Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de

Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de
Manuel de lignes directrices sur
les installations résidentielles de
collecte de l’eau de pluie
AU CŒUR DE L’HABITATION
La SCHL : Au cœur de l’habitation
La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) est
l’organisme national responsable de l’habitation au Canada, et ce,
depuis plus de 65 ans.
En collaboration avec d’autres intervenants du secteur de
l’habitation, elle contribue à faire en sorte que le système canadien
de logement demeure l’un des meilleurs du monde. La SCHL aide
les Canadiens à accéder à un large éventail de solutions de logements
durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de
collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays.
Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez
consulter le site Web de la SCHL à l’adresse suivante :
www.schl.ca
Vous pouvez aussi communiquer avec nous par téléphone,
au 1-800-668-2642, ou par télécopieur, au 1-800-245-9274.
De l’extérieur du Canada : 613-748-2003 (téléphone);
613-748-2016 (télécopieur).
La Société canadienne d’hypothèques et de logement
souscrit à la politique du gouvernement fédéral sur
l’accès des personnes handicapées à l’information.
Si vous désirez obtenir la présente publication sur des
supports de substitution, composez le 1-800-668-2642.
manuel DE Lignes directrices sur les installations résidentielles
de collecte de l’eau de pluie
Le gouvernement fédéral, par l’entremise du Conseil national de recherches et de la Commission canadienne des codes
du bâtiment et de prévention des incendies, publie le Code national du bâtiment et le Code national de la plomberie
(codes modèles nationaux). Les présentes lignes directrices, qui visent à facilite la conception, la construction et la gestion
des installations de collecte de l’eau de pluie, sont fondées sur les exigences minimales de sécurité énoncées dans ces
codes modèles nationaux.
Les exigences des codes modèles nationaux n’ont pas force de loi à moins que ces codes aient été promulgués par un
gouvernement provincial ou territorial. Dans certains cas, les provinces et les territoires ont adopté une partie ou la
totalité de ces codes modèles à titre de règlements dans leur compétence territoriale. Autrement, ils peuvent choisir de
rédiger leurs propres codes et chercher à les harmoniser autant que possible avec les codes modèles nationaux et les
codes des autres provinces ou territoires. Dans tous les cas, toutefois, les exigences en vigueur traitant de la collecte de
l’eau de pluie sont celles qui ont été établies par la province ou le territoire concerné.
L’auteur et les éditeurs scientifiques n’assument aucune responsabilité pour toute erreur ou méprise découlant des
informations contenues dans le présent manuel. Les utilisateurs doivent consulter les autorités compétentes en ce qui a
trait à la conception et à la mise en œuvre de tout produit, composant ou système décrit dans ce manuel.
L’information contenue dans la présente publication est le fruit de recherches et de connaissances courantes. Il revient
au lecteur d’évaluer avec discernement les renseignements, les matériaux et les techniques présentés, ainsi que de
consulter les ressources documentaires pertinentes et les spécialistes du domaine concerné pour déterminer si ces
renseignements, matériaux et techniques conviennent à ses besoins. Les dessins et le texte ne sont destinés qu’à servir
de guide. Les caractéristiques de chaque projet et l’emplacement (conditions climatiques, coûts et critères esthétiques)
doivent aussi être pris en considération.
Données de catalogage avant publication de Bibliothèque nationale du Canada
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Publié aussi en anglais sous le titre :
Guidelines for Residential Rainwater Harvesting Systems, Handbook
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada
Lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
[ressource électronique] : manuel.
Monographie électronique en format PDF.
Publ. aussi en anglais sous le titre: Guidelines for residential rainwater harvesting systems.
Également publié en version imprimée.
ISBN 978-1-100-99696-7
No de cat.: NH15-471/2012F-PDF
1. Eaux pluviales--Collecte--Appareils et matériel--Conception et construction--Normes--Canada. I. Société
canadienne d’hypothèques et de logement
TH2493 G84 2012
628.1’3
C2012-980157-7
© 2012
Tous droits réservés. L’utilisation ou la reproduction d’un extrait quelconque de cet ouvrage par quelque procédé que ce
soit est interdite sans l’autorisation écrite préalable de l’auteur et des éditeurs scientifiques.
Première édition, septembre 2012
Remerciements
Groupe de travail sur la collecte de l’eau de pluie
Les Lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie ont été élaborées
avec l’aide d’un groupe de travail sur la collecte de l’eau de pluie composé d’intervenants du
gouvernement et de l’industrie. Les membres du groupe de travail représentaient les parties
prenantes ci-dessous :
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
Affaires municipales de l’Alberta
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Association canadienne des eaux potables et usées
Ville de Calgary
Ville de Guelph
Ecoshift
Evolve Builders Group Inc.
GE Water and Process Technologies
Interpump Supply Ltd.
Ministère des Affaires municipales et du Logement de l’Ontario
Région de Durham
RH2O North America Inc.
Office de conservation de la nature de Toronto et de la région
Membres du groupe de travail
Tyler WightmanLiliana BozicPeter Follett
Alf Durnie
Wayne GalliherShane Gallagher
Sidney Manning
David Auliffe
Danny Hui
Pierre McDonaldGeoff JonesGlen Pleasance
Cate Soroczan
Ben PolleyScott Robinson
T. Duncan Ellison
Mark MyronykTim Van Seters
Auteur
Christopher Despins, M. Sc., ing.
Président
Connect the Drops
cdespins@connectthedrops.ca
Éditeurs scientifiques
Chantelle Leidl, M. Sc.
Khosrow Farahbakhsh, Ph. D., ing.
Spécialiste en collecte de l’eau de pluie Professeur agrégé
Université de Guelph
khosrowf@uoguelph.ca
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Table des matières
Introduction..................................................................................................................................vii
Quels sont les usages permis de l’eau de pluie?......................................................................................viii
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie...............................................................1
1.1Introduction.............................................................................................................................................................2
1.2Codes, normes et directives en vigueur..................................................................................................3
1.3Questions à considérer.....................................................................................................................................4
Aire de la surface de captage.................................................................................................................................4
Matériau composant la surface de captage....................................................................................................5
Adduction de l’eau de pluie....................................................................................................................................6
Dimensions, pente et emplacement du réseau d’adduction................................................................7
Caractéristiques de l’emplacement et localisation du réservoir........................................................8
Choix des matériaux composant le réseau d’adduction........................................................................8
Problématique liée au temps froid......................................................................................................................9
Qualité de l’eau de pluie...........................................................................................................................................9
1.4Directives de conception et de mise en place....................................................................................9
1.5Directives de gestion.......................................................................................................................................14
Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir...................................... 15
2.1Introduction..........................................................................................................................................................16
2.2Codes, normes et directives en vigueur...............................................................................................17
2.3Questions à examiner....................................................................................................................................18
Généralités..................................................................................................................................................................... 18
Emplacement du réservoir................................................................................................................................... 18
Localisation du réservoir........................................................................................................................................ 19
Capacité du réservoir.............................................................................................................................................. 19
Problématique par temps froid.......................................................................................................................... 20
Matériau composant le réservoir...................................................................................................................... 21
2.4Directives de conception et de mise en place.................................................................................22
2.5Directives de gestion.......................................................................................................................................25
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie............................................................. 27
3.1Introduction..........................................................................................................................................................28
3.2Codes, normes et directives en vigueur...............................................................................................29
3.3Questions à examiner....................................................................................................................................30
iv
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Qualité de l’eau de pluie et directives de traitement............................................................................ 30
Facteurs influant sur la qualité de l’eau de pluie...................................................................................... 30
Options de traitement............................................................................................................................................ 31
Choix de dispositifs de traitement................................................................................................................... 35
Problèmes de performance des dispositifs de traitement.................................................................. 36
3.4Directives de conception et de mise en place.................................................................................37
3.5Directives de gestion.......................................................................................................................................41
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau................. 45
4.1Introduction..........................................................................................................................................................46
4.2Codes, normes et directives en vigueur...............................................................................................47
4.3Questions à examiner....................................................................................................................................48
Types de systèmes d’appoint d’eau................................................................................................................. 48
Équipement de commande.................................................................................................................................. 51
Raccordements croisés, prévention des retours d’eau et isolement des lieux....................... 54
Coupure antiretour................................................................................................................................................... 55
4.4Directives de conception et de mise en place.................................................................................56
4.5Directives de gestion.......................................................................................................................................60
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression.......................................... 63
5.1Introduction..........................................................................................................................................................64
5.2Codes, normes et directives en vigueur...............................................................................................65
5.3Questions à examiner....................................................................................................................................67
Généralités..................................................................................................................................................................... 67
Pompe.............................................................................................................................................................................. 68
Tuyaux............................................................................................................................................................................... 73
Réservoir sous pression......................................................................................................................................... 74
5.4Directives de conception et de mise en place.................................................................................79
5.5Directives de gestion.......................................................................................................................................79
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales........ 83
6.1Introduction..........................................................................................................................................................84
6.2Codes, normes et directives.......................................................................................................................85
6.3Questions à examiner....................................................................................................................................85
Emplacements des rejets de débordement................................................................................................ 85
Choisir la méthode d’évacuation des débordements la plus appropriée.................................. 89
Puits d’infiltration........................................................................................................................................................ 90
Société canadienne d’hypothèques et de logement
v
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Qualité de l’eau de pluie........................................................................................................................................ 91
La collecte de l’eau de pluie faisant partie intégrante d’un système
de gestion des eaux pluviales.............................................................................................................................. 92
6.4Directives de conception et de mise en place.................................................................................93
6.5Directives de gestion.......................................................................................................................................95
Annexes........................................................................................................................................ 97
Annexe A Captage et adduction de l’eau de pluie..............................................................................99
Pertes de captage depuis les surfaces de toit............................................................................................ 99
Dimensions des gouttières et des descentes pluviales......................................................................... 99
Diamètre des canalisations d’adduction..................................................................................................... 103
Profondeur de pénétration du gel et protection de la tuyauterie contre le gel................. 106
Annexe B Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir.................................................111
Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie..................................................................... 111
Tableaux de calcul de la capacité des réservoirs de stockage....................................................... 111
Annexe C Pompe et système de distribution sous pression......................................................120
Calcul de la capacité de la pompe................................................................................................................ 120
Calcul de la pression de la pompe (hauteur d’élévation)................................................................ 121
Calcul des pertes par frottement.................................................................................................................. 122
Calcul des dimensions du réservoir sous pression.............................................................................. 124
Calcul du diamètre de la tuyauterie............................................................................................................. 125
Annexe D Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales.............129
Utilisation d’un réservoir de stockage pour la rétention et la retenue
de l’eau pour les besoins de gestion des eaux pluviales................................................................... 129
Conception et dimensions des puits d’infiltration................................................................................ 132
vi
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Introduction
La collecte de l’eau de pluie est une pratique ancienne qui consiste à recueillir la pluie et
à la stocker pour une utilisation ultérieure. Les installations de collecte de l’eau de pluie
sont composées d’une aire de captage sur le toit d’un bâtiment, d’un réseau d’adduction
de l’eau, d’un réservoir de stockage, d’une pompe et d’appareils où les eaux de pluie
sont utilisées. La plupart des installations comprennent également des technologies de
traitement visant à améliorer la qualité de l’eau de pluie avant ou après le stockage, et
prévoient des dispositions afin de tenir compte des périodes de précipitations insuffisantes
(une alimentation en eau d’appoint) ou des périodes de précipitations de pluie excessives
(trop-plein).
Les éléments qui importent le plus lors de la conception et de la mise en place d’une
installation de collecte de l’eau de pluie sont les codes et les règlements provinciaux, ainsi
que les normes et les règlements municipaux. Il faut aussi déterminer dans quelle mesure
la conception, la mise en œuvre et la gestion des installations de collecte de l’eau de pluie
peuvent influer sur la quantité d’eau captée et la qualité de l’eau de pluie recueillie, de
même que la sensibilité de l’installation au temps froid.
Les lignes directrices sur la conception et la mise en place sont réparties en plusieurs
sections, organisées suivant les différents composants des installations de collecte de l’eau
de pluie. En voici les éléments :
■■
Captage et adduction de l’eau de pluie
■■
Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
■■
Traitement et qualité de l’eau de pluie
■■
Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
■■
Pompe et système de distribution sous pression
■■
Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales
Le présent document est destiné à un vaste public, dont les propriétaires-occupants,
les ingénieurs, les architectes, les entrepreneurs, les promoteurs, les autorités de
réglementation, de même que les membres des administrations municipales, provinciales
et fédérale. Il renferme des renseignements généraux sur chacun des aspects d’une
installation de collecte de l’eau de pluie, et présente des clauses pertinentes tirées des
codes et des règlements existants, des normes et des lignes directrices, ainsi que des
critères de conception additionnels découlant d’expériences récentes sur le terrain et des
meilleures pratiques à l’échelle internationale en matière de collecte de l’eau de pluie.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
vii
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Quels sont les usages permis de l’eau de pluie?
Au moment de la publication de ces Lignes directrices (octobre 2011), le Code national de
la plomberie - Canada 2010 (CNP) autorisait l’utilisation de l’eau de pluie pour alimenter
la chasse des toilettes et des urinoirs, de même qu’un raccordement direct à un système
d’irrigation souterrain qui distribue l’eau sous la surface du sol.
Soulignons toutefois que les dispositions du CNP 2010 n’ont pas force de loi à moins
d’avoir été promulguées par la province ou le territoire concerné. Compte tenu du
fait que l’édition précédente du CNP (édition 2005) ne précise pas les conditions de
réutilisation de l’eau de pluie, il importe de consulter les autorités compétentes locales
afin de déterminer si le CNP a été adopté en partie ou en totalité dans la province
ou le territoire et, le cas échéant, quelle édition du CNP (2005 ou 2010) est actuellement
en vigueur. Dans tous les cas, les exigences en vigueur visant la collecte de l’eau de
pluie seront celles qui ont été édictées ou promulguées par la province ou le territoire
en question.
viii
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1
Captage et adduction
de l’eau de pluie
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
1.1 Introduction
Parmi les éléments clés de la collecte de l’eau de pluie figurent la collecte de la pluie à
partir d’une surface de captage et son adduction vers un réservoir pour y être stockée
aux fins d’utilisation.
Le plus souvent, les installations de collecte de l’eau de pluie utilisent le toit d’une maison
ou d’un bâtiment pour recueillir la pluie. Bien que cette collecte soit possible depuis
d’autres surfaces comme les aires gazonnées et les aires de stationnement, ces aires de
captage ne sont pas abordées dans le présent manuel en raison de préoccupations se
rapportant à la qualité de l’eau recueillie sur ces surfaces. Par conséquent, le présent
chapitre porte exclusivement sur la collecte de l’eau qui ruisselle sur la surface d’un toit,
aussi appelée « captage de toit ».
Une fois les eaux de pluie recueillies de la surface de captage, il faut les acheminer
au réservoir de stockage au moyen d’un « réseau d’adduction ». La méthode la plus
répandue pour acheminer cette eau est celle d’un écoulement par gravité, autrement dit
l’eau de pluie est acheminée vers le réservoir de stockage sans nécessiter de pompe ou
d’autre moyen. Le réseau d’adduction d’une installation de collecte de l’eau de pluie est
habituellement composé de trois éléments : gouttières, descentes pluviales et canalisations
d’adduction (voir la figure 1-1). Bien qu’il existe d’autres moyens d’acheminer l’eau de
pluie, comme les descentes pluviales situées à l’intérieur d’un bâtiment, on ne les abordera
pas directement.
Figure 1-1
Gauche 1. Gouttière et 2. Descente pluviale;
Droite Canalisations d’adduction de l’eau de pluie desservant
un réservoir de stockage souterrain (avant leur enfouissement)
Les dimensions et la complexité d’un réseau d’adduction peuvent se résumer à peu
de choses, comme c’est le cas pour la plupart des réservoirs de stockage situés à
faible distance de la surface de captage. Pour ce qui est des réseaux dont le réservoir
est souterrain ou intégré à un bâtiment, ceux-ci peuvent être beaucoup plus étendus
et élaborés. Le présent chapitre servira de guide quant aux éléments dont il faudra
tenir compte lors du choix de la surface de captage. Il expliquera aussi la conception
et l’installation du réseau d’adduction de manière à ce qu’il puisse traiter les débits
importants d’eaux de ruissellement produits lors de fortes tempêtes.
2
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie
1.2 Codes, normes et directives en vigueur
Le tableau 1-1 renvoie aux codes et normes qui s’appliquent aux réseaux de captage et
d’adduction de l’eau de pluie.
Tableau 1-1 Codes, normes et directives régissant les réseaux de captage et d’adduction de l’eau de pluie
Codes, normes et
directives en vigueur
Code national du bâtiment
- Canada (2010) et (2005)
Dispositions particulières et répercussions sur la conception et
la mise en place
■■
ivision B, Annexe C - tableau C-2. Valeurs de calcul pour certaines
D
localités canadiennes
Fournit des données sur les précipitations, lesquelles servent à déterminer le
diamètre des canalisations d’adduction selon les articles 2.4.10.4. et 2.4.10.9.
du Code national de la plomberie.
Code national de la
plomberie - du Canada
(2010) et (2005)
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
2.2.5.10. Tuyaux en plastique enterrés
2.2.5.12. Tuyaux hors terre
2.3.4.5. Tuyauterie horizontale
2.3.4.6. Tuyauterie enterrée horizontale
2.3.5.1. Remblai
2.3.5.4. Gel
2.4.7. Regards de nettoyage
2.4.10.4. Charges hydrauliques sur les toits et les surfaces revêtues
2.4.10.9. Charges hydrauliques sur les collecteurs d’eaux pluviales
Les articles 2.2.5.10. et 2.2.5.12. mentionnent les types de tuyaux approuvés
pour utilisation souterraine et à l’intérieur des bâtiments. Le CNP renferme
également des dispositions visant le support et la protection de la tuyauterie.
La sous-section 2.4.7. renferme des dispositions sur la dimension et
l’espacement des regards de nettoyage et l’emplacement des autres regards.
Les articles 2.4.10.4. et 2.4.10.9. précisent la méthode à utiliser pour
déterminer le diamètre des canalisations d’adduction, en s’appuyant sur les
valeurs d’intensité des précipitations (pluie de 15 min, en mm) que l’on
obtient du tableau C-2, tiré du Code national du bâtiment, la surface de
captage du toit et la pente des canalisations d’adduction.
Norme CSA B128.1
(2006)
10 Séparation
■■ 12.3 Tuyauterie enfouie (marquage)
Fournit des précisions sur la mise en place des canalisations d’adduction pour
les installations souterraines et hors-sol.
Protocole NSF P151
(1995)
L’utilisation de matériaux de toit, de revêtements, de peinture et de gouttières
certifiés conformément au protocole NSF P151 permet d’atteindre une
transmission de contaminants ne dépassant pas celle précisée dans les
Règlements sur l’eau potable de l’Agence de protection de l’environnement
des États-Unis. Recommandé là où de l’eau de pluie de grande qualité est
nécessaire compte tenu de l’utilisation prévue.
Documents obligatoires
■■
Documents additionnels
Société canadienne d’hypothèques et de logement
3
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
1.3 Questions à considérer
Aire de la surface de captage
En théorie, pour chaque mètre carré d’aire de la surface de captage de toit, un (1) litre
d’eau de pluie peut être recueilli par millimètre de pluie. Calcul de l’aire de la surface
de captage :
Aire de captage (m2) = longueur (m) x largeur (m)
La relation entre l’aire de captage et le volume d’eau de pluie recueilli est montrée dans
la figure 1-2. Comme on le voit ci-dessous, plus l’aire de la surface de captage est grande,
plus la quantité d’eau recueillie par millimètre de pluie sera importante.
Largeur = 1 m
hauteur = 1 mm = 0,001 m
Longueur = 1 m
Volume = largeur x longueur x hauteur
= 1 m x 1 m x 0,001 m
= 0,001 m3
= 1 litre
Figure 1-2Volume théorique d’eau de pluie recueilli depuis une surface de captage de toit
L’aire de captage a des répercussions importantes à la fois sur la conception et le potentiel
d’économies d’eau des installations de collecte de l’eau de pluie. En règle générale, on
recommande que l’aire de captage desservant une installation de collecte de l’eau de pluie
soit la plus étendue possible afin de maximiser les économies d’eau. Pour la plupart des
installations de collecte avec captage de toit, les dimensions de l’aire de captage
4
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie
sont habituellement déterminées à l’avance par les dimensions de la maison ou du
bâtiment. Dans de tels cas, l’une des stratégies permettant de recueillir de l’eau de pluie
additionnelle consiste à avoir recours à de multiples surfaces de captage de toit et à diriger
les eaux recueillies vers un seul réservoir de stockage central ou « collectif ».
Il se peut qu’il ne soit pas possible ni avantageux de recueillir les eaux de toute l’aire
de captage en raison de préoccupations ayant trait à la qualité de l’eau de pluie, à
l’emplacement ou au positionnement du réservoir de stockage ou pour d’autres raisons.
Ces questions parmi d’autres sont abordées plus à fond dans les Directives de conception
et de mise en place.
Matériau composant la surface de captage
Au Canada, la majorité des maisons sont dotées de toits en pente revêtus de bardeaux
d’asphalte, tandis que de nombreux bâtiments industriels, commerciaux et institutionnels
comportent des couvertures multicouches (lesquelles peuvent être composées de
différents matériaux, par exemple des couvertures en feutre bitumé et asphalte).
Le type de matériau de revêtement de la surface de captage utilisé dans une installation
de collecte de l’eau de pluie peut influer sur :
■■
■■
la proportion de l’eau de pluie recueillie durant une période de précipitations, définie
comme étant « l’efficacité de collecte » à partir de la surface de captage du toit, et
la qualité de l’eau de pluie recueillie.
Efficacité de collecte de l’eau de pluie
Bien qu’un litre d’eau de ruissellement puisse théoriquement être recueilli de chaque
millimètre de pluie tombant sur une aire de 1 m2, certaines pertes se produisent au
contact de la surface de captage. Ces pertes varient selon le type de matériau recouvrant
cette surface et la géométrie du toit. Il faut en tenir compte lorsque l’on évalue la quantité
de pluie pouvant être recueillie et utilisée par l’installation de collecte. En règle générale,
ces pertes se caractérisent par un facteur de perte initial (en mm de précipitations),
lequel est fonction de la capacité d’absorption du matériau de captage, et par des pertes
continues (en pourcentage de précipitations) dues au vent et aux fuites dans le réseau
d’adduction. Les pertes associées aux divers matériaux composant les surfaces de captage
figurent au tableau 1-2.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
5
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Tableau 1-2 Efficacité de captage (facteur de perte) associée à diverses surfaces de captage1, 2
Matériau de captage du toit
Facteur initial de perte en
précipitations (mm)
Rapport de perte continu
en précipitations (%)
Acier
0,25
20,0
Bardeaux d’asphalte
0,5
20,0
Fibre de verre
0,5
20,0
Toit plat multicouche bitumé
1,5
20,0
Toit plat Hypalon
(caoutchouc)
1,5
20,0
Qualité de l’eau de pluie
La qualité de l’eau de pluie ruisselant sur une surface de captage peut être touchée de
deux façons. Des saletés et des débris peuvent s’accumuler sur la surface du toit par
retombées atmosphériques directes, par la présence de feuillage surplombant le toit
ou par dépôt de fientes d’oiseaux ou de déjections de rongeurs. Sans compter que le
matériau composant la couverture elle-même peut ajouter des matières particulaires
et des substances chimiques dissoutes aux eaux de ruissellement. Cette question qui
concerne toutes les installations de collecte de l’eau de pluie est approfondie au
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie Les matières particulaires et les substances
chimiques dissoutes ne constituent une préoccupation que si l’eau de pluie doit servir
d’eau potable et, à ce titre, ces questions ne sont pas abordées directement dans le
présent manuel (voir le protocole NSF P151 et la Section 1.2 Codes, normes et directives en
vigueur pour obtenir plus d’information à ce sujet).
Adduction de l’eau de pluie
Une fois recueillie de la surface de captage, l’eau de pluie est acheminée au réservoir de
stockage par une série de composants appelée « réseau d’adduction ». Un exemple de
réseau d’adduction résidentiel courant est illustré à la figure 1-3.
6
1
DIN 1989-1:2001-10. DIN 1989 Rainwater Harvesting Systems - Part 1: Planning, Installation, Operation and Maintenance. 2002.
Fachvereinigung Betriebs- und Regenwassernutzung e.V, fbr, Darmstadt, Allemagne.
2
Building Capacity for Rainwater Harvesting in Ontario: Rainwater Quality and Performance of RWH Systems. 2008. Despins, C., M.Sc.
Thèse, Université de Guelph.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie
1. Surface de captage du toit
2. Gouttière
3. Descente pluviale
4. Transition - descente
pluviale-canalisation
5. Canalisation d’adduction
7. Tuyau de
trop-plein
6. Réservoir de stockage de l’eau de pluie
Figure 1-3Réseau d’adduction type alimentant un réservoir de stockage d’eau de pluie souterrain
Lors de la conception et de la mise en place d’un réseau d’adduction, il faut tenir compte
d’un certain nombre d’éléments :
■■
Capacité et localisation du réseau d’adduction
■■
Caractéristiques de l’emplacement et localisation du réservoir de stockage
■■
Questions liées au temps froid
■■
Qualité de l’eau de pluie
Ces questions sont abordées plus à fond dans les sections ci-dessous.
Dimensions, pente et emplacement du réseau d’adduction
Pour que le réseau d’adduction puisse recevoir le ruissellement depuis la surface de
captage en cas de fortes tempêtes, toutes ses parties (gouttières, descentes pluviales et
canalisations d’adduction) doivent être de dimensions appropriées et être inclinées afin
d’assurer l’évacuation rapide de l’eau. La conception des gouttières et des descentes
pluviales n’est généralement pas abordée dans les codes du bâtiment; il existe plutôt des
dimensions normalisées et des « règles empiriques » visant les installations résidentielles.
La dimension des canalisations d’adduction doit être déterminée suivant les codes et
règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur (voir la Section 1.2 Codes, normes et
directives en vigueur pour en savoir plus).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
7
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Lorsque l’on détermine les dimensions des canalisations et d’autres parties du réseau
d’adduction, il importe de tenir compte de la proportion de la surface de captage qu’une
partie du réseau doit traiter. Dans la majorité des cas, la surface de captage sera divisée
en sections pour la collecte et l’adduction de l’eau de pluie (par exemple, un toit à pignon
comportera au moins deux surfaces de drainage distinctes recevant de l’eau de pluie).
Par conséquent, il pourrait être nécessaire d’avoir recours à de multiples canalisations
d’adduction plus petites qui acheminent cette eau vers une canalisation plus importante
menant au réservoir de stockage.
Caractéristiques de l’emplacement et localisation du réservoir
Lors de la planification d’un réseau d’adduction, il faut tenir compte des caractéristiques
de l’emplacement et de la localisation du réservoir de stockage de l’eau de pluie.
Il peut s’avérer difficile de raccorder certaines sections de la surface de captage au
réseau d’adduction en raison de problèmes de nivellement ou de la configuration de
l’emplacement, de la distance jusqu’au réservoir de stockage ou des formes complexes
du toit. Par exemple, lorsque l’on conçoit la disposition des canalisations d’adduction
qui acheminent l’eau de pluie à un réservoir souterrain, la longueur et la pente des
canalisations peuvent influer sur la profondeur d’enfouissement du réservoir (par
exemple, obliger à l’enfouir plus profondément). Certains réservoirs ne peuvent toutefois
être enfouis sous une certaine profondeur maximale nominale et, par conséquent,
la localisation du réservoir ou la pente des canalisations peut devoir être modifiée.
Autrement, un réservoir armé conçu pour une plus grande profondeur d’enfouissement
devra être choisi. Consultez le Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
pour obtenir de plus amples détails.
La conception d’un réseau d’adduction qui mène à un réservoir souterrain peut aussi être
préoccupante en présence de conduites et de câbles enfouis (gaz, eau, téléphone, etc.).
Il faut inspecter l’emplacement au préalable pour localiser les conduites et les câbles
enfouis afin que le parcours choisi soit libre.
Choix des matériaux composant le réseau d’adduction
L’une des étapes de la planification d’un réseau d’adduction consiste à choisir les
matériaux appropriés pour chacun des composants du réseau. Les gouttières et les
descentes pluviales sont en règle générale composées d’aluminium or d’acier galvanisé;
l’un ou l’autre de ces matériaux convient aux installations de collecte de l’eau de pluie.
Tenez compte d’un certain nombre de critères lors du choix d’un matériau pour une
canalisation. La canalisation choisie doit être cotée pour exposition au rayonnement
ultraviolet (UV) et pour enfouissement (le cas échéant) et, si la qualité de l’eau de pluie
est une préoccupation, elle doit convenir au transport de l’eau potable. De plus, le type
de canalisation choisi doit satisfaire aux codes et règlements provinciaux ou territoriaux
en vigueur. En général, pour les installations de collecte de l’eau de pluie, on recommande
une canalisation en polychlorure de vinyle (PVC) ou « PVC SDR35 » puisqu’elle répond à
ces critères. Les canalisations en acrylonitrile-butadiène-styrène (ABS) peuvent également
8
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie
être utilisées. Elles sont généralement moins coûteuses que celles en PVC SDR35, mais
pourraient ne pas convenir à toutes les installations de collecte de l’eau de pluie, car
elles ne sont pas cotées pour exposition au rayonnement ultraviolet. Il importe de noter
toutefois que même si l’eau de pluie est acheminée au moyen de canalisations convenant
à l’eau potable, cela ne présuppose pas qu’elle est potable ni qu’elle convient à cet usage.
Problématique liée au temps froid
Dans la majeure partie du Canada, les températures descendent souvent sous le point de
congélation (0 °C) durant les mois d’hiver. Pendant les périodes de froid extrême, l’eau
de pluie stockée à l’extérieur ou dans un milieu dont la température n’est pas maintenue
au-dessus de 0 °C risque de geler. Elle peut geler dans le réseau d’adduction si elle n’est
pas drainée adéquatement ou si elle doit parcourir de grandes parties du réseau où la
température n’est pas réglée.
Qualité de l’eau de pluie
Au moment de planifier le réseau de captage et d’adduction de l’eau de pluie, la qualité de
l’eau de pluie qui entre dans le réservoir de stockage peut être améliorée par l’exclusion
des eaux provenant de sources ou de sections particulières de la surface de captage,
comme les parties aménagées en toit vert ou les sections où le feuillage surplombe le
toit. Si la qualité importe, mais qu’il faut maximiser la récolte de l’eau de pluie en captant
les eaux coulant sur ces surfaces, il est possible de traiter l’eau de pluie avant de l’utiliser.
Consultez le Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie pour en savoir davantage.
On peut aussi améliorer la qualité de l’eau de pluie en empêchant l’entrée de
contaminants dans le réservoir par le biais du réseau d’adduction. Pour prévenir l’entrée
d’animaux ou d’insectes dans le réservoir, tous les éléments du réseau d’adduction
doivent être sains du point de vue structural et être exempts d’ouvertures ou d’autres
points d’entrée, sauf ceux qui sont requis pour acheminer l’eau. On portera une attention
particulière aux transitions entre les composants, notamment les éléments de transition
entre la descente pluviale et la canalisation d’adduction, transition qui est habituellement
située au niveau du sol.
1.4 Directives de conception et de mise en place
1. Lors du choix de la surface de captage de l’eau de pluie
a. On ne recommande que des surfaces de toit.
b. La collecte à partir de toits verts n’est pas recommandée.
c. Évitez les sections de toit avec du feuillage en surplomb, sinon coupez les branches,
dans la mesure du possible.
d. Si l’eau de pluie récupérée par la surface de captage doit être de qualité supérieure,
choisissez des matériaux certifiés NSF P151.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
9
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
2. Pour maximiser le volume d’eau de pluie recueilli par l’installation de collecte
a. La surface de captage doit être la plus grande possible.
b. Si vous avez à choisir un matériau pour votre surface de captage afin de le mettre en
place en même temps que l’installation de collecte de l’eau de pluie, profitez-en pour
vous procurer un matériau affichant des pertes minimales de captage, comme l’acier
(voir le tableau A-1 pour en savoir plus).
c. Acheminez l’eau de pluie au moyen de composants ayant des dimensions et des
pentes appropriées, tels que les gouttières, les descentes pluviales ou les canalisations
d’adduction.
d. Dans la mesure du possible, raccordez les différentes surfaces de captage à un
réservoir de stockage central ou « collectif ».
3. Gouttières et descentes pluviales
a. Matériaux :
i. On recommande l’aluminium ou l’acier galvanisé.
ii. Il vaut mieux éviter les gouttières en cuivre, en bois, en vinyle ou en plastique.
iii. Si l’eau de pluie acheminée dans les gouttières et les descentes pluviales doit être de très
grande qualité, choisissez des matériaux ayant la certification NSF P151.
b. Pente des gouttières :
i. Dans la mesure du possible, inclinez les gouttières vers le réservoir de stockage d’eau de
pluie.
ii. Veillez à respecter une pente minimale allant de 0,5 à 2 % (forte pente égale performance
améliorée) sur la pleine longueur des gouttières.
c. Dimension des gouttières :
i. Généralement, les gouttières de 125 mm [5 po] de type K habituellement employées
devraient convenir à la plupart des situations résidentielles courantes en ce qui a trait aux
aires de captage et aux longueurs de gouttières.
ii. Pour déterminer la dimension de la gouttière pour une aire de captage de toit donnée :
1. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur concernant les
valeurs nominales de l’intensité des précipitations pour l’emplacement en question.
2. Calculez l’aire du toit qui évacue dans la gouttière :
Aire de drainage du toit (m2) = Longueur (m) x Largeur (m)
Équation 1-1
Où :
Longueur = longueur de la gouttière raccordée à une descente pluviale (m)
Largeur = distance de l’avant-toit au faîte de la surface de toit
desservie (m)
3. Consultez le tableau 1-3 pour déterminer la dimension minimale de gouttière requise,
selon l’aire de drainage du toit (m2) et les valeurs d’intensité des précipitations trouvées
ci-dessus :
10
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie
Tableau 1-3 Dimension minimale de gouttière pour une aire de drainage de toit donnée et valeur
d’intensité des précipitations3
Dimension minimale de
gouttière et type
Aire maximale de drainage de toit desservie par la gouttière (m2)1, 2
Valeur d’intensité des précipitations (pluie de 15 min, mm) :
18,75
25
31,25
37,5
43,75
50
56,25
62,5
100 mm [4 po] type K
71
53
43
35
30
27
24
21
125 mm [5 po] type K
130
98
78
65
56
49
43
39
150 mm [6 po] type K
212
159
127
106
91
79
71
64
1
La dimension minimale des gouttières suppose que les gouttières ont une pente minimale (≤ 6,25 %). Pour une pente supérieure, les valeurs du tableau
peuvent être multipliées par 1,1.
2
L’aire maximale de drainage de toit suppose une pente de toit de ≤ 5 : 12. Pour des pentes de toit supérieures, multipliez les valeurs du tableau par 0,85.
iii. Quant à d’autres types de gouttière ou à des aires de captage de toit plus grandes, consultez
le fabricant ou l’entrepreneur pour déterminer la dimension des gouttières.
d. Emplacement et espacement des gouttières :
i. Où c’est possible, placez les descentes pluviales près du réservoir de stockage de l’eau de
pluie.
ii. Il n’est pas recommandé de poser une descente pluviale dans un angle intérieur du bâtiment.
iii. Une descente pluviale ne doit pas desservir plus de 15 m [50 pi] de longueur de gouttière.
e. Dimension des descentes pluviales :
i. En règle générale, on trouve surtout des descentes pluviales rectangulaires de 50 x 75 mm
[2 x 3 po] ou carrées de 75 x 75 mm [3 x 3 po], lesquelles devraient convenir à la plupart
des situations résidentielles en ce qui a trait aux surfaces de captage de toit et à la longueur
des gouttières.
ii. Pour déterminer les dimensions requises d’une descente pluviale :
1. Consultez le tableau 1-4 pour trouver les dimensions minimales de la descente pluviale
(rectangulaire ou carrée) selon la dimension de la gouttière desservie par la descente.
Tableau 1-4 Dimensions minimales des descentes pluviales pour différentes dimensions de gouttières4
Type et dimension de
gouttière
Dimensions minimales des descentes pluviales (mm [po])
Rectangulaire
Carrée
100 mm [4 po] type K
50 x 75 [2 x 3]
75 x 75 [3 x 3]
125 mm [5 po] type K
50 x 75 [2 x 3]
75 x 75 [3 x 3]
150 mm [6 po] type K
75 x 100 [3 x 4]
100 x 100 [4 x 4]
3
Adapté de Moisture Resistant Homes: A Best Practice Guide and Plan Review Tool for Builders and Designers. 2006. US Department of
Housing and Urban Development, Washington, DC.
4
Adapté de la publication Moisture Resistant Homes: A Best Practice Guide and Plan Review Tool for Builders and Designers. 2006. US
Department of Housing and Urban Development, Washington, DC.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
11
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
iii. Pour d’autres types et dimensions de gouttières, consultez le fabricant ou l’entrepreneur afin
de déterminer les dimensions de la descente pluviale.
f. Pose des gouttières et des descentes pluviales :
i. Les gouttières devraient être fabriquées sur mesure et posées de manière à être exemptes
de joints sur toute leur longueur.
ii. Les gouttières doivent être soutenues à l’aide d’étriers cachés ou d’un ensemble cloufourreau à entraxe maximal de 450 mm [18 po].
iii. Les dévoiements de descente pluviale ne doivent pas excéder 3 m [10 pi].
g. Consultez l’Annexe A pour visualiser des exemples de calcul de dimensions de
gouttières et de descentes pluviales.
4. Aire de captage
a. Pour calculer l’aire de captage, utilisez la formule suivante :
Aire de captage (m2) = Longueur (m) x Largeur (m)
Équation 1-2
Où :
Longueur = longueur de la surface de captage (m)
Largeur = largeur de la surface de captage (m)
b. Lorsque des sections d’une surface de captage de toit ou de multiples surfaces de
captage sont en jeu, on détermine l’aire de captage en additionnant les multiples
petites surfaces.
5. Planification de la disposition du réseau d’adduction
a. Pour les réservoirs de stockage hors-sol :
i. Déterminez l’emplacement du réservoir (voir le Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et
capacité du réservoir pour en savoir davantage).
ii. Fixez le parcours des descentes pluviales et des canalisations d’adduction vers le réservoir
de stockage.
b. Pour les réservoirs de stockage souterrains :
i. Déterminez l’emplacement du réservoir (voir le Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie
et capacité du réservoir pour en savoir davantage).
ii. Planifiez le parcours des canalisations d’adduction à partir des descentes pluviales
jusqu’au réservoir.
iii. Assurez-vous qu’il n’y a pas de branchements de services souterrains (gaz, électricité,
eau, égout pluvial ou sanitaire, téléphone ou câblodistribution) dans la zone d’excavation
devant recevoir les canalisations d’adduction, en communiquant avec la municipalité et les
fournisseurs de service.
iv. Pour obtenir d’autres conseils sur la planification du parcours des canalisations d’adduction
desservant un réservoir souterrain, voir l’Annexe A.
6. Canalisations d’adduction de l’eau de pluie
a. Composition (matériaux) :
i. Tuyau de PVC SDR35 (recommandé) ou tuyau ABS.
ii. La canalisation choisie doit être conforme aux exigences des codes édictés par la province
ou le territoire et aux normes de l’industrie (CSA, ASTM, etc.).
12
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie
b. Diamètre et pente des canalisations :
i. Pente minimale de 0,5 à 2 % requise (plus la pente est forte, mieux cela vaut) sur toute la
longueur des canalisations.
ii. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en matière de
dimensionnement des canalisations d’adduction d’eau.
iii. Pour estimer les volumes et les dimensions, consultez le tableau A-1 et le tableau A-4
figurant à l’Annexe A.
c. Regards de nettoyage :
i. Il faut prévoir des regards sur les canalisations d’adduction pour en faciliter le nettoyage.
ii. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux quant aux dimensions et à
l’espacement des regards de nettoyage ainsi qu’à l’emplacement des autres regards.
d. Raccord au réservoir :
i. La canalisation d’adduction de l’eau de pluie doit se raccorder au réservoir à une hauteur qui
n’est pas inférieure à celle du tuyau de trop-plein ou idéalement, à 50 mm [2 po] au-dessus
du point bas du tuyau de trop-plein qui sort du réservoir.
7. Mise en place des canalisations d’adduction d’eau
a. Les canalisations hors-sol doivent être supportées conformément aux exigences des
codes et règlements provinciaux ou territoriaux.
b. Les canalisations souterraines doivent être mises en place dans un espace
convenablement excavé, être bien supportées et remblayées suivant les codes et
règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur.
c. Protection des canalisations contre le gel :
i. Veillez à ce que toutes les canalisations enfouies soient situées sous la profondeur de
pénétration du gel. Consultez les autorités compétentes locales à l’égard des règlements ou
des « règles empiriques » concernant la profondeur de pénétration du gel. Pour estimer les
volumes et les dimensions, voir l’Annexe A.
ii. Prévoir de l’isolant ou un câble chauffant dans le cas des canalisations enfouies au-dessus du
niveau de pénétration du gel ou exposées hors du sol (voir l’Annexe A pour en savoir plus
sur l’isolation des tuyaux).
d. Les canalisations souterraines non métalliques doivent être pourvues d’un ruban
traceur à une hauteur de 300 mm [12 po] au-dessus des canalisations pour pouvoir les
repérer une fois installées.
e. Consultez les instructions de mise en place du fabricant pour connaître les détails des
assises recommandées, du soutien et de la méthode de remblai.
8. Protection du réservoir contre le gel
a. Les réservoirs de stockage hors-sol qui risquent de geler doivent être protégés par :
i. Un réseau d’adduction de dérivation, au sein duquel des portions de descentes pluviales et
de canalisations en amont du réservoir peuvent être déconnectées ou redirigées de manière
à empêcher l’eau de pluie ou l’eau de fonte des neiges d’entrer dans le réservoir durant les
mois d’hiver;
ii. Un robinet de vidange situé au fond du réservoir de stockage.
9. V
eillez à ce que les petits animaux ou les insectes ne puissent pas s’introduire dans le
réservoir de stockage depuis le réseau d’adduction :
a. En ne laissant aucune ouverture ou aucun point d’entrée dans le réseau autre que les
ouvertures requises pour l’écoulement de l’eau;
Société canadienne d’hypothèques et de logement
13
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
b. En prévoyant des raccords de transition entre les descentes pluviales et les
canalisations d’adduction.
10. Mettez en place des dispositifs de traitement avant stockage, le cas échéant (voir le
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie pour en savoir plus).
1.5directiVes en matière de gestion
1. La surface de captage doit faire l’objet d’une inspection tous les six mois afin :
a. d
e découvrir toute source de contamination possible, y compris les saletés et les débris
accumulés, la présence de branches d’arbres ou de feuillage surplombant le toit ou des
signes de la présence d’animaux (par exemple, fientes d’oiseaux).
b. Si des contaminants sont présents, la surface de captage devra être nettoyée à l’aide
d’un tuyau d’arrosage ou d’un balai et, le cas échéant, on coupera les branches ou le
feuillage en surplomb.
2. Les gouttières et les descentes pluviales doivent être examinées tous les six mois, afin :
a. D’éliminer les saletés et débris accumulés;
b. De réparer ou de remplacer les composants endommagés de façon à maintenir
l’écoulement de l’eau de pluie et à prévenir l’entrée d’oiseaux, de rongeurs ou
d’insectes dans l’installation de collecte de l’eau de pluie.
3. P
ar temps froid, le réseau d’adduction devra faire l’objet d’inspections périodiques pour
déceler l’accumulation de glace.
a. Examinez les composants du réseau d’adduction qui sont aisément accessibles
(l’inspection du toit n’est pas recommandée) pour y déceler la présence de glace et, le
cas échéant, faites le suivi dans le temps pour déterminer si de la glace s’accumule dans
le réseau.
b. Dans le cas de canalisations enfouies, un signe possible d’accumulation de glace est la
piètre performance de l’installation de collecte de l’eau de pluie (faibles volumes d’eau
stockés même au cours de fréquents épisodes de gel-dégel) ou le refoulement de l’eau
de pluie dans les parties situées en amont du réseau.
4. S i de la glace s’accumule dans le réseau d’adduction et risque de bloquer le réseau ou
de l’endommager, on recommande d’appliquer l’une ou l’autre des mesures ci-dessous :
a. Hivérisez le réseau d’adduction comme suit :
i. Installez un appareil de chauffage pour maintenir la température de l’air au-dessus de 0 °C
si une grande proportion du réseau d’adduction est située dans un milieu intérieur froid,
comme un garage.
ii. Dotez les gouttières et les descentes pluviales d’un câble chauffant.
iii. Excavez les tranchées des canalisations d’adduction pour y installer un isolant rigide de
polystyrène ou un câble chauffant.
b. Autrement, l’installation de collecte de l’eau de pluie peut être mise hors service
durant les mois d’hiver (voir la section 2.5 du Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et
capacité du réservoir pour en savoir plus).
5. L ors de l’inspection, du nettoyage ou de la réparation des surfaces de captage du réseau
d’adduction, prenez toutes les mesures de sécurité nécessaires.
14
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 2
Stockage de l’eau de pluie et
capacité du réservoir
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
2.1Introduction
Le réservoir qui sert à emmagasiner l’eau de pluie recueillie à partir des surfaces de
captage du toit est communément appelé réservoir de stockage d’eau de pluie ou parfois
« citerne d’eau de pluie » ou « réservoir de garde ». Les réservoirs de stockage d’eau de
pluie sont offerts dans une variété de différents matériaux : béton, plastique, fibre de verre,
etc. Ils peuvent être installés hors-sol ou sous le niveau du sol ou, le cas échéant, peuvent
être intégrés directement dans un bâtiment (c’est-à-dire construits à même le sous-sol ou
les fondations).
Figure 2-1
Gauche Réservoir en béton préfabriqué (application souterraine)
Centre Réservoir en plastique (application hors-sol)
Droite Réservoir en béton coulé et intégré à un garage de
stationnement (stockage intégré)5
La capacité des réservoirs de stockage peut varier, de plusieurs centaines de litres pour un
baril d’eau de pluie jusqu’à des milliers de litres dans le cas de citernes pluviales hors-sol
ou enfouies desservant le secteur commercial. En plus d’agir comme citerne de stockage
primaire, le réservoir de stockage d’eau de pluie peut aussi être considéré comme le
noyau d’une installation de collecte de l’eau de pluie. Il s’agit de la partie centrale de
manutention de toutes les eaux de pluie qui entrent et qui sortent de l’installation de
collecte, et de nombreux composants, comme la pompe et le capteur de niveau d’eau,
sont souvent intégrés au réservoir même.
Il faut procéder avec soin lors du choix, de la mise en place et de l’entretien de l’installation
de collecte de l’eau de pluie afin de veiller à son bon fonctionnement et à sa performance
optimale. Le présent chapitre aborde les questions à envisager lorsqu’on se charge de
ces tâches, et fournit également des conseils sur la façon de maximiser l’efficacité des
installations de collecte, tout en maintenant au minimum la capacité et le coût du réservoir.
5
16
Photographie d’une citerne en béton coulé sur place © Office de protection de la nature de Toronto et de la région,
Toronto, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
2.2 Codes, normes et directives en vigueur
Le tableau 2-1 fait référence aux normes et aux codes particuliers qui s’appliquent aux
réservoirs de stockage d’eau de pluie.
Tableau 2-1Normes, codes et directives en vigueur en matière de réservoirs de stockage
d’eau de pluie
Codes, normes et directives
en vigueur
Règlement canadien sur la
santé et la sécurité au travail
(2010)
Norme CSA B128.1 (2006)
Dispositions particulières et répercussions en
matière de conception et de mise en place
■■
Partie XI Espaces clos
S’il faut accéder à un réservoir de stockage pour y
installer des composants, il faut mettre en œuvre les
précautions stipulées dans la Partie XI Espaces clos.
■■
7.0 Réservoirs de stockage
Fournit des données sur la conception et la mise
en place des réservoirs de stockage d’eau de pluie,
y compris les ouvertures d’accès, les raccords de
tuyauterie, les débordements, la vidange et la
ventilation.
Norme NSF/ANSI 61 (2008)
Documents obligatoires
Un réservoir en plastique certifié NSF/ANSI 61
n’introduira pas de contaminants à un niveau qui
serait dangereux dans l’eau potable. Recommandé
là où de l’eau de pluie de grande qualité est requise
pour l’utilisation prévue.
Documents additionnels
Société canadienne d’hypothèques et de logement
17
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
2.3 Questions à examiner
Généralités
Noyau central de l’installation de collecte de l’eau de pluie, le réservoir de stockage est
raccordé directement à un certain nombre de canalisations, en plus de renfermer certains
composants. Ces composants peuvent comprendre certains, voire tous les éléments
montrés dans la figure 2-2.
Regard de prélèvement
(réservoirs souterrains)
ou
ouverture d’accès
(réservoirs hors-sol et
réservoirs intégrés)
1. Canalisation
d’adduction
de l’eau de pluie
8. Câblage électrique
4. Canalisation d’eau
de pluie sous pression
(vers les appareils
d’eau non potable)
Haut niveau
d’eau
2. Canalisation
de mise à niveau
Capacité de
stockage du
réservoir
6. Pompe ou
entrée de la
pompe
7. Capteur de
niveau de l’eau
(interrupteur à
flotteur montré)
3. Conduite
d’alimentation
électrique
5. Tuyau de
trop-plein
d’eau de pluie
Bas niveau
d’eau
Figure 2-2Réservoir de stockage d’eau de pluie
Emplacement du réservoir
L’endroit optimal pour installer un réservoir à un endroit donné est fonction de la
hauteur de chute requise pour réaliser un réseau d’adduction à débit par gravité
(comme il est indiqué au Chapitre 1 Captage et adduction de l’eau de pluie). Il faut aussi
tenir compte des éléments suivants :
1. Localisation du réservoir : hors-sol ou enfoui, ou intégré à un bâtiment
2. Capacité de stockage souhaitée ou requise d’eau de pluie
3. Conditions climatiques de la région et problèmes liés au gel
4. État de l’emplacement : nivellement du terrain, accessibilité et espace disponible
5. Proximité par rapport aux éléments ci-dessous :
a. Surface de captage
b. Endroit pour évacuer les trop-pleins
18
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
c. Composants de commande de la pompe et du système sous pression
d. Autres services présents (par exemple, gaz, électricité, eau, égout pluvial, égout sanitaire,
téléphone, câblodistribution).
Compte tenu de chacune de ces questions, il est probable que l’on doive arriver à des
compromis : par exemple, la capacité optimale du réservoir de stockage pourrait être trop
importante pour l’emplacement en question, ou la localisation optimale pour le réservoir
de stockage pourrait se trouver dans un endroit difficile d’accès. Certains conseils
relativement à ces questions sont donnés dans les sections ci-dessous.
Localisation du réservoir
Le tableau 2-2 aborde certains des avantages et des inconvénients associés aux différentes
options d’emplacement à l’égard du stockage de l’eau de pluie.
Tableau 2-2Avantages et inconvénients des différentes options de localisation des réservoirs de stockage
Emplacement du
réservoir
Avantages
Stockage hors-sol
■■
Stockage souterrain
■■
■■
Stockage intégré
■■
■■
■■
Inconvénients
limine les coûts d’excavation
É
associés aux réservoirs souterrains
e réservoir de stockage peut être
L
mis en place sous le niveau de
pénétration du gel, permettant
un fonctionnement toute l’année
durant
N’occupe pas d’espace sur
l’emplacement
Peu ou pas de coût d’excavation
La capacité de stockage peut être
adaptée à chaque emplacement
Autorise un fonctionnement à
longueur d’année
■■
■■
■■
■■
’eau de pluie pourrait geler dans le
L
réservoir à moins que ce dernier soit
situé dans un milieu à température
contrôlée
a localisation choisie doit être libre
L
de services enfouis et accessible par
les équipements d’excavation
L’excavation requiert des travaux
additionnels sur le terrain, ce qui
augmente les coûts de l’installation
de collecte
es ingénieurs doivent concevoir
L
un réservoir de stockage dont la
structure est saine et qui ne fuit pas
dans le bâtiment
Capacité du réservoir
En règle générale, plus le réservoir est gros, plus le volume de l’eau de pluie recueillie et
stockée sera important durant les épisodes de précipitations (efficacité de collecte). Cela
est certes vrai jusqu’à un certain point, après quoi d’autres facteurs comme les schémas
locaux de précipitations, les surfaces de captage de toit et la demande en eau de pluie
limiteront la quantité d’eau pouvant être recueillie et utilisée par l’installation. Ainsi, pour
Société canadienne d’hypothèques et de logement
19
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
une installation de collecte ayant une surface de captage de toit, des demandes en eau de
pluie et des schémas de précipitations donnés, la capacité de stockage du réservoir peut
être décrite de trois façons :
1. T
rop petite – Une grande quantité d’eau de pluie recueillie déborde durant les épisodes
de pluie. D’importantes améliorations en efficacité de collecte peuvent être réalisées grâce
à de faibles augmentations progressives du volume de stockage.
2. O
ptimale – Les réservoirs de stockage d’eau de pluie entrant dans cette catégorie
constituent le meilleur équilibre entre l’efficacité de captage de l’installation de collecte et
la réduction au minimum de la capacité et du coût du réservoir.
3. T
rop grande – Les réservoirs de stockage de trop grande capacité se remplissent
rarement à ras bord. Un réservoir plus petit peut être prévu sans baisse considérable de
l’efficacité de captage de l’installation de collecte. Un réservoir de stockage surdimensionné
peut toutefois être souhaitable si la gestion des eaux pluviales constitue l’élément moteur
justifiant l’installation de collecte de l’eau de pluie.
Pour déterminer la capacité de stockage requise du réservoir, on dispose de deux
méthodes de calcul :
Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie (Rainwater Harvesting
Design Tool) – Il s’agit d’un programme fondé sur Excel de Microsoft pouvant servir
à déterminer la capacité de stockage optimale compte tenu des particularités de
l’emplacement, dont la ville, l’aire de captage et sa composition ainsi que la demande en
eau de pluie. Pour en savoir davantage sur ce document connexe aux Lignes directrices sur
les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie, voir l’Annexe B.
Tableaux de calcul de capacité des réservoirs de stockage – Des tableaux de
capacités optimales pour les réservoirs de stockage ont été produits par l’entremise
de l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie pour différentes localités du
Canada, en tenant compte d’une variété d’aires de captage de toit et de demandes en eau
de pluie. Ces tableaux se trouvent à l’Annexe B.
Soulignons que lors du choix de la capacité d’un réservoir, il faut prendre en compte
le volume inutilisé au haut et au bas du réservoir (parfois appelé « volume nominal
inutilisable »), lequel diminue le volume effectif de stockage. Consultez le Chapitre 4
Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau et le Chapitre 5 Pompe et
système de distribution sous pression pour obtenir plus d’information concernant le volume
nominal inutilisable au fond du réservoir.
Problématique par temps froid
Un peu partout au Canada, les températures descendent souvent sous le point de
congélation (0 °C) durant les mois d’hiver. L’eau de pluie stockée à l’extérieur ou dans
un milieu dont la température n’est pas maintenue au-dessus de 0 °C risque de geler,
soit dans le réservoir même, dans les canalisations sous pression ou aux deux endroits.
Si l’eau gèle, il pourrait s’ensuivre une obstruction à court terme entraînant des
20
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
interruptions de service ou, à long terme, compromettant l’installation de collecte par
l’expansion de la glace. Pour réduire ces risques au minimum, les options ci-dessous
doivent être envisagées :
1. M
ise hors service en hiver – Si un réservoir hors-sol sert à stocker de l’eau de
pluie (ou un autre type d’installation située dans un milieu à température non réglée), le
réservoir, la pompe et les canalisations sous pression doivent être vidangés de leur eau de
pluie avant l’arrivée du temps froid, et l’utilisation de l’installation sera discontinuée durant
les mois d’hiver.
2. P
réparation pour l’hiver de l’installation de collecte de l’eau de pluie –
L’installation peut fonctionner à longueur d’année en zone climatique froide si elle
est située :
a. D
ans un milieu à température contrôlée comme c’est le cas dans un garage ou dans
un sous-sol chauffé pour un réservoir hors-sol ou intégré au bâtiment ou
b. Sous le niveau de pénétration du gel s’il s’agit d’un réservoir souterrain.
La première de ces options est généralement la plus simple et la moins coûteuse à mettre
en place. Ces avantages sont toutefois largement contrebalancés par une diminution
considérable de l’eau de pluie pouvant être recueillie et utilisée au cours d’une année
donnée, de même que la possibilité de dommages à l’installation si la mise hors service
arrive trop tard ou n’est pas faite. La deuxième option, qui consiste à hivériser l’installation,
bien que plus élaborée et plus coûteuse, est préférable à la première parce qu’elle permet
à l’installation de collecte de l’eau de pluie de fonctionner toute l’année et protège les
composants de l’installation contre le gel.
Matériau composant le réservoir
Au Canada, des matériaux comme le béton, le plastique et la fibre de verre sont employés
couramment pour la fabrication de réservoirs de stockage. Le choix de l’un ou l’autre de
ces matériaux sera largement fonction de la disponibilité locale, de même que du coût,
de l’emplacement éventuel du réservoir (hors-sol, souterrain ou intégré), de la capacité
de stockage exigée, de l’accessibilité sur l’emplacement ou des devis techniques. Dans
les installations récentes, les réservoirs hors-sol tendent à être en plastique, tandis que
les réservoirs souterrains sont habituellement en béton coulé sur place. Les réservoirs
souterrains sont à quelques exceptions près en béton préfabriqué ou en plastique.
Habituellement, on obtient de plus grandes économies d’échelle avec les réservoirs en
béton comparativement aux réservoirs en plastique; ce qui fait du béton un matériau plus
souhaitable pour les installations de grande envergure. Les exigences des devis techniques,
comme la profondeur maximale d’enfouissement nominale ou le niveau minimal d’eau
requis, varient d’un réservoir à l’autre selon le matériau ou la conception. Les devis
relativement à la mise en place et au fonctionnement des différents réservoirs sont
disponibles auprès des fabricants.
Autre considération : la possibilité que des substances chimiques provenant du réservoir
se mêlent à l’eau de pluie stockée; cette possibilité n’est préoccupante que si l’eau doit
être de très grande qualité à l’égard d’un ou de plusieurs appareils raccordés.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
21
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
2.4 Directives de conception et de mise en place
1. Déterminez la capacité requise du réservoir de stockage d’eau de pluie :
a. Si le réservoir sert à retenir les eaux pluviales ou s’il fait partie d’un système de
gestion des eaux pluviales, la capacité du réservoir devra être calculée en fonction des
exigences des autorités compétentes locales (voir le Chapitre 6 Dispositions visant les
débordements et gestion des eaux pluviales pour en savoir plus).
b. Dans le cas des réservoirs de stockage d’eau de pluie :
i. Ayez recours à l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie (voir l’Annexe B pour
connaître la façon d’y accéder) ou
ii. Utilisez la méthode prévue dans les tableaux de calcul de la capacité des réservoirs de
stockage situés dans l’Annexe B.
c. Si la capacité du réservoir est calculée sans utiliser l’Outil de conception pour la
collecte de l’eau de pluie ou le tableau des capacités des réservoirs, tenez compte :
i. Du volume inutilisé (couramment appelé « volume nominal inutilisable ») lors du choix
du réservoir. Si cette valeur est inconnue, présupposez que 20 % du volume du réservoir
sera inutilisable.
ii. Des pertes de collecte découlant des dispositifs de prétraitement (voir le Chapitre 3
Traitement et qualité de l’eau de pluie pour en savoir davantage).
2. D
éterminez le type de matériau à privilégier pour le réservoir de stockage de l’eau
de pluie, en fonction :
a. De sa localisation (hors-sol, souterrain ou intégré).
b. Du volume de stockage requis.
c. Des devis techniques (voir la Section 2.2 Codes, normes et directives en vigueur pour
connaître les exigences en vigueur et consulter le fabricant pour en savoir davantage
sur les données techniques).
d. Des appareils à eau de pluie raccordés et de la qualité de l’eau souhaitée (voir
la Section 3.2 Codes, normes et directives en vigueur pour connaître les normes
à respecter).
3. Déterminez l’emplacement du réservoir de stockage de l’eau de pluie :
a. Pour tous les emplacements de réservoir de stockage
i. Veillez à ce que l’emplacement autorise :
1. L’écoulement libre de l’eau de pluie dans l’installation d’adduction (voir le Chapitre 1
Captage et adduction de l’eau de pluie pour en savoir plus).
2. L’écoulement libre de l’eau de mise à niveau au moyen de canalisations d’eau d’appoint
(voir le Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau pour obtenir
plus de détails).
3. L’écoulement libre de l’eau de pluie depuis le réservoir de stockage jusqu’à un endroit
qui convient à l’évacuation des eaux pluviales (voir le Chapitre 6 Dispositions visant les
débordements et gestion des eaux pluviales pour en savoir davantage).
b. Pour les réservoirs de stockage souterrains :
i. Déterminez les endroits où il est possible d’enfouir le réservoir
1. Assurez-vous que l’endroit est exempt de canalisations et de câbles enfouis.
Communiquez avec les fournisseurs de services publics afin de savoir où se trouvent
les services souterrains (gaz, électricité, eau, égout pluvial, égout sanitaire, téléphone
ou câblodistribution).
22
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
2. Veillez à ce que l’endroit choisi réponde aux exigences des codes et règlements
provinciaux ou territoriaux en vigueur quant aux dégagements minimaux exigés pour
les réservoirs enfouis.
3. L’endroit doit être accessible à l’équipement d’excavation et au camion de livraison du
réservoir. Consultez l’entrepreneur en excavation et le fournisseur du réservoir pour
connaître les exigences précises.
ii. Protection du réservoir contre le gel
1. Situez le réservoir de manière à ce que le haut niveau des eaux dans le réservoir se
trouve à une profondeur située sous le niveau de pénétration du gel (consultez le
fabricant du réservoir pour connaître la profondeur nominale d’enfouissement du
réservoir).
2. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur et les autorités
compétentes locales pour connaître la profondeur de pénétration du gel (voir l’Annexe A
pour évaluer la profondeur du gel).
3. S’il n’est pas possible de placer le réservoir sous la profondeur de pénétration du gel,
isolez-le au moyen d’un isolant rigide de polystyrène placé sur le dessus du réservoir et
au-delà de la limite des parois du réservoir (voir l’Annexe A pour consulter les directives
ayant trait à l’épaisseur d’isolant-mousse requise).
c. Pour les réservoirs hors-sol
i. Repérez les endroits où il est possible de situer le réservoir.
1. Vérifiez si l’endroit choisi répond aux exigences des codes et règlements provinciaux ou
territoriaux en vigueur et aux règlements de zonage municipaux. Consultez les autorités
compétentes locales pour en savoir plus.
2. Assurez-vous que l’endroit comporte suffisamment d’espace pour accéder à la partie
supérieure et aux parois latérales du réservoir pour les besoins d’inspection
et d’entretien.
ii. Protection du réservoir contre le gel :
1. Si le réservoir n’est pas situé dans un milieu à température contrôlée et qu’il y a risque
de gel, il faut procéder à des travaux préparatifs pour l’hiver ou de mise hors service
suivant les indications ci-après.
d. Dans le cas de réservoirs situés dans un bâtiment ou intégrés à celui-ci
i. Trouvez les endroits où le réservoir peut être situé.
1. Vérifiez si l’endroit prévu répond aux exigences des codes et règlements provinciaux ou
territoriaux en vigueur et des règlements de zonage municipaux. Consultez les autorités
compétentes en matière de bâtiment pour en savoir davantage.
2. Assurez-vous que l’endroit choisi possède suffisamment d’espace pour y loger le volume
de stockage requis.
3. Confirmez que l’endroit comporte suffisamment d’espace pour accéder à la partie
supérieure et aux parois latérales du réservoir pour effectuer l’inspection et l’entretien.
ii. Veillez à ce que les dispositions comme l’avaloir de sol et la pompe de puisard soient en
place pour composer avec les possibilités de fuites ou de débordement du réservoir de
stockage.
iii. Consultez un ingénieur en structure au sujet de la conception et de l’emplacement de tous
les réservoirs intégrés, de même que des réservoirs intérieurs situés ailleurs que dans le
sous-sol ou dans le garage.
iv. Protection du réservoir contre le gel :
1. Placez le réservoir dans un milieu à température contrôlée, comme un garage ou un
sous-sol chauffé, afin d’empêcher le réservoir de geler.
2. Dans le cas contraire et si le réservoir risque de geler, il faut l’hivériser ou le mettre hors
service selon les directives ci-dessous.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
23
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
4. Protection du réservoir contre le gel
a. Si le réservoir n’est pas situé dans un milieu à température contrôlée et risque de geler,
il faut l’hivériser ou le mettre hors service :
i. Hivérisation :
1. Prévoyez un système de chauffage pouvant maintenir la température de l’air au-dessus de
0 °C (si le réservoir est à l’intérieur).
2. Posez un système de chauffage de l’eau directement dans le réservoir de stockage.
3. Isolez le réservoir de stockage.
ii. Mise hors service :
1. Avant l’arrivée du gel, vidangez l’eau de pluie stockée dans le réservoir.
2. Prenez les dispositions pour empêcher l’accumulation d’eau de pluie ou d’eau de fonte
dans le réservoir durant les mois d’hiver au moyen d’une dérivation ou d’un robinet de
vidange (voir la Section 1.4 Directives de conception et de mise en place pour obtenir plus
de détails).
5. Ouvertures d’accès aux réservoirs6
a. Les réservoirs doivent être pourvus d’une ouverture d’accès.
b. L’ouverture d’accès doit avoir une dimension minimale de 450 mm [18 po] pour
faciliter la pose, l’inspection et l’entretien des composants dans le réservoir de stockage
d’eau de pluie.
c. L’ouverture d’accès doit être munie d’un couvercle étanche et non corrosif.
d. Une ouverture plus grande que 100 mm [4 po] doit être dotée d’un couvercle
verrouillable.
e. Consultez les codes, normes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur
concernant l’accès aux réservoirs et les ouvertures de visite.
6. Ventilation des réservoirs
a. Dans le cas des réservoirs de stockage souterrains :
i. En règle générale, la ventilation fournie par les canalisations d’adduction et de protection
contre les débordements raccordées au réservoir suffit s’il s’agit d’une maison individuelle
isolée.
ii. Dans les autres cas ou ceux où la ventilation par l’entremise des raccordements de
canalisations d’adduction ou de protection contre les débordements est considérée
insuffisante, un évent doit être prévu sur chaque réservoir, où :
1. Le tuyau d’évent se prolongera à partir du dessus du réservoir jusqu’à une hauteur
minimale de 150 mm [6 po] au-dessus du niveau du sol.
2. Le diamètre du tuyau d’évent doit permettre le passage de l’air lors du remplissage du
réservoir, et ne doit pas avoir moins de 75 mm [3 po] de diamètre.
3. L’évent doit être muni d’un raccord en col de cygne et d’une moustiquaire pour
empêcher les oiseaux, les rongeurs et les insectes d’y pénétrer.
b. Dans le cas de réservoirs de stockage d’eau de pluie situés à l’intérieur ou intégrés à
un bâtiment :
i. Les pièces renfermant un réservoir de stockage ouvert doivent être ventilées à l’extérieur
du bâtiment afin de prévenir l’accumulation d’humidité et de gaz nocifs.
6
24
Adapté de la norme CAN/CSA-B128.1-06 Conception et installation des réseaux d’eau non potable (2006). CSA International,
Mississauga (Ontario). Consultez la norme CSA B128.1 pour obtenir plus de détails..
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
7. Mise en place des réservoirs de stockage
a. Les réservoirs souterrains doivent être placés dans une excavation convenable et
reposer sur une assise; l’excavation doit être bien remblayée selon les exigences des
codes et règlements provinciaux ou territoriaux.
b. Les réservoirs intégrés doivent être construits ou installés en accord avec les
instructions du concepteur et les bonnes pratiques de génie.
c. Consultez les instructions de mise en place du fabricant du réservoir relativement aux
lignes directrices pour l’assise, les appuis et le remblayage.
d. Raccordez au réservoir les canalisations d’adduction et de protection contre les
débordements, les canalisations d’eau de pluie sous pression et les conduites
électriques, en veillant à ce que les raccords soient bien scellés et étanches.
8. Pose des composants dans le réservoir de stockage d’eau de pluie
a. Voici les composants habituellement posés dans un réservoir de stockage neuf :
i. Pompe ou entrée de pompe (voir le Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
pour en savoir davantage).
ii. Capteurs du niveau d’eau ou d’autres types d’équipement de commande.
iii. Câbles électriques pour alimenter la pompe et l’équipement de commande (voir le
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau pour obtenir un
complément d’information).
b. On ne recommande pas d’entrer dans le réservoir de stockage d’eau de pluie pour
poser les composants.
c. S’il devient nécessaire de pénétrer dans le réservoir de stockage, il faut tenir compte
des exigences de la Partie XI - Espaces clos du Règlement canadien sur la santé et la
sécurité au travail en raison des dangers considérables inhérents aux espaces clos.
d. Pour réduire ou éliminer la nécessité de réaliser des travaux à l’intérieur d’un réservoir
de stockage :
i. Dans la mesure du possible, mettez en place les composants internes par l’entremise de
l’ouverture de visite, sans pénétrer dans le réservoir ou
ii. Faites poser les composants intérieurs de l’installation de collecte d’eau de pluie par le
fabricant du réservoir, qui aura recours à des travailleurs formés pour travailler dans un
espace clos.
e. Installez les composants de manière à ce qu’il ne soit pas nécessaire d’entrer dans le
réservoir pour y effectuer l’inspection et l’entretien.
f. Les composants installés dans un réservoir doivent être cotés pour service en
milieu humide.
2.5 Directives de gestion
1. L es réservoirs de stockage d’eau de pluie doivent faire l’objet d’une inspection au moins
une fois l’an pour y déceler les éléments ci-dessous :
a. Fuites
i. Lorsqu’il s’agit de réservoirs souterrains, on peut soupçonner la présence de fuites par la
piètre performance de l’installation de collecte de l’eau de pluie (par exemple, le système de
mise à niveau de l’eau fonctionne souvent), par la présence de sols humides au pourtour du
réservoir ou par le tassement excessif du réservoir dans l’espace excavé.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
25
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
ii. Pour les réservoirs hors-sol et ceux intégrés à un bâtiment, les fuites se repèrent
visuellement par l’examen des surfaces autour du réservoir, par une faible performance
de l’installation ou par la présence de sol humide (le cas échéant).
b. Accumulation de débris
i. Des sédiments peuvent s’accumuler au fond du réservoir et, selon le traitement appliqué,
apparaître au point d’utilisation. Dans de tels cas, l’emplacement (hauteur) de l’entrée
de la pompe pourrait devoir être modifié. Réglez l’emplacement de l’entrée de la pompe
de manière à ce qu’elle soit située entre 100 et 150 mm [4 à 6 po] au-dessus du fond
du réservoir.
ii. Si des sédiments sont toujours présents au point d’utilisation, il faudra peut-être avoir
recours à des dispositifs de traitement avant ou après stockage (ou procéder au nettoyage
ou à l’entretien) pour améliorer la qualité de l’eau de pluie (voir le Chapitre 3 Traitement et
qualité de l’eau de pluie pour obtenir plus de détails).
iii. Dans d’autres cas, il peut s’avérer nécessaire de retirer les sédiments accumulés au fond du
réservoir. Placez une pompe capable d’aspirer de gros morceaux de débris ou de solides
(par exemple, une pompe de puisard ou d’effluent convenable) au fond du réservoir
pour pomper le dépôt de sédiments. (Nota : l’élimination des sédiments ou le nettoyage
du réservoir sur une fréquence annuelle est généralement non recommandé, parce que
cela pourrait détruire les « biofilms » bénéfiques dans le réservoir. Ces biofilms peuvent
contribuer à une meilleure qualité de l’eau de pluie stockée7.)
c. Pompe, capteurs de niveau d’eau ou autre équipement de commande défectueux
i. Consultez le Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau et le
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression pour connaître les détails.
d. Lors de l’inspection, du nettoyage ou de la réparation du réservoir, suivez toutes les
procédures de sécurité nécessaires, comme celles énoncées à la Section 2.2 Codes,
normes et directives en vigueur.
2. S i le réservoir risque de geler (par exemple, s’il se trouve à l’extérieur ou hors-sol),
hivérisez-le ou mettez l’installation hors service avant l’arrivée du gel.
a. Hivérisation.
i. Installez un système de chauffage pour maintenir la température de l’air au-dessus de 0 °C
(si le réservoir est à l’intérieur).
ii. Posez un système de chauffage directement dans le réservoir de stockage d’eau de pluie.
iii. Installez un câble chauffant autour des canalisations, des robinets et de la pompe.
iv. Posez un isolant sur les parois du réservoir et autour des canalisations, des robinets et des
pompes.
b. Mise hors service
i. Vidangez toute l’eau de pluie stockée dans le réservoir et les canalisations d’adduction.
ii. Coupez l’alimentation en eau potable du système de mise à niveau (le cas échéant) pour
empêcher le réservoir de se remplir de nouveau.
iii. Coupez l’alimentation électrique à la pompe et à l’équipement de commande.
iv. Débranchez les descentes pluviales du réseau d’adduction et faites-les évacuer sur le terrain
ou vers un autre endroit convenable.
v. Débranchez les appareils de plomberie raccordés à l’alimentation en eau de pluie et
raccordez-les à l’alimentation en eau potable.
7
26
Key Messages from a Decade of Water Quality Research into Roof Collected Rainwater Supplies. 2006. Coombes, P.J., Dunstan, H.,
Spinks, A., Evans, C., Harrison, T. dans : Proceedings of 1st National HYDROPOLIS Conference.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3
Traitement et qualité de l’eau
de pluie
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
3.1Introduction
À son état naturel, l’eau de pluie provenant de l’atmosphère est de très grande qualité.
Toutefois, lorsque cette précipitation atteint la terre, l’eau entre en contact avec une
variété de surfaces – aires gazonnées, paysages terrestres, étendues d’eau et surfaces
anthropogéniques comme les toitures et les parcs de stationnement – qui ajoutent
des contaminants dans les eaux de ruissellement. Les contaminants peuvent également
s’introduire dans l’eau de pluie par voie de facteurs environnementaux, comme les
polluants atmosphériques provenant des industries, des grandes artères et de l’activité
générée par les plantes et les animaux.
Figure 3-1Facteurs pouvant influer sur la qualité de l’eau de pluie
Ces contaminants peuvent perturber les propriétés physiques, chimiques ou biologiques
de l’eau. Leur forte concentration peut dégrader la qualité de l’eau (sa couleur, son
goût et son odeur) ou nuire à la santé humaine. C’est pourquoi la qualité de l’eau de
pluie (mesure de ses qualités physiques, chimiques et biologiques) est l’un des facteurs
déterminants quant à la pertinence d’un usage donné.
Ce chapitre porte sur des facteurs susceptibles d’influer sur la qualité de l’eau de pluie
en plus d’apporter des suggestions pouvant atténuer ces facteurs de risque, l’idée étant
de bien concevoir et mettre en place les installations de collecte de l’eau de pluie et de
recourir à un processus de traitement approprié.
28
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
3.2 Codes, normes et directives en vigueur
Le tableau 3-1 renvoie aux normes et aux codes en vigueur particuliers régissant la qualité
de l’eau de pluie recueillie et aux traitements qui s’imposent.
Tableau 3-1Normes, codes et directives en vigueur concernant la qualité de l’eau de pluie et son traitement
Codes, normes et
directives en vigueur
Dispositions particulières et implications en matière de conception et
de mise en place
Code national de la
plomberie – Canada
(CNP) (2010)
2.7.4.1.(2) Conception d’un réseau d’alimentation en eau non potable
Stipule que l’eau de pluie peut être utilisée pour alimenter les toilettes, les
urinoirs et les systèmes d’irrigation souterrains raccordés directement et qui
distribuent de l’eau sous la surface du sol.
Aucune norme de qualité ou de traitement visant l’eau de pluie ou l’eau non
potable n’est exigée par le CNP 2010.
Code national de la
plomberie – Canada
(CNP) (2005)
S.O. – Aucune utilisation prévue pour l’eau de pluie.
Aucune norme de qualité ou de traitement visant l’eau de pluie ou l’eau non
potable n’est exigée par le CNP 2005.
Norme CSA B128.1
(2006)
8.0 Traitement
Stipule que l’eau en provenance d’une installation de collecte de l’eau de pluie
doit être traitée afin de répondre aux normes de qualité de l’eau édictées par
un service de santé publique ou une autre autorité compétente.
Recommandations
canadiennes sur les eaux
domestiques recyclées
destinées à alimenter
les chasses d’eau des
toilettes et des urinoirs
(2010)
Établit des directives de qualité de l’eau, des protocoles d’analyse de qualité
et des cadres de gestion des eaux domestiques recyclées utilisées pour la chasse
des toilettes.
Remarque : Aucune norme de qualité à l’échelle nationale n’a été mise sur pied
pour l’usage de l’eau de pluie. Les directives canadiennes pour l’usage des eaux
domestiques recyclées pour les toilettes et les chasses d’eau d’urinoirs peuvent
servir de guide pour établir la qualité de l’eau de pluie. Toutefois, ces exigences de
qualité surpassent celles recommandées par les présentes directives.
Protocole NSF P151
(1995)
L’utilisation de matériaux de toit, de revêtements, de peinture et de gouttières
certifiés conformément au protocole NSF P151 permet d’atteindre une
transmission de contaminants ne dépassant pas celle précisée dans les
Règlements sur l’eau potable de l’Agence de protection de l’environnement
des États-Unis. On les recommande là où l’usage d’une eau de pluie de haute
qualité est exigé.
Remarque : Pas juridiquement contraignant à moins d’être adopté dans des
éditions futures du CNP.
Norme NSF/ANSI 61
(2008)
Le choix d’un réservoir en plastique détenant une certification NSF/ANSI 61
n’introduira pas des concentrations dangereuses de contaminants dans l’eau
potable. Recommandé là où l’usage d’une eau de pluie de haute qualité est exigé.
Remarque : Pas juridiquement contraignante, à moins d’être adoptée dans des
éditions futures du CNP.
■■
■■
Documents obligatoires
Documents additionnels
Société canadienne d’hypothèques et de logement
29
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
3.3 Questions à examiner
Qualité de l’eau de pluie et directives de traitement
Il n’existe à l’heure actuelle aucune directive nationale sur la qualité de l’eau qui vise de
façon particulière la réutilisation de l’eau de pluie. Les Recommandations canadiennes sur
les eaux domestiques recyclées destinées à alimenter les chasses d’eau des toilettes et des
urinoirs (2010) ne traitent pas de l’utilisation de l’eau de pluie, mais peuvent s’appliquer
aux bâtiments à logements multiples et aux immeubles commerciaux, là où le potentiel de
contact direct existe. Dans le cas des maisons individuelles, la qualité de l’eau de pluie et la
nécessité de traitement doivent être évaluées en tenant compte des appareils raccordés.
Les appareils raccordés où il se produit un contact minimal avec l’eau de pluie n’exigent
pas la même qualité d’eau que ceux utilisés par des utilisateurs ayant un contact direct
avec l’eau. Les besoins de traitement doivent être évalués au cas par cas par les autorités
locales du bâtiment ou par le service de santé publique, tout en tenant compte des
recommandations des concepteurs et des préférences des utilisateurs éventuels.
Facteurs influant sur la qualité de l’eau de pluie
Surface de captage
Les contaminants peuvent s’introduire dans le ruissellement de deux façons à partir de la
surface de captage; soit par lavage de contaminants qui se sont accumulés sur la surface
entre les épisodes de précipitations ou par lixiviation de substances chimiques ou de
métaux à partir d’un matériau de captation.
Matériau de stockage
Comme c’est le cas pour les surfaces de captage, des substances chimiques ou des métaux
peuvent s’échapper des matériaux qui composent le réservoir de stockage d’eau de pluie
ou à partir de divers composants situés à même le réservoir. Le réservoir de stockage
peut également avoir des impacts bénéfiques sur la qualité de l’eau de pluie en permettant
aux débris et autres saletés de se déposer par précipitation.
30
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
Environnement
Les concepteurs ou l’utilisateur des installations de collecte de l’eau de pluie ne peuvent
maîtriser les conditions environnementales. La contamination issue du milieu environnant
provient des sources anthropogéniques de la pollution de l’air telles que l’industrie et
les grandes artères. Les sources de contamination naturelles comprennent les plantes
et les arbres avoisinants qui déposent feuilles, pollen, etc. ainsi que les animaux (oiseaux,
écureuils) qui déposent des déchets sur la surface de captage.
Débordements de l’eau de pluie
Les contaminants peuvent également s’introduire dans le réservoir de stockage en raison
du type de trop-plein utilisé par l’installation de collecte (voir le Chapitre 6 Dispositions
visant les débordements et gestion des eaux pluviales pour obtenir de plus amples détails).
Si, lors de fortes précipitations, les débordements sont dirigés vers un réseau municipal
d’égout pluvial ou vers un puits d’infiltration sur place, il pourrait s’ensuivre un refoulement
d’eau de mauvaise qualité dans le réservoir, ce qui le contaminerait. Les systèmes de
gestion des débordements doivent être conçus de façon adéquate, et des mesures
préventives doivent être envisagées afin de réduire au minimum la possibilité que le
réservoir de stockage soit contaminé.
Options de traitement
Un traitement visant à améliorer la qualité de l’eau de pluie peut être mis en place de
deux façons :
■■
Avant l’entreposage dans le réservoir de stockage (traitement avant stockage) ou
■■
Après l’entreposage dans le réservoir de stockage (traitement après stockage).
Les dispositifs de traitement avant stockage doivent faire partie d’un réseau d’adduction
et dépendre d’un écoulement par gravité afin de faciliter le processus de traitement.
Les dispositifs de traitement après stockage ont tendance à être plus rigoureux que les
dispositifs de traitement avant stockage et doivent souvent avoir recours à un écoulement
sous pression ou à un apport d’électricité afin d’appuyer le processus de traitement.
Les avantages et les inconvénients associés à ces approches de traitement figurent au
tableau 3-2 ci-après.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
31
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Tableau 3-2 Comparaison des avantages et des inconvénients associés au traitement avant
et après stockage
Emplacement du
traitement
Traitement avant
stockage
Avantages
■■
■■
■■
Traitement après
stockage
■■
■■
■■
Conception simple;
fonctionne à partir d’un
écoulement par gravité
(n’exige aucune électricité ou
pression élevée)
Inconvénients
■■
■■
mpêche l’accumulation des
E
particules de grande taille dans
le réservoir de stockage
iminue l’exigence de
D
dispositifs de traitement après
stockage (ou peut exclure leur
usage complètement)
ne très haute qualité d’eau
U
peut être obtenue
I nstallation à l’intérieur d’un
bâtiment : aucun risque de gel
eut être utilisé pour traiter
P
des problèmes complexes de
qualité (p. ex., aiguilles de pins
dans le réservoir qui peuvent
produire de l’acide tannique)
■■
■■
■■
■■
Sensible au gel
Exige un nettoyage et un
entretien réguliers. Des
dispositifs mal entretenus
peuvent empêcher l’eau de
pluie d’atteindre le réservoir
ou permettre à de l’eau
non traitée d’entrer dans le
réservoir.
De multiples points de
collecte des eaux peuvent
exiger la mise en place
d’un certain nombre de
dispositifs avant traitement,
ce qui augmente le coût
d’exploitation.
eut exiger de l’entretien et
P
le remplacement de filtres,
de produits chimiques ou
d’autres matériaux
La qualité finale dépend d’un
apport d’eau de pluie de
qualité ainsi que de l’entretien
des dispositifs de traitement
avant stockage.
Habituellement plus coûteux
que le traitement avant
stockage
Dispositifs de traitement avant stockage
Quoiqu’il existe diverses façons de traiter l’eau de pluie avant son stockage, on utilise
couramment l’une des trois techniques suivantes : déviation des eaux de ruissellement
initiales, filtration ou sédimentation.
La déviation des eaux de ruissellement initiales suppose le détournement de la partie
initiale du ruissellement (récupéré à partir de la surface de captage) en l’éloignant du
réservoir de stockage. L’une des nombreuses façons d’effectuer ce détournement est
montrée à la figure 3-2. Cette technique améliore la qualité de l’eau de pluie stockée
en empêchant l’entrée de saletés et de débris qui se sont déposés sur les surfaces de
captage entre les épisodes de pluie, la majorité de ceux-ci étant présents dans la première
déviation des eaux de ruissellement (déviation initiale).
32
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
Ruissellement sur la surface de captage
Chambre de déviation initiale
Eau de pluie
traitée, vers le réservoir
Effluent de la déviation initiale du
dispositif de goutte‐
à‐goutte lent
Figure 3-2 Fonctionnement d’un dispositif de déviation des eaux de ruissellement initiales
La seconde méthode, la filtration, implique de retirer les feuilles et les débris de grande
taille des eaux de ruissellement. On les empêche ainsi d’entrer dans le réservoir de
stockage. La filtration peut s’effectuer à partir de la surface de captage ou près de celleci. Il s’agit de placer des grillages sur les gouttières (protège-gouttières) ou sur les tuyaux
de descente pluviale des bâtiments à toit plat (fréquent sur les immeubles commerciaux).
Les dispositifs de filtration peuvent également être insérés sur les tuyaux de descente ou
d’autres parties du réseau d’adduction. (Voir exemples de dispositifs de filtration offerts
dans le commerce à la figure 3-3.)
Figure 3-3Options de filtration avant stockage :
Gauche Leaf EaterMD, Centre Alu-Rex Fixa-TechMD, Droite Filtre 3P VF1 8, 9, 10
8
Photo du Leaf EaterMD © Rain Harvesting Pty Ltd., Brisbane, Australie.
9
Photo du Alu-Rex Fixa-TechMD © Alu-Rex Inc., Charny, Québec.
10
Dessin du filtre 3P VF1 © 3P Technik Filtersysteme GmbH, Donzdorf, Allemagne.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
33
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
La troisième méthode de traitement avant stockage consiste en une chambre de dépôt
placée à l’intérieur du réservoir de stockage. L’eau de pluie provenant de la surface du toit
est d’abord dirigée vers une chambre ou un réservoir de dépôt, où la saleté et les débris
en suspension présents dans l’eau peuvent se déposer sous forme de sédiments au fond
du réservoir ou de la chambre. L’eau traitée ainsi « clarifiée » est alors dirigée vers le
réservoir de stockage d’eau de pluie ou la chambre de stockage du réservoir. Un réservoir
de stockage à deux compartiments avec chambre de dépôt est montré à la figure 3-4.
Figure 3-4Réservoir de stockage de l’eau de pluie avec chambre de dépôt et chambre de
stockage intégrées11
Dispositifs de traitement après stockage
Le traitement après stockage comprend la filtration, la désinfection ou le traitement
pour des questions d’esthétique comme la couleur, le goût et l’odeur. Comme pour le
traitement avant stockage, il existe plusieurs dispositifs de traitement disponibles. Une
description des techniques et de leurs applications ainsi qu’une liste des dispositifs et des
options disponibles se trouvent au tableau 3-3. Une méthode courante de traitement
après stockage consiste en une filtration de particules de 5 micromètres suivie d’une
désinfection à l’ultraviolet (UV).
11
34
Image d’un réservoir avec chambre de dépôt © Enermodal Engineering Ltd., Kitchener, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
Tableau 3-3 Résumé des options de traitement après stockage
Méthode de
traitement
Détails
Dispositifs de traitement et
options disponibles1
Filtration
La filtration élimine les
particules en suspension dans
l’eau en les passant au travers
d’un matériau perméable.
Problèmes ciblés de la qualité
de l’eau :
■■ Turbidité
■■ Quantité de solides en
suspension
Désinfection2
La désinfection élimine ou
inactive les microorganismes par
moyens chimiques ou physiques.
Problèmes ciblés de la qualité
de l’eau :
■■ Contaminants
microbiologiques (virus,
bactéries et protozoaires)
Traitement de
l’aspect esthétique
Le traitement de l’aspect
esthétique s’effectue en éliminant
de l’eau les constituants qui
contribuent à la couleur, au goût
ou aux problèmes d’odeur.
Problèmes ciblés de la qualité
de l’eau :
■■ Sulfure d’hydrogène
■■ Matière organique
■■ Manganèse
■■ Fer
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
iltration des particules
F
(p. ex., sac, chausson ou
cartouche filtre)
Filtration à sable lent
Membrane de filtration
Ultraviolet (UV)
Chlore
Ozonisation
Filtre à sable lent
Membrane de filtration
Traitement thermique
Charbon activé
Ozonisation
Filtre à sable lent
Osmose inversée
Membrane de filtration avec
ajout chimique
1
D’autres options de traitement peuvent être disponibles.
2
Toutes les méthodes vont demander un certain suivi en ligne afin de s’assurer que la désinfection atteigne des niveaux adéquats.
Choix de dispositifs de traitement
Les questions suivantes doivent être prises en compte avant d’établir le choix de dispositifs
de traitement pour l’installation de collecte de l’eau de pluie :
1. Q
uels sont les critères de qualité exigés à l’heure actuelle par les codes nationaux,
provinciaux ou territoriaux, ou la réglementation en vigueur régissant l’usage des dispositifs
de traitement?
2. À quelles fins l’eau de pluie sera-t-elle utilisée?
Société canadienne d’hypothèques et de logement
35
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
3. L’installation de collecte de l’eau de pluie peut-elle produire des quantités suffisantes d’eau
pour répondre aux usages souhaités?
4. Les exigences de traitement peuvent-elles être atteintes par une conception, une mise en
place et un entretien appropriés de l’installation de collecte?
5. Q
uelles sont les préférences personnelles des usagers de l’eau de pluie et des personnes
qui assurent la gestion de l’installation de collecte?
6. Quels dispositifs de traitement sont disponibles localement?
7. Existe-t-il des méthodes pour isoler l’usage de l’eau de pluie dans une maison ou un
bâtiment (p. ex., fournir une eau de qualité variable à différents appareils)?
8. Q
uel sera le débit des eaux grises générées à la suite de ce traitement? Comment serontelles éliminées?
9. Q
uels sont les coûts d’exploitation, d’entretien et d’immobilisations associés à ces
dispositifs de traitement?
10. Qui sera particulièrement chargé de la gestion de l’installation de collecte de l’eau de pluie
et du dispositif de traitement? (Par exemple, qui veillera à ce que l’entretien soit accompli,
fournira la formation au personnel d’entretien et payera pour le remplacement des filtres
et autres composants?)
Les recommandations permettant d’aborder ces questions et de choisir une méthode de
traitement se trouvent à la Section 3.4 Directives de conception et de mise en place.
Problèmes de performance des dispositifs de traitement
Pertes
Tout comme la surface de captage du toit, les dispositifs de traitement avant stockage
diminuent habituellement l’efficacité de récupération de l’installation de collecte de l’eau
de pluie. Ces pertes peuvent être quantifiées en employant les mêmes méthodes que
celles utilisées pour la surface de captage : un facteur initial de perte pluviale et un facteur
de perte continue. Si un dispositif de traitement avant stockage doit être incorporé
dans une installation de collecte de l’eau de pluie, ces pertes doivent être prises en
considération en plus des pertes de surface de captage lors du choix du volume du
réservoir de stockage (consultez le Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et capacité du
réservoir pour obtenir plus de détails). En règle générale, les pertes initiales sont plus
élevées pour les dispositifs de déviation que pour les dispositifs de filtration, tandis que les
pertes continues sont plus élevées pour les dispositifs de filtration que pour les dispositifs
de déviation. Les pertes réelles dépendent de la conception du système et ces données
peuvent être fournies par le fabricant ou le fournisseur.
Les dispositifs de traitement après stockage ne sont habituellement pas touchés par des
pertes d’efficacité de captage, quoique certains soient associés à une chute de pression
du système. Ces pertes sont toutefois minimes et peuvent être prises en compte lors
du choix d’une pompe pour un système sous pression ou peuvent même être ignorées
complètement (pour obtenir plus de détails, consultez le Chapitre 5 Pompe et système de
distribution sous pression).
36
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
Problèmes liés au temps froid
Par temps froid, des problèmes peuvent survenir avec les dispositifs de traitement avant
stockage puisque ceux-ci sont souvent intégrés aux éléments extérieurs du réseau
d’adduction. À titre d’exemple, une accumulation de glace dans le dispositif de traitement
avant stockage peut gêner l’écoulement de l’eau de fonte des neiges sur la surface de
captage en périodes de gel et de dégel. Cette accumulation de glace peut tôt ou tard
endommager le dispositif avant traitement ou des parties du réseau d’adduction. Compte
tenu de ces problèmes, il est essentiel de choisir et d’entretenir judicieusement le dispositif
de traitement avant stockage – qui sera compatible avec le froid – afin d’assurer une
performance optimale de l’installation de collecte de l’eau de pluie durant les mois d’hiver.
3.4 Directives de conception et de mise en place
1. D
éterminez les facteurs pouvant avoir un impact sur la qualité de l’eau de pluie lors
de la mise en place de l’installation de collecte et qui peuvent être atténués par une
conception et une installation optimales (voir le tableau 3-4).
Tableau 3-4 Facteurs ayant un impact sur la qualité de l’eau de pluie et recommandations pour
atténuer la contamination de l’eau en ayant recours aux meilleures pratiques de
conception et de mise en place
Composants d’une
installation de collecte
de l’eau de pluie
Surface de captage
Facteurs de risque
■■
■■
■■
■■
Réseau d’adduction
■■
■■
Meilleures pratiques en
matière de conception et de
mise en place
ranches d’arbre surplombant
B
le toit et activité animale
Lixiviation de produits
chimiques ou métaux
provenant des matériaux de
captation
Graisse et charpie sur la
surface de captage provenant
respectivement des conduits
d’évacuation de la hotte de
cuisine et de la sécheuse
Proximité de sources de
pollution atmosphérique
(industrie, grandes
artères, etc.)
I nfiltrations d’eau souterraine
ou d’eau de surface,
potentiellement de piètre
qualité, découlant d’une
mauvaise étanchéité des joints
Entrée d’animaux ou
d’insectes par des joints peu
étanches
■■
■■
■■
■■
■■
■■
oupez les branches d’arbre
C
surplombant le toit
Recueillez le ruissellement
des surfaces selon le protocole
NSF P151
Dirigez les conduits
d’évacuation de la hotte de
cuisine et de la sécheuse sous
les gouttières
Ne récupérez pas le
ruissellement à partir de
surfaces de captage de piètre
qualité
ssurez-vous du bon
A
fonctionnement des
raccordements de
canalisations souterraines
Utilisez des adaptateurs pour
assurer la jonction descente
pluviale/tuyau de PVC
Société canadienne d’hypothèques et de logement
37
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Composants d’une
installation de collecte
de l’eau de pluie
Réservoir de stockage
de l’eau de pluie
Facteurs de risque
■■
■■
■■
■■
ccumulation de sédiments
A
au fond du réservoir
Entrée d’insectes, de rongeurs
et de débris
Croissance d’algues dans le
réservoir
Lixiviation des produits
chimiques ou des métaux
provenant du matériau du
réservoir ou de composants
situés à l’intérieur
du réservoir
Meilleures pratiques en
matière de conception et de
mise en place
■■
■■
■■
■■
Système de trop-plein
■■
efoulement de l’eau de pluie
R
durant des épisodes extrêmes
de pluie (si le trop-plein est
raccordé à l’égout pluvial)
■■
I nstallez l’entrée de la
pompe à une hauteur
convenable au-dessus du
plancher sur lequel repose
le réservoir
Veillez à ce que l’ouverture du
réservoir soit bien recouverte et
que les conduits d’évent soient
munis de grillages
Prévenez l’entrée directe du
rayonnement solaire dans le
réservoir
Stockez l’eau de pluie dans un
réservoir certifié selon la norme
NSF/ANSI 61
eillez à ce que le système de
V
trop-plein soit bien conçu
et mis en place pour tenir
compte des épisodes intenses
de pluie et utilisez un clapet
antirefoulement sur le tuyau
de trop-plein
2. Déterminez la qualité de l’eau de pluie et les exigences de traitement.
a. Au Canada, le Code national de la plomberie (2010) permet l’utilisation de l’eau de
pluie dans les cas suivants :
i. Chasse d’eau des toilettes et des urinoirs.
ii. Systèmes d’irrigation souterrains raccordés directement qui distribuent de l’eau uniquement
sous la surface du sol.
b. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur afin de
vérifier les appareils pour lesquels un raccordement à l’eau de pluie est autorisé.
c. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur ainsi que
les autorités compétentes locales, en ce qui a trait à la qualité et aux exigences de
traitement visant ces appareils alimentés en eau de pluie.
d. Recommandations de traitement (fournies à titre indicatif seulement) :
i. Pour les maisons individuelles, consultez les recommandations du tableau 3-5.
38
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
Tableau 3-5 Recommandations de traitement – maison individuelle courante
Appareils alimentés en eau
de pluie
Chasse d’eau de la toilette et
de l’urinoir
Système d’irrigation
souterrain raccordé
directement, distribuant de
l’eau sous la surface du sol
Degré de traitement recommandé1
■■
■■
■■
raitement par un dispositif de traitement avant
T
stockage, en plus de l’adoption des meilleures
pratiques décrites au tableau 3-4
raitement par un dispositif de traitement avant
T
stockage, en plus de l’adoption des meilleures
pratiques décrites au tableau 3-4
Traitement par des dispositifs de traitement après
stockage tel qu’exigé par le fabricant du système
d’irrigation ou l’entrepreneur
Remarque : Il ne s’agit que de recommandations. Consultez les codes et règlements provinciaux et territoriaux en vigueur, de même que
les autorités compétentes locales en ce qui a trait aux appareils autorisés, aux objectifs de qualité et aux dispositifs de traitement exigés.
1 3. Choisissez et installez dispositifs de traitement avant stockage
a. Les dispositifs de traitement avant stockage doivent être dimensionnés pour
prendre en charge le ruissellement de pointe des surfaces de captage (consultez la
Section1.4 Directives de conception et de mise en place pour obtenir de plus amples
renseignements concernant l’intensité de calcul des précipitations).
b. Protection du filtre contre le gel
i. Placez le dispositif de traitement dans un milieu à température contrôlée (maintenir
au-dessus de 0 °C).
ii. Placez le dispositif de traitement sous la profondeur de pénétration du gel ou, dans les cas
où l’enfouissement sous la profondeur de pénétration du gel n’est pas possible, placez le
dispositif sous la surface du sol en assurant une isolation adéquate (consultez l’Annexe A
pour obtenir plus de détails).
iii. Mettez hors service ou débranchez le dispositif de traitement du réseau d’adduction et
vidangez le dispositif avant l’arrivée du temps froid (consultez la Section 2.4 Directives de
conception et de mise en place pour connaître les détails).
c. Dispositifs de déviation des eaux de ruissellement
i. Établissez le diamètre de la chambre de déviation en fonction de la quantité d’eau de
ruissellement (la hauteur de déviation courante est de 0,5 à 1,5 mm) à dévier du réservoir
de stockage, en ayant recours aux formules suivantes :
Volume de déviation (L)
= Hauteur de déviation (mm) x aire de captage (m2)
Équation 3-1
Hauteur de la déviation initiale (mm)
= 4 x Volume de déviation (L) x 1 000
3,14 x [Diamètre du tuyau (mm)]2
Équation 3-2
Société canadienne d’hypothèques et de logement
39
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
ii. Estimez les pertes de captage
1. Facteur de perte initiale : égal à la hauteur de déviation (mm)
2. Facteur de perte continue : dépend du débit à travers le dispositif goutte-à-goutte lent.
Une perte continue de l’ordre de 5 % est acceptable ou alors la perte continue peut être
mesurée directement lors d’un épisode de précipitation.
d. Réservoir ou chambre de dépôt
i. Établissez le diamètre du réservoir ou de la chambre de dépôt selon le stockage temporaire
d’un volume prescrit d’eau de ruissellement.
1. Utilisez la formule suivante dans le cas où le volume prescrit peut être établi selon une
précipitation donnée (p. ex., 5 mm de pluie)12.
Volume de la chambre de dépôt (L)
= Précipitations (mm) x aire de captage (m2)
Équation 3-3
2. Dans le cas où le volume prescrit peut être fondé sur un pourcentage de la capacité
de stockage du réservoir d’eau de pluie (p. ex., la chambre de dépôt des réservoirs
à deux compartiments présente habituellement le tiers de la capacité de la chambre
de stockage).
e. Dispositifs de filtration de traitement avant stockage
i. Les composants suivants peuvent être considérés comme faisant partie du système
de filtration :
1. Protège-gouttières de haute qualité disponibles auprès des entrepreneurs en gouttières.
2. Grillages pour feuilles placés sur la descente pluviale disponibles auprès des entrepreneurs
en gouttières.
3. Filtres commerciaux pour eau de pluie installés à même la canalisation d’adduction ou à
l’intérieur du réservoir.
ii. Estimez les pertes de captage :
1. Facteur de perte initiale – Déclaré par le fournisseur ou peut être considéré comme
étant négligeable (0 mm).
2. Facteur de perte continue – Déclaré par le fournisseur ou peut être estimé de façon
prudente à 20 %.
f. Les dispositifs de traitement avant stockage doivent être installés conformément
aux codes et normes provinciaux ou territoriaux en vigueur et selon les directives
du fabricant.
g. Les dispositifs de traitement avant stockage doivent être installés de façon à être
facilement accessibles. Les ouvertures facilitant l’accès à l’intérieur du dispositif ou du
réservoir doivent être conformes aux directives contenues dans la Section 2.4 Directives
de conception et de mise en place.
4. Lors du choix et de l’installation des dispositifs de stockage après traitement
a. Les dispositifs de traitement avant stockage doivent également être utilisés pour
réduire au minimum l’usure des dispositifs de traitement après stockage.
b. Les dispositifs de traitement après stockage doivent avoir un diamètre autorisant le
débit maximal du système sous pression et être conformes aux exigences du fabricant.
12
40
Adapté de Performance Evaluation of a Rainwater Harvesting System. Interim report (2008). Office de conservation de la nature de
Toronto et de la région, Toronto, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
c. Les dispositifs de traitement après stockage doivent être installés conformément
aux codes et normes provinciaux ou territoriaux en vigueur et selon les directives
du fabricant.
d. Les dispositifs de traitement après stockage doivent être installés de façon à être
facilement accessibles.
3.5directives de gestion
1. R
epérez les facteurs qui, dans l’installation de collecte de l’eau de pluie, jouent un rôle
certain sur sa qualité et adoptez des mesures pour atténuer les risques engendrés par
ces facteurs en introduisant les principes d’entretien suivants :
a. Consultez les meilleures pratiques d’entretien présentées au tableau 3-6;
Tableau 3-6 Facteurs influant sur la qualité de l’eau de pluie et recommandations pour atténuer la
contamination de l’eau grâce aux meilleures pratiques d’entretien13
Composants d’une
installation de collecte
de l’eau de pluie
Surface de captage
Facteurs de risque
■■
■■
■■
■■
Réseau d’adduction
■■
■■
13
Meilleures pratiques d’entretien
roximité de sources de
P
pollution de l’air (industrie,
grandes artères, etc.)
Branches d’arbre surplombant
le toit
Activité animale
Lixiviation de produits
chimiques ou de métaux
provenant de matériaux de
captation
Au moins une fois tous les 6 mois :
■■ Inspectez les surfaces de captage
afin de déceler des sources de
contamination (accumulation
de débris, feuilles, aiguilles de
pin, etc.) et éliminez-les
■■ Coupez les branches d’arbre
surplombant le toit
I nfiltrations d’eau souterraine
ou d’eau de surface
potentiellement de piètre
qualité par des joints peu
étanches
Entrée d’animaux ou d’insectes
par des joints peu étanches
Au moins une fois tous les 6 mois :
■■ Inspectez les gouttières afin
de déceler des sources de
contamination (accumulation
de débris, feuilles, aiguilles
de pin, etc.) et nettoyez les
gouttières au besoin
■■ Inspectez les endroits où les
descentes pluviales se raccordent
au réseau d’adduction afin de
vous assurer que les raccords
sont en bon état
■■ Inspectez les dispositifs de
traitement avant stockage
raccordés au réseau d’adduction
et nettoyez-les au besoin
Adapté de la norme CSA B128.1-06/B128.2-06. Conception et installation des réseaux d’eau non potable/Entretien et mise à l’essai à
pied d’œuvre des réseaux d’eau non potable. 2006. CSA International, Toronto, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
41
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Composants d’une
installation de collecte
de l’eau de pluie
Réservoir de stockage
de l’eau de pluie
Facteurs de risque
■■
■■
■■
ixiviation des produits
L
chimiques ou des métaux
provenant des matériaux du
réservoir de stockage
Lixiviation des produits
chimiques ou des métaux
provenant des composants
situés dans le réservoir de
stockage
L’entrée de la pompe située au
fond du réservoir où elle peut
aspirer des sédiments
Meilleures pratiques d’entretien
Au moins une fois annuellement :
■■ Inspectez les composants à
l’intérieur du réservoir pour
déceler des signes de corrosion
ou de dégradation et remplacez
les composants au besoin
■■ Surveillez la qualité de l’eau
de pluie au point d’utilisation
afin de repérer des indices
d’accumulation de sédiments
dans le réservoir
b. Considérez d’autres facteurs de risque particuliers à l’emplacement et adaptez les
travaux d’entretien de l’installation de collecte de manière à atténuer les risques
susceptibles de compromettre la qualité de l’eau de pluie.
2. L es dispositifs de traitement avant stockage doivent être inspectés au moins
deux fois par année ou plus fréquemment selon les directives du fabricant et
l’état de l’emplacement
a. Observez le passage de l’eau de pluie à travers les dispositifs lors d’un épisode de
précipitation ou simulez un épisode de précipitation en déversant de l’eau sur la surface
de captage avec un boyau d’arrosage. Anticipez les problèmes éventuels :
i. Accumulation de saletés et de débris obstruant le débit à travers le filtre.
ii. Raccords non étanches et autres problèmes concernant les dispositifs de traitement de sorte
que l’eau de pluie s’écoule sans traitement.
iii. Autres problèmes rencontrés avec les dispositifs de traitement.
b. Nettoyez les dispositifs de filtration selon les notices d’entretien du fabricant et
réparez-les au besoin.
3. S i les dispositifs de traitement avant stockage doivent être mis hors service
durant l’hiver :
a. Vidangez toute l’eau de pluie accumulée dans les dispositifs de traitement.
b. Débranchez les dispositifs de traitement du réseau d’adduction.
c. Installez un tuyau, une descente pluviale ou un autre matériau afin de contourner les
dispositifs de traitement avant stockage et dirigez l’eau non traitée vers le réservoir.
42
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 3 Traitement et qualité de l’eau de pluie
4. L es dispositifs de traitement après stockage doivent au minimum subir une
inspection trimestrielle compte tenu des recommandations du fabricant et de
l’état de l’emplacement.
a. Observez les dispositifs lorsque l’eau coule à travers le système sous pression afin de
déceler les problèmes éventuels :
i. Fuites d’eau émanant des dispositifs de traitement.
ii. Avertisseurs ou indicateurs lumineux sur les dispositifs de traitement signalant une
défectuosité ou la nécessité de remplacer un composant.
b. Voyez, au besoin, à l’entretien des dispositifs de traitement après stockage en ayant
recours à des nettoyages réguliers des dispositifs de filtration ou en remplaçant
les éléments filtrants, les ampoules ou tout autre composant tel que spécifié par le
fabricant du produit.
5. L ors de l’inspection, du nettoyage ou de la réparation des dispositifs de traitement avant
ou après stockage ou d’autres composants de l’installation de collecte de l’eau de pluie,
assurez-vous d’observer les mesures de sécurité nécessaires.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
43
Chapitre 4
Système d’appoint pour l’eau et
prévention des retours d’eau
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
4.1Introduction
Peu importe les dimensions du réservoir de stockage d’eau de pluie ou celles de l’aire
de captage, il arrivera à l’occasion qu’il n’y aura pas suffisamment de précipitations pour
répondre à la demande de l’installation de collecte et, dans un tel cas, le réservoir de
stockage tombera à sec. C’est pourquoi les installations de collecte de l’eau de pluie
doivent être équipées d’un capteur détectant l’insuffisance de précipitations de pluie qui
active un voyant lumineux ou qui donne accès à une autre source d’alimentation en eau.
On parle alors de système « d’appoint » ou de système « auxiliaire ».
L’installation d’appoint doit fournir une eau de grande qualité (d’une source d’eau
municipale ou privée), qui sera acheminée à proximité de l’eau de pluie, normalement de
moindre qualité. Cette proximité des deux types d’eau soulève de grandes préoccupations
en raison du risque de raccordement croisé. S’il y a raccordement entre une installation
de collecte de l’eau de pluie et un réseau municipal d’alimentation en eau, l’eau de pluie
pourrait s’introduire dans le système d’eau potable par un retour d’eau.
La prudence est donc de mise lors de l’installation et de la gestion d’un système d’appoint
d’eau. Ce chapitre donne un aperçu des divers composants d’un système d’appoint
et offre des conseils sur la façon de déterminer et d’atténuer les risques associés à un
raccordement croisé et à un retour d’eau.
Nota : Il faut aussi assurer une conception, une installation et une gestion appropriées de
l’ensemble du système d’alimentation d’eau sous pression puisqu’un raccordement croisé
pourrait survenir n’importe où dans le système. Consultez le Chapitre 5 Pompe et système
de distribution sous pression, pour obtenir plus de détails.
46
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
4.2 Codes, normes et directives en vigueur
Le tableau 4-1 indique les codes et les normes en vigueur qui régissent les systèmes
d’appoint d’eau et la prévention des retours d’eau.
Tableau 4-1 Codes, normes et directives en vigueur régissant les systèmes d’appoint d’eau et la prévention
des retours d’eau
Codes, normes et
directives en vigueur
Code national de la
plomberie - Canada
(CNP, 2010 et 2005)
Dispositions particulières et répercussions sur la conception et
la mise en place
■■
■■
■■
■■
■■
■■
2.2.10.15. Antibéliers
2.6.1.11. Dilatation thermique
2.6.2.1.(3) Raccordement des réseaux
2.6.2.6. Isolement des lieux
2.6.2.9. Coupure antiretour
2.7.1.1. Interdit
L’article 2.7.1.1 précise qu’une installation de collecte de l’eau de pluie
(réseau d’alimentation en eau non potable) ne doit pas être raccordée à un
réseau d’alimentation en eau potable. Le réseau d’alimentation en eau potable
doit être protégé par des dispositifs de coupure antiretour (2.6.2.9) pour des
systèmes de mise à niveau. Il est indiqué dans la phrase 2.6.2.1.(3) que les
dispositifs antirefoulement doivent répondre aux normes suivantes :
1. Norme CAN/CSA B64.10.F01 (2001) – CNP 2005
2. Norme CSA B64.10-07 (2007) – CNP 2010
L’article 2.6.2.6 fournit de l’information additionnelle sur les exigences ayant
trait à la prévention des retours d’eau aux fins d’isolement des lieux.
Conformément à l’article 2.6.1.11, des réservoirs à dilatation thermique
doivent être également installés lorsque des dispositifs antirefoulement sont
mis en place. Selon l’article 2.2.10.15, un antibélier peut être exigé en présence
d’une vanne électromagnétique desservant un système de mise à niveau.
Norme CSA B64.10
(2007)
[Citée en référence dans
l’édition 2010 du Code
national de la plomberie Canada]
■■
■■
Annexe B, tableau B1
5.3.4.3(a) Isolement des lieux
Il est précisé qu’un clapet de retenue double doit être utilisé pour isoler
un bâtiment résidentiel ayant accès à une alimentation d’eau d’appoint
(le système de collecte de l’eau de pluie), s’il n’y a pas de raccordement direct
entre l’alimentation d’eau d’appoint et l’alimentation d’eau potable.
Nota : La phrase 5.3.4.3(a), tirée de la norme CSA B64.10, contredit l’article
2.6.2.6 du CNP. En outre, la norme CSA B64.10 permet les raccordements
croisés si la prévention des retours d’eau est bien assurée. Toutefois, l’article
2.7.1.1. du CNP interdit de tels raccordements. En cas de conflit entre
un document de référence et le CNP, ce sont les dispositions du CNP qui
l’emportent.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
47
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Codes, normes et
directives en vigueur
Norme CSA/CAN
B64. 10 (2001)
[Citée en référence dans
l’édition 2005 du Code
national de la plomberie Canada]
Dispositions particulières et répercussions sur la conception et
la mise en place
■■
■■
Annexe B, tableau B1
4.3.4.2 Isolement des lieux
Il est précisé que s’il existe un raccordement potentiel entre l’installation
de collecte de l’eau de pluie (réseau d’alimentation en eau non potable)
et un réseau d’alimentation en eau potable, ce dernier doit être protégé
au moyen d’une coupure antiretour ou d’un dispositif antirefoulement à
pression réduite. Les bâtiments munis d’une installation de collecte de l’eau
de pluie (classification à risques graves) doivent être dotés d’un dispositif
antirefoulement à réduction de pression assurant l’isolement des lieux.
Nota : La norme CSA B64.10 autorise les raccordements croisés où un dispositif
de retour d’eau est présent. Toutefois, l’article 2.7.1.1. du CNP interdit de tels
raccordements. En cas de conflit entre un document de référence et le CNP, ce
sont les dispositions du CNP qui l’emportent.
Code canadien de
l’électricité (édition
courante)
Norme CSA B128.1
(2006)
■■
■■
■■
out équipement électrique doit être approuvé et installé selon les
T
exigences de l’édition courante du Code canadien de l’électricité.
6.0 Prévention des retours d’eau
11.2 Essais de raccordement croisé
Il est précisé que les dispositifs de prévention des retours d’eau doivent être
conformes aux exigences de la norme CAN/CSA B64.10 et du Code national
de la plomberie - Canada ou du code de plomberie provincial ou territorial
en vigueur. La section 11.2 fournit des directives pour la mise à l’essai d’un
raccordement croisé après installation.
Documents obligatoires
Documents additionnels
4.3 Questions à examiner
Types de systèmes d’appoint d’eau
Il existe deux options pour satisfaire la demande en eau de pluie et empêcher que le
réservoir ne tombe à sec durant des périodes de faibles précipitations :
1. M
ise à niveau – Le réservoir de stockage d’eau de pluie peut être rempli partiellement
de façon manuelle ou automatique à l’aide d’une alimentation d’eau d’appoint à partir de
sources municipales (eau potable) ou privées.
2. D
érivation – L’alimentation en eau de pluie provenant du système sous pression
peut être interrompue, de façon manuelle ou automatique, et l’eau provenant de la
municipalité ou d’une source privée peut être acheminée par les canalisations d’eau de
pluie sous pression.
48
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
Parmi ces options, seuls les systèmes de mise à niveau sont autorisés par le Code national
de la plomberie - Canada. La méthode par dérivation va à l’encontre de la sous-section
2.7.1 du Code, qui stipule qu’un « réseau d’alimentation en eau non potable ne doit pas
être raccordé à un réseau d’alimentation en eau potable14 ». Par conséquent, ce chapitre
met l’accent sur des systèmes d’appoint reposant sur la mise à niveau. Les avantages et
les inconvénients associés aux systèmes manuels ou automatiques de mise à niveau sont
présentés au tableau 4-2.
Tableau 4-2Avantages et inconvénients associés aux méthodes de mise à niveau
Méthode de mise
à niveau
Mise à niveau
manuelle
Avantages
■■
■■
Inconvénients1
a méthode la plus simple
L
à concevoir et à installer en
raison d’exigences réduites
en matière d’équipement
de commande.
Option la moins coûteuse.
■■
■■
Mise à niveau
automatique
■■
■■
éduction du nombre
R
d’interruptions de service,
car le plein d’eau s’effectue
automatiquement avant
que le réservoir ne tombe
à sec.
Le fonctionnement
du système d’appoint
ne nécessite aucune
surveillance ni intervention
de la part du propriétaire.
■■
■■
eut occasionner des
P
interruptions de service
(par exemple, manque
d’eau pour alimenter la
chasse d’eau des toilettes)
si le réservoir n’est pas mis
à niveau avant de tomber
à sec.
Exige que le propriétaire
surveille le volume d’eau
de pluie dans le réservoir
et qu’il effectue une mise
à niveau avant que le
réservoir ne se vide.
ne conception ou une
U
installation inadéquate de
l’équipement de commande
peut occasionner des
volumes insuffisants ou
excessifs de mise à niveau
de la part du système
d’appoint.
Interruption de service
durant une panne
d’électricité.
Nota : Une conception, une installation ou une gestion inadéquate de tout système d’appoint peut entraîner un risque de raccordement
croisé avec l’alimentation en eau potable.
1 14
Code national de la plomberie - Canada (2010). Conseil national de recherches du Canada, Ottawa, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
49
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Il est recommandé pour la majorité des bâtiments résidentiels d’opter pour une mise à
niveau automatique afin de réduire au minimum les interruptions de service. C’est aussi la
solution la moins lourde pour le propriétaire. Un système automatique de mise à niveau et
ses composants sont montrés, à la figure 4-1.
Vanne électromagnétique
(NF) sur le tuyau d’alimentation
en eau potable
Coupure antiretour
Réservoir
d’eau de pluie
Élément
rigide
Tuyauterie de
mise à niveau
Câblage électrique
Attaches
de câble
Pompe
à jet
Arrêt
Interrupteur à flotteur (NF)
Marche
Point
de
fixation
Interrupteur à
flotteur (NO)
Volume de mise
à niveau d’eau
Marche
Arrêt
Volume nominal
inutilisable
Entrée de
la pompe
Figure 4-1Composants d’un système d’appoint automatique
50
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
Équipement de commande
L’équipement de commande utilisé pour la construction d’un système d’appoint d’eau est
affiché au tableau 4-3.
Tableau 4-3Équipement de commande pour des systèmes d’appoint d’eau
Équipement de
commande
Capteur du niveau
d’eau
Description
■■
■■
Robinet d’arrêt
■■
■■
Vanne
électromagnétique
(robinet d’arrêt
automatique)
■■
■■
Dispositifs et options
disponibles
n dispositif à l’intérieur
U
du réservoir est utilisé pour
capter le niveau d’eau.
Peut commander (éteindre,
allumer, arrêter, démarrer)
les voyants lumineux, les
vannes électromagnétiques
ou les pompes selon le
niveau de l’eau.
n dispositif qui permet
U
d’ouvrir ou de couper
manuellement le débit
d’eau.
Est intégré au système de
pression de l’installation de
collecte de l’eau de pluie
pour gérer le débit d’eau
et isoler les composants
du système d’appoint
(par exemple, les vannes
électromagnétiques
et les dispositifs
antirefoulement).
n robinet qui s’ouvre ou
U
se ferme automatiquement
lorsqu’il est activé.
Raccordé à un capteur de
niveau d’eau pour activer
le système d’appoint pour
l’eau.
■■
■■
■■
I nterrupteur à flotteur
Capteur de niveau
ultrasonique
Commutateur de niveau
(L’interrupteur à flotteur est
habituellement utilisé pour les
installations résidentielles.)
■■
■■
■■
ypes : robinets à tournant
T
sphérique, robinetsvannes.
Les robinets d’arrêt choisis
doivent être approuvés
pour usage dans un système
d’eau sous pression.
fferte en diverses
O
configurations
Les vannes
électromagnétiques choisies
doivent être approuvées pour
usage dans un système d’eau
sous pression.
Les éléments suivants doivent être pris en considération lorsque l’on choisit l’équipement
de commande pour un système d’appoint.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
51
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Dimensions
Tout équipement de commande doit avoir un diamètre approprié. Le choix du diamètre
de la canalisation du système de mise à niveau est particulièrement important. Le diamètre
de la canalisation doit être compatible avec l’écoulement par gravité, et non avec le débit
sous pression, afin de prévenir le refoulement de l’eau dans la tuyauterie. Par ailleurs, tous
les clapets et tous les dispositifs antirefoulement doivent avoir un diamètre qui correspond
à celui des tuyaux auxquels ils sont raccordés.
Système électrique
Bon nombre de composants du système d’appoint d’eau exigent une alimentation
électrique pour assurer leur fonctionnement. Il faut tenir compte des exigences suivantes
lorsque l’on conçoit le système d’alimentation en électricité d’une installation de collecte
de l’eau de pluie :
■■
■■
■■
■■
La tension de service (120 ou 240 V) de la pompe, de la vanne électromagnétique et
d’autres composantes d’importance;
Les exigences en alimentation (en watts ou en chevaux-puissance) de la pompe, de la
vanne électromagnétique et d’autres composants d’importance;
La puissance nominale pour les interrupteurs à flotteur et le câblage électrique;
Toute pièce d’équipement doit être certifiée et installée conformément à l’édition
courante du Code canadien de l’électricité.
De nombreux capteurs du niveau d’eau (comme les interrupteurs à flotteur) doivent
être en mesure de prendre en charge l’alimentation du dispositif qu’ils commandent.
Par exemple, un interrupteur à flotteur qui commande une vanne électromagnétique
ou une pompe doit pouvoir prendre en charge la puissance électrique nécessaire au
fonctionnement de la vanne ou de la pompe.
État de fonctionnement des interrupteurs à flotteur et des vannes électromagnétiques
Les interrupteurs à flotteur et les vannes électromagnétiques fonctionnent comme
l’interrupteur d’une lampe (bouton marche/arrêt, allumée/éteinte); toutefois, ils sont
différents du fait qu’ils fonctionnent que l’alimentation soit activée ou pas. Afin de
distinguer ces deux modes d’opération, les termes « normalement ouvert » (NO) et
« normalement fermé » (NF) sont utilisés, comme l’explique le tableau 4-4.
52
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
Tableau 4-4 Différences entre les fonctions normalement fermées et normalement ouvertes
des interrupteurs à flotteur et des vannes électromagnétiques
Équipement de
commande
Normalement fermé (NF)
Normalement ouvert (NO)
Interrupteur à
flotteur
Fournit l’alimentation
électrique (met les objets
« en marche ») lorsque
l’interrupteur est en position
« basse » (le niveau de l’eau
dans le réservoir est haut).
Fournit l’alimentation (met
les objets « en marche »)
lorsque l’interrupteur est en
position « haute » (le niveau
de l’eau est plus bas que
l’interrupteur à flotteur).
Vanne
électromagnétique
Lorsque l’alimentation
électrique est activée, la
vanne est « ouverte », ce
qui permet l’écoulement
de l’eau. La vanne se ferme
lorsque l’alimentation est
interrompue.
Lorsque l’alimentation
est activée, la vanne est
« fermée » et empêche
l’écoulement de l’eau.
La vanne s’ouvre lorsque
l’alimentation est
interrompue.
Les interrupteurs à flotteur détectent le niveau de l’eau de pluie dans le réservoir
et déclenchent automatiquement une action lorsque le niveau d’eau est inférieur ou
supérieur à un point prédéterminé. Cette action peut comprendre l’ouverture d’une
vanne, l’activation d’un voyant lumineux ou l’arrêt d’une pompe. Les interrupteurs à
flotteur doivent être installés directement à l’intérieur du réservoir de stockage, et leur
cordon électrique doit être attaché à un élément rigide, tel un tuyau, de façon à ce que
le flotteur puisse pivoter vers le haut ou vers le bas à partir d’un « point de retenue »
(voir la figure 4-1).
Dans un système de mise à niveau, un interrupteur NF est utilisé conjointement avec une
vanne électromagnétique NF. L’interrupteur à flotteur achemine un courant électrique vers
la vanne électromagnétique lorsqu’il est en position basse, ce qui occasionne l’ouverture
et la mise à niveau de l’eau dans le réservoir à partir d’un réseau d’alimentation en eau
potable. Le volume de l’eau d’appoint utilisé dépend de la « longueur de retenue » de
l’interrupteur à flotteur (voir la figure 4-1). Une plus grande longueur de retenue réclame
de plus grands volumes d’appoint avant que l’usage de l’eau de pluie ne reprenne. Le point
de retenue détermine la hauteur (niveau du liquide) à laquelle ce processus s’enclenche.
Des points de retenue plus élevés amorcent ce processus plus tôt, laissant ainsi au fond
du réservoir une plus grande quantité d’eau de pluie non utilisée, à savoir un « volume
nominal non utilisable ». Pour maximiser l’usage de l’eau de pluie, la longueur de retenue
doit être aussi courte que possible, et le point de retenue doit être le plus bas possible,
tout en prévoyant suffisamment d’eau pour la pompe.
Théoriquement, ce système offre une protection contre le fonctionnement à sec parce
que l’entrée de la pompe est située au-dessous du point inférieur du niveau d’eau
(l’interrupteur étant en position basse). Le fonctionnement à sec se produit lorsque la
Société canadienne d’hypothèques et de logement
53
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
pompe essaie de se mettre en marche lorsqu’il n’y a plus suffisamment d’eau de pluie dans
le réservoir. Cette situation peut entraîner une surchauffe, ce qui endommagera la pompe.
Toutefois, si l’interrupteur à flotteur qui commande la vanne électromagnétique fait défaut,
ou s’il n’y a pas suffisamment d’eau d’appoint, un fonctionnement à sec demeure encore
possible. Pour éviter de telles situations, on peut raccorder un second interrupteur à flotteur
(NO) à la pompe et le placer sous l’interrupteur à flotteur (NF) afin d’arrêter la pompe et
d’assurer une protection contre le fonctionnement à sec. Pour les mêmes raisons, dans le
cas d’un système manuel de mise à niveau, un interrupteur NO peut être utilisé pour
arrêter la pompe, car il est possible que le réservoir de stockage tombe à sec avant l’arrivée
de l’eau d’appoint.
Certaines pompes sont munies d’une protection intégrée contre le fonctionnement à sec;
toutefois, cette protection ne convient pas à des installations de collecte de l’eau de pluie
si elle fonctionne selon une minuterie sans tenir compte du niveau d’eau.
Raccordements croisés, prévention des retours d’eau et isolement des lieux
En ce qui a trait aux installations de collecte de l’eau de pluie, le risque de raccordement
croisé est le plus élevé à la hauteur du système d’appoint, étant donné que l’eau provenant
d’un réseau d’alimentation en eau potable doit venir à proximité immédiate de l’eau de pluie
non potable.
Un raccordement croisé est défini comme étant « tout raccordement potentiel ou
réel entre un réseau d’alimentation en eau potable et toute source de pollution ou de
contamination »15. S’il y a raccordement entre les canalisations d’eau de pluie sous pression
et le réseau d’alimentation en eau potable, un refoulement16 peut survenir lorsque la
pression des canalisations d’eau de pluie est trop élevée ou si la pression dans le réseau
d’alimentation en eau potable est trop basse. L’eau de pluie peut, à l’insu de tous, s’infiltrer
dans l’alimentation en eau potable de la maison ou d’un bâtiment, ou encore dans tout le
réseau d’alimentation d’une municipalité et ainsi être utilisée comme eau potable.
Étant donné que ces risques concernent tant les occupants d’une maison ou d’un bâtiment
que tous les résidents de la municipalité, la mise en application de mesures de prévention
des retours d’eau s’effectue selon deux niveaux distincts :
■■
■■
54
Protection de zone – Un dispositif de prévention des retours d’eau est installé au
point réel du raccordement croisé afin de protéger les occupants du bâtiment d’un
refoulement d’eau.
Isolement des lieux – Le dispositif de prévention des retours d’eau est installé sur
la canalisation d’alimentation en eau qui entre dans le bâtiment en cas d’échec de la
protection de zone ou en prévision d’éventuels raccordements croisés, qu’ils soient
clandestins ou involontaires. L’isolement des lieux vise à protéger les utilisateurs du
réseau municipal contre les refoulements.
15
CAN/CSA-B64.10-07/B64.10.1-07. Selection and Installation of Backflow Preventers/Maintenance and Field Testing of Backflow
Preventers. 2007. CSA International, Toronto, Ontario.
16
Le retour d’eau est défini comme étant « un refoulement ou une inversion du sens normal de l’écoulement ».
CAN/CSA-B64.10-07/B64.10.1-07. Selection and Installation of Backflow Preventers/Maintenance and Field Testing of Backflow
Preventers. 2007. CSA International, Toronto, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
En ce qui a trait aux installations de collecte de l’eau de pluie, la protection de zone
est exigée pour le système d’appoint, tandis que l’isolation des lieux est exigée pour le
bâtiment. Il existe de nombreux dispositifs pour assurer une prévention des retours d’eau.
Le Code national de la plomberie - Canada interdit tout raccordement entre des réseaux
d’alimentation en eau potable et non potable, et une coupure antiretour est exigée pour
assurer la protection de zone d’un système de mise à niveau. Conformément à la norme
CAN/CSA B64.10-07, l’isolement des lieux peut être assuré par un clapet de retenue
double s’il n’existe pas de raccordement direct entre l’installation de collecte de l’eau
de pluie et le réseau d’alimentation en eau potable. Il faut consulter tous les codes et
règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur ainsi que les règlements municipaux
afin de déterminer les mesures à prendre en matière de prévention des retours d’eau
(consulter la Section 4.2 Codes, normes et directives pour obtenir des précisions).
En plus des mesures de prévention des retours d’eau, il existe d’autres exigences visant à
diminuer la possibilité de raccordements croisés. Parmi celles-ci figurent la séparation des
tuyaux d’eau potable et non potable, et l’étiquetage des tuyaux de plomberie de l’eau non
potable (voir à ce sujet le Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression).
Coupure antiretour
La coupure antiretour est la méthode courante pour prévenir les retours d’eau dans les
systèmes de mise à niveau. C’est l’une des méthodes les plus simples pour prévenir les
retours d’eau. Elle implique une séparation physique de deux sections de tuyau à l’air libre
(voir la figure 4-1 et la figure 4-2 ).
Vanne électromagnétique manuelle
Alimentation en eau potable
Coupure antiretour
Doit répondre aux exigences suivantes :
1. Visible de l’intérieur de la maison ou du bâtiment
2. Située au-dessus du rebord de trop-plein (débordement)
du réservoir de stockage de l’eau pluie
3. Hauteur minimale de 25 mm [1 po] ou deux fois le
diamètre de la canalisation d’alimentation d’eau
Écoulement par gravité vers le réservoir
de stockage via la canalisation de mise à niveau
Figure 4-2Système de mise à niveau avec coupure antiretour17
Cette séparation physique empêche les retours d’eau puisque, même si l’eau de pluie
refoule depuis le réservoir jusqu’à la coupure, elle s’écoulera de la coupure et n’entrera
pas en contact avec l’alimentation en eau potable. La coupure antiretour doit être installée
à un niveau plus élevé que le tuyau de trop-plein du réservoir. En outre, le tuyau de
17
Adapté du Code national de la plomberie - Canada (2010). Conseil national de recherches du Canada, Ottawa, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
55
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
trop-plein doit demeurer libre, de sorte que l’excédent d’eau de pluie soit acheminé
vers le trop-plein sans risque de refoulement et de débordement à la hauteur de la
coupure antiretour.
4.4 Directives de Conception et de mise en place
1. Déterminez le type de système d’appoint
a. Système de mise à niveau automatique (recommandé)
b. Système de mise à niveau manuel
c. Aucun système d’appoint (non recommandé)
2. Établissez le plan du système de mise à niveau
a. Un système de mise à niveau est normalement composé des éléments suivants :
i. les capteurs de niveau d’eau, situés dans le réservoir de stockage d’eau de pluie;
ii. une vanne électromagnétique, située dans le tuyau d’alimentation en eau potable;
iii. une coupure antiretour;
iv. une tuyauterie de mise à niveau canalisant l’eau d’appoint jusqu’au réservoir de stockage
d’eau de pluie;
v. des conduits électriques contenant le câblage provenant des capteurs de niveau d’eau et
des pompes.
b. Déterminez l’emplacement de la vanne électromagnétique et de la coupure antiretour
selon les directives énoncées ci-dessous.
c. Planifiez la disposition de la tuyauterie de mise à niveau depuis la coupure antiretour
jusqu’au réservoir (consultez la Section 1.4 Directives de conception et de mise en place
pour prendre connaissance des codes et règlements provinciaux ou territoriaux
concernant la canalisation d’évacuation).
d. Planifiez la disposition des conduits électriques depuis l’emplacement de la vanne
électromagnétique et de l’alimentation jusqu’au réservoir (consultez la Section 1.4
Directives de conception et de mise en place pour prendre connaissance des directives
d’installation de la tuyauterie).
e. Contactez la municipalité et les fournisseurs de services afin de vérifier qu’il n’y a pas
de conduites ni de câblage souterrains (gaz, électricité, eau, eaux pluviales, eaux usées,
câbles téléphoniques ou câblodistribution) là où aura lieu l’excavation afin d’enfouir la
tuyauterie de mise à niveau ou les conduits électriques.
3. Capteurs de niveau d’eau
a. Choisissez les capteurs de niveau d’eau appropriés pour l’installation de collecte de
l’eau de pluie (interrupteur à flotteur, capteur de niveau ultrasonique ou autres).
b. Interrupteurs à flotteur
i. Choisissez le type d’interrupteur à flotteur
1. Le déclenchement de la vanne électromagnétique est généralement activé par un
interrupteur à flotteur NF pour les systèmes de mise à niveau.
2. La protection contre le fonctionnement à sec de la pompe est en règle générale activée
par un interrupteur à niveau NO.
ii. Exigences en matière d’électricité
1. La tension nominale de l’interrupteur à flotteur doit coïncider avec celle du dispositif
qu’elle commande (120 ou 240 V).
56
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
2. La puissance nominale (en watts [W] ou en chevaux-puissance [HP]) de l’interrupteur à
flotteur doit être suffisante pour assumer la charge totale du dispositif qu’il commande;
autrement, les interrupteurs à flotteur peuvent être de basse tension et être utilisés pour
activer la pompe au moyen d’un relais dans un panneau de commande.
3. Les câbles électriques épissés doivent être étanches; leur capacité électrique est
déterminée par les charges gérées par l’interrupteur à flotteur et la longueur totale
du câblage.
4. Tous les raccordements électriques pour les interrupteurs à flotteur doivent être
effectués par un maître-électricien, selon les directives du fabricant.
c. Installation des interrupteurs à flotteur
i. L’interrupteur à flotteur doit être fixé à un objet rigide autonome, comme une section de
tuyau vertical ou la pompe, qui :
1. Permet à l’interrupteur à flotteur de monter et de descendre librement;
2. Est situé à un endroit facilement accessible et qui peut être retiré du réservoir sans être
obligé d’y pénétrer.
ii. Établissement des paramètres opérationnels de l’interrupteur à flotteur
1. Afin de maximiser la collecte de l’eau de pluie, la longueur de retenue doit être aussi
courte que possible : 75 mm [3 po]. Veuillez consulter les directives d’installation du
fabricant pour obtenir des précisions à ce sujet.
2. Afin de maximiser la collecte de l’eau de pluie, le point de retenue doit être aussi bas que
possible (de sorte que le flotteur soit à 50 mm [2 po] au-dessus de l’entrée de la pompe
lorsque le flotteur est en position basse).
3. Si vous utilisez une configuration avec interrupteur à flotteur double, l’interrupteur à
flotteur qui commande la vanne électromagnétique doit se trouver à au moins 75 mm
[3 po] au-dessus de l’interrupteur à flotteur qui commande la pompe.
d. Les autres capteurs de niveau d’eau doivent être choisis et installés selon les codes
et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur, et tous les raccordements
électriques doivent être effectués par un maître-électricien, selon les directives
du fabricant.
4. Vannes électromagnétiques et robinets d’arrêt
a. Choisissez le type et la dimension de la vanne électromagnétique ou du
robinet d’arrêt
i. Toutes les vannes doivent convenir à l’eau potable et à des usages sous pression.
ii. L’ouverture des vannes doit être de la même dimension que la tuyauterie où les vannes
sont installées.
iii. Les systèmes de mise à niveau utilisent habituellement une vanne électromagnétique NF.
iv. Il est recommandé d’utiliser des vannes électromagnétiques ayant une « fermeture lente »
ou une « fermeture souple ».
b. Exigences en alimentation électrique
i. Les vannes électromagnétiques doivent être branchées dans une source d’alimentation
conjointement avec un capteur de niveau d’eau.
c. Installation des vannes électromagnétiques et des robinets d’arrêt
i. Les vannes électromagnétiques et les robinets d’arrêt faisant partie d’un système de mise à
niveau doivent être installés sur la canalisation d’alimentation d’eau potable en amont de la
coupure antiretour.
ii. Les vannes électromagnétiques doivent être installées par un maître-plombier et par un
maître-électricien, selon les directives du fabricant.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
57
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
d. Protection contre les coups de bélier
i. Si on n’utilise pas une vanne électromagnétique à « fermeture lente » ou à « fermeture
souple », il faut installer un antibélier sur la canalisation d’alimentation d’eau potable en
amont de la vanne électromagnétique, selon les codes et règlements provinciaux ou
territoriaux en vigueur.
5. Coupure antiretour
a. Un système de mise à niveau doit comprendre une coupure antiretour pour la
prévention des retours d’eau (protection de zone).
b. Les coupures antiretour doivent être conçues et installées selon les codes et
règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur. Les directives suivantes sont fournies
à titre indicatif seulement.
i. La coupure doit rester dégagée – il n’est pas permis d’installer des supports mécaniques
pour fixer le tuyau d’alimentation en eau potable au tuyau de mise à niveau ou à d’autres
composantes qui se trouvent entre le tuyau d’alimentation en eau potable et le tuyau de
mise à niveau ou à leur hauteur.
ii. La coupure antiretour doit être installée à un endroit où il est possible de la voir et d’en faire
l’inspection.
iii. La coupure antiretour doit être installée plus haut que le rebord de trop-plein du réservoir
de stockage d’eau de pluie. Sinon, l’eau de pluie pourrait refouler dans le tuyau de mise à
niveau et déborder de la coupure antiretour.
iv. La coupure antiretour doit se situer à une hauteur minimale de 25 mm [1 po] ou à une
hauteur équivalant à deux fois le diamètre de la canalisation d’alimentation d’eau.
c. Prévention des éclaboussures et des dommages causés par l’eau
i. Afin d’éviter les éclaboussures de l’eau d’appoint à la hauteur de la coupure antiretour :
1. Installez un réducteur de débit en amont de la vanne électromagnétique ou
2. Installez un aérateur là où se termine le tuyau d’alimentation en eau potable ou
3. Installez une rallonge de tuyau vertical dont l’extrémité est coupée à un angle d’au moins
45° (afin d’assurer un écoulement laminaire) au-dessus de la coupure antiretour, là où se
termine le tuyau d’alimentation en eau potable.
ii. Afin de prévenir les dommages causés par l’eau dans le local où se trouve une
coupure antiretour :
1. Installez les coupures antiretour près d’un avaloir de sol.
2. Posez un trop-plein sur le tuyau de mise à niveau situé en aval de la coupure antiretour
afin de diriger le surplus d’eau d’appoint vers l’égout sanitaire (là où la réglementation
locale le permet).
3. Installez une tuyauterie de mise à niveau d’un diamètre approprié et donnez-lui une
pente appropriée.
d. Débit de l’eau d’appoint
i. Les mesures suivantes sont recommandées afin d’assurer le fonctionnement de l’installation
de collecte de l’eau de pluie durant la mise à niveau :
1. Le débit de l’eau d’appoint doit être équivalent à celui du débit maximum de la pompe
d’alimentation de l’eau de pluie ou
2. Les capteurs de niveau d’eau doivent être placés de façon à assurer une réserve
suffisante dans le réservoir de stockage d’eau de pluie (ou cette réserve devra
être équivalente à la demande quotidienne moyenne d’eau de pluie de l’installation
de collecte).
58
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
6. Tuyaux de mise à niveau
a. Matériaux :
i. Tuyau en ABS (recommandé).
ii. Le tuyau choisi doit satisfaire aux exigences des codes et règlements provinciaux ou
territoriaux en vigueur ainsi qu’à celles des normes de l’industrie (CSA, ASTM, etc.).
b. Diamètre et pente des tuyaux
i. La tuyauterie de mise à niveau, par son diamètre, doit pouvoir recevoir le débit
maximal d’eau d’appoint déversée à la hauteur de la coupure antiretour.
ii. Pour une habitation individuelle isolée représentative (exemple fourni à titre
indicatif seulement) :
1. La tuyauterie de mise à niveau doit avoir un diamètre minimal de 50 mm [2 po] si elle est
desservie par une canalisation d’alimentation d’eau potable dont le diamètre ne dépasse
pas 18 mm [3/4 po].
iii. Veillez à ce que la tuyauterie présente sur toute sa longueur une pente minimale de
0,5 à 2 % (plus la pente est grande, meilleur sera le résultat).
c. Veuillez consulter les codes et règlements provinciaux ou territoriaux se rapportant à
l’installation du réseau de canalisation d’évacuation (voir la Section 1.2 Codes, normes et
directives en vigueur pour obtenir des précisions à ce sujet).
7. Isolement des lieux
a. D
es dispositifs antirefoulement doivent être installés en vue de l’isolement des lieux.
Les directives suivantes sont basées sur la norme CSA-B64.10-07, à laquelle renvoie le
Code national de la plomberie - Canada 2010. Soulignons que cette édition des normes
de la CSA n’est pas citée en référence dans l’édition 2005 du CNP (voir la Section 4.2
Codes, normes et directives en vigueur pour en savoir plus).
b. Choix des dispositifs antirefoulement
i. Les immeubles résidentiels dotés d’un système d’eau d’appoint (qui n’est pas raccordé
directement) doivent être isolés de l’alimentation en eau potable au moyen d’un clapet
de retenue double18.
ii. Tous les autres immeubles ayant accès à un système d’alimentation d’eau d’appoint
(incluant les immeubles résidentiels ayant un raccordement direct) doivent être isolés de
l’alimentation en eau potable au moyen d’un dispositif principal antirefoulement à réduction
de pression. Un assemblage de clapet de retenue double pourrait être permis. Veuillez
consulter les règlements municipaux et les autorités locales en matière de construction.
c. Protection contre la dilatation thermique
i. Si l’on envisage de mettre en place un dispositif antirefoulement pour l’isolement des
lieux, la canalisation d’alimentation en eau potable d’un bâtiment doit être protégée
contre la dilatation thermique au moyen d’un réservoir d’expansion à membrane de
diamètre approprié, choisi et installé selon les codes et règlements provinciaux ou
territoriaux en vigueur.
d. Vérification et entretien du dispositif antirefoulement
i. Les dispositifs antirefoulement doivent être vérifiés et entretenus conformément
à la norme CAN/CSA B64.10.1-07, Entretien et mise à l’essai à pied d’œuvre des
dispositifs antirefoulement.
18
Nota : L’usage d’un clapet de retenue double pour l’isolement des immeubles résidentiels (spécifié au paragraphe 5.3.4. de la
norme CSA B64.10) va à l’encontre de l’article 2.6.2.6. du CNP qui stipule qu’un dispositif principal antirefoulement à réduction
de pression est exigé. En cas de conflit entre un document de référence et le CNPC, ce sont les dispositions du CNPC qui
l’emportent. Cependant, pour les installations de collecte de l’eau de pluie qui ne sont pas raccordées directement, un clapet de
retenue double pour l’isolement des locaux est recommandé.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
59
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
8. Câblage électrique
a. Tout câblage électrique doit être installé selon les codes et règlements provinciaux
ou territoriaux en vigueur, conformément aux exigences de l’édition courante du
Code canadien de l’électricité.
9. Conduit électrique et conduit pour les canalisations d’eau de pluie
a. Le câblage souterrain doit faire l’objet d’une protection mécanique au moyen d’un
conduit électrique ou autre moyen approuvé.
b. En vue de faciliter la réparation ou le remplacement des canalisations d’eau de pluie
sous pression souterraines, celles-ci doivent être installées à l’intérieur d’un conduit
pouvant être constitué d’un tuyau de drainage souple (généralement appelé tuyau
« Big O ») ou de tout autre matériau convenable.
4.5 Directives de gestion
1. Après la mise en place d’une installation de collecte de l’eau de pluie, voici les mesures
à prendre si le système d’appoint ne fonctionne pas ou s’il fonctionne lorsqu’il ne le
devrait pas (par exemple, s’il se produit une mise à niveau du réservoir lorsque celui-ci
contient une quantité suffisante d’eau de pluie) :
a. V
érifiez que l’équipement de commande prévu est approprié et qu’il a été installé selon
les directives de conception et de mise en place fournies.
b. Examinez visuellement l’installation de collecte de l’eau de pluie, en particulier les
éléments suivants :
i. Le volume d’eau de pluie dans le réservoir de stockage. S’il y a suffisamment d’eau dans le
réservoir, le système d’appoint ne devrait pas fonctionner; le fait qu’il soit « en arrêt » peut
indiquer qu’il fonctionne comme prévu.
ii. L’alimentation électrique qui va à la pompe d’eau de pluie, aux vannes électromagnétiques et
aux capteurs de niveau d’eau : vérifiez que l’électricité alimente tous ces appareils.
iii. La canalisation d’alimentation d’eau potable : vérifiez que le débit d’eau n’est pas limité par
des robinets d’arrêt fermés.
c. Si les mesures précédentes ne résolvent pas les problèmes associés au système
d’appoint, on doit en vérifier le fonctionnement en suivant les étapes ci-dessous.
(Remarque : La méthode qui suit présume que le capteur de niveau d’eau est un
interrupteur à flotteur; si d’autres types de capteurs de niveau d’eau sont utilisés, veuillez
vous reporter aux directives de dépannage du fabricant.)
i. Performance de l’interrupteur à flotteur
1. Examinez visuellement les interrupteurs à flotteur dans le réservoir d’eau de pluie afin de
vérifier les éléments suivants :
a. Ils sont bien fixés à la hauteur appropriée et ils peuvent se déplacer sans contrainte de
haut en bas.
b. Ils ne sont pas emmêlés avec la pompe ou d’autres composantes situées dans
le réservoir.
c. Tout épissage du câble de l’interrupteur à flotteur est intact.
2. Ajustez et démêlez les interrupteurs à flotteur au besoin.
3. Retirez les interrupteurs à flotteur ainsi que l’élément du réservoir d’eau de pluie auquel
ils sont fixés afin d’en vérifier la performance.
60
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
4. S’il y a deux interrupteurs à flotteur, l’interrupteur à flotteur au niveau le plus bas doit
commander la pompe d’eau de pluie (empêchant le fonctionnement à sec) tandis
que l’autre, à un niveau plus élevé, doit commander les vannes électromagnétiques de
l’installation d’appoint.
5. Simulez une situation de bas niveau d’eau de pluie en maintenant l’interrupteur à flotteur
du haut en position basse.
6. Pour un système de mise à niveau, le débit d’eau d’appoint devrait alors démarrer; on
pourra le constater à partir d’une coupure antiretour, ou de l’ouverture d’accès au
réservoir de stockage ou de son couvercle.
7. Ensuite, simulez une situation de haut niveau d’eau de pluie en maintenant l’interrupteur
à flotteur du haut dans la position haute.
8. Le débit d’eau d’appoint devrait s’arrêter en présence d’un système de mise à niveau
(on pourra le constater à partir d’une coupure antiretour, ou par l’arrêt du débit dans le
réservoir de stockage).
9. Si le réservoir contient un autre interrupteur à flotteur dont la fonction est
de commander la pompe advenant une situation de bas niveau dans le réservoir,
son fonctionnement doit également être vérifié en utilisant les procédures décrites
ci-dessus.
10.Si le système d’appoint ne fonctionne pas comme prévu, le problème réside dans le type
d’interrupteurs à flotteur choisis. Si un interrupteur à flotteur NO est présentement
installé, il doit être remplacé par un interrupteur à flotteur NF, et un interrupteur à
flotteur NF doit être remplacé par un interrupteur à flotteur NO.
11.Si aucune activité n’est observée lorsque l’interrupteur à flotteur est en position haute ou
basse, ayez recours aux services d’un maître-électricien ou d’un maître-plombier afin de
faire vérifier l’installation de collecte de l’eau de pluie.
ii. Performance de la vanne électromagnétique
1. Procédez à un examen visuel des vannes électromagnétiques sur la canalisation
d’alimentation d’eau potable et sur la canalisation de l’eau de pluie sous pression. Vérifiez
que chaque vanne est raccordée à une alimentation électrique (panneau électrique) et
que tous les robinets d’arrêt manuels en amont des vannes électromagnétiques sont en
position ouverte.
2. Déterminez si les vannes électromagnétiques fonctionnent en suivant les directives de
performance décrites ci-dessus. Si le débit d’eau d’appoint ne peut pas être facilement
observé, vérifiez si les vannes électromagnétiques fonctionnent en prêtant l’oreille
au bruit de bourdonnement ou en vérifiant la température du serpentin des vannes
électromagnétiques.
3. Si les vannes électromagnétiques ne semblent pas fonctionner, faites appel à un maître-
électricien ou à un maître-plombier pour faire l’inspection de l’installation de collecte de
l’eau de pluie.
iii. Performance du tuyau de mise à niveau
1. Déterminez si la cause du problème est la tuyauterie de mise à niveau en faisant une
inspection visuelle du débit d’eau par la coupure antiretour durant l’évaluation de la
performance de l’interrupteur à flotteur (selon la procédure décrite ci-dessus), ou
simulez une procédure de mise à niveau en versant de l’eau manuellement dans le tuyau
de mise à niveau par la coupure antiretour.
2. Si l’eau déborde de la coupure antiretour durant la mise à niveau, il pourrait s’agir de
certains ou de tous les problèmes suivants :
a. La tuyauterie de mise à niveau est sous-dimensionnée ou le débit de l’eau d’appoint
est trop élevé.
b. Il y a un blocage ou une obstruction dans la tuyauterie de mise à niveau.
c. Si le système doit fonctionner par temps froid, il se pourrait que l’eau ait gelé dans la
canalisation de mise à niveau.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
61
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
3. Pour régler ces problèmes, essayez d’abord de diminuer le débit de l’eau d’appoint
dans le tuyau de mise à niveau. Observez le processus d’appoint afin de voir si cette
diminution a réglé le problème. Si le problème survient durant une période de froid
intense, il pourrait s’avérer nécessaire d’hivériser l’installation de collecte de l’eau de pluie
ou de la mettre hors service (à ce sujet, veuillez vous référer aux directives du Chapitre 2
Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir). Par la suite, surveillez la performance de
l’installation d’appoint une fois que la température aura augmenté.
4. Si les recommandations ci-dessus ne permettent pas de résoudre le problème, il pourrait
être nécessaire de faire examiner l’installation d’appoint et la tuyauterie de mise à niveau
par un maître-plombier afin de déterminer s’il y a obstruction.
2. Vérification et entretien du dispositif antirefoulement
a. Les dispositifs antirefoulement doivent être vérifiés et entretenus conformément à la
norme CAN/CSA B64.10.1-07, Guide d’entretien et de mise à l’essai à pied d’œuvre des
dispositifs antirefoulement.
3. S i l’installation d’appoint fonctionne adéquatement, il est tout de même recommandé
d’en faire l’inspection tous les six mois
a. V
érifiez que le câblage de l’interrupteur à flotteur n’est pas entremêlé avec les autres
interrupteurs à flotteur, la pompe ou d’autres objets dans le réservoir.
b. Enlevez au besoin la saleté ou les débris qui se sont accumulés sur les interrupteurs
à flotteur.
c. Vérifiez l’installation d’appoint durant son fonctionnement afin de vous assurer que
l’eau ne déborde pas du tuyau de mise au niveau à la hauteur de la coupure antiretour
et qu’elle ne s’échappe pas des dispositifs antirefoulement. Veuillez vous référer aux
instructions de dépannage ci-dessus s’il y a une fuite ou un écoulement d’eau.
4. L orsque vous procédez à l’inspection, au nettoyage ou à la réparation de l’installation
d’appoint, prenez toutes les mesures de sécurité qui s’imposent, comme le fait de
débrancher l’alimentation électrique au besoin.
62
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5
Pompe et système de distribution
sous pression
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
5.1Introduction
Une pompe jumelée à un réseau d’alimentation d’eau sous pression est souvent utilisée
pour alimenter en eau de pluie les appareils de plomberie autorisés. L’eau de pluie est
pompée à partir du réservoir, pour ensuite être mise sous pression et dirigée vers des
appareils situés à une hauteur plus élevée dans le bâtiment. Le réseau est composé d’une
pompe, d’un « réservoir sous pression » (un réservoir utilisé pour stocker de l’eau sous
pression), d’un manocontacteur ou de composants à pression constante, de canalisations
de plomberie et d’une variété d’autres composants.
Une attention toute particulière doit être accordée au choix du type de pompe et à sa
capacité, ainsi qu’au choix du réservoir sous pression afin d’assurer le bon fonctionnement
du réseau. Le réseau sous pression doit être capable de répondre aux besoins en eau de
tous les appareils auxquels il est raccordé, même ceux les plus éloignés de la pompe, tout
en assurant un débit et une pression convenables. De surcroît, il doit être conçu et installé
de manière à réduire au minimum les risques de raccordements croisés ou de retour
d’eau (consultez le Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau
pour obtenir plus de détails). L’entretien par le propriétaire est également crucial, puisque
ce dernier doit procéder à la vérification du système et à l’application des mesures de
dépannage au besoin, advenant un problème avec la pompe.
64
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
5.2 Codes, normes et directives en vigueur
Le tableau 5-1 fait référence aux codes et normes visant particulièrement les installations
sous pression.
Tableau 5-1 Codes, normes et directives en vigueur pour la pompe et les systèmes de distribution de pression
Codes, normes et
directives en vigueur
Code national de la
plomberie - Canada
(2005) et (2010)
Dispositions particulières et répercussions sur la conception et
la mise en place
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
2.2.5.5. Canalisations et raccords en polyéthylène
2.2.5.7. Canalisations et raccords en polyéthylène réticulé
2.2.5.8. Canalisations et raccords en PVC
2.2.5.9. Canalisations et raccords en PVC-C et colles à
solvant organique
2.2.7.1. Tuyau en cuivre et en laiton
2.3.4.5. Support pour canalisation horizontale
2.6.3. Dimension et capacité des tuyaux
2.7.1.1. Interdit
2.7.2.1. Marquages exigés
2.7.3.2. Sorties
.7.4.1.(2) Système d’eau non potable – [Nouveau dans le
2
CNP 2010]
Les articles 2.2.5.5., 2.2.5.7., 2.2.5.8., 2.2.5.9. et 2.2.7.1. précisent les
matériaux approuvés pour tuyaux à usages sous pression. L’article 2.3.4.5.
renferme des précisions sur le support de la tuyauterie.
La sous-section 2.6.3. renferme des dispositions sur la dimension des réseaux
de distribution d’eau comme indiqué aux tableaux 2.6.3.2.A., 2.6.3.2.B.,
2.6.3.2.C., 2.6.3.2.D. et au tableau A-2.3.6.1.(2)A.
Les articles 2.7.1.1.et 2.7.2.1. précisent que les tuyaux d’eau de pluie sous
pression ne doivent pas être raccordés à des tuyaux d’eau potable et que l’eau
de pluie ne doit pas être déversée dans un évier ou à une sortie d’évacuation
d’eau potable ou aux endroits où l’on prépare nourriture et boissons. La
canalisation d’eau de pluie sous pression doit avoir un marquage permanent
et facilement reconnaissable, tel que le précise l’article 2.7.2.1.
La phrase 2.7.4.1.(2) stipule que l’eau de pluie peut être utilisée pour
alimenter les toilettes, les urinoirs ainsi que les systèmes d’irrigation
souterrains qui ne fournissent de l’eau que sous la surface du sol.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
65
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Codes, normes et
directives en vigueur
Code national de la
plomberie - Canada
(2005)
Dispositions particulières et répercussions sur la conception et
la mise en place
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
2.2.5.5. Tuyaux en polyéthylène
2.2.5.7. Tuyaux en polyéthylène réticulé
2.2.5.8. Tuyaux d’alimentation en PVC
2.2.5.9. Tuyaux en CPVC
2.2.7.1. Tuyaux en laiton rouge et en cuivre
2.3.4.5. Tuyauterie horizontale
2.6.3. Diamètre et capacité des tuyaux
2.7.1.1. Interdit
2.7.2.1. Marquages exigés
2.7.3.2. Déversement
Les articles 2.2.5.5., 2.2.5.7., 2.2.5.8., 2.2.5.9 et 2.2.7.1. précisent les
matériaux approuvés pour tuyaux à usages sous pression. L’article 2.3.4.5.
renferme des précisions sur le support de la tuyauterie.
La sous-section 2.6.3. renferme des dispositions sur la dimension des réseaux
de distribution d’eau comme indiqué aux tableaux 2.6.3.1., 2.6.3.2. et au
tableau A-2.6.1.1.(1).
Les articles 2.7.1.1.et 2.7.2.1. précisent que les tuyaux d’eau de pluie sous
pression ne doivent pas être raccordés à des tuyaux d’eau potable et que
l’eau de pluie ne doit pas être déversée dans un évier ou dans une sortie
d’évacuation d’eau potable ou à des endroits où l’on prépare nourriture
et boissons. La canalisation d’eau de pluie sous pression doit avoir un
marquage permanent et facilement reconnaissable, comme le précise l’article
2.7.2.1.
Code canadien de
l’électricité (édition
courante)
CSA Norme B128.1
(2006)
■■
■■
■■
■■
■■
■■
out équipement électrique doit être approuvé et installé d’après les
T
exigences de l’édition courante du Code canadien de l’électricité
5 Exigences pour l’installation
9 Pompes
10 Séparation
11 Vérifications
12 Marquages
Fournit des directives pour les tuyaux, les pompes et les accessoires de
plomberie utilisés pour les installations de collecte de l’eau de pluie, la
séparation des tuyaux d’eau de pluie et d’eau potable ainsi que la vérification
de raccordements croisés en plus du marquage des canalisations d’eau de
pluie et des sorties.
Documents obligatoires
66
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Documents additionnels
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
5.3 Questions à examiner
Généralités
La pompe ainsi que le réseau d’alimentation d’eau sous pression sont constitués d’une
série de composants interconnectés qui sont situés dans le réservoir d’eau de pluie et
à l’intérieur du bâtiment. Une installation sous pression représentative desservant un
réservoir d’eau de pluie souterrain est illustrée à la figure 5-1.
10. Toilette/
urinoir
9. Canalisation d’eau
de pluie sous pression
(tuyau d’alimentation
en eau de pluie)
11. Système d’irrigation souterrain
4. Câblage électrique
6. Panneau
d’alimentation
électrique
8. Unités de
traitement après
stockage
2. Canalisation d’eau
de pluie sous pression
3. Capteur du niveau d’eau
(interrupteurs à flotteur montrés)
5. Conduit
électrique
1B. Pompe à jet
7. Réservoir
sous pression
1A. Pompe submersible
(ou entrée de pompe à jet)
Figure 5-1Pompe et réseau d’alimentation d’eau sous pression représentatifs desservant un
réservoir d’eau de pluie souterrain
Comme le montre la figure 5-1, l’eau de pluie est retirée du réservoir de stockage par une
pompe submersible située directement à l’intérieur du réservoir [1A] ou une « pompe
à jet » située à l’intérieur du bâtiment [1B]. Cette eau est pompée dans des canalisations
d’eau de pluie sous pression [2], qui circulent à partir du réservoir vers un endroit
convenable (comme une salle d’appareils mécaniques ou une salle de rangement au soussol) dans le bâtiment. Des capteurs du niveau d’eau [3], comme des interrupteurs
Société canadienne d’hypothèques et de logement
67
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
à flotteur, sont souvent utilisés afin d’empêcher la pompe de fonctionner à sec. Le câblage
électrique des capteurs du niveau d’eau et de la pompe (s’il y a lieu) passe alors dans
un conduit de protection d’alimentation électrique [5] jusqu’au panneau d’alimentation
électrique [6].
À l’intérieur du bâtiment, la canalisation d’eau de pluie sous pression est branchée à un
réservoir sous pression ou au boîtier de commande de la pompe [7] (d’après le type de
pompe). Si une installation de collecte de l’eau de pluie doit comprendre des unités de
traitement après stockage [8], ces dernières doivent être installées après la pompe à jet et
tout réservoir sous pression et bloc de commande. Après le traitement (le cas échéant),
une canalisation d’eau de pluie sous pression [9] achemine l’eau de pluie aux appareils
autorisés [10-11].
Pompe
Quatre critères doivent être pris en considération afin de choisir judicieusement une
pompe pour une installation de collecte de l’eau de pluie :
■■
L’emplacement de la pompe, la configuration du régulateur et la tension.
■■
Le débit de la pompe.
■■
La pression ou « hauteur d’élévation » de la pompe.
■■
L’acceptabilité des interruptions de service.
Emplacement de la pompe, configuration du régulateur et tension
Comme il est montré à la figure 5-1, on peut utiliser soit une pompe submersible
placée à l’intérieur du réservoir ou une pompe à jet placée à l’extérieur du réservoir
dans un emplacement intérieur ou fermé. D’autres types de pompes extérieures sont
disponibles comme solution de rechange aux pompes à jet, comme les pompes verticales
à étages. Cependant, celles-ci sont habituellement plus appropriées pour les applications
multirésidentielles et commerciales et il n’y a pas lieu pour le moment de s’étendre
davantage sur le sujet.
En ce qui a trait aux pompes submersibles et à jet, chacune a ses avantages et ses
inconvénients comme le montre le tableau 5-2.
68
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
Tableau 5-2Avantages et inconvénients des pompes submersibles et des pompes à jet
Type de pompe
Pompe
submersible
Avantages
■■
■■
■■
Inconvénients
ossède une durée utile
P
plus longue et est plus
efficace que la pompe à jet.
Diminue le besoin
d’équipement et d’espace
à l’extérieur du réservoir
d’eau de pluie.
Faible bruit.
■■
■■
■■
Pompe à jet
■■
■■
a pompe peut facilement
L
être inspectée, réparée ou
remplacée.
Normalement moins
dispendieuse que la pompe
submersible.
■■
■■
■■
a pompe doit être
L
physiquement sortie du
réservoir afin de pouvoir
être inspectée, réparée ou
remplacée.
Peut être plus difficile de
détecter le fonctionnement
à sec de la pompe (ou
toute autre défaillance)
puisque le fonctionnement
de la pompe n’est pas
nécessairement audible.
Les pompes sont
normalement conçues pour
une installation verticale,
mais on doit les installer
à l’horizontale puisque
leur installation verticale
diminue la capacité
utilisable de la citerne
(augmente le volume de
l’espace inutilisable).
lus difficile de mettre en
P
marche que les pompes
submersibles parce qu’on
doit « l’amorcer ».
La pompe doit être
placée dans un milieu à
température contrôlée
(à l’intérieur, poste de
pompage, etc.)
Fonctionnement qui peut
s’avérer bruyant.
Une fois la pompe sélectionnée, il faut déterminer la configuration du bloc de commande.
Il y a normalement deux options offertes : les pompes à vitesse constante et les pompes à
vitesse variable (VSD) aussi connues sous le nom de pompes à mécanisme d’entraînement
à fréquence variable (VFD).
1. P
ompes à vitesse constante – suite à une importante chute de pression du réseau,
une pompe à vitesse constante va se mettre en marche et pomper de l’eau à un débit fixe
afin de réapprovisionner le volume d’eau emmagasiné dans le réservoir sous pression.
2. P
ompes VSD/VFD – par opposition aux pompes à vitesse constante, les pompes VSD/
VFD peuvent augmenter ou diminuer la vitesse du rotor de la pompe afin de fournir plus
ou moins d’eau selon les besoins du réseau sous pression.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
69
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Les avantages et les inconvénients de chaque type de pompe sont résumés dans
le tableau 5-3
Tableau 5-3Avantages et inconvénients associés au type de pompe
Configuration du
bloc de commande
de la pompe
Pompe à vitesse
constante
Avantages
■■
■■
Pompe à vitesse et
fréquence variables
■■
■■
■■
■■
■■
70
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Habituellement moins
coûteuse que la pompe
VSD/VFD.
Idéale dans les situations
où les variations dans la
pression d’eau et du débit
sont acceptables (p. ex.
remplissage d’un réservoir
de toilette après activation
de la chasse d’eau et
utilisation du tuyau
d’arrosage).
ournit une pression
F
constante aux appareils,
peu importe la demande.
Utilise de très petits
réservoirs sous pression,
ou microréservoirs sous
pression à l’intérieur de
la pompe ou du bloc de
commande.
Possède souvent un arrêt
intégré de faible/haute
tension ainsi qu’une
protection contre le
fonctionnement à sec.
Exige moins d’espace dans
le bâtiment.
Consomme moins
d’électricité que des
pompes comparables
à vitesse constante.
Inconvénients
■■
■■
■■
■■
es réservoirs sous pression
L
peuvent être de dimensions
importantes dans les
situations où d’importants
débits sont requis.
Le débit et la pression du
réseau peuvent être soumis
à une pointe d’activité
lorsque la pompe est mise
en fonction et la pression
peut chuter si la demande
en eau est trop élevée.
’usage de plus petits
L
réservoirs sous pression
exige une plus grande
fréquence de la « mise en
marche de la pompe », ce
qui implique possiblement
une usure accrue de la
pompe.
Plus coûteuse qu’une
pompe à vitesse constante.
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
Le choix final d’une pompe repose sur sa tension de service, soit 120 V ou 240 V.
Les fabricants de pompes recommandent habituellement l’usage d’une alimentation de
240 V pour les pompes, diminuant du fait même le besoin d’un câblage et de composants
de commutation de fort calibre. Toutefois, avant de choisir l’une des deux tensions, il est
recommandé que le propriétaire communique avec un électricien et le fournisseur de la
pompe afin de s’informer du choix de pompe et du câblage de tension. Il est également
important de prendre en considération que tout composant branché avec la pompe,
comme les capteurs de niveau d’eau, devra fonctionner à la même tension que la pompe
(consultez le Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau pour
obtenir plus de détails).
Débit de la pompe
Le débit qui doit être généré par la pompe dépend du type et du nombre d’appareils
branchés au réseau de distribution. Un moyen de déterminer ce débit consiste à totaliser
les débits exigés pour tous les appareils, en prévoyant comme « le pire des scénarios »
que tout fonctionne en même temps. Toutefois, cette approche n’est pas recommandée
étant donné sa tendance à surdimensionner la pompe, augmentant de ce fait le coût de
la pompe et du réseau sous pression. Il est plutôt recommandé que le débit de la pompe
soit calibré en fonction de la prise en charge d’une partie de ce débit maximum, désigné
comme « débit de pointe maximal ».
Hauteur d’élévation
Une fois que le débit est établi, la prochaine étape consiste à calculer le besoin en pression
ou « hauteur d’élévation » que la pompe doit être en mesure de fournir. Deux facteurs
sont à considérer :
1. P
ression exigée par le réseau – Il s’agit de la pression exigée par les appareils
branchés à la pompe et au réseau d’alimentation d’eau sous pression.
2. H
auteur manométrique totale – Il s’agit de la perte de pression (ou « perte de la
hauteur d’élévation ») qui se produit lorsque l’eau monte à partir d’une élévation basse
à une élévation haute, ainsi que de la perte produite lorsque l’eau est pompée dans de
longues étendues de tuyaux et de raccords de tuyauterie.
La hauteur manométrique totale est composée de trois éléments :
1. L
’élévation statique est la hauteur à laquelle l’eau doit être élevée avant d’arriver à la
pompe (s’adresse seulement aux systèmes faisant usage d’une pompe à jet).
2. La hauteur statique est la hauteur à partir de la pompe jusqu’à l’appareil le plus éloigné.
3. L
a perte par frottement est la pression perdue lorsque l’eau circule dans les tuyaux et
les raccords de tuyauterie.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
71
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
La figure 5-2 illustre les facteurs agissant sur la hauteur d’élévation de la pompe.
Lorsque l’élévation totale et le débit sont déterminés, on peut procéder au choix d’une
pompe en consultant les courbes de rendement de pompe fournies par les fabricants.
Pression de
fonctionnement (m)
Pression de fonctionnement
+ Perte par frottement Hauteur
+ Élévation statique
manométrique
totale (m)
+ Hauteur statique
Perte par
frottement
(m)
Hauteur d’élévation (m)
Hauteur
statique
(m)
Pompe à jet
Élévation
statique
(m)
Figure 5-2Facteurs agissant sur la hauteur manométrique totale
Acceptabilité des interruptions de service
Une dernière question reste à envisager. Il faut savoir s’il est acceptable pour un réseau
d’alimentation en eau non potable de subir des interruptions occasionnées par une pompe
hors service ou par d’autres problèmes potentiels relevant de l’installation de collecte de
l’eau de pluie. Dans un contexte résidentiel courant, où l’eau de pluie alimente la chasse
d’eau des toilettes et les usages extérieurs, on admet des interruptions espacées dans le
temps sans pour autant avoir recours à des mesures additionnelles.
Dans un contexte résidentiel, où l’eau de pluie alimente la plupart des appareils ménagers,
de même que dans des contextes multirésidentiels ou commerciaux, où l’eau de pluie
sert à la chasse d’eau des toilettes et des urinoirs, il se pourrait que les interruptions de
service soient inacceptables. Deux options sont possibles lors de situations semblables :
avoir recours à une pompe jumelée, souvent appelée pompe duplex, ou à un système de
dérivation automatique.
72
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
Un des inconvénients de la pompe duplex est son coût habituellement plus élevé que
celui d’une pompe unique. Cependant, il existe des dispositifs de commande qui font
fonctionner les pompes en alternance, ce qui améliore la durée utile des deux pompes.
Un autre avantage de ces pompes tient au fait que l’on peut se les procurer sous forme
de pièce d’équipement préassemblée pouvant être installée de manière très semblable à
une pompe unique de série.
Tuyaux
Il y a deux sections distinctes de tuyauterie d’eau de pluie sous pression :
1. C
analisation d’eau de pluie – la section de canalisations qui va du réservoir de
stockage à la pompe à jet, ou du réservoir de stockage au réservoir sous pression ou au
bloc de commande pour pompes submersibles.
2. T
uyau d’alimentation en eau de pluie – la section de tuyau qui va de la pompe à jet,
ou du réservoir sous pression, ou du bloc de commande pour pompes submersibles, aux
appareils en question.
Chaque section a des particularités qui doivent être prises en considération lors de la
conception et de l’installation; les exigences seront donc différentes quant au choix des
matériaux, à la pose et au diamètre. Entre autres, les réservoirs souterrains d’eau de
pluie exigent une canalisation d’eau qui se prête à l’enfouissement, et comme ce tuyau
aura toujours de l’eau à l’intérieur, il est très important qu’il soit bien protégé du gel. La
tuyauterie d’alimentation en eau de pluie se trouve à l’intérieur du bâtiment et doit être
installée conformément aux exigences des codes de façon à assurer qu’elle est exempte
de raccordements croisés. Les deux sections de tuyauterie doivent être de diamètre
approprié au débit généré par la pompe afin d’approvisionner suffisamment chaque
appareil, sans oublier que les canalisations d’eau de pluie exigent habituellement un
diamètre plus important que les tuyaux d’alimentation en eau de pluie.
Afin de prévenir les raccordements croisés, la tuyauterie d’eau de pluie doit être marquée
de manière à indiquer qu’elle contient de l’eau non potable. Le marquage des tuyauteries
doit être distinct et facilement reconnaissable : la couleur pourpre est habituellement
utilisée pour marquer les tuyauteries contenant de l’eau non potable. Un exemple de
marquage de tuyauterie est montré à la figure 5-3.
WARNING: NON-POTABLE WATER — DO NOT DRINK
AVERTISSEMENT : EAU NON POTABLE — NE PAS BOIRE
Figure 5-3Marquage représentatif sur les canalisations d’eau de pluie sous pression
Un autre moyen de marquer la tuyauterie d’eau de pluie sous pression est l’utilisation
d’une couleur de tuyau distincte comme le pourpre afin de prévenir de futurs
raccordements croisés de la plomberie.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
73
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Réservoir sous pression
Les réservoirs sous pression accomplissent deux fonctions dans un système de pompe et
d’alimentation d’eau sous pression :
1. Ils emmagasinent de l’eau sous pression afin de réduire au minimum la fréquence des
cycles de marche/arrêt de la pompe.
2. Ils maintiennent une pression constante dans le réseau de distribution d’eau.
Afin d’accomplir ces tâches, les réservoirs sous pression sont composés d’une coquille
externe et d’une vessie interne munie d’un capteur de pression branché à la pompe. La
pompe se met en marche lorsque la pression à l’intérieur de la vessie interne chute au
point d’enclenchement et elle s’arrête lorsque la pression à l’intérieur de la vessie atteint le
point de déclenchement.
Outre le capteur de pression, le facteur le plus important qui assure le bon
fonctionnement du système sous pression est la dimension du réservoir sous pression, de
sorte qu’il soit compatible avec le type de pompe et son débit.
Les pompes à vitesse constante exigent de plus grands réservoirs sous pression que les
pompes VSD/VFD, parce qu’ils sont conçus pour emmagasiner le volume d’eau déversé
par la pompe sur une période de 1 à 2 minutes. Il s’agit du temps minimal durant lequel la
pompe doit fonctionner une fois activée, ou autrement dit « le temps de fonctionnement
de la pompe ». Un temps de fonctionnement plus long exige un plus grand réservoir sous
pression; en revanche, il minimise l’usure engendrée par des démarrages fréquents. Dans le
cas des pompes VSD/VFD, la dimension et le style de réservoir sous pression ont tendance
à varier d’un fabricant à l’autre. Certains fabricants insistent sur l’utilisation de petits
réservoirs (~1 gal) que l’on installe comme des réservoirs sous pression de plus grande
dimension, tandis que d’autres incorporent un microréservoir sous pression à l’intérieur de
la pompe ou dans un panneau de commande.
5.4directives DE Conception et de mise en place
1. Déterminez les appareils branchés à l’eau de pluie
a. Le Code national de la plomberie - Canada 2010 permet l’usage de l’eau de pluie dans
les cas suivants :
i. La chasse d’eau des toilettes et des urinoirs et
ii. Les systèmes d’irrigation souterraine raccordés directement qui distribuent l’eau uniquement
sous la surface du sol.
b. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur pour
connaître les appareils que l’on permet de raccorder.
2. Choix de la pompe
a. Déterminez le style et les caractéristiques de fonctionnement :
i. Type : pompe à jet ou pompe submersible
ii. Configuration du régulateur : vitesse constante ou VSD
iii. Tension de fonctionnement : 120 ou 240 V
74
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
b. Déterminez le débit requis.
i. Consultez les codes et règlements en vigueur, les normes de l’industrie, les autorités
compétentes locales ainsi que le fabricant du système d’irrigation (s’il y a lieu) pour
déterminer le débit minimal de la pompe.
ii. Vous trouverez à l’Annexe C, à titre indicatif seulement, une méthode permettant
d’évaluer le débit minimal de la pompe basée sur la demande de pointe maximale relative
au dimensionnement.
c. Déterminez la hauteur d’élévation de la pompe
i. Consultez les codes et règlements en vigueur en ce qui concerne la pression minimale du
débit de la pompe et celui de la pression statique maximale.
ii. Vous trouverez à l’Annexe C une méthode permettant de déterminer la hauteur d’élévation
de la pompe.
d. Consultez le fabricant ou le fournisseur de la pompe, ou utilisez la « courbe de
rendement de pompe » afin de choisir le modèle de pompe approprié, basé sur le
style, les caractéristiques de fonctionnement, le débit requis et la hauteur d’élévation
de la pompe.
e. Si la pompe doit toujours être disponible :
i. Prévoyez une génératrice ou une pile de secours pour la pompe et
ii. Prévoyez une pompe de secours ou une pompe duplex.
3. Choix du réservoir sous pression
a. Consultez le fabricant ou le fournisseur en ce qui a trait à la dimension minimale du
réservoir sous pression selon la configuration du bloc de commande de la pompe ainsi
que le débit de la pompe.
b. Vous trouverez à l’Annexe C, à titre indicatif seulement, une méthode permettant
d’établir la dimension du réservoir sous pression pour des pompes à vitesse constante.
4. Planifiez l’aménagement de la pompe et du réseau d’alimentation d’eau sous pression.
a. Planifiez le parcours des canalisations d’eau de pluie à partir de la pompe à jet, du
réservoir sous pression ou du bloc de commande jusqu’au réservoir (voir la Section 1.4
Directives de conception et de mise en place pour connaître les directives et consultez
les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur en ce qui a trait à
l’installation de tuyauterie souterraine).
b. Planifiez le parcours des tuyaux d’alimentation d’eau de pluie à partir de la pompe à jet,
du réservoir sous pression ou du bloc de commande jusqu’aux appareils autorisés.
c. Planifiez le parcours des conduits électriques à partir de l’emplacement de
l’alimentation électrique jusqu’au réservoir (jumelez-les au câblage de l’interrupteur
à flotteur dans la mesure du possible; voir le Chapitre 4 Système d’appoint pour
l’eau et prévention des retours d’eau pour obtenir plus de détails).
d. Communiquez avec la municipalité et les fournisseurs de service afin de confirmer
l’absence de conduites de branchement (gaz, électricité, eau, eaux pluviales, eaux usées,
téléphone ou câblodistribution) à l’endroit de l’excavation en vue de l’enfouissement
de canalisations d’eau de pluie ou de conduits électriques.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
75
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
5. Tuyauterie d’eau de pluie sous pression :
a. La tuyauterie d’eau de pluie sous pression est composée de deux réseaux distincts
de tuyau.
i. Canalisations d’eau de pluie :
1. Canalisation à partir du réservoir de stockage jusqu’à la pompe à jet ou
2. Canalisation à partir du réservoir de stockage jusqu’au réservoir sous pression ou au bloc
de commande dans le cas des pompes submersibles.
ii. Tuyau d’alimentation en eau de pluie :
1. Canalisation à partir de la pompe à jet (ou du réservoir sous pression ou du bloc de
commande pour les pompes submersibles) jusqu’aux appareils autorisés.
b. Canalisations d’eau de pluie.
i. Matériau
a. Tuyau en polyéthylène (recommandé)
b. Le tuyau retenu doit répondre aux exigences des codes et normes provinciaux ou
territoriaux en vigueur et aux normes de l’industrie (CSA, ASTM, etc.).
ii. Diamètre
1. Le tuyau doit être de diamètre convenant au débit maximal de la pompe, conformément
aux instructions du fabricant.
2. Aux fins d’évaluation, le diamètre des canalisations d’eau de pluie peut être calculé en
suivant la méthode qui se trouve à l’Annexe C.
iii. Raccordement au réservoir
1. Les canalisations d’eau de pluie doivent se raccorder au réservoir à une hauteur
supérieure au tuyau de trop-plein ou, idéalement, à 50 mm [2 po] plus haut que
le dessus du trop-plein.
2. Dans les cas où les canalisations d’eau de pluie sont exposées au gel en raison d’une
hauteur d’entrée qui n’est pas plus basse que le tuyau de trop-plein, les canalisations d’eau
de pluie peuvent se raccorder au réservoir à une hauteur plus basse pour autant que le
raccordement du réservoir soit étanche.
c. Tuyaux d’alimentation en eau de pluie
i. Matériau :
1. Polyéthylène réticulé (PEX) (recommandé)
2. Le tuyau choisi doit être d’un type approuvé par les codes et normes provinciaux ou
territoriaux en vigueur et les normes de l’industrie (CSA, ASTM, etc.).
ii. Diamètre
1. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur concernant le
diamètre des tuyaux.
2. Aux fins d’évaluation, le diamètre des tuyaux d’alimentation d’eau peut être calculé en
suivant la démarche qui se trouve à l’Annexe C.
6. Mise en place de la tuyauterie d’eau de pluie sous pression :
a. Raccordement
i. La tuyauterie d’eau de pluie sous pression ne doit pas être raccordée à un réseau
d’eau potable.
ii. La tuyauterie d’eau de pluie sous pression doit seulement être raccordée aux appareils
autorisés par les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur.
b. Support et protection
i. La tuyauterie souterraine doit être située dans un espace excavé adéquat. Elle doit être
bien supportée et remblayée selon les codes et règlements provinciaux ou territoriaux
en vigueur.
76
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
ii. La tuyauterie à l’intérieur d’un bâtiment devra être supportée conformément aux codes et
règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur.
iii. La tuyauterie doit être protégée du gel (voir Section 1.4 Directives de conception et de mise en
place pour obtenir plus de détails).
c. Considérations visant le fonctionnement et l’entretien
i. Les canalisations d’eau de pluie raccordées à une pompe à jet doivent être installées à
l’horizontale ou en pente régulièrement ascendante à partir du réservoir de stockage jusqu’à
la pompe.
ii. Afin de réduire au minimum la possibilité de fuites, les canalisations d’eau de pluie
souterraines doivent être installées avec un minimum de raccords voire aucun.
iii. Afin de faciliter la réparation ou le remplacement des tuyauteries d’eau de pluie
souterraines, celles-ci devront être installées à l’intérieur d’un conduit composé d’un
matériau souple comme les drains de fondation (« Big O ») ou tout autre matériau
convenable.
d. Aux fins de localisation, les tuyauteries souterraines qui ne sont pas en métal doivent
être dotées d’un « ruban traceur » placé à une hauteur de 300 mm [12 po]
au-dessus de la tuyauterie.
7. Marquage de la tuyauterie19
a. Toutes les tuyauteries d’eau de pluie devront être étiquetées clairement et marquées
selon les exigences des codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur.
b. La tuyauterie doit être marquée de la façon suivante :
i. Texte ou légende :
1. AVERTISSEMENT : EAU NON POTABLE — NE PAS BOIRE
WARNING : NON-POTABLE WATER — DO NOT DRINK
2. Le texte doit être lisible avec des lettres d’une hauteur d’au moins 5 mm, exception
faite là où le diamètre des tuyaux sous pression rend la hauteur de lettres de
5 mm irréalisable.
ii. Couleur :
1. Les étiquettes de marquage doivent être de couleur pourpre ou,
2. Les tuyaux doivent être de couleur pourpre ou être marqués d’une rayure
pourpre continue.
iii. La figure 5-4 offre un exemple de marquage représentatif de tuyauterie :
WARNING: NON-POTABLE WATER — DO NOT DRINK
AVERTISSEMENT : EAU NON POTABLE — NE PAS BOIRE
Figure 5-4Marquage représentatif de tuyauterie d’eau de pluie
c. Espacement des marques :
i. Les marques doivent être répétées à des intervalles ne dépassant pas 1,5 m.
19
Adapté de la norme CAN/CSA-B128.1-06 Conception et installation des réseaux d’eau non potable (2006). CSA International,
Mississauga ON. Consultez la norme CSA B128.1 pour obtenir plus de détails.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
77
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
8. Installation de la pompe
a. Les pompes doivent être installées selon les recommandations du fabricant.
b. Les pompes doivent être installées de façon à être facilement accessibles (les pompes
submersibles doivent être récupérables sans avoir à pénétrer à l’intérieur du réservoir).
c. Les pompes doivent être munies d’une protection contre le fonctionnement à sec.
Consultez le devis relatif à la pompe afin d’établir si la pompe possède une protection
intégrée contre le fonctionnement à sec. Sinon, installez un capteur de niveau d’eau
(voir Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau pour
les détails).
d. Pour les pompes à jet
i. La canalisation d’eau de pluie doit se terminer à pas moins de 100 à 150 mm [4 à 6 po] audessus du fond du réservoir.
ii. L’amorçage de la pompe doit être assuré par un clapet de pied situé à l’entrée de la
canalisation d’eau de pluie, ou par un clapet de retenue situé dans la canalisation d’eau de
pluie en amont de la pompe à jet.
e. Pour les pompes submersibles
i. L’entrée de la pompe doit se situer à pas moins de 100 à 150 mm [4 à 6 po] au-dessus du
fond du réservoir.
ii. L’amorçage de la pompe doit être assuré par un clapet de retenue situé dans la canalisation
de l’eau de pluie en aval de la pompe (au besoin, consultez les directives du fabricant).
f. Exigences en matière d’électricité
i. Tout le câblage doit être installé conformément à l’édition courante du Code canadien de
l’électricité. Pour de plus amples détails concernant l’installation de la pompe, veuillez vous
référer aux directives du fabricant.
ii. Le câblage électrique installé à l’extérieur ou souterrain doit être muni d’une protection.
iii. La pompe doit être installée sur un circuit particulier, avec un sectionneur de moteur installé
près du réservoir sous pression ou du panneau de contrôle (veuillez vous référer au Code
canadien de l’électricité pour obtenir les détails).
iv. Dans le cas des réservoirs enfouis, le câblage électrique doit être apte à l’enfouissement ou
doit être glissé à l’intérieur d’un conduit protégé fabriqué à partir de tuyau en PVC ou d’un
tuyau de drainage de fondations de type « Big O ».
v. Le câblage électrique ou les conduits qui sont enfouis doivent être installés dans un
emplacement préparé et remblayé convenablement (consultez le Chapitre 1 Captage et
adduction de l’eau de pluie pour en savoir plus).
9. Installation du réservoir sous pression
a. Les réservoirs sous pression doivent être mis en œuvre selon les directives
du fabricant.
b. Ils doivent être installés de façon à être facilement accessibles.
c. Ils doivent être installés de façon à ce que la pression dans le réseau puisse être
vérifiée, au moyen d’un manomètre par exemple.
d. Le capteur de pression ou le manocontacteur installé avec le réservoir sous pression
doit être relié à la pompe (ainsi qu’à un panneau de contrôle, le cas échéant).
e. Tout le câblage électrique doit être installé conformément à l’édition courante du Code
canadien de l’électricité.
78
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
10. Installez les dispositifs de traitement après stockage, le cas échéant (voir le Chapitre 3
Traitement et qualité de l’eau pluie pour les détails).
11. Faites la mise en service de la pompe et du réseau d’alimentation d’eau pressurisé
conformément aux directives du fabricant. Les directives de gestion pour une pompe à
vitesse constante typique se trouvent à la Section 5.5.
5.5 Directives de gestion
1. S i la pompe ou le réseau d’alimentation d’eau sous pression cesse de fonctionner ou
s’il survient un problème lors de la mise service, veuillez suivre les étapes de dépannage
mentionnées ci-dessous.
a. Assurez-vous que c’est la bonne pompe et le bon équipement sous pression qui
ont été choisis et que l’installation a été réalisée conformément aux directives de
conception et de mise en place fournies.
b. Examinez visuellement le volume d’eau de pluie dans le réservoir de stockage.
i. Si le réservoir d’eau de pluie est vide, la pompe ainsi que le réseau d’alimentation d’eau sous
pression ne devraient pas fonctionner et le fait d’être en position « arrêt » peut indiquer
qu’un capteur de niveau d’eau branché à la pompe ou que le dispositif interne de protection
contre le fonctionnement à sec de la pompe fonctionne comme prévu et empêche le
réseau de fonctionner.
ii. S’il y a suffisamment d’eau de pluie dans le réservoir et que la pompe ainsi que le réseau
d’alimentation d’eau sous pression ne fonctionnent pas, examinez l’alimentation électrique de
la pompe et du réseau d’alimentation d’eau sous pression. Vérifiez que tous les composants
sont branchés à l’alimentation électrique et qu’ils sont tous sous tension (par exemple, que
tous les interrupteurs marche/arrêt sont en position « marche » et que tous les disjoncteurs
électriques du panneau de contrôle sont en position « marche »).
iii. Remarque : Dans l’éventualité d’une panne électrique, l’eau de pluie ne pourra pas se rendre
aux appareils branchés à moins que des mesures de secours comme une dérivation de secours
automatique du système auxiliaire soient comprises dans la conception de l’installation de collecte
de l’eau de pluie.
2. L a plupart du temps, un problème relié à la pompe ou au réseau d’alimentation d’eau
sous pression ne relève pas de la pompe elle-même, mais plutôt des composants et de
l’équipement qui l’accompagnent. Les étapes suivantes sont recommandées à titre de
démarche de dépannage.
a. Un plombier agréé, un électricien ou un autre technicien qualifié doit être consulté
en ce qui a trait aux diagnostics de panne ou de réparation de la pompe et du réseau
d’alimentation d’eau sous pression. Les étapes suivantes sont fournies à titre indicatif.
b. Le système d’appoint d’eau et les capteurs de niveaux d’eau
i. Au cours de l’inspection visuelle du réservoir de stockage des eaux, si le réservoir semble
vide et que l’installation de collecte de l’eau de pluie comprend un système de mise à niveau,
cette situation pourrait indiquer qu’il pourrait y avoir des problèmes avec le système de
secours. Veuillez consulter le Chapitre 4. Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours
d’eau pour connaître les directives de dépannage.
ii. Dans les cas d’usages excessifs ou d’épisode de précipitations insuffisantes, il pourrait être
normal que le réservoir soit vide si l’installation de collecte de l’eau de pluie utilise une
dérivation de secours automatique d’installation d’appoint. Ce système devrait fournir
automatiquement de l’eau potable aux appareils (contournant l’installation de collecte de
l’eau de pluie). Si ce système ne fonctionne pas ou si le fonctionnement de la pompe ne
reprend pas son cours après avoir ajouté de l’eau de pluie dans le réservoir, il pourrait s’agir
de problèmes reliés au système de secours.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
79
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
iii. Si une mise à niveau manuelle ou un contournement du système de secours est utilisé, il
faudra intervenir directement pour activer ces systèmes. Ces systèmes doivent être mis
en marche avant que le réservoir de stockage ne devienne vide; autrement, un capteur
de niveau d’eau branché à la pompe ou au mécanisme interne de la protection contre le
fonctionnement à sec de la pompe empêchera la pompe ainsi que le réseau d’alimentation
d’eau sous pression de fonctionner.
iv. Si le système de mise à niveau semble fonctionner comme prévu, il se pourrait que le
problème de la pompe et celui du réseau d’alimentation d’eau sous pression soient causés
par le capteur de niveau d’eau branché à la pompe. Des directives sur la marche à suivre
pour inspecter, mettre à l’essai et régler un interrupteur à flotteur de capteur de niveau d’eau
se trouvent au Chapitre 4 Système d’appoint pour l’eau et prévention des retours d’eau.
c. Réservoir sous pression
i. Le réservoir sous pression pourrait présenter un problème si le cycle de la pompe
s’active de façon répétitive en mode marche/arrêt, ou si le réseau n’atteint jamais la
pression de consigne.
ii. La pression statique du réservoir sous pression (la pression du réservoir en l’absence d’eau)
doit être 14 kPa [2 lb/po²] de moins que la pression d’enclenchement souhaitée.
d. Interrupteur-capteur de pression
i. Les cycles de pompage ou l’incapacité de la pompe d’en arriver à une pression souhaitée
peuvent également indiquer que l’interrupteur-capteur de pression est en cause.
ii. Pour les pompes VSD/VFD qui utilisent un capteur de pression, les réglages de pression
auront vraisemblablement besoin d’être modifiés au moyen d’un panneau de commande
(consultez les directives d’installation du fabricant en ce qui a trait aux détails concernant la
pompe et le réservoir sous pression).
iii. Veuillez vous référer aux directives du fabricant en ce qui a trait au réglage du
manocontacteur utilisé par les pompes à vitesse constante.
e. Tuyaux et robinet d’arrêt
i. Si une pompe à jet semble fonctionner à sec, ou si une pompe submersible fonctionne
durant un certain temps sans déverser d’eau, il pourrait y avoir obstruction dans les
canalisations d’eau de pluie sous pression.
ii. Si le réservoir est situé à l’extérieur ou sous la surface du sol, il est possible que des
conditions de froid intense aient entraîné le gel de l’eau de pluie dans les tuyaux, empêchant
ainsi sa circulation dans les canalisations sous pression. Il serait sans doute préférable
d’attendre une hausse de la température afin de confirmer l’origine du problème.
iii. Un blocage peut également être le résultat d’un robinet d’arrêt situé dans les canalisations
d’eau de pluie sous pression qui demeure en position « fermée ». Vérifiez que tous les
robinets d’arrêt sont ouverts.
f. Clapets de pied, clapets de non-retour et fuites dans le système
i. Il pourrait y avoir un problème avec le clapet de pied ou le clapet de non-retour ou encore
une fuite dans le réseau si la pompe continue d’effectuer des cycles arrêt/marche lorsque la
demande en eau de pluie est inexistante, ou si le manomètre indique une chute graduelle de
pression durant une période donnée.
ii. Vérifiez tous les clapets de pied et tous les clapets de non-retour afin de vous assurer qu’ils
sont orientés correctement (comme indiqué sur le dispositif) et qu’aucun débris ou saleté
n’obstrue les clapets.
iii. Si les clapets de pied et les clapets de non-retour semblent bien fonctionner, il pourrait alors
y avoir une fuite dans les canalisations d’eau de pluie sous pression. Vérifiez la tuyauterie
au complet afin de veiller à ce qu’il n’y ait aucune fuite provenant des canalisations ou des
appareils branchés à la pompe et au réseau d’alimentation d’eau sous pression.
80
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 5 Pompe et système de distribution sous pression
3. S i les étapes ci-dessus ne règlent pas les problèmes de la pompe et du réseau
d’alimentation d’eau sous pression, il se pourrait alors que le problème relève de la
pompe même. Consultez les directives de fonctionnement du fabricant de la pompe
pour connaître les recommandations de dépannage. Si ces mesures n’apportent aucune
solution au problème, faites appel à un électricien ou à un technicien en entretien et
en réparation.
4. Même si la pompe et le réseau d’alimentation d’eau sous pression sont en bon état
de fonctionnement, il est tout de même recommandé de procéder à une inspection
annuelle afin de :
a. V
eiller à ce que la pompe et le réseau d’alimentation d’eau sous pression demeurent
en bon état de fonctionnement, et qu’il n’y ait aucun signe de surchauffe ou d’usure de
la pompe à signaler;
b. Confirmer qu’il n’y a aucune fuite dans la tuyauterie d’eau de pluie sous pression;
c. Procéder à l’inspection du réseau sous pression lorsqu’il ne répond pas à une demande
d’utilisation. Si les cycles de la pompe sont répétitifs en l’absence de demande, ceci
pourrait révéler un problème relatif au clapet de pied ou au clapet de non-retour, ou
une fuite dans les canalisations d’eau de pluie sous pression.
5. V
eillez à ce que toutes les mesures de sécurité soient observées et que l’alimentation
électrique de la pompe soit débranchée lorsque vous procédez à l’inspection
ou à la réparation des composants de la pompe et du réseau d’alimentation d’eau
sous pression.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
81
Chapitre 6
Dispositions visant les débordements
et gestion des eaux pluviales
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
6.1Introduction
En certaines occasions, le volume d’eau de pluie accumulé à partir de la surface de captage
dépassera la capacité de stockage du réservoir et entraînera un débordement. Si des
mesures de gestion de débordement ne sont pas mises en place, l’excédent d’eau de pluie
refoulera jusqu’à l’adduction de l’eau de pluie et de celui de la tuyauterie de mise à niveau
jusqu’à ce qu’il atteigne un point où il pourra plus facilement se déverser/déborder. Ce
débordement pourrait se produire à la transition du raccord descente pluviale/canalisation
d’adduction ou à des endroits moins souhaitables, comme à l’accès à l’ouverture du
réservoir ou à la coupure antiretour d’un système de mise à niveau. Des débordements à
ces endroits pourraient endommager le réservoir d’eau de pluie ou causer des dommages
à l’intérieur ou à l’extérieur du bâtiment.
Compte tenu des conséquences d’une mauvaise gestion des volumes excessifs d’eau
de pluie, il importe que l’installation de collecte de l’eau de pluie prévoie des mesures
suffisantes pour prévenir les débordements. La conception de systèmes de débordement
comporte des dispositions quant à l’endroit où les excédents d’eau de pluie peuvent
être convenablement déversés et à la façon dont ils peuvent être acheminés à partir du
réservoir de stockage jusqu’au lieu de déversement. Cette problématique relève de la
gestion des eaux pluviales.
La gestion des eaux pluviales a évolué considérablement au cours des dernières décennies.
Désormais, au lieu de simplement transporter les eaux pluviales hors de l’emplacement,
on privilégie la gestion sur place avec l’apport d’installations de traitement conçues
pour atténuer les impacts environnementaux causés par les eaux de ruissellement. Les
installations de collecte d’eau de pluie constituent un élément nouveau dans la gestion des
eaux pluviales au Canada et, de ce fait, il existe peu de directives concernant l’intégration
de ces systèmes à des programmes de gestion des eaux pluviales. Néanmoins, plusieurs
aspects de la gestion des eaux pluviales sont applicables à la gestion des déversements
d’eau de pluie hors des réservoirs.
Ce chapitre porte sur la gestion des eaux pluviales et sur les exigences réglementaires.
On y présente des directives sur le choix, la mise en œuvre et la gestion des différents
types de dispositifs de trop-plein, en fonction de l’état de l’emplacement et de la
localisation du réservoir. Comme il n’existe que peu de règlements fédéraux ou de
directives sur la conception et la mise en œuvre d’installations de gestion des eaux
pluviales, ce chapitre s’en remet à la publication du ministère de l’Environnement de
l’Ontario intitulée Stormwater Management Planning and Design Manual quant aux
méthodes de conception et aux critères généraux20.
20
84
Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario, Toronto, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales
6.2 Codes, normes et directives
Le tableau 6-1 énumère les codes et normes qui s’appliquent aux dispositifs de trop-plein.
Tableau 6-1 Codes, normes et directives visant les dispositifs de trop-plein pour l’eau de pluie
Codes, normes et
directives en vigueur
Code national de la
plomberie - Canada
(2010) et (2005)
Dispositions particulières et répercussions sur la conception et
la mise en place
■■
2.4.2.2. Trop-plein d’un réservoir d’eaux pluviales
Il est précisé que le trop-plein d’un réservoir d’eau de pluie ne doit pas
être raccordé directement au réseau d’évacuation (un raccordement indirect
est exigé).
Remarque : Les tuyaux de trop-plein doivent être de diamètre convenable et être
installés selon les exigences en vigueur du CNP pour le réseau de canalisations
d’évacuation. Voir le Chapitre 1 pour obtenir plus de détails.
Norme CSA B128.1
(2006)
■■
■■
7.7 Capacité de débordement
7.8 Rejet des débordements
Il est précisé que la capacité des tuyaux de trop-plein doit être égale à la
capacité de la canalisation d’adduction, et que les débordements doivent être
déversés selon les règlements locaux en vigueur.
Lignes directrices de
gestion provinciales ou
territoriales en vigueur
Par exemple, Ontario
Stormwater Management
Planning and Design
Manual (2003)
■■
.5.6 Tuyau de descente pluviale se déversant dans des puits
4
d’infiltration.
Offre des directives de conception et d’installation pour les systèmes
d’infiltration à l’échelle de l’emplacement.
Documents obligatoires
Documents additionnels
6.3 Questions à examiner
Emplacements des rejets de débordement
Le système de trop-plein a pour but de gérer les excédents d’eau de pluie en les
éloignant du réservoir de stockage d’eau de pluie vers un emplacement approprié. Les
volumes de trop-plein peuvent être rejetés vers le sol, vers un égout pluvial ou vers un
puits d’infiltration sur place. Dans chaque cas, l’eau de pluie peut être transportée par
écoulement par gravité ou par pompage. Le tableau 6-2 décrit les options et présente
des dessins qui montrent chaque méthode de traitement des eaux de débordement.
Dans les illustrations ci-dessous, l’eau de pluie qui est entrée dans le réservoir durant un
épisode de précipitations (Qt) a surpassé la capacité de stockage du réservoir (S).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
85
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Tableau 6-2 Localisation des rejets de débordement et méthodes pour acheminer les débordements
d’eau de pluie
Emplacements et
méthodes d’évacuation
des débordements
Illustration/Exemple
1. Évacuation vers le
sol par écoulement par
gravité
Cette méthode s’applique
aussi bien pour les
réservoirs situés au-dessus
qu’au-dessous de la surface
du sol, où les débordements
d’eau de pluie peuvent
être évacués par gravité au
niveau du sol.
2. Évacuation au niveau
du sol par débit assisté
d’une pompe
Cette méthode s’applique
aux réservoirs situés sous
la surface du sol, ou à ceux
intégrés aux bâtiments où
les débordements d’eau de
pluie doivent être pompés
vers le niveau du sol.
3. Évacuation vers l’égout
pluvial par écoulement
par gravité
Cette méthode s’applique
aussi bien aux réservoirs
hors-sol qu’à ceux enfouis,
où les débordements
d’eau de pluie peuvent
être dirigés vers un égout
pluvial, bien que le
réservoir ne puisse être
branché directement à
l’égout11.
1
86
Les réservoirs peuvent être branchés indirectement à l’égout pluvial, sinon un clapet antiretour doit être posé sur le tuyau de trop-plein dans le cas d’un
raccordement direct.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales.
Emplacements et
méthodes d’évacuation
des débordements
Illustration/Exemple
4. Évacuation vers l’égout
pluvial par débit assisté
d’une pompe
Cette méthode s’applique
aux réservoirs souterrains
ou à ceux intégrés à même
les bâtiments lorsque
l’égout pluvial est situé
à une élévation plus
haute que le réservoir de
stockage.
5. Évacuation vers un
puits d’infiltration par
écoulement par gravité
(débit assisté par une
pompe — S.O.)
Cette méthode s’applique
aux réservoirs souterrains,
où les débordements
d’eau de pluie doivent être
infiltrés sur place et où le
pompage vers le niveau
du sol n’est pas pratique,
ou bien lorsque le tuyau
de trop-plein ne peut être
raccordé à l’égout pluvial.
Chaque méthode de gestion des débordements présente des avantages et des
inconvénients comme le montre le tableau 6-3 (énumérées de la plus avantageuse à la
moins avantageuse).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
87
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Tableau 6-3Avantages et inconvénients associés aux emplacements et aux méthodes d’évacuation
des débordements
Emplacements et
méthodes d’évacuation
des débordements
Évacuation par gravité
vers le niveau du sol
(la plus recommandée)
Avantages
■■
■■
a méthode la plus simple à
L
réaliser et à exploiter.
Faible probabilité de refoulement
d’eau de pluie vers le tuyau de
trop-plein.
Inconvénients
■■
■■
■■
Évacuation par gravité
vers l’égout pluvial
■■
■■
Évacuation par
gravité vers un puits
d’infiltration
■■
■■
■■
Évacuation au niveau
du sol ou vers l’égout
pluvial par un débit
assisté par une pompe.
(la moins recommandée)
88
■■
I déal dans les cas de réservoirs
souterrains puisque les égouts
pluviaux sont situés au même
endroit.
Les égouts pluviaux sont conçus
précisément pour recevoir les
ruissellements de toit et les
acheminer hors des lieux.
utorise la gestion sur place des
A
eaux pluviales, contribuant ainsi
au maintien des systèmes de
drainage avant l’aménagement de
l’emplacement.
Bénéfices environnementaux en ce
qui a trait à la réalimentation de la
nappe d’eau souterraine.
Une tranchée d’infiltration
desservant plusieurs lots
peut être construite par le
promoteur immobilier lors d’un
aménagement résidentiel.
ans les cas où le réservoir
D
est enfoui profondément sous
la surface du sol (sous-sol
inférieur de bâtiments, garages
de stationnement, etc.), cette
méthode peut s’avérer le seul
moyen de prendre en charge les
trop-pleins.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
■■
■■
■■
■■
■■
■■
■■
I l peut se produire une érosion
du sol si l’endroit où a lieu
l’évacuation n’est pas bien préparé.
Peut être une source de nuisance et
soulever des problèmes de sécurité
si d’importants volumes sont
évacués à partir de grandes surfaces
de captage.
Les tuyaux de trop-plein peuvent
geler si une grande partie de
l’installation est au-dessus de la
profondeur de pénétration du gel.
Une mauvaise conception peut
entraîner une accumulation de
glace au point d’évacuation.
a conception doit empêcher
L
les retours d’eau de pluie dans le
réservoir.
Les déversements d’eau de
pluie peuvent avoir un impact
environnemental négatif sur les
plans d’eau qui les reçoivent.
a conception et la mise en
L
place des puits d’infiltration
exigent d’importants travaux
d’aménagement de l’emplacement
(coûts élevés).
Un système de trop-plein
indépendant du puits d’infiltration
peut s’avérer nécessaire lors de
fortes précipitations qui peuvent
surpasser les capacités d’infiltration
du sol.
Convient seulement aux sols
perméables.
a pompe peut cesser de
L
fonctionner lors d’une panne
d’électricité.
Recours obligatoire à une pompe
de fort débit pour la prise en
charge des volumes de trop-plein
générés par des épisodes de fortes
précipitations.
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales.
Choisir la méthode d’évacuation des débordements la plus appropriée
L’endroit destiné à l’évacuation des débordements ne doit pas être choisi uniquement
en fonction des avantages et inconvénients abordés ci-dessus. On doit aussi prendre en
compte d’autres facteurs :
■■
Exigences en matière de gestion des eaux pluviales
■■
Règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur et règlements municipaux
■■
Localisation du réservoir d’eau de pluie
■■
Caractéristiques de l’emplacement
Exigences en matière de gestion des eaux pluviales
Dans certains cas, le débordement du réservoir d’eau de pluie pourrait devoir être
traité selon des exigences particulières de gestion des eaux pluviales. Ces exigences
peuvent être imposées par les autorités municipales ou différents offices de protection
de la nature et viser les bâtiments situés dans une zone écosensible ou dans un endroit
où les infrastructures d’égout pluvial sont incapables de prendre en charge un surplus
de ruissellement des eaux pluviales ou pour toute autre raison. Ces précisions peuvent
comprendre la retenue temporaire d’un volume d’eau de pluie donné qui serait évacué
vers un égout pluvial plus tard, suivant un rythme d’écoulement déterminé ou, par
exemple, la gestion sur place par infiltration dans le sol ou écoulement de surface. Les
installations de collecte de l’eau de pluie et les dispositions pour le débordement peuvent
être conçues pour satisfaire à de tels critères.
Les autorités compétentes locales, y compris l’Office de protection de la nature, doivent
être consultées durant le processus d’élaboration des installations de collecte de l’eau
de pluie, afin de déterminer si des pratiques particulières de gestion des eaux pluviales
sont requises.
Règlements provinciaux ou territoriaux et municipaux en vigueur
Même s’il n’existe aucune exigence particulière en matière de gestion des eaux pluviales, il
n’en demeure pas moins que les règlements provinciaux ou municipaux pourraient limiter
les endroits où les débordements d’eau de pluie peuvent être évacués. Le Code national
de la plomberie - Canada interdit le raccordement direct d’un débordement provenant
d’un réservoir d’eau de pluie à un égout pluvial à cause de la possibilité d’un refoulement
d’eaux usées pluviales dans le réservoir lors d’épisodes de précipitations intenses.
Cependant, certaines municipalités peuvent permettre de tels raccordements pour autant
qu’ils soient protégés par un clapet antirefoulement. Une autre solution à envisager serait
celle d’un raccordement indirect, où les débordements du réservoir d’eau de pluie sont
déversés soit dans un petit réservoir collecteur, soit dans un puits d’infiltration, pour
ensuite se déverser dans l’égout pluvial.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
89
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Localisation du réservoir
La localisation du réservoir de stockage peut également avoir une incidence sur le choix
de l’endroit pour évacuer les débordements. Le traitement des eaux de débordement
est à son plus simple avec les réservoirs hors-sol puisque les débordements peuvent
être effectués au niveau du sol. Le traitement des eaux de débordement présente un
défi plus considérable dans les cas où les réservoirs sont souterrains ou intégrés aux
bâtiments (situés sous le niveau du sol). En ce qui a trait à ces réservoirs, un raccordement
à proximité d’un égout pluvial ou d’un espace vert (pour infiltration ou ruissellement de
surface) joue un rôle déterminant quant au choix d’un endroit pour évacuer
le débordement.
Caractéristiques de l’emplacement
L’état de l’emplacement, comme la topographie, l’espace suffisant, l’accessibilité ou la
présence d’autres services enfouis, joue également un rôle dans le choix de l’endroit
pour rejeter les débordements. À titre d’exemple, un terrain plat ne se prête guère à
l’évacuation des débordements dans le cas d’un réservoir souterrain. Dans le même ordre
d’idées, les contraintes d’espace et les canalisations et câbles de services enfouis peuvent
limiter l’excavation pour la mise en place de tuyaux de trop-plein ou de puits d’infiltration.
Les puits d’infiltration sont particulièrement sensibles à l’état de l’emplacement. En plus
d’exiger un espace considérable, ils ont besoin d’un sol relativement perméable (c’est-àdire que le sol ne peut contenir d’importantes quantités d’argile). Les emplacements ayant
une aire de captage vaste ou un sol dont la perméabilité est limitée peuvent exiger de
grandes étendues d’infiltration ou alors le puits d’infiltration pourrait lui-même nécessiter
un dispositif de débordement. Dans certains cas, les puits d’infiltration ne sont pas une
option réalisable.
Puits d’infiltration
Les puits d’infiltration sont constitués d’une excavation remplie d’un matériau non poreux,
comme de la roche ceinturée par une membrane en tissu. Si l’aire de captage est très
vaste ou si le sol n’est pas suffisamment perméable, le puits d’infiltration pourrait avoir
besoin de son propre tuyau de trop-plein qui serait évacué vers les égouts pluviaux ou
au niveau du sol. Si un traitement est exigé, par exemple si le sol est très perméable et
situé à proximité d’un puits, on peut déposer une couche de sable au fond de la tranchée.
La version classique pour une tranchée d’infiltration jugée convenable pour une installation
de collecte de l’eau de pluie est montrée à la figure 6-1.
90
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales.
Sol
Membrane géotextile
extérieure
Tuyau de trop‐plein provenant du réservoir
d'eau de pluie Couverture de sol
Tuyaux perforés
Matériau de remplissage non poreux (pierre concassée ou gravier) Couche de sable filtrant Tuyau de trop‐
plein du puits
d’infiltration Profondeur de stockage en
fonction de la porosité du sol et
du temps de rétention Figure 6-1Puits d’infiltration courant (vue en coupe)21
Les matériaux habituellement requis pour construire un puits d’infiltration sont
les suivants :
■■
■■
■■
■■
Matériau de décantation – pierre concassée de dimension uniforme utilisée pour
assurer au puits une structure non poreuse.
Membrane géotextile – tissu de filtre non tissé (géotextile en polypropylène), utilisé
pour offrir une protection au matériau de stockage contre un colmatage provenant du
sol avoisinant.
Tuyaux de distribution d’eau – tuyaux de trop-plein perforés et utilisés pour une
distribution uniforme de l’eau de pluie sur l’ensemble de la tranchée/du puits.
Couche filtrante – composée de sable fin placé sur la membrane géotextile, au fond
de la tranchée, pour filtrer les impuretés avant l’infiltration dans le sol.
Qualité de l’eau de pluie
La conception du tuyau de trop-plein doit être semblable à celle du réseau d’adduction
afin d’empêcher les contaminants d’entrer dans le réservoir (c’est-à-dire une structure
saine sans autre point d’entrée que celui destiné au débit d’eau). Si l’évacuation est dirigée
vers le sol, le tuyau de trop-plein doit être muni d’une grille-moustiquaire placée à un
endroit stratégique pour permettre l’inspection et le nettoyage. Si l’évacuation est dirigée
vers l’égout pluvial, un type de clapet de retenue appelé « clapet antiretour » peut être
installé sur le tuyau de trop-plein afin d’empêcher les eaux usées pluviales de refouler dans
le réservoir durant les épisodes de fortes précipitations.
21
Adapté du Stormwater Management Planning and Design Manual. 2003. Ministère de l’Environnement de l’Ontario, Toronto, ON.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
91
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
La collecte de l’eau de pluie faisant partie intégrante d’un système de
gestion des eaux pluviales
La mise en place d’une installation de collecte de l’eau de pluie axée expressément sur
la diminution du ruissellement des eaux pluviales est un concept relativement récent
au Canada. Une installation de collecte de l’eau de pluie ne saurait éliminer le besoin
d’autres systèmes de gestion des eaux pluviales; toutefois, si cette eau est destinée à
une gestion sur place, l’installation peut diminuer l’envergure et la complexité d’autres
systèmes d’infiltration à l’échelle de l’emplacement. Dans le même ordre d’idées, si le
trop-plein est évacué dans l’égout pluvial, le réservoir d’eau de pluie peut être utilisé
au lieu d’un réservoir de retenue pour le stockage et l’évacuation contrôlés. Comme le
montre la figure 6-2, la partie inférieure du réservoir emmagasine l’eau de pluie pour un
usage ultérieur, tandis que la partie supérieure du réservoir retient l’eau de pluie de façon
temporaire, pour ensuite la relâcher à un débit prédéterminé par l’entremise de robinets
de commande. L’excédent d’eau de pluie découlant d’épisodes de précipitations extrêmes
est évacué par le tuyau de trop-plein.
Figure 6-2Installation de collecte de l’eau de pluie munie de commandes de débordement
et d’un tuyau d’évacuation contrôlée servant à la gestion des eaux pluviales.
(La « RETENUE » est définie comme le volume d’eaux de ruissellement qui sera
libéré lentement vers le réseau d’égout pluvial. Le reste du volume, c’est-à-dire la
« RÉTENTION », est utilisé pour alimenter en eau de pluie les appareils autorisés.)
Pour obtenir de plus amples directives en ce qui a trait à la planification de la dimension
du réservoir d’eau de pluie qui doit être utilisé pour les périodes de rétention et de
retenue, voir l’Annexe D.
92
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales.
6.4directives DE Conception et de mise en place
1. Déterminez l’endroit et la méthode à utiliser pour évacuer les débordements.
a. Les endroits possibles sont le niveau du sol, les égouts pluviaux et les puits d’infiltration.
b. Les méthodes d’évacuation des débordements comprennent l’écoulement par gravité
ou le débit assisté par une pompe.
c. Les débordements traités à l’aide d’une pompe ne sont pas recommandés.
d. Veuillez consulter les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur,
les règlements municipaux et les autorités compétentes locales en ce qui a trait aux
endroits où l’on autorise l’évacuation des débordements.
e. Évaluez la faisabilité des endroits destinés à recevoir des eaux de débordement :
i. Débordement au niveau du sol
1. L’emplacement d’évacuation des débordements doit être à une hauteur inférieure au
rebord de trop-plein du réservoir afin que l’écoulement par gravité soit possible.
ii. Débordement vers l’égout pluvial
1. Un raccordement à l’égout pluvial doit être disponible.
2. Le raccordement doit se faire à une hauteur inférieure à celle du rebord de trop-plein du
réservoir afin que l’écoulement par gravité soit possible.
iii. Débordement vers un puits d’infiltration
1. La vitesse de percolation dans le sol doit être suffisante pour absorber les
débordements d’eau de pluie (consultez l’Annexe D pour connaître les directives
visant les puits d’infiltration).
2. Planifiez l’aménagement du système de débordement.
a. Planifiez le parcours des tuyaux de trop-plein à partir du réservoir jusqu’à l’endroit
prévu pour l’évacuation des eaux de débordement (consultez la Section 1.4 Directives
de conception et de mise en place pour connaître les lignes de conduite et les codes
et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur en matière de réseaux de
canalisations d’évacuation).
b. Obtenez la confirmation de la municipalité et des fournisseurs de services qu’il n’y a
aucun conduit ou câble de branchement enfoui (gaz, électricité, eau, eaux pluviales,
eaux usées, câblodistribution et lignes téléphoniques) à l’endroit de l’excavation en vue
d’y enfouir la tuyauterie de trop-plein.
3. Tuyaux de trop-plein
a. Tuyaux de trop-plein
i. Matériau :
1. Tuyau en PVC SDR35 ou tuyau en ABS
2. Le tuyau choisi doit répondre aux exigences des codes provinciaux ou territoriaux en
vigueur et aux normes de l’industrie (CSA, ASTM, etc.).
ii. Diamètre et pente
1. Les tuyaux de trop-plein doivent être de dimension suffisante de manière à ce que leur
capacité ne soit pas inférieure à celle de la canalisation d’adduction de l’eau de pluie.
2. Veillez à ce qu’une pente minimale de 0,5 à 2 % (les fortes pentes sont les meilleures)
soit maintenue tout au long du tuyau.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
93
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
iii. Raccordement du réservoir
1. Les tuyaux de trop-plein doivent sortir du réservoir à une hauteur pas plus basse que la
canalisation d’adduction de l’eau de pluie ou, idéalement, à une hauteur de 50 mm [2 po]
au-dessous de la canalisation d’adduction qui entre dans le réservoir.
iv. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur qui traitent de
l’installation de canalisations d’évacuation (voir la Section 1.2 Codes, normes et directives
en vigueur pour obtenir plus de détails).
b. Canalisations sous pression pour les débordements
i. Matériau
1. Tuyau en polyéthylène (recommandé)
2. Le tuyau choisi doit satisfaire aux exigences des codes provinciaux ou territoriaux en
vigueur et des normes de l’industrie (CSA, ASTM, etc.).
ii. Diamètre et pente
1. La canalisation sous pression pour les débordements doit être de dimension suffisante
pour que la capacité des tuyaux de débordement sous pression ne soit pas inférieure à la
capacité de la canalisation d’adduction de l’eau de pluie.
iii. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur qui traitent de
l’installation de canalisations sous pression (voir la Section 5.2 Codes, normes et directives en
vigueur pour obtenir plus de détails).
4. Évacuation des débordements au niveau du sol
a. Le débordement doit être évacué dans un endroit où l’eau de pluie ne formera pas
d’étangs ou ne s’accumulera pas autour des fondations des bâtiments.
b. Des mesures pour contrer l’érosion doivent être prises.
c. Un grillage doit être installé là où le tuyau prend fin afin de prévenir toute entrée
d’oiseaux, de rongeurs ou d’insectes.
5. Évacuation des débordements vers l’égout pluvial
a. Les tuyaux de trop-plein ne doivent pas être raccordés directement à l’égout pluvial, à
moins que ce raccordement ait été approuvé par les autorités compétentes locales.
b. Un raccordement direct peut être autorisé si un clapet antirefoulement est installé
sur le tuyau de trop-plein. Veuillez consulter les autorités compétentes locales pour en
obtenir l’autorisation.
c. Un raccordement indirect peut être effectué des façons suivantes :
i. En effectuant un débordement vers un réservoir collecteur qui, par après, déborde dans
l’égout pluvial.
ii. En dirigeant le débordement vers un puits d’infiltration qui, par après, déborde dans
l’égout pluvial.
iii. Par un ruissellement superficiel vers une bouche d’égout pluvial.
iv. En utilisant une coupure antiretour dans les cas de réservoirs hors-sol.
6. Évacuation des débordements vers un puits d’infiltration
a. Consultez les directives provinciales ou territoriales et municipales en vigueur en ce qui
a trait à la conception et à l’installation des puits d’infiltration.
b. À titre indicatif seulement, vous trouverez à l’Annexe D des conseils visant la conception
et la mise en œuvre des puits d’infiltration.
c. Si l’espace pour un puits d’infiltration est restreint ou si le sol est peu perméable,
il est recommandé que le puits d’infiltration soit muni de son propre dispositif de
débordement. Ce débordement pourrait être dirigé vers le sol ou vers l’égout pluvial.
94
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Chapitre 6 Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales.
7. Pompe d’évacuation des débordements
a. Si les débordements d’eau de pluie doivent être pompés, la pompe doit avoir la même
capacité de débit que les canalisations d’adduction de l’eau de pluie.
b. La pompe doit être choisie et posée selon les directives fournies au Chapitre 5 Pompe
et système de distribution sous pression.
8. Incorporation d’une installation de collecte de l’eau de pluie à un système de gestion
des eaux pluviales
a. V
euillez consulter la municipalité ou l’Office de protection de la nature en ce qui a trait
à la marche à suivre pour intégrer une installation de collecte de l’eau de pluie à un
système de gestion des eaux pluviales.
b. Si vous envisagez d’utiliser un réservoir de stockage d’eau de pluie à des fins de
rétention et de retenue, veuillez consulter l’Annexe D pour obtenir plus de détails.
6.5 Directives de gestion
1. L es tuyaux de trop-plein doivent être inspectés annuellement si l’évacuation a lieu
au-dessus du niveau du sol.
a. Le point d’évacuation des débordements doit être examiné pour y repérer des signes
d’érosion. Une dalle anti-éclaboussure ou plusieurs cailloux peuvent être répandus au
point de débordement afin de protéger l’endroit contre l’érosion.
b. Le grillage grossier installé au bout du tuyau d’évacuation de débordement doit être
examiné afin de déceler des traces de saleté et de débris. Prenez au besoin des
mesures de nettoyage ou de remplacement.
c. Si le grillage grossier doit être enlevé aux fins de nettoyage ou de remplacement,
examinez l’intérieur du tuyau de trop-plein pour y déceler des objets ou des débris
susceptibles de causer un blocage.
2. S i les tuyaux de trop-plein se déversent sous la surface du sol, l’inspection ou la
réparation devient nécessaire seulement lorsqu’il y a évidence de blocage ou de
déficience du système de traitement des débordements, comme des signes :
a. D
e dommages au réservoir de stockage d’eau de pluie, au couvercle du réservoir ou
à la trappe d’accès, ou à d’autres éléments situés dans le réservoir au-dessus du niveau
maximal d’eau;
b. De fuites d’eau provenant du couvercle du réservoir ou de la trappe d’accès;
c. De refoulements d’eau le long des canalisations d’adduction de l’eau de pluie et de la
tuyauterie de mise à niveau;
d. De fuites d’eau provenant du tuyau de descente pluviale à la transition avec la
canalisation d’adduction ou de la coupure antiretour du système de mise à niveau.
3. E n présence des signes mentionnés ci-dessus, on doit procéder à l’inspection et à la
réparation des éléments du système de trop-plein.
a. Inspectez les grillages grossiers qui sont situés sur le tuyau de trop-plein afin de déceler
la présence de débris qui pourraient gêner le débit d’eau et, au besoin, procédez au
nettoyage, à la réparation ou au remplacement du grillage grossier.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
95
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
b. Inspectez tous les tuyaux d’évacuation des débordements à l’aide d’une caméra à
tuyau afin de déceler des signes de blocage ou de dommage au tuyau. Tous les débris
et les blocages doivent être enlevés des tuyaux de trop-plein et toute partie de tuyau
endommagée doit être remplacée.
c. Si des problèmes de débordement surviennent lors de périodes de gel, il faudra penser
à hivériser les tuyaux de trop-plein en utilisant les méthodes fournies au Chapitre 1
Captage et adduction de l’eau de pluie.
d. Si le réseau de canalisation d’évacuation des débordements se déverse dans un puits
d’infiltration, il se peut que ce dernier soit bloqué par de la saleté et des débris. La
capacité d’infiltration pourrait être insuffisante, et il faudra réparer ou agrandir le puits
pour composer avec les volumes de débordement.
e. Si le système de trop-plein ne présente pas de problèmes évidents, on pourrait songer
à simuler un épisode de débordement (ou bien en observer un lors de précipitations).
Faites un suivi visuel du système ou utilisez une caméra pour tuyau afin de déterminer
la cause du problème.
4. S i vous devez pénétrer dans le réservoir de stockage d’eau de pluie pour inspecter,
nettoyer ou réparer les éléments du système de trop-plein, assurez-vous de suivre
toutes les mesures de sécurité, notamment celles contenues dans la Partie XI Espaces
clos du Règlement canadien sur la santé et sécurité au travail (voir le Chapitre 2 Stockage de
l’eau de pluie et capacité du réservoir pour en savoir davantage).
96
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Annexe A Captage et adduction de l’eau de pluie
Pertes de captage depuis les surfaces de toit
Dimensions des gouttières et des descentes pluviales
Diamètre des canalisations d’adduction
Profondeur de pénétration du gel et protection de la tuyauterie contre le gel
Annexe B Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie
Tableaux de calcul de la capacité des réservoirs de stockage
Annexe C Pompe et système de distribution sous pression
Calcul de la capacité de la pompe
Calcul de la pression de la pompe (hauteur d’élévation)
Calcul des pertes par frottement
Calcul des dimensions du réservoir sous pression
Calcul du diamètre de la tuyauterie
Annexe D Dispositions visant les débordements et gestion des eaux pluviales
Utilisation d’un réservoir de stockage d’eau de pluie pour la rétention et la retenue de
l’eau pour les besoins de gestion des eaux pluviales
Conception et dimensions des puits d’infiltration
98
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Annexe A Captage et adduction de l’eau de pluie
Pertes de captage depuis les surfaces de toit
Bien que théoriquement 1 L d’eau de ruissellement puisse être capté pour chaque
millimètre de pluie qui vient en contact avec une aire de toit de 1 m2, des pertes se
produisent au moment du contact avec la surface de captage. Ces pertes, qui varient en
fonction du type de matériau composant la surface de captage et de la géométrie du toit,
doivent être prises en compte lorsqu’on estime la quantité d’eau de pluie pouvant être
recueillie par l’installation de collecte. Les pertes pour différents matériaux de captage sont
données dans le tableau A-1.
Tableau A-1 Efficacité de captage (facteur de perte) associée à différents matériaux de
captage de toit22, 23
Matériau de captage de toit
Facteur initial de
perte en eau de
pluie (mm)
Rapport de perte
continue en eau de
pluie (%)
Acier
0,25
20,0
Bardeaux d’asphalte
0,5
20,0
Fibre de verre
0,5
20,0
Toit plat multicouche bitumé
1,5
20,0
Toit plat Hypalon (caoutchouc)
1,5
20,0
Dimensions des gouttières et des descentes pluviales
Nota : Les directives pour déterminer les dimensions des gouttières et des descentes pluviales
qui apparaissent dans la Section 1.4 Directives de conception et de mise en place sont
reproduites ci-dessous afin de faciliter le suivi de l’exemple fourni. L’exemple détaillé suit les
directives reproduites ci-dessous.
1. P
our déterminer les dimensions de la gouttière pour une aire de captage
de toit donnée :
a. Consultez les codes et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur concernant
les valeurs d’intensité des précipitations de calcul pour l’emplacement en question (voir
la Section 1.2 Codes, normes et directives en vigueur pour obtenir plus de détails).
b. Calculez l’aire du toit qui évacue dans la gouttière :
22
DIN 1989-1:2001-10. DIN 1989 Rainwater Harvesting Systems - Part 1: Planning, Installation, Operation and Maintenance. 2002.
Fachvereinigung Betriebs- und Regenwassernutzung e.V, fbr, Darmstadt, Allemagne.
23
Building Capacity for Rainwater Harvesting in Ontario: Rainwater Quality and Performance of RWH Systems. 2008. Despins, C., M.Sc.
Thèse, Université de Guelph.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
99
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Aire de drainage du toit (m2) = Longueur (m) x Largeur (m)
Équation A-1
Où :
Longueur = longueur de la gouttière raccordée à une descente pluviale (m)
Largeur = distance de l’avant-toit au faîte de la surface
de toit desservie (m)
c. Consultez le tableau A-2 pour déterminer la dimension minimale de la gouttière,
selon l’aire de drainage de toit (m2) et les valeurs d’intensité des précipitations
trouvées ci-dessus :
Tableau A-2 Dimension minimale de gouttière pour une aire de drainage de toit et une valeur
d’intensité des précipitations données24
Dimension minimale de
gouttière et type
Aire maximale de drainage de toit desservie par la descente
pluviale (m2)1, 2
Valeur d’intensité des précipitations (pluie de 15 min, mm) :
18,75
25
31,25
37,5
43,75
50
56,25
62,5
100 mm [4 po] type K
71
53
43
35
30
27
24
21
125 mm [5 po] type K
130
98
78
65
56
49
43
39
150 mm [6 po] type K
212
159
127
106
91
79
71
64
La dimension minimale des gouttières suppose que les gouttières ont une pente minimale (≤ 6,25 %). Pour une pente supérieure, les valeurs du
tableau peuvent être multipliées par 1,1.
1 L’aire maximale de drainage de toit suppose une pente de toit ≤ 5 : 12. Pour des pentes de toit supérieures, multipliez les valeurs
du tableau par 0,85.
2 d. Quant à d’autres types de gouttière ou à des aires de captage de toit plus grandes,
consultez le fabricant ou l’entrepreneur à l’égard des dimensions des gouttières.
2. Pour trouver les dimensions minimales d’une descente pluviale :
a. Consultez le tableau A-5 pour trouver les dimensions minimales de la descente
pluviale (rectangulaire ou carrée) selon les dimensions de la gouttière desservie par
la descente.
24
100
Adapté de Moisture Resistant Homes: A Best Practice Guide and Plan Review Tool for Builders and Designers. 2006. US Department of
Housing and Urban Development, Washington, DC.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Tableau A-3 Dimensions minimales des descentes pluviales pour différentes dimensions
de gouttière25
Type et dimension de
gouttière
Dimensions minimales des descentes pluviales
(mm [po])
Rectangulaire
Carrée
100 mm [4 po] type K
50 x 75 [2 x 3]
75 x 75 [3 x 3]
125 mm [5 po] type K
50 x 75 [2 x 3]
75 x 75 [3 x 3]
150 mm [6 po] type K
75 x 100 [3 x 4]
100 x 100 [4 x 4]
b. Pour d’autres types et dimensions de gouttières, consultez le fabricant ou
l’entrepreneur pour déterminer la dimension de la descente pluviale.
■■ Exemple :
Cas d’une maison située à Saskatoon (Saskatchewan) dont le toit présente les faîtes et les
pentes montrés à la figure A-1 et à la figure A-2 :
Pente 5:12
9m
4m
6m
9m
Figure A-1Aire de drainage du toit à doter de gouttières (vue isométrique en « façade »)26
25
Adapted from Moisture Resistant Homes: A Best Practice Guide and Plan Review Tool for Builders and Designers. 2006. U.S.
Department of Housing and Urban Development, Washington, D.C..
26
Adapté de Moisture Resistant Homes: A Best Practice Guide and Plan Review Tool for Builders and Designers. 2006. US
Department of Housing and Urban Development, Washington, DC.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
101
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
1
4,5 m
4m
Emplacement d’une descente pluviale additionnelle (si une
petite gouttière est
employée) 10 m
2
4,5 m
Emplacement du
réservoir de stockage
d'eau de pluie (enfoui)
Emplacement idéal pour une descente pluviale unique
Figure A-2Aire de drainage du toit à doter de gouttières (vue en « plan »)27
Aux termes du Code national du bâtiment, Division B, Annexe C - tableau C-2 (voir la
Section 1.2 Codes, normes et directives en vigueur pour en savoir plus) :
Valeur d’intensité des précipitations (valeur de pluie de 15 min) : 23 mm
Pour calculer l’aire de drainage du toit :
Aire de drainage du toit (m2) = Aire 1 + Aire 2
Aire 1 = 4 m x 4,5 m
Aire 1 = 18 m2
Aire 2 = 4,5 m x 10 m
Aire 2 = 45 m2
Aire de drainage du toit = Aire 1 + Aire 2
Aire de drainage du toit = 18 m2 + 45 m2
Aire de drainage du toit = 63 m2
Si l’on se réfère au tableau A-2 (reproduit à partir du tableau 1-3), l’aire maximale
de drainage pour cette section de toit est donnée dans la deuxième colonne (valeur
d’intensité des précipitations de 23 mm pour la ville de Saskatoon, arrondie à 25 mm).
Évacuation de l’aire entière de drainage du toit par une seule descente pluviale :
Selon la deuxième colonne du tableau A-2, une gouttière de 100 mm [4 po] de type K
peut servir à canaliser l’eau de pluie de toits ayant une aire allant jusqu’à 53 m2, valeur
inférieure à l’aire de drainage calculée de 63 m2 pour cette maison.
27
102
Adapté de Moisture Resistant Homes: A Best Practice Guide and Plan Review Tool for Builders and Designers. 2006. US Department of
Housing and Urban Development, Washington, DC.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
En choisissant une gouttière de plus fortes dimensions, soit un modèle à 125 mm [5 po]
de type K, toute l’aire de drainage peut être dirigée vers une seule descente pluviale, car
une gouttière de cette taille peut canaliser l’eau de pluie provenant d’une aire de drainage
pouvant atteindre 78 m2 (> 63 m2).
Selon le tableau A-3 (reproduit à partir du tableau 1-4), une gouttière de 125 mm [5 po]
de type K requiert une descente pluviale rectangulaire de 50 x 75 mm [2 x 3 po] ou un
modèle carré de 75 x 75 mm [3 x 3 po].
Afin de réduire au minimum la longueur des canalisations d’adduction requises, la descente
pluviale doit être située le plus près possible du réservoir de stockage d’eau de pluie.
L’emplacement idéal pour une gouttière est montré à la figure A-2.
Pour diriger l’eau d’une aire de drainage vers plus d’une descente pluviale :
Selon la deuxième colonne du tableau A-2, une gouttière de 100 mm [4 po] de type K
peut convenir, mais une descente pluviale additionnelle sera nécessaire parce que l’aire
de drainage du toit en question est plus grande que l’aire de drainage maximale de toit
desservie par descente (par une descente).
Pour calculer le nombre de descentes pluviales requises :
Nombre de descentes pluviales =
Aire de drainage du toit
Aire de drainage maximale desservie par descente pluviale
Nombre de descentes pluviales = 63 m2
53 m2
Nombre de descentes pluviales = 1,2 (arrondir à 2)
Si on choisit une gouttière plus petite, de 100 mm [4 po] de type K, l’aire de drainage doit
être canalisée vers 1,2 descente pluviale (arrondie à 2 descentes pluviales).
Selon le tableau A-3 (reproduit à partir du tableau 1-4), une gouttière de 100 mm [4
po] de type K requiert une descente pluviale rectangulaire de 50 x 75 mm [2 x 3 po], ou
carrée de 75 x 75 mm [3 x 3 po].
En plus de la descente pluviale située près du réservoir de stockage (montrée dans
la figure A-2 comme l’emplacement « idéal pour une descente pluviale »), il faut une
deuxième descente pluviale. Placer une descente pluviale dans un angle intérieur de
bâtiment n’est pas recommandé. Il faut donc la placer à l’angle le plus près du réservoir de
stockage d’eau de pluie (voir la figure A-2).
Diamètre des canalisations d’adduction
1. L e tableau A-4 et le tableau A-5 peuvent servir à évaluer le diamètre requis des
canalisations d’adduction pour différentes aires de captage (consultez les codes et
règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur afin de vérifier le diamètre requis des
canalisations d’adduction).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
103
104
Société canadienne d’hypothèques et de logement
28
Adapté du Code national de la plomberie – Canada et du Code national du bâtiment - Canada (2010). Conseil national de recherches
du Canada, Ottawa, Ontario. Suppose une valeur de pluie de 15 min pour chaque province et une pente de 1 % dans les
canalisations.
Table au A-4Diamètre des canalisations d’adduction en fonction d’aires de toit allant de 50 à 950 m2 28
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Société canadienne d’hypothèques et de logement
29
Adapté du Code national de la plomberie – Canada et du Code national du bâtiment - Canada (2010). Conseil national de recherches
du Canada, Ottawa, Ontario. Suppose une valeur de pluie de 15 min pour chaque province et une pente de 1 % dans les
canalisations.
Tableau A-5Diamètre des canalisations d’adduction en fonction d’aires de toit allant de 1 000 à 3 000 m2 29
Annexes
105
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Profondeur de pénétration du gel et protection
de la tuyauterie contre le gel
1. L a profondeur de pénétration du gel locale peut être évaluée à l’aide de
la méthode ci-dessous :
a. Localisez l’emplacement sur la carte de la figure A-3 et repérez la ligne de contour la
plus proche et sa valeur d’indice de gel connexe (degrés-jours).
b. Évaluez la profondeur de pénétration du gel en établissant une corrélation entre
la valeur de degrés-jours de la figure A-3 et la profondeur correspondante dans le
tableau A-6 :
Figure A-3Indice de gel normal pour le Canada en degrés-jours30
30
106
Adapté de Canada – Indice de gel normal en degrés-jours, d’après la période 1931 à 1960. Environnement Canada,
Ottawa, Ontario.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Tableau A-6 Profondeur approximative de pénétration du gel selon la valeur d’indice de gel31
Indice de gel
(degrés-jours)
31
Profondeur
de gel (m)
Indice de gel
(degrés-jours)
Profondeur de
gel (m)
400
0,66
2 000
1,98
450
0,71
2 050
2,01
500
0,76
2 100
2,04
550
0,81
2 150
2,07
600
0,86
2 200
2,1
650
0,91
2 250
2,13
700
0,96
2 300
2,16
750
1
2 350
2,19
800
1,05
2 400
2,22
850
1,09
2 450
2,25
900
1,14
2 500
2,28
950
1,18
2 550
2,31
1 000
1,21
2 600
2,34
1 050
1,25
2 650
2,36
1 100
1,29
2 700
2,39
1 150
1,32
2 750
2,42
1 200
1,36
2 800
2,45
1 250
1,39
2 850
2,48
1 300
1,43
2 900
2,51
1 350
1,47
2 950
2,52
1 400
1,5
3 000
2,54
1 450
1,54
3 050
2,56
1 500
1,57
3 100
2,59
1 550
1,62
3 150
2,62
1 600
1,66
3 200
2,64
1 650
1,7
3 250
2,67
1 700
1,74
3 300
2,69
1 750
1,78
3 350
2,72
1 800
1,82
3 400
2,74
1 850
1,86
3 450
2,77
1 900
1,9
3 500
2,79
1 950
1,94
4 000
2,8
Adapté de Températures ambiantes sous le sol – Profondeur de gel (2009). Urecon Ltd., St-Lazare-de-Vaudreuil, Québec.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
107
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
2. P
our planifier la disposition des canalisations d’adduction alimentant un réservoir de
stockage souterrain :
a. D
éterminez l’emplacement du réservoir (voir le Chapitre 2 Stockage de l’eau de pluie et
capacité du réservoir pour en savoir plus).
b. Trouvez la profondeur de pénétration du gel en consultant les autorités compétentes
locales en matière de construction concernant les règlements et les « formules
empiriques » de détermination de la profondeur de gel. Pour fins d’estimation des
coûts, utilisez les méthodes ci-dessus dans l’Annexe A.
c. Dans la mesure du possible, les canalisations d’adduction de l’eau de pluie et le
réservoir de stockage devraient être enfouis sous la profondeur de pénétration du gel.
Autrement, des mesures additionnelles de protection contre le gel devront être mises
en œuvre, comme la pose d’isolant.
d. Pour déterminer si les canalisations d’adduction de l’eau de pluie peuvent être enfouies
sous la profondeur de pénétration du gel :
e. Déterminez la profondeur finale d’enfouissement (Df), laquelle est fonction de :
1. La profondeur locale de pénétration du gel;
2. La profondeur maximale nominale d’enfouissement du réservoir de stockage.
Où Df est la moindre des deux valeurs (c’est-à-dire que si le réservoir ne peut être
enfoui sous la profondeur de pénétration du gel en raison de restrictions de profondeur
d’enfouissement du réservoir, alors Df est égale à la profondeur maximale nominale
d’enfouissement du réservoir).
i. Déterminez la profondeur initiale d’enfouissement des canalisations (Di), laquelle varie selon :
1. La longueur totale de canalisations.
2. La pente des canalisations.
3. Le nivellement de l’emplacement.
4. Où Di peut être calculée à l’aide de la figure A-4 et de l’équation A-2 :
1. Captage sur le toit
2. Gouttière
3. Descente pluviale
4. Transition descente pluviale\canalisation
(-)Sg
Di
5. Canalisation
d’adduction
Sg
Sp
L
Figure A-4 Canalisations d’adduction (vue de profil)
108
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Df
6. Réservoir de stockage
de l’eau de pluie
Annexes
Di = Df − Lp Sp + Lg Sg
Équation A-2
Où :Di = Profondeur d’enfouissement initiale des canalisations (m)
Df = Profondeur d’enfouissement finale des canalisations (m)
Lp = Longueur de canalisation (m)
Lg = Longueur de canalisation pour laquelle il existe une modification
du nivellement (m)
Sp = Facteur de pente de la canalisation (0,01 recommandé)
Sg = Facteur de pente du terrain, suppose une pente descendante
ii. Si la valeur de Df ou de Di est inférieure à la profondeur de pénétration du gel, il existe alors
un risque de gel dans le réseau d’adduction. Dans de tels cas, répétez le processus ci-dessus,
en tenant compte des éléments ci-dessous :
1. Situez le réservoir à l’endroit ayant la plus faible élévation sur le terrain;
2. Réduisez au minimum la distance entre la descente pluviale la plus éloignée et le
réservoir (amenuisez la distance horizontale de déplacement, H);
3. Augmentez la profondeur d’enfouissement du réservoir (veillez à ce que le réservoir soit
coté pour cette plus grande profondeur d’enfouissement) et
4. Réduisez la pente des canalisations à un minimum de 0,5 à 1 %.
iii. Si les canalisations d’adduction ne peuvent être maintenues à une profondeur égale
ou avoisinant la profondeur de pénétration du gel, envisagez d’isoler les canalisations
(voir la marche à suivre ci-dessous) ou installez un câble chauffant qui servira en période
de froid extrême.
3. S i l’enfouissement sous le niveau de pénétration du gel s’avère impraticable, il faut isoler
les canalisations :
a. La figure A-5 et l’équation A-3 peuvent servir à évaluer la largeur requise d’isolanté.
Figure A-5 Protection contre le gel des canalisations au moyen d’un isolant posé
à l’horizontale32
32
Adapté du Code du bâtiment de l’Ontario (2006). Ministère des Affaires municipales et du Logement, Toronto (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
109
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
W = D + [2 x (F − X)] − 0,3
Équation A-333
Où :
W = largeur de l’isolant (m)
D = diamètre extérieur de la canalisation (m)
X = profondeur de l’isolant (m)
F = profondeur estimative de pénétration du gel (m)
b. On évalue l’épaisseur requise d’isolant à l’aide du tableau A-7 :
Tableau A-7Épaisseur d’isolant selon différentes profondeurs d’enfouissement (remblai)34
Épaisseur de l’isolant (mm)
Quantité de
remblai au-dessus
de l’isolant
1,1 m
1,3 m
1,5 m
1,7 m
1,9 m
2,1 m
2,3 m
≤ 0,6 m
50
65
75
90
100
115
125
≤ 0,9 m
40
50
65
75
90
100
115
≤ 1,2 m
25
40
50
65
75
90
100
25
40
50
65
75
90
40
50
65
75
40
50
65
≤ 1,5 m
≤ 1,8 m
≤ 2,1 m
110
Profondeur de pénétration du gel
33
Adapté du Code du bâtiment de l’Ontario (2006). Ministère des Affaires municipales et du Logement, Toronto (Ontario).
34
Adapté du Code du bâtiment de l’Ontario (2006). Ministère des Affaires municipales et du Logement, Toronto (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Annexe B Stockage de l’eau de pluie et capacité du réservoir
Nota : L’utilisation de certains appareils de plomberie dont la liste est dressée dans cette
annexe pourrait ne pas être autorisée par les codes et règlements provinciaux ou territoriaux
en vigueur. Les données et les exemples qui renvoient à de tels appareils ne sont fournis qu’à
titre indicatif.
Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie
1. D
ans certaines provinces, la capacité des réservoirs de stockage peut se calculer à l’aide
de l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie (« Rainwater harvesting system
design tool »), auquel on peut accéder en ligne.
2. L es instructions pour l’utilisation de cet outil sont données avec le jeu de logiciel de l’Outil.
Consultez ces instructions pour en savoir davantage.
Tableaux de calcul de la capacité des réservoirs de stockage
1. L a capacité des réservoirs de stockage d’eau de pluie peut se calculer à l’aide de
tableaux mis au point à l’aide de l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie.
Consultez le tableau approprié, en tenant compte de la province :
a. Tableau B-3. Provinces de l’Atlantique : Terre-Neuve-et-Labrador, Nouvelle-Écosse,
Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard
b. Tableau B-4. Ontario et Québec
c. Tableau B-5. Provinces des Prairies : Manitoba, Saskatchewan et Alberta
d. Tableau B-6. Colombie-Britannique
e. Nota : Bien que le tableau B-5 s’applique aux capacités des réservoirs pour les provinces
des Prairies, ces capacités devraient également s’appliquer aux régions du Nord. Dans
les régions qui reçoivent des précipitations annuelles inférieures à celles de la ville
d’Edmonton, des réservoirs ayant un volume de stockage plus important que ceux du
tableau B-5 sont recommandés.
2. On évalue la demande ménagère intérieure en eau de pluie à l’aide du tableau B-1 et
des consignes ci-dessous :
a. Pour chaque appareil alimenté en eau de pluie, précisez le type d’appareil et sa
consommation en examinant l’appareil et en consultant la documentation du fabricant.
b. Une fois le type d’appareil et sa consommation connus, calculez la consommation
quotidienne d’eau de pluie de l’appareil en multipliant la consommation de l’appareil
(fournie par le fabricant ou en utilisant les données de consommation moyennes tirées
du tableau B-1) par la fréquence d’utilisation par personne par jour (donnée dans le
tableau B-1). Multipliez le résultat par le nombre d’occupants dans le ménage.
c. Faites la somme des valeurs pour arriver au total de la demande intérieure totale en
eau de pluie (litres par jour).
d. Faites la somme de la demande totale intérieure et extérieure en eau de pluie, le cas
échéant (voir le tableau B-2 et les consignes connexes pour obtenir de l’aide sur la
méthode de calcul de la demande extérieure en eau de pluie).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
111
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Tableau B-1Appareils ménagers intérieurs et hypothèses de consommation d’eau de pluie35
Appareil
Type
Consommation
Fréquence
d’utilisation par
personne par jour
Durée
d’utilisation
Toilette
Faible chasse
13,0 L/chasse
5,00
Toilette
Très faible chasse
(ULF)
6,0 L/chasse
5,00
Toilette
Double chasse
(haute efficacité)
4,8 L/chasse
5,00
Laveuse
Chargement par le
dessus
150 L/brassée
0,37
Laveuse
Chargement
frontal
100 L/brassée
0,37
Lavabo
Inefficace/ancien
8,0 L/min
3,00
0,5 min
Lavabo
De série
5,30 L/min
3,00
0,5 min
Lavabo
Haute efficacité
3,20 L/min
3,00
0,5 min
Douche
Inefficace/ancienne
9,50 L/min
0,30
5,0 min
Douche
De série
8,30 L/min
0,30
5,0 min
Douche
Haute efficacité
5,70 L/min
0,30
5,0 min
■■ Exemple :
Cas d’un ménage de cinq personnes qui utilisent l’eau de pluie pour chasser les toilettes et
pour faire la lessive :
■■
Toilettes à très faible chasse : 6 L/chasse.
■■
Laveuse de série à chargement par le dessus consommant 150 L/brassée.
Demande quotidienne en eau de pluie (toilettes) = 6 L/chasse × 5 chasses par personne
par jour × 5 personnes
Demande quotidienne en eau de pluie (toilettes) = 150 L/jour
Demande quotidienne en eau de pluie (total) = 150 L/jour
35
112
Adapté de Vickers, A. 2001. Handbook of Water Use and Conservation. Water Plow Press. Amherst, MA.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
3. L a demande extérieure du ménage en eau de pluie peut être évaluée à l’aide du
tableau B -2 et des consignes ci-dessous :
a. Pour chaque appareil alimenté en eau de pluie, précisez le type d’appareil et sa
consommation en examinant l’appareil ou en consultant la documentation du fabricant.
b. Une fois le type d’appareil et sa consommation d’eau connus, calculez la consommation
hebdomadaire en eau de pluie de l’appareil :
i. Pour le tuyau d’arrosage, multipliez la consommation (fournie par le fabricant ou en utilisant
les données de consommation moyennes tirées du tableau B -2) par la fréquence d’utilisation
par semaine et multipliez le résultat par la durée d’utilisation (donnée dans le tableau B -2).
ii. Quant au système d’irrigation, multipliez la consommation (fournie par le fabricant ou en
utilisant les données de consommation moyennes tirées du tableau B -2) par la superficie
irriguée (en m2), puis multipliez le résultat par la fréquence d’utilisation du système
d’irrigation par semaine (voir le tableau B -2).
c. Convertissez cette consommation d’eau de pluie hebdomadaire en consommation
quotidienne en la divisant par sept.
d. Répétez ce processus pour chaque appareil devant être alimenté en eau de pluie, et
additionnez les résultats pour trouver la demande totale extérieure en eau de pluie
(litres par jour).
e. Faites la somme de la demande totale extérieure et de la demande totale intérieure en
eau de pluie, le cas échéant (voir le tableau B -1 et les consignes connexes pour calculer
la consommation intérieure en eau de pluie).
Tableau B-2Appareils ménagers extérieurs et hypothèses connexes de consommation d’eau de pluie36
Appareil
Type
Consommation
Tuyau
d’arrosage
Tuyau de 13 mm
[1/2 po]
11 L/min
3
30 min
Tuyau
d’arrosage
Tuyau de 18 mm
[3/4 po]
19 L/min
3
30 min
Système
d’irrigation
Équivalent de
25 mm [1 po] de
pluie par utilisation
25 L/m2
3
Système
d’irrigation
Équivalent de
13 mm [½ po] de
pluie par utilisation
12,5 L/m2
3
Système
d’irrigation
Équivalent de
6 mm [¼ po] de
pluie par utilisation
6 L/m2
3
36
Fréquence
d’utilisation/
semaine
Durée
Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products (2007). ITT Corporation, White Plains, NY.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
113
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
■■ Exemple :
Cas d’un ménage utilisant à la fois un tuyau d’arrosage et un système d’irrigation :
■■
■■
Le tuyau d’arrosage à alimentation de 13 mm (½ po) est utilisé trois fois par semaine
pendant environ 30 minutes chaque fois.
Le système d’irrigation fournit l’équivalent de 6 mm (¼ po) de pluie par utilisation et
présente une superficie irriguée de 50 m2.
Demande hebdomadaire en eau de pluie(tuyau d’arrosage) = 11 L/min × 30 min ×
3 utilisations par semaine
Demande hebdomadaire en eau de pluie (tuyau d’arrosage) = 990 L/semaine
Demande quotidienne en eau de pluie (tuyau d’arrosage) = 1 017 L/semaine ÷
7 jours/semaine
Demande quotidienne en eau de pluie (tuyau d’arrosage) = 141 L/jour
Demande hebdomadaire en eau de pluie (système d’irrigation) = 6 L/m2 × 50 m2 de
superficie irriguée × 3 utilisations par semaine
Demande hebdomadaire en eau de pluie (système d’irrigation) = 900 L/semaine
Demande quotidienne en eau de pluie (système d’irrigation) = 900 L/semaine ÷
7 jours/semaine
Demande quotidienne en eau de pluie (système d’irrigation) = 129 L/jour
Demande extérieure quotidienne en eau de pluie (total) = 141 L/jour + 129 L/jour
Demande extérieure quotidienne en eau de pluie (total) = 270 L/jour
4. C
alculez la demande quotidienne en eau de pluie (litres par jour) en additionnant la
demande intérieure du ménage en eau de pluie et la demande extérieure du ménage
en eau de pluie.
■■ Exemple :
Somme des demandes intérieures et extérieures :
Demande quotidienne en eau de pluie (total) = 150 L/jour + 270 L/jour
Demande quotidienne en eau de pluie (total) = 420 L/jour
5. C
onsultez le tableau approprié de capacité de réservoir pour trouver la valeur
recommandée de capacité de réservoir à l’aide de la demande quotidienne en eau de
pluie (litres par jour) et de l’aire de captage du toit (m2).
6. Nota : de quelle façon les volumes de stockage recommandés ont-ils été déterminés?
a. Pour chaque combinaison unique de demande quotidienne en eau de pluie et d’aire
de captage de toit (c’est-à-dire, dans le cas d’une installation de collecte de l’eau de
pluie avec une demande en eau de pluie de 50 L/jour et une aire de captage de toit de
100 m2), des réservoirs de stockage d’eau de pluie progressivement plus gros ont été
modélisés à l’aide de l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie.
114
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
b. Lors de la comparaison de multiples réservoirs, si un réservoir ayant une capacité de
stockage plus grande procurait une augmentation considérable des économies en eau
fournies par l’installation de collecte de l’eau de pluie comparativement au réservoir
plus petit, l’outil de conception recommandait le réservoir plus gros.
c. Ce processus a été répété en augmentant progressivement les volumes de stockage
jusqu’à ce que l’augmentation des économies en eau fournie par le réservoir plus gros
soit jugée négligeable.
d. Voici le critère employé pour faire la distinction entre une augmentation considérable
et une augmentation négligeable :
i. Si le réservoir plus gros fournit une augmentation en économies d’eau ≥ 2,5 % par 1 000 L,
choisir le réservoir plus gros et poursuivre le processus pour examiner les économies d’eau
de réservoirs de plus en plus gros.
ii. Si le réservoir plus gros fournit une augmentation en économies d’eau < 2,5 % par 1 000 L,
laissez-le de côté et recommandez le plus gros réservoir qui a répondu au critère ≥ 2,5 %.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
115
116
Société canadienne d’hypothèques et de logement
■■
■■
Les valeurs optimales de capacité de stockage de l’eau de pluie présupposent que 20 % du volume nominal
du réservoir est inutilisé (volume nominal inutilisable).
aleurs de précipitations historiques pour St. John’s (T.-N.-L.), de 1950 à 2005 (précipitations annuelles
V
moyennes : 1 156 mm).
Capacités de stockage de l’eau de pluie recommandées produites par l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie, compte
tenu des hypothèses ci-dessous :
Tableau B-3Provinces de l’Atlantique – Capacités recommandées des réservoirs de stockage selon l’aire de captage et la demande en
eau de pluie des installations de collecte de l’eau de pluie
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Société canadienne d’hypothèques et de logement
■■
■■
Les valeurs optimales de capacité de stockage de l’eau de pluie présupposent que 20 % du volume nominal
du réservoir est inutilisé (volume nominal inutilisable).
Valeurs de précipitations historiques pour Toronto (Ontario), de 1950 à 2005 (précipitations annuelles
moyennes : 678 mm).
Capacités de stockage de l’eau de pluie recommandées produites par l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie, compte
tenu des hypothèses ci-dessous :
Tableau B-4Ontario et Québec – Capacités recommandées des réservoirs de stockage selon l’aire de captage et la demande en eau de
pluie des installations de collecte de l’eau de pluie
Annexes
117
118
Société canadienne d’hypothèques et de logement
■■
■■
Les valeurs optimales de capacité de stockage de l’eau de pluie présupposent que 20 % du volume nominal
du réservoir est inutilisé (volume nominal inutilisable).’
Valeurs de précipitations historiques pour Edmonton (Alberta), de 1950 à 2005 (précipitations annuelles
moyennes : 346 mm).
Capacités de stockage de l’eau de pluie recommandées produites par l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie, compte
tenu des hypothèses ci-dessous :
Tableau B-5 Provinces des Prairies - Capacités recommandées des réservoirs de stockage selon l’aire de captage et la demande en eau
de pluie des installations de collecte de l’eau de pluie
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Société canadienne d’hypothèques et de logement
■■
■■
Les valeurs optimales de capacité de stockage de l’eau de pluie présupposent que 20 % du volume nominal
du réservoir est inutilisé (volume nominal inutilisable).
Valeurs de précipitations historiques pour Vancouver (C.-B.), de 1950 à 2005 (précipitations annuelles
moyennes : 1 102 mm).
Capacités de stockage de l’eau de pluie recommandées produites par l’Outil de conception pour la collecte de l’eau de pluie, compte
tenu des hypothèses ci-dessous :
Tableau B-6Colombie-Britannique - Capacités recommandées des réservoirs de stockage selon l’aire de captage et la demande en eau
de pluie des installations de collecte de l’eau de pluie
Annexes
119
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
Annexe C Pompe et système de distribution sous pression
Nota : L’utilisation de certains appareils de plomberie dont la liste est dressée dans cette
annexe pourrait ne pas être autorisée par les codes et règlements provinciaux ou territoriaux
en vigueur. Les données et les exemples qui renvoient à de tels appareils ne sont fournis qu’à
titre indicatif.
Calcul de la capacité de la pompe
1. P
our les besoins d’estimation seulement, la demande maximale de pointe (débit de
pompe minimal recommandé) peut se calculer à l’aide du tableau C-1, du tableau C-2
et des méthodes ci-dessous. Notez que cette méthode constitue la norme dans l’industrie :
veuillez donc consulter l’autorité compétente locale en matière de bâtiment afin de confirmer
que les débits des appareils ci-dessous desservis par une installation de collecte de l’eau de
pluie lui sont acceptables.
Tableau C-1 Débit minimal recommandé pour différents appareils intérieurs37
Appareils intérieurs
Débit minimal (par appareil)
Douche ou baignoire
19 L/min [5 gal/min]
Lavabo
1 L/min [0,3 gal/min]
Toilette
2,7 L/min [0,7 gal/min]
Évier de cuisine
1,6 L/min [0,4 gal/min]
Laveuse
19 L/min [5 gal/min]
Lave-vaisselle
7,6 L/min [2 gal/min]
Tableau C-2 Débit minimal recommandé pour différents appareils extérieurs38
120
Appareils extérieurs
Débit minimal (par appareil)
Tuyau d’arrosage – alimentation
de 13 mm [1/2 po]
11 L/min [3 gal/min]
Tuyau d’arrosage – alimentation
de 18 mm [3/4 po]
19 L/min [6 gal/min]
Système d’irrigation
Variés (consultez le fournisseur ou l’entrepreneur)
37
Adapté de Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products. 2007. ITT Corporation, White Plains, NY. (débits
tirés du tableau « Total Usage Column Values ÷ 7 » dans la publication Jet and Submersible Pump Selection for Private Residences).
38
Adapté de Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products. 2007. ITT Corporation, White Plains, NY. (débits
tirés du tableau « Yard Fixtures »).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
■■ Exemple :
À l’aide du tableau C-1, si une pompe et un système sous pression donnés doivent
alimenter en eau de pluie trois toilettes, une laveuse et un tuyau d’arrosage, la demande
maximale de pointe peut être calculée comme suit :
Tableau C-3 Exemple de calcul de la demande maximale de pointe
Appareils intérieurs
Nombre
d’appareils
Débit minimal
(par appareil)
Débit total
Toilette
3
2,7 L/min
8,1 L/min
Laveuse
1
19 L/min
19 L/min
Arrosage avec tuyau
(alim. 13 mm [½ po])
1
11 L/min
11 L/min
Demande maximale
de pointe
38 L/min
Comme le montre le tableau C-3, la consommation totale d’eau se calcule en multipliant
le nombre d’appareils par le débit minimal de chaque appareil, et en faisant la somme de
tous les types d’appareils pour évaluer la demande maximale de pointe.
Pour le cas énoncé ci-dessus, une pompe ayant un débit minimal de 38 L/min [10 gal/min]
est recommandée.
Calcul de la pression de la pompe (hauteur d’élévation)
1. La hauteur d’élévation de la pompe peut se calculer à l’aide de l’équation ci-dessous :
a. H
auteur d’élévation (m ou pi) = Pression requise pour l’installation + Hauteur
manométrique totale
Où :
La pression requise est la pression de fonctionnement requise pour les appareils
alimentés en eau de pluie (275 à 415 kPa [40 à 60 lb/po²] pour les applications
résidentielles courantes). La pression peut être convertie de kPa ou de lb/po² à m ou pi
à l’aide du tableau C-4 :
Tableau C-4 Facteurs de conversion pour « kPa » et « lb/po² »
Pression (kPa)
Pression (lb/po2)
Conversion en mètres (m)
Hauteur (m) = ____ kPa x 0,10
Hauteur (m) = ____ lb/po² x 0,70
Conversion en pieds (pi)
Hauteur (pi) = ____ kPa x 0,33
Hauteur (pi) = ____ lb/po² x 2,31
Société canadienne d’hypothèques et de logement
121
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
b. Hauteur manométrique totale (m ou pi) = Élévation statique + hauteur statique +
pertes par frottement
Où :
Élévation statique : hauteur du niveau de l’eau à la pompe
(ne s’applique qu’aux pompes à jet)
Hauteur statique : hauteur depuis la pompe jusqu’à l’appareil le plus éloigné
Pertes par frottement : on calcule cette perte à l’aide de la méthode décrite ci-dessous.
Calcul des pertes par frottement
1. Calcul de la composante « pertes par frottement » de la hauteur manométrique totale :
a. Pour effectuer le calcul des pertes par frottement qui se produisent en raison du débit
et du diamètre des canalisations, utilisez le tableau C-5 (les valeurs dans le tableau
supposent qu’il s’agit de tuyaux de PVC SCH40 ou d’un matériau semblable comme
le PE-polyéthylène ou le PP-polypropylène) :
Tableau C-5 Pertes par frottement pour tuyauterie de PVC SCH40 à différents débits39
F100, Élévation par frottement (m/100 m de canalisation)
Débit
Q (L/min)
Diamètre de la canalisation
13 mm
[½ po]
18 mm
[¾ po]
25 mm
[1 po]
32 mm
[1 ¼ po]
38 mm
[1 ½ po]
50 mm
[2 po]
8
4,8
1,2
0,38
0,1
19
25,8
6,3
1,9
0,5
0,2
30
63,7
15,2
4,6
1,2
0,6
0,2
38
97,5
26
6,9
1,8
0,8
0,3
57
49,7
14,6
3,8
1,7
0,5
76
86,9
25,1
6,4
2,9
0,9
13,6
6,3
1,8
113
■■ Exemple :
À l’aide du tableau C-5, dans le cas d’une pompe qui produit un débit de 38 L/min
[10 gal/min], avec une canalisation d’eau de pluie (SE) de 32 mm [1¼ po] de diamètre et
un tuyau d’alimentation (SU) en eau de pluie de 18 mm [¾ po] :
39
122
Adapté de Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products. 2007. ITT Corporation, White Plains, NY..
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
F100-SE, Élévation par frottement (m/100 m de tuyau) = 1,8 m/100 m de canalisation
d’eau de pluie
F100-SU, Élévation par frottement (m/100 m de tuyau) = 26 m/100 m de tuyau
d’alimentation en eau de pluie
b. Calculez les pertes par frottement qui se produisent en raison du type de raccord
et de diamètre de canalisation au moyen du tableau C-6 (les valeurs dans le tableau
supposent qu’il s’agit de tuyaux de PVC SCH40 ou d’un matériau semblable comme le
PE-polyéthylène ou le PP-polypropylène).
Tableau C-6 Longueur équivalente de tuyauterie pour différents raccords40
Longueur équivalente de canalisation (m)
Raccord
Diamètre de la canalisation
13 mm
[½ po]
18 mm
[¾ po]
25 mm
[1 po]
32 mm
[1 ¼ po]
38 mm
[1 ½ po]
50 mm
[2 po]
75 mm
[3 po]
Coude de 90 °
0,5
0,6
0,8
1,1
1,3
1,7
2,4
Coude de 45 °
0,2
0,3
0,4
0,5
0,6
0,8
1,2
Robinet-vanne
(vanne d’arrêt)
(ouverte)
0,1
0,2
0,2
0,2
0,3
0,4
0,5
Té latéral
0,3
0,6
0,6
0,9
0,9
1,2
1,8
Té
d’embranchement
1,0
1,4
1,7
2,3
2,7
3,7
5,2
Clapet antiretour
(ressort) ou clapet
de pied
1,2
1,8
2,4
3,7
4,3
5,8
9,8
■■ Exemple :
À l’aide du tableau C-6, pour un système sous pression comportant trois coudes de
90 ° de 32 mm [1¼ po] dans les canalisations d’eau de pluie, et cinq coudes de 90 ° de
18 mm [¾ po] dans les tuyaux d’alimentation en eau de pluie :
LF-SE, Longueur équivalente de canalisation (m) = 3 x 1,1
LF-SE, Longueur équivalente de canalisation (m) = 3,3 m de canalisation d’eau de pluie
LF-SU, Longueur équivalente de canalisation (m) = 5 x 0,6
LF-SU, Longueur équivalente de canalisation (m) = 3,0 m de tuyau d’alimentation en
eau de pluie
40
Adapté de Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products. 2007. ITT Corporation, White Plains, NY..
Société canadienne d’hypothèques et de logement
123
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
c. Pour calculer les pertes totales par frottement, utilisez l’équation C-1 :
Pertes par frottement
F100-SE
F100-SU
= (LP-SE + LF-SE ) x
+ (LP-SU + LF-SU ) x
100 m tuyau
100 m tuyau
[
][
]
Équation C-1
Où :
Pertes par frottement = Pertes par frottement combinées (m) pour les canalisations
d’eau de pluie (SE) et les tuyaux d’alimentation en eau de pluie (SU)
LP = Longueur linéaire de canalisation (m)
LF = Longueur équivalente des raccords de canalisation (m)
F100 = Pertes par frottement par 100 m de canalisation
■■ Exemple :
À l’aide de l’équation ci-dessus, voici les pertes pour une pompe et un système sous
pression compte tenu des diamètres des canalisations et du nombre de raccords ci-dessus,
où la longueur des canalisations d’eau de pluie est de 15 m et la longueur des tuyaux
d’alimentation en eau de pluie est de 10 m :
Pertes par frottement
1,8 m
26 m
= (15 m + 3,3 m) x
+ (10 m + 3 m ) x
100 m tuyau
100 m tuyau
[
] [
]
Pertes par frottement = [0,33 m] + [3,38 pi]
Pertes par frottement = 3,7 m [12,2 pi]
Pour la pompe et le système sous pression décrits ci-dessus, les pertes par frottement
équivalent à 3,7 m de canalisation, ce qui permet de calculer la hauteur manométrique
totale.
Calcul des dimensions du réservoir sous pression
1. P
our trouver la capacité du réservoir sous pression compatible avec une pompe à
vitesse constante :
a. Utilisez l’équation ci-dessous :
Capacité du réservoir (L)
Débit de la pompe (gal/min) x temps de fonctionnement (min)
= 3,78 x
Facteur de rabattement
(
)
Équation C-2
124
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Où :
Débit de la pompe comme déterminé ci-dessus.
Temps de fonctionnement : habituellement fourni par le fabricant de la pompe
(généralement de l’ordre de 1 à 2 minutes). Le facteur de rabattement se trouve dans le
tableau C-7 :
Tableau C-7Facteurs de rabattement pour différentes pressions d’enclenchement et de
déclenchement42
Pression dans le système (pression
d’enclenchement/de déclenchement)
Facteur de rabattement
138/276 kPa [20/40 lb/po²]
0,37
276/414 kPa [40/60 lb/po²]
0,27
414/552 kPa [60/80 lb/po²]
0,21
552/689 kPa [80/100 lb/po²]
0,17
Calcul du diamètre de la tuyauterie
1. P
our trouver le diamètre approprié des canalisations d’eau de pluie et de tuyaux
d’alimentation en eau de pluie, les étapes ci-dessous suffisent pour les besoins
estimatifs :
a. Canalisations d’eau de pluie :
i. Le diamètre des canalisations d’eau de pluie peut être calculé à l’aide de la formule
ci-dessous (les valeurs dans l’équation supposent qu’il s’agit de tuyaux de PVC SCH40 ou
d’un matériau semblable comme le PE-polyéthylène ou le PP-polypropylène) :
Diamètre de la canalisation (mm) = 25,4 x
(
Q 1,85
0,098 x 3,78
F100-SE
)
1
4,87
Équation C-342
Où :Q = le débit de la pompe (L/min)
F100 = les pertes par frottement par 100 m de canalisations (voir les étapes ci-dessous pour
en savoir plus)
ii. Avant de pouvoir résoudre cette équation toutefois, il faut préciser la perte maximale
d’élévation (F100-SE). Une règle empirique générale indique que cette perte ne doit pas
excéder 5 m/100 m de canalisation [5 pi/100 pi de canalisation]; cependant, le fabricant ou le
fournisseur de la pompe doit être consulté afin de confirmer que cette perte d’élévation ne
portera pas atteinte à la performance de la pompe ou ne la désamorcera pas.
41
Adapté de Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products. 2007. ITT Corporation, White Plains, N.Y.
42
Adapté de Residential Water Systems: Goulds Pumps Technical Data, Water Products. 2007. ITT Corporation, White Plains, NY.
43
Adapté de l’équation Hazen-Williams - Calculating Friction Head Loss in Water Pipes. 2005. The Engineering ToolBox.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
125
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
■■ Exemple :
En supposant que F100-SE = 5 m/100 m de canalisation, le diamètre de la tuyauterie se calcule
comme suit dans le cas d’une pompe de capacité de 38 L/min [10 gal/min] :
(
Diamètre de la canalisation (mm) = 25,4 x
Diamètre de la canalisation (mm) = 27,2
( )
38
0,098 x 3,78
5
)
1,85
1
4,87
Diamètre de la canalisation (mm) = 32 mm [1¼ po]
b. Tuyau d’alimentation :
i. Le diamètre du tuyau d’alimentation en eau de pluie doit répondre aux exigences des codes
et règlements provinciaux ou territoriaux en vigueur. Les renseignements ci-dessous ne sont
donnés qu’à titre indicatif.
ii. Pour calculer le diamètre d’un tuyau d’alimentation pour une utilisation privée (comme une
maison individuelle isolée), voir le tableau C-8 et les instructions données à la page suivante :
Tableau C-8 Diamètre des tuyaux pour différents appareils44
Appareils
Diamètre minimal du
tuyau d’alimentation
Toilette, 6 L/chasse ou moins, avec réservoir
de chasse
10 mm [⅜ po]
2,2
Toilette, chasse de plus de 6 L, avec réservoir
de chasse
10 mm [⅜ po]
3
Urinoir avec réservoir de chasse
10 mm [⅜ po]
3
Urinoir avec valve doseuse à arrêt
automatique
13 mm [½ po]
2
Robinet d’arrosage
13 mm [½ po]
2,5
Robinet d’arrosage
18 mm [¾ po]
3
Laveuse, 3,5 kg [chargement frontal]
13 mm [½ po]
2,25
Laveuse, 6,8 kg [chargement par le dessus]
13 mm [½ po]
3
Lavabo, 8,3 L/min ou moins
10 mm [⅜ po]
0,7
Lavabo, plus de 8,3 L/min
10 mm [⅜ po]
1
Baignoire (avec ou sans douche)
13 mm [½ po]
1,4
44
126
Charge hydraulique
(facteur d’alimentation)
Adapté du Code national de la plomberie – Canada (2010). Conseil national de recherches du Canada, Ottawa (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
iii. Dans le tableau C-8, le diamètre minimal de tuyau à employer pour alimenter un appareil de
plomberie résidentiel est donné dans la deuxième colonne (pour les toilettes, le diamètre
minimal d’alimentation permis est de 10 mm [3/8 po]).
iv. Les valeurs dans la troisième colonne − « charge hydraulique » − servent à déterminer le
diamètre de la canalisation qui suit immédiatement après le réservoir sous pression et l’unité
de commande. Cela représente le diamètre de l’embranchement principal depuis lequel les
tuyaux plus petits se raccordent pour alimenter les appareils individuels.
v. On calcule la charge hydraulique de la pompe et du système sous pression en faisant la
somme des facteurs d’alimentation en fonction du type et du nombre d’appareils raccordés
au système.
■■ Exemple45 :
Si trois toilettes à 6 L/chasse et une laveuse à chargement frontal (3,5 kg) sont
raccordées au système, on calcule la charge hydraulique de la manière ci-dessous :
Charge hydraulique (facteurs d’alimentation) = (3 x 2,2) + (1 x 2,25)
Charge hydraulique (facteurs d’alimentation) = 8,85
vi. Une fois que l’on a établi le total des facteurs d’alimentation, le diamètre requis de la
canalisation d’alimentation en eau de pluie peut être calculé à l’aide du tableau C-9 :
Tableau C-9 Longueur maximale de tuyau permise46
Longueur maximale permise (m)
Diamètre
12
18
24
30
Nombre de facteurs d’alimentation desservis
13 mm [½ po]
6
5
4
3
18 mm [¾ po]
18
16
14
12
25 mm [1 po]
36
31
27
25
32 mm [1¼ po]
83
68
57
48
38 mm [1½ po]
151
124
105
91
45
Nota : Les exemples utilisent des données de charge hydraulique tirées du Code national de la plomberie – Canada (2010).
Consultez le code approprié pour choisir le diamètre d’une canalisation.
46
Adapté du Code national de la plomberie – Canada (2010). Conseil national de recherches du Canada, Ottawa (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
127
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
■■ Exemple :
Si l’on se réfère au tableau C-9, et si la longueur totale du tuyau d’alimentation est de
17 m, et que la charge hydraulique est de 8,85 (~9) facteurs d’alimentation :
Diamètre de la canalisation = 18 mm [¾ po]
Nota : Dans l’exemple ci-dessus, on doit utiliser un tuyau de ¾ po puisque 17 m est plus grand
que 12 m, ce qui fait que la colonne 18 m doit servir de référence. Ainsi, comme 9 facteurs
d’alimentation est plus grand que 5 facteurs d’alimentation (ce qui fait que le tuyau de ½ po
ne suffit pas), il faut donc utiliser un tuyau de ¾ po, puisqu’un facteur d’alimentation de 9 est
plus petit qu’un facteur d’alimentation de 16.
128
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Annexe DDispositions visant les débordements et gestion des
eaux pluviales
Utilisation d’un réservoir de stockage d’eau de pluie pour la rétention et
la retenue de l’eau pour les besoins de gestion des eaux pluviales
1. P
our concevoir une installation de collecte de l’eau de pluie devant assurer la rétention
et l’évacuation prolongée des eaux pluviales, le schéma ci-dessous (figure D-1) et les
directives connexes sont donnés à titre indicatif seulement :
Figure D-1Installation de collecte de l’eau de pluie dotée d’une commande de sortie et d’un tuyau d’évacuation
contrôlée servant à la gestion des eaux pluviales. (« RETENUE » est le volume d’eaux de ruissellement
à évacuer progressivement vers l’égout pluvial. Le volume restant de « RÉTENTION » sert à alimenter
en eau de pluie les appareils approuvés à ce titre).
a. Pour déterminer le volume de rétention (stockage) :
i. Voir l’Annexe B pour connaître les directives concernant les dimensions des réservoirs de
stockage d’eau de pluie. Le volume du réservoir de stockage déterminé selon les méthodes
décrites dans l’Annexe B est le volume de rétention du réservoir d’eau de pluie.
b. Pour déterminer le volume d’eau de pluie retenu :
i. Nota : Bien qu’un réservoir de stockage d’eau de pluie puisse servir à retenir les eaux pluviales
pendant de longues périodes aux fins de gestion des eaux pluviales, le volume de stockage requis
pourrait être très important dans le cas de très grands toits.
ii. Communiquez avec l’Office de protection de la nature ou la municipalité en ce qui a trait
à la valeur des épisodes de précipitation ou au volume des eaux pluviales à retenir dans le
réservoir pour ce qui est de cet emplacement particulier.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
129
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
■■ Exemple :
Si une municipalité requiert que 5 mm de précipitations doivent être retenues, alors pour
un toit dont l’aire de captage est de 200 m² :
Volume de retenue (L) = Épisode de précipitations (mm) x Aire (m2)
Équation D-1
Volume de retenue (L) = 5 mm x 200 m2
Volume de retenue (L) = 1 000 L
c. Compte tenu du volume de retenue, la profondeur maximale de stockage peut être
calculée à l’aide de la formule :
H=
V
wxl
Équation D-247
Où :
H = Profondeur maximale de stockage, mesurée depuis le bas du tuyau de
trop-plein jusqu’au centre du tuyau de rabattement (m)
V = Volume d’eau de pluie retenue (m3)
w = Largeur du réservoir de stockage (m)
l = Longueur du réservoir de stockage (m)
d. On évalue ensuite le débit d’évacuation dans le tuyau d’évacuation contrôlée
comme suit :
Q = QMOY x F
Équation D-348
Où :
Q = Débit d’évacuation de pointe (m 3/s)
QMOY = Débit d’évacuation moyen (volume d’évacuation/temps de
rabattement) (m 3/s)
F = Facteur de pointe (habituellement égal à 1,5)
e. Enfin, pour trouver le diamètre du tuyau d’évacuation contrôlée :
D2 =
4Q
Cd π √ 2gH
Équation D-449
Où :
D = Diamètre requis du tuyau d’évacuation contrôlée (m)
Q= Débit d’évacuation de pointe (m 3/s)
Cd = Coefficient qui varie selon l’orifice (disponible dans les manuels ou
les textes d’ingénierie)
130
47
Adapté de Low Impact Development Stormwater Management Manual (ébauche 2008). Office de protection de la nature
de Toronto et de la région, Toronto (Ontario).
48
Low Impact Development Stormwater Management Manual (ébauche 2008). Office de protection de la nature de Toronto et
de la région, Toronto (Ontario).
49
Adapté de Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario,
Toronto (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
g = Accélération due à la gravité (9,8 m/s2)
H = Profondeur maximale de stockage, mesurée depuis le bas du tuyau de trop-plein
jusqu’au centre du tuyau de rabattement (m)
■■ Exemple :
Pour une installation de collecte de l’eau de pluie dotée des caractéristiques données
dans le tableau D-1, voici comment en établir les dimensions aux fins de rétention et
d’évacuation contrôlée de l’eau :
Tableau D-1 Caractéristiques d’une installation de collecte de l’eau de pluie (exemple)
Détails
Valeur
Volume du réservoir de stockage
18 m3
Volume maximal d’eau de pluie retenu
9 m3
Dimensions du réservoir de stockage
(long. x larg. x h)
6,2 m x 2,6 m x 1,3 m
H=
V
wxl
H=
9 m3
6,2 m x 2,6 m
H = 0,56 m
H ≈ 0,6 m
Compte tenu de cette hauteur, le centre du tuyau d’évacuation contrôlée devrait se
trouver à une hauteur de 0,6 m sous le bas du tuyau de trop-plein.
L’évacuation de pointe provenant du réservoir de stockage de l’eau de pluie, sur une
période de 24 heures serait de :
QMOY =
9 m3
24 h x 60 min x 60 s
h
min
QMOY = 0,000104 m ∕s
3
Q = QMOY x F
3
Q = 0,000104 ms x 1,5
Q = 0,000156 m3∕s
Société canadienne d’hypothèques et de logement
131
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
En supposant que la profondeur de la citerne est de 0,56 m lorsque le volume entier de
9m3 doit être stocké, le diamètre du tuyau devrait être de :
D2 =
D=
4Q
Cd π √ 2gH
4 x 0,000156
0,62 π √ 2 x 9,8 x 0,56
D = 0,0098 m
D ≈ 10 mm
Ainsi, selon ces calculs, il faut un tuyau de 10 mm de diamètre; toutefois, en pratique, un tel
orifice ne serait pas utilisé, car il serait sujet aux blocages ou au gel en hiver. Le diamètre
minimal recommandé pour les tuyaux d’évacuation contrôlée est de 75 mm50. Consultez
l’Office de protection de la nature locale ou la municipalité en ce qui a trait au diamètre
minimal du tuyau d’évacuation contrôlée.
Conception et dimensions des puits d’infiltration
Les puits d’infiltration sont composés d’un espace excavé rempli d’un matériau non
poreux, entouré d’un tissu géotextile. Un puits d’infiltration ordinaire convenant à la
plupart des installations de collecte de l’eau de pluie est montré à la figure D-2.
Sol
Membrane géotextile
extérieure
Tuyau de trop‐plein provenant du réservoir
d'eau de pluie Couverture de sol
Tuyaux perforés
Matériau de remplissage non poreux (pierre concassée ou gravier) Couche de sable filtrant Tuyau de trop‐
plein du puits
d’infiltration Profondeur de stockage en
fonction de la porosité du sol et
du temps de rétention Figure D-2Puits d’infiltration ordinaire (vue en coupe)51
50
51
132
Low Impact Development Stormwater Management Manual (ébauche, 2008). Office de protection de la nature de Toronto et de la
région, Toronto, Ontario. Nota : 75 mm est le diamètre minimal d’orifice requis pour les tuyaux d’évacuation contrôlée dans les étangs
de retenue des eaux pluviales situés dans la ville de Toronto.
Adapté de Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario, Toronto (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
Matériaux requis pour la construction d’un puits d’infiltration :
■■
■■
■■
■■
Matériau de décantation – pierre concassée de taille uniforme servant à donner une
structure non poreuse au puits.
Membrane géotextile extérieure – membrane filtrante non tissée (polypropylène
géotextile) qui sert à protéger le matériau de stockage en empêchant le sol
environnant de venir le colmater.
Tuyaux de distribution – tuyaux de drainage qui distribuent l’eau de pluie
uniformément partout dans le puits.
Couche filtrante – sable fin placé sur la membrane géotextile extérieure au fond du
puits afin de filtrer les impuretés avant l’infiltration de l’eau dans le sol.
1. Éléments de conception dont il faut tenir compte52
a. Le puits d’infiltration doit être situé à au moins 4 m [13 pi] des fondations d’un
bâtiment ou d’une autre structure enfouie, et à 1,5 m [5 pi] de canalisations d’eau ou
d’autres services enfouis.
b. La longueur du puits (parallèle aux tuyaux de trop-plein) doit être maximisée
comparativement à la largeur.
c. La hauteur maximale du puits ou de la tranchée doit être de 1,5 m [5 pi].
d. Le puits d’infiltration doit être enfoui suffisamment profondément pour le protéger
contre le gel.
2. P
our déterminer les dimensions d’un puits d’infiltration, les directives ci-dessous sont
données à titre indicatif seulement53
a. La profondeur du puits d’infiltration se calcule à l’aide de l’équation D-5 (détails
supplémentaires ci-dessous) :
d=
P x T
1 000
Équation D-5
Où :
d = Profondeur maximale permise du puits d’infiltration (m)
P = Taux de percolation (mm/h)
T = Temps de rabattement (h)
b. Compte tenu de la profondeur de stockage, l’aire du puits peut dès lors être calculée à
l’aide de l’équation D-6 :
A=
V
d x n
Équation D-6
Où :
A = Aire du puits d’infiltration (m2)
V = Volume des eaux de ruissellement à infiltrer dans le sol (m3)
d = Profondeur maximale permise du puits d’infiltration (m)
n = Porosité du matériau de décantation (0,4 pour le gravier grossier)
Adapté de Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario, Toronto (Ontario)
et Low Impact Development Stormwater Management Manual (ébauche, 2008). Office de protection de la nature de Toronto et de la
région, Toronto (Ontario).
52
Adapté de Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario, Toronto (Ontario).
53
Société canadienne d’hypothèques et de logement
133
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
c. Lors de calculs au moyen de l’équation D-5 et de l’équation D-6, on recommande de
suivre les directives ci-dessous en matière de dimensionnement :
i. Les puits d’infiltration ne s’emploient qu’aux endroits où la percolation du sol est ≥ 15 mm/h.
Voir le tableau D-2 pour connaître le taux de percolation approximatif de différents types de
sol. Nota : pour veiller à ce que le sol possède la capacité d’infiltration nécessaire, des essais de
percolation seront peut-être requis.
Tableau D-2Taux minimums de percolation des sols54
Type de sol
Taux de percolation « P » (mm/h)
Sable
210
Sable loameux
60
Loam sableux
25
Loam
15
ii. Un temps de rabattement prudent de 24 heures (T = 24 h) doit être choisi lors du calcul
de la profondeur du puits ou de la tranchée d’infiltration.
iii. La profondeur maximale (d) du puits d’infiltration ne doit pas excéder 1,5 m afin de
maximiser la capacité d’infiltration du puits ou de la tranchée. Si la profondeur calculée est
> 1,5 m, utilisez 1,5 m.
iv. L’aire d’une tranchée d’infiltration doit être configurée dans un rapport de 4 : 1 (longueur :
largeur) afin de veiller à ce que tout le fond de la tranchée soit mis à profit pour l’infiltration.
v. On recommande un volume maximal de stockage égal au ruissellement découlant d’une
tempête de 4 heures à une intensité de précipitations de 15 mm/h :
V=
Aire de captage (m2) x 15 mm
h x4h
1 000 mm
h
Équation D-7
■■ Exemple :
Pour une installation de collecte de l’eau de pluie ayant les caractéristiques qui figurent
dans le tableau D-3, voici la façon d’en déterminer les dimensions :
Tableau D-3 Caractéristiques de l’installation de collecte de l’eau de pluie (exemple)
Détail
54
134
Valeur
Aire de captage (A)
150 m2
Taux de percolation du sol (P)
60 mm/h
Porosité du matériau de décantation (d)
0,4 (gravier grossier)
Adapté de Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario,
Toronto (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
Annexes
d = P x T
1 000
d=
60 mm x 24 h
h
1 000
d = 1,44 m
Compte tenu de la profondeur du puits d’infiltration, l’aire (superficie) du puits ou de la
tranchée peut se calculer comme suit :
mm
Aire de captage (m2) x 15 h x 4 h
V=
1 000 mm
h
mm
2
150 m x 15 h x 4 h
V=
1 000 mm
h
V = 9 m3
A= V
dxn
A=
9 m3
1,44 m x 0,4
A = 15,6 m2
Selon cet exemple et selon les critères de conception de l’installation de collecte de l’eau
de pluie et des sols environnants, pour faire infiltrer l’eau de pluie sur place, il faudrait que
le puits ait une profondeur de 1,4 m et une aire de 16 m2.
Société canadienne d’hypothèques et de logement
135
Manuel de lignes directrices sur les installations résidentielles de collecte de l’eau de pluie
3. L e puits d’infiltration doit être enfoui à une profondeur suffisante pour qu’il soit protégé
contre le gel. La Figure D-3 donne la couverture de sol requise suivant le type de sol et
la profondeur d’enfouissement du puits.
Figure D-3Couverture de sol pour les puits d’infiltration, en fonction du soulèvement
par le gel55
55
136
Stormwater Management Planning and Design Manual (2003). Ministère de l’Environnement de l’Ontario, Toronto (Ontario).
Société canadienne d’hypothèques et de logement
67609 27/09/12
Manuel de lignes directrices sur les installations
résidentielles de collecte de l’eau de pluie
www.schl.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising