Croissance endogène et vieillissement démographique : 2000-03

Croissance endogène et vieillissement démographique : 2000-03
Croissance endogène et vieillissement démographique :
le cas d’une petite économie ouverte∗
Maxime Fougère, Ministère des Finances - Canada
et
Marcel Mérette, Université d’Ottawa
2000-03
* Cet article a été complété lorsque les auteurs étaient économistes sénior dans la division des études économiques
et de l’analyse des politiques au ministère des Finances, Canada. Les auteurs remercient Steven James, Pierre
Lefebvre, André Plourde, Benoît Robidoux et Jeremy Rudin pour leurs commentaires utiles ainsi que Lynn
Bouchard pour son aide technique. Nous remercions également les suggestions exprimées par les participants au
séminaire donné à la Société canadienne de science économique en juin 1998. Les opinions exprimées dans le
présent document sont celles des auteurs et il n'y a pas lieu de les attribuer au ministère des Finances.
Adresse courrier électronique : fougere.maxime@fin.gc.ca; m.merette@uottawa.ca
1
Sommaire
C’est un fait reconnu que les populations des pays de l’OCDE vont connaître un vieillissement
démographique rapide au cours des prochaines décennies. Dans le présent document, nous
examinons les effets du vieillissement démographique sur la croissance économique et le compte
courant dans le cas d’une petite économie ouverte. Nous utilisons des modèles à générations
imbriquées avec croissance économique endogène pour sept pays de l’OCDE. Nos résultats
indiquent que dans le cadre d’une petite économie ouverte, le vieillissement démographique
pourrait avoir des effets économiques bénéfiques sur la croissance économique, mais que cette
hausse de la croissance économique est conditionnelle au phénomène de vieillissement qui se
déroule dans le reste du monde. De plus, l’incidence du vieillissement démographique sur les
marchés mondiaux de capitaux et les comptes courants pourrait être importante. Finalement,
contrairement à ce que l’on pourrait penser, les pays dont les populations vieillissent plus
rapidement pourraient bénéficier d’une amélioration de leur solde du compte courant pendant
une certaine période.
Summary
It is well known that populations in OECD countries will age rapidly over the next several
decades. In this document, we examine the effects of population ageing on economic growth and
the current account in the case of small open economies. We use endogenous-growth
overlapping generation’s models for seven OECD countries. Our results indicate that in the case
of small open economies, population ageing could have beneficial effects on economic growth,
but the rise in growth would depend on the pattern of ageing in the rest of the world. In addition,
the effect of population ageing on world capital markets and current account balances could be
important. Finally, contrary to the conventional view, countries that age more rapidly could
benefit from an improvement in their current account for a certain period.
2
1. Introduction
Au cours des prochaines décennies, il va se produire une profonde transformation
de la structure d’âge dans la plupart des pays de l’OCDE. La population est vieillissante à
cause des faibles taux de fécondité que l’on a connu au cours des 25 dernières années, de
la hausse de l’espérance de vie, et de la génération du baby-boom qui approche l’âge de
la retraite. En effet, selon les récentes projections démographiques, la proportion de la
population âgée de 65 ans et plus pourrait doubler, en moyenne, d’ici 2050. On peut donc
s’attendre à ce que ces grands changements démographiques à venir figurent parmi les
forces les plus vigoureuses qui piloteront l’économie mondiale au cours du siècle
prochain.
Parmi les analyses effectuées jusqu’à maintenant sur les effets économiques
possibles du vieillissement démographique, plusieurs études ont utilisé des modèles
d’équilibre général à générations imbriquées (GI) de type néoclassique.1 Les modèles de
type néoclassique se distinguent par la forme de leur fonction de production, laquelle
suppose un rendement décroissant des intrants reproductibles et un changement
technologique exogène. Les résultats tirés de ces modèles portent à croire que le
vieillissement va entraîner une chute importante des taux d’épargne nationaux et de la
production réelle par habitant, au cours des prochaines décennies.
À l’autre extrême, l’article de Fougère et Mérette (1999a) présente un point de vue
différent de l’impact possible du vieillissement. Ces derniers utilisent aussi des modèles
GI pour sept pays de l’OCDE. Toutefois, la principale différence par rapport aux autres
études est l’introduction du capital humain, ce qui leur permet d’endogénéiser la
croissance économique. Leurs résultats indiquent que les effets macro-économiques du
vieillissement démographique sont considérablement modifiés lorsque l’accumulation de
capital humain est endogène. Selon leurs résultats, le vieillissement pourrait inciter les
générations futures à investir davantage dans le capital humain, ce qui par ricochet
stimulerait la croissance économique et améliorerait la production réelle per capita à long
terme.
Cependant, la structure des modèles utilisés par Fougère et Mérette (1999a)
demeure dans le cadre d’une économie fermée. L’hypothèse de petite économie ouverte
est évidemment plus réaliste pour plusieurs de ces pays. Ainsi, dans le cadre d’une petite
économie ouverte, l’impact du vieillissement démographique sur les salaires et le taux de
rendement du capital dépendrait du choc démographique mondial plutôt que du choc
domestique, ce qui pourrait modifier la décision d’investir dans le capital physique et
humain.
1
Voir, par exemple, Miles (1999), Hviding et Mérette (1998), Auerbach et al. (1989) et Auerbach et Kotlikoff
(1987).
3
Qui plus est, les économies nationales se différencient par la dynamique
temporelle du choc démographique et l’intensité de celui-ci, ainsi que l’ampleur des
pressions qui pèseront sur les budgets gouvernementaux. Ces différences entre les pays
peuvent avoir des conséquences importantes sur les équilibres entre l'épargne et
l'investissement. Ainsi, dans la mesure où le vieillissement démographique affecte
l’épargne domestique et les décisions d’investir en capital physique et humain, il devrait
se produire un changement dans les soldes de comptes courants et du bilan des
investissements internationaux.
Dans le présent document, nous examinons les effets du vieillissement
démographique dans le cadre d’une petite économie ouverte, à l’aide d’un modèle GI
avec croissance endogène pour sept pays de l’OCDE. Les pays examinés sont le Canada,
les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et la Suède. Nous examinons
l’impact du vieillissement sur les comptes courants et comparons les résultats obtenus sur
la croissance économique avec ceux de Fougère et Mérette (1999a), sous l’hypothèse
d’une économie fermée, pour les mêmes pays.
Le modèle comprend une série de 15 générations imbriquées rationnelles (chaque
période correspondant à quatre ans), qui effectuent un choix optimal, sur l'ensemble de
leur vie, en fait de consommation, de legs et d’allocation de leurs temps hors-loisir. De
plus, nos modèles intègrent la croissance endogène qui est engendrée par l’accumulation
de capital physique et de capital humain. Dans notre modèle, l’épargne prend donc la
forme de capital physique ou humain. Le secteur privé peut détenir des obligations
gouvernementales et un pays dans son ensemble peut investir à l’extérieur en capital
physique ou en obligations gouvernementales. Les personnes divisent le temps hors-loisir
disponible entre le marché du travail et l’école. En règle générale, une génération investit
essentiellement dans le capital humain lorsqu’elle est jeune (proportion du temps alloué à
l’école élevé) et dans le capital physique lorsqu’elle est d’âge moyen (proportion du
temps alloué au marché du travail élevé). Finalement, afin d’examiner l’incidence
éventuelle du vieillissement démographique dans le cas de petites économies ouvertes,
nous avons supposé par commodité que les taux d’intérêt étaient fixés sur le marché
mondial, par l’économie américaine. Toutefois, nous ne l’avons fait qu’à titre indicatif,
car en réalité les fluctuations observées sur les marchés financiers mondiaux sont dictées
par les interactions entre les pays.
Le document se divise de la façon suivante : la partie 2 traite des tendances
démographiques possibles dans les sept pays étudiés de l’OCDE et des conséquences qui
en découlent pour les ratios de dépendance pour les personnes âgées (le rapport entre le
nombre de personnes âgées de 65 ans et plus et les personnes en âge de travailler). La
partie 3 décrit la structure et le calibrage des modèles utilisés aux fins de l’analyse. La
partie 4 résume les résultats initiaux de Fougère et Mérette (1999a) à l’aide des modèles à
croissance endogène dans le cadre d’une économie fermée. La partie 5 présente les
4
résultats auxquels nous sommes arrivés sous l’hypothèse d’une petite économie ouverte,
et la partie 6 tient lieu de conclusion.
2. Le vieillissement et la démographie
L’augmentation de l’âge moyen de la population peut s’expliquer par deux
facteurs principaux : une hausse de l’espérance de vie ou une chute du taux de fécondité
(le nombre escompté de naissances sur l'ensemble d'une vie). Dans la plupart des pays
industrialisés, la diminution du taux de fécondité est la principale source du
vieillissement. Toutefois, dans le cas du Japon par exemple, l’espérance de vie accrue est
également un facteur relativement important. Selon les projections démographiques les
plus récentes des Nations Unies, à mesure où la génération du baby-boom de l’aprèsguerre va atteindre l’âge de la retraite, la proportion des personnes de 65 ans et plus
devrait presque doubler au cours des 50 prochaines années, dans les pays de l’OCDE et
dans les pays du G-10 en particulier (voir graphique 1 et tableau 1). On peut se rendre
compte également de l’incidence du gonflement de la structure par âge à l’aide du ratio
de dépendance des personnes de 65 ans et plus (voir graphique 2). Le ratio de dépendance
des personnes âgées est prévu de passer de 17 p. 100 en 1990 à 42 p. 100 en 2050, en
moyenne, dans les pays de l’OCDE et de 20 p. 100 à 43 p. 100 dans les pays du G-10.
Graphique 1
Personnes de 65 ans et plus
en proportion de la population totale
Graphique 2
Ratio de dépendance
des personnes de 65 ans et plus
pour cent
pour cent
30
45
OCDE
G-10
40
OCDE
G-10
25
35
20
30
25
15
20
10
15
10
5
5
0
0
1990
2000
2010
2020
2030
2040
2050
1990
2000
2010
2020
2030
2040
2050
Source : Nations Unies
Parmi les sept pays examinés, l’Italie et le Japon devraient enregistrer la plus forte
hausse de la proportion des personnes âgées (voir tableau 1). Le vieillissement devrait
être beaucoup moins marqué pour les cinq autres pays. De plus, comme l’indique le
graphique 3, le ratio de dépendance des personnes âgées augmente déjà rapidement au
Japon et en Italie, et il est prévu de s’accroître encore plus vite dans les années à venir :
5
une augmentation de 190 p. 100 et de 170 p. 100 respectivement entre 1996 et 2050. Pour
les cinq autres pays, la hausse prévue du ratio de dépendance est plus graduelle, jusqu’à
2010, après quoi il augmente à un taux beaucoup plus rapide. Au Canada, en France et
aux États-Unis, le ratio de dépendance devrait augmenter de 130 p. 100, de 100 p. 100 et
de 90 p. 100 respectivement, pendant la même période, contre 60 p. 100 et 50 p. 100 au
Royaume-Uni et en Suède.
Tableau 1
Proportion des personnes de 65 ans et plus
(en pourcentage de la population totale)
1996
12
15
17
15
17
15
13
Canada
France
Italie
Japon
Suède
Royaume-Uni
États-Unis
2050
24
24
34
30
22
23
21
Source: Nations Unies
Graphique 3
Ratios de dépendance des personnes de 65 ans et plus
ratio
75
70
Italie
Japon
Suède
France
Royaume-Uni
Canada
Projections
65
60
55
50
États-Unis
45
40
35
30
25
20
15
10
5
1954
1966
1978
1990
2002
2014
2026
2038
2050
Source: Nations Unies
6
3. Le modèle
Le modèle comprend 15 générations qui coexistent à tout moment donné. Chaque
nouvelle génération a 15 périodes à traverser, et chaque période correspond à quatre
années de vie. Les 15 générations comprises dans le modèle vont de 16 à 75 ans.2 On
suppose que les personnes travaillent jusqu’à 64 ans, ce qui fait que 12 des 15 générations
appartiennent à la population active. Le taux de fécondité est exogène. La structure du
modèle est semblable à celle d’Auerbach et Kotlikoff (1987), mis à part l’hypothèse de
petite économie ouverte et que la croissance économique est déterminée de façon
endogène.
L’intégration de la croissance endogène
Pour intégrer les caractéristiques de la croissance endogène, nous avons inclus la
formation de capital humain dans le modèle. En conséquence, le modèle est caractérisé
par la présence de deux secteurs : les biens finis et l’enseignement post-secondaire. La
croissance est produite par l’accumulation de capital physique dans le secteur des
produits finis et l’accumulation de capital humain dans le secteur de l’enseignement postsecondaire. Avant de décrire le comportement des agents des secteurs public et privé,
nous clarifions les particularités du secteur producteur de capital humain.
Capital humain
Le capital humain est défini comme un bien non commercial qui appartient aux
personnes, dont la durée de vie est limitée. Les personnes peuvent augmenter leur propre
stock de capital humain en consacrant du temps aux études post-secondaires. Pour
investir en capital humain, les personnes doivent renoncer à des revenus salariaux
immédiats. Le bénéfice de cet investissement prend la forme de revenus salariaux futurs
plus élevés. Les personnes atteignent l’âge de 16 ans avec un stock de capital humain
donné puisqu’une partie du stock de capital humain accumulé par les générations en vie
est transmise aux générations futures. Ce phénomène est en accord avec l’accumulation
de capital humain observée dans les sociétés, et il assure l’existence d’une trajectoire de
croissance équilibrée. Le processus de transmission repose sur le fait que, bien que
chaque personne ne puisse consacrer qu’un nombre d’années limité à l’acquisition de
capital humain, toute création et innovation que cette personne produit ou partage avec
d’autres va survivre après son décès. La transmission de ces connaissances est rendue
possible grâce au système d’enseignement de base (écoles primaires et secondaires) qui
transfère une partie du stock de capital humain accumulé par les générations en vie aux
générations suivantes. On peut dire que ce système s'approprie une partie du capital
humain accumulé par les générations en vie pour la transmettre à la nouvelle cohorte. Le
capital humain global peut ainsi prendre une ampleur illimitée. Contrairement au capital
2
Les équations structurelles du modèle sont présentées en annexe.
7
humain, le capital physique passe des générations en vie aux générations suivantes via les
mécanismes de marché.
Les technologies et le comportement des entreprises
La production du secteur des biens finis dépend du capital physique et du travail
effectif. Toutes les entreprises sont identiques et l'on suppose que la fonction de
production est de type Cobb-Douglas. Les actifs physiques sont accumulés en renonçant
à la consommation, ce qui équivaut à supposer que les biens physiques sont produits dans
un secteur distinct qui dispose de la même technologie que le secteur de production final.
La demande relative aux facteurs découle de la maximisation des profits par les
entreprises. Les entreprises louent le capital physique au taux de location déterminé par le
marché international et recrutent des travailleurs au taux de rémunération par unité de
travail effectif, jusqu'à ce que leurs produits marginaux égalent leurs coûts marginaux.
Comme on le précise en annexe, le travail effectif est la somme des parts individuelles
des stocks de capital humain alloués au marché du travail. L’augmentation du travail
effectif est donc déterminée au rythme de l’accumulation en capital humain et par les
changements démographiques. La facture salariale de l’entreprise est donc le produit du
taux de rémunération effectif brut par le stock de capital humain alloué au marché du
travail par toutes les personnes vivantes.
Le secteur de l’enseignement post-secondaire (formation de capital humain) est
décrit par une technologie, linéaire relativement au capital humain, mais strictement
concave pour ce qui est de l’aménagement du temps. La production totale de nouvelles
unités de capital humain dans l’économie est tout simplement la somme des productions
individuelles. L’affirmation plausible selon laquelle l’enseignement post-secondaire est
relativement intense en capital humain prend, dans le cas qui nous occupe, la forme d'une
spécification extrême selon laquelle seuls le capital humain et le temps consacré à
l’éducation sont utilisés pour produire les unités additionnelles de capital humain. Le
capital physique ne joue aucun rôle. Un relâchement de ces hypothèses, qui maintiendrait
le classement d’intensité des facteurs utilisé dans le présent document, ne modifierait
probablement pas la dynamique de base du modèle.
Comportement des cohortes
Chaque génération est représentée par une personne type avec anticipations
rationnelles. Chaque personne choisit un mode de consommation de biens finis et un
montant à léguer à ses descendants lui permettant de maximiser la fonction d’utilité
intertemporelle (élasticité constante de substitution), sous réserve des conditions
d’accumulation du capital physique et du capital humain. Les motifs des legs sont
précisés comme chez Blinder (1974). Les legs sont répartis à la fin de la durée de vie de
chaque génération et reçus équitablement par toutes les générations en âge de travailler.
Lorsqu’elle fait partie de la population active, chaque personne alloue une fraction du
8
temps dont elle dispose au travail et à la formation de capital humain (temps d’études) et
répartit le revenu disponible entre la consommation et l’épargne. Le profil du revenu
salarial d’une génération sur l'ensemble d'une vie est déterminé par la fraction de son
stock de capital humain allouée au marché du travail. Le revenu de placement de chaque
génération est déterminé par son stock d’actifs physiques.
Le coût d’option que représente l’investissement dans le capital humain est le
revenu salarial courant. Le rendement de l’investissement dans les études prend la forme
de recettes nettes accrues une fois sur le marché du travail. Étant donné les propriétés du
capital physique et du capital humain, les décisions relatives à l’investissement dans l’un
ou l’autre actif présentent des caractéristiques liées au cycle de vie. Le rendement du
capital humain représente la somme actualisée des revenus salariaux futurs. Pour
l'optimiser, il faut investir dans le secteur de l’enseignement post-secondaire lorsqu’on
est jeune. Étant donné que les actifs physiques peuvent être vendus, ils seront privilégiés
aux fins de la préparation à la retraite des personnes âgées. Les 15 générations peuvent
ainsi se diviser en trois grands groupes : les jeunes, les personnes d’âge moyen et les
personnes âgées. Les incitations sont telles que les jeunes investissent surtout dans le
capital humain et travaillent peu; les personnes d’âge moyen investissent surtout dans le
capital physique et travaillent beaucoup; finalement, les personnes âgées n’épargnent pas
et ne travaillent pas.
Comportement du gouvernement
Dans le modèle, nous supposons que le régime de pension public est financé par
répartition (Pay-as-you-go) et qu’il est pleinement intégré aux comptes du gouvernement.
Il incombe donc au gouvernement de maintenir la solvabilité du fonds de pension en
percevant les cotisations requises auprès de chaque génération. Nous faisons aussi
l’hypothèse que le rapport de la dette publique au PIB est constant et que le régime de
pension par répartition est financé au moyen des taux d’impôt applicables au revenu
salarial. Les dépenses publiques sont limitées aux transferts forfaitaires, aux dépenses
consacrées aux biens publics et aux paiements d’intérêt sur la dette publique. Les
transferts forfaitaires sont répartis équitablement entre les particuliers et les dépenses
consacrées aux biens publics n’ont d’incidence ni sur la consommation des particuliers ni
sur la production comprise dans le modèle.
Le gouvernement perçoit trois types d’impôt auprès de chaque génération : sur le
revenu salarial, sur le revenu de placement et sur la consommation. Les taux d’impôt sur
les revenus de placement et sur la consommation sont exogènes. Toutefois, un
changement de l’assiette fiscale pour les revenus de placement ou pour la consommation
se reflète sur le taux d’imposition du revenu salarial. Les instruments d’emprunt du
gouvernement prennent la forme d'obligations pour une période donnée, auxquelles le
taux d’intérêt du marché est offert pendant la période courante, et le capital est payé la
période suivante.
9
Marché financier
Dans le cas d’une petite économie ouverte, la dette extérieure équivaut à la somme
du capital physique national et de la dette publique, moins les avoirs nationaux de source
privée. Les entrées de capitaux financent l’écart entre la production finale et la
consommation privée, la consommation des administrations publiques, l’investissement
intérieur et les frais d’intérêt sur la dette extérieure.
Comme le démontre Buiter (1981), des déséquilibres des comptes courants
peuvent exister sur une trajectoire de croissance équilibrée dans un modèle à générations
imbriquées avec un seul bien. Il démontre que pour produire des déséquilibres de
comptes courants dans un modèle à deux périodes, il suffit de supposer qu’un pays
possède un taux de préférence pour le temps différent du reste du monde. Dans un
modèle à périodes multiples comme celui que nous utilisons, la différence entre le
processus de vieillissement d’un pays par rapport au reste du monde est en quelque sorte
équivalente aux écarts entre les taux de préférence pour le temps du modèle de Buiter
(1981).
4. Résumé des résultats initiaux des simulations de Fougère et Mérette (1999a)
Fougère et Mérette (1999a) ont examiné les effets du vieillissement
démographique sur la croissance économique à l’aide du modèle GI, pour sept pays de
l’OCDE. Le choc démographique est simulé au moyen de changements du taux de
natalité à partir de 1954. Il est supposé qu’à long terme, le taux de natalité retourne à son
niveau d’état stationnaire. Pour fin d’illustration, nous reproduisons leurs résultats pour
les États-Unis dans les graphiques 4 à 7. Les résultats sont comparés à un scénario où le
capital humain et par le fait même la croissance économique sont exogènes.
Afin de bien comprendre les résultats, il faut noter que par hypothèse, la plupart
des variables présentées ci dessous ne changeraient pas si la structure démographique de
la population demeurait inchangée. Ainsi, pour ces variables, toute la dynamique peut
être attribuée au phénomène du vieillissement, et il n’est pas nécessaire de présenter les
résultats sous le format habituel en écart choc moins contrôle.
Il ressort des résultats de Fougère et Mérette (1999a) que le vieillissement de la
population exerce d’importantes pressions à la baisse sur l’épargne privée et l’épargne
nationale, tout comme dans le cas des modèles avec croissance exogène (voir
graphique 4). Comme on l’indique précédemment, la théorie du cycle de vie du
comportement en matière d’épargne est une hypothèse clé du modèle et explique la
réduction de l’épargne privée. Par contre, bien que le stock de capital diminue, la
population active diminue davantage, et par conséquent, le rapport capital-travail
augmente. Cela implique que bien que l’offre d’épargne diminue de façon importante, le
besoin d’investissement chute encore plus. En conséquence, le taux de rendement réel du
capital décroît (voir graphique 5) et le salaire réel avant impôt augmente. Toutefois,
10
comme on peut le constater, la baisse du taux de rendement du capital est beaucoup
moins importante dans le scénario avec croissance endogène.
Graphique 4
Taux d'épargne national (États-Unis)
Graphique 5
Taux de rendement réel du capital (États-Unis)
0.225
0.4
Cr. exogène (ecn. fermée)
Cr. exogène (ecn. fermée)
Cr. endogène (ecn. fermée)
Cr. endogène (ecn. fermée)
0.2
0.375
0.175
0.35
0.15
0.325
0.125
0.1
0.3
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
Graphique 7
PNB réel per capita (États-Unis)
(écart choc-moins-contrôle en pourcentage)
Graphique 6
Taux d'imposition salarial (États-Unis)
0.35
20
Cr. exogène (ecn. fermée)
Cr. endogène (ecn. fermée)
Cr. exogène (ecn. fermée)
Cr. endogène (ecn. fermée)
10
0.3
0
0.25
-10
0.2
-20
0.15
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
Le vieillissement démographique exerce également des pressions à la hausse sur
l'impôt sur le revenu salarial (voir graphique 6), parce qu’il y a moins de travailleurs pour
financer les systèmes de pension publics, ce qui réduit les assiettes fiscales. De plus, la
baisse du stock et du taux de rendement réel du capital a pour effet de réduire l’assiette
fiscale des revenus de placement, et contribue aussi à la hausse du taux d’impôt sur le
revenu salarial. Toutefois, comme on peut le constater, la hausse du taux d’imposition
salarial est beaucoup moins impressionnante dans le scénario avec croissance endogène.
La différence entre les résultats des scénarios de croissance endogène et exogène
s’explique de la façon suivante. Avec croissance endogène, le choc démographique se
répercute sur la décision d’investir dans le capital humain. Le vieillissement
démographique influe sur la formation de capital humain de deux façons. Premièrement,
en réduisant le taux de rendement réel du capital, la valeur actualisée des salaires futurs
11
augmente, ce qui donne lieu à des réaffectations de portefeuilles. Les agents réduisent
leur investissement dans le capital physique et augmentent leur investissement dans le
capital humain. Deuxièmement, le taux d’imposition sur le revenu salarial augmente, ce
qui a pour effet de faire baisser le salaire réel après impôt, mais il se rétablit
graduellement à long terme. Cela incite à procéder à un changement de profil
d’investissement. C’est ainsi que par rapport à leurs prédécesseurs, les nouvelles cohortes
augmentent durant leur jeunesse les ressources qu’elles destinent à l’investissement dans
le capital humain, mais une fois atteint l’âge moyen, elles fournissent davantage de maind’œuvre. De plus, grâce à cette hausse du stock en capital humain, la qualité et la
productivité de la main-d’oeuvre augmentent. En conséquence, le rapport capital-travail
effectif augmente toujours, mais à un rythme moindre que dans le scénario avec
croissance exogène. Avec la hausse de la main-d’oeuvre effective et la baisse moins
prononcée du taux de rendement réel du capital, la réduction des assiettes fiscales est
beaucoup moins forte, nécessitant une plus faible hausse du taux d’imposition salarial.
Finalement, en augmentant l’offre de main-d’œuvre effective, l’accélération du
processus d’accumulation de capital humain stimule la croissance économique (voir le
graphique 7). Ainsi, à plus long terme, le vieillissement démographique a des effets
positifs sur la production réelle par habitant, comparativement aux résultats avec
croissance exogène qui font état d’effets négatifs. Il est donc particulièrement intéressant
de noter qu’en dépit de l’importante baisse de l’épargne nationale, la croissance
économique se raffermit à long terme.
5. Résultats de la simulation dans le cas d’une petite économie ouverte
Dans cette partie, nous présentons les résultats de simulation des mêmes chocs
démographiques pour les sept pays dans le cas d’une petite économie ouverte, en
comparaison avec les résultats obtenus sous l’hypothèse d’économie fermée, à
l’exception des États-Unis. Dans le cas américain, les résultats obtenus en économie
fermée et ouverte sont les mêmes, puisque nous supposons que les taux d’intérêt
mondiaux sont déterminés par l’économie américaine.
En économie fermée, il est supposé que les changements observés relativement à
l’épargne intérieure, au rendement réel du capital et au salaire réel n’ont aucun effet sur le
solde du compte courant. Toutefois, dans le cas d’une petite économie ouverte, l’épargne
intérieure et l’investissement n’ont aucune incidence sur le coût d’emprunt sur les
marchés financiers mondiaux, car les taux d’intérêt intérieurs sont déterminés par le
marché international. Ainsi, dans le cas d’une petite économie ouverte, le choc
démographique n’aurait aucun effet sur le taux de rendement réel du capital.
L’hypothèse selon laquelle le taux de rendement réel du capital ne change pas
n’est pas réaliste dans le contexte du vieillissement démographique, car la plupart des
pays de l’OCDE vont connaître des transitions démographiques comparables. Par
conséquent, l’analyse de l’impact du vieillissement démographique, sous l’hypothèse
12
d’une économie fermée, est défendable même pour le cas d’une petite économie ouverte.
Toutefois, puisque la transition démographique n’est pas parfaitement synchronisée et
que certains pays vieillissent plus rapidement que d’autres, l’hypothèse d’économie
fermée ignore les effets possibles du vieillissement sur les flux mondiaux de capitaux et
sur les soldes des comptes courants.
Dans le cadre de l’économie mondiale, le vieillissement démographique peut avoir
d’importantes répercussions sur les soldes des comptes courants, selon l’ampleur et
l’évolution du phénomène du vieillissement dans un pays par rapport aux autres. En
influant sur l’épargne et l’investissement à l’échelle mondiale, le vieillissement
démographique peut provoquer d’importants changements sur les marchés financiers
mondiaux et influer sur les mouvements de capitaux entre les pays ainsi que sur les
soldes des comptes courants.
Afin d’examiner l’incidence du vieillissement démographique pour une petite
économie ouverte, nous faisons l’hypothèse, par commodité, que les États-Unis
représentent le reste du monde. Nous supposons donc que les fluctuations dans les taux
d’intérêt mondiaux sont dictées par les phénomènes qui se produisent aux États-Unis,
sous l’effet du choc démographique.3 Toutefois, il ne s’agit là que d’un exercice à titre
indicatif, car les autres pays pris globalement ou individuellement auront probablement
eux aussi des répercussions sur les marchés financiers mondiaux.
Dans la version des modèles avec petite économie ouverte, les avoirs intérieurs
peuvent différer du stock de capital national. Le capital physique national et la dette
publique équivalent aux avoirs de source privée et à la dette extérieure, et les entreprises
louent du capital physique à des sources nationales et étrangères, au taux d’intérêt
déterminé par le marché mondial. Lorsque nous simulons les chocs démographiques par
pays, les fluctuations des taux d’intérêt américains déterminent les fluctuations des taux
d’intérêt nationaux, et ce dans tous les pays. Dans une économie fermée, les conditions
d’équilibre des marchés financiers sont respectées au moyen du mécanisme d’ajustement
du taux de rendement du capital. Dans une petite économie ouverte, l’équilibre provient
des rajustements apportés aux mouvements internationaux de capitaux. La trajectoire
dynamique du compte courant de chaque pays est étroitement liée au choc
démographique qui s'y produit, par rapport à celui des États-Unis. Ét ant donné que les
agents ont un comportement prospectif dans les modèles, ils prévoient correctement les
changements des taux de rendement qui seront provoqués par les chocs démographiques.
Nous présentons à présent les résultats de l’impact des chocs démographiques
pour les six pays et les comparons avec ceux obtenus sous l’hypothèse d’une économie
fermée.
3
Nous posons l’hypothèse selon laquelle les agents optimisent l’allocation de leur portefeuille sur les taux d’intérêt
après taxes et appliquons le principe de résidence principale selon laquelle les impôts payés à l’étranger sont déduits
des impôts à payer dans le pays d’origine.
13
Le graphique 8 montre les ratios de dépendance des personnes âgées dans les six
pays de l’OCDE étudiés par rapport aux États-Unis, pendant la période allant de 1954 à
2050. Dans le cas du Japon, de l’Italie et du Canada, le ratio de dépendance des
personnes âgées augmente de façon marquée comparativement aux États-Unis. Toutefois,
dans le cas de la France, la Suède et du Royaume-Uni, les ratios de dépendance des
personnes âgées sont semblables à ceux des États-Unis.
Graphique 8
Ratio de dépendance des personnes de 65 ans et plus
par rapport aux États-Unis
1954=1
3.5
3
2.5
Canada
Japon
France
Suède
Italie
Royaume-Uni
2
1.5
1
0.5
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
Les graphiques 9 à 14 présentent la comparaison entre les taux de rendement réel
du capital, sous l’hypothèse d’économie fermée et de petite économie ouverte, pour les
six pays. Selon les résultats, la baisse du taux de rendement réel du capital est moins
importante sous l’hypothèse de petite économie ouverte pour le Japon, l’Italie et le
Canada. À plus long terme, toutefois, l'impact est similaire pour le Canada et le Japon.
Cependant, pour l’Italie, la différence demeure importante même à long terme. Pour la
France, la Suède et le Royaume-Uni, la différence est minime. Finalement, la France est
le seul pays, où la baisse du taux de rendement réel du capital est plus importante sous
l’hypothèse de petite économie ouverte que sous l’hypothèse d’économie fermée.
14
Graphique 9
Taux de rendement réel du capital (Canada)
0.4
Graphique 10
Taux de rendement réel du capital (France)
0.25
Éco. fermée
Éco. ouverte
0.375
0.225
0.35
0.2
0.325
0.175
Éco. fermée
Éco. ouverte
0.3
0.15
1954 1970
1986
2002 2018
2034 2050
2066 2082
1954 1970
Graphique 11
Taux de rendement réel du capital (Italie)
0.3
1986
2002 2018
2034 2050
2066 2082
Graphique 12
Taux de rendement réel du capital (Japon)
0.3
Éco. fermée
Éco. fermée
Éco. ouverte
Éco. ouverte
0.275
0.275
0.25
0.25
0.225
0.225
0.2
0.2
1954
1970 1986 2002
2018 2034
2050 2066
1954
2082
Graphique 13
Taux de rendement réel du capital (Suède)
0.25
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
Graphique 14
Taux de rendement réel du capital (Royaume-Uni)
0.4
Éco. fermée
Éco. ouverte
0.225
0.375
0.2
0.35
0.175
0.325
capital est important. Ainsi, sous l’hypothèse de petite économie ouverte, dans les pays
où la population vieillit plus rapidement, l’investissement intérieur diminue plus que
0.15
0.3
Comme
le choc démographique
pays2034
est 2050
important
1954 les
1970 résultats
1986 2002 l’indiquent,
2018
2034 2050 plus
2066 2082
1954 1970
1986 d’un
2002 2018
2066 2082 par
rapport au choc démographique américain, plus l’écart de taux de rendement réel du
Éco. fermée
Éco. ouverte
15
L’impact du vieillissement sur les mouvements nets de capitaux dépend de l’écart
entre le taux de rendement réel du capital en économie fermée et en économie ouverte.
Comme les résultats l’indiquent, plus le choc démographique d’un pays est important par
rapport au choc démographique américain, plus l’écart de taux de rendement réel du
capital est important. Ainsi, sous l’hypothèse de petite économie ouverte, dans les pays
où la population vieillit plus rapidement, l’investissement intérieur diminue plus que
l’épargne intérieure. Les agents ont donc une incitation à placer une partie de leur
épargne à l’étranger. C’est ainsi qu’au départ, les pays dont la population vieillit plus
rapidement profitent d’une amélioration de leur solde du compte courant (voir graphique
15) et d’une augmentation de leurs créances vis à vis de l’étranger. En conséquence, le
solde du compte courant de l’Italie, du Japon, et d’une certaine mesure, du Canada
augmente. D’un autre côté, pour la Suède et le Royaume-Uni, l’écart de taux de
rendement est petit, et le compte courant s’améliore faiblement. Finalement, pour la
France qui a un taux de rendement réel du capital plus bas sous l’hypothèse de petite
économie ouverte, le solde du compte courant se détériore.
Graphique 15
Changement des flux net de capitaux en proportion du PNB
0.2
0
-0.2
-0.4
-0.6
-0.8
-1
-1.2
Canada
Royaume-Uni
Italie
Suède
Japon
France
-1.4
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
L’impact positif du vieillissement démographique sur les revenus nets de
placement et sur le compte courant permet d’accroître le niveau du PNB réel, pour la
plupart des pays, en comparaison avec les résultats sous l’hypothèse d’économie fermée
(voir graphiques 16 à 21). Par exemple, dans le cas de l’Italie et du Japon, le choc sur les
16
flux de capitaux est si grand, que le niveau du PNB réel augmente même à court terme,
comparativement à une baisse sous l’hypothèse d’économie fermée. Toutefois, à plus
long terme, l’impact du choc démographique sur la croissance économique est un peu
moins positif sous l’hypothèse de petite économie ouverte. En économie ouverte, la
valeur actualisée des salaires futurs augmente un peu moins qu’en économie fermée, ce
qui réduit quelque peu l’incitation à investir en capital humain.
Lorsque l’on examine les résultats pour le Canada et le Japon, le niveau du PNB
réel est un peu moins élevé, après 2050, sous l’hypothèse de petite économie ouverte, à
cause d’une croissance économique plus faible. En Italie, le niveau du PNB réel demeure
plus élevé en économie ouverte, même après 2050. Toutefois, puisque la croissance est
légèrement plus faible à long terme, on doit s’attendre à ce que le niveau du PNB réel en
économie fermée finisse par dépasser le niveau du PNB réel en économie ouverte.
Dans le cas de la Suède et du Royaume-Uni, la valeur actualisée des salaires futurs
est à peu près semblable dans les deux scénarios, et l’investissement en capital humain
demeure inchangé. Ces deux pays profitent d’une légère hausse du PNB réel en économie
ouverte à moyen et long terme, et l’effet sur le taux de croissance est le même.
Finalement, dans le cas de la France, le résultat est inverse à ceux de l’Italie, du Japon, et
du Canada. Au départ, la France fait face à une très légère diminution du PNB réel, par
rapport au scénario d’économie fermée. Par contre, à plus long terme, elle bénéficie
d’une plus forte croissance économique, suivie d’un niveau de PNB plus élevé.
7. Conclusions
Dans le présent document, nous avons examiné l’incidence du vieillissement
démographique sur la croissance économique et les soldes des comptes courants dans le
contexte d’une petite économie ouverte. Au modèle conventionnel, nous avons ajouté
deux avenues supplémentaires permettant aux personnes de réagir face aux changements
des conditions économiques causées par le vieillissement démographique. La première
est reliée à la possibilité pour les personnes de modifier leur comportement en terme
d’investissement en capital humain. Une population vieillissante augmente le ratio
capital-travail, ce qui se traduit pour une pression à la hausse sur le ratio salaire-taux
d’intérêt. Ce changement relatif du prix des facteurs de production incite les agents privés
à investir davantage dans l’enseignement post-secondaire. L’accumulation plus rapide du
capital humain qui en découle est source de croissance économique. La seconde avenue
est la possibilité de placer son épargne dans des comptes étrangers. Cela réduit les pertes
de rendement sur l’épargne qui surviennent en économie fermée lorsque le vieillissement
de la population est plus rapide que dans le reste du monde. Ces deux avenus réduisent
les effets appréhendés du viellissement de la population. Les autres conclusions
auxquelles nous sommes arrivés sont les suivantes.
17
Graphique 17
PNB réel per capita (France)
Écart choc-moins-contrôle en pourcentage
Graphique 16
PNB réel per capita (Canada)
Écart choc-moins-contrôle en pourcentage
30
30
Éco fermée
Éco. ouverte
Éco fermée
Éco. ouverte
20
20
10
10
0
0
-10
-10
-20
-20
1954 1970 1986 2002 2018 2034 2050 2066 2082
1954 1970 1986 2002 2018 2034 2050 2066 2082
Graphique 18
PNB réel per capita (Italie)
Écart choc-moins-contrôle en pourcentage
Graphique 19
PNB réel per capita (Japon)
Écart choc-moins-contrôle en pourcentage
30
40
Éco fermée
Éco. ouverte
Éco fermée
Éco. ouverte
30
20
20
10
10
0
0
-10
-10
-20
-20
1954 1970 1986 2002 2018 2034 2050 2066 2082
1954 1970 1986 2002 2018 2034 2050 2066 2082
Graphique 21
PNB réel per capita (Royaume-Uni)
Écart choc-moins-contrôle en pourcentage
Graphique 20
PNB réel per capita (Suède)
Écart choc-moins-contrôle en pourcentage
30
30
Éco fermée
Éco. ouverte
Éco fermée
Éco. ouverte
20
20
10
10
0
0
-10
-10
-20
-20
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
1954
1970
1986
2002
2018
2034
2050
2066
2082
18
Tout d’abord, contrairement au point de vue conventionnel, nos résultats indiquent
que le vieillissement démographique pourrait avoir des effets économiques bénéfiques
sur la croissance économique. Cette conclusion ne change pas même dans le cadre d’une
petite économie ouverte. Toutefois, cette hausse de la croissance économique est
conditionnelle au phénomène de vieillissement qui se déroule dans le reste du monde.
Dans le cas où un petit pays ferait face à une population vieillissante, mais non le reste du
monde, les prix relatifs mondiaux des facteurs de production demeureraient inchangés, et
les décisions d’investir dans le capital humain dans le petit pays même seraient dictées
par les changements provenant des taux d’imposition domestiques.
Ensuite, nous avons démontré que l’incidence du vieillissement démographique
sur les marchés mondiaux de capitaux et les comptes courants pourrait être importante.
De plus, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les pays dont les populations
vieillissent plus rapidement pourraient bénéficier d’une amélioration de leur solde du
compte courant pendant une certaine période. Cela s’explique par une baisse de la
demande d’investissement intérieur qui serait plus importante que la baisse de l’épargne
nationale. Toutefois, à plus long terme, il est possible que cela réduise quelque peu
l’incitation à investir en capital humain, et par le fait même réduise les effets bénéfiques
sur la croissance.
La simplicité des modèles utilisés justifie un certain nombre de précisions.
Premièrement, il est supposé que tous les pays ont des régimes de pension publics
financés par répartition, bien que les réalités institutionnelles puissent être très
différentes. Par exemple, le Canada a récemment annoncé des mesures de réforme qui
consiste à financer partiellement le Régime de pensions du Canada et le Régime de rentes
du Québec par capitalisation. Si le système de pension public est partiellement financé
par capitalisation, alors le choc du vieillissement démographique exercerait moins de
pressions à la baisse sur l’épargne domestique et aurait davantage d’impact positif sur le
solde du compte courant.
Deuxièmement, le modèle ne tient pas compte de l’effet du vieillissement sur les
dépenses publiques consacrées par exemple à la santé et à l’éducation. Le vieillissement
est censé faire augmenter les dépenses consacrées aux soins de santé et réduire les
dépenses consacrées à l’éducation, ce qui rend incertain l’incidence nette sur le fardeau
fiscal. Ces facteurs se répercuteraient probablement sur nos résultats quantitatifs mais pas
sur nos résultats qualitatifs.4
Troisièmement, le modèle ne tient pas compte des changements importants qui
surviennent dans les avoirs des personnes âgées, découlant de l’épargne accumulée dans
des abris fiscaux comme les régimes enregistrés d’épargne retraite (REER) au Canada et
les régimes 401(k) aux États-Unis. La résorption future de ces stocks d’actifs fera
4
Voir, par example, Fougère and Mérette (1999b, 1999c).
19
augmenter les recettes publiques et limitera encore davantage les augmentations d’impôt
requises.5
Quatrièmement, il y a d’autres façons d’intégrer la croissance endogène dans les
modèles, qui pourraient donner des résultats différents. Parmi les autres sources de
croissance, figurent les dépenses au chapitre de la recherche et du développement et
l’investissement dans la création et l’innovation de nouveaux produits.
Finalement, bien que les résultats fournissent, à notre avis, une bonne intuition
quant à l’impact du vieillissement démographique sur le compte courant, il serait utile
dans les recherches futures d’étendre le cadre d’analyse à un modèle GI de type multipays.
De telles précisions signifient qu’il y a lieu de considérer nos conclusions comme
préliminaires et d’envisager toute incidence sur la politique avec circonspection.
5
Ibid.
20
Bibliographie
Auerbach, Alan J. et Laurence J. Kotlikoff (1987), Dynamic Fiscal Policy, Cambridge
University Press, Cambridge, Royaume-Uni
Auerbach, Alan J., Laurence J. Kotlikoff, Robert P. Hagemann et Giuseppe Nicoletti
(1989), “Conséquences du vieillissement démographique pour l’évolution de
l’économie : une étude sur le cas de quatre pays de l’OCDE”, Revue économique de
l’OCDE, no 12, pp. 111-147
Blinder, Alan S. (1974), Toward an Economic Theory and Income Distribution, MIT
Press, Cambridge, É.-U.
Buiter, Willem H. (1981), “Time Preference and International Lending and Borrowing in
an Overlapping-Generations Model”, Journal of Political Economy, vol. 89, pp. 769-797
Fougère, Maxime et Marcel Mérette (1999a), “Population Ageing and Economic Growth
in Seven OECD Countries”, Economic Modelling, vol. 16, pp. 411-427
Fougère, Maxime, and Mérette, Marcel (1999b), Economic Dynamics of Population
Ageing in Canada: An Analysis with a Computable Overlapping Generations Model,
Miméo, Ministère des Finances, Ottawa
Fougère, Maxime and Marcel Mérette (1999c), Population Ageing, Intergenerational
Equity and Growth: Analysis with an Endogenous Growth, Overlapping-Generations
Model, Miméo, Ministère des Finances, Ottawa
Hviding, Ketil et Marcel Mérette (1998), Macroeconomic Effects of Pension Reform in
the Context of Ageing : Overlapping Generations Model Simulations for Seven OECD
Countries, Working Paper no. 201, OCDE, Paris
Leibfritz, W., D. Roseveare, D. Fore and E. Wurzel (1997), “Ageing Populations,
Pension Systems and Government Budgets : How Do They Affect Saving? ”, dans OECD
(ed.), Future Global Capital Shortages: Real Threat or Pure Fiction?, OCDE, Paris
Miles, David (1999), “Modelling the Impact of Demographic Changes upon the
Economy”, The Economic Journal, vol. 109, pp. 1-36
21
Annexe: Équations structurelles du modèle à croissance endogène et résultats de
calibrage
Prière de noter que dans les équations qui suivent, l’indice t représente les périodes alors
que l’indice g représente le groupe d’âge. Pour certaines équations, un des indices a été
omis afin d’en faciliter la lecture.
Fonction de production de biens finis
Le secteur des biens finis dépend à la fois du capital physique et du travail effectif.
Toutes les entreprises sont identiques. La technologie de production de l’économie est
représentée par une fonction de type Cobb-Douglas :
(1)
Yt = AKtε L1e−,tε ,
où Y représente la production réelle, A une variable d’échelle, K le stock de capital
physique, Le l’offre de travail effectif et ε la part du revenu du capital.
Accumulation du capital humain
Pour tout groupe d’âge vivant au temps t, la technologie relative à la production du
capital humain prend la forme suivante :
(2)
ht +1 =
ht
γ
+ Bht zt ,
1 + χ (g )
B > 0; 0 < γ < 1; χ > 0,
où h représente le stock de capital humain intrinsèque, z la fraction de temps allouée à la
production du capital humain, χ(g) le taux d’amortissement du capital humain, ?
l’élasticité de la production de capital humain par rapport à la fraction du temps alloué à
l’éducation et B un facteur d’échelle. Pour chaque génération, χ(g) est calibré de façon à
reproduire les profils de vie des gains salariaux que l’on retrouve dans les modèles
originaux de l’OCDE. Toutefois, dans les simulations, ces taux d’amortissement restent
insensibles aux chocs démographiques.
Le mécanisme de continuité transgénérationnelle
Le stock de capital initial ht1 d’une nouvelle génération née à la période t, est une
fonction linéaire de stock du capital humain accumulé par tous les représentants des
générations vivantes de la période précédente 6:
6
Cette forme est neutre par rapport à la taille de chacune des générations.
22
15
(3)
h1t = π ∑ htg−1 ,
g =1
où π est un paramètre constant.
Comportement des ménages
Chaque génération optimise sa fonction d’utilité U relative à la consommation et
aux legs, compte tenu de son revenu sur l’ensemble d'une vie. Les préférences d’une
génération type sont représentées par une fonction d’utilité avec élasticité de substitution
intertemporelle constante :
(4)
1
U=
1−θ
g
(
)
 1  1−θ

 c g + β θg Beq g1−θ , 0 < θ < 1 ;
∑
1
+
ρ
g =1 

15
β g≠15 = 0, β g15 > 0,
où c représente la consommation, ρ le taux de préférence pour le temps, θ l’inverse de
l’élasticité intertemporelle de substitution, β 15 un paramètre constant et Beq les legs.
Comme indiqué, la somme des utilités temporelles s’exécute sur les 15 périodes de vie.
La contrainte budgétaire pour une période donnée
La contrainte budgétaire d’une génération type est pour chaque période t :
(5)
a k , t+1 − ak , t ≤ wt ht (1 − z t )(1 − τ w, t ) + rt (1 − τ k , t ) ak , t − (1 + τ s, t ) ct + pent − Beq t + Inht ,
où ak représente l’actif physique accumulé, w et r le taux de rémunération et le taux de
rendement du capital respectivement, τ w , τ r et τ s les taux d’impôt sur le revenu du travail,
le revenu de placement et la consommation respectivement, pen les revenus de pensions
et Inh les héritages. Les héritages sont répartis également entre les générations actives :
(6)
pop tj ⋅ Inhtj =
1
poptm Beq tm , j = 1,2,…,12 et m = 13,14,15.
∑
12 m
L’indice j représente les générations actives sur le marché du travail et l’indice m les
générations à la retraite. Le terme popgt représente le nombre de personnes d’âge g au
temps t.
Finalement, les montants de pension reçus, pen, dépendent du taux de remplacement a
sur les revenus salariaux au cours des années travaillées :
23
(7)
pentm = α
1 12
wt− m+ g htg− m+ g z tg−m+ g , m = 13,14,15.
∑
12 g =1
Gouvernement
Le gouvernement doit financer les dépenses publiques et les transferts par des
émissions d’obligations nationales et par des prélèvements fiscaux. La contrainte
budgétaire du gouvernement pour une période donnée est représentée par :
(8)
Dt +1 − Dt = rt Dt + Gt + PEN t − Tt ,
où D vaut pour les obligations d’État, G les dépenses publiques, PEN le montant total des
pensions payés ( PEN = ∑ pop g pen g ) et T les recettes fiscales. Les recettes fiscales
g
proviennent de trois sources : le revenu du travail, le revenu du capital et la
consommation. Calculées sur toutes les générations, les recettes publiques totales sont :
(9)
(
)
Tt = τ w ,t ∑ wt htg (1 − z tg ) + pentg ⋅ poptg + τ r ,t rt ∑ a kg,t ⋅ poptg + τ s ,t ∑ ctg ⋅ pop tg .
g
g
g
Conditions d’équilibre et d’aggrégation
Les conditions du marché correspondant à l’équilibre pour les facteurs de
production (capital physique et travail effectif) sont les suivantes :
(10)
rt − δ = εAK tε −1L1e−, tε ,
(11)
wt = (1 − ε ) AKtε L−e,εt ,
où δ représente le taux d’amortissement du capital physique.
Pour éviter le gaspillage des ressources, trois conditions d’équilibre sont intégrées.
Premièrement, le stock de main-d’oeuvre effective équivaut au stock de capital humain
alloué au marché du travail :
24
(12)
(
)
Le, t = ∑ htg 1 − z tg poptg
g
Deuxièmement, le capital physique plus la dette publique équivalent à l’ensemble des
avoirs de source privée, pour toutes les périodes :
(13)
K t + Dt = ∑ atg ⋅ poptg
g
Troisièmement, la production de biens finis équivaut à la consommation des ménages et
du gouvernement, plus l’investissement net :
(14)
Yt = Ct + Gt + I tN ,
où Ct = ∑ poptg ctg et I tN = K t +1 − (1 − δ )K t .
g
Équations structurelles dans le modèle de petite économie ouverte
Dans le modèle des petits pays à économie ouverte, les contraintes touchant le capital et
les ressources affectées à la production de biens finis sont modifiées de la façon
suivante :
(13’) K t + D t = ∑ a tg ⋅ poptg + NFDt ,
g
(14’) Yt = Ct + Gt + I tN + NX t ,
(15)
NX t = −( NFDt+1 − NFDt − rt NFDt ) ,
où NFD représente le stock de la dette extérieure nette et NX, le solde des opérations
courantes.
25
Tableau 2 : Résultats de calibration
ε
δ
η
ρ
α
K/Y
S/Y
D/Y
Canada
34.5
3.10
2.4
.0047
45.9
2.7
22.4
.27
France
33.2
3.02
1.6
.0002
52.16
4.0
23.3
.08
Italie
34.4
2.58
2.6
.0050
45.4
3.6
28.5
.62
Japon
34.2
4.54
2.4
.0025
53.7
2.9
31.8
.09
Suède
30.0
2.70
2.4
-.003
49.0
3.6
23.1
-.08
Royaume-Uni
30.4
2.75
2.9
.0035
24.4
2.5
17.6
.35
États-Unis
32.6
3.52
2.4
.0055
42.0
2.5
19.4
.34
Paramètres communs à tous les pays
γ = .7; 1/θ = .25;
Source: Banque de données analytiques, OCDE; Auerbach et Kotlikoff (1987).
Tableau 3: Taux d’imposition effectifs moyens: 1965-19941
τκ
τw
τc
Canada
41
22
9
France
22
36
18
Italie
25
30
11
Japon
33
16
5
Suède
51
47
18
Royaume-Uni
54
23
13
États-Unis
41
20
5
1. Pour la Suède, la moyenne des données est 1975-1994.
Source: Leibfritz et al. (1997).
26
Definitions:
ε: part du revenu de production revenant au capital physique (p.100)
δ: taux d’amortissement du capital physique (p.100)
η: taux de progrès technique (p.100)
K/Y: rapport capital-production
S/Y: rapport épargne nationale brute-production
D/Y: rapport dette sur le PIB
γ: coefficient de production du capital humain
1/θ: élasticité de substitution intertemporelle
τκ: taux d’imposition effectif moyen du revenu de placement
τw: taux d’imposition effectif moyen du revenu salarial
τc: taux d’imposition effectif moyen de la consommation
27
2000
2000-07 Networks for Macroeconomic Forecasting: A Complementary Approach to Linear
Regression Models – Steven Gonzalez
2000-06 Forecasting employment Rates: A Cohort Approach – Marie-France
Paquet and Timothy C. Sargent
2000-05 Measuring Human Capital in Canada - Mireille Laroche and Marcel
Mérette of the University of Ottawa
2000-04 L’écart à terme comme indicateur de l’activité économique :
Paul Delâge et Jean-François Fillion
L’expérience des années 90
2000-03 Croissance endogène et vieillissement démographique : le cas d’une petite économie
ouverte* Maxime Fougère
2000-02 “Modeling Federal Finances under Uncertainty” Derek Hermanutz and Chris Matier
2000-01 “Liability Management Using Dynamic Portfolio Strategies” Richard Black, Colin R. Telmer
1999
99-03 “An Econometric Examination of the Impact of Population Ageing on Personal Savings in
Canada” , Maxime Fougère - Finance, Marcel Mérette - University of Ottawa
99-02 “Analyzing and Forecasting Credit Ratings: Some Canadian Evidence” Patrick Sabourin
99-01 “Taxation and Economic Performance: A Cross-Country Comparison and Model Sensitivity
Analysis” Jing Xu
1998
98-09 “The BU Ratio: Prospect and Retrospect” Timothy C. Sargent
98-08 “Youth and the 1990s Labour Market” Carolyn Wilkins
98-07 “The Canadian Economic and Fiscal Model – 1996 Version: Part 3 – Empirical Specification
and Statistical Assessment” Jian-Guo Cao and Benoît Robidoux
98-06 “The Canadian Economic and Fiscal Model – 1996 Version: Part 2 – Dynamic Forecasting and
Simulation Properties” Alain DeSerres, Benoît Robidoux and Bing-Sun Wong
98-05 “The Canadian Economic and Fiscal Model – 1996 Version: Part 1 – Model Structure” Benoît
Robidoux and Bing-Sun Wong
98-04 “Population Ageing and the Current Account in Selected OECD Countries” Maxime Fougère
and Marcel Mérette
98-03 “Population Ageing and Economic Growth in Seven OECD Countries” Maxime Fougère and
Marcel Mérette
98-02 “The Persistence of Low Income Spells in Canada, 1982-1993” Mireille Laroche
98-01 “On the Concept and Dimensions of Human Capital in a Knowledge-Based Economy Context”
Mireille Laroche, Marcel Mérette and G.C. Ruggeri
1997
97-08 “Estimating the Economic Efficiency Consequences of Alternative Tax Reforms Using a CGE
Model: Homogeneous Vs Heterogeneous Labour Specifications” Louis Beauséjour, Mokhtar
Souissi, Carole Vincent and G.C. Ruggeri
97-07 “Tax Expenditures and Tax Preferences in the Personal Income Tax System of Selected
OECD Countries: A Suggested Classification, G.C. Ruggeri and Carole Vincent
97-06 “Income Taxes, Life-Cycles and Growth”, Marcel Mérette
97-05 “Effective Income Tax Rates in Macroeconomics: An Update for Canada”, G.C. Ruggeri,
Mireille Laroche and Carole Vincent
97-04 “A Public versus a Private Canada Pension Plan: A Survey of the Economics” Steven James
97-03 “Forecasting Canadian Recessions with Macroeconomic Indicators” Robert Lamy
97-02 “The Dynamic Effects of Taxes and Government Spending in a Calibrated Canadian
Endogenous Growth Model” Jing Xu
97-01 “The Impact of Fiscal Policy on the Risk Premium of Government Long-Term Debt: Some
Canadian Evidence” Todd Mattina and François Delorme
1996
96-06 “Does the Length of the Current Expansion Increase the Probability of Recession?” Lisa
Backa
96-02 “Do Mechanical Filters Provide a Good Approximation of Business Cycles?”, Alain Guay and
Pierre St-Amant
96-01 “An Indicator Model of Core Inflation in Canada” Robert Lamy and Paul Rochon
1995
95-12 “Potential Economic Effects of Experience-Rating the Unemployment Insurance System
Using a Multi-Sector General Equilibrium Model of Canada” Louis Beauséjour,
Munir A. Sheikh and Baxter Williams
95-11
“Active Labour Market Policies: An Evaluation” Lori Marchildon
95-10 “An Index of Unemployment Insurance Disincentives” Timothy C. Sargent
95-09 “The Economics of Canada Pension Plan Reforms” Steven James, Chris Matier, Humam
Sakhnini and Munir Sheikh
95-08 “The Long-Run Economic Impacts of Government Debt Reduction” Steven James and Chris
Matier
95-07 “Time Series Properties of Canadian Real Interest Rates”, Chris Matier and Werner Schüle
95-06 “Interpreting Sacrifice Ratios Across Countries and Over Time” Brenda Lipsett and Steven
James
95-05 “Effective Rates of Assistance: An Old Idea Whose Time Has Come?” Louis Beauséjour and
Munir A. Sheikh
95-04 “Aggregate Fluctuations, Monetary Policy and Nominal Wage Rigidities in a New-Classical
Setting: Results for Canada” Humam Sakhnini
95-03 “Ricardian Equivalence and the Permanent Income Hypothesis: An Empirical Investigation”
Benoit Perron
95-02 “Are New-Classical Models Becoming Relevant Policy Tools: A Survey of Recent NewClassical Models” Humam Sakhnini
95-01 “Fluctuations économiques dans un environnement de stabilité des prix” Claude Lavoie
Please note that this working paper is available in French only.
1994
94-06 “Conditional Productivity Convergence in Canada” Frank C. Lee
94-05 “A Guide to Applied Modern Macroeconometrics” Alain Paquet
94-04 “Interindustry Wage Differentials: Evidence, Explanations and Potential Distortions” Mario
Iacobacci
94-03 “Regional Productivity Convergence in Canada” Frank C. Lee and Serge Coulombe
94-02 “Regional Economic Disparities in Canada” Serge Coulombe and Frank C. Lee
94-01 “The Interaction of Inflation with a Canadian-Type Capital Tax System: A Dynamic General
Equilibrium Analysis Incorporating Endogenous Leverage and Heterogeneous Households”
Steven James
1992
92-04 “An Environmental CGE Model of Canada and the United States” Louis Beauséjour, Gordon
Lenjosek and Michael Smart
92-03 “Estimating Trend Total Factor Productivity Growth in Canada” Carolyn Wilkins, Frank Lee
and Steven James
92-02 “Un indice de prix régional de biens et services comparables au Canada et son application aux
disparités régionales de revenu” Raynald Létourneau. Available in French only.
92-01 “A New Composite Leading Indicator of the Canadian Economy” Robert Lamy
1990
90-07 “Une analyse empirique des déterminants du taux d'intérêt réel mondial” Benoît Robidoux
Please note that this working paper is available in French only.
90-06 “Real Interest Rates in Historical Perspective” Paul Jenkins
90-05 “The Contribution of Fiscal Policy to Real Interest Rate Movements in the 1980s”
Paul Jenkins
90-04 “The Constant Price Hypothesis in Multi-Industry Cross-Section Studies: The Impact on
Cost Function Estimates” Benoît Robidoux and John Lester
90-03 “The Cyclically-Adjusted Output Methodology” Mario Albert, Nathalie Boisvert and Robert
Fonberg
90-02 “The Determination of Real Interest Rates” Joel Fried and David Burgess
90-01 “La voie des dépenses fiscales : le point sur les questions conceptuelles et les controverses”
Neil Bruce. Available in French only.
1989
89-07 “INTERMOD 2.0: Model Specification and Simulation Properties” Guy Meredith
89-06 “The Calculation of Marginal Effective Tax Rates in the 1987 White Paper on Tax Reform”
Jack Jung
89-05 “Effects of Changing Age Structure on Consumption and Saving” Paul Jenkins
89-04 “Expectations, Policy Shocks, and Output Behaviour in a Multi-Country Macroeconomic
Model”
Guy Meredith
89-03 “The Goods and Services Tax: A General Equilibrium Analysis” Bob Hamilton and
Chun-Yan Kuo
89-02 “A Survey of Some Recent Developments in Macroeconomics” Michael Devereux
89-01 “Closed Economy Analysis of the Dynamics of Deficits and Debt in a Unitary and Federal
State” - Carolyn Wilkins and Mario Albert
1988
88-10 “A Guide to the GET Model” Richard G. Harris
88-09 “INTERMOD Model User's and Developer's Guide for PC Systems” Philip Bagnoli and
Anders Kruus
88-08 “The Trade Sector in INTERMOD” Guy Meredith
88-07 “INTERMOD 1.1: A G-7 Version of the IMF's Multimod” John F. Helliwell, Guy Meredith,
Yves Durand and Philip Bagnoli
88-06 “Resolutions of the U.S. Trade Imbalances: How Painful Will the Adjust Be?” Janice Haritos
88-05 “Econometric Estimates of Import Price Elasticities for Canada” Raynald Létourneau and
John Lester
88-04 “Econometric Estimates of Scale Economies in Canadian Manufacturing” Benoît Robidoux and
John Lester
88-03 “Trade Barriers Between Canada and the United States” John Lester and Tony Morehen
88-02 “New Estimates of Canadian Tariff Rates by Industry and Commodity” John Lester and
Tony Morehen
88-01 “Geographic Labour Mobility in Canada” Louis Grignon and Kei Moray
1987
87-01 “Économies d'échelle : Un survol des techniques d'estimation et des problèmes
méthodologiques”
Benoît Robidoux. Available in French only.
1986
86-01 “The Structure of Production in Ten Canadian Industries” François Delorme and
John Lester
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising