r apport sur le Marché locatif Léger recul du taux d’inoccupation

r apport sur le Marché locatif Léger recul du taux d’inoccupation
r
apport sur le
Marché locatif RMR de SAINT JOHN
OCTOBRE 2005
Léger recul du taux d’inoccupation
SOMMAIRE
Le taux d'inoccupation des immeubles comptant au moins trois appartements
dans la RMR de Saint John a fléchi quelque peu, passant de 5,8 %, en octobre 2004,
à 5,7 %, en octobre 2005. Le taux d'inoccupation annuel moyen des appartements
locatifs s'établit à 6,4 % pour la période allant de 1995 à 2005, ce qui comprend
quatre années consécutives où le pourcentage a dépassé le cap des 7 %. Le
présent rapport porte sur les résultats de l'enquête réalisée dans les immeubles
d'initiative privée comptant au moins trois appartements ou maisons en rangée.
45
5,7 %
1
10
2
8
Le taux d'inoccupation
de la RMR de Saint John
en 2005 est de :
10 0
Cette stationnarité relative du taux d'inoccupation n'a eu rien d'étonnant, car
bien peu de choses ont changé depuis un an. Le solde migratoire de la RMR est
encore négatif, quoiqu'il approche de zéro, et il se construit très peu de
logements locatifs. Étant donné que ces deux moteurs du marché locatif sont
demeurés au ralenti, le taux d'inoccupation a à peine bougé.
1
11
77
MA
Zone 03
5,9%
O
RTIN
Y
N
SL
HE
E
Léger recul du taux
d'inoccupation
2 Le taux d’inoccupation national
des appartements se stabilise
3 La demande de logements
locatifs reste essentiellement
inchangée
4 La construction de logements
locatifs est demeurée faible en
2005
5 De nombreux ménages accèdent
à la propriété
6 Les logements les plus et les
moins chers ont les plus
hauts taux d'inoccupation
7 Les unités de deux chambres
demeurent prisées
8 Taux d'inoccupation faibles
dans les petits immeubles
d'appartements
9 Les taux de disponibilité
révèlent que l'accession à la
propriété reste populaire
10 Taux d'inoccupation : faible
variation en perspective
1.1.1
1.1.2
1.1.3
1.1.4
1.2.1
820
Zone 04
6,8%
Insert OptionalZone
Graph
01 or Chart Here
C
1
TABLEAUX STATISTIQUES
R O THE S AY
84
5
Analyse
1.2.2
5,1%
1.3.1
Zone 02
2,9%
1.3.2
Zone 05
9,2%
1.3.3
1.4
3.1.1
3.1.2
3.1.3
Légende
3.1.4
5,1 % Taux d'inoccupation de la zone 01 pour 2005
Taux d'inoccupation en 2005 supérieur à celui de 2004
Taux d'inoccupation en 2005 inférieur à celui de 2004
Taux d'inoccupation en 2005 égal à celui de 2004
0
1
2
4
6
Km
Taux d’inocc., appart.
Loyers moyens, appart.
Univers et unités vacantes, appart.
Taux de dispon., appart.
Taux d’inocc., appart., selon l’année
de construction
Loyers moyens, appart., selon l’année
de construction
Taux d’inocc., appart., selon la taille de
l’immeuble
Loyers moyens, appart., selon la taille
de l’immeuble
Taux d’inocc., appart., selon la taille de
l’immeuble et la zone
Taux d’inocc., appart., selon le loyer
Taux d’inocc., appart. et log. en rangée
Loyers moyens, appart. et log. en
rangée
Univers et unités vacantes, appart. et
log. en rangée
Taux de dispon., appart. et log. en
rangée
Taux d'inoccupation des
appartements (%)
par grand centre
Abbotsford
Calgary
Edmonton
Gatineau
Grand Sudbury
Halifax
Hamilton
Kingston
Kitchener
London
Montréal
Oshawa
Ottawa
Québec
Regina
Saguenay
Saint John
Saskatoon
Sherbrooke
St. Catharines-Niagara
St. John's
Thunder Bay
Toronto
Trois-Rivières
Vancouver
Victoria
Windsor
Winnipeg
Tous les centres
2004 2005
2,8
3,8
4,3
1,6
5,3
4,5
2,1
3,1
2,6
1,6
2,9
3,3
3,4
4,3
2,4
2,4
3,5
3,3
3,7
4,2
1,5
2,0
3,4
3,3
3,9
3,3
1,1
1,4
2,7
3,2
5,3
4,5
5,8
5,7
6,3
4,6
0,9
1,2
2,6
2,7
3,1
4,5
5,0
4,6
4,3
3,7
1,2
1,5
1,3
1,4
0,6
0,5
8,8
10,3
1,1
1,7
2,7
2,7
Le taux d’inoccupation
national des appartements
se stabilise
Cette année encore, le taux
d’inoccupation moyen des
appartements locatifs dans les
28 principaux centres urbains1 du
Canada s’est chiffré à 2,7 % en
octobre, après avoir affiché trois
hausses annuelles de suite entre 2002
et 2004. Il reste inférieur à la moyenne
de 2,8 % calculée pour la période
allant de 1995 à 2004.
Grâce à la vigueur de l’économie et à
la forte création d’emplois, il s’est
formé beaucoup de ménages depuis
quelque temps, ce qui a stimulé aussi
bien la demande d’habitations pour
propriétaire-occupant que celle de
logements locatifs. La stabilisation du
taux d’inoccupation dans les 28 centres
réunis résulte d’un certain nombre de
facteurs. Premièrement, étant donné
que la majorité des nouveaux arrivants
emménagent d’abord dans des
habitations à louer, les niveaux élevés
d’immigration ont grandement
alimenté la demande de logements
locatifs depuis un an. Deuxièmement,
dans la plupart des centres, les
locataires sont aujourd’hui plus
nombreux à continuer de vivre à loyer,
car l’écart entre les frais de possession
et les loyers s’est creusé en 2005. Ces
deux facteurs ont exercé des
pressions à la baisse sur les taux
d’inoccupation au cours de la
dernière année.
En revanche, la demande d’habitations
pour propriétaire-occupant est restée
très intense, comme en témoigne le
nombre record de ventes conclues
en 2005 sur le marché de l’existant.
Cette vive demande continue de tirer
vers le haut les taux d’inoccupation.
Qui plus est, il s’achève beaucoup de
copropriétés dans certains centres. Les
habitations en copropriété sont des
types de logements assez abordables
pour lesquels bien des ménages
locataires optent lorsqu’ils accèdent à
la propriété. Il arrive parfois que les
copropriétés ajoutent au marché
locatif, puisqu’elles peuvent être
acquises par des investisseurs qui les
offrent en location. De ce fait, les
importants volumes d’achèvement de
logements en copropriété ont créé de
la concurrence pour le marché locatif
ainsi que des pressions à la hausse sur
les taux d’inoccupation.
Même si le taux d’inoccupation moyen
des appartements locatifs a augmenté
ces dernières années, l’abordabilité
continue d’être un problème pour de
multiples ménages partout au pays. Il
leur faudrait ou bien emménager dans
une habitation moins chère, ou bien
obtenir de l’aide supplémentaire pour
que leurs frais de logement mensuels
soient plus abordables. Dans certains
cas toutefois, il n’y a pas suffisamment
d’unités vacantes pour tous les
ménages éprouvant des besoins
impérieux en matière de logement. La
nécessité de produire des logements
abordables reste donc bien présente.
Les taux d’inoccupation les plus élevés
en 2005 ont été observés à Windsor
(10,3 %), Saint John (N.-B.) (5,7 %),
Saskatoon (4,6 %), Thunder Bay
(4,6 %), Edmonton (4,5 %), St. John’s
(T.-N.-L.) (4,5 %) et Saguenay (4,5 %),
2 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
et les plus bas, à Victoria (0,5 %),
Sherbrooke (1,2 %), Québec (1,4 %),
Vancouver (1,4 %), Trois-Rivières
(1,5 %), Calgary (1,6 %) et dans le
Grand Sudbury (1,6 %).
Le loyer moyen des appartements de
deux chambres s’est accru dans 25 des
28 principaux centres urbains.
Cependant, dans 15 des 25 centres où
les loyers ont monté, l’augmentation a
été minime. Les plus fortes hausses ont
eu lieu à Kitchener (6,0 %), Victoria
(4,8 %) et Québec (4,2 %). Le loyer
moyen des appartements de deux
chambres dans les 28 grands centres
réunis a progressé de 1,6 % entre
octobre 2004 et octobre 2005.
C’est à Toronto, Vancouver et Ottawa
que les appartements de deux
chambres se louent le plus cher en
moyenne (soit respectivement
1 052 $, 1 004 $ et 920 $ par mois) et
à Trois-Rivières et Saguenay qu’ils sont
les plus abordables (474 $ et 472 $).
1
Les principaux centres urbains correspondent
aux régions métropolitaines de recensement
(RMR) définies par Statistique Canada, exception
faite de la RMR d’Ottawa-Gatineau, qui est
considérée comme deux centres distincts pour
les besoins de l’Enquête sur les logements locatifs.
La demande de logements
locatifs reste essentiellement
inchangée
Le comté de Kings a enregistré un solde
migratoire positif en 2004
Malgré leur nombre réduit, les
logements haut de gamme vacants se
trouvaient encore en majorité dans
des bâtiments âgés où les loyers sont
plus bas. En fait, presque la moitié des
unités visées par l'enquête font partie
d'immeubles construits avant 1940.
Cette importante proportion explique
en partie pourquoi le taux
d'inoccupation est plus élevé dans la
RMR de Saint John que dans d'autres
RMR du Canada.
La construction de logements
locatifs est demeurée faible
en 2005
RM R de S aint Jo hn
0
-2 0 0
-4 0 0
-6 0 0
2 00 0
2001
pas été aussi intense dans la région de
Saint John que dans les autres grands
centres urbains du NouveauBrunswick. Les promoteurs
d'immeubles locatifs à Moncton et
Fredericton ont enregistré des
niveaux presque records d'activité,
alors que ceux de Saint John ont été
réticents à entamer la production de
nouveaux ensembles. Depuis 2000, il
s'est ajouté plus de 1 600
appartements neufs dans l'univers
locatif de Moncton et plus d'un millier
dans celui de Fredericton. Pendant la
même période, à peine plus de 150
logements locatifs ont été mis en
chantier à Saint John. Ces écarts
s'expliquent surtout par le fait que
Moncton et Fredericton ont des bilans
migratoires positifs depuis le début de
la décennie, tandis que Saint John
accuse des pertes nettes d'environ 250
personnes par an. Avec un tel volume
d'émigration, il n'est pas étonnant que
la demande de logements locatifs neufs
se soit tassée.
RM R de Sain t John
AR d e Fre de ricton
AR d e M on cton
en chantier
500
441
400
300
146
200
100
238
129
193
191
187
108
8
6
97
0
48
167
194
79
0
0
Sou rce : SC H L
2000
2001
2 00 2
2003
2 00 4
A nnée financ ière
646
700
Co m té de K ings
200
T rès p eu d 'ap p artem en ts loc atifs on t été
c o n stru its à Sain t Joh n d ep u is 2000
600
Co m té de S aint Jo hn
L'autre aspect du phénomène
migratoire est qu'à l'intérieur même
de la grande région de Saint John, la
Durant les cinq dernières années, la
construction de logements locatifs n'a
Nombre d'appartements locatifs mis
400
Solde migratoire
Selon les résultats de l'enquête menée
en octobre 2005, la demande de
logements locatifs n'a pas changé
considérablement au cours des douze
derniers mois. La baisse de 0,1 % qu'a
subie le taux d'inoccupation (en
passant de 5,8 à 5,7 %) ne représente
que 50 unités vacantes de moins.
Cependant, la répartition des
logements inoccupés n'est plus tout à
fait ce qu'elle était en 2004. Le taux
d'inoccupation des habitations haut de
gamme a diminué, alors que celui des
logements meilleur marché a
augmenté. Dans la fourchette des
loyers supérieurs à 700 $, le taux
d'inoccupation est descendu de 6,8 à
5,4 % et, dans celle des loyers
inférieurs à 400 $, il est monté de 6,0
à 9,1 %. Par ailleurs, les logements
loués entre 600 et 699 $ par mois ont
affiché un taux d'inoccupation de 2,0 %
- le plus bas parmi toutes les
catégories.
2002
* D e jan vier à octob re
2003
2004
2005*
population de la ville se déplace peu à
peu vers la vallée de la rivière SaintJean. Les logements locatifs étant
généralement concentrés dans le
noyau urbain plutôt qu'en banlieue, on
comprend mieux pourquoi la
construction de logements locatifs a
été peu vigoureuse. De ce fait, même
si le nombre total de mises en chantier
est demeuré supérieur à la moyenne
au cours des cinq dernières années, la
plupart des logements dont on a coulé
les fondations sont des maisons
individuelles pour propriétaireoccupant. Les habitations collectives
qui ont été commencées sont en
majorité des jumelés ou des maisons
en rangée. Compte tenu de ces
tendances, la demande de logements
locatifs neufs haut de gamme a été
faible.
La plupart des gros ensembles locatifs
qui se construisent depuis cinq dans les
différents centres de la province
s'adressent soit à des ménages n'ayant
plus d'enfants à la maison, soit à de
jeunes professionnels, soit encore à
des personnes âgées. Les tendances
migratoires susmentionnées ont donc
sans aucun doute favorisé la
construction de logements collectifs.
Dans la RMR de Saint John, on observe
depuis quelque temps un courant de
jeunes professionnels qui vivent à bail
dans la ville jusqu'à ce qu'ils forment
une famille et achètent une maison
individuelle dans la vallée. Ce
phénomène démographique ressort à
l'examen des chiffres tirés des données
sur les déclarants de Statistique
Canada, qui montrent par groupe
d'âge les mouvements migratoires qui
se dessinent chaque année dans les
comtés. Inversement, les ménages qui
n'ont plus d'enfants à la maison et les
personnes âgées qui habitent dans la
Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
3
De nombreux ménages
accèdent à la propriété
La faiblesse des taux hypothécaires, qui
permet à certains ménages locataires
de se laisser séduire par l'accession à la
propriété, compterait parmi les
facteurs ayant exercé des pressions sur
le marché locatif et provoqué le
ralentissement de la construction de
logements à louer. Les agents
d'immeubles de Saint John réaliseront
probablement en 2005 leur meilleure
performance annuelle. En 2004, 1 612
transactions ont été conclues sur le
marché de la revente, et un nouveau
record de 1 750 unités est attendu
cette année. Fin octobre, les ventes
S.I.A.® dans la région se chiffraient
déjà à 1 557, ce qui représente une
avance de 17 % sur le total relevé à
pareille date l'an dernier.
Plus de deux tiers des logements
vendus depuis le début de l'année à
Saint John étaient de prix inférieur à
120 000 $, et la majorité d'entre eux
ont été acquis par des accédants à la
propriété. Pour une habitation de 120
000 $, les frais de possession mensuels
s'élèvent à environ 740 $ (mise de
Plein tem ps
T em ps partiel
25%
20%
15%
De janvier à octobre
Les gains réalisés au chapitre de
l'emploi pendant les quatre dernières
années ont contribué à
l'affaiblissement de l'émigration dans la
région. Étant donné que les
perspectives d'emplois dans la ville
continueront de s'améliorer grâce à la
diversification de l'économie, on
s'attend à ce que les niveaux
d'émigration diminuent encore. Pour la
période allant de janvier à octobre, le
nombre total d'emplois a affiché une
hausse de 1,1 % en glissement annuel.
Bien que ce taux d'augmentation soit
inférieur à celui de 2,5 % relevé l'an
dernier, il confirme l'amélioration des
perspectives d'emplois. Cette
croissance de l'emploi s'ajoute au fait
que le marché du travail était déjà
vigoureux, comme en témoigne le
nombre record d'emplois observé
dans la région de Saint John en 2005.
L a croissance de l'em ploi a contribué à
l'affaiblissem ent de l'ém igration
Variation de l'emploi (% changement)
ville ne semblent pas très intéressés
par l'idée d'emménager dans des
logements locatifs haut de gamme.
Puisque ces deux groupes constituent
souvent la clientèle cible des
ensembles locatifs plus neufs et plus
luxueux, il n'est pas étonnant que fort
peu d'immeubles d'appartements à
louer aient été mis en chantier
récemment.
10%
5%
0%
-5%
-10%
-15%
-20%
1997
1998
1999
2000
fonds de 5 % et taux hypothécaire de
6 %). Certains ménages locataires
habitant la grande région de Saint John
ont donc profité de la conjoncture
favorable du marché de la revente
pour devenir propriétaire. Voilà qui
explique en partie pourquoi les taux
d'inoccupation sont en hausse dans les
immeubles haut de gamme où les
loyers mensuels pratiqués diffèrent
peu de la mensualité hypothécaire
moyenne.
Les logements les plus et les
moins chers ont les plus hauts
taux d'inoccupation
D'après les résultats d'enquête ventilés
par fourchette de loyers, ce sont les
unités les plus abordables qui
présentent le taux d'inoccupation le
plus élevé.
En octobre 2005, 9,1 % des
appartements loués moins de 400 $
dans la région de Saint John étaient
vacants, pourcentage comparable aux
observations des années antérieures.
Ces logements, souvent plus âgés, sont
les moins intéressants aux yeux des
locataires. À noter également que le
deuxième taux d'inoccupation en
importance a été constaté du côté des
logements les plus chers, dont les
loyers mensuels se situent entre 700
et 799 $.
Ce sont les appartements loués entre
600 et 699 $ qui ont fait l'objet de la
plus forte demande. De 8,3 % l'an
dernier, leur taux d'inoccupation est
tombé à 2,0 %.
Dans les fourchettes allant de 400 à
499 $ et de 500 à 599 $, la proportion
de logements vacants ressemble à ce
qu'elle était l'année passée; elle atteint
respectivement 4,5 et 5,0 %.
4 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
2001
2002
2003
2004
2005
Les unités de deux chambres
demeurent prisées
Par comparaison à l'an dernier, les taux
d'inoccupation ont affiché différentes
variations selon la taille des logements.
La plus forte hausse est survenue dans
la catégorie des studios, le
pourcentage d'unités vacantes étant
monté de 6,2 à 11,0 %. Le taux
d'inoccupation des logements de deux
chambres, lesquels constituent la
majeure partie du marché locatif, a
légèrement fléchi; de 5,2 % en 2004, il
est descendu à 5,0 % en 2005. Celui
des appartements comptant une
chambre a diminué de 1,1 point pour
se fixer à 6,3 %, alors que celui des
unités de trois chambres ou plus, qui
se chiffrait à 4,5 % l'an dernier, s'est
élevé à 4,6 %.
Cette année encore, les appartements
de deux chambres ont récolté le
deuxième des taux d'inoccupation les
plus bas. Il importe de le mentionner,
puisqu'il s'agit des logements locatifs
les plus courants dans la région de
Saint John, représentant 51,5 % de
l'univers.
Taux d'inoccupation faibles
dans les petits immeubles
d'appartements
Selon les résultats de l'enquête, les
petits immeubles d'appartements
locatifs dans la région de Saint John
sont un peu plus populaires que les
gros ensembles qui contiennent
davantage de logements. En octobre,
les premiers comptaient 4,6 % de
logements vacants, et les ensembles de
50 à 99 unités, 7,6 %. Voilà qui
contraste nettement avec la situation
observée en octobre 2004, époque où
le taux d'inoccupation des immeubles
de trois à cinq logements atteignait 6,2
% - le deuxième parmi les taux les plus
hauts.
En octobre, les taux d'inoccupation par
type d'appartements différaient parfois
selon qu'il s'agissait de gros ou de
petits immeubles. Dans les immeubles
de petite taille, même si le
pourcentage de logements vacants
était globalement plus faible, on y
trouvait la plus forte proportion de
studios inoccupés, soit 17,4 %. Les taux
d'inoccupation des logements de deux
chambres dans les immeubles de taille
moyenne comptant entre 20 et 49
appartements et dans ceux de 6 à 19
appartements ont augmenté, pour
atteindre respectivement 7,0 et 5,1 %.
Les taux de disponibilité
révèlent que l'accession à la
propriété reste populaire
d'accession à la propriété chez les
ménages locataires. Malgré le
renchérissement des maisons
individuelles, l'écart entre les loyers et
les frais de possession des logements
s'est resserré sous l'effet des bas taux
hypothécaires.
Dans la catégorie des logements de
une chambre, on a observé un écart
assez important entre le taux
d'inoccupation et le taux de
disponibilité. On peut l'attribuer en
partie au fait que certains gros
immeubles ont séduit de nombreuses
personnes venues travailler
temporairement dans la région de
Saint John. Les travailleurs qui viennent
s'installer à Saint John pour une durée
déterminée choisissent généralement
de louer un petit appartement situé
près de leur lieu de travail ou du
centre-ville.
Taux d'inoccupation : faible
variation en perspective
D'après les résultats de l'enquête,
10,4 % des logements locatifs étaient
disponibles en octobre 2005 sur le
marché de Saint John. Ce pourcentage
est de 4,7 points supérieur au taux
d'inoccupation. Les taux de
disponibilité tiennent compte à la fois
des unités vacantes et des logements
dont l'occupant a donné ou reçu un
avis de déménagement mais qui n'ont
pas encore été reloués. Ils donnent
une perspective un peu plus large des
tendances à court terme que suit
l'offre de logements locatifs.
Comme nous l'avons mentionné
précédemment, la légère hausse du
taux d'inoccupation dans la région de
Saint John s'explique, du moins
partiellement, par le mouvement
Bien que plusieurs ensembles locatifs
risquent d'être mis en chantier l'an
prochain, aucun changement majeur
n'est attendu sur le marché locatif de
Saint John. D'une part, il est peu
probable que ces immeubles soient
achevés à temps pour être inclus dans
l'univers en 2006. D'autre part, même
s'il se commence des centaines de
logements l'an prochain, les résultats
d'enquête ne devraient pas présenter
de différences importantes, étant
donné que près de 9 000 logements
seront visés par l'enquête à nouveau
en 2006.
On ne prévoit pas d'augmentation
notable de la demande de logements
locatifs en 2006, mais la situation
pourrait changer au cours des années
Les appartements locatifs disponibles ne sont pas
nécessairement vacants
15%
10%
11.0%
6.3%
5%
0%
0.0%
Studios
10.6%
9.9%
1 chambre
Taux d'inoccupation
6.8%
5.3%
2 chambres
4.6%
à venir. Fin octobre, le nombre
mensuel moyen d'emplois pour l'année
2005 s'élevait à 61 650, ce qui
représente une amélioration de 1,1 %
par rapport à l'an dernier. La
croissance de l'emploi a été
particulièrement vigoureuse dans le
secteur des services d'enseignement,
dans celui des services professionnels,
scientifiques et techniques ainsi que
dans celui du commerce. Cependant, la
plupart des postes créés dans ces
industries ont été comblés par des
gens de la région. Le secteur de la
construction est l'un des rares
secteurs capables d'attirer un grand
nombre de travailleurs venant de
l'extérieur. Avec la multitude de gros
projets déjà annoncés ou entamés remise à neuf de la centrale de Point
Lepreau, construction de la centrale
de cogénération et de la canalisation
correspondante, construction du
terminal de gaz naturel liquéfié -, il y a
de bonnes chances que la demande de
logements locatifs s'intensifie pendant
les prochaines années.
Toutefois, un scénario semblable à celui
observé en 2005 est attendu en 2006.
L'emploi va fort probablement
continuer de croître, mais pas au point
où les employeurs devront recruter à
l'extérieur de la région. En
conséquence, le solde migratoire
restera légèrement inférieur à zéro
l'an prochain.
La diminution du nombre
d'accédants à la propriété pourrait
contribuer à la progression de la
demande de logements locatifs. On
s'attend en effet à ce que moins de
locataires accèdent à la propriété en
2006, en raison du renchérissement
des habitations et de la hausse
prévue des taux hypothécaires. Fin
octobre, le prix de vente S.I.A.®
moyen était de 3,1 % plus élevé que
l'an dernier. L'univers locatif n'étant
pas censé prendre beaucoup
d'expansion d'ici la fin de juin, et vu
le repli éventuel du nombre
d'accédants à la propriété, le taux
d'inoccupation devrait fléchir
quelque peu d'ici à l'automne 2006.
Le pourcentage de logements
vacants dans la grande région de
Saint John devrait donc se situer
entre 5,0 et 5,5 % en 2006.
3 chambres ou +
Taux de disponibilité
Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
5
6 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
6
3
0
780
Lepreau
6
0
79
12
Km
18
Musquash
10
ar t i
n on
Westfield
7
1
2
Greenwich
Grand Bay Westfield
Westfield
M
101
84
Saint John
Rothesay
St. M
a
Simonds
r ti ns
0
82
Hampton
Quispamsis
Kingston
5
Petersville
Upham
860
1
111
11
Frontières municipales *
03 - Saint John Nord
le Recensement de 2001, Statistique Canada
05 - Périphérie
02 - Saint John Ouest
* D'après
04 - Saint John Est
ZONES
01 - Saint John Sud
Saint Martins
Zone 1
Zone 2
Zone 3
Zone 4
Zones 1-4
Zone 5
Zones 1-5
DESCRIPTION DES ZONES – RMR DE SAINT JOHN
Saint John Sud : Secteurs à l'ouest du port de Saint John et à l'est de la baie Courtenay.
Saint John Ouest : Tous les secteurs qui bordent la route 1 (nord et sud) et qui sont à l'ouest du port de Saint John.
Saint John Nord : Secteurs de la ville de Saint John qui sont délimités par la route 1 au sud et par la rivière Saint-Jean à
l'ouest.
Saint John Est : Secteurs délimités par la route 1 au nord et par la baie Courtenay à l'ouest.
Ville de Saint John
Périphérie : Comprend les municipalités de Rothesay, de Quispamsis et de Grand Bay-Westfield, le village de St. Martins,
ainsi que les paroisses de Greenwich, Kingston, Musquash, St. Martins, Simonds, Lepreau, Rothesay, Hampton et Simonds.
RMR de Saint John
Redécoupage des zones et révision des secteurs de recensement
Pour un certain nombre de centres, les zones ont été redécoupées afin de les faire mieux correspondre aux quartiers existants
(voir description des zones) et, dans certains cas, leur numérotation a été modifiée. Du même coup, on a procédé à une révision
des secteurs de recensement (dont sont constituées les zones) pour qu’ils soient conformes aux limites établies par Statistique
Canada pour le Recensement de 2001. Ces deux exercices ont eu les conséquences suivantes : il est possible que la taille de
l’univers, le taux d’inoccupation et le loyer moyen indiqués pour l’année 2004 dans les publications sur le marché locatif de
2004 soient différents des chiffres pour 2004 qui apparaissent dans les rapports de 2005.
Tableaux compris dans les Rapports sur le marché locatif
Fournis dans TOUS les Rapports sur le marché locatif
Données sur les appartements d'initiative privée
1.1.1
1.1.2
1.1.3
1.1.4
1.2.1
1.2.2
1.3.1
1.3.2
1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
Taux d'inoccupation (%), selon l'année de construction et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon l'année de construction et le nombre de chambres
Taux d'inoccupation (%), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
Taux d'inoccupation (%), selon la fourchette de loyers et le nombre de chambres
Fournis dans CERTAINS des Rapports sur le marché locatif
Données sur les appartements d'initiative privée
1.3.3
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
Données sur les maisons en rangée d'initiative privée
2.1.1
2.1.2
2.1.3
2.1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
Données sur les appartements et les maisons en rangée d'initiative privée
3.1.1
3.1.2
3.1.3
3.1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
7
1.1.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
5,4
**
4,1
9,2
5,5
33,3
6,2
8,6
**
14,1
25,3
10,8
**
11,0
1 chambre
2004
2005
8,4
7,3
5,0
6,2
7,1
16,5
7,6
5,8
3,5
8,2
5,7
6,1
9,9
6,3
2 chambres
2004
2005
3,4
5,7
4,3
6,4
4,6
8,2
5,2
3,8
3,5
3,8
6,6
4,2
9,1
5,0
3 chambres +
2004
2005
3,2
4,4
5,8
3,8
4,6
0,0
4,5
Tous les log.
2004
2005
2,9
0,6
7,2
5,0
4,5
6,8
4,6
5,5
5,8
4,7
6,0
5,4
9,3
5,8
5,1
2,9
5,9
6,8
5,3
9,2
5,7
1.1.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
**
**
**
**
366
**
366
376
**
388
**
379
**
378
1 chambre
2004
2005
444
387
425
442
432
433
432
451
400
442
442
442
429
441
2 chambres
2004
2005
578
487
531
504
532
465
520
565
511
533
509
534
481
526
3 chambres +
2004
2005
592
504
552
567
557
**
556
**
528
575
**
576
546
575
1.1.3 Univers des appartements d'initiative privée et nombre d'unités vacantes en octobre 2005
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
Tous les log.
Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
26
**
17
9
52
**
54
304
**
121
36
484
**
495
72
10
52
16
151
13
164
1 247
301
636
287
2 471
131
2 601
41
22
56
38
157
67
224
1 064
633
1 473
575
3 746
738
4 484
9
1
33
7
50
2
52
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
8 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
302
197
458
140
1 097
31
1 128
s.o. : Sans objet
147
34
158
71
410
84
494
2 917
1 154
2 688
1 038
7 797
912
8 709
1.1.4 Taux de disponibilité (%) des appartements
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
5,4
**
4,1
13,8
6,0
44,0
7,0
8,9
**
14,1
28,0
11,2
**
11,4
1 chambre
2004
2005
10,4
7,3
6,6
9,5
8,9
17,4
9,3
2 chambres
2004
2005
6,3
4,8
9,0
5,7
6,8
9,9
6,9
4,9
7,1
5,1
8,6
6,0
9,3
6,6
3 chambres +
2004
2005
5,7
4,7
6,4
6,6
5,9
10,6
6,7
4,8
5,9
8,2
5,7
6,6
0,0
6,4
Tous les log.
2004
2005
3,8
0,6
9,1
5,0
5,6
6,8
5,6
7,1
6,8
6,1
8,5
7,0
10,4
7,3
6,1
3,9
7,8
6,9
6,5
10,4
6,9
1.2.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Année de construction
Saint John (RMR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 ou après
Tous les immeubles
8,1
**
2,7
13,3
a.l.e.
6,2
1 chambre
2004
2005
11,1
**
10,7
11,1
**
11,0
8,5
**
5,9
7,5
**
7,6
2 chambres
2004
2005
6,9
**
3,8
7,1
**
6,3
4,5
9,0
3,9
6,6
**
5,2
3 chambres +
2004
2005
3,4
**
4,0
6,4
**
5,0
2,8
**
2,9
**
**
4,5
Tous les log.
2004
2005
2,5
**
4,2
**
**
4,6
5,6
9,8
4,1
7,0
**
5,8
5,0
**
4,6
6,9
**
5,7
1.2.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Année de construction
Saint John (RMR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 ou après
Tous les immeubles
Studios
2004
2005
**
**
379
366
a.l.e.
366
372
**
386
386
**
378
1 chambre
2004
2005
419
**
471
428
**
432
431
**
475
435
**
441
2 chambres
2004
2005
512
**
540
488
**
520
510
**
545
502
**
526
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
3 chambres +
2004
2005
540
**
562
**
**
556
552
**
584
**
**
575
s.o. : Sans objet
Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
9
1.3.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Taille
Saint John (RMR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
**
7,9
**
3,8
**
6,2
1 chambre
2004
2005
17,4
7,6
11,1
6,6
**
11,0
10,2
7,3
1,9
6,2
**
7,6
6,2
6,9
4,1
7,1
**
6,3
2 chambres
2004
2005
5,6
4,8
3,8
8,8
**
5,2
3 chambres +
2004
2005
3,2
5,1
7,0
7,8
**
5,0
3,1
6,9
**
**
**
4,5
Tous les log.
2004
2005
2,8
5,0
29,6
**
**
4,6
6,2
5,8
3,3
6,6
**
5,8
1.3.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Taille
Saint John (RMR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
**
359
**
373
**
366
1 chambre
2004
2005
**
379
352
379
**
378
425
417
**
515
**
432
419
441
447
543
**
441
2 chambres
2004
2005
495
517
**
605
**
520
3 chambres +
2004
2005
485
527
543
635
**
526
539
574
**
**
**
556
555
569
934
**
**
575
1.3.3 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
RMR de Saint John
3-5
2004 2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
6,8
8,3
4,3
2,5
6,1
8,1
6,2
4,3
3,0
6,6
1,9
4,5
6,7
4,6
6-19
2004 2005
4,6
3,8
4,7
6,5
4,8
10,8
5,8
6,3
3,2
4,0
5,6
4,9
10,3
5,8
20-49
2004 2005
**
**
4,1
**
3,3
3,1
3,3
**
**
7,9
8,0
7,0
6,2
6,9
50-99
2004 2005
3,7
a.l.u.
**
7,6
6,6
a.l.e.
6,6
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
10 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
3,7
a.l.u.
a.l.u.
**
7,6
a.l.u.
7,6
100+
2004 2005
a.l.u.
a.l.u.
**
a.l.u.
**
a.l.u.
**
s.o. : Sans objet
a.l.u.
a.l.u.
**
a.l.u.
**
a.l.u.
**
4,6
5,8
6,9
7,6
**
5,7
1.4 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la fourchette de loyers
RMR de Saint John
Fourchette de loyers
Saint John (RMR)
Moins de 400 $
400 à 499 $
500 à 599 $
600 à 699 $
700 à 799 $
800 $ et +
Toutes les fourchettes
Studios
2004
2005
8,3
**
**
**
a.l.e.
a.l.e.
6,2
1 chambre
2004
2005
13,4
7,7
**
**
**
a.l.e.
11,0
5,8
7,0
9,7
**
**
**
7,6
2 chambres
2004
2005
8,0
5,6
4,0
**
**
**
6,3
5,1
5,0
6,2
2,4
**
**
5,2
8,4
3,0
5,2
2,9
**
**
5,0
3 chambres +
2004
2005
**
0,0
3,3
11,0
**
**
4,5
Tous les log.
2004
2005
**
5,0
4,5
0,5
**
**
4,6
6,0
5,4
5,9
8,3
6,8
**
5,8
9,1
4,5
5,0
2,0
5,4
**
5,7
3.1.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
5,4
**
4,1
9,2
5,5
33,3
6,2
8,6
**
14,1
25,3
10,8
**
11,0
1 chambre
2004
2005
8,4
7,3
5,0
6,2
7,1
16,5
7,6
5,8
3,5
8,2
5,7
6,1
9,9
6,3
2 chambres
2004
2005
3,4
5,7
4,3
6,4
4,6
8,2
5,2
3,8
3,5
3,8
6,6
4,2
9,1
5,0
3 chambres +
2004
2005
3,2
4,4
5,4
3,7
4,4
0,0
4,3
Tous les log.
2004
2005
2,9
0,6
6,6
5,0
4,4
6,8
4,4
5,5
5,8
4,7
5,9
5,3
9,3
5,8
5,1
2,9
5,8
6,8
5,2
9,3
5,7
3.1.2 Loyer moyen ($) des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
**
**
**
**
366
**
366
376
**
388
**
379
**
378
1 chambre
2004
2005
444
387
425
442
432
433
432
451
400
442
442
442
429
441
2 chambres
2004
2005
578
487
531
504
532
465
520
565
511
533
509
534
481
526
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
3 chambres +
2004
2005
592
504
552
567
557
**
556
**
528
595
**
585
546
584
s.o. : Sans objet
Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
11
3.1.3 Univers des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée et nombre d'unités vacantes
en octobre 2005, selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
Tous les log.
Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers Vacants Univers
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
26
**
17
9
52
**
54
304
**
121
36
484
**
495
72
10
52
16
151
13
164
1 247
301
636
287
2 471
131
2 601
41
22
56
38
157
68
225
1 064
633
1 473
575
3 746
744
4 490
9
1
33
7
50
2
52
302
197
499
140
1 138
31
1 169
147
34
158
71
410
85
495
2 917
1 154
2 729
1 038
7 838
918
8 756
3.1.4 Taux de disponibilité (%) des appartements et des maisons en rangée d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Saint John
Studios
2004
2005
Zone
Zone 1 - Sud
Zone 2 - Ouest
Zone 3 - Nord
Zone 4 - Est
Ville de Saint John (zones 1-4)
Zone 5 - Périphérie
Saint John (RMR)
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
8,9
**
14,1
28,0
11,2
**
11,4
1 chambre
2004
2005
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
6,3
4,8
9,0
5,7
6,8
9,9
6,9
2 chambres
2004
2005
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
5,7
4,7
6,4
6,6
5,9
10,6
6,7
3 chambres +
2004
2005
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon
12 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
Tous les log.
2004
2005
3,8
0,6
8,3
5,0
5,4
6,8
5,4
s.o. : Sans objet
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
s.o.
6,1
3,9
7,7
6,9
6,4
10,5
6,9
MÉTHODE D’ENQUÊTE
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) mène l’Enquête sur les logements locatifs (ELL) chaque année en
octobre pour mesurer les forces en présence sur le marché locatif. L’Enquête porte sur un échantillon de logements pris dans tous les
centres urbains de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles qui comptent au moins trois logements locatifs et qui sont sur le
marché depuis au moins trois mois sont inclus. Les données sont recueillies par secteur d’initiative (publique ou privée) et par type de
logements (appartements ou maisons en rangée). Les enquêteurs obtiennent des données sur les unités vacantes pour tous les
immeubles compris dans l’échantillon. Les données sur les loyers du marché ne se rapportent qu’aux immeubles d’initiative privée, et
les données sur la disponibilité sont recueillies seulement pour les ensembles d’appartements ou de maisons en rangée d’initiative
privée. La plupart des résultats diffusés dans la présente publication portent sur les immeubles d’appartements d’initiative privée.
L’Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l’information est obtenue du propriétaire, du gestionnaire ou du concierge. L’Enquête a
lieu pendant les deux premières semaines d’octobre, et ses résultats reflètent la conjoncture du marché à ce moment-là.
Définitions
Logement disponible : Un logement locatif est considéré comme étant disponible si le locataire actuel a envoyé ou reçu un avis de
déménagement officiel et qu’aucun nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le logement est vacant (voir la définition de
« logement vacant »).
Loye r : Montant réel que les locataires paient pour leur logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des commodités et services,
comme le chauffage, l’éclairage, le stationnement et l’eau chaude, sont inclus ou non dans le loyer. Dans le cas des logements
disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant demandé par le propriétaire.
Les chiffres sur les loyers moyens figurant dans la présente publication donnent une bonne indication du montant que paient les
locataires selon la taille des logements et le secteur géographique. Les services comme le chauffage, l’éclairage et l’eau chaude peuvent
être inclus ou non dans le loyer. Le loyer moyen peut varier sans qu’il y ait eu hausse ou baisse des loyers exigés dans un immeuble
donné. Toute variation du loyer moyen d’une année à l’autre n’est pas nécessairement significative sur le plan statistique à cause
d’autres facteurs, notamment la variabilité des loyers.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements offerts en location, dont un ou plus n’a pas
d’entrée privée. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements locatifs compris dans
les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements contigus avec entrée privée qui
sont offerts en location. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements locatifs
compris dans les ensembles. Les logements (ou maisons) en rangée sont parfois appelés logements en bande.
Logement vacant : Un logement est considéré comme étant vacant s’il n’est pas occupé au moment de l’enquête et qu’il pourrait
l’être immédiatement.
Définition des secteurs de recensement utilisés dans la présente publication
Une région métropolitaine de recensement (RMR) ou une agglomération de recensement (AR) est formée d’une ou de plusieurs
municipalités adjacentes situées autour d’une grande région urbaine (appelée noyau urbain). Un noyau urbain doit compter au moins
10 000 habitants pour former une AR et au moins 100 000 habitants pour former une RMR. Pour être incluses dans une RMR ou une
AR, les municipalités adjacentes doivent avoir un degré d’intégration élevé avec la région urbaine centrale, lequel est déterminé par le
pourcentage de navetteurs établi d’après les données du recensement sur le lieu de travail. Les RMR et les AR englobent des
municipalités ou des subdivisions de recensement.
Toutes les données figurant dans la présente publication sont fondées sur les définitions du Recensement de 2001 de Statistique
Canada.
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs n’aurait pas pu être effectuée sans la collaboration des propriétaires, gestionnaires et concierges
d’immeubles des différentes régions du Canada. La SCHL apprécie grandement leur travail acharné ainsi que l’aide qu’ils lui apportent
en fournissant de l’information exacte en temps voulu. Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information
qui profitera à l’ensemble du secteur de l’habitation.
Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
13
Renseignements et abonnement
Pour obtenir plus de renseignements sur la présente publication ou sur tout aspect du marché de l’habitation de
Saint John, veuillez communiquer avec notre service à la clientèle au 902-426-4708 ou à l’adresse électronique
suivante : mmerrick@cmhc-schl.gc.ca
Pour en savoir davantage sur les produits et services du Centre d’analyse de marché ou pour vous abonner à une de
nos publications, visitez le site
www.schl.ca/infomarche/magasin/
Pour obtenir des renseignements sur d’autres produits et services offerts par la SCHL, visitez le site
www.schl.ca
This publication is also available in English under the title Rental Market Report.
0 7/ 12 / 2 0 0 5
© 2005 Société canadienne d’hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La reproduction, le stockage dans un système de recherche documentaire ou la
transmission d’un extrait quelconque de cette publication, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, par photocopie, enregistrement ou autre
moyen, sont interdits sans l’autorisation préalable écrite de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Sans que ne soit limitée la généralité de ce qui précède,
il est de plus interdit de traduire un extrait de cette publication sans l’autorisation préalable écrite de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. Les
renseignements, analyses et opinions contenus dans cette publication sont fondés sur des sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni la
Société canadienne d’hypothèques et de logement ni ses employés n’en assument la responsabilité.
14 Rapport sur le marché locatif, RMR de Saint John  Octobre 2005
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising