Affaires autochtones et Développement du Nord Canada et Commission canadienne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada et Commission canadienne
Affaires autochtones
et Développement
du Nord Canada et
Commission canadienne
des affaires polaires
Rapport ministériel sur le rendement
2011–2012
Table des matières
Message du Ministre................................................................................................................................................................ 1
Section I : Aperçu du Ministère ........................................................................................................................................... 3
Raison d’être................................................................................................................................................................................ 3
Responsabilités ............................................................................................................................................................................ 3
Résultats stratégiques et Architecture des activités de programme (AAP) ................................................................................. 5
Priorités organisationnelles.......................................................................................................................................................... 6
Analyse des risques.................................................................................................................................................................... 15
Sommaire du rendement............................................................................................................................................................ 17
Profil des dépenses .................................................................................................................................................................... 27
Budget des dépenses par crédit voté.......................................................................................................................................... 28
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique ............................................................. 29
Résultat stratégique : Le gouvernement................................................................................................................................ 29
Activité de programme 1.1 : Gouvernance et institutions gouvernementales ........................................................................... 29
Activité de programme 1.2 : Relations de coopération ............................................................................................................. 31
Activité de programme 1.3 : Gestion des traités........................................................................................................................ 34
Résultat stratégique : Les gens ............................................................................................................................................... 36
Activité de programme 2.1 : Éducation..................................................................................................................................... 36
Activité de programme 2.2 : Développement social ..................................................................................................................39
Activité de programme 2.3 : Gestion des affaires des particuliers ............................................................................................ 41
Activité de programme 2.4 : Résolution des questions des pensionnats ................................................................................... 42
Résultat stratégique : Les terres et l’économie ..................................................................................................................... 45
Activité de programme 3.1 : Développement économique des Autochtones............................................................................ 45
Activité de programme 3.2 : Gestion fédérale des terres de réserve ......................................................................................... 48
Activité de programme 3.3 : Infrastructure communautaire ..................................................................................................... 50
Résultat stratégique : Le Nord ............................................................................................................................................... 54
Activité de programme 4.1 : Gouvernance et gens du Nord ..................................................................................................... 54
Activité de programme 4.2 : Science et technologies du Nord ................................................................................................. 56
Activité de programme 4.3 : Gestion des terres, des ressources et de l’environnement du Nord ............................................. 57
Résultat stratégique : Le Bureau de l’interlocuteur fédéral................................................................................................ 60
Activité de programme 5.1 : Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain.............................................................. 60
Activité de programme 5.2 : Développement des capacités organisationnelles des Métis et des Indiens non inscrits............. 62
Activité de programme 5.3 :Gestion des droits des Métis......................................................................................................... 64
Activité de programme 6.1 : Services internes.......................................................................................................................... 65
Commission canadienne des affaires polaires ....................................................................................................................... 68
Résultat stratégique : Une meilleure connaissance des régions polaires du Canada ........................................................ 68
Activité de programme : La promotion de la recherche et la communication .......................................................................... 68
Activité de programme : Services internes................................................................................................................................ 70
Changements apportés à la structure du gouvernement ............................................................................................................ 71
Section III : Renseignements supplémentaires............................................................................................................... 73
Principales données financières................................................................................................................................................. 73
États financiers........................................................................................................................................................................... 75
Liste des tableaux de renseignements supplémentaires............................................................................................................. 75
Section IV : Autres sujets d’intérêt................................................................................................................................... 77
Variation des équivalents à temps plein (ETP) par activité de programme — 2011–2012 ....................................................... 77
Coordonnées des personnes-ressources de l’organisation......................................................................................................... 78
Message du ministre
Au nom d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC) et de la Commission canadienne des
affaires polaires, je vous présente le Rapport ministériel sur le rendement 2011–2012. Ce rapport montre les mesures
constructives que nous avons prises en collaboration avec nos principaux partenaires, dont les Autochtones et les
résidants du Nord, les autres ordres de gouvernement et divers intervenants, afin de poursuivre notre travail en
vue d’améliorer la vie des membres des Premières Nations, des Métis, des Inuit et des résidants du Nord.
En 2011–2012, AADNC a continué à mettre l’accent sur les grandes priorités que
sont l’éducation et la participation des Autochtones et des résidants du Nord à la
prospérité économique du Canada. Il s’agissait des priorités au cœur de la Rencontre
de la Couronne et des Premières Nations, tenue le 24 janvier 2012, lors de laquelle
le premier ministre et les membres du Cabinet ont rencontrés des chefs des Premières
Nations de partout au pays. À l’issue de la rencontre, les deux parties ont renouvelé
leur engagement commun d’unir leurs efforts pour réaliser de véritables progrès sur
les questions qui importent aux Premières Nations.
Une des priorités clés des Premières Nations et du gouvernement est de renforcer
les partenariats en éducation. Dans cette optique, le Canada a signé l’Accord-cadre
tripartite sur l’éducation en Colombie-Britannique avec le gouvernement de la province
et le Comité directeur de l’éducation des Premières Nations, en janvier 2012. Le Panel
national sur l’éducation primaire et secondaire des Premières Nations a terminé ses travaux, et nous allons de l’avant
avec l’élaboration d’un projet de loi qui créera les structures et les normes nécessaires pour établir des systèmes
d’éducation solides et transparents dans les réserves. Il s’agit d’étapes déterminantes dans l’amélioration des résultats
scolaires des élèves des Premières Nations.
Le Ministère a également poursuivi les négociations en vue de régler des revendications particulières dans le respect
de l’initiative La justice, enfin, annoncée en 2007, et a travaillé avec diligence afin de mettre en œuvre la Convention
de règlement relative aux pensionnats indiens, signée en 2006.
AADNC a lancé le programme Nutrition Nord Canada le 1er avril 2011 et a créé le Conseil consultatif de Nutrition
Nord Canada pour assurer que les résidants du Nord ont directement leur mot à dire dans l’évolution du programme.
Le rapport montre l’engagement du gouvernement à collaborer avec des partenaires motivés et compétents. En
continuant à travailler avec les intervenants clés, nous créerons le contexte nécessaire à la croissance économique
et à la création d’emplois pour l’ensemble des Canadiens, tout en améliorant la qualité de vie et les perspectives
des Autochtones et des résidants du Nord.
L’honorable John Duncan
Ministre des Affaires autochtones et du développement du Nord canadien
Message du ministre
1
Section I : Aperçu du Ministère
Raison d’être
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC) fournit aux Autochtones (membres des Premières
Nations, Inuit et Métis) et aux résidants du Nord l’aide dont ils ont besoin pour :
• accroître leur bien-être et leur prospérité économique;
• édifier des collectivités plus saines et plus viables;
• participer pleinement au développement politique, social et économique du Canada, au profit de tous les Canadiens.
AADNC est le ministère fédéral qui est chargé principalement d’honorer les obligations et les engagements du gouvernement du Canada à l’égard des membres des Premières Nations, des Inuit et des Métis et de s’acquitter des responsabilités
constitutionnelles qui incombent au gouvernement fédéral dans le Nord. Le mandat du Ministère et les nombreuses
responsabilités dont il est investi sont façonnés par des siècles d’histoire et par des défis démographiques et géographiques uniques. Ils sont régis par la Constitution canadienne, la Loi sur les Indiens, la Loi sur le ministère des Affaires
indiennes et du Nord canadien, les lois territoriales, les traités, les ententes sur le règlement des revendications globales
et sur l’autonomie gouvernementale ainsi que de nombreuses autres lois qui concernent les Autochtones et le Nord.
La majorité des dépenses du Ministère servent à financer les programmes ministériels, dont la plupart sont exécutés dans
le cadre de partenariats avec les collectivités autochtones et d’ententes fédérales–provinciales ou fédérales–territoriales.
Le Ministère collabore également avec les Autochtones vivant en milieu urbain, les Métis et les Indiens non inscrits
(dont bon nombre habitent en région rurale) par l’entremise du Bureau de l’interlocuteur fédéral. AADNC est l’un des
nombreux ministères et organismes fédéraux à offrir des programmes et des services aux Autochtones et dans le Nord.
Responsabilités
Affaires indiennes et inuites
Dans le cadre de son mandat lié aux affaires indiennes et inuites, AADNC assume, entre autres, les responsabilités suivantes :
• promouvoir une meilleure éducation pour les Autochtones;
• négocier avec les collectivités autochtones des ententes sur le règlement des revendications et sur l’autonomie
gouvernementale et en superviser la mise en œuvre, au nom du gouvernement fédéral;
• promouvoir la création de débouchés économiques pour les membres, les collectivités et les entreprises autochtones;
• financer la prestation des services destinés aux Indiens inscrits vivant dans les réserves et s’apparentant à ceux
fournis par les provinces (p. ex., éducation, logement, infrastructure communautaire et aide sociale);
• examiner et résoudre les problèmes associées à l’époque des pensionnats indiens;
• servir d’intermédiaire entre le gouvernement du Canada et les gouvernements et organisations inuits pour l’application des politiques et la prestation des services;
• s’acquitter des obligations énoncées dans la Loi sur les Indiens, par exemple, administrer les terres de réserve et les
ressources financières appartenant aux collectivités des Premières Nations et approuver ou révoquer les règlements
administratifs pris par les collectivités.
Bureau de l’interlocuteur fédéral
Le mandat du Bureau de l’interlocuteur fédéral est établi par un décret qui confère au ministre le pouvoir d’agir à titre
de premier intervenant fédéral auprès des Métis, des Indiens non inscrits et des Autochtones vivant en milieu urbain.
Section I : Aperçu du Ministère
3
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral entretient et resserre les liens entre le gouvernement du Canada et les organisations chargées de défendre les intérêts de ces groupes. Ce rôle sera modifié au cours de l’exercice financier 2012–2013.
Développement du Nord
Le mandat que le Ministère exerce dans le Nord est déterminé par une série de lois. Certaines d’entre elles sont
entrées en vigueur à la fin des années 1960 ou au début des années 1970, comme la Loi sur le ministère des Affaires
indiennes et du Nord canadien (1970). D’autres, plus récentes, ont donné effet à des traités modernes conclus au nord
du 60e parallèle (comme la Loi concernant l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut) ou à des ententes
sur l’autonomie gouvernementale (par exemple, la Loi sur l’autonomie gouvernementale des Premières Nations du
Yukon). D’autres encore portent sur la gestion de l’environnement ou des ressources. Le mandat du Ministère est
également déterminé par les lois qui régissent le transfert des services et des responsabilités aux gouvernements
territoriaux, telles que la Loi de mise en œuvre de l’Accord Canada-Yukon sur le pétrole et le gaz.
C’est ce qui explique qu’AADNC est, de tous les ministères fédéraux, celui qui a l’autorité première sur les deux
cinquièmes de la superficie continentale du Canada. Ainsi, le Ministère intervient directement dans le développement
politique et économique des territoires et il s’acquitte d’importantes responsabilités liées à la gestion des terres, des
ressources et de l’environnement. Dans le Nord, ce sont généralement les gouvernements territoriaux qui fournissent
la majorité des programmes et des services destinés aux résidants du Nord, y compris les Autochtones.
Le mandat du Ministère dans le Nord s’accompagne des responsabilités suivantes :
• favoriser le développement politique et économique du Yukon, des Territoires du Nord- Ouest et du Nunavut;
• négocier le transfert, aux gouvernements territoriaux, des responsabilités fédérales liées à la gestion des terres
et des ressources;
• administrer les terres, les ressources et l’environnement du Nord là où les responsabilités fédérales n’ont pas été
transférées aux gouvernements territoriaux;
• gérer les sites contaminés;
• subventionner le prix des aliments nutritifs périssables;
• faire progresser les intérêts de la communauté circumpolaire, notamment en affirmant la souveraineté du Canada
dans l’Arctique, en instaurant des mesures d’adaptation au changement climatique, en assurant la protection de
l’environnement, en représentant le Canada à des forums circumpolaires et en participant à des travaux de recherche
scientifique sur le Nord;
• s’acquitter de ses obligations légales découlant des traités et des ententes sur le règlement des revendications territoriales.
Le Ministère continuera de diriger et de coordonner le travail du gouvernement fédéral et de ses partenaires dans le
cadre de la Stratégie pour le Nord. Il poursuivra également la mise en œuvre des projets qui y sont rattachés, notamment
celui d’établir une station de recherche canadienne dans l’Extrême-Arctique. Le développement économique responsable, l’amélioration de la réglementation, la protection de l’environnement et l’optimisation du formidable potentiel
des terres et des résidants du Nord contribueront à apporter davantage d’emploi et de prospérité aux populations du Nord.
Commission canadienne des affaires polaires
La Commission canadienne des affaires polaires est un organisme distinct, qui appuie la recherche en sciences
polaires. Conformément à son vaste mandat, la Commission s’emploie à acquérir de nouvelles connaissances sur les
régions polaires et à en faire la promotion et la diffusion. Elle collabore pour ce faire avec des organisations, des
institutions et des associations du Canada ou d’ailleurs afin d’entreprendre, de soutenir et de publier des travaux de
recherche, de souligner les réussites, de faire connaître la recherche polaire et ses applications au Canada, de produire
des rapports sur les questions polaires et l’état du savoir polaire et d’organiser ou de parrainer la tenue de congrès,
de colloques et de rencontres.
4
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Section I : Aperçu du Ministère
Gestion des autres ententes
négociées
Gestion des relations relatives
aux traités
Mise en œuvre des obligations
relatives aux traités modernes
1.3 Gestion des traités
Consultation et engagement
Relations avec les Inuits
Revendications particulières
1.2 Relations de coopération
Négociations des revendications
et de l’autonomie gouvernementale
Services internes
Énergies renouvelables et efficacité
énergétique
Matériel et installations
communautaires
Logement
Installations d’enseignement
3.3 Infrastructure communautaire
Infrastructure pour l’eau et les eaux
usées
3.2 Gestion fédérale des terres
de réserve
Ajouts aux réserves
Enregistrement d’intérêts juridiques
dans les terres de réserve
Clarté des frontières des terres
de réserve
Gestion environnementale
Investissements fédéraux
stratégiques et partenariats
Mines et minéraux
Sites contaminés
Gestion des terres et de l’eau
Gestion de l’environnement
4.3 Gestion des terres, des
ressources et de l’environnement
du Nord
Pétrole et gaz
Initiatives scientifiques
4.2 Science et technologies du Nord
Lutte contre les contaminants dans
le Nord
Adaptation au changement climatique
Nutrition Nord
Soutien à la gouvernance et à la gestion • Services de gestion des ressources • Services de gestion des biens
Processus d’évaluation indépendant
Commémoration
Appui à la Commission de vérité
et de réconciliation
2.4 Résolution des questions
des pensionnats
Paiements d’expérience commune
2.3 Gestion des affaires
des particuliers
Inscription et appartenance
Gestion des fonds
Gestion fiduciaire
Annuités découlant des traités
2.2 Développement social
Aide au revenu
Réinvestissement de la Prestation
nationale pour enfants
Aide à la vie autonome
Services d’aide à l’enfance et à la
famille des Premières Nations
Prévention de la violence familiale
Centres culturels et éducatifs
Enseignement postsecondaire
Stratégie d’emploi pour les jeunes
Inuits et des Premières Nations
Développement politique et relations
intergouvernementales
1.1 Gouvernance et
institutions gouvernementales
Gouvernements des Premières
Nations
Institutions et organisations
Entrepreneuriat autochtone
Activation des biens
communautaires
4.1 Gouvernance et gens du Nord
3.1 Développement économique
des Autochtones
2.1 Éducation
Enseignement élémentaire
et secondaire
Bonne gouvernance et relations
de coopération pour les Premières
Nations, les Inuits et les résidants
du Nord
4. Le Nord
Autonomie, prospérité et bien-être
des gens et des collectivités du Nord
3. Les terres et l’économie
Participation entière des personnes
et des collectivités des Premières
Nations, des Inuits et des Métis
à l’économie
2. Les gens
Bien-être des personnes, des
familles et des collectivités des
Premières Nations et des Inuits
1. Le gouvernement
Architecture des activités de programme de 2011–2012
5.3 Gestion des droits des Métis
5.2 Développement des capacités
organisationnelles des Métis
et des Indiens non inscrits
5.1 Stratégie pour les Autochtones
vivant en milieu urbain
Bien-être socioéconomique des
Métis, des Indiens non inscrits et des
Autochtones vivant en milieu urbain
5. Le Bureau de
l’interlocuteur fédéral
Résultats stratégiques et Architecture des activités
de programme (AAP)
5
Priorités organisationnelles
Dans son Rapport sur les plans et les priorités de 2011–2012, AADNC a défini dix domaines prioritaires qui sont
divisés en trois thèmes :
Transformer pour améliorer les résultats
•
•
•
•
Renforcer et réformer l’éducation
Renforcer l’autonomie des citoyens
Améliorer le développement économique et la viabilité
Maintenir l’élan de la Stratégie pour le Nord
•
•
•
•
Faciliter la capacité et le développement des communautés
Accroître les partenariats afin de s’assurer que les programmes répondent davantage aux besoins
Négocier et mettre en œuvre les revendications et les accords d’autonomie gouvernementale
Mettre en œuvre la réconciliation
Améliorer les partenariats et les relations
Gérer les ressources efficacement
• Mettre en œuvre la nouvelle Politique sur les paiements de transfert afin d’améliorer la gestion des relations
de financement
• Mettre en œuvre le Plan d’action pour le renouvellement de la fonction publique
6
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Priorité : Renforcer
et réformer l’éducation
Type* :
Permanente
Résultats stratégiques : Les gens,
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral
Le Ministère a réalisé des progrès en ce qui concerne les principaux éléments de l’initiative de réforme de l’éducation des
Premières Nations. Les avancées réalisées en 2011–2012 touchent les éléments suivants :
• Demande de nouvelles propositions pour le Programme de réussite scolaire des étudiants des Premières Nations qui a
porté le taux de participation au programme à 90 % des écoles de bande, ce qui représente 98 % des élèves dans ces écoles.
Ce chiffre dépasse l’objectif initial de 80 % de représentation des écoles de bande dans des propositions approuvées d’ici 2013;
• Renforcement des partenariats en éducation qui a débouché sur la signature de l’Accord-cadre tripartite en matière d’éducation avec la Colombie-Britannique et le Comité directeur sur l’éducation des Premières Nations en janvier 2012. Il s’agit
d’une étape importante pour améliorer les partenariats et les résultats scolaires des élèves autochtones, qu’ils fréquentent
une école de bande ou une école provinciale;
• Présentation du rapport définitif du Panel national sur l’éducation primaire et secondaire des Premières Nations pour
les étudiants vivant dans une réserve au ministre d’AADNC et au chef national de l’Assemblée des Premières Nations
(février 2012). Les recommandations du rapport éclairent le travail en cours au Ministère, afin d’améliorer le cadre de
gouvernance, la reddition de comptes et les résultats en ce qui concerne l’éducation des Premières Nations;
• Le Programme d’aide aux étudiants indiens a financé 96 programmes d’études et 18 activités de recherche en 2011–2012
pour améliorer l’accès à des programmes postsecondaires des élèves inuits et des Premières Nations;
• Des améliorations ont été apportées aux lignes directrices du Programme d’aide aux étudiants de niveau postsecondaire
en 2012–2013 afin que les étudiants aient accès à des lignes directrices, à des processus d’appel et à du soutien à l’échelle
locale. Il s’est également employé à améliorer la qualité des données qui sont soumises au Ministère et à préciser les exigences et les attentes des bénéficiaires;
• Le Ministère a expérimenté des approches innovantes pour améliorer les résultats scolaires des apprenants autochtones
vivant hors réserve. Ces initiatives comprennent l’étude des programmes visant à développer les aspirations professionnelles
afin de réduire le taux d’abandon scolaire chez les jeunes Autochtones à risque, ainsi qu’une étude de faisabilité du programme
de formation à domicile des parents autochtones d’enfants d’âge préscolaire (Aboriginal Home Instruction for Parents of
Preschool Youngsters), qui est un programme d’éducation de la petite enfance visant à rompre le cycle de la pauvreté.
* Les types de priorité sont définis comme suit : déjà établie — engagement pris au cours du premier ou du deuxième exercice précédant l’année visée
par le rapport; permanente — engagement pris au moins trois exercices avant l’année visée par le rapport; nouvelle — nouvel engagement pris au
cours de l’année visée par le Rapport ministériel sur le rendement.
Section I : Aperçu du Ministère
7
Priorité : Renforcer l’autonomie
des citoyens
Type :
Permanente
Résultats stratégiques : Les gens,
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral
AADNC s’est efforcé d’améliorer son programme d’aide au revenu en finançant 13 projets pilotes, pour un montant de
1,96 million de dollars, qui visaient à améliorer la capacité de gestion de cas des fournisseurs de services et à aider les clients
à perfectionner leurs compétences et leur formation. Dans le cadre d’un de ces projets, AADNC a collaboré avec la province
de Terre-Neuve-et-Labrador et les Premières Nations innues Sheshiatshiu et Natuashishdu du Labrador pour financer la capacité de gestion de cas, notamment les outils nécessaires pour mieux administrer le Programme d’aide au revenu au moyen de
la gestion de cas. Dans le cadre d’un deuxième projet, AADNC a travaillé avec le ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario et les Premières Nations pour soutenir la réintégration des clients ayant des difficultés à trouver un emploi
en raison de leur participation à un programme de traitement.
Pour disposer de leviers d’action supplémentaires et pour mieux coordonner l’approche visant à améliorer les conditions
socio-économiques des Autochtones vivant en milieu urbain, le Ministère a travaillé avec Patrimoine canadien pour transférer
le programme du Centre d’amitié autochtone le 28 mars 2012. Cette initiative financée par le gouvernement fédéral aide les
personnes à déménager pour s’installer dans un centre hors réserve.
Le Programme des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN) a continué à financer plus de 100 organismes de SEFPN, qui ont à leur tour proposé des services de protection et de prévention adaptés à la culture aux enfants et
aux familles des Premières Nations vivant dans des réserves. Pour les collectivités non desservies par les organismes de SEFPN,
le programme a continué à financer des provinces et territoires ou des organisations provinciales et territoriales pouvant assurer
ces services. Les services destinés à l’enfance et à la famille sont offerts conformément aux normes et aux loix provinciales
et territoriales.
En 2011–2012, la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain a contribué à l’autonomisation des citoyens en renforçant la capacité des organisations communautaires autochtones en milieu urbain à se concentrer sur l’autonomie, par exemple,
en ce qui concerne la participation à l’économie des Autochtones vivant en milieu urbain. La Stratégie pour les Autochtones
vivant en milieu urbain a aussi aidé les collectivités autochtones urbaines à élaborer des plans stratégiques, en conseillant tous
les gouvernements et les intervenants sur les investissements en ressources dans les collectivités.
Afin de venir en aide aux personnes les plus démunies dans les réserves, la Loi sur les foyers familiaux situés dans les réserves
et les droits ou intérêts matrimoniaux a été présentée au Parlement en septembre 2011 sous le nom de projet de loi S-2. Ce
projet de loi vise à combler le vide juridique relatif aux biens immobiliers matrimoniaux dans les réserves en accordant les
mêmes droits et la même protection que ceux qui sont accordés aux autres Canadiens et en donnant plus d’autonomie aux
Premières Nations en vue de promulguer leurs propres lois sur les biens immobiliers matrimoniaux. Le projet de loi C-27, la
Loi sur la transparence financière des Premières Nations, qui a été déposé à la Chambre des communes le 25 novembre 2011, a
pour but d’améliorer la transparence financière et la responsabilisation des gouvernements des Premières Nations.
Le Principe de Jordan est une approche qui place les intérêts de l’enfant en premier et qui garantit que les enfants des
Premières Nations souffrant de déficiences multiples sont pris en charge, même en cas de différend entre le gouvernement
fédéral et les provinces concernant la responsabilité des services et leur financement. En 2011–2012, AADNC a travaillé avec des
partenaires fédéraux, provinciaux et des Premières Nations partout au pays pour traiter les cas particuliers et pour élaborer
des processus de résolution des différends au Nouveau-Brunswick, au Manitoba, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique.
8
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Priorité : Améliorer le développement économique et la viabilité
Type :
Permanente
Résultats stratégiques : Les terre et l’économie,
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral
En 2011–2012, AADNC a réalisé des progrès considérables en ce qui concerne ses plans visant à améliorer le développement
et la viabilité économiques des Autochtones canadiens, en continuant à travailler à la mise en place d’activités de programme
essentielles, conformément au Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones. L’aide d’AADNC portait
sur les éléments essentiels suivants :
• Soutien de la viabilité des entreprises autochtones : en fournissant une aide financière, des renseignements d’affaires et
des ressources matérielles, en plus de renseignements sur d’autres sources de financement; en assistant financièrement les
institutions financières et les organismes de développement des entreprises autochtones afin de renforcer leur capacité à
servir les entreprises autochtones; en continuant à renforcer le réseau des institutions financières autochtones pour s’assurer
de la multiplication des activités de prêt pour le développement durable; en prenant activement part à l’établissement de
nouveaux partenariats efficaces pour que les Autochtones, à titre individuel et collectif, puissent profiter d’importants projets
de développement économique et d’affaires;
• Poursuite de la mise en œuvre de la Loi sur la gestion des terres des Premières Nations, de la Loi sur le développement commercial
et industriel des Premières Nations et de la Loi sur le pétrole et le gaz des terres indiennes, afin d’abattre les barrières législatives
et réglementaires et de valoriser les biens des Autochtones. En 2012, 18 Premières Nations supplémentaires se sont jointes
aux signataires de l’Accord-cadre relatif à la gestion des terres des Premières Nations. AADNC a également aidé deux autres
Premières Nations à mettre au point des règlements propres à un projet, conformément à la Loi sur le développement commercial et industriel des Premières Nations. L’étape des négociations étant terminée, AADNC est en position de demander
que les règlements soient mis en application en 2012–2013;
• Mise en place au sein du gouvernement fédéral de la Stratégie d’approvisionnement auprès des entreprises autochtones,
et rédaction d’un protocole d’entente avec d’autres ministères fédéraux pour encourager les inscriptions au Répertoire
des entreprises autochtones, améliorer la gestion des données, renforcer le réseau national des coordonnateurs et élaborer
des stratégies d’approvisionnement ciblées. Des projets pilotes d’approvisionnement et de partenariats d’affaires pour les
Autochtones ont également été mis au point pour encourager les partenariats à l’intérieur et à l’extérieur du gouvernement
fédéral. Plus généralement, AADNC continue d’encourager et de financer les approches pangouvernementales afin de contribuer au développement économique qui permet de mieux coordonner et relier les ministères, et qui entraîne une participation active des Premières Nations, des Inuits et des Métis, sur le plan individuel et collectif, à l’économie canadienne;
• Création de comités consultatifs sur le développement économique et des terres dans la plupart des régions pour renforcer
et soutenir l’exécution intégrée des programmes de développement économique et des terres. En complément, AADNC met
en œuvre deux projets pilotes sur l’aménagement du territoire des Premières Nations afin d’aider les collectivités à gérer
plus efficacement les activités en matière de logement, des terres, d’environnement et de développement économique, en plus
d’intégrer et de moderniser l’aménagement du territoire, les arpentages officiels et la rédaction de textes législatifs locaux.
Un prototype d’approche de l’arpentage a été mis au point en 2011–2012 et sera testé en 2012–2013. En outre, AADNC
s’est associé à l’Association nationale des gestionnaires des terres autochtones en vue de créer une trousse pour la désignation des terres pour assister les Premières Nations dans le processus de désignation et pour que les collectivités soient
mieux outillées pour saisir les occasions de développement économique. De plus, un groupe de travail conjoint a été formé
par AADNC et l’Assemblée des Premières Nations pour étudier les possibilités d’améliorer le processus d’ajout aux réserves.
La révision des politiques en matière d’ajout aux réserves, de désignation des terres et d’aménagement du territoire permettra à la plupart des Premières Nations de planifier et de mettre en œuvre des solutions de développement économique;
• Collaboration avec un certain nombre de groupes et d’organisations pour expérimenter des approches innovantes
(p. ex., Défi de l’entrepreneuriat jeunesse métisse, prêts micro-entreprises aux femmes métisses) dans le but à long terme
d’améliorer la participation des peuples autochtones à l’économie.
Section I : Aperçu du Ministère
9
Priorité : Maintenir l’élan
de la Stratégie pour le Nord
Type :
Permanente
Résultat stratégique : Le Nord
En 2011–2012, AADNC a continué à mener la Stratégie du Nord en coordonnant les efforts déployés par le gouvernement
fédéral pour lancer des initiatives dans le Nord.
AADNC a mis de l’avant un certain nombre d’initiatives clés en vue d’appuyer le développement de collectivités durables
dans le Nord et d’améliorer le climat des affaires. Au nombre de ces principales initiatives, mentionnons :
Promotion du développement économique et social
• Lancement de Nutrition Nord Canada le 1er avril 2011, et constitution du Conseil consultatif de Nutrition Nord Canada
pour s’assurer que les résidants du Nord participent directement au programme;
• Fin de l’étude de faisabilité sur la Station de recherche de l’Extrême-Arctique du Canada en septembre 2011;
• Coordination et mobilisation des communautés scientifiques du Nord sur le plan national et international en vue de préparer la conférence de 2012 de l’Année polaire internationale intitulée, « De la connaissance à l’action »;
• Création d’un plan de sensibilisation et mobilisation des collectivités de la partie centrale de la vallée du Mackenzie pour
expliquer les nouveaux projets d’exploration pétrolière et gazière et leurs avantages et répercussions potentiels.
Protection de notre patrimoine environnemental
• Réalisation de progrès importants concernant les volets réglementaires et juridiques du Plan d’action visant à améliorer
les régimes de réglementation dans le Nord;
• Mise en œuvre du projet d’évaluation environnementale régionale de Beaufort;
• Progression de la restauration des sites fédéraux contaminés dans le Nord.
Amélioration et transfert de la gouvernance
• Début des négociations sur l’entente définitive de transfert des responsabilités pour une gestion efficace, efficiente
et coordonnée des terres, des eaux et des ressources publiques dans les Territoires du Nord-Ouest;
• Progression de discussions constructives sur le transfert des responsabilités au Nunavut, y compris en ce qui concerne
l’élaboration du mandat du négociateur fédéral en chef.
10
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Priorité : Faciliter la capacité et le
développement des communautés
Type :
Nouvelle
Résultats stratégiques : Le gouvernement,
Le Bureau l’interlocuteur fédéral
En 2011–2012, AADNC a continué à soutenir les collectivités inuites et des Premières Nations qui en sont à différentes
étapes de développement pour qu’elles réalisent des progrès mesurables vers l’autonomie. Les principales initiatives
d’AADNC à ce chapitre comprennent :
• Révision de l’approche de développement de la capacité en fonction du niveau de risque de la collectivité.Ainsi, les programmes et les politiques ministériels s’éloigneront petit à petit des approches nationales et uniformisées afin de mieux
répondre aux besoins réels et particuliers des collectivités inuites et des Premières Nations;
• Distribution de l’Outil de planification de la capacité de gouvernance à l’ensemble des Premières Nations et des conseils
tribaux pour aider les collectivités à définir leurs besoins en matière de capacité et à les classer par ordre de priorité. Il
existe aujourd’hui plus de 90 outils disponibles sur le site Web du Ministère (http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/
1314982906753/1314983007320). Un formulaire de rétroaction a été distribué à l’ensemble des Premières Nations;
• Harmonisation des ententes de financement en collaboration avec Santé Canada. Les exigences en matière de reddition de
comptes ont été révisées et modifiées pour aider 10 collectivités pilotes à présenter des rapports à leurs membres et au
Ministère, par l’entremise du site Web de leur collectivité. De plus, des fonds ont été alloués pour aider à moderniser les
sites Web des collectivités pilotes au besoin;
AADNC, par l’entremise du Bureau de l’interlocuteur fédéral, a contribué à développer la capacité des organismes des Métis
et des Indiens non inscrits pour qu’ils soient aptes à rendre des comptes au moyen d’un certain nombre d’activités :
• Engagement initial sur une série d’accords secondaires concernant le protocole avec la nation métisse pour que le
Ralliement national des Métis concentre davantage ses efforts sur le développement économique et la gouvernance; et
• Mise au point d’un accord bilatéral avec le Congrès des peuples autochtones pour aider les peuples autochtones à renforcer
leur gouvernance interne et leurs mesures de financement.
Section I : Aperçu du Ministère
11
Priorité : Accroître les partenariats
afin de s’assurer que les programmes
répondent davantage aux besoins
Type :
Nouvelle
Résultats stratégiques et activité de programme :
Le gouvernement, Les gens,
Les terres et l’économie, Le Nord, Le Bureau
de l’interlocuteur fédéral, Services internes
Au cours de l’exercice 2011–2012, AADNC a continué à améliorer sa collaboration avec les administrations fédérale, provinciales et municipales, mais aussi avec les établissements postsecondaires, les organisations autochtones et les secteurs privé et
sans but lucratif. Les principales initiatives à ce chapitre comprennent :
• Continuer d’encourager les partenariats entre les collectivités et les organisations des Premières Nations, les autres
ministères fédéraux, les gouvernements provinciaux et le secteur privé dans des secteurs économiques clés, notamment
l’exploitation minière, l’énergie, les pêches, l’agriculture et la foresterie;
• Aider à créer une table de concertation fédérale-provinciale sur l’énergie en Ontario pour examiner les principaux projets
d’exploitation des ressources et de l’énergie, ce qui a permis de renforcer les liens en matière d’investissement, et d’améliorer l’intégration des politiques et des programmes ainsi que la coordination et la collaboration entre les principaux
groupes d’intervenants gouvernementaux;
• Renforcer le lien entre la gestion des terres et le développement économique en simplifiant les relations entre le Conseil pour
l’avancement des agents de développement autochtones et l’Association nationale des chefs des terres autochtones afin de
s’assurer que les domaines de collaboration future peuvent être définis et que les activités de soutien sont plus harmonisées;
• Recourir aux dispositions de la Loi sur la gestion des terres des Premières Nations et de la Loi sur le développement commercial
et industriel des Premières Nations pour aider chaque communauté à réaliser plus efficacement son propre développement
économique et sa propre gouvernance. Le fait d’établir des partenariats avec les organisations des Premières Nations,
comme le Conseil consultatif des terres, le Conseil des ressources indiennes et les centres d’excellence commerciale a
permis à AADNC de tirer profit de l’expérience et de l’expertise existantes pour consolider la capacité institutionnelle
des Premières Nations;
• S’efforcer d’améliorer la réactivité et l’efficacité du programme. Par exemple, la Stratégie pour les Autochtones vivant en
milieu urbain a investi 10,2 millions de dollars, coordonné 3,14 millions provenant d’autres ministères fédéraux et obtenu
7,75 millions de la part des municipalités et des provinces, ainsi que 6 millions du secteur privé;
• Encourager l’échange des connaissances entre le Canada et les partenaires qui le souhaitent sur le plan national et international afin de communiquer les pratiques exemplaires et les leçons retenues concernant les questions autochtones, et
stimuler la collaboration avec le ministère des Affaires étrangères et du commerce international en vue de contribuer au
processus de mobilisation des partenaires autochtones et du Nord et de soutenir l’engagement du Canada auprès de la
présidence du Conseil de l’Arctique;
• Coordonner le projet Nanilavut, (« Trouvons-les » en Inuktitut), qui comprend des intervenants issus d’organisations inuites,
d’organisations de revendications territoriales, du gouvernement fédéral et des territoires. Créé pour faciliter la recherche
des Inuits morts de la tuberculose entre 1940 et 1960 alors qu’ils suivaient un traitement médical dans le Sud, l’objectif de
Nanilavut est de répondre aux besoins des familles à la recherche de proches disparus et de créer une méthode pour
faciliter ces recherches. Le but ultime est de procurer un apaisement et d’aider les familles et les collectivités inuites à
entamer un processus de guérison;
• Mettre au point des outils, tels que le Cadre fédéral de gestion des traités modernes et le Guide pour les responsables fédéraux
de la mise en œuvre des ententes sur les revendications territoriales globales et l’autonomie gouvernementale, pour promouvoir,
à l’échelle du gouvernement, une approche moderne et uniforme de mise en œuvre de ces ententes fondamentales1;
• Soutenir et financer de façon permanente la mise en œuvre d’un protocole d’entente tripartite sur l’aide au revenu
en Saskatchewan et au Québec.
1 Référencé dans le dix-neuvième rapport annuel au premier ministre sur la fonction publique du Canada, Renouvellement du milieu de travail, mais
aussi mentionné dans le rapport de juin 2011 de la vérificatrice générale, qui parlait d’avancées positives dans la mise en œuvre de traités modernes.
12
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Priorité : Négocier et mettre en œuvre les revendications
et les accords d’autonomie gouvernementale
Type :
Permanente
Résultat stratégique :
Le gouvernement
En 2011–2012, AADNC a maintenu son engagement à négocier et à mettre en œuvre les revendications et l’autonomie gouvernementale, à clarifier les relations découlant des traités entre la Couronne et les Premières Nations, à clarifier les questions
de propriété, d’utilisation et de gestion des terres et des ressources, en plus de représenter efficacement les Inuits dans le
cadre des décisions politiques fédérales.
En 2011–2012, le Ministère a réalisé d’importantes avancées dans le cadre des ententes sur les revendications territoriales
et sur l’autonomie gouvernementale :
• Trois accords ont été convenus : l’accord sur les revendications territoriales concernant la région marine d’Eeyou, qui est
entré en vigueur en février 2012, l’accord de principe des Innus du Labrador, qui a été signé le 18 novembre 2011, et l’entente générale des Micmacs et des Malécites du Nouveau-Brunswick, qui a été signée en septembre 2011. En outre, des protocoles de consultation ont été conclus avec des Premières Nations à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick;
• Dans le cadre du processus de traités de la Colombie-Britannique, le Canada (et le gouvernement de la Colombie-Britannique)
a mis en place un accord définitif avec la Première Nation des Sliammons le 21 octobre 2011 et a signé un accord de principe avec la Première Nation des K’ómoks le 24 mars 2012. Plusieurs autres accords de principe et accords définitifs sont
en cours de négociation.
Le gouvernement a également continué à résoudre les revendications particulières dans le respect de l’initiative La justice, enfin
annoncée en 2007. En 2011–2012, dix revendications ont été réglées par la négociation pour un montant total d’environ
258,5 millions de dollars. En outre, 147 revendications ont été acceptées et feront l’objet de négociations.
Pour finir, des progrès ont été réalisés pour renforcer la mise en œuvre des obligations dans les traités modernes et les
ententes sur l’autonomie gouvernementale. Des outils et des ressources ont été mis au point pour assister les responsables
fédéraux, notamment des guides et des outils de suivi. Le Système de surveillance des obligations découlant des traités indique
qu’AADNC a rempli 93,5 % de ses obligations permanentes à ce jour et 82,2 % de ses obligations ponctuelles.
Priorité : Mettre en œuvre la réconciliation
Type :
Permanente
Résultat stratégique : Les gens
Afin de répondre aux obligations et aux engagements fédéraux en vertu de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens, AADNC a pris les mesures suivantes :
• Continuer à gérer efficacement le Paiement d’expérience commune, en plus de représenter le Canada dans le cadre
du Processus d’évaluation indépendant;
• Lancer un projet de commémoration en collaboration avec la Commission de vérité et de réconciliation, en plus de financer
des organisations à hauteur de 8,5 millions de dollars pour 69 projets;
• Continuer à remplir ses obligations vis-à-vis de la Commission de vérité et de réconciliation en lui transmettant des documents correspondant à son mandat. À partir du 31 mars 2012, AADNC a transmis plus de 936 114 documents et a fourni
des formations sur mesure à 22 ministères. AADNC a également assuré la participation de hauts fonctionnaires aux événements nationaux de la Commission de vérité et de réconciliation. Le ministre a participé aux deux événements nationaux
de la Commission de vérité et de réconciliation au cours de l’exercice 2011–2012;
• Continuer à collaborer avec Santé Canada dans le cadre d’une initiative horizontale qui vise à fournir un soutien en santé
aux anciens élèves des pensionnats indiens et à leur famille.
En plus de ses efforts dans le cadre de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens, AADNC a entrepris
les travaux suivants qui portent sur les partenariats et la réconciliation :
• Plus de 5,3 millions de dollars ont été alloués à 30 organisations par le biais du Programme d’information publique et
de défense des intérêts pour encourager le partage de renseignements et garantir que les collectivités autochtones, en
particulier les anciens élèves des pensionnats indiens et leur famille, sont informées de tous les aspects de la Convention;
• Des gestes importants de réconciliation ont été posés lors de deux événements nationaux qui ont eu lieu en 2011–2012;
• En octobre 2011, le ministre a annoncé que le Canada commémorerait l’héritage des pensionnats indiens en installant
de façon permanente un vitrail au Parlement.
Section I : Aperçu du Ministère
13
Priorité : Mettre en œuvre la nouvelle
Politique sur les paiements de transfert
afin d’améliorer la gestion des relations
de financement
Type :
Permanente
Résultats stratégiques et activité de programme :
Le gouvernement, Les gens,
Les terres et l’économie, Le Nord, Le Bureau
de l’interlocuteur fédéral, Services internes
La politique est opérationnelle grâce aux éléments suivants : la création d’approches de gestion fondées sur le risque, notamment des outils et des processus adaptés; l’utilisation croissante d’ententes de financement pluriannuelles; la mise au point d’un
cadre d’application des ententes de financement à long terme; l’engagement des bénéficiaires; la mise au point d’une série de
modèles nationaux d’ententes de financement, y compris d’un modèle utilisant un langage simple; la mise en application de
modifications mineures aux autorisations de dépenser dans 46 programmes; la divulgation publique d’une exception ministérielle
et du plan ministériel concernant les programmes de paiements de transfert; la mise à jour des politiques et des lignes directrices ministérielles; la collaboration avec d’autres ministères fédéraux.
Le Ministère a peaufiné sa méthode axée sur le risque concernant les rapports sur les bénéficiaires en 2011–2012. Cela permettra de réduire le nombre de rapports sur les bénéficiaires et la fréquence des rapports touchant les bénéficiaires à faible
risque à partir de 2012–2013, tout en préservant le contrôle financier du Ministère.
Le Système de soutien des gouvernements indiens a été mis au point en 2011–2012 pour automatiser l’extraction de données
clés sur les finances et la population depuis les systèmes des ministères. Ceci permettra de diminuer le fardeau administratif et
la production de rapports liés aux programmes de soutien aux gouvernements indiens pour les bénéficiaires et les bureaux
régionaux. Ce système sera déployé en 2012–2013.
À l’avenir, AADNC travaillera à la mise en œuvre complète de la politique en établissant des normes de service pour les programmes de transfert. À ce jour, un inventaire des services a été effectué, une Stratégie de gestion des services et un Cadre de
gouvernance des normes de services ont été approuvés, et une charte des services a été publiée en ligne.
Priorité : Mettre en œuvre le Plan d’action pour
le renouvellement de la fonction publique
Type :
Permanente
Activité de programme : Services internes
C’est la deuxième année consécutive qu’AADNC reçoit une cote « Acceptable » pour l’excellence dans la gestion des personnes
selon le Cadre de responsabilisation de gestion. Le Ministère continue à mettre en œuvre son plan de renouvellement de la
fonction publique en s’efforçant d’améliorer la planification intégrée et l’allocation des ressources, de recruter des candidats
qualifiés, de favoriser le perfectionnement professionnel et de fournir un milieu de travail sain. Le plan stratégique pour la gestion des ressources humaines harmonise les activités de gestion des employés avec les objectifs du Ministère, et montre comment ce dernier gère les priorités du renouvellement de la fonction publique.
14
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Analyse des risques
Gestion des risques ministériels
Chaque année, AADNC procède à un examen et à une mise à jour du Profil de risque de l’organisation. Il s’agit d’un
portrait des risques les plus importants auxquels AADNC est exposé à un moment donné et qui menacent sa capacité
d’assumer son mandat et d’atteindre ses objectifs. Le Profil a été élaboré en analysant des documents clés de planification, de vérification et d’évaluation, ainsi qu’au moyen d’une série d’entrevues approfondies menées auprès de
cadres supérieurs de tous les secteurs et de toutes les régions d’AADNC. Cet examen a débouché sur la définition
et l’évaluation de huit risques clés (voir ci-dessous).
1 – Risque lié à la capacité et aux compétences
2 – Risque lié à l’information en vue de la prise de décisions
3 – Risque lié à la mise en œuvre
4 – Risque lié à l’alignement des ressources
5 – Risque lié aux partenariats avec le gouvernement
6 – Risque lié aux relations avec les Autochtones
7 – Risque lié aux parenariats externes
8 – Risque juridique
Une fois terminé, le Profil a permis d’éclairer le cycle de planification des activités du Ministère et a largement
contribué à son exercice d’établissement des priorités. Les activités des plans du Ministère ont répondu aux besoins
opérationnels de chaque programme, ce qui a contribué à la gestion de l’ensemble des risques organisationnels
du Ministère.
Voici quelques exemples des principales mesures d’atténuation prises :
• La mise en place et le suivi de stratégies ciblées dans le cadre du plan stratégique des ressources humaines du
Ministère a permis de résoudre des questions de ressources humaines telles que le recrutement et la planification
de la relève. Ces activités ont aidé à atténuer le risque lié à la capacité et aux compétences.
• Des progrès ont été réalisés dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau Système d’information sur l’éducation
du Ministère. Ce système est conçu pour permettre au Ministère d’améliorer la collecte de données fiables, actuelles
et cohérentes et d’y avoir accès rapidement pour appuyer la prise de décisions liées aux programmes d’éducation,
ce qui réduit en partie le risque lié à l’information en vue de la prise de décisions.
• Le Ministère a créé un Centre d’expertise sur les paiements de transfert qui a fourni une orientation et des conseils
concernant la gestion fondée sur le risque et une analyse des activités et des programmes de paiements de transfert.
Plusieurs initiatives émanant de la mise en œuvre de la Politique sur les paiements de transfert ont été lancées dans
le but d’assurer l’intégration d’approches fondées sur le risque à l’élaboration, la mise en œuvre et la gestion des
programmes. Cela comprend une amélioration significative de l’outil d’évaluation générale des bénéficiaires et
l’application constante de l’outil d’évaluation des risques associés aux programmes visant à s’assurer que les exigences administratives pour les bénéficiaires sont proportionnelles au niveau de risque et que des systèmes adaptés
de suivi des programmes sont mis en place. Ces deux outils servent à atténuer le risque lié à la mise en œuvre.
Section I : Aperçu du Ministère
15
• Afin de gérer le risque lié à l’alignement des ressources, le Ministère a défini des priorités pour l’année en s’appuyant
sur les risques exposés dans le Profil de risque de l’organisation. Des rapports trimestriels, conformes au plan
d’affaires ministériel, ont permis au Ministère de suivre la progression de ces priorités. Le Ministère a également
poursuivi la mise en œuvre d’un processus fondé sur le risque pour évaluer les pressions liées au financement,
un processus essentiel pour mieux harmoniser les ressources avec les priorités.
• AADNC a participé à un certain nombre d’initiatives interministérielles pour favoriser des relations productives
avec ses partenaires fédéraux. Le Ministère a travaillé en particulier avec Ressources humaines et Développement
des compétences Canada et Santé canada pour mettre au point, coordonner et mieux intégrer les programmes de
développement économique et social. AADNC a également dirigé le Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones. Soutenu par une équipe interministérielle, le Ministère continue à aider les ministères et les
organismes à remplir leur obligation de consulter, et prévoit des accommodements au besoin, en mettant au point
des outils pour aider les agents fédéraux à respecter cette obligation, et en veillant à la coordination et à l’uniformisation sur le plan interministériel et intergouvernemental. Ceci a contribué à atténuer le risque lié aux partenariats
avec le gouvernement. Le Ministère a aussi participé au comité des initiatives conjointes AADNC–Santé Canada
pour mettre en place des initiatives bénéfiques pour les deux parties.
• Le risque lié aux relations avec les Autochtones a été traité par l’entremise de plusieurs initiatives importantes, y
compris de nombreuses négociations sur le règlement des revendications territoriales globales et particulières et sur
l’autonomie gouvernementale; la signature du Plan d’action conjoint Canada–Premières Nations pour améliorer la
prospérité des Premières Nations à long terme; le soutien sans faille à la Commission de vérité et de réconciliation et
au Programme d’information publique et de défense des intérêts; le processus d’engagement auprès de l’Assemblée
des Premières Nations pour l’éducation élémentaire et secondaire. AADNC a aussi renforcé ses partenariats en
négociant et en gérant des protocoles de consultation et des arrangements avec les groupes autochtones et les provinces
et territoires afin de respecter son obligation de consultation de façon uniforme et coordonnée. La collaboration du
Ministère avec le Ralliement national des Métis, la Fédération des Métis du Manitoba et d’autres affiliés et partenaires régionaux dans le but de respecter les principales priorités énoncées dans le Protocole de la nation métisse,
ainsi qu’avec les organisations de jeunes Inuits et les gouvernements inuits sur des projets de développement de la
capacité, ont permis de consolider les relations avec les populations autochtones.
• L’an dernier, le risque lié aux partenariats externes du Ministère a été géré par l’entremise d’un certain nombre de
négociations et d’accords de dévolution avec les provinces et les territoires. Cela a permis de clarifier les rôles et
les responsabilités des différentes parties. En outre, AADNC a négocié un protocole d’entente avec les provinces et
les territoires afin de réduire les chevauchements dans le cadre des processus de consultation et d’accommodement
à l’égard d’autres entités responsables, et de favoriser le partage de renseignements sur les processus de consultation
des Autochtones.
• Le Ministère a mis en œuvre un certain nombre d’initiatives pour gérer le risque juridique, y compris des ententes
à l’amiable; la participation aux activités du Groupe de travail interministériel des sous-ministres adjoints sur la
gestion des risques juridiques et la gestion intégrée du risque, et du Comité directeur mixte sur le règlement des
litiges; la conclusion d’accords concernant le règlement des revendications territoriales globales et particulières
et l’autonomie gouvernementale.
AADNC a continué à promouvoir et à appliquer de saines pratiques de gestion des risques dans l’ensemble de l’organisation grâce aux évaluations continues des risques à l’échelle du secteur, de la région et du programme, ainsi qu’aux
initiatives de formation continue sur les risques. Le Ministère a surveillé les activités principales et les risques qui y
sont liés dans le cadre du processus de reddition de comptes trimestriel, afin de s’assurer que les résultats et les objectifs stratégiques progressent.
16
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Sommaire du rendement
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
7 418,4
8 132,8
7 930,0
5 353
5 292,2
-60,8
La diminution nette de 60,8 équivalents temps plein (ETP) — ces derniers étant passés d’un nombre planifié de 5 353 à un nombre réel de 5 292,2 ETP —
est d’abord la conséquence du transfert vers Services partagés Canada des ressources humaines chargées des services de TI comme les courriels, le centre
de données et le réseau, ainsi que des économies opérationnelles qui ont été réalisées en réduisant les coûts des opérations autant que possible.
En outre, à la suite d’un examen des ETP réalisé dans le cadre de l’activité de programme Services internes, une restructuration des ETP a été effectuée,
faisant passer ces derniers des Services internes aux secteurs de programme pertinents. Les détails de cette restructuration sont présentés à la Section IV.
Explication des écarts
Les écarts observés entre le budget principal des dépenses, les dépenses prévues, les autorisations totales et les
dépenses réelles sont en grande partie attribuables à la chronologie des éléments clés du cycle financier. Le budget
principal des dépenses approuvé par le Parlement représente les crédits initiaux et constitue à ce titre la première étape
du cycle financier.
Les dépenses prévues pour 2011–2012 comprennent le budget principal des dépenses de 7,368 milliards de dollars, plus
un montant supplémentaire de 50 millions de dollars pour financer les initiatives approuvées au moment de la préparation du Rapport sur les plans et priorités en janvier et février de l’exercice précédent. Plus précisément, les 50 millions
de dollars étaient initialement destinés à la mise en œuvre d’un ensemble d’initiatives concernant les revendications
territoriales globales et l’autonomie gouvernementale au Yukon, à l’amélioration du régime de réglementation et de
la surveillance environnementale dans le Nord, à l’inscription des candidats dans le respect de la Loi sur l’équité entre
les sexes relativement à l’inscription au registre des Indiens, et à la mise en œuvre de l’évaluation environnementale
régionale de Beaufort.
Les autorisations totales englobent le budget principal des dépenses, le budget supplémentaire et les ajustements approuvés par le Conseil du Trésor, y compris le report du budget de fonctionnement et les exigences liées à la rémunération,
ainsi que le report d’autres autorisations des années précédentes. Plus précisément, la différence de 714 millions de
dollars entre les autorisations totales (8,132 milliards de dollars) et les dépenses prévues (7,418 milliards de dollars)
est la conséquence des éléments suivants :
• financement du budget supplémentaire pour :
— couvrir les indemnisations accordées dans le cadre du Processus d’évaluation indépendant et du Mode alternatif
de règlement des conflits dans le cadre de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens, y compris d’autres coûts liés aux règlements extrajudiciaires qui profitent directement aux revendicateurs;
— couvrir les coûts engagés dans les réserves par les provinces et les territoires et d’autres organismes d’intervention d’urgence, tel que le requiert le Programme d’aide à la gestion des urgences;
— couvrir l’évaluation, la gestion et la restauration de sites contaminés fédéraux;
— financer les ententes sur les revendications particulières.
• report des autorisations de prêts et des garanties de prêts des années précédentes.
• report du budget de fonctionnement et exigences liées à la rémunération (p. ex., prestations parentales et indemnités
de départ).
Section I : Aperçu du Ministère
17
Les dépenses réelles regroupent les dépenses qui ont été effectuées au cours de l’exercice financier conformément
aux Comptes publics du Canada. Plusieurs facteurs ont contribué à la différence de 202 millions de dollars entre
les dépenses réelles (7,930 milliards de dollars) et les autorisations totales (8,132 milliards de dollars), notamment :
• le report de certaines initiatives à l’exercice subséquent, lorsque les fonds seront utilisés aux fins prévues (notamment les paiements liés aux ententes sur les revendications particulières, à la Convention de règlement relative aux
pensionnats indiens et au nouveau programme de subvention des aliments pour les collectivités isolées du Nord;
ainsi que des projets en vertu du Fonds d’infrastructure pour les Premières Nations et du Plan d’action sur les sites
contaminés fédéraux);
• le report de ressources (p. ex., report du budget de fonctionnement) de l’exercice 2011–2012 à l’exercice 2012–2013,
ainsi que des autorisations concernant des prêts et garanties de prêts non utilisés en 2011–2012, mais qui seront
disponibles au cours des prochains exercices;
• diminution des besoins en matière de prêts des Premières Nations qui participent à la négociation des revendications.
Commission canadienne des affaires polaires
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
1,0
1,3
1,3
5
5
0
Explication des écarts
La différence de 0,3 million de dollars entre les autorisations totales (1,3 million) et les dépenses prévues (1 million)
découle des ajustements approuvés par le Conseil du Trésor en ce qui concerne le report du budget de fonctionnement
et les exigences liées à la rémunération.
Mesure des résultats stratégiques d’AADNC
Les résultats stratégiques d’AADNC, dans leur ensemble, prennent en compte les objectifs généraux liés au bien-être
des particuliers et des collectivités des peuples autochtones et des résidants du Nord. Compte tenu des défis entourant
l’évaluation du bien-être, y compris la collecte de données, AADNC a mis au point l’Indice du bien-être des collectivités (IBC). Cet indice, qui s’inspire de l’Indice de développement humain et sur les recensements de Statistique
Canada, est d’abord et avant tout un indicateur des résultats obtenus par AADNC au niveau des résultats stratégiques.
L’IBC est conçu pour mesurer la qualité de vie dans les collectivités des Premières Nations et des Inuit par rapport
à celle des autres collectivités canadiennes au fil du temps. Il porte sur quatre aspects de la qualité de vie : l’éducation,
le revenu, la participation à la vie active et le logement. À ce titre, l’IBC est considéré comme une mesure de substitution, mais il ne définit pas le bien-être comme un concept ou comme un objectif. Il contribue plutôt à avoir une meilleure compréhension du bien-être et, à un niveau fondamental, à saisir les résultats au plus haut niveau d’AADNC.
18
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Le tableau ci-dessous présente un résumé du rapport entre l’Indice et ces résultats :
Résultats stratégiques
Composantes de l’IBC
Le gouvernement
Les gens
Les terres et l’économie
Le Nord
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral
Population active et revenu
IBC au complet et éducation
Population active et revenu
Population active, revenu et logement
Sans objet
Le graphique ci-dessous met en évidence les grandes tendances de l’IBC au cours des 25 dernières années. De 1981
à 1996, l’IBC a enregistré d’importants progrès dans les collectivités inuites et des Premières Nations, ce qui a réduit
l’écart lié au bien-être dans ces collectivités par rapport aux autres collectivités canadiennes. Toutefois, depuis 2001,
l’IBC a réalisé peu ou pas de progrès dans les collectivités inuites et des Premières Nations2.
IBC moyen, 1981–2006
100
Collectivités des Premières nations
Collectivités inuites
Autres collectivités canadiennes
90
80
IBC
70
77
61
62
57
57
2001
2006
67
60
60
50
74
72
71
57
55
48
51
Même si les indices de l’IBC sont
dignes d’intérêt, il est difficile de les
utiliser dans un rapport annuel car
ils sont fondés sur des données d’un
recensement qui a lieu seulement
tous les cinq ans.
47
40
30
1981
1986
1991
1996
Année
Source : Statistique Canada, Recensement de la population, 1981, 1991, 1996, 2001 et 2006.
Voici les faits saillants des composantes de l’IBC :
• Le revenu a augmenté depuis 1981 dans les collectivités des Premières Nations à un rythme similaire à celui des autres
collectivités canadiennes. Dans les collectivités inuites, le revenu a récemment augmenté à un rythme plus rapide.
• L’activité de la population active s’est accrue à peu près au même rythme dans toutes les collectivités du Canada
depuis 1981.
• Le taux d’obtention de diplômes continue à croître depuis 1981, mais depuis 2001, à un rythme plus lent que celui
des autres collectivités du Canada.
• Si le logement enregistre un score stable dans les collectivités canadiennes depuis 1981, le score global du logement
dans les collectivités inuites et des Premières Nations a chuté entre 2001 et 2006, surtout en regard de la qualité du
logement. Cette diminution est plus marquée dans les collectivités inuites. La quantité de logements (surpopulation)
a cependant continué à s’améliorer considérablement.
Les données nécessaires pour la mise à jour de l’Indice du bien-être des collectivités proviennent du Sondage 2011 et de l’Enquête nationale
auprès des ménages 2011. Afin de mettre à jour l’Indice, toutes les variables de l’Enquête nationale auprès des ménages doivent être rendues
disponibles par Statistique Canada. La disponibilité de ces données sera décalée et débutera en 2013. Lorsque ces données seront disponibles,
un Indice du bien-être des collectivités pour 2011 sera produit et une mise à jour des calculs de l’historique de l’Indice pourrait être nécessaire
afin de s’assurer que ce dernier est comparable au fil du temps.
2
Section I : Aperçu du Ministère
19
Résultat stratégique : Le gouvernement — Bonne gouvernance et relations de
coopération pour les Premières Nations, les Inuits et les résidants du Nord
Indicateurs de rendement Objectifs
Rendement de 2011–2012
Composantes « population
active » et « revenu » de
l’indice de bien-être des
collectivités (IBC)
AADNC a appuyé des initiatives visant à renforcer la gouvernance des
Premières Nations en matière de processus électoral, d’élaboration de
règlements, de reddition de comptes, d’inscription et d’appartenance et
de citoyenneté.
En 2006, on a calculé une valeur de l’IBC de 71 pour la population active3
et de 55 pour le revenu4, ce qui représente l’évaluation la plus récente.
Aucuns objectifs
définis pour
2011–2012
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Dépenses
Budget
réelles
principal des
2010–2011*
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Concordance avec
les résultats du
gouvernement
du Canada
Gouvernance
et institutions
gouvernementales
476,3
434,9
434,9
496,0
495,9
Une société diversifiée
qui favorise la dualité
linguistique et l’inclusion sociale
Relations de
coopération
816,5
478,9
478,9
519,8
472,5
Une société diversifiée
qui favorise la dualité
linguistique et l’inclusion sociale
Gestion des traités
626,2
689,3
711,3
735,9
735,7
Une croissance
économique forte
1 919,0
1 603,1
1 625,0
1 751,8
1 704,1
Total
Les totaux peuvent accuser des écarts en raison de l’arrondissement.
* Afin de pouvoir les comparer avec les chiffres de 2011–2012, les données concernant les dépenses réelles de 2010–2011 ont été ajustées en fonction
des données précédentes indiquées dans le Rapport sur le rendement de 2010–2011, et ce, en vue de prendre en compte l’architecture révisée des
activités de programme pour 2011–2012.
3
Depuis 1981, la population active a augmenté à peu près au même rythme dans toutes les collectivités du Canada.
Dans les collectivités des Premières Nations, le revenu a augmenté depuis 1981 au même rythme que dans les autres collectivités du Canada.
Dans les collectivités inuites, on remarque que le rythme de l’augmentation du revenu s’est récemment accéléré.
4
20
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultat stratégique : Les gens — Bien-être des personnes et des familles au sein
des Premières Nations et des collectivités inuites
Indicateurs de rendement Objectifs
Rendement de 2011–2012
Indice de bien-être des collec- Aucuns objectifs définis
tivités (IBC) des Premières
pour 2011–2012
Nations et des Inuits
Consulter la description précédente ou l’analyse détaillée des
tendances de l’IBC.
AADNC a concentré ses efforts sur l’éducation, la réforme des
programmes sociaux et la création de partenariats. De plus, un
travail important a été accompli pour surveiller et respecter les
normes de service relatives à la gestion des affaires des particuliers
et à la résolution des questions des pensionnats.
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Dépenses
Budget
réelles
principal des
2010–2011*
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Éducation
1 628,3
1 657,2
1 657,2
1 677,6
1 675,0
Développement
social
1 610,9
1 564,4
1 565,5
1 678,1
1 678,0
40,6
22,1
27,4
44,2
43,3
516,8
391,1
391,1
567,8
560,3
3 796,7
3 634,8
3 641,3
3 967,7
3 956,7
Gestion des affaires
des particuliers
Résolution des
questions des
pensionnats
Total
Concordance avec
les résultats du
gouvernement
du Canada
Une société diversifiée
qui favorise la dualité
linguistique et l’inclusion sociale
Les totaux peuvent accuser des écarts en raison de l’arrondissement.
* Afin de pouvoir les comparer avec les chiffres de 2011–2012, les données concernant les dépenses réelles de 2010–2011 ont été ajustées en fonction
des données précédentes indiquées dans le Rapport sur le rendement de 2010–2011, et ce, en vue de prendre en compte l’architecture révisée des
activités de programme pour 2011–2012.
Section I : Aperçu du Ministère
21
Résultat stratégique : Les terres et l’économie — Participation entière des personnes
et des collectivités des Premières Nations, des Inuits et des Métis à l’économie
Indicateurs de rendement
Objectifs
Rendement de 2011–2012
Données sur la population active Aucuns objectifs
et le revenu
définis pour
2011–2012
Consulter la description précédente ou l’analyse détaillée des
tendances de l’ICB.
AADNC demeure résolu à mettre en œuvre le Cadre fédéral pour
le développement économique des Autochtones par les moyens
suivants : en créant des approches innovantes et durables pour promouvoir les entreprises autochtones et les pratiques de financement,
en renforçant la capacité et le lien entre la gestion des terres et le
développement économique; en révisant les politiques et les lignes
directrices en vigueur, et en veillant à établir des partenariats solides
avec les intervenants clés.
Le Ministère reste déterminé à construire et à entretenir les infrastructures communautaires en collaboration avec ses partenaires
autochtones et les autres parties.
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Dépenses
Budget
réelles
principal des
2010–2011*
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Concordance avec
les résultats du
gouvernement
du Canada
Développement
économique des
Autochtones
227,4
250,0
252,3
320,4
239,2
Une croissance
économique forte
Gestion fédérale
des terres de
réserve
125,4
37,8
37,8
208,0
207,3
Un environnement
propre et sain
Infrastructure
communautaire
1 300,4
1 212,2
1 212,2
1 099,9
1 096,9
Une croissance
économique forte
Total
1 653,2
1 500,0
1 502,3
1 628,3
1 543,4
Les totaux peuvent accuser des écarts en raison de l’arrondissement.
* Afin de pouvoir les comparer avec les chiffres de 2011–2012, les données concernant les dépenses réelles de 2010–2011 ont été ajustées en fonction
des données précédentes indiquées dans le Rapport sur le rendement de 2010–2011, et ce, en vue de prendre en compte l’architecture révisée des
activités de programme pour 2011–2012.
22
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultat stratégique : Le Nord — Autonomie, prospérité et bien-être des gens
et des collectivités du Nord
Indicateurs de rendement
Objectifs
Rendement de 2011–2012
Composantes « population
Aucuns objectifs
active » et « revenu » de l’indice définis pour
de bien-être des collectivités
2011–2012
pour le Nord
Consulter la description précédente ou l’analyse détaillée des
tendances de l’IBC.
Dans le cadre de la Stratégie pour le Nord, AADNC a lancé plusieurs
initiatives clés en vue d’appuyer le développement de collectivités
durables dans le Nord et d’améliorer le climat des affaires.
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Gouvernance et
gens du Nord
Dépenses
Budget
réelles
principal des
2010–2011*
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Concordance avec
les résultats du
gouvernement
du Canada
135,9
120,7
120,7
141,8
126,6
Des Canadiens en santé
Science et technologies du Nord
64,4
10,7
13,6
16,8
16,0
Une économie axée sur
l’innovation et le savoir
Gestion des terres,
des ressources et
de l’environnement
du Nord
218,8
73,6
88,8
191,0
179,9
Total
419,2
204,9
223,0
349,5
322,4
Un environnement
propre et sain
Les totaux peuvent accuser des écarts en raison de l’arrondissement.
* Afin de pouvoir les comparer avec les chiffres de 2011–2012, les données concernant les dépenses réelles de 2010–2011 ont été ajustées en fonction
des données précédentes indiquées dans le Rapport sur le rendement de 2010–2011, et ce, en vue de prendre en compte l’architecture révisée des
activités de programme pour 2011–2012.
Section I : Aperçu du Ministère
23
Résultat stratégique : Le Bureau de l’interlocuteur fédéral — Bien-être socioéconomique
des Métis, des Indiens non inscrits et des Autochtones vivant en milieu urbain
Indicateurs de rendement
Objectifs
Rendement de 2011–2012*
Revenu moyen par habitant des
Métis et des Indiens non inscrits
et des Autochtones vivant en
milieu urbain
Augmentation de 2 % entre 2001 et
2011 du taux d’obtention de diplômes
du secondaire, de l’emploi et du
revenu moyen total dans les villes
désignées dans la Stratégie pour
les Autochtones vivant en milieu
urbain (SAMU)
Les données de l’Enquête nationale auprès des
ménages de 2011 mesurant le revenu moyen hors
réserve ne sont pas encore disponibles.
D’après les données obtenues lors des recensements
de 2001 et de 2006, le revenu individuel moyen des
jeunes Autochtones vivant dans les villes désignées
dans la SAMU a augmenté de 14 % au cours de
cette période (en dollars constants de 2005).
Niveau de scolarité le plus élevé
chez les Métis et les Indiens non
inscrits et chez les Autochtones
vivant en milieu urbain
Augmentation de 2 % entre 2001 et
2011 du taux d’obtention de diplômes
du secondaire, de l’emploi et du
revenu moyen total dans les villes
désignées dans la SAMU
D’après les données recueillies lors des recensements de 2001 et de 2006, le niveau d’obtention de
diplômes d’études secondaires chez les Autochtones
vivant dans les villes désignées dans la SAMU a
augmenté d’environ 6 % au cours de cette période.
Taux d’emploi chez les Métis,
les Indiens non inscrits et
les Autochtones
Augmentation de 2 % entre 2001 et
2011 du taux d’obtention de diplômes
du secondaire, de l’emploi et du
revenu moyen total dans les villes
désignées dans la SAMU
D’après les données recueillies lors des recensements de 2001 et de 2006, le taux d’emploi chez
les Autochtones vivant dans les villes désignées
dans la SAMU a augmenté de 4 % au cours de
cette période.
* Les données comparables de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 ne seront pas disponibles avant 2013, au plus tôt.
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Dépenses
réelles
2010–2011
Budget
principal des
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Concordance avec
les résultats du
gouvernement
du Canada
Stratégie pour les
Autochtones vivant
en milieu urbain
14,5
13,5
13,5
14,9
14,9
La sécurité du revenu
et de l’emploi pour les
Canadians
Développement des
capacités organisationnelles des Métis
et des Indiens non
inscrits
15,9
16,1
16,1
16,5
16,3
Une société diversifiée
qui favorise la dualité
linguistique et l’inclusion sociale
Gestion des droits
des Métis
8,8
11,9
11,9
9,5
9,5
Une société diversifiée
qui favorise la dualité
linguistique et l’inclusion sociale
39,2
41,5
41,5
40,9
40,7
Total
Les totaux peuvent accuser des écarts en raison de l’arrondissement.
Services internes d’AADNC
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Services internes
24
Dépenses
réelles
2010–2011
Budget
principal des
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
407,6
384,0
385,2
394,7
362,7
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Commission canadienne des affaires polaires
Résultat stratégique : Meilleure connaissance des régions polaires du Canada
Indicateurs de rendement
Objectifs
Rendement de 2011–2012
L’indicateur de rendement doit être établi par
la Commission canadienne des affaires polaires.
En 2011, le Conseil a élaboré un nouveau plan stratégique
sur lequel s’appuiera la Commission au cours des trois
prochaines années. Les indicateurs de rendement correspondant à ce plan sont en cours d’élaboration.
(en millions de dollars)
2011–2012
Dépenses
réelles
2010–2011
Budget
principal des
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
La promotion de la
recherche et la
communication
0,8
0,8
0,8
1,0
1,0
Total
0,8
0,8
0,8
1,0
1,0
Activité de
programme
Concordance avec
les résultats du
gouvernement
du Canada
Un environnement
propre et sain
Services internes
(en millions de dollars)
2011–2012
Activité de
programme
Services internes
Dépenses
réelles
2010–2011
Budget
principal des
dépenses
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
0,2
0,2
0,2
0,3
0,3
Section I : Aperçu du Ministère
25
Contribution à la Stratégie fédérale de développement durable
La Stratégie fédérale de développement durable confirme l’engagement du gouvernement du Canada à améliorer la
transparence du processus décisionnel concernant l’environnement en exposant ses principaux buts et objectifs stratégiques à ce chapitre. AADNC veille à ce que ces résultats fassent constamment partie intégrante de ses processus
décisionnels. AADNC souscrit aux thèmes suivants de la Stratégie fédérale de développement durable, comme le
démontrent les identificateurs visuels et les activités de programme connexes ci-après.
Thème I :
Relever les défis des changements climatiques
et de la qualité de l’air
3.3 Infrastructure communautaire
4.1 Gouvernance et gens du Nord
4.2 Science et technologies du Nord
3.3 Infrastructure communautaire
4.2 Science et technologies du Nord
Thème II :
Maintenir la qualité et la
disponibilité de l’eau
Thème IV :
Réduire l’empreinte environnementale – en
commençant par le gouvernement
6.1 Services internes
AADNC se conforme à la Directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans
et de programmes.
Pour obtenir des précisions sur les activités mises à exécution par AADNC pour soutenir le développement durable et
les évaluations environnementales stratégiques, se reporter à la deuxième section du présent rapport et à la page Web
d’AADNC (http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1348774237926) sur le développement durable. Pour obtenir le texte
complet de la Stratégie fédérale de développement durable, visiter la page Web d’Environnement Canada
(http://www.ec.gc.ca/dd-sd/default.asp?lang=Fr&n=C2844D2D-1) sur le développement durable.
26
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Profil des dépenses
Tendance ministérielle des dépenses
En 2011–2012, les dépenses réelles d’AADNC se sont élevées à 7,9 milliards de dollars. Dans l’ensemble, les dépenses
ministérielles ont augmenté d’environ 0,5 milliard de dollars, soit 7 % depuis 2009–2010. Cette hausse nette s’explique
principalement par les facteurs suivants :
• l’octroi de fonds additionnels pour le règlement de revendications particulières;
• l’octroi d’un financement additionnel pour répondre à la demande de programmes et de services courants destinés
aux Premières Nations et aux Inuits (2 % d’indexation pour l’inflation et la croissance démographique);
• une augmentation pour répondre aux obligations liées à la mise en œuvre de la Convention de règlement relative
aux pensionnats indiens;
• l’octroi d’un financement additionnel pour couvrir les coûts engagés dans les réserves par les provinces et les territoires
et d’autres organismes d’intervention d’urgence, tel que le requiert le Programme d’aide à la gestion des urgences;
• l’octroi d’un financement additionnel au Budget de 2008 et au Budget de 2010 pour le nouveau Cadre fédéral pour
le développement économique des Autochtones, l’amélioration des résultats en éducation, l’expansion des services
à l’enfance et à la famille des Premières Nations, et la mise à exécution du Plan d’action pour la gestion de l’eau
potable dans les collectivités des Premières Nations.
Ces augmentations ont été compensées en partie par l’élimination du financement alloué dans le cadre du Plan d’action
économique du Canada pour le logement et l’infrastructure des Premières Nations et pour l’infrastructure de recherche
dans l’Arctique, et sont conformes au paiement ponctuel versé en 2009–2010 aux Cris du Québec pour le règlement
de questions liées à la mise en œuvre de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.
Tendance des dépenses
8,5
7,9
7,3
7,4
8,2
7,3 7,3
8,1 7,9
7,4 7,4
Millions de dollars
6,9
2009–2010
Section I : Aperçu du Ministère
2010–2011
2011–2012
Budget principal des dépenses
Dépenses prévues
Total des autorisations
Dépenses réelles
27
Dépenses réelles par résultat stratégique en 2011–2012
En 2011–2012, les dépenses réelles du Ministère de l’ordre de 7,9 milliards de dollars ont été consacrées à cinq résultats
stratégiques (7,6 milliards de dollars pour 16 activités de programme). Le solde de 0,4 milliard de dollars s’applique
à l’activité de programme Services internes, qui appuie tous les résultats stratégiques. Il convient de noter que la
majeure partie des fonds (4,0 milliards de dollars ou 50 %) a été allouée au résultat stratégique Les gens, qui comprend
les deux activités de programme les plus importantes, soit L’éducation et Le développement social, auxquelles est
consacrée la somme de 1,7 milliard de dollars chacune. De plus, 21 % des fonds (ou 1,7 milliard de dollars) ont été
consacrés au résultat stratégique Le gouvernement, et 19 % (ou 1,5 milliard de dollars) aux résultats Les terres et
l’économie. Les fonds restants, soit 0,4 milliard de dollars, sont affectés aux résultats stratégiques Le Nord et
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral.
Dépenses réelles en 2011–2012
Total : 7 930 millions de dollars
Le Bureau de l’interlocuteur
fédéral RS* 41 $
Services internes 363 $
Le Nord RS* 322 $
Gouvernance et institutions
gouvernemantales 496 $
Relations de coopération 473 $
Gestion des traités 736 $
Infrastructure
communautaire 1 097 $
Gestion des affaires
des particuliers 43 $
Gestion fédérale des terres
de réserve 207 $
Développement économique
des Autochtones 239 $
Résolution des questions
des pensionnats 560 $
Éducation 1 675 $
Développement social 1 678 $
Le gouvernement (3 activitiés de programme)
Le Nord (3 activitiés de programme)
Les gens (4 activitiés de programme)
Le Bureau de l’interlocuteur fédéral (3 activitiés de programme)
Les terres et l’économie (3 activitiés de programme)
Services internes
*RS = Résultat stratégique
Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut différer du total indiqué
Budget des dépenses par crédit voté
Pour obtenir plus de renseignements sur les crédits organisationnels ou les dépenses législatives d’AADNC, consulter
les Comptes publics du Canada 2012 (Volume II) (http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/recgen/txt/72-fra.html).
28
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Section II : Analyse des activités de programme
par résultat stratégique
RÉSULTAT STRATÉGIQUE : LE GOUVERNEMENT
Bonne gouvernance et relations de coopération
pour les Premières Nations, les Inuit et les résidants du Nord
Activité de programme 1.1 : Gouvernance et institutions gouvernementales
Description du programme
Le travail qui se rattache à cette activité de programme contribue au dynamisme social et économique des collectivités
des Premières Nations et des Inuit. Il apporte un soutien aux administrations communautaires (individuelles ou collectives) et aux systèmes de gouvernance en les aidant à mettre en place une gouvernance efficace, avec les capacités, les
processus et les mécanismes qui s’y rattachent (pouvoirs de réglementation, processus électoraux, etc.). Ce soutien vise
en particulier les gouvernements des Premières Nations et des Inuit, aussi bien que leurs institutions gouvernementales
respectives, entre autres celles qui assurent la prestation de services dans le domaine de la gouvernance, les organismes
de revendications territoriales et les associations professionnelles. Cette activité de programme fournit également un
soutien aux organisations représentatives en ce qui a trait à l’élaboration de politiques.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
434,9
496,0
495,9
89,0
490,0
401,0
L’écart entre les dépenses prévues et le total des autorisations prend en compte principalement les ressources supplémentaires réaffectées au cours de
l’exercice aux activités de soutien des gouvernements autochtones, à la consultation et à la capacité organisationnelle élémentaire des organismes autochtones, ainsi qu’à la réaffectation de fonds de l’activité de programme Services internes à des programmes particuliers, afin de mieux représenter les coûts de la
prestation des programmes et des services et d’atteindre les résultats escomptés de l’activité de programme La gouvernance et les institutions gouvernementales.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Les gouvernements et les
institutions des Premières
Nations sont compétents
et responsables.
Pourcentage des Premières Nations dotées d’un
plan communautaire ou d’un plan de renforcement des capacités de gouvernance
50 % au
31 mars 2012
100 %
Pourcentage des Premières Nations ne faisant pas 70 % au
l’objet d’une intervention financière, au sens que 31 mars 2012
l’entend la Politique de prévention et de gestion
des manquements5
76 %
« Ne faisant pas l’objet d’une intervention financière, au sens de la Politique de prévention et de gestion des manquements » s’entend des
Premières Nations qui ne sont pas assujetties à l’une ou l’autre des mesures définies dans la Politique de prévention et de gestion des manquements d’AADNC (anciennement appelée Politique d’intervention).
5
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
29
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
En 2011–2012, AADNC a continué d’enregistrer des progrès au chapitre de la gouvernance. Par exemple, AADNC
a dépassé l’objectif suivant : plus de 70 % des Premières Nations devraient être exemptées de toute intervention en
matière de gestion financière. Sur les 586 Premières Nations qui ont été évaluées, 76 % n’étaient assujetties à aucune
des mesures prévues dans la Politique de prévention et de gestion des manquements (anciennement appelée Politique
d’intervention). Les Premières Nations et les conseils tribaux ont tous accès à l’Outil de planification de la capacité de
gouvernance, car il est publié sur le site Web du Ministère. De plus, un formulaire de rétroaction leur a été distribué.
En outre, le Ministère a continué à envisager des options de regroupement des capacités ministérielles. Ces initiatives,
conjuguées aux programmes regroupés de Soutien aux gouvernements indiens, favorisent la mise en place de gouvernements des Premières Nations compétents, responsables et efficaces en aidant les collectivités à cerner leurs
lacunes, en établissant les priorités en matière de gouvernance et en renforçant les capacités.
Afin de faciliter la mise en application de la nouvelle Politique de prévention et de gestion des manquements, en
2011–2012, le Ministère a investi 4 millions de dollars dans 85 collectivités à haut risque, pour créer et instaurer des
approches novatrices qui permettent d’éliminer les causes premières du non-respect des accords de subvention. Ces
projets pilotes étaient offerts aux collectivités faisant l’objet d’une intervention qui étaient disposées à mettre à exécution les activités prévues dans leurs plans d’action pour être exemptées de toute intervention, mais qui ont été incapables
de le faire pour des raisons financières. Les fonds ont en grande partie été investis dans l’élaboration d’une politique
et de systèmes, ainsi que dans la formation spécifique afin de réduire le risque de manquements à l’avenir. Ces projets
pilotes ont connu du succès grâce à des approches communautaires novatrices allant de petits changements progressifs
dans certaines collectivités, par exemple, l’instauration d’un système d’information financière, à des améliorations de
taille dans d’autres collectivités où l’intervention ministérielle requise a été réduite. Par exemple, grâce au financement
offert dans le cadre d’un projet pilote de formation, la Première Nation de Fort McMurray dispose dorénavant d’un
personnel qualifié pour gérer ses programmes de développement social, une tâche qui était auparavant confiée à un
prestataire de services tiers.
En ce qui a trait à la législation et aux politiques, le Ministère a continué à mettre à la disposition des citoyens des
moyens leur permettant d’agir. On continue à étudier l'incidence des réformes législatives (actuelles, en attente et sous
forme de projet) sur les droits et les libertés des citoyens des Premières Nations. Le projet de loi C-27, la Loi sur la
transparence financière des Premières Nations, a été déposé à la Chambre des communes le 25 novembre 2011. Cette
loi a été conçue pour améliorer la transparence financière des Premières Nations et augmenter leurs obligations redditionnelles. Le projet de loi S-6, la Loi sur les élections au sein des Premières Nations, a été déposé à la Chambre des
communes le 6 décembre 2011. Cette loi a pour objet de fournir un système électoral solide, ouvert et transparent
comme solution de rechange au système prévu dans la Loi sur les Indiens.
Enfin, le Ministère a continué à s’acquitter de ses obligations en matière d’élections et de règlements administratifs
conformément à la Loi sur les Indiens.
Travaillant en collaboration avec l’Assemblée des Premières Nations, l’Association des femmes autochtones du Canada
et le Congrès des Peuples Autochtones, le Ministère a terminé l’évaluation de l’état de préparation des Premières Nations
à la mise en œuvre des modifications apportées à la Loi canadienne sur les droits de la personne et a préparé un rapport
qui a été déposé au Parlement le 16 juin 2011.
30
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Activité de programme 1.2 : Relations de coopération
Description du programme
Cette activité de programme exécute les obligations constitutionnelles et historiques, réduit les conflits grâce à la négociation et permet à toutes les parties de collaborer en vue de se réconcilier. Les relations de coopération axées sur le
respect mutuel engendrent un climat de confiance, de responsabilité et de partenariats respectueux entre les gouvernements, les Premières Nations et les Inuit. En retour, ce climat stimule la croissance sociale, économique et culturelle
des collectivités des Premières Nations et des Inuit et favorise l’autonomie. Les relations de coopération constituent
la base d’un règlement mutuellement acceptable des revendications et autres questions de nature juridique. C’est grâce
à ces relations de coopération que des fonds sont consentis aux Premières Nations et aux Inuit pour la réalisation des
activités s’inscrivant dans cette activité de programme, parmi lesquelles la négociation d’ententes sur le règlement des
revendications et sur l’autonomie gouvernementale, et qu’une certitude est acquise quant à la propriété, l’utilisation et
la gestion des terres et des ressources. Les Premières Nations et les Inuit sont représentés d’une manière efficace dans
la prise de décisions en matière de politiques fédérales, et le devoir de consultation de la Couronne est ainsi acquitté.
Des fonds sont transférés aux bénéficiaires autochtones par l’entremise d’accords de contribution et d’ententes en
matière de prêts. Les niveaux de financement sont déterminés en fonction des propositions soumises par les Autochtones
et sont fondés sur les lignes directrices et les conditions générales des programmes.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
478,9
519,8
472,5
413,0
391,8
-21,2
L’écart entre les dépenses prévues et les dépenses réelles est principalement attribuable à l’ajout de nouveaux crédits au Budget supplémentaire des
dépenses pour le règlement de revendications particulières, de même qu’aux exigences atténuées concernant les mesures associées aux traités, attribuables
au report d’activités. Les fonds non requis en 2011–2012 ont été reportés à 2012–2013 et pourront être utilisés aux fins prévues. L’écart entre le total
des autorisations et les dépenses réelles s’explique essentiellement par une diminution des besoins en matière de prêts des Premières Nations qui participent à la négociation des revendications, ainsi qu’au report de certaines revendications pour lesquelles les négociations n’ont pas été conclues au cours
de l’exercice. Ces fonds inutilisés en 2011–2012 ont été reportés à l’exercice 2012–2013; ils seront alors disponibles aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Les relations reposent sur la confiance, le
Pourcentage des négociations
respect, la compréhension, le partage des
actuelles qui sont productives
responsabilités, l’obligation de rendre compte,
le dialogue et le respect des droits.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
Objectifs
Résultats réels
90 % au
31 mars 2012
98,5 %
31
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
L’avancement des négociations visant l’autonomie gouvernementale et les revendications territoriales avec des groupes
autochtones partout au Canada continue à présenter des avantages de taille pour les Canadiens. Ces négociations procurent notamment une plus grande certitude juridique en ce qui concerne les droits de propriété et d’utilisation des
terres et des ressources qu’offrent les traités modernes au Canada, éliminant les obstacles à leur mise en valeur dans
l’intérêt de tous les Canadiens. En outre, la négociation d’ententes sur l’autonomie gouvernementale avec des groupes
autochtones contribue à améliorer les relations entre les Autochtones et la Couronne et permet à ces groupes d’apporter
des changements significatifs au sein de leurs collectivités. C’est pourquoi le Canada s’emploie à entretenir des relations
productives avec les groupes de requérants autochtones, qui débouchent sur des négociations fructueuses. En 2011–2012,
sur les 200 tables de négociation actives qui ont fait l’objet d’une évaluation, 98,5 % se sont révélées productives.
Points saillants des négociations en 2011–2012 :
• Entente définitive avec la Tribu Blood et avec la Nation Sioux Valley Dakota;
• Conclusion de l’entente-cadre d’autonomie gouvernementale avec la Nation Whitecap Dakota;
• Signature de l’entente générale Mi’gmag Wolastoqiyik–Nouveau-Brunswick–Canada (le 9 septembre 2011);
signature d’une entente de principe sur les revendications territoriales et l’autonomie gouvernementale
entre le Canada,Terre-Neuve-et-Labrador et les Innus du Labrador (le 18 novembre 2011);
• Sanction royale accordée le 1er décembre 2011 à la Loi sur l’accord sur les revendications territoriales concernant la région marine d’Eeyou;
• Paraphe de l’Accord définitif des Tla’amin (Sliammon) (le 21 octobre 2011);
• Signature de l’accord de principe de la Première Nation K’ómoks (le 24 mars 2012);
• Conclusion d’une entente sur les répercussions et les avantages avec cinq Premières Nations Tsimshian
concernant l’agrandissement du port de Prince Rupert;
• Poursuite (deuxième ronde) des discussions sur la revitalisation du traité tripartite pour trouver des
moyens de relancer le processus des traités en Colombie-Britannique; et
• Approbation et financement de 54 mesures liées à des traités avec des Premières Nations de la
Colombie-Britannique en vue d’initiatives de développement des capacités.
Le gouvernement fédéral a poursuivi la mise en œuvre de l’initiative La justice, enfin et a progressé au chapitre de
l’amélioration de la négociation et du règlement de revendications particulières. Au cours de 2011–2012, le gouvernement a réglé un nombre important de revendications qui en étaient à l’étape de la recherche et de l’évaluation lorsque
la Loi sur le Tribunal des revendications particulières est entrée en vigueur le 16 octobre 2008. L’exercice financier
2011–2012 a marqué un virage en ce qui concerne la négociation et le règlement de revendications qui avaient été
admises. En 2011–2012, sur les 291 revendications particulières qui ont été traitées, 10 ont été réglées (258,5 millions
de dollars) et 147 ont été admises en vue de négociations. Une évaluation formative du Plan d’action relatif aux revendications particulières a été effectuée en 2011. Il a été constaté que le nouvel échéancier a permis d’accélérer le traitement de revendications particulières et que l’initiative La justice, enfin constitue un processus à la fois opportun et
efficace pour obtenir les résultats escomptés.
Le Ministère a continué à mettre en application l’approche du gouvernement en matière de consultation et d’accommodement et à aider les ministères et les organismes à satisfaire à l’obligation de la Couronne de consulter les groupes
autochtones. Il a appuyé les priorités du gouvernement en intégrant la consultation des Autochtones aux nouveaux
processus d’évaluation environnementale et de réglementation. Il a créé des outils pour aider les fonctionnaires fédéraux, notamment le Système d’information sur les droits ancestraux et les droits issus de traités et le Service d’information sur la consultation, un service à guichet unique sur l’emplacement et la nature des droits ancestraux ou issus
de traités. Le Ministère a amélioré la formation et élaboré des approches stratégiques concernant des enjeux clés et
des directives opérationnelles, tout en formulant des conseils sur des dossiers spécifiques. Il a assuré la coordination
interministérielle et intergouvernementale et a établi et maintenu des partenariats avec des groupes autochtones, les
32
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
provinces, les territoires et l’industrie, notamment en nommant des coordonnateurs régionaux de la consultation pour
renforcer la coopération régionale. Il a en outre négocié et mis en œuvre des protocoles d’entente et autres protocoles
pour soutenir des processus de consultation clairs, concertés et efficaces. Des protocoles tripartites ont été mis en œuvre
en Nouvelle-Écosse, tandis que d’autres ont été parachevés au Nouveau-Brunswick et à l’Île-du-Prince-Édouard. Le
gouvernement fédéral s’emploie à parachever des protocoles d’entente avec la Nouvelle-Écosse et l’Alberta.
Une évaluation des répercussions de l’autonomie gouvernementale autochtone a pris fin en mars 2011. Fondée sur des
données quantitatives et qualitatives, l’évaluation montre que les Premières Nations dotées d’un gouvernement autonome
obtiennent de meilleurs résultats dans les domaines de l’éducation, de l’emploi et de la main-d’œuvre, éprouvent un
sentiment de fierté renouvelé à l’endroit de leur gouvernement et ont établi de nouvelles relations propices à la croissance et au progrès socioéconomique de leur collectivité.
Le Canada accorde des transferts financiers pour soutenir les gouvernements autochtones autonomes et tentent
d’avoir des ententes financières plus efficaces, transparentes et prévisibles. Le Ministère a atteint un jalon important
en 2011–2012, lorsqu’il a mené à terme un engagement avec 60 groupes de négociation et 23 gouvernements autochtones concernant l’élaboration d’une nouvelle approche, fondée sur des formules, du financement des gouvernements
autochtones autonomes.
Par le truchement du Secrétariat des relations avec les Inuit, AADNC continue à :
• Collaborer avec les regroupements de jeunes Inuits et les gouvernements inuits (Nunatsiavut) à des projets destinés
à renforcer la capacité. Par exemple, le National Inuit Youth Council a tenu son assemblée générale annuelle et a
reçu de la formation formelle sur la gouvernance. Il a aussi créé le NIPIIT Magazine, afin de mieux faire connaître
les activités destinées aux jeunes dans les collectivités inuites et les programmes conçus spécifiquement pour les
jeunes dans les régions, ainsi que pour faciliter la transmission du savoir traditionnel;
• Représenter les intérêts fédéraux en ce qui concerne la Stratégie pancanadienne sur l’éducation des Inuits (dans
l’ensemble, l’initiative est dirigée par l’Inuit Tapiriit Kanatami), qui appuie la création de systèmes d’éducation
fondés sur la vision du monde et la culture des Inuits, ainsi que l’importance de recevoir une éducation bilingue
(en inuktitut et en français ou en anglais);
• Encourager les relations entre les organismes inuits admissibles et le gouvernement fédéral, renforcer la capacité de
ces organismes à exécuter des programmes et à fournir des services, et leur offrir du soutien pour améliorer leur capacité
de rendre des comptes sur les plans financier et électoral grâce au Programme de capacité organisationnelle de base.
Leçons apprises
Le 8 juillet 2011, la négociation de l’accord définitif a pris fin et a été paraphé par la Tribu Blood en Alberta.
Cependant, la séance de ratification de l’accord par la collectivité, tenue le 14 décembre 2012, s’est soldée par un
échec. Afin de déterminer quelle sera la réponse du Canada si la collectivité devait demander la tenue d’un deuxième
vote, ainsi que pour se préparer en vue de futurs votes de ratification, le Ministère travaille à l’élaboration d’un « projet de pratiques exemplaires de ratification » qui lui permettra d'examiner les événements et de mieux planifier les
prochaines activités de ratification.
Le 10 février 2012, la Cour fédérale a rendu son verdict dans la foulée de l’examen judiciaire de l’affaire Sambaa
K’e/Nahanni Butte concernant la décision du Canada de reporter la consultation officielle, aux termes de l’article 35,
avec ces Premières Nations en attendant la conclusion d’un accord de principe issu des négociations sur les revendications globales avec les Acho Dene Koe, une bande voisine. La Cour a conclu que, dans ce cas, les actions du Canada
ne permettaient pas de satisfaire à l’obligation de la Couronne et que, même si l’accord de principe n’engendre pas
de droits légaux et n’a pas d’incidence sur les droits autochtones, le Canada est obligé de consulter et, s'il y a lieu, de
prévoir des accommodements. Le Canada, qui n’a pas porté cette décision en appel, s’emploie maintenant à mener sa
consultation conformément à la décision de la cour.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
33
Une évaluation réalisée en 2011 par le Secrétariat des relations avec les Inuit a fait ressortir la nécessité d’instaurer des
critères clairs pour la sélection de projets et de créer un outil qui permettra de mieux mesurer les répercussions de son
travail de promotion des droits. Conformément aux recommandations, le Secrétariat a élaboré une Stratégie de mesure
de rendement préliminaire qui exposera clairement les critères de suivi, d’analyse et d’évaluation des résultats, tout en
respectant les normes ministérielles, qui énoncera les résultats attendus et qui continuera de tenir compte des priorités
du gouvernement fédéral et des Inuits.
Selon l’évaluation formative du Plan d’action relatif aux revendications particulières, l’initiative La justice, enfin permet d’obtenir les résultats escomptés et d’atteindre les objectifs du gouvernement. Néanmoins, l’évaluation formative
contient quatre recommandations : (1) Envisager d’étendre au-delà de trois ans le modèle opérationnel de négociation;
(2) Veiller à ce que les Premières Nations dont la revendication aura été jugée non conforme à la norme reçoivent une
réponse adéquate; (3) Communiquer plus efficacement la raison d’être et la disponibilité des services de médiation;
(4) Diffuser plus efficacement le processus visant les revendications dont le montant excède 150 millions de dollars.
Une réponse de la direction et un plan d’action ont été élaborés et mis à exécution pour donner suite à chacune de
ces recommandations.
Activité de programme 1.3 : Gestion des traités
Description du programme
En travaillant en partenariat, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que les parties autochtones
peuvent créer et maintenir les structures nécessaires pour faciliter les relations actuelles et en évolution qui existent
dans un contexte à la fois historique et moderne. Les activités clés comprennent la mise en œuvre des ententes sur le
règlement des revendications territoriales et sur l’autonomie gouvernementale; le règlement des revendications spéciales; le transfert des terres visées par les revendications globales; les tables et les commissions des traités. Les commissions des traités versent des fonds aux bénéficiaires sous forme de contributions. Même si tous les Canadiens
devraient tirer avantage du règlement et de la mise en œuvre des ententes sur les revendications territoriales globales,
les principaux bénéficiaires devraient être les collectivités des Premières Nations et des Inuit, qui seront ainsi plus
aptes à exprimer leurs intérêts, à participer (le cas échéant) à l’exploitation et à la gestion des terres et des ressources,
et à montrer l’importance des traités et de la relation y afférente entre la Couronne et les Autochtones. Des fonds sont
versés aux bénéficiaires sous forme de subventions, conformément à l’entente de règlement.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
711,3
735,9
735,7
7,0
88,0
81,0
L’écart entre les dépenses prévues et le total des autorisations est principalement attribuable au financement par reconduction ou réaffectation au Budget
supplémentaire des dépenses pour : la mise en œuvre de l’Accord sur les revendications territoriales concernant la région marine d’Eeyou; la prestation de
programmes et de services de formation aux Premières Nations participantes, en ce qui concerne l’éducation des Micmacs en Nouvelle-Écosse; l’acquisition
de permis de pêche pour les Premières Nations Maa-nulth; l’acquisition de permis de pêche commerciale au crabe pour la Première Nation Tsawwassen.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
34
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
La création et le maintien de partenariats
appuient la structure
des traités historiques
et modernes.
Pourcentage des initiatives ou
des structures établies qui respectent les relations issues des
traités historiques et modernes
75 % des initiatives ou
des structures établies
et acquittement de
75 % des obligations
ponctuelles d’ici le
31 mars 2012
Toutes les structures sont établies et
toutes les structures liées à des traités
historiques (c.-à-d. les tables et les
commissions des traités) sont en place
Au total, 82,2 % des obligations uniques
ont été remplies
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Le Ministère a créé des commissions des traités au Manitoba et en Saskatchewan en partenariat avec des organismes
autochtones provinciaux (l’Association des chefs du Manitoba et la Fédération des nations autochtones de la Saskatchewan)
afin que des tiers impartiaux aident les parties à comprendre le processus d’établissement de relations, favorisent les
relations entre tous les Canadiens, coordonnent la recherche ciblée indépendante sur les questions liées aux traités pour
aider les parties, et mettent en œuvre des programmes de sensibilisation du public et d’information sur les questions liées
aux traités de manière à les faire connaître et à promouvoir de bonnes relations entre tous les Canadiens à cet égard.
Au cours des dernières années, AADNC, de concert avec ses partenaires fédéraux, s’est employé à produire une série
de documents d’orientation, ainsi que des outils de surveillance et d’établissement de rapports, pour s’assurer que les
responsables fédéraux de la mise en œuvre sont au courant de leurs obligations juridiques et qu’ils sont capables de
s’en acquitter. L’un de ces outils est le Guide pour les responsables fédéraux de la mise en œuvre des ententes sur les
revendications territoriales globales et l’autonomie gouvernementale. Ce guide est mentionné dans le plus récent Rapport
annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada qui est produit par le greffier du Conseil privé.
AADNC a également créé le Guide de gestion des mécanismes de règlement des conflits dans les traités modernes et
le Guide d’examen pour les responsables fédéraux de la mise en œuvre des ententes sur les revendications territoriales
globales et l’autonomie gouvernementale. En outre, des guides sur l’élaboration de rapports et sur la passation de marchés et l’approvisionnement sont en cours de rédaction, tandis que le Système de surveillance des obligations découlant des traités (SSODT) sera déployé au sein des ministères fédéraux au cours de l’année. Le SSODT est une plateforme électronique Web qui permet aux fonctionnaires de surveiller les obligations du Canada, en plus de servir d’outil
interne de suivi de l’état des obligations et de production de rapports à ce sujet.
En 2011–2012, le Système de surveillance des obligations découlant des traités est entré en service au sein d’AADNC,
et d’autres ministères fédéraux y auront bientôt accès. Les personnes qui ont utilisé le système jusqu’à maintenant en
vantent la facilité d’utilisation et sa capacité de fournir un instantané du degré de respect des obligations.
Dans le cadre des travaux qui se poursuivent en ligne, les ministères fédéraux font rapport sur leurs activités de passation de marchés et d’approvisionnement dans les domaines de revendications territoriales. Plus de 1 700 fonctionnaires
fédéraux provenant de nombreux ministères ont assisté à des séances d’apprentissage sur les pratiques d’approvisionnement dans les domaines de revendications territoriales.
Leçons apprises
Le Système de surveillance des obligations découlant des traités a été créé afin de mieux assurer le suivi de ses obligations relatives aux traités.
En outre, AADNC a entrepris des recherches à l’interne pour trouver des moyens de mieux respecter les engagements
pris en 2011 dans le Plan d’action conjoint de l’Assemblée des Premières Nations du Canada et, en janvier 2012, lors
de la Rencontre de la Couronne et des Premières Nations. Cela comprend un engagement auprès des Premières Nations
signataires de traités concernant l’avenir des relations découlant de traités historiques, afin de confirmer les points
d’entente et de créer des options concrètes pour revitaliser les relations.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
35
RÉSULTAT STRATÉGIQUE : LES GENS
Bien-être des personnes, des familles
et des collectivités des Premières Nations et des Inuits
Activité de programme 2.1 : Éducation
Description du programme
Cette activité de programme fournit aux collectivités des Premières Nations et des Inuit les outils nécessaires pour
atteindre de meilleurs résultats en matière d’éducation. AADNC est le principal responsable, en vertu de la Loi sur les
Indiens, de l’éducation primaire et secondaire des Indiens inscrits vivant dans les réserves. Le Ministère a aussi pour
politique sociale d’appuyer les Inuit et les Indiens inscrits vivant dans les réserves qui font des études postsecondaires.
Le soutien assuré par les programmes d’éducation comprend la prestation de services de formation et d’éducation spéciale, de même que des projets ciblés destinés à améliorer la gestion de l’éducation des Premières Nations, à améliorer
le recrutement et le maintien en poste des enseignants et à favoriser la participation des parents et des collectivités. De
nouveaux fonds ciblés récemment alloués visent à améliorer la prestation des services d’enseignement primaire et
secondaire au moyen d’un partenariat et d’un programme de réussite des étudiants.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
1 657,2
1 677,6
1 675,0
227,0
276,6
49,6
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales s’explique principalement par la réaffectation des ressources provenant surtout de l’infrastructure communautaire, en vue de répondre à la demande accrue de programmes et de services d’éducation. De plus, des fonds additionnels ont été
prévus au Budget supplémentaire des dépenses pour soutenir les ententes tripartites en matière d’éducation avec les Premières Nations de la ColombieBritannique et pour faire progresser l’état de préparation à la comparaison avec d’autres provinces dans le cadre du Programme de partenariats en
éducation. L’écart entre les autorisations totales et les dépenses réelles s’explique essentiellement par le report du financement du projet de Système
d’information sur l’éducation. Ce financement a été reporté à 2012–2013 et pourra être utilisé aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
36
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Les Inuit et les memTaux de diplômés d’études secondaires
bres des Premières
parmi les élèves des Premières Nations qui
Nations atteignent des habitent habituellement dans une réserve. *
niveaux de scolarité
comparables à ceux
des autres Canadiens.
Âge moyen des diplômés d’études secondaires des élèves des Premières Nations
qui habitent habituellement dans
une réserve.*
Nombre d’étudiants inuits et des
Premières Nations financés par le
Programme d’aide aux étudiants de niveau
postsecondaire qui obtiennent un diplôme
ou un certificat d’études postsecondaires
(par groupe d’âge, sexe et région).
Taux d’obtention de diplôme d’études postsecondaires par les Premières Nations et
les Inuit mesuré par le pourcentage de la
population inuite et des Premières Nations
ayant un diplôme d’études postsecondaires
(par sexe, groupe d’âge, région et en comparaison aux autres Canadiens).*
Remarque : Cet indicateur ne sera produit
qu’après la mise en place du Système d’information sur l’éducation en 2012.
Objectifs
Résultats réels
Un exercice d’établissement de
l’objectif a eu lieu à l’hiver 2011.
L’objectif fixé vise une augmentation de 8 % sur cinq ans (de
2011–2012 à 2016–2017).
Taux de diplômés
d’études secondaires
pour 2011–2012 :
35,39 %.
Cet objectif sera examiné lorsque le Système d’information sur
l’éducation (SIE) sera pleinement
opérationnel, afin de déterminer
si cet objectif est celui qui convient le mieux pour obtenir les
résultats escomptés ou si d’autres
objectifs conviendraient davantage.
Âge moyen des
diplômés d’études
secondaires :
19,8 ans
Les données associées à cet
indicateur seront recueillies en
2012–2013. Une fois ces données disponibles, le Ministère
se fixera un objectif réaliste et
mesurable, par province, quant
au taux d’obtention de diplôme
ou de certificat d’études postsecondaires.
On attend les résultats du
recensement de 2011 pour
fixer l’objectif.
On commencera
à recueillir des
données pour
cet indicateur
en 2012–2013.
* Des ajustements ont été apportés aux indicateurs de 2011–2012, afin que ceux-ci correspondent davantage à la stratégie de mesure du rendement en
matière d’éducation.
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Le taux de diplomation des élèves de 12e année (11e au Québec) vivant sur une réserve s’établissait à 35,39 % en
2010–2011. Même si ce résultat constitue une amélioration de 2 % par rapport à 2009–2010, il y a place à l’amélioration à ce chapitre. Par conséquent, dans le Budget de 2012, le gouvernement s’est engagé à adopter de nouvelles lois
visant les études primaires et secondaires en 2014.
Afin de faciliter l’atteinte de l’objectif visant les taux de diplomation, en 2011–2012, le Ministère a poursuivi la mise
à exécution de programmes clés, notamment le Programme de réussite scolaire des étudiants des Premières Nations
(PRSEPN) pour aider les élèves des Premières Nations à poursuivre leurs études primaires et secondaires. En privilégiant la maîtrise de la lecture, de l’écriture et du calcul ainsi que la persévérance scolaire, le PRSEPN a obtenu un taux
de participation de 90 % dans les écoles de bande. En outre, après la quatrième ronde de propositions, il englobait
98 % des élèves des écoles de bande.
Des progrès ont été enregistrés en ce qui concerne la mise en place du Système d’information sur l’éducation (SIE).
Le SIE permettra au Ministère d’améliorer sa capacité de mesurer les résultats des programmes d’éducation et de faire
rapport aux Canadiens — particulièrement aux Premières Nations. L’élaboration de ce système de données novateur
ne s’est pas faite sans problèmes; entre autres, il a fallu veiller à répondre aux exigences des intervenants et des utilisateurs. Néanmoins, le SIE devrait être déployé d’ici septembre 2012.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
37
Afin d’aider à rehausser l’éducation des Premières Nations, l’Accord-cadre tripartite en matière d’éducation primaire et
secondaire pour les Premières Nations de la Colombie-Britannique a été signé par AADNC, le ministère de l’Éducation
de la Colombie-Britannique et le Comité directeur sur l’éducation des Premières Nations en janvier 2012. Ce programme
a pour objectif d’assurer aux élèves des Premières Nations de la Colombie-Britannique l’accès à des programmes
d’enseignement de qualité, qu’ils fréquentent une école dans une réserve ou hors réserve. Cet accord officialise et
améliore l’ancien partenariat avec la Colombie-Britannique et constitue une nouvelle approche en matière de soutien
à l’éducation élémentaire et secondaire des Premières Nations de la province. Les travaux devraient se poursuivre
en vue de conclure de nouveaux partenariats sur l’éducation au Québec, en Ontario et à Terre-Neuve-et-Labrador et
d’approfondir les partenariats existants.
Au cours de l’exercice, des percées importantes ont été réalisées au chapitre des réformes des systèmes d’éducation.
Le Panel national sur l’éducation primaire et secondaire des Premières Nations pour les élèves dans les réserves a présenté son rapport au ministre d’AADNC et au chef national de l’Assemblée des Premières Nations en février 2012.
Ce rapport renferme des recommandations en vue d’améliorer les résultats en matière d’éducation des enfants des
Premières Nations. Les engagements en matière d’éducation ont été soulevés lors de la Rencontre de la Couronne et
des Premières Nations qui s’est tenue en janvier. Enfin, le Budget de 2012 prévoit de nouveaux investissements pour
améliorer l’éducation des Premières Nations, un engagement à mettre en vigueur une loi sur l’éducation des Premières
Nations au plus tard en septembre 2014, ainsi que l’examen de mécanismes de financement et un nouvel investissement
pour préparer le terrain en vue d’établir le nouveau système d’éducation des Premières Nations que prévoira la loi.
En ce qui concerne l’éducation postsecondaire, le Ministère a mis à jour les lignes directrices du Programme d’aide
aux étudiants de niveau postsecondaire pour 2012–2013, afin de clarifier les exigences du programme et les attentes
des bénéficiaires, et d’améliorer la qualité des données rapportées.
Leçons apprises
En 2011–2012, le Ministère a examiné les éléments de preuve provenant de nombreux rapports sur les façons d’améliorer l’éducation des Premières Nations6.
En réponse aux recommandations contenues dans le rapport du Panel national sur l’éducation primaire et secondaire
des Premières Nations pour les élèves dans les réserves et dans d’autres rapports clés, le gouvernement du Canada a
annoncé son intention de mettre en œuvre une loi sur l’éducation des Premières Nations au plus tard en septembre 2014.
Cette loi aura pour objet de mettre en place des structures et des normes qui permettront de soutenir des systèmes
d’éducation solides et responsables dans les réserves. Cela pavera la voie à l’amélioration des résultats scolaires
des élèves des Premières Nations.
Ces rapports contiennent le rapport du Panel national sur l’éducation primaire et secondaire des Premières Nations pour les élèves dans les
réserves (Cultiver l’esprit d’apprentissage chez les élèves des Premières Nations, février 2012); le Rapport du Comité sénatorial permanent des
peuples autochtones (La réforme de l’éducation chez les Premières Nations : de la crise à l’espoir, décembre 2011); et le rapport Le Point de la
vérificatrice générale du Canada (chapitre 4 — Les programmes pour les Premières Nations dans les réserves, juin 2011).
6
38
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Activité de programme 2.2 : Développement social
Description du programme
Cette activité de programme vise à soutenir la prestation d’aide au revenu, pour combler les besoins fondamentaux que
sont la nourriture, les vêtements et le logement et ainsi assurer la sécurité et le bien-être des personnes et des familles,
conformément aux normes et aux programmes provinciaux; les services à l’enfance et à la famille des Premières
Nations pour améliorer leur bien-être et leur sécurité; l’aide à la vie autonome pour les services de soutien social de
nature non médicale comme les soins à domicile, les soins de relève à court terme, le placement familial et les soins
en établissement en vue d’améliorer leur bien-être et leur sûreté; le Programme pour la prévention de la violence
familiale afin d’améliorer la sécurité et la sûreté, surtout celles des femmes et des enfants à risque; le Programme
de réinvestissement de la Prestation nationale pour enfants pour soutenir les familles à faible revenu avec enfants
et prévenir ou réduire la pauvreté chez les enfants; d’autres services sociaux afin de forger des collectivités des
Premières Nations autonomes, viables, saines et stables.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
1 565,5
1 678,1
1 678,0
74,0
125,0
51,0
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales s’explique principalement par la réaffectation des ressources provenant surtout de l’infrastructure communautaire afin de répondre à la demande accrue de programmes et de services de développement social. De plus, des fonds additionnels
ont été prévus au Budget supplémentaire des dépenses pour le Programme des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations afin de mettre
en œuvre une approche fondée sur la prévention au Manitoba.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Les membres et les familles Indice du bien-être des collectivités
des Premières Nations
inuites et des Premières Nations
sont autonomes et vivent
en sécurité au sein de
collectivités viables
et solidaires
Objectifs
Résultats réels
Augmentation du pourcentage
des collectivités des Premières
Nations dont l’indice de bienêtre s’est amélioré (emploi,
revenu, éducation et logement)
Voir la description de
l’Indice de bien-être des
collectivités sous la
Section 1 : Mesure des
résultats stratégiques
d’AADNC
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Au cours du dernier exercice, AADNC s’est consacré à des domaines prioritaires clés pour aider les familles des
Premières Nations à assurer leur autonomie, leur sécurité et leur sûreté.
Afin d’aider les bénéficiaires de l’aide au revenu à accéder au marché du travail, AADNC s’est employé à renforcer
l’application de mesures actives. Les mesures actives consistent à passer de l’aide passive au revenu à la gestion complète des cas des clients, en leur fournissant un soutien et des services pour l’acquisition de compétences essentielles
et d’une formation préemploi. Cette approche permet aussi de soutenir les plus vulnérables tout en aidant les personnes
à profiter des perspectives d’emploi et de développement d’entreprises. AADNC a également mis l’accent sur la création et la promotion de partenariats entre les Premières Nations, les provinces, les établissements d’enseignement, et les
employeurs actuels et potentiels, etc. Les accords tripartites avec le Québec et la Saskatchewan ont été maintenus, et
des discussions avec l’Alberta en vue de conclure une entente semblable ont été entreprises. AADNC a aussi fait en
sorte que les programmes de développement du marché du travail soient davantage conformes à l’engagement de
réformer l’aide au revenu, en partenariat avec Ressources humaines et Développement des compétences Canada.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
39
En 2011–2012, AADNC a poursuivi le virage du Programme des services à l’enfance et à la famille des Premières
Nations (SEFPN) vers l’Approche améliorée axée sur la prévention (AAAP) dans six provinces et territoires. L’AAAP
soutient la prestation de services de prévention et de protection adaptés à la culture pour les enfants des Premières
Nations qui vivent habituellement dans une réserve. AADNC a collaboré avec la province de la Colombie-Britannique
et les organismes de SEFPN afin de rendre ces services conformes aux autorisations de programme en prévision du
virage vers l’AAAP. Les discussions ont repris avec les Premières Nations et la province du Nouveau-Brunswick, des
discussions préliminaires ont débuté au Yukon en vue du virage vers l’Approche améliorée axée sur la prévention, et
des travaux ont été entrepris avec la province du Manitoba pour élaborer un guide conjoint sur le financement de la
protection de l’enfance afin de faciliter la mise en œuvre de la nouvelle approche. Le Ministère continue à collaborer
avec les intervenants pour que toutes les provinces et tous les territoires adoptent l’Approche améliorée axée sur la
prévention au plus tard en 2014–2015.
En 2011–2012, dans le cadre du projet de système de gestion de l’information sur les services à l’enfance et à la famille
des Premières Nations, on a rassemblé les exigences relatives à ce système, consulté les représentants des bénéficiaires
du financement et dressé un plan de développement de logiciel. On a également parachevé le projet de documentation
de la gouvernance afin de faciliter la conception et la mise au point du système, qui débuteront en 2012–2013. Lorsqu’il
sera en place, le système permettra d’assurer efficacement la gestion courante du programme et de produire des rapports sur le rendement.
AADNC a également travaillé avec ses partenaires à la mise en application du Principe de Jordan, afin d’assurer le
maintien des services aux enfants des Premières Nations souffrant de déficiences multiples, et ce, même lorsqu’un
différend oppose le gouvernement fédéral à un gouvernement provincial au sujet de la responsabilité pour les services
et de leur financement. En 2011–2012, AADNC a travaillé avec les partenaires fédéraux et provinciaux et des Premières
Nations de partout au pays pour traiter les cas potentiels et pour élaborer des processus de résolution des différends
dans quatre provinces et territoires. Entre autres, à la fin de 2011, le gouvernement du Canada, le gouvernement du
Nouveau-Brunswick et les chefs des Premières Nations ont préparé une déclaration conjointe sur la mise en application du Principe de Jordan, qui prévoit une conférence préparatoire et un processus de règlement des différends.
Un réseau de 41 refuges et divers projets de prévention fondés sur des propositions en vue d’améliorer la sûreté et la
sécurité des femmes et des enfants à risque, en particulier, ont continué à bénéficier du soutien du Programme pour
la prévention de la violence familiale.
AADNC a continué à collaborer avec tous ses partenaires, notamment Santé Canada, les provinces et les Premières
Nations, pour cerner les occasions d’améliorer les résultats obtenus par les bénéficiaires de financement pour la prestation de services dans le cadre du Programme d’aide à la vie autonome. Le Ministère et ses partenaires ont également
déployé des efforts pour dégager des économies dans les programmes complémentaires offerts par ces partenaires.
Toutes ces réalisations résultent de la mise à jour du cadre de contrôle de gestion des programmes de développement
social. Ce cadre procure les outils, les processus et les procédures nécessaires pour assurer l’uniformité à l’échelle
nationale de la prestation des programmes sociaux décrits ci-dessus.
Leçons apprises
Un examen national à mi-période de la mise en application de l’Approche améliorée axée sur la prévention a été réalisé
en septembre 2011. Il a été établi que la décision d’AADNC d’adopter cette approche est toujours très pertinente et
qu’elle correspond aux priorités du gouvernement.
Selon une évaluation du Programme pour la prévention de la violence familiale, il faut une approche plus stratégique
des activités de prévention et de planification. Il faudrait étudier les possibilités d’optimiser le programme au moyen
d’activités connexes menées par d’autres ministères. AADNC va continuer à travailler avec les régions pour trouver
des moyens de répartir de façon plus stratégique les fonds consacrés à la prévention. En outre, AADNC va continuer à
participer à l’Initiative de lutte contre la violence familiale et, par l’entremise du comité conjoint Santé Canada–AADNC
sur la collaboration, à consolider les liens entre les programmes dans les réserves.
40
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Activité de programme 2.3 : Gestion des affaires des particuliers
Description du programme
Cette activité de programme assure une gestion responsable par le gouvernement fédéral des dispositions de la
Loi sur les Indiens qui concernent les successions, l’argent des bandes, l’inscription et l’appartenance à la bande au
moyen de services-clients directs et de partenariats avec les Premières Nations pour offrir une sélection de services,
dont l’administration des successions et le Programme d’inscription des Indiens. L’activité de programme est également
responsable de l’administration des sections de la Loi sur la gestion du pétrole et du gaz et des fonds des Premières
Nations qui concernent l’argent des Indiens.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
27,4
44,2
43,3
268,0
296,3
28,3
L’écart entre les dépenses prévues et le total des autorisations reflète les ressources supplémentaires réaffectées au cours de l’exercice à l’administration
des inscriptions, ainsi qu’à la réaffectation de fonds de l’activité de programme Services internes à des programmes particuliers, afin de mieux refléter
les coûts de prestation des programmes et des services et d’atteindre les résultats visés par l’activité de programme Gestion des affaires des particuliers.
L’écart entre le total des autorisations et les dépenses réelles s’explique essentiellement par le report du financement de l’administration des inscriptions
en vertu de la Loi sur l’Équité entre les sexes relativement à l’inscription au registre des Indiens. Ce financement non requis en 2011–2012 a été
reporté à l’exercice 2012–2013 et pourra être utilisé aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Intendance fédérale
des obligations législatives, administratives et issues de
traités qui incombent
à AADNC.
90 % des déboursements de l’argent
des Indiens effectués conformément aux
normes de traitement établies (hausse
de 1 % par année) d’ici le 31 mars 2012
96 % (23 sur 24)
Respect des normes de service relatives à l’inscription,
à l’effectif, aux successions,
aux annuités prévues dans
les traités et à l’argent des
Indiens, conformément à la
Loi sur les Indiens et à d’autres
lois et règlements connexes,
comme en témoignent les
résultats des sous-activités.
Respect à 75 % des normes de service
100 % de réponses aux
établies par la politique sur les successions questions concernant la
d’ici le 31 mars 2011
succession de personnes
décédées (11 sur 11) et
aux demandes (23 sur 23)
Organisation de toutes les activités et céré- 100 %
monies liées aux traités d’ici le 31 mars 2012
Satisfaction de toutes les demandes présen- 100 %
tées par les bandes d’ici le 31 mars 2012
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
En 2011–2012, AADNC a continué à délivrer le certificat sécurisé de statut indien (CSSI) aux demandeurs admissibles. On peut soumettre une demande de CSSI à 13 bureaux d’inscription au Canada (dont quatre pour la bande
de la Première Nation des Mi’kmaq qalipu qui a été créée récemment à Terre-Neuve), soit une augmentation de trois
bureaux d’inscription par rapport à l’exercice précédent. Au cours de l’exercice, le Ministère a délivré 24 939 CSSI,
soit deux fois plus qu’en 2010–2011.
Afin de se conformer aux exigences de la Loi sur l’Équité entre les sexes relativement à l’inscription au registre des
Indiens, AADNC a mis sur pied des unités de traitement des demandes à Winnipeg, à Québec et dans la région de la
capitale nationale. En 2011–2012, 18 000 personnes ont été inscrites au registre des Indiens en vertu de cette loi.
Ce nombre s’ajoute aux 638 personnes qui avaient été inscrites en 2010–2011.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
41
Au cours de l’exercice 2011–2012, le Ministère a enregistré des progrès appréciables au chapitre de la modernisation
des politiques et des procédures, afin de simplifier et d’uniformiser les processus d’administration de l’inscription, des
successions et de l’argent des Indiens. Cela comprend l’élaboration et la mise en application de nouvelles politiques et
de directives opérationnelles générales au Bureau du registraire des Indiens, la consolidation des processus de première
ligne pour l’analyse des demandes d’utilisation des deniers versés aux comptes de capital, ainsi que la publication
d’un guide destiné aux membres de la famille de personnes décédées qui doivent liquider leur succession.
Leçons apprises
En raison de leur charge de travail, les unités de traitement des demandes en vertu de la Loi sur l’Équité entre les sexes
relativement à l’inscription au registre des Indiens n’ont pas respecté les normes de service. Le plan d’action visant
l’inventaire des demandes d’inscription qui a été dressé montre les processus rationalisés et les ajustements apportés
à la structure organisationnelle, accorde davantage d’importance à la répartition de la charge de travail, expose les
nouvelles attentes visant le rendement des préposés au traitement, et présente de nouvelles normes de service plus
rigoureuses. La mise en place à l’unité de traitement de Winnipeg d’un nouvel instrument de délégation des pouvoirs
a permis de réduire le nombre d’étapes requises pour traiter une demande, de sorte que la productivité individuelle
moyenne est passée de sept à douze dossiers par jour. Toutes ces initiatives ont contribué à l’atteinte de l’objectif
opérationnel, à savoir 18 000 demandes traitées à la fin de l’exercice 2011–2012.
En ce qui concerne la première vague de demandes aux 13 bureaux d’inscription, la productivité relative aux certificats
sécurisés de statut indien a augmenté aux troisième et quatrième trimestres de 2011–2012. De plus, des cartes routières
sur le traitement ont été élaborées pour améliorer l’efficacité de la délivrance des certificats en prévision du lancement
national au troisième trimestre de 2012–2013.
Activité de programme 2.4 : Résolution des questions des pensionnats
Description du programme
Les pensionnats indiens étaient pour l’essentiel administrés par quatre congrégations religieuses et financés par le
gouvernement fédéral depuis avant la Confédération et jusqu’en 1996. Dans chaque territoire de compétence, les
tribunaux ont approuvé la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens (CRRPI), qui a été mise en
œuvre le 19 septembre 2007.
L’administration de la CRRPI vise à favoriser la réconciliation avec les anciens élèves des pensionnats indiens, leurs
familles et leurs collectivités au moyen d’une contrepartie financière (à la suite d’une validation de leur fréquentation
du pensionnat et d’une évaluation indépendante des torts plus graves qu’ils ont pu subir), d’un forum de divulgation
et de services de guérison et de commémoration.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
391,1
567,8
560,3
475,0
472,6
-2,4
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales est principalement attribuable à l’ajout de nouveaux crédits au Budget supplémentaire des
dépenses pour couvrir les indemnisations accordées dans le cadre du Processus d’évaluation indépendant et du Mode alternatif de règlement des conflits,
y compris d’autres coûts liés aux règlements extrajudiciaires qui bénéficient directement aux revendicateurs. L’écart entre le total des autorisations et les
dépenses réelles est principalement attribuable au report de projets de commémoration qui n’ont pu être réalisés au cours de l’exercice. Les fonds inutilisés
qui n’ont pas été requis en 2011–2012 ont été reportés à 2012–2013 et pourront être utilisés aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
42
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus Indicateurs de rendement Objectifs
La Convention de
règlement relative
aux pensionnats
indiens est gérée de
manière à assurer un
règlement équitable.
Pourcentage des demandes
ou des réclamations traitées
conformément aux normes
de service établies par
la Convention
Résultats réels
Nombre de demandes ou de réclamations
traitées conformément aux normes de
service* d’ici le 31 mars 2013
80 % des demandes de Paiement d’expérience 94 % (1 207 sur 1 284)
commune (PEC) qui n’exigeaient pas de
recherche approfondie ont été traitées à
l’intérieur de la norme de service de 28 jours.
100 % des demandes de réexamen ont été
traitées à l’intérieur de la norme de service
de 150 jours.
99 % (836 sur 841)
Processus d’évaluation indépendant (PEI)
80 % des trousses de documents ont été
88 % (4 218 sur 4 792)
transmises au Secrétariat d’adjudication à
l’intérieur de la norme de service de 165 jours.
80 % des demandes dans le cadre du Processus 84 %
d’évaluation indépendant ont été payées dans
les 20 jours suivant la période de révision de
la décision.
Présence du Canada à 100 % des audiences
100 % (3,841)
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
AADNC a continué à remplir ses obligations dans le cadre de la Convention de règlement relative aux pensionnats
indiens et à promouvoir la réconciliation avec les peuples autochtones, et entre les peuples autochtones et non autochtones. Au 31 mars 2012, 1,599 milliard de dollars sur les 1,9 milliard prévus au Fonds de la somme désignée pour le
PEC (84,1 %) avait été décaissé pour indemniser 77 990 sur les quelque 80 000 (97,5 %) anciens élèves d’un pensionnat indien reconnu. De cette somme, 19,7 millions de dollars ont été versés à 1 055 anciens élèves au cours de
2011–2012. Le 19 septembre 2011 était la date limite pour soumettre une demande de Paiement d’expérience commune. En vertu de la Convention, les demandes de Paiement d’expérience commune sont acceptées jusqu’au 19 septembre 2012 dans les cas d’incapacité, de difficultés excessives et de circonstances exceptionnelles. Cependant, la
demande doit être accompagnée d’une lettre expliquant le retard. À la fin de 2011–2012, 391 demandes invoquant
des circonstances exceptionnelles avaient été soumises.
Lorsque toutes les sommes au titre du Paiement d’expérience commune auront été versées, s’il reste plus de 40 millions
de dollars en fiducie, un maximum de 3 000 $ sous forme de crédits personnels à des fins éducatives sera remis à
chaque bénéficiaire admissible qui en fera la demande. Le 27 janvier 2012, les tribunaux ont approuvé un modèle de
gouvernance pour l’élaboration des modalités régissant les crédits personnels, y compris la nomination de trois spécialistes de l’éducation (représentant le Canada, l’Assemblée des Premières Nations et les Inuits). L’expert en administration de règlements de recours collectifs n’a pas encore été nommé.
Un plan de notification du Processus d’évaluation indépendant a été mis à exécution le 24 mars 2012, afin de rappeler
aux anciens élèves la date limite du 19 septembre 2012 pour soumettre une demande. Au 31 mars 2012, 23 774 demandes
de PEI avaient été admises, soit 90 % de plus que ce qui avait été prévu en 2006. Comme il n’existait pas de précédent
de ce genre de recours collectif, des études avaient été menées pour estimer le nombre de demandeurs. Ces études
avaient montré que le taux d’abus dans les pensionnats et autres types d’établissements se chiffrait à environ 15 %.
S’appuyant sur le nombre d’anciens élèves, estimé à environ 80 000, qui étaient toujours en vie en 2005, on pouvait
s’attendre à recevoir approximativement 12 500 demandes de Paiement d’expérience commune. On en anticipe maintenant 29 700, et environ 27 200 ont été admises.
En 2011–2012, 3 841 audiences de Paiement d’expérience commune ont été tenues (et 59 dossiers ont été rouverts)
et 400,6 millions de dollars ont été versés en indemnisations; l’objectif, à savoir entre 3 600 et 4 000 audiences tenues
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
43
durant l’exercice, a donc été atteint. En moyenne, 320 audiences ont été tenues chaque mois en 2011–2012, une hausse
de 30 audiences par mois comparativement à la moyenne de l’exercice financier précédent. À la fin de 2011–2012,
13 239 demandes de Paiement d’expérience commune avaient été réglées, ce qui représente près de 56 % de toutes
les demandes admises aux fins du programme. Le montant moyen des indemnisations qui ont été versées, y compris
les frais juridiques, s’établissait à 118 260 $. Cette moyenne est nettement supérieure à la moyenne de 86 000 $ qui
avait été anticipée et qui reposait sur le processus du Mode alternatif de règlement des conflits. Depuis le début de la
mise en œuvre, en 2007, 12 734 audiences ont été tenues au total, ce qui représente 1,486 milliard de dollars.
Leçons apprises
Alors que les politiques fédérales actuelles (y compris celles d’AADNC) sont conçues en fonction d’initiatives à long
terme de grande envergure, le Secrétariat d’adjudication des pensionnats indiens (SAPI), qui est chargé d’administrer
le Paiement d’expérience commune, a un mandat précis à délai prescrit. AADNC a donné suite à certaines des préoccupations administratives de l’adjudicateur en chef. Parmi les stratégies employées figurent : une augmentation
des ressources humaines spécialement affectées, la simplification du processus de dotation des postes administratifs,
des ressources spécialement affectées provenant de Résolution et Affaires individuelles du Secrétariat d’adjudication
des pensionnats indiens (SAPI), et l’embauche par le dirigeant principal de l’information de gestionnaires de projets
d’amélioration des processus administratifs. L’adjudicateur en chef a été reconnaissant du règlement des problèmes.
La première décision judiciaire résultant d’une contestation de la décision du Canada de ne pas accepter la mise en
cause de nouveaux pensionnats indiens dans les demandes soumises en vertu de l’article 12 de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens a été rendue en août 2011, ce qui s’est traduit par l’ajout des écoles secondaires
Stirland Lake et Cristal Lake à la liste des pensionnats indiens. Les contestations judiciaires en suspens constituent
une source de risque que d’autres écoles soient ajoutées à la liste et que les tribunaux ordonnent que les échéanciers
de la Convention soient revus et adaptés à chaque cas individuel.
Dans le cadre des travaux entrepris en vue d’améliorer les processus administratifs, un projet pilote de processus de
règlement négocié d’une durée de trois mois a débuté à l’automne 2011 et a été adopté en permanence en janvier 2012.
Par la suite, de nouvelles normes de service ont été intégrées au processus à des étapes relevant de la responsabilité du
Canada, et des outils améliorés ont été créés pour le processus. En conséquence, le Canada est désormais en mesure
d’assurer le service dans un délai de 62 jours plutôt qu’en 128 jours. Les gains en efficacité réalisés dans le cadre du
projet, et qui sont à l’origine des procédures normalisées adoptées, ont permis à l’équipe chargée du Processus de
règlement négocié de dépasser son objectif de 24 %. Elle est passée de 504 règlements anticipés en 2011–2012
à 624 règlements négociés. Par conséquent, l’objectif annuel a été rehaussé à 624 pour 2012–2013.
44
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
RÉSULTAT STRATÉGIQUE : LES TERRES ET L’ÉCONOMIE
Participation entière des personnes et des collectivités
des Premières Nations, des Inuits et des Métis à l’économie
Activité de programme 3.1 : Développement économique des Autochtones
Description du programme
Cette activité de programme permet de reconnaître l’existence de synergies entre le développement économique,
les activités foncières et la création d’entreprises. Elle permet également de reconnaître que le gouvernement fédéral
a un rôle à jouer dans la création de conditions favorables au développement économique des Autochtones. Comme
AADNC ne commande pas tous les leviers économiques, il doit établir des partenariats stratégiques avec les autres
ordres de gouvernement, le secteur privé, les organisations autochtones et les autres parties intéressées s’il veut réussir
à accroître la participation des Canadiens autochtones à l’économie. Les plans et les mesures rattachés à la présente
activité de programme contribuent à l’atteinte des résultats attendus, soit des entreprises autochtones viables et des
collectivités prêtes à saisir les occasions. L’amélioration des outils favorisant la création d’entreprises encouragera
les Canadiens d’origine autochtone à créer ou à consolider leur entreprise et contribuera, du même coup, à la viabilité
des entreprises autochtones. En rehaussant l’accès aux terres et aux ressources naturelles des Autochtones, en leur
attribuant de plus grands pouvoirs sur celles-ci et en améliorant les capacités des collectivités et des institutions, on
permettra aux collectivités autochtones d’utiliser la totalité de leurs actifs pour le développement économique et on
contribuera par la même occasion à édifier des collectivités prêtes à saisir les occasions. La base croissante des terres
et des ressources autochtones multipliera les possibilités économiques à la portée des collectivités autochtones, ce qui
contribuera à l’accroissement du nombre d’entreprises autochtones en démarrage.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
252,3
320,4
239,2
355,0
459,1
104,1
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales est principalement attribuable au report du financement de prêts et de garanties de prêts en
vertu du Compte d’expansion économique des Indiens, ainsi qu’à la réaffectation de fonds de l’activité de programme Services internes à des programmes
particuliers, afin de mieux refléter les coûts de prestation des programmes et des services et d’obtenir les résultats attendus du programme de développement économique des Autochtones, partiellement compensé par les exigences atténuées en matière de mise en valeur et d’activation des biens communautaires. L’écart entre les autorisations totales et les dépenses réelles s’explique essentiellement par le report aux exercices futurs du financement de
prêts et de garanties de prêts en vertu du Compte d’expansion économique des Indiens.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
45
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Les entreprises
autochtones sont viables
Taux de survie des entreprises autochtones
ayant reçu une contribution financière dans
le cadre du Programme de développement
des entreprises autochtones
90 % après un an,
d’ici le 31 mars 2012
70 % après deux ans,
d’ici le 31 mars 2013
38 % après trois ans,
d’ici le 31 mars 2014
94 % après un an
Pourcentage des marchés attribués aux
Autochtones, par rapport aux dépenses
fédérales en approvisionnement
2 % d’ici le 31 mars 2012 3 %
Taux de croissance des revenus des collectivités inuites et des Premières Nations
générés par le développement économique
Taux de croissance supé- Les données associées
rieur au taux d’inflation
à cet indicateur ne
d’ici le 31 mars 2012
sont pas disponibles7
Les collectivités sont
prêtes à saisir les occasions qui se présentent
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Parmi les principales activités mises de l’avant par AADNC en 2011–2012 pour favoriser le développement économique des Autochtones et les résultats clés obtenus, mentionnons ce qui suit :
• Le Ministère a investi 23,3 millions de dollars, dans des entreprises autochtones potentielles ou existantes, en
vue de la réalisation de 246 projets de planification et de services-conseils, ainsi que dans 241 projets de création,
d’acquisition ou d’expansion d’une entreprise. Cet investissement direct comportait 4,6 millions de dollars pour
appuyer 17 grands projets autochtones touchant les ressources à divers endroits au Canada, lesquels ont permis
d’attirer 1,1 million de dollars au moyen de partenariats avec le secteur privé et des organisations autochtones. En
outre, AADNC a versé 3 millions de dollars pour financer conjointement le fonds pour les grands projets d’exploitation des ressources avec la Nunavut Resource Corporation, afin de soutenir les grands projets d’infrastructure touchant les ressources du Nunavut, et a obtenu 2,6 millions de dollars de plus du secteur privé et des partenaires inuits.
AADNC a aussi réinvesti 4,9 millions de dollars dans le réseau d’institutions financières autochtones, afin de faciliter
l’accès aux prêts de développement pour les entreprises autochtones.
• Le Ministère a créé et négocié une nouvelle formule de financement opérationnel pour le Régime de gestion des
terres des Premières Nations et il a mis en place une méthode transparente d’établissement des priorités qui a permis
d’inclure 18 nouvelles Premières Nations dans le Régime. AADNC s’est également employé à consolider le cadre
législatif et réglementaire de développement commercial et industriel dans les réserves, en aidant deux Premières
Nations de plus à élaborer des règlements visant des projets spécifiques en vertu de la Loi sur le développement
commercial et industriel des Premières Nations, et il a collaboré étroitement avec ces Premières Nations pour créer des
règlements qui assurent une certitude juridique afin d’attirer des investissements de millions de dollars dans les réserves.
• Il a aidé près de 400 nouvelles entreprises autochtones à s’inscrire au Répertoire des entreprises autochtones, ce qui
leur a permis de saisir des occasions de passation de marchés d’approvisionnement avec le gouvernement fédéral
en vertu de la Stratégie d’approvisionnement auprès des entreprises autochtones. Selon les plus récents résultats,
101 marchés (tous d’une valeur de plus de 25 000 $) ont été réservés à des entreprises autochtones, ce qui représente
un total de 59,9 millions de dollars en approvisionnement auprès d’entreprises autochtones. En outre, un total combiné de 664 marchés d’une valeur de plus de 25 000 $ et 4 469 marchés d’une valeur de moins de 25 000 $ (une
combinaison de marchés réservés et de marchés non réservés) représentent 521 millions de dollars de plus en marchés
d’approvisionnement pour les entreprises autochtones inscrites. De plus, dans le cadre de l’initiative nationale de
construction navale, d’une valeur de 33 milliards de dollars, AADNC a mis en place des ententes pilotes avec des
partenaires autochtones en Colombie-Britannique et en Nouvelle-Écosse pour faciliter la participation des Autochtones
à ces possibilités de grands marchés d’approvisionnement.
L’information financière que les collectivités de Premières Nations ont soumise au Ministère ne permet pas de faire la distinction entre les
recettes provenant du développement économique et celles qui proviennent d’autres sources.
7
46
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
• Le Ministère a appuyé la première Conférence et foire commerciale des entrepreneurs autochtones. Cet événement présente des entrepreneurs autochtones et leurs entreprises à plus de 200 participants. Le site Web (http://www.workbay.net/
indigenous) et la plateforme de mentorat électronique Web (http://ae.ideaconnector.net/) (ces deux sites Web ne sont
pas disponibles en français) qui ont été créés à la suite de la conférence ont attiré beaucoup de visiteurs. Vu le succès
de cet événement, on a entrepris la planification et l’organisation d’une deuxième conférence en 2012–2013.
• Le Ministère a modifié la Loi sur la gestion des terres des Premières Nations afin de renforcer le régime en accélérant
les processus pour édicter des lois sur l’environnement, exclure des terres d’un code foncier lorsqu’il n’est pas certain que ces terres font partie de la réserve, clarifier la question de la date d’entrée en vigueur de ces codes fonciers
et clarifier l’annexe de la Loi. Mises en commun, ces modifications proposées éliminent les obstacles juridiques qui
retardent ou empêchent les Premières Nations de profiter pleinement de tous les avantages associés à la responsabilité de la gestion des terres en vertu de la Loi sur la gestion des terres des Premières Nations.
• Le Ministère a facilité la gestion et la réglementation du développement des ressources pétrolières et gazières sur les
terres des réserves en recueillant, au nom des Premières Nations (par le truchement de Pétrole et gaz des Indiens du
Canada), 253,9 millions de dollars des activités pétrolières et gazières menées sur des terres des réserves, dont la
somme de 35,3 millions recueillie en vertu du paragraphe 5.08 du Saskatchewan Treaty Land Entitlement Agreement.
• Le Ministère a investi plus de 14 millions de dollars (dans le cadre de son Initiative de partenariats stratégiques),
pour soutenir 79 projets dans des secteurs de ressources clés, et a attiré 7,1 millions de dollars de sources fédérales
et 69,6 millions de dollars d’autres sources. En particulier, il a investi dans les collectivités du Cercle de feu pour
les aider à se préparer à saisir les possibilités économiques et les occasions d’emploi découlant de l’exploitation de
gisements miniers et de la construction d’infrastructures. Le soutien financier fédéral a facilité le renforcement de la
capacité et les négociations, et a favorisé l’emploi et la formation. Les investissements ont aussi permis de réaliser
divers projets de développement énergétique un peu partout au pays, l’Initiative des pêches commerciales intégrées
de l’Atlantique, ainsi que d’importants travaux dans les domaines de la bio-énergie et des produits du bois à valeur
ajoutée dans le cadre de l’Initiative de foresterie autochtone.
• Le Ministère a investi 55 millions de dollars pour permettre à 560 collectivités inuites et des Premières Nations d’aider
les bénéficiaires à réaliser des initiatives de planification du développement économique communautaire et du développement de la capacité, à élaborer des propositions et à obtenir des ressources financières, ainsi qu’à accomplir des
activités de développement économique. En outre, des investissements ciblés d’une valeur de 33,5 millions ont permis
à 160 organisations autochtones et des Premières Nations d’appuyer l’exploitation des actifs économiques des collectivités et la prestation de services de soutien aux collectivités des Premières Nations et des Inuits. Ces investissements
incluaient des contributions totalisant 10,4 millions de dollars à quatre projets d’infrastructure économique communautaire qui ont permis d’attirer 13,7 millions de dollars du secteur privé. Ces investissements ciblés devraient générer
plus de 450 millions de dollars en retombées économiques au cours des huit prochaines années.
• Le Ministère a investi plus de 9,7 millions de dollars pour aider 82 Premières Nations à mettre en œuvre le Programme
de gestion de l’environnement et des terres de réserves, un programme destiné à développer la capacité de gestion
des terres des Premières Nations participantes, afin qu’elles puissent appliquer efficacement dans les réserves les
dispositions visant la gestion des terres pour le compte du Ministre. En 2011–2012, 14 nouveaux participants ont
été inscrits au programme.
Leçons apprises
Selon les commentaires et les conclusions découlant des vérifications et des évaluations8 externes du programme, il
faut modifier les objectifs et le financement des programmes existants afin de mieux les harmoniser avec les priorités
du Cadre fédéral pour le développement économique des Autochtones et de tenir davantage compte de l’évolution des
besoins des clients, de leur situation et des occasions qui s’offrent à eux. Les programmes actuels de développement
économique communautaire et de gestion des terres accordent des fonds selon des formules de financement périmées
Les rapports portent notamment sur le chapitre 4 du rapport Le Point de la vérificatrice générale de juin 2011 : Les programmes pour les
Premières Nations dans les réserves; une vérification du Programme de développement économique (non fondée sur une proposition); et une
évaluation sommative des programmes de développement économique d’AADNC.
8
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
47
qui ne tiennent pas compte des enjeux géographiques, des défis liés à l’infrastructure économique et des débouchés
naissants. De plus, les programmes de formation et de renforcement de la capacité destinés aux gestionnaires des terres
et du développement économique doivent être plus accessibles et correspondre davantage aux besoins des gestionnaires
et de leurs collectivités. Des évaluations individuelles sont en cours pour déterminer le degré approprié de formation
dont ont besoin les participants, et des cours en ligne sont en voie d’élaboration et de mise en œuvre.
L’expérience acquise jusqu’à présent dans le cadre de l’Initiative sur les partenariats stratégiques a montré que l’empressement manifesté d’entrée de jeu pour traiter tous les secteurs des ressources naturelles sur un pied d'égalité a empêché
de cibler d’importantes perspectives, sans égard au secteur, qui se présentent d’un bout à l’autre du pays. À l’avenir, la
gouvernance de l’Initiative sur les partenariats stratégiques prendra en compte des moyens de résoudre ces problèmes.
Activité de programme 3.2 : Gestion fédérale des terres de réserve
Description du programme
Cette activité de programme englobe les obligations statutaires et fiduciaires de la Couronne en tant qu’administrateur
des terres de réserve détenues en fiducie à l’usage et au profit des Premières Nations. Ces obligations sont assumées par
l’entremise d’une réponse en temps opportun aux demandes de transactions foncières et d’activation des biens fonciers
et des ressources, des ajouts aux réserves et de la protection environnementale qui, assurée avec la diligence voulue,
préserve les principes d’usage et de profit communaux tout en répondant aux aspirations des Premières Nations qui
consistent à bâtir des collectivités sûres, saines et prospères.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
37,8
208,0
207,3
123,0
156,2
33,2
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales est principalement attribuable au financement additionnel prévu au Budget supplémentaire des
dépenses pour couvrir les coûts engagés dans les réserves par des organismes provinciaux, territoriaux ou autres en matière de gestion des urgences en vertu
du Programme d’aide à la gestion des urgences et pour l’évaluation, la gestion et la restauration de sites contaminés fédéraux, compensés par une réduction du
financement attribuable au report d’activités associées à la mise en œuvre des droits fonciers issus de traités en Saskatchewan. Plus précisément, les paiements
devant être versés à la Saskatchewan Association of Rural Municipalities et à la province de la Saskatchewan pour les dédommager de la réduction de leur
assiette fiscale à la suite du règlement relatif aux droits fonciers issus d’un traité n’ont pas été exigés en 2011–2012 en raison de retards dans la conversion
de terres en réserves; le financement non requis en 2011–2012 a été reporté en 2012–2013 et pourra être utilisé aux fins prévues. La différence entre les
autorisations totales et les dépenses réelles s’explique principalement par la diminution des exigences en matière de financement pour les ajouts à la réserve.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Des terres sont réservées au
développement économique
Pourcentage des terres réservées à
l’intérieur de la norme de service
50 % d’ici le
31 mars 2012
53 %
Les terres de réserve et les activités
d’exploitation des ressources sont
gérées de manière opportune
Respect des normes de service (délai de
10 jours pour l’inscription à l’administration centrale)
90 % d’ici le
31 mars 2012
47 %
Pourcentage des baux et des permis gérés
par l’entremise de NetLands (c’est-à-dire
le nombre de nouveaux baux et permis
inscrits au Registre des terres indiennes,
par rapport au nombre figurant dans le
système de surveillance NetLands)
70 % d’ici le
31 mars 2012
100 % à partir du
31 mars 2013
55 %
Cinq d’ici le
31 mars 2012
0
Les sites contaminés sont gérés de
Nombre de sites décontaminés
manière à protéger la santé humaine et à
promouvoir un environnement sécuritaire
48
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Parmi les principales activités mises de l’avant par AADNC et les résultats obtenus en 2011–2012 pour faciliter la
gestion fédérale des terres de réserve, mentionnons ce qui suit :
• Désigner des terres de réserve, afin de permettre aux Premières Nations de saisir diverses occasions de développement économique, par exemple, des baux d’exploration/exploitation de mines et de minéraux aux échelles commerciale et industrielle. En 2011–2012, plus de 53 % des désignations ont été faites à l’intérieur de la norme de service
d’AADNC de 100 jours. L’analyse approfondie du processus d’examen et des changements apportés pour accroître
le rendement a été effectuée à la mi-exercice, et a montré que toutes les demandes de désignation reçues par AADNC
au cours des deux derniers trimestres de l’exercice financier avaient été traitées à l’intérieur de la norme de service.
• En ce qui concerne l’enregistrement des intérêts de propriété des terres des réserves au Système d’enregistrement
des terres indiennes, ce dernier a fait l’objet d’une amélioration importante à la fin du dernier exercice. La mise en
application des nouveaux processus résultant de cette amélioration a eu des répercussions sur les délais de traitement au début de l’exercice 2011–2012, de sorte que la norme de service visant l’enregistrement n’a pas été respectée. En dépit de ces retards, 8 023 intérêts ont été enregistrés et, à la fin de l’exercice, plus de 71 % des instruments
étaient enregistrés à l’intérieur de la norme de service, soit une amélioration de plus de 47 % du taux moyen de
respect de la norme de service pour l’exercice.
• La gestion des baux et des permis au moyen du système de suivi des baux et des permis de NetLands9 aide le Canada
à administrer les fonds et à s’acquitter de ses responsabilités à titre de fiduciaire des terres des réserves et des ententes
visant les ressources. Des progrès ont été réalisés en 2011–2012 pour résoudre les problèmes d’interopérabilité entre
NetLands et les systèmes d’enregistrement des terres indiennes, de sorte que l’objectif visant la gestion des baux et
des permis a généralement été atteint.
• Élaboration et mise en œuvre du système national de classement des priorités pour les sites contaminés comme moyen
d’accorder la priorité aux sites présentant le plus haut risque pour la santé humaine et l’environnement, compte tenu
du peu de fonds alloués au programme. Le Ministère a accordé la priorité à l’assainissement de 302 sites à risque
élevé sur un total de 2 939 sites contaminés dans plus de 800 réserves habitées.
• Soutien des travaux à 78 sites à risque élevé dans le cadre du Programme de gestion des sites contaminés. Les travaux
d’assainissement à 5 sites n’ont pas pu être terminés en raison de la complexité, des coûts et de l’échelonnement sur
plusieurs années de ces travaux. De plus, les travaux d’assainissement à plusieurs sites ont été retardés à cause du
processus d’appel d’offres, du manque d’accessibilité en raison des mauvaises conditions météorologiques et des
pannes de l’équipement. Néanmoins, le Programme des sites contaminés (au sud du 60e parallèle) a permis de ramener la responsabilité financière connue pour les sites contaminés à 252,8 millions de dollars à la fin de l’exercice, en
baisse par rapport à 260,3 millions de dollars au début de l’exercice.
• En 2011–2012, le Programme d’aide à la gestion des urgences faisait état d’environ 169 urgences, 72 protestations
et 29 « autres » incidents. AADNC a consacré environ 159 millions de dollars à des activités liées à des urgences
dans les réserves, dont un grand nombre étaient liées à des inondations au Manitoba et en Saskatchewan et à des
feux de végétation en Ontario. Les discussions fédérales–provinciales–territoriales concernant des lignes directrices
nationales visant les ententes de service de gestion des urgences se sont poursuivies dans le but de faire progresser
les négociations bilatérales.
Leçons apprises
Selon une évaluation interne des processus actuels de gestion des terres des réserves, ceux-ci pourraient être rationalisés
sans compromettre l’obligation de diligence raisonnable. Afin de réaliser d’autres économies, l’enregistrement des terres
et des transactions visant des terres, par exemple, les désignations et les ajouts à une réserve, sera effectué par les bureaux
régionaux en 2012–2013. Le personnel en région recevra de la formation qui lui permettra de s’acquitter de ces fonctions,
9 NetLands est une application informatique tournant sur le Web qui est utilisée pour la gestion et le suivi des baux, des permis, des licences et
autres instruments délivrés en vertu de la Loi sur les Indiens et des termes et des conditions applicables.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
49
et trois centres de soutien régionaux seront créés pour assurer un soutien constant. En raison de problèmes d’interopérabilités que l’on a connus en 2011–2012, entre les systèmes NetLands et ceux liés à l’enregistrement des terres
indiennes, la possibilité d’intégrer ces deux systèmes sera examinée en 2012–2013.
Sur 55 des 78 sites où AADNC a accompli des activités d’assainissement en 2011–2012, la contamination était
attribuée à des réservoirs de stockage de pétrole. Il a été établi que dans 67 % des cas de sites contaminés dans les
réserves, la contamination est due à des réservoirs de stockage du pétrole non conforme à la Loi canadienne sur la
protection de l’environnement. Afin d’éliminer ce problème, AADNC a réalisé la première phase d’une évaluation
environnementale des sites à l’échelle nationale pour évaluer les réservoirs de stockage de pétrole sur les terres des
réserves, afin d’obtenir une meilleure information et de confirmer la contamination. Cette évaluation s’est traduite
par une augmentation du nombre de sites contaminés relevant du Programme de gestion des sites contaminés et à un
dénombrement partiel des réservoirs de stockage de pétrole. AADNC a collaboré avec Environnement Canada et les
collectivités des Premières Nations et a offert des ateliers dans le cadre du Régime de sensibilisation à l’environnement, au cours desquels Environnement Canada a présenté de l’information aux Premières Nations sur le Règlement
sur les systèmes de stockage pour les produits pétroliers et produits apparentés.
Activité de programme 3.3 : Infrastructure communautaire
Description du programme
Cette activité de programme soutient la fourniture de fonds pour l’acquisition, la construction, l’exploitation et l’entretien des installations de la collectivité, comme les routes, les ponts, les systèmes d’eau potable et d’égouts ainsi que les
bureaux administratifs; les installations scolaires, dont les écoles et les résidences pour enseignants; et les logements
dans les réserves.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
1 212,2
1 099,9
1 096,9
233,0
263,3
30,3
L’écart entre les dépenses prévues et le total des autorisations est principalement attribuable aux réaffectations effectuées pour atténuer les pressions
exercées par d’autres activités de programme, notamment en matière d’éducation et de développement social.AADNC a reçu des fonds additionnels prévus
au Budget supplémentaire des dépenses pour : moderniser, réparer ou remplacer les réservoirs de stockage de carburant dans les communautés des
Premières Nations, construire des écoles dans les Premières Nations et appuyer les programmes d’énergie propre afin de renforcer l’économie du Canada
et d’améliorer sa performance environnementale. L’écart entre les autorisations totales et les dépenses réelles s’explique essentiellement par le report de
projets prévus dans le cadre du Fonds de la taxe sur l’essence du Canada. Ce financement non requis en 2011–2012 a été reporté à 2012–2013 et
pourra être utilisé aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
50
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus
Indicateurs de rendement Objectifs
Résultats réels
Les collectivités des
Premières Nations disposent d’une infrastructure
de base qui favorise la
participation à l’économie
et ne pose aucun risque
pour la santé et la sécurité de leurs membres.
Pourcentage des collectivités
des Premières Nations dont
l’indice de bien-être s’est
amélioré (emploi, revenu,
éducation et logement)
Augmentation du pourcentage des collectivités des
Premières Nations dont
l’indice de bien-être s’est
amélioré (emploi, revenu,
éducation et logement)
Au moment de la rédaction, les
données du recensement de 2011
n’étaient pas encore disponibles
Diminution du nombre
d’installations d’approvisionnement en eau et
de traitement des eaux
usées présentant un
risque élevé
Pourcentage des collectivités
des Premières Nations dont
les installations d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées ont
obtenu une note satisfaisante
Augmentation, d’ici le
31 mars 2013, du pourcentage des collectivités des
Premières Nations dont les
installations d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées ont
obtenu une note satisfaisante
(conformément à l’objectif
de la Stratégie fédérale de
développement durable)
Selon les résultats de l’Inspection
annuelle du rendement de 2012
(juin 2012), comparativement aux
données sur les mêmes systèmes
provenant de l’Évaluation nationale
(publiée en juillet 2011)*
Systèmes d’aqueduc :
Le pourcentage des systèmes
à faible risque a augmenté de
25,2 % à 34,5 %.
Le pourcentage des systèmes
à risque moyen a augmenté de
33,3 % à 34,8 %.
Le pourcentage des systèmes
à risque élevé a diminué de
34,8 % à 26,7 %.
Systèmes d’égout :
Le pourcentage des systèmes
à faible risque a augmenté de
31,2 % à 45,1 %.
Le pourcentage des systèmes
à risque moyen a diminué de
48,4 % à 40,5 %.
Le pourcentage des systèmes
à risque élevé a diminué de
13,3 % à 11,2 %.
* Un certain nombre de systèmes d’aqueduc et d’égout qui ont été inspectés dans le cadre de l’Évaluation nationale des systèmes d’aqueduc et d’égout
dans les communautés des Premières Nations en 2009–2010 n’ont pas été inspectés en 2011–2012. Il s’agit de systèmes qui ne bénéficient pas de
financement direct d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, notamment les systèmes qui sont la propriété de Premières Nations autonomes qui ont conclu des traités modernes, les systèmes privés, certaines petites installations septiques, les systèmes mis hors d’usage et les systèmes pour
lesquels les services d’aqueduc et d’égout sont fournis par un fournisseur hors réserve. Les systèmes décrits dans cet indicateur sont uniquement ceux qui
ont été inspectés en 2009–2010 et en 2011–2012.
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Les communautés autochtones nécessitent une infrastructure qui protège la santé et la sécurité et qui appuie la participation à l’économie.
Tout au long de 2011–2012, AADNC a continué à appuyer les Premières Nations dans leurs efforts pour améliorer
le rendement des systèmes d’aqueduc et d’égout dans les réserves.
• Les résultats de l’Évaluation nationale des systèmes d’aqueduc et d’égout dans les communautés des Premières
Nations ont été publiés le 11 juillet 2011. À la lumière de ces résultats, AADNC élabore une nouvelle stratégie
à long terme afin de répondre aux besoins d’entretien des systèmes d’aqueduc et d’égout dans les communautés
des Premières Nations.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
51
• De 2010 à 2012, les Premières Nations ont reçu d’AADNC 424,7 millions de dollars de fonds en capital pour des
projets de systèmes d’aqueduc et d’égout. Parmi les projets subventionnés figurent la construction de nouvelles
installations de traitement, la construction d’installations de stockage de l’eau potable et des eaux usées, l’expansion
des systèmes existants, et l’installation de services en vue de la construction de maisons. De 2010 à 2012, 48 projets
d’infrastructure d’aqueduc et d’égout d’envergure ont été réalisés dans des communautés des Premières Nations.
• La Loi sur la salubrité de l’eau potable des Premières Nations a été présentée au Sénat en tant que projet de loi S-8
le 29 février 2012. Si le projet de loi reçoit la sanction royale, le gouvernement du Canada pourra collaborer avec
les Premières Nations afin d’élaborer des règlements fédéraux exécutoires concernant l’eau potable et les eaux usées
dans les réserves. Avec l’adoption du projet de loi 8, les Premières Nations pourront profiter de la même protection
sur le plan de la santé et de la sécurité en ce qui concerne l’eau potable que les autres Canadiens.
• Le renouvellement des lignes directrices du Programme de formation itinérante procurera une formation accrue et
des services de mentorat aux opérateurs de systèmes d’aqueduc et d’égout des Premières Nations, ce qui pourrait
améliorer la gestion et l’efficacité des systèmes d’aqueduc et d’égout dans les réserves, diminuer le nombre et la
durée des avis concernant la qualité de l’eau potable, et aider les Premières Nations à profiter pleinement et pendant
longtemps de leur infrastructure d’aqueduc et d’égout.
• En juillet 2011, les gouvernements du Canada et de l’Ontario ont annoncé l’initiative Canada-Ontario pour l’amélioration de la qualité de l’eau potable dans les Premières Nations, un projet conjoint d’une durée de trois ans visant
à trouver des systèmes novateurs et différents afin d’améliorer la qualité de l’eau potable dans les communautés
autochtones de l’Ontario. L’Ontario First Nations Technical Services Corporation appuie aussi cette initiative en
fournissant un soutien technique aux Premières Nations et aux conseils tribaux pendant toute la durée du projet.
AADNC maintient son engagement à appuyer les Premières Nations dans l’établissement d’une infrastructure de
services publics dans les réserves qui répond aux besoins des collectivités, et à soutenir la capacité des collectivités
à entretenir cette infrastructure en utilisant des approches différentes en matière de financement, de construction,
d’exploitation et d’entretien.
• En 2011–2012, AADNC a investi environ 195 millions de dollars afin de financer l’infrastructure scolaire, y compris la rénovation et l’entretien d’écoles dans les réserves, de même que la construction de dix nouvelles écoles.
• AADNC a accordé 600 000 $ à un projet pilote pluriannuel auquel participera la bande Blood de l’Alberta afin de
sensibiliser les communautés aux moisissures, d’en déterminer la présence et d’en atténuer les effets. Des rapports
annuels sur les activités de sensibilisation, de dépistage et d’atténuation seront publiés au cours des trois prochaines
années. Le projet permettra de recueillir des renseignements généraux sur les coûts associés à l’élimination des
moisissures, que les autres Premières Nations pourront consulter.
• Afin d’améliorer la capacité des administrations locales et des Premières Nations de former des partenariats dans le
but d’améliorer l’infrastructure et les services connexes, AADNC accorde un financement à la Fédération canadienne
des municipalités afin de gérer le Programme de partenariat en infrastructures communautaires Premières Nations–
municipalités. Ce programme fait la promotion d’ententes de services partagés afin d’appuyer le partage des connaissances et le regroupement des ressources. Dans le cadre de ce programme, une trousse des pratiques exemplaires
en matière d’ententes de services a été conçue. Elle contient une série de modèles d’ententes entre les Premières
Nations et les municipalités.
Le Programme écoÉNERGIE pour les collectivités autochtones et nordiques est un programme relevant du Programme
sur la qualité de l’air qui appuie la Stratégie fédérale de développement durable. En 2011–2012, 36 projets du secteur
de l’énergie ont reçu du financement. Une fois ces projets mis en œuvre, les émissions de gaz à effet de serre devraient
être réduites d’environ 0,9 Mt au cours des 20 années que dureront les projets.
Leçons apprises
En Alberta, le Groupe de consultation sur les services techniques a terminé son projet de surveillance à distance. Le
projet comportait l’installation et le fonctionnement d’un réseau de surveillance à distance de 57 usines de traitement
52
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
des eaux usées chez 45 Premières Nations en Alberta. Ce projet, dont l’objectif était d’améliorer la qualité de la surveillance de l’eau, a démontré qu’il existe de nouveaux instruments de mesure et de nouvelles technologies de communication dont la mise en œuvre et l’utilisation sont rapides, simples, fiables et rentables par les communautés des
Premières Nations, notamment dans les régions éloignées. En date du mois de mars 2012, 100 % des usines de traitement des eaux usées des Premières Nations de l’Alberta étaient connectées au système de surveillance à distance. À
l’avenir, cette approche novatrice pourrait permettre une surveillance constante de l’eau tout en diminuant le besoin
d’avoir du personnel sur place en tout temps.
En 2011–2012, AADNC a entrepris une révision complète de son processus d’inspection annuelle des systèmes
d’aqueduc et d’égout. En fonction des renseignements soumis par les Premières Nations, les inspecteurs et les bureaux
régionaux, les listes de vérification annuelle du rendement sont examinées minutieusement afin de s’assurer que les
directives concernant la mise en œuvre des processus sont claires et que ces outils sont utilisés efficacement par les
Premières Nations pour améliorer le fonctionnement des systèmes d’aqueduc et d’égout dans leurs communautés.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
53
RÉSULTAT STRATÉGIQUE : LE NORD
Autonomie, prospérité et bien-être des gens et des collectivités du Nord
Activité de programme 4.1 : Gouvernance et gens du Nord
Le Nord canadien représente un fabuleux potentiel économique, pas seulement pour les résidants du Nord, mais pour
tous les Canadiens. Si elles sont gérées de manière durable, les réserves d’hydrocarbures et de minéraux que recèle le
Nord créeront des occasions de prospérité pour de nombreuses générations et assureront à ses communautés un avenir
plus sain et plus autonome.
Description du programme
Cette activité de programme renforce l’autonomie des résidants et des collectivités du Nord en leur accordant des
responsabilités semblables à celles des provinces en ce qui a trait aux ressources foncières et naturelles; en réduisant
les coûts de transport des denrées périssables nutritives et des autres produits indispensables destinés aux collectivités
isolées du Nord; en accordant des subventions aux gouvernements territoriaux pour la prestation de services hospitaliers
et médicaux; en travaillant en collaboration avec les collectivités du Nord pour cerner les risques et les défis que pose
le changement climatique; et en faisant avancer les intérêts des Canadiens et des habitants du Nord au moyen de
forums circumpolaires.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
120,7
141,8
126,6
42,0
67,1
25,1
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales est principalement attribuable à un report successif du financement pour les autorisations
de prêts, de même qu’au financement additionnel provenant du Budget supplémentaire des dépenses pour la mise en œuvre de l’entente de principe
concernant le transfert des terres et des ressources des Territoires du Nord-Ouest, y compris les activités associées à la négociation et à la mise en œuvre
de l’entente définitive de transfert des responsabilités, et pour aider les Canadiens à s’adapter aux répercussions des changements climatiques en vertu
du Programme sur la qualité de l’air. L’écart entre les autorisations totales et les dépenses réelles s’explique essentiellement par le report aux exercices
successifs du financement de ces garanties de prêts de même que par le report du financement pour la mise en œuvre de l’entente de principe concernant le transfert des terres et des ressources des Territoires du Nord-Ouest, ainsi que du financement soutenant l’accès à des aliments sains dans les communautés nordiques isolées. Ces fonds non requis en 2011–2012 ont été reportés à 2012–2013 et pourront être utilisés aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Les résidants du Yukon, des
Territoires du Nord-Ouest
et du Nunavut assurent la
gestion des terres et des
ressources du Nord
Réalisation des cinq étapes du transfert
des responsabilités aux Territoires du
Nord-Ouest et au Nunavut : (1) protocole d’entente, (2) entente de principe,
(3) entente définitive, (4) loi et (5) mise
en œuvre
Deuxième étape
terminée d’ici le
31 mars 2012
T.N.-O. : La phase 2 a pris fin
en 2011;Travaille présentement à compléter la phase 3
Nunavut : Discussions
préparatoires à la phase 2
en cours.
Les collectivités admissibles
consomment des aliments
nutritifs.
Estimation du poids des aliments admis- Augmentation
sibles achetés par habitant
annuelle par habitant
d’ici le 31 mars 2012
S.O.*
* Le programme Nutrition Nord Canada a été mis en œuvre en 2011–2012. On estime qu’environ 248 kg d’aliments nutritifs périssables subventionnés
ont été achetés par personne en 2011–2012 (données fondées sur le niveau de contribution plus élevé dans 75 communautés). Cette quantité sera le
niveau de référence à partir duquel le rendement sera comparé au cours des prochaines années.
54
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
AADNC continue à travailler au transfert de la gestion des terres et des ressources dans les Territoires du Nord-Ouest
et au Nunavut.
Dans les Territoires du Nord-Ouest, la phase 2 a pris fin avec la signature de l’entente de principe en janvier 2011.
L’atteinte de cette étape importante a permis de passer à la phase 3 du transfert : la négociation d’une entente définitive
de transfert des responsabilités. Les négociations officielles ont débuté en juin 2011. Les gouvernements du Canada et
des Territoires du Nord-Ouest, la Inuvialuit Regional Corporation et la Nation Métis des Territoires du Nord-Ouest y
ont pris part. La nomination d’un nouveau négociateur fédéral en chef à l’automne 2011 a permis aux négociations de
progresser, même s’il reste du travail important à accomplir et des consultations à tenir.
Au Nunavut, à la suite de la signature du Protocole de négociation du transfert des responsabilités en 2008, des
efforts ont été déployés afin de créer les conditions nécessaires pour entreprendre les négociations sur l’entente de
principe (phase 2). En 2011–2012, les discussions entre AADNC, le gouvernement du Nunavut et Nunavut Tunngavik
Incorporated se sont poursuivies, tout comme l’analyse des occasions de progresser en matière de transfert des responsabilités au Nunavut.
Tout au long de l’exercice financier 2011–2012, Nutrition Nord Canada a fourni des aliments périssables subventionnés
aux communautés nordiques isolées. Lancé le 1er avril 2011, le programme a aussi permis aux magasins locaux et aux
fournisseurs du Sud de réaliser des économies en coûts et en services de livraison d’aliments et d’autres produits subventionnés aux communautés admissibles. Au cours de son année inaugurale, le comité consultatif de Nutrition Nord
Canada s’est entretenu avec les habitants du Nord et d’autres intervenants en vue de mieux conseiller le ministre sur
la gestion du programme.
Leçons apprises
Le transfert des responsabilités effectué au Yukon en 2003 a aidé à éclairer et à guider le Ministère dans le processus
de transfert des responsabilités actuel. Nous en voulons pour preuve la mise en œuvre d’un cadre de gestion plus solide,
comprenant des évaluations des risques, pour guider les négociations et la mise en œuvre du transfert des responsabilités
aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. De plus, le Ministère a élaboré et mis en œuvre des stratégies de communication internes et externes plus approfondies. AADNC continuera à profiter des leçons tirées de l’expérience du
Yukon en vue de faire avancer les processus de transfert des responsabilités aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut.
La mise en œuvre du programme Nutrition Nord Canada pour remplacer le Programme Aliments-poste a mis en
lumière l’importance de communiquer et de donner aux communautés et aux autres intervenants concernés suffisamment de temps pour effectuer la transition lorsqu’un nouveau modèle de programme est adopté. Le Ministère a écouté
les préoccupations des résidants du Nord concernant le passage au programme Nutrition Nord Canada en allongeant
la liste des aliments périssables admissibles à une contribution, et en subventionnant de nombreux aliments non périssables et articles non alimentaires jusqu’au 1er octobre 2012. Une campagne publicitaire sera lancée à l’automne 2012
qui coïncidera avec les modifications apportées à la liste des aliments admissibles à une contribution. La campagne
aidera à sensibiliser la population à ces changements et portera sur l’objectif ultime du programme consistant à favoriser
les choix sains en matière de nutrition. Les représentants du programme continueront à communiquer avec le conseil
consultatif pour obtenir des renseignements et des conseils sur la gestion, la direction et les activités du programme.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
55
Activité de programme 4.2 : Science et technologies du Nord
Description du programme
Cette activité de programme appuie la recherche scientifique et la technologie dans le Nord. La recherche et la surveillance
axées sur les contaminants de longue portée et leurs effets sur l’écosystème et sur la chaîne alimentaire traditionnelle
ou rurale sont assurées grâce au Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord. Cette activité de programme
permet en outre la réalisation de travaux menés dans le cadre de l’Année polaire internationale, notamment les efforts
déployés pour faciliter la délivrance de permis de recherche scientifique et accorder des approbations ainsi que la production et la gestion de données scientifiques. La création de la station de recherche dans l’Extrême-Arctique renforcera
la position du Canada en tant que chef de file international dans le domaine des sciences et des technologies arctiques.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
13,6
16,8
16,0
17,0
38,9
21,9
L’écart entre les dépenses prévues et le total des autorisations reflète la réaffectation de fonds de l’activité de programme Services internes à des programmes
particuliers, afin de mieux refléter les coûts de la prestation des programmes et des services et d’atteindre les résultats de l’activité de programme Science
et technologies du Nord. L’écart entre les autorisations totales et les dépenses réelles s’explique essentiellement par le report du financement destiné à la
Station de recherche de l’Extrême-Arctique du Canada. Ces fonds inutilisés en 2011–2012 ont été reportés à l’exercice 2012–2013; ils seront alors disponibles pour les fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Un cadre simplifié est
appliqué à la délivrance de
permis de recherche pour
les futurs programmes et
activités scientifiques dans
le Nord.
Réalisation des trois étapes de l’Initiative canadienne Troisième étape
de délivrance de permis pour la recherche dans
terminée d’ici le
l’Arctique : (i) la recommandation d’améliorations;
31 mars 2012
(ii) la tenue de consultations; (iii) l’élaboration d’outils
visant à faciliter la délivrance des permis (rétrospective territoriale ou régionale sur l’attribution des
permis de recherche, outils en ligne, directives et
guides de formation, ateliers et réunions)
Résultats réels
Phase 3 terminée
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Le Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord a continué à surveiller les niveaux de contaminants dans
la faune et chez les résidants du Nord canadien et à fournir des données, des renseignements et de l’expertise en vue
des évaluations canadiennes et internationales des niveaux de mercure et de polluants organiques persistants, de même
que dans le cadre du Programme de surveillance et d’évaluation de l’Arctique du Conseil de l’Arctique et du Plan de
surveillance mondiale de la Convention de Stockholm. Le Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord
appuie le thème I de la Stratégie fédérale de développement durable qui porte sur les changements climatiques et la
qualité de l’air, et le thème II, qui concerne le maintien de la qualité de l’eau et son accessibilité. Les résultats du
Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord ont contribué à l’établissement des positions du Canada et
du Conseil de l’Arctique dans le cadre du Comité de négociation intergouvernemental sur le mercure du Programme
des Nations Unies pour l’environnement, qui ont été officiellement présentées par le Canada et par les responsables du
Programme de surveillance et d’évaluation de l’Arctique lors de la troisième séance de négociation internationale, qui
s’est tenue en novembre 2011 à Nairobi, au Kenya. À l’échelle nationale, les résultats des activités de recherche et de
surveillance en matière de santé humaine du Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord ont été utilisés
56
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
pour concevoir des messages de santé publique sur les niveaux de contaminants et la consommation de certains aliments récoltés traditionnellement, qui ont été rendus publics par la Régie régionale de la santé et des services sociaux
Nunavik en octobre 2011 et par le médecin hygiéniste en chef, Division de la santé de la population, gouvernement
des Territoires du Nord-Ouest, en juin et en août 2011.
La planification s’est poursuivie en vue de la Conférence de l’Année polaire internationale, qui s’est tenue du 22 au
27 avril 2012 sous le titre « De la connaissance à l’action ». L’objectif de la conférence de l’Année polaire internationale
était de présenter les connaissances acquises au cours de l’année qui contribueront aux discussions sur les enjeux liés à
l’Arctique, notamment la santé des Autochtones dans le Nord, la diminution des glaces de mer et la sécurité maritime,
le pergélisol et l’infrastructure nordique, et les changements climatiques. Un mois avant la tenue de la Conférence 2012
de l’Année polaire internationale, plus de 2 000 participants provenant de plus de 40 pays étaient inscrits, ce qui dépassait les attentes des organisateurs. On s’attendait à ce que la conférence attire quelque 3 000 participants.
Les progrès concernant la création de la Station de recherche de l’Extrême-Arctique du Canada se sont poursuivis :
l’étude de faisabilité a été rendue publique en septembre 2011 et la phase de conception a été lancée, y compris les
appels de propositions en collaboration avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Des progrès ont
aussi été réalisés dans l’élaboration d’un plan détaillé en matière de science et de technologie concernant la Station
de recherche de l’Extrême-Arctique du Canada sous l’égide du comité consultatif en cette matière.
Leçons apprises
Un certain nombre d’avis en matière de santé humaine ont été émis dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavik
au cours de la dernière année concernant la présence de contaminants dans les aliments traditionnels. Une des principales leçons tirées de ces initiatives a été le besoin d’élaborer une stratégie en matière de communication et de créer
un sous-comité de la communication des risques afin de gérer les constatations émanant du programme et de déterminer le meilleur moyen de communiquer rapidement à nos partenaires les résultats qui pourraient avoir des répercussions sur les choix alimentaires des résidants du Nord.
La création de la Station de recherche de l’Extrême-Arctique du Canada présente des occasions et des défis uniques.
L’expérience acquise en 2011–2012 lors de la mise en œuvre du Fonds pour l’infrastructure de recherche dans l’Arctique
a révélé l’importance de miser, souvent et dès le début des projets, sur l’expertise des spécialistes du Nord pour concevoir et construire des installations de recherche dans le Nord. En plus des importantes activités de consultation en cours
sur la construction de la Station de recherche du Canada dans l’Extrême-Arctique, AADNC a modifié ses pratiques
habituelles en vue de sélectionner un cabinet d’architectes formé notamment de représentants du Nord ayant de l’expérience dans la construction d’installations scientifiques dans le Nord, afin que le point de vue nordique soit pris en compte.
Activité de programme 4.3 : Gestion des terres, des ressources et de
l’environnement du Nord
Description du programme
Cette activité de programme favorise la gestion, le développement durable et la surveillance réglementaire des terres,
de l’eau, de l’environnement et des ressources naturelles du Nord. L’exploitation des ressources minières et pétrolières,
y compris des projets extracôtiers, est gérée et coordonnée; la gestion et l’administration de l’environnement relèvent
d’initiatives telles que la Stratégie des zones protégées des Territoires du Nord-Ouest, le Programme de surveillance
des effets cumulatifs dans les Territoires du Nord-Ouest, le Programme de surveillance générale du Nunavut, ainsi
que l’élaboration et l’amélioration continues des régimes de réglementation dans le Nord; la gestion des ressources est
assurée par l’élaboration de lois, de règlements et de politiques, ainsi que par la collaboration et le soutien des offices
du Nord; les sites contaminés sont repérés et assainis; les terres et les ressources du Nord sont gérées au bénéfice des
résidants du Nord actuels et des générations à venir.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
57
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
88,8
191,0
179,9
332,0
395,3
63,3
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales est principalement attribuable au financement additionnel octroyé par le biais du Budget
supplémentaire des dépenses pour l’évaluation, la gestion et la restauration de sites fédéraux contaminés en vertu du Plan d’action pour les sites contaminés
fédéraux. L’écart entre le total des autorisations et les dépenses réelles est principalement attribuable au report de projets découlant du Plan d’action pour
les sites contaminés fédéraux. Les fonds non requis en 2011–2012 ont été reportés à 2012–2013 et pourront être utilisés aux fins prévues.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Hausse de 10 positions au
classement du Fraser Institute
d’ici le 31 mars 2014
S.O.*
75 % d’ici le 31 mars 2014
S.O.*
Pourcentage des décisions ou des 75 % d’ici le 31 mars 2012
mesures qui ont été prises dans
les six mois suivant la recommandation d’un organisme d’évaluation
environnementale
85 %
La réglementation dans le Nord est Amélioration au classement
plus prévisible et plus opportune
du Fraser Institute
Pourcentage des projets actuels
qui ont été approuvés dans les
délais impartis
Les processus d’évaluation environnementale permettent de cerner
les effets potentiels des activités
d’exploitation et de trouver des
mesures d’atténuation.
* Les résultats seront disponibles à compter de mars 2014.
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Le Ministère a poursuivi ses efforts afin d’améliorer la certitude et la prévisibilité des régimes de réglementation dans
le Nord. Les travaux se sont poursuivis en ce qui a trait à la Loi sur l’aménagement du territoire et l’évaluation des
projets au Nunavut, et des consultations ont eu lieu en ce qui concerne une Loi sur les droits de surface dans les
Territoires du Nord-Ouest. Des réunions ont été tenues afin de modifier la Loi sur la gestion des ressources de la
Vallée du Mackenzie, dont certaines ont été présidées par le négociateur fédéral en chef. Des progrès ont aussi été
réalisés en vue de modifier les règlements touchant l’exploitation minière, l’aménagement des terres et l’eau.
À la fin de 2011, l’emprise mobile moyenne sur cinq ans d’hectares sous permis d’exploration pétrolière et gazière
dans le Nord canadien était de 5 190 307 hectares. L’intérêt de l’industrie était divisé entre les grands champs conventionnels existants au large des côtes dans les eaux plus profondes de la mer de Beaufort et les nouvelles occasions
d’exploitation le long des côtes dans la partie centrale de la vallée du Mackenzie. Onze nouveaux permis d’exploration
concernant une superficie de 900 000 hectares ont été délivrés dans la partie centrale de la vallée du Mackenzie à la
suite d’un nombre sans précédent d’appels d’offres pour des engagements de dépenses totalisant 534 millions de dollars.
Dans la mer de Beaufort, deux permis d’exploration en eau peu profonde concernant une superficie de 200 000 hectares
ont été octroyés.
Les dépenses de l’industrie dans des projets pétroliers en 2011–2012 ont été estimées à plus de 100 millions de dollars,
la majorité ayant été consacrée à la formation et à l’embauche de personnel au sein d’entreprises autochtones et du Nord.
En réponse au Rapport du vérificateur général du Canada de 2010 sur le développement durable dans les Territoires
du Nord-Ouest, le Ministère a continué à favoriser un processus de planification et de production de rapports simplifié
et plus efficace concernant les avantages de l’exploitation pétrolière et gazière pour les Autochtones et les habitants du
Nord, y compris la modernisation des Lignes directrices des plans de retombées économiques pour le Canada dans le
Nord, établies en collaboration avec les groupes autochtones et l’industrie.
58
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Fort d’une exploitation pétrolière et gazière fondée sur des éléments probants, AADNC a réussi à mettre en œuvre la
première année complète de l’Évaluation environnementale régionale de Beaufort : 17 projets de recherche ont été
financés (4,1 millions de dollars) et de nouvelles priorités de recherche ont été établies pour 2012–2013 avec la participation et le soutien d’Inuvialuit.
La mise en œuvre du système électronique de jalonnement des concessions minières au Nunavut s’est poursuivie avec
l’octroi, en mars 2012, d’un marché pour élaborer le système logiciel et matériel. Le processus fédéral d’évaluation
des diamants et d’estimation des redevances a permis de s’assurer que les 118 millions de dollars en redevances
recueillis par AANDC représentaient la somme totale à collecter.
Au 31 mars 2012, le Programme des sites contaminés du Nord a permis de décontaminer deux sites : CAm-D et Bear
Island, au Nunavut, et Colomac, dans les Territoires du Nord-Ouest. Des progrès ont aussi été réalisés à deux des plus
importants sites contaminés au Canada : la mine Giant dans les Territoires du Nord-Ouest et la mine Faro au Yukon. En
2011–2012, le Projet d’assainissement de la mine Faro en était à l’étape de la conception et les activités de maintenance
et de surveillance se sont poursuivies. Le processus d’évaluation environnementale du Projet d’assainissement de la
mine Giant s’est poursuivi. L’équipe du projet a continué l’entretien et la surveillance du site tout en s’occupant des
questions à haut risque.
AADNC a piloté une approche coordonnée afin d’examiner et d’achever les plans d’aménagement des terres dans le
Nord, de réaliser des progrès en ce qui concerne le Plan d’aménagement des terres de Gwich’in et l’ébauche du Plan
d’aménagement des terres du Sahtu, et de lancer une étude indépendante sur le processus de planification de l’aménagement des terres au Nunavut. AADNC a poursuivi son travail et sa collaboration avec Environnement Canada afin
d’établir des réserves nationales de la faune en vertu de la Stratégie des zones protégées du Nord-Ouest et a continué à
mettre en œuvre le Programme de surveillance des effets cumulatifs dans les Territoires du Nord-Ouest et le Programme
de surveillance générale du Nunavut afin d’appuyer l’exploitation responsable des ressources. Pour améliorer les calendriers d’évaluation environnementale, les représentants ministériels ont rencontré les conseils de gestion des ressources
et les ministères fédéraux concernés afin de s’entendre sur les économies administratives possibles.
Leçons apprises
En 2011, l’industrie pétrolière et gazière a démontré un intérêt sans précédent pour l’obtention de droits dans la partie
centrale de la vallée du Mackenzie, ce qui a mené à la délivrance de 11 nouveaux permis. De plus, l’intérêt de plus en
plus marqué de la population pour les nouvelles technologies d’extraction du pétrole à partir de schiste a accru les
préoccupations des résidants du Nord en ce qui concerne la nature et la
réglementation des activités de l’industrie. Même si elles connaissaient les Saviez-vous que...
activités pétrolières et gazières conventionnelles, les collectivités du Nord Avec ses partenaires norvégiens,
n’étaient pas totalement au courant de l’intérêt grandissant de l’industrie
AADNC joue un rôle prépondérant,
pour l’extraction pétrolière et gazière à partir du schiste. Il faut donc prédans le cadre du Groupe de travail
parer de manière active les intervenants en vue des virages du marché et
sur la préparation aux situations d’urgence, la prévention et l’intervention
de l’intérêt de l’industrie pour les nouveaux types de ressources, et condu Conseil de l’Arctique, dans l’élaborasulter la communauté afin d’accroître la confiance dans le régime de
tion de pratiques recommandées dans
réglementation du Nord. AADNC a veillé à ce que les communautés
la prévention des déversements de
clés touchées soient rapidement informées des progrès au moyen de
pétrole
dans les eaux de l’Arctique. Les
documents et de présentations élaborés par des experts de l’industrie,
pays
participants
en apprendront davanen collaboration avec le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.
tage sur les pratiques exemplaires des
Une évaluation de l’initiative d’amélioration des systèmes réglementaires autres afin d’assurer un développement
du Nord et de la gestion des terres, des ressources et de l’environnement a durable et sécuritaire dans l’Arctique.
pris fin en février 2012. Selon l’évaluation, les programmes jouent un rôle
important dans la surveillance et la protection de l’environnement et la restauration des sites, mais le Ministère doit
réagir aux modifications législatives et appuyer les processus réglementaires dans le Nord. De plus, les leçons apprises
comprennent l’accès aux renseignements nécessaires pour évaluer l’efficacité des inspections des mines et le respect
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
59
des modalités des baux et des permis d’utilisation des terres et d’exploitation de l’eau, tout en collaborant avec d’autres
intervenants, comme les conseils du Nord. À cette fin, AADNC a défini le terme « conformité » et a établi une politique et des procédures claires sur la façon dont les niveaux de conformité devront être communiqués aux conseils de
gestion des terres et de l’eau et à la population. Un groupe de travail a été mis sur pied afin d’examiner les questions
entourant les garanties de restauration. Ce groupe de travail disposera d’un plan de travail au cours du deuxième
trimestre de 2013.
RÉSULTAT STRATÉGIQUE : LE BUREAU
DE L’INTERLOCUTEUR FÉDÉRAL
Bien-être socioéconomique des Métis, des Indiens non inscrits
et des Autochtones vivant en milieu urbain
Activité de programme 5.1 :Stratégie pour lesAutochtones vivant en milieu urbain
Description du programme
Cette activité de programme aide à répondre aux besoins des Autochtones habitant les centres urbains. Elle encourage
l’autonomie et la participation économique des Autochtones en milieu urbain. Grâce à la Stratégie pour les Autochtones
vivant en milieu urbain (SAMU), le gouvernement fédéral, en partenariat avec d’autres gouvernements, des organisations communautaires et des Autochtones, qui répondent aux priorités locales. La Stratégie améliore la capacité du
gouvernement fédéral à harmoniser les dépenses destinées aux Autochtones des grands centres urbains avec les programmes provinciaux et municipaux, de manière à faire progresser les objectifs fédéraux tout en réagissant efficacement aux défis et aux perspectives à l’échelle locale.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
13,5
14,9
14,9
36,0
37,6
1,6
La différence entre les dépenses prévues et le total des autorisations s’explique principalement par la réaffectation de fonds au sein du Bureau de l’interlocuteur fédéral pour traiter les questions prioritaires.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
60
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus Indicateurs de rendement Objectifs
Résultats réels*
Les Autochtones en
milieu urbain sont
autonomes et participent à l’économie.
Situation économique des
Métis, des Indiens non inscrits
et des Autochtones en milieu
urbain, évaluée selon le taux
de diplômés d’études secondaires, le taux d’emploi
et le revenu moyen des
Autochtones établis dans les
villes désignées par la SAMU
Entre 2001 et 2011, hausse de
2 % du taux de diplômés d’études
secondaires, du taux d’emploi
et du revenu moyen des
Autochtones établis dans les
villes désignées par la SAMU
(d’ici le 31 mars 2012)
Les données de l’Enquête nationale
auprès des ménages de 2011 mesurant le revenu moyen hors réserve
ne sont pas encore disponibles.
Fondés sur les données des
recensements de 2001 et de 2006 :
Le taux d’obtention d’un diplôme
d’études secondaires par les
Autochtones vivant dans les villes
désignées dans le cadre de la
SAMU a augmenté d’environ
10 % au cours de cette période
Le taux d’emploi chez les
Autochtones vivant dans les villes
désignées dans le cadre de la
SAMU a augmenté de 4 % au
cours de cette période
Le revenu individuel moyen des
Autochtones vivant dans les villes
désignées dans le cadre de la
SAMU a augmenté de 14 % au
cours de cette période (en dollars
constants de 2005)
Grâce à la participation accrue des partenaires de la SAMU,
les gouvernements
fédéral et provinciaux
sont plus à même de
répondre aux besoins
des Autochtones en
milieu urbain.
Pourcentage du financement
obtenu grâce aux relations
avec les gouvernements provinciaux et les administrations
municipales
Pourcentage du financement
obtenu par les villes désignés par
la SAMU en moyenne sur cinq ans
(de 2007–2008 à 2011–2012),
selon une formule de financement de contrepartie (50-50),
grâce aux relations établies avec
les gouvernements provinciaux et
les administrations municipales
(d’ici le 31 mars 2012)
Sept des 13 villes désignées dans
le cadre de la SAMU ont obtenu
50 % du financement auprès des
administrations municipales et
des gouvernements provinciaux.
* Les données comparables de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 ne seront pas disponibles avant 2013, au plus tôt.
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Les résultats des recensements de la population de 2001 et de 2006 indiquent que les conditions socio-économiques
des Autochtones vivant dans les villes désignées dans le cadre de la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu
urbain s’améliorent. Pendant cette période, le pourcentage d’Autochtones ayant obtenu leur diplôme d’études secondaires a augmenté d’environ 6 % pour passer de 58,8 % à 64,4 %, et que le taux d’emploi a augmenté de 4 %, passant
de 56 % à 60,4 %. Quant au revenu individuel moyen des Autochtones vivant dans les villes désignées dans le cadre
de la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain, il a augmenté de 14 % pour passer de 23 664 $ à 27 030 $
(en dollars constants de 2005).
Grâce au travail accompli en partenariat, AADNC a réussi à renforcer la capacité communautaire, la légitimité et la
prise de décision, en plus de financer 152 projets communautaires visant à améliorer les habiletés fondamentales, à
promouvoir la formation professionnelle, à augmenter les compétences et l’entrepreneuriat et à soutenir les femmes,
les enfants et les familles autochtones.
AANDC a également enregistré des progrès dans ses efforts pour s’associer à d’autres ministères fédéraux, gouvernements provinciaux et administrations municipales, et avec le secteur privé et philanthropique. Grâce à ces partenariats,
la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain a investi 10,2 millions de dollars, a coordonné 3,14 millions
de dollars provenant d’autres ministères (une augmentation de 25 % par rapport à l’exercice financier 2010–2011),
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
61
et a obtenu 7,75 millions de dollars des municipalités et des provinces (une augmentation de 34 %) et 6 millions
de dollars du secteur privé (une augmentation de 66 %).
Depuis le début du mandat, sept villes désignées dans le cadre de la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain
ont mobilisé 50 % du financement auprès des administrations municipales et des gouvernements provinciaux, tandis
que six ont pris du retard, surtout en raison de la disponibilité des fonds de programme à l’échelon municipal et provincial.
Leçons apprises
Afin de combler les lacunes dans l’exécution des programmes destinés aux Autochtones vivant en milieu urbain par
le gouvernement, le Programme du centre d’amitié autochtone, Connexions culturelles pour la jeunesse autochtone
et Jeunesse Canada au travail ont été transférés de Patrimoine Canadien à AADNC à la fin de l’exercice financier.
Ce transfert permettra à AADNC de concevoir un cadre politique global concernant les Autochtones vivant en milieu
urbain qui permettra d’offrir un plus grand nombre de politiques et de programmes répondant aux priorités nationales
et aux réformes ministérielles clés qui dépassent les limites des réserves.
Une Évaluation de l’incidence de la Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain a recommandé que soit
révisée la Stratégie de mesure du rendement de la SAMU conformément aux directives et aux exigences ministérielles
actuelles, afin d’améliorer la surveillance et la mesure des résultats, plus particulièrement aux échelons communautaires
et sectoriels (ou concernant les priorités); de renforcer la surveillance et l’évaluation du rendement et des économies
dans tous les domaines d’activités; et de procéder à des examens périodiques des domaines prioritaires de la SAMU
avec les intervenants autochtones et d’autres partenaires clés pour s’assurer qu’ils tiennent compte des priorités ministérielles clés à l’échelon régional et fédéral. Pour relever ces défis, la SAMU a travaillé avec la Direction générale de
l’évaluation, de la mesure du rendement et de l’examen afin de concevoir une approche globale de la mesure des résultats.
Cependant, ce travail a été interrompu lorsqu’on a appris que les trois programmes seraient transférés de Patrimoine
canadien à AADNC. Une nouvelle stratégie de mesure du rendement, qui tiendra compte des éléments de programme
transférés, sera achevée à l’automne 2013.
Activité de programme 5.2 : Développement des capacités organisationnelles
des Métis et des Indiens non inscrits
Description du programme
Cette activité de programme est exécutée par le Bureau de l’interlocuteur fédéral, qui constitue le premier point de
contact du gouvernement du Canada pour les Métis et les Indiens non inscrits et le premier défenseur des principaux
intérêts de ces personnes au sein du gouvernement. Le Bureau a pour principal mandat d’appuyer (financièrement
et par d’autres moyens) le travail de ces organisations est de contribuer à trouver des façons concrètes de réduire la
dépendance, d’accroître l’autonomie et d’améliorer les conditions socioéconomiques des Métis, des Indiens non inscrits
et des Autochtones hors réserve. Le Bureau s’acquitte de ce mandat en aidant les organisations de Métis et d’Indiens
non inscrits à renforcer leurs capacités organisationnelles et professionnelles de sorte qu’elles puissent conclure des
partenariats efficaces avec les gouvernements fédéral et provinciaux ainsi qu’avec le secteur privé.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
16,1
16,5
16,3
19,0
21,6
2,6
La différence entre les dépenses prévues et le total des autorisations s’explique principalement par la réaffectation de fonds au sein du Bureau de l’interlocuteur fédéral pour traiter les questions prioritaires.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
62
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Les organisations de Métis
et d’Indiens non inscrits sont
en mesure de réaliser les
projets convenus
Pourcentage des rapports d’étape présen- 70 % des objectifs
tés dans les délais impartis et faisant état
inscrits au plan d’actides progrès accomplis
vités ont été atteints
d’ici le 31 mars 2012
100 % des rapports ont
montré des résultats
33 % ont été soumis
à temps
Les organisations de Métis
et d’Indiens non inscrits sont
financièrement aptes à rendre
compte des fonds publics
Pourcentage des organisations de Métis
70 % d’ici le
et d’Indiens non inscrits qui disposent
31 mars 2012
d’agents financiers qualifiés, dont le niveau
de compétence sera évalué en fonction de
leur certification ou attestation, de leurs
années d’expérience et de leur formation
82 % des organisations
de Métis et d’Indiens
non inscrits comptaient
parmi leur effectif du
personnel qualifié en
finances
Les organisations de Métis
et d’Indiens non inscrits sont
stables, démocratiquement responsables et aptes à défendre
les intérêts de leurs membres
Pourcentage des organisations de Métis
et d’Indiens non inscrits qui tiennent des
élections et des assemblées générales
annuelles, conformément à leurs règlements et actes constitutifs
100 % des élections
2011–2012 ont été
tenues conformément
aux constitutions et
aux règlements
100 % d’ici le
31 mars 2012
Résultats réels
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
AADNC a continué à appuyer les relations bilatérales et tripartites grâce au Programme de capacité organisationnelle
de base et au Programme de contribution de l’interlocuteur fédéral. Le Ministère a appuyé 105 projets visant à renforcer la capacité des organisations bénéficiaires à représenter leurs membres et leurs intérêts, à rendre des comptes
sur l’utilisation des fonds publics et à fonctionner selon des principes de stabilité, de démocratie et de transparence.
De plus, tous les rapports ont indiqué que des projets avaient été réalisés. Cependant, seuls 33 % avaient été soumis
à temps. En 2011–2012, quatre10 organisations de Métis et d’Indiens non inscrits ont tenu des élections conformément
à leurs statuts respectifs. De plus, toutes les organisations de Métis et d’Indiens non inscrits ont tenu leur assemblée
générale annuelle comme le prévoient leurs statuts.
En date du mois de mars 2012, 82 % des organisations de Métis et d’Indiens non inscrits comptaient parmi leur effectif
du personnel qualifié en finances. En 2011–2012, AADNC, avec l’aide de l’Association des agents financiers autochtones du Canada, a continué à renforcer les capacités et à améliorer la reddition de comptes des organisations de Métis
et d’Indiens non inscrits par l’entremise d’ateliers destinés au personnel chargé des finances et portant sur la gestion
efficace des finances et sur la production de rapports.
Leçons apprises
La capacité et l’expertise dans le domaine financier demeurent problématiques pour certaines organisations de Métis
et d’Indiens non inscrits. Le fait de s’assurer que les procédures de vérification sont réalisées en temps opportun contribue à démontrer que les organisations de Métis et d’Indiens non inscrits peuvent représenter efficacement leurs
membres. La tenue de ces vérifications a pris du retard en 2011–2012, ce qui s’est avéré un problème. AADNC s’assurera que ces vérifications se tiennent plus tôt au cours de l’exercice financier afin de permettre aux organisations
d’ajuster les normes et leur approche en matière de finances.
10 Des élections ont été tenues au sein des organisations suivantes : Nation métisse de l’Ontario; Nation métisse de l’Alberta; Alliance
autochtone du Québec et Conseil des peuples autochtones du Nouveau-Brunswick.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
63
Activité de programme 5.3 : Gestion des droits des Métis
Description du programme
Cette activité de programme est la réponse du gouvernement fédéral à la décision Powley rendue en 2003 par la
Cour suprême du Canada, qui confirme que les Métis peuvent détenir des droits ancestraux reconnus à l’article 35
de la Constitution canadienne. Le programme collabore avec des organisations autochtones représentatives sans but
lucratif, au sein desquelles œuvrent un grand nombre de Métis, afin d’établir des systèmes de vérification objective
de leurs listes de membres et d’exploitants11 métis, conformément aux directives de la Cour suprême.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
11,9
9,5
9,5
10,0
8,8
-1,2
La différence entre les dépenses prévues et le total des autorisations s’explique principalement par la réaffectation de fonds au sein du Bureau de l’interlocuteur fédéral pour traiter les questions prioritaires.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Les droits ancestraux
reconnus aux Métis en
vertu de l’article 35
sont conciliés avec
la souveraineté de
la Couronne
Nombre de systèmes d’inscription ayant Trois d’ici le 31 mars 2015
fait l’objet d’une vérification sur les
cinq systèmes en cours d’élaboration
Niveau de connaissance du public à
l’égard des droits ancestraux des Métis
Objectifs
Résultats réels
En cours
Production, d’ici le 31 mars 2015, Données non
de données de référence qui ser- disponibles
viront à mesurer le niveau de connaissance du public à l’égard des
droits des Métis
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Selon les rapports d’étape des organisations métisses financées visant la fin de l’exercice 2011–2012, le travail en vue
d’établir cinq mécanismes d’identification est en voie d’atteindre l’objectif révisé fixé à 201712. Le travail s’est poursuivi avec le Conseil national des Métis et ses organisations membres en vue d’élaborer des systèmes provinciaux
d’appartenance objectivement vérifiables pour servir de base à la représentation métisse et assurer une gestion des
dépenses plus crédible et transparente.
À la suite de l’évaluation quantitative et qualitative de la couverture médiatique sur les droits des Métis menée en
2010–2011, l’indicateur utilisé pour évaluer la sensibilisation de la population aux droits des Métis a été jugé inadéquat
pour mesurer le rendement par rapport aux résultats escomptés.
Lorsque cela était pertinent, AADNC a continué à servir de ressource auprès de tous les ministères fédéraux et de
l’industrie sur les questions de consultation et d’accommodement des Métis et des Indiens non inscrits. AADNC a
aussi continué à défendre au sein du gouvernement les organisations de Métis pour que leurs intérêts soient pris
en compte dans les questions de consultation et d’accommodement.
Le terme « exploitants » se réfère aux individus qui chassent, pêchent, piègent et effectuent la cueillette pour leur usage personnel.
Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le Rapport sur les plans et les priorités d’AADNC de 2012–2013
(http://www.tbs-sct.gc.ca/rpp/2012-2013/inst/ian/ian02-fra.asp#s2.5.3).
11
12
64
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Leçons apprises
L’établissement d’un système d’appartenance des Métis objectivement vérifiable doit se faire selon des normes et
des pratiques communes à toutes les organisations de telle sorte que l’identification des exploitants métis se fasse de
manière cohérente. L’établissement de normes représente un défi depuis le début du programme. Afin de résoudre ce
problème, AADNC s’est associé à l’Association canadienne de normalisation afin de collaborer avec les organisations
métisses pour régler les questions de normalisation.
Activité de programme 6.1 : Services internes
Description du programme
Les Services internes sont des groupes d’activités et de ressources interdépendantes qui sont administrés de manière
à répondre aux exigences des programmes et à satisfaire à d’autres obligations propres à un ministère. Ils concernent,
par exemple, la gestion et la surveillance, les communications, les services juridiques, la gestion des ressources humaines,
la gestion financière, la gestion de l’information, la technologie de l’information, les biens immobiliers, les biens matériels, l’acquisition, les déplacements et d’autres services administratifs. Les Services internes regroupent uniquement
les activités et les ressources qui s’appliquent à l’ensemble d’une organisation plutôt qu'à un programme en particulier.
Développement durable
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada participe à la Stratégie fédérale de développement durable
et contribue aux cibles d’Écologisation des opérations gouvernementales dans le cadre de l’activité de programme
Services internes. Le Ministère contribue aux secteurs ciblés suivants du thème IV (Réduire l’empreinte environnementale — En commençant par le gouvernement) de la SFDD : bâtiments verts, émissions de gaz à effet de serre,
déchets électroniques, impression gérée, consommation du papier, réunions écologiques, achats écologiques et l’achat
de crédits compensatoires.
Pour obtenir de plus amples détails sur les activités d’écologisation des opérations d’AADNC, veuillez consulter
les tableaux de la Section III : Renseignements supplémentaires.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
385,2
394,7
362,7
2 633,0
1 704,1
-928,9
L’écart entre les dépenses prévues et les autorisations totales est principalement attribuable à l’ajout de nouveaux crédits au Budget supplémentaire des
dépenses et aux exigences concernant les feuilles de paie compensés par une diminution reflétant le transfert de fonds à Services partagés Canada pour
les services de technologie de l’information comme le courriel, le centre de données et le réseau, ainsi qu’à la réaffectation de fonds de l’activité de programme Services internes à des programmes particuliers, afin de mieux refléter les coûts de la prestation des programmes et des services et d’atteindre
les résultats escomptés de ces activités. La différence entre le total des autorisations et les dépenses réelles reflète principalement les ressources de
fonctionnement qui seront reportées à l’exercice 2012–2013 et la diminution des exigences concernant les feuilles de paie.
Pour une explication de la variation des ETP, consulter la Section IV : Variation des ETP par activité de programme.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
65
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
Réduction du fardeau de production de rapports
En 2011–2012, la mise en œuvre de la Politique sur les paiements de transfert a été presque terminée. Grâce à la mise
en œuvre d’approches de gestion fondées sur les risques, y compris d’outils et de processus appropriés comme l’évaluation générale des risques associés aux bénéficiaires, le Ministère a été en mesure d’accroître le nombre d’ententes
pluriannuelles d’une durée de 2 à 5 ans de 107 en 2010–2011 à 699 en 2011–2012, ce qui représente une augmentation de 550 %.
Dans le but d’harmoniser ses instruments administratifs, le Ministère a aussi élaboré une série de modèles en matière
de financement national qui répond aux exigences de la Politique sur les paiements de transfert, qui comprend des
clauses normalisées pour une meilleure efficacité opérationnelle dans la gestion des paiements de transfert, et qui offre
la flexibilité de conclure des ententes annuelles et pluriannuelles ou des ententes qui concernent plusieurs programmes
ou ministères. Le Ministère a aussi été en mesure de collaborer avec d’autres ministères, notamment avec la Direction
générale de la santé des Premières Nations et des Inuits de Santé Canada, en vue de la conclusion d’ententes de financement regroupées, y compris la mise en œuvre de deux projets pilotes.
Gestion de l’excellence
En 2011–2012, le Ministère a été nommé l’un des 100 meilleurs employeurs dans la région de la capitale nationale par
le site Web « Canada’s Top 100 Employers ». Cette année a aussi été un point tournant pour AADNC en matière de
gestion, car le Ministère a reçu la meilleure note globale en ce qui concerne le cadre de responsabilisation de gestion :
AADNC a reçu la cote « forte » pour l’évaluation et la cote « acceptable » pour le reste. Grâce aux progrès constants
réalisés, AADNC a vu sa cote « occasion d’amélioration » passer de trois à zéro.
AADNC a continué à renforcer son approche de la planification intégrée et de l’harmonisation des ressources grâce à
l’élaboration des principes de planification intégrée et à l’approbation d’une approche de planification des affaires
pour 2012–2013 qui privilégie l’intégration, les risques et les éléments financiers.
En 2011–2012, AADNC a poursuivi la mise en œuvre du Plan d’action pour le renouvellement de la fonction publique.
L’objectif premier du Plan était d’améliorer la planification intégrée et l’harmonisation des ressources en mettant en
œuvre des normes de service nationales en matière de ressources humaines. L’adoption du Processus opérationnel
commun des ressources humaines normalise les pratiques en matière de ressources humaines à l’échelle nationale et
en améliore l’efficacité. Le 31 mars 2012, le Ministère avait terminé cinq des sept processus, ce qui en fait un leader
dans la fonction publique.
Le Ministère a poursuivi son Plan d’action découlant du Sondage de 2008 auprès des fonctionnaires fédéraux avec des
activités comme la formation obligatoire en matière de prévention du harcèlement, la révision de son programme de
reconnaissance, et le lancement du nouveau Code de valeurs et d’éthique d’AADNC et de la Politique sur les conflits
d’intérêts et l’après-mandat. De plus, une campagne de sensibilisation concernant le sondage de 2011 a eu lieu au sein
du Ministère. Les résultats ont indiqué un taux de participation sans précédent de 70,8 %. Tout comme lors du sondage
de 2008, AADNC élaborera un plan d’action à partir des résultats du sondage de 2011 afin d’atténuer les préoccupations
des employés et d’y répondre. Le processus est en cours et le plan d’action sera communiqué en 2012.
Des occasions d’amélioration ont été déterminées, surtout en ce qui concerne le roulement du personnel et l’augmentation constante du nombre de congés de maladie. AADNC a poursuivi ses activités de renouvellement grâce au recrutement postsecondaire et à la mise en œuvre d’une stratégie nationale en matière de renouvellement, qui a ralenti en
raison du plan de réduction des effectifs. Enfin, pour surveiller le nombre de congés de maladie pris par les employés
(plus d’un mois), un guide a été élaboré à l’intention des gestionnaires et un rapport mensuel est produit à l’intention
de la haute direction, ce qui permettra une meilleure gestion des cas.
66
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Gestion de l’information et technologie de l’information
La stratégie du Ministère en matière de gestion de l’information et de technologie de l’information (GI-TI) a été élaborée
et approuvée en février 2012. Elle a permis la mise en œuvre d’une architecture d’entreprise au sein du Ministère.
L’architecture d’entreprise maximisera la valeur opérationnelle des investissements du Ministère en GI-TI en faisant
les liens nécessaires entre les exigences opérationnelles, l’information, les exigences techniques et la conception
de solutions.
La stratégie en GI-TI appuie la stratégie opérationnelle en GI, qui explique en détail comment l’effectif d’AADNC
accédera aux outils nécessaires en GI, saura les utiliser, sera motivé à s’en servir et sera responsable de leur utilisation.
La GI opérationnelle a réalisé des progrès au cours du dernier exercice financier en répondant aux besoins en matière
de gestion de l’information non seulement pour les programmes internes, mais aussi pour les clients externes et en vue
de produire de meilleurs rapports pour les Premières Nations et les autres bénéficiaires de financement. En tant que
document fondateur, la stratégie en GI-TI favorisera l’élaboration continue de normes qui assureront que les investissements en GI-TI permettent non seulement l’interopérabilité des systèmes, mais aussi l’harmonisation des investissements au sein des diverses activités de programme d’AADNC.
Prise de décision fondée sur des éléments probants
En 2011–2012, AADNC a entrepris une étude afin d’explorer les liens entre l’évaluation et l’élaboration de politiques.
L’étude a déterminé que l’évaluation était une source d’éléments probants pouvant servir à la prise de décision et à
l’élaboration de politiques. Cependant, les liens entre l’évaluation et l’élaboration de politiques pourraient être renforcés. Un plan d’action élaboré pour surmonter ces obstacles a été mis en œuvre sous la direction du Comité de coordination des politiques des directeurs généraux du Ministère. En 2012–2013, l’accent sera mis sur la conception d’un
outil afin de savoir dans quelle mesure les éléments probants de l’évaluation sont utilisés.
Leçons apprises
Au cours des dernières années, AADNC a appris à utiliser le nouveau cadre fourni par la nouvelle Politique du
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada sur les paiements de transfert (c.-à-d. la gestion flexible des relations de
financement fondée sur les risques). Malgré les défis associés à la mise en œuvre des changements de politiques concernant les réalités opérationnelles, AADNC profite des leçons tirées des mises en œuvre précédentes pour continuer
à améliorer la gestion des relations de financement qui demeurent à l’avant-plan de notre travail avec les Premières
Nations, les Inuits, les Métis et les autres bénéficiaires.
Le gouvernement du Canada et AADNC ont établi des liens et des partenariats avec les peuples autochtones et les
résidants du Nord. La gestion de la relation de financement est un aspect important de ces interactions. Le Ministère
a commencé à examiner diverses façons d’harmoniser ses pratiques et ses outils administratifs avec ceux de Santé
Canada. Au cours des prochaines années, nous continuerons à examiner les possibilités de collaboration avec d’autres
ministères, notamment l’adoption de modèles d’ententes de financement communs et l’intégration des systèmes de
gestion des subventions et des contributions.
La mise en œuvre de politiques saines est essentielle à l’établissement de plans opérationnels tactiques. Grâce à l’établissement de la stratégie en GI-TI, nous avons appris qu’il était important d’utiliser les organes directeurs d’AADNC
non seulement pour approuver une politique, mais aussi pour communiquer des renseignements et procéder à des consultations. La rétroaction des intervenants a été incorporée aux instruments de politique (p. ex., dans le cas de la directive relative à l’achat de ressources de GI-TI, la consultation menée a permis de définir plus clairement les rôles et les
responsabilités (y compris les pouvoirs délégués), de même que les instructions concernant le codage financier applicable à tous les types d’achat liés à la GI-TI).
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
67
Commission canadienne des affaires polaires
RÉSULTAT STRATÉGIQUE : UNE MEILLEURE
CONNAISSANCE DES RÉGIONS POLAIRES DU CANADA
Activité de programme : La promotion de la recherche et la communication
Description du programme
Par ce résultat stratégique, la Commission canadienne des affaires polaires met tout en œuvre pour permettre au
Canada d’acquérir la vaste gamme d’information dont il a besoin pour élaborer des politiques et des programmes de
recherche efficaces dans les régions polaires et pour maintenir sa réputation de chef de file en tant que nation polaire.
La Commission contribue à approfondir les connaissances sur les régions polaires et à les transmettre aux Canadiens.
Elle assure par ailleurs la coordination des activités de recherche de manière à en accroître l’efficacité et à intensifier
l’échange d’information. Elle encourage également les activités visant à recruter la prochaine génération de chercheurs
en sciences polaires.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
0,8
1,0
1,0
4,5
4,5
0
Résultats attendus Indicateurs de rendement Objectifs
Résultats réels
Le gouvernement et
la population sont au
fait des progrès et de
l’efficacité du Canada
dans le cadre de
l’Année polaire
internationale.
Le Réseau canadien d’opérateurs de recherche
nordique a été soutenu dans son travail visant
une approche coordonnée de la recherche, la
découverte de méthodes plus efficaces et l’établissement de partenariats afin d’améliorer le
fonctionnement de l’infrastructure de recherche
en milieu polaire au Canada.
Planification assurée par le
gouvernement d’une manière
qui permet au Canada de
profiter des retombées de
l’Année polaire internationale
dans les domaines suivants :
• l’infrastructure
• la surveillance
• le recrutement de la
prochaine génération de
chercheurs en sciences
polaires
Amélioration de
l’infrastructure de
recherche dans les
régions polaires
Augmentation du La représentation du Canada au sein des
nombre d’activités Sustaining Arctic Observing Networks, qui coorde surveillance
donnent et améliorent les activités de surveillance
dans l’Arctique circumpolaire, a été organisée.
Participation active
de jeunes scientifiques aux travaux de
recherche sur les
questions polaires
68
De jeunes chercheurs canadiens participent
activement aux activités de l’Association of
Polar Early Career Scientists (titre seulement
disponible en anglais) et déposent des demandes
auprès du Programme de formation scientifique
dans le Nord et de la Fiduciaire canadienne
d’études nordiques.
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Résultats réels
Le Canada est représenté auprès des organismes internationaux
de recherche en sciences
polaires, ses intérêts et
ses préoccupations y
sont pris en compte et
des renseignements lui
sont communiqués par
ces organismes
Influence et participation du
Canada sur la scène internationale, dans les projets collaboratifs de recherche polaire
Intégration des priorités du
Canada aux politiques internationales sur les sciences polaires
Augmentation de la collaboration entre le Canada et les
autres nations qui s’intéressent
à la science polaire
Prise en compte des
intérêts et des préoccupations du Canada
en matière de recherche
polaire et de la collecte
d’information au cours
d’activités et de réunions avec des organismes internationaux
L’adhésion du Canada à l’International
Arctic Science Committee (IASC) a été
acceptée; la présidence du Canada et sa
participation à cinq groupes de travail
de l’IASC (cryosphère, terre, atmosphère,
sciences sociales et humaines, océans)
ont été soutenues
L’adhésion au Comité scientifique pour
les recherches antarctiques (CSRA) a
été soutenue
Nomination de champions fédéraux chargés
de faire la promotion
du Programme canadien de recherche sur
l’Antarctique
Le Comité canadien de recherches
antarctiques (CCRA) est appuyé. Le
CCRA est le comité national canadien
du CSRA et la voix de la communauté
scientifique canadienne sur les questions
touchant l’Antarctique. L’obtention d’un
soutien suffisant au sein du gouvernement fédéral pour atteindre cet objectif
est un processus à long terme.
Le gouvernement fédéral Progrès dans la mise en œuvre
augmente son appui à la du Programme canadien de
création d’un programme recherche sur l’Antarctique
canadien de recherche
sur l’Antarctique, qui
s’intégrera à une politique nationale sur les
sciences polaires
Sommaire du rendement et analyse de l’activité de programme
En 2011, le Conseil des directeurs a élaboré une vision et un plan stratégique sur lequel s’appuiera la Commission au cours
des trois prochaines années. Afin de les mettre en œuvre, un nouveau directeur exécutif a été embauché en mars 2012.
Afin d’informer le gouvernement et la population des progrès réalisés et de l’efficacité de la participation du Canada à
l’Année polaire internationale (API), la Commission a produit un résumé non technique des faits saillants de la contribution scientifique du Canada à l’API pour distribution par Internet et à la conférence de l’API « De la connaissance
à l’action » qui s’est tenue à Montréal en avril 2012. Ce résumé permet au public d’avoir accès aux principales constatations de l’API faites par le Canada. En ce qui concerne l’infrastructure et les réseaux, la Commission a soutenu le
Réseau canadien d’opérateurs de recherche nordique et a organisé sa réunion annuelle (mars 2012). L’objectif de ce
réseau est d’assurer une meilleure coordination des activités du réseau d’infrastructure de recherche dans le Nord
canadien et d’en améliorer l’efficacité. À long terme, cela permettra de diminuer les coûts et d’améliorer l’accès aux
infrastructures scientifiques nordiques pour les chercheurs. La Commission a envoyé des experts au comité consultatif
concernant la Station de recherche de l’Extrême-Arctique du Canada, une retombée de l’Année polaire internationale.
La Commission a appuyé la participation du Canada aux Sustaining Arctic Observing Networks (SAON) qui coordonnent et améliorent les activités de surveillance dans l’Arctique circumpolaire. La Commission a fourni des services de
coordination et de secrétariat au comité canadien des SAON, en plus de planifier et de tenir deux téléconférences afin
d’organiser la représentation du Canada.
Dans le cadre des efforts qu’elle déploie pour attirer une nouvelle génération de chercheurs polaires, la Commission a
mis son expertise au service de la Fiduciaire canadienne d’études nordiques de l’Association universitaire canadienne
d’études nordiques (la Commission a organisé les réunions du comité de présélection et de sélection pour l’octroi de
39 bourses) et du Programme de formation scientifique dans le Nord (PFSN) d’AADNC afin de venir en aide aux
jeunes chercheurs polaires prometteurs. La Commission est représentée au comité de gestion du PFSN, qui se réunit
tous les ans afin d’allouer des fonds aux universités. Ces dernières les redistribuent aux étudiants qui soumettent des
demandes. L’an dernier, 391 étudiants ont présenté des demandes. Environ 450 jeunes chercheurs polaires canadiens
sont membres de l’Association of Polar Early Career Scientists.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
69
La Commission a fait la promotion des intérêts du Canada en matière de recherche polaire et a recueilli des renseignements grâce à sa participation aux activités de l’International Arctic Science Committee et du Comité scientifique pour
les recherches antarctiques. De plus, la Commission a organisé le Sommet des sciences arctiques 2012, alors que le
Canada en était le pays hôte. La Commission a planifié cet événement qui s’est tenu en marge de la conférence de
l’Année arctique internationale qui a eu lieu à Montréal en avril 2012.
La Commission a continué à promouvoir le Programme canadien de recherches antarctiques auprès des ministères et
des organismes fédéraux concernés par les questions qui touchent l’Antarctique. Les représentants de plusieurs ministères ont indiqué qu’ils appuyaient le programme. Les efforts se poursuivent afin d’obtenir suffisamment d’appuis
pour mettre en œuvre le programme.
Leçons apprises
La Commission a consacré plusieurs années à l’élaboration et au maintien de partenariats avec des ministères fédéraux
et des organisations non gouvernementales et peut compter sur l’appui de nombreuses personnes, notamment sur celui
des membres du Comité canadien de recherches antarctiques qui ont donné de leur temps pour faire avancer le savoir
sur les régions polaires. Il est essentiel que la Commission continue d’établir et de maintenir des relations efficaces.
Activité de programme : Services internes
Description du programme
Les Services internes sont les activités et les ressources qui répondent aux besoins de la direction et du Conseil des
directeurs en ce qui touche à la gestion et à la gouvernance générale de la Commission : services de communication,
services juridiques, services de gestion des ressources humaines, services de gestion financière, services de gestion de
l’information, services de la technologie de l’information, services immobiliers, services du matériel, services des achats,
déplacements et autres services administratifs.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
70
Ressources humaines (ETP)
Dépenses
prévues
Total des
autorisations
Dépenses
réelles
Prévues
Réelles
Écart
0,2
0,3
0,3
0,5
0,5
0
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Changements apportés à la structure du gouvernement
Répercussions sur les ressources financières et humaines en raison de l’établissement
de Services partagés Canada
Les tableaux suivants contiennent des données sur les ressources financières et humaines qui indiquent les ressources
qui ont été transférées à Services partagés Canada (SPC) et les dépenses effectuées pour le compte de SPC.
2011–2012
Ressources financières (en millions de dollars)
Montant net des transferts à
Services partagés Canada à la
suite des décrets**
Dépenses
prévues
Autorisations
totales*
—
9,9
Ressources humaines (ETP)
Attribuées à SPC
Prévues
Réelles
—
21,9
* En vertu de l’article 31.1 de la Loi sur la gestion des finances publiques et des décrets C.P. 2011-0881, C.P. 2011-0877 et C.P. 2011-1297, la
somme est réputée avoir été affectée à Services partagés du Canada, ce qui a eu pour incidence de réduire d’autant le montant du crédit d’AADNC.
** Les autorisations totales, présentées dans le tableau « Ressources financières pour 2011–2012 » (et autres tableaux pertinents) dans la section
« Sommaire du rendement », représentent le montant net de tous les transferts à SPC. Les dépenses réelles ne comprennent pas les dépenses encourues
au nom de SPC en date du décret.
Section II : Analyse des activités de programme par résultat stratégique
71
Section III : Renseignements supplémentaires
Principales données financières
Bilan sommaire de la situation financière (non vérifié)
Au 31 mars 2012 (en millions de dollars)
Pourcentage
de changement
2011–2012
2010–2011
-6,7 %
15 661
16 792
-17,7 %
1 766
2 147
Dette nette du Ministère
-5,1 %
13 895
14 645
Total des actifs non financiers
-1,3 %
79
80
Situation financière nette du Ministère
-5,1 %
-13 816
-14 564
Total du passif net
Total des actifs financiers nets
Passif par type
Le passif net total s’élevait à 15,661 milliards de dollars à la fin de
2011–2012, ce qui constitue une baisse de 1,131 milliard de dollars
(- 6,7 %) par rapport aux 16,792 milliards de dollars de l’exercice
précédent. Les fonds destinés aux revendications et aux litiges
constituent le plus important élément de passif, soit 10,965 milliards de dollars ou 70,0 % du passif total. Parmi les autres éléments importants du passif, il y avait le passif environnemental
de 2,371 milliards de dollars (15,1 %), les comptes en fiducie de
939 millions de dollars (6 %), les comptes créditeurs de 728 millions de dollars (4,6 %) et le passif lié aux revendications réglées
qui s’élevait à 520 millions de dollars (3,3 %).
Actifs financiers nets par type
Les actifs financiers nets s’élevaient à 1,766 milliard de dollars à
la fin de 2011–2012, ce qui constitue une baisse de 381 millions
de dollars (- 17,7 %) par rapport aux 2,147 milliards de dollars de
l’exercice précédent. La somme à recevoir du Trésor13 représentait
96,6 % des actifs financiers nets, qui totalisaient 1,706 milliard de
dollars, et les comptes débiteurs représentaient les 3,4 % restants
des actifs financiers nets de 60 millions de dollars.
3,3 % 1 %
4,6 %
6%
15,1 %
70 %
Fonds destinés aux revendications
et aux litiges
Passif environnemental
Comptes créditeurs
Comptes en fiducie
Autres
Revendications réglées
3,4 %
96,6 %
À recevoir du Trésor
Comptes débiteurs
Ces montants sont le résultat des écarts temporaires de fin d’année entre le moment où la transaction touche les autorisations et le moment où
la somme est imputée au Trésor. Les sommes dues par le Trésor représentent la somme nette d’argent comptant qu’AADNC a le droit de retirer
du Trésor sans autre crédit pour payer ses dettes.
13
Section III : Renseignements supplémentaires
73
Actifs non financiers par type
Les actifs non financiers s’élevaient à 79 millions de dollars, ce qui constitue
une baisse de 1 million de dollars (1,3 %) par rapport aux 80 millions de
dollars de l’exercice précédent. Les immobilisations corporelles représentent
66,7 % ou 53 millions de dollars du total des actifs non financiers, alors que
les terres conservées pour le règlement de revendications territoriales à venir
représentent les 33,3 % restants ou 26 millions de dollars.
33,3 %
66,7 %
Changements importants
Au cours de l’exercice financier, AADNC a adopté la Norme comptable du
Immobilisations corporelles
Conseil de Trésor (NCCT) 1.2 — États financiers des ministères, qui a été
Terres conservées pour le règlement
révisée et qui, dans le cas du Ministère, est entrée en vigueur pour l’exercice
de revendications territoriales à venir
financier 2011–2012. Les changements importants apportés aux politiques
comptables du Ministère en raison de l’adoption de la norme 1.2 révisée du Conseil du Trésor comprennent l’ajout
d’un indicateur de dette nette du Ministère et un bilan de la dette nette du Ministère, ainsi que la consignation des
sommes retenues au nom du gouvernement sur le bilan de la situation financière et des dépenses engagées et des
revenus générés au nom du gouvernement dans le bilan des activités et la situation financière nette du Ministère.
La différence du passif total peut s’expliquer principalement par la diminution des fonds destinés aux revendications
et aux litiges en raison du règlement de nombreuses revendications qui étaient en suspens, la diminution des comptes
en fiducie en raison d’un important transfert de solde imposé par les tribunaux au cours de l’exercice, et la diminution
des charges à payer en souffrance en raison du règlement de nombreux comptes créditeurs à la fin de l’exercice.
La différence dans le total des actifs financiers nets peut être attribuée principalement à la diminution des actifs dus par
le Trésor en raison du règlement de nombreux comptes créditeurs à la fin de l’exercice, et de la diminution des charges
à payer en souffrance faisant suite à un important transfert de solde imposé par les tribunaux.
Bilan sommaire des activités et de la situation financière nette du Ministère (non vérifié)
Pour l’exercice financier se terminant le 31 mars 2012 (en millions de dollars)
Pourcentage de
changement
2011–2012
2010–2011
Total des dépenses
-10,1 %
7 147
7 953
Total des revenus
100 %
1
0
-10,3 %
7 162
7 983
-5,1 %
-13 816
-14 564
Coût net des activités avant le financement et les transferts du gouvernement
Situation financière nette du Ministère
Dépenses par type
Les dépenses totalisaient 7,147 milliards de dollars en 2011–2012, ce qui
constitue une baisse de 10,1 % par rapport aux 7,953 milliards de dollars de
l’exercice précédent. Les transferts de paiements, dont bénéficient la majorité
des peuples et des organisations autochtones, totalisaient 5,776 milliards
de dollars ou 80,8 % du total des dépenses. Les autres dépenses importantes
comprennent les salaires et les avantages sociaux du personnel, totalisant
561 millions de dollars (7,9 %), et les montants adjugés par les tribunaux
et les autres règlements totalisant 459 millions de dollars (6,4 %).
6,4 %
4,9 %
7,9 %
80,8 %
Paiements de transfert
Salaires et avantages sociaux du personnel
Montants adjugés par la cour et autres règlements
Autres
74
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Revenus par type
Les revenus totalisaient 0,6 million de dollars en 2011–2012, ce qui représente une augmentation de 100 % par rapport
au 0 dollar de l’exercice précédent. Les revenus disponibles grâce à la prestation de services financiers et administratifs
représentaient 0,6 million de dollars ou 100 % des revenus totaux.
Changements importants
La différence dans le total des dépenses est principalement attribuable à la diminution des fonds destinés aux revendications et aux litiges, ce qui fait que les ajustements en fin d’exercice sont beaucoup moins importants que pour
l’exercice précédent.
La différence dans le total des revenus s’explique par les revenus disponibles gagnés en 2011–2012 en raison de l’entente
sur la prestation de services financiers et administratifs à l’Agence canadienne de développement économique du Nord.
États financiers
Veuillez consulter les États financiers sur le site Web d’AADNC (http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1343917447368)
pour obtenir de plus amples renseignements.
Liste des tableaux de renseignements supplémentaires
La version électronique des tableaux de renseignements supplémentaires est disponible sur le site Web d’AADNC
(http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1100100010318/1100100010319).
• Détails sur les programmes de paiements de transfert
• L’écologisation des opérations gouvernementales
• Initiatives horizontales
— Année polaire internationale
— Plan d’action pour l’approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées des Premières Nations
— Convention de règlement relative aux pensionnats indiens — Soutien en santé
— Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain
• Vérifications internes et évaluations
• Réponse aux comités parlementaires et aux vérifications externes
• Rapport d’étape sur les grands projets d’État/projets transformationnels
• Rapport d’étape sur les projets visés par une approbation spéciale du Conseil du Trésor
• Sources des revenus disponibles et des revenus non disponibles
• Rapport sur les frais d’utilisation
Section III : Renseignements supplémentaires
75
Section IV : Autres sujets d’intérêt
Variation des équivalents à temps plein (ETP) par activité
de programme — 2011–2012
2011–2012 (ETP)
Activité de programme
Gouvernance et institutions gouvernementales
Prévus
(a)
Réels
(b)
Variation
(b-a)
89,0
490,0
401,1
413,0
391,8
-21,2
7,0
88,0
81,0
227,0
276,6
49,6
74,0
125,0
51,0
Gestion des affaires des particuliers
268,0
296,3
28,3
Résolution des questions des pensionnats
475,0
472,6
-2,4
Développement économique des Autochtones
355,0
459,1
104,1
Gestion fédérale des terres de réserve
123,0
156,2
33,2
Infrastructure communautaire
233,0
263,3
30,3
Gouvernance et gens du Nord
42,0
67,1
25,1
Science et technologies du Nord
17,0
38,9
21,9
332,0
395,3
63,3
Stratégie pour les Autochtones vivant en milieu urbain
36,0
37,6
1,6
Développement des capacités organisationnelles des Métis et des Indiens non inscrits
19,0
21,6
2,6
Gestion des droits des Métis
10,0
8,8
-1,2
Services internes
2 633,0
1 704,1
-928,9
Total
5 353,0
5 292,2
-60,8
Relations de coopération
Gestion des traités
Éducation
Développement social
Gestion des terres, des ressources et de l’environnement du Nord
Les totaux peuvent accuser des écarts en raison de l’arrondissement.
Comme il est indiqué dans le tableau ci-dessus, la variation entre le nombre d’ETP prévus et la réalité est de 60,8 (1,1 %).
Cependant, le tableau indique aussi des ajustements importants au sein des activités de programme du Ministère. Il
s’agit principalement d’une réaction à un examen interne dont les résultats indiquaient le besoin d’un réaménagement
des ETP dans le respect de ce qui se fait au sein d’autres organisations fédérales et conformément aux directives du
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada. Le plus important de ces ajustements concernait la réaffectation des
ETP des Services internes à l’activité de programme appropriée. Voici la liste des activités concernées :
• la gouvernance et les institutions gouvernementales;
• la gestion des traités;
• l’éducation;
• le développement social;
• le développement économique des Autochtones;
• la gestion des terres, des ressources et de l’environnement du Nord.
La diminution nette de 60,8 ETP, de 5 353,0 ETP prévus à 5 292,2 ETP réels, s’explique principalement par le transfert
à Services partagés Canada du personnel des services de la technologie de l’information (courriel, centre de données
et réseau) et par les économies opérationnelles réalisées en diminuant le plus possible les coûts opérationnels.
Section IV : Autres sujets d’intérêt
77
Coordonnées des personnes-ressources de l’organisation
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Les Terrasses de la Chaudière
10, rue Wellington, Tour Nord
Gatineau (Québec)
Adresse postale : Ottawa (Ontario) K1A 0H4
Internet : http://www.aadnc-aandc.gc.ca
Courriel : webmaster@aadnc-aandc.gc.ca
Demande de renseignements généraux et statistiques et distribution des publications
Tél. (sans frais) : 1-800-567-9604
TTY (sans frais) : 1-866-553-0554
Courriel : InfoPubs@aadnc-aandc.gc.ca
Bibliothèque du Ministère
Tél. : 819-997-0811
Courriel : Reference@aadnc-aandc.gc.ca
Demandes de renseignements des médias — Communications
Tél. : 819-953-1160
Commission canadienne des affaires polaires
Constitution Square
360, rue Albert, suite 1710
Ottawa (Ontario) K1R 7X7
Tél. : 613-943-8605 ou (sans frais) 1-888-POLAR01 (1-888-765-2701)
Internet : http://www.polarcom.gc.ca
Courriel : mail@polarcom.gc.ca
78
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising