notice d`installation et d`utilisation

notice d`installation et d`utilisation
TS
NOTICE D'INSTALLATION
ET D'UTILISATION
27206 - 10/03 (correction 07/05)
rev. 0
(à conserver par l’utilisateur)
ATTENTION
L'appareil, faisant partie de la catégorie de produits considérés dans l'article 3, paragraphe 2, 3ème alinéa de la Directive 97/23/CE (en matière
d'équipements sous pression), est équipé de tous les dispositifs de sécurité et de contrôle prévus par les normes en vigueur. Ces dispositifs,
en outre satisfont toutes les prescriptions essentielles prèvues par l'Annexe I de la dite directive.
INFORMATIONS GÉNÉRALES
Introduction
Cette notice technique fait partie intégrante et essentielle de l'appareil et devra être livrée à
l'utilisateur final.
Lire attentivement les avertissement contenus dans cet livret car ils fournissent des indications importantes concernant la sécurité d'installation, d'exploitation et d'entretien.
La TS est une chaudière en acier, fonctionnant au bois, à gazéification totale, à flamme renversée, avec chambre de combustion en pression.
Cette notice technique fournit un résumé de tout ce qui doit être observé en phase d'installation, entretien et exploitation des chaudières UNICAL, modèle TS.
Conserver soigneusement ce livret pour toute consultation ultérieure.
Installation
L'installation des chaudières et des équipements auxiliaires, relatif à l'installation de chauffage, doit être conforme à toutes les normes et réglementations en cours.
L'installation et la première mise en service des chaudières et de l'installation de chauffage,
doivent être exècutèes par des personnes autorisées et professionnellement qualifiées.
Par personne professionnellement qualifiée on entend celle ayant une compétence technique
spécifique dans le secteur des composants d'installation de chauffage à usage civil et production d'eau chaude sanitaire.
Première mise en service
Le but principal de la première mise en service est de vérifier le bon fonctionnement de tous
les dispositifs de sécurité et de contrôle.
Avant de quitter l'installation, la personne chargée de la première mise en service doit contrôler la chaudière pendant au moins un cycle complet de fonctionnement.
Garantie
La garantie de la chaudière est liée aux informations contenues dans ce livret.
Normes
L'installateur doit respecter les réglementations locales en matière de chaufferie, dispositifs
de sécurité, cheminée, lignes d'amenée du combustible, installations électriques et toutes
autres dispositions locales et instructions de sécurité.
Agréments
Les chaudières UNICAL de la gamme TS sont agréées par le TÜV qui a reconnu à ces chaudières le certicat de conformité aux Directives Européennes suivantes:
- Directive Appareil Gaz (90/396 CEE), obligatoire à partir du 1er Janvier 1996.
- Directive Rendements (92/42 CEE), obligatoire à partir du 1er Janvier 1998.
- La conformité à la Directive Basse Tension (73/23 CEE) obligatoire à partir du 1er Janvier 1997
à été vérifiée et trouvé conforme par le GASTEC ITALIE.
Au moment de la mise à disposition de l’imprimeur de cette notice, il n’y a pas de directives
demandant le marquage CE des chaudières fonctionnant au bois.
Plaque signalétique et numéro de série
La plaque signalétique de la chaudière est fournie dans un enveloppe, insérée dans le magasin
de chargement supérieur. Elle fait référence au numéro de série estampillé sur une plaquette
en aluminium rivetée sur la plaque avant de la chaudière, dans le coin supérieur droit.
Utilisation
Ces chaudière doivent être utilisées pour le réchauffage de l'eau à une température qui
ne dépasse pas celle de l'ébullition dans les conditions d'installation.
Accessoires en option
Composants fournis
MODÈLE
VENTILATEUR D'APPORT D'AIR
TABLEAU ÉLECTRIQUE
REGULATION D’AIR PRIMAIRE ET
SECONDAIRE
POMPE DE RECYCLAGE
DE LA CHAUDIÈRE
2
TS 1
TS 2
TS 3
TS 4
TS 5
1
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
ET DIMENSIONS .............................................................. pag.
1.1
1.2
1.3
2
INSTALLATION ................................................................... pag.
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
3
4
6
Conditions de fourniture ......................................................... pag.
Manutention ............................................................................ pag.
Installation ............................................................................... pag.
Instructions de montage ......................................................... pag.
Installation de chauffage ........................................................ pag.
2.5.1 Opérations préalables au raccordement de la chaudière . pag.
2.5.2 Schéma de raccordement avec un ballon
d'accumulation .............................................................. pag.
2.5.2 Schéma de raccordementt hydraulique sans ballon
d'accumulation .............................................................. pag.
Raccordement au conduit de cheminée ................................ pag.
Caractéristiques de l'eau d'alimentation ............................... pag.
Raccordement de l'échangeur de sécurité thermique .......... pag.
Remplissage en eau de l'installation ..................................... pag.
TABLEAU DE COMMANDE (code 22168) ............. pag.
3.1
3.2
3.3
Description du fonctionnement .............................................. pag.
Schéma électrique de principe (tableau code 22168) ........... pag.
Les fonctions du tableau de bord optionnel de relève “DUO”
(code 23557) ........................................................................... pag.
GENERALITES SUR LE BOIS
ET LA MISE EN ROUTE ............................................. pag.
5
5
5
7
9
9
9
9
10
15
15
15
16
17
17
17
18
18
18
19
19
Le bois .................................................................................... pag.
Taux d'humidité du bois .......................................................... pag.
Dimensionnement des bûches .............................................. pag.
Vérifications avant le premier allumage ................................ pag.
Mise en route .......................................................................... pag.
Réglage des entrées d'air de combustion ............................. pag.
Vérifications à effectuer après le premier allumage ............. pag.
Avertissement ......................................................................... pag.
Défauts constatés et remèdes ............................................... pag.
Réglage des thermostats ....................................................... pag.
Fonctionnement en été .......................................................... pag.
20
20
20
20
20
21
22
22
22
23
24
24
ENTRETIEN ........................................................................... pag.
25
CONSEILS ET AVERTISSEMENTS .................. pag.
26
26
26
26
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
4.6
4.7
4.8
4.9
4.10
4.11
5
Généralités .............................................................................. pag.
Caractéristiques techniques .................................................. pag.
Dimensions et raccordements hydrauliques ......................... pag.
6.1
6.2
6.3
Conseils généraux .................................................................. pag.
Alimentation éléctrique ........................................................... pag.
Alimentation hydraulique ........................................................ pag.
4
1
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
ET DIMENSIONS
1.1 - GÉNÉRALITÉS
QU'EST-CE-QUE LA COMBUSTION A
FLAMME RENVERSÉE
Dès son enfance, nul n'ignore que pour faire
durer la flamme d'une allumette, il faut la tenir la tête en haut. En effet, il est nécessaire
que la flamme dans son mouvement de convection ne rencontre pas d'autre combustible que celui qui l'a générée. Or dans les
chaudières traditionnelles, le combustible est
généralement chargé par le haut; il faudrait
donc que la flamme se déplace en sens inverse, c'est-à-dire vers le bas.
Pour ce faire, il est nécessaire d'avoir un front
de flammes situé au-dessous du combusti-
ble, qui soit aspiré par une dépression créée
en partie inférieure. Cette dépression peut
être provoquée par une cheminée normale.
Mais le tirage naturel est une source de dépression instable variant beaucoup en fonction de la configuration du conduit de cheminée, des conditions atmosphériques, du
type de combustible utilisé, etc... On ne peut
vraiment être maître du débit d'air de combustion qu'en passant par l'intermédiaire d'un
ventilateur.
Avec l'emploi d'un ventilateur, il sera possible de réduire considérablement la section
de passage des gaz sur la grille et en outre,
d'eviter les problème lies au démarrage avec
un conduit de cheminée froid.
De ce fait, l'emploi d'une grille de petite dimension, obligeant les gaz à passer par une
ouverture réduite, évitera l'entrée incontrôlée
d'air comburant, comme cela se passe avec
les grandes grilles traditionnelles.
L'air pourra être parfaitement dosé puisque
la grille avec la couche de combustible allumé présente toujours la même résistance à
son passage et par conséquent la combustion sera toujours optimale.
Il y a plusieurs années, Unical a concrétisé
ce principe de combustion inversée avec la
génération de chaudières TURBO-BOIS.
Avec l'arrivée de la deuxième génération, les
chaudières atteignent aujourd'hui un tel niveau de perfection qu'il dépasse les exigences requises par les normes européennes
en vigueur.
1.2 - CARACTÉRISTIQUES
TECHNIQUES
CONSTITUTION DE LA CHAUDIÈRE
Le corps de la chaudière est constitué de
deux parties, intérieure et extérieure, de forme ovale entre lesquelles circule l'eau du circuit de chauffage (fig. 1).
L'enveloppe intérieure est en tôle d'acier de
8 mm. d'épaisseur sans soudure.
Le foyer présente, sur la face avant, une
chambre d'eau qui sépare la porte supérieure de chargement de la porte inférieure de
ramonage.
A l'intérieur, le foyer est séparé par une sole
en réfractaire.
Nous pouvons distinguer les parties suivantes (fig. 1):
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
M
R
Magasin où s'effectue le séchage du combustible
Zone de gazéification
Zone de braises
Brûleur en réfractaire
Chambre de combustion
Surface d'échange thermique
Berceau en acier réfractaire
Eau du circuit de chauffage
Échangeur de sécurité
Départ installation
Retour installation
fig. 1
ZONE DE GAZEIFICATION
(Fig. 1 - pos. 2)
Le combustible amorce sa gazéification au
fur et à mesure de sa descente dans le magasin de chargement. La gazéification durera jusqu'à la formation de braises, lesquelles
deviendront de plus en plus réduites pour
obtenir finalement des cendres qui seront
entraînées vers le berceau inférieur. Il est très
important que la gazéification soit la plus
régulière possible dans le temps, de façon à
ne pas provoquer un afflux de gaz au niveau
du brûleur central. En règle général, on utilisera de préférence le bois très sec en gros-
fig. 3
fig. 2
1. Grilles en acier
2. Barreaux en fonte
5
ses pièces et le bois humide (30% maximum)
en pièces plus réduites. La quantité d'air primaire, directement liée à la puissance à délivrer, est facilement réglable au moyen de la
vis centrale comme décrit a la page 21.
PARCOURS DE L'AIR ET DES GAZ DE COMBUSTION
SURFACES D'ÉCHANGE
(Fig. 1 - pos. 6 et fig. 2)
Dans une chaudière fonctionnant au bois
sans dépôt de souffre ni goudron au niveau
du foyer, il est important d'obtenir une température des fumées à la sortie la plus basse possible afin d'améliorer le rendement.
Pour cela, les passages des fumées se font
à travers des surfaces sèches, sans risque
de condensation à basse température. Ces
surfaces sont constituées par des cornières
soudées les unes aux autres (fig. 2) dont
l'avantage a déjà pu être apprécié dans les
chaudières fonctionnant avec des brûleurs au
fioul ou au gaz. Ces cornières sont entaillées régulièrement pour éviter tout risque lié
à la dilatation de l'acier.
Les cornières sur lesquelles il n'y a ni goudron, ni suie permettent le passage des cendres qui, après s'être déposées sur le berceau semi-cylindrique (fig. 1, pos. 7), sont entraînées par les gaz de combustion vers la
chambre prévue à cet effet à l'arrière de la
chaudière (boîte à fumées).
Deux trappes de ramonage disposées de
chaque côté de la boîte à fumées postérieure, permettent d'enlever les cendres accumulées, lors des opérations de nettoyage.
fig. 4
M = Départ installation
R = Retour installation
P = Air primaire
S = Air secondaire
F = Fumées
BRÛLEUR EN RÉFRACTAIRE
(Fig. 1 - pos. 4 et fig. 3)
Le brûleur est composé par une sole en réfractaire (fig. 1, pos. 4) comportant une ouverture rectangulaire centrale par où sort la
flamme. La sole en réfractaire présente en
plus une cavité rectangulaire dans laquelle
sont posés deux collecteurs en fonte (fig. 3,
pos. 2) dont la structure permet de recevoir
l'air secondaire provenant de la centrale de
ventilation.
La chute des braises est empêchée par la
présence de grilles en acier réfractaire (fig.
3, pos. 1) insérées directement entre les collecteurs ou barreaux en fonte. Les gaz de
combustion pauvres en oxygène mais encore riches en carbone non combiné, passent
à travers les braises et entrent dans l'ouverture centrale de la sole en réfractaire.
A l'intérieur de cette petite chambre de combustion, les gaz se combinent avec l'air secondaire préchauffé qui arrive par les collecteurs ou barreaux en fonte.
Il en résulte une flamme très oxygénée dont
la couleur tend vers un bleu azur. La flamme
sort par l'ouverture et envahit la chambre de
combustion et le brûleur en réfractaire prend
une couleur rouge vif.
LA CHAMBRE DE COMBUSTION
(Fig. 1 - pos. 5)
Afin d'obtenir une combustion complète, la
température au voisinage de la flamme est
maintenue à un niveau très élevé.
La flamme n'a aucun contact avec une paroi
refroidie par l'eau. Elle se développe vers le
bas en direction d'un berceau semi-cylindrique en acier réfractaire, puis se partage et
remonte de chaque côté. Le berceau inférieur
sert également à rassembler les cendres et
6
les particules de combustible.
La combustion est toujours complète. Une
oxygénation se produit grâce à l'air frais
provenant du haut de la chaudière par des
petits trous qui existent dans la chambre de
distribution d'air. Dans la partie inférieure la
couleur dominante sera celle de la cendre
(gris clair) et l'absence de goudron à ce niveau sera le témoin de la qualité de la combustion.
Le bois de chauffage est caractérisé par un
taux d'humidité élevé par rapport aux autres
types de combustibles. La première opération effectuée à l'intérieur du magasin de
chargement en combustible sera par conséquent le séchage.
Un trop fort pourcentage d'humidité pourra être
la source de phénomènes visibles de condensation dans la chaudière et aussi au niveau du conduit de cheminée.
Afin de limiter cet inconvénient, il est nécessaire de maintenir la température de fonctionnement de la chaudière à un niveau relativement élevée (80°C minimum).
Pour pouvoir réguler la température de départ
vers l'installation, il faut impérativement
prévoir une vanne de mélange à 3 ou 4 voies
entre la chaudière à température constante
et le réseau de chauffage.
L'absence d'une vanne de mélange sur
l'installation de chauffage, entraîne obligatoirement l'annulation de la garantie
constructeur.
Afin de limiter au maximum les conséquences de la formation de condensats acides
(goudronnage excessif du magasin de chargement en bois, corrosion des tôles en acier,
etc...), il est opportun de ne charger la chaudière que de la quantité de bois nécessaire
aux besoins en chauffage de l'installation, de
façon à éviter de trop longues périodes de
ralenti du générateur avec un magasin de
stockage totalement rempli.
Les remarques ci-dessus n'empêchent pas
l'éventuelle condensation dans le conduit de
cheminée, car cette dernière dépend exclusivement de conditions de tirage et d'isolation de ce dernier. C'est pourquoi il est fortement recommandé d'isoler et de rendre étanche le conduit de cheminée utilisé avec une
chaudière à bois.
1.3 - DIMENSIONS ET
RACCORDEMENTS
HYDRAULIQUES
T.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
23.
T1.
T2.
T4.
T5.
T6.
T7.
T8.
Tableau électrique
Système d'ouver ture du by-pass
Réglage air primaire
Réglages air secondaire
Vitre viseur de flamme
By-pass allumage et anti-fumées
Trappes de ramonage
Chambre de fumées postérieure
Porte de chargement
Porte inférieure d'inspection et de ramonage
Ventilateur
Départ chauffage
Retour chauffage
Départ cheminée
Raccords échangeur de sécurité thermique
Doigt de gant sonde soupape sécurité thermique
Doigt de gant sondes thermostatiques
Vidange chaudière
MODÈLES
fig. 5
TS 1
TS 2
TS 3
TS 4
TS 5
(kW)
07
15
20
30
35
(kW)
25
40
50
65
80
A
(mm)
560
655
655
755
755
B
(mm)
700
700
900
955
1255
C
(mm)
1195
1325
1325
1375
1375
D
(mm)
190
190
190
190
190
E
(mm)
250
250
250
250
250
F
(mm)
225
195
195
220
220
H
(mm)
1000
1110
1110
1150
1150
RACCORDS T1-T2
(Ø)
1¼"
1½"
1½"
2"
2"
T4
(Ø mm)
150
200
200
220
220
T5
(Ø)
½"
½"
½"
¾"
¾"
T6-T7-T8
(Ø)
½"
90
½"
110
½"
140
½"
170
½"
220
PERTES DE CHARGE SUR L'EAU** (m c.e.)
0,10
0,08
0,12
0,06
0,10
PERTES DE CHARGE FUMÉES
(mm c.e.)
0,3
0,4
0,6
0,3
0,5
PRESSION MAXI DE SERVICE
(bar)
PUISSANCE UTILE MINI
PUISSANCE UTILE MAXI*
DIMENSIONS
CAPACITÉ EN EAU CHAUDIÈRE
(l)
3
3
3
3
3
95
135
185
235
325
290x340
350x440
350x440
340x520
340x520
CAPACITÉ DE CHARGEMENT
(l)
OUVERTURE DE CHARGEMENT
(mm)
POIDS
(kg)
350
430
520
630
850
LONGUEUR DES BÛCHES
(cm)
50
50
70
70
100
* Puissance obtenue avec du bois de bonne qualité contenant 15% d'humidité.
** Pertes de charge correspondantes à un ∆t 15°C.
7
COMPOSANTS PRINCIPAUX TS:
1. Tableau électrique
2. Panneau jaquette supérieur
3. N° 2 panneaux jaquette latéraux
4. Contre porte anti-fumées
5. Porte de chargement
6. Porte de distribution d'air primaire et secondaire
7. Ventilateur
8. Porte inférieure d'inspection et de ramonage
9. Chambre de combustion infèrieure
10. Ailettes de l'échangeur de chaleur
11. Berceau en acier réfractaire
12. Vidange chaudière
13. Buse des fumées
14. By-pass avec axe d'ouverture
15. Isolation corps chaudière en laine minérale
16. Corps chaudière en acier
17. Brûleur en réfractaire avec barreaux en fonte et
grilles en acier
18. Chambre de fumées postérieure
M Départ chauffage
R Retour chauffage
fig. 6
N.B.: Les barreaux en fonte ainsi que les grilles en acier, sont sujets à l'usure. Une vérification
annuelle de ces pièces est toutefois conseillée, afin d'éviter toute anomalie de fonctionnement de la chaudière au cours du temps.
8
2
INSTALLATION
2.1 - CONDITIONS
DE FOURNITURE
La chaudière est livrée démontée: l'habillage isolant, le ventilateur, le tableau électrique et les accessoires pour le nettoyage sont
fournis séparément dans des cartons (fig. 7).
Description des colis:
1.
2.
3.
4.
Corps de chauffe en acier
Carton contenant l'habillage et l'isolation
Carton contenant le tableau électrique
Carton contenant: kit de fixation isolation, ventilateur, carter en fonte pour fixation ventilateur,
trappes de ramonage, poignées d'ouverture et
visseries diverses
N.B.: les cartons n. 3 et 4 sont livrés à l'intérieur du magasin de chargement (accessibles par la porte supérieure). Les accessoires de nettoyage, la notice d'installation, ainsi
que le bon de garantie sont aussi livrés dans
le magasin de chargement de la chaudière.
fig. 7
2.2 - MANUTENTION
Afin de faciliter le chargement et le déchargement de la chaudière, des anneaux de levage sont prévus sur la partie supérieure de
cette dernière.
Les différents éléments composant l'emballage (carton, agrafes, sachets en plastique,
polystyrène, etc...) ne doivent pas être laissés à la portée des enfants.
2.3 - INSTALLATION
La chaudière bois modèle TS ne se différencie pas d'une chaudière à combustible solide normale et de ce fait, il n'existe pas de
normes d'installation particulières, autre que
les dispositions de sécurité prévues par les
lois en vigueur.
Le local doit être aéré par des ouvertures de
superficie totale au minimum égale à 0,5 m².
Pour faciliter le nettoyage des ailettes de
l'échangeur de chaleur inférieur, il faudra
impérativement laisser devant la chaudière
un espace libre au moins égal à la longueur
de la chaudière et vérifier que la porte inférieure de ramonage puisse s'ouvrir à 90°
sans rencontrer d'obstacles.
La chaudière pourra être posée directement
sur le sol, car elle est équipée de son propre
châssis de support. Toutefois, dans le cas
de chaufferie très humide, il est préférable
de prévoir un socle en ciment pour recevoir
la chaudière.
Lors de l'installation, la chaudière devra être
positionnée horizontalement et de façon stable, pour réduire les éventuelles vibrations
et le bruit.
9
MISE EN PLACE EN CHAUFFERIE
N.B.: Les distances minimales indiquées sont
indispensables pour faciliter le chargement
et l'entretien périodique de la chaudière.
fig. 8
2.4 - INSTRUCTIONS DE
MONTAGE
Séquence de montage:
N.B.: Il est conseillé de vérifier que la chaudière soit positionnée dans son emplacement
définitif avant de commencer les travaux d'assemblage.
Réf. fig. 9
A) Visser les bakélites pos. 4 sur les poignées de fermeture des portes.
B) Mettre en place la vis et l'ecrou sur la porte
inférieure et visser dessus la bakélite
(pos. 1, 2, 3).
C) Positionner les trappes de ramonage de
la chambre de fumées postérieure pos. 5
et les fixer au moyen des axes pos. 6 en
utilisant un marteau.
E) Monter le doigt de gant de la sonde de la
soupape de sécurité thermique (pos. 2,
fig. 17).
fig. 9
Réf. fig. 10
A) Mettre en place l'isolation autour du corps
de chauffe en effectuant la découpe adaptée au niveau du raccord de départ chauffage supérieur.
B) Aprés avoir monté l'isolation sur le corps
de chauffe, dérouler les sangles de maintien, puis les fixer au moyen des boucles
de blocage en plastique fournies, comme
indiqué sur la fig. 10.
C) En tenant fermement une extrémité de la
sangle déjà enfilée autour de la boucle en
plastique (dessin n° 1), enfiler l'autre extrémité en la repliant vers l'intérieur dans
cette même boucle (dessin n° 2) puis faire
passer à l'intérieur le petit axe en plastique (dessin n° 3).
D) Tendre les deux extrémités de la sangle
de maintien (dessin n° 4), jusqu'à ce que
cette dernière soit bien en adhérence contre le manteau de laine minérale isolante.
Il est recommandé de ne pas trop tendre
les sangles pour ne pas écraser la laine
minérale contre le corps de chauffe et rendre de ce fait l'isolation non homogène.
10
fig. 10
Réf. fig. 11
A) Accrocher le panneau latéral sur le corps
de chauffe au moyen des encoches
prévues à cet effet dans la par tie
supérieure de ce dernier (pos. 1).
B) Accrocher le panneau latéral droit (pos.
2) de la même manière. Faire passer ensuite la tige de commande du système
d'ouverture du by-pass à l'intérieur du
panneau latéral droit, par les orifices
prévus à cet effet dans ce dernier (pos. 3).
C) Fixer la plaque signalétique autocollante
de la chaudière sur le panneau latéral droit
de l'habillage, après avoir nettoyé et dégraissé avec un produit adéquat la zone
intéressée.
Retirer le film protecteur de la plaque autocollante et l'appliquer en la faisant
adhérer parfaitement à l'aide d'une spatule en plastique.
Ne pas décoller la plaque une fois sa mise
en place terminée, car cela en compromettrait l'adhésivité.
D) Assembler (au sol) le tableau de bord sur
le panneau supérieur (pos. 4, 5, 6 et 7).
E) Ouvrir le tableau de bord en agissant avec
un tournevis sur les deux vis latérales.
Ouvrir le couvercle en le soulevant sur l’arrière et en le faisant tourner vers l’avant.
Introduire tous les capillaires des thermostats en les déroulant avec soin, le câble
d’alimentation du ventilateur (en sortie),
le câble du micro-interrupteur d’ouverture de la porte (en sortie) et le câble de
raccordement au secteur (en entrée) à travers les deux fentes rectangulaires situées
dans le socle du tableau de bord.
F) Emboîter le panneau supérieur sur les
panneaux latéraux en prenant garde de
diriger au préalable les capillaires des
thermostats vers l'arrière de la chaudière.
Fixer la cornière postérieure pos. 8 sur le
panneau supérieur.
G) Visser le contrepoids du by-pass pos. 9
sur son axe fileté de support (n° 2 contrepoids pour modèles TS4 et TS5).
fig. 11
Réf. fig.12
A) Faire passer la tringle d'ouverture du bypass (pos. 1) dans les orifices prévus dans
le panneau latéral droit de l'habillage.
B) Visser la bakélite (pos. 2) sur l'extrémité
de la tringle d'ouverture du by-pass.
C) Orienter la tringle d'ouverture de by-pass
pour que l'entaille située sur sa partie
avant se trouve tournée vers le bas et
enfiler ensuite la boucle située sur l'arrière de cette dernière autour de l'axe de
commande d'ouverture du by-pass.
D) Insérer la goupille de blocage (pos. 3) et
vérifier ensuite le bon fonctionnement de
la commande d'ouverture du disque de
by-pass.
E) Dans le cas du tableau optionnel version
“23557 DUO” mettre en place le petit
cylindre (pos. 4) autour de l'axe de
commande du by-pass et le bloquer
au moyen de la vis (pos. 5) prévue à cet
effet (voir fig. 15).
fig. 12
11
Réf. fig.13 (Mod. TS1, TS2, TS3)
A) Fixer le carter en fonte (pos. 1) sur la porte de distribution d'air intermédiaire.
B) Fixer le ventilateur (pos. 7) sur le carter
en fonte après avoir inséré au préalable
la plaque intermédiaire (pos. 4 et le joint
rectangulaire plat (pos. 5).
C) Vérifier que le volet d'air interne au carter
de support en fonte ne soit pas bloqué,
en actionnant manuellement la petite tige
latérale de ce dernier. Le réglage des vis
d'air primaire et secondaire est décrit à la
page 21.
D) Raccorder le ventilateur sur le bornier du
tableau électrique (voir schéma page 19).
Modèles: TS 1
TS 2
TS 3
fig. 13
Réf. fig. 14 (Mod. TS4, TS5)
A) Fixer les 2 carters en fonte sur la porte
de distribution d'air intermédiaire.
B) Fixer les ventilateurs sur les carters en
fonte de support.
C) Vérifier que les volets d'air internes aux
carters de support en fonte ne soient pas
bloqués, en actionnant manuellement les
petites tiges latérales de ces derniers. Le
réglage des entrées d'air primaire et secondaire est décrit à la page 22.
D) Raccorder les ventilateurs sur le bornier
du tableau électrique (voir schéma page 19).
Modèles: TS 4
TS 5
fig. 14
Réf. fig. 15
Le contacteur électrique de by-pass est fourni
de série avec tous les tableaux électriques
des chaudières TS.
Le montage du micro-interrupteur doit être
exécuté en respectant les données suivantes:
A) Fixer sur l'arrière du panneau latéral droit
les deux supports du contacteur de bypass (pos. 1 e 2).
B) Enfiler le câble électrique du contacteur
de by-pass dans le passe-câble prévu à
cet effet dans le support (pos. 1) et fixer
ensuite le contacteur de by-pass sur son
support (pos. 2).
C) Raccorder le contacteur du by-pass sur
le bornier du tableau de commande électrique.
D) Régler le positionnement en hauteur de
la molette supérieure du contacteur de bypass, de façon à ce qu'elle soit en position de fermeture quand le by-pass est
lui-même fermé.
fig. 15
12
Réf. fig.16
Insérer les bulbes des divers thermostats
dans l'ordre indiqué sur la fig. 16, puis bloquer les capillaires de ces derniers au moyen
du clip fourni a cet effet.
Dans le tableau de bord code 23557
"DUO", les bulbes des sondes/thermostats à introduire dans les doigts de gant
sont les suivants:
- Sonde de départ.
- Thermostat de sécurité.
- Thermomètre de chaudière.
La sonde du thermostat des fumées ne
doit pas être introduite.
fig. 16
Réf. fig. 17
A) Mettre en place la soupape de décharge
thermique tarée à 95°C (pos. 1) sur la
sortie du serpentin de sécurité et insérer
ensuite la sonde fournie avec cette dernière dans l'orifice bouchonné d'origine
(pos. 2) prévu à cet effet sur l'arrière du
corps de chauffe.
Il est conseillé de raccorder à l'égout la
décharge de la soupape thermique.
La soupape de décharge thermique peut
être montée à droite ou à gauche.
N.B.: La soupape de décharge thermique
n'entre pas dans la fourniture de la chaudière.
fig. 17
Réf. fig. 18
Pour le bon fonctionnement de la chaudière
TS, une pompe de recyclage est fournie d'origine avec son kit de raccordement hydraulique, pour éviter des retours d'eau de l'installation de chauffage à trop basse température, qui pourraient compromettre la durée de
vie de la chaudière à combustible solide.
Ce kit pompe de recyclage, constitué par un
ensemble de pièces différentes suivant le modèle de chaudière considéré, doit être assemblé conformément au dessin de la fig. 18.
fig. 18
13
Réf. fig. 19
KIT DE RECYCLAGE AVEC BALLON
D’ACCUMULATION
Pour un fonctionnement correct des chaudières TS dans le cas où l’on réalise une installation hydraulique avec ballon d’accumulation, il est indispensable d’installer la sonde de retour (Tr) comme indiqué sur le schéma
de la fig. 20.
UNICAL, pour favoriser ses clients, a donc
mis à point un KIT DE RECIRCULATION
AVEC BALLON D’ACCUMULATION.
Cet kit est fourni en option, séparément, et
est disponible auprès d’UNICAL FRANCE en
citant le code de commande relatif au modèle de sa propre chaudière.
La sonde de retour (Tr) doit être introduite
dans le doigt de gant pos. 26 placé sur le
retour de l’installation.
Pour le raccordeement électrique de la sonde
de retour et pour les problèmes qui peuvent
la concerner, consulter la notice du tableau
de bord au chapitre 4.6.7 “Installation sonde
de retour”.
fig. 19
14
2.5 - INSTALLATION DE CHAUFFAGE
2.5.1 - OPERATIONS PREALABLES
AU RACCORDEMENT DE
LA CHAUDIERE
Pour un fonctionnement correct de la
chaudière et pour la validité de la garantie, il est nécessaire d’installer une pompe de recyclage sur la chaudière (fournie
dans un kit emballé séparément) et de
la raccorder comme indiqué sur la fig.18.
Avant de brancher la chaudière il faut prévoir:
a) un rinçage bien soigné de toutes les tu-
yauteries de l’installation pour enlever les
résidus éventuels qui pourraient compromettre le bon fonctionnement de quelques composants de l’installation (Pompes, vannes
mélangeuses, etc.).
b) un contrôle pour vérifier que la cheminée
ait un tirage adéquat, ne présente pas
d’étranglement et que dans la même cheminée il n’y aient pas de raccordements
d’autres appareils (à moins que la cheminée
ne soit prévue pour fonctionner comme cheminée collective selon les normes et prescrip-
tions en vigueur).
On conseille toujours l’installation d’un régulateur de tirage de manière à limiter le tirage
de la cheminée à 1,0 mm c.e. environ. Cela
pour éviter des augmentations de puissance
non prévues. Uniquement après ce contrôle
on pourra monter le tuyau de raccordement
entre la chaudière et la cheminée.
On doit toujours contrôler les raccordements
sur des cheminées existantes.
2.5.2 - SCHEMA DE RACCORDEMENT HYDRAULIQUE AVEC UN BALLON D’ACCUMULATION (BALLON TAMPON)
Dimensionnement du ballon d’accumulation (tampon):
La norme européenne EN 303 – 5 prévoit que la puissance utile minimale des chaudières à chargement automatique ne soit pas supérieure à
30% de la puissance utile nominale (Q n); par contre, dans les chaudières à chargement manuel, la puissance utile minimale peut être supérieure à cette valeur, mais dans ce cas, l’installation d’un ballon d’accumulation (tampon), de volume V, est nécessaire:
V= 15 x Qn x T x (Qmin/Qn-0,3)
où:
V
Qn
T
Qmin
=
=
=
=
volume d’accumulation (litres)
puissance utile nominale (kW)
autonomie (h)
puissance utile minimale (kW)
La puissance utile nominale de la chaudière (Qn) doit être égale aux pertes de chaleur de l’immeuble. Quelques modèles de chaudières sont
équipés de systèmes automatiques ou manuels pour la diminution de la puissance utile nominale en cas de charge réduite: la puissance utile
mini à laquelle la chaudière pourra être amenée, en restant dans les niveaux d’émissions prévus par la EN 303 – 5, est la puissance utile
minimale Q min. Le ballon d’accumulation n’est pas nécessaire si le volume sortant de la formule de calcul est inférieur à 300 litres.
Remarque: Pour une installation correcte du ballon d’accumulation il est nécessaire d’utiliser le KIT DE RECYCLAGE AVEC BALLON
D’ACCUMULATION, qui doit être positionné comme indiqué sur la fig. 19.
Schéma simplifié de raccordement hydraulique entre chaudière à bois avec ballon d’accumulation et chaudière auxiliaire à côté.
Légende:
Tc =
Tr =
KKP =
RMV =
KRF =
PMV1=
SVA =
UV =
VM =
MKP =
VE =
IR =
PS =
PR =
TT=
fig. 20
Sonde température de départ chaudière au bois
Sonde température de retour chaudière au bois
Pompe de recyclage (obligatoire pour la validation de la garantie)
Vanne thermostatique anticondensation
Sonde de la vanne thermostatique RMV
Vanne thermostatique du ballon d’accumulation (optionnelle)
Sonde de la vanne thermostatique du ballon d’accumulation
Vanne déviatrice chaudière bois/fioul (elle dévie le retour du ballon vers la chaudière auxiliaire sur commande du tableau de la chaudière bois)
Vanne mélangeuse à 3 ou 4 voies ( obligatoire pour la validation de la garantie)
Pompe installation de chauffage
Vase d’expansion ouvert
Installation de chauffage
Pompe de recyclage d’E.C.S. (commandée par le thermostat positionné sur le départ du circuit E.C.S.)
Pompe de charge ballon d’E.C.S.
Thermostat du ballon d’accumulation
15
2.5.3 - SCHEMAS DE RACCORDEMENT HYDRAULIQUE SANS BALLON D’ACCUMULATION
Schémas simplifiés de raccordement
hydraulique entre chaudière bois, chaudière auxiliaire et ballon d’E.C.S.
Pour ce qui concerne les raccordements
électriques des différentes configurations, on
renvoie aux chapitres 9.1 et 9.3 de la notice
fournie avec le tableau de bord "DUO" code
23557.
a) en parallèle, avec vanne déviatrice
Commentaires sur les circuits proposés:
a) Les deux chaudières sont raccordées en
parallèle et la vanne déviatrice VD motorisée, pourvoit à insérer dans le circuit de
chauffage la chaudière au bois TS ou la
chaudière auxiliaire à côté: dans ce type
de circuit la chaudière qui ne travaille pas
n’est pas intéressée par le flux d’eau de
chauffage et, donc, les pertes de chaleur
seront très réduites.
Le ballon d’E.C.S., éventuel, devra nécessairement être constitué par un groupe
séparé, comme indiqué sur le schéma cicontre.
fig. 21
b) en parallèle, avec pompe de charge
b) Les deux chaudières sont raccordées en
parallèle et la pompe de charge PC pourvoit à envoyer l’eau, réchauffée par la
chaudière au bois TS, vers la chaudière auxiliaire (prévue avec des raccords aller et
retour spécifiques) et puis vers l’installation.
La chaudière auxiliaire sera traversée par
l’eau de l’installation tant que la chaudière à
bois travaillera: de cette manière un ballon
d’E.C.S. éventuel pourra être intégré dans la
chaudière auxiliaire; il faut considérer que les
pertes à l'arrêt seront importantes.
Dans le cas d’arrêt de la chaudière à bois,
celle-ci ne sera pas traversée par l’eau de
l’installation dans la mesure où la force du resort du clapet anti-retour V1 ne pourra pas
être vaincue par la force exercée par la différence de pression entre départ et retour de
la chaudière auxiliaire.
fig. 22
c) en série
c) Les deux chaudières sont raccordées en
série, avec la chaudière à bois située
sur le retour de la chaudière auxiliaire.
Il n’y a pas besoin de vanne déviatrice, ni de
pompe de charge et le ballon peut être intégré dans la chaudière auxiliaire. (Durant
la période estivale la production d’eau chaude
sanitaire pourra être assurée uniquement par
la chaudière auxiliaire).
Dans tous les cas, les chaudières seront
traversées par l’eau de l’installation et les
pertes de chaleur seront toujours élevées.
Remarque: Aucun robinet de barrage ne
pourra être monté entre le vase d’expansion
et la chaudière ou l'installation de chauffage.
Il est conseillé, en tout cas, de produire l’eau
chaude sanitaire durant la période estivale,
au moyen de la chaudière auxiliaire.
16
fig. 23
B
M
PB
PC
PI
PR
R
V
Ballon de production d'E.C.S.
Départ installation
Pompe de charge ballon
Pompe de charge chaudière auxiliaire
Pompe d'installation de chauffage
Pompe de recyclage*
Retour installation
Clapet anti-retour
VE
VM
Vase d'expansion
Vanne de mélange = nécessaire pour
réguler la température de départ vers le
réseau de chauffage*
VD
Vanne déviatrice
* Son absence sur l'installation entraîne
l'annulation de la garantie
2.6 - RACCORDEMENT
AU CONDUIT DE
CHEMINÉE
La cheminée a une importance fondamentale pour le bon fonctionnement de la chaudière: il sera par conséquent nécessaire que
le conduit de cheminée soit étanche et bien
isolé.
Anciennes ou neuves, les cheminées construites sans respect des spécifications indiquées plus haut pourront être améliorées par
l'utilisation d'un tubage interne du conduit
existant.
Il faudra pour cela introduire un tuyau métallique à l'intérieur de la cheminée existante et
remplir avec un isolant adapté l'espace laissé libre entre le tubage et la partie interne
du conduit de cheminée.
Les cheminées réalisées avec des boisseaux préfabriqués devront comporter des joints parfaitement étanches pour éviter que la
condensation éventuelle des fumées puisse
souiller les murs attenants par phénomène
d'absorption.
Il est fortement conseillé de prévoir une pen-
2.7 - CARACTÉRISTIQUES
DE L'EAU
D'ALIMENTATION
Les caractéristiques chimiques physique de
l'eau d'alimentation des installations de chauffage sont fondamentales pour le bon fonctionnement et la durée de vie de la chaudière.
Parmi tous les inconvénients causés par une
mauvaise qualité de l'eau d'alimentation; le
plus fréquent et le plus grave, est l'incrustation des surfaces d'échange thermique de la
fig. 24
1
2
3
4
Chaudière
Tuyau de liaison chaudière/cheminée
Zone de récupération des cendres
Conduit de cheminée
5.
6.
7.
8.
Revêtement externe du conduit de cheminée
Boisseaux préfabriqués
Isolation interne
Tubage de cheminée
te à 45° au niveau du tuyau de liaison entre
la buse de la chaudière et le conduit de cheminée existant afin de faciliter l'évacuation
des gaz de combustion.
A la base du conduit de cheminée devra être
prévue une trappe de visite et d'inspection.
chaudière.
Moins fréquente, mais également grave, est
la corrosion des surfaces exposées du circuit hydraulique.
Il est prouvé que les incrustations de calcaire, à cause de leur faible conductivité thermique, réduisent l'échange thermique, même
avec une épaisseur de quelques millimètres
et provoquent des surchauffes localisées.
Nous conseillons vivement d'effectuer un traitement de l'eau du circuit de chauffage dans
les cas suivants:
a) Dureté élevée de l'eau utilisée(supérieure
à 20°f).
b) Installations à grand volume d'eau.
c) Renouvellements d'eau intempestifs dus
à des fuites d'eau non maîtrisées.
d) Remplissages successifs dus à des travaux de maintenance sur l'installation.
e) Mélange de différents métaux sur le réseau de chauffage.
Pour le traitement des eaux d'alimentation
des installations de chauffage, il est préferable de toujours faire appel à des entreprises
spécialisées.
2.8 - RACCORDEMENT DE
L'ÉCHANGEUR DE
SÉCURITÉ THERMIQUE
Les générateurs thermiques à combustible
solide doivent être installés avec les sécurités prévues par les normes en vigueur.
A cette fin, les chaudières TS sont munies
d'origine d'un échangeur de sécurité thermique soudé à l'intérieur du corps de chauffe
en acier. Celui-ci devra être raccordé d'un
côté (les raccords sont interchangeables) à
une alimentation en eau du réseau de ville
et de l'autre à l'égout, par l'intermédiaire de
la décharge de la soupape thermique tarée
à 95°C (pos. 1) dont la sonde sera vissée
dans le raccord (pos. 2) prévu à cet effet (soupape non fournie par UNICAL).
fig. 25
17
2.9 - REMPLISSAGE EN EAU
DE L'INSTALLATION
Une fois effectués les raccordements hydrauliques, il est possible de procéder au remplissage en eau de l'installation.
Ouvrir les purgeurs d'air des radiateurs.
Ouvrir progressivement le robinet de remplis-
3
sage en eau en s'assurant que les éventuels
purgeurs d'air fonctionnent correctement.
Fermer les purgeurs d'air des radiateurs dès
que l'eau fait son apparition.
Par l'intermédiaire du manomètre de l'installation contrôler l'augmentation de la pression
d'eau du réseau hydraulique.
Fermer le robinet de remplissage dès que la
pression sera stabilisée à 1,5 bar environ (avec
vase d'expansion sous pression d'azote uniquement) et purger de nouveau l'air de la
chaudière au moyen du ou des purgeurs de
l'installation.
Vérifier que la pompe de l'installation de
chauffage ne soit pas bloquée et la purger
au moyen de la vis centrale prévue à cet effet.
TABLEAU DE COMMANDE
3.1 - DESCRIPTION DU
FONCTIONNEMENT
La chaudière TS est équipée d'un tableau de
commande à fonctionnement semi-automatique: code 22168 (voir figures 25 et 26).
En phase d’installation on devra ponter
les bornes 14 et 23 pour en permettre le
fonctionnement correct (voir schéma
électrique fig. 28).
Une fois que l’interrupteur général pos. 11 et
l’interrupteur de la pompe pos. 13 ont été mis
sur "ON" il sera possible d'allumer le petit
bois sur le fond du magasin de stockage
de la chaudière.
Une fois le bois allumé, fermer la porte de
chargement: de cette manière le micro-interrupteur TKS, actionné directement par la tige
de fermeture du by-pass d’aspiration des fumées, réarmera le relais temporisé qui “commencera à décompter le temps écoulé”.
Le temps de réglage de base de ce relais
temporisé est de 30 min, augmentables
jusqu'à 60 min.
Le thermostat Tsc (thermostat de minimum)
qui, au démarrage, n’est pas satisfait, parce
que réglé à 65°C, empêche le fonctionnement
de la pompe chauffage jusqu’à l’obtention de
cette température de consigne.
Si dans les 30 min programmées la température de la chaudière n’atteint pas 65°C
le relais temporisé arrête le ventilateur.
Cela peut être le symptôme du non allumage de la chaudière ou d'un chargement en
bois insuffisant/ non homogène.
Pour remédier à ce problème il est possible
d’augmenter le temps d’intervention du relais temporisé ou d'améliorer le chargement
en bois du magasin de stockage.
Si la chaudière démarre correctement, une
fois les 65°C atteints, la pompe chauffage
démarre aussi.
Le thermostat de chaudière, pos. 32, en agissant sur le fonctionnement du ventilateur, fera
fonctionner la chaudière en mode “automatique”. Le thermostat de chaudière arrêtera toujour le ventilateur une fois que la température de consigne aura été atteinte.
Dans le cas d’une température de chaudière
supérieure à 95°C et d’intervention retardée
de la soupape de soupape thermique (dont
toute chaudière à combustible solide, vue
l’inertie thermique élevée en jeu, doit être
pourvue), le thermostat de maximum Tmax
by-passera le micro-interrupteur TKS de la
porte de chargement, le thermostat de minimum Tsc de la pompe chauffage et son interrupteur ON-OFF Ipi et permettra de dissiper l’inertie thermique de la chaudière sur
l’installation de chauffage. Cette situation
pourrait causer un chauffage non désiré des
radiateurs de l’installation, même sans demande du thermostat d’ambiance éventuel.
Le thermostat de sécurité Ts se trouve sur la
ligne d’alimentation du ventilateur et ce dernier sera arrêté lorsque la température de
la chaudière atteindra 100°C.
Le réarmement de ce thermostat est possible en enfonçant le bouton qui se trouve en
-dessous du capuchon pos. 31.
Le thermostat d’ambiance, éventuel, pourra
être raccordé sur les bornes 19 et 20, après
avoir enlevé au préalable le pont existant.
La pompe de recyclage Pr doit être raccordée
sur les bornes 10 et 11.
Tableau code 22168 pour TS standard
fig. 26
TA1
PI1
TA2
PI2
Thermostat d'ambiance 1 ère zone
Pompe chauffage 1 ère zone
Thermostat d'ambiance 2 ème zone
Pompe chauffage 2 ème zone
Dans la cas d’installations de chauffage comportant plusieurs zones et par conséquent
plusieurs pompes, ces dernières seront raccordées comme indiqué sur la fig. 26.
18
fig. 27
11.
12.
13.
14.
15.
Interrupteur général
Interrupteur ventilateur
Interrupteur pompe chauffage
Interrupteur de marche forcée au démarrage
Témoin de basse température
31.
32.
41.
42.
Thermostat de sécurité
Thermostat de régulation
Fusible général (4A)
Thermomètre chaudière
3.2 - SCHEMA ÉLECTRIQUE
DE PRINCIPE
(TABLEAU CODE 22168)
LEGENDE DU SCHEMA ÉLECTRIQUE
Sur le bornier du tableau de commande fourni
avec la chaudière devront être effectués tous
les raccordements électriques, comme indiqué sur le schéma ci-dessous.
Pour le fonctionnement correct des chaudières TS il faut s'assurer qu'un pont
existe entre les bornes 14 et 23
Ph
N
F1
Iav
Phase (230V ~ 50Hz)
Neutre
Fusible général (max 4A)
Interrupteur de marche forcée
au démarrage
IG Interrupteur général avec témoin
Ipi Interrupteur pompe chauffage
Iv
Interrupteur ventilateur
Lbt Témoin de basse température
LL Témoin de mise sous tension
Pi Pompe chauffage
Pr Pompe de recyclage
Tav Thermostat pour l'arrêt du ventilateur (50°C)
Te Thermostat de régulation (80°C÷90°C)
Ts Thermostat de sécurité (100°C)
Tm Thermostat de départ de la pompe
chauffage (70°C)
V-V2 Ventilateur (s)
C
Contacteur de by-pass (optionnel)
fig. 28
Sur la ligne d'alimentation électrique, il est
conseillé de prévoir la mise en place d'un
interrupteur général bipolaire avec fusible de
protection, en amont du tableau de commande la chaudière.
Dans le cas où la chaudière est proche d'un
producteur d'eau chaude sanitaire à accumulation, le thermostat de régulation du ballon
sera raccordé comme indiqué sur la fig.29.
Ipb Interrupteur pompe de charge du ballon
Pb Pompe de charge du ballon
TA Thermostat d'ambiance
thermostat en position
eau froide dans le ballon
O = Bornes du tableau de bord code 21158
température de consigne (ON-OFF)
avec régime à 100%
- g estion automatique ou manuelle
d’une chaudière auxiliaire à côté
- relais temporisé de fin de charge, rég(code 23557)
lable entre 0 et 30 minutes
- bouton ramoneur de cheminée
La chaudière TS peut être fournie sur deman- gestion intégrée de la charge d’un balde équipée d’un tableau de bord capable de
lon d’accumulation (voir dimensionnegérer automatiquement, les fonctions suivantes:
ment au point 2.5.2).
Remarque : pour la gestion d’un ballon d’ac- arrêt du ventilateur par obtention de la
cumulation, l’installation d’une sonde de
3.3 - LES FONCTIONS DU
TABLEAU DE BORD
OPTIONNEL “DUO”
fig. 29
retour est nécessaire.
Pour permettre l’installation de cette sonde
on a prévu un KIT DE RECYCLAGE
POUR FONCTIONNEMENT AVEC BALLON
D ‘ACCUMULATION (voir fig. 19).
Le fonctionnement, le mode de raccordement
des pompes et des sondes et le raccordement
des circuits auxiliaires sont décrits dans la
notice fournie avec le tableau de bord.
19
4
GÉNÉRALITES SUR LE BOIS ET LA MISE EN ROUTE
4.1 - LE BOIS
Le bois est essentiellement formé de cellulose et de lignine. Il contient également d'autres substances, telles que des résines (sapin, pin, épicéa) du tanin (chêne, châtaignier)
et naturellement, une grande quantité d'eau
(ce qui a une très grande importance du point
de vue du chauffage).
Le pouvoir calorifique du bois de chauffage
dépend naturellement de son taux d'humidité, mais aussi de sa densité. Ainsi une bûche
de chêne et une bûche de pin de même volume, auront un poids différent lié a leur den-
4.2 - TAUX D'HUMIDITÉ
DU BOIS
Le pouvoir calorifique des différents types de
bois dépend principalement de leur taux d'humidité, comme le montre le tableau ci-contre. En conséquence, la puissance et l'autonomie de la chaudière diminueront avec
l'augmentation du taux d'humidité du combustible utilisé. Dans le tableau ci-contre est
indiqué le facteur de réduction de la puissance fournie par le bois, en fonction de son taux
4.3 - DIMENSIONNEMENT
DES BUCHES
Le dimensionnement des bûches utilisées,
de même que leur taux d'humidité, influencent directement la puissance fournie par la
chaudière, son rendement et son autonomie.
Les bûches de petite section (5 cm de diamètre environ), mais de longueur toutefois
4.4 - VÉRIFICATIONS AVANT
LE PREMIER ALLUMAGE
VERIFICATIONS GÉNÉRALES
Avant le premier allumage de la chaudière,
vérifier que l'installation soit remplie en eau
et correctement purgée; que l'échangeur de
sécurité thermique du générateur soit bien
raccordé à une alimentation en eau du réseau et à une vidange (fig. 17); que la cheminée
ne soit pas obstruée; que les raccordements
électriques soient tous réalisés (par. 3) et que
les pompes de recyclage et de chauffage ne
soient pas bloquées. Contrôler en outre que
les grilles en acier et les barreaux en fonte
qui les supportent, soient bien positionnés
au centre de la pierre principale en réfractaire (voir fig. 3).
20
sité. La bûche de chêne plus lourde, donnera plus de calories que celle du pin. Les bois
dits “durs” tels que le chêne, le charme, le
frêne, le hêtre, l'érable et les arbres fruitiers
(sauf le cerisier et le merisier), sont des combustibles de qualité optimale. Le châtaignier,
le bouleau et l'aulne sont des combustibles
de qualité moyenne. L'orme, le tilleul, le peuplier et le saule sont des combustibles de
médiocre qualité. Les resineux en règle
général sont des combustibles médiocres et
en plus, la résine qu'ils contiennent en plus
ou moins grande quantité, a souvent des effets néfastes si sa combustion est incomplète
(ce qui est en principe le cas avec des chaudières traditionnelles à flamme ascendante).
Le bois est un combustible extrémement
hétérogène étant donné ses diverses essences (hêtre, chêne, arbres fruitiers, résineux),
formes et dimensions; ainsi que son taux
d'humidité variable.
Le fonctionnement de la chaudière sera inévitablement influencé par tous ces facteurs et
en particulier par les dimensions des bûches
ou leur taux d'humidité; mais aussi par la
qualité du chargement du combustible.
d'humidité. A titre indicatif, un bois de 2 années de séchage sous un abri correctement
ventilé, a un taux d'humidité d'environ 25%.
Exemple:
Humidité du bois utilisé = 30%
Puissance utile = puissance utile nominale x 0,79
POUVOIR
FACTEUR DE
%
CALORIFIQUE CORRECTION
D'HUMIDITÉ
kcal/kg
conforme aux dimensions internes de la
chaudière concernée, sont plus facilement
inflammables et tendent à faire augmenter
momentanément la puissance de la chaudière et donc à reduire l'autonomie de cette
dernière.
Les bûches de section moyenne (10 cm de
diamètre environ) ou refendues le cas
échéant, sont les mieux adaptées pour obte-
nir une puissance régulière et de ce fait une
autonomie moyenne optimale.
N.B.: Les bûches de grande section (20 cm
de diamètre environ) pourront être eventuellement utilisées la nuit afin de garantir une
autonomie plus longue, car leur combustion
est plus lente.
LE BY-PASS
le conduit de cheminée.
Le by-pass permet aux fumées de s'échapper directement par le conduit de cheminée,
ce qui doit normalement permettre d'éviter
tour retour par la porte avant supérieure,
durant les opérations d'allumage et de chargement (si le tirage du conduit de cheminée
est correct, bien sûr...).
Il est toutefois indispensable d'ouvrir la porte supérieure de chargement lentement et de
basculer progressivement la contre-porte
anti-fumées (pos. 4 fig. 6), afin de favoriser
une aspiration efficace des fumées par le tirage direct crée par le conduit de cheminée
existant.
Le by-pass est un passage direct entre le
magasin de chargement en bois et le conduit de cheminée. Celui-ci est constitué par
un volet mobile, qui doit normalement se trouver en position fermée lorsque le ventilateur
de la chaudière à flamme renversée fonctionne (pos. 14 fig. 6). Le by-pass est actionné
par l'avant du générateur et cela, par l'intermédiaire d'un axe articulé manœuvrable par
simple poussée sur une tige de commande
(fig. 12). Pour ouvrir la porte de chargement
supérieure, il faut d'abord pousser la tige de
commande située sur l'avant droit de la chaudière avec pour conséquence directe de provoquer l'ouverture du by-pass.
Les fumées accumulées dans le magasin de
chargement sont ainsi aspirées sous l'effet
du tirage direct et envoyées directement dans
15
20
25
30
35
40
45
50
3.490
3.250
3.010
2.780
2.540
2.300
2.060
1.820
1
0,93
0,86
0,79
0,72
0,65
0,59
0,52
4.5 - MISE EN ROUTE
ALLUMAGE
Les opérations à suivre sont les suivantes :
S'assurer que le brûleur centrale constitué
par les grilles en acier et les barreaux en fonte, soit correctement monté et n'ait pas subit
de déplacement durant le transport ou au
cours de précédentes opérations de nettoyage.
Charger le magasin de chargement de la
chaudière avec un peu de papier et des brindilles de bois afin de produire des braises
rapidement.
Ouvrir le by-pass postérieur, entrouvrir la
porte inférieure, allumer le papier et fermer
la porte supérieure.
Attendre quelques minutes que le feu prenne correctement et produise environ 5 cm
de braises (5 à 10 minutes environ).
Important: le by-pass est utilisé seulement
lors de l'allumage et durant les opérations
successives de chargement.
Durant le fonctionnement avec le ventilateur, s'assurer que le by-pass soit toujours
parfaitement fermé.
fig. 30
1er CHARGEMENT
Une fois le lit de braises formé (5 cm d'épaisseur environ), fermer la porte inférieure de
ramonage, ouvrir lentement la porte de chargement supérieure et écarter les braises sur
la pierre principale.
La contre-porte anti-fumées devra également
être ouverte lentement (pos. 4 fig. 7), au
moyen du crochet du pique-feu fourni avec
la chaudière.
Il sera ensuite possible de procéder au chargement du bois qui devra impérativement
avoir les dimensions suivantes:
a) 50 cm (+ 1 cm, - 4 cm)
pour les modèles TS1 et TS2
b) 70 cm (+ 1 cm, - 4 cm)
pour les modèles TS3 et TS4
c) 100 cm (+ 1 cm, - 4 cm)
pour le modèle TS5
Ces mesures doivent être formellement
respectées pour obtenir toujours un chargement homogène en combustible du
magasin supérieur et permettre une combustion par couches successives, avec
une descente du bois régulière vers la fente centrale du générateur.
Les bûches doivent être disposées longitudinalement et horizontalement. Aucune ne
doit être incliné ou positionnée de travers.
Attention: une fois le chargement en bois
terminé, fermer la porte supérieure et ne
pas oublier de fermer le by-pass au moyen
de la tige de commande latérale prévue à
cet effet.
C Ventilateur avec support en fonte
S Vis de réglage d'air secondaire
P Vis de réglage d'air primaire
P1 Passage d'air primaire
P2 Passage d'air secondaire
CHARGEMENTS SUIVANTS
Avant d'effectuer un nouveau chargement en
bois, laisser se consumer au maximum le
combustible encore présent sur la pierre principale en réfractaire.
Le nouveau chargement pourra être effectué lorsque le lit de braises dans le magasin
se sera réduit à une épaisseur d'environ 5 cm.
Ouvrir le by-pass des fumées au moyen de
la tige de commande prévue à cet effet, puis
ouvrir lentement la porte supérieure de chargement et la contre-porte interne anti-fumées.
Utiliser obligatoirement des bûches de dimensions conformes aux valeurs indiquées dans
le paragraphe précédent.
Effectuer le nouveau chargement en bois
comme indiqué précédemment.
Attention: ne pas oublier de fermer le bypass une fois le chargement terminé,
après avoir fermé la porte supérieure.
fig. 31
CONSEILS UTILES POUR
LE CHARGEMENT
-
-
-
Les bûches trop longues ne descendent
pas régulièrement dans le magasin et
peuvent former une “voûte”.
Les bûches trop petites créent des passages d'air irréguliers avec une baisse
de puissance et de rendement.
Dans le cas où la qualité du bois pourrait
créer une “voûte”, il peut s'avérer indispensable de couper les bûches par le milieu
de façon à ce que la longueur totale “L”
respecte ce qui est indiqué au paragraphe
-
-
“premier chargement”.
Ouvrir lentement la porte supérieure de
chargement, afin de favoriser l'évacuation
directe de fumèes et d'éviter que ces dernières reviennent vers l'avant par manque
de dépression du conduit de cheminée.
Durant le fonctionnement du ventilateur le
by-pass doit être fermé.
21
4.6 - RÉGLAGES DES
ENTRÉES D'AIR DE
COMBUSTION
RÉGLAGES D'AIR PRIMAIRE
ET SECONDAIRE
La chaudière TS est dotée d'un ventilateur
de soufflage (ventilateur, pos. 7 fig. 6) et d'une
boîte de distribution d'air primaire (pos. P fig.
30) et secondaire (pos. S fig. 30).
Les chaudières TS4 et TS5 sont dotées de
deux ventilateurs de soufflage qui incorporent dans leurs carter de support en fonte un
volet, dont la valeur d'ouverture peut être
réglée par des molettes de réglage externes
à ces derniers. Le ventilateur supérieur fournit l'air primaire et le ventilateur inférieur l'air
sècondaire.
Lors du premier allumage, il est nécessaire
de régler les entrées d'air primaire et secondaire en tenant compte que l'air primaire
détermine la puissance de la chaudière et
donc la quantité de bois brûlé et que l'air
secondaire permet d'agir sur la qualité de la
combustion.
Pour un bon réglage des entrées d'air, il faut
observer la flamme au travers de la vitre viseur située au centre de la porte inférieurede ramonage (pos. 14 fig. 4).
La flamme devra envahir environ les deux
tiers de la chambre de combustion inférieure et venir lécher le berceau en acier semicylindrique, sans trop entraîner de cendres
et sans bruit.
La flamme devra avoir une couleur orangée
claire et ne pas être trop transparente, avec
son centre de couleur bleu azur.
Pour régler la flamme dans les conditions
optimales, il faudra donc agir sur la grosse
4.7 - VÉRIFICATIONS À EFFECTUER APRÈS LE
PREMIER ALLUMAGE
Durant le premier allumage du générateur,
vérifier l'étancheité du conduit de cheminéeet de la liaison entre la buse de la chaudière
et la cheminée elle-même. En cas de fuite
de fumées vers l'extérieur, prévenir l'installateur de chauffage.
Si de la fumée s'échappe par les joints de la
4.8 - AVERTISSEMENT
COMMENT ÉVITER LA CORROSION
DANS LE MAGASIN DE
CHARGEMENT EN BOIS
L'utilisation d'un bois comportant un taux
d'humidité élevé (supérieur à 25% environ)
et/ou des chargements non adaptés par rapport à la demande effective de l'installation
de chauffage (longues périodes d'arrêt du
ventilateur avec un magasin de chargement
22
vis d'air primaire en la vissant ou en la dévissant (pos. P), et l'on procédera de la même
manière avec les 2 vis d'air secondaire (pos. S).
Pour les chaudières TS4 et TS5 on obtient le
réglage de l'air primaire en agissant sur
l'écrou moletté à côté du collecteur du ventilateur supérieur et de l'air secondaire en
agissant sur l'écrou moletté à côté du collecteur du ventilateur inférieur.
-
Exemple n°1
Gros bois relativement humide de combustion difficile
S - Relativement fermées (chercher à obtenir une dimension importante de la flamme,
caractérisée par une couleur rouge-orangée).
P - Peu ouvertes pour obtenir une gazéification suffisante.
Exemple n°2
Bois très inflammable de combustion facile
S - Pleinement ouvertes.
P - Quasiment fermée pour freiner la gazéification, mais suffisamment ouverte pour évacuer les cendres afin d'empêcher que leur
accumulation puisse boucher la fente centrale du brûleur.
-
SUGGESTIONS GÉNÉRALES
-
-
Les meilleurs prestations de la chaudière
s'obtiennent après deux ou trois jours de
fonctionnement. Les parties en réfractaire doivent en effet finir de se sécher et la
partie supérieure du magasin de chargement en bois doit se couvrir d'une pellicule de goudrons, qui doit elle aussi devenir sèche et le rester par la suite.
La flamme doit avoir une bonne dimension et envahir suffisamment le foyer.
La flamme ne doit pas être trop rouge
(manque d'air secondaire S).
-
La flamme ne doit pas être trop bleue et
courte (excès d'air secondaire S).
La flamme ne doit pas être trop bruyante (excès d'air primaire P).
La flamme ne doit pas être trop petite
(manque d'air primaire P).
Si les cendres ne descendent pas correctement, augmenter l'air primaire P.
Si les cendres descendent en excès, diminuer l'air primaire P.
Si la combustion produit des fumées relativement foncées (visibles à la sortie du
conduit de cheminée), ouvrir plus les vis
d'air secondaire S.
DÉFAUTS DE RÉGLAGES D'AIR
1) Si l'air primaire est réglé en excès: la flamme entraîne avec elle une grande quantité
de cendres et de charbon de bois. Elle est
rapide, sèche, bruyante et de couleur très claire.
La chaudière consomme beaucoup de bois
et le réfractaire situé à l'intérieur de la porte
inférieure de ramonage est de couleur blanche.
2) Si l'air primaire est réglé en défaut: la flamme est petite, hésitante, influencée par la
valeur de tirage du conduit de cheminée. Elle
ne réussit pas à atteindre le berceau en acier
inférieur et entraîne très peu de cendres avec
elle. Le réfractaire situé à l'intérieur de la
porte inférieure de ramonage est de couleur
noire de fumées.
3) Si l'air secondaire est réglé en excès: la
flamme est petite, de couleur bleue azur et
relativement transparente.
4) Si l'air secondaire est réglé en défaut: la
flamme est grande, touche le berceau inférieur, envahit complètement la chambre
inférieure et sourtout est de couleur rouge,
non transparente.
porte de chargement supérieure, serrer un
peu plus fortement la poignée de fermeture
de cette dernière.
Vérifier que le thermostat de régulation coupe le ventilateur dès que la consigne normale de fonctionnement (environ 80/85°C) est
atteinte.
Vérifier qu'il n'y ait pas de fuites d'eau au
niveau des raccords hydrauliques de l'installation de chauffage.
Après le premier allumage de la chaudière
et une fois le bois entièrement consumé,
ouvrir la porte inférieure de ramonage et inspecter les parois internes du foyer, ainsi que
le revêtement en réfractaire de la porte ellemême, qui devront être obligatoirement de
couleur claire avec un bon réglage des entrées d'air. Dans le cas contraire, les parois
internes et le réfractaire seront de couleur
noire de fumées, ce qui indiquera de ce fait
un défaut d'entrée d'air secondaire (voir paragraphe 5.6).
trop rempli en combustible) peuvent provoquer une formation considérable de condensation su la paroi interne du magasin luimême.
Contrôler une fois par semaine les parois en
acier du magasin de chargement supérieur.
Celles-ci devront être recouvertes d'une
légère pellicule de goudron sec, de couleur
opaque, et avec des bulles qui tendront à
éclater ou à se détacher. Si au contraire le
goudron est brillant, collant et même liquide,
il est indispensable d'utiliser du bois moins
humide et/ou de réduire la quantité de bois
chargée dans le magasin.
Si malgré ces conseils le goudron ne sèche
pas, il est indispensable de signaler l'anomalie à l'installateur de chauffage.
La condensation à l'intérieur du magasin de
chargement en bois peut être à l'origine d'une
corrosion des tôles en acier constituant la
chaudière.
Cette corrosion n'est pas couverte par la garantie car elle dépend directement d'une
mauvaise utilisation de la chaudière à com-
bustible solide (bois humide, chargements
excessifs, etc...) et de son taux d'acidité.
LA CORROSION DU CIRCUIT
DES FUMÉES
Les fumées sont en général chargées de
vapeur d'eau formée par la combustion et par
l'utilisation de combustibles contenant de
l'eau.
Si ces fumées entrent en contact avec des
surfaces relativement froides (ayant une température inférieure à 60/70°C environ), la vapeur d'eau qu'elles contiennent se conden-
se et se combine avec les autres produits de
la combustion, avec pour conséquence de
créer des acides pouvant êtrre à l'origine de
phénomène de corrosion des parties métalliques rencontrées.
Contrôler tous les jours s'il y a des signes de
condensation des fumées (liquide noirâtre
accumulé sur le pourtour de la pierre principale en réfractaire ou visible au niveau de la
boîte à fumées arrière de la chaudière). dans
ce cas il faudra utiliser du bois moins humide, contrôler le fonctionnement de la pompe
de recyclage et augmenter la température de
fonctionnement de la chaudière de quelques
degrés.
Pour régler correctement la température dans
les pièces de l'habitation à chauffer, il est
absolument nécessaire d'installer une vanne de mélange à 3 ou 4 voies sur l'installation de chauffage.
La corrosion par condensation des fumées n'est pas couverte par la garantie
car elle dépend exclusivement du taux
d'acidité du bois utilisé, de la valeur de
tirage du conduit de cheminée ou d'une
utilisation non conforme de la chaudière.
4.9 - DÉFAUTS CONSTATES
ET REMÈDES
SYMPTÔMES
REMÈDES
Le ventilateur ne fonctionne pas
a) Régler le thermostat de régulation plus haut
b) Appuyer sur le bouton de réarmement manuel situé au centre du thermostat de sécurité
après avoir dévissé le capuchon en plastique noir qui le protège
Lors de l'ouverture de la porte de chargement supérieur, de la fumée s'échappe par
l'avant de la chaudière
a) Ouvrir plus lentement la porte pour aider à la décompression rapide du magasin sous
l'effet de la dépression naturelle créée par le conduit de cheminée
b) Modifier le conduit de cheminée pour en améliorer le tirage (dépassement du faîtage de
0,50 m minimum, isolation externe ou tubage sur toute la hauteur de ce dernier).
La chaudière ne monte pas en température. La flamme est petite avec un fort excès
d'air. En inspectant l'intérieur du magasin
de chargement, on constate que le bois
reste suspendu et forme une “voûte” audessus de la fente centrale de ce dernier
a) Vérifier la longueur des bûches (cf. par. 4.5)
b) Vérifier la disposition de bûches (cf. par. 4.5)
c) Couper les bûches en deux si nécessaire (cf. par. 4.5)
d) Charger toujours en priorité des bûches relativement droites et d'un diamètre de 10 à 15
cm ou du bois refendu, afin d'obtenir un chargement homogène du magasin de chargement en bois
La chaudière ne monte pas en température et la flamme est très petite
a) Vérifier l'étanchéité de la fermeture du by-pass
b) Vérifier le fonctionnement du ventilateur
c) Vérifier l'étanchéité de la fermeture des portes
Important
Vous pouvez constater que la majorité des
défauts de fonctionnement rencontrés sont
directement liès à l'utilisation de la chaudière,
son entretien et surtout à la qualité du combustible lui-même (sa forme, ses dimensions,
son taux d'humidité, son pouvoir calorifique
et son essence); ce qui ne permet pas de
donner tous les remèdes aux défauts éventuellement rencontrés: seule l'expérience
peut apprendre à remédier à ces inconvénients.
Nous ne pouvons que vous inviter à respecter
toutes les indications décrites dans la présente notice afin d'obtenir toujours un fonctionnement correct de la chaudière.
23
4.10-RÉGLAGE
DES THERMOSTATS
Le thermostat de régulation de la chaudière
doit être réglé sur la température désirée (la
plage de réglage est limitée en usine sur des
valeurs comprises entre 75° et 90°C).
Afin de pouvoir régler la température d'eau
dans l'installation de chauffage, il est absolument nécessaire de prévoir le montage
4.11-FONCTIONNEMENT
EN ÉTÉ
Nous conseillons fortement de ne pas utiliser la chaudière à bois pour la seule production d'eau chaude sanitaire en été, car la
puissance de la chaudière est toujours mal
adaptée aux faibles besoins que nécessite
le réchauffage de 150 à 200 litres d'eau sanitaire.
24
d'une vanne de mélange à 3 ou 4 voies.
Une mauvaise installation de la vanne de
mélange entraîne obligatoirement l'annulation de la garantie fabricant.
Le thermostat de sécurité à réarmement
manuel (pos. 31 sur le tableau électrique) est
conforme aux Normes en vigueur.
Au premier allumage, vérifier que le thermostat de sécurité ne soit pas en situation de
blocage.
Pour ce faire, dévisser le capuchon de pro-
tection en plastique noir, appuyer sur le bouton de réarmement, puis revisser ensuite le
capuchon en plastique noir.
En cas d'interventions fréquentes du thermostat de sécurité, réduire légèrement la température de consigne du thermostat de régulation (pos. 32 sur le tableau électrique).
Si le phénomène venait à se reproduire, en
informer rapidement votre installateur.
Utiliser de préférence un ballon mixte: réchauffeur l'hiver + électricité l'été.
Si l'utilisation de la chaudière est vraiment
indispensable en été, prendre les précautions
suivantes:
1) Utiliser du bois très sec
2) Ne charger la chaudière que du poids de
bois nécessaire à la seule production
d'eau chaude (10 kg au maximum) et allumer tous les jours la chaudière si besoin est.
Important:
Vouloir charger complètement la chaudière
en combustible, en vue d'obtenir une autonomie plus longue (par exemple 24h) serait
une erreur, surtout en période estivale.
En procédant ainsi, la chaudière fonctionnerait sur un mode de ralenti prolongé et produirait de ce fait beaucoup de condensations
acides, avec un risque important de corrosion des tôles du magasin de chargement
en bois.
5
ENTRETIEN
AVERTISSEMENT
Avant de procéder à toute opération d'entretien, il est indispensable de mettre hors tension le tableau de commande électrique de
la chaudière et d'attendre que celle-ci soit
redescendue à la température ambiante.
Ne jamais vidanger l'eau de l'installation de
chauffage, même partiellement, sauf en cas
de force majeure.
Vérifier périodiquement le bon fonctionnement et la non obstruction du conduit de cheminée.
Ne pas utiliser de produits facilement inflammables (ex. essence, alcool, etc...) lors des
opérations de nettoyage et d'entretien de la
chaudière.
Ne pas laisser de substances facilement inflammables dans le local où se trouve installée la chaudière à bois.
Il est important à la fin de chaque période de
chauffe, de procéder à un entretien général
de la chaudière et de ses composants, afin
de maintenir toujours cette dernière en parfait état de fonctionnement.
Un entretien correct de tous les composants
de la chaudière TS est toujours un gage de
sécurité pour l'avenir.
Conseils utiles:
Pour le nettoyage des ailettes de l'échangeur
de chaleur n'utiliser que des écouvillons fournis par UNICAL et les remplacer dès que leur
usure le nécessite.
Lubrifier le cas échéant les parties mobiles
(vis, écrous et poignées d'ouverture) de la
chaudière avec de la graisse.
prévues à cet effet et cela, au moyen de
la raclette fournie.
- S'assurer que les fentes situées autour
des grilles en acier ne soient pas obstruées: si elles le sont, libérer les passages à l'aide du pique-feu fourni.
- Si malgré toutes ces précautions de nettoyage hebdomadaire, un fonctionnement
anormal du générateur persiste, la cause
peut en être une mauvaise distribution de
l'air secondaire.
Dans ce cas:
1) vérifier le réglages des vis d'air secondaire selon les indications décrites au paragraphe “réglages des entrées d'air de
combustion”.
2) vérifier que les deux trous de passage de
l'air secondaire qui débouchent dans les
canaux correspondants qui sont situés au
centre des barreaux en fonte, ne soient
pas obstrués: dans ce cas, nettoyer les
deux passages d'air secondaire. Voir le
schéma explicatif de la fig. 32.
ENTRETIEN EXTRAORDINAIRE
A la fin de la saison de chauffe, effectuer un
nettoyage général de la chaudière.
Nettoyage du ventilateur
Démonter le ventilateur et nettoyer les incrustations de poussières sur les pales de ce
dernier.
En règle général, avec de l'air comprimé ou
une légère action mécanique à l'aide d'un
tournevis, un nettoyage des pales du ventilateur est possible.
Si les incrustations sont plus résistantes, à
cause de coulures de condensation ou de
goudron, il est conseillé d'opérer avec beaucoup de délicatesse pour éviter tout risque
de pliage ou de déformation des pales. Cela
rendrait le ventilateur bruyant durant le fonctionnement et diminuerait la qualité de ses
prestations.
Nettoyage de la distribution d'air
primaire et secondaire
Ouvrir la porte de distribution (fig. 32) sur
laquelle se trouve fixé le carter en fonte de
support du ventilateur et nettoyer soigneusement l'intérieur des éventuels résidus de
goudrons, poussières et écorces de bois, qui
on pu rentrer par les trous de sortie d'air primaire vers le magasin de chargement.
Nettoyer avec soin les passages d'air secondaire.
PERIODICITES D'ENTRETIEN
Tous les jours:
-
-
Retirer les cendres sur le berceau en acier
inférieur à l'aide de la raclette fournie à
cet effet.
Vérifier qu'il n'y ait pas d'accumulation trop
importante de cendres sur la pierre principale en réfractaire située dans le magasin de chargement supérieur. Si tel est
le cas, ramener les cendres accumulées
vers le centre pour les faire descendre au
travers de la fente recevant les grilles en
acier centrales. Cette opération évitera
l'obstruction de la fente centrale par
laquelle se forme la flamme et donc un
mauvais fonctionnement de la chaudière.
L'opération devra être effectuée lorsque
le bois sera complètement consumé,
avant le nouveau chargement de la chaudière.
Toutes les semaines:
-
-
Retirer avec soin tous les résidus de combustion (cendres et charbons de bois) accumulés dans le magasin de chargement
supérieur.
Nettoyer au myen de l'écouvillon les ailettes de l'échangeur de chaleur inférieur.
Retirer les cendres contenues dans la
boîte à fumées arrière par l'intermédiaire
des petits trappes de visite latérales
fig. 32
25
6
CONSEILS ET AVERTISSEMENTS
6.1 - CONSEILS
GÉNÉRAUX
* La notice d'installation et d'utilisation fait
partie intégrante et essentielle du produit
et devra toujours être en possession de
l'utilisateur.
Lire attentivement les conseils contenus dans
la présente notice car cette dernière contient
de nombreuses indications concernant la
sécurité d'installation, d'utilisation et d'entretien.
Conserver soigneusement la présente notice pour toutes consultations ultérieures.
L'installation doit être effectuée conformément aux normes en vigueur, aux instructions
du constructeur et toujours par des professionnels qualifiés.
Par professionnel qualifié, il faut entendre:
personne ayant une compétence technique
spécifique dans le secteur des composants
de l'installation de chauffage domestique et de
production d'eau chaude à usage sanitaire.
Une erreur d'installation peut causer des
dommages à des personnes, des animaux
ou des choses, pour lesquelles le constructeur ne peut en aucun cas être tenu responsable.
6.2 - ALIMENTATION
ÉLECTRIQUE
* La sécurité électrique de l'appareil est
toujours obtenue lorsque celui-ci est raccordé correctement à la terre, en conformité avec
la Norme NF C 15-100 en vigueur.
Le respect de cette condition fondamentale
est requises pour la sécurité d'utilisation de
l'appareil. En cas de doute, demander un
contrôle de l'installation électrique, par un
professionnel qualifié (le constructeur n'est
en aucun cas responsable des éventuels
dommages causés par une mise à terre de
l'installation électrique non conforme).
* Faire vérifier par un professionnels qualifié
que l'installation électrique soit adaptée à la
6.3 - ALIMENTATION
HYDRAULIQUE
* La pression d'alimentation en eau à la chaudière ne doit pas être supérieure à 3 bar.
Dans le cas contraire, prévoir la mise en place d'un réducteur de pression en amont de
la chaudière réglé sur cette valeur maximale
de 3 bar.
* S'assurer que l'installateur ait bien raccordé toutes les décharges des soupapes de
sécurité de l'installation de chauffage et éventuellement aussi, celle du ballon de produc-
26
* Après avoir ouvert chaque emballage, s'assurer de l'intégrité de leur contenu.
Les éléments d'emballage (caisse en
bois,clous,agrafes,sacs en plastique,
polystyrène expansé, etc...) son source
de danger et par conséquent ne doivent
pas être laissés à la portée des enfants.
*Avant d'effectuer toute opération de nettoyage ou d'entretien, couper l'alimentation électrique de la chaudière au moyen
de l'interrupteur général du tableau de
commande de cette dernière.
*Ne pas obstruer les entrées d'air du local où est installée la chaudière.
*En cas de panne ou de mauvais fonctionnement du tableau de commande
électrique de la chaudière, couper la tension sur ce dernier et s'abstenir de toute
tentative de réparation ou d'intervention
directe.
S'adresser exclusivement à des professionnels qualifiés.
L'eventuelle réparation de l'appareil devra être effectuée par un professionnel
qualifié, en utilisant uniquement des
pièces de rechange d'origine fournies par
UNICAL.
Le non respect des instructions énumérées ci-dessus peut compromettre la
sécurité de l'appareil.
Pour garantir l'efficacité de l'appareil et pour
son bon fonctionnement, il est indispensable de faire effectuer par du personnel professionnellement qualifié l'entretien annuel,
en se conformant toujours aux instructions
du constructeur.
*Si on décide de ne plus utiliser la chaudière,
les éléments susceptibles de provoquer des
incidents à des tiers, devront être rendus
innofensifs.
*Si l'appareil doit être vendu ou transféré à
un autre propriétaire, ou s'il doit rester seul
dans l'habitation en cas de déménagement
des propriétaires d'origine, s'assurer que la
présente notice accompagne toujours ce dernier, afin qu'elle puisse être consultée par le
nouveau propriétaire et/ou par l'installateur.
Cet appareil devra être destiné exclusivement
à l'emploi pour lequel il a été prévu.
Tout autre utilisation est à considérer comme impropre et donc dangereuse.
Toute responsabilité du constructeur est obligatoirement excluse pour des dommages
causés par des erreurs d'installation ou d'utilisation et donc liés à la non observation des
instructions données par le constructeur.
puissance maximale absorbée indiquée sur
la plaque signalétique de l'appareil; en s'assurant en particulier que la section des câbles électriques de l'installation, soit en rapport avec la puissance absorbée par ce dernier.
* Pour que l'appareil soit alimenté correctement au réseau électrique, il est absolument
impératif de ne jamais utiliser de multiprises
et/ou de rallonges de câbles; mais de le raccorder directement sur une prise de courant.
Pour le raccordement au réseau électrique,
il faut prévoir un interrupteur bipolaire comme stipulé par les normes de sécurité en vigueur.
tion d'E.C.S., à l'égout.
dans le cas contraire, toute intervention d'une
soupape de sécurité sur l'installation hydraulique, provoquerait une inondation du local
de chaufferie et le constructeur de la chaudière n'en serait aucunement responsable.
* S'assurer que les tuyauteries de l'installation de chauffage et de sanitaire ne soient
pas utilisées comme mise à la terre de l'installation électrique ou téléphonique. Elles ne
sont absolument pas prévues pour cette utilisation.
* Une fois l'installation de chauffage remplie
en eau et si elle est en circuit fermé (vase
d'expansion sous pression d'azote), le robinet d'alimentation doit être fermé et maintenu dans cette position.
Les éventuelles fuites d'eau sur l'installation
de chauffage pourront ainsi être signalées
par une baisse de la pression hydraulique
visible sur le manomètre de l'installation.
27
FRANCE S.A.
Z.I. de Sure - 01390 ST. ANDRE DE CORCY
Téléphone: (04)72268100 - Fax: (04)72264748
Unical décline toute responsabilité dans le cas d'erreur d'impression ou de traduction. Nous nous réservons le droit de modifier sans préavis les
indications reportées dans la présente notice si cela nous semble opportun, tout en laissant les caractéristiques essentielles inchangées.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement