Taux d’inoccupation : creux inégalé depuis 13 ans RMR de St. John’s

Taux d’inoccupation : creux inégalé depuis 13 ans RMR de St. John’s
R
apport sur les
St. John’s
l o g e m e n t s l o c at i f s
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Taux d’inoccupation :
creux inégalé depuis 13 ans
VOLUME 5 NUMÉRO 1
OCTOBRE 2003
RMR de St. John’s
Fin 2003, le taux d’inoccupation des
appartements dans la région de
St. John’s est tombé à son niveau le
plus bas des 13 dernières années. Le
marché locatif demeure donc serré
dans l’ensemble. Selon les résultats
de l’Enquête sur les logements
locatifs, réalisée durant les deux
premières semaines d’octobre par la
Société canadienne d’hypothèques
et de logement (SCHL), seulement
89 logements étaient vacants sur un
total de près de 4 500. Le taux
d’inoccupation des immeubles
comptant au moins trois
appartements s’élève donc à 2 % –
un creux sans précédent depuis
1990. Deux grands facteurs sont à
l’origine de la reprise soutenue de la
demande sur le marché locatif : la
croissance de l’emploi, qui s’est
poursuivie pour la septième année
de suite, ainsi que la hausse du
nombre d’étudiants venus de
l’extérieur de la province fréquenter
les principaux établissements
d’enseignement de la région. La
flambée des prix des logements
survenue au cours des dernières
années et l’offre réduite de
logements mis en vente ont aussi
affaibli la capacité de certains
ménages locataires d’accéder à
la propriété.
2,7 %
St. John’s Est
Total de la RMR
3,3
3,2
2,2%%
3.2%
2,0 %
3.2%
1,5
1,4%
1.9%
1,9 %
St. John’s Ouest
4.4%
2,7
4,1 %
4,4 %
Reste de la RMR
SOMMAIRE
1
Taux d’inoccupation : creux inégalé depuis 13 ans
2
Résumé
2
Faits saillants démographiques sur le marché locatif
de la RMR de St. John’s
3
Taux d’inoccupation dans les RMR du Canada
Section spéciale
3
Analyse du marché locatif
4
Méthode d’enquête
Tableaux statistiques
5
Tableau 1 : Taux d’inoccupation des appartements
selon la zone et le nombre de chambres
5
Tableau 2 : Nombre d’appartements selon la zone et
le nombre de chambres
5
Tableau 3 : Taux d’inoccupation des appartements
selon le nombre de logements dans l’immeuble et
selon le nombre de chambres
6
Tableau 4 : Loyers moyens des appartements selon la
zone et le nombre de chambres
6
Tableau 5 : Loyers moyens des appartements selon
l’année d’achèvement de l’immeuble et le nombre de
chambres
7
Tableau 6 : Taux d’inoccupation des appartements
et des logements en rangée selon la zone et le
nombre de chambres
7
Tableau 7 : Nombre d’appartements et de logements
en rangée selon la zone et le nombre de chambres
8
Tableau 8 : Loyers moyens des appartements et des
logements en rangée selon la zone et le nombre de
chambres
Le taux d’inoccupation des
appartements de trois chambres a
légèrement augmenté, passant de
3,8 %, en octobre 2002, à 3,9 %, en
octobre 2003. Puisque les
appartements de une ou deux
chambres représentent plus de
80 % du parc locatif et que leurs
taux d’inoccupation respectifs sont
inférieurs à 2 %, l’offre sur le marché
est nettement insuffisante.
RÉSUMÉ
! Dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de St John’s, le taux
d’inoccupation des immeubles d’initiative privée comptant au moins trois
appartements est tombé à 2 % en octobre 2003, soit son plus bas niveau
depuis 1990.
! Le taux d’inoccupation le plus élevé (3,9 %) a été observé dans la catégorie des
logements de trois chambres, et le plus faible (1,5 %), dans celle des unités de
une chambre.
! La zone 3, qui comprend tous les secteurs de la région métropolitaine situés hors
de la ville de St. John’s, a obtenu le taux le plus haut, soit 2,7 %, et St. John’s Ouest
est demeuré le sous-marché le plus serré, avec 1,5 % de logements vacants.
! Les loyers mensuels moyens ont augmenté pour tous les types de logement. Les
hausses vont de 2 %, dans la catégorie des appartements de une chambre, à 9,9 %,
dans celle des studios. Les loyers moyens des logements de deux chambres et des
unités de trois chambres se sont alourdis respectivement de 3,1 et 3,5 %.
Si le marché locatif est serré à
l’heure actuelle, c’est notamment en
raison de la demande croissante et à
cause du fait que seulement
quelques logements se sont ajoutés
à l’offre d’ensembles locatifs de
grande taille ces dernières années.
3 % dans chacun des sous-marchés,
la pénurie touche la région
Taux d'inoccupation dans la RMR de St. John's
métropolitaine
Immeubles d'initiative privée
au complet.
comptant au moins trois appartements
Pour la deuxième année
d’affilée, la plus forte baisse
du taux d’inoccupation a
été relevée dans la
Depuis douze mois, la proportion de catégorie des studios.
logements vacants a fléchi dans tous Seulement 3,1 % des
logements de ce type
les sous-marchés. Le marché de
étaient vacants en octobre
St. John’s Ouest demeure le plus
serré, avec 1,5 % de logements libres. dernier, contre 6 % un an
Suit de près St. John’s Est, où le taux auparavant. Ce sont les
d’inoccupation est tombé à 2,2 % en logements de une
octobre dernier. Le taux le plus élevé, chambre qui ont récolté le taux
d’inoccupation le plus faible, soit
soit 2,7 %, a été enregistré dans la
1,5 %. La proportion d’appartements
zone 3, qui comprend les secteurs
de deux chambres inoccupés est
situés en dehors de la ville de
restée inchangée par rapport à l’an
St. John’s. Comme la proportion
dernier; elle se chiffre à 1,7 %.
d’unités disponibles est inférieure à
Taux d'inoccupation (%)
Suite de la page 1
Par ailleurs, les loyers moyens du
marché ont progressé à la hausse
dans toutes les catégories de
logement, et ce, pour la deuxième
année de suite. L’ascension la plus
marquée, soit 9,9 %, a été observée
18,0
16,0
14,0
12,0
10,0
8,0
6,0
4,0
2,0
0,0
Octobre
1995 1996 1997
Taux d'inoccupation (%)
10,8
15,4
16,6
1998 1999 2000 2001 2002 2003
15,4
9,2
3,8
2,5
2,7
2,0
Source : SCHL
du côté des studios, et la plus
modérée, soit 2 %, dans la catégorie
des appartements de une chambre.
Le loyer moyen des unités de deux
chambres a progressé de 3,1 %, et
celui des logements de trois
chambres, de 3,5 %.
Faits saillants démographiques sur le marché locatif de la RMR de St. John’s
l
Voici quelques faits intéressants au sujet du marché locatif de la RMR de St John’s.
(Source : Recensement de 2001, de Statistique Canada)
Population
La plus importante zone d’enquête sur le marché locatif de St. John’s est la zone 3, constituée des secteurs avoisinant la ville
de St. John’s. Un peu plus de 95 800 personnes y habitent, soit 54 % de la population vivant dans la région. La
zone 1 (St. John’s Est) est la plus petite zone, avec environ 37 700 habitants. Entre 1996 et 2001, la population a diminué dans
toutes les zones du marché locatif, sauf dans la zone 3, où une légère augmentation de 1,7 % a été enregistrée. Cette hausse
tient en grande partie à la croissance démographique observée dans la ville de Paradise et, dans une moindre mesure, à
Conception Bay South et à Torbay.
Mode d’occupation : locataire ou propriétaire?
Dans la région, on compte environ 19 750 ménages locataires, ce qui représente près de 30 % des ménages, tous modes
d’occupation confondus. La plus grande proportion de ménages locataires (43 %) se trouve dans la zone 2 (St. John’s Ouest),
et la plus faible (22 %), dans la zone 3.
Revenu
En 2000, le revenu médian des ménages se chiffrait à 45 675 $ dans la RMR. Les ménages de la zone 1 avaient les revenus les
plus élevés (59 692 $), et ceux de la zone 2, les plus bas (48 204 $). Le revenu médian dans la zone 3 s’élevait à 56 002 $.
Rapport sur les logements locatifs, automne 2003
2
Taux d’inoccupation des
appartements au Canada
2,7
2,9
2,9
1,2
0,5
2,1
5,2
2,0
4,5
0,7
3,6
3,3
3,8
1,5
2,0
1,1
4,3
1,3
3,5
2,2
Suite de la page 2
Les facteurs qui ont influé sur le
marché locatif ces dernières années
sont restés assez constants, et ils
touchent aussi bien l’offre que la
demande. Parmi les principaux
facteurs, on compte la croissance
soutenue de l’emploi, l’augmentation
du nombre d’étudiants venus de
l’extérieur de la province pour
fréquenter l’un des grands
établissements d’enseignement de la
région, ainsi que la raréfaction des
logements existants de bonne qualité
mis en vente sur le marché. La vague
de migrants provenant des régions
rurales et de travailleurs oeuvrant
dans l’industrie pétrolière en plein
essor au large des côtes a aussi stimulé
la demande de logements locatifs.
L’écart entre les loyers du marché et
les loyers requis pour assurer la
1700
4.00%
Inscriptions à plein temps
d'étudiants hors de la province
1600
1500
3.50%
1400
1300
Taux d'inoccupation
1200
1100
3.00%
2.50%
1000
900
2.00%
Taux d'inoccupation
2003
2,5
4,4
5,2
3,4
2,3
3,0
1,9
3,2
2,1
1,0
Inscriptions
Région
2002
RMR d’Abbotsford
2,0
RMR de Calgary
2,9
RMR de Saguenay
4,9
RMR d’Edmonton
1,7
RMR de Halifax
2,7
RMR de Hamilton
1,6
RMR de Kingston
0,9
RMR de Kitchener
2,3
RMR de London
2,0
RMR de Montréal
0,7
RMR de St. CatharinesNiagara
2,4
RMR d’Oshawa
2,3
RMR d’Ottawa
1,9
RMR de Gatineau
0,5
RMR de Québec
0,3
RMR de Regina
1,9
RMR de Saint John
6,3
RMR de St. John’s
2,7
RMR de Saskatoon
3,7
RMR de Sherbrooke 1,8
RMR de Sudbury
5,1
RMR de Thunder Bay 4,7
RMR de Toronto
2,5
RMR de Trois-Rivières 3,0
RMR de Vancouver
1,4
RMR de Victoria
1,5
RMR de Windsor
3,9
RMR de Winnipeg
1,2
AR de Charlottetown 2,2
CANADA
1,7
Taux d'inoccupation des appartements et inscriptions
d'étudiants à plein temps de l'extérieur de la province
Université Memorial
800
700
1.50%
2000
2001
2002
2003*
Sources : SCHL, dossier documentaire de
l'Université Memorial
Résultats préliminaires pour 2003
rentabilité des immeubles continue de
décourager les promoteurs de bâtir
de nouveaux ensembles
d’appartements. Sous l’effet conjugué
de la demande grandissante et de
l’absence d’activité de construction, le
marché locatif a continué de se
resserrer au cours des douze
derniers mois.
L’augmentation de l’emploi fait
croître la demande
Conformément aux tendances
récentes, l’expansion continue de
l’économie locale s’est traduite par
une bonne croissance de l’emploi
encore cette année. Au cours des neuf
premiers mois de 2003, il s’est créé
2 600 emplois dans la région
métropolitaine. Le nombre de
personnes occupées a donc augmenté
pour la septième année de suite, ce
qui explique en grande partie la
progression soutenue de la demande
sur le marché locatif. Depuis 1996,
plus de 12 000 emplois ont été créés
à l’échelle locale, et le taux
d’inoccupation des appartements est
tombé de son sommet record de
16,6 %, enregistré en 1997, à son plus
bas niveau des 13 dernières années,
soit 2 %.
Inscriptions d’étudiants encore
en hausse
Les tendances démographiques
montrent clairement que les diplômés
du secondaire originaires de TerreNeuve-et-Labrador sont de moins en
moins nombreux. Même s’ils
continueront de représenter la plus
grande part des étudiants inscrits dans
les divers établissements
Rapport sur les logements locatifs, automne 2003
d’enseignement tels que l’Université
Memorial, les efforts de recrutement
déployés pour attirer des étudiants de
l’extérieur de la province ont été
intensifiés au cours des
dernières années.
En fait, le nombre de personnes de
l’extérieur de la province qui
s’inscrivent à plein temps à l’Université
Memorial a affiché une hausse de près
de 40 % cet automne par rapport à
2001. En outre, ces gens
représentaient 11,7 % de tous les
étudiants inscrits à plein temps en
septembre dernier, comparativement
à 8,5 % en 2001. Cette tendance
haussière fait gonfler la demande de
logements locatifs et compte parmi les
principaux facteurs à l’origine du repli
des taux d’inoccupation.
Les faibles loyers découragent les
promoteurs de bâtir des
logements
Comme la proportion d’unités
vacantes dans les grands immeubles est
restée inférieure à 3 % au cours des
trois dernières années, le marché local
a besoin de logements locatifs neufs.
Malgré ce besoin évident, l’écart entre
les loyers du marché et les loyers
requis pour assurer la viabilité des
ensembles continue de décourager les
promoteurs d’investir dans
d’importants immeubles locatifs.
Même si le loyer mensuel moyen des
appartements de deux chambres a crû
de presque 20 % depuis 1998 pour
atteindre 607 $, il demeure bien
inférieur au niveau nécessaire pour
stimuler la production de
logements neufs.
3
L’absence d’activité de construction
demeure l’une des principales
raisons qui expliquent pourquoi le
taux d’inoccupation diminue de
manière constante depuis 1997. Bien
que la production soutenue
d’appartements en sous-sol aide à
atténuer les pressions qui s’exercent
sur le marché, les volumes ne
suffisent pas à contrebalancer la
demande croissante.
Frais de possession en hausse
mis en vente sur le marché. Depuis
qu’il a culminé en 1998, le nombre
total d’inscriptions courantes au
Service inter-agences® (S.I.A.®) ne
cesse de baisser. Sous l’effet
conjugué de la demande
grandissante et du tassement de
l’offre, le marché local de l’habitation
a favorisé les vendeurs au cours des
18 derniers mois. Il est ressorti de
discussions tenues avec des
spécialistes de la région qu’en dépit
des volumes records de
La croissance
soutenue de l’emploi
Frais de possession en hausse
et l’augmentation du
revenu ont fait
2001
2002 2003(E)
grimper les ventes de
Taux
hypothécaire
à
logements à des
7,18 %
6,70 %
6,42 %
5 ans (moyenne
niveaux records ces
annuelle)
dernières années, mais
Prix d'achat
115 700 $ 124 500 $ 132 000 $
elles ont aussi donné
lieu à une flambée des
Mensualités (principal,
863 $
896 $
926 $
intérêt et impôt)
prix. En fait, les bas
taux hypothécaires
n’ont même pas suffi
à annuler l’effet du
transactions, l’augmentation des
renchérissement des habitations, ce
coûts et la pénurie de logements de
qui a provoqué un mouvement à la
bonne qualité inscrits au S.I.A.® ont
hausse du coût global relatif à la
eu un effet modérateur sur les
possession d’un logement. Outre
ventes. Compte tenu de cette
l’ascension des frais de possession,
conjoncture, certains ménages
on a observé un affaiblissement
locataires ont dû se contenter de
progressif de l’offre de logements
Sources : SCHL, chambre immobilière de l'Est de Terre-Neuve. Prix moyen pondéré (logements neufs et existants)
Mise de fonds de 10 %, période d'amortissement de 25 ans, impôt équivalent à 1,27 % du prix d'achat.
Nota : Les données estimatives de la SCHL pour l'année 2003.
leur logement actuel, étant
incapables de trouver une
habitation convenable. En revanche,
d’autres n’ont pu accéder à la
propriété en raison de la
progression des frais de possession.
Ces facteurs ont également
contribué aux conditions serrées
qui règnent à l’heure actuelle sur le
marché locatif.
Le marché devrait rester serré
en 2004
La croissance persistante de
l’emploi, attribuable à une autre
année d’expansion économique,
continuera de soutenir la demande
de logements locatifs l’an prochain.
L’écart entre les loyers du marché
et les loyers nécessaires à la viabilité
des immeubles dissuadera encore
les promoteurs de lancer de
nouveaux projets de construction.
Par conséquent, le marché
demeurera serré dans l’ensemble,
et le taux d’inoccupation devrait
rester autour de 2 % l’an prochain.
La rareté des logements vacants et
l’intensification de la demande
continueront d’exercer des
pressions à la hausse sur les loyers
mensuels, qui devraient s’alourdir
de 5 % au cours des douze
prochains mois.
MÉTHODE D'ENQUÊTE
La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) mène l'Enquête sur les logements locatifs chaque année en octobre pour déterminer le nombre
de logements inoccupés et les loyers pratiqués dans les immeubles locatifs. L'Enquête porte sur un échantillon de logements pris dans tous les centres urbains
ayant une population de 10 000 habitants et plus. Seuls les immeubles qui sont sur le marché depuis au moins trois mois sont inclus. Alors que la présente
publication porte principalement sur les immeubles d'initiative privée de trois appartements ou plus, l'Enquête de la SCHL englobe également les maisons en
rangée et les logements locatifs et coopératifs d'initiative publique. L'Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l'information sur les loyers est obtenue du
propriétaire, du gestionnaire ou du concierge. L'Enquête a lieu pendant les deux premières semaines d'octobre, et ses résultats reflètent la conjoncture à ce
moment-là.
Définitions
Logement inoccupé : Un logement est
considéré inoccupé si, au moment de
l’enquête, personne n’y habite et qu’il peut
être loué immédiatement.
Loyer : Les données sur le loyer indiquent le
montant réel que les locataires payent pour
leur logement. Les commodités et services,
comme le chauffage, l’éclairage, le
stationnement, l’eau chaude et les
installations de buanderie, peuvent être
inclus ou non dans le loyer mensuel signalé
pour chaque logement.
Les chiffres sur le loyer moyen indiqués dans
la publication représentent la moyenne pour
différents logements dans la zone de marché,
dont certains peuvent inclure une partie ou la
totalité des services offerts.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout
immeuble comprenant au moins trois
logements offerts en location qui n’ont pas
d’entrée privée.
Ensemble de logements en rangée
locatifs : Tout immeuble comptant au moins
trois logements offerts en location avec
entrée privée.
Rapport sur les logements locatifs, automne 2003
Remerciements
L’Enquête sur les logements locatifs n’aurait
pas pu être effectuée sans la collaboration
des nombreux propriétaires et gestionnaires
immobiliers de toutes les régions du Canada.
Nous apprécions grandement leur travail
acharné et l’aide qu’ils nous apportent en
fournissant de l’information exacte en temps
voulu. Nous espérons sincèrement que ces
clients et tout le secteur de l’habitation
bénéficieront des résultats de ce travail.
4
Tableau 1 : Taux d'inoccupation (%) des appartements
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's – Octobre 2002-2003
Zone
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Zone 1 – St. John's Est
3,2
2,2
4,9
5,0
5,7
2,0
1,4
1,4
1,0
3,6
Zone 2 – St. John's Ouest
1,9
1,5
7,0
0,0
0,5
1,2
1,4
1,9
0,9
1,7
Ville de St. John's 1-2
2,5
1,9
6,0
3,1
3,0
1,7
1,4
1,6
1,0
2,6
Zone 3 – Reste de la RMR
4,4
2,7
***
***
0,0
0,0
4,2
2,5
16,0
10,4
RMR de St. John's
2,7
2,0
6,0
3,1
2,7
1,5
1,7
1,7
3,8
3,9
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements
***Non disponible
Tableau 2 : Nombre d'appartements selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's – Octobre 2003
Zone
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Zone 1 – St. John's Est
46
2 088
12
242
15
722
13
978
6
146
Zone 2 – St. John's Ouest
31
1 959
0
140
7
607
21
1 059
3
153
Ville de St. John's 1-2
77
4 047
12
382
22
1 329
34
2 037
9
299
Zone 3 – Reste de la RMR
12
450
***
***
0
132
6
258
6
57
RMR de St. John's
89
4 497
12
385
22
1 461
40
2 295
15
356
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements
***Non disponible
Tableau 3 : Taux d'inoccupation (%) des appartements selon le nombre de logements
dans l'immeuble et selon le nombre de chambres – RMR de St. John's – Octobre 2003
Nbre de logements dans l'immeuble
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
Tous
De 3 à 5 logements
***
3,4
2,9
6,2
3,4
De 6 à 19 logements
0,0
***
2,7
7,2
3,6
De 20 à 49 logements
0,0
1,2
1,7
1,4
1,6
De 50 à 99 logements
2,9
1,2
0,9
1,4
1,4
De 100 à 199 logements
7,0
0,5
1,3
***
1,3
Tous logements confondus
3,1
1,5
1,7
3,7
2,0
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements
***Non disponible. Donnée non fournie pour des raisons de confidentialité.
Rapport sur les logements locatifs, automne 2003
5
Tableau 4 : Loyers moyens ($) des appartements selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's – Octobre 2002-2003
Zone
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Zone 1 – St. John's Est
576
606
420
434
513
555
652
670
640
660
Zone 2 – St. John's Ouest
526
543
429
519
522
494
548
564
***
614
Ville de St. John's 1-2
550
575
425
468
517
525
599
615
622
636
Zone 3 – Reste de la RMR
485
499
***
***
***
***
509
520
***
***
RMR de St. John's
543
568
425
467
510
520
589
607
599
620
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements
***Non disponible
Tableau 5 : Loyers moyens ($) des appartements selon l'année d'achèvement de
l'immeuble et le nombre de chambres – St. John's – Octobre 2002-2003
Année d'achèvement de l'immeuble
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Avant 1940
560
531
***
***
***
473
***
563
***
630
De 1940 à 1959
563
***
***
***
562
***
550
***
***
***
De 1960 à 1974
570
624
433
436
530
571
676
754
531
532
De 1975 à 1984
549
568
401
408
510
550
577
584
625
649
1985 ou après
500
***
***
***
***
***
***
***
***
***
RMR de St. John's
543
568
425
467
510
520
589
607
599
620
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements
***Non disponible
Rapport sur les logements locatifs, automne 2003
6
Tableau 6 : Taux d'inoccupation (%) des appartements et des logements en rangée
selon la zone et le nombre de chambres
RMR de St. John's – Octobre 2002-2003
Zone
Zone 1 – St. John's Est
Studios
Tous log. confondus
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres et +
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
3,2
2,2
4,9
5,0
5,7
2,0
1,4
1,4
0,9
3,6
Zone 2 – St. John's Ouest
1,9
1,5
7,0
0,0
0,5
1,2
1,4
1,8
0,9
1,7
Ville de St. John's
2,5
1,9
6,0
3,1
3,0
1,6
1,4
1,6
0,9
2,4
Zone 3 – Reste de la RMR
4,0
2,5
0,0
**
0,0
0,0
4,0
2,4
11,4
7,7
RMR de St. John's
1,9
2,0
6,0
3,1
2,7
1,5
1,7
1,7
3,4
3,7
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements
***Non disponible
Tableau 7 : Nombre d'appartements et de logements en rangée selon la zone
et le nombre de chambres – RMR de St. John's – Octobre 2003
Zone
Studios
Tous log. confondus
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Zone 1 – St. John's Est
47
2 138
12
242
15
732
14
993
6
171
Zone 2 – St. John's Ouest
31
1 980
0
140
7
607
21
1 080
3
153
Ville de St. John's 1-2
78
4 118
12
382
22
1 339
35
2 073
9
324
Zone 3 – Reste de la RMR
13
487
***
***
0
138
7
269
6
77
RMR de St. John's
91
4 605
12
385
22
1 477
42
2 342
15
401
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements
***Non disponible
Rapport sur les logements locatifs, automne 2003
7
Tableau 8 : Loyers moyens ($) des appartements et des logements en rangée selon la zone et le nombre de chambres
St. John's – Octobre 2002-2003
Zone
Studios
Tous log. confondus
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres +
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Zone 1 – St. John's Est
581
611
420
434
513
555
652
670
700
699
Zone 2 – St. John's Ouest
526
543
***
519
522
494
548
564
***
614
Ville de St. John's
552
577
425
468
517
525
599
615
653
659
Zone 3 – Reste de la RMR
492
505
***
***
***
473
507
519
***
534
RMR de St. John's
546
571
425
467
510
520
589
606
621
638
Nota : Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements
***Non disponible
Vous avez besoin de renseignements plus détaillés?
Les produits et services d’analyse de marché sont conçus pour répondre à vos besoins. La SCHL est
la source à consulter pour obtenir des analyses approfondies et des données complètes sur le
marché de l’habitation. Si vous oeuvrez dans le secteur de l’habitation, il est crucial que vous
compreniez les tendances et les enjeux qui influent sur les marchés de l’habitation de TerreNeuve-et-Labrador. Rien ne remplace l’analyse approfondie et concise de l’évolution du
marché de l’habitation que vous propose la SCHL. Veuillez communiquer avec l’analyste
principal de marché pour Terre-Neuve-et-Labrador :
BRIAN MARTIN
Tél. : (709) 772-4034
Téléc. : (709) 726-7014
Courriel : bmartin@cmhc-schl.gc.ca
Votre lien avec le marché de l’habitation
Site Web : http://www.cmhc-schl.gc.ca
Le Rapport sur les logements locatifs est publié une fois l’an pour le marché de St. John’s (Terre-Neuve-et-Labrador). Il est vendu 40 $, taxes en sus. Pour en savoir
davantage, veuillez communiquer avec Cynthia Way du Centre d’affaires de l’Atlantique, au (902) 426-4708.
No de produit : SJRMF
This report is also available in English. Contact Cynthia Way at the Atlantic Business Centre at (902) 426-4708.
© 2003. Société canadienne d'hypothèques et de
logement.Tous droits réservés. La reproduction, le
stockage dans un système de recherche documentaire
ou la transmission d'un extrait quelconque de cette
publication, par quelque procédé que ce soit, tant
électronique que mécanique, par photocopie,
enregistrement ou autre moyen, sont interdits sans
l'autorisation préalable écrite de la Société canadienne
d'hypothèques et de logement. Sans que ne soit limitée la
généralité de ce qui précède, il est de plus interdit de
traduire un extrait de cette publication sans
l'autorisation préalable écrite de la Société canadienne
d'hypothèques et de logement. Les renseignements, analyses
et opinions contenus dans cette publication sont fondés
sur des sources jugées fiables, mais leur exactitude ne peut
être garantie, et ni la Société canadienne d'hypothèques et
de logement ni ses employés n'en assument la
responsabilité.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising