r apport sur le Marché locatif Baisse du taux d’inoccupation dans le

r apport sur le Marché locatif Baisse du taux d’inoccupation dans le
r
apport sur le
AR de MONCTON
Marché locatif
OCTOBRE 2005
Baisse du taux d’inoccupation dans le
Grand Moncton
SOMMAIRE
Analyse
Selon les résultats de l’Enquête sur les logements locatifs menée en 2005 par
la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le taux d’inoccupation
dans la grande région de Moncton s’est légèrement replié au cours des
douze derniers mois. Cette enquête, réalisée pendant les deux premières
semaines d’octobre, porte exclusivement sur les immeubles d’initiative
privée comptant au moins trois logements locatifs qui sont sur le marché
depuis trois mois ou plus.
1
Les résultats de l’enquête montrent que 433 logements locatifs étaient
vacants dans le Grand Moncton, nombre quelque peu inférieur à celui de
456 observé en octobre 2004. Par conséquent, le taux d’inoccupation est
4
5
6
7
5
4,7 %
49 0
8
12
1
TABLEAUX STATISTIQUES
13 2
AG A
6
UJ
10
NE
Zone 01
6,3%
5
1
Zone 02
4,3%
34
6
Zone 03
3,9%
Zone 04
3,1%
1 06
3
11
Le taux d'inoccupation
de l'AR de Moncton
en 2005 est de :
2
Baisse du taux d’inoccupation
dans le Grand Moncton
Les taux d'inoccupation
fléchissent, après avoir
connu des augmentations
annuelles à répétition
Les taux d'inoccupation
évoluent différemment
selon la zone
Hausse modérée des loyers
La vigueur de l'économie
locale alimente la demande
de logements
Être propriétaire coûte de
plus en plus cher
Le taux d'inoccupation va
croître modérément en
2006
Le taux d'inoccupation
national des appartements
se stabilise
AO
B
8
95
Zone 06
4,3%
05
Insert Optional GraphZone
or Chart
Here
1.2.2
1.3.1
10
4,6%
1.1.1
1.1.2
1.1.3
1.1.4
1.2.1
6
MA
9 35
91 0
89 5
IN
1.3.2
10
6
1.3.3
1.4
3.1.1
3.1.2
8 95
3.1.3
3.1.4
Légende
6,3 % Taux d'inoccupation de la zone 01 pour 2005
Taux d'inoccupation en 2005 supérieur à celui de 2004
14
Taux1d'inoccupation
en 2005 inférieur à celui de 2004
Taux d'inoccupation en 2005 égal à celui de 2004
3 1.5 0
3
6
Km
Taux d’inocc., appart.
Loyers moyens, appart.
Univers et unités vacantes, appart.
Taux de dispon., appart.
Taux d’inocc., appart., selon l’année
de construction
Loyers moyens, appart., selon l’année
de construction
Taux d’inocc., appart., selon la taille
de l’immeuble
Loyers moyens, appart., selon la taille
de l’immeuble
Taux d’inocc., appart., selon la taille de
l’immeuble et la zone
Taux d’inocc., appart., selon le loyer
Taux d’inocc., appart. et log. en rangée
Loyers moyens, appart. et log. en
rangée
Univers et unités vacantes, appart. et
log. en rangée
Taux de dispon., appart. et log. en
rangée
passé de 5,0 à 4,7 %, ce qui
représente un recul de 0,3 point.
Après avoir touché un creux
en 2001, le taux d’inoccupation de
Moncton a amorcé une ascension
qui l’a porté l’an dernier à un
sommet de 5,0 %.
Les taux d’inoccupation ont évolué
différemment selon le type de
logements. Les unités de une
chambre, qui composent 23,9 % de
l’univers de l’enquête, ont vu leur
taux d’inoccupation diminuer de un
point et se fixer à 4,2 % en 2005. Les
habitations locatives de deux
chambres représentent 66,0 % de
l’univers, c’est-à-dire la majeure
partie du marché du Grand
Moncton. Comme il fallait s’y
attendre, leur taux d’inoccupation a
évolué de pair avec la proportion
globale de logements vacants dans la
région; de 5,0 % en 2004, il est passé
à 4,7 %. Dans le cas des studios et
des unités de trois chambres ou
plus, qui forment la portion restante
de l’univers, le taux d’inoccupation a
subi des hausses respectives de
1,6 et 0,7 point.
Les taux d'inoccupation
fléchissent, après avoir
connu des augmentations
annuelles à répétition
L’évolution du taux d’inoccupation
dans le Grand Moncton est
significative parce qu’elle correspond
Logements locatifs
mis en chantier
L'effet des logements locatifs mis en chantier en
2002-2003 s'est fait sentir en 2005
700
600
500
400
300
200
100
0
646
445
249
1995
200 196
1997
212
120
1999
à la première baisse depuis 2001. En
examinant brièvement les activités
de construction dans la région, on en
apprend un peu plus sur les facteurs
à l’origine du courant décrit
précédemment. Ces dernières
années, environ 200 logements
locatifs étaient mis en chantier
annuellement dans la grande région
de Moncton – un rythme qui s’est
maintenu jusqu’en 2001, exception
faite de quelques variations plutôt
mineures. En 2002, les fondations de
646 logements ont été coulées, ce
qui contraste nettement avec la
tendance récente. La production
d’unités locatives s’est poursuivie
en 2003, bien que moins
intensément, avec 445 logements
mis en chantier. Les volumes
d’achèvements montrent également
l’incidence que peut avoir sur le taux
d’inoccupation un niveau élevé de
construction. Conformément à ce
qu’il fallait prévoir par suite des
Repli du taux d'inoccupation en 2005
Taux d'inoccupation, Grand Moncton
Taux d'inoccupation
7,0
6,0
5
5,0
4,0
3,0
2,0
1,6
2,3
4,7
2,9
1,0
0,0
2001
2002
2003
2004
2005
2 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
129
200
193
2001
113
2003
2005
mises en chantier de 2002 et 2003, il
s’est achevé un nombre record de
logements locatifs en 2004, soit 602.
De ce fait, l’univers locatif a pris de
l’expansion, ce qui a fait grimper le
taux d’inoccupation à un sommet
qui n’avait pas été égalé depuis
plusieurs années. En 2004, il s’est
commencé beaucoup moins de
logements locatifs, de telle sorte que
les achèvements ont été moins
nombreux en 2005; il s’est donc
ajouté moins d’unités sur le marché
locatif de la région au cours des
douze derniers mois. Comme la
demande n’a pas faibli
considérablement, les logements
disponibles ont vite trouvé preneur.
En conséquence, le taux
d’inoccupation a fléchi de 0,3 point
en 2005.
Selon les résultats de l’enquête de
2005, le taux d’inoccupation des
logements loués entre 600 et 699 $
a diminué de 1,0 point, et celui des
unités de 700 à 799 $, de 3,7 point.
Dans les fourchettes de loyers
inférieures à 600 $, la proportion de
logements vacants a augmenté ou
est demeurée stationnaire. La plupart
des habitations locatives
nouvellement construites dans le
Grand Moncton ont un loyer qui se
situe dans une des deux fourchettes
les plus élevées. Le repli global du
taux d’inoccupation en 2005 peut
donc être en grande partie attribué à
l’écoulement des logements haut de
gamme bâtis récemment.
800
602
600
369
400
200
141
380
256
205
80
0
1999
2000
2001
Les taux d'inoccupation
évoluent différemment
selon la zone
Si la proportion globale de logements
vacants a fléchi dans le Grand
Moncton en 2005, on ne peut pas
nécessairement en dire autant des
taux d'inoccupation enregistrés dans
les différentes zones de la région.
Dans la ville de Moncton, le taux
d'inoccupation est resté à 4,7 %
cette année. À Dieppe, il a chuté de
3,7 points au cours des douze
derniers mois. Dans ce sous-marché,
la construction de logements locatifs
s'était grandement accélérée ces
dernières années, ce qui avait fait
croître l'offre. Cependant,
contrairement à ce qui a été observé
dans la ville de Moncton, les volumes
de production s'y sont
considérablement amenuisés en
2004 et 2005. La demande n'ayant
vraisemblablement pas diminué, et
l'offre n'ayant pas beaucoup
augmenté, les logements disponibles
se sont écoulés peu à peu, si bien
que le taux d'inoccupation s'est
établi à 4,3 % - un niveau digne de
mention. Riverview n'a pas suivi les
mêmes tendances que Moncton et
Dieppe, car l'essor de la construction de logements locatifs dans ces
deux zones ne s'est pas étendu à
Riverview. De ce fait, il s'est ajouté
très peu de logements locatifs dans
l'univers de ce sous-marché.
Compte tenu de ce facteur, conjugué
2002
2003
2004
2005
à la construction passablement
intense de maisons individuelles, le
taux d'inoccupation de Riverview
s'est graduellement accru depuis
quelques années. En 2005, le taux
d'inoccupation a gagné 0,6 point et
se chiffre actuellement à 4,6 %.
Hausse modérée des loyers
Le loyer moyen dans la grande
région de Moncton est demeuré
stable, malgré quelques variations
selon la taille des logements. Comme
mentionné précédemment, les
habitations locatives les plus
courantes à Moncton sont celles de
deux chambres. Leur loyer moyen
est resté quasiment inchangé, n'ayant
progressé que de 0,2 % pour se
fixer à 612 $. Celui des logements de
une chambre s'est accru de 3,0 % et
se situe maintenant à 513 $. Les
hausses relevées dans les trois sousmarchés du Grand Moncton ont été
comparables à l'augmentation globale.
Bien que les logements de une et
deux chambres représentent la
majeure partie de l'univers locatif, il y
a lieu de mentionner les autres
changements survenus en 2005.
Dans le cas des unités de trois
chambres ou plus, le loyer moyen
s'est accru d'environ 1,4 % pour
atteindre 665 $. Enfin, du côté des
studios, il a diminué
considérablement pour s'établir à
393 $.
Malgré la stationnarité des loyers
moyens, on a constaté que les taux
d'inoccupation évoluaient vers le
haut dans les vieux immeubles ainsi
que dans les fourchettes de loyers
inférieures, ce qui témoigne de
l'intérêt croissant pour les
logements neufs haut de gamme.
La vigueur de l'économie
locale alimente la demande
de logements
La situation économique d'une
région peut influer sur la demande
de logements et, de ce fait, sur le
taux d'inoccupation. L'économie du
Grand Moncton montre
actuellement aucun signe de
vacillement. Depuis 2000, la
Chute du taux d'inoccupation des logements de
gamme intermédiaire à supérieure
7
Taux d'inoccupation
Logements locatifs
achevés
Les logements achevés en 2004 ont eu une
incidence sur le taux d'inoccupation en 2005
6
5
6,2
5,8
4,4 4,2
4,9
5,1 5,0
2004
5,0
2005
4,0
4
2,5
3
2
1
0
< 400 $
400-499 $ 500-599 $ 600-699 $ 700-799 $
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
3
Les loyers moyens restent stables dans le
Grand Moncton
Loyer moyen ($)
800
700
600
500
611 612
656 665
2005
498 513
476
2004
393
400
300
200
100
Studios
1 chambre
2 chambres
croissance de l'emploi suit une
tendance ascendante régulière. Elle a
été particulièrement considérable
dans le groupe des 15 à 24 ans, où la
progression annuelle moyenne de
l'emploi a été de quelque 68 % plus
forte que la croissance globale. En
général, les personnes de cet âge
tendent à louer un logement plutôt
qu'à en acheter un, puisqu'elles en
sont à leurs premiers pas au sein de
la population active.
En outre, le Grand Moncton a
accumulé des soldes migratoires
positifs, si bien que sa population a
augmenté de 1 100 habitants en
moyenne par an depuis 1999. Le
groupe des 15 à 24 ans intervient
pour environ 25 % de ce total. Le
dynamisme de l'économie locale et
l'immigration contribuent ensemble
à stimuler la demande d'habitations.
Étant donné qu'un bon pourcentage
des nouveaux arrivants dans la
région de Moncton sont à l'âge où ils
sont le plus susceptible d'être
locataires, la demande de logements
locatifs a été vive. D'habitude, la
construction résidentielle suit
l'évolution de la demande.
Cependant, avec la progression
constante enregistrée récemment au
chapitre de l'immigration, un
ralentissement de la construction ne
pouvait qu'entraîner une
accélération de la cadence
d'écoulement et une baisse du taux
3 ch. ou +
d'inoccupation. C'est ce qu'il est
arrivé dans le Grand Moncton en
2005. La production réduite de
logements locatifs et la vigueur
persistante de l'économie locale et
de l'immigration ont concouru au
recul du taux d'inoccupation en
2005.
Être propriétaire coûte de
plus en plus cher
Les importants volumes de ventes
observés ces dernières années sur le
marché de l'habitation du Grand
Moncton ne s'amenuisent point.
Depuis 2000, les ventes S.I.A.® de
propriétés résidentielles dans la
région ont augmenté d'environ 7,7
% en moyenne par année. La vitalité
Devant l'élévation des coûts relatifs à
la possession d'une habitation, les
nouveaux ménages ainsi que les
propriétaires souhaitant passer à un
logement d'un cran supérieur
doivent examiner les répercussions
financières liées au fait d'être
propriétaire plutôt que locataire.
Même si les loyers moyens ont
augmenté, les hausses annuelles ont
été modérées dans la ville. Depuis
Les ventes S.I.A.® demeurent nombreuses
Ventes de logements à Moncton
Ventes S.I.A.®
0
de l'économie locale et l'immigration
qui en est résulté ont soutenu la
demande de logements, ce qui a
donné lieu à un accroissement des
coûts d'acquisition d'une habitation
existante. Toujours depuis le début
de la décennie, le prix de revente
moyen à Moncton a grimpé de
quelque 6,6 % par an, pour atteindre
122 433 $ à la fin du troisième
trimestre de 2005. Il n'y a pas que
les prix des logements existants qui
ont subi de fortes hausses. Les coûts
de construction ont eux aussi
monté en flèche dans le secteur
résidentiel, grimpant en moyenne de
8,9 % annuellement depuis 2000. Est
également digne de mention l'écart
entre le prix d'achat moyen des
logements existants et le coût de
construction moyen d'une habitation. Bien que cet écart ait pu varier
d'une année à l'autre, depuis cinq ans
bâtir un logement coûte en
moyenne 40 % plus cher qu'en
acheter un sur le marché de
l'existant.
2 500
1 763 1 861
1
666
1 491
2 000
2 028 2 200
1 500
1 000
500
0
2000 2001 2002 2003 2004 2005
4 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
2000, le loyer mensuel moyen des
logements comptant deux chambres
dans le Grand Moncton a progressé
d'environ 1,8 % par année, pour
atteindre 612 $ en 2005. Par
comparaison, la mensualité
hypothécaire type est beaucoup plus
élevée : 785 $. Pour déterminer ce
montant, nous avons utilisé le prix
moyen auxquels se sont vendus les
logements existants cette année, soit
122 433 $; nous en avons soustrait
la mise de fonds minimum permise,
c'est-à-dire 5 %, puis nous avons
établi la mensualité selon une
période d'amortissement de 25 ans
et un taux hypothécaire de 6,25 %.
Et si on ajoute à cela l'impôt foncier,
la différence est encore plus
marquée. Cependant, bien que
l'écart continue de se creuser, peu
de futurs propriétaires se laissent
décourager, comme le montre
l'important volume de ventes S.I.A.®
mentionné précédemment.
Les coûts de construction ont
également augmenté. Le prix moyen
des habitations neuves s'est accru
de 3,5 % par rapport à l'an dernier
et s'élève maintenant à 168 230 $.
Les consommateurs qui opteront
pour un logement neuf devront
payer des mensualités plus élevées
que ceux dont le choix sera
d'acquérir un logement existant. Peu
importe qu'il s'agisse d'une habitation neuve ou existante, l'écart entre
le loyer mensuel moyen et la
mensualité hypothécaire typique
influera sans contredit sur la
décision d'être propriétaire ou
locataire. La progression des frais de
possession et le léger ralentissement
de la construction résidentielle
indiquent que certains
consommateurs ont fini par louer au
lieu d'acheter, ce qui a contribué à la
diminution du taux d'inoccupation
en 2005.
Le taux d'inoccupation va
croître modérément en
2006
La tendance ascendante que suivait
le taux d'inoccupation ces dernières
années dans le Grand Moncton a été
interrompue en 2005. Après avoir
atteint 5,0 % en 2004 - un sommet
qui n'avait pas été égalé depuis
plusieurs années -, la proportion de
logements vacants a fléchi de 0,3
point. La baisse tient en grande partie
au ralentissement de la construction
de logements locatifs survenu en
2004 et à l'accélération subséquente
du rythme d'écoulement en 2005.
Les effets de ce ralentissement ont
été perceptibles à cause de la
vigueur de l'économie et de l'emploi
dans le Grand Moncton, facteurs qui
continuent d'attirer des migrants
dans la ville. La migration nette
positive en 2005, suscitée en grande
partie par l'arrivée de personnes
parmi les susceptibles de louer, a
provoqué l'écoulement rapide des
logements disponibles puisque la
construction ne suivait pas
l'évolution de la demande. De plus,
certains phénomènes ont fait en
sorte que l'accession à la propriété
s'est éloignée de la portée de
certains ménages; on n'a qu'à penser
à l'accroissement de l'écart entre les
mensualités hypothécaires et les
loyers, causé par la hausse des coûts
relatifs à la possession des habitations neuves et existantes.
Le portait d'ensemble ne changera
pas radicalement en 2006.
L'économie du Grand Moncton ne
montre aucun signe d'affaiblissement
important, et les mouvements
migratoires observés récemment
demeureront assez semblables l'an
prochain, si bien que la demande de
logements à Moncton sera soutenue.
La construction de logements
locatifs a repris de sa vigueur en
2005. Fin octobre 2005, 200 unités
avaient été mises en chantier depuis
le début de l'année, contre 85 à
pareille période en 2004. Cette forte
hausse des mises en chantier
contribuera à l'expansion de
l'univers, ce qui aidera à compenser
le nombre accru de logements
écoulés en 2005.
Sur le marché de la revente, le
nombre annuel de transactions
devrait continuer de croître de
façon régulière conformément à la
tendance récente, même si une
augmentation légèrement plus
modeste est prévue pour 2006.
Malgré la progression des ventes,
l'offre de logements existants n'a pas
fléchi, comme en témoigne la multiplication persistante des inscriptions
courantes. Grâce à la bonne tenue
du marché de la revente, les
acheteurs éventuels jouiront d'une
plus grande souplesse au moment de
faire un choix.
Même si le marché de la revente se
porte bien et qu'il offre une certaine
marge de manœuvre, les
consommateurs qui envisageaient
d'acheter une habitation se
heurteront à certains obstacles en
2006. Le prix de vente moyen dans
le Grand Moncton poursuit son
ascension. Ce facteur, conjugué à
l'élévation éventuelle des taux
hypothécaires, continuera
d'accentuer l'écart entre les loyers
et les frais de possession mensuels. Il
sera donc plus difficile voire même
impossible pour certains
consommateurs de réaliser leur
projet de devenir propriétaire. L'effet
sur le marché des logements pour
propriétaire-occupant va toutefois
s'atténuer. Avec l'ajout d'un nombre
accru de logements locatifs dans
l'univers, on s'attend à ce que le taux
d'inoccupation dans le Grand
Moncton se situe entre 4,7 et 5,2 %
à l'automne 2006.
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
5
Taux d'inoccupation des
appartements (%)
par grand centre
Abbotsford
Calgary
Edmonton
Gatineau
Grand Sudbury
Halifax
Hamilton
Kingston
Kitchener
London
Montréal
Oshawa
Ottawa
Québec
Regina
Saguenay
Saint John
Saskatoon
Sherbrooke
St. Catharines-Niagara
St. John's
Thunder Bay
Toronto
Trois-Rivières
Vancouver
Victoria
Windsor
Winnipeg
Tous les centres
2004 2005
2,8
3,8
4,3
1,6
5,3
4,5
2,1
3,1
2,6
1,6
2,9
3,3
3,4
4,3
2,4
2,4
3,5
3,3
3,7
4,2
1,5
2,0
3,4
3,3
3,9
3,3
1,1
1,4
2,7
3,2
5,3
4,5
5,8
5,7
6,3
4,6
0,9
1,2
2,6
2,7
3,1
4,5
5,0
4,6
4,3
3,7
1,2
1,5
1,3
1,4
0,6
0,5
8,8
10,3
1,1
1,7
2,7
2,7
Le taux d'inoccupation
national des appartements
se stabilise
Cette année encore, le taux
d'inoccupation moyen des
appartements locatifs dans les 28
principaux centres urbains du
Canada s'est chiffré à 2,7 % en
octobre, après avoir affiché trois
hausses annuelles de suite entre
2002 et 2004. Il reste inférieur à la
moyenne de 2,8 % calculée pour la
période allant de 1995 à 2004.
Grâce à la vigueur de l'économie et à
la forte création d'emplois, il s'est
formé beaucoup de ménages depuis
quelque temps, ce qui a stimulé aussi
bien la demande d'habitations pour
propriétaire-occupant que celle de
logements locatifs. La stabilisation du
taux d'inoccupation dans les 28
centres réunis résulte d'un certain
nombre de facteurs. Premièrement,
étant donné que la majorité des
nouveaux arrivants emménagent
d'abord dans des habitations à louer,
les niveaux élevés d'immigration ont
grandement alimenté la demande de
logements locatifs depuis un an.
Deuxièmement, dans la plupart des
centres, les locataires sont
aujourd'hui plus nombreux à
continuer de vivre à loyer, car l'écart
entre les frais de possession et les
loyers s'est creusé en 2005. Ces
deux facteurs ont exercé des
pressions à la baisse sur les taux
d'inoccupation au cours de la
dernière année.
En revanche, la demande
d'habitations pour propriétaireoccupant est restée très intense,
comme en témoigne le nombre
record de ventes conclues en 2005
sur le marché de l'existant. Cette
vive demande continue de tirer vers
le haut les taux d'inoccupation. Qui
plus est, il s'achève beaucoup de
copropriétés dans certains centres.
Les habitations en copropriété sont
des types de logements assez
abordables pour lesquels bien des
ménages locataires optent lorsqu'ils
accèdent à la propriété. Il arrive
parfois que les copropriétés ajoutent
au marché locatif, puisqu'elles
peuvent être acquises par des
investisseurs qui les offrent en
location. De ce fait, les importants
volumes d'achèvement de logements
en copropriété ont créé de la
concurrence pour le marché locatif
ainsi que des pressions à la hausse
sur les taux d'inoccupation.
Même si le taux d'inoccupation
moyen des appartements locatifs a
augmenté ces dernières années,
l'abordabilité continue d'être un
problème pour de multiples ménages
partout au pays. Il leur faudrait ou
bien emménager dans une habitation
moins chère, ou bien obtenir de
l'aide supplémentaire pour que leurs
6 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
frais de logement mensuels soient
plus abordables. Dans certains cas
toutefois, il n'y a pas suffisamment
d'unités vacantes pour tous les
ménages éprouvant des besoins
impérieux en matière de logement.
La nécessité de produire des
logements abordables reste donc
bien présente.
Les taux d'inoccupation les plus
élevés en 2005 ont été observés à
Windsor (10,3 %), Saint John (N.-B.)
(5,7 %), Saskatoon (4,6 %), Thunder
Bay (4,6 %), Edmonton (4,5 %), St.
John's (T.-N.-L.) (4,5 %) et Saguenay
(4,5 %), et les plus bas, à Victoria (0,5
%), Sherbrooke (1,2 %), Québec (1,4
%), Vancouver (1,4 %), Trois-Rivières
(1,5 %), Calgary (1,6 %) et dans le
Grand Sudbury (1,6 %).
Le loyer moyen des appartements de
deux chambres s'est accru dans 25
des 28 principaux centres urbains.
Cependant, dans 15 des 25 centres
où les loyers ont monté,
l'augmentation a été minime. Les plus
fortes hausses ont eu lieu à
Kitchener (6,0 %), Victoria (4,8 %) et
Québec (4,2 %). Le loyer moyen des
appartements de deux chambres
dans les 28 grands centres réunis a
progressé de 1,6 % entre octobre
2004 et octobre 2005.
C'est à Toronto, Vancouver et Ottawa
que les appartements de deux
chambres se louent le plus cher en
moyenne (soit respectivement 1 052
$, 1 004 $ et 920 $ par mois) et à
Trois-Rivières et Saguenay qu'ils sont
les plus abordables (474 $ et 472 $).
Les principaux centres urbains correspondent
aux régions métropolitaines de recensement
(RMR) définies par Statistique Canada, exception
faite de la RMR d'Ottawa-Gatineau, qui est
considérée comme deux centres distincts pour les
besoins de l'Enquête sur les logements locatifs.
1
5
11
12
6
34
490
1
Moncton
2
10
Riverview
Dorchester
6
AG
1
1 06
Salisbury
Dieppe
AN
5
2
E
132
y Mills
UJ
Be r r
A O
B
8
95
Memramcook
Coverdale
10
Dorchester
6
MA
9 35
0
91
8 95
IN
Hillsborough
10
6
Fort Fully
8 95
Elgin
ZONES
11
4
2
0
4
4
8
12
Km
01 - Moncton Centre
04 - Moncton Nord
02 - Moncton Ouest
05 - Ville de Riverview
03 - Moncton Est
06 - Ville de Dieppe
Frontières municipales
* D'après
*
le Recensement de 2001, Statistique Canada
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
7
Zone 1
Zone 2
Zone 3
Zone 4
Zones 1-4
Zone 5
Zone 6
Zones 1-6
DESCRIPTION DES ZONES – AR DE MONCTON
Moncton Centre - Comprend tous les secteurs au nord de la rivière Petitcodiac qui sont à l'ouest du boulevard Wheeler
et à l'est de la rue Collishaw et du boulevard Vaughan Harvey.
Moncton Ouest - Comprend tous les secteurs à l'ouest de la rue Collishaw et du boulevard Vaughan Harvey qui sont au
sud du chemin Berry Mills et de la rue Killam.
Moncton Est - Comprend tous les secteurs au sud de la route transcanadienne qui sont à l'est de North Branch Halls Creek
et au nord du chemin Old Shediac.
Moncton Nord - Comprend tous les secteurs délimités par le chemin Berry Mills, la rue Killam, l'avenue Edgett et la route
transcanadienne.
Ville de Moncton
Ville de Riverview
Ville de Dieppe
AR de Moncton
Redécoupage des zones et révision des secteurs de recensement
Pour un certain nombre de centres, les zones ont été redécoupées afin de les faire mieux correspondre aux quartiers existants
(voir description des zones) et, dans certains cas, leur numérotation a été modifiée. Du même coup, on a procédé à une révision
des secteurs de recensement (dont sont constituées les zones) pour qu’ils soient conformes aux limites établies par Statistique
Canada pour le Recensement de 2001. Ces deux exercices ont eu les conséquences suivantes : il est possible que la taille de
l’univers, le taux d’inoccupation et le loyer moyen indiqués pour l’année 2004 dans les publications sur le marché locatif de
2004 soient différents des chiffres pour 2004 qui apparaissent dans les rapports de 2005.
8 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
Tableaux compris dans les Rapports sur le marché locatif
Fournis dans TOUS les Rapports sur le marché locatif
Données sur les appartements d'initiative privée
1.1.1
1.1.2
1.1.3
1.1.4
1.2.1
1.2.2
1.3.1
1.3.2
1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
Taux d'inoccupation (%), selon l'année de construction et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon l'année de construction et le nombre de chambres
Taux d'inoccupation (%), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
Taux d'inoccupation (%), selon la fourchette de loyers et le nombre de chambres
Fournis dans CERTAINS des Rapports sur le marché locatif
Données sur les appartements d'initiative privée
1.3.3
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
Données sur les maisons en rangée d'initiative privée
2.1.1
2.1.2
2.1.3
2.1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
Données sur les appartements et les maisons en rangée d'initiative privée
3.1.1
3.1.2
3.1.3
3.1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
9
1.1.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
**
5,1
**
**
3,7
**
**
1,7
3,5
4,8
**
**
**
**
3,4
5,0
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
1 chambre
2004
2005
6,4
5,2
0,6
4,9
4,3
2,2
3,9
3,2
4,8
4,2
6,3
5,5
9,5
4,0
5,2
4,2
2 chambres
2004
2005
5,2
7,2
2,9
3,0
4,5
4,0
5,2
3,3
4,7
4,8
3,1
4,2
7,7
4,5
5,0
4,7
3 chambres +
2004
2005
**
5,8
**
**
**
**
**
1,2
4,2
5,6
10,6
**
**
**
4,8
5,5
Tous les log.
2004
2005
5,5
6,3
1,9
4,3
4,7
3,9
4,5
3,1
4,7
4,7
4,0
4,6
8,0
4,3
5,0
4,7
1.1.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
**
388
**
**
782
**
**
**
477
392
**
**
**
**
476
393
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
1 chambre
2004
2005
478
518
499
505
537
504
510
517
499
513
451
471
525
540
498
513
2 chambres
2004
2005
614
628
616
613
611
601
615
607
613
613
598
603
604
612
611
612
3 chambres +
2004
2005
**
649
**
**
**
**
**
663
657
668
587
**
**
**
656
665
1.1.3 Univers des appartements d'initiative privée et nombre d'unités vacantes en octobre 2005
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
Tous les log.
Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
8
**
**
2
19
**
**
20
159
**
**
119
402
**
**
409
47
11
8
13
78
7
8
94
906
233
346
386
1 871
135
207
2 213
115
14
63
34
226
26
37
289
1 603
474
1 583
1 016
4 675
612
821
6 108
15
**
**
1
27
**
**
29
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
10 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
254
**
**
91
485
**
**
531
s.o. : Sans objet
184
37
80
49
351
36
45
433
2 922
853
2 046
1 612
7 433
781
1 047
9 261
1.1.4 Taux de disponibilité (%) des appartements
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
s.o.
7,9
s.o.
**
s.o.
**
s.o.
2,7
s.o.
6,5
s.o.
**
s.o.
**
s.o.
6,6
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
1 chambre
2004
2005
s.o.
7,6
s.o.
6,7
s.o.
2,2
s.o.
4,6
s.o.
5,8
s.o.
5,5
s.o.
6,9
s.o.
5,9
2 chambres
2004
2005
s.o.
9,1
s.o.
4,3
s.o.
5,6
s.o.
5,4
s.o.
6,6
s.o.
5,1
s.o.
6,0
s.o.
6,4
3 chambres +
2004
2005
s.o.
7,4
s.o.
**
s.o.
**
s.o.
4,2
s.o.
7,1
s.o.
**
s.o.
**
s.o.
6,8
Tous les log.
2004
2005
s.o.
8,4
s.o.
5,7
s.o.
5,2
s.o.
4,9
s.o.
6,4
s.o.
5,3
s.o.
6,1
s.o.
6,3
1.2.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
Année de construction
Moncton (AR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 à 1999
2000 ou après
Tous les immeubles
**
**
4,1
**
a.l.u.
0,0
3,4
1 chambre
2004
2005
**
**
6,9
**
a.l.u.
**
5,0
3,2
**
5,3
7,6
1,9
5,4
5,2
2 chambres
2004
2005
4,4
2,6
4,9
4,0
2,1
4,1
4,2
4,8
1,7
5,1
4,5
4,0
7,8
5,0
3 chambres +
2004
2005
5,6
10,7
5,4
3,3
3,6
4,5
4,7
2,1
**
3,6
**
**
**
4,8
Tous les log.
2004
2005
5,8
**
6,3
**
**
**
5,5
3,8
4,2
5,0
5,9
3,8
7,4
5,0
5,0
6,5
5,5
3,6
3,4
4,3
4,7
1.2.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
AR de Moncton
Année de construction
Moncton (AR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 à 1999
2000 ou après
Tous les immeubles
Studios
2004
2005
**
**
390
**
a.l.u.
893
476
**
**
390
**
a.l.u.
**
393
1 chambre
2004
2005
435
**
462
460
567
650
498
470
495
486
532
562
**
513
2 chambres
2004
2005
564
564
559
566
653
684
611
563
547
560
592
648
707
612
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
3 chambres +
2004
2005
624
**
640
**
**
**
656
609
**
640
**
**
**
665
s.o. : Sans objet
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
11
1.3.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
Taille
Moncton (AR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
**
2,6
**
**
**
3,4
**
4,5
4,8
**
**
5,0
1 chambre
2004
2005
6,9
4,4
6,0
4,7
**
5,2
2,6
5,0
3,7
5,1
**
4,2
2 chambres
2004
2005
4,6
5,0
4,0
8,6
**
5,0
5,4
4,2
4,9
5,6
**
4,7
3 chambres +
2004
2005
3,0
**
11,9
0,0
**
4,8
Tous les log.
2004
2005
7,5
**
**
1,8
**
5,5
4,9
4,8
4,4
7,3
**
5,0
1.3.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
Taille
Moncton (AR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
**
547
**
**
**
476
**
395
385
**
**
393
1 chambre
2004
2005
441
491
529
579
**
498
472
491
528
607
**
513
2 chambres
2004
2005
543
593
624
716
**
611
3 chambres +
2004
2005
555
584
629
718
**
612
623
**
745
797
**
656
632
**
**
850
**
665
1.3.3 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
AR de Moncton
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
3-5
6-19
20-49
50-99
100+
2004 2005 2004 2005 2004 2005 2004 2005 2004 2005
6,4
6,1
4,0
4,6
6,9
10,0
**
7,5
a.l.u.
a.l.u.
0,0
2,2
1,1
4,9
**
**
**
**
a.l.u.
a.l.u.
5,8
6,9
4,7
3,5
4,2
4,7
**
**
**
**
2,3
5,5
5,7
3,7
**
1,8
**
**
a.l.u.
a.l.u.
4,9
5,7
4,4
4,1
4,4
5,4
**
4,5
**
**
2,8
**
5,3
5,6
3,4
3,4
**
**
a.l.u.
a.l.u.
**
**
8,0
**
**
2,1
14,2
7,9
a.l.u.
a.l.u.
4,9
5,2
4,8
4,4
4,4
4,7
7,3
5,3
**
**
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
12 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
s.o. : Sans objet
5,2
4,4
4,7
5,3
**
4,7
1.4 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la fourchette de loyers
AR de Moncton
Fourchette de loyers
Moncton (AR)
Moins de 400 $
400 à 499 $
500 à 599 $
600 à 699 $
700 à 799 $
800 $ et +
Toutes les fourchettes
Studios
2004
2005
1,8
**
**
a.l.e.
a.l.e.
**
3,4
2,8
7,2
**
a.l.e.
a.l.e.
a.l.e.
5,0
1 chambre
2004
2005
5,3
4,0
6,4
**
**
**
5,2
2,4
4,1
4,2
4,7
**
**
4,2
2 chambres
2004
2005
**
6,7
4,7
5,0
5,9
**
5,0
**
7,4
5,1
3,9
2,4
**
4,7
3 chambres +
2004
2005
**
**
**
**
**
**
4,8
Tous les log.
2004
2005
**
**
**
3,8
2,1
**
5,5
4,4
4,9
5,1
5,0
6,2
**
5,0
4,2
5,8
5,0
4,0
2,5
**
4,7
3.1.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
**
**
3,7
**
3,4
**
**
3,4
5,0
**
**
1,7
4,8
**
**
4,9
1 chambre
2004
2005
6,3
0,6
4,3
3,9
4,8
6,1
8,2
5,1
5,1
4,9
2,1
3,2
4,2
5,3
3,5
4,2
2 chambres
2004
2005
5,1
2,9
4,4
5,2
4,7
5,2
7,3
5,1
7,1
3,0
4,0
3,3
4,8
5,2
4,2
4,8
3 chambres +
2004
2005
**
**
**
**
4,5
7,9
**
5,2
Tous les log.
2004
2005
5,7
**
**
1,2
5,6
**
**
5,3
5,5
1,9
4,7
4,5
4,6
5,5
7,6
5,1
6,2
4,3
3,9
3,1
4,7
5,4
3,9
4,7
3.1.2 Loyer moyen ($) des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
Studios
2004
2005
**
389
**
**
782
**
**
**
476
392
**
**
**
**
476
394
1 chambre
2004
2005
478
517
499
505
536
503
510
517
499
513
455
475
517
533
498
513
2 chambres
2004
2005
614
627
616
613
610
601
615
607
613
612
593
609
604
616
610
612
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
3 chambres +
2004
2005
**
650
**
**
**
**
**
663
658
669
604
**
**
**
656
669
s.o. : Sans objet
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
13
3.1.3 Univers des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée et nombre d'unités vacantes
en octobre 2005, selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
Tous les log.
Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers
8
161
47
912
115
1 630
15
257
184
2 959
**
**
11
233
14
474
**
**
37
853
**
**
8
352
64
1 604
**
**
82
2 090
2
119
13
386
34
1 016
1
91
49
1 612
19
404
78
1 883
227
4 723
28
505
353
7 514
**
**
7
142
36
686
**
**
46
861
**
**
8
235
37
876
**
**
45
1 152
20
410
94
2 260
300
6 285
30
572
445
9 527
3.1.4 Taux de disponibilité (%) des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
AR de Moncton
Studios
2004
2005
Zone
Moncton Centre
Moncton Ouest
Moncton Est
Moncton Nord
Ville de Moncton
Zone 2 - Riverview
Zone 3 - Ville de Dieppe
Moncton (AR)
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
7,9
**
**
2,7
6,5
**
**
6,6
1 chambre
2004
2005
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
7,5
6,7
2,1
4,6
5,8
5,3
6,1
5,8
2 chambres
2004
2005
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
9,0
4,3
5,6
5,4
6,6
6,2
5,7
6,4
3 chambres +
2004
2005
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
14 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
Tous les log.
2004
2005
7,4
**
**
4,2
7,0
**
**
6,5
s.o. : Sans objet
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
8,3
5,7
5,1
4,9
6,4
6,2
5,5
6,3
MÉTHODE D’ENQUÊTE
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) mène l’Enquête sur les logements locatifs (ELL) chaque année en
octobre pour mesurer les forces en présence sur le marché locatif. L’Enquête porte sur un échantillon de logements pris dans tous les
centres urbains de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles qui comptent au moins trois logements locatifs et qui sont sur le
marché depuis au moins trois mois sont inclus. Les données sont recueillies par secteur d’initiative (publique ou privée) et par type de
logements (appartements ou maisons en rangée). Les enquêteurs obtiennent des données sur les unités vacantes pour tous les
immeubles compris dans l’échantillon. Les données sur les loyers du marché ne se rapportent qu’aux immeubles d’initiative privée, et
les données sur la disponibilité sont recueillies seulement pour les ensembles d’appartements ou de maisons en rangée d’initiative
privée. La plupart des résultats diffusés dans la présente publication portent sur les immeubles d’appartements d’initiative privée.
L’Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l’information est obtenue du propriétaire, du gestionnaire ou du concierge. L’Enquête a
lieu pendant les deux premières semaines d’octobre, et ses résultats reflètent la conjoncture du marché à ce moment-là.
Définitions
Logement disponible : Un logement locatif est considéré comme étant disponible si le locataire actuel a envoyé ou reçu un avis de
déménagement officiel et qu’aucun nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le logement est vacant (voir la définition de
« logement vacant »).
Loye r : Montant réel que les locataires paient pour leur logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des commodités et services,
comme le chauffage, l’éclairage, le stationnement et l’eau chaude, sont inclus ou non dans le loyer. Dans le cas des logements
disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant demandé par le propriétaire.
Les chiffres sur les loyers moyens figurant dans la présente publication donnent une bonne indication du montant que paient les
locataires selon la taille des logements et le secteur géographique. Les services comme le chauffage, l’éclairage et l’eau chaude peuvent
être inclus ou non dans le loyer. Le loyer moyen peut varier sans qu’il y ait eu hausse ou baisse des loyers exigés dans un immeuble
donné. Toute variation du loyer moyen d’une année à l’autre n’est pas nécessairement significative sur le plan statistique à cause
d’autres facteurs, notamment la variabilité des loyers.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements offerts en location, dont un ou plus n’a pas
d’entrée privée. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements locatifs compris dans
les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements contigus avec entrée privée qui
sont offerts en location. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements locatifs
compris dans les ensembles. Les logements (ou maisons) en rangée sont parfois appelés logements en bande.
Logement vacant : Un logement est considéré comme étant vacant s’il n’est pas occupé au moment de l’enquête et qu’il pourrait
l’être immédiatement.
Définition des secteurs de recensement utilisés dans la présente publication
Une région métropolitaine de recensement (RMR) ou une agglomération de recensement (AR) est formée d’une ou de plusieurs
municipalités adjacentes situées autour d’une grande région urbaine (appelée noyau urbain). Un noyau urbain doit compter au moins
10 000 habitants pour former une AR et au moins 100 000 habitants pour former une RMR. Pour être incluses dans une RMR ou une
AR, les municipalités adjacentes doivent avoir un degré d’intégration élevé avec la région urbaine centrale, lequel est déterminé par le
pourcentage de navetteurs établi d’après les données du recensement sur le lieu de travail. Les RMR et les AR englobent des
municipalités ou des subdivisions de recensement.
Toutes les données figurant dans la présente publication sont fondées sur les définitions du Recensement de 2001 de Statistique
Canada.
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs n’aurait pas pu être effectuée sans la collaboration des propriétaires, gestionnaires et concierges
d’immeubles des différentes régions du Canada. La SCHL apprécie grandement leur travail acharné ainsi que l’aide qu’ils lui apportent
en fournissant de l’information exacte en temps voulu. Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information
qui profitera à l’ensemble du secteur de l’habitation.
Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
15
Renseignements et abonnement
Pour obtenir plus de renseignements sur la présente publication ou sur tout aspect du marché de l’habitation de
Moncton, veuillez communiquer avec notre service à la clientèle au 902-426-4708 ou à l’adresse électronique
suivante : mmerrick@cmhc-schl.gc.ca
Pour en savoir davantage sur les produits et services du Centre d’analyse de marché ou pour vous abonner à une de
nos publications, visitez le site
www.schl.ca/infomarche/magasin/
Pour obtenir des renseignements sur d’autres produits et services offerts par la SCHL, visitez le site
www.schl.ca
This publication is also available in English under the title Rental Market Report.
0 7/ 12 / 2 0 0 5
© 2005 Société canadienne d’hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La reproduction, le stockage dans un système de recherche documentaire ou la
transmission d’un extrait quelconque de cette publication, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, par photocopie, enregistrement ou autre
moyen, sont interdits sans l’autorisation préalable écrite de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Sans que ne soit limitée la généralité de ce qui précède,
il est de plus interdit de traduire un extrait de cette publication sans l’autorisation préalable écrite de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Les
renseignements, analyses et opinions contenus dans cette publication sont fondés sur des sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni la
Société canadienne d’hypothèques et de logement ni ses employés n’en assument la responsabilité.
16 Rapport sur le marché locatif, AR de Moncton  Octobre 2005
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising