RMR de Sherbrooke Rapport Sur le marchÉ Locatif Faits saillants

RMR de Sherbrooke Rapport Sur le marchÉ Locatif Faits saillants
L e
m a r c h É
d e
l ’ h a b i t a t i o n
Rapport Sur le marchÉ Locatif
RMR de Sherbrooke
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Table des matières
Date de diffusion : automne 2013
1
Faits saillants
2
Stabilité du marché locatif
dans la RMR
„„ Le
3
Un taux d’inoccupation
relativement constant selon la
catégorie de logements
„„ La
3
Stabilité du taux
d’inoccupation des immeubles
de petite taille
3
Taux de disponibilité similaire
au taux d’inoccupation
3
Le marché locatif demeure
stable dans toutes les zones
5
Les loyers en 2013
Faits saillants
taux d’inoccupation des appartements locatifs s’est élevé à 5,3 % en
octobre 2013. Il n’a cependant pas connu de variation significative d’une
année à l’autre.
variation estimative du loyer moyen a été de 1,4 % par rapport à l’année
précédente, une progression qui suit le rythme de l’inflation.
„„ Les
logements plus récents enregistrent d’un taux d’inoccupation moins
élevé que les logements plus anciens.
„„ Le
loyer moyen des appartements locatifs se chiffrait à 574 $ en octobre
2013 dans la RMR.
Figure 1
8 Tableaux statistiques
N
Le taux d'inoccupation des
app. de la RMR de Sherbrooke
en 2013 est de : 5,3%
17 Définitions
05
6,8%
04
5,4%
08
4,4%
03
5,0%
07
4,8%
A b o n n e z - vo u s
maintenant!
­
01
6,0%
02
4,7%
06
3,4%
Légende
à cette publication et à d’autres
rapports du CAM en passant par le
Bureau de commandes, à l’adresse
www.schl.ca/marchedelhabitation.
C’est pratique et rapide! Vous pouvez
consulter, imprimer ou télécharger
les publications, ou encore vous y
abonner et les recevoir par courriel,
le jour même où elles sont diffusées.
Mieux encore, la version électronique
des produits nationaux standards est
maintenant gratuite.
6,0% Taux d'inoccupation de la Zone 01 pour 2013
ç
­
2.25
4.5
9 Km
­
0
Taux d'inoccupation en 2013 égal à celui de 2012
Taux d'inoccupation en 2013 supérieur à celui de 2012
Taux d'inoccupation en 2013 inférieur à celui de 2012
Marché de l’habitation : notre savoir à votre service
AU CŒUR DE L’HABITATION
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Stabilité du marché locatif
dans la RMR
Selon la dernière Enquête sur les
logements locatifs menée en octobre
2013 par la Société canadienne
d’hypothèques et de logement
(SCHL), le taux d’inoccupation des
appartements locatifs est demeuré
relativement stable dans la RMR de
Sherbrooke. Après avoir varié de
seulement 0,3 point de pourcentage
en 2012 pour atteindre 5,0 %, il s’est
établi à 5,3 % en 2013, ce qui ne
représente pas une augmentation
significative sur le plan statistique.
Cette stabilité récente fait suite à
plusieurs années de détente sur le
marché locatif dans la région, qui
était principalement associée à un
fort mouvement d’accession à la
propriété, probablement alimenté
par des conditions de financement
avantageuses et la construction
de logements plus abordables, tels
que les maisons jumelées et en
rangée. Depuis que le mouvement
d’accession à la propriété a ralenti, le
taux d’inoccupation dans la RMR de
Sherbrooke s’est stabilisé. Ce taux
est cependant le plus élevé ayant été
enregistré parmi ceux relevés dans les
six RMR québécoises.
Le marché a été affecté par plusieurs
facteurs au courant de la dernière
année, tant sur le plan de la demande
que sur celui de l’offre.
Du côté de la demande, le solde
migratoire de la RMR de Sherbrooke
a été positif en 2012 et s’est établi à
2 551, en hausse de 3 % par rapport
à l’année précédente. Les nouveaux
arrivants se tournent généralement
vers le marché locatif à leur arrivée
dans une région; leur nombre plus
élevé a pu alimenter la demande
de logements locatifs. Par ailleurs,
le solde migratoire de la RMR
même période en 2012. Bien que le
taux d’inoccupation dans la RMR de
Sherbrooke soit le plus élevé parmi
ceux enregistrés dans toutes les
RMR québécoises, il semble que les
locataires préfèrent les logements
locatifs neufs dans cette région,
ce qui a pour effet de soutenir la
construction.
demeure positif dans le groupe des
15 à 24 ans, car la région compte de
nombreux établissements collégiaux
et universitaires, ce qui a également
un effet positif sur la demande de
logements locatifs.
Le nombre d’emplois chez les 15 à 24
ans peut être un autre facteur ayant
une influence sur le marché locatif.
Un plus grand nombre d’emplois
pourrait inciter bien des jeunes à
quitter le nid familial pour aller vivre
en appartement. Il pourrait aussi
en inciter d’autres à délaisser la
colocation pour la location de leur
propre appartement, ce qui ferait
augmenter la demande sur le marché
locatif. Au troisième trimestre de
2013, le nombre d’emplois chez les
jeunes a progressé de près de 10 %
en regard de la même période
en 2012, ce qui pourrait avoir eu
des répercussions positives sur la
demande de logements locatifs.
En effet, le taux d’inoccupation des
immeubles locatifs construits en 2000
ou après est de 2,5 %, alors que celui
des immeubles locatifs construits
avant 1990 varie entre 5,4 % et 7,2 %.
La popularité des logements situés
dans les immeubles de construction
récente s’explique peut-être par leur
meilleur état; elle est possiblement
aussi attribuable au fait que ces
logements sont plus au goût du jour
et répondent aux besoins actuels.
La croissance de la demande et de
l’offre ayant été de la même ampleur,
le taux d’inoccupation n’a pas connu
de variation significative par rapport
à l’année dernière dans la région de
Sherbrooke.
Du côté de l’offre, le nombre de
logements locatifs achevés au cours
des trois premiers trimestres de 2013
a augmenté de 32 % par rapport à la
Figure 2
Taux d'inoccupation (%) - RMR de Sherbrooke
10
8
7,5
7,3
7,6
6,6
6
4,7
4,6
4,7
5,0
5,3
3,9
4
2,3
2
2,4
2,8
1,8
0,7
0,9
1,2
1,2
0
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Source : SCHL
Société canadienne d’hypothèques et de logement
2
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Un taux d’inoccupation
relativement constant
selon la catégorie de
logements
Comme cela a été le cas l’année
précédente, le taux d’inoccupation
des studios n’a pas connu de variation
significative et s’est chiffré à 6,1 % en
2013. Le marché des appartements
de plus grande taille dans la RMR de
Sherbrooke n’a pas lui non plus connu
de changement significatif en 2013.
Du côté des appartements de une
chambre, le taux s’est chiffré à 5,0 %.
Les appartements de deux chambres
ont affiché un taux d’inoccupation de
5,5 % et les appartements de trois
chambres et plus, de 5,0 %. Le taux
d’inoccupation demeure relativement
élevé dans la RMR de Sherbrooke
par rapport à ceux observés dans les
autres RMR, quelle que soit la taille
des logements locatifs.
Stabilité du taux
d’inoccupation des
immeubles de petite taille
Le taux d’inoccupation est demeuré
stable pour les immeubles comportant
moins de 20 logements. Il s’est chiffré
à 3,6 % pour les immeubles de 3 à 5
unités et à 4,8 % pour les immeubles
de 6 à 19 unités. Ceci peut indiquer
que les locataires ont une préférence
pour les atouts des logements dans
les immeubles de petite taille.
Ce sont les immeubles locatifs
comprenant de 20 à 49 unités qui ont
enregistré le taux d’inoccupation le
plus élevé, soit 8 %. Leur taux de cette
année a augmenté de 0,7 point de
pourcentage par rapport à 2012.
Le taux d’inoccupation des immeubles
de 50 à 99 unités a connu une faible
baisse de 0,6 point de pourcentage,
pour se chiffrer à 6,1 % en 2013.
Enfin, le taux d’inoccupation des
immeubles de plus de 100 unités, qui
sont peu nombreux dans la région de
Sherbrooke, a augmenté, passant de
1,4 % en 2012 à 3,0 % en 2013.
n’est pas un moment de l’année où
les déménagements de locataires sont
normalement nombreux.
Le marché locatif
demeure stable dans
toutes les zones
Taux de disponibilité
similaire au taux
d’inoccupation
En 2013, le taux de disponibilité
des appartements locatifs était
sensiblement le même que le taux
d’inoccupation dans la RMR de
Sherbrooke : il atteignait 5,5 %
(comparativement à un taux
d’inoccupation de 5,3 %). Rappelons
qu’un appartement locatif est
disponible s’il est vacant ou si le
locataire actuel a envoyé ou reçu
un avis de déménagement et que le
logement n’a pas encore été reloué.
Ceci signifie qu’à court terme, peu de
locataires avaient planifié de quitter
leur logement actuel, ou devaient
effectivement le quitter après avoir
reçu un avis à cet effet de la part
de leur propriétaire, soit pour en
occuper un autre, soit pour accéder
à la propriété. Signalons toutefois
que la période automnale au Québec
Cette année, le taux d’inoccupation
dans les zones à l’étude n’a pas
connu de variation statistiquement
significative, en raison de la demande
qui évolue de pair avec l’offre, à
l’exception du District Est, dans lequel
il a connu une augmentation.
Le district Est a d’ailleurs enregistré le
deuxième taux d’inoccupation le plus
élevé de la région, soit 6,0 %. C’est le
secteur qui comporte le plus grand
nombre de logements locatifs au sein
de la RMR. Il comprend également
un grand nombre de logements de
construction récente : près de 1 000
unités destinées au marché locatif y
ont été construites depuis le début
des années 1990. Ces unités ne
représentent cependant que 14 %
du parc locatif total de ce secteur.
La majorité des logements du parc
locatif demeurent donc âgés et il se
Figure 3
Taux d'inoccupation (%), selon la zone
8
6,8
7
6
6
4,7
5
5
5,4
4,8
4
4,4
3,4
3
2
1
0
Est
Centre
Ouest
Nord
Ascot/
Lennoxville
Rock
Forest
Magog
Fleurimont
Source : SCHL
Société canadienne d’hypothèques et de logement
3
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
peut que certains d’entre eux aient
été concurrencés par le mouvement
d’accession à la propriété observé les
années précédentes et les logements
locatifs plus récents. Ces facteurs
peuvent donc expliquer le taux
d’inoccupation plus élevé enregistré
dans ce secteur.
C’est dans le secteur d’AscottLennoxville que le taux d’inoccupation
était le plus élevé, soit 6,8 %. Ce
taux élevé peut s’expliquer par le
fait que le parc locatif y est âgé et
par l’emplacement de ce secteur, qui
est situé en retrait du centre de la
RMR. Par ailleurs, un ensemble de
40 logements coopératifs achevé
au printemps 2013 a pu faire
concurrence au marché locatif dans ce
secteur. Précisons que les logements
locatifs de ce secteur représentent
12,5 % du parc locatif total de la RMR.
C’est à Rock Forest où l’on retrouve
le taux d’inoccupation le moins
élevé, soit 3,4 %. L’âge relativement
récent des appartements locatifs
dans ce secteur peut être un facteur
qui explique ce taux. En effet, des
appartements ayant besoin de moins
de rénovations et au goût du jour
peuvent être plus attrayants pour les
locataires. En effet, plus de la moitié
des logements à Rock Forest ont été
construits dans les années 1990 et
après.
Dans le district Ouest, le taux
d’inoccupation s’est établi à 5,0 % en
2013 et n’a pas non plus montré de
changement significatif par rapport
à celui de l’année précédente. La
présence accrue des étudiants dans le
secteur, combiné au faible nombre de
mises en chantier y ayant été relevé
comparativement aux autres zones
de la RMR, peut expliquer la baisse du
taux d’inoccupation dans le segment
des studios, qui est descendu de 5,1 %
en 2012 à 2,0 % en 2013.
À Fleurimont, le taux d’inoccupation
est demeuré inchangé à 4,4 %. Le parc
locatif de Fleurimont comporte lui
aussi une grande part de logements
de construction récente. Le nombre
de logements locatifs y ayant été
bâtis depuis 2010 est le plus élevé de
tous les secteurs. Ce facteur pourrait
attirer davantage de locataires
cherchant des appartements de
construction récente. En observant
les taux d’inoccupation selon la taille
des logements, on remarque que
le taux enregistré dans la catégorie
des appartements de une chambre
a diminué de près de trois points de
pourcentage par rapport à celui de
2012, puisqu’il est passé de 5,4 % à
2,5 %. La progression de l’emploi
chez les 15 à 24 ans dans la
région, combinée à la proximité
du centre hospitalier universitaire
de Sherbrooke, a pu inciter des
jeunes à déménager dans la région
et faire augmenter la demande
d’appartements locatifs de petite
taille. Enfin, le taux d’inoccupation est
demeuré statistiquement inchangé à
Magog, où il a atteint 4,8 % en octobre
2013. Cette relative stabilité cache
cependant des réalités différentes :
alors que le taux d’inoccupation des
logements de une chambre à coucher
a connu une augmentation, passant de
4,4 % à 7,3 %, celui observé du côté
des logements de deux chambres
à coucher est descendu de 5,2 % à
3,6 %. Il est donc possible que cette
situation soit le résultat d’un effet
de substitution sur le marché locatif,
et qu’elle reflète les préférences
des locataires de la région pour
des logements plus grands (le taux
d’inoccupation des studios à Magog
s’est chiffré à 12 %).
Figure 4
800
Loyer moyen ($) selon la taille des logements
RMR de Sherbrooke
713
700
Le district Nord représente le
deuxième parc locatif en importance
de la région, après le district Est. Son
taux d’inoccupation n’a pas connu de
changement significatif et s’est chiffré
à 5,4 % en 2013. Seuls les logements
de une chambre à coucher ont connu
une détente, leur taux d’inoccupation
étant passé de 2,7 % en 2012 à 5,0 %
en 2013. La proportion de studios
vacants a pour sa part diminué : elle
est descendue de 4,7 % à 2,6 %.
591
600
471
500
400
391
300
200
100
0
Studio
1 chambre
2 chambres
3 chambres et +
Source : SCHL
Société canadienne d’hypothèques et de logement
4
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Les loyers en 2013
Conséquence du taux d’inoccupation
relativement élevé observé depuis
quelques années, les loyers moyens
n’ont pas connu de hausse significative
en 2013. La variation estimative du
loyer moyen des appartements a été
de 1,4 % entre l’Enquête d’octobre
2012 et celle d’octobre 2013 dans la
RMR de Sherbrooke. Cette estimation
est effectuée à partir d’immeubles
qu’ont en commun les échantillons
de ces deux éditions de l’enquête. Par
contre, le résultat est quand même
influencé, dans une certaine mesure,
par l’évolution de la composition
de l’univers des logements locatifs
(certains facteurs, comme la
rénovation ou la modernisation
d’unités locatives et le roulement des
locataires, ne sont pas mesurés par
l’Enquête, car les données recueillies
ne sont pas assez détaillées). En raison
du taux d’inoccupation relativement
élevé enregistré dans la région de
Sherbrooke par rapport aux autres
régions métropolitaines de la province,
les propriétaires-bailleurs ont été
contraints de continuer d’appliquer
une hausse modérée des loyers
approchant le taux d’inflation.
1
Une analyse des données révèle
que les secteurs les plus abordables
pour la location d’un appartement
de deux chambres sont le district
Centre (environ 494 $) et le district
Ouest (535 $). Comme nous l’avons
vu précédemment, ces secteurs sont
ceux qui comportent le moins de
logements locatifs de construction
récente. Or, les résultats de l’enquête
montrent que plus un logement est
âgé, moins le loyer est élevé. En effet,
les loyers moyens des logements de
deux chambres construits avant 1990
varient entre 510 $ et 567 $, alors
que ceux des unités bâties en 1990 ou
après varient entre 621 $ et 741 $1.
C’est dans le district Nord (633 $) et
à Rock Forest (648 $) que l’on trouve
les loyers moyens les plus élevés pour
les logements de deux chambres.
Cette situation peut s’expliquer par
le fait que c’est dans ces secteurs où
l’on trouve le plus d’appartements de
construction récente, pour lesquels
on exige généralement des loyers plus
chers.
Taux d'inoccupation des
appartements (%)
par grand centre
oct. oct.
2012 2013
Abbotsford
Barrie
Brantford
Calgary
Edmonton
Gatineau
Grand Sudbury
Guelph
Halifax
Hamilton
Kelowna
Kingston
Kitchener-Cambridge-Waterloo
London
Moncton
Montréal
Oshawa
Ottawa
Peterborough
Québec
Regina
Saguenay
Saint John
Saskatoon
Sherbrooke
St. Catharines-Niagara
St. John's
Thunder Bay
Toronto
Trois-Rivières
Vancouver
Victoria
Windsor
Winnipeg
Tous les centres
4,2 3,2
2,0 3,0
3,5 2,9
1,3 1,0
1,7 1,4
3,3 5,1
2,7 3,4
1,4 1,9
3,0 3,2
3,5 3,4
4,0 1,8
1,7 2,3
2,6 2,9
3,9 3,3
6,7 9,1
2,8 2,8
2,1 2,1
2,5 2,9
2,7 4,8
2,0 2,3
1,0 1,8
2,0 2,8
9,7 11,4
2,6 2,7
5,0 5,3
4,0 4,1
2,8 3,2
1,1 2,6
1,7 1,6
5,2 5,1
1,8 1,7
2,7 2,8
7,3 5,9
1,7 2,5
2,6 2,7
Variation en fonction de la sous-période de construction.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
5
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
RO
UT
RMR de Sherbrooke
E
21
6
N
&
25
5
RO
UT
E
255
RO
UT
E
24
9
RO UTE 116
AU
T
A
TR
N
SQ
24
É
ÉB
3
U
IS
RO
U
TE
O
C
E
RO
E
UT
216
RU
E
PR
IN
C
IPA
L
E
Stoke
UT
E
22 2
Ascot
Corner
NN
BO
UR
QU
E
SA
12 AV N
ROU T
E
TE 108 E
210
E
RO
U
D
Hatley
E
UT
RO
1 08
Waterville
ROUTE 147
North Hatley
ROU T
E
CH
DE M
AGO
G
E1
43
CH D U L A
C
AUTOROUTE 10
IN
E
CH
DU PARC
TE
RUE KIN G
E
IN
ER
TH
CA
RO
UT
CH RHEAUM E
S
L
OU
11 RAN G N
B
CH
Sherbrooke
CH ST ÉLIE
13 AV N
UE E
TE 2 20
ROUTE 214
253
Q
UL
BO
RO
U
RO U TE
DES ÉCOS SAI S
TE
CH
U
RO
Saint-Denisde-Brompton
112
RO
25
1
Compton
Magog
T E247
E
UT
RO
D
RO UTE 206
01 - District Est
05 - Ascot - Lennoxville
02 - District Centre
06 - Rock Forest
03 - District Ouest
07 - Magog
04 - District Nord
08 - Fleurimont
C
RUE HIL
ROU
ZONES
208
RO
UT
E
14 1
Frontières municipales*
* D'après
le Recensement de 2011, Statistique Canada
0
1.5
3
6
9
Km
Société canadienne d’hypothèques et de logement
6
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Zone 1
Zone 2
Zone 3
Zone 4
Zones 1-4
Zone 5
Zone 6
Zone 7
Zone 8
Zones 1-8
DESCRIPTION DES ZONES DE L'ELL – RMR DE SHERBROOKE
District Est – Nord : limites de la ville; sud : limites de la ville; est : limites de la ville; ouest : rivière Saint-François.
District Centre – Nord : rivière Saint-François; sud : rues Galt Ouest et Wellington; est : rivière Saint-François; ouest : rue
Belvedère et boulevard Queen Nord.
District Ouest – Nord : rivière Magog et rue Galt Ouest; sud : limites de la ville; est : rue Wellington Sud; ouest : rivière Magog.
District Nord – Nord : limites de la ville; sud : rivière Magog; est : rivière Saint-François et boulevard Queen Nord.
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Canton d'Ascot et ville de Lennoxville – comprend également Ascot Corner, Bromptonville, le canton de Brompton, SaintDenis-de-Brompton et Stoke.
Rock Forest – comprend également Deauville, North Hatley et le canton de Hatley, St-Élie d'Orford.
Magog
Fleurimont
RMR de Sherbrooke
Société canadienne d’hypothèques et de logement
7
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Tableaux compris dans les Rapports
sur le marché locatiF
Fournis dans TOUS les Rapports sur le marché locatif
Données sur les appartements d'initiative privée
1.1.1
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
1.1.2
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
1.1.3
Univers selon la zone et le nombre de chambres
1.1.4
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
1.1.5
Variation en (%) estimative du loyer moyen, selon la zone et le nombre de chambres
1.2.1
Taux d'inoccupation (%), selon l'année de construction et le nombre de chambres
1.2.2
Loyer moyen ($), selon l'année de construction et le nombre de chambres
1.3.1
Taux d'inoccupation (%), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
1.3.2
Loyer moyen ($), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la fourchette de loyers et le nombre de chambres
Fournis dans CERTAINS des Rapports sur le marché locatif
Données sur les appartements d'initiative privée
1.3.3
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
Données sur les maisons en rangée d'initiative privée
2.1.1
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
2.1.2
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
2.1.3
Univers selon la zone et le nombre de chambres
2.1.4
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
2.1.5
Variation en (%) estimative du loyer moyen, selon la zone et le nombre de chambres
Données sur les appartements et les maisons en rangée d'initiative privée
3.1.1
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
3.1.2
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
3.1.3
Univers selon la zone et le nombre de chambres
3.1.4
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
3.1.5
Variation en (%) estimative du loyer moyen, selon la zone et le nombre de chambres
Fournis dans les rapports de Québec, Montréal, Ottawa, Toronto, Winnipeg, Regina, Saskatoon, Edmonton, Calgary,
Vancouver et Victoria
Données sur les appartements en copropriété offerts en location
4.1.1
App. en coprop. offerts en location et app. d'initiative privée visés par l'ELL - Taux d'inoccupation (%)
4.1.2
Loyer moyen ($) des app. en coprop. offerts en location et des app. d'initiative privée visés par l'ELL - nombre de chambres
4.1.3
Loyer moyen ($) des appartements en copropriété offerts en location - nombre de chambres
4.2.1
Appartements en coprop. offerts en location et app. d'initiative privée visés par l'ELL - Taux d'inoccupation global (%)
- taille de l'immeuble
4.3.1
Univers des coprop., nombre d'unités offertes en location, pourcentage d'app. en coprop. offerts en location et taux
d'inoccupation, appartements en copropriété, selon les sous-secteurs (copropriétés)
4.3.2
Univers des coprop., nombre d'unités offertes en location, pourcentage d'app. en coprop. offerts en location et taux d'inoccupation, appartements
en copropriété - taille de l'immeuble
Fournis dans les rapports de Montréal, Toronto, Vancouver, St. John’s, Halifax, Québec, Barrie, Ottawa, Winnipeg, Regina,
Saskatoon, Calgary, Edmonton, Abbotsford, Kelowna et Victoria
Données sur les logements locatifs du marché secondaire
5.1
Loyer moyen ($) des logements locatifs du marché secondaire selon le type de logement
5.2
Nombre de ménages occupant des log. locatifs du marché secondaire selon le type de log.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
8
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
1.1.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Zone
Zone 1 - District Est
Zone 2 - District Centre
Zone 3 - District Ouest
Zone 4 - District Nord
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Zone 5 - Ascot/Lennoxville
Zone 6 - Rock Forest
Zone 7 - Magog
Zone 8 - Fleurimont
Sherbrooke (RMR)
Studios
oct.12
oct.13
**
**
4,7 d
5,4 d
5,1 c
2,0 c
4,7 c
2,6 c
5,3 c
5,5 c
**
**
**
**
10,1 c
12,0 d
3,5 d
**
5,2 b
6,1 b
1 chambre
oct.12
oct.13
5,7 c
5,6 c
4,9 c
5,2 d
3,3 c
5,1 d
2,7 b
5,0 c
4,3 b
5,3 b
4,5 c
4,1 b
0,9 a
**
4,4 b
7,3 c
5,4 d
2,5 c
4,2 b
5,0 b
2 chambres
oct.12
oct.13
4,1 c
5,8 b
5,3 d
4,8 d
4,9 c
5,7 c
7,2 c
5,9 c
5,4 b
5,8 b
7,5 b
8,2 b
3,5 d
3,0 b
5,2 b
3,6 b
4,2 c
3,4 d
5,4 a
5,5 a
3 chambres +
oct.12
oct.13
4,8 d
4,2 d
5,7 d
**
2,8 c
5,1 d
3,9 d
5,2 d
4,0 c
4,6 c
10,2 d
6,6 c
0,8 d
4,4 d
6,0 b
4,4 c
4,4 d
**
4,6 b
5,0 b
Tous les log.
oct.12
oct.13
4,8 b
6,0 b
5,1 b
4,7 c
4,2 b
5,0 c
5,6 b
5,4 b
4,9 a
5,4 a
7,0 b
6,8 b
2,4 c
3,4 c
5,5 a
4,8 b
4,4 c
4,4 c
5,0 a
5,3 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.1.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Zone
Zone 1 - District Est
Zone 2 - District Centre
Zone 3 - District Ouest
Zone 4 - District Nord
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Zone 5 - Ascot/Lennoxville
Zone 6 - Rock Forest
Zone 7 - Magog
Zone 8 - Fleurimont
Sherbrooke (RMR)
Studios
oct.12
oct.13
365 a
353 a
364 a
369 a
404 a
398 a
410 a
425 a
389 a
388 a
391 a
401 a
**
**
373 a
379 a
472 a
494 a
390 a
391 a
1 chambre
oct.12
oct.13
460 a
456 a
435 a
444 a
455 a
451 a
519 a
542 a
467 a
471 a
470 a
478 a
466 a
482 a
422 a
434 a
484 a
496 a
466 a
471 a
2 chambres
oct.12
oct.13
568 a
576 a
526 a
534 a
544 a
554 a
617 a
640 a
576 a
590 a
558 a
562 a
620 a
633 a
576 a
580 a
591 a
609 a
578 a
591 a
3 chambres +
oct.12
oct.13
700 a
709 a
625 b
675 b
661 a
673 a
779 c
745 a
709 a
707 a
698 a
722 a
721 a
744 a
701 a
691 a
735 a
732 a
710 a
713 a
Tous les log.
oct.12
oct.13
546 a
548 a
480 a
494 a
527 a
535 a
622 a
633 a
557 a
564 a
554 a
564 a
623 a
648 a
563 a
568 a
612 a
617 a
565 a
574 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives (cv = coefficient de variation):
a - Excellent (0 £ cv £ 2,5), b - Très bon (2,5 < cv £ 5), c - Bon (5 < cv £ 7,5), d - Passable (utiliser avec prudence) (7,5 < cv £ 10)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
9
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
1.1.3 Univers des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Studios
Zone
Zone 1 - District Est
Zone 2 - District Centre
Zone 3 - District Ouest
Zone 4 - District Nord
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Zone 5 - Ascot/Lennoxville
Zone 6 - Rock Forest
Zone 7 - Magog
Zone 8 - Fleurimont
Sherbrooke (RMR)
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
oct.12
oct.13
oct.12
oct.13
oct.12
oct.13
oct.12
oct.13
426
421
1 865
1 885
3 769
3 770
913
936
392
375
806
833
775
755
301
309
765
756
1 495
1 509
3 260
3 249
1 011
1 024
392
392
1 153
1 204
3 750
3 780
1 383
1 396
1 975
1 944
5 319
5 431
11 554
11 554
3 608
3 665
103
100
1 057
1 069
2 187
2 249
670
732
7
10
279
287
1 518
1 531
632
652
122
128
384
376
1 254
1 252
475
476
49
49
233
252
978
1 003
533
549
2 256
2 231
7 272
7 415 17 491 17 589
5 918
6 074
Tous les log.
oct.12
6 973
2 274
6 531
6 678
22 456
4 017
2 436
2 235
1 793
32 937
oct.13
7 012
2 272
6 538
6 772
22 594
4 150
2 480
2 232
1 853
33 309
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.1.4 Taux de disponibilité (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Zone
Zone 1 - District Est
Zone 2 - District Centre
Zone 3 - District Ouest
Zone 4 - District Nord
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Zone 5 - Ascot/Lennoxville
Zone 6 - Rock Forest
Zone 7 - Magog
Zone 8 - Fleurimont
Sherbrooke (RMR)
Studios
oct.12
oct.13
**
**
4,7 d
5,4 d
5,5 c
2,4 b
4,7 c
4,0 d
5,5 b
5,9 c
**
**
**
**
10,1 c
12,0 d
3,5 d
**
5,5 b
6,4 b
1 chambre
oct.12
oct.13
6,0 c
5,9 c
5,3 c
5,2 d
3,4 c
5,2 d
2,7 b
5,4 c
4,4 b
5,5 b
4,7 c
4,1 b
0,9 a
**
4,4 b
7,3 c
5,4 d
2,5 c
4,4 b
5,2 b
2 chambres
oct.12
oct.13
4,6 c
5,9 b
5,5 d
5,5 d
4,9 c
5,7 c
7,2 c
6,0 c
5,6 b
5,9 b
8,1 b
8,2 b
3,5 d
3,0 b
5,3 b
3,6 b
4,4 c
3,4 d
5,6 a
5,6 a
3 chambres +
oct.12
oct.13
5,1 d
4,6 d
5,7 d
**
2,8 c
5,9 d
3,9 d
5,2 d
4,0 c
5,1 c
11,0 d
6,6 c
0,8 d
4,4 d
6,0 b
4,4 c
4,6 d
**
4,7 b
5,3 b
Tous les log.
oct.12
oct.13
5,2 b
6,2 b
5,3 b
5,0 c
4,2 b
5,2 c
5,6 b
5,6 b
5,0 a
5,6 a
7,6 b
6,8 b
2,4 c
3,4 c
5,5 a
4,8 b
4,5 c
4,4 c
5,2 a
5,5 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
10
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
1.1.5 Variation en % estimative du loyer moyen des appartements d'initiative privée 1
selon le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Studios
oct.11
oct.12
à
à
oct.13
oct.12
Centre
Zone 1 - District Est
Zone 2 - District Centre
Zone 3 - District Ouest
Zone 4 - District Nord
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Zone 5 - Ascot/Lennoxville
Zone 6 - Rock Forest
Zone 7 - Magog
Zone 8 - Fleurimont
Sherbrooke (RMR)
++
++
0,8 d
-4,2 d
++
++
**
2,8 c
**
++
++
**
++
2,9 c
1,9 c
++
**
++
**
2,0 c
1 chambre
oct.11
oct.12
à
à
oct.12
oct.13
++
++
1,9 c
++
++
1,0 d
++
++
-1,1 d
++
1,0
++
1,8
3,1
1,9
++
3,5
2,5
++
1,7
2 chambres
oct.11
oct.12
à
à
oct.12
oct.13
d
c
d
c
d
b
b
1,1
++
**
++
0,9
2,1
++
++
-0,9
0,8
d
d
c
d
a
++
++
1,4
2,2
1,4
++
**
0,9
++
1,1
3 chambres +
oct.11
oct.12
à
à
oct.12
oct.13
d
c
a
a
a
++
++
++
++
++
++
**
++
++
++
++
++
**
++
1,6 c
2,1 c
**
++
++
1,7 c
Tous les log.
oct.11
oct.12
à
à
oct.12
oct.13
0,9
++
1,5
++
++
1,3
++
0,5
-1,0
0,5
d
a
a
b
d
b
1,3
++
1,8
2,4
1,6
++
2,1
0,9
++
1,4
a
c
c
c
c
a
a
1
La variation en pourcentage du loyer moyen constitue une mesure de l'évolution du marché et est fondée sur les immeubles qui ont fait partie de l'échantillon les deux années.
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
++ La variation du loyer n’est pas statistiquement significative. Autrement dit, elle n’est pas différente de zéro (0) sur le plan statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
11
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
1.2.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Année de construction
Sherbrooke (RMR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 à 1999
2000 ou après
Tous les immeubles
Studios
oct.12
oct.13
5,5
**
5,3
4,3
4,8
0,0
5,2
d
b
d
d
d
b
5,8
**
7,4
2,8
**
0,0
6,1
1 chambre
oct.12
oct.13
d
c
c
d
b
5,1
3,5
5,2
3,1
**
3,1
4,2
c
d
c
b
d
b
**
**
4,6
3,5
0,0
**
5,0
2 chambres
oct.12
oct.13
c
b
c
b
4,8
**
4,6
6,7
1,1
5,2
5,4
d
c
a
a
c
a
5,8
5,9
5,3
7,5
**
2,0
5,5
3 chambres +
oct.12
oct.13
d
d
b
a
c
a
**
**
3,9
6,4
**
2,3
4,6
d
b
c
b
2,9
**
**
7,0
**
2,0
5,0
Tous les log.
oct.12
oct.13
c
b
c
b
5,3
5,2
4,7
5,7
2,5
3,9
5,0
c
d
b
a
c
c
a
5,4
7,2
5,4
6,2
3,0
2,5
5,3
c
c
b
a
c
b
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.2.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Année de construction
Sherbrooke (RMR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 à 1999
2000 ou après
Tous les immeubles
Studios
oct.12
oct.13
366
362
383
423
441
424
390
a
a
a
a
a
c
a
375
367
394
410
422
440
391
1 chambre
oct.12
oct.13
a
a
a
a
b
c
a
415
437
460
478
481
582
466
a
a
a
a
a
a
a
427
440
462
480
471
613
471
2 chambres
oct.12
oct.13
a
a
a
a
a
a
a
505
520
546
571
605
710
578
a
a
a
a
a
a
a
519
523
557
577
615
730
591
3 chambres +
oct.12
oct.13
a
a
a
a
a
a
a
625
639
668
663
737
868
710
a
a
a
a
a
b
a
663
716
657
688
714
831
713
Tous les log.
oct.12
oct.13
a
b
a
a
a
a
a
487
499
524
558
617
742
565
a
a
a
a
a
a
a
510
520
530
567
621
741
574
a
a
a
a
a
a
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
++ La variation du loyer n’est pas statistiquement significative. Autrement dit, elle n’est pas différente de zéro (0) sur le plan statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
12
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
1.3.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Taille
Sherbrooke (RMR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
Studios
oct.12
oct.13
**
**
4,9 a
4,0 a
**
5,2 b
**
6,7
6,0
7,5
0,0
6,1
1 chambre
oct.12
oct.13
c
a
a
a
b
**
4,6
4,5
2,0
2,5
4,2
c
a
a
a
b
5,6
4,7
5,0
5,7
3,1
5,0
2 chambres
oct.12
oct.13
d
c
a
a
a
b
2,5
4,9
8,6
11,6
**
5,4
c
b
a
a
a
2,9
4,7
9,4
6,4
4,7
5,5
3 chambres +
oct.12
oct.13
c
b
a
a
a
a
2,5
5,1
11,3
2,6
**
4,6
c
c
a
a
b
3,4
4,7
11,7
2,7
3,8
5,0
Tous les log.
oct.12
oct.13
d
c
a
a
a
b
2,8
5,0
7,3
6,7
1,4
5,0
b
b
a
a
a
a
3,6
4,8
8,0
6,1
3,0
5,3
c
b
a
a
a
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.3.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
RMR de Sherbrooke
Taille
Sherbrooke (RMR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
Studios
oct.12
oct.13
350
382
399
401
**
390
b
a
a
a
a
361
376
404
411
**
391
1 chambre
oct.12
oct.13
a
a
a
a
a
421
457
475
544
**
466
a
a
a
a
a
432
457
482
558
674
471
2 chambres
oct.12
oct.13
a
a
a
a
a
a
563
573
582
673
**
578
a
a
a
a
a
587
578
588
663
905
591
3 chambres +
oct.12
oct.13
a
a
a
a
a
a
725
695
672
761
**
710
b
a
a
a
a
727
698
681
775
824
713
Tous les log.
oct.12
oct.13
a
a
a
a
a
a
589
555
542
593
644
565
a
a
a
a
a
a
600
560
549
593
786
574
a
a
a
a
b
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
++ La variation du loyer n’est pas statistiquement significative. Autrement dit, elle n’est pas différente de zéro (0) sur le plan statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
13
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
1.3.3 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
RMR de Sherbrooke
Zone
Zone 1 - District Est
Zone 2 - District Centre
Zone 3 - District Ouest
Zone 4 - District Nord
Ville de Sherbrooke (avant la fusion)
Zone 5 - Ascot/Lennoxville
Zone 6 - Rock Forest
Zone 7 - Magog
Zone 8 - Fleurimont
Sherbrooke (RMR)
3-5
oct.12
oct.13
3,7 d
4,1 d
3,7 d
**
**
5,3 d
**
**
2,9 c
4,1 c
**
**
0,6 b
**
4,0 b
3,4 c
**
**
2,8 b
3,6 c
6-19
oct.12
oct.13
5,4 c
5,9 c
5,5 c
5,0 c
7,1 c
4,8 c
3,5 d
4,0 d
5,4 b
4,9 b
4,0 c
4,1 c
**
4,2 d
6,7 a
6,4 b
1,9 c
3,8 d
5,0 b
4,8 b
20-49
oct.12
oct.13
5,0 a
7,1 a
6,4 a
7,7 c
4,7 b
6,2 a
8,9 a
9,7 a
6,2 a
7,7 a
11,1 c
10,3 a
5,0 b
5,0 a
7,0 a
4,7 a
8,0 a
7,3 a
7,3 a
8,0 a
50-99
oct.12
oct.13
6,7 a
13,4 a
**
**
0,5 a
0,5 a
9,8 a
6,7 a
6,9 a
6,3 a
**
**
6,7 a
6,1 a
100+
oct.12
oct.13
**
**
**
**
**
**
1,4 a
3,0 a
1,4 a
3,0 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.4 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la fourchette de loyers
RMR de Sherbrooke
Fourchette de loyers
Sherbrooke (RMR)
Moins de 400 $
400 à 499 $
500 à 599 $
600 à 699 $
700 à 799 $
800 $ et +
Toutes les fourchettes
1
Studios
oct.12
oct.13
6,5
4,4
1,6
**
**
**
5,2
c
d
a
b
7,5
4,8
6,0
**
**
**
6,1
1 chambre
oct.12
oct.13
c
c
c
b
5,7
4,5
2,7
1,8
0,0
**
4,2
d
b
b
c
a
b
**
4,9
3,6
**
9,9
10,6
5,0
3 chambres +
oct.12
oct.13
2 chambres
oct.12
oct.13
b
c
b
a
b
**
3,9
6,1
4,7
3,7
**
5,4
d
b
c
c
a
**
7,5
6,8
4,2
2,4
2,3
5,5
c
b
c
c
c
a
**
**
3,7
7,3
2,5
3,9
4,6
d
b
c
d
b
**
**
**
7,9
3,2
4,2
5,0
Total
oct.12
oct.13
b
d
d
b
6,4
4,3
5,4
5,5
3,1
**
5,0
c
b
b
b
c
a
7,2
5,5
6,0
5,6
2,9
4,0
5,3
c
b
b
b
b
c
a
Taux d'inoccupation selon la fourchette de loyers lorsque le loyer est connu. Pour le total, les taux d'inoccupation incluent tous les immeubles
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a - Excellent, b - Très bon, c - Bon, d - Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
- Aucun logement de cette catégorie dans l’univers
s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
14
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Note technique
Différence entre la variation en pourcentage des loyers moyens (immeubles neufs et existants) ET
la variation en pourcentage des loyers moyens de l’échantillon fixe (immeubles existants
seulement)
Variation en pourcentage des loyers moyens (immeubles neufs et existants) : Le résultat
(hausse ou baisse) du calcul de la variation en pourcentage des loyers moyens d’une année à une autre
(par exemple : dans le cas d’un loyer moyen qui passerait de 500 $ une année donnée à 550 $ l’année
suivante, le résultat serait une hausse de 10 %) est influencé par l’évolution de la composition de l’univers
des logements locatifs (par exemple, l’ajout à l’univers de l’Enquête d’ensembles neufs de logements
locatifs luxueux, la rénovation ou la modernisation d’unités locatives et le roulement des locataires
peuvent faire monter les loyers moyens par rapport à l’année précédente) et par la variation du niveau
des loyers (c’est-à-dire par les hausses et les baisses du niveau des loyers exigés par les propriétairesbailleurs).
Variation en pourcentage des loyers moyens de l’échantillon fixe (immeubles existants
seulement) : Cette mesure permet d’estimer la variation du niveau des loyers. L'estimation est faite à
partir des données sur les immeubles faisant partie de l'échantillon commun à l'Enquête sur les logements
locatifs de l'année en cours et à l'Enquête de l'année précédente. Par contre, le résultat est quand même
influencé, dans une certaine mesure, par l’évolution de la composition de l’univers des logements locatifs
(par exemple, par la rénovation ou la modernisation d’unités locatives et le roulement des locataires, des
facteurs qui ne sont pas mesurés par l’Enquête, les données recueillies n’étant pas assez détaillées).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
15
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
MÉTHODE DE L’ENQUÊTE SUR LES LOGEMENTS LOCATIFS
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) mène l’Enquête sur les logements locatifs (ELL) chaque année en avril et
en octobre pour mesurer les forces en présence sur le marché locatif. L’ELL porte sur un échantillon de logements pris dans tous les
centres urbains de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles d’initiative privée qui comptent au moins trois logements locatifs et qui sont
sur le marché depuis au moins trois mois sont inclus. L’Enquête permet de recueillir des données sur les loyers du marché, les unités
disponibles et les unités vacantes pour tous les immeubles compris dans l’échantillon.
L’ELL se fait par téléphone ou sur place, et l’information est obtenue du propriétaire, du gestionnaire ou du concierge. Elle a lieu pendant
les deux premières semaines d’avril et d’octobre, et ses résultats reflètent la conjoncture du marché à ce moment-là.
La SCHL revoit constamment l’univers des immeubles de logements locatifs pour veiller à ce qu’il soit le plus complet possible. Chaque
année, les immeubles achevés récemment qui comptent au moins trois logements locatifs sont ajoutés à l’univers de l’Enquête. De plus, la
SCHL effectue des examens approfondis en comparant l’univers locatif à d’autres sources de données pour s’assurer que la liste des
immeubles visés par l'Enquête est aussi complète que possible.
L’ELL de la SCHL permet de connaître les taux d’inoccupation, les taux de disponibilité et les loyers moyens des logements neufs et
existants. En outre, une mesure permet d’estimer le taux de variation des loyers dans les immeubles existants seulement. Cette mesure
tient compte des immeubles qu’ont en commun les échantillons d'enquête de la période actuelle et de l’année précédente. En examinant
comment évoluent les loyers dans les immeubles existants, on fait abstraction de l’incidence que peuvent avoir les immeubles neufs, les
immeubles convertis et le renouvellement de l’échantillon de l’Enquête sur la variation en pourcentage des loyers, et l'on obtient ainsi une
estimation de l’évolution des loyers exigés par les propriétaires. Les estimations relatives à la variation des loyers dans les immeubles
existants sont diffusées dans les Rapports sur le marché locatif : Faits saillants pour le Canada et pour chaque province, ainsi que dans les
rapports portant sur les régions métropolitaines de recensement (Enquête de l’automne seulement). Les loyers pratiqués dans les
immeubles neufs et les immeubles existants y figurent également. Les taux de variation des loyers sont statistiquement significatifs dans le
cas des immeubles existants, alors qu’ils peuvent ne pas l’être si on les calcule en incluant les logements neufs et existants.
MÉTHODE DE L’ENQUÊTE SUR LE MARCHÉ LOCATIF SECONDAIRE
Chaque année en septembre et en octobre, la SCHL mène l’Enquête sur le marché locatif secondaire (EMLS) pour mesurer les
forces en présence sur ce marché. Ce dernier englobe les logements qui ne sont pas visés par l’ELL : maisons individuelles offertes en
location, maisons jumelées offertes en location (maisons situées dans un ensemble comptant deux logements), maisons en rangée en
propriété absolue offertes en location, appartements offerts en location dans un duplex (immeuble comptant deux logements superposés),
appartements accessoires offerts en location (logements distincts situés à l’intérieur d’une habitation), logements en copropriété offerts en
location (catégorie pouvant comprendre plusieurs types de logement, mais essentiellement composée d'appartements), appartements situés
dans un bâtiment commercial ou un autre type d'immeuble renfermant un ou deux logements.
L’EMLS est effectuée dans certaines régions métropolitaines de recensement (RMR). Elle comporte trois volets :
• Enquête auprès des ménages sur les loyers;
• Enquête sur les loyers des appartements en copropriété (menée auprès des ménages locataires);
• Enquête sur les taux d’inoccupation des appartements en copropriété (menée auprès des propriétaires).
Les trois enquêtes se font par téléphone. Dans l’Enquête sur les taux d’inoccupation des appartements en copropriété, les données sont
obtenues du propriétaire, du gestionnaire ou du concierge et peuvent être recueillies sur place si aucun contact téléphonique n’a pu être
établi. Dans les deux autres enquêtes, l’information est recueillie auprès d’un adulte faisant partie du ménage. Les trois enquêtes ont lieu en
septembre et en octobre, et les résultats témoignent de la conjoncture du marché à ce moment-là.
Dans le cas de l’Enquête sur les taux d’inoccupation des appartements en copropriété, la SCHL publie des données sur le nombre d’unités
louées et sur les taux d’inoccupation. Dans le cas de l’Enquête sur les loyers des appartements en copropriété et de l’Enquête auprès des
ménages sur les loyers, elle publie des données sur les loyers moyens. Chaque estimation fournie est assortie d’un code à une lettre
indiquant son degré de fiabilité statistique (déterminé selon le coefficient de variation, ou c.v.). Les appartements en copropriété offerts en
location ont fait l'objet de l’EMLS dans les RMR suivantes : Vancouver, Victoria, Calgary, Edmonton, Regina, Saskatoon, Winnipeg, Toronto,
Ottawa, Montréal et Québec (NOTE : les données sur les loyers des copropriétés offertes en location n’ont pas été recueillies pour Regina
et Saskatoon). D'autres logements du marché locatif secondaire ont été visés par l’EMLS à Abbotsford, Barrie, Calgary, Edmonton, Halifax,
Montréal, Ottawa, Québec, St. John’s, Toronto, Winnipeg, Regina, Saskatoon, Kelowna, Vancouver et Victoria.
Chaque année, la SCHL revoit les méthodes d’estimation utilisées dans le cadre de l’Enquête auprès des ménages sur les loyers, ce qui peut
entraîner des changements aux estimations déjà publiées. Toutefois, toutes les données statistiques figurant dans la présente publication
sont conformes aux nouvelles méthodes d’estimation.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
16
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
Définitions
Logement disponible : Un logement locatif est considéré comme étant disponible si le locataire actuel a envoyé ou reçu un
avis de déménagement officiel et qu’aucun nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le logement est vacant (voir la
définition de « logement vacant »).
Loyer : Montant réel que les locataires paient pour leur logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des commodités et
services, comme le chauffage, l’électricité, le stationnement et l’eau chaude, sont inclus ou non dans le loyer. Dans le cas des
logements disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant demandé par le propriétaire.
Les chiffres sur les loyers moyens figurant dans la présente publication donnent une bonne indication du montant que paient
les locataires selon la taille des logements et le secteur géographique. Les services comme le chauffage, l’électricité et l’eau
chaude peuvent être inclus ou non dans le loyer.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements offerts en location, dont un ou
plus n’a pas d’entrée privée. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements
locatifs compris dans les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements contigus avec entrée
privée qui sont offerts en location. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de
logements locatifs compris dans les ensembles. Les logements (ou maisons) en rangée sont parfois appelés logements en
bande.
Logement vacant : Un logement est considéré comme étant vacant s’il n’est pas occupé au moment de l’Enquête et qu’il
pourrait l’être immédiatement.
Définition des secteurs de recensement utilisés dans la présente publication
Une région métropolitaine de recensement (RMR) ou une agglomération de recensement (AR) est formée d’une ou de
plusieurs municipalités adjacentes situées autour d’une grande région urbaine (appelée noyau urbain). Un noyau urbain doit,
selon les données du recensement de la population, compter au moins 10 000 habitants pour former une AR et au moins
100 000 habitants pour former une RMR. Pour être incluses dans une RMR ou une AR, les municipalités adjacentes doivent
avoir un degré d’intégration élevé avec la région urbaine centrale, lequel est déterminé par le volume de navetteurs établi
d’après les données du recensement sur le lieu de travail. Les RMR et les AR englobent des municipalités ou des subdivisions
de recensement.
Les données sont fondées sur les secteurs définis aux fins du Recensement de 2011 de Statistique Canada.
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs et l’Enquête sur le marché locatif secondaire n’auraient pas pu être effectuées sans la
collaboration des propriétaires, gestionnaires et concierges d’immeubles des différentes régions du Canada. La SCHL apprécie
grandement leur travail acharné ainsi que l’aide qu’ils lui apportent en fournissant de l’information exacte en temps voulu.
Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information qui profitera à l’ensemble du secteur de
l’habitation.
Les indicateurs de l'abordabilité des logements locatifs
La SCHL ne fait plus état de ses indicateurs de l'abordabilité des logements locatifs (c.-à-d., comparaison du loyer moyen et du
revenu moyen des locataires) en raison de l'importante variabilité des données sous-jacentes sur le revenu des locataires.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
17
Rapport sur le marché locatif - RMR de Sherbrooke - Date de diffusion - automne 2013
La SCHL : Au cœur de l’habitation
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) est l’organisme national responsable de l’habitation au Canada,
et ce, depuis plus de 65 ans.
En collaboration avec d’autres intervenants du secteur de l’habitation, elle contribue à faire en sorte que le système canadien
de logement demeure l’un des meilleurs du monde. La SCHL aide les Canadiens à accéder à un large éventail de solutions de
logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de collectivités et de villes dynamiques et saines
partout au pays.
Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à l’adresse suivante :
www.schl.ca ou suivez nous sur Twitter, YouTube et Flickr.
Vous pouvez aussi communiquer avec nous par téléphone, au 1-800-668-2642, ou par télécopieur, au 1-800-245-9274.
De l’extérieur du Canada : 613-748-2003 (téléphone); 613-748-2016 (télécopieur).
La Société canadienne d’hypothèques et de logement souscrit à la politique du gouvernement fédéral sur l’accès des
personnes handicapées à l’information. Si vous désirez obtenir la présente publication sur des supports de substitution,
composez le 1-800-668-2642.
La gamme complète des publications nationales standards du Centre d’analyse de marché (CAM) est offerte gratuitement,
en format électronique, sur le site Web de la SCHL. Vous pouvez consulter, imprimer ou télécharger les éditions déjà parues,
ou encore vous abonner aux futures éditions et recevoir automatiquement, par courriel, de l’information sur le marché le
jour même où elle est diffusée : c’est rapide et pratique! Visitez le www.schl.ca/marchedelhabitation.
Pour en savoir davantage au sujet du CAM et de la mine de renseignements sur le marché de l’habitation qu’il met à votre
disposition, rendez-vous au www.schl.ca/marchedelhabitation.
© 2013, Société canadienne d’hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La SCHL autorise toute utilisation
raisonnable du contenu de la présente publication, à la condition toutefois que ce soit à des fins personnelles, pour des
recherches d’affaires ou d’intérêt public, ou encore dans un but éducatif. Elle accorde le droit d’utiliser le contenu à titre
de référence générale dans des analyses écrites ou dans la présentation de résultats, de conclusions ou de prévisions, et de
citer de façon limitée les données figurant dans la présente publication. La SCHL autorise également l’utilisation raisonnable
et restreinte du contenu de ses rapports dans des publications commerciales, sous réserve des conditions susmentionnées.
Elle conserve toutefois le droit d’exiger, pour une quelconque raison, l’interruption d’une telle utilisation.
Chaque fois que le contenu d’une publication de la SCHL est utilisé, y compris les données statistiques, il faut en indiquer la
source comme suit :
Source : SCHL (ou, selon le cas, « Adaptation de données provenant de la SCHL »), titre de la publication, année et date
de diffusion.
À défaut de quoi ledit contenu ne peut être reproduit ni transmis à quiconque. Lorsqu’une organisation se procure une
publication, elle ne doit pas en donner l’accès à des personnes qui ne sont pas à son emploi. La publication ne peut être
affichée, que ce soit en partie ou en totalité, dans un site Web qui serait ouvert au public ou accessible à des personnes
qui ne travaillent pas directement pour l’organisation. Pour obtenir la permission d’utiliser le contenu d’une publication
d’analyse de marché de la SCHL à des fins autres que celles susmentionnées ou de reproduire de grands extraits ou
l’intégralité des publications d’analyse de marché de la SCHL, veuillez communiquer avec le Centre canadien de
documentation sur l’habitation (CCDH); courriel : chic@schl.ca – téléphone : 613-748-2367 ou 1-800-668-2642.
Veuillez fournir les informations suivantes au CCDH :
Titre de la publication, année et date de diffusion.
Sans limiter la portée générale de ce qui précède, il est interdit de traduire un extrait de publication sans l’autorisation
préalable écrite de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.
Les renseignements, analyses et opinions contenus dans cette publication sont fondés sur diverses sources jugées fiables,
mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni la Société canadienne d’hypothèques et de logement ni ses employés n’en
assument la responsabilité.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
18
Marché de l’habitation :
notre savoir
à votre service
Rapports gratuits en ligne :
n Statistiques du logement au Canada
n Bulletin mensuel d’information sur le logement
n Perspectives du marché de l’habitation, Canada
n Perspectives du marché de l’habitation :
Faits saillants – Canada et les régions
n Perspectives du marché de l’habitation, grands centres urbains
n Tableaux de données sur le marché de l’habitation :
Quelques centres urbains du Centre-Sud de l’Ontario
n Actualités habitation, Canada
n Actualités habitation, grands centres urbains
n Actualités habitation, régions
n Statistiques mensuelles sur l’habitation
n Perspectives du marché, Nord du Canada
n Tableaux de données provisoires sur les mises en chantier
n Rapport sur le marché locatif : Faits saillants provinciaux
n Rapport sur le marché locatif, grands centres urbains
n Statistiques sur le marché locatif
n Construction résidentielle en bref, centres urbains des Prairies
n Rapports sur les résidences pour personnes âgées
Les rapports électroniques du
Centre d’analyse de marché de
la SCHL procurent une foule de
renseignements détaillés sur les
marchés national, provinciaux,
régionaux et locaux.
Prévisions et analyses :
renseignements sur les
tendances futures du marché
de l’habitation aux échelles
locale, régionale et nationale.
Données et statistiques :
renseignements sur les
différents aspects du marché de
l’habitation – mises en chantier,
loyers, taux d’inoccupation, et
beaucoup plus!
Obtenez tout de suite l’information dont vous avez besoin!
Cliquez sur www.schl.ca/marchedelhabitation pour consulter
ou télécharger des publications ou encore pour vous abonner.
64449_2013_A01
Les résultats de recherche sur le logement
vous intéressent-ils?
Demeurez au fait des plus récents résultats de recherche sur l’habitation et des
différents événements d’intérêt liés aux logements durables, aux conditions de
logement, aux tendances, au financement de l’habitation, et à bien d’autres sujets.
Inscrivez-vous dès maintenant au bulletin électronique
« Recherche en habitation » de la SCHL!
Article vedette
Étude de cas sur l’élimination des moisissures dans
les Premières Nations : Première Nation Ahousaht
Cette étude de cas met en lumière les efforts d’élimination des moisissures déployés par la Première Nation
Ahousaht en Colombie-Britannique. Non seulement cette communauté reçoit-elle plus de deux fois la quantité
de pluie que Vancouver reçoit en une année, mais la majorité de ses maisons parmi les plus vieilles sont aussi
aux prises avec des sources d’eau souterraine et un mauvais drainage. Le jeu combiné des pluies abondantes
et de la problématique causée par la nappe souterraine a contribué à engendrer des problèmes de moisissures
dans les habitations de la communauté.
La Première Nation Ahousaht s’est attaquée aux problèmes de moisissures sur plusieurs fronts : elle a mis sur
pied une nouvelle équipe du logement; elle a élaboré de nouvelles politiques et pratiques de construction; et
elle a formé des gens sur place, de manière à renforcer la capacité de la communauté à éliminer les
moisissures et à construire de nouvelles maisons. La Première Nation Ahousaht a nettement amélioré son parc
immobilier, de sorte qu’elle se concentre maintenant sur l’efficacité de la ventilation, la circulation d’air dans les
maisons et l’évacuation à l’extérieur de l’air vicié chargé d’humidité.
Vidéo Des poumons pour votre maison
Au Canada, les maisons neuves n’ont jamais été aussi étanches et éconergétiques. C’est avantageux, car les
frais de chauffage diminuent et la maison est plus confortable. Le hic, c’est que l’air frais entre plus difficilement
et que l’air vicié ou humide reste emprisonné plus longtemps.
Dans les maisons d’un certain âge, les infiltrations d’air assurent un minimum de ventilation. Le problème, c’est
qu’il y aura des courants d’air et que l’aération naturelle est localisée et compliquée à gérer. Quand il fait beau,
on peut bien ouvrir une fenêtre, mais en hiver, cette pratique fait grimper les frais de chauffage. Une meilleure
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising