BOVINE L'HYPODERMOSE © C3

BOVINE L'HYPODERMOSE © C3
L'HYPODERMOSE
BOVINE
C3
©
0.4
12
1309
79
Agriculture
Canada
Publication 1309
WLIBRARY
3
^
w,
/S
o
Zj
S
1X1
i
-
HÉQUEE
no
Agriculture
g
BIBLIO'
"*
•
DEPARTMENTAL L1BRARY
BIBLIOTHÈQUE
r~*
BLT
OTTAWA ONTARIO
j5 K1A
3
ISTèRE
>
EDIFIC
>C£
00
OC5
LIBRARY
o
x
o
-
3UE
m
AVERTISSEMENT
•
Les recommandations visant
l'utilisation
d'antiparasitaires sont
susceptibles d'être modifiées.
•
AVANT D'UTILISER UN ANTIPARASITAIRE
mentionné dans
la
présente publication, consulter l'agronome ou les autorités provinciales compétentes pour s'assurer que l'utilisation que l'on veut faire
du produit est encore recommandée.
• Cet avertissement est valable pour TOUS les antiparasitaires,
notamment les insecticides, herbicides, fongicides, nématicides,
etc.
•
Les produits antiparasitaires du commerce se présentent sous
diverses préparations commerciales et en contenants de formats
variés. On peut s'en procurer dans des jardineries, quincailleries et
magasins d'animaux de compagnie. Veuillez TOUJOURS lire les
étiquettes et suivre scrupuleusement les modes d'emploi.
L'HYPODERMOSE
BOVINE
**«&
Station de recherches, Lethbridge (Alb.
PUBLICATION 1309
Services d'information, Agriculture Canada,
Ottawa K1
A 0C7
® Ministre des Approvisionnements et Services Canada 1980
N° de cat. A43—1 309/1 980F
ISBN: 0-662-90434-6
Impression 1979
2M-12:79
Also available
in
English
LUTTE CONTRE L'HYPODERMOSE
BOVINE
Les larves de l'hypodermose (varrons) comptent parmi les parades bovins. Les hypodermoses graves nuisent
considérablement à la santé et à la productivité et peuvent même
provoquer la mort des jeunes sujets.
Les oeufs sont déposés sur les poils de l'animal et, une fois écloses,
les larves pénètrent dans la peau et circulent à travers les tissus de
l'organisme pendant 7 à 9 mois avant d'atteindre le dos où elles forment
des verrues. Le cycle biologique des hypodermes dure 1 an.
La seule façon de combattre efficacement les varrons, c'est de les
tuer dans le corps de l'animal. Le traitement des bovins aux insecticides endothérapiques permet de les tuer avant qu'ils ne causent des
dégâts trop graves ou forment des tuméfactions sur le dos de l'animal.
Ces insecticides détruisent également les larves dans les nodosités
dorsales et quelques autres endoparasites et ectoparasites bovins.
Les programmes de lutte structurés sont profitables aux éleveurs.
Dans certains marchés, ceux-ci ont reçu l'équivalent 0,5 à 1G de plus la
livre pour des animaux de boucherie exempts de verrues dorsales au
cours de la saison d'activité des hypodermes. suffit, pour s'en rendre
compte, de vérifier le classement au crochet des carcasses provenant
d'animaux traités contre l'hypodermose. En moins de 2 ans, une lutte
bien organisée contre les larves peut réduire le harcèlement affolant
des mouches et permet aux animaux de brouter en toute quiétude.
Les pratiques d'élevage varient d'une région à l'autre de sorte
qu'on peut être obligé de modifier légèrement les moyens de lutte pour
les adapter à une région particulière. Les mesures suivantes sont
générales et assez souples pour répondre aux besoins de chaque type
de troupeau.
MISES EN GARDE GÉNÉRALES. Les insecticides endothérapiques
agissent comme des médicaments et peuvent provoquer des intoxications ou d'autres effets secondaires indésirables. Il est donc à
conseiller de suivre scrupuleusement toutes les mises en garde
sites les plus nuisibles
Il
figurant sur l'étiquette.
Pour ce qui est de certains traitements, il y a une période d'attente
à respecter entre la dernière application et l'abattage des bovins à
viande ou la traite des laitières. Ce laps de temps, variable selon
l'insecticide utilisé, est indiqué sur l'étiquette afin d'éviter la présence
de résidus dans la viande ou le lait ce qui les rendrait impropres à la
vente et à la consommation.
Les varrons constituent le stade larvaire des hypodermes, généralement connus sous le nom d'hypoderme rayé 1 et d'hypoderme du
^Hypoderma lineatum (de
2H. bovis (L.)
Vill.)
bœuf 2 Ces deux espèces s'attaquent aux bovins de diverses façons et
.
causent de lourdes pertes à l'élevage canadien.
PERTES
stades du cycle biologique de l'hypoderme, sauf la pupe,
peuvent causer des dommages. Lorsque les mouches sont en chasse,
elles affolent les bêtes qui cherchent refuge à l'ombre et dans l'eau au
lieu de brouter. Ces courses affolées ont des conséquences graves:
perte de poids, mauvaise utilisation des pâturages, ralentissement de
la croissance, réduction de la production laitière, avortement des
vaches gravides, apparition de lésions et épuisement.
En perforant la peau du bovin, les larvules forment des tuméfac-
Tous
les
tions et des plaies qui s'infectent facilement. Dans leur déplacement à
l'intérieur de l'organisme, les varrons attaquent l'œsophage, la moelle
épinière et d'autres organes internes, et peuvent même produire des
substances toxiques pour l'animal. La tumescence et la douleur
ressentie dans la muqueuse œsophagienne gênent la déglutition et la
rumination, entraînant une perte de poids et des troubles digestifs,
météorisation. Il arrive parfois que les varrons endommagent la moelle épinière et provoquent une paralysie.
Il faut éviter d'écraser les varrons dans les tumeurs ce qui pourrait
provoquer des réactions allergiques causées par la libération de
entre autres
la
toxines.
Les bovins de boucherie infestés s'engraissent mal et sont
dépréciés sur le marché. Les larves abîment aussi bien la chair que la
peau (cuir). En 1968, on évaluait les pertes à $10,03 pour chaque
animal portant au moins 11 varrons. Aujourd'hui, ce chiffre est plus
élevé à cause de la hausse des prix de la viande et des peaux.
Les mouches s'attaquent aussi parfois aux chevaux, aux bisons,
aux chèvres et même à l'homme. Sur le cheval, les varrons se trouvent
généralement dans la région de la selle, empêchant ainsi son utilisation au moment où précisément on en a le plus besoin au ranch, à la
ferme ou pour les loisirs (équitation). Chez l'homme, les varrons se
déplacent vers le haut du corps et provoquent parfois la mort.
CYCLE BIOLOGIQUE
Les mouches adultes sont noires, velues et striées de bandes allant
l'orange, bien distinctes. Semblables à de petits bourdons,
elles sont actives par temps ensoleillé au printemps et en été, époques
où elles déposent leurs œufs sur le poil des bovins. L'adulte de
l'hypoderme rayé mesure environ 13 mm de longueur et les premiers
vols s'observent en avril ou en mai alors que l'adulte de l'hypoderme du
du jaune à
environ 2 cm et sort en mai ou en juin. Ces mouches ne
mordent, ne piquent ni ne harcèlent les bovins à l'ombre ou dans l'eau.
Les femelles des deux espèces pondent de 400 à 800 œufs minuscules,
à peine visibles.
L'éclosion survient au bout de 2 à 7 jours. Les larvules se fraient un
chemin jusqu'à la racine des poils et pénètrent dans le corps de
l'animal en perforant la peau. Les varrons circulent dans le corps de
l'animal pendant 7 à 9 mois environ avant d'atteindre le dos.
On ignore encore l'itinéraire exact des varrons à l'intérieur du
corps mais, à un certain stade de leur développement, la larve de
l'hypoderme rayé se trouve d'ordinaire dans l'œsophage et celle de
l'hypoderme du bœuf, dans la moelle épinière. Les varrons n'émergent
pas tous en même temps dans la région du dos, ils s'y accumulent petit
à petit. Dans le sud de l'Alberta, les premières larves peuvent faire leur
apparition à la mi-décembre et, plus au nord, de 4 à 6 semaines plus
bœuf mesure
tard.
Une
parvenus sur le dos de l'animal, les varrons pratiquent
dans l'épiderme des trous de respiration et poursuivent leur développement. Ils irritent ainsi les tissus avoisinants qui s'enflamment et
s'infectent, entraînant la formation de nodosités semblables à des
Fig.
1
fois
Dessous de
la
peau montrant
l'infestation
de varrons
kystes où ils peuvent vivre jusqu'à 10 semaines en hiver ou 4 semaines
au printemps.
Les larves de l'hypoderme rayé atteignent généralement le dos de
l'animal de 4 à 5 semaines plus tôt (de la troisième semaine de
décembre à la quatrième semaine de mars) que celles de l'hypoderme
du bœuf (de la quatrième semaine de janvier à la première semaine de
mai). La période de pointe pour les premiers se situe au cours des
deuxième et troisième semaines de mars, et pour les seconds au cours
des deuxième et troisième semaines d'avril.
Une fois leur développement complété sous l'épidémie, les
varrons sortent des verrues par les pores respiratoires et tombent au
sol où ils entrent en pupaison. Pour l'hypoderme rayé, ce stade peut
commencer durant la seconde semaine de mars et pour l'hypoderme
du bœuf, de 4 à 5 semaines plus tard. D'ordinaire, les deux espèces ont
quitté les tumeurs avant la fin de juin bien qu'on puisse à l'occasion
trouver encore quelques larves de l'hypoderme jusqu'en août.
La pupaison dure de 1 à 3 mois.
Les mouches adultes sortent, s'accouplent au bout de quelques
heures et le cycle recommence. Il semble que les adultes ne se
nourrissent pas, mais vivent plutôt sur les réserves emmagasinées au
cours des premiers stades de leur développement.
LUTTE
aucune méthode pratique de tuer les mouches, de les
empêcher de pondre sur les poils des bovins ou de détruire les œufs.
Il
n'existe
Les bêtes sont relativement à l'abri si elles ont facilement accès au
couvert boisé et à des plans d'eau peu profonds. Un bon système de
conduite des parcours facilitera la lutte. Autant que possible, les
parcours d'hiver (où les larves entrent en pupaison) devraient être
séparés des parcours d'été par des rivières, des montagnes, des bois
ou d'autres obstacles naturels.
La seule façon de lutter efficacement contre les hypodermes est de
tuer les varrons à l'aide d'insecticides ou de les extirper manuellement
des nodosités (évarronnage).
Insecticides
Utiliser de préférence des insecticides endothérapiques ou de
contact (tableaux 1 et 2) pour tuer les varrons.
INSECTICIDES ENDOTHÉRAPIQUES.
phosphorés
qui, quel
que soit
le
s'agit décomposés organomode d'application, sont absorbés par
Il
l'organisme de l'animal et tuent les varrons qu'il héberge. Les produits
généralement utilisés sont le coumaphos (Co-Ral), le crufomate
(Ruélène 25E ou Ruélène 12R) et le trichlorfon (Néguvon).
D
O
CD
co -r-
.E
-co
x
CD
S
co
C
">
ES
o
"E cl
-Q
<
o
.2 co E
2 S ©
J5 w X
D
0<§ co
CD
co
CD
«^
C
O?
CD
en
CO
O
E
>
>
co
CD
-o
i
I
co
©
©
(0° CD
co
CO *-•
o
CO
v
c
C CO co
E
X ©
<D CD
co 0)|
—CD X3Œ
co to S $2
s
CD
CO Q_ =J CO
S D
ÇO CD
° E
D '©
(D
O
c"° <co hco -CD
O -co co co
co
=
o CO CD —
"D
O "
CD
C
c
E co D)
«
co
S
co
*-> CO
£Z co
co
C D CD
CO C
° O
£
co
-CD
CD
O "^3
©
co
o
co
co
o
"O
O
-=L
c
c
I
-^
CO
*
+-•
CO
§E
~
-co
c
>
CO
CO
'k.
Où
X
CO
CO
'
O
T3
—
O
co
co
CO
co
CO
i
~co
Cl
c
o
*-»
ce
E -->
o
o _ÇC
o
w_
3
C X
CO 3 s .a
"O
C
D
û
CL
iS co
•*-*
co
.Q
CO
—
;
-co
CO
CO
<C0
»
.
co
>=3
O
CL
C
.,
co
CO
~
O
CO
"co
co co co
CO
I
E
I
CM
CO
CO
CO
CM
CD
CO
E E E
k_
CD
C
O
o
co
co
D
cr
o
£Cl
û.
LU
CO
'CO 'CO 'CO
>
C
o
v_
1_
"C
'%Z
*c
»0
-CD
> > '0
>
m
o
*~
«*-
co
Q
l_
H— H—
ÛÛÛ
co
Ê
*-
fC
CL
CO
^
Û
t
>
^- <D
»- Q)
>
C
Cl
O
co
O
mO
CO
D
û
co
CO
co
CD
J5
i
«CD
co
o
^f
C
I
-*"
I
Tf
I
CO CO CO
C
cr
CO
o
O)
J£
co
*0
O
O »—>
«g?
2j
O)
E
E
o
o
co
co
E O
m
co$2
Cl
cm"
CD "D
cm"cm""«"
CD
co
DO
C
'CD
-»
E
2
CD
.c
O)
o
D g D
O co o
D
O
CÛ
CO _J CL
CÛ
o"
m cm m
o" o
co
co
L.
>
m
CM
i
co
c c -^
o
c
^
CO
t-"
*"*
o
D
<
LU
m
<
i-
8
O
"o
"-»
O
CO
c
o
Cl
co
^
3ÊO
co
CD
cd
>-
0)
cm
-0 JQ
.Q
'CO
i: ço -0
=*
co
3 o 2 o
c
o
c
'0
o
ce
co
E
^oD
O
C
itz
C
'0
co
d
o E
O '0
"O
co'
c
"D
O
i
CsJ
a
*0
g
C ^
I
CM
=5
O
-O)
h-
co
=>
©
CO
co
3-
CO
CD
oo
DC
COfv.
co
E 2
-)
CO
C
©<q E
co > 7=
x: c co
O CO
* ^ 2
>
3
-J
"°
CO
CO
..
>
C
co
©
O
— —
^
0™
'CO
^—
k.
CO
CO
T3
D O
3
o
c
o
i
*0
E
O
O
E §
tu-
-«8
00
-(1)
° S
-£r
«2
-o
j_
o-"o
c°
g"
c
°-3
3
O
P>
©
c
o
03
„%
=
© O
"o co
o
O
"^ ^
co
^
CD
x
3
co
S«0
+-
d c
2
CO 3
*
® ois
E
00
2
-o -J
(D
3 X
° 2
c co
5"? O E
co
-S:
—
Q)'
"O "O "O
«0*0
o cl
x o '0 X
3 - Q_;P
i5
co
C
CO 'CO
(o
«Se®
so
CTJC®
>;
O
E D
to
£:
(0T3
3
co
co
c
co
co
co
.
>
<d
O)
CO
co
>
c
o
O
s s
*E sO3 ©Op
o "O
©>0 CO
£co
"°
co
JO
o
Z* >
co
>
co
"cô
o
CD
—
E
co
co
c
"O
o
3
o
co
C0
O)
co
*-
co
3
O
£co —C0
cm
co
co
v.
i-
CM
o
CD
c
3
c
c
o
o
c
D
C
C
O
O
c
*-*
3
o
ça
0) *
*
»-
E
a
co
n
^
E E
t
"l
+-
>
c
a.
o
co
>
o
-co
c
S2o
^ co
S2o
^ co
= 3
Q
Q
to
<D
3
co
o
c
3
o
©
O
H—
O
'>
T-
o
o ^_
">
3
co
2j T3
E o
E O
CM Q.
T—
CO "O
CM
co"
a
t
co -o
n
r-T
O)
O)
i_
co
co
co
k.
CO
"O
>
CO
CO
>
CO
CO
co
1j "O
i_
o
o3
O)
J£
O)
J£
3 O
o
o3
••""
i_
CO
CO
"O
3 O
CO
co
CM
c
00
C0
"O
c
o
C
o c >
3
r o °>'©
O
CM
« S
E
.Q)
-
*a
co
£^0
o ÛC
CL
3
-g
.©
£
=Z
O ©
CO
<0
E
*-
"O Q.L-
i_
-Q
O
o
o
*-»
o
co
TABLEAU
2 Doses des divers insecticides nécessaires
pour traiter 1 veaux pesant chacun de 200 à
225 kg
Préparation commerciale
Dose
Poudre mouillable de Co-Ral à 25%
kg/50 L
d'eau
Poudre de derris à 1 ,5% de roténone
Poudre de derris à 5% de roténone
567 g
200 g/20 L
Insecticide
Coumaphos:
bouillie
Roténone:
poudre
bouillie
lavage
d'eau
Crufomate:
versage sur
le
dos
versage sur
le
1
Ruélène à 25% (concentré émulsi-
325 mL/L
fiable)
d'eau
Ruélène 12R (prêt à l'emploi)
710
Ruélène à 25% (concentré émulsi-
1 1/50 L
d'eau
mL
dos
bouillie
fiable)
Trichlorfon:
Néguvon
bouillie
(solution prête à l'emploi)
710
mL
INSECTICIDES DE CONTACT. Ces
produits sont efficaces lorsqu'on
applique directement sur les larves dans les tuméfactions. On
utilise généralement la roténone.
les
Application
On peut utiliser les insecticides en pulvérisation, lavage, poudrage
versage sur la ligne médiane du dos.
PULVÉRISATION. Pulvériser l'animal avec des INSECTICIDES
ENDOTHÉRAPIQUES de façon à mouiller complètement la peau, et
pas seulement les poils, pour que le corps en absorbe le plus possible.
Pulvériser le cou, la poitrine, les épaules, le dos, les flancs, la croupe,
et
l'écusson et les cuisses.
dans un parquet de
5 m. On doit les arroser de façon que l'insecticide
pénètre dans le pelage jusqu'à la peau. Pour les plus gros animaux,
faut les traiter dans les couloirs à parois faites de poteaux ou de tuyaux
métalliques au lieu de planches.
Utiliser une lance de pulvérisation à une ou trois buses munies de
pastilles de 1 ,6 ou 2 mm de diamètre à une pression de 2400 à 2800 kPa.
Traiter les
veaux de printemps, 6 ou 7 à
la fois,
groupage de 4 x
il
10
Fig.
2 Traitement par versage sur
le
dos d'insecticides endothérapiques
11
Vérifier le débit de la lance de façon à obtenir une bonne couverture
des animaux, sans gaspillage du produit.
Le débit lancé en
litres
par minute s'établit
DIAMÈTRE DE
PRESSION
(kPa)
LA PASTILLE
(mm)
comme
suit:
LANCE À
UNE BUSE
LANCE À
TROIS BUSES
(L/min)
(L/min)
2070
1,6
2.0
6,8
10,0
15,9
27,7
2760
1,6
7,3
2,0
11,7
18,2
31,8
1,6
8,0
13,0
20,5
35,9
3450
2.0
À
défaut de pulvérisateur à forte pression, on peut utiliser un
appareil à basse pression. Dans ce cas, employer une brosse raide ou
une étrille pour prévenir l'emmêlement et le feutrage des poils et
permettre à l'insecticide de bien mouiller la peau. Ce mode de
traitement ne convient que pour les petits troupeaux.
Compter environ 4,5 L de liquide par veau à pelage d'hiver
clairsemé et pesant de 200 à 225 kg. Augmenter ou diminuer la dose
selon la taille de l'animal, ainsi que la longueur et la densité du poil.
INSECTICIDES DE CONTACT. Pulvériser à 2760 kPa de pression en
maintenant la buse à une distance de 30 à45 cm des nodosités. Utiliser
de diamètre.
une lance à buse unique munie d'une pastille de 2
Traiter dans un couloir et, de préférence, debout sur une passerelle de
façon à pouvoir manier la lance plus facilement. Appliquer environ 2,3
L de liquide sur le dos de chaque animal.
Si vous devez employer un matériel à basse pression, brosser
simultanément le dos de l'animal à l'aide d'une brosse raide ou d'une
étrille de façon à enlever les gales formées sur les pores respiratoires,
permettant ainsi à l'insecticide de pénétrer dans les nodosités.
POUDRAGE. Par temps froid, quand les animaux supportent mal
d'être mouillés, poudrer le dos de roténone et la faire pénétrer dans les
pores des nodosités au moyen d'une brosse raide.
mm
TRAITEMENT PAR VERSAGE SUR LA CRÊTE DU DOS. Une méthode
simple de traiter les animaux consiste à leur verser du trichlorfon ou du
crufomate sur la crête du dos. Utiliser des doses exactes (tableaux 1 et
2) et verser en un mince filet le long de la crête. Le produit pénètre alors
facilement dans le pelage jusqu'à la peau. La solution de trichlorfon et
le Ruélène 12R, préparation de crufomate, sont prêts à l'emploi sans
dilution dans l'eau.
12
Époque des traitements
Traiter après le 15 septembre et avant le 30 novembre pour ce qui
du trichlorfon, du coumaphos ou du crufomate. La limite est le 30
novembre pour le premier et le dernier produit, mais n'y en a pas pour
le coumaphos (poudre mouillable de Co-Ral à 25%). Dans le sud de
l'Alberta, au sud de la route n° 1 et à l'est de la route n° 2, on doit traiter
entre le 15 septembre et le 30 octobre. Les applications précoces
est
il
réduisent les dégâts causés par les varrons migrants et facilitent la
destruction des larvules. Les traitements tardifs tuent aussi les varrons
mais accroissent le risque d'effets secondaires indésirables et de
refroidissement après la pulvérisation.
Les veaux sont généralement traités après le sevrage mais, si
possible, ils peuvent l'être de 2 à 3 semaines avant. Autant que
possible, pulvériser les bêtes avant qu'elles ne forment leur épaisse
fourrure d'hiver. Appliqué en juin, en juillet ou en août sur le dos et les
flancs des bovins (veaux de printemps compris), le coumaphos détruit
les hypodermes et les protège aussi dans une certaine mesure contre
d'autres insectes. En été, augmenter de 1 à 2% la concentration de
coumaphos dans la bouillie de pulvérisation, mais ramener la quantité
de bouillie pulvérisée de 2 à 1 L par animal de façon à empêcher toute
variation de la dose.
Un seul traitement bien effectué suffit pour tuer tous les varrons
portés par l'animal.
Appliquer les insecticides de contact avant que les larves ne
tombent au sol pour la pupaison. De préférence, effectuer la première
application par temps ensoleillé, à la mi-mars dans le sud de l'Alberta et
de 2 à 4 semaines plus tard dans les régions plus froides. Un seul
traitement au coumaphos effectué en mars détruit les varrons aussi
bien dans les verrues que dans le corps des animaux. Le traitement de
printemps au trichlorfon ou crufomate est également efficace à cette
fin.
Comme les insecticides de contact n'empêchent pas les réinfestadeux ou trois
de 3 semaines au printemps.
tions, répéter les traitements
en hiver
et
fois à intervalles
de
1
mois
Extirpation manuelle des varrons
Dans
troupeaux, en particulier chez les vaches en
lactation, on peut, en comprimant délicatement la base des nodosités,
en extirper les varrons par les pores respiratoires. Une fois les larves
extraites, les plaies du dos guériront sans médication particulière.
Éviter d'écraser les larves des nodosités, car elles peuvent engendrer une réaction allergique chez le bovin et, en outre, les lésions
prennent plus de temps à guérir quand les larves écrasées ne sont pas
les
petits
enlevées.
13
PRÉCAUTIONS SUPPLÉMENTAIRES
Ne pas énerver les animaux avant, pendant, ni après l'application
d'un insecticide. Ne pas les rudoyer ni les faire courir inutilement. Ne
pas traiter les animaux échauffés et fatigués immédiatement après leur
rassemblement dans les corrals.
Utiliser de la roténone pour les vaches en lactation, mais jamais de
coumaphos, de trichlorfon ou de crufomate sous quelque forme que ce
soit.
Auto-protection. Éviter de recevoir du produit d'insecticide sur la
peau ou d'inhaler les poussières de poudrage ou les vapeurs de
pulvérisation. Si vous utilisez à la fois plusieurs insecticides, ils
peuvent agir de façon synergique dans l'organisme et se révéler
beaucoup plus toxiques qu'employés seuls. Porter des vêtements
imperméables et des masques protecteurs à cartouches filtrantes
appropriées. Changer de vêtement après le traitement et les lessiver
avant de les porter de nouveau.
Pulvérisations de
1.
coumaphos
Avant de mélanger
l'insecticide
dans
le
réservoir de pulvérisa-
mettre des vêtements protecteurs: salopettes, gants et bottes de
caoutchouc, ainsi qu'un masque protecteur contre les vapeurs de
coumaphos. Vérifier les cartouches filtrantes du masque et les renouveler souvent.
2. Ne pas pulvériser en fin d'après-midi, car il faut que lesanimaux
puissent se sécher avant le coucher du soleil, sinon ils pourraient se
refroidir au cours de la nuit ce qui les rendrait plus vulnérables aux
tion,
aux maladies respiratoires et autres.
3. Ne pas pulvériser les vaches en lactation, celles qui doivent
vêlerdans les 14 jours, les animaux de moins de 3 mois, ceux destinés à
l'abattage dans les 7 jours, les sujets fatigués ou malades ni les
animaux dans les 10 jours précédant le sevrage, l'expédition, le
décornage ou l'exposition à des maladies contagieuses ou infectieuses. Laisser les animaux pulvérisés s'abreuver et s'alimenter
effets nuisibles
librement
de
l'insecticide,
comme
d'habitude.
4. Garder les animaux (en particulier les jeunes veaux) sous
observation pendant 48 heures après la pulvérisation pour déceler
toute manifestation d'intoxication: arcure du dos, raideur et difficulté
dans la démarche et les mouvements, frissons, écoulements buccaux,
nasaux et oculaires, météorisation, anorexie et soulèvement de la
naissance de la queue, le haut de la queue tournée légèrement d'un
côté.
5.
un animal tombe malade, consulter le vétérinaire. En cas de
le gaz formé en perforant le rumen. Ne pas
de sonde oesophagienne.
Si
météorisation, extraire
utiliser
14
Une
fois la pulvérisation terminée, nettoyer le matériel et
se
laver à fond. Enterrer les cartons de coumaphos vides mais conserver
une étiquette car vous pourriez avoir besoin de la consulter pour les
soins à donner aux animaux traités.
6.
Versage de trichlorfon sur
le
dos
Porter des salopettes, des gants et des bottes de caoutchouc
pour se protéger.
2. Ne pas traiter les vaches en lactation ni celles qui doivent vêler
dans les 7 jours, les animaux destinés à l'abattage dans les 21 jours, les
veaux de moins de 3 mois ou dans les 10 jours précédant le sevrage,
l'expédition, le décomage ou l'exposition à des maladies contagieuses
ou infectieuses, ni les animaux malades ou convalescents.
3. Respecter les mises en garde n° 4 à 6 données pour le
1.
coumaphos.
Crufomate en pulvérisation
Respecter toutes les mises en garde données pour les pulvérisations de coumaphos, mais ne pas traiter les vaches qui doivent vêler
1.
3 jours, ni les animaux destinés à l'abattage dans les 7 jours.
2. Ne pas stocker les préparations commerciales de crufomate
près d'une source de chaleur ou d'une flamme.
3. Enterrer les contenants vides.
dans
les
Crufomate en versage sur
le
dos
Suivre les mises en garde données pour les pulvérisations.
2. Garder les animaux traités dans un enclos pendant 30 min à 1
h. L'insecticide irrite certains animaux de sorte qu'ils deviennent
nerveux et fouettent de la queue. Si on les laisse en liberté, ils risquent
de courir jusqu'à épuisement complet et devenir ainsi plus vulnérables
1.
aux
effets nuisibles
de
l'insecticide.
Des escarres cutanées (tartres) peuvent apparaître sur le dos de
certains animaux de 1 à 2 semaines après le traitement et persister de
5 à 6 semaines. Heureusement, ce trouble ne fait pas tomber les poils
des endroits traités. Enlever ce genre de pellicule à la brosse chez les
animaux d'exposition.
3.
4. Observer la mise en garde
en pulvérisation.
n°
1
de
la
section visant
le
crufomate
Roténone
La roténone est toxique à l'ingestion pour l'homme et le porc. Ne
pas écraser les varrons des nodosités en brossant les animaux avec
des insecticides liquides ou en poudre.
15
CHOIX DU TRAITEMENT
On
répond le mieux aux circonstances
en tenant compte du temps, du travail, de la taille du
troupeau, du type d'exploitation (élevage en parcours, parc d'engraissement, exploitation mixte ou laitière), du matériel et des installations nécessaires pour traiter les animaux, ainsi que de la présence ou
de l'absence de vermine.
Les insecticides endothérapiques sont les plus efficaces, compte
tenu des usages autorisés. L'efficacité du traitement dépend dans une
doit choisir l'insecticide qui
particulières,
mesure du moment choisi et de la méthode d'application. S'il est
tue les varrons à un stade précoce de développement avant
qu'ils n'atteignent le dos de l'animal. Les insecticides endothérapiques
utilisés donnent également de bons résultats contre quelques autres
parasites (comme les poux des bovins) pendant des laps de temps
large
bien
fait,
il
variables selon les modalités d'application.
Une seule pulvérisation de coumaphos est sûre et efficace, en plus
de protéger les bêtes contre les poux pendant l'hiver et le printemps.
La méthode du versage de trichlorfon sur le dos est également
sûre et efficace, et la préparation commerciale prête à l'emploi est
commode.
Le crufomate en pulvérisation est tout aussi efficace contre les
hypodermes et les poux des bovins que le coumaphos.
Le crufomate appliqué en versage contre les hypodermes et les
poux constitue une méthode facile mais elle n'agit sur la vermine que
pendant 2 à 3 semaines. En revanche, les animaux nécessitent très peu
de manipulation et ne présentent aucun risque de refroidissement
durant l'hiver.
Si la vermine ne pose pas de problèmes sérieux dans le troupeau, il
peut s'avérer préférable de se débarrasser des animaux généralement
«pouilleux» ou «porteurs» et de traiter les autres pour les hypodermes
et les poux en une seule fois, par versage par exemple.
La pulvérisation à haute pression est rapide et efficace mais celle à
basse pression n'est préconisée que pour les petits effectifs. La
première exige toutefois un matériel coûteux et des opérateurs
qualifiés. Pour économiser,
vaut mieux constituer des associations
bétail.
en existe plusieurs en Alberta et, sur
de pulvérisation de
demande, ces associations traitent également les bovins et lesétables,
en été, contre les mouches des cornes, les mouches domestiques et
il
Il
d'autres parasites.
EFFETS SECONDAIRES DU TRAITEMENT
Les traitements recommandés sont sans danger pourvu que les
soient respectés. Toutefois, pour pouvoir mieux
dépister les effets secondaires nuisibles, garder les animaux traités
modes d'emploi
16
sous observation pendant 48 h. Il est rare que ces effets se manifestent,
mais si cela se produit, c'est parce qu'il y a eu un surdosage accidentel,
ou que les bovins présentant certains troubles physiologiques et
carences alimentaires ont moins résisté à l'action des insecticides, ou
encore qu'un grand nombre de varrons atteignant plus tôt que prévu
certains organes vitaux ont été détruits.
Consulter un vétérinaire au sujet du traitement à effectuer pour les
animaux malades. Si un animal est atteint de météorisation, extraire le
gaz par perforation du rumen dans les cas graves, mais ne pas
introduire de tuyau ni de sonde dans l'œsophage. Si l'animal tombe
paralysé, le retourner souvent d'un côté et de l'autre. Dans certains cas,
une injection intramusculaire de vitamine A à action rapide (1 million
d'U.I.) peut hâter le rétablissement de l'animal.
17
LIBRARY
'
BIBLIOTHEQUE
AGRICULTURE CANADA OTTAWA K1A 0C5
3
T073 000212ÔÔ
S
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising