Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux Rapport annuel 2007-2008

Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux Rapport annuel 2007-2008
Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux
Rapport annuel
2007-2008
Le 21 janvier 2010
Liste des acronymes
AAC
AINC
AINC-OAN
AINC-SAAII
APC
BPC
BTEX
CCME
CCN
EC
EF
GRC
GTGSC
HAP
LNAD
MDN
MPO
OCE Canada
PAALFC
PASCF
PCDD-PCDF
PJCCI
RAPA
RHS
RNCan
SC
SCC
SCT
SMA
TC
TPSGC
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada – Organisation des affaires du Nord
Affaires indiennes et du Nord Canada – Secteur d’activité des affaires indiennes et inuites
Agence Parcs Canada
Biphényles polychlorés
Benzène-toluène-éthylbenzène-xylène
Conseil canadien des ministres de l’environnement
Commission de la capitale nationale
Environnement Canada
Exercice financier
Gendarmerie royale du Canada
Groupe de travail sur la gestion des sites contaminés
Hydrocarbures aromatiques polycycliques
Liquides non aqueux denses
Ministère de la Défense nationale
Ministère des Pêches et des Océans (Pêches et Océans Canada)
Organisation pour les carrières en environnement
Plan d’action accéléré pour les lieux fédéraux contaminés
Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux
Polychlorodibenzodioxines et polychlorodibenzofuranes
Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée
Réseau avancé de pré-alerte
Réservoir hors sol
Ressources naturelles Canada
Santé Canada
Service correctionnel Canada
Secrétariat du Conseil du Trésor
Sous-ministre adjoint
Transports Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
2
Table des matières
RÉSUMÉ ........................................................................................................................................................... 4
1.0
1.1
1.2
1.3
1.4
2.0
INTRODUCTION.................................................................................................................................... 6
Structure du programme..................................................................................................................... 6
Administration du programme ............................................................................................................ 8
Ressources du programme ................................................................................................................ 9
Types de projet ................................................................................................................................. 10
RÉALISATIONS DU PROGRAMME EN 2007-2008 : PROJETS DU PASCF ................................... 12
2.1
Sites prioritaires du PASCF ............................................................................................................. 14
2.1.1
Approbations de financement et dépenses dans le cadre du PASCF ...................................... 14
2.1.2
Projets d’évaluation ................................................................................................................... 14
2.1.2.1 Explication de l’écart financier pour les projets d’évaluation du PASCF (2007-2008) .......... 16
2.1.2.2 Résultats de l’évaluation des projets d’évaluation du PASCF (2007-2008) .......................... 17
2.1.3
Projets d’assainissement et de gestion du risque ..................................................................... 18
2.1.3.1 Nature de la contamination traitée par les projets d’assainissement et de gestion du risque
financés dans le cadre du PASCF......................................................................................... 18
2.1.3.2 Emplacement et répartition des projets d’assainissement et de gestion du risque
du PASCF............................................................................................................................................. 22
2.1.3.3 Explication de l’écart financier pour les projets d’assainissement et de gestion du risque
dans le cadre du PASCF (2007-2008)................................................................................... 26
2.1.3.4 Réalisations des projets d’entretien et de suivi ainsi que d’assainissement et de gestion du
risque ..................................................................................................................................... 26
2.1.3.5 Activités des projets d’assainissement et de gestion du risque ............................................ 31
3.0
RÉALISATIONS DU PROGRAMME EN 2007-2008 : LIENS............................................................. 32
3.1
Principales activités en 2007-2008................................................................................................... 32
3.1.1
Liens socioéconomiques ........................................................................................................... 32
3.1.2
Technologie innovatrice............................................................................................................. 34
3.1.2.1 Activités d’assainissement et utilisation de technologies innovatrices en 2007-2008........... 35
3.1.3
Friches industrielles sous responsabilité fédérale..................................................................... 40
4.0
RÉALISATIONS DU PROGRAMME EN 2007-2008 : ADMINISTRATION DU PROGRAMME ........ 41
4.1
Financement des services de soutien des experts et de secrétariat ............................................... 41
4.2
Principales activités en 2007-2008................................................................................................... 41
4.2.1
Secrétariat du PASCF ............................................................................................................... 41
4.2.2
Secrétariat du Conseil du Trésor............................................................................................... 42
4.2.3
Ministères experts ..................................................................................................................... 42
5.0
PASSIF FINANCIER RELATIF AUX SITES CONTAMINÉS FÉDÉRAUX ......................................... 45
6.0
MESURE DU RENDEMENT ET REGARD VERS L’AVENIR............................................................. 47
Annexe 1 : Évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement dus aux sites contaminés
fédéraux....................................................................................................................................................... 48
Annexe 2 : Répartition par province/territoire et par gardiens des projets d’assainissement et de gestion
du risque, en fonction des coûts d’exécution prévus (2007-2008).............................................................. 50
Annexe 3 : Tableaux des dépenses ........................................................................................................... 51
a) Dépenses du programme .................................................................................................................... 51
b) Détail des dépenses du PASCF et des gardiens ................................................................................ 52
3
Résumé
Le Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux
(PASCF) est une initiative commune prise par les
ministères fédéraux, les agences et les sociétés
d’État
consolidées
(« gardiens »)
visant
à
déterminer, à évaluer et à prioriser l’assainissement
ou la gestion du risque des sites fédéraux
contaminés en fonction du niveau de risque que
ceux-ci représentent pour la santé humaine et
l’environnement.
Initialement mis au point pour répondre à
l’engagement budgétaire du gouvernement fédéral
pris en 2004 selon lequel il investirait 3,5 milliards de
dollars sur plusieurs années, le PASCF est un
programme à frais partagés d’une durée de 15 ans
qui établit des mécanismes permettant d’accélérer
l’assainissement ou la gestion des risques dans les
sites contaminés fédéraux prioritaires. Le PASCF
s’inspire du précédent Plan d’action accéléré pour
les lieux fédéraux contaminés (PAALFC) (utilisé en
2003-2004 et 2004-2005). Avant la création du
PAALFC, la majorité des ministères et des agences
réaffectaient collectivement jusqu’à 100 millions de
dollars par année1 provenant d’autres priorités à la
gestion des risques associés aux sites contaminés,
ou à leur assainissement.
Aperçu de l’exercice 2007-2008
188,4
millions de dollars de dépenses totales pour
le PASCF, y compris des projets touchant les
sites fédéraux contaminés, la gestion du
programme, les services de secrétariat et de
soutien des experts ainsi que les coûts des
locaux de TPSGC
146,9
millions de dollars provenant des fonds du
PASCF dépensés pour l'assainissement et la
gestion du risque
19,2
millions de dollars provenant des fonds des
ministères gardiens affectés aux projets
d’assainissement et de gestion du risque
financés en vertu du PASCF
18,5
millions de dollars provenant des fonds du
PASCF dépensés pour des projets
d’évaluation
6,1
millions de dollars provenant des fonds des
ministères gardiens dépensés pour des
projets d’évaluation
276
projets prioritaires d’assainissement et de
gestion du risque financés
2 269
sites d’évaluation financés (dans le cadre de
590 projets)
Pendant la troisième année du plan (2007-2008),
15 gardiens ont déclaré chaque année des dépenses pour 276 projets d’assainissement et de gestion du
risque (pour 519 sites où des activités se déroulaient) et pour 590 projets d’assainissement (pour
2 269 sites où des activités se déroulaient). Ces projets visaient le nettoyage de sites où les conséquences
environnementales des pratiques antérieures n’étaient pas bien comprises, notamment les suivants :
havres et ports, bases militaires, anciennes stations du Réseau avancé de pré-alerte (RAPA), stations de
phare et mines désaffectées.
En 2007-2008, 188,4 millions de dollars de fonds du PASCF ont été dépensés pour plusieurs projets de
sites contaminés fédéraux, la gestion de programmes, les services de secrétariat et de soutien des experts
et les coûts des locaux de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC). En plus des
fonds du PASCF et conformément au principe du « pollueur-payeur » du gouvernement du Canada, les
ministères gardiens ont contribué aux frais à hauteur de 25,3 millions de dollars. Du montant total dépensé
(213,7 millions de dollars), la plus grande portion des fonds (190,7 millions de dollars) a été attribuée à
l’évaluation ainsi qu’à l’assainissement et à la gestion du risque des sites contaminés fédéraux.
En date du 31 mars 2008, un passif de 3,332 milliards de dollars a été inscrit pour environ 2 360 sites
contaminés, comparativement à un passif de 3,014 milliards de dollars pour 2 630 sites en 20072. Cette
hausse du passif environnemental fédéral est principalement attribuable aux changements survenus dans
les estimations de coûts prévus pour les activités d’assainissement des projets de grande envergure. Elle
est également attribuable au fait que les dépenses accrues des activités d’évaluation permettent de mieux
évaluer le passif, ce qui entraîne souvent une augmentation. La poursuite des travaux concernant tout type
de projets du PASCF permettra d’affiner davantage les prévisions en matière de passif et le passif total
devrait diminuer après l’assainissement des sites.
1
Environnement Canada. 2005. Agir pour assainir les sites contaminés fédéraux : une priorité environnementale et économique,
Ottawa, p. ii.
2
Comptes publics du Canada 2008; Volume 1, (TPSGC, 2008), S. 5, p. 5.12.
4
Pour toute question au sujet du présent rapport ou pour en obtenir des copies supplémentaires,
communiquer avec :
Secrétariat du PASCF
Division des sites contaminés
Direction des activités de protection de l’environnement
Environnement Canada
e
351, boulevard Saint-Joseph, 15 étage
Gatineau (Québec) K1A 0H3
Téléphone : 819-934-2155
Télécopieur : 819-994-0502
Courriel : [email protected]
5
1.0
Introduction
Le Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (PASCF) est une initiative commune prise
ministères fédéraux, les agences et les sociétés d’État consolidées (« gardiens ») pour déterminer,
et prioriser la gestion des sites fédéraux contaminés en fonction du niveau de risque que
représentent pour la santé humaine et l’environnement. Le PASCF compte plusieurs objectifs
savoir :
par les
évaluer
ceux-ci
clés, à
1. Assainir ou gérer les risques sur les sites fédéraux contaminés classés comme nécessitant une
action ou pouvant nécessiter une action en vertu du Système national de classification (SNC) ou
d’un autre système de classification reconnu (c.-à-d. classe 1 ou 2);
2. Réduire le passif financier fédéral ou, en cas d’entretien et de suivi des sites, éviter l’augmentation
de ce passif relatif aux sites fédéraux contaminés connus;
3. Réduire les risques pour la santé humaine et l’environnement dans les sites fédéraux qui
représentent de très hauts risques;
4. Améliorer la confiance du public quant à la gestion globale des sites fédéraux contaminés ainsi qu’à
l’assainissement et à la gestion du risque pour chacun d’eux.
Site contaminé
Un site où la concentration des substances : 1) est supérieure aux valeurs naturelles (les
concentrations naturelles étant celles d’une zone qui n’est pas influencée par les produits chimiques
libérés par le site évalué) et représente, ou pourrait représenter, un danger immédiat ou à long terme
pour la santé humaine ou l’environnement, ou 2) dépasse les niveaux précisés dans les politiques et
les règlements.
Approche fédérale en matière de lieux contaminés » mise au point par le Groupe de travail sur la gestion des lieux contaminés en novembre
1999.
À l’origine, le PASCF, un programme à frais partagés d’une durée de 15 ans, a été mis au point pour
répondre à l’engagement budgétaire du gouvernement fédéral pris en 2004 selon lequel il investirait
3,5 milliards de dollars sur plusieurs années dans les sites fédéraux contaminés prioritaires.
Le nombre de gardiens qui participent au PASCF varie annuellement, tout comme le nombre et le type de
projets financés dans le cadre du programme. Pour l’exercice 2007-2008, 15 gardiens ont reçu un
financement dans le cadre du PASCF. Les projets visaient des sites où les conséquences
environnementales des pratiques antérieures n’étaient pas bien comprises, notamment les suivants :
havres et ports, bases militaires, stations du RAPA, stations de phare et mines désaffectées.
Le PASCF s’appuie sur le Plan d’action accéléré pour les lieux fédéraux contaminés (PAALFC) qui a duré
deux exercices (2003-2004 et 2004-2005). Avant la création du PAALFC, la majorité des ministères et des
agences réaffectaient collectivement jusqu’à 100 millions de dollars par année3 provenant d’autres priorités
à la gestion des risques attribuables aux sites contaminés, ou à l’assainissement de ces sites. La majorité
des dépenses étaient concentrées dans quelques ministères qui étaient responsables de la plus grande
partie des sites fédéraux contaminés.
1.1
Structure du programme
Environnement Canada et le Secrétariat du Conseil du Trésor administrent conjointement le PASCF. À
Environnement Canada, le Secrétariat du PASCF supervise et administre les aspects non financiers du
programme. Environnement Canada gère le processus de sélection des projets, tient à jour un site Internet
sécurisé, met au point du matériel de communication, surveille et fait rapport des progrès réalisés. Le
3
Environnement Canada. 2005. Agir pour assainir les sites contaminés fédéraux : une priorité environnementale et économique,
Ottawa, p. ii.
6
Secrétariat du Conseil du Trésor veille à ce que le PASCF soit conforme aux politiques du Conseil du
Trésor en matière de gestion des biens immobiliers fédéraux, examine les aspects financiers des
propositions, évalue la capacité de réaffectation des gardiens, administre les fonds et conseille le
Secrétariat du PASCF au sujet du suivi des progrès réalisés à l’échelle du gouvernement.
Le PASCF aide les gardiens à nettoyer des sites contaminés prioritaires lorsque la nature et la mobilité des
contaminants représentent un très haut risque pour la santé humaine et l’environnement. La responsabilité
et l’obligation de rendre compte de la gestion sont conférées aux gardiens. Ces derniers sont les champions
des projets et sont responsables de l’exécution du programme, notamment : la détermination et la
priorisation des sites préoccupants, l’exécution de l’évaluations des risques, la mise au point de projets
d’assainissement ou de gestion du risque, et de propositions de financement cohérentes avec les plans de
gestion des sites contaminés qui s’y rattachent, la mise en oeuvre des projets approuvés, l’atteinte des
objectifs de gestion énoncés dans les plans de gestion des sites contaminés et les propositions de projet. Il
est également attendu que les gardiens établissent des liens avec d’autres initiatives du gouvernement du
Canada comme la formation et l’emploi des peuples autochtones, l’utilisation d’une technologie novatrice et
les friches industrielles fédérales, lorsque cela est possible.
Environnement Canada (EC), Santé Canada (SC), Pêches et Océans Canada (MPO) ainsi que Travaux
publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) sont les ministères experts du PASCF. Leur rôle
est d’aider le Secrétariat à mettre au point et à promouvoir des pratiques exemplaires, de même que de
veiller à ce que les gardiens adoptent une approche cohérente pour évaluer les risques pour la santé
humaine et l’environnement. EC, SC et MPO doivent également :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
fournir des conseils adaptés à un projet ou à un site et de la formation aux gardiens;
aider à faire connaître les règles et les politiques du programme aux gardiens;
aider au développement d’approches, d’outils et de documentation d’orientation normalisés ainsi
qu’à la compréhension et à la gestion des questions relatives à la santé et à l’écologie;
fournir un examen des évaluations des risques par un expert et la cotation des risques attribuables
aux sites;
servir de lien entre les homologues provinciaux et territoriaux;
diriger et coordonner les groupes de travail interministériels régionaux;
donner des conseils relatifs aux stratégies de gestion et de communication des risques;
collaborer à la mise au point de stratégies de communication et d’activités de sensibilisation du
public;
partager leurs connaissances spécialisées relatives aux lois fédérales en matière d’environnement
[p. ex., Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999), Loi sur les pêches, Loi sur les
espèces en péril, Loi canadienne sur l’évaluation environnementale].
Environnement Canada, Santé Canada ainsi que Pêches et Océans Canada exercent également leur
mandat à l’égard de la conformité réglementaire. Environnement Canada et Santé Canada s’affairent à
améliorer et à promouvoir les évaluations des risques pour la santé et l’environnement en tant que partie
importante du processus de sélection des projets, alors que Pêches et Océans Canada veille à ce que les
activités d’assainissement des sites et de gestion du risque ne nuisent pas davantage à toute espèce de
poisson ou à toute ressource de son habitat.
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada fournit les outils de gestion de projet et la formation
connexe, et, agit à titre de ministère directeur, assure la liaison avec l’industrie. TPSGC collabore
étroitement avec Industrie Canada (IC) qui appuie le programme en s’efforçant d’optimiser la participation
de l’industrie canadienne de l’environnement à l’assainissement des sites fédéraux contaminés et à y
faciliter l’implantation et l’utilisation de technologies d’assainissement novatrices. TPSGC est responsable
de la diffusion de l’information relative aux technologies novatrices, afin que les gardiens, d’autres ordres de
gouvernement et l’industrie puissent bénéficier des avancées et des stratégies technologiques.
De plus, trois groupes interministériels fournissent une orientation stratégique :
1. Comité directeur pour les sites contaminés fédéraux. Le Comité directeur est un groupe
interministériel à l’échelon du sous-ministre adjoint. Il supervise la mise en oeuvre du PASCF. Ce
comité est coprésidé par Environnement Canada et le Secrétariat du Conseil du Trésor, et est composé
7
de représentants de tous les gardiens fédéraux responsables de sites contaminés et des ministères
experts, de même que d’autres ministères, agences et sociétés d’État consolidées qui montrent un
intérêt pour le programme. Le comité directeur recommande une orientation stratégique, approuve les
plans de travail du Secrétariat et des ministères experts, guide la mise au point du plan stratégique,
approuve les options de financement et ratifie les recommandations de financement. Il supervise la mise
en oeuvre du programme et est responsable de définir les priorités des projets, de suivre les progrès et
de formuler des recommandations au sujet du financement des sites en vertu du PASCF.
2. Groupe de travail sur la gestion des lieux contaminés. Le Groupe de travail sur la gestion des lieux
contaminés est un comité de travail constitué de représentants de ministères experts et de gardiens
fédéraux de sites contaminés. Il participe à la mise au point de procédures, d’outils, de directives et de
plans de financement du programme, et formule des recommandations au Comité directeur. Il met
également sur pied des sous-comités et des groupes de travail pour appuyer les ministères relativement
aux possibilités d’intégration d’autres résultats socioéconomiques, comme le développement des
compétences, la formation et l’emploi de Canadiennes et de Canadiens ainsi que le développement
technologique dans l’industrie de l’environnement.
3. Groupes de travail interministériels régionaux. Les Groupes de travail interministériels régionaux
sont formés dans les régions ou les sous-régions pour conseiller les gardiens au sujet de la gestion des
sites contaminés. Ils fournissent une formation aux gardiens et leur donnent accès aux conseils des
ministères experts en matière de conformité ainsi que de risques et de répercussions sur la santé et
l’environnement que représentent les sites contaminés. Ils fournissent également des approches
d’évaluation du risque ainsi que des conseils pour la mise au point de plans d’assainissement et de
gestion du risque pour les sites de leur région, tout en accordant la priorité aux projets financés par le
PASCF.
1.2
Administration du programme
Le PASCF a été conçu en guise de programme complet d’une durée de 15 ans pour aider les gardiens à
réduire les risques pour la santé humaine et l’environnement ainsi qu’à diminuer le passif financier fédéral
associé aux sites fédéraux contaminés prioritaires. Bien que tout site ayant été désigné comme étant
potentiellement contaminé à la suite d’activités antérieures (réalisées avant le 1er juillet 2002) sur le site
même ou à proximité soit admissible au financement aux fins d’évaluation, seuls les sites appartenant aux
classes 1 ou 2 en vertu du Système national de classification4 du Conseil canadien des ministres de
l’environnement (CCME) sont admissibles au financement aux fins d’assainissement et de gestion du
risque. Il est attendu que la liste existante des sites prioritaires de classes 1 et 2 qui solliciteront des fonds
du PASCF changera au cours des prochaines années au fur et à mesure que les projets d’assainissement
et de gestion du risque progresseront.
En reconnaissance du principe « pollueur-payeur » sous-jacent au programme, le PASCF repose sur une
base de frais partagés avec les gardiens. Du financement aux fins d’évaluation est disponible pour aider les
gardiens à classer les sites contaminés dont ils sont responsables; ce financement est offert dans le cadre
du PASCF selon un ratio de 80:20 (PASCF : gardien), jusqu’à concurrence de 25 millions de dollars par
année. Pour les projets d’assainissement et de gestion du risque dont les coûts totaux prévus sont inférieurs
à 10 millions de dollars, les coûts sont également partagés selon un ratio de 80:20 (PASCF : gardien). Dès
que les coûts totaux prévus dépassent 10 millions de dollars, la part du gardien est réduite à 10 % pour le
4
Le Conseil canadien des ministres de l’environnement constitue la principale tribune au sein des gouvernements au Canada pour la
mise au point commune de politiques environnementales et de directives techniques en matière de gestion environnementale. Le
Système national de classification est un outil utilisé pour évaluer les sites contaminés en fonction de leurs répercussions négatives
actuelles ou possibles sur la santé humaine et l’environnement. Les sites sont classés de la façon suivante :
•
Classe 1 – Priorité d’intervention élevée
•
Classe 2 – Priorité d’intervention moyenne
•
Classe 3 – Priorité d’intervention faible
•
Classe N – Priorité d’intervention nulle
•
Classe INS – Renseignements insuffisants
Une nouvelle version du Système national de classification des lieux contaminés est parue en 2008. Les gardiens peuvent également
obtenir un financement pour l’assainissement et la gestion du risque pour les sites de classes 1 ou 2 en utilisant le Système de
classification du Plan d’action pour les sites contaminés fédéraux (2005).
8
montant dépassant cette somme. Certains projets, qui sont particulièrement importants et dont les coûts
totaux dépassent 90 millions de dollars, peuvent être entièrement financés.
Dans le but d’offrir aux gardiens la flexibilité leur permettant de mieux gérer leurs programmes touchant les
sites contaminés, le PASCF leur permet de réaffecter les fonds entre les projets internes durant un même
exercice. De cette façon, le PASCF laisse la latitude nécessaire aux gardiens, qui peuvent ainsi réagir aux
circonstances imprévues pendant un exercice donné, tout en évoluant et en respectant les exigences du
programme.
1.3
Ressources du programme
En 2007-2008, le financement a été approuvé pour les projets d’évaluation ainsi que les projets
d’assainissement et de gestion du risque, les activités de gestion et de soutien du programme pour les
ministères experts, le Secrétariat du PASCF et le Secrétariat du Conseil du Trésor. Des 280 millions de
dollars disponible dans le cadre financier pouvant être attribués cette année aux projets d’assainissement et
de gestion du risque et d’évaluation, un total de 217,7 millions de dollars a été attribué aux ministères
gardiens, dont un maximum de 25 millions de dollars pouvant être affecté à la réalisation de projets
d’évaluation. Les dépenses réelles des projets réalisés en 2007-2008 totalisaient 165,4 millions de dollars,
soit une somme de près de 52 millions inférieure à la somme demandée. Les fonds accessibles englobaient
les fonds alloués (217,7 millions de dollars) et les ajustements annuels (notamment les fonds reportés de
2006-2007) de 8,5 millions de dollars, soit un total de 226 millions de dollars. L’écart total entre les fonds
disponibles et les fonds dépensés était donc de 61 millions de dollars.
En plus des dépenses liées aux sites fédéraux contaminés, des fonds de gestion du programme ont été
accordés aux gardiens pour couvrir les dépenses salariales attribuables à la mise en oeuvre du programme
des gardiens pour la gestion des sites contaminés par l’intermédiaire du PASCF ainsi que pour financer
différents coûts opérationnels de planification du programme, sa mise en oeuvre et la production de
rapports (c.-à-d. voyages, formation, etc.).
En 2007-2008, un financement de 8 023 752 dollars était disponible pour 12 gardiens exécutant la gestion
de programme. Du montant total accessible, 471 152 dollars provenaient d’exercices financiers antérieurs et
7 552 600 dollars étaient approuvés dans des présentations au Conseil du Trésor. D’une façon générale,
6 711 316 dollars ont été dépensés.
Le tableau 1 présente la ventilation des dépenses de gestion du programme et les écarts budgétaires pour
2007-2008.
9
Tableau 1 : Sommaire des dépenses de gestion du programme effectuées par les gardiens dans le
cadre du PASCF (2007-2008)
Dépenses
prévues du
PASCF ($)
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Service correctionnel du Canada
Environnement Canada
Pêches et Océans Canada
Santé Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada
Secteur d'activité des affaires indiennes et inuites
Organisation des affaires du Nord
Ministère de la Défense nationale
Ressources naturelles Canada
Agence Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
Dépenses totales
1
2
150,000
67,670
467,958
1,033,315
121,429
735,035
2,213,980
1,200,000
150,000
366,713
200,000
395,500
451,000
7,552,600
Gestion du programme
Dépenses
Ajustements ($)
réelles du
PASCF ($)
30,000
1
22,731
2
418,421
471,152
1
120,000
67,670
467,958
894,046
121,429
Écart ($)
(approuvé +
ajustement dépenses)
60,000
0
0
162,000
0
735,035
2,293,652
660,849
0
367414
191,829
340,434
451,000
6,711,316
0
-79,672
539,151
150,000
417,720
8,171
55,066
0
1,312,436
Financement reporté de l'exercice financier précédent
Financement reçu du Secrétariat du PASCF ou du soutien des experts
1.4
Types de projet
Le PASCF a permis de financer deux types de projets en 2007-2008 : des projets d’évaluation ainsi que des
projets d’assainissement et de gestion du risque. Autrefois le PASCF finançait également des projets
d’entretien et de suivi5; cependant, étant donné que la majorité des activités réalisées dans le cadre de ces
anciens projets sont maintenant des activités d’assainissement, ils ont été transformés en projets
d’assainissement et de gestion du risque. Certains de ces projets peuvent encore englober au moins une
activité d’entretien et de suivi.
Projets d’évaluation -- Le financement des travaux d’évaluation est une partie importante du PASCF. En
évaluant les sites potentiellement contaminés, le gouvernement fédéral peut évaluer de façon plus précise
le risque pour la santé humaine et l’environnement ainsi que l’ampleur du passif financier associé aux sites
fédéraux autrefois contaminés.
Une évaluation à pleine échelle de la gravité de la contamination d’un site est parfois un processus long et
complexe (voir les étapes 1 à 6 du processus en 10 étapes de la section 2.0). Un projet d’évaluation réalisé
dans le cadre du PASCF est considéré terminé lorsque tous les sites visés ont, l’un ou l’autre, des statuts
suivants : « évaluation terminée : aucune intervention supplémentaire nécessaire » ou « évaluation
terminée : assainissement ou gestion du risque nécessaire ».
À la suite de l’évaluation, de nombreux sites sont jugés comme ne posant aucun risque pour la santé
humaine ni pour l’environnement -- ces sites sont considérés comme étant clos.
5
Les activités d’entretien et de suivi sont mises en branle dans des situations exceptionnelles lorsqu’il faut empêcher que de
dommages environnementaux graves ou des catastrophes ne surviennent avant la fin d’une évaluation du site ou l’élaboration d’un
plan d’action. Les activités d’entretien et de suivi exécutées dans des situations exceptionnelles lorsqu’il faut empêcher que de
dommages environnementaux graves ou des catastrophes ne surviennent avant la fin d’une évaluation du site ou l’élaboration d’un
plan d’action. Au cours des dernières années, les activités d’entretien et de suivi ont été effectuées dans plusieurs mines abandonnées
ou inexploitées, ou sur d’autres grandes propriétés où la contamination est importante.
10
Projets d’assainissement et de gestion du risque -- Une fois qu’un site a été évalué et que le besoin de
traiter la contamination a été confirmé, un plan d’assainissement et de gestion du risque permet d’explorer
les différentes solutions et de déterminer l’option privilégiée en vue de réduire le risque pour la santé
humaine et l’environnement. La méthode d’assainissement et de gestion du risque choisie est mise au point
pour tenir compte des conditions uniques du site. Les activités d’assainissement courantes comprennent la
réduction de l’exposition aux contaminants en les retirant, en les détruisant ou en les confinant.
Dans le cadre du PASCF, le traitement d’un site est considéré comme terminé lorsque l’étape 9
(échantillonnage de confirmation et rapport final) a été effectuée à la suite de l’assainissement, ou que
l’étape 10 (suivi à long terme) est terminée. Un site où le traitement est terminé n’est plus admissible au
financement dans le cadre du PASCF à moins que le traitement ait été relancé par le gardien à la suite de la
découverte de nouveaux renseignements.
Un projet d’assainissement et de gestion du risque du PASCF est conisdéré terminé lorsque le traitement
de tous les sites visés par le projets est terminé.
11
2.0
Réalisations du programme en 2007-2008 : projets du PASCF
Approche fédérale en matière de lieux contaminés :
Processus en dix étapes
Étape 1 -- Détermination des lieux suspects : permet d’établir si un
site pourrait être contaminé d’après les activités (passées ou
actuelles) menées sur le site ou à proximité de ce dernier.
Étape 2 -- Examen historique : collecte et examen de tous les
renseignements historiques se rapportant au site.
Étape 3 -- Essais initiaux : permet d’établir une première
caractérisation de la contamination et de l’état du site.
Étape 4 -- Classification du lieu contaminé au moyen du Système
national de classification des lieux contaminés du Conseil canadien
des ministres de l’environnement (CCME) : permet d’affecter un
ordre de priorité au site en vue des activités futures d’enquête,
d’assainissement et de gestion du risque.
Étape 5 -- Essais détaillés : s’attarde sur les zones préoccupantes
relevées à l’étape 3 et procède à une enquête et à une analyse plus
approfondies.
Étape 6 -- Reclassification du site à partir du Système national de
classification du CCME : actualisation du rang accordé d’après les
résultats des essais détaillés.
Étape 7 -- Élaboration d’une stratégie d’assainissement ou de
gestion du risque : élaboration d’un plan propre au site pour traiter
les problèmes de contamination.
Étape 8 -- Mise en œuvre de la stratégie d’assainissement ou de
gestion du risque : mise en œuvre d’un plan propre au site en vue
du traitement des problèmes de contamination.
Étape 9 -- Échantillonnage de confirmation et rapport final :
vérification et consignation de la réussite de la stratégie
d’assainissement et de gestion du risque.
Étape 10 -- Suivi à long terme : s’il y a lieu, pour s’assurer que les
objectifs d’assainissement et de gestion du risque à long terme sont
atteints.
Source : Une approche fédérale en matière de lieux contaminés (GTGLC,
1999)
Remarque : Les étapes indiquent la phase à laquelle chaque site est rendu et
non la mesure associée à chaque étape. L’achèvement de l’étape 8
nécessite plus de temps et d’énergie que l’achèvement de toute autre étape.
Les progrès réalisés dans la gestion des
projets du PASCF sont suivis d’après les
dix étapes de l’approche fédérale en
matière de lieux contaminés du Groupe
de travail sur la gestion des lieux
contaminés (voir l’encadré). Cependant,
la gestion d’un site contaminé est une
entreprise complexe qui comporte de
multiples facettes, notamment pour les
sites de grande taille ou hautement
contaminés. Étant donné que les sites
contaminés peuvent contenir plusieurs
types de contaminants dans différents
milieux (p. ex. sol, sédiments, eau
souterraine),
différentes
activités
d’assainissement
peuvent
s’avérer
nécessaires à différents moments du
cycle de vie du projet. Cette variabilité
peut également influer sur la façon de
décrire les progrès réalisés. De plus, les
activités aux sites contaminés ne
progressent pas nécessairement de la
façon linéaire décrite dans le processus
en dix étapes. Il faut parfois, de toute
urgence, prendre des mesures qui,
normalement, seraient adoptées à une
étape ultérieure lorsqu’il faut empêcher
qu’une catastrophe environnementale ne
se produise.
En 2007-2008, 15 gardiens ont signalé
des activités dans le cadre de
276 projets d’assainissement et de
gestion du risque et de 590 projets
d’évaluation. Les dépenses totales
effectuées par gardien et par catégorie
de projet dans le cadre du PASCF sont
résumées dans le tableau 2.
12
Tableau 2 : Dépenses effectuées par gardien dans le cadre du PASCF (2007-2008)
Évaluation
Gardien
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Agence des services frontaliers du Canada
Service correctionnel du Canada
Environnement Canada
Pêches et Océans Canada
Santé Canada (SC)
Affaires indiennes et du Nord Canada
Secteur d'activité des affaires indiennes et inuites
Organisation des affaires du Nord
Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain inc.
Ministère de la Défense nationale
Commission de la capitale nationale
Ressources naturelles Canada
Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
Total
Total des fonds du PASCF dépensés pour les
projets d'évaluation, d'assainissement et de
gestion du risque ($)
Assainissement et gestion du risque
Fonds du
Fonds du
Part des
Nombre de Nombre de
Nombre de Nombre de
Fonds du PASCF
Fonds du PASCF
PASCF
PASCF
gardiens
projets ayant sites ayant
projets ayant sites ayant
accessibles* ($)
accessibles* ($)
dépensés ($)
dépensés ($) dépensée ($) des activités des activités
des activités des activités
21
15
71
10
36
203
605
10
47
118
43
23
4
34
580
118
167
66
4
50
11
26
188
5
590
397
7
2269
796,000
Part des
gardiens
dépensée ($)
27,921
3,976,350
6,357,929
136,000
445,897
634,652
3,819,994
136,000
111,474
158,663
954,998
262,381
1
2
1
4
103
7
1
2
1
140
133
7
500,000
341,360
1,062,086
5,364,209
10,514,184
1,174,366
562,503
327,098
1,349
2,696,354
3,877,973
442,585
140,626
82,346
337
473,169
969,474
136,383
3,232,003
1,559,122
5,310,337
609,670
175,810
1,406,341
2,310,115
898,806
5,310,337
566,633
35,428
1,343,122
567,679
224,706
2,347,114
141,658
8,857
391,705
31
26
52
2
9
45
29
103
2
11
10,515,480
99,231,835
92,000
51,004,136
192,000
1,530,856
7,607,531
75,569,559
42,824,283
192,000
1,004,774
1,901,810
5,927,381
6,323,902
113,139
303,013
958,764
851,119
350,940
15
19
3,037,461
2,127,703
585,463
2,820,000
520,000
27,886,247
2,020,622
111,000
18,483,725
519,515
103,000
6,142,690
9
14
276
9
17
519
2,213,600
11,548,948
198,322,521
912,112
8,733,435
146,879,259
228,027
1,996,978
19,182,048
-
* Total des fonds du PASCF accessibles = montant alloué pour 2007-2008 + fonds reportés de l'exercice 2006-2007.
165,362,984
2.1
Sites prioritaires du PASCF
2.1.1
Approbations de financement et dépenses dans le cadre du PASCF
Le tableau 3 fournit un sommaire du financement approuvé et des dépenses réelles effectuées dans le
cadre du PASCF ainsi que des dépenses correspondantes effectuées par les gardiens.
Comme l'indique la section 1.2, les gardiens sont tenus de s’acquitter de leur part des coûts chaque année.
En 2007-2008, quatre gardiens (Défense nationale [MDN], Affaires indiennes et du Nord CanadaOrganisation des affaires du Nord [AINC-OAN], EC et Transports Canada [TC]) réalisaient des projets qui
engendraient des partages de coûts ajustés du PASCF.6 Tous les autres gardiens fédéraux ont dû respecter
le ratio de 80:20 (PASCF : gardien).
En 2007-2008, tous les gardiens sauf deux (AINC (OAN et SAAII) et EC) ont atteint ou dépassé leur
contribution annuelle. Les manques à gagner ont été calculés comme suit : 837 179 $ pour AINC-OAN
(14 % des dépenses totales des gardiens); 85 713 $ pour EC (14 % des dépenses totales des gardiens); et
9 923 $ pour AINC-SAAII (moins de 1 % des dépenses totales des gardiens).
Tableau 3 : Sommaire du financement approuvé et des dépenses réelles (2007-2008)
Type de projet
Assainissement
et gestion du
risque
Évaluation
Total
Financement accordé
dans le cadre du
PASCF (millions)
Projets entrepris durant l’exercice 2007-2008
Nombre
Nombre
de sites
Fonds du PASCF
Dépenses par
de projets
ayant
dépensés
le gardien
ayant des
(millions)
des
(millions)
activités
activités
192,69 $
276
519
25,0 $
590
2 269
217,697 $
866
2788
146,88 $
19,18 $
18,48 $
6,14 $
165,36 $
25,32 $
2.1.2 Projets d’évaluation
Le financement de projets d’évaluation constitue une partie importante du PASCF. Les résultats des
évaluations facilitent la détermination des risques pour la santé humaine et l’environnement, et permettent
une évaluation précise du passif financier fédéral relatif aux sites contaminés. Dans l’exécution des étapes 1
à 4 (évaluation initiale) et 5 à 6 (évaluation détaillée) du processus en 10 étapes, des travaux
scientifiquement vérifiables sont entrepris afin de déterminer la présence, la nature et l’étendue de la
contamination du site.
En 2007-2008, 18 483 725 $ des fonds d’évaluation du PASCF accessibles (27 886 247 $) ont été
dépensés par 12 gardiens différents dans 2 269 sites, regroupés en 590 projets. Le montant accessible
inclus 25 000 000 $ alloués en 2007-2008 et 2 886 247 $ de fonds d’évaluation du PASCF inutilisés et
transférés de l’exercice financier précédent. Les activités d’évaluation étaient principalement menées au
Manitoba (567 sites), au Canada atlantique (482 sites) et au Québec (228 sites) en raison des vastes
initiatives d’évaluation entreprises par le MPO et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au Canada
atlantique et au Québec, et par AINC-SAAII au Manitoba. De façon générale, le nombre de sites évalués en
2007-2008 (2 269) était presque le double du nombre d’évaluations réalisées durant l’exercice 2006-2007
6
En 2007-2008, six projets ont été entièrement financés dans le cadre du PASCF : mine de Giant, mine de Faro, mine de Colomac,
e
5 Escadre de Goose Bay, TCE Valcartier, DYE-M cap Dyer. Six projets ont été financés à 90 % dans le cadre du PASCF : FOX-M Hall
Beach, mine de United Keno Hill, Rock Bay, CAM-F lac Sarcpa, FOX-C fjord Ekalugad et CAM-2 Pointe Gladman. Quatre projets ont
reçu entre 82,5 % et 84,9 % de financement du PASCF : mine de Port Radium (83,8 %), CAM-3 Baie Shepherd (84,9 %), mine de
Tundra-Taurcanis (84,5 %) et CEP (82,5 %).
7
Les montants alloués n’englobent pas les fonds du PASCF, soit environ 8,5 M$, reportés de l’exercice 2006-2007. Les fonds
disponibles réels pour 2007-2008 seraient donc de 226 M$.
14
(1 252). Un sommaire du nombre de projets d’évaluation et de sites ainsi que des dépenses du PASCF pour
2007-2008 est présenté par province ou territoire au tableau 4 et par gardien au tableau 5.
Tableau 4 : Nombre de projets d’évaluation et de sites par province ou territoire (2007-2008)
Province ou territoire
Nombre de
projets ayant
des activités
Nombre de
sites ayant des
activités
Estimation des fonds du
PASCF dépensés ($) 8
Alberta
44
142
1 479 860
Colombie-Britannique
52
163
1 268 335
Manitoba
27
567
Nouveau-Brunswick
56
106
Terre-Neuve-et-Labrador
51
311
Territoires du Nord-Ouest
56
200
Nouvelle-Écosse
26
35
Nunavut
111
148
2 070 820
Ontario
53
150
1 820 041
Île-du-Prince-Édouard
11
30
Québec
62
228
Saskatchewan
35
183
Yukon
Total
6
590
2 553 448
718 102
2 246 400
1 521 341
219 687
196 418
3 403 393
901 028
6
84 851
18 483 725 9
2 269
Tableau 5 : Nombre de projets d’évaluation et de sites par gardien (2007-2008)
Agriculture et Agroalimentaire Canada
21
36
Fonds du
PASCF
dépensés ($)
445 897
Environnement Canada
15
203
634 652
Pêches et Océans Canada
71
605
3 819 994
Santé Canada
10
10
136 000
47
118
23
580
118
66
2 310 115
898 806
566 633
43
167
5 310 337
Gardien fédéral
Affaires indiennes et du Nord Canada
Secteur d’activité des affaires indiennes et inuites
Organisation des affaires du Nord
Commission de la capitale nationale
Ministère de la Défense nationale
Ressources naturelles Canada
Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
Total
Nombre de
projets
Nombre
de sites
4
4
35 428
34
50
1 343 122
11
26
851 119
188
397
2 020 622
5
7
111 000
590
2 269
18 483 725
8
La somme réelle des dépenses d’évaluation par province ou territoire n’a pas été déclarée en 2007-2008. En remplacement, la
répartition nationale des fonds a été estimée à l’aide d’une proportion des dépenses déclarées par chaque ministère et du nombre
de sites visés par le ministère dans chaque province ou territoire. Les dépenses d’évaluation confirmées par province ou par
territoire devront être incluses dans les rapports des prochaines années d’activité du programme.
9
Dépenses réelles totales à des fins l’évaluation déclarées pour 2007-2008.
15
2.1.2.1 Explication de l’écart financier pour les projets d’évaluation du PASCF (2007-2008)
Une somme totale de 25 000 000 $ a été approuvée à des fins d’activités d’évaluation en 2007-2008.
Comme l’indique le tableau 3, les gardiens ont fourni des fonds pour une valeur de 6 142 690 $, et le
PASCF a fourni un financement de 18 483 725 $ à des fins d’activités d’évaluation. Comme l’indique le
tableau financier à l’annexe 3b, l’écart entre les dépenses prévues et les dépenses réelles pour les projets
d’évaluation était de 9 402 522 $, après l’ajustement réalisé en fonction des fonds reportés de l’exercice
précédent (275 153 $) et des fonds transférés du soutien des experts (2 886 247 $10). L’écart s’explique par
les facteurs suivants :
1. Certains gardiens ont reçu des fonds, mais n’étaient pas en mesure d’effectuer les travaux d’évaluation
durant l’exercice 2007-2008; ils ont donc reporté ces travaux à la prochaine saison et reporté les fonds
inutilisés, près de 7 662 642 $11 à l’exercice 2008-2009.
2. AINC-SAAII a dépensé 418 403 $ des fonds qui lui avaient été attribués dans le cadre du PASCF pour
des projets d’assainissement et de gestion du risque afin d’effectuer des projets d’évaluation.
3. Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) a dépensé 62 503 $ de ses fonds du PASCF pour évaluer
des projets d’assainissement et de gestion du risque.
4. Des fonds du PASCF d’un montant de 2 095 780 $ n’ont pas été dépensés.
L’écart entre les dépenses prévues et les dépenses réelles pour des projets d’évaluation individuels peut
être attribué à divers facteurs, notamment la réaffectation du financement antérieurement approuvé pour
des sites à des besoins d’évaluation plus urgents, des changements dans les demandes ou les priorités des
gardiens, et la difficulté due à la prévision initiale des coûts d’évaluation étant donné que la nature et
l’étendue de la contamination ne sont pas connues au début du projet.
Pêches et Océans Canada : Évaluation des feux à terre mineurs
nombreux sites au Canada
Pêches et Océans Canada (MPO) est le gardien d’une série de propriétés urbaines, rurales (côtières pour
la plupart) et de propriétés se trouvant dans des régions éloignées. Il est l’un des plus importants
ministères gardiens de biens immobiliers au sein du gouvernement fédéral : 8 200 propriétés situées
partout au pays. Il agit à titre de gestionnaire, d’organisme réglementaire et de facilitateur du programme,
de propriétaire d’immeubles, d’administrateur et de gestionnaire d’actifs tels que des immeubles, des
véhicules, des aéronefs, des navires et des ports.
Le feu à terre mineur sert d’aide à la navigation depuis des siècles. Parmi l’ensemble des propriétés du
MPO, environ 2 200 sont classées sous la rubrique feu à terre mineur. Il en existe divers types sous la
direction du MPO, notamment ceux qui ont une ossature en aluminium et en acier, une structure en bois
ou une structure cylindrique en fibre de verre. Ces aides sont fixes, équipées d’une lumière et peuvent
également englober les anciennes stations de phare. Dans le passé, l’utilisation de bain de mercure, de
gaz comprimé, de piles et de peinture au plomb était courante et a, par la suite, entraîné une hausse de
la concentration de métaux lourds, d’hydrocarbures et d’autres agents polluants dans bon nombre de ces
sites.
L’évaluation de ces propriétés est axée sur le risque et tient compte de la probabilité d’une contamination
en fonction des activités passées ou présentes et des risques potentiels pour la santé humaine et
l’environnement. L’utilisation future prévue du site est prise en compte pendant l’évaluation et la gestion
des sites, notamment en ce qui a trait à la volonté du ministère de conserver le site ou si le site fait l’objet
d’une annonce de démantèlement.
10
2 886 247 $ = Cinq gardiens ont reporté des fonds du PASCF de l’exercice 2006-2007 à l’exercice 2007-2008, soit un total de
47 810 $ (Ressources naturelles Canada [RNCan]), 594 117 $ (Affaires indiennes et du Nord Canada [AINC] : 154 995 $ (AINC-SAAII)
et 439 122 $ (AINC-OAN)), 1 503 260 $ (MPO), 27 921 $ (Service correctionnel Canada [SCC]), 870 $ (Commission de la capitale
nationale [CCN]). Un gardien a reçu des fonds du soutien des experts du MPO d’une valeur de 712 269 $ (MPO).
11
Dix gardiens ont reporté des fonds du PASCF de l’exercice 2007–2008 à l’exercice 2008–2009, soit un total de 1 843 320 $ (AINC :
660 316 $ (AINC-OAN) et 1 183 004 $ (AINC-SAAII)), 790 465 $ (GRC), 2 537 935 $ (MPO), 63 219 $ (Agence Parcs Canada [APC]),
128 000 $ (RNCan), 1 532 145 $ (EC), 43 037 $ (CCN), 27 921 $ (SCC), 287 600 $ (AAC) et 409 000 $ (TC).
16
2.1.2.2 Résultats de l’évaluation des projets d’évaluation du PASCF (2007-2008)
En 2007-2008, une activité d’évaluation – donnant lieu à l’un des quatre résultats suivants – a été signalée
pour 2 269 sites. La figure 1 présente la répartition des résultats d’évaluation de 2007-2008 pour ces sites.
De plus, 1 063 autres sites ont été déclarés non évalués et ne faisant pas l’objet d’intervention
supplémetaire. Ils avaient pour la plupart été démantelés pendant l’exercice ou étaient le résultat de divers
inventaires de sites contaminés fédéraux consolidés en un site; 3 263 autres sites d’évaluation actifs n’ont
pas fait l’objet d’une évaluation en 2007-2008.
Figure 1 : Résultats des évaluations réalisées dans le cadre du PASCF (2007-2008)
Sites partiellement évalués : Pas d'évaluation supplémentaire prévue pour le
prochain EF [23 %]
950
Sites partiellement évalués : Évaluation supplémentaire prévue pour le
prochain EF [20 %]
452
354
513
Sites évalués : Aucune intervention supplémentaire nécessaire [42 %]
Sites évalués : Nécessite un assainissement ou une gestion du risque [16 %]
Comme l’indique la figure 1, environ 20 % des sites nécessitaient une enquête supplémentaire et 16 % des
sites présentaient une contamination avérée nécessitant une mesure d’assainissement ou de gestion du
risque. Les 65 % de sites restants (qui ont fait l’objet d’une évaluation partielle [23 %] ou complète [42 %])
indiquaient qu’aucune évaluation supplémentaire n’aurait lieu au cours des prochains exercices financiers.
Pour les 2 269 sites ayant fait l’objet d’une évaluation, la figure 2 indique la dernière étape réalisée en
2007-2008. Soixante-seize pour cent (76 %) des sites en étaient aux travaux initiaux de l’évaluation ou les
avaient terminés, soit entre l’étape 1 et l’étape 4 (détermination des lieux suspects, examen historique,
essais initiaux et classification). Onze pour cent (11 %) des sites étaient rendus à la dernière phase d’une
évaluation complète ou encore l’avaient franchie, la deuxième phase du processus d’évaluation réalisée aux
étapes 5 et 6 (essais détaillés et reclassification). Les 13 % de sites restants avaient achevé les activités de
l’étape 7 ou celles d’après (ou en étaient à l’archivage); et tandis que l’étape 6 est généralement perçue
comme la dernière étape aux fins du financement des évaluations, il arrive parfois, comme dans le cas
d’une contamination minimale, qu’il s’avère plus efficace et rentable d’entreprendre les activités
d’assainissement en même temps que les activités d’évaluation.
17
Figure 2 : État des projets d’évaluation du PASCF par étape (2008-2009)
Étape 1– Détermination des lieux suspects [20 %]
<1%
Étape 2 – Examen historique [34 %]
5%
6%
Étape 3 – Essais initiaux [13 %]
Étape 4 – Classification du lieu contaminé [9 %]
3%
1%
<1%
7%
20%
Étape 5 – Essais détaillés [6 %]
Étape 6 – Reclassification du lieu [5 %]
Étape 7 – Élaboration d’une stratégie d’assainissement ou de gestion du risque [3 %]
Étape 8 – Mise en oeuvre de la stratégie d’assainissement ou de gestion du risque [1%]
9%
13%
34%
Étape 9 – Échantillonnage de confirmation et rapport final [7 %]
Étape 10 – Suivi à long terme [<1%]
Archivé [<1%]
Source des données : Inventaire des sites contaminés fédéraux du SCT, Juin 2009
2.1.3
Projets d’assainissement et de gestion du risque
Le PASCF appuie les gardiens fédéraux responsables de sites contaminés à l’échelle du Canada. En
2007-2008, les projets d’assainissement et de gestion du risque représentaient 87 % des dépenses totales
du PASCF et pour l’ensemble du Canada, l’activité ciblait 276 projets pour 519 sites. Parmi ces 276 projets,
35 % (96 projets) accusaient des retards ou des fléchissements, attribuables aux conditions atmosphériques
(12 % des projets), aux capacités industrielles (8 % des projets), à la détermination d’une nouvelle
contamination (7 % des projets), aux problèmes juridiques (3 % des projets) et au manque de ressources
financières des gardiens (1 %).
2.1.3.1 Nature de la contamination traitée par les projets d’assainissement et de gestion du risque
financés dans le cadre du PASCF
Un site contaminé est un endroit où des substances sont présentes en concentrations supérieures aux
teneurs naturelles et qui présentent, ou sont susceptibles de présenter, une menace immédiate ou à long
terme pour la santé humaine ou l’environnement. La détermination du risque posé par la présence de ces
substances nécessite le repérage des récepteurs et des modes d’exposition potentiels et l’estimation du
niveau de risque en fonction de ces modes d’exposition. L’annexe 1 apporte des renseignements
supplémentaires sur la façon dont les risques pour la santé humaine ou l’environnement sont évalués dans
le cadre du PASCF.
La contamination des sites résulte principalement de pratiques et d’activités antérieures, dont les
conséquences sur l’environnement n’étaient pas bien comprises. La taille et la portée de la contamination
des sites fédéraux varient grandement. Parmi les exemples communs, citons les mines désaffectées sur
des terres de la Couronne fédérale dans le Nord, les aéroports, les laboratoires du gouvernement, les
havres, les stations de phare, les parcs nationaux, les bases militaires et leurs installations d’entraînement,
les anciennes stations du RAPA et les collectivités autochtones (Figure 3).
En 2007-2008, la plus grande part des activités d’assainissement et de gestion du risque visait les projets
de stations de phare du MPO (32 % de tous les projets), englobant 2 % des dépenses du PASCF.
AINC-OAN et le MDN ont déclaré la plus forte part de dépenses (67 % de toutes les dépenses) pour les
activités réalisées dans les mines désaffectées (6 % de tous les projets) et les anciens sites du RAPA (7 %
de tous les projets) dans le Nord du Canada.
18
Figure 3 : Catégories de projets d’assainissement et de gestion du risque (2007-2008)
A) Répartition des projets par catégorie de projet
Communautés autochtones [A : 15 %] [B : 6 %]
Aéroports [A : 1 %] [B : 2 %]
48 [17%]
41 [15%]
4 [1%]
19 [7%]
8 [3%]
16 [6%]
42 [15%]
Anciens sites du RAPA [A : 7 %] [B : 29 %]
Anciens sites d'exploration minière [A : 6 %] [B : 38 %]
Havres [A : 4 %] [B : 1 %]
Stations de phare [A : 32 %] [B : 2 %]
10 [4%]
Sites militaires existants et anciens [A : 15 %] [B : 11 %]
88 [32%]
Parcs nationaux [A : 3 %] [B : 1 %]
Autres [A : 17 %] [B : 11 %]
B) Répartition des dépenses par catégorie de projet
$16,295,665 [11%]
$955,974 [1%]
$8,327,922 [6%]
$3,139,039 [2%]
$16,872,011 [11%]
$42,618,831 [29%]
$2,303,444 [2%]
$825,602 [1%]
$55,540,771 [38%]
Les sites d’assainissement et de gestion du risque ciblés par le financement du PASCF présentent plusieurs
types de milieux touchés (Figure 4) qui sont contaminés par une grande variété de substances (Figure 5)
résultant d’au moins une activité réalisée dans le passé (Tableau 6). En 2007-2008, la contamination des
sols (86 % des projets) et la contamination des eaux souterraines (31 % des projets) étaient le plus souvent
dues à la présence de métaux (71 % des projets), d’hydrocarbures pétroliers (68 % des projets) et
d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) (42 % des projets). Les principales sources de
contamination étaient les activités de chargement et les déversements de combustibles (33 % des projets),
la présence de réservoirs ou tuyauterie hors sol (20 % des projets ayant des réservoirs hors sol (RHS)
d’une capacité inférieure à 2 500 litres [RS< 2 500 L]; 21 % des projets ayant des RS>= 2 500 L), des
peintures contenant du plomb, des métaux ou des BPC (28 % des projets) et des piles (24 % des projets)
sur le site.
19
Tableau 6 : Sources de contamination des projets d’assainissement et de gestion du risque
(2007-2008)
Sources de contamination
Réservoirs ou tuyauterie hors sol (<2 500 L)
Réservoirs ou tuyauterie hors sol (>=2 500 L)
Aire d’évacuation de déchets radioactifs
Propriété adjacente
Piles
Fosse de brûlage
Entreposage de produits chimiques/déversement
Matériaux en créosote ou en arséniate de cuivre chromaté
Matériaux de dragage
Matériaux de remblai
Zone d’entraînement de lutte contre l’incendie
Champ de tir
Activités de chargement du combustible/déversement
Acier galvanisé
Entretien du terrain de golf/activités d’aménagement
Matériaux de construction dangereux
Anciennes activités liées aux navires
Aire d’évacuation de déchets non radioactifs
Peinture contenant du plomb, des métaux ou des BPC
Bain de mercure
Secteurs de l’extraction et du broyage
Diverses activités de havres ou de ports
Activités d’extraction de pétrole et de gaz
Autre
Autres déchets
Entreposage de BPC
Dépôt de pesticides/herbicides
Zone d’entreposage de produits pétroliers
Entreposage du sel de voirie/Application
Eaux usées/effluent liquide ou d’eaux usées
Élimination de la neige
Pneus
Réservoirs ou tuyauterie souterrains
Inconnu/incertain
Entreposage des déchets
Nombre de
projets
Pourcentage
de projets
56
57
40
3
66
21
11
2
1
13
5
6
90
5
0
9
7
35
78
23
15
6
0
55
9
2
2
11
9
5
0
1
28
4
17
20 %
21 %
14 %
1%
24 %
8%
4%
1%
0,3 %
5%
2%
2%
33 %
2%
0%
3%
3%
13 %
28 %
8%
5%
2%
0%
20 %
3%
1%
1%
4%
3%
2%
0%
0,3 %
10 %
1%
6%
20
Figure 4 : Milieux contaminés dans les sites visés par des projets d’assainissement et de gestion du
risque (2007-2008)
Source des données : Inventaire des sites contaminés fédéraux du SCT, Juin 2009
Figure 5 : Types de contamination dans les sites visés par des projets d’assainissement et de
gestion du risque (2007-2008)
Source des données : Inventaire des sites contaminés fédéraux du SCT, Juin 2009
La catégorie « autres agents physiques ou chimiques » inclus des facteurs tels que la température, le pH, la turbidité et la dissolution
totale des solides.
21
2.1.3.2 Emplacement et répartition des projets d’assainissement et de gestion du risque du PASCF
Compte tenu du grand nombre de projets d’assainissement et de gestion du risque que le PASCF a
financés en 2007-2008, les projets ont été groupés en fonction des coûts d’exécution totaux prévus afin de
faciliter les analyses de la répartition. Les coûts d’exécution prévus ont deux fonctions : 1) déterminer si la
présentation du projet à des fins d'approbation respecte le processus d’évaluation du risque simplifié ou
régulier12; 2) fournir au Secrétariat du PASCF l’information dont il a besoin pour la planification des travaux
et la prévision des demandes futures pour le programme.
Les coûts d’exécution totaux prévus sont répartis comme suit :




montant inférieur ou égal à 250 000 $
montant entre 250 000 $ et 1 000 000 $
montant entre 1 000 000 $ et 10 000 000 $
montant supérieur à 10 000 000 $
L’annexe 2 présente un sommaire détaillé de la répartition des projets d’assainissement et de gestion du
risque ayant reçu des fonds du PASCF en 2007-2008 par province ou territoire et la figure 6 présente la
répartition à l’échelle nationale. Cette carte montre le nombre et l’emplacement des projets dont les coûts
d’exécution sont inférieurs ou égaux à 10 millions de dollars et ceux dont les coûts d’exécution prévus sont
supérieurs à 10 millions de dollars. Un grand nombre de petits projets qui relèvent du MPO est réparti le
long des côtes. Les projets à coûts élevés (dont les dépenses totales prévues sont supérieures à 10 millions
de dollars) d’AINC-OAN ainsi que du MDN sont concentrés dans le nord du Canada.
12
Le processus simplifié renvoie à un résultat du SNC ou du PASCF pour les projets dont le coût total est de 50 000 $ tandis que le
processus normal renvoie à un résultat du SNC ou du PASCF et à la réalisation d’une évaluation du risque environnemental et d’une
évaluation quantitative préliminaire des risques pour le projet. Voir des détails sur ces processus à l’annexe 1.
22
Figure 6 : Répartition à l’échelle nationale des projets d’assainissement et de gestion du risque du
PASCF (2007-2008)
23
Le nombre de projets d’assainissement et de gestion du risque est le plus élevé en Colombie-Britannique
(26 % des projets), au Canada atlantique13 (21 % des projets) et au Québec (17 % des projets). Cependant,
lorsque l’on compare les données sur l’emplacement avec celles sur les dépenses, il apparaît clairement
que le nombre de projets ne concorde pas directement aux dépenses totales. La Colombie-Britannique, le
Québec et le Canada atlantique dirigent 64 % des projets, mais ces projets comptent moins d'un quart
(<23 %) des dépenses connexes. Dans un même ordre d’idées, le nord du Canada (le Nunavut, le Yukon,
et les Territoires du Nord-Ouest) ne dirigent que 18 % des projets, qui représentent quant à eux près des
trois quarts (72 %) des dépenses. Les Prairies s’occupent des 18 % des projets restants qui comptent pour
moins de 5 % des dépenses. (Figure 7)
Figure 7 : Répartition à l’échelle nationale des projets d’assainissement et de gestion du risque
(2007-2008)
A) Répartition des projets par province ou territoire
Alberta [A:2%] [B:<1%]
Colombie-Britannique [A:26%] [B:12%]
46 [17%]
Manitoba [A:5%] [B:2%]
7 [3%]
5 [2%]
5 [2%]
Nouveau-Brunswick [A:3%] [B:<1%]
72 [26%]
Terre-Neuve-et-Labrador [A:4%] [B:3%]
7 [3%]
Nouvelle-Écosse [A:11%] [B:3%]
15 [5%]
28 [10%]
Territoires du Nord-Ouest [A:5%] [B:28%]
Nunavut [A:10%] [B:30%]
9 [3%]
29 [11%] 11 [4%]
28 [10%]
Ontario [A:10%] [B:3%]
14 [5%]
Île-du-Prince-Édouard [A:3%] [B:<1%]
Québec [A:17%] [B:4%]
Saskatchewan [A:2%] [B:2%]
B) Répartition des dépenses par province ou territoire
$612,092 [<1%]
$3,358,782 [2%]
$5,379,272 [4%]
Yukon [A:3%] [B:14%]
$19,954,771
[14%]
$17,200,748
[12%]
$2,732,320 [2%]
$251,809 [<1%]
$134,806 [<1%]
$4,604,219 [3%]
$3,785,901 [3%]
$4,872,777 [3%]
$43,347,701
[30%]
13
$40,644,061
[28%]
Le Canada atlantique comprend le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse, l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuv--et-Labrador.
24
La relativement grande concentration de projets d’assainissement et de gestion du risque entrepris au
Québec, au Canada atlantique et en Colombie-Britannique (figure 7) est le résultat direct de nombreux
projets de plus petite envergure (stations de phare, ports pour petits bateaux) sous la gouverne du MPO. De
façon générale, le MPO était responsable, en 2007-2008, de 37 % des projets, mais n’a reçu que 3 % du
financement annuel attribué par le PASCF pour les projets d’assainissement et de gestion du risque.
Contrairement au MPO, le MDN ainsi qu’AINC ont moins de projets, mais ceux-ci tendent à être de plus
grande envergure et visent principalement des mines désaffectées et d’anciennes stations du RAPA dans le
nord du Canada. Ces projets qui se déroulent au Nunavut, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest
représentent des coûts de logistique importants. En 2007-2008 seulement, le MDN et les AINC-OAN ont
dépensé 118 393 842 $ (80 %) des fonds du PASCF attribués à 78 projets (28 %) d’assainissement et de
gestion du risque.
La figure 8 (A et B) et le tableau 10 donnent des précisions sur la répartition des projets et des dépenses
par gardien pour 2007-2008.
Figure 8 : Répartition des projets d’assainissement et de gestion du risque par gardien (2007-2008)
A) Répartition des projets par gardien
Agriculture et Agroalimentaire Canada [A:<1%] [B:<1%]
1 [<1%]
9 [3%]
15 [5%]
9 [3%]
14 [5%]
Agence des services frontaliers du Canada [A:1%] [B:<1%]
2 [1%]
Service correctionnel Canada [A:<1%] [B:<1%]
1 [<1%]
Pêches et Océans Canada [A:37%] [B:3%]
2 [1%]
103 [37%]
Défense nationale [A:19%] [B:29%]
Environnement Canada [A:1%] [B:2%]
26 [9%]
Santé Canada [3%] [<1%]
Affaires indiennes et du Nord Canada – SAAII [A:11%] [B:5%]
31 [11%]
Affaires indiennes et du Nord Canada – OAN [A:9%] [B:51%]
7 [3%]
4 [1%]
52 [19%]
Commission de la capitale nationale [A:1%] [B:<1%]
Parcs Canada [A:3%] [B:1%]
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada [A:5%]
[B:1%]
Gendarmerie royale du Canada [A:3%] [B:1%]
B) Répartition des dépenses par gardien
Transports Canada [A:5%] [B:6%]
$562,503 [<1%]
$912,112 [1%]
$2,127,703 [1%]
$1,004,774 [1%]
$192,000 [<1%]
$8,733,435 [6%]
$327,098 [<1%]
$1,349 [<1%]
$3,877,973 [3%]
$42,824,283 [29%]
$75,569,559 [51%]
$2,696,354 [2%]
$442,585 [<1%]
$7,607,531 [5%]
25
2.1.3.3 Explication de l’écart financier pour les projets d’assainissement et de gestion du risque
dans le cadre du PASCF (2007-2008)
Comme l'indique le tableau 3, le financement total approuvé en 2007-2008 pour les projets
d’assainissement et de gestion du risque du PASCF était de 192 689 953 $. Pendant l’exercice, les
gardiens ont fourni des fonds pour un montant de 19 182 048 $ et dépensé 146 879 259 $ des fonds du
PASCF. L’écart entre le financement accordé par le PASCF et les dépenses réelles est de 51 443 262 $,
après l’ajustement en fonction des fonds reportés de l’exercice précédent (5 632 568 $14). Cet écart découle
de plusieurs facteurs :
1. Des gardiens ont reporté certains travaux prévus pour 2007-2008 à la saison suivante, reportant
ainsi le montant de 35 154 788 $ de fonds du PASCF15 à l’exercice 2008-200915.
2. AAC a dépensé pour ses projets d’assainissement et de gestion du risque 62 503 $ des fonds
approuvés du PASCF pour des activités d’évaluation.
3. AINC-SAAII a dépensé 418 403 $ des fonds approuvés du PASCF à des fins d’assainissement et
de gestion du risque pour des projets d’évaluation.
4. AINC-OAN a dépensé 79 672 $ des fonds approuvés du PASCF à des fins d’assainissement et de
gestion du risque pour des activités de gestion du programme.
5. Des fonds du PASCF d’un montant de 15 852 902 $ n’ont pas été dépensés. Ce qui suit
expliquerait en partie pourquoi ce financement n’a pas été utilisé :





modification de la portée des travaux
les coûts réels sont différents des prévisions
certaines activités ont été reportées à des exercices ultérieurs
l’accès nécessaire au site n’était pas possible en raison des conditions météorologiques, du
transport ou d’autres facteurs
des litiges ou des problèmes juridiques ont empêché l’exécution des travaux
2.1.3.4 Réalisation des projets d’entretien et de suivi ainsi que d’assainissement et de gestion du
risque
Dans les conditions normales, la mise en oeuvre du plan des projets d’assainissement et de gestion du
risque a lieu à l’étape 8 du processus en 10 étapes. L’étape 8 comprend un large éventail d’activités, dont
l’évaluation de la technologie existante pour l’assainissement et la gestion du risque, la réalisation
d’analyses coûts-avantages, le choix d’un entrepreneur et l’obtention des permis nécessaires (c.-à-d. permis
d’utilisation de l’eau, permis d’utilisation des terres ou approbation en vertu de la Loi canadienne sur
l’évaluation environnementale). Compte tenu du grand nombre et de la diversité des activités pouvant être
entreprises à l’étape 8, il s’écoule souvent plusieurs années avant qu’un projet n’arrive à l’étape 9. À cette
étape du processus, un échantillonnage de confirmation et le rapport final sont produits. À la suite de
l’étape 9, les sites contaminés sont jugés comme ayant été « traités », sauf ceux pour lesquels un suivi à
long terme est nécessaire (étape 10). En 2007-2008, près d’un tiers des sites ont été déclarés traités à
l’étape 9 et 198 sites étaient achevés.
La figure 9, fondée sur les déclarations de 2007-2008, donne un aperçu général de la dernière étape à
laquelle les travaux ont été entrepris, sans toutefois indiquer que cette étape est terminée. Les données
sont compilées par projet et reposent sur deux restrictions : 1) les sites d’un projet ne sont pas
nécessairement tous rendus à la même étape; 2) l’étape en question n’est pas nécessairement terminée -14
Quatre gardiens ont reporté des fonds du PASCF de l’exercice 2006-2007 à l’exercice 2007-2008, soit un total de 143 166 $ (SC),
3 985 443 $ (AINC : 2 694 200 $ (OAN) et 1 291 243 $ (SAAII)), 882 086 $ (SCC) et 621 873 $ (PC). En 2006-2007 deux gardiens ont
signalé avoir transféré de fonds vers 2008-2009. De ces fonds, TC a signalé avoir remis 2 964 000 $ au cadre financier et avoir
transféré 5 710 000 $ attribués au départ en 2006-2007 à l’exercice financier 2008-2009. Il s’agit notamment des fonds d’évaluation de
459 457 $ transférés vers 2007-2008 afin qu’ils soient utilisés pour les projets d’assainissement et de gestion du risque. Le MPO a
transféré 3 360 000 $ affectés à l’origine en 2006-2007 à l’exercice financier 2008-2009.
15
Huit gardiens ont reporté des fonds du PASCF de l’exercice 2007–2008 vers l’exercice 2008–2009, soit un total de 2 532 000 $
(TC), 19 748 371 $ (AINC : 17 258 825 $ (OAN) et 2 489 546 $ (SAAII)), 526 082 $ (PC), 6 636 211 $ (MPO), 1 060 737 $ (SCC),
731 781 $ (SC), 1 251 751 $ (GRC) et 2 667 855 $ (EC).
26
un projet reste souvent à la même étape pendant plusieurs années avant de passer à la phase suivante du
programme.
Étant donné que l’assainissement et la gestion du risque ne sont pas des processus linéaires,
certains projets semblent parfois « sauter » à l’étape qui est déclarée à la fin de l’exercice, souvent en
raison des travaux simultanés d’évaluation et d’assainissement réalisés dans le cadre des projets de grande
envergure. Dans le cas des projets complexes touchant plusieurs sites, l’assainissement peut être effectué
dans un ou plusieurs sites, alors que des travaux d’évaluation ou la planification de l’assainissement sont
effectués dans d’autres sites. Ce retour apparent à des étapes antérieures peut également être lié à la
découverte d’une contamination nouvelle non identifiée, au besoin d’effectuer une délimitation
supplémentaire, ou à la révision ou à l’amélioration d’un plan d’assainissement existant, ce qui entraîne
parfois plus de travail que ce qui était prévu au départ. La dernière étape terminée ou l’étape la plus
avancée à laquelle les travaux sont déclarés à la fin de l’exercice reflètera donc ce changement. La portion
des projets se trouvant à une étape donnée (figure 9) indique donc uniquement la partie la plus avancée
des projets. Les activités et les dépenses pour tous les projets d’assainissement et de gestion du risque
dont les dépenses cumulées sont supérieures à un million de dollars sont résumées dans la figure 10.
Figure 9 : État des projets d’assainissement et de gestion du risque du PASCF par étape
(2007-2008)16
Étape 1 – Détermination des lieux suspects [1 %]
<1% 1% 3%
Étape 2 – Examen historique [3 %]
33%
Étape 3 – Essais initiaux [2 %]
2%
6%
2%
7%
Étape 4 – Classification du lieu contaminé [6 %]
Étape 5 – Essais détaillés [2 %]
Étape 6 – Reclassification du lieu [7 %]
Étape 7 – Élaboration d’une stratégie d’assainissement ou de gestion du
risque [25 %]
Étape 8 – Mise en oeuvre de la stratégie d’assainissement ou de gestion
du risque [21 %]
Étape 9 – Échantillonnage de confirmation et rapport final [33 %]
25%
21%
Étape 10 – Suivi à long terme [<1 %]
Source des données : Inventaire des sites contaminés fédéraux du SCT, Juin 2009
16
Un faible pourcentage de ces projets d’assainissement et de gestion du risque se retrouve aux premières étapes du processus des
10 étapes pour diverses raisons : une contamination imprévue ou l’addition de nouveaux sites au projet peuvent avoir nécessité un
arrêt des activités d’assainissement et la réalisation d’activités d’évaluation additionnelles.
27
Figure 10 : Progrès réalisés dans les projets d’assainissement et de gestion du risque financés dans
le cadre du PASCF dont les dépenses sont supérieures à un million de dollars (2007-2008)
Étapes du processus en dix étapes (tiré de l'Approche fédérale en matière de lieux contaminés)
Gardien
fédéral
Projet
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Fonds du
Fonds du
PASCF
PASCF
dépensés par dépensés par
10
projet ($)
projet ($)
durant
l'exercice
2007-2008
depuis
l'exercice
2003-2004*
Projets d'assainissement et de gestion du risque
MPO
Belleville SCH
MDN
5e Escadre Goose Bay
MDN
14e Escadre Greenwood
MDN
CAM 1 - Île Jenny Lind
MDN
CAM 2 - Pointe Gladman
MDN
CAM 3 - Baie Shepherd
MDN
CAM 4 - Baie Pelly
MDN
464,683
1,641,090
3,315,444
12,913,025
808,053
5,378,363
2,473,850
2,650,410
94,316
7,948,212
4,605,906
10,143,911
503,530
5,474,586
CAM 5 - Baie Mackar
3,540,395
3,729,627
MDN
Colwood Aggregate
2,895,982
6,415,694
MDN
DYE M - Cap Dyer
5,135,020
26,794,104
MDN
FOX 5 - île Broughton
223,505
8,046,152
MDN
FOX M - Hall Beach
8,584,748
27,197,320
MDN
PIN 3 - Pointe Lady Franklin
102,113
1,188,453
MDN
PIN 4 - Baie Byron
1,979,982
3,864,034
MDN
Shea Heights/
Southside, parc de stockage
727,251
1,208,215
MDN
Production d'énergie
électrique de Suffield
328,356
1,464,322
MDN
Valcartier, contamination au
tétrachlorure d'éthylène
2,915,968
14,915,905
: Étapes terminées à la fin de l'exercice 2006-2007
: Étapes pour lesquelles des travaux sont effectués durant l'exercice
2007-2008
* Les fonds dépensés durant les EF 2003-04 et 2004-05 provenaient du Plan d’action accéléré pour les lieux fédéraux contaminés (PAALFC)
28
Étapes du processus en dix étapes (tiré de l'Approche fédérale en matière de lieux contaminés)
Gardien
fédéral
Projet
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Fonds du
Fonds du
PASCF
PASCF
dépensés par dépensés par
10
projet ($)
projet ($)
durant
l'exercice
2007-2008
depuis
l'exercice
2003-2004*
Projets d'assainissement et de gestion du risque
EC
Centre environnemental du
2,523,305
7,845,254
144,000
1,308,182
76,500
1,562,162
113,000
1,245,430
Pacifique
SC
Moose Factory Hospital
SC
Weagamow Lake
AINC-SAAII 1550 Clifford Road
AINC-SAAII
Barrenlands
/parc de stockage de l'école
37,476
2,385,392
AINC-SAAII
Ancien parc de stockage de
l'école de God's Lake
250,560
1,006,044
AINC-SAAII
Ancien parc de stockage de
l'école de Red Sucker Lake
720,720
1,202,663
AINC-SAAII
Ancienne centrale électrique
de la nation Gitxaala
1,690,913
3,918,130
AINC-SAAII
Parc de stockage de la
Première nation God's Lake
250,560
1,171,545
AINC-SAAII
Zone 5B du territoire de la
nation Mathias Colomb
625,600
1,965,600
AINC-SAAII
Projet de restauration de
Sandy Lake
833,380
1,407,898
Projet d'assainissement des
AINC-SAAII sols de la première nation
Wapekeka
1,480,000
1,480,000
AINC-OAN Axe Point
1,481,313
2,218,024
AINC-OAN BAR D - Point Atkinson
3,843,779
5,651,241
CAM Flac Sarcpa
5,129,352
13,255,485
147,686
2,307,336
11,730,181
67,468,314
AINC-OAN
AINC-OAN Mine Clinton Creek
AINC-OAN Colomac Mine
: Étapes terminées à la fin de l'exercice 2006-2007
: Étapes pour lesquelles des travaux sont effectués durant l'exercice
2007-2008
* Les fonds dépensés durant les EF 2003-04 et 2004-05 provenaient du Plan d’action accéléré pour les lieux fédéraux contaminés (PAALFC)
29
Étapes du processus en dix étapes (tiré de l'Approche fédérale en matière de lieux contaminés)
Gardien
fédéral
Projet
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Fonds du
Fonds du
PASCF
PASCF
dépensés par dépensés par
10
projet ($)
projet ($)
durant
l'exercice
2007-2008
depuis
l'exercice
2003-2004*
Projets d'assainissement et de gestion du risque
AINC-OAN Contact Lake
601,759
1,127,896
1,021,803
8,333,816
15,537,999
65,999,183
5,009,951
14,328,319
10,752,398
47,725,138
382,897
1,952,815
AINC-OAN Mine Mount Nansen
1,062,005
5,004,826
AINC-OAN Mine Port Radium
4,012,197
10,099,631
AINC-OAN Île Radio
2,906,473
6,705,672
AINC-OAN Mine Roberts Bay
465,374
1,147,686
AINC-OAN Mines Silver Bear
1,072,576
4,163,008
AINC-OAN Mine Tundra-Taurcanis
4,700,244
10,179,121
AINC-OAN Mine Discovery
AINC-OAN Mine Faro
AINC-OAN FOX C - Baie Ekalugad
AINC-OAN Mine Giant
AINC-OAN Johnson Point
AINC-OAN Mine United Keno Hill
TC
Port public de Bushell
TC
Ancienne station radar 59
TC
Aéroport Fort Nelson
TC
Nitchequon
TC
Rock Bay
3,043,848
13,182,720
2,985,241
5,675,207
102,367
3,493,854
2,456,623
2,456,623
254,981
3,588,350
1,341,938
12,154,937
: Étapes terminées à la fin de l'exercice 2006-2007
: Étapes pour lesquelles des travaux sont effectués durant l'exercice
2007-2008
* Les fonds dépensés durant les EF 2003-04 et 2004-05 provenaient du Plan d’action accéléré pour les lieux fédéraux contaminés (PAALFC)
30
2.1.3.5 Activités des projets d’assainissement et de gestion du risque
Activités d’assainissement et de gestion du risque
En 2007-2008, 200 des 276 projets d’assainissement et de gestion du risque comportaient une ou plusieurs
activités d'assainissement classées à l’étape 8 du processus en dix étapes. Sur ces 200 projets, on a
rapporté, pour 183 projets (66%), des activités dans la partie d’assainissement active du processus (c.-à-d.
étape 8 B/C/D)17, soit un nombre bien supérieur à 2006-2007, où seuls 44 % des projets enregistraient ce
type d’activités. Pour les 17 projets d’assainissement et de gestion du risque restants, on a rapporté des
activités de planification, soit à l’étape 8A du processus en dix étapes.
Un total de 513 activités d’assainissement et de gestion du risque a été réalisé dans le cadre de ces
183 projets (on a déclaré, pour 123 (68%) d’entre eux, de multiples activités d’assainissement et de gestion
du risque concomitantes). Au total, 29 différentes catégories d’activités d’assainissement et de gestion du
risque ont été réalisées (Figure 11).
Comme en 2006-2007, les activités d’assainissement les plus couramment réalisées en 2007-2008 étaient
l’excavation du sol (80 projets), la collecte de matières dangereuses (45 projets) et la biorestauration
(40 projets); les stratégies les plus courantes de gestion du risque étaient la mise en œuvre de programmes
de suivi de l’environnement (66 projets) et de la santé humaine (41 projets).
Figure 11 : Activités d’assainissement et de gestion du risque entreprises en 2007-2008
Excavation
Surveillance de la qualité de l'environnement
Collecte de matières dangereuses
Transport vers un site d'enfouissement hors site
Surveillance de la santé humaine
Biorestauration sur le site/hors site
Confinement et encapsulation sur le site/hors site
Autre méthode ou technologie d'assainissement
Gestion des débris physiques
Gestion des problèmes liés à la santé et la sécurité
Pompe et traitement (eau de surface/souterraine)
Conteneurisation des matières dangereuses
Manutention des réservoirs et des barils
Construction d'un site d'enfouissement sur le site
Autre activité de surveillance et d'entretien ou de gestion du
Fonctionnement et entretien des systèmes de traitement des eaux
Traitement thermique/désorption
Restriction à l'accès au site (p. ex: clôture)
Récupération des liquides non aqueux denses
Extraction des contaminants volatils du sol
Atténuation naturelle surveillée
Entretien des structures de rétention d'eau
Gestion des résidus
Incinération sur le site/hors site
Extraction/traitement physique/chimique
Gestion de l'eau potable
Désaffectation des puits
Solidification/Stabilisation
Phytoremédiation
Gestion des stériles
Oxydation/réduction chimique
Bioventilation/bioaspiration
5
5
4
3
3
2
2
1
1
1
0
0
0
0
9
9
8
7
7
7
7
13
13
24
21
20
20
25
43
41
39
50
50
82
66
75
100
Number of Projects
17
Les activités de l’étape 8 peuvent être classées dans la partie d’assainissement active, soit parmi les activités qui atténuent les
risques (étapes 8 B (enlèvement des milieux contaminés hors du site) / 8 C (traitement des milieux contaminés) / 8 D (confinement ou
autres activités de réduction du risque)) et les activités de planification (étape 8 A). À titre d’exemple, l’activité de l’étape 8 A pourrait
englober l’évaluation technologique ou la sélection des entrepreneurs.
31
3.0
Réalisations du programme en 2007-2008 : Liens
En plus de ses objectifs principaux, le PASCF offre des possibilités d’optimisation des ressources en
encourageant l’établissement de liens avec d’autres initiatives socioéconomiques prioritaires du
gouvernement du Canada. Par exemple, il favorise la création de liens avec le développement des
compétences, la formation et l’emploi de Canadiennes et de Canadiens, particulièrement dans les
collectivités autochtones et les régions septentrionales ou rurales, ainsi que la concurrence et l’avancée
technologique dans l’industrie de l’environnement. Les gardiens sont généralement responsables de trouver
les occasions d’intégrer ces liens à la gestion des sites contaminés qui sont de leur ressort, mais ils sont
très bien appuyés dans des activités de ce genre par certains ministères qui ont un mandat concordant.
Ressources humaines et Développement des compétences Canada s’est engagé à travailler avec les
gardiens, les organisations autochtones, l’Organisation pour les carrières en environnement (OCE Canada),
le secteur privé, les établissements d’enseignement et d’autres intervenants pour établir des synergies entre
les investissements dans le nettoyage des sites contaminés et le renforcement des capacités à la fois des
Canadiennes et des Canadiens, par la formation et le développement des compétences, et de l’industrie de
l’environnement dans son ensemble.
De même, dans son rôle d’expert, TPSGC, avec l’aide d’Industrie Canada, donne de l’information sur des
technologies innovatrices afin que les gardiens, les autres paliers de gouvernement et l’industrie puissent
profiter des avancées technologiques qui émergeront du programme à long terme. TPSGC assure
également la liaison avec l’industrie de l’environnement qui offre les services d’assainissement nécessaire à
la mise en oeuvre du programme, de sorte que l’industrie connaisse les exigences en matière
d’assainissement et renforce ses capacités de répondre à la demande prévue pour l’avenir.
3.1
Principales activités en 2007-2008
3.1.1
Liens socioéconomiques
En 2007-2008, OCE Canada a présenté le rapport Quand l’offre ne satisfait pas la demande (Rapport sur le
secteur des sites contaminés 2008), qui s’inspire d’une étude antérieure d’OCE Canada réalisée en
2006-2007 Qui s’occupera de la décontamination? Besoins en main d’œuvre au Canada pour
l’assainissement et la réhabilitation de sites contaminés 2006-2009. Les objectifs de l’étude étaient 1)
d’avoir une vision claire de la demande de main-d’oeuvre à l’égard des sites contaminés; 2) de faire des
recommandations pour les « prochaines étapes » (p. ex. un examen supplémentaire de l’offre de
main-d’oeuvre actuelle et prévue, une analyse des lacunes en matière de formation et d’éducation, et
l’élaboration de politiques d’approvisionnement qui traduisent la réalité du marché du travail et les pratiques
exemplaires établies) et 3) d’accroître la sensibilisation de l’industrie et le soutien aux politiques sur les sites
contaminés du gouvernement et du secteur privé.
En réponse aux résultats socioéconomiques positifs prévus par OCE Canada, le PASCF a recueilli des
données détaillées sur la demande en capacités et services autochtones générés par les projets
d’assainissement et de gestion du risque financés par le programme. De façon générale, en 2007-2008, le
taux minimal d’emploi des Autochtones et des Inuits (comme l’indique l’Entente sur la revendication
territoriale globale dans le Nord) était en règle générale atteint ou dépassé : huit gardiens ont déclaré avoir
embauché 663 Autochtones et avoir formé 202 Autochtones dans 56 projets.
Voici quelques exemples de la gamme d’activités du PASCF réalisées pour appuyer le développement
économique et la formation des Autochtones dans le secteur de l’environnement :

Par la Stratégie d’approvisionnement auprès des entreprises autochtones et le régime d’avantages
offerts aux Autochtones, et par des appels d’offres locaux pour des contrats de valeur moindre,
AINC procure, dans la mesure du possible, des avantages socioéconomiques aux collectivités
locales. L’objectif de la Stratégie d’approvisionnement est de maximiser la participation des
collectivités autochtones et du Nord, des entreprises et des gens ainsi que les possibilités de
développement économique. La stratégie des avantages offerts aux Autochtones, qui comprend un
régime d’avantages, fait partie du processus global d’approvisionnement concurrentiel.
32

Le MDN s’est engagée à encourager la formation et l’embauche de peuples autochtones au
Canada. Il a conclu des accords axés sur la collaboration avec les Inuvialuits et les Inuits du Yukon
et des Territoires du Nord-Ouest pour le nettoyage de 21 sites contaminés. Ces accords
contiennent des exigences relatives à l’emploi minimal des Autochtones et à la passation de
marchés minimale avec des Autochtones clairement indiquées pour chaque site. Elles ont permis
de former et d’embaucher avec succès de nombreux Autochtones du Nord et des entreprises
autochtones pour la réalisation des travaux sur les sites.

EC a élaboré un programme de mentorat afin d’orienter les étudiants vers l’industrie de
l’environnement. À long terme, l’objectif est d’élargir la réserve de talents techniques accessible à
EC à l’industrie de l’environnement en général.

En encourageant la participation de ses employés autochtones et inuits dans l’assainissement et la
gestion du risque des sites contaminés dans le Nord, Parcs Canada contribue directement à la
stratégie du Nord dans le secteur de la protection de l’environnement. L’évaluation de Stokes Point,
une ancienne station du RAPA localisée le long de la côte de la mer de Beaufort dans le parc
national Ivvakik au Yukon, est un exemple concret de protection de l’environnement en lien avec la
stratégie. Par des consultations avec les intervenants inuvialuits locaux et les ministères fédéraux,
un comité consultatif a été créé. Son mandat est d’étudier et d’approuver les critères de nettoyage
proposés et d’élaborer un plan d’assainissement futur.

TC s’est engagé à utiliser la Stratégie d’approvisionnement auprès des entreprises autochtones et
le régime d’avantages offerts aux Autochtones du gouvernement du Canada pour ses projets
situés dans le Nord. En 2007-08, TC a employé environ 5 à 7 autochtones pour une période de
deux semaines dans le cadre des projets Airport Apron et Sea Can Drum Cache à Iqaluit. De plus,
des sous-traitants autochtones furent employés pour des travaux d’assainissement à Inuvik et à
Norma Wells dans les Territoires du Nord-Ouest. Pour les communautés locales, les projets de
sites contaminés procurent des avantages sur les plans social, environnemental et économique.
Ces projets injectent des revenus dans l’économie locale non seulement par l’embauche, mais
également par l’approvisionnement local de biens et services. Pour les projets dans le nord,
approximativement la moitié des dépenses est investie dans la communauté.
33
Affaires indiennes et du Nord Canada : Organisation des affaires du Nord
AINC-OAN est le gardien de la plupart des terres fédérales du Nord. Dans les Territoires du
Nord-Ouest et le Nunavut, l’OAN est directement responsable de l’évaluation et de l’assainissement
des sites contaminés avérés et suspectés. Au Yukon, les activités de l’Organisation sont régies par
les exigences de l’entente sur le transfert de responsabilités conclue entre le gouvernement fédéral et
le gouvernement du Yukon; les deux paliers gouvernementaux se partagent les responsabilités en
matière de sites contaminés.
Pendant la réalisation d’activités d’évaluation ainsi que d’assainissement et de gestion du risque dans
le Nord, l’OAN essaie de créer des avantages socioéconomiques en employant du personnel de la
région, en favorisant les entreprises locales et en offrant des programmes de formation afin de mettre
en valeur les compétences du milieu. Les biens et les services couramment achetés à des
commerces de la région comprennent les services professionnels (consultation, échanges,
assainissement, construction, laboratoire), la construction des routes d’hiver, les services de
transports, les affrètements aériens, la location d’équipement et le carburant.
De façon générale, en 2007-2008, un pourcentage accru d’employés était des Autochtones du Nord,
un plus grand nombre d’employés a reçu une formation et davantage de fournisseurs du Nord ont été
embauchés par rapport à l’année précédente.
Emploi et affaires au Nord (2007-2008)
En 2007-2008, les sites gérés par l’OAN embauchaient au total 1 027 personnes, soit 28 de moins
que l’exercice d’avant. Malgré cette baisse générale enregistrée en 2007-2008, la proportion
d’employés nordiques et autochtones a augmenté : 73 % des employés étaient du Nord et 49 %
étaient autochtones. Vingt-huit sites faisaient affaire avec 929 fournisseurs du Nord, en 2007-2008
dont 187 étaient des fournisseurs autochtones du Nord. La valeur totale des entreprises ayant des
fournisseurs du Nord s’élevait environ à 25 millions de dollars, dont 53 % étant des fournisseurs
autochtones.
Formation de la main-d’oeuvre (2007-2008)
Quinze sites ont déclaré avoir offert de la formation à environ 1 460 employés en 2007-2008, soit plus
du double du nombre d’employés qui auraient suivi une formation en 2006-2007. Sur ces
1 460 personnes, 73 % étaient du Nord et 26 % des Autochtones. Au total, 7 278 heures de formation
ont été déclarées en 2007-2008, une augmentation par rapport aux 5 689 de l’année précédente.
Source : Affaires indiennes et du Nord Canada. Rapport de rendement : 2007-2008, Programme des sites contaminés
3.1.2
Technologie innovatrice
Le champ d’application du PASCF offre une occasion unique à l’industrie de l’assainissement du Canada de
répondre aux besoins et de relever les défis relatifs au nettoyage des sites contaminés fédéraux en
apportant des solutions nouvelles et efficaces.
Aux fins du PASCF actuel, l’expression « technologie innovatrice » est définie comme suit : toute méthode
de traitement des sols, des eaux souterraines ou des émissions, excepté les méthodes conventionnelles
d’excavation ou d’élimination des sols, de pompage et de traitement des eaux (c.-à-d. des méthodes ex situ
dont on connait déjà les coûts et le niveau d’efficacité)18. Cependant, la méthode d’analyse de la
technologie innovatrice devrait évoluer au cours des années à venir alors que les technologies autrefois
18
La définition actuelle vise à déterminer toutes les technologies de traitement pouvant être appliquées aux sites visés par le PASCF.
Toutefois, cette première définition est à l’étude et, par suite des consultations au sein de la communauté des sites contaminés
fédéraux, une révision de l’expression « technologie innovatrice » est prévue au cours des prochaines années d’activités du PASCF.
Par conséquent, l’analyse statistique annuelle de l’application de la technologie innovatrice ne sera pas directement comparable
d’une année à l’autre tant que cette définition ne sera pas définitive.
34
perçues comme innovatrices commenceront à faire partie de l’ensemble d’options courantes
d’assainissement.
3.1.2.1 Activités d’assainissement et utilisation de technologies innovatrices en 2007-2008
En 2007-2008, 200 des 276 projets d’assainissement et de gestion du risque comportaient une ou plusieurs
activités d'assainissement classées à l’étape 8 du processus en dix étapes. De ces 200 projets, 62 (31%)
comportaient l'utilisation d'un ou de plusieurs types de technologies d'assainissement innovatrices. De ces
62 projets, 30 (48%) comportaient uniquement une technologie innovatrice, et 32 (52%) comprenaient une
combinaison de technologies/activités innovatrices et traditionnelles. Des technologies/activités
d'assainissement entièrement traditionnelles ont été réalisées dans les 138 projets restants (69%)
(Figure 12).
Figure 12 : Options traditionnelles et innovatrices d'assainissement (2007-2008)
Technologie
innovatrice
15%
Technologie/
Activité
combinée
16%
Technologie/
Activité
traditionnelle
69%
Selon le sens de la définition actuelle de la technologie innovatrice (voir la section 3.1.2), 62 projets financés
par le PASCF en 2007-2008 comprenaient un ou plusieurs des 12 types de technologies d'assainissement
innovatrices présentées à la figure 13. La plus grande proportion des technologies innovatrices consistait en
la biorestauration (40%), suivie de la biorestauration/biopiles améliorés (17%), de l'atténuation naturelle
surveillée (12%) et des traitements thermiques (y compris la désorption) (9%).
En plus des 62 projets pour lesquels on a eu recours à des technologies innovatrices d’assainissement en
2007-2008, on y a également songé pour 25 projets mais sans les avoir mises en oeuvre. Dans ce
sous-groupe, au moins l’un des motifs suivants a été évoqué : le coût (9 projets); le cadre temporel
(13 projets); le type de contamination (9 projets); l’état du site (13 projets); l’attitude du public/consultation
des intervenants (6 projets) et les technologies classiques perçues plus efficaces (15 projets).
35
Figure 13 : Répartition des activités d’assainissement innovatrices (2007-2008)
Phytoremédiation [1%]
Solidification/Stabilisation [1%]
2%
1% 2%
1%
Bioventilation/Bioaspiration [2%]
2%
Oxidation chimique/Réduction [2%]
3%
5%
Extraction/Traitement physique/chimique [2%]
6%
40%
Barrières réactives ou physiques perméables [3%]
Autres technologies [5%]
9%
Extraction des contaminants volatils du sol/ Barbotage [6%]
Traitement thermique/ Désorption [9%]
12%
17%
Atténuation naturelle surveillée [12%]
Biorestauration/Biopiles améliorés [17%]
Biorestauration [40%]
Toujours en 2007-2008, un bon nombre de technologies/activités d’assainissement traditionnelles a été
réalisé, tel qu’illustré à la figure 14. L’excavation représentait la plus grande proportion des
technologies/activités d’assainissement traditionnelles mises en œuvre (26%), suivi de la collecte de
matières dangereuses (16%) et du transport vers un site d’enfouissement hors site (13%).
Figure 14 : Répartition des activités d’assainissement traditionnelles (2007-2008)
Gestion des stériles [<1%]
<1%
<1%
1% 1% 2%
Désaffectation de puits [<1%]
3%
3%
Incinération sur le site/hors site [1%]
3%
26%
Gestion des résidus [1%]
4%
Récupération des liquides non aqueux denses [2%]
Construction d'un site d'enfouissement sur le site [3%]
4%
Autre activité de surveillance et d'entretien ou de gestion du
risque [3%]
Manutention des réservoirs et des barils [3%]
6%
Conteneurisation des matières dangereuses [4%]
Pompe et traitement (eau de surface/souterraine) [4%]
Gestion des débris physiques [6%]
8%
Confinement et encapsulation sur le site/hors site [8%]
Autre méthode ou technologie d'assainissement [9%]
16%
Transport vers un site d'enfouissement hors site [13%]
Collecte de matières dangereuses [16%]
9%
Excavation [26%]
13%
36
Une comparaison des technologies/activités d’assainissement réalisées d’une année à l’autre par projet
révèle une augmentation du nombre de projets en 2007–2008 (276 contre 61 en 2006-07) et une
augmentation du pourcentage de projets comprenant des activités d’assainissement et de gestion du risque
(72% contre 28% en 2006–2007). Cela traduit une augmentation du nombre de nouveaux projets
d’assainissement et de gestion du risque financés en 2007–2008.
Plus particulièrement, pour ce qui est de la répartition des technologies/activités dans la partie
d’assainissement active du processus (étapes 8 B/C/D), en 2007-2008, il y a une augmentation du nombre de
projets pour lesquels des technologies innovatrices ont été utilisées (51 contre 40 en 2006–2007), mais une
diminution en terme de pourcentage [51/183 projets (28%) contre. 40/61 projets (66%) en 2006–2007]. On
note également une diminution du pourcentage de projets pour lesquels des technologiques innovatrices
étaient uniquement utilisées [19/51 projets (37%) contre. 26/40 projets (65%) en 2006–2007]. Comme en
2006–2007, la biorestauration était la technologie non traditionnelle la plus souvent utilisée en 2007–2008.
37
Transports Canada
Port public de Bushell – Restauration des installations
Le Port public de Bushell a été construit en 1951 sur la rive sud-est de la baie Black sur le Lac
Athabasca en Saskatchewan. Jusqu’à la moitié des années 1980 il servait à acheminer des biens et
services vers les mines de la région ainsi que des produits pétroliers aux collectivités de Bushell et
d’Uranium City. À la fermeture des mines, Bushell et Uranium City ont perdu de leur ampleur et les
activités maritimes de Bushell ont été réduites au stade de berge occasionnelle.
Au fil des ans, l’entreposage, le chargement et le déchargement du carburant du bunker C de
l’installation portuaire ont entraîné la contamination du sol et eu des conséquences sur la roche, le
substratum rocheux et les sédiments de la baie Black. À la suite de nombreuses évaluations, les
services environnementaux de la région pacifique d’EC ont dirigé la rédaction d’un plan d’action paru
début 2005, pour lutter contre cette contamination. Le plan suggérait l’excavation de la roche imbibée
de pétrole et des sols contaminés. Lorsque le pétrole avait imprégné le substratum rocheux par les
fissures, il faillait retirer le substratum. Le sol contaminé, la roche et le substratum excavés devaient
être écrasés afin de les préparer au traitement de désorption thermique à basse température,
processus dans le cadre duquel le milieu contaminé est passé dans un incinérateur pour brûler les
résidus de pétrole. Cette méthode a été retenue en raison du coût élevé et de la difficulté des autres
stratégies de traitement attribuables à l’éloignement des installations.
Au moment de l’octroi du marché d’assainissement au début de 2005, un volet sur le développement
durable a été ajouté. Une autre option d’assainissement était ainsi révélée pendant le processus de
mise en candidature. Un entrepreneur local avait eu vent de l’intention de Saskatchewan Highways de
refaire la surface de la piste de l’aéroport d’Uranium City dans les prochaines années et a proposé de
recycler les roches et le sol contaminés par le pétrole du Port de Bushell pour les travaux de l’aéroport.
Étant donné que Saskatchewan Highways devait extraire et écraser de nouveaux matériaux et les
enduire ensuite de pétrole pour sceller la piste, il s’agissait d’une solution gagnante pour tous. Une
entente a ainsi été conclue avec Saskatchewan Highways. Transports Canada se chargerait d’écraser
et de mélanger le sol et la roche contaminée conformément aux exigences du revêtement de la piste et
transporterait le matériau obtenu à l’aéroport où Saskatchewan Highways prendrait le relais. Cette
option a permis d’économiser 1 750 000 $ par rapport au plan d’incinération original. Saskatchewan
Highways devrait faire des économies de l’ordre de 1 000 000 $. En ce qui a trait à l’économie de
carburant, découlant principalement du processus d’incinération qui nécessiterait environ 1 000 000 de
litres de carburant diésel, cette solution permet de diminuer les émissions de gaz à effet de serre
d’environ 2 600 tonnes.
Transports Canada a également signé une entente avec le Saskatchewan Research Council afin de
leur transférer des agrégats pour la remise en état des sites des mines et des usines de concentration
d’uranium hérités de la guerre froide.
38
Bâtiment de transmission de Penhold – Région de l’Ouest, TPSGC
Il s’agit d’un ancien site de communications datant de l’époque de la guère froide situé sur une terre
agricole dans le sud de l’Alberta. Pendant le démantèlement du bâtiment en 2001, des sols imprégnés
d’hydrocarbures pétroliers (HCP) ont été découverts sous le bâtiment et le long de la structure. Étant
donné qu’aucun document ne porte sur la prise en charge du carburant sur le site militaire, il est difficile
de déterminer le cadre temporel et la quantité de carburant déversé dans l’environnement.
Divers programmes d’enquête ont été entrepris afin de délimiter et de déterminer la meilleure méthode
d’assainissement des sols. En raison du grand nombre de déblais de couverture qui n’étaient pas
touchés, le coût du retrait du sol propre pour accéder à la contamination était prohibitif. Un système
d’extraction en plusieurs phases a été retenu comme meilleure méthode d’extraction des HCP de la
matrice des eaux souterraines et a donc été installé sur le site en 2004. Le marché comprenait la
fracturation du parc hydraulique, l’installation de puits et de réseaux de rétablissement ainsi que la mise
en œuvre et l’utilisation d’un système de rétablissement multiphase afin de traiter l’eau souterraine.
Le système compte six puits de rétablissement installés de 6 à 9 mètres en-dessous de la surface,
connectés à deux réseaux de rétablissement. Les puits de rétablissement sont des tuyaux perforés en
PVC de 50 mm de diamètre; ils ont des poches de sables dans la zone active. La galerie de captage
pour le retour des eaux souterraines comporte une tranchée de 20 m de long sur 4 m de profondeur,
dégagée et remblayée à l’aide de gravillon; elle se trouve environ à 20 m contre-gradient du panache.
Deux réseaux d’été ont été ajoutés en avril 2006 pour améliorer le système; ces réseaux
supplémentaires ont beaucoup amélioré la productivité en matière de retrait de produit dans la matrice
souterraine.
Le système d’extraction multiphase personnalisé comporte un conteneur en acier divisé par un
coupe-feu dans une petite salle de commande et une plus grande salle de traitement. La salle de
commande abrite l’alimentation électrique et les commandes ainsi que le compresseur d’air. La salle de
traitement renferme les éléments de traitement, notamment la pompe à anneau liquide, le séparateur
liquide-vapeur, le filtre en ligne, les séparateurs eau-pétrole et les cuves à charbon actif pour le
traitement de l’eau. Le matériel électrique de la salle de traitement est doté de dispositifs de protection
contre les explosions.
Les fluides, la vapeur et l’air émanant des puits de rétablissement sont expulsés vers le réseau de
tuyaux et le système par la pompe à anneau liquide et dans le séparateur liquide-vapeur. La vapeur est
évacuée dans l’atmosphère. Les liquides, principalement de l’eau souterraine mélangée à du diésel
sont pompés vers un séparateur eau-pétrole. Les produits flottants sont récupérés à la surface et
envoyés vers deux cuves d’entreposage qui se trouvent dans une zone recouverte adjacente à l’unité.
L’eau souterraine est ensuite nettoyée dans deux cuves de charbon actif et renvoyée vers le sol par la
tranchée d’infiltrations.
Entre juin 2004 et décembre 2008, plus de 4 700 litres de diésel ont été récupérés des eaux
souterraines grâce à ce système. Le taux de rétablissement a énormément baissé au cours de la
dernière année, cependant, d’autres méthodes d’assainissement sont maintenant envisagées pour
traiter les autres HCP des sols à la surface de la terre.
39
3.1.3 Friches industrielles sous responsabilité fédérale
Aux fins du PASCF, une friche industrielle sous responsabilité fédérale est définie comme une propriété
inexploitée ou sous-utilisée, dont le gouvernement du Canada a accepté la responsabilité entière ou
partielle des contaminations environnementales antérieures et qui montre un bon potentiel pour d’autres
utilisations (ou de valorisation) ou qui offre des possibilités sociales ou économiques viables. Les friches
industrielles se trouvent en règle générale dans des zones déterminées déjà desservies par les services
municipaux ou le long de voies de transport. En 2007-2008, 22 projets ont indiqué qu’au moins un site
pouvait être une friche industrielle sous responsabilité fédérale. Les plans de réaménagement, comme le
démantèlement (4 sites de projet) ou le réaménagement par le gouvernement fédéral (2 sites de projet) ont
été établis pour 6 des 22 projets.
La portée du PASCF offre aux gardiens la possibilité de réaménager les friches industrielles qui font partie
de leur portefeuille immobilier. En 2005-2006, TPSGC a entamé l’élaboration d’un outil de classification des
friches industrielles afin d’aider les gardiens à déterminer les sites proposés pour leur réaménagement. En
2006-2007, TPSGC a mené plusieurs consultations auprès des gardiens fédéraux et d’autres paliers
gouvernementaux afin de créer un outil préliminaire de classification de friches industrielles dans le but de
déterminer, de classer, de prioriser et de préparer des sites pour la planification de programme ou le
démantèlement. Afin d’aider à élaborer des analyses de rentabilisation individuelles, l’outil devait être
amélioré en 2007-2008. Il a été mis à l’épreuve par le biais du Répertoire des biens immobiliers de TPSGC
et du Répertoire des biens immobiliers fédéraux du SCT. L’outil de classification du portefeuille de friches
industrielles a été amélioré en collaboration avec les gardiens, grâce à ces premiers essais.
40
4.0
Réalisations du programme en 2007-2008 : Administration du
programme
4.1
Financement des services de soutien des experts et de secrétariat
En 2007-2008, au total, 18 179 932 $ ont été approuvés pour les services de secrétariat et de soutien des
experts. De ce montant, 14 995 312 $ ont été dépensés et 3 184 620 $ n’ont pas été utilisés. Le tableau 7
présente la répartition des dépenses.
Tableau 7 : Sommaire des dépenses de gestion du PASCF pour les services de secrétariat et de
soutien des experts (2007-2008)
Services de secrétariat et de soutien des experts
Dépenses
prévues du
PASCF ($)
Secrétariat et soutien des experts d'Environnement Canada
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Soutien des experts de Santé Canada*
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Soutien des experts de Pêches et Océans
Dépenses totales
6,640,276
481,363
6,722,656
1,000,000
3,335,637
18,179,932
Ajustements
0
Dépenses
réelles du
PASCF ($)
4,067,566
429,184
7,502,223
780,810
2,215,529
14,995,312
Écart ($)
(approuvé +
ajustement dépenses)
2,572,710
52,179
-779,567
219,190
1,120,108
3,184,620
* Des fonds internes additionnels totalisant 780 000 dollars ont été alloués par Santé Canada afin d’augmenter les ressources au soutien des experts
provenant du PASCF.
Le principal facteur contribuant à l’écart (évoqué par les ministères experts et le Secrétariat) a été
l’incapacité à pourvoir les postes vacants financés par le programme. Le faible nombre d’employés chargés
d’offrir un soutien d’expert et des services de secrétariat a rendu les ministères incapables de dépenser
d’importantes parties des fonds d’exploitation.
4.2
Principales activités en 2007-2008
4.2.1
Secrétariat du PASCF
En 2007-2008, le Secrétariat du PASCF a entamé les travaux suivants :






Préparation et coordination de la présentation du projet de l’automne 2007 et des processus de
production de rapports pour 2006-2007, notamment l’élaboration et l’offre d’une formation bilingue
aux gardiens.
Évaluation et analyse des propositions de financement afin de déterminer leur admissibilité et
élaboration d’options de financement à présenter au comité afin d’obtenir son approbation et de les
inclure dans la présentation annuelle de 2008 au CT.
Élaboration et coordination de l’approbation par plusieurs ministères de la présentation au CT de
2007 et début de l’élaboration de celle de 2008.
Contribution à l’élaboration du plan d’évaluation formative du PASCF en collaboration avec le
groupe d’évaluation d’EC.
Tenue et mise à jour de l’application Internet d’échange de données interministériel (AEDI) pour le
processus de présentation de rapports de 2007 et le module de production de rapports de
2007-2008.
Préparation des registres ministériels et des documents de communication pour l’annonce
ministérielle, en collaboration avec le groupe de communications du PASCF.
41






4.2.2
Offre d’un soutien de secrétariat permanent au GTGSC et au Comité directeur des SMA sur les
sites contaminés fédéraux; coprésidence des réunions mensuelles du GTGSC et organisation des
réunions trisannuelles du Comité directeur des SMA.
Rédaction, en collaboration avec le SCT, de l’ébauche des rapports annuels des exercices
financiers 20042005 et 2005-2006.
Coordination de l’examen ministériel et signature du rapport de suivi du vérificateur général sur les
sites contaminés fédéraux publié en mars 2008.
Coordination de la séance de « formation des formateurs » sur le standard pancanadien relatif aux
hydrocarbures pétroliers dans le sol. Des participants des régions d’EC et de l’AC et d’autres
ministères experts ont assisté au cours d’une demi-journée offert à Gatineau (Québec).
En collaboration avec SCT, offre d’aide aux Communications d’EC pour l’élaboration et
l’approbation d’un portail Internet pour le PASCF qui fournit des renseignements généraux sur le
programme et sur les activités des sites contaminés fédéraux.
Mise à jour des documents d’orientation du PASCF (manuel, document sur les coûts admissibles,
classification du PASCF, évaluation des risques écologiques 1 et 2) pour aider les gardiens à
comprendre les exigences du PASCF.
Secrétariat du Conseil du Trésor
En 2007-2008, la Division de la politique des biens immobiliers et du matériel du Secrétariat du Conseil du
Trésor a entamé les travaux suivants liés au PASCF :








4.2.3
Aide au Secrétariat du PASCF dans les activités d’élaboration du programme, y compris la
préparation de la documentation sur l’approbation du financement, les travaux préliminaires sur le
profil de risques du programme, les principaux indicateurs de rendement et la production de
rapports annuels.
Aide à EC pour l’élaboration d’un plan d’évaluation pour l’évaluation formative du PASCF.
Coordination de la réponse du SCT au rapport de vérification de suivi du vérificateur général sur les
sites contaminés, présentée en mars 2008.
Présidence et coordination de la planification de l’Atelier national sur les sites contaminés fédéraux
2008 tenu à Vancouver (Colombie-Britannique) du 28 avril au 1er mai. Cet atelier a réuni plus de
500 gestionnaires du gouvernement fédéral, des spécialistes en assainissement et des
représentants de l’industrie venant de partout au pays pour acquérir des connaissances sur les
innovations techniques, scientifiques et organisationnelles ainsi que sur les pratiques exemplaires
pour la gestion des sites contaminés fédéraux.
Administration de l’inventaire des sites contaminés fédéraux, suivi des rapports des gardiens et de
la qualité des données et appui des améliorations continues du programme par la mise sur pied
d’un groupe de travail interministériel.
Participation aux groupes de travail interministériels ainsi qu’à l’élaboration et à la mise au point de
matériel d’orientation.
Orientation pour la préparation des plans de gestion des sites contaminés et examen des
présentations annuelles.
Élaboration de contenu pour le portail du PASCF sur le Internet.
Ministères experts
En 2007-2008, la plupart des travaux des ministères experts portaient sur l’élaboration et la distribution de
documents d’orientation et de formation ainsi que sur la prestation de conseils, l’examen par des tiers et la
promotion de technologies innovatrices :

Le MPO a créé des groupes de travail interrégionaux internes (formation, production de rapports,
communications, outils et renforcement des capacités) afin de suivre le progrès et d’aider à la
distribution des outils de gestion du programme, y compris l’ébauche d’un plan de formation, des
améliorations au processus de production de rapports, la gestion de l’information (mise à jour des
archives et de l’outil de récupération des données de soutien spécialisé du Système de suivi des
42













dossiers touchant l’habitat du MPO), la version définitive du manuel de soutien des experts, le
rapport annuel et les changements majeurs aux mécanismes de production de rapports du MPO
(révisions des modèles de rapports annuels et semestriels du soutien des experts du MPO pour la
gestion des fonds attribués aux régions).
Le MPO s’est concentré sur l’élaboration, l’amélioration et l’utilisation d’outils d’évaluation des
risques fondés sur la science au sein du Ministère, conjointement avec SC et EC.
EC a favorisé l’utilisation de méthodes largement acceptées et normalisées d’évaluation des risques
écologiques du Conseil canadien des ministres de l’environnement et de l’Agence de protection de
l’environnement des États-Unis. EC a également lancé l’élaboration d’une orientation
supplémentaire pour l’évaluation des risques écologiques fondée sur le cadre existant du CCME
(CCME, 1996, 1997). Cette orientation, qui compte 13 modules techniques, fournira aux gardiens
de sites contaminés fédéraux des conseils cohérents à l’échelle nationale sur l’évaluation des
risques écologiques et sur la gestion du risque de leurs sites.
EC, par le biais de sa région atlantique, a dirigé un groupe de travail chargé de mettre à jour et à
niveau le volet sur l’évaluation des risques écologiques de l’outil axé sur les risques de l’Atlantique.
De plus, cette région a poursuivi l’élaboration d’une base de données régionale sur les sols et s’est
associée au Projet d’étude géochimique des pédopaysages de l’Amérique du Nord, initiative
trinationale dirigée au Canada par RNCan visant à collaborer dans le cadre d’efforts
d’échantillonnage et d’échanger des ensembles de données.
EC, à titre d’expert, a donné des conseils aux gardiens, dont le MPO, d’autres unités d’EC, APC,
AINC, MDN et TPSGC concernant les pratiques exemplaires et les options de gestion pour
l’assainissement et la gestion du risque des sites contaminés fédéraux.
EC a examiné des classifications de sites et des rapports d’évaluation et des évaluations des
risques écologiques (évaluation des risques écologiques 1 et 2) et a terminé les visites de sites
dans les régions.
EC a fourni aux gardiens de la formation et l’accès aux conseils des ministères experts concernant
la conformité, les risques pour la santé et l’environnement ou les incidences des sites contaminés,
les méthodes d’évaluation des risques, l’élaboration de projets d’assainissement et de gestion du
risque par la facilitation de groupes de travail interministériels régionaux.
SC a réalisé un examen par des pairs des rapports d’évaluation des risques pour 44 sites
contaminés fédéraux, afin d’aider les gardiens et le Secrétariat à déterminer adéquatement les
risques posés par les sites contaminés fédéraux du Canada et dans le cadre du processus de
demande de financement du PASCF.
SC a poursuivi ses travaux d’élaboration et d’amélioration de lignes directrices sur la qualité du sol
axées sur la santé humaine et les valeurs de référence toxicologiques pour plusieurs produits
chimiques qui se trouvent habituellement sur les sites contaminés fédéraux du Canada.
SC a poursuivi ses travaux d’élaboration et de mise à jour d’une série de documents d’orientation
sur l’évaluation des risques pour la santé humaine à utiliser dans les sites contaminés fédéraux afin
de favoriser une méthode normalisée et cohérente d’évaluation et de quantification des risques pour
la santé humaine causés par les agents polluants présents dans les sites fédéraux du Canada.
SC a offert de la formation à divers intervenants du PASCF sur l’évaluation des risques pour la
santé humaine et dans les secteurs de la participation du public et de la communication des
risques. La formation a permis d’accroître considérablement les connaissances et la compréhension
des gardiens dans ces domaines.
Santé Canada, EC et le MPO ont effectué des visites sur les lieux afin de mieux comprendre les
situations uniques à de nombreux sites et de pouvoir donner une orientation et des conseils
excellents sur les activités aux sites contaminés. Ils ont également donné aux gardiens des conseils
sur l’évaluation des risques, les classifications des sites, la réglementation, les plans
d’assainissement et les exigences techniques.
TPSGC a créé quatre outils de gestion de projets (gestion de la qualité, gestion de l'intégration,
gestion des communications et gestion des risques) en vue d’aider les gardiens à mieux gérer leurs
projets de sites contaminés. Il a également élaboré une séance de formation pour chacun de ces
outils de gestion de projets; elles ont été offertes à Ottawa, Québec, Montréal, Toronto et Calgary.
TPSGC a recueilli et communiqué les résultats des projets utilisant des technologies innovatrices et
a partagé les pratiques exemplaires avec d’autres gardiens fédéraux, d’autres paliers du
43

gouvernement et l’industrie de l’environnement en participant à des groupes de travail régionaux
interministériels, en organisant l’Atelier sur les solutions d’assainissement innovatrices tenu à
Montréal en novembre 2007, en participant au groupe de travail interministériel sur l’avancement de
la technologie et en créant la base de données Guide d’orientation pour la sélection de
technologies.
TPSGC a conçu une analyse de prévision de la demande afin d’échanger des renseignements avec
le secteur privé sur les projets de sites contaminés fédéraux prévus dont la mise en œuvre
nécessitera l’aide du secteur privé.
Il suffit de communiquer directement avec le ministère expert concerné pour obtenir des renseignements
détaillés sur les activités dirigées par les quatre ministères experts (le MPO, EC, SA et TPSGC) durant
l’exercice :

Pêches et Océans Canada - Expert de soutien des sites contaminés fédéraux, Direction générale
des services du programme de l’habitat, Gestion de l’habitat, secteur des Océans, Pêches et
Océans Canada, 200, rue Kent, Ottawa (Ontario) K1A 0E6.

Environnement Canada - Division des sites contaminés, Direction des activités de protection de
l’environnement, Environnement Canada, 351, boulevard Saint-Joseph, 15e étage, Gatineau
(Québec) K1A 0H3.

Santé Canada - Division des sites contaminés, Bureau d’évaluation de risque et d’impact,
Programme de la sécurité des milieux, Direction générale de la santé environnementale et de la
sécurité des consommateurs, Santé Canada, 269, avenue Laurier Ouest, Ottawa (Ontario)
K1A 0K9.

Travaux publics et Services gouvernementaux Canada - Directeur national, Sites contaminés,
Direction des services environnementaux, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada,
11, avenue Laurier, Gatineau (Québec) K1A 0S5.
44
5.0
Passif financier relatif aux sites contaminés fédéraux
Chaque année, l’information financière, dont le passif environnemental global et le passif éventuel relatifs
aux sites contaminés fédéraux, est indiquée dans les Comptes publics du Canada. Selon ces derniers, le
passif environnemental total comprend les coûts estimatifs liés à la gestion et à l’assainissement des sites
contaminés et des sites touchés par des munitions explosives non explosées où le gouvernement a
l’obligation ainsi que les coûts estimatifs liés au déclassement des installations nucléaires d’Énergie
atomique du Canada limitée. Pour les sites contaminés, il y a une charge à payer et une dépense est
inscrite lorsqu’une contamination se produit ou lorsque le gouvernement en apprend l’existence et est
obligé, normalement, d’engager une telle dépense. Un passif éventuel est enregistré lorsque l’obligation du
gouvernement à engager ces dépenses est inconnue ou improbable ou s’il n’est pas possible d’évaluer
raisonnablement le montant.19
Les exigences d’entrées des passifs environnementaux figurent dans la Politique sur la comptabilité des
coûts et du passif relatifs aux sites contaminés (http://www.tbs-sct.gc.ca/pol/doc-fra.aspx?id=12152). La
Directive sur la comptabilisation des passifs environnementaux fournit un complément d’information
(http://www.tbs-sct.gc.ca/rpm-gbi/doc/liabilities-passifs/liabilities-passifs-fra.aspx). Comme il est précisé
dans ces documents, le passif environnemental indiqué pour les sites contaminés traduit les estimations
des coûts pour l’assainissement des sites à un niveau convenable pour leur utilisation actuelle ou prévue
par le gouvernement fédéral. Ces coûts comprennent toutes les dépenses estimées liées à l’assainissement
et à la gestion des sites fédéraux effectuées au cours des étapes 5 à 10 du processus en 10 étapes pour
les sites des classes 1, 2 ou, dans des certains cas, de classe I (données insuffisantes) selon le Système
national de classification du CCME. Comme l’indique la Directive sur la comptabilisation des passifs
environnementaux, les sites de classe I peuvent avoir un passif inscrit lorsque le gardien du gouvernement
fédéral a suffisamment d’information pour déterminer que le gouvernement peut avoir l’obligation d’assainir
le site, mais que les données sont insuffisantes pour générer une classification selon le Système national de
classification du CCME. Lorsqu’un gardien a l’intention de procéder lui-même à l’assainissement, le passif
peut comprendre les coûts estimatifs de gestion du projet. Le montant du passif exclut toute dépense
associée à la détermination de l’existence de la contamination (c.-à-d. effectuer au cours des étapes 1 à 4
du processus en 10 étapes), les coûts indirects et les coûts internes de gestion du projet engendrés par le
gardien. Cela signifie que les coûts associés aux activités d’évaluation (étapes 1 à 4), d’entretien et de suivi
ne sont pas inclus dans le calcul du passif, car ils sont engagés pour déterminer l’existence et l’étendue de
la contamination (évaluation) ou pour diminuer l’étendue de la contamination lorsque le risque pour la santé
humaine ou l’environnement est imminent (entretien et suivi).
Les Comptes publics 2007-2008 indiquent une augmentation du passif dû à la gestion et à l’assainissement
des sites contaminés fédéraux. En date du 31 mars 2008, un passif de 3 332 milliards de dollars a été
inscrit pour environ 2 360 sites contaminés, comparativement à un passif de 3 014 milliards de dollars pour
2 630 sites en 200720. Pour un certain nombre de raisons, ce ne sont pas tous les sites contaminés indiqués
dans les passifs totaux des Comptes publics qui sont admissibles à un financement, ou qui reçoivent un
financement, dans le cadre du PASCF. C’est pourquoi, pour avoir une meilleure idée de l’incidence du
PASCF sur le passif, les sites exceptionnels, comme les étangs de goudron de Sydney et l’initiative de la
région de Port Hope, sont retirés du total. De plus, les montants du passif des sites contaminés qui ne
participent pas au PASCF ont été exclus pour les gardiens. Comme le montre le tableau 8, le fait de retirer
ces montants du passif total indiqué dans les Comptes publics a entraîné une hausse de 306 millions de
dollars du passif relatif aux sites contaminés au cours de la période du 31 mars 2007 au 31 mars 2008. La
majorité (95 %) de la hausse nette est attribuée à une hausse du passif déclaré pour trois gardiens - AINC,
MDN et MPO. Cette augmentation du passif environnemental fédéral est principalement attribuable aux
modifications enregistrées dans les estimations de coûts prévues pour les activités d’assainissement des
projets d’envergure. Elle est également attribuable au fait que l’augmentation des dépenses liées aux
activités d’évaluation entraîne une évaluation plus exacte du passif, ce qui entraîne souvent une
augmentation. La poursuite des travaux sur tous les types de projets du PASCF permettra de peaufiner les
estimations du passif et le passif total devrait diminuer après l’assainissement des sites.
19
20
Comptes publics du Canada 2008; Volume 1, (TPSGC, 2008), S. 2, pp. 2.10-2.11.
Idem S. 5, p. 5.12.
45
Tableau 8 : Passif environnemental total ajusté pour les sites contaminés (2007-2008)
31 mars 2007 ($)
Passif total relatif aux sites contaminés
21
31 mars 2008 ($)
6 061 913 899
6 668 721 493
Sites touchés par des munitions explosives non explosées
(Défense nationale)
119 143 584
327 757 635
Déclassement des installations nucléaires d’Énergie atomique
du Canada limitée
2 927 934 000
3 008 236 000
280 817 000
271 425 194
387 173 243
335 373 318
108 857 000
180 338 000
Moins :
22
Étangs de goudron de Sydney
Initiative de la région de Port Hope
23
Société de développement du Cap Breton
VIA Rail Canada Inc.
1 500 000
Industrie Canada
132 281
99 657
Conseil national de recherches du Canada
300 000
100 000
2 237 556 791
2 543 891 689
Total du passif des sites contaminés ajusté
L’information figurant au tableau 9 indique le passif relatif aux sites contaminés déclaré dans les Comptes
publics de 2007-2008.
Tableau 9 : Gardiens fédéraux participant au PASCF – Passif environnemental pour les sites
contaminés
Passif d’ouverture
1 avril 2007 ($)
Gardien
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Agence des services frontaliers du Canada
Service correctionnel du Canada
Environnement Canada
Pêches et Océans Canada
Santé Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada
Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain inc.
Commission de la capitale nationale
Ministère de la Défense nationale
Ressources naturelles Canada
24
Agence Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
Total
25
Passif de clôture
31 mars 2008 ($)
Différence
1 779 574
1 925 334
145 760
867 400
769 165
(98 235)
13 775 571
14 354 720
579 149
63 266 228
55 520 174
(7 746 054)
169 196 803
223 544 198
54 347 395
3 197 100
2 303 800
(893 300)
1 313 856 272
1 497 136 925
183 280 653
1 000 000
1 000 000
0
21 794 000
24 799 000
3 005 000
378 272 040
431 514 508
53 242 468
387 792 662
336 678 572
(51 114 090)
40 027 640
42 017 836
1 990 196
320 154 947
310 523 035
(9 631 912)
3 752 007
4 275 715
523 708
186 814 790
204 327 220
17 512 430
2 905 547 034
3 150 690 202
245 143 168
21
Comptes publics du Canada 2008; Volume 1, (TPSGC, 2008), S. 5, p. 5.12.
Rapport ministériel sur le rendement de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada 2007–2008 (TPSGC, 2008), S. IV,
Notes accompagnant les états financiers consolidés (non vérifiés).
23
Plan de gestion des sites contaminés 20012011 de Ressources naturelles Canada.
24
Inclut le passif environnemental pour l’initiative de la région de Port Hope (site à responsabilité partagée géré en dehors du PASCF).
25
Inclut le passif environnemental pour les étangs de goudron de Sydney.
22
46
6.0
Mesure du rendement et regard vers l’avenir
Au cours de la troisième année d’activité du PASCF, les réalisations clés ont été l’élaboration et
l’amélioration des politiques et des procédures du programme ainsi que le perfectionnement de documents
d’orientation et de formation à l’intention des gardiens fédéraux. Des mesures ont été prises en vue
d’atteindre les principaux objectifs des activités du PASCF, dont la diminution du nombre de sites à haut
risque, des risques pour les êtres humains et l’environnement, et des passifs financiers, ainsi que
l’accroissement de la confiance du public dans la gestion des sites contaminés fédéraux
Dans le cadre du PASCF, 188,4 millions de dollars ont été dépensés pour des projets de sites contaminés
fédéraux, la gestion du programme, les services de secrétariat et de soutien des experts et les coûts des
locaux de TPSGC, la plus grande portion des fonds étant destinée à l’exécution de projets d’évaluation ainsi
que de projets d’assainissement et de gestion du risque. Des dépenses totales prévues au budget pour des
projets (217,7 millions de dollars), 165,4 millions de dollars ont effectivement été dépensés, une
augmentation d’environ 2,5 millions de dollars par rapport à l’exercice précédent. En raison des fonds
dépensés en 2007-2008, des activités ont été réalisées dans le cadre de 276 projets d’assainissement et de
gestion du risque (519 sites) et 590 projets d’évaluation (2 269 sites) au Canada.
En date du 31 mars 2008, un passif de 3,332 milliards de dollars a été inscrit pour environ 2 360 sites
contaminés, comparativement à un passif de 3,014 milliards de dollars pour 2 630 sites en 200726. Cette
hausse du passif environnemental fédéral est principalement attribuable aux modifications apportées aux
estimations de coûts prévues pour les activités d’assainissement des projets d’envergure. Il est également
attribuable au fait que l’augmentation des dépenses liées aux activités d’évaluation a permis une meilleure
évaluation du passif conduisant souvent à une augmentation. La poursuite des travaux sur tous les types de
projets du PASCF permettra de peaufiner les évaluations du passif et le passif total devrait diminuer après
l’assainissement des sites.
Enfin, en mars 2008, le Bureau du vérificateur général du Canada (BVG) déposait un rapport présentant
les progrès réalisés par le gouvernement fédéral dans la gestion de ses sites contaminés fédéraux. Pour
ce rapport, le BVG a évalué les progrès que quatre ministères — Pêches et Océans Canada, Affaires
indiennes et du Nord Canada, Défense nationale et Transports Canada — ont réalisés afin de répondre
aux constatations et aux recommandations du rapport de vérification de 2002. Ces quatre ministères ont
été sélectionnés pour cette vérification parce qu’ils sont collectivement responsables d’environ 89 % des
sites contaminés sous responsabilité fédérale. Le rapport évaluait également les mesures prises par
Environnement Canada et par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada pour assurer un leadership
au niveau central afin de régler la problématique des sites contaminés prioritaires, et celles prises par le
gouvernement fédéral pour déterminer et déclarer les coûts de la prise en charge de ces sites.
Le rapport du BVG conclut que le gouvernement a réalisé des progrès satisfaisants dans la gestion de ses
sites contaminés en affectant initialement près de 1,5 milliard de dollars sur cinq ans à titre de premier
versement sur les 3,5 milliards annoncés dans le budget pour la gestion des sites contaminés prioritaires et
en mettant sur pied le PASCF. Le BVG a constaté que les quatre ministères ayant fait l’objet de vérification
déployaient d'importants efforts pour gérer leurs sites contaminés. Ils ont assaini quelque 340 sites et
s'affairent à en assainir environ 480 autres. Ces ministères se sont tous dotés de plans de gestion qui
comportent des engagements, assortis d'échéances concernant leurs sites contaminés, en vue d'atteindre
l'objectif du programme qui permettrait réduire les risques que ces sites posent pour la santé humaine et
l'environnement.
26
Comptes publics du Canada 2008; Volume 1, (TPSGC, 2008), S. 5, p. 5.12.
47
Annexe 1 : Évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement dus
aux sites contaminés fédéraux
Dans le but d’aider les gardiens fédéraux à évaluer les risques pour la santé humaine et l’environnement
que représentent les sites contaminés fédéraux, deux principaux outils d’analyse ont été élaborés dans le
cadre du Plan d’action accéléré 2003 à 2005, puis améliorés pour le Plan d’action pour les sites contaminés
fédéraux (PASCF), à savoir : A) L’évaluation quantitative préliminaire des risques pour la santé humaine de
Santé Canada, B) Le cadre d’évaluation des risques écologiques d’Environnement Canada.
La fonction de chaque outil est de déterminer le niveau de risque que pose un site contaminé d’après les
trois critères d’évaluation suivants et du lien avec le déplacement des contaminants de la source au
récepteur (humain ou écologique)
1. Les caractéristiques des contaminants – le danger relatif des contaminants présents sur un site.
2. Voies d’exposition – le trajet que peut prendre un contaminant (p. ex. eau souterraine, eau de
surface, contact direct ou air) vers un récepteur.
3. Récepteurs – les êtres vivants ou les ressources qui peuvent être exposés à une contamination
(p. ex. les êtres humains, les espèces végétales ou animales, ou les ressources
environnementales).
Source
Danger
Diffusion
Voie
Récepteur
Entreposage
des déchets
sur le site
Quantité et
nature des
déchets
entreposés sur
le site
Fuite de
l’installation
d’entreposage
Migration des
contaminants
par l’eau
souterraine
Eau de puits –
l’utilisateur boit
de l’eau
contaminée
Pour représenter de façon exacte la voie complexe de la source au récepteur, il faut de multiples sources
d’information. Les facteurs d’analyse peuvent être les suivants, sans s’y limiter :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
27
la description de la localisation du site
le type de contaminants ou de matières pouvant être présents sur le site (ou la
description des activités historiques)
la superficie approximative du site et la quantité de contaminants
la profondeur approximative de la nappe phréatique
la carte géographique ou l’information tirée du relevé (sol, morts-terrains et substrat)
les données sur les précipitations annuelles (pouvant être tirées de la carte des
précipitations du Canada)
l’information sur la couverture de surface
la proximité de l’eau de surface
l’information sur la topographie
le potentiel d’inondation du site
la proximité de l’alimentation en eau potable
les utilisations des ressources en eau adjacentes
l’information sur l’utilisation des terres (sur le site et aux alentours)27
Conseil canadien des ministres de l’environnement. 1992. Système national de classification des lieux contaminés.
48
(A) Évaluation quantitative préliminaire des risques pour la santé humaine
L’évaluation quantitative préliminaire des risques que pose un site contaminé fédéral consiste à déterminer
les facteurs suivants :
•
•
•
•
l’information historique afin de connaître les utilisations antérieures du site et les
contaminants possibles à rechercher dans le sol et l’eau souterraine;
la détermination des contaminants préoccupants, en comparant les concentrations
mesurées avec les directives de la réglementation;
la détermination de l’exposition potentielle des êtres humains, qui varie selon l’utilisation
du sol et l’accessibilité du site;
l’examen des voies d’exposition des contaminants, à savoir les façons dont les
personnes entreront en contact avec les contaminants (ingestion, inhalation, contact
cutané), et estimation du déplacement des contaminants dans l’environnement.
Dans l’ensemble, l’évaluation quantitative préliminaire des risques de Santé Canada utilise des méthodes et
des hypothèses prescrites, des voies d’exposition normales, des caractéristiques humaines et des niveaux
de toxicité de façon à ce que les expositions et les risques ne soient pas sous-estimés. Combiné à
l’information propre au site, le modèle aide à l’évaluation de la toxicité et des dangers associés à l’exposition
à divers produits chimiques.
Pour obtenir des précisions sur l’évaluation quantitative préliminaire des risques, visiter le site Internet de
Santé Canada, à l’adresse http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/contamsite/index-fra.php.
(B) Évaluation des risques écologiques
Le cadre d’évaluation des risques écologiques a été élaboré par Environnement Canada en tant qu’outil
permettant une analyse objective et transparente des risques écologiques associés aux sites contaminés
fédéraux individuels.
Plus particulièrement, l’évaluation des risques écologiques évalue les sites contaminés en vue de
déterminer :
•
•
•
•
si la zone contaminée touche ou a le potentiel de toucher des habitats particuliers;
les types de produits chimiques se trouvant sur le site et le degré auquel chacun de ces
produits dépasse les directives environnementales;
par quel moyen les produits chimiques s’introduisent dans l’environnement;
les incidences physiques (non chimiques) ou les dangers pouvant avoir des
répercussions sur la qualité de l’environnement ou poser un risque pour les êtres
humains ou les espèces sauvages.
49
Annexe 2 : Répartition par province ou territoire et par gardiens des projets
d’assainissement et de gestion du risque, en fonction des coûts d’exécution prévus
(2007-2008)
a) Répartition par province et territoire des projets d’assainissement et de gestion du risque, en
fonction des coûts d’exécution prévus (2007-2008)
≤ 250 000 $
Province
> 250 000 $ à ≤ 1 > 1 000 000 $ à ≤ 10
000 000 $
000 000 $
Total
> 10 000 000 $
Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre
de projets de sites de projets de sites de projets de sites de projets de sites de projets de sites
Alberta
Colombie-Britannique
Manitoba
Nouveau-Brunswick
2
38
5
7
2
183
5
7
14
3
1
28
3
1
2
16
7
1
2
18
7
1
1
4
-
6
4
-
5
72
15
9
10
233
15
9
Terre-Neuve-et-Labrador
2
2
2
2
6
7
1
41
11
52
Nouvelle-Écosse
Territoires du Nord-Ouest
Nunavut
Ontario
Île-du-Prince-Édouard
Québec
Saskatchewan
Yukon
Total
21
2
14
7
30
3
2
133
24
4
17
7
38
80
2
371
3
1
2
4
12
1
43
6
1
3
6
26
1
77
5
5
4
9
3
1
1
60
6
5
4
23
6
1
1
81
8
20
1
1
4
40
11
20
2
1
4
89
29
14
28
28
7
46
5
7
276
36
17
31
48
7
71
82
7
618
b) Répartition par gardiens des projets d’assainissement et de gestion du risque, en fonction des
coûts d’exécution prévus (2007-2008)
Gardien
≤ 250 000 $
> 250 000 $ à ≤ 1 > 1 000 000 $ à ≤ 10
000 000 $
000 000 $
Total
> 10 000 000 $
Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre Nombre
de projets de sites de projets de sites de projets de sites de projets de sites de projets de sites
1
88
1
0
98
Environnement Canada
3
224
-
-
Santé Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada
SAAII
OAN
Commission de la capitale nationale
4
4
-
-
9
1
9
1
8
-
8
-
Ministère de la Défense nationale
13
13
8
Agence Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
6
8
2
3
5
4
1
4
4
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Agence des services frontaliers du Canada
Service correctionnel du Canada
Pêches et Océans Canada
14
42
1
1
1
-
1
2
-
-
1
3
3
-
14
7
1
28
7
1
12
14
2
1
3
5
5
3
5
3
1
1
1
-
1
2
1
103
1
2
1
142
1
4
225
-
7
7
19
-
22
-
31
26
2
45
29
2
21
17
62
52
108
1
-
-
9
11
9
9
-
-
15
19
8
8
2
2
9
14
9
17
50
Annexe 3 : Tableaux des dépenses
a) Dépenses du programme
Dépenses
prévues du
PASCF
Projets des sites fédéraux contaminés
Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC)
Organisation des affaires du Nord
Secteur d’activité des affaires indiennes et inuites
Total d'AINC
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Agence des services frontaliers du Canada
Service correctionnel du Canada
Environnement Canada
Pêches et Océans Canada
Santé Canada
Ponts Jacques Cartier et Champlain incorporée
Commission de la capitale nationale
Ministère de la Défense nationale
Ressources naturelles Canada
Agence Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
Total des dépenses des projets
Gestion du programme
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Service correctionnel du Canada
Environnement Canada
Pêches et Océans
Santé Canada
Affaires indiennes et du Nord Canada (AINC)
Secteur d’activité des affaires indiennes et inuites
Organisation des affaires du Nord
Ministère de la Défense nationale
Ressources naturelles Canada
Agence Parcs Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Gendarmerie royale du Canada
Transports Canada
Total des dépenses de gestion du programme
Secrétariat et services de soutien spécialisé
Environnement Canada
Secrétariat d’Environnement Canada
Soutien des experts d’Environnement Canada
Total des services de secrétariat et du soutien des experts (EC)
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada
Soutien des experts de Santé Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Soutien des experts de Pêches et Océans Canada
Total des dépenses des services de secrétariat et de soutien spécialisé
Coûts des locaux de TPSGC
Total des dépenses du PASCF
97,657,635
12,531,245
110,188,880
1,296,000
341,360
180,000
9,340,559
14,656,584
1,167,200
92,000
800,800
56,314,473
128,000
2,085,324
3,996,225
5,033,600
12,068,948
217,689,953
150,000
67,670
467,958
1,033,315
121,429
735,035
2,213,980
1,200,000
150,000
366,713
200,000
395,500
451,000
7,552,600
3,465,995
3,174,281
6,640,276
481,363
6,722,656
1,000,000
3,335,637
18,179,932
Ajustements
Dépenses
réelles du
PASCF
3,133,322
1,216,238
4,349,560
1
910,007
1
1,503,260
712,269
143,166
1
870
1
47,810
851,873
1
2,964,000
-2,964,000
8,518,815
76,468,365
9,917,646
86,386,011
1,008,400
327,098
1,349
3,331,006
7,697,967
3
4
5
6
578,585
0
758,633
48,134,620
35,428
2,347,896
2,978,822
2,932,734
8,844,435
6
165,362,984
30,000
1
22,731
3
120,000
67,670
467,958
894,046
121,429
471,152
735,035
2,293,652
660,849
0
367414
191,829
340,434
451,000
6,711,316
0
1,855,534
2,212,032
4,067,566
429,184
7,502,223
780,810
2,215,529
14,995,312
418,421
1,367,467
244,789,952
2
1
7
1,367,467
8,989,967
188,437,079
1
Fonds reportés de l’exercice antérieur
Fonds reportés de l’exercice antérieur. Le total n'englobe pas les 230 000 $ qui ont été transférés à Parcs Canada
Fonds reçus du secrétariat du PASCF et du soutien d'experts
4
Part des gardiens due au PASCF pour 2006-2007
5
Le total des ajustements comprend les 230 000 $ transférés d'AINC-SAAII
2
3
6
7
2 964 000 $ de fonds pour les projets d'assainissement et de gestion du risque ont été reportés de l'exercice antérieur et attribués à un autre gardien pour l'EF 2007-2008
Des fonds internes additionnels totalisant $780,000 ont été alloués par Santé Canada afin d’augmenter les ressources au soutien des experts provenant du PASCF
51
b) Détail des dépenses du PASCF et des gardiens
Financement du PASCF prévu
Fonds du PASCF Part des gardiens
Projets des sites contaminés fédéraux
Ajustements a
Dépenses réelles du PASCF
Fonds du PASCF
Part des gardiens
Écart PASCF
(prévu + ajustements - réel)
Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
Total AAC
500,000
796,000
1,296,000
100,000
159,200
259,200
562,503
445,897
1,008,400
140,626
111,474
252,100
-62,503
350,103
287,600
Total ASFC
181,360
160,000
0
341,360
36,272
32,000
0
68,272
181,360
145,738
0
327,098
45,912
36,434
0
82,346
0
14,262
0
14,262
Total SCC
120,000
60,000
0
180,000
24,000
12,000
0
36,000
1,349
0
0
1,349
337
0
0
337
118,651
60,000
27,921
1,088,658
8,595
8,619
80,000
8,619
11,200
80,000
6,802,022
8,000
0
8,619
8,619
40,000
0
0
0
0
0
64,000
8,619
0
8,000
8,000
8,595
8,621
80,000
1,719
1,724
16,000
1,724
2,240
16,000
1,360,404
1,600
0
1,724
1,724
8,000
0
0
0
0
0
12,800
1,724
0
1,600
1,600
1,719
1,724
16,000
6,542
6,542
75,265
6,542
16,025
47,057
464,683
6,000
12,000
6,542
6,542
92,864
217,781
146,588
7,378
7,378
55,404
2,672
6,542
10,440
4,400
18,431
6,542
6,542
29,497
1,635
1,635
18,816
1,635
4,006
11,764
116,171
1,500
3,000
1,635
1,635
23,216
54,445
36,647
1,844
1,844
13,851
668
1,635
2,610
1,100
4,608
1,635
1,635
7,374
2,053
2,077
4,735
2,077
-4,825
32,943
6,337,339
2,000
-12,000
2,077
2,077
-52,864
-217,781
-146,588
-7,378
-7,378
-55,404
61,328
2,077
-10,440
3,600
-10,431
2,053
2,079
50,503
ATL-1 Install. de chauffage central de Kentville (N.-É.)
Évaluations (21 projets)
Agence des services frontaliers du Canada (ASFC)
Poste frontière de Pleasant Camp (C.-B.)
West Poplar (Sask.)
Évaluation
Service correctionnel Canada (SCC)
Site de déversement de carburant dans l'Atlantique, 231-C02 (N.-B.)
Dépôt de carburant de Bowden 537-C02 (Alb.)
Évaluation
Pêches et Océans (MPO)
Active Pass (C.-B.)
Addenbroke Island (C.-B.)
Baccaro Point (N.-É.)
Ballenas Island (C.-B.)
Bear Point port pour petits bateaux (N.-É.)
Bear River (N.-É.)
Belleville port pour petits bateaux (Ont.)
Berthier (Qc)
Betty Island (N.-É.)
Boat Bluff (C.-B.)
Secteur de Bonilla Island (C.-B.)
Camp Cove port pour petits bateaux (N.-É.)
Cap d Espoir (Qc)
Cap Gaspé (Qc)
Cap-Chat (Qc)
Cap-de-la-Madeleine (Qc)
Cap-des-Rosiers (Qc)
Cap-Saint-Ignace, ancien amer (Qc)
Cap Beale (C.-B.)
Cap Bear (Î.-P.-É.)
Cap dOr (N.-É.)
Cap Egmont (Î.-P.-É.)
Cap Mudge (C.-B.)
CapScott (C.-B.)
Cap St. Marys (N.-É.)
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
b Fonds du PASCF reportés de l'exercice précédent
c Le total inclut 882,086$ du fond d'assainissement et de gestion du risque transféré de l'année précédente
27,921 b
910,007 c
52
Caribou Ferry port pour petits bateaux (N.-É.)
11,600
Carmanah Point (C.-B.)
8,619
Cascades-Soulanges (Qc)
12,000
8,000
Caveau Point (N.-É.)
Chatham Point (C.-B.)
8,619
Chrome Island, alignement (C.-B.)
8,619
Cultus Lake, laboratoire (C.-B.)
81,800
Île Discovery (C.-B.)
8,619
Dixon Point Light (N.-B.)
8,000
Drews Head (N.-B.)
0
Dryad Point (C.-B.)
8,619
6,800
Dublin Shore port pour petits bateaux (N.-É.)
East Point (Î.-P.-É.)
64,000
Egg Island (C.-B.)
8,619
8,000
Enrage Point (N.-É.)
Entrance Island (C.-B.)
8,619
Estevan Point (C.-B.)
8,619
Fox Harbour Loran C (T.-N.-L.)
175,200
Gabarus (N.-É.)
80,000
80,000
Gillis Point (N.-É.)
Grand Bank port pour petits bateaux (T.-N.-L.)
36,000
Green Island (C.-B.)
8,619
0
Howards Cove (Î.-P.-É.)
Île au Marteau (Qc)
0
Île aux Noix, ancien FP - 1 (Qc)
0
Île aux Noix, ancien FP - 2 (Qc)
0
Île Brion (Qc)
40,000
Île du Corossol (Qc)
32,000
Île Grosbois (ex-tour radar), ancien amer (Qc)
0
Île Sainte-Marie (Qc)
24,000
Institut des sciences de la mer (et Centre de services de communication et de trafic
81,799
Ivory Island (C.-B.)
8,619
Base de Kenora (Ont.)
64,000
Killarney East (Ont.)
25,600
Killarney Northwest (Ont.)
28,000
Killarney West Entrance (Ont.)
20,000
Knapp Point (Ont.)
40,000
Lameque port pour petits bateaux (N.-B.)
64,000
Langara Island (C.-B.)
8,619
Lennard Island (C.-B.)
8,619
Longue Pointe (Qc)
8,000
40,000
Low Point (N.-É.)
0
Maughers Beach (N.-É.)
McInnes Island (C.-B.)
8,619
Melocheville (Qc)
12,000
Merry Island (C.-B.)
8,619
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
2,320
1,724
2,400
1,600
1,724
1,724
16,360
1,724
1,600
0
1,724
1,360
12,800
1,724
1,600
1,724
1,724
35,040
16,000
16,000
7,200
1,724
0
0
0
0
8,000
6,400
0
4,800
16,360
1,724
12,800
5,120
5,600
4,000
8,000
12,800
1,724
1,724
1,600
8,000
0
1,724
2,400
1,724
0
6,542
0
0
6,542
6,542
70,981
6,542
18,431
12,634
6,542
9,795
0
6,542
0
6,542
6,542
0
44,297
53,097
19,626
6,542
15,897
4,240
1,110
1,110
0
12,185
10,258
33,913
147,952
6,542
0
24,635
52,188
16,741
171,167
25,654
6,542
6,542
11,396
59,497
12,634
6,542
3,640
6,542
0
1,635
0
0
1,635
1,635
17,745
1,635
4,608
3,159
1,635
2,449
0
1,635
0
1,635
1,635
0
11,074
13,274
4,907
1,635
3,974
1,060
278
278
0
3,046
2,564
8,478
36,988
1,635
0
6,159
13,047
4,185
42,792
6,413
1,635
1,635
2,849
14,874
3,159
1,635
910
1,635
11,600
2,077
12,000
8,000
2,077
2,077
10,819
2,077
-10,431
-12,634
2,077
-2,995
64,000
2,077
8,000
2,077
2,077
175,200
35,703
26,903
16,374
2,077
-15,897
-4,240
-1,110
-1,110
40,000
19,815
-10,258
-9,913
-66,153
2,077
64,000
965
-24,188
3,259
-131,167
38,346
2,077
2,077
-3,396
-19,497
-12,634
2,077
8,360
2,077
53
New Aiyansh-Nass Camp, bureau et résidences (C.-B.)
Nine Mile Point (Ont.)
Nootka Island (C.-B.)
North Cape (Î.-P.-É.)
North Rustico port pour petits bateaux (Î.-P.-É.)
Pachena Point (C.-B.)
Station de biologie du Pacifique - Gestion du risque (C.-B.)
Partridge Island, station de phare et de DGPS (N.-B.)
Percé (Qc)
Pine Island (C.-B.)
Point Atkinson, phare - Gestion du risque (C.-B.)
Point Escuminac (N.-B.)
Pointe au Baril Lightstation (Ont.)
Pointe de l'Ouest (Qc)
Pointe Dowker (Qc)
Pointe du Débarquement, terrain pour héliport (Qc)
Pointe du Débarquement, terrain pour héliport - 2 (Qc)
Pointe Heath (Qc)
Pointe-Noire (Qc)
Port Bickerton (N.-É.)
Portlock Point (C.-B.)
Prim Point (N.-É.)
Prim Point (PEI)
Prince Rupert - Seal Cove gestion du risque (C.-B.)
Prince Rupert, station marine de Sourdough Bay - Gestion du risque (C.-B.)
Pulteney Point (C.-B.)
Quatsino (Kains Island) (C.-B.)
Richibucto Head (N.-B.)
Rocher aux Oiseaux (Qc)
Sainte-Angèle-de-Laval (Qc)
Sainte-Marthe-de-Gaspé (Qc)
Secteur de Saturna Island (C.-B.)
Scarlett Point (C.-B.)
Sea Island, base d'aéroglisseurs - Gestion du risque (C.-B.)
Sheringham Point (C.-B.)
Souris East (N.-É.)
Swallowtail (N.-B.)
Terence Bay (N.-É.)
Trial Islands (C.-B.)
Base de Victoria - Gestion du risque (C.-B.)
West Vancouver, laboratoire (C.-B.)
Wood Islands Light (Î.-P.-É.)
Évaluation (71 projets)
166 400
126 400
8 619
64 000
6 800
8 619
81 799
80 000
0
8 619
8 000
0
100 000
240 000
12 000
0
0
240 000
160 000
80 000
8 618
0
64 000
81 802
81 802
8 619
8 618
0
40 000
16 000
0
8 621
8 619
81 800
8 619
64 000
8 000
0
8 619
57 798
81 800
64 000
4 142 400
14 656 584
Total MPO
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
b Fonds du PASCF reportés de l'exercice précédent
33 280
25 280
1 724
12 800
1 360
1 724
16 360
16 000
0
1 724
1 600
0
20 000
48 000
2 400
0
0
48 000
32 000
16 000
1 724
0
12 800
16 360
16 360
1 724
1 724
0
8 000
3 200
0
1 724
1 724
16 360
1 724
12 800
1 600
0
1 724
11 560
16 360
12 800
828 480
2 931 317
1 503 260 b
712 269 c
2 215 529
5 641
21 592
6 542
13 801
3 535
6 542
144 249
12 634
157 274
6 542
6 542
18 431
6 477
65 870
5 510
5 826
5 826
3 768
130 443
16 049
6 542
164 049
27 442
164 298
149 383
6 542
6 542
5 874
43 283
3 276
7 378
6 542
6 542
170 924
6 542
89 779
0
12 634
6 542
35 604
124 296
0
3 819 994
1 410
5 398
1 635
3 450
884
1 635
36 062
3 159
39 318
1 635
1 635
4 608
1 619
16 467
1 377
1 456
1 456
942
32 611
4 012
1 635
41 012
6 860
41 075
37 346
1 635
1 635
1 469
10 821
819
1 844
1 635
1 635
42 731
1 635
22 445
0
3 159
1 635
8 901
31 074
0
954 998
160 759
104 808
2 077
50 199
3 265
2 077
-62 450
67 366
-157 274
2 077
1 458
-18 431
93 523
174 130
6 490
-5 826
-5 826
236 232
29 557
63 951
2 076
-164 049
36 558
-82 496
-67 581
2 077
2 076
-5 874
-3 283
12 724
-7 378
2 079
2 077
-89 124
2 077
-25 779
8 000
-12 634
2 077
22 194
-42 496
64 000
2 537 935
7 697 967
1 924 472
9 174 146
c Fonds du PASCF reçus du secrétariat du fonds du PASCF ou du soutien d'experts
54
4e Escadron, Greenwood NSLZB (N.-É.)
540,000
22e escadron Wood Hobby Club, assainissement (Ont.)
52,000
5e escadron Goose Bay (T.-N.-L.)
4,000,000
ADMIE OPSEE Assainissement (C.-B.)
0
ADMMAT BAF-3 POL entrepôt (Nun.)
0
ADMMAT FOX B SRR SUMMIT (S-493) (Nun.)
0
Ancienne SFC Moisie - site Admin (Qc)
420,000
Assainissement du site de l'ancien puit P-2 (Qc)
120,000
Complexe Highbury de l'Unité de soutien de secteur London (Ont.)
80,000
Casernement Wolsley de l'Unité de soutien de secteur London (Ont.)
56,000
BFC Valcartier - Perchlorate - eau souterraine (Qc)
80,000
Cadet Camp site d'enfouissement (Ont.)
0
3,136,000
CAM-1 Île Jenny Lind, Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
CAM-2 Pointe Gladman, Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
36,000
CAM-3 Baie Shepherd, Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
3,284,936
CAM-4 Baie Pelly, Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
810,000
CAM-5 Baie Mackar, Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
5,320,000
50,400
DMFC Bedford (CSites 801, 802, 803 & 820) gestion du risque (N.-É.)
68,000
DMFC secteur d'Eastside Peninsula (CSite 7402) assainissement (N.-É.)
Base des Forces canadiennes Esquimalt, assainissement des installations de
800,000
BFC de Trenton, Aire d'entraînement de lutte contre les incendies - (Ont.)
64,000
Colwood Aggregate (C.-B.)
1,600,000
École de combat CSite 909 assainissement (N.-É.)
200,000
DYE-M Cap Dyer Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
9,500,000
50,800
Former POL Storage Area, Naval Annex Dockyard (CSite 1107B) Risk (N.-É.)
FOX-2 Longstaff Bluff Réseau avancé de pré-alerte - (Nun.)
64,000
FOX-3 Dewar Lakes Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
200,000
FOX-5 Broughton Island Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
36,000
FOX-M Hall Beach Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
6,300,000
496,000
Stand de tir de Marlant Bedford (N.-É.)
Marlant, ancienne zone d'entraînement des pompiersSite 907, école de combat (N.40,000
40,000
Marlant Great Village, ancien réservoir de surface - assainissement (N.-É.)
Centre d'essai et d'expérimentation des munitions Nicolet édifice 5 - (Qc)
112,000
Centre d'essai et d'expérimentation des munitions Nicolet OP-6 - (Qc)
48,000
NAD 1 - Jr. NCM (C.-B.)
560,000
PCB Amended Paint Removal projet (Nun.)
400,000
PIN-2 Cape Young Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
64,000
PIN-3 Lady Franklin Point Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
32,000
PIN-4 baie Byron Réseau avancé de pré-alerte (Nun.)
3,776,000
RDDC Valcartier-Secteurs d'essais et Batiment 307 (Qc)
80,000
Assainissement des sols contaminés aux BPC à BAF-3, Brevoot Island (Nun.)
0
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des
80,000
Assainissement du dépotoir à St-Bruno (Qc)
60,000
Sédiments de Saglek (T.-N.-L.)
120,000
Shea Heights/Southside, parc de stockage (T.-N.-L.)
640,000
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
108,000
10,400
0
0
0
0
84,000
24,000
16,000
11,200
16,000
0
627,200
3,600
525,590
81,000
1,064,000
10,080
13,600
160,000
12,800
320,000
40,000
0
10,160
12,800
40,000
3,600
630,000
99,200
8,000
8,000
22,400
9,600
112,000
80,000
12,800
6,400
755,200
16,000
0
16,000
12,000
24,000
128,000
808,053
24,127
3,315,444
396,315
52,800
58,402
252,009
39,200
28,981
30,109
93,214
42,917
2,473,850
94,316
4,605,906
503,530
3,540,395
76,581
87,881
0
7,600
2,895,982
167,002
5,135,020
24,617
217,641
354,677
223,505
8,584,748
512,478
36,795
30,677
79,686
14,484
848,371
3,034
62,860
102,113
1,979,982
332,842
27,740
167,012
31,354
93,918
727,251
202,013
6,032
0
99,079
13,200
14,601
63,002
9,800
7,245
7,527
23,304
10,729
618,463
10,480
917,315
55,948
885,099
19,145
21,970
0
1,900
723,996
41,751
0
6,154
54,410
88,669
24,834
953,861
128,120
9,199
7,669
19,922
3,621
212,093
758
15,715
25,528
494,995
83,211
6,935
41,753
7,839
23,480
181,813
-268,053
27,873
684,556
-396,315
-52,800
-58,402
167,991
80,800
51,019
25,891
-13,214
-42,917
662,150
-58,316
-1,320,970
306,470
1,779,605
-26,181
-19,881
800,000
56,400
-1,295,982
32,998
4,364,980
26,183
-153,641
-154,677
-187,505
-2,284,748
-16,478
3,205
9,323
32,314
33,516
-288,371
396,966
1,140
-70,113
1,796,018
-252,842
-27,740
-87,012
28,646
26,082
-87,251
55
Shearwater (CSite 207) - ancien réservoir souterrain au Hangar 3 (N.-É.)
Shearwater (CSite 230)-édifices 31,31A,31B,32 (soutien mobile) (N.-É.)
Shirley Road site d'enfouissement (N.-B.)
Production d'énergie électrique de Suffield (Alb.)
Summerside Armoury (Î.-P.-É.)
Enlèvement du réservoir souterrain de Sydney (N.-É.)
Valcartier, contamination au tétrachlorure d'éthylène (Qc)
YA 2 - Flotte de petits bateaux (C.-B.)
Évaluations (43 projets)
Total MDN
4,000
4,000
40,000
800,000
40,000
400,000
4,700,000
1,600,000
5,310,337
56,314,473
800
800
8,000
160,000
8,000
80,000
0
320,000
1,062,067
6,773,297
4,000
4,000
36,802
328,356
45,260
118,521
2,915,968
185,957
5,310,337
48,134,620
1,000
1,000
9,201
82,089
11,315
29,630
0
46,489
2,347,114
8,671,016
0
0
3,198
471,644
-5,260
281,479
1,784,032
1,414,043
0
8,179,853
Total EC
74,400
100,000
144,400
77,684
4,786,600
42,120
91,941
47,064
3,976,350
9,340,559
14,880
20,000
28,880
15,537
574,392
8,424
18,388
9,413
795,270
1,485,184
81,876
0
62,708
0
2,523,305
28,465
0
0
634,652
3,331,006
20,468
0
15,677
0
429,908
7,116
0
0
158,663
631,832
-7,476
100,000
81,692
77,684
2,263,295
13,655
91,941
47,064
3,341,698
6,009,553
52,800
52,800
320,000
104,000
96,000
96,000
80,000
96,000
53,600
80,000
136,000
1,167,200
Total SC
Affaires indiennes et du Nord Canada -Secteur d’activité des affaires indiennes et inuites (AINC-SAAII)
10,560
10,560
64,000
20,800
19,200
19,200
16,000
19,200
10,720
16,000
27,200
233,440
41,290
0
144,000
0
103,000
14,769
52,676
10,350
0
76,500
136,000
578,585
20,443
0
31,833
0
25,750
3,872
13,169
16,983
0
24,333
262,381
398,764
11,510
52,800
176,000
104,000
-7,000
81,231
27,324
85,650
53,600
3,500
0
731,781
1550 Clifford Road (C.-B.)
0
Barren Lands, ancien site DOT (Man.)
240,000
Barren Lands, parc de stockage de l'école Brochet-Frontier (Man.)
68,240
Big Grassy First Nation (Ont.)
64,000
Bob Thomas et RI 5 (C.-B.)
1,051,600
Burnt Church - assainissement de site contaminé, ancienne voie (N.-B.)
0
Ancien parc de stockage de la station de pompage de Beren's River (Man.)
372,960
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
b Part des gardiens dues au PASCF pour 2006-2007
0
48,000
13,648
12,800
210,320
0
74,592
113,000
88,800
37,476
32,200
136,800
120,000
198,880
28,250
22,200
9,369
8,000
34,200
30,000
49,720
-113,000
151,200
30,764
31,800
914,800
-120,000
174,080
Environnement Canada (EC)
Stations hydrométriques de la C.-B. (C.-B.)
Stations hydrométriques du QC (Qc)
Stations hydrométriques de la Sask. 2007-2008 (Sask.)
Lansdowne House (EC) (0N)
CEP (C.-B.)
Pointe-de-l'Est RNF (APEC) (Qc)
Projet de rehabilitation - Ile de la Providence (Qc)
Sable Island, Station d'observation en altitude (N.-É.)
Évaluations (15 projets)
Santé Canada (HC)
Kasabonika (Ont.)
Lansdowne House (Ont.)
Moose Factory, hôpital (Ont.)
North Spirit Lake (ancien) poste de soins infirmiers - assainissement (Ont.)
Hôpital Norway House, assainissement (Man.)
Poste de soins infirmiers Red Sucker Lake, , assainissement (Man.)
Poste de soins infirmiers, Shamattawa, assainissement (Man.)
Poste de soins infirmiers, Summer Beaver, assainissement (Ont.)
Poste de soins infirmiers, Wapekeka, assainissement (Ont.)
Weagamow Lake (Ont.)
Évaluation (10 projets)
143,166 b
56
Ancien parc de stockage de l'école de God's Lake (Man.)
Ancien parc de stockage de l'école de Northlands (Man.)
Ancien parc de stockage de l'école de Red Sucker Lake (Man.)
Ancienne école Nation Manto Sipi Cree (Man.)
Bureau administratif du village de Gitwinksihlkw (C.-B.)
Ancienne centrale électrique de la nation Gitxaala (C.-B.)
Parc de stockage de la Première nation God's Lake (Man.)
Goodfish, établissement de nettoyage à sec, restauuration (Alb.)
Heiltsuk, école communautaire (C.-B.)
Kahnawake - ancien dépotoir Beauvais (Qc)
Kahnawake - Ancien dépotoir Goodleaf (Qc)
Kahnawake - Ancien dépotoir Johnson's Point (Qc)
Kahnawake - Ancien dépotoir Khanata (Qc)
Kahnawake - Ancien dépotoir Morris (Qc)
Kahnawake - Ancien dépotoir Patton-Lawrence (Qc)
Magasin Omahama de la nation Kingfisher Lake (Ont.)
Centrale électrique de la nation Kwadacha (C.-B.)
Macoah I.R. 1 Générateur, assainissement (C.-B.)
Zone 5B du territoire de la nation Mathias Colomb (Man.)
Mistawasis Bluestone Pit (Sask.)
Nemaska - station service Cree Energy (Qc)
Obedjiwan - Poste de police (Qc)
Red Bridge Spur (C.-B.)
Ancien site Cutler Acid, assainissement (Ont.)
Sandy Lake, projet d'assainissement (Ont.)
Site Squamish Nation Kits Wye (C.-B.)
St. Theresa Point - Ancien parc de stockage de l'école et réseaux de distribution
Première nation Tahltan - cour d'entretien de Dease Lake (C.-B.)
Bâtiment des groupes générateurs de la nation Tsay Keh Dene (C.-B.)
Unamen Shipu - Camp des travailleurs (Qc)
Projet d'assainissement des sols de la première nation Wapekeka (Ont.)
Évaluation (47 projets)
221,840
52,880
1,004,000
360,000
55,000
0
221,840
0
80,634
10,400
10,400
10,400
10,400
10,400
10,400
50,240
318,200
179,136
1,249,600
64,000
8,000
48,000
2,000
200,000
960,000
39,144
320,000
174,023
286,900
0
1,469,600
3,307,008
44,368
10,576
200,800
72,000
11,000
0
44,368
0
16,127
2,080
2,080
2,080
2,080
2,080
2,080
10,048
63,640
35,827
249,920
12,800
1,600
9,600
400
40,000
192,000
7,829
64,000
34,805
57,380
0
293,920
661,402
12,531,245
Total AINC-SAAII
Affaires indiennes et du Nord Canada - Organisation des affaires du Nord (AINC-OAN)
2,506,249
Axe Point (NT)
2,944,000
588,800
BAR D - Atkinson Point (NT)
7,935,512
1,428,392
Bear Island (Nun.)
16,000
3,200
CAM D - Simpson Lake (Nun.)
96,000
19,200
CAM F - Sarcpa Lake (Nun.)
5,630,286
563,029
Cape Christian (Nun.)
2,684,000
536,800
Mine Clinton Creek (Yn)
298,400
59,680
Mine Colomac (NT)
9,170,534
0
Contact Lake (NT)
619,200
123,840
Mine Discovery (NT)
981,796
196,359
El Bonanza Mine (NT)
669,200
133,840
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
b Fonds du PASCF reportés de l'exercice précédent
c Fonds du FCSAP attribués à un autre gardien
d Le total englobe 1 291 243 $ pour les projets d'assainissement et de gestion du risque reportés de l'exercice financier
154,995 b
-230,000 c
1,216,238 d
250,560
29,104
720,720
104,400
0
1,690,913
250,560
48,954
0
6,031
6,031
6,031
6,031
6,031
6,031
50,240
43,191
285,341
625,600
26,080
0
0
0
253,880
833,380
0
100,000
0
41,482
9,784
1,480,000
2,310,115
62,640
7,276
180,180
26,100
0
422,728
62,640
12,239
0
1,508
1,508
1,508
1,508
1,508
1,508
12,560
10,798
71,335
156,400
6,520
0
0
0
63,470
208,320
0
25,000
0
10,371
2,446
370,000
567,679
-28,720
23,776
283,280
255,600
55,000
-1,690,913
-28,720
-48,954
80,634
4,369
4,369
4,369
4,369
4,369
4,369
0
275,009
-106,205
624,000
37,920
8,000
48,000
2,000
-53,880
126,620
39,144
220,000
174,023
245,418
-9,784
-10,400
921,888
9,917,646
2,469,489
3,829,837
1,481,313
3,843,779
455,756
239,941
5,129,352
444,958
147,686
11,730,181
601,759
1,021,803
477,633
370,328
960,945
113,939
59,985
569,928
111,239
36,921
0
150,440
102,922
119,408
1,462,687
4,091,733
-439,756
-143,941
500,934
2,239,042
150,714
-2,559,647
17,441
-40,007
191,567
57
Mine Faro (Yn)
FOX A - Bray Island (Nun.)
FOX C - Baie Ekalugad (Nun.)
Mine Giant (NT)
Mine d'or Indore, Beaverlodge Lake (NT)
Johnson Pt (NT)
Mine Mount Nansen (Yn)
Mine North Inca - assainissement (NT)
Padloping Island (Nun.)
PIN B - Clifton Point (Nun.)
PIN E - Cape Peel (Nun.)
Mine Port Radium (NT)
Radio Island (Nun.)
Mine Roberts Bay (Nun.)
Mines Silver Bear (NT)
Mine Tundra-Taurcanis (NT)
Mine United Keno Hill (Yn)
Évaluation (118 projets)
Total AINC-OAN
14,620,000
120,000
8,398,574
11,680,000
388,695
956,000
1,476,000
446,695
296,000
244,000
16,000
7,110,328
2,677,150
1,526,560
3,444,800
8,959,500
3,132,405
1,120,000
97,657,635
0
24,000
1,679,715
0
77,739
191,200
295,200
89,339
59,200
48,800
3,200
853,239
535,430
305,312
688,960
1,791,900
313,241
224,000
10,833,615
Total CCN
56,000
136,000
608,800
800,800
Total RNCan
128,000
128,000
Commission de la capitale nationale (CCN)
Bayview, assainissement (Ont.)
Ridge Road, site d'enfouissement (Ont.)
Évaluation (23 projets)
Ressources naturelles Canada (RNCan)
Évaluations (4 projets)
439,122 b
3,133,322 c
15,537,999
9,959
5,009,951
10,752,398
250,165
382,897
1,062,005
282,006
0
507,306
0
4,012,197
2,906,473
465,374
1,072,576
4,700,244
3,043,848
898,806
76,468,365
0
2,490
556,661
0
62,541
95,724
265,501
70,501
0
126,826
0
179,523
726,618
116,343
268,144
522,249
338,205
224,706
6,152,087
-917,999
110,041
3,388,623
927,602
138,530
573,103
413,995
164,689
296,000
-263,306
16,000
3,098,131
-229,323
1,061,186
2,372,224
4,259,256
88,557
660,316
24,322,592
11,200
27,200
121,760
160,160
870 b
870
56,000
136,000
566,633
758,633
33,474
79,665
141,658
254,797
0
0
43,037
43,037
25,600
25,600
47,810 b
47,810
35,428
35,428
8,857
8,857
140,382
140,382
230,000 d
851,873 e
14,400
613,854
0
19,900
0
8,548
48,800
130,675
27,437
26,480
114,680
1,343,122
2,347,896
51,100
153,463
0
5,600
0
2,137
12,200
32,669
10,554
6,620
28,670
391,705
694,718
0
-345,003
0
2,500
184,000
10,700
143,200
11,357
-19,357
-12,700
-70,488
63,219
589,301
Parcs Canada (PC)
Parc national de Banff, assainissement (Alb.)
14,400
2,880
268,851
53,770
Parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton (N.-É.)
Enlèvement haut fonds (Qc)
0
0
Glacier National Park (C.-B.)
22,400
4,480
184,000
36,800
Ingonish Compound, assainissement (N.-É.)
Ivvavik NP - Déversement de carburant de Sheep Creek (Yn)
19,248
3,850
Site de Lachine 12.2 (Qc)
192,000
38,400
Quttinirpaaq NP - Tanquary Fiord (Nun.)
142,032
28,406
assainissement de Gilman River, Parc national de Quttinirpaaq (Nun.)
8,080
1,616
Riding Mountain NP, garage du bloc des services d'entretien, ancien réservoir
13,780
2,756
Waterton Lakes NP - Stalage, Dépôt de sel, assainissement (Alb.)
44,192
8,838
1,176,341
Évaluation (34 projets)
235,268
2,085,324
417,065
Total PC
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
b Fonds du PASCF reportés de l'exercice précédent
c Le total englobe 2 694 200 $ de fonds pour les projets d'assainisssement et de gestion du risque reportés de l'exercice financier
d Fonds du PASCF reçu d'un autre gardien
e Le total englobe 621 873 $ des projets d'assainissement et de gestion du risque reportés de l'exercice
financier précédent
58
Programme de suivi 350 King Edward (Ont.)
Alaska Highway - Fireside aire d'entretien A/GR (C.-B.)
Alaska Highway - Carrière de gravier Fort Nelson A/GR (C.-B.)
Alaska Highway - Iron Creek aire d'entretien (Yn)
Alaska Highway - Liard River aire d'entretien A/GR (C.-B.)
Alaska Highway - Muncho Lake aire d'entretien A/GR (C.-B.)
Alaska Highway - Sikanni aire d'entretien A/GR (C.-B.)
Alaska Highway - Steamboat aire d'entretien A/GR (C.-B.)
Alaska Highway - Toad aire d'entretien - A/GR (C.-B.)
Campbell River, édifice fédéral - gestion du risque (C.-B.)
Décontamination des sols Beauceville (Qc)
Esquimalt, cale sèche d'Uplands - gestion du risque (C.-B.)
Esquimalt, cale sèche de Waterlot - gestion du risque (C.-B.)
Ancienne station radar de Défense nationale - assainissement (Ont.)
Kelowna, édifice fédéral - gestion du risque (C.-B.)
Penhold Transmitter Bunker MPES (Alb.)
Mesure d'assainissement, Moose Factory (Ont.)
Évaluation (11 projets)
Total TPSGC
40,000
186,160
31,200
140,514
622,960
204,880
101,140
36,400
528,320
20,047
680,000
14,000
267,600
0
6,400
137,840
20,000
958,764
3,996,225
8,000
37,232
6,240
28,103
124,592
40,976
20,228
7,280
105,664
4,009
136,000
2,800
53,520
0
1,280
27,568
4,000
191,753
799,245
39,605
129,360
36,560
102,116
743,009
122,480
73,940
17,760
536,320
0
26,247
6,954
170,466
0
0
105,702
17,184
851,119
2,978,822
9,901
32,340
9,140
25,529
185,752
30,620
18,485
4,440
134,080
0
6,561
1,738
42,617
50,335
0
26,425
7,500
350,940
936,403
395
56,800
-5,360
38,398
-120,049
82,400
27,200
18,640
-8,000
20,047
653,753
7,046
97,134
0
6,400
32,138
2,816
107,645
1,017,403
Total GRC
176,000
40,000
72,000
56,000
48,000
196,000
158,400
132,000
88,800
940,000
110,400
196,000
2,820,000
5,033,600
35,200
8,000
14,400
11,200
9,600
39,200
31,680
26,400
17,760
188,000
22,080
39,200
564,000
1,006,720
345,994
35,110
52,569
0
65,906
0
62,423
68,934
0
139,015
12,866
129,295
2,020,622
2,932,734
86,498
8,777
13,142
0
16,477
0
15,606
17,233
0
34,753
3,217
32,324
519,515
747,542
-169,994
4,890
19,431
56,000
-17,906
196,000
95,977
63,066
88,800
800,985
97,534
66,705
799,378
2,100,866
37,600
666,784
3,312
96,208
48,000
560,810
79,584
113,501
4,800
56,000
221,013
2,985,241
16,000
99,533
102,367
2,456,623
254,981
589,918
10,270
188,000
55,253
746,310
4,000
24,883
25,592
614,156
63,745
147,480
2,567
47,000
-33,013
348,679
560
381,507
137,633
347,427
142,939
-22,414
13,730
92,000
Gendarmerie royale du Canada (GRC)
Coquitlam, champ de tir de la GRC (C.-B.)
Ft. Providence, GDC, assainissement (NT)
Garage de GRC Haines (Yn)
Holman Detachment assainissement (NT)
Hopedale GRC assainissement (T.-N.-L.)
Lac Megantic assainissement (Qc)
Nain, Complexe de la GRC (T.-N.-L.)
Nelson GRC bureau de district (C.-B.)
Old Crow GRC, site de détachement (Yn)
Ancien stand de tir, Division Dépôt de la GRC (Sask.)
Rigolet (ancien site de détachement) (T.-N.-L.)
Winnipeg, Hangar de services aériens (Man.)
Évaluation (188 projets)
Transports Canada (TC)
Aéroport Bonnechere, assainissement (Ont.)
188,000
Port public de Bushell, assainissement (Sask.)
3,333,920
Port public de Coal Harbour - assainissement des installations (C.-B.)
16,560
Décontamination – Terrains excédentaires . Villlage de Kuujjuaq (Qc)
481,040
Ancienne station radar 59 (T.-N.-L.)
240,000
Aéroport de Fort Nelson, assainissement environnemental (C.-B.)
2,804,050
Nitchequon (Qc)
397,920
Site de Pickering Lands PIN 614462, assainissement (Ont.)
567,504
Héliport - assainissement du site (T.-N.-L.)
24,000
Aire d'entraînement de lutte contre les incendies en mer - assainissement (T.-N.-L.)
280,000
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
59
Assainissement du sol et de l'eau souterraine de l'aire d'exercices d'incendie (T.-N.Rock Bay (C.-B.)
Aéroport Smithers, aire d'entraînement de lutte contre les incendies, assainissement
Watson Lake, assainissement (Yn)
Aéroport Williams Lake, aire d'entraînement de lutte contre les incendies,
Évaluation (5 projets)
Total TC
Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Inc. (PJCCI)
Projet pilote Parcelle 3 (Qc)
Total JCCBI
Total projets d'assainissement/gestion du risque
Total évaluations
325,440
1,476,000
217,040
747,634
449,840
520,000
12,068,948
65,088
147,600
43,408
149,527
89,968
104,000
2,266,190
92,000
92,000
18,400
18,400
192,689,953
24,819,953
25,000,000
5,000,000
6,148
1,341,938
94,116
0
367,287
111,000
8,844,435
1,537
149,104
23,529
0
91,822
103,000
2,099,978
319,292
134,062
122,924
747,634
82,553
409,000
3,224,513
0
0
0
0
92,000
92,000
5,632,568
146,879,259
19,182,048
51,443,262
2,886,247
18,483,725
6,142,690
0 b
9,402,522
TOTAL GÉNÉRAL
217,689,953
29,819,953
8,518,815
165,362,984
25,324,738
a Les ajustements comprennent le report des fonds de l'exercice précédent et des fonds du PASCF non demandés.
b Le solde nul pour l'écart englobe les 2 964 000 $ de fonds pour les projets d'assainissement et de gestion du risque reportés de l'exercice financier précédent et attribués à un autre gardien en 2007-2008
60,845,784
60
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement