Le taux d’inoccupation monte pour la deuxième année d’affilée

Le taux d’inoccupation monte pour la deuxième année d’affilée
R
apport sur les
Kitchener
l o g e m e n t s l o c at i f s
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Le taux d’inoccupation monte pour
la deuxième année d’affilée
En 2003, la faiblesse des coûts relatifs à la
possession d’une habitation et la langueur
du marché de l’emploi pour les 15 à
24 ans ont fait chuter la demande
d’appartements locatifs d’initiative privée.
Pour la deuxième année de suite, la
proportion d’appartements locatifs
vacants a fortement augmenté dans la
région métropolitaine de recensement
(RMR) de Kitchener, dépassant le cap des
3 % pour la première fois depuis 1993.
Selon les résultats de l’Enquête sur les
logements locatifs, menée chaque
année par la Société canadienne
d’hypothèques et de logement (SCHL), le
taux d’inoccupation des immeubles
d’initiative privée comptant au moins
trois appartements locatifs est passé de
2,3 %, en octobre 2002, à 3,2 %, en
octobre 2003.
Après avoir connu des taux
d’inoccupation inférieurs à 1 % durant
cinq années consécutives, le marché
locatif s’est détendu considérablement;
d’un creux de 0,7 % en octobre 2000, la
proportion de logements disponibles s’est
relevée progressivement pour atteindre
son niveau actuel. La baisse de la
demande sur le marché locatif a touché
aussi bien les logements d’au moins trois
chambres, soit les plus chers, que les
autres types d’appartements. D’octobre
2002 à octobre 2003, le taux
d’inoccupation des studios est monté de
1,0 à 2,5 %, celui des appartements de
une chambre, de 2,3 à 3,0 %, et celui des
unités de deux chambres, de 2,3 à 3,4 %.
Encore cette année, 3,7 % des logements
comptant trois chambres ou plus
sont libres.
Dans la région de Kitchener, c’est
Waterloo qui, parmi les trois principales
villes, détient le plus bas taux
d’inoccupation. Celui-ci est descendu de
2,1 %, en 2002, à 1,6 %, cette année –
repli attribuable à la multiplication des
B o n d d u t a u x d 'in o c c u p a t io n d e s
a p p a rte m e n ts e n 2 0 0 3
Enquête annuelle
d’octobre 2003
SOMMA I R E
1
2
2
3
3
4
4
5
5
6
6
6
10
Le taux d’inoccupation monte
pour la deuxième année d’affilée
Faits saillants
L’abondance d’unités libres a
limité les hausses de loyer
Le taux d’inoccupation reste
supérieur à la moyenne
canadienne
Résumé et prévisions
Profil des ménages locataires,
selon le Recensement de 2001
Offre d’unités neuves
Survol de l’économie
Forte hausse du taux
d’inoccupation des maisons en
rangée d’initiative privée
Méthode d’enquête
Carte et définition des zones
d’enquête de la RMR de
Kitchener
Définitions
Remerciements
7-12 Tableaux statistiques
Taux d'inoccupation (%)
5,0
4,3
4,4
4,3
4,0
3,2
2,8
3,0
2,3
2,2
1,8
2,0
1,9
1,5
1,3
1,0
0,2
0,4
1,0
0,6
0,7
0,9
0,0
1987
1989
1988
1991
1990
1993
1992
1995
1994
1997
1996
1999
1998
2001
2000
2003
2002
Immeubles comptant au moins trois appartements
Source : Enquête sur les logements locatifs, réalisée par la SCHL chaque année en octobre
SCHL – Analyse de marché – Ontario
Tél. : 1 800 493-0059
This report is also available in English
marketanalysisont@cmhc-schl.gc.ca * www.schl.ca
étudiants cherchant un logement dans la
municipalité. La double cohorte de
finissants n’a pas eu une incidence aussi
marquée que prévu sur la RMR dans son
ensemble. À Cambridge, la proportion de
logements vacants a atteint 2,6 % en
octobre 2003, après s’être établie à 1,2 %
un an auparavant. La hausse ayant eu le
plus grand impact a été observée du côté
des logements de une chambre, dont le
taux d’inoccupation est passé de
0,7 à 3,4 %.
Dans la ville même de Kitchener, le plus
bas taux a été enregistré dans le secteur
Ouest (3,3 %), et le plus haut, dans la
zone centrale (4,2 %). La demande
suscitée dans le secteur Ouest par la
proximité des deux universités situées à
Waterloo a contrebalancé en partie le
recul global de la demande causé par
l’accession de ménages locataires à la
propriété. Dans Kitchener Est, le taux
d’inoccupation des logements de deux
chambres bâtis après 1986 a fait un
bond. Le loyer moyen étant de 879 $, les
frais de possession peu élevés auraient eu
des répercussions plus considérables, et
le taux d’inoccupation global serait donc
plus haut.
Faits saillants
L’abondance d’unités libres
a limité les hausses de loyer
!
L’ascension du taux d’inoccupation en
2003 a eu divers effets sur l’évolution des
loyers. Les logements de une ou deux
chambres représentent l’essentiel de
l’univers des appartements locatifs. Le
loyer moyen des unités de deux
chambres a crû de 0,5 % pour atteindre
754 $, et celui des logements de une
chambre, de 1,3 % pour se fixer à 646 $.
Ces hausses sont bien inférieures au taux
légal établi par la province. Dans la
presque totalité du marché, l’absence de
dispositions restreignant la possibilité de
majorer le loyer des logements vacants
n’a pas influé sur la progression du
loyer moyen.
En revanche, les loyers des studios ont
fléchi de 0,2 % cette année, après avoir
grimpé de 7,7 % en 2002. Par contraste,
le loyer moyen des logements d’au moins
trois chambres a bondi de 5,0 % après
avoir accusé un recul de 5,6 %. Ce
segment du marché serait le plus touché
par la faiblesse des coûts relatifs à la
possession d’une habitation, car ce sont
les grandes familles payant un loyer élevé
que l’accession à la propriété séduirait le
plus. Cependant, si les loyers moyens des
studios et des logements de trois
chambres subissent de grandes
fluctuations d’une année à l’autre, c’est
parce qu’ils sont peu nombreux dans
l’univers. En raison de l’affaiblissement de
la demande sur le marché locatif, les
propriétaires-bailleurs n’ont pas pu
! Dans la RMR de Kitchener, le taux d’inoccupation des appartements d’initiative
!
!
!
!
privée est passé de 2,3 %, en octobre 2002, à 3,2 %, un an plus tard. La ville de
Waterloo a enregistré la plus faible proportion de logements vacants, soit 1,6 %,
tandis que Cambridge et Kitchener ont affiché des taux d’inoccupation
respectifs de 2,6 et 3,9 %.
D’octobre 2002 à octobre 2003, le nombre total d’appartements locatifs
d’initiative privée dans la RMR est tombé de 26 334 à 25 995.
Toujours dans la RMR de Kitchener, le loyer moyen des appartements a
augmenté pour toutes les catégories de logement, sauf celle des studios. En effet,
après avoir bondi de 7,7 % en 2002, le loyer moyen des studios a diminué de
0,2 %, pour s’établir à 517 $. Les appartements de une chambre se louaient
646 $ par mois en octobre 2003, soit 1,3 % plus cher qu’un an plus tôt. Le
loyer moyen des appartements de deux chambres s’est accru de seulement
0,5 %, pour atteindre 754 $.
Sur le marché des logements en rangée locatifs d’initiative privée, le taux
d’inoccupation a fait un grand bond par rapport à octobre 2002, passant de
1,5 à 3,3 %.
En octobre 2003, les maisons en rangée de deux chambres se louaient en
moyenne 781 $ dans la RMR de Kitchener, et celles de trois chambres ou
plus, 896 $.
Lors de l’enquête, 7 981 appartements ou logements en rangée locatifs aidés ont
été dénombrés dans la RMR de Kitchener.
hausser les loyers de beaucoup.
Dans la région de Kitchener, c’est à
Waterloo que l’on demande les loyers les
plus élevés. Le loyer moyen des logements
de une chambre n’y a augmenté que de
1,3 %, alors que celui des unités de deux
chambres s’est replié de 1,4 %, ce qui
semble indiquer que les propriétairesbailleurs ont été influencés par le
tassement de la demande et le fait que les
locataires commençaient à comparer
leurs loyers accrus avec les frais de
possession avantageux. En revanche,
Cambridge offre les loyers les plus bas de
la région. Ces derniers ont évolué à peu
près de la même façon que dans les zones
où les habitations locatives sont chères.
Le loyer moyen des logements de une
chambre est demeuré inchangé, tandis
que celui des unités de deux chambres a
affiché un modeste gain de 2,0 %. Le taux
d’inoccupation étant monté à 2,6 %, les
propriétaires se disputent de plus en plus
les locataires, ce qui a freiné l’escalade
des loyers. Comme la ville de Kitchener
constitue environ les deux tiers du
marché régional des appartements
locatifs, ses loyers moyens ont eu une
incidence déterminante sur les chiffres se
rapportant à l’ensemble de la RMR.
En 2003, la hausse des loyers a été
bien inférieure au taux légal établi
pour les logem ents occupés
Loyers des logements de deux chambres – Variation annuelle en %
RMR de Kitchener
6,0%
5,6%
Variation réelle
5,0%
Taux légal
3,9%
4,0%
3,6%
3,0%
3,0%
2,0%
1,8%
1,1%
1,1%
1,0%
0,5%
0,0%
1996
1997
1998
Source : SCHL
2 Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003
1999
2000
2001
2002
2003
Immeubles d'initiative privée comptant
au moins trois appartements locatifs
Rang
2003
1
2
3
4
5
6
7
8
9
9
11
11
12
13
14
15
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
26
Région métropolitaine
de recensement (RMR)
Québec
Sherbrooke
Montréal
Victoria
Gatineau
Winnipeg
Trois-Rivières
Kingston
St. John's
Vancouver
London
Regina
Halifax
Abbotsford
St. Catharines-Niagara
Ottawa
Oshawa
Hamilton
Kitchener
Thunder Bay
Edmonton
Charlottetown*
Grand Sudbury
Toronto
Windsor
Calgary
Saskatoon
Saguenay
Saint John
Canada (1)
Taux d'inoccupation (%)
2002
2003
0,3
1,8
0,7
1,5
0,5
1,2
3,0
0,9
2,7
1,4
2,0
1,9
2,7
2,0
2,4
1,9
2,3
1,6
2,3
4,7
1,7
2,2
5,1
2,5
3,9
2,9
3,7
4,9
6,3
1,7
0,5
0,7
1,0
1,1
1,2
1,3
1,5
1,9
2,0
2,0
2,1
2,1
2,3
2,5
2,7
2,9
2,9
3,0
3,2
3,3
3,4
3,5
3,6
3,8
4,3
4,4
4,5
5,2
5,2
2,8
Univers
en 2003
Log.
vacants
76 046
24 943
479 688
23 717
19 433
54 096
16 681
11 484
4 496
107 493
38 825
11 477
36 625
4 114
16 169
60 045
11 246
42 213
25 996
5 390
66 332
3 734
11 065
302 481
14 896
43 245
15 431
8 576
9 512
1 065 761
(1) Moyenne pondérée des taux d'inoccupation relevés dans les régions métropolitaines visées par l'enquête.
Abbotsford et Kingston n'étaient pas des RMR en 2001.
*Agglomération de recensement (AR)
399
166
4 986
255
238
717
249
223
89
2 165
797
238
858
101
435
1 744
328
1 269
838
180
2 259
31
396
11 484
635
1 908
689
443
494
29 628
Le taux d’inoccupation
reste supérieur à la
moyenne canadienne
Encore cette année, la proportion
d’appartements vacants relevée dans la
RMR de Kitchener (3,2 %) est plus élevée
que la moyenne calculée pour toutes les
régions métropolitaines du Canada
(2,8 %), bien que le taux local et le taux
national aient tous deux augmenté. Au
classement des taux d’inoccupation les
plus bas, la RMR de Kitchener détient la
17e place au Canada et occupe le 7e rang
en Ontario. De tous les principaux
marchés locatifs situés à proximité de
Toronto, seuls ceux de St. CatharinesNiagara (2,7 %) et d’Oshawa (2,9 %)
présentent un taux d’inoccupation
inférieur à 3 %. Depuis l’an dernier, la
proportion de logements disponibles a
augmenté à Kitchener, à Hamilton et à
Toronto, pour atteindre respectivement
3,2, 3,0 et 3,8 %. Avec son taux
d’inoccupation de 0,5 %, Québec possède
le marché locatif le plus serré parmi les
régions métropolitaines du Canada.
Dans les régions urbaines de l’Ontario, le
taux d’inoccupation moyen des
appartements a bondi par rapport à
2002, passant de 2,7 à 3,5 %. Il s’agit de
la troisième hausse annuelle de suite.
Pour la première fois depuis de
nombreuses années, la plus grande
proportion de logements libres dans la
province a été observée ailleurs que dans
le Nord de l’Ontario, les RMR de
Sudbury et de Thunder Bay ayant affiché
des taux d’inoccupation respectifs de
3,6 et 3,3 %.
Résumé et prévisions
Pour la première fois depuis 1993, le taux d’inoccupation des 25 995 appartements locatifs situés dans des immeubles d’initiative
privée comptant au moins trois logements a dépassé le cap des 3 % dans la région métropolitaine de Kitchener. En effet, il est
passé de 2,3 %, en octobre 2002, à 3,2 %, en octobre 2003.
Après avoir grimpé de 3,9 % pour atteindre 750 $ en 2002, le loyer moyen des logements de deux chambres n’a progressé que
de 0,5 % pour se fixer à 754 $ en 2003. Cette hausse est de loin inférieure au taux légal établi par la province pour les
logements occupés, alors que les deux augmentations précédentes avaient été égales ou supérieures.
En 2004, l’amélioration de l’économie, la croissance de l’emploi et l’immigration nette stimuleront la formation de ménages. En
outre, les derniers étudiants faisant partie de la double cohorte de finissants du secondaire arriveront en septembre. Avec le
relèvement des taux hypothécaires et l’accroissement continu des prix de revente, le coût moyen relatif à la possession d’une
habitation montera de seulement 65 $ en 2004, pour se chiffrer à 961 $. Le mouvement d’accession à la propriété ne devrait
donc pas se ralentir considérablement en 2004. En somme, on prévoit que la demande de logements locatifs ne s’intensifiera que
légèrement au cours de l’année.
Des 1 182 logements locatifs actuellement en construction dans la RMR de Kitchener, au moins 970 devraient s’ajouter au parc
locatif d’ici octobre 2004 et satisfaire ainsi à la demande croissante prévue. Le taux d’inoccupation s’élèvera à 3,0 %, restant près
du niveau atteint cette année, et le loyer moyen des appartements de deux chambres s’alourdira de 1,5 % pour se situer à 765 $.
Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003 3
Profil des ménages locataires, selon le Recensement de 2001
Dans la RMR de Kitchener, la majorité des
locataires ont entre 25 et 44 ans
Nombre de ménages
Proportion de ménages locataires
85% 13885
11510
49%
5420
Nombre de ménages
Proportion de ménages locataires
7655
33%
30%
24% 4355 22% 3970 26% 4235
Moins de 25 ans
35-44 ans
55-64 ans
75 ans et +
25-34 ans
45-54 ans
65-74 ans
Source : Statistique Canada (Recensement de 2001)
La majorité des locataires
ont entre 25 et 44 ans
Dans la RMR de Kitchener, environ un
tiers des ménages étaient locataires de
leur logement en 2001 d’après les
résultats du Recensement de 2001, réalisé
par Statistique Canada. Tant le marché
locatif que le marché des logements pour
propriétaires-occupants ont pour moteur
la génération issue de la poussée
démographique. Parmi les ménages dont
le principal soutien a moins de 25 ans,
83 % louent le logement qu’ils occupent,
mais ces derniers ne représentent que
11 % de tous les ménages locataires. En
fait, 49 % des chefs de ménages locataires
sont âgés de 25 à 34 ans, et 30 % ont
entre 35 et 44 ans. En général, les taux
de propriétaires-occupants augmentent
avec l'âge à mesure que les ménages
commencent à avoir les moyens de faire
la mise de fonds, puis ils diminuent alors
que les taux de locataires se remettent à
monter, témoignant ainsi du désir qu'ont
certaines personnes âgées de vivre dans
des appartements qui nécessitent
moins d'entretien.
Facteur déterminant
pour la location : le revenu
En 2000, les ménages locataires
présentaient un revenu médian de
33 541 $, mais plus de un quart d’entre
eux ont déclaré un revenu inférieur à
20 000 $. Cette faiblesse peut s’expliquer
par le fait que la plupart des locataires
sont jeunes ou forment des ménages
non familiaux à revenu unique qui
disposent de peu de temps pour acquérir
de l’expérience professionnelle ou se
constituer un actif. Plus de 18 % des
ménages ont déclaré un revenu supérieur
à 60 000 $. Les ménages de cette
fourchette de revenus sont le type de
locataires à qui les taux hypothécaires
exceptionnellement bas observés en 2002
et 2003 ont profité.
Le loyer mensuel moyen va de 625 $,
pour une famille ayant un revenu de
moins de 10 000 $, à 968 $, pour une
famille gagnant 100 000 $ ou plus. Les
loyers que paient les ménages
non familiaux suivent une tendance
analogue, s’échelonnant entre 524 et
892 $. Si les ménages non familiaux
paient un loyer inférieur à celui des
Nombre de locataires selon le revenu et le
type de ménage
Nombre de ménages
Ménages non familiaux
Ménages familiaux
9600
8285
8000
6410
4450
4545
3440
2210
1405
1565
850
<10 000 $
20 000-29 999 $ 40 000-49 999 $ 60 000-69 999 $ 80 000-89 999 $
100 000 $ et +
10 000-19 999 $ 30 000-39 999 $ 50 000-59 999 $ 70 000-79 999 $ 90 000-99 999 $
Recensement de 2001, de Statistique Canada
Offre d’unités
neuves
Fin septembre 2003,
1 185 appartements locatifs étaient
en construction dans la RMR de
Kitchener. Même si 301 unités de ce
type ont été mises en chantier entre
octobre 2002 et septembre 2003,
seulement 404 ont
été achevées, car
L e s h a u s s e s d e m is e s e n c h a n tie r
bâtir un gros
d 'a p p a r te m e n ts lo c a tifs o b s e r v é e s e n 2 0 0 1
immeuble
e t e n 2 0 0 2 s tim u le ro n t l'o ffr e e n 2 0 0 4
d’appartements
locatifs prend plus
350
d’un an. L’offre de
300
250
logements neufs
200
devrait s’améliorer,
150
puisque bon
100
nombre des
50
appartements
0
locatifs
Nombre de logements
Achèvements
Mises en chantier
1T 2001
2T 2001
3T 2001
4T 2001
1T 2002
2T 2002
3T 2002
4T 2002
1T 2003
2T 2003
3T 2002
Source : SCHL
4 Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003
Les loyers augmentent avec les revenus,
ainsi qu'en fonction du type de ménage
Loyers moyens ($)
Ménages de une famille
Ménages non familiaux
968
907
632
625
684
585
618
648
678
823 811 847 803
817
785
742
737
705
867
893
726
524
<10 000 $
20 000-29 999 $
40 000-49 999 $
60 000-69 999 $
80 000-89 999 $
100 000 $ et +
10 000 -19 999 $
30 000-39 999 $
50 000-59 999 $
70 000-79 999 $
90 000-99 999 $
Recensement de 2001, de Statistique Canada
familles, c’est en partie parce qu’ils louent
des logements plus petits et donc plus
abordables en moyenne, comme des
studios ou des unités de une chambre.
Les ménages ayant un revenu élevé
loueraient des maisons individuelles ou
des logements en copropriété, dont le
loyer moyen est en général plus cher.
Au cours des dix prochaines années, le
nombre de ménages diminuera dans la
catégorie des 25 à 34 ans, sous l’effet du
vieillissement démographique. Par ailleurs,
les personnes de cet âge envisageront
l’achat d’une habitation à mesure qu’elles
passeront à des fourchettes de revenus
supérieures. En revanche, la génération
de l’après baby-boom est en train de
franchir la vingtaine, et elle stimulera la
demande de logements locatifs dans le
groupe des moins de 25 ans. De plus, le
grand nombre de ménages locataires
dont le chef est âgé de 35 à 44 ans et
dont le revenu est peu élevé semble
indiquer que la demande de logements
locatifs dans les groupes âgés qui ne sont
habituellement pas susceptibles d’opter
pour un logement locatif se développera
au cours de la prochaine décennie.
commencés en 2001 ou 2002
devraient être achevés sous peu.
Les 318 unités terminées au
troisième trimestre 2003 n’ont pas
été incluses dans l’univers de
l’enquête cette année; il aurait fallu
qu’elles aient été achevées depuis
au moins six mois. Les logements
actuellement en construction
devraient en grande partie être
terminés dans les délais requis
pour l’enquête de 2004.
Survol de
l’économie
Entre l’Enquête sur les logements locatifs
menée en octobre 2002 et celle réalisée
en octobre 2003, le nombre total
d’emplois à Kitchener a augmenté de
1 700, progressant peu à peu pour
atteindre 239 900. Par contre, dans le
groupe des 15 à 24 ans, où l’on retrouve
les ménages les plus susceptibles de louer,
l’emploi a été durement frappé par une
baisse de 2 200 postes. En revanche, le
nombre d’emplois à plein temps n’a fléchi
que de 660. Cette conjoncture difficile a
miné la demande de logements locatifs.
Selon le bilan migratoire annuel
estimatif le plus récent (2000-2001) établi
à partir des données sur les déclarants, la
population de la RMR de Kitchener a
augmenté de 5 254 habitants. De ce
nombre, 1 092 appartenaient au groupe
des 18 à 24 ans. Avec une migration
nette positive, la situation de l’emploi
devrait s’améliorer davantage à mesure
que la croissance économique au Canada
s’accélérera en 2004. On prévoit que la
demande de logements locatifs
s’intensifiera modérément d’ici
octobre 2004.
Tout au long de 2003, les taux
hypothécaires sont demeurés près des
creux historiques, rendant ainsi
l’acquisition d’une habitation
extrêmement attrayante pour bien des
acheteurs éventuels. En effet, il y a eu un
débordement d’activité sur le marché de
la revente à l’été 2003, car les taux
hypothécaires se sont repliés après la
courte période durant laquelle les taux à
long terme ont été plus élevés. Un prêt de
142 035 $ (évalué d’après le prix moyen
des logements existants, soit 189 380 $),
contracté au taux à trois ans moyen
calculé au troisième trimestre de 2003
(5,65 %), et amorti sur 25 ans,
commanderait des mensualités de 882 $.
Ce montant peut être encore plus bas,
puisque la plupart des consommateurs
arrivent à obtenir des rabais de taux dans
les grandes banques.
F o r t e h a u s s e d u t a u x d 'i n o c c u p a t i o n d e s
lo g e m e n ts e n r a n g é e e n 2 0 0 3
Taux d'inoccupation (%)
6,0
5,5
5,0
4,5
Sherbrooke
Gatineau
Trois-Rivières
St. John's
Regina
Québec
Grand Sudbury
Winnipeg
Charlottetown*
Vancouver
Montréal
Ottawa
Victoria
Saguenay
St. Catharines-Niagara
Halifax
Thunder Bay
Saskatoon
Hamilton
Kitchener
Kingston
Edmonton
London
Calgary
Oshawa
Toronto
Abbotsford
Windsor
Saint John
Canada (1)
Taux d'inoccupation (%)
2002
2003
0,0
0,0
0,0
**
1,7
0,3
4,7
1,0
1,3
1,3
0,3
1,8
1,3
2,3
3,1
4,4
3,4
4,3
1,2
1,5
**
1,3
1,7
2,6
2,0
3,0
**
3,6
**
2,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,3
0,6
1,0
1,2
1,4
1,4
1,8
1,8
2,1
2,3
2,6
3,0
3,1
3,2
3,3
3,3
3,5
3,9
3,9
4,0
4,1
4,3
4,8
7,0
**
3,5
(1) Moyenne pondérée des taux d'inoccupation relevés dans les régions
métropolitaines visées par l'enquête. Abbotsford et Kingston n'étaient pas
des RMR en 2001.
4,6
4,2
3,9
3,7
3,6
3,3
3,0
2,4
2,0
1,3
1,0
1,1
1,4
1,5
0,7
0,3
0,3
0,0
1989
1988
Région métropolitaine
de recensement (RMR)
4,5
4,0
1987
Immeubles d'initiative privée comptant
au moins trois logements en rangée locatifs
En 2004, les taux hypothécaires resteront
faibles en regard des normes historiques.
Au cours des douze prochains mois, les
taux des prêts fermés de un, trois et cinq
ans devraient se situer respectivement
entre 4,50 et 5,25 %, entre 5,75 et
6,50 %, et entre 6,25 et 7,25 %. Toutefois,
certains facteurs pourraient infirmer ces
prévisions, comme la performance de
l’économie américaine et l’évolution de la
valeur du dollar canadien. En 2003, notre
devise s’est raffermie d’environ 20 % par
rapport à la devise américaine. Même si
l’on prévoit que les taux hypothécaires se
relèveront quelque peu, le nombre de
ménages locataires accédant à la
propriété ne devrait pas diminuer
considérablement en 2004.
1991
1990
1993
1992
1995
1994
1997
1996
1999
1998
2001
2000
2003
2002
Immeubles comptant au moins trois logements en rangée
Source : Enquête sur les logements locatifs, réalisée par la SCHL chaque année en octobre
Forte hausse du taux d’inoccupation des
maisons en rangée d’initiative privée
Le taux d’inoccupation des logements en rangée à Kitchener est monté de 1,5 %, en
octobre 2002, à 3,3 %, en octobre 2003, se rapprochant ainsi des niveaux enregistrés
au milieu des années 1990. Le taux d’inoccupation des maisons d’au moins trois
chambres a augmenté légèrement, pour atteindre 3,8 %, alors que celui des unités de
deux chambres a fait un grand bond, pour se fixer à 3,5 %. Les bas taux
hypothécaires ont continué de faire descendre les frais de possession des habitations
existantes près du loyer moyen observé dans les immeubles bâtis après 1986. De ce
fait, les ménages locataires d’un grand logement en rangée construit récemment
devenaient plus susceptibles d’accéder à la propriété.
Dans la zone 1 (Kitchener Est), où l’on retrouve 36 % de l’offre de maisons en
rangée, le taux d’inoccupation est passé de 1,5 à 3,9 %. Dans le deuxième sousmarché en importance, soit la zone 4 (Waterloo), la proportion d’unités vacantes de
ce type est montée de 1,2 à 3,3 %. À cause de la conjoncture défavorable, le loyer
moyen des maisons de deux chambres a progressé de 0,6 % pour s’établir à 781 $.
Toutefois, les logements en rangée d’au moins trois chambres se louent 4,2 % plus
cher que l’an dernier, soit 896 $ en moyenne.
La contraction de l’univers des maisons en rangée locatives a contrebalancé l’effet de
la multiplication des habitations vacantes. En octobre, l’univers comptait 3 082 unités,
soit 103 de moins qu’à pareille époque en 2002, et le nombre de logements
disponibles a plus que doublé, atteignant 102. La grande quantité de maisons
locatives libres devrait limiter la progression des loyers sur ce marché d’ici
octobre 2004.
*Agglomération de recensement (AR)
Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003 5
RMR de Kitchener (région métropolitaine de recensement)
d’après les zones définies pour le Recensement de 1996
Zone 1 – Kitchener Est : ch. Highland Ouest, rue Mill, av.Victoria (nord), limite de N. Dumfries (ch. New
Dundee) (sud), canton de Woolwich (Grand River), Cambridge, route 401 (est), ch. Trussler (ouest)
Zone 2 – Kitchener Centre : av.Victoria (nord), ch. Highland Ouest, rue Mill (sud), prom. Conestoga (est),
av. Lawrence (ouest)
Zone 3 – Kitchener Ouest : limite de la ville de Waterloo (nord), ch. Highland Ouest, rue Mill, av. Victoria
(sud), canton de Woolwich (Grand River) (est), ligne Wilmot/limite du canton de Wilmot (Ouest)
Zone 4 – Waterloo : limite du canton de Woolwich (nord), limite de la ville de Kitchener (sud), canton de
Woolwich (Grand River) (est), ligne Wilmot (ouest)
Zone 5 – Cambridge : limite du canton de Woolwich (nord), limite du canton de N. Dumfries (sud),
ch. Town Line (canton de N. Dumfries, canton de Puslinch) (est), limite de la ville de Kitchener (ouest)
Zone 6 – Woolwich : ville de Waterloo, limite de la ville de Cambridge (sud), canton de Puslinch (est),
route régionale 16, ville de Waterloo, ville de Kitchener (ouest)
Zone 6 – N. Dumfries : ville de Kitchener (nord), limite de la ville de Cambridge (est), ch. Trussler (ouest)
RMR de KITCHENER
Canton de Woolwich
Zone 6
1,8 %
Sous-marchés locatifs - 2003
Waterloo
Zone 4
1,6 %
Kitchener est
Zone 1
4,1 %
Canton de North
Dumfries
Zone 6
2,6 %
Définitions
Logement vacant : Logement à la fois
inoccupé et prêt à être loué immédiatement.
Loyer : Montant mensuel que paie le
locataire pour son logement. Les mesures
d’incitation comme le premier mois de
location gratuit, ne sont pas réparties sur les
douze mois du bail. Les données sur les
loyers ne comprennent pas les frais
supplémentaires exigés pour le
stationnement. Le loyer mensuel indiqué peut
comprendre divers services publics et
commodités, comme le chauffage, l’électricité,
l’eau chaude, la câblodistribution et les
installations de buanderie. Pour le calcul de la
moyenne pondérée des loyers figurant dans
la présente publication, aucun ajustement n’a
été apporté au loyer en fonction des services
publics fournis.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout
immeuble comprenant au moins trois
a
l
g
sto
u
Bo
ne
Co
Cambridge
Zone 5
3,3 %
centre
Kitchener
Zone 2
ouest
n 's
Zone 3 . Quee
4,2 %
e
ad
Kitchener
n
me
Pro
ria
Victo
N
Méthode d’enquête de la SCHL
La Société canadienne d’hypothèques et de logement mène
l’Enquête sur les logements locatifs chaque année,
pendant les deux premières semaines d’octobre, pour
déterminer de manière objective le nombre de logements
inoccupés et les loyers pratiqués dans les immeubles locatifs.
L’enquête se fait par téléphone ou sur place, et l’information
sur les loyers est obtenue du propriétaire, du gestionnaire
ou du concierge. Tous les centres urbains de plus de
10 000 habitants au Canada sont visés par l’enquête. Pour
être inclus dans l’univers de l’enquête, les immeubles neufs
doivent être sur le marché depuis au moins trois mois, c’està-dire achevés au plus tard en juin de l’année de l’enquête.
Bien que le présent rapport porte principalement sur les
immeubles d’initiative privée comptant trois appartements
ou plus offerts en location, l’enquête de la SCHL porte aussi
sur les ensembles d’habitations en rangée d’initiative privée
et les ensembles de logements aidés, sans but lucratif
et coopératifs.
logements locatifs sans entrée privée. Les
logements occupés par le propriétaire ne
comptent pas. Par conséquent, sont exclus de
l’enquête tous les triplex dont un logement
est occupé par le propriétaire (puisqu’il ne
reste que deux logements locatifs dans
l’immeuble). Tout quadruplex dont le
propriétaire occupe un logement est
considéré comme un immeuble de trois
logements.
Ensemble de logements en rangée
locatifs : Tout bâtiment comprenant au moins
trois logements locatifs avec entrée privée.
Logements en copropriété : Les
ensembles d’appartements et de logements
en rangée enregistrés en copropriété sont
inclus dans l’univers locatif lorsque les
logements sont loués ou offerts en location.
Pour obtenir des éclaircissements sur les
ensembles dont certains logements sont
occupés par des propriétaires et d’autres par
6 Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003
des locataires, veuillez communiquer
avec nous.
Fiabilité : L’ampleur de l’Enquête sur les
logements locatifs garantit la fiabilité des
résultats présentés selon le nombre de
chambres, selon le nombre de logements et
d’étages dans les immeubles, et selon l’année
d’achèvement des immeubles, et ce, pour les
six zones de recensement qui constituent la
région métropolitaine de recensement (RMR)
de Kitchener. En 2003, les taux d’inoccupation
des appartements d’initiative privée ont été
établis d’après les données recueillies sur
15 387 appartements, c’est-à-dire 59,2 % de
l’univers de 25 996 logements situés dans des
immeubles d’au moins trois appartements
locatifs. L’échantillon de maisons en rangée
d’initiative privée compte 2 584 logements
tirés d’un univers de 3 082. Enfin, l’enquête a
porté sur 61,8 % des 7 981 appartements et
logements en rangée financés par le
secteur public.
Tableau 1 : Taux d inoccupation des appartements
Taux d'inoccupation (%) selon la zone – Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements
RMR de Kitchener
Sous-marché
Tous les log.
locatif
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Zone 1 – Kitchener Est
3,2
4,1
0,5
0,4
2,4
3,6
3,3
4,7
7,3
3,2
Zone 2 – Kitchener Centre
3,0
4,2
1,8
6,4
3,5
4,0
2,7
4,0
2,6
**
Zone 3 – Kitchener Ouest
1,7
3,3
1,5
2,5
1,2
2,7
2,1
3,9
**
**
Zones 1-3 Ville de Kitchener
2,7
3,9
1,3
2,9
2,3
3,4
2,9
4,4
5,6
3,1
Zone 4 – Ville de Waterloo
2,1
1,6
**
**
3,8
1,4
1,3
1,4
2,1
4,4
Zone 5 – Ville de Cambridge
1,2
2,6
**
1,8
0,7
3,4
1,5
1,9
0,0
4,5
Zone 6 – Deux cantons
0,3
1,8
0,0
0,0
0,9
**
0,0
**
**
N.D.
RMR de Kitchener
2,3
3,2
1,0
2,5
2,3
3,0
2,3
3,4
3,7
3,7
Tableau 2 : Nombre d appartements vacants et nombre total
d appartements dans l univers
Nombre d'appartements vacants et nombre total d'appartements (univers) selon le sous-marché
Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements – RMR de Kitchener
Sous-marché
Tous les log.
Vacants
locatif
Zone 1 – Kitchener Est
Studios
Total
365
Vacants
1 chambre
Vacants
Total
2 chambres
Vacants
Total
8 802
1
295
99
2 714
3 chambres +
Vacants
Total
246
5 175
Total
20
618
Zone 2 – Kitchener Centre
109
2 594
14
221
43
1 065
51
1 251
**
**
Zone 3 – Kitchener Ouest
172
5 229
5
179
57
2 127
107
2 779
**
**
Zones 1-3 Ville de Kitchener
20
695
647
16 624
199
5 907
404
9 204
25
819
Zone 4 – Ville de Waterloo
84
5 180
**
**
22
1 574
43
3 108
19
436
Zone 5 – Ville de Cambridge
103
4 018
2
123
45
1 305
46
2 368
10
221
Zone 6 – Deux cantons
RMR de Kitchener
3
173
0
5
**
**
**
**
0
0
838
25 995
22
885
266
8 850
495
14 783
54
1 476
Tableau 3 : Taux d inoccupation des appartements
Taux d'inoccupation (%) selon le sous-marché et selon l'année d'achèvement de l'immeuble
RMR de Kitchener
Sous-marché
locatif
Tous les log.
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après
Zone 1 – Kitchener Est
4,0
5,6
0,4
A.L.U.
3,7
2,7
4,6
6,3
3,2
0,0
Zone 2 – Kitchener Centre
4,5
2,6
6,5
0,0
4,8
1,7
4,1
4,0
0,0
13,4
Zone 3 – Kitchener Ouest
3,3
3,3
2,5
A.L.U.
2,6
3,1
4,0
3,4
2,5
A.L.U.
Zone 4 – Ville de Waterloo
1,6
0,0
0,0
A.L.U.
1,4
0,0
1,4
A.L.U.
5,2
0,0
Zone 5 – Ville de Cambridge
Zone 6 – Deux cantons
2,7
1,8
0,0
A.L.U.
0,0
0,0
A.L.U.
A.L.U.
3,5
0,0
0,0
A.L.U.
2,1
3,1
0,0
A.L.U.
4,7
A.L.U.
0,0
A.L.U.
RMR de Kitchener
3,2
3,5
2,5
0,0
3,1
2,4
3,3
4,2
3,8
2,0
A.L.U. = Aucun logement de ce type dans l’univers
** Donnée non fournie pour raison de confidentialité et d’exactitude des résultats de l’Enquête
Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003 7
Tableau 4 : Taux d inoccupation des appartements
Taux d'inoccupation (%) selon le nombre de logements dans l'immeuble
RMR de Kitchener
Nombre de logements
locatifs dans l'immeuble
Tous log. confondus
2000
2001
Studios
2002
2001
1 chambre
2002
2001
2002
2 chambres
2001
3 chambres +
2002
2001
2002
De 3 à 5 logements
1,5
1,8
1,5
**
**
2,9
1,1
1,5
2,0
**
**
De 6 à 19 logements
0,9
1,5
2,6
3,2
2,2
2,7
1,7
0,7
3,4
0,8
0,5
De 20 à 49 logements
1,0
1,1
0,9
2,2
0,0
2,0
0,9
0,5
0,8
2,6
2,2
De 50 à 99 logements
100 logements et plus
0,6
0,5
2,4
0,0
2,5
0,5
3,6
0,5
1,7
0,0
4,1
0,3
0,3
3,3
0,0
0,4
0,2
3,3
0,4
3,1
0,0
7,5
Tous les immeubles
0,7
0,9
2,3
1,6
1,0
1,4
2,3
0,6
2,3
0,6
3,7
Tableau 5 : Taux d inoccupation des appartements
Taux d'inoccupation (%) selon le nombre d'étages dans l'immeuble
RMR de Kitchener
Nombre d'étages
Tous log. confondus
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
2001
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
De 1 à 4 étages
1,3
1,6
3,4
0,8
3,1
1,3
3,7
1,8
3,2
1,2
4,1
De 5 à 9 étages
10 étages et plus
0,4
0,3
1,6
3,7
3,7
2,6
1,9
0,5
2,1
**
1,5
4,7
2,6
1,8
1,3
3,0
4,2
3,1
6,1
5,3
5,4
2,6
Tous les immeubles
0,9
2,3
3,2
1,0
2,5
2,3
3,0
2,3
3,4
3,7
3,7
Tableau 6 : Nombre d appartements vacants et nombre total
d appartements dans l univers
Nombre d'appartements vacants et nombre total d'appartements (univers) selon le nombre de logements dans l'immeuble
Immeubles d'initiative privée – RMR de Kitchener
Nombre de logements
locatifs dans l'immeuble
Tous les log.
Vacants
Studios
Vacants
Total
1 chambre
Vacants
Total
2 chambres
Vacants
Total
3 chambres +
Vacants
Total
Total
De 3 à 5 logements
41
1 135
**
**
15
341
23
640
**
**
De 6 à 19 logements
271
6 529
12
321
107
2 265
139
3 656
13
287
De 20 à 49 logements
143
6 059
5
201
56
1 979
77
3 582
6
298
De 50 à 99 logements
100 logements et plus
Tous les immeubles
179
4 357
1
50
32
1 427
137
2 676
9
203
203
838
7 916
25 995
**
22
**
885
57
266
2 838
8 850
119
495
4 229
14 783
24
54
593
1 476
Tableau 7 : Nombre d appartements vacants et nombre total
d appartements dans l univers
Nombre d'appartements vacants et nombre total d'appartements (univers) selon le nombre d'étages dans l'immeuble
Immeubles d'initiative privée – RMR de Kitchener
Nombre
d'étages
Non précisé
Tous les log.
Vacants
Studios
Vacants
Total
1 chambre
Vacants
Total
2 chambres
Vacants
Total
3 chambres +
Vacants
Total
Total
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
De 1 à 4 étages
463
13 641
18
579
168
4 519
251
7 902
26
642
De 5 à 9 étages
10 étages et plus
186
5 036
1
61
42
1 626
128
3 064
15
284
175
6 823
**
**
43
2 348
116
3 742
13
492
Tous les immeubles
838
25 995
22
885
266
8 850
495
14 783
54
1 476
8 Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003
Tableau 8 : Loyers des appartements
Loyers moyens ($) selon le sous-marché et le nombre de chambres
RMR de Kitchener
Sous-marché
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
locatif
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Zone 1 – Kitchener Est
560
552
624
640
741
751
894
897
Zone 2 – Kitchener Centre
453
473
615
631
742
776
964
**
Zone 3 – Kitchener Ouest
540
530
659
645
774
753
**
**
Zones 1-3 Ville de Kitchener
518
520
634
640
751
755
902
914
Zone 4 – Ville de Waterloo
**
**
668
688
805
794
979
1066
Zone 5 – Ville de Cambridge
**
506
622
622
688
702
722
775
Zone 6 – Deux cantons
495
521
577
**
676
**
**
N.D.
RMR de Kitchener
518
517
638
646
750
754
898
943
Tableau 9 : Loyers des appartements
Loyers moyens ($) selon le sous-marché, le nombre de chambres et la date d'achèvement de l'immeuble
RMR de Kitchener
Sous-marché
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après Avant 1986 1986 ou après
locatif
Zone 1 – Kitchener Est
552
A.L.U.
636
743
739
879
896
1 084
Zone 2 – Kitchener Centre
474
350
629
639
781
645
1 085
677
Zone 3 – Kitchener Ouest
530
A.L.U.
642
767
753
753
934
A.L.U.
Zone 4 – Ville de Waterloo
501
A.L.U.
688
640
795
A.L.U.
1 033
1 251
Zone 5 – Ville de Cambridge
506
A.L.U.
622
635
704
679
781
675
Zone 6 – Deux cantons
521
A.L.U.
563
A.L.U.
640
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
RMR de Kitchener
517
350
644
676
751
801
931
1 135
Tableau 10 : Taux d inoccupation des appartements
Taux d'inoccupation (%) selon la fourchette de loyers
RMR de Kitchener
Sous-marché
Tous les log.
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
locatif
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
<350 $
**
**
**
**
**
**
A.L.U.
**
A.L.U.
**
350-399 $
**
**
**
**
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
400-449 $
0,0
3,3
0,0
6,3
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
450-499 $
0,7
1,2
1,8
3,6
0,3
0,0
**
**
**
**
500-549 $
0,7
1,0
**
2,0
0,6
0,8
1,1
**
**
**
550-599 $
1,1
2,6
0,8
2,1
0,9
3,2
1,8
0,7
**
**
600-649 $
0,9
2,4
**
**
0,9
3,5
1,1
0,2
**
**
650-699 $
1,9
3,4
**
**
3,3
4,0
1,2
2,9
**
**
700-749 $
2,4
3,9
**
**
2,4
2,2
2,5
4,9
0,0
**
750-799 $
1,9
3,9
A.L.U.
**
3,8
3,6
1,6
3,9
**
**
800-849 $
3,1
3,0
A.L.U.
A.L.U.
**
**
1,9
3,4
2,2
0,6
850 $ +
4,0
4,7
**
A.L.U.
**
**
3,7
4,9
5,8
4,0
A.L.U. = Aucun logement de ce type dans l’univers
** Donnée non fournie pour raison de confidentialité et d’exactitude des résultats de l’Enquête
Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003 9
Tableau 11 : Nombre de logements en rangée vacants et nombre total de
logements en rangée dans l univers
Taux d'inoccupation (%) et univers locatif selon le sous-marché et le nombre de chambres
RMR de Kitchener
Taux d'inoccupation (%)
Sous-marché
Tous les log.
locatif
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
1,5
3,9
0,8
6,0
1,9
3,1
43
1 102
20
338
23
752
Zone 2 – Kitchener Centre
**
0,0
**
**
**
**
0
74
**
**
**
**
Zone 3 – Kitchener Ouest
2,5
1,8
**
**
**
**
5
282
**
**
**
**
Zones 1-3 Ville de Kitchener
1,6
3,3
1,3
4,8
1,8
2,6
48
1 458
22
453
26
971
Zone 4 – Ville de Waterloo
1,2
3,3
0,3
3,8
1,9
3,2
28
869
11
289
17
539
Zone 5 – Ville de Cambridge
1,8
3,5
0,8
2,3
4,4
6,9
25
733
12
523
13
193
**
0,0
**
0,0
**
**
0
22
0
18
**
**
1,5
3,3
0,8
3,5
2,2
3,3
102
3 082
45
1 283
56
1 706
Zone 1 – Kitchener Est
Zone 6 – Deux cantons
RMR de Kitchener
2 chambres
Univers locatif
3 chambres +
Tous les log.
2 chambres
3 chambres +
Tableau 12 : Loyers moyens des logements en rangée d initiative privée
Loyers moyens ($) selon le sous-marché, le nombre de chambres et l'année d'achèvement de l'immeuble
RMR de Kitchener
Sous-marché
2 chambres
3 chambres et +
locatif
2002
2003
Avant 1986
1986 ou après
2002
2003
Avant 1986
1986 ou après
Zone 1 – Kitchener Est
807
851
843
915
835
863
824
1 018
Zone 2 – Kitchener Centre
N.D.
N.D.
N.D.
N.D.
**
**
**
**
Zone 3 – Kitchener Ouest
**
**
**
**
**
**
**
**
Zone 4 – Ville de Waterloo
828
843
825
887
939
1 011
1 014
998
Zone 5 – Ville de Cambridge
650
651
650
700
771
741
750
A.L.U.
**
583
583
A.L.U.
N.D.
**
**
A.L.U.
776
781
748
987
860
896
876
1 008
Zone 6 – Deux cantons
RMR de Kitchener
A.L.U. = Aucun logement de ce type dans l’univers
** Donnée non fournie pour raison de confidentialité et d’exactitude des résultats de l’Enquête
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs ne pourrait être réalisée avec succès sans la collaboration des
propriétaires et gestionnaires d’immeubles. Nous les remercions de fournir à nos enquêteurs de l'information
exacte dans les délais requis. Nous espérons sincèrement que le fruit de ce travail servira aux personnes qui
oeuvrent directement ou indirectement dans le domaine du logement locatif.
10 Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003
Tableau 13 : Logements en rangée
Taux d'inoccupation (%), loyers moyens ($) et univers locatif selon l'année d'achèvement de l'immeuble
RMR de Kitchener
Année
Tous les log.
2 chambres
3 chambres +
2 chambres
3 chambres +
Tous les log.
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
Avant 1940
**
2,3
0,0
0,0
0,0
4,6
**
563
743
782
1
52
De 1940 à 1959
**
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
**
640
807
900
0
26
De 1960 à 1975
2,2
3,9
1,0
3,5
3,5
4,2
719
722
848
891
57
1 468
De 1976 à 1985
1986 ou après
0,7
1,0
3,3
2,6
0,4
0,7
6,0
1,0
1,3
1,4
3,2
812
1 017
829
987
854
969
855
1 008
19
25
580
955
Tous les immeubles
1,5
3,3
0,8
2,2
3,3
776
781
861
896
102
3 082
d'achèvement
1,5
3,5
2003 Vacants
Total
Tableau 14 : Univers des appartements d initiative privée
Nombre d'appartements vacants et nombre total d'appartements (univers) selon l'année d'achèvement de l'immeuble
RMR de Kitchener
Année
d'achèvement
Tous les log.
Vacants
Studios
Total
Vacants
1 chambre
Total
Vacants
2 chambres
Total
Vacants
3 chambres +
Total
Vacants
Total
Avant 1940
31
565
9
125
21
264
0
159
0
15
De 1940 à 1959
66
1 646
7
118
22
622
37
868
0
39
De 1960 à 1975
543
17 441
5
467
167
5 976
321
9 874
50
1 085
De 1976 à 1985
1986 ou après
131
67
4 402
1 940
2
0
173
2
39
16
1 306
683
89
49
2 715
1 168
1
2
209
75
Tous les immeubles
838
25 995
22
885
266
8 850
495
14 783
53
1 423
Rapport sur les logements locatifs, RMR de Kitchener, 2003 11
tableau 16 : Données chronologiques sur les taux d inoccupation et
les loyers des appartements
Données chronologiques sur les taux d'inoccupation et les loyers moyens des appartements
selon l'année d'achèvement de l'immeuble – RMR de Kitchener – 1996-2003
Année
d'achèvement
Studios
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003
Avant 1940
1,2
9,5
14,4
4,3
2,9
10,6
10,0
7,0
354
312
284
299
391
381
402
444
De 1940 à 1959
6,4
3,5
4,4
1,3
3,3
0,0
0,0
5,6
358
372
355
394
403
438
438
462
De 1960 à 1975
4,7
4,2
1,2
2,1
3,6
1,2
0,6
1,1
415
438
440
445
480
478
515
519
De 1976 à 1985
1,7
0,0
4,5
0,0
0,0
0,0
0,0
1,2
472
479
504
499
569
587
622
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
0,0
0,0
4,0
4,4
3,5
2,3
2,6
1,6
1,0
2,5
405
409
419
434
Une
Avant 1940
4,9
3,7
16,6
0,0
3,1
5,0
1,7
7,9
419
397
420
432
469
500
534
540
chambre
De 1940 à 1959
3,8
2,5
0,5
1,8
1,6
1,9
1,6
3,6
433
451
449
456
488
491
530
538
De 1960 à 1975
1,4
2,3
1,3
0,8
0,7
1,3
2,3
2,8
519
537
544
554
585
613
636
651
De 1976 à 1985
2,1
1,6
0,6
0,5
0,1
1,2
3,0
3,0
575
574
588
600
642
651
680
685
1986 ou après
Tous immeubles
4,1
1,5
3,6
1,6
0,0
0,2
1,4
2,4
624
592
590
693
747
715
716
676
2,2
2,2
1,7
0,8
0,7
1,4
2,3
3,0
525
538
545
565
598
615
638
646
Avant 1940
Deux
483
481
-
609
1986 ou après
Tous immeubles
350
518
1,9
4,1
11,0
2,5
6,4
1,2
4,6
0,0
482
510
509
531
568
558
635
618
chambres De 1940 à 1959
5,4
3,2
2,7
1,3
0,5
1,2
3,2
4,2
508
535
548
557
601
609
625
659
De 1960 à 1975
0,9
1,1
1,1
0,8
0,7
0,6
2,4
3,2
599
610
623
637
664
697
731
746
De 1976 à 1985
1,8
3,1
1,5
0,8
0,4
0,3
1,4
3,3
670
679
696
703
753
766
789
803
1986 ou après
Tous immeubles
1,9
1,0
1,1
1,7
0,5
0,4
2,5
4,2
703
698
674
750
795
807
840
801
1,4
1,7
1,3
1,0
0,6
0,6
2,3
3,4
623
630
641
660
697
722
750
754
Avant 1940
Trois
0,0
0,0
0,0
0,0
10,5
0,0
18,9
10,4
540
655
525
735
639 1 379
783
572
chambres De 1940 à 1959
3,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
621
569
667
567
669
695
705
741
et +
De 1960 à 1975
1,2
1,5
1,8
0,9
0,7
0,6
3,6
4,4
729
731
752
771
804
918
878
935
De 1976 à 1985
5,5
1,3
0,7
0,0
1,2
1,8
1,4
0,6
811
853
853
831
905
985
975
966
1986 ou après
Tous immeubles
2,2
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
6,2
2,0
817
852
918 1 097
927 1 271 1 079 1135
2,1
1,3
1,5
0,7
0,8
0,6
3,7
3,7
739
743
771
820
Avant 1940
Tous
3,4
4,8
14,7
1,4
4,4
4,2
3,8
5,5
logements De 1940 à 1959
4,7
2,8
1,7
1,5
1,2
1,4
2,2
4,0
confondus De 1960 à 1975
1,2
1,6
1,2
0,8
0,7
0,9
2,4
3,1
De 1976 à 1985
2,0
2,6
1,2
0,7
0,3
0,6
1,8
3,0
1986 ou après
Tous immeubles
2,5
1,1
1,6
1,6
0,4
0,3
2,4
3,5
1,8
1,9
1,5
1,0
0,7
0,9
2,3
3,2
782
951
898
943
© 2003. Société canadienne d'hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La reproduction, le stockage dans un système de recherche documentaire ou la transmission
d'un extrait quelconque de cette publication, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, par photocopie, enregistrement ou autre moyen, sont
interdits sans l'autorisation préalable écrite de la Société canadienne d'hypothèques et de logement. Sans que ne soit limitée la généralité de ce qui précède, il est de plus
interdit de traduire un extrait de cette publication sans l'autorisation préalable écrite de la Société canadienne d'hypothèques et de logement. Les renseignements, analyses et
opinions contenus dans cette publication sont fondés sur des sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni la Société canadienne d'hypothèques et
de logement ni ses employés n'en assument la responsabilité.
Also available in English
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising