Rapport annuel de performances : Mode d`emploi (mai 2013)

Rapport annuel de performances : Mode d`emploi (mai 2013)
L E S R APPORTS ANNUELS
D E PERFORM ANCES
MODE D’EMPLOI
LES RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES
MODE D’EMPLOI
Les rapports annuels de performances
3
Le bilan de la deuxième année
de la programmation pluriannuelle
5
L’exécution des crédits de la mission 7
Le bilan stratégique du rapport annuel
de performances
9
Les objectifs et les indicateurs de performance 11
L’exécution des crédits du programme 13
L’exécution des dépenses fiscales rattachées
au programme
15
La justification au premier euro des crédits
et des emplois 17
Les opérateurs de l’État rattachés au programme 23
Les coûts des programmes et des actions 1
27
D
2012
2012
e
q u
l i
u b
p
R é
e
i s
ç a
n
a
f R
l
Ra
né
Gé
le
eT
iel
DG
éR
bu
T
is
es
nC
Min
Ma
eR
OR
nT
nT
Rf
n i
Me
pe
le
siO
De
ÈG
Mis
R
uR
s
l
pO
De
ue
i
n
n
n
lO
TiO
s a
De
es
RT
e G
pO
JeT
D
p
O
RT
Ra
pR
pO
au
ap
Xe
T R
ne
s e
an
Te
Mp
O
C
es
sT
s Cu
lTuR
elle
s
inDu
eT
iVRe
s, l elles
a
i
D
M é u lT u R
C
Ries
TRie
TAB
Dus
Missi
Mé
, li
Dias
VRe
eT in
MÉD
on
LE D
ES M
AT
IÈRE
S
IAS,
LIVR
Bilan
E ET
de la
INDU
deuxi
Réca
STR
ème
pitula
IES
anné
tion
C UL
d es
e de
T UR
Prog
créd
ELL
la pro
ramm
its
ES
gram
e 18
PRE
matio
0
SS E
n plu
riann
Bilan
uelle
straté
giqu
Obje
e du
ctifs
rapp
et in
Prése
ntatio dicateurs ort annu
el
n de
Justifi
de p
s cré
erform de perfo
catio
dits
rman
n au
ance
Analy
et d e
ces
prem
se d
s dé
ier e
es co
pense
uro
ûts d
Prog
s fisca
u pro
ramm
les
gram
e 33
LIVR
m
4
e
e
E ET
t d es
INDU
actio
Bilan
ST R
ns
straté
IES
giqu
Obje
CUL
e du
ctifs
TUR
rapp
et in
ELL
Prése
ES
ntatio dicateurs ort annu
el
n de
Justifi
de p
s cré
erform de perfo
catio
dits
rman
n au
ance
Opé
et d e
ces
prem
rateu
s dé
ier e
rs
pense
Analy
uro
s fisca
se d
es co
les
ûts d
Prog
u pro
ramm
gram
e 31
CON
me e
3
TRIB
t d es
UTIO
actio
Bilan
NÀ
ns
straté
L’AU
giqu
Obje
DIOV
e du
ctifs
IS
UEL
rapp
et in
Prése
ET À
ntatio dicateurs ort annu
LA D
el d e
n de
Justifi
de p
s
p
erform
erform IVERSIT
catio
créd
É RA
its e
n au
ance
Analy
ance
t d es
DIOP
prem
s
se d
d ép e
ier e
HON
es co
nses
uro
IQUE
ûts d
Prog
fisca
u pro
ramm
les
gram
e 11
AC T
m
5
e et
ION
d es
A
U
a
DIOV
Bilan
ction
s
ISUE
straté
LLE
giqu
Obje
EXT
e du
ctifs
ÉRIE
rapp
et in
Prése
URE
ntatio dicateurs ort annu
el
n de
Justifi
de p
s cré
erform de perfo
catio
dits
rman
n au
ance
e
ces
t d es
prem
d ép e
ier e
nses
uro
fisca
les
7
8
13
17
18
21
27
34
49
53
54
57
63
69
81
96
99
1 00
1 02
1 04
1 10
1 17
1 21
1 22
1 24
1 34
1 38
2
LES RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES
Présentation de la mission
Les rapports annuels de performances de
chaque programme regroupés par mission et
annexés au projet de loi de règlement (PLR)
rendent compte auprès de l’ensemble des
citoyens et de leurs représentants de l’utilisation des moyens alloués aux politiques
publiques.
Les rapports annuels de performances de
chaque programme sont regroupés par mission
et précédés pour chaque mission d’un bilan de
la programmation pluriannuelle qui comprend
un bilan stratégique de la mission, le bilan des
réformes, les indicateurs les plus représentatifs de la mission et un tableau récapitulatif
des crédits et des emplois par programme, par
action et par titre.
La rédaction d’un rapport annuel de performances pour chaque programme ou dotation
est prévue par l’article 54 de la loi organique
relative aux lois de finances (LOLF).
Contrepartie de la liberté de gestion promue
par la LOLF, le rapport annuel de performances
permet à chaque responsable de programme
de rendre compte de sa gestion au regard des
engagements pris dans le cadre du projet de
loi de finances et des projets annuels de performances qui y sont annexés.
Structure du rapport annuel
de performances
Chaque rapport annuel de performances comprend :
- le bilan stratégique du programme ;
- la réalisation des objectifs et des indicateurs
de performance ;
- l’exécution des crédits et des dépenses fiscales ;
- la justification au premier euro des crédits et
des emplois exécutés qui commente et analyse
les écarts constatés par rapport à la prévision
et par rapport à l’exercice précédent et présente
un échéancier des restes à payer au cours des
exercices futurs ;
- un bilan de l’exécution pour les principaux
opérateurs rattachés au programme ;
- une analyse des coûts associés à chaque action
du programme.
Cette annexe par mission a vocation à mettre
en évidence et à expliquer les écarts avec
les prévisions des lois de finances de l’année considérée ainsi qu’avec les réalisations
constatées dans la dernière loi de règlement.
3
PLR
elles
8
Méd
AT
cultur
AMM
ries
OGR
dust
LA PR
et in
N DE
livre
BILA
ias,
Missi
PLU
ION
on
AN
IÈME
NÉE
RIAN
2012
NUEL
LE
O
A PR
DE L
GRA
TIO
MMA
U
N PL
RIAN
NUE
LLE
défis
, les
ques ique, la
nologi
mér
el
ts tech e au nu
iovisu
men
l’aud stries
ssag
erse
pa
de
ev
ul
ts bo breux. Le nouveaux re et indu
m
liv
s
portan
nt no s besoin Médias,
r d’im
N
so
pa
IO
«
é
face
et le
MISS
arqu
sion
t faire
E LA
l et m
accrue de la mis
iques
UE D
rentie lles doiven ationale
its
onom
ncur
rn
ÉGIQ
créd
et éc
et du
us co s culture nce inte
RAT
des
décr
ques
ires
en pl
,
N ST
nologi
plus
esse
ion du
dustrie concurre bénéficia
BILA
pt
in
pr
ch
de
te
s
do
t
la
la
le
en
nts
ces
de
à la
ec l’a
nnem le livre et ommation, s différe
exigen outi av ppement
aides
enviro
s le
elles
ias,
r les
a ab dévelo
cons
lle
un
uv
i
su
éd
s
ue
no
qu
de
m
on
Dan
es
les
auxq
esse
r aux
ur le le réflexi
uels
s mod geures
apte
la pr
e po
auxq
uvel
ga
n de
it s’ad rectes à ratégiqu
s
e no
ificatio autant de ndre.
») do
st
s di
blique
t d’un
mod
nds
resse publique
po
s pu
e
sont
emen
au fo
0«P
t à ré
litique ogramm
public
le lanc
e 18
» on
aides esse et
x po
s
m
pr
s
12
au
lle
de
am
20
pr
e et
re
e
gr
d'un
rés
cultu
« Livr
nsac au sein
e (pro re réform des à la noncé en
4
co
ss
its
me 33
11,
la pre e premiè e des ai
créd
n a an
20
am
io
s
de
gr
le
at
is
ro
un
»,
onde
réform mmunic
, depu
ture
s » (p
Le m eur. Après
co
à la
« Cul ssemblés culturelle
ct
latif
rités
de la
s
ra
ission
du se 2012 re
s prio
re et
la m
e
sont
dustrie
cultu
ril
re de
ranc
es de lturelles
et in
œuv
13 av tre de la
de F
livre
cu
ramm
nt
is
ise en tiona le
s,
s
og
in
ia
m
pr
rie
M
obilise
la
rents
indust on « Méd
ivre la èque na
et m és du
.
ffé
s
su
e
se
di
ur
th
si
de
rm
r
is
pres
Biblio
de po
ng te des priorit ses
rtis su lecture et é à la m
lo
la
12
pa
20
de
de
de
t ré
la
jeu
tion
l'une
intégr
is en
e et
men
en
de
sa
et
re
m
ur
rm
,
ni
r la
ct
un
eu
de
re
éé
m
erve
ont pe la moder
an le
Précé ur du liv ment cr
tituent
prés
qui de
fin,
livre
du pl
t:
cons
ve
elle
ntes évolutif, de ière ; en s
cture,
ue du palemen les, qui
en fa
nouv
»).
fil
la le
nova
le
politiq
ifique lturelles
princi territoria
ns in nnement
t de
de la que par
à la
tio
nt
en
s
spéc
és
cu
ac
so
ur
s
em
ro
i
di
n
s
te
ue
ries
envi
s ac
éatio
velopp ement de
ent dé litique, qu bliothèq
nt
cr
un
.
m
indust
dé
re
la
es
le
ns
ia
usag
4 ; le le déploi
tte po ne des bi
n, da e les diffé teurs de
spéc
s
33
ce
tio
se
us
bi
à
e
tr
oi
pl
m
s
de
ers
am
en
s ac
édits
ages
gnée
patrim program n, à trav i a pour
alant en par le du livre et
ux us
u
Les cr ques assi ation du
prév
i bi
icatio
uvea
uvea
nser
re, qu uilibres
gi
faveur
auss
loris
s no
repe
mmun ie du liv
du no
éq
straté
rtés
lle en
s
la va
et le
la co
tat à
t les
édits
t de
nom
) et
istérie
ue, po
érique s et l’É
(BnF tiel des cr lture et de de l'éco maintenan
lemen
mériq litique min
num
el
ue
iq
nu
te
n
uv
t
cu
en
la po
l'ess re de la
contex es économ ir le reno
gulatio éation en ppemen
9
u
ré
de
lo
s
ea
la
cr
nt
tè
rt
;
èl
nouv
gara
mod
minis ositions
de la s de déve s axes fo
le
s
de
ité
s,
ur
ion
al
et
elles
op
lle
de
r le
ntiels
« Act
la qu des proj
lture
14 pr
e un
apte
cultur sion
esse
115
et
ries
à ad
i rest
ité et
es cu
ent
Mis
nce
mme
dust
jectifs
s, qu
ustri secteurs
ra
ra
divers pagnem
in
le
d
F
ob
ia
og
et
in
la
pr
s
on
s
merre
pour
om
LE
s, liv
in du
ure de
ble de
patrim
l'acc
de ce n avec
d’af
iafir
NUEL
térie naux et
au se
Méd
nsem acteurs
tions
tio
RIAN
lle ex
io
rven
tracés isue
institu
PLU
ent l'e
les
2012
ION
nt re
ternat
teurs.
n inte
PLR
largem à la fois
MAT
audiov
its so
ias in
de so me des ac
GRAM
t plus
s créd politique ands méd
PRO
is
ité
rnan
uisent odalités
de
al
rs
LA
ce
nd
ie
la
ur
E
rt
dive
Con
s co
s m
les gr al. BILAN D
e de
r le pl
e pa
à la
érique lement le d'assure
en
2009
nt un cohérenc iser avec
ondi
el et
num
puis
souti
ta
is, do
al
et
uel m
r la
ion
iovisu ic qui de
t au
ité
amen s talents
de riv
frança
diovis
éliore
l’aud
ndan
bl
fond
évolut
oxim
ettre
rieur
de
e au
el pu
de pr
s
if d’am ur perm
ion à
rrespo
r une
res,
exté
ysag
le
tribut l’audiovisu donc pa
œuv
its co n sociale accordée
object
suel
le pa
on
vi
de
éd
ur
C
ns
io
cr
in
«
ud
a po
les
tions système
icatio
e de
pe et
és, af phone da
en
un
313
ec
rm
ét
de l’a
ou
e »,
m
fo
bv
ci
av
e
e
gr
ur
m
so
du
s s su
form
ramm e de la ré nnes du
rieur
franco
nique on de coarge ntdede
tion
extérie e de ses
og
pé
et
ho
sa
La ré
pr
e
lle
ta
su
ni
dr
op
si
is
il
le
ca
ante
isue
mis e enlech
radi
mon (GIP(p) éren
acun
ança
ers
ns le
Conse
ic e
r les
audiov té de ch luence fr
sante re-mer, lala ga
bl
pris
rantirrêt pu
à trav
initial las par le
ns, da
mpo
ité su
ci
l’inf
'out mme,
de d’intéan
ces lativtoerisàée
e co
outre, Télévisio la public
l’effica
rmis ende
le qu ogrape
t fin
ce et
re au
ent un
e en
de
ce
ropo
pr a upem
ésen
dios 2011 en
loi ars 20ra07
mplèt
Fran partielle
la pr
égalem nt en mét riteenau2012 Gro
t
e en 5 m
e de vembre
scits
té
end
on co ment de
en
du
n
ta
br
in
si
pr
m
s
io
,
vo
m
du
is
éd
le
m
erits
ss
avéd
être
s cr au trcr
ance
issentue nd'de
-309 no le 30 no nsidérab
3 co
te m
ppre
07
tion du
e de
cette
20ta
ésen e », le fin
inntie
la su ique. mme 31 qui remplcontai
ccès
i n°en
nt co
e de
ériqupe la loug
La pr
t par
ogra
um
ion mut nl'e
rissa
cadr
r l’a m ec su
onom
nvelop
honiqu
men
atives nfct
le pr
iée. Le
ns le
ce à hevé av le, renché
soci e asicol'a
drt éfapa
radiop uit notam modèleEéc
tant enca
nfin,
onecto
sisp
s as mêm
és da
n
ad
s, faisanr, s'est ac e nouvel
lévire
3,eur leur la téen
radio 31at
suen
favoris
de so
se tr
es
es
dé
tu
èr
ut
à
d
e
te
oc
es
sl
fu
ge iv . Ceéepr
mm gi
rtan
une
s), to on du
sa
s plus
sociatinée
ogra le lé pas
impo
décidé
es.
visinées.isuel dans gnant le
ferm téléan
e pr queent du
os ass term
esse
bitieus
mêm
m radi aive
plan
loppes
diov
la pr
à laières
compa
anceaux désoàrmen
s du
es am
e de
lle setdernysage au ut en ac
11. Le
s
aver
t
au fin
réform
es
el ce
réform n en 20 s français
pa
ovisue
Au tr es liées
is, to
d'aide di
r des
iovisu ntrer le
t
an de
ap
tatio
érique sionl’aau
ança
pa
ud
ic
ns
pl
fr
er
um
ée
re
nd
pe
le
nc
rs
emen
ffude
dé
éN
fait
marqu
place nce de co ter les ha développ
s foye
t
e Tél n de la di er. Il a
le
en
es
S
nc
2011
us
E
Fra
tio
ettre
lles »
l’insta à surmon e pour le place en
de to
tre-m
ORM
de m
lture
ernisa
s
e de
RÉF
se et
dr
en ou
osition
mod
ettant rme issu
ries cu
stinée er un ca é mise en à la pres du
DE S
le et le à disp
st
rm
N
de
po
du
pe
A
s
in
n
its
réfo
BIL
elles,
métro lévisuel
invent tation a ét
re et
s aide la créatio
s créd
) et la
.
la
té
ructur se et à
e de
ias, liv
ncer
ble le e (EGPE
es st
es
form
l'offre n majeure
acre sation de
« Méd
de co
esur
ssem
la pr
la ré
rit
e
cons
io
ni
arch
ission
cret
e » ra esse éc ait des m cture de e instance relatif à
oder
mutat
dém
La m
ress
pr
le
t
12
Ce dé s de m
un
0 « P ux de la ), compren riser la
uvelle i doiven
nd
rme, 13 avril 20 sement.
18
fo
no
fo
e
n
vo
ra
ré
-c
is
ie
né
mm
2011 on, à fa
uit la s : ceux
s et
bout
l’anc
ue de décret du
ad
ue
t
l’a
iq
tr
rogra s États gé s (2009si
oq
p
m
en
es
Le
. Le
dyna
nstitue notamm le décret s publique ts récipr
de
impr
s an
se
co
d’
tte
oi
ue
tr
es
et
ce
en
e
en
m
nt
la pr
ion
à l’iss PE, sur
d’aide
embl
lleurs,
esse
gage
longea s aides à
stribut
la pr , qui rass . Par ai gnificatif
EG
s en
de di esse. Pro
des
t de
si
ne
er le
se
e de
de
pr
emen
atière
pres
en lig montant t pour fix
nanc
n gran
de la
en m
uver
ta
velopp ent de la
esse
un
lis. E rer son
érique orcer la go ur le dé
de pr ficiant d’ s avec l'É
em
ressta
au
num
pp
es
po
ic
lo
nf
.
e
né
an
rv
re
se, P nt à rest
tout
qu
déve aux se
2012
pres
tour
se bé de trois
sa
en
afin de s stratégi pour le
es
au
de
vi
s
t
pr
s
e
nd
e
Pape.
d’aide res de
ation
duré
r l'Éta
signée
gerie
au fo
tégiqu n fonds
essa restructur sées pa cques Le sant
d’une s ont été
s tit
is
ni
de m
s stra
Ja
re
et le n cadre
fin
de
ga
ncie
é
.
t
ad
or
ét
dé
fond
M
l’a
ta
-c
,
an
ci
l'É
entio
tions
le so bitieux pl
se et
iations s, puis de bre 2012
entre
conv
nven
pres
méd
to
incipa
une
ariale
15 co
la pr 11 un am er deux
ancier et le 5 oc
parten ais signer i régulier.
éd
e de
és fin
20
et
ue
succ
iv
rm
march le 30 juill
réform vembre
politiq
un su
déso
vu se ité des
r la
à la
en no 2012 a
rer d’
gnés
é pa
or
n en
si
su
ut
qu
té
é
part,
l’A
op
e
s’as
icatio
é mar
ont ét .
a ad . L’anné ident de
d'une
t
ét
t
ta
s,
mmun
lis
ré
l'É
en
ssta
2015 hui prés
nsac et de la co
sstalis
lis et
re
co
ta
égalem ère, Pre
on
P
ss
d'
a
riz
its
de
re
re
à ho
anci
2012
aujour ciété P
s créd
Cultu
nnité
le
lté fin ploitation AMEIX,
pére
ais le re de la
la so
pour
R
sorm
tè
difficu
ex
ntir la
urs,
itions es aux
re d’
gara
minis ion 2).
érard
pe dé
édite
opos
grou
ct
équilib de M. G ciant les
és du
afin de
14 pr s structur
s » re x priorit gistrée (a
d
so
rties
des
le
relle
au
r
e
u
re
,
d’abor cords as s des pa
te
lt
rt
dr
en
cu
ac
ré
le ca es : adap
ique
tre pa
ries
Deux rts équilib
dans
dust 1) et, d'au re de mus
n.
3 ax
fo
ce
et in
itiées tour de
aluatio
man
les ef
ivre
ction
matiè
ns in
s d'év
t au
4 « L lecture (a ment en
perfor scrit s
actio
s outil
e 33
ticulen
t de
m
des
in
i s'ar osition de
ramm re et de la lles, nota
uvre
contra
qu
g
jectifs
œ
,
t de
ro
sp
10
lture
dre du mi les ob alemen
Le p
du liv
ise en tre en 20 ettre à di
cu
ca
m
ur
s
ar
ég
le
qui
P
ve
la
.
ie
is
m
dustrie
blics,
en fa
) dans i en 2012 i bénéfic
ite de par le Min vants et
re d'in
(BnF
ursu
ique
des pu
iv
qu
nce
s inno
matiè
ursu
la po noncées
nce,
ction site histor
et
ra
po
re
re
F
oj
vu
é
di
fé
pr
a ét
le de
aura
de ré
ure an enir les
es en ichelieu, unication.
na
09
ct
ic
12
ue
tio
le
20
rv
iq
ut
e 20
mm
s se
mér
ère R
de la cture, so
ue na en juillet
thèq
L'anné ement
ue nu ffre et de quadrilat et de la co
n
de le
l'o
Biblio
icatio
iothèq
lopp
du
re
chaîne
déve ux usages
cultu
mmun d'une bibl llement de novation
par la
de la ant le
la co
de la
ea
gagé
ré
ve
teurs
ss
tère
place
nouv
n en
re de
ren ou jardin ; la
nts ac es intére
minis
re
nisatio de la cultu la mise en ion et le
ra de
edu
ffé
er
s
-d
di
mod
s étud e 2012 au e à
haut
ptat
des
tère
obilier
pal :
de
de
is
da
du
m
ci
ur
r
in
rt
l'a
in
tiv
im
né
ve
su
ue
L'effo avec le m à titre pr du livre ;
thèq
ojets
en fa lation et
. L'an 2012 rela ojet
l
tion
Biblio grands pr
pr
2007
lu
ent
régu
n ac
é en
conc
mars
rtant
de la
figur tre nationa
s
so
de
iti
t
r
e
po
vi
de
in
ra
es
1e
rm
ui
im
nt
us de
fo
rités
esur an livre »
ours
au co par le Cen par la ré
loi du uvre d'un e un corp
s prio
n a p sur des m
pl
œ
its
e de
de la
ent
naîtr
du «
icatio
,
créd
ption
ise en à faire re
tamm nstitue un
mmun
rectes ands axes
e no
l'ado ible la m
la co
nt
ns di
ec
gr
sa
pass nF, qui co
tio
de
s
av
vi
ss
en
t
et
de
po
r
B
men
tour
interv
lture
iculie qui rend
de la
tisse
la cu
r des lement au en part
le
nves
re de la fois su
es,
e sièc néral à l'i
incipa
inistè
à
ancé
XXèm
t gé
ule pr
puie
, le m
s av
Enfin , qui s'ap qui s'artic portante onibles du missaria
om
et
re
im
sp
C
,
d'
du liv du livre
s indi nF et le
rmis
r
s livre
e pe
la B
secteu t de vu
ue de auteurs,
in
mériq
s, les
ce po tion nu
iteur
loita
les éd droits.
l'exp
ec
us
u av
conç 0 livres so
00
500
EU
LA D
N DE
BILA
X
4
LE BILAN DE LA DEUXIÈME ANNÉE
DE LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE
Les rapports annuels de performances regroupés par mission sont introduits par un bilan
de la deuxième année de la programmation
pluriannuelle des crédits sur la période 20112013.
Le bilan des réformes rend compte de l’avancée des principales réformes dont la mise en
œuvre sur la période a eu un impact sur l’exécution des crédits et des emplois pour l’année
2012.
Ce bilan est signé par le ministre (mission
ministérielle) ou les ministres (mission interministérielle) en charge du pilotage de la politique des programmes constituant la mission.
La réalisation des indicateurs principaux de
la mission met en avant les résultats obtenus
pour les indicateurs les plus illustratifs de la
politique publique suivie. L’introduction de
ces quelques indicateurs en début de mission
vise à renforcer le pilotage par la performance
introduit par la LOLF.
Le bilan stratégique de la mission permet de
présenter une vision d’ensemble de l’exécution des politiques publiques de la mission.
Le bilan de l’évolution pluriannuelle des crédits pour 2011-2013 permet de rendre compte
de l’évolution de l’exécution des crédits sur
cette période.
5
PLR
14
Méd
ias,
Miss
livre
du
et in
re
cultu
stries
RÉCA
PITU
LATI
lles
S
ON DE
IT
CRÉD
2012
S
ion
RÉ C
AP
TIO
ITULA
N
CRÉ
DES
éro et
Num
se
01
ent de
nem
Abon
sà
Aide
02
Livre
334
lé du
intitu
Pres
180
P RO
PA R
DITS
tà
l’Éta
e ou
ramm
prog
GRA
MM E
ction
de l’a
LF
ision
Prév
CT
ET A
ION
t
men
gage
d’en
ions
2012
risat
Auto
2011
P
et AD n
FDC
tio
I y.c. nsomma
Co
l’AFP
esse
la pr
s
relle
cultu
ries
dust
et in
re
lectu
que
honi
diop
ité ra
vers
à la di
el et
iovisu
l’aud
à
n
io
ribut
Cont
313
ons
lévisi
e
ce Té
mériqu
Fran
ut nu
01
on to
lévisi
locale
à la té
ique
age
phon
Pass
radio
02
ression
l’exp
à
ien
ure
Sout
térie
03
ex
lle
isue
diov
n au
Actio
ure
115
extérie
uelle
diovis
n au
Actio
01
01
02
et
Livre
stries
Indu
relles
cultu
t
men
paie
its de
Créd
2011
2012
042
320
390
450
916
560
384
922
419
908
761
505
560
2
117
413
769
0 04
82
902
385
200
5
117
428
5 20
5
88
134
6
11
4
8
42
814
37
16
477
272
428
8
1
421
115
5 90
3 68
237
50
01
3
90
360
117
267
417
494
768
304
850
902
0
3
7
20
59
997
11
428
132
4
284
4
115
298
4 13
2 19
168
31
09
8
8
3
42
26
262
3 04
437
115
3 82
982
6
30
850
2
6
22
6
07
25
31
049
243
273
306
850
284
447
069
381
603
475
259
970
5
246
302
818
3 09
0
252
1 00
3 70
7
043
68
23
89
3
82
11
585
7
298
850
266
8 74
513
700
3
867
15 48
247
4 07
290
438
51 00
391
591
5
970
974
236
7 17
818
452
4
000
17 65
247
4
7 46
681
72
7 28
9
11
1
93
99
3
46
252
959
8 34
523
891
6
-2 88
073
8
06
4
88
6
09
423
51 00
391
9
401
141
974
0 22
508
452
000
433
37 93
777
900
0
639
8
389
4 00
461
000
0 91
0
00
90
524
891
185
361
066
888
661
178
999
423
401
141
014
0
508
105
1 50
6
000
433
8 26
29 08
900
0
10 06
138
389
4 00
000
558
000
27
900
5
5
1
18
36
29 04
308
661
0
918
087
7 80
055
0
150
8
29 12
105
6
1 50
7 30
8 26
29 08
8 63
467
1
15
4
10 06
45
50
0
0
206
308
27 47
760
5 00
087
486
150
29 04
8
308
0
251
7 30
087
9 80
8 63
150
467
8
15
29 20
4
30
50
637
206
846
158
760
519
486
206
308
251
760
087
486
150
251
308
7
63
846
158
519
206
760
486
251
PLR
2012
RÉCA
RÉ C
APIT
ULA
éro et
180
/ Pres
se
Titre
Titre
3. Dé
7. Dé
334
/ Li
es de
pens
pens
DES
intitu
lé du
CRÉ
prog
DITS
ramm
PAR
e ou
es d’i
es d’o
fonctio
nnem
nterve
péra
vre et
ent
ntion
tions
finan
cière
P RO
GRA
MM E
du titr
Prév
isio
pens
6. Dé
Méd
LATI
ias,
livre
ON DE
S
et in
du
CRÉD
ITS
e
n LF
I y.c.
FD
Cons C et ADP
omma
tion
ET TI
TRE
Auto
risat
ions
d’en
gage
2011
men
t
2012
421
477
426
417
903
237
115
428
200
115
676
936
306
049
22
6
300
450
535
Créd
its de
2011
385
820
042
374
885
205
117
505
908
117
980
430
268
314
134
256
715
366
paie
men
t
2012
s
419
indu
922
strie
560
s cu
413
lture
560
lles
390
761
320
042
115
es de
384
428
916
fonctio
200
450
115
Titre
nnem
428
5. Dé
117
ent
168
pens
505
30
908
es d’i
4 49
1 77
118
nves
4 36
5 76
229
0
6
tisse
29
199
Titre
6
men
298
008
6. Dé
272
t
823
929
pens
814
189
043
13
409
290
es d’i
4
266
867
nterve
259
515
513
ntion
381
284
Titre
2 12
850
226
7. Dé
3 66
233
094
4
pens
703
533
303
es d’o
095
214
823
731
péra
171
043
215
295
tions
284
967
867
313
finan
243
292
/ Cont
284
072
188
cière
997
ribut
742
s
0
850
226
ion à
327
9
26
09
02
2
l’aud
4 53
8 90
092
3
0
iovisu
194
213
Titre
081
72 72
el et
3. Dé
215
142
2 00
8 51
à la
pens
867
0 00
0
dive
292
67 10
es de
5 00
0
191
rsité
0 00
7 31
fonctio
934
43 51
radiop
0
8
522
Titre
22 83
nnem
4 55
honi
5. Dé
8
3 00
ent
25 61
27 90
que
0
pens
6 00
7 17
72 72
es d’i
0
8
12 00
nves
8 51
0
0 00
tisse
Titre
48 32
0
men
524
6. Dé
8 93
t
43 51
000
15 05
0
pens
918
4 55
3 59
401
es d’i
8
0
44 82
178
nterve
452
066
5 56
ntion
974
115
7
391
/ Actio
461
116
639
n au
000
523
777
diov
959
13 33
isue
6 68
999
2 10
lle ex
40
5
11
1
Titre
5
6 00
096
térie
452
6. Dé
0
066
ure
974
pens
43 07
391
es d’i
461
1
116
nterve
727
000
464
ntion
Tota
523
6 68
l des
884
5
116
918
créd
-9 78
401
000
its pr
Tota
0
171
452
évus
l des
381
43 07
858
créd
1
39
206
Dont
1
its co
461
519
:
606
nsom
846
523
486
251
més
843
486
Titre
150
999
760
-9 78
3. Dé
401
087
0
089
pens
308
206
452
158
381
es de
519
858
637
846
fonctio
206
391
308
251
461
504
Titre
486
nnem
694
467
150
760
5. Dé
251
173
ent
087
1 45
pens
486
308
150
0 82
760
15
es d’i
8
087
1 23
637
nves
308
206
3
308
tisse
158
1 36
Titre
504
1
men
63
1
24
46
6. Dé
435
7 30
8 26
7
t
251
576
8
pens
3 59
486
150
es d’i
1
760
1 22
087
nterve
1 45
8 86
308
4 21
ntion
Titre
158
5 38
0 06
341
637
5
7. Dé
9
638
308
pens
1 35
733
1 27
es d’o
0 38
330
8 37
6 65
414
péra
9 59
333
9
916
tions
1
489
1 26
finan
200
7 37
306
cière
3 41
765
s
0
341
6
828
9 02
638
8 90
733
0
328
1 10
515
9 18
333
995
1 99
2 50
489
1 02
0 22
0
200
5 00
0 21
0
310
0 00
5 99
914
206
0
4
774
792
22 83
391
3 00
904
25 61
0
866
1
6
107
000
338
1 77
571
11 99
5 76
336
0 22
6
996
0
914
919
000
15 24
274
2 99
391
9
931
672
332
2 12
3 66
4
13 50
4 07
2
Titre
3. Dé
pens
6
strie
s cu
ltu
15
relle
Miss
TION
Num
Titre
PITU
s
ion
L’EXÉCUTION DES CRÉDITS DE LA MISSION
L’introduction de la mission comprend ensuite
la récapitulation des crédits et des emplois
relatifs aux différents programmes de la mission, qui constitue l’unité de vote par le Parlement. Les crédits sont présentés par destination (programme et action) et par nature
(titre et catégorie).
visibles destinée à faire face à des calamités
et des dépenses imprévisibles et la dotation
pour mesures générales en matière de rémunérations dont la répartition par programme
ne peut être déterminée avec précision au
moment du vote des crédits.
Enfin, les programmes des budgets annexes et
des comptes spéciaux font l’objet de rapports
annuels de performances suivant les mêmes
règles de présentation que les programmes du
budget général.
Un premier tableau récapitule l’exécution
des crédits par programme et par action, en
autorisations d’engagement et en crédits de
paiement. Ce tableau permet d’avoir un détail
fin par destination de l’exécution des moyens
alloués à la mission.
Un deuxième tableau présente l’exécution des
crédits par programme et par titre en autorisations d’engagement et en crédits de paiement.
Les rattachements des fonds de concours
effectués au cours de l’année y figurent également.
NB
• Les autorisations d’engagement (AE)
« constituent la limite supérieure des dépenses
pouvant être engagées » par les administrations auprès de tiers au nom de l’État.
• Les crédits de paiement (CP) « constituent
la limite supérieure des dépenses pouvant être
ordonnancées ou payées pendant l’année pour
la couverture des engagements contractés dans
le cadre des autorisations d’engagement ».
Par ailleurs, deux missions regroupant des
dotations sont prévues par la LOLF : la mission
« Pouvoirs publics » qui comprend les dotations dont les crédits sont imputés sur le titre
des dotations des pouvoirs publics (titre 1) et
la mission « Provisions » qui comprend la dotation pour dépenses accidentelles et impré-
7
PLR
18
Pres
se
ra
Prog
mme
0
n° 18
RAPP
R
N ST
BILA
ORT
ATÉ
AN
RF
DE PE
NUEL
GIQU
ORM
RAP
E DU
ANCE
P
2012
S
ANN
ORT
UEL
ER
DE P
FOR
MAN
CES
lles
lture
se.
s cu
pres
s et
strie
de la
nsée
indu
HINI
de pe ts, une
des
faveur
ESC
e
ants
en
ue en
ias et
ress
ANC
ce
s cour événem
0:P
politiq
s méd
ce FR
de
18
sa
de
en
s
l
nscien
on
tà
ra
e n°
Laur
diffusi pective de ritable co
r l’Éta
ramm
r géné
la
pa
à
og
eu
s
pr
et
e vé
pers
loué
Direct
le du
yens
its al
e en
n d’un
nsab
s cito
e mis nstructio tique.
s créd
idor
Respo
ion de ation, un
pe le
ra
co
m
at
ou
er
oc
la
m
m
or
à
regr
4 th
Le
vie dé
à l’inf de l’inform ce biais
sse »
loi du ivilégié.
notre
e
ntielle
« Pre
Une
pr
par
rs de
esse tion activ
180
tarif
que.
valeur
cipe
mme
majeu
ria
re un
ratégi
parti
anière
ctif à
re
ogra
de m e approp yses et
eur st tte derniè un obje
a lib
enjeux
ct
«l
s
Le pr
ue
se
e
de
al
t
an
ntrib
et un
t à ce comme
ir ce
ainsi
ant qu ns n'étai
ér
rite co ort perm s et des
uten nnaissan
sont
id
ns
ie
éc
so
ir
ns
inio
otid
itifs
,à
esse
supp mentaire
n aven
date se en reco et d'op
se, co e ces qu s dispos
La pr ns. Ce
m
et so
pres
ngue
ss
es
ées
io
s co
talité
s». Le
s de
adre
de lo
de pr de pens
nt
re
s'
é,
rt
d’opin ation de ue. Sa vi
tit
re
el
ch
po
qu
ta
diffé
ts
des
nt
trans
uran
ilité
est at
politiq
blic au ractères
au
confro
ib
s’
co
e
et
pu
t
on
al
s
ta
le
st
relle
mme
de ca eur.
le l’É
e po alisme de à la disp ctive si
cultu
ogra
s et
ct
laquel s de l’aid
ce
du pr
plur
s effe
ance
du se
pour
tend
exigen serait pa
alités
ré le
incipe
ions
ison
ns de s mutat
les fin
les pr a consac end cette
la ra
[…] ne blicatio
dans
t le
ét
C'est
it déjà
el
uve
gnan
posa stitutionn lleurs, il
inions nt de pu
s op
n retro
compa
ai
an IV
sa
on
de
l’o
ffi
ac
C
ar
e
et
su
il
en
s
qu
. P
olué
mbre
Conse ionnelle s pensée
jectifs
un no mment év
s ob
titut
ion de sposer d'
cons
hui de
nsta
unicat
di
jourd'
is co
rale,
it au
comm ême de ont depu
géné
ursu
àm
que
ue et
se po
esse
pas
pres
la pr
nologi
politiq
à
;
la
à
ité
ation ation tech
;
d’aide
divers
form
d'aide
ut
ffusion
e d'in
de sa
sa m
blique
sa di
idienn r dans
me et
t de
ue pu
ot
is
iq
en
al
qu
lit
eu
–
em
ct
se
plur
La po e» :
cteur
pres
le se
velopp s de son
se
la
er
dé
r
ss
du
gn
lie
ir le
et la
ition
«Pre
mpa
riels
uten
particu
lles
cond
acco
tion.
indust
- so
onne moyens
r les
se, en s afin d'
ernisa
enjeux professi
pres
nforte
s
mod
blique
s
se le
ands
de la
- co
er sa
les gr s pratique à la pres
cteur d'aides pu
voris
se
re
fa
iè
le
er
e
t
m
de
nn
en lu
e subi
systèm
lution
de do
s
mettre ue, l’évo els, afin
elle qu ssaire le s idées.
ts de
ructur
ce
is de
de
men
ériq
ionn
ise st
ange
us né uralisme
t perm n num s except
aides
La cr autant pl
pl
aux ch rme des
avaien révolutio
cier
d'
nt le
es de
fo
public
finan
2008
la
erva
rend
la ré
ffort
famill : la
ens
prés
s
l’e
se en strielle,
oy
de
r
m
de
es
en
.
te
s
e
pr
ce
du
des
paux la
tout
d’adap modalité l’ensembl
ire fa
de la
ité in mobilisé
princi
itif,
el et
raux
it
les
uctiv
doit fa
axes
prod
finir
géné
ptionn
donc uels elle
dispos ieurs
unissa n trois
États n de la . L’État a
e du
de dé , qui ré
xq
n exce
us
selo
Les
nanc
ts au
de pl
soutie chargée
uver
stance re menée
ioratio
men
ctorat
lution
de ce
été
e go
tte in
êt
l’amél uête du le uleverse
, l’évo
profit tation a
bonn
de ce e devait
bo
fin
le
la
nq
x
r
en
ux
ut
er
,
to
ce
va
reco
ter au
conc
tirer
s tra
réform
ion et
la
renfor
adap
r de
ce de
ux. Le é que la t afin de ractualisat
de s'
ent de
secteu
instan ts généra
l’Éta
cont
nfirm
loppem
tre au n, une
déve
se et
ont co
s Éta
rmet
pe de
io
ur le
de pe l’informat l’issue de de l'État, tre la pres du princi
e po
Afin
en
de
nts
tour
12.
tégiqu
ée à
ta
vé
rs
au
ra
20
nc
ie
en
no
é
st
ré
en
mét
anno s représ
uvel
nds
esse
ues
reno
alogue
au fo
la pr
publiq autour de ce de di blic/privé
se et aides à
pres
se
s
t pu
espa
pres
s à la
ion de
naria
d’un
tion
parte
s aide le évolut
créa
d’un
e de
pa
ition
princi
réform
.
la
la
es
défin
à
titué
direct
cons
relatif
aides
2012 xions et a
avril
fle
du 13 é ces ré
cret
tis
PLR
Le dé a concré
2012
se
pres
La cr
éatio
n
mod
ernisa du nouv
eau
tio
créé
RAPP
fond
en 19 n : le fo
ORT
s stra
nds
ANNU
99, et
tégiqu
EL DE
- po
le fond d'aide à
e po
PERF
ur sa
la
ur le
s d’ai
ORM
déve
prem
19
de au moderni
ANCE
impr
loppem
satio
ière
S Pr
déve
Pres
n de
sectio
- po imée; en
ogra
lo
en
se
pp
t
mme
la
2012
n : le
de
emen
ur sa
n° 18
, 8,8
t des presse qu la presse
0
ces pr deuxièm
M€ on s opérat
servic
ot
a pe
ions
e se
ojets
t été
es de idienne
rmis
- po
de
ction
;
at
et
de fu
mut
tribu
pres
ur sa
: les
se en assimilé
si
trois
innova és à ces ation et
e d'in onner de
famill
ligne
de m
projet
tions
form
es de ième se
, cr
oder
s;
ation ux fonds
ct
techno
pres
nisatio éé en 20
d'aide
polit
se él ion : les
logiqu
Enfin
09. Il
n indu
invest
igible
à la
,
es de
est de ique et gé
strielle
s au
béné le décret
la pr
stiné
né
fond issements
s de
ficiant
es
à finan rale,
met
s. en
se
en fa
la pr
en lig
en pl
et le
d’un
2012
cer :
esse
veur
ne
mon
ac
titre
,
3,
;
e
de
quot
1 M€
en 20
tant
pour
en 20
idienn
signifi une vérit
ont ét la conquê
12, 7
fixer
12.
e
ab
ca
é attri
M€ on
les en
te de
le dé
tif d’ai
bués
gage
t été
march
des
à ces nouveaux
men
attribu
e pa
Cette
ts ré publique
projet
lector
rtena
és à
s, un
ciproq
dém
s.
ats po
ria
ar
e co
de re
ues
ur le
nven le entre
et s’
cher che, réal
s
tio
l'État
différe
assu
cher
isée
prem
rer d’ n cadre
dans
et le
une
ntes
ie
d’une
s titre
effic
un su
le re
inform r euro de
spec
duré
ivi ré
la dé ience ac
ation
t de
e de s de pres
gulie
crue
pens
pres
l'indé
trois
r. 15
se.
se en du Parle
e pu
des
ans
conv
blique
men
soutie pendance
faveur
l'atte
est si Pour les
entio
t et
, un
ns de
ntion
gnée
édito
titres
ns
-c
suivi
porté d'objectifs des orga
riale
adre
l’Éta
régu
s on entre l’É
e au
nism
d'in
lier de t à chaq des entre
ta
t été
déve
es de
Par
ue en
loppem térêt géné
prises
signée t
contrô s projet
ailleur
trepr
ral
conc
s
ent du
s aidé
le. E
s, l'e
ise
Amor
erné
lle vi
rable tels que
ng
çant
es, s’
se ég s et, dans de presse
nota
ou à
un re agemen
néan
m
alem
la re
un so
à tra inscrit da
t réso
pli ap
moins
spon ment le
en
ve
uc
ns
lu
t
rè
rs un
à
i de
re
étab
sabilit
s un
de
lie à
trans
e just la volont
soutie s pouvoi
é soci spect de soutenir
45
é
pa
ifi
l'eng
la dé
ale.
n ex
rs pu
M€ en
Enfin
agem rence, un cation au
onto
ceptio
blics
, le so
2012
logie,
ent de
e mei
nn
en
a été
utien
aprè
la pr
s 67,9 el pendan faveur
pu
ef
omot s entrepr lleure
du dé
restru fectué en blic à la
t tro
M€ en
ion de
ises
m
ct
2011 is ans au veloppem
la dive de
Press uration de fin de ge essagerie
.
ent du
porta
rsité,
talis
stion,
de pr
Press
ge
et l’É
po
es
entre
fin
talis
rtage
tat.
confor ancé pa se Press
2009
s'est
talis
r
et 20
mém
La m
ent à redéploiem a marqu
12, l'a maintenu
ise en
l’acc
en 20
ide au
taux
é la
ord ca ent de
gestio
« supe œuvre de
12.
po
cr
rta
dr
éd
n
pério
la po
ge s'
e du
2012
its
diques r réduit »
lit
est
.
5 octo , au tit
de la ique publ
re du Un versem
public
bre 20
iq
ations à partir
TV
prem
ent
12 si
du 1 er A, rése ue en fa
dépe
ie
ex
gné
veur
nse fis de presse
rvé de
par P r volet de ceptionn
janvie
de
el de
cale
ressta
puis
l’aide
de 26 au taux de r 1989
1977 la presse
lis, le
de l’É 5 M€
pa
5
éc
au
s
r
TV
m
D’aut
édite
rite s'
l'articl
x
illions
A
re
urs as tat à la
appu
e 88 quotidie
d’euro de 2,10
ns et
l’exo s mécan
ie ég
sociés
%
de la
s en
né
ismes
2012 a représ
à
loi n° publicat alement
d’exon ration de
d’aide
enté
.
ions
sur de
87-1
, par
co
s indi
ér
as
060
s dé
rapp
journa er les di ntributio
rectes
pe
du 30 similées,
ort à
n
ffu
lis
a été nses fisca
l'ass
dé
rémun tes. Sur seurs de économiq complèten
ce
ujettis
m
ue te
ér
pres
semen bre 1987 étendu à les. Le
rritoria t le dispos
se de
journa ations de le plan
tous
. L'im
t au
des
le po
itif de
listes
s ve
les
taux
posi
cotis contribut
ur le
nd
et le
sout
rédu
ion
ations
s en
statut eurs co
it de tion des
tr epris ien à la
lpor
5,5 %
social économiq
social
pres
es de
, une
es,
ue te
des co teurs et
se.
pres
on pe
rr
des
rrespo
se, la Sur le pl
ut m itoriale ou
ndan porteurs
faculté an fisca
entio
l’a
ts loca
de pr
llo
nner
l, on
catio
es
ux de
peut
n forfa pour les
pres se, les m l'exonéra
évoq
colle
itaire
se.
tion
ctivité
ue
odalité
pour
de
s loca r
s de
frais
les
calcul cotisatio
ns pa d’emploi
des
des
trona
cotis
ations
les
des
social
es de
s
8
LE BILAN STRATÉGIQUE DU RAPPORT ANNUEL
DE PERFORMANCES
Cette partie correspond à la réalisation de
la présentation stratégique de chaque programme inscrite dans le PAP 2012. Elle intègre
désormais une présentation succincte du programme.
L’analyse des résultats doit permettre de justifier le plus précisément possible l’utilisation
des crédits consommés en fonction des différentes dépenses et des principaux choix de
gestion qui ont été faits au cours de l’année.
Le bilan stratégique repose sur une synthèse
qualitative de l’analyse des résultats obtenus
par le responsable de programme au cours de
l’exercice, à la lumière des principaux événements et réalisations intervenus, le cas
échéant sur la base des nouvelles orientations
engagées au cours du second semestre de
l’année écoulée.
Cette analyse doit également permettre de
dégager une appréciation globale de la performance du programme et de son évolution
en 2012, en expliquant en quoi les actions du
programme ont été ou non performantes sur
l’exercice et en esquissant des pistes d’évolutions possibles ou des voies de réformes
envisagées en vue de la préparation des prochaines orientations stratégiques qui seront
inscrites au PAP 2014.
9
21
Pres
2012
PLR
OBJE
OBJ
ECT
OBJE
D
T IN
IFS E
EU
ICAT
tri
: Con
n° 1
CTIF
buer
ve
au dé
op
Dével
ATE
1:
UR 1. oyen)
R
E PE
RS D
pem
lopp
emen
prod
ent de
FOR
Unité
INDI
S ET
MAN
l’effi
t et à
uits
CTIF
et de
CA TE
OR
Prog
ra mm
se
18 0
e n°
CE
gest
de la
cacité
és
march
2010 n
satio
Réali
RF
DE PE
URS
CE
MAN
l’Age
ion de
pote
à fort
2011 n
satio
Réali
ntiel
nce
oiss
de cr
2012
ision
Prév 12
20
PAP
45,1
37,1
Fr an
ce-P
ance
ress
e
2012 n
satio
Réali
2012
ision
Prév 12
mi 20
2013
Cible
2012
PAP
48,9
41,3
42,0
34,7
23,4
25,9
nce.
de
l’Age
ment
ls de
notam
36,5
actue
(du
tituée
contr
22,1
t cons
eurs
M€
ia es
audit
r les
ltiméd
21,2
e mu
tiel
dit pa
L’offr
s d’au
t poten
e.
ur
for
tin
co
à
La
M€
en
rchés
rique
ment
s ma
l’Amé
tuelle
ant de
sie et
nt ac
oven
édia
es so Orient, l’A
CA pr issance
multim
s chiffr
yenl’offre
où ce
de cro
, le Mo
sure
ant de
Nord
la me
oven
2013
ue du
dans
es
CA pr
mériq
ires,
niqu
l’A
Cible
iso
ch
ov
sont
s te
2012 n
2012
re pr
ance
taire
PAP
.
enco
satio
men
croiss
sont
13).
vidéo
Réali
Com
9-20
tiel de
2012
2012
de la
(200
iffres
t poten ernet et
ision
COM
FP
à for
Prév 12
Les ch
320,5
al Int
ns le
2012
rchés
de l’A
journ
t
mi 20
tes da
on
isi
cri
ne
Les ma phie, du
Prév 12
ltat
117,7
ra
289,6
ées ins
2011 n
résu
P 20
l’infog
donn
:
et
tio
PA
s
s
sa
ée
ire
202,7
115,7
Réali
290,1
s donn
2010 n
d’affa
ces de
satio
8,4
hiffre
Sour
173,9
115,3
Réali
310,4
2 : C ble)
Unité
ua
UR 1.
0
174,8
115,7
ATE e du contrib
279,6
IC
D
vu
IN
-1,6
194,8
int de
113,6
282,9
(du po
de
4
tuels
166
M€
111,5
ntrac
co
eurs
1,8
audit
M€
171,4
par les
udit
0
M€
urs d’a
co
en
ment
al
M€
l’État
tuelle
es.
CA tot
tat
nt ac
nts de
rs tax
de l’É
es so
neme
imé ho
ments
Abon
expr
s chiffr
onne
où ce
est ici
rs ab
où il
sure
l’AFP
CA ho
sure
la me
t de
la me
dans
ltat ne
dans
ires,
s
es
Résu
iso
ce
ov
niqu
finan
re pr
s tech
loi de
enco
taire
sont
tion en
ctifs
men
2012
scrip
Com
d’obje
tion
de l’in
alisa
ntrat
fère
la ré
tat dif
du co
es de
de l’É
chiffr
ation
Les
ments
réalis
onne
nce.
ab
ge
s
l’A
de
fort
gré de
ntant
le de
és à
P
r
ch
AF
ue
Le mo
:
:
ar
fort
ées
NB
éval
s m
és à
s donn
és à
et le
march
ces de
uits
destin
Sour
t des
teurs
s prod
INDIC
e
de vu
point
du cit
29,3
an
ATS
indica
sur le s proven
ULT
nce
ire
r deux .
l’Age
des
d’affa
é pa
2013
esur
es de le chiffre
existe en
est m e jusqu’en
ercial
s s’il
s:
ise
l’AFP
comm dicateur
genc
par ca t. Est pr
de
s
.
t
l’A
ce
ia
en
cas
mble
en
an
t et
éd
us-in
nt au veloppem ts. L’ense
rform deux so
ultim
loppem i lie l’Éta
ia
m
pe
ve
e
ud
s
ét
dé
de
de
ntra
l’offr
Le dé oyens qu
et en
mpte au travers enant de
tés de iées de co
ues.
m
ntrat
rtuni
omiq
nd co
é
et de
écon
identif
ue co des oppo
esur faires prov
ur re
n
ro
m
te
aq
t
ac
no
,
ca
ch
es
ire
d’af
sm
de
rtes
r indi ance. Il
contra u de pe de critère
rtant
chiffre
emie
ss
en pa se ou, au
et/o
Le pr l de croi ance et le
s et
ssée
ntrats
isions
ntie
2012
bais
oiss
PLR
es pa
ux co
pote
s prév ion à la
de cr
ires
uvea des anné
e se
at
ntiel
d’affa
de no
anné renégoci
s
pote
ance
tifiée
aque
chiffre enant de
de
rm
en
ch
ANCE
t,
id
n
en
% du
ORM
perfo
truit
prov
nnem évision no ière des
PERF
cons
de 11
ires
bo
DE
FP
S
usse
d’affa
désa
L’A
lum
e pr
TEUR
e ha
iffre
un
es de ement un alysé à la
ch
DICA
e
IN
qu
ris
raîtr
al
ur le
S ET
e ég
est an
appa
22
% po
CTIF
OBJE
ique, n de 5,9
compt éléments
se
18 0
onom
s
tio
Pres
%.
e n°
enta
de ce
ion éc
91,6
ra mm
t
situat une augm
Prog
int à
écar
gré la
t atte
et
%. L’ un
12 es
82,9
d’
it, mal oissance
fa
20
tif
perte
ec
eur de
2012
de cr
haut ement la
, l’obj
11 et
à
ntiel
ce
t
20
te
an
in
al
po
entre
t atte
croiss
te ég
à fort
es
flè
de
ison
,
l
re
és
ra
arch
tentie
mpa
bitieux
ns. Il
La co ant des m
fort po
12, am s ambitio
és a
en
tif 20
t se
édia.
arch
prov
l’objec s attein
les m
multim
édia,
tte
, sur
a pa
nce.
l’offre
, ce
multim et qui n’
isions
r l’Age
nstant uent
rn
x prév
l’offre
e pa
te
au
s co
gé
in
de
t
l
t
ga
contrib
ange
en
ppor
enan du journa
2012
ciale
de ch
Par ra
prov
ffre
mmer
ires
taux sportifs de
ue co
d’affa ent de l’o e.
. À
iq
ts
12
re
m
en
iff
na
et 20 événem
le ch sentiellem urs d’anné
la dy
Sur
2011
les
es
cier de
en co
que
ient
entre
finan
rtant
prov
enfin
5%
pact
t impo
de 3, On notera
e l’im
contra
tion
esur
enta
5 %.
ur m
augm rdre de 1,
dicate
in
en
l’o
cond
est
, de
Le se
global taculaire nce.
ires
ec
l’Age
d’affa
ns sp
esse
iffre
ltat de
t moi
la pr
Le ch tation es € au résu
on de
en
ffusi
1,6 M
augm
de
la di
r
t de
uteu
à ha
2013
emen
pp
Cible
velo
2012 n
2012
au dé
PAP
satio
buer
Réali
ontri
2012
2:C
ision
9
Prév 12
TIF n°
1 45
12
C
20
20
s
mi
OBJE
ision
s aidé
87
Prév 12
199,6
re
16
11
tit
20
20
n
des
PAP
satio
192,6
Réali
usion
1708
2010 n
: Diff
tio
alisa
4,5
R 2.1 en)
483
19
Ré
U
ité
1
Un
ATE e du citoy
vu
INDIC
44
205,1
ANA
LYS
S
E DE
RÉ S
ion
int de
miss
(du po
de la
teur
indica
17
tes
196,0
direc
aides ide aux
des
l’a
75 %
10 de et locaux
10 de ié en 20
ux
ent
en 20
fic
és
ficié ont béné partementa oureusem
s aid
béné
i
rig
dé
t
plu
qu
s
,
on
es
qui
s
st pa
naux
es les
des titr
régio
faible
rs n’e
titres
des titr
tites
des
és à
2012 otidiens indicateu
sion
2012
r) en
es aid et de pe
qu
Diffu
16 du
r) en + étrange ide aux
s sous P 2013.
86-6
des titr citaires
ge
de
n
n°
an
t
l’a
e
un
sio
PA
bli
els le
Diffu rces pu
décre
e + étr e (Franc es ou de e de chac 12 et le
lesqu
ranc
ell
20
par le et pour
ressou es
rimètr
PAP
ées
n
elle (F yée annu publicitair
nc
nt fix
du pé 2011, le
annu
s
moye
es
anno
yée
ion pa ssource contenu
es so
tirage
niqu
RAP
t
citair
diffus
re
ion pa
Le
et au
ns le
s tech
publi
décre
diffus ésente la à faibles nonces.
taire
rces
r le
tés da
fusion
ur
te la
pr
en
ou
pa
en
dif
le
an
m
en
nd
ress
prés
et po
ées
néra
tites
prés
, à la
Com
seco
yen
bles
nt fix
iffres
et gé
teur
de pe
. Le
à fai ix de vente
que
ge mo
es so
les ch
rces
indica
esse
rale
nonc et au tira .
la pr ation politi s ressou cart avec
sous
au pr
géné
s an
ur de
e et relatives
rm
emier
petite diffusion nde section
à faible plique l’é
litiqu
Le pr s au secte ux d’info
2
la
rale
s de
ex
on po nditions
ée
tiona e et géné e, ce qui
ource vente, à % pour la
co
rmati
ss
na
s.
allou
s
re
nfo
ale
ix de
litiqu
l’autr
diens
et 15
bles
ns d’i à certaine ttes tot
quoti
on po née sur
à fai ives au prère section
ce
otidie
ant
rale
rmati
an
x qu
des re
pond
relat
la 1
géné
d’info e d’une
ide au
ns ré pas 25 %
e et conditions ales pour
qu
ds d’a
otidie
litiqu
identi
sse
s
tot
és.
le fon git de qu
dépa
ion po certaine recettes
s aid
sant
s’a
rmat
à
s
es ne
les plu
s régis
ié. Il
d’info pondant s 5 % de
citair
règle 86 modif
s titres
ré
diens
pa
s publi
Les
19
quoti
ion de
diens dépasse
cette
rs
x
re
oti
fus
au
qu
dif
12 ma ntage de
ide
de la
git de nonces ne
ce
ds d’a
Il s’a
hées
an
pour
le fon modifié.
tranc
tites
sant
été re
de pe
89
aient
s régis juillet 19 recettes
C.
règle
FP av
DGMI
Les
2013
du 28 ntage de
es QR
tique
-528
ce
statis
aux titr
Cible
pour
n° 89
rvice
ives
els le
2012 n
2012
r le se
s relat
pa
lesqu
PAP
ée
satio
itées
donn
Réali
se
2012
D retra
12, les
pres
s OJ
P 20
ision
nnée
Prév 12
En PA
de la
71,8
s : do
2012
ge
20
ée
rta
mi
ision
po
s donn
Prév 12
76,9
t du
11
ces de
20
20
en
ur
P
n
m
So
PA
pe
satio
Réali
68,8
évelop
2010 n
2:D
)
satio
70
Réali
UR 2. ntribuable
Unité
ATE
co
INDIC de vue du ion
75,5
iss
int
la m
(du po
,5
ur de
te
74
indica
%
stés
res po
mplai
/ (exe
rtés
ires poportés)
pla
s
Exem plaire
+ exem
10
x.
M d’e
x.
M d’e
1764
192,9
LES OBJECTIFS ET LES INDICATEURS
DE PERFORMANCE
Une mention « Indicateur de la mission »
rappelle que l’indicateur fait partie des indicateurs principaux de la mission exposés en fin
de présentation du bilan de la programmation
pluriannuelle.
Les objectifs et les indicateurs sont de trois
types :
- les objectifs d’efficacité socio-économiques : ils énoncent le bénéfice attendu de
l’action de l’État pour le citoyen ou la collectivité (par exemple « Améliorer le taux d’élucidation des crimes et délits » pour le programme « Police nationale ») ;
Pour chaque indicateur, des commentaires
techniques indiquent la source des données
et les modes de calcul.
- les objectifs de qualité de service : ils
énoncent la qualité attendue du service rendu
à l’usager pour un montant donné de moyens
(par exemple « Rendre des décisions de qualité dans des délais raisonnables » pour le programme « Justice judiciaire ») ;
L’analyse des résultats se fonde sur l’évolution des indicateurs associés à chaque objectif, en apportant les éléments de justifications
nécessaires à la bonne compréhension de
l’évolution des données sur 2012. Les écarts
par rapport aux prévisions et aux cibles sont
explicités et le niveau de performance atteint
est apprécié au regard des moyens mis en
œuvre. L’atteinte de l’objectif et les avancées
obtenues sur l’année doivent être qualifiés en
identifiant les pistes d’amélioration envisagées.
- les objectifs d’efficience de la gestion : ils
énoncent l’optimisation des moyens employés
(point de vue du contribuable) en rapportant
l’activité ou les produits obtenus aux ressources mobilisées (par exemple « Optimiser la gestion des moyens informatiques et
de télécommunications » pour le programme
« Conduite et pilotage de la politique de la
justice »).
11
27
Press
2012
PLR
EN
PRÉS
PRÉ
SEN
ION
TAT
É
/ PR
2012
SEN
T AT
TO
/ AU
2 01 2
éro et
Num
ION
RISA
intitul
CRÉ
DES
é de
IO
A CT
PAR
TION
l’actio
02
à la
des
N
S D’E
us
n / so
ET
TITR
N ET
GAG
EME
NT
908
505
117
768
902
117
FP
t à l’A
l’Éta
117
se
pres
Ai
LFI
s en
P
évue
et AD
P)
AE pr
FDC
et AD
l des
ie de
FDC
par vo
(hors
ns
tures
tio
er
nula
Ouv
s / an
re
tu
rtes
Ouver
ouve
s
AE
ée
m
l des
nsom
Tota
AE co
l des
Tota
/C
éro
Num
ul
et intit
AIE
DE P
é de
n
l’actio
02
s à la
Aide
ES
ET D
ISC
ES F
DITS
OUV
DÉP
EN
ALE
M EN
/ so
2
77 66
908
505
7
Titre es
ns
Dépe tions
ra
d’opé cières
finan
117
980
409
189
430
409
978
+11
451
798
397
366
715
256
CRÉ
189
DITS
CON
T
6
Titre es
ns
Dépe ntion
ve
d’inter
3
Titre
de
nses
Dépe nnement
fonctio
l’AFP
tat à
de l’É
se
pres
I
en LF
P
évus
et AD
CP pr
ADP)
FDC
l des
C et
ie de
Tota
ors FD
par vo
ns (h
tures
nulatio
Ouver
an
/
tures
verts
Ouver
ou
CP
més
l des
nsom
Tota
CP co
l des
Tota
908
505
117
769
902
117
117
430
326
908
505
117
11
9
8 22
199
12
0
4 18
+9 07
222
394
399
284
515
266
505
268
908
314
385
134
820
042
409
978
+11
451
798
397
205
885
374
7
Titre es
ns
Dépe tions
ra
d’opé cières
finan
134
814
272
284
515
266
134
814
272
MÉS
l
Tota ADP
C et
I
y.c. FDus en LF
prév
908
505
117
768
902
117
134
314
268
437
982
256
042
820
385
409
SOM
l
Tota
ion
us-act
e
0
n° 18
S
DES
S ET
ERT
134
314
268
366
715
256
134
314
268
12
LFI 20 12
ision
Prév mation 20
om
Cons
ent
nem
Abon
01
ITS
6
Titre es
ns
Dépe ntion
ve
d’inter
3
Titre
de
nses
Dépe nnement
fonctio
Tota
2012
E NS
CRÉ
S
E DE
CRÉD
Prog
AL ES
l
Tota
n
-actio
ITS
RÉD
ES
ON D
DÉ P
DE S
12
LFI 20 12
ision
Prév mation 20
om
Cons
ent de
nem
Abon
01
DITS
TA TI
FISC
SES
e
ra mm
967
171
171
l
Tota ADP
C et
I
y.c. FDus en LF
prév
908
505
117
769
902
117
134
814
272
681
013
7
26
2
0 04
32
390
967
117
505
272
0
4 18
+9 07
222
394
399
450
916
4
38
908
814
390
134
320
042
L’EXÉCUTION DES CRÉDITS DU PROGRAMME
Les programmes regroupent « les crédits destinés à mettre en œuvre un ensemble cohérent
d’actions relevant d’un même ministère et auquel sont associés des objectifs précis en fonction de finalités d’intérêt général ».
Lorsque le niveau de finesse de l’information l’exige, certains programmes, comme par
exemple le programme « Accès et retour à
l’emploi » de la mission « Travail et emploi »,
peuvent faire l’objet d’une présentation des
crédits jusqu’à un niveau inférieur à l’action
(sous-actions).
Le programme est le niveau de spécialité
budgétaire, ce qui améliore la lisibilité du
budget et permet une gestion globalisée dans
le respect du principe de la fongibilité asymétrique (pas d’abondement des dépenses
de personnel par les autres crédits du programme), de la couverture des dépenses obligatoires et de la soutenabilité budgétaire.
Afin de présenter l’ensemble des crédits dont
dispose le programme, le montant de fonds
de concours et d’attributions de produit
rattachés, ventilés par action, figure parallèlement aux crédits exécutés en 2012.
L’ensemble des mouvements de crédits réalisés
en gestion 2012 (décrets de transfert, décrets
d’avance, reports, lois de finances rectificatives) fait ensuite l’objet d’une présentation
dans le rapport annuel de performances.
Les crédits sont présentés selon deux axes : par
destination (actions) et par nature (titres).
Les crédits sont constitués d’autorisations
d’engagement et de crédits de paiement.
Une première page présente le détail des
crédits exécutés en 2012 en autorisations
d’engagement et en crédits de paiement.
Une seconde page, à titre de comparaison,
rappelle l’exécution des crédits en 2011.
13
PLR
32
Press
Prog
e
ra mm
18 0
e n°
PRÉS
ENTA
TION
DES
CRÉD
ITS
ES
ET D
DÉP
S
ENSE
2012
FISC
AL ES
it dû
se ra
t qui
des
mpô cations
de l’i
ifi
utio n les mod
nstit
reco grer ni
rs, le
lo
la
ès
sà
s
inté
12. D finance
ES
ssaire peuvent
S
20
ce
N
E
né
i de
pour
ées
s ne
DÉP
ces
de lo
cale
do nn
finan
DES
projet
des
es fis
loi de pôt du
ION
ibilité dépe ns fiscales.
T
de
A
on
dé
LU
es
disp
proj et puis le
des
pens
ÉVA
t du
de la iffrages
de
dé
pô
nd
dé
tre
pe
ch
enus
ns en
ant le
les dé urs, les
interv
ractio
fisca
es av ements
)
voté
r aille
s inte
nses
uros
s. Pa ent, ni le mesures d’ aménag
dépe
s d’e
illion
is
s de
idérée
es
pte
(En m
seul
t
iffrage le s cons ’elles indu
co m
age
s ch
des
m en
tient
ca
Chiffr isé
isse
es qu
base lorsqu’il
lité de nses fis
rt
bl
bi
la
ve
ua
r
A
su
age
actual 12
de fia s dépe
ent
ntrib
)
Chiffr al
20
alisé nota mm
s co
veau
(3
ré
de
ur
de
ni
é
po
ce
ux
Le
initi
a ét
age
i-ci,
T AT
fisca
bsen
Chiffr itif
2012
20 12 r de celu
S D’É
en l’a rtements
pour
pour
re
PÔT
défin 11
po
265
initial peut diffé
com
20
R IM
pour
iffrage
isé
S SU
pale
Le ch ge actual
195
A LE
princi
ra
ière
INCIP
chiff
man
R
0
12.
P
de
18
e
20
S
mm
pour
ALE
ogra
C
pr
IS
au
ES F
uant
ENS
contrib
DÉP
d’État
pôts
sur im
cales
1
ses fis
se
rtir de
pres
Dépen
de
e à pa I :
ε
ions
taxabl 09 - CG
blicat
base
x pu
: 20
1
le au
tion de cation
icab
onstitu modifi
appl
: Rec Dernière
e
10 %
té
ge
2,
ou
ra
aj
de
chiff : 1976
Taux
valeur
de de
ion
esse
05
sur la
la pr
Métho e - Créat
7303
r de
Taxe
es nn
se
secteu entrepris ilité : Bo
pres
0
ab
der le
es de
: 2 00 les - Fi
tif : Ai
2010
trepris
fisca
Objec
rtir de ε
s en
iaires aratives
de
e à pa
fic
09
veur
Béné s décl
taxabl ation : 20
ée
és
ε
en fa
base
ét
ific
nn
ci
ue
s
do
prév
tion de ère mod
les so
septie
iale
t sur
298
onstitu Derni
spéc
impô
: Rec 1959 tion
nu et
iffrage réation :
Déduc r le reve
ch
se
es
de
C
03
t su
la pr
hode bonne 2304
esse
r de
Impô
- Mét
de pr
secteu
ises ilité : Très
étés
trepr
ab
der le
soci
: 0 en les - Fi 39 bis A
tif : Ai
des
rtir de
Objec
s 2010ives fisca : 39 bis,
pital
195
e à pa 10 au ca
at
ficiaire
GI
tion
taxabl ion : 20
Béné s déclar rerie - C
ip
cr
ée
base
us
ificat
181
donn e de tréso
ur so
tion de ère mod
pôt po
erni
onstitu
Mesur
: Rec 2006 - D
n d’im étés
ge
tio
:
ra
iff
ion
Réduc r les soci
de ch
esse
Créat
31
t su
la pr
hode bonne 3201
r de
Impô
- Mét
secteu treprises ilité : Très
der le
en
Fiab
: 47
tif : Ai
les Objec
s 2010 s fisca
ficiaire clarative
né
Bé
cies
ées dé
2
donn 220 unde
les
:
fisca
CGI
nses
dépe
l des
t tota
Coû
AL
FISC
1
ES
ε
266
s (cf.
tiq ue Par
iden
ier.
ε »).
être
e
dern
iffrabl t ne pas eu ros (« e dans
r ce
n ch
en
mpt
s pa
n d’
» : no
peuv 5 mill io
en co to tal. La
suivie
nc
é
is
ur
lit
«
0,
pr
bi
;
le
po
à
ur
nt
ités
éée
de fia férieurs
dans
onta
ande
final
re cr
au x
in
, le m retenue dr e de gr
enco
t au x
t
s ni ve spositifs (« nc »)
or
no n
émen
nt le
e
lle es
di
re d’
ée ou
nfor m
les do pte les
iffrabl
ur nu é qu ’à tit
e co
pprim
m
vale
n ch
fisca
le su
ra mm
en co le est no nnu, la nc indiqu
nses
fisca
prog
dépe end pas
t co
ns e
t do
fisca
à ce
de
es
es
pe
e
s
pr
n’
e
n’
ns
dé
m
Il
ne
ciée
tant
som
-»:
dépe
les.
asso
le). Il
mon
un e
fisca
s; «
t été
fisca lo rsqu’une aucun
titue
euro
e.
nses
s on
nse
si
cale
ion d’ les» cons
ramm
dépe
dé pe r l’autre , 2011) ;
es fis à 0,5 mill
ca
entre s du prog
aque
su
pens
12 ou tuelles
née
es fis
ur ch
ur
cale
1 Le s dé
inférie s dépens diquée po é d’ une an onta nt 20 ns éven nses fis
de
in
io
(m
lit
pe
: coût
l
ct
»
bi
u
»
dé
ta
ra
ra
ε
té
to
ili
«
conn
des
inte
mpa
Coût
« Fiab
rage ison des mmation
e co
2 Le «
chiff
tique surer un
rn ier itée en ra ritable so
as
ctéris
cara s, afin d’ nd au de
vé
fin lim
une
ailleur l co rrespo avère en comme
ta
idéré
tal s’
le to
du to être cons
e
porté
ait
saur
et ne
14
L’EXÉCUTION DES DÉPENSES FISCALES
RATTACHÉES AU PROGRAMME
La présentation de l’exécution des crédits est
complétée par celle des dépenses fiscales rattachées au programme. Cette présentation
doit permettre à la représentation nationale
d’apprécier l’ensemble des moyens consacrés à
une même politique. Lorsqu’un programme ne
comporte aucune dépense fiscale, la rubrique
n’y figure pas.
L’exécution des dépenses fiscales relatives aux
impôts locaux est également présentée au sein
d’un tableau distinct, dès lors que leur coût est
compensé par l’État.
L’exécution des dépenses fiscales est indiquée
pour la dernière année identifiée, à savoir
2011. Les montants des dépenses fiscales présentés pour 2012 correspondent à l’estimation
initiale de loi de finances 2012 et au montant
prévisionnel d’exécution actualisé.
Afin d’identifier aisément le ministère responsable, de favoriser la lisibilité des documents
budgétaires et le suivi de ces dispositions
dérogatoires, le principe d’une imputation
de chaque dépense fiscale dans un seul programme a été retenu. La liste de ces dépenses
fiscales figure dans le tableau « Dépenses fiscales principales sur impôt d’État ».
Un travail permanent est conduit afin d’améliorer la qualité du chiffrage et de l’exécution des
dispositifs, dont certains demeurent néanmoins
non chiffrables du fait de l’indisponibilité des
données nécessaires. Outre le chiffrage et l’exécution de la dépense fiscale, un certain nombre
d’informations est indiqué : impôt concerné,
objectif visé, nombre de bénéficiaires, méthode
et fiabilité du chiffrage, années de création et
de dernière modification, fondement juridique.
Par exception, dans quelques cas où la dépense fiscale concourt manifestement à plusieurs politiques publiques correspondant à
des programmes distincts, une imputation
à titre secondaire et indicatif a été réalisée.
Ces dépenses fiscales figurent dans le tableau
« Dépenses fiscales subsidiaires sur impôt
d’État ».
15
PLR
34
Pres
se
Prog
ramm
JUS
180
e n°
TIF
JUST
IFIC
IO
ICAT
ATIO
PREM
N AU
N AU
PRE
2012
EURO
IER
MIER
EUR
O
l
Tota ADP
t
C et
men
y.c. FD
paie
s titres
its de
Autre
Créd
2
Titre es
908
ns
(*)
505
Dépe onnel
117
l
769
t
rs
S
Tota ADP
902
men
de pe
908
VER
117
gage
(*)
C et
505
A NS
134
d’en
117
y.c. FD
814
769
s titres
S TR
ations
272
902
1
Autre
E NT
toris
117
3 68
M
Au
01
4
13
ÉLÉ
267
2
814
Titre es
272
042
8
1
90
68
320
ns
(*)
505
013
390
Dépe onnel
117
267
8
0
76
on
rs
2
4 18
2
cti
90
0 04
de pe
908
+9 07
de l’a
117
0 32
(*)
505
4
itulé
39
7
13
int
222
11
4
8
0
4
31
76
39
LFI
4 18
éro et us-action
268
902
399
ision
Num
+9 07
437
/ so
117
Prév mation
450
982
2
134
om
916
256
4 22
0
314
Cons
384
2
9 39
268
04
39
7
0
43
772
82
FP
450
982
0
477
385
t à l’A
916
256
+14
409
l’Éta
384
042
978
ent de
772
820
+11
nem
477
385
451
9
+14
Abon
798
8 40
397
01
0
1 97
+1
5
se
20
451
pres
885
0
798
374
s à la
397
Aide
246
I
205
0
913
02
885
en LF
+22
ADP
374
évus
C et
its pr
246
y.c. FD
créd
913
ions
+22
l des
nulat
Tota
ient
0
s / an
lissa
re
rtu
verts
s’étab
Ouve
its ou
més
créd
sse »
nsom
l des
Tota
més
« Pre
its co
I
créd
nsom
mme
la LF
its co
l des
ogra
nts de
Tota
- créd
pr
nta
rts
E
le
mo
ve
IV S
ur les
its ou
pour
ICAT
P po
Créd
RO
AU P
AUX
G RA
M ME
à
IF
2012
ECT
de
pour
ES R
ts et
ces
I
A NC
men e aux
finan
LA LF
E FIN
gage
l'aid
LF À
IS D
loi de
d’en
r
re de grale pa
S LO
DU P
ions
ns la
E
at
E
D
da
G
ris
au tit
T
s
SA
auto
n inté
ES E
2011
io
PAS
inscrit CP.
IR
en
at
t
A
fin
€
T
ns
en
M
pris
mpe
M EN
M€ en
itialem
de 12 ments
la co
née
ÉGLE
e»
its in et 390,3
.
gage liquat de
TS R
s d’an
ress
créd
se
N
en
P
E
ur
s
E
A
s
es
«
co
re
M
Le
e
en
le
la pr
rir le
UVE
é en
ramm
8 M€
se et
couv
al de
opér
S MO
prog
385,
pres
post
n de
a été
N DE
dé le
de la ansport
catio
n 04
ATIO
tr
abon pour vo nisation
-actio
TIFIC
e au
i ont
er
eu
JUS
sous
mod pour l’aid
its, qu ents, ont
sur la
à la
,
créd
e
€
se
m
id
M
ie
es
de
M€
0,2
pa
rts
de l’a x de pr
23,4
nt de
repo
its de ligne et
au
onta
AE et
Les
créd
post
AE et
un m
€ en presse en s tarifs
M€ en 6 M€ en
its d’
9,1 M
23,1
de
sur le
créd
362,
de
es
re
à
de
ic
oi
al
e
t
en
initi
serv
mm
ettre
morat
tant
ogra
issem
perm
t du
mon
du pr
É
pour
rétabl
l’Éta
d'un
nnel
IBILIT
2012
s, un
180, opératio
avril
ONG
ailleur
its de
mme
le 6
et
ET F
éd
Par
ra
cr
dg
N
ue
prog
TIO
.
rven
€ en
r le bu
r le
CA U
2012
t inte
s su
4,9 M
n su
PRÉ
€ es
scrit
et 38
autio
let de
E DE
10 M
nts in
préc
més
nd vo que
ER V
nt de
onta
nsom
RÉS
seco
onta
rve de e les m
co
tégi
le
m
se
é
ra
rir
t ét
s st
la ré
ur un
anné
couv
aien
fond
n po
but d’
ion de
.
t pour titre du
ent av
autio
men
plicat ité en dé
esse
gem
préc
m
pr
au
ta
ga
L'ap
la
de
is
lim
en
e
e de
13, no ents pr
serv
P, a
ns d’
P.
la ré
ur 20
en C
portag torisatio
en C
gem
dé po s enga
lle de l'aide au
9 M€
man
en au
le
366,
partie
de
9 M€
été de sstalis et
levée intégral
, 374,
CP a
t
Une
Pre
2012
iemen
M€ de ation de
bre
,5
m
le pa
de 14 structur
déce
E et
re
Au 31 t.
€ d'A tat à la
men
,5 M
l’É
paie
de 22 elle de
port
ptionn
Le re
exce
e
id
l’a
P).
(FSD
rs
(*) ho
FDC
et AD
16
LA JUSTICATION AU PREMIER EURO DES CRÉDITS
ET DES EMPLOIS
L’exécution des crédits et des effectifs des
programmes est présentée et justifiée au premier euro. La justification au premier euro
(JPE) est un outil d’explicitation des crédits
soumis au vote du Parlement. Elle est un élément essentiel de sa bonne information pour
apprécier la sincérité des lois de finances.
Cette partie des rapports annuels de performances revêt une importance particulière.
La justification au premier euro informe sur
l’exécution des crédits.
La justification se fait au niveau du programme pour les éléments transversaux et au
niveau des actions.
La justification des crédits présente le
contenu physique et financier du programme
et explique les déterminants de la dépense
(nombre d’usagers, volume d’activité, superficie des bâtiments, déterminants de la masse
salariale, coûts unitaires de dispositifs d’intervention, mesures de réforme, etc.).
Le guide de la JPE détaille cette présentation.
17
La justification au niveau
du programme
siques pondérés par la quotité de travail des
agents et la période d’activité sur l’année.
À titre d’exemple :
Les dépenses de personnel
(titre 2)
- Un agent dont la quotité de travail est de
80 % sur toute l’année correspond à 0,8 ETPT ;
- Un agent en CDD de 3 mois, travaillant à
temps partiel à 80 %, correspond à 0,2 ETPT
(0,8 x 3/12).
L’objet de la JPE des crédits du titre 2 et des
effectifs est de justifier le coût budgétaire
de la politique des ressources humaines mise
en œuvre par le responsable de programme :
augmentation ou réduction des effectifs,
évolution de la structure des emplois, redéploiements entre actions, externalisation,
arbitrages effectifs/rémunérations, impact
des mesures générales et catégorielles, effet
du GVT (glissement vieillesse technicité), productivité des effectifs, etc.
Les consommations d’emplois, de même que
l’autorisation du Parlement, sont exprimées en ETPT. Ce tableau est complété par
une présentation des réalisations de sorties
(départs à la retraite, fins de contrats, etc.)
et d’entrées (recrutements de titulaires ou
de contractuels, etc.), présentées en ETP, à
périmètre constant, c’est-à-dire hors effet des
mesures de périmètre, transferts et corrections techniques. Une description succincte
de la structure des emplois du programme est
également fournie : poids respectifs des catégories d’emplois, objet des recrutements, etc.
Un premier tableau présente les emplois du
programme exprimés en ETPT (équivalents
temps plein travaillé) et répartis par catégorie
d’emploi ainsi que la masse salariale correspondante (cotisations sociales comprises). Ce
premier tableau permet de lire les variations
d’emplois d’une année sur l’autre. Les mesures
de périmètre, transferts et corrections techniques étant isolés, la colonne « variation »
permet de connaître l’évolution réelle prévue
des effectifs à périmètre constant et donc de
présenter l’impact en ETPT des créations et
suppressions d’emplois.
En outre, la ventilation des consommations
d’emplois par service (selon les différents niveaux d’administration) et par action permet
de faire le lien avec l’activité des services.
S’agissant des crédits de personnel, une analyse de la politique salariale par catégorie
d’emploi détaillant l’incidence des mesures
générales, des principales mesures catégorielles et des mesures individuelles sur la
masse salariale du programme est présentée.
On distingue les effectifs physiques qui correspondent aux agents rémunérés, quelle que
soit leur quotité de travail, les ETP (équivalents temps plein) correspondant aux effectifs
physiques pondérés par la quotité de travail
des agents (temps plein, temps partiel,…)
et les ETPT correspondant aux effectifs phy-
Enfin, les contributions et cotisations employeurs ainsi que les montants de prestations
sociales et d’action sociale sont précisés.
18
Le suivi des grands projets
transversaux et les crédits
contractualisés
Des coûts synthétiques
transversaux
Ils figurent sur des programmes où l’on peut
rapporter tout ou partie du coût du programme
à des éléments physiques ou financiers communs (nombre de bénéficiaires, quantités de
produits, etc.). Cette rubrique permet de présenter l’exécution d’indicateurs uniformisés
présentant les coûts immobiliers et bureautiques et de donner des ordres de grandeur
indicatifs comme le coût par élève, le coût de
la délivrance d’un titre, le coût d’une décision
de justice, etc.
Cette rubrique concerne notamment la réorganisation de services, l’informatique et l’immobilier. Elle permet d’indiquer, le cas échéant,
leur exécution budgétaire.
Certains programmes présentent une analyse
multicritère de leurs grands projets informatiques, donnant ainsi une information plus
complète que la seule rentabilité économique.
Le cas échéant, les partenariats publicprivé son détaillés : des baux emphytéotiques administratifs (BEA) « sectoriels »,
des projets d’AOT-LOA (autorisation temporaire – locations avec option d’achat) ainsi
que des contrats de partenariat définis par
l’ordonnance du 17 juin 2004 : une présentation générale des projets est proposée, puis le
périmètre et l’état d’avancement de ceux-ci,
la réalisation des objectifs de performance qui
leurs sont assignés et les raisons d’éventuelles
modifications au contrat.
Le suivi des crédits
de paiements associés à la
consommation des autorisations
d’engagement (hors titre 2)
Cet échéancier a pour objectif d’évaluer les
restes à payer au 31 décembre 2012 en comparant la consommation des autorisations
d’engagement à celle des crédits de paiement.
Ces restes à payer font l’objet de commentaires et font référence aux grands dispositifs
expliquant les montants constatés.
Dans les programmes concernés sont présentés des éléments concernant les crédits
contractualisés en mentionnant l’exécution
en AE et en CP qu’il est prévu de consacrer
aux opérations. Des éléments similaires apparaissent dans la partie consacrée aux opérateurs lorsque les crédits contractualisés sont
portés par des opérateurs du programme.
19
35
Pres
2012
PLR
JUST
IFIC
OR
NT (H
EME
S
G AG
OCIÉ
D’EN
ASS
ENT
ONS
AIEM
ISATI
P
R
E
TS
SD
AUTO
CRÉDI NT
ÉDIT
DE S
IE ME
S CR ATION
DE PA
I DE
M
SUIV ONSOM
(*)
IONS
2012
C
ISAT
rts en
À LA
ouve
AUTOR
ME NT
D' EN
AE ou
CP
GAGE
20
s en
verte
(E1)
397
AE
798
399
Total
en
gées
enga
(E2)
374
(P1)
12 (*)
451
885
2012
205
394
se
180
e n°
E 2)
222
més
0
12
en 20 rs
més
nsom antérieu
nts
CP co
dont gageme 12
à 20
sur en
- (P4)
= (P2)
(P3)
7
5 93
12
21 59
en 20
més
nsom nts 2012
CP co
me
dont r engage
su
(P4)
es
(E3)
363
22 91
320
RESTE
non
2011
ts
nts ≤ paiemen
geme
s
Enga s par de 11 brut
ert
couv 31/12/20
au
(R1)
9
8 51
0
ramm
6 45
s
ectée /2012
n aff
/12
AE no es au 31
gé
- (E3)
enga
- (E2)
non
= (E1)
6
(E4)
3 24
on
gesti
fin de P 2011
RA
aux de
Trav rieurs au
posté
(R2)
S TITR
Prog
om
cons
des CP2012
en
(P2)
91
384
gé
enga
s non 12
ectée
/20
AE aff au 31/12
86 69
AT
EM
AU PR
ION
EURO
IER
non
2011
ts
nts ≤ paiemen
s
geme
Enga ts par de 11 net
er
/20
couv au 31/12
+ (R2)
= (R1)
(R3)
9
51
-
513
PA YE
SÀ
R
12
en 20 rs
ieu
més
antér
nsom
CP co gements
ga
12
à 20
sur en
- (P4)
= (P2)
(P3)
937
5
21 59
12
en 20
12
més
nsom
nts 20
CP co gageme
sur en
(P4)
=
non
2011
ts
nts ≤ paiemen
geme
s
Enga s par de
/2012
ert
couv au 31/12
- (P3)
= (R3)
(R4)
2
2 58
10
n
65
12 no
nts 20 iements
pa
geme
Enga s par des 12
/20
ert
couv au 31/12
- (P4)
= (E2)
(R5)
2
4 69
=
11 56
ts
uver
n co
nts no ents
iem
geme
Enga r des pa /2012
pa
/12
au 31
+ (R5)
(R4)
=
(R6)
4
36
Pres
Prog
ANAL
se
ramm
YSE
e n°
180
DES
RÉS
JUST
ULT
IFIC
ATIO
N AU
PREM
IER
PLR
EURO
2012
ATS
S’ag
is
2012
513
s’expl sant des
320
es en
ique
363
gagé
2013enga
co
gem
AE en
s CP
m noen
ents
- 43timation deme
ntsm
su
(E2)
anté
Es ,3 M
gage /12/2012 it :
27
rieur
5
31rr
sur en s€auco
667
fo
5 20
s no
nd
76
es
88
ert
s
po
uv
n co
374
- 27 co stra(P
té5)giqu ndant au
uver
0
M€
ts pa
x en
1 37 e (3
gage
r de
25rr62
2 e se co
espomontant6 M€ po
s pa
men
ction on du
ndCP
ur le
iemen
- 2,7
s ant13au
du al
FDM ts pris po
timati
ts au
fode
x
20
M€ Es
nd
xim
et
ur l'a
en
rès
s
7,3 M
ga
coma
straté
31/1
ide à
rr aires aprir les
l'étra
€ po
2/20
giqu gements
uv
la m
ngernécessesurpo
n
cond
ur
12,
no
e
ant au12
pris
od
la 1 ère
;
nts
etpola geme
FSD
le m
e
pour
/20 x
P) ;
sectio ernisatio
onta
en
enga 3au se
31/12
l'a
ga
nt de
- 3M
n de
ctio5)n
s
ide au
n du
gem
la pr
ents
€ de couvert = (R6) - (P
FSD
du fo
76,7
déve
esse
P)
pr
6)
cr
M€
nd
aban
(P
is po
lopp
édits
4
s stra
(FDM
5 90
emen ;
donn
qu04
tégiqu ur l'aid
) et la ère
51
i
és
t
ne
de
2
e
des
) et qu
e (0
re
la pr
donn
1 se
R
serv
rs tit
M€ po à la dist
esse
i devr
eron
e + LF
ction
ic
its ho
rib
iqu
0,
es
éd
t
et
étr
7 M€
ont fa
ur l’a
ut
cr
ja
de pr
1,1 M
du
t aux
é asym
au tit
ide à ion et à
ire l’o mais lie
esse
€ au
gibilit
emen
re
u
la
fon
iqu
bj
la di
titre
en lig
du re
prom
P+
nt un
strib
du fo et de retra à des pa
+ AD
liqua
ne et
otion
Conce
onde
ution
FDC
nds
t rela
rresp
de
la
res +
rnan
d'aide its d'en iements
et 2,
us co
tif à
entai
et 2 e
t
gage
dess
7 M€ la presse
(dos
l’aide
au dé
réglem
ts cisectio les ancien
siers
pour
ents
fra
ntan
au tra
velopp ment :
payé
n du
uvem
s fond
sold
la 3 e nçaise
1,9
les mo
nspo
+ mo
emen
es
fond
NB :
s d’ai
à
rt po
2011
sectio
t des M€ au tit és en 20
s
plusie , par tra
orts
stal.
n du
re du
+ rep
12 in
serv
nche stratégiqu de à la m
ur
12
s
20
ices
mois,
I
s, qu
férie
(*) LF
de pr fonds d'
urs
’à ré e, les su odernisa
voire
ai
à
es
tio
de
ce
bv
10
plusie
se en
n
pt
entio
à la
Les
urs an ion des
ns ac de la pr
mod 0 % ou
ligne
CP de
esse
ernisa
co
factur
;
nées
prév
et d’
tion
isionn mandés
, en
es co rdées et
aide
fonc
sur
enga
el
rres
S’ag
aux
tion
les
gées
issant s nécess
serv
du ry pondan
ic
au tit
aires engagem
tes.
mon
thme
plus
re de es de pr
Les
aux
tant
ents
d’inve
esse
vers
opér
de 43 particuliè
ces
non
aux
st
em
at
is
en lig
aide
,3 M
couv
sem
en
remen
ents
s ne
€ co
ne et
ent de ions de
erts
gem
aux
de la ga
t du
rr
so
pa
au
en
es
le
ère
éd
s
re
nt
iem
s1
ts du
fond
pond
entre
1 se
effect
s d’ai iteurs de 31/12/20
com
prises ent s’ét
ivem
s subv
me su ction du FDM d’un à des en
12 co
de à
alen
.
ent
ga
t do
rr
it :
entio
m
fond
la m
nc su
ns ap esponden
s stra ontant de gements
oder
r
AE re
nisa
rès ré
pris
tégiqu
t
1
stan
alisat donc au
e d’un 244 174€ entre 20 tion et
ts à
x créd
ion
de la ère
couv
1999
04 et
mon
pris
-2004
its de
rir pa
1 se des proj
ta
20
lo
nt
rs
12
r de
ets ai
de 7
du co
(les
ction
29 39
s CP
2005
dés. paiemen
mité
401
enga
4
du
au 31
t
91
du
4€ pr
/12/20
1 er dé gements fonds st
617
2006
401
is lo
12
ra
cem
de
té
rs
2012
giqu
bre 20
Le m
4 10
du co
e, le
2007
5 82
corr
onta
11
mité
3
nt es
- 13
du 10 et aux en esponden
2 58
timé
2008
3 02
,1 M
t
gage
juillet
des
3
€ po
men
- 9,
CP 20
2012
ur le
4 09
ts
2009
8 36
1 M€
13 su
), ré
fond
7
pour
parti
s d’ai
- 2,
r enga
5 61
s
le
de à
2010
7 M€
8 09
gem
3
la m
corres fonds d’ai
en
- 0,
ts no
oder
7 67
de au
7 M€
pond
2011
4 96
n co
2
ant au
x serv nisation
de re
uver
10 69
ts au
de la
liqua
ices
2012
4 21
t post x engage
31/1
pres
de pr
7
En ce
2/
se et
men
esse
al.
7 85
TOTA
ts pr
qui co
6 01
la 1 ère 2012 de
en lig
L
5
d’en
is po
25,6
ncer
ga
43 27
ur la e ne et la e section
M€ se
ne le
7 29
du 19 gements
3 se
2 se
du fo
7
FDM
déco
ction
ca
nds
ction
déce
mpo
et la ère
straté
du FS
mbre r il n’y a
du fo
se co
1
gi
eu
nd
D
2012
que
mme
P;
sectio
s stra
que
;
n’on
En ce
suit
deux
tégiqu
n du
t
:
pa
com
fond
qui
s pu
e;
ités,
d’en
s stra
être
gage concerne
le
en
10
té
gagé
giqu
men
en fin
le SP
e, l’a
es en juillet 20
t car
d’an
nn
12 et
les AE EL et
fin d’
née
la e
le 19 ée 2012
anné
n’on
e et
déce
t pas attribuée 2 sectio
n’es
sero
s
n
pu êt
nt en mbre 20 t pas si
re en au comité du fond
gn
12
gagé
s
gagé
es en . Les AE ificative
es en du 18 dé stratégi
en te
at
2013
qu
cem
fin d’
rm
(1 14 tribuées
bre 20 e, l’ann
anné
au co es
3 37
ée 20
e et
12
4 € at
et po
mité
sero
ur le 12 n’est
nt en
tribu
s
és).
gagé
pas
es en dossiers
si
inférie gnificativ
2013
e en
.
urs à
term
50 00
es
0 € ét
udié
s
8
86 69
20
La justification par action
tissement doivent être identifiées et suivies
par projet ou catégorie de projet (échéanciers
financiers et de réalisation) et justifiées selon
diverses modalités (taux de renouvellement
d’un parc de véhicules, gains obtenus d’un
projet immobilier, etc.).
En dehors du titre 2 (dépenses de personnel),
les crédits sont justifiés par action et par titre
et, le plus souvent, jusqu’au niveau de la catégorie. Après une présentation succincte des
politiques suivies dans ces actions, les crédits
sont ensuite justifiés par nature.
L’exécution des dépenses d’intervention est
présentée par dispositif en exposant, le plus
souvent, un coût unitaire moyen rapporté à
un volume d’interventions. Dans certains cas,
la justification peut consister en une explicitation du contenu de la subvention ou de son
évolution ou encore de la doctrine d’emploi
de ces crédits de transfert si leur emploi n’est
pas connu (par exemple sur les fonds qui financent des projets).
L’exécution des dépenses de fonctionnement
distingue notamment le fonctionnement courant, les dépenses d’immobilier, les dépenses
d’informatique et les subventions pour charges
de service public. Pour chacune de ces natures
de crédits des modalités de justification ont
été élaborées : les crédits de fonctionnement
courant sont rapportés aux ETPT concernés ;
les crédits immobiliers aux surfaces, etc.
L’exécution des dépenses d’investissement
distingue notamment l’équipement, l’immobilier, l’informatique ou encore l’équipement
militaire. Les principales opérations d’inves-
La somme des unités de justification doit
ainsi permettre de reconstituer au premier
euro l’exécution des crédits ouverts pour
l’action, titre par titre.
21
81
elles
cultur
4
stries me n° 33
indu
m
ogra
e et
Li vr
S Pr
PLR
OPÉ
RAT
RÉC
EUR
OPÉ
2012
S
ULA
APIT
TION
re
Natu
de la
CRÉ
DES
ALL
DITS
X
S AU
O UÉ
O PÉ
RAT
EUR
L’ÉT
S DE
e
ns
dépe
215
EUR
AT
12
n 20
isatio
Réal
ns
risatio
Auto gement
d’enga
its
Créd ent
iem
de pa
12
LFI 20
ns
risatio
Auto gement
d’enga
11)
AP 20
11 (R
its
n 20
Créd ent
isatio
iem
Réal
ns
de pa
risatio
Auto gement
ga
005
d’en
115
212
005
115
212
RAT
215
2
19
622
622
189
192
527
its
Créd ent
iem
de pa
2
2 19
62
215
204
191
993
3
15 05
581
478
249
5
2 10
13 33
590
0
583
de se
ges
0
3
1 58
58
204
,
public
rvice
ar
ur ch
s po
.
s
ntion
005
2012
arge
115
ur ch
subve alisation
212
2)
ns po
ré
e de
entio 3-2)
5
tre 7la
rm
(ti
bv
00
s
fo
5
ur
Su
11
(titre
opre
212
sous ateurs po
nds pr
public
s
fo
e
é
en
vers aux opér
tions
6)
Dota
vant
(titre
pres
para
ILE
sferts
s pro
s au
Tran
DE F
ment s en fond
HEF
l
stisse
ion
ME C
Tota
d'inve de dotat
RAM
ns
io
e
ROG
form
bvent
SI P
S
12
su
us
s
É
so
néré s
n 20
Les
PUT
rému
ées
IS
isatio
ETP opérateur
vers
Réal
PLO
LTI-IM
ats
sont
contr
par les
S EM
S MU
aidés
ETPT s
hors
N DE
E UR
ré
RAT
fond
ATIO
)
muné
us
É
ré
pla
(3
so
ID
P
s
L
O
néré s
2012
par ce e plafond
SO
rému
PRIS
ision
ramm
CON
ETP opérateur
Prév
9
COM
ats prog
contr
SY
par les
(2)
R
3
és
U
PT
32
E
aid
ET
2
hors
s
d
RAT
néré
)
plafon
rému ce
2
sous
OPÉ
11 (1
s
néré s
n 20
par
LFI
e plafond
DES
rému
54
isatio
ramm
ETP opérateur
LOIS
LFI
Réal
5
ats prog
EMP
contr
par les
(2)
4
és
215
rvice
de se
Intitul
é de
l’opé
ETPT s
néré
rému ce
par
e
ramm
prog
(2)
rateur
hors
d
plafon
sous
d
plafon
622
192
2 39
aid
2 37
tiona
ue na
iothèq
- Bibl
BnF
blique
ce
ue pu
Fran
thèq
Biblio n
I
io
BP rmat
aise
franç
d’info
re
que
l du liv
mathè
tiona
Ciné
na
re
- Cent
CNL
0
2 64
215
51
63
le de
48
66
0
8
215
6
11
2
2
5
2 72
non
T et
ETP
ts en
men
lisse
s étab
de
e
embl
ou, le
la
e.
l’ens
2012
11.
2 de
P 20 du ministèr s initiale
pour
titre
du RA
ance
lois
».
imés
tation d d'emp
i de fin
its de
lture
ésen
expr
fon
en Lo
l
d la pr ns le pla
s créd de la cu
sont
votés
Tota
pren
sur le
eurs
11 re inclus da x plafonds
ion
at
at
ge
n 20
s
ér
au
4
tio
tis
ur
ce
ate
33
char
s op
ocra
réalisa
féren
opér
MME
is en
(1) La plois des
dém
fait ré
et de
2012
GRA
budg
ent pr
irs et
12
(2) Em évision
PRO
n 20
pr
ctem
sur le
s savo
isatio
(3) La
R LE
2:
nt dire ission de
érés
Réal
S PA
titre
ois so
m
rémun
ERE
202
sur le
empl
Trans
plois
s
és
2012
MUN
«
E
ér
de
on
4
em
R
isi
S
rs,
Les
13
Prév
rémun
me 22
ateu
EUR
s
m
.
T
oi
ér
0
P
ra
A
pl
T
21
R
s op
em
prog
11
en E
OPE
215
n 20
par le s sur le
r des
DES
18
isatio
érés
pé
érateu
Réal
LOIS
rémun nt regrou
par op
EMP
211
plois
228
i so
rtition
», qu
les em
répa
17
te la
Outre « Culture
en
prés
on
228
sous
missi
ci-des
bleau
Le ta
217
52
2
710
12.
ve 20
0
héan
cas éc
ation
rm
PT.
d'info
En ET
blique
ue pu
thèq
livre
Biblio
nal du
natio
re
Cent
l
Tota
22
t, en
Lo
ance
i de fin
ficati
s recti
LES OPÉRATEURS DE L’ÉTAT RATTACHÉS
AU PROGRAMME
Dans cette partie sont présentés des éléments
d’information relatifs aux opérateurs du programme. Les opérateurs de l’État sont des
organismes bénéficiant du financement de
l’État, placés sous le contrôle direct de l’État,
au statut juridique public ou privé et auxquels
est confiée une mission de service public. Ils
contribuent directement à la performance des
programmes auxquels ils sont rattachés.
rés par le programme (inclus dans le plafond
d’emplois du ministère) et les emplois rémunérés par les opérateurs qui lui sont rattachés
(hors plafond d’emplois du ministère) sont
indiqués. Pour ces derniers, les emplois sous
plafond législatif et hors plafond législatif
sont distingués, avec une information spécifique sur le nombre des contrats aidés. À la
différence des emplois rémunérés par l’État et
exprimés en ETPT, les emplois rémunérés par
les opérateurs sont exprimés en ETP.
Cette partie débute par une synthèse des
crédits du programme en question versés à
l’ensemble des organismes qualifiés d’opérateurs de l’État. Cette synthèse rappelle les
crédits de la LFI 2012 et présente les crédits
exécutés en 2012.
Lorsqu’un opérateur relève de plusieurs programmes, certaines informations le concernant ne sont présentées de façon exhaustive
que dans un seul programme, dit « programme
chef de file » (compte de résultat, tableau de
financement abrégé, dépenses par destination, contribution aux dépenses d’avenir et
tableau des emplois). Il s’agit du programme
qui porte le plafond d’emplois de l’opérateur
soumis à autorisation législative.
La consolidation des emplois au sein des
opérateurs rattachés au programme en
question est ensuite présentée. Elle porte
sur l’année 2011 ainsi que sur la prévision
et l’exécution 2012. Les emplois rémuné-
23
24
Cette partie comporte également la présentation détaillée de chaque opérateur rattaché au
programme en question.
investissement et le cas échéant intervention)
et ses différentes ressources (subventions de
l’État, ressources fiscales, autres subventions,
dotations et ressources propres).
L’analyse des résultats de l’opérateur (écarts
entre les prévisions et les réalisations de l’année) et un bilan en matière de gouvernance et
de pilotage stratégique exercé par la tutelle
de l’État sur cet opérateur (en matière de
contractualisation des objectifs par exemple)
sont tout d’abord développés.
Les dépenses de l’opérateur par destination (dépenses décaissables, c’est-à-dire hors
charges calculées) font l’objet d’une présentation matricielle par nature de dépenses (personnel, fonctionnement, investissement et le
cas échéant intervention) et par destination
(actions du programme de rattachement ou
axes spécifiques déterminés par l’opérateur).
Les crédits reçus par l’opérateur sont ensuite
recensés en autorisations d’engagement et en
crédits de paiement en exécution 2011, en
LFI 2012 et en exécution 2012.
Depuis les PAP 2011 et jusqu’à l’achèvement
de l’utilisation des crédits, les opérateurs
concernés par les dépenses d’avenir présentent leur contribution individuelle à la réalisation de ces dépenses.
Le compte financier de l’opérateur est présenté dans le format simplifié de la présentation du budget à son organe délibérant,
sous la forme d’un compte de résultat et d’un
tableau de financement abrégé. Ces derniers
rappellent la prévision 2012 et présentent
l’exécution 2012, en précisant s’ils sont soumis à certification, soumis à l’approbation du
conseil d’administration ou encore votés par
le conseil d’administration.
Enfin, un récapitulatif des emplois de l’opérateur distingue les emplois rémunérés par
l’opérateur, dont les emplois sous plafond et
hors plafond (dont les contrats aidés) prévus
en 2012 et leur exécution. Il distingue également les autres emplois en fonction au sein de
l’opérateur mais non rémunérés par celui-ci ;
ceux-ci se décomposant en emplois rémunérés
par le ou les programmes de rattachement et
les emplois rémunérés par d’autres collectivités ou organismes.
Cette présentation distingue notamment les
grandes enveloppes de dépenses du budget
de l’opérateur (personnel, fonctionnement,
25
96
Li vr
Prog
ANA
e et
indu
st
ra mm
LYS
ries
cultu
e n°
relle
33 4
s
ANAL
YS E
DES
E DE
S
CO Û
COÛT
PLR
S
TS D
U PR
O
2012
Note
expl
icativ
L’ana
e
lys
de co e des
co
nduit
com
e et ûts présen
pt
pil ot
te les
age,
des abilité sp
pr
éc
de so dépens
budg incipes de ifique :
es et
la co utien et
et
les co
m
de se
entre et dir ec constru
ûts co
ction ptab ilité
tion
rv
la pr
mple
de
d’ana ices po
parti
parta
es, re évisi on ou s fin an
lyvale ts par ac
gés
lyse
ce
pa
pren
de
- la
ant po LFI 2012 s pu bliqu r l’ensem s coût nts vers tion des
carto
s
prog
es
les ac
ur
et
.
gr
ch
l’e xé
Le vo ble des (CAC).
ra mm
- les
aphie
aque
tions
Mise
cutio
dépe
de s
de po es, aprè
n 20 let « analy acteurs
en
nses
dé ve pr ogram
- les
12
s
litiqu
me ob
se de : ministè œuvre
rsem
prév
;
résu
e pu ve ntilatio
pa
ision
ents
s co
serv d’autre
res,
ltats
cara
n de
ne
pa
dé
é
serv r les mini blique.
de
:
lle
finie
rt, en ûts » re
ctère
s dé
l’a na
s co
ice
Ce
stè
en LF
stitu
tre les
prov
au
mplè
lys
é au s du cont res avec s ventila penses et
I 2012
tes ét
ré
Enfin 4 mars 20 isoire de e des éc
RAP
sulta
rôle
tions
de
ab
et ac
ar
,
s do
13.
budg l’appui
ts de
vise
analy s coût
tuali
nnée ts consta lies au re
en m bénéfician
des
ét
s ex
sé
s
SCBC tiques s des ac
ga
atièr
écut plus parti aire et
e le
tés
t d’u
de ba
rd de
tions
e de
ions
re
cas
politi
com
se (d en dépe
la LF
éché
ptab M, la CA lèvent
2011 culière m
qu e
délég ne synerg
on
ns
I
le m
d’une
an
publi
en
20
né
et 20
ie de
t des
12 ;
es d’e es et en
inisté C s’app
que. ation de
12. Il t l’ana lys
flux
uie su
xécu
riel,
coût
À ce
resp s compt
e de
enre
est co
dir
tion
s co
on sa
abilit
r
titre,
s éc
gistré
mple
budg
mpo
és
bilité
elle
arts, ection du
s en
sé, à
ts pa
étair
parti
de ge bu dgét
ge
es
r
cip
cet ef d’une pa
air
ac
stion
et co
stion
SCH
e à l’é
e et
rt
fet, de
;
mptab tion et pr
(déc
géné
ÉM A
valua
ou
og
ra
les
tro
tio
pa
ra
le,
DE D
is
), ar
n de
ge M
l’ana
rêtées mme, po
l’effi
ÉVE
ur les
cienc PA ) et leu lyse des
, sans
RSE
quels
e de
coût
préju
MEN
s du
la ge r cohére
il
dice
T AN
nc
Ce sc
RA
stion
pour co nvient
ALY
publi e au re ga P complè
de sig
leur
hém
que
TIQU
va leu
te l’é
a repr
et co rd des
r sig na ler le
cla
E DU
m
ntrib
ésen
nifica
ue ple oyens dé irage po
PRO
te le
tive,
rté su
volus
inem
G RA
s liens
r les
ent à
à ch
M ME
ch
entre
acun
la dé
e de oix opér
m
arch
les ac
és
s ac
CULT
e de
tions
perfo tions de
URE
rman
du pr
ET CO
ce.
ogra
MM
UNIC
ATIO
N MED
N
IAS,
LI
CULT VRE ET
UREL
IN
LES DUSTRI
ES
Livre
P3
34
et in
dust
ries
cultu
01 relle
Livre
s
et
MISSO
02 -
lectu
re
Indu
strie
s cu
97
PLR
VEN
TILA
TION
PRÉ
VISIO
Intitu
01 -
NN
lé
PAR
ELLE
ACTI
ES
ON D
2012
CRÉ
ANAL
YS E
12
LFI 20 s
aprè erne
ion int
ntilat
ve
e
lectur
et
Livre
relles
cultu
tries
Indus
l
Tota
ÈS
A PR
ES
VE
TI
NTILA
ÉP
U«D
ON O
d’euro
633
5
12 58
218
319
306
317
1
11 68
998
284
ENS
OM
ES C
PLÈ
s)
12
LFI 20 s
aprè terne
ex
lation
venti
273
317
1
11 68
998
284
273
02 -
COÛT
lliers
(en mi
DITS
12
LFI 20 ects
its dir
Créd C et ADP
y.c. FD
ction
de l’a
lles
lture
4
s cu
n° 33
strie
indu
mme
ogra
e et
S Pr
DES
TES
»
pe
les dé
tent
nses
par
actio
politi
n de
ns
dé pe
m
e co
publi
que
plète
exéc
que
ut ée
ou
, par
flè
de la
et re
pt e
tio n
com
er va
nd re
d’obs
axe
de re
.
apes
, afin
emier me.
ux ét nt un pr
temps
ra m
en de
prog
cond
titue
tées
s)
cons sable de ns un se
e
ésen
d’euro
m
pr
on
nt
ram
sp
lliers
rés da
s so
ic
prog
du re
(en mi
intég
expl
plète
t
es au gestion e, sont
com
Note
Écar
n
nses
intern nt de la
cutio
ramm
dépe
ents
lta
l’exé
t
pr og
Les
résu
rsem
Écar on à 2011
es au
dé ve directes
E
évisi
tern
N
Les
pr
ex
12
R
es
la
20
à
ns
TE
e.
ents
ution
2012
dépe
rs em e publiqu
ON IN
Exéc rès
2
dé ve
qu
ap
LATI
-19 98
ne
erne
Les
politi
inter
ENTI
ion int
n de
V
8
ion
lat
3
tio
lat
S
nti
71
ac
-2 16
ve
-26
Venti
PRÈ
ES A
8
1
2012
603
+3 80
UTÉ
ution
-22 15
246
mme)
Exéc CP
XÉC
E
progra
9
6
S
du
sein
15 48
-22 90
NSE
DÉP
ENS
XÉ
ES E
CUTÉ
ative
DÉP
E
Intitu
lé de
on
l’acti
Dépe
tes
direc
nses
246
(au
092
262
603
9
15 48
092
262
ture
et lec
relles
Livre
01 cultu
tries
Indus
02 l
ta
To
DÉP
E
É
S EX
NSE
CUTÉ
PR
ES A
Intitu
01 -
lé
ture
et lec
relles
Livre
cultu
tries
Indus
02 -
l
Tota
EN
ÈS V
ction
de l’a
TILA
TION
EXTE
lliers
(en mi
RNE
2012
ution
Exéc rès
ap
ne
inter
lation
venti
Venti
lation
(entre
2012
ution
Exéc rès
ap
ne
exter
lation
es
venti
mplèt
ne
exter
)
mmes
progra
603
246
9
15 48
092
262
e
alenc
polyv
ou de
en et/ rammes
souti
og
e, de utres pr
otag
de pil ce (-) d’a
ion
nses
enan
(Miss
s)
s dépe en prov
lture
d’euro
de
cu
rs
la
es et
llie
lation rs (+) ou
bliqu
(en mi
on de
Venti
ve
tisati
ces pu
mocra
s finan
et dé
on de
voirs
Gesti
des sa
ion «
(Miss
ission
tat
sm
de l’É
- Tran re »)
ents
P224 « Cultu
»)
s bâtim ines
tien derces huma
ou
- Entre
P309 des ress
+21
Dépe
co
nses
067
8
+1 37
t
Écar on
évisi
à la pr 12
20
670
7
16 86
537
284
267
445
+22
5
-22 44
7
-22 31
-127
26
d’euro
s)
t
Écar
n
cutio
à l’exé 11
20
3
-38 96
2
+4 28
1
-34 68
mm e
MM E
et av
ec
ET D
ES A
CT
des
actio
ns d’
au
ECO
NO
MIE
ET
IONS
tres
prog
ramm
FINA
NCES
MISSI
PUBL ON GES
IQUE
TI
S ET ON DES
DE
FI
HUM S RESS NANCES
AINE
OUR
S
CES
Entre
P309
tien
des
bâtim
ents
de l’E
tat
lture
lles
MISSI
ON
CULT
URE
Tran
smis P224
dém
ocra sion des
tisat
ion de savoirs
la cu et
lture
Li vr
GRA
9
-20 38
6
-2 22
5
-22 61
es.
LES COÛTS DES PROGRAMMES ET DES ACTIONS
En assurant une lisibilité immédiate et
accrue de l’ensemble des moyens consommés
par une action de politique publique, l’analyse des coûts favorise la transparence sur les
moyens et les ressources mobilisés. L’approche
en coûts complets issus des données de la
comptabilité générale conforte la dimension
prospective de l’analyse des coûts et permet d’ébaucher une interprétation de nature
économique et financière des coûts calculés.
L’analyse des coûts contribue à l’évaluation de l’efficience de la gestion publique
et participe pleinement à la démarche de
performance.
l’analyse. Il rappelle les limites et biais de
l’exercice et invite à une interprétation
prudente des résultats ainsi obtenus et des
commentaires attachés. Il convient à ce titre
d’appeler l’attention sur le caractère provisoire des données d’exécution budgétaires
et comptables arrêtées, sans préjudice pour
leur valeur significative, au 4 mars 2013.
Dans la dernière partie des rapports annuels de performances, le volet d’analyse
des coûts présente les dépenses et les coûts
complets par actions et programmes de politique publique après réaffectation des dépenses et coûts consommés sur les actions de
conduite et pilotage, de soutien et de services
polyvalents.
Il articule, à cet effet, trois parties, reprenant pour chaque programme observé :
- une cartographie des déversements : le
schéma des déversements indique les liens
entre les actions du programme et d’autres
programmes pour fournir une plus grande lisibilité sur la destination effective des crédits
des fonctions de soutien et des services polyvalents ;
- une présentation des dépenses prévisionnelles complètes établies au regard de la LFI
2012 qui constitue une référence de comparaison ;
- une analyse des résultats et des écarts
constatés en dépenses et en coûts complets
par action et programme.
Le volet « Analyse des coûts » vise plus particulièrement l’analyse des écarts, d’une part
entre la loi de finances initiale (LFI) 2012 et
l’exécution 2012, d’autre part, entre les résultats des exécutions 2011 et 2012.
Ces réaffectations relèvent d’une comptabilité
spécifique : la comptabilité d’analyse des
coûts (CAC) dont la mise en œuvre s’appuie
sur des principes de construction documentés.
Présentation du volet
« Analyse des coûts »
du RAP 2012
Un « avertissement » liminaire aux deux
parties (dépenses complètes et coûts complets) précise le contexte et l’objectif de
27
Ce guide de lecture est réalisé
avec des extraits des RAP 2012.
Les rapports annuels de performances
annexés au PLR 2012 sont consultables
sur le Forum de la Performance
http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/
DIRECTION
DU BUDGET
Rédaction : direction du Budget - mai 2013.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising