GCI105-Notes de cours Tome 3- v091125

GCI105-Notes de cours Tome 3- v091125
GCI-105
MÉTHODES DE CONSTRUCTION
NOTES DE COURS – TOME 3
Document en développement
Auteur / Éditeur : Larry O’Shaughnessy, arch.
Chargé de cours : Larry O’Shaughnessy, arch.
25 novembre 2009
Page 1 de 107
NOTES CONCERNANT LE TOME 3
Ce tome 3 est un complément aux tomes 1 et 2 des notes de cours GCI-105. Il vise à
compléter les tomes 1 et 2 qui couvrent la mise en œuvre des matériaux des divisions 1
à 9 de l’Index normalisé des matériaux de construction en ajoutant des informations
concernant surtout les divisions 7 et 10 à 16 du BCI, soit :
07.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
Isolation thermique et étanchéité (surtout revêtements métalliques et SIFE)
Produits spéciaux
Équipement
Ameublement et décoration
Constructions spéciales
Systèmes Transporteurs
Mécanique*
Électricité*
* maintenant répartis dans les divisions 21 à 28 du MasterFormat
Les textes succincts originaux de l’auteur sont complétés par des informations tirées de
documentation technique provenant surtout de sites web de manufacturiers ou encore
de catalogues ou autres sources imprimées. L’intention est de fournir une information
axée sur des éléments de nature graphique incluant photos, dessins et autres
illustrations.
Notes sur la classification / numérotation des produits
Le Building Construction Index (BCI) est un index de classification des matériaux dont
l’usage est très répandu dans l’industrie de la construction au Canada. Cet index fut
crée en 1966 par la Specification Writers Association of Canada, renommée
Construction Specifications Canada en 1974. La plupart des intervenants dans
l’industrie sont familiers avec cet index qui comporte 16 divisions avec des numéros de
section à 5 chiffres. En 1978, Construction Specifications Canada c’est joint à la
Construction Specifications Institute pour produire la première édition du système de
classification MasterFormat™ qui est proposé pour remplacer le BCI. La version
courante est celle de 2004. Le MasterFormat prévoit une expansion du BCI de 16 à 49
divisions, et des numéros de section à 6 chiffres. (Voir pp 3 & 4 et
www.masterformat.com.). Cet ouvrage présentera les numéros MasterFormat et
parfois le numéro BCI correspondant dans la numérotation des produits.
Larry O’Shaughnessy, arch.
novembre 2009
Page 2 de 107
GROUPES, SOUS-GROUPES ET DIVISIONS du
Répertoire normatif MasterFormat – Édition 2004
GROUPE DOCUMENTS SUR LES APPROVISIONNEMENTS ET LES CONTRATS
Division 00
Exigences relatives aux approvisionnements et aux contrats
Informations préliminaires
Exigences de soumission
Exigences contractuelles
GROUPE DEVIS
SOUS-GROUPE EXIGENCES GÉNÉRALES
Division 01
Exigences générales
SOUS-GROUPE CONSTRUCTION D’INSTALLATIONS
Division 02
Division 03
Division 04
Division 05
Division 06
Division 07
Division 08
Division 09
Division 10
Division 11
Division 12
Division 13
Division 14
Division 15
Division 16
Division 17
Division 18
Division 19
Conditions existantes
Béton
Maçonnerie
Métaux
Bois, plastiques et composites
Isolation thermique et étanchéité
Ouvertures
Revêtements de finition
Ouvrages spéciaux
Matériel et équipement
Ameublement et décoration
Installations spéciales
Systèmes transporteurs
Réservée
Réservée
Réservée
Réservée
Réservée
SOUS-GROUPE SERVICES RELATIFS AUX INSTALLATIONS
Division 20 Réservée
Division 21
Division 22
Division 23
Lutte contre les incendies
Plomberie
Chauffage, ventilation et conditionnement d’air
Division 25
Division 26
Division 27
Division 28
Automatisation intégrée
Électricité
Télécommunications
Sécurité et protection électroniques
Division 24 Réservée
Division 29 Réservée
Page 3 de 107
SOUS-GROUPE TERRAIN ET INFRASTRUCTURES
Division 30 Réservée
Division 31
Division 32
Division 33
Division 34
Division 35
Division 36
Division 37
Division 38
Division 39
Terrassements
Aménagements extérieurs
Services sur l’emplacement
Transports
Voies d’eau et ouvrages maritimes
Réservée
Réservée
Réservée
Réservée
SOUS-GROUPE ÉQUIPEMENT INDUSTRIEL
Division 40
Division 41
Division 42
Division 43
Division 44
Division 45
Intégration de procédés
Équipement de traitement et de manutention de matériaux
Équipement de chauffage, de refroidissement et de séchage de procédés
Équipement de manutention, de purification et de stockage pour gaz et liquides de procédés
Lutte contre la pollution
Équipement de fabrication particulier à une seule industrie
Division 46 Réservée
À titre de comparaison, vous trouverez ci-dessous les titres des 16 divisions du Building
Construction Index, (BCI)
The 16 Master Divisions in the Building Construction Index
0.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
Bidding & Contract Requirements
General Requirements
Site Construction
Concrete
Masonry
Metals
Wood and Plastics
Thermal and Moisture Protection
Doors and Windows
Finishes
Specialties
Equipment
Furnishings
Special Construction
Conveying Systems
Mechanical
Electrical
Page 4 de 107
Exigences de soumission et de contrat
Exigencies générales
Aménagement de l’emplacement
Béton
Maçonnerie
Métaux
Bois et plastiques
Isolation et étanchéité
Portes et fenêtres
Finitions
Produits spéciaux
Équipement
Ameublement et décoration
Installations spéciales
Systèmes transporteurs
Mécanique
Électricité
04 22 00 Maçonnerie d’éléments en béton
Page 5 de 107
06 42 16 Lambris en placages de bois
Page 6 de 107
Division 07 – Isolation thermique et étanchéité
07 24 00 Systèmes d’isolation et finition extérieur (SIFE)
Un peu d’histoire …
Les premiers systèmes d’isolation et de finition extérieure ont fait leur apparition en
Europe après la seconde guerre mondiale et étaient utilisés initialement pour le
ragréage de murs de maçonnerie solide. Le principe était de proposer une solution qui
permettrait refaire une beauté aux murs extérieurs tout en augmentant aussi leur valeur
isolante. Les SIFE ont commencé à être utilisé en Amérique du Nord dans les années
1960 et sont devenu très populaire dans le milieu des années en raison de l'embargo
de pétrole et de la l’augmentation de l'intérêt dans les systèmes de mur a efficacité
énergétique élevé comme l’offrait certains systèmes SIFE.
L'utilisation des SIFE sur des constructions à ossature fait de colombages avec
revêtement intermédiaire (plutôt que sur les murs solides) est une technique nordaméricaine. Les SIFE sont désormais utilisé partout en Amérique du Nord et également
dans de nombreuses autres régions du monde, en particulier en Europe et dans le
Pacifique. . En Amérique du Nord, les SIFE étaient initialement utilisés presque
exclusivement sur les bâtiments commerciaux. Comme le marché a augmenté, le prix
a chuté au point où son utilisation c’est répandu sur les maisons unifamiliales.
À la fin des années 1980 des problèmes ont commencé à a se manifester en raison
d’infiltrations d’eau dans certains systèmes SIFE. Ceci a créé une controverse
nationale et de nombreuses poursuites en justice.
Alors qu’ils ne sont pas
intrinsèquement plus prône à la pénétration de l'eau que les autres finitions extérieures,
les critiques soutiennent que les SIFE sans gestion de l’infiltration d’eau ne permettent
pas a l'eau qui peut pénétrer dans l'enveloppe de s'échapper. Les manufacturiers ont
constamment maintenu que les SIFE eux même n’étaient pas la cause des fuites mais
que ces dernières résultaient plutôt de lacunes au niveau de la conception des détails
architecturaux au périmètre des SIFE architecturale ou à cause de techniques
d’installation médiocres. Les rédacteurs de codes de bâtiment ont réagi en exigeant
des SIFE avec drainage lorsqu’installés sur des constructions à ossature de bois en
plus d’exiger plus de supervision au chantier lors de l’installation. La plupart des
assurances propriétaire couvrent les systèmes de type SIFE. Il convient de noter
cependant que des compagnies d'assurance comme FM global peuvent ne pas fournir
une assurance incendie aux clients qui installent des systèmes SIFE, en raison de
l'absence de résistance adéquat-au feu inhérent dans les matériaux. De plus, certains
propriétaires ont trouvé que les systèmes SIFE qui sont installés à des niveaux
Page 7 de 107
inférieurs du bâtiment sont soumis au vandalisme puisque le matériau est plutôt mou et
peut être émietté ou égratigné en profondeur entraînant des dommages importants.
Principales composantes
Plusieurs compagnies proposent des SIFE. Cependant, on y reconnaît des éléments
communs d’une compagnie à l’autre, soit, à partir d’un substrat solide, soit de la
maçonnerie oui un panneau support rigide :
 Un isolant rigide, habituellement de polystyrène, fixé au substrat avec un
adhésif ou des attaches mécaniques
 Une première couche d’enduit acrylique
 Un treillis d’armature de fibre de verre ou autre noyé dans la première couche
d’enduit
 Un apprêt (dans certains systèmes)
 La couche de finition acrylique (une grande variété de couleurs et de textures
est disponible)
Un des attraits de ces systèmes est
l’usage de l’isolant de polystyrène sur
lequel les enduits sont appliqués. D’une
part il permet d’ajouter une valeur isolante
à l’assemblage, et d’autre part, puisqu’il
est très facile à tailler et à profiler, son
usage permet de créer des effets
architecturaux très variés à faible coût.
Ainsi, il est possible de simuler
l’apparence de pierre de taille, par
exemple, mais ce, un coût vastement
inférieur.
Page 8 de 107
Système de type institutionnel
- commercial – industriel
appliqué sur un panneau de
contreplaqué agissant comme
revêtement intermédiaire sur la
face extérieure de colombages
en acier.
Système de type résidentiel
appliqué sur un panneau de
contreplaqué agissant comme
revêtement intermédiaire sur la
face extérieure de colombages
de bois.
Page 9 de 107
Système
de
type
résidentiel appliqué sur un
panneau
de
polyisocyanurate
sur
fourrures de bois installées
sur
un
revêtement
intermédiaire
de
contreplaqué fixé sur la
face
extérieure
des
colombages
de
bois.
L’espace d’air derrière le
panneau
de
polyisocyanurate en fait
une conception « écran de
pluie ». Dans ce cas, il n’y
a pas de polystyrène à
l’extérieur des colombages,
donc l’isolant se retrouvera
entre cres derniers.
SIFE avec cavité
d’égouttement
derrière l’isolant.
Ce
type
de
système permet
à
l’eau
qui
pourrait s’infiltrer
derrière l’isolant
d’être drainé vers
l’extérieur.
Page 10 de 107
Page 11 de 107
Page 12 de 107
07 40 00 Panneaux de revêtement pour murs et toitures
Murs sandwich métalliques construits sur place
Les divers matériaux et systèmes de revêtement pour murs et toitures sont regroupés
dans les sections 40 de la division 7 de l’index MasterFormat. Ces notes présentent les
systèmes de murs les plus populaires, soit les systèmes de murs en revêtement
métallique construits sur place. Ceux-ci sont souvent appelés « murs sandwiches » de
métal. Ceux-ci, mis en œuvre par des entrepreneurs spécialisés en revêtements,
incluent les éléments communs suivants, habituellement installés sur une ossature en
acier fait par d’autres. Donc, dans l’ordre d’installation pour un mur sandwich
métallique « standard » :
1.
2.
3.
4.
Panneau de revêtement métallique intérieur à joints scellés agissant comme
pare-air / pare-vapeur
Ossature légère en acier, soit barres-Z ou autre combinaison
Isolant fibreux de la même épaisseur que la profondeur de la barre Z
Panneau de revêtement métallique extérieur
Il existe des variations sur l’assemblage décrit ci-dessus dans lesquelles la barre-Z est
remplacée par des éléments d’ossature légères assemblées avec des bris thermiques
pour éliminer les ponts thermiques tel que celui qui est créé par la barre-Z dans le mur
sandwich standard. Les variations de mur identifiées « mur sandwich à rendement
énergétique élevé » et « mur sandwich à rendement énergétique haute performance »
présentées pages suivantes en sont des exemples.
L’usage des murs sandwiches métalliques est très répandu surtout à cause de leur coût
attrayant résultant de l’usage de matériaux économiques et facilement disponibles, une
installation rapide nécessitant peu de main d’œuvre et ce à toute période de l’année.
De plus, la grande variété de profilés, de couleurs et de finis de ces systèmes offrent
des possibilités architecturales très intéressantes. En ajoutant le peu d’entretien requis
et une durée de vie appréciable, on comprend pourquoi des millions de mètres carrés
de ces systèmes sont installées au Canada et au travers le monde année après année.
Dans un contexte de bâtiment durable, ces systèmes sont aussi avantageux puisqu’ils
sont faits principalement d’acier, un matériau contenant un haut pourcentage de matière
recyclée et qui peut être recyclé à nouveau presque indéfiniment. De plus, les
systèmes eux-mêmes peuvent être démontées et réinstallés lors de modifications aux
bâtiments.
Page 13 de 107
Mur sandwich métallique « standard »
Page 14 de 107
mur sandwich à rendement énergétique élevé
Page 15 de 107
mur sandwich à rendement énergétique haute performance
Page 16 de 107
Mur sandwich standard en cours d’installation
Murs avec revêtements de panneaux métalliques modulaires
Les murs avec revêtements de panneaux métalliques modulaires ont gagné en
popularité au cours des dernières années. Ils offrent une apparence très moderne aux
lignes nettes et épurées et ont trouvé la faveur des concepteurs qui recherchent un
« look high-tech ». Les principales composantes de ces systèmes sont les suivantes,
énumérées selon l’ordre d’installation, à partir d’une surface de support solide :
1.
2.
3.
4.
5.
Membrane pare-air / pare-vapeur (si requise)
Ossature primaire légère en acier, soit barres-Z, oméga ou autre
Isolant, (si requis), habituellement dans l’épaisseur de l’ossature
Ossature légère secondaire, fixée à l’ossature primaire (facultative selon le
système)
Panneau de revêtement métallique modulaire fixé mécaniquement à
l’ossature
Page 17 de 107
Il existe une très grande variété de panneaux modulaires dans une vaste gamme de
matériaux et de finis. Ils peuvent être regroupés en deux grandes catégories, soit :
1) ceux aux rebords repliés leur donnant un aspect
de profondeur. Ils sont souvent appelés panneaux
en « pannes » ou panneaux « cassette » et sont
fabriqués d’acier ou d’aluminium de calibre léger,
habituellement peints. Ils peuvent également être
fabriqués avec d’autres métaux tel le zinc ou le
cuivre.
2) les panneaux appelés « plaques » fait de matériel plus épais tel l’aluminium solide
de 3-4mm d’épaisseur ou encore de matière composite d’aluminium (MCA) qui est un
sandwich de résine thermoplastique comprise entre deux feuilles d’aluminium mince sur
les faces. Parmi les panneaux MCA on retrouve des panneaux tels que: Alpolic®,
Alucobond®, Renobond® et autres. Les plaques sont habituellement montées sur un
cadre fait d’une extrusion d’aluminium et ce dernier sera fixé à l’ossature de support
avec des agrafes (« clips ») conçus spécifiquement pour le système.
Revêtement extérieur en panneaux métalliques modulaires. Dans ce cas, il s’agit de matière
composite d’aluminium.
L’installation des systèmes de revêtement diffère des murs sandwich construits sur
place dû au fait que les panneaux sont préalablement fabriqués sur mesure en usine. Il
faut onc prévoir du temps pour :
 la prise de mesures précises au chantier
 la production de dessins d’atelier qui serviront à la fabrication
Page 18 de 107


l’approbation des dessins d’atelier par l’architecte et leur modification si requise
la fabrication des panneaux et les délais de livraison
L’installation doit être faite par une main-d’œuvre spécialisée et nécessite des
instruments de haute précision tels les lasers, pour assurer un alignement des
panneaux selon des tolérances très strictes. Il y a peu de place pour l’erreur!
Exemple de coupe de mur avec revêtement modulaire de type « cassette ».
À noter dans l’illustration ci-dessus, les vis de fixation sont apparentes, et seront
normalement peinte de la même couleur que le panneau. Cependant, à quelques
mètres du mur, les vis se perdent dans l’ombrage des joints en retrait.
Page 19 de 107
Exemple de coupe de mur avec revêtement modulaire de type « plaque ».
Dans ce cas ci-dessus, il s’agit d’un panneau fait de matière composite d’aluminium
dont les bords sont repliés. Le système de fixation avec extrusions d’aluminium fait en
sorte que les vis ne sont pas apparentes.
Dans les systèmes utilisant une plaque d’aluminium solide, la plaque d’aluminium peut
être installée à plat sans replier les rebords, sur un cadre fait d’une d’extrusion
d’aluminium.
Page 20 de 107
Murs avec revêtements de panneaux métalliques isolés préfabriqués
Les murs avec revêtements de panneaux métalliques isolés préfabriqués « métalisolant-métal » ou M-I-M, prennent une place grandissante dans le marché, surtout pour
les bâtiments à grande surface. Il s’agit de panneaux fabriqués en usine d’une
composition très simple composée d’un isolant, habituellement de l’uréthane, du
polystyrène ou de la fibre minérale, laminé en sandwich entre deux feuilles d’acier
minces prépeintes.
Le principal avantage de l’utilisation de ces panneaux est leur très grande vitesse
d’installation avec peu de main d’œuvre. La très grande dimension des panneaux et le
fait que ceux-ci constituent la totalité de l’enveloppe du mur extérieur puisque le
panneau cumule, à lui seul, les fonctions de finition intérieure, pare-air, pare-vapeur,
isolant et finition extérieure, contribuent à la rapidité avec laquelle les murs sont
complétés. Le peu de joints, avec leur embouvetages, contribue à des performances
thermiques et d’étanchéité intéressantes. Mais rien n’est parfait. On leur reproche une
certaine fragilité aux rives ce qui nécessitent un grand soin dans la manutention en plus
d’un esthétique monotone.
Panneaux pré isolés préfabriqués installées sur charpente d’acier. À noter, les panneaux, d’une
largeur d’environs 1m, font la plein hauteur du bâtiment.
Tous les systèmes de revêtements métalliques devraient être installés par une main
d’œuvre compétente et d’expérience. À cet effet, il est recommandé que l’installation
se fasse par un entrepreneur membre de l’Association des entrepreneurs en
revêtements métalliques du Québec (AERMQ). Le site www.aermq.qc.ca présente les
services offerts par cette association, une foule de renseignements techniques et de
nombreuses photos de projets incluant les lauréats de leur concours de design.
Page 21 de 107
Schéma d’un mur fait de panneaux métalliques préfabriqués isolés de type M-I-M sur charpente
d’acier. Dans ce cas, il s’agit de panneaux avec un isolant de polystyrène
Page 22 de 107
Exemples de bâtiments avec revêtements de panneaux M-I-M
Page 23 de 107
09 30 13 Carrelages de céramique
Page 24 de 107
Page 25 de 107
Page 26 de 107
09 64 00 Revêtements de sol en bois
Page 27 de 107
Page 28 de 107
09 66 00 Revêtements de sol en terrazzo
Page 29 de 107
09 68 00 Revêtements de sol de tapis-moquettes
Page 30 de 107
Page 31 de 107
09 69 00 Planchers surélevés
Page 32 de 107
Division 10 – Produits spéciaux
Les matériaux de la division 10 incluent surtout des éléments préfabriqués ou prémanufacturés dont l’installation au chantier est relativement simple.
Parmi les produits les plus souvent rencontrés dans cette division, notons :
BCI
10100
10150
10250
10300
10350
10400
10520
10550
10600
10670
10800
10900
MasterFormat Titre
10 11 00
TABLEAUX D’ÉCRITURE ET D’AFFICHAGE
10 21 00
COMPARTIMENTS ET CABINES
MODULES DE SERVICES POSTAUX
10 30 00
FOYERS ET POÊLES (préfabriqués)
MATS DE DRAPEAUX
DISPOSITIFS D’IDENTIFICATION
EXTINCTEURS, ARMOIRES ET ACCESSOIRES
MATÉRIEL DE SERVICE POSTAL
CLOISONS
ÉTAGÈRES D’ENTREPOSAGE
ACCESSOIRES DE SALLES DE TOILETTES ET DE BAINS
ACCESSOIRES DE GARDE-ROBES
Pour plusieurs des produits de cette division, tels
les casiers postaux, par exemple, aucun
assemblage n’est requis au chantier. Le produit
est installé tel quel.
Pour d’autres, tels les compartiments de toilettes,
un assemblage relativement simple au chantier sera requis, tel qu’illustré dans le
schéma à droite.
Page 33 de 107
10 31 00 Foyers préfabriqués
10 35 00 Poêles
Page 34 de 107
Division 11 – Matériel et équipement
Le propriétaire de l’immeuble a souvent un rôle important à jouer dans la fourniture des
équipements requis pour son bâtiment. On parle ici d’équipements spécialisés tels que
les équipements de sports ou de laboratoires, par exemple. Souvent, c’est le
propriétaire qui fera l’achat des équipements et il devra les fournir à temps à
l’entrepreneur pour que ce dernier en fasse l’installation. Dans ce cas, les concepteurs
du projet, architecte et ingénieurs, devront prévoir l’emplacement et les services éléctromécaniques requis pour l‘installation des équipements.
Dans d’autres cas, le
propriétaire assumera la fourniture et l’installation des équipements, tels les
équipements médicaux sophistiqués, par exemple. Encore là, les concepteurs devront
tout de même prévoir l’alimentation électro-mécanique pour ces équipements et
l’entrepreneur général aura la tâche de coordonner leur installation.
Parmi les produits les plus souvent rencontrés dans cette division, notons :
BCI
11010
11030
11050
11060
11100
11120
11130
11150
11160
11400
11450
11480
11500
11700
MasterFormat Titre
ÉQUIPEMENT D’ENTRETIEN
ÉQUIPEMENT DE VESTIARES
ÉQUIPEMENT DE BIBLIOTHÈQUE
ÉQUIPEMENT DE SCÈNES ET DE THÉATRES
ÉQUIPEMENT COMMERCIAL
DISTRIBUTEURS AUTOMATIQUES
ÉQUIPEMENT AUDIO-VISUEL
ÉQUIPEMENT DE STATIONNEMENTS
11 13 00
ÉQUIPEMENT DE QUAIS DE CHARGEMENT
ÉQUIPEMENT DE SERVICES ALIMENTAIRES
ÉQUIPEMENT MÉNAGER
ÉQUIPEMENT DE SPORTS, LOISIRS ET PHYSIOTHÉRAPIE
ÉQUIPEMENT DE LABORATOIRES
ÉQUIPEMENT MÉDICAL
Page 35 de 107
11 13 00
Équipement de quais de chargement
Vue schématique en coupe d’un niveleur de quai
Photo montrant une porte de garage avec coussins d’étanchéité à tête amovible, niveleur de
quai et butoirs.
Les équipements de quai de chargement tel qu’illustrées ci-dessus se retrouvent surtout
dans les projets où on y charge et décharge des camions tels les entrepôts ou les
centres de distribution. L’installation des niveleurs de quai, intégrés aux dalles de béton
du plancher et des murs de fondation doit être prévu par les ingénieurs en structure et
en électricité pour l’alimentation électrique. L’installation sera coordonnée par l’E.G.
avec l’entrepreneur en coffrage, celui des métaux ouvrés qui fournira le fer angle
périmétrique, et l’électricien.
Page 36 de 107
Division 12 – Ameublement et décoration
Les éléments de cette division sont surtout sous la responsabilité du propriétaire,
puisque la mise en place des meubles et la décoration se fait habituellement par le
propriétaire après que l’entrepreneur ait quitté le chantier et pour cette raison, ne sont
pas inclus à son contrat. L’entrepreneur pourrait cependant être appelé à coordonner
l’installation ou fournir des supports ou autres provisions structurales pour leur
installation
Les produits les plus souvent rencontrés dans cette division sont :
BCI
12100
12300
12500
12600
12670
12700
12800
MasterFormat Titre
OEUVRES D’ART
ARMOIRES ET COMPTOIRS PRÉFABRIQUÉS
GARNITURES DE FENÊTRES
MOBILIER ET ACCESSOIRES
CARPETTES ET NATTES
SIÈGES MULTIPLES*
PLANTES D’INTÉRIEUR ET JARDINIÈRES
*L’entrepreneur pourrait être appelé à installer les sièges fixes d’auditoriums, de
théâtres ou de centres sportifs.
Page 37 de 107
Division 13 – Installations spéciales
Parmi les 16 divisions du BCI, on pourrait dire que la division 13 est essentiellement
celle qui regroupe les produits qui ne peuvent être classés ailleurs. On parle ici
d’installations effectivement spéciales, voir même très spéciales ou encore rare et
exotiques, tel que les « Systèmes de récupération des boues à la chaleur » ! Dans
plusieurs projets, on ne retrouvera même pas de produits de cette division.
Par contre, parmi les moins rares, on peut occasionnellement rencontrer :
BCI
13010
13060
13070
13120
13150
13160
13410
13560
13980
13980
MasterFormat Titre
STRUCTURES GONFLABLES
CHAMBRES FROIDES
PLAFONDS SUSPENDUS INTÉGRÉS
CONSTRUCTIONS PRÉFABRIQUÉES
PISCINES ET BASSINS
PATINOIRES
RÉSERVOIRS DE LIQUIDES ET DE GAZ
INCINÉRATEURS CONSTRUITS SUR PLACE
SYSTÈMES D’ÉNERGIE SOLAIRE
SYSTÈMES D’ÉNERGIE ÉOLIENNE
*L’entrepreneur pourrait être appelé à installer les sièges fixes d’auditoriums, de
théâtres ou de centres sportifs.
Page 38 de 107
13 31 00 Structures gonflables
« Le terme "structure gonflable" peut
désigner de nombreuses et diverses
structures utilisant l'air sous pression pour
raidir ou stabiliser une enveloppe mince de
matériau flexible et lui conférer une forme
structurale. On distingue généralement
deux types de structures gonflables: celles
constituées par une grande bâche
semblable à un ballon et qui doivent leur
forme à une légère surpression d'air entre
l'enveloppe et le sol, et celles constituées
par une double paroi présentant une série
de compartiments tubulaires ou cellulaires
gonflés qui forment une structure porteuse,
et l'espace utilisable, ainsi, n'est pas
pressurisé. »
D. A. Lutes
La plupart des structures gonflables de
grande dimension sont du type à simple
paroi.
L’avantage de ces structures est qu’elles
permettent de couvrir de très grands
volumes sans aucune colonne ou obstruction intérieur, et ce à faible coût par rapport à
des structures conventionnelles. Leur installation est également très rapide une fois la
fondation mise en place par d’autres. La particularité de la fondation est qu’elle travail
en tension plutôt qu’en compression comme dans un bâtiment conventionnel.
Les principales étapes d’installation sont les suivantes :
1)
2)
3)
4)
Mise en place de la fondation de béton, nivellement du sol
Installation de la soufflerie
Déroulement de la toile en sections et assemblage
Fixation du périmètre de la toile à la fondation, habituellement sous un fer angle
boulonné au béton.
5) Mise en place du système de câbles par-dessus la toile et fixé au fer angle à la
fondation
6) Mise en marche de la soufflerie pour gonfler la structure. Dépendant du volume
le gonflage complet se fait habituellement en moins d’une heure.
Page 39 de 107
Le principal inconvénient de ces structures se rencontre dans les climats plus froids
comme celui du Québec. Puisque l’enveloppe du bâtiment n’est constituée de rien de
plus qu’une mince membrane de textile renforcée, même si elle est doublée avec un
espace d’air, la valeur isolante de l’enveloppe demeure très faible. Il en résulte donc
des coûts de chauffage astronomiques par temps froids. Les structures gonflables
deviennent plus rationnelles pour couvrir des espaces qui n’ont pas à être chauffés.
La sécurité contre l’intrusion est également une préoccupation puisqu’un simple coup
de couteau suffit pour déchirer l’enveloppe.
Cependant, un dégonflement
catastrophique n’est pas à craindre puisque la pression de l’air est très faible.
Centre du golf UFO à Laval, Qc. Structure gonflable à paroi simple.
Page 40 de 107
13 34 19 Systèmes de bâtiments métalliques
Bâtiment métallique préfabriqué offert par Butler Manufacturing (www.butlermfg.com)
Plusieurs compagnies offrent des systèmes de bâtiments sous forme de « kits », et la
plupart de ceux-ci, si on parle de bâtiments de certaine envergure, sont proposés avec
une structure d’acier et un système d’enveloppe avec revêtements métalliques pour les
murs et la toiture. Les bâtiments offerts selon des modèles, configurations et
dimensions standardisés par le fabricant offrent habituellement les produits les plus
économiques. Cependant la plupart de manufacturiers pourront accommoder des
besoins spécifiques selon les demandes du client. Ces types de constructions peuvent
présenter une solution intéressante pour le client qui recherche surtout un bâtiment
fonctionnel à faible coût surtout si l’esthétique n’est pas une considération importante. Il
faut étudier attentivement les détails proposés puisque dans certains cas, l’enveloppe
peut ne pas être très performante au point de vue de l’étanchéité et de l’isolation
thermique. Attention, justement, aux ponts thermiques dans ces structures métalliques!
Bâtiment métallique préfabriqué proposé par Honco (www.honco.ca)
Page 41 de 107
Division 14 – Systèmes transporteurs
Les systèmes transporteurs incluent les systèmes mécaniques destinés au transport de
personnes et de marchandises dans les bâtiments.
Cette division inclus :
BCI
14100
14200
14300
14400
14500
14600
14700
14800
MasterFormat Titre
PETITS MONTE-CHARGE
ASCENSEURS ET MONTE-CHARGES
TREUILS ET GRUES
ÉLÉVATEURS
SYSTÈMES DE MANUTENTION
PLAQUES TOURNANTES
ESCALIERS MÉCANIQUES ET TROTTOIRS ROULANTS
ÉCHAFAUDAGES MÉCANIQUES
La plupart des bâtiments commerciaux et institutionnels de plus d’un étage sont dotés
d’ascenseurs pour transporter les personnes ou de monte-charges pour les
marchandises. Les treuils et grues se retrouveront surtout dans des bâtiments à
vocation industriel.
Les systèmes transporteurs sont habituellement complexes et sophistiqués et
requièrent une importante coordination pour leur intégration au niveau de la
l’architecture, la structure, la mécanique et l’électricité du bâtiment. Puisqu’il s’agit
d’équipements faits sur mesure, ils doivent aussi être commandés longtemps à l’avance
afin de pouvoir allouer un temps suffisant pour la production de dessins d’atelier, leur
approbation et pour les délais de fabrication.
Page 42 de 107
14 20 00 Les ascenseurs
Il a plusieurs fabricants d’ascenseurs qui proposent chacun une grande gamme de
produits. Cependant, on peut identifier deux principaux types d’ascenseurs selon le
type de mécanisme permettant leur déplacement. Il y a
1. Les ascenseurs à poussée (hydrauliques)
Ceux-ci sont mus par un cylindre télescopique situé en dessous de la
cabine et qui pousse l’ascenseur vers le haut.
Ce type d’ascenseur est relativement lent et convient à des bâtiments
dont le nombre d’étages est normalement inférieur à`six.
2. Les ascenseurs à traction (à câble)
Ceux-ci sont suspendus par un câble relié à un moteur situé dans le haut
de l’édifice. Ils sont plus rapides que les ascenseurs hydrauliques et
peuvent desservir plusieurs dizaines d’étages.
ASCENSEUR À POUSSÉE
(Cabine poussé par en dessous
par un piston hydraulique)
ASCENSEUR À TRACTION
(cabine suspendue et tirée
par un câble)
Cylindres en surface
avec
câbles
Cylindre en
surface
Page 43 de 107
Cylindre enfoui
Moteur avec
engrenage
Moteur sans
engrenage
Ascenseurs à poussée (hydraulique)
Page 44 de 107
Ascenseurs à traction (à câble)
Page 45 de 107
Page 46 de 107
FAUTEILS POUR TRANSPORT DE PERSONNES
Page 47 de 107
http://www.garaventa.ca/home-elevators/drive-system.html
Home Elevators - Elvoron HR Model Drive and Control System
Drive System










1:2 Cable Hydraulic Drive
Single stage hydraulic jack and two 3/8” cables
Two speed control valve for smooth start and stop
Submersed pump and motor assembly for quiet operation
Low oil protection circuit
Capacity of 750 lbs - up to 1,000 lbs available
Nominal travel speed of 40 feet per minute
Maximum floor to floor travel of 50 feet
Automatic push button operation - like commercial elevator
Automatic two-way car leveling at landings
Page 48 de 107
http://www.otis.com/site/ca-fra/Pages/Elevators.aspx?menuId=2
ABOUT
ELEVATORS
As building technology changes and progresses, our elevator technology does the same. Otis
has a long history of meeting new challenges with ongoing innovation. While there is a wide range of
elevators to fit every need, they fall under three basic types: machine-roomless, gearless traction and
geared traction.
Machine-Roomless Elevators
This revolutionary elevator system is based on the first major breakthrough in lifting technology in nearly 100 years.
Designed for buildings between about two and 30 stories, this system employs a smaller sheave than conventional
geared and gearless elevators. The reduced sheave size, together with a redesigned machine, allows the machine to be
mounted within the hoistway itself—eliminating the need for a bulky machine room on the roof.Just as unique are the
flat polyurethane-coated steel belts, an Otis invention for the Gen2™ elevator system, that replace the heavy, woven
steel cables that have been the industry standard since the 1800s. The belts make the smaller sheave possible. They
are only 0.1 inch (3 mm) thick, yet they are as strong as woven steel cables and far more durable, flexible and spacesaving.
Page 49 de 107
Gearless Traction Elevators
In 1903, Otis introduced the design that would become the standard in the elevator industry—the gearless traction
elevator. These elevators typically operate at speeds greater than 500 feet per minute (2.54 meters per second). In a
gearless traction machine, woven steel cables called hoisting ropes are attached to the top of the elevator car and
wrapped around the drive sheave in special grooves. The other ends of the cables are attached to a counterweight that
moves up and down in the hoistway on its own guiderails. The combined weight of the elevator car and the
counterweight presses the cables into the drive sheave grooves, providing the necessary traction as the sheave turns.
Gearless technology makes the tallest buildings in the world possible, such as Malaysia’s Petronas Towers.
Page 50 de 107
Geared Traction Elevators
As the name implies, the electric motor in this design drives a gear-type reduction unit, which turns the hoisting
sheave. While slower than a typical gearless elevator, the gear reduction offers the advantage of requiring a less
powerful motor to turn the sheave. These elevators typically operate at speeds from 350 to 500 feet per minute (1.7 to
2.5 meters per second) and carry loads of up to 30,000 pounds (13,600 kgs). An electrically controlled brake between
the motor and the reduction unit stops the elevator, holding the car at the desired floor level.
Page 51 de 107
ASCENSEURS
HYDRAULIQUES
À
CYLINDRE
DE
SURFACE
Le système d'ascenseur hydraulique à cylindre de surface élimine la nécessité de canalisations enterrées
et d'une cuvette tubulaire pour le cylindre. Cet ascenseur convient le mieux à la plupart des bâtiments
de deux étages où la distance entre chaque étage est inférieure à 14 pouces. La configuration de cet
ascenseur qui s'installe au-dessus du sol offre une solution efficace aux risques de contamination des
sols ou de la nappe phréatique et réduit considérablement les soucis de nature écologique. Ce type
d'installation est plus particulièrement désigné pour les constructions de deux étages nécessitant un
accès aux personnes handicapées.
L’ascenseur hydraulique à cylindre de surface Otis utilise deux pistons plongeurs télescopiques jumeaux ultra
sophistiqués, ce qui ajoute de l’élévation aux performances éprouvées de notre ascenseur hydraulique à
cylindre de surface. Il en résulte un produit nouveau, de haute précision, rentable, respectueux de
l’environnement, et dont la sécurité et la fiabilité ont déjà été démontrées.
Page 52 de 107
ASCENSEURS
HYDRAULIQUES
À
CYLINDRE
ENTERRÉ
Les ascenseurs hydrauliques à cylindre enterré d’Otis permettent un fonctionnement sûr, fiable et
régulier. Dans le cas des appareils hydrauliques à cylindre enterré, la cabine est reliée au sommet d’un
piston qui se déplace verticalement à l’intérieur d’un cylindre. Le déplacement est contrôlé par une
soupape hydraulique. Lorsque le liquide hydraulique est pompé dans le cylindre, la cabine monte. Quand
le liquide revient dans le réservoir, la cabine descend. Le moteur à « démarrage progressif » garantit un
contrôle précis tout en réduisant la charge sur le circuit électrique de l’immeuble. En outre, le cylindre à
fond double avec gaine étanche en PVC offert par Otis diminue les risques de pollution du sol et de la
nappe phréatique due à la corrosion.
Cylindre à fond double avec gaine étanche en PVC
La gaine étanche en PVC offre un moyen de contrôler l’intervalle entre la paroi du cylindre et la gaine elle-même. Par
ailleurs, le tube d’évacuation permet l’élimination des liquides indésirables qui peuvent s’accumuler dans l’espace situé
entre la gaine en PVC et le cylindre.
Page 53 de 107
ASCENSEURS
TÉLESCOPIQUES
HYDRAULIQUES
À
CYLINDRE
DE
SURFACE
L’ascenseur hydraulique à cylindre de surface Otis utilise deux pistons plongeurs télescopiques jumeaux
ultra sophistiqués, ce qui ajoute de l’élévation aux performances éprouvées de notre ascenseur
hydraulique à cylindre de surface. Il en résulte un produit nouveau, de haute précision, rentable,
respectueux de l’environnement, et dont la sécurité et la fiabilité ont déjà été démontrées.
Avantages de la technologie des pistons télescopiques :
Rentabilité
Cet ascenseur permet de diminuer les coûts et de gagner du temps. Il élimine en effet la nécessité de canalisations
enterrées et par conséquent les risques associés à l’excavation souterraine, tels que les pierres, les glissements de
terrain, les nappes phréatiques et d’autres conditions invisibles du sous-sol.
Flexibilité
Le positionnement des pistons plongeurs télescopiques permet une certaine liberté architecturale dans la conception de
la cabine : les options de porte coulissante simple, d’ouverture centrale et de portes avant et arrière sont offertes. Cet
ascenseur est idéal pour les sites de construction limités tels que les immeubles en rénovation où l’excavation serait
nécessaire.
Respect de l'environnement
Comme il s’agit d’une solution de surface, l’ascenseur hydraulique à cylindre de surface Otis réduit au minimum les
risques de pollution du sol et des nappes phréatiques et les problèmes et soucis qui s’y rapportent.
Applications
Idéal pour les l’installation sur des sites présentant des risques souterrains connus, proches de l’eau ou de nappes
phréatiques peu profondes.
Page 54 de 107
Page 55 de 107
Page 56 de 107
14 31 00 escaliers mécaniques et 14 32 00 trottoirs roulants
Page 57 de 107
Page 58 de 107
Page 59 de 107
Page 60 de 107
Page 61 de 107
14 40 00 Élévateurs (plateformes élévatrices)
http://www.vimec.biz/accessibilite/produits/plateforme-elevatrice-Silver
Plate-forme élévatrice
La plateforme élévatrice Silver est la solution idéale pour assurer l'accessibilité




Certifications
Revue de presse/ Tv
Références
Données techniques
Accessibilité sans problèmes, avec les meilleurs standards de sécurité et de flexibilité
La plateforme élévatrice Silver est la solution idéale pour assurer l'accessibilité à :



Structures privées (banques, restaurants, magasins, bureaux...)
Structures publiques (écoles, instituts...)
Habitations et résidences
FACILE, SÛR
La facilité d'installation et la sécurité d'utilisation font de Silver un appareil qui garantit un accès
libre à tout type d'édifice aux personnes qui se déplacent en fauteuil roulant, et donc une
mobilité personnelle en pleine autonomie.
QUALITÉS DE CONSTRUCTION
Structure en acier inox, design soigné dans les moindres détails, instruments de sécurité
active et passive à l'avant-garde, et bien entendu l'essai mécanique final de mouvement Vimec.
Le tableau de commande à bord et d'étage avec clé peuvent être utilisés très facilement par
n'importe quelle personne.
Silver est disponible avec deux types de course : 800 mm et 1 000 mm.
IL S'ADAPTE PARFAITEMENT AUX EXIGENCES FONCTIONNELLES ET
ESTHÉTIQUES
Page 62 de 107
Aucun type de fosse n'est nécessaire, donc l'installation est vraiment faite sur les structures
existantes.
Page 63 de 107
http://www.richardsonelevator.com/fr/plateforme-elevatrice-ES-125.htm
Les Ascenseurs Savaria Concord vous offre le modèle ES-125, la solution
idéale pour l'obstacle de l'escalier droit. Les modèles ES-125P et ES-125
Plus avec les coffrets supérieurs d'entraînement d'atterrissage, sont
conçus pour être installés dans les bâtiments publics tels que: écoles,
églises, bâtiments municipaux, maisons de repos, restaurants, centres
sociaux, etc. Ils peuvent être installés à l'intérieur et à l'extérieur et peuvent
être faits sur mesure pour répondre à tous les types de conditions
architecturales. Sa plate-forme compacte et pliante laisse l'escalier
pratiquement dégagé lorsque la plate-forme n'est pas en service.




Page 64 de 107
Équipements Standard
Équipements Optionnels
Spécifications
Documents
Mécanique (division 15 BCI)
et électricité (division 16 BCI)
Généralités
Les divisions 15 et 16 du BCI, respectivement Mécanique et Électricité, regroupent une
très grande quantité et variété de matériaux et de procédés puisqu’elles incluent les
principales sections suivantes qui correspondent chacune à une spécialité principale du
bâtiment, soit :
BCI
MasterFormat Titre
15400 22
RÉSEAUX DE PLOMBERIE
15500 21
PROTECTION INCENDIE
15600 23 50
PRODUCTION D’ÉNERGIE THERMIQUE OU ÉLECTRIQUE
15650 23 60
RÉFRIGÉRATION
15700 22 50
TRANSFERT DE CHALEUR PAR LIQUIDE
15800 23 30
DISTRIBUTION D’AIR
15900 21&22&23
RÉGULATION ET INSTRUMENTATION
16000 26
ÉLECTRICITÉ
Aucune division ou section ni du BCI, ni de MasterFormat inclut tous les travaux de
chacune des principales spécialités soit :
1. PLOMBERIE (incluant chauffage à l’eau chaude et canalisations de gaz
2. PROTECTION INCENDIE (habituellement gicleurs à l’eau)
3. SYSTÈMES CVCA (Chauffage, Ventilation et Climatisation de l’Air)
4. ÉLECTRICITÉ
La correspondance entre les sections du BCI et du MasterFormat est également
difficile. Le MasterFormat regroupe maintenant ces travaux différemment selon les
principales divisions distinctes suivantes, dont chacune ne correspond pas
nécessairement à un métier particulier de la construction. MasterFormat 2004 répartit
les travaux de mécanique et d’électricité dans les principales divisions
suivantes auxquels on identifie les entrepreneurs spécialisés indiqués:
Division 21
Lutte contre les incendies
Entrepreneur spécialisé en protection incendie
Division 22
Plomberie
Entrepreneur spécialisé en plomberie
Entrepreneur spécialisé en calorifugeage (isolation de la tuyauterie)
Page 65 de 107
Division 23
Chauffage, ventilation et conditionnement d’air
Selon le type de système :
Entrepreneur spécialisé en Plomberie
Entrepreneur spécialisé en CVCA
Entrepreneur spécialisé en Électricité
Entrepreneur spécialisé en contrôles et instrumentation
Autres entrepreneurs spécialisés
Division 25
Automatisation intégrée
Division 26
Électricité
Entrepreneur spécialisé en électricité
Entrepreneur spécialisé en systèmes de détection et d’alarme
Division 27
Télécommunications
Division 28
Sécurité et protection électroniques
Entrepreneur spécialisé en systèmes de détection et d’alarme
Division 33
Services sur l’emplacement
Entrepreneur spécialisé en plomberie
Entrepreneur spécialisé en installation de puits
Entrepreneur spécialisé en installation septiques
Entrepreneur spécialisé en électricité
Coordination des travaux de mécanique et
d’électricité avec les autres systèmes du bâtiment
Les travaux inclus dans les systèmes de mécanique et d’électricité du bâtiment sont
nombreux et complexes. Une description détaillée et compréhensive des systèmes de
mécanique et d’électricité du bâtiment est au delà du contenu et des objectifs de ce
cours. Cependant, en ce qui concerne leur relation avec les méthodes de construction,
ce qui importe pour ce cours est la coordination requise pour la mise en œuvre de ces
différents systèmes afin qu’ils puissent être installées de façon efficace, efficiente et
fonctionnelle.
Commençons par dresser une liste des différents systèmes et des principaux
intervenants :
Page 66 de 107
Système
Concepteur
Exécutant(s) (selon ce qui est requis)
 Architecture architecte
divers entrepreneurs en spécialités architecturales
 Structure
ing. en structure
E. S. coffrage
E. S. armature
E. S. finition béton
E. S. maçonnerie, si porteuse
E. S. charpente d’acier
E. S. charpente de bois
 Plomberie
ing. en mécanique E. S. en plomberie
E. S. en calorifugeage
 Protection
incendie
ing. en mécanique E. S. en protection incendie
 CVCA
ing. en mécanique E. S. en CVCA
E. S. en contrôles et instrumentation
 Électricité
ing. en électricité
E. S. en électricité
E. S. en contrôles et instrumentation
E. S. en systèmes détection et alarme
Chacun des systèmes ci-dessus est un fait un sous-système du plus grand système
qu’est le bâtiment. Chaque sous-système est influencé et influence chaque autre
système. Il est donc primordial que chaque système soit conçu et installé en tenant
compte des contraintes et exigences imposées par tous les autres sous-systèmes.
La coordination et l’intégration de tous les éléments (matériaux, équipements,
systèmes) qui forment le bâtiment s’opère à deux niveaux très distincts :
1. Au niveau de la conception
2. Au niveau de la construction
La coordination au niveau de la conception est principalement la responsabilité des
professionnels concepteurs, soit principalement l’architecte et les ingénieurs.
La coordination au niveau de la construction est principalement la responsabilité
des entrepreneurs, soit l’entrepreneur général comme coordinateur principal de ses
entrepreneurs spécialisés.
Page 67 de 107
Coordination au stage de la conception
La coordination au niveau de la conception est la coordination faite par les
professionnels concepteurs « sur papier », quoique maintenant, c’est plutôt par
ordinateur. Cette coordination se fait au stage de la planification et passe par les
étapes des croquis et esquisses, des documents préliminaires, de soumission et enfin
de construction. C’est habituellement l’architecte qui joue le rôle de coordinateur
principal lors de ces étapes. À titre de maître d’œuvre, il est responsable de l’évolution
de la conception globale du bâtiment, à partir des premiers croquis jusqu’à la production
des plans et devis détaillés pour construction. L’architecte sera responsable d’assurer
que les fonctions, l’apparence, la volumétrie, les dimensions et tous les autres aspects
du bâtiment soient conformes aux exigences du client. Pour l’appuyer, l’architecte fera
appel aux divers ingénieurs qui apporteront leur expertise dans la conception des soussystèmes de structure, de mécanique, et d’électricité du bâtiment.
Tous ces
professionnels doivent travailler en équipe et être à l’affut des besoins, contraintes et
exigences des autres.
Par exemple, si un ascenseur est requis, l’architecte pourra en déterminer les
dimensions et l’apparence, l’ingénieur en structure prévoira les ouvertures à faire dans
les planchers et les renforts structuraux nécessaires, l’ingénieur en mécanique fera la
conception des systèmes de chauffage, climatisation et ventilation du puits, tandis que
l’ingénieur en électricité déterminera les besoins en alimentation électrique pour les
moteurs et contrôles. Chacun inclura les informations et détails nécessaires aux plans
et devis qu’il produira.
La coordination au stage de la conception vise l’intégration des divers systèmes les uns
par rapport aux autres, afin de repérer et résoudre les conflits potentiels AVANT LA
CONSTRUCTION.
Coordination au stage de l’exécution
La coordination au stage de l’exécution est principalement la responsabilité de
l’entrepreneur général qui devra coordonner ses travaux est ceux des entrepreneurs
spécialisés qu’il engagera pour réaliser concrètement ce que les professionnels ont
conçu. Il s’agit d’exécuter ou construire ce qui est exigé aux plans et devis. La
principale responsabilité de coordination de l’entrepreneur générale devrait consister à
identifier et assigner les tâches à faire et coordonner la séquence de leur
réalisation. Il le fera avec ses propres effectifs ou ceux des entrepreneurs spécialisés
qu’il engagera.
La priorité d’installation accordée aux divers systèmes est une fonction de la flexibilité
possible dans leur installation selon la logique suivante :
Page 68 de 107
1. La structure est normalement prioritaire puisque l’intégrité structurale du
bâtiment en dépend. Il est difficile de déplacer poutres et colonnes.
2. Les conduits de CVCA passent normalement en deuxième à cause de leur
volume encombrant et la difficulté de les modifier au chantier.
3. Les autres conduits rigides -* gicleurs avant plomberie - selon leur grosseur.
4. Les conduits flexibles et le filage
5. Les éléments de finition
Par exemple, pour la construction des installations du plafond dans une salle de cours,
l’entrepreneur général coordonnera la séquence de travail des entrepreneurs
spécialisés pour que chacun puisse exécuter sa partie de travail dans le bon ordre, de
façon efficace et sans qu’un nuise aux autres dans une séquence telle que la
suivante qui est représente un ordre de priorité typique :
1. éléments de charpente
2. principaux conduits de CVCA
3. canalisations principales de gicleurs
4. canalisation principales de plomberie
5. conduits électriques rigides
6. filage électrique
7. suspension du plafond
8. installation des têtes de gicleurs
9. installation de grilles et diffuseurs
10. installation d’appareils d’éclairage
11. détecteurs feu / fumée / haut-parleurs
12. installation de tuiles acoustiques
E.S. structure
E.S. CVCA
E.S. gicleurs
E.S. plomberie
E.S. électricité
E.S. électricité
E.S. système intérieur
E.S. gicleurs
E.S. CVCA
E.S. électricité
E.S. électricité
E.S. système intérieur
Il est important de noter que ce sont les professionnels, sous la coordination de
l’architecte, qui ont la responsabilité de déterminer l’emplacement des tous les éléments
tant au plan horizontal que vertical et c’est eux qui auraient dû vérifier et s’assurer qu’il
n’y ait pas de conflits. Par exemple, une tête de gicleur et un diffuseur d’air ne devrait
pas se retrouver, sur plans, au centre de la même tuile de plafond. Malheureusement
cette tâche est souvent refilée à l’entrepreneur général qui doit se débrouiller pour
placer résoudre des conflits résultant de plans mal ou pas coordonnés par les
professionnels. Ce manque de coordination est à l’origine de beaucoup de conflits au
chantier engendrant retards et coûts supplémentaires sans parler de chicanes et de
stress. On ne peut nécessairement blâmer les professionnels pour toutes les lacunes
au niveau du manque de coordination. Les échéanciers iraisonnablement court qui
leurs sont imposés pour la production de plans et devis et des honoraires insuffisants
sont souvent à l’origine des lacunes au niveau de la coordination des documents.
Page 69 de 107
Division 21 Lutte contre les incendies
(BCI - 15 500)
Le vieux dicton « mieux vaut prévenir que guérir » s’applique certainement en ce qui
concerne les incendies dans les bâtiments. Évidemment, il est préférable d’empêcher
qu’un incendie se déclare plutôt que de le combattre. À cet effet, les codes de
constructions limitent la quantité de matériaux combustibles qui peuvent être utilisées
dans les constructions, et dans certains cas types de bâtiments, les interdisent
complètement. Malgré toutes les précautions qui peuvent être prises pour empêcher la
naissance des incendies dans les bâtiments, il arrive quand même que des incendies
prennent naissance, et dans ce cas, un système efficace de lutte contre les incendies
pourra rapidement supprimer le feu, protéger ses occupants et limiter les dégâts au
bâtiment.
Le système de lutte contre les incendies doit cependant être choisi et conçu avec soin
en tenant compte des dimensions du bâtiment, son contenu et le type d’incendie qui
pourrait se déclencher. Parfois, plus d’un type de système sera requis dans un même
bâtiment.
Les principaux types de systèmes de lutte contre les incendies sont les suivants :





Colonnes d’eau avec cabinets d’incendies avec boyaux sous eau
Systèmes de gicleurs automatiques à l’eau (sous eau et sous air)
Systèmes utilisant un agent propre – CO2 et autres gaz
Systèmes utilisant une mousse
Systèmes utilisant des produits chimiques liquides ou secs
Page 70 de 107
Systèmes de gicleurs automatiques à l’eau (sous eau et sous air)
Figure schématique d’un système de gicleurs automatiques à l’eau et colonne d’eau reliée à
des cabinets avec boyaux. En gros plan, la connection en « Y » souvent appelée « Siamoise ».
Les systèmes de gicleurs automatiques à l’eau (sous eau) sont parmi les plus
communs à cause de leur efficacité et leur coût relativement faible. Ces systèmes sont
relativement simples et consistent essentiellement, pour les systèmes sous eau, d’un
réseau de tuyaux remplis d’eau sous pression configuré de sorte à ce que la distribution
des têtes de gicleurs, placées sur les tuyaux, soit conforme aux exigences des codes
Page 71 de 107
selon l’occupation les dimensions et le contenu du bâtiment. Les principaux éléments
composants ces systèmes sont :







Conduit d’alimentation principal entre l’aqueduc de la rue et le bâtiment
Vanne d’arrêt principale à l’entrée du bâtiment
Canalisations verticales et horizontales sur lesquelles sont situées les
têtes de gicleur. Réseau de type « arbre »
Vannes pour isolement de zones
Interrupteurs de débit
Et au besoin
Connections siamoise à l’extérieur
Pompe de surpression et génératrice d’urgence
La tuyauterie est alimentée en eau en étant relié au système d’aqueduc de la ville par
un tuyau de diamètre important (typiquement 150mm Ø et +). Si la pression d’eau de la
ville n’est pas suffisante, des pompes de surpression peuvent alors être ajoutées au
système. Dans ce cas, une génératrice d’urgence sera aussi requise pour faire
fonctionner les pompes en cas de panne d’électricité. La génératrice, si requise,
nécessitera alors parfois une pièce dédiée avec un système d’évacuation des gaz
d’échappement de son moteur à essence ou diésel. Le tout entraîne donc des coûts
additionnels importants. La pression d’eau dans le système peut également être
augmentée lors de l’arrivée des pompiers par l’utilisation d’une connexion siamoise. On
peut y raccorder une alimentation d’eau additionnelle provenant d’une borne fontaine et
utiliser les pompes du camion incendie pour augmenter la pression.
Chaque tête de gicleur est munie d’un fusible
sensible à la chaleur.
Lors d’un incendie,
l’élévation de température entraînera la rupture
du fusible dans la tête du gicleur le plus proche
du foyer de l’incendie déclenchant ainsi la douche
d’eau qui éteindra le feu par l’effet de
refroidissement de l’eau. La plupart du temps, le
déclenchement d’une seule tête de gicleur sera
suffisant pour éteindre le feu. Ce n’est que dans
les films où toutes les têtes se déclenchent en
même temps! Souvent, le feu est donc déjà
éteint par la douche d’une tête quand les
pompiers arrivent sur la scène et leur tâche
urgente consiste alors non pas à combattre le feu mais plutôt à couper l’eau pour limiter
les dégâts d’eau causés par le débit d’eau. Pour ce faire, les pompiers doivent localiser
Page 72 de 107
la robinetterie de sectionnement d’eau, communément appelée la « valve des gicleurs »
qui est normalement est située dans un endroit accessible qui leur est connu.
Lorsque la tuyauterie du système de gicleurs est exposée à des températures en bas
du point de congélation, comme pour protéger un aire non chauffée tel qu’un quai de
chargement de camions extérieur protégé par une toiture, un système sous air sera
alors utilisé. Dans ce cas, les tuyaux ne sont pas remplis d’eau puisque le gel de l’eau
pourrait faire éclater les tuyaux. Lors du déclanchement d’un fusible dans une tête de
gicleurs, ceci actionnera une vanne qui permettra alors que la tuyauterie se remplisse
d’eau.
L’usage de l’eau n’est pas approprié pour éteindre tous les types de feux. Certains feux
se propageront si on les asperge d’eau, comme par exemple, les feux d’huiles ou de
graisse qui s’étendront parce que la matière en feu, par exemple de l’huile, flottera sur
l’eau. Dans d’autres cas, lorsqu’il s’agit de protéger des équipements ou des biens de
très grande valeur monétaire ou stratégique comme des œuvres d’art ou encore de
l’équipement informatique dans un centre de données, l’eau pourrait causé des
dommages irréversibles inacceptables ou encore détruire ce que l’on essai de protéger.
Dans ces cas, des systèmes alternatifs utilisant une matière autre que de l’eau doivent
être envisagées. Les plus courants seront brièvement présentés dans les pages qui
suivent.
Colonnes d’eau avec cabinets d’incendies avec boyaux
Ces systèmes sont relativement simples et sont
constitués essentiellement d’une canalisation d’eau
principale à partir de laquelle sont reliés des cabinets
d’incendie contenant un boyau d’arrosage et aussi un
extincteur portatif. Ces systèmes ne se déclenchent
pas automatiquement et nécessitent l’intervention
nécessitent l’intervention d’une personne pour les
déployer et les activer. En cas de feu, il est
préférable
que
les
occupants
évacuent
immédiatement le bâtiment et que l’utilisation des
cabinets d’incendies soit laissée aux pompiers!
Ces systèmes se retrouvent typiquement dans des bâtiments multi-étages et la colonne
d’eau principale se situera souvent dans un coin de cage d’escalier, les cabinets étant
installées dans les corridors à proximité de cette dernière.
Page 73 de 107
Afin d’assurer une pression d’eau adéquate, il y aura
souvent un réservoir d’eau situé à l’étage supérieure
du bâtiment et la pressurisation se fera par gravité.
Alternativement, une connexion siamoise à l’extérieur
du bâtiment au rez-de-chaussée permettra aux
pompiers d’y brancher une alimentation d’eau
provenant d’une borne fontaine d’un côté, et un tuyau
de pressurisation alimenté par des pompes dans le
camion de pompier.
Page 74 de 107
Systèmes utilisant un agent propre – CO2 et autres gaz
Les systèmes utilisant un agent propre pour combattre le feu sont utilisés surtout dans
les cas où on doit protéger des biens de grande valeur qui serait détruits ou rendus
inopérants s’ils étaient aspergés d’eau. L’exemple typique serait une salle contenant
des ordinateurs ou autres équipements sophistiqués ou encore une voûte où on y garde
des œuvres d’art ou des documents précieux. D’autres exemples typiques qui sont
protégés par des agents propres incluent les installations de commutateurs de
télécommunication, les installations de fabrication de semi-conducteurs, centres de
traitement des données, salles blanches, salles de contrôle de processus industriels,
musées, bibliothèques et sites historiques.
Le terme « agent propre » indique un gaz, qui pourra éteindre le feu mais en
occasionnant un minimum ou aucun dégât. À part épargner le contenu de l’aire à
protéger, un autre avantage est qu’il y aura souvent aucun nettoyage à faire suite au
déclenchement du système. Ceci se traduit par un impact minime sur les opérations et
un temps d’interruption minime. Il existe une grande variété de gazes dont la sélection
dépendra surtout du type de feu à combattre et de la nature des biens à protéger.
À cause de leur coût élevé, ces systèmes sont habituellement destinés à protéger des
aires restreints et spécifiques dans un bâtiment et non des bâtiments entiers puisque le
coût serait. Souvent il s’agira de protéger une seule pièce tel qu’une salle d’ordinateurs
tandis que le reste du bâtiment sera protéger par un système plus économique tel que
des gicleurs à l’eau.
Page 75 de 107
Les divers systèmes utilisant un agent propre partagent certaines caractéristiques
communes :



Une banque de réservoirs contenant l’agent propre sous pression,
habituellement située à l’extérieur de l’aire à protéger
Un réseau de tuyauterie avec buses, reliés aux réservoirs, pour la diffusion
de l’agent en cas de feu
Un système de détection, d’avertissement et d’alarme.
Banque de cylindres contentant un agent propre – Système Inergen
Page 76 de 107
Systèmes au CO2
Système d'extinction d'incendie au CO2 Hygood
L'agent « propre » original, le dioxyde de carbone, CO2, supprime le feu sans laisser de
traces sur l'équipement sensible aux dommages. C’est une solution relativement
économique assurant la protection automatique ou manuelle pour les feux de la classe
A, B ou C.
Cependant, les extincteurs au dioxyde de carbone conviennent
particulièrement aux risques de la classe B impliquant les liquides inflammables et sont
le meilleur choix pour des risques électriques généraux. Le CO2 est inoffensif pour les
appareils électriques et électroniques et est approprié pour les bureaux modernes, les
risques électroniques et les feux causés par la combustion des liquides tels que des
huiles, des graisses, des dissolvants, etc. Parce qu'il n'y a aucun agent à nettoyer, les
affaires reprennent leur cours très rapidement. Les systèmes sont disponibles sous
pression basse ou élevée et sont habituellement conçus sur mesure.
Page 77 de 107
Dans les bâtiments, les systèmes de CO2 ce sont avérées efficaces dans de
nombreuses applications tel que :
Friteuses commerciales et industrielles
Salles de génératrices électriques / transformateurs
Panneaux électriques
Équipement d'évacuation des déchets
Aires de stockage de matériels dangereux
Réservoirs
Sous-planchers de salle d’ordinateurs
Salles de commande non-occupées
Lignes de peinture
Opérations d'usinage
Collecteurs de poussière
Presses typographiques
Agent propre – autre gaz - Hygood FM 200
L’agent propre Hygood FM-200 est reconnu comme solution de protection contre les
incendies pour les personnes, la propriété et l'environnement. Il est électriquement
non-conducteur, et son entreposage occupe un espace minimal. Il agit principalement
en refroidissant le feu et en enlevant l'énergie calorifique de sorte que le processus de
combustion ne puisse pas être soutenu.
En ce qui concerne l'exposition des personnes à Hygood FM-200, la sécurité n'est pas
un facteur. En fait, FM-200 est même employé comme remplacement pour des
propulseurs de CFC dans des inhalateurs pharmaceutiques, et c’est pour cette raison
que les systèmes de Hygood FM-200 sont approuvés par l'UL et le LPCB.
Hygood FM-200 est un choix d’agent propre de confiance dans la protection contre les
incendies d’installations où l’interruption des activités doit être réduite au minimum et
que la survie de l’entreprise est critique. Le FM-200 est propre, ne laissant aucunes
particulaires huileuses, eau ou matériaux corrosifs. Ceci élimine presque entièrement
tout risque de dommages à l'équipement délicat provoqué par l'extincteur lui-même.
De plus, l'environnement n'est pas en danger : Hygood FM-200 a un effet nul sur la
couche de l'ozone stratosphérique de la terre et a un impact minimal sur
l'environnement par rapport à l'impact d'un feu catastrophique. C'est une solution de
protection contre les incendies qui à déjà a été appliquée dans le monde entier dans de
très nombreuses situations dans plus de 70 pays.
Page 78 de 107
Système d’extinction à base de mousse
Système d'extinction d'incendie à base de mousse « Skum HotFoam «
Skum HotFoam (TM) - une solution innovatrice et prouvée de protection contre les
incendies pour les espaces clos de grand volume là ou les gicleurs a l’eau de ne
seraient pas appropriés, comprenant, par exemple, des tunnels, des hangars d'avions
et des entrepôts. Le système de HotFoam, par exemple, est non seulement efficace et
rapide quand il vient aux feux de combat dans les espaces clos, il réduit également
considérablement les risques de dommages secondaires car il a une basse teneure en
eau. Une fois activé, un brouillard fin de jet d'eau fourni par le système assure une
baisse très rapide de la température. Après ceci, la mousse inondera totalement la
zone protégée dans quelques minutes et étouffera le feu, tout en le coupant de l'air
requis pour supporter la combustion. Évidemment, d’importantes opérations de
nettoyage seront requises suite à un déclenchement !
La technologie de HotFoam est une excellente solution pour une vaste gamme
d’usages. Des exemples d’application pour les bâtiments incluent:
- Installations de production et de stockage de produits petro chimiques
- Usines de fabrication
- Entrepôts
- Hangars d'avions
- Centrales
- Tunnels de câbles
Page 79 de 107
Division 22 Plomberie (division 15)
Les travaux exécutés par l’entrepreneur spécialisé en plomberie ne sont pas tous
nécessairement compris dans cette division 21. Les principaux travaux exécutés par
l’entrepreneur spécialisé en plomberie incluent :










Vanne d’arrêt principale à l’entrée du bâtiment
Réseau de tuyauterie de distribution d’eau potable (eau froide) provenant
de l’aqueduc de la ville ou d’un puits.
Réseau de tuyauterie de distribution d’eau chaude, incluant le chauffe-eau
Appareils de plomberie : éviers, lavabos, robinetterie, toilettes, douches,
bains etc.
Réseau d’évacuation des eaux sanitaires (sous-planchers ou dalles)
Réseau d’évacuation des eaux pluviales du bâtiment (drains de toit)
Réseau de tuyauterie d’évents
Réseaux de distribution de tuyauterie de gaz
Systèmes de chauffage à l’eau chaude incluant bouilloires, pompes,
calorifères et radiateurs, contrôles, etc.
Raccordements d’eau, drainage, égouts, gaz requis par autres corps de
métiers (exemples : raccordement de gaz aux unités d’air climatisé,
raccordements pour équipements de cuisine).
Page 80 de 107
22 11 00 Réseau de distribution d’eau
Page 81 de 107
22 40 00 Appareils de plomberie
Page 82 de 107
Division 23 – Chauffage, ventilation et
conditionnement d’air (CVCA) (division 15)
Les principaux travaux exécutés par l’entrepreneur spécialisé en CVCA incluent :









Unités de production de chaleur (fournaises) pour systèmes de chauffage à
air pulsé
Unités de refroidissement (unités air climatisé) pour systèmes de
climatisation
Unités combinés chauffage / climatisation
Thermopompes
Conduits pour la distribution de l’air – alimentation et retours
Grilles et diffuseurs d’air
Systèmes d’humidification ou déshumidification de l’air
Systèmes de filtration / purification de l’air
Contrôles (thermostats, hygrostats, etc.)
Page 83 de 107
Page 84 de 107
23 50 00 Chauffage – équipements centralisés (chauffage à eau chaude)
Page 85 de 107
23 50 00 Chauffage – équipements centralisés (à air pulsé)
Page 86 de 107
23 56 00 Équipement de chauffage fonctionnant à l’énergie solaire
Page 87 de 107
23 60 00 Refroidissement – Équipements centralisés
Vidéo thermopompe à : http://www.grenergy.co.uk/content/Products-HeatPumps-How-does-it-work
Page 88 de 107
Page 89 de 107
23 70 00 CVCA – Équipements centralisés
Page 90 de 107
Page 91 de 107
Page 92 de 107
Page 93 de 107
Page 94 de 107
23 83 00 Appareils de chauffage par rayonnement
23 83 33 Radiateurs électriques
Page 95 de 107
23 83 13 Câbles électriques pour systèmes de chauffage par rayonnement
23 83 23 Panneaux électriques rayonnants
Page 96 de 107
23 83 16 Tuyauterie pour système de chauffage hydronique par
rayonnement
Page 97 de 107
Division 26 – Électricité
Les principaux travaux exécutés par l’entrepreneur spécialisé en électricité incluent :











Alimentation électrique principale aérienne (mat) ou souterraine (demande
et travaux à coordonner avec Hydro Québec)
Disjoncteur électrique principal
Transformateurs (pour fournir une variété de voltages)
Panneaux de distribution électrique à différents voltages et ampérages
pour éclairage, services et équipements
Conduits et filage pour la distribution électrique
Appareils d’éclairage avec leurs interrupteurs
Prises d’alimentation
Unités de chauffage électrique : plinthes, aérothermes et leurs contrôles
Et parfois, si.il ne s’agit pas de contrats distincts
Systèmes de détection et d’alarme incendie incluant détecteurs de chaleur
et de fumée
Systèmes de détection et d’alarme contre l’intrusion
Raccords électriques pour équipements fournis par d’autres
Page 98 de 107
26 05 00 Électricité – Exigences générales concernant les résultats des travaux
Page 99 de 107
Page 100 de 107
26 05 26 Installations électriques – Mise à la terre et continuité des
masses
Page 101 de 107
26 10 00 Distribution électrique à moyenne tension
26 18 00 Dispositifs de protection de circuits à moyenne tension
Page 102 de 107
Division 33 Services sur l’emplacement
Page 103 de 107
33 10 00 Réseaux d’eau
33 21 00 Puits d’alimentation en eau
Page 104 de 107
33 30 00 Réseaux d’égouts sanitaires
Page 105 de 107
33 31 00 Tuyauterie d’égout sanitaire
Page 106 de 107
33 36 00 Fosses septiques
Page 107 de 107
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement