Nettoyage mécanique des textiles Limites Introduction

Nettoyage mécanique des textiles Limites Introduction
Notes de l’ICC 13/16
Nettoyage mécanique des textiles
Introduction
Limites
Le nettoyage mécanique, ou le dépoussièrage consiste
en l’élimination de particules de saleté non ancrées
présentes sur un textile au moyen d’outils mécaniques,
comme une brosse ou un aspirateur. Bien que cette
technique soit couramment utilisée à la maison, elle
doit être modifiée pour traiter adéquatement les textiles
de collection. À la maison, le but est d’éliminer le plus
de saleté le plus rapidement possible. Toutefois, dans
les musées, il convient plutôt d’éliminer uniquement
la saleté qui altère l’apparence du textile et qui risque
de l’endommager, et ce, sans causer des dommages
supplémentaires.
Le nettoyage mécanique permet d’éliminer la poussière
et la saleté qui se trouvent à la surface des textiles, mais
il ne permet pas d’éliminer les taches et les particules
qui sont fixées aux fibres au moyen de matières grasses,
d’huiles ou de graisses. L’élimination de taches de
cette nature exige un lavage ou un nettoyage à sec,
deux opérations importantes qui ne doivent être
entreprises qu’après avoir consulté un professionnel
de la restauration des textiles, selon des méthodes
de conservation approuvées (voir le no 13/7 des
Notes de l’ICC : Lavage des textiles de coloration
naturelle, et le no 13/13 des Notes de l’ICC :
Nettoyage à sec des textiles de collection). La taille
des particules de saleté constitue également un
facteur déterminant de l’efficacité du dépoussièrage.
L’élimination des particules de très petite taille est
plus complexe que celle de particules plus grosses;
certaines particules sont si petites qu’il est impossible
de les éliminer.
Nota : Le présent document ne traite pas de
l’élimination de la suie et des moisissures. Pour
obtenir de plus amples renseignements à ce sujet,
veuillez consulter le no 13/15 des Notes de l’ICC : Les
moisissures et les textiles et le Bulletin technique no 26 :
Prévention des moisissures et récupération des collections :
Lignes directrices pour les collections du patrimoine.
Que peut-on traiter par nettoyage
mécanique?
Pourquoi effectuer un
nettoyage mécanique?
À cause de leur texture et de leur porosité, les textiles
ont tendance à retenir la poussière et la saleté. Si cette
saleté n’est pas enlevée, elle risque d’altérer l’apparence
de l’objet et de donner l’impression que la collection
n’est pas adéquatement entretenue. La poussière et
la saleté peuvent également causer des dommages
physiques ou chimiques aux textiles. Les particules
granuleuses, notamment les matériaux cristallins,
possèdent des arêtes vives qui abrasent et coupent
les fibres des textiles lorsqu’ils sont déplacés ou
manipulés. La poussière et les autres particules
solides attirent et absorbent les substances présentes
dans l’atmosphère (notamment des agents acides,
alcalins, oxydants ou réducteurs), lesquelles peuvent
se combiner à l’humidité et provoquer des réactions
chimiques dommageables.
Patrimoine
canadien
Canadian
Heritage
Avant de nettoyer un textile, il est essentiel de
déterminer la nature de la saleté présente et si
celle-ci constitue un élément de l’artéfact. Par exemple,
la présence de boue provenant d’un champ de bataille
sur un uniforme militaire peut constituer une preuve
documentaire de l’utilisation du textile et doit donc
être conservée. Par contre, de la poussière qui s’est
accumulée en raison de mauvaises conditions
d’entreposage n’est d’aucun intérêt et doit être
éliminée. Dans le doute, veuillez consulter un
professionnel de la restauration des textiles.
Il faut également évaluer l’état du textile. Il est
peu probable que les textiles en bon état soient
endommagés par un nettoyage occasionnel, effectué
au moyen d’un aspirateur à faible aspiration et d’un
grillage fin. Toutefois, les textiles extrêmement fragiles
1030, chemin Innes, Ottawa ON K1A 0M5 Canada
Tél. : 613-998-3721 ou 1-866-998-3721 • Téléc. : 613-998-4721
et fragmentés ou les textiles dont les fibres sont
d’apparence poudreuse ne devraient pas être soumis
à un nettoyage mécanique. C’est également le cas des
textiles qui présentent de nombreux fils brisés et
des éléments décoratifs mobiles, comme des perles,
des paillettes ou des plumes. Dans ces situations,
veuillez consulter un professionnel de la
restauration des textiles.
Quand faut-il effectuer un
nettoyage mécanique?
Il convient d’effectuer un nettoyage mécanique
dans les situations suivantes :
• Avant qu’un objet récemment acquis ne soit intégré
à la collection;
• En préparation à l’exposition ou au prêt de l’objet;
• Lorsqu’un objet exposé doit être remis en réserve;
• Dans le cadre d’un traitement de lutte contre les
insectes (voir le no 3/3 des Notes de l’ICC :
Lutte contre les insectes par exposition au froid).
Le nettoyage mécanique constitue la première
étape du lavage de textiles (voir le no 13/7 des
Notes de l’ICC : Lavage de textiles de
coloration naturelle).
La pertinence et la fréquence des nettoyages
mécaniques dépendent de la nature et de l’état
du textile ainsi que des conditions d’entreposage et
d’exposition. Par exemple, un tapis robuste exposé
sur le plancher d’une maison historique peut exiger
des nettoyages mécaniques plus fréquents qu’un textile
fragile exposé à la verticale dans une vitrine. De plus,
il peut mieux résister à ces traitements.
Matériel
Aspirateur
Les aspirateurs munis de filtres absolus (ou filtres
à haute efficacité pour les particules de l’air – filtres
HEPA1), qui sont offerts par certains fournisseurs
de matériel de conservation et de restauration
ou de matériel de protection et certains grands
magasins, constituent les outils de premier choix
pour nettoyer les textiles de collection. Si un tel
aspirateur n’est pas disponible, on peut utiliser
un aspirateur domestique conventionnel dont
l’évacuation d’air est dirigée vers une fenêtre ou
une hotte. Ne jamais utiliser un aspirateur vertical
ou à brosses rotatives.
Quel que soit le type d’aspirateur employé, il faut
réduire la puissance d’aspiration de l’appareil si
l’on veut s’en servir lors du nettoyage de textiles
de collection. Certains aspirateurs comportent une
commande de vitesse à cet effet. On peut également
se procurer, à faible coût, un régulateur de vitesse
chez un détaillant d’outils électriques. Les régulateurs
de succion d’air situés dans la poignée peuvent aussi
servir à cette fin. La puissance d’aspiration peut encore
être réduite en perçant des trous dans le tuyau, que
vous pourrez boucher ou déboucher selon la
puissance d’aspiration désirée.
Si l’aspirateur sert à diverses fins, mettre de côté un
ensemble d’accessoires (clairement étiquetés comme
étant « propres ») qui seront exclusivement utilisés
pour nettoyer les textiles. Il faut, de préférence, utiliser
des brosses accessoires à soies naturelles douces.
Le dépoussièrage ne doit pas être effectué à
intervalles réguliers, à moins que des circonstances
particulières ne le justifient. Il ne doit pas non plus
servir à corriger des problèmes causés par des
conditions inadéquates d’exposition ou d’entreposage
ou le mauvais entretien des lieux. L’adoption de
mesures de protection adéquates, y compris celles
de protection contre la poussière, peuvent grandement
réduire le besoin d’effectuer un nettoyage mécanique
(voir les nos 13/2 : Rangement à plat des textiles,
13/3 : Rangement des textiles à l’aide de tubes
et 13/5 : Suspension des costumes en réserve
des Notes de l’ICC).
Enfin, s’il on décide d’effectuer le dépoussièrage
d’un textile, il faut tenir compte de nombreux facteurs.
Il faut également évaluer les dommages potentiels
de la poussière et de la saleté par rapport aux
dommages potentiels du nettoyage et choisir la
solution la plus avantageuse.
2
Figure 1. Un écran protecteur placé sur l’embout de l’aspirateur.
Notes de l’ICC 13/16
Figure 2. Trousse d’outils de nettoyage miniatures pour l’aspirateur.
Afin d’empêcher l’aspiration accidentelle de petites
pièces, on peut insérer un morceau de grillage fin
ou de tissu léger entre l’embout et l’accessoire utilisé
(voir la figure 1). Les accessoires miniatures, qui
peuvent être fixés à des aspirateurs de taille normale
au même titre que les accessoires ordinaires, peuvent
également être utilisés (voir la figure 2). Tous les
accessoires doivent être lavés régulièrement.
Grillage
Utiliser un grillage fin en plastique (en nylon ou
en polyéthylène, de 18 à 20 maillage). Le découper
selon des dimensions adéquates pour la taille de
l’objet à nettoyer. Il est préférable d’avoir en réserve
des morceaux de grillage de dimensions différentes,
par exemple un premier de la taille d’un carré de
30 cm (environ 1 pi) de côté, utilisé pour nettoyer
les textiles de petites dimensions, et un second de la
taille d’un carré de 60 cm (environ 2 pi) de côté, pour
nettoyer les textiles de grandes dimensions, comme les
tapis et les carpettes. Coudre, à la main ou à la machine,
du ruban de coton sur les bords découpés du morceau
de grillage afin de ne pas faire d’accroc dans le textile
(voir la figure 3). Tous les morceaux de grillage
doivent être lavés et bien asséchés avant d’être
utilisés pour la première fois. Par la suite, les
laver à intervalles réguliers.
Méthode
Examiner soigneusement le textile, selon les directives
mentionnées ci-dessus. Si le morceau de grillage fin
ne protège pas adéquatement les éléments mobiles du
textile, ne pas utiliser l’aspirateur ou, à tout le moins,
ne pas nettoyer les zones où se trouvent ces éléments.
Notes de l’ICC 13/16
Figure 3. Ruban de coton cousu sur les bords
du morceau d’écran protecteur en plastique.
Après avoir déterminé que le traitement peut être
effectué sans danger, placer le textile sur une surface
plane et propre, recouverte de papier de soie non acide
ou d’un drap de coton propre. Déposer le morceau de
grillage sur une zone du textile et régler la puissance
de l’aspirateur de façon à ce que la saleté soit aspiré
sans soulever le textile. Aspirer doucement dans le
sens de la chaîne ou de la trame, ou, selon le cas, dans
celui du poil. Ne pas exercer de pression vers le bas
avec l’embout de l’aspirateur : c’est l’aspiration, et non
la pression, qui permet d’éliminer les saletés. Une fois
le nettoyage de la zone terminé, soulever le morceau
de grillage et le déposer sur une zone adjacente.
Poursuivre le travail méthodiquement jusqu’à ce que
toute la surface du textile soit nettoyée. Retourner
ensuite le textile et répéter le processus sur le revers,
après avoir vérifié que la surface de support est
toujours propre. Si elle ne l’est pas, la nettoyer avec
l’aspirateur, ou remplacer le papier de soie ou le drap.
Pour nettoyer les textiles d’objets tridimensionnels
comme les chapeaux et les chaussures, utiliser une
brosse propre à soies douces pour déplacer la saleté en
direction de l’embout de l’aspirateur, qu’on a recouvert
d’un tissu transparent. On peut se procurer des brosses
adéquates chez les détaillants de matériel d’artiste et
aux comptoirs de cosmétiques. Toutes les brosses
doivent être lavées et asséchées avant d’être utilisées
pour la première fois. Par la suite, les laver à intervalles
réguliers. Certains objets trop fragiles ne peuvent
être traités de cette façon. Si une pièce de l’objet
se détache, interrompre le traitement et consulter
un professionnel de la restauration des textiles.
3
Dans certains cas, il peut être plus pratique d’éliminer
la peluche et d’autres particules en les prélevant avec
des pinces. Cette solution, lorsqu’elle est exécutée
avec soin, comporte moins de risques que
l’aspiration répétée.
Le nettoyage des textiles plats à poils épais ou
présentant des rangées de nœuds sera plus efficace
si l’objet est drapé sur un rouleau ou un tube étroit.
Cette méthode permet de déloger la saleté se trouvant
dans les zones plus profondes ou entre les poils. Il faut
alors s’assurer de recouvrir les franges d’un morceau
de grillage fin.
Bibliographie
GUILD, S. et M. MACDONALD. Prévention des moisissures
et récupération des collections : Lignes directrices pour
les collections du patrimoine. Bulletin technique no 26,
Ottawa, Institut canadien de conservation, 2004.
MAILAND, H.F. et D.S. ALIG. Preserving Textiles: A Guide
for the Nonspecialist. Indianapolis, Indianapolis Museum
of Art, 1999.
ROBINSON, J. et T. PARDOE. An Illustrated Guide to the Care
of Costume and Textile Collections. Londres, ButterworthHeinemann, 1998.
Note
1. Tous les aspirateurs évacuent l’air aspiré. La nature
des substances présentes dans l’air évacué dépend
de la capacité de filtration de l’appareil utilisé. Les
aspirateurs courants ne filtrent que les grosses
particules et rejettent les petites dans la pièce.
Toutefois, les aspirateurs munis de filtres HEPA
permettent de retenir 99,7 % des particules dont
la taille est égale ou supérieure à 0,3 µm.
Rédigé par le personnel de la Section des textiles
de l’ICC.
Also available in English.
Également publié en anglais.
© Ministre, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, 2010
No de cat. : NM95-57/13-16-2010F
ISSN : 1191-7237
4
Notes de l’ICC 13/16
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising