Se chauffer sans gaspiller

Se chauffer sans gaspiller
AGIR !
L’habitat
Se chauffer
sans gaspiller
Réussir la rénovation
de son chauffage
et de sa production
d’eau chaude sanitaire
Édition : mars 2016
sommaire
glossaire
introduction
Logements existants :
Calorifugeage
isolation des tuyaux d’eau chaude ou
de chauffage surtout quand ils passent
dans des locaux non chauffés, des
faux-plafonds…, permettant d’éviter
les pertes de chaleur.
Logements existants :
diminuez
les consommations ! 3
.
Les questions
4
CET (chauffe-eau
thermodynamique)
dispositif constitué d’un ballon de
stockage et d’une pompe à chaleur de
petite puissance, dédié exclusivement
à la production d’eau chaude sanitaire.
18
Convection
transmission de la chaleur reposant sur
un mouvement de l’air en fonction du
gradient de température.
qui orientent
vos choix
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les étapes
pour améliorer
votre chauffage
. . . . . . . . . . . .
Améliorer l’installation
d’eau chaude
sanitaire
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous lancer
en toute sérénité
. . . . . .
Ne pas négliger
l’usage
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L
’ADEME
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
33
37
38
40
Effet Joule
émission de chaleur se produisant lors
du passage d’un courant électrique
dans un matériau conducteur
(résistance métallique par exemple).
Émetteur (de chaleur)
élément d’un système de chauffage
qui transmet la chaleur à un espace à
chauffer : radiateur, convecteur, ventiloconvecteur, plancher chauffant…
Énergie finale
énergie réellement livrée au
consommateur. Elle correspond à
l’énergie primaire diminuée des
pertes dues à sa transformation et
à son transport.
Énergie primaire
énergie disponible dans la nature
avant toute transformation.
Générateur (de chaleur)
élément d’un système de chauffage qui
produit la chaleur : chaudière, pompe à
chaleur, capteur solaire thermique…
PAC (pompe à chaleur)
dispositif ou installation qui utilise la
chaleur de l’air, de l’eau ou de la terre
pour le chauffage d’un bâtiment.
Tous les guides et fiches de l’ADEME
sont consultables sur :
www.ademe.fr/guides-fichespratiques
Les guides peuvent être
commandés auprès de :
www.ademe.fr/contact
Pouvoir calorifique inférieur
(PCI)
quantité de chaleur produite par
la combustion d’un combustible et
récupérée pour le chauffage. Le PCS
(pouvoir calorifique supérieur) traduit
la quantité totale de chaleur produite,
y compris celle de la vapeur d’eau
issue de la combustion, qui peut être
évacuée ou en partie récupérée
(chaudière à condensation).
Rayonnement
transfert de chaleur utilisant les
ondes infrarouges pour chauffer les
surfaces qui émettent à leur tour de la
chaleur. Le chauffage par rayonnement
procure une sensation de confort
thermique élevé.
DIMINUEZ LES
CONSOMMATIONS !
En 2012, dans le secteur résidentiel français, le
chauffage a constitué 67 % des consommations
énergétiques et la production d’eau chaude sanitaire 12,1 %. Pour réduire ces consommations
d’énergie, beaucoup d’efforts ont été faits depuis
40 ans, d’abord dans les logements neufs avec
des réglementations thermiques de plus en plus
exigeantes, ensuite grâce au comportement plus
économes des ménages et aux travaux de rénovation dans les logements existants.
Cependant, de nombreux logements existants ont
encore des besoins de chauffage importants et leurs
équipements peuvent être peu efficaces. La priorité est d’améliorer l’isolation de ces logements
pour réduire leur besoin de chauffage. Ensuite, il est
souvent nécessaire de remplacer les systèmes de
chauffage et de production d’eau chaude sanitaire
par des installations performantes. L’usage des énergies renouvelables est également intéressant pour
réaliser des économies d’énergie et contribuer à la
lutte contre le changement climatique.
Ce guide est consacré à la rénovation du chauffage
individuel de votre maison ou de votre appartement. Vous y trouverez des pistes pour choisir les
systèmes et les énergies les plus appropriés pour
améliorer votre chauffage et / ou votre production
d’eau chaude sanitaire, pour faciliter leur installation
et pour les utiliser au mieux.
Se chauffer sans gaspiller
2•3
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
Les questions
QUI ORIENTENT
VOS CHOIX
Votre installation de chauffage ou /et de production
d’eau chaude sanitaire ne vous convient plus : elle est
trop ancienne, elle coûte cher à l’usage, elle n’est pas
performante, elle ne vous procure pas le confort que
vous souhaitez… Comment et par quoi pouvez-vous
la remplacer ? Cela dépend du système de chauffage
dont vous êtes déjà équipé, du type de travaux que
vous pouvez envisager, de(s) l’énergie(s) disponible(s)
et du budget que vous pouvez y consacrer.
En fonction de votre équipement actuel, mettez au
clair votre équation personnelle pour trouver les
solutions d’amélioration de votre chauffage, à la fois
efficaces, confortables et compatibles avec votre
budget.
Quelles énergies pour le chauffage ?
L’énergie la plus utilisée pour
se chauffer est le gaz (44 % des
ménages).
Le fioul domestique décline entre
1990 et 2011 (passage de 20 % à
14 %) mais représente encore le
mode de chauffage de 21 % des
maisons individuelles, surtout en
milieu rural.
L’électricité est passée dans la
même période de 24 à 34 %.
Pour les énergies renouvelables
(+4,3 % en 2011 par rapport à
2010), les pompes à chaleur et les
appareils performants de chauffage
au bois ont le vent en poupe mais
le solaire thermique est en net
recul (-20 % entre 2009 et 2010).
Quelles améliorations
pouvez-vous envisager ?
ne priorité : l’isolation
U
En effet, si vous commencez par rénover votre chauffage dans
un logement mal isolé, vous serez tenté de vous équiper d’un
matériel puissant (donc plus coûteux) pour chauffer suffisamment. Il sera surdimensionné une fois le logement isolé
et fonctionnera alors en sous-régime, ce qui accélère l’usure
du matériel, dégrade son efficacité, accroît sa consommation
d’énergie et ses émissions de polluants.
Cependant, il existe maintenant des chaudières dites modulantes, dont la puissance peut fluctuer et le fonctionnement
s’adapter à des besoins énergétiques du logement qui évoluent.
Guides de l’ADEME « Réussir une rénovation
performante » et « Isoler son logement »
elon le système en place
S
Votre équipement actuel va orienter votre choix, de façon plus
ou moins contraignante en fonction du type de rénovation que
vous envisagez et du budget dont vous disposez.
Votre chauffage est centralisé
Les éléments d’un chauffage central
4 Système de régulation/programmation
3 Émetteurs
3
2 Circuit de distribution
1 Générateur
5 Eau chaude sanitaire
Le générateur 1 (chaudière, pompe à chaleur, capteurs solaires thermiques)
produit la chaleur (à partir de fioul, de gaz, d’une énergie renouvelable ou
d’électricité). Le circuit de distribution 2 achemine la chaleur jusqu’à son lieu
d’utilisation et ramène l’eau refroidie à la chaudière. Les émetteurs 3
(radiateurs, plancher chauffant) restituent la chaleur. Le système de régulation/
programmation 4 contrôle la production et la distribution de chaleur. L’eau
chaude sanitaire 5 est souvent produite par le générateur mais peut aussi
être produite de manière indépendante.
Un logement bien isolé, dont les déperditions de chaleur sont
réduites, consomme moins d’énergie pour le chauffage et vous
permet de réduire votre facture. Il est aussi plus confortable.
Améliorer l’isolation de votre habitation est prioritaire, avant
de prévoir la rénovation du système de chauffage.
Se chauffer sans gaspiller
4•5
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
es améliorations possibles
L
à partir d’un chauffage central
Votre chauffage est décentralisé
La chaleur est générée et émise au même endroit :
par un chauffage électrique pièce par pièce ;
Pour faire évoluer votre système de chauffage ou / et de production
d’eau chaude sanitaire, quelles sont vos options ?
par un chauffage au bois (poêles, inserts…) ;
par certaines pompes à chaleur (air / air).
L’eau chaude sanitaire est alors produite de façon indépendante
(chauffe-eau électrique ou à gaz, chauffe-eau solaire…).
Les différents systèmes de chauffage
SYSTÈMES CENTRALISÉS
Production de chaleur (générateur)
Énergie
Chaudière
Fioul
Gaz
Bois
biomasse
Électricité
*
Pompe à
chaleur
Capteur
thermique
chaufferie
de réseau de
chauffage urbain
*
*
*
**
Isoler les tuyaux
Une première étape, indispensable pour réduire les pertes
de chaleur, est l’isolation des circuits de distribution d‘eau de
chauffage et d’eau chaude sanitaire dans les locaux non chauffés
(garage, cave…) ou les faux-plafonds.
Si elle est inexistante, faites calorifuger les tuyaux ; si elle est en
mauvais état, faites-la remplacer.Vous limiterez ainsi les déperditions
de chaleur et améliorerez la protection du circuit contre le gel.
Le calorifugeage des tuyaux
Tuyau de chauffage ou
d’eau chaude sanitaire
Manchon d’isolant
**
***
Solaire
***
Géothermie
Aérothermie
* Possibilité de cogénération (microcogénération dans le cas des chaudières
des particuliers), c’est à dire fourniture d’électricité en plus de la chaleur, à
partir de la même source d’énergie.
** Les PAC, qu’elles soient géothermiques ou aérothermiques, nécessitent
obligatoirement de l’électricité pour fonctionner.
*** Le chauffage solaire et les PAC aérothermiques sont couplés à un appoint
(électrique, gaz, bois) pour couvrir les besoins de chauffage en toutes circonstances.
SYSTÈMES DÉCENTRALISÉS
Énergie
Production de chaleur (émetteur)
Électricité
Convecteur, panneau rayonnant, radiateur à inertie,
plancher chauffant…
Bois
Poêle à bois, foyer fermé, insert
Gaz
Radiateur
Les systèmes de chauffage central à eau chaude sont en général
plus efficaces et plus confortables que les systèmes décentralisés,
surtout anciens (convecteurs électriques).
Rendre la salle de bains plus confortable
La salle de bains doit pouvoir profiter d’une température
confortable au moment de son usage. Fournir cette température seulement quand c’est nécessaire permet de réaliser
des économies.
Plusieurs solutions sont envisageables, par exemple :
l’installation d’une programmation « par zone » (voir p. 32) qui
peut prendre en charge de façon spécifique la salle de bains ;
la pose d’émetteurs de chauffage central qui fonctionnent
également à l’électricité (ils sont dits « bi-énergie »). Ils maintiennent la salle de bains à une température « de base » quand
la chaudière fonctionne. Grâce à l’électricité, ils réchauffent rapidement la pièce, juste avant de prendre une douche, ou si la
chaudière est arrêtée (en intersaison par exemple).
Se chauffer sans gaspiller
6•7
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
Installer une régulation ou une programmation
Si votre installation est ancienne, il est possible qu’elle ne dispose
pas d’un système performant de régulation ou de programmation (voir page 30). Vous pouvez alors poser des robinets
thermostatiques sur les radiateurs : vous les réglez en fonction
des besoins particuliers de chaque pièce équipée et ils permettent de maintenir la température choisie tout en tenant
compte des apports de chaleur.
Si vous êtes déjà équipé d’une programmation centralisée de votre
chauffage, vous pouvez aussi la perfectionner en vous équipant
d’un contrôle à distance de votre chauffage qui vous permet
de le piloter quand vous n’êtes pas chez vous (télécommande
par téléphone, application pour smartphone). Vous pouvez par
exemple demander une température plus élevée avant de rentrer
et trouver un logement confortable à votre retour.
La production d’eau chaude sanitaire, si elle n’est pas instantanée, peut éventuellement être pilotée par la régulation et
fonctionner au plus près des besoins des occupants.
La production d’eau chaude sanitaire
L’installation d’un chauffe-eau solaire individuel (CESI) ou d’un
chauffe-eau thermodynamique (CET) en complément de votre
installation de chauffage central permet d’utiliser une énergie
renouvelable disponible partout pour produire une bonne partie,
sinon la totalité, de l’eau chaude sanitaire dont vous avez besoin.
La production d’eau chaude estivale est assurée grâce au CESI
(en maintenant la chaudière d’appoint en mode « chauffage de
l’eau sanitaire » seulement) ou au CET.
Compléter l’installation de chauffage central
Le chauffage d’appoint
Disposer d’un chauffage d’appoint au bois (insert, foyer fermé,
poêle) permet de maintenir un bon confort alors même que
la chaudière est éteinte. Ceci peut s’avérer utile en intersaison,
lors d’une soirée fraîche ou d’une journée pluvieuse, pour un
apport temporaire et ponctuel de chaleur. Équipez-vous d’un
appareil performant doté du label Flamme Verte 5☆ou plus.
Attention, les autres appareils de chauffage d’appoint (petits radiateurs électriques, poêles à pétrole…) augmentent en général
beaucoup les consommations. Certains ne sont pas forcément
sûrs (risques d’émission de monoxyde de carbone et de
moisissures du fait du dégagement d’humidité).
La relève de chaudière avec les énergies renouvelables
Une PAC air extérieur / eau peut être intégrée à une installation de chauffage central existante en bon état (en relève de
chaudière). Dans ce type d’installation, la PAC assure le chauffage
au-dessus d’un seuil de température fixé par l’installateur. La
chaudière prend le relais quand il fait plus froid et produit
l’eau chaude sanitaire. Cette solution permet de réaliser des
économies de combustible mais elle est coûteuse. L’installation
doit être réalisée par un professionnel expérimenté pour mettre
en œuvre une régulation performante entre les deux systèmes.
Chauffe-eau thermodynamique installé dans un sous-sol.
Changer la chaudière
Si votre chaudière a plus de 15 ans, faites-la remplacer par une
chaudière moderne à haut rendement (chaudière fioul ou gaz
à condensation, chaudière gaz à micro-cogénération *…).
Avez-vous pensé à changer d’énergie et / ou à utiliser une énergie
renouvelable pour vous chauffer (voir page 13) ?
Si la distribution et les émetteurs de votre chauffage central sont
en bon état, il est possible de les conserver tout en faisant installer
une chaudière à bois ou à granulés, une pompe à chaleur (PAC
haute température) ou un système solaire combiné. Les radiateurs d’une installation existante peuvent fonctionner comme
émetteurs de chaleur douce (radiateurs basse température) s’ils
sont en fonte et / ou de grande taille. Vérifiez auprès de votre
installateur si c’est une option possible.
* Les chaudières à micro-cogénération (ou chaudières électrogènes ou
écogénérateurs) sont des chaudières à condensation (au gaz le plus
souvent) qui produisent de l’électricité, en plus de la chaleur nécessaire
pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire (électricité en général utilisée
pour la consommation domestique du logement).
Se chauffer sans gaspiller
8•9
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
Refaire l’installation
Améliorer la production d’eau chaude sanitaire
Si vous installez un générateur très performant, il peut être
également souhaitable de poser des émetteurs de chaleur
fonctionnant à basse température * (radiateurs basse température…). Ils en sont les compléments indispensables et
procurent un excellent confort. Les planchers chauffants sont
des émetteurs de chaleur basse température dont l’installation
ne peut être envisagée que dans le cadre d’une rénovation de
grande ampleur (réalisation d’une nouvelle dalle, surélévation
du sol…).
Dans le cas d’un chauffage décentralisé, la production d’eau
chaude sanitaire (ECS) est indépendante. Si vous voulez l’améliorer, pensez aux énergies renouvelables. Les systèmes qui les
valorisent nécessitent un appoint, intégré ou non, pour couvrir
l’intégralité des besoins en eau chaude sanitaire :
* À moins que vos émetteurs ne soient réutilisables.
es améliorations possibles
L
à partir d’un chauffage décentralisé
Changer les émetteurs
Si vos émetteurs sont anciens, peu fonctionnels, peu efficaces
et / ou vous procurent un confort médiocre, il est temps de les
changer :
pour des appareils indépendants au bois très performants
(inserts, foyers fermés, poêles), qui offrent des rendements élevés,
beaucoup moins de pollution et une facilité d’utilisation notable,
surtout ceux fonctionnant aux granulés de bois ;
pour des appareils rayonnants (panneaux…) qui remplacent
avantageusement les convecteurs électriques. Leurs fonctions
de régulation et de programmation permettent des économies
substantielles et procurent un confort accru.
le chauffe-eau thermodynamique couvre la quasi-totalité des
besoins. Il est équipé d’un appoint intégré ;
le chauffe-eau solaire individuel peut couvrir 50 à 70 % (selon
la région) des besoins annuels en ECS d’une famille. Un système
extérieur (appoint gaz ou électrique) ou intégré (épingle électrique dans le ballon) couvre le reste des besoins.
Faire installer un chauffage central
Un système centralisé de chauffage et de production d’eau
chaude sanitaire est confortable et performant. Vous pouvez
opter pour un équipement utilisant les énergies renouvelables.
Le chauffage central à eau chaude présente aussi l’avantage d’être
évolutif et adaptable à différentes énergies, en changeant le type
de chaudière.
L’installation d’un chauffage central est une opération coûteuse
et conséquente car il faut installer tout le système d’un coup et
faire passer le réseau de distribution dans le logement.
Guides de l’ADEME « Se
chauffer au bois »,
« Installer une pompe à chaleur » et
« Réussir une rénovation performante »
Sur internet : www.ademe.fr/particuliers-ecocitoyens/habitation/renover/chauffage-climatisation
es contraintes à prendre en compte
D
En habitat individuel
Panneau électrique rayonnant et poêle à bois.
Cette opération peut être menée progressivement, pièce par
pièce, en fonction de vos disponibilités financières.
Votre éventail de choix est large. Quelques points doivent
cependant être examinés.
Si vous voulez faire installer un chauffage au bois, est-ce possible
là où vous habitez ? Disposez-vous d’un local où stocker le combustible et éventuellement pour installer une chaudière ? Certains
silos (à granulés, à plaquettes) peuvent alimenter une chaudière
automatique pour toute une saison de chauffe, mais leur taille
est conséquente (environ 4 m2 au sol).
Se chauffer sans gaspiller
10• 11
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
Si vous voulez vous équiper d’une pompe à chaleur (PAC) :
votre terrain convient-il pour la pose des capteurs enterrés
d’une PAC géothermique ? Il doit être assez grand, en partie
dépourvu d’arbres ou d’arbustes et accessible aux engins de
chantier.
certaines PAC aérothermiques peuvent être bruyantes. Pouvezvous installer l’unité extérieure hors des zones qui pourraient
aggraver cette nuisance ou ses effets ? Voici des exemples de
zones à éviter : une cour, surtout de petite taille, un angle de mur,
la proximité des fenêtres de chambre, de la maison des voisins…
disposez-vous d’un emplacement favorablement orienté (à l’abri
des vents dominants et des courants d’air) et accessible pour
implanter l’unité extérieure ?
faites vérifier par votre installateur que la capacité du réseau
électrique est suffisante.
Sur internet : www.bruit.fr/images/stories/pdf/afpacfiche-acoustique-pompes-a-chaleur-n°1
Changer d’énergie,
est-ce possible ?
À l’occasion d’une rénovation ou d’un changement de système
de chauffage, il est intéressant de se poser la question du changement d’énergie.
Opter pour une énergie renouvelable en remplacement d’une
énergie fossile vous permet d’assurer votre approvisionnement
grâce à une énergie en général locale, souvent peu polluante
ou émettrice de gaz à effet de serre, dont la disponibilité est
assurée sur le long terme.
Attention, dans certaines zones où la qualité de l’air est dégradée
et qui font l’objet d’un plan de protection de l’atmosphère, il peut
exister des restrictions pour l’installation ou l’utilisation d’un
chauffage domestique au bois. Renseignez-vous auprès de votre
mairie, de votre préfecture ou de la DREAL (Direction régionale
de l’environnement, de l’aménagement et du logement).
Guide de l’ADEME
Si vous voulez utiliser l’énergie solaire :
disposez-vous d’un lieu favorable (facilité d’accès, surface bien
orientée, toit bien incliné) pour implanter les capteurs ?
y-a-t-il des restrictions (secteur sauvegardé, site classé, abords
de monument historique…) pour leur pose ? Renseignez-vous
auprès de votre mairie.
Si vous voulez faire installer un plancher chauffant, vous ne pouvez
le faire qu’à l’occasion d’une rénovation importante de votre maison.
En habitat collectif
Vous avez moins de solutions pour rénover votre chauffage, du
fait de l’absence de terrain, de possibilités de stockage limitées
sinon inexistantes, de contraintes liées au voisinage et à la cohabitation (pour l’implantation d’une PAC aérothermique, de
capteurs solaires thermiques…). Les contraintes sont à évaluer
au cas par cas : votre syndic vous renseignera pour déterminer
les options possibles.
« La qualité de l’air et le chauffage au bois »
Le raccordement à un réseau
de chauffage urbain pour les particuliers
Il est rare, mais pourtant
possible de raccorder des
logements individuels à un
réseau de chaleur. Une
chaufferie collective (ou une
sous-station) dessert alors
un groupe de maisons,
un lotissement par exemple.
Renseignez-vous auprès de
votre mairie pour connaître
les possibilités et les conditions
de raccordement.
Guide de l’ADEME
« Se raccorder à un réseau de chaleur »
Certains équipements sont conçus de façon à accepter différents types de combustibles ou plusieurs énergies. Ils facilitent
le passage d’une énergie à l’autre : chaudière équipée d’un brûleur
mixte fioul / gaz, chaudière à biomasse fonctionnant avec plusieurs
combustibles (plaquettes, granulés, sciure, copeaux, bûches, paille,
céréales…, qui peuvent être intéressantes pour des particuliers
produisant de la biomasse : agriculteurs…), systèmes hybrides
associant une chaudière (gaz en général) et une petite PAC *…
* Ces systèmes optimisent leur consommation d’énergie en faisant
fonctionner soit la PAC, soit la chaudière, en fonction des conditions
climatiques et de la demande de chauffage.
Se chauffer sans gaspiller
12• 13
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
Reportez-vous p. 11 et 12 pour intégrer certaines contraintes
à prendre en compte si vous voulez changer d’énergie. Pensez
enfin au coût de l’énergie que vous envisagez (niveau de prix
actuel et évolution probable), à la fiabilité et au coût des installations nécessaires.
Sur quel budget faut-il compter ?
Lors d’un changement de chauffage, il faut à la fois envisager
l’investissement initial pour la rénovation et le coût à l’usage,
qui comprend l’achat d’énergie, l’entretien et la maintenance
des équipements.
Ainsi, si vos besoins de chauffage sont importants (grande
maison, bâtiment mal orienté, climat rigoureux…), il sera
intéressant d’installer un chauffage consommant une énergie
peu coûteuse, même si l’investissement de départ est plus lourd.
NB : les prix sont donnés ici à titre indicatif. Ce sont des prix
moyens hors taxe, qui peuvent varier en fonction des caractéristiques du bâtiment et de l’état de l’installation existante, de
la localisation du chantier…
Des aides financières pour se lancer
Des aides sont disponibles pour améliorer l’efficacité énergétique de votre logement, en particulier en ayant recours aux
énergies renouvelables. Il s’agit essentiellement :
d’incitations fiscales : le crédit d’impôt transition énergétique
(CITE), la TVA à taux réduit,
de l’éco-prêt à taux zéro ;
des aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) ;
d’aides des collectivités territoriales ;
d’aides des fournisseurs d’énergie (dans le cadre du dispositif
des certificats d’économie d’énergie).
uide de l’ADEME « Aides financières »
G
Sur internet : www.ademe.fr/financer-renovation-habitat
Les conseillers des Points rénovation info service vous renseignent sur les aides financières disponibles dans votre cas et
vous accompagnent dans votre projet de rénovation.
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
Des indications de prix pour la rénovation
Les prix sont très variables. Faites réaliser plusieurs devis.
Ordre de grandeur des coûts
pour différents types d’intervention (installation comprise)
Type d’intervention
Coût indicatif
À partir d’une installation de chauffage central
Calorifuger l’installation
5 à 10 € le mètre linéaire
Installer ou moderniser la
régulation ou la programmation
• installation d’une régulation
150 à 400 €
programmable
• pose de robinets thermostatiques 50 à 100 € l’unité
Changer la chaudière
• chaudière à condensation gaz
3 000 à 5 000 €
• chaudière à condensation fioul
3 700 à 7 000 €
• chaudière à micro-cogénération
12 000 à 20 000 €
• chaudière à bois performante
8 000 à 14 000 €
avec pose du conduit de fumée
jusqu’à 18 000 €
• chaudière à bois automatique
5 000 à 25 000 €
(selon combustible et génie civil)
• pompe à chaleur géothermique
15 000 à 25 000 €
• pompe à chaleur aérothermique
10 000 à 20 000 €
(hors relève de chaudière)
Installer une PAC
5 000 à 15 000 € (hors chaudière)
en relève de chaudière
À partir d’une installation décentralisée
Changer les appareils électriques
1 500 à 3 000 €
Installer un appareil à bois
• insert, foyer fermé, poêle à bûches 1 000 à 5 000 € (livré)
• poêle à granulés
1 600 à 6 000 € (livré)
• poêle de masse
5 000 à 16 000 € (livré)
Pour l’eau chaude
Installer un CESI
4 500 à 7 000 €
Installer un CET
2 500 à 4 000 €
Les coûts à l’usage
Les énergies
Leur coût varie assez largement, ce qui les rend plus ou moins
intéressantes comme énergie de chauffage.
La fourniture de certaines énergies s’accompagne de frais fixes
(abonnements pour l’électricité et le gaz naturel, location de la
citerne pour le gaz propane).
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
Se chauffer sans gaspiller
14• 15
Les questions QUI ORIENTENT VOS CHOIX
L’électricité est une énergie chère pour le chauffage (équivalente au gaz propane en citerne). Sa hausse de prix ces
10 dernières années est de 34 %.
Le prix du gaz naturel est « relativement » attractif comparé au
prix de l’énergie électrique. Il a malgré tout augmenté de 50 %
en 11 ans. L’évolution de son prix est incertaine.
Le prix du fioul est soumis à des fluctuations brutales et importantes. Globalement, il est en hausse (plus de 100 % depuis 10 ans).
Le bois énergie est l’énergie la moins chère à l’achat, avec des
variations de prix entre produits (bûches, granulés en vrac ou
en sac, plaquettes) et des prix qui évoluent de façon limitée et
régulière.
L’énergie solaire, la chaleur naturelle du sol ou de l’air sont des
énergies disponibles gratuitement. Elles nécessitent un système
pour les utiliser et les transformer en chaleur (PAC, système
solaire combiné) qui nécessite une autre énergie pour fonctionner et un appoint pour couvrir l’ensemble des besoins, qui
fonctionne lui aussi avec une autre énergie. Le coût du chauffage
est donc lié au prix de cette (ces) énergie(s) et à l’efficacité du
système (part d’énergie renouvelable réellement utilisée).
L’entretien
C’est une dépense à prendre en compte quand on estime le
coût d’usage d’un chauffage. Il peut faire l’objet d’un contrat : le
professionnel intervient de façon régulière et automatique. Les
contrats comprennent également un engagement de dépannage
rapide et de disponibilité des pièces détachées en cas de panne.
Le coût de l’entretien varie selon les systèmes, leur robustesse
et leur fiabilité.
Le coût de l’entretien
Type de système
Coût estimatif
Chauffage fioul ou gaz
110 à 250 € / an
Chauffage bois
(central ou séparé)
PAC ou CET
Système solaire (SSC ou CESI)
contrat à partir de 150 € / an
à partir de 200 € / an
100 à 250 € / an
Coût moyen d’un kWh et son évolution en ct€, source Pégase, MEDDE
Énergie
Prix moyen 2013
Évolution sur 20 ans
Calories de l’air
ou du sol 1, 2
Énergie solaire 2
0
Bois déchiqueté
3
+22 %
Bois bûche
4
+10 % (sur 10 ans) 3
Granulés bois en sac
6,2
+13 % (sur 5 ans) 3
Gaz naturel 4
7,4
+111 %
0
Fioul
9,7
+191 %
Électricité 5
14,1
+26 % (sur 7 ans)
Gaz propane en
citerne
14, 2
+186 %
Les systèmes valorisant les calories gratuites de l’air ou du sol (PAC)
ont besoin d’une autre énergie (électricité ou gaz) pour fonctionner; il faut
en tenir compte pour estimer leur coût global
2
Les systèmes valorisant l’énergie solaire et certaines PAC nécessitent
une énergie d’appoint pour couvrir la totalité des besoins de chauffage
et de production d’eau chaude sanitaire des utilisateurs
3
Données non disponibles à 20 ans
4
Tarif B21 zone 1, abonnement compris
5
Données Pégase selon enquête Eurostat entre 2007 et 2013
1
L’entretien du chauffage doit toujours être confié à un professionnel qualifié.
Pour vous aider
L’Espace
le plus proche de chez vous, membre
du réseau rénovation info service, peut vous aider à estimer
le coût global de votre chauffage (installation, fonctionnement,
entretien) en fonction du type d’énergie utilisée.
Pour prendre rendez-vous avec un conseiller et être accompagné
dans votre projet :
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
Se chauffer sans gaspiller
16• 17
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
Les étapes
POUR AMÉLIORER
VOTRE CHAUFFAGE
La première partie de ce guide vous a aidé à
déterminer ce que vous pouviez envisager, en
fonction de vos contraintes techniques et financières.
Il s’agit maintenant de choisir, parmi les possibilités
qui vous sont offertes, les solutions performantes
les plus satisfaisantes et de suivre quelques étapes
pour mener à bien la rénovation de votre chauffage.
Comprendre ce qui vous
apportera du confort
Concernant l’inconfort thermique, deux facteurs sont particulièrement importants : la sensation de « paroi froide » et les
mouvements d’air.
Pour pallier ces inconvénients, plusieurs solutions vous apporteront une plus grande sensation de confort :
l’isolation des parois. Elle limite la sensation de « paroi froide » :
la température ressentie est plus élevée ;
la limitation des mouvements d’air. Les émetteurs chauffant en
priorité par rayonnement (plancher chauffant, radiateur à eau)
offrent un meilleur confort que ceux chauffant par convection
(convecteurs électriques, ventilo-convecteurs, voir p. 29).
Enfin, les émetteurs ayant une for te iner tie (radiateurs en
fonte, émetteurs à accumulation, etc.) offrent une sensation de
confort plus importante. Moins il y a d’écart de température
entre l’émetteur et l’ambiance de la pièce, meilleur est le confort.
Comparer les systèmes
La pièce maîtresse de votre installation est le générateur de
chaleur (chaudière, PAC, poêles à bois, capteurs solaires thermiques, radiateurs électriques…). Comment reconnaître les
équipements performants ? La même question se pose pour
l’eau chaude sanitaire, quand elle est produite par un matériel
indépendant de l’installation de chauffage.
Pour tout type de chauffage (central ou pièce par pièce), c’est
aussi l’ensemble de l’installation dont il faut évaluer l’efficacité
pour réussir votre projet de rénovation.
Le confort est lié à la notion de température ressentie
SITUATION
INCONFORTABLE
14°C
17° C ressenti
20°C
’efficacité des générateurs de chaleur
L
SITUATION
DE CONFORT
19°C
19,5° C ressenti
Connaître les performances des appareils
20°C
La sensation
de « paroi froide » :
un mur froid « aspire »
la chaleur du corps.
Ici, une paroi à 14°C
et un air ambiant à
20°C entraînent une
température ressentie
de 17°C.
Les mouvements d’air entraînent également
un inconfort dans une
habitation, la vitesse
de l’air ne doit pas
dépasser 0,2 mètre
par seconde l’hiver.
La puissance nominale Pn est la puissance maximale que l’équipement (chaudière fioul, gaz, appareil de chaufage au bois) peut
fournir de façon continue. Elle s’exprime en kilowatt (kW).
Le rendement (exprimé en %) traduit l’efficacité de l’appareil
(chaudière, panneau solaire…), c’est-à-dire l’énergie qu’il peut
fournir par rapport à l’énergie consommée. Plus le rendement
est élevé, plus le matériel est efficace.
Le facteur d’émission d’un appareil de chauffage au bois traduit
la quantité de polluant ou de gaz à effet de serre émise par unité
de combustible brûlé.
Le coefficient de performance COP d’une pompe à chaleur
(PAC) est le rapport entre la quantité de chaleur qu’elle produit
et l’énergie qu’elle consomme, dans des conditions données. Il
traduit donc l’efficacité de la PAC.
L’efficacité énergétique saisonnière (η) traduit le rendement
global sur toute la saison de chauffe (et pas uniquement quand
le brûleur d’une chaudière fonctionne). Elle s’exprime en %.
Se chauffer sans gaspiller
18• 19
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
Le COP et l’efficacité énergétique saisonnière réels sont différents de ceux indiqués par le fabricant. En effet, ces derniers sont
calculés en laboratoire dans des conditions définies.
Quelques pistes pour comparer
L’efficacité des équipements les plus courants de production de
chaleur et d’eau chaude sanitaire est fonction de leur rendement
et de la part d’énergie renouvelable dans cette production. La
comparaison entre systèmes, présentée ci-après, est possible
en utilisant le rendement sur énergie primaire.
Une énergie particulière, l’électricité
N’existant pas dans la nature
sous une forme que nous
pouvons utiliser directement,
l’électricité provient de la
transformation d’une énergie
primaire : c’est une énergie
secondaire.
Cette transformation
s’accompagne de pertes en
amont : on considère que pour
bénéficier de 1 kWh d’énergie
électrique finale (c’est-à-dire
disponible pour l’utilisateur),
il faut utiliser 2,58 kWh
d’énergie primaire.
Pour le chauffage (rendements sur énergie primaire *) :
Le COP et l’efficacité énergétique réels sont toujours inférieurs à ceux
mesurés dans des conditions bien définies en laboratoire.
les radiateurs électriques ont un rendement de 38 % et n’utilisent pas d’énergie renouvelable (cependant, l’électricité qu’ils
consomment peut être d’origine renouvelable) ;
Le rendement d’un capteur solaire thermique s’exprime par le
biais de 2 coefficients :
les chaudières à condensation à gaz ou à fioul utilisent des
énergies fossiles. Leur rendement réel se situe autour de 90 % sur
PCI * (pouvoir calorifique inférieur) en récupérant l’énergie
contenue dans les gaz de combustion ;
le coefficient B (rendement optique), qui traduit sa capacité à
absorber la chaleur solaire ;
le coefficient K qui traduit ses déperditions thermiques.
Plus B est grand et K petit, meilleur est le rendement.
Les performances des capteurs dépendent par ailleurs du rayonnement solaire qu’ils reçoivent. Elles sont donc affectées par
leur orientation, les ombres portées, la couverture nuageuse…
Une réglementation à respecter
La réglementation thermique
dans l’existant fixe des exigences
minimales sur les produits
et équipements à mettre en
œuvre pour toute intervention
concernant l’isolation, le
chauffage et la climatisation, l’eau
chaude sanitaire, la régulation,
la ventilation et l’éclairage.
Il est conseillé d’être
plus exigeants que cette
réglementation,qui fixe des
exigences minimales au-dessus
desquelles doivent se situer
tous les travaux de rénovation
concernés.
Guide de l’ADEME
« Réussir une rénovation performante »
Fiche ADEME
« La réglementation thermique »
le rendement des PAC dépasse 100 % puisqu’elles utilisent une
part d’énergie renouvelable (part dépendante de leur performance) pour fournir de la chaleur ;
* voir glossaire p. 2
les chaudières à bois ont des rendements de 50 à 90 % pour
les chaudières à bûches, de 75 à 95 % pour les chaudières à
plaquettes et granulés et leur source d’énergie est renouvelable ;
Pour la production d’eau chaude sanitaire (rendements sur
énergie primaire) :
les chauffe-eau électriques ont une efficacité analogue à celle
des radiateurs électriques ;
le rendement des chauffe-eau solaires dépend fortement de
la nature de l’appoint et varie de 80 à 100 %. La couverture
des besoins en énergie par le solaire est en général comprise
entre 50 et 70 % ;
les CET ont un rendement et un taux d’utilisation d’énergie
renouvelable similaires à ceux des chauffe-eau solaires.
Par ailleurs, la présence d’un ballon d’eau chaude s’accompagne
toujours d’une baisse de rendement (pertes dues au stockage).
Se chauffer sans gaspiller
20• 21
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
En résumé, les systèmes actuellement les plus performants pour
le chauffage sont les pompes à chaleur (gaz ou électriques)
qui présentent des COP de 3, voire 4 en chauffage, pour les
meilleures : elles consomment 3 à 4 fois moins d’énergie que
les systèmes classiques en fournissant la même quantité de
chaleur. Les appareils de chauffage au bois performants sont
ceux qui valorisent le mieux une énergie renouvelable. Pour
l’eau chaude sanitaire, les CET et les CESI sont les systèmes
les plus performants.
Cette étiquette traduit l’efficacité énergétique de l’installation :
générateur principal de chauffage (et éventuellement d’eau
chaude sanitaire) et une autre source d’énergie (panneaux
solaires…) et / ou ballon d’eau chaude et / ou régulation et / ou
générateur de chauffage complémentaire.
Le professionnel calcule l’efficacité énergétique de l’installation,
qui peut atteindre A+++, selon les composantes du système
de chauffage (et éventuellement de production d’eau chaude
sanitaire).
Exemple d’étiquette énergie
d’une chaudière gaz, fioul
ou électrique, chauffage seul
Une étiquette énergie
pour les équipements de chauffage
Depuis le 26 septembre 2015, l’étiquette énergie est obligatoire
pour les systèmes de chauffage, éventuellement producteurs
d’eau chaude sanitaire, d’une puissance inférieure à 70 kW.
Les chaudières à bois et les radiateurs électriques ne sont pas
concernés par cette obligation.
Classe énergétique de l’appareil
Une directive éco-conception pour le chauffage
et l’eau chaude sanitaire
Une directive éco-conception
européenne, applicable en même
temps que l’étiquette énergie,
impose aux systèmes de
chauffage, de production
et de stockage d’eau chaude
sanitaire (générateurs d’une
puissance ≤ 400 kW et ballons
d’une capacité ≤ 2 000 litres)
une valeur minimum d’efficacité
énergétique et des niveaux
Bruit de l’appareil
maximum de bruit et d’émissions
de polluants.
Compte tenu des exigences
de cette directive, seules des
chaudières ayant une efficacité
énergétique saisonnière
supérieure à 86 % (cette efficacité
correspond aux chaudières à
condensation) peuvent être
fabriquées et mises sur le marché
depuis le 26 septembre 2015.
Puissance utile
Exemple d’étiquette énergie
combinée pour une installation de
chauffage et de production d’ECS
Classe énergétique du générateur
principal, pour le chauffage et
éventuellement l’eau chaude
sanitaire
Il existe deux types d’étiquettes énergie pour les systèmes de
chauffage :
une étiquette énergie pour les générateurs de chauffage, fournie
par le fabricant. La classe énergétique des appareils varie de A++
à G pour la fonction « chauffage » et de A à G pour la fonction
« production d’eau chaude sanitaire » s’il y a lieu.
Les points de vente doivent l’apposer de façon bien visible sur les
chaudières à fioul et à gaz, les chaudières électriques, les chaudières
à micro-cogénération et les pompes à chaleur. Les professionnels
du chauffage doivent indiquer l’efficacité énergétique du produit
qu’ils proposent sur leurs devis et fournir l’étiquette énergie des
équipements lors de leur livraison et de leur pose ;
une étiquette énergie combinée pour les installations de
chauffage composées de plusieurs équipements possédant
une étiquette énergie. Elle est établie par le professionnel qui
fournit et pose le matériel.
Classe énergétique pour
le système de chauffage
Classe énergétique pour la
production d’eau chaude
sanitaire
Composition de l’installation
(capteurs solaires thermiques,
ballon, régulation, générateur
complémentaire)
Fiche ADEME
« Pour bien choisir, les étiquettes environnementales »
Gérer ses équipements électriques
22• 23
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
Des signes de qualité à privilégier
Le chauffage électrique
Certains matériels disposent de signes de qualité permettant
de repérer les appareils les plus performants. L’attribution de
certaines aides financières est conditionnée par le choix d’équipements qui en sont porteurs. On peut citer :
Son efficacité de chauffe et le confort qu’il procure sont très
dépendants du type d’émetteur de chaleur dont vous vous
équipez : convecteur, plancher chauffant, panneau radiant,
radiateur à inertie ou à accumulation… (voir tableau p. 29). L’installation d’un chauffage électrique est souvent peu coûteuse et
sa mise en œuvre simple, c’est pourquoi il est courant. Il convient
pour des petits espaces. L’entretien est peu contraignant.
En contrepartie, il est coûteux à l’usage. Son utilisation ne doit
être envisagée que dans un logement parfaitement isolé, avec
des émetteurs équipés d’horloges de programmation, sous peine
de voir s’envoler les factures d’électricité.
pour les appareils de chauffage au bois, le label « Flamme Verte ».
Les combustibles bois font également l’objet de démarches de
qualité signalées par les certifications et marques suivantes : pour
les bûches, « NF Bois de chauffage » et « France Bois Bûche »,
pour les granulés, « NF Granulés biocombustibles », « Din plus »
et « EN plus » ;
pour les pompes à chaleur, le marquage « Eurovent », la marque
« NF PAC » ou le label « Promotelec » ;
pour les chauffe-eau thermodynamiques, la marque « NF Électricité Performance » ;
pour les capteurs solaires thermiques, les cer tifications
« CSTBat » ou « Solar Keymark » ;
pour les installations solaires, (CESI ou SSC) les marques
« CSTBat », « NF CESI » ou le label « Ô Solaire ».
’efficacité de l’installation
L
La performance globale de votre installation ne dépend pas
uniquement de celle des appareils de production de chaleur.
Elle est aussi fonction :
de la distribution. Une bonne isolation (calorifugeage) du réseau
passant dans des locaux non chauffés est indispensable pour
limiter les pertes de chaleur ;
Le chauffage au gaz ou au fioul
Les chaudières à condensation (au gaz ou au fioul) sont efficaces,
robustes et fiables mais cette technologie n’offre plus de marge
de progrès.
L’efficacité de ce type de chauffage est améliorée grâce à des
émetteurs basse température (plancher chauffant, radiateur
chaleur douce) et une régulation en fonction de la température extérieure. Ces chaudières peuvent être couplées avec des
systèmes utilisant les énergies renouvelables (solaire thermique
par exemple).
Les chaudières à micro-cogénération offrent les mêmes performances de chauffage que les chaudières à condensation mais
produisent en plus de l’électricité, consommée sur place ou
injectée dans le réseau électrique. Elles sont coûteuses et leur
production d’électricité sera d’autant plus importante que les
besoins en chauffage sont grands.
de l’organisation du réseau. Pour limiter les pertes thermiques,
la situation du local où se situe la chaudière ou le ballon d’eau
chaude sanitaire doit permettre de minimiser les longueurs de
tuyauterie entre la production de chaleur et le stockage d’eau
chaude d’une part, les radiateurs et les robinets de l’autre ;
de l’émission de chaleur. Tous les types d’émetteurs de chaleur
ne se valent pas, en terme d’efficacité et en terme de confort
(voir p. 28-29) ;
de la régulation et de la programmation (horloge de programmation, régulation pilotée à partir des températures extérieures,
robinets thermostatiques…, voir p. 30 à 32).
Cette chaudière à condensation au gaz est couplée à une installation
solaire pour la fourniture d’eau chaude.
Se chauffer sans gaspiller
24• 25
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
Les pompes à chaleur (PAC)
Le chauffage solaire
Ce sont des équipements performants, économes à l’usage, avec
des COP atteignant couramment 3,5 à 4 en mode chauffage.
Les plus efficaces sont les PAC géothermiques, qui récupèrent
une chaleur à peu près constante dans le sol et qui n’ont pas
besoin d’appoint pour satisfaire vos besoins de chauffage. Les
PAC aérothermiques sont plus sensibles aux conditions extérieures (variations de température de l’air).
Un chauffage solaire peut être couplé à une installation de
chauffage central classique et est économe en coût d’utilisation. L’énergie solaire couvre entre 15 et 45 % des besoins de
chauffage et d’ECS, selon les conditions d’ensoleillement, la technologie utilisée et les caractéristiques de l’installation.
Un système solaire combiné (produisant à la fois le chauffage et l’eau
chaude) est particulièrement bien adapté aux régions froides et ensoleillées
où la période de chauffage est longue.
Pompe à chaleur géothermique reliée à un ballon tampon pour le chauffage
et à un ballon d’eau chaude sanitaire.
La technologie des pompes à chaleur est en pleine évolution
et elles peuvent encore améliorer leurs performances, grâce
par exemple à la valorisation des calories de l’air extrait des
bâtiments (ventilation) ou des eaux usées.
Il existe de nombreux types de pompes à chaleur, s’adaptant à
de nombreuses situations, par exemple à un réseau de chauffage
central déjà en place.
Ce sont des équipements coûteux à l’achat, plus sensibles que
les chaudières aux températures négatives, surtout les PAC
aérothermiques qui ont des rendements plus variables (elles
sont souvent équipées d’un appoint intégré qui prend le relais
en cas de besoin). En revanche, à l’usage, elles valorisent bien
la chaleur qu’elles puisent dans l’environnement.
Elles nécessitent un entretien régulier, en particulier pour contrôler
l’état du circuit contenant le fluide frigorigène (il faut éviter les fuites
de fluides qui sont de puissants gaz à effet de serre).
Guide de l’ADEME
« Installer une pompe à chaleur »
Le reste des besoins est couvert par l’appoint. La performance
du chauffage solaire, en matière de chauffage et de rejet de gaz
à effet de serre, dépend donc beaucoup de la nature de celui-ci.
Les couplages bois / solaire ou PAC / solaire offrent une bonne
couverture par les énergies renouvelables.
L’installation est onéreuse et le rapport investissement / amortissement est moyen.
Guide de l’ADEME
« Chauffer son eau et sa maison avec le soleil »
Le chauffage au bois
Les performances des appareils de chauffage au bois sont en
constante amélioration.
Les appareils à granulés (chaudières ou poêles) sont les plus
efficaces. Les poêles sont moyennement onéreux, les plus chers
n’étant pas forcément les plus performants (l’aspect esthétique
influe sensiblement sur le prix). Les chaudières à alimentation
automatique sont un investissement important.
Il est possible de réutiliser la distribution et les émetteurs d’un
chauffage central existant.
Se chauffer sans gaspiller
26• 27
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
Les principaux points de vigilance pour ce type d’installation sont
la nécessité d’une zone de stockage et la manutention pour les
équipements non automatiques et les appareils indépendants
(poêle…). Il faut veiller également à la bonne évacuation des
fumées. Les appareils récents (labellisés Flamme Verte 5 étoiles
ou plus) limitent la pollution. La pollution dépend également du
bon usage des appareils et de la qualité du combustible. Renseignez-vous sur d’éventuelles restrictions, dans votre région,
pour l’usage du chauffage au bois (voir p. 13).
Guides de l’ADEME « Se chauffer au bois » et
« La qualité de l’air et le chauffage au bois »
Un point sur les émetteurs
Les émetteurs transmettent la chaleur :
par convection, ce qui chauffe l’air de la pièce. Elle peut être
naturelle ou forcée (à l’aide d’une pompe, d’une turbine, d’un
ventilateur). Le confort qu’elle apporte est meilleur si la température du radiateur est proche de celle de l’air ;
par rayonnement, ce qui chauffe les corps, les parois, les objets
et procure une agréable et rapide sensation de confort.
Installer des émetteurs qui restituent la chaleur à la fois par
rayonnement et par convection procure un confort optimal.
Mode de restitution de la chaleur pour les émetteurs courants
R : rayonnement C : convection Cf : convection forcée (air pulsé)
Le nombre de pastille indique une estimation de la part de chaque mode
dans la restitution de chaleur de l’émetteur.
ÉMETTEURS
Radiateur
à eau
R
C
ATOUTS ET INCONVÉNIENTS
• assez bon confort
Radiateur
basse
température
à eau
• chaleur agréable, bon
confort, réutilisation possible
de radiateurs d’une installation
ancienne
Plancher
chauffant
à eau ou
électrique
• chaleur agréable, bon
confort, aucun appareil visible
• nécessite des travaux
importants
Convecteur
électrique
Radiateur
électrique à
accumulation,
à inertie
ou à fluide
caloporteur
Panneau
radiant
(électrique)
Plafond
rayonnant
(électrique)
• émetteurs bon marché
• confort médiocre, déssèche
l’air ambiant
• rendement mauvais et coût
de fonctionnement élevé
• assez bon confort, permet
de bénéficier d’un tarif
électrique de nuit
• volume des émetteurs
important, ne chauffe pas vite
• plus performant que les
convecteurs, facile à installer
et assez peu coûteux
• confort moyen, déssèche
l’air ambiant
Bouche de
soufflage d’air
chaud
Poêle
Insert, foyer
fermé
• pas d’entretien, aucun
appareil visible, économique
à l’usage, bon confort
• nécessite la rénovation du
plafond, équipement cher,
réduit la hauteur sous plafond
Ventilo
convecteur
La chaleur « douce » procurée par un plancher chauffant
est souvent très appréciée par les occupants.
Cf
• réchauffe l’air rapidement
• pas de rayonnement,
confort moyen
• réchauffe l’air rapidement
• pas de rayonnement,
confort moyen
• pose facile, assez bon
confort, agrément du feu
de bois
• assez bon confort,
agrément du feu de bois
• cheminée nécessaire
Se chauffer sans gaspiller
28• 29
Les étapes POUR AMÉLIORER VOTRE CHAUFFAGE
Veiller au dimensionnement
de l’installation
Il est primordial de bien dimensionner une installation de
chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire.
Ce dimensionnement dépend de la région, de la performance
énergétique du bâtiment (isolation, étanchéité) et de la surface
du logement, du nombre d’utilisateurs pour l’eau chaude sanitaire.
Une installation surdimensionnée coûte plus cher à l’achat,
dégrade les performances des appareils et n’apporte pas d’économies de consommation.
Une installation sous-dimensionnée, pour procurer un confort
acceptable, entraîne un fonctionnement des appareils sur de très
longues périodes donc leur usure prématurée. Elle ne permet
pas non plus de faire des économies d’énergie.
Un mauvais dimensionnement peut nuire à la longévité d’un
équipement, accroît la consommation de combustible et les
émissions de polluants.
Adressez-vous à un professionnel qualifié RGE pour réaliser
le dimensionnement adéquat de votre installation.
Prévoir la régulation et
la programmation du chauffage
Les installations neuves de chauffage central et les appareils
indépendants récents sont tous équipés d’une régulation, parfois
d’un système de programmation.
Ces équipements :
pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne
température quand il faut et où il faut, de façon constante et
sans à-coup ;
permettent d’assurer le confort adapté à votre mode de vie
au meilleur coût et sans gaspillage ;
contribuent ainsi à limiter les émissions polluantes et les rejets
de gaz à effet de serre.
Ce sont des éléments indispensables à un fonctionnement
optimum de votre installation de chauffage. Si elle n’est pas
équipée, il faut la moderniser en installant une régulation et une
programmation.
La régulation : un chauffage qui suit la consigne
La régulation est là pour maintenir la température ambiante à une
valeur choisie (la température de consigne) en prenant en compte
les évolutions de la température extérieure et les apports gratuits
de chaleur (soleil, appareils de cuisson, éclairage…). Pour ce faire,
elle agit sur le fonctionnement de l’installation de chauffage.
La régulation garantit la stabilité du confort thermique. Elle est
essentielle pour optimiser le fonctionnement du chauffage et
éviter les gaspillages. Elle permet ainsi de réaliser des économies
d’énergie sensibles.
Une régulation et une programmation performantes optimisent
le fonctionnement du chauffage et évitent les gaspillages.
Vous pouvez ainsi réduire de 5 à 15 % votre consommation d’énergie.
En chauffage central, le système de régulation peut prendre en
compte la totalité des besoins de l’habitation,
grâce à un thermostat d’ambiance,
et / ou une régulation en fonction de la température extérieure
(équipée d’une sonde de température extérieure) qui permet à
l’installation de chauffage d’anticiper les variations météorologique.
Il peut aussi prendre en compte les besoins d’une pièce en
particulier (grâce à des robinets thermostatiques installés sur
les radiateurs).
En chauffage décentralisé (chauffage électrique ou bois), la régulation se fait grâce à :
un thermostat électronique intégré aux émetteurs (convecteurs,
panneaux rayonnants, radiateurs, sèche-serviettes…). La régulation
se fait alors pièce par pièce ;
un thermostat d’ambiance (pour les planchers et plafonds
rayonnants, les radiateurs à accumulation), parfois relié à une
régulation en fonction de la température extérieure.
Gérer ses équipements électriques
30• 31
La programmation : un chauffage
qui s’adapte à votre mode de vie
La programmation complète la régulation. Quand les besoins et
l’occupation du logement changent, elle permet de faire varier
la température de consigne :
en fonction du moment de la journée (jour / nuit, présence / absence) ;
en fonction du jour de la semaine (jours ouvrables / week-end).
Ce programme est établi à l’avance. Une manipulation simple
permet de le modifier en période de vacances ou pour faire
face à une absence ou une présence non prévues.
Améliorer l’installation
D’EAU CHAUDE
SANITAIRE
Les équipements
Avec un chauffage central, le générateur de chaleur vous fournit
l’eau chaude sanitaire. Si votre chauffage est fourni par une PAC
(notamment air/eau) ou un système solaire combiné, un appoint
est nécessaire pour répondre aux besoins d’eau chaude à tout
moment.
Les PAC air / air et les chauffages décentralisés (chauffage électrique, poêle à bois) ne fournissent pas l’eau chaude sanitaire. Si
vous disposez de ce type de chauffage, vous devez vous équiper
d’une installation spécifique :
un système utilisant une énergie renouvelable comme un
chauffe-eau thermodynamique (CET) ou un chauffe-eau solaire
individuel (CESI) ;
Inutile de bien chauffer une chambre inoccupée dans la journée.
Un programmateur permet de choisir la température adaptée sans
avoir à intervenir pièce par pièce sur vos radiateurs.
En chauffage central, le thermostat qui régule la température
ambiante peut assurer aussi la programmation : il s’agit alors d’un
thermostat d’ambiance programmable. En complément, certains
robinets thermostatiques sont programmables et permettent
d’affiner la programmation pièce par pièce.
Les émetteurs de chaleur électriques performants sont équipés
d’un thermostat électronique raccordé à un programmateur
centralisé qui transmet les instructions aux émetteurs. Si vous
faites installer un gestionnaire d’énergie qui centralise l’ensemble
des opérations de programmation, le fonctionnement de votre
chauffage sera adapté à votre mode de vie et aux périodes
tarifaires de votre abonnement.
À chaque situation sa programmation
Les programmateurs multizones permettent de piloter
chaque secteur du logement en
fonction des activités, des heures
de présence… Vous définissez
plusieurs zones dans le logement
(celle des chambres, celle des
pièces à vivre, celle de la cuisine)
et vous affectez à chacune une
programmation particulière.
un chauffe-eau électrique ou à gaz, à accumulation (ballon, qu’il
faut choisir très bien isolé), ou instantané.
Une étiquette énergie pour les
systèmes de production et de stockage
d’eau chaude sanitaire
Depuis le 26 septembre 2015, l’étiquette énergie est obligatoire pour les systèmes de chauffage qui peuvent produire
de l’eau chaude sanitaire (une chaudière par exemple) d’une
puissance inférieure à 70 kW et pour les ballons de stockage
d’une capacité inférieure à 500 litres.
La classe énergétique des appareils se situe sur une échelle de A
pour les appareils les plus performants à G pour les moins
efficaces.
Les équipements concernés par l’étiquetage sont les suivants :
les chauffe-eau électriques ou à gaz (chauffe-eau conventionnels),
les chauffe-eau thermodynamiques (CET) ;
les chauffe-eau solaires (CESI) ;
les ballons de stockage.
Les conditions d’utilisation de l’étiquette énergie sont analogues
à celles précisées pour les systèmes de chauffage (voir p. 23).
Se chauffer sans gaspiller
32• 33
Améliorer l’installation D’EAU CHAUDE SANITAIRE
La combinaison d’un chauffe-eau solaire et de son appoint
(package solaire + appoint) fait l’objet d’une étiquette énergie
combinée spécifique, en plus de l’étiquette énergie de chaque
équipement de l’installation. La classe énergétique de l’installation se situe alors sur une échelle de A+++ à G.
Exemple d’étiquette énergie
d’un chauffe-eau thermodynamique
I
II
L
A +++
A A++
A
B
C
D
E
F
G
WXYZ
A+
A
B
C
D
E
F
YZ
G
YZ
WXYZ
YZ
kWh/annum
GJ/annum
WXYZ
YZ dB
YZ dB
A-80%
A-60%
Classe énergétique
A-40% de l’appareil
A-20%
A+++
A
A+++
A+
B
C
D
+
E
F
G
2015
A-60%
A-40%
Classe énergétique de l’installation
A++
A-20%
A+
A
B
C
D
Composition
de l’installation
E
(capteurs
solaires thermiques,
F
ballon)
A
+
Classe énergétique de l’appointA-80%
A+++
++
812/2013
Fiche ADEME
les CET sur air ambiant sont plus performants que les précédents. Cependant, ils refroidissent sensiblement l’air du local où
ils sont installés et entraînent de ce fait une surconsommation
de chauffage pour le logement ;
Les CET géothermiques sont très performants, adaptés aux
climats rigoureux, mais coûteux. Il est nécessaire de disposer
d’une surface libre au jardin pour les installer.
II
A
les CET sur air extérieur sont les moins coûteux et les plus
simples, mais ils sont plus sensibles à la température extérieure ;
Consommation annuelle
d’électricité ou de combustible
selon les 3 zones climatiques
en Europe
812/2013
L
Les CET aérothermiques nécessitent un appoint (électrique en
général) pour assurer la production d’eau chaude sanitaire tout
au long de l’année. Il en existe plusieurs sortes :
Les CET sur air extrait sont les CET aérothermiques les plus performants mais ce sont aussi les plus chers et ils supposent la présence
d’une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC).
Exemple d’étiquette énergie
combinée d’un chauffe-eau solaire
et de son appoint
I
C’est un type de pompe à chaleur dédiée à la production d’eau
chaude sanitaire qui récupère l’énergie de l’air (ambiant, extrait
ou extérieur) ou du sol.
Bruit des unités intérieure
et extérieure
Appareil pouvant fonctionner
en mode « heures creuses »
2015
Le chauffe-eau thermodynamique
« Pour bien choisir, les étiquettes environnementales »
Guide de l’ADEME « Installer
Fiche ADEME une pompe à chaleur »
www.ademe.fr/chauffe-eau-thermodynamiquesindividuels-ceti
Le chauffe-eau solaire individuel
Il doit être équipé d’un appoint pour assurer la production d’eau
chaude sanitaire en permanence. Il en existe deux catégories
principales :
CESI à éléments séparés. Le ballon est à l’abri dans un local qui
peut être éloigné des capteurs solaires.
Dans ceux à circulation forcée, la circulation du fluide caloporteur est forcée par une petite pompe, le circulateur. C’est le
système le plus installé en France métropolitaine.
Dans les modèles à thermosiphon, cette circulation se fait naturellement, grâce à la différence de densité entre l’eau chaude et
l’eau froide (l’eau chaude est plus légère que l’eau froide), sans
recourir à une pompe. Ce système est plus rentable que le
précédent car il ne nécessite pas de circulateur. Il est cependant
plus délicat à installer et ne convient pas à toutes les situations
car le ballon doit être situé plus haut que les capteurs solaires
thermiques ;
Se chauffer sans gaspiller
34• 35
Vous lancer EN TOUTE SÉRÉNITÉ
CESI monobloc. C’est un système à thermosiphon, simple et
robuste. Il est adapté aux régions chaudes car la réserve d’eau
chaude se situe en extérieur, solidaire des capteurs solaires
thermiques.
Vous lancer
L’installation
Obtenir des conseils
personnalisés
Des principes généraux
Un circuit de distribution d’eau chaude sanitaire court (entre la
production et les robinets) et bien calorifugé réduit les déperditions de chaleur et donc la consommation d’énergie.
La régulation de l’eau chaude sanitaire
Si vous êtes équipé d’un chauffage central, la régulation fait passer
en priorité la demande d’eau chaude sanitaire, avant la distribution de chauffage. Mais pour limiter la consommation d’énergie, il
est préférable qu’elle ne porte l’eau à haute température (pour
l’usage sanitaire) que lorsqu’il y a une demande d’eau chaude.
Dans le cas d’un chauffe-eau électrique, le réchauffage du ballon
est asservi en fonction des tarifs d’électricité, si vous avez opté
pour un abonnement adéquat (tarifs heures pleines / heures
creuses, plus avantageux la nuit).
EN TOUTE SÉRÉNITÉ
Contactez les conseillers du Point rénovation info service le
plus proche de chez vous. Ils répondent à toutes vos questions
concernant l’amélioration de votre logement (solutions techniques envisageables, établissement d’un plan de financement
de votre investissement…) et les aides disponibles au moment
de votre achat. Ce service est gratuit.
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
Des aides financières
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
L’amélioration du chauffage ou
de la production d’eau chaude
sanitaire peut donner droit,
sous conditions, à des aides
financières (crédit d’impôt
transition énergétique, TVA à
5,5 %, éco-prêt à taux zéro…).
Guide de l’ADEME « Aides financières »,
Sur internet : www.ademe.fr/financer-renovation-habitat
Trouver des professionnels
qualifiés
Quand vous avez besoin d’eau chaude, positionnez vos robinets mitigeurs
ou réglez vos robinets pour que l’eau ne dépasse pas 40°C en sortie :
vous limiterez la consommation d’énergie et les risques de brûlure.
Confiez la rénovation de votre chauffage ou l’installation chez
vous d’équipements utilisant les énergies renouvelables à
des professionnels porteurs de la mention RGE, « Reconnu
Garant de l’Environnement ». Elle atteste que les entreprises,
en réalisant des travaux d’amélioration et de rénovation énergétique, s’engagent à respecter des critères de qualité objectifs
et transparents (formation, audit, assurance…). L’attribution de
certaines aides financières est conditionnée au recours à des
professionnels qualifiés RGE.
Guide de l’ADEME
« Choisir un professionnel pour ses travaux »
Sur internet : renovation-info-service.gouv.fr/
trouvez-un-professionnel
Se chauffer sans gaspiller
36• 37
Ne pas négliger L’USAGE
Ne pas négliger
L’USAGE
Vous disposez d’un équipement performant adapté à
votre logement et à vos besoins. Utilisez-le de façon à
confirmer les économies énergétiques et financières
que vous en attendez, et cela le plus longtemps possible.
Utiliser efficacement
une installation performante
Éviter les gaspillages
Une installation bien conçue (production d’eau chaude proche
de son lieu d’utilisation, bonne isolation des tuyaux) limite les
gaspillages de chaleur et d’eau. Mais vous pouvez aller plus loin :
surveillez les températures des radiateurs en programmant
une température de 19 °C le jour et de 16 °C la nuit. Dans les
pièces peu occupées, 16 °C peuvent être maintenus même en
journée. C’est facile grâce aux horloges de programmation et
aux robinets thermostatiques des radiateurs ;
n’hésitez pas à baisser le chauffage lors de beaux jours de
printemps et d’automne et quand vous vous absentez ;
ouvrez vos robinets d’eau chaude à bon escient, repérez les
fuites et intervenez rapidement pour les réparer, laissez les
mitigeurs des robinets sur la position la plus froide ;
réglez la température de votre chauffe-eau (hors CET) entre
55 et 60 °C : cela suffit à limiter le développement de bactéries
pathogènes et évite un entartrage trop rapide de l’appareil ;
réglez la température de votre CET entre 45 et 50 °C pour
éviter de dégrader ses performances ;
en cas d’absence prolongée, éteignez votre CET ou votre chauffeeau : vous éviterez de gaspiller l’énergie utilisée pour maintenir l’eau
à bonne température quand il n’y a pas de demande.
Entretenir ses équipements
Un entretien régulier, effectué par un professionnel, est gage de
bon fonctionnement et de durabilité des équipements. C’est
aussi une précaution utile pour éviter les pannes, qui arrivent
(presque) toujours pendant la saison de chauffe, au moment où
le bon fonctionnement du chauffage est impératif.
L’entretien de certains systèmes de chauffage est obligatoire, en
général annuellement. Si ce n’est pas le cas, un entretien régulier
est toujours recommandé.
Le nettoyage et l’entretien global d’une installation de chauffage
central n’est pas obligatoire. Cependant, son désembouage * et
son équilibrage ** sont indispensables à son bon fonctionnement
et au maintien de ses performances.
L’entretien d’un appareil de production d’eau chaude sanitaire
est rarement obligatoire. Il est recommandé de le faire réaliser
régulièrement car il permet de prévenir son entartrage et d’augmenter sa durée de vie.
* Nettoyage de l’installation pour éliminer les résidus issus
de la dégradation et de la corrosion de ses éléments.
** Homogénéisation de l’irrigation des différents radiateurs.
Obligation et fréquence d’entretien
Type de système Obligation réglementaire
Chauffage
fioul ou gaz
oui (entretien
et ramonage)
oui (entretien
et ramonage)
Chauffage bois
(central ou
séparé)
Chauffage
central
PAC ou CET
Système solaire
(SSC ou CESI)
non (désembouage
et équilibrage)
oui, si fluide frigorigène
> 2 kg
capteurs : non
ballon : non
appoint : selon énergie
Fréquence
entretien chaudière
et ramonage 1 fois / an
entretien chaudière
1 fois / an
ramonage 2 fois / an
tous les 5 à 10 ans
1 fois / an
1 fois / an (capteurs)
1 fois / 3 ans (ballon)
appoint : selon énergie
Fiche ADEME
« L’entretien des chaudières »
Consommer moins d’eau et d’énergie
Fixez des embouts réducteurs de débit sur les robinets, des
embouts mousseurs ou des douchettes à économie d’eau ou
faites installer des mitigeurs (jusqu’à 10 % d’économie d’eau par
rapport à un robinet mélangeur classique) ou des robinets thermostatiques. Ils sont plus coûteux, mais plus efficaces (jusqu’à
30 % d’économie et un confort d’utilisation supérieur).
conception graphique Atelier des Giboulées | rédaction Hélène Bareau
| photos ADEME : Michel GAILLARD/REA (p. 9, 10, 31), R. Chocart (p. 20) ;
R. Bourguet (p. 27, 28), M. Latapie (p. 26) ; Supra (p. 10) ; Testo (p. 17) ; H. Bareau (p. 36) ;
MEDDE : Laurent Mignaux (p. 25), (p. 32) | illustrations Olivier Junière
Se chauffer sans gaspiller
38• 39
L’ADEME
L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME)
participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les
domaines de l’environnement, de l’énergie et du développement
durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche
environnementale, l’Agence met à disposition des entreprises,
des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public,
ses capacités d’expertise et de conseil. Elle aide en outre au
financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce,
dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la préservation
des sols, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la
qualité de l’air et la lutte contre le bruit.
L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère
de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et du ministère
de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la
Recherche.
www.ademe.fr
Les Espaces
, membres du réseau
rénovation info service, vous conseillent
gratuitement pour diminuer vos consommations
d’énergie. Pour prendre rendez-vous avec un
conseiller et être accompagné dans votre projet :
renovation-info-service.gouv.fr
0 808 800 700
Ce guide vous est fourni par :
renovation-info-service.gouv.fr
ISBN 979-10-297-0330-0
8739
Mars 2016
0 808 800 700
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement