RAPPORT SUR LES PLANS ET LES PRIORITÉS

RAPPORT SUR LES PLANS ET LES PRIORITÉS
ENVIRONNEMENT CANADA
RAPPORT SUR LES
PLANS
ET LES PRIORITÉS
2013-2014
Rapport sur les plans et les priorités 2013-2014
Publié aussi en anglais sous le titre :
Report on Plans and Priorities 2013–2014
No de cat.: En1-49/2013F-PDF
ISSN :1494-2801
Le contenu de cette publication ou de ce produit peut être reproduit en tout ou en partie, et par quelque moyen
que ce soit, sous réserve que la reproduction soit effectuée uniquement à des fins personnelles ou publiques mais
non commerciales, sans frais ni autre permission, à moins d’avis contraire.
On demande seulement :
•
•
•
de faire preuve de diligence raisonnable en assurant l’exactitude du matériel reproduit;
d’indiquer le titre complet du matériel reproduit et l’organisation qui en est l’auteur;
d’indiquer que la reproduction est une copie d’un document officiel publié par le gouvernement du Canada
et que la reproduction n’a pas été faite en association avec le gouvernement du Canada ni avec l’appui de
celui-ci.
La reproduction et la distribution à des fins commerciales est interdite, sauf avec la permission écrite
de l’administrateur des droits d’auteur de la Couronne du gouvernement du Canada, Travaux publics
et Services gouvernementaux (TPSGC). Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec TPSGC au
613-996-6886 ou à [email protected]
Photos : © Environnement Canada
© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre de l’Environnement, 2013.
Also available in English
TABLE DES MATIÈRES
Message du Ministre ............................................................................................................................. 3
SECTION I : SURVOL ............................................................................................................................... 5
Raison d’être ......................................................................................................................................... 5
Responsabilités...................................................................................................................................... 5
Les cinq principaux indicateurs environnementaux d’Environnement Canada ................................... 7
Résultats stratégiques (RS) et Architecture d’alignement des programmes........................................ 8
Priorités ............................................................................................................................................... 10
Analyse des risques ............................................................................................................................. 12
Résumé de la planification .................................................................................................................. 13
Profil des dépenses ............................................................................................................................. 17
Budget des dépenses par crédit voté.................................................................................................. 18
Contribution à la Stratégie fédérale du développement durable....................................................... 19
SECTION II : ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTAT STRATÉGIQUE ......................................... 20
Résultat stratégique 1 : ............................................................................................................... 20
L’environnement naturel du Canada est préservé et restauré pour les générations actuelles
et futures. .................................................................................................................................... 20
Programme 1.1 : Biodiversité – Espèces sauvages et habitat..................................................... 20
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 21
Programme 1.2 : Ressources en eau ........................................................................................... 25
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 26
Programme 1.3 : Écosystèmes durables ..................................................................................... 28
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 29
Résultat stratégique 2 : ............................................................................................................... 32
La population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux
conditions changeantes du temps, de l’eau et du climat ........................................................... 32
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens ........... 32
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 34
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs
ciblés ............................................................................................................................................ 35
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 36
Résultat stratégique 3 : ............................................................................................................... 37
Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur
environnement sont minimisés. ................................................................................................. 37
Programme 3.1 : Gestion des substances et des déchets .......................................................... 37
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 38
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l’air................................................... 41
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 42
Programme 3.3 : Promotion de la conformité et application de la loi – Pollution et 1.4 :
Promotion de la conformité et application de la loi – Faune ..................................................... 45
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 47
Services internes ......................................................................................................................... 49
Faits saillants de la planification ................................................................................................. 49
1
SECTION III : RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES ......................................................................... 53
Principales données financières et états financiers prospectifs ................................................. 53
Tableaux de renseignements supplémentaires .......................................................................... 54
Rapport sur les dépenses fiscales et les évaluations .................................................................. 54
SECTION IV : AUTRES SUJETS D’INTÉRÊT............................................................................................. 54
Coordonnées de la personne-ressource de l’organisation ......................................................... 54
Notes en fin d’ouvrage ........................................................................................................................ 55
2
Message du Ministre
À titre de ministre de l’Environnement, j’ai le plaisir de vous présenter
le Rapport sur les plans et les priorités de 2013-2014 pour Environnement
Canada. Le rapport présente les objectifs d’Environnement Canada pour
l’exercice 2013-2014 et les mesures que le Ministère compte prendre afin
que les Canadiens et les Canadiennes profitent d’un environnement
propre, sécuritaire et durable.
En 2013-2014, Environnement Canada tirera parti de ses réussites pour
assurer la conservation et la restauration de son patrimoine naturel en
accroissant ses activités de surveillance dans la région des sables bitumineux,
en maintenant et en agrandissant ses 12 millions d’hectares en aires
protégées et en favorisant l’assainissement et la prévention de la pollution
dans les principaux plans d’eau. Environnement Canada terminera aussi
la deuxième phase de la Stratégie fédérale du développement durable et améliorera son Programme sur
les espèces en péril.
Environnement Canada continuera d’offrir les services météorologiques de qualité supérieure auxquels les
Canadiens et les Canadiennes s’attendent de recevoir, tout en réalisant la mise à niveau et la modernisation
de son infrastructure et de la prestation des services, y compris la mise en œuvre des principales mises à
niveau et réparations au réseau radar ainsi que la production et la diffusion de nouvelles données sur les
changements et les variabilités climatiques.
Environnement Canada est maintenant à mi-chemin d’atteindre ses cibles de 2020 de réduction
des émissions de gaz à effet de serre. Au cours de 2013-2014, son approche sectorielle de réduction
de ces émissions sera axée sur la mise en œuvre du règlement sur la production d’électricité à partir
du charbon, sur l’élaboration d’un règlement supplémentaire pour le secteur des transports et
d’un règlement pour le secteur du pétrole et du gaz. Environnement Canada continuera à travailler
au maintien d’un environnement propre en assurant la continuité de son Plan de gestion des produits
chimiques, en élaborant et en appliquant des règlements de calibre mondial (comme l’application
du Règlement sur les effluents des systèmes d’assainissement des eaux usées et la mise au point
de règlements sur les produits contenant du mercure), en continuant l’assainissement des sites
contaminés fédéraux et en collaborant sur la scène internationale aux activités liées aux changements
climatiques et à la qualité de l’air. Environnement Canada collaborera avec les provinces et ses
partenaires nationaux à la mise en œuvre du Système de gestion de la qualité de l’air (SGQA) à l’échelle
nationale afin de traiter efficacement la pollution de l’air.
Environnement Canada continuera de travailler avec des partenaires pour harmoniser ses ressources
et travailler plus efficacement à l’atteinte de ses objectifs. Cela signifie harmoniser les mesures à prendre
avec celles des autres ordres de gouvernement, afin d’éviter les dédoublements, favoriser la recherche
coopérative avec des partenaires universitaires et industriels et collaborer avec d’autres ministères
et organismes fédéraux, comme Parcs Canada, pour assurer la prestation des services d’Environnement
Canada.
3
Ce ne sont que quelques exemples des initiatives sur lesquelles Environnement Canada concentrera ses
efforts au cours des prochains mois. Je vous invite à lire le présent rapport afin d’obtenir de plus amples
renseignements sur les initiatives entreprises par Environnement Canada visant à protéger les Canadiens
et les Canadiennes ainsi que leur environnement.
_______________________________
L’honorable Peter Kent, C.P., député
Ministre de l’Environnement
4
SECTION I : SURVOL
Environnement Canada a pour mandat de fournir aux Canadiens un environnement propre, sécuritaire et durable. Le Ministère
collabore avec d’autres intervenants pour accomplir son mandat en réalisant différentes activités, comme la recherche sur la
qualité de l’eau et de l’air et la surveillance du milieu naturel au Canada, l’élaboration de règlements pour réduire les émissions
de gaz à effet de serre, le maintien de la biodiversité, la hausse du nombre d’aires protégées au pays et la diffusion
d’avertissements préalables en cas de perturbations météorologiques sérieuses.
Raison d’être
Environnement Canada est le ministère fédéral en chef pour ce qui est d'une grande variété d'enjeux
environnementaux que doivent affronter les Canadiens. Le Ministère joue aussi un rôle en matière
d’intendance, afin de réaliser et de maintenir un environnement propre, sécuritaire et durable. En tant que
ministère à vocation scientifique, Environnement Canada aborde les enjeux par l’entremise de la
surveillance, de la recherche, de l’élaboration de politiques, de la prestation de services aux Canadiens,
de règlements, de l'application des lois environnementales, de l’avancement des technologies propres
et de partenariats stratégiques. Les programmes du Ministère visent trois objectifs : « un environnement
propre », en minimisant les menaces que représente la pollution pour les Canadiens et leur environnement;
« un environnement sécuritaire », en informant les Canadiens pour prendre des décisions éclairées quant à
la météo, les étendues d’eau et le climat; « un environnement durable », en préservant
et en restaurant l’environnement naturel du Canada. L'orientation du programme du Ministère reflète
l'interdépendance entre la durabilité de l'environnement et le bien-être économique.
Responsabilités
À propos d’Environnement Canada
Antécédents historiques
Le mandat d’Environnement Canada découle de plusieurs lois et de
Environnement Canada a été créé en
règlements qui lui permettent d'exécuter ses programmes. Aux termes
1971. Cependant, certaines de ses
de la Loi sur le ministère de l'Environnement, le ministre de
organisations ont été mises sur pied
l'Environnement exerce ses pouvoirs, ses responsabilités et ses
bien avant. Le Service canadien de la
faune a été créé en 1947 et le Service
fonctions dans les domaines suivants :
météorologique du Canada en 1871.
• la conservation et l'amélioration de la qualité de l'environnement
Une main-d’œuvre nationale
naturel, notamment celle de l'eau, de l'air et du sol;
Les employés d’Environnement Canada
• les ressources naturelles renouvelables, notamment les oiseaux
travaillent partout au Canada, d’Iqaluit à
migrateurs et la flore et la faune sauvages en général;
Burlington et de Vancouver à St. John’s,
• les eaux;
œuvrant dans des bureaux régionaux et
• la météorologie;
des laboratoires, des réserves fauniques
naturelles et des stations
• l'application des règles ou règlements pris par la Commission
météorologiques.
mixte internationale au sujet des eaux limitrophes;
• la coordination des politiques et des programmes du
gouvernement du Canada en matière de conservation et d'amélioration de la qualité
de l'environnement naturel.
En plus des pouvoirs que lui confère la Loi sur le ministère de l'Environnement, le Ministre de
l'Environnement exerce des pouvoirs additionnels prévus par d’autres lois et règlements i, y compris, mais
sans en exclure d’autres, la Loi canadienne sur la protection de l’environnement de 1999 (LCPE de 1999), la
SECTION I : SURVOL
5
Loi fédérale sur le développement durable, et plusieurs autres mesures législatives visant la protection de la
biodiversité et de l'eau, ainsi que l’application des lois et règlements environnementaux. En vertu de la Loi
canadienne sur l'évaluation environnementale de 2012 (LCEE de 2012), Environnement Canada fournit des
renseignements et des analyses pour documenter le processus d’évaluation environnementale.
Le Ministère a établi des partenariats clés avec d'autres ministères fédéraux (y compris ses partenaires
ministériels de portefeuille, l’Agence canadienne d’évaluation environnementale et Parcs Canada), lorsque
des lois confèrent à Environnement Canada des responsabilités secondaires ou partagées pour l’exécution
des mandats d’autres ministères fédéraux. Parmi ces lois, on compte, entre autres, la Loi sur la prévention
de la pollution des eaux arctiques (Transports Canada, Affaires autochtones et Développement du Nord
Canada, et Ressources naturelles Canada), la Loi sur la Fondation du Canada pour l'appui technologique au
développement durable (Ressources naturelles Canada), la Loi sur les pêches (Pêches et Océans Canada),
la Loi sur les espèces en péril (Pêches et Océans Canada et Parcs Canada) et la Loi sur la responsabilité
en matière maritime (Transports Canada).
Réunir la science, les règlements et les partenariats pour en faire profiter les Canadiens
Le Ministère appuie son mandat en matière d’intendance par
l’entremise d’une gamme de programmes diversifiés axés sur
la science, la technologie et des partenariats solides.
Environnement Canada est aussi l’organisme de
réglementation le plus actif du gouvernement fédéral.
•
•
•
6
Environnement Canada travaille dans l’intérêt des
Canadiens. Le Ministère sert directement les Canadiens
en offrant des services météorologiques et
environnementaux, et indirectement en protégeant les
écosystèmes fragiles, en faisant la promotion de la
conformité aux règlements environnementaux, en gérant
les risques que représentent les produits chimiques pour
la santé humaine et l’environnement et en assainissant
les eaux, comme celles que le Canada partage avec les
États-Unis afin de permettre d’atteindre les objectifs
de santé, de divertissement et d’économie.
Environnement Canada est un ministère à vocation
scientifique. Le Ministère consacre des ressources
significatives aux activités dans différents domaines,
y compris la biologie, la chimie, les sciences
atmosphériques et environnementales, l’hydrologie,
la météorologie, le génie et l’informatique. Ces activités
sont au cœur de la capacité d’Environnement Canada
d’appuyer des décisions environnementales solides.
Environnement Canada est un organisme de
réglementation actif. L’innovation dans les domaines
scientifique et technologique facilite le rôle du Ministère
en tant qu’organisme de réglementation qui figure parmi
les plus actifs du gouvernement fédéral. À ce titre,
ENVIRONNEMENT CANADA
Les Services météorologiques fournissent des services
directs et quotidiens aux Canadiens
Environnement Canada fournit des services
météorologiques et environnementaux 24 heures par
jour, 7 jours par semaine basés sur des fondements
scientifiques et technologiques solides — ces services
contribuent à la santé, à la sécurité et à la résilience
économique des Canadiens, par exemple, la Cote air
santé aide les Canadiens à s’adapter, au quotidien,
aux niveaux de qualité de l’air.
Travailler ensemble à la surveillance des sables
bitumineux
La surveillance de l’eau, de l’air et de la biodiversité dans
les sables bitumineux exige une étroite collaboration
entre Environnement Canada et le gouvernement de
l’Alberta qui, ensemble, dirigent le processus de
surveillance et permettent aux Canadiens d’accéder
facilement aux résultats. L’industrie prend la
responsabilité du financement des activités de
surveillance et de production de rapports qui facilitent
cette importante initiative économique.
Environnement Canada élabore un portail Web pour
fournir l’accès à l’information sur le Plan de mise en
ii
œuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance des
sables bitumineux. Le portail présente des cartes et des
détails sur les activités de surveillance, de même que des
données collectées, analysées et interprétées par les
scientifiques d’Environnement Canada. En veillant à ce
que les données et l’information environnementales sur
les sables bitumineux soient transparentes et accessibles,
ce portail facilitera la production continue de
renseignements rigoureux, exhaustifs et scientifiquement
crédibles
Environnement Canada s’efforce d’être un organisme de réglementation de calibre mondial en
élaborant et en encourageant les mesures de conformité et en assurant l’application d’un grand nombre
de règlements pour protéger les Canadiens et leur environnement.
•
Environnement Canada collabore avec les provinces et les territoires et avec d’autres partenaires.
Les enjeux environnementaux ont de vastes répercussions sur les décisions sociales et économiques;
cela exige une grande collaboration entre les gouvernements et les secteurs. Environnement Canada
appuie les vastes efforts du gouvernement fédéral qui visent à améliorer le développement
environnemental responsable des ressources naturelles du Canada grâce à des initiatives qui
permettent de réduire la pollution atmosphérique et améliorer la préservation de la biodiversité et
des habitats. Le Ministère collabore grandement avec les gouvernements provinciaux/territoriaux,
les gouvernements autochtones, les organisations non gouvernementales de l’environnement,
les gouvernements des États-Unis et d’autres pays, et avec des organisations internationales.
Les cinq principaux indicateurs environnementaux d’Environnement Canada
Cinq indicateurs environnementaux principaux ont été élaborés afin de représenter, à un haut niveau, le
progrès accompli en vue d’offrir aux Canadiens un environnement propre, sécuritaire et durable :
Mandat d’intendance
Principaux Indicateurs
PROPRE
Les menaces que représente la pollution pour les
Canadiens ainsi que leur environnement sont
minimisées.
Qualité atmosphérique
Concentrations ambiantes de particules fines (PM2,5)
3
Cible : 30 microgrammes par mètre cube (µg/m ) annuellement
Changements climatiques
Émissions de GES
Cible de Copenhague : 17 % sous le niveau de 2005 d’ici 2020
SÉCURITAIRE
La population canadienne est équipée pour prendre des
décisions éclairées quant aux conditions changeantes du
temps, de l’eau et du climat.
Phénomènes météorologiques violents
1
Indicateur d’avertissement météorologique
Cible : 7,6 sur une échelle de 0 à 10 d’ici 2015
Biodiversité
Aires protégées
2
Cible : 17 % des aires terrestres du Canada d’ici 2020
DURABLE
Qualité de l’eau
L’environnement naturel du Canada est préservé et restauré
Indicateur national de la qualité de l’eau douce*
pour les générations actuelles et futures.
Cible : 50 % des principaux sites de surveillance nationaux dans
les ensembles de données de 2010-2012 sont évalués comme
bons ou excellents
*selon les évaluations de la qualité de l’eau du Conseil canadien des Ministres de l’environnement (CCME)
Le Ministère élabore et communique ces indicateurs environnementaux nationaux ainsi que d’autres
indicateurs par l’entremise du programme des Indicateurs canadiens de la durabilité de l’environnement
(ICDE). Pour obtenir plus d’information, veuillez visiter le site Web des ICDE iii.
1
Cet indicateur est calculé selon l’information obtenue de six types d’avertissements représentatifs du climat canadien (orage violent, précipitations,
pluie verglaçante, vent, chute de neige et coup de vent marin). Pour chaque type d’avertissement, la précision des prévisions de phénomènes
météorologiques violents et de leur rapidité de production est évaluée comparativement aux délais identifiés dans la cible de rendement
d’Environnement Canada pour les avertissements. L’indice de la cible est sur une échelle de 0 à 10, où 10 signifie que tous les avertissements étaient
donnés dans les délais cibles et qu’il n’y a eu aucun phénomène manqué ni aucune fausse alarme.
2
Les parties à la Convention sur la diversité biologique ont déterminé une cible ambitieuse en octobre 2010, soit de réserver 17 % des aires terrestre
et des eaux intérieures et au moins 10 % des aires marines d’ici 2020. Le Canada, en tant que signataire de la Convention, contribue à atteindre cette
cible mondiale. Une cible nationale spécifique pour le Canada est en voie d’élaboration dans le cadre d’une consultation avec les provinces, les
territoires et les divers intervenants, constituant ainsi une cible pancanadienne plutôt qu’une cible gouvernementale fédérale.
SECTION I : SURVOL
7
Les cinq indicateurs sont également mentionnés dans les résultats stratégiques d’Environnement Canada
et dans les programmes grâce auxquels le Ministère remplit son mandat, comme souligné ci-dessous.
Résultats stratégiques (RS) et Architecture d’alignement des programmes
Environnement Canada remplit son mandat en faisant la promotion de trois Résultats stratégiques, chacun
favorisant le résultat du gouvernement du Canada pour un environnement propre et sain.
RS 1
L’environnement naturel du Canada est préservé et restauré pour les générations actuelles et
futures. Ce résultat stratégique vise à assurer la durabilité des terres, de l’eau et de la biodiversité,
afin que les Canadiens puissent jouir et tirer longtemps profit de leur patrimoine naturel.
RS 2
La population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux conditions
changeantes du temps, de l’eau et du climat. La population canadienne doit avoir l’information et
les services nécessaires pour pouvoir réagir et s’adapter aux changements immédiats et à plus long
terme des conditions du temps, de l’eau et du climat qui ont une incidence sur leur santé, leur
sécurité et leur bien-être économique.
RS 3
Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur environnement
sont minimisées. Ce résultat stratégique reflète la nécessité qu’Environnement Canada gère les
substances et les déchets, et réduise la pollution qui nuit directement ou indirectement à la santé
humaine ou à l’environnement.
8
ENVIRONNEMENT CANADA
SECTION I : SURVOL
9
1.3.2
1.2.2
Service et relevé Évaluation et
hydrologique
approches
axées sur les
écosystèmes
1.1.2
Espèces
en péril
1.3.4
Initiatives
axées sur les
écosystèmes
1.1.4
Conservation
des habitats
fauniques
1.4
Promotion de la
conformité et
application de la
loi – Faune
3.1.2
Gestion des
effluents des
secteurs publics et
des ressources
3.1.1
Gestion des
substances
3.1
Gestion des
substances et
des déchets
2.2.4
Services météorologiques pour
les secteurs économiques et
commerciaux
Légende*
    Résultats stratégiques
 Programme*
 Sous-programme
3.3
Promotion de la
conformité et
application de la
loi – Pollution
Services de gestion des biens
(inclus Biens immobiliers, Matériel et Acquisition)
3.1.5
Sites contaminés
3.1.4
Urgences
environnementales
3.2.3
Technologie
environnementale
3.2.2
Partenariats
internationaux sur
les changements
climatiques et la
qualité de l’air
3.2.1
Programme de
réglementation sur
les changements
climatiques et la
qualité de l’air
3.2
Changements
climatiques et
qualité de l’air
3. Les menaces que représente la pollution pour
les Canadiens ainsi que pour leur environnement
sont minimisées.
2.2.3
3.1.3
Services météorologiques pour les Pollution marine
opérations militaires
2.2.2
Services météorologiques et des
glaces pour la navigation maritime
2.2.1
Services météorologiques pour la
navigation aérienne
2.2
Services météorologiques et
environnementaux pour les
utilisateurs ciblés
Services de gestion des ressources
(inclus Gestion des ressources humaines, Gestion financière, Gestion
de l’information, Technologie de l’information et Voyages et autres
services administratifs)
2.1.3
Information, prévisions et outils
climatologiques
2.1.2
Information météorologique liée
à la santé
2.1.1
Observations, prévisions et
avertissements météorologiques
2.1
Services météorologiques
et environnementaux pour
les Canadiens
2. La population canadienne est équipée pour prendre des
décisions éclairées quant aux conditions changeantes du
temps, de l’eau et du climat
* Ces programmes supportent des Sous-sous-programmes qui ne sont pas identifiées dans ce graphique.
**Le Programme des services internes comprend des groupes ayant des activités et des ressources connexes gérées de manière à faciliter la réalisation des programmes et atteindre les résultats stratégiques du Ministère. Il s’agit de la base
d’une approche pangouvernementale commune qui sert à planifier, créer, établir les budgets, faire les rapports et communiquer tous les services internes du gouvernement.
Soutien à la gouvernance et à la gestion
(inclus Gestion et surveillance, Communications et Services juridiques)
Services internes**
1.3.3
Mobilisation
communautaire
1.1.3
Oiseaux
migrateurs
1.3.1
Rapports axés
sur le
développement
durable et
indicateurs
1.2.1
Qualité de l’eau
et santé des
écosystèmes
aquatiques
1.1.1
Politiques et
priorités sur la
biodiversité
1.3
Écosystèmes
durables
1.2
Ressources en
eau
1.1
Biodiversité –
Espèces
sauvages et
habitats
1. L’environnement naturel du Canada est préservé et
restauré pour les générations actuelles et futures.
PRIORITÉ DU GOUVERNEMENT DU CANADA : ENVIRONNEMENT PROPRE ET SAIN
Architecture d'alignement de programmes d'Environnement Canada 2013-2014
Priorités
Environnement Canada maintient trois priorités environnementales et une priorité en matière de gestion pour
2013-2014. Les trois priorités environnementales sont les mêmes que celles du Rapport sur les plans et les
priorités (RPP) de 2012-2013 :
•
•
•
Un environnement propre – Gérer les substances et les déchets et réduire la pollution qui nuit
directement ou indirectement à la santé humaine ou à l’environnement.
Un environnement sécuritaire – Fournir aux Canadiens des renseignements de grande qualité
sur les conditions environnementales immédiates et à long terme.
Un environnement durable – Veiller à la durabilité des terres, de l’eau et de la biodiversité.
Ces priorités continuent de refléter le mandat d’intendance du Ministère qui, lui, appuie directement le
résultat du gouvernement du Canada d’un environnement propre et sain. Le Ministère suivra divers plans tels
qu’énoncés dans les tableaux suivants, plans qui s’appuient sur les progrès accomplis jusqu’à maintenant dans
le cadre de ces priorités.
Priorité du Ministère en matière de gestion pour 2013-2014 :
• Priorité en matière de gestion – Veiller à ce que les activités et les ressources soient harmonisées
afin de faciliter la prestation des programmes, des services et des résultats pour les Canadiens.
Le but de la priorité du Ministère en matière de gestion demeure en grande partie le même qu’en
2012-2013 mais il a été énoncé de nouveau afin de refléter l’accent mis sur un meilleur alignement des
ressources en vue de les maximiser et de réaliser les programmes, de fournir les services et d’atteindre les
résultats. Cette priorité est facilitée par des plans présentés dans le dernier tableau ci-dessous.
Priorité 1 : Un environnement propre – gestion des substances et des déchets et réduction de la pollution qui nuit directement
ou indirectement à la santé humaine ou à l’environnement.
Type : permanent
Liens vers les programmes :
3.1 Gestion des substances et des déchets
3.2 Changements climatiques et qualité de l’air
3.3 Promotion de la conformité et application de la loi – Pollution
Liens vers le résultat stratégique 3 :
Les menaces que représente la pollution pour les
Canadiens ainsi que leur environnement sont
minimisées.
Pourquoi il s’agit d’une priorité
Les substances nocives rejetées dans l’environnement et les produits qui contiennent des substances toxiques menacent la santé
des Canadiens et de leur environnement. Le recours à des données scientifiques solides et à des technologies propres, ainsi qu’un
cadre de réglementation robuste, sont essentiels pour contrer efficacement ces menaces. Les activités nationales et
internationales qui ont un effet sur l’environnement canadien doivent faire l’objet d’une collaboration ciblée, afin de réaliser des
progrès significatifs et durables vers un environnement propre.
Plan pour respecter cette priorité
Les mesures suivantes permettront au Ministère de respecter la priorité accordée à un environnement propre :
•
exécuter le Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) (voir page 38)
•
adopter une approche de réglementation sectorielle pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada (voir
page 42)
•
finaliser les volets fédéraux du Système national de gestion de la qualité de l’air (voir page 43)
•
participer à des forums internationaux pour promouvoir l’atteinte des objectifs environnementaux du Canada dans les
domaines des changements climatiques et de la qualité de l’air (voir page 44)
•
promouvoir la conformité et appliquer les règlements dans le domaine de la pollution (voir page 47)
10
ENVIRONNEMENT CANADA
Priorité 2 : Un environnement sécuritaire – fournir aux Canadiens des renseignements de grande qualité sur les conditions
environnementales immédiates et à long terme.
Type : permanent
Liens vers le résultat stratégique 2 :
La population canadienne est équipée pour prendre
Liens vers les programmes :
des décisions éclairées quant aux conditions
2.1 Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
2.2 Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs changeantes du temps, de l’eau et du climat.
ciblés
Pourquoi il s’agit d’une priorité
Les Canadiens dépendent des services météorologiques et environnementaux d’Environnement Canada 24 heures par jour,
365 jours par année. Grâce à des prévisions et à des avertissements météorologiques à jour, ainsi qu’à des données sur la qualité
de l’air, la population canadienne est mieux outillée pour prendre des décisions éclairées selon des conditions changeantes du
temps, de l’eau et du climat. Les utilisateurs ciblés (p. ex. les secteurs de l’énergie et du développement des ressources)
dépendent de données spécifiques à leurs besoins économiques ou en matière de sécurité, afin de réduire leur vulnérabilité face
aux changements et à la variabilité climatiques. Des données scientifiques courantes et fiables aident les utilisateurs à prendre
des précautions ou à éviter les régions dangereuses, afin de prévenir ou de limiter le danger et les dommages. Grâce aux activités
de recherche et de développement continues, Environnement Canada peut augmenter la rapidité de diffusion et l’exactitude de
ses prévisions météorologiques et environnementales.
Plan pour respecter cette priorité
Les mesures suivantes permettront au Ministère de respecter la priorité accordée à la préservation d’un environnement
sécuritaire :
•
offrir des services météorologiques et environnementaux de première classe aux Canadiens (voir page 34)
•
offrir des services météorologiques et environnementaux de première classe aux utilisateurs ciblés (voir page 36)
Priorité 3 : Un environnement durable – veiller à la durabilité des terres, de l’eau et de la biodiversité.
Type : permanent
Liens vers le résultat stratégique 1 :
L’environnement naturel du Canada est préservé et
Liens vers les programmes :
restauré pour les générations actuelles et futures.
1.1 Biodiversité – Espèces sauvages et habitat
1.2 Ressources en eau
1.3 Écosystèmes durables
1.4 Promotion de la conformité et application de la loi – Faune
Pourquoi il s’agit d’une priorité
L’environnement naturel du Canada offre d’importants avantages économiques et d’autres bénéfices aux Canadiens. La durabilité
de ces avantages dépend du maintien de la diversité des espèces et des écosystèmes vivants. La gestion des ressources d’eau
douce et d’eau marine du Canada s’avère essentielle, car ces ressources sont des actifs récréatifs et économiques. La surveillance
que fait Environnement Canada joue un rôle important pour aider à assurer la durabilité de ces ressources; ces travaux dépendent
des données scientifiques solides du Ministère, en plus de ses activités de promotion de la conformité et d’application de la loi,
par l’entremise d’un cadre réglementaire robuste.
Plan pour respecter cette priorité
Les mesures suivantes permettront au Ministère de respecter la priorité accordée à la préservation d’un environnement durable :
•
améliorer la mise en œuvre programme sur les Espèces en péril (voir page 21)
•
adopter une approche de collaboration pour protéger et conserver la biodiversité au Canada et à l’étranger, y compris la
création d’un Plan national de conservation (voir page 23)
•
faire progresser les travaux par le biais du Plan de mise en œuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance des sables
bitumineux (voir page 27)
•
mettre en œuvre une approche complète en matière de protection de l’eau et de gestion écosystémique (voir pages 26 et 29)
•
promouvoir la conformité et appliquer les règlements dans le domaine de la faune (voir page 47)
SECTION I : SURVOL
11
Priorité 4 : Gestion – veiller à ce que les activités et les ressources soient harmonisées afin de faciliter la prestation des
programmes, des services et des résultats pour les Canadiens.
Type : permanent (énoncé de nouveau)
Liens vers tous les programmes
Liens vers tous les résultats stratégiques :
1, 2 et 3
Pourquoi il s’agit d’une priorité
Environnement Canada doit continuer de réaligner ses ressources humaines et financières en précisant les domaines où elles
peuvent mieux épauler les services de base et maintenir les niveaux de service. Ces travaux fournissent la base qui favorise toutes
les activités ministérielles et assure qu’Environnement Canada peut contribuer au plan du gouvernement du Canada à l’effet de
retourner à l’équilibre fiscal.
Plan pour respecter cette priorité
Les mesures suivantes permettront au Ministère de respecter la priorité accordée à la gestion réactive :
•
créer et mettre en œuvre des approches stratégiques quant à la gestion des ressources humaines, compte tenu des conditions
en vigueur pendant cette période de restrictions budgétaires (voir page 50)
•
améliorer la communication avec les publics, autant à l’interne qu’à l’externe, des priorités, des programmes et des politiques
ministériels (voir page 50)
•
axer les fonctions de gestion financières sur les services obligatoires/principaux et les fournir de la façon la plus efficace et
rentable qui soit, y compris la modernisation des systèmes de gestion financière des ministères (voir page 50)
•
continuer de mettre en œuvre le Plan de sécurité ministérielle (y compris son Plan de continuité opérationnelle) (voir page 51)
•
restructurer les activités de gestion de l’information et de la technologie de l’information afin d’appuyer le modèle de Services
partagés Canada et les exigences ministérielles continues (voir page 51)
•
appuyer la surveillance de la direction (voir page 51)
Analyse des risques
Environnement Canada gère de façon proactive les risques potentiels auxquels ses programmes
pourraient faire face. Grâce à une surveillance continue, des ajustements sont apportés aux ressources
ministérielles ou aux objectifs des programmes afin de prendre les mesures d’atténuation nécessaires
dans l’éventualité où ces risques se concrétiseraient. À l’intérieur de l’environnement opérationnel
actuel, le Ministère a identifié les trois domaines de risques prioritaires suivants pour2013-2014.
Engagement : Alors que l’environnement demeure un enjeu très important pour bon nombre de
Canadiens, l’engagement continu d’Environnement Canada, avec ses partenaires et intervenants
nationaux et internationaux, quant à la prise de mesures pour préserver et protéger l’environnement, et
quant à l’assurance qu’il continuera de contribuer au plan du gouvernement pour retourner à l’équilibre
fiscal, suscite des attentes élevées. Environnement Canada continuera de nourrir ses relations avec des
partenaires et des intervenants clés (p. ex. d’autres champs de compétence, des groupes autochtones et
territoriaux, l’industrie) afin de profiter des diverses expertises et de les partager. Pour réduire le risque
de ne pas conserver ces liens, le Ministère continuera de trouver et de mettre en œuvre des moyens
novateurs et rentables, y compris par le biais de la technologie, pour engager les partenaires
internationaux et élargir les possibilités pour les intervenants de participer aux consultations. Ces
travaux seront menés en parallèle avec l’amélioration de la façon dont le Ministère gère les subventions
et les contributions en tant qu’outils d’engagement.
Continuité des activités : Environnement Canada offre des données météorologiques et
environnementales stratégiques aux Canadiens et à un ensemble d’intervenants et de partenaires,
autant au pays qu’à l’étranger, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Pour réduire le risque que cet
important service clé interrompu, le Ministère maintiendra son plan de continuité opérationnelle qu’il
gardera à jour, il négociera des accords sur les niveaux de service avec les intervenants et les partenaires
et il poursuivra le perfectionnement du personnel professionnel expérimenté par rapport au maintien
12
ENVIRONNEMENT CANADA
de ces services essentiels stratégiques. En outre, le Ministère maintiendra sa capacité d’intervenir en cas
de dangers et d’autres urgences environnementales (p. ex. conditions météorologiques et climatiques
extrêmes). La protection de ces systèmes et données clés est essentielle pour maintenir la capacité
d’Environnement Canada de fournir les services vitaux afin d’assurer la santé et la sécurité des
Canadiens d’une manière rapide, coordonnée et efficace. Le Ministère élaborera des accords
commerciaux améliorés avec Services partagés Canada pour faciliter la prestation de services
météorologiques essentiels.
Compétences : Les services principaux du Ministère s’appuient sur une base solide en science,
technologie et travaux réglementaires. Il pourrait demeurer difficile, tout particulièrement en raison de
l’environnement financier actuel, de recruter, de perfectionner et de maintenir en poste des employés
qui possèdent les compétences et les connaissances essentielles et spécifiques requises pour
l’administration des programmes et des services internes. C’est pourquoi Environnement Canada jouera
un rôle proactif pour offrir un milieu de travail sain et flexible et appuiera ses employés de toute autre
façon de sorte que les compétences, les connaissances et l’expertise essentielles soient maintenues et
perfectionnées par des moyens rentables, y compris en tirant profit des occasions, par l’entremise de
partenariats. Le Ministère entreprendra également des activités permanentes de planification
opérationnelle stratégique pour obtenir et maintenir des compétences et une expertise clés dans
les domaines de la météorologie, des sciences et de la technologie et pour conserver l’efficacité
opérationnelle des services offerts tant à l’heure actuelle que dans l’avenir et ce, dans tous les domaines
du Ministère.
Résumé de la planification
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires totales
(Budget principal des dépenses)
2013-2014
Dépenses prévues **
2013-2014
Dépenses prévues **
2014-2015
Dépenses prévues **
2015-2016
959,4
951,6
991,1
846,0
* Tous les chiffres sont exempts des revenus disponibles. Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau
à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes.
** Ce chiffre comprend un montant pour l’Initiative du guichet unique et du Lac Simcoe. Il a aussi été réduit pour refléter
un transfert de responsabilités et de fonds à Services partagés Canada.
Les dépenses prévues du Ministère reflètent le financement approuvé par le Conseil du Trésor pour
appuyer les Résultats et les programmes stratégiques du Ministère. La plus grande partie de
l’augmentation en 2014–2015 s’explique par le financement accru pour la fondation Technologies
du développement durable du Canada (TDDC), compensée par les mesures d’économies annoncées
dans le budget de 2012. La diminution des dépenses prévues en 2015-2016 s’explique en grande partie
par l’achèvement de la portion temporaire du financement pour des initiatives telles que le Programme
des espèces en péril, les services d’avertissement météorologique et de navigation pour l’océan
Arctique et le Bureau de gestion des grands projets. Tout prolongement de financement pour les
programmes de financement temporaires qui prendront fin au cours du présent exercice financier ou
des prochains fera l’objet d’une décision gouvernementale et se reflétera dans les futurs Rapports sur
les plans et les priorités.
SECTION I: VUE D'ENSEMBLE DU MINISTÈRE
13
Ressources humaines (équivalent temps plein — ETP)*
2013-2014
2014-2015
2015-2016
6 518
6 349
6 221
*Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes. Les
chiffres d’ETP incluent les étudiants.
Les ressources humaines requises pour conserver un niveau moyen d’emploi au cours des 12 prochains
mois se fondent sur une semaine de travail de 37,5 heures. Un ETP équivaut à une personne qui travaille
à temps plein au cours d’une semaine de travail de 37,5 heures pendant un an, ou toute quantité
d’employés à temps partiel dont les heures de travail combinées équivalent à un ETP. Un salaire moyen
a été utilisé pour calculer les ETP selon les dépenses en salaire prévues pour les exercices financiers de
2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016. Ainsi, Environnement Canada prévoit utiliser 6 518 ETP
en 2013-2014, avec de légères diminutions de l’utilisation des ETP en 2014-2015 et 2015-2016.
Tableau résumant la planification (en millions de dollars)*
Résultat stratégique 1 : l’environnement naturel du Canada est préservé et restauré pour les générations actuelles et futures.
Programme
Biodiversité – Espèces sauvages
et habitat
Ressources en eau
Écosystèmes durables
Promotion de la conformité et
application de la loi – Faune
Dépenses
réelles en
2010-2011
Dépenses
réelles en
2011-2012
129,8
139,4
135,6
66,2
Dépenses prévues
Dépenses
projetées en
2012-2013
2013-2014
2014-2015
2015-2016
126,6
100,6
97,5
84,6
124,1
66,6
122,3
68,2
115,6
71,9
118,0
75,9
118,1
68,5
16,9
17,5
17,6
16,9
16,5
16,2
Sous-total
348,5
347,6
334,7
304,9
307,9
287,4
Moins : revenus disponibles
18,5
17,5
20,8
19,9
20,0
20,5
Total des dépenses prévues
330,0
330,1
314,0
285,0
287,9
267,0
Concordance
avec les résultats
du
gouvernement
du Canada
Un
environnement
propre et sain
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes.
La variation entre les dépenses projetées en 2012-2013 et les dépenses prévues en 2013-2014 est
attribuable en grande partie à la réduction du paiement à Conservation de la nature Canada. En ce qui
concerne la diminution de 2014-2015 à 2015-2016, la variation est attribuable en grande partie à
l’interruption des fonds supplémentaires fournis au budget de 2013 en raison de l’élimination graduelle
du programme pour la Loi sur les espèces en péril.
14
ENVIRONNEMENT CANADA
Résultat stratégique 2 : La population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux conditions
changeantes du temps, de l’eau et du climat.
Programme
Services météorologiques et
environnementaux pour les
Canadiens
Services météorologiques et
environnementaux pour les
utilisateurs ciblés
Dépenses
Dépenses
réelles 2010- réelles 20112011
2012
Dépenses projetées
en 2012-2013
Concordance
avec les résultats
du
gouvernement
2013-2014 2014-2015 2015-2016
du Canada
Dépenses prévues
190,9
175,0
181,8
156,1
161,5
162,3
58,8
59,4
76,5
64,9
65,2
60,2
Sous-total
249,7
234,4
258,3
221,0
226,7
222,5
Moins : revenus disponibles
39,8
37,9
43,8
41,9
42,1
41,6
Total des dépenses prévues
209,9
196,5
214,5
179,1
184,6
180,8
Un
environnement
propre et sain
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes.
La variation entre les dépenses projetées en 2012-2013 et les dépenses prévues en 2013-2014 est
attribuable en grande partie au transfert de responsabilités et de fonds à Services partagés Canada et à
la conclusion de l’engagement de trois ans de fournir du financement accéléré dans le cadre de l’Accord
de Copenhague.
Résultat stratégique 3 : Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur environnement
sont minimisées
Programme
Gestion des substances et des
déchets
Changements climatiques et
Qualité de l’air
Promotion de la conformité et
Application de la loi – Pollution
Sous-total
Concordance
avec les résultats
du
2013-2014 2014-2015 2015-2016 gouvernement
du Canada
Un
76,7
70,5
69,5
environnement
propre et sain
180,3
230,6
115,9
Dépenses prévues
Dépenses
réelles
2010-2011
Dépenses
réelles
2011-2012
Dépenses projetées
en 2012-2013
106,0
85,3
87,7
162,3
119,2
232,1
40,0
43,3
46,8
44,1
42,4
42,3
308,2
247,8
366,6
301,1
343,5
227,7
Moins : revenus disponibles
3,7
3,0
3,1
3,1
2,8
2,8
Total des dépenses prévues
304,5
244,8
363,6
298,1
340,7
224,9
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes.
La diminution des dépenses prévues en 2013-2014 comparativement aux dépenses projetées en 20122013 est attribuable en grande partie à des facteurs tels que l’élimination graduelle du financement
accéléré du Canada et les mesures d’économies annoncées au budget de 2012. Les variations pour les
dépenses prévues en 2013-2014 sont attribuables en grande partie aux exigences accrues de
financement pour la fondation Technologies du développement durable du Canada (TDDC), compensées
par les mesures d’économies supplémentaires annoncées au budget de 2012. Les variations pour 20152016 sont attribuables aux réductions dans le financement de la fondation TDDC.
SECTION I: VUE D'ENSEMBLE DU MINISTÈRE
15
Services internes
Dépenses
réelles
2010-2011
Programme
Dépenses
réelles
2011-2012
Dépenses prévues
Dépenses projetées
en 2012-2013
2013-2014 2014-2015 2015-2016
Services internes
242,9
237,2
195,8
190,1
178,6
173,9
Sous-total
242,9
237,2
195,8
190,1
178,6
173,9
Moins : revenus disponibles
0,2
0,1
0,2
0,7
0,7
0,7
Total des dépenses prévues
242,7
237,1
195,5
189,4
177,9
173,3
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes.
Concordance
avec les
résultats du
gouvernement
du Canada
S.O.
La variation entre les dépenses réelles en 2011-2012 et les dépenses projetées en 2012-2013 s’explique
par le transfert de responsabilités et de fonds à Services partagés Canada.
Total résumant la planification (en millions de dollars)*
Programmes de
résultats
stratégiques et
services internes
Dépenses
réelles
2010-2011
Dépenses
réelles
2011-2012
Dépenses projetées
en 2012-2013
1 087,1**
1 008,5
1 087,6
Dépenses prévues
2013-2014
2014-2015
2015-2016
951,6
991,1
846,0
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes
**Veuillez noter que ce chiffre exclut les dépenses réelles de 1,8 million de dollars en 2010–2011 encourues dans le cadre du Projet gazier
Mackenzie (PGM). La responsabilité pour le PGM et le Bureau du PGM de l’Administration publique fédérale a été transférée au ministre des
Affaires autochtones et du Développement du Nord en février 2011.
16
ENVIRONNEMENT CANADA
Profil des dépenses
Pour l’exercice financier de 2013-2014, Environnement Canada prévoit dépenser 951,6 millions de
dollars pour atteindre les résultats prévus de ses Programmes et contribuer à ses Résultats stratégiques.
Le diagramme ci-dessous illustre l’affectation des dépenses prévues par Environnement Canada par
Résultat stratégique en 2013–2014.
RS 1 : L'environnement naturel du
Canada est préservé et restauré pour
les générations actuelles et futures
TOTAL : 951,6 M $
Services internes
20 %
RS 1
30 %
RS 2 : La population canadienne est
équipée pour prendre des décisions
éclairées quant aux conditions
changeantes du temps, de l'eau et du
climat
RS 3 : Les menaces que représente la
pollution pour les Canadiens ainsi
que pour leur environnement sont
minimisées
RS 3
21 %
RS 2
19 %
Services internes
Le graphique suivant illustre la tendance en matière de dépenses d’Environnement Canada
de 2009-2010 à 2015-2016.
Tendance des dépenses
Millions $
1 200
Dépenses réelles
Dépenses
projetées
Dépenses
1 150
1 100
1 050
1 000
950
900
850
800
750
2009-2010
2010-2011
Dépenses totales
2011-2012 2012-2013 2013-2014
Exercice financier
2014-2015
2015-2016
Dépenses totales + Programmes à financement temporaire
Remarque : Ces chiffres n’incluent pas les revenus disponibles. Les dépenses projetées comprennent le Budget principal des dépenses de
2012-2013 et le budget supplémentaire des dépenses A, B et C anticipées de 2012-2013 ainsi que les conventions collectives. La tendance à la
baisse des dépenses permettra au Ministère de retrouver les niveaux de budget et de dotation de 2006-2007 d’ici la fin de 2015-2016.
SECTION I: VUE D'ENSEMBLE DU MINISTÈRE
17
Entre 2009-2010 et 2011-2012, les dépenses réelles représentent les dépenses effectives telles que
présentées dans les Comptes publics. Pour ce qui est de l’exercice financier de 2012-2013, les dépenses
projetées représentent les dépenses budgétaires et législatives prévues telles que présentées dans les
documents budgétaires (Budget principal des dépenses et budget supplémentaire des dépenses). Pour
ce qui est de la période se situant entre 2013-2014 et 2015-2016, les dépenses prévues reflètent le
financement approuvé par le Conseil du Trésor pour appuyer les Résultats stratégiques du Ministère.
Comme on peut le constater dans le diagramme ci-dessus, en 2010-2011 le niveau de dépenses
d’Environnement Canada était de 1,089 milliard de dollars, une baisse de 6,2millions de dollars (0,6 %)
depuis 2009-2010. De plus, les dépenses réelles d’Environnement Canada en 2011-2012 étaient de
1,008 milliard de dollars, une réduction de 80,4 millions de dollars (7,4 %) comparativement aux
dépenses réelles de 2010-2011. Cette réduction est attribuable en grande partie au transfert de
responsabilités à Services partagés Canada et à l’élimination graduelle du Programme national de mise à
la ferraille et du Plan d’action économique du Canada.
Entre 2011-2012 et 2012-2013, le graphique indique une tendance à la hausse en raison de
l’augmentation des dépenses prévues pour :
• le financement accéléré du Canada en vertu de l’Accord de Copenhague;
• le programme de Technologie de développement durable Canada (TDDC);
• l’initiative des éléments nutritifs des Grands Lacs.
Ces augmentations sont en partie annulées par le transfert de responsabilités à Services partagés
Canada et les réductions attribuables aux mesures d’économies annoncées dans le budget de 2012.
La diminution nette entre les dépenses projetées en 2012-2013 et les dépenses prévues en 2013-2014
est attribuable en grande partie aux facteurs suivants :
• l’élimination graduelle du financement accéléré du Canada en vertu de l’Accord de Copenhague;
• les mesures d’économies supplémentaires annoncées au budget de 2012;
• la diminution des dépenses prévues pour les fondations (telles que Conservation de la nature
Canada);
• le financement réduit reçu du Conseil du Trésor concernant les ajustements et les transferts
en cours d’année.
Pour l’explication des variations des dépenses prévues entre 2013-2014 et 2015-2016, veuillez consulter
l’analyse présentée à la section Résumé de la planification de la page 14.
Budget des dépenses par crédit voté
Pour obtenir de l’information sur les affectations par organisation, veuillez consulter le Budget principal
des dépenses de 2013-2014 iv.
18
ENVIRONNEMENT CANADA
Contribution à la Stratégie fédérale du développement durable
La Stratégie fédérale du développement durable (SFDD) décrit l’engagement du gouvernement du
Canada quant à l’amélioration de la transparence du processus décisionnel, en articulant ses principaux
objectifs et cibles environnementaux stratégiques. Le gouvernement consultera la population en 20132014 au sujet du second cycle triennal de la SFDD (2013-2016). La SFDD de 2013-2016 sera achevée en
2013-2014. Elle sera présentée dans le cadre du rapport de rendement de fin d’exercice
de 2013-2014.
Environnement Canada s’assure que cet engagement est pris en considération dans le cadre de ses
processus décisionnels. Tout particulièrement, par l’entremise du processus fédéral d’Évaluation
environnementale stratégique (EES), tout nouveau plan, politique ou initiative de programme comprend
l’analyse de ses répercussions sur l’atteinte des objectifs et des cibles de la SFDD. Les résultats des EES
sont dévoilés lors de l’annonce d’une initiative, illustrant l’engagement du Ministère à atteindre ces
objectifs et cibles.
Le Ministère contribue à ces thèmes de la SFDD, comme le montrent les icônes ci-dessous :
Ces contributions sont des composantes des trois résultats stratégiques du Ministère. Pour obtenir plus
de détails sur les activités d’Environnement Canada à l’appui du développement durable, veuillez
consulter la section II du présent RPP et le site Web d’Environnement Canada v. Pour obtenir tous les
détails de la SFDD, veuillez vous rendre sur le site Web de la SFDD vi.
SECTION I: VUE D'ENSEMBLE DU MINISTÈRE
19
SECTION II : ANALYSE DES PROGRAMMES
PAR RÉSULTAT STRATÉGIQUE
La présente section donne un aperçu de la planification et des résultats attendus de 2013-2014, ainsi
que des engagements du Ministère dans le cadre de la Stratégie fédérale du développement durable
(SFDD) pour chaque programme ministériel. Les faits saillants présentés en matière de planification sont
les activités que le Ministère prévoit entreprendre qui concordent et appuient directement tant la
prestation que l’avancement des programmes en vue de respecter les trois priorités organisationnelles
stratégiques du Ministère et sa priorité en matière de gestion. Ensemble, ces faits saillants illustrent
l’orientation stratégique et opérationnelle du Ministère pour l’année qui s’amorce et les années à venir.
Résultat stratégique 1 :
L’environnement naturel du Canada est préservé et restauré pour les générations actuelles
et futures.
Indicateurs de rendement
3
Pourcentage de terres protégées pour mesurer l’effort
de conservation
Cibles
4
17 % d’ici 2020
Programmes pour le résultat stratégique 1 :
1.1 Biodiversité - Espèces
sauvages et habitats
1.2 Ressources en eau
1.3 Écosystèmes durables
Programme 1.1 : Biodiversité – Espèces sauvages et
habitat
Description du programme
Ce programme a pour objectif d’empêcher la perte de la
biodiversité, tout en maintenant l’utilisation durable, en
protégeant et rétablissant les espèces en péril, en
conservant, restaurant et remettant en état des habitats
importants et en assurant la conservation et la gestion des
3
1.4 Promotion de la conformité
et application de la loi – Faune
Avantages pour les Canadiens
Les travaux d’Environnement Canada dans le
cadre de ce programme (y compris la recherche et
la surveillance scientifique) documentent les
activités de gestion en vue d’appuyer le maintien
de populations d’espèces, d’habitats et de
ressources génétiques viables, tout en tenant
compte des considérations sociales et
économiques. La biodiversité contribue aux biens
et services essentiels qui procurent aux Canadiens
des avantages économiques, sociaux/culturels et
écologiques.
Une aire « protégée » est un espace géographique clairement défini, reconnu, dédié et géré – par des moyens juridiques et par d’autres
moyens efficaces pour assurer la conservation de la nature à long terme avec les services écosystémiques et les valeurs culturelles connexes.
4
Les parties à la Convention sur la diversité biologique ont déterminé une cible ambitieuse en octobre 2010, celle de mettre de côté 17 % des
aires terrestre et des eaux intérieures et au moins 10 % des aires marines d’ici 2020. Le Canada, en tant que signataire de la Convention,
contribue à atteindre cette cible mondiale. Une cible nationale spécifique pour le Canada est en voie d’élaboration dans le cadre d’une
consultation avec les provinces, les territoires et les divers intervenants, constituant ainsi une cible pancanadienne plutôt qu’une cible
gouvernementale.
20
ENVIRONNEMENT CANADA
populations d’oiseaux migrateurs, y compris grâce à l’établissement et au maintien d’un réseau d’aires
protégées et de programmes d’intendance. Il vise également à assurer une évaluation, une planification
et des mesures nationales coordonnées et cohérentes pour protéger la biodiversité, notamment les
populations viables d’espèces, les écosystèmes en santé et diversifiés, et les ressources génétiques.
Dans le cadre de ce programme, Environnement Canada établit des partenariats stratégiques pour la
gestion intégrée du capital naturel du Canada, y compris l’intendance et la gestion durable des paysages.
Ce programme appuie également l’exécution de la Loi sur les espèces en péril, la Loi de 1994 sur la
convention concernant les oiseaux migrateurs, la Loi sur les espèces sauvages du Canada et la Loi sur la
protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de leur commerce
international et interprovincial. Dans le cadre de ses responsabilités internationales, le programme
facilite la mise en œuvre de la Convention sur la diversité biologique (1992) des Nations Unies, de la
Convention sur les oiseaux migrateurs, de la Convention sur le commerce international des espèces de
faune et de flore sauvages menacées d’extinction, du Groupe de travail sur la conservation de la flore et
de la faune dans l’Arctique du Conseil de l’Arctique et de la Convention relative aux zones humides
d’importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau (connue sous le nom
de Convention de Ramsar). Contributions à l’appui de Biodiversité – espèces sauvages et habitats sont
utilisées comme une composante de ce programme.
Programme 1.1 : Biodiversité – Espèces sauvages et habitat
Résultats attendus
Indicateurs du rendement
Les populations d’oiseaux
Pourcentage d’espèces d’oiseaux
migrateurs et d’espèces en péril
migrateurs évaluées dans les
inscrites sur la liste fédérale sont
rapports sur la situation générale
maintenues ou rétablies
dont on juge la situation bonne
Cibles
Hausse de 2 % par rapport à la
valeur déclarée antérieurement
dans chaque rapport quinquennal
sur la situation générale
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses brutes
Moins : revenus disponibles
Dépenses nettes
Dépenses budgétaires
totales (Budget principal
des dépenses)
2013-2014
100,3
(0,8)
99,5
Dépenses
prévues
2013-2014
Dépenses
prévues
2014-2015
Dépenses
prévues
2015-2016
100,6
(0,8)
99,8
97,5
(0,6)
96,9
84,6
(0,6)
84,0
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes.
Ressources humaines (équivalent temps plein — ETP)**
2013-2014
536
2014-2015
530
2015-2016
484
**Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes. Les nombres
d’ETP incluent les étudiants
Faits saillants de la planification
Améliorer la mise en œuvre du programme sur les Espèces en péril
Mise en vigueur en 2003 et 2004, la Loi sur les espèces en péril (LEP) vise à prévenir la disparition
d’espèces fauniques au Canada, à assurer le rétablissement des espèces fauniques en péril ou menacées
par l’activité humaine, appuie la gestion des espèces préoccupantes afin d’éviter qu’elles soient en péril
ou menacées et complète les vastes efforts déployés pour protéger les espèces et leur habitat.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
21
En 2013–2014, Environnement Canada définira des mesures prioritaires afin que le travail réalisé par le
Ministère et ses partenaires assure la protection et le rétablissement rapides et rentables des espèces
en péril.
Par exemple, le Ministère
•
aura davantage recours à des approches écosystémiques et à espèces multiples lors de la
planification du rétablissement et exlorera une méthodologie permettant l’achèvement rapide
des stratégies de rétablissement;
•
mettra en œuvre les éléments prioritaires des stratégies de rétablissement en vertu de la Loi sur
les espèces en péril;
•
fournira des fonds aux projets de gérance des espèces en péril en portant une attention particulière
aux terres agricoles et autochtones en raison de leur importance pour les espèces en péril et de la
possibilité pour le gouvernement fédéral de conclure des partenariats productifs dans ces régions;
•
continuera d’accélérer la délivrance de permis en vertu de la LEP et de la Convention sur le
commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES)
grâce à l’élargissement de l’attribution des permis par voie électronique;
•
élaborera des orientations pour démontrer comment les exigences de la LEP peuvent être abordées
à chaque étape d’une évaluation environnementale en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation
environnementale de 2012 (LCEE de 2012) et des orientations politiques de la LEP sur les nouvelles
normes de service en matière de permis et les accords d’intendance.
Adopter une approche de collaboration pour protéger et conserver la biodiversité au Canada et à
l’étranger, y compris grâce à la création d’un plan national de conservation
Au Canada, des organismes fédéraux, les provinces et les territoires, les gouvernements autochtones, les
gouvernements régionaux et municipaux, l’industrie, les propriétaires fonciers, les conseils de cogestion
de la faune et d’autres intervenants se partagent la responsabilité de la conservation de la faune.
Environnement Canada continuera de collaborer avec ces intervenants pour faciliter la conservation de
la biodiversité.
Voici quelques-uns des principaux faits saillants des plans pour 2013-2014 :
•
poursuivre l’élaboration d’un Plan de conservation national grâce à des
discussions permanentes avec les principaux partenaires et
intervenants pour profiter des réussites et l’exploration d’approches
innovantes pour préserver la biodiversité, améliorer la connectivité
écosystémique, rétablir les écosystèmes détériorés et encourager les
Canadiens à apprécier et à préserver la nature
Stratégie de rétablissement du
caribou boréal
Environnement Canada, en collaboration
avec ses homologues provinciaux et
territoriaux, a instauré une stratégie de
rétablissement du caribou boréal. La
stratégie globale vise à atteindre l’objectif
de populations locales autosuffisantes dans
toutes les aires de répartition du caribou
boréal, dans la mesure du possible. Elle
offre une approche pratique, équilibrée et
souple aux gouvernements provinciaux et
territoriaux (chargés de mettre en œuvre la
stratégie dans leur région) permettant de
rétablir les espèces de la façon la plus
appropriée aux circonstances locales.
•
finaliser la réponse nationale du Canada au Plan stratégique de 20112020 élaboré dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique
de la 11e Conférence des Parties (CdP11) grâce à l’établissement
d’objectifs, de cibles et d’indicateurs nationaux sur la biodiversité en
consultation avec les provinces, les territoires et d’autres intervenants
•
collaborer avec des intervenants et des partenaires aux stratégies de
rétablissement des espèces en péril prioritaires telles que le caribou boréal (voir l’encadré) et les
oiseaux migrateurs
22
ENVIRONNEMENT CANADA
•
contribuer à la conservation de la biodiversité dans l’Arctique en présidant le groupe de travail sur
la conservation de la faune et de la flore et en appuyant le Programme de gestion de la biodiversité
circumpolaire et l’Évaluation de la biodiversité dans l’Arctique
•
achever un plan de gestion des ours polaires 5 qui s’appuie sur les mesures prises par Environnement
Canada, les provinces et les territoires ainsi que les conseils régionaux de gestion de la faune pour
préserver cette espèce au Canada et à l’échelle internationale
•
revoir et moderniser les règlements sur les oiseaux migrateurs et veiller à ce qu’ils demeurent
pertinents, efficaces et conformes aux lois.
•
publier et promouvoir auprès des provinces, des municipalités, des grands propriétaires fonciers et
d’autres utilisateurs potentiels les stratégies complètes sur les régions de conservation des oiseaux
pour chacune des 12 régions de conservation vii et des sous-régions additionnelles au Canada
•
continuer de faire avancer la désignation de nouvelles
zones protégées et de nouveaux sites protégés dans les
Territoires du Nord-Ouest et le renouvellement de
l’Entente sur les répercussions et les avantages pour les
Inuits pour des zones protégées au Nunavut
•
aborder la question de la biodiversité terrestre par le
biais du Plan de mise en œuvre conjoint Canada-Alberta
pour la surveillance visant les sables bitumineux, y
compris la promotion du développement responsable
dans les sables bitumineux (voir encadré)
•
poursuivre les travaux avec Pêches et Océans Canada
pour créer une Réserve nationale de faune en milieu
marin aux îles Scott (Colombie-Britannique), une zone
comportant la plus forte concentration d’oiseaux marins
nicheurs dans l’océan Pacifique du Canada, dans le cadre
de l’élargissement et du maintien d’approximativement
12 millions d’hectares à l’intérieur du Réseau d’aires
protégées.
Surveillance de la biodiversité dans les sables
bitumineux
Des améliorations à la surveillance de la biodiversité (ainsi
que de l’eau et de l’air) dans la région des sables
bitumineux sont apportées par étapes pendant la période
de 2012 à 2015, dans le cadre du Plan de mise en œuvre
conjoint Canada-Alberta pour la surveillance des sables
bitumineux. Voici quelques initiatives relatives à la
biodiversité :
•
élargir les activités de surveillance de la biodiversité
pour y inclure toutes les régions de production de
sables bitumineux actuelles et potentielles (y
compris les rivières Athabasca et de la Paix et Cold
Lake);
•
entreprendre une surveillance de cause à effet pour
mieux comprendre et gérer les impacts de différents
types de perturbations des terres sur la biodiversité;
•
améliorer l’imagerie à haute résolution pour mieux
comprendre et prévoir les tendances en matière de
biodiversité.
Ces travaux sont menés par le gouvernement et financés
par l’industrie; les données qui en résulteront seront
facilement accessibles au public.
D’autres faits saillants importants de la planification pour 2013-2014 comprennent la collaboration
continue avec des partenaires, afin de mettre en œuvre un ensemble national de relevés de surveillance
aviaire, de manière à appuyer le rôle du Programme d’intendance de l’habitat (un effort conjoint avec
Pêches et Océans Canada et l’agence Parcs Canada); fournir de manière continue des conseils
scientifiques par l’entremise d’évaluations environnementales et l’examen continu et la délivrance de
permis en vertu de la LEP, de la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs de 1994 et de la
Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées
d’extinction.
5
Le Canada abrite les deux tiers de la population mondiale d’ours polaires et ce mammifère est considéré comme une « espèce préoccupante »
en vertu de la LEP.
SECTION II : ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
23
Les activités de ce programme contribuent également au « Thème III : Protéger la nature » de la
Stratégie fédérale du développement durable :
Tableau de la Stratégie fédérale du développement durable (SFDD) 2010-2013
Objectifs de la SFDD
Indicateurs de rendement de la
Cibles de la SFDD
SFDD
Objectif 5 : Conservation de la
faune – Maintenir ou rétablir
les populations fauniques à des
niveaux sains
Pourcentage d’espèces inscrites
pour lesquelles le rétablissement a
été jugé réalisable dans les cas où la
tendance de la population (lorsque
disponible) au moment de la
réévaluation était conforme à la
stratégie de rétablissement
Proportion d’espèces d’oiseaux
migrateurs dont la population varie
dans les limites acceptables des
objectifs relatifs à la population (les
tendances relatives à la population
des oiseaux migrateurs feront l’objet
d’un rapport en juin 2012)
Objectif 6 : Conservation et
protection des
écosystèmes/habitats –
Conserver des écosystèmes
productifs et résilients ayant la
capacité de se rétablir et de
s'adapter; et protéger les zones
de façon à ce qu'elles ne soient
pas altérées pour les
générations actuelles et
futures
Espaces conservés en tant que
pourcentage de la quantité totale
nécessaire pour l’atteinte des
objectifs pour une population qui a
trait à tous les oiseaux migrateurs
prioritaires et à toutes les espèces
en péril
Incidence de l’introduction
d’espèces envahissantes (et nombre
de voies d’invasion contrôlées)
Cible 5.1 : Conservation de la faune
terrestre et aquatique – La tendance
des populations (lorsqu'elle est
disponible) au moment de la
réévaluation cadre avec le
programme de rétablissement de
100 % des espèces en péril inscrites
(dont le rétablissement a été jugé
réalisable) d'ici 2020
Cible 5.2 : Conservation de la faune
terrestre et aquatique – Une cible
pour la proportion d'espèces
d'oiseaux migrateurs dont la
population varie dans des limites
acceptables des objectifs relatifs à la
population sera établie en 2011 après
que la base de données sur la
6
situation des oiseaux sera terminée
Cible 6.1 : Écosystèmes et habitats
terrestres, habitats non protégés dans
un parc – La cible pour les habitats
afin d'appuyer la conservation des
oiseaux migratoires et les espèces en
péril prioritaires sera fixée d'ici 2015
Cible 6.4 : Gérer des menaces pour les
écosystèmes – Les menaces posées
par l’entrée au Canada de nouvelles
espèces exotiques envahissantes sont
comprises et seront réduites d’ici
2015
Remarque : en 2013-2014 le gouvernement finalisera le second cycle triennal de la SFDD (2013-2016), qui fournira la base du
rapport sur le rendement débutant avec le rapport de rendement de fin d’exercice de 2013-2014.
6
Une cible sur la proportion d’espèces d’oiseaux migrateurs respectant les objectifs de population sera déterminée lorsque ces objectifs seront
finalisés avec les provinces et les territoires en 2013.
24
ENVIRONNEMENT CANADA
Programme 1.2 : Ressources en eau
Description du programme
Ce programme gère les conséquences de la croissance
Avantages pour les Canadiens
économique, des changements climatiques et d’autres
Environnement Canada joue un rôle
facteurs sur les ressources en eau, afin de veiller à ce que
important dans la prestation du leadership
les menaces qui pèsent sur celles-ci et sur les
scientifique requis par l’ensemble des
écosystèmes aquatiques du Canada soient réduites au
instances canadiennes pour documenter la
gestion durable des ressources en eau du
minimum, et que la durabilité de la ressource soit
Canada. Les Canadiens tirent profit de ce
maintenue. La conservation, la protection et l’utilisation
programme de diverses façons : il permet de
durable des ressources en eau sont essentielles au bienmieux comprendre les impacts des activités
être économique, social et écologique du Canada. La
humaines sur les ressources en eau et la santé
des écosystèmes aquatiques; il prend des
mise en œuvre du programme se fait en collaboration
mesures pour rétablir et préserver les
avec des partenaires, notamment d’autres ministères
ressources aquatiques au Canada et il
fédéraux, les provinces et territoires et diverses
améliore la gestion des ressources aquatiques
organisations non gouvernementales. Par l’entremise de
à travers les provinces et les territoires.
ce programme, Environnement Canada contribue à
remédier aux problèmes d’eau et joue un rôle, en collaboration avec d’autres ministères, dans
l’établissement des priorités pour la qualité et la quantité de l’eau ainsi que dans la surveillance et la
recherche pour les les écosystèmes aquatiques, en fournissant des données scientifiques et des conseils
aux décideurs et en établissant de meilleures pratiques de gestion. Ce programme facilite l’application
de la Loi sur les ressources en eau du Canada, de la Politique fédérale relative aux eaux (1987), de la Loi
canadienne sur la protection de l’environnement (1999), de la Loi sur les pêches et de la Loi du traité des
eaux limitrophes internationales. Des contributions pour protéger les ressources en eau sont utilisées
comme une composante de ce programme.
Programme 1.2 : Ressources en eau
Résultats attendus
Les menaces qui pèsent sur les
ressources en eau et les
écosystèmes aquatiques sont
réduites au minimum, et la
durabilité de la ressource est
maintenue
Indicateurs du rendement
Pourcentage des principaux sites
de surveillance nationaux,
compris dans l’Indice de la
qualité de l’eau douce des
Indicateurs canadiens de
durabilité de l’environnement,
dont la qualité de l'eau était
bonne ou excellente
Cibles
50 % des principaux sites de
surveillance nationaux à
l’intérieur du groupe de données
de 2010-2012 dont la qualité de
l’eau était bonne ou excellente
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses brutes
Moins : revenus disponibles
Dépenses nettes
Total des dépenses
budgétaires (Budget
principal des dépenses)
2013-2014
115,6
(18,8)
96,8
Dépenses
prévues
2013-2014
Dépenses
prévues
2014-2015
Dépenses
prévues
2015-2016
115,6
(18,8)
96,8
118,0
(19,3)
98,7
118,1
(19,8)
98,2
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes
SECTION II : ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
25
Ressources humaines (Équivalent temps plein — ETP)**
2013-2014
795
2014-2015
785
2015-2016
787
** Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes. Les nombres
d’ETP incluent les étudiants
Faits saillants de la planification
Plan de mise en œuvre conjoint Canada-Alberta
pour la surveillance des sables bitumineux
Surveillance accrue de l’eau dans les sables bitumineux
Le Plan de mise en œuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance des
sables bitumineux verra des programmes de surveillance accrue de l’eau
(ainsi que des terres et de l’air), alors que les améliorations seront
entièrement mises en œuvre d’ici 2015. Voici des exemples de surveillance
accrue de l’eau
Environnement Canada contribue au plan de mise
en œuvre conjoint en menant des travaux de
surveillance, de recherche et d’analyse des
•
meilleure coordination de l’évaluation des paramètres liés à l’eau
ressources aquatiques dans la région du cours
(qualité, quantité, sédiments, poissons), permettant d’évaluer les
inférieur de la rivière Athabasca. Ces activités
effets cumulatifs;
permettront de mieux comprendre les impacts du
•
nouvel échantillonnage systématique de la neige et des pluies afin de
développement des sables bitumineux sur la
mieux comprendre la relation entre les processus atmosphériques, le
qualité et la quantité d’eau, sur la santé de
dépôt des substances et le ruissellement de l’eau de surface qui
s’infiltre dans les plans d’eau et se déplace en aval.
l’écosystème aquatique et sur les lacs sensibles
aux acides dans la région. D’ici à la mise en œuvre
complète du Plan de mise en œuvre conjoint en 2015, il y aura
•
davantage de sites d’échantillonnage sur une région plus étendue, alors que le nombre de sites
aquatiques passera de 21 à plus de 40;
•
une augmentation du nombre et des types de paramètres échantillonnés;
•
une augmentation de la fréquence d’échantillonnage.7
Mettre en œuvre une approche complète pour la protection de l’eau
Afin de faciliter le Plan d’action pour l’assainissement de l’eau du gouvernement du Canada,
Environnement Canada entreprendra certaines activités dans le but de poursuivre l’assainissement des
principaux plans d’eau et la prévention de la pollution, d’améliorer la science de l’eau qui permet les
évaluations environnementales ainsi que les données météorologiques pour gérer l’eau.
Les travaux en 2013-2014 dans le cadre de cette
approche complète comprendront ce qui suit :
•
fournir aux offices des eaux de la Commission
mixte internationale (CMI) des données sur la
qualité et la quantité d’eau et participer à
l’approche de gestion adaptative
(apprentissage par la pratique) de la CMI.
Plus précisément, le Ministère fournira
l’expertise pour régulariser le débit d’eau du
lac Ontario au fleuve St-Laurent, du lac
Supérieur au lac Huron et dans les nombreux
fleuves et rivières transfrontaliers de la CMI,
7
Améliorer la surveillance de la qualité de l’eau douce
Environnement Canada élabore de nouvelles approches et de nouveaux
outils pour renforcer ses activités de surveillance de la qualité de l’eau .Une
approche fondée sur le risque a été élaborée en vue d’identifier et de
surveiller adéquatement les menaces à la qualité de l’eau et à la santé de
l’écosystème aquatique propres à un site et ce, pour chaque site de
surveillance à travers le Canada. De plus, de nouvelles techniques d’analyses
d’efficacité statistique innovantes ont été mises au point pour assurer une
fréquence d’échantillonnage optimale pour la collecte de données.
Également, une nouvelle approche fondée sur le risque dans les bassins est
actuellement en cours d’élaboration; elle permettra l’optimisation des sites
de surveillance de la qualité de l’eau afin de surveiller les zones où les
impacts des activités industrielles et humaines sont les plus importants. Ces
outils scientifiques transformeront la façon de mener le programme
national de surveillance de la qualité de l’eau dans les années à venir.
Pour obtenir plus d’information sur les activités de surveillance de l’eau faisant partie du Plan, veuillez consulter l’adresse
suivante : www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=D87FA775-1&news=DC1E489F-7A47-4241-96D3-2E37344833B6.
26
ENVIRONNEMENT CANADA
de la Colombie-Britannique au Nouveau-Brunswick. L’objectif est de protéger les écosystèmes et
d’éviter les inondations, tout en fournissant suffisamment d’eau pour combler les besoins
économiques que ces cours d’eau importants appuient.
•
renforcer la surveillance de la qualité de l’eau à l’aide d’une approche fondée sur le risque et d’outils
mis au point dans le cadre du plan d’action ministériel en réaction au Rapport de l’automne 2010 du
Commissaire à l’environnement et au développement durable
•
collaborer avec d’autres ministères fédéraux, afin d’appuyer la surveillance des ressources
aquatiques dans le Nord, par exemple, en fournissant les données hydrologiques dans l’Arctique et
en contribuant à l’évaluation des impacts des changements climatiques
À l’échelle internationale, le Ministère continuera de participer aux activités internationales relatives
aux programmes hydrométriques et d’en tirer profit, notamment grâce :
•
aux travaux bilatéraux avec les États-Unis (U.S. Geological Survey et la National Oceanic and
Atmospheric Administration) sur la formation hydrométrique et les percées technologiques comme
les outils permettant de mesurer la profondeur de l’eau et les débits des cours d’eau
•
aux travaux multilatéraux, en s’acquittant des obligations du Canada à l’égard de l’Organisation
météorologique mondiale dans le cadre de travaux avec la Commission pour l’hydrologie (CHy) sur
les systèmes de base en hydrologie, en analyse de la fréquence des inondations et en renforcement
des capacités, pour ne nommer que quelques activités.
Parmi les avantages nationaux et internationaux figurent le transfert de technologies en hydrologie et
en hydrométéorologie, le partage de données et de renseignements nécessaires pour gérer l’eau de
surface et les ressources en eau, et l’appui à la recherche sur les tendances, la variabilité et les
changements climatiques.
Les activités de ce programme contribuent également au « Thème II : Maintenir la qualité et la
disponibilité de l’eau » de la Stratégie fédérale du développement durable :
Tableau de la Stratégie fédérale du développement durable (SFDD) 2010-2013
Objectifs de la SFDD
Objectif 3 : Qualité de l’eau –
Protéger et améliorer la qualité de
l’eau pour qu'elle soit propre, saine
et sécuritaire pour tous les
Canadiens et qu'elle soutienne des
écosystèmes sains
8
Indicateurs de rendement de
la SFDD
Changements annuels à la
classification recommandée des
aires de croissance des
mollusques en fonction des
mesures de qualité de l’eau
8
historiques
Cibles de la SFDD
Cible 3.8 : Qualité de l’eau de mer –
Réduire les risques pour les Canadiens
et les incidences sur le milieu maritime
posés par la pollution causée par les
activités terrestres
S’applique aux océans.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
27
Objectif 4 : Disponibilité de l’eau –
Améliorer l'information pour que
les Canadiens puissent gérer et
utiliser les ressources en eau d’une
manière qui cadre avec la durabilité
de la ressource
Consommation d’eau par les
principaux secteurs selon les
relevés sur l’utilisation de l’eau
Cible 4.1 : Gestion et utilisation des
ressources en eau – Promouvoir la
conservation et l'utilisation avisée de
l'eau pour réaliser une réduction de
30 % ou une efficacité accrue de
l'utilisation de l'eau dans divers
secteurs d'ici 2025 (d'après les niveaux
9
d'utilisation de l'eau en 2009)
Remarque : en 2013-2014 le gouvernement finalisera le second cycle triennal de la SFDD (2013-2016), qui fournira la base aux
fins de rapport sur le rendement débutant avec le rapport de rendement de fin d’exercice pour 2013-2014.
Programme 1.3 : Écosystèmes durables
Avantages pour les Canadiens
Description du programme
Grâce à des ententes de partenariat, le
Ministère fait directement profiter les
intervenants de stratégies, d’information,
d’outils et de financement pour les aider à
protéger les écosystèmes à travers le
Canada. Cette collaboration et ce partage
permettent une meilleure intégration des
enjeux environnementaux à la prise de
décision et contribue à améliorer la
durabilité des écosystèmes du Canada à
long terme, permettant ainsi aux
Canadiens de profiter d’avantages
économiques et sociaux.
L’objectif de ce programme est de préserver les écosystèmes
du Canada à long terme en travaillant en collaboration avec la
population, les différents paliers gouvernementaux et le
secteur privé en leur fournissant les renseignements
environnementaux et les outils nécessaires afin qu’ils puissent
tenir compte des aspects sociaux, économiques et
environnementaux dans leurs décisions et leurs actions, y
compris par le biais d'évaluations environnementales.
L’approche écosystémique de la gestion environnementale met
l’accent sur le maintien de la capacité d’un système dans son
ensemble de produire des biens et services écologiques, tels que des ressources en eau, de l’air et de
l’eau de qualité et des ressources génétiques, lesquels soutiennent notre économie, notre sécurité,
notre santé et notre bien-être. Ce programme est au cœur de l’élaboration et de la mise en œuvre des
politiques et des stratégies en matière de durabilité d’Environnement Canada, de l’information
appuyant l’établissement de priorités intégrées à l’échelle de l’écosystème, de l’engagement
communautaire dans l’assainissement des sites, de l’engagement des jeunes et de la recherche et
l’élaboration de rapports sur la situation et les tendances environnementales. Le programme vise à
faciliter la planification interdisciplinaire et intersectorielle ainsi que l’échange de l’information entre les
partenaires. Les contributions à l'appui d’écosystèmes durables sont utilisées comme une composante
de ce programme.
Programme 1.3 : Écosystèmes durables
Résultats attendus
Indicateurs du rendement
Les Canadiens gèrent les
Pourcentage des écosystèmes
ressources écosystémiques de
canadiens où la santé de
façon à favoriser la durabilité de
l’écosystème a été évaluée
l’écosystème
comme stable ou en voie
d’amélioration
9
Cibles
À déterminer
Environnement Canada fournira une expertise hydrologique en vue de surveiller les débits d’eau et d’influer sur les cours d’eau connexes
touchés par la Loi sur la protection des eaux transfrontalières.
28
ENVIRONNEMENT CANADA
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses brutes
Moins : revenus disponibles
Dépenses nettes
Total des dépenses
budgétaires (Budget
principal des dépenses)
2013-2014
66,9
(0,3)
66,6
Dépenses
prévues
2013-2014
Dépenses
prévues
2014-2015
Dépenses
prévues
2015-2016
71,9
(0,3)
71,6
75,9
(0,0)
75,9
68,5
(0,0)
68,5
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes
Ressources humaines (équivalent temps plein — ETP)**
2013-2014
346
2014-2015
319
2015-2016
308
** Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des sommes. Les chiffres d’ETP
incluent les étudiants.
Faits saillants de la planification
Approche complète en matière de gestion écosystémique
Environnement Canada continuera de participer à une approche écosystémique en matière de gestion
environnementale avec d’autres ministères fédéraux, des gouvernements provinciaux et territoriaux et
autres groupes en vue d’évaluer l’état des écosystèmes du Canada et de s’attaquer ensemble aux
pressions et aux menaces dont sont victimes les principaux
écosystèmes.
Assainissement du récif Randle, au port de
Hamilton
Effort coordonné au sein des écosystèmes prioritaires
Par l’entremise du Cadre de gestion de l’Initiative écosystémique
prioritaire et en collaboration avec des partenaires à l’échelle du
Canada, Environnement Canada s’efforce de gérer efficacement
les ressources en eau douce et les ressources marines grâce à
l’élaboration de politiques et de stratégies et à la détermination
de priorités à l’échelle écosystémique. Les efforts de gestion des
écosystèmes du Ministère sont étroitement liés à ses travaux en
science et en surveillance à l’appui de l’eau propre (voir
Programme 1.2, page 25).
En 2013–2014, la gestion du bassin des Grands Lacs, du fleuve
St-Laurent et d’autres initiatives écosystémiques se poursuivront.
Voici ce que fera le Ministère :
Le gouvernement du Canada dirigera
l’assainissement du récif Randle au port de
Hamilton, l’un des sites de sédiments les plus
contaminés au Canada. Le récif Randle comporte
des sédiments contaminés aux produits
chimiques toxiques et aux métaux lourds,
résultat d’activités industrielles pendant
longtemps qui ont depuis cessé.
L’assainissement du récif Randle constitue la
dernière étape du rétablissement du port de
Hamilton de sorte qu’on pourra ensuite le retirer
de la liste des secteurs préoccupants en vertu de
l’Accord Canada–États-Unis relatif à la qualité de
l’eau dans les Grands Lacs. D’autres partenaires
participent à l’initiative, dont la province de
l’Ontario, les villes de Hamilton et de Burlington,
l’Autorité portuaire de Hamilton, U.S. Steel
Canada et la municipalité régionale de Halton.
•
terminer les négociations pour l’Accord Canada-Ontario de
2013 à 2017 pour la mise en œuvre de l’accord modifié (2012) relatif à la qualité de l’eau dans les
Grands Lacs et l’initiative sur les éléments nutritifs des Grands Lacs pour traiter les problèmes
complexes d’algues toxiques, nuisibles et récurrentes dans les Grands Lacs et dans le cadre de
partenariats, procéder à l’assainissement du récif Randle dans le port de Hamilton (voir l’encadré)
•
continuer de mettre en œuvre l’Accord Canada-Québec concernant le St-Laurent de 2011 à 2026.
Environnement Canada, de concert avec 17 autres ministères et organismes provenant des deux
gouvernements, mènera 48 projets visant à s’attaquer à trois enjeux prioritaires dans le St-Laurent :
conservation de la biodiversité, emplois durables et qualité de l’eau
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
29
•
honorer l’engagement du budget de 2012 de poursuivre les améliorations de la qualité de l’eau
et de la santé de l’écosystème grâce à la mise en œuvre de stratégies de rétablissement en vue de
contribuer à l’assainissement de l’eau du lac Simcoe
•
contribuer au projet de mise en œuvre du plan du sous-bassin versant du ruisseau Scanlon de
l’Office de protection de la nature de la région du lac Simcoe afin d’améliorer la qualité de l’eau,
les communautés de poissons et la capacité du lac à soutenir les activités récréatives et touristiques
•
réaliser la Phase II (2012-2017) de l’initiative du bassin du Lac Winnipeg en partant des réalisations
scientifiques de la Phase I (2008-2012) et prendre les mesures pour régler les problèmes de qualité
de l’eau, telles que la mise en œuvre d’activités de recherche et de surveillance ciblées dans le
bassin versant et l’intensification des efforts de collaboration avec les autres gouvernements à
l’intérieur du bassin versant
•
dans la région de l’Okanagan et de la mer de Salish, les occasions de collaboration relatives aux
sciences, à la surveillance et aux indicateurs sur des enjeux tels que l’évaporation des lacs et la
durabilité qui incorporent le savoir traditionnel des Premières Nations se poursuivent
•
pour les écosystèmes de l’Atlantique, poursuivre la collaboration avec les autres partenaires
régionaux pour faire progresser les efforts de conservation et de rétablissement d’importants
habitats, améliorer la qualité de l’eau et mieux répondre aux impacts des changements climatiques
grâce à des mécanismes tels que le Plan d’action 2012-2017 du Conseil du Golfe du Maine sur
le milieu marin Canada—États-Unis et l’Annexe sur l’eau du Protocole d’entente de l’Atlantique sur
la coopération environnementale.
Environnement Canada fournit un leadership fédéral dans le cadre des deux initiatives horizontales
suivantes :
Stratégies de développement durable
Environnement Canada est chargé de mettre en œuvre la Loi fédérale
sur le développement durable et oriente l’élaboration et la mise en
œuvre (y compris le suivi et la production de rapports) de la Stratégie
fédérale du développement durable (SFDD) viii, présentée au Parlement
tous les trois ans. En 2013-2014, le Ministère déposera au Parlement le
prochain cycle de la SFDD, qui couvrira la période de 2013 à 2016.
Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement
Le Ministère publie des renseignements environnementaux par
l’entremise des Indicateurs canadiens de durabilité de
l’environnement (ICDE) ix et continuera de suivre les progrès réalisés
par rapport à ces indicateurs (voir l’encadré). Le Ministère continuera
également de les mettre à jour et de les améliorer en 2013-2014 pour
en arriver à couvrir l’ensemble des indicateurs de la SFDD.
Appui à la gestion écosystémique par le biais d’évaluations
environnementales
Évaluer l’état de l’environnement et en faire
état
Les Indicateurs canadiens de durabilité de
l’environnement (ICDE) mesurent les progrès
réalisés dans le cadre de la Stratégie fédérale du
développement durable, et présentent aux
Canadiens l’état de l’environnement. Les ICDE
sont préparés par Environnement Canada, avec
l’aide de Santé Canada, Statistique Canada,
Ressources naturelles Canada, Pêches et Océans
Canada, Parcs Canada, Agriculture et
Agroalimentaire Canada ainsi que d’autres
organisations et ministères fédéraux,
provinciaux et territoriaux.
Les données et les renseignements des ICDE
décrivent les tendances au Canada et les
progrès réalisés quant aux enjeux stratégiques
des changements climatiques, de la qualité de
l’air, de la qualité et de la disponibilité de l’eau,
et de la protection de la nature—ainsi que les
liens avec les principaux facteurs sociaux et
économiques. Les indicateurs se fondent sur
une méthodologie rigoureuse et des données de
qualité élevée et régulièrement accessibles
tirées de relevés et de réseaux de surveillance.
Le développement industriel et la mise en valeur des ressources sont
des facteurs essentiels de la croissance économique au Canada, mais ils peuvent également nuire à la
30
ENVIRONNEMENT CANADA
durabilité des écosystèmes s’ils ne sont pas gérés avec soin. Grâce aux évaluations environnementales,
le gouvernement dispose d’un puissant outil de planification qui permet d’assurer que le
développement se fait sans nuire à la santé écosystémique. Environnement Canada participe à
d’importantes évaluations environnementales, comme les oléoducs et les gazoducs, les activités
minières et les projets de développement urbain, fournissant des conseils et un appui fondés sur la
science aux comités mixtes chargés de revoir une grande variété de développements. Par l’entremise du
comité de coordination des SM, le Ministère continue d’apporter une perspective interministérielle au
travail d’évaluations environnementales. Cela permet à Environnement Canada d’influer sur la durabilité
des projets qui sont les plus essentiels pour l’économie du Canada.
Les activités de ce programme contribuent également au « Thème II : Maintenir la qualité et la
disponibilité de l’eau » de la Stratégie fédérale du développement durable :
Tableau de la Stratégie fédérale du développement durable (SFDD) 2010-2013
Objectifs de la SFDD
Indicateurs de rendement de la
Cibles de la SFDD
SFDD
Objectif 3 : Qualité de
l’eau – Protéger et
améliorer la qualité de
l’eau pour qu'elle soit
propre, saine et
sécuritaire pour tous les
Canadiens et qu'elle
soutienne des
écosystèmes sains
Pour les secteurs préoccupants des
Grands Lacs, faire le suivi des
changements concernant la situation des
utilisations bénéfiques de « altérée » ou
« nécessite une évaluation approfondie »
à « non altérée » ou à « rétabli »
Indicateurs écosystémiques alignés avec
les objectifs généraux et spécifiques de
l’Accord Canada—États-Unis relatif à la
qualité de l’eau dans les Grands Lacs
Évaluation et production de rapports sur
les indicateurs de santé de l’écosystème
aquatique alignées avec les objectifs de
l’Accord Canada-Québec concernant le
fleuve St-Laurent
Réductions estimatives des éléments
nutritifs dans le lac Simcoe
Indicateurs en cours d’élaboration
Cible 3.1 : Qualité de l’eau douce – Prendre les
mesures fédérales afin de restaurer les
utilisations bénéfiques dans les secteurs
canadiens préoccupants dans les Grands Lacs
d'ici 2020
Cible 3.2 : Qualité de l’eau douce – Contribuer
à la restauration et à la protection des Grands
Lacs en élaborant des objectifs et des stratégies
pour la gestion des éléments nutritifs dans les
Grands Lacs d'ici 2015, et les faire accepter à
l'échelle binationale
Cible 3.3 : Qualité de l’eau douce – Prendre les
mesures fédérales pour réduire les polluants et
rétablir les utilisations bénéfiques dans les
zones sensibles du fleuve Saint-Laurent d'ici
2016
Cible 3.4 : Qualité de l’eau douce – Réduire
l'apport en éléments nutritifs dans le lac
Simcoe d'ici 2012
Cible 3.5 : Qualité de l’eau douce – D'ici 2012,
par des collaborations stratégiques et une
augmentation des connaissances scientifiques,
contribuer à l'établissement de cibles pour
réduire les éléments nutritifs dans le lac
Winnipeg et son bassin afin d'appuyer la
durabilité du lac
Remarque : en 2013-2014 le gouvernement finalisera le second cycle triennal de la SFDD (2013-2016), qui fournira la base du
rapport sur le rendement débutant avec celui de fin d’exercice pour 2013-2014.
Veuillez noter que le Programme 1.4 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Faune est
décrit à la page 45.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
31
Résultat stratégique 2 :
La population canadienne est équipée pour prendre des décisions éclairées quant aux conditions changeantes
du temps, de l’eau et du climat
Indicateurs de rendement
Objectifs
Indice d’avertissement météorologique (un indice
7,6 sur une échelle allant de 0 à 10, d’ici 2015
pondéré de l'à-propos et de l’exactitude d'un
(amélioration de 1,3 % de la valeur actuelle)
avertissement météorologique)
Programmes du résultat stratégique 2 :
2.1 Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
2.2 Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs
ciblés
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
Description du programme
Ce programme fournit des prévisions et des avertissements fiables, précis et opportuns ainsi que des
renseignements météorologiques et environnementaux afin de prévoir les risques et les possibilités
relatifs aux conditions changeantes de la météo, de l'eau, de la qualité de l'air et du climat, de les gérer
et de s'y adapter. Il fait appel à la surveillance, à la
Avantages pour les Canadiens
recherche, à la production et à la prestation de services, sur
Environnement Canada s’efforce de maintenir et
les fondements de données scientifiques fiables, afin d’aider
de fournir des prévisions de qualité sur les
les Canadiens à prendre des décisions éclairées pour
conditions météorologiques, aquatiques et
climatiques, sur la qualité de l’air et les glaces afin
protéger leur santé, leur sécurité et leur prospérité
d’aider les Canadiens à prendre des décisions
économique. Comme un effort mondial est nécessaire pour
éclairées et de mieux s'adapter aux risques
surveiller, comprendre et prévoir les conditions
météorologiques et environnementaux auxquels ils
météorologiques, aquatiques et climatiques, de la qualité de
sont confrontés. Les services météorologiques et
l'air et des glaces océaniques en perpétuel changement, ce
environnementaux du Ministère font en sorte que
les Canadiens ont accès à des prévisions et à des
programme procure un soutien à différents collaborateurs
avertissements fiables, opportuns et précis
au Canada et partout dans le monde, et dépend d’eux. Ses
concernant les températures extrêmes et les
principaux partenaires sont l’Organisation météorologique
dangers mettant potentiellement leur vie en
mondiale des Nations Unies et son Groupe d’experts
danger.
intergouvernemental sur l'évolution du climat, ainsi que les
médias, les universités et tous les ordres de gouvernement du Canada. Le programme aide le Ministère
à respecter les obligations et les responsabilités qui lui sont conférées par la Loi sur le ministère de
l’Environnement, la Loi sur les renseignements en matière de modification du temps, la Loi sur la gestion
des urgences (2007), la Convention de l’Organisation météorologique mondiale et les protocoles
d’entente conclus avec des organismes météorologiques nationaux et les agences spatiales. Ce
programme fournit également des prévisions et des renseignements en cas d'urgences
environnementales associées à la libération de matières toxiques et radioactives dans l'atmosphère. Des
subventions et des contributions à l’appui des Services météorologiques et environnementaux pour les
Canadiens sont utilisés comme des éléments de ce programme.
32
ENVIRONNEMENT CANADA
Programme 2.1 : Services météorologiques et environnementaux pour les Canadiens
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Pourcentage de la population d’une 30 % permanent
Les Canadiens utilisent les services région visée par un avertissement
météorologiques et
qui déclare avoir vu ou entendu un
environnementaux
récent avertissement
d'Environnement Canada.
météorologique et qui a pris des
mesures en conséquence.
Les Canadiens comprennent les
Pourcentage de la population qui À déterminer
renseignements sur les conditions comprend les renseignements sur
météorologiques, aquatiques et
le refroidissement éolien.
climatiques changeantes et les
Pourcentage des populations
De 10 à 20 % de la population
risques pour la santé et la sécurité sensibles ciblées 10 des régions
sensible (l’écart est dû à une
qui y sont associés.
sélectionnées qui reçoivent des
variation régionale) d’ici 2016.
renseignements sur la cote air
santé (CAS) qui a) établit des
changements de comportement
potentiels en réaction aux niveaux
de CAS actuels ou prévus,
conformément aux messages
sur la santé, ou qui b) établit des
changements de comportement
concrets en réaction aux niveaux
de CAS actuels ou prévus,
conformément aux messages
sur la santé
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires
totales (budget principal
des dépenses)
2013-2014
161,1
Dépenses
prévues
2013-2014
Dépenses
prévues
2014-2015
Dépenses brutes
156,1
161,5
Moins les recettes
(2,5)
(2,5)
(2,4)
disponibles
Dépenses nettes
158,5
153,5
159,1
* Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres.
Dépenses
prévues
2015-2016
162,3
(2,4)
159,9
Ressources humaines (Équivalents temps plein – ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
979
977
967
** Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres. Le nombre
d’ETP comprend les étudiants.
10
Les populations sensibles à la CAS sont composées de personnes qui présentent des affections respiratoires ou cardiovasculaires, les jeunes
enfants, les personnes âgées et celles qui pratiquent des activités en plein air.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
33
Faits saillants de la planification
Services météorologiques et environnementaux de qualité pour les Canadiens
Les travaux effectués par Environnement Canada en vue de fournir des services
météorologiques et environnementaux de qualité aux Canadiens demeureront
une priorité en 2013-2014. Les principales activités de recherche et
opérationnelles du Ministère lui permettent de fournir des renseignements, des
observations, des prévisions et des avertissements météorologiques, aquatiques
et environnementaux 24 heures par jour, tous les jours, dans les deux langues
officielles, afin de combler les besoins des Canadiens en matière de sécurité et
de développement économique. L’investissement constitue également le
fondement sur lequel sont conçus et prodigués des services adaptés à des
utilisateurs ciblés (consulter 2.2 Services météorologiques et environnementaux
pour les utilisateurs ciblés).
En 2013-2014, le Ministère poursuivra la transformation et le renouvellement de
ses services météorologiques et environnementaux afin d'assurer leur viabilité à
long terme, en mettant l’accent sur un certain nombre d’initiatives clés :
Services météorologiques
aux Canadiens
Environnement Canada
surveille plus de neuf
millions de kilomètres carrés
de terres canadiennes et
d'eaux adjacentes. Chaque
année, le Ministère fournit
aux Canadiens :
•
1,5 million de prévisions
météorologiques;
•
10 000 avertissements
de températures
extrêmes;
•
des millions
d’observations sur les
conditions
atmosphériques et
aquatiques;
•
500 000 prévisions pour
l’aéronautique;
•
200 000 prévisions
maritimes, l'état des
glaces et de la mer.
•
Continuer d’établir et d’officialiser le partenariat d’Environnement Canada
avec Services partagés Canada (SPC) pour collaborer aux principaux services
de gestion de l'information/technologie de l'information (GI/TI) et maintenir la capacité du
superordinateur, qui est vital pour fournir des prévisions et des avertissements météorologiques de
même que des renseignements environnementaux (comme des données climatiques) et pour
maintenir les services TI essentiels à la mission
Se préparer aux Jeux
•
Grâce aux investissements reçus par le truchement du budget 2011, aller de
l’avant avec l'acquisition des principales mises à niveau et les réparations à
apporter au réseau de radars
panaméricains de 2015
Fort de ses réalisations dans
la prestation de services
météorologiques spécialisés
durant les Jeux olympiques
de 2010 à Vancouver,
Environnement Canada se
prépare à fournir des services
similaires pour les Jeux
panaméricains qui se
tiendront à Toronto en 2015.
Les services comprendront
des prévisions et des
avertissements
météorologiques ainsi que
des séances d'information
afin de favoriser la sécurité
du public et de combler les
besoins pour une variété
de renseignements
météorologiques.
•
Poursuivre les principaux projets de transformation interne. Cela
comprendra l’élaboration et la mise en œuvre des premières phases du
système de prévisions météorologiques de nouvelle génération du
Ministère; ce système vise à améliorer la production et la diffusion des
renseignements et des prévisions météorologiques ainsi qu’à fournir aux
prévisionnistes de nouveaux outils et des processus issus des avancées
scientifiques et technologiques. De plus, l’accent sera mis sur l’essai et
l’apport d’améliorations essentielles au système d’avertissement
météorologique pour la prévision des températures estivales extrêmes
•
Poursuivre l’élargissement du service Cote air santé (CAS), une initiative du
Programme réglementaire sur la qualité de l'air du gouvernement du
Canada, qui facilite les décisions des Canadiens en matière de santé,
l’accent étant mis sur les communautés du Nord
•
Exploiter les possibilités de partenariat avec des intervenants, dont le
comité fédéral sur la géomatique et les observations de la Terre, par la mise de l'avant du plan
stratégique de surveillance en vue de consolider, de rationaliser et d'obtenir des économies, surtout
en matière de surveillance et de gestion des données
34
ENVIRONNEMENT CANADA
•
Générer et diffuser de nouvelles connaissances et des données sur les changements et les
variabilités climatiques en élaborant des modèles informatiques et des scénarios climatiques qui
facilitent les prévisions des variations climatiques saisonnières et à long terme; poursuivre les
recherches sur les variables relatives à la cryosphère (neige et glace) et la surface terrestre afin de
rester à l’affût des processus surface-atmosphère dans les modèles climatiques; et poursuivre les
observations des gaz à effet de serre et des aérosols afin d’établir des bases de référence pour ces
substances
Sur le plan international, le Ministère continuera de tirer profit de l’expertise scientifique en prenant
part à des partenariats multilatéraux, comme avec l’Organisation météorologique mondiale, et des
organismes météorologiques et hydrologiques nationaux de grande envergure, comme la National
Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis. La collaboration à des dossiers de grande
priorité comme l’eau, le Nord et les services climatiques (notamment par les progrès accomplis par le
Cadre mondial pour les services climatologiques) souligne la crédibilité du Ministère en tant que chef de
file dans le domaine des sciences météorologiques et sa capacité à fournir des services météorologiques
aux Canadiens.
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs ciblés
Description du programme
Ce programme fournit aux secteurs visés et à leurs organismes de réglementation les outils et les
renseignements essentiels à la prise de décisions relatives aux changements climatiques pour les aider à
prévoir les risques et les possibilités créés par les conditions météorologiques et climatiques
changeantes, les gérer et s’y adapter. Il fait appel à la surveillance, à la recherche, à la production et à la
prestation de services en vue de faciliter, pour les secteurs visés, la prise des décisions durables face aux
conditions météorologiques, aquatiques et climatiques changeantes. Il procure des observations, des
prévisions et des avertissements fiables, précis et opportuns, sur une base ininterrompue, qui
s’accompagnent d’autres outils adaptés aux besoins particuliers des utilisateurs. Il repose sur diverses
collaborations, au Canada même (y compris avec d’autres ministères gouvernementaux et des
organismes provinciaux) et à l’échelle internationale, avec l’Organisation météorologique mondiale,
l’Organisation de l’aviation civile internationale ainsi que des institutions gouvernementales
américaines. Ce programme aide le Ministère à respecter les obligations et les responsabilités qui lui
sont conférées par la Loi sur le ministère de l’Environnement et la Convention de l’Organisation
météorologique mondiale; aide d’autres ministères gouvernementaux à respecter leurs obligations dans
l’application de la Loi sur l’aéronautique, la Loi sur les océans et la Loi sur les pêches; et appuie les
protocoles d’entente conclus avec Transports Canada, la Défense nationale et différents organismes
provinciaux.
Programme 2.2 : Services météorologiques et environnementaux pour les utilisateurs ciblés
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Les secteurs visés disposent des
Niveau combiné de satisfaction
7,5 sur 10 permanents
renseignements et des services
des principaux clients du Service
météorologiques et
météorologique du Canada
11
environnementaux nécessaires
(SMC) , à partir de l’énoncé « les
services fournis par SMC
pour fonctionner de façon
efficiente et sécuritaire
répondent à mes besoins »
11
Les principaux clients comprennent NAV CANADA, le ministère de la Défense nationale et la Garde côtière canadienne.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
35
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires
Dépenses
Dépenses
totales (budget principal
prévues
prévues
des dépenses) 2013-2014
2013-2014
2014-2015
Dépenses brutes
64,9
64,9
65,2
Moins les recettes disponibles
(39,4)
(39,4)
(39,6)
Dépenses nettes
25,5
25,5
25,5
Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres.
Dépenses
prévues
2015-2016
60,2
(39,3)
20,9
Ressources humaines (Équivalents temps plein – ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
474
478
444
** Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres. Le nombre
d’ETP comprend les étudiants.
Faits saillants de la planification
Services météorologiques et environnementaux de qualité pour les utilisateurs ciblés
L’investissement qu’Environnement Canada fait dans la technologie, la génération de données, les
services de base et l’infrastructure lui permet aussi de fournir des services météorologiques et
climatologiques spécialisés à des secteurs économiques et commerciaux sensibles à la météo, comme
l’énergie, les pêches et l’exploitation des ressources. Les services météorologiques éclairent les
décisions tactiques et stratégiques, et sont essentiels à la sécurité, à la rentabilité et à la résilience
économique des opérations de ces secteurs. Le fait de disposer de l'infrastructure spécialisée et de la
technologie nécessaires pour fournir des services météorologiques aux Canadiens, auquel s'ajoute la
crédibilité du Ministère en tant que principal fournisseur dans le domaine de la science météorologique,
évite à des utilisateurs qui n'appartiennent pas à Environnement Canada de devoir tenir à jour des
systèmes parallèles, ce qui entraîne des économies pour les Canadiens.
Les principales activités que le Ministère entreprendra en 2013-2014 pour les
utilisateurs ciblés comprennent les suivantes :
Expansion des services maritimes et
des glaces dans l’Arctique
Environnement Canada élargit les
services maritimes et des glaces
prodigués à l’échelle nationale afin
de fournir une gamme complète de
renseignements météorologiques et
des glaces pour deux nouvelles zones
météorologiques (METARE)
composées des eaux de l’Arctique
canadien (comprenant le passage du
Nord-Ouest), une portion des eaux
internationales du Haut-Arctique, de
même que les eaux au nord de
l’Alaska et celles longeant la côte
ouest du Groenland. Pour améliorer
son infrastructure de surveillance, le
Ministère déploiera d’ici 2015
quelque 30 nouvelles bouées
dérivantes sur la glace et dans l’eau
et des balises sur la glace – dont plus
d'une douzaine sont déjà en place.
•
Poursuivre la mise en œuvre de l'initiative sur les zones météorologiques
de l'Arctique (METARE), dont l'agrandissement de l'infrastructure
(voir l'encadré)
•
Renouveler les ententes avec la Garde côtière canadienne pour
qu’Environnement Canada continue de lui fournir des prévisions et des
services météorologiques maritimes et concernant l’état des glaces en vue
de favoriser la sécurité du transport maritime et de soutenir les activités
de la Garde côtière canadienne, particulièrement dans le Nord
•
Poursuivre la prestation de services météorologiques pour le ministère
de Défense nationale (MDN), dont les activités qui permettent d’assurer
la pleine capacité opérationnelle du nouveau Centre météorologique
interarmées de la base des Forces armées de Gagetown (NouveauBrunswick)
•
Continuer de fournir à NAV CANADA des prévisions et des services
météorologiques de qualité, pertinents et opportuns pour l’aéronautique, selon les modalités d'un
contrat renouvelé
36
ENVIRONNEMENT CANADA
Résultat stratégique 3 :
Les menaces que représente la pollution pour les Canadiens ainsi que pour leur environnement sont
minimisés.
Indicateurs de rendement
Objectifs
Émissions canadiennes de gaz à effet de serre (équivalents de dioxyde de L’objectif national du Canada est
carbone) en mégatonnes
d’atteindre une réduction de 17 %,
d’ici 2020, par rapport aux niveaux
de 2005
Qualité de l’air ambiant au Canada (particules fines [PM2,5])
30 microgrammes par mètre cube
3
(µg/m ) par année
Programmes du résultat stratégique 3 :
3.1 Gestion des substances et des déchets
3.2 Changements climatiques et qualité de l’air
3.3 Promotion de la conformité et application de
la loi – pollution
Programme 3.1 : Gestion des substances et des déchets
Description du programme
Les activités entreprises dans le cadre de ce programme
réduisent les menaces que font peser la pollution et les
déchets découlant des activités humaines sur la santé et
l’environnement. Le programme évalue les risques pour la
santé et l’environnement que posent des substances ayant
déjà un usage commercial (substances existantes) et celles
qu'on propose d'introduire au Canada (nouvelles substances).
De plus, il élabore et met en place des mesures pour prévenir
ou gérer les risques posés par ces substances et ces déchets.
Les contributions qui facilitent la Gestion des substances et
des déchets sont utilisées en tant que composantes de ce
programme.
Avantages pour les Canadiens
Environnement Canada s’efforce de réduire
les menaces et les impacts environnementaux
des substances et des déchets nocifs, grâce à
l’évaluation, à des mesures de gestion des
risques et à des activités de délivrance de
permis ou de surveillance. Ces activités
favorisent la prévention de la pollution et la
prise de mesures hâtives ou d’atténuation des
substances nocives, ce qui réduit les risques
posés à l’environnement et aux Canadiens. La
gestion ou l'élimination des substances et des
déchets nocifs est l’élément clé qui permet de
réduire l’exposition à ces menaces pour les
générations actuelles et futures.
Programme 3.1 : Gestion des substances et des déchets
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Les menaces que font
Pourcentage des régions de drainage où les lignes
peser les substances
directrices canadiennes ou fédérales en matière de
toxiques et les déchets qualité de l'environnement ne sont pas dépassées
sur les Canadiens et
pour les substances sélectionnées qui sont
leurs effets sur
présentes dans les sédiments, l'eau ou le biote
Substances actuellement signalées en raison de cet
l’environnement sont
indicateur :
réduits
• éther diphénylique polybromé (EDP)
• perfluorooctanesulfonate (PFOS)
Objectifs
EDP :
80 % en 2014-2015
PFOS
80 % en 2013-2014
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
37
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires
totales (budget principal
des dépenses)
2013-2014
76,1
Dépenses
prévues
2013-2014
Dépenses
prévues
2014-2015
Dépenses brutes
76,7
70,5
Moins les recettes
(2,2)
(2,2)
(2,0)
disponibles
Dépenses nettes
73,9
74,6
68,5
* Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres.
Dépenses
prévues
2015-2016
69,5
(1,9)
67,5
Ressources humaines (Équivalents temps plein – ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
590
570
564
** Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres. Le nombre
d’ETP comprend les étudiants.
Faits saillants de la planification
Exécution du Plan de gestion des produits chimiques
Le lancement du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC), en 2006, a placé le Canada en position
de chef de file mondial en matière de gestion des produits chimiques et lui a permis de s'acquitter de
son obligation internationale, relative à la gestion des produits chimiques au Canada d'ici 2020.
Environnement Canada, en partenariat avec Santé Canada, poursuivra la mise en œuvre du PGPC. Au
cours des 4 prochaines années, le Ministère effectuera des évaluations des risques sur environ
1 500 substances et prendra des mesures pour gérer les risques selon les besoins. Ces substances
constituent la moitié des substances prioritaires restantes pour lesquelles on a déterminé que des
évaluations plus approfondies étaient nécessaires à la fin du processus de classification imposé par la Loi
canadienne sur la protection de l'environnement (1999) (LCPE 1999), en 2006. Environnement Canada
poursuivra aussi l’évaluation de nouvelles substances chimiques afin de s’assurer de leur innocuité avant
qu’elles fassent leur entrée sur le marché canadien; effectuera des recherches sur les substances,
comme celles qui perturbent la fonction hormonale; améliorera la sécurité des produits au Canada.
Le PGPC est une approche intégrée pangouvernementale qui comporte une action rapide sur des
substances prioritaires ainsi que la prévisibilité commerciale et la confiance du public. Les travaux en
cours en 2013-2014 comprendront les suivants :
•
Réaliser des recherches ciblées sur des substances et des questions prioritaires du PGPC et de la
LCPE 1999 et publier les évaluations provisoires ou finales des substances existantes hautement
prioritaires sur le site Web de la gestion des produits chimiques
•
Entreprendre des activités intégrées de suivi environnemental et de surveillance des produits
chimiques prioritaires dans l’air, l’eau, les sédiments, les poissons, les oiseaux et les eaux usées afin
de détecter et de caractériser les changements environnementaux
•
Poursuivre la mise au point et l’utilisation d’instruments, comme des règlements et des codes de
pratique pour la gestion des risques posés par des substances nocives
38
ENVIRONNEMENT CANADA
•
Participer à des initiatives internationales qui
soutiennent les efforts internes de saine gestion des
produits chimiques (p. ex. Convention de Stockholm
sur les polluants organiques persistants, Convention
de Bâle sur le contrôle des mouvements
transfrontaliers de déchets dangereux et de leur
élimination, et Conseil de coopération CanadaÉtats-Unis en matière de réglementation)
Le Ministère continuera d'exécuter les programmes
pour prévenir la pollution, ainsi que pour gérer et
réduire les déchets. Les plans pour 2013-2014
comprennent ce qui suit :
Réglementation et production de rapports sur les eaux
usées
Environnement Canada continuera la mise en
application du Règlement sur les effluents des systèmes
d’assainissement des eaux usées, entré en vigueur en
2012, afin qu’un traitement secondaire des eaux usées
soit effectué partout au pays. Le Ministère collaborera
avec les provinces pour rationaliser l’administration du
Règlement et éviter la duplication, lorsque la chose est
possible, y compris la mise en place d’un système
électronique de production de rapports réglementaires
sur les eaux usées.
Les normes du Canada sont en harmonie avec celles des
États-Unis et de l’Union européenne, et assurent une
coordination encore plus efficace entre le Canada et les
États-Unis en ce qui concerne la qualité des eaux
transfrontalières.
•
Mettre en application le Règlement sur les urgences
environnementales, le Règlement sur les
renseignements concernant les substances
nouvelles (de la LCPE 1999 et de la Loi sur les pêches) et les accords sur les avis environnementaux
connexes en vue de permettre la transmission opportune au Ministère des renseignements sur la
pollution accidentelle
•
Mettre en application le Règlement sur les effluents des systèmes d’assainissement des eaux usées
(voir l’encadré précédent), poursuivre l’élaboration d’un programme sur les eaux usées qui
comporte un élément de surveillance des effets environnementaux et établir des normes
appropriées pour les conditions climatiques extrêmes observées dans le Nord, faire progresser la
mise en œuvre des programmes de réglementation sur la prévention de la pollution qui visent à
réduire les déchets dangereux dans plusieurs secteurs (notamment l’exploitation minière et les
pâtes et papiers) et à terminer la règlementation des produits contenant du mercure
•
Maintenir l’exécution continue du Plan d’action sur
les sites contaminés fédéraux (PASCF) en partenariat
avec d’autres ministères et organismes fédéraux, et
s’acquitter de la responsabilité d’Environnement
Canada en tant que gardien pour la gestion de ses
sites contaminés. En 2013-2014, le Ministère
exécutera sept projets d’assainissement et huit
projets d’évaluation
•
Participer aux efforts du Canada pour prévenir la
pollution en mer (protocole de Londres), s’acquitter
des obligations imposées par la LCPE 1999 sur le
contrôle de l’immersion en mer ainsi que de celles
imposées par la Loi sur la protection de
l’environnement en Antarctique (LPEA) pour garder la
région de l’Antarctique propre et sécuritaire
Partenariat en action – Prise en charge des sites
contaminés – PASCF
Établi en 2005, le Plan d’action sur les sites contaminés
fédéraux (PASCF) est un programme horizontal qui
procure des fonds à 16 ministères fédéraux, organismes
et sociétés d’État (appelés gardiens) pour l’évaluation et
l’assainissement des sites contaminés; et à 4 ministères
fédéraux qui fournissent une expertise de soutien aux
gardiens. En octobre 2012, le ministre Kent a annoncé le
lancement de la phase II du PASCF, qui injecte un milliard
de dollars en trois ans (de 2011 à 2014) pour la tenue
d'activités d'assainissement dans environ 1 100 sites
hautement prioritaires ainsi que d'activités d'évaluation
dans 1 650 autres sites. Pour connaître l’inventaire des
x
sites contaminés fédéraux, veuillez visiter ce site Web .
Vous trouverez des renseignements détaillés sur les
résultats attendus et les dépenses prévues pour chaque
programme dans le tableau « Renseignements
supplémentaires » du Rapport sur les plans et les
xi
priorités de 2013–2014 sur ce site Web .
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
39
Les activités de ce programme contribuent aussi au « Thème I : Relever les défis des changements
climatiques et de la qualité de l’air », au « Thème II : Maintenir la qualité et la disponibilité de l'eau » et
au « Thème III : Protéger la nature » de la Stratégie fédérale de développement durable :
Tableau de la Stratégie fédérale de développement durable (SFDD) 2010-2013
SFDD
SFDD
But
Indicateur de rendement
But 3 : Qualité de l’eau – La qualité
de l'eau est protégée et améliorée
pour qu'elle soit propre, saine et
sécuritaire pour tous les Canadiens
et qu'elle soutienne des
écosystèmes sains.
But 2 : Pollution atmosphérique –
Minimiser les menaces à la qualité
de l'air afin que les Canadiens
puissent respirer de l'air pur qui
appuiera également des
écosystèmes sains.
But 3 : Qualité de l’eau – La qualité
de l'eau est protégée et améliorée
pour qu'elle soit propre, saine et
sécuritaire pour tous les Canadiens
et qu'elle soutienne des
écosystèmes sains.
SFDD
Objectif
Changement du pourcentage de réseaux
d’assainissement qui atteignent les
normes nationales en matière de qualité
des effluents
Réduction du chargement de matière
exerçant une demande biologique en
oxygène et de solides en suspension
Pourcentage des activités de surveillance
de site d’immersion qui ne déclenchent
pas de mesure de gestion du site
Objectif 3.7 : Qualité de l’eau douce–
Réduire les risques associés aux effluents
des eaux usées d'ici 2020 en collaboration
avec les provinces et les territoires
Rejets canadiens de certaines substances
contrôlées
Objectifs 2.3 et 3.12 : Gestion des produits
chimiques - Réduire les risques pour les
Canadiens et les répercussions sur
l'environnement attribuables aux
substances toxiques à la suite d'une
réduction des concentrations dans
l'environnement et de l'exposition humaine
12
à de telles substances
Pourcentage (ou nombre) de régions de
drainage où les lignes directrices
fédérales en matière de qualité de
l'environnement ne sont pas dépassées
pour les substances sélectionnées qui
sont présentes dans les sédiments, l'eau
ou le biote
Degré d’exposition à des substances
préoccupantes, par substance (pollution
13
atmosphérique seulement)
Objectif 3.9 : Qualité de l’eau de mer –
Prévenir la pollution marine causée par
l'immersion non contrôlée. S'assurer que
l'immersion autorisée soit durable de
manière à ce que 85 % des activités de suivi
environnemental des sites d'immersion ne
fassent pas ressortir la nécessité de prendre
des mesures de gestion à l'égard des sites
(comme leur fermeture)
But 6 : Conservation et protection
Suivi des urgences environnementales
Objectif 6.5 : Gestion des menaces pour les
des écosystèmes/des habitats écosystèmes - Réduire la fréquence et les
Conserver des écosystèmes
conséquences des urgences
14
productifs et résilients ayant la
environnementales qui frappent le Canada
capacité de se rétablir et de
s'adapter; et protéger les zones de
façon à ce qu'elles ne soient pas
altérées pour les générations
actuelles et futures.
Remarque : En 2013-2014, le gouvernement terminera le deuxième cycle de trois ans de la SFDD (2013-2016), qui servira de
fondement aux rapports de rendement commençant avec le rapport de rendement de fin d’année de 2013-2014.
12
Ces deux objectifs sont codirigés par le ministre de l’Environnement et le ministre de la Santé.
Cet indicateur est produit par Santé Canada.
14
D’autres ministères fédéraux et d’autres ordres de gouvernement participent également à l’atteinte de cet objectif.
13
40
ENVIRONNEMENT CANADA
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l’air
Description du programme
Avantages pour les Canadiens
Ce programme vise à protéger la santé des Canadiens, l’état
L’approche collaborative d’Environnement Canada
de l’environnement et l’économie des effets néfastes des
(à domicile et à l’étranger) pour la réglementation
des réductions d'émissions de gaz à effet de serre
polluants atmosphériques et des impacts des émissions de
et de polluants atmosphériques favorise la
gaz à effet de serre grâce à l’élaboration de règlements et
protection de la santé des Canadiens et de leur
d'autres mesures de contrôle qui s’attaquent aux émissions
environnement. Le Ministère fournit aussi des
à effet de serre et améliorent la qualité de l’air. Les actions
renseignements sur les émissions atmosphériques
aux décideurs de tous les ordres de gouvernement
s’inspirent d’analyses scientifiques et économiques fondées
ainsi qu'aux secteurs public et privé, ce qui
sur des données probantes, ainsi que sur la surveillance des
favorise la prise de décisions éclairées qui
émissions et les renseignements les concernant. Le
profitent aux Canadiens. Environnement Canada
programme comportera une collaboration continue avec
analyse le rendement environnemental des
d’autres gouvernements et intervenants; des conseils
nouvelles technologies émergentes et aide à faire
en sorte que les programmes technologiques
d’experts, en matière de sciences et de technologies
fédéraux optimisent les bienfaits
écologiques, d’évaluations et d’une gestion de programme à
environnementaux.
l’appui des décisions relatives à l’investissement
technologique et de l'élaboration de politiques et de règlements; et une coopération avec les États-Unis
pour harmoniser les règlements sur les gaz à effet de serre selon les besoins, réduire la pollution
atmosphérique transfrontalière et faire progresser la mise au point de technologies propres. Le
programme comportera également la participation aux négociations internationales visant à s'attaquer
aux changements climatiques et à la pollution atmosphérique transfrontalière, ainsi qu’aux processus
bilatéraux et multilatéraux qui sont complémentaires aux négociations internationales ou soutiennent
les positions et les objectifs du Canada dans les négociations internationales. Les contributions à l'appui
de Changements climatiques et qualité de l'air, la contribution au fonds multilatéral du protocole de
Montréal, et les subventions pour la mise en œuvre du protocole de Montréal concernant les
substances qui appauvrissent la couche d'ozone sont utilisées comme un élément de ce programme.
Programme 3.2 : Changements climatiques et qualité de l’air
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Les menaces que font
Émissions canadiennes de gaz à
L’objectif national du Canada est l’atteinte
peser les polluants
effet de serre de sources cibles
d’une réduction de 17 %, d’ici 2020, par
atmosphériques et les
ou réglementées
rapport aux niveaux de 2005
émissions de gaz à
Émissions canadiennes de
Diminution annuelle de la moyenne mobile
effet de serre sur les
polluants atmosphériques de
sur 3 ans de toutes les substances suivies
Canadiens, leur santé
sources industrielles et mobiles
dans les deux secteurs
et leur environnement
Qualité de l’air ambiant au
65 ppb permanent
sont réduits
Canada (ozone troposphérique)
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires
Dépenses
Dépenses
Dépenses
totales (budget principal
prévues
prévues
prévues
des dépenses)
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2013-2014
Dépenses brutes
180,1
180,3
230,6
115,9
Moins les recettes disponibles
(0,8)
(0,8)
(0,8)
(0,7)
Dépenses nettes
179,3
179,5
229,9
115,2
* Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
41
Ressources humaines (Équivalents temps plein – ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
729
655
655
** Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres. Le nombre
d’ETP comprend les étudiants.
Faits saillants de la planification
Approche de réglementation sectorielle pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre
Environnement Canada continuera l’élaboration et la mise en application d’une approche de
réglementation secteur par secteur pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) –
comprenant les secteurs de l’économie étant d’importants émetteurs – en consultation avec les
provinces, les territoires et les intervenants. Ces travaux tireront profit des progrès accomplis à ce jour
pour s'acquitter de l’engagement pris par le Canda dans le cadre de l'Accord de Copenhague de réduire
les émissions de GES de 17 % par rapport aux niveaux de 2005, d’ici 2020.
Les principaux points saillants des activités de 2013-2014 comprennent les suivants :
•
Mettre en application le règlement visant le secteur de l'électricité thermique au charbon xii, publié
dans la partie II de la Gazette du Canada en septembre 2012, et élaborer des règlements pour le
pétrole et le gaz, les centrales électriques au gaz naturel, ainsi que les secteurs industriels qui sont
d'importants émetteurs
•
Collaborer étroitement avec les États-Unis concernant les normes de transport nord-américaines
relatives aux émissions de GES, en terminant et en mettant en application les normes pour les
véhicules lourds les modèles des années 2014 et plus, poursuivre la mise en application du
règlement sur les véhicules légers pour les modèles des années 2011 à 2016 et terminer les
ébauches de normes pour les modèles d’automobiles et de camions légers des années 2017 à 2025,
qui ont été publiées dans la partie I de la Gazette du Canada en décembre 2012
•
Poursuivre les recherches, la surveillance et la modélisation, donner des conseils sur les
changements climatiques du Canada liés aux GES et aux aérosols, produire des déclarations et
publier les émissions de GES provenant d’installations émettant au moins 50 kilotonnes de dioxyde
de carbone par année xiii, en collaboration avec des partenaires provinciaux
•
Poursuivre la participation du Ministère aux programmes technologiques fédéraux (comme le Fonds
municipal vert) qui sont en harmonie avec les priorités et les avantages pour l’environnement et le
Ministère
•
Œuvrer de concert avec les États-Unis et des partenaires internationaux pour réduire les polluants
climatiques de courte durée, notamment le carbone noir, le méthane, l’ozone troposphérique et
certains hydrofluorocarbures, ainsi que pour l'élaboration d’inventaires de GES et de polluants en
vue de satisfaire aux exigences internationales et nationales en matière de déclaration
•
Poursuivre la collaboration avec les partenaires provinciaux pour gérer et élargir le système de
« guichet unique » d'Environnement Canada, un système en ligne harmonisé pour la déclaration
réglementaire des émissions atmosphériques (qui comprennent les GES), des rejets de polluants et
des substances chimiques partout au Canada
•
Gérer le Programme de vérification des technologies environnementales (VTE) du Canada, qui
comprend la collaboration avec les provinces et les territoires en vue d’intégrer le processus de VTE
à leurs décisions de gestion; faire participer les pays clés aux efforts visant à soutenir, par exemple,
l'harmonisation internationale des protocoles d’évaluation et des méthodes de mises à l’essai; et
42
ENVIRONNEMENT CANADA
diriger l'élaboration d’une norme internationale 15 pour le Programme de VTE sous l'autorité de
l’Organisation internationale de normalisation.
Système national de gestion de la qualité de l’air
Environnement Canada poursuivra sa collaboration avec les provinces, l’industrie et d’autres
intervenants en vue de favoriser l’installation du nouveau système de gestion de la qualité de l’air
(SGQA), qui inclut l’établissement de normes nationales pour la qualité de l’air extérieur et des
exigences en matière d‘émissions industrielles pour les principaux polluants atmosphériques.
Les plans pour 2013-2014 comprennent ce qui suit :
Normes nationales sur la qualité de l’air
ambiant
•
Poursuivre l’élaboration, l’achèvement et la publication des
instruments réglementaires et non réglementaires visant à réduire les
émissions de polluants atmosphériques provenant des principaux
secteurs industriels
•
Effectuer des recherches, de la surveillance et une modélisation
essentielles concernant la qualité de l’air en vue de caractériser les
polluants atmosphériques prioritaires, de déterminer les tendances et
de prédire la qualité de l'air et diffuser les nouvelles connaissances sur
les processus atmosphériques et les émissions atmosphériques
provenant de diverses sources
•
Continuer d’informer le SGQA en participant à une évaluation
scientifique des impacts environnementaux des émissions de dioxyde
d’azote (NO2) et de dioxyde de soufre (SO2) au Canada en vue de faciliter l’élaboration des normes
nationales de qualité de l’air ambiant (NNQAA) pour le NO2 et le SO2
•
Poursuivre l’élaboration et la modification des règlements sur les polluants atmosphériques pour les
véhicules, les moteurs et les carburants (comme ceux utilisés dans les scies à chaîne, les tondeuses,
les surfaceuses de glace et les chariots élévateurs), en harmonie avec les normes de l’Environmental
Protection Agency des États-Unis
•
Continuer d’utiliser l’Inventaire national des rejets de polluants (INRP) 16 pour faire le suivi des
substances toxiques et d’autres substances préoccupantes
Les normes nationales de qualité de l'air
ambiant constituent un élément clé du
nouveau système de gestion de la qualité
de l'air (SGQA). Les normes guideront les
améliorations de la qualité de l’air dans
tout le pays pour mieux protéger la santé
des Canadiens et l'environnement. Les
gouvernements fédéral, provinciaux et
territoriaux travaillent de façon
concertée pour mettre en place des
mesures qui atteignent les normes de
qualité de l’air convenues pour les
particules fines et l'ozone
troposphérique.
Parmi les autres activités de planification se trouvent la poursuite de la mise en œuvre du Plan de mise
en œuvre conjoint du Canada et de l’Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux, en
partenariat avec le gouvernement de l'Alberta et les intervenants locaux, pour surveiller et rapporter les
données sur la qualité de l'air dans des zones particulières de la région (c’est-à-dire la zone du bassin
atmosphérique). Pour en savoir plus, veuillez consulter le document « Composante liée à la qualité de
l’air » sur ce site Web xiv.
15
Cette norme aidera à faire en sorte qu'une technologie vérifiée par un pays membre soit acceptée par les autres pays membres.
L’INRP est un outil important pour l'identification et la surveillance des sources de pollution atmosphérique ainsi que pour l'élaboration et la
mise à jour des indicateurs de la qualité de l'air, du sol et de l'eau.
16
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
43
Participation internationale sur les changements climatiques et la qualité de l’air
Le programme du Canada concernant les changements climatiques demande la collaboration avec
d’autres nations aussi engagées dans la lutte contre ces
changements. Les engagements pris dans le cadre de la ConventionLe Canada et la Coalition du climat et de l’air
cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)
pur
constituent le fondement des engagements du Canada.
En février 2012, le Canada est devenu un
Les activités prévues pour 2013-2014 comprennent ce qui suit :
membre fondateur de la Coalition du climat et
de l’air pur (CCAP) qui s'attaque aux polluants
climatiques de courte durée (PCCD). Les
partenaires de la CCAP s’intéressent à la lutte
contre les changements climatiques, à la
qualité de l'air et aux questions de santé en
ciblant les PCCD, comme le carbone noir, le
méthane et les hydrofluorocarbures (HFC), qui
sont responsables d'environ 30 % du
réchauffement mondial. Environnement
Canada fait partie du comité directeur de la
CCAP, a versé 3 millions de dollars dans le
Fonds de fiducie de la CCAP, assurera le
leadership de la Coalition et continuera de
participer à un certain nombre d’initiatives de
la CCAP qui ont trait aux moteurs diesel, aux
HFC, à la récupération du méthane et du
carbone noir dans les déchets, et à la réduction
du carbone noir et du méthane provenant des
exploitations pétrolières et gazières.
•
Participer aux négociations internationales en cours de la
CCNUCC, notamment par la présentation des résultats de la
18e Conférence des Parties (CdP) tenue au Qatar en 2012 et la
préparation en vue de participer à la 19e CdP des Nations Unies
qui se tiendra en Pologne en 2013
•
Participation à des initiatives internationales qui s’attaquent aux
polluants climatiques de courte durée (PCCD), par l'entremise
notamment du Conseil de l'Arctique, du protocole de Gutenberg
faisant partie de la Conférence sur le transport à grande
distance des polluants atmosphériques, de l’Organisation
maritime internationale et la Coalition du climat et de l’air pur
(CCAP) (voir l’encadré), et travailler de façon bilatérale avec les
États-Unis, le Mexique et d’autres pays
•
Environnement Canada continuera de faire office de
responsable fédéral dans l’Initiative mondiale sur le méthane xv, qui vise à réduire les émissions
mondiales de méthane et à faire progresser la réduction, la récupération et l'utilisation du méthane
en tant que source valable d’énergie propre
•
Poursuivre la collaboration avec les États-Unis en vue de réduire la pollution atmosphérique
transfrontalière, y compris les travaux visant la prolongation de l'Accord Canada—États-Unis sur la
qualité de l’air de 1991 en vue de contrôler les particules fines (PM), un des principaux composants
du smog. Des efforts sont actuellement déployés pour mettre à jour l’évaluation scientifique des PM
transfrontalières menée par le Canada et les États-Unis en 2004, et le Canada continue également
de s'acquitter de ses engagements à l'égard des annexes sur les pluies acides et l'ozone
•
Planifier et apporter des modifications à l’Inventaire national du
Canada et à la déclaration d’autres émissions de GES afin
d’inclure les changements relatifs à la portée (ajout d'un
nouveau trifluorure d’azote gazeux et de quelques catégories de
sources dans tous les secteurs de l’inventaire), aux méthodes (y
compris les nouvelles valeurs du potentiel de réchauffement de
la planète) et au format de déclaration, conformément au
mandat confié par le CCNUCC
•
44
Rapports du Canada sur les changements
climatiques
D’ici janvier 2014, Environnement Canada
préparera et soumettra les sixièmes
Communications nationales et le premier
rapport bisannuel à la CCNUCC. Ces rapports
obligatoires comprendront des
renseignements sur les politiques, les
programmes et les actions portant sur les
changements climatiques que le Canada met
en place conformément à la Convention, ainsi
que les inventaires et les prévisions ayant trait
aux GES.
Continuer de s’acquitter de ses obligations de production de
rapports à la CCNUCC, notamment les rapports annuels sur les
niveaux d’émissions de GES, les rapports quadriennaux de
communications nationales et une nouvelle obligation de rapporter une fois aux deux ans les
progrès accomplis vers l'atteinte des buts relatifs aux changements climatiques. Le Canada
continuera en outre de fournir des données à l’Organisation de coopération et de développement
ENVIRONNEMENT CANADA
économique et à la Commission de coopération environnementale afin de soutenir la recherche et
l’analyse dans le cadre des efforts internationaux de lutte contre les changements climatiques
Les activités de ce programme contribuent aussi au « Thème I : Relever les défis des changements
climatiques et de la qualité de l’air » de la Stratégie fédérale de développement durable :
Tableau de la Stratégie fédérale de développement durable (SFDD) 2010-2013
SFDD
But
But 1 : Changements climatiques
– Réduire les niveaux d’émission
de gaz à effet de serre en vue
d’atténuer l’ampleur et les
impacts inévitables des
changements climatiques
But 2 : Pollution atmosphérique
– Minimiser les menaces à la
qualité de l'air afin que les
Canadiens puissent respirer de
l'air pur qui appuiera également
des écosystèmes sains.
SFDD
Indicateur de rendement
Actions du gouvernement
pour atteindre la cible de
réduction
SFDD
Objectif
Objectif 1.1 : Atténuation des changements
climatiques - Par rapport aux niveaux d'émissions
de 2005, réduire de 17 % les émissions totales de
gaz à effet de serre (GES) au Canada d'ici 2020
Indicateurs d’émissions
atmosphériques d’oxydes
de soufre, d’oxyde
d’azote, de composés
organiques volatils, de
matières particulaires, de
monoxyde de carbone et
d’ammoniaque
Tendances de la qualité de
l'air liées aux résultats
17
pour la santé
Objectif 2.1 : Polluants atmosphériques - Réduire
les polluants atmosphériques afin de maintenir
ou d'améliorer la qualité de l'air au pays et
atteindre les cibles fixées pour les émissions, qui
sont en voie d'élaboration de concert avec les
provinces et les intervenants
Remarque : En 2013-2014, le gouvernement terminera le deuxième cycle de trois ans de la SFDD (2013-2016), qui servira de
fondement aux rapports de rendement commençant avec le rapport de rendement de fin d’année de 2013-2014.
Programme 3.3 : Promotion de la conformité et application de
la loi – Pollution et 1.4 : Promotion de la conformité et
application de la loi – Faune
Description du programme
Avantages pour les Canadiens
La faune et l’environnement
naturel sont protégés grâce aux
efforts déployés par
Environnement Canada pour
promouvoir la conformité et
appliquer les lois fédérales.
Programme 3.3 (Pollution) : Ce programme contribue à réduire au
minimum les dommages causés à l’environnement naturel et à la
biodiversité ainsi que les menaces qui les guettent, par la promotion et
l'application des lois administrées par Environnement Canada, appuyées par des analyses et des conseils
scientifiques fondés sur des données probantes. Les activités du programme sont axées sur la pollution,
notamment les substances toxiques, leur rejet dans l'air, l'eau et le sol, de même que l'importation et
l'exportation de déchets dangereux qui présentent un risque pour l'environnement et/ou la santé
humaine. Le programme maintient un contingent d’agents de promotion de la conformité et de
l’autorité. Les agents de promotion de la conformité procurent des renseignements aux parties
réglementées concernant les exigences prévues par la loi, les bienfaits pour l'environnement de la
conformité et les peines éventuelles qu'entraîne la non-conformité. Les activités des agents de l’autorité
comprennent la collecte de renseignements, la tenue d’inspections pour vérifier la conformité aux lois et
17
Cet indicateur est produit par Santé Canada.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
45
aux règlements, et la poursuite d’enquêtes pour prendre les mesures d'application de la loi pertinentes
contre les contrevenants. Le programme effectue également une analyse de la conformité afin de
fournir une rétroaction continue sur la planification et les résultats du programme.
Programme 1.4 (Faune) : Ce programme vise à conserver et à protéger le milieu naturel grâce à la
promotion de la conformité et à l’application des lois suivantes relatives à la faune qui sont administrées
par Environnement Canada, avec l’appui d’analyses et de conseils scientifiques fondés sur des données
probantes : la Loi sur les espèces en péril, la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux
migrateurs, la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales sauvages et la réglementation de
leur commerce interprovincial et international, et la Loi sur les espèces sauvages du Canada. Les mesures
prises pour promouvoir la conformité comprennent la communication et la publication de
renseignements, l’éducation et la consultation auprès de parties touchées par ces actes législatifs. Le
programme maintient un contingent d’agents d’application de la loi dont les actions sont axées sur la
vérification de la conformité aux lois, aux règlements et aux permis ayant trait à la faune, et ce, par le
biais de quelques activités – notamment le rassemblement de renseignements, la réalisation
d’inspections et la poursuite d’enquêtes en vue de prendre les mesures de coercition appropriées
contre les présumés contrevenants. Ces actions permettent de s’assurer que les dommages à la
biodiversité et les menaces envers elle sont réduites, au profit des Canadiens et de la communauté
internationale.
Programme 3.3 : Promotion de la conformité et Application de la loi – Pollution
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
Conformité aux lois et
Conformité aux exigences réglementaires
Règlement sur le nettoyage à sec :
aux règlements sur la
des règlements sélectionnés
Hausse de 10 % de la conformité en
pollution administrés
Règlement rapporté pour cet indicateur :
2015-2016 comparativement à la
par Environnement
Règlement sur le nettoyage à sec (projet
valeur de référence de 2012-2013
Canada
pilote initial; autres règlements à
18
ajouter)
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires
Dépenses
Dépenses
Dépenses
totales (budget principal
prévues
prévues
prévues
des dépenses)
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2013-2014
Dépenses brutes
43,9
44,1
42,4
42,3
Moins les recettes disponibles
(0,1)
(0,1)
(0,1)
(0,1)
Dépenses nettes
43,8
44,0
42,3
42,2
* Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres.
Ressources humaines (Équivalents temps plein – ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
392
377
377
** Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres. Le nombre
d’ETP comprend les étudiants.
18
Une méthodologie valide sur le plan statistique pour la mesure des degrés de conformité fait l’objet d’un essai pilote à partir du Règlement
sur le nettoyage à sec. Le choix des règlements soumis à l’essai pilote est fondé sur plusieurs critères ayant trait à la faisabilité du calcul de
degrés valides de conformité. À la fin de l'essai pilote, on envisagera l’ajout d’autres règlements à cet indicateur.
46
ENVIRONNEMENT CANADA
Programme 1.4 : Promotion de la conformité et application de la loi – Faune
Résultats attendus
Indicateurs de rendement
Objectifs
19
Conformité aux lois et aux
Pourcentage de la communauté
90 % en 2012–2013
règlements sur la faune
réglementée inspectée qui est
administrés par Environnement
conforme aux exigences
Canada
réglementaires de la Loi de 1994
sur la convention concernant les
oiseaux migrateurs
Ressources financières (en millions de dollars)*
Dépenses budgétaires
Dépenses
Dépenses
Dépenses
totales (budget principal
prévues
prévues
prévues
des dépenses)
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2013-2014
Dépenses brutes
16,7
16,9
16,5
16,2
Moins les recettes disponibles
(0,1)
(0,1)
(0,1)
(0,1)
Dépenses nettes
16,6
16,8
16,4
16,2
* Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres.
Ressources humaines (Équivalents temps plein – ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
139
136
135
** Le total peut différer à l’intérieur des tableaux et entre eux en raison de l’arrondissement des chiffres. Le nombre
d’ETP comprend les étudiants.
Faits saillants de la planification
Promouvoir la conformité et applique les règlements dans le domaine de la pollution et de la
faune
S’appuyant sur les succès des activités d’application de la loi d’Environnement Canada en 2012 qui ont
résulté en de nombreuses mesures d’application de la loi contre ceux et celles qui ont contrevenu aux
lois et aux règlements canadiens sur l’environnement et la faune, parmi les activités prévues du
Ministère en 2013-2014 en termes de conformité et d’application des règlements dans le domaine
de la pollution et de la faune, on compte les suivantes :
•
Continuer l’exécution de son mandat principal, soit promouvoir la conformité et appliquer les lois et
règlements, y compris la promotion des exigences environnementales, les inspections et les
enquêtes, notamment un suivi pour assurer la conformité après la conclusion des enquêtes, ainsi
que des enquêtes suite à des événements, tel un incident environnemental pouvant polluer ou
causer des dommages à la faune.
•
Continuer de réaliser des activités de conformité, en mettant davantage l’accent sur la
communication efficace avec les petites et moyennes entreprises et les Premières nations, en
reconnaissant que ces personnes réglementées n’ont pas la même capacité que les entreprises plus
grandes en termes de compréhension des règlements environnementaux qui les touchent et de
conformité à ceux-ci.
•
En collaboration avec des experts et des partenaires au Canada et à l’étranger, désigner des enjeux
et des aires prioritaires exigeant l’attention, en fonction des données recueillies par l’entremise des
inspections, des enquêtes et du renseignement.
19
L’objectif sera révisé une fois que la valeur de référence sera indiquée dans le Rapport ministériel sur le rendement de 2012-2013.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
47
•
Continuer de faire état des résultats des activités de promotion de la conformité et d’application de
la loi conformément aux différentes lois. Par exemple, dans le domaine de la loi, on parle de la Loi
sur les espèces en péril (LEP) et la Loi sur la protection
d'espèces animales ou végétales sauvages et la
Opération NANOOK
réglementation de leur commerce international et
Cette initiative de collaboration assure une
interprovincial. Dans le cas de la pollution, on parle,
présence visible du Canada dans l’Arctique, et
par exemple, de la Loi canadienne sur la protection de
illustre sa capacité à intervenir en cas de situations
d’urgence dans la région. Pour la première fois,
l’environnement de 1999 et de la Loi sur les pêches.
•
Prendre part, pour la première fois, à l’Opération
NANOOK, qui fait partie d’une stratégie à long terme
visant à améliorer l’application des lois
environnementales dans le Nord (voir l’encadré).
l’application des lois environnementales fera partie
de l’Opération NANOOK, qui a lieu tous les étés
depuis 2007, surtout dans les régions est de
l’Arctique et du haut Arctique.
Parmi les autres partenaires, on compte la Marine
royale canadienne, les Forces armées canadiennes,
l’Aviation royale canadienne et les Forces
spéciales, ainsi que d’autres ministères fédéraux et
des partenaires provinciaux, territoriaux, régionaux
et internationaux.
•
Établir les bases pour le déploiement d’un nouveau
système d’information en matière d’application de la
loi, et la centralisation des données, afin de faciliter la
promotion de la conformité et l’application de la loi.
•
Mettre en œuvre la première étape de la Loi sur le contrôle d’application de lois environnementales
afin de créer un modèle d’évaluation des nouvelles pénalités en cas de dommages
environnementaux, et des avantages financiers découlant d’une infraction à la loi environnementale
(reliés à la pollution et à la faune).
•
Mettre en œuvre des sanctions administratives pécuniaires prévues en vertu de la Loi sur le contrôle
d’application de lois environnementales.
•
Prendre part à un projet pluriannuel pour accroître la conformité des petites et moyennes
entreprises ciblées; le taux de conformité de référence établi en 2012-2013 permettra de
déterminer des activités de promotion de la conformité et d’application de la loi grâce à des
stratégies particulières visant des problèmes et tendances connus en matière de conformité.
•
Créer une présence Web axée sur la clientèle, afin d’appuyer la conformité, et de fournir de
l’information sur les exigences environnementales (règlements et autres mécanismes de gestion
du risque) dans un format clair, uniforme et pouvant être interrogé facilement.
48
ENVIRONNEMENT CANADA
Services internes
Services internes
Soutien à la gouvernance et à la
gestion
Services de gestion des ressources
Services de gestion des biens
Ressources financières (en millions de dollars)*
Total des dépenses
Dépenses
Dépenses
Dépenses
budgétaires (Budget
planifiées
planifiées
planifiées
principal des dépenses)
2013-2014
2014-2015
2015-2016
2013-2014
Dépenses brutes
199,5
190,1
178,6
173,9
Moins : revenus disponibles
(0,7)
(0,7)
(0,7)
(0,7)
Dépenses nettes
198,8
189,4
177,9
173,3
* Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des
sommes.
Ressources humaines (équivalent temps plein - ETP)**
2013-2014
2014-2015
2015-2016
1 537
1 522
1 500
** Les totaux peuvent différer à l’intérieur des tableaux et d’un tableau à l’autre en raison de l’arrondissement des
sommes. Les EPT comprennent les étudiants.
Faits saillants de la planification
Dès 2013-2014, Environnement Canada (et tous les ministères fédéraux) continueront de participer au
plan du gouvernement du Canada concernant le retour à l’équilibre budgétaire. Lorsque c’est possible,
le Ministère continuera d’étudier et d’adopter de nouvelles technologies, et transformera des processus
opérationnels et d’autres approches afin de simplifier les opérations. Tout au long de la période de
planification, le Ministère gérera la transition d’un certain nombre de services à Services partagés
Canada, tout en maintenant le soutien et la prestation de services à ses clients internes et externes.
Les directions générales des services internes offrent plusieurs services opérationnels et de gestion de
base, dont les ressources humaines, les communications, la gestion financière et de l’information, la
vérification et l’évaluation, ainsi que les services juridiques, le tout dans le contexte des politiques
requises. Ces services continueront d’être adaptés pour qu’ils reflètent les rajustements budgétaires et
des programmes. Le personnel des services internes des bureaux régionaux du Ministère, en
collaboration avec les ressources de l’administration centrale, continuera de jouer un rôle essentiel pour
permettre la création et le maintien de partenariats avec les gouvernements provinciaux, les
intervenants communautaires, les collectivités autochtones et les établissements d’enseignement
supérieur.
L’approche de gestion opérationnelle d’Environnement Canada jette les fondements qui lui permettent
de s’aligner avec les structures de responsabilité établies et de s’y conformer, tout en tentant de réduire
le fardeau administratif et les exigences en matière de rapport au sein du Ministère. En outre, le
Ministère tente de maintenir la transparence à l’égard de la population canadienne, grâce à la
production de rapports et à la divulgation proactives.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
49
Voici un aperçu des mesures que prendra Environnement Canada en 2013-2014 afin de respecter la
priorité qu’est la gestion adaptée pour le Ministère :
1. Créer et mettre en œuvre une approche stratégique quant à la gestion des ressources humaines,
compte tenu des conditions en vigueur pendant cette période de restrictions budgétaires.
En 2013-2014, la Direction générale des ressources humaines d’Environnement Canada continuera
d’appuyer le mandat et les besoins du Ministère en matière de gestion des ressources humaines, et de
s’adapter aux niveaux de ressourcement évolutifs; elle tiendra des discussions stratégiques avec les
clients, afin de déterminer leurs priorités et d’aider à réaffecter les ressources de la DG à l’appui de ces
priorités. La Direction générale continuera de mettre en œuvre son modèle national de prestation de
services. Grâce à ce modèle, les chefs ont accès à un profil intégré et complet des exigences en matière
de gestion des ressources humaines à l’aide de différents outils et forums. Ce modèle les aide à assurer,
à l’échelle du Ministère, la prestation uniforme de services qui vont de pair avec les politiques et
ententes en lien avec la gestion des ressources humaines.
2. Améliorer la communication, à l’interne et à l’externe, des priorités, des programmes et des
politiques du Ministère.
La Direction générale des communications continuera de mettre l’accent sur la nécessité d’aligner les
ressources disponibles en vue d’appuyer stratégiquement les priorités ministérielles. En outre, elle
mettra l’accent sur l’utilisation plus efficace des outils disponibles, y compris une plus grande présence
en ligne du Ministère afin de mieux partager les données sur les services ministériels et les résultats
obtenus avec la population canadienne.
3. Axer les fonctions de gestion financière sur les services obligatoires/de base, et les fournir de la
manière la plus efficace et efficiente possible.
La Direction générale des finances favorisera une intendance financière et une gestion des ressources
saines en élaborant une approche intégrée et harmonisée à l’égard de la planification financière du
Ministère. Elle améliorera aussi ses rapports et outils opérationnels et financiers, continuera de mettre
en œuvre une approche axée sur les risques à l’égard des paiements de transfert et l’affectation
budgétaire, et respectera les exigences de la Politique sur le contrôle interne.
Dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau Cadre pour la prestation de services de conseils en
gestion financière et de comptabilité, en 2013-2014, les travaux mettront l’accent sur la normalisation,
la simplification et l’intégration des processus opérationnels, afin d’appuyer la transition vers un
nouveau système de gestion financière au sein du Ministère. Élément clé du Cadre, ce système
permettra au Ministère d’atteindre, à l’avenir, un degré d’efficacité opérationnelle supérieur. Pendant la
période de transition, la Direction générale maintiendra la stabilité du système actuel, tout en
respectant les exigences législatives du nouveau système, et réaffectera des ressources, s’il y a lieu, afin
de mettre en œuvre un nouveau système de planification des ressources organisationnelles qui va de
pair avec les systèmes pangouvernementaux.
50
ENVIRONNEMENT CANADA
4. Continuer de mettre en œuvre le Plan de sécurité ministérielle d’Environnement Canada
(y compris le Plan de continuité opérationnelle).
Environnement Canada continuera de mettre en œuvre son Plan de sécurité ministérielle afin de mieux
protéger le personnel, les actifs et l’information, tout en veillant à satisfaire les besoins opérationnels et
à maintenir les services essentiels, surtout en situation d’urgence. Parmi les priorités en matière de
sécurité en 2013-2014, on compte la mise en œuvre permanente du Programme d’évaluation des
risques et des menaces dont l’objectif est de créer des mesures de sécurité fondées sur le risque dans
toutes les installations du Ministère au Canada, le fait de poursuivre l’élaboration et l’application de
l’ensemble des politiques du Programme de sécurité ministérielle, et le maintien de la capacité de
prévention, de détection en temps réel et d’intervention lors de cyberattaques.
5. Restructurer les activités de gestion de l’information et de technologie de l’information (GI/TI)
afin d’appuyer le modèle de Services partagés Canada et les exigences ministérielles continues.
En 2012-2013, le Ministère a conclu un arrangement commercial et un protocole opérationnel connexe
avec Services partagés Canada (SPC). Ensemble, ces deux éléments définissent les responsabilités, les
attentes et les engagements concernant la prestation de services d’infrastructure communs pour les
télécommunications, le centre de données et les courriels. Le protocole comporte des mesures pour
assurer la continuité des services uniques et essentiels que SPC doit fournir au Ministère afin qu’il puisse
exécuter son mandat, y compris le superordinateur. En 2013-2014, SPC et Environnement Canada
officialiseront les attentes relatives au service d’une manière permettant de s’assurer que les besoins du
Ministère en matière de GI/TI continueront d’être comblés. Les deux organisations collaboreront pour
créer un modèle de gouvernance solide permettant la prise de décisions au fur et à mesure des besoins.
6. Appuyer la surveillance de la gestion.
Environnement Canada maintiendra des fonctions de vérification et d’évaluation internes
indépendantes et solides qui offrent un soutien à valeur ajoutée au sous-ministre et à la haute direction
dans les domaines de la gouvernance, de la gestion du risque, des contrôles et du rendement. De plus, la
Direction générale de la vérification et de l’évaluation (DGVE) étudie un certain nombre de pratiques, de
priorités et d’initiatives professionnelles, afin de mieux servir le Ministère. Cela comprend la réalisation
d’une inspection des pratiques de vérification à l’interne et une évaluation neutre de la fonction
d’évaluation, en plus d’améliorer davantage le processus de gestion de la planification et des
connaissances de la DGVE.
SECTION II: ANALYSE DES PROGRAMMES PAR RÉSULTATS STRATÉGIQUES
51
Analyse comparative entre les sexes
À titre de participant au Plan d’action ministériel pour l’analyse comparative entre les sexes à l’échelle
du gouvernement le Ministère demeure pleinement engagé quant à l’intégration de l’analyse
comparative entre les sexes à l’élaboration de ses politiques et programmes publics.
Écologisation des opérations gouvernementales
Environnement Canada participe à la Stratégie fédérale du développement durable (SFDD) et contribue
à atteindre ses cibles d’Écologisation des opérations gouvernementales par l’entremise de l’activité de
programme des services internes. Le Ministère contribue aux domaines ciblés suivants du Thème IV de
la SFDD :
•
•
•
•
bâtiments écologiques;
approvisionnement écologique;
déchets électroniques, impression gérée, consommation de papier et réunions vertes;
émissions de gaz à effet de serre.
Pour obtenir davantage de détails, veuillez consulter ce site Web xvi.
52
ENVIRONNEMENT CANADA
SECTION III : RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES
Principales données financières et états financiers prospectifs
Les principales données financières présentées ici offrent un aperçu des états financiers prospectifs
d’Environnement Canada. Veuillez visiter le site Web d’Environnement Canada xvii pour obtenir des
renseignements plus détaillés.
État de la situation financière prospectif
Pour l’année (qui a pris fin le 31 mars)
(en milliers de dollars)
Résultats estimés
2013
Résultats prévus
2014
Changements en $
Total du passif net
386 507
333 052
-53 455
Total des actifs financiers nets
131 932
133 543
1 611
Dette nette du Ministère
254 575
199 509
-55 066
Total des actifs non financiers
408 505
418 431
9 926
Position financière nette du
Ministère
153 930
218 922
64 992
La baisse du passif et de la dette nette du Ministère est principalement attribuable à une réduction du passif
de 49,9 millions de dollars en lien avec les avantages sociaux futurs des employés.
Résultats d’exploitation prospectifs et position financière nette du Ministère
Pour l’année (qui a pris fin le 31 mars)
(en milliers de dollars)
Résultats estimés
Résultats prévus
2013
2014
Total des dépenses
Total des revenus
Coût net d’exploitation avant le
financement du gouvernement
Position financière nette du
Ministère
Changements en $
1 208 676
1 117 123
-91 553
67 831
65 549
-2 282
1 140 845
1 051 574
-89 271
153 930
218 922
64 992
Le total des dépenses du Ministère devrait diminuer de 91,6 millions de dollars ou de 7,6 %, pour passer de
1 208,7 million de dollars en 2012-2013 à 1 117,1 million de dollars en 2013-2014. Cette baisse globale est
en grande partie attribuable à la finalisation de l’engagement de trois ans du Canada en matière de
financement accéléré dans le cadre de l’Accord de Copenhague, et une réduction des fonds prévus pour les
fondations, comme Conservation de la Nature Canada (CNC) et Technologies du développement durable
Canada (TDDC). En outre, des économies réalisées, comme elles ont été annoncées dans le budget de 2012,
et une réduction des fonds reçus des crédits centraux du Conseil du Trésor concernant les rajustements et
les transferts durant l’exercice expliquent la baisse des dépenses prévues d’un exercice à l’autre. Cela
permet d’améliorer la position financière nette du Ministère.
53
Tableaux de renseignements supplémentaires
Les tableaux suivants sont fournis par voie électronique dans le cadre de la présentation du RPP de
2013-2014 du Ministère au Secrétariat du Conseil du Trésor. Veuillez visiter le site Web
d’Environnement Canada xviii pour obtenir des renseignements plus détaillés.
• Renseignements sur les programmes de paiements de transfert
• Financement pluriannuel initial
• Écologisation des opérations gouvernementales
• Initiatives horizontales
• Vérifications et évaluations internes à venir au cours des trois prochains exercices financiers
• Sources des revenus disponibles et des revenus non disponibles
• Sommaire des dépenses en capital par activité de programme
Rapport sur les dépenses fiscales et les évaluations
Il est possible de recourir au régime fiscal pour atteindre des objectifs de la politique publique en
appliquant des mesures spéciales, comme de faibles taux d'impôt, des exemptions, des déductions, des
reports et des crédits. Chaque année, le ministère des Finances publie des estimations des coûts et des
projections pour ces mesures dans le document Dépenses fiscales et évaluations xix. Les mesures fiscales
exposées dans ce document ne relèvent que du ministre des Finances.
SECTION IV : AUTRES SUJETS D’INTÉRÊT
Coordonnées de la personne-ressource de l’organisation
Si vous avez des questions ou des commentaires sur le Rapport sur les plans et priorités
d’Environnement Canada, veuillez communiquer avec :
Karen Turcotte
Directrice générale
Direction générale de la gestion ministérielle, Finances
Environnement Canada
Tél. : 819-953-5842
Téléc. : 819-953-3388
Courriel : [email protected]
54
ENVIRONNEMENT CANADA
Notes en fin d’ouvrage
i
Lois et règlements : www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=48D356C1-1
Plan de mise en œuvre conjoint Canada-Alberta : www.ec.gc.ca/pollution/default.asp?lang=Fr&n=EACB8951-1
iii
Site Web des ICDE : www.ec.gc.ca/indicateurs-indicators/Default.asp?lang=Fr&n=A073189E-1
iv
Budget principal des dépenses de 2013-2014 : www.tbs-sct.gc.ca/ems-sgd/esp-pbc/me-bpd-fra.asp
v
Site Web d’Environnement Canada : www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
vi
Site Web de la Stratégie Fédérale de Développement Durable : www.ec.gc.ca/dd-sd/default.asp?lang=Fr&n=F93CD795-1
vii
Douze régions de conservation : www.ec.gc.ca/scorn-nscs/default.asp?lang=Fr&n=4D924B88-1
viii
Stratégie fédérale du développement durable (SFDD) : www.ec.gc.ca/dd-sd/default.asp?lang=Fr&n=F93CD795-1
ix
Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement (ICDE) : www.ec.gc.ca/indicateurs-indicators/default.asp?lang=Fr
x
L’inventaire des sites contaminés fédéraux sur ce site Web : www.sitescontaminesfederaux.gc.ca/sites/inventory-inventairefra.aspx
xi
Rapport sur les plans et les priorités de 2013–2014 sur ce site Web : www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
xii
Règlement visant le secteur de l'électricité thermique au charbon : www.gazette.gc.ca/rp-pr/p2/2012/2012-09-12/html/sordors167-fra.html
xiii
Émissions de GES provenant d’installations émettant au moins 50 kilotonnes de dioxyde de carbone par année :
www.ec.gc.ca/ges-ghg/default.asp?lang=Fr&n=040E378D-1
xiv
Composante liée à la qualité de l’air sur ce site Web : www.ec.gc.ca/pollution/default.asp?lang=Fr&n=EACB8951-1
xv
Initiative mondiale sur le méthane : www.globalmethane.org/
xvi
Pour davantage de détails sur l’écologisation des opérations gouvernementales, veuillez consulter ce site Web :
www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
xvii
Site Web d’Environnement Canada : www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
xviii
Site Web d’Environnement Canada : www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=31D9FF32-1
xix
Dépenses fiscales et évaluations : www.fin.gc.ca/purl/taxexp-fra.asp
ii
55
56
ENVIRONNEMENT CANADA
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertisement