Grains et paille combustibles : une autre voie de valorisation des

Grains et paille combustibles : une autre voie de valorisation des
Grains et paille combustibles 1
Grains et paille combustibles : une autre voie de
valorisation des céréales
G. Warnant, F. Rabier, D. Marchal, Y. Schenkel 1
L’idée de se chauffer avec des céréales n’est pas neuve, mais on note actuellement un regain
d’intérêt pour ce type de combustible. La comparaison entre le prix de vente des céréales et le
coût des combustibles fossiles incite de plus en plus d’agriculteurs à s’intéresser à ce type de
chauffage.
Les grains de céréales, la paille ou même la plante entière peuvent être utilisés comme
combustible. A l’heure actuelle en Région wallonne, il semble illusoire de bâtir une filière
énergétique uniquement sur l’utilisation de la paille. Le grain, par contre, peut être utilisé
aussi bien dans des poêles que dans des chaudières à alimentation automatique.
1. Spécificités du combustible « céréales »
Les céréales, considérées comme combustible, présentent un certain nombre de particularités.
Nous présentons, dans le tableau 1, quelques caractéristiques des principales céréales,
comparées au bois et au mazout de chauffage.
Tableau 1 : PCI2 anhydre (0% d’humidité), humidité, taux de cendres et PCI à l’humidité indiquée3
pour divers combustibles.
Combustibles
PCI anhydre
(MJ/kg)
Humidité
(%)
Cendres
(%)
PCI (à l’humidité
indiquée)
(MJ/kg)
Céréales grains
Froment
17,1
12,8
1,5
14,6
Avoine
17,7
11,9
2,5
15,3
Triticale
17,0
11,5
1,9
14,7
Orge
17,1
15,2
2,3
14,1
Epeautre
17,2
14,1
2,8
14,4
Maïs
17,3
13,6
1,3
14,6
Paille froment
17,1
12,5
7,1
14,6
Paille colza
16,9
9,0
7,8
15,2
Plante entière froment
17,1
14,6
Bois (bûche)
18,0
30,0
12,0
Mazout de chauffage
36,0
Source : Département Génie rural, CRA-W, 2005 (rapport essais Laboratoire Biomasse)
L’espèce ou la variété de céréales n’ont que peu d’influence sur le pouvoir calorifique. A
taux d’humidité égal, les valeurs énergétiques mesurées sont très proches quel que soit le type
1
C.R.A.-W. – Département Génie rural
Pouvoir calorifique inférieur. C’est la quantité de chaleur dégagée par la combustion complète d’un corps.
3
Cette valeur est obtenue par calcul, sur base du PCI anhydre et de la teneur en eau.
2
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
2 Grains et paille combustibles
de céréales. Ces valeurs varient entre 17,0 et 17,7 MJ/kg de matière anhydre (CRA-W, 2005).
En tenant compte de l’humidité, les valeurs se situent entre 14,1 et 15,3 MJ/kg.
Le taux d’humidité des céréales est donc un facteur déterminant pour assurer une
combustion efficace. A 15% d’humidité, le PCI des céréales s’élève à 14,4 MJ par kilo de
paille et 15,1 MJ par kilo de grains. Des teneurs en eau supérieures à 20% vont augmenter le
risque de problème à l’allumage, de combustion incomplète et d’émissions polluantes qui en
découlent. Le temps de séjour du combustible dans la chambre de combustion sera ainsi plus
long lorsque les céréales sont mal séchées.
On considère en général que 2,4 kg de grains de céréales ou 2,6 kg de paille (à 15%
d’humidité) permettent de fournir l’équivalent énergétique d’1 litre de mazout de chauffage.
En terme de surface cultivée, 1 ha de froment produisant 9 tonnes de grain et 4,5 tonnes de
paille, fournit un équivalent de 3 750 litres de mazout en valorisant le grain et 1 700 litres en
utilisant la paille, soit 5 450 litres au total.
Tableau 2 : Equivalences énergétiques.
1 tonne de grains de céréales ↔ 850 kg de granulés bois ↔ 420 litres de mazout
1 tonne de paille
↔ 2,3 stères de bois
↔ 400 litres de mazout
1 balle ronde
↔ 350 kg de paille
↔ 140 litres de mazout
Source : Arvalis - Institut du Végétal, 2005
En ce qui concerne les émissions, la composition acide des fumées constitue le principal
inconvénient généré lors de la combustion de céréales. Les émanations d’acide chlorhydrique
(HCl) et d’oxydes de soufre (SOx), plus importantes comparativement à la combustion du
bois, peuvent entraîner des problèmes de corrosion des tôles et des cheminées. Certains
constructeurs de chaudières à céréales préconisent d’ailleurs l’installation de cheminées en
céramique afin de garantir la longévité du système.
Il existe peu de données précises sur les valeurs d’émissions. Une étude sur ce thème est en
cours au laboratoire Biomasse du Département Génie rural du CRA-W.
Brûler des céréales produit plus de cendres que brûler des pellets de bois. La quantité de
cendres est comprise entre 1,5 et 3% lors de la combustion de grains mais peut s’élever
jusqu’à 7% avec la paille. Pour les granulés de bois, cette valeur est en général inférieure à
1%. Une consommation journalière de 50 kg de grains de froment génère 1 à 1,5 kg de
cendres, contre 4 à 4,2 kg pour une consommation de 60 kg de paille. Un système de
décendrage automatique peut dès lors s’avérer très pratique afin d’éviter une vidange
fréquente et régulière parfois contraignante.
La formation de mâchefer est souvent observée, ce qui nécessite une plus grande attention au
processus de combustion et des réglages adaptés de la chaudière. Un dispositif doté d’une
grille mobile et un contrôle régulier permettent d’éviter leur accumulation.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
Grains et paille combustibles 3
2. Une utilisation déjà répandue dans certains pays
européens
Dans divers pays nordiques, comme le Danemark ou la Suède, les céréales, principalement la
paille, sont couramment utilisées depuis plus de 20 ans pour alimenter des systèmes de
chauffage de petite et grande puissance. L’expérience de ces pays a permis de développer une
technologie performante et adaptée à ce type de combustible. Les améliorations techniques
des appareils de chauffage ainsi qu’un système d’aide financière à l’installation ont permis de
développer la filière céréales-énergie sur 3 niveaux :
•
chauffage d’une habitation ou exploitation agricole avec chaudière à paille
individuelle. Ces chaudières ont une puissance variant de 50 à 300 kWth. On
distingue les chaudières de type « batch » à alimentation manuelle discontinue et les
chaudières à alimentation automatique.
•
mini-réseaux de chaleur pour un petit groupe de bâtiments ou encore chauffage
de proximité. Une chaudière de moyenne puissance (< 1 MWth) permet de chauffer
une ferme et quelques bâtiments voisins. Ces petits réseaux de chaleur sont en général
gérés par un agriculteur ou par quelques partenaires.
•
centrale de cogénération ou centrale pour le chauffage urbain d’une entité ou de
quartiers entiers.
Actuellement au Danemark, il existe plus d’une soixantaine de centrales alimentées
par de la paille. Complètement automatisées, ces installations présentent des
puissances variant entre 0,6 et 9 MWth. La consommation moyenne est de 4 000
tonnes de paille par an pour une centrale de 4 MWth.
Chaudière paille- alimentation automatisée (source : Reka, 2001)
En France, des études sont en cours pour tester différentes céréales et autres cultures à finalité
énergétique. Par exemple, le triticale et plusieurs espèces de Brassica (Brassica napus et B.
carinata) pourraient délivrer de très bons rendements sous des conditions climatiques plus
rudes et plus sèches.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
4 Grains et paille combustibles
D’autres études s’attachent à identifier les espèces ou variétés aux coûts de production plus
faibles et aux techniques culturales moins contraignantes.
3. Potentiel en Région wallonne
Au niveau du potentiel des matières premières céréalières, le tableau suivant présente les
superficies et rendements moyens des cultures de céréales cultivées sur le sol wallon.
Tableau 3 : Superficies et productions des cultures céréalières – 2005.
Superficie
Région
wallonne
(ha)
Céréales
Froment
d’hiver
Froment de
printemps
Epeautre
Seigle
Orge d’hiver
Orge de
printemps
Avoine
Triticale
Maïs grains
Autres
céréales
Total
Rendement
moyen GRAINS
(tonnes/ha)
Rendement
moyen PAILLE
(tonnes/ha)
Production
GRAINS
(tonnes)
Production
PAILLE
(tonnes)
129 897
8,37
4,41
1 087 238
572 846
1 132
6,28
3,51
7 109
3 973
9 343
118
23 382
6,82
4,86
8,12
4,31
3,92
3,86
63 719
573
189 862
40 268
462
90 254
5 511
5,09
2,70
28 051
14 879
4 463
2 175
2 669
5,24
6,70
10,92
3,16
4,53
23 386
14 572
29 145
14 103
9 853
442
4,18
179 132
1 847
1 445 502
746 638
Source : Recensement agricole INS, 2005
En 2005, les superficies emblavées en céréales représentaient 23% de la surface agricole utile
wallonne.
Il est également envisageable de cultiver des céréales à des fins énergétiques sur les jachères.
En 2005, leur superficie représentait en Région wallonne 19 817 ha.
Les pailles de colza fourniraient aussi un potentiel intéressant d’autant plus que cette culture
est en progression en Wallonie. A raison d’une production moyenne de 3 tonnes de paille par
hectare, 16 485 tonnes de paille auraient été produites sur 5 495 ha de colza en 2005. Cette
ressource fournirait l’équivalent énergétique de 6,34 millions de litres de mazout. Il faut
toutefois émettre certaines réserves puisque la récolte de paille de colza est malaisée et délivre
peu de matière à l’hectare.
Si la biomasse céréalière est loin d’être négligeable en Région wallonne, il est important de
souligner que cette ressource ne pourrait remplacer qu’une partie marginale de la
consommation de mazout de chauffage. En émettant l’hypothèse irréaliste que l’entièreté de
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
Grains et paille combustibles 5
la production de céréales (pailles et grains) soit valorisée pour produire de la chaleur, seuls
14% de la consommation de mazout pourraient être substitués.
Chez nous, le froment et l’orge en grains sont les céréales les plus utilisées comme
combustible. En effet, la Belgique étant importatrice de paille, ce n’est qu’à l’échelle locale
ou dans le cas d’une exploitation disposant de quantités excédentaires de paille qu’il est
avantageux d’opter pour cette forme de combustible. De plus, les systèmes de chauffage à
paille nécessitent une plus grande capacité de stockage et l’installation d’un système de
broyeur-convoyeur assez onéreux.
4. Bilan environnemental du chauffage céréales
La substitution d’énergies fossiles par des énergies renouvelables contribue à la réduction des
émissions de gaz à effet de serre et, ainsi, permet de tendre vers les objectifs fixés dans le
cadre du protocole de Kyoto.
En utilisant la biomasse comme combustible, la quantité de CO2 rejeté lors de la combustion
est largement compensée par la quantité de CO2 fixé par les plantes : le cycle du carbone est
fermé.
Des mesures d’émissions de gaz lors de la combustion de céréales montrent qu’il est possible
d’économiser jusqu’à 1,3 tonne de CO2 par tonne de paille utilisée par rapport à une chaudière
au mazout (ADEME, 2001).
Considérant le bilan global CO2, intégrant les émissions générées pour la production des
céréales (itinéraire technique, utilisation d’intrants, transports et mécanisation…), ce bilan
reste très largement positif.
Les dégagements de SO2 (dioxyde de soufre) mesurés lors de la combustion de grains
s’avèrent inférieurs à ceux mesurés pour l’utilisation du mazout mais supérieurs à ceux du gaz
naturel (ITCF, ADEME, 1998).
Les émissions de NOx (oxydes d’azote) sont comparables à celles enregistrées pour d’autres
combustibles fossiles.
Quant au CO (monoxyde de carbone), sa production résulte généralement d’un mauvais
processus de combustion et peut être régulée par un apport d’air adéquat.
5. Quels types d’appareils utiliser ?
On distingue essentiellement deux types d’appareils, destinés chacun à une utilisation
spécifique :
•
les poêles sont destinés à ne chauffer qu’une pièce. On les rencontrera donc plutôt
dans les situations où le chauffage à partir de céréales ne constitue qu’un appoint ;
•
les systèmes de chauffage central, quant à eux, sont destinés à chauffer l’ensemble de
l’habitation. Dans ce cas, on remplace généralement l’ancienne installation
fonctionnant au mazout ou au gaz par une nouvelle alimentée en biomasse.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
6 Grains et paille combustibles
5.1.
Les poêles aux grains
Poêle aux grains.
Polycombustibles
ou
spécialement adaptés pour
la combustion de céréales,
les poêles aux grains
présentent
des
caractéristiques générales
de fonctionnement assez
simples. Un réservoir à
grains est situé à l’arrière
ou sur le côté de l’appareil.
De contenance variable, le
réservoir,
rechargé
manuellement, peut stocker
le combustible nécessaire
pour la journée, voire
quelques jours selon les
conditions d’utilisation.
Une vis sans fin amène les grains depuis le réservoir vers le brûleur. Un système de
ventilation permet d’assurer une bonne combustion. Le décendrage et l’évacuation des
mâchefers doivent être effectués manuellement. Certains appareils sont toutefois équipés de
systèmes d’allumage et de nettoyage automatiques. D’autres options, comme l’ajout d’un
thermostat, permettent un plus grand confort en régulant la température souhaitée.
Actuellement, il existe des poêles aux grains de puissance variant de 5 à 13 kWth. La gamme
de prix se situe entre 2 000 et 5 000 € (HTVA).
5.2.
Les chaudières aux grains
Si chaque type de chaudière présente ses particularités, le principe de fonctionnement est
toujours le même.
Depuis le silo ou réservoir annexe situé à l’arrière de la chaudière, les grains sont conduits
dans la chambre de combustion par une vis d’alimentation (vis sans fin). Les grains sont
brûlés dans la chambre de combustion en réfractaire traversée par l’air primaire et l’air
secondaire. Un échangeur de fumées situé au-dessus de la chambre de combustion est relié à
la buse de sortie des fumées.
Ces chaudières automatiques sont munies d’un tableau de contrôle permettant de régler le
fonctionnement de la chaudière et d’enregistrer certains paramètres (fréquence d’alimentation,
de décendrage, …).
Différents dispositifs augmentent encore la qualité de la combustion, le confort et la sécurité
d’utilisation : sonde de température, sonde à oxygène (sonde lambda) qui régule le débit
d’oxygène dans la chaudière, système anti-retour de flamme entre la chambre de combustion
et le réservoir, et système de décendrage automatique des tube-échangeurs de fumées.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
Grains et paille combustibles 7
Souvent proposé en option, un bac situé en
dessous ou à l’avant du foyer récolte
automatiquement les cendres, mâchefers ou
résidus imbrûlés.
La vidange de ce
réservoir s’effectue toutes les 6 semaines
environ, selon la taille du réservoir et
l’importance de la consommation.
Aujourd’hui, les chaudières à céréales
disponibles sur le marché peuvent atteindre
des rendements de l’ordre de 85%, encore
légèrement inférieurs à ceux de chaudières
classiques (mazout ou gaz). Des progrès
techniques
ont
notamment
permis
d’optimiser les paramètres de combustion
mais aussi d’améliorer les systèmes
d’alimentation
automatique
ou
de
décendrage, procurant ainsi une plus grande
autonomie de fonctionnement et une plus
grande aisance de manutention du
combustible et des résidus.
La gamme de puissances disponible est très
large puisqu’elle s’étend de 15 à 300 kWth.
Des installations de plus grande puissance
sont également envisageables mais répondent alors à des besoins en chaleur d’industries ou de
collectivités.
Chaudière au grain
Il est délicat de donner un ordre de prix tant les appareils proposés sur le marché présentent
des spécificités diverses. Les prix varient selon la marque, la puissance, la sophistication du
système, les options et équipements annexes. Des chaudières aux céréales sont déjà
proposées à partir de 6 000 € (HTVA).
6. Le stockage des grains
Une des différences entre un système de chauffage au combustible fossile (gaz ou mazout) et
les chaudières à céréales réside dans la nécessité de disposer d’un plus grand espace de
stockage pour les grains.
De capacité variable, le silo peut être conçu pour contenir la quantité de grains nécessaire à la
consommation de quelques semaines ou d’une saison de chauffe complète.
Equivalent d’une citerne à mazout, le silo peut être placé dans une pièce connexe à celle où
est installée la chaudière. Le silo peut se trouver sous la chaudière, dans une cave ou encore
au-dessus, dans un grenier aménagé à cet usage. Les bâtiments de ferme offrent souvent de
multiples possibilités : ancien grenier, étable, remise aménagée.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
8 Grains et paille combustibles
Le silo peut être construit de tôles d’acier, de planches ou de cloisons préfabriquées voire
même aménagé dans une espace délimité par un mur bâti pour l’occasion.
Certains fabricants de chaudières proposent également la livraison de silos de stockage de
diverses capacités.
Il est impératif de placer le silo dans un endroit facile d’accès pour le remplissage et adéquat à
la formule adoptée : remplissage manuel, chargeur frontal, camion souffleur…
Le silo doit toujours rester à l’abri de l’humidité, dans un endroit sec mais bien ventilé. Il
convient également de rester vigilant à la présence éventuelle de rongeurs ou d’autres
nuisibles qui pourraient causer des dégâts aux équipements.
7. Bilan économique du chauffage céréales
A l’instar des autres technologies utilisant des sources d’énergie renouvelable,
l’investissement pour les appareils de chauffage aux céréales est de 2 à 3 fois plus élevé que
pour une chaudière classique au mazout ou au gaz. Cependant, le prix actuel du froment
relativement bas (± 90 €/ tonne) et les fréquentes augmentations des prix du mazout se
traduisent par un temps de retour de l’investissement d’autant plus court que la consommation
en combustible est importante.
Le graphique illustre l’évolution des prix du froment et du mazout pour un même équivalent
énergétique (1l de mazout ≡ 2,4 kg de grain).
Evolution du prix (HTVA) du froment fourrager et du mazout
pour un équivalent d'1 litre de mazout
Prix HTVA (€/équivalent 1 litre mazout)
0.5
0.45
0.4
0.35
0.3
0.25
0.2
1999
2000
2001
2002
2003
Année
Froment fourrager
Mazout
Source : www.mineco.fgov.be. 2005
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
2004
2005
Grains et paille combustibles 9
En prenant les prix du froment fourrager et du mazout de chauffage
(moyenne calculée pour l’année 2005), le gain financier obtenu en
remplaçant le mazout par des céréales s’élève à 423 € pour une
consommation équivalente à 2 000 litres de mazout.
A titre d’exemple, le temps de retour lié au surcoût de l’investissement peut être calculé pour
2 cas précis et en tenant compte des hypothèses suivantes :
prix du mazout : 0,425 €/l (moyenne calculée pour 2005, prix hors TVA) ;
prix du froment : 90 €/ tonne ;
équivalence énergétique : 2,4 kg de grain pour 1 litre de mazout ;
différence de rendement de la chaudière : 5% en faveur de la chaudière mazout ;
prix de chaudières obtenus en 2005, hors TVA ;
la prime énergie particulier de 1 500 € est considérée pour le calcul du temps de retour.
N.B. : Ce bilan économique simplifié ne prend pas en compte les équipements périphériques
(silo ou cuve à mazout, système de décendrage, …). Etant donné la grande variété de
possibilités de stockage du combustible et du degré de sophistication des équipements
périphériques, il est délicat de donner ici un ordre de grandeur précis des coûts qui
leur sont liés. Cependant, ces équipements peuvent représenter une part importante
de l’investissement total de l’installation de chauffage. Le calcul du temps de retour
spécifique à chaque installation devra intégrer ces paramètres.
Tableau 4 : Comparaison du bilan économique simplifié du chauffage aux céréales/ chauffage
au mazout (présentation de 2 cas : consommation faible et consommation élevée).
Puissance 15 kW
Blé
Consommation
6 000 kg
Coût combustible
540 €
Investissement
7 800 €
Chaudière
Temps de retour en tenant compte de la
prime de 1 500 €
Puissance 40 kW
Blé
Consommation
16 200 kg
Coût combustible
1 458 €
Investissement
9 500 €
Chaudière
Temps de retour en tenant compte de la
prime de 1 500 €
Mazout
2 500 l
1 063 €
∆ (différence)
- 523 €
2 700 €
5 100 €
7 ans
Mazout
6 500 l
2 763 €
∆ (différence)
- 1 305 €
3 200 €
6 300 €
3,7 ans
Si, dans le futur, les hausses du prix du pétrole se répètent régulièrement, ces systèmes de
chauffage biomasse en deviendront d’autant plus avantageux. Cette hypothèse est loin d’être
irréaliste. Ainsi, en considérant un prix du mazout de 0,5162 €/litre (HTVA) (prix maximum
atteint au 24/09/2005), les temps de retour calculés pour les 2 cas considérés ci-dessus
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
10 Grains et paille combustibles
deviennent respectivement inférieur à 5 ans pour une chaudière 15 kW, et 2 ans ½ pour une
chaudière 40 kW.
Les producteurs de céréales bénéficiant d’un avantage au niveau de la disponibilité et du prix
du combustible, et ayant souvent des volumes plus importants à chauffer, ils amortissent ainsi
le surcoût de l’investissement à plus court terme. C’est pourquoi le mode de chauffage aux
céréales a tendance à se développer prioritairement en milieu agricole.
8. Les aides financières existantes
Il existe plusieurs types d’aides dans le domaine de l’utilisation de sources d’énergie
renouvelables. En ce qui concerne les systèmes de chauffage biomasse, les aides actuellement
en vigueur sont présentées dans le tableau suivant. Toutefois, certaines modifications
concernant les montants ou les critères d’obtention de ces avantages sont annoncés pour
l’année 2006. Il est donc conseillé de se renseigner auprès des services publics concernés.
Tableau 5 : Synthèse des principales aides financières.
Intitulé
Prime à l’énergie
Prime n° 9
Chaudière
biomasse
Fonds énergie
Prime n°9 :
substitution du
chauffage
électrique par le
chauffage au gaz
naturel ou
fonctionnant à
partir de sources
d’énergie
renouvelables
Bénéficiaire
Particuliers
Montant de l’aide
75% de
l’investissement,
plafonnée à
1 500 €
Conditions
Chaudière automatique
biomasse [bois ou autre
matière lignocellulosique]
- doit satisfaire aux
normes EN 12809 et EN
303-5.
- rendement doit
être ≥ 80%
Installation réalisée par
un entrepreneur
enregistré auprès du SPF
Finances.
Informations
Ministère de la Région
wallonne, Direction
Générale des technologies,
de la Recherche & de
l’Energie
www.energie.wallonie.be
Personnes
morales,
indépendants,
Sociétés de
logement de
service public
75% du prix de
l’installation limité
à 20 000 € par
installation pour
un immeuble à
appartements et à
8 000 € pour une
maison uni
familiale
Audit énergétique réalisé
par un auditeur agréé.
www.energie.wallonie.be
Ne peut pas être cumulée
avec primes 4,5,7,8.
Secteur
tertiaire public
(Communes,
UREBA
CPAS,
« Utilisation
Provinces) et
Rationnelle de
organismes
l’Energie dans les
non
Bâtiments »
commerciaux
(hôpitaux,
piscines…)
30% de
l’investissement
(+ 10% si le
demandeur fait
valoir une
politique active de
gestion
énergétique de son
patrimoine).
Investissement pour
l’utilisation d’énergie
renouvelable.
Soumis à un comité qui
remet un avis positif ou
négatif au Ministre.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
www.energie.wallonie.be
Grains et paille combustibles 11
Intitulé
Nouvelles lois
d’expansion
économique
Bénéficiaire
Entreprises
Particuliers
Déduction fiscale
Entreprises
Montant de l’aide
Aide calculée sur
base d’un
pourcentage de la
différence
d’investissement
entre un chauffage
de référence
(mazout ou gaz) et
un chauffage
biomasse,
considérant les
économies
réalisées liées à
l’achat du
combustible
(pendant les 5
premières années).
Réduction d'impôt
de 40% du
montant des
travaux plafonnée
à 620 € (habitation
neuve) ou 750 €
(rénovation).
Conditions
Le seuil minimum
d’investissement est de
25 000 €.
Informations
Projet de circulaire relative
aux modalités
d’application de l’arrêté du
2 décembre 2004 relatif
aux incitants destinés à
favoriser la protection de
l’environnement et
l’utilisation durable de
l’énergie.
[Nouvelles lois non encore
votées à ce jour]
Service Public Fédéral
Economie, P.M.E., Classes
Chaudière Bois
Moyennes et Energie,
uniquement (sous
Direction générale de
réserve de modifications) l'Energie
www.mineco.fgov.be
Les investissements
économiseurs d´énergie
dont chaudière biomasse
automatique. Chaque
dossier étant soumis à
avis avec calcul de la
déduction fiscale.
www.mineco.fgov.be
ou
c.eliki@mrw.wallonie.be
9. La production de céréales sous contrats de cultures non
alimentaires (sur jachères /ou Prime ACE 45)
La culture de céréales à finalité énergétique peut faire l’objet de contrats de culture nonalimentaire soit sur jachères, soit hors jachères et bénéficiant de la prime ACE 45. Si ces
céréales sont vendues à un transformateur extérieur à la ferme, il convient d’établir un contrat
de culture non alimentaire. (Informations sur les conditions de ces contrats auprès de MarieHélène Novak (081/62 23 50) ou sur le site de ValBiom asbl : http://www.valbiom.be).
Cependant, si les céréales sont destinées à être utilisées dans la ferme où elles ont été cultivées
(filière courte à la ferme), elles ne peuvent être utilisées qu’exclusivement pour chauffer
l’habitation du producteur et ne peuvent être revendues à un tiers. Certaines modalités
(caution, rendements représentatifs à respecter, formulaire de déclaration d’engagement) sont
spécifiques à ce type de filière. (Renseignements auprès de la DGA Isabelle Jardon
i.jardon@mrw.wallonie.be).
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
12 Grains et paille combustibles
Il faut encore souligner qu’il est obligatoire de dénaturer les céréales qui sont produites sous
contrats non alimentaires et utilisées à la ferme (application des articles 25 et 146 § 4 du
règlement CE n°1973/2004).
Dans divers pays européens, cette mesure soulève des débats au sein des milieux agricoles et
environnementalistes quant aux méthodes proposées pour la dénaturation des céréales.
En France, l’obligation de mélanger 5% de gasoil aux grains provoque le mécontentement des
agriculteurs. Jugée malcommode, malodorante, et onéreuse cette méthode semble plutôt
incohérente avec la volonté de promouvoir les énergies renouvelables. D’autant plus que le
coût additionnel du procédé réduit la compensation financière octroyée dans le cadre des
cultures énergétiques. Les allemands seraient opposés à cette solution craignant des risques
de pollution du sol et des eaux. D’autres procédés, tels l’utilisation de sulfates de cuivre,
engendreraient une concentration élevée en métaux dans les cendres et seraient peu
écologiques.
En Région wallonne, le procédé de dénaturation n’est, à ce jour, pas encore établi. Des
recherches sont en cours pour choisir une substance peu coûteuse et ne générant pas certaines
nuisances (odeurs, problèmes lors de la combustion, toxicité).
10. Conclusions et perspectives
Chez nous, le chauffage aux céréales n’est développé qu’au niveau d’habitations de
particuliers. Installé dans des exploitations agricoles dans la plupart des cas, ce type de
système permet de chauffer l’habitation principale et parfois un bâtiment annexe, tels une
porcherie ou un poulailler.
Au vu de l’engouement pour ce mode de chauffage par le milieu agricole, il n’est pas
irréaliste de présager que, d’ici peu, de nouvelles installations, de plus grande puissance,
alimenteront de mini-réseaux de chaleur pour chauffer les infrastructures de grandes
exploitations ou des groupements d’habitations en milieu rural.
Plusieurs raisons justifient pleinement le développement de ce mode de chauffage.
Les dernières avancées technologiques et améliorations apportées aux appareils de chauffage
les rendent aujourd’hui très performants. Toutefois, il est nécessaire de poursuivre des études
pour mesurer et analyser les émissions des gaz apparemment plus corrosifs.
Dans le contexte économique actuel et futur, caractérisé par les prix bas des céréales et de
fréquentes hausses de prix du mazout, ce combustible offre une plus grande autonomie vis-àvis des fluctuations du prix du pétrole.
On peut également présager que le développement d’une filière céréales-énergie par une
diversification de l’activité agricole crée de nouveaux débouchés. La production et la
mobilisation de cette ressource locale pourrait être assurée par l’agriculteur tandis que la
conception, la vente d’équipement de chauffage mais aussi l’installation et l’entretien par des
chauffagistes spécialement formés se traduiraient par l’apparition d’une variété d’emplois et
de nouvelles compétences.
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
Grains et paille combustibles 13
Enfin, l’utilisation des céréales comme combustible s’avère être une solution supplétive aux
autres sources renouvelables d’énergie, adaptée au contexte agricole, et pourquoi pas une
réponse partielle aux défis énergétiques et aux problèmes d’excédents structurels.
11. Références bibliographiques
ARVALIS INSTITUT DU VEGETAL (Juin 2005). Utilisation de la Biomasse pour des Usages
Non alimentaires, Culturales 2005, 8p.
CENTRE FOR BIOMASS TECHNOLOGY (1998). Straw for Energy Production. TechnologyEnvironment- Economy. Copenhagen, The Centre for Biomass Technology, 53 p.
ITCF, ADEME, (1998). Blé Plante entière, Etude Agrice, 4p.
ITCF, ADEME, (1998). Résidus de culture : pailles de céréales, Etude Agrice, 6p.
ITCF, ADEME, (1998). Résidus de culture : pailles de colza, Etude Agrice, 4p.
MINISTERE DE LA REGION WALLONNE (2005). Tableau de bord de l’environnement wallon
2005, 160 p.
NOVAK M-H. (ValBiom asbl) (Octobre 2005). Note technique relative aux procédés de
dénaturation des céréales, 19 p.
RABIER F., MARCHAL D (ValBiom asbl) (Septembre 2005). Produire de la chaleur à partie
de céréales, 28 p.
RAPPORT SALLE
céréales, 2p.
ESSAI
BIOMASSE CRA-W (2005).
Pouvoir calorifique de différentes
RECENSEMENTS AGRICOLES HORTICOLES ANNUELS (2005). INS.
Sites internet :
www.agriculture.wallonie.be
www.energie.wallonie.be
www.mineco.fgov.be
http://statbel.fgov.be/port/agr_fr.asp#B01
www.valbiom.be
www.videncenter.dk
Livre Blanc « Céréales » F.U.S.A. et CRA-W Gembloux – Février 2006
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising