apport sur les Faits saillants SOMMAIRE

apport sur les Faits saillants SOMMAIRE
Enquête de 2003 sur les logements locatifs – Vancouver
apport sur les
logements locatifs
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Faits saillants
ont hésité à majorer les loyers par peur de
perdre des locataires.
♦ Le taux d’inoccupation moyen devrait
monter à 2,2 % en 2004.Toutefois, il suivra
à long terme une tendance à la baisse, car
le relèvement attendu des taux
hypothécaires ralentira le mouvement
d’accession à la propriété ainsi que
l’investissement dans le segment des
copropriétés.
♦ Dans la région métropolitaine de
recensement (RMR) de Vancouver, le taux
d’inoccupation moyen est passé de 1,4 %,
en octobre 2002, à 2,0 %, en octobre 2003.
♦ Le parc locatif restera à peu près
inchangé en fait de volume. En effet, les
mises en chantier de logements locatifs, que
l’on prévoit moins nombreuses, seront
contrebalancées par les conversions
d’unités locatives existantes en propriétés.
♦ Cette ascension tient au fait que le
nombre d’accédants à la propriété a
progressé sous l’effet des bas taux
hypothécaires et de la forte croissance de
l’emploi à l’échelle locale.
♦ En revanche, les habitations locatives
continueront de se multiplier, car les
logements accessoires et les copropriétés
détenues par des investisseurs
représenteront une plus grande part du
marché locatif dans son ensemble.
♦ Le loyer moyen a subi une hausse de
1,5 % dans la RMR de Vancouver. Ce taux
d’augmentation, inférieur au taux d’inflation,
révèle que les propriétaires d’immeubles
Taux d'inoccupation dans la RMR de Vancouver
WEST
VANCOUVER
0,8 %
NORTH
VANCOUVER
1,1 %
TROIS VILLES
2,2 %
VANCOUVER
1,7 %
BURNABY
MAPLE
RIDGE
1,5 %
2,8 %
RICHMOND
1,2 %
SURREY
DELTA
5,9 %
6,0 %
LANGLEY
2,0 %
2,0 %
Source : SCHL
WHITE
ROCK
SOMMAIRE
Analyse et perspectives
Faits saillants......................................................1
Taux d’inoccupation en hausse......................2
Légère montée des loyers dans la RMR
de Vancouver......................................................3
Le taux d’inoccupation des maisons en
rangée reste inchangé......................................3
Prévisions............................................................4
Méthode d’enquête...........................................4
Aperçu national.................................................5
Perspectives économiques...............................6
Tableaux statistiques
Taux d’inoccupation des appartements........7
Loyers moyens des appartements..................8
Taux d’inoccupation des appartements
selon le nombre de logements dans
l’immeuble..........................................................9
Appartements vacants et total des
appartements (univers)..................................10
Logements en rangée vacants et total des
logements en rangée (univers)......................11
Loyers des logements en rangée selon
la zone et le nombre de chambres...............11
Taux d’inoccupation des logements en
rangée selon la zone et le nombre de
chambres..........................................................12
Taux d’inoccupation en hausse
Selon les résultats de l’Enquête sur les
logements locatifs, réalisée chaque année par
la Société canadienne d’hypothèques et de
logement (SCHL), la proportion de logements
vacants s’est élevée à 2,0 % en octobre dans
la RMR de Vancouver. Au cours des dix
dernières années, les taux d’inoccupation
dans cette région ont été extrêmement
variables. Le plus bas, soit 0,8 %, a été
enregistré en 1994, et le plus haut, à savoir
2,7 %, en 1998. L’an dernier, 1,4 % des
logements locatifs étaient libres. La moyenne
de dix ans se chiffre à 1,6 %.
Mises en chantier de logements
locatifs à Vancouver
2 000
2,5
2,2
2
1,5
1,1
500
news
1996
1995
investisseurs diminuera à mesure que les taux
hypothécaires se redresseront et que
l’accroissement des bénéfices des sociétés
améliorera les rendements sur les marchés
des actions.
Dans la ville de Vancouver, la proportion de
logements vacants est passée de 1,1 %, en
octobre 2002, à 1,7 %, en octobre 2003. La
plus forte hausse a été observée dans le West
End, où le taux d’inoccupation est monté de
0,6 à 2,0 %. Au cours des 18 derniers mois,
un grand nombre de logements neufs se sont
ajoutés au parc locatif de ce secteur. La plupart
se louent plus de 2 $ le pied carré et s’écoulent
difficilement étant donné la vitalité du marché
des logements pour propriétaires-occupants.
Le taux d’inoccupation a fléchi dans quelques
sous-marchés de la ville de Vancouver. Il est
descendu de 1,2 à 1,0 % dans South Granville/
Oak, de 1,4 à 0,8 % dans Kitsilano, et de 0,9 à
0,6 % dans Kerrisdale. Ces marchés sont restés
serrés cette année, sous l’effet de plusieurs
facteurs : la raréfaction des logements neufs,
l’intérêt modéré des investisseurs et la forte
croissance démographique, surtout par
l’immigration. En outre, l’écart entre les loyers
et les mensualités hypothécaires est beaucoup
plus grand dans ces sous-marchés que dans
la plupart des autres marchés de la RMR de
Vancouver.
Burnaby et le district de North Vancouver sont
5
Oct. 2003
10
500
Oct. 2002
600
0
Oct. 2001
500
Oct. 2000
700
Oct. 1999
1 000
Oct. 1998
800
Oct. 1997
2004p
2003
les seuls secteurs situés à l’extérieur de la ville
de Vancouver où le taux d’inoccupation a
baissé. La proportion de logements disponibles
s’est repliée quelque peu à Burnaby, passant
de 1,6 à 1,5 %, alors qu’elle est tombée de
0,6 à 0,4 % dans le district de North
Vancouver. La popularité croissante de
Burnaby comme milieu de vie se fait bien sentir
sur le marché locatif. Non seulement il se vend
beaucoup de logements dans ce secteur, mais
le nombre de mises en chantier a augmenté
encore plus rapidement. Pour sa part, le district
de North Vancouver ne compte que
1 031 logements locatifs d’initiative privée, si
bien que le taux d’inoccupation peut subir
de grandes fluctuations lorsque seulement
quelques unités se libèrent.
Les plus hauts taux d’inoccupation ont été
relevés à Surrey et à Delta (6,0 et 5,9 %
respectivement). Dans ces secteurs, le parc
locatif est en grande partie constitué de
logements plus grands et plus âgés que la
moyenne observée pour la RMR. De nos jours,
bien des ménages locataires sont peu
nombreux et exigent des habitations
modernes, de sorte que les gestionnaires
immobiliers ont plus de mal à remplir leurs
ensembles résidentiels. De plus, il se construit
de plus en plus de maisons en rangée
d’initiative privée offertes à prix abordable
dans ces zones – options viables d’accession
à la propriété pour les ménages locataires.
Taux des prêts hypothécaires ordinaires
1 500
Oct. 1996
2002
2001
Taux à cinq ans
%
900
Loyer moyen des logements de une chambre
Versement hypothécaire moyen
2000
1999
Achèvements de logements locatifs d'initiative privée
Taux d'inoccupation moyen des appartements
2 000
Oct. 1995
1998
1997
1 000
Oct. 1994
1
0,5
1994
2 500
Oct. 1993
1,5
1,4
1
0
Écart entre les loyers et les frais
de possession
Oct. 1992
1,4
1,1
0,8
Par conséquent, le taux d’inoccupation moyen
devrait augmenter quelque peu l’an prochain
dans la RMR de Vancouver, pour atteindre
2,2 %. À moyen terme, on prévoit qu’il
redescendra vers ses moyennes historiques.
Comme les promoteurs de logements en
copropriété feront grimper le prix des terrains
dans bien des secteurs, le nombre de mises
en chantier de logements locatifs restera assez
bas au cours des prochaines années. En outre,
le nombre d’unités achetées par des
Oct. 1991
2
1 000
L’investissement dans des copropriétés a
également influé sur la proportion d’unités
disponibles. Le faible rendement des actions
et des instruments à taux fixe a incité bien
des investisseurs à acheter des biens
immobiliers afin de diversifier leur portefeuille.
Une quantité appréciable de copropriétés
dans le Grand Vancouver ont déjà été vendues
à des investisseurs. Ce marché secondaire
continuera d’alimenter l’offre dans la région,
en particulier lorsque les immeubles
actuellement en construction seront achevés.
Oct. 1990
2,7
1 500
La récente tendance à la hausse découle de
certains facteurs, dont le principal est le grand
nombre de ménages locataires ayant accédé
à la propriété. Les bas taux hypothécaires et
la forte croissance de l’emploi ont resserré
l’écart entre le montant des loyers et celui
des frais de possession, et ils ont raffermi la
confiance des consommateurs dans le marché
de l’habitation. Ce changement de
comportement a eu pour conséquence
inévitable d’affaiblir la demande de logements
locatifs.
Page 2
3
2,7
25
20
15
0
1980
1984
1982
1988
1986
1992
1990
1996
1994
2000
1998
2002
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Légère montée des loyers dans la RMR de Vancouver
Le loyer mensuel moyen a augmenté de 1,5 %
dans la RMR de Vancouver, soit de seulement
12 $ par logement. La hausse du taux
d’inoccupation a freiné la progression des
loyers, laquelle a été inférieure au taux
d’inflation dans bien des secteurs. Voilà donc
une nouvelle excellente pour les locataires, mais
pas aussi réjouissante pour les propriétaires
immobiliers. Dans la région, les appartements
se louent en moyenne 805 $ par mois.
en moyenne plus de 1 000 $ par mois. Dans
la ville de Vancouver, le loyer mensuel moyen
a bondi de 4 % pour se fixer à 845 $. Les
loyers ont crû plus rapidement du côté des
petits logements que dans les autres
catégories. Le loyer moyen des unités d’au
moins trois chambres a même chuté de
12,5 %, pour se situer à 1 336 $.
La baisse des loyers des grands logements a
Ce sont les logements de petite taille qui ont
connu l’ascension la plus marquée. En effet, le
loyer mensuel moyen des studios a grimpé de
2,5 % pour atteindre 654 $, celui des
logements de une chambre, de 2,2 % pour se
chiffrer à 759 $, et celui des unités de deux
chambres, de 1,2 % pour s’établir à 965 $. Les
logements de trois chambres ou plus se louent
0,7 % moins cher qu’en octobre 2002. Les
grands logements dont le loyer est élevé sont
les premiers touchés lorsque le marché des
habitations pour propriétaires-occupants est
attrayant, car la différence entre le loyer
mensuel et la mensualité hypothécaire est
beaucoup moins importante.
raffermi les taux d’inoccupation, surtout dans
la ville même de Vancouver. Dans la RMR, le
loyer moyen des unités de trois chambres ou
plus a fléchi de 0,7 %, la proportion de
logements libres étant montée de 2,0 à 2,3 %.
À Vancouver, les loyers des grands logements
ont chuté de 12,5 %, mais le taux
d’inoccupation est quand même descendu de
1,7 à 0,8 %. Ces taux devraient se stabiliser
en 2004.
Les hausses de loyers sont minimes à cause
de la montée des taux d'inoccupation
Loyers (variation en %)
Taux d'inoccupation
Loyers (variation en %)
Taux d'inoccupation (%)
3,0
10,0
2,5
5,0
2,0
1,5
0,0
1,0
-5,0
0,5
0,0
-10,0
Oct. 1983
Oct. 1987
Oct. 1991
Oct. 1995
Oct. 1999
Oct. 2003
Oct. 1985
Oct. 1989
Oct. 1993
Oct. 1997
Oct. 2001
West Vancouver et Kerrisdale présentent les
loyers moyens les plus élevés, soit
respectivement 1 175 et 1 050 $. Il s’agit des
deux seuls secteurs où les logements se louent
Source : Enquête sur les logements locatifs, de la SCHL – données sur les logements de une chambre
Le taux d’inoccupation des maisons en rangée reste inchangé
Alors que le taux d’inoccupation des
appartements a augmenté de façon marquée,
celui des logements en rangée est resté à peu
près inchangé dans la RMR de Vancouver. La
proportion de maisons en rangée vacantes est
passée de 1,3 %, en octobre 2002, à 1,4 %, un
an plus tard, ce qui représente une légère
hausse. Comme le parc locatif compte assez
peu d’unités de ce type, à savoir 3 378, l’écart
n’est que de trois logements par rapport à
l’an dernier.
actuelle ne sont pas aussi convaincants pour
les locataires de maisons en rangée.
Autre facteur de stabilité : le parc d’unités
en rangée locatives s’est amenuisé de 1,3 %
par rapport à l’an dernier, en raison des
logements locatifs qui ont été convertis en
Le taux d’inoccupation étant demeuré stable,
les propriétaires-bailleurs ont pu majorer les
loyers de 3,8 % pour les porter en moyenne à
1 132 $ en 2003. Cette situation semble
s’opposer à l’argument selon lequel la
proportion d’appartements libres a crû sous
l’effet du mouvement d’accession à la
propriété chez les ménages locataires. En
revanche, les locataires de logements en rangée
sont en général des familles nombreuses qui
ont besoin d’espace, quel que soit le mode
d’occupation. En fait, bien des accédants à la
propriété s’offrent de petites habitations à prix
abordable, alors que les grands ménages
locataires n’ont pas nécessairement les moyens
d’acheter un logement assez grand pour
répondre à leurs besoins. Ainsi, les facteurs
qui incitent à l’achat d’habitations à l’heure
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
propriétés et vendus sur le vigoureux marché
de l’habitation de Vancouver. Grâce au
tassement de l’offre et à la stabilité de la
demande, le marché des maisons en rangée
s’est avéré un bon investissement cette année
dans le domaine locatif.
Taux d'inoccupation moyen des
logements en rangée
%
3,5
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
Page 3
Prévisions
Les investisseurs resteront nombreux sur le
marché des copropriétés en 2004. Les
logements neufs achetés par des investisseurs
alimenteront l’offre sur le marché locatif
secondaire, si bien que le nombre total
d’unités locatives dans la RMR de Vancouver
progressera. La construction de logements
locatifs demeurera léthargique, mais les ajouts
au marché secondaire et le grand nombre
d’accédants à la propriété feront monter le
taux d’inoccupation moyen à 2,2 % l’an
prochain.
La vigueur soutenue de l’immigration
empêchera la demande de diminuer
considérablement sur le marché locatif. De
plus, l’accroissement prévu des taux
hypothécaires en 2005 affaiblira la vague
d’accession à la propriété et refroidira l’intérêt
des petits investisseurs pour le marché des
copropriétés. Par conséquent, le taux
d’inoccupation recommencera à baisser
en 2005.
Le taux d'inoccupation des
appartements restera faible
% d'appartements vacants
3,0
2,5
2,0
Prévisions
On prévoit que la proportion de logements
disponibles augmentera encore en 2004. Les
bas taux hypothécaires et l’amélioration de
la croissance de l’emploi, en particulier du
côté des postes à plein temps, continueront
d’inciter bien des ménages locataires à
accéder à la propriété. En outre, d’autres
pressions à la hausse s’exerceront sur les taux
d’inoccupation. Par exemple, les ménages
locataires ayant acheté un logement avant
l’achèvement déménageront d’ici 18 mois.
1,5
1,0
0,5
0,0
Oct. 1975
Oct. 1979
Oct. 1983
Oct. 1987
Oct. 1991
Oct. 1995
Oct. 1999
Oct. 2003
Oct. 1977
Oct. 1981
Oct. 1985
Oct. 1989
Oct. 1993
Oct. 1997
Oct. 2001
Source : Enquête sur les logements locatifs, de la SCHL
Méthode d’enquête
La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) mène l'Enquête sur les logements locatifs chaque année en octobre pour
déterminer de manière objective le nombre de logements inoccupés et les loyers pratiqués dans les immeubles locatifs. L'enquête porte
sur un échantillon de logements pris dans tous les centres urbains ayant une population de 10 000 habitants et plus. Seuls les
immeubles qui sont sur le marché depuis au moins trois mois sont inclus. Alors que la présente publication porte principalement sur
les immeubles d'initiative privée de trois appartements ou plus, l'enquête de la SCHL englobe également les maisons en rangée, les
logements locatifs d'initiative publique et les coopératives d’habitation.
L'enquête se fait par téléphone ou sur place, et l'information sur les loyers est obtenue du propriétaire ou du gestionnaire d’immeuble.
L'enquête a lieu pendant les deux premières semaines d'octobre, et les résultats sont diffusés en novembre dans les rapports Télécopie
RAPIDE de la SCHL.
Définitions
Logement inoccupé : Un logement est considéré inoccupé si, au moment de l'enquête, personne n'y habite et qu'il peut être loué
immédiatement.
Loyer : Les données sur le loyer indiquent le montant réel que les locataires payent pour leur logement. Les commodités et services,
comme le chauffage, l'éclairage, le stationnement, l'eau chaude et les installations de buanderie, peuvent être inclus ou non dans le loyer
mensuel signalé pour chaque logement. Les chiffres sur le loyer moyen indiqués dans la publication représentent la moyenne pour
différents logements dans la zone de marché, dont certains peuvent inclure une partie ou la totalité des services offerts.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comprenant au moins trois logements offerts en location qui n'ont pas
d'entrée privée.
Ensemble de logements en rangée locatifs :Tout immeuble comptant au moins trois logements offerts en location avec entrée
privée.
Remerciements
L'Enquête sur les logements locatifs n'aurait pas pu être réalisée sans la collaboration des nombreux propriétaires et gestionnaires
immobiliers de toutes les régions du Canada. Nous apprécions grandement leur travail acharné et l'aide qu'ils nous apportent en
fournissant de l'information exacte dans les délais requis. Nous espérons sincèrement que ces clients et tout le secteur de l'habitation
bénéficieront des résultats de ce travail.
Page 4
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
APERCU NATIONAL : Hausse du taux d’inoccupation des logements locatifs
En
octobre 2003,
le
taux
d’inoccupation
moyen
des
appartements dans les RMR du Canada
est monté à son niveau le plus haut
depuis 1999. Dans les immeubles
d’initiative privée comptant au moins
trois logements, il a atteint 2,2 %
en 2003, alors qu’il était de 1,7 %
en 2002.
Dans beaucoup de centres urbains, les
taux hypothécaires exceptionnellement
bas et les marchés hypothécaires
concurrentiels ont incité de nombreux
ménages locataires à accéder à la
propriété. En conséquence de ce
phénomène et d'autres facteurs, 20 des
28 grands centres du pays présentent
des taux d'inoccupation plus élevés
qu'en 2002. Parmi toutes les RMR, c’est
celle d’Edmonton qui a affiché la plus
forte augmentation du taux
d’inoccupation; ce dernier est passé de
1,7 %, en 2002, à 3,4 %, en 2003. Le
marché locatif de Calgary arrive au
deuxième rang, avec une hausse de
1,5 point de pourcentage, la proportion
de logements vacants y étant montée
de 2,9 %, en octobre 2002, à 4,4 %, un
an plus tard. Le plus haut taux
d’inoccupation, soit 5,2 %, a été
enregistré dans les RMR de Saguenay
et de Saint John.
Cette année, le taux d'inoccupation
était inférieur à 1 % dans seulement
deux RMR, soit une de moins qu’en
octobre 2002. Pour la deuxième année
de suite, la RMR de Québec possède le
marché locatif le plus serré du pays. La
proportion de logements vacants a
toutefois légèrement progressé dans
cette RMR, passant de 0,3 %, en 2002,
à 0,5 %, en 2003. Sherbrooke suit de
près, avec un taux de 0,7 %. Calgary,
où 4,4 % des unités locatives étaient
disponibles en octobre 2003, est arrivé
vingt-cinquième sur les 28 principaux
centres du Canada.
Octobre Octobre Octobre Octobre Octobre
1999
2000
2001
2002
2003
Région de l’Atlantique
St. John's
9,2
3,8
2,5
2,7
2,0
Halifax
3,6
3,6
2,8
2,7
2,3
Saint John
5,2
3,4
5,6
6,3
5,2
Chicoutimi-Jonquière
4,9
4,4
4,4
4,9
5,2
Gatineau
4,4
1,4
0,6
0,5
1,2
Montréal
3,0
1,5
0,6
0,7
1,0
Québec
3,3
1,6
0,8
0,3
0,5
Sherbrooke
7,6
4,7
2,3
1,8
0,7
Trois-Rivières
7,9
6,8
4,7
3,0
1,5
Hamilton
1,9
1,7
1,3
1,6
3,0
Kingston*
3,4
1,8
1,5
0,9
1,9
Kitchener
1,0
0,7
0,9
2,3
3,2
London
3,5
2,2
1,6
2,0
2,1
Oshawa
1,7
1,7
1,3
2,3
2,9
Ottawa
0,7
0,2
0,8
1,9
2,9
St. Catharines-Niagara
3,2
2,6
1,9
2,4
2,7
Sudbury
11,1
7,7
5,7
5,1
3,6
Thunder Bay
7,5
5,8
5,8
4,7
3,3
Toronto
0,9
0,6
0,9
2,5
3,8
W indsor
2,7
1,9
2,9
3,9
4,3
Calgary
2,8
1,3
1,2
2,9
4,4
Edmonton
2,2
1,4
0,9
1,7
3,4
Regina
1,4
1,4
2,1
1,9
2,1
Saskatoon
0,9
1,7
2,9
3,7
4,5
W innipeg
3,0
2,0
1,4
1,2
1,3
Abbotsford*
6,7
3,7
2,4
2,0
2,6
Vancouver
2,7
1,4
1,0
1,4
2,0
Victoria
3,6
1,8
0,5
1,5
1,1
Total (1)
2,6
1,6
1,1
1,7
2,2
Région du Québec
Région de l’Ontario
Région des Prairies
Région de la Colombie-Britannique
La SCHL prévoit qu’en octobre 2004,
le taux d'inoccupation moyen des
appartements dans les RMR du Canada
s'établira à 2,6 %, soit légèrement audessus du niveau de 2,3 % observé
en 2003. Fait intéressant, on s’attend à
ce que des hausses soient enregistrées
dans seulement 13 des 28 RMR
canadiennes l’an prochain.
Comme les taux d'inoccupation se sont
accrus dans bon nombre des grands
centres du pays, la progression des
loyers moyens a été modeste en
comparaison des années antérieures.
Du côté des logements de deux
chambres, la hausse des loyers a été
égale ou inférieure à 4 % dans la plupart
des marchés, Gatineau étant l'exception
Suite à la page 6
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
*Devenue région métropolitaine de recensement en 2001
Taux d'inoccupation en 2003,
selon la région
Nord de la C.-B.
18,3 %
Thompson/Okanagan
2,8 %
Île de Vancouver
2,4 %
Source : SCHL
Kootenay
6,8 %
Vancouver
2,0 %
Vallée du Fraser
2,9 %
Page 5
Perspectives économiques
Colombie-Britannique continue d’attirer plus
que sa part de migrants internationaux,
importante source de demande pour le
marché locatif. Bien que la migration
interprovinciale nette demeure négative, les
pertes sont de moins en moins considérables.
En 2004, l’économie britanno-colombienne
rebondira avec l’accélération de la croissance
aux États-Unis. Parmi les facteurs qui ont miné
l’expansion économique dans la province en
2003, bon nombre persisteront en 2004. Le
conflit entourant le bois d’oeuvre n’est
toujours pas réglé, et la devise canadienne
devrait continuer de se raffermir par rapport
au dollar américain. En revanche, la
progression de la demande aux États-Unis
aidera à annuler les effets néfastes du
renforcement de notre dollar. L’industrie
touristique devrait aussi retrouver ses niveaux
d’activité habituels l’an prochain. Le
redressement de l’économie et l’augmentation
de l’emploi feront progresser la demande de
logements en 2004 en Colombie-Britannique.
On prévoit que les taux d’intérêt resteront
bas tout au long de 2004, ce qui permettra à
un grand nombre de ménages locataires
d’accéder à la propriété.
La conjoncture du marché de l’emploi s’est
améliorée au cours de la dernière année. Le
taux de chômage dans la province était de 7,8 %
en octobre 2003, contre 8,3 % un an
auparavant, ce qui représente une baisse
considérable. Le taux de chômage moyen se
fixera à 8,4 % pour 2003, alors qu’il se situait à
8,5 % en 2002; le repli sera donc léger. En 2003,
le nombre d’emplois en Colombie-Britannique
devrait avoir augmenté de 2,1 %, soit de 41 000.
Bien des emplois créés en 2003 sont des postes
à plein temps, les entreprises ayant majoré le
nombre d’heures de travail de leurs employés
pour s’adapter à l’amélioration de la
conjoncture.
La population de la Colombie-Britannique a
augmenté à un rythme modeste cette année. La
croissance de l’emploi et l’accroissement
démographique contribueront à faire gonfler la
demande de logements locatifs. Durant les trois
premiers trimestres de 2003, la province
comptait 4,14 millions d’habitants, contre
4,11 millions en 2002. Le solde migratoire
devrait se chiffrer à 24 300 cette année, alors
qu’il avait atteint 20 459 l’an dernier. La
En 2003, l’économie britanno-colombienne
a crû plus lentement que l’an dernier en
raison de deux facteurs : l’incidence du SRAS
sur le tourisme et le raffermissement soudain
de la devise canadienne, lequel a exercé un
effet modérateur sur les exportations dans
la province. Les bas taux hypothécaires et la
croissance de l’emploi ont soutenu le secteur
du commerce de détail et celui de
l’habitation. Les dépenses de consommation
et l’investissement résidentiel ont été les
principaux moteurs de l’expansion
économique cette année.
On prévoit qu’en Colombie-Britannique, le
taux de croissance de l’économie sera de
1,7 % pour l’année 2003, ce qui est inférieur
au taux de 2,4 % enregistré pour 2002. La
croissance de l’économie canadienne devrait
quant à elle se chiffrer à 1,9 % en 2003,
après avoir atteint 3,3 % l’an dernier.
L’économie britanno-colombienne continue
de progresser plus modérément que
l’économie canadienne, mais l’écart
se rétrécit.
Tendances de l'emploi selon la région
L a m i g r a t i o n n e t t e s ' a m é lio r e
Variation en pourcentage par rapport à 2002*
40 000
Thompson/Okanagan
Migration internationale nette
Migration interprovinciale nette
Mainland/Sud-Ouest
C.-B.
20 000
Kootney
Nord-Est
Côte (Nord) et Nechako
0
Île de Vancouver/Côte
-2%
0%
2%
4%
(20 000)
Croissance de l'emploi
Source : Enquête sur la population active, de Statistique Canada
*Pour la période de janvier à octobre
1998
1999
2000
2001
2002
2003p
2004p
Source : BC Stats
Suite de la page 5
la plus notable. En effet, même si le taux
d’inoccupation est monté de 0,7 point de
pourcentage à Gatineau, les loyers moyens
s’y sont alourdis de près de 7 % en 2003,
ce qui représente la plus forte augmentation
parmi les RMR canadiennes. Toronto a été
le seul centre à enregistrer une
baisse (0,7 %). À Calgary, le loyer moyen
des logements de deux chambres est
demeuré inchangé par rapport à 2002. Pour
sa part, la RMR d’Edmonton a affiché un
gain modeste de 1,8 % à ce chapitre
en 2003, après avoir subi les majorations
de loyer les plus marquées au Canada
pendant deux années consécutives.
Les loyers moyens les plus considérables
continuent d’être observés dans les RMR
les plus grandes du pays, exception faite de
Montréal. Les loyers mensuels les plus élevés
pour un appartement de deux chambres
ont encore été relevés à Toronto (1 040 $)
Page 6
et à Vancouver (965 $). Calgary a conservé le
cinquième rang à ce chapitre (804 $) parmi les
principaux centres du Canada. Enfin, c’est dans
la RMR de Saguenay que les logements sont
les moins chers, le loyer mensuel moyen étant
de 457 $.
Taux d'inoccupation des appartem e n ts
dans quelques régions métrpoplitaines
Calgary
Toronto
Ottawa
2002
2003
Halifax
Vancouver
Montréal
0
1
2
3
4
5
%
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Tableau 1
Taux d’inoccupation (%) des appartements selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Vancouver
Secteur
Studios
Une chambre
Deux
chambres
Trois
chambres +
Tous log.
confondus
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
0,9
1,5
1,2
1,9
0,7
1,3
1,7
0,8
1,1
1,7
1. West End
0,6
1,5
0,6
2,2
0,5
1,4
**
**
0,6
2,0
2. S. Granville/Oak
1,0
0,8
1,4
1,0
0,7
1,0
**
**
1,2
1,0
3. Kitsilano
0,4
0,7
1,8
1,1
0,5
0,1
**
**
1,4
0,8
4. Kerrisdale
**
**
1,1
0,5
0,0
1,3
**
**
0,9
0,6
5. Marpole
2,3
2,6
0,8
2,3
1,2
1,4
**
**
1,0
2,2
6. East Hastings
1,0
2,0
1,7
2,6
0,8
0,9
**
**
1,5
2,2
7. Reste de la ville
2,1
2,6
1,7
1,1
1,0
2,7
**
**
1,4
1,8
Ville de Vancouver
Zones :
Burnaby
0,8
0,9
1,9
1,7
1,2
0,9
1,1
2,7
1,6
1,5
New Westminster
1,1
2,1
2,3
2,6
1,1
3,5
0,9
3,2
1,8
2,8
N. Vancouver (ville)
1,0
0,5
1,0
1,0
0,9
1,8
**
**
1,0
1,2
N. Vancouver (district munic.)
0,0
0,0
0,0
1,2
1,4
0,0
0,8
0,0
0,6
0,4
West Vancouver
**
0,4
0,6
1,0
0,3
0,9
0,0
0,0
0,4
0,8
Richmond
2,5
0,8
0,4
1,4
0,5
1,1
**
**
0,6
1,2
Delta
4,0
13,3
2,4
5,9
5,1
5,5
0,0
5,3
3,6
6,0
Surrey
**
**
5,1
6,1
2,9
5,8
5,9
6,6
4,1
5,9
White Rock
0,0
1,4
1,1
1,2
1,0
4,0
0,0
0,0
1,0
2,0
Langley (ville et district mun.)
0,0
5,2
1,0
2,8
1,4
1,0
0,0
0,0
1,1
2,0
Coquitlam, Port Coquitlam et
Port Moody
1,0
2,4
2,0
2,3
1,4
2,3
**
0,6
1,7
2,2
Maple Ridge et Pitt Meadows
**
**
2,5
2,6
2,3
3,4
**
**
2,4
2,8
0,9
1,5
1,5
2,1
1,2
2,1
2,0
2,3
1,4
2,0
RMR de Vancouver
Définitions
Acronymes/symboles utilisés dans les tableaux :
Acronyme/symbole
Définition
A.L.U.
Aucun logement dans l’univers
S.O.
Sans objet
Aucun logement dans l’échantillon
**
Non disponib le
Échantillon trop petit. Donnée non fpournie pour des raisons de fiabilité et
de confidentialité
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Description
Page 7
Tableau 2
Loyers moyens ($) des appartements selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Vancouver
Secteur
Studios
Une
chambre
Deux
chambres
Trois
chambres +
Tous log.
confondus
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
2002
2003
660
679
786
805
1
1 128
2
1 336
828
845
1. West End
687
704
851
878
1 295
1 291
**
**
874
896
2. S. Granville/Oak
651
666
781
790
1 073
1 042
**
**
811
820
3. Kitsilano
711
730
829
839
1 126
1 192
**
**
889
895
**
**
905
903
1 341
1 386
**
**
1 015
1 050
5. Marpole
553
571
653
660
819
844
**
**
672
679
6. East Hastings
533
575
639
662
830
846
**
**
657
683
7. Reste de la ville
701
702
829
829
1 133
1 143
**
**
923
929
Burnaby
587
587
695
702
876
879
1 011
997
751
750
New Westminster
516
524
626
635
801
805
1 014
1 049
666
674
N. Vancouver (ville)
643
644
749
768
936
929
**
805
809
N. Vancouver (district munic.)
650
657
763
771
988
1 015
1 063
1 074
862
876
**
727
951
1 007
1 477
1 474
2 061
2 071
1 143
1 175
Richmond
583
584
728
734
889
899
**
**
811
809
Delta
525
535
638
645
804
812
1 003
974
713
720
**
**
621
623
763
769
842
843
699
703
White Rock
572
580
686
709
862
891
1 066
1 036
735
758
Langley (ville et district mun.)
557
560
647
661
782
774
857
866
708
715
Coquitlam, Port Coquitlam et
Port Moody
552
560
634
639
769
770
**
906
690
698
Maple Ridge et Pitt Meadows
**
**
573
579
732
759
**
**
629
647
638
654
743
759
954
965
1 127
793
805
Ville de Vancouver
Zones :
4. Kerrisdale
West Vancouver
Surrey
RMR de Vancouver
Page 8
**
1 119
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Tableau 3
Taux d’inoccupation des appartements selon le nombre de logements dans l’immeuble
RMR de Vancouver
De 3 à 5
logements
De 6 à 19
logements
De 20 à 49
logements
De 50 à 99 De 100 à 199 200 log. ou
Tous les
logements logements
plus
immeubles
2002
%
2003
%
2002
%
2003
%
2002
%
2003
%
2002
%
2003
%
2002
%
2003
%
2002
%
2003
%
2002
%
2003
%
Ville de Vancouver
0,1
2,5
1,4
1,5
1,3
1,1
1,5
0,7
2,5
0,8
4,0
1,1
1,7
1. West End
0,0
0,0
0,8
3,3
0,4
1,2
0,7
1,4
0,7
2,4
1,1
5,5
0,6
2,0
2. S. Granville/Oak
0,5
1,2
1,3
0,4
1,2
1,1
1,4
1,9
-
-
-
-
1,2
1,0
3. Kitsilano
0,0
0,0
1,5
0,8
1,4
0,9
1,4
0,7
*
*
*
*
1,4
0,8
4. Kerrisdale
*
*
0,5
0,3
0,3
1,0
1,9
0,2
-
-
-
-
0,9
0,6
5. Marpole
*
*
0,8
2,6
1,3
1,8
0,3
3,7
-
-
-
-
1,0
2,2
6. East Hastings
0,0
3,8
1,3
2,1
2,0
2,1
1,6
2,1
*
1,6
*
*
1,5
2,2
7. Reste de la ville
0,0
0,0
2,3
1,8
1,4
0,7
1,5
1,7
0,8
3,5
*
*
1,4
1,8
Burnaby
*
6,1
0,7
0,9
1,7
1,8
1,0
1,1
1,8
2,0
*
0,7
1,6
1,5
New Westminster
*
5,5
3,2
3,2
1,7
3,0
1,6
3,0
0,7
0,9
-
-
1,8
2,8
N. Vancouver (ville)
*
5,7
0,8
1,4
1,1
1,1
0,8
1,4
0,6
0,4
-
-
1,0
1,2
N. Vancouver (district mun.)
*
0,0
2,1
0,4
0,0
1,7
*
*
0,0
0,0
-
-
0,6
0,4
West Vancouver
*
*
*
*
0,3
0,9
0,0
0,4
0,7
0,9
-
-
0,4
0,8
Richmond
-
-
*
*
0,4
0,6
0,6
1,7
*
*
-
-
0,6
1,2
Del ta
*
*
3,9
6,7
3,7
4,5
3,2
7,5
*
*
-
-
3,6
6,0
Surrey
*
16,7
8,6
13,4
3,0
4,4
3,2
5,9
10,7
6,3
*
*
4,1
5,9
White Rock
0,0
0,0
0,4
1,3
1,2
2,0
1,0
2,8
-
-
-
-
1,0
2,0
Langley (ville et district mun.)
2,6
0,0
0,0
5,9
1,5
2,1
0,7
1,6
*
-
-
-
1,1
2,0
Coquitlam, Port Coquitlam
et Port Moody
0,0
0,0
2,2
3,8
1,3
1,8
2,0
2,3
*
*
*
*
1,7
2,2
Maple Ridge et Pitt Meadows
5,0
16,7
2,8
0,0
2,8
1,9
1,0
4,6
-
-
-
-
2,4
2,8
RMR de Vancouver
0,8
2,9
1,6
1,8
1,3
1,7
1,4
2,4
1,5
2,1
2,7
3,4
1,4
2,0
Secteur
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Page 9
Tableau 4
Nombre d’appartements vacants et nombre total d’appartements (univers) selon le nombre de chambres
RMR de Vancouver
Secteur
Studios
Une
chambre
Deux
chambres
Vacants
Total
Vacants
Total
132
8 886
706
38 019
124
9 501
1. West End
59
3 802
317
14 284
35
2. S. Granville/Oak
9
1 171
49
4695
3. Kitsilano
10
1 377
54
4. Kerrisdale
**
**
5. Marpole
11
6. East Hastings
7. Reste de la ville
Trois
chambres +
Total
Vacants
Total
5
596
967
57 002
2 439
**
**
414
20 586
13
1 314
**
**
71
7 239
4 954
2
1 480
**
**
67
7 877
6
1 376
8
585
**
**
14
2 197
441
68
2 891
9
622
**
**
88
3 962
28
1 403
183
7 094
13
1 412
**
**
225
10 111
14
539
30
2 724
45
1 649
**
**
89
5 031
Burnaby
7
843
143
8 345
31
3 449
12
450
193
13 086
New Westminster
18
842
136
5 239
78
2 185
4
130
235
8 396
N. Vancouver (ville)
2
445
38
3 824
32
1 779
**
**
73
6 088
N. Vancouver (district munic.)
0
179
4
354
0
360
0
138
4
1 031
West Vancouver
1
234
12
1 278
7
721
0
97
20
2 330
Richmond
2
214
14
979
13
1 136
**
**
29
2 491
Delta
10
75
51
865
41
749
2
38
104
1 727
Surrey
**
**
162
2 669
148
2 572
29
445
340
5 764
White Rock
1
71
11
887
16
401
0
14
28
1 373
Langley (ville et district mun.)
4
77
24
866
9
894
0
49
37
1 886
Coquitlam, Port Coquitlam et
Port Moody
4
172
49
2 169
38
1 626
1
169
92
4 137
Maple Ridge et Pitt Meadows
**
**
23
865
18
518
**
**
40
1 447
554
26 157
55
2 414
2 165
107 491
Ville de Vancouver
Vacants Total Vacants
Tous log.
confondus
Zones :
RMR de Vancouver
Page 10
182
12 147 1 375 66 773
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Tableau 5
Logements en rangée vacants et total des logements en rangée (univers) selon le nombre de chambres
RMR de Vancouver
Deux
chambres
Secteur
Trois
chambres +
Tous logements
confondus
Vacants
Total
Vacants
Total
Vacants
Total
Ville de Vancouver
8
228
3
149
11
426
Burnaby
**
**
2
221
**
**
New Westminster
**
**
**
**
**
**
N. Vancouver (ville)
**
**
**
**
**
**
N. Vancouver (district municipal)
4
140
5
357
9
518
Richmond
1
236
5
427
7
671
Delta
**
**
**
**
**
**
Surrey
0
76
5
306
5
388
Langley (ville et district municipal)
**
**
5
207
6
283
Coquitlam, Port Coquitlam et
Port Moody
0
128
1
451
1
584
Maple Ridge et Pitt Meadows
A.L.U.
A.L.U.
3
101
3
101
16
975
31
2293
47
3378
RMR de Vancouver
Tableau 6
Loyers des logements en rangée selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Vancouver
Deux
chambres
Secteur
Trois
chambres +
Tous logements
confondus
2002
2003
2002
2003
2002
2003
1 148
1 294
1 549
1 513
1 264
1 303
Burnaby
**
**
**
1 184
1 095
**
New Westminster
**
**
N.D.
N.D.
**
**
N. Vancouver (ville)
**
**
**
**
**
**
N. Vancouver (district municipal)
1 050
1 057
1 479
1 409
1 314
1 288
Richmond
1 063
1 162
1 126
1 186
1 101
1 173
Delta
**
**
**
**
**
**
Surrey
756
802
1 031
1 032
970
981
Langley (ville et district municipal)
**
**
864
935
829
871
Coquitlam, Port Coquitlam et
Port Moody
942
942
1 107
1 169
1 068
1 116
Maple Ridge et Pitt Meadows
A.L.U.
A.L.U.
990
1 053
990
1 053
996
1 059
1 154
1 189
1 091
1 132
Ville de Vancouver
RMR de Vancouver
Rapport sur les logements locatifs – Vancouver – 2003
Page 11
Tableau 7
Taux d’inoccupation des logements en rangée selon la zone et le nombre de chambres
RMR de Vancouver
Deux
chambres
Secteur
Trois
chambres +
Tous logements
confondus
2002
2003
2002
2003
2002
2003
Ville de Vancouver
3,3
3,3
0,6
2
2,1
2,5
Burnaby
**
**
**
0,9
1,9
**
New Westminster
**
**
**
**
**
**
N. Vancouver (ville)
**
**
**
**
**
**
N. Vancouver (district municipal)
0,0
2,9
0,4
1,4
0,2
1,8
Richmond
0,5
0,4
0,5
1,2
0,5
1,0
Delta
**
**
**
**
**
**
Surrey
0,0
0,0
4,9
1,6
3,8
1,3
Langley (ville et district municipal)
**
**
0,5
2,5
0,3
2,2
Coquitlam, Port Coquitlam et
Port Moody
1,5
0,0
**
0,2
**
0,2
Maple Ridge et Pitt Meadows
A.L.U.
A.L.U.
2,0
3,0
2,0
3,0
1,0
1,6
1,4
1,3
1,3
1,4
RMR de Vancouver
Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet du
présent rapport, veuillez communiquer avec :
Cameron Muir
Analyste principal de marché
Tél. : (604) 737-4144
Courriel : cmuir@schl.ca
Abonnements :
Lisa Preston, administratrice
Produits et services
Tél. : (604) 737-4088
Téléc. : (604) 737-4021
Courriel : lpreston@schl.ca
© 2003 Société canadienne d’hypothèques et de logement. Tous droits réservés. La reproduction, le stockage dans un système de recherche documentaire ou
la transmission d’un extrait quelconque de cette publication, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, par photocopie,
enregistrement ou autre moyen, sont in terdits sans l’autorisation préalable écrite de la Société canadienne d’h ypothèques et de logement. Sans que ne soit
limitée la généralité de ce qui précède, il est de plus interdit de traduire un extrait de cette publication sans l’autorisation préalable écrite de la Société
canadienne d’hypothèques et de logement. Les renseignements, analyses et opinions contenus dans cette publication sont fondés sur des sources jugées fiables,
mais leur exactitude ne peut être garantie, et ni la Société canadienne d’hypothèques et de logement ni ses employés n’en assument la responsabilité .
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising