Tri des déchets et choix des filières

Tri des déchets et choix des filières
REPUBLIQUE
ET CANTON DE GENEVE
DIRECTIVE "LABORATOIRES"
Gestion des déchets de laboratoire
Ecologie au travail
-2-
août 2005
EN BREF...
Le guide "Tri des déchets et choix des filières" constitue un instrument d'application de la
directive "Déchets de laboratoire", intégrée à la démarche Écologie au travail décidée par la
République et Canton de Genève.
La plupart des déchets de laboratoire sont des déchets spéciaux et bon nombre sont des matières dangereuses. Un bref rappel des règles générales de bonne pratique constitue le premier but de ce document.
Le second objectif est de définir une procédure pour l'identification des filières de déchets de
laboratoire.
En troisième lieu, ce guide constitue un recueil de règles et de recommandations relatives aux
différentes fractions de déchets de laboratoire, depuis leur prise en charge primaire jusqu'à
leur traitement final.
Ce manuel est organisé à partir d'une clé de tri hiérarchique. La hiérarchie adoptée repose sur
l'ordre de priorité ordinairement pratiqué dans la gestion des déchets spéciaux. Chaque catégorie de déchets est ensuite dirigée vers la filière correspondante.
La clé de tri se présente sous la forme d'un arbre de décision comportant un tronc principal et
trois branches satellites pour les catégories complexes:
•
déchets radioactifs,
•
déchets biologiques,
•
déchets chimiques.
Un chapitre est consacré aux objets et matières ne relevant pas de ces catégories, mais n'appartenant pas non plus aux déchets ménagers.
Par analogie avec les seuils d'exemption pratiqués en radioprotection, des seuils indicatifs de
quantité ou de concentration sont proposés pour les déchets chimiques.
Ecologie au travail
-3-
août 2005
Abréviations et sigles
ADR
Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par
route5
CIDEC
Centre d'incinération des déchets carnés
COORDOC Groupe de coordination des organes de contrôle de la directive déchets de laboratoire3
CTDS
Centre de traitement des déchets spéciaux
FDS
Fiches de données de sécurité
HDPE
Polyéthylène à haute densité
LE
Limite d'exemption (pour la radioprotection)
LFE
Loi fédérale sur les épizooties18
LMD
Ordonnance concernant les listes pour les mouvements de déchets9
OCS
Ordonnance sur les conseillers à la sécurité7
OEaux
Ordonnance sur la protection des eaux16
OESPA
Ordonnance concernant l'élimination des sous-produits animaux17
OFEFP
Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage, http://www.ofefp.ch
OFSP
Office fédéral de la santé publique, http://www.bag.admin.ch/
OGM
Organismes génétiquement modifiés
OMD
Ordonnance sur les mouvements de déchets8
OPTM
Ordonnance sur la protection des travailleurs contre les risques liés aux microorganismes14
OREA
Ordonnance sur la restitution, la reprise et l'élimination des appareils électriques et
électroniques31
OUC
Ordonnance sur l'utilisation des organismes en milieu confiné13
PCB, PCT
Polychlorobiphényles, polychloroterphényles
RBC
Séquence usuelle de priorité des filières Radioactifs > Biologiques > Chimiques
RS
Recueil systématique du droit fédéral, http://www.admin.ch/ch/f/rs/rs.html
SDR
Ordonnance relative au transport des marchandises dangereuses par route6
SUVA
Caisse nationale suisse d'assurance en cas daccidents, www.suva.ch
Références
Les références se trouvent à la fin du document.
Ecologie au travail
-4-
août 2005
Table des matières
Préambule
6
Généralités
0.1
0.2
0.3
0.4
8
Rappel de règles de "bonne pratique"........................................................................8
Conditionnement, identification et transport de déchets ............................................9
Traitement des déchets : principe de la démarche ..................................................10
Tronc principal..........................................................................................................13
Déchets radioactifs
1.1
1.2
1.3
16
Critère d'inclusion .....................................................................................................16
Orientation de la prise en charge .............................................................................16
Étapes de prise en charge .......................................................................................19
Déchets Médicaux et Biologiques
2.1
2.2
2.3
20
Critères d'inclusion ...................................................................................................20
Catégories de déchets biologiques ..........................................................................20
Étapes de prise en charge .......................................................................................22
Déchets chimiques
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
24
Critères d'inclusion ...................................................................................................24
Catégories de déchets chimiques ............................................................................28
Etapes de la prise en charge....................................................................................33
Aspects particuliers de sécurité................................................................................35
Annexes ...................................................................................................................37
Objets et matières
4.1
4.2
4.3
4.4
4.5
4.6
4.7
4.8
4.9
4.10
4.11
4.12
39
Déchets d'ateliers .....................................................................................................39
Appareils électriques et électroniques......................................................................39
Débris et instruments contenant du mercure métallique ..........................................39
Cylindres de gaz et bombes d'aérosols....................................................................39
Emballages vides .....................................................................................................39
Déchets présentant des risques de blessure ("sharps") ..........................................40
Verrerie de laboratoire..............................................................................................40
Piles, accumulateurs, batteries ................................................................................41
Huiles usées, graisses minérales.............................................................................41
Roches et terres .......................................................................................................41
Matières végétales ...................................................................................................41
Bois ..........................................................................................................................41
Références
Ecologie au travail
42
-5-
août 2005
Préambule
"Pour qui sont ces serpents..."
Les activités de laboratoire engendrent les "déchets potentiellement les plus dangereux de
l'État - que ce soit pour l'être humain ou pour l'environnement"1. Il était donc légitime que l'État
de Genève consacre aux déchets de laboratoire un des volets de la démarche Ecologie au
travail.
Le Conseil d'État a adopté une directive à cet effet2 et nommé un comité de coordination
(COORDOC)3 chargé d'assurer la planification de sa mise en oeuvre et de contrôler son application. Le guide "Tri des déchets et choix des filières" est une expression de ce mandat.
La relative complexité de ce document résulte de la notion même de laboratoire, qui couvre
des réalités multiples. Comme il s'adresse à tous les laboratoires dépendant de l'État, il était
nécessaire de les réunir en un seul message, capable de prendre en compte non seulement
les activités actuelles, mais aussi celles qui pourraient se déployer dans le futur.
Ce guide se veut concret et pragmatique tout en demeurant succinct et général. En effet, chaque laboratoire n'est concerné que par une sélection limitée de déchets et il serait vain de
déverser une masse d'information potentiellement superflue. D'autre part, les procédures détaillées de gestion des déchets restent du ressort des entités productrices, seules à même d'y
intégrer l'effet des conditions locales.
"S'il vous plaît, dessine-moi... UN laboratoire!"
Au sens usuel, un laboratoire est un "local pourvu des installations et des appareils nécessaires à des manipulations et des expériences effectuées dans le cadre de recherches scientifiques, d'analyses médicales ou de matériaux, de tests techniques ou de
l'enseignement scientifique et technique"4. Cette définition exprime trois caractéristiques
fondamentales, qui exercent un effet déterminant sur les déchets de laboratoire:
1.
Un laboratoire est délimité dans l'espace, équipé et soumis à des conditions ajustées aux
activités qui s'y déroulent. En revanche, les déchets sont appelés à sortir du laboratoire et
à pénétrer d'autres environnements où les acteurs, les équipements, les sollicitations et
les risques ne sont plus les mêmes. Dès lors, une filière de traitement doit couvrir toute la
trajectoire du déchet jusqu'à sa destination finale.
2.
Les laboratoires peuvent être le siège d'activités très diverses et cette diversité se retrouve dans les déchets. La grande disparité de leurs propriétés chimiques, physiques,
toxicologiques ou environnementales impose une ségrégation en de nombreuses fractions. Le tri de ces déchets occupe une position clé dans une gestion adéquate.
3.
L'objet des activités de laboratoire porte plus sur de l'information que sur de la matière
(transmission et développement de connaissances, résultats d'investigations, etc.). Les
masses engagées sont modestes en comparaison de processus industriels similaires.
Pour cette raison, la très grande majorité des fractions de déchets de laboratoire ne se
présente qu'en faibles quantités.
Une proportion importante des déchets de laboratoire sont des matières dangereuses. La
sécurité au laboratoire impose que ces déchets soient correctement pris en charge. En ce
sens, même dans un document succinct, un rappel des règles générales de sécurité liées aux
déchets était incontournable. Ces règles font donc partie intégrante de ce manuel.
Dans l'absolu, une gestion totalement durable des ressources voudrait que tout déchet puisse
être réintroduit dans un processus de travail. Mais on ne triche pas avec la thermodynamique :
parvenir à ce résultat nécessite une énergie infinie, donc une autre forme de gaspillage de
ressources. On ne triche pas non plus avec les limites techniques et économiques. En raison
de leurs faibles quantités et de leurs particularités (déchets mixtes, substances dégradées,
Ecologie au travail
-6-
août 2005
etc.), les déchets de laboratoire sont généralement inaptes à un recyclage. Le plus souvent,
leur valorisation devra se limiter à en exploiter certaines propriétés dans le processus de destruction (propriétés acido-basiques, combustible pour l'incinération).
Enfin, les faibles quantités engagées et rejetées soulèvent une autre question : à partir de quel
niveau un contaminant ou un résidu devient-il déterminant pour caractériser un déchet ? Par
analogie avec les limites d'exemption pratiquées en radioprotection, des seuils quantitatifs
sont proposés pour quelques déchets chimiques.
"Faites vos jeux..."
Le défi un peu paradoxal qu'entend relever ce manuel est de proposer dans un format modeste à la fois une démarche à large spectre et une aide à la décision concrète et efficace.
Les déchets de laboratoire ne sont pas une terra incognita et nombre de laboratoires appliquent de longue date des procédures de prise en charge de leurs déchets. Ce manuel n'entend évidemment pas se substituer à des programmes existants et validés, mais constitue une
base commune à laquelle l'existant peut être rattaché et une grille de lecture permettant
d'identifier d'éventuelles lacunes. Simultanément, dans le cas de pratiques de gestion plus
vulnérables parce qu'informelles ou uniquement empiriques, le manuel propose un outil systématique facilitant l'établissement d'un système consolidé.
En filigrane, la définition du laboratoire laisse percevoir une quatrième grande caractéristique :
les travaux qui s'y déroulent exigent un haut niveau de qualification. C'est bien sur cette qualification et sur la conscience professionnelle de tout le personnel concerné que repose l'ambition de parvenir à une pratique homogène et consistante de gestion des déchets de laboratoire à l'État de Genève.
Merci de votre coopération… et de vos critiques constructives!
Genève, août 2005
Ecologie au travail
Le COORDOC
-7-
août 2005
Généralités
0.1
Rappel de règles de "bonne pratique"
Qualification du personnel
1. Seul le personnel qualifié est autorisé à manipuler des déchets radioactifs, médicaux, biologiques ou chimiques. La manipulation inclut toute collecte ou déplacement.
Déplacement de déchets dangereux à l'intérieur de l'établissement
2. Prendre les précautions limitant les risques de déversement ou d'évasion :
•
choisir un itinéraire libre d'obstacles, éviter les escaliers ou les zones de travaux ;
•
utiliser des récipients fermés, placés dans des bacs de rétention (seaux, chariots) et
protégés des chocs.
3. Choisir les voies de circulation les plus directes et les moins fréquentées possibles :
•
éviter les cheminements ouverts au public, planifier les heures de passage en cas
d'affluence prévisible (début et sortie de cours, visites ou consultation, etc.) ;
•
en cas de danger élevé, emprunter un itinéraire pouvant être barré en cas d'incident.
4. Effectuer le déplacement avec un équipement permettant d'intervenir en cas d'incident:
•
porter des chaussures et une blouse fermées, des lunettes et des gants de protection appropriés (ne pas manipuler les boutons d'ascenseur ou les poignées de portes
avec des gants souillés!) ;
•
se munir au besoin d'un masque de protection respiratoire, d'un absorbant ou d'un
agent neutralisant appropriés.
5. Pour les déplacements importants ou à risque élevé, travailler au moins à deux personnes, afin que l'une d'elles puisse s'éloigner si nécessaire pour chercher de l'aide.
6. Éviter d'accompagner des matières dangereuses dans un monte-charge. Faire appeler le
monte-charge depuis l'étage de destination.
Déplacement de déchets dangereux par la voie publique
7. Tout passage par la voie publique est soumis aux prescriptions relatives au transport
routier (ADR5, SDR6). En pratique, les quantités transportées sont souvent inférieures au
seuil d'exemption, ce qui permet d'éviter d'appliquer les prescriptions de cette législation.
En revanche, les règles 2 à 5 ci-dessus demeurent toujours et pleinement applicables!
Entreposage de déchets dangereux
8. Respecter toutes les règles relatives à l'entreposage de matières dangereuses:
•
signaler chaque dépôt et y afficher les consignes de sécurité nécessaires ;
•
instituer et contrôler le confinement et les restrictions d'accès, y compris les distances de sécurité ;
•
assurer l'accès aux véhicules autorisés et aux services d'intervention ;
•
aménager la rétention passive de fuites ou de déversements éventuels (bacs de rétention, fosse étanche, pas d'écoulement au sol dans les eaux usées) ;
•
entreposer les produits incompatibles dans des locaux séparés ;
•
veiller aux possibilités de nettoyage, de décontamination ou de désinfection ;
•
assurer l'éclairage des dépôts et de leurs accès, ainsi qu'une ventilation suffisante ;
•
protéger le matériel entreposé contre le froid, la chaleur, l'humidité, la pluie et l'ensoleillement direct ;
Ecologie au travail
-8-
août 2005
•
prendre les mesures nécessaires pour la prévention d'incendies et d'explosions
(électricité statique, étincelles, chaleur) ;
•
disposer des équipements adéquats d'alarme, d'intervention et de secours (éclairage
de secours, détecteurs, moyens de communication et protocole d'alarme, moyens
d'extinction, absorbants chimiques, douches de secours, etc.) ;
•
protéger les dépôts contre les actes de malveillance et les intrusions d'animaux ;
•
inspecter périodiquement les lieux et les équipements, corriger les manquements
constatés, tenir un registre des rapports d'inspection.
9. Tout déchet entreposé doit porter la date de remplissage (pour les récipients collecteurs,
inscrire la date du début de remplissage).
10. Aucun déchet ne doit rester en dépôt au-delà d'un an. Des délais plus courts sont impératifs pour de nombreuses catégories de déchets biologiques ou chimiques.
11. Éviter tout empilement de déchets consignés autre que dans des bacs, caisses ou conteneurs ou sur des palettes prévus pour cet usage. Organiser les charges de telle manière
qu'il ne faille pas les remanier ultérieurement.
Remise de déchets spéciaux, détenteur responsable
12. Les déchets spéciaux prêts pour l'enlèvement doivent être remis exclusivement:
•
soit sur site au centre collecteur de l'établissement;
•
soit à un transporteur autorisé.
13. Le producteur du déchet en reste légalement le détenteur responsable jusqu'à leur prise
en charge par le preneur final (qui n'est généralement pas le transporteur!).
0.2
Conditionnement, identification et transport de déchets
Deux réglementations visant des objectifs distincts s'appliquent aux déchets. Leurs champs
d'action commencent avant la phase de transport et touchent la classification, le conditionnement et l'étiquetage des déchets. Il convient d'en tenir compte pour ne pas se trouver contraint
à des manutentions évitables au moment de remettre les déchets à un transporteur.
0.2.1
Matières dangereuses
L'ADR5 a pour objectif la sécurité des transports internationaux par route de toutes les matières dangereuses, y compris les déchets. En vertu de l'art. 4 de la SDR6, il s'applique entièrement aux transports routiers en Suisse.
Il discerne 13 classes de matières dangereuses et quelque 2500 matières ou objets dangereux, dont environ 500 rubriques collectives. En présence de risques mixtes, une procédure
permet de déterminer le danger prépondérant. L'ADR prescrit :
•
la dénomination et le N° ONU qualifiant chaque matière ou groupe de matières ;
•
les emballages admis pour les différents codes matière et leurs critères d'homologation ;
•
les conditions autorisant des emballages groupés ou le transport simultané ;
•
l'étiquetage et la signalétique des colis, avec leur classe et leur code de subdivision ;
•
les seuils d'exemption partielle ou complète en fonction du danger ;
•
les consignes de sécurité à remettre au transporteur ;
•
beaucoup d'autres dispositions portant sur le chargement, le déchargement, le marquage et l'équipement des véhicules, la circulation et le stationnement, etc.
L'ADR et ses volumineuses annexes forment un édifice complexe. Leur formalisme juridique
et administratif n'en facilite pas le maniement. De plus, leur application stricte aux déchets de
laboratoire constitue un itinéraire laborieux jalonné de cas particuliers qui n'autorisent guère
Ecologie au travail
-9-
août 2005
de simplifications générales. Les établissements habilités à remettre des matières dangereuses à un transporteur ou à les acheminer eux-mêmes par la route disposent obligatoirement
de conseillers à la sécurité pour le transport de marchandises dangereuses7. Ces personnes
sont formées pour déterminer les exigences de l'ADR applicables à une matière dangereuse
quelconque. Consultez-les, en particulier si vous anticipez la formation de déchets explosifs
ou comburants, pour lesquels les prescriptions sont particulièrement sévères.
0.2.2
Mouvements de déchets
L'ordonnance sur les mouvements de déchets (OMD)8 vise à garantir que les déchets de toute
nature soient éliminés de manière écologiquement rationnelle. A l'intérieur des frontières suisses, elle ne régit que les déchets spéciaux ainsi que quelques autres déchets soumis à
contrôle. Elle ne s'applique ni aux eaux usées, ni aux déchets radioactifs.
L'OMD classe les déchets selon une liste de codes LMD9, qui n'ont aucun lien avec la classification ADR5. Les déchets sont classés prioritairement par provenance (branche économique
ou processus industriel). Si cette provenance n'est pas répertoriée, les déchets sont classés
selon leur nature. Les déchets de laboratoire sont dans ce cas.
Dans ce manuel, nous nous basons sur le projet Liste des déchets (état : 22 juin 2005) de
l'OFEFP. Sauf pour quelques déchets singuliers, nous n'assimilons pas les laboratoires dépendant de l'État à des industries ou des administrations au sens du chapitre 20 de ladite liste.
Les laboratoires qui exécuteraient des mandats de production voudront bien se référer aux
chapitres de la LMD correspondant à la nature de leur prestation.
Une déclaration portant le nom, l'adresse et le N° d'identificatio n du fournisseur de déchets
(entreprise remettante selon l'OMD) doit être remise à l'entreprise d'élimination. Si la quantité
excède 50 kg par code de déchet et par remise, un document de suivi doit être établi. Dans
ce cas, les emballages doivent obligatoirement comporter les indications suivantes :
•
la mention "déchets spéciaux" (en français, en allemand et/ou en italien) ;
•
la désignation et le code LMD du déchet ;
•
le N° du document de suivi.
L'entreprise remettante (au sens de l'OMD) doit fournir au transporteur et à l'entreprise d'élimination toutes les informations nécessaires pour protéger son personnel, ses installations ou
l'environnement, notamment l'origine, la composition et les propriétés des déchets.
0.3
Traitement des déchets : principe de la démarche
1. Chaque déchet de laboratoire doit être attribué à une filière de traitement. Une filière
commence dès que le déchet est constitué et comprend toutes les phases de son parcours jusqu'au traitement final.
2. Les filières sont classées par ordre décroissant de priorité dans un arbre de décision.
Chaque étape principale de cette arborescence porte une adresse (N° à trois chiffres) renvoyant à un commentaire qui fait partie intégrante de l'arborescence.
3. Pour organiser la prise en charge d'un déchet de laboratoire, la démarche consiste à
parcourir le tronc principal de l'arbre jusqu'à l'embranchement convenable. Le cas
échéant, le parcours se poursuit dans une des branches collatérales. Des critères d'inclusion explicites déterminent si un déchet appartient ou non à la branche considérée.
4. Aucun système directif de ce genre ne peut être à la fois exhaustif et succinct : certains
déchets singuliers peuvent ne pas trouver leur place dans cette démarche. Pour dissiper
d'éventuelles incertitudes, chaque entité ou établissement exploitant des laboratoires dispose d'une ou plusieurs personnes de liaison.
Ecologie au travail
- 10 -
août 2005
5. Le conditionnement et l'étiquetage des déchets doivent satisfaire aux exigences de
l'ADR5. Les conseillers à la sécurité pour le transport de marchandises dangereuses
(chapitre 0.2.1) sont à même de fournir les indications nécessaires.
Ecologie au travail
- 11 -
août 2005
Figure 0 - Tronc principal
NB - Les commentaires du chapitre 0.4
font partie intégrante de la figure 0.
0. Déchet…
010 Radioactif
OUI
NON
011 Aussi
biologique et/ou
chimique
OUI
012 Consulter
personne de
liaison
013 Exception
à la séquence
RBC
NON
OUI
NON
015 Chapitre 1.
Radioactifs
020 Médical,
biologique,
microbiol.
OUI
NON
021 Aussi
chimique
OUI
022 Consulter
personne de
liaison
023 Exception
à la séquence
RBC
NON
NON
025 Chapitre 2.
Médicaux et
Biologiques
030 Chimique,
biochimique
OUI
OUI
014
Procédure
spécifique
031 Chapitre 3.
Chimiques
NON
040 Dans la
liste "Objets et
matières"
OUI
041 Chapitre 4.
Objets et
Matières
NON
050 Accepté
comme déchet
urbain
OUI
051 Déchet
urbain
OUI
061 Déversement
aux eaux usées
NON
060 Déchet
jetable à l'évier
Symboles:
NON
Décision
070 Consulter
personne de
liaison
Action
Renvoi à une branche satellite
Sortie, terminaison
Ecologie au travail
- 12 -
août 2005
0.4
Tronc principal
Les encarts numérotés renvoient à la figure 0.
010
Radioactif
Cette catégorie inclut tout déchet ou objet/matière destiné à l'enlèvement et répondant aux
critères d'application de l'annexe 2, chiffre 2 de l'ORaP10.
011
Risques mixtes
012
En présence de déchets à risques mixtes, consultez impérativement la personne de
liaison de votre établissement pour définir la procédure optimale.
013
La priorité usuelle de traitement des déchets à risques mixtes (séquence RBC) est :
1. Radioactif, 2. Biologique, 3. Chimique
Cette séquence résulte du fait que les conditions de prise en charge des déchets radioactifs sont suffisamment sévères pour assurer la sécurité dans les autres cas. De
même, la prise en charge des déchets biologiques assure un confinement et une élimination qui couvrent habituellement les risques liés aux substances toxiques.
La séquence RBC n'est cependant pas toujours optimale et sa validité doit être vérifiée
dans chaque cas. Cette vérification est particulièrement cruciale si un déchet à risque
mixte est appelé à subir des prétraitements ou si ses caractéristiques justifient plusieurs
types de prise en charge.
Exemples: déchet caustique et radioactif, pathogène contenant des substances radioactives.
014
Si la séquence RBC est écartée, une procédure spécifique doit être établie et documentée pour la prise en charge du déchet en question.
020
Médical, biologique, microbiologique
Cette branche inclut tout déchet de nature ou d'origine biologique, provenant notamment :
•
de laboratoires de biologie animale ou végétale ou de microbiologie ;
•
d'animaleries ou d'expériences sur animaux ou sur produits animaux ;
•
de cultures végétales ou d'expériences sur végétaux ou sur produits végétaux ;
•
de laboratoires de biotechnologie, d'agronomie, de pédologie ou des sciences de l'environnement.
Exception :
Les déchets médicaux font l'objet de prescriptions cantonales11 et fédérales12 particulières.
•
Sont considérés comme déchets médicaux, tous les déchets produits spécifiquement par
les activités du secteur de la santé, qui comprennent notamment les examens, les
soins, les traitements, les thérapies, le diagnostic et la recherche y relative.
•
Les laboratoires rattachés à des entités du secteur de la santé sont prioritairement soumis au droit fédéral, notamment l'OUC13 et l'OPTM14. Pour le demeurant, l'élimination de
leurs déchets est soumise aux prescriptions du secteur de la santé.
021
Risques mixtes
Cf. ci-dessus, rubrique 011.
Ecologie au travail
- 13 -
août 2005
030
Chimique, biochimique
Cette catégorie inclut tout déchet ou matière présentant une ou plusieurs des caractéristiques suivantes:
•
corrosif
•
facilement ou extrêmement inflammable
•
chimiquement réactif
•
très toxique, toxique, nocif ou irritant
•
dangereux pour l'environnement
Les étiquettes - mais plus encore les fiches de données de sécurité (FDS15) - des produits
commerciaux contiennent les informations minimales nécessaires à cette classification.
Les déchets de matières acquises par des voies non commerciales (échantillons, cadeaux,
échanges, etc.) et dont les propriétés répondent à ces critères sont aussi des déchets chimiques. Il en va de même pour tout résidu de composition inconnue ou résidu de synthèse
et pour tous les solvants ou eaux-mères souillés.
Les objets contaminés par de telles matières (emballages ou verrerie non nettoyés, gants,
vêtements de travail, chiffons, papiers ou granulés absorbants, etc.) sont assimilés au produit
contaminant.
Au sujet des seuils admissibles de rejet dans les eaux usées, voir ci-dessous rubrique 060.
040
Dans la liste "Objets et matières"
Le chapitre 4 dresse une liste d'autres déchets faisant l'objet d'instructions spécifiques.
050
Déchets urbains
Sont admis comme déchets urbains les objets ou matières assimilables à des déchets
ménagers, à confier sans emballage ni étiquetage particulier au service de voirie ou aux points
de collecte des matières recyclables. Respecter les prescriptions locales pour les déchets
encombrants. Pour les autres déchets solides, voir ci-dessous rubrique 070.
060
Déchet admis dans les eaux usées
Les eaux usées des laboratoires doivent répondre aux exigences générales de l'annexe 3.2
de l'OEaux16 pour le déversement d'eaux industrielles dans les égouts publics. Les critères cidessous doivent tous être remplis pour qu'un rejet soit autorisé dans les eaux usées. Si tel
n'est pas le cas, voir ci-dessous rubrique 070.
Comme pour tout autre rejet, il est parfaitement illégal de diluer massivement des
déchets de solutions pour les faire passer en dessous des seuils d'exemption.
Produits chimiques organiques
Les eaux usées ne sont pas une voie d'élimination des produits organiques de toute nature.
L'OEaux16 limite à 20 mg/L la teneur admissible en hydrocarbures totaux et à 0.1 mg/L
d'halogène celle des hydrocarbures halogénés volatils dans les eaux rejetées. Cette
ordonnance ne précise rien au sujet des autres familles de composés organiques.
Une tolérance est néanmoins admise pour les produits facilement biodégradables rejetés en
quantité raisonnable, c'est-à-dire à condition qu'il n'en résulte pas d'influence notable sur la
Ecologie au travail
- 14 -
août 2005
santé ou sur l'environnement. Aucune tolérance n'est admise à ce titre pour les produits
organiques halogénés.
Acides et bases
Le pH des rejets devrait se situer entre 6.5 et 9.0, mais des écarts sont autorisés si le
mélange avec les autres eaux des égouts est suffisant.
Ions inorganiques
On peut adopter comme règle générale les seuils d'exemption suivants :
Max. admissible Ions
-5
Elimination pratique
< 10 mol/L
Hg, As, Pb, Cd, Cr
(y c. chromates)
Eviter strictement tout rejet à l'évier. Collecte séparée
obligatoire pour Hg, chromates. Collecter As, Pb, Cd avec
les déchets de métaux lourds (chapitre 3.2 rubrique 372).
<10-4 mol/L
Co, Ni, Cu, Mo, Zn,
cyanures libres ou
facilement libérables
Le déversement à l'évier de quantités modérées (<0.2 L) à
très faible concentration est admissible, mais reste
indésirable. Collecte séparée obligatoire pour les cyanures.
<10-3 mol/L
Fe, Al, K, nitrates
Déversement à l'évier admissible en faible concentration,
sinon collecte avec les déchets aqueux neutres ou acides.
<10-2 mol/L
Na, Ca, Mg,
chlorures, sulfates
Déversement à l'évier inoffensif en concentrations
modérées. Collecte séparée pour grandes quantités.
En ce qui concerne les carbonates et bicarbonates de sodium, de calcium et de magnésium,
le critère du pH est suffisamment déterminant.
Pour les autres ions ou éléments non mentionnés dans ce tableau, les rejets à l'égout ne sont
pas autorisés.
Matières d'origine biologique
Les eaux usées contaminées par des pathogènes ou par des OGM doivent être recueillies
et traitées selon l'annexe 4 de l'OUC13.
Les matières biodégradables dissoutes ou en suspension et ne présentant aucun autre
risque (chimique, biologique) cité précédemment peuvent être déversées dans les eaux usées
en quantités raisonnables (en clair : à condition qu'il n'en résulte pas d'influence notable sur la
santé ou sur l'environnement). Pour des quantités plus importantes, il est recommandé de
rechercher une valorisation (compostage, épandage, etc.).
070
Consulter une personne de liaison
Il n'est pas possible de prévoir toutes les variantes de gestation des déchets et donc d'anticiper toutes les modalités de leur gestion.
Si un doute subsiste au terme du parcours de l'arbre de décision, consultez la personne de
liaison de votre établissement. De même, si vous avez des questions, un déchet qui vous
laisse perplexe, des propositions de variantes ou d'améliorations, n'hésitez pas à la contacter.
Personne de liaison de votre établissement :
Nom, prénom
Tél.
Courriel
Ecologie au travail
- 15 -
août 2005
Déchets radioactifs
1.1
Critère d'inclusion
Cette catégorie inclut tout résidu, objet ou matière destiné à l'enlèvement et répondant aux critères d'application de l'annexe 2, chiffre 2 de l'ORaP10.
1.2
Orientation de la prise en charge
Les encarts numérotés renvoient à la figure 1.
110
Activité < LE
L'ORaP10 définit des limites d'exemption (LE), mesurées en activité, en fonction des sources.
Au-dessous de cette limite, un spécimen n'est pas soumis à la radioprotection. Le cas
échéant, supprimer le sigle "Radioactif" et toute mention de radioactivité.
120
Autorisation de rejet
Dans le cas où un utilisateur dispose d'une autorisation explicite à ce sujet, les déchets radioactifs de faible activité peuvent être rejetés dans l’environnement.
Exemples : incinération de déchets radioactifs ne contenant que du H-3, du C-14 ou du S-35.
130
Recyclage, remise à un preneur autorisé
Les sources radioactives qui ne sont plus utilisées ne doivent pas nécessairement être considérées comme déchets radioactifs et il convient d’étudier la possibilité d’un recyclage. Cette
voie est à privilégier pour les sources thérapeutiques de forte activité.
Exemples: sources Cs-137 ou Co-60
Elle peut aussi concerner des isotopes de marquage, comme le C-14 dans des études de
métabolisme ou de synthèse de biomolécules.
La source ne peut être remise qu'à un preneur disposant d'une autorisation et la remise
doit être notifiée à la Division Radioprotection de l'OFSP.
140
Reprise par le fournisseur
Lors de l’achat de substances radioactives, il faudrait de manière générale discuter de la possibilité de les retourner au fournisseur et en régler les formalités. Cela dispense l'utilisateur
des formalités relatives à l’élimination des déchets radioactifs.
La remise doit être notifiée à la Division Radioprotection de l'OFSP.
150
Déchet radioactif
A partir de ce point, le spécimen radioactif n'est plus valorisable et constitue un déchet au
sens propre.
Ecologie au travail
- 16 -
août 2005
Figure 1 - Radioactifs
Fig. 0
NB - Les commentaires du chapitre 1.2
font partie intégrante de la figure 1.
015
100 Radioactif
Symboles:
Action, état
OUI
Décision, option
110 Activité < LE
Sortie, terminaison
NON
OUI
120 Autorisation
de rejet
015
020
Entrée de l'adresse
015, renvoi à
l'adresse 020
NON
130 Remise à
preneur autorisé
OUI
131 Procédure
de remise
OUI
141 Procédure
de retour
OUI
181 Procédure
de remise
NON
140 Reprise par
fournisseur
NON
150 Déchet
radioactif
OUI
160 Période < 60 j
NON
OUI
170 Stockage
prolongé
NON
171 Stockage et
surveillance
180 Ramassage
par privés
NON
OUI
172 Activité < LE
183 Élimination
par le détenteur
NON
020
Fig. 0
182 Matières sous
autorisation
OUI
NON
184 Campagnes
OFSP
189 Notifier OFSP
Radioprotection
190 Démarche
terminée
Ecologie au travail
- 17 -
août 2005
160
Radionucléides de courte période
Les déchets ne contenant que des radionucléides de période inférieure à 60 jours doivent
être convenablement entreposés chez le producteur du déchet, jusqu’à ce que leur activité
soit inférieure à la limite d'exemption (LE). Tout étiquetage relatif à une quelconque radioactivité doit ensuite être enlevé avant élimination en tant que déchet non radioactif.
Exemple : P-32 avec T1/2 = 14.29 jours.
170
Stockage temporaire
Pour les radionucléides de période supérieure à 60 jours, un entreposage peut également
être judicieux jusqu'à ce que le déchet ne relève plus du champ d’application de l’ORaP10. Le
temps t nécessaire pour passer de l’activité Ao à la limite d’exemption LE pour un isotope déterminé peut être calculé comme suit :
ln ( A0/LE )
t =
T1/2
ln2
où T1/2 représente la période (demi-vie) de l'isotope considéré et ln2 = 0.69.
Suivant les conditions de sécurité et la capacité de stockage de l’établissement, les substances radioactives peuvent être stockées pour cette durée et finalement éliminées en tant
que déchet non radioactif.
Exemples : S-35 avec T1/2 = 87.44 jours ou I-125 avec T1/2 = 60.14 jours
180
Centres de ramassage privés
Certains matériaux radioactifs particuliers (composants de montres, minéraux, etc.) peuvent être pris en charge par des centres de ramassage privés. Cette pratique peut simplifier
l’élimination des déchets et réduire le coût de l’opération. Après conditionnement éventuel
préalable, les substances radioactives rejoindront les campagnes de ramassage de l'OFSP
(voir ci-dessous, rubrique 190).
182
Si ces matériaux faisaient l'objet d'une autorisation, leur remise doit être notifiée à la
Division Radioprotection de l'OFSP.
183
Élimination à la charge du détenteur
Si aucune des solutions précédentes n'est utilisable, les substances radioactives doivent être
conditionnées par le producteur et éliminées en tant que déchet radioactif.
184
Campagnes de ramassage OFSP
L'OFSP organise des campagnes périodiques de ramassage des déchets radioactifs provenant de la médecine, de l’industrie et de la recherche. Les producteurs de déchets concernés
sont informés des actions programmées.
Ecologie au travail
- 18 -
août 2005
1.3
Étapes de prise en charge
1.3.1
Identification et tri à la source
Tout spécimen ou récipient de matière radioactive présentant une activité supérieure à la limite d'exemption doit porter très visiblement le sigle "Radioactivité". Ne pas charger des déchets radioactifs avec un ballast d'autres déchets qui ne le sont pas !
1.3.2
Prétraitements éventuels
Décroissance de l'activité jusqu'à la limite d'exemption, cf. chapitre 1.2 rubriques 160 et 170.
Ne jamais autoclaver des déchets biologiques radioactifs pour éviter de contaminer l'installation avec des matières radioactives. Pour conserver des spécimens biologiquement actifs ou
putrescibles en décroissance contrôlée de la radiation, les congeler et les garder en chambre
froide sous sécurité biologique et sous radioprotection.
1.3.3
Conditionnement et entreposage sur le lieu de production
Recueillir les sources non scellées dans le récipient qui sera utilisé pour la remise au preneur
autorisé, de manière à éviter tout transvasement ultérieur.
L'étiquetage doit être complet dès la constitution du déchet et doit comporter:
−
−
−
−
−
le sigle "Radioactivité"
la désignation du spécimen
l'identité du détenteur ou producteur responsable
la date et l'activité lors de la mise en dépôt
les éventuels autres constituants importants pour le traitement du déchet.
L'entreposage doit être en tout temps conforme aux prescriptions de l'ORaP10, dans une enceinte (local, armoire, réfrigérateur, etc.) dûment signalée, respectant les limites d'irradiation
au voisinage, avec accès physiquement restreint aux personnes autorisées. Tenir compte des
autres propriétés dangereuses éventuelles (activité biologique, corrosivité, volatilité, présence
de substances inflammables, incompatibilités chimiques, etc.).
Surveiller périodiquement l'activité des déchets en décroissance contrôlée. Quand elle est
devenue inférieure à la limite d'exemption, supprimer impérativement le sigle "Radioactivité".
1.3.4
Acheminement au point de collecte
La collecte et l'acheminement de déchets radioactifs ne peuvent être confiés qu'à du personnel qualifié et équipé (chapitre 0.1), soumis à une surveillance de l'exposition aux radiations
(dosimétrie individuelle).
Emprunter dans toute la mesure possible des itinéraires pouvant être barrés en cas d'incident.
En présence de sources non scellées, prendre les précautions appropriées pour empêcher
toute évasion de matière radioactive (par exemple suremballage étanche résistant aux chocs).
1.3.5
Stockage intermédiaire
Le point de collecte doit être conforme aux prescriptions de l'ORaP10 : local réservé à cet effet,
signalé à l'extérieur, avec accès physiquement restreint aux personnes autorisées, etc.
1.3.6
Conditionnement final, étiquetage pour transport
Toute matière radioactive au sens de l'ORaP10 est soumise aux prescriptions de l'ADR5
(classe 7) sans aucune exemption. En cas de doute sur l'étiquetage et en présence d'autres
propriétés dangereuses, consultez votre conseiller à la sécurité pour le transport de marchandises dangereuses (cf. chapitre 0.2.1).
Ecologie au travail
- 19 -
août 2005
Déchets médicaux et biologiques
2.1
Critères d'inclusion
Cette branche inclut tout déchet de nature ou d'origine biologique, provenant notamment :
•
de laboratoires de biologie animale ou végétale ou de microbiologie ;
•
d'animaleries ou d'expériences sur animaux ou sur produits animaux ;
•
de cultures végétales ou d'expériences sur végétaux ou sur produits végétaux ;
•
de laboratoires de biotechnologie, d'agronomie, de pédologie ou des sciences
de l'environnement.
2.2
Catégories de déchets biologiques
Les encarts numérotés renvoient à la figure 2.
210
Déchets d'activités soumises à l'OUC13
Tout déchet provenant d'activités des classes 2, 3 ou 4 au sens de l'OUC ou contenant des
OGM est sujet à une inactivation obligatoire. Les déchets d'activités de classe 1 doivent être
éliminés de façon inoffensive, ce qui en pratique revient fréquemment à une inactivation.
Les eaux usées contaminées par des pathogènes ou par des OGM doivent être recueillies et
traitées selon l'annexe 4 de l'OUC13.
221
Déchets médicaux
Les déchets médicaux définis au chapitre 0.4, rubrique 020 font l'objet de prescriptions
cantonales11 et fédérales12 particulières hors du cadre des déchets de laboratoire.
230
Piquant ou tranchant
Les déchets présentant des risques de blessure sont traités au chap. 4.6.
240
Matières animales
Les cadavres et pièces anatomiques d'animaux de laboratoire biologiquement inactifs au sens
de l'OUC13 sont considérés comme déchets médicaux s'ils sont contaminés chimiquement
(médicaments, essais toxicologiques, etc.). Sinon, ils sont acheminés au CIDEC et détruits
conformément à l'OESPA17, à moins qu'ils ne relèvent de la LFE18 et doivent être détruits
conformément à celle-ci.
250
Matières végétales
Les matières végétales (chapitre 4.11) ne doivent contenir aucun produit dangereux pour la
santé ou pour l'environnement ou pouvant perturber le processus de compostage. Sinon, elles
sont traitées comme déchets chimiques (chapitre 3).
Ecologie au travail
- 20 -
août 2005
Figure 2 - Médicaux et Biologiques
NB - Les commentaires du chapitre 2.2
font partie intégrante de la figure 2.
Fig. 0
025
200 Médicaux et
biologiques
210 Organismes
soumis OUC
OUI
211 Inactivation
NON
220 Déchets
médicaux
221
Déchets médicaux
OUI
NON
230 Piquant ou
tranchant
OUI
4.6 "Sharps"
NON
240 Matières
animales
OUI
241 Contamination chimique
NON
OUI
NON
242 Soumis LFE
OUI
243 Elimination
LFE art. 10.3
NON
244 Elimination par
CIDEC
250 Matières
végétales
OUI
Symboles:
NON
Action, état
030
4.11 Matières
végétales
Décision, option
Fig. 0
Sortie, terminaison
030
025
Ecologie au travail
- 21 -
Entrée de l'adresse
021, renvoi à
l'adresse 030
août 2005
2.3
Étapes de prise en charge
2.3.1
Identification et tri à la source
Les déchets présentant un risque biologique doivent porter le sigle "Danger biologique". A
l'inverse, ce sigle doit être retiré ou neutralisé sans équivoque sur tout déchet traité ne présentant plus de risque biologique.
2.3.2
Prétraitements éventuels
En cas d'inactivation, le procédé choisi doit tenir compte non seulement des organismes
présents, mais aussi des charges traitées (masses, perméabilité à la vapeur ou aux gaz, etc.).
Il existe des témoins d'autoclavage autocollants ou d'autres indicateurs avec virage coloré.
Dans le cas de traitements chimiques, on détermine généralement l'activité résiduelle de
l'agent de traitement.
Ne jamais autoclaver des déchets simultanément biologiques et radioactifs (chapitre 1.3.2).
Attention : l'inactivation chimique peut engendrer des sous-produits particulièrement toxiques
ou cancérigènes. Traiter les résidus de tels traitements comme des déchets très toxiques.
Remarque : les autoclaves utilisés pour l'inactivation ne sont plus admis pour la stérilisation de
matériel médical.
2.3.3
Conditionnement et entreposage sur le lieu de production
Collecter les déchets dans les récipients destinés à l'enlèvement final de manière à éviter tout
transvasement ultérieur. Ces récipients doivent être homologués5 pour le transport de déchets
biologiques. Conserver les matières putrescibles et les milieux de culture dans des récipients
étanches, inviolables après fermeture, au froid, éventuellement sous congélation.
L'étiquetage doit être complet dès la constitution du déchet et doit comporter:
•
•
•
•
•
le sigle "Danger biologique" s'il y a lieu
la nature du déchet
l'identité du détenteur ou producteur responsable
la date du début de remplissage
les éventuels autres constituants importants pour le traitement du déchet.
En présence de danger biologique, le sigle doit être apposé aussi à l'extérieur du local et des
éventuelles enceintes secondaires (armoires, réfrigérateurs, congélateurs).
2.3.4
Acheminement au point d'inactivation ou de collecte
La collecte et l'acheminement de déchets biologiques ne peuvent être confiés qu'à du personnel qualifié et équipé (chapitre 0.1).
En présence de déchets biologiquement actifs, exercer une vigilance particulière pour prévenir
tout déversement (par exemple suremballage étanche résistant au choc).
Emprunter si possible des itinéraires pouvant être barrés en cas d'incident.
2.3.5
Stockage intermédiaire
•
Les locaux de dépôt de déchets biologiques spéciaux et de déchets médicaux doivent être
exclusivement affectés à cet effet et protégés contre l'intrusion d'animaux (y compris les
arthropodes) et les actes de malveillance.
•
Pour les liquides, les déchets putrescibles et les milieux de culture, ne pas dépasser un
délai de garde de 8 jours en enceinte réfrigérée (3 mois en cas de congélation).
Ecologie au travail
- 22 -
août 2005
2.3.6
Conditionnement final, étiquetage pour transport
Les déchets biologiques ou médicaux ne doivent jamais être compactés, même s'il ne s'agit
pas de déchets spéciaux ! Si nécessaire, ils peuvent être rassemblés en conteneurs ou en
suremballages rigides, résistant aux chocs et aptes à la manutention mécanisée.
Les échantillons anatomiques, fluides physiologiques, litières souillées et autres éléments
reconnaissables comportent une charge émotionnelle ou incommodante dont il faut tenir
compte ; utiliser un emballage final étanche, opaque et de morphologie "discrète".
Un déchet qui a été congelé doit le rester jusqu'au traitement final (conservation sur le site,
transport en emballage isolant, traitement dès réception).
À l'exception des déchets médicaux et en l'absence d'autres facteurs de risque (radioactivité,
danger chimique), les déchets biologiques inactifs dès l'origine ou inactivés au sens de
l'OUC13 ne sont pas des déchets spéciaux. Le code LMD n'est pas obligatoire et ils ne sont
pas soumis à l'ADR5 s'ils ne sortent pas de Suisse.
2.3.7
Traitement final
Le traitement final se fait par incinération au four rotatif ou au four à grille avec introduction
directe, le grappin de fosse pouvant endommager les emballages.
Ecologie au travail
- 23 -
août 2005
Déchets chimiques
3.1
Critères d'inclusion
3.1.1
Matières considérées comme déchets chimiques
Cette branche réunit trois groupes de déchets :
A.
les matières de composition connue présentant un danger chimique ;
B.
les matières de composition chimique indéfinie ;
C.
les objets et les matières contaminés par des matières des groupes A ou B.
A.
Matières dangereuses de composition connue
Tous les résidus - produits, solutions ou mélanges - de composition connue et présentant une
ou plusieurs des caractéristiques suivantes19 :
•
Très toxique, toxique, nocif ou irritant :
−
portant un des pictogrammes correspondants (T+, T, Xn, Xi) ou
−
contenant des substances qui doivent le porter (voir les FDS)
•
Dangereux pour l'environnement :
−
portant le pictogramme "Polluant" (N) ou
−
contenant des substances qui doivent le porter (voir les FDS)
•
Corrosif :
−
portant le pictogramme "Corrosif" (C) ou
−
solution aqueuse à pH<2 ou à pH>12.5 ou
−
attaquant l'acier
•
Extrêmement inflammable, facilement inflammable :
−
portant un des pictogramme correspondants (F+, F) ou
−
liquide avec point d'éclair <60°C ou
−
non liquide pouvant s'enflammer par friction, par absorption d'humidité
ou par réaction chimique spontanée ou
−
gaz comprimé combustible ou inflammable
•
Chimiquement réactif :
−
portant le pictogramme "Comburant" (O) ou "Explosif" (E) ou
−
réagissant vigoureusement avec l'eau ou
−
contenant des substances qui produisent ou dégagent des gaz
toxiques ou explosifs au contact de l'eau ou de l'humidité ou
−
comportant une des matières mentionnées aux chapitres 3.5.1 et 3.5.2
B.
Matières de composition inconnue ou variable
Tout résidu chimique de composition inconnue, y compris les sous-produits non caractérisés et les résidus de synthèse, les produits dégradés, ainsi tous les solvants ou eauxmères souillés.
C
Objets et matières contaminés
Tous les objets et matières contaminés par des matières des groupes A ou B : emballages
non nettoyés, verrerie souillée, gants, chiffons, vêtements de travail, papiers ou granulés absorbants, etc.
Ecologie au travail
- 24 -
août 2005
3.1.2
Exceptions
Ø Les déchets de médicaments sont des déchets médicaux (chapitre 0.4 rubrique 020).
Ø Les gaz et aérosols sont traités au chapitre 4.4.
Ø Les déchets présentant un danger de blessure ("sharps") sont traités au chapitre 4.7.
3.1.3
Seuils quantitatifs
Au sujet des rejets dans les eaux usées, voir le chapitre 0.4, rubrique 060.
En présence de très faibles quantités de produits, d'impuretés ou de grandes dilutions, le seuil
à partir duquel un déchet nécessite un traitement et le choix de celui-ci peut susciter l'interrogation. De même, avec des mélanges très inégaux ou formés de nombreux constituants, on
doit identifier les constituants déterminants pour la caractérisation et le traitement du déchet.
Il n'existe aucune règle simple et scientifiquement sûre, applicable à tous les déchets et tenant
compte de tous les critères pertinents. Néanmoins, sauf en cas de toxicité ou de réactivité
extrême connue ou suspectée et seulement pour des substances dont les seuils ne sont pas
fixés explicitement ailleurs, on peut se donner les repères indicatifs suivants:
Type de déchet
Produit isolé
Propriétés
pas dangereux (sauf inflammabilité)
nocif, irritant
réactif, toxique, polluant
très réactif, très toxique, génotoxique
Mélange ou solution quantité totale
avec une teneur en constituants nocifs ou irritants
ou une teneur en constituants toxiques ou polluants
ou une teneur en constituants très toxiques ou génotoxiques
Spécification nécessaire dès
100g
10g
1g
dans tous les cas
100g ou 100 mL
dépassant 5%
dépassant 1%
dépassant 0.1%
Ces seuils sont plus bas que ceux de l'ADR5 car leur champ d'application ne s'arrête pas au
transport. Il convient de répéter qu'ils n'ont qu'une valeur indicative. S'il reste toujours loisible
de se montrer plus sévère que ces valeurs, il faudrait éviter de l'être moins.
A propos des risques liés aux mélanges de produits, voir aussi le chapitre 3.4.3.
Ecologie au travail
- 25 -
août 2005
Figure 3A - Chimiques
Fig. 0
030
NB - Les commentaires du chapitre 3.2
font partie intégrante des figures 3A et 3B.
300 Chimiques et
biochimiques
310 Liste Matières
caractérisées
OUI
311 Élimination
selon liste
OUI
321 Prétraitement
judicieux
NON
320 Substance
très réactive
OUI
323 Exécuter le
prétraitement
NON
NON
322 Déchet de [substance]
Conditionnement spécial
330 Système
multiphasique
OUI
331 Identifier
Constituant prioritaire
332 Prétraitement
judicieux
OUI
334 Exécuter le
prétraitement
NON
NON
333 Remise séparée,
spécifications
340 Rebut de
produit chimique
NON
OUI
341 Produit intact
OUI
342 LMD 16 03 xx
[produit] non utilisé
NON
350 Autre rebut
chimique
Symboles:
Action, état
360
Décision, option
Sortie, terminaison
Fig. 3B
360
030
Entrée de l'adresse 030,
renvoi à l'adresse 360
[italique] spécifier le produit, la matière ou
les caractéristiques minimales
♦
Ecologie au travail
- 26 -
indiquer la concentration ou la
composition approximative
août 2005
Figure 3B - Chimiques (suite)
Fig. 3A
350
360 Produit
chim. organique
NON
OUI
361 Inconnu
OUI
362 Caractérisation
minimale
OUI
365 Solvant
halogéné
363 Déchet chimique
[caract. min.]
NON
364 Organique
halogéné
NON
OUI
Solvants halogénés
NON
Déchet chimique
[organique halogéné]
366 Organique
exempt d'halogènes
367 Solvant
non halogéné
OUI
Solvants
non halogénés
NON
Déchet chimique
[org. non halogéné]
370 Déchet
inorganique
371 Métaux lourds
& anions spéciaux
OUI
NON
372 Regroupement autorisé
OUI
Déchets aqueux avec
métaux lourds
NON
Déchet aqueux de
[ion / métal / sel]♦
OUI
373 Acide
NON
374 Regroupement autorisé
OUI
Déchets aqueux
d'acides ♦
NON
Déchet de
[acide] ♦
OUI
375 Base
NON
376 Regroupement autorisé
OUI
Déchets aqueux de
bases ♦
NON
Déchet de
[base] ♦
378 Solide,
pâteux
377 Neutre
inoffensif
OUI
Déchet de
[prod. inorganique] ♦
OUI
Déversement aux
eaux usées
NON
Autre solution
aqueuse
Fig. 0
060
379 Admissible
selon OEaux
NON
Déchet aqueux de
[produit] ♦
Ecologie au travail
- 27 -
août 2005
3.2
Catégories de déchets chimiques
Les encarts numérotés renvoient aux figures 3A et 3B
310
•
Matières et produits caractérisés
Matériel usagé contaminé (gants, chiffons, vêtements, papiers absorbants)
Conditionner en fût ou bidon à large ouverture avec couvercle verrouillable, en carton doublé
d'un sac plastique fermé ou en double sac plastique fermé séparément, mais jamais en benne
ouverte ! Traiter comme le produit contaminant.
En présence de matières dangereuses, indiquer les contaminants dangereux et la nature des
dangers (pictogrammes, phrases R15). Code LMD 15 02 02.
•
Emballages non nettoyés
Si possible, faire reprendre les emballages de produits tels quels par les fournisseurs.
Pour les emballages de matières dangereuses ou de déchets spéciaux destinés à l'élimination, indiquer les contaminants et le cas échéant la nature des dangers (pictogrammes, phrases R15). Code LMD 15 01 10.
•
Absorbants usagés
Collecter le silicagel ayant absorbé des produits séparément des autres absorbants usagés.
Conditionner en bidon plastique verrouillable, en carton doublé d'un sac plastique fermé ou en
double sac plastique fermé séparément. Ne pas compacter (risques liés à la compression,
formation d'aérosols par rupture du contenant). Traiter comme les produits absorbés. Étiqueter comme "Silicagel avec [produit]" ou "Déchet d'absorbant avec [produit]" en spécifiant le
produit absorbé et sa concentration massique approximative.
En présence de matières dangereuses, indiquer les contaminants dangereux et la nature des
dangers (pictogrammes, phrases R15). Code LMD 15 02 02.
•
Pesticides et produits phytosanitaires
Collecter séparément en emballage d'origine ou dans un emballage équivalent. Mentionner le
nom générique ou commercial. Code LMD 20 01 19 (pesticides) ou LMD 02 01 08 (déchets
agrochimiques avec substances dangereuses), selon la matière et le contexte
•
Bains photographiques
Collecter séparément des autres déchets chimiques. Les bains argentiques doivent faire l'objet d'un essai de recyclage commercial. Code LMD 20 01 17, sauf en cas de consommation
très importante (dans ce cas, spécifier les types de déchets selon chapitre 09 de la LMD9).
320
Substances très réactives
Cette catégorie inclut notamment les substances mentionnées au chapitre 3.5.1.
321
Au sujet de prétraitements visant à en abaisser la dangerosité, voir le chapitre 3.3.2.
322
A collecter individuellement, dans les récipients d'origine ou dans un emballage équivalent. Consulter impérativement votre Conseiller à la sécurité pour le transport de marchandises dangereuses au sujet du conditionnement, du codage et de la signalétique.
Explosifs : code LMD 16 04 03. Autres substances : code LMD selon le type (inorganiques isolés LMD 16 03 03, organiques isolés LMD 16 03 05, mélanges LMD 16 05 06).
330
Systèmes multiphasiques
Le déchet comprend plusieurs phases (suspensions, émulsions, boues et liquides avec dépôt
solide, plusieurs phases liquides) dans un même contenant.
Ecologie au travail
- 28 -
août 2005
331
Il incombe au producteur de déterminer les constituants prioritaires d'un déchet multiphasique en vue du conditionnement, du transport et du traitement ultérieur. Les indications fournies par le producteur du déchet doivent être suffisantes pour :
− assurer un stockage intermédiaire sûr (incompatibilités, risque incendie, etc.) ;
− permettre une classification correcte en vue du transport ;
− orienter le déchet sur la filière de traitement final la plus appropriée.
332
Au sujet de prétraitements visant à faciliter la prise en charge (séparation de phases
bien discernables, filtration ou décantation de dépôts solides), voir chapitre 3.3.2.
333
Ne pas mélanger les déchets multiphasiques avec d'autres déchets, mais les collecter
séparément. Inscrire la nature et si possible la proportion approximative des phases,
ainsi que les constituants prioritaires et leur teneur (valeurs d'orientation).
Codes LMD selon les constituants prioritaires. Cas particuliers :
−
boues ou déchets solides contenant des solvants halogénés LMD 14 06 04 ;
−
boues ou déchets solides contenant des solvants non hlogénés LMD 14 06 05.
341
Produit chimique non utilisé
Il s'agit ici de produits intacts, à l'exclusion de produits manifestement dégradés ou altérés.
A remettre en emballage d'origine, avec étiquette d'origine lisible et, si possible, date de réception ou d'ouverture. Code LMD 16 03 03 (inorganiques) ou LMD 16 03 05 (organiques).
A défaut ou si le produit n'est pas intact, passer à "Autre rebut chimique" (rubrique 350).
350
Autre rebut chimique
Ne jamais mélanger inutilement des produits différents - en particulier des déchets chimiques
liquides et solides - car cela augmente les risques et le coût de traitement. Des instructions
détaillées de regroupement par familles chimiques, avec listes d'exceptions, sont données par
l'Université du Québec à Trois-Rivières20. Les risques liés aux mélanges et aux incompatibilités chimiques sont rappelés au chapitre 3.4.3.
En règle générale, les catégories collectives autorisées sont les suivantes:
−
Solvants halogénés (rubrique 364)
−
Solvants non halogénés (rubrique 366)
−
Solutions aqueuses de métaux lourds mélangés (rubrique 372)
−
Acides inorganiques (rubrique 373)
−
Acides organiques (rubrique 373)
−
Bases inorganiques (rubrique 375)
−
Bases organiques (rubrique 375)
Des exceptions sont réservées aux rubriques correspondant à ces catégories.
Les autres produits doivent être collectés individuellement. Néanmoins, moyennant des vérifications adéquates, des produits de nature homogène (même état d'agrégation, mêmes
groupes fonctionnels) peuvent être mélangés sous un nom générique approprié. La décision
est de la responsabilité et de la compétence du producteur du déchet.
Indications de danger particulier : voir Étiquetage au chapitre 3.3.3. Pour les produits et mélanges synthétisés au laboratoire et pour lesquels aucune donnée toxicologique valide n'est
disponible, se référer au classement de congénères s'il existe. En l'absence de données indiquant clairement un autre classement, les déclarer comme toxiques (pictogramme T). Certaines matières finement divisées ou absorbées présentent un danger accru d'incendie ou d'explosion (chapitre 3.4.2). Adapter le conditionnement et l'étiquetage en conséquence !
Ecologie au travail
- 29 -
août 2005
360
Solvants et produit organiques
Sauf mention contraire pour certains déchets, les déchets de produits organiques portent le
code LMD 16 05 08, les mélanges contenant de tels produits le code LMD 16 05 06.
Phases mixtes : Les eaux souillées de solvant et les solvants très riches en eau (>20%) doivent être collectés séparément et remis avec l'indication du solvant et de sa concentration
approximative dans l'eau ou de sa teneur approximative en eau.
361
Produits et mélanges inconnus
Cette catégorie inclut tous les résidus chimiques de composition inconnue, y compris les
sous-produits non caractérisés et les résidus de synthèse, ainsi que les produits dégradés.
Considérer tous ces déchets comme déchets toxiques.
Collecter individuellement les produits et mélanges inconnus. Ne pas les mélanger à d'autres
déchets de composition connue, ni les combiner dans des colis, sinon l'ensemble devient un
déchet de composition inconnue (le tarif de prise en charge s'en ressent notablement).
362
Caractérisation minimale
Caractéristiques minimales à contrôler21:
solides
solubilité dans l'eau
réactivité au contact de l'eau
pH en solution aqueuse
inflammabilité
liquides
pH
réactivité, miscibilité, densité relative à l'eau
inflammabilité
Effectuer les essais avec juste assez de matière pour obtenir un résultat significatif.
•
Tests à l'eau : ajouter la substance dans l'eau et non pas l'eau sur la substance.
•
Test d'inflammabilité : solides avec 2-5 mg de produit sur une pointe de spatule, liquides
avec un coton-tige imbibé de très peu de produit ou un support équivalent.
S'il n'est pas possible d'exécuter ces tests sur place dans des conditions strictes de sécurité
au laboratoire, contacter la personne de liaison de l'établissement.
363
Attribuer la désignation "Déchet chimique de composition inconnue". Indiquer la quantité
et la concentration approximatives, la nature du solvant éventuel, les caractéristiques
minimales du déchet tel que déposé et impérativement le N° de téléphone du producteur responsable. Code LMD 16 05 98.
Les centres collecteurs de déchets sont en droit de refuser des déchets de nature inconnue
qui ne comporteraient pas toutes ces indications.
364
Solvants et produits organiques halogénés
Cette catégorie comprend deux classes de déchets (embranchement 365) :
•
les solvants halogénés seuls ou en mélange avec des solvants non halogénés,
•
les produits organiques halogénés isolés ou en solution et les solutions de produits quelconques dans des solvants halogénés.
Les solvants halogénés peuvent être recueillis collectivement. Dans le cas de mélanges
avec d'autres solvants, indiquer ces autres solvants et, si possible, leur teneur approximative
dans le mélange ou la teneur estimée du mélange en halogènes. Code LMD 14 06 02.
Ecologie au travail
- 30 -
août 2005
Pour les solutions, indiquer les produits dissous, les solvants et, si possible, les concentrations approximatives. La teneur en halogènes est une indication utile. Au sujet des seuils
quantitatifs de déclaration, voir le chapitre 3.1.3.
Les produits organiques halogénés usagés doivent être collectés individuellement et mentionnés sur l'étiquette du déchet. Une tolérance est admise pour les mélanges de nature homogène (cf. rubrique 350), désignés par un nom générique suffisamment descriptif, comme
chloroalcanes ou hydrocarbures aromatiques chlorés. Collecter séparément les acides et
bases organiques halogénés, ne pas les ajouter aux acides et bases inorganiques.
Cas particuliers :
−
les polyaromatiques polychlorés (PCB, PCT, polychlorodibenzo-dioxines ou -furanes,
etc.) doivent être collectés et déclarés séparément (filière de traitement spécial) ;
−
les chlorofluorocarbones et produits similaires portent le code LMD 14 06 01.
366
Solvants et produits organiques non halogénés
Ne sont admis que des déchets exempts de composés halogénés. A l'inverse, ne pas ajouter inutilement de tels déchets aux déchets halogénés, dont l'élimination est plus exigeante.
Cette catégorie comprend deux classes de déchets (embranchement 367) :
•
les solvants non halogénés seuls ou en mélange,
•
les produits non halogénés isolés ou leurs solutions dans des solvants non halogénés.
Les solvants non halogénés peuvent être recueillis collectivement. Code LMD 14 06 03.
Pour les solutions, indiquer les produits dissous, les solvants et, si possible, les concentrations approximatives. Au sujet des seuils quantitatifs de déclaration, voir le chapitre 3.1.3.
Les produits organiques usagés doivent être collectés individuellement et mentionnés sur
l'étiquette du déchet. Une tolérance est admise pour les mélanges de nature homogène (cf.
rubrique 350), désignés par un nom générique suffisamment descriptif, comme par exemple :
amines aromatiques, phénols, isocyanates d'alkyle, anhydrides d'acides carboxyliques, composés nitroaromatiques. Collecter séparément les acides et les bases organiques, ne pas
les ajouter aux acides et bases inorganiques.
370
Déchets inorganiques et solutions aqueuses
Ne doivent contenir aucune matière organique ajoutée, sinon revenir à la rubrique 360.
Sauf mention contraire pour certains déchets, les déchets de produits inorganiques portent le
code LMD 16 05 07, les mélanges contenant de tels produits le code LMD 16 05 06.
372
Sels de métaux lourds, anions spéciaux
Sels et autres déchets inorganiques solides
Collecter et remettre en emballage d'origine ou dans un conditionnement équivalent avec indication du produit. Ne jamais mélanger des sels solides différents !
Les catalyseurs usagés sont généralement recyclables. S'ils doivent être éliminés, les remettre séparément en prenant les précautions imposées par leurs propriétés. Pour les catalyseurs
usés contaminés par des substances dangereuses, utiliser le code LMD 16 08 07.
Oxydants
Les substances oxydantes ou leurs solutions portent des codes LMD spécifiques :
• permanganates
LMD 16 09 01
• peroxydes
LMD 16 09 03
• chromates
LMD 16 09 02
• autres oxydants
LMD 16 09 04
Ecologie au travail
- 31 -
août 2005
Ions particuliers
Les solutions de sels de mercure, d'arsenic ainsi que les chromates, fluorures, chlorates,
hypochlorites, perchlorates, nitrites, cyanures et sulfures doivent être collectés séparément. Les étiqueter comme "Déchets contenant [ion]" en spécifiant l'ion et en indiquant la toxicité (pictogramme, phrases R15). Veiller scrupuleusement à ne jamais acidifier des cyanures,
des fluorures, des sulfures ou des hypochlorites.
Sels d'acides organiques
Ne pas mélanger des acétates, oxalates, citrates et autres sels organiques avec des anions
oxydants (nitrites, perchlorates, hypochlorites). Nommer les produits individuels ou, à défaut,
inscrire "Déchets de sels organiques de [métal]" en précisant le métal. Dans le cas de solutions, indiquer la concentration approximative. Les sels organiques de métaux lourds sont
soumis aux mêmes conditions complémentaires que les sels inorganiques.
Autres solutions de métaux lourds
Les regrouper et les étiqueter comme "Déchets chimiques de métaux lourds". Si le pH est
inférieur à 2, mentionner "Déchets acides de métaux lourds". Si le pH est supérieur à 10,
mention "Déchets basiques de métaux lourds". Indiquer la toxicité selon les éléments présents (phrases R15, pictogrammes).
373
Acides inorganiques
Les acides concentrés doivent être recueillis séparément. Jusqu'aux concentrations indiquées
ci-dessous, on peut grouper les acides suivants dans un récipient "Déchets d'acides" :
−
acide sulfurique < 70%
−
acide phosphorique < 50%
−
acide chlorhydrique < 25%.
Les acides suivants doivent toujours être collectés individuellement :
acide
mélange chromique
acide nitrique
acide perchlorique
dès conc.
toujours
40%
20%
acide fluorhydrique, fluorures acides
toujours
matériau compatible
PVC
PVC
obligatoire: verre brun dans un emballage métallique garni de terre absorbante
HDPE, PVC
L'eau régale est interdite de transport par route5 et doit être inactivée sur le lieu de production.
375
Bases inorganiques
Les solutions de carbonates et d'hydroxydes de métaux alcalins peuvent être groupées dans
un récipient "Déchets de bases". L'ammoniaque doit être collectée à part, de même que l'hydrazine et l'hydroxylamine qui sont instables et doivent être traitées individuellement.
Les autres solutions basiques (sans métaux lourds ni anions cités sous 372) peuvent être
groupées dans un récipient "Déchets basiques de sels minéraux".
377
Neutre inoffensif
Cette catégorie ne comprend que des déchets inorganiques non dangereux.
378
Solides, boues : collecter par source. Ne pas mélanger des sels solides différents.
379
Autres solutions aqueuses : ne peuvent être rejetées aux eaux usées que si elles sont
conformes à l'OEaux16 (cf. chapitre 0.4, rubrique 060). Si ce n'est pas le cas, les étiqueter comme "Déchets de sels minéraux" en indiquant les constituants.
Ecologie au travail
- 32 -
août 2005
3.3
Étapes de la prise en charge
3.3.1
Identification et tri à la source
Les déchets chimiques forment le groupe le plus complexe des déchets de laboratoire, tant
les critères d'inclusion sont divers. En outre, la plupart des matières considérées présentent
simultanément plusieurs de ces propriétés, qui ne sont pas mutuellement exclusives.
Séparer a posteriori un mélange de déchets chimiques est souvent impossible ou demande un
effort considérable. Or leurs propriétés respectives peuvent exiger des traitements différents.
Un tri systématique à la source est donc impératif. Ce tri contribue également à limiter les
manutentions ultérieures, à faciliter la préparation au transport et il oriente d'emblée les déchets vers le traitement approprié.
Il serait irrationnel de recueillir séparément toutes les espèces chimiques. Néanmoins, le regroupement de déchets chimiques doit être bien maîtrisé pour ne pas aboutir à des risques
inacceptables ou à un renchérissement du traitement final, dont le tarif est déterminé par le
plus coûteux des constituants du déchet. Les regroupements explicitement autorisés sont
énumérés au chapitre 3.2 rubrique 350. Les autres regroupements sont à éviter, sauf si une
réflexion approfondie permet d'exclure des risques ou des coûts supplémentaires.
La désignation des déchets doit être aussi explicite que nécessaire. Les noms commerciaux
ne sont pas admis. Toutefois, pour des produits connus dont le nom est très long, un nom
générique (groupes fonctionnels) accompagné du N° C AS est accepté.
3.3.2
Prétraitements éventuels
L'approche adoptée ici se limite au déchet existant tel qu'il résulte des manipulations de laboratoire. La possibilité de traiter des déchets chimiques pour en diminuer les dangers présente
un intérêt certain avec des produits extrêmement toxiques, instables ou très réactifs, de même
qu'avec des corrosifs puissants.
La démarche reste cependant réservée à des laboratoires parfaitement équipés et disposant de personnel spécialement formé. Les laboratoires intéressés sont invités à consulter
la littérature imprimée ou virtuelle, comme le classique Picot & Grenouillet22, ainsi que les personnes de liaison au sujet de l'opportunité de tels prétraitements.
La redistillation de solvants usagés, même dans un but didactique, est à proscrire absolument,
car l'innocuité des impuretés n'est jamais totalement assurée et le risque d'incendie et d'explosion est considérable.
3.3.3
Conditionnement et entreposage sur le lieu de production
Récipients
Dès leur production, les déchets chimiques doivent être recueillis dans des récipients réservés
à cet effet. Il est strictement interdit d'utiliser dans ce but des contenants usagés de denrées
alimentaires. Les récipients à usage unique ont l'avantage d'éviter des transvasages ultérieurs
et le risque associé de dispersion accidentelle et d'exposition des personnes. La désignation
du contenu doit figurer clairement et immédiatement sur le récipient pour éviter toute confusion par d'autres personnes.
Les produits extrêmement inflammables (pictogramme F+) doivent être stockés dans des récipients de sécurité pour liquides explosifs et inflammables. Les autres produits très volatils
seront recueillis dans des récipients résistant à la pression ou avec bouchon détendeur.
Matériaux
De manière générale, le matériau le plus approprié pour les déchets liquides est le polyéthylène à haute densité (HDPE). Pour les acides minéraux très oxydants, il faut recourir au chlorure de polyvinyle (PVC), voire au verre (avec emballage extérieur ou gaine de protection). Ne
jamais collecter, même temporairement, des produits corrosifs dans des récipients en métal.
Ecologie au travail
- 33 -
août 2005
Volume et niveau de remplissage
Les déchets ne doivent pas rester plus d'une semaine dans le laboratoire. Le volume des récipients doit être adapté en conséquence, mais ne devrait pas dépasser 5-10 L pour les mélanges autorisés (chapitre 3.2 rubrique 350), 1-2 L ou kg pour les produits isolés.
Ne jamais remplir un récipient de déchet à plus de 90% de sa capacité. Marquer le niveau
maximum de remplissage sur le récipient avant sa mise en service.
Étiquetage
Les étiquettes et leurs inscriptions doivent résister aux manipulations ordinaires et au milieu
d'entreposage (robustes, indélébiles, solidement fixées).
Supprimer complètement et irréversiblement toute inscription préalable qui n'est plus valable.
Utiliser des étiquettes "Déchets spéciaux" selon le modèle de l'Université, comportant :
−
la désignation du déchet (classes selon le chapitre 3.2, spécification chimique s'il y a lieu) ;
−
les caractéristiques de danger prédominantes, si possible avec pictogrammes ;
−
les autres indications utiles sur le déchet (cf.chapitre 0.2.2 dernier alinéa) ;
−
la quantité ou la concentration, si pertinent ;
−
l'identité de l'unité productrice, avec ses coordonnées et son N° de téléphone ;
−
la date de conditionnement (dès le début du remplissage!).
Dangers particuliers: Utiliser les phrases R standard15 dans la mesure du possible, en incluant
leur code numérique (valable dans toutes les langues).
Entreposage primaire
Il doit obéir au minimum aux règles de sécurité applicables à tout produit présentant les mêmes caractéristiques. Les récipients de déchets doivent être gardés dans des endroits adéquats, au même titre que des produits similaires. Les hottes de travail, couloirs, recoins, espaces sous les tables, etc. ne sont pas appropriés.
Avant chaque déplacement, vérifier que les bouchons, couvercles et autres obturations sont
correctement fermés, le cas échéant avec un joint en bon état.
3.3.4
Acheminement au point de collecte
La collecte et l'acheminement de déchets chimiques ne peuvent être confiés qu'à du personnel qualifié et équipé (chapitre 0.1).
En présence de déchets volatils et toxiques, volatils et inflammables, ainsi qu'avec des matières corrosives ou réactives, exercer une vigilance particulière pour prévenir tout déversement
accidentel. Emprunter si possible des itinéraires pouvant être barrés en cas d'incident.
3.3.5
Stockage intermédiaire
Des bidons ou des fûts de grande capacité (50 à 200 L, voire davantage) peuvent être envisagés pour les fractions collectives si des engins de manutention appropriés sont disponibles.
Éviter tout transvasement ou manutention inutile. Entreposer les récipients de collecte primaire sans les empiler dans une disposition prête pour la préparation du chargement d'enlèvement (cf. chapitre 0.1 règle 11). Idéalement, constituer progressivement et directement les
conditionnements multiples pour remise au transporteur, y compris la protection contre les
chocs et un éventuel lit d'absorbant au fond du récipient.
Dater le début du remplissage de tout récipient de regroupement.
Pour les déchets chimiques volatils, inflammables ou corrosifs, le délai de dépôt ne doit pas
dépasser 3 mois. Des échéances plus rapprochées sont recommandées dans tous les cas et
impératives avec les déchets sujets à l'altération (par exemple attaque progressive de HDPE
par les solvants halogénés).
Ecologie au travail
- 34 -
août 2005
3.3.6
Conditionnement final, étiquetage pour transport
Le conditionnement pour le transport obéit aux mêmes exigences que si le produit était livré
commercialement, au besoin avec double enveloppe, absorbant chimique, protection contre
les chocs, assurage de la fermeture, etc.
Charger les emballages contenant plusieurs déchets (caisses, cartons, fûts, palettes, conteneurs-bennes, etc.) avec un contenu aussi homogène que possible pour permettre un étiquetage extérieur bref, mais suffisamment descriptif. S'ils contiennent des liquides dangereux, les
munir d'un garnissage d'absorbant chimique approprié et suffisamment abondant. Ne jamais
réunir dans un même emballage des spécimens chimiquement incompatibles !
La classification des déchets spéciaux au sens de l'OMD8 est discutée au chapitre 0.2.2.
Pour les instructions d'étiquetage et de marquage des véhicules selon l'ADR5 (N° ONU, désignation légale du contenu, etc.), consulter le Conseiller à la sécurité pour le transport de marchandises dangereuses de votre établissement. Les pictogrammes de danger doivent figurer
sur les emballages extérieurs dès que la limite d'exemption ADR est dépassée.
Avant la fermeture définitive et l'enlèvement, garder en dépôt les récipients de déchets groupés (solvants, acides, bases) 24 à 48 heures sans y ajouter d'autres déchets. Ce délai permet
à d'éventuelles réactions retardées de se dérouler en lieu sécurisé.
3.3.7
Remise au preneur/transporteur autorisé
Une déclaration doit impérativement être fournie à chaque remise de déchets spéciaux. Si la
quantité excède 50 kg par code de déchet et par remise, un document de suivi doit être
rempli (cf. chapitre 0.2.2).
Le transporteur doit recevoir des instructions orales à chaque remise et, avec certaines matières dangereuses, des instructions écrites. Le cas échéant, le transporteur doit disposer
des équipements de protection et d'intervention appropriés et en état de fonctionner.5
3.3.8
Traitement final
Les déchets chimiques ne doivent en aucun cas être compactés.
Ils sont pris en charge par le CTDS qui détermine le traitement approprié suivant la nature des
matières remises.
3.4
Aspects particuliers de sécurité
3.4.1
Toxicité, nocivité, danger pour l'environnement
Certains déchets présentent, pour la santé et la vie humaine, des risques toxicologiques particuliers qui doivent être explicitement signalés :
−
génotoxiques : cancérigènes ou mutagènes
−
reprotoxiques : foetotoxiques, embryotoxiques, altérant la capacité de reproduction
−
sensibilisants : notamment allergènes.
Les pictogrammes usuels ne précisent pas ce type de risque. Des indications sur quelques
centaines de substances se trouvent dans les valeurs limites d'exposition de la SUVA23, les
valeurs MAK allemandes24 ou les TLV américaines25. Les phrases de risque (phrases R), figurant notamment dans les fiches de données de sécurité (FDS15) des produits commerciaux
constituent un répertoire de mises en garde standardisées internationalement.
Les femmes en âge de procréer doivent être explicitement informées de ces risques. En
outre, les femmes enceintes et les mères allaitantes doivent être protégées du contact
avec ces substances26 et ne doivent pas être autorisées à manipuler des déchets présentant ce type de risque.
Ecologie au travail
- 35 -
août 2005
3.4.2
Propriétés physico-chimiques
Pour la sécurité de l'entreposage et du transport, ce sont les critères de nature physicochimique qui prédominent. Les propriétés les plus critiques sont ici l'instabilité, l'inflammabilité, les propriétés oxydo-réductrices, la corrosivité et la réactivité entre fonctions chimiques ou entre composés particuliers. Il n'existe aucune corrélation simple et directe entre ces
critères et les critères toxicologiques.
Le chapitre 3.5.1 contient une liste - non exhaustive - de familles de composés instables ou
très réactifs dans des conditions normales.
Tout oxydant puissant peut engendrer des réactions brutales avec des matières oxydables.
Tout réducteur puissant peut faire de même avec des matières même très peu oxydantes
comme l'eau. Le chapitre 3.5.2 donne une brève liste des principaux agents de ce type.
De nombreux produits chimiques subissent une altération spontanée avec le temps ou par
exposition à l'air, à l'humidité, à la lumière, etc. Ainsi, les substances instables sont généralement livrées sous une forme stabilisée, mais l'action des stabilisateurs peut se perdre avec la
durée. De même, au contact de l'air, les éthers et de nombreux autres composés organiques
tendent à former des peroxydes explosifs. Comme les déchets se situent en fin de parcours
de ces produits altérables, leur comportement justifie une méfiance particulière !
Certains produits finement divisés - notamment des métaux, mais aussi d'autres combustibles solides - et des gaz ou liquides absorbés - par exemple sur des chiffons ou des granulés de récupération - peuvent présenter un risque accru d'incendie ou d'explosion dans l'air ou
au contact de l'eau.
3.4.3
Mélanges et incompatibilités chimiques
Les incompatibilités chimiques n'interdisent pas seulement le regroupement des matières
concernées. La réglementation impose aussi un stockage dans des enceintes séparées et
des conditions de transport propres à empêcher tout contact, même accidentel, entre des
substances incompatibles (interdiction d'emballages en commun, voire transports séparés). Le
chapitre 3.5.3 présente un tableau sommaire d'incompatibilités par fonctions chimiques.
Avant de regrouper ou de mélanger des déchets, il est essentiel de s'assurer qu'il ne se
manifestera aucune incompatibilité. Le "Bretherick's"27 réunit la compilation probablement
la plus complète à ce jour de réactions chimiques dangereuses. Martel28 présente une discussion approfondie et un choix étendu de produits chimiques groupés en tableaux par fonctions
chimiques. Il convient de rappeler que de nombreuses réactions chimiques peuvent débuter
discrètement, puis s'accélérer jusqu'à l'emballement. Certaines ne démarrent qu'après un
temps de latence imprévisible ou sous l'effet d'une perturbation extérieure (secousse, lumière,
chaleur, addition d'un agent exerçant un effet catalytique).
Il faut aussi un réel avantage pour justifier un regroupement de déchets, par exemple en termes de rationalisation du travail, de limitation des manipulations ou de coûts de traitement.
Même en l'absence d'incompatibilité, on ne modifie pas la nature des risques en procédant à
un mélange (sauf addition d'agents stabilisants spécifiques). Les dangers du mélange cumulent ceux des constituants. Exemples malheureusement fréquents, les mélanges en faibles
concentrations de solvants inflammables (acétone, méthanol) dans l'eau ou l'addition d'éther à
des solvants peu volatils : le risque incendie qui en résulte est déterminé par "l'impureté", bien
plus que par le constituant principal. En règle générale, on peut admettre que c'est la matière
la plus dangereuse d'un mélange qui détermine le niveau de danger. La dilution avec d'autres
constituants ne garantit pas une atténuation du risque.
Ecologie au travail
- 36 -
août 2005
3.5
Annexes
3.5.1
Substances hautement réactives
Attention : La liste ci-dessous ne se prétend pas exhaustive. En cas de doute, consulter
la littérature ou un professionnel averti !
Groupes explosophores (sensibles au choc, à la chaleur ou à la pression)
Acétyléniques, acétylures de métaux, halogénures d'acétylène
Halogénoamines, N,N-difluoramines
Azoïques, diazoïques, sels de diazonium, nitrures
Amidures de métaux
C-nitroso, C-nitro, N-nitroso, N-nitro (exemple : picrates)
Nitrites et nitrates organiques
Nitrates d'ammonium, de métaux, fulminates
Peroxydes, hydroperoxydes (exemple : eau oxygénée)
Époxydes
Oxacides des halogènes et leurs sels : hypochlorites, chlorites, chlorates, perchlorates, etc.
Chloryles, chlorosyles
Pyrogènes - Autoinflammables dans l'air
Phosphore élémentaire
Métaux alcalins
Éthers, oxydes hétérocycliques (exemple : p-dioxane)
Sulfure de carbone
Réagissant spontanément avec l'eau (danger avec tous les composés à H+ mobile)
Métaux alcalins et alcalino-terreux, leurs oxydes (exemple : CaO)
Autres métaux finement divisés (Zn, Mg,…)
Halogénures anhydres de métaux (exemple : chlorure d'Al)
Carbures, amidures, nitrures, phosphures de métaux (Ca, Al, …)
Halogénures, oxyhalogénures et pentoxyde de phosphore
Halogénures et oxyhalogénures de soufre (exemple : chlorure de thionyle)
Anhydrides et halogénures d'acides (exemples : trioxyde de soufre, chlorure d'acétyle)
Composés organométalliques
Hydrures de métaux, de bore
Polymérisations brutales
Oléfines absorbées, styrène, acroléine
Aziridines
Acétonitrile
Instabilité thermodynamique intrinsèque
Acide formique, formiate de méthyle
Hydrazines, hydroxylamine et leurs sels
3.5.2
Oxydants et réducteurs
Oxydants forts (danger avec tout réducteur, même faible)
Eau oxygénée, peroxydes, hydroperoxydes
Acide nitrique, nitrates, nitrites (notamment avec des alcools)
Peroxyacides, acide perchlorique concentré, perchlorate de Mg (danger avec alcools + acide fort)
Acide chromique et chromates, permanganates
Oxacides des halogènes et leurs sels : hypochlorites, chlorites, chlorates, etc.
Halogènes (chlore, brome, iode)
Réducteurs forts (danger avec tout oxydant, même faible)
Métaux, notamment Al, Zn, Mg (danger avec des solvants ou composés organiques halogénés)
Hydrures métalliques, boranes, silanes
Ecologie au travail
- 37 -
août 2005
3.5.3
Incompatibilités chimiques
X
X
A
E
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
F
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
B
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
B
21. phénols, crésols
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
20. alcools, glycols
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
19. aldéhydes
X
X
18. cétones
X
X
D
D
X
X
X
X
17. épichlorhydrine
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
16. oxydes d'alkylènes
X
X
X
15. allyles substitués
X
X
X
14. acrylates
X
X
X
C
12. isocyanates
X
X
X
X
X
X
1
A E
X X X 2
X X X 3
4
F
X X X 5
X
X 6
X X X 7
8
X
9
X
X 10
11
12
X
13
14
15
16
17
18
19
20
21
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
41
42
X
X
X
X
G
X
X
X
X
X
X
11. anhydrides organiques
X
X
X
X
X
10. amides
X
9. amines aromatiques
X
X
X
X
C
8. alkanolamines
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
13. acétate de vinyle
X
X
X
X
X
X
X
X
X
7. amines aliphatiques
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
6. ammoniaque
X
X
X
5. bases fortes
X
2. acide sulfurique
4. acides organiques
30. oléfines
31. hydrocarbures aliphatiques saturés
32. hydrocarbures aromatiques
33. mélanges d'hydrocarbures divers
34. esters
35. halogénures de vinyle
36. hydrocarbures halogénés
37. nitriles
38. sulfure de carbone
39. sulfoxydes (DMSO, etc.)
41. éthers
42. dérivés nitro
3. acide nitrique
GROUPES DE BASE
1. acides inorganiques non oxydants
2. acide sulfurique
3. acide nitrique
4. acides organiques
5. bases fortes
6. ammoniaque
7. amines aliphatiques
8. alkanolamines
9. amines aromatiques
10. amides
11. anhydrides organiques
12. isocyanates
13. acétate de vinyle
14. acrylates
15. allyles substitués
16. oxydes d'alkylènes
17. épichlorhydrine
18. cétones
19. aldéhydes
20. alcools, glycols
21. phénols, crésols
1. acides inorganiques
non oxydants
GROUPES REACTIFS
Tableau tiré de Michigan State University, Waste Disposal Guide, 199621).
Sélectionner le groupe de base du déchet à éliminer, puis relever les incompatibilités répertoriées
sur la ligne correspondante. Les croix signalent la possibilité (mais pas la certitude) de réactions
dangereuses, les lettres renvoient aux cas particuliers mentionnés sous le tableau.
H
I
X
X
X
X
X
X
X
X
Cas particuliers dans les groupes chimiques
A.
B.
C.
D.
E.
F.
G.
H.
I.
Groupe 19 : formaldéhyde, acroléine, crotonaldéhyde, 2-éthyl-3-propyl acroléine incompatibles avec
groupe 1, Acides minéraux non oxydants.
Isophorone (18) et oxyde de mésityle (18) incompatibles avec groupe 8, Alkanolamines
Acide acrylique (4) incompatible avec groupe 9, Amines aromatiques.
Alcool allylique (15) incompatible avec groupe 12, Isocyanates.
Alcool furfurylique (20) incompatible avec groupe 1, Acides minéraux non oxydants.
Alcool furfurylique (20) incompatible avec groupe 4, Acides organiques.
Dichloroéthyl éther (36) incompatible avec l'acide sulfurique (2).
Trichloréthylène (36) incompatible avec groupe 5, Bases minérales fortes.
Ethylènediamine (7) incompatible avec 1,2-dichloréthane (36).
Ecologie au travail
- 38 -
août 2005
Objets et matières
4.1
Déchets d'ateliers
Même rattachés à des laboratoires, les ateliers de formation professionnelle, d'entretien et de
réparation ou de développement et de réalisation d'appareils ne sont pas considérés comme
des laboratoires. Leurs déchets (métaux et matières plastiques, bois, huiles de coupe, traitements de surface, etc.) ne sont pas traités ici, sauf les déchets de verre (cf. 4.7).
Dans les grandes lignes, les déchets d'atelier sont considérés comme des déchets artisanaux.
Les matières recyclables (principalement certains métaux) devraient systématiquement être
remises à un recycleur agréé. Consulter à ce sujet Environnement-Info (022 327 47 11).
4.2
Appareils électriques et électroniques
En vertu de l'OREA29 : "Quiconque se défait d’un appareil est tenu de le rendre à un commerçant, un fabricant, un importateur ou une entreprise d’élimination. Il est également autorisé à
s’en débarrasser lors d’une collecte publique d’appareils ou à l’apporter dans un poste de collecte public d’appareils.
Les commerçants sont tenus de reprendre les appareils de la sorte qu’ils proposent dans leur
assortiment. Les détaillants ne sont soumis à la reprise obligatoire qu’envers les consommateurs finaux. Les fabricants et les importateurs sont tenus de reprendre les appareils de leurs
propres marques ou des marques qu’ils importent.
La reprise obligatoire n’est pas applicable aux composants électroniques d’appareils". Les
composants d'appareils sont énumérés dans la LMD9 sous le groupe de codes 16 02, qu'il
convient de consulter pour classer de tels déchets.
4.3
Débris et instruments contenant du mercure métallique
Utiliser un emballage étanche résistant à la perforation, portant une étiquette mentionnant la
présence de mercure métallique. Remise au CTDS ou à des centres de collecte (par exemple
les pharmacies pour de petits instruments).
Ne jamais utiliser un aspirateur de ménage pour collecter du mercure métallique ! Il
existe des granulés ou des bâtonnets spéciaux à cet effet. On peut aussi congeler les gouttelettes de mercure (mais jamais en utilisant un mélange de neige carbonique avec un solvant
inflammable !) et les recueillir avec des brucelles.
4.4
Cylindres de gaz et bombes d'aérosols
Les cylindres (bouteilles) de gaz sous pression sont contrôlés périodiquement par l'Inspection
fédérale des matières dangereuses30. L'année de la prochaine inspection est gravée sur le
cylindre. Éviter de stocker des cylindres inutilisés pendant des années.
Dans la mesure du possible, faire reprendre les bouteilles de gaz par le fournisseur. Sinon, les
acheminer au CTDS avec l'étiquetage d'origine et, si possible, l'indication des quantités restantes. L'ARD5 admet un seuil d'exemption pour les gaz suivants : air comprimé, azote,
dioxyde de carbone, gaz nobles et certains gaz réfrigérants. Dans tous les autres cas, il doit
être appliqué intégralement quelles que soient les quantités en cause.
L'expression "bombes d'aérosols" est très réaliste quand on les brûle. Ne jamais les mélanger
avec d'autres déchets si elles ne sont pas complètement vides (y compris de gaz propulseur).
4.5
Emballages vides
Si possible, les faire reprendre par le fournisseur.
Les emballages ayant contenu des organismes soumis à l'OUC13 ou des matières contaminées par de tels organismes doivent être inactivés (cf. chapitre 2.3.2).
Ecologie au travail
- 39 -
août 2005
Les emballages non nettoyés, y compris les flacons et poudriers, ayant contenu des produits
chimiques dangereux sont des déchets spéciaux, à traiter comme les déchets chimiques
(chapitre 3.2 rubrique 310). Ils peuvent être déclassés en déchets ordinaires après un nettoyage approprié (les eaux ou liquides de rinçage deviennent alors un déchet spécial). L'opération ne doit être exécutée que par du personnel qualifié dans des conditions irréprochables
de sécurité au travail. Après nettoyage, l'étiquetage d'origine doit être complètement neutralisé, y compris la notification des dangers.
Les emballages nettoyés, inactivés ou chimiquement inoffensifs et non repris par les fournisseurs sont traités comme déchets urbains. Les matières recyclables (verre, aluminium, carton, etc.) peuvent rejoindre les canaux de recyclage usuels.
4.6
Déchets présentant des risques de blessure ("sharps")
Collecter les petits objets acérés (scalpels, aiguilles, etc. ) et la petite verrerie (pipettes Pasteur, petits débris, porte-objets, etc.) dans des emballages "sharpsafe". Il s'agit de boîtes
empêchant d'introduire la main, pouvant être utilisées d'une seule main, résistant à la perforation, étanches aux liquides et inviolables après fermeture. De tels récipients homologués se
trouvent dans le commerce. Ne jamais utiliser de flacons ou de poudriers vides à cet effet.
Ramasser les gros débris de verrerie cassée à l'aide de deux balayettes ou d'une balayette
et d'un poussoir rigide (carton, matière plastique) en mettant des gants robustes et des lunettes de protection. En cas de déversement de produits corrosifs mêlés à des débris de verrerie,
neutraliser d'abord sur place (bicarbonate de sodium), puis épandre un absorbant de ramassage. Éviter toute manipulation directe à la main et ne pas utiliser de chiffons, de serpillières
ou de brosses qui peuvent retenir des fragments. Déposer les débris dans un seau avec couvercle verrouillable ou dans un carton robuste muni d'un double sac intérieur scellé en plastique fort.
Tenir compte des propriétés des matières déposées ou contenues dans le matériel éliminé
(corrosivité, volatilité, substances inflammables, incompatibilités chimiques, etc.) pouvant endommager l'enveloppe ou représenter un risque subsidiaire.
Même non contaminés, ces déchets ne doivent en aucun cas être compactés. Les acheminer au CTDS avec la mention "Déchets présentant un danger de blessure" et indiquer les
éventuels contaminants chimiques dangereux.
LMD 18 01 01
Strictement réservé aux "sharps" en relation avec la médecine humaine;
LMD 18 02 01
"Sharps" d'origine autre que la médecine humaine (destiné en principe à la
médecine vétérinaire, mais en pratique il n'existe aucune autre possibilité de
classer les déchets présentant des risques de blessure).
4.7
Verrerie de laboratoire
Les flacons et poudriers en verre ordinaire sont traités comme emballages, chapitre 4.5.
En revanche, du fait de la nature des verres, la verrerie de laboratoire ne doit pas rejoindre le
recyclage du verre ménager. Elle doit être collectée séparément et incinérée au four rotatif du
CTDS ou acheminée sur une filière séparée de recyclage (par exemple pour verres borosilicatés).
La petite verrerie (pipettes Pasteur, porte-objets, etc.) présente des risques de blessure et doit
être placée dans des récipients "sharpsafe" ; se référer au chapitre 4.6.
Les petits récipients à usage unique (vials d'injecteurs automatiques, tubes d'échantillons liquides, etc.) peuvent être collectés sans les vider dans un emballage rigide, classés dans la
catégorie de déchet correspondant à leur contenu et éliminés par incinération.
Placer les "grosses" pièces dans des cartons robustes à double paroi et sceller complètement
les fentes et les coins de chacune des deux enveloppes. Si des résidus corrosifs risquent
d'endommager l'emballage, les neutraliser préalablement avec les précautions d'usage. Si la
Ecologie au travail
- 40 -
août 2005
verrerie contient des résidus chimiques dangereux, ils doivent être mentionnés sur l'emballage, avec indication du danger (phrases R15, pictogrammes).
4.8
Piles, accumulateurs, batteries
Consulter la directive de l'État de Genève sur les déchets de bureau31.
Ces déchets doivent être remis au point de collecte de l'établissement ou à un point de vente
du commerce. Exception : les batteries au plomb doivent être retournées au vendeur ou
acheminées au CTDS.
4.9
Huiles usées, graisses minérales
Collecter et étiqueter conformément au contenu. Ne pas mélanger des huiles de nature ou de
provenances différentes. Ne pas y ajouter de solvants, de liquide antigel ou autre. Le code
LMD dépend de la nature de l'huile (Liste des déchets9 chapitre 13).
Attention : Les huiles de pompes à vide peuvent avoir accumulé des produits toxiques.
Les étiqueter comme "Huile usée de pompes à vide" et les acheminer au CTDS.
Code LMD 13 02 08.
4.10
Roches et terres
Élimination sans danger sauf en cas de :
•
contamination chimique (pesticides dans des sols, HF sur des échantillons de roches) :
traiter le déchet comme un déchet chimique;
•
roches fibrogènes (amiantes, poussière de silice cristallisée) : traiter le déchet comme les
déchets d'amiante (cf. directives SUVA).
4.11
Matières végétales
Les matières végétales destinées au compostage ne doivent contenir aucun produit dangereux pour la santé ou pour l'environnement ou pouvant perturber le processus de compostage.
Sinon, elles doivent être traitées comme déchets chimiques.
Les déchets d'espèces néophytes envahissantes ne doivent pas être compostés, mais incinérés32. La Commission suisse pour la conservation des plantes sauvages (CPS) tient une liste
noire des espèces à combattre33.
Manipuler les restes de plantes avec des gants résistant à la perforation pour prévenir les
blessures aux mains (de plus, les épines peuvent entraîner des infections sévères). Prendre
garde à celles dont la sève est urticante ou sensibilisante (Ficus benjamina, berce du Caucase, etc.) ou dont les pollens sont allergènes.
Les déchets végétaux non broyés sont transportés au lieu de broyage en vrac ou dans des
conteneurs résistant à la perforation et ne nécessitant pas de manipulation manuelle ultérieure
du contenu (bennes, fûts en plastique ou en métal, sacs pour déchets de jardin, "big bags",
cartons).
4.12
Bois
Si elles sont en bon état, les palettes en bois sont réutilisables. Consulter Environnement-Info
(022 327 47 11).
Les déchets de bois contenant des produits antiparasitaires halogénés ou organométalliques
sont des déchets spéciaux à acheminer au CTDS. Code LMD 20 01 37.
Les autres déchets en bois sont assimilés aux déchets ménagers ou, le cas échéant, aux déchets urbains encombrants.
Ecologie au travail
- 41 -
août 2005
Références
1
"L'État de Genève optimise sa formule",Brochure Ecologie au travail N°5, août 2005
Directive sur les déchets de laboratoire, 22 octobre 2003
3
Arrêté relatif à la nomination du groupe de coordination des organes de contrôle (COORDOC) de la
directive déchets de laboratoire, 24 novembre 2004
4
Trésor de la langue française informatisé, http://atilf.atilf.fr/tlfv3.htm
5
Accord européen relatif au transport international des marchandises dangereuses par route (ADR),
édition 2005, http://www.unece.org/trans/danger/publi/adr/adr2005/05ContentsF.html. Une présentation succincte est donnée danswww.education.gouv.fr/personnel/administratif_technique/formation/
guide_des_dechets/textes/transportdechets.htm
6
Ordonnance du 29 novembre 2002 relative au transport des marchandises dangereuses par route
(SDR), RS 741.621
7
Ordonnance du 15 juin 2001 sur les conseillers à la sécurité pour le transport de marchandises
dangereuses par route, par rail ou par voie navigable (OCS), RS 741.622
8
Ordonnance sur les mouvements de déchets (OMD), entrée en vigueur 1er janvier 2006, succède à
l'Ordonnance du 12 novembre 1986 sur les mouvements de déchets spéciaux, RS 814.610
9
Annexe 1 de l'Ordonnance du DETEC concernant les listes pour les mouvements de déchets (LMD),
entrée en vigueur 1er janvier 2006 conjointement à l'OMD
10
Ordonnance du 22 juin 1994 sur la radioprotection (ORaP), RS 814.501
11
Directive cantonale "Elimination des déchets médicaux - Code ODS 3270", 1995
12
Aide à l'exécution "Elimination des déchets médicaux", OFEFP VU-3010, 2004
13
Ordonnance du 25 août 1999 sur l'utilisation des organismes en milieu confiné (OUC), RS 814.912
14
Ordonnance du 25 août 1999 sur la protection des travailleurs contre les risques liés aux microorganismes (OPTM), RS 832.321
15
Le site www.bag.admin.ch/chemikal/fdsinfo.ch/ présente une explication des FDS et une liste complète des phrases R et S, y compris les combinaisons admises.
16
Ordonnance du 28 octobre 1998 sur la protection des eaux (OEaux), RS 814.201
17
Ordonnance du 23 juin 2004 concernant l'élimination des sous-produits animaux (OESPA),
RS 916.441.22
18
Loi du 1er juillet 1966 sur les épizooties (LFE), RS 916.40
19
Les définitions officielles des propriétés dangereuses et les légendes des pictogrammes, sont disponibles sur le site de l'OFSP www.bag.admin.ch/anmeldestelle/einstuf/f/index.htm
20
http://www.uqtr.ca/sppu/incompatible.html
21
www.orcbs.msu.edu/waste/programs_guidelines/WasteGuide/wastedisposalguide.pdf
22
Picot A, Grenouillet P, "La sécurité en laboratoire de chimie et de biologie", Tec & Doc, 2ème éd.
Paris 1992
23
Valeurs limites d'exposition aux postes de travail, SUVA réf. 1903.f, Lucerne. Téléchargeable via
http://www.suva.ch/fr/home/suvapro/informationsmittel_suvapro.htm
24
Deutsche Forschungsgemeinschaft, "List of MAK and BAT Values", Wiley-VCH, Weinheim
25
ACGIH, "TLVs and BEIs", Cincinnati. www.acgih.org
26
Ordonnance du DFE du 20 mars 2001 sur les activités dangereuses ou pénibles en cas de grossesse
et de maternité (Ordonnance sur la protection de la maternité), RS 822.111.52
27
Urben PG ed., Bretherick's Handbook of Reactive Chemical Hazards, Butterworth + Heinemann,
6th ed. Oxford 1999
28
Martel B, Guide d'analyse du risque chimique, Dunod, Paris 1999
29
Ordonnance du 14 janvier 1998 sur la restitution, la reprise et l'élimination des appareils électriques et
électroniques (OREA), RS 814.620
30
SVTI Technische Anweisung TA 026, Rev 1, 2005
31
Directive pour la valorisation des déchets de bureau de l'administration, 31 octobre 2001
32
Règlement d'application de la loi sur les déchets, 28 juillet 1999, L 1 20.01, art. 23A chiffre 2
33
http://www.cps-skew.ch/francais/info_plantes_envahissantes.htm
2
Ecologie au travail
- 42 -
août 2005
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising