Le gouvernement de la vie, mode d`emploi

Le gouvernement de la vie, mode d`emploi
Le gouvernement de la vie,
mode d’emploi
Didier Fassin et Dominique Memmi
Un
m é d e c i n écoute avec circonspection le récit
d’une femme s’efforçant de justifier une demande, pressentie
par l’un et l’autre comme tardive, de procréation médicalement assistée. Une commission administrative scrute avec
soin la biographie et l’argumentaire d’un chômeur sollicitant, en raison de son état de santé, une aide financière. Des
experts interrogés sur la légitimité du remboursement ou
non d’un traitement de l’impuissance sont conduits, pour
rendre leur avis, à décider si l’on a affaire à une molécule corrigeant une pathologie de l’érection, un médicament de
confort améliorant la qualité de vie ou un simple aphrodisiaque. Des juges aux affaires matrimoniales amenés à statuer
sur des cas de divorce considèrent que l’infidélité homosexuelle constitue une circonstance aggravante de l’adultère
dans un couple hétérosexuel. Mais aussi, un service hospitalier délègue la prise en charge, avec les normes médicales
qu’elle suppose, d’un malade du sida à son entourage. Un
détenu se substitue au personnel carcéral pour prodiguer des
soins à son compagnon de cellule en état de manque. Des
prostituées exigent des pouvoirs publics qu’ils reconnaissent
leur activité comme une véritable profession avec les droits
sociaux y afférant. Voici un inventaire en apparence digne
d’un roman de Pérec. Pourtant, toutes ces situations ont en
commun de mettre en œuvre les multiples et changeantes
10
Le gouvernement des corps —
modalités d’une relation à soi et aux autres dans un cadre
défini par des codes et des règlements, des normes et des
valeurs, des rapports d’autorité et de légitimité, des interactions avec l’État et avec la loi. Bref, ce que nous proposons
d’appeler le gouvernement des corps.
Au-delà, en effet, de ses manifestations les plus spectaculaires dans l’espace public que sont les affaires du sang
contaminé ou de l’amiante et les controverses autour du clonage des êtres humains ou de l’indemnisation des aléas médicaux, au-delà même des fonctions plus ordinaires de gestion
de la santé publique que sont l’administration de la protection
sociale, l’organisation du système de soins et la mise en œuvre
de programmes de prévention, l’intervention de la société et
l’emprise de l’État sur les corps s’expriment, de manière souvent moins visible sur de multiples scènes de la vie quotidienne. Régulation de l’accès aux moyens contraceptifs et aux
techniques de procréation, détermination des limites de la vie
et de la personne autour de la législation sur l’interruption
volontaire de grossesse et de la caractérisation de la mort biologique, redéfinition des catégories du pathologique et du
thérapeutique à travers les autorisations de mise sur le marché
de médicaments, élargissement des notions de dépendance et
d’addiction à l’alcool et au tabac, déploiement de dispositifs
d’enquête et d’intervention sur les comportements sexuels et
les pratiques déviantes, justification d’un titre de séjour ou
d’un relogement de personnes vivant en habitat précaire par
l’existence d’une maladie grave : autant de signes de l’immixtion des pouvoirs publics dans la relation privée de l’individu
à son destin physique, mais aussi de la place croissante occupée par les questions du corps, de la santé et de la vie dans le
gouvernement des affaires humaines. Dispositifs et procédures diffus et quotidiens, souvent banals et familiers, ils sont les
moins facilement perçus ou énoncés en termes de politiques.
Et pourtant ils sont au cœur de ce qui fait aujourd’hui le politique.
Ce sont eux que nous prenons pour objet de ce livre.
Certes, on pourrait les saisir à travers ce que l’on désigne
habituellement comme des politiques de santé publique, avec
ses nouveaux objets que sont le principe de précaution, la
réduction des risques, la gestion des crises sanitaires :
11
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
domaine qui mérite assurément l’intérêt et que les sciences
sociales ont du reste commencé à explorer. Mais la question
du gouvernement des corps, telle que nous l’entendons,
excède et déplace tout à la fois les thèmes habituels de la
maladie et de la clinique, de l’organisation de l’hôpital et du
principe de précaution, en tout cas ne se laisse pas saisir
exclusivement à travers un corps professionnel – les médecins – ou un secteur d’activité – la santé. Ce qu’il s’agit
d’appréhender, ce sont les manières dont bien d’autres
agents sociaux, parfois inattendus, maintes institutions,
apparemment étrangères aux problèmes sanitaires, définissent, pensent, mesurent et régulent les conduites corporelles,
les représentations et les usages de soi concernant sa propre
existence à la fois biologique et biographique.
Ce qui se joue, dans cette activité si diverse, c’est la redéfinition d’un certain nombre de frontières : avant tout celles du
somatique et du psychique, du normal et du déviant, de la
médecine et du social, de ce qui relève conventionnellement
de la définition et de l’administration de la « santé » et peutêtre aussi du « corps » et du « vivant ». La question que nous
poserons dans un premier temps est donc : de quel corps et de
quel vivant parle-t-on et en quoi constituent-ils un point particulier
d’application de l’action publique ? Mais ce qui est également en
jeu dans ces dispositifs multiples, c’est la recomposition d’une
série d’entités qui structurent le fonctionnement des sociétés
contemporaines : espace public et sphère privée, individu et
population, pouvoir et sujet, État et citoyen, toutes catégories
qu’une utilisation de routine tend à faire prendre comme
allant de soi alors même qu’elles sont sans cesse soumises à
l’épreuve de l’innovation sociale. L’interrogation à laquelle
nous essaierons de répondre dans une seconde étape peut
alors se formuler ainsi : en quoi l’intervention des pouvoirs publics
sur les corps et sur le vivant produit-elle des formes nouvelles de
biopolitiques ? Pour tenter de rendre compte de notre projet
d’une confrontation de recherches sur le gouvernement des
corps, nous nous demanderons successivement ce qu’il en est,
dans ces travaux, de la réalité sociale et politique du corps,
d’une part, des modalités particulières de gouvernement
qu’elle met en œuvre, d’autre part 1.
12
Le gouvernement des corps —
Le corps introuvable
Ce corps, lieu de mise en place du gouvernement des
hommes dont traite ce livre, quel est-il ? Si le sens commun
tend à en naturaliser la représentation, tant le corps paraît
imposer l’évidence de sa réalité physique, dès lors pourtant
que l’on se penche sur la manière dont il est concrètement
défini, utilisé, transformé, mis en jeu par la société, autant
dans les textes législatifs que dans les pratiques quotidiennes,
les choses se compliquent. Toute l’histoire des sciences
sociales l’atteste : le corps résiste à l’analyse, des sociologues
plus encore peut-être que des anthropologues 2. Trop évidemment présent, il apparaît souvent comme un impensé de
la théorie sociale qui tend à l’abandonner du côté de la nature
ou de la biologie, de la matière et de l’émotion, autrement dit
à en faire un objet pré-social au sens où il précéderait en
quelque sorte toute mise en forme de la société et relèverait
dès lors plutôt des sciences du vivant, domaine commun à
l’homme et à l’animal.
À qui songerait à mettre en doute cette occultation du
corps par les sciences sociales, il serait aisé d’apporter deux
faits qui en administrent la preuve avec une force singulière
de démonstration. Premièrement, la sexuation du corps, distinguant les êtres humains au lieu le plus fondamental
d’interface entre la nature et la culture, est longtemps
demeurée un point aveugle de disciplines qui considéraient
de fait la société dans une perspective asexuée, c’est-à-dire
masculine 3, reléguant la différenciation sexuelle du côté
d’une reproduction biologique qui relevait d’autres savoirs et
appelait du même coup un régime d’hétérosexualité. Deuxièmement, la séparation du corps et de l’esprit, fondée dans la
pensée cartésienne, a également opéré comme un implicite
des sciences sociales qui considéraient l’homme en société du
point de vue presque exclusif de sa participation intellectuelle à la construction du monde social par le langage 4,
c’est-à-dire précisément ce qui fait l’homme différent de
l’animal et qui justifie donc l’existence des sciences humaines. Etre sans sexe, être de langage, l’objet des sciences sociales est ainsi resté, pour l’essentiel, un sujet sans corps.
13
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
Affinons cependant le tableau. Si l’anthropologie a gardé
la trace des prescriptions programmatiques de Marcel
Mauss 5 sur l’importance de considérer le corps comme une
production sociale, à travers un ensemble de travaux sur les
fondements corporels des codes symboliques 6 et sur les formes pré-objectives d’incorporation du monde 7, la sociologie
classique semble au contraire l’héritière des traditions de
Durkheim, mais aussi de Weber, dans la description désincarnée de la société qu’elle tend à produire. Les « rôles » vus
par la théorie fonctionnaliste et même interactionniste – qui
s’intéresse à la surface du corps plus qu’à son épaisseur – ne
sont guère plus en chair 8 que les « acteurs » de l’analyse stratégique ou de l’individualisme méthodologique – pris, eux,
dans des jeux de rationalités. Le corps qu’on éduque et qu’on
libère, dont on met en valeur les formes ou qu’on disqualifie
pour son apparence, par lequel s’éprouve le plaisir ou la souffrance, auquel on imprime les usages sociaux de son milieu et
de son sexe, à quoi l’on recourt comme ressource dans les
relations aux autres et aux pouvoirs, la sociologie classique
s’en est généralement écartée comme d’un donné qui
n’appelait guère l’enquête.
Pourtant, dans l’histoire de la discipline, quelques noms
font exception. Deux d’entre eux méritent en particulier
l’attention pour leur contribution fondatrice à une théorie de
l’incorporation. Norbert Elias 9, d’abord, en faisant du processus de civilisation le thème central de son œuvre, établit
l’historicité de la maîtrise des corps et de l’autocontrainte des
conduites, ce qui lui permet de rendre compte de la différenciation sociale dans l’économie des pratiques corporelles,
en matière d’alimentation, de sexualité, de violence. Pierre
Bourdieu 10, ensuite, avec le concept d’habitus, au demeurant déjà présent dans le texte programmatique de Marcel
Mauss sur les techniques du corps, saisit l’inscription physique de l’ordre de la société, au plus près et au plus intime,
montrant comment c’est là où le naturel des conduites corporelles, des goûts et des préférences, semble le plus avéré
que le social est le plus efficace, justement parce qu’il y est le
plus profondément refoulé. Exceptions remarquables de
sociologies du corps qui, cependant, ne s’énoncent jamais
14
Le gouvernement des corps —
comme telles. C’est pourtant, on le verra plus loin, du dehors
des sciences sociales qu’est venue l’influence la plus décisive
sur le renouveau contemporain des travaux sur le corps, avec
l’œuvre de Michel Foucault 11 qui, de manière cruciale, a
montré qu’il était précisément le lieu où s’exerçait, dans
toute sa plénitude, le pouvoir.
Si le corps résiste tant à l’analyse, c’est que son appréhension rigoureuse pose de réels problèmes épistémologiques.
Dans la préface à l’ouvrage qu’elle a consacré à la construction du corps sexué, Judith Butler 12 note : « En m’efforçant de
considérer la matérialité du corps, j’ai découvert que la pensée de la
matérialité me conduisait toujours vers d’autres domaines.
J’essayais de me discipliner pour rester sur le sujet, mais je ne parvenais pas à fixer les corps comme des objets simples à penser. Non
seulement les corps tendaient à indiquer un monde au-delà d’euxmêmes, mais ce mouvement qui dépassait leurs propres frontières
paraissait tout à fait central à ce que ‘sont’ les corps. Je ne cessais de
perdre la trace de mon sujet. Je résistais à la discipline. Inéluctablement, je fus amenée à penser que peut-être cette résistance à fixer le
sujet était-elle essentielle à la matière qui me préoccupait. » À
cette difficulté, dont on ne trouve guère d’équivalent pour
d’autres thèmes dans les sciences sociales, on peut suggérer
plusieurs types d’explication 13. L’effort d’interprétation du
silence de la sociologie et, à un moindre degré, de l’anthropologie autour du corps est en effet en lui-même susceptible
d’éclairer les contours de cette matière indécise.
Le premier obstacle tient à la naturalisation de l’objet : le
corps se présente comme un fait de nature. On se souvient de
la séparation qu’établit Rousseau 14 entre « l’inégalité physique », inscrite dans l’ordre naturel, et « l’inégalité morale »,
produite par le monde social : cette distinction lui permet de
rejeter d’emblée la première hors de son champ d’investigation pour ne se concentrer que sur la seconde ; pour lui, le
physique échappe au social, et par voie de conséquence, au
politique. Aujourd’hui encore, du reste, la nature tient
volontiers lieu de référentiel absolu dans le débat public dès
lors qu’il s’agit de traiter des questions du corps et de la vie,
de clonage et de bioéthique, de sexualité ou de filiation. Pour
le sens commun, mais aussi parfois pour les sciences sociales,
15
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
l’invocation de l’ordre naturel des choses peut ainsi servir à
défendre leur ordre moral. Tel est le cas, par exemple,
lorsqu’une vérité anthropologique – de la différence des
sexes ou des fondements du vivant – présentée comme irréductiblement inscrite dans les corps, est utilisée par des
acteurs politiques ou par les ethnologues eux-mêmes au
secours de leurs choix de société. Ainsi, Françoise Héritier
cherche-t-elle du côté de la matérialité du corps sexué,
« donné universel et irréfragablement constant dans le temps et
dans l’espace », l’origine des interdits sexuels et se fonde-t-elle
sur la différence biologique des sexes, « butoir ultime de la
pensée », pour dire le caractère « naturellement impensable » de
l’homoparentalité 15. La naturalité du corps a ici la force de
son évidence.
Un second obstacle est lié à la polysémie de l’objet : audelà de l’évidence première de ce qui fait la « matérialité du
corps » dans sa consistance physique, quel rapport entre le
corps malade confié au médecin, le corps expression de plaisir dans la sexualité contrôlée par les pouvoirs publics, le
corps utilisé comme ressource dans les sollicitations de
mesures compassionnelles ? Déjà cette diversité des manifestations du corps et, en l’occurrence, des techniques qu’il
mobilise est ce qui, pour Mauss, le rendait délicat à appréhender et, dans une certaine mesure, peu légitime parmi ses
collègues au sens où elle ferait obstacle au travail de réduction et d’unification de la science. Mais c’est elle aussi qui lui
paraissait conférer une dimension heuristique à son étude en
ce qu’elle suggérait un domaine encore à explorer 16. À sa
suite, les recherches anthropologiques oscilleront au demeurant entre la constitution d’un objet unifié autour de la définition de la personne – le corps identifié à l’individu social –
et des objets distincts en fonction de la perspective adoptée –
un corps différencié par le travail exercé sur lui par la société.
À la première tradition, on peut rattacher l’étude ethnographique de Maurice Leenhardt sur la société calédonienne.
S’appuyant sur le mot fameux d’un vieux Canaque répondant
à une question sur l’apport occidental à sa société : « ce que
vous nous avez apporté, c’est le corps », il fait dès lors de la
« discrimination entre le corps et le monde mythique » le seuil de
16
Le gouvernement des corps —
la modernité de cette population : « Le corps cesse d’être le
vieux revêtement social sous lequel la personne étouffait. Le moi
psychologique qu’on a vu errer partout, loin du corps, est enfin
fixé : j’ai un corps. » Définissant l’identité de la personne par
un processus d’individuation, le corps est un. De la seconde
approche, on peut trouver une illustration dans l’analyse de
Margaret Lock et Nancy Scheper-Hughes fondant une
anthropologie médicale critique. Elles distinguent trois
modalités corporelles : « corps individuel », incorporation du
soi caractérisant la personne, dans l’héritage de Marcel
Mauss ; « corps social », symbole naturel exprimant le rapport
au monde, à la suite de Mary Douglas ; « corps politique »,
enfin, lieu de la régulation, de la surveillance et du contrôle,
selon Michel Foucault. Défini par l’anthropologie, le corps
est ici pluriel 17. Quant à la sociologie, elle séparera la corporéité en autant de domaines que de sous-disciplines qui la
composent : sociologie médicale, sociologie de la santé,
sociologie du sport, sociologie de l’alimentation, sociologie
des émotions, sociologie de l’art, pour ne citer que les plus
directement liées à son étude.
Mais l’obstacle le plus profondément enfoui découle
peut-être de la manière dont le corps s’est historiquement
construit, dans la pensée occidentale, à partir d’une séparation du corps et de l’esprit, le premier rabaissé du côté de la
chair et des sens, le second élevé avec l’âme et la conscience.
Le moment clé de cette séparation est constitué autour des
Méditations métaphysiques de Descartes auxquelles ne cesseront de se référer toutes les théories ultérieures du sujet –
qu’elles s’y rattachent, s’en démarquent ou s’y opposent 18.
La seconde des méditations s’intitule de manière significative : « De la nature de l’esprit humain et qu’il est plus aisé à
connaître que le corps ». Elle est ainsi conclue : « C’est une chose
qui m’est à présent connue qu’à proprement parler nous ne
concevons les corps que par la faculté d’entendre qui est en nous, et
non point par l’imagination ni par les sens, et que nous ne les
connaissons pas de ce que nous les voyons ou que nous les touchons,
mais seulement de ce que nous les concevons par la pensée. » Non
seulement, le corps est séparé de l’esprit, mais il n’existe que
par lui. Cette distinction fondatrice de la philosophie
17
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
moderne du sujet refoule le corps et valorise l’esprit :
l’homme est un être de conscience, ce qui le distingue de
l’animal auquel il s’apparente au contraire en tant qu’il est un
être de chair. L’intellectualisation du corps dont procède la
construction cartésienne de la subjectivité a pour corollaire
la trivialisation du physique. Ce à quoi il est légitime de
s’intéresser, c’est au développement de l’esprit, à cet être
moral dont les penseurs des Lumières font le cœur de la
modernité 19. À la suite des philosophes, les fondateurs des
sciences sociales tendront eux aussi à valoriser les produits de
l’activité intellectuelle des hommes plus que de leur activité
physique : si le fait est particulièrement avéré pour la sociologie, même les travaux anthropologiques sur la parenté portent bien plus sur les structures formelles que sur la réalité
physique qui la sous-tend, sur l’exploration de sa dimension
symbolique que des formes de sexualité qu’elle suppose.
Par rapport à ce triple obstacle épistémologique, pour
employer une terminologie bachelardienne, la position qui
est adoptée dans ce livre vise à un triple retournement. Premièrement, le corps est un construit social ; bien entendu, il
a une réalité matérielle inscrite dans la nature, mais celle-ci
ne prend sens que dans l’activité des hommes et des femmes
pour donner une signification à cette matérialité biologique 20 ; plus encore, pour nous, la définition même de ce
qu’est le corps et de ce qu’il représente est un enjeu dans les
rapports sociaux et c’est en ce sens qu’il nous intéresse.
Deuxièmement, dans cette construction sociale, qui prend de
multiples formes, c’est la dimension politique que nous privilégions, autrement dit la constitution du corps comme sujet
et objet de gouvernement ; sans sous-estimer l’existence
d’autres dimensions, qu’elles soient médicale, esthétique ou
émotionnelle 21, nous considérons que l’investissement du
corps par le politique représente un trait essentiel des sociétés contemporaines, justifiant une étude particulière. Troisièmement enfin, la séparation du corps et de l’esprit, dans la
perspective politique que nous proposons, n’a guère de sens :
le travail de la société sur les individus ou de l’État sur les
citoyens se fait sur le corps et sur l’esprit ; s’il s’agit de
« gouverner les âmes » 22, il est bien question aussi, dans le
18
Le gouvernement des corps —
même mouvement historique et selon les mêmes logiques
sociales, de gouverner les corps.
C’est ce corps, grand oublié de l’histoire des sciences
sociales 23, que nous voulons dans cet ouvrage réinvestir, du
moins dans sa relation au pouvoir et à l’autorité, à la loi et à
l’État – dans ce qui le constitue en le gouvernant. Mais pourquoi
s’intéresser au corps ? Et plus particulièrement sous cet angle
politique qui est ici revendiqué ? Trois raisons principales
peuvent être avancées.
D’abord, les enjeux autour du corps et de la santé, de la
maladie et de la souffrance, du vivant et de la mort occupent
une place croissante dans l’espace public : il s’agit non seulement de thèmes dont on débat dans de multiples forums,
mais également de sujets sur lesquels les gouvernants peuvent se trouver mis en difficulté dans des arènes diverses ; au
cours de ces discussions, de ces polémiques et parfois de ces
procès sont en permanence redéfinies les frontières de
l’espace public et, par conséquent, la matière même du politique. Le rapport à la loi et à l’État en s’insinuant dans l’intimité des individus et des couples (Dominique Memmi)
déplace les limites de l’espace privé et étend le domaine du
politique. La construction d’une entité pathologique pour la
justification d’un produit stimulant l’érection (Alain Giami)
en fait une ressource pour la constitution d’un marché. De
telles redéfinitions invitent la science politique à reconsidérer le politique dans des lieux inusités, consultation médicale ou service social, et à travers des objets inhabituels,
comme une interruption de grossesse ou une autorisation de
mise sur le marché d’un médicament.
Ensuite, et ce fait est évidemment lié au précédent, le
domaine d’intervention des pouvoirs publics sur ces questions qui incluent mais débordent largement le traditionnel
domaine de la médecine et de la santé publique, ne cesse de
s’étendre et de se reconfigurer, impliquant de nouveaux
acteurs, de nouvelles formes, de nouvelles régulations qui doivent être identifiés. Ici, les familles et les proches sont sollicités pour s’occuper des soins à des personnes âgées, malades
ou handicapées pour lesquelles le maintien en institution
paraît à la fois trop coûteux et mal adapté (Martine Bungener)
Le gouvernement revisité
Il est donc ici question de gouvernement. Le terme sonne
familier, anodin même. Son choix, pour désigner les formes
de l’action publique s’exerçant sur et par les corps, appelle
pourtant un commentaire. Que l’on parle de politiques de
santé – pour évoquer la prévention du sida ou la réduction
19
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
et des personnes incarcérées se trouvent, par la défaillance
des surveillants de prison et des professionnels de santé, mises
dans la situation de devoir aider des codétenus souffrants
(Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien). Là, au contraire, les
pouvoirs publics interviennent pour modifier les conduites
corporelles, mais le font par des procédures douces visant à
faire intérioriser des normes de non-consommation de tabac
et d’alcool (Luc Berlivet), ou pour contrôler des pratiques
déviantes, dont elles mettent toutefois en avant les risques
sanitaires ou les effets aliénants (Lilian Mathieu). Autrement
dit, les technologies gouvernementales, bien loin de développer une sorte de Léviathan, multiplient des dispositifs pragmatiques qui, sous l’effet de contraintes tant économiques
que morales, déploient des logiques contradictoires et des
argumentaires hétérogènes pour les justifier.
Enfin, la reconfiguration de la matière du politique et les
modalités nouvelles de régulation de l’action publique qui
viennent d’être évoquées tendent à leur tour à transformer
les catégories élémentaires par lesquelles se définissent les
individus et les relations entre eux : formes de la sexualité,
limites de la vie, qualités de l’être humain. Si la législation
paraît avoir progressivement acquis une certaine neutralité
en matière de normes sexuelles, l’étude des interprétations
jurisprudentielles et des commentaires doctrinaux vient rappeler que les magistrats et les juristes continuent d’opérer
des évaluations morales qui énoncent la bonne sexualité
(Daniel Borrillo). À travers les multiples procédures de gouvernement qui régulent les pratiques du corps, c’est ainsi
l’existence individuelle en tant que processus à la fois biologique et biographique qui se trouve prise dans un mouvement historique.
20
Le gouvernement des corps —
des risques en matière de toxicomanie – et c’est une vision
claire de l’intervention des pouvoirs publics qui se dessine,
nettement explicitée dans des textes programmatiques et
résolument orientée du haut vers le bas. Que l’on se réfère
aux régulations des conduites sanitaires – par rapport à la restriction du tabagisme dans les lieux publics ou au port de la
ceinture de sécurité en voiture – et la représentation qui se
forme est sous-tendue par l’opposition entre normalisation
et résistance, contrôle social et liberté individuelle. En utilisant le terme « gouvernement », nous avons voulu échapper
aux lectures surdéterminées par des découpages administratifs ou des débats idéologiques afin de laisser ouvert et disponible tout le spectre des interventions publiques possibles sur
le vivant et les populations : l’encadrement juridique, le formatage institutionnel, la surveillance, la moralisation, mais
aussi les opérations de reconnaissance et de qualification, de
classement et de catégorisation. Une telle orientation nous
paraissait propice à une meilleure compréhension collective
de ce que nous pouvions entrevoir des transformations
contemporaines des biopolitiques.
Bien entendu, ce choix lexical trouve sa source dans une
pensée qui, on l’aura compris, sous-tend en large part la
réflexion des auteurs de cet ouvrage : celle de Michel Foucault qui, même lorsqu’elle n’est pas explicitement citée, se
trouve souvent à l’arrière-plan des analyses, qu’il s’agisse de
s’en inspirer ou de s’en démarquer. C’est pourquoi il n’est
pas inutile de rappeler quelques jalons dans l’œuvre du philosophe. Des nombreuses incursions qu’il a faites dans le problème du gouvernement du corps et de ses avatars, depuis
L’histoire de la folie jusqu’au Souci de soi en passant par Surveiller et punir 24, sa postérité dans le champ des sciences
sociales a volontiers privilégié la critique du pouvoir médical
et du processus de médicalisation de la société, autrement dit
les phénomènes de normalisation mettant en œuvre une
mainmise professionnelle et plus largement sociale sur les
corps souffrants ou déviants, voire suspectés de le devenir.
Au lieu même de la rencontre d’une « anatomo-politique »
chargée de discipliner les individus et d’une « biopolitique »
conçue pour administrer des populations, la santé publique
21
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
s’offrait, pour beaucoup, comme un des territoires idéaux de
l’imposition de normes et de valeurs définissant le biopouvoir moderne 25. Cette lecture rencontrait du reste un
ensemble de travaux empiriques d’une grande richesse
menés à la même époque par les sociologues sur le contrôle
social exercé par la médecine dans les sociétés occidentales 26
et, un peu plus tard, par des anthropologues sur l’impérialisme des institutions sanitaires dans le monde colonial 27.
Elle s’exposait toutefois au risque d’une double réduction de
la question du biopouvoir à la seule dimension médicale, et
plus largement anatomo-biologique, et à une visée exclusivement normalisatrice, au demeurant bien réelle. Il est vrai que
la théorie du bio-pouvoir, brièvement développée dans le
dernier chapitre de La volonté de savoir, pouvait donner prise
à une telle interprétation. Michel Foucault en fut lui-même
conscient : pratiquement délaissé peu de temps après son
invention, le bio-pouvoir connaîtra cependant une fortune
qui outrepassera de beaucoup la place limitée qu’il occupe
dans l’œuvre.
Probablement sensible aux critiques qui lui sont adressées sur le caractère à la fois monolithique et unilatéral de sa
conception du pouvoir, le philosophe lui substitue, dès son
cours au Collège de France de 1977, la « notion de ‘gouvernement’ » 28. De façon plus systématique, il introduit à partir de
cette époque le concept de gouvernementalité, dont il va se
servir de manière de plus en plus systématique de façon à être
mieux à même de rendre compte du caractère multicentrique, diffus, intime, tant du pouvoir lui-même que des objets
sur lesquels il s’exerce, ce qui lui permet notamment de donner sens aux formes de résistance à l’autorité et aux espaces
de liberté de l’individu. « Quant à l’étude de la ‘gouvernementalité’ », écrit-il dans le résumé de son cours de 1980, « elle
répondait à un double objectif : faire la critique nécessaire des
conceptions courantes du ‘pouvoir’ (plus ou moins confusément
pensé comme un système unitaire, organisé autour d’un centre qui
en est en même temps la source, et qui est porté par sa dynamique
interne à s’étendre toujours) ; l’analyser au contraire comme un
domaine de relations stratégiques entre des individus ou des groupes
– relations qui ont pour objet la conduite de l’autre ou des autres. »
22
Le gouvernement des corps —
Mais de plus en plus intéressé aussi par les problèmes de la
connaissance et du souci de soi, de l’expérience et de la
vérité, il se tourne parallèlement vers la subjectivité, dont il se
propose de faire l’histoire en renouvelant la question traditionnelle de l’exercice du pouvoir sur les sujets, qui obéit à
une logique d’assujettissement, par une interrogation éthique sur la formation du sujet en quête de vérité, qui met en
œuvre un processus de subjectivation. Cette « histoire de la
subjectivité » porte, note-t-il encore dans ce même résumé,
sur « la mise en place et les transformations dans notre culture des
‘rapports à soi-même’ ». La subjectivité est donc le produit de
la gouvernementalité 29. Ainsi se dessine un « gouvernement
de soi par soi dans son articulation avec les rapports à autrui » qui
annonce les développements ultimes de « l’herméneutique du
sujet ». Le gouvernement est affaire de rapport éthique à soi
et aux autres.
Multiplicité des formes d’exercice du pouvoir et des lieux
de son application, diversité des voies de production des
sujets à travers les multiples procédures de régulation des
populations : tels sont bien les éléments qui nous intéressent
dans l’héritage de l’œuvre tardive de Michel Foucault (bien
plus que dans celle généralement invoquée dans la littérature
sur le bio-pouvoir), lorsque nous parlons de gouvernement
des corps. L’attente dans laquelle se trouve le médecin d’un
discours qui valide une demande relève bien d’une forme subtile de contrôle exercé, sous couvert du respect de la loi, mais
au-delà d’elle, sur la vie comme récit, même fragmentaire,
même manipulé : on est loin de l’imposition de la règle de
l’État moral qui interdisait l’avortement et bien plus dans une
microphysique du pouvoir (Dominique Memmi). Les associations de prostituées, qui rejettent une politique abolitionniste à travers laquelle on prétend pourtant faire respecter
leur dignité et qui saisissent au contraire les pouvoirs publics
d’une demande de reconnaissance quasi officielle de leur
métier, invitent à penser la question de la domination exercée
sur le corps comme une réalité complexe où l’enjeu des rapports sociaux de sexe entre en concurrence avec l’enjeu de
l’obtention d’une protection sociale : à la logique univoque
d’un État pénal réprimant la prostitution, on doit substituer
23
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
une tension entre rhétoriques des droits humains et des droits
sociaux (Lilian Mathieu). Le demandeur d’asile débouté, qui
transforme la formulation de sa sollicitation d’un titre de
séjour en se servant de son corps souffrant comme d’une ressource dans sa quête de régularisation, ne met pas seulement
en jeu une tactique adaptative se conformant aux évolutions
idéologiques et réglementaires, il transforme dans le même
temps la représentation qu’il a de lui-même, de son combat,
de sa relation au pays d’accueil : il s’agit bien là d’un travail de
subjectivation dans lequel intervient l’État gestionnaire de
l’immigration et, plus largement, de sa population légitime
(Didier Fassin). La famille à laquelle on délègue la prise en
charge de soins médicaux pour un de ses membres malade
reconquiert une certaine maîtrise, dont une médecine technicisée avait pu la priver, sur le quotidien et sur le devenir de ce
proche, mais elle se sent également pénalisée par un choix
qu’elle n’a souvent pas fait, surtout lorsque la durée de l’affection ou la gravité de ses conséquences entraîne une réorganisation complète de la vie personnelle et professionnelle : on a
certes affaire ici à un déplacement du pouvoir, mais la victoire
est ambiguë et parfois amère (Martine Bungener). À travers
ces exemples, qu’on pourrait multiplier au gré des chapitres
du livre, plusieurs déplacements théoriques se dessinent par
rapport aux conceptions servant habituellement à rendre
compte des politiques de santé en particulier, voire des politiques publiques en général.
Premièrement, s’il est bien question, dans chacune des
études, de l’État, agent par excellence de l’action publique,
nombre d’autres acteurs sociaux occupent les scènes décrites :
professions médicale (Dominique Memmi) et paramédicale
(Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien) ; industrie pharmaceutique (Alain Giami) ; monde judiciaire (Daniel Borillo) ;
institutions sociales (Didier Fassin) ; associations de prostituées (Lilian Mathieu) ; usagers de produits addictifs (Luc
Berlivet) ; et même profanes auxquels sont déléguées des
compétences thérapeutiques (Martine Bungener) 30. Voilà
qui oblige à reconsidérer le rôle de l’État longtemps vu, pour
ce qui touche au corps, à la santé, à l’hygiène et à la prévention, comme le lieu central de la formulation des règles et de
24
Le gouvernement des corps —
la mise en œuvre de l’action, servant souvent d’étalon pour la
mesure de l’efficacité des biopolitiques.
Or, prendre en compte les autres acteurs, mais aussi les
instruments renouvelés de l’action publique en ces matières,
permet de relativiser la centralité de l’État dans l’administration des conduites en matière de soin, de risque, de procréation, de plaisir. Entre un État qu’on s’est efforcé de ne pas
hypostasier et les molles régularités de pratiques sociales parfois difficiles à saisir, c’est l’espace intermédiaire de la régulation sociale et politique qu’il s’agit ici de commencer à
inventorier. Ainsi, dans chacune des études de cas, les acteurs
évoqués entrent en relation avec l’État, metteur en scène
plutôt que producteur du théâtre des bio-politiques. Qu’ils
se sentent dépositaires de son pouvoir, comme les médecins
hospitaliers, les magistrats, les agents préfectoraux, qu’ils
s’opposent parfois à son autorité, comme les médecins libéraux, les laboratoires, les prostituées, les fumeurs, ou encore
qu’ils soient tenus de négocier avec lui leur place et leur rôle,
comme les familles qui doivent prendre en charge des malades ou les femmes qui veulent interrompre une grossesse,
l’État est, dans l’administration des corps, un interlocuteur
obligé plutôt qu’un ordonnateur exclusif.
Deuxièmement, loin d’opérer selon des modalités univoques et par des mécanismes verticaux, les technologies de gouvernement procèdent de logiques multiples et de manière
diffuse. Toute lecture téléologique du pouvoir, à laquelle
certains textes d’inspiration foucaldienne n’échappent pas,
apparaît vite hors de propos. Si l’État français fouille dans les
tréfonds de la biographie des demandeurs d’aide financière
et de la biologie des candidats à la régularisation pour soins
(Didier Fassin), en revanche il s’efforce de se retirer de la
prise en charge des malades chroniques ou âgés au profit des
familles et des proches (Martine Bungener). S’il prescrit un
régime de justification par le récit pour fonder des demandes
de procréation médicalement assistée ou un droit à mourir
dans la dignité (Dominique Memmi), il s’avère paradoxalement plutôt discret dans les établissements pénitentiaires,
laissant aux surveillants, mais aussi aux détenus, la part la plus
ingrate des soins quotidiens aux malades (Marc Bessin et
25
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
Marie-Hélène Lechien). S’il envahit l’espace médiatique de
ses messages de prévention contre l’alcool et le tabac (Luc
Berlivet), il subit à son tour la publicité faite par les laboratoires pharmaceutiques sur leurs nouvelles molécules (Alain
Giami). S’il réglemente la prostitution au nom d’une éthique
des droits de la personne (Lilian Mathieu), il continue de
procéder à des distinctions juridiques s’appuyant sur une
morale de la bonne famille (Daniel Borillo). Bien difficile,
dans cette diversité, de dégager un « sens de l’histoire ». Le
pragmatisme prévaut souvent sur l’idéologie et le combat
pour des valeurs doit s’accommoder de la gestion des rapports de forces. Si, par conséquent, il faut assurément se garder de conclusions hâtives sur la signification de telle mesure
adoptée ou de tel dispositif institué, on peut tout de même
dégager deux grands processus 31 à l’œuvre dans ces technologies gouvernementales.
Le premier concerne les formes de surveillance qui se
déploient aujourd’hui autour du corps (malade, souffrant,
menacé, mourant) et des conduites corporelles (en matière
de sexualité, d’addiction, de risque). Bien plus que dans un
rapport d’autorité, c’est à travers des jeux de normalisation
douce que s’opèrent les transformations des représentations
et des comportements. À l’intimation au nom de la loi tend à
se substituer une obligation d’intérioriser la norme. Mieux :
c’est souvent la loi elle-même qui pourvoit au transfert de
légitimité permettant à l’individu de décider lui-même de la
meilleure manière de s’administrer – de protéger sa santé, de
contrôler sa reproduction, de construire sa vie, de choisir sa
mort. Le rapport de soi à soi et de soi aux autres, fait d’autoexamen et de respect de la différence, devient l’ordinaire de
la bonne conduite. Gouverner, c’est faire que chacun se gouverne au mieux lui-même. Ce qui n’exclut pas pour autant le
maintien de la sanction et de la peine contre ceux qui s’avèrent incapables de faire bon usage de cette délégation de
pouvoir et qui, par leur déviance, mettent en échec l’accord
social établi autour de la norme.
Le second processus porte sur la gestion des situations
auxquelles sont confrontés ceux qui interviennent sur les
corps au nom des pouvoirs publics. À côté de la régulation
26
Le gouvernement des corps —
des populations telle qu’elle s’est instituée depuis deux siècles
et se maintient à travers les programmes d’éducation pour la
santé ou de prévention des risques, s’est développé un traitement des individus que l’on prétend adapter aux particularités de chacun, de chaque histoire, de chaque problématique.
Le cas par cas devient un mode de gestion aussi bien des pauvres ou des étrangers que des malades ou des déviants. Il
opère dans l’aide sociale ou dans le travail administratif
comme elle le faisait déjà, bien sûr, dans le registre médical et
dans le monde judiciaire. De plus, la connaissance des situations personnelles qu’autorise cette approche individuelle,
approfondie par les récits, a pour corollaire une attention
plus grande à la souffrance (de l’étranger en situation irrégulière ou du patient en fin de vie) et une justification plus
fréquente des décisions par l’argument de la détresse (de la
femme qui avorte ou qui se prostitue). Casuistique et
compassion, individualisation et psychologisation sont ainsi
un complément des formes traditionnelles d’action s’adressant à des collectivités peu différenciées et mettant en œuvre
des rationalités bureaucratiques.
Troisièmement, si l’on inverse la perspective et que l’on
s’intéresse désormais à ceux que l’on gouverne, on doit alors
s’interroger sur la formation des subjectivités. Dans l’intervention des multiples acteurs évoqués et à travers les diverses
technologies mobilisées, quels processus de subjectivation
sont mis en œuvre et dans quelles formes d’assujettissement
se trouvent pris les individus ? Comment les sujets de ce gouvernement des corps qui est ici décrit se construisent-ils dans
les épreuves de vérité auxquelles ils doivent se soumettre
devant le médecin ou le juge, l’agent administratif ou le travailleur social ? Selon que l’on reconnaisse un étranger
comme réfugié politique au titre d’une convention internationale ou comme bénéficiaire d’un droit au séjour au nom
de la raison humanitaire, ce n’est pas le même sujet politique
qu’on produit (Didier Fassin). Selon que l’on considère une
prostituée comme victime d’une situation indigne devant
être combattue ou comme exerçant un métier auquel sont
attachés des droits sociaux, on ne lui confère pas le même
statut dans la cité (Lilian Mathieu). Selon que l’on accorde
27
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
aux homosexuels des droits d’alliance et de filiation similaires
aux hétérosexuels ou qu’on leur réserve des formes particulières, on ne leur ouvre pas accès aux mêmes constructions
identitaires (Daniel Borillo). Selon que l’on rembourse un
médicament de l’impuissance en faisant de celle-ci une
pathologie somatique ou qu’on le décrive comme un produit
de confort auquel les pouvoirs publics laissent un accès libre
en dehors de toute médicalisation, on constitue deux types
distincts d’expérience de la sexualité masculine et de ses troubles (Alain Giami). Autrement dit, les modalités adoptées
dans chaque dispositif de régulation des populations sont
susceptibles d’influer sur la constitution de la subjectivité.
Pour autant, ces processus de formation ne peuvent pas
être considérés seulement sous l’angle de l’imposition par en
haut de règles et de normes. Il y va aussi de formes multiples
de résistance, de négociation, d’identification qui ne se ramènent pas au seul gouvernement des corps et parfois même,
prennent leurs distances par rapport à lui 32. Les associations
qui défendent le droit de mourir dans la dignité opposent à la
réglementation sur la fin de vie et à la pratique des médecins
spécialisés dans les soins palliatifs une autre conception de la
mort, de la liberté et, finalement, du sujet (Dominique
Memmi). Les détenus qui assistent leur compagnon de cellule en état de manque ou souffrant de handicap, alors que
l’institution carcérale et les professionnels de la prison manifestent un certain désintérêt, expriment la permanence d’une
relation d’humanité et de formes de solidarité dans un milieu
plus propice aux manifestations de la violence et de la domination (Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien). Processus au
demeurant non exempts d’ambivalence et parfois d’ambiguïté. Si les proches de malades du sida ont souvent été
demandeurs d’accompagner ces derniers et ce d’autant qu’il
s’agissait de pathologies évoluant par épisodes discontinus et
permettant le maintien d’une autonomie jusqu’à une phase
avancée, les parents d’handicapés et surtout de malades mentaux subissent généralement plutôt qu’ils ne la souhaitent
une situation douloureuse et contraignante qui bouleverse
non seulement leur quotidien mais aussi leurs projets d’existence (Martine Bungener). Ou encore, si les producteurs de
28
Le gouvernement des corps —
messages d’éducation pour la santé rivalisent d’imagination
pour coller au plus près à ce qu’ils savent ou imaginent de
leurs publics, ces derniers ne sont pas captifs et détournent
ou se réapproprient les images et les mots des spécialistes de
la communication sanitaire (Luc Berlivet). C’est dire qu’on
aurait tort de réduire les rapports entre gouvernants et gouvernés, subjectivation et assujettissement à une simple dialectique du pouvoir et de la résistance. Plus simplement :
toute pratique qui ne se conforme pas aux injonctions du
pouvoir n’exprime pas nécessairement une résistance.
Le gouvernement des corps s’est historiquement manifesté
avec le plus d’évidence dans la segmentation et la spécialisation des activités sociales, mais aussi dans le travail des
acteurs professionnels et institutionnels, sous la double
forme de la clinique médicale et des politiques de santé. En
nous efforçant dans ce livre d’échapper à cette catégorisation
et de redonner toute sa plénitude et sa complexité à ce que
signifie gouverner des corps – et gouverner par les corps –
nous voulons rendre visibles d’autres réalités et d’autres
enjeux qui nous paraissent aujourd’hui essentiels. Quand,
dans une version inédite des deux corps du roi, un ancien
dictateur d’Amérique latine parvient à faire suspendre les
procédures judiciaires pour des charges de crime contre
l’humanité qui pèsent sur sa personne en raison de troubles
physiques et mentaux ; quand un chef de gouvernement, en
France, et un chef d’État, en Afrique du Sud, se voient déstabilisés au point de se trouver mis publiquement en cause par
des dispositifs juridiques sans précédent dans l’histoire de ces
deux pays, en raison d’une maladie épidémique qu’on les
accuse d’avoir mal gérée ; quand les politiques de l’immigration des pays européens se fondent de moins en moins sur la
légitimité de l’étranger comme force de travail et de plus en
plus sur sa légitimation par la maladie et la souffrance ;
quand c’est au nom du danger de contamination infectieuse
et donc dans le cadre de programmes de réduction des risques que le regard sur les usagers de drogues se transforme
dans la société française en faisant du déviant stigmatisé un
malade potentiel objet de compassion ; quand c’est à partir
NOTES
1.
La construction de cet ouvrage s’est appuyée sur un colloque que nous avions
organisé à l’Institut d’études politiques de Paris en mars 2001, avec l’aide de
l’Association française de science politique dont Pierre Muller assurait la
présidence, et de la mission de Recherche Expérimentation du ministère de
l’Emploi et de la Solidarité, dont Pierre Strobel est le responsable. Cette
rencontre a bénéficié des réflexions de Jean Leca, Marie-Christine Kessler,
Jacques Commaille, Alain Ehrenberg, Anne Lovell, Bruno Jobert, Jean-Pierre
Dozon, Georges Vigarello, Paul Rabinow, Pierre Lascoumes, Philippe
Urfalino, Dominique Dammame et Jacques Lagroye, dont les contributions
ont nourri le présent ouvrage.
2.
C’est la thèse de Bryan Turner : « Recents Developments in the Theory of
the Body, in M. Featherstone, M. Hepworth & B. Turner (eds.), The Body.
Social Process and Cultural Theory, Londres, Sage Publications, 1991, p. 1-35.
On peut ajouter que les historiens semblent s’être engagés plus résolument
dans l’exploration de la construction sociale du corps : voir notamment Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris,
Le Seuil, 1985.
3.
Comme l’écrit notamment Françoise Héritier dans Masculin/Féminin. La pensée
de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996. L’invisibilité du genre a toutefois été
analysée auparavant dans nombre de travaux, en particulier depuis Donna
Haraway, Simians, Cyborgs and Women. A Reinvention of Nature, Londres, Free
Association Books, 1990 et Thomas Laqueur, Making sex, Body and gender
from the Greeks to Freud, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1990.
4.
Dans le sillage de Claude Lévi-Strauss, en particulier dans la première partie
d’Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958. Paradoxalement – du moins en
apparence – c’est le plus anti-cartésien des philosophes, Ludwig Wittgenstein, qui va le plus loin dans cette voie de la définition du monde par le langage, cependant que l’héritier proclamé de la pensée cartésienne, Maurice
Merleau-Ponty, retrouve la matérialité du corps à travers sa phénoménologie
de la perception.
5.
On pense bien sûr au fameux article : « Les techniques du corps », Sociologie et
anthropologie, Paris, PUF, 1980, p. 363-386 (1re éd., 1934).
29
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
du témoignage d’un médecin et sur la base de constats sur les
conditions d’hygiène et de santé que peut être posée dans
l’espace public la question des prisons ; quand donc les politiques locales, nationales et internationales se fondent aussi
manifestement sur un gouvernement des corps qui excède de
beaucoup le cadre médical et sanitaire dans lequel on le
pense habituellement, alors il est certainement urgent d’examiner la signification de ces bio-politiques contemporaines.
C’est à ce projet que nous avons voulu ici contribuer.
30
Le gouvernement des corps —
6.
Avec Purity and danger, Londres, Routledge et Kegan Paul Ltd., 1967 (traduction française : De la souillure, Paris, Maspéro, 1971), Mary Douglas a jeté les
bases d’une approche anthropologique des notions de risque et de danger,
d’hygiène et de pureté. Elle montre notamment comment l’ordre symbolique
du monde se construit en référence à l’ordre physique du corps.
7.
Dans « Embodiment as a Paradigm for Anthropology », Ethos, 18, 1990,
p. 5-47, Thomas Csordas propose un modèle anthropologique tentant de
rendre compte de la manière dont l’ordre social s’incorpore dans les conduites
des individus. Développée à partir d’une étude de cas sur le Renouveau charismatique, l’analyse a une portée théorique plus générale.
8.
Pour reprendre l’analyse profonde de Maurice Merleau-Ponty, Le visible et
l’invisible, Paris, Gallimard, 1964, texte établi par Claude Lefort.
9.
Dans La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1973, et La dynamique de
l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975 (1re éd., 1939).
10. Dans La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit,
1979 et dans Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.
11. Significativement, le titre de son recueil de textes parus sur ce thème s’intitule
Quel corps ? Paris, Maspéro, 1978.
12. Voir l’introduction de Bodies that Matter : On the discursive Limits of ‘Sex’, New
York, Routledge, 1993.
13. Dans son essai de synthèse « For a Sociology of the Body : An Analytical
Review », in M. Featherstone, M. Hepworth & B. Turner (eds.), The Body.
Social Process and Cultural Theory, op. cit., p. 36-102, Arthur W. Frank en
appelle à ce travail d’explication : « En quoi, se demande-t-il, le cours de la sociologie aurait-il été différent si l’ouvrage classique de Mead s’était intitulé Body, Self
and Society ? Que se serait-il passé si Durkheim avait analysé le suicide depuis une
perspective d’acte incorporé transformant un corps vivant en un corps mort, ou si
Weber avait privilégié les changements d’usages et d’attitudes du corps alors qu’il
formulait le lien entre le protestantisme et le capitalisme ? Le problème n’est pas seulement ‘et si ?’, mais plutôt : ‘pourquoi pas ?’. » La question est bien en effet de
s’interroger sur les raisons d’une absence.
14. Au début du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes,
Paris, Gallimard, 1971, que Rousseau a écrit en 1754, il annonce : « Je conçois
dans l’espèce humaine deux sortes d’inégalité ; l’une que j’appelle naturelle ou physique, parce qu’elle est établie par la nature, et qui consiste dans la différence des âges,
de la santé, des forces du corps et des qualités de l’esprit ou de l’âme, l’autre que l’on
peut appeler inégalité morale, ou politique, parce qu’elle dépend d’une sorte de
convention et qu’elle est établie, ou du moins autorisée par le consentement des hommes […] On ne peut pas demander quelle est la source de l’inégalité naturelle, parce
que la réponse se trouverait énoncée dans la simple définition du mot. On peut encore
moins chercher s’il n’y aurait point quelque liaison essentielle entre les deux
inégalités. » Le corps est donc renvoyé du côté de la nature, hors d’atteinte du
politique.
15. Les citations sont extraites de son ouvrage Masculin/Féminin. La pensée de la
différence, Paris, Odile Jacob, 1996, et de son article : « Articulations et
substances », L’Homme, 154-155, 2000, p. 21-38. Dans une contribution au
16. Dans l’article déjà cité, il justifie ainsi, avec une note d’humour, son intérêt
pour cet objet encore si peu exploré : « Quand une science naturelle fait des progrès, elle ne le fait jamais que dans le sens du concret, et toujours dans le sens de
l’inconnu. Or, l’inconnu se trouve aux frontières des sciences […] Ces terres en friche
portent d’ailleurs une marque. Il y a toujours un moment où la science de certains faits
n’étant pas encore réduite en concepts, ces faits n’étant même pas groupés organiquement, on plante sur ces masses de faits le jalon d’ignorance : ‘Divers’. […] Pendant de
nombreuses années, dans mon cours d’Ethnologie descriptive, j’ai eu à enseigner en
portant sur moi cette disgrâce et cet opprobre de ‘divers’ » dans laquelle se trouvaient précisément les techniques du corps.
17. Voir Maurice Leenhardt, Do Kamo. La personne et le mythe dans le monde mélanésien, Paris, Gallimard, 1971 (1re éd., 1947), p. 263-264, et Margaret Lock &
Nancy Scheper-Hughes, « A Critical-Interpretive Approach in Medical
Anthropology: Rituals and Routines of Discipline and Dissent », in
C. Sargent & Th. Johnson (eds.), Medical Anthropology. A Handbook of Theory
and Method, New York, Greenwood Press, 1996, p. 47-72.
18. Ainsi Bryan Turner écrit-il dans Regulating Bodies. Essays in Medical Sociology,
Londres, Routledge, 1992, p. 67 : « La sociologie, tant dans la théorie classique
que contemporaine, a opéré selon une dichotomie cartésienne simpliste du corps et de
l’esprit, dans laquelle le ‘corps’ est implicitement relégué dans les conditions de l’action.
Le ‘corps’ est donc traité comme un thème qui tombe dans le champ des sciences biologiques et par conséquent en dehors du domaine de la sociologie. »
19. Dans son volumineux ouvrage Les sources du moi. La formation de l’identité
moderne, Paris, Le Seuil, 1998 (1re éd., 1989), Charles Taylor n’accorde logiquement aucune place au corps dans cette formation. Les sentiments – et non
les sens – sont du côté de « l’espace moral ». Quant à la nature – sans l’homme –
elle est résolument construite en extériorité à « l’humaine condition ».
20. Il importe à cet égard de demeurer vigilant, dans toute « sociologie du corps »,
quant au risque de produire un « nouvel essentialisme » contre lequel Nick
J. Fox met justement en garde dans « Foucault, Foucaldians and Sociology »,
British Journal of Sociology, 49(3), 1998, p. 413-433.
21. Dont on peut avoir une vue assez éclectique dans l’ouvrage de Simon
Williams & Gillian Bendelow, The Lived Body. Sociological Themes, Embodied
Issues, Londres, Routledge, 1998.
22. Pour reprendre le titre de l’important ouvrage de Nikolas Rose, Gouverning
the Soul. The Shaping of the Modern Self, Londres, Free Association Books,
1999 (1re éd., 1989).
23. S’agissant de la science politique, probablement faudrait-il d’ailleurs évoquer
des éléments particuliers de résistance à l’étude du gouvernement des corps qui
s’ajoutent aux obstacles évoqués pour les sciences sociales plus généralement.
31
Le gouvernement de la vie, mode d’emploi —
même dossier, « Usages de la science et science des usages. À propos des
familles homoparentales », L’Homme, op. cit., p. 391-408, Éric Fassin montre
en quoi cet usage naturaliste du structuralisme, qui fonde dans la matérialité
du corps des invariants servant dès lors à fonder une norme anthropologique,
s’oppose à la pensée de Claude Lévi-Strauss pour qui, au contraire, toute
norme est culturelle.
32
Le gouvernement des corps —
En effet, dès lors que l’on considère que « l’essence du politique », pour
reprendre le titre de l’ouvrage de Julien Freund, Sirey, Paris, 1965, réside
dans la distinction d’un espace public et d’une sphère privée, on conçoit que le
corps, lieu consacré de l’intimité, échappe au politique et donc à la discipline
qui le prend pour objet. Les approches anthropologiques du politique, telles
que proposées par Didier Fassin dans L’espace politique de la santé. Essai de
généalogie, Paris, PUF, 1996, permettent de dépasser cette définition essentialiste. De même, l’intérêt de certains politistes pour les nouveaux lieux d’investissement de l’État et de la loi autour de la reproduction et plus largement de
la biologie, comme Dominique Memmi dans Les gardiens du corps. Dix ans de
magistère bioéthique, Éditions de l’EHESS, Paris, 1996, invitent à reconsidérer
ce que peut être le lieu du politique.
24. Voir Folie et déraison, Paris, Plon, 1961, réédité en 1972 sous le titre Histoire de
la folie, Paris, Gallimard, 1972 ; Naissance de la clinique, Paris, PUF, 1963 ; Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975 ; Histoire de la sexualité, t. 1, La volonté de
savoir et t. 3, Le souci de soi, Paris, Gallimard, 1976 et 1984. La publication du
cours au Collège de France de 1981-1982, L’herméneutique du sujet, Paris,
Gallimard/Le Seuil/EHESS, 2001, éclaire la dernière période de cette pensée.
25. Pour une critique de ce type d’analyse, répandue chez les historiens, on peut
se référer au chapitre « La gouvernementalité limitée de la santé publique »,
dans le livre de Didier Fassin, Les enjeux politiques de la santé, Paris, Karthala,
2000, p. 175-188, ainsi qu’à l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Pierre Dozon
& Didier Fassin, Critique de la santé publique. Une approche anthropologique,
Paris, Balland, 2001.
26. On pense notamment à Irving Kenneth Zola, « Medicine as an Institution of
Social Control », Sociological Review, 20, 1972, p. 487-504 ; Renée Fox, « The
Medicalization and Demedicalization of American Society », Daedalus, 106,
1977, p. 9-22 ; et surtout Peter Conrad & Joseph Schneider, Deviance and
Medicalization. From Badness to Sickness, Saint-Louis, Mosby, 1980 ; mais également, en marge de la sociologie, le fameux livre d’Ivan Illich, Némésis médicale, Paris, Le Seuil, 1975.
27. On se référera aux livres de Michael Taussig, Shamanism, Colonialism and the
Wild Man. A Study in Terror and Healing, Chicago, University of Chicago
Press, 1987, sur la Colombie, de Megan Vaughan, Curing their Ills. Colonial
Power and African Illness, Stanford, Stanford University Press, 1991, sur la
Zambie, et de David Arnold, Colonizing the Body. State Medicine and Epidemic
Disease in Nineteenth-Century India, Berkeley, University of California Press,
1993, sur l’Inde.
28. Dans le Résumé des cours, Paris, Julliard, 1989, il invite à « faire une enquête
approfondie sur l’histoire non seulement de la notion, mais aussi des procédures et
moyens mis en œuvre pour assurer dans une société donnée, le ‘gouvernement des
hommes’ ». C’est durant cette même année qu’il introduit l’expression « gouvernementalité politique » pour désigner « la manière dont la conduite d’un
ensemble d’individus s’est trouvée impliquée, de façon de plus en plus marquée, dans
l’existence du pouvoir souverain », transformation qui « est liée sans doute à l’émergence de la raison d’État ».
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising