RMR de St. John’s Rapport Sur le marchÉ Locatif

RMR de St. John’s Rapport Sur le marchÉ Locatif
L e
m a r c h É
d e
l ’ h a b i t a t i o n
Rapport Sur le marchÉ Locatif
RMR de St. John’s
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Table des matières
Date de diffusion : automne 2012
la région métropolitaine de recensement (RMR) de St. John’s, le taux
d’inoccupation s’élevait à 2,8 % en octobre 2012, alors qu’il était de 1,3 % un
an plus tôt.
2
Le taux d’inoccupation
augmente dans la région de
St. John’s
4
L’accession à la propriété
est difficile pour certains
ménages locataires
4
Les jeunes adultes alimentent
la demande de logements
locatifs
5
La conjoncture économique
influe sur le marché locatif
5
Faibles taux de disponibilité
5
Perspectives pour 2013
6
Carte de zone
8
Liste des tableaux
„„ Dans
„„ St. John’s
Est affichait le taux d’inoccupation le plus bas de la RMR, soit 2,2 %.
„„ La
croissance économique qu’a connue la RMR de St. John’s a continué d’y
soutenir la demande de logements locatifs en 2012.
„„ Dans
les immeubles qu’ont en commun les univers d’enquête d’octobre
2011 et d’octobre 2012, le loyer moyen des logements de deux chambres a
augmenté de 4,0 % en octobre cette année et s’est chiffré à 798 $.
Figure 1
N
Le taux d'inoccupation des
app. de la RMR de St. John's
en 2012 est de : 2,8%
­
17 Méthode
­
­
­
St. John's Est
2,2%
A B O N N E Z - VO U S
MAINTENANT!
St. John's Ouest
3,5%
Reste de la RMR
2,8%
Légende
2,2% Taux d'inoccupation de St. John's Est pour 2012
ç
­
Taux d'inoccupation en 2012 égal à celui de 2011
Taux d'inoccupation en 2012 supérieur à celui de 2011
Taux d'inoccupation en 2012 inférieur à celui de 2011
0
2.5
5
10 Km
à cette publication et à d’autres
rapports du CAM en passant par le
Bureau de commandes, à l’adresse
www.schl.ca/marchedelhabitation.
C’est pratique et rapide! Vous pouvez
consulter, imprimer ou télécharger
les publications, ou encore vous y
abonner et les recevoir par courriel,
le jour même où elles sont diffusées.
Mieux encore, la version électronique
des produits nationaux standards est
maintenant gratuite.
Marché de l’habitation : notre savoir à votre service depuis 25 ans
AU CŒUR DE L’HABITATION
­
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
Taux d'inoccupation des
appartements (%)
par grand centre
Abbotsford
Barrie
Brantford
Calgary
Edmonton
Gatineau
Grand Sudbury
Guelph
Halifax
Hamilton
Kelowna
Kingston
Kitchener-Cambridge-Waterloo
London
Moncton
Montréal
Oshawa
Ottawa
Peterborough
Québec
Regina
Saguenay
Saint John
Saskatoon
Sherbrooke
St. Catharines-Niagara
St. John's
Thunder Bay
Toronto
Trois-Rivières
Vancouver
Victoria
Windsor
Winnipeg
Tous les centres
Figure 2
Évolution du taux d’inoccupation – RMR de St. John's
oct. oct.
2011 2012
6,7
1,7
1,8
1,9
3,3
2,2
2,8
1,1
2,4
3,4
3,0
1,1
1,7
3,8
4,3
2,5
1,8
1,4
3,5
1,6
0,6
1,4
5,9
26
2,6
4,7
3,2
1,3
1,7
1,4
3,9
1,4
2,1
8,1
1,1
2,2
4,2
2,0
3,5
1,3
1,7
3,3
2,7
1,4
3,0
3,5
4,0
1,7
2,6
3,9
6,7
2,8
2,1
2,5
2,7
2,0
1,0
2,0
9,7
26
2,6
5,0
4,0
2,8
1,1
1,7
5,2
1,8
2,7
7,3
1,7
2,6
Pour en savoir d'avantage, veuillez consulter le
Rapport sur le marché locatif: Faits saillants - Canada
sur le site web de la SCHL.
Le taux d’inoccupation
augmente dans la région
de St. John’s
Dans la région métropolitaine de
recensement (RMR) de St. John’s, le
taux d’inoccupation des logements
est passé de 1,3 % en octobre 2011,
à 2,8 % en octobre 2012. Ce taux
Taux d'inoccupation (%)
6,0
5,1
5,0
4,5
4,0
3,1
2,0
2,8
2,6
3,0
2,0
0,8
1,0
0,9
1,1
1,3
0,0
2003
2004
2005
2006
2007 2008
Année
2009
2010
2011
2012
Source : SCHL
demeure toutefois relativement
bas en regard des années passées.
La croissance de la population, de
l’emploi et du revenu continue
d’attirer des gens dans la région.
L’expansion démographique, en
particulier, alimente la demande sur le
marché locatif, les nouveaux arrivants
ayant généralement tendance à louer
un logement plutôt qu’à en acheter
un. Les prix actuels des habitations
et la solidité de l’économie sont
d’autres facteurs qui ont favorisé la
demande sur le marché locatif en
2012. Cependant, malgré le peu de
nouveaux logements sur le marché,
ces facteurs positifs de la demande
n’ont pas suffi pour empêcher une
hausse du taux d’inoccupation.
Comme prévu, la concurrence accrue
livrée par le marché locatif secondaire,
sous la forme d’appartements
aménagés en sous-sol, a fait que
certains locataires ont délaissé les
logements locatifs traditionnels visés
par l’Enquête.
L’Enquête sur les logements locatifs
(ELL) menée par la SCHL pendant les
deux premières semaines d’octobre
a recensé 3 467 appartements
d’initiative privée dans la RMR de
St. John’s. L’Enquête indique que le
taux d’inoccupation s’y est établi
à 2,8 %. Par comparaison, le taux
d’inoccupation à l’automne 2011
était de 1,3 %. C’est maintenant la
sixième année de suite que le taux
d’inoccupation dans la RMR de
St. John’s est inférieur à 3 %.
Cette année, le taux d’inoccupation
a été égal ou inférieur à 3,5 % dans
chacune des zones de l’agglomération
de St. John’s. Le changement le plus
marqué s’est produit dans la zone 2
(St. John’s Ouest), où le taux est passé
de 1,6 % à l’automne 2011 à 3,5 %
un an plus tard. Par ailleurs, il est
monté de 0,9 à 2,2 % dans St. John’s
Est (zone 1) et de 2,3 à 2,8 % dans
la zone 3 (reste de la RMR). C’est
dans la catégorie des studios que la
proportion d’unités vacantes était
la plus élevée (4,2 %) et dans celle
des appartements d’une chambre
qu’elle était la plus basse (2,1 %). Les
unités de deux et de trois chambres
et plus affichaient un même taux
d’inoccupation en octobre, soit 3,0 %.
Le loyer moyen de toutes les tailles
Société canadienne d’hypothèques et de logement
2
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
d’appartements a augmenté dans
l’ensemble de la région en 2012. Dans
les immeubles communs aux enquêtes
de 2011 et de 2012, la catégorie des
logements de deux chambres est
celle où le loyer moyen s’est accru
le moins. Les hausses ont été les
suivantes : 4,0 % pour les logements
de deux chambres ; 4,8 % pour ceux
d’une chambre et de trois chambres
et plus ; 4,2 % pour les studios.
Le loyer moyen, toutes tailles de
logements confondues, a enregistré
une hausse de 4,2 %.
Les loyers moyens en octobre
2012 étaient les suivants : studios,
611 $ ; logements d’une chambre,
709 $ ; logements de deux chambres,
798 $ ; logements de trois chambres
et plus, 854 $. Le loyer moyen de
l’ensemble des logements s’établissait
à 758 $. L’augmentation continue des
loyers moyens depuis 2008 reflète
l’accroissement de l’activité dans
l’ensemble du marché de l’habitation
pendant cette période.
La vigueur de l’économie et du
marché de l’habitation de St. John’s se
sont traduits par un accroissement
des investissements des fiducies
de placement immobilier dans ce
marché au cours des dernières
années. Ces fiducies détiennent et
continuent d’acheter la plupart des
gros immeubles d’appartements dans
la RMR de St. John’s. Conformément
aux prévisions de la SCHL pour le
segment des logements collectifs, l’une
d’elles a entrepris la construction
d’une tour d’habitation à Pleasantville
plus tôt cette année, et l’ensemble est
toujours en construction. Il s’agit du
premier immeuble d’appartements
locatifs qui ait été mis en chantier en
plus de 25 ans. Puisque les loyers du
marché des appartements neufs ont
maintenant atteint un niveau qui rend
possible la construction de grands
ensembles locatifs, on s’attend à ce
que la construction d’immeubles
de logements destinés à la location
accroisse l’offre de logements sur
le marché locatif au cours des
prochaines années et exerce une
pression à la hausse sur le taux
d’inoccupation.
du terrain.
La conjoncture du marché locatif
local dépend d’un certain nombre
de facteurs. Parmi les facteurs
ayant une incidence sur la demande
de logements locatifs figurent la
conjoncture économique, la situation
de l’emploi, l’accroissement de la
population et du revenu ainsi que
le taux de propriétaires-occupants.
Quant à l’offre, elle évolue en fonction
des ajouts faits au parc locatif par
la construction de logements ou
la conversion de locaux existants
en appartements. L’offre sera
réduite lorsque des immeubles de
logements locatifs sont transformés
en immeubles de copropriétés ou en
hôtels pour séjours prolongés, deux
phénomènes qui se sont produits
récemment dans ce marché. Plus
rarement, des appartements ont été
détruits lors d’incendies ou éliminés
pour permettre d’autres utilisations
Outre l’incidence du parc des
ensembles d’au moins trois
appartements locatifs, l’offre et
la demande subissent les effets
de la concurrence exercée par le
marché locatif secondaire, lequel a
une assez grande importance dans
la région de St. John’s. Ce marché
comprend des maisons individuelles,
des jumelés, des maisons en rangée,
des duplex ainsi que d’autres
habitations dont la plupart sont des
logements accessoires (appartements
aménagés en sous-sol). De fait, il y
a eu une augmentation importante
du nombre d’appartements en soussol en 2012. En raison du prix des
maisons en ce moment, de nombreux
acheteurs souhaitent toucher un
revenu locatif (762 $ en moyenne)
qui atténuera la hausse des charges
de remboursement hypothécaire.
Le nombre de ménages occupant
un logement locatif du marché
secondaire dans l’agglomération de St.
John’s est assez élevé : on estime qu’il
atteignait 15 376 en octobre dernier.
L’Enquête de 2012 a relevé les loyers
moyens suivants dans l’ensemble du
Figure 3
Sur le plan démographique, les jeunes jouent un rôle
déterminant dans le marché locatif
Proportions de locataires et de propriétaires selon l’âge du soutien du ménage,
RMR de St. John's
75 ans et…
Locataires
65 à 74 ans
55 à 64 ans
45 à 54 ans
35 à 44 ans
25 à 34 ans
Propriétaires
Moins de…
0%
10 %
20 %
30 %
40 %
50 %
60 %
70 %
80 %
90 % 100 %
Source : Statistique Canada
MLS® est une marque de commerce enregistrée de l’Association canadienne de l’immeuble.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
3
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
marché locatif secondaire : 631 $
pour les logements d’une chambre,
671 $ pour ceux de deux chambres
et 764 $ pour ceux de trois chambres.
Fait intéressant pour le marché local :
le loyer moyen sur le marché locatif
secondaire a atteint 1 084 $ pour les
maisons individuelles, 591 $ pour les
jumelés, les maisons en rangée et les
duplex, et 762 $ pour les autres types
d’habitations, lesquelles sont surtout
des appartements accessoires (en
sous-sol). On trouvera les résultats
détaillés de l’Enquête sur le marché
locatif secondaire dans les tableaux
5.1 et 5.2.
L’accession à la propriété
est difficile pour certains
ménages locataires
Le marché de l’habitation de la RMR
est resté assez dynamique en 2012, et
les prix ont poursuivi leur ascension.
Comme le prix MLS® moyen a
enregistré un taux de croissance à
un chiffre cette année et que le prix
moyen était supérieur à 280 000 $,
on a vu diminuer l’offre d’habitations
existantes à prix relativement
abordable pour les locataires
souhaitant devenir propriétaires. En
effet, la forte activité dans le secteur
de la construction résidentielle
s’est traduite par la production de
logements neufs plus coûteux, dont
les prix posent un réel défi aux
accédants à la propriété et autres
ménages locataires. Fin septembre, le
prix moyen des maisons individuelles
neuves atteignait environ 387 000 $
alors qu’il était de 347 000 $ douze
mois auparavant, une hausse de
40 000 $. En conséquence, certains
ménages locataires de la région de
St. John’s n’auraient pu accéder à
la propriété en 2012. Toutefois, la
hausse du taux d’inoccupation donne
à penser que certains ménages
locataires ont réussi à acheter une
habitation. Alors que le prix élevé des
habitations et la solidité de l’économie
soutenaient la demande sur le marché
locatif pendant la période d’enquête,
d’autres facteurs, notamment les
bas taux hypothécaires et la forte
croissance du revenu, ont eu un effet
contraire, déplaçant la demande de
certains ménages locataires vers
des logements pour propriétairesoccupants. En outre, on croit que le
parc de logements locatifs existants
visé par l’ELL, c’est-à-dire celui qui est
composé d’ensembles comptant au
moins trois logements, a dû faire face
à une concurrence accrue en raison
de l’augmentation du nombre de
logements accessoires en sous-sol.
En 2012, le bassin de locataires
potentiels continue d’être alimenté
par les jeunes qui quittent le domicile
parental ou qui déménagent de
collectivités rurales vers la région
de St. John’s. Un autre facteur a fait
augmenter les rangs des locataires
éventuels en 2012 : l’arrivée à St. John’s
d’un nombre important de migrants
venus y travailler ou s’y instruire. Ces
facteurs ont soutenu la demande
d’appartements locatifs ; ils ont de plus
contribué au maintien d’assez bas taux
d’inoccupation et à une augmentation
de 4,2 % du loyer moyen.
Les jeunes adultes
alimentent la demande de
logements locatifs
Dans le passé, les appartements
libérés par les locataires ayant
accédé à la propriété étaient ensuite
loués par de jeunes adultes (ceux de
la tranche d’âge de 18 à 24 ans). En
moyenne, environ 80 % des jeunes
ménages – c’est-à-dire ceux dont
le principal soutien a moins de 25
ans – sont locataires. Ce segment de
la population continue année après
année d’être un important moteur
de la demande de logements locatifs
à St. John’s.
Un autre facteur qui influe sur le
marché locatif local est le retour à
St. John’s, pour y travailler, de jeunes
adultes qui avaient quitté la province
pour aller vivre ailleurs au pays ou
à l’étranger. Ces personnes ont
tendance à louer un logement à leur
arrivée, avant de décider d’acheter
ou de se faire bâtir une habitation.
Comme les emplois dans l’industrie
pétrolière ont continué à se multiplier
dans la région, nombreux sont les
jeunes ingénieurs qui sont venus s’y
installer avec leur famille en 2012.
Un grand nombre d’étudiants de
la région s’inscrivent à l’université
Memorial et dans les collèges locaux,
et celle-ci, en particulier, attire des
étudiants des autres provinces et
de l’étranger. Même si une grande
résidence pour étudiants est
actuellement en construction sur
le campus et pourrait avoir un effet
haussier sur le taux d’inoccupation
l’an prochain, les logements pour
étudiants disponibles en ce moment
sont loin de répondre à la demande
actuelle. En conséquence, une bonne
partie de la demande a débordé sur
le marché des logements locatifs
d’initiative privée et sur le marché
locatif secondaire. S’il est vrai que la
nouvelle résidence devrait contribuer
à atténuer quelque peu le problème,
cette situation a accru la demande sur
le marché locatif local au cours des
dernières années, à un point tel que
certains étudiants sont incapables de
trouver un appartement. On estime
donc que la dynamique créée par les
jeunes adultes constitue un facteur clé
de la conjoncture du marché locatif de
St. John’s en 2012.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
4
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
La conjoncture
économique influe sur le
marché locatif
La conjoncture économique favorable
que connaît la région de St. John’s
continue de soutenir la demande de
logements locatifs en 2012, de sorte
que les loyers ont augmenté et que
le taux d’inoccupation est resté assez
bas. La production de pétrole en
mer et la longue liste de gros projets
d’investissement dans les diverses
régions de la province ont une fois
de plus engendré une vive activité
économique et soutenu l’ensemble
du marché de l’habitation. Le pétrole
contribue encore au PIB de la
province à hauteur d’environ 40 % et
fournit à peu près le tiers des recettes
du gouvernement provincial. Au
nombre des indicateurs économiques
pour 2012 figurent une forte hausse
de l’emploi et des revenus, une
croissance démographique positive et
une augmentation des ventes au détail
ainsi que des ventes de véhicules
automobiles.
La diminution naturelle de la
production pétrolière au large des
côtes et les travaux de remise en
état de plates-formes pétrolières
limiteront quelque peu la progression
du PIB en 2012. Cependant, les
importantes redevances que touche la
province sur la production pétrolière
continueront de favoriser une hausse
des dépenses du gouvernement
provincial, lesquelles soutiendront
les travaux d’infrastructure et
atténueront le repli attendu du PIB.
On prévoit également qu’un certain
nombre de projets supplémentaires
dans le secteur des ressources
naturelles et des mines favoriseront la
croissance économique cette année.
La croissance de l’emploi et de la
population active, qui a atteint des
niveaux records en 2012, et le taux
de chômage demeuré très bas ont
contribué au maintien de bas taux
d’inoccupation et à la hausse des
loyers. La vitalité du marché du travail
continue de pousser à la hausse les
revenus et les salaires hebdomadaires
moyens, de sorte que les ménages
locataires peuvent plus facilement
payer leur loyer mensuel. Dans
l’ensemble, le revenu des particuliers
continue de croître à un taux annuel
moyen d’environ 5 %. La vigueur de
ces grands paramètres économiques a
soutenu le marché local de l’habitation
cette année encore et, bien que
le taux d’inoccupation des unités
locatives ait monté à 2,8 %, il reste
bas et sera soutenu par la croissance
économique continue à laquelle on
s’attend.
Faibles taux de
disponibilité
Selon les résultats de l’Enquête sur
les logements locatifs menée en
octobre, le taux de disponibilité a été
égal ou inférieur à 4,2 % dans toutes
les catégories d’appartements, selon
la taille, au cours des douze derniers
mois. Le taux de disponibilité global
a augmenté par rapport à 2011,
passant de 1,8 à 3,3 %. Les différents
pourcentages se situent entre 2,4 %
(logements d’une chambre) et 4,2 %
(studios). Les unités de deux chambres
affichaient un taux de disponibilité de
3,6 % et celles de trois chambres et
plus, un taux de 3,7 %. Sont considérés
comme disponibles les logements
vacants ainsi que ceux dont les
occupants ont donné ou reçu un avis
de déménagement mais pour lesquels
aucun nouveau bail n’a été signé. Les
taux de disponibilité donnent une idée
un peu plus précise des tendances à
court terme de l’offre de logements
locatifs vacants.
Perspectives pour 2013
Malgré la hausse du taux
d’inoccupation cette année, on
s’attend à ce que le marché locatif
demeure relativement tendu en
regard des années passées. L’activité
économique de la région de St.
John’s aura encore un effet positif
sur son bilan migratoire en y attirant
des travailleurs d’autres régions
de la province et du pays ainsi
que de l’étranger. En outre, le prix
relativement élevé des habitations
continuera de ralentir le mouvement
d’accession à la propriété. L’Université
Memorial et les collèges locaux
continueront d’attirer des étudiants
de la région et de l’étranger, lesquels
optent habituellement pour la location
d’un logement. Pour la première
fois en plus de 25 ans, on investit
dans la construction d’immeubles
d’appartements. Ces investissements
et la concurrence accrue livrée par
le marché locatif secondaire, sous la
forme d’appartements aménagés en
sous-sol, feront croître petit à petit
l’offre d’appartements et créeront
vraisemblablement des pressions à la
hausse sur le taux d’inoccupation. Par
conséquent, le taux d’inoccupation des
immeubles d’au moins trois logements
locatifs visés par l’Enquête (ce qui
exclut les constructions comprenant
deux logements) devrait croître et
atteindre 3,5 % en 2013. Ce taux
d’inoccupation demeurant assez bas,
la demande continuera d’exercer
une pression à la hausse sur le loyer
moyen. Ainsi, le loyer mensuel moyen
des logements de deux chambres
devrait monter à 825 $ en 2013.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
5
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
N
RMR de St. John's
HIG
H
WA
Y2
1
Pouch Cove
Flatrock
TO
RB
AY
R
D
Bauline
Torbay
Portugal CoveSt. Philip's
Logy Bay-Middle
Cove-Outer Cove
St. John's
Petty HarbourMaddox Cove
MAIN RD
Conception Bay
South
Mount
Pearl
HIGH
WAY
1
Paradise
HIGHW
AY
10
HI
GH
W
AY
61
HIG
HW
AY 1
3
ZONES
01 - St. John's Est
03 - Reste de la RMR
02 - St. John's Ouest
Frontières municipales *
* D'après le Recensement de 2011, Statistique Canada
Bay Bulls
Witless Bay
0 1.25 2.5
5
7.5
Km
Société canadienne d’hypothèques et de logement
6
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
DESCRIPTION DES ZONES DE L'ELL – RMR DE ST. JOHN'S
Zone 1
Zone 2
Zones 1-2
Zone 3
Zones 1-3
La zone St. John's Est correspond à la portion Est de la ville de St. John's. Son périmètre est délimité comme suit : depuis la rue
Sudbury au sud sur l'avenue Bennett jusqu'au chemin Freshwater au nord; vers le nord-ouest sur l'avenue Empire jusqu'à la rue Prince
Philip; vers l'est jusqu'au chemin Portugal Cove; vers le nord sur Portugal Cove jusqu'à Major's Path; vers l'est sur Major's Path
jusqu'au chemin Torbay; vers le nord sur Torbay jusqu'à la rue Stavanger; vers l'est sur Stavanger, qui devient Snow's Lane, jusqu'au
chemin Logy Bay. La zone comprend tous les secteurs du centre-ville de St. John's, notamment Pleasantville, Quidi Vidi et Outer
Battery.
La zone St. John's Ouest correspond à la portion Ouest de la ville de St. John's. Son périmètre est délimité comme suit : depuis
l'angle de la rue Prince Philip et du chemin Allandale, vers l'ouest sur Prince Philip jusqu'au chemin Thorburn, vers le nord sur
Thorburn jusqu'à la route Outer Ring; vers le sud sur l'avenue Bonaventure jusqu'à l'avenue Elizabeth, vers l'ouest jusqu'à l'angle des
chemins Blackmarsh et Topsail; au sud-ouest par le chemin Brookfield à l'angle du chemin Pearltown. Comprend également les deux
côtés du chemin Kenmount jusqu'à l'angle de l'avenue Mount Carson.
Ville de St. John's
Le reste de la région métropolitaine de recensement (RMR) comprend la ville de Mount Pearl, les municipalités de Paradise,
Conception Bay South, Logy Bay-Middle Cove-Outer Cove, Bauline, Bay Bulls, Flatrock, Petty Harbour-Maddox Cove, Pouch Cove,
Torbay, Portugal Cove-St. Philips et Witless Bay. Elle comprend également la portion restante de la ville de St. John's communément
appelée Goulds.
RMR de St. John's
Société canadienne d’hypothèques et de logement
7
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
Tableaux compris dans les Rapports
sur le marché locative
Fournis dans TOUS les Rapports sur le marché locative
Données sur les appartements d'initiative privée
1.1.1
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
1.1.2
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
1.1.3
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
1.1.4
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
1.1.5
Variation en % estimative du loyer moyen
1.2.1
Taux d'inoccupation (%), selon l'année de construction et le nombre de chambres
1.2.2
Loyer moyen ($), selon l'année de construction et le nombre de chambres
1.3.1
Taux d'inoccupation (%), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
1.3.2
Loyer moyen ($), selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
1.4
Taux d'inoccupation (%), selon la fourchette de loyers et le nombre de chambres
Fournis dans CERTAINS des Rapports sur le marché locative
Données sur les appartements d'initiative privée
1.3.3
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
Données sur les maisons en rangée d'initiative privée
2.1.1
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
2.1.2
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
2.1.3
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
2.1.4
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
2.1.5
Variation en % estimative du loyer moyen
Données sur les appartements et les maisons en rangée d'initiative privée
3.1.1
Taux d'inoccupation (%), selon la zone et le nombre de chambres
3.1.2
Loyer moyen ($), selon la zone et le nombre de chambres
3.1.3
Univers et nombre d'unités vacantes, selon la zone et le nombre de chambres
3.1.4
Taux de disponibilité (%), selon la zone et le nombre de chambres
3.1.5
Variation en % estimative du loyer moyen
Fournis dans les rapports de Québec, Montréal, Ottawa, Toronto, Winnipeg, Regina, Saskatoon, Edmonton, Calgary,
Vancouver et Victoria
Données sur les appartements en copropriété offerts en location *
4.1.1
App. en coprop. offerts en location et app. d'initiative privée visés par l'ELL - Taux d'inoccupation (%)
4.1.2
Loyer moyen ($) des app. en coprop. offerts en location et des app. d'initiative privée visés par l'ELL - nbre de chambres
4.1.3
Loyer moyen ($) des appartements en copropriété offerts en location
4.2.1
Appartements en coprop. offerts en location et app. d'initiative privée visés par l'ELL, Taux d'inoccupation global (%)
- taille de l'immeuble
4.3.1
Univers des coprop., nbre d'unités offertes en location, pourcentage d'app. en coprop. offerts en location et taux
d'inoccupation, Appartements en copropriété.
4.3.2
Univers des coprop., nbre d'unités offertes en location, pourcentage d'app. en coprop. offerts en location et taux d'inoccupation, Appartements
en copropriété - taille de l'immeuble
Fournis dans les rapports de Montréal, Toronto, Vancouver, St. John’s, Halifax, Québec, Barrie, Ottawa, Winnipeg, Regina,
Saskatoon, Calgary, Edmonton, Abbotsford, Kelowna et Victoria
Données sur les logements locatifs du marché secondaire
5.1
Loyer moyen ($) des logements locatifs du marché secondaire selon le type de logement
5.2
Nbre et pourcentage estimatifs de ménages occupant des log. locatifs du marché secondaire selon le type de log.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
8
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
1.1.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Zone
Zone 1 - St. John's Est
Zone 2 - St. John's Ouest
Ville de St. John's (zones 1-2)
Zone 3 - Reste de la RMR
St. John's (RMR)
Studios
oct.11
oct.12
3,0 a
6,0 b
0,6 a
1,9 a
1,9 a
4,2 a
**
**
1,9 a
4,2 b
1 chambre
oct.11
oct.12
0,4 a
2,4 a
1,9 a
2,2 a
1,1 a
2,3 a
2,2 a
0,7 a
1,2 a
2,1 a
2 chambres
oct.11
oct.12
0,6 a
1,5 a
1,6 a
4,4 a
1,1 a
3,0 a
1,4 a
3,3 b
1,1 a
3,0 a
3 chambres +
oct.11
oct.12
0,8 d
0,0 c
2,0 b
4,4 d
1,4 a
2,0 c
5,0 a
6,7 a
2,1 a
3,0 c
Tous les log.
oct.11
oct.12
0,9 a
2,2 a
1,6 a
3,5 a
1,2 a
2,8 a
2,3 a
2,8 a
1,3 a
2,8 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.1.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Zone
Zone 1 - St. John's Est
Zone 2 - St. John's Ouest
Ville de St. John's (zones 1-2)
Zone 3 - Reste de la RMR
St. John's (RMR)
Studios
1 chambre
oct.11
oct.12
oct.11
oct.12
554 a
576 a
684 a
724 a
642 a
672 a
661 a
710 a
583 a
610 a
673 a
718 a
**
**
624 a
657 a
583 a
611 a
666 a
709 a
2 chambres
oct.11
oct.12
783 a
807 a
784 a
818 a
784 a
813 a
626 a
631 a
771 a
798 a
3 chambres +
oct.11
oct.12
869 a
916 a
861 a
884 a
865 a
902 a
660 a
679 a
819 a
854 a
Tous les log.
oct.11
oct.12
730 a
762 a
743 a
781 a
736 a
771 a
630 a
650 a
725 a
758 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives (cv = coefficient de variation):
a – Excellent (0 £ cv £ 2,5), b – Très bon (2,5 < cv £ 5), c – Bon (5 < cv £ 7,5), d – Passable (utiliser avec prudence) (7,5 < cv £ 10)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
9
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
1.1.3 Univers des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Studios
Zone
Zone 1 - St. John's Est
Zone 2 - St. John's Ouest
Ville de St. John's (zones 1-2)
Zone 3 - Reste de la RMR
St. John's (RMR)
1 chambre
2 chambres
3 chambres +
oct.11
oct.12
oct.11
oct.12
oct.11
oct.12
oct.11
oct.12
202
204
512
535
777
777
125
126
155
153
431
430
802
800
101
100
357
357
943
965
1 579
1 577
226
226
6
6
148
142
143
138
57
56
363
363
1 091
1 107
1 722
1 715
283
282
Tous les log.
oct.11
1 616
1 489
3 105
354
3 459
oct.12
1 642
1 483
3 125
342
3 467
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.1.4 Taux de disponibilité (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Zone
Zone 1 - St. John's Est
Zone 2 - St. John's Ouest
Ville de St. John's (zones 1-2)
Zone 3 - Reste de la RMR
St. John's (RMR)
Studios
oct.11
oct.12
3,0 a
6,0 b
1,9 a
1,9 a
2,5 a
4,2 a
**
**
2,5 a
4,2 b
1 chambre
oct.11
oct.12
0,4 a
2,6 a
2,1 a
2,7 a
1,2 a
2,6 a
2,2 a
0,7 a
1,3 a
2,4 a
2 chambres
oct.11
oct.12
0,9 a
1,9 a
2,5 a
5,1 a
1,7 a
3,5 a
1,4 a
4,0 b
1,7 a
3,6 a
3 chambres +
oct.11
oct.12
3,3 d
0,8 d
2,0 b
5,4 c
2,7 b
2,9 b
5,0 a
6,7 a
3,2 b
3,7 b
Tous les log.
oct.11
oct.12
1,2 a
2,6 a
2,3 a
4,1 a
1,7 a
3,3 a
2,3 a
3,1 b
1,8 a
3,3 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
10
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
1.1.5 Variation en % estimative du loyer moyen des appartements d'initiative privée
selon le nombre de chambres
RMR de St. John's
Centre
Zone 1 - St. John's Est
Zone 2 - St. John's Ouest
Ville de St. John's (zones 1-2)
Zone 3 - Reste de la RMR
St. John's (RMR)
Studios
oct.10
oct.11
à
à
oct.11
oct.12
5,3 b
2,5 a
6,5 b
5,9 a
5,9 a
4,3 a
**
**
6,3 a
4,2 a
1 chambre
oct.10
oct.11
à
à
oct.11
oct.12
6,3 b
4,5 c
5,3 b
5,3 a
5,8 a
4,9 b
6,4 a
3,3 a
5,8 a
4,8 b
2 chambres
oct.11
oct.10
à
à
oct.11
oct.12
5,9 a
3,2 c
5,6 a
5,0 a
5,7 a
4,1 a
2,8 b
3,3 b
5,4 a
4,0 a
3 chambres +
oct.10
oct.11
à
à
oct.11
oct.12
6,5 b
6,1 c
9,1 b
3,8 c
7,8 b
4,8 b
4,4 c
5,2 b
7,0 b
4,8 b
1
Tous les log.
oct.10
oct.11
à
à
oct.11
oct.12
5,7 a
3,8 b
6,1 a
4,8 a
5,9 a
4,3 a
5,5 a
3,3 a
5,8 a
4,2 a
1
La variation en pourcentage du loyer moyen constitue une mesure de l'évolution du marché et est fondée sur les immeubles qui ont fait partie de l'échantillon les deux années.
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
++ La variation du loyer n’est pas statistiquement significative. Autrement dit, elle n’est pas différente de zéro (0) sur le plan statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.2.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Année de construction
St. John's (RMR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 ou après
Tous les immeubles
Studios
oct.11
oct.12
5,6
**
3,5
0,0
**
1,9
d
a
b
a
**
**
8,4 a
0,6 a
**
4,2 b
1 chambre
oct.11
oct.12
2,2
**
0,5
0,7
1,8
1,2
b
a
a
b
a
2,4
**
3,1
1,6
1,8
2,1
2 chambres
oct.11
oct.12
b
a
a
b
a
1,4
1,0
0,7
1,2
0,9
1,1
a
a
a
a
a
a
1,8
2,8
3,2
3,0
2,8
3,0
3 chambres +
oct.11
oct.12
a
a
a
a
a
a
2,8
0,0
0,0
3,2
0,0
2,1
c
d
c
a
a
a
0,0
0,0
4,2
3,2
23,0
3,0
Tous les log.
oct.11
oct.12
d
d
c
a
a
c
2,1
1,2
1,2
1,1
1,2
1,3
a
d
a
a
a
a
1,9
2,6
4,3
2,3
3,6
2,8
a
b
a
a
b
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
11
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
1.2.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon l'année de construction et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Année de construction
St. John's (RMR)
Avant 1940
1940 à 1959
1960 à 1974
1975 à 1989
1990 ou après
Tous les immeubles
Studios
oct.11
oct.12
640
**
607
561
**
583
c
a
a
a
1 chambre
oct.11
oct.12
**
**
623 a
594 a
**
611 a
665
715
723
651
564
666
a
b
a
a
b
a
755
718
740
684
610
709
2 chambres
oct.11
oct.12
a
a
a
a
b
a
768
775
744
768
895
771
a
a
a
a
b
a
825
788
773
781
940
798
3 chambres +
oct.11
oct.12
a
a
a
a
b
a
876
793
664
836
1 000
819
a
d
b
a
c
a
934
797
717
850
1 033
854
Tous les log.
oct.11
oct.12
a
c
b
a
c
a
737
745
704
719
787
725
a
a
a
a
b
a
807
758
727
742
836
758
a
a
a
a
b
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives (cv = coefficient de variation):
a – Excellent (0 £ cv £ 2,5), b – Très bon (2,5 < cv £ 5), c – Bon (5 < cv £ 7,5), d – Passable (utiliser avec prudence) (7,5 < cv £ 10)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.3.1 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Studios
oct.11
oct.12
Taille
St. John's (RMR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
**
11,1
0,0
2,1
0,0
1,9
a
a
a
a
a
**
8,7
0,0
5,5
0,0
4,2
1 chambre
oct.11
oct.12
a
a
a
a
b
3,0
0,0
0,6
0,0
1,0
1,2
b
c
a
a
a
a
3,2
2,7
1,2
4,3
0,5
2,1
2 chambres
oct.11
oct.12
c
b
a
a
a
a
2,6
0,6
0,6
1,6
0,7
1,1
b
a
a
a
a
a
3,5
1,2
2,0
5,2
2,2
3,0
3 chambres +
oct.11
oct.12
c
a
a
a
a
a
1,4
0,0
2,7
5,8
**
2,1
d
c
a
a
a
**
3,0
2,7
3,8
**
3,0
Tous les log.
oct.11
oct.12
b
a
a
c
2,5
0,5
0,7
1,7
1,0
1,3
b
a
a
a
a
a
3,3
2,3
1,8
5,1
0,9
2,8
b
a
a
a
a
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
12
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
1.3.2 Loyer moyen ($) des appartements d'initiative privée
selon la taille de l'immeuble et le nombre de chambres
RMR de St. John's
Studios
oct.11
oct.12
Taille
St. John's (RMR)
3 à 5 unités
6 à 19 unités
20 à 49 unités
50 à 99 unités
100 unités et +
Tous les immeubles
480
740
597
604
592
583
b
a
a
a
a
a
539
**
616
616
624
611
1 chambre
oct.11
oct.12
a
a
a
a
a
613
596
666
767
699
666
a
a
a
a
a
a
691
656
696
770
727
709
2 chambres
oct.11
oct.12
a
b
a
a
a
a
725
696
776
805
810
771
b
a
a
a
a
a
771
735
806
811
840
798
3 chambres +
oct.11
oct.12
b
a
a
a
a
a
859
782
811
**
**
819
b
a
a
a
885
823
862
**
**
854
Tous les log.
oct.11
oct.12
b
a
a
a
666
687
755
751
735
725
a
a
a
a
a
a
730
738
786
759
763
758
a
a
a
a
a
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives (cv = coefficient de variation):
a – Excellent (0 £ cv £ 2,5), b – Très bon (2,5 < cv £ 5), c – Bon (5 < cv £ 7,5), d – Passable (utiliser avec prudence) (7,5 < cv £ 10)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
1.3.3 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la zone et le nombre de logements dans l'immeuble
RMR de St. John's
Zone
Zone 1 - St. John's Est
Zone 2 - St. John's Ouest
Ville de St. John's (zones 1-2)
Zone 3 - Reste de la RMR
St. John's (RMR)
3-5
oct.11
oct.12
1,6 b
2,8 b
5,2 d
4,8 c
2,5 b
3,3 b
2,7 c
3,4 d
2,5 b
3,3 b
6-19
oct.11
oct.12
0,0 c
1,0 a
2,0 c
4,3 d
0,6 a
2,0 b
0,0 a
3,7 a
0,5 a
2,3 a
20-49
oct.11
oct.12
0,4 a
0,6 a
1,0 a
3,4 a
0,7 a
1,8 a
a.l.u.
a.l.u.
0,7 a
1,8 a
50-99
oct.11
oct.12
1,5 a
5,1 a
1,3 a
5,0 a
1,4 a
5,0 a
**
**
1,7 a
5,1 a
100+
oct.11
oct.12
**
**
**
**
0,8 a
1,0 a
**
**
1,0 a
0,9 a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
13
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
1.4 Taux d'inoccupation (%) des appartements d'initiative privée
selon la fourchette de loyers
RMR de St. John's
Fourchette de loyers
St. John's (RMR)
Moins de 400 $
400 à 499 $
500 à 599 $
600 à 699 $
700 à 799 $
800 $ et +
Toutes les fourchettes
Studios
oct.11
oct.12
**
**
1,8
0,0
5,7
**
1,9
a
c
a
a
**
**
5,5
1,4
7,2
**
4,2
1 chambre
oct.11
oct.12
b
a
b
b
**
0,0
**
2,1
3,6
0,0
1,2
c
a
d
b
a
**
0,0
1,1
2,3
3,4
4,2
2,1
2 chambres
oct.11
oct.12
c
d
a
b
c
a
a.l.e.
**
1,0
0,4
1,1
1,9
1,1
d
a
a
a
a
a.l.e.
**
**
1,5
3,7
3,3
3,0
3 chambres +
oct.11
oct.12
a
a
a
a
a.l.e.
**
**
0,0 c
**
1,2 a
2,1 a
a.l.e.
a.l.e.
**
6,6 c
**
2,1 c
3,0 c
Total
oct.11
oct.12
**
**
1,6
1,3
2,3
1,6
1,3
c
a
a
a
a
**
**
4,2
2,1
3,8
3,3
2,8
c
a
a
a
a
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
14
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
5.1 Loyer moyen ($) des autres logements locatifs du marché secondaire1
selon le type de logement
RMR de St. John's - octobre 2012
Studios
oct.11
St. John's (RMR)
Logements individuels
Jumelés, logements en rangée et duplex
Autres (logements accessoires, surtout)
Tous les types de logement
**
**
**
**
1 chambre
oct.12
**
**
**
**
oct.11
**
**
538 c
581 c
2 chambres
oct.12
oct.11
592 b
**
**
631 d
733
732
718
726
d
d
c
c
oct.12
819 c
562 c
**
671 c
3 chambres +
Tous le log.
oct.11
oct.12
oct.11
oct.12
1 007
684
670
739
1 162
625
860
764
954
696
647
703
1 084
591
762
704
b
c
d
b
c
c
d
c
b
c
c
b
c
c
c
b
1
Sont exclus des données sur les logements locatifs du marché secondaire : appartements situés dans des immeubles d'au moins trois unités construits expressément pour le marché locatif,
appartements en copropriété, unités se trouvant dans des établissements institutionnels, habitations dont le type était impossible à déterminer durant l'Enquête.
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives (cv = coefficient de variation):
a – Excellent (0 £ cv £ 2,5), b – Très bon (2,5 < cv £ 5), c – Bon (5 < cv £ 7,5), d – Passable (utiliser avec prudence) (7,5 < cv £ 10)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
5.2 Nombre estimatifs de ménages occupant des autres logements
locatifs du marché secondaire1
selon le type de logement
RMR de St. John's - octobre 2012
Nombre estimatif de ménages occupant des
autres logements locatifs du marché
secondaire1
oct.11
St. John's (RMR)
Logements individuels
Jumelés, logements en rangée et duplex
Autres (logements accessoires, surtout)
Tous les types de logement
1 512 a
8 646 c
**
15 340
oct.12
1 491 a
8 223 b
**
15 376
1
Sont exclus des données sur les logements locatifs du marché secondaire : appartements situés dans des immeubles d'au moins trois unités construits
expressément pour le marché locatif, appartements en copropriété, unités se trouvant dans des établissements institutionnels, habitations dont le type était
impossible à déterminer durant l'Enquête.
Les lettres suivantes indiquent le degré de fiabilité des données estimatives :
a – Excellent, b – Très bon, c – Bon, d – Passable (utiliser avec prudence)
** Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité ou de fiabilité statistique.
a.l.u. : Aucun logement de cette catégorie dans l’univers a.l.e. : Aucun logement de cette catégorie dans l’échantillon s.o. : Sans objet
Veuillez cliquer sur Méthode d’enquête ou Tableaux sur la fiabilité des données pour en savoir davantage
Société canadienne d’hypothèques et de logement
15
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
Note technique
Différence entre la variation en pourcentage des loyers moyens (immeubles neufs et existants) ET
la variation en pourcentage des loyers moyens de l’échantillon fixe (immeubles existants
seulement)
Variation en pourcentage des loyers moyens (immeubles neufs et existants) : Le résultat
(hausse ou baisse) du calcul de la variation en pourcentage des loyers moyens d’une année à une autre
(par exemple : dans le cas d’un loyer moyen qui passerait de 500 $ une année donnée à 550 $ l’année
suivante, le résultat serait une hausse de 10 %) est influencé par l’évolution de la composition de l’univers
des logements locatifs (par exemple, l’ajout à l’univers de l’Enquête d’ensembles neufs de logements
locatifs luxueux, la rénovation ou la modernisation d’unités locatives et le roulement des locataires
peuvent faire monter les loyers moyens par rapport à l’année précédente) et par la variation du niveau
des loyers (c’est-à-dire par les hausses et les baisses du niveau des loyers exigés par les propriétairesbailleurs).
Variation en pourcentage des loyers moyens de l’échantillon fixe (immeubles existants
seulement) : Cette mesure permet d’estimer la variation du niveau des loyers. L'estimation est faite à
partir des données sur les immeubles faisant partie de l'échantillon commun à l'Enquête sur les logements
locatifs de l'année en cours et à l'Enquête de l'année précédente. Par contre, le résultat est quand même
influencé, dans une certaine mesure, par l’évolution de la composition de l’univers des logements locatifs
(par exemple, par la rénovation ou la modernisation d’unités locatives et le roulement des locataires, des
facteurs qui ne sont pas mesurés par l’Enquête, les données recueillies n’étant pas assez détaillées).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
16
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
MÉTHODE DE L’ENQUÊTE SUR LES LOGEMENTS LOCATIFS
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) mène l’Enquête sur les logements locatifs (ELL) chaque année en avril et en
octobre pour mesurer les forces en présence sur le marché locatif. L’Enquête porte sur un échantillon de logements pris dans tous les centres
urbains de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles d’initiative privée qui comptent au moins trois logements locatifs et qui sont sur le
marché depuis au moins trois mois sont inclus. L’Enquête permet de recueillir des données sur les loyers du marché, les unités disponibles et les
unités vacantes pour tous les immeubles compris dans l’échantillon. L’Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l’information est obtenue du
propriétaire, du gestionnaire ou du concierge. L’Enquête a lieu pendant les deux premières semaines des mois d’avril et d’octobre, et ses
résultats reflètent la conjoncture du marché à ce moment-là.
L’Enquête sur les logements locatifs que mène la SCHL permet de connaître les taux d’inoccupation, les taux de disponibilité et les loyers
moyens des logements neufs ou existants. Il y a en outre une mesure qui permet d’estimer le taux de variation des loyers dans les immeubles
existants seulement. Cette mesure tient compte d'immeubles qu’ont en commun les échantillons de l’Enquête actuelle et de l’Enquête de
l’année précédente. En examinant comment évoluent les loyers dans les immeubles existants, on fait abstraction de l’incidence que peuvent
avoir les immeubles neufs, les immeubles convertis et le renouvellement de l’échantillon sur le pourcentage de variation des loyers, et on
obtient une estimation de l’évolution des loyers exigés par les propriétaires. Les estimations relatives aux immeubles existants sont diffusées dans
le Rapport sur le marché locatif : Faits saillants pour le Canada et dans les éditions du Rapport sur le marché locatif : Faits saillants de chaque province,
ainsi que dans les rapports sur les RMR (enquête de l’automne seulement). Les loyers pratiqués dans les immeubles neufs et les immeubles
existants y figurent également. Les taux de variation des loyers sont statistiquement significatifs dans le cas des immeubles existants, alors qu’ils
peuvent ne pas l’être si on les calcule en incluant les logements neufs et existants.
MÉTHODE DE L’ENQUÊTE SUR LE MARCHÉ LOCATIF SECONDAIRE
Chaque année en septembre et en octobre, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) mène l’Enquête sur le
marché locatif secondaire (EMLS) pour mesurer les forces en présence sur ce marché. Ce dernier englobe les logements qui ne
sont pas visés par l’Enquête sur les logements locatifs (ELL). Voici les types de logement que la SCHL inclut dans l’EMLS :
• maisons individuelles offertes en location;
• maisons jumelées offertes en location (maisons situées dans un ensemble comptant deux logements de taille
comparable qui partagent un seul toit et qui sont situés soit côte à côte, soit l'un derrière l'autre);
• maisons en rangée en propriété absolue offertes en location;
• appartements offerts en location dans un duplex (immeuble comptant deux logements superposés);
• appartements accessoires offerts en location (logements distincts situés à l’intérieur d’une habitation);
• logements en copropriété offerts en location (catégorie pouvant comprendre plusieurs types de logement, mais
essentiellement composée d'appartements);
• appartements situés dans un bâtiment commercial ou un autre type d'immeuble renfermant un ou deux logements.
L’EMLS est effectuée dans certaines régions métropolitaines de recensement (RMR). Elle comporte trois volets :
• l’Enquête auprès des ménages sur les loyers;
• l’Enquête sur les loyers des appartements en copropriété (menée auprès des ménages locataires);
• l’Enquête sur les taux d’inoccupation des appartements en copropriété (menée auprès des propriétaires).
Les trois enquêtes se font par téléphone. Dans l’Enquête sur les taux d’inoccupation des appartements en copropriété, les données
sont obtenues du propriétaire, du gestionnaire ou du concierge et peuvent être recueillies sur place si aucun contact téléphonique n’a pu être
établi. Dans les deux autres enquêtes, l’information est recueillie auprès d’un adulte faisant partie du ménage. Les trois enquêtes ont lieu en
septembre et en octobre, et les résultats témoignent de la conjoncture du marché à ce moment-là.
Dans le cas de l’Enquête sur les taux d’inoccupation des appartements en copropriété, la SCHL publie des données sur le nombre
d’unités louées et sur les taux d’inoccupation. Dans le cas de l’Enquête sur les loyers des appartements en copropriété et de l’Enquête auprès
des ménages sur les loyers, elle publie des données sur les loyers moyens. Chaque estimation fournie est assortie d’un code à une lettre
indiquant son degré de fiabilité statistique (déterminé selon le coefficient de variation, ou c.v.). Les appartements en copropriété offerts en
location ont fait l'objet de l’EMLS dans les RMR suivantes : Vancouver, Victoria, Calgary, Edmonton, Regina, Saskatoon, Winnipeg, Toronto,
Ottawa, Montréal et Québec (NOTE : les données sur les copropriétés offertes en location n’ont pas été compilées pour Regina et
Saskatoon). D'autres logements du marché locatif secondaire ont été visés par l’EMLS à Abbotsford, Barrie, Calgary, Edmonton, Halifax,
Montréal, Ottawa, Québec, St. John’s, Toronto, Winnipeg, Regina, Saskatoon, Kelowna, Vancouver et Victoria.
Chaque année, la SCHL revoit les méthodes d’estimation utilisées dans le cadre de l’Enquête auprès des ménages sur les loyers,
ce qui peut entraîner des changements aux estimations déjà publiées. Toutefois, toutes les données statistiques figurant dans la
présente publication sont conformes aux nouvelles méthodes d’estimation.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
17
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
Définitions
Logement disponible : Un logement locatif est considéré comme étant disponible si le locataire actuel a envoyé ou reçu un
avis de déménagement officiel et qu’aucun nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le logement est vacant (voir la
définition de « logement vacant »).
Loyer : Montant réel que les locataires paient pour leur logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des commodités et
services, comme le chauffage, l’électricité, le stationnement et l’eau chaude, sont inclus ou non dans le loyer. Dans le cas des
logements disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant demandé par le propriétaire.
Les chiffres sur les loyers moyens figurant dans la présente publication donnent une bonne indication du montant que paient
les locataires selon la taille des logements et le secteur géographique. Les services comme le chauffage, l’électricité et l’eau
chaude peuvent être inclus ou non dans le loyer.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements offerts en location, dont un ou
plus n’a pas d’entrée privée. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de logements
locatifs compris dans les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble comptant au moins trois logements contigus avec entrée
privée qui sont offerts en location. Les habitations occupées par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de
logements locatifs compris dans les ensembles. Les logements (ou maisons) en rangée sont parfois appelés logements en
bande.
Logement vacant : Un logement est considéré comme étant vacant s’il n’est pas occupé au moment de l’Enquête et qu’il
pourrait l’être immédiatement.
Définition des secteurs de recensement utilisés dans la présente publication
Une région métropolitaine de recensement (RMR) ou une agglomération de recensement (AR) est formée d’une ou de
plusieurs municipalités adjacentes situées autour d’une grande région urbaine (appelée noyau urbain). Un noyau urbain doit,
selon les données du recensement de la population, compter au moins 10 000 habitants pour former une AR et au moins
100 000 habitants pour former une RMR. Pour être incluses dans une RMR ou une AR, les municipalités adjacentes doivent
avoir un degré d’intégration élevé avec la région urbaine centrale, lequel est déterminé par le volume de navetteurs établi
d’après les données du recensement sur le lieu de travail. Les RMR et les AR englobent des municipalités ou des subdivisions
de recensement.
Les données d’octobre 2011 figurant dans la présente publication sont fondées sur les secteurs définis aux fins du
Recensement de 2006 de Statistique Canada, et celles d’octobre 2012, sur les secteurs définis aux fins du Recensement
de 2011 de Statistique Canada.
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs et l’Enquête sur le marché locatif secondaire n’auraient pas pu être effectuées sans la
collaboration des propriétaires, gestionnaires et concierges d’immeubles des différentes régions du Canada. La SCHL apprécie
grandement leur travail acharné ainsi que l’aide qu’ils lui apportent en fournissant de l’information exacte en temps voulu.
Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information qui profitera à l’ensemble du secteur de
l’habitation.
Les indicateurs de l'abordabilité des logements locatifs
La SCHL ne fait plus état de ses indicateurs de l'abordabilité des logements locatifs (c.-à-d., comparaison du loyer moyen et du
revenu moyen des locataires) en raison de l'importante variabilité des données sous-jacentes sur le revenu des locataires.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
18
Rapport sur le marché locatif - RMR de St. John’s - Date de diffusion - automne 2012
La SCHL : Au cœur de l’habitation
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) est l’organisme national responsable de l’habitation au Canada, et ce,
depuis plus de 65 ans.
En collaboration avec d’autres intervenants du secteur de l’habitation, elle contribue à faire en sorte que le système canadien de
logement demeure l’un des meilleurs du monde. La SCHL aide les Canadiens à accéder à un large éventail de solutions de
logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout
au pays.
Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à l’adresse suivante : www.schl.ca
Vous pouvez aussi communiquer avec nous par téléphone, au 1-800-668-2642, ou par télécopieur, au 1-800-245-9274.
De l’extérieur du Canada : 613-748-2003 (téléphone); 613-748-2016 (télécopieur).
La Société canadienne d’hypothèques et de logement souscrit à la politique du gouvernement fédéral sur l’accès des personnes
handicapées à l’information. Si vous désirez obtenir la présente publication sur des supports de substitution, composez
le 1-800-668-2642..
La gamme complète des publications nationales standards du Centre d’analyse de marché (CAM) est offerte gratuitement, en format
électronique, sur le site Web de la SCHL. Vous pouvez consulter, imprimer ou télécharger les éditions déjà parues, ou encore vous
abonner aux futures éditions et recevoir automatiquement, par courriel, de l’information sur le marché le jour même où elle est
diffusée : c’est rapide et pratique! Visitez le www.schl.ca/marchedelhabitation
Pour en savoir davantage au sujet du CAM et de la mine de renseignements sur le marché de l’habitation qu’il met à votre
disposition, rendez-vous au www.schl.ca/marchedelhabitation
Pour vous abonner à la version papier (payante) des publications du CAM, veuillez composer le 1-800-668-2642.
©2012 Société canadienne d’hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La SCHL autorise toute utilisation raisonnable du contenu de
la présente publication, à la condition toutefois que ce soit à des fins personnelles, pour des recherches d’affaires ou d’intérêt public, ou encore
dans un but éducatif. Elle accorde le droit d’utiliser le contenu à titre de référence générale dans des analyses écrites ou dans la présentation de
résultats, de conclusions ou de prévisions, et de citer de façon limitée les données figurant dans la présente publication. La SCHL autorise
également l’utilisation raisonnable et restreinte du contenu de ses rapports dans des publications commerciales, sous réserve des conditions
susmentionnées. Elle conserve toutefois le droit d’exiger, pour une quelconque raison, l’interruption d’une telle utilisation.
Chaque fois que le contenu d’une publication de la SCHL est utilisé, y compris les données statistiques, il faut en indiquer la source comme suit :
Source : SCHL (ou, selon le cas, « Adaptation de données provenant de la SCHL »), titre de la publication, année et date de diffusion.
À défaut de quoi ledit contenu ne peut être reproduit ni transmis à quiconque. Lorsqu’une organisation se procure une publication, elle ne doit
pas en donner l’accès à des personnes qui ne sont pas à son emploi. La publication ne peut être affichée, que ce soit en partie ou en totalité,
dans un site Web qui serait ouvert au public ou accessible à des personnes qui ne travaillent pas directement pour l’organisation. Pour obtenir la
permission d’utiliser le contenu d’une publication d’analyse de marché de la SCHL à des fins autres que celles susmentionnées ou de
reproduire de grands extraits ou l’intégralité des publications d’analyse de marché de la SCHL, veuillez communiquer avec le Centre canadien
de documentation sur l’habitation (CCDH) ; courriel : chic@schl.ca – téléphone : 613-748-2367 ou 1-800-668-2642.
Veuillez fournir les informations suivantes au CCDH :
Titre de la publication, année et date de diffusion
Sans limiter la portée générale de ce qui précède, il est interdit de traduire un extrait de publication sans l’autorisation préalable écrite de la
Société canadienne d’hypothèques et de logement.
Les renseignements, analyses et opinions contenus dans cette publication sont fondés sur diverses sources jugées fiables, mais
leur exactitude ne peut être garantie, et ni la Société canadienne d’hypothèques et de logement ni ses employés n’en assument la
responsabilité.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
19
Marché de l’habitation :
notre savoir
à votre service
Le 1er juin 2012, le Centre d’analyse
de marché de la SCHL a eu 25 ans!
Rapports gratuits en ligne :
n Statistiques du logement au Canada
n Bulletin mensuel d’information sur le logement
n Perspectives du marché de l’habitation, Canada
n Perspectives du marché de l’habitation :
Faits saillants – Canada et les régions
n Perspectives du marché de l’habitation, grands centres urbains
n Tableaux de données sur le marché de l’habitation :
Quelques centres urbains du Centre-Sud de l’Ontario
n Actualités habitation, Canada
n Actualités habitation, grands centres urbains
n Actualités habitation, régions
n Statistiques mensuelles sur l’habitation
n Perspectives du marché, Nord du Canada
n Tableaux de données provisoires sur les mises en chantier
n Rapport sur la rénovation et l’achat de logements
n Rapport sur le marché locatif : Faits saillants provinciaux
n Rapport sur le marché locatif, grands centres urbains
n Statistiques sur le marché locatif
n Construction résidentielle en bref, centres urbains des Prairies
n Rapports sur les résidences pour personnes âgées
Le Centre d’analyse de marché
de la SCHL est depuis longtemps
reconnu comme la ressource
par excellence au Canada pour
les intervenants du secteur de
l’habitation désirant obtenir
des analyses de données et des
prévisions fiables, impartiales
et actuelles sur le marché
de l’habitation.
Les rapports électroniques du
Centre d’analyse de marché de
la SCHL procurent une foule de
renseignements détaillés sur les
marchés national, provinciaux,
régionaux et locaux.
Prévisions et analyses :
renseignements sur les
tendances futures du marché
de l’habitation aux échelles
locale, régionale et nationale.
Données et statistiques :
renseignements sur les
différents aspects du marché de
l’habitation – mises en chantier,
loyers, taux d’inoccupation, et
beaucoup plus!
Obtenez tout de suite l’information dont vous avez besoin!
Pour en savoir plus
VOLUME
VOLUME
Comprendre le marché
Le guide du marché des plus de 55 ans
VOLUME
Réagir au marché
AU CŒUR DE L’HABITATION
Planifier le projet
21-09-12
n
Vie autonome
Vieillissement chez soi
Une série de guides en ligne
LE LOGEMENT DES AÎNÉS
AU CANADA :
Le guide du marché des plus de 55 ans
18-09-12
n
LE LOGEMENT DES AÎNÉS
AU CANADA :
Le guide du marché des plus de 55 ans
67661
n
LE LOGEMENT DES AÎNÉS
AU CANADA :
67663
Le logement des aînés au Canada
Le guide du marché des plus de 55 ans
67515 13-07-12
64457_2012_A01
Cliquez sur www.schl.ca/marchedelhabitation pour consulter
ou télécharger des publications ou encore pour vous abonner.
AU CŒUR DE L’HABITATION
AU CŒUR DE L’HABITATION
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising