RAVEL-Manuel de l`industrie

RAVEL-Manuel de l`industrie
1994 724.370 f
RAVEL
Manuel de l’industrie
Notions et données
d’économie énergétique
Collection
RAVEL
INDUSTRIE
Office fédéral des questions conjoncturelles
A propos de ce manuel
Ce manuel offre à ceux qui souhaitent conserver la maîtrise de l’énergie dans
leur entreprise une quantité d’informations utiles, allant des formules et
tableaux de conversion jusqu’aux listes des divers aspects de la connaissance
du marché, en passant par les descriptions des principales fonctions techniques. En plus des informations de validité permanente, ce livre contient également de nombreux renvois à des sources d’informations complémentaires,
disponibles au moment de la rédaction, en juin 1993, et mis à jour lors de la
traduction française, en septembre 1994. Leur validité ne peut évidemment
pas être garantie par la suite, mais la présentation espacée du présent manuel
laisse suffisamment d’espace pour des notes personnelles. Le Manuel de
l’industrie RAVEL est non seulement un ouvrage de référence fondé, mais
encore un outil de travail. La présentation sous forme de classeur à anneaux
ouvert offre la possibilité d’ajouter en tout temps des pages supplémentaires.
Les auteurs, la rédaction et l’éditeur souhaitent à tous les utilisateurs beaucoup de succès dans les mesures et investissements d’ordre énergétique qu’ils
auront à réaliser.
Impressum
Editeur
Direction RAVEL
Office fédéral des questions conjoncturelles
c/o Amstein & Walthert SA, Zurich
Dr Charles Weinmann, Echallens
Chef du domaine Industrie Prof. Dr Daniel Spreng, EPF Zurich
Auteurs
Alois Huser, INFEL, Zurich
Dr Adalbert Huber, von Roll SA, Gerlafingen
Geri Huser, IFTA, Schinznach-Dorf
Dessins et graphiques
Artpage SA, Zurich
Atelier Blaser, Erlenbach
Rédaction
Christian Bachmann, pcb Pressebüro, Zurich
Version française
Rédaction
Mise en page
et composition
Impression et diffusion
Jean-Philippe Borel, Cully
Consortium DAC/City Comp
Lausanne et Morges
OCFIM, Berne
© Office fédéral des questions conjoncturelles
Berne, septembre 1994
Reproduction autorisée avec mention de la source.
Numéro de commande
RAVEL-Manuel de l’industrie
724.370 f
ISBN 3-905233-74-6
ISBN Edition originale 3-905233-20-7
Form. 724.370 f 3.95 500 U22608
Table des matières
1
1.1
1.2
1.3
1.2
1.5
1.6
Notions générales concernant l’énergie
Energie
Contenu énergétique
Agents énergétiques, formes d’énergie
Transformation d’énergie, pertes d’énergie, rendement
Notions de temps et de puissance
Grandeurs caractéristiques d’utilisation
2
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
Rentabilité
Coûts, tarifs, prix
Notions de valeur
Preuve de rentabilité
Evaluation de rentabilité
Critères de rentabilité
3
3.1
3.2
Approvisionnement énergétique
Vue d’ensemble sur les agents énergétiques
Electricité
Production d’électricité
L’électricité en Suisse
Lois, adresses
Produits pétroliers
Gisements
Composition
Raffinage du pétrole
Le pétrole en Suisse
Transport et stockage
Stockage réglementaire
Propriétés de divers produits pétroliers
Lois, adresses
Gaz naturel
Gisements
Composition
Le gaz naturel en Suisse
Transport et stockage
Mesure des quantités de gaz
Propriétés du gaz naturel en Suisse
Lois, adresses
Charbon
Gisements
Composition (valeurs moyennes)
Préparation du charbon
Le charbon en Suisse
Propriétés du charbon
Lois, adresses
Chaleur à distance
Bois
Energie solaire
Rayonnement
Utilisation
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
1
3.2/1
3.2/14
3.2/18
3.3/1
3.3/2
3.3/3
3.3/4
3.3/6
3.3/8
3.3/9
3.3/10
3.4/1
3.4/2
3.4/3
3.4/5
3.4/6
3.4/7
3.4/8
3.5/1
3.5/2
3.5/3
3.5/4
3.5/4
3.5/5
3.8/1
3.8/2
RAVEL-Manuel de l’industrie
2
Table des matières
4
4.1
4.2
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise
Gestion de l’énergie
Les flux énergétiques dans l’entreprise
Saisie de la consommation de l’énergie et des coûts
Mesure de puissance et d’énergie
Analyse et évaluation
Stockage et distribution d’énergie dans l’entreprise
Besoins en puissance thermique d’un bâtiment
Commande et régulation
Perturbations de réseau
Installations de compensation
Techniques énergétiques de base
Transformateur
Convertisseur de courant
Alimentation de courant sans coupure (ASC)
Batteries
Production d’air comprimé
Pompes à chaleur (ou thermopompes)
Production de froid
Brûleurs, chaudières
Entraînements électriques
Pompes
Ventilateurs
Eclairage
Chaleur de production
Utilisation de rejets thermiques et récupération de chaleur
5
5.1
5.2
5.3
5.4
Environnement
Polluants
Combustion d’agents énergétiques fossiles
Bruit
Législation suisse sur la protection de l’environnement
6
Centres d’informations sur l’énergie
7
Unités de mesure et facteurs de conversion
8
Liste des mots clés
9
Publications du programme d’impulsions RAVEL
4.1/1
4.1/3
4.1/4
4.1/6
4.1/11
4.1/13
4.1/15
4.1/19
4.1/23
4.2/1
4.2/3
4.2/5
4.2/7
4.2/9
4.2/11
4.2/15
4.2/19
4.2/23
4.2/33
4.2/37
4.2/43
4.2/47
4.2/49
1
Notions générales
concernant l’énergie
1.1
Energie
1.2
Contenu énergétique
1.3
Agents énergétiques, formes d’énergie
1.4
Transformation d’énergie, pertes
d’énergie, rendement
1.5
Notions de temps et de puissance
1.6
Grandeurs caractéristiques d’utilisation
RAVEL-Manuel de l’industrie
Notions générales concernant l’énergie – Energie
1
1.1/1
Notions générales
concernant l’énergie
1.1 Energie
L’énergie est la capacité d’un système de fournir un travail. Elle peut se rencontrer sous les formes suivantes:
• énergie mécanique
• énergie thermique
• énergie de liaison chimique
• énergie de rayonnement électromagnétique
• énergie électrique
• etc.
Formes d’énergie
Les notions d’énergie et de travail sont équivalentes. On parle souvent de travail pour désigner l’énergie consommée dans un processus industriel. La puissance est le travail fourni par unité de temps.
Travail
L’unité internationale valable pour l’énergie est le joule (J). 1 joule correspond
à l’énergie contenue dans un poids de 100 g soulevé à une hauteur de 1 m.
Joule
1 mètre
1 joule = un poids d’environ 100 g
soulevé à un mètre
100 grammes
1 J = 1 N · m = 1 Ws
RAVEL-Manuel de l’industrie
1.1/2
Notions générales concernant l’énergie – Energie
Exemples de différentes formes d’énergie:
Energie potentielle
Energie cinétique
Energie électrique
Pour d’autres unités de mesure,
voir le chapitre 7: «Unités de
mesure et facteurs de
conversion».
RAVEL-Manuel de l’industrie
Energie potentielle:
m:
g:
h:
Ep = m · g · h [kg · (m/s2) · m]
Energie cinétique:
v:
Ec = m · v2 / 2 [kg · m2 /s2]
Energie électrique:
U:
I:
t:
Eel = U · I · t
masse [kg]
attraction terrestre [m/s2]
hauteur [m]
vitesse du corps [m/s]
tension [V]
courant [A]
temps [s]
[V · A · s]
Notions générales concernant l’énergie – Contenu énergétique
1.2/1
1.2 Contenu énergétique
L’énergie grise est définie comme la quantité d’énergie globale utilisée de Energie grise
façon directe ou indirecte lors de la manufacture d’un produit. Elle comprend
la consommation d’énergie ainsi que le contenu énergétique des matières utilisées lors du procédé de production.
Une liste des valeurs typiques adoptées sur le plan international a été dressée
au chapitre 7.
FU = EN / EG
FU:
EN :
EG :
Fraction utile
Fraction utile
production nette d’énergie d’une installation pendant sa durée de vie
quantité d’énergie cumulée dans la fabrication de l’installation (énergie
grise, contenu énergétique de l’installation), dans les moyens d’exploitation et dans les matières consommables d’exploitation
Espec = E / X
Consommation
spécifique d’énergie
Espec : consommation spécifique d’énergie d’un système énergétique ou d’un
procédé
E:
consommation d’énergie
X:
grandeur caractéristique de référence du système ou du procédé, par
exemple énergie utile fournie, quantité ou poids des biens produits,
etc.)
Exemples:
Consommation spécifique de courant électrique dans la
production de ciment
Consommation spécifique de courant électrique dans
une chambre froide
Consommation spécifique d’essence par une voiture
(kWh/t)
(kWh/m3 par 24 h)
(l/100 km)
Le pouvoir calorifique inférieur PCI est la quantité de chaleur libérée par la Pouvoir calorifique
combustion d’une unité de quantité d’un combustible (kg, m3), lorsque l’eau inférieur
formée durant la combustion subsiste à l’état de vapeur, et que les gaz de com- Diverses valeurs moyennes du
bustion sont refroidis à la température de référence de 25°C. Les pouvoirs pouvoir calorifique se trouvent
au chapitre 7: «Unités de mesure
calorifiques varient selon le type et la qualité du combustible.
et facteurs de conversion».
Le pouvoir calorifique supérieur PCS est la quantité de chaleur équivalente, Pouvoir calorifique
définie pour le cas où l’eau formée est à l’état liquide. Les pouvoirs calori- supérieur
fiques supérieur et inférieur diffèrent de la valeur de la chaleur de vaporisation de la vapeur d’eau contenue dans les gaz de combustion.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Notions générales concernant l’énergie – Agents énergétiques
1.3/1
1.3 Agents énergétiques
Les agents énergétiques peuvent être par exemple:
• le pétrole
• le gaz naturel
• le charbon
• l’uranium
• le mazout
• l’essence
• l’électricité
• la vapeur, etc.
Agents énergétiques
Les fluides caloporteurs sont des vecteurs d’énergie particulièrement appro- Fluides caloporteurs
priés pour transporter ou transférer de l’énergie sous forme de chaleur, comme
par exemple:
• l’eau chaude
• la vapeur
• l’huile thermique, etc.
Les sources d’énergie renouvelable se régénèrent naturellement, de manière Sources d’énergie
continue ou cyclique (cycle annuel, de quelques générations, etc.). Parmi elles renouvelable
citons:
• l’énergie hydraulique
• l’énergie solaire (rayonnement solaire)
• la chaleur de l’environnement (énergie de l’environnement)
• la biomasse (bois, biogaz)
• l’énergie éolienne
• l’énergie géothermique
• l’énergie marémotrice (= houille bleue)
Par chaleur de l’environnement, on entend l’énergie thermique dégagée par Chaleur de
le soleil et emmagasinée dans l’air, les eaux souterraines et de surface ainsi l’environnement
que dans le sol – y compris les rejets thermiques de l’industrie et des ménages.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Notions générales concernant l’énergie – Transformation d’énergie
1.4/1
1.4 Transformation d’énergie,
pertes d’énergie, rendement
Lors de la transformation d’une forme d’énergie en une autre, il y a toujours
des pertes.
EP = E1 – E2
Pertes d’énergie
EP: énergie perdue
E1: énergie mise en jeu
E2: énergie utile
Pour évaluer correctement les pertes, il faut désigner par une même unité les
quantités d’énergies mises en jeu et utiles.
Exemple
Dans une chaudière à gaz, on obtient une quantité de chaleur de 8 MWh pour une quantité de gaz de 1000 m3. Le pouvoir calorifique du gaz est de 36,6 MJ/Nm3 (PCS).
36,6 MJ/m3 (PCS) = 33 MJ/m3 (PCI) = 9,2 kWh/m3
Contenu énergétique de 1000 m3 de gaz = 9,2 MWh
Pertes dues à la transformation = 9,2 - 8 = 1,2 MWh (13%)
η= P1 / P2 [%]
η: rendement
Rendement
P1: puissance utile délivrée
P2: puissance absorbée
Le rendement est valable pour des conditions définies de fonctionnement et
d’environnement. Il change si, par exemple, on passe de la charge totale à la
charge partielle.
ηG = ηA · ηB · ηC [%]
ηG : rendement du système global
ηA : rendement du système partiel A
ηB : rendement du système partiel B
ηC : rendement du système partiel C
Rendement du
système global
La fraction utile est le rendement moyen sur une longue durée (par exemple Fraction utile
une année).
Exemple
Transformateur
énergie absorbée annuellement:
100 MWh
énergie délivrée annuellement:
90 MWh
rendement moyen annuel:
90/100 = 0,9
en comparaison: rendement à charge nominale: 0,98
Démarche pour la détermination du rendement:
1. Fixer les conditions d’exploitation et d’environnement.
2. Mesure des puissances absorbées et délivrées.
3. Calcul du rendement.
RAVEL-Manuel de l’industrie
1.4/2
Notions générales concernant l’énergie – Transformation d’énergie
Les étapes de la transformation de l’énergie
Energies exploitées. Pétrole, gaz
naturel, charbon, uranium, eau
courante, biomasse, rayonnement
solaire, vent, etc.
Energie primaire
Stockage
Transport
Transformation
Energies produites. Huile de
chauffage, essence, diesel, gaz
liquide, électricité, chauffage à
distance, etc.
Energie secondaire
Stockage
Transport
Distribution
Energie achetée par
l’utilisateur final.
(Entreprise, ménage)
par exemple:
Type d’énergie utile
– chaleur
– force
– lumière, etc.
Type de prestation énergétique
– Entraînement mécanique
– éclairage
– climatisation, etc.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Pertes de transformation et
de distribution
Energie mise en œuvre
Utilisation
de l’énergie
Plusieurs modes de répartition
sont possibles:
Produits non énergétiques
(matières premières pour la
chimie)
Pertes de transport et de
distribution,
consommation propre
Energie finale
Exploitation interne
Stockage
Transformation
Distribution
Energie mise à disposition de
l’utilisateur pour sa
transformation en énergie utile:
par exemple courant pour un
moteur électrique.
Pertes de transformation
et de transport,
consommation propre
Prestations énergétiques
(différentes énergies utiles)
Chaleur délivrée
Pertes de transformation
Notions générales concernant l’énergie – Notions de temps et de puissance
1.5/1
1.5 Notions de temps
et de puissance
Notion de temps
Le nombre d’heures s’écoulant durant un certain laps de temps est désigné Durée calendaire
par le terme de durée calendaire.
Exemple
Une année a 8760 heures.
Une installation technique utilise ou produit de l’énergie pendant sa durée de Durée
fonctionnement. Pendant la durée d’utilisation, une prestation énergétique est d’enclenchement
effectivement fournie. La durée d’enclenchement et la durée d’utilisation diffèrent généralement.
Exemple
Photocopieur:
durée d’enclenchement:
durée d’utilisation:
3000 heures/an
500 heures/an
Pendant le temps de maintien en attente, une installation technique est prête Durée de maintien
à fonctionner (mais pas en fonctionnement). Durant cette période de maintien en attente
en attente, elle doit pouvoir démarrer dans son temps normal de démarrage.
Le temps de démarrage est le laps de temps que nécessite une installation (par Temps de démarrage
exemple moteur, chaudière) pour passer de l’état de maintien en attente à l’état
de fonctionnement normal (vitesse nominale, puissance nominale).
td = te + tma
td : durée de disponibilité (heures de disponibilité)
te : durée d’enclenchement (heures d’enclenchement)
tma : temps de maintien en attente (heures de maintien en attente)
Durée de disponibilité
Pendant la durée d’indisponibilité, une installation est hors d’état de fonctionner à l’intérieur d’unepériode de rapport. Pendant la durée de révision
(durée de réparation, durée d’arrêt planifié), une installation est hors service
pour révision planifiée jusqu’au rétablissement de l’aptitude au fonctionnement. Durant la période de mise hors service (durée d’interruption), une installation est hors service par suite d’un dérangement imprévu jusqu’au rétablissement de l’aptitude au fonctionnement.
Durée d’indisponibilité
Durée de révision
Temps de réparation
Temps d’arrêt
Durée de mise
hors service
RAVEL-Manuel de l’industrie
1.5/2
Notions générales concernant l’énergie – Notions de temps et de puissance
Degrés-jours
de chauffage
Le nombre de degrés-jours (DJ) de chauffage est calculé sur un mois ou une
année et correspond à la somme des différences journalières entre la température ambiante intérieure (normalement 20°C) et la température moyenne
journalière extérieure de tous les jours de chauffage de cette période. Les jours
de chauffage d’une période donnée sont ceux pour lesquels la température
moyenne journalière (sur 24 h) est inférieure à la température limite de chauffage. La limite de chauffage correspond à la température moyenne journalière
de l’air extérieur au-dessus de laquelle il n’est plus nécessaire de chauffer (en
règle générale 12°C). Le calcul des degrés-jours de chauffage est nécessaire
pour juger de la consommation d’énergie de chauffage: plus le nombre de
degrés-jours est élevé, plus froide est la température extérieure.
Notion de puissance
Watt
Puissance
L’unité de puissance du système international est le watt (W). Puissance et
énergie sont reliées par la relation suivante:
P = E / t [W]
P:
E:
t:
Charge
puissance
quantité d’énergie transformée (travail accompli)
temps (moyen) nécessaire
En principe, dans la pratique, on différencie la puissance de la charge. La puissance représente la capacité d’un système énergétique ou d’un appareil (puissance produite, délivrée, installée, etc.) à fournir un travail (travail fourni par
unité de temps).
La charge est définie comme la puissance absorbée ou requise en un point
donné.
Exemple:
Puissance
Système
d’alimentation
Charge
Puissance
Moteur
électrique
Charge
Entraînement
Puissance nominale
La puissance nominale d’une installation ou d’un appareil (par exemple puissance nominale d’un moteur électrique) est la capacité pour laquelle l’installation a été dimensionnée et construite. Elle figure sur la plaquette signalétique, dans les spécifications, ou dans le protocole de livraison. La puissance
nominale est définie pour des conditions ambiantes déterminées.
Puissance continue
La puissance continue est la puissance que peut fournir une installation conformément au cahier des charges, sans restriction de durée et sans préjudice pour
sa longévité et pour sa sécurité de fonctionnement.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Notions générales concernant l’énergie – Notions de temps et de puissance
1.5/3
La puissance installée d’un système est la somme de toutes les puissances
nominales des installations et appareils du système. Dans un système de
consommateurs, la notion de puissance installée est souvent équivalente à la
puissance raccordée.
Puissance installée
La puissance brute est la puissance aux bornes du générateur: elle comprend
la consommation propre du générateur. La puissance nette est la puissance
mise à disposition du réseau par l’installation de production et utilisable (puissance brute moins les besoins propres, même s’ils sont prélevés au réseau).
Puissance brute
La puissance disponible d’un appareil de production (par exemple production
de courant ou de chaleur) est la puissance pouvant être atteinte à un moment
donné, lorsque toutes les conditions techniques et d’exploitation sont remplies
(y compris les unités de puissance en réserve).
Puissance disponible
La puissance de réserve nécessaire à un système de production doit être au moins
disponible au-delà de la puissance attendue du système, afin de maintenir le
risque de restrictions d’approvisionnement inférieur à une valeur considérée
comme tolérable.
Puissance de réserve
La puissance assurée d’un système d’alimentation est la puissance restante
lorsque l’on soustrait la puissance de réserve de la puissance disponible. Pour
maintenir la sécurité exigée d’un système d’alimentation, il faut qu’en tout
temps la puissance garantie soit au moins égale à la puissance nécessaire au
système.
Puissance assurée
La puissance de fonctionnement est la puissance effectivement produite ou
consommée à un moment donné par un système énergétique (installation de
production ou de consommation).
Puissance de
fonctionnement
La puissance de maintien en attente est la puissance consommée par un système énergétique durant le temps de maintien en attente (stand-by) dans le but
de conserver les fonctions auxiliaires opérantes.
Puissance de maintien
en attente
La puissance de pointe est la plus grande puissance de fonctionnement produite ou mise à disposition au cours d’un laps de temps défini (par exemple
puissance thermique ou électrique de pointe). La puissance électrique de
pointe est une valeur instantanée mesurée ou une moyenne sur une courte
période (un quart d’heure par exemple).
Puissance de pointe
Pm = E / t [W]
Puissance moyenne
Pm : puissance moyenne pour une période donnée
E: quantité d’énergie fournie
t:
durée du laps de temps (durée de référence)
La puissance appelée est la charge la plus élevée attendue au cours d’une
période déterminée (jour, mois, année) en un certain point (par exemple
demande de puissance thermique ou électrique).
Puissance appelée
La puissance à mettre à disposition (électrique, thermique) fait l’objet d’un
accord entre un client et un fournisseur, qui s’engage à tenir à disposition au
moins une puissance égale à celle convenue.
Puissance à mettre
à disposition
RAVEL-Manuel de l’industrie
1.5/4
Notions générales concernant l’énergie – Notions de temps et de puissance
Puissance abonnée
Taux de charge
La puissance abonnée est la puissance maximale qu’un client peut utiliser
d’après son contrat de livraison et pour laquelle il paie (taxe de puissance
convenue). Si la puissance requise par le client dépasse la puissance abonnée,
ce dernier devra généralement s’acquitter d’une surtaxe pour la puissance supplémentaire. Des dispositifs techniques (limiteurs de puissance, fusibles) peuvent limiter l’appel de puissance à la valeur de l’abonnement.
A = Pm / Pn
A: taux de charge
Pm : puissance moyenne
Pn : puissance nominale
Exemple
Moteurs électriques pour:
puissance moyenne absorbée/
puissance nominale
installations aérauliques
pompes et compresseurs
machines-outils
0,7
0,63
0,2
Puissance apparente, puissance active, puissance réactive
Puissance apparente
Pa = U · I [V · A]
Pa :
U:
I:
puissance apparente
tension
intensité de courant
U I
U
I
ϕ
Courant I est en
retard de phase
U
I
t
ϕ
b
(P2 + P2γ )
Pa =
Puissance active
Puissance réactive
P
Pr
= Pa · cos ϕ[W]
= Pa · sin ϕ[V Ar]
U I
I
ϕ
U
I
U
t
ϕ
P
Pr
:
:
ϕ
:
cos ϕ :
Courant I est en
avance de phase
puissance active
puissance réactive
angle de phase
facteur de puissance
Pa
On mesure P et Pr :
tg ϕ = Pr /P
ϕ
= arc tg (γ/P)
cos ϕ = cos [arc tg (Pr /P)]
RAVEL-Manuel de l’industrie
Pr
ϕ
P
Notions générales concernant l’énergie – Notions de temps et de puissance
1.5/5
Exemple
cos ϕ =
Pr
=
0,9
0,5 · P
Exemple
Dans les spécifications d’un moteur électrique on trouve:
U = 220 V, puissance nominale PN = 2,5 kW, cos ϕ= 0,85.
Pour un rendement ηdonné de 80%, on obtient:
Puissance active
P = PN/η= 3125 [W]
Puissance apparente
Pa = P/cos ϕ= 3676 [V A]
Puissance réactive
Pr =
P2a – P2 = 1937 [V Ar]
RAVEL-Manuel de l’industrie
Notions générales concernant l’énergie – Grandeurs caractéristiques d’utilisation
1.6/1
1.6 Grandeurs caractéristiques
d’utilisation
En règle générale, le mode de fonctionnement caractérise l’évolution dans le Mode de
temps du fonctionnement d’une installation, par exemple d’un moteur élec- fonctionnement
trique. Le mode de fonctionnement est un facteur d’influence important pour la
consommation d’énergie et le rendement. Parmi les modes les plus typiques,
notons le fonctionnement en continu, le fonctionnement de courte durée, le
fonctionnement à pleine charge, le fonctionnement intermittent, etc.
tp = E / Pp
Durée d’utilisation
tp :
E:
Pp :
Heures à pleine
charge
durée d’utilisation de la charge de pointe (heures à pleine charge)
quantité d’énergie
charge de pointe
Les données se réfèrent toujours à une période déterminée (par exemple durée
d’utilisation annuelle de la pleine charge). On désigne sous le terme d’heures
à pleine charge les heures correspondant à la durée d’utilisation de la pleine
charge.
Exemple
Consommation de courant
15 000 kWh/a
Charge de pointe
5 kW
Durée d’utilisation annuelle
de la charge de pointe = 15 000 kWh/5 kW =
3000 h par an
(3000 heures à pleine charge)
τ= tu / t
τ:
tu :
t:
Taux d’utilisation –
Fraction utile
taux d’utilisation d’une puissance caractéristique (par exemple charge
de pointe, puissance abonnée, etc.)
durée d’utilisation de la puissance caractéristique
durée correspondante
ou aussi:
τ= Pm / P
τ:
taux d’utilisation
Pm : puissance moyenne durant la période considérée
P: puissance caractéristique
En recourant à cette notion, il faut toujours préciser le type de puissance ainsi
que la période considérée.
RAVEL-Manuel de l’industrie
1.6/2
Notions générales concernant l’énergie – Grandeurs caractéristiques d’utilisation
Exemple
Période considérée:
année (= 8760 h)
Puissance abonnée:
400 kW
Consommation d’énergie:
1500 MWh/a
Puissance moyenne:
1 500 000 kWh/8760 h = 171,2 kW
Taux d’utilisation de la puissance abonnée: τ= 171,2 kW/400 kW = 0,43
Charge de pointe
Facteur de charge
On utilise cette notion généralement en rapport avec la charge de pointe; à la
place du taux d’utilisation, on utilise alors le concept particulier de facteur de
charge.
FC = tp / t
FC: facteur de charge
tp : durée d’utilisation de la charge de pointe
t:
période considérée
Facteur de charge
annuel, mensuel
Le facteur de charge est aussi donné par le rapport entre la puissance moyenne
et la puissance maximale (charge de pointe) d’un système énergétique sur un
temps défini (par exemple année, mois); on parle alors d’un facteur de charge
annuel ou mensuel.
Exemple
Période considérée:
Consommation d’énergie:
Charge de pointe annuelle:
Durée d’utilisation de la charge de pointe:
Puissance moyenne (de l’année):
Facteur de charge (annuel)
Facteur de puissance
Rapport de puissance
année (= 8760 h)
1500 MWh/a
300 kW
1 500 000 kWh/300 kW = 5000 h
1 500 000 kWh/8760 h = 171,2 kW
= 5000 h/8760 h = 0,57 ou
= 171,2 kW/300 kW = 0,57
Le facteur de puissance cos ϕd’un système électrique indique dans quelle
mesure le système consomme de la puissance réactive Pr (voir aussi puissance
apparente) en plus de la puissance active P. Le facteur de puissance mesure le
déphasage existant entre tension et courant (respectivement entre puissance
active et puissance apparente). Les fournisseurs d’électricité peuvent prescrire
des valeurs-limites pour le facteur de puissance. Des dispositifs intégrés de
compensation du courant réactif (par exemple condensateurs) peuvent assurer la correction du facteur de puissance.
RP = Pmin / Pmax
RP: rapport de puissance (de charge)
Pmin : puissance (charge) minimale
Pmax puissance (charge) de pointe
Taux d’utilisation
τ= tF / tN
τu :
tF :
tN :
RAVEL-Manuel de l’industrie
taux d’utilisation
temps de fonctionnement
temps nominal (durée considérée, par exemple une année)
Notions générales concernant l’énergie – Grandeurs caractéristiques d’utilisation
1.6/3
Exemple
Temps de fonctionnement: 6400 h (par année civile)
Taux d’utilisation = 6400 h/8760 h = 0,73
Taux d’utilisation types (annuel) pour:
des moteurs électriques dans
– des installations aérauliques
– des pompes et des compresseurs
– des machines-outils
Taux de fonctionnement
0,12
0,52
0,45
TD = (tF + tma) / tN
TD :
tF :
tma :
tN :
Taux de disponibilité
taux de disponibilité
temps de fonctionnement
temps de maintien en attente
temps nominal
FS = PP / S (P1,…, Pn)
Facteur de
simultanéité
FS:
PP :
facteur de simultanéité
charge de pointe conjointe (simultanée) de plusieurs consommateurs
Σ(P1,…, Pn): somme des charges de pointe (ne se produisant en général pas
au même moment) de chacun des consommateurs
Le facteur de simultanéité se calcule sur une période déterminée.
RAVEL-Manuel de l’industrie
2
Rentabilité
2.1
Coûts, tarifs, prix
2.2
Notions de valeur
2.3
Preuve de rentabilité
2.4
Evaluations de rentabilité
2.5
Critères de rentabilité
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2
2.1/1
Rentabilité
2.1 Coûts, tarifs, prix
Coûts
Les coûts varient dans le temps et d’un lieu à l’autre; une indication de coûts
doit donc toujours comporter des précisions sur le moment et le lieu où elle a
été établie.
Classification des coûts dans la comptabilité:
•
Caisse
recettes
↔
dépenses
circulation d’argent
•
Comptabilité
d’entreprise
recettes
↔
calcul des prix
de revient par produit
dépenses
établissement des coûts internes
•
Comptabilité
financière
revenus
↔
dépenses
trafic de paiement avec des
partenaires extérieurs (clients,
fournisseurs, banques, etc.)
•
Compte de
pertes et profits
profit
↔
pertes
•
Bilan
actif
↔
passif
•
Frais d’achats
= montants facturés par les fournisseurs (pour les agents énergétiques
finaux) (franco entreprise)
•
Coûts
d’utilisation
= coûts d’achats + coûts supplémentaires internes (pour les agents
énergétiques consommés)
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.1/2
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
Dépenses annexes internes pour l’approvisionnement en énergie
Agents
énergétiques
Energie
électrique
Gaz
naturel
Combustibles
liquides
Combustibles
solides
Coûts et pertes de
transformation/de stockage
Consommation d’énergie pour
le pompage et le transport
Entretien et surveillance des
installations d’approvisionnement
(coûts de personnel inclus)
Frais de capital pour les
quantités d’énergie stockées
Frais de capital pour les
installations d’alimentation
Coûts pour la sécurité
et l’environnement
Frais d’investissement
Frais d’exploitation
Le montant de ces frais annexes dépend des investissements consentis pour
les installations d’approvisionnement énergétique, des frais d’exploitation et
de consommation annuels d’énergie. Suivant le type d’exploitation, les frais
annexes peuvent représenter 5 à 30 %, ou même davantage, des frais d’achat.
Détermination
des frais annexes
La détermination des frais annexes internes: le détail des dépenses sera établi à partir des décomptes par types de dépenses des centres de charges concernés. Et cela sur toute l’étendue du flux d’approvisionnement interne, du poste
de livraison de l’énergie au consommateur final.
Comparaison
de la rentabilité
Avertissement: les comparaisons de rentabilité entre agents énergétiques sur
la base de leur prix à la livraison ne tiennent pas compte des frais annexes
internes et conduisent ainsi à des appréciations et décisions erronnées. De
telles comparaisons et analyses de rentabilité devraient toujours se baser sur
les frais réels de consommation.
Plan
comptable
Le plan comptable classe les dépenses en divers groupes. Il comprend les principaux groupes de frais suivants:
• frais d’achat du matériel et de l’énergie
• frais de personnel (salaires, appointements, allocations et charges sociales
inclus)
• frais des services externes (services de tiers)
• frais des brevets, licences, locations, leasings, assurances
• frais administratifs (matériel de bureau, PTT, frais divers, etc.)
• frais de capital (amortissements, intérêts)
• répartitions
Budget des centres
de charges
Le plan comptable sert aussi à l’élaboration du budget des centres de charges
et des décomptes de centres de charges. Les plans comptables sont actuellement largement normalisés et sont aussi disponibles sur le marché sous forme
de logiciels informatiques.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2.1/3
Le plan comptable par postes indique l’origine des coûts (en quel point de
l’entreprise ils ont été provoqués). On peut différencier les postes importants,
liés à la production et au marché, des postes auxiliaires, qui leur délèguent
leurs prestations, tels les services d’entretien ou d’alimentation en énergie.
Les charges afférentes à ces postes auxiliaires sont souvent réparties entre les
centres principaux, selon un mode de répartition convenu qu’il faudra périodiquement examiner et ajuster.
Centres de charges
principaux
Centre de charges
auxiliaires
La liste des produits donne en même temps l’origine de ces derniers (tel produit porte tels coûts). Ces coûts engendrés, répercutés sur les marchandises
ou les services, doivent être un apport pour l’entreprise.
Liste des produits
Calcul des charges
par nature
Les coûts sont groupés par
nature (combustible, électricité, eau, etc.) et comparés
aux dépenses. Ils sont alors
répartis en coûts unitaires et
frais généraux.
Calcul des coûts
par centres de charges
Frais individuels
Frais
généraux
On divise l’entreprise en
départements (centres de
charges), et les frais généraux y sont ventilés selon
un pourcentage déterminé
par les coûts qu’ils provoquent.
Calcul du prix de
revient par produit
Les coûts individuels et les
frais généraux sont imputés
aux produits, services ou
ensembles de produits.
Pourcentage
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2.1/5
Tarifs
La livraison d’agents énergétiques est facturée directement en fonction des
prix du marché (par exemple mazout en Fr./t ou en Fr./100 litres) ou sur la
base de tarifs des fournisseurs d’énergie (pour les énergies de réseau comme
l’électricité et le gaz).
Prix du marché
Tarifs
Les énergies de réseau présentent une structure de prix pluridimensionnelle.
Le fournisseur mesure et facture sur la base de tarifs contractuels, non seulement l’énergie consommée, mais également la puissance appelée et, pour
l’énergie électrique, l’énergie réactive consommée.
Structure de prix
Dans ce cas, la fourniture totale d’énergie est constituée de plusieurs composantes (travail, puissance, énergie réactive, etc.), qui elles-mêmes peuvent être
subdivisées selon le moment où a lieu la fourniture et la quantité fournie (par
exemple fourniture à haut et bas tarif).
Composantes
de fourniture
Le tarif de livraison comporte une composante tarifaire pour chaque composante de fourniture.
Tarif de livraison
FA = ∑ (TF1 · BC1, … , TFn · BCn) + T
Frais d’achat
FA
TF:
BC:
T:
frais d’achat
composante de fourniture (quantité mesurée d’énergie ou de puissance)
composante tarifaire correspondante (selon tarif contractuel)
taxes (selon tarif contractuel)
Pour des énergies ne provenant pas d’un réseau, cette expression se réduit à:
FA = QL · PL + T
FA:
QL:
PL:
T:
Frais d’achat
frais d’achat
quantité livrée
prix de livraison
taxes
Un tarif comportant plusieurs composantes nécessite des appareillages de
mesure capables d’enregistrer les différentes composantes de fourniture
durant la période de décompte fixée contractuellement.
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.1/6
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
Tarifs d’électricité
Conditions
de livraison
Le prix dépend de la quantité, des caractéristiques de fourniture et du niveau
de tension. S’il n’y a pas de contrat individuel, ce sont les conditions de livraison (tarifs inclus) des entreprises électriques qui prévalent. Les tarifs sont soumis au contrôle par le surveillant des prix. L’Union des centrales suisses
d’électricité (UCS) et le Département fédéral des transports, des communications et de l’énergie ont publié conjointement une recommandation sur les
conditions de reprise des livraisons d’énergie dans les réseaux publics.
Double tarif
Le double tarif est un tarif largement répandu comportant des prix différents
pour la fourniture d’énergie à haut ou bas tarif (HT, BT).
Tarif saisonnier
Le tarif saisonnier comporte des prix différents pour la fourniture d’énergie
en période estivale ou hivernale, et éventuellement aussi durant certains mois
de transition.
Tarif binôme
Un tarif binôme comporte deux composantes; exemples:
• la taxe de base et le tarif d’énergie
• la taxe de puissance et le tarif de consommation
Tarif
trinôme
Un tarif trinôme comporte trois composantes: la taxe de base, le tarif de puissance et le tarif d’énergie.
Taxe de puissance
La taxe de puissance comprend les éléments suivants:
• Puissance: sur la base de la puissance maximale mesurée ou calculée pour
une période déterminée, par exemple Fr./kW par mois.
• Une ou plusieurs composantes tarifaires relatives à l’énergie (par exemple
différenciées selon périodes de haut et bas tarif, ainsi que différentes saisons).
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2.1/7
Exemples
Tarifs d’électricité
hiver
(octobre-mars)
été
(avril-septembre)
Haut-tarif (HT)
Bas-tarif (BT)
150 Fr./MWh
100 Fr./MWh
120 Fr./MWh
70 Fr./MWh
Taxe de puissance
13 francs par kW du maximum du mois
Exemple 1:
Consommation d’électricité durant le mois de janvier:
HT
61 MWh
BT
32 MWh
Puissance max. du mois
297 kW
Frais d’électricité pour le mois de janvier:
61 · 150 + 32 · 100 + 297 · 13 = Fr. 16 211. –
Durée d’utilisation mensuelle:
93 000 kWh/297 kW = 313 heures
Prix moyen:
Fr. 16 211/93 MWh = Fr. 174/MWh
Exemple 2:
HT
BT
Puissance max. du mois
87 MWh
76 MWh
321 kW
Frais d’électricité pour le mois de janvier:
87 · 150 + 76 · 100 + 321 · 13 = Fr. 24 823.–
Durée d’utilisation mensuelle:
163 000 kWh/321 kW = 508 heures
Prix moyen:
Fr. 24 823/163 MWh = Fr. 152/MWh
Dans le cas d’un tarif modulant ou interruptible, le fournisseur mesure et facture la fourniture de courant en période critique de surcharge du réseau. Ce
tarif présente un avantage lorsque le client peut interrompre ou réduire fortement son prélèvement de puissance durant une ou plusieurs heures de forte
charge du réseau.
Tarif de délestage
Tarif interruptible
Dans le cas d’un abonnement à une puissance, le fournisseur facture une
demande maximale de puissance appelée par l’abonné durant une période
déterminée (par exemple le matin en hiver de 7.00 heures à 12.00 heures).
Durant le temps restant, le client peut faire appel comme convenu à des puissances plus élevées, sans conséquence financière. Ce mode tarifaire est avantageux pour un client qui utilise des puissances élevées durant les périodes de
faible demande sur le réseau.
Puissance abonnée
En cas de forte consommation de courant, le fournisseur facture souvent le
prix de l’énergie réactive (Kvar), lorsque la demande d’énergie réactive resp.
le cos ϕ(facteur de puissance) dépasse une valeur limite durant une période
déterminée. La limite se situe généralement à cos ϕ≅0,9. Chaque Kvar supplémentaire consommé sera ensuite facturé au tarif unitaire (ct./Kvar). Le
Prix de l’énergie
réactive
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.1/8
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
client peut réduire sa demande d’énergie réactive en installant des appareils
de compensation (par exemple des condensateurs). (Voir aussi les termes
énergie et puissance réactive.)
Taxes
Taxe de base
Prix de base
La taxe de base (ou prix de base) est un montant fixe dû pour une période
déterminée (par exemple Fr. par mois). Le prix de base peut aussi être échelonné, par exemple en fonction de l’importance de la consommation (prix de
base fonction de la quantité consommée; importance d’une composante de la
puissance). Le prix de base permet aussi de couvrir les frais fixes et spécifiques à chaque client (location de compteur, relevé de compteur) et qui sont
indépendants de sa consommation.
Taxe de
raccordement
La taxe de raccordement est une participation unique qu’un consommateur
d’énergie de réseau (courant, gaz, chauffage à distance) doit payer pour son
raccordement au réseau. Cette taxe peut comporter une contribution pour le
raccordement du bâtiment, une pour le réseau, et une pour les coûts d’installation. Dans certains cas, la taxe de raccordement est facturée en plusieurs
tranches ou reportée sur des contributions annuelles pour sollicitation du
réseau en fonction de la consommation réelle.
Tarifs du gaz
Tarif de base
Tarif de
consommation
Les tarifs de base et de consommation peuvent être échelonnés, en fonction
de la quantité demandée. Le gaz consommé est mesuré en m3 et, d’après son
pouvoir calorifique supérieur (PCS) moyen, facturé en unités d’énergie respectivement de puissance.
Puissance horaire
moyenne
Du point de vue de l’économie gazière, la puissance d’une fourniture de gaz
est définie en règle générale comme la puissance moyenne horaire ou journalière. Avant d’effectuer des comparaisons d’ordre énergétique, il faut
convertir les valeurs au pouvoir calorifique inférieur (PCI):
Pouvoir calorifique
inférieur
Contrat interruptible
RAVEL-Manuel de l’industrie
1 Fr./kWh (PCS) = 1,11 Fr./kWh (PCI) (PCI = 0,9 PCS)
Les consommateurs de gaz qui sont prêts à interrompre leur consommation
pendant les heures de pointe peuvent conclure des contrats interruptibles et
obtenir ainsi de meilleurs tarifs.
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2.1/9
Exemple
Non interruptible
Tarif de base:
Tarif de consommation:
<70 kW de puissance
> 70 kW de puissance
4,2 ct./kWh
300 Fr./an
250 Fr./an
Interruptible (contrat d’interruptibilité)
Tarif de base:
Tarif de consommation:
250 Fr./an
3,6 ct./kWh
Exemple de calcul (non interruptible):
Consommation annuelle:
Période de pleine utilisation:
Puissance:
Facturation:
40 000 kWh PCS; non interruptible
2100 h
40 000/2100 = 19 kW (< 70 kW!)
300 Fr. + 40 000 · 0,042 Fr. = 1980 Fr.
Prix moyen par MWh:
1980 Fr./40 MWh = 48,5 Fr./MWh PCS = 53,8 Fr./MWh PCI
Tarifs de chauffage à distance
Les prix du chauffage à distance sont en règle générale définis par des tarifs
binômes, comportant une taxe de puissance et un tarif de consommation.
Taxe de puissance
Tarif de consommation
Exemple
Taxe de puissance:
L = puissance abonnée en MW
5500 · √L
Fr./an
Tarif de consommation:
1,12 Pmazout
Fr./MWh
Pmazout = prix du mazout en Fr./100 kg (moyenne pour l’année de référence, pour des
livraisons en quantités de 6000 à 9000 l).
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2.1/11
Prix
Les prix sont la rénumération par unité de marchandise ou d’énergie et varient
ainsi comme les coûts en fonction du moment et du lieu.
Définition du prix
Le prix à la livraison est le prix net convenu avec le fournisseur, dont la facture peut encore comporter des éléments annexes (frais de douane, impôt sur
le chiffre d’affaires, coûts de transport, taxes de raccordement, location de
compteur, etc.) ou des déductions (escomptes, rabais), éléments qui ne sont
pas compris dans le prix à la livraison.
Prix à la livraison
Prix net
Exemples de produits dérivés du pétrole (1993):
Coûts annexes
Fr./100 kg
105.88
100
95
90.86
80
60
40
20
9.77
9.06
2.80
0
Essence super
Taxes douanières
2.80
Essence sans plomb
ICHA
8.38
1.90
2.86
0.38
Diesel
Mazout
Carbura, fonds d'émission d'hydrocarbures
Coûts supplémentaires par litre:
Densité
0,744
0,744
0,835
0,824
ct./l
88
79
84
2,6
Prix d’achat
=
montant de la facture du fournisseur
quantité facturée
Prix d’achat
et, de manière analogue pour le prix à la consommation:
Prix à la consommation =
coûts de consommation
quantité consommée
Prix à la
consommation
Remarques:
Le prix à la consommation concerne le palier Energie mise en jeu (voir page
1.4/2).
Le calcul du prix d’achat est valable en particulier pour les fournitures d’énergie facturées sur la base de tarifs.
Le prix d’achat d’électricité se rapporte à la consommation d’énergie active,
comme cela ressort de l’unité Fr./MWh (ct./kWh).
Le prix d’achat du gaz naturel s’exprime en Fr./MWh PCI ou en Fr./1000 m3.
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.1/12
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
Exemple
Prix d’achat et prix à la consommation pour divers agents énergétiques
•
Electricité
Consommation annuelle de l’entreprise
Puissance max. prélevée
Tarif (à partir de 50 kV)
90 Fr./MWh
Taxe de puissance annuelle
132 Fr./kW
Pertes de transformation/transport
7%
Entretien (département électricité)
Investissements
5000 kFr.
Annuité des investissements (7,5%/20 a)
10 %
30
12
2700
1584
189
600
Frais totaux
Prix moyen de l’électricité (basse tension 400 V)
5573 kFr.
186 Fr./MWh
•
GWh
MW
kFr.
kFr.
kFr.
kFr.
500 kFr.
Mazout
Consommation annuelle de l’entreprise
Quantité moyenne en stock
Prix de livraison en wagon-citerne (44 t) 320 Fr./t
Consommation des pompes
30 kWh/t
Entretien des installations
Coûts de stockage (intérêt 7,5%)
Investissements
1500 kFr.
Annuité des investissements (7,5%/20 a)
10 %
3000
1500
960
18
60
36
Frais totaux
Prix moyen du mazout
Capital immobilisé pour stockage
1224 kFr.
35 Fr./MWh PCI
480 kFr.
•
11,8 MWh PCI/t
t
t
kFr.
kFr.
kFr.
kFr.
150 kFr.
Gaz naturel
Consommation annuelle de l’entreprise
Puissance max. consommée
Tarif
Taxe annuelle de puissance
Entretien des installations
Investissements
Annuité des investissements (7,5%/20 a)
Frais totaux
Prix moyen du gaz naturel
22 Fr./MWh PCS
37 Fr./kW PCS
500 kFr.
10 %
10 kWh PCI/Nm3
Gaz avec contrat interruptible
Puissance max. consommée 50%
1252 – 222 kFr.
Coût de l’installation de propane
(énergie de remplacement en cas de coupure):
Consommation de propane = 5% de la consommation de gaz
Prix du propane = 120% du prix du gaz – frais supplémentaires
Stock de propane 100 t à 350 Fr./t (liq.), intérêt 7,5%
Entretien de l’installation de propane
Investissements
600 kFr.
Annuité des investissements (7,5%/20a)
10 %
3,4
12
748
444
10
Mio m3
MW PCS
kFr.
kFr. s
kFr.
50 kFr.
1252 kFr.
37 Fr./MWh PCI
6 MW PCS
1030 kFr.
7 kFr.
2 kFr.
15 kFr.
60 kFr.
Frais totaux
1114 kFr.
Prix moyen du gaz
10 kWh PCI/Nm3 33 Fr./MWh PCI
Capital immobilisé pour stockage de propane
35 kFr.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
2.1/13
Prix de livraison dans le commerce de gros
Un prix CIF (Cost Insurance, Freight) est valable en un endroit déterminé et
comprend les frais de transport et d’assurance.
Prix CIF
Un prix FOB (Free on Board) est valable jusqu’à la livraison à bord d’un
navire (fret maritime et assurance non compris).
Prix FOB
Un prix FOR (Free on Railway) s’applique en un lieu déterminé et comprend
le chargement sur le wagon (fret par chemin de fer et assurance non compris).
Prix FOR
Le prix spot a cours sur le marché spot pour des quantités occasionnelles et
des excédents à court terme. Les prix spot reflètent la situation momentanée
du marché et sont par conséquent susceptibles de fortes variations.
Prix spot
Statistique nationale des prix
En Suisse les prix à la consommation et de commerce de gros sont relevés
mensuellement par l’OFIAMT (Office fédéral de l’industrie, des arts, des
métiers et du travail, Berne) selon une procédure fixe appliquée pour les marchandises et les agents énergétiques.
180
Index (1973=100)
Prix à la
consommation
160
140
120
**
** *** ** **
** **
100 * * * * *
**
**
80
* **
60
40
20
0
65
70
75
80
85
90
Année
Mazout
300
Agent énergétique
Electricité
* Gaz
Index (1973=100)
* * * *
250
200
* *
*
*
*
150
100*
* * * *
*
* *
70
75
Prix du
commerce de gros
*
*
* * * *
50
0
65
80
85
90
Année
Mazout léger
Agent énergétique
Electricité pour l’industrie
*
Gaz pour l’industrie
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.1/14
Rentabilité – Coûts, tarifs, prix
Indice national
des prix à la
consommation
L’indice national des prix à la consommation montre l’évolution du prix des
denrées et des prestations de services significatives pour les ménages privés.
Il est un indicateur de l’ampleur des variations qui affectent le niveau de vie,
suite à des hausses ou des baisses de prix, indépendamment des changements
de comportement des consommateurs ou de la modification de la qualité des
marchandises. L’indice des prix du commerce de gros reflète les prix à la production nationale et ceux des biens importés, après leur dédouanement aux
frontières.
Evolution des indices
150
Indice 1980=100
140
130
120
110
100
90
80
70
60
1970
1975
1980
Indice des prix pour le commerce de gros
1985
1990
Indice des prix à la consommation
Indice du coût
de la vie
L’indice du coût de la vie se rapporte aux prix à la consommation du panier
de la ménagère, représentation des besoins d’une moyenne de la population
suisse.
Renchérissement
Le renchérissement est la hausse relative des prix (ou indice) exprimé en pourcent par mois ou par année. Le renchérissement relatif est la différence entre
le taux de renchérissement d’un produit et le renchérissement général.
Sources pour les
indices des prix:
Indices des prix
à la consommation
et de commerce de gros:
• Annuaire statistique
de la Suisse
• Die Volkswirtschaft
Indices des prix
de l’énergie:
• Statistique globale
de l’énergie en Suisse
RAVEL-Manuel de l’industrie
1970
1990
Renchérissement
1970-1991
Indice des prix
à la consommation
pour l’électricité
(1973 = 100)*
89,1
162,3
82,2 % (= (162,3/89,1) -1)
Indice des prix
à la consommation
(1982 = 100)**
53,6
128,7
140,1 % (= (128,7/53,6) -1)
*
**
d’après la Statistique globale d’énergie 1991
Annuaire statistique de la Suisse 1993
Rentabilité – Notions de valeur
2.2/1
2.2 Notions de valeur
Le coût d’achat (valeur d’acquisition) est le coût global consenti pour l’acquisition d’un bien. Pour des biens d’investissement, la notion de coût d’achat
est équivalente à celle de coût d’investissement.
Valeur d’acquisition
Dans un bilan d’entreprise, la valeur nette d’une installation est sa valeur
comptable (valeur comptable restante). Celle-ci correspond à la valeur
d’acquisition diminuée de la totalité des amortissements déjà réalisés.
Valeur nette
La valeur de renouvellement d’une installation ou de tout autre bien acquis
par investissement doit se calculer au moment du remplacement en tenant
compte des récents développements techniques et de l’évolution des prix. La
valeur de renouvellement est en règle générale bien plus élevée que la valeur
initiale d’acquisition.
Valeur de
renouvellement
Au terme de la vie économique d’une installation (investissement) subsiste la
valeur de liquidation (ou valeur restante).
Valeur de liquidation
Valeur restante
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Preuve de rentabilité
2.3/1
2.3 Preuve de rentabilité
Les investissements doivent présenter un bénéfice optimal doublé d’une prise
de risque minimale. Les projets d’investissement doivent faire l'objet, au stade
de la conception, d'une analyse de rentabilité. On y distingue les formes
d’investissement suivantes:
Analyse de rentabilité
•
Les investissements d’entreprise concernent la participation à d’autres
entreprises, l’élargissement de la gamme de produits ou l’augmentation
substantielle de la production. De tels stratégies d'investissements nécessitent une décision d'entreprise ne relevant que partiellement d’une l’analyse
de rentabilité.
Investissements
d’entreprise
•
Les investissements de productivité destinés à améliorer la productivité ou
la qualité du produit. De tels investissements opérationnels doivent être
décidés sur la base de démonstrations de rentabilité.
Investissements
de productivité
La nécessité et les conditions d'une analyse de rentabilité pour l'entreprise
dépendent du type d’investissement prévu. Exemples:
•
Les investissements de remplacement sont nécessaires pour des
machines et appareils indispensables à l’exploitation, et qui sont défectueux ou usés. Si aucune amélioration technique où d’exploitation n'en
résulte, les analyses de rentabilité ne servent qu’à déterminer l’offre la
meilleur marché.
•
Les investissements obligatoires résultant de prescriptions légales ou
d'exigences des autorités, comme par exemple le raccordement à une
station d’épuration, la réduction d’émissions polluantes, des mesures
de sécurité, etc. Dans ce cas, les analyses de rentabilité peuvent contribuer à identifier les solutions économiquement les plus favorables.
•
Les investissements de rationalisation servent à réduire les coûts sans
réduire la production, comme par exemple en diminuant les pertes de
production, la consommation d’énergie ou en automatisant des processus de fabrication. Ces investissements sont des cas classiques pour
les analyses de rentabilité.
•
Les investissements de renouvellement permettent l’introduction de
procédés et de techniques nouvelles ou améliorées. Leur rentabilité sera
toujours soigneusement examinée.
•
Les investissements d’extension: l’augmentation de la production ou
l’introduction de nouveaux produits nécessitent une décision d’entreprise. Dans ce cas les analyses de rentabilité se limitent à la comparaison entre divers procédés ou entre des variantes d'exécution.
Une justification de rentabilité d’un investissement est une comparaison
entre les coûts des investissement obligatoires et les avantages attendus
par l'entreprise.
Analyse
coût - bénéfice
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.3/2
Rentabilité – Preuve de rentabilité
Détermination des coûts d’investissement
Les coûts d’investissement seront évalués de façon très complète sur la base
de cahiers de charges, de dossiers d'offres, de valeurs d'expérience et de plannings.
Aide-mémoire:
Planification:
• coût des travaux internes de conception (temps de travail, débours, etc.)
• frais des services externes de conseil et de conception
• coûts des procédures d’autorisation du projet, etc.
Exécution:
• frais internes de travail et de matériel
• livraisons externes de ma|ériel, d'équipements, de prestations
• réorganisations internes et pertes de production
• démarrage et rodage des installations
• frais de réception et de contrôle, etc.
Exploitation:
• frais d'exploitation de l'investissement
• frais d’entretien et de maintenance, service externe
• approvisionnement énergétique et protection de l’environnement
• sécurité et diminution des risques
• taxes, licences, autorisations, assurances, etc.
Finances:
• valeurs comptables restantes et produits de liquidation d’installations
n'étant plus utiles
• amortissement et intérêt des capitaux investis
• modifications des fonds de roulement
• réserves pour risques d’exploitation, etc.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Preuve de rentabilité
2.3/3
Opportunité d’un investissement
En matière d'investissements d'entreprises, le bénéfice est déterminé par la différence entre les coûts effectifs et les coûts prévisionnels, une fois les investissements réalisés:
Coûts effectifs
Coûts prévisionnels
Bénéfice (annuel) = Coûts effectifs – Coûts prévisionnels
Lors de l’analyse coûts-bénéfice, il faut tenir compte de quelques principes
de base:
Analyse coûts-bénéfice
Une analyse des coûts suppose une connaissance aussi précise que possible
des coûts effectifs, qui peuvent être tirés du compte d'exploitation.
Analyse des coûts
Pour les coûts prévisionnels doit être posée la question de savoir quels coûts
seront modifiés par l'investissement, et dans quelle mesure.
Coûts prévisionnels
Des économies sous forme d’heures de travail des collaborateurs ne peuvent
être considérées comme des économies de coûts que si elles provoquent des
économies réelles de salaires ou si des heures de travail libérées peuvent être
transférées à d’autres postes. Exemple: la mise en service d'une régulation
moderne de chauffage permet de réduire les frais d’entretien d’environ
100heures par an; le collaborateur précédemment responsable de ce travail,
au lieu d’être congédié, sera engagé dans un autre secteur de l’entreprise.
Economie de coûts
Des facteurs de coûts importants tels que les prix du marché, le renchérissement, les taux d’intérêt, les prix de l’énergie, etc., changent constamment et
sont imprévisibles à long terme. La détermination des coûts futurs devient
d’autant plus compliquée et incertaine que l’évaluation porte sur une plus
longue période. Pour une entreprise, il est par conséquent plus fiable d'effectuer des évaluations réfléchies et plausibles de coûts ainsi que de rentabilité
sur une durée d'utilisation prévisible plutôt que des calculs complexes à très
long terme.
Facteurs de coûts
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.3/4
Rentabilité – Preuve de rentabilité
Durée de vie d’un investissement
La rentabilité d’un investissement dépend également de sa durée de vie, une
durée liée à la nature de cet d’investissement:
Investissements
d’infrastructure
•
Les investissements d’infrastructure, comme par exemple les installations
pour l’alimentation en énergie ou en fluides, les installations de transport et
de circulation, etc., sont normalement planifiés pour durer aussi longtemps
que l’installation et ses composants. La rentabilité de tels investissements
n'est pas déterminée uniquement par les coûts directs d’investissement. Il
faut aussi tenir compte des coûts d’entretien des installations dont la durée
effective d’utilisation doit être évaluée avec les fournisseurs.
Investissements de
production
•
Lors d’investissements de production, effectués dans des installations de
production pour améliorer la productivité et la qualité, il ne faut pas considérer la durée de vie probable des composants, mais la durée d’utilisation
escomptée, laquelle dépend:
• du développement technologique: des installations en bon état de marche
doivent être changées parce qu'elles sont dépassées techniquement (c’està-dire trop coûteuses);
• de la durée d’utilisation de l’installation de production.
Frais d'entretien
RAVEL-Manuel de l’industrie
Dans toute estimation de rentabilité, les frais d’entretien et de maintenance
doivent naturellement être pris en considération pour l'ensemble de la durée
de fonctionnement.
Rentabilité – Evaluations de rentabilité
2.4/1
2.4 Evaluations de rentabilité
Règles pratiques pour des évaluations de rentabilité, en sept étapes:
Première étape: établir le cahier de charges
• Il faut d’abord définir dans un cahier des charges les buts, les exigences,
les conditions d’exploitation ainsi que les conditions de mise en service, et
cela même pour de petits projets.
• Des projets mal définis peuvent coûter cher. Il est important d’attribuer à
tous les paramètres d’exploitation des valeurs réalistes, qui devront être
constamment examinées et ajustées au cours des études.
Cahier de charges
Deuxième étape: fixer la procédure
Les coûts internes pour la planification et les études (P, salaires inclus), les
frais externes d’acquisition (F) et les bénéfices annuels (B) des projets d’investissement seront estimés sommairement selon les prix actuels. La décision
s’ensuivra en fonction des paramètres suivants:
à réaliser aussi vite que possible
• P + F <<B
P
<
B
et
F
≥
B
analyser
la rentabilité
•
P
+
F>>
B
à
oublier
au fond du tiroir
•
Procédure de décision
Troisième étape: déterminer les coûts d’investissement
• Etablir une check-list (voir p. 2.3/2).
• Evaluer les dépenses aux prix actuels d’après des valeurs d’expérience et
des offres.
• Prendre en considération les risques possibles (points névralgiques?).
• Prendre en compte l’infrastructure nécessaire (par exemple moyen de transport, alimentation en fluides, protection de l’environnement).
• Il vaut la peine de rester réaliste dans l’évaluation des coûts.
• Un montant de réserve pour «imprévus», pouvant atteindre 10% de la
somme globale est admissible (un pourcentage plus important donne à penser que la planification est insuffisante).
Quatrième étape: déterminer les frais annuels d’exploitation
• Déterminer au moyen des dépenses d’exploitation comptabilisées les coûts
relatifs au projet d’investissement.
• Définir quelle partie de ces coûts est directement ou indirectement déterminante pour le projet.
• Ne pas oublier, lors de la prise en compte de coûts spécifiques (par exemple
Fr./l, Fr./pièce), qu’ils sont susceptibles de varier durant le projet.
• Contrôler tous les frais pour voir si et de combien ils peuvent être modifiés
par le projet d’investissement.
• Etre de bonne foi lors de l’évaluation du bénéfice.
• Pour des investissements à longue échéance (par exemple équipement
d’infrastructure), calculer les frais annuels d’exploitation avec un taux
d’accroissement (voir facteurs de valeur moyenne).
Frais d’exploitation
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.4/2
Rentabilité – Evaluations de rentabilité
Dépenses pendant la
durée d'utilisation
Cinquième étape: évaluer les dépenses pendant la durée d’utilisation
• Déterminer une durée réaliste d’utilisation des équipements.
• Calculer les frais totaux, c’est-à-dire les frais d’investissement plus la
somme des frais annuels (maintenance et entretien, etc.) pendant la durée
d’utilisation, afin de disposer d’offres techniquement comparables. L’offre
la plus rentable est celle représentant les coûts totaux les moins élevés.
• Lorsque l’investissement est de longue durée (par exemple investissements
d’infrastructure d’une durée minimum de cinq ans), les frais annuels du
capital investi devraient être calculés selon la méthode des annuités.
Analyse de sensibilité
Sixième étape: analyse de sensibilité
Dans le cas où la durée d’utilisation est plutôt longue, il faut soumettre les
hypothèses adoptées à une analyse de sensibilité. La demande est décrite plus
en détail dans la brochure indiquée (voir citation bibliographique).
Littérature: Müller A., Walter F.,
«RAVEL, un investissement
futé!»
Office fédéral des questions
conjoncturelles, OCFIM,
3000 Berne,
N° de com.: 724.397.42.01 f
Contrôle
d’investissement
RAVEL-Manuel de l’industrie
Septième étape: contrôle d’investissement
• Après la réalisation de chaque investissement, il faut examiner si les exigences techniques fixées sont remplies, si les frais d’investissement sont
respectés et si la rentabilité espérée est atteinte.
• Les contrôles d’investissement n’ont pas pour but de rechercher des coupables, mais de faire ressortir les mauvaises estimations, de donner des indications sur des possibilités d’amélioration et d’augmenter le «know-how»
de l’entreprise.
Rentabilité – Critères de rentabilité
2.5/1
2.5 Critères de rentabilité
La méthode du pay-back est la méthode la plus simple et la plus utilisée dans
l’industrie pour déterminer la rentabilité d’un investissement.
Pay-back =
frais d’investissement
[en mois, années]
profit annuel
Pay-back
Durée
d'amortissement
La durée de pay-back indique en combien d’années les frais d’investissements
seront remboursés par les économies réalisées au travers des investissements
consentis. Les économies de coûts annuels (profit annuel) sont calculées aux
prix actuels, sans tenir compte du renchérissement (méthode statique).
Exemple
Coûts d’investissement
Economie de dépenses
Durée de pay-back
=
=
=
45 800 Fr.
17 600 Fr./an (profit annuel)
2,6 ans
La rentabilité ou le «return of investment» (ROI) est le rapport entre le bénéfice et les capitaux investis:
ROI =
bénéfice annuel
capitaux investis annuellement
Taux de retour
Return of investment
Le recours à un capital pour un investissement est rentable si le bénéfice annuel
est plus élevé que les frais annuels de capital (intérêts et amortissement) du
capital investi.
La méthode des annuités convient avant tout pour des investissements de
longue durée. Les frais annuels du capital peuvent être calculés comme une
annuité au montant annuel constant.
Méthode des annuités
Lors de l’investissement d’un capital C (Fr.) à un taux d’intérêt i (%) échelonné sur n (années), on obtient l’annuité An.
An = an · C
Annuité
Le facteur d’annuité an peut être lu sur une table ou, pour des calculs approximatifs et rapides, déterminé par la formule approximative suivante:
an = (i/2) + (100/n) (%)
Facteur d’annuité
Dans l’évaluation de rentabilité, les frais, qui vont probablement croître, seront
pourvus d’un facteur moyen (voir tableau des facteurs moyens).
Si le bénéfice annuel est plus grand que les frais annuels, on peut en déduire
que le projet d’investissement est rentable.
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.5/2
Rentabilité – Critères de rentabilité
Tableau A: facteurs d’annuité
Durée d’utilisation
en années
Taux d’intérêt
1.0%
2.0%
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
10.0%
15.0%
20.0%
1
2
3
4
5
1.010
0.508
0.340
0.256
0.206
1.020
0.515
0.347
0.263
0.212
1.030
0.523
0.354
0.269
0.218
1.040
0.530
0.360
0.275
0.225
1.050
0.538
0.367
0.282
0.231
1.060
0.545
0.374
0.289
0.237
1.070
0.553
0.381
0.295
0.244
1.080
0.561
0.388
0.302
0.250
1.090
0.568
0.395
0.309
0.257
1.100
0.576
0.402
0.315
0.264
1.150
0.615
0.438
0.350
0.298
1.200
0.655
0.475
0.386
0.334
6
7
8
9
10
0.173
0.149
0.131
0.117
0.106
0.179
0.155
0.137
0.123
0.111
0.185
0.161
0.142
0.128
0.117
0.191
0.167
0.149
0.134
0.123
0.197
0.173
0.155
0.141
0.130
0.203
0.179
0.161
0.147
0.136
0.210
0.186
0.167
0.153
0.142
0.216
0.192
0.174
0.160
0.149
0.223
0.199
0.181
0.167
0.156
0.230
0.205
0.187
0.174
0.163
0.264
0.240
0.223
0.210
0.199
0.301
0.277
0.261
0.248
0.239
11
12
13
14
15
0.096
0.089
0.082
0.077
0.072
0.102
0.095
0.088
0.083
0.078
0.108
0.100
0.094
0.089
0.084
0.114
0.107
0.100
0.095
0.090
0.120
0.113
0.106
0.101
0.096
0.127
0.119
0.113
0.108
0.103
0.133
0.126
0.120
0.114
0.110
0.140
0.133
0.127
0.121
0.117
0.147
0.140
0.134
0.128
0.124
0.154
0.147
0.141
0.136
0.131
0.191
0.184
0.179
0.175
0.171
0.231
0.225
0.221
0.217
0.214
16
17
18
19
20
0.068
0.064
0.061
0.058
0.055
0.074
0.070
0.067
0.064
0.061
0.080
0.076
0.073
0.070
0.067
0.086
0.082
0.079
0.076
0.074
0.092
0.089
0.086
0.083
0.080
0.099
0.095
0.092
0.090
0.087
0.106
0.102
0.099
0.097
0.094
0.113
0.110
0.107
0.104
0.102
0.120
0.117
0.114
0.112
0.110
0.128
0.125
0.122
0.120
0.117
0.168
0.165
0.163
0.161
0.160
0.211
0.209
0.208
0.206
0.205
25
30
35
40
50
0.045
0.039
0.034
0.030
0.026
0.051
0.045
0.040
0.037
0.032
0.057
0.051
0.047
0.043
0.039
0.064
0.058
0.054
0.051
0.047
0.071
0.065
0.061
0.058
0.055
0.078
0.073
0.069
0.066
0.063
0.086
00.081
0.077
0.075
0.072
0.094
0.089
0.086
0.084
0.082
0.102
0.097
0.095
0.093
0.091
0.110
0.106
0.104
0.102
0.101
0.155
0.152
0.151
0.151
0.150
0.202
0.201
0.200
0.200
0.200
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rentabilité – Critères de rentabilité
2.5/3
Tableau B: facteurs moyens
Taux d’intérêt appliqué: 1 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 2 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 3 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 4 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 5 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Augmentation de prix
-2.0%
-1.0%
0.0%
1.0%
2.0%
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
0.942
0.898
0.857
0.810
0.785
0.754
0.971
0.947
0.925
0.904
0.884
0.865
1.000
1.000
1.000
1.000
1.000
1.000
1.030
1.056
1.082
1.108
1.135
1.162
1.061
1.115
1.172
1.231
1.294
1.359
1.093
1.178
1.270
1.370
1.479
1.598
1.126
1.245
1.378
1.529
1.698
1.889
1.159
1.315
1.497
1.708
1.955
2.244
1.194
1.391
1.627
1.913
2.259
2.679
Augmentation de prix
-1.0%
0.0%
1.0%
2.0%
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
0.971
0.948
0.927
0.907
0.889
0.872
1.000
1.000
1.000
1.000
1.000
1.000
1.030
1.055
1.080
1.105
1.129
1.154
1.061
1.113
1.167
1.223
1.281
1.339
1.092
1.175
1.263
1.357
1.457
1.564
1.125
1.241
1.368
1.509
1.664
1.836
1.158
1.310
1.484
1.682
1.908
2.166
1.192
1.384
1.610
1.877
2.194
2.569
1.227
1.462
1.749
2.099
2.530
3.060
Augmentation de prix
0.0%
1.0%
2.0%
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
1.000
1.000
1.000
1.000
1.000
1.000
1.030
1.054
1.078
1.101
1.124
1.146
1.060
1.111
1.163
1.215
1.268
1.320
1.092
1.172
1.256
1.344
1.436
1.531
1.124
1.237
1.359
1.490
1.632
1.784
1.157
1.305
1.471
1.655
1.861
2.091
1.191
1.378
1.593
1.842
2.130
2.463
1.226
1.454
1.727
2.054
2.446
2.915
1.261
1.536
1.875
2.295
2.817
3.467
Augmentation de prix
1.0%
2.0%
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
1.030
1.053
1.076
1.098
1.118
1.138
1.060
1.110
1.159
1.208
1.256
1.302
1.091
1.170
1.250
1.332
1.415
1.499
1.123
1.233
1.349
1.472
1.600
1.735
1.156
1.300
1.458
1.630
1.817
2.019
1.190
1.371
1.577
1.808
2.069
2.363
1.224
1.446
1.707
2.010
2.365
2.778
1.260
1.526
1.849
2.239
2.712
3.283
1.296
1.611
2.005
2.499
3.118
3.896
Augmentation de prix
2.0%
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
10.0%
1.060
1.108
1.155
1.200
1.244
1.285
1.091
1.167
1.243
1.319
1.395
1.469
1.122
1.229
1.340
1.454
1.570
1.688
1.155
1.295
1.445
1.605
1.774
1.952
1.180
1.365
1.560
1.775
2.011
2.268
1.223
1.439
1.686
1.968
2.288
2.650
1.258
1.517
1.824
2.186
2.611
3.111
1.294
1.600
1.974
2.432
2.990
3.669
1.331
1.688
2.139
2.711
3.433
4.347
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.5/4
Rentabilité – Critères de rentabilité
Taux d’intérêt appliqué: 6 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 7 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 8 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 10 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
Taux d’intérêt appliqué: 15 %
Durée d’utilisation en années
5
10
15
20
25
30
RAVEL-Manuel de l’industrie
Augmentation de prix
3.0%
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
10.0%
11.0%
1.090
1.164
1.237
1.308
1.376
1.440
1.121
1.225
1.331
1.436
1.541
1.644
1.154
1.290
1.433
1.581
1.733
1.888
1.187
1.359
1.544
1.744
1.956
2.179
1.221
1.431
1.666
1.927
2.215
2.529
1.256
1.508
1.799
2.134
2.516
2.950
1.292
1.589
1.945
2.368
2.868
3.458
1.328
1.675
2.104
2.632
3.279
4.072
1.366
1,766
2.278
2.930
3.760
4.815
Augmentation de prix
4.0%
5.0%
6.0%
5.0%
8.0%
9.0%
10.0%
11.0%
12.0%
1.121
1.222
1.322
1.419
1.514
1.603
1.153
1.285
1.421
1.558
1.694
1.829
1.186
1.353
1.529
1.713
1.903
2.097
1.219
1.424
1.647
1.888
2.145
2.418
1.254
1.499
1.776
2.085
2.426
2.802
1.290
1.579
1.916
2.306
2.754
3.263
1.326
1.663
2.069
2.559
3.135
3.818
1.363
1.752
2.237
2.838
3.579
4.489
1.401
1.846
2.420
3.156
4.099
5.299
Augmentation de prix
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
10.0%
11.0%
12.0%
1.120
1.218
1.313
1.403
1.488
1.565
1.152
1.281
1.409
1.536
1.658
1.774
1.184
1.347
1.514
1.684
1.853
2.021
1.218
1.416
1.628
1.850
2.080
2.314
1.252
1.490
1.752
2.037
2.342
2.665
1.288
1.568
1.888
2.247
2.646
3.084
1.324
1.651
2.036
2.484
2.999
3.586
1.361
1.738
2.197
2.750
3.410
4.190
1.398
1.830
2.373
2.050
3.888
4.918
Augmentation de prix
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
10.0%
11.0%
12.0%
1.118
1.211
1.296
1.373
1.440
1.497
1.150
1.271
1.387
1.494
1.590
1.676
1.182
1.335
1.485
1.629
1.763
1.886
1.215
1.402
1.592
1.780
1.961
2.122
1.249
1.473
1.708
1.948
2.189
2.425
1.283
1.548
1.835
2.137
2.451
2.771
1.319
1.627
1.972
2.349
2.754
3.182
1.355
1.711
2.122
2.587
3.105
3.673
1.393
1.799
2.285
2.854
3.511
4.259
Augmentation de prix
4.0%
5.0%
6.0%
7.0%
8.0%
9.0%
10.0%
11.0%
12.0%
1.114
1.195
1.259
1.308
1.344
1.369
1.145
1.250
1.337
1.406
1.457
1.495
1.176
1.308
1.421
1-513
1.584
1.638
1.208
1.369
1.512
1.632
1.738
1.803
1.240
1.434
1.610
1.763
1.890
1.993
1.274
1.502
1.716
1.908
2.074
2.212
1.308
1.573
1.831
2.070
2.283
2.468
1.343
1.648
1.955
2.249
2.521
2.765
1.379
1.728
2.090
2.449
2.793
3.113
Rentabilité – Critères de rentabilité
2.5/5
Exemple
Installation de récupération de chaleur (RC)
Hypothèses:
Investissement:
Taux d’intérêt:
Durée d’utilisation:
Augmentation moyenne annuelle du prix de l’énergie:
60 kFr.
6%
10 ans
5%
Facteur d’annuité an = 6/2 + 100/10 = 13 % ou: 0,136
(valeur donnée par le tableau)
Frais annuels:
Frais de capital:
Frais supplémentaires d’exploitation:
Frais supplémentaires d’électricité:
Total:
Bénéfice annuel:
Economie de frais de mazout:
Total:
0,13 · 60 = 7,8 kFr.
3 kFr.
11 · 1,3 (facteur
moyen) = 14,3 kFr.
25,1 kFr.
30 kFr. · 1,3 (facteur
moyen) = 39 kFr.
39 kFr.
Le bénéfice annuel (39 kFr.) est plus élevé que les frais annuels (25,1 kFr.).
L’investissement est donc rentable.
Notions d’intérêt
L’intérêt est le prix à payer pour la sollicitation du capital. Suivant sa provenance (capital emprunté ou propre), on parle d’intérêt du capital emprunté ou
du capital propre.
Intérêt
On désigne par intérêt imputé les coûts d’intérêts appliqués dans le cadre de Intérêt imputé
calculs d’investissements ou de rentabilité. Ils se différencient en règle générale des taux d’intérêt apparaissant dans les comptes de résultats d’exploitation. Le capital déterminant pour le calcul de l’intérêt comprend non seulement
le capital emprunté, mais aussi la part de l’investissement financée par le capital propre. Le capital immobilisé est égal au montant de l’investissement (coût
d’acquisition) moins la somme des amortissements déjà réalisés.
Le taux d’intérêt des capitaux engagés correspond au taux unitaire pratiqué
pour les calculs d’investissement ou de rentabilité. En principe, le taux d’intérêt des capitaux engagés est le taux d’intérêt minimal attendu d’un investissement projeté. Si le rendement effectif du capital investi est plus élevé, on
considère alors que le projet d’investissement est rentable. Dans le cas
contraire, il est considéré comme non rentable.
Taux d’intérêt
des capitaux engagés
Les entreprises ont souvent recours au taux d’intérêt des capitaux engagés pour
la calculation lors de mesures spécifiques de production. En pratique, la plupart
des entreprises travaillent avec un taux résultant d’un mélange entre les taux
d’intérêt du capital propre et celui du capital emprunté. Pour le capital propre,
on choisit un taux d’intérêt plus élevé, tenant compte du risque d'entreprise, de
sorte que le taux d’intérêt utilisé est supérieur à l’intérêt hypothécaire (en 1991
environ 81/2 % + 1 à 2 %, ou davantage, lors de projets à très haut risque).
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.5/6
Rentabilité – Critères de rentabilité
Intérêt réel
L’intérêt réel représente le taux englobant l’influence du renchérissement
(inflation). Il équivaut approximativement à la différence entre le taux d’intérêt (intérêt nominal) et le taux de renchérissement général (taux d’inflation).
Bibliographie complémentaire:
• Müller A., Walter F.,
«RAVEL, un investissement
futé», Office fédéral des questions conjoncturelles, OCFIM,
3000 Berne,
N° de com.: 724.397.42.01 f
• R. Leemann,
«L’électricité à bon escient»,
appendice: Rentabilité, pp. 303321, Office fédéral des questions
conjoncturelles, (1993), OCFIM,
3000 Berne,
N° de com.: 724.302 f
• Les installations techniques
dans la planification intégrale,
Vol. A, chapitre 7: rentabilité,
Office fédéral des questions
conjoncturelles, (1987), OCFIM,
3000 Berne,
N° de com.: 724.608 f/1
• Winje D., Witt D., (1991)
«Energiewirtschaft»
Handbuchreihe Energieberatung/
Energiemanagement, Vol. II,
Verlag TÜV, Rheinland GmbH,
Cologne
RAVEL-Manuel de l’industrie
Exemple: pour un taux d’intérêt de 7 % et un taux d’inflation de 5 %, l’intérêt réel est de 2 %.
%
8
6
4
2
0
75
80
85
90
Année
Taux d'inflation
Intérêt hypothécaire
3
Approvisionnement
énergétique
3.1
Vue d’ensemble sur les agents
énergétiques
3.2
Electricité
Production d’électricité
L’électricité en Suisse
Lois, adresses
3.3
Produits pétroliers
Gisements
Composition
Raffinage du pétrole
Le pétrole en Suisse
Transport et stockage
Stockage réglementaire
Propriétés de divers produits pétroliers
Lois, adresses
3.4
3.3/1
3.3/2
3.3/3
3.3/4
3.3/6
3.3/8
3.3/9
3.3/10
Gaz naturel
Gisements
Composition
Le gaz naturel en Suisse
Transport et stockage
Mesure des quantités de gaz
Propriétés du gaz naturel en Suisse
Lois, adresses
3.5
3.2/1
3.2/14
3.2/18
3.4/1
3.4/2
3.4/3
3.4/5
3.4/6
3.4/7
3.4/8
Charbon
Gisements
Composition (valeurs moyennes)
Préparation du charbon
Le charbon en Suisse
Propriétés du charbon
Lois, adresses
3.6
Chaleur à distance
3.7
Bois
3.8
Energie solaire
Rayonnement
Utilisation
3.5/1
3.5/2
3.5/3
3.5/4
3.5/4
3.5/5
3.8/1
3.8/2
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Vue d’ensemble sur les agents énergétiques
3
3.1/1
Approvisionnement
énergétique
3.1 Vue d’ensemble
sur les agents énergétiques
Les chapitres 3.2 à 3.8 concernent les agents énergétiques les plus importants
en Suisse, à savoir:
• les produits pétroliers
• l’électricité
• le gaz naturel
• le charbon
• la chaleur à distance
• le bois
• l’énergie solaire
Informations supplémentaires:
«L’énergie, son importance
pour l’économie»,
RAVEL -Industrie,
N° de com.: 724.316 f;
OCFIM, 3000 Berne
Les chaînes de transformation de l’énergie sont présentées dans la suite de
l’ouvrage (voir aussi le chapitre 1.4: Pertes de transformation). La transformation et l’utilisation de l’énergie dans l’entreprise font l’objet du chapitre 4:
Emploi de l’énergie dans l’entreprise.
Répartition mondiale de la consommation des agents énergétiques
primaires, de 1925 à 1990
Pétrole
Gaz naturel
Charbon
Force hydraulique
Energie nucléaire
*
Monde
1925
[%]
13
3
83
1
—
100
1950
[%]
27
10
61
2
—
100
1970
[%]
44
18
32
6
0
100
1990
[%]
38
22
27
7
6
100
plus bois (1,5%), chaleur à distance (1,5%), déchets industriels (1%)
CH
1990
[%]
64
9
2
12
9
96 *
Source:
BP Statistical Review of
World Energy 1991
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.1/2
Approvisionnement énergétique – Vue d’ensemble sur les agents énergétiques
Evolution de la consommation d’énergie finale en Suisse
de 1910 à 1991 par agent énergétique
TA
1 000 000
A
800 000
B
C
600 000
D
400 000
200 000
Source:
Statistique globale
suisse de l’énergie
(publiée annuellement par
l’Office fédéral de l’énergie)
E
F
G
H
A
B
C
D
E
Chaleur à distance*
Electricité
Gaz
Carburants
F
G
H
1990
1980
1970
1960
1950
1940
1930
1920
1910
0
Combustibles
Déchets industriels*
Charbon
Bois
* Relevé pour la première fois en 1978
Consommation d’énergie finale en Suisse en 1991 selon les secteurs
Total
Ménages
Industrie
[div.]
[TJ]
[%]
[%]*
[%]*
Produits pétroliers
12,7 Mio. t
530370
64,2
29
8
Electricité
47,6 TWh
171310
20,7
29
Gaz
22,1 TWh
79620
9,6
Charbon
452000 t
12560
Bois
1,49 Mio. t
Chaleur à distance
3360 GWh
Déchets industriels
Total
Source:
Statistique globale
suisse de l’énergie
(publiée annuellement par
l’Office fédéral de l’énergie)
RAVEL-Manuel de l’industrie
Artisanat
Agriculture
Services
[%]*
Transports Total
[%]*
[%]*
16
47
100
32
34
5
100
41
39
20
—
100
1,5
6
94
—
—
100
13060
1,6
67
23
10
—
100
12090
1,5
43
19
38
—
100
7850
0,9
—
100
—
—
100
31
18
20
31
100
826860
100
* Les pourcentages se rapportent à la part de l’agent correspondant à l’énergie consommée
dans un secteur donné.
Approvisionnement énergétique – Vue d’ensemble sur les agents énergétiques
3.1/3
Répartition de la demande d’électricité en Suisse selon les secteurs et le type d’utilisation en 1990
Total
Installations
du bâtiment
Production
industrielle
Prestations
de services
Installations
domestiques
Transports
Total
100%
Chaleur
37%
Force
33%
Lumière
11%
25%
7%
8%
10%
30%
8%
19%
14%
8%
2%
24%
7%
12%
2%
Appareils
14%
Divers
5%
3%
2%
2%
12%
4%
1%
Source: RAVEL
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/1
3.2 Electricité
L’électricité est un agent énergétique secondaire, produit par des agents énergétiques primaires (force hydraulique, combustibles nucléaires ou fossiles,
vent, biomasse, énergie solaire, etc.)
Production d’électricité
Eau
Pétrole
Gaz naturel
Charbon
Centrales hydroélectriques
Agents énergétiques fossiles
Déchets
Centrales thermiques
Biogaz
Bois
Electricité
Energie nucléaire
Energie solaire
Vent
Centrales éoliennes
Energie solaire
Photopiles
Des pertes ont lieu lors de la production d’électricité. Le rendement dépend
du type de production et de la taille des installations.
Pertes
de transformation
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/2
Approvisionnement énergétique – Electricité
Rendement net des installations de production de courant (Etat 1991)
100
Rendement électrique net
%
80
Centrales hydroélectriques
60
Installations de couplage
chaleur-force compactes
40
20
Modules
de cellules
solaires
0
10 W
Gaz,
mazout
Charbon
Centrales
éoliennes
Monocristaux, multicristaux
Energie
nucléaire
Centrales de
turbines à gaz
Centrales
photovoltaïques
amorphe
Source:
VDI-GET Jahrestagung 90,
Darmstadt
Centrales
Centrales combinées thermiques
à vapeur
100 W
1 kW
10 kW
Tour solaire
Ferme solaire
100 kW
1 MW
Centrales thermiques
solaires
10 MW
100 MW 1000 MW
Puissance électrique nominale de la centrale (puissance moyenne de tranche)
Pour différents besoins spécifiques (charge de base ou de pointe) et tailles
d’installations correspondent des techniques de coûts d’investissement et
d’exploitation variables.
Données caractéristiques des divers types de centrales (Etat 1991)
Type
d’installation
Investissement
spécifique
[Fr./kW]
Durée de
Rendement
Combustible
construction nette
de l’installation
(sans planification ni
procédures d’autorisation
[années]
[%]
Adapté
pour
Temps de
démarrage
à froid jusqu’à
pleine charge
[heures]
Centrale
hydro-électrique
2500-3500
3-5
(environ 80)
«soleil»
charge de base
ou de pointe
1/10-1/4
Centrale nucléaire
avec réacteur à eau
sous pression ou à
eau bouillante
uranium
charge de base
30-50
charbon
charge de base
à moyenne
5-8
3000-4000
6-8
30-40
Centrale thermique
à vapeur avec
installation de
désulfuration des gaz
sans installation de
désulfuration des gaz
1500-2200
4 (à 6)
37
1200-1800
3 (à 5)
40
Centrale de
turbines à gaz
450-750
1-2
28-32
gaz naturel,
combustible
liquide
charge de
pointe
1/4
Centrale combinée
700-1200
2-3
45-52
gaz naturel,
combustible
liquide
charge de base
à moyenne
1/2-21/2
Centrale thermique à
vapeur avec couplage
chaleur-force et
installation de
désulfuration des gaz
1600-2300
2-4
70-85
Centrale combinée
730-1250
2-3
Gazéification du
charbon avec
centrale combinée
1750-2500
3-4
RAVEL-Manuel de l’industrie
charbon, bois,
gaz naturel,
combustibles
liquides
5-8
charge de base
1/2-21/2
38,5
charbon
charge de base
70
Source: ABB
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/3
Centrales hydroélectriques
Dans les centrales hydroélectriques on utilise des turbines pour transformer
l’énergie potentielle ou cinétique de l’eau en énergie mécanique pour actionner des générateurs.
Turbines
La puissance dépend du débit d’eau et de la hauteur de chute. Les rendements
sont généralement situés entre 80 et 90%.
Turbine Francis
Turbine Kaplan
Turbine Pelton
Turbine Francis
Turbine Kaplan
Turbine Pelton
Types de turbines: caractéristiques et domaines d’utilisation
Système
Quantité d’eau
Hauteur de chute
[m]
Application
Turbine Pelton
petite
100 à 1800
Centrales haute pression
Turbine Francis
moyenne
50 à 700
Centrales haute et
moyenne pression
Turbine Kaplan
grande
2 à 50
Centrales basse pression
Turbine bulbe
grande
2 à 30
Centrales basse pression
La turbine bulbe est une turbine Kaplan horizontale.
Turbine bulbe
Les centrales hydroélectriques au fil-de-l’eau n’ont pas ou peu de réserves
d’eau. Leur production de courant dépend donc du débit momentané de l’eau.
Des centrales au fil-de-l’eau typiques sont les centrales de rivières.
Centrales au
fil-de-l’eau
Centrales de rivières
Les barrages à accumulation (haute pression) servent avant tout à couvrir les
pointes de charge. L’eau est conduite, au moyen d’une conduite forcée, d’un
bassin de retenue à la turbine. L’élimination des coups de bélier qui se produisent lors de l’arrêt brusque des turbines est assurée par une chambre d’équilibre.
Barrages
hydroélectriques
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/4
Approvisionnement énergétique – Electricité
Centrale à haute-pression
Bassin de retenue
ée
c
or
f
te
ui
nd
Co
Hauteur de chute brute
Chambre d’équilibre
Turbine
Centrale électrique
de pompage à
accumulation
Dans une centrale hydroélectrique de pompage à accumulation, c’est surtout
pendant les périodes de faible demande (la nuit) que de l’eau est pompée, d’un
cours d’eau ou d’un bassin d’accumulation dans un réservoir surélevé. Cette
énergie est alors disponible le jour comme énergie de pointe.
Fonctionnement en turbinage
RAVEL-Manuel de l’industrie
Fonctionnement en pompage
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/5
Centrales thermiques
Dans les centrales thermiques, l’énergie investie est d’abord transformée en
énergie calorifique puis ensuite, par des machines thermiques, en énergie
mécanique de rotation pour l’entraînement de générateurs électriques.
Uranium
Energie solaire
Géothermie
Déchets
Charbon
Gaz naturel Mazout
Bois
Biogaz
Diesel
Gazéification
Brûleur/
combustion
Réacteur
Brûleur
Générateur
de vapeur
Compresseur
Vapeur
Gaz
Turbine à vapeur/
Moteur à vapeur
Turbine à gaz
Moteur à
combustion
G
3~
G
3~
G
3~
Chaleur Electricité
Chaleur Electricité
Chaleur Electricité
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/6
Approvisionnement énergétique – Electricité
Centrales thermiques à vapeur
La vapeur alimentant une turbine provient de la chaleur fournie par diverses
sources, telles que combustibles fossiles, fission nucléaire ou biomasse.
Centrale thermique à vapeur
2
3
1 Chaudière à vapeur
2 Turbine à vapeur
3 Générateur électrique
4 Condenseur
5 Pompe d’alimentation en eau
6 Circuit d’eau de
refroidissement
4
5
1
6
Etages de pression
La plupart des turbines sont divisées en plusieurs étages de pression. Pour une
turbine à vapeur à trois étages, on parle de partie à haute, moyenne et basse
pression.
Rendement global
Les centrales thermiques à vapeur atteignent un rendement global de 40%.
Centrale nucléaire
Les centrales nucléaires sont des centrales thermiques dans lesquelles le générateur de vapeur est chauffé par un réacteur nucléaire.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/7
Centrales à turbines à gaz
2
3
1
4
6
7
5
8
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Compresseur
Chambre de combustion
Turbine à gaz
Générateur électrique
Chaudière de récupération
Pompe de circulation
Echangeur de chaleur
Aspiration d’air
Rejet des gaz
9
Le rendement global d’installations de turbines à gaz atteint 25 à 35%.
Centrales combinées
Les centrales combinées sont constituées d’une unité génératrice à turbine à
gaz combinée avec une unité génératrice à turbine à vapeur. Les gaz de combustion à température élevée de la première unité servent à la production de
la vapeur utilisée dans la deuxième. Le rendement global atteint 52%. Gaz
naturel, fuel léger ou charbon gazéifié servent de combustible.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Centrale combinée
13
14
7
2
3
Compresseur
Chambre de combustion
Turbine à gaz
Générateur électrique
Chaudière de récupération
Aspiration d’air
Evacuation des gaz
d’échappement
Turbine à vapeur
Condenseur
Pompe d’alimentation
en eau
Circuit d’eau de
refroidissement
Condenseur avec
échangeur de chaleur
Pompe de circulation
Consommateur de chaleur
8
4
4
1
9
10
11
5
12
6
13
14
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/8
Approvisionnement énergétique – Electricité
Installations de couplage chaleur-force (CCF)
Installations de
couplage chaleur-force
Production prioritaire
de chaleur
Production prioritaire
d’électricité
Rendement global
Les installations de couplage chaleur-force produisent de façon combinée de
la chaleur et du courant électrique.
• Les installations à production prioritaire de chaleur servent avant tout à la
production de chaleur. Le régime de fonctionnement est dicté par les
besoins de la production de chaleur (en fonction de la température extérieure).
• Les installations à production prioritaire d’électricité servent avant tout à la
production d’électricité. Le régime de fonctionnement est dicté par les
besoins d’électricité.
Les rendements globaux calculés pour ces types d’installations partent de
l’hypothèse que l’électricité et la chaleur sont utilisées en même temps. Les
installations de couplage chaleur-force sont d’autant plus rentables que la
durée d’utilisation atteinte est élevée. La durée minimale d’utilisation ne
devrait pas descendre en dessous de 4000 h/an.
Installation de turbine à vapeur à contre-pression
2
3
5
4
1
1
2
3
4
5
6
7
RAVEL-Manuel de l’industrie
Générateur de vapeur
Turbine à vapeur
Générateur électrique
Pompe d’alimentation
Condenseur avec échangeur de chaleur
Pompe de circulation
Echangeur de chaleur
6
7
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/9
Installation de turbine à vapeur à soutirage/condensation
2
3
4
5
6
1
7
8
9
1
2
3
4
5
6
Chaudière à vapeur
Turbine à vapeur
Générateur électrique
Condenseur
Pompe d’alimentation d’eau
Circuit d’eau de
refroidissemnent
7 Condenseur avec échangeur
de chaleur
8 Pompe de circulation
9 Consommateur de chaleur
Les moteurs à combustion (moteurs diesel ou à gaz) sont les principaux agrégats utilisés pour des installations CCF de faible puissance. La récupération
de chaleur permet de faire passer le rendement d’utilisation du combustible
d’environ 30-40% en production d’électricité seule à environ 80-90% en production combinée.
Moteurs diesel/à gaz
Une installation de couplage chaleur-force compacte (CCFC) travaille selon
le principe décrit ci-dessus. Les composants moteur/turbine, générateur et
échangeur de chaleur sont assemblées en un «bloc» compact. Autres termes
pour CCFC: TOTEM (Total Energy Module).
Installation de couplage
chaleur-force compacte
Installation à énergie
totale TOTEM
Installation CCFC
4
8
3
2
11
1
12
13
5
6
7
1
2
3
4
Moteur diesel ou à gaz
Générateur électrique
Catalyseur
Echangeur de chaleur sur
les gaz d’échappement
9
5 Circuit d’eau de refroidissement
6 Echangeur de chaleur
d’eau de refroidissement
7 Entrée d’air
8 Evacuation des gaz d’échappement
10
9 Pompe de circulation
10 Vanne à 3 voies
11 Accumulateur de chaleur
12 Chaudière
13 Consommateur de chaleur
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/10
Approvisionnement énergétique – Electricité
Diagramme des flux d’énergie dans une installation CCFC
Energie mécanique
32%
Electricité 30%
Chaleur de refroidissement
du générateur 2%
Chaleur d'eau de
refroidissement
33%
Energie thermique
56%
Chaleur des gaz d’échappement 23%
Pertes par les gaz d’échappement 6%
Rayonnement du moteur 6%
Centrale
chaleur-force
Une centrale chaleur-force est une installation de production combinée de chaleur et d’énergie électrique de grande puissance, qui sert avant tout à la production de chaleur avec production auxiliaire de courant. La chaleur alimente
un réseau de chauffage à distance. Une centrale de chauffage, alimentée en
combustibles conventionnels (gaz naturel, mazout, ordures, etc.) sert exclusivement à la production de chaleur et ne produit donc pas de courant électrique.
Données techniques des installations CCF
Système
Pour puissances
électriques de
[MW]
Facteur
électrique
Combustible
α*
Rendement
global
«TOTEM»
0,015-0,2
0,5-0,8
gaz, mazout
0,5-0,9
Centrale chaleur-force compacte
0,1-1,2
0,5-0,8
gaz, mazout
0,5-0,9
Moteur Diesel industriel
1,1-30
0,9-1,1
gaz, mazout
0,7-0,8
Turbine à gaz et chaudière
de récupération
0,5-80
0,4-0,8
gaz, mazout
0,7-0,8
Turbine à vapeur à contre-pression
0,5-50
0,3-0,6
uranium,
charbon, mazout,
gaz, gaz d’échappement, biogaz
0,8-0,9
Turbine à soutirage/condensation
20-1000
0,35-0,6
uranium,
charbon, mazout,
gaz, gaz d’échappement, biogaz
0,4-0,8
Installation combinée gaz-vapeur
0,5-50
0,3-1,1
gaz, mazout
0,7-0,9
*
α: rapport entre la production d’énergie électrique et l’énergie de chauffage.
Dépend du type d’application (installation CCF à production prioritaire de courant ou de chaleur).
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/11
Centrales éoliennes
Pour que l’énergie éolienne puisse être utilisée, il est nécessaire que le vent
ait une vitesse d’au moins 4 à 5 m/s. C’est pourquoi les éoliennes s’implantent plutôt sur les côtes, les îles et les hauteurs de l’arrière-pays.
Vitesse du vent
Les convertisseurs d’énergie éolienne sont souvent installés en rangées, ou
alors rassemblés dans ce qu’on appelle des «fermes».
Convertisseur
d’énergie éolienne
Les éoliennes modernes transforment 20 à 25% de l’énergie cinétique du vent
en énergie électrique. Une installation éolienne de grandeur moyenne, on
nécessite une surface d’environ 4 m2 balayée par l’hélice pour générer 1 kW.
Rendement
La puissance d’une centrale éolienne dépend:
• de la vitesse du vent, dans une proportion qui varie avec le cube de cette
vitesse;
• du diamètre de l’hélice, dans une proportion qui varie avec le carré de ce
diamètre.
Puissance
Courbes caractéristiques de puissance d’un convertisseur d’énergie
éolienne (exemple)
5
v = 10 m/s
P en kW
4
3
8m/s
2
6m/s
1
4m/s
0
100
200
300
n en
400
500
min-1
P : puissance électrique
n : nombre de tours
ν : vitesse du vent
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/12
Approvisionnement énergétique – Electricité
Piles à combustible
Une pile à combustible peut être utilisée via un reformeur avec des combustibles solides, liquides ou gazeux. La pile transforme l’énergie chimique du
combustible directement en énergie électrique. Le rendement est situé entre
35 et 65%.
Exemple
Cathode: nickel fritté
Oxygène
Hydrogène
Anode: charbon poreux
Electrolyte: potasse caustique
concentrée
Tension: 1,23 V
Cathode
Anode
Electrolyte
Gaz
Electrolyte
Détail Z
Différents types de piles à combustible
RAVEL-Manuel de l’industrie
Procédé
Electrolyte
Combustible
Temp.°C
Avancement
AFC (alcalin)
potasse
caustique
H2/O2
80
prêt
SPFC
(Solid Polymer)
corps solide
H2/O2/air
80
prêt, en test
PAFC
(Phosphor Acid)
acide
phosphorique
gaz/air
200
prêt, en test
MCFC
(Molten Carbon)
carbonate
de potassium
gaz/air
650
en
développement
SOFC
(Solid Oxide)
oxyde de
zirconium
gaz/air
1000
en
développement
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/13
Cellules photovoltaïques
Pour convertir l’énergie solaire en énergie électrique on utilise des cellules
solaires. Elles se composent de couches semi-conductrices, généralement du
silicium, dans lesquelles la lumière solaire libère des électrons, porteurs de
charge électrique. La puissance utile par m2 de cellule solaire s’élève à environ 100 W pour un rayonnement solaire maximal. En Suisse on peut compter sur environ 1000 heures par année de plein rayonnement.
Cellules solaires
Propriétés des cellules photovoltaïques utilisées actuellement
Type de
cellules
Grandeur
des cellules
Epaisseur
du silicium
Rendement
[%]
Surface
des cellules
Prix de
l’installation
Monocristallin ~ 1 dm2
100 µm
13
~ 10 m2/kW
16 kFr/kW
Polycristallin
~ 1 dm2
100 µm
11
~ 11 m2/kw
14 kFr/kW
Amorphe
> 1 m2 !
0,5 µm!
6 –14?
10 –20 m2/kW < 8Fr/kW?
Au sujet du rayonnement solaire et de l’utilisation de l’énergie solaire, voir
chapitre 3.8: Energie solaire.
Informations supplémentaires:
• Office fédéral des questions
conjoncturelles: Programme
d’impulsion PACER
• SOFAS, Association suisse
des spécialistes de l’énergie
solaire. Secrétariat:
Edisonstr. 22, 8050 Zurich,
tél. 01/311 90 40
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/14
Approvisionnement énergétique – Electricité
L’électricité en Suisse
Bilan suisse de l’électricité en 1991 (en GWh)
Thermique
22996
Classique
1342
Hydraulique
33082
Accumulation
19184
Nucléaire Fil- de21654
l'eau
13898
Importation
24005
Production nationale 56078
Total
80083
Accumulation
par pompage
1362
Utilisation nationale 51336
Utilisation finale
47586
Pertes*
584
4334
3750
}
Exportation
26801
Source:
Bulletin UCS 08/92
Ménages AAS** Industrie Transports***
13848 16049 15165 2524
*Pertes de pompage, transport et distribution
**Artisanat, agriculture et services
***Chemins de fer
Remarque: importation et exportation sont fonction de la demande et peuvent
intervenir à des moments différents (jour, nuit, été, hiver).
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/15
Approvisionnement en électricité
L’approvisionnement en électricité de la Suisse est assuré par plus de 1200 entreprises distributrices. La majeure partie de l’électricité est fournie par les dix
plus grandes entreprises («dix grandes sociétés»).
• 6 sociétés interrégionales
Aare-Tessin AG für Elektrizität (Atel) / Aar et Tessin S.A. d’Electricité
Bernische Kraftwerke (BKW) / Forces motrices bernoises S.A.
Centralschweizerische Kraftwerke (CKW) / Centrales électriques
de la Suisse centrale S.A.
Elektrizitätgesellschaft Laufenburg AG (EGL) / Electricité de
Laufenburg S.A.
L’Energie de l’Ouest-Suisse S.A. (EOS)
Nordostschweizerische Kraftwerke (NOK) / Forces motrices du
Nord-est de la Suisse S.A.
• 3 services électriques urbains
Bâle (IWB)
Berne (EWB)
Zurich (EWZ)
• Les Chemins de fer fédéraux suisses (CFF)
«Dix grandes sociétés»
Les pouvoirs publics participent à raison de 73% au capital-action des entreprises et les 27% restants proviennent de l’économie privée. Le secteur privé
est surtout actif dans les domaines de la production et du transport, les pouvoirs publics avant tout de la distribution.
Production d’électricité en Suisse
(Centrales de puissance > 10 MW)
ALLEMAGNE
1er janvier
1992
Etat au
Centrales hydrauliques
10-40 MW
> 40 MW
avec participation étrangère
AUTRICHE
Centrales thermiques
Centrales thermiques class.
10-40 MW
Centrales nucléaires
FRANCE
ITALIE
Source:
UCS Rapport annuel 1991
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/16
Approvisionnement énergétique – Electricité
Distribution d’électricité
Centrale
électrique
Très haute
tension
Haute
tension
Tension
moyenne
380 kV
220 kV
150 kV
110 kV
50 kV
16 kV
11 kV
6 kV
Basse
tension
G
6-30 kV
Très haute tension
Haute tension
Moyenne tension
Basse tension
3x400/230 V
Le transport de l’électricité à différents niveaux de tension et de capacités de
transport peut être comparé à un réseau routier. Les lignes à très haute tension correspondent aux autoroutes pour le trafic à longue distance; les
lignes à haute, moyenne ou basse tension, qui s'y raccordent, correspondent
aux routes cantonales et communales qui servent au trafic régional et à la distribution fine.
La Suisse est reliée au réseau électrique européen interconnecté. Château
d’eau au milieu de l’Europe, elle a un rôle important de plaque tournante à
jouer.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Electricité
3.2/17
Lignes à très haute tension en Suisse
Etat au 1er janvier 1992
ALLEMAGNE
380 kV
220 kV
Sous-station, resp. station
AUTRICHE
FRANCE
ITALIE
Source:
UCS Rapport annuel 1991
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.2/18
Approvisionnement énergétique – Electricité
Lois
•
•
•
•
•
Loi sur l’utilisation des forces hydrauliques (délivrance des concessions
dans la domaine de l’eau)
Loi sur l’énergie atomique
Loi sur les installations électriques et ordonnance sur le courant fort et
faible
Loi sur la protection des eaux
Ordonnance sur la protection de l’air (OPAIR)
Référence: OCFIM, 3000 Berne
Adresses
•
•
•
•
RAVEL-Manuel de l’industrie
Association suisse des électriciens (ASE), Seefeldstr. 301, case postale,
8034 Zurich, tél. 01/384 91 11 (responsable des normes)
Inspectorat fédéral du courant fort, Seefeldstr. 301, case postale,
8034 Zurich, tél. 01/384 91 11 (responsable de la sécurité et du contrôle
des installations)
Union des centrales suisses d’électricité (UCS), Gerbergasse 5,
case postale, 8023 Zurich, tél. 01/211 51 91 (qualifiée pour des recommandations de tarifs)
Centre d’information pour l’utilisation de l’électricité (INFEL),
Lagerstr. 1, 8021 Zurich, tél. 01/291 01 02
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
3.3/1
3.3 Produits pétroliers
Gisements (état en 1991)
Réserves mondiales de pétrole (prouvées), extraction et consommation
Pays
Réserves prouvées
[mio. t]
[%]
Extraction
[mio. t/an]
Consommation
[mio. t/an]
[%]
Arabie saoudite
35 210
26
410
13
Iraq
13 417
10
*
*
Koweit
13 024
10
*
*
Emirats Arabes Unis
12 892
10
118
3,7
Iran
12 695
9
166
5,3
Libye
74
2,4
Algérie
58
1,8
Nigeria
96
3,0
[%]
Venezuela
8 266
6
122
3,9
Mexique
6 979
5
155
4,9
74
2,4
USA
3 359
3
419
13,3
770
24,8
92
2,9
75
2,4
Canada
CEI
7 755
6
515
16,4
410
13,2
Chine
3 288
2
139
4,4
100
3,2
79
2,5
243
7,8
83
2,7
133
4,3
Italie
93
3,0
France
89
2,9
Indonésie
Japon
Norvège
93
3,0
Grande-Bretagne
92
2,9
Allemagne
Monde
*
134 604
100
3149
100
3108
guerre du Golfe
100
Source: Shell, Esso
Classement par continents
La mesure commerciale utilisée est généralement le baril. 1 baril = 1 bbl = 159 l.
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.3/2
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
Composition du pétrole
Pétrole brut
Le pétrole brut extrait se présente généralement comme un mélange de pétrole,
de gaz naturel, de saumure et de boue. Par un traitement adapté on obtient du
pétrole purifié, exempt des sel, eau, gaz et corps solides.
Pétrole
Le pétrole contient surtout des hydrocarbures (qui sont des composés ne comportant que des atomes de carbone et d’hydrogène, CnHx). Les constituants
principaux en sont:
le carbone
l’hydrogène
le soufre
l’oxygène
l’azote
RAVEL-Manuel de l’industrie
80 –87%
10 –14%
0 –5%
0 –3%
0 –2%
Approvisionnement énergétique – Produits pétrolierse
3.3/3
Raffinage du pétrole
Divers produits peuvent être obtenus à partir du pétrole par distillation fractionnée. Le procédé de distillation consiste à chauffer un liquide jusqu’à son
point d’ébullition; les vapeurs formées sont refroidies, afin de les liquéfier et
de les récupérer. Le traitement du pétrole brut commence par une distillation
à pression atmosphérique. On le chauffe à 350° C et l’on condense les vapeurs
formées à diverses températures.
Distillation
fractionnée
Distillation
atmosphérique
Gaz
Tour de
distillation
Tour de
distillation
sous vide
Pétrole
Pompe à vide
Mazout
Essence
Kérosène
Mazout
Four 350° C
Résidu
Résidu
Four 360° C
Source:
Pétrole et produits du pétrole,
Shell, Suisse
Une distillation sous-vide des résidus suit la distillation atmosphérique afin
d’en retirer du mazout supplémentaire.
Distillation sous vide
Le craquage thermique dissocie les molécules des produits pétroliers lourds,
comme par exemple le fuel lourd, et les recompose en molécules de produits
plus légers. Exemple: le craquage d’un distillat lourd (à 20 bar et 500° C)
donne par exemple de la benzine.
Craquage thermique
Gaz
Installation
de craquage
thermique
Essence
Mazout
Fuel lourd
Four 500° C
Le gaz de pétrole (gaz de raffinerie) est un produit secondaire du traitement
des huiles minérales, contenant une grande proportion de propane (C3H8) et
de butane (C4H10).
Gaz liquide de pétrole: Liquefied Petroleum Gas (LPG)
Liquefied Petroleum
Gas, LPG
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.3/4
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
Le pétrole en Suisse
Consommation
de pétrole
Consommation de pétrole en Suisse en 1991: 13 millions de tonnes (pétrole
brut transformé + produits pétroliers importés).
Proportion des divers produits pétroliers à la consommation
globale de 1991
3%
Divers
Gaz liquides
1%
Bitume
2%
Fuel lourd
3%
8%
Kérosène
9%
Diesel
30%
Essence
43%
Mazout léger
0%
Source: Shell
Importation
de pétrole
10%
20%
30%
40%
50%
Les importations pétrolières concernent deux groupes de produits: les produits pétroliers et le pétrole brut, transformé en produits pétroliers dans les
deux raffineries suisses: la raffinerie de Cressier SA (Shell) et la raffinerie du
Sud-Ouest SA (Tamoil) à Collombey (VS). Les deux ont une capacité d’environ 3 millions de tonnes annuelles.
Importation de produits pétroliers en 1991, selon la provenance
30%
28%
25%
20%
18%
15%
16%
15%
15%
10%
6%
5%
2%
0%
Allemagne
RAVEL-Manuel de l’industrie
Belgique/
Luxembourg
France
Pays-Bas
Italie
Europe
de l'Est
Autres
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
3.3/5
Importation de pétrole brut en 1991, selon la provenance
(total 4,53 mio. t)
50%
42%
40%
31%
30%
20%
14%
10%
8%
5%
Arabie
saoudite
Nigeria
0%
Libye
(pauvre
en soufre)
GrandeBretagne
Norvège
Distribution du pétrole en Suisse
Pétrole brut par pipeline,
raffinage dans le pays
Produits finis, par pipeline, eau,
rail ou route
10 compagnies multinationales
70 importateurs-grossistes
Grossistes et détaillants
Stations-service
Consommateurs de mazout
et d'autres produits pétroliers
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.3/6
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
Transport et entreposage
Transport de mazout
LPG (propane/butane)
Mazout:
• camion
• rail
Attention:
CH, max. 22 t/camion
44 t/wagon (wagons noirs)
le mazout lourd doit être préchauffé pour
le pompage et la combustion.
pour le pompage:
> 80° C
pour la combustion: > 130° C
LPG (propane/butane):
Wagons blancs avec ligne orange
Pétrole brut
Importation de pétrole brut:
100% par oléoducs
Produits pétroliers
Importation de produits pétroliers:
47% par le Rhin, 26% par le rail, 15% par oléoduc et 12% par la route.
Pour les prescriptions sur le transport, voir le chapitre 3.4: Gaz naturel.
Diminution des émissions d’hydrocarbures (Volatile Organic
Compounds VOC) lors du transbordement du carburant
Avant les mesures d’assainissement
Après les mesures d’assainissement
(Système de recyclage des
gaz occupant l’espace libre)
L’entreposage dans les entreprises
Voir dans le chapitre 4.1: Gestion de l’énergie, le sous-chapitre: Stockage
d’énergie et distribution.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
3.3/7
Marques distinctives pour le transport de marchandises dangereuses
sur la route et dans des wagons-citernes
Marques distinctives:
Signification:
Plaque orange munies de deux numéros
d’identification placés l’un sous l’autre
Exemple:
Numéro de danger
33 = liquide très facilement
inflammable
Numéro ONU
(Numéro de matière)
Désigne un chargement
particulier
33
1202
1202 = mazout
Bandes oranges
Gaz liquides
Source et informations
supplémentaires:
• Prescriptions sur le transport:
Office fédéral de la police,
Transports de marchandises
dangereuses par la route et le
rail
• Recommandations pour la
prévention des accidents
chimiques et la protection
contre les radiations
Obligatoire pour les wagons-citernes
Référence: OCFIM, 3000 Berne
Solide inflammable
rouge-blanc
Liquide inflammable
rouge
Produit auto-inflammable
rouge-blanc
Produit inflammable actif
ou peroxyde organique
jaune
Gaz combustibles par
mélange avec de l’eau
bleu
Corrosif
noir-blanc
Danger d’explosion
orange
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.3/8
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
Stockage réglementaire
Organisation
Carbura
Carbura est une organisation d’importateurs de carburants et de combustibles
liquides. La base légale réglant son organisation et ses buts se trouve dans la
Loi sur l’approvisionnement du pays du 8 octobre 1982. Le but de Carbura
est le stockage obligatoire de carburants et de combustibles liquides. Le
Conseil fédéral, dans son arrêté sur le stockage obligatoire, a décrété que
l’importation de certains produits pétroliers n’est admise qu’avec l’autorisation de Carbura. Ce décret ajoute que l’octroi d’une autorisation d’importation dépend de la conclusion de la mise en pratique d’un contrat de stockage.
Aux termes de ce contrat, l’importateur s’engage, vis-à-vis de l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays, à devenir membre de
Carbura.
Taxes d’importation
La fixation annuelle des redevances d’importation sur les produits du pétrole
dûment stockés, servant à couvrir les frais de stockage obligatoire, est soumise à l’approbation du Département fédéral de l’économie publique. Les
frais collectifs de stockage sont répartis entre les importateurs, en proportion
de leur part aux importations. Les responsables de l’entreposage sont indemnisés par les fonds de garantie pour les coûts du stockage (frais d’installation
des réservoirs, administratifs, d’achat).
Membres
de Carbura
Carbura compte en ce moment 92 membres, dont 36 importaient en 1987 seulement du mazout, 5 uniquement des carburants (dont 4 uniquement du kérosène) et 51 aussi bien des carburants que des combustibles.
Stockage obligatoire dans une entreprise
Contribution pour
stockage obligatoire
Loi:
Loi fédérale sur
l’approvisionnement
économique du pays
du 8.10.1982
RAVEL-Manuel de l’industrie
Des entreprises peuvent prendre part au stockage obligatoire. Dans ce cas,
elles obtiennent de Carbura une contribution pour stockage obligatoire. Mais,
si elles n’atteignent pas une limite inférieure fixée, elles doivent payer une
amende contractuelle.
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
3.3/9
Propriétés de différents produits pétroliers (valeurs moyennes pour 1991)
Propriété
Unité
Mazout
Mazout
extra-léger lourd
Diesel
Essence
super
Essence
Propane
sans plomb
Butane
Densité liquide à 15° C
(gaz: densité à l’état normal)
[kg/l]
0,84
0,829
0,739
0,743
0,51
0,58
Viscosité à 20° C
[mm2/s]
4,75
Viscosité à 100° C
[mm2/s]
Point d’inflammation
[° C]
71
127
67
Teneur en cendres
[g/100 g]
<0,001
0,014
<0,001
-
-
-
-
Teneur en soufre
[g/100 g]
0,16
0,81
0,11
-
-
-
Pouvoir calorifique inférieur
[MJ/kg]
42,7
41,0
42,9
42,0
42,0
46,0
46,0
Pouvoir calorifique supérieur
[MJ/kg]
45,5
42,7
45,9
46,7
46,7
50,0
50,0
Teneur en azote
[g/100 g]
184
0,35
-
-
-
-
-
Teneur en eau
[g/100 g]
-
<0,1
-
-
-
-
-
Teneur en plomb
[g/l]
-
-
-
0,14
0,0024
-
-
Point d’ébullition
[° C]
-42
-1
Chaleur spécifique
[kJ/kg K]
1,60
1,66
Chaleur d’évaporation
spécifique
[kJ/kg]
426
385
Constante des gaz
[kJ/kg K]
189
143
Quantité minimale d’air
pour la combustion
[m3/kg]
11
11
11,1
Température d’inflammation
dans l’air
[° C]
230-240
220
230-260
460
365
0,973
3,55
36,5
-
11,5
11,5
Source: EMPA, 8600 Dübendorf, 01/824 55 11
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.3/10
Approvisionnement énergétique – Produits pétroliers
Lois
•
•
•
•
•
Ordonnance sur la protection de l’air (OPAIR)
Ordonnance sur les substances dangereuses pour l’environnement
Loi sur la protection des eaux contre la pollution
Ordonnance sur la protection des eaux contre les liquides pouvant les
altérer (OPEL)
Prescriptions relatives au transport: Office fédéral de la police, Protection
des eaux dans le transport de marchandises dangereuses par la route
Référence: OCFIM, 3000 Berne
Adresses
•
•
•
EV: Erdöl – Vereinigung1, Löwenstrasse 1, 8001 Zurich, 01/2212 19 77
Swisspetrol Holding AG, Claridenstr. 36, 8002 Zurich, 01/202 31 51
(s’occupe de la recherche sur le pétrole et le gaz naturel en Suisse,
entre autres, le gaz naturel à Finsterwald)
Carbura: Office central suisse pour l’importation des carburants et combustibles liquides, Löwenstrasse 3, Case postale, 8021 Zurich, 01/217 41 11
(stockage réglementaire, permis d’importation)
1 (Union pétrolière)
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
3.4/1
3.4 Gaz naturel
Gisements (état en 1991)
Gisements mondiaux de gaz naturel (prouvés), extraction et consommation
Pays
Iran
Emirats arabes
Arabie saoudite
Quatar
Algérie
Nigeria
Venezuela
Mexique
USA
Canada
CEI
Indonésie
Pays-Bas
Norvège
Grande-Bretagne
Divers
Monde
Réserves prouvées
[mia. m3]
[%]
17 000
14
5 600
4,5
5 200
4,2
4 600
3,7
3 300
2,7
3 000
3 100
2 000
4 800
2 800
49 500
1 800
2 000
1 700
500
16 600
123 000
2,4
2,5
1,6
3,9
2,3
40
1,5
1,6
1,4
0,4
12,9
100
Extraction
[mia. m3]
109
[%]
5,4
30
1,5
50
2,5
506
106
725
43
69
27
25,3
5,3
36,3
2,2
3,0
1,4
285
1715
14,6
100
Source: «Daten und Fakten», Association Suisse de l’Industrie Gazière (ASIG)
Consommation:
La consommation mondiale se répartit de la façon suivante:
CEI
32%
USA
29%
Europe de l’Ouest
14%
Japon
3%
Divers
22%
Le gaz naturel est séché durant son extraction et, si nécessaire, débarrassé des
corps étrangers (sable, pierres, etc.).
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.4/2
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
Composition du gaz naturel
Swissgas
[vol.%]
[mg/m3]
Gasversorgung
Gasversorgung
Süddeutschland
Süddeutschland
(via Höchst, Fallentor)
[vol.%]
[mg/m3] [vol.%]
[mg/m3]
Gaz de France
[vol.%]
Méthane (CH4)
91,2
98,0
91,4
97,3
Ethane (C2H6)
3,6
0,6
3,6
0,8
Azote (N2)
2,8
0,9
2,8
1,4
Dioxyde de
carbone (CO2)
1,1
0,15
1,1
0,2
Propane (C3H8)
0,85
0,25
0,8
0,25
[mg/m3]
Soufre (S)
dans gaz non odorisé
1,6
<2
<3
<3
dans gaz odorisé
8,9
8,8
6,9
7,3
Source: Gazverbund Ostschweiz AG
Remarques:
1) En Suisse on distribue le gaz-H.
2) Gaz-H: gaz naturel humide contenant une grande proportion d’hydrocarbures lourds
(pouvoir calorifique d’environ 12 kWh/m3).
3) Gaz-L: gaz naturel sec ne contenant qu’une petite proportion d’hydrocarbures lourds
(pouvoir calorifique d’environ 10 kWh/m3).
4) Le gaz naturel devient liquide à une température de –161 °C: Liquefied Natural Gas (LNG).
5) Le gaz naturel synthétique (Synthetic Natural Gas (SNG) est un gaz produit artificiellement à partir de houille ou de
lignite. Son pouvoir calorifique dépend du procédé et de la composition du charbon. Le gaz de synthèse est un gaz
similaire au gaz naturel.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
3.4/3
Le gaz naturel en Suisse
Importation nette de gaz naturel en 1991 par pays de provenance
(2,34 milliards de m3, 85 100 TJ Hi)
Italie
1%
14%
France
Russie
17%
28%
Pays-Bas
Allemagne
40%
0%
10%
20%
30%
40%
Source:
«Daten und Fakten»,
Association Suisse de
l’Industrie Gazière
Réseau principal d’approvisionnement suisse en gaz
Schaffhausen
Basel
Zürich
Delémont
St.Gallen
Aarau
Solothurn
Luzern
Neuchatel
Chur
Bern
Fribourg
Lausanne
Sion
Genève
Conduite d’alimentation
Conduite d’alimentation possible ou projetée
Tronçon suisse du gazoduc Pays-Bas – Italie
Réseau de transport
Gisement de gaz naturel (Finsterwald)
Source:
Entreprise indigène de production de gaz «Daten und Fakten»,
Entreprise de distribution de gaz
Association Suisse de
l’Industrie Gazière
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.4/4
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
Flux de gaz et stucture de l’industrie suisse du gaz
SNAM
GASUNIE
RUHRGAS
SOJUGAZ
GdF
GVS
Finsterwald
SWISSGAS
Tessin
GVO
GVM
GAZNAT
EGZ
Communes
d’Untersee;
Stein AG;
Burrus
Ventes
directes
Distribution
locale de gaz
Source:
«Daten und Fakten»,
Association Suisse
de l’Industrie Gazière
RAVEL-Manuel de l’industrie
SWISSGAS
GVO
GVM
GAZNAT
:
:
:
:
EGZ
GASUNIE
RUHRGAS
SOJUGAS
GdF
GVS
SNAM
:
:
:
:
:
:
:
Distribution
locale de gaz
Distribution
locale de gaz
Schweizerische Aktiengesellschaft für Erdgas, St-Gall/Zurich
Gasverbund Ostschweiz AG, Zurich
Gasverbund Mittelland AG, Arlesheim
Société pour l’approvisionnement et le transport du gaz naturel en Suisse
romande, Lausanne/Vevey
Erdgas Zentralschweiz AG, Lucerne
NV Nederlandse Gasunie, Groningen
Ruhrgas AG, Essen
Sojugasexport, Moscou
Gaz de France, Paris
Gasversorgung Süddeutschland GmbH, Stuttgart
Società nazionale azienda metanodotti, Milan
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
3.4/5
Transport et stockage
Normalement le gaz naturel est transporté sous forme gazeuse. Si le transport
par gazoducs est difficile ou trop coûteux, on liquéfie le gaz en le refroidissant (-161° C). Les plus gros bateaux-citerne contiennent environ 125 000 m3
de LNG. En 1991, 24% du commerce mondial de gaz naturel s’est fait sous
forme de LNG.
Gazoducs
Bateaux-citerne
Le gaz naturel est stocké soit sous forme liquide dans des réservoirs bien isolés (compliqué), soit dans des formations géologiques appropriées (couches de
sel, gisements de gaz naturel ou de pétrole épuisés, mines abandonnées, etc.)
Stockage
de gaz naturel
Sur le marché suisse, le gaz naturel est transporté principalement par gazoduc. La pression du gaz est très variable d’un réseau de transport à l’autre :
Conduites
de gaz naturel
Pression du gaz dans les conduites:
Gazoduc international Hollande – Italie:
(stations suisses d’importation:
Zeinigen AG, Däniken SO,
Staffelbach AG, Ruswil LU, Obergesteln VS)
Réseaux régionaux à haute pression +
toutes les conduites principales de Suisse:
Réseaux régionaux et locaux:
Distribution locale:
50 – 70 bar
20 – 25 bar
1 – 5 bar
20 – 100 mbar
L’approvisionnement en gaz naturel est assuré par des contrats de livraison à
long terme, conclus en général pour 20 à 25 ans.
Contrats de livraison
L’Inspection Technique de l’Industrie Gazière Suisse (ITIGS) est responsable
de la mise en service et du contrôle des installations de plus de 5 bar. (Celles
allant jusqu’à 5 bar dépendent de l’inspectorat technique des offices cantonaux responsables).
Contrôle
des installations
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.4/6
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
Mesure des quantités de gaz naturel
Pouvoir calorifique
supérieur
Mètre cube normal
Mètre cube standard
Convertisseur de
quantité
RAVEL-Manuel de l’industrie
L’énergie fournie par le gaz naturel est convertie en pouvoir calorifique supérieur (PCS) et l’énergie facturée en kWh. Pour déterminer la puissance appelée
(kW), on a recours aux m3 normaux ou standards (voir les définitions au chapitre 7: Unités et facteurs de conversion). Les postes de mesure de grande taille
sont munis de convertisseurs de quantités qui convertissent les volumes mesurés en volumes à pression normale et à température de 0° C. Les pouvoirs calorifiques moyens mesurés chaque jour servent de valeurs de base pour la facturation. La marge d’erreur admise officiellement est de 2% pour la mesure du
volume et de 1% pour les convertisseurs. En pratique la précision est dix fois
meilleure. Lors de la mesure de petites quantités, la dépense pour un convertisseur étant trop onéreuse, les calculs se font sur la base d’une température
moyenne du gaz et de sa pression maintenue constante par un régulateur.
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
3.4/7
Propriétés du gaz distribué en Suisse
Swissgas
Gasversorgung
Gasversorgung
Süddeutschland
Süddeutschland
(via Höchst, Fallentor)
Gaz de
France
Propriété du gaz
Unité
Densité normale
[kg/m3]
Pouvoir calorifique supérieur
[kWh/m3]
11,19
11,08
11,18
11,04
Pouvoir calorifique inférieur
[kWh/m3]
10,10
9,99
10,09
9,95
Température d’inflammation dans l’air
°C
~ 600
~ 600
~ 600
~ 600
9,61
9,53
9,61
9,50
10,64
10,54
10,64
10,51
0,789
0,734
0,788
0,739
Combustion stœchiométrique
Quantité requise d’air
[vol./vol. gaz]
Quantité de gaz de combustion
Analyse des gaz produits
– H2O
[vol.%]
18,7
18,9
18,7
18,9
– CO2
[vol.%]
9,7
9,5
9,7
9,6
– N2
[vol.%]
71,6
71,5
71,6
71,5
Point de rosée
°C
59
59
59
59
Teneur en soufre
– gaz odorisé
[mg/m3]
2,1
2,1
1,6
1,7
– gaz inodore
[mg/m3]
0,4
<0,5
<0,7
0,7
LNG
Point d’ébullition à:
1 bar
°C
–161
5 bar
°C
–138
15 bar
°C
–115
25 bar
°C
–101
Réduction du volume à la liquéfaction
1/600
Source: Gasverbund Ostschweiz AG
Remarque:
Point de rosée: température pour laquelle la vapeur contenue dans le gaz devient saturante (humidité de 100%). Si la température du gaz continue de baisser, il y a alors condensation.
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.4/8
Approvisionnement énergétique – Gaz naturel
Lois
•
•
Ordonnance sur la protection de l’air (OPAIR)
Lois, ordonnances, prescriptions concernant les installations: SVGW
Adresses
•
•
•
RAVEL-Manuel de l’industrie
ASIG: Association Suisse de l’Industrie Gazière, Grütlistrasse 44,
8027 Zurich, tél. 01/288 31 31 (domaines politique et économique)
Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux,
Grütlistrasse 44, 8027 Zurich, tél. 01/288 33 33
(domaines scientifique et technique)
ASIG: Association Suisse de l’Industrie Gazière,
rue Pichard 12, 1003 Lausanne, tél. (021) 312 93 35.
Approvisionnement énergétique – Charbon
3.5/1
3.5 Charbon
Gisements
Gisements mondiaux de charbon (prouvés), extraction et consommation (1991)
Pays
USA
Canada
CEI
Chine
Inde
Réserves prouvées
[tep]
[%]
121 900
23
4 240
0,8
121 900
23
58 300
11
31 800
6
Extraction
[tep]
550
40
286
506
114
Australie
Afrique du Sud
Allemagne
Pologne
Grande-Bretagne
Divers
Monde
47 700
26 500
42 400
21 200
2 120
51 940
530 000
114
101
106
95
59
229
2200
9
5
8
4
0,4
9,8
100
[%]
25
1,8
13
23
5,2
5,2
4,6
4,8
4,3
2,7
10,4
100
Consommation
[tep]
[%]
481
22
24
1,1
262
12
547
25
109
5
44
79
109
79
63
389
2186
2
3,6
5
3,6
2,7
18
100
Source: BP Statistical Review of World Energy, June 1992
tep: tonne équivalent pétrole (tons of oil equivalent); 1 tep = 41,87 GJ
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.5/2
Approvisionnement énergétique – Charbon
Composition (valeurs moyennes)
Houille
78
2
3
1
1
Traces de métaux
–
–
–
–
–
93 %
10 %
5,5 %
1,5 %
1,5 %
carbone
oxygène
hydrogène
soufre
azote
68 –
17,5 –
5 –
1,5 –
1 –
74 %
23 %
6 %
2,5 %
1,5 %
On trouve également dans le charbon des traces des métaux suivants (par
exemple dans les gisements de houille de la région de la Ruhr):
vanadium
nickel
zinc
cuivre
chrome
plomb
cobalt
arsenic
antimoine
béryllium
sélénium
uranium
RAVEL-Manuel de l’industrie
Lignite
33
30
22
20
17
15
12
3,5
1,5
1,3
1,0
0,7
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
[mg/kg]
Approvisionnement énergétique – Charbon
3.5/3
Traitement du charbon
Il y a différents procédés de traitement du charbon, telle la cokéfaction: le
charbon est chauffé dans un four à l’abri de l’air, à haute température (1000° C
environ), transformé en gaz et en coke. Auparavant, le gaz de ville était produit selon ce principe.
Cokéfaction
5
3
2
1
4
2
1
1
2
3
4
5
6
7
8
6
7
8
Introduction du charbon
Broyeur à charbon
Four à lit fluidisé
Entrée d’air
Sortie des gaz d’échappement
Mélangeur
Presse
Briquettes de coke
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.5/4
Approvisionnement énergétique – Charbon
Le charbon en Suisse
Importations
de charbon
Importations en 1991: 413 000 tonnes. L’industrie du ciment en utilise environ les 80%. La proportion de charbon dans la consommation globale suisse
d’énergie finale s’est élevée à 1,5% en 1991. Environ 41% du charbon provient d’Allemagne et 52% d’Afrique du Sud.
Propriétés du charbon
Houille
Charbon
flambant
Charbon
gras
Charbon
demi-gras
Charbon
maigre
Anthracite
Lignite
Rhénane
Pouvoir calorifique
inférieur [MJ/kg]
29,3
31,0
31,8
31,4
31,0
8,0
19,7
Pouvoir calorifique
supérieur [MJ/kg]
31,0
32,2
32,7
32,7
31,8
9,9
20,9
Température
d’inflammation [°C]
214-230
243-248
260
339
485
135-240
135-240
Quantité d’air
de combustion [m3/kg]
7,7
7,9
7,9
8,0
8,2
2,7
5,3
Cendres
(moyenne) [%]
6
6,5
8
7,5
6
3,5
7
Eau
(moyenne) [%]
5
5
3
4,5
3
59
13
RAVEL-Manuel de l’industrie
En
briquettes
Approvisionnement énergétique – Charbon
3.5/5
Lois
•
•
•
Ordonnance sur la protection de l’air (OPAIR)
Ordonnance sur les substances
Loi sur la protection des eaux
Adresses
•
•
KOLKO, Association pour l’économie charbonnière suisse,
Talstrasse 45, 4144 Arlesheim, tél. 061/705 12 12
ZK, Centrale suisse pour l’importation du charbon,
Gartenstrasse 85, case postale, 4002 Bâle, tél. 061/272 83 23
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Chaleur à distance
3.6/1
3.6 Chaleur à distance
La chaleur à distance est une énergie de réseau. La chaleur est produite dans
une centrale sous forme d’eau chaude ou de vapeur. Elle est ensuite amenée
au consommateur par un réseau de distribution sur le domaine public. Il y a
en Suisse aujourd’hui environ 35 centrales de chauffage, respectivement chaleur-force, dont la part à la consommation globale d’énergie utile est d’environ 1,5%. Le chauffage à distance en Suisse concerne à 90% environ le chauffage de locaux et la production d’eau chaude sanitaire.
Centrales de
chauffage à distance
Centrales thermiques
pour chauffage
à distance
Les entreprises de chauffage à distance sont en général en mains publiques
(services communaux et groupements intercommunaux). La plupart des
entreprises suisses de chauffage à distance sont regroupées en une Association
suisse des producteurs et distributeurs de chauffage à distance (VSF).
Association suisse des
producteurs et
distributeurs de
chauffage à distance
La chaleur rejetée par des exploitations industrielles peut alimenter un réseau
de chauffage de quartier dans le but d’approvisionner des immeubles généralement de grande taille. Toutefois, les frais de réseau sont souvent élevés et
les preneurs exigeant généralement des garanties de livraison à long terme en
freinent le développement.
Chaleur rejetée par les
équipements de
production
Réseau de chauffage
de quartier
Adresse:
VSF
Association suisse des
producteurs et distributeurs de
chauffage à distance
Margarethenstrasse 40
4008 Bâle
Tél.: 061/275 51 05
Fax: 061/275 51 11
RAVEL-Manuel de l’industrie
Approvisionnement énergétique – Bois
3.7/1
3.7 Bois
La forêt, qui recouvre 25% de la surface de la Suisse, joue un rôle amortisseur important dans notre écosystème.
Surface forestière
La capacité annuelle d’utilisation du bois de nos forêts est d’environ 7 millions de m3. Actuellement (1990), seulement environ 60% en sont exploités.
2,5 millions de m3 de ce potentiel annuel pourraient être utilisés uniquement
comme source d’énergie. Dans les années 1983-1987, une moyenne annuelle
de 0,8 mio de m3 de bois de feu provenant des forêts suisses a été valorisée.
Potentiel d’utilisation
du bois
Composition moyenne du bois sec
carbone:
oxygène:
hydrogène:
azote:
[% en poids]
50
44
6
0,05-0,1
On obtient du bois sec en le stockant une année et demie à deux ans environ
à l’air libre, mais à l’abri de l’humidité. Du bois séché à l’air contient encore
durant les mois d’été secs 8 à 15% d’humidité, celle-ci étant en équilibre avec
l’humidité naturelle de l’air. Si l’humidité de l’air est élevée, le bois peut contenir jusqu’à 25% d’eau. En moyenne, la proportion d’eau est d’environ 15%.
Bois séché à l’air
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.7/2
Approvisionnement énergétique – Bois
Table de conversion de différentes unités et formes d’énergie pour l’épicéa (ép),
le sapin (sa) et le hêtre (hê), pour une humidité du bois de 15% (séché à l’air).
Unité
1
Agent
Unité
Copeaux
énergétique énergétique de bois
Bûches
de bois
Masse
de bois
Bois séché
à l’air
[m3]*
[stère]
[m3]**
[t]
Substance
du bois
séché à l’air
[a.s.-t]***
Energie
(pouvoir calorifique
inférieur Hi)
[GJ]
[MWh]
m3*
copeaux
ép/sa
hê
1
1
0,57
0,57
0,40
0,40
0,20
0,29
0,17
0,24
3,18
4,13
0,88
1,15
1 stère
bûches
ép/sa
hê
1,75
1,75
1
0,70
0,70
0,35
0,50
0,30
0,42
5,57
7,22
1,55
2,01
1 m3**
masse
ép/sa
hê
2,50
2,50
1,43
1,43
1
1
0,50
0,71
0,42
0,60
7,95
10,32
2,21
2,87
1t
séché à
l’air
ép/sa
hê
5,0
3,5
2,86
2
2
1,40
1
1
0,85
0,85
15,90
14,40
4,42
4,01
1 t***
substance
de bois sec
ép/sa
hê
5,92
4,18
3,39
2,39
2,37
1,67
1,19
1,19
1
1
19
17,40
5,28
4,83
1
GJ (109)
ép/sa
hê
0,31
0,24
0,18
0,14
0,126
0,097
0,063
0,069
0,052
0,057
1
1
0,278
0,278
1
MWh
ép/sa
(1000 kWh) hê
1,13
0,87
0,65
0,50
0,45
0,35
0,226
0,249
0,188
0,206
3,6
3,6
1
1
Adresses:
• ASEB, Association suisse
pour l’énergie du bois,
Falkenstrasse 26, 8008 Zurich,
tél. 01/252 30 70
• ASIB, Association suisse des
scieries et de l’industrie du bois,
Service d’information sur
l’énergie
Mottarstrasse 9, 3000 Berne 6,
tél. 031/352 75 21
Littérature:
• Vademecum Holzenergie,
B. Holenstein, VHe, 1989
• Wärme aus Holz,
Impulsprogramm Holz,
Office fédéral des questions
conjoncturelles, Berne, 1987
• Künftige Rundholzversorgung
aus dem Schweizer Wald,
Office fédéral des questions
conjoncturelles, Berne, 1991
RAVEL-Manuel de l’industrie
Remarques:
m3*
=
m3 de copeaux.
Mesure de volume en mètre cube pour les copeaux, air inclus.
m3**
=
volume réel.
Un m3 de masse de bois solide.
1 t*** =
absolument sec (masse de bois pure sans trace d’eau).
Approvisionnement énergétique – Energie solaire
3.8/1
3.8 Energie solaire
Rayonnement
Sur la surface extérieure de l’atmosphère terrestre, l’intensité du rayonnement
(constante solaire) est en moyenne de 1367 W/m2. Lors de son passage à travers l’atmosphère terrestre, il est affaibli par réflexion, absorption et dispersion. En Suisse lors de journées très belles et sans brume, on peut, vers midi,
mesurer sur une surface horizontale une intensité de rayonnement d’environ
1000 W/m2. Le rayonnement solaire qui atteint la terre est défini comme le
rayonnement global.
Intensité du
rayonnement
Constante solaire
Réflexion
Absorption
Diffusion
RG = Rdir + Rdiff
Rayonnement global
RG:
Rdir :
Rdiff :
rayonnement global
rayonnement direct
rayonnement diffus
Conditions
atmosphériques
RG pour différentes conditions atmosphériques:
Ciel bleu et clair:
Le soleil perce:
Le soleil est un disque blanc dans la brume:
Jour d’hiver brumeux:
1000
600
300
100
W/m2
W/m2
W/m2
W/m2
Rayonnement global annuel moyen sur
une surface horizontale, en Suisse, en kWh/m2 par mois:
kWh/m2 mois
150
1
100
2
50
Mois
J F M A M J J A S O N D J F
1: Valeurs mesurées à Kloten.
2: Energie utilisable brute d’un capteur solaire (gain thermique disponible aux
bornes du capteur, sans les pertes dans les conduites et l’accumulateur).
Remarque: L’énergie fournie par les installations solaires dépend des conditions atmosphériques, elle n’est donc pas assurée à tout moment.
RAVEL-Manuel de l’industrie
3.8/2
Approvisionnement énergétique – Energie solaire
Utilisation
On distingue deux formes d’utilisation de l’énergie solaire:
• les capteurs solaires thermiques;
• les cellules photovoltaïques (voir chap. 3.2).
Capteur solaire
Les capteurs solaires servent en premier lieu au chauffage de l’eau et d’autres
liquides (installations solaires à basse température).
Préchauffage
solaire de l’eau
Si, pendant les mois d’été, la consommation d’eau chaude est suffisamment
élevée, l’installation solaire se trouve proche de la rentabilité.
Composantes d’une installation solaire de préchauffage de l’eau
Partie solaire (nouvelle)
Partie conventionnelle (existante)
11
5
6
1
2
4
8
7
3
1 Capteur
2 Echangeur de chaleur à
plaques
3 Pompe de circulation du
circuit primaire
4 Pompe de circulation du
circuit secondaire
5 Accumulateur solaire
6 Chauffe-eau
7 Chaudière
8 Pompe de circulation du
circuit de chauffage
9 Vannes
10 Eau froide
9
9
9
10
L’accumulateur de l’installation solaire de préchauffage d’ECS est branché
en série avec les producteurs d’eau chaude existants. Pour des installations
neuves, le chauffe-eau peut être intégré dans l’accumulateur.
En 1993, les frais d’investissement pour le préchauffage solaire de l’eau oscillent entre 1300 et 2000 francs par m2 de capteur.
Adresses:
• SOFAS,
Association suisse des
spécialistes de l’énergie solaire,
secrétariat national,
Edisonstrasse 22, 8050 Zurich,
tél. 01/311 90 40
RAVEL-Manuel de l’industrie
Le taux de couverture solaire correspond à la proportion de l’énergie solaire
dans la couverture des besoins totaux annuels. Il dépend du rayonnement
solaire, de la température de l’eau froide, de la consommation d’eau chaude
et de la surface du capteur. Pour le préchauffage de l’eau dans l’habitat, par
exemple, on dimensionne l’installation de manière à ce que le taux annuel
s’élève à 25 – 35%.
4
4.1
Utilisation de l’énergie
dans l’entreprise
Gestion de l’énergie
Les flux énergétiques dans l’entreprise
Saisie de la consommation d’énergie et des coûts
Mesure de puissance et d’énergie
Analyse et évaluation
Stockage et distribution d’énergie dans l’entreprise
Besoins en puissance thermique d’un bâtiment
Commande et régulation
Perturbations de réseau
Installations de compensation
4.2
4.1/1
4.1/3
4.1/4
4.1/6
4.1/11
4.1/13
4.1/15
4.1/19
4.1/23
Techniques énergétiques de base
Transformateur
Convertisseur de courant
Alimentation de courant sans coupure (ASC)
Batteries
Production d’air comprimé
Pompes à chaleur (ou thermopompes)
Production de froid
Brûleurs, chaudières
Entraînements électriques
Pompes
Ventilateurs
Eclairage
Chaleur de production
Utilisation de rejets thermiques et récupération de chaleur
4.2/1
4.2/3
4.2/5
4.2/7
4.2/9
4.2/11
4.2/15
4.2/19
4.2/23
4.2/33
4.2/37
4.2/43
4.2/47
4.2/49
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4
4.1/1
Utilisation de l’énergie
dans l’entreprise
4.1 Gestion de l’énergie
Les flux énergétiques dans l’entreprise
L’énergie est tour à tour produite, installée, utilisée, retransmise. On peut
représenter le flux énergétique s’écoulant en étapes successives de la manière
suivante:
Mise à disposition
et stockage de
l’énergie finale
Transformation d’énergie
(convertisseur d’énergie
de 1er niveau)
Distribution
d’énergie
Energie mise
en œuvre
Récupération
d’énergie
Consommateur d’énergie
(convertisseur d’énergie
de dernier niveau)
Gestion des déchets
(gaz de combustion,
air évacué, etc.)
Energie utile
Prestations
énergétiques
courant acheté, mazout,
gaz naturel, chauffage à distance,
déchets industriels,
chaleur de l’environnement, etc.
transformateur,
générateur de vapeur,
chaudière,
compresseur, etc.
réseau de distribution
pour le courant, la vapeur,
l’eau chaude, l’huile de chauffage,
le gaz, l’air comprimé
courant, vapeur,
eau chaude,
air comprimé, etc.
moteur,
installation d’éclairage,
four, etc.
force
lumière
chaleur (pour locaux, production)
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/2
Flux énergétique
Efficacité énergétique
Impact sur
l’environnement
Informations supplémentaires:
• Organisation und
Energiemanagement,
documentation RAVEL
N° 724. 374 d
Référence: OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
La gestion de l’énergie doit prendre en compte les tâches et exigences suivantes:
• flux énergétiques
• efficacité énergétique
• impact sur l’environnement
L’utilisation rationnelle de l’énergie n’est pas uniquement l’affaire de la production et de la technique. A tous les postes de l’exploitation, il est possible de
prendre consciemment des mesures qui augmentent l’efficacité énergétique.
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/3
Saisie de la consommation d’énergie et des coûts
Une utilisation rationnelle de l’énergie suppose que la consommation d’énergie ainsi que les coûts d’exploitation et leurs composantes soient régulièrement recensés et contrôlés.
Une marche à suivre systématique se révèle des plus utiles:
• définition des objectifs
• délimitation du système
• mise en valeur des données disponibles, définition des points de mesure et
des grandeurs à mesurer, réalisation des mesures
• traitement des données de mesures, interprétation des résultats
• stratégie d’entreprise
La consommation ainsi que les coûts d’énergie peuvent être déterminés à plusieurs niveaux:
• pour toute l’entreprise
• pour tels bâtiments ou telles chaînes de production
• pour des installations seules, des procédés, des machines, etc.
Informations supplémentaires:
• Saisie des données de
consommation d’énergie.
RAVEL-Industrie N° 724.371.1 f
(comprend des exemples de
formulaires sur papier et un
programme sur tableur Lotus,
version 2.2 et sv., ou sur Excel
version 4.0)
• Analyse de la consommation
d’énergie - Saisir, évaluer,
représenter, agir.
RAVEL-Industrie N° 724. 318 f
Référence: OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/4
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Mesure de puissance et d’énergie
Précision de mesure
Mesurer n’a de sens que si les valeurs mesurées sont utilisables dans l’exploitation. L’étendue de ces mesures et leur précision doivent être adaptées au
résultat attendu. Des appareils de mesure de précision ne sont que rarement
nécessaires pour l’énergie.
Enregistreur de mesure
Prise de mesure
Convertisseur de
mesure
Les mesures peuvent être effectuées de temps en temps ou en continu, à l’aide
d’enregistreurs de mesure mobiles ou fixes. Lors de transformations, on
devrait si possible prévoir des prises de mesure ou des convertisseurs de
mesure aux endroits névralgiques.
Déroulement des opérations de mesure
Enregistrement des valeurs
Conversion
Affichage
Transmission
Enregistrement
Exploitation
p. ex. sonde de température, pinces
ampèremétriques
p. ex. conversion du courant en impulsions
p. ex. compteur, affichage analogique ou
digital
p. ex. courant, tension, impulsion
p. ex. à la main, (protocole de mesure),
enregistreur, mémoire électronique, disquette
p. ex. informatisée ou non
Instruments de mesure pour l’huile de chauffage
•
•
•
Jauge de niveau de citerne
Compteurs volumétriques
Compteur d’heures d’exploitation pour des consommateurs à débit constant
Instruments de mesure pour le gaz
•
•
Compteur à gaz (compteur volumétrique)
Diaphragmes, tubes de Venturi, sondes Annubar, etc. combinés avec des
appareils de mesure de pression différentielle
• Débitmètre à flotteur
• Compteur d’heures d’exploitation pour des consommateurs à débit constant
• Appareils de mesure gravimétrique (à poids) pour le gaz liquide
• Odatachymètres à courant de Foucault
Remarque: le flux de gaz dépend de la température et de la pression.
Instruments de mesure pour l’énergie électrique
•
•
•
•
RAVEL-Manuel de l’industrie
Compteur de courant actif et réactif
Compteur de charge de pointe
Analyseurs de réseaux mobiles ou fixes (V, A, cos ϕ, kW, kVA, kVAr,
Hz, kW de pointe)
Compteur d’heures de fonctionnement pour des consommateurs à débit
constant (détermination de puissance par des mesures isolées, par
exemple au moyen d’un ampèremètre et d’un voltmètre)
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/5
Instruments de mesure pour l’eau
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Compteur d’eau (compteur volumétrique)
Débitmètre inductif
Débitmètre à ultrasons
Diaphragmes, tubes de Venturi
Sondes Annubar
Débitmètre à corps flottant
Divers obstacles placés dans des canaux à écoulement libre
Compteur d’heures de fonctionnement pour les consommateurs à débit
constant
Compteur d’heures sur des pompes
Instruments de mesure pour le froid
•
•
Systèmes pour réseaux d’eau glacée et de saumure
• Compteur de froid avec débitmètre volumétrique, inductif, à ultrasons
ou à pression différentielle (voir aussi sous «eau»)
• Compteur d’heures de fonctionnement des compresseurs frigorifiques
Systèmes à détente directe
• Compteur d’heures de fonctionnement
• Compteur de courant actif et de courant réactif
Instruments de mesure pour la vapeur
•
•
•
•
•
Diaphragmes, tubes de Venturi avec convertisseur de mesure de pression
différentielle et correction de pression et de température
Instrument de mesure des consommateurs d’énergie primaire des générateurs de vapeur (fioul, gaz, courant électrique, etc.)
Instruments de mesure de la quantité d’eau d’alimentation
Odatachymètre à courant de Foucault
Compteurs à turbine
Instruments de mesure pour l’air comprimé
•
•
•
Sondes Annubar, diaphragmes, odatachymètre à courant de Foucault, turbines de mesure, tubes de Venturi avec convertisseur de mesure à pression différentielle et avec ou sans correction de pression et de température
Compteurs volumétriques (seulement pour de faibles variations de pression, température et débit)
Compteur d’heures de fonctionnement et de charge pour la durée de
fonctionnement des compresseurs
Informations supplémentaires:
• Messen von Leistungen und
Energien,
documentation RAVEL
N° 724.377 d
Référence: OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/6
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Analyse et évaluation
Diagramme de Sankey
Bilans d’énergie
Un diagramme de flux d’énergie (diagramme de Sankey) représente les flux
d’énergie entrant et sortant d’un système pendant une durée déterminée.
Comme il ne peut y avoir d’énergie perdue, les quantités entrantes et sortantes
sont identiques, comme dans un bilan comptable. Les bilans énergétiques peuvent être dressés pour des limites spatiales et temporelles différentes, par
exemple pour un procédé particulier, pour toute une entreprise ou pour
l’ensemble de l’économie publique. Les bilans annuels sont utilisés couramment; dans certains cas, des bilans journaliers, mensuels ou trimestriels peuvent être intéressants.
Il est d’usage de convertir les quantités de combustibles mesurées pour différents vecteurs énergétiques en unités d’énergie communes. L’unité usuelle est
le joule (MJ, GJ, TJ, etc.). Les bilans d’énergie électrique sont généralement
représentés en kWh (MWh, GWh). Des pourcentages ou des grandeurs spécifiques sont également susceptibles d’être utilisés.
Limites de bilan
Grandeurs
caractéristiques
Un choix clair et précis des limites de bilan est indispensable à une interprétation correcte d’un bilan énergétique et des grandeurs caractéristiques qui en
découlent (par exemple rendement moyen, grandeurs caractéristiques).
Diagramme de flux d’énergie d’une exploitation industrielle
(électronique)
Mazout 82%
Combustibles
solides 4%
Gaz 6%
Electricité 8%
Energie finale 100%
Pertes de transformation
dans la centrale thermique
30%
Vapeur 13%
(entraînement du marteau)
Force
32%
Electricité
31%
Chauffage des locaux
et eau chaude
20%
Air comprimé 9%
Entraînements électriques 10%
Fonderie 4%
Lumière
et autres
3%
Reste 2%
Consommation
de gaz
9%
Chaleur
de production
15%
Electricité pour
la production de chaleur
Indices de
dépense d’énergie
RAVEL-Manuel de l’industrie
Pour pouvoir comparer différentes entreprises, installations, machines, etc., il
faut connaître les consommations spécifiques d’énergie, c’est-à-dire qu’il faut
déterminer des indices, calculés à partir d’une grandeur mesurée et d’une grandeur de référence.
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/7
Exemples:
Indice de dépense
d’énergie de chauffage
Consommation spécifique
de carburant
=
=
consommation annuelle d’énergie de chauffage
par unité de surface brute chauffée (kWh/m2 /an)
consommation d’essence par unité de distance
(litres/100 km)
Les indices peuvent se rapporter à l’ensemble de l’entreprise, à des installations particulières ou à certaines de leurs parties. Le choix de valeurs de référence, en plus des conditions-cadres définies, détermine de degré de pertinence d’une comparaison:
• La valeur de référence sera reliée directement à la consommation d’énergie, de telle manière qu’on puisse simplement obtenir un quotient entre elle
et la consommation.
• Elle doit pouvoir être saisie sans grands frais (par exemple nombre de pièces
produites, quantité de matière première utilisée, poids ou volume du produit final ou intermédiaire, etc.).
Grandeurs
de référence
La signature énergétique (signature de demande d’énergie) est une représentation graphique de l’énergie investie ou de la consommation spécifique
d’énergie en fonction d’un paramètre caractéristique d’exploitation ou de production (par exemple la consommation spécifique de carburant (l/100 km) en
fonction de la vitesse de marche; la consommation spécifique de courant
d’une installation de production (kWh/pièce) en fonction du taux de charge
de l’installation, etc.).
Signature
énergétique
Exemple:
Consommation spécifique d’énergie en fonction du taux de charge
Consommation spécifique d’énergie
[kWh/pièce]
Courbes de consommation
à capacité constante
10 pièces/h
100 pièces/h
1000 pièces/h
Taux de charge de l’installation
100%
Si l’on mesure en continu pendant un jour (ou une semaine) la puissance
demandée d’une exploitation ou d’une installation, on obtient la courbe de
charge journalière (ou la courbe de charge hebdomadaire).
Courbe de charge
journalière
Courbe de charge
hebdomadaire
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/8
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Courbe de charge électrique journalière d’une exploitation
kW
Puissance électrique P
Pmax
Puissance active
25 janv. 88 00 h 00
Courbe des puissances
classées annuelle
Heure
26 janv. 88 00 h 00
Si l’on mesure, par exemple, dans une installation de chauffage, la moyenne
journalière de la puissance thermique requise, et cela pendant une année, et
qu’ensuite on classe ces valeurs par ordre décroissant (en commençant à
gauche avec la valeur la plus élevée), on obtient la courbe des puissances classées annuelle.
Puissance thermique
P
(MW)
P max
Surface = quantité de chaleur produite Q
Jours par an à pleine charge
RAVEL-Manuel de l’industrie
Eau chaude
Nombre de jours de chauffage
233
365
Jour
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Cette courbe représente le niveau de charge d’une installation et illustre ses
caractéristiques temporelles. Elle permet souvent de détecter et d’évaluer les
améliorations à envisager pour telle installation (agrandissements, transformations, mode d’exploitation, etc). L’intérêt de cette représentation tient au
fait que la surface sous la courbe est proportionnelle à la quantité d’énergie.
Elle permet également de représenter la répartition de la production d’énergie entre différents composants d’une installation.
4.1/9
Informations supplémentaires:
• Analyse de la consommation
d’énergie - Saisir, évaluer,
représenter, agir.
RAVEL-Industrie N° 724.318 f
Référence: OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/11
Stockage et distribution d’énergie dans l’entreprise
Pour que les brûleurs puissent être réglés avec précision, il faut contrôler la
qualité du combustible livré.
La quantité stockée dépend de divers facteurs:
• de la demande annuelle
• de la stratégie d’entreprise vis-à-vis des coûts des capitaux immobilisés
dans le stockage
Quantité stockée
Le mazout extraléger subit un processus d’altération. Après quelques années,
la qualité nécessaire ne peut plus être garantie. Dans des citernes à mazout à
l’air libre, il faut veiller au fait que le mazout peut se séparer de la paraffine,
lorsque la température est inférieure à 5° C.
Altération du mazout
Chercher activement le contact avec les autorités cantonales:
• Office cantonal de l’industrie, de l’artisanat et du travail
Prescriptions
Il faut tenir compte des prescriptions techniques sur les installations d’entreposage et de transvasement des liquides (Prescriptions techniques sur les
réservoirs, PEL, 21 juin 1990), ainsi que des prescriptions des assurancesincendie.
Prescriptions
techniques sur les
réservoirs
A l’intérieur d’une entreprise, les matières liquides et gazeuses sont distribuées par des réseaux de conduites. On distingue les réseaux suivants:
• le réseau d’alimentation de mazout
• le réseau d’alimentation de gaz
• les réseaux d’alimentation en eau: eau chaude, froide et de refroidissement,
eau industrielle, eau potable, etc.
• le réseau de vapeur
• le réseau d’air comprimé, etc.
Réseaux de conduites
Concernant la récupération de chaleur lors de la production d’air comprimé,
voir le chapitre 4.2: «Production d’air comprimé».
Récupération
de chaleur
Pour dimensionner un réseau de distribution de chaleur, il faut en premier lieu
connaître avec précision la demande de chaleur de tous les consommateurs.
D’autre part, il faut savoir quel est le vecteur de chaleur, son état et les pressions internes maximales, respectivement de service du réseau de conduites.
Le diamètre le plus favorable économiquement est déterminé par optimisation des coûts: coûts de construction (frais de capitaux) et coûts de l’énergie
d’entraînement des pompes de circulation.
Réseau de distribution
de chaleur
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/12
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4
1
Frais de transport
2
3
Diamètre des conduites
1
2
3
4
Frais de transport totaux
Frais de capitaux
Coûts de l’énergie
Zone des coûts optimaux
Pertes de distribution
de chaleur
Epaisseur d’isolation
Matériau d’isolation
Les pertes thermiques des réseaux de distribution et les coûts qui en résultent
diminuent à épaisseur d’isolation croissante. L’épaisseur économiquement
optimale dépend des frais du capital investi et des coûts d’énergie épargnés.
Le choix du matériau d’isolation est déterminé par son prix, sa capacité à diffuser la vapeur, la stabilité requise, sa résistance au feu et sa facilité d’installation.
Matériaux d’isolation
Les matériaux d’isolation les plus répandus sont les suivants:
• le PUR (= polyuréthanne)
• les fibres minérales (par exemple laine de verre, laine de pierre)
• la mousse synthétique flexible
• les granulés de liège (comme isolation tampon)
Prescriptions pour
l’isolation thermique
RAVEL-Manuel de l’industrie
Il faut tenir compte des prescriptions cantonales en matière d’isolation thermique (des informations supplémentaires peuvent être obtenues auprès des
services cantonaux de l’énergie).
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/13
Besoins en puissance thermique d’un bâtiment
Les besoins en puissance thermique découlent de la demande de chaleur d’un
objet à des températures ambiante et extérieure données. Elle se compose des
pertes thermiques par transmission à travers l’enveloppe du bâtiment et des
pertes par renouvellement d’air.
Calcul:
Q = Qt + Qa
[W]
Besoins en
puissance thermique
Q = besoins en puissance thermique
Qt = pertes thermiques par transmission
Qa = pertes thermiques par renouvellement d’air
Qt = k · Se · ∆T
[W]
Pertes thermiques
par transmission
k
= coefficient k moyen pour la totalité de l’enveloppe du bâtiment
[W/m2 · K]
Se = surface extérieure (enveloppe du bâtiment) [m2]
∆T = différence entre la température ambiante désirée et la
température extérieure
Qa = 0,32 · V · n · ∆T
V
n
[W]
Pertes thermiques
par renouvellement
= volume chauffé du bâtiment [m3]
= taux de renouvellement de l’air
Exemple:
Bâtiment de bureaux sur le plateau suisse: V
Se
k
n
∆T
Q
=
=
=
=
=
=
10 000
3 200
0,7
0,6
25
104
m3
m2
W/m2 K
/h
K
kW
Le coefficient k est une mesure du niveau d’isolation thermique d’une paroi: c’est
le flux thermique qui traverse une paroi de 1 m2, lorsque la différence de température entre les couches d’air intérieure et extérieure est de 1 Kelvin [K].
Exemples de valeurs du coefficient k:
Fenêtre à double vitrage:
Fenêtre à verre isolant
Maçonnerie à double paroi de brique
et 10 cm d’épaisseur de fibre de verre
2,7 W/m2 K
1,3 W/m2 K
0,3 W/m2 K
Coefficient k
Informations supplémentaires:
Recommandation SIA 384/2
«Puissance thermique à installer dans les bâtiments».
Référence:
Secrétariat général de la SIA,
case postale, 8039 Zurich,
tél.: 01/285 15 60
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/14
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Taux de
renouvellement d’air
Le taux de renouvellement d’air indique la proportion du volume d’air total
remplacé chaque heure par de l’air frais. Calcul:
n=l/h
n = taux de renouvellement d’air
h = nombre d’heures nécessaires pour remplacer le volume total d’air
Pertes par
renouvellement
Les pertes par aération doivent être limitées autant que possible. Mais un bâtiment (pour des raisons de physique du bâtiment, par exemple d’humidité) et
ses occupants ont besoin d’un minimum d’air frais.
Renouvellement
minimal
Le taux minimum de renouvellement d’air dépend fortement du genre d’utilisation du bâtiment.
Immeuble d’habitation
Locaux de fabrication
Valeurs VME
Référence:
CNA, Lucerne.
N° de com. 1903.f
RAVEL-Manuel de l’industrie
n = environ 0,3
n = 15 à 25
Les valeurs limites d’exposition aux postes de travail (valeurs VME) doivent
être prises en considération pour des raisons de santé. Nouvelle dénomination: valeurs admissibles aux postes de travail.
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/15
Commande et régulation
La commande est un processus qui influence les grandeurs de sortie d’un système délimité par une grandeur d’entrée choisie, sur la base de règles propres
à ce système. La commande ne réagit pas à des variations non prévues des
grandeurs de sortie.
Commande
La régulation est un processus qui mesure en continu une ou plusieurs grandeurs d’un processus (les grandeurs de réglage), les compare à une ou plusieurs autres grandeurs (de commande) et effectue une correction dès qu’il
constate un écart. Ceci est effectué grâce à des variables réglantes, qui agissent à l’intérieur du processus (système asservi).
Régulation
La différence entre commande et réglage, à l’exemple d’un dispositif de
mélange d’air neuf et d’air recyclé:
a) Commande avec une sonde de température
(1) dans le circuit d’air neuf. A chaque
température extérieure correspond une certaine
position des clapets, telle que définie par le
dispositif de commande (2). La température de
l’air pulsé s’adapte en conséquence.
Informations supplémentaires:
«Gestion technique des bâtiments
- Mise en service et réception»,
documentation RAVEL
N° de com. 724. 363 f,
Référence: OCFIM, 3000 Berne
b) Régulation: la sonde placée dans le flux d’air
pulsé (3) transmet la valeur de la température au
dispositif de commande, qui envoie les
commandes de position aux moteurs des
clapets. La température de l’air pulsé s’adapte
en conséquence, mais, à la différence du
dispositif de commande, elle est mesurée et
communiquée en retour au dispositif de
régulation.
Représentation schématique d’un circuit de réglage
Schéma
Valeur de consigne
20˚
Vanne
18˚
Homme
(régulateur)
z1
La grandeur réglée
(valeur effective)
La grandeur de commande
(valeur de consigne)
Les grandeurs d’influence
Les variables réglantes
Termomètre
Local
Régulateur
Circuit de régulation
x
w
z
y
Organe
de réglage
y
z2
z3
Système réglé
Organe
de mesure
x
Régulateur
w
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/16
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Grandeurs
Grandeur réglée
Variable réglante
Grandeur
d’influence
Valeur effective
Valeur de consigne
Grandeur de commande
Ecart de réglage
La grandeur réglée x doit être gardée constante (température, pression, etc.).
La variable réglante y doit influencer la grandeur réglée de façon convenue.
La grandeur d’influence z modifie de l’extérieur et de façon indésirable la
grandeur réglée.
La valeur effective xe est la valeur instantanée d’une grandeur réglée.
La valeur de consigne xc est la grandeur de commande constante.
La grandeur réglée devrait être ajustée à la grandeur de commande.
xw = x – w
xw : écart de réglage
x: grandeur réglée
w: grandeur de commande
Si l’écart de réglage est négatif, on parle alors de différence de réglage.
Instruments
Sonde
Signal
Organe correcteur
Servomoteur
Appareil de régulation
Technique MCR
La sonde mesure la grandeur réglée ou d’influence et transmet un signal correspondant au régulateur. Le régulateur compare la valeur instantanée de la
grandeur réglée avec la valeur de la grandeur de commande, respectivement
de la valeur de consigne, et communique la sortie réponse (ou variable
réglante) qui en découle à l’organe correcteur. Ce dernier actionne le servomoteur (moteur, aimant, membrane) qui modifie la sortie réponse (robinet,
vanne, clapet). Organe correcteur et servomoteur forment ensemble l’appareil de régulation.
Notions supplémentaires
Technique MCR: technique de mesure, commande et régulation.
Régulateur
proportionnel
Régulateur intégral
Régulateur différentiel
Régulateur PID
Avec un régulateur proportionnel (régulateur P), la variable réglante est proportionnelle à l’écart de réglage. Avec un régulateur intégral (régulateur I), la
variable réglante est proportionnelle à l’intégrale de l’écart de réglage. Le
régulateur intégral corrige mieux les petits écarts que le régulateur proportionnel. Ce système ne se rencontre pas seul. Pour le régulateur différentiel
(régulateur D), la variable réglante est proportionnelle à la différentielle en
fonction du temps de la grandeur réglée. Le régulateur différentiel renforce la
correction d’un saut d’écart et ne s’utilise également jamais seul. Pour obtenir un réglage optimal, et stable, on combine les régulateurs P, I, et D en un
régulateur appelé PID.
Temps mort
Le comportement dans le temps d’un système asservi est tout aussi déterminant que les relations statiques entre les grandeurs. Ce qui est particulièrement
gênant, ce sont les grands laps de temps entre le changement d’une variable
réglante et l’a mesure de la grandeur réglée. Plus ces temps morts sont longs,
plus il devient difficile d’obtenir une régulation stable.
DDC
Direct Digital Control (DDC) ou commande digitale directe: les grandeurs
non numériques sont numérisées et les grandeurs réglées sont calculées par
un algorithme. Ceci est effectué la plupart du temps à l’aide de matériel approprié et de calcul par microprocesseur, et directement dans le système réglé.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/17
Le régulateur analogique règle en continu l’amplification, l’intégration et la
différenciation (en valeurs non numériques). Les algorithmes de régulation
peuvent aussi être calculés par des ordinateurs ou des commandes programmables. Pour tous les algorithmes dépendant du temps, un cycle fixe doit tout
de même être garanti. Le Fuzzy-Control travaille avec des évaluations qualitatives (non exactes) au lieu de grandeurs quantifiées.
Régulateur analogique
Commande
programmable
Fuzzy-Control
Les circuits de commande et de régulation sont combinés hiérarchiquement
dans ce que l’on appelle une commande en cascade.
Exemple:
Un simple pilote automatique garde constante la position d’un avion par rapport aux trois axes. Par combinaison (superposition) avec un instrument
d’orientation (par exemple compas) et comparaison avec le cap de consigne
à tenir, le système de régulation parvient à maintenir un cap déterminé.
Commande
en cascade
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/19
Perturbations de réseau
Par suite de l’utilisation d’équipements électriques à caractéristiques de fonctionnement non linéaires (par exemple convertisseur de courant, commande
par coupure de phase), des perturbations sont constatées sur la tension des
réseaux d’alimentations. En principe, on devrait utiliser les instruments et
appareils de telle manière qu’il soit exclu qu’ils gênent le fonctionnement
d’installations ou d’équipements des distributeurs d’électricité. Les perturbations des réseaux sont réparties en:
• oscillations harmoniques (leur fréquence est un multiple de la fréquence du
réseau de 50 Hz)
• oscillations interharmoniques (fréquences situées entre celles harmoniques)
• fluctuations brèves de tension (provoquées par l’enclenchement et le déclenchement de charges)
On désigne par scintillement des effets de fluctuations assez rapides de la tension sur d’autres consommateurs (par exemple variations d’intensité lumineuse d’une lampe à incandescence ou fluctuations du couple de machines
électriques).
Oscillations
harmoniques
Fluctuations de tension
Les courants harmoniques produits par une installation provoquent des chutes
de tension, qui se superposent à la tension du réseau et altèrent sa forme sinusoïdale.
Courants
harmoniques
Scintillement
i 1 –i5 –i7
i1
t
i7
i5
i1 = courant sinusoïdal 50 Hz; i5 = courant sinusoïdal 250 Hz, etc.
Le facteur de distorsion harmonique (anglais: THD, Total Harmonic Distortion) est une mesure de la distorsion globale de la tension. On peut le calculer selon la formule
k =
ΣI
Facteur de distorsion
harmonique
Total Harmonic
Distortion THD
2
n
Ieff
n: numéro d’ordre de l’harmonique
In : nième harmonique de courant
Ieff : valeur effective du courant
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/20
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
Conséquences des perturbations de réseau
•
•
•
•
En gros, on peut dire que les distorsions harmoniques de tension supérieures
à 10% de la THD sont des causes potentielles de perturbation.
Des pointes ou des chutes de tensions de courte durée peuvent gêner le fonctionnement des appareils électroniques sensibles à la qualité de la tension.
Les signaux de télécommande émanant du distributeur d’électricité peuvent être perturbés.
Des courants électriques additionnels prenant naissance dans les appareils
de compensation provoquent des pertes supplémentaires.
Valeurs limites
Lors du raccordement au réseau d’alimentation électrique d’instruments et
d’appareils, il faut tenir compte des limites fixées concernant la production
d’oscillations harmoniques:
Valeurs normales
Valeurs normales des harmoniques de tension pour les réseaux à basse
tension, selon SEV 3600-1 (Norme SN 413600 «Limitation des influences
dans les réseaux d’alimentation de courant»).
U rz% 5
4
∆Û
Û
3
2
1
0,9
0,8
0,7
1
0,6
2
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0,5
1
5
10
50 100
500 1000
5000
r Nombre d’oscillations par minute
0,01
0,05 0,1
0,5
1
5
r Nombre d’oscillations par seconde
① - Valeurs maximales attendues dans le réseau
② - Contributions autorisées pour chaque utilisateur du réseau
Valeur de référence: tension nominale
Ne sont pris en compte que les numéros d’ordre typiques aux convertisseurs
Un : tension d’harmoniques (rapportée à la tension nominale)
n : numéro d’ordre de l’harmonique
RAVEL-Manuel de l’industrie
10
50
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/21
Avant de raccorder des appareils et des installations susceptibles de provoquer
des perturbations sur le réseau (par exemple moteurs alimentés par des convertisseurs de courant) ou s’ils dépassent une puissance déterminée, il faut adresser une demande de raccordement au distributeur d’électricitét (formulaire
VSE 1.18).
Demande
de raccordement
Des circuits absorbants installés près du producteur d’harmoniques peuvent
empêcher la plupart des courants harmoniques de passer sur le réseau. La
norme SN 413724 contient les dispositions sur l’exécution d’appareils de compensation et d’absorption afin d’éviter que ne se développent sur le réseau des
points de résonance incontrôlés. Elle indique également la façon de réduire les
tensions d’oscillation à des valeurs autorisées à l’aide de circuits absorbants.
Installations de circuits
absorbants
Source des références
des normes:
Association Suisse des
Electriciens (ASE)
Seefeldstrasse 301
Postfach
8034 Zurich
Tél. 01/956 91 11
Fax 01/956 11 22
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Gestion de l’énergie
4.1/23
Installations de compensation
Dans les installations recourant au phénomène de l’induction, et comportant
des bobines, moteurs, transformateurs, etc., de l’énergie supplémentaire sous
forme d’énergie réactive doit être produite. Afin que cette énergie ne doive
pas constamment faire l’aller et retour entre le producteur et le consommateur, on insère des batteries de condensateurs dans le circuit.
Energie réactive
Les notions de puissance réactive, puissance apparente et facteur de puissance
sont définies au chapitre 1.5: «Notions de temps et de puissance».
ϕ1
ϕ2
P
Pr2
Pa2
Prc
Pa1
Pr1
P :
Pr1 :
Pa1 :
ϕ1 :
Pr2 :
Pa2 :
ϕ2 :
Prc :
puissance active
puissance réactive sans compensation
puissance apparente sans compensation
facteur de puissance sans compensation
puissance réactive avec compensation
puissance apparente avec compensation
facteur de puissance avec compensation
puissance réactive de compensation
Les transformateurs et réseaux de conduites doivent être dimensionnés en
tenant compte de la puissance apparente. On peut diminuer cette puissance
apparente en installant un appareil de compensation.
En général, les distributeurs d’électricité ne facturent que l’énergie réactive
qui dépasse une certaine valeur. On fixe comme limite un déphasage maximal, respectivement un cos ϕminimal (par exemple cos ϕ= 0,9).
Déphasage maximal
Calcul de la puissance réactive:
Prc = P · (tg ϕ1 – tg ϕ2)
[kVAr]
Afin de ne pas perturber ou affaiblir les signaux de télécommande du distributeur d’électricité, les appareils de compensation de puissance supérieure à
25 kVAr par consommateur doivent avoir une bobine de self placée en amont.
Celle-ci empêche aussi que la fréquence de résonance des condensateurs de
compensation et du réseau inductif (circuit oscillateur parallèle) ne coïncide
avec une harmonique existante du courant, occasionnant des distorsions inadmissibles de tension du réseau.
Puissance réactive
Appareil
de compensation
Bobine de self
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/1
4.2 Techniques énergétiques
de base
Transformateur
Les transformateurs convertissent, à l’aide de champs alternatifs, l’énergie électrique d’une certaine tension en une énergie électrique de tension différente.
I1
U1
I2
N1
Z1
N2
U2
Z2
U1, I1
U2, I2
N1
N2
Z1
Z2
:
:
:
:
:
:
tension et courant primaires
tension et courant secondaires
nombre de spires primaires
nombre de spires secondaires
impédance d’entrée
impédance de sortie
T = U1 / U2 = N1 / N2 = I1 / I2 et T2 = Z1 / Z2
T:
Rapport de
transformation
rapport de transformation
Pertes
Pertes en marche à vide:
PFe = PH + PF
Pertes en marche
à vide
PFe = pertes – fer
PH = pertes par hystérèse
PF = pertes par courants de Foucault
Pertes en charge:
PCu = I12 · R1 + I22 · R2
PCu
I1
I2
R1
R2
=
=
=
=
=
Pertes en charge
pertes – cuivre
courant primaire
courant secondaire
résistance du bobinage d’entrée
résistance du bobinage de sortie
Pertes totales:
PT = PFe + PCu
Pertes totales
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/2
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Pertes en fonction de la charge
η
P Fe
PCu
ηmax
η
PCu
PFe
Source:
H. R. Ris:
Elektrotechnik für Praktiker,
AT Verlag
PFe = PCu
0,25
0,5
Charge
0,75
1
1,25
Rendement:
Rendement
P2
P2
=
P1
(P 2 + P CU + P Fe)
P1 = P2 + PT
η =
Rendement à charge nominale des transformateurs
Puissance
100 VA
1 kVA
10 kVA
100 kVA
1 MVA
10 MVA
Rendement η
0,88
0,9
0,96
0,97
0,98
0,99
Rendement en fonction de la charge
η
cosϕ = 1
1
0,5
cosϕ = 0,4
Charge
Le transformateur devrait être choisi de manière que le rendement optimum
se trouve à une charge proche de la charge moyenne.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/3
Convertisseur de courant
Les convertisseurs de courant transforment le courant électrique en différentes
formes, comme par exemple en courant continu ou alternatif de différentes
fréquences.
Redresseur
–
~
–
– courant continu
~ courant alternatif
Convertisseur
de courant alternatif
Convertisseur
de courant continu
~
Onduleur
Un convertisseur statique transforme un courant à l’aide de commutateurs
électroniques (transistors, thyristors).
Convertisseur statique
Schéma de principe d’un convertisseur de circuit intermédiaire
pour l’alimentation d’un moteur
U1
U2
Commande et régulation
f1
L1
L2
L3
f2
=
~
~
~
=
Convertisseur
de courant
du réseau
M
~
~
~
Circuit
intermédiaire
3~
Convertisseur
de courant
de la machine
Schéma-bloc d’un convertisseur de circuit intermédiaire
Convertisseur de
circuit intermédiaire
U1, U2 : tensions
f1, f2 : fréquences
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/5
Alimentation de courant sans coupure (ASC)
Utilisée pour des consommateurs de courant qui ne supportent ni interruption
de courant ni fluctuation de tension du réseau (par exemple informatique, commandes électroniques).
Appareil ASC rotatif
ASC
Réseau
RD
~
–
B
G
3~
M
–
G:
M:
RD:
B:
générateur
machine à courant continu
redresseur
batterie
Appareil ASC statique
Réseau
UC
~
RD
=
B
=
O
~
IS
BP
Consommateur
UC :
RD :
O:
IS :
BP :
B:
unité de conversion
redresseur
onduleur
interrupteur de réseau statique
«by-pass» d’entretien
batterie
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/6
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Variation du rendement d’un appareil ASC statique
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
200 kVA
30%
20%
10%
0%
Pa/Pan
.03
0.1
0.2
0.3
0.4
0.5
Pa : puissance apparente
Pan : puissance apparente nominale
RAVEL-Manuel de l’industrie
0.6
0.7
0.8
0.9
1.0
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/7
Batteries
Aperçu des différentes cellules primaires (non rechargeables)
Type
Tension
[V]
Capacité
QN
[Ah]
Durée de stockage
jusqu’à 80% de QN
[Mois]
Densité
énergétique
mWh/cm3
Température de
fonctionnement
[° C]
Zinc – charbon
1,5
selon
6-18
140
-05- +20° C
Alcali – manganèse
1,5
-10
30
220
-20- +20° C
Oxyde de mercure-
1.35-
-18
30
390
-10- +65° C
Zinc
1,4
Oxyde d’argent – zinc
1,5
-0,25
18
480
-10- +65° C
Lithium
environ 3
-10
120
530
-50- 150° C
Source: H. R. Ris, Elektrotechnik für den Praktiker, AT Verlag
Comparaison des divers types d’accumulateurs (rechargeables)
Caractéristiques
principales
Accumulateurs au plomb
Batterie de
Batteries de
démarrage
traction
Batteries
stationnaires
Accumulateurs nickel – cadmium
Batteries Ni-Cd
Batteries Ni-Cd
ouvertes
étanches au gaz
Type de construction
ouvert
ouvert
fermé
ouvert
étanches au gaz
plaque à grille
plaques à tubes
positives
plaque à grille
panneau de
fibres/plateau
électrodes
frittées/
de masse
Electrolyte
H2SO4
H2SO4
H2SO4
KOH
KOH
Capacité indiquée [Ah]
20h
5h
10h
5h
5/10h
Tension au repos [V]
2,12
2,12
2,12
1,3
1,3
Tension en fin de recharge [V]
2,7
2,7
2,35
1,7
1,7
Tension en fin de décharge [V]
1,8
1,8
1,6 (10’) à 1,82(10h) 1
1
Résistance interne [mΩ/100Ah]
0,6 à 2,0
1 à 5,0
0,15 à 1,5
0,1 à 0,3
0,1 à 0,3
Facteur de charge
1,2
1,2
1,1
1,2 à 1,3
1,4
Comportement en température [Cn/°C] -1%
-1%
-1%
-0,50%
-0,50%
Autodécharge à 20°C
1%/jour
1%/jour
0,1%/jour
1 à 2%/jour
0,5 à 1%/jour
Rendement en Ah
85%
80%
90%
75%
70 à 80%
Rendement en Wh
70%
70%
80%
55%
60 à 73%
Densité énergétique [Wh/l]
50 à 75
60 à 80
~ 60
30 à 70
40 à 80
Densité énergétique [Wh/kg]
25 à 35
25 à 40
~ 25
15 à 30
20 à 30
Durée de vie [an/cycle]
2 à 5 ans
4 à 6 ans/1500 cycles 5 à 10 ans
15 à 20 ans
6a/500-1000 cy.
Remarques générales
pas pour charge
cyclique
optimisé pour
charge cyclique
adapté sous
condition à
une exploitation
cyclique
grande résistance
aux cycles
résiste aux
décharges
profondes
totalement
sans entretien
résiste aux
décharges
profondes
à utiliser comme
bloc de batteries
6/12 V
à utiliser comme
bloc de batteries
ou cellule
unique 2V
sans entretien
utilisable en
toute position
véhicules
tracteur électrique
gerbeur
groupes
électrogènes de
secours
unités ACS
Application
utilisable en
toute position
installations
électriques
stationnaires,
véhicules
instruments
portables
aéronautique
astronautique
Source: Communication de la fabrique d’accumulateurs Oerlikon
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/9
Production d’air comprimé
Installation de production d’air comprimé
Air
extérieur
Filtre
Réseau
électrique
Moteur électrique,
commande,
accouplement
Compresseur
Sécheur
Réservoir
sous
pression
Réseau
d’air
comprimé
4 kW
10%
40 kW
100%
15%
6 kW
Pertes
d’entraînement
70%
28 kW
Chaleur rejetée
(refroidissement)
5%
2 kW
Chaleur résiduelle
de l’air comprimé
Lorsque la pression dans le réservoir s’abaisse au-dessous d’une certaine
valeur minimale, le compresseur se met en marche. L’air extérieur aspiré est
filtré, comprimé puis séché. Le processus de compression s’interrompt dès
que la pression dans le réservoir atteint la valeur désirée. La plus grande partie de l’électricité consommée est transformée en chaleur, que l’on peut récupérer pour le chauffage de halles ou d’eau. L’air comprimé, en tant qu’agent
énergétique, est environ 20 fois plus cher que le courant électrique.
Compresseur
Utilisation de
la chaleur dégagée
Prix
Nouvelle installation de compresseurs à rendement énergétique optimal
•
•
•
Taille: s’efforcer d’atteindre un taux d’utilisation du compresseur aussi
élevé que possible. Calculer avec précision la demande d’air comprimé afin
de déterminer la puissance. Lors de remplacements, mesurer la consommation sur l’ancienne installation. Eviter d’installer une capacité de réserve
destinée à tranquilliser le concepteur. Lorsque la consommation est très
variable, par exemple exploitation de jour et de nuit, prévoir deux compresseurs: un petit pour couvrir les besoins de base, et un grand pour les
charges de pointe.
Pressions d’enclenchement et de déclenchement: dans la mesure du possible éviter les pressions élevées car la dépense énergétique augmente fortement avec la pression.
Type de compresseur: à déterminer en fonction des besoins. Les critères de
choix sont: la puissance et le domaine de pression ainsi que la qualité de
l’air comprimé (par exemple air comprimé exempt d’huile).
Taille
Pression
Type de compresseur
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/11
Pompes à chaleur (ou thermopompes)
Les pompes à chaleur (PAC) sont des machines frigorifiques qui utilisent des
sources de chaleur à basse température pour produire de la chaleur utile à température plus élevée.
Machines frigorifiques
Types de pompes à chaleur:
•
•
•
•
Pompe à chaleur eau/eau
Pompe à chaleur air/eau
Pompe à chaleur air/air
Pompe à chaleur eau/air
A la place de l’eau, on utilise aussi de la saumure, comme fluide caloporteur
(mélange d’eau et de glycol) pour extraire de la chaleur de l’environnement.
Saumure
Chaleur pour chauffage
Cycle thermodynamique d’une pompe à chaleur à compression
Electricité
Chaleur environnement
Compresseur
mécanique
La source de chaleur met le fluide frigorigène en ébullition, à basse température, dans l’évaporateur (1). La vapeur produite est ensuite comprimée dans
le compresseur (2). La température s’élève fortement et la chaleur peut maintenant être remise – à un niveau de température plus élevé – à l’eau du chauffage dans le condenseur (3). Le fluide frigorigène retourne alors à l’état
liquide. Il se détend dans le détendeur (4) à la pression finale, se refroidit à
cette occasion, et le cycle thermodynamique peut recommencer.
Processus de
fonctionnement
par compression
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/12
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Chaleur pour chauffage
Cycle thermodynamique d’une pompe à chaleur à absorption
Chaleur à haute température
Electricité
Chaleur environnement
Compresseur thermique
Fonctionnement
du processus
à absorption
Dans l’absorbeur (1), le réfrigérant est absorbé par un fluide absorbant. La
chaleur d’absorption est prélevée pour être valorisée. Ensuite, la pompe de
solution (2) amène sous pression le fluide au bouilleur où, grâce à un apport
de chaleur, le réfrigérant est séparé par évaporation. Le fluide absorbant a ainsi
accompli sa mission de «compresseur thermique» et retourne alors au travers
d’une vanne de détente dans l’absorbeur (1). La suite du cycle du fluide thermodynamique est similaire à celui de la pompe à chaleur à compression: transmission de chaleur au réseau de chauffage dans le condenseur (5), expansion
dans le détendeur (6) et captage de chaleur à basse température dans l’évaporateur (7)…
Compression de
vapeurs
Dans la compression de vapeur, la vapeur rejetée, telle qu’elle apparaît dans
un processus de concentration par évaporation, est amenée à pression et température plus élevées par un compresseur. Ces vapeurs peuvent ainsi être utilisées pour le chauffage du même procédé. L’élévation de température nécessaire n’est souvent que de quelques degrés Kelvin; cela représente
approximativement la différence de température entre l’échangeur de chaleur
et l’agent thermodynamique à évaporer. Avec cette faible différence de température de moins de 10 Kelvin, on obtient des coefficients de performance
correspondants de plus de 15.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/13
Les sources de chaleur possibles pour les pompes à chaleur sont:
• les rejets thermiques
• l’air extérieur
• la géothermie
• les lacs, les cours d’eau
• les nappes phréatiques
Sources de chaleur
En exploitation de type monovalent, on utilise la pompe à chaleur sans production supplémentaire de chaleur, contrairement à ce qui se passe lors d’un
fonctionnement de type bivalent, où on utilise un deuxième producteur de
chaleur.
Exploitation
monovalente
E PC =
EPC :
QC :
PAE :
E PR =
EPR :
QR :
PAE :
QC
P AE
Coefficient
de performance en
production de chaleur
coefficient de performance en production de chaleur
(en anglais: coefficient of performance COP)
puissance de chauffage
puissance absorbée effective
QR
P AE
Coefficient
de performance en
production de froid
coefficient de performance en production de froid
(en anglais: energy efficiency ratio EER)
puissance de refroidissement
puissance absorbée effective
EPR = EPC – 1
Le rendement annuel correspond à la chaleur dégagée divisée par l’énergie
facturée, fournie au procédé pendant une année.
Rendement annuel
Coefficients de performance réels atteints par les pompes à chaleur électriques:
Type
Coef. de performance*
Rendement annuel
Eau – eau
(monovalent)
3,5 – 4,0
3,0 – 3,5
Saumure – eau
(monovalent)
3,0 – 3,5
2,5 – 3,0
Air – eau
(bivalent)
2,9 – 3,4
2,4 – 2,9
*
Pour une température de départ de 35° C et une température de la source de chaleur de 2 à
10° C (eau), –5 à 5° C (saumure), 0 à 10° C (air)
On peut considérer comme réalistes des coefficients de performance annuels
d’environ 1,5 pour les pompes à chaleur à moteur à gaz et de 1,3 pour celles
à absorption.
Informations supplémentaires:
Publication RAVEL
«Wärmepumpen»,
Nº de com.: 724.356.d,
OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/15
Production de froid
La réfrigération est un processus dans lequel on extrait de la chaleur d’un système – ou d’une matière – ce qui l’amène à une température plus basse que
celle de l’environnement.
Réfrigération
Il est possible de produire du froid
• directement avec de l’air
• avec un circuit d’eau et l’air extérieur (tour de refroidissement ouverte ou
fermée)
• directement avec de l’eau de surface
• avec des machines frigorifiques à compression (éventuellement source
chaude pour pompe à chaleur)
• avec des machines frigorifiques à absorption entraînées par une source de
chaleur
Machine frigorifique à compression (explications en page 4.2/8)
Rejet de chaleur
Condenseur
Compresseur
mécanique
Vanne
d'expansion
Electricité
Evaporateur
Froid (chaleur extraite)
Machine frigorifique à absorption (explications en page 4.2/9)
Les fluides frigorigènes sont des matières capables d’absorber de la chaleur
par évaporation et d’en dégager par condensation, propriétés mises à profit
pour la production de froid.
Fluide frigorigène
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/16
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Comparaison de divers fluides frigorigènes
Groupe
Symbole
Formule
RGWP
RODP
Valeur VME
CFC
R 11
CFCl3
1,0
1,0
1000
R 12
CF2Cl2
3,0
1,0
1000
R 500
26% R152 a/74% R 12
2,3
0,74
—
R 502
48.8% R 22/51.2% R 12
2,7
0,33
—
R 22
CHF2Cl
0,34
0,05
500
0,02
0,018
100
H-CFC
R 123
H-FC
RGWP
RODP
VME
CFC
H-CFC
H-FC
R 134 a
C2H2F4
0,28
0
—
R 152 a
C2H4F2
0,03
0
—
R 717
ammoniaque
0
0
50
R 270
C3H6 (cyclopropane)
—
—
—
R 290
C3H8 (propane)
—
—
—
Relative Global Warming Potential (relativement à R 11) = relatif au potentiel d’effet de serre
Relative Ozone Depletion Potential (relativement à R 11) = relatif au potentiel d’appauvrisement de la couche d’ozone
Valeurs limites d’exposition aux postes de travail en ppm (> 8 h)
Chlorofluorocarbones (fluides frigorigènes)
Hydrochlorofluorocarbones
Hydrofluorocarbones
A partir de 1994, les CFC, très nocifs pour la couche d’ozone, seront interdits. Le R22 continue à être autorisé à titre provisoire.
Utilisation des fluides frigorigènes disponibles actuellement et leurs alternatives possibles
Source: Sulzer
Informations supplémentaires:
Office fédéral de
l’environnement, des forêts et
du paysage (OFEFP):
Ersatz von FCKW in
der Industrie, Schriftreihe
Umwelt, BUWAL,
Service de la documentation,
3003 Berne, 1990
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation
Frigorigènes en
usage aujourd’hui
Alternatives possibles
Froid domestique
R 12
principale R 134 a
secondaire R 512 a
mélanges
Froid artisanal
R 12, R 22, R 502
principale R 22
secondaire R 134 a, R 512 a
mélanges
Froid industriel
NH3, R 22, R 13, R 12
principale NH3, R 22
secondaire R 134 a
Climatisation
R 22, R 11, R 12
principale R 22
secondaire R 123, R 134 a
Pompes à chaleur
R 22, R 12, R 114, R 502 principale R 22 (tk <60 °C)
secondaire R 134 a
(tk <80 °C)
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/17
Principes d’exploitation optimale (critère économique)
•
Installer pour chaque cas le générateur qui présente le meilleur coefficient
de performance (COP coefficient of performance, respectivement EER,
energy efficiency ratio).
Coefficient
de performance
•
Plus petite est l’élévation de température entre l’évaporation et la condensation, meilleur est le coefficient de performance.
Elévation
de température
•
Une installation hydraulique parfaitement équilibrée et un fonctionnement
optimal sont les conditions principales en vue d’une exploitation énergétiquement efficace.
Equilibrage
hydraulique
•
Lors de la production d’eau froide dans un système passif, il faut optimiser la puissance du ventilateur en fonction de l’humidité et de la température de l’air extérieur.
Production
d’eau froide
•
Abaissement de la température de condensation en éliminant à temps l’air
et les gaz inertes du circuit frigorigène.
Température
de condensation
•
Amélioration des transferts de chaleur en nettoyant souvent et soigneusement les surface d’échangeurs de chaleur, et en évitant la formation de
mucosités dans l’eau de refroidissement.
Transferts de chaleur
•
Ajustement parfait des générateurs de froid, afin que les écarts de réglage
et oscillations restent faibles.
Ecarts de réglage
•
Modification éventuelle des grandes pompes et des ventilateurs en les équipant d’entraînements à vitesse variable.
Entraînement
•
Examiner si la chaleur soutirée au système refroidi peut être réutilisée dans
un autre procédé (par exemple production d’eau chaude).
Utilisation des rejets
thermiques
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/19
Brûleurs, chaudières
Types de brûleurs pour combustibles solides:
• combustion sur grille mécanique
• combustion de charbon pulvérisé
• combustion en lit fluidisé
Combustibles solides
Types de brûleurs pour combustibles liquides:
• brûleur à pulvérisation sous pression
• brûleur rotatif à pulvérisation
• brûleur à injection
• brûleur à vaporisation
Combustibles liquides
Types de brûleurs pour combustibles gazeux:
• brûleurs à basse pression (10-50 mbar)
• brûleurs à haute pression (jusqu’à 3 bar)
• brûleurs atmosphériques
• brûleurs à prémélange
Combustibles gazeux
Avec la technique de combustion Low-Nox (voir aussi le chapitre «Environnement»), les brûleurs à combustibles liquides et gazeux peuvent être exploités avec recirculation (interne ou externe) des gaz d’échappement.
Low-Nox
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/20
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Rendement de la chaudière rapporté au PCI
Taux d’utilisation de diverses chaudières de chauffages centraux
110
5
100
4
3
90
2
80
1
70
60
0
20
40
60
80
100
Taux de charge de la chaudière en %
1. Ancienne chaudière (1967) avec ηC = 84%, température de l’eau dans la chaudière
constante, à environ 80 °C, fonctionnement à une allure.
2. Nouvelle chaudière (1988) avec ηC = 92%, température de l’eau dans la chaudière
constante, à environ 80 °C, fonctionnement à une allure.
3. Nouvelle chaudière à basse température, ηC = 92%, température de l’eau dans la chaudière
fonction de la température externe, fonctionnement à une allure.
4. Nouvelle chaudière à basse température, ηC = 92%, température de l’eau dans la chaudière
fonction de la température externe, combustion modulante.
5. Nouvelle chaudière à condensation ηC = 99%, température de l’eau dans la chaudière fonction de la température externe, combustion modulante, système de chauffage totalement
adapté à la condensation.
Remarque:
Le rendement est mesuré par rapport au pouvoir calorifique inférieur; si
l’énergie de la vapeur d’eau contenue dans les gaz de combustion peut être
récupérée, les rendements peuvent être supérieurs à 100%.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/21
Pertes dans les installations de chauffage
(valeurs favorables d’installations neuves)
3. Pertes de transport 2–4%
(pertes dans les conduites du
système de distribution entre la
chaudière et les corps de chauffage
sans possibilité d’utilisation)
2. Perte de chaudière 1–2%
(pertes par rayonnement de la
chaudière dans le local où elle est
installée, respectivement pertes
en stand-by et en mise en
disponibilité)
1. Pertes à la
cheminée 5–10%;
pour chaudières à
basse température ~ 5%
Le rendement de combustion est déterminé par la différence entre l’énergie
mise en jeu et les pertes à la cheminée.
Le taux de charge du brûleur est le rapport entre la durée de fonctionnement
du brûleur et la durée totale d’enclenchement de l’installation de chauffage.
Sa valeur s’élève à environ 0,4 en moyenne pour la période de chauffage pour
une production de chaleur correctement dimensionnée avec un brûleur à une
seule allure. Cela signifie que, pendant la période de chauffage, le brûleur reste
en moyenne deux fois plus longtemps à l’arrêt qu’en marche.
Puissance
Taux de charge
du brûleur
Durée de
fonctionnement du
brûleur
Durée
d’enclenchement
300%
200%
a) Taux de charge du brûleur 0,5
Arrêt
Marche
Arrêt
Marche
Marche
Arrêt
Brûleur
Marche
100%
Temps
b) Taux de charge du brûleur 0,17
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/22
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Pertes de maintien
Les pertes de maintien (en stand-by) des brûleurs, rapportées à la consommation totale de fioul (valeurs favorables pour de nouvelles installations)
2 à 3%
• Chaudière correctement dimensionnée
4 à 8%
• Chaudière surdimensionnée (200%)
5 à 10%
• Chaudière surdimensionnée (300%)
Rendement
de chaudière
Le rendement d’une chaudière est normalement indiqué par le fournisseur.
Mais il ne concerne que la durée de fonctionnement du brûleur (en règle générale moins d’un tiers de la durée totale d’exploitation de la chaudière). Ce rendement ne peut donc pas être utilisé directement pour effectuer un calcul d’économie d’énergie. Ce qu’il faut, c’est le rendement annuel, c’est-à-dire la
quantité totale de combustible consommée par unité de chaleur utile fournie.
Rendement annuel
Pour des chaudières modernes installées de façon conventionnelle dans des
habitations n’assurant pas la production de l’eau sanitaire, le rendement annuel
s’élève à environ 80%, un peu plus pour de grandes installations. Pour des
chaudières modernes à basse température, il dépasse 90%.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/23
Entraînements électriques
Systèmes à entraînement électrique
Commande / régulation
Réseau
Machine, procédé
(couple, vitesse
de rotation
M
Alimentation
Transmission de force
(accouplement,
engrenage)
Prestation
énergétique
Informations supplémentaires:
«Elektroantriebe»,
documentation RAVEL,
N° de com.: 724. 332 d,
OCFIM, 3000 Berne
Rendement de systèmes d’entraînement électrique
ηglobal = ηalimentation · ηmoteur · ηorgane de transmission · ηmachine
ηalimentation
ηmoteur
ηengrenage
ηmachine
=
=
=
=
90
30
60
0
- 98%
- 98%
- 98%
- 100%
(=
P méc
)
P él
Informations supplémentaires:
R. Reichert, ETH Zurich,
«Elektrische Antriebe Auslegung und
Betriebsoptimierung»,
documentation RAVEL,
N° de com.: 724.331 d,
OCFIM, 3000 Berne
Exemple:
Entraînement de ventilation
ηglobal = 0,95 · 0,85 · 0,75 = 55%
Rendement de moteurs électriques
Type de moteur
10 – 100 W
100 – 1000 W
1 – 10 kW
> 10 kW
A pôles fendus
15-25%
—
—
—
A collecteur (moteur universel)
25-40%
40-50%
—
—
Monophasé
30-55%
55-72%
72-80%
—
Asynchrone à rotor en court-circuit
—
70-80%
80-86%
84-98%
Triphasé (à réglage de vitesse électronique) 70-80%
80-90%
88-92%
92-95%
Synchrone (triphasé)
—
—
—
96-98%
A courant continu
60-70%
70-80%
80-90%
90-95%
A courant continu à aimant permanent
75-80%
85-90%
90-93%
—
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/24
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Variation du rendement de machines électriques
d’une puissance > 10 kW
Rendement
M
100
%
96
94
92
Machine à courant
continu
90
Machine asynchrone
à rotor en court-circuit
88
Machine synchrone
86
Source:
«L’Electricité à bon escient»,
Manuel RAVEL, OFQC
PN
84
10
20
50
100
200
500
1000 2000 5000 10000 20000
kW 100000
Plusieurs types de moteurs peuvent convenir à chaque application. Le rendement dépend du type de moteur et de sa taille.
Plaque signalétique
La plaque signalétique donne: le type de moteur, la tension, la consommation
de courant, la fréquence, la puissance à l’arbre, le type de protection, cos ϕ, la
vitesse de rotation nominale et la classe d’isolation.
Plaque signalétique: exemple pour un moteur de 15 kW (à 2 pôles)
1
Moteur
3~
50 Hz
IEC 34-1
No.
2
5
15 kW
2910
CI
F
∆
29 A
Cat. No.
2. Puissance à l’arbre nominale
RAVEL-Manuel de l’industrie
50 A
IP 54
3
1. Moteur triphasé pour 50 Hz
4
0.90
220 V
380 V
Y
cos ϕ -
r/min
kg
6
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Le couple nominal M peut être calculé à l’aide de la vitesse de rotation nominale n et de la puissance mécanique Pméc :
4.2/25
Puissance mécanique
Pméc = M · n / 9,55
M = Pméc · 9,55 / n = 15 000 · 9,55 / 2910 = 49 Nm
Le couple nominal figure également dans le catalogue.
3. Type de protection selon la Norme IEC 34-5.
IP 54: étanche à la poussière et résistant aux éclaboussures d’eau.
IP 55: étanche à la poussière et résistant aux projections d’eau.
Type de protection
4. Le cos ϕindique la proportion (ici 9/10) du courant du moteur qui est efficace. On peut donc calculer la puissance électrique absorbée à charge
nominale:
Puissance électrique
P = √3 · U · I · cos ϕ= √3 · 380 · 29 · 0,9 = 17 170 W = 17,17 kW
Le numéro 2 indique la puissance mécanique nominale à l’arbre (ici 15 kW),
ce qui permet de déterminer le rendement du moteur:
η(rendement) = puissance (délivrée) / puissance (absorbée)
= Pméc / Pélec = 15 / 17,17 = 0,87
5. La vitesse de rotation nominale du moteur est valable pour un moteur
chaud, à tension, fréquence et puissance nominales.
Vitesse de rotation
nominale
Pour une vitesse de rotation nominale d’un moteur de 2910 t/min, on peut
déduire qu'il s’agit d’un moteur à 2 pôles. La vitesse de rotation synchrone
se monte donc à 3000 t/min. Le glissement équivaut à 3000 – 2910 = 90
t/min, typiquement avec une tolérance de ± 10%:
90 ± 10% = 90 ± 9 t/min
Le glissement relatif vaut: ngliss/nsynchr = 90/3000 = 0,03 = 3%
Glissement
Classes d’isolation
6. Classes d’isolation:
Température en service continu maximale
Echauffement limite
[°C]
[K]
A
105
65
E
120
80
B
130
90
F
150
110
H
175
135
Remarque: l’élévation de température maximale tolérée relativement à une
température ambiante de 40° C est désignée par le terme d’échauffement
limite.
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/26
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Eléments du moteur électrique
Stator
Rotor
Induit
Le stator est la partie fixe du moteur; la partie mobile est le rotor. L’induit
représente l’ensemble des éléments destinés à produire le couple dans le
moteur. L’enroulement d’excitation produit le flux magnétique.
Machine asynchrone
triphasée
Le moteur asynchrone triphasé (appelé aussi moteur à induction) est le moteur
électrique le plus utilisé.
Configurations:
Moteur à
cage d’écureuil
Moteur à bagues
Moteur à cage d’écureuil
(rotor à barres en
court-circuit)
L1
L2
Le moteur à bagues
(à rotor bobiné)
permet de réduire le
courant rotorique,
surtout au démarrage.
L3
L1
L3
L2
L1
L2
L3
Dans les moteurs asynchrones, le rotor est en retard par rapport au champ
magnétique du stator. Cette différence de vitesse de rotation est appelée glissement:
Glissement
Courant rotorique
s =
(ns – n)
nc ⋅ 100 [%]
ns :
n:
s=
vitesse de rotation synchrone
vitesse de rotation en charge
2-5%
ou
n
s = n s ⋅ 100 [%]
c
Un glissement plus élevé augmente la tension induite et par conséquent le courant de rotor. Le couple moteur augmente donc avec le glissement.
Les moteurs asynchrones ont, à la fréquence de réseau f, leur plage de fonctionnement nominal proche de la vitesse de rotation synchrone n:
Vitesse de rotation
synchrone
n = 60 · (f/p) [1/min]
p:
f:
RAVEL-Manuel de l’industrie
nombre de paires de pôles
fréquence du réseau [Hz]
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Nombre de pôles
4.2/27
Vitesse de rotation synchrone pour une fréquence de 50 Hz [1/min]
2
3000
4
1500
6
1000
8
750
12
500
Le couple de rotation d’une machine à entraîner devrait toujours être plus petit
que celui du moteur électrique (en particulier à vitesse de rotation nulle). Leur
différence est une mesure de l’accélération à la montée en régime.
Couple de rotation
Courbes caractéristiques des couples
M
MK
MA
Mn
Couple résistant de
la machine à entraîner
Couple du moteur
nn
de décrochage
Mk couple
:
Mn : couple nominal
MA : couple de démarrage
s
ns
n
de rotation synchrone
ns vitesse
:
nn : vitesse de rotation nominale
s : glissement
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/28
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Commande du moteur
Un moteur électrique peut être commandé (entraînement commandé) ou
réglé. Pour des informations supplémentaires, voir le chapitre «Commande
et réglage».
Entraînement commandé
Entraînement commandé
Réseau électrique
Commande
Moteur
électrique
Entraînement réglé
Machine
de production
Entraînement réglé
Réseau électrique
Commande
Réglage
Valeur de
consigne
Tension, courant, fréquence…
Moteur
électrique
Convertisseur
RAVEL-Manuel de l’industrie
Machine
entraînée
Couple de rotation
Vitesse de rotation…
Avec des convertisseurs comme modules de commande d’entraînement, on
commande la vitesse de rotation en variant la fréquence d’alimentation. Ils
sont spécialement adaptés aux moteurs asynchrones. Les convertisseurs et les
moteurs doivent être conçus comme un système global.
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/29
Schéma de principe d’un convertisseur de fréquences
avec circuit intermédiaire
L1
L2
L3
Redresseur
M
Circuit
intermédiaire
Onduleur
3~
Circuit de commande et de régulation
Valeur de consigne
ηglobal = ηCF · ηM
ηCF :
ηM :
Rendement
rendement du convertisseur de fréquence
rendement du moteur (est un peu plus petit que sans convertisseur raccordé, à cause de la présence d’harmoniques)
Rendement d’un convertisseur de fréquences en fonction
de la vitesse de rotation avec une charge de 100, 50 et 25%
η
100%
100%
50%
25%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
n
25%
η:
n:
50%
75%
100%
rendement
vitesse de rotation du moteur
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/30
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Système
d’entraînement
Le principe de base d’une conception énergétiquement efficace est le suivant:
toujours analyser et optimaliser le système complet, et pas seulement tel ou
tel moteur électrique. Il y a lieu de respecter les priorités suivantes:
1. Ajuster la durée d’exploitation aux besoins (éviter la marche à vide).
2. Réduire l’appel de puissance (débit, pression, vitesse, vitesse de rotation,
etc.) au strict nécessaire.
3. Améliorer le rendement des composants.
4. Améliorer le processus de production sur le plan énergétique.
A chaque vitesse de rotation de rotation n [min-1] correspond un couple M
[Nm] donné à fournir. La puissance P est calculée de façon suivante:
Puissance
P = 2π · M · n/60 [W]
Chaque entraînement électrique doit entraîner une charge donnée (machine
entraînée) avec un couple de charge M déterminé, fonction de la vitesse de
rotation n. La plupart des entraînements peuvent être répartis en quatre types
suivants d’utilisation:
M
P
Transporteurs à courroies, engins de
levage, grues, élévateurs, machinesoutils
M = const.
P~n
n
M~n
P ~ n2
Freins à courant de Foucault
n
M
P
P ~ n3
M ~ n2
Pompes, ventilateurs, véhicules
rapides, utilisations qui nécessitent de
surmonter les résistances de l’air ou de
liquides
n
M
P
P = const.
Tours ou bobineuses
1
M~
n
n
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/31
Lors du choix d’un moteur électrique doit être pris en considération, à part la Types d’exploitation
puissance et le couple, également le type d’exploitation. Un moteur s’échauffe
moins à charge de courte durée qu’à charge continue, et peut donc être choisi
de plus petite taille. Pour décrire le type de sollicitation ont été définies différentes classes d’exploitation:
S1
S2
S3, S4, S5
S6
=
=
=
=
service continu
service de courte durée
service à charge intermittente
service ininterrompu à charge intermittente
Exploitation
en service continu
Exploitation
à durée brève
S1
Exploitation par intermittences
sans influence du
démarrage
S2
V
S4
S3
tB
P
avec influence du
démarrage
tB
tA
tB
tp
tS
tS
ϑ
ϑ
Pv
ts
tB
tp
tA
=
=
=
=
=
=
t
t
température de machine
puissance perdue
durée du cycle
durée de charge
durée de pause
durée de démarrage
[K]
[kW]
[s]
[s]
[s]
[s]
t
t
Durée d’enclenchement DE [%]:
DE = 1 ⋅ 100
T
Durée
d’enclenchement
Conversion de la puissance en surcharge tolérée (valeur indicative) lors de
diverses formes d’exploitation:
P12 · ED1 = P22 · ED2
Puissance
de surcharge
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/32
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Commande
par groupe
Dans la commande par groupe, un moteur électrique actionne plusieurs
machines de production à l’aide d’organes de transmission. Ce qui peut se
révéler efficace, puisque le rendement d’un moteur augmente avec la puissance. Par contre les entraînements individuels présentent des avantages en
fonctionnement à puissance variable.
Engrenages
Pour un nombre de tours de la machine à entraîner inférieur à 500 min-1, des
engrenages peuvent devenir nécessaires. Des engrenages à un seul étage atteignent des rendements d’environ 98%.
Rendement d’engrenages à plusieurs étages
RAVEL-Manuel de l’industrie
Type de transmission
Rendement [%]
Couplage direct
99
Engrenages
– droits
94 – 97
– coniques
94 – 97
– à vis sans fin
30 – 90
Courroies
– trapézoïdales
– synthétiques
– caoutchouc
– plates
– crantées
88 – 93
81 – 85
81 – 85
97 – 99
97 – 99
Chaînes
90 – 96
Câble métallique
91 – 95
Remarque
3 étages
(1 à 2% de pertes par étage)
3 étages
(1 à 2% de pertes par étage)
dépend de la démultiplication
(240:1 – 9:1)
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/33
Pompes
Dans une pompe centrifuge, une roue en rotation provoque une augmentation
de la pression de sortie et entraîne le fluide à circuler.
Pompe centrifuge
Dans les pompes volumétriques à piston, un piston en mouvement aspire un
fluide puis le refoule.
Pompe à piston
Pour les circulateurs à rotor noyé, on utilise un moteur à gaine. Dans ce type Circulateur à
spécial de moteur asynchrone, la gaine sépare mécaniquement le stator du rotor noyé
rotor. La gaine et le fluide situés entre le stator et le rotor diminuent le rende- Moteur à gaine
ment du moteur. Dans les plages de faibles puissances, les moteurs de pompes
sont soit des moteurs asynchrones triphasés (3 x 400 V), soit des moteurs
monophasés à condensateur (1 x 230 V).
Pour les pompes à moteur ventilé, on utilise comme moteur d’entraînement
des moteurs triphasés conventionnels. On utilise les pompes à moteur ventilé
avant tout pour des puissances installées de plus de 200 W. Pour des puissances plus élevées, (pompes sur socle), le choix du moteur est indifférent.
Pompe à
moteur ventilé
Les résistances hydrauliques déterminent la demande d’énergie des pompes.
On peut diminuer les pertes en choisissant des diamètres de conduites suffisamment grands.
Résistance
hydraulique
Pour choisir une pompe, il faut procéder comme suit: commencer par déterminer la courbe caractéristique du réseau de conduites de l’installation, avec
ses grandeurs caractéristiques du pompage, telles que le débit et la hauteur de
refoulement. Le point d’intersection entre la courbe caractéristique du réseau
hydraulique et celle de la pompe à son rendement maximum détermine le
point de fonctionnement nominal.
Choix d’une pompe
Informations supplémentaires:
«Dimensionnement et exploitation optimale des circulateurs»,
documentation RAVEL
Nº de com. 724.330 f,
OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/34
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Point de
fonctionnement
Point de fonctionnement = point d’intersection des courbes caractéristiques
de l’installation et de la pompe.
dP
Courbe caractéristique
de la pompe
FN
Courbe caractéristique
de l’installation
V
dP = pression de refoulement
V = débit refoulé
FN = point de fonctionnement
nominal
Hauteur de refoulement H, rendement h et puissance absorbée électrique P
d’une pompe à une vitesse de rotation de 1450 t/min.
H en m
60
50
40
80
η en %
60
40
P en kW
20
0
35
25
15
0
30
60
90 120 150 180 210 240
V en m3/h
V
H
h
P
=
=
=
=
débit refoulé
hauteur de refoulement
rendement
puissance électrique
absorbée
Rendement
Rendement
η =
Puissance utile
Puissance électrique absorbée
puissance utile = hauteur de refoulement · débit refoulé
Système en
circuit fermé
Dans des systèmes en circuit fermé:
• Le débit varie proportionnellement à la vitesse de rotation.
• La pression de refoulement varie avec le carré de la vitesse de rotation.
• La puissance électrique absorbée varie avec le cube de la vitesse de rotation.
Exemple:
Lorsqu’on double le débit, la puissance d’entraînement devient huit fois plus grande.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/35
Valeur de la hauteur de refoulement H et de la puissance
d’entraînement P en fonction de la vitesse de rotation n pour
une pompe centrifuge
H, P
%
100
80
Pression
H
60
40
Puissance
P
H
4
P 20
8
0
20
40
n
2
60
80
100 %
Vitesse de rotation n
Le débit peut être contrôlé de différentes façons:
• par un clapet d’étranglement
• par une dérivation sur la pompe au moyen d’un «by-pass»
• par un réglage à aubes mobiles
• par un réglage de la vitesse de rotation de l’entraînement
Source:
Bull. SEV/VSE 4/1987
Débit
Exemple:
Consommation de courant d’une pompe centrifuge en fonction du débit, avec
régulation du débit par étranglement (courbe supérieure) et par vitesse de rotation variable (courbe inférieure).
Consommation d’électricité
100
%
80
60
M
40
20
f2
f1
0
0
20
40
60
80
100%
Débit
Source:
«L’Electricité à bon escient»,
Manuel RAVEL, Office fédéral
des questions conjoncturelles
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/37
Ventilateurs
Le ventilateur radial aspire l’air axialement et le refoule radialement. Le dispositif de guidage est le boîtier en forme de spirale.
Roue à aubes
Ventilateur radial
Volute
Source et informations
supplémentaires:
Lüftungstechnik – Aktuelles
Wissen aus Theorie und Praxis
Le ventilateur axial aspire l’air axialement et le refoule axialement. Dans les
ventilateurs d’exécution soignée et plus puissants, le tourbillonnement de l’air
à la sortie du rotor est supprimé par un stator muni d’aubes.
Roue à aubes
Ventilateur axial
Aubes fixes
La puissance du ventilateur est déterminée par le débit d’air ou de gaz et par
la différence de pression.
Puissance
du ventilateur
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/38
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Caractéristique pression – débit – volume
Domaine traitillé à éviter
∆pt
Point de
fonctionnement
V
Courbe caractéristique
du ventilateur axial
Courbe caractéristique
de l’installation
(résistance du système)
V: quantité de gaz transportée par unité de temps
∆pt: différence de pression
Section du canal
RAVEL-Manuel de l’industrie
Pour un débit donné, l’influence de la section de conduite sur les pertes de
charge est surproportionnelle, et encore plus forte sur la puissance d’entraînement nécessaire; par exemple, une augmentation de 10% du diamètre
entraîne une réduction de 38% des pertes de charge et ainsi une réduction de
plus de 60% de la puissance d’entraînement.
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/39
Variation du rendement d’un ventilateur radial
1.0
Rendement
0.8
aubes à courbure
vers l’arrière
0.6
roue à tambour
0.4
0.2
domaine de fonctionnement optimal
0
0
0.2
0.4
0.6
0.8
1.0
Coefficient de débit ϕ
ϕ =
ϕ.:
V:
S:
v:
V
S⋅v
Coefficient de débit
coefficient de débit
débit [m3/s]
surface définie par le diamètre extérieur de l’aubage [m2]
vitesse périphérique de l’aubage [m/s]
Pour assurer une exploitation optimale du point de vue de l’énergie, il faut
veiller aux points suivants (classés par ordre de priorité):
1. Ajuster la durée de fonctionnement à la durée d’utilisation effective.
2. Réduire le débit d’air.
3. Réduire les pertes de charge dans les gaines de ventilation.
4. Maximiser le rendement des composants.
Exploitation
énergétiquement
optimale
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/40
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Valeur du débit, de la pression et de la puissance électrique absorbée
en fonction de la vitesse de rotation
Une vitesse de rotation plus élevée provoque…
un débit plus grand
une pression plus élevée
une plus grande puissance absorbée
La relation entre la vitesse de rotation et …
le débit est
la pression
la demande de puissance
proportionnelle.
est proportionnelle au
carré de la vitesse de
rotation.
est proportionnelle
au cube de la vitesse
de rotation.
V2 =
n2
V
n1 1
n2
p =( n ) 2 p
1
P2 = (
n2 3
P1
n1 )
Le débit peut être contrôlé de différentes manières:
• au moyen d’une vanne d’étranglement
• par une modification de la composante périphérique du ventilateur
(réglage des aubes)
• en variant la vitesse de rotation du ventilateur
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/41
Puissance électrique absorbée pour différents modes
de contrôle du débit
1.0
0.8
Pel/Pel nom
Clapet d’étranglement
Réglage de la
composante
périphérique
0.6
(∆PV~V2)
0.4
0.2
0
Variation de vitesse de rotation
Moteur à courant triphasé
à excitation séparée (∆PV~V2)
0.2
0.4
0.6
0.8
1.0
Informations supplémentaires:
«Energie – effiziente lüftungstechnische Anlagen in der
Haustechnik»,
documentation RAVEL,
N° de com. 724.307 d,
référence.: OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/43
Eclairage
Notions de base:
Flux lumineux
Luminance
Quantité globale de lumière émise
par une source lumineuse
[lumen]
[lm]
Rayonnement lumineux dans une
direction déterminée
[candela]
[cd]
Intensité lumineuse
(ϕ/sr; sr = stéradian
[unité de mesure d’angle solide])
Eclairement (E)
Intensité lumineuse réfléchie par une
surface donnée
[candela/m2]
[cd/m2]
Flux de lumière tombant sur une
surface éclairée
[lux = lumen/m2]
[lx]
L’efficacité lumineuse représente la puissance d’une source de lumière par
rapport à la puissance électrique absorbée [lm/W].
Intensité lumineuse
Eclairement
Rendement lumineux
Longueurs d’ondes et couleurs de lumière
bleu
600
jaune
1
rouge
102 104 106 108 m
800
nm
Longueur d’onde
vert
700
500
10 -12 10 -10 10 -8 10 -6 10 -4 10 -2
1 pm 1 nm 1 µ m
400
violet
Rayonnement cosmique
Rayons γ
Rayons X
Rayons UV
Lumière visible
Rayonnement thermique
Ondes en mm, cm, dm
Ondes radio
Courants alternatifs
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/44
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Intensité lumineuse nominale pour divers types d’activités
Type de local / genre d’activité
Intensité
lumineuse
nominale
[lx]
Couloirs de circulation dans les bâtiments
pour personnes
Couleur
de la
lumière
Propriétés de
rendu des
couleurs:
degrés
Classe de
qualité de la
limitation de
l’éblouissement
50
3
3
pour personnes et véhicules
100
3
3
escaliers, escaliers mécaniques,
rampes de chargement
100
3
2
transporteurs autom., tapis roulants,
dans la zone de circulation
100
3
3
Bureaux avec places de travail
seulement à proximité immédiate des fenêtres
300
2
1
locaux de bureaux
500
2
1
750
2
1
1000
2
1
2
1
bureaux - jardins
– réflexion élevée
– réflexion moyenne
bc, bn
dessin technique
750
salles de séances et conférences
300
2
1
locaux informatiques
500
2
1
espaces de circulation du public
200
2
1
50
3
3
installations de production avec interventions
manuelles occasionnelles
100
3
3
places de travail occupées en permanence
dans les installations de production
200
3
3
cabines de mesures, pupitres de commande, laboratoires
300
2
1
travaux exigeants pour la vue
500
2
1
1
1
Sidérurgie, aciérie, laminoirs, fonderies de grosses pièces
installations de production sans intervention manuelle
50
3
3
installations de production avec interventions
manuelles occasionnelles
100
3
3
places de travail occupées en permanence
dans des installations de production
200
3
3
places d’examen et de contrôle
500
2
1
Travail et usinage du métal
forgeage libre de petites pièces
200
3
2
travaux plus ou moins fins sur machines:
tournage, fraisage, rabotage (tolérance> 0,1 mm)
300
3
2
soudure
travaux fins sur machine (tolérance <0,1 mm)
500
3
1
postes de traçage et de contrôle, postes de mesure
750
3
1
trains de laminage à froid
200
3
3
tréfileries, étirages de tubes, fabrication de profils
de feuillards laminés à froid
300
3
2
façonnage de tôles lourdes (> 5 mm)
200
3
2
façonnage de tôles légères (< 5 mm)
300
3
2
Industrie chimique, du plastique et du caoutchouc
installations de production avec commande à distance
contrôle des couleurs
RAVEL-Manuel de l’industrie
1000
bc, bn
bc, bn
bn, bl
bc, bn, bl
bc, bn
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Type de local et genre d’activité
Intensité
lumineuse
nominale
[lx]
Couleur
de la
lumière
4.2/45
Propriété de
rendu des
couleurs:
degrés
Classe de
qualité de la
limitation de
l’éblouissement
production d’outils et de matériel de coutellerie
500
3
1
montage grossier
200
3
2
montage moyennement fin
300
3
1
montage fin
500
3
1
préparation du sable
200
3
1
atelier d’ébarbage, au cubilot, au mélangeur,
halles de coulée, postes de vidange,
moulage mécanique
200
3
2
moulage manuel, noyautage
300
3
2
fabrication de modèles
500
3
1
galvanisation
300
3
2
masticage, peinture, laquage
300
3
1
1000
3
1
3
2
fabrication d’outillage, de calibres et
de gabarits, mécanique fine, montage très fin
bc, bn
construction grossière de carrosserie
travail de la surface
500
cabine de laquage au pistolet
750
3
-
places de polissage après laquage
750
3
1
1000
3
1
750
3
1
retouchage du laquage
inspection
bc, bn, bl
Abréviations:
bc: blanc chaud
bn: blanc neutre
bl: blanc lumière du jour
Source:
Elektrotechnik Nr. 12-1987
Propriétés de rendu des couleurs d’une source de lumière
La norme DIN 5035 définit quatre classes de qualité de limitation d’éblouissement:
Classe A
très hautes exigences
Classe 1
hautes exigences
Classe 2
exigences moyennes
Classe 3
faibles exigences
Limitation
d’éblouissement
Les propriétés de rendu des couleurs d’une source lumineuse doivent indiquer
si la couleur d’un corps éclairé par cette source apparaît correctement à un
observateur. Les propriétés sont réparties en diverses classes: plus le rang de
la classe est élevé, plus les différences de couleurs par éclairage avec la source
étudiée sont fortes.
Couleur d’un corps
Des informations supplémentaires sur la définition de l’éblouissement et du
rendu des couleurs se trouvent dans le «Handbuch für Beleuchtung».
Informations supplémentaires:
«Handbuch für Beleuchtung»
de la SLG
Association suisse de
l’éclairage,
Postgasse 17, 3011 Berne,
tél.: 031/312 22 51,
fax: 031/312 12 50
Documentation RAVEL
«Beleuchtung»
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/46
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Caractéristiques des lampes d’éclairage industriel et artisanal
Propriétés
Halogène à Fluorescente Fluorescente Luminescente A vapeur
incandescence
compacte
à vapeur de
d’halogénure
mercure à
métallique
haute pression
A vapeur
de sodium
à basse
pression
A vapeur
de sodium
à haute
pression
Flux lumineux
[lm]
10 000 à
45 000
150 à
5000
400 à
2900
2000 à
130 000
30 000 à
190 000
4650 à
32 000
10 000 à
130 000
(y compris
ballast)
22
40 à
100
40 à
80
34 à
63
75 à
95
85 à
145
80 à
130
Puissances
[W]
500 à
2000
18 à
58
7à
36
50 à
2000
400 à
2000
18 à
180
100 à
1000
Couleurs de
la lumière
bc
bc, bn, bl
bc, bn, bl
bn, bl
bl
bc
bc
Classe de rendu
des couleurs
1
1. 2, 3
1
4, 4
1, 2
4
4
Durée de vie
utile [h]
1000 à
2000
7500
6000
6000
2000 à
6000
6000
6000
Ballast
aucun
ballast
inductif
ballast
inductif
ballast
inductif
ballast
inductif
transformateur ballast
à fuites
inductif
magnétiques
BE
BE
Rendement
lumineux [lm/W]
Dispositif
d’amorçage
aucun
démarreur
démarreur
aucun
amorceur
aucun
amorceur
Durée
d’amorçage [min]
aucune
aucune
<1
3
3
10
5
Temps de
réamorçage [min]
immédiat
immédiat
immédiat
5
10
2
<1
Source:
Elektrotechnik N° 12-1987
Informations supplémentaires:
«Handbuch für Beleuchtung»
de la SLG
Association suisse de
l’éclairage,
Postgasse 17, 3011 Berne,
tél.: 031/312 22 51
fax: 031/312 12 50
Documentation RAVEL
«Beleuchtung»
RAVEL-Manuel de l’industrie
Abréviations:
bc: blanc chaud
bn: blanc neutre
bl: blanc lumière du jour
BE: ballast électronique des luminaires
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/47
Chaleur de production
Densité de puissance thermique et section active
de divers types d’échauffements
Echauffement par
faisceau d’électrons
Echauffement par plasma
Soudure à arc
Echauffement
par conduction
Densité de puissance thermique
Echauffement
inductif
Laser
Four à arc
Durcissement inductif
Echauffement diélectronique
Echauffement indirect
par résistance
Chauffage par combustible
Rayonnement solaire
Section active
Source: RWE
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/49
Utilisation de rejets thermiques et récupération de chaleur
Energie utile
Procédé
Chaleur récupérée
RC
Chaleur dégagée
non utilisable
Avec la récupération de chaleur (RC), la chaleur produite en excédent par un
procédé ou une installation est réutilisée dans le même processus ou la même
installation, sans décalage dans le temps. De cette façon, on obtient un rendement de l’installation plus élevé. L’idéal en cette occurrence serait que la quantité de chaleur produite et le moment où elle est produite correspondent en gros.
Energie utile 1
Procédé 1
Récupération
de chaleur
RC
Chaleur dégagée
Chaleur dégagée
non utilisable 1
URT
Energie utile 2
Procédé 2
Chaleur dégagée
non utilisable 2
On parle d’utilisation des rejets thermiques (URT), quand la chaleur produite
en excédent par un procédé ou une installation est réutilisée dans un autre procédé ou installation, simultanément ou avec retard. De cette façon on n’améliore pas le taux d’utilisation de l’installation considérée, mais on optimise l’utilisation d’énergie de l’ensemble des installations liées entre elles. L’utilisation
de rejets thermiques requiert que l’offre de chaleur et la demande externe se
recouvrent dans le temps, ou en cas de demande différée, que ces décalages
soient compensés par un accumulateur thermique. Il faut également considérer que la source de chaleur doit être disponible pendant toute la durée de la
demande de chaleur, afin que les investissements soient profitables.
Utilisation des rejets
thermiques
URT
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/50
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Pour l’utilisation des rejets thermiques, certains critères doivent être observés:
Température
1. Niveau de température
plus de 400
°C
plus de 100
°C
plus de 60
°C
plus de 40 - 55 ° C
plus de 25
°C
plus de 10 - 15 ° C
pour la production de courant électrique
pour certains procédés de production
pour l’eau chaude
pour le chauffage à basse température
pour le chauffage à air
pour l’utilisation par des pompes à chaleur
Offre – Demande
2. Concordance entre l’offre et la demande sur le plan temporel et quantitatif.
Impuretés
3. Impuretés; air pollué par poussière, fibres, odeurs, vapeurs; liquides corrosifs.
Consommateur
4. Présence d’un consommateur adéquat dans la propre entreprise ou dans
les environs immédiats (par exemple chauffage à distance pour un quartier d’habitations).
Durée de vie
de l’installation
5. Correspondance des durées des installations en présence.
Procédés de récupération de chaleur
Récupération de chaleur :
principales possibilités d’utilisation
Procédés de récupération
par surfaces d’échange
Echange de chaleur direct
(p. ex. échangeurs à plaques
ou tubulaires)
Procédés régénératifs
par masse d’accumulation
(p. ex. échangeur de
chaleur rotatif)
Echange de chaleur indirect
par milieu intermédiaire
- sans changement de phase
- avec changement de phase
(pompe à chaleur,
caloduc)
RAVEL-Manuel de l’industrie
du
milieu
intermédiaire
Transmission directe
(mise en contact des courants
de matière plutôt rare)
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
Un échangeur de chaleur (EC) sert à transférer de la chaleur d’un milieu dans
un autre, sans qu’ils n’entrent en contact direct. En général le flux de chaleur
est transféré à travers une paroi de séparation. Suivant la direction des flux des
deux milieux, on distingue:
EC à équicourant
EC à contre-courant
EC à courants croisés
Formes typiques d’échangeurs de chaleur (en fonction de l’état des deux
milieux):
•
liquide/liquide
EC à plaques
EC à calandre
EC à double tube
•
gaz/gaz
EC à plaques
EC à tube de verre
Caloduc
EC rotatif
•
gaz/liquide
EC à lamelles
Dans un procédé de l’échange de chaleur à récupération, la chaleur est transférée d’un flux d’air à un autre au travers de parois d’échange fixes.
•
4.2/51
Echangeur de chaleur
EC
EC à équicourant
EC à contre-courant
EC à courants croisés
Types d’EC
Echange de chaleur
à récupération
Echange de chaleur direct assuré par une surface d’échange
20°–30 °C
3
1
–10 °C
2
5 °C
4
5
10°–15 °C
1.
2.
3.
4.
5.
Entrée d’air extérieur
Air rejeté
Echangeur de chaleur
Chauffage à air éventuel
Aspiration
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/52
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
•
Echange de chaleur indirect assuré par un milieu intermédiaire (sans changement de phase)
3
–
2
+ +
1
4
6
5
1
2
3
4
•
RC par régénération
Air extérieur
Préchauffeur
Refroidisseur
Air rejeté
5 Pompe de circulation
2 Eau, glycol
6 Vanne de réglage
Echange de chaleur indirect assuré par un milieu intermédiaire (avec changement de phase): par exemple une pompe à chaleur au lieu d’une tour de
refroidissement pour la production d’eau glacée (utilisation de chaleur récupérée et disponible à un certain niveau de température pour le préchauffage
de matière dans un procédé ou pour le chauffage des locaux).
Dans un procédé RC par régénération, la chaleur est transférée d’un flux d’air
à un autre par une matière accumulatrice qui, en plus de la chaleur, peut aussi
transférer l’humidité.
Air extérieur
RAVEL-Manuel de l’industrie
Rotor
Boîtier
Entraînement
du rotor
Zone de
transfert
Air dégagé
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Techniques énergétiques de base
4.2/53
Flux d’énergie dans une installation de récupération de chaleur
pour la ventilation d’une halle industrielle
Aération et ventilation avec
récupération de chaleur
Air rejeté
~ 5%
Récupération
de chaleur
jusqu’à 74%
Toit
12%
Sources de
chaleur interne
26%
Plancher
3%
Source:
Elektrowärme international,
50 (déc. 1992)
Demande d’énergie
additionnelle
~ 5%
Air extrait 79%
Façade
6%
Informations supplémentaires:
Série de publications «RAVEL
im Wärmesektor»,
cahier 1:
Elektrizität und Wärme –
Grundlagen und
Zusamennhänge
(N° de commande: 724.357 d);
cahier 2:
Wärmerückgewinnung und
Abwärmenutzung
(N° de commande: 724.355 d);
cahier 3:
Wärmepumpen
(N° de commande: 724.356 d);
cahier 4:
Wärmekraftkopplung
(N° de commande: 724.358 d)
Commande: OCFIM, 3000 Berne
RAVEL-Manuel de l’industrie
5
Environnement
5.1
Polluants
5.2
Combustion d’agents énergétiques
fossiles
5.3
Bruit
5.4
Législation suisse sur la
protection de l’environnement
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Environnement
5
5.1/1
Environnement
5.1 Polluants
Par émissions on désigne le rejet de substances et d’énergies d’une source vers
l’environnement. Exemples d’émissions: bruit, vibrations, rayonnements, gaz
de combustion, poussière, chaleur, déchets. Pour les mesurer, on recourt à des
grandeurs caractéristiques, à des facteurs et degrés d’émission. Une d’entre
elles est par exemple la concentration, qui correspond à la quantité de substances émises par rapport au volume de gaz dégagé (en mg/m3 par exemple).
Le facteur d’émission exprime le rapport quantitatif entre les substances
émises et les produits fabriqués ou transformés (en kg/t par exemple). Le
degré d’émission représente le rapport entre la masse émise d’un polluant et
la masse de cette substance introduite initialement avec le combustible dans
l’installation (en%).
Emissions
Les immissions apparaissent sous forme de substances et d’énergies en un
lieu donné et exercent leurs effets sur les conditions environnementales de
l’homme, de l’animal, des plantes et des matériaux. Tels sont par exemple le
bruit, les vibrations, le rayonnement, la chaleur, les polluants, la poussière.
Immissions
Transport
Source:
Umweltbericht
des Kantons Zürich
RAVEL-Manuel de l’industrie
5.1/2
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Environnement
Dioxyde de soufre
SO2
Le dioxyde de soufre (SO2) apparaît principalement lors de la combustion de
combustibles fossiles contenant du soufre, en particulier le charbon et le fioul.
Le dioxyde de soufre est un gaz incolore et fortement odorant, et qui, à haute
concentration, peut provoquer des problèmes respiratoires. Le SO2 est responsable, en liaison avec l’humidité de l’air, des pluies acides.
Monoxyde de carbone
CO
Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz inodore, incolore et toxique. Une
grande partie du CO présent dans l’atmosphère provient de la combustion
incomplète de matières carbonées.
Dioxyde de carbone
CO2
Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz non toxique, incolore, non combustible, d’odeur légèrement acide. Il se forme partout où du charbon et des substances carbonées (par exemple pétrole, gaz naturel) sont chauffés ou brûlés.
Par sa capacité à absorber les rayons infrarouges de la lumière solaire, il joue
un rôle de premier plan dans l’équilibre de la température terrestre et, entre
autres, dans l’effet de serre.
Cycle du carbone (données en milliards de tonnes de carbone):
Atmosphère
735 +3
100
104-105
Photosynthèse
100
2–3
50
Source:
Houghton, Spektrum
der Wissenschaften 2/89
Respiration
des plantes
50
RAVEL-Manuel de l’industrie
Production
d’énergie
Activité
volcanique
5
Réserves
du sol
1500
Réserves
fossiles
5-10 000
Emissions de CO2 par les agents énergétiques fossiles
Houille de la Ruhr
Lignite
Pétrole brut
Essence pour moteurs
Essence pour avions
Diesel
Mazout léger
Mazout lourd
Gaz liquide
Gaz naturel
0.2
Respiration du sol
Sédiments
40 x 103
Combustible/agent énergétique
5
50
Biomasse
600
Océans
36 x 103
50
50
kg CO2/GJ
93
110
75
72
72
74
74
79
66
56
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Environnement
5.1/3
Les oxydes d’azote (NOx) se dégagent lors de combustions, surtout à hautes tem- Oxyde d’azote
pératures, et lors de certains procédés chimiques comme la production d’acide NOx
nitrique. Les NOx (monoxyde, dioxyde) se forment par oxydation de l’azote
atmosphérique et, en partie, par transformation de l’azote éventuellement présent dans les combustibles. Les oxydes ainsi libérés influencent les réactions photochimiques dans l’atmosphère et contribuent également à la formation des
pluies acides. De plus ces gaz ont des effets sur la santé par le fait qu’ils irritent
les muqueuses et les voies respiratoires et provoquent des allergies.
Les composés organiques volatils (en anglais: volatile organic compounds,
VOC) sont des composés d’hydrocarbures. Les VOC proviennent de solvants,
colorants, laques, colles, produits de nettoyage, fluides frigorigènes, transbordements de combustibles et carburants, etc. Sous l’action du rayonnement
solaire, ces hydrocarbures produisent avec les oxydes d’azote de l’ozone.
Composés organiques
volatils
Hydrocarbures
HC
VOC
Les hydrocarbures halogénés (CFC) sont diverses combinaisons d’hydrocarbures, dans lesquels l’hydrogène est remplacé, totalement ou en partie, par
des halogènes (fluor, chlore, etc.). On les utilise comme gaz propulseurs,
fluides frigorigènes, solvants. Les CFC contribuent à modifier la couche
d’ozone de la stratosphère, rendant possible un accroissement du rayonnement UV nocif à la surface de la terre. Les CFC contribuent en outre de
manière importante à l’effet de serre.
Hydrocarbures
halogénés
CFC
L’ozone (O3) est une liaison sous forme gazeuse d’oxygène sous forme atomique et moléculaire. Dans de l’air pollué par des oxydes d’azote et des
hydrocarbures, il peut y avoir, par fort ensoleillement, formation de concentrations élevées d’ozone (smog d’été). L’ozone peut avoir des effets très nocifs
sur les plantes et sur la santé des êtres vivants.
Ozone
O3
La concentration naturelle d’ozone dans les hautes couches atmosphériques
(20 à 30 km) est élevée et protège la vie terrestre des dangereux rayons UV.
Cette couche d’ozone est affaiblie par les CFC (le chlore issu d’hydrocarbures
halogénés détruit l’ozone).
Trou dans la couche
d’ozone
Potentiel d’effet de serre de divers gaz
L’incidence est indiquée par rapport à celle du CO2 et sur trois périodes: les
calculs sont effectués sur la base des poids des corps en présence.
Exemple: une tonne de CH4 émise a la même action que 63 tonnes de CO2.
Gaz à effet
de serre
Dioxyde de carbone (CO2)
20 ans
Horizon temporal
100 ans
500 ans
1
1
1
Gaz naturel (CH4)
63
21
9
Gaz hilarant (N2O)
270
290
190
Frigorigène (R11)
4500
3500
1500
Frigorigène (R12)
7100
7300
4500
Frigorigène (R22)
4100
1500
510
RAVEL-Manuel de l’industrie
5.1/4
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Environnement
Charge de l’air en polluants aux postes de travail
Référence:
CNA, Lucerne,
N° de commande 1903.f
RAVEL-Manuel de l’industrie
Les valeurs limites d’exposition aux postes de travail (VME = valeur moyenne
d’exposition) représentent la concentration moyenne la plus élevée d’une substance sous forme de gaz, vapeur ou autre à la place de travail. Cette limite
est définie comme une concentration n’ayant aucun effet négatif sur la santé
lors d’exposition journalière et continue pendant huit heures de l’organisme
humain. Les valeurs sont une partie des prescriptions présentées sous forme
de liste de la CNA et dans le formulaire 1903.f de la CNA.
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Combustion
5.2/1
5.2 Combustion d’agents
énergétiques fossiles
Lorsque la combustion est stœchiométrique, la concentration d’oxygène dans
les gaz dégagés est nulle (0%, alors qu’elle est de 21% dans l’air). La quantité de gaz dégagés pour différents combustibles est la suivante:
Combustible
Combustion
stœchiométrique
Gaz de combustion sec dégagé (Vstœ) lors de la combustion
stœchiométrique en m3 de gaz normaux par unité de contenu énergétique
Gaz naturel
8,05 Nm3
de gaz dégagé/Nm3 de gaz naturel
Mazout léger, diesel
10,20 Nm3
de gaz dégagé/kg de mazout léger
Mazout lourd
10,10 Nm3
de gaz dégagé/kg de mazout lourd
Lignite
6,00 Nm3
de gaz dégagé/kg de lignite
Bois séché à l’air
4,80 Nm3
de gaz dégagé/kg de bois
Dans la pratique on doit toujours, lors d’une combustion, introduire plus
d’oxygène qu’il n’en faut théoriquement.
On calcule le volume de gaz dégagé V par unité d’énergie de la manière suivante:
Volume de gaz
dégagé
V = Vstœ · λ
λ : coefficient d’air
λ = 21%/(21% – Co)
Co = concentration d’oxygène dans les gaz dégagés en% (% volume)
Exemple:
Combustion de mazout
de bois
λ= 1,1 – 1,3
λ= 1,5 – 2,0
Lors de la combustion de combustibles fossiles, on trouve les éléments suivants:
Combustion de
combustibles fossiles
combustible (CxHy) + oxygène (O2) =
eau (H2O) + dioxyde de carbone (CO2) + chaleur
Comme ni le processus de combustion, ni l’air utilisé pour la combustion, ni
la composition des combustibles ne sont idéaux, il y a formation de résidus
de combustion supplémentaires ou de polluants.
RAVEL-Manuel de l’industrie
5.2/2
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Combustion
Polluants
En principe, on peut classifier ces produits additionnels résultant d’une combustion réelle, polluants ou émissions, de la manière suivante:
1. Emissions causées par une combustion incomplète:
• CxHy, hydrocarbures imbrûlés
• suie
2. Emissions dues au processus de combustion:
• oxydes d’azote NOx
• produits de combinaison entre l’air et le combustible
3. Emissions dues à la composition du combustible:
• oxydes de soufre SO2, SO3 (pratiquement aucun pour le gaz naturel);
• poussières dues à des fractions non combustibles (pratiquement aucune
pour le gaz naturel)
• produits secondaires de réaction (comme par exemple le furane, la
dioxine, à cause de la présence de chlore dans les ordures ménagères)
4. Emissions dues à l’air utilisé pour la combustion (impuretés, composition):
• poussières
• dioxyde d’azote (azote dans l’air)
• produits secondaires de réaction
Aperçu des procédés permettant de diminuer les émissions
lors de combustion
COMBUSTIBLE
SO2
abaisser la concentration
de soufre dans le
combustible
GAZ DE
COMBUSTION
FOYER DE
CHAUDIERE
SO2
NOx
CO
pour du charbon :
combustion en lit fluidisé
ou injection de chaux
dans un foyer à grille
SO2
désulfuration des
gaz de combustion
NOx
dénitrification des
gaz de combustion
pour le mazout et
le gaz naturel :
SOLIDES
brûleur Low-Nox
pour du charbon :
combustion en lit fluidisé
mesures de techniques de combustion
dépoussiéreur
à cyclone
manchon filtrant
contrôle de la combustion
Procédé Low-Nox
La production d’oxyde d’azote dépend fortement de la température dans la
chambre de combustion. C’est pourquoi il existe un moyen direct primaire de
réduire la concentration d’oxyde d’azote dans les gaz de combustion, qui est
la réduction de la température de combustion (procédé Low-Nox).
Dénitrification des gaz
de combustion
Procédé DENOX
Pour dénitrifier les gaz de combustion (dénitrification secondaire), on ajoute
de l’ammoniaque (NH3). La présence d’un catalyseur (en céramique ou métallique) permet de diminuer la concentration d’oxydes d’azote.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Combustion
5.2/3
La désulfuration des gaz de combustion réduit la concentration des oxydes de
soufre, qui sont produits lors de la combustion de matières contenant du soufre
(mazout lourd, charbon), avant que ces gaz ne soient relâchés dans l’atmosphère. La désulfuration est dite «humide» ou «sèche» selon le procédé utilisé; elle permet de retenir également d’autres substances des gaz de combustion, comme le fluor ou le chlore.
Désulfuration
des gaz de combustion
DGC
Il existe différents procédés de dépoussiérage:
• dépoussiérage sec (principe de l’aspirateur)
• dépoussiérage humide (arrosage/lavage avec de l’eau)
• électrique (la poussière est ionisée dans un filtre électrique)
Dépoussiérage des
gaz de combustion
Dans le procédé électrique, les électrodes sont mises sous une tension continue de 20 à 70 kV. La poussière se fixe aux électrodes de précipitation; des
dispositifs vibrants la séparent ensuite des électrodes.
Un catalyseur est une substance qui ralentit ou accélère une réaction chimique,
sans subir lui-même de transformation chimique durable. Employé pour la
«postcombustion» des gaz dégagés par des véhicules à moteur, il réduit les
concentrations d’hydrocarbures, de monoxyde de carbone ou d’oxydes
d’azote.
Catalyseur
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Bruit
5.3/1
5.3 Bruit
Ns = 10 log (P / Ps)2 = 20 log (P / Ps)
Ns :
P:
Ps :
Niveau sonore
niveau sonore
pression sonore
pression sonore de référence (seuil d’audition)
Unité:
dB = décibel
1 B = 1 Bel est d’une manière générale le logarithme
du quotient de deux grandeurs physiques de même nature.
A chaque doublement de l’intensité sonore correspond une hausse de 6 dB.
L’intensité sonore perçue par l’homme dépend de la fréquence acoustique. Ce
phénomène est pris en compte au moyen de niveaux sonores pondérés, dans
lesquels les contributions de diverses fréquences sont pondérées en fonction
de la perception humaine. En technique, la pondération A s’est imposée, désignée par dB (A).
Intensité sonore
perçue
Niveau sonore et perception de bruit
Bruit
Sensation
Niveau dB (A)
Tic-tac de montre
très faible
20
Quartier résidentiel sans circulation
faible
40
Ruisseau tranquille
faible
50
Discussion paisible
modérément fort
60
Discussion animée
fort
70
Orchestre (forte), à 20 m
fort
80
Camion à 5 m
très fort
90
Klaxon de voiture à 5 m
extrêmement fort
100
Marteau à air comprimé à 5 m
insupportable
120
RAVEL-Manuel de l’industrie
5.3/2
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Bruit
Le bruit ne doit pas dépasser les limites fixées dans l’Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB).
Degré de tolérance
au bruit
Valeur de projet
[dB (A)]
Jour
Nuit
Limite d’immission
[dB (A)]
Jour
Nuit
Valeur d’alarme
[dB (A)]
Jour
Nuit
I
50
40
55
45
65
60
II
55
45
60
50
70
65
III
60
50
65
55
70
65
IV
65
55
70
60
75
70
Degrés de tolérance au bruit:
I : zones à besoins élevés de protection contre le bruit, notamment les zones
de détente
II : zones dans lesquelles des exploitations qui dérangent ne sont pas
admises, notamment les zones d’habitation et les zones comprenant des
installations et des bâtiments publics
III : zones dans lesquelles sont admises des exploitations qui dérangent
modérément, notamment les zones d’habitation et d’artisanat (zones
mixtes) ainsi que les exploitations agricoles
IV : zones dans lesquelles sont admises des exploitations très bruyantes,
notamment les zones industrielles
RAVEL-Manuel de l’industrie
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Protection de l’environnement-Législation
5.4/1
5.4 Législation suisse sur la
protection de l’environnement
Loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution
• Ordonnance générale sur la protection des eaux
• Ordonnance sur le déversement des eaux usées
• Ordonnance sur les boues d’épuration
• Ordonnance sur la protection des eaux contre
les liquides pouvant les altérer (OPEL)
• Ordonnance sur la classification des liquides
pouvant altérer les eaux
• Prescriptions techniques sur les réservoirs /PEL)
Loi sur la protection de l’environnement (LPE)
• Ordonnance sur la protection de l’air (OPair
•
•
•
•
•
•
•
Ordonnance sur les substances dangereuses
pour l’environnement (Osubst)
Ordonnance sur les polluants du sol
Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB)
Ordonnance relative à l’étude de l’impact sur
l’environnement
Ordonnance sur les emballages pour boissons (OEB)
Ordonnance sur le traitement des déchets (OTD)
Ordonnance pour la protection contre
les accidents majeurs (OPAM)
du 24.01.1991
du 19.06.1972
du 08.12.1975
du 08.04.1981
Loi fédérale sur la
protection des eaux
du 28.09.1981
du 28.09.1981
du 21.06.1990
du 07.10.1983
du 16.12.1985
20.11.1991
Loi sur la protection
de l’environnement
du 09.06.1986
du 09.06.1986
du 15.12.1986
du 19.10.1988
du 22.08.1990
du 10.12.1990
du 27.02.1991
Références pour les lois et
ordonnances:
OCFIM, 3000 Berne
Informations supplémentaires:
• Services cantonaux de
l’environnement
(responsabilité d’exécution
confiée la plupart du temps
aux cantons)
• Offices cantonaux de
l’industrie, du commerce et
du travail
• Office fédéral de
l’environnement, des forêts et
du paysage
Hallwylstrasse 4
3003 Berne
Tél. 031/322 93 11
RAVEL-Manuel de l’industrie
5.4/2
Utilisation de l’énergie dans l’entreprise – Protection de l’environnement-Législation
Principales valeurs limites d’émissions selon l’Ordonnance sur la protection de l’air
(2e version du 20.11. 1991)
Chauffage au mazout
– Grandeur de référence:
Les valeurs limites pour les polluants gazeux se réfèrent à
une teneur en oxygène dans les gaz de combustion de
3% vol
– Teneur en suie
a. foyers avec brûleurs à soufflante
b. foyers avec brûleurs à vaporisation
1
2
– Monoxyde de carbone (CO)
a. foyers avec brûleurs à soufflante
b. foyers avec brûleurs à vaporisation avec ventilateur
80 mg/m3
150 mg/m3
– Oxydes d’azote (NOx), désignés par dioxyde d’azote
a. installations construites selon l’article 20
b. combustion avec puissance thermique de plus de 350 kW:
• pour une température du caloporteur inférieure à 110°C
• pour une température du caloporteur supérieure à 110°C
120 mg/m3
120 mg/m3
150 mg/m3
– Ammoniac et composés d’ammonium,
désignés sous le terme d’ammoniac1)
30 mg/m3
Mazout moyen et lourd
Puissance thermique de foyer
de 5 MW
de 50 MW
à 50 MW
à 100 MW
supérieure
à 100 MW
– Grandeur de référence:
Les valeurs limites se réfèrent à une
teneur en oxygène dans les gaz dégagés de
% vol
3
3
3
– Matières solides (totale):
mazout de qualité A
mazout de qualité B
mg/m3
mg/m3
80
50
50
50
50
50
– Monoxyde de carbone (CO)
mg/m3
170
170
170
– Oxydes de soufre (SOx),
désignés par dioxyde de soufre (SO2)
mg/m3
1700
1700
400
– Oxydes d’azote (NOx),
désignés par dioxyde d’azote
mg/m3
450
300
150
– Ammoniac et composés d’ammonium,
désignés par ammoniac1)
mg/m3
30
30
30
Foyers pour combustibles gazeux
– Grandeurs de référence
Les valeurs limites se réfèrent à une
teneur en oxygène dans les gaz dégagés de
3% vol
– Monoxyde de carbone(CO)
100 mg/m3
– Oxydes d’azote (NOx), désignés par dioxyde d’azote (NO2):
a. pour des installations construites selon les lettres a–d du § 1 de l’article 20
• brûleurs atmosphériques avec une puissance thermique inérieure à 12 kW
• autres installations
b. pour des foyers d’une puissance thermique de plus de 350 kW
• température du caloporteur inférieure à 110° C
• température du caloporteur supérieure à 110° C
– Ammoniac et composés de l’ammonium,
désignés par ammoniac1)
1)
120 mg/m3
80 mg/m3
80 mg/m3
110 mg/m3
30 mg/m3
Indication: Cette limite d’émission n’a de signification que pour des installations de combustion ayant un dispositif de dénitrification.
RAVEL-Manuel de l’industrie
Centres d’informations sur l’énergie
6
6/1
Centres d’informations
sur l’énergie
Conseils sur l’énergie en Suisse
•
Services de conseils de l’Etat
Confédération:
Centres de conseil Infoénergie
Tänikon c/o FAT, 8356 Tänikon
Windisch, Kindergartenstr. 1, 5200 Windisch
Bellinzona, c/o Dipart. del territorio,
6500 Bellinzona
Cantons:
Régions/Communes:
Services cantonaux de l’énergie
Neuchâtel:
Infoénergie
Tivoli 16 – 2003 Neuchâtel
Tél.
038 39 47 46
Fax 038 39 60 60
Autres adresses dans
«Schweizer Energiefachbuch»
Commande auprès de:
Künzler-Bachmann AG
9001 St-Gall
Tél. 071/23 55 55
Fax. 071/23 67 45
Centres de conseil
•
Service-conseil des entreprises électriques suisses
•
Conseillers privés en énergie ou bureaux d’ingénieurs
Associations faîtières industrie-énergie
Union suisse des consommateurs d’énergie de l’industrie
et des autres branches économiques
Pfluggässlein 2
4001 Bâle
Tél. 061/262 04 44
Fax 061/262 04 45
Association professionnelle suisse des préposés
à l’énergie dans l’entreprise (APE)
Postfach
3000 Berne 7
Tél. 031/312 07 70
Fax 031/311 64 32
Energiefachleute Schweiz (EFS)
c/o Infoenergie FAT
8356 Tänikon
Tél. 052/62 34 85
Fax 052/62 34 89
RAVEL-Manuel de l’industrie
6/2
Centres d’informations sur l’énergie
Centres d’informations de données globales sur l’énergie
Comité national suisse de la Conférence Mondiale sur l’Energie
c/o Elektrowatt AG, Bellerivestrasse 36, 8022 Zürich
Central Office of the World Energy Conference
34 St. James Street, London SW1A 1 HD
Agence internationale pour l’énergie de l’OCDE
2, rue André-Pascal, 75775 Paris Cedex 16, France
RAVEL-Manuel de l’industrie
Unités de mesure et facteurs de conversion
7
7/1
Unités de mesure et
facteurs de conversion
Unités
Signe
Dénomination
Puissance de 10
Nombre décimal
Dénomination
E
Eta
1E +18
1 000 000 000 000 000 000
trillion
P
Peta
1E +15
1 000 000 000 000 000
mille billions
T
Tera
1E +12
1 000 000 000 000
billion*
G
Giga
1E +09
1 000 000 000
milliard
M
Mega
1E +06
1 000 000
million
k
Kilo
1E +03
1 000
mille
h
Hecto
1E +02
100
cent
da
Deca
1E +01
10
dix
1E +00
1
un
d
Déci
1E-01
0,1
dixième
c
Centi
1E-02
0,01
centième
m
Milli
1E-03
0,001
millième
µ
Micro
1E-06
0,000 001
millionième
n
Nano
1E-09
0,000 000 001
milliardième
p
Pico
1E-12
0,000 000 000 001
billionième
t
Femto
1E-15
0,000 000 000 000 001
millionième de billiardième
a
Atto
1E-18
0,000 000 000 000 000 001
trillionième
*
USA: billion =
1E +09
En 1954, les unités ont été définies sur le plan international:
Système International d’unités (SI).
Unités de base du SI
Longueur
Masse
Temps
Intensité du courant électrique
Température
Quantité de matière
Intensité lumineuse
mètre
kilogramme
seconde
ampère
Kelvin
mole
candela
m
kg
s
A
K
mole
cd
RAVEL-Manuel de l’industrie
7/2
Unités de mesure et facteurs de conversion
Unités dérivées des unités SI et autres unités admises
Grandeur
Unité
Abréviation
Conversion
Force
Newton
N
1 N = 1 J/m = 1 kg · m/s2
Moment d’une force
Pression
Energie, travail
N·m
Pascal
Pa
1 Pa = 1 N/m2
Bar
bar
1 bar = 105 Pa
Joule
J
1J=1N·m=1W·s
1 kWh = 3,6 · 106 J
Puissance, courant thermique
Watt
W
1 W = 1 J/s = 1 N · m/s
Fréquence
Hertz
Hz
1 Hz = 1/s
Charge électrique
Coulomb
C
1C=1A·s
Tension électrique
Volt
V
1 V = 1 W/A = 1 A · Ohm
Résistance électrique
Ohm
Ohm
1 Ohm = 1 V/A = 1/S
Conductance électrique
Siemens
S
1 S = 1 A/V = 1/Ohm
Capacité électrique
Farad
F
1 F = 1 A · s/V = 1 C/V
Induction électrique
Henry
H
1 H = 1 V · s/A = 1 Wb/A = 1 Ohm · s
Flux lumineux
Lumen
lm
1 lm = 1 cd · sr
Eclairement
Lux
lx
1 lx = 1 lm/m2
Luminance
Température
cd/m2
degré Celsius
°C
C temp. = K. temp. – 273.15
différence de 1° C = différence de 1 K
Capacité thermique
J/K
Conductibilité thermique
W/(m · K)
Coefficient de transfert de chaleur
W/(m2 · K)
Angle plan
Volume
Densité
RAVEL-Manuel de l’industrie
Radiant
rad
Grad
°
1° = π/180 rad
Min
’
1’ = 1°/60
litre
1
1 l = 1 dm3
kg/m3
Unités de mesure et facteurs de conversion
7/3
Tables de conversion d’anciennes unités ou d’unités étrangères dans le système international SI
Longueur L
1 in
=
1 inch
=
1 Zoll
=
1”
=
25,4 mm
1 ft
=
1 foot
=
12 in
=
1 yd/3
=
0,3048 m
1 mi
=
1 mile
=
1 statut mile
=
1,609 km
in2
=
1 sq in
=
6,4516 cm2
ft2
=
1 sq ft
=
9,2903 dm2
acre
=
4 roods
=
4046,9 m2
mi1
=
1 sq mi
=
2,590 km2
1°
=
17,453 µrad
1’
=
290,89 µrad
1”
=
4,8481 µrad
1 rad
=
57,2958°
Surface A
Angle α, β
Volume V
in3
=
1 cu in
=
16,39 ml
=
16,39 cm3
ft3
=
1 cu ft
=
28,32 l
=
28,32 dm3
UK gal
=
1 UK gallon
=
8 pint
=
4,546 l
US gal
=
1 US gallon
=
8 liq pt
=
3,785 l
US bbl
=
1 US petr. barrel
=
1 US bl
=
159,0 l
1 tonne
=
1 Mg
=
1000 kg
dbm approximatif =
1 pound mass
=
1 lb
=
0,4536 kg
UK ton
=
1 UK lg ton
=
2240 lbm
=
1,0160 t
US ton
=
1 US sh ton
=
2000 lbm
=
0,9072 t
Masse m (correspond au poids m)
t
=
Conductibilité thermique λ
kcal/(h · m · ° C)
=
1,163 W/(K · m)
Btu/(h · ft · ° F)
=
1,731 W/(K · m)
Grandeurs magnétiques
B: 1 GS
=
0,1 mT
H: 1 Oe
=
79,577 A/m
RAVEL-Manuel de l’industrie
7/4
Unités de mesure et facteurs de conversion
Echelles usuelles de température, points à température t, T
Point de congélation: 0 ° C
t°C
=
=
5/9 (t°F-32); TK
273,15 K
=
32° F
=
t°C + 273,15
=
5/9 · t°F + 255,37
1 kgf
=
=
491,67 R
Force F (kp = kilo-poids)
1 kp
=
1 kg
=
1 lbf
=
1 pound-force =
1 US tonf
=
9,807 · 105 dyn
=
9,807 N
=
8,896 kN
4,448 N
2 kip
=
2 Kilopound-force (!)
Pression p, surpression pe, pression atmosphérique patm
1 kp/cm2 - 1 at
=
1 mmHg
1 m H2O
0,9807 bar
=
=
1 Torr
1 m WS
1 atm
1 psi
=
=
1
1333,2
Mp/m2
dyn/cm2
=
1
=
760 Torr
=
1,033
=
lbf/in2
=
68,95 mbar
1
t/m2
kp/cm2
=
98,07 kPa
=
133,32 Pa
=
9,807 kPa
=
101,325 kPa
=
6,895 kPa
1 in Hg
=
3,386 kPa
1 ft H2O
=
2,989 kPa
lbf/ft2
=
47,88 Pa
=
13,79 MPa
1
1 sh
ton/in2
Energie E, W; travail A; quantité de chaleur Q
1 Kcal
=
103 cal
1013
erg
=
1,163 W · h
=
4,1868 kJ
=
3,6 MJ
1 MM Btu
=
106 Btu
=
1,055 GJ
=
9,807 N · m
=
9,807 J
1 kW · h
=
3,6 ·
1 Btu
=
1,055 kJ;
1 kp · m
=
1 kg · m
=
1 kgf · m
1 ft · lbf
=
1,356 N · m
=
1,356 J
Puissance P, puissance thermique Φ
1 PS
=
75 kp · m/s
=
0,9863 hp
=
0,7355 kW
1 kcak/h
=
103
=
1,163 J/s
=
1,163 W
1 Btu/h
=
0,2931 W;
1 MM BTU/h
=
293,1 kW
859,8 kcal/h
=
3412 Btu/h
RAVEL-Manuel de l’industrie
cal/h
=
1 kW
Unités de mesure et facteurs de conversion
7/5
Facteurs de conversion pour des agents énergétiques (valeurs moyenne)
Agent énergétique
Unité de mesure
Poids spécifique
Facteurs de conversion
pour le pouvoir calorifique inférieur PCI
ME
ME/m3
MWh/ME
GJ/ME
Electricité
MWh
1,0
3,6
Pétrole
1 baril = 159 litres
1,6
5,8
1 tonne équivalent pétrole (tep)
11,7
42,6
Mazout lourd
t
0,98
11,2
40,2
Mazout moyen
t
0,92
11,6
41,9
Mazout léger
t
0,84
11,9
42,7
10,0
36,0
11,9
42,7
9,0
32,2
11,9
43,0
9,0
32,2
12,8
46,0
25,6
92,1
13,5
48,6
1000 l
Diesel
t
0,84
1000 l
Essence
t
0,76
1000 l
Propane (liq)
(gaz)
t
0,50
1000 Nm3
Acétylène
t
1,17
Gaz naturel
1 MWh
1,0
3,6
PCI/PCS = 0,9)
1000 Nm3
9,3
33,5
1000 [Th] (Thermie)
1,2
4,2
Houille
t
1,2 - 1,5
8,0
29,0
Coke de fonderie
t
1,6 - 1,8
8,0
28,9
Charbon de bois
t
~ 0,4
8,0
28,9
Bois (sec)
t
0,60
4,3
15,5
m3
2,6
9,2
Bois de chauffage
stère
1,4
5,0
Vapeur, 15 bar et 270°C
t
0,83
2,97
Vapeur, 145 bar et 540°C
t
0,95
3,43
1 Nm = 1 J = 1 Ws; 1 erg = 10-7 J; 1 cal = 4,187 J
Remarque:
• Gaz naturel:
1MWh = 99 Nm3
1000 Nm3 = 0,81 t
• Propane:
1000 Nm3 = 2 t
• Uranium:
1 kg U-235 contient environ 24 000 MWh (84 000 GJ)
Les pouvoirs calorifiques
sont des moyennes annuelles
dépendant de la qualité.
Référence:
EMPA
Überlandstrasse 129
8600 Dübendorf
RAVEL-Manuel de l’industrie
7/6
Unités de mesure et facteurs de conversion
Unités de quantité pour le gaz
Mètre cube normal [Nm3]
Nm3
m
Un m3 normal de gaz naturel est un
cube de 1 m de côté, mesuré à une
température de 0° C (= 273 K), et à
une pression atmosphérique de
1013 hPa (niveau de la mer).
Le pouvoir calorifique inférieur
PCI = 11,15 kWh/m3.
Mètre cube standard [Stm3]
Stm3
m
Mesuré à une température de 15°C
(= 288 K), et à une pression
atmosphérique de 1013 hPa (niveau
de la mer).
V2 = V1 · 288/273 = V1 · 1,055.
Pouvoir calorifique = 11,15/1,055
= 10,6 kWh/m3.
Mètre cube d’exploitation [Em3]
Bm3
m
RAVEL-Manuel de l’industrie
Mesuré à une température de 15°C
(= 288 K), et à une pression de
962 hPa (par exemple Lucerne).
Pouvoir calorifique: 10,6 · 962/1013
= 10,07 kWh/m3
Unités de mesure et facteurs de conversion
7/7
Dépense d’énergie pour la production de quelques matériaux
(valeurs indicatives)
Dépense d’énergie pour la production de quelques matériaux à partir de
leurs matières brutes
Fonte
Tôle d’acier
Fer blanc
Fil de cuivre
Tôle d’aluminium
Titane
Chaux (brûlée)
Ciment
Bouteilles de verre (neuves)
Bouteilles de verre avec 50% de verre recyclé
Carton
Papier, blanchi
Papier avec 20% de vieux papier
Papier avec 100% de vieux papier
Polyéthylène-HD
Polyéthylène-LD
PVC
Polystyrène, résistant aux chocs
Nylon
(Valeurs choisies dans la collection «Umweltschutz» Nº 24,
ainsi que dans Boustead and Hancock
14 MJ/kg
24 MJ/kg
27 MJ/kg
100 MJ/kg
250 MJ/kg
800 MJ/kg
10 MJ/kg
4 MJ/kg
10 MJ/kg
7 MJ/kg
27 MJ/kg
79 MJ/kg
60 MJ/kg
16 MJ/kg
79 MJ/kg
60 MJ/kg
60 MJ/kg
82 MJ/kg
140 MJ/kg
Consommation d’énergie spécifique (énergie grise) estimée pour des «produits moyens»
de quelques secteurs économiques (pour 1986)
Agriculture
14 MJ/Fr.
Fer et acier
39 MJ/Fr.
Aluminium
54 MJ/Fr.
Ciment, gypse
20 MJ/Fr.
Chimie
17 MJ/Fr.
Machines
6 MJ/Fr.
Véhicules
8 MJ/Fr.
Denrées alimentaires
8 MJ/Fr.
Textiles
7 MJ/Fr.
Cellulose, papier
20 MJ/Fr.
Articles en papier, impression
7 MJ/Fr.
Caoutchouc, matières synthétiques
9 MJ/Fr.
Construction, génie civil
7 MJ/Fr.
Commerce, restauration, hôtellerie
4 MJ/Fr.
Services
2 MJ/Fr.
Remarque : En utilisant ce tableau, il faut tenir compte du fait qu’il se réfère à des produits
dont le prix moyen est valable pour un secteur donné. Ces prix moyens sont rarement connus ;
ils sont évalués, ici, pour l’Allemagne, sur la base des travaux de Beutel et Mürdter (pour
1975).
Source:
D. Spreng: «Wieviel Energie
braucht die Industrie»,
Vdf-Verlag, Zurich
RAVEL-Manuel de l’industrie
Liste des mots clés
8
8/1
Liste des mots clés
A
Absorption
Accumulateurs
Agent (s) énergétique (s)
– facteur de conversion des
– primaires
– secondaires
Alimentation de courant sous coupure (ASC)
Analyse
– coût-bénéfice
– de rentabilité
– de sensibilité
Annuité (s)
– facteur d’
– méthode des
Appareil
Appareil de compensation
Appareil de régulation
3.8 /1
4.2 /7
1.3 /1
7 /5
3.1 /1
3.2 /1
4.2 /5
2.3 /1
2.3 /1
2.3 /3
2.3 /1
2.4 /2
2.5 /1
2.5 /1
2.5 /1
4.1 /16
4.1 /23
4.1 /16
B
Bateaux-citerne
Barrages hydroélectriques
Besoins en puissance thermique
Bilan
– suisse de l’électricité
Bobine de self
Bois
– pouvoir calorifique de
Bruit
Brûleur
Budget des centres de charges
Butane
3.4 /5
3.2 /3
4.1 /13
2.1 /1
3.2 /14
4.1 /23
3.7 /1
3.7 /2
5.3 /1
4.2 /19
2.1 /2
3.3 /6
C
Cahier des charges
Caisse
Capteur solaire
Caractéristiques des lampes
Carbura
Catalyseur
Cellules
– photovoltaïques
– primaires
– solaires
Centrale (s)
– de chauffage à distance
– combinée
2.4 /1
2.1 /1
3.8 /2
4.2 /46
3.3 /8
5.2 /3
3.2 /13
3.2 /13
4.2 /7
3.2 /13
3.2 /2
3.6 /1
3.2 /7
– électrique de pompage à accumulation
– éoliennes
– au fil-de-l’eau
– à haute pression
– nucléaire
– de rivières
– thermiques
– thermiques pour chauffage à distance
– thermiques à vapeur
– à turbines à gaz
– types de
Centres d’informations sur l’énergie
Chaleur
– à distance
– de l’environnement
– de production
– récupération de
– rejetée par les équipements
de production
Chaîne de transformation
Charbon
– composition du
– gisements de
– importations de
– propriétés du
– traitement du
Charge
– de pointe
Chaudière
Circulateur à rotor noyé
Coefficient de performance COP
– en production de chaleur
– en production de froid
Coefficient K
Cokéfaction
Combustibles
– gazeux
– liquides
– solides
Combustion
– stœchiométrique
– de combustibles fossiles
Commande
– en cascade
– par groupe
– programmable
Comparaison de la rentabilité
Composantes de fourniture
3.2 /4
3.2 /11
3.2 /3
3.2 /4
3.2 /6
3.2 /3
3.2 /5
3.6 /1
3.2 /6
3.2 /7
3.2 /2
6 /1
1.3 /1
3.6 /1
1.3 /1
4.2 /47
4.2 /49
3.6 /1
3.1 /1
3.5 /1
3.5 /2
3.5 /1
3.5 /4
3.5 /4
3.5 /3
1.5 /2
1.6 /2
4.2 /19
4.2 /20
4.2 /33
4.2 /17
4.2 /13
4.2 /13
4.1 /13
3.5 /3
4.2 /19
4.2 /19
4.2 /19
4.2 /19
5.2 /1
5.2 /1
5.2 /1
4.1 /15
4.1 /17
4.2 /32
4.1 /17
2.1 /2
2.1 /5
RAVEL-Manuel de l’industrie
8/2
Composés organiques volatils
(volatile organic compounds VOC)
Compresseur
– type de
Comptabilité
– d’entreprise
– financière
Compte de pertes et profits
Conditions
– de livraison
Conditions atmosphériques
Consommateur
Consommation d’énergie finale
Constante solaire
Contrat interruptible
Contrats de livraison
Contrôle des installations
Convertisseur
– de circuit intermédiaire
– de courant
– d’énergie éolienne
– de fréquences
– de quantité
– statique
Couleur
– d’un corps
– de lumière
Couple de rotation
Couplage chaleur-force (CCF)
Courants harmoniques
Courbe
– de charge journalière
– de charge hebdomadaire
– des puissances classées annuelle
Coûts
– analyse des
– économie de
– effectifs
– facteurs de
– prévisionnels
– d’utilisation
Craquage thermique
Liste des mots clés
5.1/3
4.2/9
4.2/9
2.1/1
2.1/1
2.1/1
2.1/1
2.1/6
2.1/6
3.8/1
4.2/50
3.1/2
3.8/1
2.1/8
3.4/5
3.4/5
3.2/11
4.2/28
4.2/3
4.2/3
3.2/11
4.2/29
3.4/6
4.2/3
4.2/43
4.2/45
4.2/43
4.2/27
3.2/8
4.1/19
4.1/7
4.1/7
4.1/8
4.1/7
4.1/8
2.1/1
2.3/3
2.3/3
2.3/3
2.3/3
2.3/3
2.1/1
3.3/3
D
DDC (Direct Digital Control)
Déchets
– gestion des
Degrés-jours
Demande d’électricité en Suisse
Demande de raccordement
Dénitrification des gaz de combustion
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.1/1
4.1/1
1.5/2
3.1/3
4.1/21
5.2/2
Densité de puissance thermique
Dépenses
– pendant la durée d’utilisation
Déphasage maximal
Dépoussiérage des gaz de combustion
Désulfuration des gaz de combustion (DGC)
Détermination des frais annexes
Diagramme de Sankey
Diffusion
Dioxyde de soufre SO2
Dioxyde de carbone CO2
Distillation
– atmosphérique
– fractionnée
– sous vide
«Dix grandes sociétés»
Durée
– d’amortissement
– calendaire
– de disponibilité
– d’enclenchement
–
–
–
–
–
–
–
de fonctionnement du brûleur
d’indisponibilité
de maintien en attente
de mise hors service
de révision
d’utilisation
de vie de l’installation
4.2/47
2.1/1
2.4/2
4.1/23
5.2/3
5.2/3
2.1/2
4.1/6
3.8/1
5.1/2
5.1/2
3.3/3
3.3/3
3.3/3
3.3/3
3.2/15
1.5/1
2.5/1
1.5/1
1.5/1
1.5/1
4.2/21
4.2/21
1.5/1
1.5/1
1.5/1
1.5/1
1.6/1
4.2/50
E
Ecart de réglage
Echange de chaleur à récupération
Echangeur de chaleur (EC)
– à contre-courant
– à courants croisés
– à équicourant
– types d’
Eclairage
Eclairement
Effet de serre
Efficacité énergétique
Electricité
– distribution d’
– production d’
Elévation de température
Emissions
– valeurs limites d’
Energie
– bilan d’
– cinétique
– consommation d’
4.1/16
4.2/51
4.2/51
4.2/51
4.2/51
4.2/51
4.2/51
4.2/43
4.2/43
5.1/3
4.1/2
3.2/1
3.2/16
3.2/1
4.2/17
5.1/1
5.4/2
1.1/1
4.1/6
1.1/2
1.2/1
4.1/1
Liste des mots clés
–
–
–
–
–
–
–
distribution d’
distribution dans l’entreprise
électrique
finale
grise
mise à disposition d’
mise en œuvre d’
–
–
–
–
–
–
–
–
pertes d’
potentielle
réactive
récupération d’
rendement d’
stockage dans l’entreprise
transformation d’
utile
Engrenages
Entraînement
– commandé
– électrique
– réglé
Epaisseur d’isolation
Etages de pression
Exploitation monovalente
8/3
4.1/1
4.1/11
1.1/2
1.4/2
1.2/1
4.1/1
2.4/2
4.1/1
1.4/1
1.1/2
4.1/23
4.1/1
1.4/1
4.1/11
4.1/1
1.4/2
4.1/1
4.2/32
4.2/23
4.2/28
4.2/23
4.2/28
4.1/12
3.2/6
4.2/13
G
Gaz
– industrie suisse du
– unités de quantité pour le
Gaz naturel
– composition du
– conduites de
– consommation de
– extraction de
– gisements de
– importation de
– mesures des quantités de
– propriétés du
– réseau principal de
– stockage du
– transport du
Gazoducs
Grandeur (s)
– caractéristiques
– de commande
– d’influence
– de référence
– réglée
3.4/4
3.4/4
7/6
3.4/1
3.4/2
3.4/5
3.4/1
3.4/1
3.4/1
3.4/3
3.4/6
3.4/7
3.4/3
3.4/5
3.4/5
3.4/5
4.1/16
4.1/6
4.1/16
4.1/16
4.1/7
4.1/16
H
F
Facteur
– de charge
– de charge annuel
– de charge mensuel
– de coût
– de distorsion harmonique
– moyens
– de puissance
– de simultanéité
Fluides caloporteurs
Fluides frigorigènes
Flux
– énergétique
– lumineux
Fraction utile
Frais
– d’achats
– d’entretien
– d’exploitation
– d’investissement
Fuzzy-Control
1.6/2
1.6/2
1.6/2
1.6/2
2.3/3
4.1/19
2.5/3
1.6/2
1.6/3
1.3/1
4.2/15
4.2/16
4.1/1
4.1/1
4.1/2
4.2/43
1.2/1
1.6/1
2.1/1
2.1/1
2.1/5
2.3/4
2.1/2
2.4/1
2.1/2
4.1/17
Harmoniques de tension
Heures à pleine charge
Hydrocarbures (HC)
– halogénés (CFC)
4.1/20
1.6/1
5.1/3
5.1/3
I
Immissions
Impact sur l’environnement
Impuretés
Indice
– national des prix à la consommation
– du coût de la vie
– de dépense d’énergie
Installation (s)
– de circuits absorbants
– de chauffage
– de couplage chaleur-force (CCF)
5.1/1
4.1/2
4.2/50
2.1/14
2.1/14
2.1/14
4.1/6
4.1/21
4.2/21
3.2/8
3.2/10
– de couplage chaleur-force compacte (CCFC) 3.2/9
3.2/10
– à énergie totale TOTEM
3.2/9
– de turbine à vapeur à condensation
3.2/8
– de turbine à vapeur à soutirage
3.2/9
Instruments
4.1/4
Instruments de mesure pour l’air comprimé
4.1/5
Instruments de mesure pour l’eau
4.2/5
Instruments de mesure pour l’énergie électrique 4.1/4
RAVEL-Manuel de l’industrie
8/4
Liste des mots clés
Instruments de mesure pour le froid
4.1/5
Instruments de mesure pour le gaz
4.1/4
Instruments de mesure pour l’huile de chauffage 4.1/4
Instruments de mesure pour la vapeur
4.1/5
Intensité lumineuse nominale
4.2/44
Intensité sonore perçue
5.3/1
Intérêt (s)
2.5/5
– imputé
2.5/5
Investissement (s)
2.3/3
– contrôle des
2.4/2
– coûts des
2.3/2
2.4/1
– durée de vie des
2.3/4
– d’entreprise
2.3/1
– d’infrastructure
2.3/4
– opportunité d’
2.3/3
– de production
2.3/4
– de productivité
2.3/1
L
Lignes à très haute tension
Limites de bilan
Liquefield Petroleum Gas (LPG)
Loi fédérale sur la protection des eaux
Loi sur la protection de l’environnement
Longueur d’onde
Low-Nox
– procédé
Luminance
3.2/17
4.1/6
3.3/3
3.3/6
5.4/1
5.4/1
4.2/43
4.2/19
5.2/2
4.2/43
– diesel
– à gaine
– à gaz
Moteur électrique
– commande de
– couple nominal de
– courant rotorique de
– durée d’enclenchement de
– glissement de
–
–
–
–
induit de
puissance du
puissance de surcharge du
rendement du
–
–
–
–
–
stator du
rotor du
types d’exploitation du
vitesse de rotation nominale du
vitesse de rotation synchrone du
3.2/9
4.2/33
3.2/9
4.2/23
4.2/28
4.2/2
4.2/26
4.2/31
4.2/25
4.2/26
4.2/26
4.2/25
4.2/31
4.2/23
4.2/24
4.2/26
4.2/26
4.2/31
4.2/25
4.2/26
N
Niveau sonore
5.3/1
O
Ordonnance sur la protection de l’air
Organe correcteur
Oscillations harmoniques
Oxyde d’azote NOx
Ozone (O3)
5.4/2
4.1/16
4.1/19
5.1/3
5.1/3
M
Machine asynchrone triphasée
Machine frigorifique
Matériau d’isolation
Mazout
– altération du
Mesure
– convertisseur de
– déroulement des opération de
– enregistreur de
– précision de
– prise de
Mètre cube
– d’exploitation
– normal
– standard
Mode de fonctionnement
Monoxyde de carbone CO2
Moteur
– à bagues
– à cage d’écureuil
RAVEL-Manuel de l’industrie
4.2/26
4.2/11
4.1/12
4.1/11
4.1/11
4.1/4
4.1/4
4.1/4
4.1/4
4.1/4
4.1/4
3.4/6
7/6
3.4/6
7/6
3.4/6
7/6
1.6/1
5.1/2
3.2/9
4.2/26
4.2/26
P
Pertes
– de distribution de chaleur
– de maintien
– par renouvellement
– de transformation
– thermiques par transmission
– thermiques par renouvellement
Perturbations de réseau
Pétrole
– brut
–
–
–
–
–
–
–
–
composition du
consommation de
distribution du
entreposage du
gisements de
importation de
raffinage du
stockage du
3.2/1
4.1/12
4.2/22
4.1/14
3.2/1
4.1/13
4.1/13
4.1/19
4.1/20
3.3/1
3.3/3
3.3/5
3.3/6
3.3/2
3.3/4
3.3/5
3.3/6
3.3/1
3.3/4
3.3/3
3.3/8
Liste des mots clés
Piles à combustible
Plan comptable
Plaques signalétiques
Point de fonctionnement
Polluants
Pompe
– centrifuge
– choix de
– débit de
– à moteur ventilé
– à piston
– rendement de
Pompe à chaleur
– à absorption
– à compression
Pouvoir calorifique
– inférieur
– supérieur
Préchauffage solaire de l’eau
Prescriptions pour l’isolation thermique
Prescriptions techniques sur les réservoirs
Pression
Prestations énergétiques
Prix
– d’achat
– de base
– CIF
– du commerce de gros
– à la consommation
– définition du
– de l’énergie réactive
– FOB
– FOR
– à la livraison
– du marché
– net
– spot
Procédé DENOX
Procédé Low-Nox
Procédé de récupération de chaleur
Production
– d’air comprimé
– de froid
– prioritaire de chaleur
– prioritaire d’électricité
Produits pétroliers
Propane
Propriétés de rendu des couleurs
Puissance
8/5
3.2/12
2.1/2
4.2/24
4.2/34
5.2/3
4.2/33
4.2/33
4.2/33
4.2/35
4.2/41
4.2/33
4.2/33
4.2/34
4.2.11
4.2/12
4.2/11
1.2/1
1.2/1
2.1/8
1.2/1
3.4/6
3.8/2
4.1/12
4.1/11
4.2/9
1.4/2
2.1/5
2.1/11
2.1/8
2.1/13
2.1/13
2.1/11
2.1/13
2.1/11
2.1/7
2.1/13
2.1/13
2.1/11
2.1/5
2.1/11
2.1/13
5.2/2
5.2/2
4.2/50
3.2/8
4.2/9
4.2/15
3.2/8
3.2/8
3.3/6
3.3/9
3.3/6
4.2/45
1.5/2
Puissance
abonnée
4.2/30
1.5/4
2.1/7
1.5/4
1.5/4
1.5/3
1.5/3
1.5/3
1.6/1
1.5/2
1.5/3
1.5/3
2.1/8
1.5/3
2.1/8
1.5/3
1.5/3
1.5/3
1.6/1
1.5/2
1.5/3
1.6/2
1.5/4
4.1/23
1.5/3
– active
– apparente
– appelée
– assurée
– brute
– caractéristique
– continue
– disponible
– de fonctionnement
– horaire moyenne
– installée
– journalière moyenne
– de maintien en attente
– à mettre à disposition
– moyenne
–
–
–
–
nominale
de pointe
rapport de
réactive
– de réserve
R
Rayonnement
– global
– intensité du
Récupération de chaleur
– par régénération
Réflexion
Reformeur
Réfrigération
Régulateur
– analogique
– différentiel
– intégral
– PID
– proportionnel
Régulation
– circuit de
Renchérissement
Rendement de chaudière
Rendement lumineux
Rendement annuel
Rendement global
Renouvellement minimal
Réseau de chauffage de quartier
Réseau de conduites
3.8/1
3.8/1
3.8/1
4.1/11
4.2/52
3.8/1
3.2.12
4.2/15
4.1/16
4.1/17
4.1/16
4.1/16
4.1/16
4.1/16
4.1/15
4.1/15
2.1/14
4.2/22
4.2/43
4.2/13
4.2/22
3.2/6
3.2/8
3.2/10
4.1/14
3.6/1
4.1/11
RAVEL-Manuel de l’industrie
8/6
Réseau de distribution de chaleur
Réseau électrique interconnecté
Résistance hydraulique
Liste des mots clés
4.1/11
3.2/16
4.2/33
S
Saumure
Scintillement
Servomoteur
Signal
Signature énergétique
Sonde
Sources de chaleur
Sources d’énergie renouvelable
Structure de prix
Surface forestière
Système
– en circuit fermé
– d’entraînement
4.2/11
4.1/19
4.1/16
4.1/16
4.1/7
4.1/16
4.2/13
1.3/1
2.1/5
3.7/1
4.2/30
4.2/34
4.2/30
T
Tarif (s)
– de base
– binômes
– de chauffage à distance
– de consommation
– de délestage
– double
– d’électricité
– du gaz
– interruptible
– de livraison
– saisonnier
– trinôme
Taux
– de charge
– de charge du brûleur
– de disponibilité
– d’intérêt des capitaux engagés
– de renouvellement d’air
– de retour
– d’utilisation
Taxe (s)
– de base
– d’importation
– de puissance
– de raccordement
Technique MCR
Température
Temps
– d’arrêt
– de démarrage
– mort
– de réparation
RAVEL-Manuel de l’industrie
2.1/5
2.1/8
2.1/6
2.1/9
2.1/8
2.1/9
2.1/7
2.1/6
2.1/6
2.1/8
2.1/7
2.1/5
2.1/6
2.1/6
1.5/4
1.5/4
4.2/21
1.6/3
2.5/5
4.1/14
2.5/1
1.6/1
1.6/2
2.1/8
2.1/8
3.3/8
2.1/9
2.1/8
4.1/16
4.2/50
1.5/1
1.5/1
1.5/1
4.1/16
1.5/1
Tension
– basse
– fluctuations de
– haute
– moyenne
– très haute
THD Total Harmonic Distortion
Transformateur
– pertes en charge
– pertes en marche à vide
– pertes totales
– rapport de transformation
– rendement
– rendement à charge nominale
Transport de marchandises dangereuses
Trou dans la couche d’ozone
Turbine bulbe
Turbine Francis/Kaplan/Pelton
3.2/16
3.2/16
4.1/19
3.2/16
3.2/16
3.2/16
4.1/19
4.2/1
4.2/1
4.2/1
4.2/1
4.2/1
4.2/2
4.2/2
3.3/7
5.1/3
3.2/3
3.2/3
U
Unités
– anciennes
– de base du SI
– dérivées des unités SI
– étrangères
Utilisation
– de la chaleur dégagée
– de rejets thermiques
7/1
7/3
7/1
7/2
7/3
4.2/9
4.2/9
4.2/49
V
Valeur (s)
– d’acquisition
– de consigne
– effective
– limites
– de liquidation
– moyenne d’exposition (VME)
– nette
– de renouvellement
– restante
Variable réglante
Ventilateur
– axial
– caractéristique pression-débit-volume du
– exploitation du
– puissance du
– radial
Vitesse du vent
Volume de gaz dégagé
VME valeurs
2.2/1
2.2/1
4.1/16
4.1/16
4.1/20
2.2/1
5.1/4
2.2/1
2.2/1
2.2/1
4.1/16
4.2/37
4.2/37
4.2/38
4.2/39
4.2/37
4.2/37
4.2/39
3.2/11
5.2/1
4.1/14
W
Watt
1.5/2
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement