Module relatif au contrôle périodique ()

Module relatif au contrôle périodique ()
La réglementation chauffage PEB
 Contenu technique à l’attention des organismes de formation
Module relatif au contrôle périodique
Pour professionnels du chauffage: techniciens chaudière agréés
Version novembre 2014
Plus d’infos: www.bruxellesenvironnement.be
 Professionnels
 Performance énergétique des bâtiments
 Installations techniques PEB
Bruxelles Environnement-IBGE
Département Chauffage et Climatisation PEB
LE CONTRÔLE PÉRIODIQUE DES CHAUDIÈRES
Les aspects réglementaires
SOMMAIRE
CHAPITRE 1: INTRODUCTION.......................................................................................................................... 5
1. RAPPELS........................................................................................................................................................... 5
2. ATTESTATION DE CONTRÔLE PÉRIODIQUE ........................................................................................................... 5
3. CARACTÉRISTIQUES DE LA CHAUDIÈRE ............................................................................................................... 6
3.1 Raccordement de l’arrivée d’air et de l’évacuation des fumées .................................................................. 6
3.2 Détermination de l'année de fabrication de la chaudière ............................................................................. 6
3.3 Détermination de la puissance d'une chaudière .......................................................................................... 6
CHAPITRE 2: NETTOYAGE ET VÉRIFICATION DU SYSTÈME D'ÉVACUATION DES
PRODUITS DE COMBUSTION ............................................................................................... 11
CHAPITRE 3: NETTOYAGE ET VÉRIFICATION DE LA CHAUDIÈRE .......................................................... 11
1. NETTOYAGE.................................................................................................................................................... 11
2. ETAT GÉNÉRAL ............................................................................................................................................... 11
3. CONTRÔLE DES DISPOSITFS DE SÉCURITÉ ........................................................................................................ 11
3.1 Dispositifs communs aux chaudières au gaz et au mazout ....................................................................... 11
3.2 Dispositifs des chaudières au mazout ....................................................................................................... 11
3.3 Dispositifs des chaudières au gaz ............................................................................................................. 11
CHAPITRE 4: VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ AUX EXIGENCES ...................................................... 12
1. ORIFICES DE MESURE DE COMBUSTION ............................................................................................................ 12
1.1 L'exigence .................................................................................................................................................. 12
1.2 Dérogation à l’exigence ............................................................................................................................. 13
2. LES EXIGENCES RELATIVES À LA COMBUSTION ET À L'ÉMISSION DES CHAUDIÈRES EN
FONCTIONNEMENT........................................................................................................................................... 14
2.1 Chaudières utilisant un combustible liquide ............................................................................................... 14
2.2 Chaudières utilisant un combustible gazeux ............................................................................................. 15
2.3 Cas des brûleurs à deux combustibles ...................................................................................................... 16
2.4 Dérogation à la réalisation des mesures ................................................................................................... 16
2.5 Prescriptions relatives aux mesures et appareils de mesure .................................................................... 17
3. EXIGENCES RELATIVE À LA MODULATION DE PUISSANCE DES BRÛLEURS DE CHAUDIÈRE ...................................... 19
3.1 Modulation de puissance des brûleurs ...................................................................................................... 19
3.2 Compatibilité chaudière/brûleur/cheminée ................................................................................................ 20
3.3 Clapet d’air des brûleurs à air pulsé .......................................................................................................... 20
3.4 Disposition transitoire ................................................................................................................................. 21
3.5 Question/réponse du « helpdesk chauffage PEB » ................................................................................... 21
4. TIRAGE DE LA CHEMINÉE ................................................................................................................................. 21
5. VENTILATION DU LOCAL DE CHAUFFE ................................................................................................................ 23
5.1 Local de chauffe neuf ou rénové................................................................................................................ 23
5.2 Autres locaux de chauffe ........................................................................................................................... 23
6. ETANCHÉITÉ DES CONDUITS DES FUMÉES ET D'AMENÉE D'AIR ............................................................................ 24
6.1 Introduction ................................................................................................................................................ 24
6.2 Chaudière ouverte (de type B) ................................................................................................................... 24
6.3 Chaudière fermée (de type C) à conduits séparés .................................................................................... 25
6.4 Chaudière fermée (de type C) à conduits concentriques .......................................................................... 25
CHAPITRE 5: PARAMÈTRES COMPLÉMENTAIRES DEMANDÉS LORS DU
CONTRÔLE PÉRIODIQUE ..................................................................................................... 27
1. PARAMÈTRES INDÉPENDANTS DU TYPE DE COMBUSTIBLE................................................................................... 27
2. PARAMÈTRE SPÉCIFIQUE AUX CHAUDIÈRES FONCTIONNANT AVEC UN COMBUSTIBLE GAZEUX ............................... 27
3. PARAMÈTRES SPÉCIFIQUES AUX CHAUDIÈRES FONCTIONNANT AVEC UN COMBUSTIBLE LIQUIDE............................ 27
CHAPITRE 6: LA DÉCLARATION DE CONFORMITÉ .................................................................................... 28
PAGE 2 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 7: LES DÉFAUTS ET MESURES À PRENDRE ........................................................................... 30
1. DÉFAUTS QUI ONT ÉTÉ CORRIGÉS PENDANT CETTE INTERVENTION ..................................................................... 30
2. DÉFAUTS QUI NE PEUVENT PAS ÊTRE CORRIGÉS PENDANT CETTE INTERVENTION ................................................ 30
3. MESURES À PRENDRE POUR CORRIGER CES DÉFAUTS....................................................................................... 30
CHAPITRE 8: REMPLIR LA FEUILLE DE ROUTE ......................................................................................... 30
CHAPITRE 9: RECOMMANDATIONS ÉMISES............................................................................................... 30
CHAPITRE 10: CONSEILS D’UTILISATION RATIONNELLE DE L'ÉNERGIE .............................................. 31
1. INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 31
2. ECONOMISEZ L’ÉNERGIE ET PRÉSERVEZ VOTRE BUDGET, VOTRE SANTÉ ET L’ENVIRONNEMENT ............................ 31
3. MAINTENIR UNE TEMPÉRATURE MAXIMALE DE 19°C À 20°C............................................................................... 32
4. BAISSER LA TEMPÉRATURE LA NUIT ET EN CAS D’ABSENCE ................................................................................ 32
5. RÉGLER CORRECTEMENT LE RÉGULATEUR EN TEMPÉRATURE GLISSANTE ........................................................... 32
6. ETEINDRE LA CHAUDIÈRE EN CAS D’ABSENCE PROLONGÉE OU EN ÉTÉ ................................................................ 33
7. RÉGLER CORRECTEMENT SES VANNES THERMOSTATIQUES ............................................................................... 33
8. PURGER LES RADIATEURS ............................................................................................................................... 33
9. NE JAMAIS COUVRIR LES RADIATEURS .............................................................................................................. 33
10. DÉPOUSSIÉRER LES CORPS DE CHAUFFE.......................................................................................................... 33
11. FERMER LES RIDEAUX, STORES ET VOLETS PENDANT LA NUIT ............................................................................ 34
12. ISOLER LES TUYAUTERIES ................................................................................................................................ 34
13. PLACER DES PANNEAUX ISOLANTS ET RÉFLECTEURS......................................................................................... 34
CHAPITRE 11: RÉCAPITULATIF DES OPÉRATIONS À REALISER LORS DU
CONTRÔLE PÉRIODIQUE ..................................................................................................... 36
CHAPITRE 12: DES QUESTIONS ? ................................................................................................................ 37
ANNEXE 1: MODÈLE D'ATTESTATION DE CONTRÔLE PERIODIQUE ...................................................... 38
ANNEXE 2: FEUILLE DE ROUTE .................................................................................................................... 44
ANNEXE 3: RÉALISATION DES ORIFICES DE MESURE ............................................................................. 46
1. INTRODUCTION ............................................................................................................................................... 46
2. GÉNÉRATEURS DE CHALEUR NON ÉTANCHES (TYPE B) ...................................................................................... 46
2.1 Générateurs de chaleur équipés de brûleur pulsé gaz ou mazout ............................................................ 46
2.2 Générateurs de chaleur équipés de dispositif anti-refouleur/coupe tirage (générateur
alimentés en combustibles gazeux) ........................................................................................................... 47
3. GÉNÉRATEURS DE CHALEUR ÉTANCHES (TYPE C) ............................................................................................. 48
PAGE 3 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CONTENU
Ce syllabus reprend les dispositions réglementaires relatives au contrôle périodique et aux exigences
applicables aux chaudières tel que prévu par l'arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale
du 3 juin 2010 relatif aux exigences PEB applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de
leurs installations et pendant leurs exploitations.
Ce syllabus tient également compte des dispositions prévues dans:
- l'arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 19 janvier 2012 modifiant l’arrêté du
Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 juin 2010 relatif aux exigences PEB
applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur
exploitation;
- la circulaire ministérielle du 24 janvier 2013 sur l'application de certaines dispositions de l'arrêté du
Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 3 juin 2010 relatif aux exigences PEB
applicables aux systèmes de chauffage pour le bâtiment lors de leur installation et pendant leur
exploitation (ci-après, la circulaire ministérielle du 24/01/2013).
PUBLIC-CIBLE
Les professionnels du chauffage qui souhaitent obtenir le certificat d’aptitude en tant que technicien
chaudière agréé.
MISE A JOUR
Les principales modifications apportées à ce syllabus par rapport à la version d’octobre 2010 concernent :
- les dispositions prévues dans l’arrêté modificatif du 19/01/2012 et dans la circulaire ministérielle du
24/01/2013 (notamment en ce qui concerne les modifications apportées au chapitre 4 : vérification
de la conformité aux exigences)
- le chapitre 1 :
point 1. ajout de rappels réglementaires (plus d’information dans le « module réglementaire »)
point 3.3 détermination de la puissance d’une chaudière : ajout d’exemples, ainsi que des méthodes
de calcul de la puissance des chaudières alimentées au gaz ou au mazout sur base du débit de
combustible
- Des informations complémentaires ont été ajoutées au chapitre 2 : nettoyage et vérification du
système d’évacuation des produits de combustion.
- Chapitre 10 : conseils d’utilisation rationnelle de l’énergie : ajout d’une introduction
- Chapitre 12 : des questions ?
Ce chapitre reprend les coordonnées des personnes de contact afin de répondre aux questions des
professionnels agréés, des syndics, des bureaux d’études, des particuliers …
PAGE 4 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 1: INTRODUCTION
1.
RAPPELS
Un contrôle périodique doit être effectué sur toute chaudière qui répond à l'ensemble des conditions
suivantes:
- être comprise dans un système de chauffage;
- avoir une puissance nominale utile supérieure à 20 kW;
- utiliser un combustible liquide ou gazeux non renouvelable;
- utiliser l'eau liquide comme fluide caloporteur intermédiaire.
Le contrôle périodique comprend:
- le nettoyage de la chaudière;
- le nettoyage du système d’évacuation des gaz de combustion;
- le réglage du brûleur de la chaudière (brûleur à air pulsé);
- la vérification des exigences suivantes:
 orifices de mesure de combustion;
 exigences relatives à la combustion et à l'émission des chaudières en fonctionnement;
 exigences relatives à la modulation de puissance des brûleurs de chaudière;
 tirage de la cheminée;
 ventilation du local de chauffe;
 étanchéité du système d'évacuation des gaz de combustion et d'amenée d'air.
Le délai maximal entre 2 contrôles périodiques dépend du type de combustible:
combustible
mazout
gaz
délai maximal entre 2 contrôles périodiques
1 an
3 ans
er
Pour les chaudières installées après le 1 janvier 2011 :
L'événement à partir duquel ce délai court (temps zéro) est la réception du système de chauffage.
er
Le 1 contrôle périodique d'une chaudière doit donc être réalisé:
- au plus tard 3 ans après la réception lorsqu’elle est alimentée au gaz
- et au plus tard un an après la réception si le combustible est le mazout.
Dans le cas où l'installation n'aurait pas été réceptionnée, manquement pour lequel le responsable des
installations techniques (RIT) est passible de sanctions, c'est à partir de la date de la mise en service de
l'installation que se fera le décompte.
La réglementation impose que la réception du système de chauffage soit réalisée endéans les 6 mois qui
suivent la mise en service de l'installation (plus d’information à ce sujet dans le « module réglementaire » et
dans les modules consacré à la réception des systèmes de chauffage).
er
Pour les chaudières installées avant le 1 janvier 2011 :
er
Le « temps zéro » est le 1 janvier 2011.
2.
ATTESTATION DE CONTRÔLE PÉRIODIQUE
A l'issue du contrôle périodique, le technicien chaudière agréé fournit au RIT l'attestation de contrôle
périodique. Un modèle d'attestation de contrôle périodique est présenté à l'annexe 1 du présent document.
En cas de non-conformité de la chaudière ou du local de chauffe, ou s'il s'agit d'un contrôle de mise en
conformité, le technicien chaudière agréé envoie l'attestation de contrôle périodique à Bruxelles
Environnement dans les 30 jours à dater de la réalisation du contrôle périodique.
Le technicien chaudière agréé remplit autant d'attestations de contrôle périodique qu'il y a de chaudières
répondant au domaine d'application de la réglementation chauffage PEB.
PAGE 5 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
3.
CARACTÉRISTIQUES DE LA CHAUDIÈRE
3.1
Raccordement de l’arrivée d’air et de l’évacuation des fumées
La chaudière contrôlée peut être montée en type B ou en type C.
Selon la NBN D 51-003:
 une chaudière montée en type B (non étanche) est une chaudière qui est raccordée à un conduit
d'évacuation des produits de combustion vers l'extérieur du local dans lequel elle est installée et
dont l'air de combustion est prélevé directement dans ce local.

une chaudière montée en type C (étanche) est une chaudière pour laquelle le circuit de combustion
(alimentation en air, chambre de combustion, échangeur de chaleur et évacuation des produits de
combustion) est étanche par rapport au local dans lequel elle est installée.
Remarque: il ne s’agit généralement pas d’une caractéristique intrinsèque de la chaudière, mais de la façon
selon laquelle elle a été raccordée. Vous trouverez plus d’information sur les types de raccordement de
l’arrivée d’air et de l’évacuation des produits de combustion des chaudières les plus courants à l’annexe 1 du
syllabus « La ventilation des locaux de chauffe neufs ».
3.2
Détermination de l'année de fabrication de la chaudière
L’année de fabrication est déterminée sur base d’une source fiable. Ces sources sont dans l’ordre suivant:
- la date mentionnée sur la plaque signalétique de la chaudière;
- si la plaque signalétique est absente ou illisible, la date figurant sur l'attestation de réception en rubrique
"caractéristiques de la chaudière";
- s'il n'y a pas d’attestation de réception, d’attestation de contrôle périodique ou de rapport de diagnostic,
la date figurant sur la facture d’installation du système de chauffage;
- s’il n’y a pas d’attestation de réception, la date mentionnée par un professionnel agréé sur une
attestation de contrôle périodique ou sur un rapport de diagnostic;
- si la facture d’installation du système de chauffage n’est pas disponible ou si cette facture ne concerne
pas la chaudière contrôlée, la date de commercialisation selon la documentation technique du fabricant
de la chaudière (catalogue);
- si la documentation technique du fabricant de la chaudière n'est pas disponible, la date est présumée
inconnue.
Avertissements
L’année de fabrication n’est souvent pas indiquée clairement sur la plaque signalétique.
Elle peut souvent être extraite d’une référence (exemple: numéro de série …) indiquée
par le fabricant  dans ce cas contacter le fabricant.
Un chapitre est consacré aux plaques signalétiques dans les modules de cours
« chaudières à gaz atmosphériques et à brûleur premix » (formation technicien
chaudière G1) et « chaudières gaz à brûleur à air pulsé » (formation technicien
chaudière G2).
Si vous ne trouvez pas la plaque signalétique d’une chaudière, n’en concluez pas pour
autant que la date de fabrication est inconnue, interrogez le propriétaire sur une
éventuelle documentation qu'il pourrait posséder. La consultation du site internet du
fabricant ou du service après-vente du fournisseur de la chaudière peut également
s'avérer utile.
3.3
Détermination de la puissance d'une chaudière
La puissance nominale utile (exprimée en kW) est la puissance maximale fixée et garantie par le
constructeur pouvant être fournie en marche continue tout en respectant les rendements utiles annoncés par
le constructeur.
Cette valeur est basée sur une source fiable (cf. point 3.2) ou mesurée par le professionnel agréé.
PAGE 6 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Elle est généralement indiquée sur la plaque signalétique, comme illustré à la Figure 1.1, en regard:
 du symbole Pn max ou;
 du texte "Puissance nominale utile"
Dans le cadre de la réglementation chauffage PEB, la puissance à prendre en compte est la puissance
définie pour un régime de températures 80/60°C (températures de départ et de retour du circuit de
chauffage).
Pour les chaudières modulantes (gaz ou mazout), on tiendra compte de la valeur de P n la plus élevée de la
plage de modulation.
Pour les chaudières au gaz, la puissance nominale à prendre en compte est celle mesurée pour le gaz G20.
Quelques exemples :
Figure 1.1
Figure 1.2
Figure 1.3
PAGE 7 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Pour les chaudières "double service" produisant également de l'eau chaude sanitaire, on ne considèrera que
la valeur qui concerne la production d'eau de chauffage (sans tenir compte de la production d'ECS). Voir
Figure 1.4 et Figure 1.5.
Figure 1.4
Figure 1.5
Si la plaque signalétique est illisible ou manquante et qu'aucun document émanant du fabricant (fiche
technique,…) ne permet de déterminer la puissance nominale utile de la chaudière, celle-ci peut être
calculée à partir du débit calorifique du brûleur Qn. On se basera:
- pour les brûleurs à mazout, sur le débit des gicleurs et la pression de pulvérisation;
- pour les brûleurs au gaz naturel, sur la mesure du débit au compteur.
Pour les chaudières alimentées au mazout:
La puissance nominale utile Pn (en kW) de la chaudière est alors déterminée par:
où
Pn   min  Qn
η min = le rendement de combustion sur PCI (rendement en %)
et Qn est le débit calorifique du brûleur (en kW)
Le débit calorifique du brûleur Qn d'une chaudière au mazout peut être déterminé par la formule:
Qn  F  Q2  PCI
où
F: un facteur correctif (sans unité) selon la présence d’un préchauffage (F=0,9) ou non (F=1)
PCI (ou Hi): le pouvoir calorifique inférieur du combustible (PCI du mazout = 10 kWh/l)
Q2: le débit du gicleur à la pression mesurée (en l/h) peut être calculé sur base de la formule:
Q2  Q1 
où
P2
P1
Q1: le débit nominal du gicleur à la pression de référence (en l/h) donné par le fabricant du gicleur
P1: la pression de référence pour la mesure du débit nominal (en bar) donnée par le fabricant
P2: la pression mesurée en amont du gicleur (en bar)
PAGE 8 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Lorsqu’un ou plusieurs compteurs (départ chaudière + retour citerne) permettent de relever la consommation
de mazout de la chaudière, celui-ci (ou ceux-ci) peut (peuvent) être utilisé(s) pour déterminer le débit de la
chaudière, en relevant 2 index endéans un laps de temps connu, lorsque la chaudière fonctionne à pleine
puissance. Le débit Q2 (en l/h) est ensuite calculé de cette manière:
Q2 
où
V2  V1
t
V1: l’index initial du compteur de mazout (lu ou converti en litres)
s’il y a un compteur sur l’alimentation de la chaudière et un sur le retour vers la citerne, cet index est
la valeur indiquée sur le compteur sur l’alimentation – la valeur indiquée sur le retour
V2: l’index final du compteur de mazout (lu ou converti en litres)
s’il y a un compteur sur l’alimentation de la chaudière et un sur le retour vers la citerne, cet index est
la valeur indiquée sur le compteur sur l’alimentation – la valeur indiquée sur le retour
t: temps (converti en heures) entre la mesure de l’index initial V1 et l’index final V2
Exemple de détermination de la puissance nominale d’une chaudière au mazout sur base d’une mesure de
la pression en amont d’un gicleur et du rendement de combustion:
Données:
- un brûleur au mazout sans préchauffage (F=1)
- équipé d’un gicleur qui délivre 1 USG/h de mazout (1 USG/h = 1 gallon américain par heure = 3,78 l/h) à
une pression de référence de 100 PSI (100 Pound per Square Inch = 6,89 bars)
- la pression mesurée en amont du gicleur est de 14 bars
- le rendement de combustion sur PCI est de 90 %.
Calcul du débit du gicleur: Q2  3,78 
Calcul du débit calorifique du brûleur:
14
 5,39 l/h
6,89
Qn  1 5,39 10  53,9 kW
Calcul de la puissance nominale de la chaudière:
Pn 
90
 53,9  48,5 kW
100
PAGE 9 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Pour les chaudières alimentées au gaz:
La puissance nominale utile Pn de la chaudière est déterminée par:
où
Pn   min  Qn
η min = le rendement de combustion sur PCI (rendement en %)
et Qn est le débit calorifique du brûleur (en kW)
Le débit calorifique du brûleur Qn d'une chaudière au gaz est calculé de la façon suivante:
Qn  Q  PCI
où
PCI (ou Hi): le pouvoir calorifique inférieur du combustible (PCI du gaz H G20 = 10,76 kWh/Nm³ et
PCI du gaz L G25 = 9,43 kWh/Nm³)
Q: débit de gaz (en m³/h) – chaudière à pleine puissance – en mode « chauffage » (pas ECS pour
les chaudières « double service »)
Le débit doit, en principe, être « normalisé » (ramené à une pression d’une atmosphère et à une
température de 15°C). Cependant, pour les utilisateurs domestiques (pression relative de gaz = 20
ou 25 mbar), on peut se baser sur les m³ mesurés au compteur (le facteur de conversion étant
proche de 1). Mais ce n’est pas le cas, lorsque la pression de gaz est de plusieurs bars.
Donc dans la majorité des cas, le débit de gaz de la chaudière à pleine puissance peut être calculé à
l’aide de la formule suivante:
où
Q
V2  V1
t
V1: l’index initial du compteur de gaz qui alimente cette chaudière (en m³);
V2: l’index final du compteur de gaz qui alimente cette chaudière (en m³);
t: temps (converti en heures) entre la mesure de l’index initial V 1 et l’index final V2.
Exemple de détermination de la puissance nominale d’une chaudière au gaz sur base d’une mesure du débit
de gaz et du rendement de combustion:
Données:
- un brûleur alimenté au gaz G20 (PCI = 10,76 kWh/Nm³)
- mesures effectuées sur la chaudière à pleine puissance:
index initial du compteur de gaz V1: 47 126,023 m³
index final du compteur de gaz V2: 47 126,666 m³
temps entre les 2 relevés d’index: 3 min (c’est-à-dire 0,05 h)
- rendement de combustion sur PCI: 92 %
Calcul du débit de gaz de la chaudière:
Calcul du débit calorifique du brûleur:
Q
47126,666  47126,023
 12,86 m³/h
0,05
Qn  12,86 10,76  138,4 kW
Calcul de la puissance nominale de la chaudière:
Pn 
92
138,4  127,3 kW
100
En résumé:
La puissance à noter sur les attestations de contrôle périodique est:
- la puissance nominale utile de la chaudière Pn [kW ]
- pour le chauffage (sans tenir compte de la production d’ECS pour les chaudières « double service »)
- au régime de température 80/60°C.
Pour les chaudières au gaz, on prendra la valeur pour le type de gaz G20.
Pour les chaudières modulantes, on considère la valeur la plus élevée de la gamme de puissance (hors
ECS).
La puissance nominale utile Pn est basée sur une source fiable ou déterminée à partir du débit calorifique du
brûleur Qn.
PAGE 10 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 2: NETTOYAGE ET VÉRIFICATION DU SYSTÈME
D'ÉVACUATION DES PRODUITS DE COMBUSTION
Le nettoyage et la vérification du système d'évacuation des produits de combustion sont expliqués dans les
modules de cours G1 et L.
Le nettoyage du système d'évacuation des gaz de combustion peut être réalisé par un ramoneur.
Si c’est le cas, le technicien chaudière agréé l'indique dans son attestation de contrôle périodique et y joint la
facture qui en témoigne.
Le technicien chaudière agréé doit toutefois:
 effectuer une mesure de tirage
 vérifier la présence de condensats
Dans le cas d'un immeuble à appartements avec des chaudières individuelles raccordées à une cheminée
unique, la réglementation chauffage PEB admet que, lors d'un contrôle périodique, le technicien chaudière
agréé ne nettoie que le conduit d'évacuation des fumées qui mène à la cheminée collective et non toute la
cheminée elle-même. Cependant, il est également vivement recommandé de procéder à une vérification
périodique et un nettoyage de la cheminée collective afin d’éviter toute entrave à l’évacuation des produits de
combustion tels qu’éléments brisés, oiseaux morts, bouchage de l’évacuation des condensats …
CHAPITRE 3: NETTOYAGE ET VÉRIFICATION DE LA CHAUDIÈRE
1.
NETTOYAGE
Le technicien chaudière agréé consultera le carnet de bord afin d’y trouver les instructions pour l'entretien de
la chaudière.
Le nettoyage consiste à débarrasser les surfaces de l’échangeur de tout dépôt. Cela concerne la chambre
de combustion et tous les conduits de parcours des gaz de combustion.
2.
ETAT GÉNÉRAL
Pour évaluer l’état général d’une chaudière, on observera les éléments suivants:
- l’état d’encrassement avant nettoyage de la chambre de combustion et de tous les conduits de parcours
des gaz de combustion;
- l’état de la jaquette;
- l’état du calorifuge de la chaudière et de son positionnement (fixations);
- l’état des surfaces de l’échangeur après nettoyage (suintements d’eau, traces de rouille, pertes
d’épaisseur, fissures, éclats, etc…);
- l’état d’étanchéité des parties ouvrantes (porte foyère, porte brûleur, regards..).
3.
CONTRÔLE DES DISPOSITFS DE SÉCURITÉ
3.1
Dispositifs communs aux chaudières au gaz et au mazout
3.2
3.3
-
thermostat de sécurité de chaudière (c.-à-d. le thermostat de surchauffe = aquastat)
Dispositifs des chaudières au mazout
cellule et détecteur de flamme
fonctionnement du relais.
Dispositifs des chaudières au gaz
la protection de la flamme (thermocouple ou sonde à ionisation)
la sécurité de marche à sec (pressostat ou interrupteur à flotteur)
protection thermique contre le refoulement (Thermische Terugslag Beveiliging - TTB, obligatoire depuis
1996)
PAGE 11 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 4: VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ AUX EXIGENCES
1.
ORIFICES DE MESURE DE COMBUSTION
1.1
L'exigence
Les systèmes de chauffage doivent être équipés d’orifices de mesure permettant les mesures sur les gaz de
combustion émanant de chacune des chaudières.
Si le système de chauffage n'est pas équipé d'orifices de mesure, ceux-ci peuvent être réalisés par le
professionnel agréé qui intervient en premier lieu sur le système de chauffage. La façon de réaliser ces
orifices est expliquée à l'annexe 3 du présent document.
En cas de refus de la part du RIT de permettre le percement des orifices de mesure, le contrôle périodique
est déclaré non conforme et le RIT dispose de 5 mois pour la remise en conformité de la chaudière.
Spécifiquement pour la mise en conformité de l'exigence portant sur les orifices de mesure, un délai
supplémentaire de 7 mois (soit au total 1 an) peut être octroyé si une note justificative est jointe à
l'attestation.
L'absence d’outillage pour réaliser le(s) orifice(s) et l'absence ou défaillance de l’analyseur de fumée sont
considérés comme des manquements à la déclaration sur l'honneur qui pourraient entraîner la suspension
de l'agrément du technicien chaudière agréé.
Figure 4.1: Accessoire comportant des orifices de mesure pour des conduits concentriques
La Figure 4.1 présente un accessoire commercialisé par un fabricant de chaudières sur lequel on peut voir 2
orifices réalisés d’usine. L’un permet l’accès à l’espace périphérique (air comburant entrant), l’autre permet
l’accès à l’espace du conduit intérieur (sortie des gaz de combustion). Ces 2 orifices peuvent être obturés
proprement au moyen d'un bouchon à visser.
PAGE 12 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
La Figure 4.2 représente les 2 orifices montés sur une chaudière: l’orifice "Or.1" pour la prise de fumée et
l’orifice "Or.2" pour l’air comburant.
Figure 4.2: Montage réel d'orifices de mesures
1.2
Dérogation à l’exigence
Les systèmes de chauffage mis en service avant le 01/01/2011 comprenant des chaudières au gaz ou au
mazout montées selon le type C avec conduits concentriques peuvent rester sans orifices de mesure. Dans
ce cas, l'analyse des gaz de combustion ne doit pas être réalisée.
Figure 4.3: Schémas des 3 modèles de chaudières avec conduits concentriques
PAGE 13 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Figure 4.4: Conduits concentriques
2.
LES EXIGENCES RELATIVES À LA COMBUSTION ET À L'ÉMISSION DES
CHAUDIÈRES EN FONCTIONNEMENT
2.1
Chaudières utilisant un combustible liquide
1ère étape: examen visuel des fumées.
 aucune trace de combustible, de fumerons ou d’agglutinats ne doit être visible sur le papier-filtre utilisé
pour déterminer l’indice de noircissement des gaz de combustion.
 aucune condensation ne doit apparaître dans la cheminée (pour une chaudière de type B) ou dans le
conduit d’évacuation des gaz de combustion (pour une chaudière de type C), sauf si la chaudière et le
conduit d’évacuation des gaz sont conçus à cet effet.
2ème étape: analyse des gaz de combustion (= fumées)
 effectuer les mesures, lire les résultats sur l’analyseur de combustion électronique, imprimer le ticket et
vérifier si les valeurs sont conformes aux valeurs maximales autorisées présentées ci-après.
Pour les chaudières alimentées en combustible liquide en exploitation dont la date de construction est
antérieure au 1er janvier 1998, les valeurs mentionnées dans le tableau ne sont valables que pendant une
période transitoire de 6 ans à dater de l’entrée en vigueur de l'arrêté. Cela veut dire qu’à partir du 1er janvier
2017 toutes les chaudières au mazout en service devront satisfaire aux exigences de la première ligne
(surlignée en jaune) du Tableau 4.1.
Tableau 4.1: Chaudières utilisant un combustible liquide
Date de construction de la chaudière
Indice
de
fumée
Min CO2
(%)
CO max
(mg/kWh)
Max O2 (%)
η min*
(%)
A partir du 01/01/1998
≤1
12
155
4,4
90
Du 01/01/1988 au 31/12/1997 inclus
≤1
11
155
néant
88
Jusqu’au 31/12/1987 ou inconnue
≤2
10
155
néant
85
* η min = le rendement de combustion sur PCI.
Cette exigence n’est pas d’application pour les chaudières à condensation.
PAGE 14 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
2.2
Chaudières utilisant un combustible gazeux
1ère étape: examen visuel des fumées
 aucune condensation ne doit apparaître dans la cheminée sauf si la chaudière et le conduit d’évacuation
des gaz de combustion sont conçus à cet effet.
2ème étape: analyse des gaz de combustion (= fumées)
 effectuer les mesures, lire les résultats sur l’analyseur de combustion électronique, imprimer le ticket et
vérifier si les valeurs sont conformes aux valeurs maximales autorisées présentées ci-après en fonction du
type de chaudière.
Pour les chaudières atmosphériques ou équipées d'un brûleur premix alimentées par des combustibles
gazeux en exploitation dont la date de construction est antérieure au 1 janvier 2007 et les chaudières
équipées d'un brûleur à air pulsé alimentées par des combustibles gazeux en exploitation dont la date de
construction est antérieure au 1 janvier 1998, les valeurs mentionnées dans le tableau sont valables pendant
une période transitoire de 6 ans à dater de l’entrée en vigueur de l'arrêté. Cela veut dire qu’à partir du 1er
janvier 2017 toutes les chaudières au gaz en service devront satisfaire aux exigences de la première ligne
(surlignée en jaune) du Tableau 4.2.
Tableau 4.2: Chaudières utilisant un combustible gazeux
Température nette
max des gaz de
combustion (°C)
Air pulsé
Atmosphérique
Premix
Air pulsé
Atmosphérique
Premix
Air pulsé
Atmosphérique
Premix
Air pulsé
η min*
(%)
Premix
Min CO2
(%)
Atmosphérique
CO max
(mg/kWh)
A partir du 01/01/2007
200
180
200
150
110
110
-
-
8,5
88
90
90
Du 01/01/1998 au
31/12/2006 inclus
200
180
200
200
150
110
-
-
8.5
88
90
90
Du 01/01/1988 au
31/12/1997 inclus
250
200
220
200
150
150
-
-
7,5
86
88
88
Jusqu’au 31/12/1987 ou
inconnue
300
250
250
300
270
270
-
-
6,5
82
84
85
Date de construction de
la chaudière
* η min = le rendement de combustion sur PCI.
Cette exigence n’est pas d’application pour les chaudières à condensation
Attention: pour les gaz de combustion la température à considérer est la température nette, c’est-à-dire la
température des gaz de combustion (Tg) – la température de l'air comburant (Ta)
température nette des gaz de combustion = Tg - Ta
3 cas peuvent se présenter:
- la chaudière est ouverte (type B): la température de l'air comburant (Ta) est celle mesurée au centre du
local de chauffe à 1 m au-dessus du plancher;
- la chaudière est étanche/fermée (type C) avec 2 conduits séparés: la température de l'air comburant (Ta)
est celle mesurée dans le conduit d’amenée d’air près de son entrée dans la chaudière;
la chaudière est étanche/fermée (type C) avec 2 conduits concentriques: la température de l'air
comburant (Ta) est celle mesurée dans le conduit d’amenée d’air près de son entrée dans la chaudière,
au moyen d'un orifice prévu à cet effet. Utiliser un analyseur acceptant de traiter 2 sondes de
températures simultanément.
Attention: les seuils max. de teneur en CO sont exprimés en mg/kWh et non
en ppm ! Veuillez programmer votre testeur dans les unités requises ou
procéder à une conversion ppm  mg/kWh. Pour les conversions d'unités, on
se référera au chapitre 10 § 6.2 du cours G1.
PAGE 15 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
2.3
Cas des brûleurs à deux combustibles
Les chaudières équipées de brûleurs pouvant être alimentés par 2 types de combustibles (liquide ou
gazeux) doivent satisfaire aux exigences applicables à chacun des combustibles.
Ces chaudières doivent faire l’objet d’un contrôle périodique chaque année (selon la périodicité la plus
contraignante). Ce contrôle périodique comporte un entretien lié aux deux types de combustible et doit
répondre aux exigences spécifiques de l'un et l'autre combustible. Toute chaudière en état de fonctionner est
soumise à l’obligation d’un contrôle périodique, quelle que soit sa durée de fonctionnement. Il n’existe donc
pas de "minimum de temps de fonctionnement" au-dessous duquel le contrôle périodique n’est pas requis.
Si une seule exigence pour un des combustibles n’est pas satisfaite, la chaudière est déclarée "nonconforme", quelle qu’en soit l’importance de l’usage (nombre d’heure/an).
Si le RIT (voulant éviter les frais d’une remise en conformité par exemple) déclare ne plus vouloir utiliser à
l’avenir un des combustibles; cette décision sera actée sur l’attestation de contrôle périodique par le
technicien chaudière après que le brûleur de ce combustible ait été déconnecté.
Brûleur à 2 combustibles  2 vérifications d’exigence de combustion.
[1]: arrivée de gaz,
[2]: injection du gaz,
[3]: gicleur de mazout
Figures 4.5: Brûleur bi-combustible et schéma de principe de la régulation d'un brûleur
Les figures 4.5 illustrent un brûleur bi-combustible mazout et gaz naturel.
2.4
Dérogation à la réalisation des mesures
Les chaudières montées en type C avec des conduits concentriques mises en service avant le 01/01/2011
peuvent rester sans orifices de mesure. Ces chaudières ne doivent pas faire l'objet d'une analyse des gaz de
combustion. Par contre, si les orifices sont présents, l'analyse des gaz doit être effectuée.
Dans les autres cas:
 si la réalisation d’orifices n’est pas possible selon les prescriptions énoncées au chapitre 4 point 1.1 ou,
 si l’orifice préexistant ou si le seul orifice réalisable ne permet pas une mesure fiable de tous les
paramètres définis dans la réglementation chauffage PEB,
 la chaudière sera déclarée non conforme et devra être mise en conformité dans un délai de 5 mois.
Ce délai peut être porté à 1 an pour autant qu'une note justificative accompagne l'attestation de contrôle
périodique attestant de la non-conformité.
PAGE 16 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
2.5
Prescriptions relatives aux mesures et appareils de mesure
2.5.1
Prescriptions relatives aux mesures
La sonde de mesure ou de prélèvement d’échantillon est introduite dans le flux principal par les orifices de
mesure.
Lors de la mesure, toutes les dispositions nécessaires sont prises afin d’éviter l’entrée d’air parasite
induisant une dilution de l’effluent.
Seules les mesures finales à pleine charge (allure 100%) sont prises en considération pour le respect
des exigences relatives à la combustion et à l'émission des chaudières en fonctionnement.
Deux séries de mesures sont réalisées:
1.
une série de mesures initiales, avant réglage: au début de l’intervention, le professionnel agréé met en
service le système de chauffage et fait une première série de mesures. Lors de cette première série de
mesures, la température de l’eau de la chaudière ne doit pas nécessairement atteindre la température
de régime (par exemple: régime 80/60°C).
Dans le cas d’une chaudière à combustible liquide, le technicien chaudière agréé (de type L)
commencera par la mesure de l’indice de noircissement des fumées. Si l’indice de noircissement
maximal autorisé est dépassé, le technicien ne doit pas mesurer les autres paramètres et procédera au
réglage du brûleur.
2.
une série de mesures finales, après réglage: en fonction du type de brûleur, une ou plusieurs séries de
mesures finales sont réalisées:
a. pour les brûleurs " tout ou rien": une série de mesures est réalisée pendant la période de
fonctionnement en continu du brûleur.
b. pour les brûleurs à plusieurs allures: les mesures initiales et les mesures finales sont effectuées
pour chaque allure de fonctionnement. Dans le cas où le brûleur ne peut pas être maintenu pendant
un temps suffisamment long sur la ou les allures intermédiaires pour permettre la mesure, le
professionnel agréé qui réalise le contrôle le mentionne sur les attestations de contrôle périodique
ou de réception et effectue uniquement la mesure à la puissance calorifique nominale du brûleur.
c.
pour les brûleurs à plusieurs allures de type "modulant":

lorsque leur puissance calorifique nominale est inférieure à 1 MW, une mesure est réalisée à la
puissance calorifique nominale;

lorsque leur puissance calorifique nominale est supérieure ou égal à 1 MW, une série de
mesures est réalisée à la puissance inférieure réglée, une deuxième série à la puissance
nominale réglée et trois prélèvements à puissance intermédiaires à respectivement 75%, 50%
et 25% de la plage de travail du brûleur.
Ces séries de mesures se font dans les circonstances normales de fonctionnement, c.-à-d. à une
température normale de service comprise entre 60°C et 80°C pour les chaudières non à condensation
et entre 35°C et 50°C pour les chaudières à condensation, dans un local de chauffe fermé, avec si
d’application, le capot de brûleur ou de protection installé.
Après avoir réalisé toutes les mesures nécessaires, les orifices de mesure sont soigneusement obturés.
L'ensemble des mesures sont reprises sur l'attestation de contrôle périodique.
Les tickets de mesure doivent être joints à l'attestation sauf si l’instrument de mesure permet d’introduire
directement les résultats des mesures sur l’attestation sans pouvoir les modifier.
Dans le cas d’un brûleur mazout, si le technicien chaudière agréé (de type L dans ce cas) ne réussit pas à
régler le brûleur afin que l’indice de noircissement maximal autorisé ne soit dépassé, il ne faut pas procéder
aux mesures des autres paramètres. La chaudière est alors déclarée non conforme.
Remarque: lorsqu’un contrôle périodique est effectué pour attester de la mise en conformité de la chaudière
vis-à-vis d'une exigence qui n’est pas liée à la combustion, une seule série de mesures doit être réalisée (pas
de mesures initiales et finales).
PAGE 17 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
2.5.2
Prescriptions relatives aux appareils de mesure
Les appareils de mesure utilisés répondent aux exigences techniques du tableau 1 de la norme NBN EN
1
50379-1 en ce qui concerne les paramètres CO, O2, CO2, les températures et les pressions. Les principales
valeurs de ce tableau sont reprises ci-dessous (tableau 4.3).
Les appareils sont conçus de manière à:
- pouvoir générer des tickets sur lesquels figurent les résultats des mesures effectuées, ainsi que la date et
l’heure à laquelle elles ont été effectuées;
- permettre le raccordement simultané de deux sondes de température afin de pouvoir mesurer
simultanément la température des gaz de combustion et de l’air comburant dans le cas de chaudières
étanches.
Le bon état de fonctionnement, l’étanchéité et le calibrage des appareils de mesure sont contrôlés avant
chaque mesure suivant les prescriptions du fabricant.
Les équipements de mesure sont contrôlés et étalonnés avant la première utilisation et au minimum une fois
tous les deux ans ou plus souvent si telles sont les indications fournies par le fabricant.
Un document attestant de l’étalonnage de l’appareil de mesure accompagne cet appareil. Ce document doit
pouvoir être mis à disposition des agents de Bruxelles Environnement et des organismes de contrôle de
qualité.
Tableau 4.3: Principales exigences relatives à la précision des analyseurs de combustion
selon la norme NBN EN 50379-1
Gamme de
mesure
Résolution de
l’affichage
Précision
Limite de
détection
Temps de
réponse
0 à 200 ppm
1 ppm
 10 ppm
ou 10 % rel.
10 ppm
90 s
0 à 2000 ppm
1 ppm
 20 ppm
ou 5 % rel.
20 ppm
90 s
O2
0 à 21 % V/V
0,1 %
 0,3 % V/V
 0,3 % V/V
50 s
CO2
0 à 20 % V/V
0,1 %
 0,2 % V/V
 0,2 % V/V
50 s
température des gaz
de combustion Tg
0 à 400 °C
1 °C
 2 °C
ou 1,5 % rel.
1 °C
50 s
température de l'air
comburant Ta
0 à 100 °C
1 °C
 1 °C
1 °C
70 s
pression absolue
-50 à +200 Pa
1 Pa
 2 Pa
ou 5 % rel.
1 Pa
10 s
Paramètre
CO
1
NBN EN 50379-1: Spécification pour les appareils électriques portatifs conçus pour mesurer les paramètres des gaz de combustion
dans les conduits d'évacuation des appareils de chauffage. Partie 1: Prescriptions générales et méthodes d'essai, 1 ère édition, 2
PAGE 18 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
3.
EXIGENCES RELATIVE À LA MODULATION DE PUISSANCE DES BRÛLEURS DE
CHAUDIÈRE
3.1
Modulation de puissance des brûleurs
La modulation de la puissance calorifique d’une chaudière neuve placée à partir du 01/01/2011 doit
répondre aux exigences résumées dans le Tableau 4.4 ci-après.
Même si elles sont équipées d’un brûleur neuf, les chaudières "de seconde main" ne sont pas soumises à
ces exigences.
Tableau 4.4: Récapitulatif concernant l’exigence relative à la modulation de puissance des
brûleurs de chaudière
Type de
chaudière
Type de brûleur
Puissance chaudière
à condensation
gaz
indifférent
indifférent
atmosphérique
100 kW ≤ Pnom < 1.000 kW
2 allures (petite allure ≤ 80% Pnom) ou
modulant
air pulsé
150 kW ≤ Pnom < 1.000 kW
2 allures (50% Pnom ≤ petite allure ≤ 65%
Pnom ) ou modulant (Plage ≥ 50% Pnom )
standard
et
basse
température
1.000 kW ≤ Pnom < 2.000 kW
indifférent
2.000 kW ≤ Pnom
Exigence minimale de modulation
modulant
3 allures (petite allure ≤ 80% Pnom) ou
modulant (Plage ≥ 65% Pnom )
modulant (Plage ≥ 65% Pnom )
La grandeur physique qui pilote la régulation du brûleur est la plus représentative de la puissance
nécessaire pour répondre à une demande de chaleur (charge).
La sélection petite allure/grande allure d’un brûleur à 2 allures, ainsi que la sélection de la position
intermédiaire dans la plage de modulation dans le cas d’un brûleur modulant doivent donc uniquement être
fonction de la charge de la chaudière.
Attention: certains brûleurs démarrent systématiquement durant un laps de
temps fixe (qui n’est pas lié à la demande de chaleur) à une petite allure (de
démarrage) avant de passer à l’allure normale et ne permettent pas, par la
suite, de revenir à cette petite allure en fonction de la demande de chaleur. Ces
brûleurs ne sont pas considérés comme des brûleurs à deux allures !
Tous les paramètres de la régulation du brûleur peuvent être réglés in situ indépendamment les uns des
autres.
Les formateurs montreront aux candidats en atelier, les manières d’identifier la
modulation de puissance sur différents modèles de chaudières.
PAGE 19 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
La figure suivante schématise de façon succincte (sans les sécurités …) le principe de la régulation d’un
brûleur gaz à deux allures piloté par une mesure de la température extérieure et une mesure de la
température de la chaudière. La régulation du système de chauffage (distribution …) tient également compte
d’une mesure de la température ambiante dans un local de référence.
température
extérieure
température
T
eau chaudière
T
consignes
entrées
Chaudière
régulation
T
température
ambiante
départ
circuit chauffage
sorties
volet d’air
moteur
gaz
brûleur
retour
circuit chauffage
circulateur
électrovannes
ère
ème
1 et 2
allures
Figure 4.6: schéma succinct de régulation d’un brûleur à 2 allures sur base d’une mesure de la température
extérieure et d’une mesure de la température de l’eau de la chaudière
3.2
Compatibilité chaudière/brûleur/cheminée
Pour toute nouvelle chaudière:
1° le brûleur, la chaudière et la cheminée sont compatibles sur le plan physique :
 tenir compte notamment de la puissance, des dimensions, de la perte de charge dans le foyer, du
tirage de la cheminée, du risque de condensation, du maintien de l’étanchéité …
 en cas de doute, se renseigner auprès du fabricant
2° la régulation de l’extracteur mécanique des fumées et la régulation du brûleur sont compatibles entre elles
et ne détériorent pas les performances intrinsèques de la chaudière en matière de rendement énergétique et
d’émissions.
3.3
Clapet d’air des brûleurs à air pulsé
Indépendamment de la puissance de la chaudière et pour tout type de modulation, un brûleur à air pulsé doit
être équipé d’un clapet d’air économiseur évitant tout balayage d’air dans la chaudière à l’arrêt du brûleur.
Les opérateurs de formation montreront aux candidats en atelier, les manières
d’identifier la présence d’un clapet économiseur sur différents modèles de
chaudières.
PAGE 20 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
3.4
Disposition transitoire
Les brûleurs existants peuvent être réutilisés sur une nouvelle chaudière, à condition:
- que la chaudière ne soit pas à condensation;
- que la date de fabrication du brûleur soit postérieure au 01/01/2006, et qu'ils soient (avec ou sans clapet
d’air économiseur):
 mis en conformité avec les exigences prévues dans la présente section avant d'avoir atteint 10 ans
d'âge, ou
 remplacés par un nouveau brûleur conforme avant d'avoir atteint 10 ans d'âge.
3.5
Question/réponse du « helpdesk chauffage PEB »
Qu'en est-il d'un brûleur de plus de 5 ans d'âge au 01/01/2011 et qui respecte les prescriptions de la
réglementation chauffage PEB ? Peut-il être réutilisé ?
Si le brûleur respecte effectivement les exigences relatives à la combustion des chaudières en
fonctionnement qui s’appliqueraient à un brûleur de 2006 (et les exigences de l’AR du 8 janvier 2004 s’il
s’agit d’un brûleur d’une puissance inférieure ou égale à 400 kW) ainsi que les autres exigences décrites à
l’annexe 2 de la réglementation chauffage PEB, on peut estimer que l’objectif de la réglementation est
atteint. Dans ce cas, le non-respect du critère d’âge ne sera pas sanctionné.
4.
TIRAGE DE LA CHEMINÉE
Les cheminées fonctionnant en tirage naturel doivent présenter un tirage supérieur ou égal à 5 Pa en
fonctionnement dans des conditions météorologiques normales.
Remarque: un tirage inférieur à 5 Pa mais supérieur ou égal à 3 Pa n'entraîne pas la non-conformité de la
chaudière mais bien une remarque sur l'attestation.
La pression mesurée doit se situer dans une plage conforme à la plage prescrite par le fabricant de la
chaudière.
La mesure du tirage se fait dans les conditions normales de fonctionnement:
- chaudière en régime, c.-à-d. que la température minimale du régime de température de la chaudière est
atteinte (exemple: minimum 60°C pour un régime 80/60 °C). En effet, lorsque la cheminée est froide, elle
refoule toujours pendant quelques temps ; il faut un certain temps avant que le tirage thermique s’installe
(mise en température de la cheminée);
- dans un local de chauffe fermé avec, si d’application, le capot de brûleur ou de protection installé. Ceci
permet de vérifier si l’amenée d’air est suffisante pour garantir un bon fonctionnement.
On considèrera comme conditions météorologiques anormales les conditions suivantes:
- température des fumées inférieure à 80°C et température extérieure supérieure à 28°C
- temps brumeux et inversion thermique.
En cas d'inversion thermique, le risque de concentration de CO est élevé. Cette information est disponible
sur le site web de l’IRM: http://www.meteo.be/meteo/view/fr/65239-Accueil.html.
PAGE 21 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
La Figure 4.7 donne un exemple de carte météorologique pour une journée présentant des conditions
météorologiques anormales. L'avertissement est affiché à côté de la carte.
Figure 4. 7: Exemple de carte météorologique
Source: site web de l’IRM
Cette alerte "CO" de l’IRM est émise lorsque:
- la basse atmosphère (couche limite) est stable (et à plus forte raison en cas d'inversion);
- la vitesse moyenne du vent prévu est inférieure à 3 Beaufort.
Elle existe pour les 11 régions suivantes: Ostende, Gand, Anvers, Bruxelles, Kleine-Brogel, Chièvre,
Florennes, Liège, Elsenborn, Saint-Hubert et Virton.
Le professionnel qui procède à une mesure de tirage inscrit la valeur sur l'attestation. Si la valeur est
inférieure au seuil des 3 Pa, il vérifie si les conditions météorologiques sont anormales. Si c'est le cas, il le
note sur l’attestation qui ne fait alors pas l’objet d’une non-conformité.
Résumé du phénomène d’inversion thermique :
Dans la partie de l’atmosphère terrestre située entre 0 et 15 km d’altitude (troposphère), la température de
l'air diminue normalement avec l'altitude d'environ 6,5 °C par 1.000 m.
Lorsqu’une masse d’air chaud passe au dessus d’une masse d’air froid, une couche d’inversion peut
apparaître. Cette couche d’inversion se comporte comme un couvercle qui va fortement entraver la
dispersion des polluants dans l’atmosphère.
Les figures 4.8 illustrent l’évolution de la température de l’air en fonction de l’altitude en situation normale et
en présence d’une couche d’inversion de température.
Figure 4.8: Exemples de profil de gradient de température
PAGE 22 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
5.
VENTILATION DU LOCAL DE CHAUFFE
5.1
Local de chauffe neuf ou rénové.
En ce qui concerne leurs conditions de ventilation, les locaux de chauffe créés à partir du 01/01/2011 ou
ceux dont les parois ont été soumis à travaux après cette date doivent être conformes, selon les cas aux
normes reprises dans le Tableau 4.5.
Tableau 4.5: Normes à respecter pour la ventilation du local de chauffe
conditions
norme à respecter
domaine d’application
appareils
combustibles
puissance cumulée dans le local
de chauffe P tot ≥ 70 kW
toute chaudière
tout combustible
(non précisé)
B 61-001, Ed octobre 1986, en cours
de révision en 2014
puissance cumulée dans le local
de chauffe P tot < 70kW
chaudières ouvertes et
fermées, chauffage et/ou
ECS
tout combustible
(solide, liquide,
gazeux)
B 61-002, Ed avril 2006
distribution gaz & placements
d’appareils
chaudières ouvertes et
fermées, chauffage et/ou
ECS, cuisson, convecteur,
générateur d’air chaud
Gaz naturel:
P max 0,1bar,
Diam ≤ DN50
D 51-003, Ed févr.2005
distribution gaz & placements
d’appareils
distribution gaz &
placements d’appareils
Butane et propane,
P max = 5 bar
D 51-006
5.2
Autres locaux de chauffe
Tout local de chauffe existant dont les parois n'ont pas été soumises à travaux à partir du 01/01/2011 est
conforme aux prescriptions déterminées par le Ministre.
Dans la mesure où il n’existe pas encore de prescriptions déterminées par le Ministre, il n’y a donc pas
d’exigences à respecter dans le cadre de la réglementation chauffage. Néanmoins, le technicien chaudière
agréé doit vérifier si le local de chauffe respecte les normes reprises au Tableau 4.5 et en informer le RIT. Si
le local de chauffe n'est pas conforme à ces normes, le professionnel agréé le notera dans l'attestation sous
forme d'une recommandation mais il n'en tiendra pas compte pour établir la conformité (ou non) de la
chaudière.
En cas de constatation d'un danger pour les utilisateurs de la chaudière contrôlée ou
pour toute autre personne, le professionnel agréé en charge du contrôle périodique de
cette chaudière est tenu de prévenir les personnes suivantes, s'il n'a pas la possibilité
d'agir ou s'il n'est pas habilité à le faire:
1. en cas d'urgence (intoxication au CO effective ou fuite de gaz avérée avec
danger immédiat), après avoir ouvert les fenêtres et évacué les lieux: les
pompiers (100);
2. en cas d'odeur de gaz, après avoir ouvert les fenêtres et évacué les lieux: Sibelga
(02/274.40.44)
3. dans tous les autres cas de danger: l'utilisateur et le propriétaire de la
chaudière; soit s'ils sont présents par un écrit signé par les parties concernées
chacune en recevant une copie, soit s'ils sont absents par l'envoi d'un courrier
recommandé avec accusé de réception qui avertit du danger potentiel.
PAGE 23 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
6.
6.1
ETANCHÉITÉ DES CONDUITS DES FUMÉES ET D'AMENÉE D'AIR
Introduction
Les différentes parties amenant l’air comburant à une chaudière doivent être étanches entre elles.
Les différentes parties évacuant les gaz de combustion d’une chaudière doivent également être étanches
entre elles et elles ne peuvent présenter de trace de condensation, sauf si elles sont prévues à cet effet.
On distingue 3 cas de figure:
- la chaudière ouverte (de type B)
- la chaudière fermée (de type C) à conduits parallèles
- la chaudière fermée (de type C) à conduits concentriques
Remarque: Dans la réglementation chauffage PEB, il n'y a pas d'exigence en ce qui concerne la « zone
d'évacuation » des fumées. Cependant, l'article 48 du Règlement technique pour la gestion du réseau de
distribution de gaz en Région de Bruxelles-Capitale (approuvé par l’arrêté du Gouvernement de la Région de
Bruxelles-Capitale du 13 juillet 2006) prévoit, entre autres, que le conduit d’évacuation des gaz brûlés d'une
chaudière gaz réponde à la norme NBN D 51-003.
6.2
Chaudière ouverte (de type B)
Dans le cas de la chaudière ouverte, l’air comburant est pris directement dans le local de chauffe; il n’y a pas
de conduit d’amenée d'air.
La Figure 4.9 présente un schéma de deux chaudières ouvertes, l'une atmosphérique, l'autre à air pulsé.
Pour ce type de chaudière, le technicien chaudière agréé vérifiera que le conduit d’évacuation ne présente
pas de fuite. Méthode: examen visuel ou en cas de doute, en utilisant une poire à fumée.
Figure 4.9: Chaudière ouverte de type B
PAGE 24 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
6.3
Chaudière fermée (de type C) à conduits séparés
Dans le cas de la chaudière fermée à conduits séparés, l’air comburant est pris à l'extérieur du local de
chauffe, au moyen d'un conduit bien distinct du conduit des fumées. La Figure 4.10 présente un schéma de
deux chaudières fermées à conduits séparés, l'une atmosphérique, l'autre à air pulsé. Le conduit A est
l'amenée d'air et le conduit E, l'évacuation des fumées.
Figure 4.10: Chaudières fermées de type C à conduits séparés
Pour ce type de chaudière, le technicien chaudière agréé vérifiera:
- que le conduit d’amenée d'air ne présente pas de fuite ou d’entrée d’air. Méthode: examen visuel ou en
cas de doute, en utilisant une poire à fumée;
- que le conduit d’évacuation ne présente pas de fuite. Méthode: examen visuel ou, en cas de doute, en
utilisant une poire à fumée.
6.4
Chaudière fermée (de type C) à conduits concentriques
Dans le cas de la chaudière fermée à conduits concentriques, l’air comburant est pris à l'extérieur du local
de chauffe, au moyen d'un conduit concentrique au conduit des fumées. La Figure 4.11 représente deux
chaudières fermées à conduits parallèles, l'une atmosphérique, l'autre avec un ventilateur d'extraction des
fumées.
Figure 4.11: Chaudières fermées de type C à conduits concentriques
PAGE 25 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Pour ce type de chaudière, le technicien chaudière agréé vérifiera:
- que le conduit d’amenée d'air, situé en périphérie, ne présente pas de fuite ou d’entrée d’air. Méthode:
examen visuel ou en cas de doute, en utilisant une poire à fumée;
- que le conduit d'évacuation, situé à l'intérieur du conduit d'amenée d'air est étanche. Méthode: le conduit
d’évacuation se trouve à l’intérieur et n’est en pratique pas accessible visuellement. Par contre,
l’étanchéité de la paroi délimitant les 2 conduits peut être testée en utilisant un analyseur de gaz de
combustion sur l’air entrant dans la chaudière. La présence de gaz (CO2 par ex.) typique des fumées
dans l’air comburant est le signe d'un éventuel problème d’étanchéité du conduit d'évacuation.
Réserve: dans la pratique, les vents rabattants peuvent occasionner une certaine pollution (en tête de
ventouse) de l'air entrant par les fumées.
Les opérateurs de formation montreront aux candidats en atelier, des
procédures pratiques, avec et sans appareillage de mesure. Annoncer des
valeurs limites où l’étanchéité peut être reconnue malgré de possibles
recirculations. Pour les procédures avec appareils de mesures, les formateurs
préciseront les seuils à partir desquels l’étanchéité sera déclarée.
PAGE 26 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 5: PARAMÈTRES COMPLÉMENTAIRES DEMANDÉS LORS
DU CONTRÔLE PÉRIODIQUE
Certains paramètres intervenant dans le calcul du rendement de combustion doivent être relevés lors du
contrôle périodique. Le professionnel agréé sera attentif à la vraisemblance des résultats relevés. Des
invraisemblances peuvent être dues à la défaillance de l'appareil de mesure ou à l'emplacement incorrect de
la prise de mesure.
1.
PARAMÈTRES INDÉPENDANTS DU TYPE DE COMBUSTIBLE

Température de l'eau [°C]: c'est la température de l’eau dans la chaudière au moment où l’analyse des
gaz de combustion est réalisée. Pour la grande majorité des chaudières, cette température est
renseignée par un thermomètre prévu d’origine sur la chaudière par le constructeur (avec un capteur
de température logé à un endroit prévu par le constructeur). En l’absence d'un thermomètre sur la
chaudière ou si la valeur indiquée semble erronée, le technicien chaudière agréé considérera la
température mesurée sur le départ.
Le relevé de cette température est nécessaire pour s’assurer que le rendement de combustion est bien
calculé sur base d'une température adéquate de l'eau.

Température nette = Tg – Ta [°C]
avec:
Tg [°C]: température des gaz de combustion
Ta [°C]: température de l’air de combustion
Attention à ne pas confondre température nette et température des gaz de combustion.
La valeur de la température nette intervient directement dans la détermination du rendement de
combustion.
2.
PARAMÈTRE SPÉCIFIQUE AUX CHAUDIÈRES FONCTIONNANT AVEC UN
COMBUSTIBLE GAZEUX

Concentration d’oxygène O2 [%]: relevé de la concentration en oxygène au moment où l’analyse des
gaz de combustion est réalisée.
Le résultat de cette mesure intervient directement dans la détermination du rendement de combustion.
3.
PARAMÈTRES SPÉCIFIQUES AUX CHAUDIÈRES FONCTIONNANT AVEC UN
COMBUSTIBLE LIQUIDE


Gicleur:
marque et type
débit [Gal/h]
angle [°]
Pression de la pompe [bar]
Le professionnel agréé s'assurera de la concordance de ces paramètres avec ceux annoncés par le
constructeur. Il s'assurera également de leur correspondance entre 2 contrôles périodiques.
PAGE 27 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 6: LA DÉCLARATION DE CONFORMITÉ
Le tableau 6.1 reprend une synthèse des critères de conformité à vérifier lors du contrôle périodique.
Le technicien chaudière agréé vérifiera, pour chacune des exigences dont la conformité doit être vérifiée lors
du contrôle périodique :
1.
si elle doit être appliquée à la chaudière contrôlée ou au local de chauffe où elle se situe ;
2.
si c’est le cas, il vérifiera si la chaudière contrôlée ou le local de chauffe sont conformes ou non par
rapport à cette exigence.
Exigence d’application ?
Le technicien chaudière agréé déclare que la chaudière et le local de chauffe sont globalement conformes à
la réglementation chauffage PEB si toutes les exigences dont la conformité doit être contrôlée lors du
contrôle périodique et qui sont applicables à cette chaudière ou à ce local de chauffe sont respectées.
Si une des exigences d’application à cette chaudière ou au local de chauffe n’est pas respectée, le
technicien chaudière agréé déclare ceux-ci non-conformes à la réglementation chauffage PEB.
Le technicien chaudière agréé indique le résultat de la conformité ou non-conformité globale de la chaudière
et du local de chauffe sur l’attestation de contrôle périodique.
PAGE 28 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Tableau 6.1: récapitulatif des critères de conformité à contrôler lors du contrôle périodique
Caractéristique de la chaudière
Conforme
Non-conforme
Conforme
Non-conforme
Modulation de la puissance du brûleur
Analyse des gaz de combustion
Pas d’application
Exigence d’application pour les chaudières
neuves installées après le 01/01/2011
Pas d’application
Température nette ≤ seuil maximum
Pas d’application pour les chaudières alimentées
par des combustibles liquide
Indice fumée ≤ seuil maximum
Pas d’application pour les chaudières alimentées
par des combustibles gaz
Concentration en O2 ≤ seuil maximum
Pas d’application pour les chaudières alimentées
par des combustibles gazeux et les chaudières
alimentées par des combustibles liquides
fabriquées avant le 01/01/1998 pendant une
période transitoire qui se termine le 31/12/2016
Concentration en CO ≤ seuil maximum
Concentration en CO2 ≥ seuil minimum
Pas d’application pour les chaudières gaz unit
Rendement de combustion ≥ seuil minimum
Pas d’application pour les chaudières à
condensation
Evacuation des gaz de combustion
Conforme
Non-conforme
Une dérogation est accordées aux chaudières
de type C concentriques mise en service avant
01/01/2011
Présence d’orifices de mesure de combustion,
éventuellement réalisés lors du contrôle périodique
Si le tirage est supérieur ou égal à 3 Pa mais
inférieur à 5 Pa, cela n’entraine pas de nonconformité, mais une remarque sur
l’attestation
Tirage ≥ seuil minimum de 5 Pa
Etanchéité des conduits d’évacuation des fumées
et, le cas échéant des conduits d’amenée d’air.
Local de chauffe
Ventilation du local de chauffe
Pas d’application
Pas d’application si les conditions météo sont
anormales.
Toujours d’application
Conforme
Non-conforme
Pas d’application
Exigence d’application aux locaux de chauffe
neufs ou si des travaux ont été entrepris aux
parois du local de chauffe après le 01/01/2011
CHAPITRE 7: LES DÉFAUTS ET MESURES À PRENDRE
1.
DÉFAUTS QUI ONT ÉTÉ CORRIGÉS PENDANT CETTE INTERVENTION
Le technicien chaudière agréé note sur l'attestation de contrôle périodique, les anomalies ou défauts
constatés auxquels il a été possible de remédier lors de ce contrôle périodique.
Exemple: température élevée des fumées (255°C) réduite grâce au nettoyage approprié de l’échangeur.
2.
DÉFAUTS QUI NE PEUVENT PAS ÊTRE CORRIGÉS PENDANT CETTE INTERVENTION
Le technicien chaudière agréé note sur l'attestation de contrôle périodique, les anomalies ou défauts
constatés auxquels il n’a pas été possible de remédier lors de ce contrôle périodique.
Exemple: traces épaisses de suie sur le côté gauche de la porte foyère.
3.
MESURES À PRENDRE POUR CORRIGER CES DÉFAUTS
Le technicien chaudière agréé note sur l'attestation de contrôle périodique, les actions à entreprendre pour
l’élimination probable ou certaine de ces défauts.
Exemple: faire remplacer le joint de la porte foyère dans son entièreté.
CHAPITRE 8: REMPLIR LA FEUILLE DE ROUTE
Le technicien chaudière agréé complète la feuille de route dont le contenu minimal est défini à l’annexe 2 du
présent document.
Si aucune feuille de route n’existe, il l’établit pour chacune des chaudières d'un même système de
chauffage.
CHAPITRE 9: RECOMMANDATIONS ÉMISES
Le technicien chaudière agréé émet des recommandations:
- sur la nécessité d’intervenir sur la chaudière en complément des contrôles périodiques et,
- pour les locaux de chauffe qui ne sont pas neufs ou pour ceux dont les parois n'ont pas été soumis à
travaux après le 01/01 2011 et à défaut de prescriptions déterminées par le Ministre, sur le respect des
normes reprises au Tableau 4.5.
Bien évidemment, ces recommandations n’entrent pas en ligne de compte pour la déclaration de conformité.
CHAPITRE 10: CONSEILS D’UTILISATION RATIONNELLE DE
L'ÉNERGIE
1.
INTRODUCTION
Les professionnels agréés sont des acteurs incontournables qui permettent aux utilisateurs de disposer
d'installations de chauffage performantes. Ils posent les actes prévus par la réglementation chauffage PEB,
mais également, informent les utilisateurs sur cette réglementation et donnent des conseils lors de
l’installation et de l’utilisation des systèmes de chauffage.
Ces conseils peuvent être prodigués par exemple, lorsque le professionnel est consulté pour faire offre pour
une nouvelle installation, lorsqu’il est sollicité pour expliquer le fonctionnement des installations
(programmation d’un thermostat …) ou encore lors d’un contrôle périodique où le technicien chaudière
constate que les performances de l’installation peuvent être améliorées.
Voyant l’impact sur leur facture d’énergie et sur leur confort, les utilisateurs n’en seront que plus satisfaits.
Afin d’aider les professionnels, nous avons repris dans ce chapitre quelques conseils simples qu’ils peuvent
donner à leurs clients pour économiser de l’énergie.
D’autres supports sont également à la disposition des professionnels agréés. Par exemple le guide « un
chauffage performant ? » disponible sous la forme d’une brochure et accessible sur le site internet de
Bruxelles Environnement:
http://documentation.bruxellesenvironnement.be/documents/BRO_VadeMecPEB_FR.PDF
2.
ECONOMISEZ L’ÉNERGIE ET PRÉSERVEZ VOTRE BUDGET, VOTRE SANTÉ ET
L’ENVIRONNEMENT
Le secteur résidentiel représente près de 40% de la consommation énergétique bruxelloise.
Une maison mal isolée, mal éclairée, mal chauffée et mal équipée aura été payée 2 fois au bout de 50 ans...
à cause de l’énergie gaspillée !
D’après le bilan énergétique annuel de la Région de Bruxelles-Capitale, un ménage bruxellois dépense en
moyenne 1.400 Euros par an pour payer son énergie et consacre en moyenne 55% de ce budget au
chauffage. Ce poste occasionne donc des dépenses très importantes et représente la principale source
d’émissions de CO2 provenant des logements.
Figure 10.1: Consommation finale par secteur en RBC et facture énergétique moyenne d'un ménage bruxellois
Le chauffage est donc le premier poste de la facture d’énergie des ménages bruxellois sur lequel des
économies peuvent être réalisées.
PAGE 31 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
3.
MAINTENIR UNE TEMPÉRATURE MAXIMALE DE 19°C À 20°C
Une température de 19°C à 20°C est une température ambiante saine et tout à fait suffisante pour assurer
son confort. Diminuer la température d’un degré dans son logement ou son lieu de travail représente une
réduction de la facture de 6 à 7%. De 22°C à 19°C, on peut même réduire sa facture de 20%.
Figure 10.2: Thermostat programmable
4.
BAISSER LA TEMPÉRATURE LA NUIT ET EN CAS D’ABSENCE
La nuit, quand on est sous la couette, ou en journée lorsqu’on est absent, une température ambiante de
16°C dans son logement suffit amplement. Si l'on s’absente pour une longue période (ex. un long week-end
ou une semaine de vacances), maintenir son installation à 12°C maximum est suffisant.
5.
RÉGLER CORRECTEMENT LE RÉGULATEUR EN TEMPÉRATURE GLISSANTE
Si la chaudière ou le circuit de distribution (via une vanne mélangeuse motorisée) est équipé d’une
régulation en température glissante, il convient de s’assurer:
- que la température d’eau n’est pas trop élevée par rapport aux conditions météorologiques;
- que la position de la sonde extérieure permet une mesure représentative de la température d’air
extérieur;
- que dans le cas d’un régime de ralenti par diminution de température d’eau, que cette diminution soit
suffisante;
- que dans le cas d’une présence d’horloge, que celle-ci soit programmée en accord avec l’occupation du
bâtiment.
Figure 10.3: Régulateur climatique
En cas de doute, ne pas hésiter à conseiller au RIT de faire appel à l'installateur de la chaudière.
PAGE 32 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
6.
ETEINDRE LA CHAUDIÈRE EN CAS D’ABSENCE PROLONGÉE OU EN ÉTÉ
Pour les chaudières gaz qui ne sont pas à allumage automatique, la veilleuse consomme de l’énergie
24h/24h. Par an, cela peut représenter jusqu’à 250 m³ de gaz. Si l’occupant s’absente plus d’une semaine,
il lui est conseillé d’éteindre totalement sa chaudière sauf, bien entendu si les conditions météorologiques
risquent d'entraîner le gel de l'installation. Si l'eau chaude sanitaire est produite par un autre appareil, il est
également conseillé de l’éteindre durant toute la période où l'habitation n'est pas chauffée. Pour une sécurité
totale, fermer la vanne d’arrivée du gaz.
7.
RÉGLER CORRECTEMENT SES VANNES THERMOSTATIQUES
Si le logement est équipé de vannes thermostatiques, celles-ci permettent de régler la température de
chaque pièce. Réglées correctement, elles permettent d’éviter de surchauffer des endroits qui bénéficient
d’apports d’énergie gratuits, comme le soleil, ou de chauffer inutilement des locaux peu fréquentés.
Tableau 10.1: Réglage des vannes thermostatiques
8.
PURGER LES RADIATEURS
Si la partie inférieure du radiateur est chaude tandis que la partie supérieure est froide, c’est qu’il a besoin
d’être purgé. Faites-le plusieurs fois par an, sans éteindre la chaudière. Si le logement comprend plusieurs
étages, commencez d’abord par les radiateurs du bas et remontez vers les étages supérieurs.
Préalablement à cette opération, ouvrez toutes les vannes au maximum. Si beaucoup d'air s'échappe lors de
la purge, il pourrait être nécessaire de faire l'appoint en eau du circuit.
Figure 10.4: purgeur de radiateur
9.
NE JAMAIS COUVRIR LES RADIATEURS
En couvrant les radiateurs ou en plaçant un meuble ou un divan devant celui-ci, sa surface de chauffe est
limitée et son efficacité est réduite de 10%.
10.
DÉPOUSSIÉRER LES CORPS DE CHAUFFE
La poussière retient la chaleur. Epousseter régulièrement radiateurs et autres convecteurs pour leur garantir
un rendement optimal.
PAGE 33 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
11.
FERMER LES RIDEAUX, STORES ET VOLETS PENDANT LA NUIT
Cela permet de réduire les pertes de chaleur par les fenêtres de 30 à 50%, surtout par temps froid et si le
logement est équipé de simples vitrages. Ne pas placer les rideaux devant les radiateurs et ne pas les
laisser pendre juste au-dessus, sinon c’est la fenêtre qui est chauffée au lieu de l’intérieur de la pièce.
Figure 10.5: position d’un rideau au-dessus d’un radiateur
12.
ISOLER LES TUYAUTERIES
Placer une ou plusieurs épaisseurs de gaines en mousse sur les tuyauteries (y compris les vannes, coudes,
…), surtout sur celles situées dans les parties non chauffées du logement. Economie réalisée: l’équivalent
de la consommation d’une ampoule de 60 Watt par mètre de tuyauterie non isolée (pour un tuyau en acier
de 20 mm situé par exemple dans une cave), soit plus de 10 € par an et par mètre de tuyau isolé.
Attention, il faut respecter les épaisseurs de calorifugeage prescrites par la réglementation chauffage PEB.
Figure 10.6: calorifuge de tuyaux de chauffage
13.
PLACER DES PANNEAUX ISOLANTS ET RÉFLECTEURS
Entre les murs et les radiateurs, fixer des panneaux "réflecteurs" (couche d’isolant + couche aluminium). La
chaleur du radiateur est ainsi mieux utilisée pour chauffer la pièce et on diminue de 30% les pertes à travers
le mur, surtout si celui-ci n’est pas isolé et donne sur l’extérieur. Le gain énergétique est de 5 à 20 € par an
et par m².
Figure 10.7: écran réfléchissant derrière un radiateur
PAGE 34 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Résumé en images
Figure 10.8: Résumé
PAGE 35 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 11: RÉCAPITULATIF DES OPÉRATIONS À REALISER LORS
DU CONTRÔLE PÉRIODIQUE
Le tableau suivant reprend l’ensemble des opérations techniques et administratives que le technicien
chaudière agréé est amené à réaliser pour exécuter un contrôle périodique complet.
Tableau 11.1: récapitulatif des opérations à réaliser lors du contrôle périodique
Opérations à exécuter
Résultat obtenu
1)
consulter le carnet de bord
disposer de la feuille de route, des
attestations de contrôles périodiques
antérieures, de réception, du rapport de
diagnostic éventuel
2)
déterminer la date de construction de la chaudière
année "X" (ou inconnue)
3)
déterminer la puissance de la chaudière
P [kW] (ou inconnue)
4)
si 3) inconnue, réaliser les mesures nécessaires pour déterminer la puissance
au brûleur
P [kW]
5)
examiner le(s) orifice(s) de mesures:
existant(s) utilisables
inexistant(s) mais réalisable(s)
inexistant(s) avec 2 conduits concentriques (dérogation)
orifice(s) disponibles (sauf si dérogation)
6)
examiner l’analyseur de gaz de combustion
est-il étalonné?
est-il en ordre de marche?
analyseur disponible
7)
allumer la chaudière (le cas échéant)
chaudière disponible
8)
réaliser les mesures et analyse des fumées AVANT toute intervention.
Imprimer le ticket.
état de la chaudière avant l’entretien
9)
nettoyer le circuit d’évacuation des fumées ( le cas échéant)
10)
nettoyer tous les composants de la chaudière
11)
remplacer les pièces d’usure
12)
régler le brûleur de la chaudière ( le cas échéant)
13)
réaliser les mesures et analyse des fumées APRES interventions. Imprimer le
ticket.
14)
comparer les résultats des mesures des gaz de combustion avec les
exigences:
si tout est conforme, agrafer le ticket à l’attestation.
si une mesure n’est pas conforme, tenter d’atteindre le seuil (et
agrafer le ticket).
15)
réaliser la mesure du tirage de l’évacuation
16)
vérifier l’étanchéité des conduits d’évacuation et d'amenée d'air
17)
examiner la ventilation du local de chauffe:
local neuf ou rénové
local existant, vérifier les exigences des prescriptions ministérielles (le
cas échéant)
18)
identifier les défauts, les mesures à prendre
19)
statuer sur l'état de conformité globale (se référer au tableau 6.1)
20)
émettre des recommandations si nécessaire sur:
interventions complémentaires (non réglementaires)
ventilation du local de chauffe
utilisation rationnelle de l’énergie
21)
compléter l’attestation de contrôle périodique (datée et signée) + agrafer les
tickets de mesure
22)
remettre l’attestation au RIT
23)
compléter la feuille de route (le cas échéant la créer)
24)
si le contrôle périodique est NON CONFORME:
informer les obligations du RIT pour la remise en conformité
transmettre une copie de l’attestation à l’IBGE (dans les 30 jours)
25)
archiver une copie de l'attestation (durant 4 ans)
26)
compléter le registre chronologique des contrôles périodiques (les 4 dernières
années )
conforme ou non conforme
PAGE 36 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
CHAPITRE 12: DES QUESTIONS ?
Un helpdesk se tient à la disposition des professionnels agréés dans le cadre de la réglementation
chauffage PEB afin de répondre à leurs questions:
Adresse e-mail: [email protected]
Site internet: www.pebchauffagebru.be
N° de téléphone: 078/15.44.50
Les professionnels du secteur du bâtiment, tels que bureaux d'études, syndics d'immeubles,… peuvent
adresser leurs questions au service du facilitateur bâtiment durable:
Adresse e-mail: [email protected]
N° de téléphone: 0800/85.775
Les particuliers peuvent s’adresser au service Info de Bruxelles-Environnement:
Adresse e-mail: [email protected]
N° de téléphone: 02/775.75.75
PAGE 37 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
ANNEXE 1: MODÈLE D'ATTESTATION DE CONTRÔLE PERIODIQUE
ATTESTATION DE CONTRÔLE PERIODIQUE
Technicien chaudière agréé
RIT:
Société: .................................................
Particulier
Nom: ............................................................................
N° d’identification: .....................................................
Société: .......................................................................
N° de TVA: ..................................................................
Rue: .............................................................................
N°: ……….
CP: ………… Commune: ..........................................
Tel: ……………………. Fax: ......................................
Email: ..........................................................................
Date d’exécution: ……/……/……….
Nom: ....................................................................
Rue: .....................................................................
N°: ........
CP: ………. Commune: .....................................
Tel: .................................
Fax: .......................
Email: ...................................................................
Caractéristiques de la chaudière
Chaudière
Brûleur
Type: Unit
Non Unit
Monté en B C C à conduits concentriques
A condensation:
Oui
Non
Plaque signalétique: Absente Présente
Marque: ........................................................................
Type: ............................................................................
Année de Fabrication: .................................................
N° de série: ..................................................................
Puissance nominale (kW): ...........................................
Type: Atmosphérique
Premix
Air pulsé
Combustible: Gaz naturel
Propane
Gasoil
Autre:……………………
Mixte (Gaz naturel – Gasoil)
Plaque signalétique: Absente
Présente
Marque: ........................................................... ….
Type: ....................................................................
Année de Fabrication: ..........................................
N° de série: ..........................................................
Adresse où se trouve la chaudière:
...............................................................................................................................................................................
Type de système de chauffage:
type 1
type 2
Nettoyage et vérification du système d’évacuation
Ramonage du système d'évacuation
en pression
en dépression
Mesure du tirage (valeur absolue): …………… Pa
Présence anormale de condensation dans les conduits d’évacuation des fumées:
Oui
Non
Nettoyage et vérification de la chaudière
L’état général de la chaudière est-il en ordre ?
Oui
Non
Remarques: ..............................................................................................................................................................
Les dispositifs de sécurité sont-ils en ordre ?
Oui
Non
Remarques: ..............................................................................................................................................................
Nettoyage rampe du brûleur atmosphérique
Nettoyage de l'échangeur
Nettoyage du brûleur air pulsé (ventilateur)
Vérification de l'étanchéité du circuit des fumées
Vérification du système d'évacuation des condensats
PAGE 38 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Vérification des exigences pour la chaudière
Mesures INITIALES
Petite
allure
Brûleur non modulant
Début
de plage
Brûleur modulant
Grande
allure
25%
50%
75%
100%
°C
Température d’eau
Uniquement combustible liquide
Marque + type
Gicleur
Débit
Gal/h
Angle
degré
bar
Pression de la pompe
Bacharach
Indice de fumée
Pa
Dépression de la cheminée
Concentrations
O2
%
CO2
%
CO
mg/kWh
T° des gaz de combustion (tg)
°C
T° de l’air de combustion (ta)
°C
T° nette (tg-ta)
°C
Rendement de combustion
%
PAGE 39 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Mesures FINALES (1)
Petite
allure
Brûleur non modulant
Début
de plage
Brûleur modulant
Grande
allure
25%
50%
75%
100%
Gicleur
Débit
Gal/h
Angle
degré
bar
Pression de la pompe
Bacharach

Pa

O2
%

CO2
%

mg/kWh

Indice de fumée
Dépression de la cheminée
Concentrations
CO
(1)
(2)
Seuil réglementaire
Uniquement combustible liquide
Marque + type
T° des gaz de combustion (tg)
°C
T° de l’air de combustion (ta)
°C
T° nette (tg-ta)
°C

Rendement de combustion
%

Les tickets des résultats de mesure sont à agrafer à cette attestation
C = Conforme ; NC = Non conforme
PAGE 40 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Conformité (2)
°C
Température d’eau
1. Les orifices pour la mesure sur les gaz de combustion sont-ils présents ?
Oui Non
Remarques: ………………………………………………………………………………………………………
2. Remarques sur les exigences relatives à la combustion et à l’émission des chaudières en fonctionnement
(voir tableau ci-avant):
...................................................................................................................................................................
3. La modulation de puissance de la chaudière répond-elle à l'exigence de la réglementation chauffage
PEB?
Oui Non
Remarques: ..................................................................................................................................................
4. Le tirage de la cheminée à laquelle est raccordée la chaudière est supérieur ou égal à 5 Pa ?
Oui Non
Remarques: ................................................................................................................................................
5. Ventilation du local de chauffe:
Le local de chauffe a été construit ou rénové (travaux aux parois) après le 01/01/2011.
Le local de chauffe a été construit avant le 01/01/2011 et n’a pas été rénové (travaux aux parois) après
le 01/01/2011. Dans ce cas, le non-respect des normes citées ci-dessous n’entraîne pas une nonconformité pour la réglementation chauffage PEB. Néanmoins, en cas de danger pour l’utilisateur ou pour
des tiers, le professionnel agréé doit prévenir les personnes citées en fin de formulaire.
Le local est-il conforme aux normes NBN B 61-001, NBN B 61-002, NBN D 51-003, NBN D 51-006, en
matière d'amenée et d'évacuation d'air ?
Oui
Non
Sinon, une note justificative pour un délai supplémentaire de mise en conformité est jointe à l'attestation ?
Oui Non
Remarques: ...............................................................................................................................................
6. Le système d’évacuation des gaz de combustion et d’amenée d’air est-il étanche ?
Oui Non
Remarques: ..................................................................................................................................................
PAGE 41 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Déclaration de conformité
L’ensemble chaudière & dispositif de ventilation et d’évacuation des gaz de combustion est conforme à la
réglementation chauffage PEB:
Oui Non
Défauts et mesures à prendre
Défauts qui ont été éliminés pendant cette intervention:
...................................................................................................................................................................................
...................................................................................................................................................................................
Défauts qui ne peuvent pas être éliminés pendant cette intervention:
...................................................................................................................................................................................
...................................................................................................................................................................................
Mesures à prendre pour éliminer ces défauts:
...................................................................................................................................................................................
...................................................................................................................................................................................
La Feuille de Route est-elle présente ?
Oui
Non
Si NON: établissement de la Feuille de Route !
Prochaine intervention:
Prochain contrôle périodique à réaliser au plus tard le ……/……/……….
Prochain contrôle périodique de mise en conformité à réaliser dans les
attestation, le ……/……/…………
Attestation de contrôle périodique établie par:
.……………………………………………………..
………………………………………………………
5
12 mois à dater de cette
Attestation de contrôle périodique reçue par:
Nom: …………………………………………….
Qualité: ………………………………………….
(signature du technicien chaudière)
(signature)
En cas de non-conformité, une copie de cette attestation doit être renvoyée à Bruxelles
Environnement par le professionnel agréé qui a réalisé le contrôle:
Par courrier: Bruxelles Environnement, Département Chauffage et Climatisation PEB, Avenue du Port 86C,
1000 Woluwe Saint Lambert,
Par fax: +32 2 563 41 21, à l'attention du Département Chauffage et Climatisation PEB;
Par email: [email protected]
PAGE 42 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
AVERTISSEMENT
En cas de constatation d'un danger pour les utilisateurs de la chaudière contrôlée ou pour toute autre
personne, le professionnel agréé en charge du contrôle périodique de cette chaudière est tenu de prévenir
les personnes suivantes, s'il n'a pas la possibilité d'agir ou s'il n'est pas habilité à le faire:
4. en cas d'urgence (intoxication au CO effective ou fuite de gaz avérée avec danger immédiat),
après avoir ouvert les fenêtres et évacué les lieux: les pompiers (100);
5. en cas d'odeur de gaz, après avoir ouvert les fenêtres et évacué les lieux: Sibelga (02/274.40.44)
6. dans tous les autres cas de danger: l'utilisateur et le propriétaire de la chaudière; soit s'ils sont
présents par un écrit signé par les parties concernées chacune en recevant une copie, soit s'ils
sont absents par l'envoi d'un courrier recommandé avec accusé de réception qui avertit du danger
potentiel.
TABLEAUX DE REFERENCE
CHAUDIERES AU MAZOUT
Date de construction de la chaudière
Indice
de
fumée
CO2 min
(%)
CO max
(mg/kWh)
O2 max
(%)
η min*
(%)
A partir du 01/01/1998
≤1
12
155
4,4
90
Du 01/01/1988 au 31/12/1997 inclus
≤1
11
155
néant
88
Jusqu’au 31/12/1987 ou inconnue
≤2
10
155
néant
85
* η min = le rendement de combustion sur PCI. Cette exigence n’est pas d’application pour les
chaudières à condensation
CHAUDIERES AU GAZ
Température nette
max des gaz de
combustion (°C)
Date de
construction de la
chaudière
Air pulsé
Atmosphérique
Premix
Air pulsé
Atmosphérique
Premix
Air pulsé
Atmosphérique
Premix
Air pulsé
η min*
(%)
Premix
CO2 min
(%)
Atmosphérique
CO max
(mg/kWh)
A partir du 01/01/2007
200
180
200
150
110
110
-
-
8,5
88
90
90
Du 01/01/1998 au
31/12/2006 inclus
200
180
200
200
150
110
-
-
8.5
88
90
90
Du 01/01/1988 au
31/12/1997 inclus
250
200
220
200
150
150
-
-
7,5
86
88
88
Jusqu’au 31/12/1987 ou
inconnue
300
250
250
300
270
270
-
-
6,5
82
84
85
η min = le rendement de combustion sur PCI.
Cette exigence n’est pas d’application pour les chaudières à condensation
PAGE 43 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
ANNEXE 2: FEUILLE DE ROUTE
FEUILLE DE ROUTE
RIT:
Société: .................................................
Particulier
Type du système de chauffage:
Type 1
Nom: ....................................................................
Rue: .....................................................................
N°: ........
CP: ………. Commune: .....................................
Tel: .......................................................................
Fax: ......................................................................
Email: ..................................................................
Type 2
Adresse où se trouve la chaudière:
.................................................................................................................................................................................
.................................................................................................................................................................................
Caractéristiques de la chaudière
Chaudière
Type: Unit
Non Unit
Monté en B C C à conduits concentriques
A condensation:
Oui
Non
Plaque signalétique: Absente Présente
Marque: ........................................................................
Type: ............................................................................
Année de Fabrication: .................................................
N° de série: ..................................................................
Puissance nominale (kW):
………………………………
Date du diagnostic:
Brûleur
Type: Atmosphérique
Premix
Air pulsé
Combustible: Gaz naturel
Propane
Gasoil
Autre:……………………
Mixte (Gaz naturel – Gasoil)
Plaque signalétique: Absente
Présente
Marque: ................................................................
Type: ....................................................................
Année de Fabrication: ..........................................
N° de série: …………………………………………
au plus tôt: ………/………/…………
au plus tard: ………/………/……….
PAGE 44 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
N°
Acte
(réception,
contrôle périodique
ou diagnostic)
Date
prévue
Date
effective
Professionnel agréé
(nom, prénom, n° d'identification)
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
23
PAGE 45 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
ANNEXE 3: RÉALISATION DES ORIFICES DE MESURE
1.
INTRODUCTION
Cette annexe est issue d’un document rédigé par l’ATTB (Association pour les Techniques Thermiques de
Belgique A.S.B.L.).
Lorsqu’une installation de chauffage central n’est pas équipée d’orifice de mesure, le technicien réalise
l’orifice lors de la mise en service de l’appareil ou lors du premier contrôle de combustion suite à une
intervention sur la partie combustion de l’appareil ou lors d’une prestation d’entretien ou de contrôle
périodique.
2.
GÉNÉRATEURS DE CHALEUR NON ÉTANCHES (TYPE B)
2.1
Générateurs de chaleur équipés de brûleur pulsé gaz ou mazout
Lorsque la partie horizontale du conduit d’évacuation des gaz de combustion, située en amont du premier
coude, est suffisamment longue et isolée, l’orifice de mesure est disposé à une distance correspondant à
2xD (D = diamètre intérieur du conduit d’évacuation des gaz de combustion), mesuré depuis la sortie du
générateur de chaleur (Figure C.1).
Si cette partie horizontale n’est pas isolée, le percement se fera immédiatement à la sortie de la boîte à
fumée du générateur.
Figure C.1: Orifice de mesure situé sur un conduit d’évacuation de gaz de combustion, lorsque la partie située
avant le premier coude est suffisamment longue
Si un coude est présent à une distance inférieure à une distance de 2xD, mesurée depuis la sortie du
générateur de chaleur, l’orifice de mesure est disposé à une distance 1xD après le coude (Figure C.2).
Figure C.2: Orifice de mesure situé sur un conduit d’évacuation de gaz de combustion, lorsque la partie située
avant le premier coude n’est pas suffisamment longue
PAGE 46 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
L'ouverture sera percée sous un angle de 45 degrés dans la partie supérieure de la conduite (Figure C.3)
Cela présente l’avantage que la sonde de mesure est en oblique et qu’il y aura moins de condensats qui
risquent de rentrer dans l’appareil de mesure.
Figure C.3: Percement de l'ouverture sous un angle de 45°
2.2 Générateurs de chaleur équipés de dispositif anti-refouleur/coupe tirage (générateur alimentés
en combustibles gazeux)
L’orifice de mesure est réalisé dans le conduit rectiligne (vertical) entre l’anti-refouleur/coupe tirage et le
conduit vertical de la cheminée à une distance égale à 2D à partir du rebord de la boîte à fumée.
Si les circonstances sont telles que cette distance ne peut être respectée, il est exceptionnellement autorisé
de percer un orifice dans coude de raccordement entre la chaudière et le conduit vertical de la cheminée
(Figure C.4).
prise de
mesure
actuelle
(a)
Figure C.4: Générateur de chaleur équipé d'un dispositif anti-refouleur / coupe tirage
Attention: En Région flamande, jusqu'à nouvel ordre, la mesure est effectuée au
point a (voir Figure C.4).
PAGE 47 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Si les circonstances sont telles que cette distance ne peut être respectée, il est exceptionnellement autorisé
de percer un orifice dans coude de raccordement entre la chaudière et le conduit vertical de la cheminée
(Figure C.5).
La Figure C.5 illustre différents cas de figure.
Figure C.5: emplacement de l'orifice de mesure après un générateur de chaleur atmosphérique à gaz doté d'un
coupe-tirage
Cas où plusieurs générateurs sont montés en série:
Pour le cas d’appareils à gaz montés en série (installations à double chaudières ou multi chaudières) avec
un coupe-tirage de sécurité commun, les teneurs en CO des appareils isolés doivent être mesurées en
amont du coupe-tirage de sécurité et les pertes d’effluents gazeux de l’ensemble de l’installation (en pleine
charge) en aval de celui-ci.
Figure C.6: emplacement de l'orifice de mesure après deux générateurs de chaleur atmosphériques à gaz doté
d'un coupe-tirage commun
3.
GÉNÉRATEURS DE CHALEUR ÉTANCHES (TYPE C)
Les règles définies pour les générateurs de chaleur non étanches restent d’application.
Néanmoins, un orifice supplémentaire est prévu afin de mesurer les paramètres relatifs à l’air de
combustion.
En cas d’évacuation concentrique, un élément de mesure à deux points est installé. Un des points de
mesure sert à mesurer les gaz de combustion, l’autre à mesurer la température de l’air comburant ou sa
concentration en CO2. (Ceci implique que deux sondes de température doivent pouvoir être raccordées à
l’appareil de mesure afin de pouvoir mesurer et ensuite déterminer le rendement de combustion).
PAGE 48 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Rédaction: G. Knipping, M. Dethier, A. Beullens, C.Danlois (Bruxelles Environnement);
Editeurs responsables: F. Fontaine & R. Peeters – Avenue du Port 86C/3000 – 1000 Bruxelles
PAGE 49 SUR 49 – CONTRÔLE PÉRIODIQUE – REVISION 1 – NOVEMBRE 2014
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement