Ventilation

Ventilation
VENTILATION
FICHES TECHNIQUES
Ventilation





Les enjeux d'une bonne ventilation
Contexte de réhabilitation et choix des solutions
Points de vigilance
Interfaces
Coût et devis
FICHES TECHNIQUES
1/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Les enjeux d'une bonne ventilation
Lorsque des travaux d'isolation sont programmés, le renouvellement efficace de l’air est primordial pour
maintenir une ambiance saine, évacuer correctement la vapeur d’eau générée par ses occupants et éviter tous
problèmes d’odeurs et de dégradations du bâti (condensations, moisissures, décollement de papiers peints…)
Le système de ventilation à prévoir devra garantir en permanence la qualité de l’air intérieur tout en limitant les
consommations d’énergie pour le chauffage de l’air et le fonctionnement des ventilateurs.
La qualité de l’air intérieur
Une bonne partie de la population passe près de 90 % de son temps dans des espaces plus ou moins confinés
(logement, transport, travail…) où l'air intérieur est bien souvent plus pollué que l'air extérieur !
Si isoler sa maison et la rendre étanche à l'air est indispensable pour diminuer les pertes de chaleur et
économiser l'énergie, bien ventiler son logement devient aussi fondamental. Formaldéhydes, COV, CO2, radon,
etc. sont autant de polluants qu'il faut pouvoir évacuer.
Source Aldes
L'évacuation de l'humidité dans un logement
Les occupants dégagent de l'humidité (respiration et sudation) mais ce sont principalement les activités domestiques qui en produisent : la cuisine, la toilette, le
ménage, le nettoyage et séchage du linge. En moyenne, il faut compter 10 à 15 litres d'eau par jour pour une famille de 4 personnes !
L'excès d'humidité représente la principale cause d'insalubrité dans le logement en France. Une évacuation insuffisante de cette humidité favorise l’apparition de
moisissures, entraînant maux de tête, allergies et inconfort pour les occupants ainsi qu’une détérioration du bâtiment (pourrissement des bois, corrosion des
éléments métalliques, détérioration des menuiseries et des revêtements intérieurs, affaiblissement des performances thermiques des isolants…).
Limiter les sources de pollution et renouveler continuellement l’air est donc indispensable pour évacuer odeurs, polluants
et humidité.
L’ADEME* conseille d’ouvrir en grand ses fenêtres pendant 10
minutes chaque jour ! Effectivement, par ce geste vous aérez…
mais pour seulement une petite heure ! Il faudrait en réalité
aérer 10 minutes par heure chaque jour pour garantir un renouvellement d'air suffisant ! C'est pourquoi il existe des systèmes
de ventilation contrôlée fonctionnant en permanence.
* Voir Glossaire
S.O.S FICHES
"Humidité"
FICHES TECHNIQUES
2/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Rappel de la réglementation en vigueur
La ventilation est une obligation légale (arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983) pour tous les
logements postérieurs à 1982, collectifs ou individuels. Elle doit satisfaire aux exigences suivantes :
 l’aération doit être générale et permanente,
 la circulation d’air doit se faire depuis des entrées d’air situées dans les pièces principales
(pièces "sèches" : salons, chambres, etc.) jusqu’à des sorties, dans les pièces de service
(cuisine, salles d'eau, WC, buanderie…).
 Le principe de base de la ventilation est un équilibre des entrées (air neuf) et des sorties (air
vicié). Des débits réglementaires sont exigés.
La façon la plus sûre de les obtenir est d’installer une ventilation mécanique contrôlée ou VMC. Il est
en effet difficile, voire impossible, de contrôler les débits d’air renouvelés par ventilation naturelle.
Contexte de réhabilitation et choix des solutions
Différentes situations initiales peuvent se présenter. Le choix d’une
solution adaptée nécessite un état des lieux rigoureux mais une solution
existe pour chaque situation comme le montre le logigramme ci-contre.
La difficulté principale se trouve dans les contraintes d'ordre technique et
spatial. Dans un logement existant, il peut s'avérer compliqué de faire
passer les réseaux de conduits qui relient le caisson d'extraction aux
bouches d'extraction des pièces humides (absence de combles ou de faux
plafonds, plafonds à la française à conserver…). Il est donc important de
réfléchir aux possibilités d'intervention avec le professionnel qui installera
la ventilation.
Choix d’un système de ventilation en l’absence de ventilation existante dans une maison individuelle.
Source RAGE
FICHES TECHNIQUES
3/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Les différentes solutions possibles
Ventilation naturelle
La ventilation naturelle ne permet pas d’assurer un renouvellement de l’air suffisant car elle est trop dépendante des conditions extérieures et ne répond donc pas
aux exigences de qualité de l’air intérieur ni aux objectifs d’une réhabilitation/rénovation BBC* durable.
En effet, la ventilation naturelle fonctionne principalement sur le principe du tirage thermique : plus la différence de température entre le logement et l'extérieur
est importante, plus le renouvellement d'air est important, ce qui provoque de très fortes pertes de chaleur en hiver. Par ailleurs, ce renouvellement peut être trop
fort dans certaines pièces et insuffisant dans d'autres (pas de "balayage" du logement par l'air neuf).
Seuls les systèmes de ventilation qui améliorent le confort en conciliant les exigences
d’un bon renouvellement d'air et une limitation des gaspillages de chaleur sont à conseiller
dans le cas d’une rénovation basse consommation d’énergie.
Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC)
à simple flux
Le principe repose uniquement sur l'extraction mécanisée de l'air vicié du logement. La ventilation dite simple flux
est le système de ventilation le plus courant. Le principe général consiste à placer des entrées d’air dans les pièces
sèches (chambres, séjour, salon, salle à manger). L’air pollué (dit vicié) est quant à lui aspiré dans les pièces humides
(WC, cuisine, salle de bain) par l’intermédiaire de bouches d’extraction. L’ensemble des bouches d’extraction est
relié par des gaines à un moteur. L’air aspiré par ce moteur est ensuite évacué hors du logement grâce à une sortie
en toiture ou en façade. La circulation de l’air entre les pièces se fait sous les portes intérieures ou par des grilles
placées sur les portes ou les cloisons.
Il existe 3 types de ventilation contrôlée dite à "simple flux" :
VMC simple flux auto-réglable
Principe d'une VMC simple flux, Source ADEME/CD39
Les bouches d'entrée d'air comme les bouches d'extraction sont auto-réglables : elles garantissent un débit constant
quelle que soit la pression du vent ou la différence de température entre le logement et l'extérieur. Ce système ne
dépend ni du climat ni de l'occupation du logement. Toutefois, il dispose, sur les modèles les plus récents, d'une
marche forcée que l'on peut actionner si besoin (cuisine, douche, utilisation du sèche-linge…)
FICHES TECHNIQUES
4/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
La VMC simple flux hygro-réglable de type A
La VMC simple flux hygroréglable de type B
Dans ce système de ventilation simple flux, les entrées d’air sont autoréglables alors que l’extraction adapte son débit en fonction de l'hygrométrie
de l'air intérieur et donc de l’utilisation et de l’occupation du logement. Cela
permet de mieux évacuer l'humidité mais ce système est de moins en moins
utilisé au profit de la VMC Hygro B.
Il s'agit du même système de fonctionnement mais en plus des bouches
d'extraction, les bouches d'entrée d'air sont aussi hygro-réglables. Plus l’air
est humide à l’intérieur de la pièce, plus l’entrée d’air laissera passer une
quantité d’air neuf important. L'humidité est ainsi mieux évacuée et, en
l'absence des habitants, les déperditions de chaleur par renouvellement d'air
sont limitées grâce à ce débit variable.
Si les débits sont réduits en l'absence d'humidité dans les pièces, cela peut
générer un moins bon renouvellement d'air, les pollutions "sèches" n'étant pas
détectées par le système.
La VMC double flux avec récupération de chaleur
La ventilation mécanique contrôlée est dite à double flux quand elle permet d'insuffler de l'air neuf dans les
pièces sèches d’une habitation (chambres ou salons) et de l'extraire dans les pièces humides formant ainsi un
circuit. Dans cette configuration, il n'y a pas d'entrées d'air dans les parois mais une seule prise d'air en
façade ou en toiture.
L'échangeur situé dans le caisson de la centrale de traitement d'air récupère les calories avant de rejeter l'air
vicié vers l'extérieur permettant ainsi de préchauffer l'air entrant en hiver. En été, durant la nuit, l'air neuf
entrant rafraichit l'atmosphère. Ce système fonctionne automatiquement lorsque la température extérieure
est inférieure à la température intérieure.
Il nécessite donc un double réseau de conduits pour l'extraction et pour l'insufflation et un système de
filtration pour l'air neuf afin de garantir la qualité de l'air intérieur et pour l'air extrait afin d'éviter
l'encrassement de l'échangeur.
Plus coûteuse, cette VMC est aussi plus difficile à installer en rénovation. Elle permet néanmoins des économies de chauffage importantes : les systèmes très performants récupèrent jusqu’à 90 % de la chaleur
contenue dans l’air extrait (les performances effectives mesurées montrent plutôt une efficacité de 80 %
pour des températures extérieures comprises entre 10 et 20°C). La récupération de chaleur par la VMC est
surtout intéressante dans une maison très bien isolée, disposant d'une très bonne étanchéité à l'air et
nécessitant peu de chauffage. Une VMC double flux peut récupérer environ 3500 kWh par an ce qui n’est pas
négligeable dans un logement qui n’a besoin que de 8 000 à 10 000 kWh par an en chauffage. Ce système ne
peut donc s'envisager raisonnablement que dans le cadre d'une rénovation énergétique complète et très
performante.
Principe d'une VMC Double flux, Source Infoenergie69
FICHES TECHNIQUES
5/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Ventilation mécanique répartie (VMR)
L’aération permanente avec des extracteurs indépendants permet de répondre à la variété des
situations surtout en rénovation dans des logements où il est parfois difficile, de par la configuration
complexe des locaux (distance importante entre cuisine et salle de bain, absence de combles ou de
faux-plafonds), d’installer une VMC simple flux ou double flux. Le principe est toujours le même, il
s’agit de balayer de l’air neuf provenant des entrées d’air situées dans les pièces de service vers les
pièces humides munies d’extracteurs qui fonctionnent en permanence. Chaque extracteur est
indépendant.
Synthèse
VMC SF
VMC DF
VMC SF
hygroréglable
avec
autoréglable
type B
échangeur
Critères
VMR
Confort
thermique
-
-
+
++
Renouvellement
et qualité de l'air
intérieur
+
+
-
++
Traitement du
bruit
-
+
++
+
Facilité
d’installation
++
-
-
---
Entretien
maintenance
++
+
+
-
 Attention !
La présence d’une VMC n’empêche pas d’ouvrir les
fenêtres pour renouveler encore plus l’air lors
d’activités polluantes ponctuelles à l’intérieur
d’un logement : peinture, bricolage, meubles
neufs, cuisine… Il en va de même lorsque le
logement accueille plus d'occupants
momentanément et que le taux de CO2 augmente
au-dessus de 1000 ppm. Pour connaître la zone de
confort, équipez-vous d’une station météo !
Certaines sont connectées et donnent même la
concentration en CO2 du logement. Une
température de 20°C avec une humidité de l’air
comprise entre 40 et 60 % et un taux de CO2 de
400 ppm constitue une ambiance intérieure
confortable.
FICHES TECHNIQUES
6/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Points de vigilance
Pas d'improvisation !
Les systèmes de ventilation doivent toujours être conçus, dimensionnés et posés par des personnes qualifiées et le
tracé du réseau ne s’improvise pas le jour de la pose !
La règle générale est de dessiner le réseau le plus simple et le plus court possible pour limiter au maximum les
pertes de charge, faciliter l'équilibrage et la maintenance.
Le caisson d’extraction doit donc être central dans le logement et le parcours des gaines doit comporter un
minimum de coudes, de dérivations et de changements de section.
Privilégiez les conduits semi-rigides en volume chauffé, car ils sont robustes et permettent d’obtenir une bonne
isolation acoustique. La mise en œuvre est simple et rapide et ne nécessite pas de coude (perte de charge) pour
Source www.qualiteconstruction.com
effectuer des changements de direction. Leur entretien est possible ce qui n’est pas le cas des conduits souples.
Les règles de l'art imposent d'utiliser des gaines isolées hors volume chauffé avec une résistance thermique*
minimale de 0,6 m².K/W pour une VMC simple flux. En plus de cette isolation autour des conduits, on préfèrera
"noyer" les réseaux dans l’isolation du plancher haut par exemple.
La conception du réseau de gaines
veillera à ne pas créer de ponts
thermiques ni d'entrées d'air parasites (limitation du nombre de
pénétrations de la barrière d'étanchéité à l'air et étanchéification avec
des accessoires spécifiques).
Gaine souple encrassée, Source www.ei-tricot.fr
Exemples de réseaux rigides et semi-rigides, réseaux avec caisson répartiteur et
accessoires, Source : Aldes, Atlantic
FICHES TECHNIQUES
7/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Consommation électrique
Toutes les VMC sont équipées de ventilateurs dont la consommation électrique peut largement varier selon les modèles. Cette consommation est à prendre en
compte pour estimer les performances de l’équipement. Renseignez-vous avant et comparez les "W Th-C"1 au moment de l’achat ! Il existe des VMC basse
consommation ou "microwatt". Si les extracteurs classiques consommaient environ 45W, ces nouveaux modèles descendent an dessous de 15W. L'économie sur la
facture électrique est de l'ordre de 30 € par an.
Détalonnage des portes
L'air doit pouvoir circuler des pièces principales jusqu'aux pièces de service par effet de "balayage". Ce principe est assuré
par le détalonnage des portes intérieures. Pour cela il faut laisser un jour d'au moins 1 cm sous toutes les portes et 2 cm
sous la porte de la cuisine si elle ne comporte qu'un accès.
Attention, la hauteur du détalonnage d'une porte doit être définie en fonction du revêtement de sol final. Si ce dernier
doit être remplacé par un revêtement plus épais, le débit d'air sera réduit !
Les entrées et sorties d'air
POUR LES VMC SIMPLE FLUX
Source Costic
Les entrées d’air (acoustiques ou non) dans les pièces sèches sont indispensables ainsi que le détalonnage des portes de
service et ce, même lorsque le logement n’est pas spécialement étanche à l’air. Les défauts d'étanchéité à l'air pouvant
subsister après des travaux d'isolation ne constituent pas une source suffisante de renouvellement d'air. Les entrées
d'air peuvent être murales, situées sur les fenêtres ou les coffres de volets roulants.
Elles devront être installées en respectant un certain nombre de règles. Elles doivent être
uniquement placées dans les pièces principales dite "sèches" (salon, chambres…)
Si le remplacement des fenêtres est prévu, il faut demander des modèles avec entrées d'air intégrées,
sinon il faudra en faire poser par un menuisier sur les fenêtres existantes en respectant le
dimensionnement réglementaire (section d'ouverture, débit minimum).
S.O.S FICHES
"Menuiseries"
1. C'est la puissance moyenne pondérée calculée en mesurant la consommation du ventilateur pendant 22h en petite vitesse et 2h en grande vitesse pour un système autoréglable ou double flux, cette
mesure de consommation journalière est alors ramenée à une consommation horaire.
FICHES TECHNIQUES
8/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Si cela n'est pas possible, il existe également des entrées d’air murales. Elles évitent une intervention sur la menuiserie et permettent un traitement acoustique très
performant.
Les entrées d'air hygro-réglables doivent être mises à distance d'au moins 50cm des sources de chaleur (appareils de chauffage ou de cuisson) afin de ne pas
influencer leur capacité à moduler le débit d'air entrant
 Attention !
Les bouches d'extraction (murales ou plafonnières)
doivent être positionnées à 15 cm des parois et à
minimum 1,8 m du sol. Elles doivent rester
dégagées et ne peuvent donc pas être placées dans
un placard ou derrière un meuble! En revanche,
elles doivent être situées proches des sources
d'émission d'humidité ou de "pollution" (douche,
WC, équipements de cuisson…)
Entrée d’air en traversée de mur, Source Aldes.
Entrée d'air sur fenêtre de toit, Source Aldes
POUR LES VMC DOUBLE FLUX
Une seule entrée d'air est nécessaire ! Il faudra donc veiller à obturer les entrées d'air existantes sur les menuiseries si elles en
possèdent et que leur remplacement n'est pas prévu.
La prise extérieure d’air neuf doit être la plus proche possible de la centrale de traitement, positionnée en hauteur (à plus de 2m) et
éloignée de la sortie d'air vicié ainsi que de toutes sources de pollution (sortie chaudière, arbre pour son pollen, …)
Pas de prise d'air dans des combles même si ceux-ci sont ventilés !
Figure 1 Prise d'air pour VMC
double flux, Source Unelvent
Les bouches d'insufflation devront être placées à l’opposé de la porte d'accès permettant ainsi de balayer l’ensemble de la pièce.
Elles peuvent être murales ou plafonnières, mais dans tous les cas, elles doivent être facilement accessibles pour leur entretien.
FICHES TECHNIQUES
9/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Préférez les bouches d’insufflation à ailettes mobiles (orientées vers le plafond) plutôt que les bouches à ailettes fixes : elles
permettent d'orienter le flux d'air entrant en évitant les zones où cela pourrait créer un inconfort (lit, canapé…)
Les bouches d'extraction doivent suivre les mêmes recommandations que pour une VMC simple flux.
SORTIE D’AIR VICIE EN VMC SIMPLE OU DOUBLE FLUX
Utiliser un rejet d’air vers l’extérieur (en toiture ou mural) en respectant le diamètre de sortie du caisson de ventilation
(généralement 160 mm).
Attention : le rejet d'air doit toujours se faire à l'extérieur et non pas dans des combles même ventilés ! Il doit également être
éloigné de la prise d'air neuf en cas de VMC double flux pour éviter de mélanger les deux flux.
Bouche à ailettes orientables
Positionnement d'une VMC double flux
Lors de la création d’une VMC double flux (étude de conception fortement conseillée), l’échangeur de chaleur doit
être placé dans le volume chauffé pour avoir le meilleur rendement. L’efficacité du système peut chuter jusqu’à
40 % lorsque la centrale et les réseaux sont situés hors volume chauffé.
La centrale de traitement d’air doit être accessible pour assurer son entretien dans de bonnes conditions. De plus,
toutes les gaines qui passent en volume non chauffé doivent être calorifugées*, pour éviter le phénomène de
condensation et l'apparition de moisissures dans les conduits d'insufflation.
L'échangeur d'une VMC double flux produit des condensats du fait de l'abaissement en température de l'air chargé
en humidité. Il faut donc prévoir l'évacuation de ces condensats par un raccordement au réseau d’eaux usées.
Remplacement d'une VMC existante
Si une VMC simple flux ancienne existe déjà, il sera alors pertinent de remplacer le caisson pour un caisson basse
consommation plus récent. Ce moteur fonctionne 24h/24 et 7j/7, sa puissance passe alors d'environ 45 W à moins
de 10 à 15 W ce qui permet une économie annuelle d’électricité non négligeable. Il faudra également s'assurer du
bon état du réseau (bonne aspiration aux bouches d'extraction) et, dans la mesure du possible, du bon état des
gaines (pas de percement, d'écrasement ou de coudes trop prononcés).
Source AQC
Le passage d'une VMC auto-réglable à une VMC hygro-réglable nécessitera le remplacement des entrées d'air
existantes pour des modèles hygro-réglables.
FICHES TECHNIQUES
10/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Acoustique et VMC double flux
En l’absence d’entrée d’air sur les fenêtres, la ventilation double flux permet un gain de confort acoustique vis-à-vis de l’extérieur (logement à proximité d’une
route passante par exemple). En revanche, le moteur de la ventilation peut être bruyant, il est donc conseillé de l’installer dans une pièce technique, un placard
suffisamment grand ou un couloir. Les bouches d’insufflation dans les chambres ne génèrent aucune nuisance si elles sont bien réglées et si les gaines sont posées
correctement.
Mise en service et conseils d’entretien
VMC Simple flux
VMC Double flux
Tous les 6 mois, dépoussiérage des entrées d'air avec un chiffon doux ou le
suceur de l'aspirateur (à l'intérieur et à l'extérieur) et nettoyage des bouches
d'extraction à l'eau savonneuse. Elles se démontent facilement sans outil. Pour
les entrées d'air hygro-réglables, les parties fixes ne doivent pas être
mouillées. Pour les bouches d'extraction situées dans les cuisines, un
nettoyage tous les trimestres est recommandé.
Tous les 3 mois, nettoyage des bouches d’insufflation et d’extraction.
Une fois par an, nettoyage de la roue du ventilateur.
Tous les 6 mois, changement des filtres voire plus régulièrement selon la zone
géographique et la saison (pollens, poussières…). Certains modèles proposent
des filtres avec indicateur de colmatage.
Dégager les feuilles mortes et éviter la stagnation de neige autour des prises
d'air neuf et de rejet d'air à l'extérieur.
Entretien annuel complet tous les ans par un professionnel qui se chargera de
vérifier et régler des débits d’extraction et d’insufflation grâce à un cône de
mesure. Il procèdera également au contrôle et au nettoyage de l'échangeur de
chaleur ainsi que du caisson au moins une fois par an en suivant les
spécifications du fabricant.
Il est aussi possible de réaliser un test d’étanchéité à l’air de l’ensemble du
réseau avant sa mise en service.
Entrée d'air encrassée, Source www.groupesma.fr
Avant la mise œuvre et si d’autres travaux sont prévus, veiller à protéger les accessoires (conduits, bouches…) des nuisances
du chantier.
Bouchon de protection lors du stockage
FICHES TECHNIQUES
11/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Demandes d'autorisations
Prévoir les demandes d'autorisation nécessaires pour les entrées et sorties en toiture. Il faudra privilégier l'utilisation
de conduits existants afin de limiter l'impact visuel dans les secteurs sauvegardés ou protégés pour lesquels il peut
exister des restrictions. Il est possible de se renseigner gratuitement auprès des CAUE* de votre département pour les
connaître.
Interfaces
Etanchéité à l'air
L'efficacité d'un système de VMC double flux, nécessite une excellente étanchéité à l'air du logement. La ventilation
ne sera pas optimale si des circulations d’air parasites entrent en concurrence avec elle. Ainsi, le rendement de
l'installation peut chuter jusqu'à 40 % si le bâtiment n'est pas étanche à l'air. Dans ce cas, l'air insufflé dans les pièces
de vie sera froid parce que le rendement d'échange est mauvais. La circulation d'air étant court-circuitée, la
récupération de chaleur sera considérablement amoindrie rendant caduque le principe même du système. Il faut donc
s'assurer du bon niveau d'étanchéité à l'air du logement (grâce à un test d'infiltrométrie) avant d'installer une VMC
double flux. Si les résultats ne sont pas bons (Q4Pa.surf > 0.6 m3/(h.m²) il est préférable de se réorienter vers un
système de VMC simple flux qui sera moins impacté par les défauts d'étanchéité à l'air.
Equipements annexes
Hotte de cuisine
Pour ne pas perturber le fonctionnement de la VMC, il est recommandé l’utilisation d’une hotte de cuisine à
recyclage avec filtres à charbon actif. Une hotte à aspiration classique viendra perturber la circulation de l'air à
l'intérieur du logement. Une hotte de cuisine ne peut pas être raccordée à l'installation de sortie d'air d'une VMC.
Chauffage au bois
De la même manière, les cheminées, inserts ou poêles à bois devront être équipés d’une entrée d’air
directe nécessaire à leur bon fonctionnement. Dans un logement bien isolé et rendu étanche à l'air, le
maintien en l'état d'un système à combustion sans prise d'air extérieur directe peut s'avérer incompatible,
voire très dangereux. Il faut en effet assurer une alimentation en air comburant de l'appareil (de 9 à
15 m3 d'air pour brûler 1 kg de bois dans un foyer fermé). Il y a un risque de combustion incomplète
dégradant le rendement et le fonctionnement du chauffage mais surtout un risque de refoulement des
Source Costic
S.O.S FICHES
" Autorisations et réglementation"
" Traitement de l'étanchéité à l'air "
FICHES TECHNIQUES
12/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
fumées et d'intoxication au monoxyde de carbone ! Il faudra donc vérifier que le poêle ou l'insert existant puisse être raccordé à une prise d'air directe. A défaut,
une entrée d'air non raccordée de dimension réglementaire (selon les règles de l'art d'une installation de chauffage au bois) devra assurer une arrivée d'air
suffisante. Si ce n'est pas possible, il faudra renoncer à l'utiliser ou le remplacer par un modèle adapté.
Aspiration centralisée
Si le logement va être équipé ou comporte déjà une aspiration centralisée,
cette dernière devra être posée ou adaptée avec des clapets étanches. Les
débits d'aspiration sont très élevés et court-circuitent donc également le
fonctionnement optimum de la VMC double flux. En mode utilisation, il est
préférable d'ouvrir les fenêtres.
Appareil de cuisson à gaz
La législation impose des entrées d'air (une haute et une basse) dans une
cuisine équipée d'appareil de cuisson au gaz. Si le local est équipé d'une VMC
simple flux, la sortie d'air se fera par la bouche d'extraction de la VMC,
l'arrivée d'air neuf devra être dimensionné pour être supérieure à 45 m3/h. Il
faudra veiller également au détalonnage des portes pour la circulation de l'air.
Dans un logement déjà équipé de ces entrées d'air, on pourra donc condamner
la grille haute et maintenir la basse. Mais cela augmentera les pertes de
chaleur et engendrera un certain inconfort.
Avec une VMC double flux, les débits d'insufflation et d'extraction sont
équilibrés et réglés à minima à 120 m3/h. Il n'y a donc pas de problème de
compatibilité à condition de respecter le détalonnage des portes (2 cm pour la
cuisine) et les consignes d'entretien de la VMC pour maintenir son bon état de
fonctionnement.
Devis et coût
Information devis
Outre les indications administratives obligatoires devant être mentionnées sur un devis, celui devra indiquer :
 Le modèle, la marque et la consommation (en W Th-C) du système de VMC choisi
 Sa localisation (combles, faux-plafond, placard…)
 L'indication de la nature des gaines (rigides, semi-rigides ou souples)
 Le niveau de puissance acoustique (en dB)
Pour une VMC simple flux:
 Le modèle, les dimensions, la localisation et le nombre de bouches d'extraction.
 L'indication du débit (en m3/h)
 Le modèle, les dimensions, la localisation et le nombre des entrées d'air (sur menuiseries, sur
coffres de volets roulants, sur murs par carottage)
 Le modèle et le positionnement de la sortie de toiture
S.O.S FICHES
"Chauffage"
"Devis"
FICHES TECHNIQUES
13/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
Pour une VMC double flux :
 Rebouchage autour des conduits au niveau des traversées de planchers
pour garantir l'étanchéité à l'air (manchettes, collerettes adaptées…)
 Le modèle, les dimensions, la localisation et le nombre de bouches
d'insufflation et d'extraction
 Réalisation de caissons d'habillage autour des conduits
 Indication du débit (en m3/h)
 Raccordement électrique
 Le modèle et le positionnement de la prise d'air extérieur et du rejet
d'air vicié
 Raccordement des condensats au réseau des eaux usées
Les travaux induits à la pose du système de VMC doivent être décrits et
chiffrés dans le devis
Exemples:
 Percement des dalles ou des planchers, carottage des murs
 Calorifugeage des conduits d'aspiration
 etc.
Les travaux portant sur la ventilation ne sont pas éligibles au Crédit d'impôt
en 2015. Toutefois, ils peuvent être considérés comme des travaux induits liés
à l'isolation d'un logement et être éligibles pour l'Eco-prêt à taux zéro et au
taux réduit de TVA à 5,5 %. Se renseigner auprès des Espaces Info Energie*.
Une large gamme de prix
Le coût d’une VMC varie selon le système retenu, la taille et la compacité du volume chauffé du logement.
Ordre de prix
(fourniture et pose hors taxe dans une maison existante)
VMC simple-flux autoréglable
entre 750 et 1000 euros HT par logement
VMC simple-flux hygroréglable
entre 800 et 1800 euros HT par logement
VMC double-flux
entre 3400 et 7000 euros HT par logement
Ventilation Mécanique Répartie
entre 100 et 350 euros HT par pièce (hors pose)
Source Ajena
FICHES TECHNIQUES
14/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
VENTILATION
FICHES TECHNIQUES
15/15
GUIDE DES BONNES PRATIQUES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement