R a p p o r t s u... logem en ts loc atifs

R a p p o r t   s u... logem en ts   loc atifs
R
a pport sur les
l o ge m e n t s l o c at ifs
Société canadienne d’hypothèques et de logement
w w w. c m h c . c a
Saskatoon : le taux d’inoccupation
moyen augmente tandis que les
loyers se stabilisent
Le taux d’inoccupation moyen atteint un sommet inégalé en
treize ans
L
’émigration et l’accession à la propriété
par des ménages locataires continuent
à soutenir la hausse de l’inoccupation
des propriétés résidentielles locatives à
Saskatoon. Selon les résultats de l’Enquête
sur les logements locatifs réalisée tous les ans
par la Société canadienne d’hypothèques et
de logement (SCHL), le taux d’inoccupation
moyen observé dans les immeubles
d’initiative privée comptant au moins trois
appartements offerts en location s’est accru
de près de deux points de pourcentage
pour s’élever à 6,3 %; il s’établissait à 4,5 %
en 2003. Il s’agit de la cinquième hausse
annuelle consécutive du taux d’inoccupation
moyen; celui-ci a ainsi atteint son plus haut
niveau depuis 1991, année où il s’était fixé
à 6,1 %.
En 2005, la migration et les taux d’intérêt seront
plus favorables aux marchés locatifs. Toutefois,
des pressions à la hausse continueront de
s’exercer sur le taux d’inoccupation, puisque
des investisseurs auraient acheté des maisons
en rangée neuves dans le but de les offrir
en location; ces logements pourraient alors
intéresser des locataires résidant dans des
immeubles sans ascenseur.
Taux d’inoccupation (%) des appartements - Octobre 2004
ANALYSE
1 Le taux d’inoccupation moyen atteint
un sommet inégalé en treize ans
1 Carte des zones d’enquête
3 Perspectives du marché locatif
Le taux d’inoccupation moyen diminuera
pour s’établir à 4,5 % en 2005
3 Survol de l’économie
Des gains sont prévus du côté de l’emploi
4 Aperçu national
8 Méthode d’enquête
TABLEAUX STATISTIQUES
5 Taux d’inoccupation des
appartements
5 Loyers moyens des appartements
5 Nombre d’appartements vacants et
nombre total d’appartements
6 Nombre de maisons en rangée
inoccupées et univers des maisons en
rangée
6 Loyers moyens des maisons en
rangée
5
rcl
e
Ci
22nd Street
11th Street
6
20,4
7 Taux d’inoccupation des
appartements
3,8
7 Loyers moyens des appartements
4
2,7
33rd Street
1
2,5
2
2,8
Circle Drive
8th Street
Circle Drive
11,7
Dr
ive
Idylwyld Drive
2,5
2,8
2,7
2,7
3,8
20,4
11,7
7
N
S o m m a i r e :
6 Taux d’inoccupation des m aisons en
rangée
Octobre 2004
Zone 1
Zone 2
Zone 3
Zone 4
Zone 5
Zone 6
Zone 7
SASK ATOON 2004
3
2,7
7 Taux d’inoccupation des
appartements
8 Taux de disponibilité et taux
d’inoccupation des appartements
Le taux d’inoccupation le
plus élevé est enregistré
dans le sud-ouest de
Saskatoon
Le taux d’inoccupation moyen variait
grandement d’un secteur à l’autre de la ville.
Tout comme en 2003, le taux d’inoccupation
moyen des appartements le plus élevé en
ville est celui de la zone d’enquête sud-ouest;
il a augmenté de près de cinq points de
pourcentage par rapport à 2003 et dépasse
maintenant les 20 %. Cette zone représente
13 % du parc locatif visé par l’Enquête, mais
compte 42 % des logements vacants.
Selon les données du Recensement de
2001 de Statistique Canada, les quartiers
du sud-ouest de Saskatoon comptent une
forte proportion de jeunes. Or, ceux-ci sont
généralement très mobiles, et une grande
mobilité entraîne habituellement une hausse
des taux d’inoccupation des appartements.
De surcroît, selon des propriétaires-bailleurs,
c’est dans les quartiers de cette zone que le
revenu des ménages est le plus faible dans la
ville, ce qui limite la capacité des d’exiger des
hausses de loyer suffisantes pour couvrir les
frais d’entretien élevés, d’où une détérioration
du parc locatif. Ceci rend ces ensembles moins
attrayant pour les locataires, ce qui entraîne
des taux d’inoccupation moyen plus élevés.
Le taux d’inoccupation
dans la zone nord-est de
Saskatoon s’améliore
Comme on s’y attendait, le taux d’inoccupation
dans la zone nord-est, qui était monté en 2003
par suite de l’ajout au parc locatif de logements
neufs, est presque retourné cette année aux
niveaux enregistrés antérieurement. Le taux
d’inoccupation moyen dans ces quartiers,
situés à proximité de l’Université de la
Saskatchewan et de l’hôpital Royal University,
est passé de 3,9 %, en octobre 2003, à 2,7 %,
un an plus tard.
Graphique 1
Taux d’inoccupation des appartements
selon la zone
Saskatoon: Apartment Vacancy Rates by Area
Saskatoon
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-est
Nord
Sud-ouest
Ouest
Périphérie
2003
2004
RMR Saskatoon
0
5
10
15
En pourcentage
Source : SCHL (Enquête sur les logements locatifs de 2004)
2
20
25
Les taux d’inoccupation moyens les plus
bas ont été enregistrés au centre-ville de
Saskatoon, à Nutana, à Lakeview et dans la
zone nord-est. Dans ces zones, les taux étaient
inférieurs à 3 %. Ce niveau est considéré par
les intervenants du secteur comme indicatif
d’un marché équilibré, c’est-à-dire un
marché qui ne favorise ni les locataires ni les
propriétaires-bailleurs. Toutefois, selon les
résultats de l’Enquête, le taux d’inoccupation
moyen a progressé dans tous ces secteurs, à
l’exception de la zone nord-est de Saskatoon.
Dans la zone nord de Saskatoon, le taux
d’inoccupation moyen a considérablement
augmenté. Il est passé de 0,8 %, en 2003,
à 3,8 %, en 2004. Cette hausse est
essentiellement attribuable aux locataires à
revenu élevé de ces quartiers qui ont accédé
à la propriété.
L’Enquête sur la disponibilité des logements
laisse prévoir une hausse du taux de rotation
En 2004, la SCHL a mené, pour la première fois,
l’Enquête sur la disponibilité des logements. On
considère qu’un logement locatif est disponible
si le locataire actuel a envoyé ou reçu un avis
de déménagement officiel et qu’aucun autre
nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore
si le logement est vacant. De par sa définition,
le taux de disponibilité sera toujours égal ou
supérieur au taux d’inoccupation.
à Saskatoon, le taux de disponibilité des
appartements était de 8,5 % en 2004 - presque
trois points de pourcentage plus élevé que le
taux d’inoccupation. Dans les quartiers du
sud-ouest de Saskatoon, la zone avec le taux
d’inoccupation le plus élevé dans la RMR, le
taux de disponibilité s’établit à 22,5 %, près de
deux points de pourcentage plus élevé que le
taux d’inoccupation.
Diffusion de données
sur la disponibilité des
logements locatifs
Cette année, pour la première fois, l’Enquête
sur les logements locatifs a recueilli des données
concernant la disponibilité des logements sur
le marché locatif. Les propriétaires-bailleurs
devaient répondre à la question « Combien
de vos logements – studios, logements de
une chambre, logements de deux chambres,
logements de trois chambres et logements de
quatre chambres et plus – sont disponibles en
ce moment? ». (On dit d’un logement qu’il est
« disponible » si le locataire actuel a envoyé
ou reçu un avis de déménagement officiel.). À
Saskatoon, les données indiquent que le taux
de disponibilité réel se situe à 8,5 %, soit près
de trois points de pourcentage de plus que le
taux d’inoccupation. Dans les quartiers du sud-
Rappor t sur les logements locatifs, Saskatoon, 20 04
ouest de Saskatoon, le taux de disponibilité
s’établit à 22,5 %.
Une légère hausse des
loyers est observée à
Saskatoon
Le loyer moyen, toutes catégories de logement
confondues, s’est accru de 0,4 %, ou de 2 $
par mois. Si l’on tient compte de l’inflation,
les propriétaires-bailleurs de Saskatoon ont
essuyé une légère baisse du loyer moyen.
Les loyers des logements de une chambre et
de deux chambres ont progressé de moins
de 1 %. Une aussi faible augmentation n’a
pas été signalée depuis 1993 dans le cas des
appartements de une chambre et depuis 1994
dans celui des deux chambres. Saskatoon
occupe le cinquième rang parmi l’ensemble
des RMR du pays pour ce qui est des loyers
des logements de deux chambres les plus bas,
et le premier rang dans l’Ouest canadien. Le
loyer mensuel moyen des appartements de
une chambre s’est établi à 472 $ en 2004,
ce qui représente une hausse de seulement
3 $ en regard de celui enregistré en 2003,
tandis que celui des appartements de deux
chambres s’est fixé à 580 $, soit 4 $ de plus
que l’année dernière. En raison de la montée
des taux d’inoccupation, les propriétairesbailleurs pouvaient difficilement exiger des
hausses de loyer suffisantes pour compenser
la progression des coûts d’exploitation et
d’entretien.
C’est dans la zone nord-est de Saskatoon que
le loyer moyen global le plus élevé – 578 $ – a
été signalé. Dans cette zone, la demande
provenant des étudiants et l’offre de logements
de construction récente permettent de
réclamer des loyers plus hauts. Le deuxième
loyer mensuel moyen en importance (572 $) a
été enregistré à Lakeview. Ce secteur compte
lui aussi une forte population étudiante en
raison de la proximité de l’Université de la
Saskatchewan, ce qui alimente la demande.
L’accès facile à l’hôpital Royal University – un
important employeur – joue également un
rôle.
C’est dans les quartiers sudouest que le loyer est le plus
bas
Le loyer mensuel moyen le plus bas, toutes
catégories de logements confondues, a
été enregistré dans la zone sud-ouest de
Saskatoon. Il a baissé de 2 $ en 2004 pour
s’établir à 437 $. Une forte proportion (68 %)
des logements locatifs de Riversdale, de King
George, de Pleasant Hill, de Meadow Green et
d’autres quartiers de la zone ont été construits
entre 1970 et 1979. Les coûts associés à
Sommaire
l’exploitation et à l’entretien d’immeubles
de cet âge peuvent être relativement élevés,
mais le revenu des ménages de cette zone
est faible. Par conséquent, il est difficile pour
les propriétaires-bailleurs d’exiger des loyers
suffisants pour maintenir les logements en bon
état, vu les coûts croissants d’exploitation et
d’entretien. La détérioration des propriétés
qui en découle nourrit le cycle de montée des
taux d’inoccupation et de baisse des revenus
bruts.
Les questions supplémentaires posées aux
propriétaires et aux gestionnaires d’immeubles
de Saskatoon ont permis d’apprendre que, dans
13,4 % des immeubles visés par l’Enquête, on
utilise une certaine forme de stimulant pour
attirer de nouveaux locataires et conserver
les locataires existants. La mesure incitative la
plus courante est la remise de loyer. On a plus
souvent recours à cette méthode dans les zones
d’enquête ouest et sud-ouest, où on l’applique
dans plus de 20 % des immeubles locatifs.
Pour en savoir plus, communiquez avec:
Paul Caton
Analyste principal de marché
Téléphone : Saskatoon 306-975-4897
Regina : 306-780-5889
Toll free : 1-877-722-2642
Télécopieur : 306-975-6066
Toll free télécopieur : 1-877-500-2642
Courrier électronique :
pcaton@cmhc-schl.gc.ca
Perspectives du marché locatif
Le taux d’inoccupation moyen diminuera pour s’établir à 4,5 % en 2005
7,0
6,3
6,0
5,0
4,4
4,5
4,0
3,7
3,0
2,9
2,7
1,8
2,0
1,7
1,0
1,0
0,9 0,8 0,9
0,7
04
03
20
02
20
01
20
00
20
99
20
98
19
97
19
96
19
95
19
19
94
0,0
93
Les gains potentiels pouvant être réalisés
en 2005 au chapitre des loyers seront limités
par l’offre abondante sur le marché locatif et
par les inscriptions d’habitations existantes
de prix relativement modeste. Les coûts
d’exploitation et d’entretien augmentent pour
tous les types de logement locatif, mais les
RMR, 2004
En pourcentage
19
L’offre abondante freinera la
progression des loyers
Graphique 2
TauxCMA,
d’inoccupation,
grandes
Saskatoon
Apartment Vacancy Rates:
1992 to 2004
92
jeunes couples. Ce phénomène a occasionné
un accroissement de l’offre de logements
avec entrée privée – type de logements
recherché –, d’où une réduction de la
demande d’appartements situés dans des
immeubles sans ascenseur. Les perspectives
économiques pour les secteurs clés laissent
présager que la situation du revenu sera
bonne. Par conséquent, en 2005, le loyer
moyen devrait augmenter plus rapidement
que l’inflation dans la RMR.
19
ous l’effet conjugué d’une hausse de
l’immigration, d’une majoration des taux
d’intérêt et de prix limitant l’accession à la
propriété, le taux d’inoccupation moyen
régressera pour se fixer à 4,5 % en 2005.
Deux facteurs feront en sorte que le taux
d’inoccupation ne se retrouve pas au bas
niveau observé en 1999 à Saskatoon (cette
année-là, le taux s’était établi à 1 %, ce qui
correspondait au plus faible pourcentage
enregistré parmi les RMR). D’abord, la
zone sud-ouest de Saskatoon compte un
grand nombre d’ensembles collectifs qui
sont tombés dans le cercle vicieux des
hauts taux d’inoccupation et des faibles
loyers. Depuis de nombreuses années,
c’est dans cette zone qu’est observé le
taux d’inoccupation le plus élevé de la ville.
Ensuite, de petits investisseurs achètent de
modestes maisons en rangée neuves afin de
les donner en location à des étudiants ou de
19
S
Source : SCHL (Enquête sur les logements locatifs de 2004)
possibilités de hausses de loyers, et l’ampleur
de ces hausses, sont fonction du revenu des
ménages de la zone de la ville où est situé la
propriété
Survol de l’économie
Des gains sont prévus du côté de l’emploi
À
Saskatoon, on devrait dénombrer
2 000 emplois de plus en 2005.
Les gains réalisés au chapitre du revenu
en 2004 se traduiront par des dépenses
de consommation accrues l’an prochain et
alimenteront l’emploi dans le commerce
de détail. Les perspectives d’emploi dans
le secteur des mines, du pétrole et du
gaz naturel sont favorables en raison de
l’amélioration des marchés mondiaux
de l’uranium et de la potasse, et de
l’augmentation du prix du pétrole et du
gaz naturel. L’exportation de produits
fabriqués se trouvera également stimulée
par la croissance continue de l’économie
mondiale.
Les taux hypothécaires
monteront avec l’expansion
de l’économie canadienne
L’économie canadienne fonctionnant presque
à pleine capacité, il faudra réduire encore
davantage les stimulants monétaires pour
éviter d’accroître les tensions inflationnistes.
La conjoncture économique continuant de
s’améliorer en 2005, la Banque devra relever à
nouveau son taux de financement à un jour.
Les taux affichés pour les prêts hypothécaires
fermés de un an, trois ans et cinq ans devraient
demeurer à peu près inchangés ou n’augmenter
que légèrement jusqu’à la fin de 2004, puisqu’ils
ont déjà suivi le mouvement à la hausse
des rendements obligataires, plus tôt cette
année. En 2005, ces taux devraient se situer,
respectivement, dans les fourchettes suivantes :
4,75-6,00 %, 6,00-7,00 % et 6,75-7,75 %.
Les renseignements, analyses et opinions contenus dans la présente publication sont fondés sur diverses sources jugées fiables, mais dont l’exactitude ne peut être
garantie. Ces renseignements, analyses et opinions ne constituent pas des déclarations pouvant engager la responsabilité de la SCHL ou celle de ses employés.
Sommaire
Rappor t sur les logements locatifs, Saskatoon, 20 04
3
Aperçu national
Graphique 3
Le taux d’inoccupation national des appartements augmente
L
e taux d’inoccupation moyen des
appartements locatifs dans les 28 principaux
centres du Canada a atteint 2,7 % en
octobre 2004, après s’être établi à 2,2 % un an
auparavant. Bien qu’il s’agisse de sa troisième
hausse annuelle de suite, le taux d’inoccupation
reste inférieur à la moyenne de 3,3 % calculée
pour la période allant de 1992 à 2003.
L’augmentation de cette année s’explique par
divers facteurs. Grâce à la faiblesse des taux
hypothécaires, les charges de remboursement
hypothécaire sont demeurées peu élevées.
L’accession à la propriété est donc devenue à
la portée de nombreux ménages locataires, ce
qui a fait diminuer la demande de logements
locatifs. En outre, il s’achève encore beaucoup de
copropriétés, lesquelles concurrencent le marché
locatif et contribuent ainsi à la progression
des taux d’inoccupation. Les habitations en
copropriété sont des types de logements assez
abordables pour lesquels bien des ménages
locataires optent lorsqu’ils accèdent à la
propriété. Par ailleurs, les copropriétés ajoutent
au marché locatif parce que, dans certains cas,
elles sont acquises par des investisseurs qui les
offrent en location. L’accroissement des taux
Taux d’inoccupation (%) des
appartements par région métropolitaine
de rececensement (RMR)
Loyer moyen ($) des appartements
de deux chambres par région
métropolitaine de recensement (RMR)
RMR
Abbotsford
Calgary
Edmonton
Gatineau
Halifax
Hamilton
Kingston
Kitchener
London
Montréal
Oshawa
Ottawa
Québec
Regina
Saguenay
Saint John
St. Catharines-Niagara
St. John’s
Saskatoon
Sherbrooke
Greater Sudbury
Thunder Bay
Toronto
Trois-Rivières
Vancouver
Victoria
Windsor
Winnipeg
CANADA
4
2003
2,5
4,4
3,4
1,2
2,3
3,0
1,9
3,2
2,1
1,0
2,9
2,9
0,5
2,1
5,2
5,2
2,7
2,0
4,5
0,7
3,6
3,3
3,8
1,5
2,0
1,1
4,3
1,3
2,2
2004
2,8
4,3
5,3
2,1
2,9
3,4
2,4
3,5
3,7
1,5
3,4
3,9
1,1
2,7
5,3
5,8
2,6
3,1
6,3
0,9
2,6
5,0
4,3
1,2
1,3
0,6
8,8
1,1
2,7
RMR
Abbotsford
Calgary
Edmonton
Gatineau
Halifax
Hamilton
Kingston
Kitchener
London
Montréal
Oshawa
Ottawa
Québec
Regina
Saguenay
Saint John
St. Catharines-Niagara
St. John’s
Saskatoon
Sherbrooke
Greater Sudbury
Thunder Bay
Toronto
Trois-Rivières
Vancouver
Victoria
Windsor
Winnipeg
CANADA
Rappor t sur les logements locatifs, Saskatoon, 20 04
2003
672
804
722
639
720
778
768
754
736
575
845
932
567
589
457
504
704
607
576
471
651
672
1 040
436
965
789
776
645
728
2004
684
806
730
663
747
789
785
765
758
594
852
940
596
602
459
520
722
618
580
495
655
679
1 052
457
984
799
776
664
745
Taux d’inoccupation dans les
Vacancy Rates
for Major
Canadian CMAs:
2004
grandes
RMR
du Canada
en
2004
Halifax
Québec
Montreal
Ottawa
Toronto
Winnipeg
Regina
Saskatoon
Calgary
Edmonton
Vancouver
Canada
1,1
2,9
1,5
1,1
3,9
4,3
2,7
4,3
1,3
6,3
5,3
2,7
0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 5,0 5,5 6,0 6,5 7,0
Pourcentage
Source : Enquête sur les logements locatifs de la SCHL, 2004
d’inoccupation tient également aux achèvements
d’appartements locatifs, qui ont fait croître l’offre
dans certains centres.
Même si les taux d’inoccupation ont monté
dans de nombreux centres, beaucoup de
ménages consacrent plus de 30 % de leur
revenu au paiement du loyer. Ces ménages
ont besoin d’un logement plus abordable ou
doivent obtenir de l’aide pour réduire leurs
frais de logement mensuels. Dans certains cas,
toutefois, il n’y a pas suffisamment de logements
vacants pour répondre aux besoins de tous les
ménages éprouvant des besoins impérieux en
matière de logement; il arrive par exemple
que certains doivent vivre dans une habitation
surpeuplée. Par conséquent, la nécessité de
produire des logements abordables persiste.
Depuis octobre 2003, les taux d’inoccupation
ont augmenté dans 21 des 28 principaux
centres du Canada. Les plus élevés ont été
enregistrés à Windsor (8,8 %), Saskatoon,
Saint John (N.-B.), Edmonton, Saguenay et
Thunder Bay, et les plus bas, à Victoria (0,6 %),
Sherbrooke, Québec, Winnipeg, Trois-Rivières
et Vancouver.
Le loyer moyen des appartements de deux
chambres s’est accru dans tous les principaux
centres, sauf à Windsor, où il est resté
inchangé. Les plus fortes hausses ont eu
lieu à Sherbrooke et Québec (5,1 %), ainsi
qu’à Trois-Rivières (4,8 %). Des gains d’au
moins 3 % ont été relevés à Trois-Rivières,
Halifax, Gatineau, Montréal, Saint John (N.B.) et London. C’est à Toronto, Vancouver
et Ottawa que les appartements de deux
chambres se louent le plus cher en moyenne
(soit respectivement 1 052, 984 et 940 $ par
mois) et à Trois-Rivières et Saguenay qu’ils
sont les plus abordables (457 et 459 $).
Une nouvelle mesure, appelée « taux de
disponibilité », a été introduite cette année
à titre d’essai pour les 28 principaux centres
du Canada. En octobre 2004, le taux de
disponibilité moyen des appartements locatifs
dans ces régions s’élevait à 3,9 %.
Sommaire
Tableau 1
Taux d’inoccupation (%) des appartements
Secteur
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
Selon la zone et le nombre de chambres – RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2,0
2,5
9,7
4,1
1,0
2,5
1,6
2,1
2,4
2,8
1,7
4,2
1,7
3,0
3,2
2,6
1,7
2,7
**
3,4
1,9
2,8
1,8
2,9
3,9
2,7
**
1,3
0,2
1,9
6,0
3,0
0,8
3,8
0,0
0,0
0,0
2,1
1,4
5,1
15,3
20,4
9,3
26,4
12,3
15,0
18,4
23,6
6,2
11,7
0,0
16,7
8,0
10,3
6,2
12,6
4,4
6,3
4,5
5,6
3,1
4,8
5,3
7,2
7,5
5,4
**
**
10,5
5,3
10,0
8,0
4,5
6,3
4,5
5,6
3,2
4,8
5,4
7,2
Trois chambres et +
2003
2004
**
2,2
**
0,0
0,7
0,7
**
8,3
0,0
0,0
11,1
21,4
3,3
9,5
5,1
9,4
0,0
0,0
5,0
9,2
Tableau 2
Loyers moyens ($) des appartements
Secteur
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
Selon la zone et le nombre de chambres - RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
568
566
376
374
516
515
674
672
507
519
358
364
460
467
573
593
569
572
**
376
483
483
587
595
580
578
**
397
481
488
636
645
542
539
427
414
484
484
581
579
439
437
**
315
384
381
461
459
533
529
392
396
471
469
551
545
530
532
371
372
470
472
577
582
**
**
**
**
**
**
**
**
529
531
371
372
469
472
576
580
Trois chambres et +
2003
2004
**
706
**
**
695
695
**
**
636
630
533
536
600
595
636
630
**
**
635
628
Tableau 3
Nombre d’appartements vacants et nombre total d’appartements (univers)
Secteur
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
A.L.U. - aucun logement dans l’univers
Sommaire
RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
66
2 653
10
242
34
1 345
111
3 907
11
258
57
1 910
58
2 132
1
29
14
506
36
1 339
1
76
9
475
50
1 320
0
24
11
513
416
2 035
11
43
106
709
240
2 057
5
30
55
534
977
15 443
39
702
286
5 992
5
93
**
**
1
19
982
15 536
39
703
287
6 011
A.L.E. - aucun logement dans l’échantillon
Deux chambres
Vacants
Total
21
1 021
43
1 660
42
1 446
22
740
39
766
252
1 068
156
1 241
575
7 942
4
50
579
7 992
Trois chambres et +
Vacants
Total
1
45
0
79
1
151
4
48
0
17
46
215
24
252
76
807
0
23
76
830
** Échantillon trop petit pour permettre la publication de données fiables
Rappor t sur les logements locatifs, Saskatoon, 20 04
5
Tableau 4
Nombre de maisons en rangée inoccupées et univers des maisons en rangée
Secteur
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
5
43
A.L.U.
A.L.U.
**
**
18
340
**
**
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
0
70
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
**
**
**
**
8
32
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
**
**
A.L.U.
A.L.U.
**
**
63
838
**
**
1
27
6
73
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
69
911
**
**
1
27
Deux chambres
Vacants
Total
4
27
7
171
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
**
**
**
**
28
301
6
64
34
365
Trois chambres et +
Vacants
Total
1
8
11
161
**
**
0
60
**
**
5
20
**
**
33
508
**
**
33
517
Tableau 5
Taux d’inoccupation (%) des maisons en rangée selon la zone et
Secteur
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
2003
2004
2,3
11,6
1,2
5,3
**
**
0,0
0,0
**
**
8,3
25,0
5,0
**
3,0
7,5
5,3
8,2
3,2
7,6
RMR de Saskatoon
Studios
Une chambre
2003
2004
2003
2004
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
0,0
3,7
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
**
**
0,0
3,7
Deux chambres
2003
2004
0,0
14,8
1,2
4,1
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
12,5
**
**
**
1,7
9,3
6,1
9,4
2,3
9,3
Trois chambres et +
2003
2004
12,5
12,5
1,2
6,8
**
**
0,0
0,0
**
**
5,0
25,0
**
**
4,1
6,5
**
**
4,0
6,4
Tableau 6
Loyers moyens ($) des maisons en rangée
Area
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
A.L.U. - aucun logement dans l’univers
6
Selon la zone et le nombre de chambres - RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
**
**
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
716
716
**
**
**
**
673
674
**
**
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
758
**
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
585
**
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
545
**
592
**
A.L.U.
A.L.U.
**
**
**
**
654
637
**
**
443
456
614
595
498
528
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
A.L.U.
**
516
644
628
**
**
443
456
596
582
A.L.E. - aucun logement dans l’échantillon
Rappor t sur les logements locatifs, Saskatoon, 20 04
Trois chambres et +
2003
2004
447
**
771
773
**
**
786
**
**
**
617
**
**
**
695
673
**
**
693
671
** Échantillon trop petit pour permettre la publication de données fiables
Sommaire
Tableau 7
Taux d’inoccupation (%) des appartements
Selon l’année d’achèvement et le nombre de chambres - RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
2003
2004
Secteur
Studios
2003
2004
Une chambre
2003
2004
Deux chambres
2003
2004
Trois chambres et +
2003
2004
Année non fournie
**
**
**
**
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
Avant 1940
3,3
5,9
**
**
0,6
5,7
**
3,2
**
**
De 1940 à 1959
6,9
4,8
**
3,2
4,0
2,5
8,9
9,9
8,8
10,9
De 1960 à 1974
3,9
4,9
2,7
5,1
3,0
4,1
5,2
5,5
**
12,0
De 1975 à 1984
4,6
8,0
1,5
5,9
3,7
5,9
5,1
9,0
5,3
9,3
De 1985 à 1994
2,6
3,7
0,0
0,0
1,0
2,1
3,1
4,3
3,2
3,7
1995 et années suivantes
15,3
0,0
A.L.U.
A.L.U.
4,6
0,0
17,9
0,0
**
**
Tous les logements
4,5
6,3
4,5
5,6
3,2
4,8
5,4
7,2
5,0
9,2
Tableau 8
Loyers moyens ($) des appartements
Selon l’année d’achèvement et le nombre de chambres – RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
2003
2004
Secteur
Studios
2003
2004
Une chambre
2003
2004
Deux chambres
2003
2004
Trois chambres et +
2003
2004
Année non fournie
**
**
A.L.E.
A.L.E.
**
**
**
**
A.L.U.
A.L.U.
Avant 1940
457
460
**
**
462
455
**
538
**
**
De 1940 à 1959
455
451
**
353
411
415
529
544
738
742
De 1960 à 1974
506
510
365
367
458
462
576
585
**
700
De 1975 à 1984
537
534
395
394
477
478
562
560
621
610
De 1985 à 1994
611
618
549
549
537
543
630
642
660
630
1995 et années suivantes
737
728
A.L.U.
A.L.U.
629
634
758
749
**
**
Tous les logements
529
531
371
372
469
472
576
580
635
628
Tableau 9
Taux d’inoccupation (%) des appartements
Selon le nombre de logements dans l’immeuble et le nombre de chambres - RMR de Saskatoon
Secteur
Tous log. confondus
2003
2004
Studios
2003
2004
Une chambre
2003
2004
Deux chambres
2003
2004
Trois chambres et +
2003
2004
De 3 à 5 logements
4,6
5,4
0,0
6,7
2,2
3,5
6,5
7,3
7,5
5,7
De 6 à 19 logements
6,3
6,6
4,5
6,9
4,5
4,6
8,5
8,9
6,2
5,8
De 20 à 49 logements
4,5
8,2
7,6
6,2
3,6
6,3
4,9
9,2
4,6
9,8
De 50 à 99 logements
2,6
3,3
1,0
2,9
0,5
3,6
4,0
2,2
3,9
13,3
100 logements et +
1,0
0,6
**
**
0,6
1,0
1,3
0,4
**
**
TOTAL
4,5
6,3
4,5
5,6
3,2
4,8
5,4
7,2
5,0
9,2
A.L.U. - aucun logement dans l’univers
Sommaire
A.L.E. - aucun logement dans l’échantillon
** Échantillon trop petit pour permettre la publication de données fiables
Rappor t sur les logements locatifs, Saskatoon, 20 04
7
Tableau 10
Taux de disponibilité et taux d’inoccupation des appartements
Area
Centre
Nutana
Lakeview
Nord-Est
Nord
Sud-Ouest
Ouest
Ville de Saskatoon 1-7
Périphérie
RMR de Saskatoon
Selon la zone et le nombre de chambres - RMR de Saskatoon
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres et +
Disp.
Vacants
Disp.
Vacants
Disp.
Vacants
Disp.
Vacants
Disp.
Vacants
6,6
4,1
4,8
2,5
3,7
2,1
6,7
2,2
4,6
2,5
7,4
4,2
4,5
3,0
4,8
2,6
1,3
0,0
4,8
2,8
6,9
3,4
4,7
2,8
5,5
2,9
4,6
0,7
5,3
2,7
1,3
1,3
2,9
1,9
4,3
3,0
10,4
8,3
3,9
2,7
4,2
0,0
4,5
2,1
8,5
5,1
5,9
0,0
6,8
3,8
33,4
26,4
16,5
15,0
26,1
23,6
22,4
21,4
22,5
20,4
20,0
16,7
13,9
10,3
14,6
12,6
11,9
9,5
14,1
11,7
8,5
5,6
6,7
4,8
9,5
7,2
11,8
9,4
8,5
6,3
**
**
5,3
5,3
8,0
8,0
13,0
0,0
8,6
5,4
8,5
5,6
6,7
4,8
9,5
7,2
11,8
9,2
8,5
6,3
A.L.U. - aucun logement dans l’univers
A.L.E. - aucun logement dans l’échantillon
** Échantillon trop petit pour permettre la publication de données fiables
MÉTHODE D’ENQUÊTE
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) mène l’Enquête sur les logements locatifs (ELL) chaque année en octobre pour mesurer les forces en
présence sur le marché locatif. L’Enquête porte sur un échantillon pris dans toutes les régions urbaines de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles de trois
logements locatifs ou plus qui sont sur le marché depuis au moins trois mois sont inclus. Les données sont recueillies par secteur d’initiative (publique ou privée) et
par type de logements (appartements ou maisons en rangée). Les enquêteurs obtiennent des données sur les unités vacantes pour tous les immeubles compris dans
l’échantillon. Les données sur les loyers du marché ne se rapportent qu’aux immeubles d’initiative privée. La plupart des résultats diffusés dans la présente publication
portent sur les immeubles d’appartements d’initiative privée.
L’Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l’information est obtenue du propriétaire, du gestionnaire ou du concierge. L’Enquête a lieu pendant les deux
premières semaines d’octobre, et les résultats rendent compte de la conjoncture observée sur le marché à ce moment-là.
Définitions
Logement disponible : On considère qu’un logement locatif est disponible si le locataire actuel a envoyé ou reçu un avis de déménagement officiel et qu’aucun
autre nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le logement est vacant (voir la définition de « logement vacant »).
Loyer : Montant réel que paye(nt) le(s) locataire(s) pour le logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des commodités et services tels que le chauffage,
l’électricité, le stationnement et l’eau chaude sont inclus ou non dans le loyer. Dans le cas des logements disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant
demandé par le propriétaire.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comportant au moins trois logements offerts en location, dont un ou plus n’a pas d’entrée privée. Les
logements occupés par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements locatifs compris dans les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble d’au moins trois logements offerts en location, qui ont tous leur entrée privée. Les logements
occupés par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements locatifs compris dans les immeubles.
Logement vacant : On considère qu’un logement locatif est vacant s’il n’est pas occupé au moment de l’enquête et qu’il pourrait l’être sur-le-champ.
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs n’aurait pas pu être effectuée sans la collaboration des propriétaires, gestionnaires et concierges d’immeubles résidentiels des
différentes régions du Canada. La SCHL apprécie grandement leur travail acharné ainsi que l’aide qu’ils lui apportent en fournissant des renseignements exacts en
temps voulu. Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information qui profitera à l’ensemble du secteur de l’habitation.
Zones d’enquête
Les zones d’enquête dont il est question dans la présente publication sont définies à la page 1.
Tenez-vous au courant de l’état du marché de l’habitation
Le Centre d’analyse de marché de la SCHL est la meilleure source d’analyses et d’information sur le marché canadien
de l’habitation. Il vous offre toute l’information dont vous avez besoin pour planifier vos activités avec assurance et pour
prendre des décisions éclairées. Notre connaissance du marché local du logement s’appuie sur des enquêtes détaillées
ainsi que sur un réseau étendu de collecte de renseignements sur le marché. Quelle que soit l’information dont vous avez
besoin, nous fournissons des statistiques, des analyses et des prévisions fiables.
Pour en connaître davantage sur notre gamme de produits et nos services
de données personnalisées, appelez au (403) 515-3006
© 2004 Société canadienne d’hypothèques et de
logement. Tous droits réservés. La reproduction, le
stockage dans un système de recherche documentaire
ou la transmission d’un extrait quelconque de
cet ouvrage, par quelque procédé que ce soit,
tant électronique que mécanique, par photocopie,
enregistrement ou autre moyen sont interdits sans
l’autorisation préalable écrite de la Société canadienne
d’hypothèques et de logement. Sans que ne soit limitée
la généralité de ce qui précède, il est de plus interdit de
traduire un extrait de cette publication dans toute autre
langue sans l’autorisation préalable écrite de la Société
canadienne d’hypothèques et de logement. Les
renseignements, analyses et opinions contenus dans
cette publication sont fondés sur des sources jugées
fiables, mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni
la Société canadienne d’hypothèques et de logement
ni ses employés n’en assument la responsabilité.
Sommaire
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising