Les moisissures et les textiles Introduction

Les moisissures et les textiles Introduction
Notes de l’ICC 13/15
Les moisissures et les textiles
Introduction
Les textiles sont sensibles à la formation de
moisissures qui peuvent tacher, affaiblir ou détruire
complètement des fibres. Les moisissures se nourrissent
en ingérant le substrat sur lequel elles croissent. Les
fibres cellulosiques, telles que le coton, le lin et la
rayonne, sont particulièrement vulnérables, mais les
protéines comme la laine et la soie peuvent également
être touchées. Les moisissures peuvent même s’attaquer
à des fibres synthétiques comme le nylon et le polyester
lorsqu’elles sont souillées ou revêtues d’un apprêt dont
l’organisme peut se nourrir.
Même s’il y a toujours des spores de moisissure
dans l’air, elles ne peuvent croître qu’en présence de
conditions ambiantes appropriées. Un taux d’humidité
relative (HR) de 65 à 100 %, des températures tièdes et
une mauvaise circulation d’air favorisent la croissance
de moisissures.
Les moisissures peuvent prendre l’apparence
d’une substance veloutée, blanche ou colorée, et
s’accompagnent souvent d’une odeur de renfermé.
Des taches défigurantes isolées signalent un début
de moisissure.
Prévention
La croissance de moisissures est peu probable si le taux
d’humidité relative est inférieur à 60 % et si l’air circule
librement. Pour en réduire la probabilité, éliminer les
conditions ambiantes défavorables dans les réserves,
notamment les fuites dans les tuyaux, les fissures dans
les murs extérieurs et les craquelures dans les fenêtres.
Utiliser des déshumidificateurs portatifs pour réduire
le taux d’humidité relative et des ventilateurs pour
augmenter la circulation de l’air. Pour en savoir plus,
consulter le Bulletin technique no 26 de l’ICC :
Prévention des moisissures et récupération des collections :
Lignes directrices pour les collections du patrimoine.
Examiner les collections au moins deux fois l’an pour
Patrimoine
canadien
Canadian
Heritage
déceler toute trace de moisissure. Si le climat du musée
a tendance à être humide, augmenter la fréquence
des examens. Mettre les nouvelles acquisitions en
quarantaine et s’assurer qu’elles ne portent pas de
trace de moisissure avant de les intégrer à la collection.
Santé et sécurité
La moisissure constitue une grave menace à la santé.
Il faut donc prendre tous les moyens pour éviter le
plus possible d’y exposer des êtres humains. Lorsqu’on
manipule des artéfacts moisis, on doit porter de
l’équipement de protection individuel (EPI). Toute
personne qui souffre d’allergies ou d’asthme doit éviter
de toucher des matériaux infectés et ne pas s’aventurer
dans des endroits où il y a infestation de moisissure.
Pour une faible concentration de moisissure (<0,3 m²
de moisissure visible), il faut au moins un respirateur
jetable N95 ou N100, des gants jetables et des lunettes
sans évent. Si la concentration de moisissure visible
est plus forte, un degré plus élevé de protection
personnelle est alors de mise. Pour en savoir plus,
voir le Bulletin technique no 26 : Prévention des
moisissures et récupération des collections : Lignes
directrices pour les collections du patrimoine.
Certains champignons produisent des métabolites
volatiles qui entraînent des odeurs désagréables,
notamment l’odeur caractéristique associée aux
matériaux moisis. Les effets d’une exposition aux
composés organiques volatils microbiens sur la santé
sont encore mal connus. Ces composés peuvent être à
l’origine de problèmes de santé. S’il y a présence d’une
forte odeur de moisissure, l’usage d’un respirateur
muni à la fois d’une cartouche de protection contre
les vapeurs organiques et d’un pré-filtre à particules
est recommandé. Certains appareils de protection
respiratoire jetables qui protègent contre les particules
sont pourvus d'un dispositif d’atténuation des vapeurs
organiques nuisibles et peuvent convenir dans des
circonstances particulières.
1030, chemin Innes, Ottawa ON K1A 0M5 Canada
Tél. : 613-998-3721 ou 1-866-998-3721 • Téléc. : 613-998-4721
Traitement
L’information suivante est utile lorsqu’on découvre un
petit nombre de textiles moisis. Si la contamination de
moisissure est importante (plus que quelques artéfacts
touchés), voir le Bulletin technique no 26 : Prévention des
moisissures et récupération des collections : Lignes directrices
pour les collections du patrimoine, qui contient une
description détaillée des effets d’une exposition à la
moisissure sur la santé, l’équipement de protection
individuel recommandé, ainsi que le matériel et les
techniques de nettoyage.
Si l’on découvre de la moisissure, il faut isoler le textile
infecté en le plaçant dans un sac de plastique scellé. On
évite ainsi le transfert de spores aux zones non infectées
de la collection et au reste de l’immeuble. Si l’artéfact
est sec, il peut demeurer dans un contenant, ou encore
scellé dans un sac étanche jusqu’à ce que l’on puisse
le nettoyer.
Si l’artéfact est mouillé ou humide, il faut le sécher le
plus rapidement possible afin d’éviter toute croissance
additionnelle de moisissure. Faire sécher l’artéfact à
l’air, dans une hotte ou à l’extérieur, par temps sec,
loin de toute personne et des systèmes d’arrivée
d’air de l’immeuble. S’il est impossible de sécher
immédiatement le textile à l’air, on peut le placer
au congélateur pour empêcher toute croissance
additionnelle de moisissure. Avant de le congeler,
sceller l’objet dans un sac en polyéthylène transparent,
ou l’envelopper d’une pellicule de polyéthylène et le
sceller avec du ruban. La congélation tue rapidement
les moisissures en croissance active. Toutefois, même
si la croissance végétale de la moisissure gèle et
se détériore, les spores peuvent résister au froid et
demeurer viables. La congélation constitue également
une option intéressante lorsqu’il y a un grand nombre
d’objets mouillés ou moisis, car cette méthode permet
d’éliminer le besoin de traiter ou de sécher tous les
objets mouillés en peu de temps. On peut placer un
petit nombre d’objets dans des congélateurs ménagers
horizontaux, qui fonctionnent entre -18 et -28° C. En
général, la congélation de textiles n’entraîne aucun
risque. Dans le doute, en parler avec un restaurateur.
Dans la mesure du possible, nettoyer les textiles
moisis à l’intérieur d’une hotte ou à l’extérieur par
temps dégagé et sec. Pour effectuer le travail, se tenir
loin de toute personne, ainsi que de l’arrivée d’air de
l’immeuble. Porter l’équipement de protection
individuel indiqué.
Un nettoyage minutieux avec un aspirateur
demeure une des meilleures façons de se débarrasser
des moisissures et de réduire le nombre de spores de
moisissure sur les artéfacts. Pour bien éliminer les
moisissures, procéder de façon systématique, en
2
négligeant aucune partie du textile : passer l’aspirateur
sur toutes les faces de chaque objet, pas seulement aux
endroits visiblement contaminés. Dans la mesure du
possible, passer l’aspirateur deux fois sur le textile. La
deuxième fois, emprunter un tracé perpendiculaire au
premier. Pour ne pas disperser les spores dans le milieu
ambiant, utiliser un aspirateur muni d’un filtre HEPA
(filtre à particules à haute efficacité). Les aspirateurs
à vitesse variable permettant de régler la puissance
d’aspiration sont recommandés pour ce type
de travaux.
Avant de faire fonctionner l’aspirateur, couvrir
l’embout d’un grillage fin pour empêcher que les
éléments mobiles de l’artéfact ne soient aspirés. Veiller
à ne pas toucher le textile avec l’embout de l’aspirateur,
car celui-ci pourrait répandre la moisissure et tacher
la surface du textile. Tenir plutôt l’embout très près
de l’objet et laisser la succion détacher la moisissure.
À l’aide d’une brosse souple, on peut diriger la
moisissure difficile à éliminer vers l’embout. Si le
textile est particulièrement fragile, communiquer
avec un restaurateur avant d’entreprendre tout
nettoyage mécanique.
Une fois l’aspirateur passé, laver toutes les surfaces
de travail, le matériel et les outils avec de l’eau et
une solution de détergent. Désinfecter alors ces objets
au moyen d’une solution d’agent de blanchiment
domestique et d’eau (facteur de dilution de 10).
Pour assurer une désinfection complète, laisser
tremper de 15 à 20 minutes.
Faire preuve de prudence au moment de manipuler et
de jeter les objets contaminés (notamment le matériel
d’emballage, l’équipement de protection individuel
et les sacs d’aspirateur). Placer les déchets contaminés
dans des sacs à ordures en plastique épais (6 mil), ou
dans deux couches de sacs à ordures en plastique
mince. Bien sceller les sacs et les placer dans un
contenant à ordures extérieur.
Quand toute la moisissure visible a été enlevée
de façon mécanique, laver le textile ou, si possible,
le nettoyer à sec. Avant d’entreprendre l’une ou
l’autre de ces démarches, demander conseil à un
restaurateur. Le lavage permet d’éliminer les spores
fongiques et fragments de moisissure qui restent. Toute
présence de taches et de saleté peut devenir une source
d’alimentation pour les moisissures. Le lavage permet
également d’éliminer les produits de dégradation
acides que forment la plupart des champignons sur la
cellulose. Pour en savoir plus, voir les nos 13/7 : Lavage
des textiles de coloration naturelle et 13/13 : Nettoyage à sec
des textiles de collection des Notes de l’ICC. Soulignons
que certaines taches de moisissure sont impossibles
à éliminer et deviennent permanentes.
Notes de l’ICC 13/15
Points à examiner après le nettoyage
On ne sait pas dans quelle mesure les textiles qui ont
fait uniquement l’objet d’un nettoyage mécanique de
moisissure visible en surface représentent un risque
pour la santé. Il est recommandé de bien identifier ces
textiles, de manière à ce que les utilisateurs puissent
prendre des mesures préventives avant d’y toucher,
notamment le port de gants jetables au moment de
manipuler un tel artéfact et, par la suite, le lavage
des mains avec de l’eau et du savon.
Réserve
Il est important de ne pas replacer le textile dans
un milieu favorable à la croissance de moisissures.
Déterminer la cause de l’infestation de moisissure et
l’éliminer avant de remettre le textile dans la réserve.
Laver et désinfecter la réserve avant d’y replacer tout
artéfact. Utiliser des méthodes de nettoyage qui ne
soulèvent pas la poussière. Essuyer toute surface
dure comme les planchers, les murs et les étagères en
métal avec un chiffon humide. Si on choisit de passer
l’aspirateur dans la réserve, placer l’aspirateur en
dehors de la pièce et utiliser un long tuyau.
Bibliographie
BROKERHOF, A., B. VAN ZANEN, et A. DEN TEULING.
Fluffy Stuff, Integrated Control of Mould in Archives.
Amsterdam, Netherlands Institute for Conservation,
1997. [traduction anglaise, 2007].
GUILD, S., et M. MACDONALD. Prévention des moisissures
et récupération des collections : Lignes directrices pour les
collections du patrimoine. Bulletin technique no 26,
Ottawa, Institut canadien de conservation, 2004.
MICHALSKI, S. Relative Humidity: A discussion
of Correct/Incorrect Values, Washington, Comité
de l’ICOM pour la conservation, 1993.
STRANG, T.J.K., et J.E. DAWSON. Le contrôle des
moisissures dans les musées, Bulletin technique no 12,
Ottawa, Institut canadien de conservation, 1991.
Fournisseurs
Nota : L’information qui suit vise uniquement à informer
le lecteur. La présence d’une entreprise dans cette liste
n’engage aucunement l’Institut canadien de conservation.
Appareil respiratoire
Fournisseurs de produits chimiques et d’équipement
de sécurité
Aspirateur, déshumidificateur et ventilateur
Quincailleries et détaillants de produits domestiques
Par le personnel du Laboratoire de textiles
de l’ICC.
Première date de publication : 1996
Révision : 2006, 2009
Also available in English.
Également publié en anglais.
© Ministre, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 2010
No de cat. : NM95-57/13-15-2010F
ISSN : 1191-7237
Imprimé au Canada
Notes de l’ICC 13/15
3
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising