Rapport sur l’état de la population du Canada 2001

Rapport sur l’état de la population du Canada 2001
No 91-209-XIF au catalogue
Rapport sur l’état
de la population du
Canada
2001
Comment obtenir d’autres renseignements
Toute demande de renseignements au sujet du présent produit ou au sujet de statistiques ou de services connexes doit être
adressée à : Service à la clientèle, Division de la démographie, Statistique Canada, Ottawa, Ontario, K1A 0T6. Vous pouvez
également nous rejoindre par téléphone, télécopieur ou courriel: téléphone: 613-951-2320, numéro sans frais: 1-866-767-5611,
télécopieur: 613-951-2307, [email protected]
Pour obtenir des renseignements sur l’ensemble des données de Statistique Canada qui sont disponibles, veuillez composer
l’un des numéros sans frais suivants. Vous pouvez également communiquer avec nous par courriel ou visiter notre site Web à
www.statcan.ca.
Service national de renseignements
Service national d’appareils de télécommunications pour les malentendants
Renseignements concernant le Programme des services de dépôt
Télécopieur pour le Programme des services de dépôt
Renseignements par courriel
Site Web
1-800-263-1136
1-800-363-7629
1-800-700-1033
1-800-889-9734
[email protected]
www.statcan.ca
Renseignements pour accéder ou commander le produit
Le produit no 91-209-XIF au catalogue est disponible gratuitement sous format électronique. Pour obtenir un exemplaire, il suffit
de visiter notre site Web à www.statcan.ca et de choisir la rubrique Publications.
Ce produit no 91-209-XPF au catalogue est aussi disponible en version imprimée standard au prix de 31 $CAN l'exemplaire.
Les frais de livraison supplémentaires suivants s’appliquent aux envois à l’extérieur du Canada :
Exemplaire
Exemplaire
États-Unis
Autres pays
6 $CAN
10 $CAN
Les prix ne comprennent pas les taxes sur les ventes.
La version imprimée peut être commandée par
•
•
•
•
Téléphone (Canada et États-Unis)
1-800-267-6677
Télécopieur (Canada et États-Unis)
1-877-287-4369
Courriel
[email protected]
Poste
Statistique Canada
Division des finances
Immeuble R.-H.-Coats, 6e étage
100, promenade du Pré Tunney
Ottawa (Ontario) K1A 0T6
• En personne auprès des agents et librairies autorisés.
Lorsque vous signalez un changement d’adresse, veuillez nous fournir l’ancienne et la nouvelle adresse.
Normes de service à la clientèle
Statistique Canada s’engage à fournir à ses clients des services rapides, fiables et courtois, et ce, dans la langue officielle
de leur choix. À cet égard, notre organisme s’est doté de normes de service à la clientèle qui doivent être observées par les
employés lorsqu’ils offrent des services à la clientèle. Pour obtenir une copie de ces normes de service, veuillez communiquer avec Statistique Canada au numéro sans frais 1-800-263-1136. Les normes de service sont aussi publiées dans le site
www.statcan.ca sous À propos de nous > Offrir des services aux Canadiens.
Statistique Canada
Division de la démographie
Rapport sur l’état
de la population du
Canada
2001
Alain Bélanger
Rédacteur en chef
Publication autorisée par le ministre responsable de Statistique Canada
© Ministre de l’Industrie, 2006
Tous droits réservés. Le contenu de la présente publication électronique peut être reproduit
en tout ou en partie, et par quelque moyen que ce soit, sans autre permission de Statistique
Canada, sous réserve que la reproduction soit effectuée uniquement à des fins d’étude privée,
de recherche, de critique, de compte rendu ou en vue d’en préparer un résumé destiné aux
journaux et/ou à des fins non commerciales. Statistique Canada doit être cité comme suit :
Source (ou « Adapté de », s’il y a lieu) : Statistique Canada, année de publication, nom du
produit, numéro au catalogue, volume et numéro, période de référence et page(s). Autrement,
il est interdit de reproduire le contenu de la présente publication, ou de l’emmagasiner dans
un système d’extraction, ou de le transmettre sous quelque forme ou par quelque moyen que
ce soit, reproduction électronique, mécanique, photographique, pour quelque fin que ce soit,
sans l’autorisation écrite préalable des Services d’octroi de licences, Division des services à la
clientèle, Statistique Canada, Ottawa, Ontario, Canada K1A 0T6.
Septembre 2006
No 91-209-XIF au catalogue
ISSN : 1718-7796
No 91-209-XPF au catalogue
ISSN : 0715-9307
Périodicité : annuelle
Ottawa
This publication is available in english upon request (catalogue no. 91-209-XIE)
Note de reconnaissance
Le succès du système statistique du Canada repose sur un partenariat bien établi entre
Statistique Canada et la population, les entreprises, les administrations canadiennes et les
autres organismes. Sans cette collaboration et cette bonne volonté, il serait impossible de
produire des statistiques précises et actuelles.
Signes conventionnels
.. nombres non disponibles.
... n’ayant pas lieu de figurer.
Les données analysées étaient les plus récentes au moment de la rédaction.
8
Le papier utilisé dans la présente publication répond aux exigences minimales
de l’« American National Standard for Information Sciences » - « Permanence of
Paper for Printed Library Materials », ANSI Z39.48 - 1984.
Lectures suggérées
Choisies parmi les publications de Statistique Canada
Titre
Documents démographiques, Occasionnel
Catalogue
91F0015MPF
Statistiques démographiques annuelles, 2001
91-213-XPB
Rapports sur la santé, Trimestriel
82-003-XPB
La conjoncture démographique
Ouvrages déjà parus :
RAPPORT SUR L’ÉTAT DE LA POPULATION DU CANADA
(No 91-209-XPF au catalogue)
zRapport 1983, par J. Dumas (132 pages - Épuisé).
zRapport 1986, par J. Dumas avec la collaboration de R. Lachapelle - (139
pages - Épuisé)
- Le comportement fécond des femmes mariées, canadiennes de naissance ;
- La fécondité des célibataires ;
- Renforcement des positions majoritaires.
zRapport 1988, par J. Dumas avec la collaboration de C.F. Grindstaff - (166
pages - 21,00 $)
- Les interruptions volontaires de grossesse dans une perspective
démographique ;
- Conséquences à long terme du mariage et de la fécondité chez les
adolescentes.
zRapport 1990, par J. Dumas - (115 pages - 26,00 $)
- Évolution récente des populations canadienne et américaine.
zRapport 1991, par J. Dumas avec la collaboration de A. Bélanger et C. Fortier (187 pages - Épuisé)
- Brève revue des principaux mouvements migratoires dans le monde depuis
la Seconde Guerre mondiale.
zRapport 1992, par J. Dumas avec la collaboration de Y. Lavoie - (161 pages 26,00 $)
-Structures démographiques en mutation, un bilan de deux siècles.
zRapport 1993, par J. Dumas - (227 pages - Épuisé)
-Les défis démographiques du Mexique (un aperçu).
zRapport 1994, par J. Dumas et A. Bélanger - (157 pages - Épuisé)
-La « génération sandwich » : Mythes et réalité.
zRapport 1995, par J. Dumas et A. Bélanger avec la collaboration de G. Smith (199 pages - Épuisé)
-Ressemblances et dissemblances démographiques de l’Ontario et du
Québec.
zRapport 1996, par J. Dumas et A. Bélanger avec la collaboration de G. Smith (192 pages - Épuisé)
-Les unions libres au Canada à la fin du XXe siècle.
La conjoncture démographique
Ouvrages déjà parus (suite) :
RAPPORT SUR L’ÉTAT DE LA POPULATION DU CANADA - fin
(No 91-209-XPF au catalogue)
zRapport 1997, par A. Bélanger et J. Dumas avec la collaboration de C. Oikawa
et L. Martel - (193 pages - 31,00 $)
-Effets de l’entourage des personnes âgées sur leur condition socioéconomique.
zRapport 1998-1999, par A. Bélanger avec la collaboration de S. Gilbert (209 pages - 31,00 $)
-Revenu relatif, coût d’opportunité et variations de la fécondité ;
-L’espérance de vie sans dépendance et ajustée en fonction de la santé ;
-Mobilité ethnique et croissance démographique des populations autochtones.
zRapport 2000, par A. Bélanger, Y. Carrière et S. Gilbert - (214 pages - 31,00 $)
-L’effet du tabagisme sur l’espéramce de vie sans incapacité au Canada ;
-Incidence des causes de décès sur l’espérance de vie aux âges avancés ;
-L’évolution de la structure familiale et le bien-être économique des enfants
d’âge préscolaire ;
-La naissance d’un enfant en famille recomposée.
HORS SÉRIE
zLa fécondité au Canada : Croissance et déclin, par A. Romaniuc - (No 91-524F
au catalogue, 1984, 158 pages - Épuisé)
zLe revenu des immigrants au Canada, par R. Beaujot, K.G. Basavarajappa
et R.B.P. Verma - (No 91-527F au catalogue, 1988, 109 pages - 20,00 $)
zLes immigrants antillais, par A.H. Richmond - (No 91-536F au catalogue,
1989, 85 pages - Épuisé)
zNouvelles tendances de la famille, par B. Ram - (No 91-535F au catalogue,
1990, 98 pages - Épuisé)
zMariage et vie conjugale au Canada, par J. Dumas et Y. Péron - (No 91-534F
au catalogue, 1992, 167 pages - Épuisé)
zLe vieillissement de la population et personnes âgées, par B. Desjardins (No 91-533F au catalogue, 1993, 130 pages - Épuisé)
zLa famille au long de la vie, par R. Beaujot, E.M. Gee, F. Rajulton et
Z.R. Ravanera - (No 91-543F au catalogue, 1995, 186 pages - 38,00$)
La conjoncture démographique
Ouvrages déjà parus (fin) :
DOCUMENTS DÉMOGRAPHIQUES
(No 910015MPF au catalogue)
zDocument no 1 : « Projection de la fécondité, Canada, provinces et territoires,
1993-2016 » par R.B.P. Verma, S. Loh, S.Y. Dai et D. Ford - (1996,
28 pages, 10,00 $)
zDocument no 2 : « La population en logements collectifs au Canada de
1971 à 1991 » par G. Smith - (1996, 52 pages, 10,00 $)
zDocument no 3 : « Nouvelles tables de mortalité par génération au Canada
et au Québec, 1801-1991 » par R. Bourbeau, J. Légaré et V. Emond
- (1997, 94 pages, 10,00 $)
zDocument no 4 : « Avantages de la variable de mobilité sur un an pour la
ventilation de la migration interprovinciale par âge, sexe et état
matrimonial » par M. Bédard et M. Michalowski - (1997, 60 pages,
10,00 $)
z Document n o 5 : « Une revue des méthodes d’estimation du sousdénombrement net du recensement au Canada, aux États-Unis, en
Grande-Bretagne et en Australie » par D. Kerr - (1998, 33 pages,
10,00 $)
Remerciements
L’éditeur désire remercier tous ceux qui ont contribué à la réalisation de
cette publication. En particulier, il désire remercier Réjean Lachapelle, Doug
Norris, et Mike Sheridan qui ont révisé et commenté l’ensemble des textes
ainsi que Russell Wilkins, Tomas Frejka et Peter McDonald pour leurs
commentaires sur différentes parties de ce Rapport. Des remerciements tout
particuliers sont adressés à Carol D’Aoust, assistant de recherche, sans lequel
la production de ce Rapport prendrait une toute autre envergure.
TABLE DES MATIÈRES
Le Rapport en bref ........................................................................................
Page
1
PARTIE I - La conjoncture démographique au Canada, 2001
par Alain Bélanger et Laurent Martel
Comptabilité démographique ...................................................................
9
Natalité et fécondité .................................................................................
Mortalité ..................................................................................................
17
32
Immigration internationale .....................................................................
Migrations internes ................................................................................
42
54
Annexe .....................................................................................................
Glossaire .................................................................................................
61
104
PARTIE II
Une étude comparative de l’évolution récente de la fécondité canadienne
et américaine, 1980-1999
par Alain Bélanger et Geneviève Ouellet .......................................
113
Nouvelles tendances démographiques et utilisation des services de
maintien à domicile
par Yves Carrière, Laurent Martel, Jacques Légaré et Lucie Morin
145
Liste des tableaux
Page
PARTIE I
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
Population au 1 er janvier et composantes de la croissance
démographique, Canada, 1972-2001 .................................................
Répartition de la population par grands groupes d’âge,
Canada, provinces et territoires, 1971-2001 ......................................
Nombre de décès chez les personnes âgées de 90 ans ou plus,
Canada, 1981-1999 ............................................................................
Espérance de vie à la naissance pour certains pays industrialisés,
1978-1997 ..........................................................................................
Évolution de la mortalité par maladies du système circulatoire et
par tumeurs, selon le sexe, Canada, 1971-1999 .................................
Taux standardisées de mortalité par suicide, Canada et provinces,
1970-1999 ..........................................................................................
Taux de mortalité par suicide selon le groupe d’âge, Québec et reste
du Canada, 1995-1999 .......................................................................
Nombre d’immigrants reçus et niveau d’immigration prévu au plan
selon la catégorie, Canada, 2000 .......................................................
Immigrants au Canada par catégorie, 1980-2000 ...............................
Nombre d’immigrants des 10 principaux pays de naissance selon la
catégorie, Canada, 2000 ....................................................................
Pays de naissance d’où sont venus plus de 2 000 immigrants au
Canada en 1998, 1999 ou 2000 ..........................................................
Distribution en pourcentage des immigrants reçus par province de
destination projetée, Canada, 1971, 1981, 1986, 1989-2000 ...............
Nombre d’immigrants et répartition en pourcentage selon la
province de destination et la catégorie, Canada, 2000 ......................
Solde migratoire annuel des provinces et territoires, 1972-2000 .......
10
13
32
34
37
39
40
42
45
46
47
49
51
55
Effectif annuel des migrants interprovinciaux à partir des fichiers de
Revenu Canada, 1999 .......................................................................
Effectif annuel des migrants interprovinciaux à partir des fichiers de
Revenu Canada et des fichiers de prestations fiscales pour enfants,
2000 ..................................................................................................
57
Proportion de migrants de retour parmi les entrants interprovinciaux,
population âgée de 5 ans et plus née au Canada, provinces et
territoires, 1991-1996 .........................................................................
59
56
Liste des tableaux - suite
Page
Encadré
Tableau synoptique. Principaux indices démographiques du Canada,
provinces et territoires, 1981-2000 ................................................
18
Annexes
A1. Population au 1 er janvier et composantes de la croissance
démographique des provinces et territoires, 1972-2001 ....................
A2. Nombre de mariages et taux brut de nuptialité, Canada, provinces et
territoires, 1981, 1986-1998 ................................................................
A3. Taux de primonuptialité selon l'âge, le sexe et l'année de naissance,
Canada .............................................................................................
A4. Nombre de divorces et durée moyenne du mariage des personnes
divorcées, Canada, provinces et territoires, 1981, 1986, 1989-1998 ...
A5. Divorces réduits par durée de mariage, Canada, promotions de
mariage 1948-1949 à 1997-1998 .........................................................
A6. Nombre de naissances vivantes et indice synthétique de fécondité,
Canada, provinces et territoires, 1986-1999 ......................................
A7. Taux de fécondité selon le rang et selon le groupe d'âge, Canada,
provinces et territoires, 1997-1999 ....................................................
A8. Taux de fécondité et indices synthétiques par rang de naissance et
âge de la mère pour le Québec et le reste du Canada,
1986, 1989-1999 .................................................................................
A9. Nombre de décès total et d'enfant de moins d'un an, Canada,
provinces et territoires, 1981, 1986, 1989-1999 ..................................
A10. Espérance de vie à divers âges, Canada, 1971 à 1999 .......................
A11. Immigrants reçus au Canada selon le pays de naissance, 1981, 1986,
1991-2000 ..........................................................................................
62
88
89
91
92
94
95
96
98
99
100
er
A12. Population au 1 juillet selon l'âge et le sexe, Canada, 1998, 1999
et 2000 ..............................................................................................
102
PARTIE II
Une étude comparative de l’évolution récente de la fécondité canadienne et
américaine, 1980-1999
1.
Descendance atteinte ou complète de quelques groupes de
générations selon le groupe d’âge, Canada et États-Unis, 1945-1949
à 1975-1979 .......................................................................................
120
Liste des tableaux - fin
Page
2.
3.
Répartition des utilisatrices de méthodes contraceptives selon la
méthode employée et le groupe d’âge, Canada et États-Unis, 1995 .
130
Taux d'avortement selon le groupe d'âge, Canada et États-Unis,
1990 et 1997 ......................................................................................
133
Nouvelles tendances démographiques et utilisation des services de
maintien à domicile
1.
2.
3.
4.
Caractéristiques des personnes âgées de 65 ans et plus vivant en
ménage privé selon qu’elles reçoivent ou non de l’aide dans
l’exécution des activités quotidiennes, Canada, 1996 ......................
Distribution de la population âgée de 65 ans et plus vivant en
ménage privé ayant reçu de l’aide dans l’exécution des activités
quotidiennes selon la source de l’aide, Canada 1996. ......................
Rapports de cotes reliant la source de l’aide reçue en raison d’un
problème de santé de longue durée à certaines caractéristiques des
personnes âgées, Canada, 1996 ........................................................
Probabilité pour une femme de n’avoir aucun enfant, par génération,
Canada,1991 .....................................................................................
154
155
157
163
Encadrés
Enquête sociale générale de 1996 – Entraide et Soutien social .........
148
Modèle de régression logistique multinominale ...............................
Interprétation des rapports de cotes ................................................
152
156
Liste des figures
Page
PARTIE I
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
Évolution des taux de fécondité par groupe d’âge, Canada,
1972-1999 ..........................................................................................
Âge moyen à la maternité selon le rang, Canada, 1944-1999 ............
Indice synthétique de fécondité, 1921-1999, et descendance finale
1893-1971, Canada ............................................................................
Indice synthétique de fécondité usuel et corrigé de l'effet de
calendrier, Canada, 1980 à 1998 .........................................................
Taux de fécondité selon l'âge pour quelques générations, Canada ..
Indice synthétique de fécondité pour certains pays industrialisés,
1979-1998 ..........................................................................................
Décomposition des gains annuels en espérance de vie à la
naissance, selon les grands groupes d’âge et le sexe, Canada,
1981-1999 ..........................................................................................
Nombre d'immigrants et taux d'immigration, Canada, 1944-2000 .......
Proportion des immigrants à destination de l'Ontario, du Québec, de
la Colombie-Britannique et de l’Alberta, 1971-2000 ..........................
Proportion des immigrants à destination des trois principales régions
métropolitaines du Canada, 1980-2000 .............................................
22
23
24
25
27
30
35
43
50
52
PARTIE II
Une étude comparative de l’évolution récente de la fécondité canadienne et
américaine, 1980-1999
1.
Indice synthétique de fécondité, Canada et États-Unis, 1940-1999 ..
2.
Indice synthétique de fécondité, Canada et États-Unis selon le groupe
ethnoracial, 1980-1998 ......................................................................
Âge moyen à la première maternité, Canada et États-Unis,
1980-1998 ..........................................................................................
3.
4.
5.
6.
116
117
119
Évolution des taux de fécondité par groupe d’âge, Canada et ÉtatsUnis, 1979-1999 .................................................................................
Taux de fécondité selon le groupe d’âge, Canada et États-Unis,
1980 et 1999 ......................................................................................
124
Nombre d'enfants souhaités selon le groupe d'âge, femmes âgées de
15 à 44 ans, Canada et États-Unis, 1995 ............................................
126
122
Liste des figures- suite
Page
7.
8.
9.
10.
11.
12.
Pourcentage des femmes âgées de 15 à 44 ans ayant répondu désirer
avoir au moins un autre enfant, selon le nombre d'enfants déjà nés,
Canada et États-Unis, 1995 ...............................................................
127
Proportion des femmes de 15 à 44 ans qui utilisent une méthode
contraceptive selon le groupe d'âge, Canada et États-Unis, 1995 ....
Indice synthétique d'avortement, Canada et États-Unis, 1976-1997 .
129
132
Proportion des femmes qui déclarent être mariées, selon le groupe
d'âge, Canada et États-Unis, 1995 .....................................................
Proportion des femmes qui déclarent pratiquer leur religion de façon
hebdomadaire, selon le groupe d'âge, Canada et États-Unis, 1995 ...
136
Taux de chômage chez les jeunes âgés de 20 à 24 ans selon le sexe,
Canada et États-Unis, 1980-1998 ......................................................
137
134
Nouvelles tendances démographiques et utilisation des services de
maintien à domicile
1.
2.
3.
Répartition des personnes âgées qui vivent dans des ménages
privés selon l’incapacité, la dépendance physique et la source d’aide,
Canada, 1996 ....................................................................................
Probabilités conditionnelles de recevoir de l’aide de sources
informelles, formelles ou mixtes selon certaines caractéristiques des
personnes âgées ayant reçu de l’aide en raison d’un problème de
santé de longue durée, Canada, 1996 ...............................................
Probabilités conditionnelles de recevoir de l’aide de sources
informelles, formelles ou mixtes, pour certains profils d’hommes et de
femmes âgés de 65 ans ou plus ayant reçu de l’aide en raison d’un
problème de santé de longue durée, Canada, 1996 ...........................
150
158
165
-1-
Le Rapport en bref
PARTIE I
z La population du Canada s’est accrue de 277 200 personnes en 2000. Le
taux d’accroissement correspondant (9,0 pour 1 000) est en légère hausse
par rapport à celui de l’année précédente (8,6 pour 1 000).
z Le solde migratoire représente 61 % de la croissance totale et constitue
actuellement le principal facteur de la croissance démographique canadienne.
z L’accroissement naturel, relativement faible, est en baisse dans toutes les
provinces, mais aucune province ne présente encore un taux d’accroissement
naturel négatif. À Terre-Neuve-et-Labrador ainsi qu’en Saskatchewan,
l’accroissement naturel ne comble plus le déficit engendré par les soldes
migratoires négatifs et la population diminue.
z L’Alberta est de loin la province canadienne présentant la plus forte croissance
démographique en 2000. Dépassant les 18 pour 1 000 en 2000, le taux
d’accroissement démographique de cette province est le double de celui
observé pour le Canada. Bien que l’Alberta présente le plus fort taux
d’accroissement naturel de toutes les provinces, celui-ci ne diffère pas
beaucoup de celui des autres et l’essentiel de la forte croissance de cette
province résulte de ses gains nets au chapitre de la migration interprovinciale
(9 pour 1 000).
z Avec un taux de 14,7 pour 1 000, l’Ontario affiche la deuxième croissance
démographique en importance au Canada. Elle le doit essentiellement à
son solde migratoire international (10,8 pour 1 000).
z La Colombie-Britannique conserve un solde migratoire international positif
(28 900), compensant pour ses pertes migratoires à l’interne (-17 300) et
lui permettant d’afficher un taux d’accroissement de 6,8 pour 1 000 en
2000. Pour cette province, il s’agit cependant d’un net ralentissement
par comparaison aux taux d’accroissement supérieurs à 25 pour 1 000
qu’elle a connus entre 1989 et 1996.
z Le Québec compte maintenant moins du quart de la population canadienne,
alors que l’Ontario se rapproche des deux cinquièmes. Prise ensemble,
l’Alberta et la Colombie-Britannique (23 %) représentent à peu près le même
poids démographique que le Québec (24 %), alors qu’en 1971, 28 % des
Canadiens résidaient au Québec contre 18 % au total pour ces deux provinces
de l’Ouest.
xxx
-2-
z En 1999, l’indice synthétique de fécondité a atteint 1,52 enfant par femme,
en légère diminution (1 %) par rapport à 1998. Si quelques pays industrialisés
présentent une fécondité plus faible encore, les États-Unis, le RoyaumeUni, l’Australie et la France ont une fécondité plus élevée que celle observée
au Canada.
z Terre-Neuve-et-Labrador, avec 1,26 enfant par femme, est la province
ayant la plus faible fécondité ; le Manitoba et la Saskatchewan, avec 1,81
enfant par femme, la plus forte.
z Le Nunavut se distingue du reste du Canada avec une fécondité de 3,25
enfants par femme.
z Non seulement les Canadiennes ont de moins en moins d’enfants, mais
elles les ont également de plus en plus tard dans leur vie. La fécondité
des jeunes Canadiennes âgées entre 20 et 24 ans n’est plus que la moitié
de ce qu’était celle de leurs mères aux mêmes âges. L’âge moyen à la
maternité atteignait 28,7 ans en 1999 et s’inscrivait dans une tendance à
la hausse depuis le milieu des années 1970.
z Aucune génération de femmes nées au cours du baby-boom n’a mis au
monde suffisamment d’enfants pour assurer son remplacement.
xxx
z En 1999, l’espérance de vie à la naissance atteignait 81,7 ans chez les
femmes et 76,3 ans chez les hommes. L’écart entre l’espérance de vie
des hommes et des femmes continue à se réduire et n’est plus que de 5,4
ans en 1999, à l’avantage des femmes.
z Le nombre de décès augmente d’environ 1 % par année en raison de
l’accroissement et du vieillissement de la population canadienne.
z L’essentiel des décès supplémentaires enregistrés en 1998 et 1999 par rapport
à 1997 se sont produits à un âge égal ou supérieur à 85 ans.
z L’espérance de vie à 65 ans continue de croître, et atteignait 16,5 ans
chez les hommes et 20,3 ans chez les femmes en 1999.
z Selon les conditions de mortalité observées en 1999, un Canadien sur trois
et une Canadienne sur deux atteindraient l’âge de 85 ans.
z La mortalité par suicide est à peu près stable au Canada. Toutefois, le Québec
présente une mortalité par suicide à la hausse depuis 30 ans et elle est
actuellement 50 % plus élevée que dans le reste du Canada.
xxx
-3-
z Le Canada a accueilli 227 300 immigrants en 2000, une augmentation de
20 % par rapport à 1999. Sur l’ensemble de la décennie 1990, l’immigration
aura permis d’accueillir plus de 2 200 000 personnes.
z L’essentiel des immigrants arrivés au Canada en 2000 proviennent de pays
asiatiques (62 %) et tombent sous le volet « économique » de la politique
d’immigration canadienne (58 %). La Chine, l’Inde, le Pakistan et les
Philippines sont les principaux pays d’origine.
z En 2000, le nombre de réfugiés a augmenté de 23 % par rapport à l’année
précédente. Ce nombre dépassait les 30 000 personnes, dont les principaux
pays d’origine sont l’Ex-Yougoslavie, le Sri Lanka et l’Afghanistan.
z Trois provinces attirent 90 % des nouveaux arrivants : l’Ontario, la ColombieBritannique et le Québec. En fait, 59 % des immigrants arrivés en 2000
ont choisi l’Ontario comme province de résidence, et s’établissent
principalement à Toronto.
z Un immigrant sur quatre est un réfugié parmi ceux choisissant le Québec.
En Ontario, cette proportion est de un sur dix.
xxx
z Seuls l’Ontario et l’Alberta présentent des soldes migratoires interprovinciaux
positifs en 2000. La Colombie-Britannique et le Québec présentent les
soldes migratoires interprovinciaux les plus déficitaires en 2000, la première
au profit de l’Alberta, la seconde au profit de l’Ontario.
z Au cours des trente dernières années, les pertes migratoires du Québec
approchent le demi-million de personnes, au profit des autres provinces
canadiennes, essentiellement l’Ontario.
z 60 % des personnes nées au Canada migrant vers Terre-Neuve-et-Labrador
étaient nées dans cette province ; cette proportion est de 52 % au Québec
et de 43 % pour la Saskatchewan, la moyenne nationale s’établissait à
28 %.
PARTIE II
z En 1999, la fécondité canadienne atteignait le plus faible niveau de son
histoire, soit 1,52 enfant par femme. La même année, l’indice américain
était de 2,08 enfants par femme. L’écart entre les deux pays, d’environ
un demi-enfant par femme en faveur des États-Unis, représente ce que
l’on pourrait qualifier de fécondité déficitaire du Canada.
-4-
z La plus forte fécondité des Américaines que met en évidence l’indice du
moment s’observe aussi pour tous les groupes de générations nées après
1945.
z La composition ethnique de la population américaine n’explique pas
entièrement les différences de fécondité observées entre les deux pays,
tous les groupes ethniques américains présentant une fécondité plus
élevée que les Canadiennes. Tout au plus, la surfécondité des
Américaines de race noire ou d’origine hispanique expliquerait 40 % de
l’écart observé.
z Entre 1980 et 2000, la fécondité des femmes américaines d’origine hispanique
se maintient autour de 3,0 enfants, celle des noires entre 2,2 et 2,4 enfants,
celle des blanches non hispaniques entre 1,8 et 1,9 enfant. On observe
donc un écart de 0,3 enfant entre l’indice synthétique des Canadiennes et
celui des blanches américaines non hispaniques, soit le groupe affichant
la plus faible fécondité aux États-Unis.
z La surfécondité grandissante des Américaines par rapport aux Canadiennes
résulte du maintient de la fécondité plus forte des jeunes femmes américaines
alors que celle des jeunes canadiennes a diminué de façon significative.
La fécondité des Américaines âgées de 20 à 29 ans se maintient et même
augmente légèrement, alors que celle des Canadiennes du même âge diminue
de façon importante. Entre 1979 et 1999, on observe une diminution de
près de 40 % de la fécondité des Canadiennes âgées de 20 à 24 ans et
d’environ 25 % chez celles âgées de 25 à 29 ans.
z Le taux de fécondité à 15-19 ans dépasse les 50 pour 1 000 aux ÉtatsUnis alors qu’au Canada il est inférieur à 20 pour 1 000. Environ 30 % de
l’écart observé entre les indices synthétiques de fécondité américain et
canadien résulte de la plus forte fécondité des adolescentes américaines.
Aucun autre pays industrialisé ne présente des taux de fécondité juvénile
aussi élevés que ceux observés aux États-Unis.
z Les Canadiennes utilisent des méthodes contraceptives plus efficaces que
les Américaines. Au Canada, 46 % des femmes utilisant la contraception
ont opté pour la stérilisation, contre 41 % aux États-Unis. Les méthodes
pharmaceutiques (pilule, stérilet, implant) sont aussi plus populaires au
Canada (37 %) qu’aux États-Unis (31 %). Au Canada, le système de
santé public offre un accès universel et gratuit aux services médicaux alors
qu’aux États-Unis, de tels services peuvent engendrer des frais importants
rendant ainsi moins accessibles les méthodes contraceptives les plus
efficaces.
-5-
z L’écart entre les proportions d’utilisatrices canadiennes et américaines ayant
recours à une méthode efficace est d’autant plus élevé que le groupe d’âge
est jeune. Par exemple, alors qu’au Canada 86 % des utilisatrices âgées
de 15 à 19 ans utilisent une méthode pharmaceutique (principalement la
pilule) et que 14 % utilisent une méthode naturelle ou barrière (principalement
le condom), ces proportions sont respectivement de 57 % et 42 % aux
États-Unis.
z La fécondité est relativement élevée aux États-Unis à cause, en partie, de
la forte proportion de grossesses et de naissances non désirées. Au milieu
des années 1980, on a estimé que la proportion de grossesses non désirées
était plus élevée de 60 % aux États-Unis qu’au Canada.
z L’indice synthétique d’avortement est plus élevé aux États-Unis où il se
maintient aux alentours de 0,8 avortement par femme, alors que l’indice
canadien atteint 0,5 avortement par femme.
z Par comparaison à la situation canadienne, le mariage est plus précoce et
plus fréquent aux États-Unis.
z La maternité est plus précoce aux États-Unis. L’âge moyen à la maternité
approche les 29 ans au Canada. Il est de 27 ans aux États-Unis. Il est
possible que les plus grandes difficultés d’insertion des jeunes sur le marché
du travail canadien en regard de la situation américaine puisse retarder la
formation d’union chez les jeunes Canadiens et hausser l’âge à la maternité.
z L’écart entre les taux de chômage des jeunes Canadiens et Américains
âgés de 20 à 24 ans s’agrandit. Au début des années 80, les taux de chômage
chez les jeunes étaient semblables dans les deux pays et étaient même parfois
plus faibles au Canada, mais depuis 1983 le chômage chez les jeunes est
toujours plus élevé au Canada qu’aux États-Unis. Depuis 1991, le taux de
chômage des jeunes Canadiens a toujours été de 50 % à 70 % plus élevé
que celui des jeunes Américains.
z La pratique religieuse influence indirectement la fécondité des individus,
surtout par son effet sur le choix du mariage comme mode de vie conjugale
et sur la stabilité de l’union. La pratique religieuse est considérablement
plus élevée aux États-Unis qu’au Canada. Parmi les femmes d’âges féconds,
la proportion d’Américaines (34 %) qui déclarent pratiquer leur religion
de façon hebdomadaire est près du double de celle observée chez les
Canadiennes (18 %).
xxx
-6-
z En 1996, 20 % des aînés vivant dans des ménages privés avaient reçu de
l’aide soit pour les travaux ménagers courants, l’épicerie, la préparation
des repas ou les soins personnels en raison d’un problème de santé de
longue durée.
z Parmi les aînés ayant reçu de l’aide en raison d’un problème de santé de
longue durée, 42 % ont reçu de l’aide strictement de sources informelles
(famille, amis, voisins), 34 % de sources formelles (employés rémunérés,
organismes gouvernementaux ou non gouvernementaux, bénévoles) et 24 %
à la fois de sources informelles et de sources formelles.
z N’avoir aucun enfant survivant réduit de façon significative la probabilité
de recourir strictement à des sources d’aide informelles. Cette probabilité
s’élevait à 0,32 dans le cas des personnes sans enfants survivants
comparativement à 0,44 dans le cas des personnes ayant au moins un
enfant survivant.
z Plus le conjoint est jeune, plus il est probable que la personne âgée ayant
reçu de l’aide ait recouru strictement à des sources d’aide informelles.
En outre, dans le cas où le conjoint était âgé de 75 ans ou plus, cette probabilité
était presque la même que dans le cas des personnes vivant seules (0,32
et 0,26 respectivement).
z Il existait une forte relation positive entre le niveau d’éducation et la probabilité
qu’a une personne de recourir strictement à des sources d’aide formelles.
Cette probabilité, chez les aînés vivant en ménages privés et ayant reçu
de l’aide, passe de 0,28 pour les personnes sans études secondaires à 0,52
pour les personnes ayant fait des études postsecondaires.
z En ne tenant compte que de l’évolution de la composition et de l’étendue
du réseau familial, les résultats suggèrent qu’il pourrait y avoir dans l’avenir
une augmentation relative de l’utilisation des sources formelles de services
de maintien à domicile chez les personnes qui recevront de l’aide. Les
nouvelles caractéristiques sociodémographiques des personnes âgées
(élévation de la scolarité, par exemple), de même que l’évolution du contexte
social (migration des enfants, divorce, union libre, etc.) et des politiques
reliées à l’institutionnalisation des personnes âgées en perte d’autonomie
pourraient aussi affecter considérablement la nature, formelle ou informelle,
des services reçus.
-7-
PARTIE I
-9-
COMPTABILITÉ DÉMOGRAPHIQUE
Selon les estimations de population, le Canada comptait 30 893 800
habitants au 1er janvier 2001, soit une augmentation de 277 200 par rapport
à la même date l’année précédente (tableau 1). Le taux d’accroissement
correspondant (9,0 pour 1 000) est en légère hausse par rapport à celui de
l’an dernier résultant d’une augmentation du solde migratoire. Depuis 1998,
le solde migratoire international n’a cessé d’augmenter. Il s’élevait à 168 000
en 2000, résultant de l’admission de 227 400 immigrants et du départ de 64 100
émigrants. Le solde migratoire représente 61 % de la croissance totale et
constitue donc actuellement le principal facteur de la croissance
démographique canadienne.
Sans l’apport migratoire, la croissance de la population canadienne serait
beaucoup plus faible : le taux d’accroissement naturel s’élevait en 2000 à 3,6
pour 1 000, ce qui représente un excédent des naissances sur les décès de
109 200. Il s’inscrit dans une tendance à la baisse observable depuis le début
des années 1990 et qui devrait se maintenir en raison du vieillissement de la
population. On peut d’ailleurs remarquer une hausse continue du nombre de
décès depuis le début des années 1980, en dépit de la progression de l’espérance
de vie à la naissance. Dans ce contexte, le solde migratoire devrait représenter
une part grandissante de la croissance future.
La comptabilité démographique dans les provinces
La population de l’Ontario a été estimée à 11 759 700 habitants au 1er
janvier 2001 ; il s’agit de la province la plus peuplée du Canada. Elle est suivie
du Québec (7 388 400 habitants), de la Colombie-Britannique (4 072 500) et
de l’Alberta (3 034 500). Les deux autres provinces des Prairies comptent
un peu plus d’un million d’habitants : le Manitoba (1 147 500) et la Saskatchewan
(1 019 300). Aucune des provinces atlantiques, Nouvelle-Écosse (942 700),
Nouveau-Brunswick (756 000), Terre-Neuve-et-Labrador (536 200) et l’Îledu-Prince-Édouard (138 200), n’atteint ce chiffre, bien que la première s’en
approche. Les vastes territoires situés au nord du pays demeurent très peu
peuplés : on comptait 30 100 habitants au Yukon, 40 900 dans les Territoires
du Nord-Ouest et 27 700 au Nunavut, pour un total de 98 700, soit moins
que l’Île-du-Prince-Édouard, la moins populeuse des provinces.
À ces différences dans la taille des populations des provinces s’ajoutent
des différences dans leur rythme d’accroissement. Celles-ci résultent surtout
de la variation importante d’une province à l’autre des soldes migratoires.
L’accroissement naturel, relativement faible et en baisse partout au pays,
varie beaucoup moins. Avec un taux d’accroissement naturel de 6,5 pour
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
PD
PR
PR
PR
PR
Année
22 093,1
22 349,2
22 652,2
22 977,8
23 303,8
23 591,8
23 850,5
24 072,6
24 346,2
24 665,9
24 979,8
25 243,4
25 482,9
25 721,6
25 963,1
26 260,1
26 609,7
27 041,9
27 475,2
27 863,6
28 183,3
28 548,3
28 865,8
29 191,1
29 509,4
29 818,6
30 112,1
30 353,3
30 616,6
30 893,8
Population
er
au 1 janvier
184,9
179,3
178,9
192,1
193,0
194,7
190,2
197,9
199,2
200,3
198,7
199,2
201,3
194,4
188,7
184,8
186,8
201,7
213,5
207,0
202,1
183,5
178,0
167,3
153,3
132,9
124,3
115,5
109,2
..
..
Naturel
256,0
303,0
325,6
326,0
288,0
258,7
222,0
273,6
319,8
313,9
263,6
239,5
238,7
241,4
297,1
349,5
432,2
433,3
388,4
319,7
365,1
317,5
325,3
318,3
309,1
293,5
241,2
263,3
277,2
Total
Accroissement
..
98,8
151,4
174,5
161,5
118,2
83,8
51,7
95,5
140,4
134,3
86,4
61,7
58,8
68,4
122,1
172,9
253,6
239,7
183,1
137,3
199,2
170,3
183,6
187,3
170,9
160,6
116,9
147,8
168,0
Migratoire
..
347,3
343,4
345,6
359,3
360,0
362,2
358,4
366,1
370,7
371,3
373,1
373,7
377,0
375,7
372,9
369,7
376,8
392,7
405,5
402,5
398,6
388,4
385,1
378,0
366,2
348,6
342,4
337,5
332,1
Naissances
Nombres (en milliers)
..
162,4
164,0
166,8
167,2
167,0
167,5
168,2
168,2
171,5
171,0
174,4
174,5
175,7
181,3
184,2
185,0
190,0
191,0
192,0
195,6
196,5
204,9
207,1
210,7
212,9
215,7
218,1
222,0
222,9
Décès
..
122,0
184,2
218,5
187,9
149,4
114,9
86,3
112,1
143,1
128,6
121,1
89,2
88,2
84,3
99,2
152,1
161,9
192,0
214,2
230,8
252,8
255,7
223,8
212,0
226,1
216,0
174,2
190,0
227,4
Immigration
..
26,2
40,7
42,0
34,3
28,3
29,1
31,7
24,5
17,6
24,6
31,1
31,8
29,1
26,9
23,7
20,1
17,2
19,6
20,2
25,3
21,7
22,2
23,7
24,9
41,7
55,6
57,5
60,7
64,1
Émigration
Tableau 1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique, Canada, 1972-2001
..
3,0
7,9
-2,0
7,9
-3,0
-2,0
-3,0
7,9
14,9
30,3
-3,7
4,4
-0,3
11,0
46,5
40,9
108,9
67,4
-11,0
-68,3
-31,9
-63,3
-16,5
0,2
-13,5
0,2
0,2
18,5
4,7
Résidents non
permanents
(solde)
…
…
…
…
…
-27,7
-27,7
-27,7
-27,7
-23,1
-19,8
-19,8
-19,8
-19,8
-20,8
-21,4
-21,4
-21,4
-21,4
-13,7
-8,2
-8,2
-8,2
-8,2
-24,6
-36,3
-36,3
-36,3
-36,3
-15,1
Résidu 1
- 10 -
PD
PR
PR
PR
PR
22 093,1
22 349,2
22 652,2
22 977,8
23 303,8
23 591,8
23 850,5
24 072,6
24 346,2
24 665,9
24 979,8
25 243,4
25 482,9
25 721,6
25 963,1
26 260,1
26 609,7
27 041,9
27 475,2
27 863,6
28 183,3
28 548,3
28 865,8
29 191,1
29 509,4
29 818,6
30 112,1
30 353,3
30 616,6
30 893,8
Population
er
au 1 janvier
(en milliers)
..
8,32
7,97
7,84
8,30
8,23
8,21
7,94
8,17
8,13
8,07
7,91
7,85
7,86
7,52
7,23
6,99
6,96
7,40
7,72
7,39
7,13
6,39
6,13
5,70
5,17
4,44
4,11
3,79
3,55
11,52
13,47
14,27
14,09
12,28
10,91
9,27
11,30
13,05
12,64
10,50
9,44
9,32
9,34
11,38
13,22
16,11
15,89
14,04
11,41
12,87
11,06
11,21
10,85
10,42
9,79
7,98
8,64
9,01
..
Naturel
Total
Accroissement
..
4,45
6,73
7,65
6,98
5,04
3,53
2,16
3,95
5,73
5,41
3,44
2,43
2,30
2,65
4,68
6,54
9,45
8,79
6,62
4,90
7,02
5,93
6,32
6,38
5,76
5,36
3,87
4,85
5,46
Migratoire
..
15,63
15,26
15,15
15,53
15,35
15,27
14,96
15,12
15,13
14,96
14,86
14,73
14,73
14,54
14,28
13,99
14,05
14,41
14,65
14,36
14,05
13,53
13,27
12,88
12,34
11,63
11,33
11,07
10,80
Natalité
..
7,31
7,29
7,31
7,22
7,12
7,06
7,02
6,95
7,00
6,89
6,95
6,88
6,86
7,02
7,06
7,00
7,08
7,01
6,94
6,98
6,93
7,14
7,13
7,18
7,18
7,20
7,21
7,28
7,25
Mortalité
..
5,49
8,19
9,58
8,12
6,37
4,84
3,60
4,63
5,84
5,18
4,82
3,52
3,45
3,26
3,80
5,75
6,04
7,04
7,74
8,24
8,91
8,91
7,71
7,22
7,62
7,21
5,76
6,23
7,39
Immigration
..
1,18
1,81
1,84
1,48
1,21
1,23
1,32
1,01
0,72
0,99
1,24
1,25
1,14
1,04
0,91
0,76
0,64
0,72
0,73
0,90
0,76
0,77
0,82
0,85
1,40
1,86
1,90
1,99
2,08
Émigration
..
0,13
0,35
-0,09
0,34
-0,13
-0,08
-0,12
0,33
0,61
1,22
-0,15
0,17
-0,01
0,42
1,78
1,55
4,06
2,47
-0,40
-2,44
-1,13
-2,20
-0,57
0,01
-0,45
0,01
0,01
0,61
0,15
Résidents non
permanents (solde)
Ce résidu résulte de la répartition de l’erreur en fin de période entre les différentes années de la période quinquennale concernée.
(PD) Estimations postcensitaires définitives ; (PR) Estimations postcensitaires mises à jour, basées sur 1996, en date du 21 janvier 2002.
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie, Section des estimations démographiques et Section de la recherche et de l’analyse.
1
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Année
Taux (pour 1 000)
- 11 -
- 12 -
1 000, l’Alberta est la province au premier rang à ce chapitre. Aucune province
ne présente de taux d’accroissement naturel négatif, bien que Terre-Neuveet-Labrador se rapproche de la croissance nulle (0,6 pour 1 000).
Avec un taux d’accroissement dépassant les 18,0 pour 1 000 en 2000,
soit le double de celui observé pour le Canada, l’Alberta était de loin la
province canadienne avec la plus forte croissance démographique. L’essentiel
de cette croissance résulte du solde migratoire interprovincial qui a atteint
27 100, une augmentation de 38 % par rapport à l’année précédente. Le solde
migratoire international (8 100) et l’accroissement naturel (19 600), bien que
tous deux positifs, comptent pour beaucoup moins dans la croissance totale
de cette province. La croissance économique soutenue depuis quelques années
continue d’exercer un fort pouvoir attractif sur la population vivant ailleurs
au Canada, en particulier celle des provinces voisines, la Colombie-Britannique
et la Saskatchewan. Parce que les migrants sont généralement jeunes,
l’importance de la migration dans cette province a contribué à ralentir le rythme
du vieillissement de sa population. Le tableau 2 montre que l’Alberta occupait,
en 2001, le troisième rang parmi les provinces en ce qui a trait à la proportion
de jeunes au pays, derrière la Saskatchewan et le Manitoba qui ont la fécondité
la plus élevée du pays ; elle était en cinquième position vingt ans plus tôt.
L’Alberta présente aussi la plus faible proportion de personnes âgées, avec à
peine plus de 10 %.
Les deux provinces limitrophes de l’Alberta, la Colombie-Britannique et
la Saskatchewan, affichent un solde migratoire interprovincial négatif. Dans
le cas de la Colombie-Britannique, il s’agit d’une tendance récente puisque le
phénomène s’est manifesté pour la première fois en 1998. L’Alberta attire
un nombre important de travailleurs hors de ces deux provinces, ce qui entraîne
cependant des effets différents. Alors que la croissance démographique demeure
largement positive en Colombie-Britannique (27 700), elle est négative depuis
deux ans en Saskatchewan, l’accroissement naturel (3 500) ne parvenant plus
à combler le déficit engendré par un important solde migratoire négatif (-8 100).
La population de cette province diminue depuis 1999. La Saskatchewan présente
d’ailleurs la particularité d’être à la fois une province jeune et vieille : elle
occupe le premier rang des provinces canadiennes quant à la proportion de
jeunes âgés entre 0 et 14 ans (21 %) ainsi que le premier rang quant à la proportion
des 65 ans et plus (15 %). L’effet de l’émigration des jeunes est marqué sur
la proportion de personnes en âge de travailler (15-64 ans). À 64 %, cette
proportion est la plus faible de toutes les provinces, quatre points de pourcentage
au-dessous de la moyenne nationale. La Colombie-Britannique, quant à
elle, compense largement ses pertes migratoires à l’interne par un solde
migratoire international largement positif (31 900), lui permettant d’afficher
un taux d’accroissement migratoire total de 3,6 pour 1 000 en 2000 et une
croissance totale de 6,8 pour 1 000. Pour cette province, il s’agit cependant
d’un net ralentissement par comparaison aux taux d’accroissement supérieurs
à 25 pour 1 000 qu’elle a connus entre 1989 et 1995.
- 13 -
Tableau 2. Répartition de la population par grands groupes d’âge, Canada, provinces
et territoires, 1971-2001
1971
Province
1981
1991
2001
Nombre
Proportion
Nombre
Proportion
Nombre
Proportion Nombre
Proportion
(en milliers)
(%)
(en milliers)
(%)
(en milliers)
(%)
(en milliers)
(%)
0 à 14 ans
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yuk.
1
T.N.-O.
Nun.
Canada
196,0
35,5
241,7
204,2
1 799,6
2 226,4
288,1
280,9
520,1
618,6
6,5
15,2
36,9
31,5
30,3
31,8
29,3
28,4
28,8
30,1
31,2
27,6
34,1
41,8
168,0
30,6
199,0
174,7
1 407,7
1 904,5
239,2
239,5
548,8
598,0
6,2
16,2
29,2
24,7
23,3
24,7
21,5
21,6
23,1
24,5
23,9
21,2
25,9
34,1
..
..
..
..
6 432,8
29,3
5 532,6
22,3
128,4
29,4
185,9
154,2
1 396,8
2 099,4
242,5
239,3
611,2
676,4
7,0
11,0
8,6
5 790,2
22,2
22,5
20,3
20,7
19,8
20,1
21,9
23,9
23,6
20,1
24,3
28,5
38,9
20,7
90,3
26,7
168,1
134,1
1 306,8
2 283,5
238,3
215,6
626,7
725,0
6,1
10,9
10,4
5 842,4
16,9
19,2
17,8
17,7
17,6
19,2
20,7
21,2
20,5
17,7
20,4
26,7
36,8
18,8
68,2
64,3
67,2
67,3
69,2
68,3
64,8
62,1
67,4
67,2
71,8
68,4
59,2
67,9
380,3
93,4
648,6
524,4
5 142,9
8 099,2
756,3
652,3
2 126,5
2 830,3
22,1
28,2
17,1
21 321,6
71,2
67,5
68,8
69,3
69,4
68,2
65,8
64,2
69,4
69,1
73,9
69,0
60,6
68,6
9,6
13,1
12,5
12,0
11,1
11,6
13,3
14,1
9,0
12,7
3,9
3,1
1,9
11,5
533,8
138,5
942,7
757,1
7 410,5
11 874,4
1 150,0
1 015,8
3 064,2
4 095,9
29,9
40,9
28,2
31 081,9
11,8
13,3
13,4
13,0
13,0
12,6
13,5
14,6
10,2
13,2
5,7
4,2
2,6
12,6
15 à 64 ans
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yuk.
1
T.N.-O.
Nun.
Canada
302,4
64,7
482,7
383,2
3 919,2
4 972,2
614,8
556,0
1 025,1
1 414,2
12,0
20,3
57,0
57,4
60,5
59,7
63,9
63,3
61,5
59,7
61,5
63,1
63,1
55,9
362,7
78,2
562,7
460,7
4 566,8
6 032,7
675,0
619,8
1 580,4
1 924,7
16,9
30,0
63,1
63,2
65,8
65,2
69,7
68,5
65,1
63,5
68,9
68,2
70,9
63,0
..
..
..
..
13 766,9
62,7
16 910,5
68,1
395,4
83,8
614,9
501,8
4 885,6
7 123,0
719,4
622,4
1 748,5
2 268,4
20,8
26,5
13,2
19 023,5
65 ans et plus
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yuk.
1
T.N.-O.
Nun.
Canada
1
530,9
112,6
797,3
642,5
6 137,4
7 849,0
998,9
932,0
1 665,7
2 240,5
19,0
36,4
6,1
11,0
9,1
8,6
6,8
8,3
9,6
10,2
7,2
9,3
2,9
2,3
574,8
123,7
854,6
706,3
6 547,7
8 811,3
1 036,4
975,9
2 294,2
2 823,9
23,9
47,6
7,7
12,1
10,9
10,0
8,8
9,9
11,8
11,9
7,2
10,7
3,3
3,0
..
..
..
..
21 962,1
8,0
24 820,4
9,6
579,5
130,3
915,1
745,5
7 064,7
10 427,6
1 109,6
1 002,7
2 592,6
3 373,4
28,9
38,7
22,2
28 030,9
Nunavut inclus en 1971 et 1981.
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie, Section des estimations démographiques
et Section de la recherche et de l’analyse.
- 14 -
Le Manitoba affiche, en 2000, une croissance démographique de 3,2 pour
1 000, presque entièrement due à l’accroissement naturel (4 100). Le solde
migratoire de cette province est pratiquement nul (-400, pour un taux de -0,3
pour 1 000), le déficit migratoire provincial (-3 600) étant comblé presque
en totalité par le solde international positif (3 100). Il faut cependant remarquer
qu’après le solde migratoire positif de 1999, qui s’inscrivait alors à contrecourant de la tendance des 13 années précédentes, l’année 2000 apporte un
nouveau déficit, très léger. Plus éloignée de l’Alberta mais voisine de l’Ontario,
la population du Manitoba ne semble pas subir autant que celle de la
Saskatchewan le pouvoir attractif des provinces dont l’économie a connu
un essor important au cours des dernières années.
Si avec un taux de 14,7 pour 1 000, l’Ontario affiche la deuxième
croissance démographique en importance au Canada après celle de l’Alberta,
elle le doit essentiellement à son solde migratoire international fortement
positif (103 200). Depuis quatre ans, elle devance en effet la ColombieBritannique à ce chapitre. En 2000, le taux d’immigration de l’Ontario est à
11,4 pour 1 000 comparativement à 9,2 pour la Colombie-Britannique. L’Alberta
croît donc surtout en raison de la dynamique de la migration interne, l’Ontario
surtout grâce à l’immigration internationale. Le nombre d’entrants et de
sortants interprovinciaux de l’Ontario est important (respectivement 86 800
et 64 200), faisant de cette province une véritable plaque tournante du système
migratoire canadien, mais le solde interprovincial qui en résulte l’est beaucoup
moins (22 700 pour un taux de 1,9 pour 1 000). On remarque toutefois que
le solde interprovincial de cette province est à la hausse depuis 1992.
La croissance démographique du Québec a légèrement ralenti entre 1999
et 2000, passant de 3,7 pour 1 000 à 3,3 pour 1 000. L’explication réside du
côté du solde migratoire de cette province qui a accueilli, en 2000, davantage
d’immigrants internationaux (32 500) et interprovinciaux (24 000), mais qui
a également vu le nombre de ses émigrants internationaux (11 900) et
interprovinciaux (36 400) s’accroître plus rapidement encore. L’accroissement
naturel est demeuré constant à 18 700.
La croissance démographique des provinces maritimes se rapproche
doucement, année après année, d’une croissance nulle. Cette croissance est
de 1,8 pour 1 000 à l’Île-du-Prince-Édouard, de 1,6 en Nouvelle-Écosse et
de 1,3 au Nouveau-Brunswick. Dans chacune de ces provinces, le principal
facteur de la croissance démographique est l’accroissement naturel puisque
le solde migratoire y est faible : tantôt positif, comme c’est le cas de la NouvelleÉcosse (0,6 pour 1 000), tantôt négatif, pour le Nouveau-Brunswick (-0,3
pour 1 000) ou l’Île-du-Prince-Édouard (-0,1 pour 1 000). La valeur absolue
du solde migratoire de chacune de ces provinces est au plus de 500.
Terre-Neuve-et-Labrador enregistre pour la huitième année consécutive
un accroissement démographique négatif (-3 800, ce qui représente un taux
- 15 -
de -7,1 pour 1 000). L’accroissement naturel (0,6 pour 1 000) de cette province
demeure positif, mais continue de fléchir et se rapproche de zéro. C’est dans
ses échanges migratoires avec les autres provinces que se trouve l’explication
de la tendance à la dépopulation. Les effets sur la structure par âge se font
déjà sentir (tableau 2) : province comptant la plus forte proportion de jeunes
en 1971 et 1981, avec 37 % et 29 % respectivement, elle est passée en 20
ans à celle présentant la plus faible proportion de jeunes âgés de moins de
15 ans (17 %). L’essentiel de sa population se concentre entre 15 et 64 ans ;
elle occupe à ce chapitre le premier rang des provinces canadiennes avec
71 % et le neuvième en ce qui trait à la proportion des personnes âgées.
Les populations des trois territoires canadiens présentent un régime
démographique fort différent de celui des provinces. Le Yukon affiche en
l’an 2000 un taux d’accroissement négatif (-18,6 pour 1 000), à l’instar des
deux années précédentes. Il résulte d’un solde migratoire interprovincial
fortement négatif (-24,7 pour 1 000), alors que l’accroissement naturel y demeure
positif (7,5 pour 1 000) bien qu’en constant déclin depuis quatre ans.
L’accroissement démographique est également négatif dans les Territoires
du Nord-Ouest en 2000 (-1,7 pour 1 000) ; il s’agit d’un revirement après la
légère augmentation enregistrée l’année précédente. C’est que l’accroissement
naturel, légèrement à la baisse, n’a pas permis comme en 1999 de compenser
un solde migratoire interprovincial négatif et qui s’est dégradé. Enfin, le Nunavut
est le territoire canadien qui affiche la plus forte accroissement démographique
(20,6 pour 1 000). Il est intéressant de noter que l’Alberta, avec un taux
supérieur à 18 pour 1 000, s’en rapproche, témoignant de la force de la
croissance dans cette province. Pour le Nunavut, l’accroissement naturel
(20,2 pour 1 000) est le principal facteur de la croissance démographique
puisque le solde migratoire est pratiquement nul (0,4 pour 1 000). La proportion
des 65 ans et plus est beaucoup plus faible dans les trois territoires que dans
les provinces (tableau 2).
Le poids démographique des provinces canadiennes
Conséquence de rythmes de croissance différents, le poids démographique
des provinces au sein de la Confédération évolue. À ce jeu à somme nulle,
certaines y gagnent, d’autres y perdent. L’Alberta, la Colombie-Britannique
et l’Ontario sont les trois seules provinces qui ont vu leur poids démographique
au sein du Canada augmenter entre 1971 et aujourd’hui. Prise ensemble,
l’Alberta et la Colombie-Britannique représentent pratiquement le quart de la
population du pays (23 %) ; cette proportion était de 18 % en 1971.
Deuxième province en importance au pays, le Québec voit l’écart avec
son voisin ontarien se creuser depuis 30 ans. Le Québec compte maintenant
moins du quart de la population canadienne, alors que l’Ontario se rapproche
de 40 %. En fait, l’Ouest du pays (Alberta et Colombie-Britannique) avait
en 2001 à peu près le même poids démographique que le Québec, alors
- 16 -
qu’en 1971, 28% des Canadiens résidaient au Québec contre 18 % au total
pour les deux provinces de l’Ouest. Enfin, le Manitoba, la Saskatchewan, la
Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard ainsi que
Terre-Neuve et Labrador ont aussi vu leur poids démographique diminuer
depuis 1971. On peut conclure à une concentration de la population dans les
trois provinces hors Québec les plus peuplées qui sont favorisées par les
migrations internationales (Ontario et Colombie-Britannique) ou interprovinciales
(Alberta). Ces provinces continuent d’ailleurs à afficher des croissances
démographiques supérieures à celles des autres provinces.
- 17 -
NATALITÉ ET FÉCONDITÉ
En 1999, on a compté 337 249 naissances au Canada, une baisse de quelque
5 200 naissances par rapport au nombre enregistré l’année précédente (tableau
A6, en annexe). Le nombre des naissances diminue donc pour la neuvième
année consécutive et, par rapport au sommet de 404 669 naissances atteint
en 1990, on compte maintenant 67 400 naissances de moins. Pour illustrer
l’importance de cette chute, signalons que ces 67 400 naissances en moins
représentent 20 % des naissances de l’année ou encore, un peu plus que
l’ensemble des naissances enregistrées dans les trois provinces des Prairies.
L’indice synthétique de fécondité, qui représente le nombre moyen d’enfants
qu’une femme aurait si elle connaissait tout au long de sa vie la fécondité
observée une année donnée, diminue lui aussi d’année en année depuis 1990.
Pour qui veut suivre la conjoncture démographique, il est préférable de se
fier à l’évolution de cet indice plutôt qu’à celle du seul nombre des naissances
qui peut aussi varier par suite des changements de l’effectif de la population
ou encore de sa répartition par âge.
L’indice synthétique de fécondité diminue de 1,3 % en 1999 pour
atteindre 1,52 enfants par femme. Les variations à la baisse de cet indice
depuis 1997 sont faibles, environ 1 % par année, mais il faut se rappeler que
cette année-là l’indice atteignait le plus bas niveau jamais atteint. Il s’ensuit
que chaque nouvelle baisse de l’indice synthétique de fécondité se traduit par
un nouveau niveau plancher historique.
Le nombre des naissances a diminué dans presque toutes les provinces,
seules Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et l’Alberta ayant
vu le nombre de leurs naissances augmenter, mais aucune de ces hausses n’est
statistiquement significative. Dans le cas des deux provinces atlantiques, la hausse
des naissances se reflète aussi sur l’indice synthétique de fécondité, mais pas
en Alberta où la fécondité a légèrement diminué. À Terre-Neuve-et-Labrador,
l’indice synthétique est en hausse de 4 %, la plus forte hausse du pays et la
première enregistrée dans cette province depuis 1991. Outre Terre-Neuveet-Labrador, seules l’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse ont enregistré
des hausses de fécondité, mais qui ne sont pas statistiquement significatives.
Les plus fortes baisses du nombre des naissances ont été enregistrées au
Nouveau-Brunswick (-3,4 %), au Québec (-3,0 %) et en Colombie-Britannique
(-2,6 %) ; dans les autres provinces, la diminution est moins importante que
celle de l’ensemble du pays (-1,5 %) et n’est significative que pour l’Ontario
et la Saskatchewan. Ce sont aussi ces trois provinces qui enregistrent les
plus fortes baisses de l’indice synthétique de fécondité avec des diminutions
de -2,1 % au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique et de -1,4 %
au Québec.
- 18 -
Tableau synoptique. Principaux indices démographiques du Canada, provinces et
territoires, 1981-2000
Année
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
Qc
Ont.
Man.
Taux de natalité
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
17,7
14,1
12,4
10,2
9,8
9,1
8,9
8,8
15,4
15,0
14,4
12,5
11,6
11,0
10,9
10,8
14,1
13,9
13,1
11,3
10,6
10,2
10,1
9,9
14,9
13,5
12,7
10,9
10,5
10,5
10,3
10,2
14,6
12,6
13,8
11,7
10,9
10,4
10,0
9,7
13,9
14,2
14,5
12,6
11,8
11,7
11,4
11,2
15,5
15,6
15,6
13,7
12,9
12,7
12,6
12,4
Taux de mortalité
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
5,6
6,1
6,6
7,0
7,8
7,7
8,0
8,2
8,0
8,7
9,1
9,3
7,5
8,8
8,9
8,9
8,1
8,2
7,9
8,3
8,6
8,6
8,7
8,9
7,3
7,5
7,3
7,8
7,9
8,4
8,5
8,6
6,5
7,0
7,0
7,2
7,5
7,4
7,5
7,2
7,1
7,2
7,0
7,1
7,1
7,0
7,2
7,3
8,3
8,2
8,1
8,4
8,4
8,6
8,7
8,8
Indice synthétique
de fécondité
(nombre d'enfants
par femme de
15 à 49 ans)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
..
..
1,44
1,30
1,27
1,21
1,26
1,88
1,79
1,86
1,73
1,63
1,56
1,58
1,62
1,59
1,59
1,52
1,45
1,42
1,43
1,68
1,53
1,55
1,46
1,43
1,45
1,42
1,57
1,38
1,65
1,60
1,52
1,47
1,45
1,58
1,60
1,67
1,61
1,53
1,53
1,52
1,83
1,83
1,97
1,89
1,81
1,81
1,81
Indice synthétique
de primo-nuptialité
(pour 1 000)
(hommes 17-49 ans,
femmes 15-49 ans)
1981 H
F
1986 H
F
1991 H
F
1996 H
F
1997 H
F
1998 H
F
653
631
589
580
600
613
607
624
630
654
650
670
701
668
711
742
727
730
747
782
689
718
694
727
686
672
595
631
575
606
586
597
557
582
565
579
660
649
600
626
581
608
581
618
550
587
557
591
546
560
430
442
381
427
327
363
329
362
317
350
692
685
623
658
610
653
579
609
567
597
567
599
722
712
615
660
600
651
582
626
572
610
593
635
Taux
d'accroissement
naturel
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
12,0
7,9
5,8
3,2
2,0
1,4
1,0
0,6
7,3
6,3
5,3
3,1
4,1
2,2
2,0
1,9
6,0
5,7
5,2
3,0
2,0
1,6
1,3
1,1
7,6
6,0
5,4
3,0
2,6
2,1
1,8
1,6
8,0
5,6
6,8
4,5
3,5
3,0
2,5
2,5
6,7
7,0
7,5
5,5
4,8
4,6
4,3
4,0
7,2
7,4
7,5
5,3
4,5
4,1
3,8
3,6
Taux
d'accroissement
total
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997 (PD)
1998 (PR)
1999 (PR)
2000 (PR)
-1,1
-2,8
2,1
-12,2
-13,3
-12,9
-5,4
-7,1
1,7
1,1
0,9
7,4
2,4
3,0
5,1
1,8
3,9
4,8
5,5
3,9
2,6
1,8
4,0
1,6
0,1
1,7
4,8
1,6
0,9
-1,0
2,2
1,3
6,5
9,1
7,1
4,2
3,2
3,2
3,7
3,3
10,7
18,3
12,2
12,2
13,2
11,1
13,0
14,7
7,4
6,3
3,6
3,9
0,8
2,6
4,1
3,2
Voir notes à la fin du tableau.
- 19 -
Tableau synoptique. Principaux indices démographiques du Canada, provinces et
territoires, 1981-2000 - suite
Taux de natalité
(pour 1 000)
Taux de mortalité
(pour 1 000)
Année
Sask.
Alb.
C.-B.
Yuk.
T.N.-O.
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
17,6
17,0
15,3
13,1
12,6
12,5
12,4
12,3
18,6
18,1
16,5
13,6
13,0
13,1
12,8
12,2
14,7
14,0
13,5
11,9
11,3
10,8
10,4
10,0
21,9
19,5
19,8
13,9
14,8
12,6
12,3
12,1
27,5 4
27,6 4
33,1 4
19,4
17,4
16,5
16,4
16,6
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
7,7
7,8
8,1
8,6
8,5
8,7
8,8
9,0
5,6
5,6
5,6
5,9
5,8
5,8
5,7
5,7
7,0
7,1
7,1
7,1
6,9
7,0
7,0
6,7
5,8
4,6
4,0
3,8
3,8
4,3
4,4
4,6
4,1 4
4,3 4
4,8 4
3,6
3,3
3,5
3,6
3,7
Indice synthétique
de fécondité
(nombre d'enfants
par femme de
15 à 49 ans)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2,12
2,03
2,04
1,89
1,83
1,81
1,81
1,87
1,86
1,90
1,74
1,68
1,71
1,70
1,64
1,62
1,69
1,55
1,48
1,45
1,42
2,06
1,95
2,15
1,67
1,82
1,60
1,59
2,86 4
2,85 4
2,47
2,25
2,02
1,97
1,92
Indice synthétique
de primo-nuptialité
(pour 1 000)
(hommes 17-49 ans,
femmes 15-49 ans)
1981 H
F
1986 H
F
1991 H
F
1996 H
F
1997 H
F
1998 H
F
710
698
588
628
622
656
628
653
632
653
638
645
644
689
566
616
597
643
569
613
565
607
571
614
684
695
582
623
601
661
521
563
502
540
506
538
693
715
484
573
470
521
453
486
411
422
427
467
457 4
474 4
351 4
399 4
284 4
311 4
268 4
282 4
260 4
308 4
282 4
313 4
Taux
d'accroissement
naturel
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
9,9
9,2
7,2
4,5
4,1
3,8
3,6
3,4
13,0
12,5
10,9
7,7
7,2
7,3
7,0
6,5
7,7
6,9
6,4
4,8
4,3
3,8
3,5
3,3
16,1
14,9
15,8
10,2
11,0
8,3
7,9
7,5
23,3 4
23,3 4
28,3 4
15,8
14,1
13,0
12,8
12,9
Taux
d'accroissement
total
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997 (PD)
1998 (PR)
1999 (PR)
2000 (PR)
11,4
2,6
-1,2
4,2
2,6
2,8
-2,2
-4,5
39,2
6,0
15,9
16,5
21,5
22,9
15,8
18,2
22,9
11,5
25,3
22,9
15,5
6,5
8,4
6,8
-22,7
31,5
41,4
20,0
-6,5
-27,2
-12,0
-18,5
37,0 4
-1,7 4
38,9 4
1,5
-5,3
-12,3
1,9
-1,7
Voir notes à la fin du tableau.
Nt
..
..
..
29,4
28,7
25,3
25,5
25,7
..
..
..
4,7
4,6
5,4
5,5
5,5
..
..
3,55
3,37
3,36
2,98
3,25
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
24,7
24,1
19,9
20,0
20,2
..
..
..
16,7
13,1
18,2
17,5
20,6
Can.
15,0
14,3
14,4
12,3
11,6
11,3
11,1
10,8
6,9
7,1
7,0
7,2
7,2
7,2
7,3
7,2
1,65
1,60
1,71
1,62
1,55
1,54
1,52
645
651
558
589
548
594
513
549
505
539
506
539
8,1
7,2
7,4
5,2
4,4
4,1
3,8
3,6
12,6
11,4
11,4
10,4
9,8
8,0
8,6
9,0
- 20 -
Tableau synoptique. Principaux indices démographiques du Canada, provinces et
territoires, 1981-2000 - suite
Année
T.-N.-L. Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
Qc
Ont.
Man.
Population de 65 ans et
plus en pourcentage de la
population totale
1981
1986
1991
1996
1997 (PD)
1998 (PR)
1999 (PR)
2000 (PR)
7,7
8,7
9,6
10,7
11,0
11,3
11,5
11,7
12,1
12,6
13,1
12,9
12,9
13,1
13,1
13,2
10,9
11,8
12,5
12,9
13,0
13,1
13,2
13,3
10,0
11,0
12,0
12,5
12,7
12,9
12,9
13,0
8,8
9,8
11,1
12,0
12,2
12,4
12,6
12,8
9,9
10,7
11,6
12,2
12,3
12,4
12,5
12,6
11,8
12,4
13,3
13,5
13,6
13,6
13,6
13,6
Rapport de dépendance
totale (en pourcentage)
1981
1986
1991
1996
1997 (PD)
1998 (PR)
1999 (PR)
2000 (PR)
78,2
68,1
59,7
54,3
53,3
52,5
51,6
50,6
76,0
68,6
67,3
63,5
62,5
61,9
60,9
59,9
67,0
61,1
59,1
57,7
57,2
56,6
55,8
55,3
69,5
62,5
59,7
56,5
56,0
55,4
54,6
54,0
55,9
52,2
53,5
54,2
53,9
53,5
52,9
52,5
58,9
55,0
55,5
57,4
57,3
57,1
56,7
56,2
67,7
64,0
65,5
65,2
64,9
64,6
64,0
63,4
Espérance de vie
à la naissance
(en années) 2
1981
72,1
78,8
72,8
79,2
73,7
79,5
74,4
80,2
74,6
80,0
74,7
80,0
75,1
80,2
72,9
80,5
72,8
71,1
79,1
72,7
80,1
74,2
80,9
74,8
81,2
75,0
81,1
75,0
81,3
75,0
81,5
71,2
78,9
72,2
79,7
73,8
80,9
74,6
81,0
74,9
81,2
75,1
81,3
75,4
81,5
72,4
79,2
73,8
80,0
75,0
80,9
75,9
81,3
76,3
81,4
76,6
81,6
76,9
81,8
72,3
78,9
73,2
79,9
74,6
80,7
75,1
80,5
75,3
80,6
75,3
80,7
75,2
80,8
..
71,0
78,6
72,4
79,5
73,7
80,3
74,8
80,6
75,0
80,5
75,3
80,8
75,6
81,3
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
10,7
8,5
7,8
6,6
5,2
6,2
4,9
13,2
6,7
6,9
4,7
4,4
8,0
6,6
11,5
8,4
5,7
5,6
4,4
4,6
4,0
10,9
8,3
6,1
4,9
5,7
6,5
5,0
8,5
7,1
5,9
4,6
5,6
5,6
4,9
8,8
7,2
6,3
5,7
5,5
5,0
5,4
11,9
9,2
6,4
6,7
7,5
6,7
8,4
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
3,9
3,6
6,0
9,1
9,6
6,6
6,4
0,3
14,1
14,1
15,1
17,8
19,5
20,4
18,7
4,1
3,3
6,2
7,7
8,1
8,7
7,8
9,5
14,7
15,1
22,6
24,0
25,6
23,9
25,0
20,2
20,7
21,1
19,9
18,1
10,0
15,9
15,2
21,5
23,2
22,3
22,9
1986
1991
1996
1997
1998
1999
Taux de mortalité
infantile (pour 1 000)
3
Taux d'avortement
(pour 100 naissances)
Voir notes à la fin du tableau.
H
F
H
F
H
F
H
F
H
F
H
F
H (P)
F (P)
..
73,2
..
74,6
81,4
75,0
..
75,6
..
75,5
..
..
..
..
..
..
..
- 21 -
Tableau synoptique. Principaux indices démographiques du Canada, provinces et
territoires, 1981-2000 - fin
Année
Alb.
C.-B.
Yuk.
T.N.-O.
3,0 4
4
1981
1986
1991
1996
1997 (PD)
1998 (PR)
1999 (PR)
2000 (PR)
11,9
12,6
14,1
14,5
14,5
14,5
14,5
14,5
7,2
8,0
9,0
9,8
9,8
9,9
10,0
10,1
10,7
11,9
12,7
12,5
12,6
12,8
12,9
13,0
3,3
3,7
3,9
4,4
4,6
4,9
5,2
5,5
2,9
3,1
3,5
3,7
3,9
4,0
4,1
1981
1986
1991
1996
1997 (PD)
1998 (PR)
1999 (PR)
2000 (PR)
1981 H
F
1986 H
F
1991 H
F
1996 H
F
1997 H
F
1998 H
F
1999 H (P)
F (P)
73,3
70,7
73,8
72,5
71,6
70,7
69,6
68,8
72,5
79,9
73,8
80,5
75,2
81,5
75,3
81,4
75,5
81,4
75,6
81,6
75,5
81,7
57,4
56,2
58,1
57,7
57,1
56,4
55,6
54,8
72,2
79,3
73,7
80,2
75,1
81,2
75,9
81,3
76,2
81,5
76,5
81,7
76,6
81,9
58,6
57,4
57,7
55,9
55,5
55,2
54,7
54,1
72,8
79,8
74,4
80,7
75,3
81,4
76,2
81,8
76,5
82,0
76,9
82,2
77,3
82,5
53,4
50,3
47,5
47,2
47,4
47,1
46,8
46,2
77,9 4
69,0 4
56,2
56,9
56,7
56,6
56,4
56,0
Taux de mortalité
infantile
(pour 1 000)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
11,8
9,0
8,2
8,4
8,9
7,1
6,3
10,6
9,0
6,7
6,2
4,8
4,8
5,8
10,2
8,5
6,5
5,1
4,7
4,2
3,8
14,9
24,8
10,6
0,0
8,4
5,1
2,6
21,5 4
12,0
7,7
4,9
6,9
17,6
16,7
Taux d'avortement3
(pour 100 naissances)
1981
1986
1991
1996
1997
1998
1999
9,5
5,5
8,1
13,6
14,0
13,9
13,5
15,8
14,4
14,9
15,8
17,3
16,2
15,7
30,8
27,3
23,7
24,3
24,9
23,9
23,2
20,9
22,8
27,5
38,1
28,3
36,6
29,2
10,8 4
12,1 4
17,7 4
16,2 4
16,8 4
18,5 4
38,8
Population de 65 ans et
plus en pourcentage de
la population totale
Rapport de dépendance
totale (en pourcentage)
Espérance de vie
à la naissance
2
(en années)
1
Sask.
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
Nt
..
..
1,9
2,1
2,3
2,4
2,5
2,6
..
..
86,0
84,2
85,5
85,3
84,5
84,2
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
26,6
18,0
20,1
14,8
19,5
10,9
..
..
..
..
..
..
13,0
Can.
9,6
10,5
11,5
12,1
12,2
12,3
12,4
12,5
59,8
56,3
56,8
57,1
56,8
56,5
55,9
55,4
72,0
79,2
73,3
80,0
74,6
81,0
75,4
81,2
75,8
81,3
76,0
81,5
76,3
81,7
9,6
7,9
6,4
5,6
5,5
5,3
5,3
17,6
17,1
17,5
20,4
20,6
19,9
5
12,3
0-17 et 65 ans et plus rapportés aux 18-64 ans.
2
À cause d'une absence de décès dans certains groupes d'âge, quelques tables de mortalité ne peuvent être
calculées.
3
Pratiqué dans les hôpitaux au Canada.
4
Nunavut inclus.
5
Pour 1999, les avortements thérapeutiques pratiqués en Ontario ont été exclus en raison d’une déclaration
incomplète. Cependant, les avortements subis par des femmes résidant en Ontario et pratiqués dans d’autres
provinces sont compris.
(P) Provisoire, (PD) Estimations postcensitaires définitives, (PR) Estimations postcensitaires mises à jour,
basées sur 1996, en date du 21 janvier 2002.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et de l’état civil
et Division de la démographie, Section des estimations de population.
- 22 -
Figure 1. Évolution des taux de fécondité
par groupe d’âge, Canada, 19721999
140
Pour 1 000
25-29
120
100
20-24
80
En Alberta, la hausse du nombre
de naissances est entièrement
attribuable aux variations de
population, notamment la forte
croissance démographique que
connaît cette province, puisque
l’indice synthétique de fécondité y
est à la baisse (-0,6 %). Au Manitoba
et en Saskatchewan, contrairement
à l’autre province des Prairies, le
nombre de naissances diminue, mais
la fécondité demeure stable, l’indice
synthétique se maintenant à 1,81 dans
les deux provinces les plus fécondes
du Canada.
30-34
60
Taux par âge
Les taux de fécondité continuent
de décliner pour tous les groupes
d’âge avant 30 ans et à augmenter
40
aux âges plus élevés (figure 1). La
15-19
chute des taux de fécondité est
particulièrement marquée chez les
20
35-39
femmes âgées de 20 à 24 ans dont
la fécondité n’est plus, en moyenne,
40-44
que la moitié de ce qu’était celle de
0
1972 1977 1982 1987 1992 1997
leurs mères lorsqu’elles avaient le
même âge.
La forte pente
Sources : Statistique Canada, Division des
descendante qui caractérise
statistiques sur la santé, Section de
l’évolution continue depuis le début
l’état de santé et de l’état civil et
des années 1970, à l’exception d’une
Division de la démographie, Section
des estimations démographiques.
courte période à la fin des années
1980, du taux de fécondité des
femmes de ce groupe d’âge ne
montre pas encore de signe de stabilisation. De même, la fécondité des femmes
âgées de 25 à 29 ans diminue rapidement depuis la fin des années 1980. Elle
était de 130 pour 1 000 en 1972, elle n’est plus que de 100 pour 1 000 en
1999.
La diminution de la fécondité chez les jeunes femmes s’accompagne d’une
hausse de celle-ci chez les plus âgées. Le taux de fécondité des femmes âgées
de 30-34 ans est à la hausse depuis 1976, alors qu’il était de 64 pour 1 000.
En 1999, ce taux atteint 86 pour 1 000. On remarque néanmoins que la tendance
à la hausse de la fécondité des femmes âgées de 30 à 34 ans semble se ralentir.
- 23 -
Entre 1980 et 1990, ce taux est passé de 67 pour 1 000 à 84 pour 1 000, une
augmentation de 25 %. En comparaison, le taux de 86 pour 1 000 enregistré
en 1999 ne représente qu’une augmentation de 3 % sur celui de 1990. Par
contre, la hausse de la fécondité des femmes âgées de 35 à 39 ans se poursuit
à un rythme à peu près soutenu depuis le début des années 1980. Il convient
néanmoins de se rappeler que la fécondité à ces âges est relativement faible
(34 pour 1 000 en 1999).
On observe donc un report de la natalité à un âge plus avancé. Il s’ensuit
certes une récupération d’un certain nombre de naissances que les jeunes
femmes semblent de plus en plus enclines à reporter à plus tard, mais cette
récupération n’est que partielle.
L’âge moyen à la maternité
Le calendrier de la fécondité continue à vieillir, une tendance qui s’est
amorcée au milieu des années 1970 et qui se poursuit. Les mères sont de
plus en plus âgées à la naissance de leurs enfants. La figure 2 présente l’évolution
de l’âge moyen des mères à la naissance de leurs enfants selon le rang. Entre
la fin de la Seconde Guerre mondiale et le milieu des années 1970, l’âge moyen
à la maternité a continuellement diminué, passant d’environ 29,5 ans en 1944
à moins de 27 ans en 1976. Une partie de la forte natalité du baby-boom est
attribuable à ce rajeunissement du calendrier, les jeunes femmes ayant eu leurs
enfants plus tôt que celles qui les précédaient. Ces dernières avaient diminué
Figure 2. Âge moyen à la maternité selon le rang, Canada, 1944-1999
Âge moyen
31
30
Rang 3
29
28
Total
27
Rang 2
26
Rang 1
25
24
23
1944
1949
1954
1959
1964
1969
1974
1979
1984
1989
1994
1999
Année
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
- 24 -
Figure 3. Indice synthétique de fécondité, 1921-1999, et descendance finale 18931971, Canada
Enfant(s) par femme
4,5
4,0
Indice synthétique de fécondité
3,5
3,0
2,5
Descendance finale
2,0
1,5
1,0
1921 1926 1931 1936 1941 1946 1951 1956 1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996
1893 1898 1903 1908 1913 1918 1923 1928 1933 1938 1943 1948 1953 1958 1963 1968
Année
Génération
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
leur fécondité au cours des années 1930 et 1940 marquées par la Crise économique
et l’effort de guerre. À partir du milieu des années 1970, l’âge moyen à la
maternité s’est élevé progressivement et de façon continue jusqu’en 1999,
année où il atteint 28,7 ans.
Mais au cours des années 60, la fécondité a chuté rapidement (figure 3).
En un peu plus de 10 ans, l’indice synthétique de fécondité passait d’un sommet
de près de 4 enfants par femme à environ 2 enfants par femme. Cette baisse
de la fécondité se caractérisait par une diminution des naissances de rang
supérieur qui en moyenne surviennent à un âge plus élevé. Il s’ensuivit qu’une
partie du rajeunissement de l’âge moyen à la maternité est attribuable à la
proportion grandissante de naissances de rang 1 et 2. C’est ce qui explique
que l’âge moyen à la maternité, tous rangs de naissance confondus, a diminué
jusqu’en 1974, alors que les âges moyens de chaque rang (premier, deuxième
et troisième) étaient tous à la hausse dès 1964. Cet apparent paradoxe n’est,
en fait, attribuable qu’au poids de plus en plus grand que prennent, au fil du
temps, les naissances de rang un et deux aux dépens des naissances de rangs
supérieurs.
Il existe donc une interaction entre l’âge à la maternité et le niveau de
fécondité mesuré au moyen de l’indice synthétique. De même que le
rajeunissement du calendrier explique en partie le niveau élevé de l’indice
- 25 -
Figure 4. Indice synthétique de fécondité usuel et corrigé de l'effet de calendrier,
Canada, 1980 à 1998
2,0
Enfant(s) par femme
Corrigé
1,9
1,8
Usuel
1,7
1,6
1,5
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
Année
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
synthétique au cours du baby-boom, une partie de la faiblesse contemporaine
de celui-ci pourrait être reliée au vieillissement du calendrier de la fécondité.
Une augmentation de l’âge à la maternité tend à réduire l’indice du moment
parce les naissances qu’auront finalement les générations successives de femmes
sont réparties sur une plus longue période.
Récemment, deux démographes1 proposaient une méthode simple pour
« corriger » l’indice du moment de la distorsion créée par les variations du
calendrier de la fécondité. Cette correction se fonde sur la variation annuelle
de l’âge moyen du calendrier de la fécondité selon le rang de naissance. Selon
ces auteurs, le niveau de l’indice proposé représente le niveau de l’indice
synthétique de fécondité qui aurait été observé en l’absence de variation du
calendrier.
La figure 4 compare l’évolution de l’indice synthétique de fécondité usuel
et « corrigé » pour la période 1980-1998. Tel qu’attendu, compte tenu du
1
Bongaarts et Feeney (1998). « On the Tempo and Quantum of Fertility », Population
and Development Review, 24 (2) : 271-291.
- 26 -
vieillissement du calendrier de la fécondité, l’indice corrigé est supérieur à
l’indice usuel tout au long de la période. La moyenne des indices observés
est de 1,64 enfant par femme et la correction est de 0,17 enfant par femme,
ce qui signifie qu’en l’absence du changement de calendrier on aurait estimé
la fécondité des Canadiennes à 1,81 enfant, en moyenne, sur cette période.
Si, au cours de cette période, l’indice corrigé est toujours supérieur à l’indice
usuel, on remarque que l’écart entre les deux indices varie d’une année à l’autre.
La correction tend à être plus forte lorsque la variation à la baisse de la fécondité
est importante, indiquant qu’une partie de ces variations annuelles résultent
effectivement d’un changement de calendrier2. En effet, les écarts les plus
grands entre les deux indices surviennent les années où on observe une forte
chute de l’indice synthétique par rapport à l’année précédente. La correction
est à son maximum au cours de la période 1992-1997 alors que l’indice
synthétique de fécondité passe de 1,71 enfant par femme à 1,54 enfant par
femme et elle est à son minimum au cours de la période 1987-1991 lorsque
la fécondité est passée de 1,58 à 1,71 enfant par femme.
L’évolution des taux de fécondité selon l’âge dans les générations
L’importance de l’effet du changement de calendrier de la fécondité sur
l’indice du moment incite à porter une plus grande attention à l’évolution de
la fécondité au sein des générations. La figure 5 présente les taux de fécondité
selon l’âge des mères pour quelques générations choisies, séparées par des
intervalles de cinq ans, à l’exception de la génération 1946 que l’on a conservé
au graphique pour illustrer ce que peut être la fécondité d’une génération qui
s’est, à toutes fins pratiques, reproduite. En effet, la génération 1946 a eu
une descendance finale de 2,13 enfants par femme, soit un niveau tout près
du seuil nécessaire pour remplacer, en moyenne, chaque femme de la génération
mère par une autre dans la génération fille compte tenu de la mortalité de
l’époque. Chacune des courbes de la figure 5 représente les taux de fécondité
d’une génération de femmes pour l’ensemble de leur période féconde dans le
cas des plus âgées et jusqu’à l’âge atteint par les plus jeunes en 1999, la dernière
année pour laquelle les données s’y rattachant sont présentement disponibles.
À l’exception de la courbe de la génération 1970, les courbes présentent
des profils semblables, se caractérisant par une hausse rapide des taux de
fécondité à partir de 15 ans jusqu’à l’âge modal, suivie d’une chute, moins
rapide, de ceux-ci par la suite. La génération 1970 se distingue par le fait
qu’à partir de 26 ans, l’âge modal pour les générations les plus récentes, le
niveau de la fécondité de cette génération atteint un plateau et la fécondité se
maintient au niveau maximal (environ 100 pour 1 000) pendant quelques années.
En fait, à 29 ans (en 1999), la fécondité de cette génération n’a peut-être pas
2
La corrélation entre la variation annuelle de l’indice synthétique de fécondité et la correction
apportée par cette méthode est de -0,49.
- 27 -
Figure 5. Taux de fécondité selon l'âge pour quelques générations, Canada
175
Pour 1 000
1946
150
1955
1960
125
1965
100
1970
75
1975
50
25
0
15
17
19
21
23
25
27
29
31
33
35
37
39
41
43
45
47
49
Âge
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
encore commencé à diminuer. Il faut remarquer que le sommet de la courbe
de fécondité de la génération 1970, à 109 pour 1 000, est beaucoup plus bas
que celui des générations 1955 à 1965 (près de 125 pour 1 000).
Le vieillissement du calendrier de la fécondité décrit plus haut à l’aide
d’indices du moment se vérifie aussi dans les générations successives. On
observe que, d’une génération à la suivante, la fécondité avant 30 ans diminue,
rapidement au début, comme le montre l’écart important entre les courbes
représentant la fécondité des générations 1946 et 1955, puis plus lentement.
Au-delà de 30 ans, les taux de fécondité des générations successives sont à
la hausse pour toutes les générations, sauf pour la génération 1965, dont les
taux après 30 ans se confondent avec ceux de la génération 1960. Cela
correspond au ralentissement de la hausse des taux de fécondité des femmes
de 30 à 34 ans que l’on observe après 1990 à la figure 1.
La hausse de la fécondité après 30 ans est associée à une récupération
de naissances que les femmes auraient différées lorsqu’elles étaient plus jeunes.
- 28 -
La juxtaposition des taux de fécondité après 30 ans pour les générations 1960
et 1965 est une indication que ce processus de récupération pourrait avoir
atteint ses limites. On remarque aussi que les taux de fécondité avant 23 ans
dans la génération 1970 ne se distinguent pratiquement pas de ceux de la
génération 1965, ce qui pourrait suggérer une stabilisation de la fécondité.
Par contre, entre 23 et 29 ans, la génération 1970 présente des taux sensiblement
moins élevés que ceux de sa devancière de 5 ans, alors que ceux-ci étaient
historiquement faibles, ce qui correspond plutôt à une continuation de la baisse
de la fécondité. La faiblesse de la fécondité de la génération 1975 entre 20 et
24 ans va dans le même sens. Comme l’aire sous chacune des courbes représente
la descendance finale de la génération correspondante, il semble que celle-ci
pourrait bien continuer de diminuer pour les générations les plus récentes,
car la descendance atteinte à 30 ans des femmes de la génération 1970, 1,0
enfant, est 10 % inférieure à celle de la génération 1965. De même, bien
qu’il soit un peu tôt pour conclure, la descendance atteinte à 25 ans de la
génération 1975 est 7 % inférieure à celle de la génération 1970.
La descendance finale des générations récentes
Le niveau de l’indice synthétique de fécondité peut varier d’une année à
l’autre à cause de conditions plus ou moins favorables à la fécondité. Il peut
aussi, comme on l’a vu, être influencé à hausse ou à la baisse par des
changements dans le calendrier de la fécondité. Dans les deux cas, le nombre
moyen d’enfants que les femmes d’une génération auront effectivement mis
au monde — la descendance finale — pourrait ne pas être compromis.
Ce dernier indicateur possède donc un avantage sur l’indice synthétique
en ce qu’il est beaucoup moins influencé par les effets de période.
Malheureusement, il faut attendre que les femmes de chaque génération aient
atteint la fin de leur vie féconde, c’est-à-dire l’âge de 50 ans, pour pouvoir
calculer celui-ci. Mais, on l’a vu à la figure 5, la fécondité après 30 ans des
femmes nées en 1965 est, à toutes fins pratiques, identique à celle des femmes
nées 5 ans plus tôt. De plus, la plus grande part de la descendance finale est
déjà réalisée à 30 ans. On peut donc, sans risque de se tromper beaucoup sur
le niveau de la descendance finale que ces femmes atteindront réellement,
projeter celle-ci en extrapolant l’évolution observée des taux de fécondité après
30 ans.
La figure 3 compare l’évolution de l’indice synthétique de fécondité à
celle de la descendance finale. La courbe représentant la descendance finale
est décalée de 28 ans, l’âge moyen à la maternité, pour mieux correspondre
avec l’indice du moment. Malgré cela, on voit que la correspondance entre
les deux indicateurs n’est pas parfaite. Pendant le baby-boom, l’indice
synthétique a été gonflé par le rajeunissement du calendrier. Aucune génération
présentée à la figure 3 aura eu une descendance finale dépassant les 3,5 enfants
par femme, alors que l’indice synthétique voisine les 4,0 enfants par femme
- 29 -
durant près de 10 ans. À l’opposé, depuis le milieu des années 60, la
descendance finale des générations correspondantes surpasse le niveau de
l’indice synthétique.
Il semble qu’aucune des générations du baby-boom ne se reproduira. La
descendance finale de la génération 1946 atteint presque le seuil de remplacement
et le nombre d’enfant par femme diminue d’une génération à la suivante par
la suite. La génération 1950, la dernière à avoir atteint 50 ans et ainsi
compléter sa période féconde, a eu une descendance finale de 1,95 enfant.
Les taux de fécondité après 40 ans sont très faibles et on peut prédire sans
grand risque d’erreur que la descendance finale des femmes nées en 1960
atteindra 1,83 enfant. De même, la descendance finale de la génération
1969, qui a 30 ans en 1999, atteindrait 1,72 enfant par femme si la
tendance à la hausse de la fécondité au-delà du trentième anniversaire devait
se poursuivre et 1,67 enfant par femme si elle devait se stabiliser au niveau
observé en 1999.
Indice synthétique de fécondité dans les pays industrialisés
Le Canada n’est pas le seul pays industrialisé où l’indice synthétique de
fécondité est à la baisse (figure 6). Par rapport aux autres pays industrialisés,
l’Italie a connu une chute plus tardive et plus rapide de sa fécondité et celleci s’est poursuivie à des niveaux plus bas que ceux observés ici ou en Europe
de l’Ouest et du Nord. Elle atteint un minimum de 1,2 enfant par femme en
1995. D’autres pays méditerranéens présentent aussi des indices fortement
baissiers : en Espagne, la fécondité est passé de 2,5 enfants par femme en
1978 à 1,2 enfant par femme en 1996 ; en Grèce, l’indice passait de 2,3 à 1,3
et, au Portugal, de 2,3 à 1,4, pendant la même période.
Le niveau de 1,2 enfant par femme a aussi été observé en République
Tchèque (1996). Par ailleurs, l’Allemagne de l’Est a connu peut-être la plus
spectaculaire chute de fécondité. Déjà faible, celle-ci s’est effondrée aux
lendemains de l’unification avec l’Allemagne de l’Ouest et la fécondité s’y
est maintenue aux alentours de 0,8 enfant par femme entre 1992 et 1995,
minant ainsi le niveau de l’ensemble allemand qui a aussi approché le 1,2 enfant
par femme au milieu des années 1990. La fécondité allemande approche
maintenant le niveau de 1,4 enfant par femme, valeur qu’avait l’Allemagne
de l’Ouest avant la réunification.
Finalement, le Japon est un autre pays industrialisé qui, comme le Canada,
présente une faible fécondité qui continue de décliner. Au début des années
1980, la fécondité y semblait stabilisée à un niveau se situant entre 1,7 et 1,8
enfant, légèrement supérieur à celui qui était alors observé au Canada.
Depuis le milieu des années 1980, la fécondité diminue de manière presque
continue au Japon. Elle se situe maintenant aux alentours de 1,4 enfant par
femme.
- 30 -
Figure 6. Indice synthétique de fécondité pour certains pays industrialisés, 19791998
Enfant(s) par femme
2,2
Suède
2,0
États-Unis
Australie
Royaume-Uni
1,8
Canada
1,6
France
1,4
Japon
Allemagne 1
1,2
Italie
1,0
1979
1981
1983
1985
1987
1989
1991
1993
1995
1997
1
Allemagne de l’Ouest avant 1990.
Sources : Monnier, A. « La conjoncture démographique : L’Europe et les pays développés
d’outre-mer », Population, divers numéros annuels et Statistique Canada, Division de
la démographie.
D’autres pays industrialisés présentent des indices de fécondité supérieurs
à ceux observés au Canada : États-Unis (2,1 enfants par femme en 2000),
Royaume-Uni (1,7 enfant par femme en 1998), Australie (1,8 enfant par femme
en 1997) et France (1,9 enfant par femme en 2000). La fécondité des
Américaines se démarque de celle observée dans l’ensemble des autres pays
industrialisés : elle est la seule à se maintenir ou dépasser le seuil de remplacement
des générations sur une longue période. Jusqu’au milieu des années 1980, la
fécondité semblait s’y être stabilisée à environ 1,8 enfant par femme, mais
de 1987 à 1990 on y a observé une hausse importante de celle-ci qui a porté
l’indice du moment à 2,0 enfant par femme, tout près du seuil de remplacement
des générations. Ce niveau, élevé en comparaison de ceux observés dans les
autres pays industrialisés, se maintient depuis maintenant une décennie. Les
autres pays Anglo-Saxons, le Royaume-Uni et l’Australie, présentent aussi
des niveaux de fécondité plus élevés que les autres pays industrialisés, les
indices s’étant maintenus aux alentours de 1,7 ou 1,8 enfant par femme au
cours des 20 dernières années.
- 31 -
La Suède a connu, elle aussi, une hausse de l’indice synthétique de fécondité
comparable à celle observée aux États-Unis. Mais cette hausse, contrairement
à celle observée aux États-Unis, a été éphémère. Dès 1992, la fécondité des
Suédoises chutait brusquement. Elle se situe maintenant, comme au Canada,
à environ 1,5 enfant par femme, légèrement en deçà de ce qu’elle était avant
la hausse.
Sauf pour une courte période de deux ans, en 1993 et 1994, l’indice
synthétique de fécondité de la France demeure supérieur à celui du Canada.
Après avoir atteint un plancher à 1,7 enfant par femme en 1994, l’indice français
s’est relevé. Les données provisoires indiquent 1,9 enfant par femme pour
l’an 2000.
- 32 -
MORTALITÉ
Depuis la publication du Rapport 2000, les statistiques de l’état civil ont
diffusé les données sur les décès pour les années 1998 et 1999. On a enregistré
218 100 décès en 1998 au Canada, soit 2 400 décès de plus qu’en 1997,
une hausse d’un peu plus de 1 % (tableau A9 en annexe). En 1999, le nombre
de décès avait encore augmenté pour atteindre 219 500, soit 1 400 de plus
qu’en 1998, ce qui représente une hausse un peu plus faible (0,6 %). De
telles hausses successives n’apparaissent pas anormales et devraient se
poursuivre puisque la population canadienne continue de croître et que sa
structure par âge vieillit : le nombre et la proportion de personnes âgées ne
cessent d’augmenter.
La répartition des décès selon l’âge permet d’ailleurs de voir que l’essentiel,
soit respectivement 61 % et 64 %, des décès supplémentaires enregistrés en
1998 et 1999 par rapport à l’année précédente se sont produits à un âge
égal ou supérieur à 85 ans. Le nombre de décès observé entre 90 et 99 ans
a été multiplié par deux depuis 1981 et ceux de « centenaires » par plus de
trois (tableau 3). Au total, les décès d’individus âgés de 90 ans ou plus
représentent aujourd’hui près de 12 % de l’ensemble des décès. Cette proportion
était de 7 % en 1981.
Tableau 3. Nombre de décès chez les personnes âgées de 90 ans ou plus, Canada,
1981-1999
Année
90-99 ans
100 ans et plus
90 ans et plus
Décès totaux
Pourcentage des
décès totaux
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
11 997
12 927
13 023
13 922
14 056
14 689
15 906
16 069
16 474
17 266
17 375
17 858
18 902
19 007
20 260
21 216
22 178
23 255
24 404
404
505
552
639
676
741
825
880
970
1 033
1 065
1 115
1 159
1 215
1 332
1 399
1 294
1 389
1 434
12 401
13 432
13 575
14 561
14 732
15 430
16 731
16 949
17 444
18 299
18 440
18 973
20 061
20 222
21 592
22 615
23 472
24 644
25 838
170 980
174 238
174 465
175 682
181 319
184 218
184 915
189 980
190 956
191 956
195 548
196 524
204 909
207 066
210 706
212 876
215 639
218 088
219 464
7,3
7,7
7,8
8,3
8,1
8,4
9,0
8,9
9,1
9,5
9,4
9,7
9,8
9,8
10,2
10,6
10,9
11,3
11,8
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de
l'état civil, Division de la démographie, Section des estimations démographiques et
Section de la recherche et de l’analyse.
- 33 -
À l’opposé, on a enregistré près de 400 décès de moins en 1998 qu’en
1997 au sein de la population âgée de moins de 20 ans et la tendance était la
même entre 1998 et 1999. On rapporte également de moins en moins de
décès d’enfants âgés de moins de un an (tableau A9 en annexe). Une mortalité
infantile de plus en plus faible (tableau synoptique) conjuguée à un effectif
de naissances également à la baisse expliquent cette tendance.
L’espérance de vie à la naissance
Si le nombre de décès augmente d’année en année sous l’effet de la
croissance démographique et du vieillissement de la population, la force de
la mortalité continue à diminuer. En 1999, l’espérance de vie à la naissance
atteignait 81,7 ans chez les femmes et 76,3 ans chez les hommes (tableau
A10, en annexe). Il s’agit d’un gain de 0,4 an chez les femmes et de 0,5 an
chez les hommes par comparaison aux valeurs de l’année 1997. L’espérance
de vie à la naissance s’est accrue de 0,2 an chez les femmes et de 0,3 an
chez les hommes entre 1998 et 1999. Les gains annuels en espérance de vie
sont, de façon générale, à la hausse depuis 1994.
Selon les plus récentes données disponibles pour les autres pays développés,
les Canadiens jouissent d’une des plus longues espérances de vie à la naissance
au monde, n’étant devancés que par les Japonais, les Suédois, les Suisses et
les Islandais (tableau 4). Les Canadiennes, pour leur part, ne cèdent le pas
que devant les Japonaises, les Françaises, les Suédoises, les Suisses, les
Espagnoles et les Italiennes. L’écart avec nos voisins du sud est pour ainsi
dire stable chez les femmes, mais diminue depuis quelques années chez les
hommes. En 1997, l’espérance de vie des Canadiennes dépassait celle des
Américaines de 2,1 ans. Chez les hommes, la différence était de 2,2 ans en
faveur des Canadiens.
Les gains en espérance de vie des hommes demeurent supérieurs à ceux
des femmes, encore que la différence s’est réduite récemment. L’écart entre
l’espérance de vie à la naissance des hommes et des femmes se réduit d’année
en année depuis la fin des années 1970. En 1999, l’écart est de 5,4 ans en
faveur des femmes, deux ans de moins que le maximum de 7,5 ans atteint en
1978. Il est cependant intéressant de noter que l’espérance de vie à la
naissance des hommes en 1999 (76,3 ans) n’avait pas encore atteint
celle observée chez les femmes en 1971 (76,6 ans), soit il y a presque trente
ans.
La décomposition des gains annuels en espérance de vie par grands groupes
d’âge permet de mesurer l’importance relative de la baisse de la mortalité de
chaque groupe d’âge sur les gains en espérance de vie à la naissance. Les
résultats de cette décomposition sont rapportés à la figure 7 pour les groupes
d’âge 0-19, 20-64 et 65 ans et plus. On remarque que, tant pour les hommes
que pour les femmes, les variations récentes à la hausse ou à la baisse de
- 34 -
Tableau 4. Espérance de vie à la naissance pour certains pays industrialisés, 1978-1997
Année
Allemagne1
Australie
États-Unis
France
69,5
70,0
70,0
70,4
70,9
71,0
71,2
71,1
71,3
71,5
71,5
71,8
71,8
72,0
72,3
72,2
72,4
72,5
73,1
73,6
69,9
70,1
70,2
70,4
70,7
70,7
71,3
71,3
71,5
72,0
72,4
72,5
72,7
72,9
73,2
73,3
73,7
73,9
74,2
74,6
77,2
77,8
77,4
77,9
78,1
78,1
78,2
78,2
78,3
78,4
78,3
78,5
78,8
78,9
79,1
78,8
79,0
78,9
79,1
79,2
78,0
78,3
78,4
78,5
78,9
78,8
79,4
79,4
79,6
80,3
80,5
80,7
80,9
81,1
81,4
81,4
81,8
81,9
82,0
82,3
Italie
Japon
RoyaumeUni
Suède
Canada
Hommes
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
69,4
69,6
69,9
70,2
70,5
70,8
71,2
71,5
71,8
71,5
72,2
72,6
72,0
72,1
72,6
72,7
73,0
73,3
73,6
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
76,1
76,4
76,6
76,8
77,1
77,5
77,8
78,1
78,4
78,1
78,7
79,0
78,4
78,7
79,2
79,2
79,5
79,7
79,9
..
..
..
71,0
71,4
71,2
72,1
72,6
72,4
72,8
73,0
73,1
73,3
73,9
74,4
74,5
75,0
75,2
75,2
..
..
..
..
70,6
71,1
71,3
71,4
71,6
..
..
72,6
73,2
73,5
73,6
73,6
74,0
74,4
74,7
74,9
74,9
..
73,2
73,1
73,4
73,8
74,1
74,3
74,7
74,8
75,4
75,6
75,8
75,9
75,9
76,1
76,1
76,3
76,6
..
..
..
..
..
70,5
70,8
71,1
71,4
71,6
71,7
71,9
72,2
72,4
72,7
72,9
73,2
73,6
73,6
74,2
74,0
74,3
72,4
72,5
73,8
73,1
73,4
73,6
73,8
74,8
74,0
74,2
74,2
74,8
74,8
74,9
75,4
75,5
76,1
76,2
76,5
..
..
..
..
76,6
76,8
77,0
77,2
77,3
77,4
77,6
77,9
78,0
78,3
78,5
78,8
79,0
78,9
79,4
79,2
79,5
78,6
78,7
79,7
79,1
79,4
79,6
79,9
80,4
80,0
80,2
80,0
80,6
80,4
80,5
80,8
80,8
81,4
81,5
81,5
..
..
..
..
71,7
72,0
72,4
72,7
72,9
73,1
73,3
73,5
73,7
74,0
74,3
74,6
74,7
74,9
75,0
75,2
75,4
75,8
Femmes
..
..
..
78,1
78,4
78,2
78,7
79,1
78,8
79,1
79,5
79,5
79,6
80,1
80,4
80,4
80,9
81,1
81,1
..
..
..
..
77,4
..
..
78,1
78,1
..
..
79,2
79,7
80,0
80,2
80,3
80,6
80,7
81,2
81,4
81,3
..
78,5
78,5
78,7
79,2
79,7
79,9
80,4
80,5
81,3
81,4
81,6
81,8
81,8
82,1
82,2
82,5
83,0
..
..
..
..
..
78,9
79,2
79,4
79,6
79,8
79,9
80,0
80,2
80,4
80,6
80,7
81,0
81,0
81,0
81,0
81,1
81,2
81,3
1
Allemagne de l’Ouest avant 1990.
Sources : Monnier, A. « La conjoncture démographique : L’Europe et les pays développés
d’outre-mer », Population, divers numéros annuels et Statistique Canada, Division de
la démographie.
l’espérance de vie à la naissance sont étroitement liées à celles de la mortalité
après 65 ans, l’allure de la courbe représentant les gains totaux étant similaire
à celle du dernier groupe d’âge, surtout au début des années 1990. Une bonne
part des gains importants réalisés à la fin des années 1980 et au tout début
des années 1990 sont dus à la baisse de la mortalité après 65 ans, en particulier
chez les femmes. De même, le brusque ralentissement dans le rythme de
- 35 -
Figure 7. Décomposition des gains annuels en espérance de vie à la naissance, selon
les grands groupes d’âge et le sexe, Canada, 1981-1999
Hommes
En année
0,40
0,35
0,30
Total
0,25
0,20
65 ans et plus
0,15
20-64 ans
0,10
0,05
0-19 ans
0,00
-0,05
1981-1982
1985-1986
1989-1990
1993-1994
1997-1998
1993-1994
1997-1998
Femmes
En année
0,40
0,35
0,30
0,25
0,20
Total
0,15
20-64 ans
65 ans et plus
0,10
0,05
0-19 ans
0,00
-0,05
1981-1982
1985-1986
1989-1990
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de
l'état civil, Division de la démographie, Section des estimations démographiques et
Section de la recherche et de l’analyse.
- 36 -
croissance de l’espérance de vie à la naissance au cours de la première moitié
des années 1990 est également dans une large mesure la résultante du
ralentissement de la baisse de la mortalité des personnes âgées au cours de
cette période.
L’espérance de vie à 65 et 85 ans
L’espérance de vie à 65 ans continue de croître, et atteignait 16,5 ans
chez les hommes et 20,3 ans chez les femmes en 1999 (tableau A10, en annexe).
Après une période de net ralentissement au milieu des années 1990, la croissance
a repris récemment de la vitesse et rejoint presque les niveaux enregistrés à
la fin des années 1980. C’est ainsi qu’en 1999, on note des gains d’espérance
de vie à 65 ans d’environ 0,2 an chez les hommes et les femmes. De la même
façon, l’espérance de vie à 85 ans croît de nouveau depuis 1998 et ce, après
six années de stagnation. En 1999, elle atteint 5,5 ans chez les hommes et
6,9 ans chez les femmes.
Les gains sur la mort continuent. Selon la table de mortalité de 1981, un
Canadien sur cinq (20 %) pouvait espérer atteindre l’âge de 85 ans, une proportion
grimpant à deux sur cinq (41 %) chez les femmes. Selon les conditions de
mortalité observées en 1999, un homme sur trois (30 %) et une femme sur
deux (49 %) atteindraient leur 85e anniversaire (tableau A10, en annexe).
Cette rapide amélioration des probabilités de survie entraîne une croissance
soutenue du nombre de personnes âgées, notamment concernant la population
de centenaires. Il demeure toutefois important de rappeler que si certains
individus ont pu atteindre des âges supérieurs à 110 ans (super-centenaires),
ils constituent des cas exceptionnels de longévité.
Causes de décès
En 1999, la principale cause de décès au pays demeure les maladies de
l’appareil circulatoire dont le taux standardisé atteint 230,9 et 217,7 pour
100 000 chez les hommes et les femmes, respectivement (tableau 5). La mortalité
reliée aux maladies du système circulatoire continue de décroître régulièrement
— tant celle imputable aux maladies ischémiques du cœur que celle due aux
maladies cérébro-vasculaires — alors que celle par tumeurs et cancers demeure
relativement stable.
L’élément important à souligner au tableau 5 est l’évolution contrastée
selon le sexe de la mortalité imputable aux tumeurs malignes de l’appareil
respiratoire. Si la tendance récente est à la stabilisation du taux de mortalité
pour cette cause chez les hommes, celui-ci continue de croître chez les femmes.
Il faut évidemment y voir un lien avec l’évolution récente du tabagisme au
Canada, les « jeunes » générations de femmes comportant une proportion
plus importante de fumeuses que celles qu’elles remplacent.
- 37 -
Tableau 5. Évolution de la mortalité par maladies du système circulatoire et par
tumeurs, selon le sexe, Canada, 1971-19991
Année
Maladies du
système
2
circulatoire
Maladies
ischémiques du
3
coeur
1971
1976
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
511,74
483,42
411,99
402,81
387,30
370,19
361,19
351,83
333,97
325,48
312,07
288,48
281,59
275,35
276,87
265,92
260,37
253,48
245,12
238,69
230,90
346,69
325,55
272,00
264,74
253,67
242,32
236,15
227,36
216,33
210,16
198,42
181,90
176,31
171,72
171,67
163,70
158,37
154,15
147,00
141,99
137,39
1971
1976
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
471,63
426,87
361,41
356,35
339,19
328,23
319,47
315,86
299,24
293,75
280,83
265,75
261,09
253,03
255,25
249,94
244,67
240,22
234,37
226,47
217,70
263,90
239,99
197,39
194,77
183,88
180,79
172,65
170,83
161,74
156,76
148,58
141,56
137,91
130,83
130,97
127,23
123,98
120,53
116,82
111,29
106,08
Maladies
cérébro4
vasculaires
Tumeurs et
5
cancers
Tumeurs malignes
de l'appareil
6
respiratoire
199,29
203,39
209,92
213,74
213,11
217,52
217,79
218,55
217,48
222,20
218,56
216,10
216,31
214,14
212,62
211,50
208,91
206,29
200,62
200,88
199,51
55,73
63,24
69,44
73,33
74,05
75,60
73,55
74,39
74,15
76,49
75,90
74,84
73,84
72,33
72,30
70,40
67,83
67,25
64,33
64,54
64,54
167,59
164,50
167,81
168,20
168,56
171,59
174,92
174,88
174,17
176,05
173,87
173,78
174,73
173,93
176,83
176,87
173,63
177,35
170,43
173,11
171,61
10,08
14,24
20,40
22,34
22,55
25,20
27,04
27,16
28,72
30,64
30,54
31,20
33,43
33,20
35,79
35,92
35,64
37,85
36,65
39,03
39,54
Hommes
89,66
79,33
63,87
59,66
56,18
54,66
51,80
50,11
48,96
46,80
47,22
45,20
43,43
42,36
44,18
42,77
42,52
40,88
40,75
38,40
36,59
Femmes
1
119,57
103,36
82,89
79,65
75,20
71,13
69,75
69,03
64,54
64,85
62,82
58,32
57,71
57,64
59,43
57,12
55,90
55,20
55,22
52,28
49,95
Taux (pour 100 000) standardisés sur la structure par âge et par sexe de la population de 1991.
Les taux ne sont pas comparables entre les sexes mais les tendances le sont.
Causes 390-459, 9e révision de la C.I.M.
3
Causes 410-414, 9e révision de la C.I.M.
4
Causes 430-438, 9e révision de la C.I.M.
5
Causes 140-239, 9e révision de la C.I.M.
6
Causes 160-165, 9e révision de la C.I.M.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
2
- 38 -
Les décès attribuables au VIH
Après la chute spectaculaire du nombre de décès attribuables au VIH
observée entre 1996 et 1997, le déclin, amorcé au milieu des années 1990,
est beaucoup moins rapide en 1998 et 1999. Il est toutefois intéressant de
constater qu’en 1998, 25 % moins de décès dûs au VIH ont été enregistrés
chez les hommes par rapport à l’année précédente, une diminution certes deux
fois moins importante que l’année précédente mais significative. Chez les
femmes, la chute a été plus modeste et n’est pas statistiquement significative.
En 1999, on a observé 362 décès chez les hommes, un nombre trois fois
moins important que 4 ans auparavant! Chez les femmes, le nombre de
décès attribuables au VIH a légèrement diminué en 1999, mais cette diminution
n’est pas statistiquement significative. On compte 69 décès chez les femmes,
soit 1,5 fois moins qu’en 1996. Une telle évolution est reliée aux progrès
dans les traitements des personnes infectées par le virus davantage qu’à une
diminution dans la prévalence de la maladie. L’incidence du VIH, par exemple,
diminue moins rapidement que le nombre annuel des décès qui lui sont attribuable.
En 1999, 2 231 nouveaux cas de personnes infectées au VIH ont été dépistés
au Canada, une diminution de 25 % par rapport aux 2 989 cas enregistrés en
19953.
Le suicide
Le nombre réel de suicides est difficile à estimer avec précision, un certain
nombre de décès violents, comme ceux par accidents de la route par exemple,
pouvant être des suicides « déguisés ». Il est par conséquent probable que
les chiffres présentés sous-estiment quelque peu la réalité.
En 1999, on a dénombré 4 074 suicides au Canada, une augmentation de
8 % en comparaison aux 3 776 décès par suicide enregistrés cinq ans
auparavant. Afin de comparer les variations sur plusieurs années, il est préférable
d’utiliser les taux standardisés sur la population de 1991. Selon cet indicateur,
la mortalité par suicide est à peu près stable au Canada. La tendance canadienne
masque cependant une grande disparité lorsqu’on observe l’évolution dans
chacune des provinces (tableau 6). La mortalité par suicide a diminué pour
les deux sexes au cours des années 1990 en Ontario et pour toutes les provinces
situées à l’ouest de celle-ci. Depuis 1970, la situation s’est particulièrement
améliorée en Colombie-Britannique qui a vu son taux de mortalité par suicide
passé de 25 à 17 pour 100 000 chez les hommes et de 11 à 4 pour 100 000
chez les femmes, passant ainsi du premier au septième rang chez les hommes
et du premier au cinquième rang chez les femmes. En Alberta, la mortalité
par suicide est demeurée à peu près stable tout au long de la période et cette
province présente maintenant les taux de mortalité par suicide les plus élevés
3
Santé Canada (2000). Le sida et l’infection par HIV au Canada, actualités en épidemiologie
sur le VIH/sida, avril 2000, Ottawa, Canada.
- 39 -
Tableau 6. Taux (pour 100 000) standardisées de mortalité par suicide, Canada et
provinces, 1970-1999
Taux (rang)
Province
1970-1974
1975-1979
1980-1984
1985-1989
1990-1994
1995-1999
14,8
21,6
19,3
22,0
27,7
14,9
19,6
21,9
25,8
19,4
31,2
25,8
125,4
20,6
11,7
17,0
19,7
23,0
31,3
13,9
18,0
20,6
23,4
17,1
33,2
33,7
115,7
20,4
Hommes
Terre-Neuve-et-Labrador
2
Île-du-Prince-Édouard
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Québec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Yukon2
2
Territoires du Nord-Ouest
2
Nunavut
Canada
8,3
23,3
19,5
14,7
16,3
20,0
21,7
21,6
21,6
25,0
69,1
30,1
Terre-Neuve-et-Labrador
2
Île-du-Prince-Édouard
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Québec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Yukon2
2
Territoires du Nord-Ouest
2
Nunavut
Canada
1,6
1,7
3,9
3,3
5,7
9,2
7,5
5,9
7,6
11,4
25,5
6,1
(9)
(6)
(8)
(7)
(5)
(2)
(3)
(3)
(1)
7,5
26,4
20,1
19,7
18,6
20,5
23,5
23,7
25,3
24,2
34,6
39,4
(9)
(6)
(7)
(8)
(5)
(4)
(3)
(1)
(2)
10,0
18,6
20,0
22,5
25,5
18,8
21,2
25,1
24,5
21,8
44,7
40,2
(9)
(7)
(4)
(1)
(8)
(6)
(2)
(3)
(5)
9,5
13,6
19,5
20,8
26,1
17,1
21,3
20,8
24,0
19,8
45,8
24,5
..
..
..
..
19,5
20,8
21,8
20,8
(9)
(7)
(4)
(1)
(8)
(3)
(4)
(2)
(6)
(9)
(7)
(3)
(1)
(8)
(5)
(4)
(2)
(6)
(9)
(5)
(3)
(1)
(8)
(6)
(4)
(2)
(7)
Femmes
(9)
(7)
(8)
(6)
(2)
(4)
(5)
(3)
(1)
0,9
4,3
4,5
4,4
6,6
8,2
7,7
7,6
8,5
9,9
11,6
6,8
(9)
(7)
(8)
(6)
(3)
(4)
(5)
(2)
(1)
1,3
2,7
3,5
3,4
7,8
6,9
5,7
6,0
8,1
6,9
12,1
9,3
(9)
(7)
(8)
(2)
(3)
(6)
(5)
(1)
(3)
1,2
3,3
3,6
4,3
7,2
5,6
6,1
5,2
6,3
5,6
8,7
4,7
..
..
..
..
7,6
7,5
6,8
5,9
(9)
(8)
(7)
(1)
(4)
(3)
(6)
(2)
(4)
2,8
2,7
3,9
3,6
6,7
4,3
4,6
5,2
7,2
5,3
1,4
3,0
27,4
5,3
(9)
(7)
(8)
(2)
(6)
(5)
(4)
(1)
(3)
1,9
3,3
3,8
3,5
8,2
3,9
4,4
4,3
6,2
4,2
6,4
3,0
35,8
5,2
(9)
(7)
(8)
(1)
(6)
(3)
(4)
(2)
(5)
1
Taux (pour 100 000) standardisés sur la structure par âge et par sexe de la population de 1991.
Les taux ne sont pas comparables entre les sexes mais les tendances le sont.
2
Les nombres étant faibles, les fluctuations peuvent être aléatoires.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
à l’ouest du Québec. C’est dans cette dernière province que les taux de mortalité
par suicide sont les plus élevés au Canada tant pour les hommes que pour les
femmes. On y observe même une tendance à la hausse de la mortalité par
suicide qui contraste avec la relative stabilité ou le déclin des taux de mortalité
par suicide ailleurs. Un écart important avec le reste du Canada continue
donc à se creuser pour la période 1995-1999, le taux comparatif de mortalité
par suicide atteignant 31 pour 100 000 et 8 pour 100 000 chez les Québécois
et les Québécoises, respectivement. Pour les deux sexes, la mortalité par
suicide est donc 50 % plus élevée au Québec que dans l’ensemble du pays.
- 40 -
Chez les hommes de cette province, la mortalité par suicide a presque rejoint
celle observée dans les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon. Chez les femmes,
l’amorce d’une baisse de la mortalité par suicide au début des années 1990
ne s’est pas confirmée : le taux atteignait 8 pour 100 000 au cours de la période
1995-1999, soit le niveau le plus élevé en 30 ans, redonnant ainsi au Québec
la peu enviable première position qu’avait prise l’Alberta durant la première
moitié de la décennie 1990.
La situation est demeurée à peu près stable dans les provinces maritimes,
hormis pour Terre-Neuve-et-Labrador où on observe une baisse sensible de
la mortalité relative à cette cause. Comme c’est le cas depuis trois décennies,
Terre-Neuve-et-Labrador présente la plus faible mortalité par suicide au pays.
La faiblesse des effectifs et le petit nombre d’événements sur lesquels se fondent
les taux présentés pour les trois territoires ainsi que pour l’Île-du-Prince-Édouard
ne permettent pas de commentaires sur l’évolution de la mortalité par suicide
dans ces régions, mais les taux présentés au tableau offrent un ordre de grandeur
quant à l’ampleur qu’y prend le phénomène.
Les taux par âge pour le Québec, l’Ontario et le Canada en 1999
Le tableau 7 permet de voir les différences de mortalité par suicide du
Québec par rapport à celle observée dans les autres provinces selon le groupe
d’âge. L’évolution du suicide selon l’âge est semblable chez les hommes et
Tableau 7. Taux de mortalité (pour 100 000) par suicide selon le groupe d’âge, Québec
et reste du Canada, 1995-1999
Hommes
Groupe d'âge
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
50-54
55-59
60-64
65-69
70-74
75-79
80-84
85-89
90 et plus
Femmes
Québec (1)
Reste du
Canada (2)
Ratio
(1) / (2)
Québec (1)
Reste du
Canada (2)
Ratio
(1) / (2)
32,31
43,23
40,37
43,07
44,24
44,99
44,20
38,26
33,59
29,56
26,20
30,93
31,98
25,46
32,42
27,16
15,14
21,49
20,47
22,08
24,19
23,90
22,62
22,64
20,72
18,26
17,81
20,75
20,49
29,26
32,16
36,40
2,13
2,01
1,97
1,95
1,83
1,88
1,95
1,69
1,62
1,62
1,47
1,49
1,56
0,87
1,01
0,75
8,50
7,13
8,35
8,86
12,08
15,52
15,58
11,96
10,76
8,37
7,27
6,29
4,81
3,99
4,09
2,03
4,06
3,54
4,77
5,02
6,30
6,84
7,14
6,77
5,43
4,89
4,49
4,64
4,71
4,67
3,52
3,89
2,10
2,01
1,75
1,76
1,92
2,27
2,18
1,77
1,98
1,71
1,62
1,35
1,02
0,85
1,16
0,52
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et
de l’état civil et Division de la démographie, Section des estimations démographiques.
- 41 -
les femmes bien que les niveaux soient plus élevés chez les premiers. Les
taux de mortalité par suicide sont élevés chez les jeunes adultes et atteignent
un maximum entre 35 et 45 ans. On observe ensuite un léger déclin jusque
65 ans, âge après lequel la mortalité par suicide repart de nouveau à la hausse,
mais plus modestement. Chez les femmes, le maximum est atteint entre 45
et 49 ans, la mortalité par suicide diminuant progressivement au delà de cet
âge. L’effet du passage à la retraite sur les taux de mortalité par suicide n’est
pas apparent chez les femmes.
Le rapport des taux de mortalité par suicide du Québec comparé à celui
des autres provinces permet d’identifier les groupes d’âge où les différences
entre le Québec et les autres provinces sont les plus grandes. Un ratio de un
indique que les taux par âge sont identiques dans les deux régions ; lorsqu’il
dépasse l’unité, cela signifie que les taux de mortalité par suicide au Québec
sont supérieurs à ceux observés pour le reste du Canada. Le tableau 7 montre
qu’avant l’âge de 50 ans, la mortalité par suicide est environ deux fois plus
élevée au Québec que dans le reste du Canada. Au-delà de cet âge, le rapport
diminue progressivement pour atteindre l’unité, voire un peu moins, vers le
groupe d’âge 80-84 ans. Tout indique donc que l’importance de la mortalité
par suicide au Québec résulte en grande partie du comportement des jeunes
adultes qui présentent des taux largement plus élevés que dans le reste du
Canada.
- 42 -
IMMIGRATION INTERNATIONALE
En 2000, le Canada a accueilli 227 300 immigrants, ce qui représente
une augmentation d’environ 37 400 par rapport à 1999 (tableau A11, en
annexe). Le nombre d’immigrants reçus a donc augmenté de 20 % par
rapport à l’année précédente. Le taux d’immigration atteint 7 pour 1 000 et
il faut remonter à 1996 pour retrouver un nombre d’immigrants un peu supérieur
à 225 000, mais les niveaux dépassant les 250 000 enregistrés en 1992 et
1993 n’ont cependant pas encore été rejoints (figure 8). Au cours de la
décennie 1990, le nombre annuel d’immigrants accueillis au pays aura été
supérieur à 200 000, sauf en 1998 et 1999. Les statistiques de la décennie
1990 témoignent de la vigueur prise, depuis une dizaine d’années, par
l’immigration au Canada, période qui aura permis à plus de 2 200 000 personnes
d’immigrer au pays.
Les objectifs du Plan d’immigration ont été dépassés en 2000 puisque ce
dernier prévoyait l’accueil de 200 000 à 225 000 personnes (tableau 8). L’objectif
formulé par Citoyenneté et Immigration Canada vise à atteindre un niveau
d’immigration annuel représentant 1 % de la population canadienne. Le niveau enregistré en 2000 en est encore éloigné puisqu’il aurait alors fallu admettre un peu plus de 300 000 immigrants, soit 72 700 de plus que le nombre observé. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la marque du 1 %
n’a été atteinte ou dépassée qu’à
sept reprises seulement, soit pour
Tableau 8. Nombre d’immigrants reçus et
les années allant de 1951 à 1954
niveau d’immigration prévu au plan
et en 1956, 1957 et 1967. Durant
selon la catégorie, Canada, 2000
cette période, jamais le nombre
Nombre
d’immigrants n’a atteint la barre
Catégorie
Niveau prévu
réel
des 300 000 ; seule l’année 1957
s’en est approchée avec 270 000
60 552
Famille
57 000 - 61 000
immigrants reçus, ce qui représenVolet économique 116 900 - 130 700 132 020
Autres1
tait 1,7 % de la population de
4 706
4 000
Total immigrants 177 900 - 195 700 197 278
l’époque. Pour 2002, Citoyenneté
Total réfugiés
22 100 - 29 300
30 058
et Immigration prévoit admettre enTotal
200 000 - 225 000 227 336
tre 210 000 et 235 000 immigrants,
1
soit 10 000 de plus que l’objectif
Comprend les aides familiaux résidents, les
demandeurs non reconnus du statut de réfugié,
de 2001 qui était demeuré inchangé
les immigrants visés par une mesure de renvoi
par rapport à 2000.
à exécution différée, les retraités, les candidats
Les catégories d’immigrants
Environ 132 000 personnes,
soit 58 % du nombre total
d’une province/territoire, l’arriéré et les nonprécisés.
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre
2001.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada, site
Internet, 4 décembre 2001.
1945
1950
Échelle de gauche
1955
Taux d'immigration (pour 1 000)
1960
1965
1970
Année
1975
Nombre d'immigrants et taux d'immigration, Canada, 1944-2000
1980
1985
Échelle de droite
1990
1995
2000
Nombre d'immigrants
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Sources : Emploi et Immigration Canada, Statistiques sur l’immigration et après 1980, Citoyenneté et Immigration Canada.
0
5
10
15
20
Figure 8.
0
50 000
100 000
150 000
200 000
250 000
300 000
- 43 -
- 44 -
d’immigrants reçus pour l’année 2000, l’ont été en vertu du volet économique
de la politique d’immigration (tableau 9). Il s’agit du nombre le plus élevé
des 20 dernières années et d’une proportion égale à celle observée en 1997.
Ce nombre dépasse légèrement les objectifs du Plan d’immigration qui prévoyait
entre 116 900 et 130 700 personnes dans ce volet (tableau 8). La politique
actuelle en matière d’immigration vise à favoriser l’admission au pays
d’immigrants sélectionnés selon les qualités personnelles — notamment l’âge,
le niveau d’éducation et la connaissance d’une des langues officielles — qui
pourront faciliter une intégration rapide à la population canadienne.
Tout comme le nombre total d’immigrants, le nombre de ceux admis en
raison de l’existence de liens familiaux avec d’autres Canadiens est à la hausse
depuis trois ans. La proportion que représente le volet famille a cependant
légèrement diminué par rapport à l’année précédente puisqu’elle n’est plus
que 27 %, comparativement à près de 30 % en 1999. Cette proportion est
généralement à la baisse depuis 1993, alors que 43 % des immigrants de l’année
étaient admis en vertu du volet famille de la Loi sur l’immigration.
Le nombre et la proportion de réfugiés ont également augmenté. Les
30 100 réfugiés accueillis en 2000 représentent 13 % de l’ensemble du
mouvement, dépassant l’objectif fixé par le Plan. Ce nombre représente une
augmentation de 23 % par rapport à celui de l’année précédente (tableau 9).
Le Canada a déjà admis plus de réfugiés — notamment en 1980 alors que les
quelque 40 000 réfugiés admis représentaient 28 % de l’immigration totale
— mais signalons que, tant en nombre qu’en proportion de l’immigration totale,
l’an 2000 aura fourni le plus fort contingent de réfugiés depuis 1992.
Lieu de naissance des immigrants
Comme c’est le cas depuis plusieurs années déjà, l’Asie est de loin le
continent qui fournit la plus grande part de l’immigration canadienne. En
2000, 140 500 des immigrants reçus étaient originaires d’Asie et ils
représentaient 62 % de tous les immigrants accueillis au pays. Premier
pays fournisseur d’immigrants canadiens, la Chine (incluant Hong Kong) est
le pays d’origine de près de 41 000 des immigrants reçus au cours de l’année,
soit 18 % du total (tableau A11, en annexe). De ce nombre, 33 100 ont été
admis au Canada sous le volet économique de la politique d’immigration
canadienne, 7 100 sous la catégorie de la famille et 600 ont été accueillis en
vertu de leur statut de réfugié (tableau 10). Le nombre d’immigrants originaires
de Chine a crû de 7 100 en 2000 par rapport au nombre reçu de ce pays en
1999. Il s’agit d’une hausse de 20 % par rapport à l’année précédente et qui
est comparable à celle du total.
Les deux autres pays qui suivent sur la liste des pays ayant fourni le plus
grand nombre d’immigrants — l’Inde et le Pakistan avec 28 200 et 14 900
immigrants, respectivement — ont vu le nombre de leurs émigrants à destination
- 45 -
Tableau 9.
Immigrants au Canada par catégorie, 1980-2000
Année
Famille
Volet
économique
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
49 441
50 535
50 187
48 987
44 593
39 355
42 470
53 796
51 397
60 939
74 367
85 949
96 797
110 445
93 718
77 228
68 320
59 959
50 886
55 272
60 552
46 431
56 702
51 148
24 186
26 097
26 113
35 837
74 100
80 221
90 141
95 638
80 007
82 285
95 653
96 574
100 910
120 282
125 471
94 974
105 463
132 020
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
34,5
39,2
41,4
54,8
50,3
46,7
42,8
35,4
31,8
31,8
34,4
36,9
38,0
43,0
41,8
36,3
30,2
27,8
29,2
29,1
26,6
32,4
44,0
42,2
27,1
29,5
31,0
36,1
48,7
49,7
47,1
44,2
34,4
32,3
37,3
43,0
47,4
53,2
58,1
54,5
55,5
58,1
Réfugiés
Autres 1
Total
6 969
6 495
2 994
2 140
2 353
2 102
1 835
2 666
3 172
3 570
10 315
30 936
38 752
25 771
14 352
6 970
9 108
6 466
5 612
4 831
4 706
143 499
128 794
121 331
89 377
88 599
84 339
99 341
152 028
161 530
191 515
216 421
232 772
254 858
256 764
224 394
212 871
226 052
216 030
174 172
189 944
227 336
4,9
5,0
2,5
2,4
2,7
2,5
1,8
1,8
2,0
1,9
4,8
13,3
15,2
10,0
6,4
3,3
4,0
3,0
3,2
2,5
2,1
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
Nombre
40 658
15 062
17 002
14 064
15 556
16 769
19 199
21 466
26 740
36 865
36 101
35 880
37 024
24 895
19 750
27 763
28 342
24 134
22 700
24 378
30 058
Pourcentage
1
28,3
11,7
14,0
15,7
17,6
19,9
19,3
14,1
16,6
19,2
16,7
15,4
14,5
9,7
8,8
13,0
12,5
11,2
13,0
12,8
13,2
Comprend les aides familiaux résidents, les demandeurs non reconnus du statut de réfugié, les
immigrants visés par une mesure de renvoi à exécution différée, les retraités, les candidats d’une
province/territoire, l’arriéré et les non-précisés.
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada.
- 46 -
Tableau 10. Nombre d’immigrants des 10 principaux pays de naissance selon la
catégorie, Canada, 2000
Économique
Chine et Hong Kong
Inde
Pakistan
Philippines
Corée du Sud
Sri Lanka
Iran
Ex-Yougoslavie
États-Unis
Russie
33 077
14 979
11 018
4 387
6 761
993
3 525
534
2 542
3 300
Famille
7 080
12 240
2 464
3 500
766
1 752
860
418
2 530
988
Réfugiés
632
859
1 340
9
16
3 258
1 503
4 469
48
370
Autres1
156
105
43
2 740
65
62
27
1
19
206
Total
40 945
28 183
14 865
10 636
7 608
6 065
5 915
5 422
5 139
4 864
1
Comprend les aides familiaux résidents, les demandeurs non reconnus du statut de réfugié, les
immigrants visés par une mesure de renvoi à exécution différée, les retraités, les candidats d’une
province/territoire, l’arriéré et les non-précisés.
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada.
du Canada s’accroître dans des proportions encore plus grandes. Le nombre
d’immigrants originaires de l’Inde a augmenté de 9 300, soit 50 % de plus
que les 18 800 admis en 1999 ; le contingent de Pakistanais a augmenté de
5 300 ce qui représente une augmentation de 55 % par rapport au chiffre de
l’année précédente. L’Inde a la particularité de fournir un grand nombre
d’immigrants de la catégorie de la famille : 43 % des arrivants de ce pays
ayant été admis à ce titre. Résultat de l’importance de l’effectif des immigrants
indiens et de la forte proportion de ceux-ci admis en vertu du volet familial,
un cinquième des immigrants reçus sous ce volet sont originaires de l’Inde.
Un quatrième pays asiatique a fourni plus de 10 000 immigrants au Canada
en l’an 2000, il s’agit des Philippines, pays d’origine de 5 % des immigrants
admis durant cette année. Plus du quart des immigrants philippins, soit 2 700
des 10 600 immigrants originaires de ce pays, n’ont pas été admis en vertu
d’un des trois volets principaux de la Loi de l’immigration. Classés dans la
catégorie « autres », la grande majorité de ceux-ci sont des femmes qui font
une demande d’immigration après être entrées au pays en tant qu’aide familiale
résidente. Enfin, parmi les pays asiatiques qui fournissent un nombre important
d’immigrants au Canada, seules les contributions de l’Iran et de Taiwan ont
diminué sensiblement.
En 2000, 42 500 personnes originaires d’un pays européen ont été admises
comme immigrant. L’immigration européenne représente donc environ un
cinquième (19 %) de l’ensemble et le nombre d’immigrants de tous les pays
européens équivaut à peu près à celui des immigrants natifs de la Chine. Les
pays de l’Ex-U.R.S.S. sont de loin les pays européens fournissant le plus
d’immigrants au Canada.
- 47 -
Tableau 11. Pays de naissance d’où sont venus plus de 2 000 immigrants au Canada
en 1998, 1999 ou 2000
Pays de naissance
1998
1999
2000
Différence entre
1998 et 1999
Différence entre
1999 et 2000
AFRIQUE
Algérie
Maroc
AMÉRIQUE
Colombie
États-Unis
Jamaïque
2 256
1 316
2 368
1 913
2 853
2 691
112
597
485
778
937
4 166
2 269
1 299
4 913
2 363
2 247
5 139
2 463
362
747
94
948
226
100
ASIE
Afghanistan
Bangladesh
Chine1
Corée du Sud
Inde
Iran
Iraq
Pakistan
Philippines
Sri Lanka
Taiwan
2 082
2 116
29 172
4 955
16 989
7 008
1 898
8 440
8 637
3 541
6 995
2 268
2 010
33 882
7 210
18 840
6 201
2 037
9 587
9 536
4 936
5 326
3 160
3 040
40 945
7 608
28 183
5 915
2 303
14 865
10 636
6 065
3 409
186
-106
4 710
2 255
1 851
-807
139
1 147
899
1 395
-1 669
892
1 030
7 063
398
9 343
-286
266
5 278
1 100
1 129
-1 917
EUROPE
France
Grande-Bretagne
Roumanie
Ex-U.R.S.S.
Russie
Ukraine
Autres
Ex-Yougoslavie
Bosnie-Herzégovine
Autres
3 022
3 284
3 112
12 328
4 792
2 768
4 768
6 510
2 544
3 966
3 181
3 777
3 583
10 990
4 397
2 827
3 766
6 370
2 455
3 915
3 560
3 777
4 588
11 655
4 864
3 565
3 226
7 132
813
6 319
159
493
471
-1 338
-395
59
-1 002
-140
-89
-51
379
0
1 005
665
467
738
-540
762
-1 642
2 404
1
Inclut Hong Kong.
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada.
Au total, 11 700 immigrants étaient originaires d’une des anciennes
républiques soviétiques (tableau 11) et ils représentent un peu plus de 27 % des
immigrants européens et un peu plus de 5 % du total. Les pays qui formaient l’ExYougoslavie regroupent 7 100 immigrants dont la très grande majorité (82 %)
ont été admis au Canada en tant que réfugiés. L’immigration en provenance
de Bosnie-Herzégovine s’est cependant tarie au profit d’autres régions de l’ExYougoslavie, le conflit à l’origine de ces déplacements de population s’étant
déplacé au Kosovo. Il est enfin intéressant de remarquer que cette année la
Roumanie devance franchement la France et la Grande-Bretagne avec 4 600
immigrants, contre respectivement 3 600 et 3 800. Seul l’apport de la Russie,
avec 4 900 immigrants, devance la Roumanie parmi les pays européens.
Les immigrants en provenance du continent africain n’ont jamais été aussi
nombreux qu’en 2000 avec plus de 20 700 personnes. Ce continent a fourni
- 48 -
9 % de l’immigration arrivée au cours de l’année. L’Amérique Centrale et du
Nord, les Antilles et Bermudes, l’Amérique du Sud, l’Australasie ainsi que
l’Océanie ont généralement augmenté légèrement leur contribution, sans
toutefois connaître de changements majeurs dans leur poids relatif.
Enfin, par la nature même des objectifs de la politique concernant les
réfugiés, les pays d’origine de la majorité de ceux-ci diffèrent de ceux d’où
viennent la majorité des immigrants admis sous les deux autres volets de la
politique. En 2000, les trois pays ayant fourni le plus de réfugiés au Canada
sont l’Ex-Yougoslavie (4 500), le Sri Lanka (3 300) et l’Afghanistan (2 700).
Ce dernier pays est l’origine d’au moins 1 000 réfugiés s’établissant au Canada
chaque année depuis 1995, mais le nombre enregistré en 2000 se démarque
par une forte augmentation puisqu’il était de 1 900 l’année précédente. Tout
au long de la période 1995-2000, les pays de l’Ex-Yougoslavie ou le Sri Lanka
sont demeurés les pays d’origine du plus grand nombre de réfugiés admis au
Canada.
Destination des immigrants
Depuis de nombreuses années, trois provinces attirent l’essentiel des
nouveaux arrivants au Canada : l’Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec
(tableau 12). L’an 2000 ne fait pas exception puisque ces trois provinces
accueillent 90 % de l’ensemble des immigrants. L’Ontario, depuis longtemps
la principale province de destination des immigrants, a, depuis le milieu
des années 1980, toujours reçu plus de la moitié de ceux-ci. En 2000, la
prépondérance de cette province s’est encore accentuée puisque 59 % des
immigrants reçus avaient choisi de s’y établir (figure 9). Il s’agit d’un sommet
dans l’histoire récente de l’immigration canadienne.
Cette hausse s’est faite aux dépens d’une diminution de la proportion des
immigrants qui ont choisi de s’établir en Colombie-Britannique. En 2000,
cette province n’attire plus que 16 % de l’ensemble des immigrants, alors
que l’année précédente 19 % des immigrants reçus y établissaient résidence.
Cette proportion avait du reste dépassé les 20 % chaque année entre 1994 et
1998. La proportion des immigrants qui choisissent la Colombie-Britannique
se rapproche de celle du Québec (14 %), alors qu’elle surpassait celle-ci de
façon importante entre 1994 et 1999. Dans le reste des provinces canadiennes,
on observe peu de changements en 2000. Même l’Alberta, qui connaît pourtant
une période de croissance économique soutenue et qui affiche le plus haut
solde migratoire interprovincial de toutes les provinces, conserve la même
proportion des immigrants reçus (6 %) que les années précédentes.
La concentration de l’immigration s’accentue et il faut probablement y
voir un lien avec l’importance que prend la catégorie économique. Plus de
trois immigrants sur cinq (62 %) de cette catégorie ont choisi de s’établir en
Ontario (tableau 13). De toutes les provinces, l’Ontario est celle dont la
1,5
0,9
15,8
52,8
4,3
1,2
7,1
15,5
0,2
0,0
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Québec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Yukon, Territoires du
Nord-Ouest et Nunavut
Inconnu
121 717
128 794
100,0
0,3
0,2
17,1
15,0
1,9
4,2
42,7
16,4
0,8
1,1
0,1
0,4
1981
99 341
100,0
0,1
0,1
12,6
9,7
1,9
3,8
50,0
19,6
0,6
1,1
0,2
0,3
1986
191 515
100,0
0,1
0,1
13,2
8,4
1,1
3,2
54,6
17,7
0,5
0,8
0,1
0,2
1989
216 421
100,0
0,2
0,1
13,4
8,8
1,1
3,1
52,9
18,9
0,4
0,7
0,1
0,3
1990
232 772
100,0
0,2
0,1
13,9
7,3
1,1
2,4
51,5
22,3
0,3
0,6
0,1
0,3
1991
254 858
100,0
0,1
0,1
14,5
7,0
1,0
2,0
54,6
19,1
0,3
0,9
0,1
0,3
1992
256 764
100,0
0,1
0,1
17,9
7,2
0,9
1,9
52,5
17,5
0,3
1,2
0,1
0,3
1993
Année
224 394
100,0
0,1
0,1
21,9
8,0
1,0
1,8
52,4
12,5
0,3
1,5
0,1
0,3
1994
212 871
100,0
0,0
0,1
20,9
6,7
0,9
1,7
54,4
12,8
0,3
1,7
0,1
0,3
1995
226 052
100,0
0,0
0,1
23,0
6,1
0,8
1,7
52,9
13,2
0,3
1,4
0,1
0,3
1996
216 030
100,0
0,2
0,1
22,1
5,9
0,8
1,7
54,5
12,8
0,3
1,3
0,1
0,2
1997
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Sources : Emploi et Immigration Canada, Statistiques sur l’immigration et après 1980, Citoyenneté et Immigration Canada.
Total en nombre
100,0
0,1
Île-du-Prince-Édouard
Total en pourcentage
0,7
1971
Terre-Neuve-et-Labrador
Province
174 172
100,0
0,1
0,1
20,7
6,4
0,9
1,7
53,0
15,2
0,4
1,2
0,1
0,2
1998
189 944
100,0
0,1
0,1
19,0
6,4
0,9
1,9
54,8
15,3
0,3
0,8
0,1
0,2
1999
227 336
100,0
0,1
0,1
16,4
6,3
0,8
2,0
58,7
14,3
0,3
0,7
0,1
0,2
2000
Tableau 12. Distribution en pourcentage des immigrants reçus par province de destination projetée, Canada, 1971, 1981, 1986, 1989-2000
- 49 -
- 50 -
Figure 9.
70
Proportion des immigrants à destination de l'Ontario, du Québec, de la
Colombie-Britannique et de l’Alberta, 1971-2000
En pourcentage
60
Ontario
50
40
30
Colombie-Britannique
Québec
20
10
Alberta
0
1971 1973 1975 1977 1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999
Année
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Sources : Emploi et Immigration Canada, Statistiques sur l’immigration et après 1980,
Citoyenneté et Immigration Canada.
proportion d’immigrants économiques est la plus élevée (62 %), bien que
cette proportion soit similaire pour la Colombie-Britannique (61 %). En
comparaison, l’immigration à destination du Québec n’est composée qu’à
49 % d’immigrants économiques, celle de l’Alberta à 52 %. L’Ontario attire
une proportion d’immigrants de la catégorie famille (58 %) qui est équivalente
à l’attrait qu’exerce cette province sur l’ensemble de l’immigration canadienne.
Par contre, une proportion moins grande de réfugiés s’établissent en Ontario
(50 %).
Le Québec se distingue de la Colombie-Britannique et de l’Ontario par la
forte proportion de réfugiés qui compose son immigration. Un immigrant
québécois sur quatre (25 %) a été admis comme réfugié, cette proportion
est de un sur dix (11 %) pour l’Ontario et de un sur quatorze (7 %) pour la
Colombie-Britannique.
Si l’essentiel des immigrants canadiens se concentrent dans les trois provinces
les plus peuplées, c’est en bonne partie parce qu’ils se regroupent principalement
dans les trois grandes métropoles que sont Toronto, Montréal et Vancouver
(figure 10). En 1980, Toronto, à elle seule, attirait près du quart des
immigrants ; Montréal et Vancouver un dixième chacune. En vingt ans,
- 51 -
Tableau 13. Nombre d’immigrants et répartition en pourcentage selon la province de
destination et la catégorie, Canada, 2000
Province
Famille
Économique
Réfugiés
1
Autres
Total
1
0
5
24
492
1 127
1 153
90
602
1 186
2
21
1
2
4 706
415
192
1 601
758
32 444
133 376
4 637
1 888
14 327
37 395
60
82
11
150
227 336
Nombre
Terre-Neuve-et-Labrador
Île-du-Prince-Édouard
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Québec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Yukon
Territoires du Nord-Ouest
Nunavut
Non déclarée
Total
91
33
309
146
7 947
34 943
1 059
414
4 471
10 966
38
46
9
80
60 552
Terre-Neuve-et-Labrador
Île-du-Prince-Édouard
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Québec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Yukon
Territoires du Nord-Ouest
Nunavut
Non déclarée
Total
0,2
0,1
0,5
0,2
13,1
57,7
1,7
0,7
7,4
18,1
0,1
0,1
0,0
0,1
100,0
Terre-Neuve-et-Labrador
Île-du-Prince-Édouard
Nouvelle-Écosse
Nouveau-Brunswick
Québec
Ontario
Manitoba
Saskatchewan
Alberta
Colombie-Britannique
Yukon
Territoires du Nord-Ouest
Nunavut
Non déclarée
Total
21,9
17,2
19,3
19,3
24,5
26,2
22,8
21,9
31,2
29,3
63,3
56,1
81,8
53,3
26,6
183
50
1 018
321
15 963
82 198
1 402
735
7 387
22 667
20
14
1
61
132 020
140
109
269
267
8 042
15 108
1 023
649
1 867
2 576
0
1
0
7
30 058
Répartition selon la province (en %)
0,1
0,0
0,8
0,2
12,1
62,3
1,1
0,6
5,6
17,2
0,0
0,0
0,0
0,0
100,0
0,5
0,4
0,9
0,9
26,8
50,3
3,4
2,2
6,2
8,6
0,0
0,0
0,0
0,0
100,0
0,0
0,0
0,1
0,5
10,5
23,9
24,5
1,9
12,8
25,2
0,0
0,4
0,0
0,0
100,0
0,2
0,1
0,7
0,3
14,3
58,7
2,0
0,8
6,3
16,4
0,0
0,0
0,0
0,1
100,0
Répartition selon la catégorie (en %)
1
44,1
26,0
63,6
42,3
49,2
61,6
30,2
38,9
51,6
60,6
33,3
17,1
9,1
40,7
58,1
33,7
56,8
16,8
35,2
24,8
11,3
22,1
34,4
13,0
6,9
0,0
1,2
0,0
4,7
13,2
0,2
0,0
0,3
3,2
1,5
0,8
24,9
4,8
4,2
3,2
3,3
25,6
9,1
1,3
2,1
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
Comprend les aides familiaux résidents, les demandeurs non reconnus du statut de réfugié, les
immigrants visés par une mesure de renvoi à exécution différée, les retraités, les candidats d’une
province/territoire, l’arriéré et les non-précisés.
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada.
- 52 -
Figure 10.
60
Proportion des immigrants à destination des trois principales régions
métropolitaines du Canada, 1980-2000
Pourcentage
50
Toronto
40
30
Vancouver
20
10
0
Montréal
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
2000
Année
Nota : Données disponibles en date du 16 janvier 2002.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada.
Toronto a doublé son pouvoir attractif sur les nouveaux arrivants puisque
près de la moitié d’entre eux s’y établissaient en 2000. La proportion
d’immigrants qui ont choisi Montréal ou Vancouver a fluctué beaucoup moins
au cours de ces vingt années et ces deux régions métropolitaines reçoivent
légèrement plus de 10 % de l’immigration canadienne de 2000. Montréal a
attiré 20 % des immigrants en 1991, un sommet pour cette ville et Vancouver
a atteint cette proportion en 1996 et 1997, mais dans les deux cas la situation
a été de courte durée. Toronto se détache donc nettement des deux autres
métropoles canadiennes par l’attrait soutenu et grandissant qu’elle exerce sur
les immigrants admis au Canada.
Conclusion
En bref, les effectifs d’immigrants internationaux reçus en 2000 ont dépassé
les objectifs du Plan d’immigration et excèdent de nouveau la barre des 200 000
comme on l’avait observée au cours de la plus grande partie de la décennie
1990. Par rapport aux années précédentes, il y a, en 2000, concentration
de l’immigration sur trois plans : celle-ci est de plus en plus composée
d’immigrants économiques, provenant davantage d’Asie et choisissant dans
une plus grande proportion de s’installer en Ontario.
- 53 -
Depuis 1994, la croissance démographique canadienne repose davantage
sur l’apport migratoire que sur l’accroissement naturel. Sans un renversement
des tendances actuelles en matière de fécondité, l’immigration devrait
représenter, dans les années à venir, une part grandissante de la croissance
de la population canadienne ; la situation du pays diffère de celle prévalant
aux États-Unis puisque notre voisin du sud peut compter sur une fécondité
avoisinant le seuil de remplacement des générations (voir article en deuxième
partie du présent Rapport). L’immigration, même à des niveaux élevés, ne
saurait toutefois empêcher le vieillissement de la population canadienne ; tout
au plus pourra-t-elle le ralentir un peu, donnant ainsi un peu plus de temps
aux institutions pour relever les défis d’une société vieillissante.
- 54 -
MIGRATIONS INTERNES
Le tableau 14 présente l’évolution récente des soldes migratoires entre
les provinces et les territoires. Selon les données provisoires, les tendances
qui caractérisent le système migratoire canadien depuis le milieu des années
1990, et parfois plus longtemps, se poursuivent en 2000 :
1. le solde de l’Ontario, à la hausse depuis 1992, est positif pour une
quatrième année consécutive ;
2. à l’ouest, les mouvements en faveur de l’Alberta aux dépens de la
Colombie-Britannique se maintiennent ;
3. toutes les autres provinces affichent des pertes dans leurs échanges
migratoires.
Les données présentées au tableau 14 pour l’an 2000, la dernière année
disponible, ne sont pas directement comparables avec celles présentées pour
les autres années. Il s’agit de données provisoires obtenues, en partie, de
l’information extraite des fichiers de prestations fiscales pour enfants, alors
que pour les années antérieures il s’agit de données définitives qui proviennent
des changements d’adresse signalés par les contribuables dans leur déclaration
de revenus. Les flux d’une province vers une autre sont parfois sujets à
d’importantes corrections lorsque les données définitives deviennent disponibles,
mais, règle générale, les différences entre les soldes obtenus à partir des données
provisoires et définitives sont beaucoup moins importantes. Il est donc utile
de commenter les données provisoires dans le cadre de l’évolution des tendances
récentes, mais il faut se garder d’accorder trop d’importance à de légères
fluctuations.
En 2000, on observe, en général, peu de variations avec les soldes
migratoires de l’année précédente. Après huit années de soldes négatifs entre
1989 et 1996, le bilan de l’Ontario est positif et à la hausse pour une quatrième
année consécutive. Seules l’Ontario (22 700) et l’Alberta (27 100) présentent
des soldes migratoires interprovinciaux positifs en l’an 2000 et toutes deux
les auraient augmentés par rapport aux chiffres de 1999. Les deux provinces
gagnent dans leurs échanges avec toutes les autres provinces et, coïncidence
étonnante, s’échangent entre-elles quelque 25 400 personnes sans qu’aucune
n’y gagne véritablement. En effet, le flux de migrants quittant l’Ontario pour
l’Alberta (12 691) est, à moins de 10 personnes près, égal au flux opposé
(12 699) allant de l’Alberta vers l’Ontario (tableau 16).
Depuis 1997, favorisée par la croissance économique du secteur pétrolier,
l’Alberta est la province qui bénéficie le plus des échanges migratoires internes
et cette situation s’accentue en 2000. Par rapport à l’année précédente,
l’augmentation du solde migratoire est plus grande pour l’Alberta, dont le
-103 012
-189
-2 510
-618
915
-2 732
-4 009
-3 540
-4 217
-3 082
-6 238
261
-1 092
-3 585
-5 019
-4 682
-4 374
-2 154
-2 606
-1 137
-1 084
-2 563
-3 397
-6 204
-6 566
-7 945
-8 522
-7 971
-3 916
-4 236
T.-N.-L.
5 160
858
478
1 386
814
309
614
25
-225
-1 082
-783
-6
799
524
-13
-493
301
424
-102
-273
-415
232
532
694
368
401
-241
-15
212
-163
Î.-P.-É.
127
2 845
2 107
1 576
4 454
361
-1 277
-109
-1 840
-2 494
-2 465
1 591
3 861
2 963
-234
-739
-2 183
71
572
-106
1 039
355
-1 143
-2 694
-1 972
-1 064
-2 074
-1 571
947
-650
N.-É.
-8 706
241
2 841
4 192
7 572
1 640
-886
-1 644
-2 219
-4 165
-4 766
2 183
2 296
812
-1 559
-2 897
-1 762
-1 215
-21
1 014
-79
-1 087
-492
-505
-931
-910
-1 812
-2 935
-638
-974
N.-B.
-458 292
-19 891
-14 730
-11 852
-12 340
-20 801
-46 536
-33 424
-30 025
-24 283
-22 549
-28 169
-19 080
-10 943
-6 023
-3 020
-7 410
-7 003
-8 379
-9 567
-13 047
-9 785
-7 426
-10 252
-10 248
-15 358
-17 559
-14 512
-11 712
-12 368
QC
103 776
8 227
-5 275
-22 163
-25 057
-10 508
8 596
415
-15 317
-34 919
-19 665
19 614
32 825
36 691
33 414
42 916
40 278
14 898
-1 205
-15 117
-9 978
-13 530
-12 771
-4 527
-1 764
-1 706
6 823
11 466
18 424
22 691
Ont.
-145 707
-7 735
-2 200
-5 400
-4 134
-3 655
-3 789
-9 557
-13 806
-11 342
-3 621
1 498
950
-49
-1 755
-3 039
-4 751
-8 584
-10 004
-8 613
-7 581
-6 417
-5 206
-4 010
-3 344
-3 738
-6 717
-3 097
-2 387
-3 624
Man.
-155 250
-17 296
-13 261
-4 835
6 555
3 819
384
-3 701
-3 510
-4 382
-520
1 743
2 501
733
-5 014
-7 020
-9 043
-16 338
-18 589
-15 928
-9 499
-7 727
-4 543
-3 958
-3 190
-1 871
-2 669
-1 786
-7 146
-9 159
Sask.
311 220
6 538
2 698
14 810
23 463
34 215
32 344
31 987
39 212
46 933
40 243
3 961
-26 246
-30 591
-9 568
-20 293
-27 595
-5 535
3 366
11 055
5 511
1 030
-2 355
-2 684
4 251
15 069
32 459
40 125
19 692
27 125
Alb.
(P) Données provisoires.
Nota : Les Territoires du Nord-Ouest incluent Nunavut jusqu'en 1991.
Source : Statistique Canada, Division de la démographie, Section des estimations de population.
Total
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000 (P)
Année
Tableau 14. Solde migratoire annuel des provinces et territoires, 1972-2000
469 877
24 927
30 537
22 655
-2 864
-1 490
15 507
20 698
33 241
40 165
21 565
-2 019
4 029
3 505
-3 199
910
17 618
25 865
37 367
38 704
34 572
39 578
37 595
34 449
23 414
17 798
1 980
-17 521
-12 413
-17 296
C.-B.
-6 529
575
-269
97
242
-350
57
-178
-447
-419
-1 376
-1 208
-808
-111
-445
179
100
349
-30
-26
478
215
-755
-245
656
215
-558
-1 114
-601
-752
Yuk.
-11 731
900
-416
152
380
-808
-1 005
-972
-847
-930
175
551
-35
51
-585
-1 822
-1 179
-778
-369
-6
83
-220
-43
75
-440
-642
-845
-1 055
-457
-644
T. N.- O.
-933
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
-81
4
-139
-234
-249
-265
-14
-5
50
Nun.
9 574 435
375 184
433 992
421 336
385 330
376 970
366 918
348 929
370 862
372 167
380 041
322 634
285 599
273 323
281 275
302 352
318 890
323 685
347 990
332 637
315 420
309 680
283 737
286 860
286 746
284 484
291 580
298 158
276 495
321 161
Nombre total
de migrants
interprovinciaux
- 55 -
145
135
Manitoba
Saskatchewan
-3 916
Solde migratoire
7
194
366
31
...
251
606
...
3 272
17 180
...
11 802
...
...
212
2 374
2 586
6
10
13
227
293
27
947
15 070
16 017
81
148
18
1 687
2 106
323
-638
11 669
11 031
43
73
18
814
1 566
174
-11 712
31 689
19 977
49
27
32
2 584
1 679
286
18 424
55 810
74 234
228
331
238
15 845
12 127
2 440
-2 387
16 398
14 011
93
110
91
2 590
3 315
2 324
6 523
-7 146
21 074
13 928
32
122
75
2 806
19 692
48 268
67 960
125
1 341
609
27 562
-12 413
55 982
43 569
48
287
699
2 883
13 790
-601
1 884
1 283
2
51
65
49
106
-457
2 788
2 331
235
841
174
104
296
-5
1 022
1 017
...
77
109
52
81
221
89
34
52
2
4 846
11 476
64
29
61
11
2 185
4 975
45
20
34
21
1 438
440
11 937
2 925
514
1 248
68
...
204
3 310
2 670
1 616
2 259
372
3 943
439
5 520
157
206
201
23
...
47
691
280
462
47
502
1 619
5 965
716
3 948
935
2 312
117
22 418
66
407
560
...
99
Nunavut
1 934
119
T.N.-O.
...
33
Yukon
790
655
C.-B.
328
3 282
Alb.
2 254
160
Sask.
...
254
Man.
555
5 003
Ont.
1 893
102
QC
...
628
N.-B.
239
N.-É.
Province de destination
Source : Statistique Canada, Division de la démographie, Section des estimations de population.
8 551
12 467
Total des sortants
94
80
Territoires du Nord-Ouest
Nunavut
Total des entrants
53
818
Yukon
Colombie-Britannique
2 278
3 082
Ontario
Alberta
369
199
Québec
1 184
114
...
T.-N.-L. Î.-P.-É.
Nouveau-Brunswick
Nouvelle-Écosse
Île-du-Prince-Édouard
Terre-Neuve-et-Labrador
Province d'origine
Nombre total de migrants : 276 495
Tableau 15. Effectif annuel des migrants interprovinciaux à partir des fichiers de Revenu Canada (Impôt) , 1999
- 56 -
141
Manitoba
Saskatchewan
13 996
-4 236
Total des sortants
Solde migratoire
13
225
364
70
...
336
590
...
3 736
18 797
...
5 854
15 405
...
...
-163
2 929
2 766
2
3
7
135
201
-650
18 852
18 202
41
77
32
2 019
2 210
371
-974
13 935
12 961
21
42
13
750
1 558
62
305
-12 368
36 405
24 037
69
26
18
2 724
1 901
265
520
22 691
64 155
86 846
262
372
191
19 473
12 699
2 965
5 654
-3 624
19 872
16 248
155
152
31
3 039
3 834
3 453
-9 159
26 696
17 537
47
203
54
2 972
8 363
27 125
52 806
79 931
137
1 487
869
31 989
2 701
-17 296
64 857
47 561
75
457
764
3 427
14 668
29
-752
2 089
1 337
9
112
72
29
100
109
-644
3 311
2 667
287
862
118
158
378
50
1 258
1 308
...
76
111
38
120
283
151
50
79
13
3 117
70
445
2 787
12 691
41
87
39
...
49
389
0
23
9
1 924
712
1 451
222
511
1 965
2 920
279
4 377
14 970
102
195
32
...
2 287
3 711
226
334
7
26 168
6 288
910
2 924
7 595
744
...
721
133
452
743
123
4 862
149
Nunavut
2 015
154
T.N.-O.
...
28
Yukon
1 149
551
C.-B.
2 927
3 548
Alb.
...
139
Sask.
473
129
Man.
767
5 861
Ont.
2 118
257
QC
...
812
N.-B.
250
N.-É.
Province de destination
Source : Statistique Canada, Division de la démographie, Section des estimations de population.
9 760
153
Nunavut
Total des entrants
27
155
Territoires du Nord-Ouest
726
Yukon
Colombie-Britannique
1 934
194
Ontario
Alberta
230
4 044
Québec
586
1 349
221
...
T.-N.-L. Î.-P.-É.
Nouveau-Brunswick
Nouvelle-Écosse
Île-du-Prince-Édouard
Terre-Neuve-et-Labrador
Province d'origine
Nombre total de migrants : 321 161
Tableau 16. Effectif annuel des migrants interprovinciaux à partir des fichiers de Revenu Canada (Impôt) et des fichiers de prestations
fiscales pour enfants, 2000
- 57 -
- 58 -
solde atteindrait 27 100 (en hausse de 7 400), que pour l’Ontario (hausse de
4 300). Les gains de l’Alberta se font surtout aux dépens des provinces voisines,
la Saskatchewan et la Colombie-Britannique, qui sont aussi les provinces dont
les soldes migratoires se seraient le plus détériorés. Selon les données provisoires,
les pertes de ces deux provinces dans leurs échanges migratoires avec les
autres seraient de 17 300 et de 9 200 pour la Colombie-Britannique et la
Saskatchewan, respectivement. Pour les deux provinces, le seul flux négatif
en faveur de l’Alberta voisine représente un peu plus des trois quarts de l’ensemble
du solde migratoire négatif.
La proximité d’une province dont l’économie est prospère joue certainement
un rôle important pour expliquer cette situation, mais d’autres facteurs entrent
en ligne de compte. En théorie, la décision de migrer résulte souvent d’un
ensemble de pressions dans la région d’origine et d’attraits de la région de
destination (par exemple, la possibilité d’obtenir un emploi ou de suivre des
cours universitaires) et des contraintes associées au déplacement (par exemple,
la distance qui peut représenter un coût tant financier qu’affectif par l’éloignement
des parents et amis).
Si en 2000 la Colombie-Britannique est la province présentant le solde
négatif le plus important, celui du Québec (-12 400) n’est pas bien loin derrière.
Mais la comparaison entre la situation de ces deux provinces s’arrête là. D’une
part, ce ne sont pas les mêmes dynamiques qui sont à l’origine des deux déficits.
Le Québec perd surtout dans ses échanges avec l’Ontario (-11 200). Les
pertes du Québec en faveur de l’Ontario représente 90 % de son solde migratoire
interprovincial. La Colombie-Britannique, on l’a vu, perd surtout en faveur de
l’Alberta (-13 200) (tableau 16). Plus important est le fait que dans le cas du
Québec, les soldes négatifs sont chroniques alors que pour la ColombieBritannique, bien que les déficits migratoires soient importants depuis trois ans,
il s’agit d’une situation tout à fait nouvelle. Depuis 1972, la Colombie-Britannique
a affiché des soldes négatifs à seulement sept reprises alors que ses gains
ont dépassé les 30 000 personnes neuf fois (tableau 14). Au cours de cette
période, le Québec enregistre des pertes à toutes les années dans ses échanges
migratoires avec les autres provinces et plus du deux tiers du temps les pertes
dépassent les 10 000. Au total, au cours des quelque trente dernières années,
les pertes migratoires du Québec approchent le demi-million et sont pratiquement
équivalentes aux gains enregistrés par la Colombie-Britannique.
Dans le cas de la Colombie-Britannique, un autre facteur peut donc expliquer
les soldes négatifs enregistrés depuis quelques années. L’afflux important
de Canadiens provenant des autres provinces a créé, au fil des années, un
bassin considérable de personnes nées dans une autre province et susceptibles
d’effectuer une migration de retour. La situation économique moins favorable
que par le passé de la Colombie-Britannique pourrait expliquer, en partie, que
cette province qui pendant plusieurs années présentait des gains migratoires
dans ses échanges avec toutes les autres, perde maintenant dans ses échanges
- 59 -
Tableau 17. Proportion de migrants de
retour parmi les entrants interprovinciaux, population âgée de 5 ans et plus
née au Canada, provinces et
territoires, 1991-1996
1
Province
Total
Nés dans la
province
Pourcentage
de retour
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask
Alb.
C.-B.
Yuk.
1
T.-N.-O.
Total
15 415
8 455
43 905
32 030
58 905
154 300
38 750
44 410
144 840
201 385
5 410
7 965
755 770
9 260
2 760
14 400
11 235
30 430
51 115
13 604
19 295
28 610
28 910
355
800
210 774
60,1
32,6
32,8
35,1
51,7
33,1
35,1
43,4
19,8
14,4
6,6
10,0
27,9
Nunavut inclus.
Source : Statistique Canada, Recensement du
Canada 1996.
avec une majorité de provinces. Les
données du recensement de 2001
permettront une analyse plus
approfondie de cette hypothèse.
Les variations des soldes
migratoires entre 1999 et 2000 sont
de moindre ampleur pour les autres
provinces et la situation qui prévalait
en 1999, parfois depuis plusieurs
années, se maintient en 2000. La
Saskatchewan (-9 200) et TerreNeuve-et-Labrador (-4 200) affichent
des pertes importantes, à la hausse
par rapport à la situation observée au
cours des années 1990 en ce qui
concerne la première, mais à la
baisse depuis deux ans en ce qui
concerne la seconde. Avec des taux
de sortie de 26 pour 1 000, ces deux
provinces enregistrent d’ailleurs les
taux les plus élevés de toutes les
provinces (tableau A1, en annexe).
Si les taux de sorties demeurent élevés pour ces deux provinces, on remarque
que le nombre d’entrants semble être légèrement à la hausse pour la province
de Terre-Neuve-et-Labrador depuis le creux de 1994. En 2000, 9 800 Canadiens
auraient effectué une migration interprovinciale à destination de cette province,
en comparaison de 6 300 six ans plus tôt. Le corollaire de l’explication, basée
sur les migrations de retour, avancée pour expliquer les flux négatifs qu’enregistre
maintenant la Colombie-Britannique, pourrait s’appliquer. Le tableau 17 montre
que 60 % des Canadiens de naissance qui ont migré vers la province de TerreNeuve-et-Labrador entre 1991 et 1996 étaient nés dans cette province. C’est
la plus forte proportion de toutes les provinces. Elle est suivie d’une proportion
de 52 % pour le Québec et de 43 % pour la Saskatchewan, deux autres provinces
qui connaissent depuis plusieurs années des soldes négatifs importants. En
moyenne pour l’ensemble du pays, cette proportion est d’environ 28 %,
s’abaissant à 15 % pour la Colombie-Britannique.
Le Manitoba, le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard enregistrent
aussi des pertes migratoires en 2000, mais moins importantes que les provinces
de Terre-Neuve-et-Labrador ou la Saskatchewan. La Nouvelle-Écosse présente
en 2000 un solde négatif (-600) après avoir enregistré un solde positif de 900
l’année précédente. Ce dernier s’insérait à contre-courant des tendances récentes,
la province affichant un solde négatif depuis 1993, exception faite de 1999.
- 61 -
ANNEXES
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
535,9
543,4
547,8
552,5
559,9
563,9
566,5
568,4
570,7
574,1
573,5
577,7
579,7
579,2
577,2
575,6
574,6
575,7
576,5
578,2
579,4
581,0
577,4
571,0
564,3
557,4
550,1
543,0
540,1
536,2
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
7,5
4,4
4,7
7,5
4,0
2,6
2,0
2,2
3,4
-0,6
4,2
2,0
-0,5
-2,0
-1,6
-1,0
1,1
0,9
1,7
1,2
1,6
-3,6
-6,4
-6,7
-6,9
-7,4
-7,1
-2,9
-3,8
9,5
8,5
7,0
8,0
7,8
7,3
6,4
7,0
7,0
6,9
5,8
5,4
5,0
4,9
4,6
4,1
3,9
4,0
3,7
3,4
3,1
2,5
2,3
1,9
1,8
1,1
0,8
0,5
0,3
0,4
-1,7
0,1
1,9
-2,2
-3,6
-3,4
-3,7
-2,5
-5,9
0,5
-1,3
-3,4
-4,9
-4,5
-3,8
-1,5
-1,8
-0,7
-0,6
0,2
-4,3
-6,9
-6,9
-8,0
-8,5
-7,8
-3,5
-4,1
12,9
11,9
10,2
11,2
11,1
10,4
9,5
10,2
10,3
10,1
9,2
8,9
8,6
8,5
8,1
7,8
7,5
7,8
7,6
7,2
6,9
6,4
6,3
5,9
5,7
5,4
5,0
4,8
4,7
3,3
3,4
3,3
3,2
3,3
3,1
3,1
3,1
3,3
3,2
3,4
3,5
3,5
3,6
3,5
3,6
3,6
3,7
3,9
3,8
3,8
3,9
4,1
3,9
3,9
4,3
4,2
4,3
4,4
0,7
1,0
1,0
1,1
0,7
0,6
0,4
0,6
0,6
0,5
0,4
0,3
0,3
0,3
0,3
0,5
0,4
0,5
0,5
0,6
0,8
0,8
0,6
0,6
0,6
0,4
0,4
0,4
0,4
0,2
0,3
0,3
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,1
0,2
0,2
0,3
0,3
0,2
0,3
0,2
0,1
0,1
0,1
0,2
0,1
0,1
0,1
0,1
0,2
0,3
0,3
0,4
0,4
0,0
0,1
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
0,1
0,1
-0,2
0,1
0,0
0,2
0,3
0,3
0,4
-0,1
0,0
2,1
-1,6
-1,2
-0,8
-0,4
-0,1
0,1
0,4
0,1
11,2
13,0
12,4
12,3
9,7
8,1
8,1
8,9
9,3
8,5
10,6
7,6
5,7
6,0
7,7
8,4
10,0
10,1
10,2
9,9
8,1
6,9
6,3
7,0
6,6
7,0
7,4
8,6
9,8
11,4
15,5
13,0
11,4
12,4
12,2
11,7
13,1
12,4
14,8
10,3
8,7
9,3
11,0
12,4
12,8
12,2
12,7
11,4
10,9
10,7
10,3
12,5
13,5
14,5
15,5
15,4
12,5
14,0
-0,2
-2,5
-0,6
0,9
-2,7
-4,0
-3,5
-4,2
-3,1
-6,2
0,3
-1,1
-3,6
-5,0
-4,7
-4,4
-2,2
-2,6
-1,1
-1,1
-2,6
-3,4
-6,2
-6,6
-7,9
-8,5
-8,0
-3,9
-4,2
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-2,4
-2,4
-2,4
-2,4
-1,6
-1,1
-1,1
-1,1
-1,1
-1,7
-2,1
-2,1
-2,1
-2,1
-1,7
-1,3
-1,3
-1,3
-1,3
-1,6
-1,8
-1,8
-1,8
-1,8
-0,7
…
…
…
…
…
1
- 62 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
535,9
543,4
547,8
552,5
559,9
563,9
566,5
568,4
570,7
574,1
573,5
577,7
579,7
579,2
577,2
575,6
574,6
575,7
576,5
578,2
579,4
581,0
577,4
571,0
564,3
557,4
550,1
543,0
540,1
536,2
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
13,91
8,02
8,52
13,42
7,08
4,58
3,46
3,92
5,98
-1,13
7,38
3,51
-0,84
-3,51
-2,77
-1,76
1,84
1,52
2,89
2,08
2,69
-6,15
-11,12
-11,83
-12,24
-13,31
-12,93
-5,41
-7,11
17,70
15,58
12,63
14,37
13,89
12,86
11,30
12,35
12,21
12,03
10,06
9,38
8,70
8,55
7,91
7,20
6,77
7,02
6,44
5,82
5,38
4,37
3,99
3,39
3,24
1,98
1,40
0,96
0,56
0,66
-3,16
0,25
3,36
-3,93
-6,41
-5,96
-6,56
-4,37
-10,27
0,95
-2,27
-5,94
-8,45
-7,82
-6,63
-2,61
-3,17
-1,23
-1,01
0,34
-7,49
-12,05
-12,13
-14,18
-15,30
-14,33
-6,37
-7,67
23,90
21,82
18,61
20,16
19,81
18,42
16,79
17,86
18,05
17,65
15,94
15,43
14,77
14,70
14,05
13,51
13,02
13,47
13,17
12,38
11,92
11,09
11,04
10,32
10,25
9,78
9,14
8,94
8,80
6,21
6,24
5,97
5,79
5,91
5,55
5,49
5,51
5,84
5,63
5,88
6,04
6,07
6,15
6,14
6,31
6,24
6,45
6,73
6,56
6,55
6,72
7,05
6,93
7,00
7,80
7,74
7,97
8,24
1,27
1,80
1,88
1,99
1,29
1,03
0,66
0,97
0,96
0,84
0,71
0,48
0,52
0,56
0,48
0,80
0,71
0,81
0,95
1,11
1,36
1,39
0,99
1,06
1,04
0,78
0,75
0,80
0,76
0,32
0,50
0,50
0,40
0,33
0,34
0,36
0,27
0,19
0,32
0,43
0,52
0,44
0,39
0,48
0,27
0,10
0,09
0,12
0,32
0,21
0,22
0,22
0,24
0,29
0,53
0,62
0,66
0,69
0,06
0,13
-0,01
0,13
-0,02
-0,01
-0,02
0,14
0,24
0,09
0,22
-0,34
0,17
0,05
0,31
0,45
0,53
0,63
-0,09
0,08
3,61
-2,81
-2,02
-1,39
-0,77
-0,16
0,12
0,72
0,13
20,72
23,85
22,50
22,20
17,28
14,41
14,36
15,66
16,19
14,89
18,40
13,08
9,84
10,31
13,36
14,69
17,43
17,51
17,75
17,02
14,04
11,87
10,97
12,26
11,71
12,57
13,51
15,79
18,14
21,07
28,45
23,62
20,56
22,14
21,51
20,59
23,07
21,58
25,76
17,94
14,97
16,03
18,99
21,48
22,29
21,18
22,03
19,72
18,89
18,46
17,74
21,78
23,83
25,88
27,96
28,09
23,02
26,01
-0,35
-4,60
-1,12
1,65
-4,86
-7,09
-6,24
-7,40
-5,38
-10,87
0,45
-1,89
-6,19
-8,68
-8,12
-7,61
-3,75
-4,52
-1,97
-1,87
-4,42
-5,87
-10,80
-11,57
-14,17
-15,39
-14,58
-7,23
-7,87
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 63 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
1er janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
113,0
114,3
115,2
117,0
118,3
119,4
121,1
122,3
123,3
123,3
123,5
124,5
126,1
127,4
128,3
128,4
129,1
130,0
130,3
130,5
130,6
131,7
133,0
134,4
135,5
136,5
136,9
137,3
138,0
138,2
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration
Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu1
Total
Naturel
Migratoire
1,3
0,9
1,8
1,2
1,1
1,7
1,2
1,0
0,1
0,2
0,9
1,6
1,3
0,9
0,1
0,7
0,9
0,3
0,2
0,1
1,1
1,3
1,4
1,1
1,0
0,3
0,4
0,7
0,3
1,0
0,9
0,9
0,9
0,8
0,9
1,0
0,9
0,9
0,9
0,9
0,9
0,8
0,9
0,8
0,8
0,9
0,8
0,9
0,7
0,7
0,6
0,6
0,6
0,4
0,6
0,3
0,3
0,3
1,0
0,7
1,6
1,0
0,5
0,8
0,1
0,0
-0,9
-0,7
0,1
0,9
0,6
0,1
-0,3
0,5
0,6
0,1
-0,1
-0,3
0,3
0,7
0,8
0,6
0,6
-0,2
0,1
0,4
0,0
2,0
1,9
1,9
1,9
1,9
2,0
2,0
1,9
2,0
1,9
1,9
1,9
2,0
2,0
1,9
2,0
2,0
1,9
2,0
1,9
1,9
1,8
1,7
1,8
1,7
1,6
1,5
1,5
1,5
1,1
1,0
1,1
1,1
1,1
1,0
1,0
1,0
1,0
1,0
1,0
1,1
1,1
1,1
1,1
1,1
1,1
1,1
1,1
1,2
1,1
1,1
1,1
1,2
1,3
1,0
1,2
1,2
1,2
0,2
0,3
0,3
0,2
0,2
0,2
0,1
0,3
0,2
0,1
0,2
0,1
0,1
0,1
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,1
0,1
0,2
0,0
0,1
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
-0,1
0,0
0,1
0,0
4,2
4,8
5,2
4,6
4,3
3,9
3,5
3,4
3,0
3,5
3,4
3,3
3,1
2,8
2,5
3,1
3,5
3,3
2,8
2,9
2,8
2,5
2,7
2,6
2,7
2,5
2,6
2,6
2,8
3,4
4,3
3,8
3,8
4,0
3,3
3,5
3,6
4,1
4,3
3,4
2,5
2,5
2,8
3,0
2,8
3,1
3,4
3,1
3,3
2,6
1,9
2,0
2,2
2,3
2,8
2,6
2,4
2,9
0,9
0,5
1,4
0,8
0,3
0,6
0,0
-0,2
-1,1
-0,8
0,0
0,8
0,5
0,0
-0,5
0,3
0,4
-0,1
-0,3
-0,4
0,2
0,5
0,7
0,4
0,4
-0,2
0,0
0,2
-0,2
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-0,6
-0,6
-0,6
-0,6
-0,2
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
-0,1
-0,1
-0,1
-0,1
-0,4
-0,6
-0,6
-0,6
-0,6
-0,2
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
…
…
…
…
…
- 64 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
113,0
114,3
115,2
117,0
118,3
119,4
121,1
122,3
123,3
123,3
123,5
124,5
126,1
127,4
128,3
128,4
129,1
130,0
130,3
130,5
130,6
131,7
133,0
134,4
135,5
136,5
136,9
137,3
138,0
138,2
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
11,56
7,96
15,86
10,47
9,33
14,42
9,57
8,11
0,49
1,74
7,52
12,87
10,38
6,70
1,05
5,68
6,71
2,46
1,30
0,93
8,17
9,76
10,62
8,49
7,36
2,43
3,01
5,06
1,82
8,43
7,55
7,33
7,40
7,12
7,68
8,14
7,43
7,49
7,33
7,61
6,84
6,67
7,02
6,29
6,52
6,68
6,52
6,68
5,34
5,61
4,60
4,50
4,45
3,13
4,10
2,17
2,01
1,91
8,77
6,00
14,05
8,52
4,21
6,34
1,02
0,29
-7,40
-5,29
0,70
6,81
4,48
0,45
-2,28
3,68
4,52
0,41
-0,92
-2,50
2,65
5,25
6,21
4,13
4,26
-1,68
0,85
3,05
-0,09
17,69
16,44
16,70
16,39
16,34
16,38
16,31
15,75
15,88
15,37
15,52
15,22
15,42
15,71
15,02
15,18
15,26
14,88
15,44
14,44
14,11
13,26
12,84
13,00
12,45
11,64
10,97
10,88
10,85
9,26
8,89
9,37
8,98
9,22
8,70
8,17
8,32
8,39
8,04
7,90
8,38
8,75
8,68
8,74
8,67
8,58
8,37
8,77
9,10
8,49
8,65
8,33
8,54
9,32
7,53
8,81
8,87
8,94
1,54
2,38
2,68
2,00
1,98
1,60
1,19
2,35
1,53
1,04
1,33
0,84
0,86
0,88
1,31
1,23
1,18
1,22
1,35
1,15
1,15
1,24
1,20
1,19
1,12
1,10
0,99
1,00
1,39
0,35
0,58
0,58
0,45
0,36
0,37
0,38
0,29
0,24
0,28
0,28
0,50
0,38
0,34
0,23
0,09
0,12
0,27
0,15
0,46
0,37
0,24
0,28
0,27
0,26
0,24
0,25
0,30
0,33
0,03
0,03
0,01
0,05
-0,01
0,00
0,00
0,05
0,08
0,30
-0,30
0,10
-0,13
0,00
0,48
0,20
0,19
0,25
-0,03
-0,02
0,11
0,23
0,10
0,49
0,45
-0,78
0,21
0,81
0,03
37,36
41,96
44,46
39,19
36,25
32,30
28,62
27,65
24,58
28,12
27,09
26,17
24,23
22,13
19,45
23,96
26,86
25,69
21,73
22,12
21,57
18,57
20,17
18,96
20,05
18,55
19,11
18,79
20,03
29,81
37,79
32,52
32,27
33,65
27,20
28,42
29,48
33,36
34,46
27,14
19,80
20,10
22,23
23,29
21,62
23,59
26,48
23,82
25,30
19,80
14,55
14,98
16,23
17,10
20,31
19,22
17,25
21,21
7,55
4,17
11,94
6,92
2,60
5,11
0,21
-1,83
-8,78
-6,34
-0,05
6,38
4,13
-0,10
-3,84
2,34
3,27
-0,78
-2,09
-3,18
1,77
4,02
5,19
2,73
2,95
-1,76
-0,11
1,54
-1,18
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 65 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
er
1 janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
NOUVELLE-ÉCOSSE
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
800,5
808,6
816,4
823,1
832,8
838,6
842,6
847,5
851,1
854,3
857,7
865,0
874,2
882,7
887,2
891,5
894,6
900,4
907,0
912,3
917,3
922,0
925,5
927,1
929,6
933,3
935,7
937,4
941,2
942,7
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
8,1
7,7
6,7
9,7
5,8
4,1
4,8
3,6
3,2
3,3
7,3
9,2
8,5
4,6
4,3
3,1
5,8
6,5
5,4
5,0
4,7
3,5
1,5
2,6
3,7
2,4
1,7
3,8
1,5
6,6
6,4
6,0
6,3
5,9
5,4
5,7
5,6
5,4
5,1
5,4
5,4
5,5
5,1
5,1
5,0
4,8
5,0
5,5
4,8
4,3
4,0
3,3
3,0
2,8
1,9
1,5
1,3
1,0
4,5
4,4
3,7
6,4
2,0
0,0
0,5
-0,6
-0,8
-0,8
2,8
4,6
3,8
0,2
0,1
-0,9
2,0
2,5
0,8
1,6
2,1
1,2
-0,1
1,3
1,6
0,5
0,2
2,5
0,5
13,5
13,3
12,9
13,1
12,8
12,4
12,5
12,4
12,4
12,1
12,3
12,4
12,4
12,5
12,4
12,1
12,2
12,5
12,9
12,0
11,9
11,6
11,1
10,7
10,6
10,0
9,6
9,5
9,4
6,9
6,9
6,9
6,8
7,0
7,0
6,9
6,8
7,0
7,0
6,9
7,0
6,9
7,3
7,3
7,1
7,4
7,5
7,4
7,3
7,5
7,6
7,8
7,7
7,8
8,0
8,1
8,2
8,4
1,9
2,5
2,6
2,1
1,9
1,6
1,0
1,3
1,6
1,4
1,3
0,8
1,0
1,0
1,1
1,2
1,3
1,5
1,6
1,5
2,4
3,0
3,5
3,8
3,2
2,9
2,1
1,6
1,6
0,2
0,4
0,4
0,3
0,3
0,3
0,3
0,2
0,1
0,3
0,3
0,3
0,2
0,3
0,3
0,3
0,2
0,3
0,5
0,6
0,5
0,4
0,4
0,5
0,5
0,6
0,6
0,7
0,7
0,0
0,1
-0,1
0,1
-0,1
-0,1
-0,1
0,1
0,2
0,6
0,2
0,2
0,0
-0,2
0,0
0,3
0,8
0,7
-0,2
-0,3
-0,2
-0,2
-0,4
-0,1
-0,1
0,3
0,3
0,6
0,3
22,7
26,3
27,2
25,6
23,0
19,9
19,5
18,4
18,5
19,3
18,8
18,3
17,3
16,7
17,1
17,6
19,2
20,4
18,6
19,0
18,1
15,5
15,1
15,4
16,0
15,8
15,2
16,0
18,2
19,9
24,1
25,6
21,1
22,6
21,2
19,6
20,3
21,0
21,7
17,3
14,5
14,4
16,9
17,8
19,8
19,1
19,8
18,7
17,9
17,8
16,7
17,8
17,4
17,1
17,9
16,8
15,1
18,9
2,8
2,1
1,6
4,5
0,4
-1,3
-0,1
-1,8
-2,5
-2,5
1,6
3,9
3,0
-0,2
-0,7
-2,2
0,1
0,6
-0,1
1,0
0,4
-1,1
-2,7
-2,0
-1,1
-2,1
-1,6
0,9
-0,7
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-3,0
-3,0
-3,0
-3,0
-2,0
-1,3
-1,3
-1,3
-1,3
-1,0
-0,8
-0,8
-0,8
-0,8
-0,9
-1,0
-1,0
-1,0
-1,0
-1,4
-1,7
-1,7
-1,7
-1,7
-0,7
…
…
…
…
…
1
- 66 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
800,5
808,6
816,4
823,1
832,8
838,6
842,6
847,5
851,1
854,3
857,7
865,0
874,2
882,7
887,2
891,5
894,6
900,4
907,0
912,3
917,3
922,0
925,5
927,1
929,6
933,3
935,7
937,4
941,2
942,7
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
10,07
9,52
8,21
11,69
6,92
4,84
5,74
4,28
3,81
3,90
8,52
10,56
9,63
5,15
4,85
3,48
6,43
7,25
5,90
5,47
5,08
3,79
1,66
2,79
3,95
2,57
1,82
4,00
1,62
8,24
7,83
7,37
7,64
7,02
6,44
6,71
6,55
6,29
5,98
6,25
6,16
6,22
5,80
5,74
5,60
5,31
5,55
6,03
5,20
4,71
4,34
3,59
3,27
3,03
2,04
1,63
1,35
1,06
5,61
5,44
4,55
7,73
2,35
-0,02
0,60
-0,70
-0,92
-0,88
3,21
5,34
4,33
0,27
0,12
-1,04
2,18
2,75
0,93
1,79
2,23
1,30
-0,09
1,35
1,69
0,53
0,19
2,65
0,56
16,82
16,36
15,79
15,85
15,34
14,72
14,85
14,61
14,51
14,11
14,31
14,26
14,09
14,07
13,90
13,56
13,57
13,87
14,15
13,13
12,91
12,52
11,98
11,55
11,35
10,65
10,24
10,08
9,93
8,58
8,53
8,42
8,21
8,32
8,28
8,14
8,06
8,21
8,13
8,06
8,10
7,87
8,27
8,16
7,96
8,26
8,32
8,12
7,93
8,20
8,18
8,39
8,28
8,32
8,61
8,61
8,73
8,87
2,33
3,14
3,17
2,57
2,32
1,89
1,16
1,58
1,89
1,64
1,46
0,96
1,18
1,10
1,23
1,37
1,45
1,63
1,72
1,64
2,57
3,26
3,74
4,06
3,46
3,11
2,20
1,71
1,71
0,30
0,46
0,47
0,38
0,31
0,31
0,33
0,25
0,17
0,33
0,29
0,31
0,25
0,30
0,31
0,30
0,24
0,31
0,51
0,70
0,51
0,46
0,48
0,50
0,56
0,64
0,67
0,70
0,73
0,05
0,17
-0,08
0,16
-0,10
-0,08
-0,10
0,14
0,28
0,69
0,20
0,26
0,03
-0,27
0,03
0,33
0,90
0,80
-0,17
-0,29
-0,21
-0,27
-0,44
-0,08
-0,07
0,28
0,34
0,63
0,27
28,21
32,31
33,15
30,88
27,51
23,69
23,07
21,69
21,68
22,51
21,87
21,08
19,71
18,86
19,18
19,68
21,38
22,56
20,43
20,73
19,73
16,79
16,33
16,59
17,21
16,95
16,23
17,05
19,32
24,67
29,72
31,23
25,50
27,08
25,21
23,20
23,86
24,61
25,39
20,03
16,64
16,34
19,13
20,01
22,12
21,31
21,93
20,54
19,59
19,34
18,03
19,24
18,72
18,35
19,17
17,90
16,04
20,01
3,54
2,59
1,92
5,38
0,43
-1,52
-0,13
-2,17
-2,92
-2,88
1,85
4,44
3,37
-0,26
-0,83
-2,44
0,08
0,63
-0,12
1,14
0,39
-1,24
-2,91
-2,12
-1,14
-2,22
-1,68
1,01
-0,69
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 67 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
er
1 janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
NOUVEAU-BRUNSWICK
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
646,3
652,5
661,0
671,1
685,2
693,3
698,3
701,3
704,6
705,8
705,9
711,8
718,0
722,5
724,4
725,6
728,6
732,5
737,4
743,2
746,8
748,5
750,3
751,6
752,3
753,5
754,2
753,5
755,1
756,0
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu 1
Total
Naturel
Migratoire
6,2
8,5
10,1
14,0
8,1
5,0
3,0
3,2
1,2
0,1
5,9
6,2
4,5
1,9
1,2
3,0
4,0
4,8
5,9
3,6
1,7
1,8
1,4
0,7
1,2
0,7
-0,8
1,6
1,0
6,8
6,3
6,2
6,6
6,6
6,3
5,6
5,7
5,3
5,4
5,3
5,3
5,1
4,9
4,3
4,2
4,2
4,2
4,4
4,0
3,8
3,2
3,1
2,6
2,3
2,0
1,6
1,4
1,2
1,2
4,0
5,7
9,2
2,9
-0,2
-1,5
-1,4
-3,0
-4,0
2,1
2,4
0,9
-1,5
-2,6
-1,4
-0,4
0,5
1,3
0,1
-1,0
-0,4
-0,6
-0,8
-0,6
-1,3
-2,3
0,3
-0,2
11,8
11,4
11,4
11,8
11,8
11,5
10,8
10,8
10,6
10,5
10,5
10,5
10,4
10,1
9,8
9,6
9,6
9,7
9,8
9,5
9,4
9,0
9,0
8,6
8,2
7,9
7,9
7,8
7,7
5,0
5,1
5,2
5,2
5,2
5,2
5,2
5,2
5,3
5,1
5,2
5,2
5,3
5,2
5,5
5,4
5,5
5,5
5,4
5,5
5,6
5,8
5,9
5,9
5,9
5,9
6,3
6,4
6,5
1,3
1,7
2,2
2,1
1,8
1,2
0,7
1,1
1,2
1,0
0,8
0,6
0,6
0,6
0,6
0,6
0,7
0,9
0,8
0,7
0,8
0,7
0,6
0,6
0,7
0,7
0,8
0,7
0,8
0,4
0,7
0,7
0,6
0,5
0,5
0,5
0,4
0,3
0,6
0,6
0,4
0,4
0,5
0,5
0,4
0,4
0,5
0,5
0,4
0,5
0,5
0,5
0,5
0,3
0,3
0,3
0,3
0,3
0,0
0,1
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,1
0,2
0,4
-0,2
0,0
-0,1
0,0
0,1
0,1
0,6
0,1
-0,1
-0,1
-0,2
-0,1
-0,2
0,0
-0,1
0,1
0,1
0,5
0,3
18,2
22,7
22,9
24,2
18,9
15,5
14,3
14,3
13,2
13,8
14,8
13,2
12,0
11,5
11,4
13,2
13,7
15,0
14,2
12,8
12,0
11,0
10,7
11,2
11,1
11,4
9,7
11,0
13,0
17,9
19,9
18,7
16,6
17,3
16,4
16,0
16,5
17,4
18,6
12,7
10,9
11,2
13,1
14,3
15,0
14,9
15,0
13,2
12,9
13,1
11,5
11,2
12,1
12,0
13,2
12,6
11,7
13,9
0,2
2,8
4,2
7,6
1,6
-0,9
-1,6
-2,2
-4,2
-4,8
2,2
2,3
0,8
-1,6
-2,9
-1,8
-1,2
0,0
1,0
-0,1
-1,1
-0,5
-0,5
-0,9
-0,9
-1,8
-2,9
-0,6
-1,0
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-1,8
-1,8
-1,8
-1,8
-1,4
-1,1
-1,1
-1,1
-1,1
-1,3
-1,5
-1,5
-1,5
-1,5
-0,5
0,2
0,2
0,2
0,2
-0,6
-1,1
-1,1
-1,1
-1,1
-0,5
…
…
…
…
…
- 68 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
646,3
652,5
661,0
671,1
685,2
693,3
698,3
701,3
704,6
705,8
705,9
711,8
718,0
722,5
724,4
725,6
728,6
732,5
737,4
743,2
746,8
748,5
750,3
751,6
752,3
753,5
754,2
753,5
755,1
756,0
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
9,49
12,97
15,19
20,67
11,79
7,25
4,31
4,62
1,76
0,08
8,34
8,67
6,21
2,64
1,67
4,07
5,45
6,57
7,91
4,77
2,28
2,37
1,83
0,93
1,58
0,92
-1,01
2,16
1,27
10,51
9,65
9,37
9,79
9,59
9,10
8,01
8,07
7,57
7,60
7,47
7,43
7,06
6,76
5,97
5,75
5,70
5,68
5,94
5,41
5,06
4,33
4,08
3,49
3,03
2,62
2,10
1,82
1,55
1,78
6,08
8,55
13,56
4,21
-0,31
-2,18
-1,94
-4,30
-5,66
2,99
3,33
1,22
-2,05
-3,59
-1,91
-0,49
0,66
1,74
0,12
-1,33
-0,51
-0,80
-1,12
-0,85
-1,70
-3,11
0,35
-0,28
18,18
17,40
17,18
17,38
17,14
16,55
15,42
15,43
15,08
14,88
14,80
14,71
14,38
13,99
13,50
13,19
13,16
13,15
13,27
12,75
12,56
12,08
11,96
11,39
10,86
10,51
10,46
10,31
10,20
7,67
7,74
7,81
7,59
7,55
7,45
7,41
7,36
7,51
7,28
7,33
7,28
7,32
7,23
7,53
7,44
7,46
7,48
7,33
7,34
7,50
7,75
7,88
7,90
7,83
7,88
8,36
8,50
8,64
2,00
2,63
3,31
3,09
2,54
1,66
0,94
1,63
1,71
1,40
1,06
0,77
0,83
0,84
0,88
0,88
0,93
1,23
1,14
0,92
1,01
0,93
0,83
0,84
0,95
0,88
0,99
0,90
1,00
0,66
1,03
1,05
0,84
0,69
0,70
0,75
0,57
0,38
0,86
0,87
0,60
0,59
0,70
0,67
0,57
0,59
0,65
0,63
0,59
0,66
0,64
0,69
0,71
0,41
0,35
0,34
0,37
0,40
0,07
0,15
-0,01
0,15
-0,03
-0,01
-0,03
0,16
0,28
0,55
-0,28
-0,05
-0,15
-0,04
0,20
0,20
0,83
0,10
-0,14
-0,10
-0,22
-0,15
-0,28
-0,01
-0,18
0,17
0,14
0,67
0,41
28,00
34,56
34,37
35,63
27,47
22,22
20,48
20,29
18,76
19,61
20,93
18,41
16,67
15,94
15,72
18,17
18,76
20,44
19,13
17,24
16,10
14,73
14,29
14,90
14,70
15,17
12,85
14,62
17,15
27,63
30,23
28,07
24,46
25,09
23,50
22,83
23,44
24,67
26,36
17,85
15,20
15,54
18,09
19,71
20,59
20,42
20,47
17,76
17,35
17,55
15,39
14,97
16,14
15,91
17,57
16,74
15,47
18,44
0,37
4,33
6,29
11,17
2,38
-1,27
-2,35
-3,16
-5,91
-6,75
3,08
3,21
1,13
-2,16
-4,00
-2,42
-1,66
-0,03
1,37
-0,11
-1,45
-0,66
-0,67
-1,24
-1,21
-2,40
-3,89
-0,85
-1,29
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 69 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
er
1 janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
QUÉBEC
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
6 153,4
6 190,9
6 240,4
6 298,7
6 361,8
6 413,9
6 426,6
6 445,0
6 479,0
6 523,0
6 565,3
6 587,1
6 613,6
6 645,5
6 684,9
6 745,8
6 807,1
6 886,4
6 961,7
7 033,4
7 083,3
7 143,7
7 190,3
7 224,9
7 259,0
7 289,6
7 313,1
7 336,8
7 363,7
7 388,4
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration
Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
37,5
49,5
58,3
63,1
52,1
12,7
18,4
34,0
44,0
42,3
21,8
26,5
31,9
39,4
60,9
61,3
79,3
75,3
71,7
49,9
60,5
46,6
34,6
34,1
30,6
23,5
23,8
26,8
24,7
41,3
41,4
42,9
50,2
53,3
53,7
51,8
55,3
53,9
52,6
47,3
43,9
43,4
40,6
37,7
36,2
38,8
44,1
49,6
48,2
47,3
40,7
39,2
34,7
32,9
25,4
21,7
18,7
18,7
-5,0
7,0
14,3
11,8
3,4
-32,3
-24,8
-12,7
-1,2
-0,2
-14,3
-6,2
-0,3
9,9
27,3
24,2
39,6
30,4
21,2
12,4
32,0
24,8
14,3
18,3
5,6
-1,9
2,1
8,2
6,0
83,6
84,1
85,6
93,6
96,3
97,2
95,4
98,6
97,4
95,3
90,8
88,2
87,8
86,3
84,6
83,8
86,6
92,4
98,0
97,3
96,1
92,4
90,6
87,4
85,2
79,8
75,9
73,6
71,9
42,3
42,7
42,8
43,4
43,0
43,5
43,6
43,3
43,5
42,7
43,5
44,3
44,4
45,7
46,9
47,6
47,8
48,3
48,4
49,1
48,8
51,7
51,4
52,7
52,3
54,4
54,2
54,9
53,2
18,6
26,9
33,5
28,0
29,3
19,2
14,3
19,5
22,5
21,2
21,3
16,4
14,6
14,9
19,5
26,8
25,8
34,2
40,8
51,7
48,4
44,9
28,0
26,6
29,7
27,8
26,7
29,2
32,5
4,4
6,9
7,0
5,7
4,7
4,8
5,2
4,0
2,7
3,6
4,7
5,1
4,6
3,5
3,1
2,3
2,1
2,6
2,7
3,4
2,9
2,9
3,1
3,3
7,5
10,4
10,7
11,3
11,9
0,7
1,7
-0,3
1,7
-0,5
-0,3
-0,5
1,8
3,3
4,8
-2,8
1,6
0,6
4,6
13,9
7,1
22,9
7,2
-7,4
-22,8
-3,6
-9,8
-0,3
5,3
-1,3
-1,7
0,7
2,0
-2,2
36,2
39,6
39,3
34,5
31,6
24,4
24,5
23,6
21,9
23,6
19,9
22,3
25,2
25,4
26,0
26,0
27,8
29,5
26,9
24,5
25,5
24,5
22,7
23,1
20,8
20,4
20,2
20,0
24,0
56,0
54,4
51,2
46,8
52,4
71,0
57,9
53,7
46,2
46,1
48,1
41,4
36,2
31,4
29,0
33,4
34,8
37,8
36,4
37,6
35,3
32,0
33,0
33,4
36,2
37,9
34,7
31,7
36,4
-19,9
-14,7
-11,9
-12,3
-20,8
-46,5
-33,4
-30,0
-24,3
-22,5
-28,2
-19,1
-10,9
-6,0
-3,0
-7,4
-7,0
-8,4
-9,6
-13,0
-9,8
-7,4
-10,3
-10,2
-15,4
-17,6
-14,5
-11,7
-12,4
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
1,2
1,2
1,2
1,2
-4,6
-8,7
-8,7
-8,7
-8,7
-10,1
-11,2
-11,2
-11,2
-11,2
-4,2
0,9
0,9
0,9
0,9
-10,7
-18,9
-18,9
-18,9
-18,9
-7,9
…
…
…
…
…
1
- 70 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
Accroissement
er
6 153,4
6 190,9
6 240,4
6 298,7
6 361,8
6 413,9
6 426,6
6 445,0
6 479,0
6 523,0
6 565,3
6 587,1
6 613,6
6 645,5
6 684,9
6 745,8
6 807,1
6 886,4
6 961,7
7 033,4
7 083,3
7 143,7
7 190,3
7 224,9
7 259,0
7 289,6
7 313,1
7 336,8
7 363,7
7 388,4
Voir notes à la fin du tableau 1.
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
6,07
7,97
9,30
9,97
8,16
1,98
2,85
5,26
6,77
6,46
3,32
4,01
4,82
5,91
9,07
9,04
11,58
10,87
10,25
7,07
8,50
6,50
4,80
4,71
4,21
3,21
3,24
3,65
3,34
6,69
6,66
6,84
7,93
8,35
8,37
8,05
8,56
8,29
8,04
7,19
6,65
6,54
6,10
5,62
5,34
5,67
6,36
7,09
6,83
6,65
5,68
5,44
4,79
4,52
3,48
2,96
2,54
2,53
-0,81
1,13
2,28
1,86
0,53
-5,04
-3,85
-1,96
-0,19
-0,03
-2,17
-0,94
-0,04
1,49
4,07
3,58
5,78
4,39
3,03
1,75
4,50
3,46
1,98
2,52
0,77
-0,26
0,29
1,11
0,81
13,55
13,52
13,66
14,79
15,08
15,14
14,82
15,27
14,99
14,57
13,81
13,36
13,25
12,95
12,60
12,37
12,65
13,34
14,01
13,79
13,52
12,89
12,57
12,07
11,72
10,93
10,36
10,02
9,75
6,86
6,86
6,82
6,86
6,73
6,77
6,77
6,70
6,69
6,52
6,61
6,71
6,70
6,86
6,98
7,03
6,98
6,98
6,92
6,96
6,86
7,22
7,13
7,28
7,19
7,45
7,40
7,47
7,22
3,01
4,32
5,34
4,43
4,58
3,00
2,22
3,02
3,47
3,24
3,24
2,48
2,21
2,23
2,90
3,96
3,77
4,94
5,84
7,33
6,80
6,27
3,89
3,67
4,08
3,80
3,64
3,98
4,41
0,71
1,10
1,12
0,90
0,73
0,74
0,80
0,61
0,42
0,56
0,72
0,77
0,69
0,53
0,46
0,34
0,31
0,37
0,38
0,49
0,41
0,41
0,44
0,46
1,02
1,43
1,47
1,54
1,62
0,12
0,27
-0,04
0,27
-0,07
-0,04
-0,07
0,28
0,50
0,73
-0,42
0,24
0,09
0,69
2,08
1,05
3,35
1,04
-1,05
-3,24
-0,51
-1,37
-0,05
0,73
-0,18
-0,23
0,09
0,27
-0,30
5,86
6,38
6,27
5,44
4,95
3,80
3,80
3,66
3,37
3,60
3,03
3,39
3,81
3,81
3,87
3,84
4,07
4,25
3,84
3,47
3,58
3,42
3,15
3,19
2,87
2,79
2,75
2,72
3,26
9,08
8,75
8,16
7,39
8,20
11,05
9,00
8,30
7,11
7,05
7,32
6,28
5,46
4,72
4,32
4,94
5,09
5,46
5,21
5,32
4,96
4,46
4,57
4,61
4,98
5,19
4,73
4,31
4,94
-3,22
-2,37
-1,89
-1,95
-3,26
-7,25
-5,19
-4,65
-3,74
-3,45
-4,28
-2,89
-1,65
-0,90
-0,45
-1,09
-1,02
-1,21
-1,37
-1,85
-1,38
-1,04
-1,42
-1,42
-2,11
-2,40
-1,98
-1,59
-1,68
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 71 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au 1
janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
ONTARIO
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
7 906,4
8 013,5
8 139,9
8 260,2
8 366,5
8 457,9
8 554,5
8 625,5
8 699,9
8 772,3
8 866,4
8 984,2
9 105,1
9 233,9
9 363,5
9 536,2
9 741,9
9 976,5
10 194,5
10 359,2
10 486,2
10 630,6
10 750,8
10 889,5
11 029,0
11 163,8
11 311,8
11 437,6
11 587,7
11 759,7
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration
Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu 1
Total
Naturel
Migratoire
107,1
126,4
120,3
106,3
91,4
96,6
71,0
74,4
72,4
94,1
117,8
121,0
128,7
129,6
172,7
205,8
234,6
218,0
164,8
127,0
144,4
120,2
138,7
139,5
134,8
148,0
125,8
150,1
172,0
66,2
63,9
63,7
65,2
62,1
61,3
59,8
60,2
60,6
59,3
61,2
62,3
66,6
65,5
66,0
66,5
67,4
74,4
80,1
78,6
77,4
72,0
69,6
67,8
60,9
53,5
52,4
49,3
46,2
60,8
82,4
76,6
61,1
46,3
50,2
26,1
29,2
26,8
41,9
58,3
60,3
63,8
65,8
107,0
138,7
166,6
143,0
84,1
60,6
88,4
69,6
90,6
93,1
82,8
94,6
73,3
100,8
125,8
125,1
123,8
124,2
125,8
122,7
122,8
121,0
121,7
123,3
122,2
124,9
126,8
131,3
132,2
133,9
134,6
138,1
145,3
150,9
151,5
150,6
147,8
147,1
146,3
140,0
133,0
132,6
131,7
131,2
58,9
59,9
60,6
60,6
60,6
61,4
61,1
61,5
62,7
62,8
63,7
64,5
64,7
66,7
67,9
68,1
70,7
70,9
70,8
72,9
73,2
75,9
77,5
78,5
79,1
79,5
80,2
82,5
85,1
63,8
103,2
120,1
98,5
72,0
56,6
42,4
52,0
62,3
55,0
53,0
40,0
41,5
40,7
49,6
84,8
89,0
104,8
113,4
118,8
138,2
134,3
117,3
115,6
119,8
117,9
92,2
104,1
133,5
12,7
19,6
20,2
16,4
13,5
13,8
15,0
11,5
8,2
11,0
14,3
14,3
12,9
11,8
10,3
8,6
7,3
8,3
8,3
10,7
9,1
9,3
10,0
10,5
20,2
27,7
28,4
29,9
31,5
1,5
4,1
-1,2
4,1
-1,7
-1,2
-1,7
4,0
7,6
17,5
-0,1
1,7
-1,6
3,4
24,7
22,2
70,0
47,6
-6,0
-37,5
-27,2
-42,6
-12,2
-10,2
-15,0
-2,5
-1,9
8,2
1,2
97,0
104,2
89,5
80,9
88,7
98,6
86,6
83,5
74,2
80,6
89,1
88,2
89,1
88,4
100,1
104,7
91,4
87,3
75,2
71,2
68,0
62,3
66,0
68,5
67,0
71,1
73,4
74,2
86,8
88,8
109,4
111,7
106,0
99,2
90,0
86,2
98,9
109,1
100,2
69,5
55,4
52,4
54,9
57,1
64,4
76,5
88,5
90,3
81,2
81,5
75,1
70,5
70,3
68,7
64,3
62,0
55,8
64,2
8,2
-5,3
-22,2
-25,1
-10,5
8,6
0,4
-15,3
-34,9
-19,7
19,6
32,8
36,7
33,4
42,9
40,3
14,9
-1,2
-15,1
-10,0
-13,5
-12,8
-4,5
-1,8
-1,7
6,8
11,5
18,4
22,7
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-19,9
-19,9
-19,9
-19,9
-17,0
-15,0
-15,0
-15,0
-15,0
-7,2
-1,7
-1,7
-1,7
-1,7
-0,3
0,6
0,6
0,6
0,6
-12,2
-21,4
-21,4
-21,4
-21,4
-8,9
…
…
…
…
…
- 72 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
au 1er
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
7 906,4
8 013,5
8 139,9
8 260,2
8 366,5
8 457,9
8 554,5
8 625,5
8 699,9
8 772,3
8 866,4
8 984,2
9 105,1
9 233,9
9 363,5
9 536,2
9 741,9
9 976,5
10 194,5
10 359,2
10 486,2
10 630,6
10 750,8
10 889,5
11 029,0
11 163,8
11 311,8
11 437,6
11 587,7
11 759,7
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
13,45
15,65
14,67
12,79
10,86
11,35
8,27
8,59
8,29
10,67
13,20
13,37
14,04
13,94
18,27
21,35
23,79
21,61
16,03
12,18
13,68
11,24
12,82
12,72
12,15
13,17
11,06
13,03
14,73
8,31
7,91
7,76
7,84
7,38
7,21
6,97
6,95
6,93
6,73
6,85
6,89
7,26
7,04
6,99
6,90
6,83
7,38
7,79
7,54
7,33
6,73
6,43
6,19
5,49
4,76
4,61
4,28
3,95
7,64
10,20
9,34
7,34
5,51
5,90
3,04
3,37
3,07
4,75
6,53
6,67
6,96
7,08
11,32
14,38
16,89
14,17
8,18
5,82
8,38
6,51
8,37
8,49
7,47
8,42
6,45
8,76
10,78
15,71
15,33
15,15
15,13
14,59
14,43
14,08
14,04
14,12
13,85
13,99
14,02
14,32
14,22
14,17
13,97
14,00
14,41
14,69
14,53
14,26
13,83
13,59
13,35
12,62
11,84
11,66
11,44
11,24
7,40
7,41
7,38
7,29
7,21
7,22
7,11
7,10
7,18
7,13
7,14
7,13
7,06
7,18
7,18
7,07
7,17
7,03
6,89
7,00
6,93
7,10
7,16
7,16
7,13
7,08
7,05
7,16
7,29
8,02
12,78
14,65
11,84
8,56
6,65
4,94
6,00
7,13
6,24
5,94
4,43
4,53
4,38
5,25
8,80
9,03
10,39
11,04
11,40
13,09
12,56
10,84
10,54
10,80
10,50
8,11
9,04
11,43
1,59
2,43
2,46
1,98
1,60
1,62
1,74
1,33
0,94
1,25
1,60
1,58
1,40
1,26
1,09
0,89
0,74
0,82
0,80
1,02
0,86
0,87
0,92
0,96
1,82
2,46
2,50
2,60
2,70
0,18
0,51
-0,14
0,49
-0,20
-0,14
-0,20
0,46
0,87
1,99
-0,01
0,19
-0,17
0,37
2,61
2,30
7,10
4,72
-0,58
-3,60
-2,57
-3,99
-1,13
-0,93
-1,35
-0,22
-0,17
0,71
0,10
12,19
12,90
10,91
9,74
10,54
11,59
10,08
9,64
8,49
9,14
9,99
9,75
9,71
9,50
10,59
10,86
9,27
8,65
7,32
6,83
6,44
5,83
6,10
6,25
6,04
6,33
6,45
6,45
7,44
11,16
13,55
13,62
12,75
11,79
10,58
10,03
11,41
12,49
11,37
7,79
6,12
5,71
5,91
6,05
6,68
7,76
8,77
8,79
7,79
7,72
7,02
6,52
6,41
6,19
5,72
5,45
4,85
5,50
1,03
-0,65
-2,70
-3,01
-1,25
1,01
0,05
-1,77
-4,00
-2,23
2,20
3,63
4,00
3,59
4,54
4,18
1,51
-0,12
-1,47
-0,96
-1,28
-1,19
-0,42
-0,16
-0,15
0,61
1,01
1,60
1,94
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 73 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au 1er
janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
MANITOBA
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
998,9
1 002,6
1 012,4
1 019,5
1 028,1
1 034,5
1 039,8
1 037,3
1 032,4
1 032,8
1 040,5
1 054,1
1 066,7
1 078,4
1 087,7
1 094,6
1 099,8
1 101,5
1 102,8
1 106,3
1 110,3
1 114,9
1 120,1
1 125,8
1 130,8
1 135,2
1 136,1
1 139,1
1 143,7
1 147,5
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
3,7
9,8
7,1
8,6
6,3
5,3
-2,5
-4,9
0,3
7,7
13,6
12,7
11,6
9,4
6,9
5,2
1,7
1,3
3,4
4,0
4,6
5,2
5,7
5,0
4,4
0,9
3,0
4,7
3,7
9,2
8,8
8,9
8,8
8,5
8,5
8,1
8,0
7,6
7,4
7,6
8,1
8,4
8,3
8,1
8,2
7,9
8,5
8,5
8,3
7,6
7,4
7,3
6,5
6,0
5,1
4,6
4,4
4,1
-3,3
3,2
0,4
2,0
0,7
0,2
-7,2
-9,5
-3,8
1,5
5,7
4,2
3,0
0,7
-0,1
-1,0
-4,1
-5,1
-3,0
-3,3
-2,8
-1,9
-1,4
-1,2
-1,5
-4,2
-1,7
0,3
-0,4
17,4
17,0
17,3
17,1
16,7
16,7
16,4
16,2
16,0
16,1
16,1
16,6
16,7
17,1
17,0
17,0
17,0
17,3
17,4
17,3
16,6
16,7
16,5
16,1
15,5
14,7
14,5
14,3
14,2
8,2
8,2
8,4
8,4
8,3
8,2
8,3
8,2
8,4
8,6
8,5
8,5
8,3
8,8
8,9
8,7
9,1
8,8
8,9
8,9
9,0
9,3
9,1
9,7
9,5
9,5
9,8
10,0
10,1
5,3
6,6
7,4
7,1
5,5
5,1
3,6
4,9
7,7
5,4
4,9
4,0
3,9
3,4
3,7
4,8
5,0
6,1
6,6
5,6
5,1
4,9
4,1
3,5
3,9
3,8
3,0
3,7
4,6
0,9
1,5
1,5
1,2
1,0
1,0
1,1
0,8
0,6
1,0
0,9
1,1
0,7
0,8
1,0
1,1
1,2
1,4
1,1
1,0
1,0
1,2
1,2
1,3
1,4
1,5
1,6
1,7
1,8
0,1
0,2
-0,1
0,2
-0,1
-0,1
-0,1
0,2
0,4
0,7
0,2
0,4
-0,2
-0,1
0,2
0,1
0,7
0,2
0,2
-0,4
-0,4
-0,4
-0,2
-0,1
-0,3
0,3
0,0
0,6
0,3
26,1
33,8
30,2
28,4
25,1
21,6
18,7
18,8
19,0
22,7
20,9
18,5
17,2
17,2
17,4
18,1
16,1
17,1
16,9
16,1
15,9
14,6
15,4
15,5
14,4
13,2
15,3
14,0
16,2
33,8
36,0
35,6
32,5
28,7
25,3
28,2
32,6
30,4
26,3
19,4
17,5
17,2
19,0
20,5
22,9
24,7
27,1
25,5
23,6
22,3
19,8
19,4
18,9
18,1
19,9
18,4
16,4
19,9
-7,7
-2,2
-5,4
-4,1
-3,7
-3,8
-9,6
-13,8
-11,3
-3,6
1,5
1,0
0,0
-1,8
-3,0
-4,8
-8,6
-10,0
-8,6
-7,6
-6,4
-5,2
-4,0
-3,3
-3,7
-6,7
-3,1
-2,4
-3,6
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-2,2
-2,2
-2,2
-2,2
-2,9
-3,4
-3,4
-3,4
-3,4
-1,2
0,3
0,3
0,3
0,3
-1,1
-2,1
-2,1
-2,1
-2,1
-1,0
-0,3
-0,3
-0,3
-0,3
-0,1
…
…
…
…
…
1
- 74 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
Accroissement
er
998,9
1 002,6
1 012,4
1 019,5
1 028,1
1 034,5
1 039,8
1 037,3
1 032,4
1 032,8
1 040,5
1 054,1
1 066,7
1 078,4
1 087,7
1 094,6
1 099,8
1 101,5
1 102,8
1 106,3
1 110,3
1 114,9
1 120,1
1 125,8
1 130,8
1 135,2
1 136,1
1 139,1
1 143,7
1 147,5
Voir notes à la fin du tableau 1.
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
3,68
9,71
7,04
8,40
6,15
5,13
-2,39
-4,72
0,32
7,44
13,01
11,93
10,85
8,63
6,31
4,70
1,58
1,21
3,11
3,61
4,12
4,68
5,09
4,41
3,87
0,83
2,62
4,08
3,25
9,17
8,70
8,74
8,56
8,21
8,23
7,80
7,75
7,31
7,16
7,29
7,62
7,80
7,70
7,42
7,51
7,20
7,71
7,69
7,52
6,84
6,63
6,53
5,72
5,28
4,53
4,08
3,83
3,59
-3,34
3,15
0,41
1,95
0,72
0,16
-6,93
-9,20
-3,71
1,46
5,41
4,01
2,75
0,63
-0,11
-0,90
-3,72
-4,60
-2,68
-2,99
-2,48
-1,72
-1,21
-1,08
-1,31
-3,70
-1,47
0,25
-0,34
17,38
16,84
17,04
16,75
16,22
16,12
15,79
15,69
15,48
15,51
15,40
15,66
15,52
15,79
15,59
15,45
15,47
15,72
15,71
15,59
14,91
14,95
14,68
14,28
13,66
12,90
12,71
12,55
12,43
8,22
8,14
8,30
8,19
8,01
7,89
7,99
7,94
8,17
8,34
8,11
8,04
7,73
8,08
8,17
7,94
8,27
8,00
8,02
8,07
8,07
8,32
8,15
8,56
8,38
8,38
8,63
8,73
8,84
5,26
6,57
7,31
6,97
5,34
4,88
3,44
4,74
7,44
5,18
4,71
3,75
3,64
3,15
3,44
4,37
4,55
5,57
6,01
5,09
4,57
4,36
3,67
3,14
3,47
3,32
2,65
3,26
4,05
0,94
1,47
1,51
1,20
0,98
0,99
1,07
0,81
0,58
0,94
0,88
1,04
0,68
0,78
0,92
1,02
1,08
1,31
1,02
0,89
0,93
1,04
1,10
1,14
1,24
1,33
1,38
1,45
1,53
0,08
0,23
-0,07
0,22
-0,10
-0,07
-0,10
0,21
0,41
0,71
0,15
0,40
-0,16
-0,12
0,16
0,07
0,61
0,21
0,14
-0,35
-0,35
-0,38
-0,20
-0,11
-0,23
0,22
-0,01
0,54
0,30
26,09
33,53
29,72
27,72
24,30
20,78
17,97
18,14
18,44
21,87
19,94
17,44
16,00
15,90
15,97
16,51
14,65
15,48
15,31
14,48
14,31
13,06
13,68
13,75
12,68
11,60
13,47
12,28
14,18
33,82
35,71
35,04
31,76
27,84
24,43
27,18
31,48
29,43
25,37
18,51
16,54
16,05
17,52
18,75
20,84
22,45
24,56
23,11
21,32
20,08
17,72
17,25
16,71
15,97
17,51
16,19
14,37
17,35
-7,73
-2,18
-5,32
-4,04
-3,54
-3,65
-9,20
-13,34
-10,98
-3,49
1,43
0,90
-0,05
-1,62
-2,79
-4,33
-7,80
-9,08
-7,80
-6,84
-5,77
-4,66
-3,57
-2,96
-3,30
-5,91
-2,72
-2,09
-3,16
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 75 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au 1
janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
SASKATCHEWAN
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
923,1
913,6
907,5
910,3
925,6
938,5
949,1
954,7
962,7
970,8
981,9
994,5
1 008,3
1 021,0
1 027,3
1 030,0
1 029,6
1 021,4
1 010,8
1 002,3
1 001,2
1 003,5
1 007,7
1 011,9
1 016,3
1 020,6
1 023,3
1 026,2
1 024,0
1 019,3
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
-9,5
-6,0
2,7
15,3
13,0
10,5
5,6
8,0
8,1
11,1
12,6
13,8
12,6
6,3
2,7
-0,4
-8,1
-10,6
-8,4
-1,2
2,4
4,2
4,2
4,4
4,3
2,7
2,9
-2,2
-4,6
7,9
7,2
7,3
7,6
8,2
9,0
8,8
9,6
9,4
9,7
9,5
10,2
10,3
10,1
9,5
9,2
8,7
8,7
8,0
7,2
7,2
6,1
5,7
5,0
4,5
4,2
3,9
3,7
3,5
-16,2
-12,0
-3,3
8,9
5,6
2,1
-2,7
-1,1
-0,8
1,7
3,3
3,7
2,5
-3,6
-5,2
-7,0
-14,2
-16,7
-13,9
-7,9
-5,8
-2,9
-2,5
-1,6
-0,6
-1,5
-1,0
-5,9
-8,1
15,5
14,8
15,1
15,3
16,0
16,5
16,6
16,9
17,1
17,2
17,7
17,8
18,0
18,2
17,5
17,0
16,8
16,7
16,1
15,3
15,0
14,3
14,0
13,5
13,3
12,9
12,8
12,7
12,6
7,6
7,6
7,8
7,7
7,8
7,6
7,7
7,4
7,7
7,5
8,2
7,6
7,7
8,0
8,1
7,8
8,1
7,9
8,0
8,1
7,8
8,2
8,3
8,5
8,8
8,6
8,9
9,0
9,1
1,5
1,9
2,2
2,8
2,3
2,2
1,6
2,8
3,6
2,4
2,1
1,7
2,2
1,9
1,9
2,1
2,2
2,1
2,4
2,5
2,5
2,4
2,3
1,9
1,8
1,8
1,6
1,7
1,9
0,4
0,7
0,7
0,6
0,5
0,5
0,6
0,4
0,3
0,5
0,6
0,6
0,6
0,8
0,4
0,5
0,5
0,5
0,4
0,4
0,5
0,5
0,5
0,5
0,7
0,9
0,9
1,0
1,1
0,0
0,1
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,1
0,2
0,3
0,0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,4
0,4
0,2
0,1
-0,4
-0,1
-0,3
-0,2
0,2
0,1
0,3
0,1
0,5
0,2
19,5
26,2
28,0
30,0
26,2
22,2
19,3
21,1
20,7
23,2
21,0
19,5
17,3
15,8
15,9
15,7
13,6
15,3
16,1
17,4
17,3
16,3
16,9
16,9
16,8
16,7
18,7
13,9
17,5
36,8
39,4
32,8
23,4
22,4
21,8
23,0
24,6
25,0
23,7
19,3
17,0
16,6
20,8
22,9
24,7
30,0
33,9
32,0
26,9
25,1
20,8
20,8
20,1
18,7
19,4
20,5
21,1
26,7
-17,3
-13,3
-4,8
6,6
3,8
0,4
-3,7
-3,5
-4,4
-0,5
1,7
2,5
0,7
-5,0
-7,0
-9,0
-16,3
-18,6
-15,9
-9,5
-7,7
-4,5
-4,0
-3,2
-1,9
-2,7
-1,8
-7,1
-9,2
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
-1,2
-1,2
-1,2
-1,2
-0,8
-0,5
-0,5
-0,5
-0,5
-0,3
-0,2
-0,2
-0,2
-0,2
-1,6
-2,6
-2,6
-2,6
-2,6
-0,5
1,0
1,0
1,0
1,0
0,4
…
…
…
…
…
1
- 76 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
au 1er
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
923,1
913,6
907,5
910,3
925,6
938,5
949,1
954,7
962,7
970,8
981,9
994,5
1 008,3
1 021,0
1 027,3
1 030,0
1 029,6
1 021,4
1 010,8
1 002,3
1 001,2
1 003,5
1 007,7
1 011,9
1 016,3
1 020,6
1 023,3
1 026,2
1 024,0
1 019,3
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
-10,38
-6,64
3,00
16,66
13,92
11,18
5,87
8,39
8,36
11,36
12,77
13,75
12,46
6,18
2,63
-0,42
-7,93
-10,46
-8,39
-1,18
2,35
4,15
4,19
4,32
4,23
2,65
2,79
-2,15
-4,53
8,58
7,86
8,04
8,27
8,75
9,49
9,25
9,99
9,73
9,92
9,63
10,22
10,16
9,89
9,19
8,96
8,45
8,59
7,99
7,19
7,19
6,07
5,67
4,93
4,45
4,13
3,78
3,59
3,39
-17,62
-13,16
-3,68
9,73
6,01
2,19
-2,88
-1,10
-0,88
1,74
3,29
3,68
2,46
-3,56
-5,02
-6,83
-13,82
-16,47
-13,77
-7,85
-5,81
-2,89
-2,45
-1,57
-0,62
-1,49
-0,99
-5,75
-7,93
16,85
16,26
16,63
16,63
17,13
17,53
17,39
17,67
17,64
17,63
17,93
17,82
17,75
17,73
17,03
16,54
16,35
16,39
15,99
15,28
14,97
14,19
13,90
13,31
13,06
12,58
12,47
12,40
12,35
8,26
8,40
8,60
8,36
8,38
8,05
8,14
7,69
7,91
7,71
8,30
7,60
7,60
7,84
7,84
7,58
7,90
7,79
7,99
8,08
7,77
8,12
8,23
8,38
8,61
8,45
8,69
8,81
8,95
1,65
2,05
2,47
3,09
2,49
2,36
1,64
2,88
3,72
2,46
2,15
1,73
2,12
1,86
1,81
2,06
2,17
2,11
2,35
2,45
2,50
2,39
2,23
1,90
1,79
1,71
1,54
1,68
1,85
0,49
0,78
0,80
0,64
0,53
0,54
0,59
0,45
0,31
0,50
0,59
0,65
0,57
0,79
0,35
0,46
0,44
0,50
0,40
0,41
0,47
0,48
0,52
0,53
0,69
0,88
0,93
0,98
1,05
0,05
0,14
-0,03
0,14
-0,05
-0,03
-0,05
0,13
0,24
0,31
-0,03
0,10
0,19
0,27
0,36
0,35
0,39
0,22
0,11
-0,40
-0,14
-0,28
-0,24
0,20
0,12
0,29
0,14
0,53
0,24
21,22
28,75
30,81
32,66
28,15
23,52
20,27
22,01
21,37
23,74
21,29
19,44
17,08
15,39
15,48
15,24
13,30
15,02
15,99
17,38
17,30
16,20
16,72
16,70
16,48
16,33
18,28
13,59
17,17
40,05
43,31
36,13
25,52
24,05
23,11
24,16
25,68
25,91
24,27
19,53
16,94
16,36
20,28
22,30
24,03
29,23
33,31
31,81
26,86
25,01
20,72
20,64
19,84
18,32
18,94
20,03
20,56
26,13
-18,83
-14,56
-5,32
7,14
4,10
0,41
-3,89
-3,66
-4,53
-0,53
1,76
2,50
0,72
-4,90
-6,82
-8,78
-15,93
-18,29
-15,82
-9,48
-7,71
-4,52
-3,92
-3,15
-1,84
-2,61
-1,74
-6,97
-8,97
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 77 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au 1er
janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
ALBERTA
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
1 680,0
1 710,9
1 739,9
1 782,6
1 839,2
1 912,7
1 988,0
2 060,2
2 145,7
2 248,7
2 338,5
2 382,3
2 389,9
2 392,5
2 414,9
2 429,4
2 440,4
2 475,5
2 520,1
2 571,8
2 613,1
2 653,9
2 687,4
2 721,0
2 759,5
2 805,4
2 866,3
2 932,9
2 979,6
3 034,5
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
30,9
29,1
42,6
56,6
73,5
75,3
72,2
85,6
102,9
89,8
43,8
7,6
2,6
22,4
14,5
10,9
35,1
44,6
51,7
41,3
40,7
33,6
33,5
38,5
46,0
60,9
66,5
46,8
54,9
18,6
18,5
18,6
20,2
21,5
22,8
23,5
24,9
27,0
29,8
32,1
33,0
31,4
30,6
30,2
28,8
28,2
29,5
28,9
28,3
27,4
25,0
24,2
23,0
21,5
20,5
21,1
20,8
19,6
11,9
10,2
23,7
36,0
45,1
40,9
37,1
49,1
64,3
57,9
16,4
-20,7
-24,1
-3,5
-11,8
-14,6
10,2
18,4
26,1
14,4
13,5
8,7
9,5
15,6
24,5
40,5
45,4
25,9
35,3
29,3
29,3
29,8
31,6
33,1
34,4
35,4
37,0
39,7
42,6
45,0
45,6
44,1
43,8
43,7
42,1
42,1
43,4
43,0
42,8
42,0
40,3
39,8
38,9
37,9
36,9
37,9
37,8
36,6
10,7
10,8
11,3
11,4
11,6
11,6
11,9
12,1
12,7
12,8
13,0
12,6
12,7
13,2
13,6
13,3
13,9
13,9
14,1
14,5
14,7
15,3
15,6
15,9
16,4
16,5
16,8
17,0
17,1
8,4
11,9
14,3
16,3
14,9
12,7
9,8
12,8
18,8
19,3
17,9
10,7
10,7
9,0
9,7
12,0
14,0
16,2
18,9
17,0
17,7
18,6
18,0
14,8
13,9
12,9
11,2
12,1
14,3
3,3
5,1
5,3
4,4
3,8
4,0
4,4
3,6
2,7
4,1
5,1
5,2
4,4
4,2
3,6
3,6
3,0
3,1
3,5
4,8
3,7
3,7
4,0
4,2
5,2
6,6
6,8
7,2
7,7
0,3
0,7
-0,1
0,7
-0,2
-0,1
-0,2
0,7
1,2
2,5
-0,4
0,0
0,2
1,2
2,5
4,6
4,7
1,9
-0,4
-3,3
-1,6
-3,7
-1,8
0,7
0,8
1,7
0,9
1,4
1,5
60,5
70,5
75,4
76,7
83,5
82,8
82,6
96,1
106,7
107,6
72,7
45,9
39,3
49,9
49,5
45,3
54,8
64,7
67,4
61,2
57,0
49,7
51,0
53,8
61,2
74,5
84,3
68,0
79,9
54,0
67,8
60,6
53,2
49,3
50,5
50,6
56,9
59,8
67,3
68,8
72,1
69,9
59,5
69,8
72,9
60,3
61,3
56,3
55,7
56,0
52,0
53,7
49,5
46,1
42,0
44,2
48,3
52,8
6,5
2,7
14,8
23,5
34,2
32,3
32,0
39,2
46,9
40,2
4,0
-26,2
-30,6
-9,6
-20,3
-27,6
-5,5
3,4
11,1
5,5
1,0
-2,4
-2,7
4,3
15,1
32,5
40,1
19,7
27,1
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
0,4
0,4
0,4
0,4
6,9
11,6
11,6
11,6
11,6
2,1
-4,7
-4,7
-4,7
-4,7
-3,9
-3,3
-3,3
-3,3
-3,3
-1,4
-0,1
-0,1
-0,1
-0,1
-0,1
…
…
…
…
…
1
- 78 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
1 680,0
1 710,9
1 739,9
1 782,6
1 839,2
1 912,7
1 988,0
2 060,2
2 145,7
2 248,7
2 338,5
2 382,3
2 389,9
2 392,5
2 414,9
2 429,4
2 440,4
2 475,5
2 520,1
2 571,8
2 613,1
2 653,9
2 687,4
2 721,0
2 759,5
2 805,4
2 866,3
2 932,9
2 979,6
3 034,5
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
18,21
16,85
24,21
31,26
39,19
38,60
35,66
40,69
46,84
39,17
18,55
3,18
1,09
9,33
6,00
4,50
14,28
17,85
20,32
15,94
15,47
12,57
12,40
14,04
16,52
21,48
22,94
15,82
18,25
10,96
10,74
10,54
11,17
11,45
11,69
11,59
11,84
12,31
13,00
13,59
13,82
13,12
12,72
12,46
11,83
11,46
11,81
11,37
10,93
10,39
9,34
8,94
8,40
7,71
7,21
7,28
7,05
6,51
7,03
5,89
13,45
19,88
24,06
20,97
18,35
23,35
29,26
25,26
6,95
-8,68
-10,08
-1,45
-4,86
-5,98
4,15
7,35
10,25
5,57
5,13
3,27
3,50
5,69
8,82
14,27
15,66
8,77
11,74
17,27
16,97
16,93
17,46
17,62
17,64
17,49
17,60
18,09
18,59
19,08
19,09
18,44
18,23
18,06
17,29
17,11
17,36
16,89
16,50
15,96
15,09
14,72
14,20
13,60
13,01
13,07
12,78
12,18
6,31
6,24
6,39
6,29
6,17
5,95
5,90
5,76
5,78
5,59
5,49
5,28
5,32
5,50
5,60
5,47
5,65
5,55
5,53
5,57
5,57
5,74
5,77
5,80
5,89
5,80
5,79
5,74
5,68
4,95
6,90
8,11
8,99
7,94
6,51
4,85
6,08
8,57
8,43
7,60
4,48
4,46
3,74
3,99
4,92
5,71
6,49
7,44
6,55
6,72
6,95
6,65
5,41
5,00
4,56
3,87
4,09
4,76
1,93
2,95
2,99
2,43
2,00
2,05
2,20
1,69
1,23
1,80
2,16
2,16
1,84
1,73
1,49
1,47
1,21
1,24
1,38
1,85
1,39
1,40
1,48
1,53
1,87
2,33
2,36
2,45
2,55
0,15
0,38
-0,08
0,36
-0,12
-0,07
-0,11
0,32
0,56
1,08
-0,18
0,00
0,09
0,52
1,02
1,90
1,91
0,75
-0,16
-1,26
-0,59
-1,40
-0,68
0,26
0,28
0,60
0,31
0,47
0,51
35,70
40,86
42,82
42,35
44,51
42,46
40,79
45,71
48,56
46,91
30,81
19,23
16,45
20,77
20,44
18,60
22,30
25,89
26,47
23,61
21,65
18,60
18,86
19,63
22,00
26,26
29,07
22,99
26,58
31,85
39,29
34,41
29,40
26,27
25,88
24,98
27,06
27,20
29,36
29,13
30,23
29,24
24,75
28,82
29,94
24,55
24,54
22,13
21,49
21,26
19,48
19,85
18,08
16,58
14,81
15,23
16,33
17,56
3,86
1,56
8,41
12,96
18,24
16,58
15,80
18,65
21,36
17,55
1,68
-11,00
-12,79
-3,98
-8,38
-11,33
-2,25
1,35
4,34
2,13
0,39
-0,88
-0,99
1,55
5,42
11,45
13,84
6,66
9,02
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 79 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au 1er
janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
COLOMBIE-BRITANNIQUE
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
2 278,1
2 338,1
2 409,9
2 479,1
2 520,4
2 552,3
2 595,9
2 641,2
2 706,4
2 789,6
2 854,2
2 888,2
2 925,7
2 960,9
2 988,7
3 023,3
3 082,9
3 158,8
3 248,9
3 338,5
3 424,1
3 525,5
3 628,9
3 737,6
3 834,7
3 923,6
3 985,0
4 010,9
4 044,8
4 072,5
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu 1
Total
Naturel
Migratoire
60,1
71,8
69,2
41,3
31,9
43,6
45,3
65,2
83,1
64,7
34,0
37,5
35,2
27,8
34,6
59,6
75,9
90,1
89,6
85,6
101,4
103,3
108,7
97,1
88,9
61,5
25,9
33,9
27,7
16,5
16,3
16,3
17,1
17,1
18,1
18,2
19,2
20,7
21,6
22,0
23,1
23,2
21,8
20,8
20,0
20,4
20,8
22,0
21,6
21,5
20,3
21,1
20,4
18,6
17,2
15,1
13,9
13,2
41,8
53,8
51,2
22,5
14,8
26,7
28,4
47,3
63,6
43,7
12,1
14,6
12,1
6,2
13,7
39,2
55,1
68,9
67,1
59,4
72,2
75,4
80,0
69,0
67,1
44,3
10,8
19,9
14,5
34,6
34,4
35,5
36,3
35,8
36,7
37,2
38,4
40,1
41,5
42,7
42,9
43,9
43,1
42,0
41,8
42,9
43,8
45,6
45,6
46,2
46,0
47,0
46,8
46,1
44,6
43,1
42,0
40,5
18,0
18,1
19,2
19,2
18,8
18,6
19,1
19,2
19,4
19,9
20,7
19,8
20,7
21,3
21,2
21,8
22,5
23,0
23,6
24,0
24,6
25,8
25,9
26,4
27,5
27,4
28,0
28,1
27,3
20,1
27,9
34,5
29,3
20,5
15,4
12,3
16,6
24,4
22,1
19,0
14,4
13,2
12,2
12,6
18,9
23,2
25,3
28,7
32,1
36,7
45,7
49,0
44,3
52,1
47,5
36,0
36,1
37,4
3,5
5,5
5,7
4,7
3,9
4,0
4,3
3,4
2,5
3,2
4,2
4,4
4,9
4,7
4,2
3,2
2,4
2,8
3,1
3,6
3,3
3,5
3,7
3,8
5,5
7,1
7,5
8,0
8,5
0,3
0,8
-0,2
0,8
-0,3
-0,2
-0,3
0,8
1,5
3,3
-0,6
0,5
0,4
1,8
4,5
5,8
8,5
9,0
2,8
-3,6
-0,7
-4,4
0,2
5,1
2,7
1,9
-0,2
4,2
3,0
72,3
87,1
84,2
61,1
59,3
62,8
65,4
76,6
80,0
70,4
45,9
43,9
42,0
42,6
49,5
60,9
67,5
79,4
78,4
74,5
78,6
75,2
74,5
67,1
62,7
54,0
46,5
43,6
47,6
47,4
56,6
61,5
64,0
60,8
47,3
44,7
43,4
39,8
48,8
47,9
39,9
38,5
45,8
48,6
43,3
41,6
42,0
39,7
39,9
39,0
37,6
40,1
43,7
44,9
52,0
64,0
56,0
64,9
24,9
30,5
22,7
-2,9
-1,5
15,5
20,7
33,2
40,2
21,6
-2,0
4,0
3,5
-3,2
0,9
17,6
25,9
37,4
38,7
34,6
39,6
37,6
34,4
23,4
17,8
2,0
-17,5
-12,4
-17,3
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
1,7
1,7
1,7
1,7
0,0
-1,2
-1,2
-1,2
-1,2
-0,6
-0,2
-0,2
-0,2
-0,2
0,1
0,4
0,4
0,4
0,4
4,6
7,6
7,6
7,6
7,6
3,2
…
…
…
…
…
- 80 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
au 1er
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
2 278,1
2 338,1
2 409,9
2 479,1
2 520,4
2 552,3
2 595,9
2 641,2
2 706,4
2 789,6
2 854,2
2 888,2
2 925,7
2 960,9
2 988,7
3 023,3
3 082,9
3 158,8
3 248,9
3 338,5
3 424,1
3 525,5
3 628,9
3 737,6
3 834,7
3 923,6
3 985,0
4 010,9
4 044,8
4 072,5
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
26,02
30,23
28,30
16,54
12,56
16,93
17,31
24,40
30,24
22,92
11,83
12,91
11,95
9,34
11,52
19,53
24,32
28,11
27,19
25,33
29,19
28,89
29,51
25,64
22,92
15,54
6,48
8,41
6,84
7,17
6,85
6,66
6,85
6,73
7,03
6,94
7,19
7,54
7,66
7,68
7,94
7,89
7,34
6,90
6,55
6,53
6,48
6,69
6,40
6,20
5,66
5,72
5,40
4,80
4,34
3,78
3,45
3,25
18,10
22,65
20,93
8,99
5,83
10,38
10,84
17,67
23,15
15,49
4,23
5,03
4,12
2,07
4,57
12,85
17,66
21,50
20,38
17,56
20,79
21,09
21,72
18,23
17,30
11,20
2,71
4,95
3,58
14,97
14,47
14,50
14,51
14,13
14,25
14,22
14,37
14,59
14,70
14,89
14,76
14,92
14,50
13,96
13,70
13,76
13,66
13,85
13,49
13,28
12,87
12,76
12,37
11,89
11,27
10,77
10,42
9,97
7,81
7,62
7,84
7,66
7,41
7,22
7,28
7,18
7,05
7,04
7,21
6,82
7,03
7,16
7,06
7,14
7,22
7,18
7,16
7,09
7,08
7,20
7,04
6,97
7,10
6,93
7,00
6,97
6,72
8,71
11,77
14,11
11,71
8,08
5,98
4,71
6,21
8,89
7,83
6,62
4,97
4,48
4,11
4,18
6,20
7,44
7,91
8,72
9,49
10,56
12,78
13,32
11,70
13,42
12,02
9,01
8,97
9,22
1,53
2,32
2,35
1,89
1,53
1,54
1,65
1,26
0,90
1,14
1,46
1,51
1,67
1,57
1,41
1,04
0,78
0,87
0,94
1,08
0,95
0,97
0,99
1,00
1,41
1,80
1,88
1,99
2,10
0,13
0,34
-0,09
0,32
-0,13
-0,08
-0,12
0,30
0,54
1,16
-0,23
0,19
0,12
0,60
1,50
1,92
2,72
2,80
0,85
-1,07
-0,21
-1,23
0,04
1,35
0,70
0,48
-0,04
1,05
0,73
31,34
36,69
34,43
24,46
23,37
24,39
24,98
28,66
29,09
24,94
15,98
15,11
14,27
14,31
16,47
19,95
21,63
24,77
23,80
22,02
22,62
21,03
20,23
17,72
16,17
13,66
11,63
10,82
11,72
20,54
23,82
25,17
25,60
23,96
18,36
17,07
16,22
14,48
17,30
16,69
13,73
13,08
15,38
16,17
14,18
13,34
13,11
12,05
11,80
11,23
10,52
10,88
11,54
11,58
13,16
16,01
13,90
15,98
10,80
12,86
9,27
-1,15
-0,59
6,02
7,90
12,43
14,62
7,64
-0,70
1,39
1,19
-1,08
0,30
5,77
8,29
11,66
11,75
10,22
11,39
10,51
9,35
6,18
4,59
0,50
-4,38
-3,08
-4,26
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 81 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au 1er
janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
YUKON
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
19,7
20,8
21,0
21,6
22,3
22,5
23,4
24,0
24,3
24,8
24,2
23,6
23,6
24,2
24,4
25,1
25,9
26,8
27,5
28,2
29,3
30,2
30,0
30,3
31,5
32,1
31,9
31,1
30,7
30,1
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
1,1
0,2
0,6
0,7
0,3
0,8
0,6
0,4
0,4
-0,6
-0,6
-0,1
0,6
0,2
0,8
0,7
1,0
0,7
0,7
1,2
0,8
-0,2
0,3
1,2
0,6
-0,2
-0,9
-0,4
-0,6
0,3
0,3
0,4
0,3
0,3
0,3
0,4
0,4
0,3
0,4
0,4
0,4
0,4
0,3
0,4
0,4
0,4
0,4
0,4
0,5
0,4
0,4
0,3
0,3
0,3
0,4
0,3
0,2
0,2
0,7
-0,2
0,1
0,3
-0,3
0,1
-0,2
-0,4
-0,3
-1,3
-1,2
-0,8
-0,1
-0,4
0,2
0,2
0,4
0,1
0,0
0,6
0,3
-0,7
-0,2
0,7
0,3
-0,6
-1,1
-0,6
-0,8
0,5
0,4
0,5
0,4
0,4
0,4
0,4
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,5
0,6
0,6
0,5
0,5
0,4
0,5
0,4
0,5
0,4
0,4
0,4
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,2
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,0
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
2,8
2,3
2,8
2,8
2,6
2,8
2,7
2,4
2,3
2,7
1,6
1,6
1,6
1,6
2,2
2,3
2,4
2,3
2,2
2,4
2,3
1,6
1,8
2,3
1,9
1,6
1,5
1,3
1,3
2,2
2,6
2,7
2,5
2,9
2,7
2,8
2,8
2,7
4,1
2,8
2,4
1,7
2,0
2,0
2,2
2,1
2,3
2,2
1,9
2,1
2,4
2,0
1,7
1,7
2,2
2,6
1,9
2,1
0,6
-0,3
0,1
0,2
-0,4
0,1
-0,2
-0,4
-0,4
-1,4
-1,2
-0,8
-0,1
-0,4
0,2
0,1
0,3
0,0
0,0
0,5
0,2
-0,8
-0,2
0,7
0,2
-0,6
-1,1
-0,6
-0,8
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
0,1
0,1
0,1
0,1
0,3
0,4
0,4
0,4
0,4
0,3
0,3
0,3
0,3
0,3
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
…
…
…
…
…
1
- 82 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
19,7
20,8
21,0
21,6
22,3
22,5
23,4
24,0
24,3
24,8
24,2
23,6
23,6
24,2
24,4
25,1
25,9
26,8
27,5
28,2
29,3
30,2
30,0
30,3
31,5
32,1
31,9
31,1
30,7
30,1
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Migration interprovinciale
Résidents non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Total
Naturel
Migratoire
53,78
7,61
28,53
31,02
12,72
35,21
25,49
15,82
17,11
-22,67
-23,20
-3,52
24,77
8,74
31,47
28,73
36,72
24,07
23,47
41,36
28,42
-6,41
9,89
38,62
20,03
-6,46
-27,18
-12,02
-18,55
17,17
14,79
17,91
13,50
14,51
14,29
15,14
15,49
14,18
16,14
17,01
18,09
17,23
14,06
14,95
14,50
14,60
14,17
15,85
15,79
13,84
12,79
10,55
10,13
10,16
10,96
8,29
7,87
7,47
32,32
-11,34
6,53
13,50
-14,15
2,92
-7,10
-16,81
-13,89
-52,21
-51,37
-32,96
-3,65
-16,36
7,55
6,82
14,91
2,94
0,79
19,83
9,57
-24,13
-5,57
23,70
7,92
-17,43
-35,47
-19,89
-26,01
22,25
20,10
23,27
18,61
20,00
18,87
18,90
20,75
19,39
21,90
21,94
22,88
21,75
19,13
19,51
18,74
19,76
17,66
19,98
19,76
17,77
16,88
14,66
15,22
13,93
14,80
12,58
12,28
12,10
5,08
5,31
5,36
5,11
5,49
4,58
3,76
5,26
5,21
5,76
4,93
4,79
4,53
5,07
4,56
4,23
5,16
3,50
4,13
3,97
3,93
4,09
4,11
5,08
3,77
3,84
4,29
4,40
4,64
5,72
4,31
4,70
4,43
3,26
2,27
2,41
2,86
3,91
4,49
2,88
3,09
1,72
1,48
1,98
3,14
2,58
3,68
2,87
2,92
4,47
3,42
3,88
2,82
2,74
2,72
1,97
2,46
1,94
1,92
2,97
2,73
2,19
1,79
1,83
1,99
1,37
1,10
1,84
2,30
1,44
0,92
0,82
0,77
0,82
0,87
0,74
1,15
1,36
1,44
1,03
1,06
1,10
1,45
2,28
2,64
2,88
3,12
0,15
0,19
0,00
0,23
0,00
0,00
0,00
0,21
0,37
1,35
-1,46
-0,38
0,21
1,32
-0,89
0,59
-0,04
1,10
0,00
1,63
-0,67
-1,43
-0,27
0,74
-0,13
-0,44
0,57
0,00
-0,10
138,94
109,42
130,67
125,46
114,32
122,28
112,16
98,53
93,45
110,58
67,80
65,96
66,60
65,37
88,50
90,50
92,90
85,23
79,89
81,78
78,45
54,40
59,35
74,72
59,93
50,90
48,21
41,55
43,97
110,57
122,29
126,11
114,42
129,95
119,79
119,69
117,04
110,52
166,79
118,29
100,19
71,25
83,71
81,27
86,59
79,66
86,33
80,82
65,15
71,22
79,49
67,47
53,48
53,17
68,33
83,58
61,02
68,70
28,37
-12,88
4,56
11,04
-15,62
2,48
-7,53
-18,51
-17,07
-56,21
-50,49
-34,23
-4,65
-18,34
7,23
3,92
13,24
-1,10
-0,93
16,63
7,22
-25,09
-8,13
21,24
6,76
-17,43
-35,38
-19,47
-24,73
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 83 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
1er janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1972-2001
TERRITOIRES DU NORD-OUEST (Nunavut inclus jusqu'en 1991)
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
37,8
40,0
40,8
42,1
43,8
44,4
44,8
45,2
45,9
46,5
48,2
50,4
52,0
53,6
54,6
54,5
55,2
56,4
57,8
59,7
39,1
39,6
40,4
41,2
41,6
41,7
41,4
40,9
41,0
40,9
Accroissement
Naissances
Total
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Naturel
Migratoire
2,2
0,8
1,3
1,6
0,6
0,4
0,5
0,7
0,6
1,8
2,1
1,6
1,7
1,0
-0,1
0,7
1,2
1,4
1,9
1,9
0,5
0,8
0,8
0,4
0,1
-0,2
-0,5
0,1
-0,1
1,0
1,0
0,8
1,0
1,0
1,0
1,0
1,1
1,1
1,1
1,1
1,3
1,2
1,2
1,3
1,3
1,3
1,2
1,4
1,4
0,7
0,7
0,7
0,7
0,7
0,6
0,5
0,5
0,5
1,1
-0,3
0,3
0,6
-0,6
-0,9
-0,9
-0,7
-0,8
0,3
0,6
0,0
0,1
-0,6
-1,8
-1,1
-0,7
-0,3
0,1
0,2
-0,2
0,0
0,1
-0,4
-0,6
-0,8
-1,0
-0,4
-0,6
1,2
1,2
1,0
1,2
1,2
1,2
1,2
1,3
1,3
1,3
1,4
1,5
1,4
1,4
1,5
1,5
1,6
1,5
1,6
1,6
0,9
0,8
0,8
0,9
0,8
0,7
0,7
0,7
0,7
0,3
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,1
0,1
0,1
0,1
0,2
0,1
0,1
0,1
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,2
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,0
0,1
0,0
-0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
4,4
3,6
4,3
4,3
4,1
4,4
3,9
3,7
3,4
4,2
3,8
3,4
3,5
3,4
3,1
3,5
3,5
3,7
3,8
3,7
2,9
2,6
2,8
2,5
2,4
2,4
2,3
2,3
2,7
3,5
4,0
4,2
3,9
4,9
5,4
4,8
4,6
4,3
4,1
3,2
3,4
3,5
4,0
4,9
4,7
4,3
4,1
3,8
3,6
3,1
2,6
2,7
2,9
3,0
3,3
3,4
2,8
3,3
0,9
-0,4
0,2
0,4
-0,8
-1,0
-1,0
-0,8
-0,9
0,2
0,6
0,0
0,1
-0,6
-1,8
-1,2
-0,8
-0,4
0,0
0,1
-0,2
0,0
0,1
-0,4
-0,6
-0,8
-1,1
-0,5
-0,6
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
0,1
0,1
0,1
0,1
0,3
0,3
0,3
0,3
0,3
0,3
0,4
0,4
0,4
0,4
0,4
0,5
0,5
0,5
0,5
0,3
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
…
…
…
…
…
1
- 84 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
au 1er
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
37,8
40,0
40,8
42,1
43,8
44,4
44,8
45,2
45,9
46,5
48,2
50,4
52,0
53,6
54,6
54,5
55,2
56,4
57,8
59,7
39,1
39,6
40,4
41,2
41,6
41,7
41,4
40,9
41,0
40,9
Voir notes à la fin du tableau 1.
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Total
Naturel
Migratoire
55,93
20,58
31,21
38,36
13,05
9,60
10,13
15,22
12,01
36,98
43,06
31,02
31,26
18,54
-1,72
12,70
20,77
24,57
33,04
38,90
13,61
19,39
20,77
9,18
1,47
-5,34
-12,26
1,90
-1,71
24,84
23,62
20,15
22,32
22,03
22,25
22,19
23,64
23,02
23,35
22,92
24,43
22,87
22,60
23,31
24,17
23,93
21,55
23,10
28,29
18,11
17,31
16,72
17,97
15,81
14,08
12,99
12,77
12,94
27,64
-6,36
7,83
12,92
-14,73
-20,24
-19,55
-15,84
-18,30
6,33
13,04
-0,27
1,74
-10,55
-33,01
-20,52
-12,04
-5,68
1,50
3,87
-5,42
1,03
3,04
-9,64
-14,94
-19,43
-25,26
-10,86
-14,65
31,83
29,78
25,11
27,35
26,84
26,74
26,74
28,14
28,17
27,49
27,62
29,14
27,36
26,56
27,62
27,76
27,87
25,91
26,96
33,09
21,67
20,86
20,20
21,11
19,44
17,40
16,54
16,36
16,65
6,99
6,16
4,96
5,03
4,81
4,49
4,55
4,50
5,15
4,14
4,71
4,71
4,49
3,96
4,31
3,59
3,94
4,36
3,86
4,80
3,56
3,55
3,48
3,14
3,63
3,32
3,55
3,59
3,71
4,86
4,40
4,82
4,49
4,02
2,74
2,53
3,05
2,01
1,92
2,25
1,15
1,42
1,31
1,23
1,31
1,36
1,75
1,28
2,51
2,31
3,43
3,06
2,10
1,97
2,02
1,31
1,49
2,00
0,31
0,49
0,55
0,42
0,29
0,31
0,38
0,29
0,22
0,19
0,95
0,47
0,49
0,98
0,88
0,42
0,70
1,35
0,92
0,24
0,46
0,75
1,01
1,21
1,54
1,54
1,65
1,83
2,05
-0,03
0,02
-0,10
0,00
-0,11
-0,11
-0,11
-0,02
0,02
0,91
0,57
-0,27
-0,15
-0,07
0,04
0,07
1,24
0,39
1,24
-0,08
-1,68
-0,58
-0,86
0,10
0,05
0,43
0,70
0,63
1,12
113,20
88,53
104,82
100,13
92,98
98,06
85,59
81,24
72,96
89,30
76,92
66,41
67,14
63,17
56,61
63,92
63,20
65,34
63,90
73,95
73,22
65,09
68,43
60,36
57,21
58,04
56,27
56,90
65,10
90,07
98,82
101,15
91,29
111,31
120,60
107,18
99,82
93,08
85,60
65,75
67,10
66,18
73,98
90,01
85,41
77,14
71,80
64,01
72,27
78,81
66,16
66,59
70,99
72,63
78,38
81,89
68,06
80,82
23,12
-10,29
3,66
8,84
-18,33
-22,55
-21,59
-18,58
-20,12
3,69
11,17
-0,68
0,97
-10,81
-33,39
-21,49
-13,94
-6,47
-0,10
1,68
-5,59
-1,08
1,84
-10,63
-15,42
-20,34
-25,62
-11,16
-15,72
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
- 85 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
1er janvier (en
milliers)
Tableau A1. Population au 1er janvier et composantes de la croissance démographique des provinces et territoires, 1992-2001
NUNAVUT
Nombres (en milliers)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
Accroissement
Naissances
Décès
Immigration Émigration
Résidents
non
permanents
(solde)
Entrants
Sortants
Solde
Migration interprovinciale
Résidu
Total
Naturel
Migratoire
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
22,6
23,3
24,1
24,8
25,4
25,8
26,1
26,6
27,1
27,7
0,7
0,8
0,7
0,6
0,4
0,3
0,5
0,5
0,6
0,6
0,6
0,7
0,6
0,6
0,6
0,5
0,5
0,6
-0,1
0,0
-0,1
-0,2
-0,3
-0,3
0,0
-0,1
0,0
0,7
0,7
0,8
0,7
0,8
0,7
0,7
0,7
0,7
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,1
0,2
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,1
0,1
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
0,0
1,0
1,0
0,9
0,8
0,9
0,9
1,0
1,0
1,3
1,0
1,0
1,1
1,1
1,1
1,2
1,0
1,0
1,3
-0,1
0,0
-0,1
-0,2
-0,2
-0,3
0,0
0,0
0,1
0,2
0,2
0,2
0,2
0,1
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
..
…
…
…
…
…
1
- 86 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population
er
au 1
janvier
Taux (pour 1 000)
Année
PD
PR
PR
PR
PR
Accroissement
Natalité
Mortalité
Immigration
Émigration
Total
Naturel
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
22,6
23,3
24,1
24,8
25,4
25,8
26,1
26,6
27,1
27,7
29,79
34,05
28,83
23,77
16,69
13,05
18,16
17,54
20,57
25,56
25,65
26,90
25,61
24,70
24,07
19,90
20,04
20,21
-3,62
1,01
-5,24
-9,05
-10,55
-11,01
-1,74
-2,50
0,37
30,62
30,63
30,95
29,47
29,43
28,69
25,29
25,51
25,69
5,06
4,99
4,05
3,87
4,73
4,62
5,38
5,47
5,48
0,87
1,44
0,98
0,36
0,39
0,69
0,34
0,22
0,40
..
..
..
..
..
..
Voir notes à la fin du tableau 1.
Migratoire
Résidents
non
permanents
(solde)
Migration interprovinciale
Entrants
Sortants
Solde
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
…
0,44
0,46
0,25
0,08
1,25
1,66
1,74
1,94
2,05
-0,52
-0,13
-0,29
0,00
0,04
0,15
0,19
-0,60
0,18
41,97
40,60
38,77
33,86
34,90
35,66
39,01
37,87
47,79
45,50
40,43
44,47
43,19
44,64
45,87
39,54
38,06
45,97
-3,53
0,17
-5,69
-9,33
-9,73
-10,21
-0,53
-0,19
1,83
..
..
..
..
..
- 87 -
1972
1973
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
Population au
er
1 janvier (en
milliers)
Tableau A2. Nombre de mariages et taux brut de nuptialité (pour 1 000), Canada, provinces et territoires, 1981, 1986-1998
Année
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
1
Sask.
Alb.
C.-B.
Yukon
T.N.-O.
Canada
7 329
6 820
6 853
6 767
6 637
6 229
5 923
5 664
5 638
5 689
5 799
5 671
5 707
5 740
21 781
18 896
18 640
19 272
19 888
19 806
18 612
17 871
17 860
18 096
18 044
17 283
17 254
17 813
24 699
21 826
23 395
24 461
25 170
25 216
23 691
23 749
23 447
23 739
23 597
22 834
21 845
21 749
235
183
189
209
214
218
196
221
180
169
207
197
167
167
282
257
237
222
223
228
215
209
216
241
218
206
210
213
190 082
175 518
182 151
187 728
190 640
187 737
172 251
164 573
159 317
159 958
160 251
156 691
153 306
152 821
9,49
7,77
7,65
7,85
7,97
7,77
7,18
6,78
6,69
6,69
6,59
6,22
6,08
6,13
8,75
7,27
7,67
7,85
7,87
7,66
7,02
6,84
6,56
6,45
6,24
5,88
5,52
5,44
9,83
7,48
7,35
7,85
7,89
7,85
6,78
7,31
5,88
5,62
6,70
6,17
5,18
5,30
5,93
4,70
4,31
3,99
3,91
3,87
5,56
5,30
5,41
5,93
5,25
4,92
5,03
5,19
7,66
6,72
6,89
7,01
6,99
6,78
6,15
5,80
5,55
5,51
5,46
5,28
5,11
5,05
Nombre de mariages
3 758
3 421
3 481
3 686
3 905
3 791
3 480
3 254
3 163
3 318
3 404
3 194
3 227
3 150
849
970
924
965
1 019
996
876
850
885
850
877
924
876
882
6 632
6 445
6 697
6 894
6 828
6 386
5 845
5 623
5 403
5 373
5 329
5 392
5 177
5 134
5 108
4 962
4 924
5 292
5 254
5 044
4 521
4 313
4 177
4 219
4 252
4 366
4 089
4 063
41 005
33 083
32 616
33 519
33 325
32 060
28 922
25 841
25 021
24 986
24 238
23 968
23 958
22 940
70 281
70 839
76 201
78 533
80 377
80 097
72 938
70 079
66 575
66 693
67 583
66 208
64 535
64 533
8 123
7 816
7 994
7 908
7 800
7 666
7 032
6 899
6 752
6 585
6 703
6 448
6 261
6 437
Taux brut de nuptialité (pour 1 000)
1981
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
6,54
5,93
6,05
6,41
6,77
6,56
6,00
5,61
5,45
5,77
5,99
5,70
5,82
5,78
6,86
7,55
7,19
7,46
7,83
7,63
6,72
6,49
6,69
6,36
6,51
6,78
6,40
6,44
7,76
7,25
7,50
7,68
7,55
7,02
6,39
6,12
5,85
5,80
5,74
5,79
5,54
5,48
7,23
6,84
6,76
7,25
7,15
6,82
6,06
5,76
5,57
5,62
5,66
5,80
5,42
5,39
6,26
4,93
4,81
4,90
4,81
4,58
4,09
3,63
3,49
3,47
3,35
3,30
3,28
3,13
7,98
7,51
7,90
7,98
7,95
7,78
6,99
6,63
6,23
6,16
6,16
5,96
5,74
5,67
7,84
7,16
7,28
7,18
7,07
6,93
6,34
6,20
6,04
5,86
5,93
5,68
5,51
5,66
7,51
6,63
6,64
6,58
6,51
6,18
5,91
5,64
5,60
5,63
5,72
5,56
5,58
5,60
1
Nunavut inclus.
Source : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de l'état civil.
- 88 -
1981
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
Tableau A3. Taux de primonuptialité (pour 1 000) selon l'âge, le sexe et l'année de naissance, Canada
HOMMES
Année de naissance
1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960 1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950 1949 1948
Âge
e
Année du 17 anniversaire
1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990 1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969 1968 1967 1966 1965
0,1
0,2
1,4
0,3
1,4
1,4
0,3
1,6
1,4
8,4
0,3
1,7
4,6
8,8
14,2
0,3
1,7
5,0
8,9
15,0
21,8
0,3
1,8
5,1
10,0
16,2
23,0
29,5
0,3
2,2
5,2
10,8
18,0
23,7
31,2
37,8
0,6
2,3
5,8
10,5
18,8
26,6
33,7
39,0
44,4
0,4
2,7
6,5
12,4
19,0
27,8
35,8
40,9
44,7
46,3
0,5
2,6
7,1
13,8
21,1
28,2
36,6
44,0
47,9
47,2
46,0
0,5
2,7
7,4
15,1
23,2
30,6
37,7
44,8
48,5
47,3
44,3
40,9
0,6
2,8
8,0
16,5
26,6
35,0
39,9
45,1
49,7
49,7
45,3
40,8
36,4
0,6
3,3
8,2
16,8
29,0
38,3
45,4
48,6
49,5
49,7
45,9
41,3
36,5
31,5
0,6
3,6
9,0
17,0
28,7
40,5
50,6
51,6
51,1
49,0
46,1
41,3
35,9
30,7
25,7
0,7
3,9
10,0
19,4
29,4
41,2
50,7
57,1
54,6
48,9
44,4
40,2
35,7
29,9
25,1
21,7
0,9
4,4
11,0
21,4
32,2
41,6
51,9
57,2
59,0
51,4
44,9
38,6
34,1
30,0
24,6
20,7
17,3
1,1
5,9
13,0
23,8
36,7
45,5
53,1
57,9
60,4
55,0
45,9
39,4
33,8
28,9
24,9
20,4
16,8
14,1
1,6
6,6
16,0
28,0
40,3
50,4
55,3
57,5
58,5
55,3
49,2
39,4
33,1
28,3
23,9
20,3
16,6
13,7
12,0
1,5
8,3
19,0
33,6
45,7
54,5
60,6
59,3
56,8
53,8
48,2
42,5
33,8
28,3
23,1
19,5
16,1
14,1
11,8
9,9
2,0
9,3
21,8
38,6
52,2
59,0
63,7
63,4
57,0
49,5
46,6
40,9
35,3
27,4
22,9
19,0
15,7
13,7
11,8
9,7
8,3
2,5
10,7
24,2
42,5
58,0
65,7
64,6
64,5
59,6
49,8
44,4
39,0
34,2
29,1
22,8
19,0
15,6
12,9
11,1
8,9
7,9
6,9
3,3
12,6
27,6
47,3
64,1
69,2
69,7
65,3
60,2
52,4
42,8
36,3
32,8
28,2
23,3
18,2
14,8
12,6
10,7
8,9
7,4
6,3
5,3
3,8
14,6
31,3
51,2
68,1
75,9
72,7
66,2
57,8
50,1
44,2
34,6
30,7
26,6
22,1
18,4
15,1
12,1
10,0
8,3
7,2
6,1
5,1
4,6
4,4
17,8
35,2
56,3
71,6
78,4
76,9
68,0
59,0
49,9
42,7
35,9
28,8
25,0
21,1
18,0
15,0
11,9
10,0
8,4
6,9
5,9
5,2
4,4
3,6
4,8
19,0
39,6
59,0
75,5
79,1
76,4
69,7
60,5
50,8
40,6
34,5
29,9
23,7
20,0
17,5
14,4
12,6
9,8
8,2
6,6
5,8
4,9
4,2
3,2
3,0
4,6
20,0
42,8
67,7
78,2
81,7
77,6
69,2
60,4
50,0
40,8
33,8
28,6
23,4
17,6
15,8
13,9
11,9
9,9
8,0
6,3
5,5
4,6
4,1
3,5
3,0
2,5
4,2
21,2
45,9
73,4
90,9
86,0
79,5
68,6
59,1
48,7
40,8
33,1
28,0
22,7
18,5
14,6
12,9
11,6
9,7
7,9
6,4
5,3
4,5
3,9
3,4
2,7
2,5
2,1
4,3
18,4
46,7
77,5
94,6
96,2
81,6
69,3
58,2
47,8
39,8
32,4
26,6
22,2
18,0
14,9
11,7
10,2
9,6
8,0
6,6
5,0
4,4
3,5
3,0
2,7
2,2
1,8
1,6
4,0
17,9
42,4
79,7
103,6
104,1
90,6
70,6
59,1
46,4
38,6
31,6
26,5
21,1
17,4
14,8
11,8
9,3
8,6
7,3
6,6
5,3
4,3
3,3
2,9
2,5
2,1
1,9
1,6
3,8
17,2
41,7
73,7
110,6
112,1
95,5
77,9
58,6
47,4
37,3
30,6
25,4
20,3
16,3
13,1
11,3
9,5
7,5
7,1
6,1
5,1
4,0
3,2
2,6
2,3
2,0
1,7
1,7
3,9
16,9
39,8
73,6
110,3
120,1
104,0
82,7
63,7
46,3
37,2
30,2
24,1
19,9
15,7
12,9
10,9
8,8
7,7
6,5
5,4
5,0
4,3
3,4
2,7
2,3
1,9
1,7
1,5
3,9
17,8
41,0
73,4
114,0
118,3
111,9
87,5
65,5
49,1
36,6
30,1
22,8
18,9
15,2
12,1
10,0
8,6
7,4
6,2
5,0
4,7
4,3
3,5
2,4
2,2
1,8
1,7
1,4
3,9
18,1
44,2
77,4
120,1
130,3
110,1
92,7
69,1
50,3
38,2
28,6
22,8
18,3
14,3
11,7
9,5
7,9
6,7
5,7
4,6
3,9
3,7
3,4
3,0
2,3
1,7
1,7
1,2
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de l'état civil, Division de la démographie, Section des
estimations de population.
- 89 -
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
Tableau A3. Taux de primonuptialité (pour 1 000) selon l'âge, le sexe et l'année de naissance, Canada - fin
FEMMES
Année de naissance
1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960 1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950 1949
Âge
Année du 15e anniversaire
1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990 1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969 1968 1967 1966 1965 1964
0,0
0,0
0,6
0,0
0,6
1,6
0,1
0,6
1,7
6,8
0,1
0,9
2,1
7,6
13,5
0,1
1,0
2,4
8,3
14,5
21,9
0,1
1,1
2,6
9,2
15,3
22,5
29,6
0,2
1,3
2,8
9,6
17,3
24,6
31,6
37,7
0,2
1,5
3,1
10,5
18,9
26,5
33,9
38,9
46,4
0,2
1,6
3,8
11,0
18,4
28,8
37,4
42,0
47,3
50,5
0,2
1,8
4,7
13,3
21,2
29,4
39,0
45,4
50,5
53,0
52,2
0,3
2,0
4,6
15,3
23,5
31,5
40,1
47,9
52,2
53,5
52,0
50,0
0,2
2,2
4,9
16,1
26,3
36,1
42,5
48,6
54,2
57,7
53,9
48,6
43,3
0,3
2,4
5,5
16,6
29,4
41,1
47,7
51,5
54,8
56,2
55,0
48,3
42,0
36,4
0,4
3,0
6,0
18,1
31,5
45,5
54,6
56,7
58,1
56,0
54,8
49,1
42,1
35,2
29,2
0,6
3,6
7,5
21,6
32,5
46,1
57,8
64,0
62,5
57,9
53,4
48,4
41,3
35,0
29,0
23,9
0,6
3,9
8,3
24,1
37,5
48,0
59,8
65,4
67,2
59,8
54,6
45,7
40,7
33,2
27,2
22,8
18,3
0,5
4,6
9,5
25,4
40,2
50,7
60,1
66,4
67,3
65,3
54,9
45,3
37,6
31,9
27,1
22,1
17,3
14,7
0,6
4,9
10,9
29,3
43,4
56,6
61,7
64,8
67,3
65,0
57,6
47,0
38,0
30,9
26,0
21,7
17,3
14,1
11,9
0,6
5,8
12,5
33,7
48,3
59,6
67,2
67,2
65,2
62,6
56,9
48,7
38,3
31,4
25,9
20,5
16,7
13,8
11,6
9,4
1,1
6,5
15,0
38,0
54,8
64,7
71,4
70,2
63,3
59,0
54,9
46,2
39,6
30,5
24,4
20,0
16,1
14,0
11,2
9,2
7,8
2,0
7,7
16,8
44,0
61,6
72,8
72,4
71,0
66,6
56,8
50,8
43,9
36,2
31,4
24,0
20,0
16,0
13,4
11,1
9,0
7,5
6,4
2,4
9,1
19,3
48,5
68,0
77,9
78,4
71,5
66,0
57,8
47,5
39,2
35,3
29,5
24,8
19,1
15,5
12,6
10,2
9,1
7,3
6,2
4,8
2,4
11,2
23,2
53,1
71,8
83,6
80,4
73,1
64,4
56,3
48,4
38,1
32,0
27,5
23,3
19,6
14,5
12,1
10,2
8,3
7,3
5,9
5,0
4,1
2,7
13,7
26,9
60,0
77,0
86,4
85,0
75,7
65,1
53,9
45,8
38,8
29,6
25,3
22,2
18,9
15,2
11,8
9,9
8,5
7,0
5,7
4,8
3,9
3,7
3,5
15,6
32,4
66,4
82,8
89,2
85,9
75,5
64,3
53,3
42,8
36,1
29,3
22,1
19,7
16,8
14,0
12,0
9,4
8,1
6,6
5,3
4,6
4,0
3,3
3,0
3,4
17,1
35,3
75,5
88,3
92,9
87,6
76,4
63,9
50,9
41,6
34,1
28,2
22,7
17,2
15,3
13,2
11,1
9,1
7,9
6,4
5,1
4,2
3,8
3,2
2,5
2,4
3,3
18,2
38,9
79,8
97,8
93,3
86,8
73,6
62,4
50,9
40,7
32,4
26,0
22,0
17,8
13,8
11,4
10,2
8,8
7,5
6,3
4,8
4,2
3,2
3,0
2,8
2,2
2,1
3,5
17,3
40,9
84,5
102,8
104,3
87,1
74,4
59,9
48,3
39,6
30,8
25,2
20,2
16,8
14,1
10,4
9,1
8,1
6,9
6,1
5,1
4,0
3,6
2,8
2,5
1,9
1,9
1,5
3,5
17,7
39,2
89,5
111,2
111,1
97,5
74,9
60,4
46,2
37,1
29,3
23,9
19,2
15,9
13,6
10,5
7,8
7,2
6,3
5,7
4,8
3,7
3,3
2,8
2,4
1,8
1,7
1,4
1,4
3,2
16,7
40,6
82,8
115,5
118,0
104,1
82,1
58,7
45,7
35,6
28,4
23,7
18,2
15,3
12,2
10,3
8,2
6,5
5,7
5,4
4,6
3,8
3,1
2,6
2,2
1,8
1,7
1,4
1,2
1,1
3,3
15,7
38,6
82,7
109,3
125,2
112,3
85,9
63,7
44,8
35,1
26,9
21,5
17,5
14,5
11,7
9,5
7,8
6,7
5,4
5,1
4,4
3,7
2,8
2,6
2,3
1,9
1,6
1,4
1,2
1,1
3,4
16,5
39,7
82,0
108,7
121,8
120,5
91,3
65,5
48,6
34,4
27,3
21,0
16,4
13,6
11,2
8,8
7,5
6,4
5,4
4,2
3,8
3,5
3,1
2,6
2,2
1,7
1,4
1,4
1,1
1,1
3,4
16,8
40,8
81,7
108,6
121,5
123,1
96,3
68,0
48,8
35,7
26,4
20,4
15,9
12,6
10,6
8,5
7,0
5,8
5,1
4,2
3,4
3,2
2,8
2,6
2,0
1,7
1,6
1,2
1,0
1,0
4,1
17,6
41,0
84,5
110,3
126,1
126,7
96,9
71,0
49,1
35,4
26,5
19,9
15,2
12,2
9,7
7,7
6,4
5,4
4,5
3,9
3,3
2,6
2,5
2,2
2,0
1,6
1,5
1,3
1,2
0,9
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de l'état civil, Division de la démographie, Section des
estimations de population.
- 90 -
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
Tableau A4. Nombre de divorces et durée moyenne (en année) du mariage des personnes divorcées, Canada, provinces et territoires,
1981, 1986, 1989-1998
Année
T.-N.
Î.-P.-É
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yukon
T.N-O. 2
Canada
1 932
2 479
2 460
2 364
2 240
2 325
2 239
2 354
2 320
2 216
2 198
2 246
8 418
9 556
8 237
8 489
8 388
8 217
8 612
8 174
7 599
7 509
7 185
7 668
9 533
11 299
10 658
9 773
10 368
10 431
10 889
11 437
10 357
10 898
9 692
9 827
75
94
82
81
67
117
94
97
112
115
101
117
66
95
93
92
86
98
102
92
94
99
79
93
67 671
78 304
80 998
78 463
77 020
79 034
78 226
78 880
77 636
71 528
67 408
69 088
11,7
12,1
11,5
11,5
11,3
11,1
10,9
10,7
10,6
10,6
10,7
10,8
11,2
11,8
11,5
11,4
11,1
10,7
10,6
10,8
10,1
10,2
11,0
10,9
9,0
10,9
10,5
10,1
9,0
9,3
10,0
10,7
10,1
10,0
9,4
10,7
11,5
11,5
11,2
11,1
11,0
10,9
10,7
10,7
10,7
10,8
10,9
10,8
Nombre de divorces
569
687
1 005
1 016
912
867
930
933
982
1 060
822
944
187
199
248
281
269
227
227
249
260
237
243
279
2 285
2 609
2 527
2 419
2 280
2 304
2 376
2 286
2 294
2 228
1 983
1 933
1 334
1 729
1 649
1 699
1 652
1 633
1 606
1 570
1 456
1 450
1 373
1 473
19 193
19 026
19 829
20 474
20 274
19 695
19 662
18 224
20 133
18 078
17 478
16 916
21 680
27 549
31 298
28 977
27 694
30 463
28 903
30 718
29 352
25 035
23 629
25 149
2 399
2 982
2 912
2 798
2 790
2 657
2 586
2 746
2 677
2 603
2 625
2 443
Durée moyenne du mariage des personnes divorcées dans l'année 1
1981
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1
11,8
11,7
11,7
11,3
11,4
10,9
11,7
11,3
11,2
11,3
12,0
12,1
12,4
12,5
11,5
11,9
12,8
12,0
11,8
12,4
12,1
12,2
11,7
12,7
11,3
11,3
11,3
11,3
11,0
11,2
10,9
11,0
11,1
11,3
11,4
11,6
11,8
11,8
11,5
11,1
11,4
11,0
11,5
11,1
11,5
11,5
11,4
11,4
11,8
11,5
11,0
10,8
11,0
10,7
10,5
10,6
10,4
10,4
10,7
10,4
11,9
11,7
11,3
11,2
10,9
10,9
10,8
10,6
10,8
11,0
10,9
10,9
11,0
11,1
10,3
10,5
10,3
10,4
10,4
10,4
10,5
10,5
10,5
10,5
10,5
10,7
10,8
10,6
10,8
10,6
10,6
10,5
10,6
10,6
10,3
10,7
10,5
10,9
11,0
11,0
10,8
10,8
10,6
10,6
10,8
10,5
10,7
10,9
Exclut les divorces de mariages d'une durée supérieure à 25 ans.
Nunavut inclus.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé et Division de la démographie, Section des estimations de population.
2
- 91 -
1981
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
Tableau A5. Divorces réduits par durée de mariage (pour 10 000), Canada, promotions de mariage 1948-1949 à 1997-1998
Année
1949
1950
1951
1952
1953
1954
1955
1956
Nombre de
mariages
par année
civile
124 087
125 083
128 408
128 474
131 034
128 629
128 029
132 713
133 186
1958
131 525
1959
132 722
1960
130 338
1961
128 475
1962
129 381
1963
131 111
1964
138 135
1965
145 519
1966
155 596
1967
165 879
1968
1969
1970
1971
1972
171 766
182 183
188 428
191 324
200 470
Nombre
de
mariages
1948-49
125 103
1949-50
124 585
1950-51
126 746
1951-52
128 441
1952-53
129 754
1953-54
129 832
1954-55
128 329
1955-56
130 371
1956-57
132 950
1957-58
132 356
1958-59
132 124
1959-60
131 530
1960-61
129 407
1961-62
128 928
1962-63
130 246
1963-64
134 623
1964-65
141 827
1965-66
150 558
1966-67
160 738
1967-68
168 823
1968-69
176 975
1969-70
Année
d'obser- I.S.D. 1
vation
Durée du mariage (années)
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
70
71
68
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
50
58
56
52
60
58
1974
2 670
51
60
55
58
59
68
64
1975
2 932
51
64
61
59
60
73
69
71
1976
3 072
53
65
63
62
63
74
74
76
69
1977
3 063
54
69
70
64
67
75
80
76
69
55
1978
3 108
50
74
64
62
71
86
82
78
75
70
62
1979
3 180
57
73
65
68
69
85
85
83
75
70
68
65
1980
3 275
59
83
71
73
77
87
90
90
89
78
74
69
72
1981
3 525
67
82
76
75
78
92
105
96
87
85
84
75
75
66
1982
3 653
3 518
61
79
81
81
83
91
101
97
92
84
82
78
77
72
63
1983
68
91
82
80
86
96
105
103
92
89
80
77
84
77
68
67
1984
3 304
93
95
91
97
111
111
110
100
95
90
84
90
87
76
67
64
1985
3 118
73
97
95
95
97
119
119
116
108
100
95
95
95
94
81
78
64
80
1986
3 908
105
99
106
103
121
133
123
115
108
97
96
98
106
88
78
71
83
91
1987
4 788
71
114
113
112
114
131
133
134
124
118
104
99
108
105
91
86
79
88
102
81
1988
4 139
106
109
113
124
142
136
140
128
126
114
110
113
109
100
92
83
101
111
93
76
1989
3 996
61
98
112
121
134
150
153
153
139
134
124
117
118
115
104
97
92
104
123
92
83
76
1990
3 841
42
93
112
128
143
156
162
163
148
137
130
123
121
115
113
101
93
108
124
104
91
84
72
1991
3 707
31
68
102
126
139
166
177
171
155
145
136
131
132
128
118
106
94
112
132
114
97
85
78
69
1992
3 786
17
49
75
115
142
162
183
173
165
156
151
137
138
137
117
109
97
116
133
112
108
92
81
81
67
1993
3 768
3
22
53
83
122
158
182
184
171
165
160
153
148
146
133
112
103
121
139
118
106
98
89
82
73
68
1994
3 800
185 306
3
25
55
92
151
177
192
192
176
174
165
163
159
139
127
112
121
147
118
113
100
94
85
76
71
70
1995
3 761
1970-71
189 876
4
28
61
106
161
186
189
191
184
180
173
166
151
132
115
129
151
121
113
101
93
90
84
77
62
1996
3 463
1971-72
195 897
4
33
74
117
174
193
196
197
191
188
186
169
145
126
145
159
131
122
111
98
97
83
87
72
64
1997
3 270
81
80
- 92 -
1957
Promotion de
mariage
Année
1973
Nombre de
mariages
par année
civile
199 064
1974
198 824
1975
198 085
1976
193 343
1977
187 344
1978
185 523
1979
187 811
1980
191 069
1981
190 082
188 360
1983
184 675
1984
185 597
1985
184 096
1986
175 518
1987
182 151
1988
187 728
1989
190 640
1990
187 737
1991
172 251
1992
164 573
1993
159 317
1994
159 958
1995
160 251
1996
156 691
1997
153 306
1998
152 821
Nombre
de
mariages
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
1972-73
199 767
5
36
83
129
181
203
212
211
206
204
180
155
135
152
175
138
126
111
103
99
93
89
83
74
71
1973-74
198 944
5
44
94
136
184
213
227
229
218
189
168
146
160
184
149
129
111
106
104
97
87
89
78
70
70
1974-75
198 455
6
52
104
147
199
224
242
233
214
185
163
171
196
150
139
130
110
110
102
93
90
82
77
70
1975-76
195 714
8
59
111
161
217
251
246
227
194
165
195
207
165
152
131
119
113
112
103
98
86
80
76
1976-77
190 344
8
63
116
162
227
250
240
208
180
200
225
181
158
143
125
117
113
105
100
88
82
77
1977-78
186 434
7
65
123
175
235
250
221
200
230
248
196
175
155
135
130
116
107
107
90
80
82
1978-79
186 667
8
58
132
185
226
226
211
252
274
211
185
164
148
140
126
118
114
97
88
85
1979-80
189 440
7
65
135
176
206
210
268
297
227
207
184
165
148
142
131
118
105
92
92
1980-81
190 576
8
71
133
154
190
269
316
250
218
189
179
161
150
134
129
110
105
96
1981-82
189 221
9
65
118
144
260
326
263
232
216
190
177
160
153
135
119
104
103
1982-83
186 518
8
64
109
209
322
273
247
219
197
183
172
158
140
128
111
109
1983-84
185 136
8
63
150
270
263
253
237
209
202
184
171
151
135
117
112
1984-85
184 847
8
72
212
249
260
251
226
219
201
187
170
146
123
122
1985-86
179 807
10
103
217
265
263
246
237
222
203
182
163
143
140
1986-87
178 835
20
106
216
251
255
251
235
218
196
171
149
140
1987-88
184 940
19
106
214
248
254
243
237
216
175
158
150
1988-89
189 184
19
109
208
265
268
256
231
193
170
168
1989-90
189 189
17
113
230
272
270
257
213
181
178
1990-91
179 994
19
120
232
276
274
232
205
200
1991-92
168 412
21
121
242
270
246
216
212
1992-93
161 945
22
132
236
246
228
221
1993-94
159 638
22
129
222
230
241
1994-95
160 105
20
113
203
241
1995-96
158 471
16
106
218
1996-97
154 999
16
112
1997-98
153 064
15
Année
d'obser- I.S.D.1
vation
Durée du mariage (années)
0
19
20
21
22
23
1
Indice synthétique de divortialité.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé et Division de la démographie, Section des estimations de population.
24
25
67
1998
3 399
- 93 -
1982
Promotion de
mariage
Tableau A6. Nombre de naissances vivantes et indice synthétique de fécondité, Canada, provinces et territoires, 1986-1999
Année
T.-N.-L.
Î.-P.-É
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yukon
43 744
42 110
42 055
43 351
43 004
42 776
42 039
40 292
39 796
38 914
37 851
36 905
37 905
38 171
41 967
41 814
42 930
43 769
45 617
45 612
46 156
46 026
46 998
46 820
46 138
44 577
43 072
41 939
483
478
521
480
556
568
529
508
442
470
443
474
396
383
T.N-O.
Nt
Canada
677
680
702
660
682
723
702
725
756
739
747
745
667
737
372 431
369 441
375 743
391 925
404 669
402 533
398 643
388 394
385 114
378 016
366 200
348 598
342 418
337 249
..
..
..
..
..
1,60
1,58
1,61
1,67
1,72
1,71
1,71
1,68
1,68
1,66
1,62
1,55
1,54
1,52
Nombre de naissances vivantes
7 618
7 468
6 435
7 026
6 787
7 166
6 918
6 421
6 339
5 859
5 747
5 416
4 994
5 055
1 928
1 955
1 977
1 937
2 014
1 885
1 850
1 754
1 716
1 754
1 694
1 591
1 504
1 515
12 358
12 110
12 182
12 533
12 870
12 016
11 874
11 568
11 099
10 726
10 573
9 952
9 595
9 575
9 788
9 588
9 617
9 667
9 824
9 497
9 389
9 049
8 978
8 563
8 176
7 922
7 885
7 615
84 634
83 791
86 612
92 373
98 048
97 310
96 146
92 391
90 578
87 417
85 226
79 774
75 856
73 596
133 882
134 617
138 066
145 338
150 923
151 478
150 593
147 848
147 068
146 263
140 012
133 004
132 618
131 080
17 009
16 953
17 030
17 321
17 352
17 282
16 590
16 709
16 480
16 113
15 478
14 655
14 461
14 315
17 513
17 034
16 763
16 651
16 090
15 304
15 004
14 269
14 038
13 499
13 300
12 860
12 777
12 604
830
843
853
819
902
911
852
834
824
874
815
723
681
659
Indice synthétique de fécondité (femmes 15-49 ans)1
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
..
..
..
..
..
1,44
1,40
1,32
1,34
1,28
1,30
1,27
1,21
1,26
1,79
1,83
1,86
1,84
1,94
1,86
1,85
1,76
1,73
1,79
1,73
1,63
1,56
1,58
1,59
1,56
1,57
1,63
1,68
1,59
1,59
1,57
1,54
1,52
1,52
1,45
1,42
1,43
1,53
1,51
1,53
1,56
1,59
1,55
1,56
1,53
1,55
1,51
1,46
1,43
1,45
1,42
1,38
1,37
1,43
1,53
1,64
1,65
1,67
1,64
1,64
1,61
1,60
1,52
1,47
1,45
1,60
1,58
1,60
1,64
1,68
1,67
1,69
1,67
1,67
1,67
1,61
1,53
1,53
1,52
1,83
1,83
1,85
1,92
1,95
1,97
1,93
1,97
1,97
1,95
1,89
1,81
1,81
1,81
2,03
1,99
2,00
2,06
2,08
2,04
2,04
1,98
1,97
1,91
1,89
1,83
1,81
1,81
1,86
1,83
1,85
1,92
1,90
1,90
1,88
1,82
1,82
1,79
1,74
1,68
1,71
1,70
1,62
1,62
1,65
1,66
1,70
1,69
1,68
1,64
1,64
1,61
1,55
1,48
1,45
1,42
1,95
1,90
2,00
1,87
2,19
2,15
1,93
1,89
1,73
1,82
1,67
1,82
1,60
1,59
2,85
2,86
2,94
2,73
2,83
2,47
2,30
2,23
2,23
2,34
2,25
2,02
1,97
1,92
3,55
3,37
3,43
3,51
3,41
3,37
3,36
2,98
3,25
1
Nombre d'enfant par femme.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de l'état civil et Division de la démographie.
- 94 -
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
Tableau A7. Taux de fécondité (pour 1 000 femmes) selon le rang et selon le groupe d'âge, Canada, provinces et territoires, 1997-1999
Année
T.-N.-L.
Î.-P.-É
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yukon
T.N-O.
19,4
16,9
7,2
2,7
1,8
19,8
16,8
7,4
2,6
1,7
19,8
16,4
7,2
2,6
1,7
19,0
15,2
5,5
1,7
0,8
18,4
14,7
5,3
1,6
0,8
18,1
14,1
5,1
1,5
0,8
21,3
18,1
7,2
2,8
1,2
17,5
17,2
5,9
2,1
0,8
19,5
15,2
5,7
1,6
0,9
23,2
19,6
9,5
4,7
4,1
22,4
16,6
10,9
4,9
4,2
22,2
17,5
8,6
5,2
3,9
32,3
27,4
19,4
14,9
21,2
29,0
24,7
16,1
13,0
17,8
33,5
22,4
21,8
13,0
17,7
18,9
15,7
6,2
2,0
1,1
18,6
15,5
6,0
1,9
1,1
18,5
15,0
5,8
1,8
1,1
Nt
Canada
Selon le rang
17,0
12,9
3,9
0,9
0,5
16,2
12,3
3,6
0,8
0,4
16,5
13,0
3,4
1,0
0,4
19,5
15,1
7,6
1,7
1,2
17,6
15,2
6,9
2,2
0,8
18,7
14,9
6,5
1,9
0,9
18,1
14,5
5,4
1,6
0,7
17,4
14,2
5,2
1,5
0,7
17,8
14,0
4,9
1,6
0,7
18,4
14,3
4,9
1,4
0,5
18,1
14,9
4,9
1,3
0,5
17,9
13,8
5,0
1,3
0,5
18,4
14,9
5,6
1,7
0,8
17,8
14,5
5,0
1,5
0,8
17,7
14,0
4,7
1,4
0,8
19,0
16,3
6,4
1,9
1,0
18,8
16,2
6,3
1,9
1,0
18,8
15,7
6,1
1,8
1,0
20,9
16,4
7,9
3,2
2,7
20,8
15,6
7,9
3,5
2,7
20,7
15,4
7,9
3,2
2,8
19,3
16,3
9,0
3,8
2,8
19,2
16,2
8,6
3,6
2,8
18,8
16,5
8,4
3,5
2,7
1997: 15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
22,6
59,2
90,6
61,5
17,3
2,2
0,2
29,0
76,1
111,9
75,7
27,3
6,1
0,0
23,7
68,6
98,0
71,4
24,4
3,1
0,2
25,4
76,0
101,2
64,6
17,1
2,4
0,0
15,5
67,0
111,7
79,6
26,6
3,9
0,1
17,1
53,7
98,8
91,5
38,1
6,3
0,2
36,2
85,4
115,8
87,2
33,2
4,7
0,3
37,3
94,7
123,4
79,4
27,0
4,0
0,4
25,8
75,3
112,5
84,9
32,4
5,6
0,1
17,4
59,5
94,3
83,2
35,7
6,0
0,3
31,4
90,5
115,1
82,8
37,2
7,7
0,0
55,2
117,5
103,2
79,6
41,3
7,6
0,0
136,4
214,6
165,5
98,1
48,7
8,6
0,0
20,0
64,0
103,8
84,5
32,5
5,2
0,2
1998: 15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
1999: 15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
20,4
57,8
83,2
61,7
17,1
2,3
0,1
20,1
56,5
88,3
65,3
19,8
2,7
0,1
29,7
72,5
99,6
75,1
29,9
4,3
0,2
22,4
73,7
103,7
80,8
30,7
4,1
0,0
23,9
65,8
94,2
71,1
24,3
3,6
0,1
21,9
64,7
94,7
73,4
26,5
3,7
0,2
26,4
71,7
103,9
65,1
20,5
2,2
0,2
23,5
71,8
99,7
66,5
19,8
2,2
0,0
14,9
63,7
108,3
77,2
26,3
4,1
0,1
14,6
60,6
105,8
77,0
27,3
4,1
0,1
17,2
54,6
97,4
91,9
38,6
6,4
0,3
15,9
52,5
96,4
93,6
39,0
6,8
0,3
38,7
85,3
115,6
85,8
32,9
4,3
0,2
35,6
86,1
112,7
88,6
33,1
5,4
0,1
38,0
94,0
121,2
79,1
26,4
4,0
0,3
36,8
89,8
122,3
81,0
27,7
4,3
0,1
25,4
76,1
110,5
90,7
32,8
5,3
0,2
24,5
75,4
108,9
91,1
34,8
5,8
0,3
16,1
58,2
91,0
82,4
35,5
5,9
0,2
15,4
53,8
87,8
83,9
35,9
6,3
0,2
28,7
88,6
86,0
72,0
38,3
7,2
0,0
28,1
75,2
87,4
77,0
39,7
9,4
0,8
54,8
109,8
97,3
90,4
36,0
3,8
1,6
56,7
97,6
106,0
77,5
36,6
8,8
1,7
137,9
187,8
126,8
92,0
41,6
10,3
0,0
135,5
202,7
162,5
87,2
41,9
18,7
1,7
19,8
63,2
101,5
84,6
32,8
5,2
0,2
18,7
60,9
100,0
85,8
33,6
5,5
0,2
Selon le groupe d'âge
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de l'état civil et Division de la démographie.
- 95 -
1997: 1
2
3
4
5+
1998: 1
2
3
4
5+
1999: 1
2
3
4
5+
Tableau A8. Taux de fécondité et indices synthétiques par rang de naissance et âge de la mère pour le Québec et le reste du Canada1,
1986, 1989-1999
15-19
Rang
Année
20-24
25-29
Québec
Reste du
Canada
Québec
Reste du
Canada
30-34
Québec
Reste du
Canada
35-39
Québec
Reste du
Canada
Québec
40-44
Reste du
Canada
45-49
Indice synthétique
Reste du
Reste du
Reste du
Québec
Québec
Québec
Canada
Canada
Canada
Canada
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
13,01
14,86
15,66
14,93
15,08
14,69
14,89
14,29
13,89
13,15
12,48
12,39
21,16
22,29
22,94
23,67
22,89
22,31
22,30
21,92
19,72
17,50
17,56
16,68
47,20
51,09
53,49
52,62
49,24
47,70
46,99
45,30
44,88
41,36
39,27
38,51
46,09
45,59
45,75
44,41
42,46
41,73
40,74
40,07
37,41
34,93
35,45
34,28
49,85
57,95
60,65
61,47
60,41
56,78
54,50
53,94
54,54
52,00
51,28
50,94
48,42
50,49
52,95
51,22
51,41
50,70
50,84
49,35
48,17
46,22
44,81
45,42
17,49
21,45
23,54
24,25
24,80
24,75
24,57
25,42
25,23
25,15
24,92
25,59
20,57
23,55
25,20
24,97
26,05
27,02
27,99
28,95
28,70
28,22
28,71
30,15
4,42
5,19
5,64
6,20
6,10
6,29
6,55
6,52
6,93
6,98
7,07
7,49
5,03
6,29
6,87
6,99
7,31
7,70
7,94
8,37
8,86
8,84
9,03
9,51
0,50
0,64
0,66
0,73
0,78
0,86
0,89
1,00
0,87
0,99
1,04
1,05
0,66
0,85
0,89
0,93
0,99
1,11
1,19
1,23
1,33
1,38
1,36
1,49
0,03
0,05
0,02
0,01
0,02
0,01
0,02
0,04
0,04
0,03
0,03
0,04
0,02
0,02
0,02
0,04
0,01
0,04
0,04
0,05
0,05
0,04
0,05
0,06
0,66
0,76
0,80
0,80
0,78
0,76
0,74
0,73
0,73
0,70
0,68
0,68
0,71
0,75
0,77
0,76
0,76
0,75
0,76
0,75
0,72
0,69
0,68
0,69
0,70
0,75
0,78
0,77
0,76
0,75
0,75
0,74
0,72
0,69
0,68
0,69
2
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
1,66
1,93
2,21
2,10
2,36
2,31
2,28
2,36
2,12
2,09
2,23
2,06
3,88
4,08
4,16
4,32
4,59
4,52
4,46
4,20
3,65
3,44
3,33
2,91
18,89
20,75
21,96
22,29
22,23
22,42
22,00
21,30
20,93
19,59
19,24
17,18
27,32
25,33
24,99
24,48
24,30
23,33
22,90
22,54
21,25
20,05
19,86
19,21
46,14
45,51
49,14
48,52
49,69
48,47
48,59
45,56
44,22
41,85
41,04
39,54
47,64
45,00
44,74
43,82
43,77
42,35
41,70
40,07
38,35
36,83
36,14
34,76
25,15
28,66
31,51
32,14
33,40
33,95
34,86
34,77
34,19
33,53
33,24
33,28
30,68
32,44
33,89
33,28
34,89
34,19
34,92
35,81
35,82
35,09
35,41
35,86
5,71
7,05
7,97
7,80
8,69
8,77
9,22
9,64
10,41
10,04
10,11
10,63
8,16
9,63
10,15
10,40
10,76
11,23
11,67
11,96
12,71
12,97
13,36
13,61
0,67
0,73
0,91
0,88
0,94
1,11
1,07
1,19
1,26
1,17
1,29
1,34
0,81
1,10
1,20
1,20
1,41
1,43
1,53
1,59
1,70
1,83
1,84
2,01
0,04
0,01
0,04
0,02
0,01
0,02
0,02
0,01
0,01
0,03
0,03
0,02
0,01
0,03
0,02
0,04
0,04
0,04
0,04
0,05
0,05
0,07
0,07
0,07
0,49
0,52
0,57
0,57
0,59
0,59
0,59
0,57
0,57
0,54
0,54
0,52
0,59
0,59
0,60
0,59
0,60
0,59
0,59
0,58
0,57
0,55
0,55
0,54
0,57
0,57
0,59
0,58
0,60
0,59
0,59
0,58
0,57
0,55
0,55
0,54
3
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
0,18
0,22
0,17
0,19
0,24
0,25
0,29
0,33
0,24
0,17
0,18
0,14
0,48
0,49
0,50
0,51
0,60
0,56
0,57
0,54
0,54
0,44
0,41
0,37
3,39
4,30
4,53
4,64
5,01
5,36
5,30
5,31
5,14
4,77
4,16
3,99
7,49
7,28
7,19
7,11
7,09
7,00
7,07
6,69
6,46
6,12
5,85
5,71
13,12
13,91
15,09
15,13
15,49
15,03
15,57
14,93
14,58
13,33
11,68
11,12
19,28
17,81
17,30
16,91
16,46
15,50
15,10
14,53
13,75
12,75
12,92
12,57
12,26
13,86
15,14
15,73
16,64
16,07
16,17
16,06
15,82
14,82
13,04
12,74
17,67
18,44
18,36
18,54
17,98
17,68
16,96
16,66
16,20
15,39
15,15
15,06
4,30
4,61
5,20
5,44
5,63
5,58
5,85
5,97
6,04
5,77
5,60
5,57
6,05
7,09
7,25
7,19
7,31
7,16
7,31
7,41
7,47
7,38
7,40
7,45
0,57
0,65
0,58
0,68
0,81
0,73
0,82
0,80
0,84
0,74
0,83
0,72
0,74
0,96
0,91
0,92
0,94
0,97
1,06
1,09
1,10
1,12
1,11
1,22
0,01
0,01
0,03
0,01
0,02
0,01
0,01
0,03
0,04
0,02
0,03
0,02
0,03
0,02
0,02
0,03
0,03
0,04
0,02
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,17
0,19
0,20
0,21
0,22
0,22
0,22
0,22
0,21
0,20
0,18
0,17
0,26
0,26
0,26
0,26
0,25
0,24
0,24
0,23
0,23
0,22
0,21
0,21
0,23
0,24
0,24
0,24
0,24
0,24
0,24
0,23
0,22
0,21
0,21
0,20
- 96 -
1
15-19
20-24
Année
4
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
0,02
0,01
0,00
0,01
0,03
0,02
0,02
0,03
0,02
0,04
0,00
0,00
0,03
0,05
0,04
0,05
0,06
0,05
0,06
0,06
0,07
0,04
0,04
0,04
0,48
0,58
0,76
0,82
0,92
0,83
1,14
1,06
0,97
1,02
0,72
0,75
5+
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
0,00
0,00
0,01
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
0,01
0,00
0,01
0,01
0,01
0,00
0,00
0,00
0,00
0,00
Tous
rangs
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
14,86
17,03
18,06
17,22
17,72
17,26
17,46
17,01
16,27
15,45
14,89
14,60
25,56
26,91
27,66
28,56
28,14
27,45
27,40
26,73
23,99
21,42
21,34
20,00
Québec
Reste du
Canada
25-29
Reste du
Canada
30-34
35-39
Reste du
Canada
40-44
Indice synthétique
Reste du
Canada
Québec
1,49
1,59
1,67
1,68
1,71
1,61
1,64
1,64
1,64
1,55
1,49
1,41
2,40
2,61
2,80
3,23
3,15
3,11
3,51
3,56
3,86
3,23
3,19
3,00
5,19
4,90
4,77
4,73
4,61
4,41
4,40
4,43
4,03
3,89
3,84
3,78
3,33
3,65
3,95
4,18
4,37
4,54
4,81
4,65
4,52
4,26
4,08
3,66
5,97
6,14
6,03
6,04
5,89
5,74
5,58
5,30
5,18
4,71
4,78
4,63
1,70
1,68
2,24
2,11
2,20
2,24
2,52
2,38
2,45
2,37
2,13
2,03
2,83
3,07
3,11
3,21
3,03
3,17
3,05
3,18
3,08
3,00
2,87
2,93
0,37
0,35
0,35
0,37
0,42
0,45
0,49
0,48
0,40
0,50
0,46
0,43
0,49
0,57
0,54
0,49
0,53
0,56
0,57
0,56
0,64
0,59
0,60
0,62
0,02
0,00
0,02
0,00
0,01
0,02
0,00
0,02
0,03
0,02
0,01
0,02
0,02
0,03
0,02
0,03
0,01
0,02
0,02
0,02
0,02
0,03
0,03
0,03
0,04
0,04
0,05
0,05
0,06
0,06
0,06
0,06
0,06
0,06
0,05
0,05
0,08
0,08
0,08
0,08
0,08
0,08
0,08
0,08
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,07
0,06
0,06
0,09
0,13
0,15
0,14
0,21
0,17
0,19
0,20
0,21
0,21
0,26
0,21
0,37
0,41
0,44
0,42
0,42
0,45
0,49
0,47
0,48
0,42
0,43
0,41
0,68
0,77
0,77
0,80
0,97
0,95
1,16
1,08
1,23
1,30
1,15
1,16
1,82
1,77
1,91
1,93
1,99
1,96
2,01
2,04
1,98
1,84
1,87
1,85
1,29
1,60
1,51
1,62
1,69
1,80
1,81
1,91
1,94
1,85
1,90
1,73
2,86
2,88
2,92
2,98
2,98
2,93
2,93
2,83
2,75
2,66
2,77
2,75
1,07
1,30
1,30
1,38
1,32
1,48
1,39
1,63
1,50
1,43
1,38
1,55
2,14
2,15
2,27
2,25
2,29
2,22
2,21
2,33
2,22
2,30
2,17
2,13
0,36
0,35
0,39
0,37
0,38
0,47
0,46
0,47
0,57
0,48
0,51
0,51
0,72
0,63
0,67
0,64
0,68
0,65
0,67
0,70
0,71
0,71
0,69
0,69
0,02
0,00
0,03
0,04
0,01
0,01
0,01
0,03
0,05
0,02
0,03
0,05
0,06
0,04
0,05
0,05
0,04
0,05
0,03
0,05
0,05
0,05
0,06
0,05
0,02
0,02
0,02
0,02
0,02
0,02
0,03
0,03
0,03
0,03
0,03
0,03
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,03
0,03
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
0,04
70,05
76,85
80,88
80,52
77,60
76,48
75,61
73,17
72,13
66,95
63,66
60,64
82,75
80,20
80,04
78,09
75,98
74,12
72,85
71,41
67,24
63,08
63,07
61,02
112,18
120,75
128,43
129,16
129,71
124,34
123,34
119,06
118,42
111,72
108,33
105,77
122,34
119,96
121,68
118,61
118,23
114,92
114,05
110,42
106,28
101,53
99,57
98,37
59,52
69,22
75,65
77,91
80,89
81,11
82,21
82,81
81,69
79,61
77,19
76,99
77,75
83,46
86,40
85,82
87,79
87,55
88,39
89,56
88,64
86,08
86,83
88,45
17,20
19,82
22,35
22,93
23,94
24,36
25,52
26,13
27,33
26,58
26,29
27,27
24,22
28,23
29,65
30,05
30,69
31,49
32,18
33,26
34,34
34,50
34,83
35,63
2,48
2,72
2,89
3,03
3,33
3,63
3,73
3,94
3,94
3,88
4,13
4,06
3,43
4,11
4,21
4,19
4,55
4,72
5,02
5,17
5,47
5,63
5,60
6,02
0,12
0,08
0,15
0,09
0,08
0,07
0,06
0,13
0,17
0,11
0,12
0,15
0,14
0,15
0,12
0,20
0,13
0,18
0,16
0,21
0,20
0,22
0,25
0,25
1,38
1,53
1,64
1,65
1,67
1,64
1,64
1,61
1,60
1,52
1,47
1,45
1,68
1,72
1,75
1,73
1,73
1,70
1,70
1,68
1,63
1,56
1,56
1,55
1,60
1,67
1,72
1,71
1,71
1,68
1,68
1,66
1,62
1,55
1,54
1,52
Québec
Reste du
Canada
45-49
Québec
Québec
Québec
Reste du
Reste du
Reste du
Québec
Québec
Canada
Canada
Canada
Canada
1
Sans Terre-Neuve-et-Labrador avant 1991.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l’état de santé et de l’état civil et Division de la démographie, Section des
estimations de population.
- 97 -
Rang
Tableau A9. Nombre de décès total et d'enfant de moins d'un an, Canada, provinces et territoires, 1981, 1986, 1989-1999
Année
T.-N.-L.
Î.-P.-É.
N.-É.
N.-B.
QC
Ont.
Man.
Sask.
Alb.
C.-B.
Yukon
T.N.-O.
12 823
13 560
13 854
14 068
14 451
14 679
15 338
15 613
15 895
16 391
16 452
16 795
17 206
19 857
21 213
22 997
23 577
23 977
24 615
25 764
25 939
26 375
27 536
27 412
27 978
28 018
141
113
95
115
114
117
123
124
157
120
123
135
135
424
355
360
344
298
286
264
297
280
237
210
183
160
8
12
2
4
6
2
4
1
6
0
4
2
1
1
Nt
Canada
196
119
140
124
135
144
143
143
131
152
138
146
197
…
116
109
103
102
112
117
98
96
120
120
142
89
171 029
184 224
190 965
191 973
195 568
196 535
204 912
207 076
210 733
212 859
215 669
218 091
219 487
28
10
7
3
7
9
5
10
8
4
5
12
11
…
18
17
16
13
17
10
13
13
15
11
13
8
3 562
2 938
2 795
2 766
2 573
2 431
2 448
2 417
2 321
2 051
1 928
1 811
1 775
Nombre de décès
3 230
3 540
3 718
3 884
3 798
3 798
3 890
4 050
3 935
3 928
4 318
4 230
4 139
992
1 121
1 089
1 143
1 188
1 114
1 145
1 114
1 153
1 268
1 030
1 207
1 137
6 958
7 255
7 516
7 388
7 255
7 544
7 559
7 770
7 687
7 751
8 044
8 068
7 640
5 139
5 458
5 496
5 426
5 469
5 609
5 806
5 917
5 938
5 896
5 944
6 305
6 074
42 684
46 892
48 305
48 420
49 121
48 824
51 711
51 365
52 734
52 336
54 399
54 181
54 555
62 838
67 865
70 907
70 818
72 917
73 206
75 853
77 487
78 479
79 099
79 541
80 184
81 393
8 648
8 911
8 819
8 863
8 943
8 980
9 299
9 148
9 658
9 497
9 511
9 815
9 860
7 523
8 061
7 920
8 044
8 098
7 793
8 164
8 308
8 495
8 765
8 637
8 905
9 044
Décès d'enfants de moins d'un an
1981
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
98
65
64
70
56
49
50
52
46
38
28
31
25
25
13
12
12
13
3
16
11
8
8
7
12
10
139
104
73
81
69
71
82
67
52
59
44
44
38
114
81
69
71
58
59
65
48
41
40
45
51
38
807
604
632
612
578
522
529
506
477
396
444
425
361
1 073
969
985
946
953
886
922
878
870
802
728
667
704
191
157
115
138
111
113
118
115
123
104
110
97
120
203
157
134
123
126
110
115
125
123
112
114
91
79
452
393
325
346
285
304
268
294
274
236
178
183
220
1
Nunavut inclus en 1981.
Source : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de l'état civil.
- 98 -
1981
1986
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
0
1
5
10
15
20
25
30
35
40
45
50
55
60
65
70
75
80
85
90
Âge
76,58
76,77
73,00
68,13
63,23
58,40
53,55
48,71
43,91
39,19
34,56
30,06
25,72
21,58
17,66
14,04
10,81
8,07
5,93
4,45
69,58
70,00
66,25
61,43
56,58
51,97
47,40
42,72
38,04
33,42
28,96
24,71
20,75
17,11
13,87
11,05
8,62
6,59
5,04
3,92
1971
77,79
77,71
73,89
69,00
64,09
59,25
54,40
49,54
44,71
39,96
35,30
30,80
26,43
22,25
18,30
14,64
11,36
8,54
6,36
4,95
70,47
70,49
66,71
61,86
56,99
52,39
47,83
43,15
38,46
33,83
29,34
25,08
21,10
17,45
14,17
11,26
8,78
6,72
5,17
4,30
1976
79,16
78,83
74,97
70,06
65,13
60,27
55,40
50,54
45,69
40,90
36,21
31,64
27,24
23,02
19,02
15,31
11,95
9,01
6,66
4,95
72,03
71,82
67,99
63,10
58,22
53,57
48,95
44,26
39,53
34,85
30,28
25,92
21,83
18,06
14,65
11,66
9,07
6,92
5,22
3,95
1981
79,99
79,54
75,66
70,72
65,79
60,91
56,02
51,14
46,27
41,45
36,72
32,12
27,67
23,40
19,35
15,57
12,13
9,15
6,68
4,86
73,29
72,92
69,05
64,14
59,23
54,52
49,85
45,12
40,40
35,69
31,07
26,62
22,42
18,54
15,01
11,90
9,22
6,99
5,20
3,82
1986
- 99 -
1991
Hommes
74,61
74,14
70,25
65,32
60,40
55,66
50,96
46,24
41,53
36,86
32,22
27,73
23,43
19,44
15,81
12,55
9,71
7,36
5,53
4,28
Femmes
80,96
80,43
76,52
71,58
66,64
61,75
56,86
51,97
47,11
42,29
37,52
32,89
28,39
24,07
19,97
16,13
12,60
9,52
6,98
5,07
81,20
80,62
76,70
71,76
66,81
61,92
57,01
52,12
47,25
42,41
37,66
32,99
28,46
24,11
19,96
16,08
12,51
9,36
6,77
4,82
75,45
74,92
71,01
66,07
61,14
56,36
51,63
46,88
42,16
37,47
32,84
28,31
23,96
19,86
16,09
12,73
9,79
7,31
5,36
3,94
1996
81,33
80,73
76,81
71,86
66,91
62,02
57,11
52,21
47,33
42,50
37,74
33,07
28,52
24,16
20,01
16,10
12,52
9,35
6,73
4,74
75,76
75,21
71,30
66,35
61,42
56,64
51,90
47,13
42,39
37,68
33,04
28,49
24,11
19,99
16,19
12,80
9,84
7,32
5,35
3,93
1997
81,49
80,89
76,97
72,01
67,06
62,17
57,26
52,36
47,47
42,64
37,88
33,20
28,65
24,27
20,10
16,18
12,57
9,38
6,74
4,73
76,02
75,46
71,55
66,60
61,67
56,88
52,14
47,36
42,61
37,88
33,23
28,68
24,28
20,14
16,31
12,89
9,88
7,34
5,36
3,96
1998
81,70
81,10
77,17
72,22
67,26
62,37
57,46
52,56
47,67
42,84
38,08
33,39
28,84
24,44
20,25
16,34
12,73
9,51
6,86
4,83
76,27
75,70
71,78
66,84
61,90
57,11
52,36
47,59
42,83
38,10
33,44
28,89
24,47
20,31
16,46
13,02
10,01
7,44
5,47
4,04
19991
Tableau A10. Espérance de vie à divers âges, Canada, 1971 à 1999
0
1
5
10
15
20
25
30
35
40
45
50
55
60
65
70
75
80
85
90
1
Calculée en utilisant, pour établir une moyenne, les décès de 1998 et deux fois ceux de 1999.
Sources : Statistique Canada, Division des statistiques sur la santé, Section de l'état de santé et de
l'état civil, Division de la démographie, Section des estimations de population et
Section de la recherche et de l’analyse.
Tableau A11. Immigrants reçus au Canada selon le pays de naissance, 1981, 1986, 1991-2000
1986
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
Asie
Afghanistan
Bangladesh
1
Chine
Corée du Sud
Inde
Iran
Iraq
Liban
Pakistan
Philippines
Sri Lanka
Taïwan
Viêt-nam
Autres
50 894
48
98
13 829
1 504
9 427
1 409
305
1 043
823
5 986
368
705
8 241
7 108
42 294
584
473
8 477
1 203
7 450
2 128
316
2 419
632
4 200
1 827
638
6 221
5 726
123 422
1 395
1 105
37 567
2 608
14 300
6 688
996
12 225
2 788
12 730
7 158
4 295
8 892
10 675
143 061
1 223
1 621
50 668
3 787
14 302
7 103
2 174
6 664
3 750
13 804
12 942
7 077
7 864
10 082
149 835
972
1 268
47 044
3 816
21 751
4 171
3 320
4 804
4 511
20 548
9 480
9 379
8 392
10 379
143 254
849
1 341
57 078
3 015
18 569
3 010
2 253
2 724
4 401
19 493
7 085
7 005
6 507
9 924
130 542
1 483
1 970
45 846
3 506
18 265
4 078
2 414
2 167
4 667
15 819
9 360
7 415
4 176
9 376
145 492
2 001
2 754
49 131
3 250
23 384
6 255
2 769
1 895
8 560
13 626
6 442
12 739
2 711
9 975
139 749
2 307
3 272
42 559
4 107
21 716
7 891
2 568
1 469
12 176
11 411
5 345
12 783
2 011
10 134
102 779
2 082
2 116
29 172
4 955
16 989
7 008
1 898
1 356
8 440
8 637
3 541
6 995
1 833
7 757
113 397
2 268
2 010
33 882
7 210
18 840
6 201
2 037
1 567
9 587
9 536
4 936
5 326
1 622
8 375
140 526
3 160
3 040
40 945
7 608
28 183
5 915
2 303
1 897
14 865
10 636
6 065
3 409
1 950
10 550
Europe
Allemagne
Bosnie-Herzégovine
France
Grande-Bretagne
Grèce
Ireland
Italie
Pologne
Portugal
Roumanie
Russie
Ukraine
Autres
44 817
2 075
0
1 681
18 920
927
851
2 058
4 094
1 838
1 004
0
0
11 369
22 447
1 342
0
1 113
4 605
549
477
781
5 271
1 973
998
1
0
5 337
46 890
1 574
0
2 631
6 443
626
639
782
15 801
5 188
2 599
7
10
10 590
43 627
1 411
344
3 114
5 919
597
490
671
11 940
2 648
3 314
174
123
12 882
45 701
1 659
2 741
3 350
5 954
539
418
696
6 944
1 622
3 786
905
872
16 215
38 068
1 364
4 718
2 521
4 770
341
317
533
3 572
773
3 595
1 429
1 441
12 694
40 302
1 589
4 183
3 037
4 567
246
226
505
2 452
781
4 342
2 105
1 833
14 436
39 195
1 761
2 471
2 437
4 381
238
260
486
2 167
672
3 952
3 175
2 672
14 523
37 947
1 561
2 204
2 308
3 923
210
226
465
1 792
677
4 048
4 240
2 643
13 650
37 546
1 664
2 544
3 022
3 284
145
173
369
1 521
406
3 112
4 792
2 768
13 746
38 776
1 911
2 455
3 181
3 777
158
167
389
1 370
329
3 583
4 397
2 827
14 232
42 537
1 649
813
3 560
3 777
170
166
356
1 398
377
4 588
4 864
3 565
17 254
- 100 -
1981
1981
Afrique
Afrique du Sud
Algérie
Egypte
Ethiopie
Somalie
Autres
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
5 173
795
111
630
991
58
2 588
16 634
948
913
1 941
2 569
3 268
6 995
20 239
1 139
852
1 640
2 275
5 554
8 779
17 564
1 668
751
1 660
1 924
3 660
7 901
14 215
2 464
649
2 320
1 271
1 730
5 781
15 496
1 475
1 113
2 718
950
2 078
7 162
15 846
1 350
2 042
2 374
1 041
1 428
7 611
15 308
1 763
1 795
2 043
812
1 158
7 737
14 517
1 416
2 256
1 307
654
1 387
7 497
16 426
1 433
2 368
1 247
746
1 598
9 034
20 693
1 717
2 853
1 376
1 165
1 472
12 110
10 184
12 381
19 096
18 835
14 427
8 772
7 268
8 552
7 928
6 879
7 830
8 263
8 696
397
1 091
6 090
673
5 618
5 323
1 150
12 623
5 975
1 200
11 660
6 482
1 153
6 792
5 154
786
2 832
4 329
764
2 175
5 054
1 247
2 251
4 405
1 689
1 834
4 166
1 383
1 330
4 913
1 683
1 234
5 139
1 657
1 467
8 805
8 867
13 111
15 236
16 753
10 070
10 089
9 395
8 235
6 405
6 811
7 164
Haïti
Jamaïque
Trinité-et-Tobago
Autres
3 704
2 688
949
1 464
1 729
4 663
921
1 554
2 851
5 135
2 981
2 144
2 433
6 060
4 347
2 396
3 688
6 117
4 216
2 732
2 124
3 950
2 342
1 654
2 036
3 640
2 584
1 829
1 977
3 308
2 205
1 905
1 657
2 870
1 760
1 948
1 316
2 269
1 197
1 623
1 448
2 363
1 186
1 814
1 650
2 463
920
2 131
Amérique du Sud
Guyana
Autres
6 126
3 024
3 102
6 530
3 977
2 553
10 514
3 370
7 144
10 313
3 059
7 254
9 554
3 549
6 005
7 957
4 275
3 682
7 518
3 974
3 544
6 020
2 392
3 628
5 590
1 841
3 749
4 910
1 276
3 634
5 585
1 388
4 197
6 783
1 334
5 449
Australasie
Antilles et Bermudes
1 024
451
743
931
1 017
741
676
696
625
515
579
661
Océanie
726
383
1 626
1 780
1 336
1 049
680
636
472
397
379
475
Autres et non déclarés
303
815
736
836
577
268
300
220
176
224
161
234
128 794
99 341
232 772
254 858
256 764
224 394
212 871
226 052
216 030
174 172
189 944
227 336
TOTAL
Hong Kong inclus.
Nota : Données disponibles en date du 4 décembre 2001.
Source : Citoyenneté et Immigration Canada, données non publiées.
- 101 -
5 915
1 238
128
767
152
9
3 621
Amérique du Nord et
Centrale
États-Unis
Mexique
Autres
1
1986
176,0
184,9
197,4
200,8
202,5
206,8
212,0
214,9
215,7
208,4
202,7
204,7
209,0
210,7
209,2
208,7
208,9
211,8
212,3
210,3
207,7
208,7
209,3
209,3
203,8
205,9
209,8
219,4
222,1
220,3
221,4
228,2
242,5
261,0
271,2
274,9
270,0
272,4
269,6
263,7
262,8
257,6
250,0
248,3
239,8
229,7
222,4
1998
173,2
177,0
185,9
198,3
201,7
203,5
207,9
213,0
215,8
216,6
209,4
203,6
205,7
210,1
211,7
210,3
210,0
210,3
213,5
214,2
211,6
209,2
210,3
211,2
211,2
205,6
207,8
211,8
221,5
224,4
222,7
223,3
229,7
243,7
262,2
272,4
276,0
270,6
272,6
269,9
264,0
263,0
257,8
250,1
248,5
239,8
229,6
1999
Hommes
- 102 -
171,6
174,5
178,3
187,1
199,6
203,1
205,0
209,1
214,1
216,9
218,0
210,5
204,8
207,0
211,2
213,0
211,8
211,6
212,2
215,9
216,0
213,2
210,9
212,4
213,2
213,1
207,6
210,1
214,3
224,1
226,8
225,2
225,5
231,1
245,2
263,6
273,8
277,2
271,2
273,2
270,2
264,1
263,4
258,1
250,3
248,6
239,7
2000
168,3
174,2
189,2
190,3
192,2
196,4
202,5
204,2
205,3
198,2
193,1
194,9
197,6
198,4
198,3
197,6
198,0
201,4
200,9
198,6
196,7
199,6
200,9
201,9
197,8
200,3
205,0
215,1
216,3
216,0
217,9
224,0
237,3
255,3
264,6
269,5
265,9
269,8
267,8
263,8
261,3
257,3
250,5
248,9
242,1
231,8
222,6
1998
165,4
170,0
175,4
190,2
191,2
193,2
197,5
203,5
205,0
206,1
199,1
193,8
195,8
198,5
199,2
199,3
199,0
199,7
202,9
203,1
200,8
199,0
201,9
203,0
204,2
200,2
202,6
207,4
217,4
218,7
218,2
219,8
225,5
238,7
256,7
266,0
270,8
266,7
270,5
268,4
264,3
261,7
257,6
250,6
248,9
241,9
231,7
1999
Femmes
163,9
167,2
171,3
176,6
191,4
192,6
194,7
198,8
204,5
206,1
207,2
200,1
194,9
196,8
199,4
200,3
200,6
200,8
201,6
205,6
205,7
203,5
201,4
204,1
205,3
206,5
202,7
205,2
210,2
220,1
221,5
220,7
222,2
227,3
240,4
258,2
267,6
272,2
267,7
271,4
269,2
264,8
262,1
257,9
250,8
249,0
241,8
2000
Tableau A12. Population (en milliers) au 1er juillet selon l'âge et le sexe, Canada,
1998, 1999 et 2000
Âge
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
- 103 -
Femmes
Tableau A12. Population (en milliers) au 1er juillet selon l'âge et le sexe, Canada,
1998, 1999 et 2000 - fin
Hommes
229,2
221,5
217,0
212,9
208,7
209,2
208,4
178,6
166,2
161,7
156,7
145,3
139,0
131,1
127,3
122,6
117,5
116,9
112,9
109,5
109,9
109,2
106,1
101,4
94,7
91,5
85,7
81,8
77,0
71,6
66,2
62,1
56,5
50,5
40,3
35,2
31,2
27,8
25,9
22,0
18,2
14,2
11,2
34,6
15 269,3
218,4
214,3
211,4
211,2
211,1
181,8
169,3
165,7
160,9
149,9
144,6
137,0
133,5
128,9
124,6
124,6
121,8
118,7
121,0
120,8
121,0
118,2
113,8
112,9
110,0
109,8
107,3
104,0
99,7
97,5
91,5
84,5
72,7
66,1
62,9
59,0
56,8
51,1
45,2
39,1
34,1
28,9
24,4
89,9
15 397,3
222,3
218,1
214,0
210,9
210,7
210,6
181,3
168,8
165,2
160,4
149,4
144,1
136,5
133,0
128,3
123,9
123,9
120,9
117,7
119,9
119,5
119,5
116,6
112,1
111,0
107,9
107,7
104,8
101,4
96,8
94,5
88,3
81,6
69,6
63,0
59,5
55,2
52,9
47,3
41,4
35,4
30,5
25,5
93,8
15 535,3
231,5
222,0
217,6
213,4
210,4
210,2
210,3
180,9
168,4
164,8
160,0
149,1
143,7
136,0
132,5
127,7
123,2
123,1
119,9
116,6
118,5
117,9
117,8
114,8
110,2
108,9
105,8
105,3
102,3
98,6
93,9
91,4
85,4
78,5
66,5
59,5
55,6
51,3
49,1
43,5
37,8
31,8
27,1
98,7
2000
15 234,3
1999
222,0
217,7
213,7
209,6
210,1
209,3
179,6
167,3
162,8
157,8
146,4
140,1
132,2
128,6
123,8
119,0
118,5
114,8
111,7
112,2
111,8
108,9
104,3
97,7
94,6
89,0
85,2
80,4
75,3
69,9
66,0
59,9
53,8
43,8
38,6
34,8
31,2
29,1
24,8
20,8
16,5
13,3
10,9
32,5
1998
15 101,9
2000
218,3
214,4
210,3
211,0
210,1
180,4
168,2
163,8
158,8
147,5
141,3
133,4
129,8
125,1
120,3
120,0
116,4
113,6
114,5
114,1
111,4
107,0
100,5
97,5
92,1
88,4
83,7
78,7
73,5
69,7
63,8
57,1
47,1
42,0
38,3
34,7
32,4
28,0
23,6
19,2
15,6
12,9
10,2
30,9
1999
14 978,9
1998
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90 +
Âge
Total
Source : Statistique Canada, Division de la démographie, Section des estimations de population.
- 104 -
GLOSSAIRE 1
Accroissement : Variation de l’effectif d’une population durant une période. Il
peut être positif ou négatif.
Accroissement naturel : Variation de l’effectif d’une population durant une période
résultant de la différence entre le nombre des naissances et celui des décès.
Âge : Âge atteint au dernier anniversaire en années révolues.
Âge médian : L'âge médian est l'âge « x » tel qu'il divise une population en deux
groupes d'effectifs égaux, l'un composé uniquement des individus d'âge
supérieur à « x », l'autre des individus d'âge inférieur à « x ».
Âge moyen : L'âge moyen d'une population est la moyenne des âges de ses
membres.
Calendrier : Répartition dans le temps, au sein d'une cohorte, des événements
démographiques correspondant au phénomène étudié.
Canadiens de retour : Citoyens canadiens et immigrants reçus qui ont émigré du
pays et qui reviennent s’installer de façon permanente au Canada.
Célibat définitif : Mesure de l'intensité de la nuptialité des célibataires, on lui
substitut fréquemment la fréquence du célibat à un âge à partir duquel les
premiers mariages sont rares, généralement 50 ans.
Cohorte : Ensemble des personnes touchées par un phénomène démographique
particulier pour une période donnée pouvant être une année. La cohorte des
mariés de 1996 désigne donc l’ensemble des personnes qui se sont mariées
en 1996. La cohorte, dans le cas des naissances, porte le nom de génération.
Cohorte (fictive) : Cohorte « artificielle » constituée des fractions de cohortes
réelles présentes, aux différents âges successifs, une même année.
Complétude du recensement
Sous-dénombrement : Nombre de personnes qui n’ont pas été recensées
(mais qui étaient visées par le recensement).
Sous-dénombrement net : Différence entre le sous-dénombrement et le
surdénombrement.
Surdénombrement : Nombre de personnes qui n’auraient pas dû être
recensées ou qui l’ont été plus d’une fois.
1
Pour plus d’informations, consultez les documents suivants : Union internationale pour l’étude
scientifique de la population (1981). Dictionnaire démographique multilingue, Liège, Ordina
éditions et Roland Pressat (1979). Dictionnaire de démographie, Paris, Presses Universitaires
de France.
- 105 -
Composantes de l’accroissement démographique : Chacune des classes
d’événements générateurs des mouvements ou des variations de population.
Ainsi les naissances, les décès, les migrations, les mariages, les divorces et
les entrées en veuvage sont des composantes, car elles altèrent soit l’effectif
de la population totale, soit sa composition selon l’âge, le sexe et l’état
matrimonial.
Erreur en fin de période : Différence entre la population donnée par un recensement
rajusté pour le sous-dénombrement net et l’estimation postcensitaire à la date
du recensement.
Espérance de vie : Selon une table de mortalité, nombre moyen d’années restant
à vivre à une personne atteignant l’âge x, si celle-ci connaît les taux de mortalité
à chaque âge prévalant une année donnée.
Estimation de la population :
Postcensitaire provisoire, mise à jour et définitive : Estimation de l’effectif
de la population obtenue en utilisant les résultats du dernier recensement
disponible rajustés pour le sous-dénombrement net et l’estimation de
l’accroissement démographique survenu depuis la date de ce dernier
recensement.
Intercensitaire : Estimation de l’effectif de la population obtenue en utilisant
les estimations postcensitaires et les résultats rajustés pour le
sous-dénombrement net des deux recensements encadrant l’année
considérée.
État matrimonial légal : Indique la situation conjugale. On ne considère que quatre
possibilités :
Célibataire : Comprend les personnes qui n’ont jamais été mariées et toutes
les personnes de moins de 15 ans.
Marié(e) : Comprend les personnes légalement mariées et les personnes
légalement mariées et séparées.
Veuf(ve) : Comprend les personnes dont le conjoint est décédé et qui ne
sont pas remariées.
Divorcé(e) : Comprend les personnes qui ont obtenues le divorce légal et
qui ne sont pas remariées.
Fécondité : Phénomène en rapport avec les naissances vivantes considérées du
point de vue de la femme, du couple et très exceptionnellement de l’homme.
Fécondité de rang : Mesure de fécondité qui a pour objet les naissances de rang x.
Génération : Désigne ici, sauf indication contraire, l’ensemble des personnes nées
durant une période de 12 mois, comprise entre le 1er janvier et le 31 décembre
d'une année.
- 106 -
Indice du moment : Indice construit à partir des mesures concernant des
phénomènes démographiques et effectuées sur la base de manifestations de
ces phénomènes durant une période (généralement l’année). Par exemple,
l’espérance de vie de 1996 est un indice du moment en ce qu’elle exprime le
nombre moyen d’années que vivrait une personne si tout au cours de sa vie
elle rencontrait les conditions de 1996.
Indice synthétique : Somme des taux par âge durant une période. C’est un des
indices du moment fréquemment utilisés. Il traduit le comportement des membres
de la cohorte fictive.
Indice synthétique de divortialité : Proportion de mariages qui se
termineraient par un divorce avant le vingt-cinquième anniversaire selon
les conditions de divortialité d'une année donnée. Il résulte de la
sommation des taux de divortialité selon la durée du mariage exprimé en
pour 10 000.
Indice synthétique de fécondité : nombre moyen d’enfants par femme
selon les conditions de fécondité d’une année donnée. Il résulte de la
sommation des taux de fécondité par âge.
Indice synthétique de primo-nuptialité : proportion d’hommes ou de
femmes qui se marieraient avant leur cinquantième anniversaire selon les
conditions de nuptialité d’une année donnée. Il résulte de la sommation
par âge des taux de nuptialité des célibataires.
Intensité : Fréquence d’apparition au sein d’une cohorte des événements
caractéristiques du phénomène en cause.
Intercensitaire : Se dit d’une période comprise entre deux recensements.
Migration internationale : Ensemble des déplacements entre le Canada et
l’étranger, accompagnés d’un changement de résidence. On distingue à cet
égard les immigrants reçus, les Canadiens de retour, qui viennent s’établir
au Canada, les émigrants ainsi que le solde des résidents non permanents.
Migration interprovinciale : Ensemble des déplacements d’une province vers une
autre, accompagnés d’un changement permanent de résidence. Un individu qui
effectue un tel déplacement sera un sortant pour sa province d’origine et un
entrant pour sa province de destination.
Migration nette : Pour un territoire et une période donnés, différence entre
l’immigration et l’émigration.
Mortalité infantile : Mortalité des enfants de moins d’un an.
Mortalité néonatale : Mortalité durant le premier mois. Une composante de la
mortalité infantile.
Mortalité postnéonatale : Mortalité après le premier mois et avant le premier
anniversaire.
- 107 -
Mouvement de la population : Changement progressif de l’état de la population
au cours d’une période sous l’effet des événements démographiques survenus
durant la période. Mouvement, dans ce cas, n’est pas synonyme de déplacement.
Population : La population estimée répond à la même définition que celle du
recensement. Il s’agit donc du nombre de Canadiens qui ont leur lieu habituel
de résidence, sans égard au lieu où ils se trouvaient le jour du recensement.
Sont également comptés les Canadiens séjournant dans un logement de la région
en cause le jour du recensement et n’ayant pas de lieu habituel de résidence
ailleurs au Canada, de même que ceux qui sont considérés comme des résidents
non permanents.
Prévalence : Nombre de cas présentant une certaine caractéristique à un moment donné.
Probabilité de survie : Probabilité pour une personne vivante à l’âge exact x de
survivre au moins jusqu’à l’âge exact (x + a). Elle se note a p x. C’est le
complément à l’unité du quotient de mortalité (1 - aqx ).
Projection démographique : La projection diffère de l’estimation en ce qu’elle vise
à établir ce que sera l’évolution future d’une population donnée, taille,
distribution spatiale et caractéristiques démographiques, dans telles ou telles
hypothèses. On ne parle de prévision que lorsque les hypothèses formulées
apparaissent très probables. En général, les prévisions démographiques se
restreignent au court terme.
Quotient : Rapport des événements survenus pendant une période aux individus
présents au début de la période. Le quotient a une valeur de probabilité.
Rapport de dépendance : On a coutume de répartir la population en trois grands
groupes d’âges : 0-14 ans (enfants), 15-64 ans (adultes) et 65 ans et plus
(personnes âgées), ce qui permet le calcul des rapports suivants :
(a) le rapport de dépendance des enfants, égal au nombre d’enfants par
adulte (15-64) ;
(b) le rapport de dépendance des personnes âgées qui représente le nombre
de personnes âgées par adulte (15-64) ;
(c) le rapport global de dépendance qui est la somme des rapports de
dépendance des enfants et des personnes âgées.
Rapport de masculinité : Rapport de l’effectif du sexe masculin à l’effectif du sexe
féminin. Le rapport de masculinité à la naissance désigne le rapport des
naissances masculines aux naissances féminines. On exprime généralement ce
rapport comme un indice, où l’effectif du sexe féminin sert de base 100.
Région métropolitaine de recensement (RMR) : Le concept général de région
métropolitaine de recensement (RMR) s’applique à un grand noyau urbain ainsi
qu’aux régions urbaines et rurales adjacentes dont le degré d’intégration
économique et sociale avec ce noyau urbain est très élevé.
- 108 -
Une RMR est délimitée à partir d’un noyau urbanisé lorsque ce dernier
compte au moins 100 000 habitants, (d’après les résultats du recensement
précédent). Lorsqu’une région devient une RMR, elle continue de faire partie
du programme même si, ultérieurement, elle subit une baisse de population.
Chaque RMR est constituée d’une subdivision de recensement (SDR) ou
plus répondant à au moins un des critères suivants :
(1) la SDR se trouve entièrement ou en partie dans le noyau urbanisé ;
(2) au moins 50 % de la population active occupée demeurant dans la SDR
travaille dans le noyau urbanisé ;
(3) au moins 25 % de la population active occupée travaillant dans la SDR
demeure dans le noyau urbanisé (Dictionnaire du recensement de
1996, no 92-351-XPF au catalogue, page 224).
Résidents non permanents : Les cinq groupes suivants constituent ce qu’on définit
comme résidents non permanents :
• les personnes résidant au Canada qui demandent le statut de réfugié ;
• les personnes résidant au Canada qui détiennent un permis de séjour
pour étudiants (les étudiants étrangers, les titulaires d’un visa pour
étudiants) ;
• les personnes résidant au Canada qui détiennent un permis de travail
(les travailleurs étrangers, les titulaires d’un permis de travail) ;
• les personnes résidant au Canada qui détiennent un permis ministériel ;
• toutes les personnes à charge des revendicateurs du statut de réfugié,
des titulaires d’un permis de séjour pour étudiants, d’un permis de travail
ou d’un permis ministériel qui sont nées à l’extérieur du Canada et résident
au Canada.
Résidu : Différence entre l’accroissement démographique à partir des effectifs de
la population de deux années consécutives et celui obtenu par la somme des
composantes. Cette différence résulte de la répartition de l’erreur en fin de
période entre les différentes années de la période quinquennale concernée.
Standardisation : Procédé par lequel les taux sont corrigés de l’influence des
structures de la population étudiée afin de permettre la comparaison avec
d’autres populations.
Statistiques de l’état civil : Elles couvrent l’ensemble des événements
démographiques (i.e. les naissances, les décès, les mariages et les divorces)
pour lesquels il existe une obligation légale d’aviser le bureau du registraire
de la province ou du territoire.
Structure : Composition d’une population selon diverses caractéristiques
spécifiquement démographiques comme l’âge, le sexe, l’état matrimonial, etc.
- 109 -
Taux :
Accroissement démographique : rapport de l’accroissement de la
population entre l’année t et t+1 à la population moyenne de ces deux
années (exprimé en pour 1 000).
Divorce : nombre de divorce pour 1 000 habitants.
Fécondité par âge : rapport à l’effectif des femmes d’un âge donné, des
naissances observées dans ce groupe (exprimé en pour 1 000).
Mortalité : fréquence relative des décès au sein d’une population ou d’une
sous-population ou rapport à un effectif donné des décès survenus dans
ce groupe (exprimé en pour 1 000).
Natalité : rapport du nombre des naissances observées dans une population
à l’effectif total de cette population (exprimé en pour 1 000).
Primo-nuptialité : rapport du nombre des premiers mariages observés dans
une population à l’effectif de cette population sans distinction d’état
matrimonial. Il peut se calculer par sexe et par âge pour un état matrimonial
donné (exprimé en pour 1 000).
Union consensuelle ou union libre : Union formée d’un homme et d’une femme
demeurant ensemble comme époux-épouse, sans être légalement mariés.
Vieillissement démographique : Évolution caractérisée par une augmentation de
la proportion des personnes âgées au sein d’une population.
- 111 -
PARTIE II
UNE ÉTUDE COMPARATIVE DE L’ÉVOLUTION
RÉCENTE DE LA FÉCONDITÉ CANADIENNE
ET AMÉRICAINE, 1980-1999
par Alain Bélanger et Geneviève Ouellet
NOUVELLES TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES
ET UTILISATION DES SERVICES DE
MAINTIEN À DOMICILE
par Yves Carrière, Laurent Martel,
Jacques Légaré et Lucie Morin
- 113 -
UNE ÉTUDE COMPARATIVE DE L’ÉVOLUTION
RÉCENTE DE LA FÉCONDITÉ CANADIENNE
ET AMÉRICAINE, 1980-1999
Alain Bélanger* et Geneviève Ouellet*
Résumé
Les Canadiennes et les Américaines déclarent souhaiter avoir le même
nombre d’enfants. Pourtant l’indice synthétique de fécondité du Canada est
à la baisse et atteignait, en 1999, le plus faible niveau de son histoire à 1,52
enfant par femme, alors que l’indice américain, à la hausse, atteignait 2,08
enfants par femme. L’écart entre les deux pays s’est accru au cours de la dernière
décennie et est aujourd’hui d’environ un demi-enfant par femme. Cette étude
décrit les différence de fécondité entre les deux pays et explore quelques
explications possibles en utilisant surtout les données des statistiques de l’état
civil des deux pays, mais aussi les données de deux enquêtes nationales sur la
fécondité menées en 1995 : l’Enquête sociale générale pour le Canada et le
National Survey of Family Growth pour les États-Unis.
La surfécondité des Américaines noires ou hispaniques n’explique pas
entièrement les différences observées. Les écarts grandissants entre les deux
pays sont dus à la baisse importante de la fécondité des Canadiennes âgées de
moins de 30 ans. La fécondité relativement élevée des adolescentes américaines
rend compte d’un peu plus du quart de l’écart observé entre les deux pays. Les
grossesses et les naissances non désirées sont plus fréquentes aux États-Unis,
tout comme le recours à l’avortement, et les Canadiennes font usage de méthodes
contraceptives plus efficaces que les utilisatrices américaines, en partie parce
que les méthodes médicales et la stérilisation y sont d’accès plus facile et moins
dispendieuses. Le mariage est plus précoce et plus répandu aux États-Unis et
la pratique religieuse plus élevée, indices d’une société plus traditionnelle et
moins sécularisée que la société canadienne. Enfin, l’accès au marché du travail
est plus difficile pour les jeunes Canadiens que pour les jeunes Américains.
Introduction
En 1999, la fécondité canadienne atteignait le plus faible niveau de son
histoire, soit 1,52 enfant par femme. La même année, l’indice américain était
de 2,08 enfants par femme et avoisinait ainsi le seuil nécessaire au remplacement
*
Statistique Canada, Division de la démographie.
- 114 -
des générations. L’écart entre les deux pays, d’environ un demi-enfant
par femme en faveur des États-Unis, représente donc pratiquement ce que
l’on pourrait qualifier de fécondité déficitaire du Canada.
Pourtant, les deux pays limitrophes se ressemblent à bien des égards.
Leurs économies sont depuis longtemps bien intégrées l’une à l’autre et cette
intégration s’accentue depuis la signature des accords de libre échange (ALENA).
Les économies des deux pays bénéficient d’une main-d’oeuvre hautement
éduquée et qualifiée. La participation des femmes au marché du travail est
importante dans les deux pays. Les deux pays reçoivent un grand nombre
d’immigrants et ils ont connu des rythmes d’accroissement démographique
du même ordre de grandeur pendant des décennies, bien que la croissance
ait été un peu plus forte au Canada tout au long du XXe siècle, sauf au cours
de la dernière décennie.
Bien sûr, des différences importantes existent aussi entre les deux sociétés.
En particulier, la puissance économique, politique et militaire des États-Unis
ne connaît pas d’égal. À se fier au produit intérieur brut par habitant, les
Américains sont aussi, en moyenne, plus riches que les Canadiens (36 000$
contre 28 100$) (Statistique Canada, 2002). Mais la société canadienne est
traditionnellement plus égalitaire. Les programmes de sécurité sociale sont
généralement plus développés et plus généreux au Canada. Par exemple, celuici s’est doté d’un programme de santé publique offrant l’accès universel et
gratuit à tous les services hospitaliers et médicaux.
Paradoxalement, ou peut-être justement en réponse à un filet de sécurité
sociale tissé plus serré, socialement les Canadiens semblent avoir adopté en
plus grand nombre les valeurs de l’individualisme et du sécularisme qui
caractérisent plusieurs sociétés occidentales. Au Canada, la pratique religieuse
est moins assidue, les familles moins nombreuses et les mariages plus rares,
en particulier à cause de l’importance prise par l’union libre aux dépens du mariage
légal.
Si, pour certains, le régime actuel de la fécondité américaine apparaît
durable et que la fécondité déficitaire ne semble pas être un problème pour
ce pays (Morgan, 2000), il est difficile d’entrevoir une hausse substantielle
de la fécondité canadienne (Bélanger, 2000). Cela se reflète par ailleurs dans
les hypothèses de fécondité faites par les organismes statistiques des deux
pays concernant l’évolution probable de la fécondité future. Le scénario moyen
des plus récentes projections de la population canadienne (Statistique Canada,
2001) suppose une légère baisse de la fécondité, celle-ci atteignant rapidement
1,48 enfant par femme et se maintiendrait à ce niveau jusqu’à l’horizon des
projections en 20511 , alors que le scénario moyen proposé par l’agence
1
À strictement parler, l’horizon des projections canadiennes est 2026, les divers scénarios
maintenant constant entre 2026 et 2051 les niveaux de fécondité, de mortalité et de mobilité
atteints en 2026.
- 115 -
américaine entrevoit une hausse lente et continue de la fécondité qui atteindrait
2,20 enfants par femme en 2050 (US Census Bureau, 2000). Qu’est-ce qui
peut expliquer que la fécondité des Américaines, déjà plus de 30 % supérieure
à celle des Canadiennes, pourrait dans l’avenir la surpasser de près de 50 %?
Est-il possible que la fécondité des Canadiennes se relève et puisse atteindre
dans un avenir rapproché des niveaux comparables à ceux observés ou projetés
chez son voisin du sud?
Cette étude cherche à expliquer les différences de fécondité qui existent
entre les deux populations. Dans un premier temps, l’article établit, à l’aide
de diverses mesures, les différences de fécondité observées entre le Canada
et les États-Unis. Dans la seconde section du texte, quelques explications
possibles sont explorées. Les populations des deux pays sont comparées
pour différents facteurs reconnus être directement ou indirectement associés
à la fécondité. Parmi les facteurs directement associés à la fécondité, l’analyse
comparera les pratiques contraceptives et le recours à l’avortement dans les
deux pays ainsi que les différences quant aux modes d’entrée dans la vie
conjugale : mariage ou union de fait. Les facteurs indirectement associés à
la fécondité sont nombreux et l’étude n’a pas la prétention d’être exhaustive,
mais s’intéresse plutôt aux facteurs indirects qui sont les plus susceptibles
de varier entre les deux populations : la pratique religieuse et la précarité de
l’emploi chez les jeunes.
Les écarts de fécondité entre le Canada et les États-Unis
La figure 1 compare l’évolution de l’indice synthétique de fécondité des
Canadiennes et des Américaines sur un peu plus d’un demi-siècle. Une forte
variabilité marque l’évolution de la fécondité dans les deux pays au cours du
dernier demi-siècle et si les grandes tendances sont semblables, on y observe
aussi d’importantes différences.
Dans les deux pays la prospérité de l’après-guerre a favorisé une hausse
de la fécondité qui, aux lendemains de la Crise économique des années trente,
était à des niveaux historiquement bas. Le baby-boom qui caractérise l’évolution
de la fécondité de bien des pays occidentaux de l’après-guerre a été plus marqué
dans les pays anglo-saxons, soit le Canada, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande
et l’Australie — pays qui ont connu les plus fortes hausses de leur fécondité
au cours de cette période. Cela est particulièrement vrai pour le Canada et,
jusqu’au milieu des années soixante, la fécondité des Canadiennes, mesurée
par l’indice du moment, dépasse celle des Américaines. Au plus fort du babyboom, en 1957, l’indice synthétique de fécondité atteint 3,91 et 3,77 enfants
par femme au Canada et aux États-Unis, respectivement.
Concomitante à la révolution contraceptive, la fécondité des deux pays
chute abruptement à partir du début des années soixante jusqu’au milieu des
années soixante-dix. Cette période est marquée, non seulement par une
- 116 -
Figure 1.
4,0
Indice synthétique de fécondité, Canada et États-Unis, 1940-1999
Enfant(s) par femme
Canada
3,5
États-Unis
3,0
2,5
2,0
1,5
1940 1945 1950 1955
1960
1965
1970 1975 1980
1985
1990
1995
Année
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
diminution du nombre d’enfants mais aussi par une infécondité croissante et
un allongement du calendrier de la fécondité. Dès le début des années soixantedix, les indices des deux pays passent sous le seuil de remplacement des
générations (environ 2,1 enfants par femme actuellement) et poursuivent leur
chute jusqu’à environ 1,7 enfant par femme vers la fin de cette décennie.
Pendant cette période, les indices des deux pays se chevauchent presque
parfaitement, mais depuis les deux courbes se sont éloignées. L’indice canadien
a poursuivi sa baisse malgré un bien léger soubresaut au début des années
quatre-vingt-dix alors que la fécondité des Américaines se redressait pour
récemment rejoindre le seuil de remplacement des générations. En 1999, la
dernière année pour laquelle des observations sont disponibles pour les deux
pays, l’indice synthétique atteint 1,52 et 2,08 enfants par femme pour le
Canada et les États-Unis, respectivement.
Une des premières sources d’explications des écarts de fécondité observés
entre les deux pays qui vient à l’esprit concerne la composition de la population
américaine selon l’origine ethnoraciale. Là, comme ailleurs, des différences
notables de fécondité existent entre les groupes socioculturels ou ethniques.
Mais, la présence aux États-Unis d’importantes minorités ethnoraciales,
- 117 -
Figure 2.
3,5
Indice synthétique de fécondité, Canada et États-Unis selon le groupe
ethnoracial, 1980-1998
Enfant(s) par femme
Hispaniques (É.-U.)
3,0
2,5
Noires (É.-U.)
États-Unis
2,0
Blanches non-hispaniques (É.-U.)
Blanches (É.-U.)
Canada
1,5
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
1998
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
traditionnellement plus fécondes, pourrait-elle, à elle seule, expliquer les
différences observées entre les deux pays en ce qui à trait à la fécondité de
l’ensemble de la population? En particulier, l’importance croissante au sein
de la population américaine des minorités noires et hispaniques, historiquement
plus fécondes que la majorité blanche, pourrait-elle expliquer les écarts
grandissants de fécondité nationale en faveur des États-Unis?
La figure 2 qui présente l’évolution récente de l’indice synthétique de
fécondité de la population américaine selon différentes origines ethnoraciales
semble infirmer en partie cette hypothèse. D’une part, la surfécondité des
femmes américaines noires ou hispaniques est clairement observable. L’indice
synthétique des Américaines de race noire augmente entre 1980 et le début
des années 1990 où il dépasse les 2,4 enfants par femme. Par la suite, la
fécondité des femmes noires diminue et revient aux valeurs initiales d’environ
2,2 enfants par femme à la fin des années quatre-vingt-dix. La fécondité des
femmes américaines hispaniques se maintient autours de 3,0 enfants par femme
tout au long de la période d’observation. Au début des années quatre-vingt,
- 118 -
la fécondité des Américaines de race blanche n’était que légèrement plus élevée
que celles des Canadiennes (1,77 enfant par femme contre 1,68), mais celle
des premières affiche une tendance à la hausse tout au long de la période
d’observation, plus marquée toutefois entre 1987 et 1990, alors que la fécondité
des Canadiennes est plutôt à la baisse tout au long de la période, exception
faite d’une courte période entre 1987 et 1990 où l’indice est passé de 1,57
enfant par femme à 1,71 enfant par femme. À la fin de la période, la fécondité
des Américaines de race blanche (2,04 enfants par femme) est beaucoup plus
près de celle des Américaines de race noire (2,17 enfants par femme) que de
celle des Canadiennes (1,52 enfant par femme). À noter cependant qu’une
partie des femmes hispaniques sont de race blanche, ce qui élève la moyenne
du groupe.
Depuis 1989, les données de l’état civil américain font la distinction entre
blanches hispaniques et non hispaniques. La surfécondité des blanches
hispaniques semble expliquer près de la moitié de la différence observée entre
l’ISF des Canadiennes et celui des Américaines de race blanche. Néanmoins,
tous les groupes ethnoraciaux américains présentent une fécondité du moment
plus élevée que les Canadiennes. On observe pour 1999 un écart de 0,3
enfant entre l’ISF des Canadiennes et celui des blanches américaines nonhispaniques (1,85 enfant par femme), soit le groupe montrant la plus faible
fécondité aux États-Unis. La composition ethnique de la population américaine
n’explique donc pas entièrement les différences de fécondité observées entre
les deux pays. Tout au plus, la surfécondité des Américaines de race noire
ou d’origine hispanique expliquerait 40 % de l’écart observé en 19992.
L’indice synthétique de fécondité est une mesure transversale de l’intensité
du phénomène et son niveau peut être influencé par un changement du calendrier.
Les femmes des générations récentes ont poursuivi de plus longues études
que celles qui les précédaient et tant pour les hommes que pour les femmes
des jeunes générations, l’accès au marché du travail fut plus tardif. Peutêtre par adaptation à ces changements, les femmes des générations récentes
tendent à retarder la naissance de leurs enfants.
Au Canada, l’âge moyen à la naissance est en hausse depuis 1974 bien
que la proportion de naissances de rang élevé diminue avec le temps. En fait,
l’âge moyen à la maternité a commencé à augmenter plus tôt pour chaque
parité et il est en hausse pour tous les rangs de naissance depuis le milieu des
années soixante. L’âge moyen à la maternité était de 27,0 ans en 1980 et il
atteint 28,7 ans en 1999. L’âge moyen à la première naissance était un peu
inférieur à 25 ans au Canada en 1980. Il approche les 27 ans en 1999. Aux
2
L’écart au niveau national est de 0,56 enfant par femme et celui entre les Américaines
blanches non hispaniques et les Canadiennes de 0,33 enfant. En supposant, pour simplifier,
la population canadienne homogène, la différence entre ces deux nombres (0,23 enfant)
représente la part attribuable à la surfécondité des Américaines de race noire ou d’origine
hispanique, soit 41 % de l’écart total.
- 119 -
Figure 3.
27
Âge moyen à la première maternité, Canada et États-Unis, 1980-1998
Âge moyen
26
Canada
25
États-Unis
24
23
22
1980
1982
1984
1986
1988
1990
1992
1994
1996
Année
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
États-Unis, la maternité est plus précoce, mais l’âge à la maternité a aussi
augmenté entre 1980 et 1999, il est passé de 22,6 ans à 24,7 ans (figure 3).
On observe donc un phénomène comparable dans ce pays, mais celui-ci est
moins marqué depuis la fin des années 80. L’évolution est comparable pour
l’âge des mères aux naissances subséquentes, la durée des intervalles
intergénésiques demeurant pratiquement stable. Au Canada, par exemple, l’âge
moyen à la maternité atteint 29,5 ans pour les secondes naissances (27,5 en
1980) et 30,7 ans pour les troisièmes (29,4 en 1980). Aux États-Unis, l’âge
moyen à la seconde maternité est de 27,6 ans en 1997 (25,4 en 1980) et de
29,1 ans pour les troisièmes (27,3 en 1980). Les Canadiennes retardent la
naissance de leur enfant plus que les Américaines et cette tendance s’est
accentuée entre 1990 et 1997. Dans un contexte où une partie de la fécondité
des femmes est reportée, l’indice du moment sous-estime la fécondité de cellesci, les naissances qu’auront les générations successives étant réparties sur
une plus longue période.
Dans les deux pays, aucune génération de femmes n’a encore présenté
une descendance finale aussi faible que le niveau atteint par l’indice synthétique
de fécondité. L’analyse de la fécondité dans les générations demeure nécessaire
à la bonne compréhension du phénomène. Le tableau 1 compare les descendances
- 120 -
Tableau 1. Descendance atteinte ou complète (pour 1 000 femmes) de quelques groupes
de générations selon le groupe d’âge, Canada et États-Unis, 1945-1949 à
1975-1979
Groupe
d'âge
Génération de naissance
1945-49
1950-54
1955-59
1960-64
1965-69
1970-74
1975-79
Canada
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
697
1 399
1 860
2 037
2 081
2 085
525
1 158
1 628
1 834
1 890
1 896
447
1 036
1 525
1 770
1 836
…
370
913
1 446
1 714
…
…
319
848
1 358
…
…
…
323
774
…
…
…
…
291
…
…
…
…
…
États-Unis
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
684
1 369
1 813
2 091
2 163
2 175
560
1 140
1 638
1 891
1 987
2 002
503
1 090
1 573
1 868
1 978
…
489
1 048
1 571
1 891
…
…
478
1 062
1 583
…
…
…
525
1 087
…
…
…
…
523
…
…
…
…
…
Variations
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
13
30
47
-54
-82
-90
-35
18
-10
-57
-97
-106
-56
-54
-48
-98
-142
…
-119
-135
-125
-177
…
…
-159
-214
-225
…
…
…
-202
-313
…
…
…
…
-232
…
…
…
…
…
Variations (en pourcentage)
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
2
2
3
-3
-4
-4
-7
2
-1
-3
-5
-6
-13
-5
-3
-6
-8
…
-32
-15
-9
-10
…
…
-50
-25
-17
…
…
…
-63
-40
…
…
…
…
-80
…
…
…
…
…
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
atteintes à divers âges pour des groupes de générations de femmes américaines
et canadiennes nées après 1945. Les femmes de certaines de ces générations
ont atteint 50 ans et ont donc complété leur période féconde ; pour elles, le
tableau présente donc le nombre total d’enfants qu’elles ont effectivement
mis au monde (la descendance finale) et l’ensemble de leur histoire féconde.
On peut donc comparer le calendrier effectif de la fécondité des femmes de
ces générations.
- 121 -
Les Américaines des générations nées entre 1945 et 1954 ont eu légèrement
plus d’enfants que les Canadiennes des mêmes générations (90 et 106 enfants
de plus pour 1 000 femmes pour les générations 1945-1949 et 1950-1954,
respectivement). Par contre, on remarque que jusqu’à 30-34 ans les Canadiennes
du premier groupe de ces générations avaient une descendance atteinte — le
nombre moyen d’enfants qu’elles avaient mis au monde jusqu’à un âge donné
— légèrement supérieure à celle des Américaines. Par exemple, à 30-34 ans
les Canadiennes nées entre 1945 et 1949 avaient déjà, en moyenne, mis au
monde 1,86 enfant alors que leurs contreparties américaines avaient, en moyenne,
1,81 enfant. Cela dénote un calendrier plus précoce de la fécondité des
Canadiennes de ces générations et une plus forte fécondité au-delà de 30 ans
des Américaines de ces générations.
Comparé à celui des Américaines, le calendrier de la fécondité des
Canadiennes est passé d’un calendrier plus précoce à un régime de fécondité
plus tardif. À partir des générations 1955-1959, les Américaines ont à tous
les âges une descendance atteinte supérieure à celle des Canadiennes. D’un
groupe de générations au suivant, l’écart entre les descendances atteintes par
les Canadiennes et les Américaines augmente. Par exemple, pour le groupe
des générations nées entre 1970 et 1974, la descendance atteinte par les
Américaines âgées de 30 à 34 ans au 1er janvier 1999 dépasse de 40 % celle
des Canadiennes, traduisant dans les générations l’effet de la plus forte baisse
de la fécondité avant 30 ans observable pour les Canadiennes à la figure 4.
Pour tous les groupes de générations, la descendance atteinte, à l’âge le plus
élevé pour lequel on peut le calculer avec les statistiques disponibles, est supérieure
aux États-Unis par rapport au Canada. La plus forte fécondité des Américaines
que montrait l’indice du moment s’observe aussi pour tous les groupes de
générations nées après 1945. Tout indique que la descendance finale des
générations qui n’ont pas encore complété leur période féconde demeurera
plus faible au Canada comparativement à la situation américaine. Il importe
donc de poursuivre l’analyse au niveau des taux par âge.
Fécondité selon l’âge
Au cours des 20 dernières années, le calendrier de la fécondité des
Canadiennes et des Américaines s’est allongé, mais d’une façon plus marquée
au Canada. Les taux de fécondité des femmes âgées de 30 ans ou plus
augmentent à peu près au même rythme dans les deux pays. La fécondité
des Américaines plus jeunes se maintient et même augmente légèrement
chez celles âgées de 25 à 29 ans, alors que celle des Canadiennes du même
âge diminue de façon importante. Entre 1979 et 1999, on observe une
diminution de près de 40 % de la fécondité des Canadiennes âgées de 20 à
24 ans et d’environ 25 % chez celles âgées de 25 à 29 ans (figure 4). Tout
au long de la période d’observation, la fécondité des Américaines âgées de
moins de 25 ans surpasse celle des Canadiennes du même âge, mais l’écart
- 122 -
Figure 4.
Évolution des taux de fécondité par groupe d’âge, Canada et États-Unis,
1979-1999
Pour 1 000
70
15-19 ans
120
États-Unis
60
Pour 1 000
20-24 ans
110
États-Unis
100
50
90
40
Canada
80
30
70
Canada
20
10
1979
1983
Pour 1 000
130
1987
1991
60
1995
1999
25-29 ans
95
1983
1987
1991
1995
1999
1995
1999
30-34 ans
Pour 1 000
90
Canada
125
50
1979
Canada
85
120
80
115
75
110
États-Unis
70
105
65
100
95
États-Unis
60
1979
40
1983
Pour 1 000
1987
1991
1995
1999
35-39 ans
55
1979
8
1983
Pour 1 000
1987
1991
40-44 ans
7
35
États-Unis
États-Unis
6
30
5
Canada
25
4
20
15
1979
Canada
3
1983
1987
1991
1995
1999
2
1979
1983
1987
1991
1995
1999
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
- 123 -
entre les deux populations s’accroît avec le temps. Dans les deux pays, la
fécondité culmine à 25-29 ans, mais, alors qu’avant 1995 la fécondité des
Canadiennes de ce groupe d’âge était plus élevée que celle des Américaines
du même groupe d’âge, elle est de près de 15 % inférieure en 1999. Entre
30 et 34 ans, les taux évoluent à la hausse de façon comparable dans les deux
pays. Après 35 ans, les taux sont aussi à la hausse dans les deux pays, mais
celle-ci est un peu plus forte aux États-Unis. Néanmoins, il faut souligner
que la fécondité des femmes âgées de plus de 35 ans est faible et que son
effet sur l’indice synthétique de fécondité est négligeable.
La figure 5 permet de mieux apprécier l’effet de l’évolution des taux de
fécondité des Canadiennes et des Américaines au cours des 20 dernières années.
L’évolution à la hausse des taux de fécondité au-delà de 30 ans est similaire
dans les deux pays et les courbes se juxtaposent presque, tant en 1980 qu’en
1999. Par contre, la plus forte fécondité des jeunes femmes américaines,
déjà perceptible en 1980, s’est accrue et à la fin de la période d’observation
les écarts entre les deux courbes avant 25-29 ans sont plus marqués. La
surfécondité grandissante des Américaines par rapport aux Canadiennes est
donc le fait du maintien de la fécondité plus forte des jeunes femmes américaines
alors que celle des jeunes Canadiennes a diminué de façon importante.
On peut calculer qu’environ 30 % de l’écart observé entre les indices
synthétiques de fécondité américain et canadien en 1999 résulte de la plus
forte fécondité des adolescentes américaines. Le taux de fécondité à 15-19
ans dépasse les 50 pour 1 000 aux États-Unis alors qu’au Canada il est inférieur
à 20 pour 1 000. Aucun autre pays industrialisé ne présente des taux de fécondité
juvénile aussi élevés que ceux observés aux États-Unis. La fécondité des
adolescentes américaines est plus du double de celle des adolescentes des
autres pays industrialisés, y compris le Canada, et 10 fois celle observée au
Japon et au Pays-Bas (Maynard, 1996). Elle n’est pas, comme on pourrait
le croire, le seul fait de la composition ethnique de la population américaine,
puisque la population blanche présente aussi des taux plus élevés (40 pour
1 000) que ceux observés ailleurs.
À bien des égards, cette situation n’est pas enviable. Au niveau individuel,
une fécondité trop précoce est, pour la mère, souvent associée avec
l’interruption de la scolarité et les difficultés d’insertion sur le marché du
travail qui peuvent en découler, un risque plus élevé de vivre en monoparentalité,
de vivre sous le seuil de la pauvreté et de vivre de longs épisodes d’aide sociale
(Moore et al., 1993 ; Maynard, 1996). Les désavantages socio-économiques
à l’âge adulte reliés à une grossesse lors de l’adolescence sont perceptibles
même pour les jeunes issues de milieux relativement aisés et celles qui ont
poursuivi leurs études secondaires (Olausson et al., 2001). Sans compter
que les conséquences néfastes ne se limitent pas aux seules mères, mais touchent
aussi la santé et le statut socio-économique futur des enfants issus de ces
grossesses. Les chances de « succès » scolaire, économique ou familial sont
- 124 -
Figure 5.
140
Taux de fécondité selon le groupe d’âge, Canada et États-Unis, 1980 et 1999
1980
Taux pour 1 000
États-Unis
120
Canada
100
80
60
40
20
0
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
45-49
35-39
40-44
45-49
Groupe d'âge
140
1999
Taux pour 1 000
120
États-Unis
100
80
Canada
60
40
20
0
15-19
20-24
25-29
30-34
Groupe d'âge
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
réduites pour les enfants nés d’une mère adolescente, même une fois prises
en compte les différences de caractéristiques socio-économiques des mères
(Haveman et al., 1996).
La fécondité des adolescentes américaines est une préoccupation pour
les autorités qui suivent de près son évolution (Ventura et al., 2001) et cherchent
- 125 -
à la réduire au moyen de différentes politiques incitatives (Donavan, 1999).
La grande majorité (87 %) des grossesses des adolescentes américaines sont
non désirées (Maynard, 1996). Il est donc possible que l’indice synthétique
de fécondité américain diminue si on parvient à réduire la fécondité des
adolescentes.
Par contre, près des deux tiers (60 %) de l’écart observé entre l’indice
américain et l’indice canadien découle de la plus faible fécondité des
Canadiennes âgées de 20 à 29 ans, soit l’âge où la procréation est
physiologiquement plus facile. Est-ce parce que les Canadiennes désirent
moins d’enfants que les Américaines?
Les intentions de fécondité
La figure 6 semble infirmer cette hypothèse. On y présente le nombre
moyen d’enfants désirés3 par les répondantes à deux enquêtes tenues en 1995.
Celui-ci varie entre 2,0 enfants pour les Américaines âgées de 40 à 44 ans au
moment de l’enquête et 2,4 pour les Canadiennes âgées de 20 à 24 ans. On
remarque aussi que, dans les deux pays, le nombre d’enfants que les femmes
déclarent vouloir mettre au monde augmente avec l’âge jusqu’au groupe d’âge
25-29 ans pour ensuite diminuer jusqu’à environ 2 enfants par femme. En
moyenne, les Canadiennes en âge de procréer (15 à 44 ans) ont déclaré
l’intention d’avoir 2,22 enfants, un nombre tout à fait comparable à celui
déclaré par les Américaines (2,19 enfants).
L’attrait que représente la norme de la famille de deux enfants apparaît
aussi clairement à la figure 7 qui présente la proportion de femmes âgées de
15 à 44 ans ayant répondu désirer au moins un autre enfant selon le nombre
d’enfants nés. La grande majorité des femmes ayant aucun ou un seul enfant
répondent désirer avoir au moins un autre enfant : 80 % ou plus des femmes
sans enfants désirent avoir au moins un enfant et 54 % de celles qui ont un
enfant désirent mettre au monde un autre enfant. Par contre, la proportion
de celles qui désirent un autre enfant diminue radicalement chez celles qui
ont déjà deux enfants : 11 % des Canadiennes et 18 % des Américaines ayant
eu deux enfants déclarent vouloir un autre enfant et ces proportions diminuent
de nouveau chez celles qui ont trois enfants ou plus. Le désir de fonder une
famille et celui d’atteindre la « norme » de deux enfants sont identiques
au Canada et aux États-Unis, mais le désir d’une famille plus nombreuse
(trois ou quatre enfants) semble être plus grand parmi les répondantes
3
Les concepts ne sont pas exactement les mêmes dans les enquêtes canadienne et américaine.
Au Canada, on demandait aux femmes « Quel est le nombre total d’enfants que vous avez
l’intention d’avoir, y compris ceux que vous avez déjà? » alors que l’enquête américaine
demandait aux femmes qui ont déclaré l’intention d’avoir un autre enfant le nombre minimum
et le nombre maximum d’enfants qu’elles avaient l’intention d’avoir et c’est la moyenne
de ces deux nombres qui a servi à calculer le nombre moyen d’enfants souhaités.
- 126 -
Figure 6.
3,0
Nombre d'enfants souhaités selon le groupe d'âge, femmes âgées de 15 à 44
ans, Canada et États-Unis, 1995
Enfants souhaités par femme
Canada
États-Unis
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0,0
15-19 ans
20-24 ans
25-29 ans
30-34 ans
35-39 ans
40-44 ans
Groupe d'âge
Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale 1995 et National Centre for Health
Statistics, National Survey of Family Growth 1995.
américaines que chez les Canadiennes, comme l’indique les proportions près
de deux fois plus élevées des premières qui désirent avoir au moins un autre
enfant parmi celles qui en ont déjà deux ou plus.
On peut se demander quelle valeur accorder aux réponses faites concernant
les intentions de fécondité. À ce sujet, les opinions varient. Analysant un
échantillon de près de 3 000 blanches non hispaniques d’une enquête longitudinale
américaine, Schoen et ses collègues (1999) ont pu établir qu’au niveau individuel
les intentions quant à la fécondité future (avoir ou non un enfant) et au degré
de certitude exprimé par les deux conjoints étaient fortement associés aux
comportements féconds des répondantes au cours des cinq années suivant
le premier passage de l’enquête. D’autres doutent que les intentions de fécondité
exprimées sous la forme du nombre d’enfants souhaités puissent être un
indicateur utile de la « demande » d’enfants dans les pays à faible fécondité,
ces souhaits étant trop fortement influencés par des stéréotypes sociaux comme
la norme de la famille de deux enfants (Livi Bacci, 2001).
Quoi qu’il en soit, dans la plupart des pays développés, le nombre moyen
d’enfants souhaités approche deux ou dépasse légèrement ce niveau. Dans
- 127 -
Figure 7.
90
Pourcentage des femmes âgées de 15 à 44 ans ayant répondu désirer avoir
au moins un autre enfant, selon le nombre d'enfants déjà nés, Canada et
États-Unis, 1995
Pourcentage
Canada
80
États-Unis
70
60
50
40
30
20
10
0
0
1
2
3+
Nombre d'enfants
Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale 1995 et National Centre for Health
Statistics, National Survey of Family Growth 1995.
ces pays où la fécondité est sous le seuil de remplacement, le nombre
moyen d’enfants que les femmes déclarent vouloir dépasse généralement le
nombre d’enfants qu’elles mettront effectivement au monde. Cela est
probablement d’autant plus vrai que la répondante est jeune au moment où
on lui demande combien d’enfants elle désire avoir puisqu’il semble parfois
plus facile aujourd’hui de contrôler la fécondité pour empêcher une naissance
non désirée que de créer les conditions financières et familiales requises à
l’engagement à long terme que représente la naissance d’un enfant. On peut
donc maintenant se demander si ces conditions et les possibilités de les satisfaire
varient entre les deux pays.
Quelques explications possibles
De nombreux démographes, sociologues et économistes ont cherché à
expliquer les variations de fécondité. Pour cette étude comparative, le cadre
conceptuel proposé par Davis et Blake (1956) apparaît approprié et un certain
nombre de facteurs qui influent directement sur le niveau de la fécondité sont
comparés pour les deux pays. Bongaarts (1976) retient huit des onze facteurs
- 128 -
influant directement la fécondité identifiés par Davis et Blake : la nuptialité,
la contraception, l’avortement, l’aménorrhée postpartum, la fréquence des
relations sexuelles, la mortalité intra-utérine, la stérilité et la durée de la période
féconde. Les trois premiers facteurs apparaissent plus importants pour expliquer
les différences de fécondité entre deux pays posttransitionnels4 comme le Canada
et les États-Unis. L’influence sur la fécondité potentielle des cinq derniers
facteurs ne peut être que marginale puisque les niveaux de fécondité sont
moins sensibles à une variation de ceux-ci et que par ailleurs la composition
des deux populations à l’étude varie relativement peu en regard de ces facteurs.
Leur importance est plus grande pour expliquer les variations de fécondité
entre les sociétés pré-transitionnelles dont le niveau de fécondité des femmes
mariées avoisine celui de la fécondité naturelle. L’analyse qui suit retient donc
seulement les trois premiers facteurs et compare la composition des deux
populations en relation avec ceux-ci.
La pratique contraceptive (accès à et utilisation d’une méthode efficace)
est de loin le facteur ayant le plus d’effet sur les risques de conception, de
naissances vivantes et donc sur les taux de fécondité observés dans les pays
développés où l’indice synthétique de fécondité est inférieur à 3,0 enfants
par femme (Bongaarts, 1982). Les méthodes contraceptives les plus efficaces
— anovulants, implants, injections et dispositifs intra-utérins — que l’on peut
regrouper sous le vocable des méthodes médicales ou pharmaceutiques, sont
généralement d’accès moins facile puisque leur utilisation nécessite une
ordonnance, voire l’intervention du médecin, et donc une visite médicale. Il
en est de même pour la stérilisation pour fins contraceptives qui nécessite
une intervention chirurgicale.
Au Canada, le système de santé public offre un accès universel et gratuit
aux services médicaux, alors qu’aux États-Unis de tels services peuvent
engendrer des frais importants. Par contre, on retrouve dans plusieurs États
des cliniques de planification familiale dont le mandat est, entre autre, d’offrir
l’accès à la contraception à ceux et celles qui pourraient ne pas se le permettre
autrement (Donavan, 1999). On peut néanmoins admettre que les méthodes
médicales et la stérilisation pour fins contraceptives sont d’accès plus facile
au Canada parce moins dispendieuses pour les utilisateurs.
La figure 8 met en parallèle les proportions de Canadiennes et d’Américaines
ayant déclaré utiliser une méthode contraceptive selon le groupe d’âge. La
proportion d’utilisatrices augmente avec l’âge dans les deux pays, rapidement
entre les groupes d’âges 15-19 ans et 20-24 ans et plus lentement par la suite.
Si les grandes tendances sont semblables dans les deux pays, on remarque
4
On fait ici référence à la fois au fait que les deux populations présentent de faibles taux
de natalité et de mortalité qui distinguent les sociétés ayant complété leur transition
démographique, et au fait que ces deux sociétés ont aussi complété la transition de la fécondité
naturelle à la fécondité contrôlée.
- 129 -
Figure 8.
90
Proportion des femmes de 15 à 44 ans qui utilisent une méthode
contraceptive selon le groupe d'âge, Canada et États-Unis, 1995
En pourcentage
Canada
80
États-Unis
70
60
50
40
30
20
10
0
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
Groupe d'âge
Nota : Femmes sexuellement actives seulement aux États-Unis et ensemble des femmes au Canada.
Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale 1995 et National Centre for Health
Statistics, National Survey of Family Growth 1995.
que, à partir du groupe d’âge 20-24 ans, la proportion d’utilisatrices estimée
à partir de l’enquête américaine est légèrement supérieure à celle estimée pour
la population canadienne selon l’Enquête sociale générale. L’écart est maximal
pour le groupe d’âge 25-29 ans où la proportion d’utilisatrices d’une méthode
contraceptive est quelque 20 % supérieure aux États-Unis. Ce résultat apparaît
contraire aux attentes, compte tenu que la fécondité des Américaines de moins
de trente ans est supérieure à celle des Canadiennes du même âge. Il s’explique,
en bonne partie, par le fait que l’enquête américaine ne pose les questions
sur la contraception qu’aux femmes sexuellement actives, alors que l’enquête
canadienne les pose à toutes les femmes.
Par contre, les utilisatrices canadiennes semblent faire usage de méthodes
contraceptives plus efficaces que les utilisatrices américaines. Par exemple,
28 % des utilisatrices américaines déclarent employer une méthode naturelle
(coït interrompu, calendrier) ou une méthode barrière (condom, mousse
spermicide, diaphragme, etc.), contre 17 % au Canada (tableau 2). Au Canada,
46 % des femmes utilisant la contraception ont opté pour la stérilisation contre
41 % aux États-Unis et les méthodes pharmaceutiques (pilule, stérilet, implant)
sont aussi plus populaires au Canada (37 %) qu’aux États-Unis (31 %).
- 130 -
Tableau 2. Répartition (en pourcentage) des utilisatrices de méthodes contraceptives
selon la méthode employée et le groupe d’âge, Canada et États-Unis, 1995
Age
Group Sterilization
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
Total
0,0
3,6
19,6
44,1
68,9
84,6
45,8
Canada
United States
Pharmaceutical
Barrier and
Natural
Total
86,0
77,1
59,6
34,7
13,6
3,8
36,7
14,0
19,3
20,8
21,3
17,5
11,5
17,5
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
Sterilization
Pharmaceutical
Barrier and
Natural
Total
0,6
5,1
22,7
41,3
62,2
73,7
41,4
57,3
61,9
45,0
30,9
12,8
6,8
30,6
42,1
33,0
32,3
27,8
25,0
19,5
28,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
100,0
Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale 1995 et National Centre for Health
Statistics, National Survey of Family Growth 1995.
L’écart entre les proportions d’utilisatrices canadiennes et américaines
ayant recours à une méthode pharmaceutique est d’autant plus élevé que le
groupe d’âge est jeune. Par exemple, alors qu’au Canada 86 % des utilisatrices
âgées de 15 à 19 ans utilisent une méthode pharmaceutique (principalement
la pilule) contre 14 % qui utilisent une méthode naturelle ou barrière
(principalement le condom), ces proportions sont de 57 % et 42 %
respectivement aux États-Unis.
L’utilisation d’une méthode contraceptive moins efficace se traduit
évidemment par un risque plus élevé de grossesse non désirée ou non planifiée,
un recours plus grand à l’avortement et une proportion plus grande de naissances
non désirées. Il existe une littérature abondante aux États-Unis concernant
la forte incidence de grossesses non désirées (Henshaw 1998, 2001 ; Jones
et al., 1989). On estime que près de la moitié des grossesses (49 %) survenues
aux États-Unis dans la première moitié de la décennie 1990 étaient non voulues.
Environ la moitié d’entre elles se sont terminées par un avortement, laissant
donc un proportion importante (31 %) de naissances non voulues par rapport
à l’ensemble de toutes les naissances (Frejka, 2002). Pour certaines, ce n’est
que le moment de la grossesse qui n’est pas planifié bien que l’enfant soit
désiré, mais une proportion non négligeable de l’ensemble des naissances sont
non désirées. Par exemple, on a estimé que 10 % de toutes les naissances
survenues dans la première moitié de la décennie 1990 étaient non désirées
(Abma et al., 1997).
Au Canada, il n’existe pas d’enquête récente permettant d’estimer la
proportion de grossesses non désirées. Seule l’enquête sur la famille et la
fécondité de 1984 comportait des questions sur les circonstances entourant
chaque grossesse. Pour chaque grossesse déclarée, l’enquête demandait à
la répondante si elle avait l’intention de devenir enceinte à ce moment, si elle
aurait préféré être enceinte plus tard ou si elle aurait préféré ne plus avoir
- 131 -
d’enfant. Jones et al., (1989) ont effectué une étude comparative approfondie
des résultats de cette enquête. La comparaison est essentiellement faite avec
la situation aux États-Unis, bien que l’étude compare la problématique de la
planification des naissances dans une vingtaine de pays industrialisés. Les
auteurs ont aussi porté une attention particulière aux politiques familiales et
en particulier aux services de planification familiale dans chacun des pays au
moyen d’entrevues en profondeur avec les autorités responsables de l’élaboration
et de l’évaluation des politiques familiales et d’autres spécialistes. Ils concluent
qu’au début des années 1980, la proportion de grossesses non planifiées ou
non voulues était beaucoup plus grande aux États-Unis que dans les autres
pays, environ 60 % plus élevée dans ce pays qu’au Canada, qu’en Belgique
ou en Suède, plus du double de la proportion observée en Grande-Bretagne
et cinq fois celle des Pays-Bas.
En ce qui concerne la comparaison de la situation américaine et canadienne,
leurs conclusions sont claires. Les méthodes contraceptives employées sont
clairement plus efficaces au Canada qu’aux États-Unis avec le résultat que le
taux de grossesses non désirées est plus bas au Canada. Les Canadiennes
semblent accorder une plus grande importance à la prévention des grossesses
non voulues en utilisant des méthodes contraceptives plus efficaces et en
acceptant mieux les problèmes qui peuvent être associés à leur utilisation (Jones
et al., 1989).
Ils notent quatre différences marquantes dans le système de planification
familiale des deux pays qui contribuent, selon eux, au succès remporté par
les Canadiens dans la prévention des naissances non désirées :
1) L’absence de barrière économique à l’accès à la contraception efficace.
Les Canadiennes peuvent obtenir des ordonnances pour les contraceptifs
oraux sans frais et rapidement. De plus, la stérilisation à des fins
contraceptives peut être obtenue gratuitement et facilement ;
2) La disponibilité de l’information concernant les méthodes contraceptives
dès que les jeunes femmes deviennent sexuellement actives. Les nouvelles
utilisatrices canadiennes de toutes les classes sociales peuvent obtenir
des conseils détaillés sur la sexualité, les méthodes contraceptives, et
l’importance d’éviter les grossesses précoces et non désirées, le plus
souvent d’une façon individuelle ;
3) Une attitude plus positive en faveur de la pilule. Les services de
planification familiale encouragent l’utilisation de la pilule contraceptive,
la méthode la plus efficace ;
4) Plus de services aux étudiants du secondaire concernant la prévention
des naissances. Les écoles fournissent de l’information sur les méthodes
contraceptives et les services de planification familiale disponibles par
le biais des infirmières scolaires ou des travailleuses sociales.
- 132 -
Figure 9.
0,9
Indice synthétique d'avortement, Canada et États-Unis, 1976-1997
Avortement par femme
États-Unis
0,8
0,7
0,6
0,5
Canada
0,4
0,3
0,2
1976
1981
1983
1985
1987
1989
1991
1993
1995
1997
Année
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
Selon les auteurs, il est probable que ces différences permettent d’expliquer
pourquoi le taux de grossesse non désirée est plus faible au Canada. On peut
facilement étendre ce raisonnement pour expliquer pourquoi l’avortement y
est aussi moins fréquent.
Malgré tout le débat politique concernant l’accès à l’avortement aux ÉtatsUnis, l’indice synthétique d’avortement américain s’est maintenu à un niveau
plus élevé que celui observé au Canada au cours des 20 dernières années.
Entre 1980 et 1990, l’indice synthétique d’avortement est plus de deux fois
plus élevé aux États-Unis où il se maintient aux alentours de 0,8 avortement
par femme alors que l’indice canadien fluctue entre 0,30 et 0,35 avortement
par femme (figure 9). Depuis 1990, l’écart entre les deux pays s’est amenuisé,
l’indice américain ayant diminué (0,7 avortement par femme en 1997), alors
que celui du Canada a grimpé (0,5 avortement par femme en 1997). Dans
les deux pays les taux d’avortement sont plus élevés chez les jeunes femmes.
C’est surtout la réduction des écarts pour les taux d’avortement des femmes
âgées de moins de 30 ans qui explique le rapprochement des indices des deux
pays (tableau 3). Depuis 1990, le taux d’avortement chez les adolescentes
américaines (15-19 ans) a diminué de près de 30 % et celui des femmes âgées
- 133 -
Tableau 3. Taux d'avortement (pour 1 000) selon le groupe d'âge, Canada et ÉtatsUnis, 1990 et 1997
Canada
États-Unis
Groupe
d'âge
1990
1997
Variation
(%)
1990
1997
Variation
(%)
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40 +
20,4
26,9
17,1
11,3
6,8
2,1
21,6
34
22,6
14,1
8,3
2,9
5,9
26,4
32,2
24,8
22,1
38,1
40,3
56,7
33,9
19,7
10,8
3,2
27,5
49,2
33,3
18,1
9,6
3,1
-31,8
-13,2
-1,8
-8,1
-11,1
-3,1
Sources : Statistique Canada, Division de la démographie et site Internet de National Centre for
Health Statistics.
de 20 à 24 ans de près de 15 % alors qu’au Canada ces taux augmentaient,
légèrement (6 %) pour ce qui est de celui des plus jeunes, mais de façon plus
marquée (26 %) chez les femmes canadiennes âgées de 20 à 24 ans. Néanmoins,
les taux d’avortement demeurent plus élevés aux États-Unis qu’au Canada
pour tous les groupes d’âge.
Nuptialité, cohabitation et divortialité
On observe une hausse de la fécondité hors mariage tant au Canada qu’aux
États-Unis, mais la majorité des naissances surviennent toujours au sein de
couples mariés. En 1980, la proportion des naissances de femmes non mariées
atteint 13 % au Canada et 18 % aux États-Unis. Cette proportion affiche une
tendance continue à la hausse au cours des 20 dernières années. En 1999,
les pourcentages correspondant étaient de 31 % et 33 % au Canada et aux
États-Unis, respectivement (Ventura et Bachrach, 2000). Cette tendance résulte
de l’acceptation de plus en plus grande d’une autre forme de vie conjugale —
l’union libre — qui de « mariage à l’essai » tend de plus en plus à se substituer
au mariage légal.
Bien que la fécondité des couples vivant en union libre augmente avec le
temps, il n’en demeure pas moins que la fécondité des femmes mariées demeure
nettement supérieure à celle des femmes vivant en union libre. Mettre au
monde un enfant est un engagement à long terme et plusieurs préfèrent toujours
le faire dans le cadre d’une union légale. Le nombre d’enfants par femme
demeure donc plus élevé pour les mariées que pour les femmes vivant en
union libre ou hors union. Pour le Canada dans son ensemble, l’indice synthétique
de fécondité des mariées est près du double de celui des femmes vivant en
union libre tant pour les unions formées entre 1975 et 1984 que pour celles
formées entre 1985 et 1994 (Dumas et Bélanger, 1997 : 169). Le mode de
- 134 -
Figure 10. Proportion des femmes qui déclarent être mariées, selon le groupe d'âge,
Canada et États-Unis, 1995
80
Pourcentage
60
États-Unis
40
Canada
20
0
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
Groupe d'âge
Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale 1995 et National Centre for Health
Statistics, National Survey of Family Growth 1995.
vie conjugale, bien que moins déterminant qu’auparavant, demeure une variable
intermédiaire importante dans la recherche d’explications de la fécondité
différentielle.
Comparé à la situation canadienne, le mariage est plus précoce et plus
répandu aux États-Unis. La figure 10 présente la proportion de femmes ayant
déclaré être mariées au moment des enquêtes de 1995 selon le groupe d’âge.
Avant 35 ans, les proportions sont plus élevées aux États-Unis qu’au Canada
et les écarts sont d’autant plus grands que la répondante est jeune. Par exemple,
alors que près de 5 % des Américaines âgées de 15 à 19 déclaraient être mariées
en 1995, la proportion de mariées parmi les Canadiennes du même âge est
inférieure à 1 %. De même, à 20-24 ans, la proportion de femmes mariées
est de 40 % supérieure aux États-Unis, ces proportions atteignant 17 % et
28 % au Canada et aux États-Unis, respectivement.
Selon les deux enquêtes, on compterait près de 20 % de femmes âgées
de 20 à 24 ans vivant en union libre au Canada alors que cette proportion
atteindrait 11 % chez les femmes du même groupe d’âge demeurant aux ÉtatsUnis en 1995. La nuptialité plus élevée des Américaines résulte en grande
partie de l’attrait plus grand qu’exerce l’union libre comme mode de vie conjugale
- 135 -
au Canada, mais avant 25 ans la propension à vivre en couple est plus élevée
(d’environ 8 %) aux États-Unis qu’au Canada. Il est possible que les plus
grandes difficultés d’insertion des jeunes sur le marché du travail canadien
comparé à la situation américaine puisse retarder la formation d’union chez
les jeunes Canadiens.
Les facteurs indirectement associés à la fécondité
Dans le cadre conceptuel proposé par Davis et Blake, les pratiques
contraceptives, le recours à l’avortement et la nuptialité (ainsi que les autres
variables citées plus haut) servent d’intermédiaires entre les variables socioéconomiques et culturelles et la fécondité elle-même. Par exemple, le recours
à l’avortement et le choix d’un mode de vie conjugale plutôt qu’un autre peuvent
être influencés par la pratique religieuse d’un individu ; la formation d’union
chez les jeunes peut être influencée par les possibilités plus ou moins grandes
d’atteindre l’indépendance financière que peut offrir un emploi stable ;
l’utilisation efficace et le choix d’une méthode contraceptive peuvent être
modulés par la capacité de recueillir de l’information et de l’utiliser
convenablement ou encore par des contraintes financières.
Sans se vouloir exhaustive, la section qui suit cherche à éclairer quelquesunes des relations qui existent entre les variables socio-économiques et culturelles
et la fécondité et montrer qu’elles peuvent différer entre les deux pays. Le
choix des variables analysées résulte en partie de réflexions comme celles
exprimées au paragraphe précédent et des résultats d’une analyse faite au
Canada. Au moyen d’un modèle d’analyse des transitions, Bélanger et Dumas
(1998) et Bélanger (2000) ont montré que parmi un ensemble de variables
socio-culturelles, l’emploi, le niveau d’éducation, la pratique religieuse et le
pays de naissance avaient des effets significatifs sur le risque de mettre au
monde un deuxième ou un troisième enfant. On s’intéressera à certaines de
ces variables.
- La pratique religieuse
La pratique religieuse peut servir d’indicateur du niveau de traditionalisme
ou de sécularisme d’une société. Elle influence indirectement la fécondité
des individus surtout par son effet sur le choix du mariage comme mode de
vie conjugale et sur la stabilité de l’union. Au Canada, les personnes qui ne
pratiquent pas leur religion présentent un risque près de trois fois plus élevé
de former une union libre que celle qui participent aux offices religieux de
façon hebdomadaire (Dumas et Bélanger, 1997) et un risque moins élevé de
voir l’union formée se rompre (Turcotte et Bélanger, 1997).
Au Canada, Bélanger et Dumas (1998) ont observé une proportion légèrement
plus élevée d’utilisation de la contraception chez les couples dont le répondant
dit ne jamais participer aux offices religieux (81 %) que chez ceux qui pratiquent
- 136 -
Figure 11. Proportion des femmes qui déclarent pratiquer leur religion de façon
hebdomadaire, selon le groupe d'âge, Canada et États-Unis, 1995
45
Pourcentage
40
États-Unis
35
30
25
20
Canada
15
10
15-19
20-24
25-29
30-34
35-39
40-44
Groupe d'âge
Sources : Statistique Canada, Enquête sociale générale 1995 et National Centre for Health
Statistics, National Survey of Family Growth 1995.
occasionnellement ou de façon hebdomadaire (75 %). Par contre, la fréquence
de la pratique religieuse n’a pas beaucoup d’effets sur le choix d’une méthode
contraceptive, si ce n’est qu’une plus faible proportion des couples pratiquants
répondent utiliser la pilule ou le stérilet (18 %) comparée aux autres (28 %),
mais cette différence est entièrement comblée par une proportion plus élevée
de couples stérilisés parmi ceux qui participent de façon hebdomadaire aux
offices religieux. On observe le même phénomène de compensation aux ÉtatsUnis. Parmi les utilisatrices d’une méthode contraceptive, 48 % des pratiquantes
(ou leur conjoint) ont eu recours à la stérilisation contre 35 % des nonpratiquantes et 22 % des pratiquantes utilisent une méthode pharmaceutique
(pilule, implant ou injection) contre 32 % des non-pratiquantes.
La pratique religieuse est considérablement plus élevée aux États-Unis
qu’au Canada. Parmi les femmes d’âges féconds, la proportion d’Américaines
(34 %) qui déclarent pratiquer leur religion de façon hebdomadaire est près
du double de celle observée chez les Canadiennes (18 %). Ce rapport, du
simple au double, est à peu près constant pour tous les groupes d’âges (figure 11).
- 137 -
Figure 12. Taux de chômage chez les jeunes âgés de 20 à 24 ans selon le sexe, Canada
et États-Unis, 1980-1998
Pourcentage
Hommes
Femmes
22
Canada
22
20
20
18
18
16
16
Canada
14
14
12
12
10
10
États-Unis
États-Unis
88
1980
1984
1988
1992
1996
Année
66
8
1980
1984
1988
1992
1996
Année
Sources : Statistique Canada, Enquête sur la population active et Bureau of Labour Statistics.
- La précarité de l’emploi chez les jeunes
Au cours des vingt dernières années, l’accès au marché du travail fut
plus difficile pour les jeunes générations au Canada, tant pour les hommes
que pour les femmes. Le taux de chômage est un indicateur de la précarité
de l’emploi et de l’insécurité qui s’y rattache. Les responsabilités à long terme
qu’entraîne la naissance d’un enfant suppose un minimum de sécurité financière
(et affective) et un niveau raisonnable de confiance en l’avenir. La figure 12
compare l’évolution dans les deux pays du taux de chômage des jeunes hommes
et des jeunes femmes âgées de 20-24 ans entre 1980 et 1998. Les mouvements
à la hausse et à la baisse du chômage chez les jeunes se produisent généralement
en même temps dans les deux pays, reflet de la forte intégration des deux
économies.
Sur fond de parallélisme se développe un phénomène nouveau : l’écart
grandissant entre les taux canadiens et américains. Au début des années 80,
les taux de chômage chez les jeunes sont semblables dans les deux pays et
sont même parfois plus faibles au Canada, mais depuis 1983, le chômage
6
- 138 -
chez les jeunes est toujours plus élevé au Canada qu’aux États-Unis. À
l’exception de 1984 et 1985 où le chômage des jeunes Canadiens étaient de
40 % à 50 % supérieur à ce qui était observé aux États-Unis, les taux canadiens
sont entre 20 % et 30 % supérieurs au Canada. La crise économique du début
des années 90 semble avoir eu des séquelles plus importantes au Canada. Depuis
1991, le taux de chômage des jeunes Canadiens a toujours été de 50 % à
70 % plus élevé que celui des jeunes Américains.
Une des conséquences de cette précarité est l’appauvrissement des jeunes
générations en comparaison des précédentes, sans compter qu’au Canada
les gains réels des jeunes hommes étaient moins élevés à la fin des années
1990 qu’au début des années 1980. Entre 1984 et 1999, la valeur nette médiane
chez les jeunes couples (25 à 34 ans) ayant des enfants a chuté de 30 %. En
1999, 16 % de ces familles avaient une valeur nette nulle ou négative,
comparativement à 10 % en 1984 (Morissette et al., 2002). Des données
comparables pour les États-Unis ne sont pas disponibles, mais la comparaison
des statistiques de l’emploi laisse supposer que la situation des jeunes pourrait
y être plus favorable.
- Politiques familiales
Dans les sociétés où les dépenses publiques représentent une grande part
du produit national brut, le système de sécurité sociale peut exercer une poussée
négative sur le niveau de la fécondité. Dans ces pays modernes où les soins
de santé, l’aide aux personnes âgées et un revenu minimum à la retraite est
garanti, certains peuvent estimer plus avantageux (du moins sur le plan
économique) de ne pas avoir d’enfants puisqu’ainsi ils pourront bénéficier
de la protection sociale lorsqu’âgés et contribuer minimalement aux coûts
des enfants. En fait, selon Livi Bacci (2001), de tous les facteurs qui peuvent
être responsables de la faible fécondité observée dans les pays développés,
l’effet négatif induit par le système de sécurité sociale mérite la plus grande
attention.
Ni le Canada, ni les États-Unis n’ont de politique familiale explicite, mais
dans les deux pays plusieurs programmes ont des répercussions sur la situation
des familles. Les mesures fiscales et les programmes sociaux ayant une
implication directe ou indirecte sur le bien-être des familles canadiennes sont
les suivantes : les crédits d’impôt pour frais de garde des enfants, les prestations
fiscales pour enfants remises aux familles moins fortunées et qui ont remplacé
les allocations familiales, l’assurance-maladie et l’assurance-hospitalisation
universelles et gratuites, certains services de santé payés aux enfants provenant
de famille sous le seuil de pauvreté, l’aide sociale aux défavorisés (Baker et
Phipps, 1997).
Les programmes américains de transfert direct aux familles sont orientés,
comme au Canada d’aujourd’hui, vers la lutte à la pauvreté des enfants et
- 139 -
certains autres groupes en particuliers, soit les enfants maltraitrés et négligés
et les personnes handicapées (Aid to Families with Dependent Children (AFDC),
Supplemental Security Income (SSI), Food Stamps). Ils rejoignent surtout
des familles de minorités visibles et les mères monoparentales. La protection
sociale est minimale, souvent de courte durée et prône l’intégration au marché
du travail (Kamerman et Kahn, 1997 : 409). Il n’y a pas de programme
d’assurance-maladie universelle, la plupart des Américains devant recourir
au réseau privé. Il n’y a pas d’allocation familiale ou de prestations pour enfant,
les congés parentaux sont minimaux et non payés. Par contre, le fisc américain
accorde plusieurs crédits d’impôt favorisant les contribuables plus aisés :
exemptions pour les dépendants (enfants ou époux), déductions des intérêts
sur le remboursement d’un prêt hypothécaire, déductions des frais médicaux
au-delà d’un certain niveau, crédit d’impôt pour enfants (Earned Income Tax
Credit). S’il n’existe pas de programme d’allocations familiales aux ÉtatsUnis, plusieurs mesures fiscales favorisent les familles avec enfants (exemption
fiscale pour enfant et possibilité de déduire les frais d’hypothèques de leur
revenu imposable, par exemple). Les avantages créés par ces mesures
pourraient se traduire par une aide financière comparable et peut-être supérieure
à ce qu’il existe dans les autres pays industrialisés.
Conclusion
Canadiennes et Américaines souhaitent avoir le même nombre d’enfants,
pourtant un demi-enfant sépare les indices synthétiques de fécondité des
deux pays. Contrairement aux Canadiennes, à se fier à l’indice du moment,
les Américaines parviennent, en moyenne, à atteindre leur objectif de
descendance.
Elles y arrivent probablement par un jeu de compensation entre celles
qui ont plus d’enfants que ce qu’elles désirent et celles qui en ont moins. En
fait, une fraction considérable, près du tiers, de la différence entre les indices
synthétiques des deux pays s’explique par la surfécondité des adolescentes
américaines. Aucun pays industrialisé présente des taux de fécondité à 1519 ans aussi élevés et les autorités américaines cherchent depuis longtemps
à diminuer la fréquence du phénomène. De plus, la forte fécondité de certains
groupes ethnoraciaux américains, celle des hispanophones en particulier qui
approche les trois enfants par femme, permet de hausser de façon importante
la fécondité de l’ensemble des Américains. Des différences de fécondité entre
les groupes ethnoraciaux existent aussi au Canada, mais elles sont de moindre
ampleur et ces groupes représentent une plus faible proportion de la population ;
l’effet sur la moyenne nationale est donc moindre. On peut supposer que
l’indice synthétique américain pourrait diminuer dans l’avenir si la fécondité
des adolescentes, dont une bonne partie des naissances ne sont pas désirées,
et si la fécondité des hispanophones, à l’instar de celle de la minorité noire,
convergent vers celle plus faible de la majorité blanche.
- 140 -
Les différences de fécondité entre les deux pays s’observent surtout chez
les jeunes de moins de trente ans. La fécondité des Américaines âgées de 20
à 24 ans dépasse celle des Canadiennes du même âge de 75 % ; celles des
femmes âgées de 25 à 29 ans de 15 %. Favorisées par une nuptialité plus
précoce, par une plus forte propension au mariage légal, plus stable et plus
fécond que l’union libre adoptée en plus grand nombre au Canada, et par une
intégration au marché du travail plus facile, en particulier pour les jeunes hommes,
les jeunes Américaines de 20 à 29 ans ont plus d’enfants que les jeunes
Canadiennes du même âge. Bien que la fécondité des femmes âgées de 30
ans et plus soit à la hausse depuis un quart de siècle au Canada, cette hausse
ne compense pas pour la chute de la fécondité des plus jeunes.
S’il apparaît que les naissances non désirées sont plus fréquentes chez
notre voisin du sud, il semble néanmoins exister au Canada une demande
d’enfants plus élevée que ce que les Canadiens et les Canadiennes « réussissent »
à mettre au monde. En fait, lorsque l’on compare la différence entre la
descendance souhaitée et la descendance atteinte par les femmes âgées de
25 à 29 ans des différents pays ayant participé aux Enquêtes sur la fécondité
et la famille, tenues entre 1989 et 1996, l’écart pour le Canada est parmi les
plus grand5.
On regroupe généralement sous deux facteurs les raisons qui expliquent
pourquoi les femmes n’arrivent pas à atteindre le nombre d’enfants qu’elles
désirent : l’infécondité involontaire et les autres contraintes qui entrent en
concurrence directe avec le temps et l’argent qui sont consacrés à l’éducation
des enfants : carrière, niveau de vie, autres responsabilités familiales, loisirs,
etc. Un certain nombre de couples sont infertiles pour des raisons physiologiques
ou en raison de complications de maladies, en particulier de certaines maladies
sexuellement transmissibles, mais la faible fécondité des Canadiennes résulte
plus de la décision de retarder la formation d’une famille, peut-être à cause
des difficultés économiques que rencontrent les jeunes ménages, ou encore
de la fragilité grandissante des unions qui se rompent souvent par divorce ou
séparation (et parfois décès) avant la naissance du nombre désiré d’enfants.
Les couples tendent alors à reporter l’arrivée d’un enfant, et un report de la
fécondité se traduit souvent par une descendance plus faible que celle souhaitée,
si ce n’est que par la diminution de la fertilité qui affecte tant les hommes
que les femmes avec l’avancement en âge (Menken, 1985 ; de la Rochebrochard,
2001).
5
Voir à ce sujet la figure 1 de l’article de Livi-Bacci (2001) publié dans Population and
Development Review, supplément au volume 27, page 285.
- 141 -
BIBLIOGRAPHIE
Abma, J., A. Chandra, W. Mosher, et L. Peterson (1997). « Fertility, Family
Planning and Women’s Health : New Data from the 1995 National Survey
of Family Growth », NCHS, Vital Statistics, 23 (19).
Baker, M. et S. Phipps (1997). « Family Change and Family Policies : Canada »
dans Kamerman S.B. et A.J. Kahn (Éds.), Family Change and Fertility
Politics in Great Britain, Canada, New Zealand, and the United States,
Clarendon Press, Oxford, 1997, 463 pages.
Bélanger, A. (2000). Réflexions sur l’évolution des composantes de la croissance
démographique canadienne dans le contexte de l’examen triennal du
Régime de pension du Canada, actes du colloque sur les perspectives
démographiques et économiques du Canada, Bureau de l’Actuaire en chef,
Ottawa.
Bongaarts, J. (1978). « A Framework for Analizing the Proximate Determinants
of Fertility », Population and Development Review, 4 (1), pp. 105-132.
Bongaarts, J. (1982). « The Fertility-Inhibiting Effects of the Intermediate
Fertility Variables », Studies in Family Plannning, 13 (6/7), pp. 179-189.
Bongaarts, J. (2001). « Fertility and reproductive Preferences in PostTransitional Societies », dans R. Bulatao et J. Casterline (éd.), « Global
Fertility Transition », Population and Development Review, volume 27
(supplément), pp. 282-289.
De la Rochebrochard, É. (2001). « Stérilité, fertilité : la part des hommes »,
Population et sociétés, numéro 371, septembre 2001, Paris.
Davis, K et J. Blake (1956). « Social Structure and Fertility : An Analytical
Framework », Economic Development and Cultural Changes, volume 4
(4), pp. 211-235.
Donavan, P. (1999). « The “Illegitimacy Bonus” and State efforts to reduce
Out-of-Weedlock Births », Family Planning Perspectives, volume 31 (2),
pp. 94-97.
Dumas, J et A. Bélanger (1997). Rapport sur l’état de la population du Canada,
Statistique Canada, catalogue no. 91-209, Ottawa, 192 pages.
Frejka, T. et W. Kingkade (2002). US Fertility in International Comparison :
An Exploration to Aid Projections, document présenté à la Conference
of the US Bureau of the Census, « The Direction of Fertility in the United
States », Alexandria, Virginia, October 2-3, 2001 (révision postconférence).
- 142 -
Haveman, R.H., B. Wolfe et E. Peterson (1996). « Children of Early Childbearers
as Young Adults » dans R. Maynard (Éd.), Kids Having Kids, The Urban
Institute Press, Washington, pp. 257-285.
Henshaw (1998). « Unintended Pregnancy in the United States », Family
Planning Perspectives, volume 30 (1), pp. 24-29 et p. 46.
Henshaw (2001). « Teenage Abortion and Pregnancy Statistics by State, 1996 »,
Family Planning Perspectives, volume 32 (6), pp. 272-280.
Kamerman S.B. et A. J. Kahn (1997). « Family Change and Family Policies :
United-States » dans Kamerman S.B. et A. J. Kahn (Éds.), Family Change
and Fertility Politics in Great Britain, Canada, New Zealand, and the
United States, Clarendon Press, Oxford, 1997, 463 pages.
Jones, E.F., J.D. Darroch Forrest, S.K. Henshaw, J. Silverman et A. Torres
(1989). Pregnancy, Contraception, and Family Planning Services in
Industrialized Countries, Yale University Press, New Haven and London.
Livi Bacci, M. (2001). « Comment : Desired Family Size and the Future Course
of Fertility », dans R. Bulatao et J. Casterline (Éds.), « Global Fertility
Transition », Population and Development Review, volume 27 (supplément),
pp. 282-289.
Maynard, R. (1996). Kids Having Kids, The Urban Institute Press, Washington,
361 pages.
Menken, J. (1985). « Age and Fertility : How Late Can You Wait? », Demography,
22 (4), pp 469-483.
Morgan, S.P. (2000). « La fécondité aux États-Unis : Caractéristiques actuelles
et tendances futures », dans « Fécondité en dessous du niveau de
remplacement », Bulletin démographique des Nations Unis, numéro spécial
40-41, New York, pp. 401-420.
Moore, K.A., D. Myers, D.R. Morrison, C. Nord, B. Brown et B. Edmonston
(1993). « Age at Childbirth and Later Poverty », Journal of Research on
Adolescence, 3 (4), pp. 393-422.
Morissette, R., X.Zhang et M. Drolet (2002). L’évolution de l’inégalité de
la richesse au Canada, 1984-1999, Statistique Canada, catalogue no.
11F0019, numéro 187.
Olausson, P.O., B. Haglund, G.R. Weitoft et S. Cnattingius (2001). « Teenage
Childbearing and Long-Term Socioeconomic Consequences : A Case Study
in Sweden », Family Planning Perspectives, volume 33 (2), pp. 70-74.
- 143 -
Shoen, R., N.M. Astone, Y.J. Kim, C.A. Nathanson et J.M. Fields (1999).
« Do Fertility Intentions Affect Fertility Behavior? », Journal of Marriage
and the Family, volume 61, pp. 790-799.
Statistique Canada (2001). Projections démographiques pour le Canada,
les provinces et les territoires, 2000-2026, no. 91-520 au catalogue, Ottawa,
188 pages.
Statistique Canada (2002). Un coup d’oeil sur le Canada, 24 pages.
Turcotte, P. et A. Bélanger (1997). La dynamique de formation et de rupture
des premières unions libres au Canada, document de recherche publié
sur le site Internet de Statistique Canada.
US Census Bureau (2000). National Population Projections, detailed files,
data file NP-D3 : Annual Demographic Components of Change for the Resident
Population by Race and Hispanic Origin, Middle Series, 1999-2100.
Ventura, S.J., M.S. Mathews, et B.E. Hamilton (2001). « Births to Teenagers
in the United States, 1940-2000 », National Vital Statistics Reports, volume
49 (10), National Center for Health Statistics, Hyattsville, Maryland, 24
pages.
Ventura, S.J. et C.A. Bachrach (2000). « Nonmarital Childbearing in the United
States, 1940-2000 », National Vital Statistics Reports, volume 48 (16),
National Center for Health Statistics, Hyattsville, Maryland, 39 pages.
- 145 -
NOUVELLES TENDANCES DÉMOGRAPHIQUES
ET UTILISATION DES SERVICES DE
MAINTIEN À DOMICILE
Yves Carrière*, Laurent Martel*, Jacques Légaré*§ et Lucie Morin§
Résumé
Un problème de santé de longue durée peut parfois résulter en une perte
d’autonomie dans l’exécution des activités de la vie courante. Pour pallier à
cette perte d’autonomie, une personne pourra recourir à de l’aide qui proviendra
d’une source informelle (famille, ami, voisin), d’une source formelle (employé
rémunéré, agence gouvernementale ou privée, bénévole), ou des deux sources
à la fois (source d’aide mixte). La probabilité d’utiliser l’une ou l’autre de ces
sources d’aide dépendra, en partie, de l’entourage familial de la personne ainsi
que des ressources formelles existantes.
À l’aide des données de l’Enquête sociale générale de 1996, la présente
étude s’intéresse aux principaux facteurs socio-démographiques associés à la
source de l’aide reçue par les personnes âgées vivant en ménage privé. Les
résultats montrent que la probabilité de recevoir de l’aide de sources
exclusivement formelles augmente de façon significative chez les personnes qui
n’ont aucun enfant survivant. D’autre part, comparativement à une personne
vivant seule, celle vivant avec un conjoint de moins de 75 ans a une probabilité
plus élevée de recourir à des sources d’aide exclusivement informelles. La
scolarité et l’état de santé ont aussi un effet significatif sur la source de l’aide
reçue. Les conséquences que pourraient avoir les changements démographiques
récents sur le recours à l’aide de sources formelles dans le futur sont discutées.
Introduction
Au cours des deux dernières décennies, le vieillissement de la population
a suscité un intérêt considérable pour ce qui est de la viabilité financière des
programmes sociaux qui semble être étroitement liée à la structure par âge
d’une population, en particulier les régimes de retraite publics et le système
de soins de santé. La présente étude porte sur les effets possibles de certaines
nouvelles tendances démographiques sur l’utilisation des services de maintien
à domicile en examinant d’abord les caractéristiques associées à l’utilisation
des différentes sources de services destinés aux personnes âgées.
*
§
Statistique Canada
Département de démographie, Université de Montréal
- 146 -
Lorsque nous établissons des projections sur le vieillissement futur d’une
population, nous portons principalement notre attention sur les variations de
la proportion de personnes âgées. Cependant, en nous concentrant exclusivement
sur cette proportion, nous limitons l’analyse au niveau macro, soit à la structure
par âge. Le vieillissement de la population entraîne également d’importants
changements au niveau de la famille. Par définition, les parents des babyboomers ont eu tendance à avoir de nombreux enfants. En cas d’incapacité,
ils peuvent habituellement compter sur leur conjoint ou leurs enfants pour
les aider dans leurs tâches quotidiennes. Aussi, par définition, les baby-boomers
ont eu plusieurs frères et sœurs qui pourraient leur venir en aide une fois
âgés. Toutefois, comme les baby-boomers ont eu tendance à avoir moins
d’enfants, leur réseau de soutien potentiel est limité. Enfin, les enfants des
baby-boomers ont, pour leur part, tendance à avoir très peu de frères et sœurs,
en plus d’avoir eux-mêmes très peu d’enfants. Cette tendance démographique
est particulièrement importante puisque de 70 % à 80 % des soins dispensés
aux personnes âgées dépendantes qui vivent dans des ménages privés le sont
par des aidants naturels (Hébert et al., 2001).
Nous pouvons aussi examiner d’autres changements susceptibles d’influer
sur la disponibilité du réseau de soutien informel. Par exemple, les femmes
participent maintenant davantage au marché au travail et ne souhaitent peutêtre pas réduire leurs activités professionnelles pour s’occuper quotidiennement
de parents âgés. Ainsi, l’aide offerte par les enfants peut s’en trouver réduite
et le recours aux services formels par des personnes âgées en perte d’autonomie
peut augmenter. Les taux élevés de divorce constituent un autre important
changement social qui risque d’avoir des répercussions sur la disponibilité
du réseau de soutien informel. Le divorce peut créer une certaine distance
entre parents et enfants et, du coup, réduire l’aide de ceux-ci lorsque les parents
sont âgés (Bulcroft et Bulcroft, 1991 ; Shapiro et Lambert, 1999).
La présente étude vise à identifier certains facteurs liés à l’utilisation de
différentes sources d’aide (informelles, formelles ou une combinaison des
deux) chez les personnes âgées vivant en ménage privé qui reçoivent de l’aide
pour l’accomplissement des tâches quotidiennes. Même si leur nombre et
leur proportion ne sont pas aussi importants qu’ils le seront dans le futur,
certaines personnes âgées présentent aujourd’hui des caractéristiques que nous
pouvons comparer à celles des aînés de demain. A partir de résultats observés
à ce jour, nous pouvons probablement commencer à tirer certaines conclusions
préliminaires sur, par exemple, les implications possibles des changements
de structure familiale qui sont associés au vieillissement de la population quant
à la disponibilité future des aidants naturels.
Bien qu’il y ait de nombreuses études sur l’utilisation des services de soins
de santé en général, quelques-unes seulement portent sur l’utilisation que font
les personnes âgées des sources d’aide formelles et informelles quant aux
services de maintien à domicile. Il est important d’établir des distinctions entre
- 147 -
les différents types de services de soins de santé puisque que les facteurs
associés à l’utilisation des services peuvent différer considérablement d’un type
de service à l’autre (Cafferata, 1987 ; Wan, 1987 ; Wolinsky et Johnson, 1991).
Il est particulièrement important de cerner en quoi les services de maintien
à domicile diffèrent des autres types de services de santé. Plusieurs de ces
services étant d’abord perçus comme des services sociaux plutôt que médicaux,
le réseau de soutien informel peut les dispenser. Ces services ne visent pas
principalement à guérir une personne en perte d’autonomie, mais plutôt à fournir
de l’aide pour l’accomplissement des tâches quotidiennes. En examinant les
types de services offerts, Wister et Dystra (2000) ont montré que les différents
réseaux de soutien n’offraient pas le même type de soins. Les besoins en
soins routiniers, prévisibles et nécessitant un certain degré d’expertise technique
sont mieux satisfaits par du personnel qualifié, tandis que les tâches requérant
une certaine flexibilité et proximité sont mieux accomplies par des aidants
naturels. Lorsque les aînés ont un réseau informel facilement accessible, ils
recourent moins au réseau formel de maintien à domicile (Greene, 1983 ;
Soldo et Manton, 1985 ; Tennstedt et al., 1990 ; Wan, 1987). Il n’y a alors rien
d’étonnant à constater que le mode de vie influe considérablement sur le recours
au réseau de soutien formel. Par exemple, Grabbe et al. (1995) ont constaté
que les personnes vivant seules étaient plus susceptibles que les autres d’utiliser
le réseau formel. Choi (1994) a observé que les personnes âgées sans enfants
ou celles ne vivant pas avec leurs enfants étaient plus susceptibles de recourir
aux services sociaux que les personnes âgées vivant avec ces derniers.
D’après des études américaines, il semble que l’âge soit l’un des facteurs
les plus importants parmi ceux associés à l’utilisation de services de maintien
à domicile provenant du réseau formel (Evashwick et al., 1984 ; Grabbe et al.,
1995 ; Wan et Arling, 1983 ; Wan et Odell, 1981). À l’exception d’une étude
effectuée par Wan et Arling (1983), les résultats ont montré que l’âge était
positivement associé à l’utilisation de ces services. Il semble que le sexe influe
considérablement sur l’utilisation des services de maintien à domicile : les femmes
sont plus susceptibles que les hommes de recourir à de tels services (Coulton
et Frost, 1982 ; Evashwick et al., 1984 ; Grabbe et al., 1995; Wan et Arling,
1983). Comme prévu, toutes ces études ont montré que la limitation fonctionnelle
était le meilleur prédicteur de l’utilisation des services de soins à domicile.
Il ne faut pas envisager les réseaux formel et informel comme des
concurrents ou des substituts. À moins d’un démantèlement complet du réseau
informel ou en l’absence d’un tel réseau, le réseau formel dispense habituellement
des services de concert avec le réseau informel. Dans le cadre d’un
examen de la littérature, Penning et Keating (2000) ont conclu que l’implication
des aidants naturels n’avait pas tendance à être réduite ou éliminée lorsque
l’aide du réseau formel était disponible. C’est ce que Keating et al. (1997)
ont appelé un « partenariat de soins », que nous appellerons réception de
« services mixtes ».
- 148 -
Enquête sociale générale de 1996 – Entraide et soutien social
Les données utilisées dans le cadre de la présente étude
proviennent du cycle 11, Entraide et soutien social, de l’Enquête
sociale générale de 1996 de Statistique Canada. L’enquête visait
comme population tous les Canadiens et Canadiennes âgés de 15 ans
ou plus qui vivaient dans des ménages privés. Y étaient exclus les
résidents à temps plein dans des institutions, de même que les habitants
du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest. Les données ont été
recueillies au moyen d’une interview téléphonique assistée par
ordinateur (ITAO), ce qui excluait systématiquement les ménages
sans téléphone. Statistique Canada estime que moins de 2 % de la
population cible n’a pas de téléphone et que leurs caractéristiques
ne diffèrent pas suffisamment de celles du reste de la population
cible pour que cela ait une incidence sur les estimations. Les
estimations d’enquête ont été ajustées (pondérées) de manière à
tenir compte des personnes sans téléphone. Au total, l’échantillon
était composé de 12 756 répondants. Le taux de réponse s’élevait
à 85,3 %.
Deux des objectifs de l’enquête étaient de mieux connaître les
types d’aide que les Canadiens et Canadiennes fournissent ou
reçoivent, de même que d’arriver à mieux comprendre la dynamique
entre le réseau social d’une personne et l’aide qu’elle reçoit ou qu’elle
apporte. À cette fin, le questionnaire visait à recueillir des
Comme nous l’avons déjà mentionné, nous examinerons les facteurs
associés à l’utilisation de sources d’aide informelles, formelles ou mixtes en
ce qui a trait à l’exécution de certaines tâches quotidiennes. Après l’analyse
des résultats, nous aborderons en quoi la baisse de la fécondité et les
caractéristiques sociodémographiques de la population âgée de demain pourraient
modifier la demande future en services de maintien à domicile de sources
formelles.
Données et méthodes
Les données utilisées pour la présente étude proviennent de l’Enquête sociale
générale de 1996 de Statistique Canada (voir l’encadré « Enquête sociale générale
de 1996 – Entraide et soutien social » pour des détails au sujet de l’enquête).
Les personnes qui vivent en établissement de santé ont été exclues de l’enquête,
- 149 -
renseignements détaillés sur le type d’aide fourni ou reçu à l’égard
des tâches suivantes : la préparation des repas, le ménage, le lavage
et la couture, l’entretien ménager et les travaux extérieurs, l’épicerie,
le transport, les opérations bancaires et l’acquittement de factures,
les soins personnels (le bain, la toilette, le soin des ongles, le brossage
des dents, le shampooing et les soins des cheveux ou l’habillement),
ainsi que le soutien moral ou émotionnel. Comme nous nous
intéressions à l’effet que pourraient avoir les changements au niveau
des caractéristiques sociodémographiques sur l’utilisation des
services de maintien à domicile, nous avons limité notre étude à
quatre tâches qui sont les plus souvent associées à ces services :
les travaux ménagers quotidiens, l’épicerie, la préparation des repas
et les soins personnels. À partir des renseignements recueillis dans
le cadre de l’enquête, nous avons aussi été en mesure d’identifier
les raisons du besoin d’aide : des problèmes de santé de longue
durée, des moments difficiles temporaires, le partage des tâches
au sein du ménage, des contraintes de temps, etc. Pour les besoins
de l’étude, nous nous sommes concentrés sur l’aide reçue en raison
d’un problème de santé de longue durée et à l’aide reçue de sources
formelles (employés rémunérés, organismes gouvernementaux ou
non gouvernementaux, bénévoles), informelles (conjoints, enfants,
frères ou sœurs, autres membres de la famille, amis et voisins) et
d’une combinaison de sources formelles et informelles.
ce qui crée un biais dans les résultats présentés ci-après. Il en sera question
dans le cadre de la discussion. Néanmoins, le but de l’étude était de cerner
les facteurs liés à l’utilisation des sources d’aide formelles et informelles en
ce qui concerne les services se rapportant au maintien à domicile, c’est-àdire les services fournis aux aînés vivant en ménage privé. Aux fins de la
présente étude, nous avons examiné les renseignements disponibles sur les
personnes âgées de 65 ans ou plus qui ont reçu de l’aide en raison de problèmes
de santé de longue durée pour au moins une des quatre tâches suivantes :
l’entretien ménager quotidien, l’épicerie, la préparation des repas ou les soins
personnels. Les données de la figure 1 sont pondérées de manière à représenter
l’ensemble de la population canadienne âgée de 65 ans et plus qui habite dans
des ménages privés. Ces données montrent que 28 % des personnes âgées
ont déclaré une incapacité. Par incapacité, nous entendons le fait pour une
personne d’avoir des problèmes cognitifs ou des problèmes de vision, d’ouie,
- 150 -
Figure 1. Répartition des personnes âgées qui vivent dans des ménages privés selon
l’incapacité, la dépendance physique et la source d’aide, Canada, 1996
5 952 (Personnes âgées de 65 et plus habitant en ménage privé)
Sans incapacité
3 781 (66 %)
Ne reçoit
pas d'aide
3 368 (91 %)
Reçoit de
l'aide
413 (9 %)
Avec incapacité
1 866 (28 %)
Ne reçoit
pas d'aide
1 001 (56 %)
Reçoit de
l'aide
865 (44 %)
Données manquantes sur l'incapacité
305 (6 %)
Ne reçoit
pas d'aide
203 (71 %)
Reçoit de
l'aide
102 (29 %)
REÇOIT DE L'AIDE
1 380 Cas
(20 % des personnes âgées de 65 et
plus vivant en ménage privé)
Préparation des repas
Épicerie
Entretien ménager quotidien
Soins personnels
Sources d'aides informelles
599 (42 %)
Sources d'aides mixes
331 (24 %)
Sources d'aides formelles
448 (34 %)
Nota : Les pourcentages entre parenthèses sont pondérés, les nombres ne le sont pas. Parmi les 1 380
cas qui ont reçu de l’aide, deux avaient des données manquantes sur la source d’aide.
Source : Statistique Canada, Enquête générale sociale, 1996.
d’élocution, de mobilité ou de dextérité qui ne peuvent pas être atténués par
de l’équipement spécial. De ces personnes avec incapacité, 44 % ont reçu
de l’aide pour l’accomplissement de l’une des quatre tâches quotidiennes
susmentionnées. Ajoutons que 8,6 % des personnes âgées sans incapacité
ont reçu de l’aide en raison d’autres problèmes de santé de longue durée. Au
total, 20 % des aînés qui vivent dans des ménages privés (1 380 répondants)
ont reçu de l’aide à l’égard d’au moins une des tâches visées par la présente
étude1 .
1
D’autres personnes âgées ont pu avoir besoin d’aide sans toutefois en recevoir. Ces
personnes ont été exclues de la sous-population à l’étude. Par conséquent, le chiffre de
20 % sous-estime le pourcentage des personnes âgées qui vivent dans des ménages privés
et qui ont eu besoin d’aide pour l’accomplissement des tâches quotidiennes.
- 151 -
Variables dépendantes et indépendantes
L’étude porte sur la source d’aide fournie aux personnes âgées de 65 ans
ou plus qui vivent dans des ménages privés. Il peut s’agir d’une aide fournie
par le réseau informel, le réseau formel ou une combinaison des deux types
de réseaux. Par source d’aide informelle, nous entendons l’aide du conjoint,
des enfants, des frères et sœurs, d’autres membres de la famille, des amis et
des voisins. Par source d’aide formelle, nous entendons l’aide d’employés
rémunérés, d’organismes gouvernementaux ou non gouvernementaux et de
bénévoles. Par conséquent, notre variable dépendante comporte trois catégories :
les sources d’aide strictement informelles, les sources d’aide strictement
formelles et une combinaison de sources d’aide formelles et informelles. Nous
n’avons fait aucune distinction à l’égard du niveau d’aide, c’est-à-dire le nombre
d’heures de services que ces réseaux ont offert aux répondants.
Les variables indépendantes incluses dans l’analyse sont les suivantes :
le sexe, le mode de vie, l’âge du conjoint, le nombre d’enfants survivants, le
nombre de frères et sœurs survivants, le niveau d’éducation et une mesure
agrégée de la santé fonctionnelle. Idéalement, nous aurions dû tenir compte
à la fois de l’âge des répondants et de l’état de santé de leur conjoint. Mais
comme ce dernier renseignement ne figurait pas dans l’enquête, nous avons
plutôt inclus dans notre analyse l’âge du conjoint. Vu la forte corrélation entre
l’âge des répondants et l’âge de leur conjoint, l’âge du répondant a été exclu
de l’analyse. De plus, étant donné que ce ne sont pas tous les répondants qui
vivent avec un conjoint, nous n’avons pu attribuer de valeurs concernant l’âge
du conjoint à tous les répondants. C’est pourquoi les divers modes de vie ont
été classés comme suit : personne vivant seule, personne vivant avec un conjoint
de moins de 75 ans, personne vivant avec un conjoint de 75 ans ou plus et
personne vivant avec d’autres. Le niveau d’éducation a été divisé en quatre
catégories : des études primaires ou moins, des études secondaires complétées
ou non, ou des études techniques, des études collégiales ou universitaires
complétées ou non et niveau de scolarité non indiqué (données manquantes).
Comme près de 10 % de l’ensemble des répondants âgés ayant reçu de l’aide
se trouvaient dans la dernière catégorie, nous avons décidé d’en faire un groupe
distinct dans la régression logistique plutôt que de les éliminer de l’analyse.
Enfin, l’état de santé a été mesuré au moyen d’un indicateur agrégé, l’indice
de l’état de santé (IES), d’après le Comprehensive Health Status Measurements
System (CHSMS), qui tient compte à la fois des aspects quantitatifs et qualitatifs
de la santé (Torrance et al., 1996). Cet indice donne des renseignements sur
la santé fonctionnelle d’une personne au moyen des attributs suivants : la vision,
l’ouie, l’élocution, la mobilité, la dextérité, les capacités cognitives, l’émotion,
la douleur et les malaises. Il s’agit d’une valeur numérique allant de 0 à 1 qui
tient compte de toutes les combinaisons possibles de niveaux des huit attributs
de santé tels que déclarés par le répondant, pondéré par un coefficient qui
tient compte des états de santé préférentiels.
- 152 -
Modèle de régression logistique multinominale
Le modèle utilisé pour estimer les probabilités pour une personne
de recevoir de l’aide de source formelle, informelle ou mixte est la
régression logistique multinominale. Au moyen de ce type de
régression, l’estimation des probabilités qu’ont les aînés de recevoir
un certain type d’aide est fait de manière simultanée. Le modèle
tient compte des risques compétitifs puisque la probabilité pour
une personne de recevoir de l’aide exclusivement de sources
formelles, par exemple, est liée à la probabilité pour une personne
ayant les mêmes caractéristiques de recevoir de l’aide exclusivement
de sources informelles. Les paramètres du modèle ont été estimés
au moyen de SPSS 10.0 pour Windows. Nous avons utilisé des
données pondérées dont les coefficients de pondération avaient été
normalisés — c’est-à-dire que le coefficient de pondération pour
chaque répondant a été divisé par le coefficient de pondération moyen
de l’échantillon. Il s’agit là d’une procédure nécessaire pour estimer
correctement la variance et les intervalles de confiance. Pour faciliter
l’interprétation des résultats, ceux-ci sont présentés sous la forme
de probabilités calculées à partir des paramètres estimés. L’échantillon
final a été réduit de 1 380 à 1 319 cas à cause de données manquantes
pour certaines variables utilisées dans l’analyse.
Nous avons formulé l’hypothèse selon laquelle les caractéristiques se
rapportant à la structure familiale des personnes âgées ayant besoin d’aide
seraient fortement associées à leur utilisation de sources d’aide particulières.
Par exemple, les aînés vivant seuls et n’ayant aucun enfant ou frère/sœur
survivant auraient une probabilité supérieure de recourir strictement aux sources
d’aide formelles (Martel et Légaré, 2001). Inversement, les aînés ayant un
réseau familial élargi seraient en mesure de compter davantage sur leur réseau
informel. À cet égard, nous nous attendons à ce qu’une réduction du réseau
familial, toutes choses égales par ailleurs, ait pour effet d’accroître la demande
de services du réseau formel de maintien à domicile. Même si les personnes
âgées qui vivent avec un conjoint peuvent compter sur celui-ci pour leur venir
en aide, nous nous attendons à ce que les personnes âgées vivant avec un
conjoint plus âgé seront plus prédisposées que les autres à recourir au réseau
d’aide formel ou à une combinaison de sources d’aide formelles et informelles.
Pour ce qui est de l’association entre l’état de santé et l’utilisation de certaines
sources d’aide, nous posons l’hypothèse que les personnes âgées dont l’IES
est faible — incapacité plus sévère — auront une probabilité supérieure d’utiliser
une combinaison des deux réseaux puisque le réseau informel pourrait ne pas
- 153 -
suffire à lui seul à satisfaire le besoin d’aide. Même si les femmes recourent
davantage que les hommes aux sources d’aide formelles, le sexe ne devrait
pas être étroitement lié à l’utilisation de sources d’aide spécifiques lorsque
nous contrôlons pour d’autres variables comme le mode de vie et l’état de
santé.
Résultats
Avant d’examiner les résultats qui se rapportent à la population âgée
canadienne qui bénéficie d’aide pour l’accomplissement des tâches quotidiennes,
nous avons comparé les personnes qui recevaient de l’aide et celles qui n’en
recevaient pas. Comme prévu, le tableau 1 montre que l’âge moyen des personnes
ayant reçu de l’aide est plus élevé que celui des autres d’environ cinq ans
(77,4 ans comparativement à 72,6 ans). Nous avons également pu observer
que l’IES des personnes recevant de l’aide était inférieur d’environ 30 % à
celui des autres, ce qui indique que ces personnes avaient une santé fonctionnelle
beaucoup plus limitée. Compte tenu de la différence entre les âges moyens
des deux groupes, nous ne devons pas s’étonner de constater qu’un pourcentage
nettement supérieur de femmes comptait parmi les personnes ayant besoin
d’aide. En outre, les aînés qui recevaient de l’aide étaient plus susceptibles
que les autres de vivre seuls ou avec une personne autre que leur conjoint et
de n’avoir aucun frères et/ou soeurs survivants.
Le tableau 2 montre l’association, à partir d’une analyse bivariée, entre
nos variables indépendantes et les trois sources d’aide retenues pour les seules
personnes ayant reçu de l’aide pour l’accomplissement des tâches quotidiennes.
Quarante deux pour cent des aînés de ce groupe ont reçu de l’aide strictement
de sources informelles, 34 % de sources formelles et 24 % à la fois de sources
informelles et de sources formelles.
De toutes les catégories examinées, la proportion la plus élevée (64 %)
de personnes recevant de l’aide strictement de sources informelles se trouvait
parmi les personnes âgées qui vivaient avec d’autres personnes. Inversement,
les personnes ayant fait des études postsecondaires présentaient la plus forte
proportion (50 %) de celles ayant recours à de l’aide provenant strictement
de sources formelles. Quant au mode de vie, les personnes qui vivaient avec
un conjoint âgé de 75 ans ou plus et celles vivant seules se comportaient de
façon similaire face à l’utilisation de sources strictement formelles. La proportion
des personnes âgées utilisant strictement des sources d’aide formelles était
nettement inférieure chez les personnes ayant au moins un enfant survivant.
Bien que la proportion des personnes âgées recevant de l’aide strictement de
sources informelles ne variait pas selon l’état de santé fonctionnelle, la proportion
des personnes recourant strictement aux sources d’aide formelles était supérieure
chez celles dont l’IES était supérieur à 0,66. Enfin, les hommes étaient plus
susceptibles que les femmes de recevoir de l’aide strictement de sources
informelles (47 % contre 40 %).
- 154 -
Tableau 1. Caractéristiques des personnes âgées de 65 ans et plus vivant en ménage
privé selon qu’elles reçoivent ou non de l’aide dans l’exécution des activités
quotidiennes, Canada, 1996
Sans aide
Avec aide
Total
Hommes
Femmes
45,8
54,2
33,0
67,0
43,3
56,7
Groupe d'âge
65-74 ans
75-84 ans
85 ans et plus
67,0
29,0
4,0
38,8
42,7
18,5
61,5
31,6
6,9
Sexe
Âge moyen
72,6
77,4
73,5
Mode de vie
Seul(e)
Avec conjoint(e)
Avec d'autres
28,7
62,1
9,2
41,1
40,9
18,0
31,1
57,9
10,9
Enfant(s) survivant(s)
0
1
2 et plus
11,3
10,7
77,9
13,8
13,4
72,8
11,8
11,3
76,9
Frère(s) et soeur(s) survivant(s)
0
1
2 et plus
14,9
20,4
64,7
22,4
19,0
58,6
16,3
20,1
63,5
Scolarité (plus haut niveau atteint)
Primaire ou aucune
Secondaire et école technique
Collège et université
22,7
64,0
13,3
30,6
57,5
11,9
24,1
62,8
13,0
État de santé
1
Indice de l'état de santé < 0,66
Indice de l'état de santé ≥ 0,66
19,0
81,0
59,0
41,0
26,8
73,2
0,86
0,66
0,83
Indice de l'état de santé (moyenne)
1
On a regroupé les personnes dont l’indice de l’état de santé est inférieur à 0,66 avec celles qui
n’ont pas répondu à l’ensemble des questions qui permettent de calculer cet indice (316 cas).
L’analyse bivariée a permis de constater que ces deux groupes avaient des besoins d’aide similaires.
Source : Statistique Canada, Enquête sociale générale, 1996.
Nous nous sommes servis de la régression logistique multinominale pour
mieux comprendre l’incidence de chaque variable indépendante sur l’utilisation
de différentes sources d’aide chez les personnes âgées, tout en contrôlant
pour l’effet des autres variables indépendantes. D’après le modèle, le mode
de vie, l’état de santé, le niveau d’éducation et le nombre d’enfants survivants
étaient fortement associés à l’utilisation de certaines sources d’aide (tableau 3).
Le sexe était également lié à la source d’aide utilisée.
Pour mieux comprendre l’incidence des variables indépendantes sur
l’utilisation de certaines sources d’aide, la figure 2 présente les résultats du
- 155 -
Tableau 2. Distribution (en pourcentage) de la population âgée de 65 ans et plus
vivant en ménage privé ayant reçu de l’aide dans l’exécution des activités
quotidiennes selon la source de l’aide, Canada 1996.
Informel
seulement
Formel
seulement
Mixte
Total
42,1
34,1
23,8
100,0
47,4
39,5
34,3
34,0
18,3
26,5
100,0
100,0
Mode de vie
Seul
Conjoint(e) âgé(e) de moins de 75 ans
Conjoint(e) âgé(e) de 75 ans ou plus
Avec d'autres
29,3
51,8
36,4
64,1
40,9
33,3
39,6
14,3 *
29,8
14,9
24,0 *
21,6 *
100,0
100,0
100,0
100,0
Enfant(s) survivant(s)
0
1
2 et plus
31,3
41,9
44,6
46,6
30,4
32,6
22,2 *
27,7 *
22,8
100,0
100,0
100,0
Frère(s) et soeur(s) survivant(s)
0
1
2 et plus
39,5
35,8
46,1
36,0
36,7
32,4
24,5
27,4
21,5
100,0
100,0
100,0
Scolarité (plus haut niveau atteint)
Primaire ou aucune
Secondaire et école technique
Collège et université
54,9
40,2
28,2 *
23,9
37,7
50,0
21,2
22,1
21,8 *
100,0
100,0
100,0
État de santé
Indice de l'état de santé < 0,66
Indice de l'état de santé ≥ 0,66
43,4
40,2
26,4
45,2
30,2
14,6
100,0
100,0
Total
Sexe
Hommes
Femmes
* Estimation ayant une forte variabilité d’échantillonnage. Doit être interprétée avec prudence.
Source : Statistique Canada, Enquête sociale générale, 1996.
calcul des probabilités à partir des coefficients ß de notre modèle2. Des
probabilités ont été calculées pour les variables suivantes : le sexe, l’état de
santé, le niveau d’éducation, le mode de vie et le nombre d’enfants survivants.
Notons que ces probabilités sont conditionnelles à recevoir de l’aide à cause
d’un problème de santé de longue durée. Elles ne s’appliquent donc qu’aux
personnes ayant reçu de l’aide pour les activités retenues dans cette étude.
2
Les probabilités ont été calculées au moyen d’une procédure de codage appelée « codage
d’effet moyen ». Pour un ensemble particulier de caractéristiques, cette procédure de codage
produira les mêmes probabilités que celles découlant du codage conventionnel (codage
« dummy »). Le codage d’effet moyen permet de contrôler pour l’effet moyen des variables
indépendantes plutôt que de contrôler pour une série de catégories de référence. Par
conséquent, les probabilités présentées à la figure 2 s’appliquent à une catégorie particulière
d’une variable indépendante tout en contrôlant pour l’effet moyen de toutes les autres
variables indépendantes. Nous avons exclu le nombre de frères/soeurs survivants de la figure
2 puisque l’effet de cette variable était non significatif.
- 156 -
Interprétation des rapports de cotes
Le tableau 3 présente les rapports de cotes (eß) et les intervalles
de confiance (IC) correspondants (95 %) pour les différentes
catégories de chaque variable indépendante et pour les trois sources
d’aide comparées l’une à l’autre. Pour une catégorie d’une variable
indépendante donnée, un rapport de cotes supérieur à 1 signifie
que la probabilité d’utiliser la source d’aide faisant l’objet de la
comparaison est plus élevée par rapport à la catégorie de référence
de la variable indépendante en question. Par exemple, les personnes
sans enfants survivants, comparativement aux personnes ayant au
moins deux enfants survivants, étaient deux fois plus susceptibles
d’utiliser strictement des sources formelles plutôt que strictement
des sources informelles. Lorsque le rapport est inférieur à 1,
l’interprétation est inversée. Par exemple, les aînés vivant avec
d’autres personnes, comparativement aux aînés vivant seuls, avaient
la moitié moins de chances (0,52) d’utiliser strictement des sources
formelles qu’une combinaison de sources informelles et formelles.
Lorsque la valeur 1 est incluse dans l’intervalle de confiance de
95 %, cela signifie qu’il n’y a pas de différences significatives
statistiquement entre la catégorie de référence et la catégorie faisant
l’objet d’une comparaison. L’interprétation des rapports de cotes
dans une régression logistique multinominale est parfois ambiguë
puisque la variable dépendante présente un minimum de trois
catégories. Pour faciliter la compréhension des résultats du modèle,
nous avons calculé les probabilités de recevoir l’un ou l’autre des
sources d’aide qui sont associées à certaines caractéristiques
(figure 2).
Comme le montre la figure 2, l’effet du sexe, bien que statistiquement
significatif, était plutôt mineur. Les femmes et les hommes âgés qui reçoivent
de l’aide avaient sensiblement les mêmes probabilités d’utiliser de l’aide de
sources strictement formelles. Cependant, les hommes avaient une probabilité
légèrement supérieure de recourir strictement à des sources informelles (0,42
contre 0,37). Cela peut s’expliquer par les types de tâches quotidiennes retenues
ici. Compte tenu du partage des travaux ménagers entre les hommes et les
femmes, en particulier dans la population âgée d’aujourd’hui, la probabilité
qu’une personne a d’être aidée par son conjoint —élément important du réseau
informel — est supérieure pour les hommes que pour les femmes.
La relation entre l’état de santé fonctionnelle et les sources d’aide est
intéressante. Un IES supérieur, bien qu’ayant peu d’effet sur la probabilité
- 157 -
Tableau 3. Rapports de cotes reliant la source de l’aide reçue en raison d’un problème
de santé de longue durée à certaines caractéristiques des personnes âgées,
Canada, 1996
Formelles vs infomelles
Informelles vs mixtes
Formelles vs mixtes
Intervalle de
Intervalle de
Intervalle de
Rapport de
Rapport de
Rapport de
confiance de
confiance de
confiance de
cotes
cotes
cotes
95 %
95 %
95 %
Sexe
1,07
1,00
0,77 - 1,49
…
…
0,62
1,00
0,42 - 0,91
…
…
0,66
1,00
0,44 - 0,99
…
…
Mode de vie
Avec d'autres
Conjoint(e) de moins de 75 ans
Conjoint(e) de 75 ans et plus
Seul (référence)
0,18
0,55
0,79
1,00
0,11 - 0,29
0,37 - 0,82
0,52 - 1,20
…
…
2,92
3,10
1,49
1,00
1,89 - 4,49
1,90 - 5,08
0,94 - 2,38
…
…
0,52
1,71
1,18
1,00
0,30 - 0,89
1,03 - 2,84
0,75 - 1,87
…
…
Enfant(s) survivant(s)
0
1
2 et plus (référence)
2,05
0,98
1,00
1,33 - 3,16
0,63 - 1,53
…
…
0,87
0,99
1,00
0,53 - 1,44
0,62 - 1,57
…
…
1,78
0,97
1,00
1,10 - 2,88
0,59 - 1,58
…
…
Frère(s) et soeur(s) survivant(s)
0
1
2 et plus (référence)
1,17
1,41
1,00
0,82 - 1,69
0,96 - 2,09
…
…
0,91
0,60
1,00
0,61 - 1,35
0,40 - 0,91
…
…
1,06
0,85
1,00
0,70 - 1,61
0,55 - 1,30
…
…
Scolarité
Non réponse
Primaire ou aucune
Secondaire et école technique
Post-secondaire (référence)
0,57
0,28
0,47
1,00
0,28 - 1,17
0,17 - 0,47
0,29 - 0,76
…
…
0,74
1,98
1,58
1,00
0,35 - 1,55
1,09 - 3,62
0,90 - 2,80
…
…
0,42
0,56
0,75
1,00
0,20 - 0,86
0,31 - 1,00
0,44 - 1,27
…
…
État de santé
Indicateur d'état de santé < 0,66
Indicateur d'état de santé ≥ 0,66 (reference)
0,57
1,00
0,43 - 0,77
…
…
0,51
1,00
0,36 - 0,72
…
…
0,29
1,00
0,21 - 0,42
…
…
Femmes
Hommes (référence)
Nota : Les rapports de cotes en gras sont significatifs (p ≤ ,05)
Source : Statistique Canada, Enquête sociale générale, 1996.
qu’une personne a de recourir strictement à des sources informelles, était
associé à une probabilité plus élevée de recevoir de l’aide strictement de sources
formelles. La dépendance plus élevée à l’égard de ces dernières sources
s’explique probablement par le fait que presque un tiers (31 %) des personnes
ayant un IES supérieur à 0,66 recevait de l’aide strictement pour les travaux
ménagers, comparativement à environ une personne sur six (16 %) chez celles
dont l’IES était inférieur à 0,66. Il est fort probable que ces personnes payaient
pour obtenir des services d’entretien ménager, ce qui aurait un impact certain
sur la probabilité qu’une personne a de recevoir de l’aide strictement de sources
formelles chez les personnes en meilleure état de santé fonctionnelle.
Comme nous pouvons le voir à la figure 2, les aînés vivant avec d’autres
personnes étaient ceux dont la probabilité de recevoir de l’aide strictement
de sources informelles était la plus élevée (0,59). Bien que ce résultat ne
- 158 -
Figure 2. Probabilités conditionnelles1 de recevoir de l’aide de sources informelles,
formelles ou mixtes selon certaines caractéristiques des personnes âgées
Selon le sexe
Hommes
0,19
0,42
0,37
Femmes
0,0
0,1
0,2
0,39
0,26
0,3
0,4
0,5
0,37
0,6
0,7
0,8
0,9
1,0
Probabilité conditionnelle
Selon le mode de vie
0,59
Avec autres
Avec conjoint de
moins de 75 ans
0,42
Avec conjoint de 75
ans et plus
Seul
0,0
0,22
0,15
0,32
0,1
0,43
0,22
0,26
0,46
0,27
0,2
0,3
0,4
0,19
0,47
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1,0
0,9
1,0
Probabilité conditionnelle
Selon le nombre d'enfant(s) survivant(s)
Aucun enfant
0,32
0,19
0,49
1 enfant
0,44
0,23
0,33
2 enfants et plus
0,44
0,23
0,33
0,0
0,1
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,7
0,8
Probabilité conditionnelle
Informelles seulement
Source : Voir à la fin de la figure.
Mixtes
Formelles seulement
- 159 -
Figure 2. Probabilités conditionnelles1 de recevoir de l’aide de sources informelles,
formelles ou mixtes selon certaines caractéristiques des personnes âgées
ayant reçu de l’aide en raison d’un problème de santé de longue durée,
Canada, 1996 - fin
Selon le niveau de scolarité
Moins que
le secondaire
Secondaire
et technique
0,43
Post-secondaire
0,0
0,18
0,54
0,38
0,19
0,28
0,1
0,20
0,2
0,28
0,3
0,52
0,4
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1,0
0,9
1,0
Probabilité conditionnelle
Selon l'état de santé
Indice de l'état
de santé
inférieur à 0,66
0,40
Indice de l'état de
santé supérieur ou
égal à 0,66
0,31
0,37
0,0
0,1
0,2
0,29
0,15
0,3
0,4
0,48
0,5
0,6
0,7
0,8
Probabilité conditionnelle
Informelles seulement
Mixtes
Formelles seulement
1
Il s’agit de probabilités conditionnelles étant donné que toutes les personnes retenues pour
cette analyse reçoivent de l’aide.
Source : Statistique Canada, Enquête sociale générale, 1996.
soit pas étonnant si nous considérons le fait de vivre avec d’autres personnes
comme une stratégie facilitant l’accès à des sources d’aide informelles, il est
quand même intéressant de constater que la plupart de ces personnes âgées
ne recourent à aucune source d’aide formelle. Pour ce qui est des trois autres
catégories, nous avons constaté à peu près les mêmes probabilités en ce qui
a trait à l’utilisation de sources d’aide strictement formelles. Cependant, bien
- 160 -
que la probabilité de recourir à des sources informelles, strictement ou de
concert avec des sources formelles, était presque la même pour les trois groupes,
la probabilité qu’une personne a d’utiliser des sources strictement informelles
différait considérablement d’un groupe à l’autre. D’après les résultats, plus
le conjoint est jeune, plus il est probable que la personne âgée fera appel à
des sources d’aide strictement informelles. Dans le cas où le conjoint était
âgé de 75 ans ou plus, la probabilité de recourir strictement aux sources
d’aide informelles était presque la même que dans le cas des personnes
vivant seules.
Le fait d’avoir au moins un enfant survivant influe considérablement sur
la probabilité qu’une personne a d’utiliser des sources d’aide spécifiques
(figure 2). Nous avons observé que la probabilité qu’une personne a d’utiliser
strictement des sources d’aide formelles (0,33) était la même pour les personnes
n’ayant qu’un enfant que pour les personnes ayant au moins deux enfants,
mais qu’elle était nettement supérieure (0,49) dans le cas des personnes sans
enfants. La probabilité qu’une personne a d’utiliser strictement des sources
d’aide informelles s’élevait à 0,32 dans le cas des personnes sans enfants
survivants comparativement à 0,44 dans le cas des personnes ayant au moins
un enfant survivant. La probabilité qu’une personne a de recevoir de l’aide
de sources strictement informelles ou d’une combinaison de sources formelles
et informelles se chiffraient à 0,67 dans le cas des personnes ayant au moins
un enfant survivant, comparativement à 0,51 dans le cas des personnes sans
enfant survivant.
Enfin, la figure 2 montre l’importance de la relation entre l’utilisation de
sources d’aide formelles et le niveau d’éducation. Chez les personnes âgées
recevant de l’aide pour l’accomplissement des tâches quotidiennes, nous
constatons une forte relation positive entre le niveau d’éducation et la
probabilité qu’une personne a de recourir strictement à des sources d’aide
formelles. Cette probabilité passe de 0,28 pour les personnes sans études
secondaires à 0,52 pour les personnes ayant fait des études postsecondaires.
Nous observons, parallèlement à cette augmentation, une baisse tout aussi
importante de la probabilité qu’une personne a de recourir strictement à des
sources d’aide informelles. La probabilité de recevoir de l’aide de sources
informelles, qu’elle soit source d’aide unique ou non, s’élevait à 0,72 pour
les personnes qui n’ont pas atteint le niveau secondaire comparativement
à moins de une sur deux (0,47) pour les personnes ayant fait des études
postsecondaires.
Discussion et conclusion
Contrairement à la plupart des études antérieures, nous avons restreint
notre analyse aux personnes âgées qui recevaient de l’aide. De nombreuses
études se sont penchées sur des facteurs associés à l’utilisation de sources
d’aide formelles dans la population âgée en général. Bien entendu, l’état de
- 161 -
santé s’est avéré le principal prédicteur de l’utilisation des services formels.
Pour la présente étude, nous avons restreint notre analyse aux personnes âgées
qui recevaient de l’aide pour l’accomplissement des tâches quotidiennes à
cause de problèmes de santé de longue durée puisque nous étions intéressés
aux facteurs associés à l’utilisation de différentes sources d’aide quand les
personnes en ont exprimé le besoin et que celui-ci a été en partie ou en totalité
comblé. Notre intérêt pour cette étude étant d’abord relié à l’évolution de
certaines composantes démographiques qui définissent en bonne partie le réseau
informel, la discussion portera principalement sur les résultats se rapportant
aux répercussions du mode de vie et du nombre d’enfants survivants sur les
sources d’aide.
Avant d’entamer la discussion, soulignons certaines limites dont on doit
tenir compte dans l’interprétation des résultats. Mentionnons d’abord que la
population cible était limitée aux personnes vivant dans des ménages
privés et recevant de l’aide. Bien que nous examinions les services de
maintien à domicile, soulignons qu’en l’absence de la prestation de services
de sources formelles pour les personnes âgées vivant en institution, le besoin
de services de maintien à domicile, prodigués par le réseau informel et/ou
formel, augmenterait grandement. En outre, comme l’ESG a omis les personnes
vivant en établissement, il y a un biais de sélection dans l’échantillon à l’étude
puisque les aînés les moins en santé et qui possiblement n’avaient pas accès
à un réseau informel ont été exclus. Ainsi, il peut y avoir surestimation des
effets de certaines variables indépendantes et sous-estimation des effets d’autres
variables.
Précisons de plus que les politiques en matière de soins à domicile au
Canada relèvent des provinces. Chaque province a sa propre politique, qui
influence l’utilisation des services de sources formelles et informelles. Les
résultats pour le Canada dans son ensemble peuvent dissimuler d’importantes
différences provinciales. De plus, même si nous avons été en mesure de contrôler
pour le nombre d’enfants et le nombre de frères et soeurs survivants, l’ensemble
des données ne renfermait pas de renseignements sur l’état de santé des membres
du réseau informel, renseignements qui auraient eu une incidence importante
sur l’utilisation de certaines sources d’aide, particulièrement en ce qui concerne
les personnes les plus âgées. Il arrive souvent que les membres de ce groupe
aient survécu à la plupart de leurs frères et soeurs. Par ailleurs, même si certains
parmi ces derniers sont toujours vivants, ils peuvent être eux aussi limités
dans leurs activités et incapables d’apporter de l’aide. De plus, nous n’avons
aucun renseignement sur le lieu de résidence des enfants survivants. Pour
que les enfants soient en mesure d’aider, ils doivent, entre autres choses,
habiter à proximité ; il ne suffit pas d’en avoir. De même, nous n’avons aucun
renseignement sur l’état de santé du conjoint. Bien que nous ayons utilisé
l’âge du conjoint comme approximation de leur état de santé, nous n’avons
pas été en mesure de saisir le plein effet que cela pourrait avoir sur la source
d’aide fournie.
- 162 -
De plus, le fait d’utiliser des données transversales impose également
certaines limites. Des données longitudinales nous permettraient certainement
d’avoir d’autres renseignements importants et, du coup, une meilleure
compréhension de la dynamique qui existe entre les réseaux informels et formels,
en particulier quand la demande de services augmente ou quand d’importants
changements viennent modifier la nature et la composition du réseau informel
au fur et à mesure que les personnes vieillissent. Enfin, quand nous examinons
les probabilités calculées, nous devrions accorder plus d’importance à la valeur
relative d’une probabilité comparativement à une autre plutôt qu’à la valeur
exacte de la même probabilité. Certaines probabilités sont calculées en fonction
d’un nombre restreint de personnes, et la variance peut être importante.
La régression logistique multinominale a montré que l’ensemble des variables
indépendantes, à l’exception du nombre de frères et soeurs survivants, était
significativement associé à la source d’aide. Il est clair, d’après l’étude, que
les tendances démographiques influeront sur l’utilisation future des sources
formelles de maintien à domicile. Une baisse de la fécondité a des répercussions
sur l’étendue et la composition de l’environnement social immédiat. Il est
évident que les générations du baby-boom vieilliront avec moins d’enfants
(voir figure 3 dans la partie 1 du rapport) en mesure de leur offrir de l’aide,
le cas échéant. Ces générations ont une descendance finale inférieure à deux
enfants par femme. Cependant, nos résultats indiquent que le fait d’avoir un
enfant survivant plutôt que deux ou plus n’avait aucune répercussion sur les
probabilités de recourir aux sources d’aide formelles ou informelles chez les
personnes qui recevaient de l’aide pour l’accomplissement des tâches
quotidiennes. C’est moins le nombre d’enfants que le fait d’avoir au moins
un enfant qui influe sur la probabilité que les personnes ont de recevoir de
l’aide de sources formelles. Avant d’en conclure que la baisse de la fécondité
en deçà du seuil de renouvellement des générations — c’est à dire moins de
2,1 enfants par femme — suppose nécessairement une augmentation de
l’utilisation des sources formelles de maintien à domicile, nous devrions examiner
la tendance en ce qui concerne la probabilité d’avoir au moins un enfant.
Le tableau 4 indique que, même en 1991, après une période de baisse
rapide de la fécondité, au moins 8 femmes sur 10 nées au cours de la première
moitié du baby-boom (1947 à 1956) avaient donné naissance à au moins un
enfant. La diminution de l’indice synthétique de fécondité pour ces générations
s’explique principalement par la baisse marquée de la proportion de femmes
ayant au moins trois enfants (Statistique Canada, 1998). Cette baisse en soi
ne devrait pas avoir d’effet important sur l’utilisation des sources formelles
de maintien à domicile. Toutefois, cela signifie que l’aide devra être fournie
par un réseau informel restreint, ce qui pourrait avoir comme effet d’augmenter
le fardeau des aidants naturels. Ajoutons que nous ne tentions pas d’étudier
l’efficacité de l’aide que reçoivent les personnes âgées. Les personnes dont
le réseau informel est plus restreint pourraient également présenter une probabilité
supérieure d’avoir des besoins d’aide non satisfaits. Si c’est le cas, il se peut
- 163 -
que, dans l’avenir, un plus grand Tableau 4. Probabilité pour une femme de
n’avoir aucun enfant, par génération,
nombre de personnes âgées en perte
Canada, 1991
d’autonomie ne puisse recevoir toute
l’aide dont elles ont besoin faute d’un
Probabilité
Générations
(pour 1 000)
réseau informel suffisant. Enfin, les
résultats concernant les personnes
1927-1931
134
qui n’ont qu’un enfant survivant font
1932-1936
120
ressortir l’effet que la migration des
1937-1941
121
enfants pourrait avoir sur l’aide qu’ils
1942-1946
137
pourront apporter à leurs parents
1947-1951
159
vieillissants. Il faudrait étudier les
1952-1956
198
tendances récentes en ce qui
Recensement du
concerne la migration des enfants Source : Statistique Canada,
Canada 1991, no 93-321 au catalogue,
afin de déterminer dans quelle
tableau 2.
mesure celle-ci influera sur
l’utilisation des sources formelles
de maintien à domicile et sur l’institutionnalisation des personnes âgées dans
l’avenir.
Une baisse de la fécondité signifie aussi que les générations plus jeunes
auront moins de frères et soeurs une fois qu’elles auront vieillies. Nos résultats
montrent toutefois que cet élément du réseau informel n’avait pas d’effet
significatif sur la source d’aide que reçoivent les personnes âgées vivant en
ménage privé. Le fait que les jeunes générations d’aujourd’hui auront moins
de frères et soeurs lorsqu’elles seront plus âgées pourrait ne pas avoir d’effet
sur l’utilisation des sources formelles de maintien à domicile.
Les résultats ont également montré l’importance du mode de vie sur la
probabilité conditionnelle d’utiliser des sources d’aide formelles. Pour dégager
des tendances en ce qui concerne le mode de vie des personnes âgées de
demain, il faut formuler des hypothèses au sujet du divorce, du remariage et
de l’union libre, de l’écart d’âge entre les conjoints ainsi que de l’espérance
de vie des hommes et des femmes. L’augmentation des taux de divorce laisse
entendre qu’une proportion plus grande de baby-boomers atteindront la vieillesse
en tant que divorcés (Martel et Carrière, 1999) et qu’ils vivront peut-être seuls.
En revanche, cela dépendra du taux de remariage ou d’union libre chez les
divorcés. Enfin, si l’écart entre les hommes et les femmes quant à l’espérance
de vie continue de s’amenuiser, la probabilité qu’auront les aînés de
vivre avec un conjoint augmentera. Toutes choses égales par ailleurs, le
recours à des sources d’aide formelles de maintien à domicile aura tendance
à diminuer.
Bien entendu, des facteurs autres que ceux se rapportant aux tendances
démographiques influeront sur l’utilisation des sources formelles de services
de maintien à domicile. Mentionnons, par exemple, que le niveau d’éducation
de la population a augmenté considérablement ces 30 dernières années. D’après
- 164 -
les données du Recensement de 1996, parmi les personnes nées entre 1912
et 1931 (âgées de 65 à 84 ans en 1996), 36 % des hommes et des femmes
avaient moins d’une neuvième année : il s’agissait du niveau d’éducation le
plus répandu pour ces générations. Inversement, le Recensement de 1996
montre que cette proportion n’était que de 5 % dans le cas des générations
nées entre 1947 et 1966 (les personnes âgées de 30 à 49 ans en 1996). Plus
de 28 % de ces personnes avaient fait des études universitaires, soit le niveau
d’éducation le plus répandu. En fait, 57 % des hommes et des femmes de
ces générations avaient au moins fait des études postsecondaires. Cette forte
hausse du niveau d’éducation des personnes âgées de demain pourrait influer
considérablement sur l’utilisation des sources formelles de services de maintien
à domicile chez les personnes qui en ont besoin. Nous avons observé que les
personnes dont le niveau d’éducation était plus élevé avaient une probabilité
conditionnelle supérieure de recourir aux sources d’aide formelles. Il pourrait
très bien s’agir ici d’un effet culturel plutôt que d’un effet strictement lié à
l’éducation. Dans les cohortes à l’étude, il se peut que les personnes ayant
un niveau d’éducation inférieur soient moins informées des services disponibles
ou plus hésitantes à recourir au réseau formel pour la prestation de services
de maintien à domicile. Les personnes ayant un niveau d’éducation élevé
pourraient être plus susceptibles que les autres d’accepter ce type d’aide ou
être en mesure de faire connaître avec plus d’assurance leurs besoins à des
organismes fournissant des services de maintien à domicile. Il se peut également
que ces personnes tiennent absolument à demeurer indépendantes de leurs
enfants et se sentent plus à l’aise de demander des services de sources formelles
ou de payer pour en obtenir3. Compte tenu de la hausse du niveau de scolarité
dans la population, nous assisterons vraisemblablement, toutes choses égales
par ailleurs, à une augmentation de l’utilisation des sources formelles de services
de maintien à domicile.
Pour mieux comprendre l’effet des nouvelles caractéristiques
démographiques sur l’utilisation des services de maintien à domicile, la figure 3
montre les probabilités conditionnelles de recours aux réseaux informel, formel
et mixte selon deux profils différents pour les hommes et pour les femmes.
À la partie supérieure de la figure sont indiqués les probabilités des hommes
et des femmes considérés comme étant les plus représentatifs de la population
âgée d’aujourd’hui. On note que parmi les personnes ayant reçu de l’aide, la
probabilité était de 0,65 pour un homme dont la santé était fragile (c’est à
3
On peut supposer qu’un niveau d’éducation élevé signifie nécessairement un revenu plus
élevé ; par conséquent, un pouvoir d’achat accru permettant l’achat de services de maintien
à domicile auprès d’organismes privés. Cette hypothèse n’a pas été vérifiée par nos données.
Nous nous sommes servis d’un modèle logistique auquel nous avons ajouté une variable
dichotomique tenant compte d’un revenu faible ou non (les personnes bénéficiaires ou non
du Supplément de revenu garanti (SRG)). L’effet de cette variable s’est avéré non significatif.
Toutefois, on peut s’interroger sur la qualité des données qui concernent le revenu compte
tenu du taux élevé de non-réponse. Il est alors risqué de rejeter l’hypothèse d’un effet
du revenu qui serait recueilli par notre variable éducation. De plus, les personnes qui reçoivent
le SRG sont peut-être plus susceptibles que les autres de vivre en établissement.
- 165 -
Figure 3. Probabilités conditionnelles de recevoir de l’aide de sources informelles,
formelles ou mixtes, pour certains profils d’hommes et de femmes âgés de
65 ans ou plus ayant reçu de l’aide en raison d’un problème de santé de
longue durée, Canada, 1996
Hommes
Avec conjointe < 75 ans ;
études primaires ;
2 enfants ; I.E.S. < 0,66
0,65
Avec conjointe < 75 ans ;
études post-secondaires ;
1 enfant ; I.E.S. < 0,66
0,0
0,18
0,39
0,1
0,2
0,3
0,20
0,15
0,4
0,43
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1,0
Probabilité conditionnelle
Femmes
Seule ; études
primaires ; 2 enfants
ou plus ; I.E.S. < 0,66
Avec conjoint 75 ans et + ;
études post-secondaires ;
1 enfant ; I.E.S. < 0,66
0,0
0,41
0,37
0,24
0,1
0,22
0,36
0,2
0,3
0,4
0,40
0,5
0,6
0,7
0,8
0,9
1,0
Probabilité conditionnelle
Informelles seulement
Mixtes
Formelles seulement
Source : Statistique Canada, Enquête sociale générale, 1996.
dire un IES inférieur à 0,66) qui vit avec un conjoint de moins de 75 ans,
sans études secondaires et ayant au moins deux enfants survivants, qu’il reçoive
de l’aide strictement de sources informelles. De fait, il y avait 8 chances sur
10 que la prestation de services de maintien à domicile provienne en partie de
sources informelles. Inversement, la probabilité conditionnelle que les personnes
avaient d’avoir au moins en partie de l’aide de sources formelles s’élevait à
0,35 (0,15 plus 0,20). Dans le cas d’une femme âgée typique — qui vit seule,
sans études secondaires et qui a au moins deux enfants survivants — qui
recevait des services de maintien à domicile, la probabilité qu’elle ne reçoive
- 166 -
que de l’aide de sources informelles était de 0,37. La probabilité conditionnelle
qu’une femme fasse appel au réseau formel était nettement supérieure que
dans le cas d’un homme âgé : 0,63 comparativement à 0,35.
Pour les hommes et les femmes, nous avons créé un scénario supplémentaire
qui représente mieux le profil de la population âgée de demain. Pour les hommes,
nous avons élevé le niveau d’éducation aux études postsecondaires tout en
limitant le nombre d’enfants survivants à un. D’après les résultats obtenus
précédemment, nous savons que le fait de n’avoir qu’un enfant survivant
plutôt que deux ou plus n’influe en rien sur la probabilité d’utiliser une source
d’aide plutôt qu’une autre lorsqu’une personne reçoit de l’aide. La différence
dans les résultats de la figure 3 n’est donc attribuable qu’au changement observé
dans le niveau d’éducation. Cet effet est particulièrement important dans le
cas de l’utilisation des sources formelles : pour les hommes qui recevaient
de l’aide, la probabilité qu’ils ont de recourir strictement à des sources formelles
a ainsi doublé (passant de 0,20 à 0,43). Dans le cas des femmes, en plus
d’augmenter le niveau d’éducation et de limiter le nombre d’enfants survivants,
nous avons modifié leur profil de sorte qu’elles ne vivent pas seules, mais
avec un conjoint âgé de 75 ans ou plus. Ce profil reflète la tendance continue
de réduction de l’écart entre les hommes et les femmes en ce qui a trait à
l’espérance de vie. Comme nous l’avons observé pour les hommes, ces
changements entraîneraient une augmentation de la probabilité conditionnelle
qu’ont les femmes d’utiliser strictement des sources d’aide formelles (passant
de 0,22 à 0,40).
Ces scénarios indiquent que d’autres facteurs, hormis le nombre croissant
d’aînés dans le futur, auront tendance à accentuer la pression à l’égard des
sources formelles de services de maintien à domicile. Toutefois, d’autres facteurs
viendront contribuer à atténuer cette pression. En examinant les résultats de
la présente étude, nous devons nous rappeler que nous ciblons les personnes
qui vivent dans des ménages privés et qui reçoivent de l’aide en raison de
problèmes de santé de longue durée. Les aînés de demain auront des
caractéristiques socioéconomiques et démographiques qui pourraient très bien
augmenter leur recours aux services de maintien à domicile, mais uniquement
en cas de besoin. Bien qu’il soit vrai que, toutes choses égales par ailleurs,
une amélioration des niveaux de scolarité entraîne une augmentation de
l’utilisation des sources d’aide formelles, il se peut également que cela ait un
effet positif sur l’état de santé des personnes âgées. Il y aurait alors relativement
moins de personnes âgées en mauvaise santé fonctionnelle et, du coup, la
probabilité de recourir à des services de maintien à domicile serait plus faible
parmi l’ensemble de la population âgée. En outre, si l’espérance de vie sans
incapacité augmentait plus rapidement que l’espérance de vie, la proportion
d’années au cours desquelles une personne âgée aurait besoin de services de
maintien à domicile s’en trouverait aussi diminuée. Enfin, nos résultats montrent
que le fait d’avoir un conjoint âgé de moins de 75 ans est associé à une plus
grande probabilité conditionnelle de recourir à des sources d’aide strictement
- 167 -
informelles. En interprétant l’âge du conjoint comme une mesure approximative
de son état de santé, ce résultat indique que le fait de vivre avec un conjoint
augmente la probabilité conditionnelle de recevoir de l’aide de sources
informelles lorsque ce dernier est en bonne santé. Si la population âgée est
en meilleure santé, les conjoints seront aussi en meilleure position pour prodiguer
les services d’aide à leur partenaire, si besoin il y a. S’engager à l’amélioration
de la santé de la population pourrait contribuer grandement à la réduction
de la pression exercée sur les sources formelles de services de maintien à
domicile dans le contexte d’une population vieillissante.
Les politiques concernant l’institutionnalisation des personnes âgées en
perte d’autonomie joueront également un rôle important dans la demande des
services de maintien à domicile. Ces politiques influent directement sur
l’utilisation des sources formelles de services de maintien à domicile. En limitant
l’entrée en établissement, toutes choses égales par ailleurs, on augmente la
demande de services de maintien à domicile. Inversement, des taux
d’institutionnalisation plus élevés auront tendance à réduire la demande des
mêmes services. Dans ce contexte, les répercussions de ces politiques sur
l’ensemble des coûts sociaux se rapportant aux personnes âgées en perte
d’autonomie sont plutôt incertaines.
La présente étude montre qu’il est important de mieux comprendre les
facteurs sous-jacents à l’utilisation des différentes sources de services de
maintien à domicile. En ne tenant compte que de l’évolution de la composition
et de l’étendue du réseau familial, les résultats indiquent une augmentation
relative de l’utilisation future des sources formelles de services de maintien
à domicile chez les personnes qui recevront de l’aide. Cette utilisation à la
hausse ne résultera pas uniquement de la pression démographique. Comme
nous l’avons vu, les nouvelles caractéristiques sociodémographiques des
personnes âgées, de même que l’évolution du contexte social (migration
des enfants, divorce, remariage et union libre, etc.), influeront aussi
considérablement sur la nature, formelle ou informelle, des services reçus.
REMERCIEMENTS
Les auteurs veulent remercier Leroy Stone, Alain Bélanger et les examinateurs
anonymes pour leurs commentaires précieux sur la version antérieure du présent
document. Nous voulons également remercier Sylvie Lafrenière qui nous a
secondé lors de la dernière partie de l’étude.
- 168 -
BIBLIOGRAPHIE
Bulcroft, K.A. & R.A. Bulcroft (1991). « The Timing of Divorce : Effects
on Parent-Child Relationships in Later Life », Research on Aging, 13 (2),
pp. 226-243.
Cafferata, G. L. (1987). « Marital Status, Living Arrangement and the Use of
Health Services by Elderly Persons », Journal of Gerontology, Social
Sciences, 42 (6), pp. 613-618.
Choi, N.G. (1994). « Patterns and Determinants of Social Service Utilization :
Comparison of the Childless Elderly and Elderly Parents Living With or
Apart From Their Children », The Gerontologist, 34 (3), pp. 353-362.
Coulton, C. & A.K. Frost (1982). « Use of Social and Health Services by the
Elderly », Journal of Health and Social Behavior, 23, pp.330-339.
Evashwick, C., G. Rowe, P. Diehr & L. Branch (1984). « Factors Explaining
the Use of Health Care Services by the Elderly », Health Services Research,
19 (3), pp. 357-382.
Grabbe, L. et al. (1995). « Functional Status and The Use of Home Care in
the Year Before Death », Journal of Aging and Health, 7 (3), pp. 339-364.
Greene, V.L. (1983). « Substitution Between Formally and Informally Provided
Care for the Impaired Elderly in the Community », Medical Care, 21 (6),
pp. 609-619.
Hébert, R., N. Dubuc, M. Buteau, J. Desrosiers, G. Bravo, L. Trottier, C. StHillaire & C. Roy (2001). « Resources and Costs Associated With Disabilities
of Elderly People Living at Home and in Institutions », Canadian Journal
of Aging/La revue canadienne du vieillissement, 20 (1), pp. 1-21.
Keating, N., J. Fast, I. Connidis, M. Penning & J. Keefe (1997). « Bridging
Policy and Research in Eldercare », Canadian Journal on Aging / La
revue canadienne du vieillissement, (suppl.), pp. 22-41.
Martel, L. & Y. Carrière (1999). « Some Evidence of the Effect of Divorce
on Later Life : An International Comparison », Population Activities Unit,
Economic Commission for Europe, United Nations, Sion, December.
Martel, L. & J. Légaré (2001). « Avec ou sans famille proche à la vieillesse :
une description du réseau de soutien informel des personnes âgées selon
la présence du conjoint et des enfants », Cahiers québécois de démographie,
30 (1), pp. 89-114.
- 169 -
Penning, M. & N. Keating (2000). « Self, Informal and Formal Care :
Partnerships in Community-Based and Residential Long-Term Care Settings »,
Canadian Journal on Aging/La revue canadienne du vieillissement, 19
(suppl.1), pp. 75-100.
Shapiro, A. & J. D. Lambert (1999). « Longitudinal Effects of Divorce on
the Quality of the Parent-Child Relationship and on Fathers’ Psychological
Well-Being », Journal of Marriage and the Family, 61, pp. 397-408.
Soldo, B. J. & K. G. Manton (1985). « Health Status and Service Needs of
the Oldest Old : Current Patterns and Future Trends », Health and Society,
63 (2), pp. 286-319.
Statistics Canada (1998). Rapport sur l’état de la population du Canada,
1997, no 91-209-XPF au catalogue, Ottawa, Ministre de l’Industrie, 193
pages.
Tennstedt, S.L., L.M. Sullivan, J.B. McKinlay & R.B. D’Agostino (1990).
« How Important Is Functional Status as a Predictor of Service Use by
Older People? », Journal of Aging and Health, 2 (4), pp. 439-461.
Torrance G.W., D.H. Feeny, W.J. Furlong, R.D. Barr, Y. Zhang & Q. Wang
(1996). « Multiattribute Utility Function for a Comprehensive Health Status
Classification System. Health Utilities Index Mark 2 », Medical Care, 34,
pp. 702-722.
Wan, T.T.H. (1987). « Functionally Disabled Elderly : Health Status, Social
Support and Use of Health Services », Research on Aging, 9 (1), pp. 6178.
Wan, T.T.H. & G. Arling (1983). « Differential Use of Health Services Among
Disabled Elderly », Research on Aging, 5 (3), pp. 411-431.
Wan, T.T.H. & B. Gill Odell (1981). « Factors Affecting the Use of Social
and Health Services Among the Elderly », Aging and Society, 1, pp. 95115.
Wister, A. & P.A. Dykstra (2000). « Formal Assistance Among Dutch Older
Adults : An Examination of the Gendered Nature of Marital History »,
Canadian Journal on Aging/La revue canadienne du vieillissement, 19
(4), pp. 508-535.
Wolinsky, F.D. & R.J. Johnson (1991). « The Use of Health Services by older
Adults », Journal of Gerontology, Social Sciences, 46 (6), pp. 345-357.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement