Windsor w w w . cmhc . c a

Windsor  w w w . cmhc . c a
Windsor
w w w . cmhc . c a
Les locataires avaient du choix cette
année, le taux d’inoccupation des
appartements locatifs ayant plus que
doublé dans la région métropolitaine
de recensement (RMR) de Windsor.
Pour une quatrième année de suite,
le taux d’inoccupation est monté. Il
s’est fixé à 8,8 % en octobre dernier,
alors qu’il s’élevait à 4,3 % au mois
correspondant de 2003. C’est là le
taux d’inoccupation le plus élevé au
pays.
Plusieurs facteurs ont contribué à
l’augmentation du nombre de
logements vacants. En premier lieu,
grâce à la faiblesse des taux
hypothécaires, les frais de possession
d’une habitation étaient comparables
aux frais de location d’un logement,
ce qui a encouragé l’accession à la
propriété chez les locataires. Dans la
RMR, les charges de remboursement
hypothécaire (principal et intérêts)
pour une propriété de prix moyen
(160 000 $) vendue par
l’intermédiaire du Service interagences® (S.I.A.®), avec une mise de
fonds de 25 %, s’établissaient à 807 $
en septembre, tandis que le loyer
moyen d’un appartement de trois
chambres s’élevait à 903 $. Les
logements collectifs sont encore plus
abordables, et les promoteurs font
des campagnes énergiques en vue
d’attirer les accédants à la propriété.
Par conséquent, le nombre de
logements locatifs vacants est passé
de 635, en 2003, à 1 317, en 2004.
En deuxième lieu, les accédants ayant
choisi d’acheter un logement collectif
Margot Stevenson, analyste de marché, SCHL, Analyse de marché, London
Tél. : (519) 873-2407 (ligne directe) * Téléc. : (519) 438-5266
mstevens@cmhc-schl.gc.ca * www.schl.ca
Enquête annuelle
d’octobre 2004
SOMM A I R E
1. Bond du taux
d’inoccupation à Windsor
2. Résumé et prévisions
3. Taux de disponibilité
4.Taux d’inoccupation au
Canada
5-7. Tableaux – Taux
d’inoccupation et loyers des
appartements
8. Méthode d’enquête
neuf ont dû habituellement compter
jusqu’à deux ans avant de pouvoir y
emménager. Durant les trois premiers
trimestres de 2004, plus de 300
appartements et logements en rangée
ont été achevés. Beaucoup de
ménages avaient donc quitté leur
logement locatif en octobre, mois où a
été réalisée l’Enquête.
En troisième lieu, l’immigration dans la
RMR de Windsor a été plus forte chez
les 35 à 49 ans, groupe qui est
traditionnellement constitué de
propriétaires-occupants. Ces
dernières années, l’immigration a
atteint son plus haut niveau durant la
période 2000-2002. Normalement, les
nouveaux arrivants louent un
logement, puis accèdent à la propriété
Rapport sur les logements locatifs
!
Enquête d’Octobre
1
deux ou trois ans plus tard. Ce
groupe a exercé une forte influence
sur le robuste marché des habitations
pour propriétaires-occupants au
cours des deux dernières années.
L’emploi n’ayant pas progressé dans la
RMR, l’immigration a diminué, ce qui a
entraîné un repli de la demande sur le
marché locatif.
bâtiments, ce qui confirme
l’importance que revête la présence
de gestionnaires sur place pour
attirer et garder des locataires. Les
taux les plus élevés étaient signalés
dans les immeubles de 1 à 4 étages et
dans les immeubles comptant de 3
à 5 logements.
Loyer des
appartements
dans la RMR de
Windsor
Ascension des
taux
d’inoccupation
dans la ville de
Windsor
La hausse considérable du taux
d’inoccupation dans la RMR de
Windsor a éliminé les pressions à la
hausse exercées sur les loyers. Cette
année, les taux d’inoccupation élevés
se sont traduits par une absence
d’augmentation des loyers des
appartements de une chambre et de
deux chambres et une diminution des
loyers des studios et des logements
de trois chambres. Pendant plusieurs
années auparavant, le loyer moyen
des appartements de deux chambres
a progressé plus rapidement à
Windsor que sur des marchés
comparables du sud-ouest ontarien.
Par exemple, il est supérieur de 2,4 %
à celui observé à London, où il s’est
fixé à 758 $.
Le taux d’inoccupation a augmenté
dans les quatre zones de la ville de
Windsor, mais il a plus que doublé
dans la zone 1, le centre, et la zone 4,
l’ouest de la ville. La zone 1 affiche le
taux le plus élevé, à savoir 10,8 %,
beaucoup de ménages ayant délaissé
le marché locatif pour aménager dans
le logement collectif nouvellement
achevé qu’ils avaient acheté. Cette
zone est également celle où est situé
le plus grand nombre d’appartements
locatifs. Dans la zone 4, le taux
d’inoccupation a été subi les
conséquences du récent achèvement
d’une résidence universitaire et de la
transformation d’un certain nombre
de maisons individuelles en logements
pour étudiants.
À Windsor, le pourcentage
d’augmentation des loyers n’a même
pas atteint le taux légal permis cette
année en vertu des dispositions de la
Dans les grands immeubles, les taux
étaient plus bas que dans les petits
L e lo y e r m o y e n p la fo n n e à
W in d s o r
En dollars
850
800
750
700
650
London
Windsor
600
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
1996
1995
1994
1993
1992
550
500
Source : SCHL, loyer moyen des appartements de deux chambres
2 Rapport sur les logements locatifs
!
Enquête d’Octobre
Loi sur la protection des locataires. En
raison de l’offre excédentaire et de la
concurrence, les propriétairesbailleurs n’ont pas réussi à faire
assumer la hausse des coûts par les
locataires. Ils cherchent à garder leurs
locataires et offrent même des
mesures incitatives comme un mois
de loyer gratuit et l’abolition du
dépôt de sécurité, qui correspond au
loyer du dernier mois.
Les résultats par quintile indiquent
que plus le loyer est élevé dans une
catégorie d’appartements donnée,
plus le taux d’inoccupation est bas,
preuve les propriétaires-bailleurs qui
maintiennent leurs logements en bon
état réussissent à attirer et à garder
des locataires.
Résumé
et
prévisions
La montée du taux d’inoccupation
s’explique en grande partie par un
repli de la demande de logements
locatifs, elle-même attribuable au
niveau relativement bas des frais de
possession d’une habitation.
Grâce à la faiblesse des taux
hypothécaires, les locataires entrent
sur le marché des habitations pour
propriétaires-occupants à un rythme
plus rapide que les nouveaux
ménages n’entrent sur celui des
logements locatifs.
En 2005, la création d’emplois
favorisera la formation de ménages
locataires et devrait entraîner une
légère baisse du taux d’inoccupation
des appartements, qui descendra à
6,5 %, après s’être établi à 8,8 % cette
année.
Une hausse du prix des logements
pour propriétaires-occupants,
conjuguée à une faible majoration des
taux hypothécaires, creusera l’écart
entre les frais de possession d’une
habitation et les frais de location.
Le loyer moyen des appartements de
deux chambres devrait augmenter de
moins de 1 % en 2005 pour atteindre
779 $. L’offre excédentaire et la
concurrence que se livrent les
propriétaires-bailleurs limiteront la
progression des loyers.
Les taux de
disponibilité
indiquent que
l’accession à la
propriété est
toujours forte
L’écart entre les
deux taux est
plus grand dans
la zone ouest
L’augmentation du taux
d’inoccupation est en partie
attribuable à l’accession à la
propriété de beaucoup de ménages
locataires, motivés par le
rétrécissement de l’écart entre les
frais de location et les frais de
possession d’une habitation.
Cette année, pour la première fois, la
SCHL a réalisé une enquête pilote
sur le taux de disponibilité des
logements locatifs. Dans la RMR de
Windsor, le taux de disponibilité des
appartements de deux chambres
s’est fixé à 10,5 %. Il était donc
de 1,8 point de pourcentage
supérieur au taux d’inoccupation. Le
taux de disponibilité vise non
seulement les logements inoccupés,
mais également les logements
disponibles, soit ceux pour lesquels
le locataire actuel a donné, ou a reçu,
un avis de déménagement officiel et
pour lesquels aucun autre bail n’a
été signé. Ce taux donne une idée
un peu plus générale des tendances
que suivra l’offre de logements
vacants.
C’est dans la zone 4 (ouest) située à
proximité de l’université, que les
taux d’inoccupation et taux de
disponibilité des appartements de
une chambre les plus hauts ont été
signalés. Cette situation est en
grande partie attribuable aux
besoins ponctuels d’hébergement
des étudiants et à l’offre
supplémentaire de logements
destinés à ce groupe, logements qui
ne sont pas visés par notre enquête
(résidences et logements locatifs
non autonomes).
Les données sur la disponibilité
montrent que l’accession à la
propriété demeure forte. Elles
indiquent aussi que beaucoup de
locataires, profitant du grand
nombre de logements inoccupés,
cherchent un appartement qui
répond mieux à leurs besoins.
L’influence de ce facteur ressort
tout particulièrement dans la
catégorie des studios, où l’écart
entre les deux taux est
particulièrement grand. Il est
toutefois possible que la taille de
l’échantillon ait joué un rôle dans
cette différence.
Dans la zone 1, le centre-ville, le taux
des appartements de une chambre
est également élevé, mais le taux de
disponibilité le plus élevé, 13,2 %, est
observé dans la catégorie des
logements de deux chambres. Bon
nombre de ménages qui avaient choisi
de vivre dans cette zone centrale ont
accédé à la propriété et ont acheté
des logements collectifs
nouvellement achevés, qu’ils ont jugé
aussi abordables qu’un logement
locatif.
Apartment Vacancy and A vailability Rates by Zone and Bedroom Type
D'initiative privée comptant au moins trois appartements locatifs
RMR de W indsor
2004
Studios
Sous-marché
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres et +
Taux
d'inocuppation
Availability
Rate
Taux
d'inocuppation
Availability
Rate
Taux
d'inocuppation
Availability
Rate
Taux
d'inocuppation
Availability
Rate
13.0
16.4
9.4
11.3
11.8
13.2
**
**
**
**
7.8
9.9
8.2
8.7
**
**
Zone 3 - Périphérie est
6.3
8.1
4.7
6.5
10.4
11.2
**
**
Zone 4 - Ouest
9.5
11.2
10.8
12.5
7.1
9.5
**
**
Zones 1-4 Ville de W indsor
10.9
13.3
8.5
10.3
9.7
11
9.0
9
locatif
Zone 1 - Centre
Zone 2 - Centre est
Zone 5
**
**
**
**
**
**
**
**
Zone 6 - Reste de la RMR
**
**
**
**
2.2
2.9
**
**
13.3
8.2
10.0
9.2
10.5
8.8
8.8
RMR de W indsor
11.0
Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements locatifs
Rapport sur les logements locatifs
!
Enquête d’Octobre
3
Le taux d’inoccupation national
des appartements augmente
de logement mensuels. Dans
certains cas, toutefois, il n’y a pas
suffisamment de logements vacants
pour répondre aux besoins de tous
les ménages éprouvant des besoins
impérieux en matière de logement;
il arrive par exemple que certains
doivent vivre dans une habitation
surpeuplée. Par conséquent, la
nécessité de produire des
logements abordables persiste.
Le taux d’inoccupation moyen des
appartements locatifs dans les
28 principaux centres du Canada a
atteint 2,7 % en octobre 2004, après
s’être établi à 2,2 % un an
auparavant. Bien qu’il s’agisse de sa
troisième hausse annuelle de suite, le
taux d’inoccupation reste inférieur à la
moyenne de 3,3 % calculée pour la
période allant de 1992 à 2003.
Depuis octobre 2003, les taux
d’inoccupation ont augmenté dans
21 des 28 principaux centres du
Canada. Les plus élevés ont été
enregistrés à Windsor (8,8 %),
Saskatoon, Saint John (N.-B.), Edmonton, Saguenay et Thunder Bay, et
les plus bas, à Victoria (0,6 %),
Sherbrooke, Québec, Winnipeg, TroisRivières et Vancouver.
L’augmentation de cette année
s’explique par divers facteurs. Grâce
à la faiblesse des taux hypothécaires,
les charges de remboursement
hypothécaire sont demeurées peu
élevées. L’accession à la propriété est
donc devenue à la portée de
nombreux ménages locataires, ce qui
a fait diminuer la demande de
logements locatifs. En outre, il
s’achève encore beaucoup de
copropriétés, lesquelles concurrencent
le marché locatif et contribuent ainsi à
la progression des taux
d’inoccupation. Les habitations en
copropriété sont des types de
logements assez abordables pour
lesquels bien des ménages locataires
optent lorsqu’ils accèdent à la
propriété. Par ailleurs, les
copropriétés ajoutent au marché
locatif parce que, dans certains cas,
elles sont acquises par des
investisseurs qui les offrent en location. L’accroissement des taux
d’inoccupation tient également aux
achèvements d’appartements locatifs,
qui ont fait croître l’offre dans
certains centres.
Une nouvelle mesure, appelée « taux
de disponibilité », a été introduite cette
année à titre d’essai pour les
28 principaux centres du Canada. En
octobre 2004, le taux de disponibilité
moyen des appartements locatifs dans
ces régions s’élevait à 3,9 %.
Im m eu b les d 'in itiativ e p riv ée c o m p tan t au m o in s tro is ap p artem en ts lo c atifs
2004
O rd re
1
2
3
3
5
6
7
8
9
10
10
12
13
14
15
16
16
18
19
20
Même si les taux d’inoccupation
ont monté dans de nombreux
centres, beaucoup de ménages
consacrent plus de 30 % de leur
revenu au paiement du loyer. Ces
ménages ont besoin d’un logement
plus abordable ou doivent obtenir
de l’aide pour réduire leurs frais
4 Rapport sur les logements locatifs
Le loyer moyen des appartements de
deux chambres s’est accru dans tous
les principaux centres, sauf à Windsor,
où il est resté inchangé. Les plus
fortes hausses ont eu lieu à
Sherbrooke et Québec (5,1 %), ainsi
qu’à Trois-Rivières (4,8 %). Des gains
d’au moins 3 % ont été relevés à
Trois-Rivières, Halifax, Gatineau,
Montréal, Saint John (N.-B.) et
London. C’est à Toronto, Vancouver
et Ottawa que les appartements de
deux chambres se louent le plus cher
en moyenne (soit respectivement
1 052, 984 et 940 $ par mois) et à
Trois-Rivières et Saguenay qu’ils sont
les plus abordables (457 et 459 $).
21
22
23
24
24
26
27
28
R égio n s m étro p o litain es
d e rec en s em en t (R M R )
V ictoria
Sh erb rooke
W in n ip eg
Q u éb ec
T rois-R iv ières
V a n c ou ver
M on tréa l
G a tin ea u
K in g ston
St. C a th a rin es-N ia g a ra
G ra n d Su d b u ry
R eg in a
A b b otsford
Ha lifa x
St. Joh n 's
O sh a wa
Ha m ilton
K itch en er
Lon d on
O tta wa
A R * d e C h a rlottetown
T oron to
Ca lg a ry
T h u n d er Ba y
E d m on ton
Sa g u en a y
Sa in t Joh n
Sa ska toon
W in d s o r
C an ad a
*A g g lom é ra tion de rec e nse m e nt (A R)
!
Enquête d’Octobre
Tau x d 'in o c c u p atio n (%)
2003
2004
1 ,1
0 ,7
1 ,3
0 ,5
1 ,5
2 ,0
1 ,0
1 ,2
1 ,9
2 ,7
3 ,6
2 ,1
2 ,5
2 ,3
2 ,0
2 ,9
3 ,0
3 ,2
2 ,1
2 ,9
3 ,5
3 ,8
4 ,4
3 ,3
3 ,4
5 ,2
5 ,2
4 ,5
4,3
2,2
0 ,6
0 ,9
1 ,1
1 ,1
1 ,2
1 ,3
1 ,5
2 ,1
2 ,4
2 ,6
2 ,6
2 ,7
2 ,8
2 ,9
3 ,1
3 ,4
3 ,4
3 ,5
3 ,7
3 ,9
4 ,2
4 ,3
4 ,3
5 ,0
5 ,3
5 ,3
5 ,8
6 ,3
8,8
2,7
Tableau 1 : taux d inoccupation des Appartements
Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements - Taux d'inoccupation (%) selon la zone
RMR de Windsor
Sous-marché
Tous log. confondus
locatif
Une chambre
Studios
Deux chambres
Trois chambres et +
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
Zone 1 - Centre
4,7
10,8
7,5
13,0
3,7
9,4
5,5
11,8
**
**
Zone 2 - Centre est
4,5
8,2
**
**
4,8
7,8
4,1
8,2
**
**
Zone 3 - Périphérie est
4,6
7,3
1,1
6,3
3,5
4,7
6,8
10,4
**
**
Zone 4 - Ouest
3,4
9,1
2,7
9,5
2,9
10,8
3,2
7,1
**
**
Zones 1-4 Ville de Windsor
4,3
9,1
4,8
10,9
3,6
8,5
5,1
9,7
6,0
9,0
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
2,8
2,3
**
**
**
**
**
2,2
**
**
4,3
8,8
4,9
11,0
3,5
8,2
4,9
9,2
6,0
8,8
Zone 5
Zone 6 - Reste de la RMR
RMR de Windsor
A.L.U. = Aucun logement de ce type dans l'univers
S.O. = Sans objet (aucun logement de ce type dans l'échantillon)
** Information non publiée pour des raisons de confidentialité ou d'exactitude des résultats de l'Enquête
TableAU 2 : UNIVERS DES APPARTEMENTS ET NOMBRE D APPARTEMENTS VACANTS
Immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements - Nombre de logements dans l'univers et d'appartements vacants selon la zone
RMR de Windsor
Sous-marché
Tous log. confondus
Studios
Log. vacants
Univers
Zone 1 - Centre
557
5,138
Zone 2 - Centre est
167
2,049
Zone 3 - Périphérie est
257
3,522
22
Zone 4 - Ouest
310
3,404
1,291
Zone 5
Zone 6 - Reste de la RMR
locatif
Zones 1-4 Ville de Windsor
RMR de Windsor
Une chambre
Log. vacants Univers
68
Log. vacants Univers
Trois chambres et +
Log. vacants Univers
260
2,767
201
1,705
**
**
78
1,002
71
866
**
**
346
77
1,621
155
1,491
**
**
20
210
196
1,817
91
1,273
**
**
14,113
126
1,158
611
7,207
517
5,336
37
412
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
12
533
**
**
**
**
7
321
**
**
1,317
14,951
128
1,165
620
7,567
531
5,774
39
445
**
522
Log. vacants Univers
Deux chambres
**
Rapport sur les logements locatifs
!
Enquête d’Octobre
5
TableAU 3 : TAUX D INOCCUPATION DES ApPartEmentS
Taux d'inoccupation (%) selon le nombre de logements dans l'immeuble
RMR de Windsor
Nbre de log. locatifs Tous logements confondus
dans l'immeuble
2002
2003
2004
Studios
Une chambre
2003
2004
**
Deux chambres
Trois chambres et +
2003
2004
2003
2004
2003
2004
**
4,7
11,3
8,7
14,9
**
15,6
De 3 à 5 logements
7,5
7,4
13,7
De 6 à 19 logements
4,5
5,0
10,9
8,5
16,4
5,5
12,0
3,2
8,6
**
**
De 20 à 49 logements
3,2
3,6
8,1
3,9
8,2
3,5
9,4
3,8
6,3
**
**
De 50 à 99 logements
2,6
2,6
4,9
9,3
1,4
3,6
3,7
6,2
**
5,4
100 logements et plus
3,3
**
**
**
**
**
**
**
**
**
**
Tous les logements
3,9
4,3
8,8
4,9
11,0
3,5
8,2
4,9
9,2
6,0
8,8
**
Tableau A4 : taux d inoccupation des Appartements
Taux d'inoccupation (%) selon le nombre d'étages dans l'immeuble
RMR de Windsor
Nbre d'étages
Tous logements confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres et +
2002
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
De 1 à 4 étages
5,5
6,1
11,5
6,6
13,4
5,0
10,9
7,0
11,6
9,9
11,7
De 5 à 9 étages
1,6
1,6
4,8
2,5
4,6
1,4
4,6
2,0
5,4
10 étages et +
2,9
2,6
Tous les log.
3,9
4,3
**
**
8,8
4,9
**
2,5
11,0
3,5
**
3,3
8,2
**
4,9
9,2
**
**
**
**
6,0
8,8
Tableau A5 : loyer des appartements
Loyer moyen ($) selon le sous-marché et le nombre de chambres
RMR de Windsor
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres et +
Sous-marché locatif
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
Zone 1 - Centre
450
433
634
640
773
776
**
**
**
**
654
622
777
783
**
**
Zone 3 - Périphérie est
537
534
683
682
794
778
**
**
Zone 4 - Ouest
514
526
645
650
775
776
**
**
Zones 1-4 Ville de Windsor
494
488
651
649
779
778
968
913
**
**
**
**
**
**
**
**
**
494
**
488
**
650
**
650
**
776
**
776
**
963
**
903
Zone 2 - Centre est
Zone 5 - Canton d'Amherstbu
Zone 6 - Reste de la RMR
RMR de Windsor
6 Rapport sur les logements locatifs
!
Enquête d’Octobre
Tableau A6 : loyer des appartements
Loyer moyen ($) selon le nombre de logements dans l'immeuble
RMR de Windsor
Nbre de log. locatifs
dans l'immeuble
Tous log. confondus
Studios
Une chambre
Deux chambres
Trois chambres et +
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
De 3 à 5 logements
604
613
**
**
515
524
634
642
**
845
De 6 à 19 logements
634
636
449
483
585
592
723
724
**
**
De 20 à 49 logements
695
676
498
495
651
641
808
780
**
**
De 50 à 99 logements
100 logements et plus
762
**
752
**
**
**
514
**
704
**
697
**
857
**
848
**
**
**
1 033
**
Tous les logements
699
694
494
488
650
650
776
776
963
903
Tableau A7 : loyer des appartements
Nbre d'étages
Loyer moyen ($) selon le nombre d'étages dans l'immeuble
RMR de Windsor
Studios
Une chambre
Deux chambres
Tous log. confondus
2003
2004
2003
2004
2003
2004
2003
2004
Trois chambres et +
2003
2004
De 1 à 4 étages
632
631
471
468
590
593
708
709
813
779
De 5 à 9 étages
10 étages et +
771
802
769
**
540
**
564
**
704
745
702
**
834
923
844
**
**
**
**
**
Tous les log.
699
694
494
488
650
650
776
776
963
903
QUITILES 2004 - TAUX D INOCCUPATION ET LOYERS MOYENS
Apartment
Type
Immeubles d'initiative privée au moins trois appartmements offerts en location
RMR de Windsor
First
Second
Third
Fourth
Fifth
Quintile
Quintile
Quintile
Quintile
Quintile
Totals
Studios
Taux d'innocupation
Loyer moyen
Boundary
17.1
364
400
18.1
459
486
6.3
499
515
10.0
538
560
8.4
596
11
488
Une chambre
Taux d'innocupation
Loyer moyen
Boundary
14.7
505
575
11.0
609
630
9.1
656
675
6.8
721
750
4.8
793
8.2
650
Deux chambres
Taux d'innocupation
Loyer moyen
Boundary
15.8
599
675
14
725
750
9.7
787
806
5.9
838
865
4.5
946
9.2
776
Trois chambres et Taux d'innocupation
Loyer moyen
Boundary
16.9
683
700
9.2
771
800
19.7
834
850
9.0
987
1150
4
1311
8.8
903
Rapport sur les logements locatifs
!
Enquête d’Octobre
7
MÉTHODE D’ENQUÊTE
La Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) mène l'Enquête sur les logements locatifs (ELL)
chaque année en octobre pour mesurer les forces en présence sur le marché locatif. L'Enquête porte sur un
échantillon pris dans toutes les régions urbaines de 10 000 habitants ou plus. Seuls les immeubles de trois logements
locatifs ou plus qui sont sur le marché depuis au moins trois mois sont inclus. Les données sont recueillies par
secteur d’initiative (publique ou privée) et par type de logements (appartements ou maisons en rangée). Les
enquêteurs obtiennent des données sur les unités vacantes pour tous les immeubles compris dans l’échantillon. Les
données sur les loyers du marché ne se rapportent qu’aux immeubles d’initiative privée, et celles sur les logements
disponibles ne visent que les appartements d’initiative privée. La plupart des résultats diffusés dans la présente
publication portent sur les immeubles d’appartements d’initiative privée.
L'Enquête se fait par téléphone ou sur place, et l'information est obtenue du propriétaire, du gestionnaire ou du
concierge. L'Enquête a lieu pendant les deux premières semaines d'octobre, et les résultats rendent compte de la
conjoncture observée sur le marché à ce moment-là.
Définitions
Logement disponible : On considère qu’un logement locatif est disponible si le locataire actuel a envoyé ou reçu
un avis de déménagement officiel et qu’aucun autre nouveau locataire n’a signé de bail, ou encore si le logement est
vacant (voir la définition de « logement vacant »).
Loyer : Montant réel que paye(nt) le(s) locataire(s) pour le logement. Aucun rajustement n’est fait selon que des
commodités et services tels que le chauffage, l'électricité, le stationnement et l'eau chaude sont inclus ou non dans
le loyer. Dans le cas des logements disponibles ou vacants, le loyer correspond au montant demandé par le
propriétaire.
Immeuble d’appartements locatifs : Tout immeuble comportant au moins trois logements offerts en location,
dont un ou plus n'a pas d'entrée privée. Les logements occupés par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre
total de logements locatifs compris dans les immeubles.
Ensemble de logements en rangée locatifs : Tout immeuble d’au moins trois logements offerts en location, qui
ont tous leur entrée privée. Les logements occupés par les propriétaires n’entrent pas dans le nombre total de
logements locatifs compris dans les immeubles.
Logement vacant : On considère qu’un logement locatif est vacant s’il n’est pas occupé au moment de l’enquête
et qu’il pourrait l’être sur-le-champ.
Remerciements
L'Enquête sur les logements locatifs n'aurait pas pu être effectuée sans la collaboration des propriétaires,
gestionnaires et concierges d’immeubles résidentiels des différentes régions du Canada. La SCHL apprécie
grandement leur travail acharné ainsi que l'aide qu'ils lui apportent en fournissant des renseignements exacts en
temps voulu. Grâce à leur contribution, la SCHL est en mesure de diffuser de l’information qui profitera à l’ensemble
du secteur de l'habitation.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising