le chauffage central dansleshabitations

le chauffage central dansleshabitations
LE CHAUFFAGE CENTRAL
DANS
LES HABITATIONS
1
9
9
8
LE CHAUFFAGE CENTRAL
DANS
L E S H A B I TAT I O N S
Edition 1998
Table des matières
1. Introduction
5
2. Sources d’énergie pour le chauffage central dans les habitations
6
2.1 Sources d’énergie disponibles
6
2.2 Critères influençant le choix de la
source d’énergie
6
2.2.1 Disponibilité et répartition 6
2.2.2 Evolution du prix des
combustibles
7
2.2.3 Aspects environnementaux 8
2.2.4 Aspect sécurité
9
2.2.5 Coûts d’investissement et
d’exploitation
11
2.2.6 Coûts d’entretien
11
3. Le chauffage central dans les
habitations
13
3.1 Relation bâtiment - installation occupant
13
3.2 Caractéristiques des installations
de chauffage central
13
3.3 Chauffage central à eau chaude
14
3.3.1 Principe de fonctionnement 14
3.3.2 Classification et dimensionnement
15
3.3.3 Modes de transmission
thermique et corps de
chauffe
15
3.4 Chauffage par le sol
17
3.4.1 Principes du chauffage
par le sol
17
3.4.2 Avantages et inconvénients
du chauffage par le sol
3.5 Chauffage central par air chaud
3.5.1 Description du système
3.5.2 Avantages et inconvénients
3.6 Comparaison des divers
systèmes de chauffage
3.7 Cheminées
3.7.1 Conception et réalisation
de cheminées
3.7.2 Problématique actuelle des
cheminées
4. Rendement d’une installation de
chauffage central
4.1 Rendement global
d’une installation
4.2 Rendement saisonnier global
d’une installation
4.3 Rendement de production de
chaleur
4.3.1 Rendement nominal des
chaudières
4.3.2 Pertes d’énergie par
maintien en température
de la chaudière
4.3.3 Optimisation du
rendement de la
production de chaleur
4.4 Rendement de distribution de
la chaleur
4.4.1 Pertes de distribution
de la chaleur
17
18
18
18
19
19
19
20
21
4.4.2 Optimisation du
rendement de
distribution thermique
4.5 Rendement d’émission
de la chaleur
4.5.1 Pertes à l’émission de
la chaleur
4.5.2 Optimisation du
rendement d’émission
de chaleur
4.6 Rendement de régulation
4.6.1 Principes généraux de
régulation
4.6.2 Pertes liées à la régulation
4.6.3 Optimisation du
rendement de régulation
26
26
26
27
27
27
27
29
21
22
22
22
23
24
26
26
5. Comportement des occupants
et utilisation rationnelle de l’énergie
6. Dispositions légales en matière de
rendement, fonctionnement,
entretien et sécurité des installations
de chauffage central
6.1 Nécessité de dispositions légales
6.2 Dispositions relatives à un
rendement minima
6.2.1 Directive européenne
92/42/CEE (1992) et
Arrêté Royal du
18 mars 1997
6.2.2 Arrêté Royal du
11 mars 1988
30
31
31
32
32
32
Cette brochure s'adresse en priorité aux techniciens du bâtiment et aux
particuliers désireux d'établir un dialogue avec un entrepreneur ou un
architecte.
Elle concerne uniquement le chauffage central dans le cadre d'une
habitation unifamiliale, tant en construction neuve qu'en rénovation.
Le chauffage central dans les habitations
3
6.3 Critères relatifs aux caractéristiques de fonctionnement
et à l’environnement
6.3.1 Directive européenne
93/76/CEE (1993) SAVE
6.3.2 Normes européennes
6.3.3 Normes belges
6.4 Critères relatifs à l’entretien
des chaudières
6.4.1 Arrêté Royal du
6 janvier 1978
6.4.2 Réglementation régionale
6.5 Critères relatifs à la ventilation des
chaufferies
6.6 Critères relatifs à la sécurité
6.6.1 Installations au gaz naturel
6.6.2 Appareils au gaz naturel
6.6.3 Chaudières
6.7 Critères relatifs au stockage
du mazout
4
32
32
32
33
7. Labels de qualité
7.1 Chaudières au mazout :
label Optimaz
7.2 Chaudières au gaz :
label AGB-HR, HR +
36
Références
38
33
33
34
34
35
35
35
35
35
Le chauffage central dans les habitations
36
37
1
Introduction
Jusqu’au début des années septante, la problématique de l’énergie dans les bâtiments
était peu, voire pas du tout, au centre des préoccupations. L’énergie était en effet bon marché et semblait sans limites mais la crise de
l’énergie dans les années septante a fait apparaître le contraire, à savoir que la consommation d’énergie peut être coûteuse et que les
sources traditionnelles d’énergie ne sont pas
inépuisables.
D’autre part, des scientifiques ont démontré
que l’augmentation débridée de la consommation énergétique peut avoir des conséquences
néfastes sur l’environnement. En effet, elle est
considérée comme une des grandes responsables du réchauffement de la planète par effet
de serre, de la diminution de l’épaisseur de la
couche d’ozone, des pluies acides et de la pollution du sol et de l’air.
A la suite des crises énergétiques et des scénarios catastrophes en matière d’environnement, les autorités ont été contraintes de
prendre des mesures pour obliger les individus à consommer l’énergie avec modération.
De même, l’industrie a été encouragée, par le
biais de programmes d’incitation, à développer
de nouvelles techniques, de nouveaux appareils ou systèmes permettant d’économiser
l’énergie. Bien que ces mesures n’aient pas
toujours été couronnées de succès, elles ont
toutefois progressivement fait prendre
conscience aux spécialistes ainsi qu’au grand
public de la nécessité d’adopter un comportement d’utilisation rationnelle de l’énergie qui
contribue non seulement à diminuer la facture
énergétique mais également à protéger notre
environnement à long terme.
La présente brochure traite du chauffage central des habitations, qui peut être considéré
comme le principal poste des dépenses énergétiques des ménages, sans aborder les nouveautés telles que les chaudières à condensation, des tuyauteries en matière synthétique,
…
Elle traite en premier lieu des diverses sources
d’énergie possibles pour le chauffage des bâtiments, donne une description des systèmes de
chauffage classiques les plus courants et envisage ensuite les possibilités d’optimiser, voire
d’accroître, le rendement d’une installation.
Elle considère, enfin, les critères légaux, les
normes et réglementations auxquelles les installations doivent répondre en matière de rendement, de fonctionnement, d’entretien et de
sécurité.
Le chauffage central dans les habitations
5
2
Sources d’énergie pour le chauffage
central dans les habitations
2.1 Sources d’énergie disponibles
électricité autres
6% 5%
charbon 10%
mazout
42%
gaz naturel
37%
Figure 1 Sources d’énergie pour le chauffage (tous systèmes) des habitations
(INS – 1991).
électricité autres
charbon 1% 4% 2%
gaz naturel 37%
mazout 56%
Figure 2 Sources d’énergie utilisées pour
le chauffage central des habitations (INS –
1991).
6
Les statistiques montrent que 60% des
presque 3,8 millions d’habitations en Belgique
étaient équipées en 1991 d’un chauffage central. Les systèmes de chauffage central recourent essentiellement aux combustibles liquides
ou gazeux, tels le mazout ou le gaz naturel,
pour la production de chaleur. Ces deux types
de combustible sont, conjointement avec le
bois et le charbon, également utilisés comme
source d’énergie pour les appareils de chauffage individuels, comme les poêles, les feux
ouverts et les convecteurs. Toutefois il faut
noter que le bois et le charbon sont de moins
en moins utilisés, surtout à cause de leur
manutention plus difficile.
Pour avoir une idée de la répartition réelle des
sources énergétiques utilisées dans les habitations, la figure 1 indique qu’en 1991 et pour
tous les systèmes de chauffage, près de 80%
des habitations étaient soit chauffées au
mazout (42%), soit au gaz naturel (37%).
L’utilisation de l’électricité comme source énergétique se limite généralement aux appareils
individuels qui procurent soit un chauffage
direct au moyen de convecteurs ou d’appareils
Le chauffage central dans les habitations
à rayonnement, soit un chauffage indirect et
retardé par accumulation. Le chauffage électrique par le sol, qui consiste le plus souvent à
accumuler la chaleur dans le plancher pendant
la nuit et à libérer l’énergie pendant le jour,
constitue une autre possibilité qui est toutefois
moins utilisée et que nous n’envisagerons
donc pas.
Le choix d’un combustible dépend de nombreux facteurs liés aux possibilités pratiques
(disponibilité, stockage) ou à des considérations économiques (consommation, entretien
et évolution des prix). La préférence individuelle tenant compte des aspects de sécurité ou de
la problématique environnementale joue, elle
aussi, un rôle important.
2.2 Critères influençant le choix
de la source d’énergie
2.2.1 Disponibilité et répartition
La figure 2 indique la répartition des sources
d’énergie utilisées dans les installations de
chauffage central des habitations. Il ressort
que la grande majorité (93%) des installations
de chauffage central utilise soit le mazout
(56%), soit le gaz naturel (37%).
nombre de chaudières
(x 1000)
140
La part de gaz naturel augmente cependant
davantage que celle du mazout, ce qui s’explique notamment par l’expansion continue du
réseau de distribution de gaz. Cette évolution
peut être illustrée par la figure 3, relatant la
vente de chaudières au gaz naturel et au
mazout pour la période 1990-1995.
La préférence très marquée du consommateur
belge pour les systèmes de chauffage au
mazout ou au gaz naturel s’explique non seulement par la fiabilité des chaudières traditionnelles, mais également par les prix relativement stables et concurrentiels de ces deux
types de combustible. La concurrence est
bénéfique pour le consommateur, non seulement parce qu’elle contribue à maintenir un
certain équilibre des prix mais aussi parce que
l’approvisionnement et la dépendance énergétiques de notre pays se répartissent ainsi entre
différentes sources d’énergie.
2.2.2 Evolution du prix des combustibles
2.2.2.1 Prix des combustibles
Figure 3 Nombre de chaudières vendues en Belgique
(période 1990-1995).
120
100
80
60
40
1990
1991
1992
gaz
1993
mazout
1994
1995
total
Prix moyen (BEF/kWh)
7
Figure 4 Evolution des prix
moyens des combustibles
pour la période 1982-1997.
6
5
4
3
2
1
0
1982
1984
1986
électricité (jour)
1988
1990 1992
1994
électricité (nuit)
1996
mazout
1998
gaz
La figure 4 retrace l’évolution des prix annuels
moyens du gaz naturel, du mazout et de l’électricité (tarif diurne et nocturne), convertis en
prix par kWh et pour la période 1982-1997.
Etant donné que depuis une dizaine d’années
les prix du gaz naturel et du mazout restent
relativement stables et à un niveau raisonnablement bas (environ 1 BEF/kWh), ils ne
constituent pas toujours un facteur décisif lors
du choix.
Le gaz naturel présente néanmoins l’inconvénient de ne pas être disponible partout, ce qui
explique que ce type de combustible est moins
utilisé en Wallonie qu’en Flandre comme source de chauffage.
L’électricité est bien plus chère (tarif diurne) et
son prix approche actuellement les 6
BEF/kWh, ce qui en fait une source d’énergie
très peu concurrentielle pour le chauffage. Le
prix de l’électricité (tarif nocturne) demeure
encore bien plus élevé que celui du gaz naturel
et du mazout (près de 3 BEF/kWh), mais cette
source d’énergie est acceptable et utilisable
pour le chauffage par accumulation à condition qu’il s’agisse d’un logement bien isolé.
Il convient également de noter que les prix
actuels relativement bas de l’énergie n’incitent
pas à adopter une consommation modérée de
l’énergie. Etant donné l’augmentation constante de la consommation énergétique totale, on
peut penser que les prix de l’énergie augmenteront à l’avenir de manière plus significative.
Le chauffage central dans les habitations
7
2.2.2.2 Valeurs calorifiques moyennes et
conventionnelles
Tableau 1– Pouvoir calorifique et masse volumique des combustibles
Lors de la conversion des prix moyens des
combustibles en une seule et même unité énergétique (kWh), il convient de tenir compte du
pouvoir calorifique des divers combustibles
(tableau 1).
Les valeurs indicatives moyennes des pouvoirs
calorifiques du gaz naturel et du mazout ainsi
que la masse volumique sont reprises au
tableau 1 (sources : ARGB et Cedicol). A noter
que les pouvoirs calorifiques réels tant pour le
mazout que pour le gaz naturel varient en fonction du lieu, de la livraison et du moment. Pour
les calculs ordinaires, on peut adopter les pouvoirs calorifiques conventionnels des combustibles précités tels que déterminés par le
Ministère des Affaires Economiques (voir
tableau 1).
Si des valeurs spécifiques doivent être utilisées
(par ex. en cas de tests en laboratoire), il est
nécessaire de faire procéder à une analyse du
combustible utilisé dans un laboratoire spécialisé.
2.2.3 Aspects environnementaux
2.2.3.1 Pollution de l’environnement due à la
combustion
8
Pouvoir calorifique
inférieur (4)
Pouvoir calorifique
supérieur (4)
Masse volumique
Gaz naturel H
(Algérie) (1)
10,85 (kWh/Nm3)
12,03 (kWh/Nm3)
0,62 (kg/Nm3)
Gaz naturel H
(mer du Nord) (2)
10,25 (kWh/Nm3)
11,36 (kWh/Nm3)
0,63 (kg/Nm3)
Gaz naturel L
(Slochteren) (3)
9,32 (kWh/Nm3)
10,33 (kWh/Nm3)
0,64 (kg/Nm3)
Gaz naturel
(valeur conventionnelle MAE)
10,50 (kWh/Nm3)
11,64 (kWh/Nm3)
0,81 (kg/Nm3)
Mazout
(moyenne)
9,98 (kWh/litre)
10,65 (kWh/litre)
0,85 (kg/litre)
Mazout
(valeur conventionnelle MAE)
10,09 (kWh/litre)
10,59 (kWh/litre)
0,85 (kg/litre)
(1) gaz livré dans la région ouest de Belgique à 20 mbar
(2) gaz livré dans la région est de Belgique à 20 mbar
(3) gaz livré dans le centre de la Belgique (axe Anvers – Bruxelles) à 25 mbar
(4) 1 kWh = 3,6 MJ
agressive et qui, s’ils se mélangent à l’atmosphère, contribuent au phénomène des
pluies acides;
Il s’agit principalement des substances suivantes :
■
les oxydes d’azote (NOx) responsables
des pluies acides et jouant un rôle dans la
destruction de la couche d’ozone;
■
le dioxyde de carbone (CO2) qui se répand
en haute atmosphère et qui est responsable de l’effet de serre (réchauffement de
l’atmosphère); toutefois il est à noter
qu’un taux minimal de CO2 (12,5%) dans
les fumées est signe d’une bonne combustion;
Substances nocives dans les gaz de combustion
Toute combustion génère des fumées qui
contiennent certaines substances nocives pour
l’environnement, toxiques pour l’homme et
nuisibles pour les matériaux de construction.
La quantité de substances nocives émises
dépend, d’une part, du combustible utilisé et,
d’autre part, de la façon dont se déroule la
combustion.
Combustible
■
les dioxydes de soufre (SO2) émis uniquement lors de la combustion de combustibles contenant du soufre (ex. mazout,
charbon) mais qui, lors de la condensation de la vapeur d’eau des gaz de combustion, peuvent causer une corrosion
Le chauffage central dans les habitations
■
le monoxyde de carbone (CO) formé lors
d’une mauvaise combustion (insuffisance
en oxygène) et constituant un gaz très
toxique, voire mortel pour l’homme;
■
les hydrocarbures ou carbures d’hydrogène (CxHy) qui, en cas de combustion
incomplète, demeurent à l’état de résidus
et dont on sait qu’ils représentent, dans
de nombreux cas, un agent cancérigène
important pour l’homme;
■
poussières et suies, produites lors de la
combustion du mazout et du charbon, qui
se déposent sur les parois de cheminées
ou atterrissent dans l’environnement par
le biais des cheminées.
Le tableau 2 donne une série de valeurs indicatives de la quantité de certaines substances
nocives émises lors de la combustion du gaz
naturel, du mazout, du charbon et du bois. Il
ressort de ce tableau que, dans des conditions
moyennes, la combustion du gaz naturel pollue
moins que la combustion du mazout. En outre,
les gaz de combustion du gaz naturel contiennent moins de suie et pas de dioxyde de
soufre.
Quoi qu’il en soit, il est indispensable d’arriver
à une réduction de l’émission de ces substances dangereuses, ce qui peut être réalisé
par une utilisation rationnelle de l’énergie.
Il existe d’autre part une série de réglementations et de normes qui limitent l’émission de
substances nocives dans les gaz de combustion de toutes les installations de chauffage.
Ces aspects contraignants sont abordés au
chapitre 6.
Il convient de noter que les fabricants de brûleurs et de chaudières ont également déployé
d’importants efforts au cours de ces dernières
années pour obtenir des installations fournissant de meilleurs rendements tout en respectant l’environnement. A titre d’exemple, la
teneur en NOx des gaz de combustion peut être
sensiblement réduite par la diminution de la
température de ces gaz, amélioration qui peut
être obtenue par une recirculation des gaz de
combustion. Cette technique spéciale est appliquée pour les brûleurs appelés “low-NOx”, qui
réduisent la température de flamme.
Tableau 2 – Emission de substances dangereuses lors de la combustion du gaz naturel, du
mazout, du bois et du charbon.
Combustible
SO2
NOx
CO
poussières
Mazout
… 470 …
… 180 …
… 180 …
0
Gaz naturel
… 10 …
… 180 …
… 220 …
0
… 1800 …
… 180 …
… 36000 …
… 900 …
… 20 …
… 100 …
-
20 … 2000
Charbon
Bois
matériaux, à la mauvaise qualité des soudures
ou à tout autre dommage. Bon nombre de
réservoirs existants enfouis dans le sol ne possèdent aucun système de détection des fuites,
de sorte qu’aucun contrôle n’est possible. Pour
lutter contre cette forme de pollution du sol, la
Région Flamande a adopté une directive (VLAREM), qui établit notamment des critères relatifs à la construction et aux matériaux entrant
dans la construction des réservoirs et qui prévoit des contrôles périodiques d’étanchéité
tant des nouveaux réservoirs que des réservoirs existants.
Dans les autres régions, aucune réglementation aussi contraignante n’existe pour l’instant.
En l’absence de législation ou de contrôle
volontaire sur le terrain, la pollution du sol par
fuite de combustible peut être évitée en respectant les quatre principes de base suivants :
■
utilisation exclusive de réservoirs à
double paroi;
■
installation d’un système adapté de détection des fuites;
■
placement d’une protection contre les
débordements;
2.2.3.2 Pollution du sol
■
En matière de pollution du sol, le stockage du
mazout et a fortiori celui réalisé dans les
citernes enfouies, constitue un problème étant
donné qu’à terme, les réservoirs risquent de
fuir suite à la corrosion, à la dégradation des
Valeurs indicatives pour l’émission de substances nocives (mg/kWh)
exécution d’un contrôle régulier de l’étanchéité et du bon fonctionnement des systèmes de sécurité par un technicien agréé.
Consultez le chapitre 6 pour plus de détails sur
les législations en vigueur.
2.2.4 Aspect sécurité
2.2.4.1 Danger d’incendie et d’explosion
Il est important de savoir que toute installation
de chauffage doit, d’une part, se composer de
matériaux et d’appareils devant répondre à une
série de critères de qualité et que, d’autre part,
elle doit être réalisée selon les “règles de
bonne pratique” par un installateur en chauffage, condition nécessaire pour garantir la sécurité et l’absence de défaillance de l’installation.
Dans le cas d’une installation gaz, sa conformité doit être garantie par une attestation écrite de l’installateur.
L’aspect sécurité est très important dans le cas
d’une installation gaz. D’une manière générale,
les appareils et les conduites ne sont pas dangereux mais des fuites peuvent se présenter
lorsque ces appareils et ces conduites sont mal
installés ou mal entretenus.
En d’autres termes, pour prévenir les risques
d’incendie et d’explosion, il est essentiel de
contrôler régulièrement l’étanchéité des
conduites, des robinets et des compteurs et,
en cas de moindre odeur suspecte, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’habitation, d’avertir
immédiatement le chauffagiste responsable ou
la société de distribution.
Le chauffage central dans les habitations
9
Le contrôle d’étanchéité peut être effectué par
l’habitant lui-même en éteignant tous les appareils (également les veilleuses) et en surveillant
pendant une dizaine de minutes le compteur. Si
pendant cette courte période, le compteur
enregistre une consommation (dernier chiffre
du compteur), l’installation intérieure présente
une fuite. Dans ce cas, il y a lieu de faire aussitôt appel à un spécialiste.
Ce qu’il faut faire en cas de fuite de gaz importante (plus q’un litre de gaz en dix minutes) :
■
éteindre toutes les flammes (veilleuse
comprise), n’actionner aucun interrupteur
ou autre appareil électrique;
■
fermer le robinet de gaz au niveau du
compteur;
■
aérer si possible la pièce en ouvrant
portes et fenêtres pour créer une ventilation intensive;
■
avertir la société de distribution de gaz, le
chauffagiste responsable ou les pompiers.
donc un danger pour toutes les personnes qui
inhalent l’air ambiant.
naturel de la cheminée est très réduit en raison
du phénomène d’inversion thermique.
Le monoxyde de carbone est un gaz incolore et
inodore qui, inhalé, est directement transmis
dans le sang et, lentement mais sûrement,
empêche l’apport vital en oxygène. Les symptômes de l’intoxication au CO se traduisent tout
d’abord par des étourdissements et des maux
de tête, ensuite par des vomissements, des
troubles respiratoires et cardiaques, et dans
les cas les plus graves, par le coma, voire le
décès, du sujet.
Utilisation d’appareils à combustion ouverte
Le monoxyde de carbone peut être formé ou
représenter une menace dans les cas suivants :
■
si le combustible (gaz, mazout, bois ou
charbon) n’est pas complètement brûlé,
en raison d’un manque d’oxygène ou d’air
frais suite à une aération insuffisante du
local;
■
si les gaz de combustion ne sont pas suffisamment évacués par la cheminée ou
sont refoulés en raison d’un mauvais tirage de la cheminée ou suite à un fonctionnement d’autres appareils (hotte aspirante, cheminée, ..);
■
si les gaz de combustion sont directement
libérés dans l’espace vital (pas de raccordement à une cheminée) et qu’il n’existe
aucune possibilité d’évacuation de ces gaz
vers l’extérieur.
2.2.4.2 Danger d’intoxication
Intoxication au monoxyde de carbone (CO)
Notre pays enregistre chaque année deux à
trois mille cas d’intoxication au CO, une centaine d’entre eux se soldant par le décès de l’occupant. L’intoxication peut résulter du mauvais
fonctionnement d’appareils de chauffage à
cycle de combustion ouverte, c.-à-d. qui utilisent l’air de combustion de la pièce dans
laquelle ils sont installés. Une combustion sûre
exige une importante quantité d’air (10 m3 d’air
pour la combustion d’un m3 de gaz naturel) ;
dans ces conditions, le CO toxique normalement formé est converti en dioxyde de carbone inoffensif (CO2). En cas d’apport insuffisant
d’air, la quantité de plus en plus importante de
CO produite ne peut être convertie et présente
10
Les statistiques révèlent que la plupart des cas
d’intoxication se produisent dans les salles de
bains où des chauffe-eaux et chauffe-bains
sont souvent installés sans un apport suffisant
d’air frais et/ou sans évacuation suffisante des
gaz de combustion. La plupart des accidents
surviennent entre novembre et avril et les dangers sont plus importants par temps calme,
c’est-à-dire lorsque le vent ne peut assurer une
aération naturelle suffisante et que le tirage
Le chauffage central dans les habitations
Malgré les situations dramatiques, les campagnes d’information et les mises en garde
réalisées régulièrement par l’Institut royal
météorologique et les médias, aucune législation spécifique n’oblige encore les individus à
créer des conditions sûres dans les habitations
et les appartements. C’est surtout l’utilisation
d’appareils à combustion ouverte (poêle,
chauffe-eau, …) qui puisent l’air de combustion nécessaire dans la pièce dans laquelle ils
sont installés (figure 5), qui devrait être fortement déconseillée, voire interdite, si aucune
sécurité de fonctionnement ne peut être assurée.
Figure 5 Appareil à combustion ouverte.
Si de tels appareils sont utilisés dans les habitations, il convient d’adopter des mesures de
sécurité suffisantes afin de prévenir le risque
d’intoxication au CO. A cet égard, nous pouvons donner les conseils suivants :
■
utilisez un appareil sûr et agréé avec raccordement à une cheminée et pourvu d’un
système de sécurité qui éteint automatiquement l’appareil lorsque la quantité
d’oxygène est insuffisante dans l’air
ambiant (détection de CO) ou en cas de
refoulement des gaz de combustion
(coupe-tirage antirefouleur ou protection
thermique contre les refoulements);
■
faites entretenir régulièrement l’appareil
de combustion et la cheminée par un spécialiste
■
prêtez attention aux signaux du danger :
lors de la combustion du gaz, une flamme
bleue est normale ; une flamme jauneorange, en revanche, indique une mauvaise combustion. Les dépôts de suie indiquent toujours une combustion incomplète, donc dangereuse ; la condensation sur
les vitres témoigne d’une aération insuffisante;
■
■
assurez un apport suffisant d’air frais en
plaçant une grille d’admission (orifice
d’au moins 150 cm2 ne pouvant être
fermé) dans un mur extérieur ou dans la
partie inférieure d’une porte d’accès à un
local suffisament alimenté en air frais
(dispositifs de ventilation conformément à
la norme NBN D 50-001);
si l’appareil n’est pas raccordé à une cheminée ou si l’appareil est vétuste et raccordé à une cheminée dépourvue de système de sécurité, installez une grille d’évacuation placée dans la partie haute de la
pièce et par laquelle l’air vicié peut
s’échapper.
Utilisation d’appareils à combustion fermée
Les appareils à cycle de combustion fermée
sont des dispositifs sûrs qui assurent l’apport
d’air et l’évacuation des gaz de combustion
directement et respectivement en provenance
ou en direction de l’extérieur via un circuit hermétiquement fermé (figure 6).
2.2.5 Coûts d’investissement et d’exploitation
1
2
1
1
2
1
A
B
Figure 6 Appareil à combustion fermée
avec évacuation murale.
1. apport d’air frais
2. évacuation des gaz de combustion
3. ventilateur
Ces appareils peuvent être placés contre une
façade extérieure (sans cheminée) et offrent
les avantages suivants :
■
l’appareil assure, en toutes circonstances,
un fonctionnement sûr et autonome;
■
l’appareil fonctionne indépendamment de
la ventilation de l’habitation et aucune
ouverture spéciale d’aération ne doit être
aménagée;
■
la combustion et l’évacuation des gaz de
combustion ne sont pas sujettes aux
variations de pression dans l’habitation
(hotte aspirante, par exemple);
■
les possibilités d’installation sont plus
vastes (pas nécessairement devant une
cheminée).
Le chapitre 6 reprend une série de dispositions
légales et d’obligations relatives à la ventilation
des chaufferies et à l’évacuation des gaz de
combustion. La plupart de ces obligations ne
s’appliquent malheureusement qu’aux nouvelles constructions et installations. Pour les
habitations et installations existantes, on ne
peut que se référer aux recommandations
citées plus haut pour se prémunir contre tout
danger éventuel d’intoxication.
3
Les installations au mazout requièrent un
investissement ponctuel pour le réservoir et
les raccordements nécessaires ; des frais supplémentaires d’installation sont toutefois
nécessaires pour les travaux d’excavation
(dans le cas de réservoirs enfouis dans le sol)
ou pour l’installation à l’air libre. En ce qui
concerne les coûts de consommation, des
investissements périodiques doivent être
consentis pour le stockage du mazout, donc
avant la consommation proprement dite. C’est
au consommateur qu’appartient le choix de
sélectionner le fournisseur le meilleur marché
ainsi que la période de livraison la plus avantageuse. Bien que financièrement moins intéressant, il est également possible de conclure un
contrat avec un fournisseur fixe qui livre à des
moments déterminés de l’année.
Dans le cas du gaz naturel, il faut consentir un
investissement ponctuel pour le raccordement
au réseau et l’installation du compteur. La
consommation de gaz est en outre imputée
périodiquement par le biais de factures intermédiaires dont le montant fixe est établi sur
base de la consommation de l’année précédente. La facture annuelle, enfin, tient compte de la
consommation annuelle effective et comprend
les corrections nécessaires ainsi que, outre la
consommation de gaz, des frais fixes (location
du compteur, redevance du service de base,
…).
2.2.6 Coûts d’entretien
2.2.6.1 Obligations légales
Conformément à l’Arrêté Royal (A.R.) du 6 janvier 1978, toutes les chaudières utilisant un
combustible solide ou liquide doivent être
Le chauffage central dans les habitations
11
entretenues par un technicien agréé et ce à des
intervalles de 15 mois maximum (voir également chapitre 6). Pour connaître les coûts
moyens recommandés, il y a lieu de se référer
aux barèmes de l’Union Royale Belge des
Installateurs de Chauffage (UBIC).
L’entretien régulier des chaudières présente
une série d’avantages évidents :
■
cet entretien et le réglage du brûleur permettent d’obtenir un meilleur rendement
de combustion et, donc, une économie
d’énergie que l’on estime à ± 4%;
■
l’économie d’énergie ainsi enregistrée
s’accompagne automatiquement d’une
réduction des émissions de substances
nocives;
■
la longévité de la chaudière s’accroît et le
risque de panne diminue;
■
l’entretien réduit le risque d’incendie et
offre une garantie juridique à l’assuranceincendie.
Signalons enfin que l’entretien et le contrôle
des chaudières à gaz ne sont pas obligatoires
dans notre pays. Ces inspections, au cours
desquelles il convient surtout de surveiller la
combustion et l’étanchéité au gaz, sont toutefois recommandées selon une fréquence bisannuelle. Cette nécessité est encouragée par
l’obligation d’entretien des chaudières à gaz
prévue dans près de la moitié des Etats
membres de l’Union Européenne.
12
2.2.6.2 Impact de l’entretien des chaudières
Les dispositions de l’A.R. du 6 janvier 1978
relatives à la limitation de la pollution atmosphérique des générateurs de chaleur utilisant
des combustibles solides ou liquides au travers notamment de l’indice de noircissement
des fumées et du rendement de combustion
sont désuètes, si l’on tient compte des caractéristiques des chaudières modernes.
Il ressort cependant d’études et enquêtes que
la législation portant sur l’entretien des chaudières de chauffage central n’est, dans de
nombreux cas, pas respectée (absence de certificat d’entretien pour la moitié du parc de
chaudières) et qu’un nombre important de
chaudières est dans un état tel que, même
après entretien, elles ne répondent pas aux critères les moins sévères et devraient dès lors
être remplacées. Un entretien correct, effectué
par un technicien agréé, est précisément une
opération efficace et importante pour obtenir
une consommation d’énergie moindre et dès
lors une protection accrue de l’environnement.
Le gain financier ainsi que le sens civique
devraient inciter à effectuer des entretiens
réguliers de l’installation de chauffage.
Des études ont pu révéler qu’une application
efficace de la législation permettrait d’enregistrer une réduction des coûts ménagers de
chauffage de 4% environ, qui s’accompagne
d’une diminution pratiquement aussi importante des émissions de CO2.
Le chauffage central dans les habitations
3
Le chauffage central dans
les habitations
3.1 Relation bâtiment - installation - occupant
L’objectif de l’installation de chauffage dans
l’habitation consiste à assurer un confort thermique satisfaisant devant répondre aux exigences et aux besoins des habitants. Dans ce
cadre l’utilisation rationnelle de l’énergie
représente un paramètre important aussi bien
dans le temps que dans l’espace.
Pour atteindre cet objectif :
■
■
la conception et les caractéristiques
architecturales de l’habitation (isolation
thermique, ventilation, rayonnement
solaire incident) doivent conduire à des
besoins en énergie réduits à un minimum;
le dimensionnement de l’installation de
chauffage, en d’autres termes la détermination de la puissance thermique installée
sur la base des méthodes de calcul normalisées (NBN B 62-003), doit être adaptée aux besoins réels en énergie;
■
le rendement global saisonnier de l’installation doit être le plus élevé possible;
■
un comportement respectueux de l’utilisation rationnelle de l’énergie doit être
adopté.
La relation bâtiment – installation – occupant
représente une donnée importante, dans la-
quelle l’architecte, le chauffagiste et le maître
de l’ouvrage ont chacun un rôle à jouer pour
obtenir un climat intérieur optimal moyennant
une consommation énergétique totale minimale.
3.2 Caractéristiques des installations de chauffage central
Les statistiques de 1991 montrent que le
chauffage central est installé dans 60% des
habitations. La chaleur est produite par un
appareil centralisé (la chaudière) et est ensuite distribuée par un réseau de canalisations et
acheminée dans les locaux à chauffer via un
fluide caloporteur (eau ou air).
Par rapport au chauffage individuel, le chauffage central offre les avantages suivants :
■
la production centrale de chaleur présente un meilleur rendement et est globalement moins polluante;
■
le chauffage central peut également servir
à chauffer l’eau des installations sanitaires;
■
les corps de chauffe prennent moins de
place que les appareils individuels;
■
le chauffage central requiert moins d’entretien et offre un confort accru.
Le chauffage central présente toutefois l’inconvénient de pertes d’énergie lors de la dis-
Le chauffage central dans les habitations
13
tribution de la chaleur vers les différents locaux
et de coûts plus élevés d’investissement et
d’exploitation. Toutefois, à confort identique,
les coûts sont du même ordre de grandeur.
6
3.3 Chauffage central à eau
chaude
4
5
3.3.1 Principe de fonctionnement
Traditionnellement, dans le cas du chauffage
central par circulation d’eau chaude, l’eau est
chauffée dans la chaudière à une température
maximale de 90 °C environ. L’eau chaude est
envoyée au moyen d’une pompe ou circulateur
via un réseau de canalisations vers les corps de
chauffe qui assurent à leur tour la transmission
thermique nécessaire dans les pièces où ils
sont installés. L’eau refroidie retourne à la
chaudière par le même réseau de tuyaux (installation monotube) ou par un réseau parallèle
(installation bitube), où le cycle recommence.
La figure 7 montre un schéma de principe
d’une installation de chauffage central à eau
chaude (installation bitube).
2
3
1
Figure 7 Principe d’une installation de chauffage central à eau chaude (bitube).
1. chaudière
2. circulateur
3. vase d’expansion
4,5. circuits départ et retour
6. corps de chauffe
La figure 8 montre un schéma de principe
d’une installation de chauffage central à eau
chaude (installation monotube).
1
Actuellement, les habitations sont aussi et de
plus en plus équipées d’installations de chauffage à distribution centralisée, c.-à-d. où
chaque radiateur est individuellement alimenté
à partir de collecteurs communs (aller et
retour) via des tuyauteries de faible diamètre
en matière plastique. L’utilisation de matériel
spécifiquement développé pour ce type d’installation (robinetterie intégrée, raccordements
préfabriqués, tubes en polyéthylène réticulé
sous foureaux encastrés) permet un montage
facile et rapide et réduit les coûts d’investissement. La figure 9 montre le principe d’une telle
installation.
14
2
Figure 8 Principe d’une installation de chauffage central
à eau chaude (monotube).
1. alimentation radiateur
2. boucle monotube et
tuyau by-pass
Le chauffage central dans les habitations
Figure 9 Principe d’une
installation de chauffage
à distribution centralisée.
Pour les habitations, c’est le système classique
de chauffage à eau chaude avec radiateurs qui
remporte le plus grand succès car il offre les
principaux avantages d’un système simple,
fiable, facile à régler, confortable et présentant
une longévité acceptable. Il n’est cependant en
aucun cas le système idéal car il présente aussi
les inconvénients d’une inertie thermique à la
relance et d’une sensibilité au gel.
La régulation du chauffage s’effectue à plusieurs niveaux. En fonction de la saison, la
température maximale de l’eau de l’installation
peut être adaptée à la température extérieure
moyenne. Cet ajustement s’effectue simplement par le réglage du thermostat de la chaudière (aquastat) mais peut être également plus
sophistiqué et recourir à un réglage automatique combiné à une sonde extérieure. La chaleur peut être en outre réglée dans chaque
pièce, au niveau des corps de chauffe, en adaptant le débit d’eau. Pour ce faire, le robinet du
radiateur est positioné manuellement ou le
débit d’eau est adapté automatiquement par un
robinet à tête thermostatique.
centralisée à partir de collecteurs;
■
le mode d’émission : radiateurs, convecteurs, chauffage par le sol, par les murs et
par le plafond;
■
la source d’énergie : gaz, mazout, …
Signalons enfin que la conception et le dimensionnement correct des composants (corps de
chauffe, tuyaux, circulateurs, vases d’expansion, …) de tous les types d’installation sont
importants pour son bon fonctionnement.
3.3.3 Modes de transmission thermique et corps de chauffe
3.3.3.1 Modes de transmission thermique
La transmission de la chaleur dans la pièce par
les corps de chauffe peut s’effectuer par
convection et/ou par rayonnement (figure 10).
La convection signifie que la chaleur est directement transmise à l’air froid au voisinage du
corps de chauffe. Cet air réchauffé, plus léger
que l’air froid, s’élève et est remplacé par de
l’air froid aspiré dans la partie basse du corps
de chauffe. On assiste ainsi à un mouvement
Enfin, il est conseillé de mettre l’ensemble de
l’installation en “état de veille” chaque fois que
l’habitation n’est pas occupée et lorsqu’il n’est
pas nécessaire de maintenir la température de
confort, comme pendant la nuit. Un thermostat
d’ambiance pourvu d’une horloge permet de
programmer le mode de chauffage tout en
tenant compte des régimes journaliers, hebdomadaires et de week-end.
3.3.2 Classification et dimensionnement
En fonction de la nature de l’installation, on
distingue plusieurs catégories selon :
■
le type de distribution : installation à 1
tuyau (monotube) ou à 2 tuyaux (bitube),
circulatoire naturel qui finit par réchauffer l’ensemble de l’air de la pièce. Dans le cas du
rayonnement, la chaleur de la surface chaude
est émise dans toutes les directions et transmise à toutes les surfaces plus froides directement apparentes.
La plupart des corps de chauffe émettent la
chaleur par convection et par rayonnement. La
part convection/rayonnement dépend de la
nature du corps de chauffe : dans le cas des
convecteurs, la transmission thermique s’effectue surtout par convection tandis qu’en cas
de chauffage par le sol ou le plafond, la transmission s’effectue surtout par rayonnement.
Les radiateurs, en revanche, associent les deux
modes de transmission, bien que la convection
reste en général plus importante que le rayonnement.
En fonction du type de radiateur, la part de
rayonnement varie par exemple de 10% (radiateur comprenant plus de 3 panneaux et pourvu
d’ailettes de convection) à 50% (radiateur à
panneau unique).
C
-8°C
+20°C
80°C
T
50°C
R
Figure 10 Transmission de
chaleur par rayonnement
et par convection.
C. convection
R. rayonnement
T. transmission
(conduction)
Le chauffage central dans les habitations
15
3.3.3.2 Radiateurs
Sur le plan du matériau, de la forme et de l’apparence, les radiateurs peuvent être très différents. Ils peuvent être en acier, en fonte ou en
aluminium et se présenter sous la forme de
radiateurs à panneaux (pourvus ou non d’ailettes de convection), de radiateurs à éléments
ou de radiateurs décoratifs. Ces derniers se
rencontrent principalement dans les salles de
bains et cuisines et connaissent actuellement
un franc succès, en particulier en raison de
leurs propriétés esthétiques et pratiques
(séchage des essuie-mains).
Les radiateurs sont de préférence installés
contre un mur extérieur et sous une tablette de
fenêtre. Grâce à cette position le rayonnement
des surfaces froides (mur ou fenêtre) est efficacement compensé par l’émission du radiateur. Toutefois, il faut veiller à ce que la transmission thermique ne soit pas entravée par des
tentures, caches, écrans ou tout autre mobilier.
L’installation d’un radiateur devant une fenêtre
ou, en général, devant une allège ou un mur
non isolé est pourtant à proscrire parce que
une très grande partie de la chaleur émise par
le radiateur est directement perdue par cette
paroi non isolée.
Par rapport aux convecteurs, l’effet de rayonnement des radiateurs présente un avantage
car l’énergie rayonnée procure une agréable
sensation de chaleur. En revanche, ils sont plus
lents à se mettre en température en raison de
leur contenance plus importante en eau.
convecteurs atteignent rapidement leur température de régime de chauffe et conviennent
donc bien au chauffage rapide des locaux. En
revanche, il faut signaler que par rapport aux
radiateurs, l’émission thermique d’un convecteur est plus sensible à une variation de température d’eau et sera dès lors alimenté en
moyenne avec de l’eau plus chaude.
thermique s’effectue presque exclusivement
par convection : l’appareil attire l’air froid
situé sous lui, le réchauffe et libère l’air chaud
par le haut. La hauteur du cache convecteur
est primordiale pour la création d’un effet de
cheminée et joue un rôle important dans la
transmission thermique. Le flux d’air chaud
augmente d’autant plus rapidement que le
cache convecteur est haut ; la puissance de
l’appareil augmente dans les mêmes proportions.
Les convecteurs peuvent également être placés
dans des fosses (fig. 11 – f, g, h), ce qui peut
s’avérer intéressant notamment dans le cas de
portes-fenêtres devant lesquelles aucun radiateur ne devrait être placé, compte tenu du mauvais rendement résultant d’une telle situation.
Dans ce cas, la conception de la fosse et le placement du convecteur dans celle-ci revêtent
une importance capitale pour garantir un bon
fonctionnement et la transmission thermique
souhaitée.
La figure 11 montre plusieurs emplacements
possibles pour les convecteurs. Il faut noter
que la transmission thermique des convecteurs peut être sensiblement influencée par la
présence de mobilier ou d’objets placés sur,
sous ou à proximité de l’appareil, ceux-ci
empêchant la circulation naturelle de l’air.
Etant donné leur faible capacité en eau, les
fenêtre
,,,,,
b
a
c
d
e
3.3.3.3 Convecteurs
f
Les convecteurs se composent de tubes à
ailettes dissimulés par un écran ou une plinthe
ou placés dans une niche ou en fosse. Comme
nous l’avons déjà expliqué, la transmission
16
g
h
Figure 11 Emplacements possibles pour convecteurs.
a. en allège
b. contre mur
c. libre
Le chauffage central dans les habitations
d,e. en niche
f,g,h. en fosse
i. derrière un meuble
i
3.4 Chauffage par le sol
3.4.1 Principes du chauffage par le
sol
Comme son nom l’indique, le chauffage par le
sol consiste à chauffer le plancher par le biais
d’un réseau de tuyaux encastrés dans ce dernier et dans lesquels circule de l’eau chaude en
circuit fermé (figure 12). La transmission thermique dépend en grande partie de la température de l’eau, de la distance entre les tuyaux et
de la résistance thermique de toutes les
couches du complexe plancher situées au dessus des tuyaux.
5
4
2
,,,,,,,,,,,,,,
,,,,,,,,,,,,,,
,,,,,,,,,,,,,,
3
,,,,,,,,,,,,,,
1
Figure 12 Chauffage par le sol.
1. dalle porteuse
2. isolation thermique
3. tuyaux de chauffage
4. chape
5. revêtement de sol
Le chauffage par le sol est un système de
chauffage à réaction lente vu sa grande inertie
thermique. L’utilisation du chauffage par le sol
est donc déconseillée dans les habitations où
les occupants ont un rythme de vie varié ou
sont souvent absents.
Une autre différence par rapport aux systèmes
classiques de chauffage par radiateurs réside
dans le fait que la température moyenne de
l’eau est limitée à des valeurs situées entre 45
et 50°C maximum car, pour des questions de
confort et des raisons médicales, la température de la surface du sol ne peut dépasser ± 29°C
dans les zones habitables.
Si les habitations ne sont pas bien isolées, le
chauffage par le sol ne sert que de chauffage
de base et doit être complété par un chauffage
d’appoint (radiateurs à eau chaude ou électriques, par exemple). Ce chauffage d’appoint
est d’ailleurs souvent prévu dans les pièces
dont les surfaces nettes de plancher sont
insuffisantes à cause du mobilier ou des équipements, telles les cuisines et les salles de
bains.
Parfois certaines habitations sont équipées de
deux systèmes de chauffage : un chauffage par
le sol à basse température au rez-de-chaussée
et des radiateurs à haute température à l’étage.
Cette combinaison requiert souvent une régulation supplémentaire, ce qui rend l’installation
plus complexe et augmente les coûts. D’autre
part, il faut également éviter la combinaison
d’un chauffage par le sol et de grandes baies
vitrées par lesquelles un rayonnement solaire
très important peut entrer, car cette situation
peut vite mener à des surchauffes incontrôlables.
Le chauffage par le sol doit être prévu lors de
la conception de l’habitation parce que le plancher chauffant présente une plus grande épaisseur et doit être très bien isolé, ce qui n’est pas
réalisable en rénovation. Ce type de chauffage
est également très souvent présenté sous
forme de systèmes préfabriqués qui ont
recours à des tuyaux en matière plastique fixés
sur des plaques isolantes pourvues d’encoches aménagées à cet effet. De plus, on
constate que le dimensionnement de l’installation est généralement réalisé par le fournisseur
du système, ce qui entrave l’indépendance du
chauffagiste. Les méthodes correctes de calcul valables pour tous les systèmes sont
reprises dans les NIT 170 et 181 du CSTC.
3.4.2 Avantages et inconvénients du
chauffage par le sol
Parmi les avantages typiques, citons :
■
utilisation d’une chaudière à haut rendement, à basse température ou à condensation;
■
chauffage très agréable si les critères de
confort sont respectés;
■
absence de corps de chauffe apparent.
Les inconvénients sont les suivants :
■
régulation difficile en raison de la grande
inertie thermique du système;
■
ce système doit être prévu dès la
conception et, une fois installé, ne peut
être modifié au niveau espace et transmission thermique;
■
des fuites éventuelles sont difficiles à
détecter et à réparer;
■
les revêtements de sol isolants, tels que
la moquette et, dans une moindre mesure, le parquet, sont déconseillés ; les
meubles ne reposant pas sur des pieds
réduisent la surface de sol utile et empêchent la transmission thermique;
■
les coûts d’installation sont élevés;
■
le chauffage par le sol est possible en
tant que chauffage principal uniquement
dans les habitations bien isolées et non
équipées de grandes baies vitrées; le
chauffage d’appoint est plus souvent la
règle que l’exception.
Le chauffage central dans les habitations
17
3.5 Chauffage central par air
chaud
3.5.1 Description du système
Ce mode de chauffage utilise l’air comme fluide caloporteur. L’air est chauffé dans un générateur d’air chaud à environ 40°C et est amené
vers les pièces à chauffer au moyen d’un ventilateur et d’un réseau de conduites d’air (figure 13).
En règle générale, l’air chaud est insufflé au
niveau du sol par des bouches de soufflage
tandis qu’une partie de l’air est évacuée par un
système d’aspiration central (généralement
placé dans un hall) et redirigée vers le générateur d’air chaud. Pour des raisons d’hygiène,
une partie de l’air vicié est évacuée vers l’extérieur via les pièces “humides” (salle de bain,
cuisine, WC) tandis qu’un pourcentage ajustable d’air frais est mélangé à de l’air recyclé à
l’entrée du générateur d’air chaud.
Le bon fonctionnement d’un système de chauffage par circulation d’air chaud dépend fortement de l’étanchéité à l’air de l’habitation. Si
celle-ci n’est pas suffisamment étanche, les
débits d’air insufflé et aspiré ne correspondront pas aux valeurs calculées ou seront
moins bien répartis, entraînant ainsi des problèmes pour l’obtention des températures de
confort souhaitées.
Ce système requiert également le placement
adéquat et soigné des conduites d’air, non seulement pour limiter les fuites mais également
pour prévenir un refroidissement trop important de l’air chauffé. Il est donc indispensable
d’isoler minutieusement toutes les conduites
d’air et certainement dans les zones froides en
dehors du volume protégé (par exemple le vide
ventilé).
Pour obtenir un confort thermique satisfaisant,
dépourvu de courants d’air, la position des
bouches d’air, la température du flux d’air et la
vitesse d’insufflation représentent les principaux facteurs.
3.5.2 Avantages et inconvénients
5
1
4
2
3
Le principal avantage d’un système de chauffage par circulation d’air chaud réside dans la
possibilité d’obtenir un réchauffement très
rapide des différentes pièces. Ce système offre
en outre la possibilité de coupler la ventilation
de l’habitation au chauffage tandis qu’en période estivale, le système peut parfaitement fonctionner comme système de ventilation mécanique ou même de rafraîchissement.
Parmi les inconvénients, citons :
Figure 13 Chauffage à air chaud.
1. prise d’air frais
2. air recyclé
3. air mélangé
18
4. air soufflé
5. air rejeté à
l’extérieur
■
le réseau de conduites d’air prend beaucoup de place, doit être prévu à la conception de l’habitation et ne peut être que difficilement installé en rénovation;
Le chauffage central dans les habitations
■
vu le moindre réchauffement des parois et
donc d’inertie thermique, le refroidissement des locaux se produit rapidement
après chaque arrêt;
■
la pollution des conduites d’air peut
entraîner des problèmes de santé;
■
la circulation de l’air dans les conduites et
la vitesse d’insufflation au niveau des
bouches de soufflage peuvent entraîner
des courants d’air et des nuisances
sonores;
■
le bruit du ventilateur risque de se transmettre à l’ensemble de l’installation;
■
une grande consommation d’énergie dans
les habitations non étanches et mal isolées thermiquement; une grande partie de
l’air chaud est également directement
évacuée à l’extérieur via la ventilation des
locaux humides.
3.6 Comparaison des divers systèmes de chauffage
Tableau 3 – Comparaison des divers systèmes de chauffage
Critères
Chauffage
individuel
(poêles)
Chauffage
central
(rad./conv.)
Chauffage
par le sol
Aptitude :
• habitation mal isolée
oui
oui
non
non
• habitation bien isolée
oui
oui
oui
oui
Faisabilité :
• nouvelle construction
• construction existante
oui
possible
oui
possible
possible
difficile
possible
très difficile
Confort thermique :
• type de chaleur
• répartition thermique
• points faibles
ray. + conv.
irrégulière
surchauffe
ray. + conv.
homogène
-
ray. + conv.
homogène
-
convection
homogène
courants d’air
rapide
bien adaptée
non
aucune
(dilatation)
normal
adaptée
oui
parfois
(dilatation)
très lent
peu adaptée
oui
aucune
très rapide
bien adaptée
non
parfois
(air+ventilo)
Rendements saisonniers :
• production thermique
• pertes de distribution
• pertes d’émission
50-70 %
aucune
aucune
70-90 %
jusque 5 %
jusque 5 %
70-90 %
5-10 %
pertes vers
le bas
–> 10 %
70-90 %
5-10 %
aucune
Régulation :
• centralisée
• par pièce
• horaire
possible
bonne
possible
bonne
moyenne
bonne
bonne
très mauvaise
difficile
bonne
mauvaise
moyenne
$
$
$
$$$
$$
$
$$$$
$$
$
$$$$
$$$
$$
Caractéristiques :
• temps de relance
• intermittence
• sensible au gel
• nuisance sonore
Coûts :
• investissement
• consommation
• entretien
Le tableau 3 fait état d’une comparaison relative la plus objective possible des divers systèmes de chauffage les plus couramment utili-
Chauffage
par air chaud
les caractéristiques de fonctionnement, le rendement, la possibilité de régulation et les
coûts. Ce tableau a pour but d’aider à faire un
choix entre les différents systèmes de chauffage, et ce sur la base de ces critères.
3.7 Cheminées
sés dans les habitations. Les critères qui
entrent en ligne de compte sont l’aptitude du
système, la faisabilité, le confort thermique,
3.7.1 Conception et réalisation de cheminées
Les gaz de combustion libérés lors de la production de chaleur doivent, dans tous les cas,
être évacués vers l’extérieur. La cheminée
constitue le meilleur moyen d’évacuation.
Toute cheminée doit être étanche et être
construite en matériaux incombustibles qui
isolent parfaitement le canal de fumée de
toutes les pièces intérieures.
La conception et la réalisation de la cheminée
sont très importants et doivent répondre à une
série de critères garantissant le fonctionnement optimal de la cheminée. En d’autres
termes :
■
le tirage naturel doit pouvoir être garanti
en toutes circonstances en évitant le
refoulement des gaz de combustion dangereux pour les habitants;
■
le refroidissement des gaz de combustion
ne doit pas être trop important pour éviter
la condensation de la vapeur d’eau contenue dans ces derniers et qui, dans le cas
du mazout, par exemple, peut causer une
dégradation du conduit.
Les dispositions relatives à la construction des
cheminées sont reprises dans la norme NBN B
61-001 (1986) qui n’est toutefois d’application
que pour les puissances de plus de 70 kW, et
qui tombe donc en dehors du champ d’applica-
Le chauffage central dans les habitations
19
tion de la plupart des habitations. Pour ces
dernières, des règles de bonne pratique ont été
élaborées, mais elles font actuellement l’objet
d’une révision dans le cadre de la normalisation.
3.7.2 Problématique actuelle des cheminées
■
le débouché de la cheminée doit être situé
dans une zone de la toiture, normalement
exempte de pression susceptible de
refouler les gaz de combustion ; l’emplacement idéal se situe près du faîte du toit
ou, dans le cas d’une toiture plate, un
demi mètre au-dessus du niveau supérieur de la toiture plate;
■
les gaz de fumées ne doivent pas se
refroidir trop vite afin d’éviter la condensation de la vapeur d’eau contenue dans
les fumées; il est donc conseillé de placer
la cheminée vers le centre de l’habitation
et éventuellement d’isoler thermiquement
la cheminée de l’ambiance extérieure ou
de locaux non-chauffés;
Lors de la conception et de la réalisation des
cheminées, les règles générales suivantes doivent être prises en compte (figure 14) :
■
1
2
Figure 14 Conception des cheminées.
1. chaudière
2. conduit de raccordement
■
le diamètre du conduit d’évacuation des
fumées doit être suffisamment grand et
adapté à la puissance de la chaudière installée;
■
le conduit de la cheminée doit être aussi
vertical, rectiligne et lisse que possible;
20
la cheminée doit être régulièrement ramonée et son étanchéité contrôlée.
A l’heure actuelle, les nombreux problèmes
relatifs aux cheminées sont liés au fait que la
conception et la technologie des chaudières
ont progressé tandis que les cheminées n’ont
pas évolué. Les chaudières modernes sont, en
effet, équipées d’échangeurs de chaleur plus
performants ainsi que d’un meilleur système
de combustion du combustible, ce qui entraîne une réduction de la température et du débit
des gaz de combustion.
Si ces chaudières sont reliées à une cheminée
inadaptée, ce qui est souvent le cas lors du
remplacement d’une vieille chaudière, on
constate après un certain temps des problèmes de condensation suite à un tirage
insuffisant et à un refroidissement trop important des gaz de combustion. Pour l’adaptation
de la cheminée, la meilleure solution consiste
à insérer dans cette dernière un conduit dis-
Le chauffage central dans les habitations
tinct et adapté sous forme de gaines métalliques. Ces systèmes doivent répondre à certaines exigences et ne sont fiables que s’ils
sont dotés d’un agrément technique. Une autre
solution consiste à assurer une évacuation
mécanique des gaz de combustion en installant un extracteur adapté ou une hotte faisant
office d’aspirateur statique.
Si une cheminée présente un mauvais tirage
pour l’une ou l’autre raison, un refoulement
des gaz de combustion est toujours possible.
Dans le cas de chaudières à gaz, il est alors
conseillé de n’utiliser que des appareils pourvus d’un coupe-tirage antirefouleur ou d’une
protection automatique, qui interrompt le fonctionnement de l’appareil en cas de refoulement. Cette protection est obligatoire pour
toutes les chaudières à gaz mises sur le marché depuis le 01/01/1995 (garantie par le marquage CE sur l’appareil). Toutefois, la situation
reste dangereuse pour toutes les chaudières
existantes ne présentant pas la dite protection.
Dans toutes les circonstances, il est donc prudent le cas échéant de remédier au problème
du mauvais tirage de la cheminée.
La problématique des cheminées, qui connaît
encore de nombreux autres aspects, tels que le
raccordement de plusieurs chaudières à un
seul conduit et la combinaison de l’évacuation
des fumées et de l’apport d’air de combustion,
sera examinée plus en détail dans une future
publication.
4
Rendement d’une installation de
chauffage central
4.1 Rendement global d’une
installation
E
L’objectif du système de chauffage d’un bâtiment consiste à diffuser dans chaque local et à
chaque moment exactement la quantité de
chaleur nécessaire pour atteindre et maintenir
la température de confort au niveau souhaité.
On constate cependant que toute installation
transmet ou consomme plus d’énergie (chaleur) que ce qui est strictement nécessaire; en
d’autres termes, on assiste à des pertes
d’énergie.
L’étalon utilisé pour évaluer cette perte d’énergie est appelé “rendement”. Le rendement peut
être défini comme le rapport entre l’énergie
strictement nécessaire dans chaque local et
l’énergie réellement utilisée. En raison des
pertes qui se produisent, ce rapport est toujours inférieur à 1 (ou inférieur à 100%).
Dans une installation de chauffage central la
chaleur est d’abord produite dans le générateur de chaleur, puis elle est distribuée vers les
corps de chauffe via un réseau de tuyauteries
et elle est finalement émise par les corps de
chauffe dans les locaux (figure 15). La gestion
de cette chaleur est contrôlée et dirigée par le
système de régulation. L’installation de chauffage est donc composée de 4 parties différentes qui fonctionnent toutes avec leur propre
rendement :
D
E
P
Figure 15 Composants d’une installation
de chauffage central.
P. production de chaleur
D. distribution de chaleur
E. émission de chaleur
■
le rendement de la production de chaleur
(ηp) = le rapport entre la quantité d’énergie transmise par la chaudière au fluide
caloporteur (eau, air) et l’énergie utilisée
par le brûleur :
ηp =
■
énergie transmise par la chaudière
;
énergie utilisée par le brûleur
le rendement de distribution (ηd) = le rapport entre la quantité d’énergie transmise
Le chauffage central dans les habitations
21
aux corps de chauffe et l’énergie transmise par la chaudière au fluide caloporteur :
ηd =
■
;
énergie transmise par la chaudière
au fluide caloporteur
le rendement d’émission (ηe) = le rapport
entre la quantité d’énergie émise dans la
pièce et l’énergie transmise aux corps de
chauffe :
ηe
■
énergie transmise aux corps de chauffe
=
énergie emise utilement dans le local
;
énergie transmise aux corps de chauffe
le rendement de régulation (ηr) = le rapport entre la quantité d’énergie strictement nécessaire dans le temps et dans
l’espace pour satisfaire à la consigne de
régulation, et la quantité réelle d’énergie
émise utilement dans les locaux :
ηr
énergie nécessaire dans le temps et
dans l’espace
=
ments dans le cadre d’une utilisation rationnelle d’énergie.
Le rendement saisonnier global représente un
paramètre important qui détermine la consommation réelle d’énergie de l’installation. Pour
avoir une idée de l’ordre de grandeur des rendements saisonniers pour divers types d’installation, le tableau 4 donne des valeurs
extrèmes et indicatives.
4.3.1 Rendement nominal des chaudières
Les chapitres ci-après donnent, pour chaque
rendement partiel, de plus amples détails sur
ce qu’ils représentent et donnent une série de
conseils pour l’optimisation de ces rende-
4.3 Rendement de production
de chaleur
Une chaudière a pour fonction de transmettre,
avec le moins de perte possible, la chaleur produite par la combustion du combustible au
fluide caloporteur (eau ou air). Cet échange de
chaleur, même en marche continue de la chaudière, s’accompagne toujours d’une perte
inévitable d’une partie de la chaleur produite (figure 16) :
;
énergie émise utilement dans le local
Le produit de ces quatre rendements partiels
détermine le rendement global de l’installation
de chauffage central (ηins) :
ηins = ηp . ηd . ηe . ηr.
4.2 Rendement saisonnier global d’une installation
Les rendements mentionnés ci-dessus sont
des rendements nominaux déterminés quand
l’installation fonctionne en permanence. En
réalité, pendant la saison de chauffe l’installation ne fonctionne pas en continu et on admet
que, dans le cas d’un dimensionnement correct de la chaudière, celle-ci fonctionne environ
30% du temps.
Pendant les périodes d’arrêt (70% de la saison
de chauffe), dont la durée et la fréquence
22
dépendent de la conception, du dimensionnement, de la nature et de l’utilisation de l’installation, on enregistre des pertes supplémentaires. Par rapport au rendement (nominal)
global, le rendement global saisonnier de l’installation est dès lors encore inférieur.
Tableau 4 – Valeurs indicatives (en %) des rendements saisonniers de diverses installations
de chauffage
Production
(chaudière)
Distribution
(réseau de
conduites)
Emission
(radiateurs)
Régulation
Total
(installat.)
55-60
surdimensionnée
80-85
étendu et
mal isolé
90-95
trop grands,
mauvais
placement
85-90
marche/
arrêt
34-44
65-70
bien
dimensionnée
90-95
restreint
95
trop grands,
bon
placement
90
+ jour/
nuit
50-57
75-85
haut
rendement
95
restreint
+ isolé
95-98
corrects
90-95
+ vannes
thermostatiques
61-71
85-95
chaudière
à condensation
95
restreint
+ isolé
95-98
corrects
95
+ sonde
extérieure
73-84
Le chauffage central dans les habitations
■
■
■
pertes par combustion incomplète du
combustible;
pertes via les parois de la chaudière suite
à la transmission de chaleur à l’environnement par convection et rayonnement;
pertes par évacuation des gaz de combustion chauds vers l’extérieur (via la cheminée).
3
2
1
ηp =
énergie fournie au fluide caloporteur
;
consommation d’énergie du brûleur
en régime permanent
Les rendements nominaux des chaudières
actuelles se situent environ entre 86 et 93 %. A
noter que ce rendement est déterminé pour
l’ensemble chaudière et brûleur, pour lequel ce
dernier doit être adapté à la puissance de la
chaudière et à la forme du foyer. Il est dès lors
conseillé de choisir un ensemble chaudière/
brûleur agréé.
4.3.2 Pertes d’énergie par maintien en
température de la chaudière
4
Figure 16 Pertes d’énergie dans la chaudière.
1. énergie fournie par la combustion du
combustible
2. pertes par convection et par rayonnement
3. pertes par la cheminée
4. énergie restante livrée à l’installation
L’ampleur de ces pertes peut être déterminée
de la même manière pour chaque chaudière
par un essai normalisé, exécuté par un laboratoire indépendant et agréé.
On en détermine ainsi ce que l’on appelle le
“rendement nominal” ou “rendement de production” de la chaudière.
Le rendement nominal est mesuré en régime
permanent de la chaudière et à une température d’eau de chaudière moyenne de 70 °C, et
équivaut à :
Le rendement nominal d’une chaudière, obtenu
en régime permanent, représente un rendement théorique, non conforme à la réalité,
parce que la chaudière ne fonctionne généralement pas en continu.
En réalité, la puissance installée de la chaudière doit compenser les besoins thermiques
maxima du bâtiment, calculés pour les déperditions calorifiques maximales survenant en
moyenne une seule fois par an. Théoriquement, la chaudière est donc capable de fournir
en permanence la quantité de chaleur nécessaire, même si la température extérieure reste
égale à sa valeur conventionnelle minimale (- 8
°C pour Uccle).
Dans des conditions normales, la puissance de
la chaudière n’est utilisée que partiellement. On
admet, en effet, que dans le cas d’une chaudière bien dimensionnée, le brûleur ne fonctionne
en moyenne que 30% du temps. Au cours
d’une saison de chauffe moyenne (environ 250
jours ou 6000 heures), le brûleur d’une chaudière bien dimensionnée fonctionne donc 1800
heures environ. La durée de fonctionnement
du brûleur d’une chaudière existante peut être
aisément déterminée en divisant la consommation de combustible (en litre de mazout ou m3
de gaz) au cours de la saison de chauffe par le
débit de combustible du pulvérisateur ou de
l’injecteur (en l/h ou m3/h).
La connaissance de la durée de fonctionnement permet de contrôler le degré de surdimensionnement d’une chaudière et de déterminer la puissance réellement requise lors du
remplacement d’une vieille chaudière. Le
tableau 5 reprend quelques valeurs indicatives
pour l’évaluation de la puissance d’une chaudière existante sur la base de la durée de fonctionnement du brûleur pendant la saison de
chauffe.
Tableau 5 – Evaluation de la puissance
de la chaudière installée
Evaluation de
la puissance de
la chaudière
• bien dimensionnée
• surdimensionnée
• fortement surdimensionnée
Durée de
fonctionnement
du brûleur
(en heures par
saison de chauffe)
1500 – 2000
1000 – 1500
< 1000
Pendant les périodes d’arrêt, il n’y a pas d’appel de chaleur mais la chaudière est néanmoins généralement maintenue en température. Ceci provoque des pertes supplémentaires
de chaleur par ses parois et par la cheminée
(l’air de la chaufferie passe à l’extérieur via la
chaudière et la cheminée) et ces pertes doivent
être compensées par une consommation supplémentaire de combustible. Le maintien en
température n’est pas nécessaire si la chaudière n’assure pas la production d’eau chaude
sanitaire et si elle est cataloguée constructivement comme chaudière “basse température”
Le chauffage central dans les habitations
23
ou “à condensation”. Mais même si la chaudière n’est pas maintenue en température, elle
connaît des pertes d’énergie chaque fois qu’elle se refroidit après une interruption.
Le rendement de production saisonnier varie
en outre dans le temps parce que la vétusté,
l’utilisation et l’entretien jouent également un
rôle. Rappelons que le tableau 4, p. 22, reprend
quelques valeurs indicatives du rendement de
production saisonnier de divers types de chaudière.
récentes (permis de bâtir entre 1990 et 1995)
approche les 200%.
En d’autres termes, la chaudière moyenne
dans une habitation est donc deux fois supérieure à ce qui est nécessaire. Il va de soi que
le fonctionnement d’une telle chaudière ne
peut être optimal parce que de brèves périodes
de fonctionnement alternent avec de longues
périodes d’arrêt du brûleur, ce qui entraîne une
augmentation des pertes à l’arrêt et une diminution du rendement de la chaudière.
1,0
Facteur de perte à l'arrêt
q = 0,005
= 0,01
= 0,02
= 0,03
= 0,04
0,9
0,8
0,7
0,6
4.3.3.1 Choix d’une chaudière adaptée
Dans le cadre de l’utilisation rationnelle d’énergie, deux facteurs doivent être pris en compte
lors du choix d’une chaudière, à savoir son
rendement et sa puissance nominale.
En ce qui concerne le rendement, on peut dire
qu’une chaudière dotée d’un label de qualité
(Optimaz ou HR+) offre une première garantie
d’obtenir une consommation minimale d’énergie.
D’autre part, le rendement d’une chaudière ne
peut être optimal que si la puissance de la
chaudière installée est adaptée aux besoins
thermiques du bâtiment à chauffer. Il est dès
lors primordial de déterminer correctement la
puissance de la chaudière, c’est-à-dire sur la
base d’un calcul des déperditions calorifiques
selon la méthode de calcul normalisée (NBN B
62-003) et non sur la base de la puissance
totale installée des corps de chauffe.
Une étude a montré que le surdimensionnement moyen des chaudières installées dans un
échantillon représentatif de 200 habitations
24
Une autre étude, portant sur 100 installations
de chauffage domestiques (âge des chaudières
entre 2 et 25 ans), a mené à des conclusions
analogues en indiquant que le fonctionnement
moyen des brûleurs examinés ne durait que
10% du temps (facteur de charge f = 0,1) alors
que l’on considère 30% comme valeur optimale (f = 0,3).
La figure 17 montre le facteur de diminution du
rendement de production saisonnier d’une
chaudière (facteur à appliquer au rendement
nominal de la chaudière) en fonction du facteur
de charge (f) et du facteur de perte à l’arrêt
(une chaudière moderne bien isolée présente
un facteur de perte à l’arrêt inférieur à 0,01).
Le problème du surdimensionnement se pose
également lorsque la rénovation d’une habitation s’accompagne de la pose d’une isolation
thermique supplémentaire du bâtiment, ce qui
réduit les besoins thermiques. Il est dès lors
conseillé, lors du remplacement d’une chaudière, de déterminer la puissance de la nouvelle chaudière par un calcul des déperditions
thermiques tenant compte de la nouvelle situation. Une solution temporaire consiste à réduire la puissance de la chaudière en choisissant
un gicleur de mazout plus petit ou en diminuant le débit de gaz.
Le chauffage central dans les habitations
Facteur de réduction
0,5
4.3.3 Optimisation du rendement de la
production de chaleur
0,4
0,3
0,2
0,1
0
0
0,1
0,2
0,3
Facteur de charge t
Figure 17 Facteur de réduction du rendement de production saisonnier en fonction
du facteur de charge.
4.3.3.2 Réglage de la température de l’eau
En général la température de l’eau est limitée à
une valeur maximale de 80 à 90 °C afin d’éviter l’ébullition dans la chaudière. Toutefois,
cette température maximale n’est nécessaire
que pendant les périodes de grand froid tandis
qu’une température de l’ordre de 60 à 70 °C
suffit amplement pendant l’intersaison.
La limitation de la température de l’eau de la
chaudière en fonction de la température extérieure est aisément réalisable par le réglage
manuel de l’aquastat de la chaudière ou de la
vanne qui mélange dans un rapport donné
l’eau de départ avec l’eau de retour. Le réglage
de la température de l’eau peut être aussi réalisé automatiquement par un système électronique combiné à une sonde de température
extérieure, une vanne mélangeuse motorisée et
une sonde de température de l’eau de départ.
quement moins favorable en raison du faible
rendement de la chaudière au cours de cette
période.
En limitant la température de l’eau en sortie de
chaudière, on réduit également celle des gaz de
combustion, de sorte que la perte d’énergie par
la cheminée est moindre. Un exemple de courbe de chauffe possible est donné à la figure 18
pour une chaudière classique et une chaudière
“basse température”.
Au cours des périodes d’arrêt, la chaudière
enregistre des pertes de chaleur par les parois,
tandis qu’une perte supplémentaire peut se
produire par aspiration et passage de l’air
ambiant de la chaufferie, qui est ensuite
réchauffé et qui s’échappe finalement par la
cheminée suite au tirage thermique.
Pour limiter ces pertes, les parois ou le corps
des chaudières actuelles sont mieux isolés et,
dans le cas des chaudières au mazout, le brûleur est pourvu d’un clapet empêchant le passage de l’air de la chaufferie et son échappement par la cheminée chaque fois que le brûleur ne fonctionne pas. Pour rappel, signalons
que le fonctionnement à basse température
contribue une fois de plus à réduire les pertes
à l’arrêt.
Temp. fluide
caloporteur (°C)
dimensionnement
classique
90
80
70
60
50
40
30
dimensionnement
basse température
20
-8
0
5 10
4.3.3.3 Réduction des pertes à l’arrêt
20
temp ext. (°C)
Figure 18 Courbe de chauffe.
Dans le cas d’une chaudière au mazout, le
refroidissement du fluide caloporteur à des
températures inférieures à 55 à 60 °C n’est
possible que si la chaudière est conçue pour
résister à la corrosion (chaudières basse température). Si la chaudière (gaz/mazout) sert
également à préparer l’eau chaude sanitaire, la
température de l’eau ne peut trop être réduite,
tandis que la chaudière doit également rester
opérationnelle en dehors de la saison de chauffe. Nous rencontrons là une situation énergéti-
Dans le cas des chaudières à gaz, une veilleuse est généralement utilisée pour l’allumage
lorsque le brûleur se déclenche. La consommation de gaz naturel causée par la veilleuse
pendant les périodes d’arrêt (en moyenne 150
m3/an) peut être évitée par l’utilisation d’une
chaudière à allumage électronique.
4.3.3.4 Optimisation de la combustion
Les chaudières modernes sont équipées de
brûleurs sophistiqués, tant sur le plan de la
technologie que de la régulation, de sorte que
la combustion s’effectue de façon optimale.
Pour certaines chaudières gaz, la puissance
s’adapte même automatiquement à la charge
en fonctionnant au 1/3, 2/3 ou 3/3 de la puissance nominale. La plupart des brûleurs
modernes atteignent rapidement un rendement
de combustion supérieure à 90 %.
Pour obtenir un rendement de combustion
optimal, il faut que le brûleur soit adapté à la
puissance et à la forme du foyer de la chaudière (couple chaudière-brûleur adapté) et le brûleur doit être réglé de façon à ce que l’excès
d’air, nécessaire à une combustion complète
des gaz de combustion, soit optimal. De cette
manière, il est également possible d’enregistrer une réduction du volume des gaz de combustion qui s’accompagne automatiquement
d’une réduction de la chaleur s’échappant par
la cheminée, ce qui constitue dès lors une économie supplémentaire d’énergie.
Pour le maintien d’un rendement de combustion optimal, il importe de procéder régulièrement à l’entretien et au réglage du brûleur qui,
dans le cas des brûleurs au mazout, peut se
faire lors de l’inspection annuelle. Les brûleurs
au gaz n’exigent aucun entretien et sont réglés
et scellés en usine pour une combustion optimale. La combustion optimale permet, dans
une large mesure, la réduction des émissions
de gaz nocifs (CO, CO2, NOx) essentielle à la
protection de l’environnement.
4.3.3.5 Températures plus basses des gaz de
combustion
Les fabricants de chaudières modernes consacrent une attention particulière au transfert de
chaleur entre les gaz de combustion et le fluide caloporteur. Le chemin que suivent les gaz
de combustion et la forme des surfaces sont
étudiés de telle façon qu’un transfert maximum
de chaleur s’effectue. Il en résulte une réduction sensible de la température des gaz de
combustion s’échappant de la chaudière par la
cheminée, entraînant ainsi une économie
d’énergie.
Le chauffage central dans les habitations
25
Les concepteurs doivent également se pencher
sur le problème de la prévention de la condensation des gaz de combustion contre les parois
de cheminées. Dans le cas du mazout, les
condensats contribuent en effet à des détériorations importantes de matériaux de construction.
4.4
Rendement de distribution
de la chaleur
4.4.1 Pertes de distribution de la chaleur
Les pertes de distribution consistent en des
pertes au niveau des canalisations transportant
la chaleur produite par la chaudière vers les
corps de chauffe.
Ces pertes dépendent de la longueur, du diamètre et de l’isolation des conduites ainsi que
de la température du fluide caloporteur (eau ou
air) et de la température ambiante. La NBN D
30-041 (1992) indique les conduites devant
être isolées et propose une méthode de calcul
pour déterminer et choisir la valeur optimale de
l’épaisseur de l’isolant du point de vue économique. Le tableau 6 reprend à titre d’exemple
les déperditions thermiques linéaires “opti-
males” et les épaisseurs minimales correspondantes de l’isolant pour conduites en acier bleu
dans le cas d’un chauffage à eau chaude.
■
la température du fluide caloporteur (eau
ou air) doit être adaptée à la température
extérieure;
Les pertes de distribution sont uniquement
considérées comme pertes si elles se produisent dans les pièces situées hors du volume
protégé du bâtiment (vide sanitaire, cave, …).
Dans tous les autres cas, ces pertes peuvent
être considérées comme gains thermiques
internes et contribuent au chauffage de l’habitation.
■
s’il n’y a pas d’appel de chaleur, le système de régulation doit assurer l’interruption de la circulation d’eau ou d’air.
4.4.2 Optimisation du rendement de
distribution thermique :
■
lors de la conception de l’installation, la
chaudière doit occuper une place la plus
centrale possible pour que la longueur
totale du réseau de conduites soit minimale;
■
les diamètres des conduites sélectionnées
ne doivent pas être inutilement grands;
■
toutes les conduites placées dans les
endroits non chauffés n’appartenant pas
au volume protégé du bâtiment doivent
être correctement isolées, c’est-à-dire
avec la bonne épaisseur et la mise en
oeuvre doit être soignée;
4.5 Rendement d’émission de
la chaleur
4.5.1 Pertes à l’émission de la chaleur
L’émission thermique des corps de chauffe
s’accompagne, elle aussi, de pertes qui ont
pour conséquence qu’une partie de la chaleur
émise n’est pas utilisée utilement pour le
chauffage de la zone de confort.
Ces pertes sont liées aux phénomènes suivants :
■
en raison de la stratification thermique, la
température de l’air sera plus élevée au
niveau du plafond, ce qui n’apporte rien
au confort thermique des occupants, mais
qui entraîne des pertes de chaleur supplémentaires par le plafond ; ces pertes
seront d’autant plus importantes en fonction de sa hauteur (ex. mezzanine) ou qu’il
est en contact avec de l’air extérieur.
D’autre part le confort thermique dans la
zone de séjour diminue;
■
l’émission de chaleur par rayonnement
assure le réchauffement de toutes les surfaces adjacentes plus froides et directement “vues” par le corps de chauffe ; si
ces surfaces (mur extérieur, fenêtre, allège, ...) transmettent à leur tour la chaleur
accumulée à l’environnement extérieur ou
Tableau 6 – Déperditions thermiques linéaires optimales et épaisseurs minimales correspondantes de l’isolant suivant NBN D 30-041 (*)
Perte linéaire optimale
et épaisseur optimale
correspondante
de l’isolant
Diamètres nominaux
DN10
(3/8”)
DN15
(1/2”)
DN20
(3/4”)
DN25
(1”)
DN32
(5/4”)
DN40
(6/4”)
DN50
(2”)
klopt (W/m.K)
0.151
0.163
0.176
0.191
0.209
0.220
0.240
eopt (mm)
31.4
33.8
37.2
40.4
43.8
45.8
50.0
(*) Conditions : eau chaude : 80 °C - température ambiante : 0 °C - conductibilité thermique isolant :
0.04 W/m.K.
26
Le chauffage central dans les habitations
à une pièce extérieure au volume protégé,
on enregistre une perte de rendement au
niveau du corps de chauffe;
■
■
l’émission de chaleur peut être entravée
par des facteurs externes tels que dépôt
de poussière, caches ou niches pour
radiateurs, rideaux mal placés ou par un
emplacement inadapté contre un mur ou
dans un caniveau;
en cas de chauffage par le sol, la part de
la transmission thermique des conduites
dirigée vers le bas constitue une perte
d’énergie si le local en-dessous du plancher ne fait pas partie du volume protégé
(par exemple cave, terre-plein, vide sanitaire).
4.5.2 Optimisation du rendement
d’émission de chaleur :
■
■
■
l’emplacement idéal et normalisé pour un
radiateur se situe contre un mur extérieur
bien isolé et sous une fenêtre, avec respect des distances suivantes : 5 cm du
mur, 10 cm au dessus du sol et au moins
10 cm sous la tablette de fenêtre;
ne pas placer de corps de chauffe directement devant une porte-fenêtre, ni contre
un mur extérieur non isolé, ni contre une
fenêtre;
poser une feuille d’aluminium réfléchissant sur un mur non-isolé situé derrière le
radiateur;
■
ne pas placer de meuble ni pendre de tenture devant un corps de chauffe;
■
éviter les caches et l’aménagement dans
une niche;
■
ne pas faire sécher du linge sur un radiateur;
■
purger régulièrement les radiateurs;
■
dépoussiérer régulièrement les corps de
chauffe ou les grilles;
■
dans le cas de convecteurs placés en caniveau, les parois de celui-ci doivent être
isolées et étanches ; les dimensions du
caniveau et le placement des convecteurs
doivent répondre aux instructions du
fabricant afin de permettre un écoulement
d’air correct au travers des convecteurs;
■
dans le cas du chauffage par le sol,
l’épaisseur de la couche isolante posée
sous les conduites doit tenir compte de la
température de l’espace sous-jacent; la
pose de couches de finition isolantes au
dessus des conduites (ex. moquette, parquet) est déconseillée ou doivent être
intégrées au dimensionnement de l’installation.
4.6 Rendement de régulation
4.6.1 Principes généraux de régulation
La régulation d’une installation de chauffage
en constitue un élément important; elle doit
veiller à ce que la température adéquate soit
maintenue au bon moment et au bon endroit
dans l’habitation. Une régulation correcte n’est
possible que si l’installation de chauffage est
adaptée aux caractéristiques (besoins énergétiques) de l’habitation et si le système de régulation et l’installation sont suffisamment
souples pour répondre aux souhaits des occupants. Des possibilités très diversifiées existent pour la régulation thermique. Celle-ci doit
assurer une régulation tant centrale que locale,
comme le montre la figure 19. Ces deux types
de régulations doivent en outre être programmables dans le temps pour tenir compte du
mode de vie des occupants.
La régulation centrale concerne l’adaptation de
la température de l’eau qui s’effectue par le
Temp ext.
Figure 19 Principes de
régulation centrale et
locale.
Rayonnement
solaire
local témoin
NORD
Vent
local témoin
SUD
régulateur
coll. départ
coll. retour
Le chauffage central dans les habitations
27
réglage de l’aquastat de la chaudière ou de la
vanne mélangeuse, et ce manuellement ou
automatiquement en combinaison avec une
sonde extérieure.
La régulation locale concerne l’ajustement de
la température de l’air dans chaque local. Elle
s’effectue généralement par le réglage du débit
d’eau au moyen d’un robinet situé au niveau du
corps de chauffe, et ce manuellement ou automatiquement à l’aide d’un robinet thermostatique. Le contrôle de la température intérieure
est assuré par un thermostat d’ambiance placé
dans une pièce de référence (généralement la
salle de séjour). Ce thermostat coupe le chauffage (arrêt du brûleur ou du circulateur)
chaque fois que la température désirée dans la
pièce de référence est atteinte, ce qui peut
s’avérer gênant s’il y a encore un appel de chaleur dans d’autres pièces. C’est pourquoi le
thermostat d’ambiance doit être confiné dans
le rôle de limite haute de température.
La régulation temporelle, enfin, permet de programmer le chauffage suivant les régimes
diurne et nocturne, éventuellement en combinaison avec un régime de semaine et de weekend. Pour chacune de ces possibilités de régulation, il existe des appareils ou des systèmes
de régulation sophistiqués qui garantissent le
confort et la convivialité aux occupants.
Pour le réglage des températures intérieures et
des périodes de démarrage et d’arrêt, il faut
tenir compte du degré d’isolation, de la ventilation et de l’inertie thermique du bâtiment, facteurs déterminants pour la diminution de la
température au cours des interruptions et de la
durée de fonctionnement du chauffage. Il est
important que la température intérieure ne
puisse chuter de façon trop importante afin
que la période de relance, grande consommatrice d’énergie, ne dure pas trop longtemps.
28
Pour les habitations répondant aux critères du
réglement thermique (niveau K inférieur à K 55
suivant NBN B 62-301), la diminution de la
température intérieure pendant la nuit sera
normalement limitée à quelques degrés seulement, ce qui implique une période de relance
relativement courte.
4.6.2 Pertes liées à la régulation
Une régulation incorrecte ou inadaptée entraîne, d’une part, un confort thermique insuffisant
(trop froid ou trop chaud) et, d’autre part, un
gaspillage d’énergie.
On parle de pertes de régulation lorsque dans
un local, le système génère des températures
réelles qui sont à certains moments supérieures aux températures souhaitées. Une part
de ces pertes sont inévitables et proviennent
de l’inertie du bâtiment et du système de
chauffe qui ne permettent pas un refroidissement ou un réchauffage instantané lorsque la
température de consigne varie instantanément.
C’est ce qui se passe lorsqu’on passe d’une
consigne de jour à une consigne de nuit (voir
figure 20).
Par contre, une régulation qui permet difficilement une modification de la température de
consigne ou qui évalue mal la durée de la
période de relance, provoque un gaspillage
d’énergie. Il ne s’agit plus ici strictement d’un
problème de régulation, mais aussi d’une
question de programmation.
Une bonne régulation ne s’efforce plus uniquement de faire correspondre au mieux la température du local à la température de consigne,
mais elle s’efforce aussi de réaliser cet objectif
en faisant fonctionner l’ensemble de l’installation dans les meilleures conditions d’économie
d’énergie. Par exemple, elle évitera de faire circuler de l’eau trop chaude dans les canalisations.
Les pertes liées à la régulation sont dues soit à
un mauvais fonctionnement du système de
régulation (défectuosité, imprécision), soit en
une utilisation erronée ou inadaptée. On
constate d’ailleurs que dans de nombreux cas,
l’installateur en chauffage donne trop peu,
voire aucune explication sur l’utilisation du
système de régulation tandis que l’occupant
s’intéresse très peu aux possibilités que ce
système offre. Bon nombre d’habitants sont en
outre peu enclins à adapter la régulation au climat extérieur ou à des changements de mode
de vie, à plus forte raison si l’appareil est complexe.
Température
évolution théorique
évolution réelle
T2
T1
Temps t
T1 : Température de consigne basse
T2 : Température de consigne haute
Figure 20 Evolution de la température dans un local.
Le chauffage central dans les habitations
Une attention particulière doit être apportée
aux problèmes de surchauffe. Ceux-ci sont en
effet de plus en plus souvent rencontrés dans
les habitations actuelles bien isolées et qui
sont en outre pourvues de grandes surfaces
vitrées bien orientées et/ou d’une serre ou
d’une véranda.
une éventuelle protection solaire. Dans le cas
d’une serre (ou véranda) accolée au bâtiment,
il faut tenir compte du fait que la température
intérieure de cet espace peut devenir excessivement basse (en hiver) ou élevée (en été) et
qu’il est dès lors fortement conseillé de pouvoir isoler cet espace du volume protégé.
A chaque apparition du soleil, son rayonnement apporte souvent un réchauffement considérable qui fait monter la température de certaines pièces de l’habitation au dessus de la
température de confort souhaitée. Toute période de surchauffe entraîne non seulement un
gaspillage d’énergie si le système de chauffage
continue à fonctionner pendant cette période,
mais conduit également à ouvrir les fenêtres
pour évacuer la chaleur excessive.
Le chauffage d’une véranda non-obturable est
particulièrement couteux en période hivernale
et pose en plus des problèmes de confort thermique à cause des grandes parois (vitrées)
froides.
Pour éviter ces problèmes de surchauffe, il est
conseillé de limiter les surfaces vitrées, d’installer des protections solaires efficaces et de
s’assurer que, dans de telles circonstances, le
chauffage puisse être coupé localement et
rapidement, par exemple au moyen de robinets
thermostatiques installés sur les corps de
chauffe.
Signalons enfin qu’une bonne conception du
bâtiment est importante afin de pouvoir réaliser un bon confort d’hiver et d’été. A cet effet,
l’architecte doit trouver un équilibre judicieux
entre la surface des vitrages, leur orientation,
le type de vitrage (par exemple anti-solaire) et
■
régler les températures diurne et nocturne
souhaitées à des valeurs ni trop élevées ni
trop basses (dans la salle de séjour, maximum 20 °C le jour et minimum 16 °C la
nuit);
■
adapter la température de l’eau de la chaudière en fonction de la température extérieure;
■
régler les robinets thermostatiques des
radiateurs sur la position appropriée en
fonction de l’utilisation et de l’occupation
des pièces ; pour les locaux rarement
chauffés (garage, buanderie, débarras,
…) un chauffage occasionnel suffit pour
mettre le dit local à l’abri du gel;
■
ne pas choisir un système de chauffage à
temps de réaction lent (ex. chauffage par
le sol) si l’habitation est occupée de
manière irrégulière ou si la superficie des
fenêtres est importante;
■
prévoir des protections solaires extérieures efficaces si l’habitation présente
de grandes surfaces vitrées ou prévoir
des vitrages adoptés (anti-solaires ou
sélectifs).
4.6.3 Optimisation du rendement de
régulation :
■
■
placer le thermostat d’ambiance à un
endroit judicieux, c’est-à-dire dans une
pièce représentative (généralement la
salle de séjour), contre un mur intérieur, à
1,5 m du sol et à l’abri d’une source de
chaleur (radiateur, rayonnement solaire)
et de l’humidité;
régler le régime horaire (jour, nuit, semaine et week-end) en fonction du mode de
vie réel de tous les occupants de l’habitation et le modifier (en cas de changements) et tenir compte de l’inertie thermique du bâtiment pour déterminer correctement le moment de démarrage et
d’arrêt;
Le chauffage central dans les habitations
29
5
Comportement des occupants et
utilisation rationnelle de l’énergie
Les chapitres précédents donnent de nombreux conseils permettant d’obtenir un fonctionnement optimal de l’installation de chauffage. Le comportement de l’occupant est tout
aussi important pour ne pas anéantir les économies réalisées grâce au bon fonctionnement
de l’installation. L’utilisation rationnelle de
l’énergie doit, en d’autres termes, faire partie
des habitudes de vie de tous les membres de
la famille qui doivent, d’une part, tenter de
limiter les besoins énergétiques et, d’autre
part, utiliser l’installation de manière intelligente.
Les besoins énergétiques du bâtiment peuvent
être réduits en adoptant les mesures suivantes :
■
■
■
30
choisissez, renovez ou construisez une
habitation qui répond aux critères du
réglement thermique (niveau global d’isolation thermique K55 ou mieux), pourvue
des dispositifs ou des systèmes de ventilation nécessaires pour assurer un climat
intérieur sain;
limitez les surfaces vitrées, lesquelles doivent être bien orientées (sud) pour profiter gratuitement des bienfaits de l’énergie
solaire;
tentez d’éviter la surchauffe en prévoyant
des protections solaires naturelles
■
contrôlez régulièrement l’indication du
manomètre de l’installation; une perte de
pression et/ou l’ajout régulier d’eau indiquent probablement une fuite ou un mauvais fonctionnement du vase d’expansion;
■
limitez le chauffage aux pièces effectivement occupées et diminuez ou coupez le
chauffage dans les autres pièces;
■
programmez le thermostat d’ambiance de
façon optimale en réglant la température
en régime de jour, de nuit, de semaine et
de week-end correspondant aux activités
et aux besoins de tous les habitants;
■
évitez de régler la température ambiante à
des valeurs trop élevées;
En ce qui concerne l’utilisation de l’installation
de chauffage, les conseils suivants peuvent
être prodigués :
■
coupez le chauffage dans les pièces
aérées de manière intensive;
■
■
évitez le recours au chauffage électrique
d’appoint, généralement très coûteux;
■
réglez la température de l’eau de la chaudière en fonction de la température extérieure;
■
prévoyez une interruption de la circulation
d’eau en cas d’absence d’appel de chaleur.
(arbres, plantes, broussailles) ou en équipant l’habitation de protections solaires
extérieures adéquates (volets, écrans,
…); évitez d’évacuer toute chaleur excessive mais redirigez-la plutôt vers les
pièces adjacentes (moins chaudes);
■
évitez autant que possible l’aération intensive (ouverture des portes et fenêtres) et
limitez-la à la durée strictement nécessaire;
■
fermez tentures, volets et/ou stores à la
tombée de la nuit;
■
fermez les portes qui donnent accès à des
pièces non chauffées.
■
notez la consommation annuelle ou mensuelle d’énergie consacrée au chauffage
afin de pouvoir détecter, en cas d’augmentation anormale, la cause de la
consommation supplémentaire;
prévoyez à temps l’entretien et le réglage
de la chaudière et du brûleur par un technicien agréé (contrôle annuel dans le cas
du mazout et bisannuel dans le cas du gaz
naturel);
Le chauffage central dans les habitations
6
Dispositions légales en matière de
rendement, fonctionnement, entretien et sécurité des installations de
chauffage central
6.1 Nécessité de dispositions
légales
Sous l’influence des rapports alarmants dressés par les scientifiques, qui prévoient des
conséquences catastrophiques pour l’environnement suite à la consommation croissante
d’énergie, toutes les autorités sont depuis des
années déjà contraintes d’élaborer des lois,
réglementations et normes visant à réduire la
consommation d’énergie et à enrayer la pollution de l’environnement.
En ce qui concerne les normes, il convient de
noter que leur recours ou le respect de leurs
exigences n’est pas légalement obligatoire sauf
si elles sont explicitement mentionnées dans
un texte de loi ou une réglementation. Il est
cependant conseillé de les respecter en toutes
circonstances car, en vertu des A.R. du
30/07/1976 et du 23/10/1986, elles doivent
être considérées comme “règles de bonne
conduite” ce qui, en d’autres termes, implique
une protection juridique.
En 1996, 26% de la consommation finale totale d’énergie en Wallonie est imputée aux
ménages (chauffage, électricité, activités de
cuisson et de lavage, eau chaude, ...). Dans
cette consommation, la part du chauffage est
estimée à 75%. Il est donc tout à fait indiqué
d’encourager une utilisation rationnelle de
l’énergie consacrée au chauffage.
Il va de soi que ce problème ne peut être résolu que si les mesures proposées sont adoptées
en commun et à l’échelon international. A cet
égard, l’Union Européenne déploie d’importants efforts par l’élaboration de directives qui
visent à harmoniser l’ensemble des réglementations de tous les Etats membres de manière
à pouvoir aborder les problèmes de façon
coordonnée.
La limitation de la consommation d’énergie
représente l’un des principaux objectifs pour
lutter contre l’effet de serre, la destruction de la
couche d’ozone, les pluies acides, ... Pour
atteindre cet objectif, il faut d’une part concevoir des appareils et systèmes plus économiques et, d’autre part, inciter le consommateur à utiliser l’énergie de manière rationnelle.
En ce qui concerne le chauffage des bâtiments,
les normes et réglementations portent essentiellement sur la production de chaleur, sur
Le chauffage central dans les habitations
31
l’obtention d’un rendement minima pour les
chaudières, la limitation des substances
nocives dans les gaz de combustion, ainsi que
sur l’entretien des chaudières, le réglage des
brûleurs et le stockage des combustibles.
Rendement (%)
100
Figure 21 Critères de rendement des
chaudières conformément à la directive
européenne 92/42/CEE
(A.R. du 18/03/1997).
95
90
6.2 Dispositions relatives à un
rendement minima
85
83
6.2.1 Directive européenne 92/42/CEE
(1992) et Arrêté Royal du 18
mars 1997
Cette directive européenne définit des critères
de rendement pour toutes les nouvelles chaudières commercialisées fonctionnant à l’eau
chaude et alimentées par des combustibles
liquides ou gazeux, dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kW. La transposition en droit belge s’est concrétisée par l’arrêté royal du 18 mars 1997 (Moniteur Belge du
20 juin 1997).
10
100
Puissance chaudière (kW)
1000
chaudière standard (charge 100% - temp.moy.eau 70°C)
chaudière standard (charge 30% - temp.moy.eau 50°C)
chaudière basse température et à condensation (mazout)
chaudière gaz à condensation (charge 100%)
chaudière gaz à condensation (charge 30%)
6.3 Critères relatifs aux caractéristiques de fonctionnement
et à l’environnement
6.3.1 Directive européenne 93/76/CEE
(1993) - SAVE
Concrètement, tout ensemble chaudière-brûleur introduit sur le marché intérieur européen
doit être soumis à une série d’essais dans un
laboratoire indépendant et agréé afin de tester
les caractéristiques de fonctionnement. Les
critères relatifs aux rendements minima pour
un régime permanent à pleine charge et pour
un régime à une charge partielle de 30% sont
représentés à la figure 21.
Cette directive a pour objectif de réduire les
émissions de CO2 par l’adoption de mesures
d’économie d’énergie. Elle oblige les Etats
membres à adopter des mesures adéquates
visant une utilisation rationnelle de l’énergie et
propose les six objectifs suivants :
1.
Une réglementation doit rendre obligatoire l’isolation thermique des bâtiments;
6.2.2 Arrêté Royal du 11 mars 1988
2.
La répartition et la facturation des coûts
d’énergie (chauffage, climatisation, eau
chaude) doivent s’effectuer sur base de la
consommation effective;
introduite, dont le but est d’évaluer la
consommation énergétique totale d’un
bâtiment;
5.
Dans le secteur publique un financement
doit être prévu pour les investissements
qui améliorent la rentabilité énergétique;
6.
Un audit énergétique doit être établi pour
les entreprises présentant une forte
consommation d’énergie.
Dans notre pays, l’ensemble de ces directives
ne s’est pas encore traduit dans des textes de
loi.
6.3.2 Normes européennes
Etant donné que l’A.R. du 18 mars 1997 s’applique uniquement aux chaudières présentant
une puissance de 400 kW maximum, l’ancien
A.R. du 11 mars 1988 portant sur les chaudières d’une capacité supérieure à 400 kW,
reste d’application.
32
3.
L’entretien périodique des chaudières doit
être prévu;
4.
Une certification énergétique doit être
Le chauffage central dans les habitations
En principe, toutes les normes européennes
sont automatiquement adaptées aux critères et
exigences établis par les directives européennes. Elles sont éventuellement complétées
ou élargies par des critères ou exigences qui
tombent en dehors du champ d’application de
la directive concernée.
Le tableau 7 indique à titre d’information des
critères déterminés pour les rendements des
chaudières (correspondant aux courbes “chaudière standard” – figure 21) et le tableau 8
montre les valeurs de seuil d’émission de substances nocives dans les gaz de combustion,
tels qu’ils se présentent actuellement dans les
(projets) de normes européennes.
6.3.3 Normes belges
Les caractéristiques de fonctionnement de
toutes les chaudières doivent répondre aux critères de la NBN D 30-001 (1991), qui établit
des valeurs de seuil pour la teneur en substances nocives des gaz de combustion. Ces
teneurs doivent être mesurées sur le terrain au
cours d’un essai à pleine charge, c’est-à-dire
pendant le régime permanent du brûleur.
En outre, la différence de température entre les
gaz de combustion et l’air ambiant doit être
limitée afin de réduire les pertes d’énergie causées par l’évacuation vers l’extérieur de la chaleur par la cheminée. Ces critères sont résumés au tableau 9.
Tableau 7 – Critères de rendement des chaudières conformément à EN 303 et EN 297
Type de chaudière
(référence
norme EN)
Puissance
nominale
Pn (kW)
Critère de rendement à la
puissance nominale
(pleine charge)
Critère de rendement à
charge partielle
(0,3 Pn)
Temp. eau
chaudière
(°C)
Rendement
minimum
(%)
Temp. eau
chaudière
(°C)
Rendement
minimum
(%)
Chaudière
au mazout
(prEN 303-2)
4 – 400
70
84 + 2 log Pn
50
80 + 3 log Pn
Chaudière
au gaz
(EN 297)
≤ 70
70
84 + 2 log Pn
50
80 + 3 log Pn
Tableau 8 – Valeurs de seuil d’émission de substances nocives dans les gaz de combustion
Type de chaudière
(référence EN)
Valeurs de seuil pour les substances nocives dans les gaz de combustion
NOx (mg/kWh)
CO (mg/kWh)
index Bacharach
CxHy (ppm)
Mazout
(prEN 303-2)
< 250
< 110
<1
< 10
Gaz
(EN 297)
-
< 0,10 %
-
-
Tableau 9 – Critères relatifs aux caractéristiques de fonctionnement (NBN D 30-001)
6.4 Critères relatifs à l’entretien
des chaudières
Combustible
Puissance
(kW)
Min. CO2
(%)
Max. CO
(%)
Teneur en
suie max.
(1)
∆Tmax.
(K)
(2)
∆Tmin.
(K)
(3)
P ≤ 100
10
0,2
1
260
130
toutes
puissances
-
0,1
-
260
130
6.4.1 Arrêté Royal du 6 janvier 1978
Mazout
Il porte sur la prévention de la pollution atmosphérique par le chauffage des habitations à
l’aide de chaudières alimentées par des combustibles solides ou liquides et oblige tous les
utilisateurs de ces chaudières à :
■
utiliser exclusivement le combustible
approprié pour la chaudière installée;
■
maintenir l’installation en bon état de
Gaz naturel
(1) Echelle Bacharach.
(2) Ecart maximum entre les températures des gaz de combustion et de l’air.
(3) Ecart maximum entre les températures des gaz de combustion et de l’air (uniquement pour les chaudières non protégées contre la corrosion des condensats et/ou sans évacuation des gaz de combustion).
Le chauffage central dans les habitations
33
fonctionnement, c’est-à-dire à avoir une
teneur en suie inférieure à 3 (indice
Bacharach) et un rendement de combustion supérieur à 82%;
■
procéder chaque année à l’entretien de
l’installation, avec un intervalle maximum
de 15 mois entre deux inspections.
Le contrôle consiste à évaluer, après entretien
de la chaudière et réglage du brûleur, le fonctionnement de la chaudière en mesurant la
teneur en suie et en déterminant le rendement
de combustion sur la base de la température et
de la teneur en CO2 des gaz de combustion.
L’entretien de la chaudière a pour objectif de
régler la combustion de manière optimale et de
nettoyer les surfaces internes du foyer de sorte
à ce que le transfert de chaleur entre la flamme
et les gaz de combustion, d’une part, et le fluide caloporteur, d’autre part, s’effectue correctement. L’entretien doit également comporter
le ramonage de la cheminée, un aspect juridique important en matière de protection
contre l’incendie.
L’entretien ne peut être réalisé que par un technicien agréé qui a suivi une formation spéciale
et qui est légalement tenu de transmettre à
l’utilisateur un certificat d’entretien attestant le
bon fonctionnement de l’installation.
6.4.2 Réglementation régionale
En Région wallonne il est possible d’avertir la
police de l’environnement :
■
34
elle assure le contrôle de toutes les pollutions dans le domaine des eaux de surface, de l’air (y compris le bruit), des
déchets et du sol; elle a donc pour mission de rechercher et de poursuivre les
délits environnementaux en mettant en
oeuvre les procédures judiciaires et administratives prévues;
■
elle prend en charge le service “SOS
Polutions”, dont la mission consiste à
intervenir d’urgence, à tout moment, en
cas de pollution constituant une menace
grave pour un écosystème.
6.5 Critères relatifs à la ventilation des chaufferies
Dans les logements pourvus du chauffage central, la chaudière est placée de préférence dans
un local distinct, une cave ou un garage, situé
en dehors du volume protégé. De cette manière, la chaufferie peut être isolée de tous les
espaces habitables adjacents et l’apport d’air
frais, l’évacuation de l’air vicié ainsi que l’évacuation des gaz de combustion peuvent s’effectuer plus aisément sans porter préjudice à la
ventilation de l’habitation ni au fonctionnement
des autres appareils (hotte aspirante, feu
ouvert, …)
Si une chaudière ou un appareil de chauffage
est installé dans un local situé dans le volume
protégé de l’habitation (ex. débarras, cuisine,
salle de bains, ...), il est recommandé d’utiliser
un appareil à circuit de combustion étanche,
qui garantit, en toutes circonstances, un bon
fonctionnement en toute sécurité. Dans ce cas,
il ne faut prévoir aucun dispositif d’amenée
d’air de combustion dans le local abritant l’appareil.
Si une habitation devait être pourvue d’une
chaudière ou d’un appareil de chauffage à cycle
de combustion ouvert, des dispositifs spécifiques de ventilation doivent être prévus pour
garantir la sécurité de fonctionnement du système.
Le chauffage central dans les habitations
Dans le cadre de la nouvelle réglementation sur
l’isolation et la ventilation en vigueur depuis le
01/12/1996, les recommandations de la norme
NBN D 50-001 s’appliquent aux logements
neufs et à rénover, lors de l’introduction d’une
demande de permis de bâtir. Le respect de ces
recommandations est obligatoire en Wallonie,
tant pour les nouvelles constructions que pour
les rénovations importantes, c.-à-d. avec changement de fonction du bâtiment.
Dans les habitations, la ventilation de la chaufferie s’effectue généralement de manière naturelle ; il convient toutefois de tenir compte des
règles suivantes :
■
la chaufferie doit être pourvue d’une
bouche d’aération ouverte en continu et
non obturable, de préférence dans la partie inférieure d’un mur extérieur, porte ou
fenêtre ; cette bouche doit présenter une
section déterminée en fonction de la surface du sol ou, dans le cas du chauffage
au gaz (NBN D 51-003), de la puissance
installée (section minimale de 150 cm2);
■
la chaufferie doit comporter une bouche
d’évacuation d’air vicié non fermée au
dessus de l’échappement des gaz de combustion et connecté à une canalisation
verticale débouchant au dessus de la toiture ; pour les installations au gaz, l’évacuation peut être combinée à l’évacuation
des gaz de combustion à condition que le
système soit pourvu d’une protection qui
éteint l’appareil en cas de refoulement des
gaz de combustion (appelée sécurité
TTB).
Si la chaufferie comporte un apport et/ou une
évacuation mécanique de l’air de ventilation,
éventuellement en combinaison avec une évacuation mécanique des gaz de combustion, les
débits minima (voir NBN D 50-001) doivent
être garantis. Si ces débits sont insuffisants ou
si, pour une raison quelconque, la ventilation
mécanique est interrompue, un système de
protection doit pouvoir interrompre le fonctionnement de la chaudière. Cette interruption
doit en outre avoir lieu chaque fois que l’aspiration mécanique de l’air de ventilation provoque un refoulement des gaz de combustion.
Pour plus de détails, reportez-vous à la norme
NBN D 50-001.
6.6 Critères relatifs à la sécurité
6.6.1 Installations au gaz naturel
Les installations intérieures au gaz naturel doivent être réalisées par un installateur agréé et
répondre aux critères repris à la norme NBN D
51-003.
Les critères portent essentiellement sur les
matériaux autorisés pour les conduites, raccords et robinets ainsi que sur les règles relatives au placement de ces éléments. Tout placement doit assurer une parfaite étanchéité
des conduites de gaz sous pression qui doit
par ailleurs être régulièrement contrôlée. Le
professionnel qui réalise l’installation doit
remettre un certificat et est tenu responsable
de l’installation effectuée par ses soins.
6.6.2 Appareils au gaz naturel
En matière de sécurité, tous les appareils au
gaz naturel (poêles, chaudières, chauffe-eau)
doivent répondre aux critères de la directive
européenne 90/396/CEE (1990), traduite dans
la législation belge par l’A.R. du 03/07/1992
portant sur la sécurité des appareils au gaz et
par l’A.M. du 14/03/1994 qui définit les prescriptions fondamentales auxquelles les appareils au gaz doivent répondre.
Concrètement, cette législation signifie que
tous les appareils au gaz présents sur le marché belge doivent être agréés par l’Association
Royale des Gaziers Belges (ARGB) qui décerne
à chaque appareil agréé un label AGB ou CE. A
noter que, depuis le 01/01/1995, le label CE
doit obligatoirement figurer sur tout appareil au
gaz.
6.7 Critères relatifs au stockage
du mazout
Pour les installations existantes, il n’existe en
Région wallonne aucune législation spécifique
pour le stockage du mazout quand il s’agit d’un
réservoir en dessous de 3000 litres.
Dans le cas des nouvelles installations, un
nouveau réglement est d’application, qui fait
distinction entre un placement en zone protégée (territoire à captage d’eau) et un placement
en zone non-protégées :
■
en zone protégée il faut demander l’autorisation à la commune et il faut installer un
réservoir à double paroi équipé d’un système anti-débordement; si le réservoir est
placé dans une cave ou en fosse étanche,
un réservoir à simple paroi est autorisé;
6.6.3 Chaudières
■
Sur le plan de la conception, les chaudières
doivent répondre à une série de critères et être
pourvues des dispositifs nécessaires pour
assurer un fonctionnement sûr et fiable. Ces
critères sont repris dans les normes NBN-EN
297 (chaudières au gaz) et NBN-EN 303 (chaudières au mazout).
hors zone protégée il faut uniquement
demander l’autorisation à la commune
pour les réservoirs de plus de 3000 litres.
Pour connaître la définition des zones, contactez la Société wallonne de distribution d’eau
(SWDE).
Pour garantir la qualité des produits fournis, les
fabricants de chaudières sont également tenus
d’instaurer un système de qualité au sein de
leur entreprise.
Le chauffage central dans les habitations
35
7
Labels de qualité
7.1 Chaudières au mazout :
label Optimaz
Rationeel energiegebruik
Tableau 10 – Critères d’obtention du label Optimaz à partir du 01/01/1998
Critère
Min
Max
Utilisation rationnelle de l’énergie
Ensemble chaudière et brûleur à mazout - Rendement élevé
Stookolieketel met brander - Hoog rendement
Label
Dans le cadre de la promotion d’une utilisation
rationnelle de l’énergie et du mazout comme
source d’énergie pour le chauffage des habitations, un label de qualité (OPTIMAZ) est décerné à toute combinaison chaudière-brûleur
répondant à une série de critères spécifiques
relatifs au rendement de la chaudière, au rendement de combustion, aux pertes à l’arrêt et
à la teneur en substances nocives des gaz de
combustion.
Ces critères étant plus vastes et plus sévères
que ceux prévus par l’A.R. du 18/03/1997,
toutes les chaudières frappées du label OPTIMAZ représentent donc pour l’utilisateur une
solution intéressante pour l’obtention d’une
utilisation rationnelle d’énergie.
Le label OPTIMAZ est décerné par une commission neutre d’experts en collaboration avec
le Secrétaire d’Etat à l’énergie, sur la base d’essais effectués dans un laboratoire indépendant
et agréé.
Puissance nominale (P) en kW
P≤20
20<P≤60
60<P≤400
Rendement de combustion
• 1 allure
min
%
91
91
91
• 2 allures
• modulation
min
min
%
%
91
-
91
-
91
91
max
min
max
%
mg/kWh
1
12,5
-
1
12,5
-
1
12,5
155
max
max
max
mg/kWh
mg/Nm3
mg/kWh
-
-
222
150
311
min
%
87
87 + 1,5 log P
min
%
86
85,5 + 1,5 log P
max
max
max
%
W
°C
1
0,8
0,6
450
1,5 P
maximum 14 °C par 24 h (2)
Gaz de combustion
•
•
•
•
teneur en suie (Bacharach)
teneur en CO2
teneur en CO (1)
teneur en NOx (1)
• poussières (1)
• teneur en SO2 (1)
Rendement utile
• rendement utile nominal
(100% de charge - eau 70 °C)
• rendement à charge partielle
(30% de charge - eau 50 °C)
Pertes à l’arrêt
• chaudière sans ECS
• chaudière avec boiler intégré
• chaudière avec boiler séparé
(1) Critères de VLAREM II pour la puissance nominale entre 100 kW et 2 MW; valeurs de seuil en mg/kWh ou en
mg/Nm3 déterminées pour 3% d’oxygène.
(2) Diminution de la température d’eau dans le boiler de maximum 14 °C par 24 h pour un écart de température entre
l’eau et l’ambiance de 35 °C.
Les critères du label OPTIMAZ, sont repris au
tableau 10.
36
Unité
Le chauffage central dans les habitations
7.2 Chaudières au gaz : label
AGB-HR, HR+
HR +
A l’instar des chaudières au mazout, les chaudières au gaz possèdent un label de qualité
analogue relatif aux caractéristiques de fonctionnement et de sécurité. Si elles répondent
aux critères spécifiques de rendement, repris
au tableau 11, le label HR leur est attribué. La
représentation graphique est donnée à la figure 22, qui reprend également les critères du
label Optimaz.
Rendement (%)
Le label HR s’applique aux chaudières au gaz
naturel de toutes puissances. La combustion
doit être complète et sans formation de suie.
Tous les labels sont décernés par le laboratoire agréé de l’ARGB (Association Royale des
Gaziers Belges).
L’ARGB a également décidé d’introduire un
nouveau label HR+ qui, outre les critères susmentionnés, prévoit également que l’ARGB est
responsable du contrôle permanent de la
conformité de ces appareils avec le label CE.
Tableau 11 – Critères de rendement pour
l’obtention du label de qualité HR
Critère de
fonction- P < 30 kW
nement
92
30 < P < 1000
90
85
Pleine
charge
et eau
70 °C
80
79
Charge
partielle
(30%)
et eau
70 °C
0,92 . η
(0,88 + 0,027 log P) . η
Charge
partielle
(30%)
et eau
50 °C
0,97 . η
-
10
100
Puissance chaudière (kW)
1000
Label HR (pleine charge)
Label HR (charge partielle)
Label Optimaz (charge partielle)
Label Optimaz (pleine charge)
0,86
0,83 + 0,02 log P
Figure 22 Critères de rendement pour
l’obtention du label Optimaz (mazout) et
HR (gaz).
Le chauffage central dans les habitations
37
Références
[1] IBN
NBN D50-001 Dispositifs de ventilation
dans les bâtiments d’habitation. Bruxelles,
3ème édition, 1993.
[2] IBN
NBN D 51-003 Installations alimentées en
gaz combustible plus léger que l’air, distribué par canalisations. Bruxelles, 1993.
[3] IBN
NBN D 30-001 Chauffage central, ventilation et conditionnement d’air. Conditions
communes à tous les systèmes. Générateurs de chaleur et brûleurs. Bruxelles,
1991.
[4] IBN
NBN D 30-041 Chauffage central, ventilation et conditionnement d’air. Conditions
communes à tous les systèmes. Calorifuge. Bruxelles, 1992.
[5] IBN
NBN-EN 304 Chaudières de chauffage.
Règles d’essai pour les chaudières pour
brûleurs à fioul à pulvérisation. Bruxelles,
1993.
[6] IBN
NBN-EN 297 Chaudières de chauffage
central utilisant les combustibles gazeux.
Chaudières équipées de brûleurs atmosphériques don’t le débit calorifique nominal est inférieur ou égal à 70 kW.
Bruxelles, 1994.
38
[7] IBN
NBN B 61-001 Chaufferies et cheminées.
Bruxelles, 1986.
[8] IBN
NBN B 62-003 Calcul des déperditions
calorifiques des bâtiments. Bruxelles,
1986.
[9] IBN
NBN B 62-301 Isolation thermique.
Niveau de l’isolation thermique globale.
Bruxelles, 1989.
[10] CEN
prEN 303-2 Chaudières de chauffage.
Partie 2 : Chaudières avec brûleurs à air
soufflé. Prescriptions spéciales pour
chaudières avec brûleurs à fioul à pulvérisation. Bruxelles, 1997.
[11] Communauté Européenne
90/396/CEE Directive du Conseil relative
au rapprochement des législations des
Etats membres concernant les appareils à
gaz. Bruxelles, 1990.
[12] Communauté Européenne
92/42/CEE Directive du Conseil concernant les exigences de rendement pour les
nouvelles chaudières à eau chaude alimentés en combustibles liquides ou
gazeux. Bruxelles, 1992.
Le chauffage central dans les habitations
[13] Communauté Européenne
93/76/CEE Directive du Conseil visant à
limiter les émissions de dioxyde de carbone par une amélioration de l’efficacité
énergétique (SAVE). Bruxelles, 1993.
[14] Ministère de la Santé Publique et de
l’Environnement
Arrêté Royal du 06/01/1978 tendant à prévenir la pollution atmosphérique lors du
chauffage de bâtiments à l’aide de combustible solide ou liquide. Bruxelles, M.B.
du 09/03/1978.
[15] Ministère des Affaires Economiques
Arrêté Royal du 03/07/1992 relatif à la
sécurité des appareils à gaz. Bruxelles,
M.B. du 11/08/1992.
Arrêté Ministériel du 14/03/1994 définissant les prescriptions relatives à la sécurité des appareils à gaz.
Bruxelles, M.B. du 16/04/1994.
[16] Ministère des Affaires Economiques
Arrêté Royal du 11/03/1988 relatif aux
exigences en matière d’utilisation rationnelle de l’énergie auxquelles doivent satisfaire les générateurs de chaleur. Bruxelles,
M.B. du 25/03/1988.
[17] Ministère des Affaires Economiques
Arrêté Royal du 18/03/1997 concernant
les exigences de rendement pour les nouvelles chaudières à eau chaude alimentés
en combustibles liquides ou gazeux.
Bruxelles, M.B. du 20/06/1997.
[18] Gouvernement Wallon
Arrêté Ministériel du 15/02/1996 modifiant, en ce qui concerne l’isolation thermique et la ventilation des bâtiments, le
Code Wallon de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine.
Namur, M.B 30/04/1996.
[19] CSTC
NIT 192 La ventilation des habitations.
1ère partie : principes généraux. Bruxelles,
juin 1994.
[20] CSTC
NIT 203 La ventilation des habitations. 2ème
partie : mise en oeuvre et performances
des systèmes de ventilation. Bruxelles,
mars 1997.
[21] CSTC
Rapport n°1 Dimensionnement des installations de chauffage central à eau chaude.
Bruxelles, 1992.
[23] CSTC
NIT 181 Méthode de calcul simplifiée d’un
système de chauffage par le sol.
Bruxelles, 1990.
[24] CSTC
Systèmes de chauffage. Bruxelles, CSTCRevue n° 2, 1989.
[25] CSTC
L’économie d’énergie dans les habitations. Bruxelles, CSTC-Revue n° 4, 1979.
[26] Recknagel, Sprenger, Hönmann,
Schramek
Le Recknagel. Manuel pratique du génie
climatique. Paris, Pyc Edition Livres, 1995
(Tome 1) et 1996 (Tome 2).
[26] Ministère de la Région Walonne,
UCL, Institut Wallon
Le manuel du responsable énergie.
Utilisation rationnelle de l’énergie dans le
tertiaire. Namur, 1992.
[22] CSTC
NIT 170 Emission de chaleur et dimensionnement des installations de chauffage
par le sol. Bruxelles, 1987.
Le chauffage central dans les habitations
39
La réalisation de cette brochure a été confiée au
Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC)
Etablissement reconnu en application de l’arrêté-loi du 30 janvier 1947
21-23, rue de la Violette
B-1000 Bruxelles.
Rédaction : J. Schietecat.
Dessins techniques : Serge Peeters et Walter Verbesselt
Réalisation graphique et mise en pages : Robert Roodenburg
Comité de lecture et supervision :
■
■
■
■
■
Myriam Hay, consultante au Guichet de l’Energie d’Ottignies
Lutgarde Neirinckx, ingénieur, Styfabel (auteur de la version précédente);
J.M. Guillemeau - CIFFUL;
J. Uyttenbroeck - directeur scientifique au CSTC
la Division de l’Energie du Ministère de la Région Wallonne.
Brochure disponible sur simple demande au :
Ministère de la Région Wallonne
DGTRE - Division de l’Energie
Avenue prince de Liège, 7
B-5100 Namur
ou aux Guichets de l’Energie de votre région.
Le téléphone vert du Ministère de la Région Wallonne (08001-1901, appel gratuit)
vous informera de leurs coordonnées.
Dépôt légal : D/1998/5322/13
Ministère de la Région Wallonne,
Direction générale des Technologies, de la Recherche et de l'Energie.
Centre Scientifique et Technique de la Construction (CSTC).
Centre interdisciplinaire de formation de formateurs de l’Université de Liège.
Avenue Prince de Liège 7 - B-5100 Namur
Tél. 081-32.15.69 - Fax 081-30.66.00
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement