduction des dépenses
prévues entre 2014-2015 et 2015-2016 est attribuable en grande partie à l'élimination graduelle des fonds
fournis au budget de 2012 en raison de l'élimination graduelle du programme pour les espèces en péril,
ainsi qu'à la diminution du financement du Plan d'action pour l'assainissement de l'eau.
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est équipée pour prendre des décisions
éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat
Les dépenses réelles pour 2013-2014 sont plus élevées que les dépenses prévues, surtout à cause du
plus grand nombre de paiements versés à titre d’indemnités de départ et du paiement de salaires
rétroactifs pour le renouvellement des conventions collectives. Ces deux facteurs expliquent également
l'augmentation des dépenses réelles en 2013-2014 par rapport à 2012-2013. L'augmentation entre les
dépenses prévues entre 2013-2014 et 2014-2015 est attribuable en grande partie à une réaffectation de
fonds liée au transfert vers Services partagés Canada (SPC).
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que
pour leur environnement sont minimisées.
Les dépenses prévues pour 2013-2014 sont plus élevées que les dépenses réelles principalement en
raison des fonds non dépensés pour la Fondation du Canada pour l’appui technologique au
développement durable, ce qui est compensé par l'augmentation des paiements versés à titre
d’indemnités de départ pour le renouvellement des conventions collectives. La réduction des dépenses
réelles en 2013-2014 par rapport à 2012-2013 est attribuable à la fin du financement accéléré en vertu de
l'Accord de Copenhague. L'augmentation des dépenses prévues pour 2014­2015 est attribuable en
grande partie au financement de la Fondation du Canada pour l’appui technologique au développement
durable.
Services internes
Les dépenses réelles pour 2013-2014 sont plus élevées que les dépenses prévues, principalement en
raison d'une réaffectation de fonds liée au transfert vers SPC, ainsi que l'augmentation des paiements
versés à titre d’indemnités de départ pour le renouvellement des conventions collectives. La diminution
entre les dépenses prévues entre 2013-2014 et 2014-2015 est attribuable en grande partie aux mesures
d'économies.
Environnement Canada 15
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Harmonisation des dépenses avec le cadre pangouvernemental
Harmonisation des dépenses réelles pour 2013-2014 avec le Cadre pangouvernemental
Résultat
stratégique 2 :
La population
canadienne est
équipée pour
prendre des
décisions éclairées
quant aux
conditions
changeantes du
temps de l’eau et
du climat.
Résultat
stratégique 3 :
Les menaces que
représente la
pollution pour les
Canadiens ainsi
que pour leur
environnement sont
minimisées.
(dollars)
Secteur de
dépenses
Résultat du
gouvernement du
Canada
Dépenses prévues
2013-2014
Programme 1.1 Biodiversité –
Espèces sauvages et habitats
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
120 519 001
Programme 1.2 Ressources en
eau
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
100 322 337
Programme 1.3 Écosystèmes
durables
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
70 727 194
Programme 1.4 Promotion de
la conformité et application de
la loi – Faune
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
18 208 956
Programme 2.1 Services
météorologiques et
environnementaux pour les
Canadiens
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
182 818 981
Programme 2.2 Services
météorologiques et
environnementaux pour les
utilisateurs ciblés
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
26 618 144
Programme 3.1 Gestion des
substances et des déchets
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
84 616 666
Programme 3.2 Changements
climatiques et qualité de l'air
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
125 118 027
Programme 3.3 Promotion de
la conformité et Application de
la loi – Pollution
Affaires
économiques
Un environnement
propre et sain
44 661 876
Résultat
stratégique
Résultat
stratégique 1 :
L'environnement
naturel du Canada
est préservé et
restauré pour les
générations
actuelles et futures.
xx
Programme
Total des dépenses prévues par secteurs de dépenses (en dollars)
Secteur de dépenses
Total des dépenses prévues
Total des dépenses réelles
Affaires économiques
762 186 548
773 611 182
Affaires sociales
0
0
Affaires internationales
0
0
Affaires gouvernementales
0
0
*Les montants des dépenses totales prévues et réelles de ce tableau sont exempts des dépenses prévues (189 412 211 $) et des
dépenses réelles (205 338 366 $) des Services internes, tel qu'il est indiqué dans la section « Sommaire du rendement budgétaire
pour les résultats stratégiques et les programmes ».
16 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Tendances relatives aux dépenses du ministère
Le diagramme suivant illustre la tendance relative aux dépenses ministérielles sur une période de six
ans. Pour la période allant de 2011-2012 à 2013-2014, les dépenses réelles représentent celles figurant
dans les Comptes publics. Pour la période allant de 2014-2015 à 2016-2017, les dépenses prévues
représentent celles figurant dans le Rapport sur les plans et les priorités de 2014-2015, et reflètent le
financement approuvé par le Conseil du Trésor pour appuyer les résultats stratégiques et les
programmes du Ministère.
Tendances relatives aux dépenses du ministère
1,200.0
1,000.0
millions
800.0
600.0
400.0
200.0
0.0
Programmes temporisés
Dépenses totales
2011-2012
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2016-2017
-
-
-
14.4
62.1
209.6
1,008.5
989.7
978.9
1,011.5
861.5
698.8
Comme on peut le constater dans le diagramme ci-dessus, en 2013-2014, le niveau de dépenses
d'Environnement Canada était de 978,9 millions de dollars, ce qui représente une diminution de 10,8
millions de dollars par rapport à l'année précédente, soit 1,1 % par rapport aux dépenses de 2012­2013.
Cette baisse est principalement attribuable à la fin du financement accéléré en vertu de l'Accord de
Copenhague, et de la diminution du paiement versé à Conservation de la nature Canada, ce qui est
compensé par une augmentation des paiements versés à titre d’indemnités de départ et du paiement de
salaires rétroactifs pour le renouvellement des conventions collectives.
La diminution de 18,8 millions de dollars (1,9 %) des dépenses réelles de 2011-2012 à 2012-2013 est
attribuable en grande partie aux réductions découlant de la mise en œuvre de nouvelles mesures de
rationalisation et d'efficacité, à un plus faible paiement à Conservation de la nature Canada (CNC) et au
transfert de fonds et de responsabilités à Services partagés Canada pour une année entière. Ces
réductions sont annulées par l'augmentation des dépenses à l'appui du financement accéléré, en vertu
de l'Accord de Copenhague.
L'augmentation de 32,6 millions de dollars (3,3 %) entre les dépenses réelles pour 2013-2014 et les
dépenses prévues pour 2014-2015 est attribuable en grande partie à la hausse des dépenses prévues
pour la fondation Technologies du développement durable Canada (TDDC) et le Plan d'action pour
l'assainissement de l'eau, compensée par une diminution des dépenses prévues pour Conservation de la
nature Canada (CNC) et pour le Programme sur la qualité de l'air.
La baisse de 312,7 millions de dollars (30,9 %) des dépenses prévues entre 2014-2015 et 2016-2017 est
principalement due à la réduction du financement pour la Fondation du Canada pour l’appui
technologique au développement durable et à l'élimination graduelle de programmes. L'élimination
graduelle de programmes est soumise aux décisions du gouvernement relatives à l'augmentation, à la
réduction ou à l'amélioration du financement. Les résultats de ces décisions seront appliqués aux
exercices budgétaires et au Budget des dépenses à venir.
Environnement Canada 17
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Budget des dépenses pas crédit voté
Pour obtenir des renseignements au sujet des crédits votes et des dépenses législatives
d’Environnement Canada, veuillez consulter les Comptes publics du Canada 2014 sur le site Web de
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada xxi
18 Section I : Vue d’ensemble des dépenses de l’organisation
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Section II : Analyse des programmes par résultats stratégique
Résultat stratégique 1 : L'environnement naturel du Canada est conservé et
restauré pour les générations actuelles et futures.
Mesure du rendement
Indicateur de rendement Cible
Pourcentage de l'aire
17 %
1
terrestre protégée dans le d'ici
2
2020
cadre des mesures de
conservation
Résultats réels :
2
10,4 % (1 037 798 km ) d'ici au 31 décembre 2013, ce qui représente environ la taille
de l'Ontario.
Les aires terrestres protégées du Canada, telles que reconnues en fonction de la
définition d'aire protégée de l'Union internationale pour la conservation de la nature,
2
ont augmenté de façon constante de 5,2 % (522 182 km ) en 1990. Près de la moitié
2
(46 %) du total actuel a été protégé par les compétences fédérales. En fait, 4 984 km
(0,05 %) de plus ont été conservés dans le cadre d'autres mesures efficaces de
conservation par zone.
Programme 1.1 : Biodiversité – Espèces sauvages et habitats
Description du programme
Ce programme a pour objectif d’empêcher la perte de la biodiversité, tout en maintenant l’utilisation durable, en
assurant la conservation et la gestion des populations d’oiseaux migrateurs, en protégeant et rétablissant les
espèces en péril, et en conservant, restaurant et remettant en état des habitats importants, y compris par le
biais de la mise en place et de la conservation d’un réseau d’aires protégées et de programmes d’intendance. Il
vise également à assurer une évaluation, une planification et des mesures nationales coordonnées et
cohérentes pour protéger la biodiversité, notamment les populations viables d’espèces, les écosystèmes en
santé et diversifiés, et les ressources génétiques. Dans le cadre de ce programme, Environnement Canada
établit des partenariats stratégiques pour la gestion intégrée du capital naturel du Canada, y compris
l’intendance et la gestion durable des paysages. Ce programme appuie également l’exécution de la Loi sur les
espèces en péril, la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, la Loi sur les espèces
sauvages du Canada et la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation
de leur commerce international et interprovincial. Dans le cadre de ses responsabilités internationales, le
programme appuie la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique (1992) des Nations Unies, de
la Convention concernant les oiseaux migrateurs, de la Convention sur le commerce international des espèces
de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, du groupe de travail du Conseil de l’Arctique sur la
conservation de la flore et de la faune arctiques et de la Convention relative aux zones humides d’importance
internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau (connue sous le nom de Convention de
Ramsar). Contributions à l'appui de Biodiversité - espèces sauvages et habitats sont utilisées comme une
composante de ce programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)*
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
99 530 109
99 756 179
122 992 217
120 519 001
20 762 822
*Tous les chiffres, dans tout le document, sont exempts des recettes disponibles.
1
Une « aire protégée » est un espace géographique clairement défini, reconnu, consacré et géré, par tout moyen efficace, juridique ou autre, afin
d'assurer à long terme la conservation de la nature ainsi que les services écosystémiques et les valeurs culturelles qui lui sont associés. « Zone terrestre »
comprend l'eau douce pour les besoins de cet indicateur.
2
Les parties présentes à la Convention sur la diversité biologique ont défini un objectif ambitieux en octobre 2010, qui consistait à mettre de côté 17 % des
zones terrestres et des eaux intérieures et au moins 10 % de zones marines, d'ici 2020. En tant que signataire de la Convention, le Canada contribue à cet
objectif mondial. Reconnaissant qu'il s'agit d'un objectif à l'échelle du pays plutôt qu'un objectif du gouvernement fédéral, les provinces, territoires et
intervenants ont été consultés pour la définition d'un objectif national précis pour le Canada.
Environnement Canada 19
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)*
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
536
562
26
*Les totaux peuvent différer d'un tableau à l'autre et à l'intérieur d'un même tableau en raison de l'arrondissement des chiffres. Le
nombre d'équivalents temps plein, dans tout le document, inclut les étudiants.
Résultats sur le rendement
Programme 1.1 : Biodiversité – Espèces sauvages et habitats
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les populations
d’oiseaux
migrateurs et
d’espèces en péril
inscrites sur la
liste fédérale sont
maintenues ou
rétablies
Proportion d’espèces
évaluées dans les
Rapports sur la situation
générale considérées
comme « en sécurité »
Cible
Résultats réels :
Hausse de
2 % par
rapport à la
valeur
déclarée
antérieurement
dans le
Rapport
d’étape
quinquennal
En 2000 : 80 %
En 2005 : 81 %
En 2010 : 77 %
Le nombre d'espèces classées comme étant « en péril
» est en augmentation constante et a presque doublé
depuis le premier rapport, en 2000. Entre les années de
déclaration, certaines espèces ont connu une
augmentation ou une réduction du niveau de risque, ou
ont été ajoutées ou supprimées de la liste des espèces.
Il y a plusieurs explications possibles pour ces
variations, y compris les changements de la taille des
populations, la répartition de l'espèce ou les menaces
qui pèsent sur elle, une évaluation plus détaillée
préparée par le Comité sur la situation des espèces en
péril au Canada (COSEPAC), une erreur dans les
classements précédents, une meilleure connaissance
de l'espèce, la modification d'une procédure ou un
changement taxonomique.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
Plan de conservation national
Les efforts continus du Ministère pour respecter l’engagement pris dans le discours du Trône de 2013
d'élaborer le Plan national de conservation xxii, contribuent au grand historique de travaux de conservation du
gouvernement fédéral. Le plan porte sur trois priorités : la conservation des terres et des eaux du Canada, la
restauration des écosystèmes et le rapprochement entre les Canadiens et la nature, encourage la prise de
mesures supplémentaires dans les zones terrestres, marines et d'eau douce, à la fois en zone protégée et
dans l'ensemble des paysages terrestres et marins fonctionnels. De plus, le Plan inclut un financement sur
cinq ans en vue de restaurer les terres humides et d’appuyer les actions volontaires de conservation et de
restauration des espèces et de leurs habitats. En outre, il s'appuie sur les annonces concernant la
conservation dans le Plan d'action économique de 2014, y compris les mesures pour investir dans les parcs
nationaux, conserver les pêches récréatives, encourager les dons de terres écosensibles, soutenir les
activités de conservation par les familles et prolonger les sentiers récréatifs. Au cours des dernières années,
la vision et les priorités du Plan étaient façonnées par les commentaires formulés par les principaux
partenaires et intervenants, notamment le Comité consultatif sur la chasse et la pêche à la ligne et le Comité
permanent de l'environnement et du développement durable de la Chambre des communes (rapport d'avril
2013 sur la conservation en milieu urbain et rapport de février 2014 sur la conservation des habitats).
20 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Protéger le Tétras des armoises aux termes de la Loi sur les espèces en péril
Le Ministère a poursuivi la mise en œuvre de la Loi sur les espèces en péril (LEP), un outil pour la protection
des espèces sauvages, la conservation d'écosystèmes sains et la préservation du patrimoine naturel du
Canada. En vertu de la LEP, Environnement Canada a publié un décret d'urgence pour protéger le Tétras
des armoises des menaces imminentes pour sa survie.
Mesures permettant de réduire la mortalité des oiseaux
L'établissement de certaines des principales causes de mortalité aviaire a continué d'être une priorité. En
s'appuyant sur plusieurs années d'évaluation scientifique approfondie en vue d'estimer l'ampleur de la
mortalité annuelle des oiseaux (environ 269 millions d'oiseaux) découlant de différents secteurs et causes
anthropiques, le Ministère a publié 10 articles scientifiques dans la revue scientifique canadienne Avian
Conservation and Ecology xxiii (en anglais seulement). Le Ministère a continué d'administrer la Loi de 1994
sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et la LEP afin de maintenir, de protéger et de conserver
les populations d'oiseaux migrateurs.
Collaboration internationale pour la conservation
Environnement Canada demeure actif sur plusieurs fronts de la scène internationale. Le Ministère a
continué de présider le Groupe de travail sur la conservation de la flore et de la faune arctiques sur la
biodiversité du Conseil de l’Arctique et d'y participer; Le Ministère a également joué un rôle actif dans la
conservation de l'ours blanc, étant donné que le Canada est l'un des cinq pays signataires de l'Accord sur la
conservation des ours blancs (1973) et abrite les deux tiers de la population mondiale. Le Canada collabore
afin d'intégrer les connaissances traditionnelles autochtones aux mesures de conservation.
Sous-programme 1.1.1 : Politiques et priorités sur la biodiversité
Description du sous-programme
Ce programme permet à Environnement Canada de jouer un rôle de coordonnateur à l’échelle nationale en
faisant participer les intervenants, les gouvernements provinciaux et les autres ministères fédéraux à la mise
en œuvre de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies et de représenter les intérêts
nationaux du Canada dans le cadre de forums internationaux. Ce programme associe les connaissances
scientifiques, les outils de politique, la recherche et des partenariats pour élaborer et mettre en œuvre des
cadres politiques et des stratégies à l’échelle nationale (p. ex., la Stratégie canadienne de la biodiversité, le
Cadre national axé sur les résultats en matière de biodiversité, la politique d’accès et de partage des
avantages liés aux ressources génétiques). Il vise également à promouvoir les objectifs du Canada en
matière de biodiversité sur la scène internationale (p. ex., la Convention sur la diversité biologique, le
Protocole de Nagoya sur l’accès et le partage des avantages, Responsabilités et recours en vertu du
Protocole sur la biosécurité, Conservation de la flore et de la faune arctiques sous la responsabilité du
Conseil de l’Arctique). Le programme est financé entre autres par la contribution annuelle du Canada au
Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique et par l’appui aux groupes de travail internationaux.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 228 812
2 759 510
530 698
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
19
14
-5
Environnement Canada 21
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 1.1.1 : Politiques et priorités sur la biodiversité
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les objectifs et les
cibles en matière
de biodiversité
sont intégrés aux
stratégies et plans
fédéraux,
provinciaux et
territoriaux ayant
une incidence sur
la biodiversité
Cible
Résultats réels
Le programme a permis de recueillir des renseignements
Pourcentage de ministères 100 %
fédéraux, de provinces et d'ici l'été sur l'intégration de la biodiversité au sein des ministères
fédéraux et des gouvernements provinciaux et territoriaux
de territoires qui tiennent
2014
en 2013-2014, mais à l'heure actuelle, la valeur de
compte de la biodiversité
l'indicateur n'a été calculée que pour la partie fédérale.
dans leurs plans ou
stratégies de conservation
Les progrès du gouvernement fédéral concernant cet
ou de gestion des
indicateur ont été élevés. Parmi les ministères dotés de
ressources naturelles
mandats relatifs à la conservation ou aux ressources
naturelles, la cible de 100 % a été atteinte. Dans de
nombreux cas, cela se reflète dans les objectifs et les
stratégies de mise en œuvre de la Stratégie fédérale de
développement durable (SFDD), dont bon nombre
s'inspirent de la proposition de buts et d'objectifs
canadiens pour la biodiversité d'ici 2020. En outre, la
SFDD de 2013-2016 a élargi sa portée en faisant
participer plus de ministères et d'organismes fédéraux
que certaines organisations qui ne sont pas liées par la
Loi fédérale sur le développement durable (p. ex.,
l'Agence canadienne d'inspection des aliments), qui ont
déterminé des stratégies de mise en œuvre de la SFDD
sur une base volontaire.
Une analyse pour confirmer la couverture parmi les
provinces et les territoires est en cours. Une analyse
initiale indique que certaines provinces et certains
territoires ont intégré la biodiversité à des stratégies et à
des plans plus précis et que certains ont élaboré des
plans ou des stratégies distincts pour la biodiversité.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La direction, en collaboration avec un large éventail d'intervenants, de la mise en œuvre de la
Convention sur la diversité biologique des Nations Unies au Canada en :
o coordonnant la politique transsectorielle en matière de biodiversité et la mise en application à
l'échelle fédérale, provinciale et territoriale de la Stratégie canadienne de la biodiversité (y compris
l'exécution d'une deuxième série de mobilisation auprès des Autochtones et d'autres intervenants);
e
o faisant la promotion du travail du Ministère sur la conservation et l'utilisation durable à la 17
réunion de l'Organe subsidiaire chargé de fournir des avis scientifiques, techniques et
technologiques (OSASTT) et en agissant à titre de représentant régional pour le Bureau de
l'OSASTT;
e
o contribuant, à l'occasion de la 8 réunion du Groupe de travail spécial à composition non limitée
sur l'article 8 (j) et les dispositions connexes de la Convention sur la diversité biologique (au sujet
des questions sur les Autochtones), aux progrès sur plusieurs fronts : intégration des
connaissances traditionnelles aux travaux de la Convention sur la diversité biologique;
amélioration de la participation des collectivités locales et autochtones; avancement d'un nouveau
composant majeur du travail lié à l'utilisation coutumière de la diversité biologique (p. ex., utilisation
durable par les Autochtones); détermination des meilleures pratiques permettant de faciliter la
récupération des connaissances traditionnelles et de faire des liens entre les connaissances
traditionnelles et les connaissances scientifiques;
22 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
o
continuant de faire la promotion de la Convention sur la diversité biologique et d'encourager ses
parties à cibler la mobilisation de ressources financières supplémentaires pour la conservation de
la biodiversité dans les pays en développement par l'entremise de mécanismes financiers et de
budgets nationaux publics créatifs, ainsi qu'en augmentant le rôle du secteur privé;
•
La présidence continue du groupe de travail sur la conservation de la flore et de la faune arctiques xxiv
sur la biodiversité du Conseil de l’Arctique et, en partenariat avec d'autres membres; l’achèvement de la
rédaction de la première évaluation exhaustive de la biodiversité de l'Arctique; la contribution à un
document qui peut aider les décideurs participant à l'évaluation de la biodiversité dans l'Arctique xxv ainsi
qu’au rapport Life Linked to Ice (La vie tributaire des glaces) xxvi, y compris ses recommandations
relatives à la politique; l’avancement du Programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire xxvii,
dirigé par le Groupe d'experts sur les oiseaux marins circumpolaires (Circumpolar Seabird Expert
Group) xxviii; l’élaboration de l'initiative sur les oiseaux migrateurs de l’Arctique et la coordination de
l'élaboration d'une cible relative aux espèces exotiques envahissantes (et les indicateurs associés) pour
la Stratégie fédérale de développement durable (SFDD).
•
La responsabilité continue de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services
écosystémiques xxix financée par les Nations Unies, notamment en participant à la deuxième séance
plénière, qui fait partie de la mise en œuvre préliminaire du programme 2014-2018 de l'organisation.
•
L’offre d’expertise et de conseils scientifiques aux ministères fédéraux et à d'autres ministères dont le
mandat est lié à l'environnement; l’achèvement et la publication des résultats de l'initiative Mesure des
biens et services écosystémiques.
•
La poursuite des travaux dans le cadre de la Commission de coopération environnementale en vue
d'élaborer le cadre de l'Alliance des prairies d’Amérique du Nord, qui soutient la conservation de la
biodiversité par l'entremise de la promotion de pratiques d'élevage durables. Les travaux comprenaient
la publication de documents sur les effets des incendies, le pâturage et la distance par rapport aux
milieux humides pour l'abondance des oiseaux de prairies, et le financement de projets de
démonstration au Canada, aux États-Unis et au Mexique.
Sous-programme 1.1.2 : Espèces en péril
Description du sous-programme
Ce programme a pour but d’assurer la mise en œuvre de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP
constitue un engagement principal du gouvernement fédéral en vue d’empêcher l’extinction des espèces
sauvages et d’assurer les mesures nécessaires à leur rétablissement. Elle assure la protection juridique des
espèces sauvages et la conservation de leur diversité biologique grâce, en partie, à des programmes de
financement tels que le Programme d’intendance de l’habitat (PIH), les Fonds autochtones pour les espèces
en péril (FAEP) et le Fonds interministériel pour le rétablissement. Le programme dépend de partenariats
avec les gouvernements des provinces, des territoires et les autres gouvernements, ainsi qu’avec les peuples
autochtones et d’autres organismes (p. ex., des organismes non gouvernementaux environnementaux, des
associations industrielles, etc.). Plusieurs comités et organismes consultatifs ont été mis sur pied pour
permettre aux principaux partenaires de participer à ce programme. Ce programme a été créé à la suite de la
mise en œuvre de la Stratégie canadienne de la biodiversité, élaborée en réponse à la Convention sur la
diversité biologique des Nations Unies. Le programme utilise le pouvoir qui lui est conféré en vertu de la Loi
sur les espèces en péril et des obligations du Canada à titre de signataire de la Convention sur le commerce
international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction et de la Loi sur la protection
d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et
interprovincial.
Environnement Canada 23
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
63 290 305
51 208 098
-12 082 207
*Les fonds pour la Loi sur les espèces en péril ont été réaffectés à d'autres programmes, notamment les oiseaux migrateurs et la
conservation des habitats fauniques, qui soutiennent directement les espèces en péril.
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
267
230
-37
Résultats du rendement
Sous-programme 1.1.2 : Espèces en péril
Résultat attendu Indicateur de rendement Cible
La réévaluation de
l’état des espèces
inscrites révèle
une amélioration.
Proportion des espèces en 100 %
péril inscrites sur la liste
fédérale pour lesquelles un
rétablissement est
réalisable qui démontrent,
au moment de la
réévaluation par le Comité
sur la situation des
espèces en péril au
Canada (COSEPAC) des
tendances relatives à la
population et à la
répartition conformes à la
réalisation des objectifs des
stratégies de
rétablissement.
Résultats réels
33 % en date de mai 2013
Sur les 79 espèces en péril dont Environnement Canada détient
la responsabilité fédérale et disposant d'un programme de
rétablissement final, 21 ont des objectifs axés sur la population
et une réévaluation depuis la publication du programme de
rétablissement final, permettant ainsi d'évaluer si les tendances
du nombre et de la répartition des spécimens sont conformes
aux objectifs de rétablissement.
De ces 21 espèces, 7 (33 %) affichent des tendances de
populations conformes aux objectifs définis dans les
programmes de rétablissement, et 6 (29 %) affichent des
tendances non conformes aux objectifs. Deux espèces (10 %)
montrent quelques signes d'amélioration et de détérioration. Les
données sont suffisantes pour déterminer les tendances des 6
espèces restantes (29 %).
Cet indicateur a été révisé afin d'être aligné à la cible 4.1 de la
Stratégie fédérale de développement durable de 2013-2016,
bien que les valeurs déclarées ici excluent les espèces pour
lesquelles d'autres organismes fédéraux sont les premiers
responsables.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
L'émission d'un décret de protection d'urgence pour le Tétras des armoises en vertu de la Loi sur les
espèces en péril (LEP). Le décret est entré en vigueur le 18 février 2014. Il s’agit de la première émission
d'un tel décret d’urgence par le gouvernement fédéral en vue de protéger une espèce faisant face à des
menaces imminentes pour sa survie.
•
La réponse, en vertu de la LEP, aux exigences en matière de consultation et de coopération pour toutes
les espèces prioritaires pour lesquelles un programme de rétablissement, un plan d'action ou un plan de
gestion a été publié dans le Registre public de la LEP en 2013-2014.
•
La publication, dans le Registre public des espèces en péril, du programme de rétablissement du caribou
des bois (population boréale) et la poursuite du travail de collaboration pour mettre en œuvre la stratégie.
•
Le travail avec d'autres nations circumpolaires afin de mettre sur pied un plan de gestion multinational de
l'ours blanc et, à l'échelle nationale; la préparation de l'ébauche d'un plan de gestion conforme à la LEP
pour les ours blancs au Canada. Des consultations sont prévues en 2014.
24 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 1.1.2.1 : Opérations liées aux espèces en péril
Description du sous-sous-programme
Ce programme fournit les composantes de base du programme d’Environnement Canada sur les espèces
en péril. Par le biais de son appui au Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC),
un groupe d’experts indépendant chargé de l’évaluation et de la désignation des espèces en péril, le
programme soutient les décisions prises par le ministre, qu’il s’agisse d’ajouter, de reclassifier ou de retirer
de la liste les espèces inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Des programmes de
rétablissement et des plans d’action sont préparés (y compris la désignation de l’habitat essentiel) pour les
espèces disparues du Canada, les espèces en voie de disparition et les espèces menacées dont
Environnement Canada a la charge; des plans de gestion ciblant les espèces préoccupantes sont
également élaborés. Le programme soutient les initiatives des autres ministères fédéraux en mettant en
œuvre des mesures de rétablissement prioritaires s’appliquant aux terres fédérales et aux espèces de
compétence fédérale ciblées dans les documents de rétablissement, de même que la conclusion d’ententes
sur une base coopérative avec les provinces et les territoires consistant à instaurer des actions de
rétablissement, conformément à l’Accord pour la protection des espèces en péril entre les gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux, de même que des ententes bilatérales résultant de la Loi. La surveillance
et l’évaluation des populations et des menaces auxquelles sont exposées les espèces inscrites tiennent lieu
de composante principale dans le cadre de cette sous-sous-activité, au même titre que l’administration
générale de la Loi, y compris un rapport annuel au Parlement, l’attribution de permis en vertu de la Loi, la
prestation d’un appui au Conseil autochtone national sur les espèces en péril (CANEP) et le maintien d’un
registre public. Le programme veille également à ce que les obligations du Canada en vertu de la
Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction
(CITES) (c.-à-d. le contrôle de l’importation et de l’exportation des espèces en voie de disparition inscrites
aux annexes de la CITES, y inclus celui des déplacements de ces espèces à l’intérieur du pays) soient
respectées grâce à la mise en œuvre efficace de la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales
sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial. L'exécution du programme
inclut la Contribution obligatoire à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de
flore sauvages menacées d’extinction (CITES).
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
44 163 775
35 482 241
-8 681 534
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
254
216
-38
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.1.2.1 : Opérations liées aux espèces en péril
Résultat attendu
Des programmes de
rétablissement ou des plans
de gestion accessibles au
public sont en place pour
toutes les espèces inscrites
sous la responsabilité
d'Environnement Canada.
Indicateur de rendement
Pourcentage des espèces inscrites
dont Environnement Canada est
responsable et pour lesquelles il
existe une stratégie de
rétablissement ou un plan de
gestion proposé ou final qui est
affiché dans le registre public des
espèces en péril.
Cible
Résultats réels
110 %
avant la fin
de
l’exercice
2017-2018
44 % en date du 31 mars 2014
Environnement Canada est
responsable des 331 espèces
protégées en vertu de la Loi sur les
espèces en péril, dont un programme
de rétablissement ou un plan de gestion
de 145 d'entre elles a été affiché.
Environnement Canada 25
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La collaboration continue avec les partenaires, notamment les provinces et les territoires, pour appliquer
la LEP; la collaboration avec le Conseil autochtone national sur les espèces en péril, les organismes
autochtones nationaux et le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, et l’aide.
•
La poursuite de la rationalisation de la délivrance de permis en peaufinant le système de délivrance
électronique de permis de la LEP, en commençant l'élaboration d'un système semblable pour la chasse
aux oiseaux migrateurs, et l’amélioration de la délivrance électronique de permis en vertu de la
Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES).
•
Le renforcement continu, avec le gouvernement de l'Alberta, l'Alberta Biodiversity Monitoring Institute et
d'autres partenaires, de la compréhension de la répartition et de l'abondance des oiseaux forestiers
(espèces en péril) dans la région des sables bitumineux, en particulier pour la Paruline du Canada et le
Moucherolle à côtés olive; l’élaboration de modèles de prévision de l'habitat de ces espèces; la collecte
de renseignements sur la migration de la grue blanche dans la région des sables bitumineux.
•
L’offre continue, aux autorités responsables, en temps opportun, de conseils scientifiques sur des enjeux
relatifs à la faune afin de soutenir les 13 principaux projets faisant l'objet d'évaluations environnementales
en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (2012), ainsi qu'à d'autres ministères
fédéraux devant déterminer les effets sur l'environnement de projets réalisés sur des terres fédérales.
La poursuite de la coprésidence du programme national de rétablissement des espèces en péril,
Rétablissement des espèces canadiennes en péril (RESCAPÉ); la réalisation d’une de ses principales
initiatives visant une plus grande normalisation de la terminologie et de la structure pour la planification
du rétablissement dans l'ensemble du pays.
L’examen, au cours de l'année 2013-2014, de 43 permis émis conformément à la LEP, 3 754 permis émis
conformément à la CITES et environ 3 935 permis émis conformément à la Loi de 1994 sur la convention
concernant les oiseaux migrateurs; la mise en place des normes de service xxx pour tous les types de permis.
•
Sous-sous-programme 1.1.2.2 : Fonds autochtones pour les espèces en péril
Description du sous-sous-programme
Ce programme appuie le respect des obligations d’Environnement Canada en vertu de la Loi sur les
espèces en péril. Étant donné que la collaboration avec les peuples autochtones est essentielle à la
protection des espèces en péril, à l’obtention de résultats par le biais du Programme sur les espèces en péril
et au respect des critères nécessaires pour satisfaire aux obligations de base du Ministère, ce programme
finance des projets dirigés par des organisations et des communautés autochtones à travers le Canada. Les
projets financés permettent aux Autochtones de développer leurs connaissances et leur expertise en lien
avec les questions se rapportant aux espèces en péril, faisant en sorte que les peuples autochtones
puissent participer activement à la conservation et au rétablissement des espèces protégées en vertu de la
Loi, et qu’ils puissent protéger et rétablir l’habitat essentiel ou l’habitat important pour les espèces en péril
occupant les réserves des Premières Nations ou les terres et les cours d’eau traditionnellement utilisés par
les peuples autochtones.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 361 839
2 709 747
347 908
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
3
5
2
26 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.1.2.2 : Fonds autochtones pour les espèces en péril
Résultat attendu Indicateur de rendement
Cible
Résultats réels
Participation aux Nombre d’organisations qui
programmes visant reçoivent une aide
à préserver et à
financière pour un projet.
protéger les
espèces en péril
sur les terres
autochtones
75 d’ici la
fin de
l’exercice
2014-2015
76 au cours de l'exercice 2013-2014
69 étaient des organismes ou des collectivités autochtones.
Les organismes non autochtones recevant un financement
doivent détenir des lettres d'appui de la part des collectivités
autochtones où les projets ont lieu.
L'indicateur est un instrument de mesure de la participation
des Autochtones aux activités de protection et de
conservation de l'habitat des espèces en péril, l'un des
principaux objectifs du programme. Le nombre
d'organisations qui reçoivent du financement est demeuré
relativement stable au cours des dernières années (75 en
2012­2013, 79 en 2011-2012).
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
Le financement, en 2013-2014, de 80 projets d'intendance pour les espèces en péril sur des terres
autochtones et dans les eaux connexes par l'intermédiaire du Programme autochtone pour les espèces en
péril, Globalement, ces fonds ont profité à quelque 208 espèces en péril, notamment aux 103 espèces
protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP).
Le financement accordé aux organisations et aux communautés autochtones pour leur participation active à
la mise en œuvre de la LEP, notamment par l'intermédiaire du développement des connaissances et de
l'expertise traditionnelles autochtones sur la gestion des espèces en péril grâce à l'élaboration de stratégies,
de lignes directrices et de pratiques, et la réalisation d'activités de suivi, de relevés et d'inventaire.
L'appel de propositions de financement de 2013-2014 dans le cadre du Programme autochtone pour les
espèces en péril a permis de confirmer que les projets sur les terres agricoles constituaient une priorité du
programme. Le suivi de ces projets débutera en 2014-2015, à l'aide d'outils de suivi récemment mis à jour.
Sous-sous-programme 1.1.2.3 : Programme d’intendance de l’habitat
Description du sous-sous-programme
Ce programme appuie le respect des obligations d’Environnement Canada en vertu de la Loi sur les
espèces en péril en encourageant les Canadiens et Canadiennes à s’adonner à des activités de
conservation visant à préserver la biodiversité par le biais de la protection ou de la conservation des habitats
des espèces inscrites aux termes de la Loi comme étant des « espèces en péril » (en voie de disparition,
menacées ou préoccupantes) se trouvant principalement sur des terres n’appartenant pas aux Autochtones.
De plus, ce projet encourage la participation des communautés locales afin qu’elles apportent leur concours
au rétablissement des espèces en péril et il permet d’éviter que la situation d’autres espèces ne devienne
préoccupante sur le plan de la conservation en allouant du financement à divers partenaires (organisations
non gouvernementales, groupes communautaires, organisations et communautés autochtones, entreprises
privées, établissements d’enseignement, gouvernements provinciaux et territoriaux, autorités municipales,
sociétés d’État) pour respecter les priorités régionales et nationales.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
16 764 691
13 016 110
-3 748 581
Environnement Canada 27
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
10
10
0
Résultats sur le rendement
Sous-sous-programme 1.1.2.3 : Programme d’intendance de l’habitat
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
L’habitat
important est
sécurisé, protégé,
amélioré ou remis
en état pour
accroître le
rétablissement
des espèces en
péril
Superficie totale
(i : en hectares ou ii : en
kilomètres de côte) de
terres améliorées ou
remises en état au profit
d’espèces sauvages
(i) 30 000 d’ici
l’exercice 20142015
(ii) 300 d’ici
l’exercice 20142015
(i) 14 731 ha en 2012­2013
(ii) 66 km en 2012­2013
Les résultats préliminaires pour 2013-2014 sont de
10 868 ha et 139 km de littoral. Les résultats
pourraient être modifiés à mesure que les rapports
finaux du projet seront examinés par le personnel
du programme.
La superficie des terres améliorées et restaurées a
varié au fil du temps (14 902 ha et 48 km en 20112012; 12 177 ha et 49 km en 2010-2011), en
raison de changements dans les types d'activités
de rétablissement entreprises dans les projets.
Les cibles ont été établies en fonction de
l'expérience accumulée durant les dix premières
années du programme; les indicateurs ont diminué
récemment en raison de l'instauration de secteurs,
d'espèces et de menaces prioritaires stratégiques,
qui limitent les paysages admissibles disponibles
pour les activités du programme aux habitats
importants pour les espèces en péril. Les cibles
seront ajustées de manière à refléter les
orientations actuelles du programme.
Superficie totale (en
hectares) de terres (i)
sécurisées, (ii) protégées
(nouvelles) ou (iii)
protégées (renouvelées)
(i) 5 000 d’ici
l’exercice 20142015
(ii) 20 000 d’ici
l’exercice 20142015
(iii) 150 000
d’ici l’exercice
2014-2015
(i) 7 249 ha en 2013­2014
(ii) 10 666 ha en 2013­2014
(iii) 125 326 ha en 2013­2014
Les résultats préliminaires pour 2013-2014
pourraient être modifiés à mesure que les rapports
finaux du projet seront examinés par le personnel
du programme.
La cible en ce qui a trait au territoire protégé par
l'entremise de nouveaux accords de conservation
écrits (20 000 ha) était fondée sur le résultat de
2011-2012 (20 639 ha). Comme il est indiqué cidessus, l'instauration de secteurs, d'espèces et de
menaces prioritaires a eu une incidence sur la
superficie préservée ou protégée. La cible sera
ajustée de manière à refléter ce changement des
orientations actuelles du programme.
Les valeurs de 2012­2013 pour la superficie de
territoire protégé (nouvelle et renouvelée)
comprenaient des accords écrits et oraux. Depuis
2013-2014, seuls les accords écrits ont été
utilisés, ce qui pourrait également avoir contribué
à la diminution.
28 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
L’affectation de fonds à 163 projets d'intendance avec des organisations de conservation
communautaires, des collectivités autochtones, des provinces et des municipalités, des propriétaires
fonciers et des associations de propriétaires fonciers et le secteur privé. Ensemble, ces projets ont fait
participer les Canadiens à des activités de conservation de la biodiversité, et ont favorisé le
rétablissement de plus de 300 espèces protégées en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP).
•
La détermination, dans les propositions de financement, que la priorité serait accordée, dans
l'ensemble du pays, aux projets réalisés sur des terres agricoles, sur des terres autochtones et dans
leurs eaux connexes; la collaboration au processus de demande de 2014-2015 avec Pêches et Océans
Canada et Parcs Canada. Tout au long de ce processus, des alignements stratégiques améliorant le
rôle du Programme d'intendance de l'habitat ont été déterminés dans le but de répondre aux besoins
en matière de rétablissement, notamment :
o La restriction des espèces en fonction de celles protégées en vertu de la LEP, en accordant une
plus grande importance aux espèces en voie de disparition ou menacées.
o L'établissement d'une exigence selon laquelle les propositions devront démontrer comment les
activités de sensibilisation des projets proposés mettent l'accent sur l'atteinte des objectifs de
rétablissement pour les espèces en péril ciblées.
Sous-programme 1.1.3 : Oiseaux migrateurs
Description du sous-programme
Ce programme assure la protection et la conservation des populations d’oiseaux migrateurs. Le programme
est responsable de la mise en œuvre de la Convention concernant les oiseaux migrateurs ratifiée avec les
États-Unis en 1916, par l’entremise de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.
Une mise en œuvre réussie exige les activités suivantes : conservation des populations d’oiseaux, des
individus, de leurs nids et de leurs habitats par des mesures de conservation permanentes; intendance,
élaboration de politiques et application de la Loi et de ses règlements; protection des habitats d’oiseaux
importants; atténuation des agents stressants ayant des incidences sur la situation des populations; et
gestion des urgences associées aux problèmes de santé et de sécurité des oiseaux migrateurs. Ce
programme est mis en œuvre en partenariat avec d’autres organismes gouvernementaux et non
gouvernementaux. Les groupes de clients de ce programme comprennent la population canadienne, les
chasseurs d’oiseaux sauvages, les peuples autochtones (chasse de subsistance), les secteurs
économiques d’exploitation des ressources naturelles et les utilisateurs de ressources naturelles, ainsi que
d’autres gouvernements (provinciaux, territoriaux et étrangers).
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
17 590 825
30 267 579
12 676 754*
*Les fonds pour la Loi sur les espèces en péril (LEP) ont été réaffectés à d'autres programmes, notamment les oiseaux migrateurs et la
conservation des habitats fauniques, qui soutiennent directement les espèces en péril.
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
152
188
36
Environnement Canada 29
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 1.1.3 : Oiseaux migrateurs
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les populations
d’oiseaux
migrateurs sont
maintenues aux
niveaux cibles
Proportion d’espèces
d’oiseaux migrateurs dont
la population respecte les
cibles
Cible
Résultats réels :
À déterminer
lorsque les
cibles
concernant les
populations
d'oiseaux auront
été précisées.
Les objectifs relatifs aux populations sont toujours
en cours d'élaboration, en collaboration avec
l'Initiative de conservation des oiseaux de
l'Amérique du Nord. Étant donné qu'une valeur
pour l'indicateur n'est pas encore disponible, les
renseignements relatifs aux tendances des
populations d'oiseaux seront utilisés dans
l'intervalle.
En moyenne, les populations d'oiseaux nicheurs
canadiens ont diminué de 12 % entre 1970 et 2010.
Les tendances varient entre les espèces et
dépendent, en partie, de l'endroit où les oiseaux
passent l'hiver. Les populations d'espèces
d'oiseaux passant l'année entière au Canada ont
augmenté en moyenne de 68 % depuis 1970. Les
populations d'espèces d'oiseaux qui migrent plus
loin du pays ont généralement diminué, et les
oiseaux qui migrent le plus loin (vers l'Amérique du
Sud) présentaient les déclins les plus importants,
les populations diminuant de 53 %. En moyenne,
les oiseaux migrant vers les États­Unis ont diminué
de 10 %, tandis que ceux migrant vers l'Amérique
centrale ont diminué de 14 %.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La mise à jour continue du Règlement sur les oiseaux migrateurs en vertu de la Loi de 1994 sur la
convention concernant les oiseaux migrateurs (LCOM), afin de le rendre plus clair, d'y intégrer les
nouvelles technologies et de tenir compte d’un certain nombre de questions qui ont été soulevées depuis
sa création. Voici quelques points saillants relatifs aux réalisations :
o La publication, aux fins de commentaires du public sur le site Web d'Environnement Canada, des
modifications proposées au Règlement sur les oiseaux migrateurs xxxi visant l'amélioration de la
gestion de la chasse aux oiseaux migrateurs.
o La distribution des documents à l'appui de la gestion de la chasse à tous les conseils de gestion des
ressources fauniques et à certaines organisations autochtones.
o La présentation ou la fourniture de matériel à tous les conseils de gestion des ressources fauniques
et à certaines organisations métisses.
•
La réalisation de 18 stratégies régionales de conservation des oiseaux ; leur publication sur le site Web
du Ministère; la poursuite des discussions avec le Conseil de l’Initiative de conservation des oiseaux de
l'Amérique du Nord-Canada au sujet de leur mise en œuvre.
•
La mise en œuvre, de la deuxième année d'un programme qui permet de comprendre la réaction des
oiseaux migrateurs à l'activité humaine dans la région des sables bitumineux (voir également le Soussous-programme 1.1.2.1).
•
Continué de diriger et d'évaluer d'importants programmes de surveillance, y compris des relevés aériens
et au sol de la sauvagine, le Relevé des oiseaux nicheurs, les relevés de surveillance de la migration des
oiseaux de rivage, les relevés des oiseaux de marais, les relevés de reproduction des oiseaux de rivage
de l'Arctique, ainsi que la détermination et la résolution des lacunes à risque élevé des programmes de
surveillance. La plupart des relevés sont mis en œuvre en collaboration avec des organisations
xxxii
30 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
gouvernementales et non gouvernementales (p. ex., le Fish and Wildlife Service des États-Unis et la
Commission géologique des États-Unis, et les Études d'Oiseaux Canada).
•
La poursuite de la collaboration avec les États-Unis et d'autres partenaires afin de s'acquitter de ses
responsabilités législatives et réglementaires pour la protection et la conservation des oiseaux migrateurs
en vertu de la LCOM.
•
La publication d’une série de documents de recherche déterminant les principales sources anthropiques
de mortalité des oiseaux (voir également le Programme 1.1); l’élaboration d’outils complets de promotion
de la conformité pour faciliter les mesures d'atténuation de la prise accessoire d'oiseaux migrateurs.
•
Les recherches, afin d'évaluer les répercussions potentielles des projets de développement des
ressources sur l'abondance et la répartition des oiseaux marins dans le bassin Foxe, au Nunavut, et au
large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador. Ces recherches ont renseigné les décideurs et les
intervenants du secteur sur les répercussions possibles de l'augmentation des activités de navigation et
d'extraction de pétrole et de gaz sur les oiseaux marins.
•
L'élaboration, grâce à sa participation à la Cinquième réunion internationale de Partenaires d’envol, de
plans d'activités de conservation qui mettront l'accent sur les aspects les plus importants des cycles de
vie des oiseaux.
•
Par l'entremise de la Commission de coopération environnementale, a mis au point un cadre
établissant les principes fondamentaux, des objectifs et des priorités pour une approche de planification
et de gestion intégrées à l'échelle continentale afin d'appuyer la durabilité des prairies de l'Amérique du
Nord.
xxxiii
Sous-programme 1.1.4 : Conservation des habitats fauniques
Description du sous-programme
Ce programme soutient, conserve et protège les habitats des espèces en péril et des oiseaux migrateurs en
mettant sur pied des aires protégées, en favorisant et en permettant l’intendance des habitats par les
propriétaires fonciers et les gestionnaires. Cela se fait notamment par l’acquisition ou la gestion de terres au
moyen des lois d’Environnement Canada. Mais cela se fait surtout par la collaboration avec des partenaires
protéger et conserver les habitats fauniques. Environnement Canada administre divers programmes qui
visent à inciter et à encourager les organismes non gouvernementaux et les Canadiens à prendre des
mesures pour conserver et protéger les habitats fauniques et les habitats des espèces en péril. Parmi les
lois habilitantes, on peut citer la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, la Loi sur
les espèces sauvages du Canada, la Loi sur les espèces en péril, et la Convention relative aux zones
humides d’importance internationale (connue sous le nom de Convention de Ramsar).
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
16 646 237
36 283 814
19 637 577
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
98
131
33
Environnement Canada 31
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 1.1.4 : Conservation des habitats fauniques
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les habitats
requis pour
atteindre les
cibles de
population du
gibier d’eau sont
sécurisés
Terres protégées par
Environnement Canada et
ses partenaires en
pourcentage de la quantité
totale nécessaire pour
atteindre les buts définis
pour la population de tous
les oiseaux migrateurs
prioritaires.
Cible
9 990 000 ha
d'ici
décembre
2017
Résultats réels
8 030 000 ha (80,4 %) en date de décembre 2013
Ce nombre représente l'aire continentale cumulative qui
a été protégée dans les quatre plans conjoints des
habitats du Canada (de l'est, des Prairies,
intramontagnard canadien, et de la côte du Pacifique) et
la région couverte par le programme de la forêt boréale
de l'Ouest en vertu du Plan nord-américain de gestion de
la sauvagine de janvier 1986 à décembre 2013.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
La poursuite de la collaboration avec de nombreux partenaires, chacun ayant des objectifs particuliers à
prendre en compte, en vue de planifier et d'adapter la gestion des habitats importants pour la
conservation des oiseaux migrateurs, le rétablissement des espèces en péril, les terres humides d'intérêt
fédéral, et les écosystèmes prioritaires, tout en tenant compte des conditions écologiques changeantes et
de différentes demandes d'utilisation des terres par des intervenants.
Le Ministère a concentré ses efforts sur les éléments suivants :
•
•
La protection efficace de l'habitat faunique prioritaire grâce à son réseau d’aires protégées et favoriser la
protection par l'entremise d'autres organisations gouvernementales et non gouvernementales.
•
L'intendance de l'habitat faunique dans les paysages exploités par l'entremise de la prestation de
conseils scientifiques, de planification et de programmes de soutien.
La planification et la gestion de la conservation de l'habitat en harmonie avec les autres intervenants, de
façon à renforcer la résilience des écosystèmes et à accroître leur capacité d'adaptation aux
changements écologiques à venir.
D'autres activités et réalisations, dont la contribution à la protection de terres écosensibles, l'expansion et le
développement de réserves nationales de faune, la mise en œuvre du Plan nord-américain de gestion de la
sauvagine (au Canada), et la mise en place de l'Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits
(voir également les Sous-sous-programmes 1.1.4.1 et 1.1.4.2).
•
Sous-sous-programme 1.1.4.1 : Partenariats pour la conservation des habitats
Description du sous-sous-programme
Ce programme favorise le respect des exigences d’Environnement Canada en vertu de la Loi sur les espèces
en péril, de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs et de la Loi sur les espèces
sauvages du Canada en finançant des projets qui visent à sécuriser, à protéger, à améliorer ou à remettre en
état des habitats importants et écosensibles en vue d’améliorer la survie des espèces sauvages, en particulier
des espèces en péril et des oiseaux migrateurs. Ce programme fournit des mécanismes pour faire participer les
organisations et les citoyens sur le terrain, à savoir les propriétaires fonciers, les organisations non
gouvernementales de l’environnement et d’autres intervenants. Il propose notamment des programmes incitatifs
d’action volontaire à l’intention des autres paliers du gouvernement, des organisations non gouvernementales,
des groupes autochtones et des partenaires du secteur privé, de même que des incitatifs fiscaux comme le
Programme des dons écologiques. Le programme comprend également la participation d’Environnement
Canada au Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, un partenariat entre divers organismes fédéraux,
provinciaux et d’état, et diverses organisations non gouvernementales du Canada, des États­Unis et du
Mexique qui vise à conserver des terres humides en Amérique du Nord. L’exécution du programme inclut la
Contribution obligatoire à la Convention sur les zones humides d’importance internationale (Convention
Ramsar).
32 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 392 885
18 433 684
16 040 799
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
17
17
0
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.1.4.1 : Partenariats pour la conservation des habitats
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
L’habitat
Superficie totale (en hectares)
important et
de terres importantes et
écologiquement écologiquement sensibles
sensible est
sécurisées et protégées
sécurisé,
chaque année (Programme
protégé, amélioré des dons écologiques)
ou remis en état
pour accroître les
chances de
survie des
espèces
sauvages,
notamment les Superficie totale (en hectares)
espèces en péril de terres déterminées comme
nécessaires pour le maintien
et les oiseaux
des populations cibles de
migrateurs
gibier d’eau qui ont été
sécurisées, protégées,
améliorées ou remises en état
annuellement par tous les
partenaires du Plan nordaméricain de gestion de la
sauvagine
Cibles
Résultats réels
er
30 000 ha
d'ici
décembre
2014 (total
cumulatif
pendant
trois ans)
24 599 ha du 1 avril 2011 au 31 mars 2014
Les chiffres annuels pendant cette période étaient :
2011-2012 : 3 813 ha
2012-2013 : 3 922 ha
2013-2014 : 16 864 ha
L'aire continentale préservée et protégée varie d'une
année à l'autre, car elle dépend des dons de terre des
citoyens canadiens. La valeur déclarée pour 2013-2014
était plus élevée que les années précédentes en raison
d'un don de 12 000 ha.
300 000 ha
d'ici
décembre
2015 (total
cumulatif
pendant
cinq ans)
93 106 ha du 1 janvier 2011 au 31 décembre 2013
La valeur déclarée comprend les superficies améliorées
ou restaurées au Canada en vertu du Plan nord­américain
de gestion de la sauvagine, y compris la superficie faisant
partie des quatre plans conjoints des habitats du Canada
(de l'est, des Prairies, intramontagnard canadien, et de la
côte du Pacifique) et de la région couverte par le
programme de la forêt boréale de l'Ouest.
Elle a été révisée en réponse à la révision du Plan nordaméricain de gestion de la sauvagine réalisée en 2012.
er
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
La poursuite du travail avec des partenaires afin de protéger les habitats prioritaires, y compris la
protection de terres en vertu du Programme des dons écologiques, et de mieux protéger les habitats en
vertu du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine.
Plus précisément, par l'intermédiaire du programme de Partenariats pour la conservation des habitats :
•
•
La finalisation du processus concernant 56 dons écologiques dans le cadre du Programme des dons
écologiques, ce qui a permis la protection de 16 864 ha de terres écosensibles, à l’échelle du pays, dont
la juste valeur marchande cumulative est de plus de 60 millions de dollars. Les travaux comprenaient
l'exécution de la plus grande servitude de conservation jamais réalisée dans le cadre du Programme,
d'une superficie de plus de 12 000 ha de terres dans la zone naturelle des contreforts du sud de l'Alberta.
•
La collaboration avec des partenaires pour la mise en œuvre active du Plan nord-américain de gestion de
la sauvagine au Canada par la préservation, la restauration et l'amélioration des terres humides et des
hautes terres associées pour la sauvagine. Entre 1986 et 2013, au Canada, plus de 8 millions d'hectares
ont été protégés par des partenaires canadiens dans le cadre du Plan.
Environnement Canada 33
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
La poursuite du travail avec les gestionnaires des secteurs désignés, en vertu de la Convention de
Ramsar, comme des « zones humides d'importance internationale », afin de promouvoir l'utilisation
judicieuse des terres humides et d'évaluer les répercussions possibles sur les caractéristiques
écologiques de ces sites. Depuis son adhésion à la Convention de Ramsar en 1981, le Canada a
désigné 37 sites Ramsar couvrant plus de 13 millions d'hectares.
En 2007, dans le cadre de l'engagement du gouvernement fédéral pour la conservation et la protection de
l'environnement naturel du Canada, le gouvernement du Canada a investi 225 millions de dollars dans le
Programme de conservation des zones naturelles, qui est géré par Conservation de la nature Canada (CNC).
Un montant supplémentaire de 20 millions de dollars a été versé à cette Conservation en 2013­2014 pour
poursuivre la préservation des terres écosensibles. Le Programme de conservation des zones naturelles
représente une importante initiative sur le terrain qui prend des mesures concrètes pour préserver notre
environnement. Depuis sa création en 2007, CNC a fait l'acquisition de plus de 388 000 ha d'habitats
importants sur le plan écologique, comprenant l'habitat de 164 espèces en péril.
Sous-sous-programme 1.1.4.2 : Aires protégées
Description du sous-sous-programme
Ce programme assure la planification stratégique, la mise en place, la coordination et la gestion des aires
protégées pour les oiseaux migrateurs, les espèces en péril, les espèces sauvages d’intérêt national et leurs
habitats, et coordonne les activités nationales et internationales en lien avec la protection des aires prioritaires.
La réussite du programme nécessite l’appui du public et une collaboration étroite avec les groupes autochtones,
les autres agences de gestion de la faune, les autres agences de ressources naturelles, les organisations non
gouvernementales et les propriétaires privés. Le programme fonctionne en vertu de l’autorité de la Loi sur les
espèces sauvages du Canada et de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. Le
programme fait partie d’un plus vaste réseau d’aires protégées qui comprend des sites appartenant à d’autres
ministères fédéraux (notamment Parcs Canada et Pêches et Océans Canada), des agences provinciales et
territoriales, et des propriétés destinées à la conservation qui appartiennent à des organisations non
gouvernementales ou gérées par elles.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
14 253 352
17 850 130
3 596 778
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
81
114
33
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.1.4.2 : Aires protégées
Résultat attendu
Les habitats
nécessaires à la
conservation des
oiseaux migrateurs, des
espèces en péril et des
espèces rares ou
uniques sont protégés
Indicateur de rendement
Superficie totale de terres
déterminées comme
nécessaires pour la
conservation des oiseaux
migrateurs, des espèces en
péril et d’autres espèces
sauvages d’importance
nationale.
Cible
Une
superficie
couvrant
50 % des
terres du
Canada
d’ici 2018
Résultats réels
20 % du Canada en date du 31 mars 2014
Cet indicateur est une mesure de la contribution
d'Environnement Canada à la conservation des
espèces fédérales à l'extérieur du territoire
domanial. Les résultats rapportés proviennent de
l'identification de l'habitat entreprise à l'appui du
Plan d’aménagement du territoire du Nunavut.
34 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La poursuite de la gestion du réseau de 92 refuges nationaux d'oiseaux migrateurs et 54 réserves
nationales de faune, y compris la publication de trois plans définitifs de gestion des réserves nationales
de faune et de cinq plans aux fins de consultation, ainsi que l’émission de 321 permis de réserve
nationale de faune.
•
La cueillette de données sur 1 821 404 ha d'aires protégées (publiques et privées) de divers
gestionnaires des terres. Les bureaux régionaux permettent l'identification et la collecte de données
détenues par les fiducies foncières (privées et publiques). Les points saillants comprennent :
o La création d'une base de données unique de terres protégées privées (données de l'Alberta, de la
Saskatchewan et de la Colombie-Britannique, couvrant une superficie totale de 674 956 ha de
terres protégées privées). Ces résultats ne tiennent pas compte de toutes les terres privées; une
partie des quelque 200 fiducies foncières au Canada sont très petites et ne sont pas en mesure
d'effectuer l'analyse des données géospatiales.
o La mise à jour de l'ensemble de données du Système de rapport et de suivi pour les aires de
conservation afin de tenir compte des données recueillies en 2013-2014 pour 1 146 448 ha de
zones protégées appartenant au gouvernement provincial. La superficie totale mesurée dans le
cadre de l'Initiative de gestion des connaissances géospatiales du Ministère représente maintenant
11 % du Canada.
•
La mise en œuvre continue de l'Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits Nunavut
Tunngavik Inc. Les réalisations à ce jour comprennent la création de comités de cogestion des aires en
vue d'effectuer la cogestion des aires de conservation au Nunavut, l'embauche d'employés inuit pour la
réalisation de travaux sur le terrain, la réalisation d'inventaires des ressources culturelles, ainsi que
l’achèvement de trois grands projets d'écotourisme par Nunavut Tunngavik Inc. Cet accord offre un
excellent exemple de la façon dont les aires protégées peuvent être gérées en collaboration avec les
Premières Nations.
•
La poursuite du travail avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour l'établissement de la
réserve nationale de faune d'Edéhzhíe. Le processus de transfert des responsabilités dans les
Territoires du Nord-Ouest ajoute une grande complexité à ce travail; les terres nécessaires pour la mise
en place de la réserve nationale de faune ont été exclues du transfert des responsabilités et sont
transférées à Environnement Canada.
La rédaction des instructions afin de permettre la création de règlements précis concernant la réserve
nationale de faune en milieu marin des îles Scott, avec le soutien du ministère de la Justice, et a
collaboré avec plusieurs ministères fédéraux lors des négociations des ententes de gestion en appui à
la conservation de la faune et à la réglementation efficace de cette réserve nationale de faune en milieu
marin proposée.
Une évaluation de la pertinence et du rendement du Programme pour les aires protégées, qui couvre la
période de cinq ans de 2008-2009 à 2012-2013, a permis de conclure que le programme demeure pertinent
et progresse vers la réalisation de beaucoup de ses résultats souhaités de façon efficace, bien que moins de
progrès aient été réalisés pour un certain nombre d'autres résultats, en partie à cause de la durée de
certaines fonctions de gestion (p. ex., l'élaboration d'un plan de gestion du site) ou à des facteurs hors du
contrôle du programme (p. ex., l'acquisition de terres). Deux recommandations ont été incluses, notamment
pour que le Ministère mobilise plus activement les intervenants et améliore sa stratégie actuelle de gestion
du rendement. Le Ministère a accepté les deux recommandations et a élaboré une réponse de la direction
pour en tenir compte.
•
Environnement Canada 35
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Programme 1.2 : Ressources en eau
Description du programme
Ce programme gère les risques et les impacts des activités industrielles, de l’agriculture, des changements
climatiques et d’autres facteurs sur les ressources en eau, afin de veiller à ce que les menaces qui pèsent sur les
ressources en eau et les écosystèmes aquatiques du Canada soient réduites au minimum et que la durabilité de
la ressource soit maintenue. La conservation, la protection et l’utilisation durable des ressources en eau sont
essentielles au bien­être économique, social et écologique du Canada. La mise en œuvre du programme se fait
en collaboration avec des partenaires notamment d’autres ministères fédéraux, les provinces et territoires et
diverses organisations non gouvernementales. Par l’entremise de ce programme, Environnement Canada
contribue à surveiller la qualité de l’eau et à mener des recherches et des analyses liées à l’eau et joue un rôle,
en collaboration avec d’autres ministères, dans l’établissement des priorités en matière de qualité de l’eau, de
quantité, et de surveillance et en matière de recherche sur les écosystèmes aquatiques, en fournissant des
données scientifiques et des conseils aux décideurs et en encourageant de meilleures pratiques de gestion. Ce
programme appuie l’application de la Loi sur les ressources en eau du Canada, du plan d’action pour
l’assainissement de l’eau, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), de la Loi sur les
pêches, de la Loi du traité des eaux limitrophes internationales et de la Loi sur les ouvrages destinés à
l’amélioration des cours d’eau internationaux. Les contributions à l'appui de Ressources en eau sont utilisées
comme une composante de ce programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
96 788 965
96 788 964
104 913 126
100 322 337
3 533 373
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
795
748
-47
Résultats du rendement
Programme 1.2 : Ressources en eau
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les menaces
envers les
ressources
hydriques et les
écosystèmes
aquatiques du
Canada sont
réduites et la
viabilité des
ressources est
maintenue
Cible
Pourcentage de régions de 50 % des
drainage comprises dans principaux
l’Indice de la qualité de
sites de
l’eau douce des Indicateurs surveillance
canadiens de durabilité de nationaux à
l’environnement dont la
l’intérieur du
qualité de l’eau à plus de la groupe de
moitié des sites était bonne données de
ou excellente
2010-2012
dont la
qualité de
l’eau était
bonne ou
excellente
Résultats réels
46 % ont obtenu la cote « Bien » ou « Excellent » dans
3
l'ensemble de données 2009-2011 .
La qualité de l'eau douce des rivières sélectionnées a été
évaluée partout au Canada où la qualité de l'eau douce
risque d'être dégradée par des activités humaines. La
qualité de l'eau douce des cours d'eau était jugée
excellente ou bonne à 46 % des sites de surveillance,
satisfaisante à 35 % des sites, douteuse à 17 % des sites
et mauvaise à 2 % des sites. Dans l'ensemble, la qualité
actuelle de l'eau douce de la majorité des rivières
canadiennes est suffisante pour maintenir en bonne santé
les écosystèmes fluviaux.
Les valeurs antérieures de l'indicateur étaient les suivantes:
44 % dans l'ensemble de données 2008­2010 et 41 % dans
l'ensemble de données 2007­2009.
3
Les données obtenues sont les données les plus récentes disponibles provenant d'un grand nombre de programmes de surveillance gérés par les
autorités fédérales, provinciales et territoriales.
36 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
La mise en œuvre continue d’une approche exhaustive à l'égard de l'eau et des écosystèmes, notamment
par les moyens suivants :
•
L'adoption d'une approche fondée sur le risque de la qualité et de la quantité de l'eau, en adaptant les
activités de surveillance afin de répondre aux besoins.
•
La collaboration avec les partenaires canadiens et américains sur l'élaboration d'objectifs importants
concernant l'écosystème, entre autres les cibles de charge en polluants phosphorés pour le lac Érié et
les objectifs en matière de nutriments pour le lac Winnipeg.
•
Le respect de l’engagement en matière de gestion et de partage des données; la réalisation, lors d’un
forum de données ouvertes, des travaux de base pour que les données de surveillance de la quantité
et de la qualité de l'eau soient disponibles.
D'autres points saillants sur des travaux relatifs aux ressources en eau comprennent notamment :
•
La prestation d'aide à la surveillance sur place pendant et après l'inondation de 2013 à Calgary,
contribuant ainsi à la sécurité publique dans les régions inondées.
•
La prestation d'expertise scientifique et technique à la Commission mixte internationale, notamment par
la participation à près d'une douzaine de comités de gestion de l'eau, à l'appui des objectifs relatifs à la
qualité de l'eau et de la régularisation des niveaux d'eau et des débits à la fois au Canada et aux ÉtatsUnis; la collaboration avec de nombreux partenaires et intervenants et la réalisation de travaux avec
diverses structures de gouvernance sont des éléments importants des travaux relatifs aux ressources
en eau d'Environnement Canada, ce qui implique souvent des projets pluriannuels.
Au cours de la deuxième année (2013-2014) d'un plan sur trois ans visant l'augmentation des efforts de
surveillance dans la région des sables bitumineux au moyen du Plan conjoint de mise en œuvre
Canada­Alberta de la surveillance des sables bitumineux, les efforts ont été concentrés sur les éléments
suivants :
•
La poursuite des progrès relatifs à la mise en œuvre, qui consiste à ajouter d’autres sites de
surveillance, à élargir les paramètres surveillés, et à augmenter la fréquence de surveillance.
•
Le respect de l’engagement en matière d'amélioration de la transparence et de l'accessibilité. Les
données sont plus souvent et plus rapidement téléchargées dans le portail d'information du Plan
conjoint de mise en œuvre Canada-Alberta de la surveillance des sables bitumineux, et sont plus
facilement accessibles, entre autres pour des sites de surveillance précis.
Pour obtenir de plus amples renseignements, voir également le Sous-programme 1.2.1.
Sous-programme 1.2.1 : Qualité de l’eau et santé des écosystèmes aquatiques
Description du sous-programme
Ce programme permet aux Canadiens, aux responsables des orientations politiques, aux décideurs, aux
gestionnaires des ressources hydriques, aux secteurs, au gouvernement fédéral, aux gouvernements
provinciaux et territoriaux, à l’industrie et aux municipalités de connaître et de comprendre les impacts des
activités humaines sur la qualité de l’eau et la santé des écosystèmes aquatiques et les risques associés. Il
favorise le respect des obligations en matière de qualité de l’eau en vertu de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), de la Loi sur les ressources en eau du Canada, de la Loi sur les
pêches, de la Loi du traité des eaux limitrophes internationales, ainsi que des ententes fédérales–
provinciales–territoriales et des ententes entre le Canada et les États­Unis sur la qualité de l’eau. Par
l’entremise de ce programme, Environnement Canada joue un rôle de dirigeant en matière de surveillance et
d’établissement de rapports sur la qualité de l’eau, en particulier par les rapports annuels sur l’indice de la
Environnement Canada 37
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
qualité de l’eau douce, et par les rapports sur l’état et les tendances en matière de santé des écosystèmes
aquatiques. Ce programme engendre et diffuse des connaissances et de l’information scientifiques
permettant de répertorier les activités humaines qui ont des incidences marquées sur les écosystèmes
(aquatiques ou autres), les secteurs vulnérables et prioritaires, et de définir des possibilités de minimiser ces
incidences. Ce programme comprend la responsabilité d’Environnement Canada relativement aux
composantes de la gouvernance et de la science de l’Initiative du bassin du lac Winnipeg (Plan d’action pour
l’assainissement de l’eau) ainsi que les responsabilités de surveiller les zones d’exploitation de mollusques
conformément au protocole de surveillance du Programme canadien de contrôle sanitaire des mollusques,
administré conjointement dans le cadre d’un protocole d’entente entre l’Agence canadienne d’inspection des
aliments, Environnement Canada et Pêches et Océans Canada.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
68 463 834
72 634 940
4 171 106
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
498
479
-19
Résultats du rendement
Sous-programme 1.2.1 : Qualité de l’eau et santé des écosystèmes aquatiques
Résultat attendu
Indicateur de rendement
Cible
Résultats réels
Les politiques et programmes du Canada
liés aux ressources hydriques sont
déterminés en fonction des données et
de l’information sur la qualité de l’eau et
la santé des écosystèmes aquatiques
obtenues par une surveillance continue
des eaux qui relèvent de la compétence
ou de la responsabilité fédérale.
Pourcentage des sites faisant
partie du réseau national
principal de surveillance de la
qualité de l’eau où des
activités de surveillance de la
qualité de l’eau ont été
entreprises.
100 % des
sites
surveillés
annuellement
d’ici 20132014
La surveillance a été
effectuée à 100 % des
312 sites principaux de
la qualité de l'eau du
gouvernement fédéral,
y compris les 52 sites
dans le Nord.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La collaboration à la recherche dans le but de mieux comprendre la relation entre les sources et les
concentrations de phosphore et la formation d'efflorescences algales et de toxines algales dans le lac
Érié et le lac Winnipeg. Les résultats permettront l'élaboration et la mise en œuvre de cibles et
d’objectifs en matière de nutriments pour les lacs.
•
L’amélioration continue de la surveillance de la qualité de l'eau douce dans quatre bassins versants à
l'échelle nationale par l'élaboration, la mise à l'essai et la réalisation de nouveaux outils et approches
novateurs et de pointe pour la surveillance de la qualité de l'eau axée sur les risques, en réponse au
rapport du commissaire à l'environnement et au développement durable de l'automne 2010.
•
La poursuite du programme de surveillance pour l'aquifère transfrontalier d’Abbotsford­Sumas, qui a
démontré que 70 % des échantillons dépassaient les Recommandations pour la qualité de l'eau potable
au Canada pour le nitrate, ainsi qu'un accord de collaboration avec Agriculture et Agroalimentaire
Canada sur la recherche sur le nitrate.
38 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Les points saillants des réalisations du Ministère dans le cadre de la version améliorée du programme du
Plan conjoint de mise en œuvre Canada-Alberta de la surveillance des sables bitumineux (voir également le
Sous-programme 1.2) comprennent notamment : la surveillance accrue pour un plus grand nombre de sites
et de paramètres, et une augmentation de la fréquence de la surveillance; une augmentation de
l'échantillonnage de la qualité des sédiments, et des poissons et invertébrés en tant qu'indicateurs généraux
de la qualité de l'eau et de la santé de l'écosystème.
Le portail d'information Canada-Alberta sur la surveillance environnementale des sables bitumineux xxxiv
donne accès à des cartes de la région de surveillance, à des renseignements sur les sites de surveillance et
à des données ainsi qu'à des résultats. Cela permet aux parties intéressées de réaliser leurs propres
analyses. Le Plan conjoint de mise en œuvre Canada-Alberta sur la surveillance des sables bitumineux a
continué de favoriser la mobilisation des intervenants par l'entremise de forums multilatéraux semestriels
(entre autres trois ordres de gouvernement, le secteur des sables bitumineux, les Premières Nations, les
Métis, les organisations autochtones non gouvernementales et le milieu universitaire).
Sous-programme 1.2.2 : Gestion et utilisation des ressources en eau
Description du sous-programme
Le programme de gestion et d’utilisation des ressources hydriques vise à promouvoir la conservation et la
gestion des ressources en eau du Canada. Il promeut et permet l’application de renseignements
scientifiques afin d’éclairer la prise de décision de façon intégrée et cohérente en respect de la Loi sur les
ressources en eau du Canada. Le programme permet de coordonner la gamme complète de
renseignements scientifiques sur la qualité et la quantité d’eau et de les surveiller, en plus de veiller à ce que
ces connaissances soient bien placées pour éclairer les décisions, l’élaboration des politiques et les
approches en matière de gestion. Ce programme favorise des approches coopératives et intégrées pour une
gestion durable des ressources en eau grâce à des partenariats avec d’autres gouvernements et avec les
gestionnaires des ressources hydriques. Ce programme accentue le rôle prioritaire du gouvernement fédéral
sur les enjeux transfrontaliers liés à l’eau et à la gouvernance, et la participation aux conseils nationaux et
internationaux de gestion de l’eau constitue un mécanisme prioritaire, y compris les conseils formés dans le
cadre de la Loi sur les ressources en eau du Canada et de la Commission mixte internationale.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
4 773 683
4 076 806
-696 877
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
51
32
-19
Résultats du rendement
Sous-programme 1.2.2 : Gestion et utilisation des ressources en eau
Résultat attendu
Les décideurs du secteur des
ressources hydriques disposent
de l’information nécessaire et
connaissent les points de vue
des intervenants pour prendre
des décisions responsables et
appropriées sur les ressources
partagées.
Indicateur de rendement
Cible
Résultats réels
Index de satisfaction des
clients, sur une échelle de 1
(insatisfaisant) à 10
(excellent)
La cible sera
déterminée une
fois qu'une valeur
de référence aura
été mesurée.
Les résultats ne sont pas
encore disponibles.
Le sondage a été élaboré et
sera distribué aux clients
des offices de l'eau afin
d'obtenir de la rétroaction à
la prochaine réunion
annuelle en automne 2014.
Environnement Canada 39
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
Le partage de l’expertise relative aux indicateurs de l'écosystème aquatique et des eaux souterraines
avec le Conseil canadien des ministres de l'environnement (CCME) dans le cadre de l’approche
préliminaire d'évaluation de la durabilité des eaux souterraines. Le projet pilote a utilisé l'aquifère
transfrontalier d'Abbotsford-Sumas (Colombie-Britannique/Washington); la demande a obtenu du
succès et conduira à un meilleur engagement pour l’élaboration d’un document d'orientation du CCME.
Les résultats ont révélé l'interdépendance des eaux souterraines, des eaux de surface et de la santé
des écosystèmes aquatiques dans un contexte où les indicateurs sont intégrés.
•
La prestation de services d'ingénierie, entre autres, à un certain nombre d'offices de l'eau dans
l'ensemble du Canada, ainsi qu'à plupart de la douzaine d'offices Canada-États-Unis relevant de la
Commission mixte internationale (CMI). La communication et la collaboration continues avec les
partenaires fédéraux et étatiques des États-Unis et avec les partenaires provinciaux du Canada sont
essentielles au progrès de la gestion de l'eau et de l'approche de gestion adaptative de régulation de
l'eau des Grands Lacs et de l'ensemble du Canada, en particulier le long de la frontière entre les deux
pays.
•
L’établissement d’un protocole d'entente avec la Commission mixte internationale et la mise à jour du
protocole d'entente avec la Commission de contrôle du lac des Bois.
Sous-programme 1.2.3 : Service et relevés hydrologiques
Description du sous-programme
Ce programme fournit des données hydrologiques, des renseignements et des connaissances dont les
autorités canadiennes ont besoin pour prendre des décisions en matière de gestion de l’eau. Ce programme
appuie les objectifs et les mandats de tous les paliers de gouvernement qui participent à la gestion de
l’approvisionnement en eau. L’information relative au cycle hydrologique au Canada est essentielle à la
santé et sécurité (p. ex., prévision et prévention des inondations) et à l’efficience économique (p. ex.,
agriculture, hydroélectricité et marine marchande internationale). Les données hydrologiques et
renseignements météorologiques et généraux fournis par Environnement Canada sont utilisés par les
agences internationales, fédérales, provinciales, territoriales et municipales pour établir des règlements et
réagir aux changements des niveaux des eaux au Canada et des cours d’eau qui traversent des frontières
internationales. En vertu de la Loi sur les ressources en eau du Canada, ce programme est mis en œuvre
dans le cadre d’ententes bilatérales entre Environnement Canada et toutes les provinces et territoires
(Affaires autochtones et Développement du Nord Canada représente le Nunavut et les Territoires du NordOuest). Ces ententes constituent le cadre de référence national permettant à Environnement Canada de
recueillir, d’interpréter et de diffuser des renseignements sur le niveau et le débit des eaux et d’appuyer les
recherches scientifiques. Le personnel de l’administration centrale et de toutes les régions d’Environnement
Canada participe à la prestation du programme. L'exécution du programme peut inclure des contributions à
l'appui de Ressources en eau.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
23 551 447
23 610 591
59 144
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
246
237
-9
40 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 1.2.3 : Service et relevé hydrologique
Résultat attendu
Les Canadiens et leurs
institutions possèdent les
données, les
renseignements et les
connaissances
hydrologiques
nécessaires pour
prendre des décisions
sur la gestion de l’eau
Indicateur de rendement
Index de satisfaction des
clients, sur une échelle de 1
(insatisfaisant) à 10
(excellent)
Cible
Résultats réels
Une cible sera
établie dans le
Rapport sur les
plans et les priorités
de 2015-2016
maintenant qu'une
valeur de référence
a été mesurée.
Huit personnes sur dix, en fonction de
la première enquête de base des clients
des gouvernements provinciaux et
territoriaux de la Table nationale des
administrateurs tenue en octobre 2013
au cours d'un processus d'évaluation du
programme effectué par Environnement
Canada.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La déclaration des niveaux d'eau et de l'apport dans le bassin des Grands Lacs, en collaboration avec
ses homologues de la United States Geological Survey (USGS). Les renseignements pertinents ont
permis d'éclairer les exigences opérationnelles, ainsi que les options pour les stratégies de contrôle et
d'amélioration futures.
•
La poursuite de l'exploitation de la table nationale de consultation des niveaux fédéral, provincial et
territorial, qui est un forum pour la gestion et la coordination de la surveillance de la quantité d'eau et
des services connexes qui facilitent l’atteinte des objectifs des administrations.
•
La poursuite de partenariats avec les provinces et les territoires. On compte parmi ces réalisations la
signature de nouveaux accords en matière d'hydrométrie avec la Colombie­Britannique et le Yukon, ce
qui officialise une collaboration réussie de longue date facilitant la prise de décision afin de protéger la
santé et la sécurité des Canadiens.
•
La collaboration avec le milieu universitaire en vue d'élaborer des méthodes scientifiques pour
l'amélioration de la conception du réseau dans le cadre de l'approche axée sur le risque pour la gestion
du réseau hydrométrique, en réponse à la vérification du commissaire à l'environnement et au
développement durable de l'automne 2010.
•
La signature de la première annexe dans le cadre de l'accord entre Environnement Canada et la USGS
en vue d'officialiser la collaboration relative à la formation scientifique et technique concernant la
surveillance hydrométrique et de mener des négociations avancées sur trois autres annexes de
l'accord.
•
La contribution à la surveillance hydrologique et à la compréhension des débits d'eau douce dans
l'océan Arctique en participant au programme international HYCOS (système d'observation du cycle
hydrologique) dans l'Arctique.
Le Ministère a également mis à jour sa base de données sur les indicateurs relatifs à l'eau douce et les
renseignements hydrométriques sur les bassins de référence. Ces travaux ont demandé une étroite
collaboration avec la United States Geological Survey (USGS pour déterminer les bassins d'intérêt en
Amérique du Nord. Également au plan international, des ingénieurs du Ministère ont participé aux groupes
d'experts de l'Organisation météorologique mondiale pour la réalisation d'analyses hydroacoustiques et des
incertitudes en hydrométrie. Ces travaux aideront énormément à évaluer plus rigoureusement les débits
d'eau, ce qui facilite la gestion des ressources en eau.
L’évaluation de ce programme a été faite pour en évaluer la pertinence et son rendement au cours de la
période de 2008-2009 à 2012-2013. Les résultats indiquent qu’il continue d'être pertinent et que sa
conception est appropriée pour atteindre les résultats souhaités. Bien que le programme ait entraîné la prise
Environnement Canada 41
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
de mesures visant l'amélioration de son efficacité et de sa rentabilité au cours de la période d'évaluation,
certains domaines nécessitant une attention ont été déterminés. Les trois recommandations de l'évaluation
mettent l'accent sur l'amélioration de la mesure et de la déclaration du rendement, l'amélioration de la
compréhension des besoins des utilisateurs et des tendances relatives à la demande dans le cadre du
programme et de l'examen de son approche de planification des ressources humaines et de dotation pour
des postes professionnels et de gestion. Le Ministère accepte ces deux recommandations et a élaboré une
réponse de la direction pour en tenir compte.
Programme 1.3 : Écosystèmes durables
Description du programme
L’objectif de ce programme est de préserver les écosystèmes du Canada à long terme en travaillant en
collaboration avec la population canadienne, tous les ordres de gouvernement et le secteur privé en leur
fournissant les renseignements environnementaux et les outils nécessaires afin qu’ils puissent tenir compte
des aspects sociaux, économiques et environnementaux dans leurs décisions et leurs actions, y compris par
le biais d’évaluations environnementales. L’approche écosystémique de la gestion environnementale met
l’accent sur le maintien de la capacité d’un système dans son ensemble de produire des biens et services
écologiques, tels que des ressources en eau, un air et une eau de qualité et des ressources génétiques,
lesquels soutiennent notre économie, notre sécurité, notre santé et notre bien-être. Ce programme est au
cœur de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques et des stratégies en matière de durabilité
d’Environnement Canada, de l’information appuyant la planification à l’échelle de l’écosystème, de
l’engagement communautaire dans l’assainissement des sites, de l’engagement des jeunes et de la
recherche et l’élaboration de rapports sur la situation et les tendances environnementales. Le programme
vise à faciliter la planification interdisciplinaire et intersectorielle ainsi que l’échange de l’information entre les
partenaires. Les contributions à l'appui d’Écosystèmes durables sont utilisées comme une composante de
ce programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
66 589 903
71 635 870
70 851 606
70 727 194
-908 676
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
346
324
-22
Résultats du rendement
Programme 1.3 : Écosystèmes durables
Résultat attendu
Les Canadiens
gèrent les
ressources
écosystémiques
de façon à
favoriser la
durabilité de
l’écosystème
Indicateur de rendement
Pourcentage
d’écosystèmes canadiens
dont la santé a été jugée
stable ou améliorée
Cible
Résultats réels
Aucune
cible n'a
été établie.
L'indicateur
a été
remplacé
en 20142015.
Biodiversité canadienne : état et tendances des
écosystèmes en 2010 a évalué la santé de l'écosystème
dans 20 secteurs, notamment les principaux biomes
canadiens, les interactions humains-écosystèmes, et
l'habitat, les espèces sauvages et les processus
écosystémiques. Dans l'ensemble, 25 % des principales
constatations ont été classés comme étant en cours
d'amélioration ou comme ayant peu changé. Le rapport
xxxv
de la
complet peut être consulté sur le site Web
biodiversité canadienne.
42 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La présence active, dans le cadre de l'évaluation environnementale en 2013-2014, comme le démontre
sa participation à 10 commissions chargées de l'évaluation environnementale et à plus de 30
évaluations des normes environnementales en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation
environnementale (2012), entre autres des projets soumis à un examen dans le cadre des processus
d'évaluation environnementale dans le Nord; la prestation de conseils scientifiques et techniques aux
décideurs sur plus de 100 projets relatifs aux mines, au pétrole et au gaz, à l'énergie et à
l'infrastructure.
•
La contribution aux efforts pangouvernementaux permettant de remplir l’obligation légale de consulter
et, s'il y a lieu, d'accommoder les intérêts et les droits des groupes autochtones grâce à sa participation
aux activités de consultation de la Couronne concernant les grands projets liés aux ressources.
•
La participation active à la direction, à la gestion et à la coordination d'activités scientifiques, de
surveillance et à d’autres activités dans les écosystèmes les plus importants, notamment les Grands
Lacs, le fleuve Saint-Laurent, le lac Simcoe, le lac Winnipeg, la mer des Salish et de l'Okanagan et les
écosystèmes de l'Atlantique. La gestion et la coordination nécessitent des ententes avec de nombreux
partenaires canadiens et internationaux; la plupart des activités sont pluriannuelles et leurs résultats
seront publiés à mesure qu'ils seront disponibles (voir également les Sous­sous­programmes 1.3.4.1 à
1.3.4.5).
•
La surveillance continue de la biodiversité dans la région des sables bitumineux; l’offre d’accessibilité
aux résultats et aux données plus rapidement et facilement (voir également le Sous-programme 1.3.2);
•
La contribution à une vision pangouvernementale transparente et accessible des priorités
environnementales en élaborant et en déposant au Parlement la deuxième Stratégie fédérale de
développement durable (SFDD), pour la période de 2013 à 2016; l’élarssement de la portée et
l’amélioration de la nature des indicateurs environnementaux qui démontrent les progrès de la SFDD.
Sous-programme 1.3.1 : Rapports axés sur le développement durable et indicateurs
Description du sous-programme
Dans le cadre de ce programme, Environnement Canada collabore avec d’autres ministères
gouvernementaux pour produire des rapports, par l’entremise de l’initiative des Indicateurs canadiens de
durabilité de l’environnement, sur des indicateurs environnementaux permettant d’effectuer le suivi de
domaines qui préoccupent les Canadiens : la qualité de l’air, la qualité et la disponibilité de l’eau, la
protection de la nature et les émissions de gaz à effet de serre. Le programme vise également à appliquer la
Loi fédérale sur le développement durable, en vertu de laquelle Environnement Canada a le mandat
législatif de diriger la mise en œuvre, le suivi et la production de rapports au sujet de la Stratégie fédérale de
développement durable. La Loi exige que le ministre de l’Environnement présente au Parlement une
stratégie fédérale de développement durable comprenant des objectifs, des cibles et des stratégies de mise
en œuvre. En vertu de la Loi, les ministères et organismes fédéraux doivent présenter des stratégies
ministérielles (dans le cadre de leur Rapport sur les plans et priorités) précisant comment leurs activités de
programme appuieront la Stratégie fédérale de développement durable au cours de l’année suivant sa
présentation à la Chambre des communes. Ces stratégies appuieront et favoriseront la transparence et la
responsabilisation accrues envers la population et le Parlement.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
7 693 879
7 310 721
-383 158
Environnement Canada 43
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
56
47
-9
Résultats du rendement
Sous-programme 1.3.1 : Rapports axés sur le développement durable et indicateurs
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Cibles
Utilisation accrue des
Indicateurs canadiens de
durabilité de l’environnement
dans les politiques et les
rapports de développement
durable
Nombre annuel de publications et de
politiques imprimées ou en ligne pour
lesquelles les Indicateurs canadiens
de durabilité de l’environnement ont
été adoptés comme mesures de
publication ou d’analyse
70 publications
d’ici 2013
Les politiques et les plans des
ministères fédéraux reflètent
les objectifs et les cibles de la
stratégie de développement
durable du gouvernement
fédéral
Pourcentage des buts, cibles et
stratégies de mise en œuvre de la
stratégie de développement durable
du gouvernement fédéral rapportés
dans le Système de gestion des
dépenses (rapports sur les plans et
priorités, rapports ministériels sur le
rendement
100 % d’ici 2013
Résultats réels
84 publications en
2012.
L'étude est menée
tous les deux ans.
La prochaine
mesure sera
effectuée en 2014.
94 % d'ici le 31
mars 2014.
Cette valeur
demeure
relativement stable
par rapport aux 95
% déclarés en
2012-2013.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
L’achèvement de la deuxième Stratégie fédérale de développement durable (SFDD). Le rapport, qui
couvre la période de 2013 à 2016, a été déposé au Parlement en novembre 2013. Cette SFDD met à
jour la vision pangouvernementale des priorités environnementales de 33 ministères et organisations et
comprend les commentaires émis lors des consultations publiques sur l'ébauche de la Stratégie pour
2013-2016. Elle présente deux nouvelles cibles pour l'adaptation aux changements climatiques et
l'agriculture, améliore la couverture des renseignements socioéconomiques et rend le processus
décisionnel en matière d'environnement plus transparent et responsable.
•
L’élaboration d’une stratégie pour mobiliser plus fréquemment les intervenants (c.­à­d., pas seulement
en vue de sa SFDD sur trois ans), en réponse à leur rétroaction.
•
L’ajout de trois nouveaux indicateurs et la mise à jour 18 indicateurs faisant partie des indicateurs
canadiens de durabilité de l'environnement (ICDE). L'initiative ICDE, le moyen principal utilisé pour
mesurer le progrès de la SFDD, est une source fiable de preuves démontrant les progrès relatifs au
programme du gouvernement sous la forme d'information objective et complète concernant les
tendances environnementales. L'engagement de haut niveau pour la création de nouveaux indicateurs
et le perfectionnement des outils existants a été renforcé.
44 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 1.3.2 : Évaluation et approches axées sur les écosystèmes
Description du sous-programme
Ce programme contribue à une activité consolidée qui permet d’évaluer et de gérer les écosystèmes du
Canada de façon durable. Ces diverses composantes, prises individuellement ou ensemble, contribuent au
respect du mandat d’Environnement Canada en fournissant une expertise, une orientation et des conseils
scientifiques aux décideurs des différents paliers gouvernementaux, des organisations environnementales et
non gouvernementales, du secteur industriel, du milieu de la recherche et du grand public de sorte que les
données sur les écosystèmes et les impacts environnementaux des propositions de développement sont
pris en compte dans leurs décisions. Pour ce faire, le programme comprend des activités de recherche, de
surveillance, d’évaluation et de production de rapports sur la santé des écosystèmes et la biodiversité.
Environnement Canada participe aux évaluations environnementales fédérales, y compris celles dans le
Nord et fournit également une expertise scientifique dans le cadre des évaluations environnementales
provinciales. La participation d’Environnement Canada à l’évaluation stratégique régionale et des projets
offre au gouvernement une plateforme lui permettant de contribuer à la santé des écosystèmes au Canada.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
17 906 456
26 460 580
8 554 124
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
149
169
20
Résultats du rendement
Sous-programme 1.3.2 : Évaluation et approches axées sur les écosystèmes
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
Les effets
Proportion des
indésirables
recommandations
possibles des
d’Environnement Canada qui
sont intégrées dans les
projets, plans,
décisions finales concernant
programmes ou
les évaluations
politiques
assujettis aux lois environnementales.
fédérales
d’évaluation de
l’environnement et
aux directives du
Cabinet sont évités Proportion des demandes de
suivi aux évaluations
ou atténués.
environnementales faites par
Environnement Canada
auxquelles on a donné suite
comme prévu.
Cibles
Résultats réels
60 % d’ici
l’exercice
financier de
2012­2013
65 % en 2013-2014.
Ce pourcentage est fondé sur deux projets approuvés en
vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation
environnementale (LCEE) (le projet de minerai de fer
Kami et le projet de mine de diamants Renard), et sur un
projet approuvé en vertu de la LCEE (2012) (le projet
d'expansion de la mine Jackpine). Environ 35 des
54 recommandations d'Environnement Canada ont été
prises en compte dans les rapports définitifs d'évaluation
environnementale de ces projets.
100 % d’ici
l’exercice
financier
2016-2017
100 % en 2013-2014.
Ce nombre est basé sur tous les projets considérés
comme actifs dans la phase de suivi, qui se déroulent
4
tous tel que prévu .
4
Un projet se déroule tel que prévu lorsqu'une demande de suivi a été acceptée et a donné lieu à une décision ou, dans la mesure où Environnement
Canada est au courant, le demandeur doit traiter la demande de suivi. Un projet qui ne se déroule pas tel que prévu concerne les cas où l'on sait que le
demandeur n'a pas l'intention de fournir les renseignements de suivi demandés par d'Environnement Canada.
Environnement Canada 45
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
L’achèvement de sa première année complète de respect des délais prévus par la loi pour les
évaluations environnementales réalisées en vertu de la Loi canadienne sur l'évaluation
environnementale (2012) (LCEE 2012).
•
La participation à 10 groupes d'experts et à 34 études approfondies et évaluations environnementales
de transition en vertu de la LCEE 2012 et à des dizaines d’autres examens en vertu de régimes
d'évaluation environnementale provinciaux et du Nord.
•
La prestation d’expertise aux commissions d'examen pour les projets pour lesquels des décisions
relatives à l'évaluation environnementale ont été prises, y compris le projet de mine d'or et de cuivre
New Prosperity et le Projet d'expansion de la mine Jackpine.
•
La contribution aux évaluations environnementales des quatre principaux régimes du Nord : la Loi sur
la gestion des ressources de la vallée du Mackenzie, la Loi sur l’évaluation environnementale et
socioéconomique au Yukon, la Convention définitive des Inuvialuit et l'Accord sur les revendications
territoriales du Nunavut. Plusieurs projets importants ont obtenu l'approbation du gouvernement fédéral
(un au Nunavut et deux dans les Territoires du Nord-Ouest).
•
Le début de la mise en œuvre d’un système de gestion de la qualité pour la prestation des obligations
en matière d'évaluation environnementale du Ministère.
•
La participation à l'initiative interministérielle du Bureau de gestion des grands projets afin d'appuyer
l'engagement continu du gouvernement pour la mise en œuvre du programme de Développement
responsable des ressources.
•
La poursuite de la surveillance de la biodiversité dans le cadre du programme du Plan conjoint de mise
en œuvre Canada-Alberta de la surveillance des sables bitumineux. Les données sur la surveillance de
la biodiversité et des perturbations xxxvi, ainsi que d'autres composants (l'air, l'eau, la contamination de la
faune), sont affichées sur le Portail d'information Canada-Alberta sur la surveillance environnementale
des sables bitumineux.
Sous-programme 1.3.3 : Mobilisation communautaire
Description du sous-programme
Ce programme incite les Canadiens et les communautés à protéger et à restaurer l’environnement par des
changements de comportement, le renforcement des capacités, des programmes de financement
communautaire et des activités de mobilisation. Les principales activités de ce programme comprennent des
programmes de financement comme le Fonds pour dommages à l’environnement; le programme ÉcoAction,
qui aide les Canadiens à prendre des mesures concernant les questions environnementales prioritaires; et
la gestion de la Biosphère, un musée unique sur l’environnement permettant de mieux comprendre les
principaux enjeux environnementaux, tels que les problèmes relatifs à l’eau, à l’air, aux changements
5
climatiques, au développement durable et à la consommation responsable.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
13 419 994
10 905 233
-2 514 761
5
Les descriptions de programme ont été développé en 2012 and ne reflètent pas les mesures de réduction des coûts annoncées dans le budget fédéral de
2012
46 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
59
32
-27
Résultats du rendement
Sous-programme 1.3.3 : Mobilisation communautaire
Résultat attendu Indicateur de rendement
Participation
accrue des
Canadiens à des
activités
individuelles et
collectives visant à
protéger, à
conserver ou à
remettre en état
l’environnement
naturel.
Cible
Le nombre de Canadiens 400 000
participant à des activités d'ici mars
individuelles et collectives 2015
visant à protéger, à
conserver ou à remettre en
état l’environnement
naturel.
Résultats réels
214 063 en 2012-2013 (la période la plus récente pour
laquelle tous les renseignements sont disponibles).
Les résultats préliminaires pour 2013­2014 sont 183 792.
Ils pourraient faire l'objet de modifications à mesure que
les rapports définitifs du projet sont examinés par le
personnel du programme.
La façon dont l'indicateur des projets pluriannuels est
calculé a été révisée afin d'améliorer sa fiabilité et d'éviter
une double comptabilisation d’un période à l’autre. La
valeur de 2012-2013 est reformulée à l'aide de nouvelles
méthodes.
L'augmentation des montants engagés dans le cadre du
programme ÉcoAction de 2012­2013 à 2013­2014 a été
compensée par la diminution des sommes affectées à la
Biosphère et au Fonds pour dommages à l'environnement.
La cible sera ajustée pour 2015­2016 afin de tenir compte
des modifications apportées au programme.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La poursuite de la participation des personnes et des collectivités à un éventail d'activités
communautaires de protection et de restauration de l'environnement. Lors des activités, l'accent a été
mis sur le financement, entre autres par l'intermédiaire de plusieurs programmes principaux :
o Le Financement communautaire ÉcoAction finance des projets communautaires faisant
participer les membres de la collectivité et démontrant des résultats environnementaux
mesurables (voir également le sous-sous-programme 1.3.3.1).
o Le Fonds pour dommages à l'environnement gère les fonds reçus pour la compensation des
dommages environnementaux, entre autres la répartition des fonds aux projets de restauration et
d'amélioration environnementale (voir également le Sous-sous-programme 1.3.3.2).
o Le programme d’emploi jeunesse en environnement permet aux jeunes d’acquérir de
l’expérience de travail dans le secteur de l’environnement (voir également le
Sous­sous­programme 1.3.3.3).
o L'éducation et la mobilisation font la promotion de l'éducation environnementale (voir également
le Sous­sous-programme 1.3.3.4).
Environnement Canada 47
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 1.3.3.1 : Financement communautaire ÉcoAction
Description sous-sous-programme
Ce programme en est un de financement communautaire qu’Environnement Canada a mis en place pour
offrir du soutien financier aux organisations non gouvernementales et à but non lucratif pour des projets qui
produisent des résultats positifs et mesurables pour l’environnement. Les projets que finance ÉcoAction
visent à protéger, à restaurer ou à améliorer l’environnement et à développer la capacité d’agir des
collectivités et des particuliers pour qu’ils soient en mesure de poursuivre les activités futures. Les projets
sont financés dans un des quatre domaines prioritaires suivants : air pur, changements climatiques, eau
saine et nature. La réussite des projets ÉcoAction nécessite la participation des membres de la
communauté, y compris de bénévoles.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
6 810 225
5 560 372
-1 249 853
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
24
13
-11
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.3.1 : Financement communautaire ÉcoAction
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les objectifs
prévus des
projets financés
relatifs à la
conservation de
la nature, l’eau
propre et/ou les
changements
climatiques sont
atteints.
Pourcentage de la totalité
des objectifs
environnementaux du
projet atteint.
Cible
100 %
En cours
Résultats réels
115 % pour 2012-2013 (la période la plus récente pour
laquelle tous les renseignements sont disponibles).
À titre de comparaison, la valeur de l'indicateur au cours
de la période de cinq ans de 2009 à 2013 est de 198 %,
tel qu'il est déterminé à l'aide d'une analyse examinant
545 projets, menée dans le cadre de l'évaluation du
programme en 2013.
C'est dans les secteurs de la réduction des émissions de
polluants atmosphériques, de la protection et de la mise
en valeur du littoral, de la protection de l'habitat et du
reboisement que les résultats ont été les plus
déterminants. Les résultats obtenus en matière de
compostage et de recyclage étaient près de ce qui était
prévu, mais ils étaient inférieurs aux attentes dans
certains secteurs comme la diminution de la
consommation d'eau et la réduction des émissions de
gaz à effet de serre.
Les résultats réels découlant des projets peuvent
dépasser les objectifs initiaux pour diverses raisons, y
compris l'obtention par les requérants de financement
supplémentaire de la part d'autres partenaires ou des
activités d'intendance environnementale plus importantes
que prévu.
48 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La poursuite de l’offre de financement aux Canadiens pour la protection, la restauration et l'amélioration
de l'environnement naturel de leur collectivité. Les groupes et organisations sans but lucratif sont
admissibles à un financement maximum de 100 000 $ échelonné sur une période maximale de 36 mois;
un financement correspondant de 50 % en provenance de sources non fédérales est nécessaire.
•
L’approbation du financement de 83 nouveaux projets dans l'ensemble du Canada, dont la valeur est
estimée à un total de 4,5 millions de dollars sur quatre ans. Les projets ÉcoAction varient
considérablement pour répondre aux besoins de la collectivité. Voici quelques exemples de projets :
o
Un projet de restauration de terres humides dans le parc Stanley, à Vancouver;
o
Un projet pilote de mise à la ferraille de véhicules non fonctionnels au Nunavut;
o
Un projet ciblant les effets négatifs d'un îlot thermique urbain à Montréal.
Un rapport d'évaluation xxxvii du programme de Financement communautaire ÉcoAction publié en septembre
2013 concluait que le programme est encore pertinent, que la conception du programme est appropriée et
qu'elle contribue atteindre des résultats relatifs à l'augmentation des avantages pour l'environnement grâce
aux mesures communautaires et à la participation des Canadiens à des activités durables permettant de
protéger, conserver ou remettre en état l'environnement naturel. En outre, la conception et l'exécution du
programme sont à la fois économiques et efficaces, bien que certaines possibilités d'amélioration
supplémentaire aient été relevées. L'évaluation portait sur quatre recommandations, visant la clarification de
certains aspects de la prestation du programme en vertu de son nouveau modèle de gouvernance et de
ressources, tirant profit de la technologie pour faciliter la production de rapports sur le rendement et
continuer d'améliorer la rapidité des avis de financement. Environnement Canada a accepté les quatre
recommandations et élaboré des réponses de la direction pour en tenir compte.
Sous-sous-programme 1.3.3.2 : Fonds pour dommages à l’environnement
Description du sous-sous-programme
Le Fonds pour dommages à l’environnement (FDE) a été créé en 1995 en vue de gérer les fonds reçus
comme compensation pour dommages à l’environnement. Ces fonds peuvent provenir d’amendes, de
paiements ordonnés par les tribunaux, de règlements à l’amiable ou de contributions volontaires. L’objectif
du FDE est d’améliorer la qualité de l’environnement naturel du Canada. Si possible, les fonds sont versés
dans la région géographique où l’incident s’est initialement produit. Les indemnités accordées servent à
financer des projets mettant l’accent sur la restauration de l’environnement, y compris la recherche, la mise
au point, l’éducation et la sensibilisation, l’amélioration de la qualité de l’environnement, et le respect des
règlements environnementaux. Parmi les bénéficiaires admissibles, il y a les organisations non
gouvernementales, les universités et les établissements scolaires, les groupes autochtones, ainsi que les
gouvernements provinciaux, territoriaux et municipaux. Les partenaires comprennent Transports Canada,
Pêches et Océans Canada et Parcs Canada.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
497 586
515 742
18 156
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
4
4
0
Environnement Canada 49
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.3.2 : Fonds pour dommages à l’environnement
Résultats attendus
Reconnaissance par
les juges de la valeur
du Fonds pour
dommages à
l’environnement pour
remédier aux
dommages
environnementaux ou
aux préjudices subis
par les espèces
Indicateurs de rendement
Cibles
Nombre annuel de décisions 10 annuellement
de la cour exigeant le
En cours
paiement au Fonds pour
dommages à l’environnement
par l’intermédiaire d’une
législation non dirigée
Les environnements Proportion de la superficie
naturels affectés par affectée ayant été remise en
des rejets de
état
polluants sont remis
en état
La cible sera
établie une fois
que la valeur de
référence aura été
définie (2013)
Résultats réels
En 2013-2014, 15 amendes et décisions de la
cour ont exigé un paiement au Fonds pour
dommages à l’environnement par
l’intermédiaire d’une législation non dirigée.
Les données de cet indicateur ont fluctué au
fil du temps, ce qui reflète la nature
imprévisible des décisions futures de la cour
qui dépendent du nombre d'infractions, la
réussite des poursuites et les lois non
respectées au cours d’une année donnée. La
cible de 10 ordonnances était basée sur les
années précédentes et sur la meilleure
estimation du niveau d'activité par le
programme. La valeur de l'indicateur en 20132014 était la plus élevée à ce jour.
60 % en 2013-2014.
L'indicateur sera révisé dans les rapports à
venir en raison de la difficulté à mesurer la
zone touchée et parce que la plupart des
projets de restauration financés par le
programme ne sont pas axés étroitement sur
la zone endommagée de l'incident qui a
conduit à l'ordonnance du tribunal.
Analyse du rendement et leçons retenues
En 2013-2014, un total de 31 décisions de la cour ont exigé un paiement au Fonds pour dommages à
6
l'environnement (FDE) du Ministère, y compris 15 par l'intermédiaire d'une législation non dirigée . La valeur
totale des décisions de la cour était de 2,1 millions de dollars, qui seront déposés dans le FDE selon le
calendrier établi par le tribunal. En 2013-2014, 1,8 million de dollars ont été déposés dans les comptes du
FDE. Les décisions de la cour provenant de la législation non dirigée comprenaient huit décisions ou
amendes en vertu de la Loi sur les pêches (952 000 $), quatre décisions ou amendes en vertu de la Loi sur
la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international
et interprovincial (440 630 $), deux petites amendes en vertu de la Loi sur les espèces sauvages du Canada
(15 $) et un paiement volontaire (16 500 $).
En outre, 15 nouveaux projets ont été négociés en 2013-2014, avec une contribution totale de 773 000 $ au
FDE. De ce montant, 61 % financent les projets de restauration et d'amélioration de la qualité de
l'environnement, 27 % est consacré à des projets de recherche et de développement, et les 12 % restants
desservent des projets d'éducation et de sensibilisation.
6
Loi non assortie de l’exigence d'envoyer le montant de la pénalité au FDE. Le tribunal peut ordonner que le montant des sanctions soit versé au FDE à
sa seule discrétion.
50 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 1.3.3.3 : Programme d’emploi jeunesse en environnement
Description du sous-sous-programme
Environnement Canada gère deux projets d’emploi jeunesse, Service écojeunesse international et Horizons
sciences, sous le volet Objectif carrière de la Stratégie emploi jeunesse fédérale, dirigée par Ressources
7
humaines et Développement des compétences Canada . Conformément au mandat d’Environnement
Canada visant la promotion de l’intégration des perspectives économiques, sociales et environnementales
du développement durable, les projets d’emploi jeunesse offrent des possibilités aux jeunes canadiennes et
canadiens sans emploi ou sous-employés d’acquérir de l’expérience de travail dans le secteur de
l’environnement. Le programme Service écojeunesse international offre chaque année environ 130 stages
d’une durée de six à douze mois dans le secteur de l’environnement. Les fonds de ce programme sont
distribués de façon équitable d’un bout à l’autre du Canada. Des mesures sont prises pour faire en sorte que
toutes les régions du pays puissent en profiter. En collaboration avec les universités, les organisations non
gouvernementales et l’industrie, Horizons sciences offre chaque année environ 100 stages d’une durée de
six à douze mois à des jeunes dans le cadre de projets en sciences environnementales répartis dans
l’ensemble du pays.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
3 285 906
2 985 873
-300 033
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
0
0
0
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.3.3 : Programme d’emploi jeunesse en environnement
Résultat attendu
De jeunes
expérimentés
occupent un emploi
dans le secteur de
l’environnement ou
cherchent à
poursuivre leurs
études
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
81 % en 2013-2014.
Pourcentage de jeunes
80 %
participants qui obtiennent annuellement 260 stages ont été financés dans le cadre du
un emploi à temps plein
Programme de stages Horizons sciences pour les
dans leur domaine ou qui En cours
jeunes et du programme international du Service
poursuivent leurs études
écojeunesse. Les 81 % précédemment mentionnés
après un stage ou un
comprennent une part de 74 % des stagiaires ayant
placement
été embauchés à la fin de leur stage et une part de
7 % qui ont poursuivi leurs études aux cycles
supérieurs.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les cibles ont été atteintes pour chacune des trois dernières années, bien que la valeur de l'indicateur ait
fluctué d'une année à l'autre (88 % en 2012-2013 et 80 % en 2011-2012). La valeur de l'indicateur des
participants au programme international du Service écojeunesse a tendance à être plus importante que celle
des participants au Programme de stages d’Environnement Canada pour les jeunes d'Horizons Sciences,
étant donné que le premier a tendance à fournir plus de soutien aux stages du secteur privé (p. ex., les
7
Ce ministère fédéral a été renommé Emploi et Développement social Canada en 2014.
Environnement Canada 51
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
petites et moyennes entreprises), alors qu'Horizons Sciences a tendance à mettre l'accent sur les
organisations non gouvernementales et les universités.
En 2013-2014, les modalités des programmes d'emploi des jeunes dans le secteur de l'environnement ont
été renouvelées par le Ministère afin de permettre aux deux programmes de continuer de fournir des
xxxviii
subventions salariales pour des stages en environnement dans le cadre de la Stratégie emploi jeunesse
du gouvernement fédéral.
Sous-sous-programme 1.3.3.4 : Éducation et mobilisation
Description du sous-sous-programme
Ce programme comprend de nombreuses initiatives visant à sensibiliser les Canadiens à une vaste gamme
d’enjeux environnementaux et à les encourager à modifier leur style de vie pour être plus soucieux de
l’environnement. Ces initiatives visent à promouvoir l’éducation environnementale au sein du système
d’éducation officiel et par le biais de systèmes d’éducation non officiels, notamment par le biais de la
Biosphère, un musée de l’environnement. Les activités générales du programme d’éducation et de
mobilisation appuient les exigences de la Loi sur le ministère de l’Environnement selon lesquelles le ministre
de l’Environnement doit fournir aux Canadiens des renseignements environnementaux dans l’intérêt public,
favoriser et encourager des comportements tendant à protéger et à améliorer la qualité de l’environnement.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 826 277
1 843 246
-983 031
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
31
14
-17
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.3.4 : Éducation et mobilisation
Résultat attendu
Indicateur de rendement
Les Canadiens comprennent Nombre annuel de
l’importance de la préservation participants aux activités de
de l’environnement et sont
la Biosphère
prêts à y prendre part
personnellement
Cible
À déterminer
Résultats réels
45 493 personnes ont visité la Biosphère
ou ont participé directement à des
activités de sensibilisation au cours de
l'année 2013-2014.
Analyse du rendement et leçons retenues
De nombreux Canadiens ont visité la Biosphère, musée de l’environnement, ou y ont participé à des
activités en 2013-2014. Ces activités permettaient non seulement aux Canadiens de mieux comprendre les
enjeux environnementaux, comme ceux liés à l'eau, à l'air, aux changements climatiques et au
développement durable, mais aussi de promouvoir et d'encourager les pratiques qui aident à améliorer la
qualité de l'environnement et de permettre aux Canadiens de vivre de manière plus écologique.
52 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 1.3.4 : Initiatives axées sur les écosystèmes
Description du sous-programme
Ce programme favorise la mise en œuvre d’une approche écosystémique en coordonnant et en supervisant
les initiatives portant sur les écosystèmes, mises sur pied en réaction au désir grandissant d’atteindre des
résultats mesurables en matière d’environnement en mettant sur pied des outils non réglementaires qui vont
au-delà des questions de champ de compétences. Ce programme vise à mettre sur pied et appuyer des
mécanismes de gouvernance partagée, de même qu’à octroyer des subventions et contributions à des
projets de nettoyage et à des projets communautaires. Il vise également à assurer la gestion des ententes
administratives et des autres types d’ententes de financement ainsi que des partenariats avec les provinces,
8
le gouvernement des États­Unis, les groupes autochtones et les intervenants des régions.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
32 615 541
26 050 660
-6 564 881
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
83
76
-7
Résultats du rendement
Sous-programme 1.3.4 : Initiatives axées sur les écosystèmes
Résultat attendu Indicateur de rendement
Application
accrue de la
gestion
écosystémique
au Canada
Progrès estimés
accomplis par rapport
aux objectifs à court
terme fixés dans les
ententes fédéralesprovinciales concernant
les initiatives axées sur
l'écosystème
Cibles
Résultats réels
Grands Lacs:
100 % d'ici
mars 2019.
Fleuve
Saint­Laurent:
100 % d'ici
mars 2016.
Grands Lacs :
Les résultats ne sont pas disponibles puisqu'un nouvel
Accord Canada-Ontario n'a pas été mis en place en 20132014.
Les négociations entre le gouvernement du Canada et la
province de l'Ontario sur un Accord Canada­Ontario sur la
qualité de l'eau et la santé de l'écosystème des Grands
Lacs, facilitant la mise en œuvre de l'Accord relatif à la
qualité de l’eau dans les Grands Lacs de 2012 entre le
Canada et les États-Unis se sont poursuivies en 20132014, mais n'ont pas été finalisées.
Un nouvel Accord Canada­Ontario sera mis en place en
2014-2015 pendant cinq ans; les progrès vers l'atteinte des
objectifs pertinents feront l'objet d'un suivi une fois qu'il sera
en vigueur. La cible pour les Grands Lacs a été révisée en
raison du retard dans le lancement de ce nouvel Accord.
Fleuve Saint-Laurent :
77 % en date de mars 2014.
57 projets font partie du programme du plan d'action
conjoint; 44 (77 %) se déroulent comme prévu, 9 (16 %)
font face à des difficultés et 4 (7 %) sont retardés ou ont été
abandonnés.
8
Les descriptions de programme ont été développé en 2012 and ne reflètent pas les mesures de réduction des coûts annoncées dans le budget fédéral de
2012
Environnement Canada 53
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
L’interraction continue avec des organismes de gouvernance de l'eau, d'autres gouvernements et des
organisations non gouvernementales en vue de collaborer à la mise en œuvre des initiatives axées sur les
écosystèmes dans les Grands Lacs, le bassin du lac Winnipeg, le lac Simcoe, le sud­est de la baie
Georgienne, et le fleuve Saint-Laurent.
•
Le maintien de relations de travail étroites avec les collectivités en instaurant des mesures et des projets
relatifs à l'environnement pour des écosystèmes et des points chauds prioritaires dans la région de la mer
des Salish, de la vallée de l'Okanagan et de la côte de l'Atlantique.
•
La négociation d’un nouvel avis concernant l'Accord Canada-Ontario sur la qualité de l'eau et la santé des
écosystèmes des Grands Lacs
L’établissement d’un accord officiel (avec l'Ontario, la Ville de Hamilton, l'Administration portuaire de
Hamilton, U.S. Steel Canada et la Ville de Burlington) afin de protéger la qualité de l'eau et d'améliorer
l'habitat des poissons dans le secteur préoccupant du port de Hamilton (récif Randle) par l'entremise de la
gestion sécuritaire des sédiments contaminés.
Environnement Canada a continué de participer à des travaux en cours pour le traitement des résidus issus du
tremblement de terre et du tsunami ayant eu lieu au Japon en 2011; la participation à un exercice, dirigé par
Sécurité publique Canada, pour confirmer les rôles et les responsabilités des différentes organisations
participant à l'assainissement des collectivités côtières, ainsi que pour déterminer les lacunes et les obstacles
devant être surmontés. Près de 650 000 dollars du montant de 1 million a été attribué au Canada par le Japon
pour la dépollution.
•
Pour obtenir des renseignements sur les travaux effectués dans les principaux écosystèmes, voir également les
Sous-sous-programmes 1.3.4.1 à 1.3.4.5.
Sous-sous-programme 1.3.4.1 : Grands Lacs
Description du sous-sous-programme
Ce programme fournit des mécanismes de direction, de surveillance, de coordination et de gouvernance aux
fins de l’Initiative de l’écosystème du bassin des Grands Lacs. Cela comprend l’élaboration de politiques, la
gestion de problèmes, la planification et la mise en œuvre d’accords et d’initiatives tels que l’Accord relatif à la
qualité de l’eau dans les Grands Lacs conclu entre le Canada et les États-Unis, l’Accord Canada–Ontario
concernant l’écosystème du bassin des Grands Lacs, le Plan d’action des Grands Lacs, la mise en œuvre des
mesures de réduction des sédiments dans le cadre du Plan d’action pour l’assainissement de l’eau et les
rapports sur l’état des Grands Lacs. Le programme appuie également les efforts d’Environnement Canada sur
les enjeux en matière de qualité de l’eau des Grands Lacs en lien avec la Commission mixte internationale. En
collaboration avec d’autres ministères et organismes fédéraux, des ministères et organismes provinciaux, les
organismes responsables de la conservation, les municipalités, les groupes et organismes environnementaux
non gouvernementaux sans but lucratif et les réseaux d’intendance, ce programme met en œuvre des plans
d’assainissement et des plans d’aménagement panlacustres et vise à assurer le maintien et l’amélioration de la
qualité de l’environnement de l’écosystème des Grands Lacs.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
17 988 242
15 594 014
-2 394 228
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
63
52
-11
54 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.4.1 : Grands Lacs
Résultat attendu
Indicateurs de
rendement
Environnement
Niveaux de
Canada et ses
phosphore dans
partenaires
les Grands Lacs
atteignent les
objectifs à court
terme
d’amélioration des
utilisations
bénéfiques
altérées et la
qualité de
l’environnement de
l’écosystème du
bassin des Grands
Lacs
Progrès réalisés
quant à
l’assainissement
des secteurs
préoccupants des
10
Grands Lacs
Cibles
Les objectifs
relatifs aux
concentrations de
9
phosphore en
eaux libres –
Accord relatif à la
qualité de l'eau
dans les Grands
Lacs de 2012
(μg/L) :
• Lacs Supérieur
et Huron : 5
• Lac Érié (bassin
ouest) : 15
• Lac Érié (bassins
central et est) : 10
• Lac Ontario : 10
Aucune utilisation
bénéfique des
secteurs
préoccupants des
Grands Lacs n'est
désignée comme
étant « altérée »
ou comme
« nécessitant une
évaluation
approfondie » d'ici
2030
Résultats réels
D'après le rapport sur l'État des Grands Lacs 2011, l'état
général est bon, mais on observe une détérioration de cette
tendance. Plus précisément :
• L'état du lac Érié est évalué comme étant médiocre
(supérieur à la cible), et on observe une détérioration de
cette tendance.
• L'état du lac Huron est évalué comme étant passable (bien
en dessous de la cible), mais la tendance se détériore.
• L'état du lac Ontario est évalué comme étant passable (en
dessous de la cible), mais la tendance se détériore.
• L'état du lac Supérieur est évalué comme étant bon
(supérieur à la cible), et la tendance se maintient.
• Par l'entremise de l'Initiative sur les éléments nutritifs des
Grands Lacs, le gouvernement du Canada a investi
16 millions de dollars sur quatre ans (de 2012 à 2016) dans
les activités de recherches et surveillance. Les résultats
aideront à établir des stratégies et des options stratégiques
pour atteindre les cibles de réduction du phosphore.
Jusqu’à février 2014, 104 utilisations bénéfiques ont été
désignées comme altérées ou nécessitant une évaluation
approfondie dans l'ensemble des 17 secteurs préoccupants de
la région.
À ce jour, 54 utilisations bénéfiques ont été ramenées à l'état «
non altéré ». Les efforts se poursuivent pour confirmer l'état
d'altération des 24 utilisations bénéfiques déterminées comme
« nécessitant une évaluation approfondie » et pour restaurer
les 80 utilisations bénéfiques altérées.
Dans l'ensemble, la qualité de l'environnement dans les 17
secteurs préoccupants des Grands Lacs s’est améliorée
depuis le début du programme de restauration en 1987. Entre
1987 et 2012, les conditions environnementales des secteurs
préoccupants du Port de Collingwood, de Severn Sound et du
Port de Wheatley ont été complètement restaurées, et les
secteurs préoccupants du port de Spanish et de la baie
Jackfish sont en voie de rétablissement.
9
Les objectifs provisoires en matière de charges de phosphore dans les eaux libres, de l'Accord relatif à la qualité de l'eau dans les Grands Lacs de 2012
seront examinés et mis à jour, au besoin, et complétés, d'ici 2016, par les cibles relatives aux charges et aux concentrations de phosphore pour les eaux
littorales du lac Érié.
10
Les secteurs préoccupants sont des zones géographiques où une grave dégradation de la qualité de l’eau a diminué l’utilisation bénéfique de
l’environnement d’après la perspective de l’économie, de la santé humaine ou de l’écologie. Les progrès vers la restauration d’un secteur préoccupant sont
visibles dans la diminution de la baisse du nombre d’utilisations bénéfiques mesurées dans le secteur préoccupant. Quatorze utilisations bénéfiques sont
définies dans l’Accord Canada­États­Unis sur la qualité de l’eau des Grands Lacs; elles incluent des restrictions de la consommation de poisson et
d’espèces sauvages (santé humaine), la diminution de leur saveur (économie), et la perte d’habitat (écologie).
Environnement Canada 55
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La négociation, avec l'Ontario, d’un nouvel Accord Canada-Ontario (ACO) provisoire sur la qualité de l'eau
des Grands Lacs et la santé de l'écosystème.
•
La réalisation de progrès concernant l'Initiative sur les éléments nutritifs des Grands Lacs, autant pour la
science que pour l'analyse des politiques. Les résultats aideront à établir des cibles révisées de réduction
du phosphore pour le lac Érié.
•
La conclusion d’un accord officiel concernant le financement et la mise en œuvre du projet
d'assainissement du récif Randle (la gestion sécuritaire des sédiments contaminés).
•
La participation, par l'entremise du Comité exécutif des Grands Lacs (officiellement établi en 2013­2014),
aux principaux secteurs suivants :
o Éléments nutritifs – élaboration d'inventaires et de renseignements de base sur le programme,
définition de paramètres pour évaluer l'efficacité, et détermination des possibilités d'optimisation des
programmes.
o Habitat et espèces – participation à des discussions entre le Canada et les États-Unis sur les
stratégies de conservation de la biodiversité et un gain net en matière d'habitat.
o Substances chimiques existantes – conclusion d'un accord (Canada-États-Unis) concernant un
processus de détermination des produits chimiques causant des préoccupations mutuelles – et
détermination du premier ensemble de produits chimiques à faire passer par le processus.
o Changements climatiques – participation à des travaux préliminaires en vue de la réalisation d'une
analyse des lacunes concernant les connaissances sur les Grands Lacs.
•
La réalisation de la mise en œuvre de plans d'action et de gestion panlacustres dans un certain nombre de
secteurs et pour un certain nombre de préoccupations, notamment : les plans de gestion (rivière Grand,
rivière Thames); la conservation de la biodiversité (lac Supérieur); le progrès de la campagne Healthy Lake
Huron : Clean Waters, Clean Beaches, et la Southern Georgian Bay Coastal Initiative (lac Huron); la
surveillance et la déclaration de la qualité des eaux littorales, ainsi que la mise en œuvre de la stratégie de
conservation de la biodiversité (lac Ontario). Des rapports sommaires pour chacun des cinq Grands Lacs
xxxix
et les rapports sur les faits saillants et techniques concernant l'état des Grands Lacs
ont été publiés.
•
Le financement de 1,9 million de dollars, par l'entremise du Fonds de durabilité des Grands Lacs, de 31
nouveaux projets de restauration de la qualité de l'environnement dans des secteurs préoccupants au
Canada. Le Fonds a mis à profit 5,2 millions de dollars provenant de sources non fédérales, pour un
investissement total de 7,1 millions de dollars pour des projets de restauration dans plusieurs secteurs
préoccupants.
•
La réalisation de travaux préliminaires relatifs aux produits chimiques, aux éléments nutritifs et à l’habitat
aquatique en vue de la publication du premier rapport scientifique sur les eaux souterraines en février
2015.
Sous-sous-programme 1.3.4.2 : Saint-Laurent
Description du sous-sous-programme
Ce programme, mis en œuvre dans le cadre d’un accord Canada–Québec, engage les parties (ministères du
gouvernement fédéral et provincial) à assurer la conservation, la protection et la restauration de l’écosystème
du fleuve Saint-Laurent en tirant parti de la science pour prendre des décisions et des mesures
environnementales sur le terrain. Ce programme dirige, surveille et coordonne la gouvernance générale du Plan
d’action pour le Saint-Laurent. Cela comprend l’appui au Comité de gestion de l’accord, la gestion de
problèmes, la planification et la coordination, l’évaluation et la présentation de rapports, ainsi que la direction de
l’élaboration de nouvelles ententes. Ce programme surveille également la mise en œuvre du programme des
secteurs préoccupants et du Programme Interactions communautaires. Les activités comprennent également la
définition de processus de gestion pour coordonner et gérer le programme du Saint-Laurent au sein
d’Environnement Canada.
56 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 901 839
3 216 745
314 906
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
8
8
0
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.4.2 : Saint-Laurent
Résultat attendu
Environnement
Canada et ses
partenaires atteignent
les objectifs à court
terme quant à la
qualité de l’eau, la
conservation de la
biodiversité et
l’amélioration des
utilisations bénéfiques
dans l’écosystème du
Saint-Laurent.
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
Pourcentage des projets ou 100 % d’ici 77 % en date de mars 2014.
des activités établies dans mars 2016 57 projets font partie du programme du plan d'action
l’Accord Canada-Québec
conjoint; 77 % (44) se déroulent comme prévu, 16 %
qui se déroulent comme
(9) font face à des difficultés et 7 % (4) sont retardés
prévu.
ou ont été omis.
Niveaux de phosphore
dans le fleuve SaintLaurent.
À être
déterminé
Les concentrations de phosphore dans la majorité des
stations de surveillance de la qualité de l'eau le long du
fleuve Saint­Laurent sont supérieures aux
recommandations pour la qualité de l'eau pour la
période de 2008 à 2012. Des concentrations plus
élevées de phosphore ont été notées dans des zones
agricoles de la rive sud de la rivière située entre la
rivière Richelieu et la rivière Bécancour.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La mise en œuvre continue de l'Entente Canada-Québec sur le Saint-Laurent 2011­2026. Les 18
partenaires de l'Entente étudient et révisent les plans de mise en œuvre chaque année.
La livraison de 83 projets dont 92 % ont respecté l'échéancier. Tous les projets et toutes les activités
concernant le Programme de prévision numérique environnementale du Ministère et les Programmes
Suivi de l'état du Saint-Laurent ont respecté l'échéancier. Ces projets étudient le couplage de données
atmosphériques et hydrologiques en vue d'améliorer la modélisation et la prévision relatives au bassin
versant du Saint-Laurent et la modélisation de l'hydrodynamique, particulièrement autour de l'archipel
de Montréal et du bassin de la rivière Richelieu.
L’exécution, comme prévu, de toutes les composantes faisant partie du Programme Suivi de l'état du SaintLaurent. Les partenaires fédéraux et provinciaux ont mis à jour des fiches techniques sur plusieurs
indicateurs, entre autres sur les espèces envahissantes, le phytoplancton et le zooplancton dans le Golfe, et
les microalgues toxiques. Le prochain Portrait global de l'état du Saint-Laurent est en cours de rédaction et
devrait être publié en 2014.
La signature de 28 subventions et accords de contribution en vertu de deux programmes :
•
•
Programme d'action communautaire – 14 accords pour appuyer des projets de sensibilisation du public,
de restauration de sites et de plans d’étude et d'action permettant de gérer des enjeux
environnementaux clés.
•
Programme Zones d'intervention prioritaire – 14 accords de financement de projets appuyant les
citoyens et les groupes d'intérêts lors de leur travail orienté vers la gestion intégrée du fleuve
Saint-Laurent.
Environnement Canada 57
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 1.3.4.3 : Lac Simcoe
Description du sous-sous-programme
Le gouvernement du Canada s’est engagé à financer pendant cinq ans le Fonds d’assainissement du lac
Simcoe afin d’offrir un soutien financier et technique pour la mise en œuvre de projets prioritaires à fort
impact portant sur la réduction de l’apport en phosphore et la restauration de l’habitat afin de réduire l’apport
de nutriments, de rétablir la pêche en eau froide dans le lac Simcoe et d’améliorer les capacités de
recherche et de surveillance jugées essentielles à la restauration du lac Simcoe et de son bassin
hydraulique. Le Fonds est administré par Environnement Canada, en collaboration avec Pêches et Océans
Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, la province de l’Ontario, l’Office de protection de la nature
du lac Simcoe et d’autres intervenants clés. L’initiative devrait améliorer la qualité de l’eau à des fins
récréatives, réduire de façon marquée l’apport en phosphore provenant des sources urbaines et rurales et
favoriser la restauration de la pêche durable en eau froide ainsi que l’intégrité écologique du lac Simcoe. Le
Fonds est une composante essentielle du Plan d’action du gouvernement pour l’assainissement de l’eau.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
7 140 670
2 829 783
-4 310 887
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
0
7
7
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.4.3 : Lac Simcoe
Résultat attendu
Environnement Canada et
ses partenaires
parviennent à réduire les
concentrations de
phosphore et à rétablir et
protéger les populations
d’espèces sauvages qui
dépendent des poissons
et des écosystèmes
aquatiques du lac Simcoe
et de la baie Georgienne
du sud-est.
Indicateur de rendement
Cible
Les réductions annuelles 4 000 kg
estimées des apports de d’ici mars
2017
phosphore dans les
bassins hydrographiques
du lac Simcoe et de la
baie Georgienne du sudest en raison de projets
soutenus par le
programme
Résultats réels
re
Les résultats réels de la 1 ronde ne sont pas encore
disponibles, car bon nombre des projets sont
pluriannuels et ne sont pas encore terminés. Durant la
re
1 ronde, 26 projets ont été mis en place afin de réduire
directement la quantité de phosphore grâce à des
mesures sur le terrain ou afin de réduire indirectement la
quantité de phosphore par l'entremise de la recherche et
de l'identification des zones d'altération.
Les estimations indiquent qu'en date de mars 2012, les
projets d'intendance appuyés par le Fonds
d'assainissement du lac Simcoe prévenaient le rejet de 2
900 kg de phosphore par an.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
re
•
La fin de la première année de financement complet de la 1 ronde des projets (26 projets totalisant 8,6
millions de dollars). Ces projets démontrent, font l'essai et communiquent l'efficacité des mesures sur le
terrain visant la réduction des rejets de phosphore dans le lac Simcoe et le sud-est de la baie
Georgienne. Bon nombre de ces projets sont mis en œuvre pendant plusieurs années; les résultats
seront déclarés à mesure qu'ils seront disponibles.
•
L'appel de propositions, d'examen et d'autorisations concernant le financement de projets au cours de
e
la 2 ronde de l'initiative a été lancé.
58 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
Le regroupement des intervenants dans le sud-est de la baie Georgienne afin de discuter des
problèmes actuels et à venir et de trouver des solutions, y compris par la tenue d'un atelier des
intervenants pour déterminer les lacunes de connaissances de la zone; l’étude d'un rapport scientifique
de synthèse en 2012-2013 et sa validation. Les résultats permettront d’établir l'ordre de priorité des
projets devant être financés lors des prochaines rondes.
Sous-sous-programme 1.3.4.4 : Lac Winnipeg
Description du sous-sous-programme
L’Initiative du bassin du lac Winnipeg est axée sur trois domaines principaux : la science (recherche,
information et surveillance), la facilitation de la gouvernance de l’ensemble du bassin hydrographique et
l’établissement et l’administration d’un Fonds d’intendance du lac Winnipeg afin d’améliorer la qualité de
l’eau du lac Winnipeg en déterminant, en évaluant et en abordant les principaux problèmes de qualité de
l’eau que connaissent le lac et son bassin d’alimentation. Des initiatives nationales de recherche scientifique
et de gouvernance en phase avec le programme de qualité de l’eau et de santé des écosystèmes
aquatiques (1.2.1) appuient également l’Initiative du bassin du lac Winnipeg.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 265 427
2 270 865
5 438
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
6
6
0
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.4.4 : Lac Winnipeg
Résultat attendu Indicateur de rendement
Réduction des
charges
d’éléments nutritifs
dans le bassin du
lac Winnipeg.
Réduction estimée des
charges de phosphore
dans le bassin du lac
Winnipeg découlant des
projets financés par le
Fonds d’intendance du
bassin du lac Winnipeg.
Cible
Résultats réels
10 800 kg Les résultats des réductions de phosphore pour les projets
e
d’ici 2017 de la 6 ronde seront calculés au milieu et à la fin du
programme en 2015 et en 2017, respectivement.
e
Au cours de la 6 ronde, 18 projets ont été mis en œuvre
pour la réduction des polluants, en particulier afin de réduire
les charges en éléments nutritifs et d'améliorer la durabilité
écologique du lac et du bassin versant.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La poursuite du travail dans le cadre de l'Initiative du bassin du lac Winnipeg, fournissant des services
scientifiques et abordant les enjeux transfrontaliers et d'intendance.
•
L’exploration (avec des organismes de gouvernance de l'eau, d'autres gouvernements et des
organisations non gouvernementales) des possibilités d'élaboration et de soutien collaboratifs d'une
stratégie de gestion des éléments nutritifs à l'échelle du bassin. Par exemple, le Ministère a participé au
comité sur la qualité de l'eau du Conseil international de la rivière Rouge, à des forums sur la qualité de
l'eau au Minnesota et au Dakota du Nord, au Sommet annuel sur la qualité de l'eau du lac des Bois et à
l'atelier scientifique annuel du Lake Winnipeg Research Consortium. Une collaboration accrue a
amélioré le profil relatif à la science et à la qualité de l'eau d'Environnement Canada aux forums sur la
qualité de l'eau.
Environnement Canada 59
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
La poursuite du travail en collaboration avec le Manitoba pour mettre en œuvre le Protocole d’entente
Canada-Manitoba portant sur le lac Winnipeg, notamment la tenue d'un examen de la gestion du
protocole d'entente afin de déterminer s'il doit être prolongé pour une période de cinq ans (après 2015).
•
La facilitation de la planification conjointe et la réalisation d'un atelier sur les indicateurs d'eutrophisation
ainsi que l'élaboration d'un ensemble préliminaire d'indicateurs relatifs à l'eutrophisation du bassin du
lac Winnipeg par l'entremise des dispositions subsidiaires pour les sciences (2012) du Protocole
d'entente Canada-Manitoba, le Ministère.
•
La mise en œuvre continue de 13 projets de surveillance et de recherche scientifique relatifs au lac
Winnipeg et à son bassin versant, et la réalisation des activités de surveillance, de contrôle et de
modélisation pour combler les lacunes en matière de connaissances (par exemple, le lien entre
l'écologie et le cycle des éléments nutritifs, et entre les sources d'éléments nutritifs et les mécanismes
de transport). Ces travaux appuient les efforts du Manitoba visant l'élaboration d'objectifs
transfrontaliers en matière d'éléments nutritifs et d'indicateurs de rendement pour le lac Winnipeg.
•
La négociation de18 accords de contribution pour le Fonds d'intendance du bassin du lac Winnipeg, qui
a alloué 2,8 millions de dollars aux candidats retenus et mis à profit 6,4 millions de dollars venant
d'autres intervenants (2,32 $ pour chaque dollar provenant du Fonds). De nouveaux intervenants ont
été mobilisés en raison de l'augmentation du profil du programme et de la visibilité accrue des
problèmes relatifs à la qualité de l'eau du lac Winnipeg.
Sous-sous-programme 1.3.4.5 : Partenariats communautaires sur les écosystèmes
Description du sous-sous-program
Ce programme vise à maintenir et à restaurer l’utilisation bénéfique et la qualité de l’environnement des
écosystèmes ciblés présentant un intérêt fédéral (tels que le Nord du Canada, les bassins de Georgia et de
l’Okanagan et les écosystèmes côtiers du Canada Atlantique). Grâce à une coordination accrue et une
meilleure collaboration, ces initiatives font appel à des partenariats stratégiques, à la recherche, à la science
ainsi qu’à des programmes de financement pour enrichir les bases de connaissances, accroître la capacité
et la participation des intervenants, améliorer la prise de décision et favoriser l’application de pratiques
exemplaires afin de s’attaquer à des enjeux environnementaux complexes. Le programme coordonne et
supervise les initiatives sur les écosystèmes, lesquelles relèvent de la compétence de différents ordres de
gouvernement (fédéral, provincial, territorial, municipal, autochtone). Le financement comprend un appui
pour les projets et les partenariats écosystémiques et communautaires. Le programme vise les intervenants,
y compris plusieurs ordres de gouvernement, les communautés, les entreprises, l’industrie, les
communautés autochtones, les organisations non gouvernementales et les universités.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 319 363
2 139 253
-180 110
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
6
3
-3
60 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 1.3.4.5 : Partenariats communautaires sur les écosystèmes
Résultat attendu
Environnement
Canada et les
organismes
collaborateurs
atteignent les
objectifs
d’amélioration
quant aux
utilisations
bénéfiques et à la
qualité de
l’environnement
dans divers
écosystèmes
prioritaires
Indicateurs de rendement
Cibles
Pourcentage d’enjeux
60 % d’ici
environnementaux déterminés 2015
par Environnement Canada pour
les écosystèmes côtiers ciblés
dans les provinces de
l’Atlantique pour lesquels toutes
les organisations participantes
ont convenu des objectifs à court
terme
Pourcentage d’objectifs à court
terme mesurables et limités
dans le temps pour les
écosystèmes prioritaires
déterminés
Résultats réels
95 % en date du 31 mars 2014.
Par l'entremise de l'Initiative des écosystèmes de
l'Atlantique, et en collaboration avec 20 organisations
non gouvernementales, les objectifs à court terme de
95 % des enjeux environnementaux prioritaires pour
les écosystèmes ciblés sont définis dans leurs plans de
gestion et ont été acceptés par les parties intéressées.
100 %
100 % en date du 31 mars 2014
d’ici 2015 100 % des objectifs à court terme définis dans les
plans de gestion des écosystèmes prioritaires sont
mesurables et assortis d'un échéancier.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
Écosystèmes de la mer des Salish et de l'Okanagan
•
L’investissement de plus de 200 000 $ dans le cadre de plusieurs projets de collaboration avec des
groupes locaux afin de faire progresser la science relative à la modélisation du bilan hydrique et à la
surveillance de la qualité de l'eau; l’élaboration de stratégies de conservation des terres humides et de
la biodiversité des écosystèmes; l’aide à l'intégration de la science et de la politique lors de la
Conférence sur l’écosystème de la mer des Salish de 2014.
•
La collaboration avec des agences étatiques des États-Unis et provinciales du Canada, des
organismes régionaux et le milieu universitaire, en vue d'évaluer les répercussions de la conversion du
paysage sur la qualité de l'eau.
•
La publication des indicateurs transfrontaliers sur la santé de l'écosystème de la mer des Salish et sur
les connaissances traditionnelles relatives à la signification de ces indicateurs pour les Premières
Nations et les tribus Salish du littoral. La collaboration a permis l'accès à plus d'outils et à une plus
vaste expérience afin de comprendre les menaces.
Écosystème de l'Atlantique
•
L’investissement de 1,2 million de dollars en subventions et en contributions pour 36 projets des
intervenants visant la conservation et la restauration d'habitats importants, l'amélioration de la qualité
de l'eau et la gestion des répercussions des changements climatiques. La collaboration avec divers
partenaires, entre autres des établissements d'enseignement, divers ordres de gouvernement (du
Canada et des États-Unis), les Premières Nations et d'autres, a été favorable aux projets.
•
L’élaboration d'une nouvelle entente de coopération environnementale au Canada atlantique, à la suite
de l'expiration du Protocole d'entente de 2008 sur la coopération environnementale dans le Canada
atlantique (et de l'annexe relative aux eaux limitrophes).
•
Le financement, en collaboration avec des partenaires provinciaux et fédéraux, de onze projets dans le
golfe du Maine (pour un total de 290 000 $) par l'entremise de l'initiative Santé des océans. Ces projets
feront progresser les approches coordonnées à long terme de gestion des eaux transfrontalières et
traiteront les priorités d'intérêt commun relatives à l'eau dans le Canada atlantique.
Environnement Canada 61
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Programme 1.4 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Faune
Description de programme
Ce programme vise à conserver et à protéger l’environnement naturel par la promotion de la conformité et
l’application, appuyée par des conseils et une solide analyse scientifique, de la législation en matière de
faune relevant d’Environnement Canada, plus particulièrement la Loi sur les espèces en péril, la Loi de 1994
sur la convention concernant les oiseaux migrateurs, la Loi sur la protection d’espèces animales ou
végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et interprovincial et la Loi sur les
espèces sauvages du Canada. Les mesures pour promouvoir la conformité comprennent la diffusion et la
publication d’information, l’éducation et la consultation auprès des parties visées par ces lois. Le programme
maintient un contingent d’agents de mise en application de la loi qui visent principalement à assurer et à
vérifier la conformité aux lois et aux règlements ainsi qu’à contrôler les permis relatifs à la faune en mettant
en œuvre diverses activités, notamment recueillir des renseignements, effectuer des inspections et mener
des enquêtes afin que des mesures d’application soient prises à l’encontre des prétendus contrevenants.
Ces mesures font en sorte que les dommages et les menaces à la biodiversité sont réduits, au profit de tous
les Canadiens et de la communauté internationale.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
16 623 597
Dépenses
prévues 20132014
Autorisations totales
pouvant être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
2013-2014
18 545 835
18 208 956
1 359 289
16 849 667
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
139
140
1
Résultats du rendement
Programme 1.4 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Faune
Résultat attendu
Respect des lois et
des règlements
relatifs aux espèces
sauvages gérés par
Environnement
Canada
Indicateur de rendement
Pourcentage de
collectivités réglementées
inspectées qui respectent
les exigences
réglementaires de la Loi
sur la Convention
concernant les oiseaux
migrateurs, 1994
Cible
90 %
d’ici
mars
2015
Résultats réels
87 % en 2013-2014.
La conformité aux règlements de la Loi de 1994 sur la
convention concernant les oiseaux migrateurs a été vérifiée
par la réalisation de 896 inspections et de 208 enquêtes.
La conformité (87 %) en 2013­2014 était près de la cible de
90 %, mais inférieure à celle de 2012-2013 (93 %) en raison
des stratégies plus ciblées axées sur les pourvoyeurs
commerciaux plutôt que sur les chasseurs.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La réalisation de plus de 13 700 inspections et plus de 500 enquêtes, ainsi que la production des
rapports correspondants, en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), de la Loi sur les espèces
sauvages du Canada, de la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs (1994) (LCOM
1994) et de la Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de
leur commerce international et interprovincial (WAPPRIITA). Des 12 805 accusations portées à la suite
de ces travaux, 10 000 portaient sur un afflux soudain de petites importations illégales d'un produit
62 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
amaigrissant dérivé d'une espèce en voie de disparition — ce qui a plus que doublé le nombre
d'inspections annuelles.
•
La réalisation d’environ 300 inspections et e 35 enquêtes sur les aires protégées, ainsi que la
production des rapports correspondants. La majorité de ces inspections mettaient l'accent sur les
secteurs à risque élevé et la conservation des espèces, ainsi que sur les activités illégales (p. ex., la
chasse illégale). Les enquêtes ont donné lieu à une dizaine de déclarations de culpabilité.
Un cas a donné lieu à la sanction la plus importante jamais infligée au Canada en vertu de la WAPPRIITA :
une personne s'est vu imposer une amende de 385 000 $ pour des infractions relatives à l'exportation
xl
illégale de 250 défenses de narval en ivoire vers les États-Unis. D'autres poursuites réussies sont publiées
xli
dans les notifications d'application de la loi .
Le Ministère a également :
•
Déterminé les secteurs prioritaires et les enjeux nécessitant une attention particulière dans le cadre du
Plan national d'application de la loi en fonction des risques, de l'impact sur l'environnement, des
antécédents en matière de conformité et des consultations avec les partenaires ministériels internes,
INTERPOL et la Commission de coopération environnementale. Les priorités comprennent les espèces
canadiennes et étrangères ainsi que leurs habitats et leurs aires protégées dont le risque d’avoir besoin
d’efforts de conservation est élevé ou dont le niveau de non-conformité est haut.
•
L’élaboration du Règlement sur les sanctions administratives pécuniaires ainsi que les politiques
internes à l'appui d'un régime de sanctions pécuniaires administratives.
•
A participé à l'Opération Nanook (dirigé par le ministère de la Défense nationale), a permis de tirer des
leçons des efforts de promotion de la conformité et d'application de la loi, qui démontre comment le
partage des ressources et de l'information a renforcé la capacité du Ministère à mener des activités
d'application de la loi dans des conditions physiques et géographiques difficiles dans le Nord.
Environnement Canada 63
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est équipée pour prendre des
décisions éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de l’eau et du
climat.
Mesure du rendement
Indicateur de rendement
Cible
Résultats réels
Indice d'avertissement
météorologique (un index
pondéré des délais fixés
et de l'exactitude des
avertissements
météorologiques)
7,6 sur une
échelle de
0 à 10 d'ici
2015.
L'indice d'avertissement météorologique était de 8,3, pour la période de 2011
à 2013.
L'indice a augmenté de 0,4 point par rapport à la valeur précédemment
indiquée de 7,9 pour la période de 2010 à 2012. Cette augmentation est en
grande partie due à l'amélioration de l'exactitude et des délais fixés pour les
avertissements de chute de neige et de pluie verglaçante. Malgré le fait que
l'indice soit calculé sur une période de trois ans, il est encore sensible aux
variations climatiques prédominantes. Par exemple, l'hiver exceptionnellement
difficile de 2013-2014 pour la majeure partie du Canada a été accompagné de
systèmes météorologiques à grande échelle qui ont tendance à être faciles à
prévoir. Par conséquent, cette situation météorologique inhabituelle pourrait
avoir eu une influence positive sur les résultats de l'indice.
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
Description de programme
Ce programme fournit des prévisions et des avertissements fiables, précis et rapides ainsi que des
renseignements météorologiques et environnementaux pour anticiper et gérer les risques et les possibilités
liés aux conditions changeantes du temps, de l’eau, de la qualité atmosphérique et du climat, et s’y adapter.
Ses fonctions touchent la surveillance, la recherche, la production et la prestation des services, fondées sur
des données scientifiques fiables, en vue d’aider les Canadiens à prendre des décisions éclairées afin de
protéger leur santé, leur sécurité et leur prospérité économique. Comme il faut un effort mondial pour
surveiller, comprendre et prévoir les conditions toujours changeantes du temps, de l’eau, de la qualité
atmosphérique, des glaces de mer et du climat, ce programme offre un appui et fait appel à divers
collaborateurs au Canada comme à l’étranger. Parmi les principaux partenaires, on compte l’Organisation
météorologique mondiale des Nations Unies et son Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du
climat ainsi que les médias, le milieu universitaire et tous les ordres de gouvernement au Canada. Le
programme aide le Ministère à assumer les obligations et les responsabilités conférées en vertu de la Loi
sur le ministère de l’Environnement, de la Loi sur les renseignements en matière de modification du temps et
de la Loi sur la gestion des urgences (2007), la Convention de l’Organisation météorologique mondiale ainsi
que des protocoles d’entente avec les organismes météorologiques nationaux et les agences spatiales. Ce
programme fournit également des prévisions et des renseignements en cas d’urgences environnementales
en lien avec le rejet de matières toxiques ou radioactives dans l’atmosphère. Les subventions et
contributions qui appuient les Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens sont
utilisées comme composantes de ce programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
158 545 334
153 545 334
189 462 286
182 818 981
29 273 647
64 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
979
1 038
59
Résultats du rendement
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Cibles
Les Canadiens
utilisent les services
météorologiques et
environnementaux
offerts par
Environnement
Canada.
Pourcentage de la
population d’une zone
avertie ayant indiqué avoir
vu ou entendu récemment
un avertissement
météorologique et qui y a
réagi.
30 % en cours
Les Canadiens
comprennent
l’information sur les
changements
météorologiques,
l’eau et les conditions
météorologiques,
ainsi que les risques
connexes pour la
santé et la sécurité.
Pourcentage de la
population qui comprend
l’information relative au
refroidissement éolien.
À être déterminé
Pourcentage de membres de
11
populations sensibles
cibles dans des régions
choisies qui reçoivent de
l’information sur la cote air
santé (CAS) qui a) ont
mentionné des changements
de comportement éventuels
en fonction de la CAS
actuelle ou prévue,
conformément aux
messages relatifs à la santé,
et/ou b) ont mentionné des
changements de
comportement réels face au
niveau de la CAS actuel
et/ou prévu, conformément
aux messages relatifs à la
santé.
De 10 à 20 % de
la population
sensible (la plage
varie en fonction
des régions) d’ici
2016
Résultats réels
43 % dans l'enquête nationale du
Conseil des services
environnementaux et
météorologiques menée en mai 2012.
C'est la première fois que cette
question était posée dans l'enquête
nationale. Le prochain relevé est
prévu pour 2016.
Les résultats ne sont pas disponibles,
étant donné que la collecte des
données pour cet indicateur n'a pas
commencé.
42 % d'après une enquête réalisée
après une période de smog à
Windsor, en Ontario, en juillet 2012.
La valeur déclarée est basée sur un
seul emplacement et pourrait ne pas
être représentative de l'indicateur
dans toutes les régions. La prochaine
enquête nationale des utilisateurs est
prévue pour 2016.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La poursuite de la transformation interne des services de prévisions et d'avertissements
météorologiques, notamment les services liés à la qualité de l'air et à la santé; la prestation, aux
Canadiens, de renseignements météorologiques plus opportuns, précis et accessibles; l’amélioration et
la modernisation de l'infrastructure de surveillance météorologique, notamment par la création de
nouvelles stations météorologiques et par l'amélioration des stations existantes.
11
Les populations vulnérables, selon la CAS, sont constituées de personnes ayant des problèmes respiratoires ou cardiovasculaires, de jeunes enfants,
de personnes âgées et de personnes qui ont des activités à l’extérieur.
Environnement Canada 65
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
L’augmentation du nombre de provinces et territoires ayant accès à la cote air santé (CAS) – le premier
indice du genre au monde — maintenant, sept provinces et les Territoires du Nord­Ouest (en
partenariat avec les gouvernements provinciaux et territoriaux) y ont accès; l’amélioration des modèles
de prévision numérique de la cote air santé et la mise en œuvre de nouvelles techniques de
surveillance de la pollution atmosphérique.
•
La publication de plusieurs ensembles de données météorologiques populaires sur donnees.gc.ca xlii en
appui aux principes du gouvernement ouvert.
•
Les avertissements météorologiques d'Environnement Canada sont devenus les premières et uniques
alertes canadiennes à être adoptées pour être diffusées sur Google Alert, un système cartographique
en ligne qui diffuse des avertissements lorsque les utilisateurs utilisent Google pour rechercher des
produits ou des services à un endroit ou une alerte météorologique est en vigueur.
•
La participation à l'élaboration de la réponse fédérale au volume portant sur les intérêts et l'avenir du
Canada dans l'espace de la revue Examen de l'aérospatiale de novembre 2012, qui avait pour but de
formuler des recommandations sur la manière dont les politiques et programmes fédéraux peuvent
aider à optimiser le caractère concurrentiel des programmes spatiaux et aérospatiaux du Canada; la
contribution à l'élaboration d'une nouvelle structure de gouvernance pour le programme spatial du
Canada.
•
La relance du site Web des données climatiques en ligne xliii; ce site fournit des données climatologiques
historiques et a reçu 4,4 millions de visites en 2013-2014; la conception et l’application d’une nouvelle
xliv
architecture pour le site Web du Réseau canadien des scénarios de changements climatiques en vue
d'appuyer une prise de décisions éclairée en matière d'adaptation.
•
Le partage des données climatologiques avec des portails du Ministère et du gouvernement du Canada
et avec des bases de données internationales (Centres mondiaux de données, Organisation
météorologique mondiale xlv).
La direction et la participation à de nombreuses initiatives internationales et l’importante publication de
ses données et résultats scientifiques.
Pour obtenir plus de renseignements sur ces initiatives ou pour en connaître d'autres, voir également les
Sous-programmes 2.1.1, à 2.1.3.
•
Sous-programme 2.1.1 : Observations, prévisions et avertissements météorologiques
Description du sous-programme
Ce programme fournit 24 heures sur 24, 365 jours par année, des avertissements, des prévisions et des
renseignements météorologiques avec des préavis variant de quelques minutes à quelques semaines. Il
permet surtout aux Canadiens et aux Canadiennes d’anticiper les événements météorologiques dangereux
pour qu’ils aient le temps nécessaire pour se protéger et protéger leurs biens. Ses activités conjuguent des
fonctions de recherche en sciences et en modélisation avec, à l’échelon régional, la surveillance, la
prévision et la prestation de services. Ces activités dépendent grandement de la capacité de la
superinformatique que dirigent Services partagés Canada. Le programme est mené en collaboration avec
divers groupes, au Canada et à l’étranger, qui fournissent des données, font de la recherche scientifique et
distribuent de l’information. Les collaborateurs clés comprennent notamment les médias, tous les ordres de
gouvernements et les milieux universitaires du Canada, les autres services météorologiques nationaux, les
organismes de recherche, les agences spatiales, ainsi que l’Organisation météorologique mondiale des
Nations Unies, pour appuyer les engagements internationaux du Canada en météorologie et hydrologie. Ce
programme tire ses responsabilités légales et statutaires de la Loi sur le ministère de l’Environnement et de
la Loi sur les renseignements en matière de modification du temps. Il soutient de plus le travail d’autres
ministères en vertu de la Loi sur la gestion des urgences (2007). L'exécution du programme inclut la
Contribution obligatoire à l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et peut inclure des Subventions et
contributions à l'appui de Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens.
66 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
124 774 554
152 658 387
27 883 833
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
752
837
85
Résultats du rendement
Sous-programme 2.1.1 : Observations, prévisions et avertissements météorologiques
Résultat attendu
Les Canadiens
possèdent l’information
dont ils ont besoin sur
les conditions
météorologiques
courantes et
changeantes
Indicateurs de rendement
Cibles
Pourcentage de la population qui est
90 %
assez ou très susceptible de consulter les
informations météorologiques au cours
d’une journée normale
Résultats réels
90 % dans le sondage sur la qualité des
services des Services météorologiques et
environnementaux mené en février 2011.
Pourcentage de la population qui indique 85 % d’ici 82 % dans le sondage sur la qualité des
que les prévisions météorologiques sont 2015
services des Services météorologiques et
toujours ou généralement utiles.
environnementaux mené en février 2011.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La poursuite du progrès par rapport aux améliorations et réparations clés du réseau de radars,
notamment par :
o L'installation ou la mise à niveau de 28 stations de surveillance météorologique et des conditions
en surface, ainsi que la gestion de la stabilisation par l'entremise d'une série de projets qui ont été
mis en place ou continuent de l'être dans le réseau de radars.
o La mise en service de systèmes modernes de génération d'hydrogène à trois stations
d'observation aérologique, en vue de permettre une plus grande fiabilité et une meilleure sécurité.
o L'amélioration continue de la surveillance des conditions en surface, des radars, de l'observation
aérologique et du Réseau canadien de détection de la foudre.
•
L’apport d’améliorations continues aux services offerts aux Canadiens. Par exemple : le lancement du
poste de travail NinJo, un nouvel outil de prévision d'orages et de tornades; la relance du site Web
d'Information météo xlvi pour se conformer aux nouvelles normes du gouvernement du Canada; et
l’introduction des services par courriel Alertez-moi pour les organisations d'intervention d'urgence, les
médias, les municipalités et d'autres utilisateurs spécialisés.
•
Sur la scène internationale :
o La direction de la délégation canadienne au sommet ministériel du Groupe sur l'observation de la
Terre (GOT) et la coordination continue de la participation du gouvernement par l'entremise du
Comité fédéral de géomatique et d'observation de la Terre; la direction de l’élaboration du prochain
plan sur dix ans du Groupe.
o L’utilisation à profit de l'engagement auprès de partenaires internationaux, notamment avec la
National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) pour des initiatives telles que les
systèmes de prévision maritime et de surveillance du Nord; ainsi qu'avec le département américain
de la défense dans le cadre d'un projet de mission concernant un satellite de communication
météorologique et polaire.
Environnement Canada 67
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
o
La progression continue des priorités nationales en mettant à profit la mobilisation à l'échelle
internationale à divers forums, notamment la Commission des sciences de l'atmosphère et de
l'Organisation météorologique mondiale.
Les améliorations apportées à la surveillance, à la prévision et à la qualité de l'air, en préparation pour son
rôle lors des Jeux panaméricains de 2015, afin de protéger la santé et la sécurité des athlètes, des citoyens
et des spectateurs en cas de conditions météorologiques dangereuses. Les travaux ont inclus l'essai d’une
technologie de pointe en cours d'élaboration pour les Jeux, notamment un nouveau système d'alerte en cas
de foudre qui couvrira tous les sites.
Sous-programme 2.1.2 : Information météorologique liée à la santé
Description du sous-programme
Ce programme fournit des prévisions, des outils et des renseignements sur les conditions atmosphériques
qui ont une incidence sur la santé, comme les rayons UV (ultraviolets), les températures extrêmes et la
qualité de l’air. Les services de ce programme aident les Canadiens et les Canadiennes à prendre des
décisions concernant leur santé à court et à long terme, et rendent les organismes de santé capables d’aider
les populations vulnérables à réagir aux conditions atmosphériques changeantes. Le programme appuie les
mandats d’Environnement Canada, de Santé Canada et de nombreux organismes de santé, publics et non
gouvernementaux. Ce programme est mené partout au Canada grâce à des collaborations en matière de
données et de distribution d’information. Les collaborateurs comprennent notamment les médias, les
organismes de santé publique de tous les paliers gouvernementaux, les organismes environnementaux
provinciaux et les organisations non gouvernementales. Ce programme comprend également la réalisation
d’observations systématiques et d’activités de surveillance de l’ozone dans l’atmosphère, en plus d’accueillir
le Centre mondial de données sur l’ozone et le rayonnement ultraviolet, exploité au nom de l’Organisation
météorologique mondiale et utilisé par plus de 75 organismes gouvernementaux du monde entier.
L'exécution du programme peut inclure des Subventions et contributions à l'appui de Services
météorologiques et environnementaux pour les Canadiens.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
11 382 316
10 282 448
-1 099 868
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
86
62
-24
68 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 2.1.2 : Information météorologique liée à la santé
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels :
Les Canadiens
possèdent
l’information dont ils
ont besoin pour
protéger leur santé
contre les risques liés
à la qualité de l’air et
d’autres conditions
atmosphériques.
Pourcentage de membres de
populations sensibles cibles dans
des régions choisies qui reçoivent
de l’information sur la cote air santé
(CAS) qui se souviennent avoir vu
ou entendu des renseignements sur
la CAS.
De 15 à 25 % de la
population sensible
(la plage varie en
fonction des régions)
d’ici 2016
17 % dans l'enquête
nationale de la cote air santé
de 2011
Pourcentage de membres de la
population dans des régions
choisies qui reçoivent de
l’information sur la cote air santé
(CAS) et qui se souviennent avoir
vu ou entendu des renseignements
sur la CAS
De 15 à 20 % de la
population générale
(la plage varie en
fonction des régions)
d’ici 2016
15 % dans l'enquête
nationale de la cote air santé
de 2011
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
L'agrandissement continu de la zone couverte par la cote air santé (CAS), notamment par la mise à
l'essai au Québec, au Nouveau-Brunswick et en Ontario, tout en maintenant le programme dans les
sept autres provinces et dans un territoire. La cote air santé est désormais disponible dans 79
collectivités partout au Canada, y compris dans certaines régions du Nord.
•
La collaboration étroite avec les provinces, les territoires et certaines municipalités pour la prestation
du service de la cote air santé, un programme national qui répond également aux besoins régionaux.
La cote air santé est adoptée volontairement; le maintien d'un engagement actif avec tous les
partenaires continue d'être une pierre angulaire de la réussite de la mise en œuvre nationale du
programme.
•
L’amélioration des modèles utilisés pour prévoir la cote air santé et le début de l'élaboration de
nouvelles techniques de surveillance de la pollution atmosphérique à l'aide d’instruments satellitaires.
Les alertes de dangers multiples (p. ex., pour la pollution et les rayons ultraviolets) joueront un rôle de
plus en plus important pour la satisfaction des besoins des partenaires et la protection de la santé des
Canadiens.
•
La prestation, par l'entremise du programme de surveillance de l'ozone stratosphérique, des
ensembles de données uniques pour l’analyse des tendances à long terme, pour le suivi des
changements de la couche d'ozone et pour permettre la prévision de l'indice UV. Les données ont
permis la publication de meilleurs messages au public pour la promotion des mesures de protection
contre l'exposition au soleil et au rayonnement ultraviolet; le soutien, en collaboration avec l'expertise
scientifique du Ministère, de l’évaluation scientifique de l’appauvrissement de l’ozone du Programme
de l'Organisation météorologique mondiale et des Nations Unies pour l’environnement de 2014.
•
La collaboration continue avec ses homologues scientifiques à l'échelle mondiale au développement
d'applications de mesure du rayonnement ultraviolet lié à la santé, des travaux visant à assurer la
conformité mondiale en ce qui a trait à la production de rapports sur l'exposition au rayonnement
ultraviolet, et, en collaboration avec la National Oceanic and Atmospheric Administration des ÉtatsUnis, à l'évaluation des différences de rendement des modèles de prévision de l'indice UV de chaque
pays.
Environnement Canada 69
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
Le Centre mondial d'étalonnage de l'instrument Brewer de l'Organisation météorologique mondiale
(OMM) se situe toujours au Ministère. Ce dernier a participé à l'activité de comparaison corrélative
avec le Centre régional d'étalonnage de l'instrument Brewer en Europe et a continué d'appuyer les
initiatives mondiales de surveillance de l'ozone stratosphérique dans les pays en développement par
l’entremise du fonds en fiducie Brewer de l'Organisation météorologique mondiale. Le Ministère
maintient les normes du Centre mondial d'étalonnage de l'instrument Brewer et le réglage régulier des
spectrophotomètres de Brewer essentiels à la surveillance à long terme de l'ozone stratosphérique à
l'échelle mondiale.
Sous-programme 2.1.3 : Information, prévisions et outils climatologiques
Description du sous-programme
Ce programme génère de nouvelles connaissances et fournit des renseignements sur les conditions
présentes et passées du système climatique, la composition changeante de l’atmosphère et la façon dont le
système climatique fonctionne, la condition future du climat et les impacts des changements
atmosphériques. Cela comprend l’élaboration de scénarios et de modèles climatiques régionaux et
mondiaux, la détection de l’influence de l’homme sur les changements climatiques au Canada, y compris les
conditions extrêmes, la compréhension de la cryosphère du Grand Nord et du Canada, la surveillance des
niveaux atmosphériques d’aérosols et de gaz à effet de serre à travers le pays, y compris les régions
éloignées, et la compréhension des impacts des changements climatiques sur les écosystèmes et les
secteurs économiques. Les résultats et les connaissances acquis de ces activités, y compris les Archives
climatologiques nationales, fournissent ensemble le fondement scientifique qui permet d’élaborer des
politiques, de prévoir des scénarios d’atténuation et d’adaptation et de prendre des décisions. De plus, ce
programme offre aux Canadiens un accès aux services et aux produits tels que l’information, les outils et les
données en ligne. En particulier, les services climatiques informent les usagers et les aident à s’adapter aux
changements climatiques tant actuels qu’à moyen et à long terme. Le programme est mis en œuvre à
l’échelle nationale grâce au partage et à la distribution des données, de la science et de l’information. Parmi
les principaux partenaires, on compte tous les paliers de gouvernement, le milieu universitaire, l’industrie,
les consortiums, les comités réguliers et la communauté scientifique nationale et internationale, de même
que des organismes comme l’Organisation météorologique mondiale et son Groupe d’experts
intergouvernemental sur l’évolution du climat, la Société canadienne de météorologie et d’océanographie, et
diverses agences climatologiques nationales. Ce programme tire ses responsabilités légales et statutaires
de la Loi sur le ministère de l’Environnement, de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement
(LCPE 1999), de la Loi sur la gestion des urgences (2007) et de la Loi sur le Conseil national de recherches
(Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies). L'exécution du
programme peut inclure des Subventions et des contributions à l'appui de Services météorologiques et
environnementaux pour les Canadiens.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
17 388 464
19 878 146
2 489 682
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
141
139
-2
70 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 2.1.3 : Information, prévisions et outils climatologiques
Résultat attendu
Indicateur de rendement
Les clients et utilisateurs
disposent de l’information
dont ils ont besoin sur les
projections et ensembles de
données climatiques sur
différentes échelles
temporelles et spatiales
Moyenne quinquennale
courante du nombre de
téléchargements
d’ensembles de données
sur le climat
Cible
9 000 d’ici
mars 2013
Résultats réels
15 666 téléchargements pour la période
se terminant le 31 mars 2014.
La valeur de l'indicateur représente le
nombre de fois où des données ont été
téléchargées directement sur le site
Web de la Division de la recherche
climatique.
Au fil du temps, cela permettra
d'assurer le suivi des changements du
niveau de sensibilisation et de la
capacité des services climatiques du
Canada, les répercussions et les
mesures d'adaptation devant être
adoptées par les collectivités en vue
d'intégrer les renseignements
quantitatifs à leur planification. Une
moyenne sur cinq ans est utilisée pour
réduire les conséquences de la
fluctuation de profil en raison du
moment de la publication de rapports
internationaux majeurs sur le climat.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La mobilisation des intervenants, notamment d'autres ministères fédéraux, des provinces et des
territoires, ainsi que le secteur privé, au sujet de la prestation et de l'utilisation de données et
d'informations climatologiques mises à jour afin d'éclairer les décisions sur l'adaptation.
•
La production et la diffusion des résultats des travaux réalisés dans le cadre de ce programme dans
plus de 75 publications évaluées par les pairs; rôle de premier plan lors de l'élaboration du Cinquième
Rapport d'évaluation xlvii du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), et
des rapports techniques du Groupe d’étude sur la lutte contre le noir de carbone et le méthane du
Conseil de l'Arctique.
•
L’amélioration des modèles climatiques afin de mieux tenir compte des processus relatifs à la neige,
aux aérosols et aux émissions de méthane provenant des terres humides; des mises à jour au modèle
climatique du système terrestre.
•
La réalisation de nouvelles expériences relatives au modèle climatique pour traiter les questions
relatives aux aérosols (carbone noir) et au méthane, le changement de la température dans l'Arctique,
les interactions carbone-climat, et le récent ralentissement mondial du taux d'augmentation de la
température de surface.
•
La présentation de la première analyse à long terme du mouvement des glaces de mer dans l'Arctique
canadien et l’élaboration de la consignation et de l'analyse de données climatiques (neige et glace)
portant sur différentes échelles de temps pour les expériences et les évaluations du modèle climatique.
•
L’ajout de deux nouveaux sites de surveillance dans le Nord du Canada pour la surveillance de base
des gaz à effet de serre (GES) et des aérosols, et des méthodes avancées d'estimation des sources de
gaz à effet de serre à l'aide d'observations de surface et par satellite.
Environnement Canada 71
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
La collaboration avec les gouvernements territoriaux pour élaborer une nouvelle norme de gestion du
risque posé par les variations des surcharges de neige dans le Nord du Canada.
•
La mise à jour l'ensemble de données sur les normales climatiques de 1981 à 2010, ce qui reflète les
changements des températures et des précipitations moyennes à l'échelle du Canada afin de faciliter la
prise de décision relative à la planification et à la conception.
•
La réponse à plus de 2 000 demandes d'analyses de pressions de vent propres au site pour aider à la
construction de pylônes de téléphonie cellulaire, ainsi que plus de 200 autres demandes de données de
conception climatique à l'appui du Code national du bâtiment du Canada et d'autres normes relatives à
l'infrastructure.
Sur la scène internationale, le Ministère a continué de faire partie du Groupe d’experts intergouvernemental
du Cadre mondial pour les Services climatologiques et a entamé la codirection des travaux permettant
d’évaluer et d’améliorer les services climatologiques en Amérique du Nord et dans les Caraïbes sous l'égide
de l'association régionale de l'Organisation météorologique mondiale.
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les
utilisateurs ciblés
Description du programme
Ce programme fournit à des secteurs ciblés et à leurs organismes de réglementation des renseignements
sur les conditions changeantes du temps et des outils essentiels à la prise de décision, qui les aident à
anticiper et à gérer les risques et les possibilités définis par les conditions changeantes du temps, de l’eau et
du climat, et à s’y adapter. Il comprend des fonctions de surveillance, de recherche, de production et de
prestation de services dans le but d’aider les secteurs ciblés à prendre des décisions respectant le principe
de développement durable, dans un contexte de conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat. Il
fournit des observations, des prévisions et des avertissements météo fiables, précis et rapides 24 heures sur
24, 365 jours par année, ainsi que d’autres outils adaptés aux besoins particuliers des utilisateurs. Il
nécessite une collaboration avec divers groupes au Canada (notamment d’autres ministères fédéraux et des
organismes provinciaux), à l’échelle internationale avec l’Organisation météorologique mondiale et
l’Organisation de l’aviation civile internationale ainsi que par le biais d’un cadre de collaboration avec les
États-Unis. Ce programme aide le Ministère à assumer les obligations et les responsabilités conférées en
vertu de la Loi sur le ministère de l’Environnement et de la Convention de l’Organisation météorologique
mondiale; il aide aussi d’autres ministères gouvernementaux à respecter leurs obligations en vertu de la Loi
sur l’aéronautique et du Traité en appui à l’Aviation civile internationale, de la Loi sur les océans et de la Loi
sur les pêches, et il soutient les protocoles d’entente avec Transports Canada, la Défense nationale et
divers organismes provinciaux.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
25 547 830
25 547 829
28 557 210
26 618 144
1 070 315
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
474
393
-81
72 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs ciblés
Résultat attendu
Indicateur de rendement
Cible
Les secteurs ciblés ont
l’information et les services
météorologiques et
environnementaux dont ils
ont besoin pour fonctionner
de manière efficace et
sécuritaire
Degré jumelé de
satisfaction des principaux
clients du Service
météorologique du Canada
(SMC) en fonction de
l’énoncé « Les services
que le SMC offre
répondent à nos besoins »
7,5 sur 10 en cours
Résultats réels
8,0 sur 10 en 2013­2014.
La valeur est basée sur la
moyenne des sondages formels
remplis à NAV CANADA, au
ministère de la Défense nationale
et à la Garde côtière canadienne.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
12
•
La mise en œuvre complète de l’initiative des zones météorologiques dans l’Arctique (METAREAs )
demeure sur la bonne voie grâce à l'élargissement de la couverture des prévisions pour les eaux
internationales de l'Arctique, l'installation des stations météorologiques de surface dans l'Arctique et le
déploiement de bouées de surveillance.
•
La prestation continue des services 24 heures sur 24, en appui à la Garde côtière canadienne, au
ministère de la Défense nationale et à d’autres clients, dont des organisations de gestion des urgences
nationales et provinciales, par l'entremise de produits relatifs à l'état de la glace et d'autres services
météorologiques.
•
La signature d’un protocole d'entente avec Agriculture et Agroalimentaire Canada pour la prestation de
services météorologiques et environnementaux spécialisés.
•
La réalisation d’un certain nombre de projets permettant de moderniser les prévisions destinées aux
aéroports.
•
La prestation continue des services, par l'entremise du Réseau canadien de détection de la foudre. Le
Réseau s'occupe de plus de 80 capteurs capables de détecter jusqu'à 45 000 éclairs en une heure.
•
L’élargissement de la portée de son projet pilote relatif au Bulletin intégré de vigilance saisonnière,
auparavant réservé au Québec, à trois autres provinces (l'Ontario, le Nouveau-Brunswick et la
Colombie­Britannique). Le Bulletin met l'accent sur l'intégration de renseignements disponibles et
pertinents, comme les conditions climatiques et hydrologiques récentes, ainsi que les répercussions
directement ou indirectement associées.
12
Les zones météorologiques (METAREAs) sont des régions géographiques maritimes définies aux fins de coordination et de transmission d'information
météorologique pour la sécurité maritime, sous forme de prévisions et d’avertissements météorologiques maritimes pour les marins naviguant dans les
eaux internationales et territoriales. Les prévisions des conditions météorologiques, de l'état des glaces et de l'état marin sont fournies pour les zones
météorologiques de prévision maritime en eaux navigables, qui sont fondées sur l'activité maritime dans ces zones.
Environnement Canada 73
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 2.2.1 : Services météorologiques pour la navigation aérienne
Description du sous-programme
Ce programme fournit à l’industrie aéronautique et à son organisme de réglementation des services
météorologiques (observations, prévisions et avertissements) 24 heures sur 24, 365 jours par année. Il appuie
les buts et les missions de NAV CANADA et de Transports Canada, et appuie les transporteurs aériens
nationaux et internationaux qui opèrent en territoire canadien dans la prise de leurs décisions tactiques visant
à optimiser leur efficience, leur efficacité et la sécurité. Ce programme comprend également le Centre d’avis
de cendres volcaniques (VAAC), l’un des neuf centres de ce genre au monde exploités sous l’autorité de
l’Organisation de l’aviation civile internationale. Le VAAC prévoit le transport des cendres volcaniques
atmosphériques pour réduire le risque de catastrophe aérienne et fournit également un soutien opérationnel et
de remplacement d'urgence aux autres VAAC dans le monde entier. Ce programme est mené en vertu d’un
contrat entre Environnement Canada et NAV CANADA.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
4 997 178
6 371 134
1 373 956
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
170
154
-16
Résultats du rendement
Sous-programme 2.2.1 : Services météorologiques pour la navigation aérienne
Résultat attendu
NAV CANADA et l’industrie
aéronautique obtiennent
l’information et les services
météorologiques dont ils
ont besoin pour maximiser
leur efficacité et la sécurité
aérienne
Indicateur de rendement
Indice de la satisfaction
générale de la clientèle, sur
une échelle de 1
(insatisfaisant) à 10
(excellent)
Cible
Résultats réels
Égale ou
supérieure
à 7,5 en
cours
7,1 sur 10 selon l'enquête de 2013.
L'enquête de 2013 pourrait avoir été influencée
par les transitions technologiques en cours à
l'époque, qui alourdissait la charge de travail des
personnes de l'organisation cliente répondant à
l’enquête. La prochaine enquête sera en 2015 et
pourrait produire de meilleurs résultats après que
des ajustements aient lieu au sein de
l'organisation cliente.
Analyse du rendement et leçons retenues
En 2013-2014, le Ministère a continué de fournir des services météorologiques de haute qualité à
NAV CANADA. Selon les modalités de l'entente conclue avec NAV CANADA, le Ministère a fourni différents
types de prévisions aéronautiques et de services de données. Les points saillants comprennent :
•
Les résultats d'un sondage sur la satisfaction de la clientèle réalisé par le Ministère en 2013 étaient
favorables, et démontrent que les clients de NAV CANADA croient qu'ils sont appréciés et que leurs
besoins sont compris. La rétroaction sur les domaines où des améliorations sont en cours d'intégration
aux activités futures prévues, notamment pour des rapports d'inspection de stations météorologiques.
•
Le début d'une initiative pluriannuelle visant à moderniser les prévisions relatives à l'aéroport, qui
constituera le fondement pour les services futurs à NAV CANADA et tiendra compte des résultats du
sondage de 2013 sur la satisfaction de la clientèle. Le projet permettra d'améliorer les prévisions fournies
aux aéroports par l'utilisation de nouveaux outils de prévision.
74 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 2.2.2 : Services météorologiques et des glaces pour la navigation
maritime
Description du sous-programme
Ce programme fournit à l’industrie maritime et aux organismes de réglementation des prévisions de l’état de
la mer, des glaces et du temps en mer, 24 heures sur 24, 365 jours par année. Il appuie l’Organisation
maritime internationale (OMI) en fournissant des renseignements météorologiques sur les eaux canadiennes
et arctiques internationales. Les services de ce programme appuient les buts et les mandats de la Garde
côtière canadienne (GCC) de Pêches et Océans Canada, et soutiennent l’industrie maritime et les autres
groupes opérant en eaux canadiennes, comme la marine marchande, les pêcheries et les entreprises
exploitant les ressources naturelles, dans leur prise de décisions tactiques (p. ex., au sujet de la trajectoire
des navires) visant à optimiser leur sécurité et efficacité. En tant que collaboratrice importante, la GCC
diffuse aux divers groupes menant des activités maritimes les renseignements d’Environnement Canada
relatifs à ce programme et procure à Environnement Canada des renseignements in situ sur les conditions
météo, l’état de la mer et les glaces. Ce programme est exploité en partie en vertu d’un protocole d’entente
avec Pêches et Océans Canada au sujet des services liés à l’état actuel et aux prévisions des glaces dans
les eaux navigables canadiennes. Ce programme tire ses responsabilités légales et statutaires de la Loi sur
le ministère de l’Environnement, de la Loi sur les océans et de la Loi sur les pêches, entre autres. Il appuie
également les engagements internationaux dans le cadre de la Convention internationale de 1974 pour la
sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS), le Système mondial de détresse et de sécurité en mer
(SMDSM) et le Service nord-américain des glaces.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
12 195 136
12 637 258
442 122
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
147
128
-19
Résultats du rendement
Sous-programme 2.2.2 : Services météorologiques et des glaces pour la navigation maritime
Résultat attendu Indicateurs de rendement
Les collectivités
marines
possèdent
l’information sur
la température,
les vagues et la
glace dont elles
ont besoin pour
un
fonctionnement
sécuritaire et
efficace dans les
eaux
canadiennes
Cibles
Pourcentage de navigateurs 90%
qui ont indiqué être satisfaits
de l’accès aux données
Résultats réels
94 % selon une enquête des utilisateurs de
renseignements météorologiques maritimes, qui a été
réalisée de novembre à décembre 2012.
Les clients du secteur maritime d'Environnement Canada
ont déclaré qu'ils étaient satisfaits de l'accessibilité des
renseignements météorologiques marins, sur les vagues
et sur les glaces par l'intermédiaire de différents
systèmes de diffusion.
*Remarque : La valeur déclarée dans le Rapport ministériel sur
le rendement de 2012-2013 était incorrecte. La valeur exacte
est celle indiquée ici.
Nombre de demandes des
utilisateurs pour obtenir de
l’information additionnelle
(ponctuelle/sur demande)
0 demande
En cours
En 2013-2014, les navigateurs ont envoyé huit
demandes de renseignements supplémentaires.
L'indicateur mesure à quel point les produits
d'information existants répondent aux besoins des
utilisateurs. Un faible nombre de demandes laisse
Environnement Canada 75
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
entendre que les produits existants sont jugés
satisfaisants par la plupart des utilisateurs.
Le Service canadien des glaces (SCG) a répondu à la
plupart des demandes de renseignements en indiquant
aux utilisateurs où se trouvaient les données demandées
sur son site Web, en entrant directement en
communication avec eux pour clarifier leurs besoins, ou
en informant les clients lorsque le SCG glaces n'était pas
en mesure de répondre à une demande.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La mise en œuvre continue de l'initiative des zones météorologiques de l'Arctique (METAREAs).
Environnement Canada offre des renseignements et des données de prévision pour deux zones
météorologiques, comprenant les eaux de l'Arctique canadien (y compris le passage du Nord­Ouest),
une partie des eaux internationales dans le Haut-Arctique, ainsi que des eaux au nord de l'Alaska et le
long de certaines parties de la côte ouest du Groenland. La plupart des zones marines sont désormais
desservies, et les zones restantes devraient être terminées en 2014. Le plan comprend désormais la
baie d'Hudson et ses abords, ce qui aura pour effet d'ajouter du service dans les régions situées audelà de ce qui était initialement prévu.
•
La mise en place, avec le soutien du ministère de la Défense nationale, de 13 bouées au cours de
l'année. Un total de 40 bouées sur glace et dans l'eau ont été mises en place depuis que le projet a
commencé en 2011. L'ajout de bouées augmente la disponibilité des données d'observation
météorologique en temps réel pour les navigateurs et appuie les travaux de prestation de prévisions
exactes et en temps opportun du Ministère.
•
La contribution aux négociations concernant le renouvellement de l'entente conclue avec la Garde
côtière canadienne (GCC) pour la prestation de services et d'information sur les glaces (comme
l'analyse de l'état des glaces sous forme de tableaux, et des séances d'information et des consultations
pour les agents de la GCC, au besoin).
Sous-programme 2.2.3 : Services météorologiques pour les opérations militaires
Description du sous-programme
Ce programme fournit au ministère de la Défense nationale (MDN) les renseignements, les prévisions et les
outils météorologiques et océanographiques nécessaires aux opérations des Forces canadiennes (FC) au
Canada comme à l’étranger. Ce programme, mené en collaboration en vertu d’un protocole d’entente formel
avec le MDN, vise à satisfaire les besoins particuliers des FC tout en récupérant ses coûts marginaux
auprès du MDN. Il est essentiel aux activités des FC, car il contribue à l’efficacité et à la sécurité des
manœuvres tactiques, opérationnelles et stratégiques au Canada et dans divers domaines militaires à
travers le monde. Il appuie également les responsabilités juridiques et législatives en vertu de la Loi sur
l’aéronautique, qui constitue le fondement juridique en matière de sécurité pour l’aviation militaire.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
2 919 885
4 066 294
1 146 409
76 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
106
84
-22
Résultats du rendement
Sous-programme 2.2.3 : Services météorologiques pour les opérations militaires
Résultat attendu
Le ministère de la Défense
nationale possède les
données météorologiques et
océaniques ainsi que les
connaissances dont il a
besoin pour optimiser ses
activités au Canada et à
l’étranger
Indicateur de rendement
Cible
Indice de la satisfaction de 7,0 sur 10
la clientèle, sur une échelle En cours
de 1 (insatisfaisant) à 10
(excellent), qui regroupe
les commentaires tirés du
sondage et les
commentaires de la
direction du ministère de la
Défense nationale
Résultats réels
8,4 sur 10 d'après la moyenne des résultats de
trois questions relatives à la satisfaction de la
clientèle posées au ministère de la Défense
nationale en 2013.
1) J'ai l'impression que les services fournis par
les Services météorologiques à la défense
d'Environnement Canada répondent à mes
besoins (8,0).
2) Niveau général de satisfaction à l'égard de la
qualité des produits fournis par les Services
météorologiques à la défense d'Environnement
Canada reçus au cours de la dernière année
(8,5).
3) Niveau général de satisfaction à l'égard des
consultations reçues au cours de la dernière
année (8,7).
La cible de 7,0 a été fixée en tenant compte des
changements organisationnels majeurs en cours
qui pourraient temporairement avoir eu une
incidence négative sur la satisfaction de la
clientèle. Étant donné que les cibles ont été
dépassées, nous ferons attention d'établir une
cible plus élevée à l'avenir.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La collaboration avec le Centre météorologique interarmées pleinement fonctionnel de Gagetown, où
les météorologues et les spécialistes en informatique d'Environnement Canada travaillent avec le
personnel des Forces canadiennes en vue d'apporter de l’aide aux opérations nationales et en
déploiement.
•
La prestation de services de prévisions météorologiques exactes et en temps opportun aux missions et
exercices militaires, tant au pays qu'à l'étranger, notamment pour Opération Nunalivut, une opération
de souveraineté pluriministérielle majeure menée chaque année, dirigée par les Forces armées
canadiennes.
Le Nord est une région d'une importance majeure pour le gouvernement fédéral en général, et en particulier
pour le ministère de la Défense nationale. Environnement Canada a fourni un soutien météorologique
complet au personnel du ministère de la Défense nationale et pour le perfectionnement supplémentaire de
son expertise en matière de prévisions météorologiques pour ce vaste territoire où les conditions sont
difficiles et où les données sont isolées dans l'environnement.
Environnement Canada 77
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 2.2.4 : Services météorologiques pour les secteurs économiques
et commerciaux
Description du sous-programme
Ce programme fournit à une variété de secteurs économiques et commerciaux (tels que les secteurs des
médias et des ressources naturelles ainsi que les utilisateurs spécialisés) des services climatologiques et
météorologiques, y compris des données provenant du Réseau canadien de détection de la foudre. Les
renseignements et les outils sont utilisés pour prendre des décisions tactiques et stratégiques et pour
optimiser leur efficacité, leur compétitivité, leur rendement environnemental et leur sécurité économiques et
commerciaux, à court et à long terme. Ce faisant, il appuie les mandats de Ressources naturelles Canada,
d’Agriculture et Agroalimentaire Canada et d’autres organismes (tels que les organismes provinciaux). De
nombreux secteurs de l’économie sont sensibles aux changements de la météo et du climat, notamment en
ce qui a trait à la sécurité et à la rentabilité de leurs activités (p. ex., la livraison juste à temps ou la lutte aux
ravageurs), à la demande de leurs services (p. ex., la production d’hydroélectricité) et à l’avenir de leur
industrie. Des services de données spécialisées permettent aux utilisateurs d’obtenir les renseignements
pertinents grâce à des mécanismes tels que les liens de données spécialisées ou les consultations en
personne. Ce programme est mené partout au Canada par l'entremise de collaborations en matière de
données et de science, souvent avec partage ou recouvrement des coûts.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
5 435 630
3 543 458
-1 892 172
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
52
27
-25
Résultats du rendement
Sous-programme 2.2.4 : Services météorologiques pour les secteurs économiques et commerciaux
Résultat attendu
Indicateur de rendement
Les secteurs
économiques
ciblés canadiens
possèdent les
données
météorologiques
dont ils ont besoin
pour prendre des
décisions
Degré de satisfaction des
médias à l’égard des
services qu’offre
Environnement Canada,
sur une échelle de 1
(insatisfaisant) à 10
(excellent)
Cible
7,5 sur
10 d’ici
2012
Résultats réels
7,42 sur 10 d'après la moyenne des résultats de
quatre questions relatives à la satisfaction de la
clientèle posées en 2012.
1) La satisfaction à l'égard de l'accessibilité et de la
prestation des services météorologiques
d'Environnement Canada (7,79).
2) J'ai l'impression qu'Environnement Canada est
sensible à mes besoins (7,13).
3) Je sens qu’Environnement Canada comprend mes
besoins (7,34).
4) J'ai l'impression que les services fournis par
Environnement Canada répondent à mes besoins
(7,41).
78 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
En 2013-2014, Environnement Canada a continué de fournir aux utilisateurs spécialisés de nombreux secteurs
économiques et commerciaux, un accès plus facile aux données météorologiques, climatiques et sur la qualité
de l'air, essentiel à la prise de décisions opérationnelles des secteurs sensibles aux conditions
météorologiques, par l'intermédiaire du portail Datamart d'Environnement Canada, et par l'amélioration de
l'accès par l'entremise du Portail de données ouvertes xlviii du gouvernement du Canada. Beaucoup de gens
profitent de l'élargissement de la disponibilité des données; dix millions de téléchargements de données du
Datamart ont été effectués en 2013-2014. Plusieurs ensembles de données météorologiques ont été choisis
pour être présentés lors du « hackathon » de l'Expérience des données ouvertes canadienne (EDOC) en 2014.
Au cours de l'événement, des innovateurs de partout au Canada se sont fait concurrence pour résoudre les
problèmes et accroître la productivité en élaborant des applications conviviales à l'aide de données ouvertes du
gouvernement du Canada.
L'expérience acquise en 2013-2014 indique que les entreprises canadiennes demandent de plus en plus l'accès
à des données météorologiques en format géoréférencé (p. ex., des données associées à un emplacement
géographique), prêtes à utiliser dans le cadre des processus et des systèmes d'aide à la décision.
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la pollution pour les
Canadiens ainsi que pour leur environnement sont minimisées.
Mesure du rendement
Indicateurs de rendement
Cibles
Émissions canadiennes de
gaz à effet de serre
(équivalents de dioxyde de
carbone) en mégatonnes
La cible nationale du
Canada est une
réduction de 17 % par
rapport aux niveaux de
2005 d’ici 2020
Résultats réels
Les émissions totales de gaz à effet de serre (GES) du
Canada en 2012 étaient de 699 mégatonnes (Mt) en
équivalent de dioxyde de carbone (éq. CO2), soit une
diminution de 5 % (37 Mt) par rapport aux émissions de
2005, qui étaient de 736 Mt.
Le rapport Tendances en matière d’émissions au
Canada 2013 indique que les émissions annuelles de gaz à
effet de serre du Canada seront de 734 mégatonnes (Mt) en
2020. Grâce aux efforts déployés par les gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux, les consommateurs et les
entreprises, il s'agit de 128 Mt de moins que le niveau des
émissions aurait été en 2020 si aucune mesure n'avait été
prise depuis 2005 pour réduire les gaz à effet de serre.
Qualité de l'air ambiant du
Canada :
Pourcentage des
collectivités ayant remis
une déclaration pour
lesquelles le Standard
3
pancanadien de 30 µg/m
par 24 heures, relatif aux
matières particulaires fines
(MP2,5) a été atteint.
100 %
91 % pour la période allant de 2010 à 2012 (83 collectivités
sur 91)
Dans le cadre de la mise en œuvre du Système de gestion
de la qualité de l'air, de nouvelles Normes nationales de
qualité de l'air ambiant (NNQAA) pour 2015 concernant les
matières particulaires fines (MP2,5) sur 24 heures et une
moyenne annuelle ont été publiées Les cibles de 2015 pour
3
ces Normes sont de : 28 μg/m pour la moyenne triennale du
e
98 percentile annuel des concentrations quotidiennes
3
moyennes sur 24 heures; et 10 μg/m pour la moyenne
triennale des concentrations moyennes annuelles,
respectivement.
Environnement Canada 79
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Programme 3.1 : Gestion des substances et des déchets
Description du programme
Les activités de ce programme visent à réduire les menaces que constituent pour la santé et
l’environnement la pollution et les déchets produits par les activités humaines. Le programme évalue les
risques que posent les substances déjà entrées dans l’usage commercial (substances existantes) et les
substances dont on propose d’introduire l’usage au Canada (nouvelles substances) pour la santé et
l’environnement. Il consiste également à élaborer et à mettre en œuvre des mesures visant à prévenir ou à
gérer les risques que posent ces substances et ces déchets. Contributions à l'appui de Gestion des
substances et des déchets sont utilisées comme une composante de ce programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
73 874 896
74 553 108
86 290 566
84 616 666
10 063 558
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
590
586
-4
Résultats du rendement
Programme 3.1 : Gestion des substances et déchets
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
Cibles
Les menaces que
Pourcentage des régions de
PFOS :
les substances
drainage où l’on ne dépasse
80 % en 2013toxiques et les
pas les recommandations
2014
déchets
canadiennes ou fédérales
représentent pour
pour la qualité de
les Canadiens et
l’environnement pour les
PBDE :
leurs répercussions substances sélectionnées
80 % en 2014sur l’environnement dans les sédiments, l’eau
2015
sont réduites.
et/ou le biote.
Les substances actuellement
déclarées sous cet
indicateur :
•
le sulfonate de
perfluorooctane
(PFOS);
•
l’éther diphénylique
polybromé (PBDE).
80 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Résultats réels
100 % des régions de drainage
échantillonnées ne dépassaient pas les
Recommandations fédérales pour la qualité
de l'environnement relatives aux
concentrations de sulfonate de
perfluorooctane dans les tissus des poissons
(santé des poissons) et dans l'eau de
surface. Toutefois, les concentrations de
sulfonate de perfluorooctane dans les tissus
des poissons dépassaient les
Recommandations fédérales pour la qualité
de l'environnement relatives au régime
alimentaire de la faune dans 40 % des
régions de drainage échantillonnées.
La valeur de l'indicateur de
polybromodiphényléther sera déclarée en
2014-2015.
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
En 2013-2014, en collaboration avec Santé Canada, Environnement Canada a fait des progrès sur plusieurs
fronts. Le Ministère a :
•
Avec l'Environmental Protection Agency des États-Unis, terminé la rédaction du Plan biennal de travail
sur la nanotechnologie en vertu du Conseil Canada-États-Unis de coopération en matière de
réglementation. Cela a donné lieu à une approche cohérente et transparente des politiques en matière
de réglementation et de surveillance des nanomatériaux, à l'intérieur du Canada et entre les deux pays.
•
Continué d’établir et de maintenir une base scientifique solide pour le Plan de gestion des produits
chimiques, notamment par l'intermédiaire de la création du Comité scientifique conjoint xlix
(Environnement Canada/Santé Canada) afin de permettre la poursuite du Plan.
•
Créé le premier Rapport d’étape du Plan de gestion des produits chimiques , un résumé en langage
clair des activités, afin de maintenir les connaissances des intervenants et des autres parties
intéressées à jour. Le rapport sera publié deux fois par année.
•
En s'appuyant sur la réalisation réussie de la phase 1 de la mise à jour de la Liste intérieure des
substances, le Ministère a mis à jour des renseignements sur le volume et l'utilisation des
2 700 substances d'intérêt prioritaire restantes recensées au moyen de la catégorisation. Une analyse
des données reçues de la part des intervenants a également été mise en œuvre.
•
Organisé deux réunions du Conseil consultatif des intervenants (en mai et en novembre 2013) afin de
discuter de questions comme les prochaines modifications au Règlement sur les urgences
environnementales, le contrôle et la surveillance dans les collectivités autochtones, des résultats
représentatifs de biosurveillance à l'échelle nationale pour les Canadiens, et la façon dont le Plan utilise
les renseignements obtenus par l'entremise de la biosurveillance et de la surveillance de
li
l'environnement. Des rapports sommaires sont disponibles sur le site Web du Plan de gestion des
lii
produits chimiques .
•
Tenu régulièrement tout au long de l'année des séances d’information et des consultations avec les
intervenants sur des sujets précis, dont 12 séances d'information sur le Web. Ces séances ont rejoint
plus de 1 500 personnes dans l'ensemble du Canada au sujet des avis émis en vertu de l'article 71 de
la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) pour plusieurs initiatives (p. ex., le groupe
de substances contenant du sélénium et le groupe de substances des phtalates).
l
Sous-programme 3.1.1 : Gestion des substances
Description du sous-programme
Ce programme est une initiative conjointe de Santé Canada et d’Environnement Canada qui vise à réduire
les dommages causés par les substances rejetées dans l’environnement et les autres substances nocives
qui constituent des menaces pour la santé humaine et pour l’environnement. Il vise à gérer efficacement les
risques que posent ces substances en établissant des priorités et en prenant des mesures réglementaires
efficaces (ou d’autres mesures, le cas échéant) selon une évaluation axée sur le risque. On vise une gestion
adaptative des substances et certaines améliorations grâce à de nouvelles découvertes tant dans les
domaines de la recherche que de la surveillance, et grâce à une collaboration à l’échelle internationale.
Nous faisons preuve de transparence auprès des intervenants en leur offrant la possibilité de proposer leurs
conseils et leurs points de vue sur la mise en œuvre du programme dans le cadre de processus de
consultation réglementaires et institutionnels sur un sujet en particulier. En vertu de la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement (1999), Environnement Canada adopte des mesures de gestion des risques,
alors que Santé Canada peut agir en vertu de la Loi sur les aliments et drogues, la Loi sur les produits
antiparasitaires et la Loi sur les produits dangereux. Les obligations internationales comprennent la
Convention de Basel, la Convention de Rotterdam, la Convention de Stockholm, la Convention sur la
pollution atmosphérique transfrontière à longue distance et le Protocole de Montréal. L'exécution du
Environnement Canada 81
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
programme inclut Contribution obligatoire à l'Organisation de coopération et de développement
économiques (OCDE). Ce programme s’attaque également aux risques que posent les substances
préoccupantes en fin de vie utile grâce à l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’administration de
règlements et d’autres instruments de contrôle. Les règlements et les instruments de contrôle sont élaborés
en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) afin de s’attaquer au mouvement
international et interprovincial des déchets et des matières recyclables dangereuses, de réduire les rejets de
BPC dans l’environnement et de réduire les risques de déversements et de fuites de produits
d’hydrocarbures et de produits pétroliers apparentés des systèmes de stockage.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
47 086 420
55 915 992
8 829 572
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
362
390
28
Résultats du rendement
Sous-programme 3.1.1 : Gestion des substances
Résultat attendu Indicateur de rendement
Réduction des
rejets de produits
toxiques et d’autres
substances
préoccupantes
dans
l’environnement
Rejets canadiens de
certaines substances
contrôlées
Substances déclarées
dans le cadre de cet
indicateur :
(i) Chrome hexavalent
(ii) Biphényles polychlorés
(BPC)
(iii) Isoprène
Cibles
Résultats réels
(i) Chrome
hexavalent : 1 900
kg rejetés (dans
l’air et dans l'eau)
d'ici 2015
(ii) BPC : 10 kg
d'ici 2014
(iii) Isoprène :
Réduction, d'ici
2016, de 80 %
dans les rejets
industriels
provenant du
secteur de la
fabrication du
caoutchouc par
rapport à l'année
de référence de
2009.
(i) Chrome hexavalent : 1 680 kg de rejets en 2012
(dans l'air et dans l'eau)
Ce nombre est basé sur les rejets totaux déclarés
dans le cadre de l'Inventaire national des rejets de
polluants de2012 (provenant de toutes les sources
de transmission). La cible relative au total des rejets
de chrome hexavalent a été atteinte.
(ii) BPC : L'équivalent de 1,99 kg de BPC pur a été
rejeté en 2013.
Cette quantité est calculée d’après les données
relatives aux quantités et aux concentrations
transmises à Environnement Canada en vertu de
l'article 40 (rapport sur le rejet) du Règlement sur
les BPC.
(iii) Isoprène : Réduction de 15 % des rejets
industriels provenant du secteur de la fabrication du
caoutchouc en 2012 par rapport à l'année de
référence 2009.
D'après les renseignements présentés, 17 401 kg
d'isoprène avaient été rejetés dans l'air au cours de
l'année de référence (2009) et 14 791 kg ont été
rejetés dans l'air au cours de l'année de préparation
(2012). Après la mise en œuvre du plan de
prévention de la pollution, on s'attend à une
réduction de 80 % des émissions d'isoprène, soit
environ 3 480 kg.
82 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La signature, après quatre ans de négociations mondiales, de la Convention de Minamata sur le
liii
mercure (en anglais seulement) afin de protéger la santé humaine et l'environnement des émissions
anthropiques de mercure et de composés de mercure; la direction de la première réunion du Groupe
d'experts techniques sur les émissions atmosphériques tenue pour élaborer les indications techniques
requises pour la première réunion des parties en vertu de la Convention.
•
L’atteinte des objectifs liv (en anglais seulement) lors des premières réunions simultanées de la
Conférence des Parties (CdP) des Conventions de Stockholm, de Bâle et de Rotterdam. En tant que
partie des trois Conventions, le Canada a participé aux négociations visant à inscrire des substances
13
chimiques à ces accords ainsi qu'à adopter des lignes directrices techniques sur divers produits
chimiques et à modifier l'Annexe 9 de la Convention de Bâle. Le Canada a aussi participé aux décisions
concernant la réorganisation du secrétariat conjoint des trois conventions et la promotion de la
collaboration au sein du groupe sur les produits chimiques et des déchets. Il a été félicité (à la
Convention de Bâle) pour avoir dirigé le travail de médiation sur la rédaction de directives techniques
pour les polluants organiques persistants et a confirmé qu'il continuerait de présider ces travaux.
•
La mise en œuvre continue du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) en partenariat avec
Santé Canada; la concentration sur l’objectif en ce qui concerne l'engagement international du Canada
pour lutter contre les 4 300 substances chimiques au Canada d'ici 2020 (38 % sont gérées depuis
2006). Le Ministère a :
o
Pris en compte 610 évaluations des risques de substances chimiques depuis 2011-2012 (41 %
des 1 500 substances commerciales existantes ciblées ayant été identifiées dans le cadre du
PGPC doivent être évalués d'ici 2016).
o
Évalué 34 micro-organismes existants et a fait avancer neuf régimes de réglementation (se situant
toutes à diverses étapes d'approbation).
o
Publié des mesures de gestion des risques pour 16 substances nocives, notamment la publication
de Directives pour la réduction des rejets de colorants provenant des fabriques de pâtes et papiers
14
de MAPBAP acétate .
o
Traité les 506 avis de déclaration de substances nouvelles reçus; parmi ces substances, 8 étaient
soupçonnées de poser un risque (et sont soumises à des conditions ministérielles), et 25 ont été
désignés comme pouvant présenter des problèmes liés à d'autres activités (et sous réserve des
dispositions de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999).
lv
•
La cueillette continue, conformément à l'Inventaire national des rejets de polluants , et la publication
des données de 2012 provenant de plus de 7 500 installations dans l'ensemble du Canada sur le rejet,
l'élimination et le recyclage de plus de 300 substances figurant dans l'Inventaire.
•
La réalisation de 22 projets de recherche abordant les substances et les questions d'intérêt prioritaire
déterminées en vertu du Plan de gestion des produits chimiques et de la LCPE (1999); l’entreprise du
contrôle et de la surveillance intégrés, l'échantillonnage et l'analyse des produits chimiques prioritaires
de l'environnement.
13
Plus précisément, les produits chimiques ajoutés aux ententes sont les suivants : l'hexabromocyclododécane (HBCD) (Convention de Stockholm);
l’azinphos-méthyle, les mélanges commerciaux de penta-polybromodiphényléthers (PBDE) et d'octa-polybromodiphényléthers; le sulfonate de
perfluorooctane (SPFO) (Convention de Rotterdam).
14
La substance acétate de [p-(diméthylamino)phényl]bis[4-(éthylamino)-3- méthylphényl]méthylium, Numéro de registre du Chemical Abstracts Service
72102-55-7, est connue sous le nom de MAPBAP acétate.
Environnement Canada 83
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 3.1.2 : Gestion des effluents
Description du sous-programme
Ce programme gère les risques pour l’environnement et la santé humaine, risques engendrés par le rejet et
le dépôt de déchets (p. ex., effluents), par l’élaboration, la mise en œuvre et l’administration de stratégies,
d’outils et de programmes en vertu des obligations et des pouvoirs. Le programme vise l’élaboration et la
mise en œuvre de règlements et d’autres outils de contrôle (p. ex., plans de prévention de la pollution, codes
de pratique, lignes directrices et ententes de performance environnementale) en vertu de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999) et de la Loi sur les pêches pour gérer les rejets de déchets et de
substances préoccupantes des secteurs industriel et public, notamment ceux des secteurs de l’exploitation
minière et du traitement, de la foresterie, des eaux usées et d’autres secteurs. Au nombre des principales
activités, mentionnons : effectuer de la recherche et analyser les risques; élaborer et mettre en œuvre des
règlements et d’autres outils de contrôle; évaluer les résultats de la surveillance des effets sur
l’environnement des installations réglementées; fournir des conseils techniques lors des évaluations
environnementales et agir comme centre de liaison pour les clauses en matière de prévention de la pollution
de la Loi sur les Pêches. Le programme vise la collaboration de partenaires, dont d’autres ministères du
gouvernement fédéral, d’autres ordres de gouvernement et des associations, en consultation avec
l’industrie, les groupes autochtones et d’autres intervenants.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
8 573 040
8 732 831
159 791
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
91
62
-29
Résultats du rendement
Sous-programme 3.1.2 : Gestion des effluents
Résultat attendu
Prévention de la
pollution des
effluents par les
secteurs
réglementés en
vertu de la Loi sur
les pêches
Indicateur de rendement
Cible
Pourcentage d’installations 95 % en
dont les rejets respectent cours
les limites imposées par les
règlements et les
exigences relatives à la
non-létalité des effluents
Résultats réels
Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers
:
99,8 % pour le total des solides en suspension (TSS)
99,8 % pour la demande biochimique en oxygène
98,3 % pour les exigences relatives à la non-létalité des
effluents.
Tous les résultats datent de l'année civile 2012.
Ces résultats sont semblables à ceux de 2011, à l'exception
du taux de létalité non aiguë, pour lequel la conformité a
légèrement augmenté.
Règlement sur les effluents des mines de métaux :
Niveau de conformité supérieur à 99 % pour les métaux et le
pH
Conformité de 98,6 % pour le cyanure
96,3 % pour les matières solides totales en suspension
98,8 % pour les tests de létalité aiguë
Tous les résultats datent de l'année civile 2012.
Ces résultats sont semblables à ceux de 2011, à l'exception
84 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
des taux pour les limites relatives au cuivre et au cyanure,
qui ont légèrement diminué, et pour les matières solides
totales en suspension et les cibles de létalité aiguë, pour
lesquelles la conformité a légèrement augmenté.
Règlement sur les effluents des systèmes d’assainissement
d’eaux usées :
À déterminer. Les limites réglementées entrent en vigueur le
er
1 janvier 2015.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
Le début de l’administration du Règlement sur les effluents des systèmes d’assainissement d’eaux
usées, qui est entré en vigueur en 2012. Les activités et les initiatives comprennent notamment :
o La mise en place d'un système de déclaration en ligne pour recueillir les données et les rapports
requis en vertu du Règlement.
o La promotion de la conformité par l'élaboration et la diffusion des renseignements sur les
exigences réglementaires aux associations et aux organisations régionales, provinciales et
nationales sur les eaux usées, aux élus municipaux et aux organisations et représentants des
Premières Nations.
o La poursuite des négociations bilatérales avec les provinces et le Yukon afin de réduire le
chevauchement, et la publication de l'Entente administrative proposée entre le Canada et le
Nouveau­Brunswick afin de recueillir les commentaires du public.
La poursuite de l'administration du Règlement sur les effluents des mines de métaux (REMM) en vue
de gérer le rejet de substances nocives dans l'eau par le secteur des mines de métaux. Les travaux
comprenaient la poursuite de l'examen sur dix ans du REMM, entre autres l'expansion du Règlement
pour y inclure les mines de diamant et les mines de charbon, en entamant des consultations avec les
organismes industriels, environnementaux et autochtones (les consultations se poursuivent durant
l'année 2014). Bon nombre de provinces et de territoires s'appuient sur les limites des effluents du
REMM et les utilisent comme base pour les limites fixées par la législation régionale et les systèmes
de délivrance de permis.
•
L’administration continue du Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papiers, y compris
la promotion de la conformité. Environnement Canada a fourni des conseils au secteur des pâtes et
papiers concernant les exigences du Règlement, y compris ses exigences en matière de suivi des
effets sur l'environnement.
•
La réception et l’analyse des rapports annuels d'étude de suivi des effets sur l'environnement (ESEE)
provenant des industries réglementées par le Règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et
papiers et le REMM. Les résultats de ces rapports annuels aident Environnement Canada à
déterminer les répercussions sur le poisson et l'habitat du poisson qui pourraient être causées par les
effluents.
Un arrêté sur la Loi sur les pêches, publié en mars 2014, désigne le ministre de l'Environnement comme
responsable de l'administration générale et de l'application des dispositions de prévention de la pollution de
la Loi. En collaboration avec Pêches et Océans Canada, le Ministère a élaboré des propositions pour deux
nouveaux règlements et consulté le public à leur sujet (le Règlement prévoyant les conditions de prise des
règlements en vertu du paragraphe 36(5.2) de la Loi sur les pêches, et le Règlement sur les activités de
recherche dans la Région des lacs expérimentaux).
•
Environnement Canada 85
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-programme 3.1.3 : Pollution marine
Description du sous-programme
Ce programme vise à évaluer, à contrôler et à surveiller l’évacuation des déchets et d’autres matières en
mer et, au moyen de pratiques de gestion, à atténuer les impacts de ces activités sur les côtes et les
océans. Depuis 2010, à la suite d’un transfert de responsabilité, le programme est également responsable
d’évaluer et de contrôler le risque des impacts sur l’environnement maritime résultant des Canadiens ou du
trafic maritime canadien dans l’Arctique. Le programme comporte des outils réglementaires et non
réglementaires afin de prévenir la pollution marine et est responsable : de fournir de l’expertise et des
conseils techniques sur la pollution marine (déchets des navires, déchets terrestres et leurs impacts,
sédiments et leur gestion); de gérer les interdictions et les contrôles; d’évaluer les demandes et de délivrer
des permis pour l’immersion en mer et les expéditions dans l’Antarctique; d’effectuer des recherches pour
mettre au point des outils d’aide à la décision, des outils et des normes de surveillance; à l’échelle nationale,
de participer à la coordination, par le gouvernement fédéral, des efforts pour prévenir la pollution marine
provenant des navires; et de codiriger la coordination, par le gouvernement fédéral, des activités de
prévention de la pollution marine provenant des activités terrestres pour appuyer les engagements
internationaux. La législation pertinente au programme comprend la Loi canadienne sur la protection de
l’environnement (1999), y compris la partie 7, section 3 (immersion en mer), ainsi que des directives en vertu
de la partie 7, section 2 (activités terrestres) et la Loi sur la protection de l’environnement en Antarctique
(2003). Les obligations internationales comprennent le Protocole et la Convention de Londres, le Traité sur
l’Antarctique et le Protocole de Madrid. Deux types de droits pour le recouvrement des coûts s’appliquent
aux permis d’immersion en mer : des coûts d’application évalués pour tous les permis et un coût de permis
évalué sur le matériau de dragage et d’excavation.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
1 240 154
2 469 614
1 229 460
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
13
27
14
Résultats du rendement
Sous-programme 3.1.3 : Pollution marine
Résultat attendu
Réduction de la
pollution marine
attribuable aux
rejets en mer non
contrôlés
Indicateur de
rendement
Cible
Pourcentage
85 %
d’activités de suivi annuellement
de site de rejets
jusqu’en 2015
qui ne nécessitent
pas de mesures
de gestion du site
Résultats réels
89 % en 2013-2014.
Ce pourcentage est basé sur deux mesures de gestion prises sur
18 sites surveillés en 2012-2013. Ces deux mesures de gestion
concernaient des processus de fermeture de sites au Québec; la
première en raison de la présence d'espèces vulnérables sur le
site et la deuxième pour protéger la navigation dans la région. Les
mesures de gestion permettent de s'assurer que les sites sont
utilisés de façon durable en général.
Les résultats indiquent que les sites d’immersion en mer du
Canada sont utilisés de manière durable et que ces effets sur ces
sites correspondent aux attentes.
86 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Par l'entremise de son programme de pollution marine, Environnement Canada a poursuivi ses travaux
visant le rejet en mer de déchets et d'autres matières, ainsi que les répercussions des activités terrestres sur
les côtes et les océans. En 2013-2014, le Ministère a :
•
Continué de participer activement au Protocole de Londres : Le Canada a présidé les Réunions des
Parties et a soutenu l'adoption d'un mécanisme global visant à contrôler davantage la fertilisation des
océans et d'autres mesures de géo-ingénierie marine possibles. À titre de président, le Canada a réussi
à diriger les parties vers l'adoption de nouvelles mesures de contrôle de la fertilisation des océans par
consensus, sans que le vote ne soit nécessaire.
•
Lancé le processus de mise à jour du Règlement sur l'immersion en mer afin de mettre en place des
échéanciers pour le service et la possibilité de renouveler des permis et de mettre à jour les instructions
pour les requérants en vue de tenir compte des modifications apportées à la fois à la Loi canadienne
sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)] et à la Loi canadienne sur l'évaluation
environnementale (2012). Les réalisations comprennent : l'atteinte des normes de service pour la
délivrance de permis (84 permis accordés, dont 96 % ont été émis en moins de 120 jours), ainsi que le
respect des normes de la Stratégie fédérale de développement durable concernant l'utilisation durable
des lieux d'élimination aux termes des permis accordés en vertu de la LCPE (1999) (89 % des sites ne
nécessitent aucune mesure de gestion).
•
Continué d'administrer la Loi sur la protection de l'environnement en Antarctique et le système
correspondant de délivrance de permis, notamment l'examen et la délivrance de trois permis en
conformité avec les délais réglementés; la création de nouvelles lignes directrices pour l'évaluation des
demandes de permis qui simplifie et précise l'examen des permis; la participation au système du Traité
sur l’Antarctique; et la collaboration avec Transports Canada concernant l'élaboration du code polaire
pour les navires en activité dans les eaux couvertes de glace.
Sous-programme 3.1.4 : Urgences environnementales
Description du sous-programme
Ce programme vise à réduire la fréquence et les conséquences des déversements et des autres urgences
environnementales faisant intervenir des substances toxiques et d’autres substances dangereuses. Ce
programme comprend cinq activités principales : Prévention – réglementation des installations chimiques
pour élaborer et mettre en œuvre des plans d’urgence environnementale; Préparation – coordination et
planification de la préparation internationale, nationale et régionale en vue d’urgences environnementales;
Réponse – surveillance des mesures entreprises par la ou les parties responsables, prestation de conseils
scientifiques et techniques sur la météo et l’état de la mer, le comportement et les effets des produits
chimiques, réalisation de cartographies des zones sensibles et de modélisations de trajectoires, intervention
lors d’incidents majeurs et exploitation du Centre national des urgences environnementales à Montréal (ligne
d’urgence 24 heures sur 24, 7 jours par semaine); Rétablissement – évaluation des dommages et prestation
de conseils aux pollueurs sur les façons de rétablir un environnement endommagé par une urgence
environnementale; Recherche et développement – élaboration de modèles de déversement, de méthodes
d’analyse, d’algorithmes de sort et de comportement, de capacité d’évaluation et de télédétection, de
protocoles de décontamination et de contre-mesures utilisées durant les incidents. Le programme utilise le
pouvoir qui lui est conféré en vertu du Règlement sur les urgences environnementales ainsi que les articles
34 à 38 de la Loi sur les pêches. Les responsabilités du programme lors d’interventions d’urgence sont
décrites à l’annexe 6 – Environnement (2009) de la fonction de soutien en cas d’urgence du Plan fédéral
d’intervention d’urgence.
Environnement Canada 87
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
6 427 634
9 990 200
3 562 566
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
66
67
1
¶
Résultats du rendement
Sous-programme 3.1.4 : Urgences environnementales
Résultats attendus
Les personnes
réglementées se
conforment aux exigences
et obligations en vertu du
Règlement sur les urgences
environnementales
Fréquence stable ou réduite
des urgences
environnementales dans les
installations visées par le
Règlement sur les urgences
environnementales
Indicateurs de rendement
Pourcentage d’installations
nécessitant des plans d’urgence
environnementale qui les ont mis
en place, comme l’exige le
Règlement sur les urgences
environnementales
Pourcentage des installations
réglementées soumises au
Règlement sur les urgences
environnementales qui ont des
urgences environnementales et
ont mis en place un plan
d’urgence environnementale
Cibles
Résultats réels
100 % d’ici En date du 31 mars 2014, 93 % des
la fin de
installations réglementées ont soumis des
2013-2014 avis indiquant qu'elles avaient élaboré et
mis en œuvre des plans d'urgence
environnementale.
Maintenue 0,4 % pour 2013-2014
à 1 % en
Des urgences environnementales ont eu
cours
lieu dans 11 des 2 585 installations ayant
mis en œuvre des plans d’urgence. La
valeur de l'indicateur est restée stable
comparativement à 2012­2013.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La mise en œuvre des modifications au Règlement sur les urgences environnementales, qui est entré
en vigueur en 2011. Des plus de 4 700 installations enregistrées au Canada, 2 585 nécessitent des
plans d'urgence environnementale — et la grande majorité (93 %) ont élaboré et mis en œuvre ces
plans. Toutefois, les résultats des 109 inspections menées en 2013­2014 ont montré que plus de 20 %
des plans étaient considérés comme non conformes. Afin d'améliorer la conformité, le Ministère a mis
en œuvre un projet pilote portant sur la visite de site par des agents de promotion de la conformité et a
amélioré son document d'orientation pour les plans d'urgence environnementale.
•
La promotion de la conformité en répondant à plus de 2 000 demandes des entités réglementées par le
Règlement, en participant à quelque 35 événements de promotion de la conformité, et en mettant à jour
environ 25 % des dossiers relatifs aux entités réglementées (en communiquant directement avec ces
dernières).
•
La réalisation de l'ébauche de directives pour modifier les Accords sur les avis en vertu de la Loi
canadienne sur la protection de l'environnement (1999) et la Loi sur les pêches.
La collaboration avec des partenaires du Yukon pour mettre en œuvre l'Accord Canada­Yukon sur les
avis, qui comprenait la direction de la réunion d'inauguration du Comité de gestion et l'élaboration d'un
cadre de référence et de procédures normalisées d'exploitation pour le Comité.
Environnement Canada, par l'entremise de son Programme des urgences environnementales, est intervenu
sur place dès les premiers moments suivant l'incident de Lac-Mégantic, par la prestation de conseils
scientifiques et techniques aux pompiers, aux agents de police, aux entrepreneurs d'intervention, à la
province de Québec et à Transports Canada, afin de protéger les citoyens et l'environnement à la suite de
cet incident.
•
88 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
De plus, le Centre météorologique canadien à Dorval a réalisé la modélisation de la distribution de l'air pour
prédire dans quelle direction la fumée et les polluants atmosphériques se déplaceraient. Cette information a
permis aux mesures d'évacuation communautaire et de lutte contre les incendies et au Programme des
urgences environnementales du Ministère d'être mis en place plus efficacement. Une fois que les feux ont
été éteints, le personnel du Ministère est resté sur les lieux pour prendre des échantillons d'huile des
wagons pour Environnement Canada, Transports Canada et la Sûreté du Québec aux fins d'enquête.
Sous-programme 3.1.5 : Sites contaminés
Description du sous-programme
Ce programme appuie principalement les responsabilités d’Environnement Canada découlant du Plan
d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF), une initiative horizontale du gouvernement du Canada
échelonnée sur 15 ans qui a débuté en 2005 et qui vise à résoudre le problème des sites contaminés
fédéraux qui sont la propriété ou sous la responsabilité du gouvernement fédéral (16 organismes fédéraux
participent actuellement à ce programme, dont Environnement Canada, à titre de gardien des sites dont il
est responsable). Les responsabilités d’Environnement Canada comprennent l’hébergement du Secrétariat
du PASCF et la prestation de conseils d’experts en matière de réduction du risque écologique aux autres
gardiens fédéraux. Le Secrétariat du PASCF d’Environnement Canada coordonne également la mise en
œuvre du cadre politique sur les sites communs. Ce programme comprend également les responsabilités
d’Environnement Canada relativement au projet d’assainissement des étangs de goudron de Sydney, y
compris la prestation de conseils techniques et scientifiques sur les questions environnementales et
l’application de la loi et des règlements.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
11 225 860
7 508 029
-3 717 831
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
58
40
-18
¶
Résultats du rendement
Sous-programme 3.1.5 : Sites contaminés
Résultats attendus Indicateurs de rendement
Réduction du passif
fédéral dans les
lieux contaminés
fédéraux à risque
plus élevé
Réduction du passif total
pour tous les sites
contaminés fédéraux de
classe 1 et de classe 2
financés par le Plan d’action
pour les sites contaminés
fédéraux (PASCF) pendant
15
la phase II du PASCF.
Cibles
Résultats réels
1,17
milliard
de dollars
d'ici
l'exercice
20152016
Réduction de 370 millions de dollars des obligations
financières fédérales entre 2011-2012 et 2012-2013
La valeur signalée pour l'indicateur représente 30 % de
la cible quinquennale de 1,17 milliard de dollars. Les
gardiens fédéraux planifient de continuer la réduction du
passif au cours des trois années de la phase II du Plan
d'action pour les sites contaminés fédéraux (2013-2014 à
2015-2016) pour atteindre cet objectif.
15
Les sites sont classés selon les résultats d’évaluation et le système national de classification des sites contaminés du Conseil canadien des ministres de
l’environnement pour les sites terrestres ou le système de classification des sites aquatiques en ce qui concerne les sites aquatiques. Les systèmes de
notation évaluent les effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement en catégorisant la menace (contaminant), sa localisation (sol, sédiment, eau
souterraine), les voies d’exposition (digestion, inhalation, ingestion), ainsi que les récepteurs (humains, espèces sauvages). Les sites de classe 1
nécessitent des mesures hautement prioritaires alors que ceux de classe 2 sont moyennement prioritaires.
Environnement Canada 89
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Réduction du risque
que posent les sites
contaminés fédéraux
pour l’environnement
et la santé humaine
Nombre de sites de classe 1
et de classe 2 financés par le
Plan d’action pour les sites
contaminés fédéraux
(PASCF) pour lesquels des
activités de réduction du
risque ont été entreprises
368 sites
d'ici
l'exercice
20152016
La réduction des risques a été effectuée à 77 sites de
2011-2012 à 2012-2013.
La valeur de l'indicateur représente 20 % de la cible
quinquennale de 368 sites.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
Par l'entremise de son Programme des sites contaminés, en 2013-2014, Environnement Canada a réalisé
11 projets d'assainissement – 4 de plus que ce qui avait été prévu au départ — et a complété 10 projets
d’évaluation.
En tant que secrétariat du Plan d'action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF), Environnement
Canada a continué de superviser, de soutenir et d'administrer généralement le projet, notamment par la
planification et l'analyse, la production de rapports sur le rendement du programme, la coordination de
comités de gouvernance, et la direction de mesures de communication concernant le programme avec les
intervenants. En outre, Environnement Canada a fourni des conseils, une orientation et une formation
techniques aux gardiens fédéraux sur les enjeux liés à la gestion de sites contaminés fédéraux, notamment
la prise en compte des répercussions des changements climatiques, l'intégration de la durabilité dans la
prise de décisions, et la gestion de contaminants précis (p. ex., les liquides non aqueux légers et les
composés perfluoroalkyliques).
Le Ministère a rendu sa formation de plus en plus accessible par l'accès à distance (plutôt que la présence
en personne); une approche qui a été bien reçue pour certains types de formations Non seulement cette
approche permet-elle l'accès aux formations pour les participants ne pouvant pas y être en personne, mais
elle permet également de réduire les frais de déplacement.
Dans le cadre du Programme, le Ministère continuera de collaborer avec le ministère du Développement
durable et le ministère Environnement et Lutte contre les changements climatiques du Québec en vue de
déterminer les objectifs et options d'assainissement les plus économiques et efficaces pour le nettoyage du
site du Lac Mégantic.
lvi
Un rapport d’évaluation du PASCF publié en février 2014 a conclu que le Programme continue d'être
pertinent, et qu'il est en voie d'obtenir des résultats immédiats en ce qui concerne l'élaboration de plans de
réduction des risques et la réduction de l'incertitude associée aux risques. L'évaluation a recommandé que
le Programme analyse la meilleure façon de mettre en œuvre les fonds restants du programme, fasse la
promotion de la sensibilisation et de la compréhension des outils d'approvisionnement au sein des
ministères gardiens, examine les possibilités d'aider les gardiens lors de la prise de décisions sur la façon
de gérer les sites contaminés, et fournisse une orientation supplémentaire sur les estimations du passif
relatif à l'assainissement. Le Ministère a accepté toutes les recommandations pertinentes destinées à
Environnement Canada, et a formulé des réponses de la direction pour traiter ces recommandations.
90 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l’air
Description du programme
Les émissions de gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques menacent d’avoir des effets néfastes
sur la santé des Canadiens, de détériorer l’environnement, d’exacerber les changements climatiques et
d’avoir des répercussions négatives sur l’économie. Ce programme vise à protéger la santé des Canadiens,
l’état de l’environnement et l’économie des répercussions néfastes des polluants atmosphériques et des
impacts des émissions des gaz à effet de serre grâce à l’élaboration de règlements et d’autres mesures de
contrôle des émissions de gaz à effet de serre qui permettront d’améliorer la qualité de l’air. Pour ce faire, on
fera appel à une solide analyse scientifique et économique ainsi qu’à des activités de surveillance des
émissions et de préparation de rapports. Le programme fera aussi appel à une collaboration soutenue avec
d’autres gouvernements et intervenants ; aux conseils scientifiques et technologiques d’experts en
environnement, à des évaluations et à la gestion de programmes en appui aux décisions en matière
d’investissements technologiques, à l’élaboration de politiques et aux règlements ; et à la coopération avec
les États-Unis en vue d’harmoniser les règlements sur les gaz à effet de serre au besoin, de réduire la
pollution atmosphérique transfrontalière et de favoriser la mise au point de technologies propres. Il fera enfin
appel à la participation et à la contribution continue aux négociations internationales sur les changements
climatiques et la pollution atmosphérique transfrontalière ainsi qu’aux processus bilatéraux et multilatéraux
qui viennent compléter les négociations internationales ou appuyer les positions et les objectifs du Canada
dans le cadre des négociations internationales. Contributions à l'appui de Changements climatiques et
qualité de l'air, contributions à l’appui du Fonds multilatéral du Protocole de Montréal et subventions pour la
mise en œuvre du Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone sont
utilisées comme une composante de ce programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
179 283 757
179 509 827
186 131 979
125 118 027
-54 391 800
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
729
681
-48
¶
Résultats du rendement
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l’air
16
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
Les menaces que
représentent les
polluants
atmosphériques et les
émissions de gaz à
effet de serre pour les
Canadiens, leur santé
et leur environnement
sont réduites
Émissions canadiennes de
gaz à effet de serre de
sources ciblées ou
réglementées
La cible
nationale du
Canada est une
réduction de
17 % par rapport
à 2005 d’ici
16
2020
502 mégatonnes (Mt) en 2012 (une diminution de
6,4 %)
Le rapport Tendances en matière d’émissions au
Canada 2013 indique que les émissions annuelles
de gaz à effet de serre du Canada seront de
734 Mt en 2020. En partie en raison des mesures
fédérales et provinciales annoncées, le Canada
devrait réduire ses émissions de 128 Mt en 2020
par rapport aux émissions de gaz à effet de serre
Il s'agit d'une cible globale qui englobe tous les secteurs.
Environnement Canada 91
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
de 2020 estimées selon le scénario de maintien
du statu quo.
La valeur signalée est la somme des émissions
provenant du transport, de l'électricité, du pétrole
et du gaz, et des secteurs rejetant de grandes
quantités d'émissions et tributaires du
17
commerce.
Le taux de variation est comparé à celui de 2005.
Émissions canadiennes de Diminution
polluants atmosphériques annuelle de la
moyenne mobile
de sources ciblées
sur trois ans de
toutes les
substances
suivies pour les
deux secteurs
Matières particulaires (MP10) : 244 758 tonnes
(une augmentation de 3,6 %)
Oxydes d'azote (NOx) : 1 878 040 tonnes (une
augmentation de 3,7 %)
Composés organiques volatils (COV) : 1 188 561
tonnes (une augmentation de 1,5 %)
Les valeurs signalées sont le total des émissions
moyennes sur trois ans des secteurs industriels (y
compris la production d’électricité) et des sources
mobiles pour la période de 2010 à 2012.
Changements de pourcentage par rapport à 20092011.
Qualité de l'air ambiant au 100 %
Canada : Pourcentage des
collectivités ayant remis
une déclaration où le
Standard pancanadien
pour l'ozone
troposphérique sur une
période de 24 heures de 65
parties par milliard (ppb) a
été atteint.
76 % pour la période de 2010 à 2012 (64 des 84
collectivités ayant remis une déclaration)
Dans le cadre de la mise en œuvre du Système
de gestion de la qualité de l'air, de nouvelles
Normes nationales de qualité de l'air ambiant de
2015 pour l'ozone troposphérique de 63 parties
par milliard (ppb) selon la moyenne sur trois ans
de la quatrième concentration quotidienne
maximale sur une période de 8 heures ont été
publiées.
Analyse du rendement et leçons retenues
Par l'entremise de son programme Changements climatiques et qualité de l'air, Environnement Canada a
continué de gérer les émissions de gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique. En 2013-2014, le
Ministère a :
•
Poursuivi l'élaboration, en consultation avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et les
intervenants de l'industrie, des normes de rendement visant à réduire les émissions de gaz à effet de
serre dans les principaux secteurs industriels.
•
Tiré parti de l'accord des ministres provinciaux et territoriaux pour aller de l'avant avec la mise en
œuvre du nouveau Système de gestion de la qualité de l'air (SGQA) en élaborant et en achevant les
ébauches de règlements, en consultation avec les gouvernements provinciaux et territoriaux et les
intervenants de l'industrie, des exigences de base relatives aux émissions industrielles pour certains
secteurs industriels et types d'équipement utilisé dans les installations industrielles.
•
Soutenu l'équipe de négociation sur les changements climatiques du Canada en matière de production
de rapports d'inventaire et d'examen des gaz à effet de serre, et les représentants canadiens au
Groupe d’étude du Conseil de l'Arctique sur la lutte contre le noir de carbone et le méthane. Les
simulations modélisées du climat ont été utilisées lors de la rédaction du rapport technique du Groupe
d’étude sur la lutte contre le méthane et du rapport sur le noir de carbone.
17
Les émissions des trois secteurs industriels sont présentées séparément au sous-programme 3.2.1.
92 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
Continué à rationaliser et à améliorer la collecte et la déclaration des émissions de gaz à effet de serre
et de pollution atmosphérique par l'entremise du système de Guichet unique lvii d'Environnement
Canada. Par l'entremise de ce système, Environnement Canada a recueilli et publié les données de
l'Inventaire national des rejets de polluants lviii (INRP) de 2012 en provenance de plus de 7 500
établissements dans l'ensemble du Canada au sujet du rejet, de l'élimination et du recyclage de plus de
300 substances inscrites, et a répondu aux demandes d'assistance (par téléphone et par courriel) de la
part de la communauté de déclarants concernant l'INRP et le Guichet unique. Le Ministère a continué
de préparer et de publier chaque année les inventaires nationaux du Canada concernant les émissions
de gaz à effet de serre lix et les polluants atmosphériques. Ces renseignements faisant autorité sont
consultables à l'échelle nationale, pour chaque province et territoire du Canada, par établissement et
par secteur de l'économie canadienne. Les inventaires permettent d'éclairer la prise de décisions des
initiatives politiques et de réglementation, d'effectuer le suivi des progrès relatifs à la réduction des
émissions et sont soumis aux Nations Unies conformément aux exigences de déclaration
internationales du Canada. Ces travaux appuient également plusieurs indicateurs canadiens de
durabilité de l'environnement.
•
Dirigé l'organisation d'une réunion interministérielle sur les initiatives fédérales liées à la fracturation
hydraulique, donnant l'occasion à 75 scientifiques et analystes des politiques de six ministères
d'échanger des renseignements au sujet de l'ensemble actuel des sciences, des recherches, des
politiques et des travaux réglementaires du fédéral concernant cet enjeu important.
•
Élaboré et publié des prévisions relatives aux gaz à effet de serre d'ici 2020 dans la troisième
publication annuelle du rapport Tendances en matière d'émissions au Canada lx. En outre, pour la
première fois, des prévisions jusqu'en 2030 ont été mises au point et publiées dans le sixième rapport
du Canada et le premier rapport biennal lxi à l'occasion de la Convention­cadre des Nations Unies sur
les changements climatiques. Le modèle énergie-émissions-économie du Canada (MCE3) a été utilisé
pour établir ces prévisions. De même, la gamme de modèles du flux de trésorerie, de modèles
informatisés d'équilibre général et de modèles d'évaluation intégrée du Ministère a également été
utilisée pour faciliter l'analyse économique des initiatives gouvernementales sur la qualité de l'air à
l'échelle nationale et internationale.
Le Ministère a continué de faire en sorte que l'INRP demeure un moyen fiable et pertinent pour suivre les
rejets de polluants au Canada en révisant la liste afin de déterminer où des ajouts, des suppressions et des
modifications de seuil permettraient de mieux appuyer les programmes ministériels (p. ex., Plan de gestion
des produits chimiques) et en organisant un atelier avec les utilisateurs des données de l'INRP.
Sous-programme 3.2.1 : Programme de réglementation sur les changements
climatiques et la qualité de l’air
Description du sous-programme
Ce programme a été mis sur pied pour élaborer des approches propres à chaque secteur afin de
réglementer les polluants atmosphériques et de contrôler les émissions de gaz à effet de serre, de même
que pour faire la promotion d’approches fondées sur la science permettant l’élaboration de nouvelles
normes et de nouveaux règlements. Les activités du programme se concentrent sur la réduction des
émissions provenant des industries, du transport, des produits commerciaux et des biens de consommation.
Les émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre constituent des menaces importantes
pour la santé et le bien-être des Canadiens et ont des répercussions négatives importantes sur
l’environnement, l’économie et la qualité de vie. Des consultations avec l’industrie, les gouvernements
provinciaux, les autres ministères fédéraux et les autres intervenants sont tenues dans le cadre du
processus continuel d’élaboration, de mise à jour et de mise en œuvre de normes et de règlements
efficaces.
Environnement Canada 93
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
106 392 912
99 335 539
-7 057 373
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
644
593
-51
Résultats du rendement
Sous-programme 3.2.1 : Programme de réglementation sur les changements climatiques et la qualité de l’air
Résultat attendu
Réduction des
émissions de
polluants
atmosphériques et
de gaz à effet de
serre provenant
des secteurs
réglementés ou
ciblés
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
Émissions industrielles
canadiennes de : matières
particulaires 10 (MP10);
dioxyde de soufre (SO2);
oxydes d’azote (NOx);
composés organiques
volatils (COV) et mercure
(Hg)
Les cibles seront
définies lorsque le
règlement relatif
aux polluants
atmosphériques
sera terminé.
MP10 : 179 433 tonnes (une augmentation de 6 %)
SOx : 1 173 019 tonnes (une diminution de 6 %)
NOx : 815 478 tonnes (une diminution de 3 %)
COV : 721 213 tonnes (une augmentation de 1 %)
Hg : 2 717 kg (une diminution de 19 %)
Les valeurs signalées sont la moyenne sur
trois ans des émissions provenant des secteurs
industriels (y compris la production d’électricité)
pour la période de 2010 à 2012. Changements de
pourcentage par rapport à 2009-2011.
Émissions canadiennes des
véhicules de transport de :
matières particulaires 10
(MP10); oxydes d’azote
(NOx); composés organiques
volatils (COV) et monoxyde
de carbone (CO)
Les cibles seront
définies lorsque le
règlement relatif
aux polluants
atmosphériques
sera terminé.
MP10 : 65 325 tonnes (une diminution de 3 %)
NOx : 1 062 562 tonnes (une diminution de 4 %)
COV : 467 348 tonnes (une diminution de 5 %)
CO : 6 285 183 tonnes (une diminution de 3 %)
Les valeurs signalées sont la moyenne sur
trois ans des émissions provenant de toutes les
sources mobiles pour la période de 2010 à 2012.
Changements de pourcentage par rapport à
2009­2011.
Les émissions industrielles
canadiennes de gaz à effet
de serre (éq. CO2) en
mégatonnes (Mt)
Les cibles seront
déterminées selon
l’approche
spécifique par
secteur.
Production d'électricité : 86 Mt (une diminution de
29 %)
Pétrole et gaz : 173 Mt (une augmentation de 8,8
%)
Secteurs à forte intensité d'émissions et tributaires
du commerce : 78 Mt (une diminution de 12 %)
Les émissions déclarées concernent l'année 2012
pour les secteurs faisant partie de l'approche
sectorielle d'Environnement Canada. Les
changements de pourcentage sont comparés à
ceux de 2005.
94 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
Gestion des émissions de gaz à effet de serre
•
A réalisé des progrès relatifs à l’approche réglementaire sectorielle en vue de réduire les émissions de
gaz à effet de serre (GES) pour atteindre la cible de réduction nationale d'ici 2020.
•
A procédé à l’élaboration et la mise au point des règlements visant la réduction des émissions de gaz à
effet de serre provenant de véhicules lourds; la réalisation des progrès pour les travaux réglementaires
relatifs à d'autres principaux secteurs industriels émetteurs. Une fois mis en œuvre, ce règlement
permettra non seulement de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais fournira également les
avantages combinés reliés à l'amélioration de la qualité de l'air. Ces travaux reposent sur l'élaboration
d'un certain nombre de résumés des études d'impact de la réglementation sur les secteurs industriel,
des transports et de l'énergie.
•
A bénéficié de l’engagement actif et soutenu avec d’autres organismes fédéraux, d'autres provinces,
d'autres territoires et d'autres intervenants au cours de l'élaboration d'approches réglementaires en
matière de gaz à effet de serre pour des secteurs donnés. Dix groupes de travail des intervenants se
sont réunis régulièrement au cours de l'année 2013-2014, y compris des représentants des secteurs
industriels des engrais à l'azote et à la potasse, des produits chimiques, de l'aluminium, du ciment, des
pâtes et papiers, de la chaux, de la fusion des métaux communs, des boulettes de minerai de fer et du
fer et de l'acier. L'adoption d'une approche coordonnée et efficace était essentielle durant l'élaboration
de ces approches réglementaires, étant donné que, souvent, les mêmes organisations et les individus
sont consultés sur des enjeux multiples et reliés.
Gestion de la qualité de l'air
Le Ministère a entrepris des activités de recherche et de surveillance et a procédé à l'élaboration
d'instruments réglementaires et de nouvelles normes pour appuyer la mise en œuvre du Système de gestion
de la qualité de l'air (SGQA) et en plus d'avoir entrepris d'autres efforts visant à résoudre les problèmes de
qualité de l'air. À cette fin, le Ministère a :
•
Rédigé l'ébauche du Règlement multisectoriel sur les polluants atmosphériques, ce qui permettra de
mettre en œuvre des normes de rendement en matière de polluants atmosphériques provenant de
chaudières et de fours industriels indépendants, les moteurs alternatifs stationnaires et les fours utilisés
lors de la fabrication de ciment.
•
Continué de collaborer avec les provinces, les territoires et les intervenants afin d'élaborer d'autres
règlements et instruments réglementaires.
•
Élaboré des Normes nationales de qualité de l'air ambiant (NNQAA) pour les matières particulaires
fines et l'ozone troposphérique; les nouvelles normes ont été publiées dans la Partie I de la Gazette du
Canada (mai 2013).
•
Fourni des données, des renseignements, des cartes et de l'expertise relatifs à la surveillance, ainsi
que des estimations provenant du modèle de la qualité de l'air pour l'évaluation du statut
environnemental du dioxyde de soufre (SO2) et du dioxyde d'azote (NO2) du Ministère au Canada.
L'évaluation continue des deux substances appuie l'élaboration de nouvelles NNQAA pour le NO2 et le
SO2.
•
Élaboré un cadre de modélisation complet des écosystèmes pour la gestion du mercure qui lui permet
de prévoir l'impact des changements dans les émissions de mercure sur les niveaux de mercure dans
les principales composantes de l'écosystème. Les résultats ont clarifié la position du Canada lors des
négociations de la Convention sur le mercure du Programme des Nations Unies pour l'environnement
et seront publiés dans la première évaluation exhaustive du mercure : l’Évaluation scientifique du
mercure au Canada (2014). Le Ministère a dirigé le Global Assessment of Precipitation Chemistry and
Deposition de l'Organisation météorologique mondiale, qui a été publié en 2013.
Environnement Canada 95
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 3.2.1.1 : Émissions du secteur industriel
Description du sous-sous-programme
Ce programme vise à réduire les émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre provenant
des secteurs industriels (y compris l’énergie). Les activités clés du programme comprennent notamment :
effectuer de la surveillance, des rapports, de la recherche, des vérifications, de la modélisation et des
évaluations scientifiques sur les niveaux actuels et futurs de polluants atmosphériques et d’émissions de gaz à
effet de serre afin d’améliorer la gestion des risques et d’appuyer les normes, les règlements et autres
instruments de gestion du risque; respecter les exigences nationales de rapport en vertu de la Loi canadienne
sur la protection de l’environnement (1999) ainsi que les exigences internationales de rapport en vertu de la
Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques; fournir des renseignements aux
Canadiens et aux décideurs au sujet des impacts environnementaux et des risques éventuels pour la santé que
comportent les polluants atmosphériques; élaborer une annexe à l’Accord Canada-États-Unis sur la qualité de
l’air en vue de réduire les mouvements transfrontaliers de matières particulaires; élaborer, concevoir et mettre
en œuvre des normes, des règlements et d’autres instruments de gestion du risque pour gérer les émissions de
polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre qui peuvent comprendre l’élaboration et la mise en œuvre
de mécanismes de conformité. Des consultations avec des représentants de l’industrie, les gouvernements
provinciaux, les autres ministères fédéraux et les autres intervenants sont tenues dans le cadre du processus
continuel d’élaboration, de mise à jour et de mise en œuvre de règlements efficaces. Ce programme comprend
également la coordination interministérielle du Cadre horizontal de gestion, de responsabilisation et de rapport
18
pour appuyer le Programme de l’air pur.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
85 794 455
76 012 061
-9 782 394
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
482
410
-72
¶
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 3.2.1.1 : Émissions du secteur industriel
Résultats attendus Indicateurs de rendement
Cibles
Les secteurs
industriels respectent
les niveaux
d’émissions de gaz à
effet de serre afin de
se conformer aux
règlements nouveaux
ou modifiés avant la
date exigée.
Pourcentage des
À déterminer
installations industrielles
ciblées ayant atteint leurs
cibles de rendement en
matière d'émissions de gaz
à effet de serre
Les secteurs
industriels respectent
les niveaux
d’émissions de
Pourcentage des
À déterminer
installations industrielles
ciblées ayant respecté leur
exigence réglementaire en
Résultats réels
Le Règlement sur la réduction des émissions de
dioxyde de carbone – secteur de l'électricité
thermique au charbon a été publié dans la Partie II
de la Gazette du Canada en 2012. Les normes en
er
matière de rendement entreront en vigueur le 1
juillet 2015. Des règlements concernant les gaz à
effet de serre à l'intention d'autres secteurs
industriels sont en cours d'élaboration. Les
renseignements concernant la production de
rapports seront disponibles lorsque des règlements
seront en vigueur.
Des règlements sur les émissions de polluants
atmosphériques pour les secteurs industriels et
l'équipement étaient en cours d'élaboration en
2013­2014. Aucun n'est actuellement en vigueur.
18
Les descriptions de programme ont été développé en 2012 and ne reflètent pas les mesures de réduction des coûts annoncées dans le budget fédéral
de 2012.
96 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
polluants
matière de réduction des
atmosphériques afin émissions de polluants
de se conformer aux atmosphériques
règlements nouveaux
ou modifiés avant la
date exigée.
Les renseignements concernant la production de
rapports seront disponibles lorsque les règlements
seront en vigueur.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La contribution à l'élaboration en cours d'approches réglementaires des gaz à effet de serre (GES) pour
les secteurs industriels du pétrole et du gaz, de la production d'électricité à partir du gaz naturel et les
secteurs industriels à forte intensité d’émissions et tributaires du commerce, et mise en œuvre du
règlement visant la production d'électricité à partir du charbon.
•
La collaboration continue avec les provinces et les territoires pour la mise en œuvre d'un cadre de
gestion de la qualité de l'air par l'entremise de zones atmosphériques locales et de bassins
atmosphériques régionaux et la conformité aux Normes canadiennes de qualité de l'air ambiant, en
vertu du Système de gestion de la qualité de l'air du Canada.
•
La mise en place des règlements pour le projet de Règlement multisectoriel sur les polluants
atmosphériques concernant la mise en place d'exigences relatives aux chaudières et aux fours
industriels, aux moteurs stationnaires et au secteur de la fabrication de ciment – en plus de l'ébauche
des règlements visant à réduire les émissions de polluants atmosphériques pour les autres secteurs.
•
L'ébauche d'instruments visant la mise en œuvre d'exigences de base relatives aux émissions
industrielles pour divers secteurs et mise au point de l'ébauche d'un code de pratique pour les secteurs
de l'aluminium et de l'alumine, ainsi que du fer et de l'acier, qui recommande les meilleures pratiques
de réduction des émissions de polluants atmosphériques.
•
L’établissement de nouveaux sites de surveillance des gaz à effet de serre et des aérosols afin
d'améliorer la surveillance de base et la compréhension des influences des régions sources, pour
répondre à un certain nombre d'obligations canadiennes et internationales.
•
L’amélioration du modèle climatique du système terrestre du Canada en ajoutant de nouveaux
processus du cycle du carbone et une meilleure représentation des polluants climatiques de courte
durée de vie.
•
L’élaboration du Rapport d'inventaire national des gaz à effet de serre au Canada pour répondre aux
exigences nationales et internationales en matière de production de rapports; la soumission de
l'Inventaire sur les émissions de polluants atmosphériques du Canada à la Commission économique
des Nations Unies pour l'Europe et sa publication sur le site Web lxii du Ministère.
•
La mise en œuvre continue du Plan de mise en œuvre conjoint du Canada et de l’Alberta pour la
surveillance des sables bitumineux, comprenant notamment l'installation et l'utilisation des sites de
surveillance à long terme de l'air ambiant, et a entrepris une campagne estivale de mesure intensive à
court terme afin d'améliorer la compréhension des bassins atmosphériques régionaux.
Environnement Canada 97
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Sous-sous-programme 3.2.1.2 : Émissions du secteur des transports
Description du sous-sous-programme
Ce programme vise à réduire les émissions provenant du transport (véhicules, moteurs et carburants, y
compris les biocarburants). Ces objectifs seront atteints par l’élaboration, l’application et l’administration de
règlements en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999). Les activités clés du
programme comprennent l’élaboration de règlements sur les émissions de gaz à effet de serre provenant
des véhicules légers et véhicules lourds; l’élaboration de règlements sur les polluants de l’air provenant de
divers véhicules, moteurs et carburants, y compris les biocarburants; l’administration de ces règlements, y
compris l’analyse et la vérification des émissions pour assurer la conformité aux normes; les activités de
recherche sur les émissions et l’élaboration de méthodes d’essai et la collaboration avec les partenaires en
vue de réduire les émissions de sources maritimes.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
18 773 553
22 427 873
3 654 320
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
145
177
32
¶
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 3.2.1.2 : Émissions du secteur des transports
Résultats attendus
Réduction des
émissions de gaz à
effet de serre des
nouveaux véhicules,
moteurs et carburants
vendus au Canada
Indicateurs de rendement
Cibles
Taux de conformité aux normes
100 % pour chaque
définies dans le Règlement sur les année modèle
émissions de gaz à effet de serre
des automobiles à passagers et des
camions légers, dont :
(i) normes relatives aux émissions
des véhicules individuels, et
(ii) normes moyennes d’émissions
de GES établies pour les parcs
Réduction des
émissions de polluants
atmosphériques des
nouveaux véhicules,
moteurs et carburants
vendus au Canada
Les émissions moyennes d'oxydes
d'azote (NOx) en g/mille pour les
véhicules routiers légers neufs
vendus au Canada (par année
modèle)
0,07 g/mille pour
chaque année à
partir de 2011
jusqu'à l'entrée en
vigueur des
nouvelles normes
du groupe 3
98 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Résultats réels
(i) 100 % pour l'année modèle 2011
(selon les données disponibles les
plus récentes)
(ii) L'analyse des données relatives
aux normes sur les émissions
moyennes des parcs pour l'année
modèle 2011 n'est pas encore
terminée.
Le niveau moyen des émissions de
NOx des parcs de véhicules légers
(selon les données disponibles les
plus récentes) pour l'année modèle
2011 était d'environ 0,065 g/mille,
soit près de 8 % de moins que la
norme.
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
Le début de la mise en œuvre de la version finale du Règlement sur les émissions de gaz à effet de
serre des véhicules lourds et de leurs moteurs pour les années modèles 2014 et ultérieures. Les
émissions ont été établies par l'entremise de consultations avec des intervenants.
•
La mise en œuvre continue du Règlement sur les émissions de gaz à effet des automobiles à
passagers et des camions légers pour les années modèles 2011 à 2016; la réalisation d’un système de
déclaration électronique en ligne afin d'appuyer la conformité.
•
La poursuite du travail relatif à l'adoption du Règlement modifiant le Règlement sur les automobiles à
passagers et des camions légers pour les années modèles 2017 et ultérieures (il devrait être publié en
2014), notamment à la suite de la mobilisation continue des intervenants.
•
La publication d’un avis d'intention (Partie I de la Gazette du Canada) concernant les règlements
prévus pour limiter davantage les émissions de polluants atmosphériques contribuant au smog
provenant des nouvelles voitures et des nouveaux camions légers et à réduire la teneur en soufre de
l'essence, en harmonie avec les normes du groupe 3 proposées par les États-Unis.
•
La collaboration avec l'Environmental Protection Agency des États-Unis pour guider l'élaboration des
normes communes d'émissions pour les véhicules légers et lourds et leurs moteurs, afin de réduire
davantage les émissions de gaz à effet de serre; la mesure des émissions de carbone noir provenant
de navires (pour appuyer les activités de l'Organisation maritime internationale), de véhicules légers et
de moteurs d'aéronefs en vue d'améliorer l'inventaire du carbone noir du secteur des transports.
•
Le soutien continu de la réduction des polluants atmosphériques provenant du secteur maritime,
notamment par la réalisation de recherche scientifique et politique et par les conseils fournis à la
délégation de l'Organisation maritime internationale du Canada.
•
La collaboration avec les provinces et les territoires en vertu du Groupe de travail sur les sources
mobiles du Conseil canadien des ministres de l'environnement (CCME) pour améliorer le partage de
l'information concernant les émissions du transport. Les ministres membres du CCME ont approuvé un
plan d’action triennal concernant le transport, qui s'appuie sur des initiatives réglementaires et des
politiques.
Sous-sous-programme 3.2.1.3 : Secteur des produits de consommation et
commerciaux
Description du sous-sous-programme
Le programme pour le secteur des biens de consommation et des produits commerciaux vise à réduire les
émissions de polluants atmosphériques des biens de consommation et des produits commerciaux. Cet
objectif sera atteint par l’élaboration et l’application de règlements et d’autres mesures en vertu de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999) (partie 5 : Contrôle des substances toxiques). Les
activités clés du programme comprennent notamment : élaborer et mettre en œuvre des instruments
réglementaires et volontaires pour contrôler les émissions de polluants atmosphériques et de substances
nocives (composés organiques volatils); et définir un plan stratégique pour orienter les mesures dans
d’autres secteurs des biens de consommation et des produits commerciaux pour la prochaine phase de
mise en œuvre de mesures réglementaires et non réglementaires. L'exécution du programme peut inclure
Contributions à l'appui de Changements climatiques et qualité de l'air.
Environnement Canada 99
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
1 824 904
895 605
-929 299
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre prévu)
2013-2014
17
6
-11
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 3.2.1.3 : Secteur des produits de consommation et commerciaux
Résultat attendu
Indicateurs de rendement
Réduction des
composés
organiques volatils
provenant des
produits
commerciaux et de
consommation
réglementés
Pourcentage de réduction
des émissions de composés
organiques volatils (COV)
dans les secteurs
réglementés :
(i) finition automobile;
(ii) enduits pour bâtiments
Cibles
Résultats réels
(i) 40 % d’ici Produits de finition automobile :
2013
Les résultats de l'enquête menée en 2012 ont indiqué que
les cibles ont été respectées (réduction de 61 % par
(ii) 28 % d’ici rapport aux niveaux de 2003). Néanmoins, des essais de
suivi en laboratoire sur un nombre limité de produits ont
2014
révélé que peu de produits mis à l'essai en 2013­2014
respectaient les limites de concentration réglementées.
Cela indique le besoin de compléter les calculs théoriques
par des mesures de mise en œuvre pour faire en sorte que
les cibles soient atteintes.
Les résultats relatifs aux revêtements architecturaux seront
déclarés dans le Rapport ministériel sur le rendement de
2014-2015.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
En 2013-2014, le Ministère a continué de cibler des mesures de contrôle concernant les composés
organiques volatils (COV) se trouvant dans certains produits de consommation et produits commerciaux. Le
secteur des solvants (à l'exception des émissions provenant du secteur du pétrole et du gaz) a produit
environ 33 % de toutes les émissions de composés organiques volatils. Les règlements concernant les
secteurs de l'architecture et de l'automobile gèrent 20 % de ces émissions; le projet de Règlement limitant la
concentration en composés organiques volatils (COV) de certains produits gérera 30 % de plus.
Les points saillants relatifs aux travaux concernant des domaines clés réalisés comprennent notamment :
Les Révisions apportées au projet de Règlement limitant la concentration en composés organiques volatils
(COV) de certains produits
Le Ministère a publié une enquête à participation volontaire pour recueillir des données sur 130 catégories
de produits contenant des composés organiques volatils sur le marché canadien. Les réponses seront
analysées et utilisées pour guider l'élaboration de la version révisée du Règlement.
Bitume fluidifié
L'élaboration d'un projet de code de pratique pour la réduction des émissions de composés organiques
volatils découlant de l'utilisation de bitume fluidifié et d'émulsion de bitume (le code) a fait l'objet de
discussions avec l'Association des transports du Canada et le Comité permanent sur la législation en 2013.
Le code conseillera le secteur du bitume au sujet des mesures susceptibles de contribuer à la réduction des
émissions de composés organiques volatils provenant du bitume fluidifié et de l'émulsion de bitume (une
100 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
réduction potentielle 5 000 tonnes par année) afin de réduire les préoccupations en matière de santé et
d'environnement au Canada.
Définition de composés organiques volatils en vertu de la Loi sur la protection de l'environnement (1999)
(LCPE 1999)
En 2013, le Ministère a publié un document de consultation sur le projet de décret relatif à l'ajout de
composés à la liste d'exclusion de la définition des composés organiques volatils de la LCPE (1999) pour
en assurer la cohérence avec l'Environmental Protection Act des États-Unis. La proposition permettra
d'assurer des règles du jeu équitables pour les fabricants et les importateurs de produits contenant ces
composés, d'éviter que les exigences varient d'une administration à l'autre, et d'offrir une plus grande
variété de composés qui répondent à la réglementation sur les composés organiques volatils.
L'harmonisation avec les mesures de gestion des risques d'autres régions (dans la mesure du possible)
est importante, compte tenu de l'intégration du marché en Amérique du Nord.
Sous-programme 3.2.2 : Partenariats internationaux sur les changements
climatiques et la qualité de l’air
Description du sous-programme
Ce programme vise l’élaboration et la mise en œuvre d’ententes bilatérales et internationales relatives aux
émissions de polluants atmosphériques et aux émissions mondiales de gaz à effet de serre et coordonne
également la participation du Canada, sa politique et ses prises de positions quant aux négociations ayant
lieu à des forums internationaux pertinents à l’échelle mondiale. Les activités de ce programme
comprennent notamment la mise en œuvre du Dialogue États-Unis – Canada sur l’énergie propre, un
mécanisme qui vise à appuyer la collaboration bilatérale en matière de technologies d’énergie propre et à
trouver des solutions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour accélérer la transition vers
une économie faible en carbone; des travaux collaboratifs et une mise en œuvre permanente en vertu de la
Commission nord-américaine pour une Collaboration environnementale afin d’appuyer la priorité liée aux
changements climatiques et à une économie faible en carbone ; la participation à des forums internationaux,
comme le Protocole de Montréal et à la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue
distance et leur mise en œuvre permanente, afin de tirer parti des mesures mondiales et transfrontalières
visant à réduire le smog, les pluies acides et les émissions de substances appauvrissant la couche d’ozone.
L’harmonisation accrue, en collaboration avec d’autres ministères, des programmes internationaux aux
priorités nationales dans le cadre d’ententes comme l’Accord nord-américain de coopération dans le
domaine de l’environnement (ANACE) et le Sommet des leaders nord-américains; l la participation aux
forums appropriés en vue de négocier un accord international sur les changements climatiques en vertu de
la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) afin d’atteindre un
accord qui soit contraignant et exhaustif; et l’engagement dans des processus et des ententes de
partenariats internationaux afin d’améliorer nos positions et objectifs de négociation dans le cadre de la
CCNUCC, y compris la participation à la Coalition pour le climat et l’air pur afin de réduire les polluants
climatiques de courte durée.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
16 462 444
16 947 698
485 254
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
47
35
-12
Environnement Canada 101
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Résultats du rendement
Sous-programme 3.2.2 : Partenariats internationaux sur les changements climatiques et la qualité de l’air
Résultat attendu Indicateur de rendement
Les négociations
et accords
internationaux sur
les polluants
atmosphériques et
les gaz à effet de
serre
correspondent aux
priorités et aux
intérêts du
Canada
Pourcentage des objectifs
définis à atteindre dans le
cadre des négociations
ou accords internationaux
qui ont été atteints en
grande partie ou en
totalité
Cibles
Négociations :
50 % d’ici
2013-2014
Accords : 50 %
d’ici 2013-2014
Résultats réels
Négociations : 71 %
Accords : Aucun accord n'a été conclu en 2013­2014.
Les objectifs de négociation du Canada sur l'accord
sur les changements climatiques de 2015 ont été
entièrement atteints. Certains objectifs pour l'année
n'ont pu être réalisés en raison de problèmes relatifs
aux procédures -– qui ne relèvent pas du Canada –
touchant une réunion. Ces problèmes ne devraient
pas entraver les progrès réalisés en vue d'un accord
à conclure d'ici 2015.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La promotion des objectifs du Canada en matière de changements climatiques lors de la Conventioncadre des Nations Unies sur les changements climatiques lxiii (CCNUCC) (en anglais seulement) en :
e
o Participant à la 19 Conférence des Parties en Pologne, créant le mouvement vers la conclusion
d'un nouvel accord international ambitieux sur les changements climatiques comprenant tous les
grands émetteurs;
o Respectant les obligations de déclaration du Canada en vertu de la CCNUCC en soumettant le
Rapport d'inventaire national des gaz à effet de serre et en facilitant la préparation du sixième
rapport du Canada et le premier rapport biennal lxiv;
o Supervisant et en effectuant le suivi d'initiatives réalisées dans le cadre de l'investissement de 1,2
milliard de dollars de financement accéléré lxv;
•
La collaboration avec les États-Unis et le Mexique afin de soumettre une proposition de modification
visant l'inclusion d'une réduction graduelle des hydrofluorocarbures (HFC) dans le cadre du Protocole
de Montréal et a mené des consultations nationales sur la révision du Règlement sur les substances
appauvrissant la couche d'ozone (1988).
•
La participation active à la gouvernance de la Coalition pour le climat et l’air pur, notamment par la
supervision du fonds d'affectation spéciale, auquel le Canada contribue de façon importante.
•
La contribution au travail du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat et à l’Institut
interaméricain de recherche sur les changements à l'échelle du globe, notamment dans le cadre du
Cinquième Rapport d'évaluation lxvi.
•
La participation au groupe de travail sur le carbone noir et le méthane du Conseil de l'Arctique pour
faire avancer une initiative prioritaire de réduction de ces polluants climatiques de courte durée de vie
dans l'Arctique.
•
La participation active à la Convention sur la pollution atmosphérique transfrontalière à longue distance
e
de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe en étant présent à la 51 séance du
e
Groupe de travail sur les stratégies et l'examen, et à la 32 séance des réunions de l’Organe exécutif,
en s'assurant que les intérêts du Canada soient protégés.
•
La prestation de la contribution annuelle du Canada à la Commission de coopération environnementale
(2,55 millions de dollars américains pour 2013-2014) afin de financer les efforts de lutte contre les
émissions de carbone noir, de comprendre le rôle des écosystèmes côtiers et nos forêts en tant que
puits de carbone, de perfectionner la construction de bâtiments écologiques en Amérique du Nord,
d'améliorer la qualité de l'air intérieur pour les communautés autochtones, et de créer un inventaire des
émissions nationales en ligne. (Voir le Plan opérationnel pour 2013 et 2014 lxvii. )
102 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Le Ministère a également poursuivi la collaboration bilatérale avec ses partenaires internationaux,
notamment avec les États-Unis, le Mexique et d'autres pays clés par l'entremise de mécanismes concrets et
en cours, notamment :
lxviii
•
Le Dialogue États Unis–Canada sur l'énergie propre , afin d'appuyer la collaboration
gouvernementale dans le cadre de plus de 30 initiatives relatives aux technologies énergétiques
lxix
propres décrites dans son Plan d'action II .
•
L'Accord Canada-États-Unis sur la qualité de l'air, afin de réduire les mouvements transfrontaliers des
polluants atmosphériques, en particulier de ceux qui contribuent aux pluies acides et au smog.
•
L'Évaluation Canada-États-Unis portant sur le transport frontalier des particules de 2004 en vue
d'établir les fondements scientifiques pour la poursuite de discussions bilatérales.
•
Le Groupe de travail environnemental du Partenariat Canada-Mexique.
Sous-programme 3.2.3 : Technologie environnementale
Description du sous-programme
Ce programme fournit des analyses éclairées d’experts en matière de science environnementale et de
technologie, l’évaluation et la gestion de programmes en appui aux décisions d’investissement et à
l’élaboration de politiques et de règlements du gouvernement du Canada dans des technologies favorisant
l’air pur et la réduction des gaz à effet de serre. Au nombre des principales activités, mentionnons : suivi des
activités du programme Technologies du développement durable Canada (TDDC) et de nombreux autres
programmes en sciences et technologies liés à la technologie propre et fourniture d’analyses éclairées
d’experts en la matière et d’évaluations afin de faire avancer les technologies écologiques pour s’assurer
d’atteindre les priorités du gouvernement, comme la qualité de l’air, les changements climatiques et
l’infrastructure relative à l’environnement et activités d’évaluation.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
56 654 471
8 834 790
-47 819 681*
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
39
53
14
Résultats du rendement
Sous-programme 3.2.3 : Technologie environnementale
Résultat attendu Indicateurs de rendement
Réduction des
émissions grâce à
la mise en œuvre
de nouvelles
technologies
environnementales
Cibles
Réduction annuelle des
12,5 Mt d'ici 2015
émissions de gaz à effet de
serre (équivalents CO2)
permise par les projets de
technologie
environnementale financés
Résultats réels
3,15 Mt en 2013
Cette valeur représente la totalité des
réductions annuelles déclarées comme
atteintes pour tous les projets par
Technologies du développement durable
Canada et par le Fonds municipal vert, de
leurs débuts jusqu'aux rapports annuels les
plus récents.
Réduction annuelle des
21,8 kt d'oxydes d'azote Les réductions annuelles pour 2013 sont
(NOx) d'ici 2025
estimées à :
émissions de polluants
atmosphériques (principaux 0,8 kt d'oxydes de
3,3 kt pour les émissions de NOx
contaminants
soufre (SOx) d'ici 2025
Environnement Canada 103
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
atmosphériques) permise
par les projets de
technologie
environnementale financés
1,36 kt de matières
particulaires (MP) d'ici
2025
2,3 kt de composés
organiques volatils
(COV) d'ici 2025
6,2 kt pour les émissions de SOx
0,5 kt pour les émissions de matières
particulaires
0,1 kt pour les émissions de composés
organiques volatils
Ces valeurs sont principalement dues à des
réductions déclarées par Technologies du
0,9 kt de monoxyde de développement durable Canada. Le Fonds
carbone (CO) d'ici 2025 municipal vert a également déclaré des
réductions annuelles combinées de 0,45 kt
des principaux contaminants atmosphériques,
mais des valeurs distinctes pour les
substances précises ne sont pas disponibles.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La concentration de son approche sur les technologies environnementales, notamment la
rationalisation de l'engagement en vue de complémenter les rôles actuels des autres gouvernements et
du secteur privé. La promotion et le suivi du rendement des technologies demeurent des
préoccupations majeures pour Environnement Canada.
•
Le réalignement de ses pratiques de gestion financière afin d'améliorer l'uniformité et la rigueur avec
laquelle il supervise les programmes de technologie environnementale (p. ex., en rendant plus sévères
les exigences en matière de rapports financiers des accords de contribution conclus avec les principaux
bénéficiaires de financement, ainsi qu'en exigeant la production de rapports sur les indicateurs
environnementaux).
Pour obtenir de plus amples renseignements, voir également les Sous-sous-programmes 3.2.3.1 et 3.2.3.2.
Sous-sous-programme 3.2.3.1 : Technologies de développement durable
Description du sous-sous-programme
Environnement Canada et Ressources naturelles Canada, en tant que ministères responsables pour le
gouvernement fédéral, surveillent les opérations de Technologies du développement durable Canada
(TDDC) afin de s’assurer qu’ils respectent les quatre ententes de financement ainsi que la législation de
mise en place. TDCC est une fondation sans but lucratif mise sur pied par le gouvernement du Canada, qui
finance et appuie le développement et la démonstration de technologies écologiques. TDDC gère deux
fonds qui visent le développement et la démonstration de solutions technologiques novatrices : le Fonds
MD
19
Technologies du DD de 590 millions de dollars , qui appuie les projets portant sur les changements
climatiques, la qualité de l’air, l’assainissement de l’eau et du sol; et le Fonds des biocarburants de la
MD
prochaine génération de 500 millions de dollars, qui appuie l’établissement de grandes installations de
démonstration, les premières du genre, pour la production de carburants renouvelables de la prochaine
génération. La Fondation TDDC relève du Parlement par l’entremise du ministre des Ressources naturelles
Canada. La Fondation reçoit un financement fédéral d’Environnement Canada (50 %) et de Ressources
naturelles Canada (50 %).
19
Les montants pour le Fonds Technologies du DDMD et le Fonds des biocarburants de la prochaine générationMD ont été révisés respectivement à
915 millions de dollars et 225 millions de dollars.
104 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
50 156 743
85 439
-50 071 304
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
2
1
-1
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 3.2.3.1 : Technologies de développement durable
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
Réduction des
émissions grâce à la
mise en œuvre de
nouvelles
technologies
environnementales
financées par le
Fonds de
technologies du
MD
DD
Réduction annuelle des
émissions de gaz à effet de
serre (équivalents CO2)
permise par les technologies
environnementales financées
par le Fonds de technologie du
MD
DD
Réduction annuelle des
émissions de polluants
atmosphériques (principaux
contaminants atmosphériques)
permise par les technologies
environnementales financées
par le Fonds de technologie du
MD
DD
12 Mt d’ici 2015
2,8 Mt par année, tel qu'il est indiqué
dans le rapport annuel de 2013 de
Technologies du développement
durable Canada (TDDC)
D'ici 2015, pour 87 projets, TDDC
prévoit des réductions annuelles de :
3,3 kt pour les émissions de NOx
6,2 kt pour les émissions de SOx
0,5 kt pour les émissions de matières
particulaires
0,1 kt pour les émissions de composés
organiques volatils.
Investissements du
secteur privé et de
gouvernements
autres que fédéral en
technologies
environnementales
Proportion du financement du
projet obtenu d’autres sources
par rapport au financement du
Fonds de technologie du
MD
DD
20 kt d'oxydes
d'azote (NOx)
d'ici 2025
0,2 kt d'oxydes
de soufre (SOx)
d'ici 2025
1,3 kt de
matières
particulaires
(MP) d'ici 2025
Supérieur à 2:1
pour l’ensemble
du portefeuille
En cours
2,14:1 en 2013
Technologies du développement
durable Canada a alloué un
financement de 102 millions de dollars
à des projets auxquels des fonds de
subvention de 219 millions de dollars
avaient été accordés.
Analyse du rendement et leçons retenues
En 2013-2014, par l'entremise de son programme Technologies du développement durable, le Ministère a
collaboré avec Ressources naturelles Canada dans le cadre de l'élaboration d'un nouvel accord de
MC
financement régissant le fonds Technologies du développement durable . L'accord reflète l'annonce du
budget de 2013 comprenant 325 millions de dollars de nouveau financement sur huit ans afin de continuer
de financer le développement et la démonstration de technologies propres qui augmentent l'efficacité des
entreprises et contribuent au développement économique durable. Les projets financés par TDDC offrent
aux Canadiens des avantages économiques, environnementaux et relatifs à la santé dans les domaines de
la qualité de l'air, de l'eau, du sol et des changements climatiques. Le nouveau financement servira
d'instrument de politique efficace pour le gouvernement fédéral lors de la création et de la démonstration de
technologies propres.
Le rapport annuel de 2013 de Technologies du développement durable Canada lxx indique que les
réductions estimées des émissions de gaz à effet de serre totales annuelles prévues pour 2015 (attribuables
Environnement Canada 105
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
aux projets financés par TDDC depuis ses débuts) ont été révisées pour se situer entre 6 et 12 mégatonnes.
Des 98 projets achevés avant 2014, 65 ont déclaré des réductions d'émissions réelles annuelles d'environ
2,8 mégatonnes.
Sous-sous-programme 3.2.3.2 : Innovation dans la technologie environnementale
Description sous-sous-programmes
Ce programme fournit des analyses éclairées d’experts en matière de science environnementale et de
technologie et assure la gestion et l’évaluation de programmes. Au nombre de ses principales activités,
mentionnons : prestation de conseils et réalisation d’évaluations sur le rendement environnemental (bienfaits
et conséquences) des technologies propres sur la base du cycle de vie et appui aux comités directeurs
interministériels pour définir les priorités et assurer la gouvernance des activités des fonds visant à appuyer
les technologies propres. Ces dernières comprennent la prestation de conseils éclairés, l’établissement de
critères pour orienter les décisions de financement et l’évaluation des résultats environnementaux des
projets financés. La surveillance et le soutien sont offerts à une gamme de programmes de S et T, dont : le
Programme de recherche et de développement énergétiques (PRDE), le Fonds pour l’énergie propre (FEP),
l’Initiative écoÉNERGIE (écoÉ), le Fonds municipal vert (FMV), les Applications technologiques stratégiques
des technologies génomiques dans le fonds pour domaine de l’environnement (ASTGE) et les Centres
canadiens pour l’avancement des technologies environnementales (CCATE). Le programme gère
également le Programme de vérification des technologies environnementales (PVTE), qui propose la
20
validation et la vérification indépendante des technologies propres.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Dépenses prévues 2013-2014
Dépenses réelles 2013-2014
Écart (dépenses réelles moins
dépenses prévues) 2013-2014
6 497 728
8 749 351
2 251 623
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
37
52
15
Résultats du rendement
Sous-sous-programme 3.2.3.2 : Innovation dans la technologie environnementale
Résultats attendus
Réduction des émissions
obtenue par la mise en
œuvre de technologies
environnementales
recevant une certification
dans le cadre du
programme de vérification
des technologies
environnementales du
Canada
Indicateurs de rendement
Cibles
Résultats réels
Réduction annuelle des émissions de
gaz à effet de serre (équivalents CO2)
et de polluants atmosphériques
(principaux contaminants
atmosphériques [PCA]) permise par
les technologies recevant une
certification dans le cadre du
programme de vérification des
technologies environnementales du
Canada
À déterminer en
collaboration avec
l’agent de prestation
du programme de
VTE en 2014-2015
Les données ne sont pas
disponibles pour le moment,
étant donné que la méthode
de collecte des données est en
cours d'élaboration.
20
Les descriptions de programme ont été développé en 2012 and ne reflètent pas les mesures de réduction des coûts annoncées dans le budget fédéral
de 2012.
106 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Réduction des émissions
obtenue par la mise en
œuvre de projets
municipaux soutenus par le
Fonds municipal vert
Réduction annuelle des émissions de
gaz à effet de serre (équivalents de
dioxyde de carbone) et de polluants
atmosphériques (PCA) obtenue grâce
à la mise en œuvre de projets
municipaux soutenus par le Fonds
municipal vert
100 000 tonnes de
gaz à effet de serre
(GES) d'ici 20132014
13 621 tonnes en 2012-2013
La différence entre les
réductions des émissions de
gaz à effet de serre attendues
et réelles peut être
principalement attribuée à la
mauvaise hypothèse de base
d'un projet de production
d'énergie et à une erreur de
méthodologie de la part du
Fonds municipal vert,
entraînant des prévisions trop
élevées relativement au niveau
de réduction.
100 t PCA d’ici
2013-2014
3,3 t en 2013
La différence entre les
réductions des émissions
attendues et réelles des
principaux contaminants
atmosphériques est due au fait
que les réductions des
émissions des principaux
contaminants atmosphériques
de tous les projets n'ont pas
été déclarées.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La direction de l'élaboration d'une norme, au nom du Canada, pour le Programme de vérification des
technologies environnementales (VTE) de l'Organisation internationale de normalisation (ISO 14034); le
commencement du processus par l'entremise du Conseil canadien des normes (approbation obtenue
en février 2014). Environnement Canada a été nommé animateur et président du groupe de travail
d'experts ISO 14034 pour toute la durée du projet (jusqu'en 2016).
•
La réalisation, par Globe Performance Solutions (l'agent de mise en œuvre tiers d'Environnement
Canada pour le Programme de VTE), de deux vérifications des technologies environnementales et le
début de l'exécution de 10 autres vérifications des technologies (devant être terminées en 2014-2015).
•
La facilitation de l'accord de réciprocité conclu entre Globe Performance Solutions et le Bureau de
normalisation du Québec sur l'utilisation harmonisée des résultats des vérifications des technologies
environnementales concernant les déchets et les eaux usées.
Programme 3.3 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Pollution
Description programme
Ce programme contribue à réduire au minimum les dommages causés à l’environnement naturel et à la
biodiversité ainsi que les menaces qui les guettent par la promotion et l’application des lois d’Environnement
Canada. Les activités du programme touchent la pollution, notamment les substances toxiques, leur rejet
dans l’atmosphère, l’eau ou le sol, ainsi que l’importation et l’exportation de déchets dangereux qui
présentent un risque pour l’environnement et/ou la santé des êtres humains. Le programme maintient un
contingent d’agents de promotion de la conformité et d’application des lois. Les agents de promotion de la
conformité fournissent de l’information aux personnes assujetties à la réglementation au sujet des exigences
Environnement Canada 107
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
prévues par la loi, des avantages de la conformité pour l’économie et l’environnement et des peines
éventuelles imposées à ceux qui ne se conforment pas aux lois et règlements. Les activités des agents de
mise en application de la loi comprennent la collecte de renseignements, les inspections visant à vérifier la
conformité aux lois et règlements, la poursuite d’enquêtes et l’imposition de peines appropriées aux
contrevenants. Le programme prévoit également l’analyse de la conformité afin de permettre une rétroaction
continue sur la planification et les résultats du programme.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
43 773 701
43 999 770
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
46 216 846
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
44 661 876
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
662 106
Ressources humaines (équivalents temps plein - ETP)
Prévu 2013-2014
Réel 2013-2014
Écart (nombre réel moins nombre
prévu) 2013-2014
392
352
-40
Résultats du rendement
Programme 3.3: Promotion de la conformité et Application de la loi - Pollution
Résultat attendu Indicateur de rendement
Cibles
Respect des lois Conformité aux exigences
et des
réglementaires des
règlements de
règlements sélectionnés.
lutte contre la
pollution gérés
par
Environnement
Canada
Règlement sur les
effluents des
fabriques de pâtes
et papiers
Résultats réels
98 % en 2013-2014
Ce taux de conformité est fondé sur l'inspection par
les agents d'application de la loi d'Environnement
Canda d'usines soumises au Règlement sur les
effluents des fabriques de pâtes et papiers choisies
Hausse de 10 %
de la conformité en au hasard.
2016-2017
Étant donné que le taux de conformité est supérieur à
comparativement à 90 %, une deuxième mesure ne sera pas réalisée
la valeur de
pour ce secteur. Les mesures d'application de la loi
référence de
relatives au Règlement sur les effluents des fabriques
2013­2014
de pâtes et papiers se poursuivront, mais cibleront les
cas de non­conformité présumée.
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
•
La réalisation de 7 900 inspections et de 121 enquêtes et la production des rapports correspondants
afin de faire respecter le règlement en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement
(1999) [LCPE (1999)] et de la Loi sur les pêches. Ces activités ont entraîné la prise de 4 646 mesures
d'application de la loi en raison de non-conformité, des mesures comprenant notamment des
poursuites, des avertissements écrits et des ordres d'exécution de protection de l'environnement.
•
Le nombre de poursuites judiciaires gagnées s'élève à 26 et elles ont entraîné des sanctions
cumulatives de plus de 2,2 millions de dollars. Lors d'une cause importante (Loi sur les pêches), une
entreprise a été condamnée à des sanctions totalisant 500 000 $ pour l'utilisation illégale d'un
pesticide lxxi ayant contribué à la mort de homards au Nouveau-Brunswick. D'autres poursuites réussies
sont publiées dans les notifications d'application de la loi lxxii.
•
La preparation de la mise en œuvre prochaine de règlements et la réalisation des activités concernant
60 règlements, en mettant l'accent sur les 12 règlements prioritaires de la LCPE (1999) et à la Loi sur
les pêches. Le Ministère a rejoint plus de 27 300 réglementés par des activités de promotion de la
conformité.
108 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
La concentration continue de ses efforts de promotion de la conformité sur les petites et moyennes
entreprises et les Premières Nations, car celles-ci sont généralement moins en mesure de comprendre
la réglementation environnementale et de s'y conformer que les grandes entreprises.
•
L’élaboration d’une approche harmonisée pour augmenter le taux de conformité des nettoyeurs à sec
en vertu du Règlement sur le tétrachloroéthylène (utilisation pour le nettoyage à sec et rapports).
•
La détermination des secteurs prioritaires et des enjeux nécessitant une attention particulière dans le
cadre du Plan national d'application de la loi en fonction des risques, de l'impact sur l'environnement,
des antécédents en matière de conformité et des consultations avec les partenaires ministériels
internes, INTERPOL et la Commission de coopération environnementale. Les priorités comprennent
notamment :
o l'établissement d'un taux de conformité de base pour le Règlement sur les effluents des fabriques
de pâtes et papiers;
o la détermination des sites et des réservoirs de stockage à haut risque (Règlement sur les
systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés, Règlement sur les BPC).
•
L’élaboration du Règlement sur les sanctions administratives pécuniaires ainsi que les politiques
internes à l'appui d'un régime de sanctions pécuniaires administratives.
Services internes
Description
Les services internes sont des groupes d’activités et de ressources connexes qui sont gérés de façon à
répondre aux besoins des programmes et des autres obligations générales d’une organisation. Ces groupes
sont les suivants : services de gestion et de surveillance, services des communications, services juridiques,
services de gestion des ressources humaines, services de gestion des finances, services de gestion de
l’information, services des technologies de l’information, services de gestion des biens, services de gestion
du matériel, services de gestion des acquisitions et services de gestion des voyages et autres services
administratifs. Les services internes comprennent uniquement les activités et les ressources destinées à
l’ensemble d’une organisation et non celles fournies à un programme particulier.
Ressources financières budgétaires (dollars)
Budget principal
des dépenses
2013-2014
Dépenses prévues
2013-2014
Autorisations
totales pouvant
être utilisées
2013-2014
Dépenses réelles
(autorisations
utilisées)
2013-2014
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
198 801 226
189 412 211
205 422 506
205 338 366
15 926 155
Ressources humaines (équivalents temps plein—ETP)
Prévu 2013-2014
Actuel 2013-2014
Écart (réel moins prévu)
2013-2014
1 537
1 483
-54
Analyse du rendement et leçons retenues
Les points saillants relatifs au rendement du Ministère en 2013-2014 comprennent notamment :
Renforcement des relations avec les gouvernements et les intervenants
•
La collaboration avec les provinces et les territoires afin de faire progresser les priorités
environnementales partagées, notamment par l'intermédiaire du Conseil canadien des ministres de
l'environnement.
Environnement Canada 109
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
•
L’élaboration et l’entretien des partenariats avec les communautés autochtones au moyen de
consultations, d’hébergement, de sensibilisation culturelle et de travaux concernant les revendications
territoriales à l'échelle régionale.
Approches novatrices en matière de gestion des ressources humaines et de gérance financière
•
La mise au point d’une nouvelle stratégie de gestion des personnes (2013-2016) pour appuyer le
mandat du Ministère, les besoins en matière de gestion des ressources humaines et l'évolution des
niveaux de ressources.
•
Le dénombrement de ses biens et de son inventaire pour assurer la gérance des biens, faciliter la
gestion du cycle de vie et créer une meilleure intégration dans le plan d'investissement du Ministère.
•
La mise en œuvre d’un processus normalisé et simplifié de planification des subventions et des
contributions qui a accéléré le processus d'approbation des projets.
•
L’établissement des processus et des outils de planification pour faciliter l'application uniforme de la
nouvelle Directive sur les dépenses de voyages, d'accueil, de conférences et d'événements
ministériels.
Amélioration des stratégies, des produits et des outils de communication
•
La contribution à l'efficacité des services d'appui et à la réduction des coûts associés à ces services
grâce à une meilleure communication en ligne (et une réduction de l'impression), à une utilisation
accrue des vidéoconférences, et à une stratégie pour maximiser l'utilisation des installations existantes.
•
L’amélioration de la disponibilité et l'accessibilité du site Web du Ministère, notamment en diminuant la
quantité de contenu ancien ou redondant.
•
L’achèvement de la transformation des services de bibliothèque en bibliothèque virtuelle, fournissant
une gamme complète de services à tous les employés à travers le Canada.
Soutien des opérations de la technologie
•
L’établissement d’un modèle de gouvernance pour Environnement Canada et Services partagés
Canada (SPC) en vue d'aborder les priorités du Ministère et la capacité de SPC à produire des
résultats.
•
La collaboration avec SPC sur les principaux projets de transformation.
Respect des exigences relatives à la continuité des activités
•
L'élaboration continue de plans de continuité des activités au niveau des directions générales, des
régions et des sites pour soutenir la prestation des services essentiels et des fonctions de soutien
essentielles; la publication des procédures d'urgence normalisées pour tous les membres du personnel.
Respect des engagements internationaux
•
L’appui à la Stratégie commerciale mondiale pour assurer que le commerce et l'environnement se
renforcent mutuellement, a contribué à la présidence canadienne du Conseil de l'Arctique concernant
les enjeux relatifs au développement durable et à la protection de l'environnement et était viceprésident exécutif international pour le Conseil chinois de coopération internationale en environnement
et en développement.
La contribution à la mise en œuvre au Canada de l'Accord nord-américain de coopération dans le domaine
de l'environnement à titre de président de la Commission de coopération environnementale (CCE),
supervisant 16 projets dans le cadre du programme de travail coopératif, et appuyant la Commission de
coopération environnementale lors de l'attribution de 1,2 million de dollars à 18 projets communautaires.
Soutien à la surveillance de la gestion
•
Dans le cadre des efforts d'Environnement Canada pour maintenir des fonctions de vérification interne
et d’évaluation solides et indépendantes, une tierce partie a réalisé une inspection interne de ses
pratiques de vérification interne et une évaluation neutre de la fonction d'évaluation.
110 Section II : Analyse des programmes par résultat stratégique
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Section III : Renseignements supplémentaires
Faits saillants des états financiers
Les principales données financières présentées dans les pages suivantes offrent un aperçu de l’État des
résultats et de l'État de la situation financière nette ministérielle ainsi que de l’État de la situation
financière d’Environnement Canada. Les états financiers détaillés non audités peuvent être consultés sur
le site Internet lxxiii d’Environnement Canada.
Environnement Canada
État condensé des opérations et de la situation financière nette ministérielle (non audité)
Pour l’exercice se terminant le 31 mars 2014
(dollars)
Écarts
(résultats
réels 20132014 moins
résultats
réels 20122013)
Résultats
attendus
2013-2014
Résultats
réels
2013-2014
Total des charges
1 117 123 012
1 136 478 168
1 099 229 288
19 355 156
37 248 880
Total des revenus
65 548 695
90 284 519
84 947 059
24 735 824
5 337 460
1 051 574 317
1 046 193 649
1 015 397 939
(5 380 668)
30 795 710
218 922 000
175 438 300
143 642 114
(43 483 700)
31 796 186
Coûts de
fonctionnement net
avant le financement
du gouvernement et
les transferts 1
Situation financière
nette du Ministère
Résultats
réels
2012-2013
Écarts
(résultats réels
2013-2014
moins
résultats
attendus 20132014)
*En 2012-2013, le coût net des opérations avant le financement et les transferts du gouvernement comprend une somme de
1 115 710 dollars en dépenses jugées avoir été inscrites par Services partagés du Canada.
Environnement Canada 111
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Dépenses par résultats stratégiques
En 2013-2014, les dépenses totales du Ministère par résultat stratégique ont totalisé 1 136,5 millions de
dollars (1 099,2 millions en 2012-2013). L’augmentation de 37,2 millions de dollars, soit 3,4 %, est
principalement due à la hausse des paiements d’indemnité de cessation d’emploi et autres salaires
rétroactifs lors du renouvellement de la convention collective. Cette hausse a été compensée par la fin du
financement du programme des espèces en péril et celui relatif à l’initiative de financement accéléré en
vertu de l’Accord de Copenhague.
Voir note 15 aux états financiers du Ministère pour la ventilation des dépenses – Information segmentée par articles standards et
résultats stratégiques.
112 Section III : Renseignements supplémentaires
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Revenus par type
Les revenus se sont élevés à 90,3 millions pour l’année fiscale 2013-2014 (84,9 millions pour
2012­2013). Ce montant n’inclut pas les 14,5 millions de dollars obtenus du compte du gouvernement. La
majorité des revenus qu’a engrangés Environnement Canada pour cette année provient de ses services
météorologiques dans le cadre du résultat stratégique 2 – La population canadienne est équipée pour
prendre des décisions éclairées quant aux conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat-, et
comprend des items tels que les demandes de permis pour l’immersion en mer, les services
météorologiques, les laboratoires hydrauliques et les frais de surveillance des déchets en mer.
La hausse des revenus de 5,3 millions de dollars en 2013-2014, soit 6,4 %, est attribuable aux activités
reliées à la surveillance des sables bitumineux.
Voir note 15 aux états financiers du Ministère pour la ventilation des revenus – Information segmentée par articles standards et
résultats stratégiques.
Environnement Canada 113
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Environnement Canada
État condensé de la situation financière (non audité)
Au 31 mars 2014
(dollars)
2013-2014
2012-2013
Écart (2013-14 moins 2012-2013)
Total des passifs nets
340 429 458
419 224 819
(78 795 361)
Total des actifs financiers nets
130 434 381
163 722 250
(33 287 869)
Dette nette du ministère
209 995 077
255 502 569
(45 507 492)
Total des actifs non financiers
385 433 577
399 144 013
(13 710 436)
Situation financière nette du
ministère
175 438 500
143 641 444
31 797 056
Passifs par type
À la fin de l’année 2013-2014, le total du passif était de 340,4 millions de dollars, en baisse de 78,8
millions ou 18,8 % par rapport à l’exercice précédent où il était de 419,2 millions de dollars. Les comptes
créditeurs et les charges à payer ainsi que le passif environnemental représentent la majeure partie du
passif, soit 230,2 millions de dollars (67,6 % du total du passif) en 2013-2014.
La baisse de la valeur du total du passif net d’Environnement Canada est principalement attribuable à ce
qui suit :
•
•
•
Une réduction d’un montant de 23,8 millions des créditeurs et des charges à payer, notamment
les créditeurs à la fin de l’exercice.
Une diminution de 46,8 millions de dollars du passif lié aux avantages sociaux futurs des
employés qui s’explique par l’abolition des indemnités de départ dans certaines classifications.
Une baisse de 9,8 millions de dollars de la valeur du passif environnemental suite aux nouvelles
exigences de publier des montants actualisés.
Voir notes 4 à 7 et notes 11 et 12 aux états financiers du Ministère pour plus de détails – Créditeurs et charges à payer; Revenus
reportés; Obligation locative au titre d’immobilisations corporelles louées; Avantages sociaux futurs; Passif éventuel et
environnemental; Obligations contractuelles.
114 Section III : Renseignements supplémentaires
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Actifs par type
Le total net des actifs financiers est évalué à 130,4 millions de dollars pour l’année 2013­2014 et celui
des actifs non financiers à 385,4 millions de dollars pour un total d’actifs de 515,9 millions de dollars. Ce
montant est en diminution de 47 millions de dollars ou 8,3 % comparativement à 2012­2013. Les
immobilisations corporelles continuent de représenter la part la plus importante de l’actif total du
ministère, soit 375,8 millions de dollars (72,8 % de l’actif total) en 2013-2014.
La baisse de la valeur des actifs nets d’Environnement Canada est essentiellement due à ce qui suit :
Actifs financiers
•
Une diminution de 23 millions de dollars des montants à recevoir du trésor.
•
Une diminution de 10,6 millions de dollars des comptes débiteurs et des avances principalement
attribuable à la facturation pour les activités de surveillance dans le cadre du plan de surveillance
des sables bitumineux.
Actifs non financiers
•
Une baisse de 13,8 millions de dollars des immobilisations corporelles.
Voir notes 8 à 10 aux états financiers du Ministère pour plus de détails – Comptes recevables et avances; Immobilisations
corporelles.
États financiers
Les états financiers non audités d’Environnement Canada sont préparés conformément aux politiques du
Conseil du Trésor qui se fondent sur les normes comptables du secteur public canadien et diffèrent donc
des rapports sur les affectations de crédit qui sont présentés dans les sections I et II de ce rapport.
Celles-ci sont préparées en fonction de la comptabilité de la caisse modifiée et non de la comptabilité
d’exercice. Un rapprochement entre les crédits parlementaires utilisés (comptabilité de caisse modifiée)
et les résultats d’exploitation nets (comptabilité d’exercice) est présenté dans les notes 2 et 3 des états
lxxiv
financiers non audités d’Environnement Canada. Ils sont accessibles sur ce site Web
d'Environnement Canada.
Environnement Canada 115
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Tableaux de renseignement supplémentaires
Les tableaux de renseignements supplémentaires énumérés dans le Rapport ministériel lxxv sur le
rendement 2013­2014 se trouvent sur le site Web d’Environnement Canada lxxvi.
•
Financement pluriannuel initial;
•
Initiatives horizontales;
•
Rapport d’étape sur les projets de transformation et les grands projets de l’État;
•
Rapport d’étape sur les projets visés par une approbation spéciale du Conseil du Trésor;
•
Rapport sur les frais d’utilisation;
•
Renseignements sur les programmes de paiements de transfert;
•
Réponse aux comités parlementaires et aux audits externes;
•
Sources des revenus disponibles et des revenus non disponibles;
•
Stratégie ministérielle de développement durable;
•
Vérifications internes et évaluations.
Dépenses fiscales et évaluations
Il est possible de recourir au régime fiscal pour atteindre des objectifs de la politique publique en
appliquant des mesures spéciales, comme de faibles taux d’impôt, des exemptions, des déductions, des
reports et des crédits. Le ministère des Finances Canada publie annuellement des estimations et des
lxxvii
.
projections du coût de ces mesures dans une publication intitulée Dépenses fiscales et évaluations
Les mesures fiscales présentées dans ladite publication relèvent de la seule responsabilité du ministre
des Finances.
116 Section III : Renseignements supplémentaires
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Section IV : Coordonnées de l’organisation
Karen Turcotte
Directrice générale
Direction de la gestion ministérielle, Direction générale des finances
Environnement Canada
Téléphone : 819-953-5842
Télécopieur : 819-953-3388
Courriel : [email protected]
Section IV : Coordonnées de la personne-ressource de l’organisation 117
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
Annexe : Définitions
architecture d’alignement des programmes : Répertoire structuré de tous les programmes d’un
ministère ou organisme qui décrit les liens hiérarchiques entre les programmes et les liens aux résultats
stratégiques auxquels ils contribuent.
cadre pangouvernemental : Schéma représentant la contribution financière des organisations fédérales
qui dépendent de crédits parlementaires en harmonisant leurs programmes avec un ensemble de 16
secteurs de résultats pangouvernementaux de haut niveau regroupés sous 4 secteurs de dépenses.
cible : Niveau mesurable du rendement ou du succès qu’une organisation, un programme ou une
initiative prévoit atteindre dans un délai précis. Une cible peut être quantitative ou qualitative.
crédit : Autorisation donnée par le Parlement d’effectuer des paiements sur le Trésor.
dépenses budgétaires : Les dépenses budgétaires comprennent les dépenses de fonctionnement et en
capital; les paiements de transfert à d’autres ordres de gouvernement, à des organisations ou à des
particuliers; et les paiements à des sociétés d’État.
dépenses non budgétaires : Recettes et décaissements nets au titre de prêts, de placements et
d’avances, qui modifient la composition des actifs financiers du gouvernement du Canada.
dépenses prévues : En ce qui a trait aux RPP et aux RMR, les dépenses prévues s’entendent des
er
montants approuvés par le Conseil du Trésor au plus tard le 1 février. Elles peuvent donc comprendre
des montants qui s’ajoutent aux dépenses prévues indiquées dans le budget principal des dépenses.
Un ministère est censé être au courant des autorisations qu’il a demandées et obtenues. La
détermination des dépenses prévues relève du ministère, et ce dernier doit être en mesure de justifier les
dépenses et les augmentations présentées dans son RPP et son RMR.
équivalent temps plein : Mesure utilisée pour déterminer dans quelle mesure un employé représente
une année-personne complète dans le budget ministériel. L’équivalent temps plein est calculé en fonction
du coefficient des heures de travail assignées et des heures normales de travail. Les heures normales de
travail sont établies dans les conventions collectives.
indicateur de rendement : Moyen qualitatif ou quantitatif de mesurer un extrant ou un résultat en vue de
déterminer le rendement d’une organisation, d’un programme, d’une politique ou d’une initiative par
rapport aux résultats attendus.
plan : Exposé des choix stratégiques qui montre comment une organisation entend réaliser ses priorités
et obtenir les résultats connexes. De façon générale, un plan explique la logique qui sous­tend les
stratégies retenues et tend à mettre l’accent sur des mesures qui se traduisent par des résultats
attendus.
priorité : Plan ou projet qu’une organisation a choisi de cibler et dont elle rendra compte au cours de la
période de planification. Il s’agit de ce qui importe le plus ou qui doit être fait en premier pour appuyer la
réalisation du ou des résultats stratégiques souhaités.
programme : Groupe d’intrants constitué de ressources et d’activités connexes qui est géré pour
répondre à des besoins précis et pour obtenir les résultats visés, et qui est traité comme une unité
budgétaire.
programme temporisé : Programme ayant une durée fixe et dont le financement et l’autorisation
politique ne sont pas permanents. Ce programme est aussi appelé programme à durée temporaire ou
programme à élimination graduelle. Lorsqu’un tel programme arrive à échéance, une décision doit être
prise quant à son maintien. Dans le cas d’un renouvellement, la décision précise la portée, le niveau de
financement et la durée.
118 Annexe : Définitions
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
rapport ministériel sur le rendement : Rapport traitant des réalisations concrètes d’une organisation qui
dépend de crédits parlementaires au regard des plans, des priorités et des résultats attendus exposés
dans le rapport sur les plans et les priorités correspondant. Ce rapport est déposé au Parlement à
l’automne.
rapport sur les plans et les priorités : Rapport fournissant des renseignements au sujet des plans et du
rendement prévu sur trois ans d’une organisation qui dépend de crédits parlementaires. Ces rapports
sont déposés au Parlement chaque printemps.
production de rapports sur le rendement : Processus de communication d’information sur le
rendement fondée sur des éléments probants. La production de rapports sur le rendement appuie la prise
de décisions, la responsabilisation et la transparence.
rendement : Utilisation qu’une organisation a faite de ses ressources en vue d’obtenir ses résultats,
mesure dans laquelle ces résultats se comparent à ceux que l’organisation souhaitait obtenir, et mesure
dans laquelle les leçons apprises ont été cernées.
résultat : Conséquence externe attribuable en partie aux activités d’une organisation, d’une politique,
d’un programme ou d’une initiative. Les résultats ne relèvent pas d’une organisation, d’une politique, d’un
programme ou d’une initiative unique, mais ils s’inscrivent dans la sphère d’influence de l’organisation.
résultat stratégique: Avantage durable et à long terme pour les Canadiens, qui est rattaché au mandat,
à la vision et aux fonctions de base d’une organisation.
résultats du gouvernement du Canada : Ensemble de 16 objectifs de haut niveau établis pour
l’ensemble du gouvernement et regroupés selon 4 secteurs de dépenses : affaires économiques, affaires
sociales, affaires internationales et affaires gouvernementales.
Structure de la gestion, des ressources et des résultats : Cadre exhaustif comprenant l’inventaire des
programmes, des ressources, des résultats, des indicateurs de rendement et de l’information de
gouvernance d’une organisation. Les programmes et les résultats sont présentés d’après le lien
hiérarchique qui les unit, et les résultats stratégiques auxquels ils contribuent. La structure de la gestion,
des ressources et des résultats découle de l’architecture d’alignement des programmes.
Environnement Canada 119
Notes de fin de document
i
Loi sur le ministère de l'Environnement : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/E-10/index.html
Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-15.31/page-1.html.
iii
Loi sur les espèces en péril : http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/S-15.3/page-1.html#preamble
iv
Loi sur les ouvrages destinés à l'amélioration des cours d'eau internationaux : www.laws.justice.gc.ca/fra/lois/I-20/index.html
v
Loi sur les ressources en eau du Canada : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-11/index.html
vi
Loi de 1921 pour le contrôle du lac des Bois : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/T-10.4/page-1.html
vii
Loi sur les renseignements en matière de modification du temps : http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/W-5/index.html
viii
Loi sur les pêches : http://www.ec.gc.ca/pollution/default.asp?lang=Fr&n=072416B9-1
ix
Loi sur la protection de l'environnement en Antarctique : http://www.ec.gc.ca/gdd-mw/default.asp?lang=Fr&n=56303427-1
x
Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs : http://www.ec.gc.ca/nature/default.asp?lang=Fr&n=496E2702-1
xi
Loi sur la protection d'espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce international et
interprovincial : http://www.ec.gc.ca/cites/default.asp?lang=Fr&n=18F4A0BC-1
xii
Loi sur les espèces sauvages au Canada : http://www.ec.gc.ca/alef-ewe/default.asp?lang=Fr&n=E8EA5606-1
xiii
Loi fédérale sur le développement durable : http://www.ec.gc.ca/dd-sd/default.asp?lang=Fr&n=C2844D2D-1
xiv
Loi canadienne sur l'évaluation environnementale (2012) : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/C-15.21/page-1.html
xv
Loi sur les pénalités administratives en matière d'environnement : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/E-12.5/page-1.html
xvi
Loi sur la semaine de la protection de la faune : http://www.laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/W-10/index.html
xvii
Stratégie pour les sciences d’Environnement Canada 2014-2019 :
http://www.ec.gc.ca/scitech/default.asp?lang=Fr&n=72C52D55-1
xviii
Lois et règlements : http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=48D356C1-1
xix
Plan de conservation national : http://www.canada.ca/fr/services/environnement/pnc/index.html
xx
Cadre pangouvernemental du Secrétariat du Conseil du Trésor : http://www.tbs-sct.gc.ca/ppg-cpr/frame-cadre-fra.aspx.
xxi
Les Comptes publics du Canada 2014 sur le site Web de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada :
http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/cpc-pac/index-fra.html
xxii
Plan de conservation national : http://www.canada.ca/fr/services/environnement/pnc/index.html
xxiii
Avian Conservation and Ecology : www.ace-eco.org/vol8/iss2/ (en anglais seulement)
xxiv
Conservation de la flore et de la faune arctiques : www.caff.is/ (en anglais seulement)
xxv
Document à l'appui des décideurs qui participent à l'évaluation de la biodiversité de l'Arctique : www.arcticbiodiversity.is/thereport (en anglais seulement)
xxvi
Life Linked to Ice (La vie tributaire des glaces) : www.caff.is/assessment-series/view-document/254-life-linked-to-ice-a-guide-tosea-ice-associated-biodiversity-in-this-time-of-rapid-change (en anglais seulement)
xxvii
Programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire : www.caff.is/about-the-cbmp (en anglais seulement)
xxviii
Groupe d'experts sur les oiseaux marins circumpolaires (Circumpolar Seabird Expert Group) : www.caff.is/seabirds-cbird (en
anglais seulement)
xxix
Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques: www.ipbes.net/ (en anglais seulement)
xxx
Normes de service : http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=85530A85-1
xxxi
Modifications proposées au Règlement sur les oiseaux migrateurs : http://www.ec.gc.ca/rcommbhr/default.asp?lang=Fr&n=4D5FBFF2-1
xxxii
18 stratégies régionales de conservation des oiseaux : http://www.ec.gc.ca/mbc-com/default.asp?lang=Fr&n=1D15657A-1
xxxiii
Cadre: www3.cec.org/islandora/en/item/11362-north-american-grasslands-alliance-framework-change
xxxiv
Portail d'information Canada-Alberta sur la surveillance environnementale visant les sables bitumineux :
http://jointoilsandsmonitoring.ca/default.asp?n=5F73C7C9-1&lang=Fr
xxxv
Site web: www.biodivcanada.ca/default.asp?lang=En&n=6F7EB059-1&wsdoc=A519F000-8427-4F8C-9521-8A95AE287753
xxxvi
Surveillance de la biodiversité et des perturbations : http://www.jointoilsandsmonitoring.ca/default.asp?lang=Fr&n=D0C8C3D7-1
xxxvii
Rapports d'évaluation : http://www.ec.gc.ca/ae-ve/default.asp?lang=Fr&n=82F2991C-1
xxxviii
Stratégie emploi jeunesse : http://www.jeunesse.gc.ca/fra/commun/sej.shtml
xxxix
Rapports sommaires pour chacun des cinq Grands Lacs et rapports sur les faits saillants et techniques concernant l'état des
Grands Lacs : www.binational.net/home-f.html
xl
Exportation illégale de 250 défenses de narval en ivoire : http://ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=976258C6-1&news=822339BB4B8B-487C-9548-22CED73036EB
xli
Notifications d'application de la loi : http://www.ec.gc.ca/alef-ewe/default.asp?lang=Fr&n=8F711F37-1
xlii
donnees.gc.ca : www.donnees.gc.ca/fra
xliii
Site Web des données climatiques en ligne : http://climat.meteo.gc.ca/
xliv
Nouvelle architecture pour le site Web du Réseau Canadien des scénarios de changements climatiques :
http://www.cccsn.ec.gc.ca/?page=main&lang=fr
xlv
Centres mondiaux de données de l'Organisation météorologique mondiale :
www.wmo.int/pages/prog/arep/gaw/world_data_ctres.html
ii
120 Notes de fin du document
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
xlvi
Information météo : www.meteo.gc.ca/
Cinquième Rapport d'évaluation : http://ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml
Portail de données ouvertes : www.donnees.gc.ca/fra
xlix
Comité scientifique sur le Plan de gestion des produits chimiques : http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/plan/sccs/index-fra.php
l
Rapport d'étape du Plan de gestion des produits chimiques : http://www.ec.gc.ca/ese-ees/default.asp?lang=Fr&n=5C49C89D-1
li
Rapports sommaires : http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/plan/council-conseil/meet-reunion-fra.php
lii
Site Web du Plan de gestion des produits chimiques : http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/plan/index-fra.php
liii
Convention de Minamata sur le mercure : www.mercuryconvention.org/ (en anglais seulement)
liv
Objectifs : www.synergies.pops.int/Decisionmaking/2013COPsExCOPs/Background/tabid/2747/language/en-US/Default.aspx
lv
Inventaire national des rejets de polluants : www.ec.gc.ca/inrp-npri/
lvi
Rapports d'évaluation : http://www.ec.gc.ca/ae-ve/default.asp?lang=Fr&n=82F2991C-1
lvii
Guichet unique : http://www.ec.gc.ca/inrp-npri/default.asp?lang=Fr&n=B14D4569-1
lviii
Inventaire national des rejets de polluants : www.ec.gc.ca/inrp-npri/
lix
Émissions de gaz à effet de serre : http://www.ec.gc.ca/ges-ghg/default.asp?lang=Fr&n=83A34A7A-1
lx
Rapport Tendances en matière d'émissions au Canada : http://www.ec.gc.ca/Publications/default.asp?lang=Fr&xml=1723EA2077AB-4954-9333-69D1C4EBD0B2
lxi
Le sixième rapport du Canada et le premier rapport biennal :
http://www.ec.gc.ca/Publications/default.asp?lang=Fr&xml=6FF30D6E-B8E3-4102-86E7-652D156E020A
lxii
Site Web du Ministère : http://ec.gc.ca/inrp-npri/default.asp?lang=Fr&n=F98AFAE7-1
lxiii
Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques : http://newsroom.unfccc.int/ (en anglais seulement)
lxiv
Sixième rapport du Canada et premier rapport biennal : http://www.ec.gc.ca/Publications/default.asp?lang=Fr&xml=6FF30D6EB8E3-4102-86E7-652D156E020A
lxv
Financement accéléré : http://climatechange.gc.ca/finance/Default.aspx?lang=fr-CA
lxvi
Cinquième Rapport d'évaluation : http://ipcc.ch/home_languages_main_french.shtml
lxvii
Plan opérationnel pour 2013 et 2014 : http://www.cec.org/Page.asp?PageID=30101&ContentID=25599&AA_SiteLanguageID=2
lxviii
Dialogue États Unis–Canada sur l'énergie propre : www.climatechange.gc.ca/dialogue/
lxix
Plan d'action II : http://www.climatechange.gc.ca/dialogue/default.asp?lang=Fr&n=E4D025F6-1
lxx
Rapport annuel de 2013 de TDDC : http://www.sdtc.ca/index.php?page=news-annual-reports&hl=fr_CA
lxxi
Utilisation illégale d'un pesticide : http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=976258C6-1&news=4487A585-B7EE-4596-BA5BCEE27498E6EF
lxxii
Notifications d'application de la loi : http://www.ec.gc.ca/alef-ewe/default.asp?lang=Fr&n=8F711F37-1
lxxiii
Site Web d'Environnement Canada : http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
lxxiv
Site Web d'Environnement Canada : http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
lxxv
Rapport ministériel sur le rendement de 2013-2014 d'Environnement Canada :
http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
lxxvi
Site Web d'Environnement Canada : http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
lxxvii.
Dépenses fiscales du gouvernement du Canada : http://www.fin.gc.ca/purl/taxexp-fra.asp
xlvii
xlviii
Rapport ministériel sur le rendement 2013-2014
122 Notes de fin de document
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement