Mali : réformer ou rechuter Rapport Afrique N°210

Mali : réformer ou rechuter Rapport Afrique N°210
Mali :
réformer ou
rechuter
Rapport Afrique N°210 | 10 janvier 2014
International Crisis Group
Headquarters
Avenue Louise 149
1050 Brussels, Belgium
Tel: +32 2 502 90 38
Fax: +32 2 502 50 38
brussels@crisisgroup.org
Table des matières
Synthèse ....................................................................................................................................
i
Recommandations .................................................................................................................... iii
I. Introduction .....................................................................................................................
1 II. De la fin de la transition au Mali d’IBK ............................................................................
3 A. Le processus politique : l’accord de Ouagadougou et la fin de la transition .............
3 B. Le président IBK entre rupture et continuité ............................................................
5 III. Les tensions persistantes au Nord ................................................................................... 10 A. Au Nord, risque jihadiste, tensions communautaires et contestation sociale .......... 10 B. Des groupes armés toujours présents mais divisés ................................................... 15 C. Le dispositif international de sécurité face à l’enjeu de la durée .............................. 18 D. Kidal, une ville sous haute tension ............................................................................ 20 IV. Négocier l’avenir du Nord ................................................................................................ 23 A. Le plan gouvernemental : un dialogue national pour sortir de la crise .................... 23 B. La poursuite des négociations avec les groupes armés ............................................. 25 V. Réforme de l’Etat et réconciliation nationale : une occasion à ne pas manquer ............. 29 A. Décentraliser et ramener les services publics au plus près des citoyens .................. 29 B. Rompre avec l’impunité en matière de lutte contre la corruption ............................ 30 C. Entreprendre la réforme du secteur de la sécurité .................................................... 32 D. Harmoniser réconciliation et justice ......................................................................... 34 VI. Conclusion ........................................................................................................................ 36 ANNEXES
A.
Carte du Mali .................................................................................................................... 37
B.
Liste des acronymes ......................................................................................................... 38
C.
A propos de l’International Crisis Group ......................................................................... 39
D.
Rapports et briefings de Crisis Group sur l’Afrique depuis 2011 ..................................... 41
E.
Conseil d’administration de Crisis Group ........................................................................ 42
International Crisis Group
Rapport Afrique N°210
10 janvier 2014
Synthèse
Un an après l’intervention française, l’intégrité territoriale et l’ordre constitutionnel
ont été rétablis au Mali. Mais la persistance des tensions intercommunautaires et de
violences localisées témoigne d’une stabilisation encore précaire du Nord, alors que
les forces françaises et onusiennes peinent à consolider leurs progrès en matière de
sécurité. Les attentes à l’égard du président Ibrahim Boubacar Keïta sont immenses.
Il doit à la fois élaborer un compromis sur le devenir du Nord et engager la réforme
d’un Etat affaibli par la crise. Son gouvernement doit aller au-delà des déclarations
d’intention et passer à l’action. Pour consolider la situation à court terme, il est tenté
de renouer avec un système clientéliste qui a conduit les précédents régimes dans
l’impasse. Le président ne peut certes pas tout réformer brusquement mais l’urgence
de la stabilisation ne doit ni faire manquer l’occasion d’entamer une réforme profonde
de la gouvernance ni occulter la nécessité d’un dialogue véritablement inclusif sur
l’avenir du pays.
Au Nord, la situation s’est à nouveau tendue fin 2013. L’insécurité prend des
formes multiples : banditisme armé, reprise des attaques jihadistes, violences intercommunautaires et incidents réguliers entre forces maliennes et groupes armés. La
violence reste contenue mais les ingrédients d’une déflagration plus large sont présents. Les conditions d’un nouveau vivre ensemble sont loin d’être réunies. L’insécurité
entrave le retour de l’Etat et le déploiement de l’aide. Dans ce contexte, l’insatisfaction
des populations à l’égard des pouvoirs publics reste forte, comme l’attestent des
manifestations dans plusieurs localités du Nord et notamment à Gao. Les élections législatives ont certes eu lieu sans incident majeur mais la situation reste préoccupante,
en particulier à Kidal, à l’extrême nord du pays, après l’assassinat de deux journalistes
français le 2 novembre et des tirs de l’armée malienne sur des manifestants civils le
28 novembre.
L’Etat tarde pour l’instant à démontrer sa capacité à restaurer les services de base
au Nord. Au-delà du manque de moyens, il a perdu sa crédibilité auprès d’une large
partie des populations de ces régions même si la majorité ne soutient pas le projet
séparatiste ou autonomiste des groupes armés. Pour réconcilier l’Etat et les citoyens,
les programmes de réhabilitation qui commencent doivent se concentrer sur les services concrets rendus à la population. L’Etat ne doit pas rater son retour dans le Nord.
L’opération Serval a notamment permis de réduire de manière substantielle
l’activité des groupes jihadistes. Après ce premier succès, le dispositif militaire international est confronté au défi de la durée. Alors qu’elle s’engage en Centrafrique, la
France ne veut pas assumer seule le coût d’une stabilisation durable du pays. L’opération
des Nations unies (Minusma) relaye les efforts des forces françaises depuis juillet
2013 mais des doutes subsistent sur sa capacité à assumer ses missions, en partie du
fait du manque d’effectifs et de moyens adaptés. Plus largement, si la dimension
transnationale des menaces est reconnue, l’élaboration d’une politique régionale de
sécurité progresse encore trop lentement du fait de nombreuses tensions entre les
voisins du Mali.
En organisant fin 2013 les états généraux de la décentralisation et les assises nationales du Nord, l’Etat crée les conditions d’un dialogue national et rompt avec des
négociations qui enfermaient trop souvent Etat et groupes armés dans un face-à-face
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page ii
stérile. Ces rencontres doivent cependant aller au-delà des vœux pieux. Il faut maintenant passer aux actions concrètes en installant rapidement des mécanismes pour
une redistribution effective des ressources dans les régions et en prenant en compte
les critiques sur l’insuffisante représentativité des rencontres organisées par le gouvernement. Les forums régionaux qui prennent le relais des conférences nationales
ne doivent pas imposer les choix de Bamako mais associer les communautés locales à
la prise de décision. A défaut, les efforts du gouvernement ces derniers mois n’auront
été que de vains exercices de communication sans impact sur le terrain.
Les groupes armés présents au Nord refusent jusqu’ici de participer à ces rencontres. Ils reprochent au gouvernement d’en maitriser exclusivement les modalités
et de fermer la porte à un dialogue réel. Malgré l’annonce de leur prochaine fusion
pour mieux peser face à Bamako, ils se divisent en réalité sur l’opportunité de retisser
des liens avec le pouvoir. Ce dernier semble renouer avec une politique clientéliste
qui permettait aux régimes précédents de gouverner le Nord en échange de prébendes. Lors des élections législatives, le parti du président IBK a soutenu plusieurs
candidats issus ou proches des groupes armés. En renouant les liens avec des chefs
touareg et arabes, le pouvoir espère diviser et affaiblir progressivement les mouvements armés. Cette politique peut ramener de la stabilité à court terme mais elle
contribue peu aux nécessaires réformes de la gouvernance dans le septentrion malien.
Par ailleurs, elle avive les tensions au sein des groupes armés. Dans ce contexte, des
éléments se sentent floués et peuvent reprendre les armes.
Selon l’accord préliminaire de Ouagadougou de juin 2013, des pourparlers inclusifs
de paix devaient s’ouvrir 60 jours après la formation du gouvernement. Ce délai a
expiré début novembre. Gouvernement et groupes armés continuent le dialogue mais
par des canaux plus informels et dans un contexte plus tendu. Les discussions
achoppent notamment sur la question du sort des combattants. L’incertitude actuelle
est dangereuse. La communauté internationale doit user de son influence pour amener
les acteurs à tenir leurs engagements. Les groupes armés doivent accepter le désarmement et le plein retour des autorités maliennes à Kidal. Celles-ci pourraient provisoirement assurer l’ordre public conjointement avec la Minusma. De son côté, le
gouvernement doit se montrer plus flexible et comprendre que les conférences nationales ne se substituent pas à de véritables pourparlers incluant toutes les communautés du Nord, y compris les groupes armés.
Enfin si l’attention porte aujourd’hui sur les régions du Nord, il ne faut pas négliger
la nécessité de refonder sur des bases plus saines l’Etat et la gouvernance sur
l’ensemble du territoire. Comme l’a établi Crisis Group, la crise du Nord a révélé les
graves déséquilibres qui affectent le pays entier. La démocratie malienne, longtemps
tenue pour un modèle régional, s’est effondrée brusquement. Le nouveau pouvoir et
ses partenaires internationaux s’accordent à dire que de profondes réformes sont
nécessaires pour rompre avec les pratiques passées. Beaucoup estiment cependant
qu’elles sont encore prématurées dans le contexte d’un Etat qui se remet à peine debout.
Il ne faut cependant pas manquer l’occasion d’une réforme ambitieuse de la gouvernance. A tout le moins les réflexes liés à l’ancien système de gouvernance ne doivent
pas reprendre le dessus.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page iii
Recommandations
Pour renforcer la sécurisation du territoire et la protection des populations
Au gouvernement du Mali :
1. Veiller à ce que le retour de l’Etat dans le Nord se concentre sur la restauration
et l’amélioration des services (justice, éducation et santé) et non sur les seuls
symboles de l’autorité centrale.
2. Rétablir la confiance entre les représentants de l’Etat et la population du Nord,
en particulier celle de Kidal, en :
a) enquêtant systématiquement sur les plaintes concernant des exactions commises par les forces de sécurité sur les populations civiles et poursuivre en
justice les auteurs de tels crimes ;
b) créant au plus tôt la commission d’enquête internationale prévue par l’article
18 de l’accord de Ouagadougou ;
c) s’assurant du professionnalisme et de l’intégrité des forces de sécurité déployées
au Nord, en particulier, en confiant les missions de maintien de l’ordre public
à des forces de police entrainées et non à celles de l’armée ; et
d) rompant définitivement avec l’utilisation de groupes armés à base communautaire pour rétablir la sécurité au Nord.
Aux groupes armés du Nord :
3. Se conformer de manière plus stricte au cantonnement prévu par l’accord de
Ouagadougou, ou à défaut, être tenu pour coresponsables des incidents qui se
produisent dans les localités où ils sont présents.
4. Clarifier et actualiser leurs revendications politiques.
Au Conseil de sécurité et aux pays contributeurs de troupes :
5. Renforcer rapidement les ressources humaines et logistiques de la Minusma,
notamment en moyens aéroportés, jusqu’à l’atteinte de ses effectifs complets.
A la Minusma :
6. Assurer, de manière impartiale, son mandat de protection des civils en évitant
d’apparaitre comme une force auxiliaire de l’Etat, surtout au Nord du pays.
7. Renforcer de manière substantielle sa présence dans le Nord, notamment dans
les villes où des incidents ont été signalés, et renforcer ses capacités de patrouille,
aux côtés des forces maliennes, pour sécuriser les axes routiers.
8. Sécuriser le retour des réfugiés, y compris dans les zones pastorales, en renforçant sa présence en dehors des espaces urbains.
Aux autorités françaises :
9. Maintenir sur le territoire malien des forces dotées de moyens de réaction rapide
et de renseignement pour épauler le gouvernement et la Minusma.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page iv
A la Commission de l’Union africaine, aux Etats du Sahel, d’Afrique
de l’Ouest et du Nord, à l’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahel et au
représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel :
10. Participer à la relance de la coopération régionale en matière de sécurité et de
développement économique en appuyant les cadres de concertation et de décision permettant de réduire progressivement les méfiances et les tensions entre
les Etats concernés, comme par exemple le processus soutenu par l’Union africaine de réunir régulièrement les chefs des services de renseignements des pays
de la sous-région.
Pour renforcer le processus de réconciliation et de retour à la paix
Au gouvernement du Mali :
11. Poursuivre le dialogue engagé dans le cadre de l’accord de Ouagadougou en :
a) ouvrant les pourparlers de paix inclusifs avec les représentants des communautés du Nord, y compris des groupes armés signataires de l’accord ;
b) proposant, avec le soutien de ses partenaires, un plan de réinsertion socioéconomique à destination des combattants afin de faciliter le cantonnement et
le désarmement ;
c) faisant preuve de flexibilité dans les modalités de négociation en acceptant
que les rencontres se tiennent également en dehors de Bamako, y compris dans
les grandes villes du Nord ; et
d) ne faisant pas de la décentralisation le seul terme de discussion acceptable
lors des négociations, envisageant d’autres arrangements institutionnels et
prenant des mesures de facilitation favorisant le dialogue.
12. Poursuivre, avec plus de vigueur et dans la durée, la politique de réconciliation
nationale en :
a) veillant à ce que le dialogue ne soit pas imposé d’en haut mais réapproprié
par les communautés locales, et pour cela, relayer l’action des récentes conférences nationales par des forums régionaux et locaux ;
b) se montrant plus déterminé à ce que les discussions et recommandations des
forums ne restent pas lettre morte et, pour cela, les relier plus directement à
un processus de prise de décision politique ; et
c) reprécisant les missions et le fonctionnement de la Commission dialogue vérité
et réconciliation, en lui confiant notamment une mission d’établissement des
faits sur les crimes commis depuis 1963, date de la première rébellion touareg
au Mali.
A la Minusma, aux différents médiateurs de la Cedeao, aux témoins
de l’accord de Ouagadougou (UA, UE, Organisation de la coopération
islamique) et au gouvernement français :
13. Faciliter les négociations en veillant tout particulièrement à préserver une position de neutralité entre le gouvernement et les groupes armés du Nord.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page v
Pour engager une réforme profonde de l’Etat et de la gouvernance
Au gouvernement du Mali :
14. Poser dès à présent des actes concrets témoignant de sa capacité à porter la réforme de l’Etat dans la durée en :
a) poursuivant, à court terme, les actions visant au respect de la discipline et de
la hiérarchie au sein des forces armées et engageant, à long terme, une réforme du secteur de la sécurité en collaboration avec la mission de formation
de l’Union européenne au Mali (EUTM) ;
b) entreprenant dans le court terme des actions concrètes visant au rétablissement des services publics dans le Nord et sur l’ensemble du territoire ;
c) préparant à plus longue échéance l’application des recommandations principales des états généraux de la décentralisation en veillant à prévenir les possibles effets pervers d’une décentralisation mal maitrisée ;
d) facilitant dès à présent l’action de la justice en matière de lutte anti-corruption
et mettant rapidement en évidence les premiers résultats ; et
e) engageant à plus long terme une politique visant à restaurer les moyens de la
justice et la préservation de son indépendance.
Aux partenaires et aux bailleurs de fonds du Mali :
15. Procéder à un examen lucide de l’échec des politiques d’assistance passées, en
prêtant attention à leurs propres responsabilités autant qu’à celles des dirigeants
maliens.
16. Coordonner les interventions notamment à travers la création d’un forum réunissant régulièrement les pays contributeurs pour définir une assistance adaptée
aux capacités d’absorption limitées du pays.
17. Instaurer des mécanismes garantissant un meilleur contrôle de l’utilisation de
l’aide et une réduction significative des détournements.
18. Aider le gouvernement à sérier les priorités et à échelonner les décisions mais
privilégier également les actions qui aident au retour concret des services publics
et au développement économique dans les régions, au-delà des seules capitales
régionales.
Dakar/Bruxelles, 10 janvier 2014
International Crisis Group
Rapport Afrique N°210
10 janvier 2014
Mali : réformer ou rechuter
I.
Introduction
L’intervention militaire française, déclenchée en janvier 2013, a eu un impact décisif
au Mali. Alors que le pays était au bord de l’implosion, il a retrouvé de la stabilité et
franchi ces derniers mois une série d’étapes importantes permettant le retour à la
légitimité institutionnelle et le renforcement d’un exécutif longtemps à la dérive.1
L’accord préliminaire de Ouagadougou signé le 18 juin a notamment permis un cessezle-feu puis l’élection à une très large majorité du président Ibrahim Boubacar Keïta
(IBK). Le climat d’optimisme qui prévalait encore en septembre lors de l’investiture
présidentielle s’assombrit cependant. Le calme relatif dans lequel se sont déroulées
les élections législatives des 24 novembre et 15 décembre ne peut occulter la montée
des tensions et la répétition des incidents armés au Nord. Le 28 novembre, les tirs de
l’armée malienne sur des manifestants à Kidal ont provoqué de vifs remous et souligné
la fragilité du cessez-le-feu.
La reprise des attentats dans les villes du Nord, les tensions intercommunautaires,
la présence continuelle des groupes armés et les difficultés de l’Etat à reprendre pied
dans les régions septentrionales témoignent de l’ampleur des difficultés qu’il reste à
surmonter. La guerre au Mali n’est pas encore gagnée. Au-delà de la question du Nord,
la nouvelle équipe dirigeante s’est engagée avec l’appui de ses partenaires dans un
ambitieux programme de dialogue national et de réformes de la gouvernance. Ce dernier
est bienvenu mais la précipitation dans laquelle il est mené depuis Bamako inquiète.
Le langage de la réforme a maintes fois été utilisé par l’Etat pour couvrir son immobilisme et un système clientéliste. La même chose se produira si le président IBK ne
pose pas dans un délai très bref des actes forts au-delà des concessions symboliques
qu’il a octroyées aux bailleurs. Ces derniers ont également leur part de responsabilité
dans la dérive de l’autorité publique et doivent faire leur propre bilan critique.
Ce rapport s’appuie sur plusieurs dizaines d’entretiens réalisés à Bamako, Gao,
Niamey, Dakar et Paris avec des acteurs politiques et militaires maliens, leurs partenaires étrangers ainsi qu’avec des représentants de la société civile malienne originaires du Sud et du Nord. Il examine les défis auxquels sont actuellement confrontés
la nouvelle équipe dirigeante réunie autour du président IBK et les autres acteurs
engagés dans la stabilisation et la réforme des institutions.
Il analyse d’abord le processus politique qui, à la suite de la signature de l’accord
de Ouagadougou, a permis l’élection du président IBK et la formation d’un nouveau
gouvernement. Après l’examen des premiers gestes du nouvel exécutif malien, ce
rapport décrit les violences et les mécontentements qui marquent toujours le Nord
ainsi que les difficultés du dispositif de sécurité international à inscrire son intervention dans la durée. Il dresse ensuite l’état des lieux du dialogue national lancé par le
1
Pour les précédentes analyses de Crisis Group sur la crise malienne, voir les rapports Afrique
N°189, Mali : éviter l’escalade, 18 juillet 2012 ; N°201, Mali : sécuriser, dialoguer et réformer en
profondeur, 11 avril 2013 ; et le briefing Afrique N°90, Mali : pour une action internationale résolue
et concertée, 24 septembre 2012.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 2
gouvernement et souligne les tensions actuelles qui pèsent sur le processus de dialogue
avec les groupes armés instaurés par l’accord de Ouagadougou.
Ce rapport souligne les tensions actuelles entre velléité de réforme de l’Etat et
tentation de stabiliser le pays en renouant avec les pratiques clientélistes caractéristiques des régimes précédents. Il formule des recommandations concrètes pour rompre
avec ces pratiques sans compromettre la stabilisation et poser, dès à présent, les
premiers actes d’une réforme plus ambitieuse de l’Etat qui devra nécessairement
s’étendre dans la durée.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
II.
Page 3
De la fin de la transition au Mali d’IBK
Après de longs mois d’un processus de transition tendu et contesté, les Maliens ont
élu un nouveau président, Ibrahim Boubacar Keïta. L’accord de Ouagadougou, qui a
rendu la tenue des élections possible, a montré son utilité en offrant un cadre de discussion avec les groupes armés mais sans régler aucun des problèmes de fond.
A.
Le processus politique : l’accord de Ouagadougou et la fin de la transition
Le 18 juin 2013, un « accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers
inclusifs de paix au Mali » est signé à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, entre
l’Etat malien et deux mouvements armés touareg.2 Les négociations durent une
quinzaine de jours au cours desquelles les médiations présentes et en particulier
celle de la France pressent les parties concernées de signer.3 Un accord est en effet nécessaire pour que l’élection présidentielle prévue fin juillet se tienne sur l’ensemble
du territoire malien, y compris à Kidal, région occupée par des groupes armés. L’objectif
est de clore la parenthèse du gouvernement de transition dont tout le monde s’accorde
à dire qu’il n’a pas l’autorité suffisante pour conduire une véritable sortie de crise.4
Les signataires de l’accord de Ouagadougou reconnaissent l’intégrité territoriale
du Mali, la forme républicaine et laïque de l’Etat et s’engagent à lutter contre le terrorisme. L’accord instaure un cessez-le-feu et un processus de cantonnement des
groupes armés.5 Les signataires s’engagent à faciliter le retour de l’administration
malienne sur l’ensemble du territoire et l’organisation d’une élection présidentielle
fin juillet 2013. A l’issue de celle-ci, des négociations de paix inclusives devaient
commencer au plus tard 60 jours après la formation du gouvernement par le président. Ces dernières n’ont cependant pas été ouvertes à l’expiration du délai, le 8
novembre 2013.
2
Le président du Burkina Blaise Compaoré est le médiateur de la Communauté économique des
Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) dans la crise malienne depuis mars 2012. Les deux groupes
armés signataires de l’accord sont le Haut Conseil de l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement
national de libération de l’Azawad (MNLA). Deux autres groupes armés, le Mouvement arabe de
l’Azawad (MAA) et la Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance (CMFPR)
n’ont pas été admis à la table des négociations par les autres groupes armés et cela malgré le soutien
du gouvernement malien. L’accord comporte néanmoins une clause permettant à ces groupes de
rejoindre les négociations de paix ultérieurement (art. 24). MAA et CMFPR ont d’ailleurs signé ensemble une « Déclaration d’adhésion à l’accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusif de paix au Mali » le 18 juin 2013.
3
Même si la France se tient volontairement en retrait et ne figure pas parmi les quatre témoins
signataires de l’accord (Union africaine (UA), Minusma, Organisation de la coopération islamique
(OCI) et Union européenne), elle n’en joue pas moins un rôle important de facilitation. Entretien de
Crisis Group, diplomate français, Bamako, août 2013.
4
Les élections présidentielles et législatives étaient initialement prévues pour juillet 2013. Ce calendrier a reçu l’aval des autorités françaises désireuses de réussir leur intervention sans rester durablement au Mali. Lors d’une allocution télévisée le 28 mars 2013, le président français François
Hollande déclare : « Nous voulons qu’il y ait des élections au Mali à la fin du mois de juillet. Et ça,
nous serons intraitables là-dessus ». Voir « François Hollande : nous voulons des élections au Mali
avant la fin du mois de juillet », Jeune Afrique, 29 mars 2013.
5
Afin de garantir l’application de l’accord de Ouagadougou, ce dernier a prévu la création, d’une
part, de la commission technique mixte de sécurité en charge de surveiller le cessez-le-feu et les
questions relatives au cantonnement et, d’autre part, d’un comité de suivi et d’évaluation en charge
de faciliter et d’évaluer la mise en œuvre complète de l’accord. Voir « Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali », Ouagadougou, 18 juin 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 4
L’accord de Ouagadougou reste un document préliminaire qui évite d’« aborder les
sujets qui fâchent », en particulier le devenir des combattants cantonnés et le statut
administratif des régions septentrionales.6 Il a cependant deux principaux mérites. Il
institue un comité de suivi et d’évaluation qui offre un cadre de concertation dans
lequel se retrouvent les parties concernées y compris les différents modérateurs internationaux.7 Il permet ensuite la tenue d’une élection présidentielle à deux tours, le
28 juillet et 11 août 2013.
Malgré les menaces des groupes jihadistes et les contraintes liées à un calendrier
électoral serré, l’élection présidentielle s’est globalement bien déroulée. 8 Avec près
de 49 pour cent au premier tour et 45,73 pour cent au second tour, la participation
est jugée de bon niveau dans un pays où elle atteint d’habitude des taux particulièrement bas.9 Elle reflète une mobilisation populaire même si les régions du Nord, et
en particulier Kidal, paraissent en retrait.10 IBK, qui axe sa campagne sur la restauration de l’autorité de l’Etat, arrive largement en tête du premier tour avec près de 20
points d’avance sur son rival Soumaïla Cissé.11 Sa victoire nette et non contestée au
second tour – avec 77 pour cent des suffrages – lui confère une légitimité historique.12
Au final, l’accord de Ouagadougou a rempli son objectif immédiat, à savoir la tenue
de l’élection présidentielle. Par contre, au début de l’année 2014, ses objectifs de plus
long terme, qui sont le désarmement et les pourparlers de paix, sont au point mort.
6
Entretien de Crisis Group, diplomate européen, Bamako, août 2013.
Alors que fin 2012, les différentes médiations ou facilitations apparaissaient en concurrence les
unes avec les autres, l’accord de Ouagadougou a permis de les inclure dans un cadre de suivi commun.
Il n’efface pas toutes les tensions entre les partenaires du Mali mais leur offre un cadre pour se réunir
de manière régulière. Entretien de Crisis Group, diplomate occidental, Dakar, octobre 2013. Le comité
de suivi et d’évaluation présidé par le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies
se réunit une fois par mois et comprend outre des représentants du gouvernement et des groupes
armés : un représentant de Blaise Compaoré, médiateur de la Cedeao et de Goodluck Jonathan,
médiateur associé, des représentants de la Commission de la Cedeao, de l’UA, de l’ONU de l’UE, de
l’OCI, de l’Algérie, de la France, de la Mauritanie, du Niger, de la Suisse et du Tchad. De son côté, la
commission technique mixe de sécurité comprend, outre des membres des forces de défense maliennes et des représentants des groupes armés signataires, des représentants de la Minusma, de Serval, du médiateur, du médiateur associé de la Cedeao et de l’UA. Voir « Accord préliminaire… », op. cit.
8
Des insuffisances significatives sont néanmoins apparues, notamment la très faible participation
des réfugiés maliens dont beaucoup n’ont pas reçu leur carte d’électeur ou n’étaient pas inscrits sur
les listes électorales, la quasi-absence de campagne entre les deux tours, ou encore des incidents
dans certaines localités du Nord. L’impartialité de l’administration territoriale et des forces de sécurité a parfois été mise en doute par l’opposition. Pour les obstacles techniques et politiques à la tenue
des élections en juillet 2013, voir notamment Louise Arbour et Gilles Yabi, « Au Mali : ne pas rajouter
une crise à la crise », Le Figaro, 8 juillet 2013.
9
La Mission d’observation électorale de l’UE au Mali a qualifié le taux de participation au premier
tour de « taux jamais atteint sous la Troisième République ». « Rapport final – Election présidentielle 2013 », Mission d’observation électorale de l’UE au Mali, 2013, p. 41.
10
Dans le cercle de Kidal, seuls 10,6 pour cent des électeurs inscrits se sont exprimés au premier
tour. Ils sont par contre plus de 52 pour cent à l’avoir fait dans le cercle de Gao et 43 pour cent dans
celui de Tombouctou. Voir « Résultats du premier tour des élections présidentielles », ministère de
l’Administration territoriale et du développement, août 2013.
11
Soumaïla Cissé est aujourd’hui le principal opposant d’IBK et le président de l’Union pour la
république et la démocratie (URD). Comme IBK, il était auparavant membre de l’ADEMA et ministre d’Alpha Oumar Konaré dans les années 1990.
12
Au lendemain de l’élection, sans même attendre la fin du dépouillement, Cissé concède sa défaite
lors d’une visite au domicile d’IBK filmée par la télévision publique malienne. Emission spéciale sur
l’élection présidentielle, Office de la radiodiffusion télévision du Mali (ORTM), 12 août 2013.
7
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
B.
Page 5
Le président IBK entre rupture et continuité
Ancien Premier ministre du président Alpha Oumar Konaré (1994-2000) et ancien
président de l’Assemblée nationale sous le président Amadou Toumani Touré (20022007), IBK n’est pas un nouveau venu sur la scène politique.13 Beaucoup de Maliens
voient en lui un homme qui a l’autorité nécessaire pour remettre de l’ordre dans
l’Etat et s’imposer face aux groupes armés du Nord.14 Il doit en partie sa réussite aux
alliances tissées avec des milieux économiques, religieux et sécuritaires particulièrement influents.15 Sa large victoire lui offre cependant une certaine autonomie visà-vis des groupes qui l’ont soutenu.16 Sa popularité est sans doute son meilleur atout
actuel mais elle s’érode progressivement alors que les difficultés socioéconomiques
subsistent et que le changement promis tarde à faire sentir ses effets.
Le gouvernement formé début septembre traduit un compromis entre renouveau
et continuité. Le président a choisi pour Premier ministre Oumar Tatam Ly, un Malien
né à Paris, sans expérience gouvernementale mais qui, après près de vingt ans passés
à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), apparait comme un
spécialiste des questions économiques et financières.17 Ce dernier a composé une
équipe gouvernementale de 34 personnes qui associe figures anciennes et nouveaux
venus de la scène politique.18 Des éléments de continuité sont indéniables, y compris
13
Il n’incarne pas vraiment la rupture avec l’ancien régime. Pour autant, il a entretenu des relations
conflictuelles avec Alpha Oumar Konaré qui a refusé de le reconnaitre comme son dauphin et avec
ATT contre lequel il s’est présenté à deux reprises. Voir « IBK, le nouvel homme fort du Mali », Le
Monde, 31 juillet 2013.
14
Nommé Premier ministre en 1994, IBK a acquis à ce poste la réputation de tenir là où ses deux
prédécesseurs, Younoussa Touré et Ahmed Sékou Sow, avaient rapidement échoué et abandonné. Il
a notamment su remettre de l’ordre dans l’armée en prononçant la dissolution de la coordination des
sous-officiers et des hommes de rang. Il a également eu à faire face à la délicate période de tensions
et d’affrontements communautaires qui a suivi la signature du Pacte national en 1992. Entretien de
Crisis Group, sociologue malien, Bamako, août 2013. Voir aussi « IBK, le nouvel homme fort…», op. cit.
15
IBK a notamment été soutenu par Sabati 2012, une plateforme d’associations religieuses qui a
appelé à voter en sa faveur. L’organisation serait financièrement soutenue par le Chérif de Nioro,
l’une des grandes figures religieuses de l’Ouest malien. Son président est par ailleurs membre du
Haut Conseil islamique du Mali (HCIM). Entretiens de Crisis Group, sociologue malien, Bamako,
août 2013 ; président de Sabati 2012, Bamako, septembre 2013. Entretien avec Gilles Holder, anthropologue et spécialiste de l’Islam, Le Monde, 27 juillet 2013.
16
Certains observateurs ont voulu voir en IBK le candidat des religieux et parfois celui de l’armée.
Les liens existent sans doute mais sa forte légitimité lui garantit pour le moment une relative autonomie vis-à-vis des groupes qui ont soutenu son élection. Ainsi après avoir soutenu la campagne
d’IBK, Sabati 2012 s’est déclaré déçu par la nomination d’Oumar Tatam Ly comme Premier ministre
et par la composition du gouvernement. Le choix de Tierno Amadou Omar Hass Diallo au poste de
ministre délégué aux Affaires religieuses a surpris certains soutiens d’IBK. Diallo est moins connu
dans le champ religieux que pour ses activités dans le domaine des ONG et notamment en faveur de
la cause des albinos aux côtés du chanteur Salif Keïta. Entretiens de Crisis Group, président de Sabati
2012, Bamako, septembre 2013 ; membre de la société civile malienne, Bruxelles, novembre 2013.
17
Fils d’un syndicaliste étudiant renommé d’origine peul, lui-même agrégé d’histoire et diplômé de
l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), Ly est ancien directeur de la
BCEAO, une institution dans laquelle il a exercé de 1994 jusqu’à sa nomination au poste de Premier
ministre. « Qui est Oumar Tatam Ly, le nouveau Premier ministre malien ? », Bamada.net, 5 septembre
2013 et « Le Banquier Oumar Tatam Ly nommé Premier ministre du Mali », Agence France-Presse
(AFP), 6 septembre 2013.
18
Parmi les figures nouvelles, Moussa Mara, âgé de 38 ans, ministre de l’Urbanisme et de la Politique de la ville, et Boubou Cissé, âgé de 39 ans, ministre de l’Industrie et des Mines, contribuent au
renouvellement générationnel certes encore limité mais réel du personnel politique malien. Expert
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 6
avec la période de la junte : sept ministres, dont deux militaires, étaient déjà présents
dans le gouvernement de transition, quatre autres ont été ministres sous le président
Amadou Toumani Touré (ATT) et deux sous Alpha Oumar Konaré. Si l’équipe actuelle
ne constitue donc pas un gouvernement de rupture, la majorité de ministres occupe
néanmoins des responsabilités gouvernementales pour la première fois de leur carrière.
Le gouvernement intègre également des personnalités issues des minorités du
Nord mais de manière moins significative qu’à l’époque d’ATT, lui-même originaire
de Tombouctou. Plus du tiers des ministres sont nés ou ont grandi à Bamako et ses
environs immédiats. En dépit de la priorité actuellement donnée à la décentralisation,
la surreprésentation de l’élite urbaine malienne, dominante aux affaires depuis de
nombreuses années, n’a pas été remise en cause.19
Dès les premières semaines de son mandat, IBK s’attache à clore définitivement
la transition. Le premier Conseil des ministres fixe ainsi la date des élections législatives aux 24 novembre et 15 décembre 2013. Le président veut doter le pays d’une
Assemblée nationale légitime pour parachever le retour au fonctionnement normal
des institutions.20 Le Mali a sans doute besoin d’un tel parlement mais la tenue des
élections législatives dans un délai aussi court pose d’importants problèmes. Elle ne
permet pas le vote des réfugiés dont seule une minorité est rentrée à temps pour participer au scrutin. Dans les circonscriptions du Nord dont ils sont issus, cela n’aide pas
à restaurer la confiance des populations dans leurs élus.21
A l’issue de ces élections, le Rassemblement pour le Mali (RPM) du président IBK
remporte 66 sièges et s’impose comme la première formation politique au sein de la
nouvelle Assemblée. Si le parti du président ne dispose pas à lui seul de la majorité
des 147 sièges de l’Assemblée nationale, il devrait compter, grâce au soutien de ses
alliés, sur une majorité de plus de 115 députés. Au vu de la place réduite de l’opposition
et du caractère opportuniste des alliances électorales, un retour à la politique du
comptable devenu maire de la commune IV de Bamako, Moussa Mara s’est ainsi illustré par sa lutte
contre la petite corruption. Il est réputé pour avoir fait afficher à l’intention des usagers les tarifs
des actes officiels produits par les agents de la municipalité. De manière similaire, l’un des premiers
actes de Boubou Cissé à son entrée en fonction a été l’annonce d’un audit des contrats miniers réalisés au Mali. Il est cependant encore tôt pour savoir si ce renouvellement générationnel permettra
d’initier un assainissement des pratiques politiques. Voir « Biographie des membres du gouvernement », primature.gouv.ml, 10 septembre 2013 et entretien de Crisis Group, maire de la commune
IV de Bamako, Bamako, avril 2013.
19
Le gouvernement compte également plusieurs ministres liés à la famille ou à la belle famille du
président, en particulier un neveu par alliance et un beau-frère de son épouse. Par ailleurs, Karim
Keïta, le fils d’IBK, s’est lancé en politique et a été avec l’investiture du RPM élu député à Bamako.
On peut se demander dans quelle mesure les liens de famille continuent d’interférer avec les compétences dans la sélection du personnel politique au Mali. Voir « Mali : radioscopie du nouveau
gouvernement : les Ibékistes, les militaires et la famille », Koaci.com, 10 septembre 2013.
20
D’autres motivations ont sans doute joué dans le choix d’organiser rapidement des élections législatives. Les adversaires d’IBK le suspectent de vouloir profiter de listes électorales incomplètes
mais qui, selon eux, le favorisent. Entretien de Crisis Group, responsable de l’opposition, Bamako,
septembre 2013.
21
Entretien téléphonique de Crisis Group, représentant d’une ONG internationale soutenant le
processus électoral au Mali, octobre 2013. Dans les régions de Tombouctou et de Gao, d’où sont
originaires la majorité des réfugiés maliens, on ne compte plus qu’un seul député touareg contre six
dans l’assemblée précédente. L’équilibre habituel entre députés issus des populations nomades et
sédentaires a été rompu. Ces élections ont par ailleurs enregistré un taux de participation faible de
37,24 pour cent au second tour. Ce taux contraste avec la forte participation observée en août lors
de la présidentielle.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 7
consensus caractéristique de la présidence ATT est à craindre.22 Les élections n’ont
d’ailleurs permis qu’un renouvellement limité du personnel politique.23
Parallèlement au retour à la normale institutionnelle, le président IBK s’attache à
réduire l’influence de l’ex-junte. Alors que des groupes rivaux s’affrontent au camp
militaire de Kati le 30 septembre, il entreprend une reprise en main musclée des
forces armées. Le 3 octobre, une opération militaire, dénommée Saniya, est lancée
sur Kati et conduit à l’arrestation de plusieurs membres de l’ex-junte.24 Le général
Sanogo est ramené à Bamako et un mandat d’amener est lancé contre lui fin octobre.25
Il est finalement arrêté et incarcéré pour complicité d’enlèvements le 27 novembre.26
Dans les semaines qui suivent son élection, IBK démontre sa volonté de reprendre
en main la hiérarchie militaire en procédant à des nominations aux plus hautes fonctions de l’armée, dont celle particulièrement remarquée du nouveau chef d’étatmajor des armées, le général Mahamane Touré, ancien commissaire chargé des affaires
politiques, de la paix et de la sécurité à la Cedeao.27
22
Sous le président ATT, la politique du consensus désigne la neutralisation des partis politiques
par la distribution de prébendes et les liens clientélistes tissés entre le pouvoir et les dirigeants des
principales formations politiques. Voir Virginie Boudais et Grégory Chauzal, « Les partis politiques
et l’indépendance partisane d’Amadou Toumani Touré », Politique africaine, n°104 (Paris, 2006),
p. 61-80. Après les dernières législatives de décembre 2013, les partis de l’opposition comme l’URD
de Soumaïla Cissé ou le PARENA de Tiébilé Dramé disposent respectivement de dix-sept et trois
sièges. Pas moins de dix-neuf partis sont représentés à l’Assemblée. Cette diversité ne facilite pas la
lisibilité des positionnements politiques des élus. « Législatives au Mali : le RPM largement en
tête », Radio France Internationale (RFI), 18 décembre 2013 et résultats des élections législatives
2013, ministère de l’Administration territoriale, décembre 2013, www.matcl.gov.ml.
23
Dans la région de Kidal, les quatre députés, dont deux sortants, ont été élus dès le premier tour,
remportant plus de 90 pour cent des suffrages à Abeibara et Tin-Essako. Il faut moins y voir l’unanimisme
des populations derrière leurs élus que l’atonie des pratiques électorales dans cette région. Dans le
cercle de Tin Essako, Mohamed ag Intallah, le député sortant, était seul candidat. La participation a
été inférieure à 4 pour cent et le député a été élu avec 102 voix sur 2 715 inscrits. Le scrutin a cependant été plus disputé dans les centres urbains de Kidal et Tessalit. Voir « Résultats du premier
tour… », op. cit.
24
A l’occasion des violences et affrontements de fin septembre et début octobre 2013, des éliminations
physiques ont eu lieu dans les rangs de l’armée. Il est difficile de dire aujourd’hui si les responsables
sont à rechercher seulement dans l’entourage du général Sanogo ou si certaines disparitions sont
liées à l’opération Saniya. « Agenda pour les droits humains au Mali », Amnesty international, novembre 2013, p. 11 et entretien téléphonique de Crisis Group, journaliste, octobre 2013.
25
Un nouveau chef militaire a également été nommé à tête de la troisième région militaire, celle de
Kati, pour remettre de l’ordre dans la principale base arrière de l’ex-junte. « Mali : nouvelle hiérarchie
militaire au camp de Kati », RFI, 9 octobre 2013. Par ailleurs, le Comité militaire de suivi de la réforme
des forces de défense et de sécurité, que dirigeait le capitaine puis général Sanogo, a été dissous en
conseil des ministres en novembre 2013. Voir « Compte rendu du Conseil des ministres », primature.gouv.ml, 8 novembre 2013.
26
L’arrestation de Sanogo a provoqué le 28 novembre des manifestations organisées par le Collectif
des patriotes (COPA) dont le président Makan Konaté a été brièvement arrêté le lundi 2 décembre,
alors que d’autres manifestants avaient dressé des barrages de pneus sur la route reliant Bamako à
Kati. Abdoulaye Diakité, « L’affaire Sanogo bat son plein », Malijet, 2 décembre 2013 et entretien
de Crisis Group, diplomate, Paris, décembre 2013. Le 4 décembre, un charnier de 21 corps a été découvert près de Kati. Il s’agit sans doute de « bérets rouges », proches de l’ancien président ATT,
qui avaient tenté de renverser la junte le 30 avril 2012 et avaient été portés disparus début mai
2012. Voir le rapport de Crisis Group, Mali : éviter l’escalade, op. cit., p. 25.
27
Cette nomination est considérée comme un geste positif notamment par les partenaires extérieurs du Mali dont beaucoup reconnaissent l’intégrité et les compétences du général Touré depuis
ses fonctions à la Cedeao et à la tête de l’école de maintien de la paix de Bamako. Entretien de Crisis
Group, diplomate, Dakar, novembre 2013. Par ailleurs, Didier Dacko, promu général en août 2013,
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 8
Certains officiers supérieurs nommés à de hautes fonctions à l’époque où la junte
était influente sont éloignés vers des postes à l’étranger ou démissionnent. Si IBK
ramène progressivement l’armée dans les casernes, celle-ci demeure un acteur influent
sur la scène politique. Certaines promotions récentes témoignent de la nécessité pour
le président de ménager des hommes forts de l’appareil sécuritaire.28 Par ailleurs, le
pouvoir ne pourra pas revenir sur l’ensemble des promotions accordées à des militaires
pendant la junte.29 Certaines de ces nominations ne sont pas illégitimes mais d’autres
reflètent les compromissions des précédents régimes avec lesquelles il faudra rompre.30
Pour restaurer l’autorité de l’Etat, le président IBK cherche enfin à forger une relation plus équilibrée avec les différents partenaires du Mali. L’Etat est plus que jamais
dépendant de l’aide extérieure. Il compose dorénavant avec la présence sur son territoire d’une mission onusienne au mandat élargi. L’immixtion des partenaires au plus
près des affaires maliennes génère des tensions. L’Etat veut légitimement restaurer
sa souveraineté mais il n’a pas les moyens de se passer de l’aide extérieure.31 Les partenaires sont disposés à la lui fournir mais ils ne signeront pas un chèque en blanc
dans un pays où corruption et mauvaise gouvernance persistent. L’aide extérieure est
sans doute nécessaire mais elle peut aussi asphyxier l’Etat par l’accumulation des projets
et les contraintes posées par les mécanismes de contrôle. Au Mali, le problème majeur
a été nommé chef d’état-major adjoint des armées le 9 octobre 2013. Les généraux Touré et Dacko
remplacent à leur poste deux autres généraux nommés à l’époque où la junte était particulièrement
influente. En octobre 2013, le directeur général de la Sécurité d’Etat, Sidy Alassane Touré, en poste
depuis avril 2012, est également remplacé par le colonel Moussa Diawara, qui avait été nommé chef
d’état-major de la garde nationale en mai 2012 mais réputé proche du nouveau président. Avant de
l’écarter, le président IBK avait pris la peine de promouvoir le colonel Touré au grade de général
peu après son investiture. Voir « Comptes rendus des Conseils des ministres des mois de septembre
et d’octobre 2013 », primature.gouv.ml.
28
Les colonels Ould Meydou et Gamou, deux officiers supérieurs originaires de la région de Gao et
restés fidèles à l’Etat malien pendant la crise, ont ainsi été proposés au tableau d’avancement pour
le grade de général en septembre 2013. A l’époque du président ATT, ces deux militaires, placés à la
tête d’ETIA (échelon tactique interarmes), étaient particulièrement mobilisés pour lutter contre les
insurrections touareg. En 2012, ils tentent vainement de s’opposer à la progression du MNLA et des
groupes jihadistes. Ould Meydou est un officier particulièrement influent au sein de la communauté
arabe du Mali, Gamou est pour sa part issu de la fraction imghad des Tamasheq. Entretien de Crisis
Group, Colonel Ould Meydou, Bamako, août 2013 et « Mali using special units in fight against AQIM »,
câble de l’ambassade américaine à Bamako, 12 août 2009, révélé par WikiLeaks.
29
Près de 80 officiers des différentes forces de sécurité ont été nommés à de hauts postes gouvernementaux ou administratifs entre mai et octobre 2012. Voir ml.telediaspora.net qui dresse une
liste exhaustive à partir des arrêtés de nomination.
30
Les quatre premiers préfets nommés par le gouvernement IBK au Nord sont des administrateurs
civils dont certains remplacent des militaires. Voir « Compte rendu du Conseil des ministres du 14
novembre 2013 », primature.gouv.ml. La nomination de civils à ces postes, notamment à Gao et
Abeïbara, est un geste positif qui va dans le sens d’une meilleure acceptation de l’Etat par les populations. En juin 2013, le syndicat autonome des administrateurs civils avait d’ailleurs protesté contre
un projet de décret du ministère de l’Administration territoriale visant à faciliter la nomination de
militaires aux postes de préfets et de sous-préfets. Entretien de Crisis Group, administrateur civil
malien, Bamako, août 2013.
31
L’aide budgétaire, générale ou sectorielle, représentait 13 pour cent des dépenses publiques au
Mali en 2009. A cela s’ajoutent les emprunts réalisés par l’Etat (environ 13 pour cent des recettes
publiques en 2012) ainsi que l’aide aux projets mis en œuvre non par l’Etat mais par des ONG nationales ou internationales. « Evaluation conjointe des opérations d’aide budgétaire au Mali, 20032009 », Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 2011, p. 26 et
« Budget citoyen du Mali 2012 », ministère de l’économie et des Finances, Bamako, 2012.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 9
n’est pas l’absence de grands plans et de stratégies, mais la capacité et volonté de les
mettre en œuvre.
Il faut surtout veiller à ce que l’effort général de planification depuis Bamako entraine des actions cohérentes sur le terrain aussi bien dans les domaines de la sécurité
que du développement. Les bailleurs doivent non seulement coordonner leurs interventions mais également définir une assistance adaptée aux capacités d’absorption
limitées des acteurs maliens.32 L’Etat et ses partenaires doivent chacun assumer leur
part de responsabilité dans les échecs passés des politiques d’aide et de développement.33
32
Trop de ressources sont sans doute consacrées à la planification stratégique de l’action de l’Etat
depuis Bamako. Il faut aider de manière plus décisive et concrète l’Etat à restaurer sa présence et
son efficacité dans les régions, au plus près des populations. Entretien de Crisis Group, diplomate
occidental, Dakar, septembre 2013.
33
Pour une analyse critique des relations entre l’Etat malien et ses principaux bailleurs à l’époque du
président ATT, voir Isaline Bergamaschi, « “Appropriation” et “lutte contre la pauvreté au Mali”. Interprétations, pratiques et discours concurrents », Revue Tiers Monde, no. 205 (Paris, 2011), p. 135-150.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 10
III. Les tensions persistantes au Nord
La reconquête des grandes villes du Nord permet le redéploiement progressif de
l’administration malienne sur l’ensemble du territoire. Pour autant, le Nord n’est pas
apaisé et le retour à la stabilité apparait incertain, tout particulièrement dans la région
de Kidal où la présence de l’Etat est contestée. Les tensions intercommunautaires
n’ont pas dégénéré en violences massives mais restent préoccupantes. Les différents
groupes armés sont toujours actifs et le dispositif sécuritaire qui a permis une reprise
rapide du territoire est maintenant confronté au défi de la durée. Plus généralement,
il est important de comprendre que la question du Nord ne se résume pas au seul séparatisme touareg. Les populations au Nord du Mali sont hétérogènes, divisées dans leur
rapport à l’Etat et parcourues par d’importantes lignes de fractures qui s’élargissent
avec le conflit.
A.
Au Nord, risque jihadiste, tensions communautaires et contestation sociale
L’euphorie populaire suscitée par la fuite des groupes jihadistes des grandes villes du
Nord a été de courte durée. Des attaques ciblant principalement des installations militaires sont signalées de manière récurrente au Nord : attentat à la voiture piégée
contre le camp militaire de Tombouctou le 28 septembre, tirs d’obus sur des installations militaires et l’aéroport de Gao les 7 et 30 octobre, destruction à l’explosif du pont
de Bentia le 8 octobre, attaque sur des Casques bleus tchadiens à Tessalit le 23 octobre,
attaque suicide sur la caserne de Ménaka le 30 novembre, attentat contre une
banque gardée par des Casques bleus à Kidal le 14 décembre et nouveaux tirs d’obus,
sans victime, à Gao le 25 décembre.34 Les groupes armés jihadistes qui ont revendiqué
ces attaques sont toujours présents au Mali même si une partie d’entre eux s’est déplacée dans les pays voisins et sans doute plus particulièrement en Libye ou dans le
Sud algérien.35
Les cellules jihadistes peuvent compter sur des sympathies locales parmi certains
segments de la population qui, sans nécessairement soutenir leur agenda politique,
partagent une même vision critique de l’Etat et de ses partenaires étrangers.36 De
manière plus générale, l’occupation des villes a été vécue comme un moment difficile
par la majorité des habitants qui ont été soulagés de voir les groupes jihadistes partir.
Mais ils reconnaissent à leur présence des aspects positifs dans le rétablissement de
certains services.37
34
Avant cela, les derniers attentats suicides ou attaques à la bombe remontent au 10 mai à Gao et
au 4 juin à Kidal. L’été 2013 a été marqué par une accalmie relative avec quelques accrochages signalés entre forces Serval et éléments jihadistes dans les zones rurales. Après la phase de reconquête
des régions Nord, le nombre de confrontations directes a diminué en grande partie parce que les
groupes jihadistes se sont faits plus discrets mais également parce que les forces françaises ont revu
leurs procédures d’engagement. Entretiens de Crisis Group, officiers de l’armée française, Bamako et
Gao, août 2013.
35
Alors que de nombreux observateurs font état du déplacement des chefs d’AQMI vers la Libye,
d’autres sources nuancent ces déplacements et estiment que beaucoup sont restés au Nord du Mali.
Entretien de Crisis group, consultant privé en sécurité, Paris, novembre 2013.
36
Entretiens de Crisis Group, enseignant et responsable humanitaire maliens, Gao, août 2013.
37
A Gao, des chefs communautaires comme de simples habitants soulignent que le Mouvement
pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) a été utile pour chasser le MNLA de la ville.
Ils reconnaissent également que les jihadistes ont su ramener une forme de justice et de sécurité.
Un enseignant songhaï de Gao, par ailleurs hostile au Mujao, déclare : « Les islamistes ont été ap-
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 11
Les groupes jihadistes ont fait profil bas pendant plusieurs mois pour se réorganiser et s’adapter à la nouvelle donne. Le 22 août 2013, la katiba des Moulatahamounes
de Mokhtar Belmokhtar et le MUJAO ont décidé de s’unir au sein d’une nouvelle
formation jihadiste, les « Mourabitounes ». Au Mali, ils sont plutôt actifs dans la région de Gao où le MUJAO a revendiqué les tirs d’obus en octobre et novembre. Dans
les régions de Tombouctou et autour de Kidal, les groupes les plus actifs sont des katibas liées à AQMI.38 Ces différents groupes ont pour le moment abandonné le projet
de contrôler le Nord-Mali et s’engagent dans une stratégie de harcèlement des troupes
occidentales et de leurs alliés africains. Leurs récentes actions ont probablement
amené le contingent français à rééchelonner son plan de retrait.39
Les violences au Nord-Mali ne sont pas le seul fait des jihadistes. Les tensions
communautaires génèrent leur part de drames : assassinat de deux notables touareg
à Léré le jour de la présidentielle, assassinat le 17 août de cinq bergers peul dans la
même région, menaces de mort proférées à l’encontre d’hommes touareg et arabes
de retour à Gao en août et septembre, affrontements communautaires entre Arabes
et Touareg dans la région frontalière entre Mali et Algérie fin août, assassinat de
Tamasheq à Ménaka et Djebok en novembre et de Peul entre Ménaka et Ansongo le
24 novembre.40 Si les incidents restent localisés, leur répétition inquiète et témoigne
d’une situation dégradée. Les auteurs des différents crimes sont rarement identifiés
et poursuivis en justice.41 Le Nord est d’ailleurs marqué par un fort banditisme armé,
en particulier par les « coupeurs de route », un phénomène qui s’est accru ces dernières années et participe de la montée des tensions intercommunautaires.42 Pour
plaudis pour deux choses. Premièrement ils nous ont libérés du MNLA, deuxièmement ils ont fait la
justice qui n’existait pas ». Cela n’empêche pas les mêmes personnes de reprocher aux jihadistes la
rigueur de leurs actions et les excès dans l’interprétation du Coran. Entretiens de Crisis Group, habitants et notables de Gao, août 2013. A Tombouctou, Abou Zeid, chef d’AQMI, a souhaité maintenir
un hôpital fonctionnel et a demandé au personnel médical présent de rester en place en proposant
de rémunérer une partie d’entre eux et d’aider à l’approvisionnement en médicaments. La structure
hospitalière était sans doute utile aux combattants d’AQMI mais elle permettait aussi de montrer à
la population la capacité du groupe à faire fonctionner des services essentiels. Entretien de Crisis
Group, travailleur humanitaire malien, Dakar, juillet 2013.
38
Ainsi, Sultan Ould Bady, chef d’un groupe lié à AQMI, a revendiqué l’attaque sur les Casques
bleus tchadiens à Tessalit le 23 octobre 2013. Voir « Mali : l’attentat de Tessalit revendiqué par un
groupe proche d’AQMI », Jeune Afrique, 24 octobre 2013. Il a également revendiqué l’attentat à la
bombe qui frappé Kidal le 14 décembre 2013 et tué deux Casques bleus sénégalais. « Mali : législatives sous tension après un attentat meurtrier à Kidal », AFP, 15 décembre 2013.
39
C’est ainsi ce que suggère Zone militaire, un site spécialisé dans l’analyse des questions de défense.
Le rééchelonnement du retrait français serait lié autant à la reprise d’activités de groupes jihadistes
qu’à la lenteur du déploiement de la Minusma. « Le président Hollande a donné un nouveau calendrier de retrait du Mali aux forces françaises », opex360.com, 21 septembre 2013. Initialement prévue
fin décembre, la réduction des effectifs français à un millier d’hommes a été repoussée au début de
l’année 2014. En visite à Gao le 31 décembre 2013, le ministre français de la Défense a également
annoncé la signature prochaine d’un nouvel accord de défense entre la France et le Mali pour définir le
statut et les missions d’une présence militaire prolongée. « Jean-Yves Le Drian au Mali pour la première étape de sa tournée africaine », RFI, 31 décembre 2013.
40
Entretiens téléphoniques de Crisis Group, membre de la communauté arabe, membre de la
Minusma et responsable régional humanitaire, septembre et novembre 2013.
41
Entretien de Crisis Group, membre du cadre de concertation de la ville de Gao, Gao, août 2013.
42
Entretien de Crisis Group, représentant malien d’une ONG implantée à Gao, Gao, août 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 12
les populations locales, il constitue une préoccupation plus forte que les groupes
jihadistes.43
Les Maliens réfugiés dans les pays voisins hésitent toujours à retourner dans des
zones où leur sécurité n’est pas garantie de manière satisfaisante.44 De nombreux
nomades, notamment les « peaux rouges », considèrent les villes comme des zones
hostiles.45 Inversement, des sédentaires estiment dangereux les déplacements à travers certaines zones de pâturage.46 La rancœur de ces derniers se cristallise souvent
à l’encontre du MNLA, accusé d’avoir « amené » la crise. Elle s’élargit parfois sans
distinction à l’ensemble de la communauté tamasheq alors même que celle-ci est loin
d’avoir apporté un soutien unanime à la rébellion. De manière similaire, la communauté arabe dans son ensemble est stigmatisée pour l’appui que certains de ses
membres ont apporté aux jihadistes à Tombouctou et Gao.47 Le récent conflit a pourtant fait moins de victimes civiles que les affrontements des années 1994-1996.48 Le
fossé entre les communautés ne s’en est pas moins élargi en partie du fait de l’accumulation des rancœurs, du sentiment d’impunité et de l’érosion progressive des
mécanismes locaux de réconciliation.49
Une fracture majeure oppose populations sédentaires et groupes nomades dans
les régions du Nord. Cette opposition, largement héritée de la colonisation, tend à se
durcir. De manière inquiétante, elle se généralise à l’ensemble du Nord alors qu’elle
s’articulait auparavant sur des tensions localisées.50 Comme ailleurs au Sahel, la
43
L’insécurité liée au banditisme est également plus ancienne que la menace jihadiste. C’est
d’ailleurs pour lui répondre que les notables de la région de Gao, agacés de l’inertie des pouvoirs
publics, ont créé en 2010 un cadre de concertation, d’abord limité aux représentants des populations sédentaires puis ouverts aux chefs nomades. Ce cadre a ensuite servi de principal relais au
moment de l’occupation de Gao entre, d’une part, le MNLA et le MUJAO et, d’autre part, la population locale. Pour avoir joué ce rôle de médiation, certains membres du cadre de concertation sont
accusés d’avoir intégré, ou du moins favorisé, les groupés armés. Entretiens de Crisis Group, représentant malien d’une ONG implantée à Gao, enseignant songhaï de Gao, août 2013 et chercheur
spécialiste des questions touareg au Mali, Dakar, septembre 2013.
44
D’après le Haut Commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR), il y avait encore près de
168 000 réfugiés maliens dans la sous-région contre 176 000 au mois d’août avant la présidentielle.
Après trois mois de présidence IBK, seule une petite minorité de réfugiés (près de 5 pour cent) est
donc de retour. Il y aurait 66 000 réfugiés en Mauritanie, 50 000 au Burkina Faso et au Niger et,
officiellement à peine 1 500 en Algérie. Voir « Opération Sahel. Vue d’ensemble », UNHCR, http://
data.unhcr.org.
45
Les Tamasheq « rouges » ou « peaux claires » hésitent à retourner dans des villes comme Gao et
Tombouctou. Pour les besoins du commerce, certains d’entre eux envoient à leur place des Bellah,
des Kel Tamasheq réputés de statut servile et généralement noirs de peau. Entretien de Crisis
Group, membre de la Commission dialogue et réconciliation, Bamako, août 2013.
46
Un administrateur originaire du Nord confiait ainsi les difficultés de l’administration malienne à
se redéployer au-dessus d’une ligne située à 20 kilomètres du fleuve. Entretien de Crisis Group,
administrateur civil malien, Bamako, avril 2013.
47
Entretiens de Crisis Group, membre et élu de la communauté arabe du Mali, Bamako et Gao,
aout 2013.
48
Amnesty International estime que depuis le début de la crise en 2012, « au moins 14 civils ont été
abattus illégalement par des groupes armés qui les soupçonnaient d’être des partisans du gouvernement ou d’être favorables à l’intervention de l’armée française ». Voir « Mali. Agenda pour les
droits humains », op. cit., p. 33. A titre de comparaison, les chercheurs estiment à plus de 2 500 le
nombre confirmé de civils tués entre 1990 et 1995 durant la rébellion touareg. Voir Baz Lecocq,
Disputed Desert, (Leiden, 2010), p. 259.
49
Voir en particulier l’enquête d’Oxfam, « Mali : reconstruire la mosaïque », octobre 2013.
50
Au sujet des tensions actuelles entre communautés au Nord-Mali, l’anthropologue Charles Grémont écrit qu’ « une différence notoire avec les cas de figure observés dans l’histoire “précoloniale”
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 13
compétition à laquelle les communautés se livrent pour le contrôle de ressources de
plus en plus rares explique une partie de ces antagonismes. D’autres facteurs contribuent certainement à nourrir leur radicalisation. Ainsi les compétitions électorales
locales se structurent fréquemment autour des appartenances communautaires.51
Par ailleurs, les gouvernements précédents ont souvent instrumentalisé les antagonismes pour développer des milices à base communautaire et tenter de régler les
problèmes de sécurité au Nord.52 Enfin, si ces oppositions n’ont rien de naturel, elles
s’articulent de plus en plus autour d’un clivage racial particulièrement inquiétant.53
Rien ne condamne pour autant nomades et sédentaires du Nord-Mali à l’opposition
systématique. Leur passé commun repose autant sur des moments de conflit que sur
la coopération et l’interdépendance. Par ailleurs, la fracture entre nomades et sédentaires ne doit pas masquer les nombreux autres clivages qui caractérisent le Nord du
Mali.54 La crise a révélé la forte prégnance d’autres antagonismes comme ceux opposant des Bérabiches et des Idnan pour le contrôle des routes commerciales sur un axe
reliant Ber, au nord de Tombouctou, à In-Khalil, au nord de Tessalit sur la frontière
algérienne. Loin de présenter un front commun, la société tamasheq connait également
de vives tensions internes.55
Il n’y aura pas de processus de paix abouti sans une prise en charge des grandes
fractures qui opposent les sociétés du Nord entre elles, le clivage nomade/sédentaire
mais également les conflits plus localisés.56 L’appui aux mécanismes de réconciliation
apparaît cependant au niveau de l’amplitude des phénomènes. La contestation jadis très localisée,
au niveau des relations interpersonnelles quasiment, semble, un siècle plus tard, mobiliser des
chaînes de solidarité beaucoup plus larges [ …] Cette “ethnicisation” des relations de pouvoir révèle
une transformation profonde des appartenances sociales et politiques ». Charles Grémont, Les
Touaregs Iwellemmedan (1647-1896) (Paris, 2010), p. 442.
51
Il faut s’interroger sur la manière dont la décentralisation peut parfois nourrir une « ethnicisation » du jeu politique local. Aujourd’hui, les chefs communautaires du Nord négocient la création
de « leur région » pour défendre les intérêts de « leur communauté ». Il en va ainsi de représentants arabes qui poussent à la création de la région de Taoudeni, ou de Touareg iwellemmdan qui
veulent faire de Ménaka une région afin de constituer un contrepoids à la suprématie affichée par
les Kel Adagh depuis « leur » région de Kidal. Entretiens de Crisis Group, membres des communautés arabe et tamasheq, Bamako, août et septembre 2013.
52
Voir par exemple Lecocq, op. cit., p. 338.
53
Il y a ainsi une nette tendance à associer les Kel Tamasheq à une « race blanche ». Les historiens
ont pourtant montré la grande diversité d’origine des phénotypes au sein du monde kel tamasheq.
Ibid, p. 79-91.
54
Ces conflits locaux expliquent d’ailleurs en partie la manière dont certaines communautés rejoignent un bord plutôt qu’un autre dans la crise de 2012-2013. Ainsi, dans la région de Gao, les tensions
entre éleveurs peul et nomades dawsahak concernant les vols de bétail sont anciennes. En 2012,
elles contribuent à pousser de jeunes Peul vers le MUJAO parce que ces derniers y voient une force
capable de s’opposer au MNLA qu’ont rejoint des Dawsahak. Tensions communautaires et appartenance aux groupes armés, même jihadistes, entretiennent ainsi des relations étroites. Entretien de
Crisis Group, responsable associatif proche des milices d’autodéfense peul, Niamey, avril 2013.
55
Ainsi les oppositions armées entre Ifoghas et Imghad dans les années 1990 marquent toujours les
antagonismes actuels et expliquent en partie les réticences de groupes comme le MNLA et le HCUA
face à une armée malienne soupçonnée de recourir à une milice composée d’Imghad. Entretiens de
Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord-Mali, Dakar, octobre 2013 ; membre de la communauté
arabe du Mali, Bamako, septembre 2013.
56
Dans un contexte marqué par un factionnalisme important des combattants, il est difficile de
proposer des accords de paix qui permettent de satisfaire l’ensemble des composantes des groupes
armés. La signature d’accords provoquera des scissions si certains groupes ne sont pas associés à
leur négociation et estiment que leurs intérêts ou leurs factions sont insuffisamment représentées.
Pour cette raison, les pourparlers inclusifs qui doivent se tenir ne doivent pas seulement constituer
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 14
devra être fourni au plus proche des communautés pour restaurer des relations de
vie commune. Les autorités devront également s’assurer que, contrairement aux
rencontres passées, les recommandations des forums intercommunautaires sont
suivies d’effets en les reliant plus directement à des instances de prise de décisions
politiques.57
Au-delà du risque terroriste et des tensions intercommunautaires, l’Etat et les notabilités locales qui lui sont liées cristallisent le ressentiment des populations, qui
estiment avoir été abandonnées par l’administration au moment de l’occupation.58
Les manifestations à Gao les 10 et 14 octobre ainsi que le 1er novembre, à Ansongo le
2 novembre et à Ménaka le 5 novembre signalent le mécontentement croissant de la
population à l’égard d’un Etat dont elle se méfie et d’une administration locale jugée
aussi inefficace et corrompue qu’avant la rébellion.59 Une partie de la population
s’agace aujourd’hui de l’insécurité récurrente et des pratiques de petite corruption
qui refont surface. Cette insécurité gène d’ailleurs le redémarrage des activités économiques autant que le déploiement des acteurs de l’aide et des agents de l’Etat.60
Les populations, en particulier les jeunes, manifestent également contre une situation socioéconomique particulièrement difficile. Elles reprochent au gouvernement
de renouer avec les mêmes intermédiaires locaux qui prévalaient sous les régimes
précédents. L’Etat peine également à pourvoir aux services de base délaissés depuis
des années. C’est pourtant à travers eux qu’il pourrait retrouver sa crédibilité. L’Etat
doit autant restaurer son autorité que son utilité aux yeux des populations.61
un face-à-face entre l’Etat et les populations du Nord mais également amener les différentes communautés du Nord à reconstruire des équilibres entre elles. Entretien téléphonique de Crisis Group,
chercheur spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
57
En 2008, un séminaire sur le dialogue intercommunautaire au Mali, soulignait que « le Mali a
développé bon nombre d’institutions de mécanismes de promotion de la culture de la paix. Les
communautés […] jouent un rôle important dans ces mécanismes. Cependant les décisions de ces
communautés n’ont aucune valeur juridique ». Voir « Rapport de l’atelier n°2, Dialogue intercommunautaire sur les droits de l’homme et la promotion de la culture de la paix Mopti », 27-29 novembre
2008, p. 2.
58
Entretiens de Crisis Group, membres du cadre de concertation et membre de Ganda Izo (une milice
d’autodéfense principalement composée de Peul et de Songhaï), Gao, août 2013. Les populations
locales ont également le sentiment que la relation à l’Etat est captée par des chefs locaux qui
l’instrumentalisent à leur profit. Lors de l’ouverture des assises nationales du Nord à Bamako le 1er
novembre 2013, des manifestants ont violemment protesté à Gao et Ménaka contre l’envoi d’une
délégation locale qu’ils jugeaient non représentative de la région. A Gao, ils s’en sont notamment
pris aux biens du maire de la ville. Voir « Mali : manifestations à Gao contre la composition de la
délégation locale », AFP, 1er novembre 2013.
59
Les revendications comme les sujets de mécontentement des manifestants sont d’ailleurs multiples. Le 5 novembre, à Ménaka, les manifestants se plaignent de l’insécurité sur les routes, de l’inefficacité de l’administration comme du possible cantonnement du MNLA sur un site à proximité de la
ville. A Ansongo, les manifestants liés au groupe « nous pas bouger », une association de jeunes
sédentaires, s’en sont pris au symbole de la (faible) présence de l’Etat en saccageant les locaux de la
préfecture. « La préfecture d’Ansongo détruite par les manifestants », Alhabar.tv, 5 novembre 2013.
60
Ainsi, dans la région de Gao, la plupart des sous-préfets résident dans la capitale régionale et ne
rejoignent leur poste que de manière ponctuelle. Entretien de Crisis Group, membre du cadre de
concertation, Gao, août 2013.
61
Les plans de réhabilitation des infrastructures publiques sont bienvenus. Il faudrait cependant
veiller à ce qu’ils restaurent autant les symboles de l’autorité (gouvernorats, préfectures, casernes)
que les services publics concrets rendus à la population. Entretien téléphonique de Crisis Group,
chercheur spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
B.
Page 15
Des groupes armés toujours présents mais divisés
L’intervention Serval n’a pas mis fin aux activités des groupes armés mais a entrainé
une recomposition de l’échiquier politico-militaire au Nord du Mali. Les groupes
armés qui n’ont pas embrassé ou qui ont renoncé à la lutte jihadiste ont été reconnus
comme des interlocuteurs engagés dans un processus de négociation avec le gouvernement malien.62 Selon les termes de l’accord de Ouagadougou, les groupes armés
signataires s’engagent à cantonner leur forces et à faciliter le retour des Forces armées
maliennes (FAMA).63 Celles-ci sont certes revenues au Nord mais leur présence dans
la région de Kidal est limitée. Des doutes subsistent quant à leurs capacités opérationnelles et leur possible désir de revanche.64 Le quadrillage du territoire par l’armée est
cependant faible : les contingents militaires, comme d’ailleurs les autres services de
l’Etat, se concentrent dans les villes et les capitales régionales.65
Du côté des groupes armés, le cantonnement reste assez théorique.66 Même s’ils
se déplacent de manière plus discrète, ils restent maîtres de leur arsenal. Les frontières entre les mouvements sont également poreuses et les combattants circulent
d’un groupe à l’autre en fonction des opportunités et des rapports de force. Pour autant, les mouvements armés ne doivent pas être confondus. Ils représentent des coalitions complexes aux intérêts tantôt convergents tantôt rivaux. Les tensions qui les
opposent ont été importantes ces derniers mois dans les régions de Ber, In-Khalil ou
62
Dans la suite de ce rapport, l’expression « groupes armés » désigne donc les groupes non jihadistses
(MNLA, HCUA, MAA et les milices d’autodéfenses des populations sédentaires). Cela n’empêche
pas certains éléments de ces formations, y compris au sein du MNLA, de défendre la cause de l’Islam
politique et, pour une minorité, d’avoir des sympathies pour les groupes jihadistes qu’ils ont un
temps rejoint.
63
Voir « Accord préliminaire…», op. cit.
64
Le souvenir du massacre d’une centaine de soldats maliens à Aguelhoc en janvier 2012 reste vif
chez les militaires. Beaucoup de responsables maliens accusent les rebelles touareg d’en porter la
responsabilité. Entretiens de Crisis Group, officiers maliens, Bamako, août 2013. Par ailleurs, les
deux bataillons entrainés jusqu’ici par l’EUTM ont été déployés au Nord. Certains incidents les impliquant témoignent cependant d’une chaîne de commandement encore mal assurée. De manière
plus inquiétante, des sources signalent la présence au sein de l’armée d’unités constituées sur des
bases communautaires, notamment Imghad dans les régions de Gao et Kidal. Cette information
n’est pas confirmée par la hiérarchie militaire. Entretiens de Crisis Group, membre de la communauté arabe, Bamako, septembre 2013 ; officier occidental, Bamako, août 2013.
65
Lors de son retour à Kidal en juillet dernier, l’armée n’a déployé qu’une compagnie arrivée
d’ailleurs sans ses armes lourdes. Le bataillon Elou, la seconde unité entrainée par l’EUTM, devait
être déployé dans la région de Kidal. Ce déploiement a été retardé et le bataillon est pour l’heure
mobilisé dans la région de Gao. Ce bataillon contiendrait des éléments réputés proches du colonel
Gamou, un officier d’origine imghad resté fidèle au gouvernement. Leur déploiement à Kidal pourrait réveiller des antagonismes entres les Imghad de la région de Gao et les Ifoghas de la région de
Kidal. Entretiens de Crisis Group, proche du colonel Gamou et membre de la Minusma déployé à
Kidal, Bamako, août 2013 ; chercheur spécialiste du Nord-Mali, Dakar, septembre 2013.
66
Les sites de cantonnements identifiés manquent d’infrastructure de base pour accueillir les
combattants qui, par ailleurs, ignorent toujours le sort qui leur est réservé. Un peu moins de 2 000
hommes ont été enregistrés pour le cantonnement mais la plupart ne sont présents sur les sites que
lorsqu’il y a des distributions, notamment de nourriture ou d’eau. Entretiens de Crisis Group,
membre de la Minusma et officier français, août 2013. Dans son dernier rapport trimestriel, le Secrétaire général des Nations unies note cependant que la Minusma se mobilise sur cette question et
aide actuellement le gouvernement du Mali à développer une stratégie plus complète pour le cantonnement. « Report of the Secretary-General on the situation in Mali », UNSG S/2014/1, 2 janvier
2014, p. 5.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 16
encore Aguelhoc.67 Les incidents armés sont relativement fréquents dans les villes et
campements de la région de Kidal.
Le MNLA, marginalisé par les groupes jihadistes à la fin de l’année 2012, avait
trouvé une nouvelle dynamique dans le sillage de l’intervention française.68 Il est
loin de représenter l’ensemble des communautés touareg, encore moins celles des
autres communautés du Nord. Il n’est pas pour autant dénué de base sociale à Kidal
mais aussi dans la région de Ménaka ou dans les camps de réfugiés. Composé de
groupes d’origines diverses, le MNLA fait l’objet de tensions internes qui
s’accentuent depuis l’élection du président IBK.69 Il est difficile aujourd’hui de savoir
qui le contrôle réellement et quelles positions il défend.70 Certains dirigeants du
mouvement semblent prêts à se rapprocher ou du moins à négocier à Bamako un
accord permettant à l’Etat de se redéployer pleinement dans la région de Kidal. A
la base cependant, de jeunes combattants et des civils s’opposent au retour d’un
Etat malien honni. Ces éléments pourraient être utilisés par des membres du MNLA
qui ne trouvent pas leur compte dans les liens qui se renouent avec Bamako et sont
dès lors tentés par une fuite en avant armée.71
Le Haut Conseil de l’unité de l’Azawad (HCUA) est le dernier né des mouvements
touareg né en mai 2013 d’une initiative d’Intallah ag Attaher, Amenokal des Kel
Adagh et de deux de ses fils, Mohamed et Alghabas.72 Le mouvement contrôlé par
des Ifoghas regroupe principalement des éléments fidèles à la famille régnante (Kel
Effele) et d’autres plus proches d’Iyad ag Ghali (Irayakan). Le HCUA a permis le recyclage progressif d’anciens membres d’Ançar Eddine désireux de réintégrer le jeu politique et passé brièvement par le Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), créé en
67
La région d’In-Khalil a été le théâtre d’affrontements entre des combattants du MAA et du MNLA
qui se disputeraient le contrôle de routes commerciales. A Aguelhoc, les tensions sont plutôt liées
aux rapports difficiles entre des combattants idnan du MNLA et des soldats imghad de l’armée malienne réputés proches du colonel Gamou. Entretiens de Crisis Group, membres des communautés
arabes et tamasheq du Mali, Bamako, août 2013.
68
Il est aujourd’hui présent dans la région de Kidal. Il entretient également des liens assez étroits
avec certains camps de réfugiés du Burkina Faso, de Mauritanie et du Niger. Entretien de Crisis
Group, officier du MNLA à Kidal, Niamey, avril 2013 ; membres de la communauté arabe et kel tamasheq du Mali, Bamako, août et septembre 2013. Entretien téléphonique de Crisis Group, réfugié
kel tamasheq au Burkina Faso, août 2013.
69
On y trouve aussi bien des jeunes intellectuels ayant migré à l’étranger, des anciens militaires de
l’armée de Kadhafi que des groupes de femmes de la région de Kidal. Alors que le mouvement a plutôt
témoigné d’un attachement fort à la laïcité, il comprend également des éléments défendant une plus
grande place de l’Islam dans le politique. Entretien téléphonique de Crisis Group, universitaire spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
70
Voir les réactions contradictoires des responsables du MNLA suite aux incidents du 27 novembre
à Kidal. « Mali : remous et tensions après la fusillade de Kidal », RFI, 30 novembre 2013.
71
Ainsi fin novembre, des rumeurs ont circulé selon lesquelles le colonel Hassane ag Fagaga, ancien
dirigeant rebelle et chargé de la sécurité intérieure au CTEA, aurait quitté Kidal avec ses hommes
pour regagner les montages de l’Adagh. Certains y voient des préparatifs d’une possible reprise des
hostilités avec l’armée malienne. Entretien téléphonique de Crisis Group, chercheur spécialiste de
la région de Kidal, novembre 2013.
72
L’Amenokal est le titre des chefs traditionnels dans la société kel tamasheq du Mali. Pour
l’organi-sation politique de la société kel tamasheq, voir Lecocq, op. cit. Si le MNLA et le HCUA savent
ponctuellement faire front commun, ils représentent aussi des intérêts et fractions différentes du
monde touareg. Ainsi, les militants idnan ou chamanamas sont plus nombreux au sein du MNLA
alors que le HCUA représente plutôt les Ifoghas de la région de Kidal. Entretien de Crisis Group,
ancien membre du Front patriotique de libération de l’Azawad (FPLA), Bamako, août 2013 et entretien téléphonique de Crisis Group, chercheur spécialiste de la région de Kidal, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 17
janvier 2013.73 Une partie du HCUA parait aujourd’hui plus disposée que le MNLA à
négocier avec le nouveau pouvoir en place à Bamako si ce dernier reconnait leur influence dans la région de Kidal.74
Le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA) réunit de son côté différents groupes
armés liés aux communautés arabes du Mali. Il regrouperait notamment les membres
des anciennes milices arabes de Tombouctou et de Gao apparues à l’époque du président ATT. Il est suspecté d’abriter dans ses rangs des éléments liés aux narcotrafiquants ainsi que d’anciens sympathisants du MUJAO. Le mouvement défend également les intérêts économiques d’une partie de la communauté arabe.75 Le MAA s’est
initialement confronté au MNLA en particulier après l’attaque d’In-Khalil. Les vives
tensions entre les deux mouvements reflètent un mélange d’animosités communautaires et de rivalités commerciales. Suite à des rencontres à Nouakchott en août 2013,
les deux mouvements ont cependant entamé un rapprochement. La communauté
arabe du Mali est cependant divisée et beaucoup ne se reconnaissent pas dans le MAA.
Une partie de cette communauté, dont des membres ont rejoint plusieurs associations
de citoyens arabes, est favorable à une alliance avec Bamako et un rejet plus explicite
de l’agenda du MNLA.
Les forces patriotiques représentent de leur côté une nébuleuse de groupes
d’autodéfense constitués par les populations sédentaires songhaï, des nomades peul
et des groupes bellah.76 Le mouvement, gêné par les divisions internes et son manque
de ressources financières, est aujourd’hui le moins actif sur le plan militaire.77 Il ne
73
Le MNLA a lui aussi récupéré des éléments qui avaient un temps fréquenté les groupes jihadistes.
Pour autant, après l’intervention française, le mouvement s’est engagé bien plus que d’autres dans
la lutte contre AQMI. Il existe au sein du MNLA une branche laïque plus forte, en partie centrée sur
des groupes de femmes, ce qui rend les relations avec les salafistes jihadistes plus problématiques.
Entretien de Crisis Group, officier du MNLA, Niamey, avril 2013.
74
Deux membres du HCUA, Mohamed ag Intallah et Ahmada ag Bibi, se sont portés candidats à la
députation dans la région de Kidal sous l’étiquette du RPM, le parti d’IBK. Ils ont été élus dès le
premier tour. Un troisième candidat proche du HCUA, Inawèlene ag Ahmed, s’est présenté à Kidal
mais a été battu dès le premier tour par Ahmoudane ag Iknass, un candidat indépendant prônant la
réconciliation et l’union nationale. Résultats du premier tour des élections législatives, ministère de
l’Administration territoriale, novembre 2013.
75
Il défendrait en particulier comme d’autres membres de la communauté arabe la création de la région de Taoudeni. Aux yeux de nombreux chefs arabes du Mali, cela permettrait à leur communauté
de disposer de « sa région » et de ses « députés ». Selon la loi électorale, chaque cercle compte au
moins un député quelle que soit sa population. Il est prévu de créer quatre cercles dans la région de
Taoudeni, une zone faiblement peuplée mais majoritairement occupée par des populations arabe et
tamasheq. Voir « Communiqué du Conseil des ministres du 14 décembre 2011 » et entretiens de
Crisis Group, membres de la communauté arabe du Mali, Bamako, août 2013.
76
Ces groupes sont en partie fédérés dans les Forces patriotiques de résistance (FPR), une coalition
de six mouvements créés en juillet 2012 et comprenant les groupes d’autodéfense suivant : GandaKoy, Ganda-Izo, Front de libération nationale (FLN), Alliance des communautés de la région de Tombouctou (ACRT), Cercle de réflexion et d’action (CRA) et Force armée contre l’occupation (FACO).
Le président de cette fédération est l’avocat Maitre Harounah Touré, qui assure la défense du général Sanogo depuis son arrestation. « Reconquête du Nord-Mali : les forces patriotiques prennent
date », L’indicateur du renouveau, 24 juillet 2012 et entretien de Crisis Group, dirigeant local de
l’aile civile des Ganda Izo, Gao, août 2013.
77
Les milices d’autodéfense ne seraient pas aussi bien financées que les mouvements arabes et tamasheq. Elles n’auraient notamment pas le soutien régulier des principaux hommes politiques songhaï
dont certains sont pourtant proches de l’appareil d’Etat. Entretien de Crisis Group, membre des milices d’autodéfense songhaï, Gao, août 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 18
faut cependant pas le négliger : les groupes d’autodéfense conservent une forte capacité
de mobilisation de la jeunesse dans les villes et villages de la boucle du Niger.78
C.
Le dispositif international de sécurité face à l’enjeu de la durée
L’opération Serval a permis de mettre fin à la conquête du Nord du Mali par des
groupes jihadistes et de détruire leurs principaux sanctuaires. Elle n’entendait cependant pas traiter en profondeur les racines de l’insécurité.79 L’enjeu est maintenant
d’inscrire dans la durée le succès opérationnel de l’intervention française. Le dispositif
militaire international se recompose à la fois pour consolider les acquis de Serval et
préparer le plein retour de l’Etat dans la gestion de sa propre sécurité. D’un côté, la
Minusma a pour mandat la « stabilisation de la situation dans les principales agglomérations et [la] contribution au rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le
pays ».80 D’autre part, une force parallèle, essentiellement composée par la mission Serval, assure les activités de lutte contre les groupes terroristes.81
Ces deux forces militaires sont confrontées à deux risques sécuritaires majeurs.
D’un côté, les attentats dans le Nord depuis fin septembre montrent que les groupes
jihadistes conservent des capacités d’action et des soutiens parmi la population locale.82
De l’autre, les forces doivent composer avec la présence de groupes armés non jihadistes,
officiellement engagés dans un processus de dialogue avec le gouvernement mais qui
en réalité s’accrochent régulièrement avec les forces de sécurité maliennes.83 Dans les
faits, les forces françaises et la Minusma exercent au quotidien un difficile travail
d’interposition entre différents groupes qui les accusent régulièrement de partialité.
78
Ils ont ainsi joué un rôle dans l’animation des manifestations organisées à Gao et Ansongo en
novembre 2013. Voir notamment « La préfecture d’Ansongo détruite par les manifestants », Alhabar.tv, 5 novembre 2013.
79
Entretien de Crisis Group, spécialiste des questions sécuritaires d’une organisation internationale,
Dakar, juillet 2013.
80
Pour cela, elle doit notamment « écarter les menaces et prendre activement des dispositions afin
d’empêcher le retour d’éléments armés dans ces zones ». Voir « Résolution 2100 du Conseil de Sécurité des Nations unies », 25 avril 2013, p. 7.
81
Le cadre légal de cette intervention est défini à la fois par des accords signés avec le gouvernement
malien et par la résolution 2100. Entretien de Crisis Group, diplomate européen, Bamako, août 2013.
82
En ce qui concerne les activités contre les groupes jihadistes, les forces Serval ont été plus actives
dans les trois derniers mois de l’année 2013 que pendant l’été, période au cours de laquelle elles se
sont concentrées sur la protection du processus électoral et ont moins cherché à lutter contre des
groupes jihadistes devenus plus discrets. Entretien de Crisis Group, conseiller politique, Bamako,
août 2013. En réponse aux attaques de septembre et d’octobre, les forces françaises ont lancé les
opérations « Constrictor » (nord de Gao) à la mi-septembre, « Hydre » (Boucle du Niger) à la minovembre, ainsi qu’une opération au nord de Tombouctou le 10 décembre qui aurait éliminé une
vingtaine de jihadistes. Voir les points de situation sur l’opération Serval par le ministère français
de la Défense (www.defense.gouv.fr/operations/mali/actualite/).
83
Le 14 août, des échanges de tirs sont signalés à Aguelhoc entre MNLA et FAMA, avec la présence
d’éléments liés au colonel Gamou. Certains voient d’ailleurs dans ces affrontements la résurgence
d’un conflit local plus ancien entre Idnan et Imghad. Le 11 septembre, FAMA et MNLA s’affrontent
à nouveau à proximité de Léré où le MNLA aurait établi un site de cantonnement non officiel. Le 29
septembre, des échanges de tirs ont été entendus à Kidal, deux jours après l’attaque à la grenade de
la Banque malienne de solidarité. Le 8 novembre, un accrochage entre MNLA et FAMA à l’est de
Ménaka provoque la mort de plusieurs combattants tamasheq. Ecowarn Daily Highlights du 12 septembre 2013 ; « Paix fragile au Mali : accrochage entre soldats maliens et combattants du MNLA »,
RFI, 8 novembre 2013 ; et entretiens téléphoniques de Crisis Group, membre de la communauté
arabe malienne et membre de la Minusma, août et septembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 19
Depuis le mois de juillet, la Minusma a officiellement pris le relai de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma).84 La Minusma est présente dans les principales
villes du Nord, elle organise des patrouilles le long des principaux axes et participe
au processus de sécurisation des élections. Elle rencontre cependant des obstacles
considérables. Elle n’a pas encore reçu les effectifs et les moyens logistiques, notamment aériens, pour assurer convenablement ses tâches.85 Cela l’empêche d’avoir une
présence significative dans certaines villes comme Ber ou Léré où des incidents ont
été signalés à plusieurs reprises.86 Certains reprochent également à la mission d’être
plus présente à Bamako qu’à l’intérieur du pays.87
Les difficultés de la Minusma ne sont pas seulement imputables au manque
d’effectifs. Le contexte du Nord-Mali est particulièrement sensible et pose des défis
spécifiques à la force onusienne. Elle est l’objet de critiques à la fois du gouvernement
et des groupes armés.88 Son mandat l’exhorte à soutenir un Etat dont la légitimité
est encore contestée dans une partie du Nord. La Minusma doit veiller à ne pas devenir au Nord du Mali l’auxiliaire sécuritaire d’un Etat dont la présence n’est pas acceptée par tous.89 Pour cela, elle doit équilibrer les différentes composantes de son
mandat : il lui faut soutenir le rétablissement de l’Etat tout en assumant son rôle de
facilitation du dialogue politique et de protection des populations civiles.90
Le mandat de la Minusma comporte en effet un important volet de « protection
des civils immédiatement menacés de violences physiques ». Cette composante du man-
84
Sur la Misma, voir le rapport de Crisis Group, Mali : sécuriser, dialoguer et réformer en profondeur, op. cit., p. 5.
85
Au 31 octobre 2013, elle disposait de 50 pour cent de ses effectifs. Voir « Minusma. Faits et
chiffres », www.un.org. Dans son premier rapport trimestriel de 2014, le Secrétaire général des Nations unies se dit cependant confiant dans la venue prochaine de troupes et de matériel militaire en
quantité suffisante pour atteindre le plein effectif de la mission. « Report of the Secretary-General »,
op. cit., p. 11.
86
La décision récente du gouvernement hollandais d’envoyer près de 400 hommes dont des commandos et des hélicoptères d’attaque devrait cependant contribuer à muscler la composante militaire de la Minusma. « A Gao, Chinois et Néerlandais vont déployer des blindés, des drones et des
hélicoptères Apache », Ouest-France, 1er décembre 2013. Un premier contingent de quatorze soldats
hollandais est arrivé au Mali le 6 janvier 2014. « Les premiers soldats néerlandais s’envolent vers le
Mali », atlasinfo.fr, 6 janvier 2014.
87
Entretien de Crisis Group, diplomate occidental, Dakar, octobre 2013 et « Incident de Kidal : le
communiqué du gouvernement », page officielle Facebook de la présidence du Mali, 29 novembre 2013.
88
Le gouvernement malien a critiqué la Minusma à plusieurs reprises pour son manque d’efficacité
dans le travail de stabilisation à Kidal. Suite aux incidents du 28 novembre à Kidal, la présidence a
vivement regretté « l’absence de mise en place, par la Minusma, d’un dispositif adéquat de sécurisation
de l’aéroport et de la ville, en dépit de son information préalable ». Ibid. Inversement, les groupes
armés reprochent à la Minusma de soutenir matériellement et politiquement les initiatives de dialogues intermaliens organisées par l’Etat mais de ne pas appuyer les initiatives prises par les groupes
armés pour préciser leur plateforme de revendications à Ouagadougou. Entretien de Crisis Group,
spécialiste de la médiation, novembre 2013.
89
Comfort Ero, « Using Force to Promote Peace », article écrit pour la retraite des médiateurs africains organisée par le Centre pour le dialogue humanitaire, Zanzibar, novembre 2013.
90
Le soutien logistique que la Minusma a apporté dans l’organisation des rencontres à Bamako a
été salué par de nombreux observateurs. Elle s’est par contre abstenue de soutenir la rencontre de
mouvements armés lors de leur projet de fusion à Ouagadougou. Certaines voix reprochent également
à la Minusma, dernière arrivée dans l’arène, de vouloir centraliser l’effort de facilitation et de marginaliser un certain nombre de médiations sans doute plus modestes mais mieux enracinées localement. Entretien téléphonique de Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 20
dat est délicate à mettre en place dans le contexte actuel.91 Une partie des menaces
ont été et sont peut-être toujours le fait des forces gouvernementales auxquelles la
Minusma est censée apporter un soutien. La mission onusienne devrait montrer
plus de réactivité dans les récentes affaires de disparition ou de meurtres de civils au
Nord.92 Elle pourrait le faire par exemple en renforçant son département de protection
des droits de l’homme, tout particulièrement dans la région de Kidal.93
Enfin, l’action de la Minusma dans la lutte antijihadiste se révèle ambiguë. 94
L’essentiel de cette mission incombe à la force Serval. Cependant, la Minusma ne peut
rester passive face aux groupes jihadistes qui ont frappé les villes et revendiqué deux
attentats meurtriers contre des Casques bleus.95 Elle entend se doter de capacités de
renseignements pour protéger les centres urbains autant que ses éléments. La frontière entre opération antijihadiste et activité de stabilisation est parfois ténue. En
novembre 2013, la force Serval a organisé l’opération Hydre pour identifier et neutraliser des cellules jihadistes au nord de Gao. Selon des sources françaises, les forces
maliennes et la Minusma ont été associées à l’opération.96 De son côté, la Minusma
reconnait avoir déplacé ses troupes mais nie toute participation active à cette opération
antiterroriste.97 La volonté onusienne de se tenir à l’écart de la lutte contre les groupes
jihadistes au Mali se heurte ainsi à la réalité opérationnelle.
D.
Kidal, une ville sous haute tension
L’enlèvement puis l’assassinat des deux journalistes français de RFI le 2 novembre
2103 a attiré l’attention sur la situation particulièrement explosive qui prévaut dans
la ville de Kidal. La présence continue des groupes armés touareg est le fruit des
compromis que ces derniers ont établi avec la France durant la phase offensive de
l’opération Serval.98 Le MNLA a notamment fait de la ville son nouveau bastion alors
91
Entretien de Crisis Group, acteur humanitaire, Bamako, août 2013.
Voir « Agenda pour les droits humains … », op. cit., p. 12-16. Ainsi, le 21 novembre, l’Association
pour la redynamisation de l’élevage au Niger (AREN) a évoqué le meurtre de 24 bergers peul entre
Ménaka et Ansongo par des éléments non identifiés. « AREN condamne l’exécution, en fin novembre,
de bergers entre Ménaka et Ansongo », tamtaminfos.com, 4 décembre 2013. Le 24 novembre, le
compte Twitter de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme Afrique (FIDH)
faisait de son côté état d’un bilan de seize morts. La Minusma n’a jamais publiquement évoqué cette
affaire qui s’est pourtant déroulée trois jours avant le premier tour des législatives.
93
Malgré un mandat relativement ambitieux en la matière, la capacité du bureau des droits de
l’homme de la Minusma apparait encore insuffisante à la fin de l’année 2013. Au Nord, son personnel
est soumis à de trop nombreuses rotations pour mener une action continue et efficace. Entretien
téléphonique de Crisis Group, membre de la Minusma, octobre 2013. De manière générale, le manque
de personnel à la Minusma est plus important dans la composante civile que militaire, même si
cette dernière est également sous-dotée. Entretien de Crisis Group, membre des Nations unies, New
York, décembre 2013.
94
La résolution 2100 soumettait d’ailleurs le déploiement initial de la Minusma à une réduction
significative de la menace constituée par les groupes terroristes à l’égard des populations civiles
mais aussi du personnel international. Voir « Résolution 2100… », op. cit., p. 5.
95
Voir note de bas de page n°38.
96
Voir « Tuer l’hydre djihadiste au Mali », Le Monde, 4 novembre 2013.
97
Entretien de Crisis Group, fonctionnaire onusien, New York, décembre 2013.
98
Dans un entretien à RFI, le président Hollande a explicitement qualifié le MNLA d’« auxiliaire de
la reconquête ». Entretien avec le président Hollande à RFI, 7 décembre 2013. La France a surtout
entretenu des relations étroites avec le MNLA dans la phase de reconquête du pays. Elle tend aujourd’hui à soutenir le retour des autorités légitimes même si des doutes subsistent sur leurs capacités
à assurer l’ordre public et la sécurité au Nord. Alors que la France est souvent accusée d’être favorable
92
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 21
qu’il y était peu implanté au départ.99 Plus largement, Kidal est l’un des épicentres
des rébellions touareg au Mali et l’un des lieux où le souvenir de la répression militaire est le plus vif.100 La ville, située dans la région la plus septentrionale du pays,
est l’une des seules où les Touareg, principalement des Kel Adagh, sont majoritaires.101
La société locale est cependant composite et marquée par de nombreux clivages
entre communautés, générations et groupes d’intérêt.102 Les rancœurs à l’égard de
l’Etat sont également fortes mais tous les habitants sont loin de soutenir la cause séparatiste.103
L’accord de Ouagadougou a tenté de mettre en place un « retour de l’Etat » à Kidal
avec la promesse d’un redéploiement de l’armée malienne et d’un cantonnement des
groupes armés, première étape de leur désarmement. En réalité, la situation à Kidal
reste très volatile.104 Les témoignages recueillis par Crisis Group font état de tensions
quasi-quotidiennes. Les manifestations sont fréquentes et des échanges de tir se sont
produits à plusieurs reprises entre armée malienne et groupes armés touareg.105 A
Kidal, le cantonnement des groupes armés est théorique : « c’est l’armée malienne qui
à la cause touareg dans les médias maliens, son repositionnement est aujourd’hui perçu comme une
trahison par des militants du MNLA. Entretiens de Crisis Group, officier du MNLA, Niamey, avril
2013 ; diplomates, Bamako, août 2013 et Paris, novembre 2013.
99
C’est le mouvement Ançar Eddine qui contrôle la ville en 2012.
100
Lecocq, op. cit. et entretien de Crisis Group, officier du MNLA, Niamey, avril 2013.
101
Il y a cependant une forte communauté songhaï et des « métis » dont les parents sont originaires
du Sud du pays. Entretiens de Crisis Group, membre du conseil régional de Kidal, Bamako, avril
2013 et commerçant, Gao, août 2013.
102
La domination locale des Ifoghas, qui constituent par ailleurs l’ossature du HCUA, reste forte à
Kidal mais ne fait pas l’unanimité. Lecocq, op. cit. et entretien de Crisis Group, membre du conseil
régional de Kidal, Bamako, avril 2013. A Kidal, près de 28 pour cent des inscrits ont ainsi voté au
premier tour des élections législatives. Alors que l’Aménokal des Ifoghas et le MNLA avaient appelé
au boycott, les électeurs qui se sont déplacés ont massivement voté pour une liste « indépendante
pour la paix et l’union nationale » conduite par Ahmoudene ag Iknass, candidat d’origine imghad,
un groupe présenté comme vassal des Ifoghas. Il a recueilli plus de 60 pour cent des suffrages. Voir
« Résultats du premier tour… », op. cit
103
Tous ne soutiennent pas le MNLA mais, inversement, l’idée d’Azawad séduit une partie de la
population qui ne veut plus rester dans le giron de l’Etat. Entretien de Crisis Group, intellectuel
d’origine ifogha, Bamako, août 2013 et entretien téléphonique de Crisis Group, chercheur spécialiste
du Nord-Mali, novembre 2013. Ce rejet est illustré par le caillassage de trois ministres du nouveau
gouvernement en visite dans la ville en septembre dernier. Entretien téléphonique de Crisis Group,
membre de la Minusma déployé à Kidal, septembre 2013.
104
Pas moins de cinq forces armées sont présentes dans la ville et prétendent d’une manière ou
d’une autre participer à son contrôle : forces françaises, Minusma, contingent malien, membres du
MNLA et du HCUA. Ces deux derniers groupes continuent de circuler en ville et gardent le contrôle
de leurs armes. De son côté l’armée malienne n’a effectué un retour discret à Kidal qu’en juillet au
terme des accords de Ouagadougou.
105
Des tirs ont été échangés fin septembre quand les groupes armés ont provisoirement suspendu
leur participation au processus de Ouagadougou. Par ailleurs, les manifestations animées par des
femmes ou des jeunes, voire des enfants, sont fréquentes à Kidal, telle celle du 14 novembre pour
protester contre l’évacuation du gouvernorat et sa restitution aux autorités maliennes. Plus récemment, des manifestants ont voulu s’opposer à la visite du Premier ministre malien à Kidal le 27 novembre 2013. Ces manifestations ne concernent pas l’ensemble de la population kidaloise et des
pressions seraient parfois exercées par les groupes armés pour augmenter la participation de la population. Il serait cependant erroné de voir dans ces manifestations une simple instrumentalisation
de la population civile par les groupes armés. Entretiens téléphoniques de Crisis Group, membre de
la Minusma, octobre 2013 et chercheur spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 22
est cantonnée ».106 De fait, cette dernière ne patrouille dans les rues de Kidal qu’accompagnée des forces de la Minusma. La présence de la Minusma et de Serval a permis
d’éviter que la situation ne dégénère plus gravement. Les dérapages sont d’autant
plus susceptibles de se produire que les rancœurs entre les groupes sont profondes
et que les combattants des différents bords n’apparaissent pas toujours bien contrôlés.
L’assassinat des journalistes de RFI a néanmoins fragilisé la position des groupes
armés, en particulier celle du MNLA.107 L’armée malienne a envoyé des renforts à
Kidal.108 Sous la pression internationale, le MNLA a également accepté de rétrocéder
les locaux du gouverneur et de la radio nationale. Des combattants du MNLA et des
civils, hostiles à cette décision, se sont opposés à cette mesure en saccageant les bâtiments avant leur rétrocession le 14 novembre.109 Le 27 novembre, à l’occasion d’une
visite du Premier ministre à Kidal, les forces armées maliennes ont tiré sur un groupe
de manifestants, faisant plusieurs blessés parmi les civils.110 Suite à cet incident, le
vice-président du mouvement, Djéri Maïga, a déclaré que son mouvement ne respectait plus le cessez-le-feu. Il a été désavoué quelques heures plus tard par Ambeiri ag
Rhissa, membre du MNLA et du Conseil transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA).111
La situation de Kidal est emblématique des tensions qui caractérisent le Nord du
Mali.112 Il est important d’y clarifier au plus tôt les responsabilités en matière de maintien de l’ordre. Conformément à l’accord de Ouagadougou, les groupes armés doivent
réellement cantonner leurs troupes et il faut pour cela entamer le désarmement en
planifiant sérieusement la réinsertion des combattants. De leur côté, les forces de sécurité maliennes doivent être en charge de l’ordre public. Dans une phase transitoire
destinée à réduire les tensions, elles pourraient le faire conjointement avec la Minusma. Il convient également de remplacer, de façon progressive, les militaires par
des forces de police et de gendarmerie plus appropriées au maintien de l’ordre. Plus
largement, la situation de Kidal justifie qu’une suite rapide soit donnée à l’accord de
Ouagadougou et que s’ouvrent de réels pourparlers inclusifs de paix.
106
Entretien de Crisis Group, diplomate, Bamako, août 2013.
Les deux journalistes sortaient d’une rencontre avec Ambeiry ag Rhissa, l’un des dirigeants du
MNLA, lorsqu’ils ont été enlevés. Le principal suspect est un trafiquant d’origine tamasheq qui aurait
collaboré avec une katiba d’AQMI avant de revenir en « jihadiste repenti » à Kidal après l’intervention
française. Sa réintégration aurait été facilitée par les liens familiaux qu’il entretient avec des
membres locaux du MNLA. Voir « Qui est Ag Bakabo, le suspect n°1 du meurtre des deux journalistes
de RFI à Kidal ? », Jeune Afrique, 18 novembre 2013.
108
Elle n’avait, à l’origine, déployé qu’une compagnie dépourvue de tout armement lourd. Entretien
de Crisis Group, membre de la Minusma déployé à Kidal, Bamako, août 2013.
109
Voir « Le MNLA évacue les locaux du gouvernement et de la Radio-télévision nationale à Kidal »,
RFI, 14 novembre 2013.
110
Le gouvernement accuse les manifestants, manipulés par les groupes armés, d’avoir jeté des
pierres et échangé des coups de feu, ce que nient les représentants du MNLA sur place qui estiment
que la manifestation était pacifique. « Incident de Kidal : le communiqué du gouvernement », page
officielle Facebook de la présidence malienne, 29 novembre 2013. « L’armée malienne ouvre le feu
sur la population civile », mnlamov.net, 28 novembre 2013. La Minusma a de son côté déploré les
violences et appelé à la retenue mais sans se prononcer sur les responsabilités. Voir « Communiqué
de presse de la Minusma du 29 novembre 2013 », http://minusma.unmissions.org.
111
« Mali : remous et tensions…», op. cit.
112
Pourtant ministre de la Réconciliation nationale, Cheikh Oumar Diarrah déclare de manière assez
martiale que « Kidal est le nœud gordien qu’il faut trancher ». Entretien avec Cheikh Oumar
Diarrah, RFI et TV5-Monde, 10 novembre 2013.
107
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 23
IV. Négocier l’avenir du Nord
Au terme de l’élection présidentielle, le Mali est entré dans la phase la plus sensible
de l’accord de Ouagadougou. Les différents camps doivent maintenant aller au-delà
du cessez-le-feu pour s’accorder sur une solution durable et un désarmement effectif
des combattants au Nord du pays. Le gouvernement s’est engagé dans un programme
de dialogue national à travers des conférences à Bamako et dans les régions. Mais le
risque est de voir ces initiatives demeurer au stade des intentions et se substituer aux
pourparlers de paix prévus par l’accord de Ouagadougou.
A.
Le plan gouvernemental : un dialogue national pour sortir de la crise
Le président IBK s’est emparé avec un certain volontarisme de la question de la crise
au Nord du pays. Il a nommé l’un de ses proches conseillers, Cheikh Oumar Diarrah, à
la tête d’un ministère de la Réconciliation nationale et du Développement des régions
du Nord aux compétences étendues. 113 Ensemble, ils ont planifié un calendrier ambitieux de rencontres destiné à lancer rapidement un dialogue national pour sortir de
la crise.
Du 21 au 23 octobre 2013, le gouvernement a convoqué les états généraux de la décentralisation. Si les mouvements armés se sont abstenus de participer, plus de 600
personnes venues de l’ensemble du Mali se sont rassemblées à Bamako.114 L’objectif
principal de cette rencontre était de relancer la politique de décentralisation que Bamako considère comme la réponse privilégiée au sentiment de marginalisation des
populations du Nord et plus largement au problème de gouvernance dans l’ensemble
du pays.115 Le gouvernement a lancé ensuite les assises nationales pour le développement des régions du Nord du 1er au 3 novembre. Celles-ci ont également abordé les
questions de réconciliation, de décentralisation et de développement économique du
Nord.116 Pour parachever le retour à l’ordre institutionnel, le gouvernement a organisé
les élections législatives sur l’ensemble du territoire les 24 novembre et 15 décembre
113
Il assure notamment « la conduite du processus de dialogue national et de réconciliation nationale »,
« la conduite des négociations en vue de parvenir à une paix durable » et la « définition de stratégies
pour le développement des régions du nord ». Voir « Décret du 24 septembre 2013 fixant les attributions spécifiques des membres du gouvernement, Article 4 ». Le ministère, hébergé au départ dans
les bureaux de la primature, manque encore de locaux et de personnel. Son secrétaire général, Zeidan
ag Sidalamine, nommé le 9 octobre 2013, est un Tamasheq de la région de Gao doté d’une longue
expérience des négociations entre gouvernement et mouvements armés. Il a participé à la signature
du Pacte national de 1992. Entretien de Crisis Group, consultant politique malien, Bamako, août 2013.
114
Les moyens logistiques de la Minusma ont notamment été mis au service de l’Etat pour convoyer
des participants venus du Nord ou des camps de réfugiés dans les pays voisins. Entretien téléphonique
de Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
115
Les discussions sont animées : beaucoup de participants soulignent l’insuffisant transfert de ressources réalisé par l’Etat vers les collectivités territoriales, d’autres l’insuffisant développement des
compétences et des institutions. Au terme des trois jours de rencontre, l’Etat s’engage à relancer le
processus de décentralisation. « Recommandations des Etats généraux de la décentralisation », document non daté.
116
« Assises nationales sur le Nord. Termes de références », ministère de la Réconciliation nationale et du Développement des régions du Nord, octobre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 24
2013. Des assises régionales sont également programmées pour poursuivre dans les
régions les discussions entamées à Bamako.117
Cette démarche volontariste tranche avec la relative inertie du gouvernement intérimaire. Le président IBK a notamment exprimé sa volonté que le Mali se réapproprie
le processus de dialogue et le ramène sur son territoire.118 Il entend également traiter
les enjeux spécifiques posés par la situation au Nord mais sans les déconnecter d’une
réponse plus large aux problèmes de gouvernance et de développement qui se posent
à l’échelle du pays tout entier. Les deux conférences nationales tenues à Bamako signalent une tentative intéressante d’engager des négociations qui n’enferment pas le gouvernement dans un face-à-face problématique avec les seuls groupes armés. Des organisations de la société civile, en particulier celles du Nord, ont été associées aux
débats à Bamako.119
Le plan gouvernemental pose néanmoins deux grandes séries de problèmes. Certains
partenaires du Mali s’inquiètent d’abord de la précipitation dans laquelle se déroulent
ces rencontres.120 Le Mali a déjà connu à plusieurs reprises de semblables conférences
d’envergure nationales dont l’impact sur le terrain a ensuite été très faible par manque
de volonté politique.121 Les bilans tirés après les deux rencontres nationales donnent
une inquiétante impression de déjà vu et de déjà dit.122 Le gouvernement doit persua117
Le forum régional de Gao s’est ainsi tenu les 30 novembre et 1er décembre 2013 en présence de
Sada Samaké, le ministre de la Sécurité intérieure, et de Malik Alhousseiny, ministre délégué à la
Décentralisation, lui-même originaire de la région de Gao.
118
Les réunions du comité de suivi et d’évaluation de l’accord de Ouagadougou se tiennent dans la
capitale malienne. Les états généraux du Nord comme les assises nationales ont également lieu à
Bamako. Le gouvernement a défini lui-même les termes de référence de ces réunions, n’impliquant
les partenaires internationaux que pour financer ces rencontres. Le président comme son ministre
des Affaires étrangères insistent sur leur volonté d’organiser les négociations au Mali et non plus à
l’étranger. Entretien de Crisis Group, diplomate occidental, Dakar, octobre 2013.
119
On peut citer l’exemple du COREK (Collectif des ressortissants de la région de Kidal) ou encore
d’OSCA (Organisation de la société civile de l’Azawad). La présence de telles organisations présente
deux avantages majeurs. D’abord, elle permet d’offrir une meilleure représentation aux populations
du Nord qui ont des revendications spécifiques mais ne se reconnaissent pas nécessairement dans
celles des groupes armés. Ensuite, cela permet de montrer que le recours aux armes n’est pas la
seule façon d’obtenir une place à la table des négociations, une manière de rompre avec la prime
habituellement accordée aux rébellions.
120
Certains regrettent une certaine confusion et précipitation dans l’organisation des états généraux de la décentralisation. De nombreuses réflexions ont déjà été produites sur les limites de la
décentralisation au Mali, et ces trois journées pourraient difficilement apporter une contribution
décisive à ces débats. Les états généraux ont cependant eu le mérite d’encourager la société civile à
préciser ses revendications. Cela s’est certes parfois fait dans la précipitation et l’approximation
mais cela contribue à consolider leur rôle dans les négociations à venir. Entretien téléphonique
de Crisis Group, membre du COREK, octobre 2013.
121
Ainsi en 2005, Bamako a abrité les états généraux de la sécurité et de la paix au Mali, qui n’ont
guère contribué à prévenir la montée des mouvements armés au Nord ou à redresser l’état des
forces de sécurité. En 2008, le président ATT lançait le Programme de développement décennal des
régions du nord (PDDRN). En 2013, IBK lance à son tour le chantier du Programme pour le développement accéléré des régions du Nord (PDARN).
122
Les synthèses de quelques pages produites à l’issue des deux grandes concertations nationales
apparaissent plutôt minces et décevantes sur le fond. Voir par exemple « Recommandations des
Etats généraux de la décentralisation », ministère de la Réconciliation nationale, novembre 2013.
Certains les considèrent à posteriori comme des entreprises de communication permettant au pouvoir
de reprendre la main sur le processus de dialogue et d’y inclure les groupes qui lui sont proches ou
lui font allégeance. La critique est sans doute excessive mais non sans fondement. Entretien téléphonique de Crisis Group, expert en médiation, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 25
der ses partenaires et la population que, contrairement à ses prédécesseurs, il ira audelà des discours et saura poser des gestes concrets.123
Par ailleurs, la volonté d’avancer rapidement sur ces dossiers a conduit le gouvernement à piloter entièrement le processus depuis Bamako. Demeuré rigide sur le
calendrier, il n’a pas cherché une véritable concertation avec les groupes porteurs de
revendications différentes de ses propres projets.124 Le président a également étroitement balisé les discussions en affirmant dès son investiture que : « tout est négociable
sauf l’autonomie et l’indépendance » et surtout en imposant la décentralisation
comme principale réponse institutionnelle à la crise.125 Le délai de 60 jours après la
formation du gouvernement pour l’ouverture de pourparlers de paix inclusifs avec
« toutes les communautés du Nord » afin de traiter de « l’organisation administrative et institutionnelle du Nord » a expiré.126 On voit mal aujourd’hui comment ces
discussions peuvent avoir lieu alors que les états généraux et les assises nationales
ont déjà balisé des orientations largement décidées par le nouveau gouvernement.
Le président IBK et son gouvernement jouent leur rôle en impulsant un processus
de dialogue national. Le risque est pourtant grand que les dirigeants maliens confisquent le processus de dialogue par un semblant de concertation. La priorité donnée
à la décentralisation n’a permis jusqu’ici aucune discussion sérieuse sur d’autres
options permettant de redéfinir les relations entre les régions du Nord et l’autorité
centrale. Sans préjuger des choix opérés par le Mali, d’autres arrangements institutionnels comme le fédéralisme ou encore l’autonomie régionale renforcée par l’élection
des gouverneurs pourraient faire l’objet de discussion. Les conférences nationales et
régionales ont été un pas dans la bonne direction mais elles ne peuvent se substituer
à de véritables pourparlers de paix ouverts sur les réformes envisagées et incluant
toutes les communautés du Nord, y compris les groupes armés restés à l’écart de ce
processus.
B.
La poursuite des négociations avec les groupes armés
Depuis son élection, le président IBK est déterminé à se réapproprier le processus de
négociation et à le ramener de Ouagadougou à Bamako afin d’en avoir la maîtrise. La
volonté de ramener le dialogue sur le territoire malien est compréhensible mais le
gouvernement pourrait faire preuve de plus de flexibilité sur le choix d’une ville du
123
Des diplomates s’inquiètent ainsi de la faiblesse des réflexions actuelles sur les raisons des
échecs passés. Il regrette également que manque encore à ce jour un véritable plan d’action pour le
Nord. Entretiens de Crisis Group, diplomates occidentaux, Dakar, octobre 2013.
124
Ainsi la sélection par le pouvoir des personnalités en charge de représenter leurs régions aux
assises nationales a provoqué des manifestations à Ménaka et à Gao début novembre. Voir « Marche
de protestation à Ménaka », Le Républicain, 6 novembre 2013.
125
Depuis son discours d’investiture du 19 septembre 2013, le président IBK l’a répété à plusieurs
reprises. Ainsi en ouverture des assises nationales du Nord à Bamako le 1er novembre, il réaffirme
« en dehors de l’autonomie, c’est de l’indépendance. Tout est négociable dans le cadre d’un Mali,
d’un Mali indivisible». Voir « Une nouvelle main tendue du président malien aux rebelles touareg »,
RFI, 1er novembre 2013. Dans un entretien donné à Alakhbar, un média mauritanien, le ministre
des Affaires étrangères évoque trois lignes rouges posées par le président IBK aux groupes armés
lors de la rencontre tenue à Bamako le 15 septembre : respect de l’intégrité territoriale du Mali, respect
du principe de laïcité et contribution à la stabilité de la sous-région. Cette dernière ligne rouge vise à
prévenir des revendications particularistes susceptibles de créer des mouvements de protestation dans
les pays voisins. Entretien avec Zahabi Ould Sidi Mohamed, Alakhbarnews, http://fr.alakhbar.info,
9 octobre 2013.
126
Voir « Accord préliminaire… », op. cit.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 26
Nord pour de futures rencontres et de ne pas imposer son agenda de négociations.127
La nouvelle équipe dirigeante joue par ailleurs des rivalités au sein des mouvements
armés pour les affaiblir et associer, souvent sur une base clientéliste, les chefs de ces
groupes quand ils sont jugés « récupérables ».128 Cela accentue les tensions et provoque
une certaine cacophonie au sein des mouvements.129
Le 26 septembre, les principaux mouvements armés ont déclaré conjointement la
suspension de leur participation au processus de Ouagadougou : ils reprochaient au
pouvoir de ne pas respecter les clauses de l’accord relatives aux prisonniers de guerre.130
Le 5 octobre, ils réintègrent le processus après la libération de prisonniers détenus à
Bamako, une concession que le président impose à son administration et en particulier
aux magistrats.131 Malgré ce geste, les instances du MNLA, réunies à Ouagadougou
du 11 au 13 octobre, ont refusé le calendrier des négociations et des élections proposées par le gouvernement.132 Les 22 et 23 octobre, le MAA a réuni à son tour ses
127
Certains chefs de groupes armés se refusent à aller discuter à Bamako, symbole de l’autorité du
Sud. La scission qui se crée entre ceux qui acceptent et ceux qui s’y refusent avive les tensions internes et les méfiances. Elle prive aussi les négociations des interlocuteurs les plus influents des
mouvements armés qui sont précisément ceux qui se refusent encore au déplacement. Entretien
téléphonique de Crisis Group, expert technique présent lors des réunions des groupes armés à Ouagadougou, novembre 2013.
128
Certains conseillers politiques maliens estiment qu’il faut « récupérer ceux qui, parmi le HCUA
et le MNLA, sont récupérables ». Entretien de Crisis Group, directeur de projet à Kidal, Bamako,
août 2013. D’autres déplorent néanmoins que cela se fasse sur une base clientéliste et par la captation
de rentes individuelles offertes par l’autorité centrale aux élites du Nord qui acceptent le compromis.
Entretien téléphonique de Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord du Mali, novembre 2013.
129
A la mi-septembre, le président IBK a organisé une première rencontre de pré-concertation à
Bamako avec des représentants des groupes armés. Les délégués présents ont cependant été accusés
d’entamer des négociations directes sans mandat de leur organisation. Le vice-président du MNLA,
Mohamed Djéri Maïga, a alors des mots durs à l’encontre de Bilal ag Cherif, le président du mouvement, accusé de brader l’Azawad en soutenant Mohamed ag Ibrahim Assaleh, le représentant du
MNLA au sein du comité de suivi et d’évaluation. Voir « Bilal ag Achérif fuit ses responsabilités »,
toumastpress.com, 20 septembre 2013. De son côté, Ould Ghalem, responsable de l’aile militaire du
MAA, désavoue l’initiative prise par les chefs arabes présents à Bamako. Il dénonce la marginalisation d’Ould Siddat, secrétaire général adjoint du mouvement, qui a fait le déplacement à Bamako
mais a été empêché de se joindre aux négociations. Entretien téléphonique de Crisis Group, membre
de la communauté arabe malienne, Dakar, octobre 2013.
130
Déclaration conjointe de Mossa ag Attaher (MNLA), Boubacar Taleb (MAA) et Ahmada ag Bibi
(HCUA), siwel.info, 27 septembre 2013.
131
Entretiens de Crisis Group, magistrat malien, Bamako, août et octobre 2013 et « Libération de
23 criminels du MNLA : Daniel Tessougue va-t-il démissionner ?», L’indicateur du renouveau,
4 octobre 2013. Malgré les protestations du procureur général de la République, la décision d’IBK
de libérer ces prisonniers est conforme aux engagements pris par le gouvernement transitoire lors
de la signature de l’accord de Ouagadougou. Pour les tensions entre justice et réconciliation au Mali, voir également le chapitre 5 de ce rapport et particulièrement sa section D.
132
Le mouvement revoit son organigramme interne et remplace notamment les délégués qui siègent au comité de suivi et d’évaluation des accords de Ouagadougou accusés en interne de complaisance à l’égard de Bamako. Mohamed Djéri Maïga remplace ainsi Mohamed ag Ibrahim Assaleh. Ce
dernier annonce dès le 19 octobre qu’il suspend ses activités au sein du MNLA. Par ailleurs, un
membre du MNLA désireux de se présenter à la députation de Kidal aurait été découragé par les
instances du mouvement. Le MNLA n’a présenté aucun candidat aux élections législatives de fin
2013. Entretien téléphonique de Crisis Group, membre du COREK, octobre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 27
instances à Ouagadougou. Des remaniements de l’organigramme soulignent là aussi
de fortes tensions internes.133 Le MAA rejette lui aussi le calendrier gouvernemental.134
Le HCUA entretient de son côté une attitude plus ambigüe à l’égard du nouveau
pouvoir. Fin octobre, le RPM investit officiellement la candidature de trois membres
du HCUA pour les élections législatives de fin novembre.135 Le 29 octobre, la justice
malienne officialise l’annulation des mandats d’arrêt à l’encontre de quatre chefs
touareg, dont deux sont candidats du HCUA pour le RPM.136 D’un autre côté, le président du mouvement, Alghabas ag Intalla, député de Kidal, ne s’est pas porté candidat
aux législatives et le mouvement est toujours favorable à une autonomie de l’Azawad.
Début novembre, alors que le gouvernement organise les assises du Nord, le HCUA,
le MNLA et le MAA décident de fusionner leur organisation après consultation de la
base dans un délai de 45 jours.137 La décision, destinée à renforcer les mouvements
armés face à Bamako, divise pourtant les militants, en particulier ceux du MNLA qui
semblent sur le point de rupture.138 Au début de l’année 2014, la fusion des mouvements n’est cependant toujours pas effective.
Pour l’heure, la situation parait bloquée : le délai de 60 jours au terme duquel le
gouvernement devait organiser des pourparlers de paix inclusifs a expiré depuis début
novembre. Le comité de suivi et d’évaluation des accords de Ouagadougou ne s’est
133
Le secrétaire général adjoint, Ould Sidatt, annonce qu’il remplace Mohamed Ould Sidi Mohamed,
fondateur du mouvement démis de ses fonctions. Voir « Les contradictions du mouvement arabe de
l’Azawad divisé », Fasozine.com, 24 octobre 2013 et entretien téléphonique de Crisis Group,
membre de la communauté arabe du Mali, octobre 2013.
134
Alors que le MAA refuse depuis Ouagadougou le calendrier proposé par le gouvernement,
d’autres chefs arabes comme Mohamed Ould Mataly, candidat du RPM aux élections législatives
dans le cercle de Bourem, sont présents aux assises nationales du Nord au titre du MAA. « Assises
pour la réconciliation : les Maliens veulent se donner les moyens de la paix », RFI, 2 novembre 2013.
135
Les deux élus RPM par ailleurs membres du HCUA sont Mohamed ag Intallah et Ahmada ag Bibi.
Le premier est le fils aîné de l’Aménokal des Kel Adagh, ancien député de l’Alliance pour la démocratie au Mali (ADEMA) de Tin Essako, candidat sous l’étiquette du RPM en 2013 et réputé proche
du MNLA en 2012. Le second député élu, Ahmada ag Bibi, est également député sortant d’Abeibara,
ancien porte-parole de la rébellion du « mouvement du 23 mai » et négociateur pour Ançar Eddine
à Alger en 2012. Le troisième candidat du HCUA investi par le RPM, Inawelène ag Ahmed, un ancien
douanier que certaines sources présentent comme un proche d’Iyad ag Ghali, a été battu dès le
premier tour des élections à Kidal. Entretien téléphonique de Crisis Group, membre du COREK,
novembre 2013.
136
Il s’agit de trois membres du HCUA (Alghabas et Mohamed ag Intallah, Ahmada ag Bibi) et d’un
membre du MNLA (Mohamed ag Ibrahim Assaleh). Cette décision a été imposée par le pouvoir politique à de hauts magistrats maliens qui y étaient extrêmement hostiles. « Le procureur général Daniel
Tessougé exaspéré après la libération des prisonniers MNLA à Bamako », L’indépendant, 27 septembre 2013 et entretiens de Crisis Group, hauts magistrats maliens, Bamako, août et septembre 2013.
137
Des tentatives de rapprochement ont déjà lieu en août lors de rencontres entre les mouvements
armés à Nouakchott. Ces rencontres débouchent sur une première déclaration commune qui souligne l’attachement des mouvements armés à l’idée d’Azawad. La rencontre permet également de
désamorcer la montée de fortes tensions entre certaines communautés arabes et tamasheq du
Nord-Mali. Entretien de Crisis Group, représentant de la communauté arabe, Bamako, août 2013 et
entretien téléphonique de Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
138
Certains groupes sont très attachés à défendre l’union, d’autres la rejettent. Même s’ils ne se retrouvent pas forcément tous sur la même ligne, les groupes idnan sont les plus hostiles à la fusion dans
laquelle certains voient à la fois une perte d’influence de leur groupe et une trahison des idéaux de la
rébellion. A l’inverse, les Ifoghas y sont plus généralement favorables en partie parce qu’ils espèrent
former un groupe plus cohérent, placé sous leur direction et défendant leur vision de l’ordre local.
Entretien téléphonique de Crisis Group, universitaire spécialiste du Nord-Mali, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 28
plus réuni depuis le mois d’octobre.139 Le président IBK affiche dorénavant une fermeté
qui contraste avec le souci d’ouverture qu’il montrait en septembre. En marge du
sommet France-Afrique à Paris début décembre 2013, IBK a fait savoir son agacement
face aux pressions extérieures qui veulent l’obliger au dialogue avec les groupes armés.140
Certains anticipaient une détente après des élections législatives favorables au président. En visite à Kayes, ce dernier a cependant maintenu un ton très dur à l’égard
des groupes armés.141
Le gouvernement veut éviter de revenir à une situation de dialogue le replaçant
en face-à-face officiel avec les groupes armés comme à Ouagadougou. Il entend plutôt
mener le dialogue selon ses propres termes à travers les conférences nationales et
régionales. Parallèlement, des liens sont rétablis avec une partie des élites touareg
du Nord mais sur une base essentiellement clientéliste et à travers des contacts informels qui contournent les cadres mis en place après l’accord de Ouagadougou.142 On
renoue avec le mode de gouvernance du Nord qui prévalait dans les régimes précédents. Cela peut contribuer à pacifier le Nord dans le court terme mais ne sera pas
d’un grand secours pour s’attaquer aux racines plus profondes de la crise au Nord.
Comme par le passé, il n’est pas exclu que certains se sentent lésés par la politique
de Bamako et reprennent les armes.143 Pour rompre avec le cycle des rébellions, il
faut renouer avec l’accord de Ouagadougou et engager de véritables pourparlers de
paix incluant le plus grand nombre de communautés, y compris les groupes ayant
accepté le désarmement.
139
Ces réunions achoppent notamment sur la question du désarmement et du devenir des hommes
en armes. Entretien téléphonique de Crisis Group, conseiller politique occidental, décembre 2013.
140
Entretien avec le président Ibrahim Boubacar Keïta, Le Monde, 4 décembre 2013.
141
Voir « IBK à Gouna (Kayes) : je ne négocierai plus avec les groupes armés », Les échos, 19 décembre 2013. Le président malien souffle cependant le chaud et le froid. Lors de la cérémonie de
présentation des vœux pour l’année 2014, il déclare en effet « je ne veux que la paix, rien que la paix
[…] dans toutes le communautés du Mali » et lance un appel aux groupes rebelles pour un strict respect des dispositions de l’accord de Ouagadougou. Extrait du discours de présentation des vœux du
président IBK, RFI, 31 décembre 2013.
142
Comme par le passé, les membres les plus influents de la fraction ifoghas, à l’instar d’Ahmada ag
Bibi ou de Mohamed ag Intallah, sont reconnus comme les garants de la sécurité et de l’ordre local.
On renoue avec un mode de gouvernance de la région de Kidal qui a prévalu de nombreuses années
mais a été remis en cause pendant le second mandat du président ATT. Ce dernier avait en effet
choisi de s’appuyer sur d’autres groupes. En 2005, il nomme des non Ifoghas à de hautes fonctions
dans la région et notamment le colonel Gamou, qui devient chef de la première région militaire et
Alhamadou ag Ilyène qui se voit attribuer le poste de gouverneur de Kidal. Entretiens de Crisis
Group, membre du conseil régional de Kidal, Bamako, avril 2013 ; diplomate malien, Niamey, avril
2013 et ancien directeur de projet à Kidal, Bamako, août 2013.
143
Certains groupes comme les Idnan, qui constituent une part importante des combattants MNLA,
semblent marginalisés par la recomposition des alliances actuelles. Ils comptent sans doute parmi
les éléments les plus hostiles au rétablissement de relations avec l’autorité centrale, du moins dans
leur forme actuelle. La branche militaire du MNLA est de manière plus générale celle qui retire pour le
moment le moins de bénéfices du retour progressif de l’autorité centrale à Kidal. Cela pourrait néanmoins évoluer en fonction des discussions sur le désarmement et la réintégration des combattants.
Certains de ces derniers arrivés au Mali fin 2011 sont depuis retournés offrir leur service dans le
Sud libyen. D’autres sont toujours dans la région et comptent parmi eux d’anciens chefs du Mouvement du 23 mai comme le colonel Hassan ag Fagaga. Entretiens de Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord-Mali, Dakar, septembre 2013 et expert en questions sécuritaires sur la zone sahélosaharienne, Paris, novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
V.
Page 29
Réforme de l’Etat et réconciliation nationale :
une occasion à ne pas manquer
Le traitement prioritaire de la question du Nord ne doit pas éclipser la nécessité
d’apporter des réformes d’ensemble aux graves problèmes de gouvernance au cœur
de la crise. De fait, l’ensemble du territoire malien, et non la seule partie septentrionale, a besoin de bénéficier d’une meilleure présence de l’Etat et d’un nouveau dynamisme économique. On peut comprendre que la fragilité actuelle du pays conduise à
privilégier d’abord une politique de stabilisation. Celle-ci ne doit cependant pas favoriser le retour aux anciennes pratiques de corruption et de mauvaise gouvernance. La
nouvelle équipe dirigeante affiche un discours volontariste sur la réforme de l’Etat
mais elle doit maintenant aller au-delà des annonces et poser des actes concrets. De
leur côté, plutôt que d’exiger une refonte brutale dans un pays où tout semble devoir
être mis en chantier, les partenaires du Mali doivent aider le gouvernement à sérier
les priorités et échelonner les décisions. L’occasion de réformer l’Etat en profondeur
a rarement été aussi forte et il serait dommage de la laisser passer.
A.
Décentraliser et ramener les services publics au plus près des citoyens
La décentralisation constitue aujourd’hui la réponse privilégiée par le gouvernement
et ses partenaires non seulement pour répondre au sentiment de marginalisation du
Nord mais également pour engager une réforme plus large de la gouvernance.144 Les
états généraux d’octobre ont dressé le bilan des politiques de décentralisation engagées depuis 1999. Ils pointent notamment l’insuffisant transfert des ressources entre
l’Etat et les collectivités territoriales, la nécessité de développer l’échelon régional et
de réévaluer le rôle des autorités traditionnelles notamment en matière de dialogue
et de réconciliation.
La décentralisation devra cependant être appliquée avec prudence. La dévolution de
compétences et de ressources aux collectivités territoriales accentue souvent l’âpreté
des luttes pour l’accès au pouvoir local. Or, les communautés n’ont pas toujours développé l’expérience ou les moyens d’une pacification de la compétition électorale.
La décentralisation génère parfois une radicalisation des revendications communautaires et des tensions violentes autour des découpages territoriaux.145 Elle reste un
outil intéressant mais sa capacité à soulager les tensions intercommunautaires au
Nord doit être pensée avec beaucoup de prudence.
Derrière la question de la décentralisation, l’enjeu essentiel est celui des services
et des ressources que l’Etat fournit aux communautés. Après la crise au Nord, l’Etat
devrait donner la priorité à la remise en route des services sociaux de base, notamment
144
En ouverture des états généraux, le président IBK a déclaré qu’il voyait dans la décentralisation
une manière d’ « apporter des réponses définitives aux frustrations qui alimentent l’irrédentisme de
nos frères touareg ». Voir « Etats généraux de la décentralisation au Mali: IBK veut répondre aux
“frustrations des Touaregs” », RFI, 22 octobre 2013.
145
Charles Grémont montre ainsi comment à la fin des années 1990, les politiques de décentralisation durcissent les rivalités territoriales dans les sociétés touareg du Nord-Mali. Charles Grémont, «
Villages and crossroads. Changing Territorialities among the Tuareg of Northern Mali », in James
McDougall & Judith Scheele, Saharan Frontiers (Bloomington, 2012). L’ancien chef militaire touareg,
Ibrahim ag Bahanga, a commencé sa carrière de rebelle à la fin des années 1990 en instrumentalisant
un conflit autour des délimitations des frontières entre des communes situées entre les régions de
Gao et de Kidal. Entretien de Crisis Group, chercheur spécialiste du Nord-Mali, Dakar, septembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 30
sur le plan scolaire et sanitaire.146 Malgré les déclarations, la présence de l’Etat dans
le Nord est toujours modeste. Elle est trop souvent associée à la figure du militaire
ou du gendarme et pas assez à celle de l’infirmier ou de l’instituteur. Il ne s’agit pas
simplement de déployer des moyens et du personnel mais également de restaurer la
confiance de la population dans les représentants de l’Etat et les services publics.147
B.
Rompre avec l’impunité en matière de lutte contre la corruption
Lors de son discours d’investiture du 4 septembre 2013, le président IBK a déclaré
que « nul ne va plus s’enrichir de manière illicite sur le dos du peuple malien ».148 Son
propos fait alors écho aux avertissements lancés par les partenaires du Mali réunis le
15 mai 2013 à Bruxelles lors de la conférence des donateurs : l’aide internationale ne
saurait reprendre sans une réforme profonde de la gouvernance et une lutte décisive
contre les pratiques de corruption et de détournement qui gangrènent le pays.149 Ces
discours ne sont pas nouveaux. Ni les dirigeants maliens ni leurs partenaires ne découvrent maintenant l’état calamiteux de la gestion des fonds publics au Mali. Depuis
plusieurs années, les rapports du vérificateur général de la République pointent publiquement les dysfonctionnements de l’administration.150 Il reste à savoir dans quelle
mesure le nouveau président est déterminé à passer du diagnostic connu à l’action
efficace.151
La solution ne passe pas tant par le développement de nouvelles institutions que par
l’application réelle des mécanismes existants, qui ont été paralysés par le manque de
volonté politique et la forte impunité qui entourent la corruption. L’impulsion doit
146
Les groupes jihadistes avaient eux aussi compris l’intérêt de pourvoir aux besoins essentiels
dans les villes occupées. Ainsi, à Gao, un humanitaire resté dans la zone témoigne : « sous les islamistes, il n’y a eu aucun incident pour les humanitaires ; ils avaient une capacité de sécurité extraordinaire. Plus de vol de bétail, plus d’injustice […] Les islamistes étaient furieux contre les riches,
ils prenaient parti avec les pauvres ». Et d’avertir contre ce qui pourrait se passer si l’Etat ne se préoccupe pas de ces questions : « Si les vols reprennent et qu’il n’y a pas de justice, les populations
vont se poser la question. Les populations locales en parlent sur les radios locales : les islamistes ont
donné la sécurité ». Entretien de Crisis Group, Gao, août 2013.
147
Ainsi, dans certaines localités du Nord, ce ne sont pas seulement les sous-préfets qui ne peuvent
rejoindre leur poste sans la présence de l’armée mais également des personnels du service de santé
nommés par Bamako et dont la légitimité est contestée. Entretien de Crisis Group, responsable
humanitaire dont l’organisation est présente au Nord-Mali, Dakar, novembre 2013.
148
Discours d’investiture du président IBK, www.youtube.com/watch?v=A3yaA2FihYs.
149
Conclusions des coprésidences, Conférence internationale des donateurs « Ensemble pour le
renouveau du Mali », Bruxelles, 15 mai 2013, http://donor-conference-mali.eu.
150
Voir par exemple les conclusions du rapport annuel 2009 du vérificateur général qui estime que
l’Etat a perdu près de 112,37 milliards de francs CFA (environ 171,3 millions d’euros) sur 22 structures
examinées. Dans le rapport 2011, il écrit que « l’Etat est purement et simplement dépouillé et détroussé ». « Rapport annuel du vérificateur général 2009 et 2011 », www.bvg-mali.org. Le vérificateur
général, qui existe au Mali depuis 2003, a pour mission première « d’évaluer les politiques publiques à travers un contrôle de performance et de qualité des services et organismes publics et en
particulier des programmes et projets de développement ». Extrait de la loi du 25 août 2003 instituant le vérificateur général. Ses attributions ont été modifiées par la loi du 8 février 2012, qui a
étendu son champ d’activités mais rallongé la procédure de saisie judiciaire des dossiers. Entretien
de Crisis Group, ancien membre du bureau du vérificateur général, Bamako, avril 2013.
151
Le 27 décembre 2013, la garde à vue du président-directeur général du PMU-Mali, dont la gestion a
été mise en cause par le dernier rapport du vérificateur général de la République, est un signe de la
volonté du pouvoir de passer aux actes dans la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance. Il faut encore que ces efforts se prolongent dans la durée.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 31
venir du sommet de l’Etat. Le pouvoir doit laisser libre cours à la justice.152 Les objectifs
doivent également être réalistes : nul n’attend que la corruption disparaisse subitement au Mali mais des premiers exemples significatifs doivent survenir rapidement.
Ces exemples ne doivent d’ailleurs pas concerner les seuls adversaires du pouvoir actuel,
au risque d’apparaitre comme un outil trop politisé.
La responsabilité de la lutte contre la corruption n’incombe d’ailleurs pas uniquement aux autorités maliennes. Les partenaires internationaux souhaitent aujourd’hui
introduire de nouveaux mécanismes pour garantir la transparence dans l’usage des
fonds internationaux alloués au Mali.153 Les procédures techniques qu’ils envisagent
ne sont pas inutiles mais elles font l’impasse sur les responsabilités qui incombent aux
bailleurs eux-mêmes dans l’affaiblissement de la gouvernance au Mali.154 Le cadrage
macro-économique à la base des politiques de développement a par exemple conduit
à la production par les agences de développement de « récits fictionnels » sur l’état
de l’économie et de la société. Ces récits facilitent le fonctionnement institutionnel
de l’aide mais se révèlent souvent déconnectés de la réalité du pays et du niveau de
détournement de l’aide.155 Il convient de dresser un bilan sans concession des raisons
qui ont poussé l’Etat comme ses partenaires à maintenir l’illusion d’un pays modèle.
152
Pour un exemple de ces pressions, voir « Rapport annuel du vérificateur … », op. cit. Le gouvernement a ainsi transmis à la justice les récents rapports sur la gestion des organismes publics. Entretien avec Cheikh O. Diarrah, ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des
régions du Nord, TV5 Monde, 10 novembre 2013. Par ailleurs, l’audit engagé par le ministre des
Mines sur les contrats passés par le gouvernement précédent est un autre signal positif. Au-delà des
effets d’annonce assez habituels en début de mandat, il faut cependant que ces initiatives soient
suivies d’effets dans la durée. L’ancien vérificateur général déclarait ainsi « depuis notre création,
nous avons transmis bon nombre de dossiers au procureur du pôle économique. Nous n’avons eu
aucun retour, que ce soit sur les montants recouverts ou sur les sanctions qui auraient été prises ».
Entretien avec Sidi Sosso Diarra, Jeune Afrique, 28 juin 2011.
153
Pascal Canfin, ministre français délégué en charge du Développement, a ainsi proposé la mise en
place d’un site internet permettant aux usagers maliens de rapporter les problèmes qui apparaissent
dans la réalisation des projets de développement financés par la France et lutter ainsi contre la corruption. L’initiative est intéressante mais elle sous-estime peut-être le faible accès d’une large majorité
des populations du Nord aux réseaux de communication, y compris de téléphonie mobile. Voir « La
France lance une opération transparence sur son aide au Mali », RFI, 25 septembre 2013.
154
Les politiques d’ajustement structurel imposées dans les années 1990 ont ainsi privé l’Etat d’un
cinquième de ses fonctionnaires. Elles ont contribué au vieillissement et à la démoralisation de la
fonction publique. Les élites maliennes ont sans doute leur part de responsabilité dans la faillite du
pays mais ils la partagent avec ceux qui ont défini et conduit les politiques de l’aide au Mali depuis
la démocratisation. Pour une analyse plus approfondie sur le cas malien, voir Isaline Bergamaschi,
« L’agenda de Paris pour l’efficacité de l’aide », Afrique contemporaine, no. 223-224 (Paris, 2007),
p. 219-249.
155
Voir à ce sujet les analyses de Boris Samuel sur les cas mauritanien et burkinabè, mais qui
s’appliquent avec beaucoup de pertinence au Mali. Boris Samuel, « Calcul macroéconomique et
modes de gouvernement : les cas de la Mauritanie et du Burkina Faso », Politique africaine, no. 124
(Paris, 2011), p. 101-126. On déplore aujourd’hui les niveaux de corruption et de mauvaise gouvernance atteints au Mali sous le président ATT. Sous son mandat, le pays a pourtant bénéficié d’une
aide américaine au titre du Millenium Challenge Account (MCA), en théorie attribuée selon des critères rigoureux qui insistent sur le respect de la bonne gouvernance. En février 2012, quelques semaines après le début des hostilités dans le Nord, le Millenium Challenge Corporation, qui gère le
MCA, publie un article intitulé « Prosperity takes root in Mali ». Il témoigne du décalage assez stupéfiant entre la vision des bailleurs et la réalité sur le terrain, www.mcc.gov.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
C.
Page 32
Entreprendre la réforme du secteur de la sécurité
La crise de 2012 a mis en évidence la nécessité de repenser en profondeur les structures et les missions des forces armées au Mali.156 Le problème spécifique de la sécurisation du Nord ne doit pas oblitérer l’intérêt d’engager une réforme plus générale des
forces armées.157 Celle-ci doit mener de front un double objectif : reconstituer un appareil sécuritaire efficace capable de remplir sa mission de protection du territoire, et
garantir le caractère républicain d’une armée qui ne s’immiscerait plus dans le politique.
Après l’épisode de la junte, il est vital de reconstruire une chaine de commandement
efficace et respectée tout en travaillant à réduire les clivages internes. Il convient
également de dépolitiser l’appareil sécuritaire alors que la junte a montré que les
forces armées entretiennent une proximité gênante avec l’espace politique et économique. Le gouvernement pourrait ainsi repenser, sans l’interdire, l’incorporation des
officiers supérieurs dans la haute administration territoriale ou les ministères.158
L’autre priorité est celle du sort des combattants des groupes armés dont certains
appartenaient aux FAMA. Les autorités et en particulier les forces armées sont hostiles
à tout processus d’intégration des combattants sur le modèle des précédents accords.159
Cependant, plus l’incertitude dure sur cette question, plus les risques d’incidents violents grandissent. Des solutions doivent être proposées aux combattants pour éviter
que leur frustration ne les amène à aggraver un niveau de banditisme déjà préoccupant
ou à rejoindre des groupes plus radicaux.160 Il y a certes peu d’exemples de reconversions pleinement réussies dans la sous-région mais des expériences menées en Sierra
Leone ou au Niger peuvent inspirer les autorités maliennes.161
Les décisions sur le sort des combattants sont en réalité inséparables d’une vision
à plus long terme du dispositif sécuritaire comme du développement économique au
Nord-Mali. Tout le monde parait s’accorder sur l’idée de forces de sécurité au recrutement spécifique et aux missions adaptées aux défis du terrain. Les questions restent
cependant nombreuses : faut-il nécessairement confier la sécurité à des forces issues
156
Voir le rapport de Crisis Group, Mali : sécuriser, dialoguer et réformer en profondeur, op. cit.
Ibid, p. 40-41.
158
Le fait que la majorité des gouverneurs et préfets du Nord soient des militaires n’est peut-être
pas la meilleure manière pour l’Etat de restaurer sa légitimité ni de renouer avec les populations qui se
sentent délaissées ou marginalisées. Entretien de Crisis Group, administrateur civil malien, Bamako,
août 2013.
159
Il existe également une hostilité à l’idée de réintégrer les combattants touareg ou arabes ayant
quitté les rangs au moment de la crise et plus largement, tout autre combattant irrégulier. Entretiens de Crisis Group, officiers supérieurs de l’armée malienne, Bamako, août 2013. L’annulation de
la réunion de novembre du comité de suivi et d’évaluation de l’accord de Ouagadougou serait en
grande partie liée à des tensions entre le gouvernement et le MNLA sur la question d’unités de patrouilles mixtes. Entretien de Crisis Group, spécialiste en médiation, Paris, novembre 2013.
160
Comme l’indiquait le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Bert Koenders,
les experts en programmes de démobilisation, désarmement et réintégration (DDR) de la Minusma
peuvent sans doute contribuer par leur expérience. Les pistes explorées dans d’autres pays et notamment au Niger à travers des polices municipales dont les effectifs sont recrutés localement mais
désarmés pourraient être reproduites au Mali. Il n’existe cependant aucun exemple facilement
transposable au cas du Nord-Mali. « Rebuilding Mali’s Future », conférence de Bert Koenders, International Peace Institute, New York, 18 octobre 2013.
161
Voir le rapport Afrique N°208 de Crisis Group, Niger : un autre maillon faible dans le Sahel, 19
septembre 2013, p. 31. En Mauritanie, l’Etat a donné aux retraités des forces armées un monopole
sur les compagnies privées de sécurité. Un dispositif similaire pourrait constituer une sortie honorable pour certains officiers ayant été rayés des cadres lors de la dernière rébellion. Entretien de
Crisis Group, chercheur spécialiste de la Mauritanie, Dakar, décembre 2013.
157
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 33
des communautés locales ? Quelles possibilités de reconversion offrir aux combattants
tenus à l’écart des forces de sécurité ? Comment reconstruire la confiance entre les
forces de sécurité et les populations locales ? Quelles missions seront prioritaires
entre lutte contre le terrorisme, le banditisme et les trafics de drogue ? Ces questions
ne seront pas résolues en quelques mois mais le gouvernement et ses partenaires devraient dévoiler les pistes qu’ils comptent suivre afin de réduire l’incertitude actuelle.
La lutte contre la petite criminalité sur les axes routiers, qui freine l’activité économique et envenime les relations intercommunautaires au Nord, ne doit pas être
négligée parce que les acteurs internationaux privilégient des menaces plus importantes à leurs yeux comme le terrorisme ou les narcotrafics. Certes, il existe des liens
entre réseaux criminels et réseaux jihadistes mais ces derniers ne se confondent pas.
On ne neutralise pas les éléments d’une katiba de la même manière que l’on démantèle un réseau de drogue ou que l’on met fin aux activités de « coupeurs de route ».
Les forces de sécurité maliennes doivent se former aux différents défis sécuritaires et
pas seulement à ceux qui semblent prioritaires à leurs partenaires occidentaux.162
Dans son effort de réforme, le gouvernement peut compter sur ses partenaires et
notamment la mission de formation de l’Union européenne au Mali (EUTM). Instituée en janvier 2013, cette mission se concentre initialement sur la formation de
quatre bataillons de combat maliens. Intégrant des conseillers militaires détachés
auprès de l’état-major, EUTM évolue vers un appui à une réforme plus ambitieuse
de l’outil militaire malien.163 Ce projet est sans doute bienvenu mais il implique des
choix douloureux si l’armée adapte réellement ses effectifs, son déploiement et ses
formations à de nouvelles missions. Certains préféreraient renvoyer ces réformes à
plus tard pour laisser le temps à l’Etat de restaurer son autorité sur les forces de sécurité.164 D’autres soulignent qu’il faut saisir l’occasion offerte par la disponibilité des
financements et la légitimité du nouveau pouvoir.165
Au-delà de l’armée, la réforme de la sécurité doit également s’étendre à d’autres
corps comme la police, la garde nationale ou la gendarmerie. Cela est d’autant plus
important que l’Etat devrait, pour assurer l’ordre public dans les villes du Nord, renforcer les effectifs de police plutôt que d’utiliser l’armée.166 Il importe également de
renforcer les efforts en matière de lutte contre la grande criminalité, notamment les
trafics de drogue. Celle-ci a participé à l’affaiblissement de l’Etat en établissant des
ramifications jusqu’à son sommet, mais la lutte contre le terrorisme a jusqu’à présent
largement pris le dessus.167
162
Entretiens de Crisis Group, membre du cadre de concertation, Gao, août 2013 et chercheur
spécialiste du Nord-Mali, Dakar, septembre 2013.
163
L’ambition est d’encourager les autorités maliennes à produire un document de programmation
similaire au « livre blanc de la défense » en France. Pour le moment ce projet est bien accueilli par
l’état-major malien mais il risque de se compliquer à l’heure de faire des choix sur les effectifs et les
carrières des militaires. Entretien de Crisis Group, officier supérieur occidental, Bamako, août 2013.
Les relations entre armées malienne et française sont globalement bonnes. Elles peuvent néanmoins se détériorer du fait des sympathies que les militaires français auraient pour le MNLA aux
yeux de certains membres de l’armée malienne. Entretiens de Crisis Group, officiers maliens, Bamako, août 2013.
164
Entretien de Crisis Group, diplomate européen, Bamako, août 2013.
165
Entretien de Crisis Group, officier supérieur occidental, Bamako, août 2013.
166
Des forces plus adaptées au contrôle des manifestations en milieu urbain auraient peut-être
permis d’éviter les incidents du 28 novembre 2013 lors desquels l’armée a tiré sur des civils qui protestaient contre la visite du Premier ministre à Kidal.
167
Entretien de Crisis Group, conseiller politique occidental, Bamako, août 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 34
Enfin, le Mali doit pleinement participer aux efforts actuels pour construire une
architecture régionale de sécurité. Par le passé, le pays était perçu par certains voisins
comme le maillon faible de la sécurité régionale.168 Il importe désormais que le Mali
participe à la relance des efforts de coopération régionale en matière de sécurité. La
tâche apparait cependant difficile : si tous s’accordent à penser que les menaces sont
transfrontalières, il y a actuellement beaucoup de méfiance entre les pays concernés.169
Certaines initiatives, comme le « processus de Nouakchott » soutenu par l’UA, parviennent néanmoins à réunir des représentants des services de sécurité de la sous-région
et d’ailleurs.170 Elles méritent d’être poursuivies et encouragées.
D.
Harmoniser réconciliation et justice
Au printemps 2013, une Commission nationale de dialogue et réconciliation a été
nommée conformément à la feuille de route de la transition.171 Son activité a jusqu’à
présent été particulièrement réduite. Son rôle dans les négociations est également
contesté.172 Le gouvernement actuel ne cache pas son intention de revoir la composition
et les missions de cette commission. Début novembre, le ministre Diarrah a d’ailleurs
annoncé la création prochaine d’une nouvelle commission, nommée pour un mandat
de trois ans et chargée d’établir les faits sur les crimes commis dans le Nord depuis 1963.173
Cette décision est bienvenue. Les expériences similaires menées dans la sousrégion n’ont pourtant pas été très probantes. L’Etat et ses partenaires doivent notamment se garder de développer une structure budgétivore déconnectée des dynamiques
locales. Les pouvoirs publics et leurs partenaires doivent également résister à la tentation d’imposer une réconciliation factice. Ils doivent engager dans la durée un dispositif d’appui permettant aux communautés elles-mêmes de définir les conditions
d’un nouveau vivre ensemble. Pour cela, il est important de développer des arènes de
dialogue collectif au niveau local et veiller à ce que ces instances ne soient confisquées
168
Il était considéré par la Mauritanie ou l’Algérie comme particulièrement réticent à traiter le problème posé par la solide implantation de groupes jihadistes sur son territoire. Entretiens de Crisis
Group, spécialistes de la Mauritanie et de l’Algérie, décembre 2013.
169
Ainsi, l’annonce faite par le Maroc de former des imams maliens et de renforcer ses liens avec
Bamako inquiète l’Algérie, qui voit d’un mauvais œil l’arrivée de son rival sur une région qu’elle estime
être dans sa sphère d’influence. Le Nord-Mali pourrait ainsi devenir le théâtre de la lutte indirecte
entre les deux pays. Ibid.
170
En mars 2013, ce « processus de Nouakchott » a rassemblé notamment des membres des services de sécurité des pays suivants : Algérie, Burkina Faso, Libye, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria,
mais aussi des membres du Comité d’état-major opérationnel conjoint (CEMOC). Des observateurs
venus de Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie ont pris part à la réunion. Cette
première réunion visait à « l’opérationnalisation de l’Architecture africaine de paix et de sécurité »
dans la région sahélo-saharienne. Entretien de Crisis Group, conseiller politique de l’Union africaine, Bamako, août 2013 et « Sahel : pour une approche globale », travaux parlementaires du Sénat
français, senat.fr.
171
Voir « Feuille de route pour la transition, cabinet du Premier ministre, République du Mali »,
janvier 2013.
172
Le rôle de la commission est notamment contesté par les experts maliens qui négocient les accords
avec les rébellions du Nord depuis les années 1990 et considèrent que les commissaires actuels empiètent sur leur domaine de compétence. Ils leur reprochent de n’avoir aucune expérience de la négociation ni connaissance technique des dossiers. Entretien de Crisis Group, haut fonctionnaire malien originaire du Nord, Bamako, août 2013.
173
Entretien avec Cheikh Oumar Diarrah, op. cit. Le ministre a répété son ambition lors du conseil
des ministres du 13 décembre 2013. « Compte rendu du Conseil des ministres du 13 décembre
2013 », op. cit.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 35
par aucune communauté ou groupe.174 Les sociétés du Nord et en particulier les
Touareg n’ont pas seulement besoin de redéfinir leur rapport à l’Etat. Ils doivent
aussi trouver une manière plus pacifique de faire face aux nombreuses fractures internes qui les caractérisent.
Un tel processus implique au préalable l’établissement et la reconnaissance des
actes de violence passés qui nourrissent les rancœurs actuelles.175 Ceux-ci sont restés
impunis et n’ont pas fait l’objet d’une reconnaissance officielle. La décision du gouvernement d’inclure l’ensemble des faits commis depuis la première révolte touareg de
1963 est donc particulièrement bienvenue même s’il reste à définir les modalités
d’application concrètes de son travail.176
Au Mali comme ailleurs, le dialogue et la réconciliation se heurtent cependant
parfois au besoin de justice. Pour faciliter les négociations, des mandats d’arrêt ont
ainsi été annulés en octobre, provoquant l’ire de magistrats maliens. Pour certains,
cette décision est nécessaire et témoigne de la détermination de la nouvelle équipe
dirigeante à mener le dialogue même au prix de décisions impopulaires. D’autres regrettent cependant une mesure sélective et peut-être liée à des enjeux électoraux.177
De manière générale, l’équipe dirigeante doit éviter de promouvoir une justice du
vainqueur, laquelle épargnerait ceux qui se rallient au pouvoir pour ne poursuivre en
justice que ceux qui s’opposent. Dans tous les cas, les concessions nécessaires au maintien
du dialogue ne doivent pas perpétuer une impunité générale qui a sa part de responsabilité dans la crise actuelle.178
174
Il faut éviter par exemple de confier de manière exclusive les tâches de réconciliation aux autorités traditionnelles sous couvert d’une prétendue compétence de pacification. Une partie de la crise
est précisément liée aux conflits générationnels suscités par la captation des ressources et du pouvoir
par ces autorités traditionnelles. Entretien de Crisis Group, représentant d’une ONG malienne de
lutte contre l’esclavage, Bamako, août 2013.
175
Voir le rapport de Crisis Group, Mali : éviter l’escalade, op. cit.
176
Sur le modèle sud-africain, le ministre Diarrah a évoqué la possibilité de mettre en place un processus d’amnistie mais seulement après un travail préalable d’établissement des faits et de la vérité.
Entretien avec Cheikh Oumar Diarrah, op. cit.
177
La mesure a notamment concerné deux candidats à la députation, Mohamed ag Intallah et Ahmada ag Bibi, élus peu après dès le premier tour des législatives. « Mali : levée des mandats d’arrêt
contre quatre responsables touareg », RFI, 27 octobre 2013.
178
Il est ainsi regrettable qu’aucun signataire de l’accord de Ouagadougou ne réclame l’application
de l’article 18 qui prévoit la création d’une commission d’enquête internationale dans les meilleurs
délais. Par ailleurs, la Cour pénale internationale (CPI) s’est saisie de la crise malienne en janvier
2012. Lors d’une visite au Mali en octobre 2013, la procureure générale a cependant reconnu que
dix mois après s’être saisie du cas malien, ses équipes n’avaient toujours pas identifié de suspect.
Voir « La CPI n’a pour l’instant identifié aucun suspect de crime de guerre », Jeune Afrique, 1er novembre 2013.
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 36
VI. Conclusion
La nouvelle équipe dirigeante et ses partenaires sont confrontés aujourd’hui au choix
fondamental de définir le type d’Etat et de nation pour le Mali de demain. Face à la
complexité de la tâche et à la priorité donnée actuellement à la restauration d’une
sécurité à court terme, la tentation est forte de tolérer le retour de pratiques du passé
et de renvoyer à plus tard une réforme plus substantielle de la gouvernance. Le clientélisme politique et les prébendes peuvent sans doute contribuer à acheter une paix
de court terme et à renouer des liens entre l’autorité centrale et une partie des élites du
Nord. Certains partenaires du Mali sont tentés de tolérer ces pratiques par réalisme
politique et parce qu’ils ne croient plus possible une réforme de l’Etat maintes fois
annoncée. Cette réforme est pourtant la seule clé d’une stabilisation durable du pays
et d’une résolution véritable de la crise.
Les dirigeants maliens doivent résolument rompre avec les pratiques passées non
pas seulement dans les discours mais dans les actes. Il faut associer l’ensemble des
communautés à la construction du Mali de demain, non pas simplement en favorisant
leur expression publique comme cela se fait déjà mais en reliant les communautés
aux mécanismes concrets de prise de décision politique. De son côté, la communauté
internationale doit maintenir son effort au Mali et reconnaitre sa part dans l’échec
des politiques de coopération passées. Elle doit ainsi signifier aux dirigeants actuels
que l’impératif de sécurité à court terme n’amènera personne à tolérer le retour aux
pratiques passés de corruption et de clientélisme. Tout le monde a enfin besoin de
comprendre que le redressement actuel ne s’est pas achevé avec la tenue des élections
législatives mais qu’il s’inscrit nécessairement dans la longue durée.
Dakar/Bruxelles, 10 janvier 2014
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Annexe A: Carte du Mali
Page 37
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Annexe B: Liste des acronymes
ACRT
ADEMA
AREN
ATT
AQMI
BCEAO
CEDEAO
CEMOC
CMFPR
COPA
COREK
CPI
CRA
CTEA
DDR
Alliance des communautés de la région de Tombouctou
Alliance pour la démocratie au Mali
Association pour la redynamisation de l’élevage au Niger
Amadou Toumani Touré
Al-Qaeda au Maghreb islamique
Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest
Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
Comité d’état-major opérationnel conjoint
Coordination des mouvements et forces patriotiques de résistance
Collectif des patriotes
Collectif des ressortissants de la région de Kidal
Cour pénale internationale
Cercle de réflexion et d’action
Conseil transitoire de l’Etat de l’Azawad
Démobilisation, désarmement et réintégration
ESSEC
ETIA
EUTM
FACO
FAMA
FIDH
FLN
FPLA
FPR
HCIM
HCUA
IBK
MAA
MIA
Minusma
École supérieure des sciences économiques et commerciales
Échelon tactique interarmes
European Union Training Mission
Force armée contre l’occupation
Forces armées maliennes
Fédération internationale des ligues des droits de l’homme
Front de libération nationale
Front patriotique de libération de l’Azawad
Forces patriotiques de résistance
Haut Conseil islamique du Mali
Haut Conseil de l’unité de l’Azawad
Ibrahim Boubacar Keïta
Mouvement arabe de l’Azawad
Mouvement islamique de l’Azawad
Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la
stabilisation au Mali
Mission internationale de soutien au Mali
Mouvement national de libération de l’Azawad
Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest
Parti pour la renaissance nationale
Programme pour le développement accéléré des régions du Nord
Programme de développement décennal des régions du Nord
Organisation de la coopération islamique
Organisation des Nations unies
Office de la radiodiffusion télévision du Mali
Organisation de la société civile de l’Azawad
Radio France internationale
Rassemblement pour le Mali
Union africaine
Union européenne
Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés
Union pour la république et la démocratie
Misma
MNLA
MUJAO
PARENA
PDARN
PDDRN
OIC
ONU
ORTM
OSCA
RFI
RPM
UA
UE
UNHCR
URD
Page 38
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 39
Annexe C : Rapports et briefings sur l’Afrique depuis 2011
Afrique australe
Zimbabwe: The Road to Reform or Another
Dead End, Rapport Afrique N°173, 27 avril
2011.
Resistance and Denial: Zimbabwe’s Stalled Reform Agenda, Briefing Afrique N°82, 16 novembre 2011.
Zimbabwe’s Sanctions Standoff, Briefing Afrique
N°86, 6 février 2012 (aussi disponible en chinois).
Implementing Peace and Security Architecture
(II): Southern Africa, Rapport Afrique N°191,
15 octobre 2012.
Zimbabwe: Election Scenarios, Rapport Afrique
N°202, 6 mai 2013.
Zimbabwe’s Elections: Mugabe’s Last Stand,
Briefing Afrique N°95, 29 juillet 2013.
Comprendre les conflits dans l’Est du Congo (I) :
la plaine de la Ruzizi, Rapport Afrique N°206,
23 juillet 2013 (aussi disponible en anglais).
Centrafrique : l’intervention de la dernière
chance, Briefing Afrique N°96, 2 décembre
2013 (aussi disponible en anglais).
Afrique de l’Ouest
Nigeria’s Elections: Reversing the Degeneration?, Briefing Afrique N°79, 24 février
2011.
Côte d’Ivoire : faut-il se résoudre à la guerre ?,
Rapport Afrique N°171, 3 mars 2011 (aussi
disponible en anglais).
Une période critique pour stabiliser la Côte
d’Ivoire, Rapport Afrique N°176, 1er août 2011
(aussi disponible en anglais).
Afrique centrale
Liberia: How Sustainable Is the Recovery?,
Rapport Afrique N°177, 19 août 2011.
Burundi : du boycott électoral à l’impasse politique, Rapport Afrique N°169, 7 février 2011
(aussi disponible en anglais).
Guinée : remettre la transition sur les rails, Rapport Afrique N°178, 23 septembre 2011 (aussi
disponible en anglais).
Le Nord-Ouest du Tchad : la prochaine zone à
haut risque ?, Briefing Afrique N°78, 17 février
2011.
Côte d’Ivoire : poursuivre la convalescence,
Briefing Afrique N°83, 16 décembre 2011
(aussi disponible en anglais).
Congo : le dilemme électoral, Rapport Afrique
N°175, 5 mai 2011 (aussi disponible en anglais).
Au-delà des compromis : les perspectives de
réforme en Guinée-Bissau, Rapport Afrique
N°183, 23 janvier 2012 (aussi disponible en
portugais).
Congo: le processus électoral vu de l’Est, Briefing Afrique N°80, 5 septembre 2011 (aussi
disponible en anglais).
L’Afrique sans Kadhafi : le cas du Tchad, Rapport Afrique N°180, 21 octobre 2011 (aussi
disponible en anglais).
The Lord’s Resistance Army: End Game?, Rapport Afrique N°182, 17 novembre 2011.
Burundi : la crise de corruption, Rapport Afrique
N°185, 21 mars 2012 (aussi disponible en anglais).
L’or noir au Congo : risque d’instabilité ou opportunité de développement ?, Rapport Afrique
N°188, 11 juillet 2012 (aussi disponible en anglais).
Liberia: Time for Much-Delayed Reconciliation
and Reform, Briefing Afrique N°88, 12 juin
2012.
Mali : éviter l’escalade, Rapport Afrique N°189,
18 juillet 2012 (aussi disponible en anglais).
Au-delà des luttes de pouvoir : que faire face au
coup d’Etat et à la transition en GuinéeBissau, Rapport Afrique N°190, 17 août 2012
(aussi disponible en anglais).
Mali : pour une action internationale résolue et
concertée, Briefing Afrique N°90, 24 septembre 2012 (aussi disponible en anglais).
Côte d’Ivoire : faire baisser la pression, Rapport
Afrique N°193, 26 novembre 2012 (aussi disponible en anglais).
L’Est du Congo : pourquoi la stabilisation a
échoué, Briefing Afrique N°91, 4 octobre 2012
(aussi disponible en anglais).
Curbing Violence in Nigeria (I): The Jos Crisis,
Rapport Afrique N°196, 17 décembre 2012.
Burundi : bye-bye Arusha ?, Rapport Afrique
N°192, 25 octobre 2012.
Guinée: sortir du bourbier électoral, Rapport
Afrique N°199, 18 février 2013.
Le golfe de Guinée : la nouvelle zone à haut
risque, Rapport Afrique N°195, 12 décembre
2012 (aussi disponible en anglais).
Mali : sécuriser, dialoguer et réformer en profondeur, Rapport Afrique N°201, 11 avril 2013
(aussi disponible en anglais).
L’Est du Congo : la rébellion perdue des ADFNalu, Briefing Afrique N°93, 19 décembre
2012 (aussi disponible en anglais).
Burkina Faso : avec ou sans Compaoré, le
temps des incertitudes, Rapport Afrique
N°205, 22 juillet 2013 (aussi disponible en anglais).
République centrafricaine : les urgences de la
transition, Rapport Afrique N°203, 11 juin 2013
(aussi disponible en anglais).
Niger : l’autre maillon faible du Sahel ?, Rapport
Afrique N°208, 19 septembre 2013 (aussi disponible en anglais).
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Corne de l’Afrique
Somalia: The Transitional Government on Life
Support, Rapport Afrique N°170, 21 février
2011.
Politics and Transition in the New South Sudan,
Briefing Afrique N°172, 4 avril 2011.
Divisions in Sudan’s Ruling Party and the Threat
to the Country’s Stability, Rapport Afrique
N°174, 4 mai 2011.
South Sudan: Compounding Instability in Unity
State, Rapport Afrique N°179, 17 octobre
2011 (aussi disponible en chinois).
Mettre en œuvre l’architecture de paix et de sécurité (I) : l’Afrique centrale, Rapport Afrique
N°181, 7 novembre 2011 (aussi disponible en
anglais).
Kenya: Impact of the ICC Proceedings, Briefing
Afrique N°84, 9 janvier 2012.
Kenyan Somali Islamist Radicalisation, Briefing
Afrique N°85, 25 janvier 2012.
The Kenyan Military Intervention in Somalia,
Rapport Afrique N°184, 15 février 2012.
Somalia: An Opportunity that Should Not Be
Missed, Briefing Afrique N°87, 22 février 2012.
China’s New Courtship in South Sudan, Rapport
Afrique N°186, 4 avril 2012 (aussi disponible
en chinois).
Uganda: No Resolution to Growing Tensions,
Rapport Afrique N°187, 5 avril 2012.
Ethiopia After Meles, Briefing Afrique N°89, 22
août 2012.
Assessing Turkey’s Role in Somalia, Briefing
Afrique N°92, 8 octobre 2012.
Sudan: Major Reform or More War, Rapport
Afrique N°194, 29 novembre 2012 (aussi disponible en arabe).
Kenya’s 2013 Elections, Rapport Afrique N°197,
17 janvier 2013.
Sudan’s Spreading Conflict (I): War in South
Kordofan, Rapport Afrique N°198, 14 février
2013.
Eritrea: Scenarios for Future Transition, Rapport
Afrique N°200, 28 mars 2013.
Kenya After the Elections, Briefing Afrique N°94,
15 mai 2013.
Sudan’s Spreading Conflict (II): War in Blue Nile,
Rapport Afrique N°204, 18 juin 2013.
Ethiopia: Prospects for Peace in Ogaden, Rapport Afrique N°207, 6 août 2013.
Sudan: Preserving Peace in the East, Rapport
Afrique N°209, 26 novembre 2013.
Somalia: Puntland’s Punted Polls, Briefing
Afrique N°97, 19 décembre 2013.
Page 40
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 41
Annexe D : Conseil d’administration de l’International Crisis Group
PRESIDENTS DU
CONSEIL
AUTRES MEMBRES
DU CONSEIL
Wim Kok
Lord (Mark) Malloch-Brown
Morton Abramowitz
Ricardo Lagos
Ancien vice-secrétaire général des
Nations unies et administrateur du
Programme des Nations unies pour
le développement (PNUD)
Ancien secrétaire d’Etat adjoint
et ambassadeur des Etats-Unis en
Turquie
Thomas R Pickering
Ancien secrétaire général des Nations
unies ; prix Nobel de la Paix (2001)
Ancien sous-secrétaire d’Etat américain ;
ambassadeur des Etats-Unis
aux Nations unies, en Russie, en Inde,
en Israël, au Salvador, au Nigéria et
en Jordanie
Kofi Annan
Nahum Barnea
Editorialiste en chef de Yedioth
Ahronoth, Israël
Samuel Berger
PRESIDENTE
DIRECTRICE GENERALE
Louise Arbour
Président, Albright Stonebridge Group
LLC ; ancien conseiller à la sécurité
nationale des Etats-Unis
Ancienne haut-commissaire des
Nations unies aux droits de l’homme
et procureure générale des Tribunaux
pénaux internationaux pour l’exYougoslavie et pour le Rwanda
Micheline Calmy-Rey
VICE-PRESIDENTS
DU CONSEIL
Ancien commandant suprême des
forces alliées de l’Otan en Europe
Ayo Obe
Sheila Coronel
Juriste, Lagos, Nigéria
Directeur, Ecole des affaires
internationales, Sciences Po Paris
Professeur « Toni Stabile » de pratique
de journalisme d’investigation ;
directeur du Centre Toni Stabile
pour le journalisme d’investigation,
Université de Columbia, Etats-Unis
COMITE DE DIRECTION
Mark Eyskens
Ghassan Salamé
Cheryl Carolus
Ancienne présidente et ministre
des Affaires étrangères de la
Confédération suisse
Wesley Clark
Ancien Premier ministre de Belgique
Ancienne haut-commissaire de
l’Afrique du Sud auprès du RoyaumeUni et secrétaire générale de l’ANC
Joschka Fischer
Maria Livanos Cattaui
Lykke Friis
Ancien ministre des Affaires
étrangères d’Allemagne
Frank Giustra
Ancienne ministre du Climat et de
l’Energie et ministre à l’Egalité des
sexes du Danemark ; ancienne rectrice à l’Université de Copenhague
Président-directeur général, Fiore
Financial Corporation
Jean-Marie Guéhenno
Ancienne secrétaire général à la
Chambre de commerce internationale
Moisés Naím
Chercheur principal, Programme
économie d’internationale, Carnegie
Endowment for International Peace ;
ancien rédacteur en chef, Foreign
Policy
George Soros
Président, Open Society Institute
Pär Stenbäck
Ancien ministre des Affaires
étrangères de la Finlande
Professeur « Arnold Saltzman »
d’études sur la paix et les conflits,
Université de Columbia ; ancien
sous-secrétaire général du
Département des opérations de
maintien de la paix des Nations unies
Lena Hjelm-Wallén
Ancienne vice-premier ministre et
ministre des Affaires étrangères de
Suède
Mo Ibrahim
Fondateur et président, Mo Ibrahim
Foundation ; fondateur, Celtel
International
Asma Jahangir
Présidente de l’Association du Barreau
de la Cour suprême du Pakistan ;
ancien rapporteur spécial des Nations
unies sur la liberté de religion ou de
conviction
Wadah Khanfar
Co-fondateur, Forum Al Sharq ; ancien
directeur général du réseau Al Jazeera
Ancien Premier ministre des Pays-Bas
Ancien président du Chili
Joanne Leedom-Ackerman
Ancienne secrétaire internationale
de PEN International ; romancière et
journaliste, Etats-Unis
Lalit Mansingh
Ancien ministre indien des Affaires
étrangères, ambassadeur auprès des
Etats-Unis et haut-commissaire au
Royaume-Uni
Benjamin Mkapa
Ancien président de la Tanzanie
Laurence Parisot
Présidente, MEDEF
Karim Raslan
Fondateur, directeur exécutif et président-directeur général de KRA Group
Paul Reynolds
Président-directeur général,
Canaccord Financial Inc.
Javier Solana
Ancien haut représentant de l’Union
européenne pour la Politique étrangère
et de sécurité commune, secrétaire
général de l’Otan et ministre des
Affaires étrangères d’Espagne
Liv Monica Stubholt
Première vice-présidente en stratégie
et communication, Kvaerner ASA ;
ancienne secrétaire d’Etat aux Affaires
étrangères de Norvège
Lawrence H. Summers
Ancien directeur du National Economic
Council et secrétaire du Trésor des
Etats-Unis ; président émérite de
l’Université d’Harvard
Wang Jisi
Directeur, Ecole des affaires internationales, Université de Pékin ; membre
du comité de conseil en politique
étrangère du ministère des Affaires
étrangères chinois
Wu Jianmin
Vice-directeur exécutif, China Institute
for Innovation and Development
Strategy ; membre du comité de conseil en politique étrangère du ministère
des Affaires étrangères chinois ; ancien ambassadeur chinois aux Nations
unies et en France
Lionel Zinsou
Président-directeur général,
PAI Partners
Mali : réformer ou rechuter
Rapport Afrique de Crisis Group N°210, 10 janvier 2014
Page 42
CONSEIL PRESIDENTIEL
Groupe éminent de donateurs privés et d’entreprises qui apportent un soutien et une expertise essentiels à Crisis
Group.
Anonyme (3)
Dow Chemical
Frank Caufield
Frank Holmes
Investec Asset
Management
Steve Killelea
Pierre Mirabaud
Ford Nicholson & Lisa
Wolverton
Shearman & Sterling
LLP
White & Case LLP
Neil Woodyer
CONSEIL CONSULTATIF INTERNATIONAL
Donateurs privés et entreprises qui fournissent une contribution essentielle aux activités de prévention des conflits
armés de Crisis Group.
ENTREPRISES
Anglo American PLC
APCO Worldwide Inc.
Atlas Copco AB
BP
Chevron
Equinox Partners
FTI Consulting
Lockwood Financial
Ltd
PTT Public Company
Limited
Shell
Silk Road Finance Ltd
Statoil
Talisman Energy
Yapı Merkezi
Construction and
Industry Inc.
DONATEURS
PRIVES
Anonyme
Ryan Beedie
Stanley Bergman &
Edward Bergman
David Brown
Neil & Sandra DeFeo
Family Foundation
Neemat Frem
Seth & Jane Ginns
Alan Griffiths
Rita E. Hauser
George Kellner
Faisel Khan
Zelmira Koch Polk
Elliott Kulick
David Levy
Leslie Lishon
Harriet Mouchly-Weiss
Griff Norquist
Ana Luisa Ponti &
Geoffrey R.
Hoguet
Kerry Propper
Michael L. Riordan
Nina Solarz
Horst Sporer
VIVA Trust
Stelios S. Zavvos
CONSEILLERS
Anciens membres du Conseil d’administration qui maintiennent leur collaboration avec Crisis Group et apportent
leurs conseils et soutien (en accord avec toute autre fonction qu’ils peuvent exercer parallèlement).
Martti Ahtisaari
Président émérite
George Mitchell
Président émérite
Gareth Evans
Président émérite
Kenneth Adelman
Adnan Abu Odeh
HRH Prince Turki
al-Faisal
Hushang Ansary
Óscar Arias
Ersin Arıoğlu
Richard Armitage
Diego Arria
Zainab Bangura
Shlomo Ben-Ami
Christoph Bertram
Alan Blinken
Lakhdar Brahimi
Zbigniew Brzezinski
Kim Campbell
Jorge Castañeda
Naresh Chandra
Eugene Chien
Joaquim Alberto
Chissano
Victor Chu
Mong Joon Chung
Pat Cox
Gianfranco Dell’Alba
Jacques Delors
Alain Destexhe
Mou-Shih Ding
Uffe Ellemann-Jensen
Gernot Erler
Marika Fahlén
Stanley Fischer
Malcolm Fraser
Swanee Hunt
Max Jakobson
James V. Kimsey
Aleksander
Kwasniewski
Todung Mulya Lubis
Allan J. MacEachen
Graça Machel
Jessica T. Mathews
Nobuo Matsunaga
Barbara McDougall
Matthew McHugh
Miklós Németh
Christine Ockrent
Timothy Ong
Olara Otunnu
Lord (Christopher)
Patten
Shimon Peres
Victor Pinchuk
Surin Pitsuwan
Cyril Ramaphosa
Fidel V. Ramos
George Robertson
Michel Rocard
Volker Rühe
Güler Sabancı
Mohamed Sahnoun
Salim A. Salim
Douglas Schoen
Christian SchwarzSchilling
Michael Sohlman
Thorvald Stoltenberg
Leo Tindemans
Ed van Thijn
Simone Veil
Shirley Williams
Grigory Yavlinski
Uta Zapf
Ernesto Zedillo
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising